Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 136, no 30
Vol. 136, No. 30
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, JULY 27, 2002
OTTAWA, LE SAMEDI 27 JUILLET 2002
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Parts II and III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 2, 2002, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling Government publications as listed
in the telephone directory or write to: Canadian Government
Publishing, Communication Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://www.canada.gc.ca/gazette/main.html. It is
available in PDF (Portable Document Format) and in an alternate
format in ASCII (American Standard Code for Information
Interchange).
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères des Parties II et III — Publiée le
samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres catégories
de textes réglementaires et de documents — Publiée le
2 janvier 2002 et au moins tous les deux mercredis par
la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Les Éditions
du gouvernement du Canada, Communication Canada, Ottawa,
Canada K1A 0S9.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet
au http://www.canada.gc.ca/gazette/main.html. La publication y
est accessible en format PDF (Portable Document Format) et en
média substitut produit en code ASCII (code standard américain
pour l’échange d’informations).
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Communication Canada, 350 Albert
Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S9, (613) 996-2495
(Telephone), (613) 991-3540 (Facsimile).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Communication Canada,
350, rue Albert, 5e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0S9, (613) 9962495 (téléphone), (613) 991-3540 (télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2002
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2002
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2002
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2002
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
No. 30 — July 27, 2002
No 30 — Le 27 juillet 2002
2255
Government House* ........................................................
(orders, decorations and medals)
2256
Résidence du Gouverneur général* .................................
(ordres, décorations et médailles)
2256
Government Notices* ......................................................
Notice of Vacancies......................................................
2257
2290
Avis du Gouvernement* ..................................................
Avis de postes vacants ..................................................
2257
2290
Parliament
House of Commons ......................................................
2297
Parlement
Chambre des communes ...............................................
2297
Commissions* .................................................................
(agencies, boards and commissions)
2298
Commissions* .................................................................
(organismes, conseils et commissions)
2298
Miscellaneous Notices* ...................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
2311
Avis divers* .....................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
2311
Proposed Regulations* ....................................................
(including amendments to existing regulations)
2319
Règlements projetés* .......................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
2319
Index ...............................................................................
2369
Index ...............................................................................
2371
Supplements
Office of the Superintendent of Financial Institutions
Suppléments
Bureau du surintendant des institutions financières
_______
_______
* Notices are listed alphabetically in the Index.
* Les avis sont énumérés alphabétiquement dans l’index.
2256
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
GOVERNMENT HOUSE
RÉSIDENCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL
MOST VENERABLE ORDER OF THE HOSPITAL OF
ST. JOHN OF JERUSALEM
ORDRE TRÈS VÉNÉRABLE DE L’HÔPITAL DE
SAINT-JEAN DE JÉRUSALEM
The Governor General, the Right Honourable, ADRIENNE
CLARKSON, on the recommendation of the Grand Prior, has appointed the following Canadians to the Most Venerable Order of
the Hospital of St. John of Jerusalem:
La Gouverneure générale, la très honorable ADRIENNE
CLARKSON, selon les recommandations du Grand Prieur, a nommé les Canadiens dont les noms suivent à l’Ordre très vénérable
de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem :
Knights and Dames of the Order of St. John
Chevaliers et Dames de l’Ordre de Saint-Jean
His Honour the Honourable/Son Honneur l’honorable Léonce
Bernard, Charlottetown, PE
Her Honour the Honourable/Son Honneur l’honorable Iona V.
Campagnolo, P.C., C.M., O.B.C., Victoria, BC
Officers of the Order of St. John
Officiers de l’Ordre de Saint-Jean
Christine Barry, Ottawa, ON (promotion)
J. Struart Clyne, Vancouver, BC (promotion)
Gerda Johanna Groothuizen, Yellowknife, NT (promotion)
Her Honour/Son Honneur Florence Bernard, Charlottetown, PE
As of the ninth day of April
of the year two thousand and two
En vigueur le neuvième jour d’avril de
l’an deux mille deux
LGEN (Ret’d) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
Deputy Secretary
Le sous-secrétaire
LGÉN (retraité) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
[30-1-o]
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2257
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part 7, Division 3, of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999, Permit No. 4543-2-06194 is approved.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-06194
est approuvé conformément aux dispositions de la partie 7, section 3, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999).
1. Permittee: Quin Sea Fisheries Ltd., Cupids, Newfoundland
and Labrador.
1. Titulaire : Quin Sea Fisheries Ltd., Cupids (Terre-Neuve-etLabrador).
2. Type of Permit: To load and dispose of fish waste and other organic matter resulting from industrial fish processing
operations.
2. Type de permis : Permis de charger ou d’immerger des déchets de poisson et d’autres matières organiques résultant d’opérations de traitement industriel du poisson.
3. Term of Permit: Permit is valid from August 26, 2002, to
August 25, 2003.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 26 août 2002 au
25 août 2003.
4. Loading Site(s): 47°32.90′ N, 53°14.10′ W, Cupids, Newfoundland and Labrador.
4. Lieu(x) de chargement : 47°32,90′ N., 53°14,10′ O., Cupids
(Terre-Neuve-et-Labrador).
5. Disposal Site(s): 47°34.23′ N, 53°13.60′ W, at an approximate
depth of 134 m.
5. Lieu(x) d’immersion : 47°34,23′ N., 53°13,60′ O., à une profondeur approximative de 134 m.
6. Route to Disposal Site: Most direct navigational route from
the loading site to the disposal site.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le lieu
de chargement et le lieu d’immersion.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all material to be disposed of during
loading and transit to the disposal site.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation applicables et pouvant contenir la totalité des matières à immerger
durant le chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion
approuvé.
8. Method of Disposal: The material to be disposed of shall be
discharged from the equipment or vessel while steaming within
300 m of the approved disposal site. Disposal will take place in a
manner which will promote the greatest degree of dispersion. All
vessels will operate at maximum safe speed while discharging
material.
8. Mode d’immersion : Les matières à immerger seront déchargées du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une
distance maximale de 300 m du lieu d’immersion approuvé.
L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande
dispersion possible des matières. Le navire se déplacera à la vitesse maximale jugée sans danger lors du déchargement.
9. Rate of Disposal: As required by normal operations.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Total Quantity to Be Disposed of: Not to exceed 1 500 tonnes.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 1 500 tonnes
métriques.
11. Waste and Other Matter to Be Disposed of: Fish waste and
other organic matter resulting from industrial fish processing
operations.
11. Déchets et autres matières à immerger : Déchets de poisson et
autres matières organiques résultant d’opérations de traitement
industriel du poisson.
12. Requirements and Restrictions:
12. Exigences et restrictions :
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Environmental Protection Branch, Department of
the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland and
Labrador A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), rick.wadman@
ec.gc.ca (Electronic mail), at least 48 hours prior to the start of the
first disposal operation to be conducted under this permit.
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Direction de la protection de l’environnement,
Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve-et-Labrador) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur),
rick.wadman@ec.gc.ca (courrier électronique), au moins 48 heures avant le début de la première opération d’immersion effectuée
en vertu du permis.
12.2. A written report shall be submitted to Mr. Rick Wadman,
identified in paragraph 12.1., within 30 days of either the completion of the work or the expiry of the permit, whichever comes
first. This report shall contain the following information: the
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit à M. Rick
Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1., dans
les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
2258
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
quantity and type of material disposed of pursuant to the permit
and the dates on which the loading and disposal activities
occurred.
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type de
matières immergées en conformité avec le permis et les dates de
chargement et d’immersion.
12.3. It is required that the Permittee admit any enforcement
officer designated pursuant to subsection 217(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999, to any place, ship, aircraft,
platform or anthropogenic structure directly related to the loading
or disposal at sea referred to under this permit, at any reasonable
time throughout the duration of this permit.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout agent de l’autorité désigné en vertu du paragraphe 217(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) de procéder à la visite de
toute plate-forme et de tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage
directement lié au chargement ou à l’immersion en mer visés aux
termes du permis, et ce, à toute heure convenable pendant la durée du permis.
12.4. The loading and transit of material to be disposed of at
the disposal site must be conducted in such a manner that no material enters the marine environment. Material spilled at any place
other than the permitted disposal site must be retrieved. All
wastes must be contained on shore while the barge is away from
the loading site.
12.4. Le chargement et le transport des matières à immerger au
lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne pénètre dans le mileu marin. Les matières déversées à
tout autre endroit que le lieu d’immersion autorisé doivent être
récupérées. Tout déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la
péniche n’est pas sur le lieu de chargement.
12.5. The material to be disposed of must be covered with netting or other material to prevent access by gulls.
12.5. Les matières à immerger doivent être couvertes au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y accéder.
12.6. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.6. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.7. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted
on the highest practical location.
12.7. L’équipement visé par le présent permis portera en tout
temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point pratique le plus élevé de sa structure.
12.8. The loading or disposal at sea conducted under this permit shall not be carried out without written authorization from the
Permittee.
12.8. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.9. Material loaded for the purpose of disposal at sea may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an enforcement officer designated under the
Canadian Environmental Protection Act, 1999.
12.9. Les matières chargées pour l’immersion en mer ne seront
pas gardées plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un agent de l’autorité désigné en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[30-1-o]
[30-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Federal Government Response to Comments Received on the
Notice of Intent to Recommend That Ozone and its Precursors Be
Added to the List of Toxic Substances Under the Canadian
Environmental Protection Act, 1999
Réponse du gouvernement fédéral aux commentaires sur l’avis
d’intention de recommander l’ajout de l’ozone et de ses
précurseurs à la Liste des substances toxiques aux termes de la
Loi sur la protection de l’environnement (1999)
Introduction
Introduction
On June 9, 2001, the ministers of the Environment and of
Health published their intent to recommend that ozone and its
precursors (nitrogen oxides (NOx) [nitric oxide (NO) and nitrogen
dioxide (NO2)] and volatile organic carbons (VOCs)) be added to
the List of Toxic Substances in Schedule 1 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999). The Notice of
Intent was published in the Canada Gazette, Part I, for a 60-day
Le 9 juin 2001, les ministres de l’Environnement et de la Santé
ont rendu publique leur intention de recommander l’ajout de
l’ozone et de ses précurseurs (les oxydes d’azote (NOx), [le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2)] et les composés organiques volatils (COV)), à la Liste des substances toxiques
de l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement, (1999) [LCPE 1999]. Cet avis d’intention a été
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2259
comment period. This report summarizes the comments received
and the federal response.
publié dans la Gazette du Canada, Partie I, pour une période de
commentaires de 60 jours. Le présent rapport est un résumé des
commentaires reçus et des réponses du gouvernement fédéral.
The Notice of Intent on ozone and its precursors builds on the
Science Assessment Document (SAD) for Ground-Level Ozone,
which was published in the Canada Gazette, Part I, on October 14, 2000. The SAD concludes that there is a significant association between ambient ozone and adverse health effects and that
significant adverse effects to human health and vegetation are
occurring at ozone levels currently experienced across Canada.
The SAD further specifies that ground-level ozone is formed in
the atmosphere through chemical reactions involving precursors,
namely nitrogen oxides and volatile organic compounds. Without
the listing of ozone and its precursors by name on Schedule 1, the
ministers would not have the legislative mechanism in place to
control ozone and its sources.
Cet avis d’intention sur l’ozone et ses précurseurs est fondé sur
le Rapport d’évaluation scientifique (RES) sur l’ozone troposphérique publié dans la Gazette du Canada, Partie I, le 14 octobre
2000. Ce RES arrive à la conclusion qu’il existe une étroite corrélation entre l’ozone de l’air ambiant et les effets négatifs sur la
santé et la végétation et que ces effets sont constatés à des
niveaux d’ozone que l’on rencontre couramment, partout au Canada. Le RES précise de plus que l’ozone de la basse troposphère
se forme dans l’atmosphère, par réactions chimiques impliquant
des précurseurs, notamment les oxydes d’azote et les composés
organiques volatils. À défaut d’inscrire l’ozone et les noms de ses
précurseurs à la liste de l’annexe 1, les ministres n’auront pas les
outils juridiques nécessaires pour contrôler l’ozone et ses sources.
Response to Comments
Réponses aux commentaires
A total of 14 submissions were received. Of the 14 submissions, one was from a province and 13 were from industry or
industry associations. Ten of these submissions supported or did
not specifically object to the recommendation for ozone itself. All
of the submissions received were against adding the precursors to
ozone to Schedule 1. Concerns with the process and uncertainties
in the science were the most frequent issues raised. These submissions are mentioned in the Order Adding Toxic Substances to
Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999
which appears in the proposed Regulations section on page 2320.
Nous avons reçu 14 soumissions au total. Sur ces 14 soumissions, l’une provenait d’une province et 13 provenaient de
l’industrie ou d’associations du secteur industriel. Dix de ces
soumissions soutenaient la recommandation pour l’ozone en soi
ou ne s’y opposaient pas spécifiquement. Toutes les soumissions
reçues étaient contre l’ajout des précurseurs de l’ozone à l’annexe 1. Des inquiétudes quant au processus utilisé et des incertitudes à propos de la science étaient les points soulevés le plus
souvent. Ces soumissions sont mentionnées dans le Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999) qui paraît dans la
section des règlements projetés à la page 2320.
A summary of the most frequently raised comments and the responses of the federal government are outlined in the table below.
Le présent tableau est un résumé des commentaires les plus
fréquemment formulés et des réponses du gouvernement fédéral à
ces commentaires.
2260
No.
1
1A
Canada Gazette Part I
COMMENT
July 27, 2002
RESPONSE
PROCESS
The ministers did not conduct a rigorous scientific
assessment under CEPA 1999 (e.g., a Priority
Substances List (PSL) assessment, screening of the
Domestic Substances List (DSL), or review of another
jurisdiction); therefore, the process isn’t legal under
CEPA 1999. Declaring ozone and its precursors toxic
based upon a creative legal interpretation sets a
dangerous precedent and undermines the scientific
basis of CEPA 1999.
Under subsection 90(1) of CEPA 1999, “the Governor in Council may, if satisfied that a substance
is toxic, on the recommendation of the ministers, make an order adding the substance to the List of
Toxic Substances in Schedule 1.” In developing this recommendation, the ministers may use a
number of approaches to be satisfied that a substance is “toxic or capable of becoming toxic”.
These include, in addition to the processes prescribed for substances on the DSL and PSL, the use
of other appropriate assessments to satisfy the Governor in Council that a substance is CEPA toxic.
The ministers’ recommendation is based on sound science conducted over the past decade. The
Ozone SAD went through a scientific peer-review and a consultation process with federal,
provincial and territorial representatives. Supporting studies from the United States, the United
Kingdom, and the World Health Organization have consistently demonstrated the impacts of ozone
on public health. The Ozone SAD is considered to be a scientifically sound assessment of the
effects of ozone on human health and the environment, and combined with the CEPA definitions of
“toxic” and of “substance” in section 64 and subsection 3(1) respectively, it provides the ministers
with an appropriate basis for proceeding with a recommendation under subsection 90(1).
In the case of precursors to ozone, the ministers are confident that a formal PSL science assessment
is not required and that the existing science supports the conclusion that the precursors participate
in chemical reactions in the environment that result in the formation of ozone, which is toxic. The
precursors to ozone satisfy the conditions of section 64 of CEPA, which defines a substance as
“toxic” if, among other possibilities, it may enter the environment under conditions that may
constitute a danger to human health.
In addition, there already exists a precedent for adding precursors to a toxic substance to Schedule 1 of CEPA 1999. Non-chlorinated dibenzodioxin and dibenzofuran, while not assessed for the
risks posed by their direct exposure, were added to Schedule 1 because they can lead to the
formation of polychlorinated dioxins and polychlorinated furans, which are toxic under CEPA
1999.
1B
If the legal argument is valid, then precursors of
precursors of precursors could be declared toxic.
Technically, this may be true for some substances if they are capable of “being transformed” or
“causing such transformation”. However, in practical terms, as noted in the SAD, NOx and VOCs
are considered to be the primary precursors of ozone, management of which will be the most
effective to reduce ground-level ozone concentrations.
1C
The Government should undertake a PSL or science
assessment. It would help to establish priorities and
issues of concern.
In making a recommendation under subsection 90(1) of CEPA 1999, the minister may use a
number of approaches to be satisfied that a substance is “toxic or capable of becoming toxic”. In
making this determination, appropriate scientific assessments other than those prescribed for the
PSL process may be used. Ministers are confident that the SAD supports the conclusion that ozone
is toxic and that the precursors to ozone satisfy the definition of toxic. A PSL assessment, which
does not assess options or set priorities for risk management, would add little to current knowledge
and would result in significant delays to the risk management process.
The federal government has already outlined some of its priorities to improve air quality in its
Interim Plan 2001 on Particulate Matter (PM) and Ozone. The Interim Plan sets out measures
where the federal government is best suited to act including a 10-year agenda for cleaner vehicles,
engines and fuels (aligned with those in the United States), an upgraded air monitoring network
across Canada and an expanded National Pollutant Release Inventory to ensure more reporting of
emissions. Currently, analytical approaches to multi-pollutant emission reduction strategies
(MERS) are being developed in consultation with provinces and stakeholders. MERS activities are
advancing for key industrial sectors. This analytical work will feed jurisdictional implementation
plans to be completed in the 2002-2003 timeframe.
1D
Research, investigation, and evaluation in section 68
was not followed.
The ministers’ recommendation is based on sound and appropriate science. Section 68 is not
mandatory but allows the ministers to conduct research.
1E
Ozone cannot be dealt with under Part 5 since it does
not meet the definition of section 64. Ozone is not
released into the environment, rather formed in the
atmosphere from precursors.
Environment Canada is satisfied that the terms “enter” or “may enter” are sufficiently broad
enough to capture ground-level ozone.
Ozone is not on the DSL. Toxicity under Part 5 is
intended for commercial, manufactured, or imported
substances.
Toxicity declarations under Part 5, which concerns the control of toxic substances, are not limited
to substances on the DSL.
1F
Ozone satisfies the conditions of section 3 of CEPA 1999, which defines a “substance” as “any
matter that is capable of being dispersed in the environment.” Furthermore, based on the evidence
in the SAD, ozone meets the criteria in section 64, which sets out that a substance is “toxic” if,
among other possibilities, it is “entering or may enter the environment in a quantity or
concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger to human life or
health”.
Le 27 juillet 2002
No
1
1A
COMMENTAIRES
PROCESSUS
Les ministres n’ont pas effectué une évaluation
scientifique rigoureuse aux termes de la LCPE 1999
(p. ex., une évaluation de la Liste des substances
d’intérêt prioritaire (LSIP), un tri des substances
inscrites à la Liste intérieure des substances (LIS) ou un
examen par un autre palier de gouvernement). Le
processus n’est donc pas conforme à la LCPE 1999. Le
fait de déclarer toxiques l’ozone et ses précurseurs en se
fondant sur une interprétation juridique constitue un
dangereux précédent et mine les fondements
scientifiques de la LCPE 1999.
Gazette du Canada Partie I
2261
RÉPONSES
Au titre du paragraphe 90(1) de la LCPE 1999, « le gouverneur en conseil peut publier, étant
satisfait que la substance est toxique et sur recommandation des ministres, un décret d’inscription
de la substance sur la liste de l’annexe 1. » Par cette recommandation, les ministres peuvent
recourir à différentes approches pour considérer qu’une substance est « toxique ou susceptible de le
devenir ». En plus du processus prescrit pour les substances figurant sur la LIS et la LSIP, ces
approches incluent l’utilisation d’autres types d’évaluation pour convaincre le gouverneur en
conseil qu’une substance est toxique, conformément à la LCPE.
Les recommandations du ministre sont fondées sur une approche scientifique rigoureuse appliquée
pendant la dernière décennie. Le RES sur l’ozone a été soumis à un processus d’évaluation par les
pairs dans le domaine scientifique et à un processus de consultation avec les représentants aux
niveaux fédéral, provincial et territorial. Des études à l’appui provenant des États-Unis, du
Royaume-Uni et de l’Organisation mondiale de la Santé ont invariablement démontré les impacts
de l’ozone sur la santé publique. Le RES sur l’ozone est considéré comme une évaluation
scientifiquement valable des effets de l’ozone sur la santé humaine et sur l’environnement, et
combiné aux définitions de « toxique » et de « substance » de la LCPE à l’article 64 et au
paragraphe 3(1) respectivement, il fournit aux ministres la base appropriée pour faire une
recommandation aux termes du paragraphe 90(1).
Dans le cas des précurseurs de l’ozone, les ministres considèrent qu’une évaluation scientifique de
la LSIP formelle n’est pas requise et que les données scientifiques existantes permettent de
conclure que les précurseurs participent à des réactions chimiques dans l’environnement résultant
en formation d’ozone, lequel est toxique. Les précurseurs de l’ozone répondent aux conditions
prescrites à l’article 64, qui définit une substance comme « toxique » si, parmi d’autres possibilités,
elle peut pénétrer dans l’environnement dans des conditions pouvant constituer un danger pour la
santé.
1B
Si l’argument juridique est valide, les précurseurs des
précurseurs des précurseurs pourraient être déclarés
toxiques.
1C
Le Gouvernement devrait dresser une LSIP ou effectuer
une évaluation scientifique. Il serait ainsi plus facile
d’établir les priorités et de répondre aux inquiétudes
formulées.
Par ailleurs, il existe déjà un précédent pour l’ajout de précurseurs d’une substance toxique à
l’annexe 1 de la LCPE 1999. La dibenzo-para-dioxine et le dibenzofuranne non-chlorés, bien que
non évalués pour les risques qu’ils posent lors d’une exposition directe, ont été ajoutés à l’annexe 1
parce qu’ils peuvent entraîner la formation de dioxines et de furannes polychlorés, lesquels sont
toxiques aux termes de la LCPE 1999.
Sur le plan technique, cela peut être vrai pour certaines substances si elles sont susceptibles de « se
transformer » ou de « provoquer une telle transformation ». Sur le plan technique, toutefois,
comme nous l’avons signalé dans le RES, les NOx et les COV sont considérés comme des
précurseurs primaires de l’ozone et la gestion de ces précurseurs sera plus efficace pour réduire la
concentration au niveau du sol.
Lors de la recommandation en vertu du paragraphe 90(1) de la LCPE 1999, le ministre peut se
servir de plusieurs approches pour être convaincu qu’une substance est « toxique ou susceptible de
le devenir ». Lors de cette détermination, des études scientifiques appropriées, autres que celles
prescrites par la LSIP, peuvent être utilisées. Les ministres sont confiants que le RES soutient la
conclusion selon laquelle l’ozone est toxique et ils croient que les précurseurs de l’ozone
correspondent à la définition que l’on donne à « toxique », aux termes de la LCPE. Une évaluation
de la LSIP qui n’examinerait pas les options ni n’établirait les priorités en matière de gestion de
risques n’apporterait pas grand-chose de nouveau aux connaissances actuelles et occasionnerait des
délais importants à l’étape de la gestion de risques.
Le gouvernement fédéral a déjà exposé les grandes lignes d’un certain nombre de ses priorités pour
améliorer la qualité de l’air dans son Plan intérimaire de 2001 concernant les matières particulaires
(MP) et l’ozone.
1D
1E
1F
L’article 68 portant sur la recherche, les études et les
évaluations n’a pas été observé.
On ne peut prendre des mesures pour lutter contre
l’ozone aux termes de la partie 5, puisque cette substance
ne correspond pas à la définition de l’article 64. L’ozone
n’est pas rejeté dans l’environnement; il se forme dans
l’atmosphère à partir de précurseurs.
L’ozone ne figure pas sur la LIS. La toxicité aux termes
de la partie 5 de la LCPE concerne des substances
commerciales, manufacturées ou importées.
Le Plan intérimaire établit les mesures où le gouvernement fédéral est le mieux placé pour agir,
un programme échelonné sur 10 ans pour des véhicules, des moteurs et des carburants moins
polluants (en parallèle avec les programmes mis en œuvre aux États-Unis), un réseau amélioré de
contrôle de pollution atmosphérique, partout au Canada, et un inventaire national des rejets de
polluants (INRP) élargi afin d’assurer un meilleur compte rendu des émissions. Actuellement, des
approches analytiques concernant les stratégies de réduction d’émission de plusieurs polluants
(SREPM) sont développées en consultation avec les provinces et les parties intéressées. Les
activités SREPM progressent dans les secteurs industriels clés. Ce travail analytique fournira de
l’information aux plans de mise en œuvre des juridictions devant être complétés dans le bloc de
temps 2002-2003.
La recommandation des ministres est fondée sur des études scientifiques rigoureuses et opportunes.
L’article 68 n’oblige pas à faire de la recherche; il permet aux ministres d’en effectuer.
Environnement Canada est convaincu que les termes « pénétrer » et « peut pénétrer » sont
suffisamment larges pour englober l’ozone troposphérique.
L’ozone répond aux conditions de l’article 3 de la LCPE 1999 qui définit une « substance » comme
« les matières susceptibles… de se disperser dans l’environnement ». De plus, si l’on se fonde sur
la preuve établie dans le RES, l’ozone répond aux critères de l’article 64 suivant lequel une
substance est « toxique » si, entre autres possibilités, elle « pénètre ou peut pénétrer dans
l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à constituer un
danger au Canada pour la vie ou la santé humaines ».
Les déclarations de toxicité aux termes de la partie 5 ont trait au contrôle des substances toxiques et
ne sont pas limitées aux substances figurant sur la LIS.
2262
1G
1H
2
2A
Canada Gazette Part I
The Canada-wide Standard calls for a review of new
information by the end of 2005. It is premature to add
VOCs as a group to Schedule 1 prior to the completion
of this review.
What is the process to de-list VOCs from Schedule 1?
OVERLAP AND DUPLICATION
The Notice causes an unnecessary regulatory burden. It
causes overlap and duplication with existing programs
and undermines the CWS process.
2B
The development of an instrument within two years is
not consistent with CWS timelines.
2C
Creates confusion by adding VOCs that were previously
found to be not-toxic under CEPA 1999 (e.g., toluene,
xylenes).
3
3A
NECESSITY
Provinces, under existing management regimes, can
adequately address ozone.
3B
The Government should deal with ozone under CEPA
1999, Part 3 (environmental quality objectives).
3C
Rather than declaring ozone and its precursors toxic,
the government should pursue voluntary reductions
(e.g., from mobile and point sources and consumer
products in geographical areas where they will be most
effective).
The majority of Canada is NOx-limited thus reducing
VOCs in NOx-limited areas may have little impact on
ozone.
3D
3E
Large amounts of biogenic (natural) VOCs in Canada
mean reductions in anthropogenic (human-made)
emissions are of questionable effectiveness.
4
4A
CONSULTATIONS
There was no advance opportunity to comment as in the
PSL process. The surprise of this action is inconsistent
with the ministers “partnership” approach and the
concept of inclusiveness in the Framework for Science
and Technology Advice.
July 27, 2002
The review of the Canada-wide Standard is intended to determine whether the CWS target should
be revised for the year 2015. While it may also provide some new information to assist in the
design of risk management measures for NOx and VOCs, it is not expected to alter the longstanding fact that VOCs and NOx are the two primary substances contributing to ozone formation.
The process to amend the listing of VOCs on Schedule 1 is the same process used to list a
substance on Schedule 1.
Adding ozone and its precursors to Schedule 1 does not, in itself, control the substances in any
way; therefore, it does not cause overlap and duplication with existing programs. It establishes the
additional legal authority for the federal government to take the actions under CEPA 1999 that it
has already committed to work towards under these programs.
The federal government is committed to the CWS for PM and Ozone and has published its
proposed actions to help achieve these standards in the Interim Plan 2001 on PM and Ozone.
Together with the provinces and territories, the federal government will continue the current
process of mapping out emission reduction strategies for key industrial sectors. Action is expected
to be taken by the jurisdiction best situated. While the federal government may be best situated to
act in some cases, many of the actions required are expected to be implemented by provinces and
territories.
The CEPA requirement to develop an instrument within two years (section 91) does not apply to
ozone and its precursors since they were not subject to CEPA paragraph 77(6)(b). Nonetheless,
early actions will be needed if governments are to collectively achieve the CWS target by 2010.
The previous science assessments for toluene and xylene assessed their direct toxicity to human
health and did not assess the contribution of these substances to the formation of PM and ozone.
The federal government doesn’t believe that this will cause confusion; however, it will manage
communications as necessary.
Although provinces and territories have effective initiatives in place, experience has shown that
even the combined efforts of all levels of government and industry have not been adequate to
manage smog. In fact, several comments that were received recognized the need for further actions
to improve air quality and supported the federal government’s Clean Air Agenda. Canada needs a
concerted, cooperative effort by all jurisdictions to achieve the PM and Ozone CWS. The federal,
provincial, and territorial governments have committed to further actions under the CWS and it is
now incumbent upon all jurisdictions to deliver on these commitments. The federal government has
committed to do its part to help achieve the CWS and has outlined its initial actions in its Interim
Plan 2001 on PM and Ozone. It is imperative that the federal government has access to the full
range of “CEPA tools” to be able to deliver these commitments.
Part 3 of CEPA 1999 is available if needed, but may not be sufficient. The federal government
needs access to all “CEPA tools”, such as pollution prevention plans and regulations, which are
only available if a substance is listed on Schedule 1.
The Government recognizes and commends the significant achievements that industry has made
towards reducing emissions of PM10, ozone, and their precursors and will continue to work with
industry to achieve additional reductions, where necessary; however, more needs to be done to
protect the health of Canadians.
NOx emitted during daylight hours in the summer is the primary cause of elevated ambient ozone
levels, not just in urban areas, but on large regional scales. Acceptance of this conclusion by many
jurisdictions in the world has resulted in the establishment of aggressive NOx reduction programs
to address ozone. Reducing VOCs in urban areas has the potential to reduce ozone in local urban
situations which are VOC limited. Generalizations cannot be made between airsheds regarding
efficacy of NOx or VOC control.
Although total biogenic emissions are greater on a national or regional scale, local urban
anthropogenic VOC emissions are far greater than biogenic emissions. Local anthropogenic VOC
emissions show up as “hot-spots” that are up to 10 times higher than the regional biogenic levels
and can contribute significantly to local urban ozone concentrations.
The federal government is committed to meaningful involvement of stakeholders and has carefully
considered comments received throughout the process. The ministers’ conclusions are based on the
SAD, which involved full consultations. The ministers published the Notice of Intent and this
response to comments to initiate the consultation process and provide an additional opportunity for
comment before following the formal consultation process under CEPA 1999. Additional
opportunities for stakeholder involvement will be available when planning risk management
options.
It should also be noted that there have been opportunities for consultation for more than a decade
on various scientific assessments and risk management efforts on ozone, all of which recognized or
focused on the two primary precursors to ozone — NOx and VOCs. Examples include the SAD for
Ground-Level Ozone, the Canadian 1996 NOx/VOC Science Assessment, international protocols
under the United Nations Economic Commission for Europe (UN ECE) to reduce NOx and VOCs,
the Ozone Annex to the Canada-U.S. Air Quality Agreement, and the Ozone CWS.
Le 27 juillet 2002
1G
Les standards pancanadiens (SP) feront l’objet d’une
révision d’ici la fin de 2005. Il est prématuré d’ajouter
les COV en tant que groupe à l’Annexe 1, avant d’avoir
terminé cet examen.
1H
Par quel processus pouvons-nous retirer les COV de
l’annexe 1?
CHEVAUCHEMENTS ET DUPLICATIONS
Cet avis est un fardeau réglementaire inutile. Il
occasionnera des chevauchements et des duplications
avec les programmes existants et minera les efforts
d’harmonisation fournis dans le cadre de l’application
des SP.
2
2A
2B
2C
3
3A
3B
3C
3D
3E
4
4A
Gazette du Canada Partie I
2263
L’examen des SP vise à déterminer s’il y a lieu de réviser ces standards d’ici 2015. Cet examen
nous permettra peut-être d’obtenir de nouvelles informations qui nous aideront à déterminer des
mesures à prendre à l’étape de la gestion de risques pour le NOx et les COV, mais nous croyons
que cela ne modifiera en rien le fait depuis longtemps établi que les NOx et les COV sont les
principales substances à l’origine de la formation de l’ozone.
Le processus d’amendement de la liste des COV de l’annexe 1 est identique au processus utilisé
pour ajouter une substance à la liste de l’annexe 1.
Le fait d’ajouter l’ozone et ses précurseurs à l’annexe 1 ne permet pas, en soi, d’avoir le contrôle
sur les substances; il n’y a donc pas de chevauchements ni de duplications possibles avec les
programmes existants. Cette proposition met en place les bases juridiques additionnelles qui
permettront au gouvernement fédéral d’agir en vertu des termes de la LCPE 1999 auxquels il s’est
déjà engagé en vertu de ces programmes.
Le gouvernement fédéral s’engage à respecter les SP relatifs aux PM et à l’ozone et il a publié les
mesures qu’il entend prendre à cet égard dans le Plan intérimaire de 2001concernant les matières
particulaires et l’ozone. En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement
fédéral poursuivra ses efforts stratégiques visant à réduire les émissions produites dans les secteurs
industriels clés. On verra à ce que les gouvernements les mieux placés prennent les mesures
nécessaires pour atteindre cet objectif. Le gouvernement fédéral peut être en meilleure position
pour agir dans certains cas, mais les provinces et les territoires seront tenus d’agir dans plusieurs
autres cas.
L’élaboration d’un instrument en deux ans n’est pas
L’exigence aux termes de la LCPE d’élaborer un instrument en deux ans (article 91) ne s’applique
conforme aux délais prescrits dans les SP.
pas à l’ozone et à ses précurseurs, puisqu’ils ne sont pas assujettis à l’alinéa 77(6)b). Néanmoins,
des mesures hâtives devront être prises si les gouvernements atteignent collectivement les objectifs
visés dans les SP d’ici l’an 2010.
Le fait d’ajouter des COV (p. ex., le toluène, les xylènes) Les dangers que présentent le toluène et le xylène pour la santé humaine avaient été évalués
à la liste, alors qu’auparavant ils n’étaient pas considérés scientifiquement, mais pas leur contribution à la formation des PM et de l’ozone. Le gouvernement
toxiques aux termes de la LCPE 1999, sème la confusion. fédéral ne croit pas que cela sèmera la confusion; il s’assurera toutefois que tous les
renseignements soient bien transmis.
OBLIGATION
Les provinces ont les outils nécessaires pour assurer une Les provinces et les territoires ont effectivement lancé des initiatives et mis des structures en place
bonne gestion des problèmes reliés à l’ozone.
en ce sens, mais l’expérience révèle qu’en dépit des efforts réunis à tous les paliers
gouvernementaux et industriels, nous n’avons pas réussi à assurer une gestion adéquate du smog.
En fait, de nombreux commentaires qui ont été reçus, reconnaissaient que des mesures
supplémentaires devaient être prises pour améliorer la qualité de l’air et appuyaient le programme
d’assainissement de l’air, du gouvernement fédéral. Le Canada a besoin des efforts concertés et
coopératifs de tous les niveaux de compétence pour faire respecter les SP relatifs aux
particules (PM) et à l’ozone. Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux se sont
engagés à prendre des mesures supplémentaires pour le respect des SP et ils sont tenus de respecter
ces engagements. Le gouvernement fédéral s’est engagé à faire sa part pour assurer le respect des
SP et il a commencé à prendre des mesures en ce sens dans le cadre du Plan intérimaire de 2001
concernant les matières particulaires et l’ozone. Il est crucial que le gouvernement fédéral ait accès
à tous les « outils de la LCPE » pour pouvoir réaliser ces engagements.
Le Gouvernement devrait traiter le problème de l’ozone
La partie 3 de la LCPE 1999 peut servir, mais elle ne suffit pas. Le gouvernement fédéral doit avoir
conformément à la partie 3 de la LCPE 1999 (objectifs
accès à tous les « outils de la LCPE » tels les plans de prévention de la pollution et les règlements,
de qualité environnementale).
disponibles seulement lorsqu’une substance est inscrite à l’annexe 1.
Plutôt que de déclarer l’ozone et ses précurseurs
Le Gouvernement reconnaît que les industries font des efforts pour réduire les émissions de PM10,
toxiques, le Gouvernement devrait miser sur les
d’ozone et de leurs précurseurs et il les en félicite, et il continuera à travailler avec les industries
réductions volontaires (p. ex., les sources mobiles et
pour réussir à les réduire davantage où cela s’avère nécessaire; toutefois, il faut faire davantage
localisées, les produits de consommation dans les
pour protéger la santé des Canadiens.
secteurs géographiques ou le besoin se fait le plus sentir).
Les NOx émis durant le jour, en été, sont la principale cause des niveaux élevés d’ozone dans l’air
L’usage des NOx est restreint dans presque toutes les
régions du Canada; or, si l’on réduit les COV là où
ambiant, non seulement dans les régions urbaines, mais à l’échelle régionale. La reconnaissance de
l’usage des NOx est restreint, les répercussions sur
ce précepte par de nombreux organismes compétents en la matière dans le monde a donné lieu à
l’établissement de programmes stricts de réduction des NOx pour lutter contre le problème de
l’ozone seront peut-être minimes.
l’ozone. La réduction des COV dans les zones urbaines peut avoir pour effet de réduire l’ozone
dans les zones urbaines qui ont imposé des restrictions dans l’utilisation des COV. On ne peut faire
de généralisations en ce qui concerne l’efficacité du contrôle des NOx ou des COV dans les
différentes zones atmosphériques.
On retrouve de grandes quantités de COV biogénétiques Bien que la totalité des émissions biogénétiques soit plus importante à l’échelle nationale ou
régionale, les émissions de COV anthropiques des zones urbaines sont beaucoup plus importantes
(naturels) au Canada, ce qui signifie que les réductions
d’émissions anthropiques (causées par l’homme) peuvent que les émissions biogénétiques. Les émissions locales de COV anthropiques se manifestent
comme des « points chauds », atteignant des niveaux dix fois plus élevés que les niveaux
être remises en question.
biogénétiques à l’échelle régionale et peuvent contribuer de façon significative à des concentrations
d’ozone dans les zones urbaines.
CONSULTATIONS
Le gouvernement fédéral souhaite la participation active des intervenants et il a tenu compte de
Nous n’avons pas eu la possibilité de faire part de nos
tous les commentaires reçus depuis le début du processus. Les conclusions des ministres sont
commentaires comme ce fut le cas pour la LSIP. La
surprise de cette action est incompatible avec l’approche fondées sur le RES, qui prévoit des procédures de consultation approfondies. Les ministres ont
publié le présent avis d’intention ainsi que cette réponse aux commentaires afin d’engager le
en « partenariat » préconisée par les ministres et le
processus de consultation et de donner une occasion additionnelle de faire valoir ses idées avant
concept de globalité véhiculé dans le Cadre applicable
que ne soit engagé le processus de consultation officiel aux termes de la LCPE 1999. D’autres
aux avis en matière de sciences et de technologies.
occasions de s’impliquer se présenteront pour les parties intéressées lors de la planification des
options relatives à la gestion de risques.
Notons également qu’il y a eu de nombreuses consultations depuis plus d’une décennie sur les
diverses évaluations scientifiques et les efforts de gestion de risques et qu’à l’issue de ces
consultations, on a reconnu ou mis l’accent sur les deux principaux précurseurs de l’ozone — les
NOx et les COV. Citons notamment le RES sur l’ozone troposphérique, l’évaluation scientifique
des NOx/COV au Canada, réalisée en 1996, les protocoles internationaux de la Commission
économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) en vue de réduire les NOx et les COV,
l’Annexe sur l’ozone dans le cadre de l’Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l’air et les SP
relatifs à l’ozone.
2264
4B
Canada Gazette Part I
The Regulatory Policy and the Cabinet Directive on
Law Making commits to “full advantage of opportunities
for coordination with other governments and agencies.”
Advice and comments from the CEPA National
Advisory Committee (NAC) were ignored.
July 27, 2002
Environment Canada consulted with the NAC about the federal government’s intention to add
ozone and its precursors to the List of Toxic Substances. Despite the concerns of several provinces,
in view of the serious adverse effects that ozone at current levels is having on human health and the
environment and the need to have the full range of “CEPA tools” available to take action where
necessary to resolve the ozone problem, the ministers decided to proceed with the publication of
the Notice of Intent.
The ministers are fully committed to continued cooperation and collaboration with provincial and
territorial governments on smog through efforts to implement the CWS for PM and ozone. While
the federal government may be best situated to act in some cases, many of the actions required are
expected to be implemented by provinces and territories.
5
5A
6
6A
COMMUNICATIONS
There is a stigma around the “toxic” label as seen by the
public. There is also potential for public confusion with
stratospheric ozone.
The public is well aware of the health effects of smog and the need to improve Canada’s air
quality. Although a certain amount of public confusion between tropospheric and stratospheric
ozone has existed for more than a decade, careful communications with the public will continue to
be a component in the path forward.
ECONOMICS
A blanket toxic declaration puts an unfair burden on
small sources (e.g., the use of VOCs has already been
significantly decreased in the paints and coatings and
chemical industries ) and may affect the viability of
some industries. It will be difficult for industry to focus
on VOCs of most concern if all are deemed toxic.
The addition of ozone and its precursors to Schedule 1 does not, in itself, control the substances in
any way. Therefore, there are no costs or benefits associated with adding ozone and its precursors
to Schedule 1, as this initiative is solely based on science.
6B
The Expert Panel noted that costs associated with
reducing emissions may be underestimated and human
health benefits overestimated. The Panel also concluded
that more and better cost-benefit analyses are required
before standards are set and policy is made.
The analysis clearly demonstrates benefits for Canadians. The numbers generated were based on
the best information available at the time that the analyses were performed. Work is already
underway to address issues raised in the Expert Panel report. In addition, both Government and
industry are working to improve the methodologies and tools for future economic analyses,
including improved benefit and cost quantification.
6C
Detailed regional modelling is needed but is not
available for most of Canada.
Regional modelling is a relevant tool for assessing the human health and economic effects of any
emission changes at the regional, national and international level. Also, in developing
implementation plans for the achievement of the CWS, local jurisdictions may have to consider
modelling. Depending on the subject at hand, modelling will be pursued as a collaborative effort
between the federal, provincial and territorial governments. A number of modelling efforts have
been conducted or are underway in such areas as the Lower Fraser Valley (British Columbia),
Alberta and Ontario.
6D
The declaration of toxicity may cause potential trade
impacts. The competitiveness of Canadian industry could
be jeopardized.
The addition of precursors to ozone to Schedule 1 does not, in itself, control the substances in any
way. Therefore, there are no trade impacts in adding the precursors to Schedule 1. Impacts of any
control measure will be analyzed and considered during the risk management phase.
6E
The declaration of toxicity could have implications on
emissions trading for NOx (and potentially VOCs).
Adding ozone and its precursors to Schedule 1 of CEPA 1999 does not preclude the use of
emissions trading, if it is deemed an appropriate tool during the risk management phase.
7
7A
8
Preliminary economic analyses to support risk management actions for reductions in precursor
emissions were conducted jointly with the provinces and territories when developing the ozone
CWS. Additional economic analyses will be conducted as required when developing appropriate
strategies and control instruments. If the federal government proposes regulations or other
instruments for these substances, it will undertake an assessment of the impacts associated with the
proposed instruments. CEPA 1999 provides for an open and transparent process when developing
regulations or instruments.
UNINTENDED CONSEQUENCES
Controlling NOx in VOC-limited areas may increase
ozone formation downwind.
The phenomenon of NOx titration implies the potential for small or even moderate decreases in NO
to be insufficient or result in temporary localized increases in ozone concentrations. In regions of
very high local NO emissions (such as urban weekday NO emissions), NO scavenging (reaction 5)
will dominate over ozone forming reactions (reactions 1 & 2)*. Many urban regions may exhibit an
ozone “donut” effect, in which the highest NO emitting regions have lower ozone than the
surrounding areas. Weekend NO emissions in some urban regions are lower, and the resulting
increase in ground-level ozone concentrations has been observed. These counter-productive results
only occur for low to moderate NOx reductions, and it is recognized that even greater reductions in
NO emissions will result in regional ozone decreases. *Refer to Table 2.1 and Figure 2.1 of
“Precursor Contributions to Ambient Fine Particulate Matter in Canada” May 2001.
RISK MANAGEMENT
8A
A sense of source attribution is required to identify the
proportional share of the cost burden for each sector.
Source attribution and cost impacts are relevant to the risk management stage. A number of
provincial initiatives are already in place to determine the source attributions and cost impacts in
some provinces. Federal program initiatives will mostly focus on providing these figures on a
national scale.
8B
At present, there is no one control technology that can
adequately address all precursors.
It is not expected that one control measure or technology will meet all aspects of managing ozone
and precursors. A balance of control measures and technologies will be required.
Le 27 juillet 2002
4B
La politique de réglementation et la directive du Cabinet
sur l’activité législative s’engage à favoriser la
coordination des travaux avec les autres agences et
gouvernements. Malgré cela, on a ignoré les avis et
commentaires du Comité consultatif national (CCN) de
la LCPE.
Gazette du Canada Partie I
2265
Environnement Canada a consulté le CCN concernant l’intention du gouvernement fédéral
d’ajouter l’ozone et ses précurseurs à la Liste des substances toxiques. Bien que plusieurs
provinces aient manifesté leurs inquiétudes face aux effets nocifs graves des niveaux actuels de
l’ozone sur la santé humaine et sur l’environnement et qu’il faille recourir à tous les
« outils de la LCPE » pour prendre les mesures nécessaires pour résoudre le problème de l’ozone,
les ministres ont tout de même décidé de publier cet avis d’intention.
Les ministres s’engagent à continuer à travailler en collaboration avec les gouvernements
provinciaux et territoriaux sur le smog et à appliquer les SP relatifs aux PM et à l’ozone. Le
gouvernement fédéral peut être en meilleure position pour agir dans certains cas, mais les
provinces et les territoires seront tenus d’agir dans d’autres cas.
5
5A
COMMUNICATIONS
Le terme « toxique » a une connotation péjorative pour le Le public est bien conscient des effets négatifs du smog sur la santé et de la nécessité d’améliorer
grand public. Celui-ci risque également de confondre
la qualité de l’air au Canada. Il est vrai que depuis plus d’une décennie, certains confondent
l’ozone troposphérique et l’ozone stratosphérique, mais nous ferons des efforts pour bien
l’ozone troposphérique avec l’ozone stratosphérique.
renseigner le public à cet égard.
6
6A
ÉCONOMIE
Une déclaration générale de toxicité met un fardeau
inéquitable sur les petites sources (p. ex., l’utilisation
des COV a déjà diminué de façon significative dans les
peintures, les revêtements et l’industrie chimique) et
peut avoir des conséquences sur la viabilité de certaines
industries. Il sera difficile pour l’industrie de se
concentrer sur les COV les plus dangereux s’ils sont
tous jugés toxiques.
6B
6C
Le Comité d’experts a signalé que les coûts associés à la
réduction des émissions sont peut-être sous-estimés et
que les bénéfices sur le plan de la santé humaine sont
surestimés. Il en conclut que des analyses
supplémentaires sur les coûts-avantages sont requises
avant l’établissement de nouveaux standards et
l’élaboration de nouvelles politiques.
Une modélisation à l’échelle régionale est requise, mais
non disponible dans la plupart des régions du Canada.
6D
La déclaration de toxicité peut avoir des répercussions
sur le commerce et peut nuire à la compétitivité de
l’industrie canadienne.
6E
La déclaration de toxicité pourrait avoir des
répercussions sur l’échange des droits d’émission
pour les NOx (et éventuellement pour les COV).
EFFETS IMPRÉVUS
Le contrôle des NOx dans les secteurs où des restrictions
à l’utilisation des COV sont imposées peut accroître la
formation d’ozone en aval.
7
7A
8
8A
GESTION DE RISQUES
Il faut être en mesure de déterminer la source des
émissions pour faire un partage proportionnel des coûts
dans chaque secteur.
8B
Présentement, aucun moyen technologique ne permet de
lutter adéquatement contre tous les précurseurs.
L’ajout de l’ozone et ses précurseurs à l’annexe 1 ne permet pas, en soi, d’avoir le contrôle sur ces
substances. Il n’y a donc pas de coûts ni d’avantages associés à l’ajout de ces substances à
l’annexe 1, puisque cette initiative se fonde uniquement sur la science.
Des analyses économiques préliminaires à l’appui des initiatives de gestion de risques dans la
réduction des émissions ont été effectuées conjointement avec les provinces et territoires, lors de
l’élaboration des SP relatifs aux PM. D’autres analyses seront effectuées, si nécessaire, lorsque
nous élaborerons les stratégies et les instruments de contrôle appropriés. Si le gouvernement
fédéral propose des règlements ou d’autres instruments de contrôle pour ces substances, les
conséquences associées à cette initiative seront évaluées. La LCPE 1999 prévoit un processus
ouvert et transparent pour l’élaboration de règlements ou d’instruments de contrôle.
L’analyse démontre clairement qu’il y a des avantages pour les Canadiens. Les résultats obtenus
sont fondés sur les meilleures informations disponibles au moment où ces analyses ont été
effectuées. On a déjà commencé à traiter les problèmes soulevés par le Comité d’experts. De plus,
tant le Gouvernement que le secteur industriel font des efforts pour améliorer les méthodes et les
outils d’analyses économiques à venir, y compris l’évaluation quantitative des coûts-avantages.
La modélisation régionale est un outil d’évaluation très pertinent de la santé humaine et des
conséquences sur l’économie de tout changement dans les émissions de polluants à l’échelle
régionale, nationale et internationale. De plus, les gouvernements locaux devront peut-être tenir
compte des études de modélisation lors de l’élaboration de plans de mise en application des SP.
Selon les problèmes abordés, les études de modélisation devront être effectuées avec la
collaboration des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Certaines études de
modélisation ont été réalisées ou sont en cours de réalisation dans les régions telles que la vallée du
bas Fraser (Colombie-Britannique), l’Alberta et l’Ontario.
L’ajout des précurseurs de l’ozone à l’annexe 1 ne permet pas, en soi, d’avoir le contrôle sur ces
substances. Ainsi l’ajout de précurseurs à l’annexe 1 ne peut entraîner aucune répercussion sur le
commerce. Les répercussions des mesures de contrôle seront analysées et prises en considération à
l’étape de la gestion de risques.
Le fait d’ajouter l’ozone et ses précurseurs à l’annexe 1 de la LCPE 1999 n’exclut pas l’échange
des droits d’émission si l’on juge qu’il s’agit là d’un outil adéquat à l’étape de la gestion de
risques.
Le phénomène de titration des NOx implique la possibilité d’une faible réduction, voire, d’une
réduction modérée de NO, laquelle est insuffisante ou peut se traduire par un accroissement
temporaire et local des concentrations d’ozone. Dans les régions où les émissions de NO sont très
élevées (p. ex. les jours de la semaine, dans les régions urbaines), leur destruction (réaction 5)
dominera les réactions de formation d’ozone (réactions 1 et 2)*. Un grand nombre de régions
urbaines peuvent présenter les caractéristiques de l’ozone à effet de « beigne », c.-à-d. que les
régions émettrices des plus hauts taux de NO présentent les plus faibles niveaux d’ozone. Les
émissions de NO durant les fins de semaine dans certaines régions urbaines sont plus faibles et on
a observé qu’elles se traduisaient par un accroissement de l’ozone troposphérique. Ces résultats
contraires aux attentes ne se produisent que lorsque les réductions de NOx et de NO sont faibles ou
modérées et on sait que même les plus importantes réductions d’émissions de NO ne donneront
lieu qu’à une diminution de l’ozone à l’échelle régionale. * Voir le Tableau 2.1 et le Schéma 2.1
du rapport intitulé « Contributions des précurseurs aux matières particulaires dans l’air ambiant au
Canada » publié en 2001.
La détermination de la source des émissions et des effets de coût est effectuée à l’étape de la
gestion de risques. Certaines initiatives provinciales sont déjà en place pour déterminer la source
des émissions et les effets de coût dans certaines provinces. Les initiatives lancées dans le cadre du
programme fédéral seront pour la plupart axées sur la production de ces données à l’échelle
nationale.
Nous ne nous attendons pas à ce qu’une mesure de contrôle ou un moyen technologique en
particulier nous permette d’assurer une gestion complète de l’ozone et de ses précurseurs. Il nous
faudra recourir à un ensemble de mesures de contrôle et de moyens technologiques équilibrés.
2266
Canada Gazette Part I
8C
Will the needed atmospheric science be prepared and
where in the process will this be done?
8D
Transboundary pollution needs to be addressed.
9
9A
SCIENTIFIC FOUNDATION
The toxicity of ozone is not clearly demonstrated in the
SAD. Causality has not been established.
9B
The SAD did not conclude that ozone and the listed
precursors are toxic.
9C
The declaration of toxicity should not be based on the
SAD as it was not a consensus document.
9D
The degree to which ozone is responsible for effects
caused by exposure to mixtures of compounds is not
clear.
9E
Recent publications indicate ambiguous findings on the
association between ozone and daily mortality.
9F
Non-linear chemistry needs to be explicitly considered—
reduction of NOx does not guarantee reduction of ozone.
9G
The extent of ozone formation is complex and varies
under different conditions and in different parts of the
country. The Government should evaluate and prioritize
the degree to which different VOCs and NOx contribute
to the formation of smog and PM under differing
conditions before adding them to Schedule 1. The
proposal should identify relative contributions of
mobile and large industrial point sources, whether
anthropogenic or biogenic.
July 27, 2002
Analysis of regional ozone problems is currently underway with key jurisdictions. It is anticipated
that this work will continue throughout the implementation of the CWS for PM and Ozone. Current
regional analysis will assist in the design of jurisdictional implementation plans, including
emission reduction measures for key industrial sectors. As part of the Review of the CWSs for PM
and Ozone by end of year 2005, a Report to ministers will be prepared in 2003 on the findings of
PM and Ozone environmental, atmospheric and health science, including a recommendation on a
PM 10-2.5 CWS.
The federal government is committed to addressing transboundary pollution through the CWSs and
the Ozone Annex to the Canada-U.S. Air Quality Agreement.
The toxicity of ozone and causality are clearly established in the SAD. The population-based
epidemiological studies provide consistent and coherent evidence of a population-level exposureresponse relationship. Non-accidental mortality, hospital admissions, emergency department visits
and other adverse effects increase monotonically as ozone concentration increases. These
epidemiological relationships are given significant support from work with human volunteers and
animals. Controlled human exposure studies have identified a dose-response relationship for lung
function changes, symptoms and airway inflammation under a variety of conditions. Field (camp
and panel) studies with children and controlled human exposure studies have identified several
sensitive sub-groups, such as asthmatics. Animal studies provide evidence of mechanisms for acute
and chronic effects of ozone, including mortality. While it is possible to establish causality with
epidemiological evidence alone, it is quite clear that the causality of ozone-induced health effects is
not based solely or even primarily on epidemiological relationships.
The SAD did draw this conclusion for ozone. In its conclusions the SAD states that “Combining
the information, there is convincing evidence of a significant association between ambient ozone
and adverse health effects.” Based on the evidence presented in the SAD, which is supported by the
previous NOx/VOC Health Objective Working Group report, it is quite clear that ozone is toxic.
The SAD further specifies that ground-level ozone is formed in the atmosphere through chemical
reactions involving precursors, namely nitrogen oxides and volatile organic compounds. Refer to
comment #1A regarding the process to add the precursors to Schedule 1.
The SAD is accepted as a credible review of scientific information available at that time and was
agreed to by all provinces and territories except Alberta. Alberta’s position has been identified in
the SAD.
The science provides clear evidence of ozone-induced injury to human health. Based on the camp,
panel, clinical and animal toxicological evidence, there is more than sufficient evidence to
conclude that ozone, at current levels of exposure, causes adverse health effects in humans. While
the epidemiological studies are carried out in an environment of multiple pollutants, the models
used in these studies are designed to provide some indication of the independence of effects of the
various pollutants. Combined, the scientific evidence provides clear evidence of ozone-induced
injury to human health.
It is unnecessary to prove mortality when drawing conclusions on the toxicity of a substance.
Under section 64, a substance is toxic if it constitutes or may constitute “a danger in Canada to
human life or health”. The SAD provides a coherent picture of a variety of adverse health impacts
attributable to ozone based on epidemiological, clinical, panel and toxicological studies.
Additionally, Health Canada has continued to monitor and analyze the literature on ozone and
other air pollutants since the time of the publication of the SAD. New work has demonstrated
strong associations with specific disease states and recent work on mechanistic issues is of
significance in findings on lung damage, blood clotting factors, and inflammatory mechanisms.
The robust scientific analyses of many jurisdictions all indicate that the listed precursors have the
potential to contribute to ozone formation, that the formation process is non-linear, and that broad
categories of NOx and VOC limited areas exist. This non-linear chemistry is considered in
evaluation tools such as 3D regional air quality models and reactivity scales, which are being used
in the development of risk management actions. NOx is the primary cause of elevated ambient
ozone levels not just in urban areas but on large regional scales. Acceptance of this conclusion by
many jurisdictions in the world has resulted in the establishment of aggressive NOx reduction
programs to address ozone.
The federal government recognizes that ozone formation is complex and varies under different
conditions and in different parts of the country; however, this does not refute the conclusion that
the precursors participate in chemical reactions that result in the formation of ozone, which is toxic.
All VOCs have the potential to contribute to ozone formation as defined in the Notice of Intent.
Risk assessments are not intended to identify options for control or priorities. Rather, such issues
are relevant to the risk management stage and will be considered when identifying priorities for
action and developing specific control instruments to reduce emissions of ozone and its precursors.
In identifying priorities and control strategies, methodologies are already available (e.g., reactivity
scales, 3D air quality models, and other established methodologies) that can be used to determine
relative NOx and VOC contributions. Available modeling tools have been shown to characterize
ozone formation sufficiently well, based on studies in all Canadian problem areas. One of these
tools — Environment Canada’s 3D model (CHRONOS) — is being used in air quality forecasting
across Canada.
Le 27 juillet 2002
8C
Les sciences de l’atmosphère contribueront-elles et
seront-elles préparées à contribuer à ce processus ?
8D
Les questions relatives à la pollution transfrontalière
doivent être abordées.
FONDEMENTS SCIENTIFIQUES
La toxicité de l’ozone n’est pas clairement démontrée
dans le RES. La causalité n’a pas été établie.
9
9A
9B
Le RES ne conclut pas que l’ozone et les précurseurs
listés sont toxiques.
9C
La déclaration de toxicité ne devrait pas être basée sur le
RES parce que ce rapport ne fait pas l’objet d’un
consensus.
On ne sait pas exactement dans quelle mesure l’ozone est
responsable des problèmes de santé énumérés par rapport
aux autres polluants présents dans l’atmosphère.
9D
9E
De récentes publications en arrivent à des conclusions
ambiguës relativement à l’association entre l’ozone et la
mortalité journalière.
9F
Nous devons tenir compte de la chimie non linéaire de
façon explicite — la réduction des NOx n’entraîne pas
nécessairement la réduction de l’ozone.
9G
La formation d’ozone est complexe et varie selon les
conditions ambiantes et la situation géographique du
pays. Le Gouvernement devrait évaluer la contribution
des COV et des NOx à la formation du smog et des PM
et déterminer les priorités en fonction de ces conditions
ambiantes, avant de les inscrire à l’annexe 1.
L’initiative devrait déterminer la contribution relative
des sources de pollution mobiles et industrielles,
qu’elles soient anthropiques ou biogénétiques.
Gazette du Canada Partie I
2267
Les principales autorités compétentes analysent présentement les problèmes régionaux reliés à
l’ozone. On prévoit que ces travaux se poursuivront durant tout le processus d’application des SP
relatifs aux PM et à l’ozone. Les analyses régionales présentement effectuées contribueront à la
conception de plans de mise en application gouvernementale, y compris les mesures de réduction
des émissions dans les secteurs industriels clés. Notons également qu’un rapport sera présenté aux
ministres en 2003 sur les PM et l’ozone dans l’environnement, sur les sciences de l’atmosphère et
de la santé, dans le cadre du processus de révision des SP relatifs aux PM et à l’ozone prévu pour la
fin de 2005, et on y fera des recommandations sur les SP relatifs aux PM10-2,5.
Le gouvernement fédéral s’engage à aborder les problèmes de pollution transfrontalière en
s’appuyant sur les SP et l’annexe sur l’ozone de l’Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l’air.
La toxicité de l’ozone et sa causalité ont été clairement établies dans le RES. Les études
épidémiologiques effectuées auprès de la population démontrent clairement qu’il existe une
relation entre le degré d’exposition et les réponses de la population à ces expositions. La mortalité
non accidentelle, les admissions à l’hôpital, les visites à la salle d’urgence ainsi que les autres effets
néfastes s’accroissent systématiquement au rythme de la croissance de la concentration de l’ozone.
Ces relations épidémiologiques sont solidement appuyées par des travaux effectués sur des
personnes volontaires et des animaux. Les études effectuées auprès de personnes exposées à des
milieux contrôlés ont permis d’établir une relation dose-réponse à partir des changements
remarqués dans les fonctions pulmonaires, les symptômes de maladies respiratoires et
l’inflammation des voies respiratoires. Des études sur le terrain (dans les camps d’été et par panel
avec des enfants) et auprès de personnes exposées à des milieux contrôlés ont permis d’identifier
plusieurs sous-groupes sensibles, tels les asthmatiques. Des études menées sur des animaux ont fait
la démonstration de mécanismes conduisant à des problèmes sévères et chroniques reliés à l’ozone,
incluant la mortalité. Les preuves épidémiologiques répondent à elles seules aux critères de
causalité, mais il est assez évident que la causalité des conséquences de l’ozone sur la santé
humaine n’est pas fondée uniquement, ni même principalement, sur des relations
épidémiologiques.
Au contraire, le RES en arrive à cette conclusion. Dans ses conclusions, il affirme que les données
recueillies démontrent de toute évidence l’importante relation entre la présence d’ozone dans l’air
ambiant et ses effets nocifs sur la santé. Le RES conclut, appuyé des rapports antérieurs du Groupe
de Travail sur l’objectif de santé NOx/COV, que l’ozone est toxique. Le RES spécifie par ailleurs
que l’ozone troposphérique se forme dans l’atmosphère par réactions chimiques impliquant des
précurseurs, notamment les oxydes d’azote et les composés organiques volatils (voir les
commentaires en 1A sur le processus de l’ajout des précurseurs à l’annexe 1).
Le RES est reconnu comme une revue crédible des informations scientifiques disponibles au
moment de sa réalisation et il a obtenu la reconnaissance des provinces et territoires, sauf l’Alberta.
La position de cette province a par ailleurs été présentée dans ce rapport.
Les recherches scientifiques ont démontré de toute évidence que l’ozone est nocif pour la santé
humaine. Dans les études effectuées dans les camps, par panel, dans les cliniques et les études
toxicologiques chez les animaux, il est tout à fait évident que l’ozone, aux niveaux actuels
d’exposition, a des effets nocifs sur la santé humaine. Les études épidémiologiques sont effectuées
dans des milieux où de nombreux polluants sont en présence, tandis que les modèles utilisés dans
le cadre de ces études sont conçus pour fournir certaines indications quant à l’indépendance des
effets sur les divers polluants. Ces deux approches combinées démontrent de façon irréfutable que
l’ozone est nocif pour la santé humaine.
Il n’est pas nécessaire de prouver qu’il y a mortalité pour tirer des conclusions sur la toxicité d’une
substance. Aux termes de l’article 64, une substance est toxique si elle est de nature à « constituer
un danger au Canada pour la santé ou la vie humaines ». Le RES présente un profil cohérent des
diverses conséquences négatives sur la santé qui sont attribuables à l’ozone et ce rapport se fonde
sur des études épidémiologiques, cliniques, toxicologiques et des études auprès de groupes cibles.
De plus, Santé Canada ne cesse de surveiller et d’analyser les publications traitant de l’ozone et
autres polluants atmosphériques depuis la publication de ce RES. Des travaux récents ont démontré
de fortes associations avec des maladies spécifiques et de récents travaux sur les enjeux mécanistes
ont donné lieu à d’intéressantes découvertes sur les dommages pulmonaires, les facteurs de
coagulation sanguine et les mécanismes reliés aux problèmes inflammatoires.
Des analyses scientifiques approfondies réalisées dans de nombreux secteurs de compétence
indiquent que les précurseurs listés peuvent contribuer à la formation d’ozone, que ce processus est
non linéaire et qu’il existe une multitude de régions où des restrictions sur l’usage de NOx et de
COV ont été imposées. La chimie non linéaire est prise en compte dans l’élaboration d’outils
d’évaluation, tels les modèles de la qualité de l’air en 3D et les échelles de réactivité utilisées à
l’étape de la gestion de risques. Les NOx sont la principale cause des niveaux d’ozone élevés dans
l’air ambiant, non seulement dans les régions urbaines, mais à l’échelle régionale. La
reconnaissance de ces conclusions par de nombreux secteurs de compétence dans le monde a donné
lieu à la mise en place de programmes sévères de réduction des NOx pour lutter contre les
problèmes reliés à l’ozone.
Le gouvernement fédéral reconnaît que la formation de l’ozone est complexe et qu’elle varie selon
les conditions ambiantes et la situation géographique du pays; néanmoins, on ne peut nier que les
précurseurs participent à des réactions chimiques résultant en formation d’ozone et que cette
substance est toxique. Tous les COV peuvent contribuer à la formation d’ozone, ainsi qu’il est
mentionné dans l’avis d’intention. L’évaluation des risques ne vise pas à déterminer les diverses
options possibles pour lutter contre ces substances ni à établir des priorités. Ces questions seront
abordées à l’étape de la gestion de risques, lorsque des mesures devront être prises et que des
instruments de contrôle devront être élaborés pour réduire les émissions d’ozone et ses précurseurs.
Des méthodologies sont déjà disponibles pour déterminer les priorités, les stratégies de contrôle
(p. ex., les échelles de réactivité, les modèles de qualité de l’air en 3D, etc.) et les contributions
relatives des NOx et des COV. En se basant sur des études menées dans toutes les zones
problématiques canadiennes, des outils disponibles en modélisation ont démontré suffisamment
bien le caractère de la formation de l’ozone. Un de ces outils, le modèle 3D d’Environnement
Canada (CHRONOS), est utilisé pour les prévisions concernant la qualité de l’air partout au
Canada.
2268
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
9H
Carbon monoxide (CO) is not listed but is a significant
contributor to ozone.
In urban regions, CO is not a significant contributing factor to ozone formation, therefore it is not
included in the list of precursors recommended. CO may be a significant influence on ozone
concentrations in remote areas, but its reactivity and concentrations are too low to be a significant
contributor on the urban to rural scale.
9I
Methane is exempted but it is a significant contributor
due to abundance.
9J
Water vapor, oxygen (O2), carbon dioxide (CO2), sulfur
oxides (SOx), nitrogen (N2), and various free radical
intermediates also lead to ozone formation.
There is no incentive to switch to alternative VOCs with
lower toxicity since all VOCs appear equally toxic.
Although methane, and also ethane, are abundant on a national scale, the relative contribution of
methane and ethane to ozone formation is minor on a local scale (particularly in the urban regions
that are VOC limited); therefore, in the proposed listing on Schedule 1 of “VOCs that participate in
atmospheric photochemical reactions”, these substances are among those specifically excluded by
definition.
Though participants in ozone formation, water vapor, O2 and N2 cannot be regulated as there are no
significant anthropogenic sources of these natural components of the atmosphere. Control of NOx
and VOCs influences the free radicals which are key to ground-level ozone formation.
The appropriate control instruments and alternatives, if needed, will be identified during the risk
management phase, whereby the proper incentives will be created to control the various toxics
accordingly.
These issues have already been appropriately addressed in scientific assessments and reviews
(NOx/VOC Science Assessment 1996, NARSTO Ozone Assessment, 2000, and Precursor
Contributions to Ambient Fine Particulate Matter in Canada, 2001), which illustrate that both
observations and atmospheric processes, as defined in air quality models, confirm the relationship
between the precursors (NOx and VOCs) and ozone formation.
9K
9L
The Government should assess processes, rate, sequence
and synergistic effects of atmospheric chemical reactions
prior to declaring ozone and its precursors toxic.
10
10A
PRECURSOR DEFINITIONS
The proposed definitions for precursors of PM10 and
precursors of ozone are confusing and duplicative. The
current definitions do not identify which precursors
need to be dealt with for which problem (e.g., PM,
ozone or both).
11
11A
NOx DEFINITION
For nitrogen oxides, are only NO and NO2 addressed by
the notice?
11B
12
12A
12B
12C
12D
There is significant commonality in the atmospheric processes responsible for ground-level ozone
formation and secondary organic aerosol formation. NOx plays a major role in both as do VOCs.
The VOCs of most interest to secondary PM formation are those with 7 or greater carbon atoms,
while those that affect ground-level ozone formation also include the lower molecular weight
VOCs. It is not currently possible to identify separate classes of VOCs in the context of ozone or
secondary PM formation.
By dealing with the precursors to PM10 and the precursors to ozone together, risk management
actions will address those precursors which the science shows will result in effective reduction of
ozone and/or PM2.5. However, it is important to note that the List of Toxic Substances is just a list;
it is the Regulatory Impact Analysis Statement (RIAS) that accompanies the proposed Order that
will set out the reasons for each new addition to the List.
The Notice of Intent identifies nitrogen oxides as NO and NO2. Other oxides of nitrogen have
small concentrations in the lower troposphere and are not significant reservoirs or are only
temporary reservoirs of NOx, lost through deposition, or conversion to particulate matter. Organic
nitrates are expected to deposit or enter particulate matter and are not precursors of ozone. Control
of NO and NO2, results in the control of all other nitrogen containing compounds relevant to
atmospheric chemistry and ozone formation.
Why is NO categorized as an ozone precursor — because Both NO and NO2 contribute to ozone formation either directly or indirectly. The well understood
it is a precursor of a precursor?
chemistry of NOx shows that NO and NO2 are in a very fast (time scales of minutes or less)
reactive mass exchange from the moment of emission. At night, the absence of photolysis of NO2
allows oxidation of NO by ozone: new NO emissions are transformed into NO2; NO2 then
contributes to secondary PM formation via nitric acid (HNO3) or is photolyzed the next morning.
VOC DEFINITION
Declaring VOCs toxic, as a class of substances, is not
The addition of a broad class of chemicals to Schedule 1 of CEPA 1999 is appropriate and not
appropriate. Regulatory Policy calls for clear definition
unprecedented. For example, polychlorinated dibenzodioxins, polychlorinated dibenzofurans and
of the problem but the definitions of the precursors are
polychlorinated biphenyls were all added to Schedule 1.
too ambiguous.
The SAD section 2.3.2 provides a clearer definition of
VOCs than the Notice of Intent.
An exclusion list in the definition is not appropriate or
legal. The definition of toxic in CEPA compels a listing
based on VOCs that enter the environment, not by
exclusion. Some VOCs are already listed on Schedule 1.
VOCs from biogenic sources would be captured under
the proposed definition.
Furthermore, Canada and other countries around the world have considered VOCs as a class in
managing ozone for many years. VOCs are included as a class in national emission inventories and
forecasts, in domestic ozone management plans (e.g. 1990 NOx/VOC Management Plan, Ontario
Anti-Smog Plan), in the Ozone CWS, in various individual control measures (e.g. vehicle emission
standards, solvent content limits for products) and in international agreements (e.g. UN ECE VOC
Protocol, Ozone Annex to the Canada-U.S. Air Quality Agreement). It is impractical to attempt to
manage ozone by dealing individually with each of the contributing VOCs.
The definitions presented in the SAD and the Notice of Intent are consistent, and the latter meets
the legal requirements for listing on Schedule 1.
The proposed wording for the definition of VOCs describes a class of substances, of which a
certain number are excluded as they are believed to be a less significant contribution to ozone
formation. This in no way modifies other items on the List of Toxic Substances.
The CEPA definition of toxic does not intend to distinguish between biogenic and anthropogenic
sources. There are already numerous substances on Schedule 1 that have both natural and
anthropogenic sources (e.g., mercury, lead).
Le 27 juillet 2002
9H
Le monoxyde de carbone (CO) ne figure pas sur la liste,
mais il contribue de façon significative à la formation
d’ozone.
9I
Le méthane est exempté, mais l’abondance de ses
émissions en font un important contributeur.
9J
Les vapeurs d’eau, l’oxygène (O2), le gaz carbonique
(CO2), les oxydes de soufre (SOx), l’azote (N2) et divers
radicaux libres intermédiaires contribuent également à la
formation d’ozone.
On n’est pas incité à passer à d’autres COV, puisqu’ils
semblent tous aussi toxiques les uns que les autres.
9K
9L
Le Gouvernement devrait évaluer les processus, les taux,
la séquence et les effets synergiques des réactions
chimiques dans l’atmosphère avant de déclarer toxiques
l’ozone et ses précurseurs.
10
10A
DÉFINITIONS DES PRÉCURSEURS
Les définitions proposées des précurseurs des PM10 et de
l’ozone portent à confusion et elles sont des copies de
définitions déjà existantes. Les définitions actuelles ne
déterminent pas quels précurseurs devront être traités et
pour quel type de problème (p. ex., les PM, l’ozone ou
les deux).
Gazette du Canada Partie I
2269
Dans les régions urbaines, le CO ne contribue pas de façon significative à la formation d’ozone et
n’est donc pas inclus dans la liste des précurseurs recommandés. Le CO a peut-être une influence
significative sur les concentrations d’ozone dans les régions éloignées, mais sa réactivité et sa
concentration sont trop faibles pour en faire un contributeur important à l’échelle urbaine et rurale.
Bien que les émissions de méthane et de l’éthane soient abondantes à l’échelle nationale, leur
contribution relative à la formation d’ozone est mineure à l’échelle locale (particulièrement dans
les régions urbaines où l’utilisation des COV est restreinte); ainsi, ces substances sont par
définition spécifiquement exclues de l’annexe 1 des COV qui contribuent aux réactions
photochimiques dans l’atmosphère.
Bien que les vapeurs d’eau, l’O2 et le N2 contribuent à la formation d’ozone, ils ne peuvent faire
l’objet d’une réglementation parce qu’il n’y a pas de sources anthropiques significatives de ces
composantes naturelles de l’atmosphère. La lutte contre les NOx et les COV influence les radicaux
libres, lesquels sont des éléments clés dans la formation de l’ozone troposphérique.
Les instruments de contrôle appropriés et les solutions de rechange, si nécessaire, seront
déterminés à l’étape de gestion de risques, et on y proposera des mesures d’incitation pour lutter
contre les substances toxiques.
Ces enjeux ont déjà été abordés dans des évaluations et des études scientifiques (l’Évaluation
scientifique des NOx/COV, 1996, l’Évaluation de l’Ozone de NARSTO, 2000, Contributions des
précurseurs aux matières particulaires dans l’air ambiant au Canada, 2001. On constate à la lecture
de ces travaux que les observations et les processus atmosphériques, tels qu’ils sont définis dans les
modèles de la qualité de l’air, confirment la relation existant entre les précurseurs (NOx et COV) et
la formation de l’ozone.
Les processus atmosphériques causant la formation de l’ozone troposphérique et des aérosols
organiques secondaires ont énormément de points en commun. Les NOx, à l’instar des COV, jouent
un rôle majeur à ces deux niveaux. Les COV, qui présentent le plus d’intérêt au plan de la
formation des PM secondaires, sont composés de 7 atomes de carbone ou plus, tandis que ceux qui
contribuent à la formation de l’ozone troposphérique incluent également les VOC de poids
moléculaire inférieur. Il est présentement impossible de déterminer les différentes catégories de
COV dans le processus de formation de l’ozone ou de PM secondaires.
Si l’on intervient à la fois pour les précurseurs des PM10 et les précurseurs de l’ozone, les
interventions à l’étape de la gestion de risques seront axées sur les précurseurs pour lesquels il a été
démontré scientifiquement que la réduction de leurs émissions serait un moyen efficace de réduire
l’ozone et/ou les PM2,5. Il importe toutefois de signaler que la Liste des substances toxiques n’est
rien de plus qu’une liste; le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation (REIR) qui
accompagne l’ordonnance proposée établira les raisons justifiant chaque ajout à la liste.
11
11A
DÉFINITION DES NOx
Parmi les oxydes d’azote, les NO et NO2 sont-ils les
seuls concernés par cet avis ?
11B
Pourquoi les NO entrent-ils dans la catégorie des
précurseurs de l’ozone — parce qu’ils sont des
précurseurs de précurseurs?
12
12A
DÉFINITION DES COV
Il n’y a pas lieu de déclarer les COV toxiques comme
une catégorie de substances. La politique réglementaire
exige une définition claire du problème; les définitions
des précurseurs sont ambiguës.
12B
12C
12D
L’avis d’intention fait mention des oxydes d’azote NO et NO2. D’autres oxydes d’azote sont
présents en faible concentration dans la basse troposphère, mais ils ne sont pas des réservoirs
significatifs ou ils sont des réservoirs temporaires de NOx qui se perdent dans les retombées de
polluants ou sont transformés en matières particulaires. Les nitrates organiques retombent
normalement au sol ou pénètrent les matières particulaires et ne sont pas des précurseurs de
l’ozone. La lutte contre les NO et les NO2 est effectuée dans le cadre de la lutte contre tous les
autres azotes composés qui ont des transformations chimiques dans l’atmosphère et contribuent à la
formation de l’ozone.
Les NO et NO2 contribuent à la formation d’ozone soit directement, soit indirectement. La chimie
bien comprise des NOx montre que les NO et les NO2 sont dans une masse d’échange très réactive
(échelles de temps de l’ordre de quelques minutes ou moins) dès leur émission dans l’atmosphère.
Durant la nuit, l’absence de photolyse des NO2 permet l’oxydation des NO par l’ozone : les
nouvelles émissions de NO sont ainsi transformées en NO2; ceux-ci contribuent ensuite à la
formation des PM secondaires par l’intermédiaire de l’acide nitrique (HNO3) ou ils sont
transformés par photolyse le matin suivant.
Le fait d’ajouter une large catégorie de produits chimiques à l’annexe 1 de la LCPE 1999 est
approprié et n’est pas sans précédent. Par exemple, les dibenzo-para-dioxines et les
dibenzofurannes polychlorés et les biphényls polychlorés ont tous été ajoutés à l’annexe 1.
De plus, le Canada et d’autres pays dans le monde considèrent les COV comme une catégorie
depuis de nombreuses années dans la perspective de gestion de l’ozone. Les COV sont inclus
comme une catégorie dans les inventaires et les prévisions des émissions à l’échelle nationale, dans
les plans de gestion de l’ozone au pays (p. ex., le Plan de gestion des NOx/COV, 1990, le Plan antismog de l’Ontario), dans les standards pancanadiens relatifs à l’ozone, les diverses mesures de
contrôle individuelles (p. ex., les normes sur les systèmes d’échappement des véhicules, les
restrictions imposées concernant les solvants) et dans les accords internationaux (p. ex., le
protocole de la CEE-ONU, l’Annexe sur l’ozone dans le cadre de l’Accord Canada-États-Unis sur
la qualité de l’air). Il est impossible d’essayer de régler les questions relatives à l’ozone par des
interventions auprès de tous ceux qui, à titre individuel, émettent des COV.
La section 2.3.2 du RES présente une définition plus
Les définitions présentées dans le RES et l’avis d’intention sont cohérentes et cet avis satisfait aux
limpide des COV que l’avis d’intention.
exigences juridiques requises pour son inscription à l’annexe 1.
La présence d’une liste d’exclusion dans la définition
La formulation proposée pour définir les COV décrit une catégorie de substances dont certaines
n’est ni correcte ni légale. La définition de la toxicité
sont exclues parce que l’on considère leur contribution à la formation de l’ozone moins
dans la LCPE exige une liste des COV qui pénètrent dans significative. Cela ne modifie en rien les autres articles inscrits à la Liste des substances toxiques.
l’environnement; on ne peut procéder par exclusion.
Certains COV sont déjà énumérés à l’Annexe 1.
Les COV provenant de sources biogénétiques seraient
La définition de la toxicité aux termes de la LCPE n’a pas pour but de faire la distinction entre les
capturés aux fins de la définition proposée.
sources biogénétiques et anthropiques. De nombreuses substances déjà énumérées à l’annexe 1
sont à la fois naturelles et anthropiques (p. ex., le mercure, le plomb).
2270
12E
12F
Canada Gazette Part I
The resulting inclusion of unknown numbers and species
of VOCs is scientifically inappropriate. The proposed
definition includes VOCs that make no significant
contribution to ozone while excluding others that do. The
proposal to list all VOCs should be reconsidered in light
of substantial scientific evidence that shows that ozone
creating potential of individual VOCs is highly variable,
not all VOCs are contributors, and some VOCs are ozone
scavengers.
Several paraffins whose maximum incremental
reactivity (MIR) are less than acetone (excluded from
the definition) are not excluded.
12G
The Government should adopt the California approach,
which prioritized VOCs using MIR and maximum ozone
reactivity (MOR).
12H
The definition incorrectly includes some VOCs that do
not have a significant role because they are not abundant
or their reactivity is low.
12I
VOC exclusions can inadvertently encourage their use
and some have high global warming potential.
The SAD states that a ranking scale is a better approach
than treating all VOCs equal.
12J
July 27, 2002
All VOCs have the potential to contribute to ozone formation. The proposed definition excludes
species that are known to have relatively low potential to contribute to ozone formation. It should
also be noted that some VOCs with low OH reactivity with respect to ozone may undergo
photolysis, producing a more reactive intermediate. The relative contributions of individual VOCs
or VOC classes can only be determined using reactivity scales or air quality modelling specific to
the airshed of interest.
The MIRs cited are location and time specific and based on California data; therefore, they are not
appropriate to the Canadian situation. These reactivity scales must be applied in the context of the
airshed of interest, and the intent with this listing is to provide all regions of Canada with the
potential to manage the relevant VOCs.
Prioritization of VOC management is part of the risk management phase. Prioritization based upon
reactivity scales can be a valid tool; however, it should be noted that MIR or MOR scales are
location and time specific. The applicability of California results for the Canadian environment is
by no means guaranteed.
Low abundance or low reactivity do not, in isolation of each other, determine a VOC’s contribution
to ozone formation in Canada. For example, a low reactivity compound that is emitted in large
quantities may have more of an impact than a high reactivity compound that is emitted in small
quantities. Similarly, a single source that has a low abundance on a national scale may have a
significant local or regional impact.
Excluding certain VOCs from this listing does not preclude their management for other reasons,
such as climate change or their own inherent toxicity to human health or the environment.
Priorities for action will be established during the risk management phase.
Referenced Documents
Clean Air Agenda (http://www.ec.gc.ca/air/pdfs/Cleanair_e.pdf)
Interim Plan 2001 on Particulate Matter and Ozone (www.ec.gc.ca/air/pdfs/200104_e.pdf)
NARSTO Ozone Assessment, 2000 (www.cgenv.com/Narsto/)
NOx/VOC Science Assessment, 1996 (www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/noxvoc/Summaryeng.pdf)
National Ambient Air Quality Objectives for Ground-Level Ozone Science Assessment Document, 1999 (www.hcsc.gc.ca/ehp/ehd/catalogue/bch_pubs/ozone.htm)
Priority Substances List Assessment Report for Respirable Particulate Matter Less than or Equal to 10 Microns (www.ec.
gc.ca/substances/ese/eng/psap/final/reports/PM-10_fin_e.pdf)
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
12E
12F
L’introduction d’un nombre et de variétés inconnues de
COV est scientifiquement inadéquate. La définition
proposée inclut les COV qui ne contribuent pas de façon
significative à la formation de l’ozone, tandis que
d’autres, qui y contribuent, ne sont pas inscrits. Cette
proposition visant à inscrire tous les COV à la Liste des
substances toxiques devrait être reconsidérée à la lumière
de preuves scientifiques évidentes, selon lesquelles leur
contribution à la formation de l’ozone varie
considérablement selon le type. Tous les COV ne
contribuent pas à la formation de l’ozone et certains
contribuent à sa destruction.
Plusieurs types de paraffines dont la réactivité
incrémentale maximale (RIM) est inférieure à celle de
l’acétone (exclue de la définition) ne sont pas exclus.
12G
Le Gouvernement devrait suivre l’exemple de la
Californie et déterminer les priorités relativement aux
COV à l’aide des RIM et des réactivités maximales à
l’ozone (RMO).
12H
Cette définition inclut à tort certains COV qui ne jouent
pas un rôle significatif du fait qu’ils ne sont pas émis en
abondance ou que leur réactivité est faible.
12I
L’exclusion des COV peut, contrairement à l’objectif
visé, favoriser leur utilisation et certains peuvent
contribuer de façon significative au réchauffement du
globe.
Le RES signale qu’une approche fondée sur une échelle
de valeurs est préférable à un traitement égal de tous les
COV.
12J
Gazette du Canada Partie I
2271
Tous les COV peuvent contribuer à la formation de l’ozone. Les définitions proposées excluent les
variétés qui ont un potentiel relativement faible de contribuer à la formation de l’ozone. Il faut
également souligner que certains COV de faible réactivité OH à l’ozone peuvent être sujets à la
photolyse, ce qui en fait un intermédiaire plus réactif. La contribution relative des COV pris
individuellement ou des catégories de COV ne peut être déterminée qu’à partir d’échelles de
réactivité ou de modélisation spécifiques de la qualité de l’air dans un bassin atmosphérique donné.
Les RIM mentionnées ont été relevées en des endroits et à des moments précis et sont fondées sur
des données provenant de la Californie; or, la situation au Canada n’est pas la même. Ces échelles
de réactivité doivent être appliquées dans le bassin atmosphérique mentionné et le but visé par cette
liste est de donner la possibilité à tous les Canadiens de gérer les COV présents dans leurs régions
respectives.
La détermination des priorités relativement aux COV sera effectuée à l’étape de la gestion de
risques. La détermination des priorités en fonction des échelles de réactivité peut être valable. Il
faut toutefois noter que les échelles RIM et RMO ont été appliquées en des endroits et à des
moments précis. Il est loin d’être certain que l’on puisse appliquer les résultats de la Californie à
l’environnement canadien.
La rareté ou la faible réactivité ne détermine pas, lorsque prises isolément, la contribution des COV
à la formation de l’ozone au Canada. Par exemple, un composé de faible réactivité émis en grandes
quantités peut avoir plus de conséquences qu’un composé dont la réactivité est élevée, mais dont
les émissions sont minimes.
L’exclusion de certains COV de cette liste ne signifie pas pour autant qu’ils ne feront pas l’objet
d’une surveillance dans d’autres contextes, notamment en raison des changements climatiques ou
de leur toxicité pour la santé humaine ou pour l’environnement.
Les mesures prioritaires seront établies à l’étape de la gestion de risques.
Documents de référence
Plan d’action pour l’assainissement de l’air : http://www.ec.gc.ca/air/pdfs/Cleanair_f.pdf
Plan intérimaire 2001 concernant les matières particulaires et l’ozone : http://www.ec.gc.ca/air/pdfs/200104_f.pdf
Évaluation de l’Ozone de NARSTO, 2000 : http://www.cgenv.com/Narsto/
Rapport d’évaluation scientifique NOx/COV, 1996: www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/noxvoc/Summaryeng.pdf
Objectifs nationaux de la qualité de l’air ambiant sur l’ozone troposphérique — Rapport d’évaluation scientifique, 1999 : http://
www.hc-sc.gc.ca/ehp/dhm/catalogue/dpc_pubs/ozone.htm
Liste des substances d’intérêt prioritaire — Rapport d’évaluation — Particules inhalables de 10 microns ou moins : http://
www.ec.gc.ca/substances/ese/fre/pesip/final/reports/PM-10_fin_f.pdf
[30-1-o]
2272
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
Federal Government Response to Comments Received on the Notice of Intent to Recommend that Precursors to Particulate Matter Be
Added to the List of Toxic Substances Under the Canadian Environmental Protection Act, 1999
Introduction
On July 15, 2000, the ministers of the Environment and of Health published their intent to recommend that the precursors to particulate matter less than or equal to 10 microns (PM10) (sulphur dioxide (SO2), nitrogen oxides (NOx) [nitric oxide (NO) and nitrogen
dioxide (NO2)], ammonia (NH3), and volatile organic compounds (VOCs)) be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of
the Canadian Environmental Protection Act, (1999) [CEPA 1999]. The Notice of Intent was published in the Canada Gazette, Part I,
on July 15, 2000, for a 60-day comment period. This report summarizes the comments received and the federal response.
The Notice of Intent on precursors to PM10 is associated with the May 9, 2001 final order in the Canada Gazette adding PM10 to
Schedule 1 of the List of Toxic Substances under section 64 of CEPA 1999.
The Priority Substances List Assessment Report for PM10 was published on May 27, 2000. The report specifies that PM10 can be released directly into the atmosphere or formed secondarily in the atmosphere from precursors as a result of physical or chemical transformations. The report further identifies the principal precursor gases to PM2.5 to be sulphur dioxide, nitrogen oxides, ammonia, and
volatile organic compounds and recommends that stakeholders be consulted on the need to add precursors to PM10 to the List of Toxic
Substances in Schedule 1 and on the form of the Schedule 1 listing. The Notice of Intent initiated such consultations. Without the listing of the precursors by name on Schedule 1, the ministers would not have the legislative mechanism in place to control the sources
contributing to PM10.
Response to Comments
A total of 42 submissions were received. Thirty-five submissions were received from industry representatives, one from another federal department, three from provinces, one from a public health authority and two from environmental groups. Four submissions
supported the intent to add the precursors to PM10 to Schedule 1, while the others expressed various concerns with the process
and uncertainties in the science. These submissions are mentioned in the Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999 which appears in the proposed Regulations section on page 2320.
A summary of the most frequently raised comments and the responses of the federal government are outlined in the table below.
No.
1
1A
COMMENT
PROCESS
The ministers did not conduct a full science assessment
under CEPA 1999 (e.g., a Priority Substances List (PSL)
assessment, screening of the Domestic Substances List
(DSL), or review of another jurisdiction) and did not
follow the legal requirements of CEPA, sections 77, 90,
and 91. Therefore, the process is not legal under CEPA.
Declaring the precursors to PM10 toxic on such a fasttracked approach based on legal interpretation, rather
than a full scientific assessment, sets a dangerous
precedent and undermines the scientific basis of CEPA
1999.
RESPONSE
Under subsection 90(1) of CEPA 1999, “the Governor in Council may, if satisfied that a substance
is toxic, on the recommendation of the ministers, make an order adding the substance to the List of
Toxic Substances in Schedule 1.” In developing this recommendation, the ministers may use a
number of approaches to be satisfied that a substance is “toxic or capable of becoming toxic.”
These include, in addition to the processes prescribed for substances on the DSL and PSL, the use
of other types of assessments to satisfy the Governor in Council that a substance is CEPA toxic.
The ministers’ recommendation is based on sound science conducted over the past decade. The
PSL assessment of PM10 indicates that the precursors can transform in the environment into PM10,
which is toxic. The PM SAD went through a scientific peer-review and a consultation process with
federal, provincial and territorial representatives. These documents are considered to be
scientifically sound assessments of the effects of PM10 on human health and the environment, and
combined with the CEPA definitions of “toxic” and of “substance” in section 64 and
subsection 3(1) respectively, provides the ministers with the basis for proceeding with a
recommendation under subsection 90(1).
In the case of precursors to PM10, the ministers are confident that a formal PSL science assessment
is not required and that the existing science supports the conclusion that the precursors can
transform in the environment into PM10, which is toxic. The precursors to PM10 satisfy the
conditions of section 64, which defines a substance as “toxic” if, among other possibilities, it may
enter the environment under conditions that may constitute a danger to human health.
The CEPA requirement to develop an instrument within two years (section 91) does not apply to
PM10 precursors since they were not subject to CEPA, paragraph 77(6)(b). Nonetheless, early
actions will be needed if governments are to collectively achieve the CWS target by 2010.
In addition, there already exists a precedent for adding precursors to a toxic substance to Schedule 1 of CEPA 1999. Non-chlorinated dibenzodioxin and dibenzofuran, while not assessed for the
risks posed by their direct exposure, were added to Schedule 1 because they can lead to the
formation of polychlorinated dioxins and polychlorinated furans, which are toxic under CEPA
1999.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2273
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
Réponse du gouvernement fédéral aux commentaires reçus sur l’avis d’intention de recommander l’ajout des précurseurs des
particules inhalables de 10 micromètres ou moins à la Liste des substances toxiques aux termes de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)
Introduction
Le 15 juillet 2000, les ministres de l’Environnement et de la Santé ont rendu publique leur intention de recommander l’ajout des
précurseurs des particules inhalables de 10 micromètres ou moins (PM10), soit (le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d’azote (NOx),
[le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2)], l’ammoniac (NH3) et les composés organiques volatils (COV)), à la Liste des
substances toxiques de l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, (1999) [LCPE 1999]. Cet avis
d’intention a été publié dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 15 juillet 2000, pour une période de commentaires de 60 jours. Le
présent rapport est un résumé des commentaires reçus et des réponses du gouvernement fédéral.
Cet avis d’intention sur les précurseurs des PM10 est associé au décret d’inscription publié le 9 mai 2001 dans la Gazette du Canada
qui ajoutait les PM10 à l’annexe 1 de la Liste des substances toxiques, aux termes de l’article 64 de la LCPE 1999.
Le Rapport d’évaluation de la Liste des substances d’intérêt prioritaire pour les PM10 a été publié le 27 mai 2000. Ce rapport spécifie
que les PM10 peuvent être rejetés directement dans l’atmosphère ou se former secondairement dans l’atmosphère à partir de précurseurs, à la suite de transformations physiques ou chimiques. Ce rapport indique par ailleurs que les principaux gaz précurseurs des
PM2,5 sont le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote, l’ammoniac et les composés organiques volatils, et recommande que les intervenants soient consultés sur la nécessité d’ajouter des précurseurs des PM10 sur la Liste des substances toxiques à l’annexe 1 et au formulaire de la liste de l’annexe 1. Cet avis d’intention a été le premier pas de ces consultations. Si les noms des précurseurs ne sont pas
inscrits à la liste de l’annexe 1, les ministres n’auront pas les outils juridiques nécessaires pour lutter contre les sources des précurseurs
à l’origine des PM10.
Réponses aux commentaires
Nous avons reçu 42 soumissions au total. Trente-cinq soumissions provenaient de représentants de l’industrie, l’une d’un autre ministère du gouvernement fédéral, trois des provinces, une d’un organisme de santé publique et deux de groupes environnementaux.
Quatre soumissions appuyaient cette intention d’ajouter les précurseurs des PM10 à l’annexe 1, tandis que les autres exprimaient leurs
inquiétudes quant au processus et signalaient les incertitudes à propos de la science sur cette question. Ces soumissions sont mentionnées dans le Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement,
(1999) qui paraît dans la section des règlements projetés à la page 2320.
Le présent tableau est un résumé des commentaires les plus fréquemment formulés et des réponses du gouvernement fédéral à ces
commentaires.
No
1
1A
COMMENTAIRE
PROCESSUS
Les ministres n’ont pas effectué une évaluation
scientifique complète aux termes de la LCPE 1999
(p. ex., une évaluation de la Liste des substances d’intérêt
prioritaire (LSIP), un tri des substances inscrites sur la
Liste intérieure des substances (LIS) ou un examen par
un autre palier de gouvernement) et ils n’ont pas observé
les exigences prescrites aux termes des articles 77, 90 et
91 de la LCPE. Ce processus n’est donc pas conforme à
la LCPE. Le fait de déclarer toxiques aussi rapidement
les précurseurs des PM10, en se basant sur une
interprétation juridique plutôt que sur une évaluation
scientifique exhaustive, constitue un dangereux
précédent et mine les fondements scientifiques de la
LCPE 1999.
RÉPONSE
Au titre du paragraphe 90(1) de la LCPE 1999, « le gouverneur en conseil peut publier, étant
satisfait que la substance est toxique et sur recommandation des ministres, un décret d’inscription
de la substance sur la liste de l’annexe 1. » Par cette recommandation, les ministres peuvent
recourir à différentes approches pour considérer qu’une substance est « toxique ou susceptible de le
devenir ». En plus du processus prescrit pour les substances figurant sur la LIS et la LSIP, ces
approches incluent l’utilisation d’autres types d’évaluation pour convaincre le gouverneur en
conseil qu’une substance est toxique, au sens de la LCPE.
Les recommandations des ministres sont fondées sur une approche scientifique rigoureuse
appliquée pendant la dernière décennie. L’évaluation de la LSIP pour les PM10 indique que les
précurseurs peuvent se transformer dans l’environnement en PM10, lesquels sont toxiques. Le RES
sur les particules (PM) a été soumis à un processus d’évaluation par les pairs dans le domaine
scientifique et à un processus de consultation avec les représentants aux niveaux fédéral, provincial
et territorial. Ces documents sont considérés comme étant des analyses scientifiques sûres des
effets des PM10 sur la santé humaine et sur l’environnement et, combinés aux définitions de
« toxique » et de « substance » de la LCPE, à l’article 64 et au paragraphe 3(1) respectivement, ils
fournissent aux ministres la base appropriée pour faire une recommandation aux termes du
paragraphe 90(1).
Quant aux précurseurs des PM10, les ministres considèrent qu’il n’est pas nécessaire d’effectuer
une évaluation scientifique formelle de la LSIP et que les données scientifiques existantes
permettent de conclure que les précurseurs peuvent se transformer en PM10 – qui sont toxiques –
dans l’environnement. Les précurseurs des PM10 répondent aux conditions prescrites à l’article 64,
qui définit une substance comme « toxique » si, parmi d’autres possibilités, elle peut pénétrer dans
l’environnement dans des conditions pouvant constituer un danger pour la santé.
L’exigence aux termes de la LCPE d’élaborer un instrument dans les deux ans (article 91) ne
s’applique pas aux précurseurs des PM10 puisqu’ils ne sont pas assujettis à l’alinéa 77(6)b).
Néanmoins, des mesures hâtives devront être prises si les gouvernements atteignent collectivement
les standards pancanadiens (SP) d’ici l’an 2010.
Par ailleurs, il existe déjà un précédent pour l’ajout de précurseurs d’une substance toxique à
l’annexe 1 de la LCPE 1999. La dibenzo-para-dioxine et le dibenzofuranne non chlorés, bien que
non évalués pour les risques qu’ils posent lors d’une exposition directe, ont été ajoutés à l’annexe 1
parce qu’ils peuvent entraîner la formation de dioxines et de furannes polychlorés, lesquels sont
toxiques aux termes de la LCPE 1999.
2274
1B
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
The justification for the proposal is unclear. The proposal The Notice of Intent contained the required justification for the proposal, namely that:
is based solely on inference, with no document on which
• PM10 is toxic
the public could base its comments. A report is needed
that, for each substance, documents how they meet the
• that the PSL Assessment Report for PM10 specifies that this substance can be released directly
definition of CEPA, section 64.
into the atmosphere or formed secondarily in the atmosphere from precursors as a result of
physical or chemical transformations
• that the Report identifies the principal precursors to this substance to be sulphur dioxide,
nitrogen oxides, ammonia and volatile organic compounds
1C
Using the same logic, precursors of precursors could be
declared toxic (e.g., sulphur, oxygen, and carbon).
1D
The Government should develop guidelines under CEPA, This suggestion will be taken under consideration.
section 69, which clearly articulate the interpretation and
application of this type of approach.
1E
The precursors are not persistent, bioaccumulative and
are not on Track 1 under the CEPA process.
2
2A
3
Technically this may be true for some substances if they are capable of “being transformed” or
“causing such transformation.” However, in practical terms, as noted in the PSL Assessment
Report for PM10 and supported by the recent report “Precursor Contributions to Ambient Fine
Particulate Matter in Canada,” the four substances in the Notice are considered to be the primary
precursors of PM10.
The List of Toxic Substances is not limited to Track 1 substances (substances that are persistent,
bioaccumulative, toxic, and predominantly anthropogenic) targeted for virtual elimination under
the Act or under the federal government’s Toxic Substance Management Policy.
OVERLAP AND DUPLICATION
It will cause overlap and duplication with and may hinder
the large number of management programs already
underway to reduce emissions of PM10 and its precursors.
The proposal undermines the Harmonization and
Canada-wide Standards (CWS) process under the
Canadian Council of Ministers of the Environment
(CCME), which provides the framework to develop a
cohesive national approach to the division of
jurisdictional responsibility for the management of clean
air issues.
The addition of PM10 precursors to Schedule 1 of CEPA 1999 does not, in itself, control the
substances in any way; therefore, it does not cause overlap and duplication with existing programs.
It establishes the additional legal authority for the federal government to take the actions under
CEPA 1999 that it has already committed to work towards under these programs.
The federal government is committed to the CWS for PM and Ozone and has published its
proposed actions to help achieve these standards in the Interim Plan 2001 on Particulate Matter
(PM) and Ozone. Together with the provinces and territories, the federal government will continue
the current process of mapping out emission reduction strategies for key industrial sectors. Action
is expected to be taken by the jurisdiction best situated. While the federal government may be best
situated to act in some cases, many of the actions required are expected to be implemented by
provinces and territories.
NECESSITY
3A
The legal necessity for listing the precursors on the List
of Toxic Substances is not clear and should be
communicated.
To reduce ambient levels of PM10, it is necessary to reduce emissions of precursors in addition to
direct emissions of PM since, on average, one-half to two-thirds of PM2.5 mass can be attributed to
formation from precursor gases. For the federal government, CEPA 1999 is the most important tool
available for reducing ambient levels of PM. To control the precursors, the Government needs
access to the full range of “CEPA tools,” including regulations and pollution prevention plans,
which are only available when the precursors are listed by name on Schedule 1.
3B
Declaring the precursors to PM10 toxic is unnecessary
since there are numerous federal, provincial and
industrial programs underway that address PM10 and that
can be amended or extended to cover new requirements.
Although there are effective frameworks and initiatives in place, experience has shown that even
the combined efforts of all levels of government and industry have not been adequate to manage
smog. In fact, many comments that were received recognized the need for further actions to reduce
ambient levels of PM10 and supported the federal government’s Clean Air Agenda.
Canada needs a concerted, cooperative effort by all jurisdictions to achieve the PM and Ozone
CWS. The federal, provincial, and territorial governments have committed to further actions under
the CWS and it is now incumbent upon all jurisdictions to deliver on these commitments. The
federal government has committed to do its part to help achieve the CWS and has outlined its
initial actions in its Interim Plan 2001 on PM and Ozone. It is imperative that the federal
government has access to the full range of “CEPA tools” to be able to deliver these commitments.
3C
Many industries are already working to reduce emissions
through various programs, including voluntary
initiatives.
The Government recognizes and commends the significant achievements that industry has made
towards reducing emissions of PM10, ozone, and their precursors and will continue to work with
industry to achieve additional reductions, where necessary; however, more needs to be done to
protect the health of Canadians.
3D
Canada is out of step with other western jurisdictions
who have not listed these precursors as toxic.
Every country has a different framework of legislative tools and may use a process other than a
declaration of toxicity to control the precursors to PM. Regardless of the legislative tool or process,
many western countries, e.g. most in the European Union, the United States and the United
Kingdom, are required to implement more stringent measures to reduce PM precursors, such as
SO2 and NOx, than are currently required in Canada. In the case of CEPA, the legal authority to use
the full range of tools, including regulations or pollution prevention plans and environmental
emergency plans, are available only when a substance is listed by name on Schedule 1. It should be
noted again (see response to 2A) that adding a substance to Schedule 1 in itself is not a measure to
reduce emissions, and the extent to which PM10 precursor emissions may have to be reduced using
this tool is not determined at this point.
Le 27 juillet 2002
1B
Cette proposition n’est pas clairement justifiée. Elle est
fondée sur une seule conclusion, sans aucun document
sur lequel le public peut fonder ses commentaires. Un
rapport devrait être rédigé sur chaque substance,
indiquant en quoi elle est conforme aux prescriptions de
l’article 64 de la LCPE.
Gazette du Canada Partie I
2275
L’avis d’intention justifie cette proposition. Il fait notamment valoir que :
• les PM10 sont toxiques;
• le Rapport d’évaluation de la LSIP pour les PM10 précise que cette substance peut être rejetée
directement dans l’atmosphère ou se former secondairement dans l’atmosphère à partir des
précurseurs, à la suite de transformations physiques ou chimiques;
• le rapport détermine les principaux précurseurs de cette substance, soit le dioxyde de soufre, les
oxydes d’azote, l’ammoniac et les composés organiques volatils.
1C
Si l’on se fonde sur cette même logique, les précurseurs
aux précurseurs pourraient être déclarés toxiques
(p. ex., le soufre, l’oxygène et le carbone).
Sur le plan technique, cela pourrait être vrai pour certaines substances susceptibles de « se
transformer » ou de « provoquer une telle transformation ». Sur le plan pratique toutefois, ainsi
qu’il est indiqué dans le Rapport d’évaluation de la LSIP pour les PM10, appuyé par un rapport
récemment publié : « Contributions des précurseurs aux matières particulaires dans l’air ambiant au
Canada », les quatre substances énumérées dans l’avis d’intention sont considérées comme les
principaux précurseurs des PM10.
1D
Le Gouvernement devrait élaborer des lignes directrices
en vertu de l’article 69 de la LCPE qui interpréteraient
clairement ce type d’approche et son application.
Cette suggestion sera prise en considération.
1E
Les précurseurs ne sont pas des substances persistantes et La Liste des substances toxiques ne se limite pas aux substances de la voie 1 (substances
bioaccumulables et ne font pas partie des substances de
persistantes, bioaccumulables, toxiques et anthropiques) ciblées pour l’élimination virtuelle aux
la voie 1, au sens du processus de la LCPE.
termes de la loi ou conformément à la Politique fédérale de gestion des substances toxiques.
2
2A
3
CHEVAUCHEMENTS ET DUPLICATIONS
Cette proposition peut occasionner des chevauchements
et des duplications avec les nombreux programmes déjà
existants en vue de réduire les émissions de PM10 et ses
précurseurs. Elle mine l’Accord pancanadien sur
l’harmonisation du Conseil canadien des ministres de
l’Environnement (CCME) qui a élaboré le cadre
nécessaire à la mise en place d’une approche nationale
cohérente pour la Division juridiquement responsable de
la gestion des questions relatives à l’assainissement de
l’air.
Le fait d’ajouter les précurseurs des PM10 à l’annexe 1 de la LPCE 1999 ne permet pas, en soi,
d’avoir le contrôle sur les substances; il n’y a donc pas de chevauchements ni de duplications
possibles avec les programmes existants. Cette proposition met en place les bases juridiques
additionnelles qui permettront au gouvernement fédéral d’agir en vertu des termes de la LCPE
1999 auxquels il s’est déjà engagé en vertu des programmes existants.
Le gouvernement fédéral s’engage à respecter les Standards pancanadiens (SP) relatifs aux PM et à
l’ozone et il a publié les mesures qu’il entend prendre à cet égard dans le Plan intérimaire
2001concernant les matières particulaires et l’ozone. En collaboration avec les provinces et les
territoires, il poursuivra ses efforts stratégiques visant à réduire les émissions produites dans les
secteurs industriels clés. On verra à ce que les gouvernements les mieux placés prennent les
mesures d’intervention nécessaires. Le gouvernement fédéral peut être en meilleure position pour
agir dans certains cas, mais les provinces et les territoires seront tenus d’agir dans plusieurs autres
cas.
OBLIGATION
3A
L’obligation légale d’inscrire les précurseurs à la Liste
des substances toxiques n’est pas claire et devrait être
signalée.
Pour réduire les niveaux de PM10 dans l’air ambiant, il faut réduire les émissions de précurseurs, en
plus de réduire les émissions directes de PM, puisqu’en moyenne, la moitié, voire les deux tiers de
la masse des PM2,5 peut se former à partir des gaz précurseurs. Le gouvernement fédéral considère
la LCPE 1999 comme l’outil le plus important à sa disposition pour réduire les niveaux de PM
dans l’air ambiant. Pour réduire les émissions des précurseurs, le Gouvernement a besoin d’avoir
accès à toute la gamme « d’outils de la LCPE », y compris les règlements et les plans de prévention
de la pollution, disponibles seulement lorsque ces précurseurs sont énumérés à l’annexe 1.
3B
Il n’est pas nécessaire de déclarer toxiques les
précurseurs des PM10, étant donné que de nombreux
programmes fédéraux, provinciaux, et industriels
abordent la question des PM10 et que ceux-ci peuvent être
amendés ou élargis pour mieux répondre aux nouvelles
exigences.
Des structures et des initiatives ont effectivement été mises en place à ces niveaux, mais
l’expérience révèle qu’en dépit des efforts réunis à tous les paliers gouvernementaux et dans les
industries, nous n’avons pas réussi à assurer une gestion adéquate du smog. En fait, de nombreux
commentaires qui ont été reçus, reconnaissaient que des mesures supplémentaires devaient être
prises pour réduire les niveaux de PM10 dans l’air ambiant et ces commentaires appuyaient le
programme d’assainissement de l’air, du gouvernement fédéral.
Le Canada doit fournir des efforts concertés et obtenir la coopération de tous les niveaux de
compétence pour faire respecter les SP relatifs aux PM et à l’ozone. Les gouvernements fédéral,
provinciaux et territoriaux se sont engagés à prendre des mesures supplémentaires pour faire
respecter les SP et ils doivent respecter ces engagements. Le gouvernement fédéral s’est engagé à
faire sa part pour assurer le respect des SP et il a commencé à prendre des mesures en ce sens dans
le cadre du Plan intérimaire 2001 concernant les matières particulaires et l’ozone. Il est crucial que
le gouvernement fédéral puisse se servir de tous les « outils de la LCPE » pour pouvoir réaliser ces
engagements.
3C
Plusieurs industries font déjà des efforts pour réduire
leurs émissions toxiques par l’intermédiaire de divers
programmes et dans le cadre d’initiatives lancées sur une
base volontaire.
Le Gouvernement reconnaît que les industries font des efforts pour réduire leurs émissions de
PM10, d’ozone et leurs précurseurs et il les en félicite, et il continuera à travailler avec les industries
pour réussir à les réduire davantage où cela s’avère nécessaire; mais il faut faire davantage pour
protéger la santé des Canadiens.
3D
Le Canada est à contretemps avec les autres
gouvernements occidentaux qui n’ont pas inscrit ces
précurseurs sur la liste des substances toxiques.
Chaque pays possède une structure différente d’outils juridiques et peut utiliser un processus autre
que la déclaration des substances toxiques pour lutter contre les précurseurs des PM.
Indépendemment des outils ou procédés législatifs, plusieurs pays occidentaux (p. ex. la majorité
des pays de l’Union Européenne, les États-Unis et le Royaume-Uni) doivent mettre en œuvre des
mesures pour réduire les précurseurs des PM, tels le SO2 et les NOx , plus rigoureuses que celles
présentement exigées au Canada. Dans le cas de la LCPE, l’autorisation légale d’utiliser toute la
gamme d’outils, y compris les règlements ou les plans de prévention de la pollution et les plans
d’urgence environnementaux, n’est possible que dans la mesure où une substance est énumérée à
l’annexe 1. Notons encore une fois (voir la réponse au commentaire au point 2A) que l’ajout d’une
substance à l’annexe 1 ne constitue pas une mesure pour réduire les émissions en soi et que la
mesure à laquelle les émissions des précurseurs de PM10 devraient être réduites à l’aide de cet outil
n’est pas encore déterminée.
2276
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
3E
As an alternative approach, the proposed CEPA
Guideline for VOCs in Consumer Products should be
implemented to harmonize VOC limits with those in the
United States.
The CEPA guideline, while a useful measure, will only deal with a small portion of the emissions
of VOCs. Many other sources of VOCs as well as the other precursor pollutants need to be
considered in managing the risks associated with PM10.
3F
As an alternative approach, the Government should carry
out a multistakeholder process to identify fast-track, costeffective actions, develop PM reduction strategies that
would be most effective and efficient, and identify and
coordinate research programs to improve science.
The proposal does not preclude such actions. Similar actions are already underway through the PM
and Ozone CWS process. Currently, analytical approaches to multi-pollutant emission reduction
strategies (MERS) are being developed in consultation with provinces and stakeholders. MERS
activities are advancing for key industrial sectors. This analytical work will feed jurisdictional
implementation plans to be completed in the 2002-2003 timeframe. The CWS also commits
governments to conduct and coordinate science activities as part of its commitment to the Joint
Initial Actions to reduce pollutants contributing to PM and Ozone.
3G
Emissions of PM10 and its precursors are more
appropriately addressed under CEPA Part 3 (ambient
objectives and guidelines) and under Part 7 (international
air pollution).
Part 7 of CEPA is only applicable in situations of transboundary air pollution. Part 3 of CEPA is
available if needed, but may not be sufficient. The federal government needs access to all “CEPA
tools,” such as pollution prevention plans and regulations, which are only available if a substance is
listed on Schedule 1.
3H
The rationale for declaring precursors toxic has not been
followed in other cases of CEPA-toxics (e.g., for
acetaldehyde, 1,3-butadiene, acrylonitrile, acrolein).
CEPA 1999 provides for the use of processes other than PSL assessments, which was the process
used for the substances mentioned, for determining that a substance is toxic. The rationale is
followed in specific cases when it is necessary to reduce precursor emissions to a toxic substance,
such as was the case for dioxins and furans.
4
4A
CONSULTATIONS
The ministers did not conduct full consultations or give
advance notice prior to publishing the intent to declare
the precursors to PM10 toxic. The surprise of the proposal
is in contravention to the Government’s stated “new
architecture of environmental management” to partner
with industry.
The federal government is committed to meaningful involvement of stakeholders and has carefully
considered comments received throughout the process. The ministers published the Notice of Intent
and this response to comments to initiate the consultation process and provide an additional
opportunity for comment before following the formal consultation process under CEPA 1999.
Additional opportunities for stakeholder involvement will be available when planning risk
management options.
It should also be noted that there have been opportunities for consultation for more than a decade
on various scientific assessments and risk management efforts on PM10 and its precursors.
Examples include the PSL Report for PM, the PM SAD, the Canadian 1996 NOx/VOC Science
Assessment, international protocols under the United Nations Economic Commission for Europe
(UN ECE) to reduce NOx and VOCs, and the PM CWS.
4B
The CEPA National Advisory Committee (NAC) should
have been given the required opportunity to advise the
ministers prior to gazetting the proposal rather than using
the public 60-day comment period to obtain provincial
feedback.
5
COMMUNICATIONS
5A
There is a stigma around “toxic” as seen by the public. It
creates strong negative perceptions that make it appear
that there is a greater problem than there really is.
6
ECONOMICS
The federal government considered and responded to written comments on PM10 and advised the
NAC of the ministers’ intent. The federal government acknowledged the limited time for NAC
input prior to the Notice of Intent on the precursors to PM10 and agreed that a more extensive
process for obtaining advice from NAC would be followed in the future.
Careful communications with the public will be a critical component in the path forward. It should
be noted, however, that the public is well aware of the adverse effects of smog and the need to
improve Canada’s air quality. It is worth noting that studies conducted as part of the CWS process
suggest that the adverse effects of PM and ozone on human health in Canada far exceed that of
most of the other pollutants already declared toxic.
There has been no evaluation of the economic
implications of declaring the precursors to PM10 toxic,
which is a Treasury Board requirement. It could cause an
unnecessary financial burden and impact on industries
(e.g., small business, agriculture).
The addition of precursors to PM10 to the List of Toxic Substances does not, in itself, control the
substances. Therefore, there are no costs or benefits associated with adding the precursors to
Schedule 1, as this initiative is solely based on science.
6B
The proposal will reduce international competitiveness.
The addition of precursors to PM10 to Schedule 1 does not, in itself, control the substances in any
way. Therefore, there are no trade impacts in adding the precursors to Schedule 1. Impacts of any
control measure will be analyzed and considered during the risk management phase.
6C
Since the Government has not indicated its long-term
plans for management of PM10 and its precursors, it is
impossible to identify the impacts of this proposal.
Impacts will be addressed in the risk management stage when developing specific regulations or
instruments. Since the publication of the Notice of Intent, the federal government released its
Interim Plan 2001 on PM and Ozone which sets the federal agenda on smog for the coming years.
Through the PM and Ozone CWS process, analytical approaches to multi-pollutant emission
reduction strategies (MERS) are currently being developed in consultation with provinces and
stakeholders. MERS activities are advancing for key industrial sectors. This analytical work will
feed jurisdictional implementation plans to be completed in the 2002-2003 timeframe.
6A
Preliminary economic analyses to support risk management actions were conducted jointly with the
provinces and territories when developing the PM CWS. Additional economic analyses will be
conducted as required when developing appropriate strategies and control instruments. If the
federal government proposes regulations or other instruments for these substances, the Government
will undertake an assessment of the impacts associated with the proposed instruments. CEPA 1999
provides for an open and transparent process when developing regulations or instruments.
Le 27 juillet 2002
3E
3F
Comme solution de rechange, il faudrait mettre en
vigueur les lignes directrices de la LCPE relativement
aux composés organiques volatils (COV) contenus dans
les produits de consommation pour harmoniser les
restrictions imposées aux COV à celles des États-Unis.
Comme solution de rechange, le Gouvernement pourrait
faire appel à plusieurs intervenants pour trouver des
méthodes d’interventions accélérées et peu coûteuses,
élaborer des stratégies efficaces, rentables pour réduire
les PM, mettre en œuvre des programmes de recherche
qui favorisent l’avancement scientifique et en assurer la
coordination.
3G
Il vaudrait mieux aborder la question des émissions de
PM10 et de ses précurseurs aux termes de la partie 3 de la
LCPE (objectifs et directives ambiants) et de la partie 7
(pollution atmosphérique internationale).
3H
La justification pour la déclaration de toxicité pour les
précurseurs n’a pas été suivie dans le cas d’autres
substances inscrites à la LCPE (p. ex., pour
l’acetaldéhyde, le 1,3-butadiène, l’acrylonitrile,
l’acroléine).
CONSULTATIONS
Les ministres n’ont pas consulté l’ensemble des parties
intéressées ou donné un avis avant de rendre publique
leur intention de déclarer toxiques les précurseurs de
PM10. Cette proposition surprend et va à l’encontre de la
« nouvelle structure de la gestion de l’environnement »
selon laquelle le Gouvernement s’engageait à travailler
en partenariat avec l’industrie.
4
4A
4B
5
5A
6
6A
6B
6C
Gazette du Canada Partie I
2277
Les lignes directrices de la LCPE sont utiles, mais elles ne touchent qu’un faible pourcentage des
émissions de COV. Bien d’autres sources de COV, ainsi que les autres précurseurs polluants,
devront être pris en considération lors de la gestion de risques associés aux PM10.
La présente proposition ne fait pas obstacles à ce genre d’interventions. Des mesures similaires
sont déjà prises par l’intermédiaire des SP relatifs aux PM et à l’ozone. Présentement, une
approche analytique des stratégies de réduction d’émission de polluants multiples (SREPM) est
effectuée en collaboration avec les provinces et les intervenants. Ces stratégies sont élaborées pour
les secteurs industriels clés. Ce travail analytique servira à l’élaboration des plans juridiques qui
seront mis en œuvre en 2002-2003. Les SP obligent également les gouvernements à effectuer et à
coordonner des activités scientifiques dans le cadre des mesures conjointes initiales pour réduire
les polluants qui contribuent à la formation de PM et d’ozone.
La partie 7 de la LCPE n’est applicable que dans des situations de pollution atmosphérique
transfrontalière. Quant à la partie 3, elle peut être utile, mais elle ne suffit pas. Le gouvernement
fédéral doit avoir accès à tous les « outils de la LCPE », tels les plans et règlements en matière de
prévention de la pollution, et il ne peut les utiliser que dans la mesure où une substance est inscrite
à l’annexe 1.
La LCPE 1999 prévoit l’utilisation de processus autres que les évaluations de la LSIP pour
déterminer si une substance est toxique ou non, ce qui est le cas pour les substances mentionnées.
Une justification est fournie dans des cas spécifiques, lorsqu’il faut réduire les émissions des
précurseurs d’une substance toxique, comme dans le cas des dioxines et des furannes.
Le gouvernement fédéral souhaite la participation active des intervenants et il a tenu compte de
tous les commentaires reçus depuis le début du processus. Les ministres ont publié le présent avis
d’intention ainsi que cette réponse aux commentaires afin d’engager le processus de consultation et
de donner une occasion additionnelle de faire valoir ses idées avant que soit engagé le processus de
consultation officiel aux termes de la LCPE 1999. D’autres occasions de s’impliquer se
présenteront pour les parties intéressées lors de la planification des options relatives à la gestion de
risques.
Notons également qu’il y a eu de nombreuses occasions de consultation depuis plus d’une décennie
sur les diverses évaluations scientifiques et les efforts de gestion de risques pour les PM10 et ses
précurseurs. Par exemple, le rapport de la LSIP concernant les PM, le RES sur les PM, l’évaluation
des NOx et des COV au Canada en 1996, des protocoles internationaux en vertu de la Commission
Économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) pour réduire les NOx et les COV, ainsi
que les SP relatifs aux PM.
Il aurait fallu donner la possibilité au Comité consultatif
Le gouvernement fédéral a pris en considération les commentaires reçus au sujet des PM10, il y a
national (CCN) de la LCPE d’aviser les ministres, avant
répondu et a avisé le CCN de l’intention des ministres. Le CCN n’a effectivement pas eu beaucoup
de publier cette proposition dans la Gazette, plutôt que de de temps pour faire part de ses commentaires avant la publication de l’avis d’intention sur les
donner une période de 60 jours pour permettre aux
précurseurs de PM10, et le gouvernement fédéral convient qu’une plus longue période lui sera
provinces de faire part de leurs commentaires.
accordée à l’avenir.
COMMUNICATIONS
Le terme « toxique » a une connotation péjorative pour le Nous ferons des efforts particuliers, en terme de communication, pour bien renseigner le public.
grand public. Il est négatif et donne l’impression que le
Toutefois, il faudrait prendre note que le public est bien conscient des effets négatifs du smog sur la
problème est beaucoup plus grave qu’il ne l’est en
santé et de la nécessité d’améliorer la qualité de l’air au Canada. Par ailleurs, il faut aussi noter que
réalité.
les évaluations effectuées dans le cadre des SP indiquent que les effets négatifs des PM et de
l’ozone sur la santé humaine au Canada dépassent largement ceux des autres polluants déjà
déclarés toxiques.
ÉCONOMIE
On n’a pas évalué les conséquences économiques de
L’ajout des précurseurs des PM10 à la Liste des substances toxiques ne permet pas, en soi, d’avoir
cette déclaration suivant laquelle les précurseurs des
le contrôle sur ces substances. Ainsi, aucun coût ni bénéfice n’est associé à l’ajout de ces
PM10 sont toxiques, bien que ce soit une exigence du
précurseurs à l’annexe 1, puisque cette initiative a un caractère scientifique seulement.
Conseil du Trésor. Cette déclaration pourrait constituer
un fardeau financier inutile et avoir des conséquences sur Des analyses économiques préliminaires à l’appui des initiatives de gestion de risques ont été
l’industrie (p. ex., sur les petites entreprises,
effectuées en collaboration avec les provinces et territoires, lors de l’élaboration des SP relatifs aux
l’agriculture).
PM. D’autres analyses seront effectuées, si nécessaire, lorsque nous élaborerons les stratégies et les
instruments de contrôle appropriés. Si le gouvernement fédéral propose des règlements ou d’autres
instruments de contrôle pour ces substances, les conséquences associées à cette initiative seront
évaluées. La LCPE (1999) prévoit un processus ouvert et transparent pour l’élaboration de
règlements ou d’instruments de contrôle.
Cette proposition sera un frein à la compétitivité à
L’ajout des précurseurs des PM10 à l’annexe 1 ne permet pas, en soi, d’avoir le contrôle sur ces
l’échelle internationale.
substances. Cette initiative ne peut avoir aucune répercussion sur le commerce. Les répercussions
des mesures de contrôle seront analysées et prises en considération à l’étape de la gestion de
risques.
Comme le Gouvernement n’a pas fait état de ses plans à
Les conséquences seront analysées à l’étape de la gestion de risques, au moment de l’élaboration
long terme relativement à la gestion des PM10 et de ses
des règlements ou outils spécifiques. Depuis la publication de l’avis d’intention, le gouvernement
précurseurs, il est impossible de déterminer les
fédéral a rendu public son Plan intérimaire 2001concernant les matières particulaires et l’ozone et,
conséquences de cette proposition.
partant, lequel établissait sa stratégie de lutte contre le smog pour les années à venir. Présentement,
une approche analytique des stratégies de réduction d’émission de polluants multiples (SREPM) est
effectuée par l’intermédiaire des SP relatifs aux PM et à l’ozone, en collaboration avec les
provinces et les intervenants. Ces stratégies sont élaborées pour les secteurs industriels clés. Ce
travail analytique servira à l’élaboration des plans juridiques qui seront mis en œuvre en
2002-2003.
2278
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
7
UNINTENDED CONSEQUENCES
7A
Declaring the precursors to PM10 toxic will have
unintended impacts on other legislation (e.g.,
Transportation of Dangerous Goods Act, Workplace
Hazardous Materials Information System), existing
permits, and strategies (e.g., emissions trading).
The addition of PM10 precursors to Schedule 1 does not, in itself, control the substances in any
way. Therefore, there are no impacts on existing management initiatives or legislation. It does not
preclude the use of emissions trading, if it is deemed an appropriate tool during the risk
management phase.
7B
Declaring the precursors to PM10 toxic may result in
increases in other pollutants (e.g., ozone and greenhouse
gases), and may discourage the development of advanced
technologies (e.g., selective catalytic reduction (SCR),
which uses and releases small amounts of ammonia).
It is well recognized that certain emission control measures for one given pollutant can cause some
increase, usually minor, in another due to energy penalties associated with emission control
technologies (e.g., scrubbers for SO2 will cause slight increases in carbon dioxide (CO2), NOx and
PM emissions) or phenomenon such as localized ozone scavenging by NOx. Such issues, including
the use of multi-pollutant control programs, will be addressed in the risk management stage.
8
RISK MANAGEMENT
8A
There are concerns about the continued usage of
manganese-based fuel additives (such as MMT) in
Canada, which have been shown to poison the catalyst,
reduce fuel economy, and increase PM emissions.
Results from studies on MMT in both Canada and the United States are expected to become
available in the coming months and years. The federal government’s recently published Notice of
Intent for Cleaner Vehicles, Engines and Fuels is projected to result in significant reductions in
emissions of various pollutants from the transportation sector, including particulate emissions.
8B
An absence of suitable measuring devices should not be
considered an impediment to controlling emissions of
these gases.
As specific control measures are developed, the ability to measure and verify emission levels will
be taken into account.
9
9A
SCIENTIFIC FOUNDATION
There are scientific uncertainties with respect to personal
exposure, the relative contributions of precursors to the
formation of PM10, geographic and seasonal variabilities,
and conditions under which PM10 is formed. The PSL
assessment for PM10 does not provide a sense of priority
or focus for their control so it is premature to declare the
precursors toxic.
While there are some uncertainties in the science, these uncertainties do not refute the conclusion
that the precursors can transform into PM10, which is toxic. Risk assessments are not intended to
identify options for control or priorities. Rather, these uncertainties are related to such things as
source-receptor relationships and relative effectiveness of reducing one precursor compared to
another. As such, these uncertainties are relevant to the risk management stage and will be
considered when identifying priorities for action and developing specific control instruments to
reduce emissions of PM10 and its precursors.
The federal government has already outlined some of its priorities to improve air quality in its
Interim Plan 2001 for PM and Ozone. The Interim Plan sets out measures where the federal
government is best suited to act including a 10-year agenda for cleaner vehicles, engines and fuels
(aligned with those in the United States), an upgraded air monitoring network across Canada and
an expanded National Pollutant Release Inventory to ensure more reporting of emissions. In
addition, analytical approaches to multi-pollutant emission reduction strategies (MERS) are being
developed in consultation with provinces and stakeholders. MERS activities are advancing for key
industrial sectors. This analytical work will feed jurisdictional implementation plans to be
completed in the 2002-2003 timeframe.
To support these risk management discussions, the recent report “Precursor Contributions to
Ambient Fine Particulate Matter in Canada” (May 2001) has been completed. The report lays out
the current ambient data available characterizing the contributions of precursors to fine PM mass
across Canada. On average, one-half to two-thirds of PM2.5 mass can be attributed to contributions
from precursor gases in Canada.
9B
The Government should conduct a science assessment,
screening assessment, or review another jurisdictions’
assessment.
Recommending that the precursors be added to Schedule 1is based on the fact that they contribute
to the formation of PM10, which is toxic, not on their direct effects on human health and the
environment. A PSL assessment, which does not assess options or set priorities for risk
management, would add little to current knowledge and would result in significant delays to the
risk management process. Refer to comment #1A for details on the rationale for adding these
substances to Schedule 1 of CEPA 1999.
9C
Since the causal linkage has not been scientifically
demonstrated between PM and mortality or morbidity,
and the specificity of the toxicity of the PM components
has not been established, the Government could regulate
the wrong thing for the wrong reason.
As stated in the PSL report, the epidemiological evidence for mortality and morbidity in response
to current levels of particulate air pollution meets a number of the criteria for causality, including
consistency, dose-response relationship, coherence, temporal relationship and specificity (of both
outcome and agent). With respect to the biological plausibility of the association, the results of
animal studies and, to a lesser extent, controlled human studies provide support for the target
tissues and susceptible populations and preliminary indications of possible mechanisms. These
particulate matter-related adverse health effects are observed at concentrations currently occurring
in Canada. Results worldwide were highly consistent under the widely varying climatic exposure
conditions and pollutant mixtures encountered in the different locations. The database supports,
therefore, a causal relation between current ambient PM10 and PM2.5 exposure and adverse health
effects and provides a reasonable basis for preventive action.
The Order is not based on credible causal evidence but
on air pollution epidemiology. The proposed Notice of
Intent is being made despite a strong lack of information
on both the particulate composition and on the identity of
the particulate components that may be harmful to health.
As discussed in 9C, there are numerous sources of information to provide support for a causal link
between PM10 levels and mortality and morbidity. In addition, the inorganic composition of PM is
qualitatively well understood across Canada, and there are estimates of the carbonaceous fraction
for Toronto and Vancouver.
9D
Le 27 juillet 2002
7
7A
7B
8
8A
8B
9
9A
EFFETS IMPRÉVUS
Le fait de déclarer toxiques les précurseurs des PM10 aura
des répercussions sur d’autres lois (p. ex., la Loi sur le
transport des marchandises dangereuses, le Système
d’information sur les matières dangereuses utilisées au
travail), sur les stratégies et les permis existants (p. ex.,
l’échange des droits d’émission).
Le fait de déclarer toxiques les précurseurs des PM10 peut
se traduire par une hausse d’autres polluants
(p. ex. l’ozone et les gaz à effet de serre) et cela peut
décourager le développement de technologies de pointe
(p. ex., la réduction sélective catalytique (RSC), qui
utilise et rejette de petites quantités d’ammoniac).
GESTION DE RISQUES
On s’inquiète que l’on continue d’utiliser des additifs à
base de manganèse (tels que le MMT) au Canada, après
qu’il eut été démontré qu’il empoisonne le catalyseur,
réduit l’économie d’essence et accroît les émissions de
PM.
L’absence d’appareils de mesure acceptables ne devrait
pas être considérée comme un empêchement à la lutte
contre l’émission de ces gaz.
FONDEMENTS SCIENTIFIQUES
Des incertitudes scientifiques existent relativement aux
dangers de l’exposition aux précurseurs, à la contribution
des ces précurseurs à la formation de PM10, aux
variabilités géographiques et saisonnières et aux
conditions propices à la formation des PM10.
L’évaluation de la LSIP pour les PM10 ne démontre pas
que la question est prioritaire ou que nous devons
concentrer nos efforts sur cette question. Il est donc
prématuré de déclarer ces précurseurs toxiques.
Gazette du Canada Partie I
2279
Le fait d’ajouter les précurseurs des PM10 à l’annexe 1 ne permet pas, en soi, d’avoir le contrôle sur
ces substances. Cette déclaration n’a aucune répercussion sur les activités de gestion ou sur les lois
existantes. L’échange des droits d’émission n’est pas exclu si l’on considère que ceci serait un outil
adéquat à l’étape de la gestion de risques.
On sait très bien que certaines mesures visant à lutter contre les émissions d’un polluant donné se
traduisent par une hausse, généralement mineure, ailleurs, en raison des pénalités énergétiques
associées aux technologies de lutte contre les émissions (p. ex., les appareils de nettoyage du SO2
augmentent légèrement les émissions de gaz carbonique (CO2), de NOx et les émissions de PM) ou
elles se traduisent par le piégeage de l’ozone localisé par le NOx. Ces questions, y compris le
recours aux programmes de réduction de polluants multiples, seront abordées à l’étape de la
gestion de risques.
Les résultats d’études, tant au Canada qu’aux États-Unis, sur le MMT sont attendus dans les mois
et années à venir. Le gouvernement fédéral a récemment publié un avis d’intention pour les
véhicules, les moteurs et les carburants, afin de réduire de façon significative les émissions de
divers polluants dans le secteur du transport, y compris les émissions de particules atmosphériques.
Au fur et à mesure que des mesures de contrôle spécifiques sont élaborées, la capacité de mesurer
et de vérifier les niveaux d’émission sera prise en compte.
Il est vrai qu’il existe certaines incertitudes scientifiques au sujet des précurseurs, mais il est
irréfutable que ces substances peuvent se transformer en PM10 qui sont toxiques. L’évaluation des
risques n’a pas pour objectif de déterminer les options visant à contrôler les émissions ou d’établir
des priorités. Les incertitudes se situent plutôt au niveau du rapport source-récepteur et de
l’efficacité relative de la réduction d’un précurseur par rapport à un autre. Alors, elles se situent à
l’étape de la gestion de risques et on en tiendra compte au moment de la détermination des mesures
prioritaires et de l’élaboration d’instruments de contrôle spécifiques pour réduire les émissions de
PM10 et ses précurseurs.
Le gouvernement fédéral a déjà mentionné certaines de ses priorités pour améliorer la qualité de
l’air dans le cadre de son Plan intérimaire 2001 concernant les matières particulaires et l’ozone. Ce
plan établit les mesures où il est le mieux placé pour intervenir, dont un programme échelonné sur
10 ans pour les véhicules, les moteurs et les carburants moins polluants (en parallèle avec les
programmes mis en œuvre aux États-Unis), un réseau amélioré de contrôle de pollution
atmosphérique, partout au Canada, et l’inventaire national des rejets de polluants, afin d’assurer un
meilleur compte rendu des émissions. De plus, des approches analytiques des stratégies de
réduction d’émission de polluants multiples (SREPM) sont élaborées en collaboration avec les
provinces et les intervenants. Ces stratégies de réduction de polluants multiples progressent dans
les secteurs industriels clés. Ce travail analytique fournira de l’information aux plans de mise en
œuvre des juridictions devant être complétés dans le bloc de temps 2002-2003.
9B
Le gouvernement devrait effectuer une évaluation
scientifique, procéder à une vérification préalable, ou
consulter les évaluations d’autres autorités compétentes.
9C
Comme le rapport de cause à effet entre les PM et la
mortalité ou la morbidité ainsi que la spécificité de la
toxicité des composés des PM n’ont pas encore été
scientifiquement établis, le Gouvernement s’apprête
peut-être à réglementer la mauvaise chose pour la
mauvaise raison.
9D
Ce décret se fonde non pas sur des critères de causalité,
mais sur des études épidémiologiques de la pollution de
l’air. Le présent avis d’intention a été déposé malgré le
manque flagrant d’information à la fois sur la
composition des particules et sur l’identité de ses
composés.
Un rapport intitulé « Contributions des précurseurs aux matières particulaires dans l’air ambiant au
Canada » (mai 2001) vient d’être rédigé et servira de base aux discussions sur la gestion de risques.
Ce rapport fait état des données disponibles relativement à la formation des précurseurs des PM2.5
dans l’air ambiant, partout au Canada. En moyenne, la moitié, voire les deux tiers, de la masse des
PM2,5 peut se former à partir des gaz précurseurs au Canada.
Nous avons recommandé d’ajouter les précurseurs à l’annexe 1 parce qu’ils contribuent à la
formation des PM10 – lesquels sont toxiques – et non en raison de leurs effets directs sur
l’environnement et la santé humaine. Une évaluation de la LSIP qui n’examinerait pas les options
ni n’établirait les priorités en matière de gestion de risques n’apporterait pas grand-chose de
nouveau aux connaissances actuelles et occasionnerait des délais importants au processus de
gestion de risques. (Voir à ce sujet le commentaire no 1A justifiant la décision d’ajouter ces
substances à l’annexe 1 de la LCPE 1999).
Comme nous l’avons indiqué dans le Rapport d’évaluation de la LSIP, la preuve épidémiologique à
l’effet que les niveaux actuels de pollution atmosphérique par les particules sont à l’origine de la
mortalité et de la morbidité est conforme à un certain nombre de critères de causalité, y compris
l’uniformité, le rapport dose-réponse, la cohérence, la relation temporelle et la spécificité (du
résultat et de l’agent). Quant à la plausibilité biologique de l’association, les résultats d’études
expérimentales effectuées sur des animaux et, dans une moindre mesure, chez des humains,
appuient cette hypothèse pour les tissus-cibles, les populations susceptibles et donnent des
indications préliminaires sur les mécanismes possibles. On a observé les effets négatifs de ces
particules sur la santé dans des concentrations que l’on retrouve actuellement au Canada. Les
résultats obtenus à l’échelle internationale dans des conditions climatiques très variées et avec les
polluants les plus divers sont très uniformes. Les données recueillies montrent qu’il existe une
relation causale entre l’exposition aux PM10 et aux PM2,5 présentes dans l’air ambiant et que cette
exposition a des effets négatifs sur la santé. Notre volonté de prendre des mesures préventives est
donc raisonnablement fondée.
Ainsi que nous en avons discuté au point 9C, de nombreuses sources d’information indiquent
l’existence d’un lien de causalité entre les niveaux de PM10 , la mortalité et la morbidité. Par
ailleurs, les composés inorganiques des PM sont qualitativement bien compris, partout au Canada,
et des évaluations des particules de carbone ont été effectuées à Toronto et à Vancouver.
2280
9E
Canada Gazette Part I
The Government should conduct further research and
coordinate efforts with other organizations.
July 27, 2002
The federal government is committed to improving the science to support risk management actions.
In May 2001, Environment Canada compiled existing evidence into a new report titled “Precursor
Contributions to Ambient Fine Particulate Matter in Canada.” Through participation and support of
Canadian and international research associations such as NSERC (Natural Sciences and
Engineering Research Council), TSRI (Toxics Substances Research Initiative), PERD (Program on
Energy Research and Development), NARSTO (North American consortium for ozone and aerosol
research), GAW (Global Aerosol Watch program) and CFCAS (Canadian Federation for Climate
and Atmospheric Science), Environment Canada is able to access a broad spectrum of knowledge
and expertise and modify its own research program to fill the gaps most relevant to Canada. This
new science will continue to be shared with stakeholders as the science tools are evaluated and
applied in the development of emission reduction strategies and specific control instruments.
It should also be noted that through the process to review the CWS for PM and Ozone by end of
year 2005, Environment ministers agreed that additional scientific, technical and economic analysis
would be completed to reduce information gaps and uncertainties. As part of this review, a report
to ministers will be prepared in 2003 on the findings of PM and Ozone environmental, atmospheric
and health science, including a recommendation on a PM10-2.5 CWS.
Through the Joint Initial Actions to reduce pollutants contributing to PM and Ozone, ministers also
agreed to enhance the mechanisms for coordination of science activities and research programs.
This work will assist in informing the 2005 review of the CWS for PM and Ozone and is ongoing
through consultation with stakeholders on science activities.
10
DEFINITION OF PRECURSORS
10A
The process of selecting the precursors and rationale is
unclear. There are a number of other substances that can
also contribute to PM formation that have not been
considered in this process (e.g., heavy metals,
phosphates, carbonates, oxygen, water).
The ministers based their decision on the PSL Assessment Report for PM10, which identifies the
four principal precursors to PM2.5. PM10, which covers direct PM emissions that contain heavy
metals, are already listed on Schedule 1.
10B
NO is not considered a substance of concern and is not a
National Ambient Air Quality Objective (NAAQO).
The PSL assessment for PM10 identifies NOx (NO and NO2) as primary precursors of PM2.5.
Having a NAAQO is not a requirement for a declaration of toxicity.
11
11A
DEFINITION OF VOCs
Listing the precursors as broad classes of compounds is
not appropriate. Not all VOCs, which comprise
thousands of different chemicals, react to produce PM10.
Each VOC reacts differently in the atmosphere and
contributes differently to PM formation.
The addition of a broad class of chemicals to Schedule 1 of CEPA 1999 is appropriate and not
unprecedented. For example, polychlorinated dibenzodioxins, polychlorinated dibenzofurans and
polychlorinated biphenyls were all added to Schedule 1.
All VOCs with seven or more carbon atoms have the potential to contribute to PM formation.
The federal government recognizes the varying potential of VOCs to form secondary PM10;
however this does not refute the conclusion that VOCs can transform into PM10, which is toxic.
Rather, such issues are relevant to the risk management stage and will be considered when
identifying priorities for action and specific control measures to reduce emissions of PM10 and its
precursors.
11B
The proposal will result in common compounds being
declared toxic such as isopropyl alcohol (rubbing
alcohol), acetic acid (vinegar), and ethanol.
The proposal will not result in such substances being added to Schedule 1 as these substances do
not participate significantly in the atmospheric chemical processes of secondary PM formation.
11C
The proposal goes against the purpose of the List of
Toxic substances, which is to target the highest priority
toxics. Fragrance materials and certain consumer
products should receive separate and appropriate
consideration.
The List of Toxic Substances is not intended to prioritize substances or actions. Priorities for action
are identified in the risk management phase.
11D
Some of the precursors have previously undergone PSL
assessments and were declared non-toxic under CEPA
(e.g., toluene, xylenes).
The previous science assessments for toluene and xylene assessed their direct toxicity to human
health and did not assess the contribution of these substances to the formation of PM10 or ozone.
Referenced Documents
Clean Air Agenda (http://www.ec.gc.ca/air/pdfs/Cleanair_e.pdf)
Interim Plan 2001 on Particulate Matter and Ozone (www.ec.gc.ca/air/pdfs/200104_e.pdf)
Priority Substances List Assessment Report for Respirable Particulate Matter Less Than or Equal to 10 Microns (www.ec.gc.ca/
substances/ese/eng/psap/final/reports/PM-10_fin_e.pdf)
Precursor Contributions to Ambient Fine Particulate Matter in Canada, MSC Report, May 2001 (http://www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/
summary-pm2.5-Eng.pdf)
Notice of Intent for Cleaner Vehicles, Engines and Fuels (http://canada.gc.ca/gazette/part1/pdf/g1-13507.pdf)
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
9E
Gazette du Canada Partie I
2281
Le gouvernement fédéral devrait effectuer des recherches Le gouvernement fédéral s’engage à promouvoir la recherche scientifique afin de soutenir les
plus approfondies et coordonner ses efforts avec d’autres initiatives de gestion de risques. En mai 2001, Environnement Canada a procédé à la compilation
de preuves existantes publiées dans un nouveau rapport intitulé « Contributions des précurseurs
organisations.
aux matières particulaires dans l’air ambiant au Canada ». Grâce à la participation et au soutien
d’associations de recherche canadiennes et internationales tels le Conseil de recherches en sciences
naturelles et en génie (CRSNG), l’Initiative de recherche sur les substances toxiques (IRST), le
Programme de recherche et de développement énergétique (PRDE), la Stratégie nord-américaine
de recherche sur l’ozone troposphérique (NARSTO), la Veille de l’atmosphère du globe (VAG) et
la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l’atmosphère (FCSCA), Environnement
Canada a accès à un vaste éventail de connaissances et d’expertise et il peut modifier ses propres
programmes de recherche pour répondre aux besoins les plus pertinents au Canada. Nous
continuerons d’échanger de nouvelles connaissances scientifiques avec les parties intéressées, au
fur et à mesure que les outils scientifiques seront évalués et appliqués dans le cadre de stratégies de
réduction et de contrôle des émissions polluantes.
Notons également que les ministres de l’environnement se sont entendus pour effectuer des
analyses scientifiques, techniques et économiques plus approfondies pour pallier le manque
d’informations et les incertitudes, dans le cadre du processus de révision des SP relatifs aux PM et
à l’ozone qui se terminera à la fin de 2005. Un rapport sur les PM et l’ozone dans l’environnement,
sur les sciences de l’atmosphère et de la santé, sera présenté aux ministres en 2003 à l’issue de
l’examen des SP et on y fera des recommandations sur les SP relatifs aux PM10-2,5.
Les ministres se sont également entendus, dans le cadre des mesures conjointes initiales visant à
réduire les polluants à l’origine des PM et de l’ozone, pour rehausser les mécanismes de
coordination des activités scientifiques et des programmes de recherche. Ces travaux serviront de
base à l’examen des SP relatifs aux PM et à l’ozone, prévu en 2005, et se derouleront par le biais
de consultations avec les milieux scientifiques.
10
10A
10B
11
11A
11B
11C
11D
DÉFINITION DES PRÉCURSEURS
Le processus de sélection des précurseurs et sa raison
d’être sont ambigus. Une multitude de substances
peuvent contribuer à la formation des PM et n’ont pas été
considérées dans ce processus (p. ex., les métaux lourds,
les phosphates, les carbonates, l’oxygène, l’eau).
Le NO n’est pas considéré comme une substance
dangereuse et la lutte contre cette substance ne fait pas
partie des objectifs nationaux de qualité d’air
ambiant (ONQAA).
DÉFINITION DES COV
Les précurseurs ne doivent pas être inscrits à la liste au
titre de grandes catégories de substances. Les COV
englobent des milliers de produits chimiques différents et
ils ne sont pas tous des précurseurs des PM10. Chaque
COV réagit différemment dans l’atmosphère et contribue
à sa façon à la formation de PM.
Cette proposition nous amènera à déclarer toxiques des
composés communs tels que l’isopropanol (l’alcool à
friction), l’acide acétique (vinaigre) et l’éthanol.
Cette proposition va à l’encontre de l’objectif de la Liste
des substances toxiques qui est de cibler les composés
toxiques les plus importants. Les parfums et certains
produits de consommation devraient être traités
séparément.
Certains de ces précurseurs ont déjà été déclarés non
toxiques dans les évaluations de la LSIP de la LCPE
(p. ex., le toluène, les xylènes).
Les ministres ont fondé leur décision sur le Rapport d’évaluation de la LSIP pour les PM10 qui
identifie les quatre principaux précurseurs des PM2,5. Les PM10 qui englobent les émissions directes
de PM contenant des métaux lourds figurent déjà sur la liste de l’annexe 1.
Le rapport d’évaluation de la LSIP pour les PM10 indique que le NOx (NO et NO2) sont les
principaux précurseurs des PM. Les substances n’ont pas besoin de faire partie des ONQAA pour
faire l’objet d’une déclaration de toxicité.
L’ajout d’une large catégorie de produits chimiques à l’annexe 1 de la LCPE 1999 est approprié et
n’est pas sans précédent. Par exemple, les dibenzo-para-dioxines et les dibenzofurannes
polychlorés et les biphényls polychlorés, ont tous été ajoutés à l’annexe 1.
Tous les COV composés de sept atomes de carbone ou plus peuvent contribuer à la formation de
PM.
Le gouvernement fédéral reconnaît que les COV peuvent entraîner la formation secondaire de
PM10 de différentes manières; toutefois, cela ne réfute pas l’argument selon lequel les COV
peuvent se transformer en PM10, lesquels sont toxiques. Ces questions sont pertinentes à l’étape de
la gestion de risques et elles seront prises en considération lorsque l’on aura déterminé les priorités
et les mesures à prendre pour réduire les émissions de PM10 et ses précurseurs.
Cette proposition ne nous amènera pas à ajouter de telles substances à l’annexe 1 parce qu’elles ne
contribuent pas de façon significative à la formation secondaire de PM dans l’atmosphère.
La Liste des substances toxiques ne vise pas à établir des priorités dans les substances ou à
déterminer les mesures qui doivent être prises. Les priorités sont établies à l’étape de la gestion de
risques.
Les dangers que présentent le toluène et le xylène directement sur la santé humaine avaient été
évalués scientifiquement, mais pas leur contribution à la formation des PM10 ou de l’ozone.
Documents de référence
Plan d’action pour l’assainissement de l’air : http://www.ec.gc.ca/air/pdfs/Cleanair_f.pdf
Plan intérimaire 2001 concernant les matières particulaires et l’ozone : http://www.ec.gc.ca/air/pdfs/200104_f.pdf
Liste des substances d’intérêt prioritaire – Rapport d’évaluation – Particules inhalables de 10 microns ou moins : http://www.ec.gc.ca/
substances/ese/fre/pesip/final/reports/PM-10_fin_f.pdf
Contribution des précurseurs aux matières particulaires dans l’air ambiant au Canada. Rapport du SMC, mai 2001 : http://www.mscsmc.ec.gc.ca/saib/summary-pm2.5-Fr.pdf .
Avis d’intention pour les véhicules, les moteurs et les carburants : http://canada.gc.ca/gazette/part1/pdf/g1-13507.pdf
[30-1-o]
2282
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice Respecting an Administrative Agreement Between the
Governments of Canada and Quebec Pertaining to the Pulp and
Paper Sector
Avis concernant un accord administratif entre les gouvernements
du Canada et du Québec visant le secteur des pâtes et papiers
Notice is hereby given that the Minister of the Environment
and the Minister of Fisheries and Oceans have negotiated with the
province of Quebec the annexed proposed agreement entitled
“Administrative Agreement Between the Government of Quebec
and the Government of Canada Regarding the Implementation in
Quebec of the Regulations Pertaining to the Pulp and Paper Sector.” The Minister of the Environment is publishing the proposed
agreement in accordance with subsection 9(2) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999, S.C. 1999, c. 33 (hereafter
referred to as “CEPA 1999”).
Avis est par la présente donné que le ministre de l’Environnement et le ministre des Pêches et des Océans ont négocié avec la
province de Québec le projet d’accord en annexe intitulé « Accord administratif entre le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada dans le cadre de l’application au Québec de la
réglementation visant le secteur des pâtes et papiers ». Le ministre
de l’Environnement publie ce projet d’accord conformément au
paragraphe 9(2) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999), L.C. (1999) c. 33 (ci-après nommée
« LCPE 1999 »).
The proposed agreement recognizes Quebec as the principal
interlocutor for receiving from the pulp and paper sector data and
information required pursuant to the following three federal
regulations: Pulp and Paper Mill Effluent Chlorinated Dioxins
and Furans Regulations and Pulp and Paper Mill Defoamer and
Wood Chip Regulations made pursuant to CEPA 1999 and Pulp
and Paper Effluent Regulations made pursuant to the Fisheries
Act. Each level of government will retain full responsibility for
verifying compliance and enforcing their respective regulations.
The governments of Canada and Quebec intend to sign the proposed agreement in the fall of 2002. The signatories to the proposed agreement for Canada are the Minister of the Environment
and the Minister of Fisheries and Oceans and for the province of
Quebec the “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement” and the “ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.”
Le projet d’accord reconnaît le Québec comme interlocuteur
unique pour recueillir les données et l’information auprès du secteur des pâtes et papiers qui sont requises en vertu des trois règlements fédéraux suivants : le Règlement sur les dioxines et les
furannes chlorés dans les effluents des fabriques de pâtes et papiers et le Règlement sur les additifs antimousse et les copeaux de
bois utilisés dans les fabriques de pâtes et papiers, pris aux termes de la LCPE 1999 et le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers, pris aux termes de la Loi sur les pêches.
Chaque palier de gouvernement conservera la pleine responsabilité de la vérification de la conformité et de l’application de ses
règlements respectifs. Les gouvernements du Canada et du Québec prévoient signer ce projet d’accord à l’automne 2002. Les
signataires du projet d’accord pour le Canada sont le ministre de
l’Environnement et le ministre des Pêches et des Océans et les
signataires pour la province de Québec sont le ministre d’État à
l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement ainsi
que le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales
canadiennes.
Interested persons requiring additional information should refer
to the Web site of the CEPA Environmental Registry at http://
www.ec.gc.ca/ceparegistry or contact Cynthia Wright, Director
General, Strategic Priorities Directorate, Environmental Protection Service, Department of the Environment, 351 Saint-Joseph
Boulevard, Hull, Quebec K1A 0H3 (DGSPD@ec.gc.ca).
Les personnes intéressées à obtenir de plus amples renseignements peuvent consulter le Registre environnemental de la LCPE,
au site Web suivant : http://www.ec.gc.ca/RegistreLCPE ou communiquer avec Cynthia Wright, Directrice générale, Direction
générale des priorités stratégiques, Service de la protection de
l’environnement, Ministère de l’Environnement, 351, boulevard
Saint-Joseph, Hull (Québec) K1A 0H3 (DGSPD@ec.gc.ca).
Interested persons may, within 60 days after the publication of
this notice, file with the Minister comments or a notice of objection with respect to the proposed agreement. All such comments
and notices must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of
publication of this notice, and be sent to Cynthia Wright, Director
General, Strategic Priorities Directorate, Environmental Protection Service, Department of the Environment, 351 Saint-Joseph
Boulevard, Hull, Quebec K1A 0H3 (DGSPD@ec.gc.ca).
Les personnes intéressées peuvent, au terme d’un délai de
60 jours après la publication du présent avis, présenter des
commentaires ou un avis d’opposition relativement au projet
d’accord. Ces commentaires et avis doivent citer la Partie I de la
Gazette du Canada et la date de publication de cet avis et le faire
parvenir à Cynthia Wright, Directrice générale, Direction générale des priorités stratégiques, Service de la protection de
l’environnement, Ministère de l’Environnement, 351, boulevard
Saint-Joseph, Hull (Québec) K1A 0H3 (DGSPD@ec.gc.ca).
Pursuant to section 313 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person who provides information in response to this notice may submit, with the information, a written
request that it be treated as confidential.
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements relatifs au présent avis peut en même temps demander
que les renseignements fournis soient considérés comme
confidentiels.
DAVID ANDERSON
Minister of the Environment
Le ministre de l’Environnement
DAVID ANDERSON
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2283
ADMINISTRATIVE AGREEMENT BETWEEN THE
GOVERNMENT OF QUEBEC AND THE GOVERNMENT OF
CANADA REGARDING THE IMPLEMENTATION IN
QUEBEC OF THE REGULATIONS PERTAINING TO THE
PULP AND PAPER SECTOR
ACCORD ADMINISTRATIF ENTRE LE GOUVERNEMENT
DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA DANS
LE CADRE DE L’APPLICATION AU QUÉBEC DE LA
RÉGLEMENTATION VISANT LE SECTEUR DES
PÂTES ET PAPIERS
ADMINISTRATIVE AGREEMENT
BETWEEN
THE GOVERNMENT OF QUEBEC, represented by the
“ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de
l’Environnement” and the “ministre délégué aux Affaires
intergouvernementales canadiennes,” hereinafter referred to
as “Quebec,” for the first part,
AND
THE GOVERNMENT OF CANADA, represented by the
Minister of the Environment and the Minister of Fisheries
and Oceans, hereinafter referred to as “Canada,” for the second part.
WHEREAS Quebec and Canada recognize the need and priority to ensure the cleanup of effluents from the pulp and paper
sector in order to better protect the environment, in particular, by
reducing the effects of effluents on the aquatic environment including fish and its habitat, as well as to protect human health
against deleterious substances;
ACCORD ADMINISTRATIF
ENTRE
LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC, représenté par le
ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement et le ministre délégué aux Affaires
intergouvernementales canadiennes, ci-après appelé le
« Québec », d’une part,
ET
LE GOUVERNEMENT DU CANADA, représenté par le
ministre de l’Environnement et le ministre des Pêches et des
Océans, ci-après appelé le « Canada », d’autre part.
WHEREAS Quebec and Canada have each enacted regulations
to reduce the release of toxic and deleterious substances resulting
from the operations of the pulp and paper sector;
WHEREAS Quebec and Canada regulations contain comparable provisions;
WHEREAS the Governments of Quebec and of Canada signed
an agreement entitled “Agreement between the Governments of
Quebec and Canada Regarding the Implementation in Quebec of
Federal Regulations Respecting Pulp and Paper Mills” on November 24, 1997, and this Agreement expired on March 31, 2000;
WHEREAS Quebec and Canada recognize the benefit of
adopting a cooperative approach to reduce administrative duplication resulting from comparable regulatory provisions and that
there is a need to specify the procedures of this approach in an
agreement;
WHEREAS Quebec is better positioned to collect information
from pulp and paper sector operators as well as to monitor the
quality of such information, particularly because of the geographical locations of its regional offices;
WHEREAS subsection 1 of section 12 of An Act respecting the
Ministère de l’environnement (R.S.Q., c. M-15.2.1) provides that,
in accordance with the Act, the “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement” may enter into an
agreement with a government, other than the Government of
Quebec, a department of such a government, an international organization, or agency of such a government or organization;
WHEREAS this Agreement constitutes an intergovernmental
agreement as defined in section 3.7 of An Act respecting the
Ministère du Conseil exécutif (R.S.Q., c. M-30);
WHEREAS pursuant to section 3.8 of An Act respecting the
Ministère du Conseil exécutif, intergovernmental agreements
within Canada must be approved by the Government of Quebec
and signed by the “ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes” in order to be valid;
ATTENDU QUE le Québec et le Canada reconnaissent la nécessité et la priorité d’assurer l’assainissement des effluents provenant du secteur des pâtes et papiers afin de mieux protéger
l’environnement, particulièrement en atténuant les effets des effluents sur le milieu aquatique, y compris le poisson et son habitat, ainsi que pour protéger la santé humaine contre les substances
nocives;
ATTENDU QUE le Québec et le Canada ont chacun promulgué des règlements pour réduire les rejets des substances toxiques
et les rejets de substances nocives résultant des opérations du
secteur des pâtes et papiers;
ATTENDU QUE les règlements du Québec et du Canada comprennent des dispositions comparables;
ATTENDU QUE les Gouvernements du Québec et du Canada
ont conclu, le 24 novembre 1997, une entente intitulée « Entente
entre le Gouvernement du Québec et le Gouvernement du Canada
dans le cadre de l’application au Québec de la réglementation
fédérale sur les fabriques de pâtes et papiers » et que cette entente
est échue depuis le 31 mars 2000;
ATTENDU QUE le Québec et le Canada reconnaissent le bénéfice d’utiliser une approche de coopération afin de diminuer les
dédoublements administratifs découlant des dispositions réglementaires comparables et qu’il y a lieu d’en préciser les modalités
dans un accord;
ATTENDU QUE le Québec est le mieux placé pour recueillir
de l’information auprès des exploitants dans le secteur des pâtes
et papiers ainsi que pour contrôler la qualité de cette information
en raison notamment, de la situation géographique de ses bureaux
régionaux;
ATTENDU QUE le paragraphe 1 de l’article 12 de la Loi sur le
ministère de l’Environnement (L.R.Q., c. M-15.2.1) prévoit que le
ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de
l’Environnement peut conclure, conformément à la loi, une entente avec un gouvernement autre que celui du Québec, l’un de
ses ministères, une organisation internationale ou un organisme
de ce gouvernement ou de cette organisation;
ATTENDU QUE le présent accord constitue une entente intergouvernementale aux termes de l’article 3.7 de la Loi sur le Ministère du Conseil exécutif (L.R.Q., c. M-30);
ATTENDU QU’en vertu de l’article 3.8 de la Loi sur le Ministère du Conseil exécutif, les ententes intergouvernementales
canadiennes doivent, pour être valides, être approuvées par le
gouvernement et être signées par le ministre délégué aux Affaires
intergouvernementales canadiennes;
2284
Canada Gazette Part I
WHEREAS the Minister of Fisheries and Oceans of Canada
may, with the approval of the Governor in Council and pursuant
to section 5 of the Department of Fisheries and Oceans Act, enter
into agreements with the Government of Quebec respecting the
carrying out of programs for which the Minister is responsible;
WHEREAS the Minister of the Environment may, with the approval of the Governor in Council and pursuant to section 9 of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999, enter into agreements with the Government of Quebec with respect to the administration of this Act;
WHEREAS by order of the Governor in Council __________
dated ___________, the Minister of the Environment and the
Minister of Fisheries and Oceans are authorized to sign this
Agreement for the Government of Canada; and
July 27, 2002
WHEREAS the Government of Quebec, pursuant to order
__________, has approved the terms of this Agreement and has
authorized the “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et
ministre de l’Environnement” to sign jointly with the “ministre
délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.”
IN WITNESS WHEREOF, QUEBEC AND CANADA
AGREE TO THE FOLLOWING:
ATTENDU QUE le ministre des Pêches et des Océans du Canada peut, avec l’agrément du Gouverneur en conseil et en vertu
de l’article 5 de la Loi sur le ministère des Pêches et des Océans,
conclure avec le gouvernement du Québec des accords relatifs à
la réalisation de programmes relevant de sa compétence;
ATTENDU QUE le ministre de l’Environnement du Canada
peut, avec l’agrément du Gouverneur en conseil et en vertu de
l’article 9 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), conclure avec le gouvernement du Québec des
accords relatifs à l’exécution de cette loi;
ATTENDU QUE le Gouverneur en conseil, par décret
__________ en date du ___________ a autorisé le ministre de
l’Environnement et le ministre des Pêches et des Océans du Canada à signer le présent accord au nom du gouvernement du
Canada;
ATTENDU QUE le gouvernement du Québec, en vertu du décret __________, a approuvé les termes du présent accord et a
autorisé le ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement à le signer conjointement avec le ministre
délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.
EN FOI DE QUOI, LE QUÉBEC ET LE CANADA CONVIENNENT DE CE QUI SUIT :
1. DEFINITION
1. DÉFINITION
For the purposes of this Agreement, the term “pulp and paper
sector” includes pulp and paper mills and plants as well as off-site
treatment facilities.
Pour les fins de l’accord l’expression « secteur des pâtes et papiers » inclut les fabriques et les usines de pâtes et papiers ainsi
que les installations extérieures de traitement.
2. RELEVANT REGULATIONS
2. RÈGLEMENTS VISÉS
This Agreement pertains to the following regulations of Quebec and Canada:
For Canada
— The Pulp and Paper Effluent Regulations, SOR/92-269 and
its subsequent amendments, enacted under the Fisheries
Act, R.S.C. 1985, c. F-15 and its subsequent amendments;
— The Pulp and Paper Mill Effluent Chlorinated Dioxins and
Furans Regulations, SOR/92-267 and its subsequent
amendments, enacted under the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, S.C. 1999, c. 33 and its subsequent
amendments;
— The Pulp and Paper Mill Defoamer and Wood Chip Regulations, SOR/92-268 and its subsequent amendments, enacted under the Canadian Environmental Protection Act,
1999, S.C. 1999, c. 33 and its subsequent amendments.
Le présent accord vise les règlements du Québec et du Canada
suivants :
Pour le Canada
— Le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers, DORS/92-269 et ses modifications subséquentes, pris
en vertu de la Loi sur les pêches, L.R.C. (1985) c. F-15 et
ses modifications subséquentes;
— Le Règlement sur les dioxines et les furannes chlorés
dans les effluents des fabriques de pâtes et papiers,
DORS/92-267 et ses modifications subséquentes, pris en
vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), L.C. (1999) c. 33 et ses modifications
subséquentes;
— Le Règlement sur les additifs antimousse et les copeaux de
bois utilisés dans les fabriques de pâtes et papiers,
DORS/92-268 et ses modifications subséquentes, pris en
vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), L.C. (1999) c. 33 et ses modifications
subséquentes.
Pour le Québec
— Le Règlement sur les fabriques de pâtes et papiers, édicté
par le décret 1353-92 du 16 septembre 1992, publié à la
partie 2 de la Gazette officielle du Québec du 7 octobre
1992, à la page 6035 et ses modifications subséquentes;
— Le Règlement sur les attestations d’assainissement en milieu industriel, édicté par le décret 601-93 du 28 avril 1993,
publié à la partie 2 de la Gazette officielle du Québec du
12 mai 1993, à la page 3377 applicable, depuis le 26 mai
1993 en vertu du décret 602-93, aux établissements industriels qui fabriquent de la pâte destinée à être vendue ou un
produit du papier au sens de l’article 1 du Règlement sur les
fabriques de pâtes et papiers, pris en vertu de la Loi sur la
qualité de l’environnement.
For Quebec
— The Regulation respecting pulp and paper mills, enacted by
decree 1353-92 of September 16, 1992, published in Part 2
of the Gazette officielle du Québec of October 7, 1992, on
page 6035 and its subsequent amendments;
— The Regulation respecting industrial depollution attestations, enacted by decree 601-93 of April 28, 1993, published in Part 2 of the Gazette officielle du Québec of
May 12, 1993, on page 3377 which is applicable, as of
May 26, 1993, pursuant to decree 602-93, to industrial
establishments that produce pulp for the purposes of sale or
a paper product as defined by section 1 of the Regulation
respecting pulp and paper mills, enacted by the Environment Quality Act.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2285
3. PURPOSE AND OBJECTIVES OF THE AGREEMENT
3.1 PURPOSE
3. OBJET ET OBJECTIFS DE L’ACCORD
3.1 OBJET
The purpose of this Agreement is to define the procedures for
cooperation between Quebec and Canada regarding the implementation in Quebec of the regulations pertaining to the pulp and
paper sector.
3.2 ADMINISTRATIVE OBJECTIVES
L’objet de cet accord est de définir les modalités de collaboration entre le Québec et le Canada dans le cadre de l’application,
au Québec, de la réglementation visant le secteur des pâtes et
papiers.
3.2 OBJECTIFS ADMINISTRATIFS
In order to maximize the effectiveness and efficiency of the
government administrations involved by ensuring the best possible use of resources and minimizing the ensuing administrative
responsibilities, the parties agree on the following administrative
objectives:
(a) reduce the administrative duplication resulting from comparable regulatory provisions;
(b) improve the protection of the environment by optimizing
the resources required to verify compliance with the regulations of Canada and of Quebec governing the pulp and
paper sector;
(c) ensure the collection, processing, and quality control of information gathered by Quebec and exchanged between
Quebec and Canada;
(d) recognize Quebec as principal interlocutor, for the receipt
of information to be exchanged pursuant to this Agreement,
without restricting Quebec and Canada from their respective obligations to administer their acts and regulations;
(e) recognize Quebec as the main contact with the pulp and paper sector in Quebec, without restricting Quebec and Canada from their respective obligations to administer their acts
and regulations;
(f) specify the procedures for the exchange of information
collected by Quebec, and required by Canada and Quebec,
to verify compliance with their respective regulations and
to fulfill their respective parliamentary responsibilities; and
(g) ensure that the exchange of information will occur within
reasonable time frames as established by the Management
Committee.
Afin de maximiser l’efficacité et l’efficience des administrations gouvernementales concernées en s’assurant de la meilleure
utilisation possible des ressources et en minimisant les charges
administratives qui en découlent, les parties s’engagent à viser les
objectifs administratifs suivants :
a) réduire les dédoublements administratifs découlant des dispositions réglementaires comparables;
b) améliorer la protection de l’environnement en optimisant
les ressources nécessaires à la vérification de la conformité
des règlements du Canada et du Québec dans le secteur des
pâtes et papiers;
c) assurer les activités de collecte, de traitement et de contrôle
de la qualité de l’information recueillie par le Québec et
échangée entre le Québec et le Canada;
d) reconnaître le Québec à titre d’interlocuteur unique, pour
fins de réception de l’information qui sera échangée en
vertu du présent accord, sans soustraire le Québec et le Canada à leurs obligations respectives d’appliquer leurs lois et
leurs règlements;
e) reconnaître le Québec à titre d’intervenant principal dans
les relations et les communications auprès du secteur des
pâtes et papiers au Québec, sans soustraire le Québec et le
Canada à leurs obligations respectives d’appliquer leurs lois
et leurs règlements;
f) préciser les modalités d’échange de l’information recueillie
par le Québec, et nécessaire au Canada ainsi qu’au Québec
afin qu’ils vérifient la conformité à leur réglementation respective et qu’ils s’acquittent de leurs obligations auprès de
leur parlement respectif;
g) assurer que cet échange d’information se fasse dans des
délais raisonnables tels qu’établis par le Comité de gestion.
4. RESPONSIBILTY OF THE GOVERNMENT OF
QUEBEC
4. OBLIGATIONS DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC
Quebec undertakes to carry out the following tasks in accordance with the procedures established by the Management Committee set out in Appendices 2 and 3:
(a) as principal interlocutor for the receipt of information, collect and transfer to Canada the data in Appendix 1 that are
provided by the pulp and paper sector pursuant to the federal and Quebec regulations;
(b) prepare and provide to Canada the information set out in
the follow-up procedures and listed under Appendix 2;
(c) carry out the annual deposits control program of pulp and
paper mills of Quebec, namely, the characterization of the
components of the effluent of five mills and measurement
of the toxicity of effluent from twenty mills, prepare reports
and present them to Canada;
(d) carry out a systematic inspection program for the pulp and
paper sector in accordance with the Quebec regulations
providing for at least one annual inspection per mill.
Le Québec s’engage à réaliser les tâches suivantes selon les
mécanismes établis par le Comité de gestion et énumérés aux
annexes 2 et 3 :
a) recueillir et transmettre au Canada, à titre d’interlocuteur
unique pour fins de réception de l’information, les données
de l’annexe 1 qui sont fournies par le secteur des pâtes
et papiers en vertu des réglementations fédérales et
québécoises;
b) préparer et transmettre au Canada les informations prévues
aux mécanismes de suivi et énumérées à l’annexe 2;
c) réaliser le programme annuel de contrôle des rejets des fabriques de pâtes et papiers du Québec, soit la caractérisation des effluents de cinq fabriques et la mesure de la toxicité des effluents de vingt fabriques, préparer les rapports et
les transmettre au Canada;
d) réaliser le programme d’inspection systématique du secteur
des pâtes et papiers en fonction des règlements québécois,
prévoyant au moins une inspection annuelle par fabrique.
5. RESPONSIBILITY OF THE GOVERNMENT OF
CANADA
Canada undertakes the following:
5. OBLIGATIONS DU GOUVERNEMENT DU CANADA
Le Canada s’engage à :
2286
Canada Gazette Part I
5.1 prepare and provide to Quebec information set out in the
follow-up procedures and listed under Appendix 2;
5.2 as of April 1, 2000, provide Quebec with the use of
$225,000 of equipment annually for the duration of the
Agreement to cover part of the costs expended in carrying
out the tasks outlined in Appendix 3.
6. DATA MANAGEMENT
The parties agree to the following:
6.1 the Management Committee will assess the possibility of
updating or replacing the current “Indmon Mef” system of
management and electronic transmission of data. If the
system is updated or replaced, the Committee will predetermine a time frame, a means of financing, intellectual
property rights, and the user rights for such a system.
6.2 in the interim, Quebec will ensure the maintenance of the
present system and make the required improvements, in
particular those related to amendments which may be made
to the federal and Quebec regulations.
July 27, 2002
5.1 préparer et transmettre au Québec les informations prévues
aux mécanismes de suivi et énumérées à l’annexe 2;
5.2 fournir au Québec, à compter du 1er avril 2000, des équipements pour un montant de 225 000 $ par année pendant
la durée de l’accord pour couvrir une partie des coûts
engendrés par la réalisation des mandats énumérés à
l’annexe 3.
6. GESTION DES DONNÉES
Les parties conviennent :
6.1 que le Comité de gestion évalue la possibilité de mettre à
niveau ou de remplacer le système actuel de gestion et de
transmission électronique des données « Indmon Mef ». Le
cas échéant, le Comité de gestion déterminera au préalable
un échéancier, un mode de financement, les droits de propriété intellectuelle ainsi que les droits d’utilisation d’un tel
système;
6.2 qu’entre temps le Québec assure l’entretien du système
actuel et y apporte les améliorations requises, notamment
en fonction des modifications qui pourraient être apportées
aux règlements fédéraux et québécois.
7. ACCESS TO INFORMATION
7. ACCÈS À L’INFORMATION
Data collected pursuant to this Agreement are subject to the
provisions of An Act respecting access to documents held by
public bodies and the protection of personal information
(R.S.Q., c. A-2.1), the Environment Quality Act (R.S.Q., c. Q-2),
as well as the Access to Information Act, R.S.C. 1985, c. A-1, the
Privacy Act, R.S.C. 1985, c. P-21, the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, S.C. 1999, c. 33 and their subsequent
amendments.
Les données recueillies dans le cadre du présent accord sont assujetties aux dispositions de la Loi sur l’accès aux documents des
organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (L.R.Q., c. A-2.1), la Loi sur la qualité de l’environnement (L.R.Q., c. Q-2) ainsi qu’aux dispositions de la Loi sur
l’accès à l’information, L.R.C. (1985) c. A-1, la Loi sur la protection des renseignements personnels, L.R.C. (1985) c. P-21 et la
Loi canadienne pour la protection de l’environnement (1999),
L.C. (1999) c. 33, compte tenu de leurs modifications éventuelles.
8. MANAGEMENT COMMITTEE
8. COMITÉ DE GESTION
The parties entrust the management of this Agreement to a bipartite committee. The Committee is made up of six representatives of the signing parties, three of whom are appointed by Quebec and three by Canada. The Committee is jointly chaired by a
representative of the federal government and a representative of
the Quebec government appointed by the respective ministers of
the environment. The Quebec government is responsible for the
Secretariat of the Committee.
8.1 OPERATION OF THE MANAGEMENT
COMMITTEE
(a) The Management Committee shall meet at least twice
yearly or upon the written request of one of the parties, at
a place and time mutually agreed to by the co-chairs.
(b) A member of the Management Committee may authorize
another person to replace him or her at Management
Committee meetings and make decisions on his or her
behalf.
(c) All Management Committee decisions require a consensus among its members. Where the Management Committee cannot reach a consensus, the outstanding issue
shall be submitted to the Quebec Deputy Minister of the
Environment and to the Regional Director General of the
Quebec Region of the Department of the Environment,
Canada.
(d) The Management Committee shall cease its activities no
later than six (6) months after the expiry date of the
Agreement.
Les parties confient à un comité bipartite la gestion du présent
accord. Le Comité de gestion est composé de six représentants
des parties signataires, dont trois désignés par le Québec et trois
par le Canada. Le Comité est coprésidé par un représentant fédéral et un représentant québécois désignés respectivement par les
ministres de l’Environnement. Le secrétariat du Comité est assumé par le Québec.
8.1 FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE GESTION
a) Le Comité de gestion se réunit au moins deux fois par
année ou à la demande écrite de l’une des parties, aux
lieux et dates convenus par les coprésidents.
b) Un membre du Comité de gestion peut autoriser une personne à le remplacer aux réunions du Comité et à prendre
une décision en son nom.
c) Toute décision du Comité de gestion nécessite un consensus de ses membres. Dans le cas où le Comité de gestion ne peut en venir à un consensus, le différend est
soumis au sous-ministre de l’Environnement du Québec
et au Directeur général régional de la région du Québec
au ministère de l’Environnement du Canada.
d) Le Comité de gestion met fin à ses activités au plus tard
six (6) mois après la date d’expiration de l’accord.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2287
8.2 ROLES AND RESPONSIBILITIES
8.2 RÔLES ET RESPONSABILITÉS
The Management Committee:
(a) shall ensure the implementation of this Agreement and
the compliance with its objectives and terms and
conditions;
(b) shall develop and modify, as required, procedures and
mechanisms required for the effective management of
this Agreement;
(c) shall ensure the free and complete flow of information
regarding this Agreement between Quebec and Canada;
(d) shall prepare and present yearly to the Minister of the
Environment of Canada, the Minister of Fisheries and
Oceans, and the Quebec “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement”, at
the latest three (3) months after the end of the year, a report on the progress of activities and tasks set out in this
Agreement and the funds allocated to those activities
and tasks;
(e) shall suggest to the Minister of the Environment of Canada, the Minister of Fisheries and Oceans, and the Quebec “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et
ministre de l’Environnement” changes to this Agreement
in accordance with the terms set out in Article 10;
(f) shall suggest to the Minister of the Environment of Canada, the Minister of Fisheries and Oceans, and the Quebec “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement” amendments to the current
regulations;
(g) shall ensure that the parties consult one another in matters of public communications and requests for information from the media concerning the Agreement;
(h) shall establish procedures to allow the parties to share
with one another information on enforcement action
taken and to be taken under their respective regulations;
(i) shall analyze reports on verification of compliance by
the pulp and paper sector as well as the actions taken by
Quebec and Canada;
(j) shall provide a new draft agreement to the Minister of
the Environment of Canada, the Minister of Fisheries
and Oceans, and the Quebec “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement,”
six (6) months before the expiry of this Agreement;
(k) shall ensure the procedures for the acquisition and management of the equipment provided to Quebec under
subsection 5.2;
(l) shall set up specific projects to facilitate the implementation of this Agreement; and
(m) shall prepare an evaluation report on the Agreement and
its management that shall be tabled before March 1,
2004.
Le Comité de gestion :
a) assure la mise en œuvre du présent accord et voit à ce
que les objectifs ainsi que les termes et conditions du
présent accord soient respectés;
b) élabore et modifie au besoin les procédures et mécanismes nécessaires à la gestion efficace du présent accord;
c) assure la libre et entière circulation des informations
pertinentes à l’accord entre le Québec et le Canada;
d) rédige et présente annuellement au ministre de l’Environnement du Canada, au ministre des Pêches et des
Océans et au ministre d’État à l’Environnement et de
l’Eau et ministre de l’Environnement du Québec, au plus
tard trois (3) mois suivant l’année concernée, un rapport
sur l’état d’avancement des activités et des travaux prévus au présent accord ainsi que sur les fonds qui y ont
été consacrés;
e) suggère au ministre de l’Environnement du Canada, au
ministre des Pêches et des Océans et au ministre d’État à
l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement du Québec, les modifications à apporter au présent
accord, conformément aux modalités prévues à l’article 10;
f) suggère au ministre de l’Environnement du Canada, au
ministre des Pêches et des Océans et au ministre d’État à
l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement du Québec, les modifications à apporter à la réglementation existante;
g) assure que les parties se consultent en matière de communication publique et de demande de renseignements
des médias se rapportant à l’accord;
h) établit des procédures pour que les parties s’informent
mutuellement des mesures d’application prises et à
prendre en vertu de leur réglementation respective;
i) analyse les rapports de vérification de la conformité du
secteur des pâtes et papiers ainsi que les gestes posés par
le Québec et par le Canada;
j) présente au ministre de l’Environnement du Canada, au
ministre des Pêches et des Océans et au ministre d’État à
l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement du Québec, six (6) mois avant l’échéance du présent accord, un nouveau projet d’accord;
k) assure les modalités d’acquisition et de gestion des équipements fournis au Québec en vertu du paragraphe 5.2;
l) met en place des projets particuliers pour faciliter la
mise en œuvre du présent accord;
m) prépare un rapport d’évaluation portant sur l’accord et
sur sa gestion qui sera déposé avant le 1er mars 2004.
9. INTERPRETATION
9.1 Nothing in this Agreement shall be construed as:
(a) having an impact on the distribution of powers between
the two parties;
(b) restricting in any way the respective obligations of Quebec and Canada to enforce their laws and regulations;
and
(c) modifying the application of any act or regulation in effect in Quebec.
9.2 The French and English versions of this Agreement are
equally authoritative.
9. INTERPRÉTATION
9.1 Rien dans le présent accord ne doit être interprété comme :
a) affectant le partage des compétences entre les deux
parties;
b) ayant l’effet de soustraire le Québec et le Canada à leurs
obligations respectives d’appliquer leurs lois et leurs
règlements;
c) modifiant l’application de toute loi ou tout règlement en
vigueur au Québec.
9.2 Les versions française et anglaise de l’accord ont la même
valeur juridique.
2288
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
10. AMENDMENTS
10. MODIFICATIONS
This Agreement may be amended by mutual written consent of
the signatories.
Le présent accord peut être modifié par consentement mutuel
écrit de ses signataires.
11. DURATION OF THE AGREEMENT
11.1 Subject to subsection 11.2, this Agreement is in force effective as of April 1, 2000, and ending on March 31,
2005.
11.2 Quebec or Canada may terminate this Agreement at any
time subject to a minimum of three (3) months written
notice.
IN WITNESS WHEREOF this Agreement is signed on
_______________ 2002, for Canada by the Minister of the Environment and the Minister of Fisheries and Oceans, and for Quebec, by the “ministre d’État à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement” and the “ministre délégué aux Affaires
intergouvernementales canadiennes.”
11. DURÉE DE L’ACCORD
11.1 Sous réserve du paragraphe 11.2, le présent accord est
conclu pour la période s’échelonnant de la date effective
du 1er avril 2000 jusqu’au 31 mars 2005.
11.2 Le Québec ou le Canada peut résilier en tout temps le
présent accord sur un préavis écrit d’au moins trois (3)
mois.
EN FOI DE QUOI le présent accord est signé le
__________________ 2002, au nom du Canada par le ministre de
l’Environnement et le ministre des Pêches et des Océans, et au
nom du Québec par le ministre d’État à l’Environnement et à
l’Eau et ministre de l’Environnement et le ministre délégué aux
Affaires intergouvernementales canadiennes.
GOVERNMENT OF
CANADA
GOVERNMENT OF
QUEBEC
GOUVERNEMENT DU
CANADA
GOUVERNEMENT DU
QUÉBEC
Robert Thibault
André Boisclair
Robert Thibault
André Boisclair
________________________
Minister of Fisheries and
Oceans
__________________________
“Ministre d’État à
l’Environnement et à l’Eau et
ministre de l’Environnement”
________________________
Ministre des Pêches et des
Océans
__________________________
Ministre d’État à
l’Environnement et à l’Eau et
ministre de l’Environnement
David Anderson
Joseph Facal
David Anderson
Joseph Facal
________________________
Minister of the Environment
_________________________
“Ministre délégué aux Affaires
intergouvernementales
canadiennes”
________________________
Ministre de l’Environnement
_________________________
Ministre délégué aux Affaires
intergouvernementales
canadiennes
APPENDIX 1
ANNEXE 1
DATA TO BE PROVIDED TO CANADA
DONNÉES À TRANSMETTRE AU CANADA
— Under the Pulp and Paper Effluent Regulations:
— Ownership information for mills and off-site treatment
facilities;
— Daily flow of each effluent outfall (m3/d);
— Daily concentration of suspended solids of each effluent outfall (mg/L);
— Daily concentration in BOD5 matter of each effluent (mg/L);
— Daily monthly average of the deposits of suspended solids
(kg/d);
— Daily monthly average of the deposits of BOD5 matter (kg/d);
— Total monthly release of suspended solids (kg);
— Total monthly release of BOD5 matter (kg);
— Daily production data (tons/d);
— Monitoring reports of the monthly or weekly tests and of accelerated frequency tests to determine the acute lethality of
each effluent outfall on rainbow trout and Daphnia magna;
— Reference production rate (RPR);
— Emergency Response Plan (ERP) and the annual report on
emergency measures taken in the previous year;
— Environmental effects monitoring studies;
— Reports required under the Pulp and Paper Mill Defoamer
and Wood Chip Regulations;
— Pour le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et
papiers
— Les renseignements sur les propriétaires des fabriques et des
installations extérieures de traitement;
— Le débit quotidien de chaque effluent (m3/j);
— La concentration quotidienne des matières en suspension de
chaque effluent (mg/L);
— La concentration quotidienne en DBO5 de chaque effluent
(mg/L);
— La moyenne quotidienne du mois de rejet des matières en
suspension (kg/j);
— La moyenne quotidienne du mois de rejet de DBO5 (kg/j);
— Le rejet total mensuel des matières en suspension (kg);
— Le rejet total mensuel de DBO5 (kg);
— La donnée de production quotidienne (tonnes/j);
— Les rapports sur les résultats de la surveillance de l’essai mensuel ou hebdomadaire et des essais à fréquence accélérée de
détermination de la létalité aiguë de chaque effluent chez la
truite arc-en-ciel et chez Daphnia magna;
— Le rythme de production de référence (RPR);
— Le plan d’intervention d’urgence (PU) et le rapport annuel sur
les mesures d’urgence prises au cours de l’année précédente;
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2289
— Analysis results of chlorinated dioxins and furans and reference method information required under the Pulp and Paper
Mill Effluent Chlorinated Dioxins and Furans Regulations.
— Les études de suivi sur les effets sur l’environnement;
— Rapports tels qu’exigés par le Règlement sur les additifs antimousse et les copeaux de bois utilisés dans les fabriques de
pâtes et papiers;
— Résultats d’analyse de dioxines et furannes chlorés ainsi que
les renseignements exigés par la méthode de référence tels
qu’exigés par le Règlement sur les dioxines et furannes chlorés dans les effluents des fabriques de pâtes et papiers.
APPENDIX 2
ANNEXE 2
FOLLOW-UP PROCEDURES
MÉCANISMES DE SUIVI
1. FOLLOW-UP ON REPORTS
(A) REFERENCE PRODUCTION RATE (RPR), EMERGENCY RESPONSE PLAN AND AUTORIZATION
(B) MONTHLY AND ANNUAL REPORTS ON MILL EFFLUENTS AND OFF-SITE TREATMENT FACILITIES
(OSTF)
(C) REPORTS ON “DIOXINS AND FURANS”
(D) REPORTS ON ”DEFOAMERS”
(E) REPORTS ON ENVIRONMENTAL EFFECTS MONITORING STUDIES (EEM)
(F) OWNERSHIP INFORMATION
(G) INFORMATION ON EFFLUENT OUTFALLS
1) SUIVI DES RAPPORTS
A) LE RYTHME DE PRODUCTION DE RÉFÉRENCE
(RPR), PLANS D’URGENCE ET AUTORISATION
B) RAPPORTS MENSUELS ET ANNUELS D’EFFLUENTS
DES FABRIQUES ET DES INSTALLATIONS EXTÉRIEURES DE TRAITEMENT (IET)
C) RAPPORTS SUR LES « DIOXINES ET FURANNES »
D) RAPPORTS SUR LES « ANTIMOUSSES »
E) RAPPORTS SUR LES ÉTUDES DE SUIVI SUR LES
EFFETS SUR L’ENVIRONNEMENT (ESEE)
F) RENSEIGNEMENTS SUR LES PROPRIÉTAIRES
G) RENSEIGNEMENTS SUR LES ÉMISSAIRES
D’EFFLUENT
2. FOLLOW-UP ON REGULATORY COMPLIANCE OF
MILLS AND OSTF
(A) MONTHLY REPORTS
(B) QUARTERLY REPORTS
(C) ANNUAL REPORTS
2) SUIVI DE LA CONFORMITÉ NORMATIVE DES
FABRIQUES ET DES IET
A) RAPPORTS MENSUELS
B) RAPPORTS TRIMESTRIELS
C) RAPPORTS ANNUELS
3. ANNUAL DEPOSITS CONTROL PROGRAM OF MILLS
(A) ANNUAL PLAN FOR THE CONTROL PROGRAM
(B) TOXICITY ASSESSMENTS
(C) ASSESSMENT OF SELF-MONITORING DATA
3) PROGRAMME ANNUEL DE CONTRÔLE DES REJETS
DES FABRIQUES
A) PLANIFICATION ANNUELLE DU PROGRAMME DE
CONTRÔLE
B) VÉRIFICATIONS DE LA TOXICITÉ
C) VÉRIFICATIONS DES DONNÉES
D’AUTOSURVEILLANCE
4. LEGAL ACTIONS
4) ACTIONS LÉGALES
5. REPORTS OF DEPOSITS OUT OF THE NORMAL
COURSE OF EVENTS
5) RAPPORTS SUR LES REJETS IRRÉGULIERS
APPENDIX 3
ANNEXE 3
TASKS TO BE COMPLETED BY QUEBEC FOR THE
PURPOSES OF THIS AGREEMENT
— Collect, analyze and transfer information set out in
Appendix 1
— Prepare quarterly reports using information from the followup of regulatory compliance stated in Appendix 2
— Carry out the annual deposits control program of mills
— Compile results and prepare reports:
— Effluent — 5 mills
— Toxicity — 20 mills
— Compile and transmit information to Canada
— Maintain Indmon Mef electronic data management system
and assess needs for updating the system
— Provide secretariat to MCPPA
MANDATS RÉALISÉS PAR LE QUÉBEC
POUR LES FINS DE L’ACCORD
— Recueillir, vérifier et transmettre l’information de l’annexe 1;
— Préparer les rapports trimestriels à partir des informations du
suivi de la conformité normative prévu à l’annexe 2;
— Réaliser le programme annuel de contrôle des rejets des
fabriques
— Colliger les résultats et préparer les rapports :
— Effluent — 5 fabriques
— Toxicité — 20 fabriques
— Colliger et transmettre les informations au Canada;
— Faire l’entretien du système électronique de gestion des
données « Indmon Mef » et évaluer les besoins de mise à
jour du système;
— Assurer le secrétariat du CGEP&P.
[30-1-o]
[30-1-o]
2290
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
DEPARTMENT OF FINANCE
MINISTÈRE DES FINANCES
CANADA-CZECH REPUBLIC INCOME TAX CONVENTION
ACT, 2001
LOI DE 2001 SUR LA CONVENTION CANADARÉPUBLIQUE TCHÈQUE EN MATIÈRE D’IMPÔTS SUR LE
REVENU
Entry into Force of the Tax Convention Between Canada and the
Czech Republic
Entrée en vigueur de la Convention fiscale entre le Canada et la
République tchèque
Notice is hereby given,
(a) pursuant to section 37a of the Canada-Czech Republic Income Tax Convention Act, 2001,a of the May 28, 2002 entry
into force of the Convention Between the Government of Canada and the Government of the Czech Republic for the Avoidance of Double Taxation and the Prevention of Fiscal Evasion
with respect to Taxes on Incomea signed on May 25, 2001; and
(b) pursuant to section 12b of the Canada-Czechoslovakia Income Tax Convention Act, 1991,b that the Convention Between
the Government of Canada and the Government of the Czech
and Slovak Federal Republic for the Avoidance of Double
Taxation and the Prevention of Fiscal Evasion with respect to
Taxes on Income and on Capital,b signed on August 30, 1990,
ceases to apply as between Canada and the Czech Republic in
accordance with paragraph 2 of Article 28 of the Convention
Between the Government of Canada and the Government of the
Czech Republic for the Avoidance of Double Taxation and the
Prevention of Fiscal Evasion with respect to Taxes on Incomea
signed on May 25, 2001.
July 12, 2002
Par la présente il est donné avis :
a) tel qu’il est requis par l’article 37a de la Loi de 2001 sur la
Convention Canada-République tchèque en matière d’impôts
sur le revenua, que la Convention entre le Canada et la République tchèque en vue d’éviter les doubles impositions et de
prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenua,
signée le 25 mai 2001, est entrée en vigueur le 28 mai 2002;
b) tel qu’il est requis par l’article 12b de la Loi de 1991 sur la
Convention Canada-Tchécoslovaquie en matière d’impôts sur
le revenub, que la Convention entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de la République fédérative tchèque et
slovaque en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir
l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu et sur la
fortuneb, signée le 30 août 1990, cesse d’avoir effet en ce qui
concerne les relations entre le Canada et la République slovaque conformément au paragraphe 2 de l’article 28 de la Convention entre le Canada et la République tchèque en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion fiscale en
matière d’impôts sur le revenua signée le 25 mai 2001.
Le 12 juillet 2002
JOHN MANLEY
Minister of Finance
Le ministre des Finances
JOHN MANLEY
[30-1-o]
[30-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
CANADA COUNCIL FOR THE ARTS
CONSEIL DES ARTS DU CANADA
Director (Full-time Position)
Directeur/directrice (poste à temps plein)
The Canada Council for the Arts was established in 1957 as a
national arm’s length agency to foster and promote the study and
enjoyment of, and the production of works in, the arts. To fulfil
this mandate, the Council offers a broad range of grants and
services to professional Canadian artists and arts organizations in
dance, interdisciplinary and performance art, media arts, music,
theatre, visual arts, and writing and publishing. The Council administers the Killam Program of scholarly awards, the Governor
General’s Literary Awards and the Governor General’s Awards in
Visual and Media Arts. The Canadian Commission for UNESCO
and the Public Lending Right Commission operate under its aegis. In 2001-2002, the Council awarded over 6 300 grants to artists and art organizations and made payments to 13 269 authors
through the Public Lending Right Commission. Grants, payments
and awards totaled $137 million. The Council reports to Parliament through the Minister of Canadian Heritage.
Le Conseil des Arts du Canada, organisme autonome fondé en
1957, a pour vocation de promouvoir l’étude des arts, de faire
apprécier les arts et de susciter la production d’œuvres d’art. Afin
de remplir son mandat, le Conseil offre une vaste gamme de subventions et de services aux artistes professionnels canadiens ainsi
qu’aux organisations du milieu des arts dans les disciplines de la
danse, de la musique, du théâtre, des arts visuels, des arts médiatiques et de la performance, de même que dans les domaines des
lettres et de l’édition, ainsi que dans la réalisation d’œuvres interdisciplinaires. Le Conseil gère le Programme de bourses de recherche Killam, le programme des prix littéraires du Gouverneur
général et celui du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques. La Commission canadienne pour l’UNESCO et la Commission du droit de prêt public sont aussi sous l’égide du Conseil. Au
cours de l’exercice 2001-2002, le Conseil a remis plus de
6 300 subventions à des artistes et à des organisations du milieu
des arts, et versé des sommes à 13 269 auteurs par l’entremise de
la Commission du droit de prêt public. Le Conseil a remis au total
137 millions de dollars en subventions, paiements et bourses. Le
Conseil rend compte au Parlement par l’intermédiaire de la ministre du Patrimoine canadien.
———
———
b
b
a
S.C. 2001, c. 30
S.C. 1992, c. 3
a
L.C. 2001, c. 30
L.C. 1992, c. 3
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
Location: National Capital Region
The successful candidate will have a university degree in a
relevant field of study, or a combination of equivalent education,
job-related training and experience. The preferred candidate
should also have extensive management experience, at the senior
level, with demonstrated experience in a variety of senior administrative positions in the arts or in the public and private sectors.
A clear vision of the Council and its current and future role as
well as a broad knowledge of the arts and familiarity with a range
of artistic disciplines are required.
The ideal candidate will be an informed and articulate spokesperson, possess superior interpersonal skills, including the capacity to act as liaison between the Council and the artistic community and between the Council and the public. Awareness of, and
exposure to, the multicultural realities of Canada, sensitivity to
the artistic expression of diverse Canadian cultural communities
and a good understanding of how government operates are also
requisite.
The selected candidate will be innovative, dynamic, a strategic
thinker and will have integrity and sound judgement. In addition,
the successful candidate will be an advocate for the arts and will
have the capacity to ensure that regional concerns are reflected
within a national artistic framework.
The chosen candidate must be prepared to relocate to the National Capital Region, or to a location within reasonable commuting distance. The salary range for this position is from
$151,400 to $178,200.
Proficiency in both official languages is essential.
The selected candidate will also be subject to the Conflict of
Interest and Post-Employment Code for Public Office Holders.
Before or upon assuming their official duties and responsibilities,
public office holders appointed on a full-time basis must sign a
document certifying that, as a condition of holding office, they
will observe the Code. They must also submit to the Office of the
Ethics Counsellor, within 60 days of appointment, a Confidential
Report in which they disclose all of their assets, liabilities and
outside activities. To obtain copies of the Code and Confidential
Report, visit the Office of the Ethics Counsellor’s Web site at
http://strategis.ic.gc.ca/ethics.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates. It is not,
however, intended to be the sole means of recruitment. Applications forwarded through the Internet will not be considered for
reasons of confidentiality.
Please send your curriculum vitae by August 19, 2002, to the
Director of Appointments, Prime Minister’s Office, Langevin
Block, 80 Wellington Street, Ottawa, Ontario K1A 0A2, (613)
957-5743 (Facsimile).
Further information is available on request.
Bilingual notices of vacancies will be produced in alternative
format (i.e. audio cassette, diskette, braille, large print, etc.) upon
request. For further information, please contact Canadian Government Publishing, Communication Canada, Ottawa, Canada
K1A 0S9, (819) 956-4800 or 1-800-635-7943.
[30-1-o]
2291
Lieu : Région de la capitale nationale
La personne choisie doit posséder un diplôme universitaire
dans un domaine d’études pertinent, ou combinaison équivalente
d’études, de formation professionnelle et d’expérience. Elle doit
en outre posséder une très vaste expérience en gestion supérieure
en plus d’une expérience confirmée dans divers postes de cadres
supérieurs dans le domaine des arts, au sein du secteur public ou
du secteur privé. La personne retenue doit avoir une vision précise de ce qu’est le Conseil, de son rôle actuel et de son rôle futur,
ainsi qu’avoir une vaste connaissance du domaine des arts et une
bonne connaissance d’un certain nombre de disciplines artistiques, au besoin.
Le Conseil recherche une personne informée, qui communique
bien, possède des habiletés supérieures en relations interpersonnelles et est capable de servir d’agent de liaison entre le Conseil
et le milieu artistique, de même qu’entre le Conseil et le public.
Cette personne connaît le multiculturalisme et a été en contact
avec les réalités multiculturelles au Canada; elle est ouverte à
l’expression artistique véhiculée par diverses collectivités culturelles canadiennes. La personne recherchée doit aussi bien comprendre les rouages du gouvernement.
La personne sélectionnée a le sens de l’innovation, elle est dynamique et a une pensée stratégique; elle est intègre et a un jugement solide. En outre, elle devra agir en défenseur des arts et saura faire en sorte que le cadre artistique national tienne compte des
préoccupations régionales.
La personne choisie doit être prête à déménager dans la région
de la capitale nationale, ou à une distance raisonnable de cet
endroit. L’échelle salariale pour ce poste est de 151 400 $ à
178 200 $.
La maîtrise des deux langues officielles est essentielle.
La personne sélectionnée sera assujettie au Code régissant la
conduite des titulaires de charge publique en ce qui concerne les
conflits d’intérêts et l’après-mandat. Avant ou au moment
d’assumer leurs fonctions officielles, les titulaires de charge publique nommés à temps plein doivent signer un document attestant que, comme condition d’emploi, ils s’engagent à observer ce
Code. Ils doivent aussi soumettre au Bureau du conseiller en éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un
rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Afin d’obtenir un
exemplaire du Code et du rapport confidentiel, veuillez visiter le
site Web du Bureau du conseiller en éthique à l’adresse http://
strategis.ic.gc.ca/ethiques.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder. Les demandes acheminées par
Internet ne seront pas considérées pour des raisons de
confidentialité.
Prière de faire parvenir votre curriculum vitæ au plus tard le
19 août 2002 à la Directrice des nominations, Cabinet du Premier
ministre, Édifice Langevin, 80, rue Wellington, Ottawa (Ontario)
K1A 0A2, (613) 957-5743 (télécopieur).
Des renseignements complémentaires seront fournis sur
demande.
Les avis de postes vacants peuvent être fournis dans les deux
langues officielles sous forme non traditionnelle (c’est-à-dire
audiocassette, disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.) et
ce, sur demande. Pour de plus amples renseignements, veuillez
communiquer avec les Éditions du gouvernement du Canada,
Communication Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9, (819) 9564800 ou 1-800-635-7943.
[30-1-o]
2292
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
Fraser River Port Authority  Supplementary Letters Patent
LOI MARITIME DU CANADA
Administration portuaire du fleuve Fraser  Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Fraser River Port Authority (the “Authority”) under
the authority of the Canada Marine Act, effective May 1, 1999;
ATTENDU QUE des Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports à l’Administration portuaire du fleuve
Fraser (« Administration ») en vertu des pouvoirs prévus dans la
Loi maritime du Canada, prenant effet le 1er mai 1999;
ATTENDU QUE l’Annexe « B » des Lettres patentes décrit les
immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à
l’Administration;
ATTENDU QU’une parcelle des immeubles fédéraux (Parcelle 12) comprenant 0,06 acre a été par inadvertance omise de
l’Annexe « B »;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports de délivrer des Lettres patentes supplémentaires pour corriger cette omission;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, les Lettres patentes sont modifiées par l’ajout à la fin de
la liste des immeubles décrits au paragraphe 2 de l’Annexe « B »
des Lettres patentes et avant la disposition « à l’exception des »
qui conclut le paragraphe 2 les immeubles fédéraux décrits
comme suit :
WHEREAS Schedule B of the Letters Patent describes the federal real property managed by the Authority;
WHEREAS a parcel of federal real property (Parcel 12) comprising .06 acres was inadvertently not included in Schedule B;
AND WHEREAS the Board of Directors of the Authority has
requested the Minister of Transport to issue Supplementary Letters Patent to correct the omission;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the Letters Patent are amended by adding to
the end of the list of properties described in paragraph 2 of Schedule B of the Letters Patent and before the “save and except” provision that concludes paragraph 2 the federal real property described as follows:
Number
Description
Numéro IDP Description
003-616-657
Parcel 12, Section 19, Block 4 North, Range 4 West,
New Westminster District, Plan 27262
003-616-657
Parcelle 12, section 19, bloc 4 nord, rang 4 ouest, district de New
Westminster, plan 27262
Délivrées sous mon seing et en vigueur le 9e jour de juillet 2002.
ISSUED under my hand the 9th day of July 2002.
________________________________________
The Honourable David M. Collenette, P.C., M.P.
Minister of Transport
_______________________________________
L’honorable David M. Collenette, C.P., député
Ministre des Transports
[30-1-o]
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2293
BANK OF CANADA
Balance Sheet as at July 10, 2002
ASSETS
LIABILITIES
1.
Gold coin and bullion ......................................................
1.
Capital paid up................................................................. $
2.
Deposits in foreign currencies:
(a)
U.S. Dollars ..................... $
(b)
Other currencies ...............
2.
Rest fund .........................................................................
25,000,000
3.
Notes in circulation..........................................................
38 257,364,101
4.
Deposits:
(a)
Government of
Canada..........................$
(b)
Provincial
Governments ................
(c)
Banks............................
(d)
Other members of the
Canadian Payments
Association ...................
(e)
Other.............................
306,986,449
5,464,133
Total ............................................................... $
3.
Advances to:
(a)
Government of Canada.....
(b)
Provincial Governments ...
(c)
Members of the Canadian
Payments Association.......
363,155,906
Total ...............................................................
4.
Investments
(At amortized values):
(a)
Treasury Bills of
Canada ...........................
(b)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
maturing within three
years...............................
(c)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
not maturing within three
years...............................
(d)
Securities issued or
guaranteed by a province
of Canada .......................
(e)
Other Bills......................
(f)
Other investments...........
312,450,582
363,155,906
5,000,000
1,360,125,818
394,400,439
17,462,554
318,035,288
Total...............................................................
12,461,462,163
5.
8,508,597,697
6.
18,648,178,240
Liabilities in foreign currencies:
(a)
To Government of
Canada ..........................
(b)
To others........................
2,090,024,099
147,392,675
Total...............................................................
147,392,675
All other liabilities ..........................................................
332,131,745
2,633,197
Total ...............................................................
39,620,871,297
5.
Bank premises .................................................................
142,245,015
6.
All other assets ................................................................
418,189,820
Total ............................................................... $
40,856,912,620
Total.......................................................... $
40,856,912,620
NOTES
MATURITY DISTRIBUTION OF INVESTMENTS IN SECURITIES ISSUED OR GUARANTEED BY CANADA NOT MATURING WITHIN
3 YEARS (ITEM 4(c) OF ABOVE ASSETS):
(a) Securities maturing in over 3 years but not over 5 years...................................................................................................................................................... $
(b) Securities maturing in over 5 years but not over 10 years....................................................................................................................................................
(c) Securities maturing in over 10 years....................................................................................................................................................................................
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER ASSETS RELATED TO SECURITIES PURCHASED UNDER RESALE AGREEMENTS
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER LIABILITIES RELATED TO SECURITIES SOLD UNDER REPURCHASE AGREEMENTS
$
4,844,134,578
9,621,413,985
4,182,629,677
18,648,178,240
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
L. RHÉAUME
Acting Chief Accountant
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct, and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by section 29 of the
Bank of Canada Act.
DAVID A. DODGE
Governor
Ottawa, July 11, 2002
[30-1-o]
Canada Gazette Part I
2294
July 27, 2002
BANQUE DU CANADA
Bilan au 10 juillet 2002
ACTIF
PASSIF
1.
Monnaies et lingots d’or ..................................................
1.
Capital versé .................................................................... $
2.
Dépôts en devises étrangères :
a)
Devises américaines ......... $
b)
Autres devises ..................
2.
Fonds de réserve ..............................................................
25 000 000
3.
Billets en circulation ........................................................
38 257 364 101
4.
Dépôts :
a)
Gouvernement du
Canada........................... $
b)
Gouvernements
provinciaux.....................
Banques ..........................
c)
d)
Autres établissements
membres de
l’Association canadienne
des paiements .................
e)
Autres dépôts..................
306 986 449
5 464 133
Total ............................................................... $
3.
Avances :
a)
Au gouvernement du
Canada ..............................
b)
Aux gouvernements
provinciaux........................
c)
Aux établissements membres
de l’Association canadienne
des paiements ....................
312 450 582
363 155 906
Total ...............................................................
4.
Placements
(Valeurs amorties) :
a)
Bons du Trésor du
Canada .............................
Autres valeurs mobilières
b)
émises ou garanties par
le Canada, échéant dans
les trois ans.......................
Autres valeurs mobilières
c)
émises ou garanties par
le Canada, n’échéant pas
dans les trois ans...............
d)
Valeurs mobilières
émises ou garanties par
une province.....................
Autres bons ......................
e)
f)
Autres placements ............
363 155 906
5 000 000
1 360 125 818
394 400 439
17 462 554
318 035 288
Total................................................................
5.
12 461 462 163
8 508 597 697
6.
Passif en devises étrangères :
a)
Au gouvernement du
Canada...........................
b)
À d’autres ......................
2 090 024 099
147 392 675
Total...............................................................
147 392 675
Divers .............................................................................
332 131 745
18 648 178 240
2 633 197
Total ...............................................................
39 620 871 297
5.
Locaux de la Banque .......................................................
142 245 015
6.
Divers .............................................................................
418 189 820
Total ............................................................... $
40 856 912 620
Total.......................................................... $
40 856 912 620
NOTES COMPLÉMENTAIRES
RÉPARTITION, SELON L’ÉCHÉANCE, DES PLACEMENTS EN VALEURS MOBILIÈRES ÉMISES OU GARANTIES PAR LE CANADA,
N’ÉCHÉANT PAS DANS LES TROIS ANS (POSTE 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS) :
a) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de trois ans mais dans au plus cinq ans .................................................................................................... $
b) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de cinq ans mais dans au plus dix ans ......................................................................................................
c) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de dix ans ................................................................................................................................................
$
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES ACHETÉES EN VERTU DE PRISES EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DE L’ACTIF :
$
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES VENDUES EN VERTU DE CESSIONS EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DU PASSIF :
$
4 844 134 578
9 621 413 985
4 182 629 677
18 648 178 240
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Le comptable en chef suppléant
L. RHÉAUME
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de l’article 29 de la Loi
sur la Banque du Canada.
Le gouverneur
DAVID A. DODGE
Ottawa, le 11 juillet 2002
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2295
BANK OF CANADA
Balance Sheet as at July 17, 2002
ASSETS
LIABILITIES
1.
Gold coin and bullion ......................................................
1.
Capital paid up................................................................. $
2.
Deposits in foreign currencies:
(a)
U.S. Dollars ..................... $
(b)
Other currencies ...............
2.
Rest fund .........................................................................
25,000,000
3.
Notes in circulation..........................................................
38,363,109,396
4.
Deposits:
(a)
Government of
Canada..........................$
(b)
Provincial
Governments ................
(c)
Banks............................
(d)
Other members of the
Canadian Payments
Association ...................
(e)
Other.............................
308,960,441
4,490,039
Total ............................................................... $
3.
Advances to:
(a)
Government of Canada.....
(b)
Provincial Governments ...
(c)
Members of the Canadian
Payments Association.......
735,300,007
Total ...............................................................
4.
Investments
(At amortized values):
(a)
Treasury Bills of
Canada ...........................
(b)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
maturing within three
years...............................
(c)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
not maturing within three
years...............................
(d)
Securities issued or
guaranteed by a province
of Canada .......................
(e)
Other Bills......................
(f)
Other investments...........
313,450,480
735,300,007
5,000,000
1,593,928,094
709,081,162
75,835,244
321,034,299
Total...............................................................
12,474,564,410
5.
8,508,723,122
6.
18,933,013,993
Liabilities in foreign currencies:
(a)
To Government of
Canada ..........................
(b)
To others........................
2,699,878,799
147,228,870
Total...............................................................
147,228,870
All other liabilities ..........................................................
321,011,871
2,633,197
Total ...............................................................
39,918,934,722
5.
Bank premises .................................................................
142,832,118
6.
All other assets ................................................................
450,711,609
Total ............................................................... $
41,561,228,936
Total.......................................................... $
41,561,228,936
NOTES
MATURITY DISTRIBUTION OF INVESTMENTS IN SECURITIES ISSUED OR GUARANTEED BY CANADA NOT MATURING WITHIN
3 YEARS (ITEM 4(c) OF ABOVE ASSETS):
(a) Securities maturing in over 3 years but not over 5 years...................................................................................................................................................... $
(b) Securities maturing in over 5 years but not over 10 years....................................................................................................................................................
(c) Securities maturing in over 10 years....................................................................................................................................................................................
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER ASSETS RELATED TO SECURITIES PURCHASED UNDER RESALE AGREEMENTS
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER LIABILITIES RELATED TO SECURITIES SOLD UNDER REPURCHASE AGREEMENTS
$
4,844,050,455
9,621,492,602
4,467,470,936
18,933,013,993
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
L. RHÉAUME
Acting Chief Accountant
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct, and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by section 29 of the
Bank of Canada Act.
DAVID A. DODGE
Governor
Ottawa, July 18, 2002
[30-1-o]
Canada Gazette Part I
2296
July 27, 2002
BANQUE DU CANADA
Bilan au 17 juillet 2002
ACTIF
PASSIF
1.
Monnaies et lingots d’or ..................................................
1.
Capital versé .................................................................... $
2.
Dépôts en devises étrangères :
a)
Devises américaines ......... $
b)
Autres devises ..................
2.
Fonds de réserve ..............................................................
25 000 000
3.
Billets en circulation ........................................................
38 363 109 396
4.
Dépôts :
a)
Gouvernement du
Canada........................... $
b)
Gouvernements
provinciaux.....................
Banques ..........................
c)
d)
Autres établissements
membres de
l’Association canadienne
des paiements .................
e)
Autres dépôts..................
308 960 441
4 490 039
Total ............................................................... $
3.
Avances :
a)
Au gouvernement du
Canada ..............................
b)
Aux gouvernements
provinciaux........................
c)
Aux établissements membres
de l’Association canadienne
des paiements ....................
313 450 480
735 300 007
Total ...............................................................
4.
Placements
(Valeurs amorties) :
a)
Bons du Trésor du
Canada .............................
Autres valeurs mobilières
b)
émises ou garanties par
le Canada, échéant dans
les trois ans.......................
Autres valeurs mobilières
c)
émises ou garanties par
le Canada, n’échéant pas
dans les trois ans...............
d)
Valeurs mobilières
émises ou garanties par
une province.....................
Autres bons ......................
e)
f)
Autres placements ............
735 300 007
5 000 000
1 593 928 094
709 081 162
75 835 244
321 034 299
Total................................................................
5.
12 474 564 410
8 508 723 122
6.
Passif en devises étrangères :
a)
Au gouvernement du
Canada...........................
b)
À d’autres ......................
2 699 878 799
147 228 870
Total...............................................................
147 228 870
Divers .............................................................................
321 011 871
18 933 013 993
2 633 197
Total ...............................................................
39 918 934 722
5.
Locaux de la Banque .......................................................
142 832 118
6.
Divers .............................................................................
450 711 609
Total ............................................................... $
41 561 228 936
Total.......................................................... $
41 561 228 936
NOTES COMPLÉMENTAIRES
RÉPARTITION, SELON L’ÉCHÉANCE, DES PLACEMENTS EN VALEURS MOBILIÈRES ÉMISES OU GARANTIES PAR LE CANADA,
N’ÉCHÉANT PAS DANS LES TROIS ANS (POSTE 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS) :
a) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de trois ans mais dans au plus cinq ans .................................................................................................... $
b) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de cinq ans mais dans au plus dix ans ......................................................................................................
c) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de dix ans ................................................................................................................................................
$
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES ACHETÉES EN VERTU DE PRISES EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DE L’ACTIF :
$
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES VENDUES EN VERTU DE CESSIONS EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DU PASSIF :
$
4 844 050 455
9 621 492 602
4 467 470 936
18 933 013 993
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Le comptable en chef suppléant
L. RHÉAUME
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de l’article 29 de la Loi
sur la Banque du Canada.
Le gouverneur
DAVID A. DODGE
Ottawa, le 18 juillet 2002
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2297
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
First Session, Thirty-Seventh Parliament
Première session, trente-septième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
January 27, 2001.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, (613) 992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de
projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada du 27 janvier 2001.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, (613) 992-6443.
Le greffier de la Chambre des communes
WILLIAM C. CORBETT
WILLIAM C. CORBETT
Clerk of the House of Commons
2298
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA CUSTOMS AND REVENUE AGENCY
AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of Registration of Charities
Annulation d’enregistrement d’organismes de bienfaisance
Following a request from the charities listed below to have
their status as a charity revoked, the following notice of proposed
revocation was sent:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(a) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(a)
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice in the Canada Gazette.”
À la suite d’une demande présentée par les organismes de bienfaisance indiqués ci-après, l’avis d’intention de révocation suivant
a été envoyé :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’alinéa 168(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention
de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance
mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)a) de cette
Loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à
la publication du présent avis dans la Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
100383553RR0001
BALFOUR PARENT PARTICIPATION
PRESCHOOL CO-OPERATIVE INC.,
BRANTFORD, ONT.
OCEANS INSTITUTE OF CANADA/INSTITUT
CANADIEN DES OCÉANS, HALIFAX, N.S.
ST. CHARLES ACADEMY INC., WINNIPEG, MAN.
THE SALVATION ARMY FORT ERIE CORPS,
FORT ERIE, ONT.
THE SALVATION ARMY WELLAND CORPS,
ST. CATHARINES, ONT.
THE SALVATION ARMY AJAX COMMUNITY
CHURCH, AJAX, ONT.
THE SALVATION ARMY MILTON HILLVIEW
CORPS, MILTON, ONT.
ATLANTIC CAMP CHERITH INC., RIVERVIEW,
N.B.
BANK OF MONTREAL EMPLOYEES CHARITY
TRUST, REGINA, SASK.
BOYS AND GIRLS CLUB OF DOWNTOWN
TORONTO, WHITBY, ONT.
BURGESS MEMORIAL CHURCH, HUNTSVILLE,
ONT.
BURKS FALLS GOSPEL CHAPEL, BURKS FALLS,
ONT.
CHETYWYND NATIVE CHRISTIAN
FELLOWSHIP, CHETWYND, B.C.
CHURCH OF CHRIST (DISCIPLES), RIVER JOHN,
N.S.
THE EDMONTON CATHOLIC REGIONAL
DIVISION NO. 40, EDMONTON, ALTA.
ELIM LUTHERAN BRETHREN CHURCH,
FRONTIER, SASK.
FONDATION JEAN JODOIN, MONTRÉAL (QUÉ.)
FRIENDS OF HALIFAX VON, HUBLEY, N.S.
FULL GOSPEL CHAPEL, STEINBACH, MAN.
GLASLYN COMBINED APPEAL DONORS
CHOICE, GLASLYN, SASK.
GOODWATER CONSOLIDATED APPEAL,
WEYBURN, SASK.
HANOVER NURSERY SCHOOL INCORPORATED,
HANOVER, ONT.
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE SAINT JEAN
ARCHIDIOCÈSE DE MONTRÉAL, MONTRÉAL
(QUÉ.)
L’ASSEMBLÉE SPIRITUELLE DES BAHA’IS DE
ST-LÉONARD, SAINT-LÉONARD (QUÉ.)
OUR LADY OF GRACE PARISH, BATHURST, N.B.
LIONS CLUB OF DUNNVILLE CHARITABLE
TRUST, CRIPPLED CHILDREN FUND,
DUNNVILLE, ONT.
119036960RR0001
MEDITERRANEAN MISSIONS (CANADA)
INCORPORATED, DUNDAS, ONT.
PURE WATER ASSOCIATION OF CANADA,
REGINA, SASK.
SASKATCHEWAN ASSOCIATION FOR
COMMUNITY LIVING INC. — GRAVELBOURG
BRANCH, GRAVELBOURG, SASK.
SPECTACLE APOLLO, NEW LISKEARD, ONT.
ST. ANDREWS UNITED CHURCH, LARDER
LAKE, ONT.
S. W. A. T. SENIORS WELL-BEING ACTIVATION
TEAM SOCIETY, VANCOUVER, B.C.
THE FRED “CYCLONE” TAYLOR FOUNDATION,
VANCOUVER WEST, B.C.
TELECARE-OXFORD, WOODSTOCK, ONT.
PRESBYTERIAN WOMEN’S MISSIONARY
SOCIETY, WESTERN DIVISION, INNERKIP
AFTERNOON, PRESBYTERIAN CHURCH,
INNERKIP, ONT.
TRINITY LUTHERAN CHURCH, SIMMIE, SASK.
UNITED OSTOMY ASSOCIATION INC.
CAMPBELLTON AND AREA NEW BRUNSWICK
CHAPTER, DALHOUSIE, N.B.
VILLE DE MONTRÉAL EST FONDS DE CHARITÉ
DES EMPLOYÉS, MONTRÉAL (QUÉ)
WEST HAMILTON GOSPEL CHURCH,
HAMILTON, ONT.
WILLOWDALE UNITARIAN FELLOWSHIP,
TORONTO, ONT.
WINDERMERE PASTORAL CHARGE,
INVERMERE, B.C.
WIMODAUSIS CHILDREN’S FOUNDATION,
TORONTO, ONT.
FLESHERTON AND DISTRICT CHAMBER OF
COMMERCE CHARITABLE TRUST,
FLESHERTON, ONT.
NORTH BURLINGTON CO-OPERATIVE
PRESCHOOL INC., MILTON, ONT.
ANGLICAN CHURCH OF CANADA, PARISH OF
WINDERMERE, INVERMERE, B.C.
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE STAUGUSTIN, WOBURN (QUÉ.)
BIG BROTHERS AND BIG SISTERS OF
STETTLER AND DISTRICT, STETTLER, ALTA.
CALGARY HOPE COMMUNITY CHURCH OF
THE NAZARENE, CALGARY, ALTA.
JOHN KNOX BROCKVILLE CHRISTIAN SCHOOL
ASSOCIATION, BROCKVILLE, ONT.
NEW LIFE COVENANT CHURCH OF
CORNWALL, CORNWALL, ONT.
103971388RR0001
105005128RR0001
107951618RR0245
107951618RR0252
107951618RR0283
107951618RR0346
118795996RR0001
118798941RR0001
118814482RR0001
118821180RR0001
118821289RR0001
118851609RR0001
118859974RR0001
118894070RR0002
118897248RR0001
118923507RR0001
118932573RR0001
118933753RR0001
118939446RR0001
118941731RR0001
118952670RR0001
118993468RR0001
119008423RR0001
119018737RR0049
119020600RR0001
119106367RR0001
119139756RR0001
119159325RR0001
119166338RR0001
119207355RR0001
119208890RR0001
119209633RR0001
119262780RR0001
119270270RR0001
119277127RR0001
119286334RR0001
119293843RR0001
119299063RR0001
119299519RR0001
126783422RR0001
127777886RR0001
129133435RR0001
129144549RR0015
129335980RR0001
129460655RR0001
133865501RR0001
134221670RR0001
134236991RR0001
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2299
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
135900488RR0001
ALBERTA SOCIETY FOR ENVIRONMENTAL
HOUSING AND HEALTH, CALGARY, ALTA.
CANADIAN IMAGES CANADIENNES,
WINNIPEG, MAN.
WOMEN’S AUXILIARY TO THE SOUTH
GALIANO VOLUNTEER FIRE DEPARTMENT,
GALIANO ISLAND, B.C.
2ND CHANCE MINISTRIES, PRINCE ALBERT,
SASK.
TORONTO CHRISTIAN DISCIPLES CHURCH,
MARKHAM, ONT.
COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCEETCHEMIN, SAINT-GEORGES (QUÉ.)
MELODY’S YOUTH CENTRE/CENTRE DE LA
JEUNESSE MELODY, SUDBURY, ONT.
F.A.M.E. FOUNDATION CANADA/LA
FONDATION F.A.M.E. CANADA, BROSSARD,
QUE.
MENDING FENCES SUPPORT SERVICES FOR
MEN INC., SARNIA, ONT.
OPEN DOOR BAPTIST CHURCH OF
CAMBRIDGE, ONTARIO, KITCHENER, ONT.
CANADIAN SPECIAL OLYMPICS 2000 WINTER
GAMES (OTTAWA) HOST SOCIETY/LA SOCIÉTÉ
D’ACCUEIL DES JEUX OLYMPIQUES SPÉCIAUX
D’HIVER CANADIEN DE L’AN 2000 (OTTAWA),
OTTAWA, ONT.
CRESTON VALLEY CHRISTIAN SCHOOL
SOCIETY, CRESTON, B.C.
MAISON DE PARTAGE ET PRIÈRE, AMOSABITIBI (QUÉ.)
FREEDOM CHRISTIAN FELLOWSHIP, DELHI,
ONT.
THE SMILE TRUST NATIONAL KID’S DAY/LA
FIDUCIE DU SOURIRE JOURNÉE NATIONALE
DES ENFANTS, TORONTO, ONT.
PELHAM FIREFIGHTERS EXTRICATION TEAM,
FONTHILL, ONT.
ANAM CARA, MEN’S HELP LINE & FAMILY
HELP LINE, GODERICH, ONT.
THE BEAVERDELL ELEMENTARY PARENT
ADVISORY COUNCIL, BEAVERDELL, B.C.
EDMONTON NATIVE ALLIANCE SOCIETY,
EDMONTON, ALTA.
“STIMULI” CENTRE DE STIMULATION À LA
PETITE ENFANCE, LAVAL (QUÉ.)
MERCY MINISTRIES, LONDON, ONT.
HEADACHE SOCIETY OF SOUTHERN ALBERTA,
CALGARY, ALTA.
GREELY & AREA COMMUNITY POLICING
COMMITTEE, GREELY, ONT.
TAIWAN 921 EARTHQUAKES RELIEF,
MARKHAM, ONT.
CARREFOUR DES ORGANISMES
COMMUNAUTAIRES DU SUROIT, SALABERRYDE-VALLEYFIELD (QUÉ.)
G.A.R.D.E. (GROUPE ACCOMPAGNATEUR EN
RÉPIT-DÉPANNAGE ENFANTS),
SAINT-ROMUALD (QUÉ.)
THE WOMEN’S MISSIONARY SOCIETY (W.D.)—
BRANDON PRESBYTERIAL, BRANDON, MAN.
COMITÉ DES ŒUVRES CHARITABLES DU
CONSEIL HÉROUXVILLE 6053-1, HÉROUXVILLE
(QUÉ.)
TEEN ORGANIZATION FOR BRIGHTON AND
AREA YOUTH (T.O.B.A.Y.), BRIGHTON, ONT.
HAND IN HAND VOCATIONAL SUPPORT
SERVICES INC., RAINY RIVER, ONT.
MCLEAN AUXILIARY OF THE WOMEN’S
MISSIONARY SOCIETY OF CHALMERS
PRESBYTERIAN CHURCH, HAMILTON, ONT.
889375572RR0001
THE CHRIST AT THE DOOR MINISTRY
CANADA, SCHOMBERG, ONT.
R. H. AND B. BLANCHET FOUNDATION,
WINNIPEG, MAN.
THE ESTATE OF JOHN C. MACISAAC, SUDBURY,
ONT.
CLUB MANOIR STE-ANNE RESIDENCE, FALHER
(ALB.)
GOODERHAM REFORMED CHURCH,
GOODERHAM, ONT.
THE JEFF HUNT MEMORIAL FOUNDATION,
BELLEVILLE, ONT.
THE UPPER ST. JOHN VALLEY
MULTICULTURAL ASSOCIATION INC.,
TOVIQUE NARROWS, N.B.
THE JON MARGESON MEMORIAL
SCHOLARSHIP FUND SOCIETY, BERWICK, N.S.
CROWSNEST PASS CHRISTIAN FELLOWSHIP,
BLAIRMORE, ALTA.
COWICHAN SENIOR PEER COUNSELLORS “ONE
TO ONE PROGRAM”, DUNCAN, B.C.
VICTORY CHAPEL CHRISTIAN FELLOWSHIP
CHURCH, NORTH BAY, ONT.
CENTENNIAL SPECIAL CARE HOME
AUXILIARY-LANGENBURG, LANGENBURG,
SASK.
VINEYARD CHRISTIAN FELLOWSHIP —
CHARLOTTETOWN INC., CORNWALL, P.E.I.
PINE CREEK COMMUNITY RESIDENCE INC.,
AUSTIN, MAN.
ST. MARK’S CHURCH, THETFORD-MINES, QUE.
CEC FOX MEMORIAL FUND IN TRUST,
CHILLIWACK, B.C.
LISTOWEL CONCERT SINGERS,
GOWANSTOWN, ONT.
COMITÉ DES ŒUVRES CHARITABLES DU
CONSEIL ST-PIERRE-LES-BECQUETS 9033-98,
MONTRÉAL (QUÉ.)
THE AH REUM DA WOON PRESBYTERIAN
CHURCH IN VANCOUVER, BURNABY, B.C.
W. I. S. H. WOMEN INITIATING SELF HELP,
WOODLAWN, ONT.
TRANSKEI CHRISTIAN MISSION SERVICES,
EXETER, ONT.
R. I. R. E. JEUNESSE MONTRÉAL-NORD,
MONTRÉAL-NORD (QUÉ.)
MAPLE LEAF MEATS EMPLOYEES CHARITY
TRUST, BURLINGTON, ONT.
MINISTÈRES MAISON ROPHE HOUSE
MINISTRIES, OTTAWA (ONT.)
ANIMALS CHOICE RESCUE NETWORK,
ASHTON, ONT.
HEBRON CHRISTIAN FELLOWSHIP,
WOODSTOCK, ONT.
CANADIAN CHARITABLE ASSISTANCE
ORGANIZATION, ANCASTER, ONT.
CONSEIL 5925 ORLÉANS FIDÉICOMMIS DE
CHARITÉ, ORLÉANS (ONT.)
WELLAND LITTLE THEATRE PLAYERS
INCORPORATED, WELLAND, ONT.
YOUTH ACTION COMMITTEE OF HARROW &
COLCHESTER SOUTH, HARROW, ONT.
THE MENKES DEVELOPMENTS CHARITABLE
FOUNDATION, TORONTO, ONT.
ALL ISLANDS SEARCH AND RESCUE (AISAR)
SOCIETY, QUEEN CHARLOTTE, B.C.
MULTI-LINGUAL BRAILLE & LARGE PRINT
ASSOCIATION, BRANTFORD, ONT.
136116324RR0001
139921365RR0001
140621137RR0001
141097899RR0001
142421882RR0001
864957725RR0001
866235377RR0001
866620826RR0001
867583965RR0001
869003665RR0001
869854976RR0001
870704350RR0001
871297164RR0001
872015474RR0001
873875223RR0001
882571524RR0001
882909419RR0001
884118811RR0001
885698936RR0001
886294685RR0001
886567197RR0001
886884832RR0001
886913326RR0001
887474955RR0001
887582690RR0001
888074861RR0001
888126844RR0001
888563830RR0001
889003281RR0001
889263794RR0001
889448973RR0001
889633764RR0001
890151772RR0001
890235971RR0001
890266992RR0001
890287790RR0001
890303423RR0001
890514771RR0001
890626344RR0001
890756448RR0001
890805047RR0001
890814189RR0001
890844640RR0001
890992977RR0001
891415242RR0001
891590572RR0001
891611048RR0001
891691974RR0001
891730376RR0001
892154972RR0001
892190836RR0001
892231762RR0001
892343427RR0001
892493529RR0001
892581059RR0001
892940362RR0001
893047647RR0001
893187971RR0001
893368530RR0001
893836387RR0001
894908417RR0001
896454352RR0001
2300
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
896638525RR0001
ST. RICHARD SCHOOL ADVISORY COUNCIL,
MISSISSAUGA, ONT.
AIDS YELLOWKNIFE, YELLOWKNIFE, N.W.T.
899785067RR0001
NORTH OF 14 COMMUNITY ASSOCIATION
(WAINWRIGHT AB), WAINWRIGHT, ALTA.
899133342RR0001
MAUREEN KIDD
Director General
Charities Directorate
Le directeur général
Direction des organismes de bienfaisance
MAUREEN KIDD
[30-1-o]
[30-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
EDP Hardware and Software
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-2002-016) from BAJAI Inc.,
of Ottawa, Ontario, concerning procurements (Solicitation
Nos. FP867-010104, F2934-010054, F5965-000556 and
F5965-020502) by the Department of Public Works and Government Services (PWGSC) on behalf of the Department of Fisheries
and Oceans. The solicitations were for the provision of Websense
software. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal Act and subsection 7(2) of the Canadian
International Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations,
notice is hereby given that the Tribunal has decided to conduct an
inquiry into the complaint.
It is alleged that PWGSC prepared, designed or otherwise
structured these and other procurements, or divided the procurement requirement, in such a way as to avoid the obligations of the
Agreement on Internal Trade and the North American Free Trade
Agreement.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Matériel et logiciel informatiques
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a reçu une plainte (dossier no PR-2002-016) déposée par BAJAI Inc.,
d’Ottawa (Ontario), concernant des marchés (invitations
nos FP867-010104, F2934-010054, F5965-000556 et F5965020502) passés par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux (TPSGC) au nom du ministère des Pêches
et des Océans. Les invitations portaient sur la fourniture du
logiciel Websense. Conformément au paragraphe 30.13(2) de la
Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du Tribunal canadien
du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné
par la présente que le Tribunal a décidé d’enquêter sur la plainte.
Il est allégué que TPSGC a préparé, conçu ou autrement structuré ces marchés et d’autres, ou a divisé le besoin des marchés,
afin d’échapper aux obligations de l’Accord sur le commerce
intérieur et de l’Accord de libre-échange nord-américain.
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 18 juillet 2002
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[30-1-o]
[30-1-o]
Ottawa, July 18, 2002
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
EDP Hardware and Software
Matériel et logiciel informatiques
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-2002-017) from Cognos Incorporated, of Nepean, Ontario, concerning a procurement (Solicitation No. 21120-017897/A) by the Department of Public Works
and Government Services, on behalf of Correctional Service of
Canada. The solicitation is for the supply of Powerhouse design
recovery and full-scale migration of the Offender Management
System currently maintained by Correctional Service of Canada.
Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International
Trade Tribunal Act and subsection 7(2) of the Canadian International Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations, notice is
hereby given that the Tribunal has decided to conduct an inquiry
into the complaint.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a
reçu une plainte (dossier no PR-2002-017) déposée par Cognos
Incorporated, de Nepean (Ontario), concernant un marché (invitation no 21120-017897/A) passé par le ministère des Travaux
publics et des Services gouvernementaux, au nom du Service
correctionnel du Canada. L’invitation porte sur la fourniture de la
reprise de la conception du logiciel Powerhouse et du transfert
intégral du Système de gestion des détenus actuellement utilisé
par le Service correctionnel du Canada. Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce
extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du
Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné par la présente que le Tribunal a décidé
d’enquêter sur la plainte.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2301
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Il est allégué que la procédure de passation du marché, qui a
donné lieu à l’adjudication d’un contrat de type fournisseur unique, n’est étayée par aucun des motifs énoncés dans les accords
commerciaux applicables. Ceci permet une exception à la procédure de demandes de soumissions concurrentielles.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 18 juillet 2002
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[30-1-o]
[30-1-o]
It is alleged that the procurement process, resulting in a solesource contract award, is not supported by any of the grounds
contained in the applicable trade agreements. This permits an
exception to the competitive bidding process.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, July 18, 2002
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Industrial Equipment
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-2002-015) from ZENON Environmental Inc., of Oakville, Ontario, concerning a procurement
(Solicitation No. W8482-01TF04/A) by the Department of Public
Works and Government Services (PWGSC) on behalf of the Department of National Defence. The solicitation is for the repair
and overhaul of shipboard reverse osmosis desalinators. Pursuant
to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal Act and subsection 7(2) of the Canadian International
Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations, notice is
hereby given that the Tribunal has decided to conduct an inquiry
into the complaint.
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Équipement industriel
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a reçu une plainte (dossier no PR-2002-015) déposée par ZENON
Environmental Inc., de Oakville (Ontario), concernant un marché
(invitation no W8482-01TF04/A) passé par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux (TPSGC) au nom
du ministère de la Défense nationale. L’invitation porte sur la
réparation et la révision des appareils de dessalement par osmose
inverse à bord des navires. Conformément au paragraphe 30.13(2)
de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur et au
paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est
donné par la présente que le Tribunal a décidé d’enquêter sur la
plainte.
Il est allégué que TPSGC a accordé un contrat à un soumissionnaire dont la proposition ne satisfaisait pas à toutes les exigences obligatoires du document d’invitation à soumissionner.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 19 juillet 2002
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[30-1-o]
[30-1-o]
It is alleged that PWGSC awarded a contract to a bidder whose
proposal did not meet all the mandatory requirements of the solicitation document.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, July 19, 2002
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications,
including additional locations and addresses where the complete
files may be examined. The relevant material, including the
notices and applications, is available for viewing during normal
business hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room G-5,
1 Promenade du Portage, Hull, Quebec K1A 0N2, (819)
997-2429 (Telephone), 994-0423 (TDD), (819) 994-0218
(Facsimile);
AVIS AUX INTÉRESSÉS
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des
demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter
les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les
avis et les demandes, sont disponibles pour examen durant les
heures normales d’affaires aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce G5,
1, promenade du Portage, Hull (Québec) K1A 0N2, (819)
997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), (819) 994-0218
(télécopieur);
2302
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
— Bank of Commerce Building, Suite 1007, 1809 Barrington
Street, Halifax, Nova Scotia B3J 3K8, (902) 426-7997 (Telephone), 426-6997 (TDD), (902) 426-2721 (Facsimile);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, (204) 983-6306 (Telephone),
983-8274 (TDD), (204) 983-6317 (Facsimile);
— 530-580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, (604) 666-2111 (Telephone), 666-0778 (TDD), (604)
666-8322 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 405 De Maisonneuve
Boulevard E, 2nd Floor, Suite B2300, Montréal, Quebec H2L
4J5, (514) 283-6607 (Telephone), 283-8316 (TDD), (514)
283-3689 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, (416) 952-9096
(Telephone), (416) 954-6343 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, Cornwall Professional
Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan S4P 3X3, (306) 780-3422 (Telephone), (306) 780-3319
(Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, (780) 495-3224
(Telephone), (780) 495-3214 (Facsimile).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
— Édifice de la Banque de Commerce, Pièce 1007, 1809, rue
Barrington, Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 3K8, (902)
426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), (902) 426-2721
(télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, (204) 983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), (204) 983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, (604) 666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), (604) 666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 405, boulevard de
Maisonneuve Est, 2e étage, Bureau B2300, Montréal (Québec)
H2L 4J5, (514) 283-6607 (téléphone), 283-8316 (ATS), (514)
283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 55, avenue St. Clair
Est, Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, (416) 9529096 (téléphone), (416) 954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, (306) 780-3422 (téléphone), (306) 780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, (780) 495-3224
(téléphone), (780) 495-3214 (télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
DÉCISIONS
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées ciaprès en s’adressant au CRTC.
2002-188
July 15, 2002
Inner Peace Television Network Inc.
Across Canada
Approved  Transfer of effective control of a category 2
specialty.
2002-188
Le 15 juillet 2002
Inner Peace Television Network Inc.
L’ensemble du Canada
Approuvé  Transfert du contrôle effectif d’un service spécialisé
de catégorie 2.
2002-189
July 16, 2002
Genex Communications inc.
Québec, Quebec
Approved  Short-term renewal of the licence of CHOI-FM
Québec from September 1, 2002, to August 31, 2004.
2002-189
Le 16 juillet 2002
Genex Communications inc.
Québec (Québec)
Approuvé  Renouvellement à court terme de la licence de
CHOI-FM Québec du 1er septembre 2002 au 31 août 2004.
2002-190
July 16, 2002
Genex Communications inc.
Donnacona, Quebec
Denied by majority vote  Amendment of the licence of radio
station CKNU-FM Donnacona to expand the contour toward
Québec, by deleting the condition of licence limiting the solicitation of advertising and by amending the condition relating to local
programming.
2002-190
Le 16 juillet 2002
Genex Communications inc.
Donnacona (Québec)
Refusé, par vote majoritaire  Modification de la licence de radiodiffusion de CKNU-FM Donnacona en vue d’élargir le périmètre de rayonnement vers Québec, de supprimer la condition de
licence limitant la sollicitation de publicité et de modifier la condition portant sur la programmation locale.
2002-191
Cogeco Radio-Télévision inc.
Québec, Quebec
2002-191
Cogeco Radio-Télévision inc.
Québec (Québec)
July 16, 2002
Le 16 juillet 2002
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2303
3924301 Canada inc., doing business under the name and style
of Communications Lévis 2001
Lévis, Quebec
Métromédia CMR Montréal inc.
Québec, Quebec
9098-7280 Québec inc.
Québec, Quebec
Approved, by majority vote  Application by Cogeco RadioTélévision inc. for a licence to operate a French-language FM
radio station in Québec.
Denied  The three competing applications.
3924301 Canada inc., faisant affaires sous le nom et la raison
sociale de Communications Lévis 2001
Lévis (Québec)
Métromédia CMR Montréal inc.
Québec (Québec)
9098-7280 Québec inc.
Québec (Québec)
Approuvé, par vote majoritaire  Demande d’exploitation d’une
station de radio FM de langue française à Québec, présentée par
Cogeco Radio-Télévision inc.
Refusé  Les trois demandes concurrentes.
2002-192
July 17, 2002
Télévision MBS inc.
Rivière-du-Loup and Carleton, Quebec
Approved  Addition of a transmitter in Carleton.
2002-192
Le 17 juillet 2002
Télévision MBS inc.
Rivière-du-Loup et Carleton (Québec)
Approuvé  Exploitation d’un émetteur à Carleton.
2002-193
July 17, 2002
Breakaway PPV Corporation
Alberta and British Columbia
Approved  Extension of regional pay-per-view service area to
serve the provinces of Saskatchewan and Manitoba as well as the
Yukon Territory, the Northwest Territories and Nunavut.
2002-193
Le 17 juillet 2002
Breakaway PPV Corporation
Alberta et Colombie-Britannique
Approuvé  Agrandissement de la zone de desserte d’un service
régional de télévision à la carte afin de desservir les provinces de
Saskatchewan et Manitoba ainsi que le Territoire du Yukon, les
Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut.
2002-194
July 17, 2002
Videon Cablesystems Inc.
Ontario, Saskatchewan, Manitoba and Alberta
Approved  Extension of regional video-on-demand service area
to include the province of British Columbia as part of its service
area.
2002-194
Le 17 juillet 2002
Videon Cablesystems Inc.
Ontario, Saskatchewan, Manitoba et Alberta
Approuvé  Agrandissement de la zone de desserte autorisée du
service vidéo sur demande afin d’inclure la Colombie-Britannique
à sa zone de desserte.
2002-195
July 17, 2002
Houssen Broadcasting Ltd.
Moncton, New Brunswick
Approved  Deletion of a condition of licence that prohibits the
broadcast of commercial messages by CKOE-FM, a Christian
music station in Moncton.
2002-195
Le 17 juillet 2002
Houssen Broadcasting Ltd.
Moncton (Nouveau-Brunswick)
Approuvé  Suppression d’une condition de licence interdisant
la diffusion de messages publicitaires sur les ondes de CKOEFM, une station de musique chrétienne de Moncton.
2002-196
July 19, 2002
Columbia Kootenay Broadcasting Co. Ltd.
Fernie and Sparwood, British Columbia
Renewed  Broadcasting licence for the radio programming
undertaking CFEK Fernie and its transmitter CJEK Sparwood,
from September 1, 2002, to December 31, 2002.
2002-196
Le 19 juillet 2002
Columbia Kootenay Broadcasting Co. Ltd.
Fernie et Sparwood (Colombie-Britannique)
Renouvelé  Licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation de radio CFEK Fernie et son émetteur CJEK
Sparwood, du 1er septembre 2002 au 31 décembre 2002.
2002-197
July 19, 2002
Consortium de Télévision Québec Canada inc.
Across Canada
Renewed  Broadcasting licence for the French-language international specialty programming undertaking known as TV5 Québec Canada, from September 1, 2002, to February 28, 2003.
2002-197
Le 19 juillet 2002
Consortium de Télévision Québec Canada inc.
L’ensemble du Canada
Renouvelé  Licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation spécialisée de langue française à caractère international, TV5 Québec Canada, du 1er septembre 2002 au 28 février
2003.
2002-198
Corus Radio Company
Vancouver, British Columbia
2002-198
Corus Radio Company
Vancouver (Colombie-Britannique)
July 19, 2002
Renewed  Broadcasting licence for the transitional digital programming undertaking in Vancouver (associated station CJNW),
from September 1, 2002, to August 31, 2003.
Le 19 juillet 2002
Renouvelé  Licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation de radio numérique de transition à Vancouver (station associée CJNW), du 1er septembre 2002 au 31 août 2003.
2304
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
2002-199
July 19, 2002
Corus VC Ltd.
Manitoba, Saskatchewan, Alberta, British Columbia,
Yukon Territory and Northwest Territories
Renewed  Broadcasting licence for the direct-to-home pay-perview television programming undertaking serving the abovementioned provinces, from September 1, 2002, to February 28,
2003.
2002-199
Le 19 juillet 2002
Corus VC Ltd.
Manitoba, Saskatchewan, Alberta, Colombie-Britannique,
Territoire du Yukon et Territoires du Nord-Ouest
Renouvelé  Licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation de télévision à la carte par satellite de radiodiffusion
directe desservant les provinces susmentionnées, du 1er septembre
2002 au 28 février 2003.
2002-200
July 19, 2002
Television programming undertakings
Ontario, Alberta and British Columbia
Renewed  Broadcasting licences for the television programming undertakings set out in the appendix to the decision, from
September 1, 2002, to February 28, 2003.
2002-200
Le 19 juillet 2002
Entreprises de programmation de télévision
Ontario, Alberta et Colombie-Britannique
Renouvelé  Licences de radiodiffusion des entreprises de
programmation de télévision énumérées à l’annexe de la décision,
du 1er septembre 2002 au 28 février 2003.
2002-201
July 19, 2002
Milestone Radio Inc.
Toronto, Ontario
Approuvé  Increase of the effective radiated power for
CFXJ-FM Toronto from 298 watts to 1430 watts.
2002-201
Le 19 juillet 2002
Milestone Radio Inc.
Toronto (Ontario)
Approuvé  Augmentation de la puissance apparente rayonnée
de CFXJ-FM Toronto de 298 watts à 1 430 watts.
[30-1-o]
[30-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2002-37
AVIS PUBLIC 2002-37
The Commission has received the following application:
1. Rogers Broadcasting Limited for “CFMT-TV TOO”
Toronto, Ontario
To use channel 44 with an effective radiated power of
179 000 watts.
Deadline for intervention: August 6, 2002
July 17, 2002
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. Rogers Broadcasting Limited pour « CFMT-TV TOO »
Toronto (Ontario)
Utilisation du canal 44 avec une puissance apparente rayonnée
de 179 000 watts.
Date limite d’intervention : le 6 août 2002
Le 17 juillet 2002
[30-1-o]
[30-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2002-38
AVIS PUBLIC 2002-38
Call for Comments Concerning Internet Retransmission (Order in
Council P.C. 2002-1043)
The Commission seeks public input for a report to the Governor in Council on the broadcasting regulatory framework for
Internet retransmission of over-the-air television and radio
signals.
Appel d’observations concernant la retransmission sur Internet
(Décret C.P. 2002-1043)
Le Conseil sollicite le point de vue du public dans le but de
faire rapport au gouverneur en conseil sur le cadre réglementaire
de radiodiffusion concernant la retransmission sur Internet des
signaux de télévision et de radio en direct.
The Order in Council
1. On June 12, 2002, the Governor in Council issued Order in
Council P.C. 2002-1043, a copy of which is appended to the notice. The Order in Council (OIC) was issued pursuant to section 15 of the Broadcasting Act (the Act) which provides that the
Governor in Council may request that the Commission hold
hearings or make reports on any matter within its jurisdiction
under the Act.
2. The OIC requests that the Commission seek comment from
the public and report no later than January 17, 2003, on:
Le décret
1. Le 12 juin 2002, le gouverneur en conseil a émis le décret
C.P. 2002-1043, dont copie se trouve en annexe du présent avis
public. Le décret a été émis en vertu de l’article 15 de la Loi sur
la radiodiffusion (la Loi). Cet article stipule que le gouverneur en
conseil peut demander au Conseil de tenir des audiences ou de
faire rapport sur toute question relevant de sa compétence aux
termes de la Loi.
2. Le décret demande au Conseil de procéder à une consultation publique et de soumettre un rapport au plus tard le 17 janvier
2003, concernant :
Le 27 juillet 2002
(a) the broadcasting regulatory framework for persons who retransmit, by the Internet, the signals of over-the-air television
or radio programming undertakings,
(b) the appropriateness of amending the Exemption Order for
New Media Broadcasting Undertakings published in Appendix A to Public Notice CRTC 1999-197, December 17, 1999,
regarding persons who retransmit by the Internet, the signals of
over-the-air television or radio programming undertakings, and
(c) any other measures the Commission considers appropriate
in this regard,
in order to meet the objectives of the broadcasting policy set out
in the Broadcasting Act.
Gazette du Canada Partie I
2305
a) le cadre réglementaire de la radiodiffusion pour ce qui est
des personnes qui retransmettent par Internet les signaux
d’entreprises de programmation de télévision ou de radio en
direct,
b) l’opportunité de modifier l’Ordonnance d’exemption relative aux entreprises de radiodiffusion de nouveaux médias,
publiée à l’annexe A de l’avis public CRTC 1999-197 du
17 décembre 1999, pour ce qui est des personnes qui retransmettent par Internet les signaux d’entreprises de programmation de télévision ou de radio en direct,
c) toute autre mesure que le Conseil juge appropriée à cet
égard,
afin de répondre aux objectifs de la politique de radiodiffusion
énoncée dans la Loi sur la radiodiffusion.
Scope of the Call for Comments
3. For the purposes of this notice, the term “Internet retransmission” is defined as the act of retransmitting, via the Internet,
the signals of over-the-air television or radio programming undertakings. The Commission is seeking comments on the Internet
retransmission of broadcasting services that are originally transmitted over the air, which excludes the Internet retransmission of
specialty services, for example.
4. In addition, the Commission notes that certain programming
undertakings may already be transmitting their own services via
the Internet. Given that these programming undertakings originate
a portion of their own programming and/or purchase-specific
rights for the balance of their programming, these activities constitute transmission, rather than retransmission. The Commission
requests that parties focus their comments on Internet retransmission by third parties of the signals of over-the-air programming
undertakings.
Portée de l’appel d’observations
3. Aux fins de cet avis, l’expression « retransmission sur Internet » signifie l’acte de retransmettre, par Internet, les signaux des
entreprises de télévision ou de radio en direct. Le Conseil sollicite
des observations relatives à la retransmission sur Internet des
services de radiodiffusion qui sont, au départ, transmis en direct,
ce qui exclut, par exemple, la retransmission sur Internet des services spécialisés.
4. De plus, le Conseil note que certaines entreprises de programmation transmettent déjà leurs propres services par Internet.
Étant donné que ces entreprises produisent une partie de leurs
propres émissions ou achètent des droits spécifiques pour compléter leur programmation, ces pratiques sont assimilables à la
transmission, plutôt qu’à la retransmission. Le Conseil demande
donc que les observations se concentrent sur la retransmission sur
Internet par des tiers des signaux d’entreprises de programmation
en direct.
Questions
5. The Commission seeks comments on the matters raised in
the OIC. In order to assist interested parties in developing their
submissions, but without limiting the scope of the comments,
except as set out above, the Commission raises a number of questions for parties to address. In preparing their submissions, the
Commission requests that interested parties highlight any significant differences that should be addressed between the retransmission of radio signals and of television signals on the Internet.
(a) What activities constitute Internet retransmission? What are
the defining characteristics of these activities?
(b) Should Internet retransmission be seen as a substitute for, or
a complement to, the activities of existing licensed over-the-air
broadcasting and distribution undertakings?
(c) To the extent that Internet retransmission is now, or may
reasonably be, expected to become complementary or substitutable for existing over-the-air broadcasting undertakings
and/or distribution undertakings, what is its potential impact on
the existing regulatory framework?
(d) What could be the potential impact of Internet retransmission on the broadcasting system, including, among others,
viewers, subscribers, advertisers, producers and broadcasters?
(e) What are the current and potential business and economic
models for Internet retransmission? What impact would the use
of typical Internet advertising methods, such as banner ads and
pop-up advertisements, have on advertisers and over-the-air
broadcasters? What impact would a subscription model have
on advertisers and over-the-air broadcasters?
(f) Given the significant bandwidth demands that the largescale distribution of Internet retransmission could impose, in
particular for video retransmission, is capacity generally available
Questions
5. Le Conseil sollicite des observations sur les questions soulevées dans le décret. Afin de faciliter l’élaboration des mémoires
des parties intéressées, sans toutefois en limiter la portée, à l’exception de la précision susmentionnée, le Conseil énumère
ci-après quelques questions à aborder. Le Conseil demande aux
parties intéressées de signaler dans leurs mémoires toutes les différences importantes dont il faudrait tenir compte entre la retransmission sur Internet des signaux de radio et celle des signaux
de télévision.
a) Quelles activités peut-on qualifier de retransmission sur
Internet? Quelles sont les caractéristiques définissant ces
activités?
b) Devrait-on considérer la retransmission sur Internet comme
un substitut ou comme un complément aux activités des entreprises autorisées de radiodiffusion en direct et de distribution?
c) Dans la mesure où la retransmission sur Internet peut, ou
pourrait raisonnablement, être considérée comme un complément ou un remplacement des entreprises de radiodiffusion en
direct ou des entreprises de distribution, quel en serait l’impact
potentiel sur le cadre de réglementation actuel?
d) Quel pourrait être l’éventuelle incidence sur le système de
radiodiffusion de la retransmission sur Internet, et notamment
sur les auditoires, les abonnés, les annonceurs, les producteurs
et les radiodiffuseurs?
e) Quels sont les modèles commerciaux et économiques, actuels et à définir, applicables à la retransmission sur Internet?
Quel impact produirait l’utilisation des méthodes d’affichage
publicitaire propres à Internet, de style bannière déroulante ou
publicité flash, sur les annonceurs et les radiodiffuseurs en direct? Quel impact découlerait d’un modèle par abonnement,
tant sur les annonceurs que sur les radiodiffuseurs en direct?
2306
Canada Gazette Part I
to support the Internet retransmission model? Are there any capacity bottlenecks? What are the mechanisms currently or potentially available that would address any concerns raised with
respect to capacity?
(g) What impact could Internet retransmission have on the
creation of Canadian content and the protection of program
rights? Is it necessary to impose conditions on Internet
retransmission to address any such impacts? If so, what
conditions?
(h) What are the mechanisms currently or potentially available
that would ensure the protection of program rights? In particular, how could the territorial reach of Internet retransmission of
programming be restricted to a particular region or to particular
customers? Similarly, how could such programming not be repropagated by customers to other Internet users?
(i) What are the mechanisms currently or potentially available
that would ensure that the programming rights holders receive
appropriate compensation and protection for the Internet retransmission of their programming?
(j) Are there mechanisms currently or potentially available that
would ensure that the integrity of the signals was maintained
(i.e. no alteration or deletion)?
(k) Should an Internet retransmitter assume any additional obligations when delivering over-the-air broadcast signals containing interactive elements?
(l) Would regulation of undertakings providing Internet retransmission of the signals of over-the-air programming undertakings contribute materially to, or detract from, the attainment of the objectives set out in the Act?
(m) If the Commission were to decide that licensing of Internet
retransmission undertakings is appropriate under the Act, what
conditions, if any, should be imposed on these undertakings?
Should these conditions mirror those generally imposed on
broadcasting distribution undertakings, pursuant to the Broadcasting Distribution Regulations, and individual licences? Are
there practical impediments to the imposition of such conditions, in light of the technological differences between traditional distribution methods and Internet retransmission?
(n) Would the issuance of an exemption order, under the Act,
specific to Internet retransmission of the signals of over-the-air
programming undertakings facilitate or hinder the achievement
of the Act’s policy objectives?
(o) If an exemption order would facilitate the achievement of
these policy objectives, what would be the appropriate scope of
such an exemption order? Are there specific conditions that
should be applied for exemption?
(p) How has the issue of Internet retransmission been approached in other countries? Which of these approaches would
or would not be appropriate in the Canadian context, and why?
Call for Comments
6. The Commission invites written comments from the public
on the matters raised in this public notice. The Commission will
hold a two-phase process for the submission of written comments.
In the first phase, the Commission will accept comments that it
receives no later than September 6, 2002.
July 27, 2002
f) La distribution à grande échelle de retransmissions sur Internet susciterait une forte demande de largeurs de bandes, particulièrement pour la retransmission de la vidéo; dans une telle
situation, la capacité généralement disponible suffirait-t-elle
pour assurer ce type de retransmission sur Internet? Y aurait-il
des goulots d’étranglement? Quels dispositifs actuellement ou
potentiellement disponibles seraient en mesure d’aplanir les
préoccupations relatives à la capacité?
g) Quel pourrait être l’impact de la retransmission sur Internet
sur la création de contenus canadiens et sur la protection des
droits de diffusion d’émissions? Est-il nécessaire d’imposer des
conditions visant la retransmission sur Internet pour moduler,
s’il y a lieu, de tels impacts? Dans l’affirmative, quelles seraient ces conditions?
h) Quels dispositifs, actuellement ou potentiellement disponibles, pourraient garantir le respect des droits des ayants droit
d’émissions? Plus particulièrement, comment pourrait-on limiter la portée territoriale de la retransmission d’émissions sur
Internet à une région donnée ou à une clientèle spécifique? De
même, comment empêcher la propagation de ces émissions, par
la clientèle ciblée, à d’autres utilisateurs d’Internet?
i) Quels dispositifs, actuellement ou potentiellement disponibles, pourraient garantir aux détenteurs de droits la protection
de leurs émissions et une rétribution adéquate pour la retransmission sur Internet de leurs émissions?
j) Y a-t-il des dispositifs, actuellement ou potentiellement disponibles, qui garantiraient le maintien de l’intégrité des signaux
(c’est-à-dire sans altération ni suppression)?
k) Devrait-t-on imposer des obligations additionnelles à un retransmetteur sur Internet qui offre des signaux de radiodiffusion en direct comportant des éléments interactifs?
l) La réglementation des entreprises offrant la retransmission
sur Internet de signaux d’entreprises de programmation en direct contribuerait-elle sensiblement, ou nuirait-elle, à l’atteinte
des objectifs énoncés dans la Loi?
m) Si le Conseil devait conclure qu’il convient d’attribuer des
licences aux entreprises de retransmission sur Internet en vertu
de la Loi, quelles conditions, le cas échéant, devraient être imposées à ces entreprises? Ces conditions devraient-elles être à
l’image de celles généralement imposées aux entreprises de
distribution de radiodiffusion, en conformité avec le Règlement
sur la distribution de radiodiffusion et le libellé de leurs licences respectives? Y a-t-il des obstacles pratiques à l’encontre de
telles conditions, compte tenu des différences technologiques
entre les méthodes de distribution traditionnelle et celles de la
retransmission sur Internet?
n) L’émission d’une ordonnance d’exemption, en conformité
avec la Loi, visant la retransmission sur Internet des signaux
des entreprises de radiodiffusion en direct, favoriserait-elle ou
entraverait-elle l’atteinte des objectifs énoncés dans la Loi?
o) Si une ordonnance d’exemption favorisait l’atteinte de ces
objectifs, quelle devrait être la portée d’une telle ordonnance?
Quelles conditions spécifiques seraient requises au moment
d’une exemption?
p) Comment la question de la retransmission sur Internet a-telle été traitée dans d’autres pays? Laquelle de ces approches
conviendrait, ou ne conviendrait pas, au système canadien, et
pourquoi?
Appel d’observations
6. Le Conseil sollicite de la part du public des observations
sous forme écrite touchant les questions soulevées dans cet avis
public. Le Conseil tiendra le processus en deux temps pour ce qui
est de la soumission des commentaires. Dans un premier temps, le
Conseil acceptera les observations reçues au plus tard le 6 septembre 2002.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2307
8. The comments received in response to the Fact Finding Inquiry on Interactivity, Public Notice CRTC 2001-113, November
2, 2001, form part of the record of this proceeding.
7. Les parties intéressées, qu’elles aient soumis ou non des observations lors de la première étape, pourront alors déposer des
répliques au plus tard le 4 octobre 2002. Les répliques doivent
uniquement viser les observations soumises lors de la première
étape.
8. Les observations reçues en réponse à l’Enquête sur la situation de l’interactivité, avis public CRTC 2001-113, 2 novembre
2001, font partie du dossier de la présente instance.
9. The Commission will not formally acknowledge comments.
It will, however, fully consider all comments and they will form
part of the public record of the proceeding, provided that the procedures for filing set out in the notice have been followed.
9. Le Conseil n’accusera pas officiellement réception des observations. Il en tiendra toutefois pleinement compte et il les versera au dossier public de la présente instance, à la condition que la
procédure de dépôt énoncée dans l’avis ait été suivie.
P.C. 2002-1043
June 12, 2002
Whereas subsection 3(1) of the Broadcasting Act sets out the
broadcasting policy for Canada;
Whereas section 5 of the Broadcasting Act provides that the
Canadian Radio-Television and Telecommunications Commission is responsible for regulating and supervising all aspects of
the Canadian broadcasting system with a view to implementing
the broadcasting policy set out in subsection 3(1) of the Broadcasting Act;
Whereas the Exemption Order for New Media Broadcasting
Undertakings, published in Appendix A to Public Notice CRTC
1999-197, December 17, 1999, exempts persons who engage in
the retransmission of broadcasting signals over the Internet from
all of the requirements of Part II of the Broadcasting Act and of
any regulations made under that Part;
C.P. 2002-1043
12 juin 2002
Attendu que le paragraphe 3(1) de la Loi sur la radiodiffusion
énonce la politique canadienne de radiodiffusion;
Attendu que l’article 5 de la Loi sur la radiodiffusion énonce
que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes (le « Conseil ») est chargé de réglementer et de surveiller tous les aspects du système canadien de radiodiffusion en
vue de mettre en œuvre la politique canadienne de radiodiffusion
énoncée au paragraphe 3(1) de la Loi sur la radiodiffusion;
Attendu que l’Ordonnance d’exemption relative aux entreprises de radiodiffusion de nouveaux médias, publiée à l’annexe A
de l’avis public CRTC 1999-197 du 17 décembre 1999, précise
que les personnes qui font la retransmission de signaux par Internet ne sont pas assujetties aux exigences de la partie II de la Loi
sur la radiodiffusion et des règlements pris en vertu de cette
partie;
Attendu qu’aucune modalité ou condition n’est imposée aux
personnes qui exploitent une entreprise aux termes de cette ordonnance d’exemption;
Attendu que, depuis la mise en vigueur de cette ordonnance
d’exemption, des entreprises de radiodiffusion de nouveaux médias ont été établies et qu’elles désirent peut-être se prévaloir des
dispositions existantes de la Loi sur le droit d’auteur pour retransmettre les signaux d’entreprises de programmation de télévision ou de radio en direct;
Attendu que d’autres entreprises de distribution de radiodiffusion sont assujetties à des obligations concernant la retransmission de signaux d’entreprises de programmation de télévision ou
de radio en direct, notamment à des mesures limitant le changement ou la suppression d’un service de programmation ainsi qu’à
la protection des droits de diffusion;
Attendu que le paragraphe 15(1) de la Loi sur la radiodiffusion
prévoit que, sur demande du gouverneur en conseil, le Conseil
tient des audiences ou fait rapport sur toute question relevant de
sa compétence;
Attendu que, conformément au paragraphe 15(2) de la Loi sur
la radiodiffusion, la ministre du Patrimoine canadien a consulté le
Conseil au sujet de la présente demande;
À ces causes, sur recommandations de la ministre du Patrimoine canadien et en vertu du paragraphe 15(1) de la Loi sur la
radiodiffusion, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil demande au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes de recueillir les commentaires du grand
public et de faire rapport dans les meilleurs délais, et au plus tard
le 17 janvier 2003, sur :
a) le cadre réglementaire de la radiodiffusion pour ce qui est
des personnes qui retransmettent par Internet les signaux
d’entreprises de programmation de télévision ou de radio en
direct,
7. Interested parties, whether they have made submissions or
not during the first phase, may then file reply comments no later
than October 4, 2002. The reply comments must address matters
raised by any of the comments submitted during the first phase.
Whereas the exemption Order imposes no terms or conditions
upon persons operating under it;
Whereas, since the exemption Order came into force, new media broadcasting undertakings have emerged who may wish to
avail themselves of the existing provisions of the Copyright Act to
retransmit the signals of over-the-air radio or television programming undertakings;
Whereas other broadcasting distribution undertakings are subject to obligations related to the retransmission of the signals of
television or radio programming undertakings, including measures limiting the alteration or deletion of programming service
and the protection of program rights;
Whereas subsection 15(1) of the Broadcasting Act provides
that the Commission shall, on the request of the Governor in
Council, hold hearings or make reports on any matter within the
jurisdiction of the Commission;
Whereas, in accordance with subsection 15(2) of the Broadcasting Act, the Minister of Canadian Heritage has consulted with
the Commission with regard to the proposed request;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Canadian Heritage,
pursuant to subsection 15(1) of the Broadcasting Act, hereby requests the Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission to seek comments from the public and to report at
the earliest time practicable, and in any event not later than January 17, 2003, on
(a) the broadcasting regulatory framework for persons who retransmit, by the Internet, the signals of over-the-air television
or radio programming undertakings,
2308
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
(b) the appropriateness of amending the Exemption Order for
New Media Broadcasting Undertakings published in Appendix A to Public Notice CRTC 1999-197, December 17, 1999,
regarding persons who retransmit by the Internet, the signals of
over-the-air television or radio programming undertakings, and
(c) any other measures the Commission considers appropriate
in this regard,
in order to meet the objectives of the broadcasting policy set out
in the Broadcasting Act.
July 19, 2002
b) l’opportunité de modifier l’Ordonnance d’exemption relative aux entreprises de radiodiffusion de nouveaux médias
publiée à l’annexe A de l’avis public CRTC 1999-197 du
17 décembre 1999, pour ce qui est des personnes qui retransmettent par Internet les signaux d’entreprises de programmation de télévision ou de radio en direct, et
c) toute autre mesure que le Conseil de la radiodiffusion et des
télécommunications canadiennes juge appropriée à cet égard,
afin de répondre aux objectifs de la politique de radiodiffusion
énoncée dans la Loi sur la radiodiffusion.
Le 19 juillet 2002
[30-1-o]
[30-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2002-39
AVIS PUBLIC 2002-39
Cable Capacity Reports — Confidentiality of Bandwidth Capacity
Information
Rapports sur la capacité en canaux de câblodistribution —
Confidentialité des renseignements sur la capacité de largeur de
bande
In this notice, the Commission announces its decision to include — in its semi-annual updates on the cable capacity of
Class 1 cable distribution undertakings having 20 000 or more
subscribers — a simple confirmation as to whether an undertaking has a nominal bandwidth capacity of 750 MHz or more.
July 19, 2002
Dans cet avis, le Conseil fait part de sa décision d’inclure,
dans ses mises à jour semestrielles concernant la capacité en
canaux des entreprises de câblodistribution de classe 1 ayant
20 000 abonnés et plus, une confirmation à savoir si l’entreprise a
une capacité nominale de largeur de bande d’au moins 750 MHz.
Le 19 juillet 2002
[30-1-o]
[30-1-o]
NAFTA SECRETARIAT
SECRÉTARIAT DE L’ALÉNA
DECISION
DÉCISION
Magnesium
Magnésium
Notice is hereby given, pursuant to rule 70 of the NAFTA Article 1904 Panel Rules, that the panel established to review the
Final Results of the Five-Year Reviews of the Countervailing
Duty and Antidumping Duty Orders made by the United States
International Trade Commission, respecting Magnesium from
Canada, issued its decision on July 16, 2002 (Secretariat File
No. USA-CDA-2000-1904-09).
Copies of the complete decision may be obtained from Canadian Government Publishing, Communications Canada, Ottawa,
Canada K1A 0S9, (819) 956-4802 (Telephone), (819) 994-1498
(Facsimile).
Avis est donné par les présentes, conformément au paragraphe 70 des Règles des groupes spéciaux (article 1904 — ALÉNA),
que le groupe spécial chargé de réviser les résultats finals des
réexamens quinquennaux des ordonnances en matière de droits
compensateurs et de droits antidumping rendus par la United
States International Trade Commission au sujet du magnésium en
provenance du Canada, a rendu sa décision le 16 juillet 2002
(dossier du Secrétariat USA-CDA-2000-1904-09).
Dans la décision du 16 juillet 2002, le groupe spécial a renvoyé
la décision de l’autorité chargée de l’enquête au sujet du magnésium en provenance du Canada.
Le groupe spécial binational a demandé à l’autorité chargée de
l’enquête de lui communiquer sa décision consécutive au renvoi
au plus tard le 15 octobre 2002.
On peut se procurer des copies de la version intégrale de la décision en s’adressant aux Éditions du gouvernement du Canada,
Communications Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9, (819) 9564802 (téléphone), (819) 994-1498 (télécopieur).
Explanatory Note
Note explicative
Chapter 19 of the North American Free Trade Agreement establishes a procedure for replacing domestic judicial review of
determinations in anti-dumping and countervailing duty cases
involving imports from a NAFTA country with review by binational panels.
Le chapitre 19 de l’Accord de libre-échange nord-américain
substitue à l’examen judiciaire national des décisions rendues en
matière de droits antidumping et compensateurs touchant les produits importés du territoire d’un pays de l’ALÉNA, une procédure
de révision par des groupes spéciaux binationaux.
In the July 16, 2002 decision, the binational panel remanded
the agency’s determination respecting Magnesium from Canada.
The binational panel instructed the investigating authority to
provide its determination on remand by October 15, 2002.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
These panels are established, when a Request for Panel Review
is received by the NAFTA Secretariat, to act in place of national
courts to expeditiously review final determinations to determine
whether they are in accordance with the anti-dumping or countervailing duty law of the country that made the determination.
2309
Requests for information concerning the present notice, or concerning the NAFTA Article 1904 Panel Rules, should be addressed to the Canadian Secretary, NAFTA Secretariat, Canadian
Section, 90 Sparks Street, Suite 705, Ottawa, Ontario K1P 5B4,
(613) 992-9388.
FRANÇOY RAYNAULD
Canadian Secretary
De tels groupes spéciaux sont formés lorsqu’une demande
de révision par un groupe spécial est reçue au Secrétariat de
l’ALÉNA. Ils tiennent lieu d’un tribunal national et examinent,
dans les meilleurs délais, la décision définitive afin de déterminer
si elle est conforme à la législation sur les droits antidumping ou
compensateurs du pays où elle a été rendue.
Conformément à l’article 1904 de l’Accord de libre-échange
nord-américain entré en vigueur le 1er janvier 1994, le gouvernement du Canada, le gouvernement des États-Unis et le gouvernement du Mexique ont établi les Règles de procédure des groupes
spéciaux binationaux formés en vertu de l’article 1904. Ces règles ont été publiées dans la Partie I de la Gazette du Canada, le
1er janvier 1994.
Toutes demandes de renseignements, concernant le présent avis
ou les Règles des groupes spéciaux (article 1904 — ALÉNA),
doivent être adressées au Secrétaire canadien, Secrétariat de
l’ALÉNA, Section canadienne, 90, rue Sparks, Pièce 705, Ottawa
(Ontario) K1P 5B4, (613) 992-9388.
Le secrétaire canadien
FRANÇOY RAYNAULD
[30-1-o]
[30-1-o]
Under Article 1904 of the North American Free Trade Agreement that came into force on January 1, 1994, the Government of
Canada, the Government of the United States and the Government of Mexico established the Rules of Procedure for Article
1904 Binational Panel Reviews. These Rules were published in
the Canada Gazette, Part I, on January 1, 1994.
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
APPLICATION FOR AUTHORIZATION TO EXPORT
ENERGY
DEMANDE D’AUTORISATION D’EXPORTATION
D’ÉNERGIE
Advantage Energy, Inc.
Advantage Energy, Inc., 3556 Lake Shore Road, Suite 120,
Buffalo, New York, U.S.A. 14219, hereby provides notice that it
has, under Part III.1 of the National Energy Board Act, filed an
application dated July 15, 2002, with the National Energy Board
(the “Board”) for authorization to export, over a ten-year term, up
to 20 000 megawatts of firm power and up to 20 000 megawatts
of combined firm and interruptible power per year.
Advantage Energy, Inc.
La société Advantage Energy, Inc., sise au 3556 Lake Shore
Road, Suite 120, Buffalo, New York, U.S.A. 14219, donne avis
par la présente qu’elle a, aux termes de la Partie III.I de la Loi sur
l’Office national de l’énergie, présenté à l’Office national de
l’énergie (l’« Office »), une demande d’autorisation datée
du 15 juillet 2002, pour exporter sur une période de plus de
dix ans jusqu’à 20 000 mégawatts d’énergie garantie et jusqu’à
20 000 mégawatts d’énergie garantie et interruptible globale par
année.
L’Office désire connaître l’opinion des parties intéressées par
cette demande avant de délivrer tout permis ou de recommander
au gouverneur en conseil la tenue d’une audience publique. Les
directives sur la procédure qui sera utilisée sont expliquées en
détail ci-dessous.
1. Le demandeur doit déposer et conserver en dossier, aux fins
d’examen public durant les heures normales d’ouverture, des copies de la demande, à ses bureaux situés au 3556 Lake Shore
Road, Suite 120, Buffalo, New York, U.S.A. 14219 et en fournira
une copie à toute personne qui en fait la demande. On peut aussi
consulter une copie de la demande, pendant les heures normales
de bureau, à la bibliothèque de l’Office, 444, Septième Avenue
Sud-Ouest, Bureau 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8.
2. Les parties qui désirent déposer des mémoires doivent le faire
auprès du Secrétaire, Office national de l’énergie, 444, Septième
Avenue Sud-Ouest, Bureau 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8,
(403) 292-5503 (télécopieur), et auprès du demandeur, au plus
tard le 26 août 2002.
3. En vertu du paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office tiendra
compte de tous les facteurs qu’il jugera pertinents. Notamment, il
s’intéresse aux points de vue des parties intéressées sur les questions suivantes :
a) les conséquences de l’exportation d’électricité sur les provinces autres que la province exportatrice;
b) les conséquences de l’exportation sur l’environnement;
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The Directions
on Procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application at its
office located at 3556 Lake Shore Road, Suite 120, Buffalo, New
York, U.S.A. 14219. The Applicant will provide a copy of the
application to any individual who requests a copy. A copy of the
application is also available for viewing during normal business
hours in the Board’s Library, Room 1002, 444 Seventh Avenue
SW, Calgary, Alberta T2P 0X8.
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed with
the Secretary, National Energy Board, 444 Seventh Avenue SW,
Room 1002, Calgary, Alberta T2P 0X8, (403) 292-5503 (Facsimile), and with the Applicant by August 26, 2002.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to be relevant. In
particular, the Board is interested in the views of submitters with
respect to:
(a) The effect of the exportation of the electricity on the provinces other than that from which the electricity is to be
exported;
2310
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
(b) The impact of the exportation on the environment; and
(c) Whether the Applicant has:
(i) Informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale and
(ii) Given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions specified in the application to those who, within
reasonable time of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present
in response to items 2 and 3 of this Notice of Application and
Directions on Procedure shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission by September 10, 2002.
5. Any reply that submitters wish to present in response to
item 4 of this Notice of Application and Directions on Procedure
shall be filed with the Secretary of the Board and served on the
Applicant by September 20, 2002.
c) le fait que le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada, des quantités et
des catégories de service offertes;
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la
communication de ce fait, manifesté l’intention d’acheter de
l’électricité pour consommation au Canada.
6. For further information on procedures governing the Board’s
examination, contact Michel L. Mantha, Secretary of the Board,
by telephone at (403) 299-2714 or by facsimile at (403) 2925503.
July 11, 2002
MICHEL L. MANTHA
Secretary
4. Si le demandeur souhaite répondre aux mémoires visés aux
points 2 et 3 du présent avis de la demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès du secrétaire de l’Office et en signifier copie à la partie qui a
déposé le mémoire, au plus tard le 10 septembre 2002.
5. Si un déposant souhaite répliquer à la réponse visée au point 4
du présent avis de la demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès du secrétaire
de l’Office et en signifier copie au demandeur au plus tard le
20 septembre 2002.
6. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les procédures
régissant l’examen mené par l’Office, prière de communiquer
avec Michel L. Mantha, secrétaire, par téléphone au (403) 2992714, ou par télécopieur au (403) 292-5503.
Le 11 juillet 2002
Le secrétaire
MICHEL L. MANTHA
[30-1-o]
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2311
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
AEGON INSURANCE COMPANY (U.K.) LIMITED
AEGON INSURANCE COMPANY (U.K.) LIMITED
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to section 651 of the Insurance Companies Act, that AEGON Insurance Company (U.K.)
Limited (“AEGON”) intends to apply to the Superintendent of
Financial Institutions on or after August 27, 2002, for the release
of its assets in Canada. AEGON has discharged or provided for
the discharge of all its obligations and liabilities in Canada, including its liabilities under terminated policies.
Any policyholder in Canada who opposes the release of the assets should file their opposition with the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on
or before August 27, 2002.
Toronto, July 5, 2002
ISAAC SANANES
Chief Agent for Canada
Avis est par les présentes donné, aux termes de l’article 651 de
la Loi sur les sociétés d’assurances, que AEGON Insurance
Company (U.K.) Limited (« AEGON »), a l’intention de présenter une demande au surintendant des institutions financières, le
27 août 2002 ou après cette date, relativement à la libération de
son actif au Canada. AEGON a acquitté ou a prévu l’acquittement
de toutes ses obligations et engagements au Canada, y compris
ses engagements en vertu de polices résiliées.
Tout titulaire de police au Canada qui s’oppose à la libération
de l’actif doit déposer son opposition, au plus tard le 27 août
2002, auprès du Surintendant des institutions financières, 255, rue
Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2.
Toronto, le 5 juillet 2002
L’agent principal pour le Canada
ISAAC SANANES
[28-4-o]
[28-4-o]
ALLAN RALPH POLLOCK
ALLAN RALPH POLLOCK
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Allan Ralph Pollock, on behalf of Strata Plan N-21, hereby
gives notice that an application has been made to the Minister of
Fisheries and Oceans under the Navigable Waters Protection Act
for approval of the plans and site of the work described herein.
Under section 9 of the said Act, Allan Ralph Pollock has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, at Vancouver,
British Columbia, and in the office of the District Registrar of the
Land Registry District of Kamloops, 114-455 Columbia Street,
Kamloops, British Columbia, under deposit number KT75543, a
description of the site and plans of the marina expansion and
breakwater in Windermere Lake, in front of Lot No. 3765.
ALLAN RALPH POLLOCK
Allan Ralph Pollock, au nom du Strata Plan N-21, donne avis,
par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection
des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Allan Ralph Pollock a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, à Vancouver (Colombie-Britannique), et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Kamloops, situé au 455, rue Columbia, Pièce 114, Kamloops
(Colombie-Britannique), sous le numéro de dépôt KT75543, une
description de l’emplacement et les plans des travaux d’agrandissement de la marina et de la construction d’un brise-lames que
l’on propose d’effectuer dans le lac Windermere, en face du lot
no 3765.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Division de la protection des eaux navigables,
Programmes opérationnels, Garde côtière canadienne, Ministère
des Pêches et des Océans, 555, rue Hastings Ouest, Bureau 350,
Vancouver (Colombie-Britannique) V6B 5G3.
Windermere, le 15 juillet 2002
ALLAN RALPH POLLOCK
[30-1-o]
[30-1-o]
And take notice that the project is presently being pursuant to
the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigable Waters Protection Division, Operational Programs, Canadian
Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 350-555 West
Hastings Street, Vancouver, British Columbia V6B 5G3.
Windermere, July 15, 2002
BIODEGRADABLE PRODUITS INTERNATIONAL
INSTITUTE/INSTITUT INTERNATIONAL DES
PRODUITS BIODÉGRADABLES
BIODEGRADABLE PRODUITS INTERNATIONAL
INSTITUTE/INSTITUT INTERNATIONAL DES
PRODUITS BIODÉGRADABLES
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Biodegradable Produits International Institute/Institut international des produits biodégradables
Avis est par les présentes donné que Biodegradable Produits
International Institute/Institut international des produits
2312
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
FREDERIC SCHEER
Director
biodégradables demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 15 juillet 2002
Le directeur
FREDERIC SCHEER
[30-1-o]
[30-1-o]
intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender
its charter, pursuant to the Canada Corporations Act.
July 15, 2002
THE CORPORATION OF THE COUNTY OF ELGIN
THE CORPORATION OF THE COUNTY OF ELGIN
PLANS DEPOSITED
The Corporation of the County of Elgin hereby gives notice
that an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9
of the said Act, The Corporation of the County of Elgin has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land Registry District of Elgin
County, at St. Thomas, Ontario, under deposit number 418589, a
description of the site and plans of the Vienna South Bridge rehabilitation over Big Otter Creek, at Vienna, Ontario, at Front Street
on the north side and Chapel Street on the south side of the Creek.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
St. Thomas, July 22, 2002
SPRIET ASSOCIATES LONDON
Agent for the County of Elgin
DÉPÔT DE PLANS
The Corporation of the County of Elgin donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. The Corporation of the County of Elgin
a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre
des Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits
du district d’enregistrement du comté d’Elgin, à St.Thomas (Ontario), sous le numéro de dépôt 418589, une description de l’emplacement et les plans de réhabilitation du pont Vienna South, audessus du ruisseau Big Otter, à Vienna (Ontario), donnant sur la
rue Front au nord et sur la rue Chapel au sud du ruisseau.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
St. Thomas, le 22 juillet 2002
L’agent pour le comté d’Elgin
SPRIET ASSOCIATES LONDON
[30-1-o]
[30-1]
FACTOR MUSICACTION CANADA
FACTOR MUSICACTION CANADA
SURRENDER OF CHARTER
Notice is hereby given that Factor Musicaction Canada intends
to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its
charter, pursuant to the Canada Corporations Act.
MICHEL CARTER
President
ABANDON DE CHARTE
Avis est par les présentes donné que Factor Musicaction
Canada demandera au ministre de l’Industrie la permission
d’abandonner sa charte en vertu de la Loi sur les corporations
canadiennes.
Le 28 juin 2002
Le président
MICHEL CARTER
[30-1-o]
[30-1-o]
June 28, 2002
FRIENDS OF 431 (AD) SQUADRON SOCIETY
FRIENDS OF 431 (AD) SQUADRON SOCIETY
SURRENDER OF CHARTER
Notice is hereby given that Friends of 431 (AD) Squadron
Society intends to apply to the Minister of Industry for leave to
surrender its charter, pursuant to the Canada Corporations Act.
DAN WHITTLE
President
ABANDON DE CHARTE
Avis est par les présentes donné que Friends of 431 (AD)
Squadron Society demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 20 juin 2002
Le président
DAN WHITTLE
[30-1-o]
[30-1-o]
June 20, 2002
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2313
THE GLENGARRY AND STORMONT RAILWAY
COMPANY
THE GLENGARRY AND STORMONT RAILWAY
COMPANY
ANNUAL GENERAL MEETING
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
Notice is hereby given that the annual general meeting of the
shareholders of The Glengarry and Stormont Railway Company
will be held at 225 King Street W, Toronto, Ontario, on Wednesday, September 11, 2002, at 2 p.m., for the election of directors
and the transaction for such other business that may properly
come before the meeting.
Toronto, July 8, 2002
GLEN R. COPELAND
Secretary
Avis est par les présentes donné que l’assemblée générale annuelle des actionnaires de The Glengarry and Stormont Railway
Company se tiendra au 225, rue King Ouest, Toronto (Ontario), le
mercredi 11 septembre 2002, à 14 h, afin d’élire les administrateurs de la compagnie et d’examiner toutes les questions dont elle
pourra être saisie.
Toronto, le 8 juillet 2002
Le secrétaire
GLEN R. COPELAND
[29-4-o]
[29-4]
GRANT FOREST PRODUCTS INC.
GRANT FOREST PRODUCTS INC.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Grant Forest Products Inc. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under
the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Grant Forest Products Inc. has deposited with the Minister of
Fisheries and Oceans, and in the office of the District Registrar of
the Land Registry District of Sudbury, at Sudbury, Ontario, under
deposit number 117749, a description of the site and plans of a
temporary bridge to be constructed over the Wanapitei River, at
the Township of Marshay, on the Amyot Secondary Road.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
Englehart, July 16, 2002
JOHN CAMERON
Forest Technician
La société Grant Forest Products Inc. donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Grant Forest Products Inc. a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du
district d’enregistrement de Sudbury, à Sudbury (Ontario), sous le
numéro de dépôt 117749, une description de l’emplacement et les
plans d’un pont provisoire que l’on propose de construire audessus de la rivière Wanapitei, dans le canton de Marshay, sur la
route secondaire Amyot.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
Englehart, le 16 juillet 2002
Le technicien en sylviculture
JOHN CAMERON
[30-1-o]
[30-1-o]
MARKLAND SEAFOODS LTD.
MARKLAND SEAFOODS LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Markland Seafoods Ltd. hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Markland Seafoods Ltd. has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the Town Council Office of the Electoral
District of Fortune Bay—Cape La Hune, at St. Alban’s, Newfoundland and Labrador, under deposit number BWA-8200-021212, a description of the site and plans of the proposed aquaculture cages for steelhead trout in Bay d’Espoir, at Raymond Point.
La société Markland Seafoods Ltd. donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches
et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Markland Seafoods Ltd. a, en vertu
de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et
des Océans, et au bureau du conseil municipal de la circonscription électorale de Fortune Bay—Cap La Hune, à St. Alban’s
(Terre-Neuve-et-Labrador), sous le numéro de dépôt BWA-820002-1212, une description de l’emplacement et les plans d’une
installation de cages d’aquaculture pour truite arc-en-ciel que l’on
propose de construire à Raymond Point, dans la baie d’Espoir.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime en ce qui a trait aux compétences
fédérales doit être adressée par écrit, dans un délai d’un mois
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation as it relates to areas of federal responsibility should be
directed, not later than one month from the date of publication of
2314
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
CLYDE COLLIER
President
suivant la date de publication du présent avis, au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des
Océans, Case postale 5667, St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador)
A1C 5X1.
St. Alban’s, le 17 juillet 2002
Le président
CLYDE COLLIER
[30-1-o]
[30-1-o]
this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, P.O. Box 5667, St. John’s,
Newfoundland A1C 5X1.
St. Alban’s, July 17, 2002
MINISTRY OF TRANSPORTATION OF BRITISH
COLUMBIA
MINISTRY OF TRANSPORTATION OF BRITISH
COLUMBIA
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ministry of Transportation of British Columbia hereby
gives notice that an application has been made to the Minister of
Fisheries and Oceans under the Navigable Waters Protection Act
for approval of the plans and site of the work described herein.
Under section 9 of the said Act, the Ministry of Transportation of
British Columbia has deposited with the Minister of Fisheries and
Oceans, at Vancouver, British Columbia, and in the office of the
District Registrar of the Land Registry District of Prince George/
Prince Rupert, at Prince George, British Columbia, drawing number 1450-NWPA, Land Registry Reference (deposit) number
PGP48121, being a plan of the bridge carrying Highway 97 over
Cottonwood River, north of Quesnel, British Columbia. The
clearance above the 100-year flood level is 5.7 m and the channel
width is 40 m.
JUDITH REID
Minister
Le Ministry of Transportation of British Columbia (le ministère
des Transports de la Colombie-Britannique) donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Le Ministry of Transportation of British
Columbia a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du
ministre des Pêches et des Océans, à Vancouver (ColombieBritannique), et au bureau de la publicité des droits du district
d’enregistrement de Prince George/Prince Rupert, à Prince
George (Colombie-Britannique), le dessin numéro 1450-NWPA,
numéro de référence du cadastre (dépôt) PGP48121, lequel est un
plan d’un pont au-dessus de la rivière Cottonwood, sur la route
97, au nord de Quesnel (Colombie-Britannique). La hauteur libre
est de 5,7 m au-dessus du niveau des eaux le plus élevé depuis
100 ans et la largeur du chenal est de 40 m.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Services à la navigation maritime, Division
de la protection des eaux navigables, Garde côtière canadienne,
Ministère des Pêches et des Océans, 555, rue Hastings Ouest,
Bureau 300, Vancouver (Colombie-Britannique) V6B 5G3.
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Gordon Eisenhuth, Highway Engineering Branch,
Ministry of Transportation, 940, rue Blanshard, Pièce 4D, Case
Postale 9850, Succursale Prov. Govt., Victoria (ColombieBritannique) V8W 9T5.
Victoria, le 6 juillet 2002
La ministre
JUDITH REID
[30-1-o]
[30-1]
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director, Marine Navigational Services, Navigable Waters Protection Division, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
300-555 West Hastings Street, Vancouver, British Columbia
V6B 5G3.
For further information, please contact Gordon Eisenhuth,
Highway Engineering Branch, Ministry of Transportation,
4D-940 Blanshard Street, P.O. Box 9850, Station Prov. Govt.,
Victoria, British Columbia V8W 9T5.
Victoria, July 6, 2002
MINISTRY OF TRANSPORTATION OF BRITISH
COLUMBIA
MINISTRY OF TRANSPORTATION OF BRITISH
COLUMBIA
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ministry of Transportation of British Columbia hereby
gives notice that an application has been made to the Minister of
Fisheries and Oceans, at Vancouver, under the Navigable Waters
Protection Act for approval of the plans and site of the works
described herein. Under section 9 of the said Act, the Ministry of
Transportation of British Columbia has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, at Vancouver, British Columbia,
and in the office of the District Registrar of the Land Registry
District of Kamloops, at Kamloops, British Columbia, under
Le Ministry of Transportation of British Columbia (le ministère
des Transports de la Colombie-Britannique) donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans, à Vancouver, en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le Ministry of Transportation of British Columbia a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, à Vancouver (Colombie-Britannique), et au bureau de la publicité des
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2315
JUDITH REID
Minister
droits du district d’enregistrement de Kamloops, à Kamloops
(Colombie-Britannique), sous les numéros de dépôt KT67850A et
KT67851, les dessins numéros 7593-NWPA et 7594-NWPA, à
savoir les plans pour la construction de deux ponts supportant la
route transcanadienne, devant être construits au-dessus de la
rivière Kicking Horse, à Glenogle (Colombie-Britannique), à l’est
de Golden. La hauteur libre proposée au-dessus des crues les plus
élevées depuis deux cents ans sera de 2,6 m et la largeur de canal
sera supérieure à 20 m.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Division de la protection des eaux navigables, Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des
Océans, 555, rue Hastings Ouest, Bureau 350, Vancouver
(Colombie-Britannique) V6B 5G3.
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Gordon Eisenhuth, Highway Engineering Branch,
Ministry of Transportation, 940, rue Blanshard, Pièce 4D, Case
postale 9850, Succursale Prov. Govt., Victoria (ColombieBritannique) V8W 9T5.
Victoria, le 8 juillet 2002
La ministre
JUDITH REID
[30-1-o]
[30-1]
deposit numbers KT67850A and KT67851, drawing numbers
7593-NWPA and 7594-NWPA, being the plans for two proposed
bridges carrying the Trans-Canada Highway, to be built over the
Kicking Horse River at Glenogle, British Columbia, east of
Golden. The proposed clearances above 200-year flood level will
be greater than 2.6 m with channel width greater than 20 m.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director, Navigable Waters Protection Division, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 350-555 West Hastings Street,
Vancouver, British Columbia V6B 5G3.
For further information, please contact Gordon Eisenhuth,
Highway Engineering Branch, Ministry of Transportation,
4D-940 Blanshard Street, P.O. Box 9850, Station Prov. Govt.,
Victoria, British Columbia V8W 9T5.
Victoria, July 8, 2002
NCMIC INSURANCE COMPANY
NCMIC INSURANCE COMPANY
APPLICATION FOR AN ORDER
DEMANDE D’ORDONNANCE
Notice is hereby given that NCMIC Insurance Company, the
head office of which is located in West Des Moines, Iowa, United
States of America, intends to make an application pursuant to
section 574 of the Insurance Companies Act, for an order approving the insuring in Canada of risks falling within the following classes of insurance, namely property and liability.
LOUIS SPORTELLI
President and Director
Avis est par les présentes donné que la NCMIC Insurance
Company, dont le siège social est situé à West Des Moines
(Iowa), aux États-Unis, a l’intention de présenter, conformément
à l’article 574 de la Loi sur les sociétés d’assurances, une demande d’ordonnance l’autorisant à offrir au Canada de l’assurance dans les catégories de risques suivantes, notamment assurances de biens et responsabilité.
Le 9 juillet 2002
Le président et directeur
LOUIS SPORTELLI
[30-4-o]
[30-4]
July 9, 2002
NORTHERN SUNRISE COUNTY
NORTHERN SUNRISE COUNTY
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Northern Sunrise County hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under
the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Northern Sunrise County has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the office of the District Registrar of the
Land Registry District of Northern Alberta, at Edmonton, Alberta,
under deposit number 022253292, a description of the site and
plans of the bridge widening and other work over Heart River, at
South Harmon Road, 12 km east and 3 km north of Nampa, in
front of Lot No. SSE 5-82-19-W5.
Le Northern Sunrise County donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et
des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le Northern Sunrise County a, en vertu de
l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et
des Océans, et au bureau de la publicité des droits du district
d’enregistrement de Northern Alberta, à Edmonton (Alberta),
sous le numéro de dépôt 022253292, une description de l’emplacement et les plans de l’élargissement d’un pont au-dessus de la
rivière Heart ainsi que d’autres travaux, sur le chemin South
Harmon, à 12 km à l’est et à 3 km au nord de Nampa, en face du
lot no SSE 5-82-19-W5.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
2316
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
Red Deer, July 18, 2002
EXH ENGINEERING SERVICES LTD.
D. G. (DOUG) VINT
Certified Engineering Technologist
Red Deer, le 18 juillet 2002
EXH ENGINEERING SERVICES LTD.
Le technicien-spécialiste agréé en ingénierie
D. G. (DOUG) VINT
[30-1-o]
[30-1]
PAUL VIENNEAU
PAUL VIENNEAU
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Paul Vienneau hereby gives notice that an application has been
made to the Minister of Fisheries and Oceans under the Navigable
Waters Protection Act for approval of the plans and site of the
work described herein. Under section 9 of the said Act, Paul
Vienneau has deposited with the Minister of Fisheries and
Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District of Gloucester, at Bathurst, New Brunswick,
under deposit numbers 14597257, 14597273, 14597307,
14597356, 14597331, 14597398, 14597430, 14597489,
14597521, 14597554, 14597638, a description of the site and
plans of aquaculture sites to cultivate molluscs using suspended
culture, in Saint-Simon-Sud Bay, at Saint-Simon, New
Brunswick.
Paul Vienneau donne avis, par les présentes, qu’une demande a
été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en vertu
de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après.
Paul Vienneau a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de Gloucester, à
Bathurst (Nouveau-Brunswick), sous les numéros de dépôt 14597257, 14597273, 14597307, 14597356, 14597331,
14597398, 14597430, 14597489, 14597521, 14597554,
14597638, une description de l’emplacement et les plans
d’installations aquacoles pour la culture de mollusques en suspension, dans la baie Saint-Simon-Sud, à Saint-Simon (NouveauBrunswick).
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Superintendent,
Navigable Waters Protection Division, Canadian Coast Guard,
Department of Fisheries and Oceans, Foot of Parker Street,
P.O. Box 1000, Dartmouth, Nova Scotia B2Y 3Z8.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant régional, Division de la protection des eaux navigables, Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des
Océans, Rue Parker, Case postale 1000, Dartmouth (NouvelleÉcosse) B2Y 3Z8.
Shippagan, July 17, 2002
Shippagan, le 17 juillet 2002
PAUL VIENNEAU
PAUL VIENNEAU
[30-1-o]
[30-1-o]
PEC-NORD INC.
PEC-NORD INC.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Pec-Nord inc. hereby gives notice that an application has been
made to the Minister of Fisheries and Oceans under the Navigable
Waters Protection Act for approval of the plans and site of the
work described herein. Under section 9 of the said Act, Pec-Nord
inc. has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and
in the office of the District Registrar of the Land Registry District
of Bonaventure (registration division No. 2) at Carleton—SaintOmer, Quebec, under deposit number 76146, a description of the
site and plans for an aquaculture area for spat collection and suspension culture of the giant scallop, in the Tracadigache Bay,
Gaspésie, at latitudes 48°03′48.0″ and 48°04′40.8″, longitudes
66°12′08.4″ and 66°13′48.0″, in front of Carleton—Saint-Omer,
Chaleur Bay, Quebec.
La société Pec-Nord inc. donne avis, par les présentes, qu’une
demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des
Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables,
pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage
décrit ci-après. La Pec-Nord inc. a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Bonaventure (circonscription foncière no 2) à Carleton—SaintOmer (Québec), sous le numéro de dépôt 76146, une description
de l’emplacement et les plans d’une aire d’aquiculture pour le
captage et l’élevage en suspension du pétoncle géant, dans la baie
de Tracadigache, en Gaspésie, à 48°03′48,0″ et 48°04′40,8″ de
latitude et 66°12′08,4″ et 66°13′48,0″ de longitude, en face de
Carleton—Saint-Omer, baie des Chaleurs (Québec).
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent,
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 101 Champlain Boulevard,
3rd Floor, Québec, Quebec G1K 7Y7.
Sillery, July 20, 2002
2317
au Surintendant, Programme de protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
101, boulevard Champlain, 3e étage, Québec (Québec) G1K 7Y7.
Sillery, le 20 juillet 2002
PAUL-AIMÉ JONCAS
President
Le président
PAUL-AIMÉ JONCAS
[30-1-o]
[30-1-o]
RURAL MUNICIPALITY OF LANGFORD
RURAL MUNICIPALITY OF LANGFORD
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Rural Municipality of Langford hereby gives notice that an
application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9
of the said Act, the Rural Municipality of Langford has deposited
with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the office of the
District Registrar of the Land Registry District of Neepawa, at
Neepawa, Manitoba, under deposit number R1091, Registration
No. 1024458, a description of the site and plans of the replacement of a bridge over Stony Creek, at NE 30-14-15 W.
La Rural Municipality of Langford donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches
et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Rural Municipality of Langford a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du
district d’enregistrement de Neepawa, à Neepawa (Manitoba),
sous le numéro de dépôt R1091, numéro d’enregistrement 1024458, une description de l’emplacement et les plans de
remplacement du pont au-dessus du ruisseau Stony, aux coordonnées N.-E. 30-14-15 O.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
Neepawa, July 19, 2002
Neepawa, le 19 juillet 2002
SCOTT GORDON SPICER
Chief Administrative Officer
Le directeur municipal
SCOTT GORDON SPICER
[30-1-o]
[30-1]
UNDERWRITERS INSURANCE COMPANY
UNDERWRITERS INSURANCE COMPANY
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to section 651 of the Insurance Companies Act, that Underwriters Reinsurance Company,
carrying on business in Canada as Underwriters Insurance Company (“Underwriters”) intends to apply to the Superintendent of
Financial Institutions on or after August 20, 2002, for the release
of its assets in Canada. Underwriters has discharged or provided
for the discharge of all its obligations and liabilities in Canada,
including its liabilities under terminated policies.
Avis est par les présentes donné que, aux termes de l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurance, la Underwriters
Reinsurance Company, exerçant ses activités au Canada sous la
dénomination Underwriters Insurance Company (« Underwriters »), a l’intention de présenter une demande au Surintendant des
institutions financières, le 20 août 2002 ou après cette date, relativement à la libération de son actif au Canada. La Underwriters a
acquitté ou a prévu l’acquittement de toutes ses obligations et
engagements au Canada, y compris ses engagements en vertu de
polices résiliées.
Any policyholder in Canada who opposes the release of the assets should file such opposition with the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on
or before August 20, 2002.
Tout titulaire de police au Canada qui s’oppose à la libération
de l’actif doit déposer son opposition auprès du Surintendant des
institutions financières au 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A
0H2, au plus tard le 20 août 2002.
Toronto, June 28, 2002
Toronto, le 28 juin 2002
ROBERT W. MCDOWELL
Chief Agent for Canada
L’agent principal pour le Canada
ROBERT W. MCDOWELL
[27-4-o]
[27-4-o]
2318
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
UNITED OVERSEAS BANK (CANADA)
UNITED OVERSEAS BANK (CANADA)
LETTERS PATENT OF DISSOLUTION
LETTRES PATENTES DE DISSOLUTION
Notice is hereby given, in accordance with subsection 345(4)
of the Bank Act, that the Secretary of State (International Financial Institutions), on behalf of the Minister of Finance, pursuant to
subsection 345(2) of the Bank Act, approved by order dated
June 27, 2002, the application by United Overseas Bank (Canada)
[the “Bank”] for letters patent of dissolution and the Bank has
commenced its voluntary liquidation. Any questions regarding
this notice should be directed to Mr. Bernard Lee of the Bank, at
(604) 662-7055.
Vancouver, July 12, 2002
UNITED OVERSEAS BANK (CANADA)
Avis est par les présentes donné, en vertu du paragraphe 345(4)
de la Loi sur les banques, que le secrétaire d’État (Institutions
financières internationales), au nom du ministre des Finances, en
vertu du paragraphe 345(2) de la Loi sur les banques, a approuvé
par décret en date du 27 juin 2002 la demande de United Overseas Bank (Canada) [la « banque »] de lettres patentes de dissolution, et que la banque a entrepris sa liquidation volontaire. Toutes
questions relatives au présent avis doivent être adressées à
Monsieur Bernard Lee de la banque, au (604) 662-7055.
Vancouver, le 12 juillet 2002
UNITED OVERSEAS BANK (CANADA)
[28-4-o]
[28-4-o]
VILLE DE GATINEAU
VILLE DE GATINEAU
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ville de Gatineau hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
the Ville de Gatineau has deposited with the Minister of Fisheries
and Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District of Hull, at 170 Hôtel-de-Ville Street, Hull, Quebec, under deposit number 10051827, a description of the site and
plans concerning the demolition and reconstruction of the deck of
the Mitchell Bridge over the Blanche River, in Gatineau, above
the immovable property formed by part of Lots 1373025 and
1373414, cadastre of Quebec, and part of a territory without a
cadastral designation (Blanche River).
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 101 Champlain Boulevard, Québec,
3rd Floor, Quebec G1K 7Y7.
Gatineau, July 27, 2002
Me RICHARD D’AURAY
Deputy Clerk
La Ville de Gatineau donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans
en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour
l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit
ci-après. La Ville de Gatineau a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Hull, situé au 170, rue de l’Hôtel-de-Ville, Hull (Québec), sous le
numéro de dépôt 10051827, une description de l’emplacement et
les plans visant le démantèlement et la reconstruction du tablier
du pont Mitchell enjambant la rivière Blanche, à Gatineau, audessus de l’immeuble formé d’une partie des lots 1373025 et
1373414 du cadastre de Québec ainsi que d’une partie du territoire non cadastré (rivière Blanche).
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
101, boulevard Champlain, 3e étage, Québec (Québec) G1K 7Y7.
Gatineau, le 27 juillet 2002
Le greffier adjoint
Me RICHARD D’AURAY
[30-1-o]
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Environment, Dept. of the
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999.......
2320
Rules of Procedure for Boards of Review ...................
2333
2319
Page
Environnement, min. de l’
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999) .....................................
Règles de procédure applicables aux commissions de
révision ...................................................................
2320
2333
2320
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)
Statutory Authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring Department
Department of the Environment
Ministère responsable
Ministère de l’Environnement
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
Description
The purpose of this initiative is to propose the addition of
ozone and its precursors and precursors to respirable particulate
matter less than or equal to 10 microns (PM10) to the List of Toxic
Substances in Schedule 1 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999):
Gaseous Ammonia, which has the molecular formula NH3(g)
Ozone, which has the molecular formula O3
Sulphur dioxide, which has the molecular formula SO2
Nitric oxide, which has the molecular formula NO
Nitrogen dioxide, which has the molecular formula NO2
Volatile organic compounds (VOCs) as described in the proposed Order
Le décret a pour but d’ajouter l’ozone et ses précurseurs ainsi
que les précurseurs des particules inhalables de 10 microns ou
moins (PM10) à la Liste des substances toxiques figurant à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE 1999] :
L’ammoniac à l’état gazeux, dont la formule moléculaire est
NH3(g)
L’ozone, dont la formule moléculaire est O3
Le dioxyde de soufre, dont la formule moléculaire est SO2
Le monoxyde d’azote, dont la formule moléculaire est NO
Le dioxyde d’azote, dont la formule moléculaire est NO2
Les composés organiques volatils (COV) décrits dans le projet
de décret
Background
Historique
Precursors to PM10
Précurseurs des PM10
On May 27, 2000, Ministers of the Environment and Health
declared in the Canada Gazette that PM10 is considered to be
“toxic” under section 64 of CEPA 1999 and recommended to the
Governor in Council of Canada that PM10 be added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999. The Governor in
Council has since published a proposed Order adding PM10 to the
List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999. This proposed Order was published in the Canada Gazette, Part I, on
June 10, 2000, for a 60-day comment period and finalized in the
Canada Gazette, Part II, on May 9, 2001. The assessment report
specifies that PM10 can be released directly into the atmosphere or
formed secondarily in the atmosphere from precursors as a result
of physical or chemical transformations and identifies the principal precursors to PM10 to be SO2, NOx (NO and NO2), gaseous
ammonia and VOCs.
Le 27 mai 2000, les ministres de l’Environnement et de la
Santé ont déclaré dans la Gazette du Canada que les PM10 étaient
jugées « toxiques » au sens de l’article 64 de la LCPE 1999, et ils
ont recommandé au gouverneur en conseil du Canada de les
ajouter à la Liste des substances toxiques figurant à l’annexe 1 de
la LCPE 1999. Depuis lors, le gouverneur en conseil a publié un
projet de décret d’inscription des PM10 sur la Liste des substances
toxiques de l’annexe 1 de la LCPE 1999. Ce projet a été publié
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 10 juin 2000, pour
une période de 60 jours; le décret fut pris, et publié dans la Partie
II de la Gazette du Canada le 9 mai 2001. Le rapport d’évaluation
spécifie que les PM10 peuvent être rejetées directement dans
l’atmosphère ou s’y former secondairement à partir de précurseurs à la suite de transformations physiques ou chimiques, et il
indique que les principaux gaz précurseurs des PM10 sont le SO2,
les NOx (le NO et le NO2), l’ammoniac et les COV.
Le 1er juillet 2000, les ministres ont publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada, pour une période de commentaires de
60 jours, un résumé des rapports d’évaluation des Rejets des fonderies et affineries de cuivre primaire et secondaire et rejets des
fonderies et affineries de zinc primaire et secondaire. Ce résumé
effectué sous l’évaluation de la Liste des substances d’intérêt
prioritaire (LSIP) est un support additionnel concernant la toxicité
du SO2. Les rejets des fonderies et des affineries de cuivre (Cu) et
Additional evidence supporting the toxicity of SO2 comes from
the draft Priority Substances List (PSL) Assessment Report on
emissions from copper and zinc smelters and refineries. On
July 1, 2000, the Ministers published, in the Canada Gazette,
Part I, for a 60-day comment period, a summary of reports of the
assessments of Releases from primary and secondary copper
smelters and copper refineries, and Releases from primary and
secondary zinc smelters and zinc refineries. Releases from copper
Le 27 juillet 2002
(Cu) smelters/refineries and zinc (Zn) plants are complex mixtures, containing varying amounts of numerous substances. One
of the components of releases to air that was examined most
closely is SO2. Risk due to SO2 released from copper smelters/
refineries and zinc plants was assessed based on both direct exposure to SO2 and on associated acidic deposition. Results for direct
exposure indicate that there is a risk to vegetation over varying
areas near both copper smelters/refineries and zinc plants, and a
risk of cardiorespiratory effects in sensitive humans. On this basis, and also because of the environmental and/or health risks
associated with various metals (mostly in the form of particulate
matter) and PM10 contained in emissions from these facilities, the
assessment recommended that releases from copper smelters/
refineries and zinc plants be declared toxic.
As the precursors meet the CEPA criteria of a toxic substance,
the Ministers of the Environment and of Health published, on
July 15, 2000, their intent to recommend that the precursors to
PM10 (SO2, NOx, ammonia and VOCs) be added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA, based on the 1999 PM
Science Assessment Document (SAD) and based on the CEPA
1999 definition of a toxic substance.
In May 2001, the Meteorological Service of Canada published
“Precursor Contributions to Ambient Fine Particulate Matter in
Canada.” This assessment was undertaken to summarize the current knowledge of the contribution of gaseous precursors to secondary particle formation in Canada, and to provide a scientific
basis for the development of risk management options for ambient particulate matter.
Gazette du Canada Partie I
2321
des usines de zinc (Zn) sont des mélanges complexes contenant
diverses quantités de nombreuses substances. Le SO2 est l’une des
substances rejetées dans l’atmosphère qui a été examinée le plus
attentivement. Le risque posé par le SO2 rejeté par les fonderies et
les affineries de cuivre et les usines d’élaboration du zinc a été
évalué en fonction de l’exposition directe à cette substance et des
dépôts acides qui y sont reliés. Les résultats pour l’exposition
directe indiquent qu’il existe un risque pour la végétation dans
diverses régions avoisinant les fonderies et les affineries de cuivre
et les usines d’élaboration du zinc, et un risque d’effets cardiorespiratoires sur les humains vulnérables. Pour cette raison, et parce
que les risques environnementaux et/ou pour la santé associés aux
métaux (en majorité sous la forme de particules inhalables) et aux
PM10 contenus dans les rejets de ces usines, l’évaluation a recommandé que les rejets des fonderies et des affineries de cuivre
et des usines d’élaboration du zinc soient déclarés toxiques.
Comme les précurseurs satisfont aux critères de la LCPE définissant une substance toxique, les ministres de l’Environnement
et de la Santé ont publié, le 15 juillet 2000, un avis d’intention de
recommander que les précurseurs des PM10 (le SO2, les NOx,
l’ammoniac et les COV) soient ajoutés à la Liste des substances
toxiques figurant à l’annexe 1 de la LCPE à la lumière du Rapport
d’évaluation scientifique pour les particules inhalables publié en
1999 et de la définition d’une substance toxique donnée dans la
LCPE 1999.
En mai 2001, le Service météorologique du Canada a publié un
document intitulé « Contributions des précurseurs aux matières
particulaires dans l’air ambiant au Canada ». Cette évaluation a
été effectuée pour résumer les connaissances actuelles sur la contribution des précurseurs gazeux à la formation secondaire de
particules au Canada et pour établir un fondement scientifique
pour l’élaboration d’options de gestion du risque pour les particules dans l’air ambiant.
Ozone and its Precursors
Ozone et ses précurseurs
On October 14, 2000, a Science Assessment Document for
Ground-level Ozone (SAD) was published in the Canada Gazette,
Part I. The SAD concluded that there is a significant association
between ambient ozone and adverse health effects and that significant adverse effects to human health (mortality and morbidity)
and vegetation (reduced growth and crop yield) are occurring at
ozone levels currently experienced across Canada. The SAD
specifies that ground-level ozone is formed in the atmosphere
from precursors through photochemical reactions in the presence
of sunlight and warm temperatures and that the primary precursors to ground-level ozone are NOx (NO and NO2) and VOCs.
Le 14 octobre 2000, un Rapport d’évaluation scientifique pour
l’ozone troposphérique (RES) a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada. Le RES concluait qu’il existait une association significative entre l’ozone dans l’air ambiant et les effets
nocifs sur la santé, et que d’importants effets nocifs pour la santé
humaine (mortalité et morbidité) et la végétation (diminution de
la croissance et du rendement des cultures) se produisaient aux
concentrations d’ozone que l’on retrouve actuellement au Canada.
Le document précise que l’ozone troposphérique se forme dans
l’atmosphère à partir de précurseurs à la suite de réactions photochimiques en présence de la lumière solaire et lorsque les températures sont chaudes, et que les principaux précurseurs sont les
NOx (le NO et le NO2) et les COV.
Le 9 juin 2001, les ministres de l’Environnement et de la Santé
ont publié, en vue d’une période d’examen de 60 jours, un avis
d’intention de recommander que l’ozone et ses précurseurs (les
NOx [le NO et le NO2] et les COV) soient ajoutés à la Liste des
substances toxiques de l’annexe I de la LCPE 1999, compte tenu
des résultats du RES et de la définition d’une substance toxique
donnée dans la LCPE 1999.
S’il n’inscrit pas le SO2, l’ammoniac à l’état gazeux, le NO, le
NO2 et les COV à l’annexe I, le gouvernement du Canada ne peut
réglementer les sources contribuant à la formation de PM10 et
d’ozone, ni le SO2 rejeté par les fonderies et les affineries de cuivre et les usines d’élaboration du zinc.
On June 9, 2001, the Ministers of Environment and of Health
published, for a 60-day comment period, a Notice of Intent to
recommend that ozone and its precursors (NOx [NO and NO2] and
VOCs) be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of
CEPA 1999, based on the results of the SAD and based on the
CEPA 1999 definition of a toxic substance.
Without the listing of SO2, gaseous ammonia, NO, NO2 and
VOCs as such on Schedule 1, the Government of Canada does not
have the legislative prerequisite necessary to control the sources
contributing to PM10 and ozone, nor to impose control on SO2
released from copper smelters/refineries and zinc plants.
The PM Science Assessment Document may be obtained at:
http://www.hc-sc.gc.ca/ehp/ehd/catalogue/bch_pubs/99ehd2201/pmsad_1.pdf
Le Rapport d’évaluation scientifique pour les particules
inhalables peut être obtenu à l’adresse suivante :
http://www.hc-sc.gc.ca/ehp/dhm/catalogue/dpc_pubs/99dhm
220-1.htm
2322
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
The Ozone Science Assessment Document may be obtained at:
http://www.hc-sc.gc.ca/ehp/ehd/catalogue/bch_pubs/ozone.htm
Le Rapport d’évaluation scientifique pour l’ozone peut être
obtenu à l’adresse suivante :
http://www.hc-sc.gc.ca/ehp/dhm/catalogue/dpc_pubs/ozone.
htm
The PSL Assessment Report on PM10 may be obtained at:
http://www.ec.gc.ca/substances/ese/eng/psap/final/reports/PM10_fin_e.pdf
Le Rapport d’évaluation de la LSIP portant sur les PM10 peut être
obtenu à l’adresse suivante :
http://www.ec.gc.ca/substances/ese/fre/pesip/final/reports/PM10_fin_f.pdf
The PSL Assessment Report on Cu and Zn may be obtained at:
http://www.ec.gc.ca/substances/ese/eng/psap/public/CuZn.cfm
Le Rapport d’évaluation de la LSIP portant sur le Cu et le Zn peut
être obtenu à l’adresse suivante :
http://www.ec.gc.ca/substances/ese/fre/pesip/public/main.cfm
Le rapport du SMC sur les précurseurs peut être obtenu à
l’adresse suivante :
http://www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/summary-pm2.5-Fr.pdf
Ces documents peuvent aussi être obtenus à l’Informathèque,
Environnement Canada, Hull (Québec) K1A 0H3, (1-800-6686767).
The MSC Precursor report may be obtained at:
http://www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/summary-pm2.5-Eng.pdf
These documents can also be obtained from the Inquiry Centre,
Environment Canada, Hull, Quebec K1A 0H3 (1-800-668-6767).
Authority
Loi
Based on the scientific evidence that these substances participate in chemical reactions that result in the formation of substances that have been found to be toxic (PM10 and ozone) [section 64 of CEPA 1999], Notices of Intent were issued indicating
that the ministers of the Environment and of Health intended to
proceed with a recommendation to the Governor in Council that
the substances be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999.
En raison des preuves scientifiques selon lesquelles ces substances contribuent à des réactions chimiques qui résultent en la
formation de substances qui ont été jugées toxiques (les PM10 et
l’ozone) [article 64 de la LCPE 1999], les ministres de
l’environnement et de la santé ont publié des avis d’intention par
lesquels ils informaient les intéressés qu’ils entendaient recommander au gouverneur en conseil que les substances soient ajoutées à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE
1999.
Selon la Loi, une substance peut être ajoutée à la Liste des
substances toxiques si elle est jugée « toxique », c’est-à-dire, si
elle pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à :
a) avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique;
b) mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie;
c) constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
In accordance with the Act, a substance may be added to the
List of Toxic Substances if it is determined to be “toxic,” that is,
if it is entering or may enter the environment in a quantity or concentration or under conditions that:
(a) have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity;
(b) constitute or may constitute a danger to the environment on
which life depends; or
(c) constitute or may constitute a danger in Canada to human
life or health.
The Notices published on July 15, 2000, and June 9, 2001, in
the Canada Gazette provided for a 60-day public comment period
during which interested parties were able to file written comments
on the direction the Ministers were proposing to take and the scientific basis for their recommendations.
After taking comments received into consideration, the Ministers have decided to proceed with their recommendations that the
substances be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1
of CEPA 1999. In order to provide further clarity, “gaseous ammonia” rather than “ammonia” is proposed for listing on Schedule
1 as the precursor substance to PM10. This, together with the previous addition of PM10 to Schedule 1, would provide the authority
required to manage ammonia as a PM10 precursor. This will allow
the risk management of the sources, uses, and products based on
the scientific information generated from the assessment process.
Other key federal departments are aware of the Ministers’ intention in this regard and have been consulted on this initiative and
the Government response to comments. Once a substance is
added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA
1999, the Government will proceed in developing risk management options.
Les avis publiés le 15 juillet 2000 et le 9 juin 2001 dans la Gazette du Canada octroyaient une période d’examen public de
60 jours pendant laquelle les parties intéressées ont pu présenter
des commentaires écrits sur l’orientation que les ministres se
proposaient de prendre et le fondement scientifique de leurs
recommandations.
Après avoir pris en compte les commentaires reçus, les ministres ont décidé de recommander que les substances soient ajoutées
à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE 1999.
Pour assurer plus de clarté, l’ammoniac à l’état gazeux, au lieu de
l’ammoniac sera ajouté à la Liste des substances toxiques de
l’annexe 1, comme précurseur aux PM10. Ceci, avec l’ajout précédent des PM10 à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1,
fournira l’autorité nécessaire pour gérer l’ammoniac comme précurseur aux PM10. Ceci permettra la gestion du risque vis-à-vis les
sources, les utilisations et les produits selon un fondement scientifique issu du processus d’évaluation. Plusieurs ministères fédéraux clés ont été avisés de l’intention des ministres de l’environnement et de la santé à ce sujet et ont été consultés sur cette
initiative et sur la réponse du gouvernement fédéral suite aux
commentaires. Lorsqu’une substance est ajoutée à la Liste des
substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE 1999, le Gouvernement commence à élaborer des options en matière de gestion
du risque.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2323
Overview of the Specific Substances
Exposé sommaire sur les substances d’intérêt
Ozone, which has the molecular formula O3
L’ozone, dont la formule moléculaire est O3
Ground-level ozone is a colourless gas found in the lower atmosphere. Virtually none of the ground-level ozone measured in
air is directly emitted from biogenic (natural) or anthropogenic
(human) sources. Ozone is the product of a complex series of
chemical reactions primarily involving two precursor pollutants:
nitrogen oxides (NOx [NO and NO2]) and volatile organic compounds. These precursor gases are emitted from combustion processes often associated with industry and the transportation sector,
and from various commercial and industrial processes and solvent
use. Some NOx and VOCs may be produced by biogenic sources,
especially in summer when VOC emissions from vegetation (agricultural crops and forests) are greatest.
L’ozone troposphérique est un gaz incolore qui se retrouve
dans la basse atmosphère. En pratique, l’ozone troposphérique
mesuré dans l’air ne provient pas directement de sources biosynthétiques (naturelles) ou anthropiques (humaines). L’ozone se
forme à la suite d’une série complexe de réactions chimiques où
interviennent principalement deux polluants précurseurs : les
oxydes d’azote (les NOx [le NO et le NO2]) et les composés organiques volatils. Ces gaz précurseurs résultent de processus de
combustion souvent reliés à l’industrie et au secteur des transports, de divers procédés commerciaux et industriels et de
l’utilisation de solvants. Une partie des NOx et des COV peuvent
provenir de sources biologiques, notamment pendant l’été, alors
que les émissions de COV produites par la végétation (les cultures agricoles et les forêts) sont le plus élevées.
Une fois rejetés dans l’atmosphère, les NOx et les COV ne
contribuent pas tous à la formation de l’ozone. Puisque l’ozone
est le produit d’une réaction photochimique à laquelle les NOx et
les COV participent, il s’en forme surtout pendant le jour par des
journées d’été chaudes et ensoleillées. La nuit, il n’y a pratiquement pas de production d’ozone, et les concentrations dans l’air
ambiant ont tendance à diminuer dans les régions polluées; en
hiver, l’activité photochimique est faible, et l’ozone ne présente
pas de problème important. Des réductions localisées d’ozone ont
aussi tendance à se produire au voisinage d’importantes sources
d’émissions de NO parce que ce dernier « piège » une partie de
l’ozone avant le début du processus photochimique. On constate
que ce phénomène de consommation de l’ozone cause des réductions localisées dans les concentrations d’ozone des centres urbains. En dépit de cela, lorsque les processus de la réaction photochimique complète se produisent, il a été clairement démontré
que les émissions de NOx produites le jour pendant l’été sont
l’une des principales causes des concentrations élevées d’ozone
dans l’air ambiant des centres urbains aussi bien qu’à de grandes
échelles régionales. Comme bon nombre de gouvernements dans
le monde ont accepté cette conclusion, des objectifs et des programmes ambitieux de réduction des NOx ont été établis afin de
s’attaquer au problème de l’ozone. On peut mentionner le plan
ontarien de lutte contre le smog, qui vise à réduire de 45 p. 100
ces émissions, ainsi que les objectifs du récent règlement américain sur les NOx qui s’applique à 22 états et les plans de mise en
œuvre pour les états.
En ce qui concerne les COV, la situation est semblable, mais
plus compliquée. Dans la troposphère naturelle et polluée, plusieurs milliers de composés organiques correspondent à la définition des COV. Tous les COV ne contribuent pas avec la même
efficacité à la formation d’ozone dans l’atmosphère. Les COV
plus « réactifs » contribuent le plus à la formation de pics d’ozone
dans les régions urbaines ou périurbaines. Toutefois, très peu de
COV ont une réactivité tellement faible pour que les programmes
de lutte contre l’ozone puissent les ignorer. Compte tenu de leurs
taux de réactivité, les COV moins réactifs peuvent contribuer à
l’accumulation d’ozone de fond pendant les épisodes d’ozone
ainsi qu’à l’accumulation à long terme observée d’ozone de fond
troposphérique dans l’hémisphère septentrional.
L’ozone et les gaz précurseurs peuvent être transportés sur de
longues distances. Ce phénomène se produit souvent dans le
nord-est des États-Unis et l’Est du Canada, où les grandes configurations météorologiques ne sont pas modifiées par d’importants
accidents géographiques.
La relation entre l’ozone et les effets nocifs sur la santé est largement reconnue. L’association avec la mortalité est relativement
récente et continue d’être débattue. Toutefois, en 1999, le Groupe
Not all NOx and not all VOCs after being emitted into the atmosphere contribute to ozone formation. Since ozone is formed
through a photochemical reaction involving NOx and VOCs, it is
generated primarily during the daytime on hot, sunny summer
days. There is virtually no ozone generated during nighttime
when ambient levels tend to drop in polluted areas and weak
photochemistry during winter precludes it as a significant wintertime problem. Some localized ambient ozone level reductions
also tend to occur in the vicinity of large NO emission sources
since NO will “scavenge” some ozone before the photochemistry
process begins. This ozone consumption phenomenon is observed
to cause localized depressions in ozone levels in urban centres.
Despite this, when the full photochemical reaction processes have
taken place, it has been clearly demonstrated that NOx emitted
during daylight hours in summer, is a primary cause of elevated
ambient ozone levels not just in urban areas but on large regional
scales. Acceptance of this conclusion by many jurisdictions
around the world has resulted in the establishment of aggressive
NOx reduction targets and programs to address ozone. Examples
include Ontario’s Anti-Smog Plan reduction target of 45 percent,
and the recent U.S. 22-state NOx rule targets and State Implementation Plans.
A similar but more complicated situation exists with VOCs.
There are several thousands of organic compounds in the natural
and polluted troposphere that meet the definition of VOCs. Not
all VOCs are equally effective in generating ozone in the atmosphere. The more “reactive” VOCs contribute most to peak ozone
formation in urban or near-urban areas. However, very few VOCs
are of such low reactivity that they can be ignored in ozone control programs. Lower reactivity VOCs, depending on their rate of
reactivity, can contribute to the build-up of background ozone
levels during ozone episodes and to the observed long-term buildup of background tropospheric ozone in the Northern
Hemisphere.
Ozone and precursor gases can be transported over long distances. This phenomenon is often found in the north-eastern
United States and eastern Canada where large weather patterns
are not impeded by major geographic features.
The relationship between ozone and adverse health effects is
widely recognized. The association with mortality is relatively
recent, and continues to be debated. However, in 1999, the CEPA
2324
Canada Gazette Part I
Working Group on Air Quality Objectives and Guidelines determined that, on the weight of evidence, there was a sufficient scientific basis to support this relationship. It felt that increased
mortality could not be explained away by yearly trends, daily
variations, epidemics, weather or the occurrence of other pollutants. Mortality studies, since that time, continue to support the
existence of an independent association between ozone and
mortality.
July 27, 2002
Based on the information available, it is concluded that ozone
is entering the Canadian environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity and that constitutes or may constitute a danger in Canada to human life or health. Therefore, ozone is considered
“toxic” as defined in section 64 of CEPA 1999.
de travail de la LCPE sur les objectifs et les lignes directrices
concernant la qualité de l’air a conclu que, en se fondant sur le
poids de la preuve, il existait suffisamment de données scientifiques à l’appui de cette relation. Selon le Groupe, l’accroissement
de la mortalité ne pourrait s’expliquer par les tendances annuelles,
les variations quotidiennes, les épidémies, les conditions météorologiques ou la présence d’autres polluants. Depuis lors, les études de mortalité continuent de corroborer l’existence d’une association indépendante entre l’ozone et la mortalité.
Les principaux risques pour la santé ont été examinés dans un
certain nombre d’études épidémiologiques réalisées dans des
villes canadiennes et partout dans le monde. Ces études montrent
qu’il existe une relation soutenue entre l’ozone troposphérique et
les effets nocifs sur la santé. Des études épidémiologiques et contrôlées sur l’exposition humaine indiquent aussi que les symptômes d’effets nocifs sur la santé augmentent proportionnellement à
la quantité d’ozone. Des études sur le terrain et contrôlées où des
humains ont été exposés montrent que les patients souffrant déjà
d’une maladie respiratoire (par exemple, l’asthme et la rhinite
allergique) sont plus vulnérables aux effets sur la santé provoqués
par l’ozone, et que l’exercice rend ces effets encore plus
perceptibles.
Les réactions humaines à l’exposition à l’ozone comprennent la
toux, le manque de souffle, l’augmentation de la résistance des
voies respiratoires et bronchiques et l’inflammation des voies
respiratoires. D’après certains signes épidémiologiques, les effets
de l’ozone sur les humains pourraient faire augmenter les visites
aux urgences des hôpitaux, les hospitalisations et les décès.
D’après les estimations de l’exposition de la population, la plupart des Canadiens sont exposés à de faibles concentrations
d’ozone, et la plus grande partie des populations canadiennes
peuvent donc subir des effets nocifs. Cette exposition est la plus
forte pendant les mois où il fait plus chaud, alors que les gens
passent probablement plus de temps à l’extérieur. L’exposition est
plus élevée dans certaines régions, mais les populations de toutes
les villes canadiennes sont exposées au moins à certaines doses
auxquelles les études épidémiologiques constatent une association
avec des effets nocifs.
Le RES pour l’ozone troposphérique (publié dans la Partie I de
la Gazette du Canada le 14 octobre 2000) a conclu qu’il existait
une association significative entre l’ozone dans l’air ambiant et
les effets nocifs sur la santé, et que d’importants effets nocifs
pour la santé humaine (mortalité et morbidité) et la végétation
(diminution de la croissance et du rendement des cultures) se
produisaient aux concentrations d’ozone que l’on retrouve actuellement au Canada.
À la lumière des renseignements disponibles, on conclut que
l’ozone pénètre dans l’environnement canadien en une quantité
ou concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou
sur la diversité biologique et constitue ou peut constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaine. L’ozone est donc
jugé « toxique » au sens de l’article 64 de LCPE 1999.
Sulphur dioxide, which has the molecular formula SO2
Le dioxyde de soufre, dont la formule moléculaire est SO2
On average, SO2 is the precursor that contributes the largest
secondary particle fraction of PM2.5 in the summer months in
eastern Canada. Several anthropogenic source types emit SO2 as a
gas. Volcanoes can emit SO2 and it may also be created through
oxidation of gases emitted by marine bacteria or biological processes in wetlands. However, the concentration of SO2 in populated source regions is ten times higher than in clean continental
air, and 75 times higher than in marine surface layer air. This
implies that biological and geological sources of SO2 are typically
only a minor component in populated regions.
En moyenne, le SO2 est le précurseur qui contribue à la plus
grande partie des PM2,5 qui se forment secondairement pendant
les mois d’été dans l’Est du Canada. Plusieurs types de sources
anthropiques produisent du SO2 gazeux. Les volcans dégagent du
SO2; ce gaz peut aussi se former par oxydation des gaz produits
par les bactéries marines ou à la suite de processus biologiques
dans les milieux humides. Toutefois, la concentration de SO2 dans
les régions sources peuplées est dix fois plus élevée que dans l’air
continental non pollué et 75 fois plus forte que dans la couche
d’air à la surface de la mer. Il en résulte que les sources
The major health risks have been examined in a number of epidemiological studies in cities in Canada and around the world.
They show a consistent relationship with ground-level ozone and
adverse health effects. Epidemiological and controlled human
exposure studies also show that as the amount of ozone gets
higher, then adverse health symptoms increase. Field and controlled human exposure studies have indicated that patients with
pre-existing respiratory diseases (e.g., asthma, allergic rhinitis)
are more susceptible to ozone-induced health effects, and that
exercise makes these effects even more noticeable.
Humans react to ozone exposure with coughs, shortness of
breath, increases in airway resistance and bronchial response, as
well as airway inflammation. Epidemiological evidence indicates
that the effects of ozone on humans may cause more visits to hospital emergency rooms, hospital admissions and mortality.
Estimates of population exposure indicate that most Canadians
are exposed to low levels of ozone in Canada, so that most major
populations in Canada are at risk of some adverse effects. This
exposure is greater in warmer months when ozone levels are
higher and people are more likely to spend time outdoors. Exposures are greater in some areas, but the populations of all Canadian cities experience at least some levels at which epidemiological studies find an association with adverse effects.
The SAD for Ground-level Ozone (published in the Canada
Gazette, Part I, on October 14, 2000), concluded that there is a
significant association between ambient ozone and adverse health
effects and that significant adverse effects to human health (mortality and morbidity) and vegetation (reduced growth and crop
yield) are occurring at ozone levels currently experienced across
Canada.
Le 27 juillet 2002
The reactions by which SO2 is converted to particulate sulphate
have been known for several decades and have been used in regional air quality models since the early 1980s.
The PSL Assessment Report for PM10 specifies that PM10 can
be released directly into the atmosphere or formed secondarily in
the atmosphere from precursors as a result of physical or chemical transformations and identifies SO2 as one of the principal precursors to PM10, which constitutes a danger in Canada to human
life or health.
It is worth noting that SO2 was also considered in the PSL Assessments for Releases from Primary and Secondary Copper
Smelters and Copper Refineries and Releases from Primary and
Secondary Zinc Smelters and Zinc Refineries. In these assessments, the risk due to SO2 released from copper smelters/
refineries and zinc plants was analysed based on both direct exposure to SO2 and on associated acidic deposition.
Results for direct exposure indicate that there is a risk to vegetation over varying areas near both copper smelters/refineries and
zinc plants, to a maximum distance of about 10 km. With respect
to humans, levels of SO2 in ambient air exceed health-based
guidelines (the 24-hour World Health Organization Ambient Air
Guideline for Europe) on some occasions near all of the facilities,
indicating that there is a risk of cardiorespiratory effects in sensitive individuals. For acidic deposition, it was determined that
copper smelters contributed up to 8 percent (relative to all anthropogenic and natural sources) of the SO2 resulting in acidic deposition at the four eastern Canadian receptor areas considered.
Copper refineries and zinc plants were responsible for significantly lower fractions (up to 0.1 percent and 0.2 percent, respectively). U.S. sources were the largest contributors at all four receptor sites.
The assessment document also recognized that SO2 is an important precursor in the secondary formation of respirable particulate matter.
Based on the information available, it is concluded that SO2 is
entering the Canadian environment in a quantity or concentration
or under conditions that have or may have an immediate or longterm harmful effect on the environment or its biological diversity
and that constitutes or may constitute a danger in Canada to human life or health. Therefore, SO2 is considered “toxic” as defined in section 64 of CEPA 1999.
Gazette du Canada Partie I
2325
biologiques et géologiques de SO2 comptent généralement pour
peu dans les régions peuplées.
Les réactions par lesquelles le SO2 se transforme en particules
de sulfate sont connues depuis plusieurs décennies et ont été utilisées dans les modèles régionaux de qualité de l’air depuis le début
des années 1980.
Le rapport d’évaluation de la Liste des substances d’intérêt
prioritaire spécifie que les PM10 peuvent être rejetées directement
dans l’atmosphère ou s’y former secondairement à partir de précurseurs à la suite de transformations physiques ou chimiques, et
il indique que l’un des principaux précurseurs des PM10 est le
SO2, qui constitue un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
Il est à remarquer que le SO2 a aussi été pris en compte dans les
évaluations de la LSIP portant sur les rejets des fonderies et affineries de cuivre primaire et secondaire et rejets des fonderies et
affineries de zinc primaire et secondaire et des affineries de zinc.
Dans ces évaluations, le risque posé par le SO2 rejeté par les fonderies et les affineries de cuivre et les usines d’élaboration du zinc
a été évalué en fonction de l’exposition directe à cette substance
et des dépôts acides qui y sont reliés.
Les résultats pour l’exposition directe indiquent qu’il existe un
risque pour la végétation dans diverses régions avoisinant les
fonderies et les affineries de cuivre et les usines d’élaboration du
zinc jusqu’à une distance maximale d’environ 10 km. Pour ce qui
est des humains, les concentrations de SO2 dans l’air ambiant sont
parfois supérieures aux recommandations formulées en fonction
de critères sanitaires (la recommandation pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la santé concernant une exposition de
24 heures à l’air ambiant) au voisinage de toutes les installations,
ce qui indique un risque d’effets cardiorespiratoires chez les personnes vulnérables. Dans le cas des dépôts acides, on a calculé
que les fonderies de cuivre contribuaient dans une proportion
pouvant aller jusqu’à 8 p. 100 (comparativement à toutes les
sources anthropiques et naturelles) au SO2 se transformant en
dépôts acides dans les quatre régions réceptrices de l’Est du Canada qui étaient étudiées. La contribution des affineries de cuivre
et des usines de zinc était beaucoup plus faible (jusqu’à 0,1 p. 100
et 0,2 p. 100 respectivement), et les sources américaines étaient
les plus importantes causes concourantes dans chacune des quatre
régions réceptrices.
Le rapport d’évaluation a aussi reconnu que le SO2 était un important précurseur dans la formation secondaire de particules
inhalables.
À la lumière des connaissances actuelles, on conclut que le SO2
pénètre dans l’environnement canadien en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la
diversité biologique et constitue ou peut constituer un danger au
Canada pour la vie ou la santé humaine. Le SO2 est donc jugé
« toxique » au sens de l’article 64 de la LCPE.
Gaseous ammonia, which has the molecular formula NH3(g)
L’ammoniac à l’état gazeux, dont la formule moléculaire est
NH3(g)
Gaseous ammonia is emitted from biogenic and anthropogenic
sources and is one of four primary precursor gases that contribute
to secondary particle formation. Natural sources include waste
product of animal, fish and microbial mechanism, whereas manmade sources include industry and agriculture.
L’ammoniac à l’état gazeux provient de sources biologiques et
anthropiques, et c’est l’un des quatre principaux gaz précurseurs
qui contribuent à la formation secondaire de particules. Les sources naturelles comprennent les déchets des animaux, du poisson
et de mécanismes microbiens, tandis que les sources anthropiques
sont l’industrie et l’agriculture.
L’ammoniac à l’état gazeux peut réagir avec l’acide nitrique
(formé à la suite de réactions d’oxydation avec des NOx) pour
donner l’ion ammonium. Ce dernier réagit ensuite avec les ions
de nitrate et de sulfate pour former des particules de nitrate ou de
Gaseous ammonia may react with nitric acid (formed via oxidation reactions involving NOx) to produce ammonium ion. The
ammonium then reacts with nitrate and sulphate ions to form
ammonium nitrate or ammonium sulphate particles. Particle
2326
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
nitrate formation will not take place without ammonia. The presence of ammonia tends to reduce particle and precipitation acidity. The rate at which ammonia contributes to particle formation
is determined by the amount of NOx and SO2 present.
sulfate d’ammonium. La formation de particules de nitrate n’a pas
lieu en l’absence d’ammoniac. La présence d’ammoniac tend à
réduire l’acidité des particules et des précipitations. La proportion
dans laquelle l’ammoniac contribue à la formation de particules
dépend de la quantité de NOx et de SO2 présents.
The formation of ammonium nitrate and ammonium sulphate
particles is strongly temperature dependent. Cooler temperatures
favour ammonium nitrate formation, and warmer temperatures
favour ammonium sulphate formation. Thus there is a strong seasonal pattern to the contribution of ammonium nitrate and ammonium sulphate contributions to secondary PM mass.
La formation de particules de nitrate et de sulfate d’ammonium
dépend fortement de la température. Les températures plus froides
favorisent la formation de nitrate d’ammonium, et les températures plus chaudes, la formation de sulfate d’ammonium. Les saisons jouent donc un grand rôle dans la contribution du nitrate et
du sulfate d’ammonium à la formation secondaire de particules.
Gaseous ammonia has a short atmospheric transport potential.
For example, 50 percent of the ammonia emitted from a one metre high grassland source is estimated to be removed from the
atmosphere by dry deposition within 30 km. This suggests that
the connection between the spatial distribution of ambient gaseous ammonia and the spatial distribution of ammonia emissions
will be quite strong. It also implies that the role of long-range
transport in the context of ammonia will be transport of ammonium nitrate or sulphate particles, not of ammonia itself.
Le potentiel de transport atmosphérique de l’ammoniac à l’état
gazeux est court. Par exemple, on estime que 50 p. 100 de
l’ammoniac produit par une source d’herbage de un mètre de haut
est éliminé de l’atmosphère sous forme de dépôts secs dans un
rayon de 30 km, ce qui porte à croire que la corrélation entre la
distribution spatiale de l’ammoniac à l’état gazeux dans l’air ambiant et celle des émissions d’ammoniac sera très forte, et que ce
seront les particules de nitrate ou de sulfate d’ammonium, et non
l’ammoniac lui-même, qui seront transportées sur de longues
distances.
The few Canadian measurements of ambient ammonia are consistent with expectations based upon the current estimates of
gaseous ammonia emissions, showing higher concentrations in
the Lower Fraser Valley of British Columbia and southern Ontario. Gaseous ammonia is a significant contributor to secondary
particle formation in Canada and preliminary estimates indicate
that, on average, across Canada, ammonium contributes 10 percent to 20 percent of the PM2.5 mass.
Les quelques mesures canadiennes de l’ammoniac dans l’air
ambiant concordent avec les attentes fondées sur les estimations
actuelles des émissions de l’ammoniac à l’état gazeux, qui indiquent des concentrations plus élevées dans la vallée inférieure du
Fraser en Colombie-Britannique et dans le Sud de l’Ontario.
L’ammoniac à l’état gazeux contribue de façon importante à la
formation secondaire de particules au Canada, et des estimations
préliminaires indiquent que, en moyenne partout au Canada, l’ion
ammonium contribue dans une proportion de 10 à 20 p. 100 à la
masse des PM2,5.
Also, the PSL Assessment Report for PM10 specifies that PM10
can be formed secondarily in the atmosphere from precursors as a
result of physical or chemical transformations and identifies ammonia among the principal gas precursors to PM10, which constitutes a danger in Canada to human life or health.
En outre, le Rapport d’évaluation de la LSIP portant sur les
PM10 précise que ces particules peuvent se former secondairement
dans l’atmosphère à partir de précurseurs à la suite de transformations physiques ou chimiques, et il mentionne que l’ammoniac
est l’un des principaux gaz précurseurs des PM10, qui constituent
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
As a precursor, because it is emitted into the atmosphere and
then transformed under certain conditions into PM10, gaseous
ammonia is considered to be entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute a danger
in Canada to human life or health. Therefore, gaseous ammonia is
considered “toxic” as defined in section 64 of CEPA 1999.
On considère que l’ammoniac à l’état gazeux, un précurseur
qui est rejeté dans l’atmosphère et ensuite transformé en PM10
dans certaines conditions, pénètre dans l’environnement en une
quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à
constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines
et à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou la diversité biologique. L’ammoniac gazeux
est donc jugé « toxique » au sens de l’article 64 de la LCPE 1999.
Nitric oxide, which has the molecular formula NO and Nitrogen
dioxide, which has the molecular formula NO2
Le monoxyde d’azote, dont la formule moléculaire est NO et le
dioxyde d’azote, dont la formule moléculaire est NO2
Nitrogen oxides (NOx, defined as the sum of nitric oxide, NO,
and nitrogen dioxide, NO2) originate from both anthropogenic
and natural sources. The main anthropogenic sources are from
combustion in transportation, industry and the electric power
generating sector, whereas those from natural sources are mainly
forest fires, lightning and soil microbial activity.
Les oxydes d’azote (NOx, définis comme étant la somme du
monoxyde d’azote, NO, et du dioxyde d’azote, NO2) proviennent
de sources à la fois anthropiques et naturelles. Les principales
sources anthropiques sont la combustion dans le secteur des
transports, de l’industrie et de la production d’énergie électrique,
et les principales sources naturelles sont les incendies de forêt, les
éclairs et l’activité microbienne du sol.
Le RES pour l’ozone troposphérique (publié dans la Partie I de
la Gazette du Canada, le 14 octobre 2000) a conclu qu’il existait
une association significative entre l’ozone dans l’air ambiant et
les effets nocifs sur la santé, et que d’importants effets nocifs
pour la santé humaine (mortalité et morbidité) et la végétation
(diminution de la croissance et du rendement des cultures) se
produisaient aux concentrations d’ozone que l’on retrouve
actuellement au Canada. Le RES précise que l’ozone
The SAD for Ground-level Ozone (published in the Canada
Gazette, Part I, on October 14, 2000), concluded that there is a
significant association between ambient ozone and adverse health
effects and that significant adverse effects to human health (mortality and morbidity) and vegetation (reduced growth and crop
yield) are occurring at ozone levels currently experienced across
Canada. The SAD specifies that ground-level ozone is formed in
the atmosphere from precursors through photochemical reactions
Le 27 juillet 2002
in the presence of sunlight and warm temperatures and that nitrogen oxides (NO and NO2) are one of the two principal precursors
to ground-level ozone.
The PSL Assessment Report for PM10 also specifies that PM10
can be formed secondarily in the atmosphere from precursors
including NOx as a result of physical or chemical transformations
and identifies NOx (NO and NO2) as one of the principal precursors to PM10.
As precursors, because they are emitted into the atmosphere
and then participate in chemical reactions that, under certain conditions, result in the formation of ozone and PM10, NO and NO2
are considered to be entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity, in addition to constituting a danger in Canada
to human life or health. Therefore, NO and NO2 are considered
“toxic” as defined in section 64 of CEPA 1999.
Gazette du Canada Partie I
2327
troposphérique se forme dans l’atmosphère à partir de précurseurs
à la suite de réactions photochimiques en présence de la lumière
solaire et lorsque les températures sont chaudes, et que les oxydes
d’azote (le NO et le NO2) sont l’un des deux principaux précurseurs de l’ozone troposphérique.
Le Rapport d’évaluation de la LSIP portant sur les PM10 spécifie aussi que les PM10 peuvent se former secondairement dans
l’atmosphère à partir de précurseurs, dont les NOx, à la suite de
transformations physiques ou chimiques, et il indique que les NOx
(le NO et le NO2) sont l’un des principaux précurseurs des PM10.
On considère que le NO et le NO2, des précurseurs qui sont rejetés dans l’atmosphère et ensuite contribuent à des réactions
chimiques qui résultent en la formation d’ozone et de PM10 dans
certaines conditions, pénètrent dans l’environnement en une
quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à
avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou la diversité biologique en plus de constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaine. Ces substances sont donc jugées « toxiques » au sens de l’article 64 de
LCPE 1999.
Volatile organic compounds as described in the proposed Order
(VOCs)
Les composés organiques volatils décrits dans le projet de décret
(COV)
VOCs, as defined in the Notice of Intent published in the Canada Gazette, Part I, on June 9, 2001, stem from both anthropogenic and natural sources. Man-made sources include combustion
and evaporation processes associated with transportation, the
industrial sector, applications of surface coatings (e.g. paints),
general solvent use and other miscellaneous sources. As for natural sources, vegetation contributes a significant portion of total
Canadian VOC emissions.
As precursors, because they are emitted into the atmosphere
and then participate in chemical reactions that, under certain conditions, result in the formation of ozone and PM10, VOCs are considered to be entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity, in addition to constituting a danger in Canada to human
life or health. Therefore, VOCs are considered “toxic” as defined
in section 64 of CEPA 1999.
Les COV, tels qu’ils sont définis dans l’Avis d’intention publié
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 9 juin 2001, proviennent de sources à la fois anthropiques et naturelles. Les sources
anthropiques comprennent les processus de combustion et
d’évaporation reliés au transport, le secteur industriel, les applications de revêtements de surface (par exemple, les peintures),
l’utilisation générale de solvants et d’autres sources diverses.
Pour ce qui est des sources naturelles, la végétation contribue
significativement aux émissions totales canadiennes de COV.
Le Rapport d’évaluation scientifique (RES) pour l’ozone troposphérique (avis publié dans la Partie I de la Gazette du Canada le
14 octobre 2000) a conclu qu’il existait une association significative entre l’ozone dans l’air ambiant et les effets nocifs sur la
santé, et que d’importants effets nocifs pour la santé humaine
(mortalité et morbidité) et la végétation (diminution de la croissance et du rendement des cultures) se produisaient aux concentrations d’ozone que l’on trouve actuellement au Canada. Le document précise que l’ozone troposphérique se forme dans
l’atmosphère à partir de précurseurs à la suite de réactions photochimiques en présence de la lumière solaire et lorsque les températures sont chaudes, et que les COV sont l’un des deux principaux précurseurs de l’ozone troposphérique.
Le Rapport d’évaluation de la LSIP portant sur les PM10 spécifie aussi que les PM10 peuvent se former secondairement dans
l’atmosphère à partir de précurseurs, à la suite de transformations
physiques ou chimiques, et il indique que les COV sont l’un des
principaux précurseurs des PM10.
On considère que les COV, des précurseurs qui sont rejetés
dans l’atmosphère et ensuite contribuent à des réactions chimiques qui résultent en la formation d’ozone et de PM10 dans certaines conditions, pénètrent dans l’environnement en une quantité ou
concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou la
diversité biologique en plus de constituer un danger au Canada
pour la vie ou la santé humaine. Les COV sont donc jugés « toxiques » au sens de l’article 64 de la LCPE 1999.
Alternatives
Solutions envisagées
Based on the science available, we conclude that all the abovementioned substances are entering the environment in a quantity
or concentration or under conditions that constitute or may
À la lumière des données scientifiques disponibles, on conclut
que les substances susmentionnées pénètrent dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de
The Science Assessment Document (SAD) for Ground-level
Ozone (notice published in the Canada Gazette, Part I, on October 14, 2000), concluded that there is a significant association
between ambient ozone and adverse health effects and that significant adverse effects to human health (mortality and morbidity)
and vegetation (reduced growth and crop yield) are occurring at
ozone levels currently experienced across Canada. The SAD
specifies that ground-level ozone is formed in the atmosphere
from precursors through photochemical reactions in the presence
of sunlight and warm temperatures and that VOCs are one of the
two primary precursors to ground-level ozone.
The PSL Assessment Report for PM10 also specifies that PM10
can be formed secondarily in the atmosphere from precursors as a
result of physical or chemical transformations and identifies
VOCs among the principal precursors to PM10.
2328
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
constitute a danger in Canada to human life or health. Further,
ozone and SO2 are concluded to be entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity. Consequently, the Ministers have
determined that the alternative of taking no further action is not
acceptable for the six substances mentioned above.
The addition of a substance to Schedule 1, legally enables the
federal government to take appropriate actions and to make a full
range of management instruments available under CEPA 1999.
These instruments will be analyzed and considered as possible
preventive or control actions for the substance during the risk
management phase.
Benefits and Costs
By recommending the addition of O3, SO2, NO, NO2, gaseous
ammonia and VOCs to the List of Toxic Substances, the Government will be able to take preventive or control action with a
full set of instruments to ensure the preservation of human life,
health or protection of the environment, as appropriate.
nature à constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaine. On conclut aussi que l’ozone et le SO2 pénètrent dans
l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des
conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un
effet nocif sur l’environnement ou la diversité biologique. En
conséquence, les ministres ont jugé que la solution consistant à ne
prendre aucune autre mesure n’était pas acceptable pour les
six substances mentionnées plus haut.
L’ajout d’une substance à l’annexe 1 permet au gouvernement
fédéral de prendre les mesures appropriées et d’avoir disponible
toute une gamme d’instruments de gestion sous la LCPE 1999.
Ces instruments seront analysés et considérés comme des mesures
possibles de prévention ou de réglementation pour la substance à
l’étape de la gestion du risque.
During the risk management phase, a suite of instruments with
a balance of preventive and control measures and technologies are
expected to be considered in consultation with various federal
government departments, provincial and territorial governments
and other stakeholders.
Avantages et coûts
En recommandant l’ajout de l’O3, le SO2, le NO, le NO2,
l’ammoniac à l’état gazeux et les COV à la Liste des substances
toxiques, le Gouvernement pourra prendre des mesures de prévention ou de contrôle et toute une gamme d’instruments pour
assurer au besoin la préservation de la vie humaine, de la santé ou
la protection de l’environnement.
La décision de modifier la Liste des substances toxiques de
l’annexe 1 de la LCPE 1999 repose entièrement sur une évaluation scientifique (le RES de l’ozone, le RES sur les PM10, le Rapport d’évaluation du LSIP portant sur les PM10 et le rapport du
Service météorologique du Canada sur les précurseurs de PM).
D’après la définition d’une substance donnée dans la LCPE 1999,
ces précurseurs contribuent à des réactions chimiques qui résultent en la formation d’une substance qui est toxique (les PM10 ou
l’ozone) et sont donc aussi toxiques. Pour le moment, il serait
prématuré d’évaluer les coûts pour le public, l’industrie ou les
gouvernements étant donné qu’aucun scénario de gestion du risque n’a été établi.
Le Gouvernement effectuera une évaluation convenable des
conséquences potentielles d’une gamme d’instruments possibles à
l’étape de la gestion du risque, à la suite de consultations avec
divers ministères fédéraux, provinciaux et territoriaux, ainsi
qu’avec d’autres partis intéressés.
Consultation
A Notice Concerning the Assessment for each of the six Priority Substances under CEPA 1999 was published in the Canada
Gazette, Part I, as follows:
Consultations
Un avis concernant l’évaluation de chacune des six substances
d’intérêt prioritaire en vertu de la LCPE 1999 a été publié dans la
Partie I de la Gazette du Canada, aux dates suivantes :
The decision to amend the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999 is solely based on a science assessment
(Ozone SAD, the PM10 SAD, the PSL assessment report for PM10,
and is supported by the recent Meteorological Service of Canada
report on PM precursors). As per the CEPA 1999 definition of a
substance, these precursor substances participate in chemical reactions that result in the formation of a substance that is toxic
(PM10 and/or ozone) and are therefore also toxic. It would be
premature to proceed, at this point, with an assessment of costs to
the public, industry or governments considering that no risk management scenarios have been defined.
Publication of PSL Assessment Report for
PM10, identifying the principal precursors to
PM10 as being sulphur dioxide and nitrogen
oxides, ammonia and volatile organic
compounds
Publication after assessment of two substances of summary of reports of the assessment of Releases from primary and secondary copper smelters and copper refineries, and Releases from primary and secondary zinc smelters and zinc refineries —
specified on the Priority Substances List
(Subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA
1999), for a 60-day comment period
Publication of Notice of Intent to recommend that precursors to PM10 to be added to
the List of Toxic Substances in Schedule 1
of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999 (CEPA 1999), for a 60-day
comment period
May 27, 2000
July 1, 2000
July 15, 2000
Publication du Rapport d’évaluation de la LSIP
portant sur les PM10, où il est mentionné que les
principaux précurseurs de ces particules sont le
dioxyde de soufre et les oxydes d’azote,
l’ammoniac et les composés organiques volatils.
Publication suivant l’évaluation de deux
substances d’un résumé des rapports
d’évaluation sur les Rejets des fonderies et
affineries de cuivre primaire et secondaire et
rejets des fonderies et affineries de zinc
primaire et secondaire — inscrites sur la Liste
des substances d’intérêt prioritaire (paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de 1999 (LCPE 1999)), pour
une période d’examen de 60 jours
Publication d’un Avis d’intention de
recommander que les précurseurs des PM10
soient ajoutés à la Liste des substances toxiques
de l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement de 1999 (LCPE
1999), pour une période d’examen de 60 jours
27 mai 2000
1er juillet 2000
15 juillet 2000
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2329
Publication of the Science Assessment
October 14, 2000
Document for Ground-level Ozone, identifying the principal precursors to ozone as
being nitrogen oxides and volatile organic
compounds
June 9, 2001
Publication of Notice of Intent to recommend that ozone and its precursors be added
to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), for a
60-day comment period.
Publication du Rapport d’évaluation
14 octobre 2000
scientifique pour l’ozone troposphérique, où
il est mentionné que les principaux précurseurs
de l’ozone sont les oxydes d’azote et les
composés organiques volatiles.
9 juin 2001
Publication d’un Avis d’intention de
recommander que l’ozone et ses précurseurs
soient ajoutés à la Liste des substances toxiques
de l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement de 1999 (LCPE
1999), pour une période d’examen de 60 jours.
All Notices were posted on Environment Canada’s Green Lane
and on the CEPA Registry Web pages. The above notices offered
interested parties a 60-day comment period. Publication of the
preceding Notices for ozone and its precursors and the precursors
to PM10 was not a requirement under CEPA, but rather an additional opportunity for consultation. The publication of the current
Notice initiates the formal process under CEPA 1999.
Tous les avis ont été affichés sur la Voie verte d’Environnement Canada et dans les pages Web du Registre de la protection
de l’environnement de la LCPE. Les avis susmentionnés indiquaient que les parties intéressées avaient 60 jours pour faire parvenir leurs commentaires. La publication des avis d’intentions
précédents pour l’ozone et ses précurseurs et les précurseurs aux
PM10 n’était pas une condition sous la LCPE, mais plutôt une
occasion supplémentaire pour la consultation. La publication de
l’avis actuel lance la processus formel sous la LCPE 1999.
A total of 14 submissions were received regarding the Notice
of Intent for ozone and its precursors. Of the 14 submissions received, 13 were from industry or industry associations and one
was from a province. Ten of these submissions supported or did
not specifically object to the recommendation for ozone itself. All
of the submissions received did not support adding the precursors
to ozone to Schedule 1. Concerns with the process and uncertainties in the science were the most frequent issues raised.
En tout, 14 observations ont été reçues au sujet de l’avis concernant l’ozone et ses précurseurs : 13 de l’industrie ou d’associations industrielles, et une, d’une province. Dix des observations
souscrivaient à la toxicité de l’ozone lui-même ou ne la déniaient
pas, tandis qu’aucune des observations n’appuyaient la toxicité
des précurseurs de l’ozone. Les enjeux principaux soulevés incluent des préoccupations au sujet du processus et des incertitudes
scientifiques que comportait l’ajout des précurseurs à l’annexe 1.
A total of 42 submissions were received regarding the Notice
of Intent for precursors to PM10. Thirty-five submissions were
received from industry representatives, one from another federal
department, three from other levels of government, one from a
public health authority and two from environmental groups. More
than half of the industry submissions came from two sectors: the
solvent production and use sector (11) and the electric power
sector (8). Four submissions supported the intent to add the precursors to PM10 to Schedule 1, while the others expressed various
concerns with the process and uncertainties in the science.
Au sujet de l’avis concernant les précurseurs des PM10, 42 observations ont été reçues : 35 de représentants de l’industrie, une
d’un autre ministère fédéral, trois d’autres niveaux de gouvernement, une d’une autorité de santé publique, et deux de groupes
écologiques. Plus de la moitié des observations de l’industrie
provenaient de deux secteurs : celui de la production et de l’utilisation de solvants (11) et celui de l’énergie électrique (8). Quatre
observations appuyaient l’intention d’ajouter les précurseurs des
PM10 à l’annexe 1, et les autres exprimaient diverses préoccupations concernant le processus et les incertitudes scientifiques.
The comments received on both Notices of Intent did not bring
forward any new considerations, either scientific or otherwise,
that would alter the basis for recommending that the precursors to
PM10 and ozone and its precursors be added to Schedule 1 of
CEPA 1999. A number of issues raised are relevant to the risk
management stage and will be considered when developing specific control instruments to reduce emissions of precursors to
PM10 and ozone and its precursors. Other concerns were raised
regarding the process used under CEPA 1999.
Les commentaires reçus au sujet des deux avis d’intention
n’ont apporté aucun nouvel argument, scientifique ou autre, permettant de modifier les raisons de recommander que les précurseurs des PM10, l’ozone et ses précurseurs soient ajoutés à
l’annexe 1 de la LCPE. Un certain nombre de questions soulevées
se rapportent à l’étape de la gestion du risque et seront examinées
au moment de la mise au point de certains instruments de réglementation visant à réduire les émissions des précurseurs des PM10,
d’ozone et de ses précurseurs. D’autres préoccupations ont été
exprimées au sujet du processus utilisé en vertu de la LCPE 1999.
Specific departmental responses to comments received may be
obtained at the following address: http://www.ec.gc.ca/CEPA
Registry/default.cfm, and will be published in the Canada Gazette (http://canada.gc.ca/gazette/gazette_e.html).
Les réponses du Ministère aux commentaires reçus se trouvent
à l’adresse suivante : http://www.ec.gc.ca/RegistreLCPE/default.
cfm, et seront publiées dans la Gazette du Canada (http://canada.
gc.ca/gazette/gazette_f.html).
The Meteorological Service of Canada has compiled a recent
review of available ambient PM2.5 and precursor data to characterise contributions of the precursors to PM2.5 mass in Canada; it
can be found at: http://www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/summarypm2.5-Eng.pdf.
Le Service météorologique du Canada a effectué une revue des
données disponibles sur les PM2,5 dans l’air ambiant et leurs précurseurs afin de déterminer dans quelle proportion ces derniers
contribuaient à la masse des PM2,5 au Canada; cette revue se
trouve à l’adresse suivante : http://www.msc-smc.ec.gc.ca/saib/
summary-pm2.5-Fr.pdf.
Additional scientific work and assessment will occur as part of
the risk management activities.
D’autres travaux et évaluations scientifiques seront effectués
dans le cadre des activités de gestion du risque.
No submissions were received regarding the summary of reports of the assessment of Releases from primary and secondary
Aucune observation n’a été reçue au sujet du résumé des rapports d’évaluation des Rejets des fonderies et affineries de cuivre
2330
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
copper smelters and copper refineries, and Releases from primary and secondary zinc smelters and zinc refineries.
The addition of these six substances to the List of Toxic Substances is justified considering that there have been no additional
data or information presented to contradict the conclusions from
the available scientific reports.
primaire et secondaire et rejets des fonderies et affineries de zinc
primaire et secondaire.
L’ajout de ces six substances à la Liste des substances toxiques
est justifié parce que les données ou informations additionnelles
présentées n’ont pas permis de contredire les conclusions des
rapports scientifiques existants.
CEPA National Advisory Committee
Comité consultatif national de la LCPE
The predecessor to the CEPA National Advisory Committee,
namely the CEPA Federal Provincial Advisory Committee
(FPAC), has been aware of the progress towards declaration of
PM10 toxic since its addition to the PSL in 1995, and of the findings of the PM SAD since it was developed by a CEPA FPAC
working group. In the spring of 2000, Environment Canada apprised the newly constituted CEPA National Advisory Committee
(NAC) of the department’s intentions to begin the process of
adding the precursors to PM 10 to Schedule 1. In the fall of 2000,
CEPA NAC prepared an “Advice to Ministers” document on
ozone and its precursors in which many NAC members did not
support the intent to add ozone and its precursors to Schedule 1.
Prior to the publication of the Notice of Intent on ozone and its
precursors on June 9, 2001, NAC members were advised by Environment Canada’s Minister that the Department was proceeding
with the publication of a Notice of Intent.
Concerns expressed by NAC members were mainly with process and issues related to risk management, and no new information, scientific or otherwise was brought forward to change the
fundamental conclusions that provide the basis for adding ozone
and its precursors to the List of Toxic Substances. NAC is periodically being updated on EC’s progress on these substances.
Le Comité consultatif fédéral-provincial (CCFP) de la LCPE,
qui a été remplacé par le Comité consultatif national de la LCPE,
était au courant des progrès réalisés pour déclarer toxiques les
PM10 depuis leur ajout à la LSIP en 1995 ainsi que des résultats
du RES pour les PM puisqu’il a été préparé par un groupe de
travail du CCFP de la LCPE. Au printemps de l’an 2000, Environnement Canada a informé le nouveau Comité consultatif national (CCN) de la LCPE qu’il avait l’intention d’amorcer le processus d’inscription des précurseurs des PM10 à l’annexe 1. À
l’automne 2000, le CCN de la LCPE a rédigé un « Conseil aux
ministres » concernant l’ozone et ses précurseurs, dans lequel bon
nombre de membres du Comité n’appuyaient pas ce projet. Avant
la publication de l’avis d’intention concernant l’ozone et ses précurseurs le 9 juin 2001, les membres du CCN en ont été informés
par le ministre de l’Environnement, qu’Environnement Canada
procédait à la publication de l’avis d’intention.
L’Avis aux ministres du CCN concernant l’ozone et ses précurseurs n’a pas apporté de nouvelles données, scientifiques ou
autres, permettant de modifier les conclusions fondamentales
justifiant l’ajout de l’ozone et de ses précurseurs à la Liste des
substances toxiques. Le CCN est régulièrement mis au courant
des progrès réalisés par EC au sujet de ces substances.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement requirements associated with the List of Toxic Substances in Schedule 1 itself.
Il n’y a aucune exigence de conformité ou d’exécution associée
à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1.
Contacts
Personnes-ressources
Christian Pilon, Manager, Federal Smog Program, Department
of the Environment, Hull, Quebec K1A 0H3, (819) 953-9937; and
Céline Labossière, Senior Economist, Regulatory and Economic
Analysis Branch, Department of the Environment, Hull, Quebec
K1A 0H3, (819) 997-2377.
Christian Pilon, Gestionnaire, Programme fédéral du smog,
Ministère de l’Environnement, Hull (Québec) K1A 0H3, (819)
953-9937; Céline Labossière, Économiste principale, Direction de
l’analyse économique et réglementaire, Ministère de l’environnement, Hull (Québec) K1A 0H3, (819) 997-2377.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999a, that the Governor
in Council, pursuant to subsection 90(1) of that Act, proposes to
make the annexed Order Adding Toxic Substances to Schedule 1
to the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Order or a notice of objection requesting that a board of review be established under subsection 333(1) of that Act to inquire into the nature and extent of the
danger posed by the substances referred to in this Order and stating the reasons for the objection. All comments and notices must
cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, que la
gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 90(1) de cette loi,
se propose de prendre le Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre de l’Environnement, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de décret ou un
avis d’opposition motivé demandant la constitution de la commission de révision prévue au paragraphe 333(1) de cette loi pour
enquêter sur la nature et l’importance du danger que représentent
les substances visées par le présent décret. Ils sont priés d’y citer
la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et
———
———
a
S.C. 1999, c. 33
a
L.C. 1999, ch. 33
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
notice, and be addressed to the Director General, Air Pollution
Prevention Directorate, Environmental Protection Service, Department of the Environment, Ottawa, Ontario K1A 0H3.
2331
A person who provides information to the Minister of the Environment may submit with the information a request for confidentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, July 17, 2002
EILEEN BOYD
Assistant Clerk of the Privy Council
d’envoyer le tout au directeur général, Direction générale de la
prévention de la pollution atmosphérique, Service de la protection
de l’environnement, ministère de l’Environnement, Ottawa (Ontario) K1A 0H3.
Quiconque fournit des renseignements au ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 17 juillet 2002
La greffière adjointe du Conseil privé,
EILEEN BOYD
ORDER ADDING TOXIC SUBSTANCES TO SCHEDULE 1
TO THE CANADIAN ENVIRONMENTAL
PROTECTION ACT, 1999
DÉCRET D’INSCRIPTION DE SUBSTANCES TOXIQUES
À L’ANNEXE 1 DE LA LOI CANADIENNE SUR LA
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act,
19991 is amended by adding the following:
Gaseous Ammonia, which has the molecular formula NH3(g)
Ozone, which has the molecular formula O3
Nitric oxide, which has the molecular formula NO
Nitrogen dioxide, which has the molecular formula NO2
Sulphur dioxide, which has the molecular formula SO2
Volatile organic compounds that participate in atmospheric
photochemical reactions, excluding the following:
(a) methane;
(b) ethane;
(c) methylene chloride (dichloromethane);
(d) 1,1,1-trichloroethane (methyl chloroform);
(e) 1,1,2-trichloro-1,2,2-trifluoroethane (CFC-113);
(f) trichlorofluoromethane (CFC-11);
(g) dichlorodifluoromethane (CFC-12);
(h) chlorodifluoromethane (HCFC-22);
(i) trifluoromethane (HFC-23);
(j) 1,2-dichloro-1,1,2,2-tetrafluoroethane (CFC-114);
(k) chloropentafluoroethane (CFC-115);
(l) 1,1,1-trifluoro-2,2-dichloroethane (HCFC-123);
(m) 1,1,1,2-tetrafluoroethane (HFC-134a);
(n) 1,1-dichloro-1-fluoroethane (HCFC-141b);
(o) 1-chloro-1,1-difluoroethane (HCFC-142b);
(p) 2-chloro-1,1,1,2-tetrafluoroethane (HCFC-124);
(q) pentafluoroethane (HFC-125);
(r) 1,1,2,2-tetrafluoroethane (HFC-134);
(s) 1,1,1-trifluoroethane (HFC-143a);
(t) 1,1-difluoroethane (HFC-152a);
(u) parachlorobenzotrifluoride (PCBTF);
(v) cyclic, branched or linear completely methylated siloxanes;
(w) acetone;
(x) perchloroethylene (tetrachloroethylene);
(y) 3,3-dichloro-1,1,1,2,2-pentafluoropropane (HCFC-225ca);
(z) 1,3-dichloro-1,1,2,2,3-pentafluoropropane (HCFC-225cb);
(z.1) 1,1,1,2,3,4,4,5,5,5-decafluoropentane (HFC 43-10mee);
1. L’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)1 est modifiée par adjonction de ce qui
suit :
L’ammoniac à l’état gazeux, dont la formule moléculaire est
NH3(g)
L’ozone, dont la formule moléculaire est O3
Le monoxyde d’azote, dont la formule moléculaire est NO
Le dioxyde d’azote, dont la formule moléculaire est NO2
Le dioxyde de souffre, dont la formule moléculaire est SO2
Les composés organiques volatils participant à des réactions
photochimiques atmosphériques, à l’exclusion des composés
suivants :
a) méthane;
b) éthane;
c) chlorure de méthylène (dichlorométhane);
d) 1,1,1-trichloroéthane (méthylchloroforme);
e) 1,1,2-trichloro-1,2,2-trifluoroéthane (CFC-113);
f) trichlorofluorométhane (CFC-11);
g) dichlorodifluorométhane (CFC-12);
h) chlorodifluorométhane (HCFC-22);
i) trifluorométhane (HFC-23);
j) 1,2-dichloro-1,1,2,2-tétrafluoroéthane (CFC-114);
k) chloropentafluoroéthane (CFC-115);
l) 1,1,1-trifluoro-2,2-dichloroéthane (HCFC-123);
m) 1,1,1,2-tétrafluoroéthane (HFC-134a);
n) 1,1-dichloro-1-fluoroéthane (HCFC-141b);
o) 1-chloro-1,1-difluoroéthane (HCFC-142b);
p) 2-chloro-1,1,1,2-tétrafluoroéthane (HCFC-124);
q) pentafluoroéthane (HFC-125);
r) 1,1,2,2-tétrafluoroéthane (HFC-134);
s) 1,1,1-trifluoroéthane (HFC-143a);
t) 1,1-difluoroéthane (HFC-152a);
u) parachlorobenzotrifluorure (PCBTF);
v) perméthylsiloxanes cycliques, ramifiés ou linéaires;
w) acétone;
x) perchloroéthylène (tétrachloroéthylène);
y) 3,3-dichloro-1,1,1,2,2-pentafluoropropane (HCFC-225ca);
z) 1,3-dichloro-1,1,2,2,3-pentafluoropropane (HCFC-225cb);
———
———
1
S.C. 1999, c. 33
1
L.C. 1999, ch. 33
2332
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
(z.2) difluoromethane (HFC-32);
(z.3) ethylfluoride (HFC-161);
(z.4) 1,1,1,3,3,3-hexafluoropropane (HFC-236fa);
(z.5) 1,1,2,2,3-pentafluoropropane (HFC-245ca);
(z.6) 1,1,2,3,3-pentafluoropropane (HFC-245ea);
(z.7) 1,1,1,2,3-pentafluoropropane (HFC-245eb);
(z.8) 1,1,1,3,3-pentafluoropropane (HFC-245fa);
(z.9) 1,1,1,2,3,3-hexafluoropropane (HFC-236ea);
(z.10) 1,1,1,3,3-pentafluorobutane (HFC-365mfc);
(z.11) chlorofluoromethane (HCFC-31);
(z.12) 1-chloro-1-fluoroethane (HCFC-151a);
(z.13) 1,2-dichloro-1,1,2-trifluoroethane (HCFC-123a);
(z.14)
1,1,1,2,2,3,3,4,4-nonafluoro-4-methoxy-butane
(C4F9OCH3);
(z.15)
2-(difluoromethoxymethyl)-1,1,1,2,3,3,3-heptafluoropropane ((CF3)2CFCF2OCH3);
(z.16)
1-ethoxy-1,1,2,2,3,3,4,4,4-nonafluorobutane
(C4F9OC2H5);
(z.17)
2-(ethoxydifluoromethyl)-1,1,1,2,3,3,3-heptafluoropropane ((CF3)2CFCF2OC2H5); and
(z.18) methyl acetate and perfluorocarbon compounds that fall
into the following classes, namely,
(i) cyclic, branched or linear completely fluorinated alkanes,
(ii) cyclic, branched, or linear completely fluorinated ethers
with no unsaturations,
(iii) cyclic, branched or linear completely fluorinated tertiary
amines with no unsaturations, or
(iv) sulfur containing perfluorocarbons with no unsaturations
and with sulfur bonds only to carbon and fluorine.
z.2) difluorométhane (HFC-32);
z.3) fluorure d’éthyle (HFC-161);
z.4) 1,1,1,3,3,3-hexafluoropropane (HFC-236fa);
z.5) 1,1,2,2,3-pentafluoropropane (HFC-245ca);
z.6) 1,1,2,3,3-pentafluoropropane (HFC-245ea);
z.7) 1,1,1,2,3-pentafluoropropane (HFC-245eb);
z.8) 1,1,1,3,3-pentafluoropropane (HFC-245fa);
z.9) 1,1,1,2,3,3-hexafluoropropane (HFC-236ea);
z.10) 1,1,1,3,3-pentafluorobutane (HFC-365mfc);
z.11) chlorofluorométhane (HCFC-31);
z.12) 1-chloro-1-fluoroéthane (HCFC-151a);
z.13) 1,2-dichloro-1,1,2-trifluoroéthane (HCFC-123a);
z.14)
1,1,1,2,2,3,3,4,4-nonafluoro-4-méthoxybutane
(C4F9OCH3);
z.15) 2-(difluorométhoxyméthyl)-1,1,1,2,3,3,3-heptafluoropropane (CF3)2CFCF2OCH3);
z.16)
1-éthoxy-1,1,2,2,3,3,4,4,4-nonafluorobutane
(C4F9OC2H5);
z.17) 2-(éthoxydifluorométhyl)-1,1,1,2,3,3,3-heptafluoropropane (CF3)2CFCF2OC2H5);
z.18) acétate de méthyle et perfluorocarbones faisant partie de
l’une ou l’autre des catégories suivantes :
(i) perfluoroalkanes cycliques, ramifiés ou linéaires,
(ii) perfluoroéthers cycliques, ramifiés ou linéaires ne comportant aucune insaturation,
(iii) amines tertiaires perfluorées cycliques, ramifiées ou linéaires ne comportant aucune insaturation,
(iv) perfluorocarbones sulfurés ne comportant aucune insaturation et dont les atomes de soufre sont liés uniquement à des
atomes de carbone et de fluor.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[30-1-o]
[30-1-o]
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2333
Rules of Procedure for Boards of Review
Règles de procédure applicables aux commissions de
révision
Statutory Authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring Department
Department of the Environment
Ministère responsable
Ministère de l’Environnement
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
Description
The Canadian Environmental Protection Act, 1999 provides
authority for the Minister of the Environment to make procedural
rules for the operation of boards of review that the Minister is
empowered to establish under the Act. The board of review constitutes an inquiry process for investigating certain types of prescribed activities that are carried out under the Act. The Rules of
Procedure for Boards of Review establish general rules that will
govern the conduct of reviews and, in particular, address such
issues as quorum, calculation of time, notice of hearing, expert
witnesses, service, and other procedural matters. The rules are
required so that persons know in sufficient detail the procedures
that are to be followed when appearing before a board of review.
The Minister may establish a board of review where a notice of
objection is filed in relation to certain prescribed activities, as
described in section 333 of the Act. These activities include certain prescribed orders, regulations or instruments made by the
Governor in Council, or that are made by either the Minister of
the Environment or the Minister of Health.
La Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
accorde au ministre de l’Environnement le pouvoir d’établir des
règles de procédure applicables aux commissions de révision
qu’il est autorisé à constituer en vertu de la Loi. La commission
de révision établit un processus d’enquête au sujet de certains
types d’activités prescrites réalisées en vertu de la Loi. Les Règles
de procédure applicables aux commissions de révision sont des
règles générales qui régissent la conduite des commissions et, en
particulier, portent sur des sujets comme le quorum, le calcul du
temps, les avis d’audience, les témoins experts, le service et
d’autres questions de procédure. Les règles sont nécessaires pour
que les personnes comparaissant devant une commission de révision connaissent suffisamment bien les procédures à suivre. Le
ministre peut constituer une commission de révision lorsqu’un
avis d’opposition est déposé à l’égard de certaines activités prescrites, tel qu’il est indiqué à l’article 333 de la Loi. Ces activités
comprennent des arrêtés, règlements ou instruments pris par le
gouverneur en conseil, ou encore par le ministre de l’Environnement ou le ministre de la Santé.
Alternatives
Solutions envisagées
The alternative of not developing the proposed rules of procedure was rejected, as it would have required the Minister to establish individual rules of procedure each time that a board of
review is established. The decision to develop general rules of
procedure was therefore selected as the most efficient and appropriate measure to guide the Minister in the eventual establishment
of boards of review.
La solution consistant à ne pas établir les règles de procédure
proposées a été rejetée, car elle aurait obligé le ministre à établir
des règles individuelles chaque fois qu’une commission de révision est constituée. On a donc jugé que la décision d’établir des
règles générales de procédure était la mesure la plus efficace et la
meilleure à prendre pour guider le ministre lorsqu’il aura éventuellement à constituer une commission de révision.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The costs associated with a board of review will vary, depending on factors such as the frequency and duration of the hearings.
Depending on the scope and nature of the issues before the board
of review, the hearings could be relatively straightforward or they
could be protracted. The associated costs will therefore be determined by the circumstances in which boards of review are established.
The rules will benefit the public by providing a clear understanding of the procedures and requirements related to boards of
review. They will also enable persons appearing before a board of
review to understand the procedures that are to be followed.
Les coûts liés à une commission de révision varieront en fonction de facteurs comme la fréquence et la durée des audiences.
Selon la portée et la nature des questions soulevées devant la
commission, les audiences peuvent être relativement simples ou
prolongées. Les coûts seront donc déterminés par les circonstances dans lesquelles les commissions sont constituées.
Les règles permettront donc au public de bien comprendre les
procédures et les exigences se rapportant aux commissions de
révision. En outre, les personnes qui comparaissent devant une
commission de révision pourront ainsi connaître les procédures à
suivre.
2334
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Consultation
Consultations
The sixty-day comment period following the publication of the
proposed rules in the Canada Gazette, Part I, will constitute the
basis for public consultation.
La période de soixante jours suivant la publication des règles
proposées dans la Partie I de la Gazette du Canada servira à la
consultation du public.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
These procedural rules for boards of review do not require any
compliance strategy or enforcement mechanism.
Ces règles de procédure applicables aux commissions de révision ne nécessitent pas de stratégie pour l’observation ni de
mécanisme d’exécution.
Contact
Personne-ressource
Céline Labossière, Economic and Regulatory Affairs Directorate, Policy and Communications, Department of the Environment,
Ottawa, Ontario K1A 0H3, (819) 997-2377.
Céline Labossière, Direction générale des affaires réglementaires et économiques, Politiques et communications, Ministère de
l’Environnement, Ottawa (Ontario) K1A 0H3, (819) 997-2377.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999a, that the Minister
of the Environment proposes, pursuant to section 341 of that Act,
to make the annexed Rules of Procedure for Boards of Review.
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, que le
ministre de l’Environnement, en vertu de l’article 341 de cette loi,
se propose de prendre les Règles de procédure applicables aux
commissions de révision, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre de l’Environnement, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de règles ou un
avis d’opposition motivé demandant la constitution de la commission de révision prévue à l’article 333 de cette loi. Ils sont priés
d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à Cynthia Wright, directrice générale,
Direction générale des priorités stratégiques, Service de la protection de l’environnement, ministère de l’Environnement, Ottawa (Ontario) K1A 0H3.
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Rules or a notice of objection requesting that a board of review be established under section 333
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a and stating
the reasons for the objection. All comments and notices must cite
the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this
notice, and be addressed to Cynthia Wright, Director General,
Strategic Priorities Directorate, Environmental Protection Services, Department of the Environment, Ottawa, Ontario K1A
0H3.
A person who provides information to the Minister of the Environment may submit with the information a request for confidentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, July 15, 2002
DAVID ANDERSON
Minister of the Environment
Quiconque fournit des renseignements au ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 15 juillet 2002
Le ministre de l’Environnement,
DAVID ANDERSON
RULES OF PROCEDURE FOR BOARDS OF REVIEW
RÈGLES DE PROCÉDURE APPLICABLES AUX
COMMISSIONS DE RÉVISION
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these Rules.
“Act” means the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
(Loi)
“applicant” means a person who has filed a notice of objection
under the Act. (demandeur)
“Board” means a board of review established under section 333
of the Act. (commission)
“interested person” means a government, association or person
having an interest in the outcome of an inquiry for a purpose
that is neither frivolous nor vexatious. (personne interessée)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent aux présentes règles.
« commission » Commission de révision constituée aux termes de
l’article 333 de la Loi. (Board)
« demandeur » Personne qui présente un avis d’opposition au
ministre aux termes de la Loi. (applicant)
« personne intéressée » Gouvernement, association ou personne
pour qui le résultat de l’enquête revêt un intérêt qui n’est ni futile ni vexatoire. (interested person)
« Loi » La Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999). (Act)
———
———
a
S.C.. 1999, c. 33
a
L.C. 1999, ch. 33
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2335
“Minister” means the Minister or Ministers who establishes a
Board under section 333 of the Act.
“party” means
(a) the applicant; and
(b) an interested person who has filed an application for
leave to intervene under section 10, and to whom the Board
grants the opportunity to appear under section 335 of the
Act. (partie)
« ministre » Le ou les ministres ayant constitué la commission de
révision aux termes de l’article 333 de la Loi. (Minister)
« partie » :
a) Le demandeur;
b) toute personne intéressée qui a déposé une demande d’autorisation d’intervention aux termes de l’article 10 et à qui la
commission donne la possibilité de comparaître en vertu de
l’article 335 de la Loi. (party)
NON-APPLICATION
APPLICATION
2. These rules do not apply in an inquiry to the extent that they
are inconsistent with any particular rules that may be made with
respect to that inquiry by the Minister under section 341 of the
Act.
2. Les présentes règles ne s’appliquent pas à une enquête dans
la mesure de leur incompatibilité avec les règles particulières qui
peuvent être établies pour cette enquête par le ministre en vertu de
l’article 341 de la Loi.
POWERS OF BOARD TO VARY RULES
DÉROGATION ET DISPENSE
3. (1) At any time during an inquiry, if it is just, fair and in the
public interest to do so, the Board may vary or dispense with
these Rules.
3. (1) La commission de révision peut déroger aux présentes
règles ou accorder une dispense de leur application en tout temps
au cours d’une enquête, si cela est juste, équitable et dans l’intérêt
public.
(2) Le cas échéant, elle en informe sans délai le ministre et les
parties, et leur donne des directives concernant la manière dont se
déroulera l’enquête.
(2) If the Board varies or dispenses with these Rules, the Board
must inform the Minister and the parties without delay and issue
directions concerning the procedures to be followed at the
inquiry.
QUORUM
QUORUM
4. A majority of the members of a Board constitutes a quorum
and the absence of a member of the Board does not impair the
right of the quorum to act.
4. La majorité des membres de la commission constitue le quorum et l’absence d’un membre n’entrave pas les travaux de la
commission s’il y a quorum.
CALCULATION OF TIME
CALCUL DES DÉLAIS
5. Any period of time set out in these Rules or set by the Board
in the course of an inquiry, shall be calculated as a number of
consecutive calendar days.
5. Les délais prévus dans les présentes règles ou ceux que peuvent fixer la commission dans le cours de son enquête sont calculés en jours civils consécutifs.
CONFERENCE
CONFÉRENCE
6. The Board may direct the Minister and the parties to attend a
conference for the purpose of
(a) clarifying and simplifying issues;
(b) admitting facts or verifying facts by affidavit;
(c) discussing the use of documents of a public nature;
(d) discussing the procedure to be followed at the inquiry;
(e) exchanging written submissions, exhibits and other
material;
(f) identifying submissions, documents or testimony that contains or may contain confidential information;
(g) identifying who may be given access to any confidential
information;
(h) determining the number of witnesses, or the time for presenting evidence, rebutting evidence or cross-examining;
(i) discussing the use of electronic communication, including
teleconferences and videoconferences, for the hearing; or
(j) dealing with any other relevant matter.
6. La commission peut convoquer le ministre et les parties à
une conférence pour traiter :
a) de la clarification et de la simplification des questions en
litige;
b) de l’admission de certains faits ou de leur attestation par
affidavit;
c) de l’utilisation de documents de nature publique;
d) de la procédure à suivre au cours de l’enquête;
e) de l’échange de mémoires, de pièces et d’autres éléments;
f) des renseignements confidentiels que peuvent comporter les
mémoires ou les témoignages;
g) des personnes qui peuvent avoir accès aux renseignements
confidentiels;
h) du nombre de témoins ou de la durée de la preuve, de la
contre-preuve ou des contre-interrogatoires;
i) de l’utilisation des communications électroniques, notamment la téléconférence et la vidéoconférence, pour les besoins
de l’audience;
j) de toute autre question pertinente.
NOTICE OF HEARING
AVIS D’AUDITION
7. (1) The Board shall give written notice of a hearing to the
Minister and the parties at least 30 days before the commencement of the hearing.
7. (1) La commission avise par écrit le ministre et les parties de
la tenue d’une audience au moins trente jours avant le début de
celle-ci.
2336
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
(2) The notice shall include the subject matter, time and place
of the hearing and information on how to present evidence or
make representations.
(3) The notice shall state whether all or part of the hearing will
be conducted orally or in writing.
(2) L’avis précise l’objet, la date, l’heure et le lieu de l’audience, ainsi que les modalités de présentation des éléments de
preuve et des observations à la commission.
(3) L’avis précise si tout ou partie de l’audition doit se dérouler
par écrit ou oralement.
WRITTEN SUBMISSION
MÉMOIRE
8. The Board may require the Minister or a party to file, at least
seven days before a hearing, a written submission with the Board
containing
(a) a summary of the facts and other evidence that they intend
to present; and
(b) the names of any witnesses that they intend to call during
the hearing and a summary of the evidence to be presented by
each of those witnesses.
8. La commission de révision peut exiger du ministre ou de
toute partie, au moins sept jours avant la date de l’audience, qu’il
lui fournisse un mémoire contenant les renseignements suivants :
a) un résumé des faits et des éléments de preuve qu’il entend
présenter;
b) une liste des témoins qu’il entend citer et un résumé de la
déposition à présenter par chacun d’eux.
EXPERT WITNESSES
TÉMOINS EXPERTS
9. (1) A party who intends to introduce the evidence of an expert witness shall, at least 20 days before the hearing begins,
serve a report on the Minister and the other parties and file the
report with the Board.
(2) A party on whom a report described in subsection (1) has
been served and who wishes to use the evidence of an expert witness to rebut a matter set out in the report shall, at least 10 days
before the hearing begins, serve a report of the expert on the
Minister and the other parties and file the report with the Board.
(3) A report referred to in subsection (1) or (2) shall include the
qualifications of the expert and a full statement of the evidence to
be presented.
(4) If the Minister intends to introduce the evidence of an expert witness, the Minister shall serve on the parties and file with
the Board the report referred to in subsection (1) or (2) , as applicable, within the number of days set out in that subsection.
9. (1) Au moins vingt jours avant le début de l’audience, la
partie qui entend citer un témoin expert dépose auprès de la
commission et signifie au ministre et à toutes les autres parties, le
cas échéant, un rapport de celui-ci.
(2) Au moins dix jours avant le début de l’audience, la partie
qui a reçu signification du rapport visé au paragraphe (1) et qui
souhaite réfuter, au moyen de sa propre expertise, un point qui y
est soulevé signifie au ministre et aux autres parties un rapport de
son témoin expert.
(3) Le rapport visé aux paragraphes (1) ou (2) contient un exposé complet de la déposition du témoin expert et précise les
qualités de ce dernier.
(4) Dans le cas où le ministre entend citer un témoin expert, il
dépose auprès de la commission et signifie à toutes les autres
parties le rapport applicable visé aux paragraphes (1) ou (2), dans
le délai qui y est prévu.
INTERVENORS
INTERVENANTS
10. (1) An interested person who intends to intervene in an inquiry shall file with the Board and serve on the Minister and
every party a written application for leave to intervene that
(a) states whether the person intends to appear at the hearing;
(b) establishes that the person’s interest justifies intervenor
status; and
(c) states the issues that the person intends to address at the
inquiry.
10. (1) Toute personne intéressée qui a l’intention d’intervenir
dans une enquête dépose auprès de la commission et signifie au
ministre et aux parties une demande d’autorisation d’intervenir
dans laquelle :
a) elle précise si elle a l’intention de comparaître à l’audience;
b) elle démontre que son intérêt justifie sa qualité d’intervenant
dans l’enquête;
c) elle énonce les questions qu’elle a l’intention de soulever
dans le cadre de l’enquête.
(2) Lorsque la commission étudie la possibilité d’autoriser la
comparution d’une personne aux termes de l’article 335 de la Loi
et de lui accorder le statut d’intervenant, elle donne au ministre et
aux parties la possibilité de présenter leurs observations à cet
égard et elle tient compte de tout autre élément pertinent,
notamment :
a) la nature de la révision;
b) les questions en litige;
c) l’intérêt de la personne à l’égard des questions en litige;
d) l’apport possible de la personne en ce qui a trait à la compréhension des questions en litige par la commission;
e) tout retard ou préjudice pouvant en résulter.
(2) The Board, in determining whether to grant intervenor
status and the opportunity to appear before it in accordance with
section 335 of the Act, shall provide the parties and the Minister
the opportunity to make representations on whether the person
should be granted intervenor status and take into consideration
any other relevant matter, including
(a) the nature of the inquiry;
(b) the issues;
(c) whether the person has a genuine interest in the issues;
(d) the likelihood of the person being able to make a useful and
different contribution to the Board’s understanding of the issues; and
(e) any delay or prejudice that may be caused.
(3) The Board must notify the Minister and the parties of its
decision with respect to an application for leave to intervene.
(3) La commission signifie au ministre et aux parties sa décision relativement à la demande d’intervention.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2337
(4) The Board may direct the Minister or a party to provide to
an intervenor information or evidence that they provided to the
Board prior to the filing of the application for leave to intervene.
(4) La commission peut enjoindre au ministre ou aux parties de
signifier à l’intervenant les renseignements ou éléments de
preuve qu’il a déposé auprès de la commission avant le dépôt de
l’intervention.
REPRESENTATION
REPRÉSENTATION
11. (1) The Minister, a party or a witness may be represented at
a hearing by counsel.
(2) The Board, on motion, may authorize an agent to represent
a party or a witness if the agent is competent to properly represent
or advise the party or witness.
11. (1) Le ministre, les parties et les témoins peuvent être représentés à l’audience par un avocat.
(2) La commission peut, sur demande, autoriser un mandataire
à représenter une partie ou un témoin si le mandataire a la compétence voulue pour ce faire.
EVIDENCE
PREUVE
12. (1) The Board may accept evidence or representations in
person, in writing or in electronic form, including by teleconference or videoconference.
(2) The Board may require a party that has filed evidence with
the Board to serve copies of that evidence on the other parties or
the Minister.
(3) The Board may require the Minister to serve copies of evidence that the Minister has filed with the Board on the parties.
12. (1) La commission peut recevoir des observations ou des
éléments de preuve en personne, par écrit ou sous forme électronique, notamment par téléconférence ou par vidéoconférence.
(2) La commission peut contraindre toute partie à signifier au
ministre ou aux autres parties les éléments de preuve qu’elle a
déposés auprès d’elle.
(3) La commission peut contraindre le ministre à signifier aux
parties les éléments de preuve qu’il a déposés auprès d’elle.
PUBLIC NATURE OF INQUIRY
PUBLICITÉ DES AUDIENCES
13. Hearings conducted by the Board shall be public and information provided to the Board in respect of an inquiry shall be
placed on the public record except if the information or evidence
is treated as confidential in accordance with sections 313 to 321
of the Act.
13. Les audiences que tient la commission sont publiques et les
renseignements reçus dans le cadre d’une enquête doivent être
versés au dossier public, sauf en ce qui a trait aux témoignages et
aux renseignements qui sont confidentiels aux termes des articles 313 à 321 de la Loi.
SERVICE OF DOCUMENTS
SIGNIFICATION
14. (1) Any document that is required by these Rules to be
served or filed may be served or filed by hand, mail or any other
means in which the recipient is capable of receiving it, including
electronic format.
14. (1) Tout document à signifier ou à déposer auprès de la
commission aux termes des présentes règles peut l’être par remise
en mains propres, par la poste ou par tout autre moyen de communication écrite ou électronique, si le destinataire dispose des
installations voulues.
(2) La personne qui signifie un document par voie électronique
remet l’original sur support papier du document au destinataire
dans les sept jours suivant la signification, sauf si ce dernier y
renonce par écrit.
(3) La date de signification d’un document est celle de sa réception par le destinataire ou par son représentant autorisé.
(2) A person who serves a document electronically shall,
within seven days after the date of service, provide a paper copy
of the document to the recipient, unless the recipient waives that
right in writing.
(3) The date of service of a document is the date that it is
received by the person being served or their authorized
representative.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
15. These Rules come into force on the day on which they
are registered.
15. Les présentes règles entrent en vigueur à la date de leur
enregistrement.
[30-1-o]
[30-1-o]
2338
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
CANADA-ONTARIO AGREEMENT
RESPECTING THE GREAT LAKES
BASIN ECOSYSTEM
ACCORD CANADA-ONTARIO
CONCERNANT L’ÉCOSYSTÈME DU
BASSIN DES GRANDS LACS
Table of Contents
Table des matières
Page
Environment, Dept. of the
Canada-Ontario Agreement Respecting the Great
Lakes Basin Ecosystem ..........................................
Areas of Concern Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem...............................................................
Harmful Pollutants Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem...............................................................
Lakewide Management Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem...............................................................
Monitoring and Information Management Annex to the
Canada-Ontario Agreement Respecting the Great
Lakes Basin Ecosystem ..........................................
Page
Environnement, min. de l’
2339
2346
2352
2360
2366
Accord Canada-Ontario concernant l’écosystème du
bassin des Grands Lacs ...........................................
Annexe sur les secteurs préoccupants de l’Accord
Canada-Ontario concernant l’écosystème du bassin
des Grands Lacs......................................................
Annexe sur les polluants nocifs de l’Accord CanadaOntario concernant l’écosystème du bassin des
Grands Lacs ............................................................
Annexe sur l’aménagement panlacustre de l’Accord
Canada-Ontario concernant l’écosystème du bassin
des Grands Lacs......................................................
Annexe sur la surveillance et la gestion de
l’information de l’Accord Canada-Ontario
concernant l’écosystème du bassin des Grands
Lacs.........................................................................
2339
2346
2352
2360
2366
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2339
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
The Canada-Ontario Agreement Respecting the Great Lakes
Basin Ecosystem (COA)
Accord Canada-Ontario sur l’écosystème du bassin des Grands
Lacs
Notice is hereby given that the Minister of the Environment
(“the Minister”) has signed the Canada-Ontario Agreement Respecting the Great Lakes Basin Ecosystem (COA). The Minister
is publishing the Response Document in accordance with subsection 9(6) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999
(S.C. 1999, c. 33).
The Canada-Ontario Agreement Respecting the Great Lakes
Basin Ecosystem (COA) is an important administrative mechanism through which the Governments of Canada and Ontario plan
and coordinate actions to restore, protect and conserve the Great
Lakes Basin Ecosystem. The first COA was signed in 1971. COA
has been renewed five times since that time, most recently in
1994. Each time the COA has been renewed it has been revised to
ensure it remains relevant to the environmental challenges with
the Great Lakes Basin. The Governments of Canada and Ontario
released a draft COA for public comment on September 29, 2001.
The 60 day public comment period ended on November 28, 2001.
The Government of Canada published the “Governemnt of
Canada’s Response to Public Comments” in the Canada Gazette,
Part I on March 9, 2002.
A person who provides information to the Minister may submit
an accompanying request of confidentiality under section 313 of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
DAVID ANDERSON, P.C., M.P.
Minister of the Environment
Avis est par les présentes donné que le ministre de l’Environnement (le « ministre ») a signé l’Accord Canada-Ontario
sur l’écosystème du bassin des Grands Lacs. Le ministre publie le
document de réponse en conformité avec le paragraphe 9(6) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[L.C. 1999, ch. 33].
L’Accord Canada-Ontario sur l’écosystème du bassin des
Grands Lacs est un important mécanisme administratif qui permet
aux gouvernements du Canada et de l’Ontario de planifier et de
coordonner les mesures visant à restaurer, à protéger et à conserver l’écosystème du bassin des Grands Lacs. Le premier accord
de ce type a été signé en 1971. Depuis, l’Accord a été renouvelé à
cinq reprises, la dernière fois en 1994. L’Accord a été révisé à
chacun des renouvellements de façon à assurer sa pertinence par
rapport aux problèmes environnementaux qui se posent dans le
bassin des Grands Lacs. Les gouvernements du Canada et de
l’Ontario ont rendu publique, pour commentaires, une ébauche de
l’Accord le 29 septembre 2001. Le délai pour recevoir les commentaires du public s’est terminé le 28 novembre 2001. Le gouvernement du Canada a publié la réponse aux commentaires de
citoyens dans la Partie I de la Gazette du Canada le 9 mars 2002.
Les personnes intéressées qui veulent obtenir de plus amples
renseignements doivent consulter le site Web d’Environnement
Canada au http://www.on.ec.gc.ca/COA/ ou au http://www.
ec.gc.ca/RegistreLCPE/default.cfm, ou communiquer avec le
service des renseignements d’Environnement Canada (Région de
l’Ontario), 4905, rue Dufferin, Downsview (Ontario) M3H 5T4
(EnviroInfo.Ontario@ec.gc.ca ou (416) 739-4809).
Quiconque fournit de l’information au ministre peut également
présenter une demande de confidentialité en vertu de l’article 313
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
Le ministre de l’Environnement,
DAVID ANDERSON, P.C., député
Canada-Ontario Agreement Respecting the
Great Lakes Basin Ecosystem
Accord Canada-Ontario concernant l’écosystème
du bassin des Grands Lacs
Interested persons requiring additional information should refer
to the Environment Canada website at http://www.on.ec.gc.ca/
COA/ or http://www.ec.gc.ca/ceparegistry or contact Public
Inquiries, Ontario Region, Department of the Environment, 4905 Dufferin Street, Downsview, Ontario M3H 5T4
(EnviroInfo.Ontario@ec.gc.ca or (416) 739-4809).
This Agreement is effective on March 22, 2002.
BETWEEN
Le présent accord entre en vigueur le 22 mars 2002.
ENTRE
HER MAJESTY THE QUEEN IN RIGHT OF CANADA
(CANADA)
SA MAJESTÉ LA REINE DU CHEF DU CANADA
(appelée ci-après « LE CANADA » )
represented by
— The Honourable David Anderson, Minister of the
Environment
— The Honourable Lyle Vanclief, Minister of Agriculture and
Agri-Food
— The Honourable Sheila Copps, Minister of Canadian Heritage
— The Honourable Robert Thibault, Minister of Fisheries and
Oceans
— The Honourable Anne McLellan, Minister of Health
— The Honourable Herb Dhaliwal, Minister of Natural
Resources
représentée par
— l’honorable David Anderson, ministre de l’Environnement
— l’honorable Lyle Vanclief, ministre de l’Agriculture et de
l’Agroalimentaire
— l’honorable Sheila Copps, ministre du Patrimoine canadien
— l’honorable Robert Thibault, ministre des Pêches et des
Océans
— l’honorable Anne McLellan, ministre de la Santé
— l’honorable Herb Dhaliwal, ministre des Ressources naturelles
— l’honorable Don Boudria, ministre des Travaux publics et des
Services gouvernementaux
— l’honorable David M. Collenette, ministre des Transports
2340
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
— The Honourable Don Boudria, Minister of Public Works and
Government Services
— The Honourable David M. Collenette, Minister of Transport
AND
ET
HER MAJESTY THE QUEEN IN RIGHT OF ONTARIO
(ONTARIO)
SA MAJESTÉ LA REINE DU CHEF DE L’ONTARIO
(appelée ci-après « L’ONTARIO »)
represented by
— The Honourable Elizabeth Witmer, Minister of the
Environment
— The Honourable John C. Snobelen, Minister of Natural
Resources
— The Honourable Brian Coburn, Minister of Agriculture, Food
and Rural Affairs
représentée par
— l’honorable Elizabeth Witmer, ministre de l’Environnement
— l’honorable John C. Snobelen, ministre des Ressources
naturelles
— l’honorable Brian Coburn, ministre de l’Agriculture, de
l’Alimentation et des Affaires rurales
Definitions
— “Basin” means the five Great Lakes and the St. Lawrence
River, to the Ontario and Quebec border, and includes the
lands and surrounding waters which drain into them.
— “Canada-United States Great Lakes Water Quality Agreement” means the revised Canada-United States Great Lakes
Water Quality Agreement of 1978 as amended by Protocol in
1987.
— “Ecosystem” means the air, land, water and living organisms
(including humans) and their interactions.
— “Agreement” means the Canada-Ontario Agreement Respecting the Great Lakes Basin Ecosystem, including the
Annexes.
Définitions
— « Bassin » désigne les cinq Grands Lacs et le fleuve SaintLaurent, jusqu’à la frontière de l’Ontario et du Québec, ainsi
que les terres environnantes et les eaux qui s’y déversent.
— « Accord Canada—États-Unis relatif à la qualité de l’eau des
Grands Lacs » désigne l’Accord Canada—États-Unis de 1978
relatif à la qualité de l’eau des Grands Lacs modifié par protocole en 1987.
— « Écosystème » désigne l’air, les terres, l’eau et les organismes vivants (y compris les humains), ainsi que leurs
interactions.
— « Accord » désigne l’Accord Canada-Ontario concernant
l’écosystème du bassin des Grands Lacs avec ses annexes.
Preamble
Préambule
Since 1971, Canada-Ontario Agreements Respecting the Great
Lakes Basin Ecosystem have guided the Parties in their work to
improve the environmental quality of the Basin. Along with the
efforts of the Basin’s residents, these agreements have contributed
to:
— reducing the amount of pollution that enters the Basin;
— improving and protecting the habitat of fish and wildlife;
— working toward the goal of water that is safe to swim in and
to drink; and
— fostering a sense of stewardship throughout the region for the
Basin Ecosystem.
Depuis 1971, les accords Canada-Ontario concernant l’écosystème du bassin des Grands Lacs ont orienté les efforts des
parties pour améliorer la qualité de l’environnement des Grands
Lacs. Conjugués aux mesures prises par les habitants du Bassin,
ces accords ont contribué à :
— réduire la quantité de polluants qui pénètrent dans le Bassin;
— améliorer et protéger l’habitat du poisson et des espèces
sauvages;
— faire en sorte que l’eau soit potable et propice à la baignade;
— promouvoir la gestion de l’environnement dans l’ensemble de
l’écosystème du bassin des Grands Lacs.
Natural Features of the Lakes
Caractéristiques naturelles des Grands Lacs
The Great Lakes are vast inland freshwater seas that play a vital role in the physical, social and economic life of North America. The five Great Lakes — Lake Superior, Lake Michigan, Lake
Huron, Lake Erie and Lake Ontario — form a chain of lakes that
span more than 1 200 kilometres from west to east and together
hold about 20 percent of all the surface freshwater in the world.
The foundation of the Basin was laid three billion years ago
during the Precambrian era. It was the glaciers, the last of which
retreated 10,000 years ago, that created the lakes as they are today. The glaciers scoured out the valleys that became the basins
of the Great Lakes and the nearby escarpments, ridges and bluffs.
Indeed, almost all the water in the Basin is a legacy of the glaciers. Less than one percent is renewed annually by precipitation
and run-off. This means pollutants discharged into the system
stay there and can become more concentrated over time.
Les Grands Lacs sont de vastes mers intérieures d’eau douce
qui jouent un rôle primordial dans le tissu physique, social et économique de l’Amérique du Nord. Les lacs Supérieur, Michigan,
Huron, Érié et Ontario, qui forment une chaîne, s’étendent
d’ouest en est sur plus de 1 200 kilomètres et renferment au total
environ 20 p. 100 des réserves totales d’eau douce de la planète.
L’origine du Bassin remonte à l’ère précambrienne, il y a quelque trois milliards d’années. Ce sont les glaciers, dont le retrait a
pris fin il y a 10 000 ans, qui ont façonné les lacs tels que nous les
connaissons aujourd’hui. Ils ont creusé les vallées, qui sont devenues les bassins des Grands Lacs, ainsi que les escarpements,
crêtes et falaises qui les bordent. En fait, presque toute l’eau contenue dans le Bassin est issue des glaciers. Moins de 1 p. 100 de
l’eau se renouvelle chaque année sous l’effet des précipitations et
du ruissellement. Cela signifie que les polluants qui pénètrent
dans le réseau des Grands Lacs y restent et s’accumulent au fil
des ans.
Le 27 juillet 2002
But there is more to the Basin than the lakes. The lakes are part
of a complex system of streams, rivers and smaller lakes, that
drains large tracts of Ontario and eight American states. In all, the
Great Lakes drainage Basin, on both sides of the border, measures
around 775 000 square kilometres. In Canada, the Basin extends
from just north of Lake Nipigon to the southern shore of Pelee
Island in Lake Erie. The Basin reaches west just beyond Thunder
Bay and east past Cornwall on the St. Lawrence River to the
Ontario-Quebec border.
The Basin contains a wide variety of vegetation, fish and wildlife. In the north, the Boreal Forest covers much of the Basin with
spruce, balsam fir and jack pines, which provide habitat for
moose, beaver, deer, martens, weasels, porcupines, mink, wolves,
bears, osprey and peregrine falcons. In the central and southern
regions of the Basin, mixed forests of deciduous and coniferous
trees including beech, sugar maple, red and white oak, as well as
red and white pine, have given way to extensive urban and agricultural development.
Gazette du Canada Partie I
2341
Mais le Bassin ne se limite pas aux lacs proprement dits. Ces
derniers sont partie intégrante d’un système complexe de cours
d’eau et de lacs plus petits qui arrosent de vastes régions de
l’Ontario et de huit États américains. Le bassin versant des
Grands Lacs couvre environ 775 000 kilomètres carrés de part et
d’autre de la frontière canado-américaine. Au Canada, il s’étend
du nord du lac Nipigon jusqu’à la rive sud de l’île Pelée, dans le
lac Érié. À l’ouest, il est bordé par la ville de Thunder Bay, tandis
qu’à l’est, il englobe la ville de Cornwall, sur les rives du SaintLaurent, et s’étire jusqu’à la frontière entre l’Ontario et le
Québec.
Le Bassin est vaste et abrite une grande variété d’espèces animales et végétales. Dans le nord, la forêt boréale domine. Elle est
composée d’épinettes, de sapins baumiers et de pins gris, qui
fournissent un habitat à de nombreuses espèces sauvages : orignaux, castors, cervidés, martres, belettes, porcs-épics, visons,
loups, ours, balbuzards pêcheurs et faucons pèlerins. Dans le
centre et le sud, les forêts mixtes constituées de feuillus et de conifères, comme le hêtre, l’érable à sucre, le chêne rouge, le chêne
blanc, le pin rouge et le pin blanc, ont été fragmentées sous l’effet
de l’étalement urbain et de l’agriculture intensive.
Human Dependence on the Lakes
Dépendance des êtres humains à l’égard des Grands Lacs
At the beginning of the twenty-first century, more than 33 million people inhabited the Basin, including about a third of Canada’s population. Eight of Canada’s largest cities including Toronto, Hamilton, Oshawa and Windsor sit in the Basin. The Basin
provides drinking water to millions of Canadians and affects the
health and wellbeing of additional Canadians living downstream
along the St. Lawrence River.
The Great Lakes are the source of water for shipping, power
generation and industries. On both sides of the border, the Basin
supports multibillion dollar manufacturing, service, tourism and
outdoor recreation industries, commercial and recreational fisheries, as well as strong maritime transportation systems and diversified agricultural sectors.
En ce début du XXIe siècle, plus de 33 millions de personnes
vivent dans le Bassin, dont le tiers environ de la population du
Canada. Huit des plus grandes villes canadiennes, dont Toronto,
Hamilton, Oshawa et Windsor, y sont implantées. Le Bassin alimente en eau potable des millions de Canadiens et a un effet sur
la santé et le bien-être d’autres Canadiens qui vivent en aval, le
long du Saint-Laurent.
Les Grands Lacs sont utilisés pour le transport maritime et
fournissent l’eau pour la production d’électricité et la production
industrielle. De part et d’autre de la frontière, le Bassin soutient
les industries des secteurs de la fabrication, des services, du tourisme, des loisirs de plein air et des pêches commerciales et récréatives, dont les chiffres d’affaires atteignent plusieurs milliards
de dollars, de même que de solides réseaux de transport maritime
et des activités agricoles diversifiées.
Quarante-cinq pour cent des industries canadiennes sont établies dans le Bassin. Au début du XXIe siècle, les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis pratiqués dans le Bassin représentaient 50 p. 100 de l’activité commerciale annuelle du
Canada avec les États-Unis.
En Ontario, près de 75 p. 100 de la population vit et travaille
dans le Bassin. Plus de 50 p. 100 de l’activité manufacturière du
Canada se déroule dans cette province. En fait, le produit intérieur
brut de l’Ontario représente environ 40 p. 100 du produit intérieur
brut du Canada. Le Bassin revêt donc une importance capitale
pour l’intégrité de l’économie canadienne. Les problèmes de qualité de l’environnement qui affligent le Bassin menacent directement la viabilité et la vitalité de ce moteur économique.
L’essor démographique et le développement économique continu qui ont caractérisé le XXe siècle ont modifié le Bassin; or, les
changements n’ont pas tous été positifs. Vers le milieu du siècle,
l’écosystème montrait des signes évidents de stress. La dégradation de l’environnement peut se répercuter directement sur la viabilité et la vitalité de la région, puisque l’économie et la qualité de
vie de la population dépendent d’un écosystème en santé.
The Basin is home to 45 percent of Canada’s industries. At the
beginning of the twenty-first century, the Basin provided the
foundation for trade between Canada and the United States,
equalling 50 percent of Canada’s annual trade with the United
States.
In Ontario, roughly 75 percent of the population lives and
works in the Basin. Ontario accounts for more than 50 percent of
Canada’s manufacturing activity. In fact, Ontario’s gross domestic product is about 40 percent of the nation’s total. Clearly, the
Basin is vitally important to the integrity of Canada’s economy.
Challenges to the environmental quality of the Basin directly
affect the viability and vitality of this economic engine.
The growing population and continuous economic development during the twentieth century have brought change to the
Basin, not all of which has been positive. By the middle of the
twentieth century, the signs of an ecosystem under stress were
clearly evident. Degradation of environmental quality can directly
impair the viability and vitality of the region, since the economy
and quality of life depend on a healthy Basin Ecosystem for its
survival.
In 1971, the Parties signed the first Canada-Ontario Agreement
Respecting the Great Lakes Basin Ecosystem to show their commitment to stemming the tide of environmental degradation
within the Basin and to restoring the ecosystem’s health. The
En 1971, les parties ont signé le premier Accord CanadaOntario concernant l’écosystème du bassin des Grands Lacs pour
démontrer leur volonté de mettre fin à la dégradation écologique
de cet écosystème et pour le revitaliser. Cet accord a été
2342
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Canada-Ontario Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem has been renewed four more times and revised to reflect the changing challenges within the Basin.
renouvelé à quatre reprises et révisé pour tenir compte des nouveaux défis qui surgissent dans le Bassin.
Shared Management of the Lakes
Gestion partagée des Grands Lacs
Significant progress toward restoring the health of the Basin’s
Ecosystem has been achieved with the cooperation of the area’s
citizens, including the governments of the United States and the
eight United States Great Lakes states. Discharges of harmful
pollutants to the Basin are down and the quality of the water has
improved. One result is that species, which were dying, are now
returning. There are now small but growing and healthy populations of osprey, bald eagle, peregrine falcon and lake trout in the
Basin. Their return is a tangible indicator of an ecosystem that is
improving.
Des progrès majeurs vers la restauration de l’écosystème du
Bassin ont été réalisés grâce à la collaboration des citoyens de la
région, ainsi qu’à celle des pouvoirs publics des États-Unis et des
huit états américains bordant les Grands Lacs. Les rejets de polluants nocifs y sont en baisse et la qualité de l’eau s’est améliorée.
Des espèces qui risquaient de disparaître sont en voie de rétablissement. Des populations peu nombreuses mais croissantes et saines de balbuzards pêcheurs, de pygargues à tête blanche, de faucons pèlerins et de touladis sont maintenant présentes dans le
Bassin. Ce retour est un indicateur tangible que l’écosystème se
rétablit progressivement.
Cependant, la restauration, la protection et la préservation de
l’environnement dans le Bassin ne sont pas des faits accomplis.
Tous les citoyens et les intervenants doivent déployer des efforts
soutenus pour relever les défis actuels et futurs et préserver les
acquis. C’est pour cette raison que le Canada et l’Ontario ont
signé l’Accord Canada-Ontario concernant l’écosystème du bassin des Grands Lacs.
Les parties signataires sont conscientes de l’intérêt commun
qui les unit et des responsabilités qu’elles partagent dans la gestion de l’écosystème du Bassin. Toutefois, la concrétisation de la
vision de l’Accord et la restauration de l’écosystème du Bassin
exigent la collaboration des habitants du Bassin, des peuples autochtones, de l’industrie, des entreprises et des organisations non
gouvernementales de même que celles de tous les paliers de Gouvernement. L’Accord permet de mobiliser les compétences, les
énergies et les ressources considérables des particuliers et des
organismes préoccupés par l’état du Bassin pour concrétiser une
vision commune de l’écosystème.
However, the job of restoring, protecting and conserving environmental quality within the Basin is not yet done. Meeting present and future challenges and sustaining the improvements made
to date will require the continued efforts of all citizens and
stakeholders. For this reason, the Parties have entered into this
Agreement.
The Parties know they share an interest as well as a responsibility for managing the Basin Ecosystem. To turn the vision of the
Agreement into a reality and restore the Basin Ecosystem, however, will require the cooperation of the Basin’s residents, Aboriginal People, industries, businesses and non-government organizations, as well as all levels of Government. The Agreement
provides a means to engage the considerable skills, energy and
resources of all people and organizations with an interest in the
Basin, and to enable them to work together on the shared vision
for the Ecosystem.
Vision
Vision
This Agreement is guided by the vision of a “healthy, prosperous and sustainable Great Lakes Basin Ecosystem for present and
future generations.”
Cet accord est guidé par la vision d’un écosystème sain, prospère et durable dans le bassin des Grands Lacs pour le bénéfice
des générations actuelles et futures.
The Purpose of the Agreement
Objet de l’Accord
The Agreement builds on the long-standing commitment of the
Parties to restore, protect and conserve the Basin Ecosystem.
L’Accord prend appui sur l’engagement de longue date des
parties à l’égard de la restauration, de la protection et de la préservation de l’écosystème du Bassin.
Par cet Accord, les parties signataires s’engagent à continuer à
œuvrer mutuellement et avec d’autres intervenants à la concrétisation de la vision d’un écosystème sain, prospère et durable dans
le Bassin d’une manière coopérative, coordonnée et intégrée.
Pour que cette vision se concrétise, l’Accord :
— établit les principes qui orienteront les interventions des parties signataires;
— décrit le processus d’élaboration de nouvelles annexes pour
répondre aux problèmes existants ou émergents relatifs aux
fonctions de gestion et à l’environnement;
— met en place des ententes administratives pour garantir la
gestion effective et efficace de l’Accord et de ses annexes.
Par cet Accord, les parties signataires définissent :
— des priorités, buts et objectifs communs visant la mise en valeur et la conservation de l’écosystème du Bassin;
— les stratégies de gestion requises pour atteindre ces buts et ces
objectifs;
— les rôles et les responsabilités de chaque partie relativement à
ces stratégies;
Under this Agreement, the Parties commit to continue to work
in a cooperative, coordinated and integrated fashion, with each
other and with others in the Basin, to achieve the vision.
To make the vision a reality, the Agreement:
— Establishes principles which will guide the actions of the
Parties;
— Describes the development of Annexes, to respond to existing
or emerging environmental issues or management functions;
and
— Sets in place administrative arrangements for the effective and
efficient management of the Agreement.
Through this Agreement, the Parties establish:
— Common priorities, goals, and results for the enhancement
and conservation of the Basin Ecosystem;
— Management strategies required to achieve these goals and
results;
— The roles and responsibilities of each Party in relation to these
strategies; and
Le 27 juillet 2002
— A commitment to report regularly and publicly on the state of
the Basin Ecosystem as it relates to actions taken pursuant to
this Agreement.
By defining a vision for the Basin, specific goals and results,
and the commitment to action by the Parties, this Agreement will
give momentum to wider efforts and will facilitate collaborative
arrangements and collective action among all people and organizations with an interest in the Basin.
Implementation of this Agreement will contribute to meeting
Canada’s obligations under the Canada-United States Great Lakes
Water Quality Agreement.
Gazette du Canada Partie I
2343
— leur engagement à faire rapport régulièrement et publiquement sur l’état de l’écosystème du Bassin, compte tenu des
mesures prises selon les termes de l’Accord.
En définissant une vision pour le Bassin, des buts et des objectifs précis ainsi que l’engagement des parties à intervenir,
l’Accord donnera l’impulsion nécessaire pour intensifier les efforts et facilitera l’établissement d’ententes de collaboration et la
prise de mesures collectives chez tous les particuliers et organismes qui s’intéressent au Bassin.
La mise en œuvre de l’Accord permettra au Canada de
s’acquitter de ses responsabilités selon les termes de l’Accord
relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, dont le Canada
et les États-Unis sont signataires.
The Principles of the Agreement
Principes de l’Accord
The following principles will direct and guide the actions of the
Parties under the Agreement.
Accountability — to remain accountable to citizens, the Parties must establish clear commitments in relation to agreed
upon goals and objectives for this Agreement and regularly report on progress in relation to the achievement of those
commitments.
Adaptive Management — openness, continuous learning, innovation, and improvement ensures effective and efficient
management of the Agreement.
Conservation — energy, water and other resources should be
conserved to sustain the physical, chemical and biological integrity of the Basin Ecosystem.
Ecosystem Approach — the interdependence of land, air,
water and living organisms, including humans, and the need to
make decisions that will maximize the benefits to the entire
Basin Ecosystem.
Free Exchange of Information — data will be collected once,
closest to the source, in the most efficient manner possible and
will be shared.
Pollution Reduction — control at the source is a fundamental
step in restoring the health of the Ecosystem of the Basin and
that work will continue towards the virtual elimination of persistent toxic substances and reductions in other contaminants.
Precautionary Principle — where there are threats of serious
or irreversible environmental damage, lack of full scientific
certainty shall not be used as a reason for postponing costeffective measures to prevent environmental degradation.
Prevention — anticipate and prevent approach yields maximum environmental benefits and is economically costeffective.
Public and Stakeholder Participation — ensure that the decision making process incorporates consideration of public and
stakeholder opinions and advice, and provide the public and
stakeholders with meaningful opportunities to consult, to advise and to participate directly in activities that support the
Agreement.
Rehabilitation — where environmental quality has been degraded by human activity, restoration will be part of the
solution.
Science-Based Management — best available science, research and knowledge shall provide advice in setting management priorities, policies and programs.
Sustainability — social, economic and environmental demands are all considered, to balance the needs of the present
without compromising the ability of future generations to meet
their own needs.
Les principes énoncés ci-dessous orienteront les interventions
des parties selon les termes de l’Accord.
Reddition de comptes — Afin de continuer de rendre compte
aux citoyens, les parties signataires doivent prendre des engagements clairs à l’égard des buts et des objectifs convenus dans
cet Accord et faire régulièrement rapport sur les progrès accomplis dans la concrétisation de ces engagements.
Gestion adaptative — La transparence, l’apprentissage continu, l’innovation et l’amélioration garantissent la gestion effective et efficace de l’Accord.
Conservation — L’énergie, l’eau et les autres ressources devraient être conservées de manière à préserver l’intégrité physique, chimique et biologique de l’écosystème du Bassin.
Approche écosystémique — Interdépendance des terres, de
l’air, de l’eau et des organismes vivants, y compris les humains, et nécessité de prendre des décisions qui maximiseront
les avantages pour l’ensemble de l’écosystème du Bassin.
Échange gratuit d’information — Les données seront compilées une seule fois, le plus près de la source et de la façon la
plus efficace possible, et elles seront partagées.
Réduction de la pollution — Le contrôle à la source est une
étape primordiale du rétablissement de l’écosystème du Bassin;
il visera la quasi-élimination des substances toxiques persistantes et la réduction des concentrations d’autres contaminants.
Principe de précaution — Principe selon lequel l’absence de
certitudes scientifiques ne doit pas retarder l’adoption de mesures visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement, à un coût économiquement
acceptable.
Prévention — L’anticipation et la prévention assurent un
maximum d’avantages environnementaux et représentent une
démarche économiquement rentable.
Participation du public et des intervenants — Garantit que
le processus décisionnel tient compte des opinions et avis du
public et des intervenants, et que ceux-ci ont vraiment l’occasion d’être consultés et de participer directement aux activités
menées selon les termes de l’Accord.
Remise en état — Lorsque la qualité de l’environnement a été
dégradée par les activités humaines, la restauration fait partie
de la solution.
Gestion fondée sur des données scientifiques — L’établissement des priorités, des politiques et des programmes de gestion reposera sur les meilleures données scientifiques, recherches et connaissances existantes.
Durabilité — Les questions sociales, économiques et environnementales sont toutes prises en considération de manière à répondre aux besoins actuels sans compromettre la capacité des
générations futures de répondre aux leurs.
2344
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Annexes to the Agreement
Annexes à l’Accord
The Parties will develop and implement Annexes which will
focus on environmental issues or management functions that are a
priority to the Parties and will benefit from co-operative and coordinated action.
Selon les termes de l’Accord, les parties signataires élaboreront
et mettront en œuvre des annexes portant sur des questions environnementales ou certaines fonctions de gestion jugées mutuellement prioritaires et qui s’appuient sur la prise de mesures coopératives et coordonnées.
Chacune des annexes précisera :
— les buts sociaux à long terme (sur cinq ans) pour l’écosystème
du Bassin, relativement au problème environnemental ou à
l’élément de gestion de l’environnement qui est l’objet de
l’annexe; ces buts, selon les parties signataires, sont raisonnables et devraient être atteints pendant la durée de l’annexe;
— les stratégies que les parties mettront en œuvre séparément ou
conjointement afin de faciliter l’atteinte des buts et des
objectifs;
— les mesures prises et les résultats visés par les parties pour la
période de mise en œuvre de l’annexe afin de favoriser
l’atteinte des buts et des objectifs énoncés;
— une structure de gestion qui garantira la coordination et la
saine gestion des mesures préconisées par les parties. Seront
inclus :
— les échéanciers pour l’atteinte des objectifs convenus;
— les produits environnementaux quantitatifs et mesurables et le
nom de la partie signataire responsable des mesures particulières ainsi que de la surveillance et de la diffusion des résultats.
Each Annex will specify:
— Five-year societal goals for the Basin Ecosystem, specific to
the environmental issue or component of environmental management, which is the subject of the Annex. These goals are,
in the opinion of the Parties, both reasonable and desirable to
achieve over the duration of the Annex;
— Identification of results that the Parties will pursue jointly or
separately in order to contribute towards the achievement of
the stated goals;
— A clear articulation of the specific commitments each of the
Parties will deliver over the duration of the Annex in order to
contribute to the achievement of the stated goals and results;
and
— A management structure that will ensure the coordination and
sound management of the actions of the Parties. This will
include:
— Timeframes for meeting the agreed-on results; and
— Quantitative and measurable environmental outcomes and the
name of the Party responsible for specific actions and monitoring and reporting the results.
Administration
Administration
The Agreement
L’Accord
The Agreement will come into force upon signing by the Parties, and will remain in force for a period of five years from the
date of signing. The Agreement may be terminated earlier by
either Party giving the other at least twelve months written notice.
Nothing in this Agreement alters the legislative or other
authority of the Parties with respect to the exercise of their legislative or other authorities under the Constitution of Canada.
L’Accord entrera en vigueur à la date de sa signature par les signataires et le restera pendant une période de cinq ans. L’une des
parties pourra l’abroger plus tôt, après avoir donné un préavis
écrit d’au moins douze mois à l’autre partie.
Aucune disposition du présent Accord ne doit être interprétée
comme pouvant restreindre l’exercice des compétences législatives ou autres des parties en vertu de la Constitution du Canada.
Reviewing the Agreement
Examen et renouvellement de l’Accord
The Parties will conduct a comprehensive review of the effectiveness of this Agreement in the fifth year. The review will be
completed within six months. The Parties will consult with the
public on the review and make public the findings and outcomes
of the review 60 days thereafter.
Les parties signataires procéderont à un examen exhaustif de
l’efficacité de cet Accord au cours de la cinquième année. Cet
examen devra être terminé en moins de six mois. Les parties consulteront la population et rendront publics les conclusions et les
résultats de l’examen dans les 60 jours suivant ce dernier.
Amending the Agreement
Modification de l’Accord
Upon completion of the Agreement review, or at any other
time, the Agreement may be amended by consent of the Parties.
The Parties commit to conducting public consultations when
amending the Agreement. Amendments will be confirmed by an
exchange of letters by the Parties that will specify any and all
amendments to the Agreement, and the effective date or dates
when such amendments take force.
Par entente réciproque, les parties signataires peuvent modifier
l’Accord après la tenue de l’examen ou à n’importe quel autre
moment. Les parties signataires s’engagent à tenir des consultations publiques avant de modifier l’Accord. Toute modification
sera confirmée par un échange réciproque de lettres précisant la
nature des modifications apportées à l’Accord et la date ou les
dates d’entrée en vigueur de la modification.
Annexes
Annexes
Annexes may be developed at any time, and will come into
force upon signing by the Parties. Annexes will remain in force
for a period of five years from the date of signing, unless otherwise specified in an Annex. Annexes may be terminated earlier
by either Party giving the other at least three months written notice. If the Parties terminate the Agreement, Annexes are terminated as well. The Parties commit to conducting public consultations when developing or terminating Annexes.
Des annexes à l’Accord peuvent être élaborées en tout temps et
elles entreront en vigueur dès qu’elles auront été signées par les
parties. Les annexes demeurent en vigueur pendant une période
de cinq ans suivant leur signature, sauf indications contraires afférentes. Les annexes peuvent prendre fin plus tôt que prévu sur
préavis écrit d’au moins trois mois par l’une ou l’autre des parties
signataires. La dissolution de l’Accord met fin du même coup
à ses annexes. Les parties signataires s’engagent à tenir des
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2345
consultations publiques avant de mettre au point une nouvelle
annexe ou de supprimer une annexe existante.
Amending Annexes
Modifications des annexes
Annexes may be amended by consent of the Parties. The Parties commit to conducting public consultations when amending
Annexes. Amendments will be confirmed by an exchange of letters by the Parties that will specify any and all amendments to the
Annex, and the effective date or dates when such amendments
take force.
If either Party is unable to fulfil its obligations, as specified
within an Annex, a minimum of twelve months prior, written
notice must be provided to the other Party.
Les annexes peuvent être modifiées sur consentement des parties signataires. En pareil cas, les parties signataires s’engagent à
tenir des consultations publiques. Toute modification à une annexe sera confirmée par un échange réciproque de lettres spécifiant la nature de la modification et sa date d’entrée en vigueur.
Resources
The Parties commit themselves to providing the resources
needed to implement the Agreement and the Annexes pursuant to
it. The Parties will create opportunities for others to contribute to
achieving the vision of the Agreement.
Ressources
Les parties s’engagent à obtenir les fonds nécessaires à la mise
en œuvre de l’Accord et de ses annexes. Les parties permettront à
d’autres intervenants de contribuer à la concrétisation de la vision
de l’Accord.
Management Committee
The administration of the Agreement will be entrusted to a
Management Committee. The Committee will include a co-chair
from Environment Canada and co-chair from the Ontario Ministry of the Environment, as well as Regional Director General and
Assistant Deputy Minister level representatives from all departments, ministries and agencies of the Parties who are participants
in any one or more of the Annexes.
Comité de gestion
L’administration de l’Accord et de ses annexes devra être confiée à un comité de gestion. Le comité sera coprésidé par un représentant d’Environnement Canada et par un représentant du
ministère de l’Environnement de l’Ontario; il comprendra également des représentants des niveaux de directeur général régional
et de sous-ministre adjoint de tous les services, ministères et organismes des parties qui sont parties à une ou plusieurs annexes
de l’Accord.
Le comité de gestion devra être en place au moment de l’entrée
en vigueur de l’Accord. Il aura pour mandat :
— de fixer des priorités et d’établir des stratégies pour régler les
problèmes environnementaux émergents ou des questions relevant de la gestion, en s’appuyant sur l’examen continu de
l’information scientifique, des rapports de surveillance, des
consultations publiques et d’autres informations;
— de trouver les lacunes et de coordonner l’élaboration et la
modification des annexes à l’Accord afin de combler ces lacunes;
— d’approuver les plans de travail des annexes;
— de coordonner l’évaluation annuelle interne de l’Accord en
fonction des objectifs établis initialement;
— d’évaluer les résultats de l’évaluation par rapport aux objectifs
établis initialement et de recommander des modifications, le
cas échéant;
— de procéder à des évaluations constantes de l’administration et
de la mise en œuvre de l’Accord et de promouvoir toute mesure requise dans une optique d’amélioration continue;
— de faciliter l’échange gratuit d’information concernant
l’Accord entre les services, les ministères et les organismes
des parties pour garantir la coordination efficace des mesures;
— de prendre en considération les répercussions des changements et des ajustements sur la politique gouvernementale, sur
les programmes ou sur les ressources susceptibles d’influer
sur la capacité des deux parties de respecter les engagements
dont il est fait état dans l’Accord;
— de produire, tous les deux ans, des rapports d’étape sur les
Grands Lacs destinés au public qui soient significatifs, opportuns, fiables et en langage clair;
— de tenir des consultations publiques de façon régulière;
— d’élaborer des positions communes et des plans d’action conjoints pour représenter les intérêts du Canada et de participer à
des projets conjoints avec des organismes américains et la
Commission mixte internationale.
The Management Committee will be put in place when the
Agreement comes into force. The Management Committee will
be responsible for:
— Setting priorities and establishing strategies for addressing
emerging environmental issues or management functions
based on regular and ongoing review of scientific information,
monitoring reports, public consultations, and other
information;
— Identifying gaps and coordinating the development and
amendment of Annexes to fill these gaps;
— Approving work plans of the Annexes;
— Coordinating the internal annual assessment of the Agreement
against objectives established at the outset;
— Evaluating the results of the assessment against the objectives
established at the outset, and recommending amendments as
appropriate;
— Conducting ongoing evaluations of the administration and
implementation of the Agreement as well as promoting any
actions needed for continuous improvement;
— Facilitating the free exchange of information pertaining to the
Agreement between departments, ministries and agencies of
the Parties to ensure the effective coordination of actions;
— Addressing the implications of changes or adjustments to
government policy, programs or resourcing that may affect
the ability of the Parties to meet the commitments laid out in
the Agreement;
— Producing progress reports and State of the Lakes reports
every two years for the public that are meaningful, timely, reliable and in plain language;
— Conducting regular and ongoing public consultation; and
— Developing common positions and joint action plans for representing Canadian interests and engaging in cooperative initiatives with United States agencies and the International Joint
Commission.
Si l’une des parties est incapable de remplir ses obligations
telles qu’elles sont spécifiées dans une annexe, elle doit fournir un
préavis écrit d’au moins douze mois à l’autre partie.
2346
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Commitment to Notify
Notification
Canada will consult with Ontario regarding any changes to the
Canada-United States Great Lakes Water Quality Agreement or
on any other international activities that may affect this Agreement. Similarly, Ontario will consult with Canada over the initiation of programs and agreements with other provinces or states
that may affect this Agreement.
Le gouvernement du Canada consultera le gouvernement de
l’Ontario à propos de tout changement à l’Accord canadoaméricain relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs ou de
toute autre activité internationale qui pourrait influer sur
l’Accord. De même, le gouvernement de l’Ontario consultera le
gouvernement du Canada au sujet de la mise en œuvre de programmes et d’ententes avec d’autres provinces ou états, qui pourraient avoir une incidence sur le présent Accord.
Dispute Avoidance
Règlement des différends
The Parties are committed to working collaboratively to avoid
and resolve any dispute concerning the management of the
Agreement and performance of obligations set out in the
Annexes.
In the event of a dispute under this Agreement, either Party
may provide notice in writing of the matter in dispute together
with related information and documentation. Within 60 days of a
notice, the Parties will meet to discuss the dispute in a cooperative, collaborative manner. If the dispute is not resolved within
120 days of the meeting, or such longer period as the Parties may
agree, the Parties may jointly retain a third party to provide fact
finding advice for mediation in connection with the resolution of
the dispute.
Les parties s’engagent à collaborer pour prévenir et régler les
différends concernant la gestion de l’Accord et l’exécution des
obligations précisées dans les annexes.
En cas de différend en vertu du présent Accord, l’une ou l’autre
partie signataire peut donner avis par écrit du point en litige et
fournir des renseignements et des documents connexes. Dans les
60 jours suivant la réception d’un avis de contestation, les parties
devront se rencontrer pour examiner le problème dans un esprit
de coopération et de collaboration. Si le différend n’est pas réglé
dans les 120 jours suivant la rencontre, ou après toute période
fixée par les parties, ces dernières peuvent conjointement demander à une tierce partie d’examiner les faits aux fins d’une médiation concernant le règlement du litige.
ORIGINAL SIGNED BY
ORIGINAL SIGNÉ PAR
ON BEHALF OF Her Majesty The Queen in Right of Canada
Minister of the Environment
Minister of Agriculture and Agri-Food
Minister of Canadian Heritage
Minister of Fisheries and Oceans
Minister of Health
Minister of Natural Resources
Minister of Public Works and Government Services
Minister of Transport
AU NOM DE Sa Majesté la Reine du chef du Canada
Ministre de l’Environnement
Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
Ministre du Patrimoine canadien
Ministre des Pêches et des Océans
Ministre de la Santé
Ministre des Ressources naturelles
Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux
Ministre des Transports
ON BEHALF OF Her Majesty The Queen in Right of Ontario
Minister of the Environment
Minister of Natural Resources
Minister of Agriculture, Food and Rural Affairs
AU NOM DE Sa Majesté la Reine du Chef de l’Ontario
Ministre de l’Environnement
Ministre des Ressources naturelles
Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires
rurales
Areas of Concern Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes
Basin Ecosystem
Annexe sur les secteurs préoccupants de l’Accord
Canada-Ontario concernant l’écosystème du
bassin des Grands Lacs
I Preamble
I Préambule
To achieve the Agreement’s vision of a healthy, prosperous
and sustainable Great Lakes Basin Ecosystem, it is necessary to
restore the environmental quality in 11 Canadian and five shared
Canada-United States Areas of Concern (AOCs). AOCs are locations where environmental quality is degraded and beneficial uses
(as defined in the Great Lakes Water Quality Agreement) are
impaired.
Pour donner suite à la vision d’un écosystème sain, prospère et
durable dans le bassin des Grands Lacs prônée par l’Accord, il
est nécessaire de restaurer la qualité de l’environnement dans
11 secteurs préoccupants (SP) au Canada, et dans cinq autres
secteurs communs au Canada et aux États-Unis. Les SP sont des
endroits où la qualité de l’environnement a été dégradée et où les
utilisations bénéfiques (telles qu’elles sont définies dans l’Accord
relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs) sont diminuées.
Grâce aux plans d’assainissement (PA), on a fait d’énormes
progrès dans la restauration de la qualité de l’environnement dans
les SP. Il faudra toutefois accroître encore les efforts et les ressources si l’on veut continuer de progresser.
Remedial Action Plans (RAPs) have made considerable progress towards restoring environmental quality in AOCs. However,
additional effort and resources are needed to make further
advances.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2347
Additional programs addressing the elimination of industrial
and municipal discharges are addressed in the Harmful Pollutants
Annex.
La présente annexe porte sur les initiatives canadiennes et ontariennes qui favorisent directement la restauration et la protection
de la qualité de l’environnement et des utilisations bénéfiques
dans les 16 SP, notamment :
— la restauration et la consolidation des écosystèmes;
— la promotion d’une meilleure participation de la collectivité;
— l’accroissement des connaissances au moyen de la surveillance et de la production de rapports;
— la communication des progrès accomplis.
Les autres programmes portant sur l’élimination des rejets industriels et municipaux sont abordés dans l’annexe sur les polluants nocifs.
II Goals
II Buts
The Parties have identified three five-year goals that will demonstrate progress towards restoring environmental quality and
beneficial uses in the 16 Areas of Concern. They include:
1. Restoring environmental quality and beneficial uses in at
least two locations, resulting in the removal of the designation
“Area of Concern”;
2. Completing all required actions for Remedial Action Plans
in at least six AOCs (and continuing to monitor recovery); and
3. Making progress towards rehabilitation of ecological systems in the remaining AOCs.
Les parties signataires se sont fixé, pour une période de
cinq ans, trois buts qui devraient témoigner des progrès accomplis
en matière de restauration de la qualité de l’environnement et des
utilisations bénéfiques dans les 16 secteurs préoccupants. Ces
buts sont les suivants :
1. restaurer la qualité de l’environnement et les utilisations bénéfiques dans au moins deux endroits afin de les rayer de la
liste des « secteurs préoccupants »;
2. achever l’application de toutes les mesures nécessaires pour
la mise en œuvre des plans d’assainissement dans au moins six
SP (et continuer à surveiller le rétablissement de ces secteurs);
3. accélérer la remise en état des écosystèmes dans les autres
SP.
III Results
III Objectifs
Taking Action
Agir
The Parties will address the continuing sources of pollution to
Areas of Concern by achieving:
Les parties signataires s’attaqueront aux sources persistantes
de pollution dans les secteurs préoccupants. À cette fin, elles
viseront les objectifs suivants :
Result 1
Objectif 1
Reduced pollutant discharges from municipal sewage treatment
plants and combined sewer overflows.
Réduire les rejets de polluants des usines d’épuration municipales et des trop-pleins d’égouts unitaires.
Canada and Ontario will:
— Apply a mix of regulatory and voluntary measures to reduce
the quantity, and improve the quality, of wastewater and combined sewer overflows;
— Identify, to municipalities and infrastructure funding programs, priorities for upgrading primary sewage treatment
plants to secondary treatment;
— Consider sewage treatment plant upgrades and combined
sewer overflow issues as priorities for capital assistance
through the Canada-Ontario Infrastructure Program for municipalities in AOCs; and
— Provide technical and/or financial assistance to municipalities
so that they may:
— Undertake optimization studies that will identify cost
savings for upgrades to meet RAP targets;
— Demonstrate innovative and potentially cost-saving technologies in AOCs;
— Research cost-effective options for controlling wet
weather discharges from CSOs and plant bypassing;
— Provide capital assistance for new technology demonstration projects for wastewater and combined sewer overflow
management;
— Develop and implement demonstration projects on lowcost sewage treatment for communal systems;
Le Canada et l’Ontario :
— mettront en œuvre un ensemble de mesures réglementaires et
volontaires visant à réduire la quantité et à améliorer la qualité
des eaux usées et des trop-pleins d’égouts unitaires;
— établiront, pour les programmes de financement des municipalités et des infrastructures, des priorités en matière de conversion des usines d’épuration primaire en usines d’épuration
secondaire;
— considéreront en priorité l’amélioration des usines d’épuration
et la correction des problèmes liés aux trop-pleins d’égouts
unitaires pour évaluer l’aide financière à accorder aux municipalités des SP dans le cadre du Programme Canada-Ontario
de travaux d’infrastructures;
— fourniront une aide technique et/ou financière aux municipalités pour que celles-ci puissent :
— effectuer des études d’optimisation en vue de déterminer
les économies à réaliser pour que les améliorations répondent aux objectifs des PA;
— mettre à l’essai des techniques innovatrices et potentiellement économiques dans les SP;
— évaluer diverses options économiques permettant de contrôler les rejets des trop-pleins d’égouts unitaires et les dérivations des usines par temps de pluie;
This annex addresses Canadian and Ontario initiatives that directly support the restoration and protection of environmental
quality and beneficial uses in the 16 AOCs including:
— Repairing and sustaining ecological systems;
— Fostering greater community participation;
— Increasing knowledge through monitoring and reporting; and
— Communicating progress.
2348
Canada Gazette Part I
— Develop models that link improvements in infiltration to
receiving water quality;
— Undertake comprehensive pollution prevention and control planning at AOCs; and
— Develop and implement demonstration projects for innovative, high-rate treatment technologies for combined
sewer overflows.
July 27, 2002
— fournir de l’aide financière aux projets de démonstration
sur les nouvelles techniques de traitement des eaux usées
et des trop-pleins d’égouts unitaires;
— élaborer et mettre en œuvre des projets de démonstration
sur les méthodes d’épuration à faible coût dans les réseaux
communautaires;
— élaborer des modèles reliant l’amélioration de l’infiltration
à la qualité des eaux réceptrices;
— entreprendre la planification détaillée de la prévention et
du contrôle de la pollution dans les SP;
— élaborer et mettre en œuvre des projets de démonstration
sur les techniques innovatrices de traitement à forte charge
des trop-pleins d’égouts unitaires.
Result 2
Objectif 2
Reduced loadings of nutrients, pathogens and trace contaminants from urban stormwater.
Réduire la charge en engrais chimiques, en organismes pathogènes et en contaminants traces des eaux pluviales urbaines.
Canada and Ontario will:
— Evaluate the performance of new cost-effective technologies
for treating stormwater;
— Develop and transfer technology and best management practices to assist municipalities in controlling stormwater quantity and quality;
— Identify and rank waterways particularly susceptible to adverse stormwater effects to establish management priorities;
— Provide technical support to municipalities to determine pollutant sources and develop appropriate prevention strategies
with industrial and institutional stormwater discharges; and
— Provide support for implementing demonstration projects on
new technologies that reduce stormwater impacts on receiving
waters.
Le Canada et l’Ontario :
— évalueront la performance des nouvelles techniques économiques de traitement des eaux pluviales;
— mettront au point et transféreront des technologies et des bonnes pratiques de gestion en vue d’aider les municipalités à
contrôler la quantité et la qualité des eaux pluviales;
— identifieront et classeront les voies navigables particulièrement vulnérables aux effets néfastes des eaux pluviales en vue
de définir les priorités de gestion;
— fourniront une aide technique aux municipalités afin de déterminer les sources de polluants et d’élaborer les stratégies de
prévention appropriées contre les rejets d’eaux pluviales industrielles et institutionnelles;
— offriront un appui à la mise en application des projets de démonstration sur les nouvelles technologies qui atténuent
l’effet des eaux pluviales sur les eaux réceptrices.
Result 3
Objectif 3
Reduced nutrient, microbial and trace contaminants from agricultural sources.
Réduire l’apport en engrais chimiques, en contaminants microbiens et en contaminants traces provenant de sources agricoles.
Canada and Ontario will:
Le Canada et l’Ontario :
— Assist land-owners to access funding for projects that improve
farm management practices and provide financial assistance
for community-based land-owner contact programs;
— Provide financial assistance to the agricultural community for
environmental stewardship projects;
— Provide technical support and outreach materials to the agricultural sector to promote stewardship initiatives through education programs; and
— Transfer technologies and information on best management
practices.
— aideront les propriétaires fonciers à obtenir un financement
pour les projets visant à améliorer les pratiques de gestion
agricole, et fourniront une aide financière aux programmes de
prise de contact avec les propriétaires fonciers dans la
collectivité;
— fourniront une aide financière au milieu agricole pour les
projets de gérance de l’environnement;
— fourniront au secteur agricole le soutien technique et le matériel éducatif nécessaire à la promotion des initiatives de gestion par le biais de programmes d’éducation;
— transféreront des techniques et de l’information sur les meilleures pratiques de gestion.
Les parties signataires s’attaqueront au problème historique
de la contamination et de la dégradation de l’environnement. À
cette fin, elles viseront les objectifs suivants :
The Parties will address historic contamination and degradation by achieving:
Result 4
Management strategies for contaminated sediment.
Canada and Ontario will:
— Develop a risk-based, decision-making framework;
— Consult with local communities on the development of management strategies;
Objectif 4
Stratégies de gestion des sédiments contaminés.
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront un cadre décisionnel fondé sur le risque;
— consulteront les collectivités locales au sujet des stratégies de
gestion à élaborer;
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2349
— Provide technical support and/or financial assistance for feasibility studies and remediation activities;
— Undertake post project and long-term monitoring studies to
determine the recovery of beneficial uses; and
— Develop publications and Web sites and conduct workshops
to promote management strategies and technologies for contaminated sediment.
— fourniront une aide technique et/ou financière aux études de
faisabilité et aux activités d’assainissement;
— entreprendront des évaluations après-projet et des études de
surveillance à long terme afin de déterminer si les utilisations
bénéfiques ont été rétablies;
— feront la promotion des stratégies et des techniques de gestion
des sédiments contaminés au moyen de publications, de sites
Web et d’ateliers.
Canada will:
— Conduct detailed sediment chemistry and biological assessments in AOCs.
Le Canada :
— effectuera des évaluations chimiques et biologiques détaillées
des sédiments dans les SP;
Ontario will:
— Use, where necessary, regulatory tools (e.g., director’s orders)
to advance the remediation of sediment.
L’Ontario :
— mettra en place au besoin des outils réglementaires (par
exemple, des ordres du directeur) pour accélérer l’assainissement des sédiments.
Result 5
Objectif 5
Rehabilitated aquatic and riparian habitat leading to the reestablishment of fish and wildlife populations.
Restaurer l’habitat aquatique et riverain en vue de rétablir les
populations halieutiques et fauniques.
Canada and Ontario will:
— Provide capital assistance to municipal and regional official
planners to complete and implement natural heritage and fish
habitat management strategies;
— Transfer habitat rehabilitation technology among local
implementers;
— Confirm indicators to be used locally to assess restoration of
habitat and fish and wildlife populations; and
— Fund habitat strategy implementation including land-owner
participation.
Le Canada et l’Ontario :
— fourniront un soutien financier aux planificateurs municipaux
et régionaux afin de mener à bien et de mettre en œuvre les
stratégies de gestion du patrimoine naturel et de l’habitat du
poisson;
— transféreront les technologies de restauration de l’habitat aux
responsables locaux;
— confirmeront les indicateurs à utiliser localement pour évaluer
la restauration de l’habitat et le rétablissement des populations
de poissons et d’espèces sauvages;
— financeront la mise en œuvre des stratégies de restauration de
l’habitat, y compris la participation des propriétaires fonciers.
Canada will:
— Provide technical support to local implementers in the development of habitat management strategies.
Le Canada :
— fournira un soutien technique aux responsables locaux pour
élaborer des stratégies de gestion de l’habitat.
Ontario will:
— Develop lakewide and regional fish community objectives and
advise on AOC-specific objectives and interim milestones;
and
— Provide technical support on monitoring plans and ensure
consistency with provincial standards used by Ministry of
Natural Resources.
L’Ontario :
— fixera des objectifs pour les communautés panlacustres et
régionales de poissons et donnera des conseils sur les objectifs
spécifiques et les jalons provisoires définis pour les SP;
— fournira le soutien technique pour les plans de surveillance et
verra à ce que ceux-ci concordent avec les normes provinciales utilisées par le ministère des Richesses naturelles.
Sharing Responsibility
Partage des responsabilités
The Parties will continue to encourage citizens to participate in
planning, making decisions and taking actions to restore environmental quality in Areas of Concern by achieving:
Les parties signataires continueront à encourager les citoyens
à participer à la planification, à la prise de décisions et à
l’adoption des mesures visant à restaurer la qualité de l’environnement dans les secteurs préoccupants. À cette fin, elles viseront
l’objectif suivant :
Result 6
Objectif 6
Collaborative action among government, organizations and basin residents.
Instaurer la collaboration entre les gouvernements, les organismes et les résidents du Bassin.
Canada and Ontario will:
— Develop and sustain local RAP implementation mechanisms;
— Provide technical support and funding to local organizations
to facilitate RAP implementation;
— Convene regular workshops and support information exchange and technology transfer;
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront et mettront en place des mécanismes locaux de
mise en œuvre des PA;
— fourniront un soutien technique et financier aux organismes
locaux en vue de faciliter la mise en œuvre des PA;
— organiseront régulièrement des ateliers et favoriseront
l’échange d’information et le transfert de technologies;
2350
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
— Consult with and engage community participants in the implementation of RAP activities; and
— Publish RAP progress reports and information materials and
maintain current Web sites.
— consulteront les participants de la collectivité au sujet des
activités des PA et solliciteront leur apport à leur mise en
œuvre;
— publieront des rapports d’étape et du matériel d’information
sur les PA et maintiendront les sites Web actuels.
Enhancing Knowledge
Accroissement des connaissances
The Parties will ensure that essential knowledge is available to
make informed decisions in Areas of Concern by achieving:
Les parties signataires verront à ce que les connaissances essentielles soient disponibles pour prendre des décisions éclairées
dans les secteurs préoccupants. À cette fin, elles viseront l’objectif suivant :
Result 7
Objectif 7
Publicly available environmental monitoring information for
evaluating environmental recovery and adjusting remediation
strategies.
Diffuser l’information disponible sur la surveillance environnementale en vue d’évaluer le rétablissement de l’environnement
et d’ajuster les stratégies d’assainissement.
Canada and Ontario will:
— Develop and implement monitoring plans in consultation with
AOC communities;
— Provide technical support in the delivery of monitoring programs and reports for all AOCs and build collaborative arrangements with local implementers to deliver and expand
monitoring programs;
— Track federal and provincial monitoring in AOCs in conjunction with the Monitoring and Information Management Annex
initiatives; and
— Establish long-term monitoring strategies for Areas in
Recovery.
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront et mettront en œuvre des plans de surveillance, de
concert avec les collectivités des SP;
— fourniront aux responsables locaux le soutien technique nécessaire à la réalisation des programmes et des rapports de
surveillance dans tous les SP, et formeront avec eux des ententes de collaboration afin d’offrir et d’élargir des programmes de surveillance;
— suivront l’évolution de la surveillance fédérale et provinciale
dans les SP, en regard des initiatives décrites dans l’annexe
sur la surveillance et la gestion de l’information;
— adopteront des stratégies de surveillance à long terme dans les
secteurs préoccupants.
Canada will:
— Undertake biological and chemical assessments and report on
the quality of sediment and benthic communities;
— Monitor and report on the recovery of wildlife populations
and contaminant levels;
— Provide data through upstream/downstream monitoring for the
Niagara River Toxics Management Plan, Detroit/St. Clair
River Corridor Monitoring; and
— Monitor water quality in the St. Clair, Detroit, Niagara,
St. Marys and St. Lawrence Rivers.
Le Canada :
— effectuera des évaluations biologiques et chimiques et fera
état de la qualité des sédiments et des communautés
benthiques;
— suivra l’évolution et fera état du rétablissement des populations d’espèces sauvages et des concentrations de
contaminants;
— fournira des données par le biais d’une surveillance en amont
et en aval pour le Plan de gestion des toxiques de la rivière
Niagara, la surveillance du corridor des rivières Détroit et
St. Clair;
— surveillera la qualité de l’eau dans les rivières St. Clair,
Détroit, Niagara et St. Marys ainsi que dans le Saint-Laurent.
Ontario will:
— Monitor and report on water, sediment and biota quality in the
AOCs;
— Monitor and report on contaminants in sport fish in the AOCs;
— Ensure drinking water quality data generated provincially is
made available for use by the AOCs; and
— Collect emissions data from industry for use by the AOCs.
L’Ontario :
— suivra l’évolution et fera état de la qualité de l’eau, des sédiments et du biote dans les SP;
— suivra l’évolution et fera état des contaminants dans les poissons de pêche sportive des SP;
— verra à ce que les données sur la qualité de l’eau potable recueillies dans la province soient divulguées en vue de leur
utilisation par les autorités des SP;
— recueillera, auprès de l’industrie, des données sur les émissions à l’usage des SP.
IV Management and Administration
IV Gestion et administration
Effective implementation and management of this Annex will
ensure progress and consistency in decision making, monitoring,
communications and reporting, as well as clarity in Government
leadership pursuant to this Annex.
La mise en œuvre et l’administration efficaces de la présente
annexe permettront d’assurer l’avancement et la cohérence de la
prise de décision, de la surveillance, des communications et de la
reddition de comptes, et d’établir clairement le leadership du
Gouvernement selon les termes de la présente annexe.
Pour administrer la communication des résultats et donner suite
aux engagements pris en vertu de la présente annexe, les parties
To manage the delivery of the results and commitments under
this Annex, the Parties will establish an AOC/Lakewide Annex
Le 27 juillet 2002
Management Subcommittee. The Subcommittee will report to,
and receive direction from, the Management Committee.
The Subcommittee will be co-chaired by a director-level representative of Ontario and a director-level representative of Canada.
It will be comprised of representatives of those departments,
ministries and agencies of the Parties responsible for delivery of
commitments and the achievement of the Annex goals.
The Parties will provide resources for the operation of the
AOC/Lakewide Annex Subcommittee jointly and equally.
The AOC/Lakewide Annex Management Subcommittee will:
— Develop and coordinate implementation of a multi-year work
plan within 12 months of this Annex coming into effect. The
work plan will be submitted to the Management Committee
for review and approval. The work plan will describe the activities and deliverables of each contributing agency in relation to the specific results and commitments articulated within
the Annex. In preparing work plans, every effort will be made
to maximize the integration of activities of contributing departments, ministries and agencies in order to ensure a coordinated and cooperative approach;
— Annually, by June 1, submit the multi-year work plan and
prepare progress reports for review and approval by the Management Committee;
— Establish issue teams, as needed, (e.g. sediment, habitat, non
point source) that serve the AOCs or Lakewide Management
needs. These issue teams will report to the AOC/Lakewide
Management Subcommittee;
— Canada and Ontario will co-lead RAP management in Toronto
and Region, Severn Sound, St. Marys, St. Clair and Detroit
River AOCs;
— Canada will lead the process in Thunder Bay, Hamilton Harbour, Port Hope, and the St. Lawrence River AOCs; and
— Ontario will lead the process in Nipigon Bay, Jackfish Bay,
Peninsula Harbour, Spanish Harbour, Wheatley Harbour, Niagara River and the Bay of Quinte AOCs.
Gazette du Canada Partie I
2351
mettront sur pied un sous-comité des annexes sur les SP et
l’aménagement panlacustre, qui relèvera et recevra des directives
du comité de gestion.
Le sous-comité sera coprésidé par un représentant au niveau de
la direction de l’Ontario et un représentant au niveau de la direction du Canada. Il sera composé de représentants des services,
ministères et organismes des parties chargées de donner suite aux
engagements et d’atteindre les buts fixés dans l’annexe.
Conjointement et à titre de partenaires égaux, les parties signataires financeront le fonctionnement du sous-comité des annexes sur les SP et l’aménagement panlacustre.
Le sous-comité des annexes sur les SP et l’aménagement panlacustre aura les fonctions suivantes :
— dresser un plan de travail pluriannuel et en coordonner la mise
en œuvre dans les 12 mois suivant l’entrée en vigueur de la
présente annexe. Ce plan de travail sera soumis au comité de
gestion pour examen et approbation. On y décrira les activités
et les résultats escomptés de chaque organisme participant en
ce qui a trait aux objectifs et aux engagements particuliers articulés dans la présente annexe. Lors de la préparation des
plans de travail, tous les efforts seront faits pour intégrer au
maximum les activités des organismes et des ministères participants afin d’assurer une façon de procéder concertée et
coopérative;
— le 1er juin de chaque année, soumettre le plan de travail pluriannuel et préparer les rapports d’étape qui seront soumis à
l’examen et à l’approbation du comité de gestion;
— mettre sur pied des équipes spécifiques (par exemple sur les
sédiments, l’habitat, les sources non ponctuelles) en fonction
des besoins des SP ou de l’aménagement panlacustre. Ces
équipes relèveront du sous-comité des annexes sur les SP et
l’aménagement panlacustre;
— le Canada et l’Ontario codirigeront la gestion des PA dans les
SP de Toronto et de la région, de la baie Severn et des rivières
St. Marys, St. Clair et Détroit;
— le Canada dirigera le processus dans les SP de Thunder Bay,
du port de Hamilton, de Port Hope et du fleuve Saint-Laurent;
— l’Ontario dirigera le processus dans les SP de la baie Nipigon,
la baie Jackfish, la baie Peninsula, le port de Spanish, le port
de Wheatly, la rivière Niagara et la baie de Quinte.
V Definitions
V Définitions
Area of Concern
— A geographic area that fails to meet the General or Specific
Objectives of the Canada-United States Great Lakes Water
Quality Agreement, where such failure has caused or is likely
to cause impairment of beneficial use or of the area’s ability
to support aquatic life.
Secteur préoccupant
— Secteur géographique qui ne répond pas aux objectifs généraux ou spécifiques de l’Accord Canada–États-Unis relatif à la
qualité de l’eau dans les Grands Lacs, ce qui fait que son utilisation ou que sa capacité de servir d’habitat aux organismes
aquatiques est diminuée ou susceptible de l’être.
Area in Recovery
— A geographic area, identified as an Area of Concern, where,
based on community and government consensus, all scientifically feasible and economically reasonable actions have been
implemented and monitoring continues to track the restoration
of beneficial uses.
Secteur de restauration
— Secteur géographique désigné à l’origine comme un secteur
préoccupant où, selon un consensus établi entre la collectivité
et le gouvernement, toutes les mesures scientifiquement réalisables et économiquement raisonnables ont été mises en œuvre, et où l’on continue à suivre l’évolution du rétablissement
des utilisations bénéfiques.
Beneficial Use
— The ability of living organisms to use the Great Lakes Basin
Ecosystem without adverse consequence (includes the 14 uses
identified in Annex 2 of the GLWQA).
Utilisation bénéfique
— Capacité des organismes vivants d’utiliser l’écosystème du
Bassin sans effets néfastes (comprend les 14 utilisations énumérées à l’annexe 2 de l’ARQEGL).
2352
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Restoration of Beneficial Uses
— Meeting locally-defined objectives designed to be rigorous
and realistic.
Rétablissement des utilisations bénéfiques
— Atteinte des objectifs rigoureux et réalistes définis localement.
Ecosystem Approach
— Recognizes the interactive system of biological communities,
their non-living components, their associated activities and the
interconnectedness of and linkages occurring among air, water, land and living things. Ecosystems include humans and
their activities and institutions.
Approche écosystémique
— Façon de procéder qui tient compte du caractère interactif des
communautés biologiques, leurs composantes non vivantes,
leurs activités associées et l’interdépendance de l’air, de l’eau,
de la terre et des organismes vivants. Les écosystèmes englobent les êtres humains, leurs activités et leurs institutions.
Delisting
— Meeting the objectives for the restoration of beneficial uses as
defined by the RAP and agreed upon by the agencies.
Radiation
— Atteinte des objectifs de restauration des utilisations bénéfiques définis dans les PA et tel qu’il a été convenu par les
organismes.
Fish Community Objectives
— The objectives describe desirable fish community structure for
nearshore and offshore habitat zones. The objectives provide a
common framework for agencies to develop and implement
complementary fishery management programs and serve as an
interface with other environmental planning initiatives, including Remedial Action Plans and the Lakewide Management Plans.
Objectifs pour les communautés de poissons
— Structure souhaitable pour les communautés de poissons dans
les habitats côtiers et hauturiers. Ces objectifs constituent un
cadre commun permettant aux organismes de développer et de
mettre en œuvre des programmes de gestion des pêches complémentaires et d’agir comme interface avec les autres initiatives de planification environnementale, dont les plans
d’assainissement et les plans d’aménagement panlacustre.
Non Point Source
— Diffuse sources of pollution including combined sewer overflows and urban and rural runoff.
Source non ponctuelle
— Sources de pollution diffuses englobant les trop-pleins
d’égouts unitaires et le ruissellement urbain et rural.
Upstream/Downstream Monitoring
— Measurement of environment quality upstream and downstream of a particular source or stress to the Ecosystem for the
purposes of defining whether the source is causing environmental harm.
Surveillance en amont et en aval
— Mesure de la qualité de l’environnement en amont et en aval
d’une source ou d’un facteur de stress particulier de
l’écosystème dans le but de définir si la source ou le stress en
question fait du tort au milieu.
Harmful Pollutants Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem
Annexe sur les polluants nocifs de l’Accord
Canada-Ontario concernant l’écosystème du
bassin des Grands Lacs
I Preamble
To achieve the Agreement’s vision of a healthy, prosperous
and sustainable Great Lakes Basin Ecosystem, it is necessary to
achieve virtual elimination of persistent bioaccumulative toxic
substances and significant reductions of other harmful pollutants.
I Préambule
Pour donner suite à la vision d’un écosystème sain, prospère et
durable dans le bassin des Grands Lacs prônée par l’Accord, il est
nécessaire d’éliminer quasi totalement les substances toxiques
bioaccumulables persistantes et de réduire considérablement les
concentrations des autres polluants nocifs.
Avec les années, nous avons fait d’énormes progrès au chapitre
des rejets de polluants nocifs. Les efforts des parties signataires,
combinés à ceux de l’industrie, des municipalités et des habitants
du Bassin, ont permis de réduire les concentrations de nombreuses substances dans les lacs.
Par exemple, au cours des 10 dernières années, on a réussi à
réduire considérablement les concentrations de substances toxiques bioaccumulables persistantes grâce à des mesures réglementaires et volontaires. On a notamment signalé des réductions
de 75 p. 100 des concentrations de dioxines, de furannes, de mercure, d’alkylplomb et d’autres produits chimiques. Il faudra cependant faire d’autres efforts pour en arriver à l’élimination virtuelle des substances toxiques bioaccumulables persistantes.
En fait, les problèmes liés aux produits chimiques et aux agents
pathogènes persistent toujours dans l’ensemble des Grands Lacs.
Les substances toxiques bioaccumulables persistantes soulèvent
bien des inquiétudes, car elles peuvent mettre en péril la santé des
poissons, des espèces sauvages et des êtres humains. Parmi les
nouvelles menaces de plus en plus préoccupantes figurent
les effets de la pollution atmosphérique sur l’écosystème et
Over the years, considerable progress has been made in addressing releases of harmful pollutants. Efforts by the Parties,
combined with those of industry, municipalities and Basin residents, have successfully reduced the levels of many substances in
the lakes.
For instance, over the past decade significant reductions of persistent bioaccumulative toxic substances have been achieved
through regulatory and voluntary actions. In particular, over
75 percent reductions have been reported for dioxins, furans,
mercury, alkyl lead and other chemicals. Nevertheless, additional
efforts are required to reach virtual elimination of persistent bioaccumulative toxic substances.
In fact, all of the Great Lakes continue to suffer from chemical
and pathogen related problems. Persistent bioaccumulative toxic
substances are grave concerns because they can threaten fish,
wildlife and human health. Newer threats of an increasing concern include the effect of air pollution on the Ecosystem and the
influence of hormone-mimicking chemicals on fish, wildlife, and
human health.
Le 27 juillet 2002
Harmful pollutants are released from a variety of sources,
many of them far from the Great Lakes. For example, more than
50 percent of Ontario’s air pollution, in the form of smog, comes
from the United States. Efforts need to take these factors into
account.
The more we learn about harmful pollutants, the more we recognize how challenging it is to virtually eliminate the last remaining sources. Our current emphasis is on the development of
policies and programs that address this challenge.
Gazette du Canada Partie I
2353
l’influence des modulateurs endocriniens sur la santé des poissons, des espèces sauvages et des êtres humains.
Les polluants nocifs proviennent de diverses sources, dont
beaucoup se trouvent loin des Grands Lacs. Par exemple, en Ontario, plus de 50 p. 100 de la pollution atmosphérique, qui se manifeste sous forme de smog, vient des États-Unis. Toute initiative
doit donc tenir compte de ce facteur.
Plus on en apprend au sujet des polluants nocifs, plus on se
rend compte à quel point il est difficile d’éliminer virtuellement
les dernières sources restantes. Pour l’heure, nous mettons
l’accent sur l’élaboration de politiques et de programmes visant à
relever ce défi.
II Goals
The Parties have identified three five-year goals that will demonstrate progress toward the virtual elimination of persistent bioaccumulative toxic substances and significant reductions of other
harmful pollutants. They are:
1. Have in place policies and programs to make progress towards virtual elimination for persistent bioaccumulative toxic
substances such as mercury, dioxins, furans and PCBs;
2. Reduce other harmful pollutants that have a significant environmental impact; and
3. Have comprehensive knowledge of the sources, movement,
fate and impact of harmful pollutants, including persistent bioaccumulative toxic substances, for policy and program development purposes.
II Buts
Les parties signataires se sont fixé, sur une période de cinq ans,
trois buts qui devraient témoigner des progrès accomplis dans
l’élimination virtuelle des substances toxiques bioaccumulables
persistantes et la réduction des concentrations des autres polluants
nocifs. Ces buts sont les suivants :
1. mettre en place des politiques et des programmes qui accélèrent l’élimination virtuelle des substances toxiques bioaccumulables persistantes, comme le mercure, les dioxines, les
furannes et les BPC;
2. réduire les concentrations des autres polluants nocifs ayant
une incidence significative sur l’environnement;
3. avoir une connaissance approfondie des sources, des mouvements, du sort et de l’impact des polluants nocifs, notamment
les substances toxiques bioaccumulables persistantes, afin
d’élaborer des politiques et des programmes en conséquence.
III Results
III Objectifs
Taking Action
The Parties will work with producers and sources of pollutants
towards virtual elimination of persistent bioaccumulative toxic
substances and reductions of other harmful pollutants, using a
substance and/or sector specific approach by achieving:
Agir
De concert avec les producteurs et les secteurs sources, les
parties signataires s’efforceront d’éliminer quasi totalement les
substances toxiques bioaccumulables persistantes et de réduire
les concentrations des autres polluants nocifs en ciblant une
substance et/ou un secteur particulier. À cette fin, elles viseront
les objectifs suivants :
Result 1
The virtual elimination of high-level Polychlorinated Biphenyls
(PCB).
Objectif 1
Éliminer quasi totalement les biphényles polychlorés (BPC) en
fortes concentrations.
Canada will:
— Replace the current federal Chlorobiphenyls Regulations to
require the phase out of PCBs in service in accordance with
the requirements and deadlines to be established under the
new regulations;
— Introduce PCB storage time deadlines through amendments to
the federal Storage of PCB Material Regulations; and
— Replace the current federal PCB Waste Export Regulations,
1996, to harmonize controls on PCB waste imports and exports and to allow for better control and tracking of wastes
with 2 to 50 parts per million of PCBs.
Le Canada :
— remplacera le règlement fédéral sur les chlorobiphényles pour
l’élimination graduelle des BPC en usage, conformément aux
exigences et aux délais qui seront établis en vertu du nouveau
règlement;
— adoptera des délais de stockage de BPC par des modifications
du Règlement sur le stockage des matériels contenant des
BPC;
— remplacera le Règlement de 1996 sur l’exportation des déchets contenant des BPC pour harmoniser le contrôle de l’importation et de l’exportation desdits déchets et mieux contrôler
et repérer les déchets contenant entre 2 et 50 millionièmes de
BPC.
Ontario will:
— Use regulatory or other measures to destroy all PCBs in storage by 2008.
L’Ontario :
— adoptera des mesures réglementaires ou autres pour détruire
d’ici 2008 tous les BPC entreposés.
Result 2
Objectif 2
An 85 percent reduction in mercury releases, compared to releases in 1988, by 2005 and a 90 percent reduction by 2010.
Réduire de 85 p. 100 d’ici 2005 et de 90 p. 100 d’ici 2010 les
rejets de mercure par rapport aux concentrations de 1988.
2354
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Canada and Ontario will:
— Develop standards for mercury emissions from coal-fired
plants through the Canada-Wide Standards (CWS) process;
— Develop technical information to guide municipalities in
identifying and reducing sources of mercury discharges to
sewer systems;
— Develop and implement, with other partners, life cycle management programs to divert mercury-containing products from
the waste stream; and
— Develop a public education program on mercury for use in
schools.
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront des normes sur les émissions de mercure des centrales thermiques alimentées au charbon dans le cadre du processus des normes pancanadiennes (NP);
— prépareront des documents d’information technique pour aider
les municipalités à déterminer et à réduire les sources de rejets
de mercure dans les réseaux d’égouts;
— de concert avec d’autres partenaires, élaboreront et mettront
en œuvre des programmes de gestion du cycle de vie en vue
de faire dévier les produits contenant du mercure du flux des
déchets;
— élaboreront un programme d’éducation publique sur le mercure à l’intention des écoles.
Canada will:
— Implement its commitments under the CWS for waste from
dental amalgam;
— Develop and implement education and outreach programs
with manufacturers to eliminate or reduce the use of mercury
in manufactured products; and
— Provide pollution prevention training for the healthcare sector
to reduce mercury entering the waste stream and municipal
sewer systems.
Le Canada :
— donnera suite aux engagements qu’il a pris au sujet des déchets d’amalgames dentaires dans le cadre du processus des
normes pancanadiennes;
— en collaboration avec les fabricants, élaborera et mettra en
œuvre des programmes d’éducation et de sensibilisation en
vue d’éliminer ou de réduire l’utilisation du mercure dans les
produits manufacturés;
— offrira aux travailleurs du secteur de la santé des cours de
formation sur la prévention de la pollution afin de réduire la
quantité de mercure entrant dans le flux des déchets et dans
les réseaux d’égouts municipaux.
Ontario will:
— Implement the CWS for emissions from coal-fired plants;
— Implement initial actions to support the CWS for incinerations, with the inclusion of dioxins and furans into the standards; and
— Implement its commitments under the CWS for waste from
dental amalgam.
L’Ontario :
— adoptera les normes pancanadiennes relatives aux émissions
des centrales thermiques alimentées au charbon;
— prendra des mesures préliminaires pour soutenir les normes
pancanadiennes relatives aux incinérations, en y incluant les
dioxines et les furannes;
— donnera suite aux engagements qu’il a pris au sujet des déchets d’amalgames dentaires dans le cadre du processus des
normes pancanadiennes.
Result 3
Objectif 3
A 90 percent reduction in the release of dioxins and furans by
2005, compared to releases in 1988, and reduction of other persistent bioaccumulative toxic substances.
Réduire de 90 p. 100 les rejets de dioxines et de furannes d’ici
2005 par rapport aux rejets de 1988, et réduire d’autres substances
toxiques bioaccumulatives rémanentes.
Canada and Ontario will:
— Develop CWS for dioxins and furans from steel manufacturing and iron sintering; and
— Undertake outreach initiatives, including with municipalities,
to promote environmentally sound waste biosolid utilization
and incineration.
Le Canada et l’Ontario :
— établiront des normes pancanadiennes pour les dioxines et les
furannes provenant de la sidérurgie et du frittage du fer;
— mettront en œuvre des initiatives de sensibilisation, notamment à l’intention des municipalités, pour promouvoir
l’utilisation et l’incinération écologiques des biosolides
résiduels.
Canada will:
— Undertake outreach initiatives directed at the steel sector to
guide the implementation of Strategic Options Process environmental codes of practice and to verify reduction progress
under the CWS process;
— Review the performance of federal solid waste incinerators
operating in Ontario and undertake outreach initiatives to
promote compliance with the CWS for mercury, dioxins and
furans;
— Provide technical support to develop and demonstrate innovative waste incineration control technologies; and
— Survey household garbage disposal practices in rural Ontario
and determine the significance of barrel/backyard trash
Le Canada :
— mettra en œuvre des initiatives de sensibilisation à l’intention
du secteur de l’acier afin d’orienter l’adoption des codes de
recommandations techniques pour la protection de l’environnement, et suivra l’évolution de la réduction des rejets en
vertu du processus des normes pancanadiennes;
— évaluera la performance des incinérateurs fédéraux de déchets
solides exploités en Ontario et mettra en œuvre des initiatives
de sensibilisation pour promouvoir la conformité aux normes
pancanadiennes relatives au mercure qu’aux dioxines et aux
furannes;
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2355
burning as a source of dioxins and furans, and develop options
for addressing the issue.
— fournira un soutien technique pour la mise au point et la démonstration de techniques innovatrices pour le contrôle de
l’incinération des déchets;
— enquêtera sur les pratiques d’élimination des ordures domestiques dans les régions rurales de l’Ontario, évaluera l’importance de la combustion domestique des déchets comme source
de dioxines et de furannes, et élaborera des solutions pour régler le problème.
Ontario will:
— Review the performance of existing incinerators against the
CWS for mercury, dioxins and furans, and develop a compliance strategy; and
— Implement the CWS by 2006.
L’Ontario :
— évaluera la performance des incinérateurs existants en fonction des normes pancanadiennes relatives au mercure, aux
dioxines et aux furannes, et élaborera une stratégie
d’application;
— adoptera les normes pancanadiennes d’ici 2006.
Result 4
Objectif 4
Reductions in the use, generation and release of other harmful
pollutants.
Réduire l’utilisation, la production et la libération d’autres
polluants nocifs.
Canada and Ontario will:
— Develop environmental codes of practice in collaboration with
sectors identified under the federal CEPA Strategic Options
Process;
— Develop programs, including an education and outreach program, to promote woodstove changeover in the Basin;
— Implement the commitments under the Canada-United States
Air Quality Agreement Ozone Annex, the Anti Smog Action
Plan, and the Canada-Wide Standards, and establish a federalprovincial smog coordinating committee to exchange information in order to develop opportunities for further reductions; and
— Undertake outreach initiatives to promote the implementation
of Codes and Guidelines for reducing releases of benzene and
volatile organic compounds (VOCs).
Le Canada et l’Ontario :
— en collaboration avec les secteurs mentionnés dans le processus d’options stratégiques de la LCPE fédérale, élaboreront
des codes de pratique pour la protection de l’environnement;
— élaboreront des programmes, dont des programmes d’éducation et de sensibilisation, pour promouvoir le remplacement
des poêles à bois dans le Bassin;
— donneront suite aux engagements qu’ils ont pris en vertu de
l’annexe sur l’ozone de l’Accord Canada–États-Unis sur la
qualité de l’air, du Plan d’action anti-smog et des normes pancanadiennes, et créeront un comité fédéral-provincial pour la
coordination de la lutte contre le smog en vue d’échanger
l’information susceptible de favoriser d’autres réductions;
— lancera des initiatives de sensibilisation pour promouvoir
l’adoption des codes de pratique et des lignes directrices pour
la réduction de la libération du benzène et des composés organiques volatils (COV).
Canada will:
— Regulate on-road vehicles and fuels by actions including:
— Enacting regulations to reduce sulphur content in gasoline
to 30 parts per million by 2004;
— Developing national emission reduction regulations,
aligned with those in the United States, for on-road vehicles, light-duty vehicles and light-duty trucks, effective the
2004 model year;
— Developing codes of practice for heavy-duty vehicle inspection and maintenance programs in 2001;
— Aligning emission-control programs for off-road engines
with those in the United States, to be effective by the 2004
model year; and
— Enacting new regulations to reduce sulphur in on-road
diesel fuel to 15 parts per million by 2006.
— Implement the 2001 Memorandum of Understanding between
Environment Canada and the Canadian Marine Manufacturers
Association to introduce cleaner outboard engines and personal watercraft into the Canadian market place;
— Identify sources of those substances found “toxic” under the
Canadian Environmental Protection Act and undertake outreach initiatives to promote pollution prevention activities by
source sectors/facilities; and
— Lead the implementation of the Binational Toxics Strategy
(BTS).
Le Canada :
— réglementera les véhicules circulant sur la voie publique et les
carburants, notamment au moyen des mesures suivantes :
— adoption de règlements visant à réduire la teneur en soufre
de l’essence à 30 parties par million d’ici 2004;
— élaboration de règlements nationaux sur la réduction des
émissions harmonisés à ceux qui sont en vigueur aux
États-Unis, visant les véhicules circulant sur la voie publique, les véhicules légers et les véhicules utilitaires légers à
compter de l’année automobile 2004;
— élaboration de codes de pratique pour les programmes
d’inspection et d’entretien des véhicules lourds en 2001;
— harmonisation des programmes de lutte contre les émissions visant les véhicules tout terrain avec ceux des ÉtatsUnis à compter de l’année automobile 2004;
— adoption de nouveaux règlements visant à réduire la teneur en soufre du combustible diesel des véhicules circulant sur la voie publique à 15 parties par million d’ici
2006;
— mettra en application le Protocole d’entente de 2001, entre
Environnement Canada et l’Association canadienne des manufacturiers de produits nautiques, qui prévoit l’introduction
de moteurs hors-bord et de motomarines plus propres sur le
marché canadien;
— identifiera les sources des substances jugées « toxiques » selon les termes de la Loi canadienne sur la protection de
2356
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
l’environnement et mettra en œuvre des initiatives de sensibilisation pour promouvoir les activités de prévention de la
pollution par secteurs/installations sources;
— dirigera la mise en œuvre de la Stratégie binationale des
substances toxiques.
Ontario will:
— Undertake outreach initiatives to influence further reductions
in discharges from Municipal/Industrial Strategy for Abatement (MISA) sectors and facilities, and examine and implement new policies and regulations to manage aqueous industrial discharges and dischargers not currently captured under
MISA;
— Accelerate reductions of nitrogen oxides (NOx) and VOC
emissions to 25 percent and 45 percent reduction from 1990
levels by 2005 and 2010 respectively, from the current commitment to meet this target by 2015;
— Quantify reductions in other harmful pollutants that result as a
co-benefit of reduced criteria air contaminants; and
— Implement a public education program linking individual
behaviour to the release of criteria air pollutants.
L’Ontario :
— mettra en œuvre des initiatives de sensibilisation pour accroître la réduction des rejets des secteurs et des installations
mentionnés dans la Stratégie municipale et industrielle de dépollution (SMID) et étudiera et mettra en application de nouvelles politiques et de nouveaux règlements pour gérer les rejets industriels aqueux et leurs auteurs qui ne sont pas actuellement visés par la SMID;
— avancera respectivement à 2005 et à 2010 (au lieu de la date
de 2015 actuellement prévue) la date d’échéance pour atteindre les objectifs respectifs de réduction des émissions
d’oxydes d’azote (NOx) et des COV à 25 p. 100 et 45 p. 100
de leur concentration de 1990;
— quantifiera les réductions d’autres polluants nocifs obtenues à
titre de bénéfices secondaires grâce à la réduction des principaux contaminants atmosphériques;
— implantera un programme d’éducation publique pour bien
faire comprendre le lien qui existe entre les comportements
individuels et la libération de principaux contaminants
atmosphériques.
Result 5
Reductions in the release of harmful pollutants in municipal
wastewater discharges.
Objectif 5
Réduire la libération de polluants nocifs dans les rejets d’eaux
usées municipales.
Canada and Ontario will:
— Consider sewage treatment plant upgrades and combined
sewer overflow issues as priorities for capital assistance
through the Canada-Ontario Infrastructure Program; and
— Research sewage treatment plant processes to optimize technologies used to treat harmful pollutants.
Le Canada et l’Ontario :
— considéreront en priorité l’amélioration des usines d’épuration
et la correction des problèmes liés aux trop-pleins d’égouts
unitaires pour ce qui est de l’aide financière à accorder aux
municipalités des SP dans le cadre du Programme CanadaOntario de travaux d’infrastructures;
— étudieront les procédés des usines d’épuration afin d’optimiser les techniques utilisées pour traiter les polluants nocifs.
Canada will:
— Develop a comprehensive municipal wastewater strategy as
part of a national water strategy;
— Provide technical support to optimize sewage treatment plant
processes in order to improve treatment efficiency;
— Provide pollution-prevention training and other support to
municipal inspectors and industry sectors;
— Undertake outreach initiatives to promote pollutionprevention planning as a municipal sewer-use bylaw requirement; and
— Regulate the concentration of hexachlorobenzene in coagulant
used in municipal wastewater treatment to reduce hexachlorobenzene releases into receiving waters.
Le Canada :
— élaborera une stratégie sur les eaux usées municipales dans le
cadre d’une stratégie nationale sur l’eau;
— fournira une aide technique afin d’optimiser les procédés utilisés par les usines d’épuration et d’améliorer l’efficacité du
traitement;
— offrira une formation sur la prévention de la pollution et
d’autres formes de soutien aux inspecteurs municipaux et aux
secteurs industriels;
— mettra en œuvre des initiatives de sensibilisation afin que la
planification de la prévention de la pollution figure parmi les
exigences des règlements sur l’utilisation des égouts
municipaux;
— réglementera la concentration des hexachlorobenzènes dans
les coagulants utilisés pour le traitement des eaux d’égout
municipales afin de réduire leur rejet dans les eaux
réceptrices.
Ontario will:
— Provide technical advice, information and training to encourage optimization in the management of municipal wastewater;
— Develop a management framework for municipal wastewater;
— Develop best-practices guidance documents to aid municipalities in identifying and reducing sources of harmful pollutants and other contaminants discharged to sewers; and
L’Ontario :
— fournira des conseils techniques, de l’information et de la
formation afin de favoriser l’optimisation du traitement des
eaux usées municipales;
— élaborera un cadre de gestion pour les eaux usées
municipales;
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2357
— Implement outreach activities to promote water conservation
as a means of reducing demands on wastewater treatment facilities and maximizing treatment efficiency.
— rédigera des documents d’orientation sur les bonnes pratiques
pour aider les municipalités à détecter et à réduire les sources
de polluants nocifs et d’autres contaminants déversés dans
leurs égouts;
— mettra en place des activités de sensibilisation pour promouvoir la conservation de l’eau comme moyen de réduire la demande imposée aux usines d’épuration et de maximiser
l’efficacité du traitement.
Result 6
Objectif 6
Voluntary reductions in the release of harmful pollutants by
targeted stakeholders and sectors.
Obtenir une réduction volontaire du rejet de polluants nocifs de
la part des intervenants et des secteurs visés.
Canada and Ontario will:
— Develop and implement a joint pilot program where Environmental Management Agreements (EMAs) are negotiated to
encourage multi-pollutant beyond-compliance reductions of
harmful pollutants by priority sectors/facilities; and
— Undertake outreach initiatives targeting priority industries and
industry associations to promote participation in the joint pilot
program.
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront et mettront en œuvre un programme pilote conjoint dans le cadre duquel seront négociées des ententes de
gestion de l’environnement visant à favoriser la réduction de
nombreux polluants nocifs au-delà des exigences réglementaires de la part des secteurs et installations prioritaires;
— mettront en œuvre des initiatives de sensibilisation visant les
industries prioritaires et les associations industrielles afin de
les inciter à participer au programme pilote conjoint.
Enhancing Knowledge
Accroissement des connaissances
The Parties will ensure that essential knowledge is available
for decision-making pertaining to virtual elimination of persistent
bioaccumulative toxic substances and to reductions of other
harmful pollutants by achieving:
Les parties signataires feront en sorte que les responsables
disposent des connaissances essentielles pour prendre des décisions éclairées concernant l’élimination virtuelle des substances
toxiques bioaccumulables persistantes et la réduction des concentrations des autres polluants nocifs. À cette fin, elles viseront
les objectifs suivants :
Result 7
Objectif 7
A common approach for effective emissions reporting.
Adopter une approche commune pour la déclaration des
émissions.
Canada and Ontario will:
— Develop and implement a pilot project to integrate the air
emission reporting requirements of Ontario’s proposed Mandatory Monitoring and Reporting Regulation with the federal
National Pollutants Release Inventory to facilitate the development of a common database of harmful pollutants and
tracking the releases to air.
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront et mettront en œuvre un projet pilote visant à
harmoniser le projet ontarien de réglementation sur la déclaration obligatoire des émissions atmosphériques avec l’inventaire national des émissions de polluants, afin de favoriser le
développement d’une base de données commune sur les polluants nocifs et la détection des rejets de polluants dans l’air.
Result 8
Objectif 8
Improved quantification of in-Basin and out-of-Basin sources
of harmful pollutant releases.
Mieux quantifier les sources de polluants nocifs dans le bassin
et hors du bassin.
Canada will:
— Develop and maintain substance profiles in support of the
Binational Toxics Strategy and the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 to identify source sectors for remedial
actions and release reduction activities;
— Provide technical support for stack emissions testing of persistent bioaccumulative toxic substances within selected priority sectors to improve substance inventories;
— Maintain the Great Lakes Integrated Atmospheric Deposition
Monitoring Network (IADN) stations, expand to monitor
mercury, dioxins and furans, and review monitoring coverage
to ensure a comprehensive substance list and sufficient spatial
coverage;
— Monitor Tier I and II substances at selected federal National
Air Pollutants Surveillance (NAPS) sites; and
— Develop, with various partners, Canada-United States regional
airshed networks (beginning with Windsor) to address local
Le Canada :
— dressera et tiendra à jour des profils de substances à l’appui de
la Stratégie binationale des substances toxiques des Grands
Lacs et de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), afin de déterminer les secteurs sources devant
faire l’objet de mesures correctives et d’activités de réduction
des rejets;
— fournira un soutien technique pour la vérification des concentrations de substances toxiques bioaccumulables persistantes
dans les émissions des cheminées de certains secteurs prioritaires afin d’améliorer l’inventaire de ces substances;
— exploitera les stations du Réseau intégré de surveillance des
dépôts atmosphériques (RIDA) des Grands Lacs; élargira la
surveillance au mercure, aux dioxines et aux furannes; et
évaluera la portée de la surveillance afin de s’assurer que la
liste des substances est exhaustive et que la couverture spatiale est suffisante;
2358
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
transboundary air pollution issues including complaints,
monitoring and prevention.
— surveillera les substances des niveaux I et II dans les sites
fédéraux choisis du Réseau national de surveillance de la
pollution atmosphérique (RNSPA);
— en collaboration avec divers partenaires, créera des réseaux de
bassins atmosphériques régionaux Canada—États-Unis (en
commençant par Windsor) afin de s’attaquer aux problèmes
locaux de pollution atmosphérique transfrontalière, concernant notamment les plaintes, la surveillance et la prévention.
Ontario will:
— Develop a program to monitor application of biosolids, including biosolids quality;
— Identify transboundary sources of air deposition through regional scale models; and
— Provide current air quality information and smog updates both
on-line and via the media.
L’Ontario :
— élaborera un programme pour surveiller l’épandage de biosolides, portant notamment sur la qualité de ces biosolides;
— identifiera les sources transfrontalières de dépôts atmosphériques au moyen de modèles appliqués à l’échelle régionale;
— fournira des informations à jour sur la qualité de l’air et le
smog, en ligne et par l’intermédiaire des médias.
Result 9
Objectif 9
Knowledge of the occurrence, fate and impact of harmful pollutants on human and environmental health is gathered and communicated to the public.
Recueillir des données sur la présence, le sort et les répercussions des polluants nocifs sur la santé humaine, et les communiquer au public.
Canada and Ontario will:
— Collect and develop more complete and comprehensive data
on pollutant releases and sources to facilitate the risk and
health impacts assessment of harmful pollutants within the
Great Lakes Basin; and
— Conduct field studies on the fate and movement of harmful
pollutants including pathogens in biosolids applied to agricultural lands.
Le Canada et l’Ontario :
— recueilleront et élaboreront des données exhaustives sur la
libération de polluants et sur leurs sources afin de faciliter
l’évaluation des répercussions des polluants nocifs présents
dans les Grands Lacs sur la santé humaine;
— mèneront des études de terrain sur le sort et les mouvements
des polluants nocifs, y compris les agents pathogènes présents
dans les biosolides épandus sur les terres agricoles.
Canada will:
— Research the occurrence, persistence, fate and effects of toxic
substances in the aquatic environment;
— Research the impact of discharges from various source sectors
on the receiving environment, and develop and implement environmental effects monitoring programs for major source
sectors such as pulp and paper and metal mining; and
— Develop a Health Science Framework to guide and facilitate
the health science activities undertaken by researchers and
other health scientists.
Le Canada :
— étudiera la présence, la persistance, le sort et les effets des
polluants nocifs dans le milieu aquatique;
— étudiera les répercussions des rejets provenant de divers secteurs sources sur le milieu récepteur, et élaborera et mettra en
œuvre des programmes de suivi des effets sur l’environnement pour les principaux secteurs sources tels que les fabriques de pâtes et papiers et les mines;
— élaborera un cadre sur les sciences de la santé pour guider et
appuyer les activités dans le domaine de la santé menées par
les chercheurs et d’autres scientifiques de la santé.
Ontario will:
— Develop source-receptor models and provide data to appropriate agencies for use in determining the human health impacts
of harmful pollutants; and
— Research health impacts of harmful pollutants to set new provincial standards, guidelines and objectives.
L’Ontario :
— élaborera des modèles source-récepteur et fournira aux organismes compétents des données pour évaluer les répercussions
des polluants nocifs sur la santé humaine;
— étudiera les répercussions des polluants nocifs en vue de formuler, pour la province, de nouvelles normes et lignes directrices et de nouveaux objectifs.
Result 10
Objectif 10
An understanding of the ecological and human health risks of
priority chemicals.
Comprendre les risques que représentent pour l’environnement
et la santé humaine les produits chimiques d’intérêt prioritaire.
Canada and Ontario will:
— Research the environmental and human health impacts of
substances of potential concern; and
— Research the sources of these substances and examine options
for reducing their release into the environment.
Le Canada et l’Ontario :
— étudieront les répercussions des substances potentiellement
préoccupantes sur l’environnement et sur la santé humaine;
— étudieront les sources de ces substances et examineront les
options qui s’offrent pour réduire leur libération dans
l’environnement.
IV Management and Administration
IV Gestion et administration
Effective implementation and management of this Annex will
ensure progress and consistency in decision making, monitoring,
La mise en œuvre et l’administration efficaces de la présente
annexe permettront d’assurer l’avancement et la cohérence de la
Le 27 juillet 2002
communications and reporting, as well as clarity in government
leadership pursuant to this Annex.
To manage the delivery of the results and commitments under
this Annex, the Parties will establish Annex Management Leads.
The Leads will report to, and receive direction from, the Management Committee. The Leads will be a director-level representative of Environment Canada and a director-level representative
of Ministry of the Environment. The Parties will provide resources needed for the management of the Annex jointly and
equally.
The Harmful Pollutants Annex Management Leads will:
— Develop and coordinate implementation of a multi-year work
plan, to be updated annually by June 1. Within 12 months of
this Annex coming into effect, the work plan will be submitted to the Management Committee for review and approval.
The work plan will describe the activities and deliverables of
each contributing agency in relation to the specific results and
commitments articulated within the Annex. In preparing work
plans, every effort will be made to maximize the integration
of activities of contributing departments, ministries and agencies in order to ensure a coordinated and cooperative
approach;
— Annually, by June 1, update the multi-year work plan and
prepare progress reports for review and approval by the Management Committee; and
— Liaise with other departments/ministries/agencies to ensure
that those departments/ministries/agencies are aware of the
goals, priorities and strategies of the Agreement, and to the
maximum extent, incorporate these into agency planning.
Gazette du Canada Partie I
2359
prise de décision, de la surveillance, des communications et de la
reddition de comptes, et d’établir clairement le leadership du
gouvernement selon les termes de la présente annexe.
Pour administrer la communication des résultats et donner suite
aux engagements pris en vertu de la présente annexe, les parties
désigneront les responsables de la gestion de l’annexe, qui relèveront et recevront des directives du comité de gestion. Ces responsables seront un représentant au niveau de la direction
d’Environnement Canada et un représentant au niveau de la direction du ministère de l’Environnement de l’Ontario. Conjointement et à titre de partenaires égaux, le Canada et l’Ontario fourniront les ressources nécessaires à la gestion de l’annexe.
Les responsables de la gestion de l’annexe relative aux polluants nocifs auront les fonctions suivantes :
— dresser un plan de travail pluriannuel, qui sera mis à jour chaque année le 1er juin, et en coordonner la mise en œuvre. Dans
les 12 mois suivant l’entrée en vigueur de la présente annexe,
ce plan de travail sera soumis au comité de gestion pour examen et approbation. On y décrira les activités et les résultats
escomptés de chaque organisme participant en ce qui a trait
aux objectifs et aux engagements particuliers articulés dans la
présente annexe. Lors de la préparation des plans de travail,
tous les efforts seront faits pour intégrer au maximum les activités des organismes et des ministères participants afin
d’assurer une démarche concertée et coopérative;
— le 1er juin de chaque année, mettre à jour le plan de travail
pluriannuel et préparer les rapports d’étape qui seront soumis
à l’examen et à l’approbation du comité de gestion;
— assurer la liaison avec les autres ministères et organismes pour
faire en sorte qu’ils connaissent les buts, les priorités et les
stratégies de l’Accord et, dans la plus large mesure possible,
les intègrent à leur planification.
V Definitions
V Définitions
Criteria Air Pollutants
— Nitrogen Oxides (NOx), Volatile Organic Compounds
(VOCs), Sulpur Dioxide (SO2), particulate matter less than
10 microns (PM10), particulate matter less than 2.5 microns
(PM2.5).
Principaux polluants atmosphériques
— Oxydes d’azote (NOx), composés organiques volatils (COV),
dioxyde de soufre (SO2), particules de moins de 10 microns
(PM10), particules de moins de 2,5 microns (PM2,5).
Discharge
— Refers to a release of a substance directly or indirectly into a
water body.
Rejet
— Libération d’une substance directement ou indirectement dans
un plan d’eau.
Emission
— Refers to a release of a substance to the air.
Émission
— Libération d’une substance dans l’air.
Harmful Pollutants
— Are those substances having a deleterious impact on the
health/functioning of the Basin Ecosystem. The harmful pollutants are substances on the Tier I and Tier II substance list,
as well as the Criteria Air Pollutants.
Polluants nocifs
— Substances ayant un effet préjudiciable sur la santé ou le
fonctionnement de l’écosystème du Bassin. Dans la présente
annexe, les polluants nocifs désignent les substances figurant
sur la liste des substances des niveaux I et II, de même que les
principaux polluants atmosphériques.
Loading
— Refers to the amount (concentration x flow) of a substance
being emitted or discharged.
Charge
— Désigne la quantité (concentration x débit) d’une substance
émise ou rejetée.
Release
— Refers to an air emission or aqueous discharge, depending on
the context.
Libération
— Émission d’une substance dans l’air ou son rejet dans l’eau,
selon le contexte.
Source-Receptor Models
— Computer or mathematical models that predict how sources of
pollution are distributed in the environment and what risk that
Modèles source-récepteur
— Modèles informatiques ou mathématiques qui prédisent comment les sources de pollution sont réparties dans le milieu et
2360
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
they pose to the receptor, which could be humans, animals,
water quality, etc.
quels risques ils présentent pour les récepteurs, dont peuvent
faire partie les être humains, les animaux, la qualité de l’eau,
etc.
Tier I
— Includes the 11 critical pollutants identified by the International Joint Commission, plus critical pollutants identified in
the Niagara River and lake Ontario Toxic Management Plans
and the Lake Superior Binational Program. Tier I pollutants
are targeted for virtual elimination. The Tier I listing includes:
Substances de niveau I
— Ces substances englobent les 11 polluants critiques identifiés
par la Commission mixte internationale, plus certains autres
polluants critiques identifiés dans les plans de gestion des
substances toxiques dans la rivière Niagara et le lac Ontario,
et dans le Programme binational du lac Supérieur. On vise
l’élimination virtuelle des polluants de niveau I. Ces polluants
sont les suivants :
Aldrin/dieldrin*
Alkyl-lead*
Benzo(a)pyrene
PCBs
Chlordane*
DDT*
Hexachlorobenzene
Mercury
Mirex*
Octachlorostyrene
PCDD (dioxins)
PCDF (furans)
Toxaphene*
Aldrin/dieldrin*
Alkylplomb*
Benzo(a)pyrène
BPC
Chlordane*
DDT*
PCDD (dioxines)
Hexachlorobenzène PCDF (furannes)
Mercure
Toxaphène*
Mirex*
Octachlorostyrène
Note: * denotes substances that are no longer being used or
released in Ontario.
Note : * désigne les substances qui ne sont plus utilisées ou
rejetées en Ontario.
Tier II
— Includes substances identified as having the potential for
causing widespread impacts, or have already caused local adverse impacts on the Great Lakes environment. The Tier II
listing includes:
Substances de niveau II
— Ces substances englobent les substances identifiées comme
ayant le potentiel de causer des impacts globaux, ou ayant
déjà causé localement des effets indésirables dans le milieu
des Grands Lacs. Ces substances sont les suivantes :
Anthracene
Dinitropyrene
Cadmium
Hexachlorocyclohexane
1,4′-dichlorobenzene
4,4″-methylnebis(2-chloraniline)
3,3′-dichlorobenzene
Pentachlorophenol
Tributyl tin
Plus 17 PAHs as a group, including but not limited to:
Benz(a)anthracene
Perylene
Benzo(b)fluoranthene
Phenanthrene
Benzo(g,h,i)perylene
Anthracène
Dinitropyrène
Cadmium
Hexachlorocyclohexane
1,4′-dichlorobenzène
4,4″-méthylnebis(2-chloraniline)
3,3′-dichlorobenzène
Pentachlorophénol
Tributylétain
Plus 17 HAP en tant que groupe, y compris, mais de façon non
limitative :
Benz(a)anthracène
Pérylène
Benzo(b)fluoranthène
Phénanthrène
Benzo(g,h,i)pérylène
Virtual Elimination
— Means that there is “no measurable release” of a substance to
the environment.
Élimination virtuelle (ou quasi totale)
— Signifie qu’il n’y a « aucune libération mesurable » d’une
substance donnée dans l’environnement.
Lakewide Management Annex to the CanadaOntario Agreement Respecting the Great Lakes
Basin Ecosystem
Annexe sur l’aménagement panlacustre de
l’Accord Canada-Ontario concernant l’écosystème
du bassin des Grands Lacs
I Preamble
To achieve the Agreement’s vision of a healthy, prosperous
and sustainable Great Lakes Basin Ecosystem, it is necessary to
establish collaborative management and decision-making processes in both Canada and the United States that address lakespecific ecological impairments.
Although they form an interconnected system, the Great Lakes
and Lake St. Clair each have their own unique physical, biological, chemical, geographical and surrounding land use characteristics, which are reflected in their ecosystem management
challenges.
Binational federal-provincial-state collaborative management
among jurisdictions is the means by which lakewide challenges
I Préambule
Pour donner suite à la vision d’un écosystème sain, prospère et
durable dans le bassin des Grands Lacs prônée par l’Accord, il est
nécessaire de mettre en place, tant au Canada qu’aux États-Unis,
des processus concertés d’aménagement et de prise de décision
qui s’attaquent aux problèmes écologiques propres à chaque lac.
Bien qu’ils forment un réseau interrelié, les Grands Lacs et le
lac Sainte-Claire présentent chacun des caractéristiques physiques, biologiques, chimiques, géographiques et d’utilisation des
terres environnantes qui leur sont propres et qui se reflètent dans
les défis que pose l’aménagement de leur écosystème.
Pour relever ces défis panlacustres, on a institué une gestion
binationale concertée entre les instances fédérales, provinciales et
Le 27 juillet 2002
are addressed. The ultimate goal is to “restore the chemical,
physical and biological integrity of the Great Lakes ecosystem”,
or more specifically, to address a variety of ecological and human
use impairments caused by stresses such as harmful pollutants,
habitat loss, nutrient loadings and nuisance invasive species.
Gazette du Canada Partie I
2361
The management programs for each of the lakes are in different
stages of development, but they generally share the same
methodology.
Human health risks transcend all the lakes and are addressed in
the Harmful Pollutants Annex.
des États. L’objectif ultime est de « restaurer l’intégrité chimique,
physique et biologique de l’écosystème des Grands Lacs » ou, de
façon plus précise, de régler divers problèmes écologiques et de
dégradation des utilisations humaines causés par des facteurs de
stress comme les polluants nocifs, la perte d’habitat, la charge en
engrais chimiques et les espèces envahissantes nuisibles.
Les programmes d’aménagement de chaque lac en sont à différentes étapes de leur mise en œuvre, mais ils partagent en général
la même méthodologie.
Les risques pour la santé humaine, communs à tous les lacs,
sont abordés dans l’annexe sur les polluants nocifs.
II Goals
II Buts
The Parties have identified three goals for the next five years,
which demonstrate progress towards establishing collaborative
management and decision-making processes on planning and
decision-making in both Canada and the United States that address lake-specific ecological impairments. They are:
1. Clearly understanding the environmental problems and
causes of ecological impairment;
2. Reaching consensus on and having broad-based support for
direction and priority actions for environmental restoration,
protection and conservation; and
3. Making progress on habitat restoration, conservation and
protection and reducing the impact of harmful pollutants with a
lake-by-lake focus.
Les parties signataires se sont fixé, pour une période de cinq
ans, trois buts qui devraient témoigner des progrès accomplis
dans la mise en place, tant au Canada qu’aux États-Unis, de processus concertés d’aménagement, de prise de décision et de planification qui s’attaquent aux problèmes écologiques propres à chaque lac. Ces buts sont les suivants :
1. bien comprendre les problèmes environnementaux et les
causes de la dégradation de l’environnement;
2. atteindre un consensus et susciter un large appui au sujet de
l’orientation et des mesures prioritaires de restauration, de conservation et de protection de l’environnement;
3. améliorer la restauration et la protection de l’habitat et réduire l’impact des polluants nocifs au moyen d’une démarche
propre à chaque lac.
III Results
III Objectifs
Taking Action
Agir
The Parties will address lake-specific Ecosystem quality and
beneficial use impairments by achieving:
Les parties signataires s’attaqueront aux problèmes de la dégradation de la qualité des écosystèmes et des utilisations bénéfiques propres à chaque lac. À cette fin, elles viseront les objectifs
suivants :
Result 1
Objectif 1
Reductions in the release of harmful pollutants on a lake-bylake basis.
Réduire la libération des polluants les plus nocifs dans chaque
lac.
Canada and Ontario will:
— Implement actions called for in the binational Lakewide Management Plans (LaMPs) for lakes Superior, Ontario and Erie;
— Identify point and non-point sources of pollution to each lake
and its contributing watersheds;
— Identify sites outside Areas of Concern (AOCs) that have
contaminated sediments that act as sources of harmful pollutants and develop sediment management strategies;
— Develop methods and provide support for watershed
management;
— Provide financial assistance for the adoption of environmentally sound farm management practices;
— Conduct specific watershed investigations focussed on identifying sources of LaMP critical pollutants in Lakes Ontario,
Erie, Huron, St. Clair and Superior;
— Lead the development of binational Lakewide Management
Plans for Lakes Superior, Erie and Ontario and develop initiatives for Lakes Huron and St. Clair; and
— Promote achievement of Binational Toxics Strategy targets.
Le Canada et l’Ontario :
— prendront les mesures recommandées dans les plans d’aménagement panlacustre (PAP) binationaux pour les lacs Supérieur, Ontario et Érié;
— identifieront les sources de pollution ponctuelles et non
ponctuelles dans chaque lac et dans les bassins de drainage
qui l’alimentent;
— identifieront les sites extérieurs aux secteurs préoccupants
(SP) dont les sédiments contaminés agissent comme sources
de polluants nocifs, et élaboreront des stratégies de gestion
des sédiments;
— mettront au point des méthodes pour l’aménagement des bassins hydrographiques et apporteront leur soutien;
— fourniront une aide financière pour l’adoption de pratiques
écologiques de gestion agricole;
— mèneront des enquêtes ciblées visant à identifier les sources
de polluants critiques énumérées par les PAP dans les lacs
Ontario, Érié, Huron, Sainte-Claire et Supérieur;
— dirigeront l’élaboration de plans d’aménagement panlacustre
binationaux pour les lacs Supérieur, Érié et Ontario, et élaboreront des initiatives pour les lacs Huron et Sainte-Claire;
— encourageront l’atteinte des objectifs fixés par la Stratégie
binationale des substances toxiques.
2362
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Canada will:
— Undertake education and public outreach campaigns to engage local communities/municipalities in reducing emissions
of contaminants to air; and
— Implement the Canada Shipping Act and the International
Conventions of the International Maritime Organization to
prevent ship source pollution.
Le Canada :
— entreprendra des campagnes d’éducation publique et de sensibilisation afin d’amener les collectivités et les municipalités
locales à réduire leurs émissions de contaminants dans l’air;
— mettra en œuvre la Loi sur la marine marchande et les conventions de l’Organisation maritime internationale pour empêcher la pollution causée par les navires.
Ontario will:
— Use regulatory and voluntary measures to reduce the use,
discharge or emission of LaMP critical pollutants by key facilities in each lake; and
— Develop a nutrient management policy framework and a
monitoring program to control land application of sewage biosolids, septage and pulp and paper biosolids.
L’Ontario :
— adoptera des mesures réglementaires et volontaires afin de
réduire l’utilisation, le rejet ou l’émission des polluants critiques énumérés dans les PAP à partir des principales installations dans chaque lac;
— élaborera un cadre stratégique de gestion des engrais chimiques et un programme de surveillance pour contrôler l’épandage de biosolides d’égouts, de boues de fosses septiques et
de biosolides de pâtes et papiers.
Result 2
Objectif 2
Rehabilitated, conserved and protected fish and wildlife habitats and protected areas.
Remettre en état, conserver et préserver l’habitat du poisson et
de la faune et les aires protégées.
Canada and Ontario will:
— Advance implementation efforts related to fish and wildlife
habitats identified in Lakewide Management Plans;
— Develop and implement habitat restoration, protection and
conservation strategies for lakes Ontario, Erie, St. Clair and
Huron, and implement Lake Superior’s habitat strategy;
— Implement measures to address erosion and pesticide use in
priority watersheds;
— Use conservation easements and other tools to secure ecologically significant lands and areas requiring protection;
— Implement the Great Lakes Wetlands Conservation Action
Plan;
— Monitor water quantity changes in the Great Lakes to determine their ecological impact;
— Develop technologies to rehabilitate habitat and remediate
sediment; and
— Begin to establish a viable and representative Great Lakes
protected areas network.
Le Canada et l’Ontario :
— poursuivront les efforts de mise en valeur concernant l’habitat
du poisson et de la faune énumérés dans les plans d’aménagement panlacustre;
— élaboreront et mettront en œuvre des stratégies de restauration, de protection et de conservation de l’habitat dans les lacs
Ontario, Érié, Sainte-Claire et Huron, et mettront en œuvre la
stratégie sur l’habitat du lac Supérieur;
— adopteront des mesures dans les bassins prioritaires afin de
s’attaquer aux problèmes causés par l’érosion et l’utilisation
de pesticides;
— recourront à des servitudes de conservation et à d’autres outils
pour protéger les sites importants sur le plan écologique et les
aires nécessitant une protection;
— mettront à exécution le Plan d’action en matière de conservation des terres humides des Grands Lacs;
— surveilleront les changements dans la quantité d’eau dans les
Grands Lacs afin d’en déterminer les impacts écologiques;
— mettront au point des techniques pour restaurer l’habitat et
décontaminer les sédiments;
— commenceront la création d’un réseau viable et représentatif
des aires protégées dans les Grands Lacs.
Canada will:
— Expand capability and develop new collaborative arrangements to protect fish habitat; and
— Work towards identifying and designating National Marine
Conservation Areas along with other stakeholders in the Great
Lakes.
Le Canada :
— accroîtra sa capacité de protéger l’habitat du poisson et formera de nouvelles ententes de collaboration pour protéger
l’habitat du poisson;
— déterminera et désignera des aires nationales de conservation
maritime en collaboration avec d’autres intervenants préoccupés par l’état des Grands Lacs.
Ontario will:
— Incorporate lake objectives for fish and wildlife beneficial
uses into other initiatives such as Great Lakes Heritage Coast
and Fisheries Plans.
L’Ontario :
— intégrera les objectifs pour les utilisations bénéfiques du poisson et des espèces sauvages des lacs à d’autres comme le Littoral du patrimoine des Grands Lacs et les Plans de pêche des
Grands Lacs.
Result 3
Objectif 3
Reduced entry and spread of non-native invasive species.
Réduire la pénétration et la propagation des espèces exotiques
envahissantes.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2363
Canada and Ontario will:
— Research the impacts of non-native invasive species.
Le Canada et l’Ontario :
— étudieront les incidences des espèces exotiques envahissantes.
Canada will:
— Research new methods for treating ballast water residues;
— Implement the Sea Lamprey Control Program;
— Research alternative technologies to lampricide; and
— Develop a Canada/United States harmonized regulation for
the management of ballast water.
Le Canada :
— évaluera les nouvelles méthodes de traitement des résidus des
eaux de ballast;
— mettra en œuvre le Programme de lutte contre la lamproie
marine;
— examinera des techniques autres que le recours aux
lampricides;
— élaborera un règlement harmonisé Canada—États-Unis pour
la gestion de l’eau de ballast.
Ontario will:
— Develop educational materials aimed at reducing the risk of
spreading non-native invasive species; and
— Through commitment to the Great Lakes Fishery Commission’s Joint Strategic Great Lakes Fisheries Management
Plan, continue to provide advice on the effectiveness of the
Sea Lamprey Control Program.
L’Ontario :
— mettra au point du matériel éducatif visant à réduire les risques de propagation des espèces envahissantes nuisibles;
— par le truchement du Plan stratégique de gestion des pêches de
la Commission des pêcheries des Grands Lacs, continuera de
fournir conseils et avis sur l’efficacité du Programme de lutte
contre la lamproie marine.
Sharing Responsibility
Partage des responsabilités
The Parties will foster a culture of shared responsibility by
achieving:
Les parties signataires préconiseront une culture de responsabilité partagée. À cette fin, elles viseront les objectifs suivants :
Result 4
Objectif 4
Reduced human health risk from contaminants in the Great
Lakes.
Réduire les risques que présentent les contaminants des Grands
Lacs pour la santé humaine.
Canada and Ontario will:
— Develop and deliver education and outreach materials to
communicate to the public, especially high-risk populations,
methods of minimizing exposure to harmful pollutants.
Le Canada et l’Ontario :
— élaboreront et diffuseront du matériel d’éducation et de sensibilisation dans le but de faire connaître au public, et en particulier aux populations à haut risque, les façons de réduire au
minimum l’exposition aux polluants nocifs.
Canada will:
— Establish and facilitate the work for a Public Health Network
in the Basin.
Le Canada :
— lancera et appuiera les travaux en vue de créer un réseau de
santé publique dans le Bassin.
Result 5
Objectif 5
Collaboration between government, organizations and Basin
residents.
Instituer une collaboration entre le gouvernement, les organismes et les habitants du Bassin.
Canada and Ontario will:
— Provide technical support to improve stormwater management
and nutrient management;
— Provide funding and consultation opportunities to enhance the
implementation of LaMPs;
— Produce outreach materials and use technology transfer tools
to encourage environmental citizenship initiatives such as rehabilitating fish and wildlife habitats, establishing viable and
representative protected areas networks, and, pollution
prevention;
— Develop and implement pollution prevention plans and
performance-based
agreements
with
industry
and
municipalities;
— Provide technical support to the Ontario agricultural and rural
community to implement sustainable farm practices; and
— Strengthen binational collaboration for implementing cooperative programs and other measures that facilitate meeting
the desired outcomes of the GLWQA.
Le Canada et l’Ontario :
— fourniront un soutien technique en vue d’améliorer le traitement des eaux pluviales et la gestion des engrais chimiques;
— fourniront un financement et offriront des services de consultation afin d’améliorer la mise en œuvre des PAP;
— produiront du matériel éducatif et utiliseront le transfert de
technologies pour promouvoir les projets d’écocivisme,
comme la restauration des habitats du poisson et de la faune,
la création de réseaux viables et représentatifs d’aires protégées, la prévention de la pollution, etc.;
— dresseront et mettront en œuvre des plans de prévention de la
pollution et concluront avec l’industrie et les municipalités
des ententes axées sur le rendement;
— fourniront un soutien technique au milieu agricole et rural de
l’Ontario pour mettre en œuvre des pratiques agricoles écologiques durables;
— renforceront la collaboration binationale en vue de mettre en
œuvre des programmes de collaboration et d’autres mesures
qui faciliteront l’atteinte des résultats souhaités par
l’ARQEGL.
2364
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Enhancing Knowledge
The Parties will ensure that essential knowledge is available to
make informed decisions in each lake by achieving:
Accroissement des connaissances
Les parties signataires verront à ce que les connaissances essentielles soient disponibles pour prendre des décisions éclairées
relativement à chaque lac. À cette fin, elles viseront les objectifs
suivants :
Result 6
Improved scientific understanding of the fate and effects of
harmful pollutants and the causes of ecological impairments for
each lake.
Objectif 6
Accroître les connaissances scientifiques sur le sort et les effets
des polluants nocifs et sur les causes des dégradations écologiques dans chaque lac.
Canada and Ontario will:
— Provide financial assistance for research by academia.
Le Canada et l’Ontario :
— financeront les recherches effectuées par les universités.
Canada will:
— Research the sources of contamination including contaminated sediments;
— Develop scientifically defensible indicators for measuring
progress;
— Develop methods to classify habitats and evaluate their
quality;
— Research the sources, fate, effects and response of the Ecosystem to contaminants including in-use pesticides;
— Research the effects of endocrine disrupting substances on
environmental health; and
— Research the effects of pesticides on biodiversity in protected
areas, agricultural and forestry systems.
Le Canada :
— étudiera les sources de contamination, y compris les sédiments contaminés;
— mettra au point des indicateurs scientifiquement étayés pour
mesurer les progrès accomplis;
— mettra au point des méthodes pour classer les habitats et en
évaluer la qualité;
— étudiera les sources, le sort et les effets des contaminants, y
compris les pesticides actuellement utilisés, sur les écosystèmes, de même que la réaction de ces écosystèmes;
— étudiera les effets des perturbateurs endocriniens sur l’hygiène
du milieu;
— étudiera les effets des pesticides sur la biodiversité dans les
aires protégées et les systèmes agricoles et forestiers.
Ontario will:
— Undertake and encourage research in support of LaMP information needs. including food web modelling, habitat supply
analysis, understanding the impacts of non-native invasive
species and watershed Ecosystems.
L’Ontario :
— effectuera et encouragera des recherches pour répondre aux
besoins d’information des PAP, dont la modélisation de la
chaîne trophique, l’analyse des habitats disponibles, l’étude
des impacts des espèces exotiques envahissantes et des écosystèmes des bassins hydrographiques.
Result 7
Objectif 7
Coordinated and integrated monitoring for scientific interpretative reporting, decision-making and reporting on progress.
Assurer une surveillance concertée et intégrée en vue de la
communication des données scientifiquement interprétées, de la
prise de décision et de la reddition de comptes sur les progrès
accomplis.
Canada and Ontario will:
— Participate in the LaMP working groups to develop and implement a monitoring and reporting strategy that enables
lakewide federal and provincial working groups to report on
progress and determine the effectiveness of related management and partner actions.
Le Canada et l’Ontario :
— participeront à des groupes de travail des PAP pour élaborer et
mettre en œuvre une stratégie de surveillance et de reddition
de comptes qui permettrait aux groupes de travail fédéraux et
provinciaux panlacustres de rendre compte des progrès et de
déterminer l’efficacité des mesures de gestion et de partenariat
connexes.
Canada will:
— Lead the development of binational monitoring plans for lakes
Ontario, Erie, Superior and Huron;
— Monitor ambient environmental quality in open waters and
connecting channels including lake St. Clair;
— Monitor precipitation for contaminants and conventional pollutants at selected locations;
— Monitor environmental conditions and remediation activities
at federal harbours and ports;
— Monitor the health of coastal wetlands;
— Monitor trends in contaminants in selected wildlife populations (e.g. Herring Gull Monitoring Program); and
— Monitor contaminant trends in the Great Lakes’ fish.
Le Canada :
— dirigera l’élaboration de plans binationaux de surveillance
dans les lacs Ontario, Érié, Supérieur et Huron;
— surveillera la qualité du milieu ambiant dans les eaux libres et
les voies interlacustres, y compris le lac Sainte-Claire;
— surveillera les concentrations de contaminants et de polluants
classiques dans les précipitations à des endroits choisis;
— surveillera les conditions environnementales et les mesures
correctives entreprises dans les ports de compétence fédérale;
— surveillera la santé des milieux humides riverains;
— suivra les tendances des concentrations de contaminants dans
des populations fauniques choisies (par exemple, le Programme de surveillance des œufs du goéland argenté);
— suivra l’évolution des concentrations de contaminants dans les
poissons des Grands Lacs.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2365
Ontario will:
— Provide technical support for binational monitoring on lakes
Ontario, Erie and Superior;
— Monitor water and sediment quality nearshore areas, connecting channels and tributaries;
— Monitor contaminants in nearshore biota;
— Ensure monitoring of point source air emissions and water
discharges;
— Monitor population status of fish and wildlife;
— Monitor the impact and status of non-native invasive species;
and
— Monitor natural heritage systems.
L’Ontario :
— fournira un soutien technique pour la surveillance binationale
des lacs Ontario, Érié et Supérieur;
— surveillera la qualité des eaux et des sédiments dans les aires
littorales, les voies interlacustres et les affluents;
— surveillera les concentrations de contaminants dans le biote
littoral;
— surveillera les émissions atmosphériques et les rejets d’eau
ponctuels;
— surveillera l’état des populations de poissons et d’espèces
sauvages;
— surveillera l’impact et l’état des espèces envahissantes non
indigènes;
— surveillera les systèmes normaux d’héritage.
IV Management and Administration
IV Gestion et administration
Effective implementation and management of this Annex will
ensure progress and consistency in decision making, monitoring,
communications and reporting, as well as clarity in government
leadership pursuant to this Annex.
La mise en œuvre et l’administration efficaces de la présente
annexe permettront d’assurer l’avancement et la cohérence de la
prise de décision, de la surveillance, des communications et de la
reddition de comptes, et d’établir clairement le leadership du
gouvernement selon les termes de la présente annexe.
Pour administrer la communication des résultats et donner suite
aux engagements pris en vertu de la présente annexe, les parties
mettront sur pied un sous-comité des annexes sur les SP et
l’aménagement panlacustre, qui relèvera et recevra des directives
du comité de gestion.
Le sous-comité sera coprésidé par un représentant au niveau de
la direction de l’Ontario et un représentant au niveau de la direction du Canada. Il sera composé de représentants des ministères et
des organismes des parties chargées de donner suite aux engagements et d’atteindre les objectifs fixés dans l’annexe.
Conjointement et à titre de partenaires égaux, les parties signataires financeront le fonctionnement du sous-comité des annexes sur les SP et l’aménagement panlacustre.
Le sous-comité des annexes sur les SP et l’aménagement panlacustre aura les fonctions suivantes :
— dresser un plan de travail pluriannuel et en coordonner la mise
en œuvre dans les 12 mois suivant l’entrée en vigueur de la
présente annexe. Ce plan de travail sera soumis au comité de
gestion pour examen et approbation. On y décrira les activités
et les résultats escomptés de chaque organisme participant en
ce qui a trait aux objectifs et aux engagements particuliers articulés dans la présente annexe. Lors de la préparation des
plans de travail, tous les efforts seront faits pour intégrer au
maximum les activités des organismes et ministères participants afin d’assurer une façon de procéder concertée et coopérative;
— le 1er juin de chaque année, mettre à jour le plan de travail
pluriannuel et préparer les rapports d’étape qui seront soumis
à l’examen et à l’approbation du comité de gestion;
— mettre sur pied des équipes spécifiques (par exemple, sur les
sédiments, l’habitat, les sources non ponctuelles) en fonction
des besoins des SP ou de l’aménagement panlacustre. Ces
équipes relèveront du sous-comité des annexes sur les SP et
l’aménagement panlacustre.
To manage the delivery of the results and commitments under
this Annex, the Parties will establish an AOC/Lakewide Annex
Management Subcommittee. The Subcommittee will report to,
and receive direction from, the Management Committee.
The Subcommittee will be co-chaired by a director-level representative of Ontario and a director-level representative of Canada.
It will be comprised of representatives of those departments,
ministries and agencies of the Parties responsible for the delivery
of commitments and the achievement of the Annex oals.
The Parties will provide resources for the operation of the
AOC/Lakewide Annex Management Subcommittee jointly and
equally.
The AOC/Lakewide Annex Management Subcommittee will:
— Develop and coordinate implementation of a multi-year work
plan within 12 months of this Annex coming into effect. The
work plan will be submitted to the Management Committee
for review and approval. The work plan will describe the activities and deliverables of each contributing agency in relation to the specific results and commitments articulated within
the Annex. In preparing work plans, every effort will be made
to maximize the integration of activities of contributing departments, ministries and agencies in order to ensure a coordinated and cooperative approach;
— Annually, by June 1, submit the multi-year work plan and
prepare progress reports for review and approval by the Management Committee; and
— Establish issue teams, as needed (e.g., sediment, habitat, non
point source) that serve the AOCs or Lakewide needs. These
issue teams will report to the AOC/Lakewide Management
Subcommittee.
V Definitions
V Définitions
Beneficial Use
— The ability of living organisms to use the Great Lakes Basin
Ecosystem without adverse consequence (includes the 14 uses
identified in Annex 2 of the GLWQA).
Utilisation bénéfique
— Capacité des organismes vivants d’utiliser l’écosystème du
Bassin sans effets néfastes (comprend les 14 utilisations énumérées à l’annexe 2 de l’ARQEGL).
2366
Canada Gazette Part I
July 27, 2002
Great Lakes Wetlands Conservation Action Plan
— The Great Lakes Wetlands Conservation Action Plan
(GLWCAP) was established to protect and rehabilitate coastal
wetlands in the lower Great Lakes. The Action Plan is a collaborative plan among federal and provincial governments
and non-governmental organizations.
Plan d’action en matière de conservation des terres humides
des Grands Lacs
— Plan adopté pour protéger et remettre en état les milieux humides riverains des Grands Lacs inférieurs. Il s’agit d’un plan
de collaboration entre les gouvernements fédéral et provincial
et les organisations non gouvernementales.
Habitat Strategy
— A strategy to assure the long-term sustainability of habitat
necessary to support Great Lakes fish communities as well as
healthy aquatic Ecosystems overall.
Stratégie sur l’habitat
— Stratégie visant à garantir la durabilité à long terme de
l’habitat nécessaire aux communautés de poissons des Grands
Lacs et au maintien d’écosystèmes aquatiques sains en
général.
Sea Lamprey Control Program
— Sea lampreys are a parasitic non-native invasive species that
has had an enormous negative impact on the Great Lakes fishery. Integrated sea lamprey management includes lampricide
control, construction of barriers in streams to deny sea lampreys’ entry, and an experimental program to reduce spawning success by releasing sterilized male sea lampreys.
Programme de lutte contre la lamproie marine
— La lamproie de mer est une espèce exotique envahissante parasite qui a eu un impact négatif énorme sur la pêche dans les
Grands Lacs. La gestion intégrée de la lamproie de mer prévoit le recours aux lampricides, la construction de barrages
dans les cours d’eau pour empêcher les lamproies de mer d’y
pénétrer ainsi que la mise sur pied d’un programme expérimental visant à freiner le frai par la libération de lamproies
mâles stérilisées.
Monitoring and Information Management
Annex to the Canada-Ontario Agreement
Respecting the Great Lakes Basin Ecosystem
Annexe sur la surveillance et la gestion de
l’information de l’Accord Canada-Ontario
concernant l’écosystème du bassin des
Grands Lacs
I Preamble
To achieve the Agreement’s vision of a healthy, prosperous
and sustainable Great Lakes Basin Ecosystem, it is necessary that
governments, organizations, and Basin residents have access to
accurate information regarding trends in environmental quality.
Monitoring helps to detect and characterize emerging issues as
well as historic issues requiring additional management.
I Préambule
Pour donner suite à la vision d’un écosystème sain, prospère et
durable dans le bassin des Grands Lacs préconisée par l’Accord,
il est essentiel que les gouvernements, les organisations et les
habitants du Bassin aient accès à l’information exacte concernant
les tendances de la qualité de l’environnement. La surveillance
aide à déceler et à caractériser les problèmes émergents de même
que les problèmes historiques nécessitant une gestion
supplémentaire.
Aucune organisation n’a à elle seule le mandat ou la capacité
d’étudier l’état des Grands Lacs dans sa totalité. Toutefois, plusieurs services, organismes et particuliers recueillent, analysent et
communiquent systématiquement des données sur certaines parties de l’écosystème. Il importe de s’entendre sur une compréhension, un vocabulaire, des normes et des protocoles communs pour
rendre compte de manière significative de la façon dont les engagements relatifs à la surveillance sont respectés, évaluer les progrès accomplis dans la poursuite des objectifs environnementaux
et définir les mesures appropriées.
Chaque annexe prévoit la mise en œuvre de plans de surveillance concertés et référencés. Les parties désignées dans chaque annexe seront chargées d’assurer la concordance entre les
activités de surveillance, de reddition de comptes et d’échange
d’informations prévues par les annexes.
Les programmes de surveillance administrés en vertu de
l’Accord font partie d’un ensemble plus vaste de programmes de
surveillance des Grands Lacs adoptés par les parties. Les besoins
détaillés concernant la gestion de l’information dans le cadre de
l’Accord restent à définir et on étudie à cette fin les nouvelles
technologies et les nouveaux systèmes.
No one organization has the mandate or ability to examine the
state of the Great Lakes in its entirety. However, several agencies,
organizations and individuals routinely collect data, analyze them
and report on parts of the Ecosystem. Common understanding,
vocabulary, standards and protocols are all prerequisites for reporting meaningfully on how monitoring commitments are being
met, to track progress in achieving environmental objectives, and
to define appropriate actions.
Coordinated and cross-referenced monitoring plans are to be
implemented under the respective Annexes. Responsibility for
ensuring compatibility among Annex monitoring activities, reporting and sharing of collected information will reside with the
appropriate parties to each Annex.
The monitoring programs managed under the Agreement are a
subset of the fuller range of Great Lakes monitoring programs
undertaken by the parties. The complete needs pertaining to information management under the Agreement remain to be defined
as new technology and systems are investigated.
II Goals
The Parties have identified two goals for the next five years
that will ensure governments, organizations, and Basin residents
have access to accurate information regarding trends in environmental quality. They are:
II Buts
Le Canada et l’Ontario se sont fixé, sur une période de cinq
ans, deux buts qui feront en sorte que les gouvernements, les organisations et les habitants du Bassin aient accès à de
l’information exacte concernant les tendances de la qualité de
l’environnement. Ces buts sont les suivants :
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
2367
— Coordinated and efficient federal/provincial scientific monitoring; and
— An information management system for tracking environmental change and progress.
— surveillance scientifique fédérale-provinciale concertée et
efficace;
— un système de gestion de l’information pour le suivi des changements environnementaux et des progrès accomplis.
III Results
III Objectifs
The Parties will ensure accurate and timely information on environmental progress by achieving:
Les parties signataires verront à fournir une information exacte
et pertinente sur l’évolution de l’environnement. À cette fin, ils
viseront les objectifs suivants :
Result 1
Objectif 1
Responsive and comprehensive monitoring programs.
Mettre sur pied des programmes de surveillance adaptés et
exhaustifs.
Canada and Ontario will:
— Develop and maintain an indexed inventory of on-going
monitoring programs and activities and track their status;
— Circulate an indexed inventory of ongoing monitoring activities to program managers through workshops, Web sites, or
through other opportunities such as the State of the Lakes
Ecosystem Conference (SOLEC);
— Identify gaps in monitoring activity as well as emerging
needs, and determine their significance; and
— Address significant gaps and needs.
Le Canada et l’Ontario :
— dresseront et tiendront à jour un relevé systématique des programmes et des activités de surveillance en cours pour en suivre l’évolution;
— feront circuler ce relevé systématique des programmes et des
activités en cours parmi les gestionnaires de programme, par
le biais d’ateliers, de sites Web ou d’autres moyens comme la
Conférence sur l’état des écosystèmes lacustres (CEEL);
— identifieront les lacunes des activités de surveillance et les
besoins émergents, et détermineront leur ampleur;
— combleront les lacunes et les besoins importants.
Result 2
Objectif 2
Scientific data and information shared among governments, organizations and Basin residents.
Échanger les données et l’information scientifique entre les
gouvernements, les organismes et les habitants du Bassin.
Canada and Ontario will:
— Organize a workshop within six months to assess existing
designs in order to propose a compatible and coherent information management system framework for the Agreement;
— Identify key contacts for administering the information management system;
— Develop and maintain the compatible and coherent information management system framework for the Agreement;
— Ensure federal and provincial information management systems for the Agreement are compatible with each other; and
— Provide public access to monitoring information through the
Internet and published reports.
Le Canada et l’Ontario :
— organiseront, dans les six mois, un atelier pour évaluer les
plans existants afin de proposer un cadre de gestion de l’information compatible et cohérent pour l’Accord;
— identifieront les principaux contacts pour l’administration du
système de gestion de l’information;
— mettront au point un cadre de gestion de l’information compatible et cohérent pour l’Accord et le tiendront à jour;
— s’assureront que les systèmes fédéraux et provinciaux de gestion de l’information sur l’Accord sont compatibles;
— mettront l’information sur la surveillance à la disposition du
public par le biais d’Internet et de rapports publiés.
Canada will:
— Ensure compatibility with current federal information management systems, e.g., Environmental Management Inventory
(EMI), Ecological Monitoring and Assessment Network
(EMAN), National Pollutant Release Inventory (NPRI) and
National Contaminants Information System (NCIS).
Le Canada :
— assurera la compatibilité avec les actuels systèmes fédéraux de
gestion de l’information, par exemple, l’Inventaire de gestion
environnementale (IGE), le Réseau d’évaluation et de surveillance écologiques (RÉSÉ), l’Inventaire national des rejets
de polluants (INRP) et le Système national d’information sur
les contaminants (SNIC).
Ontario will:
— Ensure compatibility with current provincial information
management systems, e.g., Land Information Ontario (LIO)
and Water Resources Information Project (WRIP).
L’Ontario :
— assurera la compatibilité avec les actuels systèmes provinciaux de gestion de l’information, par exemple Information
géographique Ontario (LIO) et le Projet d’information sur les
ressources en eau (WRIP).
IV Management and Administration
IV Gestion et administration
Effective implementation and management of this Annex will
ensure progress and consistency in decision making, monitoring,
communications and reporting, as well as clarity in government
leadership pursuant to this Annex.
La mise en œuvre et l’administration efficaces de la présente
annexe permettront d’assurer l’avancement et la cohérence de la
prise de décision, de la surveillance, des communications et de la
reddition de comptes, et d’établir clairement le leadership du
gouvernement selon les termes de la présente annexe.
2368
Canada Gazette Part I
To coordinate the development and delivery of work plans and
progress reports, the Parties will establish a Monitoring and Information Management Subcommittee.
The Subcommittee will report to, and receive direction from,
the Management Committee. The Subcommittee will be
co-chaired by a director-level representative of Ontario and a
director-level representative of Canada. It will be comprised of
representatives of those departments, ministries and agencies of
the Parties responsible for delivery of commitments and the
achievement of the Annex goals.
The Parties will provide resources for the operation of the
Monitoring and Information Management Subcommittee jointly
and equally.
The Monitoring and Information Management Subcommittee
will:
— Develop and coordinate implementation of a multi-year work
plan within 12 months of this Annex coming into effect. The
work plan will be submitted to the Management Committee
for review and approval. The work plan will describe the activities and deliverables of each contributing agency in relation to the specific results and commitments articulated within
the Annex. In preparing work plans, every effort will be made
to maximize the integration of activities of contributing departments, ministries and agencies in order to ensure a coordinated and cooperative approach;
— Annually, by June 1, update the multi-year work plan and
prepare progress reports for review and approval by the Management Committee; and
— Establish issue teams, (e.g., monitoring inventory, information
technology, data dissemination), as needed, that serve the
monitoring and information management needs. These issue
teams will report to the Management Subcommittee.
July 27, 2002
Pour coordonner l’élaboration et la réalisation des plans de travail et des rapports d’étape, les parties mettront sur pied un souscomité de la surveillance et de la gestion de l’information.
Le sous-comité relèvera et recevra des directives du comité de
gestion et sera coprésidé par un représentant au niveau de la direction de l’Ontario et un représentant au niveau de la direction
du Canada. Il sera composé de représentants des services et des
ministères des parties chargées de donner suite aux engagements
pris et d’atteindre les buts de l’annexe.
Conjointement et à titre de partenaires égaux, le Canada et
l’Ontario financeront le fonctionnement du sous-comité de la
surveillance et de la gestion de l’information.
Le Sous-Comité de la surveillance et de la gestion de
l’information aura les fonctions suivantes :
— dresser un plan de travail pluriannuel et en coordonner la mise
en œuvre dans les 12 mois suivant l’entrée en vigueur de la
présente annexe. Ce plan de travail sera soumis au comité de
gestion pour examen et approbation. On y décrira les activités
et les résultats escomptés de chaque organisme participant en
ce qui a trait aux objectifs et aux engagements particuliers articulés dans la présente annexe. Lors de la préparation des
plans de travail, tous les efforts seront faits pour intégrer au
maximum les activités des organismes et ministères participants afin d’assurer une démarche concertée et coopérative;
— an plus tard le 1er juin de chaque année, mettre à jour et soumettre le plan de travail pluriannuel et préparer des rapports
d’étape en vue de leur examen et de leur approbation par le
comité de gestion;
— mettre sur pied des équipes ponctuelles (par exemple, relevé
de surveillance, technologie de l’information, diffusion des
données) en fonction des besoins en matière de surveillance et
de gestion de l’information. Ces équipes relèveront du souscomité de gestion.
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
INDEX
No. 30 — July 27, 2002
(An asterisk indicates a notice previously published.)
CANADA-ONTARIO AGREEMENT RESPECTING
THE GREAT LAKES BASIN ECOSYSTEM
Environment, Dept. of the
Canada-Ontario Agreement Respecting the Great Lakes
Basin Ecosystem ........................................................... 2339
Areas of Concern Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem ..................................................................... 2346
Harmful Pollutants Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem ..................................................................... 2352
Lakewide Management Annex to the Canada-Ontario
Agreement Respecting the Great Lakes Basin
Ecosystem ..................................................................... 2360
Monitoring and Information Management Annex to the
Canada-Ontario Agreement Respecting the Great
Lakes Basin Ecosystem ................................................... 2366
COMMISSIONS
Canada Customs and Revenue Agency
Income Tax Act
Revocation of registration of charities ..............................
Canadian International Trade Tribunal
EDP hardware and software — Inquiry ............................
Industrial equipment — Inquiry........................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
*Addresses of CRTC offices — Interventions..................
Decisions
2002-188 to 2002-201 ......................................................
Public Notice
2002-37.............................................................................
2002-38 — Call for comments concerning Internet
Retransmission (Order in Council P.C. 2002-1043) .....
2002-39 — Cable capacity reports — Confidentiality of
bandwidth capacity information....................................
NAFTA Secretariat
Magnesium — Decision ...................................................
National Energy Board
Advantage Energy, Inc. — Application to export energy .
2298
2300
2301
2301
2302
2304
2304
2308
2308
2309
GOVERNMENT HOUSE
Most Venerable Order of the Hospital of St. John of
Jerusalem....................................................................... 2256
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Federal government response to comments received on
the notice of intent to recommend that precursors to
particulate matter be added to the List of Toxic
Substances under the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 .....................................................
Federal government response to comments received on
the notice of intent to recommend that ozone and its
precursors be added to the List of Toxic Substances
under the Canadian Environmental Protection Act,
1999 ..............................................................................
Notice respecting an administrative agreement between
the governments of Canada and Quebec pertaining to
the pulp and paper sector ..............................................
Permit No. 4543-2-06194 .................................................
GOVERNMENT NOTICES — Continued
Finance, Dept. of
Canada-Czech Republic Income Tax Convention Act, 2001
Entry into force of the tax convention between Canada
and the Czech Republic.................................................
Statements
Bank of Canada, balance sheet as at July 10, 2002...........
Bank of Canada, balance sheet as at July 17, 2002...........
Notice of Vacancy
Canada Council for the Arts .............................................
Transport, Dept. of
Canada Marine Act
Fraser River Port Authority — Supplementary letters
patent.............................................................................
MISCELLANEOUS NOTICES
*AEGON Insurance Company (U.K.) Limited, release of
assets .................................................................................
BIODEGRADABLE PRODUITS INTERNATIONAL
INSTITUTE, surrender of charter .....................................
British Columbia, Ministry of Transportation of, bridge
over Cottonwood River, B.C. ...........................................
British Columbia, Ministry of Transportation of, bridges
over the Kicking Horse River, B.C. ..................................
Elgin, Corporation of the County of (The), bridge over Big
Otter Creek, Ont................................................................
FACTOR MUSICACTION CANADA, surrender of charter
Friends of 431 (AD) Squadron Society, surrender of charter
Gatineau, ville de, demolition and reconstruction of the
deck of the Mitchell Bridge over the Blanche River, Que.
*Glengarry and Stormont Railway Company (The), annual
general meeting.................................................................
Grant Forest Products Inc., temporary bridge over
Wanapitei River, Ont. .......................................................
Langford, Rural Municipality of, bridge over Stoney Creek,
Man. ..................................................................................
Markland Seafoods Ltd., aquaculture cages in Bay
d’Espoir, Nfld. and Lab. ..................................................
NCMIC Insurance Company, application for an order .........
Northern Sunrise County, bridge over Heart River, Alta......
Pec-Nord inc., aquaculture area in Tracadigache Bay, Que..
Pollock, Allan Ralph, marina expansion and breakwater in
Lake Windermere, B.C. ....................................................
*Underwriters Insurance Company, release of assets ...........
*United Overseas Bank (Canada), letters patent of
dissolution.........................................................................
Vienneau, Paul, aquaculture sites for the cultivation of
molluscs in Saint-Simon-Sud Bay, N.B. ...........................
2369
2290
2293
2295
2290
2292
2311
2311
2314
2314
2312
2312
2312
2318
2313
2313
2317
2313
2315
2315
2316
2311
2317
2318
2316
PARLIAMENT
House of Commons
*Filing applications for private bills (1st Session,
37th Parliament)............................................................ 2297
2272
PROPOSED REGULATIONS
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 ............. 2320
Rules of Procedure for Boards of Review ........................ 2333
2258
SUPPLEMENTS
Superintendent of Financial Institutions, Office of the
Insurance Companies and Fraternal Benefit Societies
2282
2257
Le 27 juillet 2002
Gazette du Canada Partie I
INDEX
No 30 — Le 27 juillet 2002
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
ACCORD CANADA-ONTARIO CONCERNANT
L’ÉCOSYSTÈME DU BASSIN DES GRANDS LACS
Environnement, min. de l’
Accord Canada-Ontario concernant l’écosystème du
bassin des Grands Lacs .................................................
Annexe sur les secteurs préoccupants de l’Accord
Canada-Ontario concernant l’écosystème du bassin des
Grands Lacs...................................................................
Annexe sur les polluants nocifs de l’Accord CanadaOntario concernant l’écosystème du bassin des Grands
Lacs ...............................................................................
Annexe sur l’aménagement panlacustre de l’Accord
Canada-Ontario concernant l’écosystème du bassin des
Grands Lacs...................................................................
Annexe sur la surveillance et la gestion de l’information
de l’Accord Canada-Ontario concernant l’écosystème
du bassin des Grands Lacs ............................................
AVIS DIVERS
*AEGON Insurance Company (U.K.) Limited, libération
d’actif................................................................................
British Columbia, Ministry of Transportation of, pont
au-dessus de la rivière Cottonwood (C.-B.) ......................
British Columbia, Ministry of Transportation of, ponts
au-dessus de la rivière Kicking Horse (C.-B.)...................
Elgin, Corporation of the County of (The), pont au-dessus
du ruisseau Big Otter (Ont.)..............................................
FACTOR MUSICACTION CANADA, abandon de charte .
Friends of 431 (AD) Squadron Society, abandon de charte..
Gatineau, ville de, démantèlement et reconstruction du
tablier du pont Mitchell enjambant la rivière Blanche
(Qué.) ................................................................................
*Glengarry and Stormont Railway Company (The),
assemblée annuelle ...........................................................
Grant Forest Products Inc., pont temporaire au-dessus de la
rivière Wanapitei (Ont.) ....................................................
INSTITUT INTERNATIONAL DES PRODUITS
BIODEGRADABLES, abandon de charte........................
Langford, Rural Municipality of, pont au-dessus du
ruisseau Stoney (Man.) .....................................................
Markland Seafoods Ltd., cages d’aquaculture dans la baie
d’Espoir (T.-N.-et-Lab.)....................................................
NCMIC Insurance Company, demande d’ordonnance .........
Northern Sunrise County, pont au-dessus de la rivière Heart
(Alb.).................................................................................
Pec-Nord inc., aire d’aquiculture dans la baie de
Tracadigache (Qué.)..........................................................
Pollock, Allan Ralph, agrandissement de la marina et
brise-lames dans le lac Windermere (C.-B.) .....................
*Underwriters Insurance Company, libération d’actif..........
*United Overseas Bank (Canada), lettres patentes de
dissolution.........................................................................
Vienneau, Paul, installations aquacoles pour la culture de
mollusques dans la baie de Saint-Simon-Sud (N.-B.).......
2239
2346
2352
2360
2366
2311
2314
2314
2312
2312
2312
2318
2313
2313
2311
2317
2313
2315
2315
2316
2311
2317
2318
2316
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de poste vacant
Conseil des Arts du Canada .............................................. 2290
AVIS DU GOUVERNEMENT (suite)
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Avis concernant un accord administratif entre les
gouvernements du Canada et du Québec visant le
secteur des pâtes et papiers ...........................................
Permis no 4543-2-06194 ...................................................
Réponse du gouvernement fédéral aux commentaires
reçus sur l’avis d’intention de recommander l’ajout
des précurseurs des particules inhalables de
10 micromètres ou moins à la Liste des substances
toxiques aux termes de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)...........................
Réponse du gouvernement fédéral aux commentaires sur
l’avis d’intention de recommander l’ajout de l’ozone
et de ses précurseurs à la Liste des substances toxiques
aux termes de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999).................................................
Finances, min. des
Bilans
Banque du Canada, bilan au 10 juillet 2002 .....................
Banque du Canada, bilan au 17 juillet 2002 .....................
Loi de 2001 sur la Convention Canada-République tchèque
en matière d’impôts sur le revenu
Entrée en vigueur de la Convention fiscale entre le
Canada et la République tchèque ..................................
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Administration portuaire du fleuve Fraser — Lettres
patentes supplémentaires...............................................
COMMISSIONS
Agence des douanes et du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
Annulation d’enregistrement d’organismes de
bienfaisance...................................................................
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
*Adresses des bureaux du CRTC — Interventions...........
Avis public
2002-37.............................................................................
2002-38 — Appel d’observations concernant la
retransmission sur Internet (Décret C.P. 2002-1043) ....
2002-39 — Rapports sur la capacité en canaux de
câblodistribution — Confidentialité des
renseignements sur la capacité de largeur de bande ......
Décisions
2002-188 à 2002-201........................................................
Office national de l’énergie
Advantage Energy, Inc. — Demande d’autorisation
d’exportation d’énergie .................................................
Secrétariat de l’ALÉNA
Magnésium — Décision ...................................................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Équipement industriel — Enquête ....................................
Matériel et logiciel informatiques — Enquête ..................
2371
2282
2257
2273
2258
2294
2296
2290
2292
2298
2301
2304
2304
2308
2302
2309
2308
2301
2300
PARLEMENT
Chambre des communes
*Demandes introductives de projets de loi privés
(1re session, 37e législature)........................................... 2297
2372
Canada Gazette Part I
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Décret d’inscription des substances toxiques à l’annexe 1
de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)................................................. 2320
Règles de procédure applicables aux commissions de
révision.......................................................................... 2333
July 27, 2002
RÉSIDENCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL
Ordre très vénérable de l’Hôpital de Saint-Jean de
Jérusalem....................................................................... 2256
SUPPLÉMENTS
Surintendant des institutions financières, bureau du
Sociétés d’assurances et sociétés de secours mutuel
Supplement
Canada Gazette, Part I
July 27, 2002
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 27 juillet 2002
INSURANCE COMPANIES
AND
FRATERNAL BENEFIT
SOCIETIES
SOCIÉTÉS D’ASSURANCES
ET
SOCIÉTÉS DE SECOURS
MUTUEL
Registered to do business in Canada under the
Insurance Companies Act as at June 30, 2002.
Enregistrées pour faire des affaires au Canada en vertu de la
Loi sur les sociétés d’assurances au 30 juin 2002.
2
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
TABLE OF CONTENTS
July 27, 2002
TABLE DES MATIÈRES
Page
Page
Insurance Companies.......................................................
3
Sociétés d’assurances ......................................................
3
Fraternal Benefit Societies...............................................
40
Sociétés de secours mutuel ..............................................
40
Notes................................................................................
42
Remarques .......................................................................
42
A monthly update of the information contained in this Supplement is also available on the website of the Office of the
Superintendent of Financial Institutions at www.osfi-bsif.
gc.ca.
Une mise à jour mensuelle des renseignements publiés dans le
présent Supplément est également disponible sur le site Internet du Bureau du surintendant des institutions financières à
l’adresse www.osfi-bsif.gc.ca.
______
Prepared by the Office of the Superintendent of Financial Institutions (OSFI),
Canada in accordance with section 585 of the Insurance Companies Act.
______
Préparé par le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF),
Canada conformément à l’article 585 de la Loi sur les sociétés d’assurances.
Disclaimer: The name and address of the chief agent for each foreign insurance
company that are published in this notice are based on information provided to
OSFI by these companies pursuant to the Insurance Companies Act. OSFI makes
no representation as to the accuracy of that information and it assumes no responsibility for any possible errors or omissions in the content of this notice. Before
relying on information published in this notice, interested persons should contact
the relevant company to verify that the information is accurate.
Avertissement : Les nom et adresse de l’agent principal de chaque société
d’assurances étrangères qui sont publiés dans le présent avis sont tirés des renseignements fournis au BSIF par ces sociétés aux termes de la Loi sur les sociétés
d’assurances. Le BSIF ne peut garantir l’exactitude de ces renseignements et il
n’assume donc aucune responsabilité pour toute erreur ou omission qui peut s’y
être glissée. Les personnes qui souhaitent se fonder sur les renseignements publiés
dans le présent avis devraient d’abord contacter la société en cause afin de vérifier
l’exactitude de ces renseignements.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
3
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
ACE INA Insurance
2 First Canadian Place
Suite 1200
Toronto, Ontario M5X 1A8
Daniel P. Courtemanche, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
Voir-Assurance ACE INA
ACE INA Life Insurance
130 King Street West, Suite 1200
Toronto, Ontario M5X 1A6
Daniel Courtemanche, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness and
Loss of Employmenrt
Voir-Assurance-Vie ACE INA
Ætna Life Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness.
Ætna Life Insurance Company
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Vie, accidents corporels et
maladie.
Affiliated F M Insurance Company
500-165 Commerce Valley Drive
Thornhill, Ontario L3T 7V8
Perry R. Brazeau, Chief Agent.
Property, Boiler and machinery,
Fidelity, Liability and Surety.
Affiliated F M Insurance Company
500-165 Commerce Valley Drive
Thornhill (Ontario) L3T 7V8
Perry R. Brazeau, Agent principal.
Biens, chaudières et machines,
abus de confiance, responsabilité
et caution.
AIG Assurance Canada
60 Yonge St.
Toronto, Ontario M5E 1H5
Peter C. McCarthy,
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-Assurance AIG du Canada
AIG Life Insurance Company of Canada
145 Wellington Street West, 8th Floor
Toronto, Ontario M5J 2T4
Peter Currie McCarthy, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie
AIG du Canada
Alea Europe Ltd.
55 University Avenue
Suite 900, P.O. Box 6
Toronto, Ontario M5J 2H7
Patrick J. King, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Alea Europe S.A.
55, avenue University
Bureau 900, C.P. 6
Toronto (Ontario) M5J 2H7
Patrick J. King, Agent principal.
Allianz Insurance Company of Canada
10 York Mills Road, Suite 700
Toronto, Ontario M2P 2G5
Christian Cassebaum, President and Chief
Executive Officer
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity,
Legal expense, Liability and
Surety.
Voir-Compagnie d’Assurance Allianz du
Canada
Allianz Life Insurance Company of
North America
2005 Sheppard Avenue East, Suite 700
Willowdale, Ontario M2J 5B4
Doreen G. Johnston, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Allianz Life Insurance Company of
North America
2005, av. Sheppard Est, Bureau 700
Willowdale (Ontario) M2J 5B4
Doreen G. Johnston, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
Allstate Insurance Company
10 Allstate Parkway
Markham, Ontario L3R 5P8
Paul R. Morin, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Hail, Liability and Surety.
Allstate Insurance Company
10 Allstate Parkway
Markham (Ontario) L3R 5P8
Paul R. Morin, Agent principal.
Biens, aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
Allstate Insurance Company of Canada
10 Allstate Parkway
Markham, Ontario L3R 5P8
Michael J. Donoghue, President
and Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Legal expense,
Fidelity, Liability and Surety.
Allstate du Canada, Compagnie d’Assurance Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
10 Allstate Parkway
Markham (Ontario) L3R 5P8
machines, frais juridiques,
Michael J. Donoghue, Président et
détournements, responsabilité et
caution.
chef de la direction.
Allstate Life Insurance Company
10 Allstate Parkway
Markham, Ontario L3R 5P8
Paul R. Morin, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
November 15, 1996.
Allstate Life Insurance Company
10 Allstate Parkway
Markham (Ontario) L3R 5P8
Paul R. Morin, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 15 novembre 1996.
Allstate Life Insurance Company of Canada
10 Allstate Parkway
Markham, Ontario L3R 5P8
Michael J. Donoghue, President
and Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
November 15, 1996.
Allstate du Canada, Compagnie
d’Assurance-Vie
10 Allstate Parkway
Markham (Ontario) L3R 5P8
Michael J. Donoghue, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 15 novembre 1996.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
4
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Alpina Insurance Company Limited
400 University Ave., 25th Floor
Toronto, Ontario M5G 1S7
Robert Orville Landry, Chief Agent.
Property, Automobile and
Liability, limited to the servicing
of existing policies.
Alpina Insurance Company Limited
400, av. University, 25e étage
Toronto (Ontario) M5G 1S7
Robert Orville Landry, Agent principal.
Biens, automobile et
responsabilité, limitée à
l’écoulement des polices
existantes.
American Agricultural Insurance Company
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
North York, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
American Agricultural Insurance Company
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
North York (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
American Bankers Insurance Company
of Florida
5160 Yonge Street, Suite 500
North York, Ontario M2N 7C7
Mark S. J. Scime, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Credit, Fidelity,
Surety, Liability and loss of
employment, on the condition
that if in the transaction of its
business in Canada the company
uses a French form of name, that
name shall be “American
Bankers Compagnie
d’Assurances Générales de la
Floride”.
American Bankers Compagnie
d’Assurances Générales de la Floride
5160, rue Yonge, Bureau 500
North York (Ontario) M2N 7C7
Mark S.J. Scime, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, détournements,
crédit, responsabilité, caution et
perte d’emploi, pourvu que, si la
société utilise une dénomination
sociale française dans le cadre de
l’exercice de son activité au
Canada, ce soit « American
Bankers Compagnie
d’Assurances Générales de la
Floride ».
American Bankers Life Assurance Company
of Florida
5160 Yonge Street, Suite 500
North York, Ontario M2N 7C7
Mark S.J. Scime, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses a
French form of name that name
shall be “American Bankers
Compagnie d’Assurances-Vie de
la Floride”.
American Bankers Compagnie
d’Assurances-Vie de la Floride
5160, rue Yonge, Bureau 500
North York (Ontario) M2N 7C7
Mark S.J. Scime, Agent principal.
Vie, accidents et maladie à la
condition que, si la Compagnie
utilise un nom français dans ses
affaires au Canada, ce nom serait
« American Bankers Compagnie
d’Assurances-Vie de la
Floride ».
American Home Assurance Company
145 Wellington St. West
Toronto, Ontario M5J 1H8
Gary A. McMillan, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
American Home Assurance Company
145, rue Wellington Ouest
Toronto (Ontario) M5J 1H8
Gary A. McMillan, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
American Income Life Insurance Company
c/o McLean & Kerr
130 Adelaide Street West, Suite 2800
Toronto, Ontario M5H 3P5
Robin B. Cumine, Q.C., Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
American Income Life Insurance Company
a/s McLean & Kerr
130, rue Adelaide Ouest, Bureau 2800
Toronto (Ontario) M5H 3P5
Robin B. Cumine, C.R., Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
American Re-Insurance Company
250 Yonge Street, P.O. Box 20
Suite 2010
Toronto, Ontario M5B 2L7
Randolph B. Scott, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
American Re-Insurance Company
250, rue Yonge
C.P. 20, Bureau 2010
Toronto (Ontario) M5B 2L7
Randolph B. Scott, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, crédit,
abus de confiance, grêle,
responsabilité et caution.
The American Road Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery (limited to the
Province of Alberta and vehicle
warranty insurance as defined by
the Classes of Insurance
Regulations of the Province of
Alberta), Credit, Liability and
Surety.
The American Road Insurance Company
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines (limitée à la province
de l’Alberta, et l’assurance de
garantie des véhicules telle que
définie par le règlement
pertinent de la province de
l’Alberta), crédit, responsabilité
et caution.
AMEX Assurance Company
60 Bloor St. West, Suite 403
Toronto, Ontario M4W 3L8
Judy K. S. Ha, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, to the
extent authorized by its articles
of incorporation and limited to
group airflight insurance and
group travel accident insurance,
on the condition that if in the
transaction of its business in
Canada the company uses a
French form of name, that name
shall be “AMEX Compagnie
d’Assurance”.
AMEX Compagnie d’Assurance
60, rue Bloor Ouest, Bureau 403
Toronto (Ontario) M4W 3L8
Judy K. S. Ha, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, dans la
mesure prévue par ses articles
constitutifs et se limitant à
l’assurance collective des
occupants d’avions et à
l’assurance collective contre les
accidents de voyage, pourvu que,
si la société utilise une
dénomination sociale française
dans le cadre de l’exercice de
son activité au Canada, ce soit
« AMEX Compagnie
d’Assurance ».
L’Ancienne République, Compagnie
d’Assurance du Canada
100, rue King Ouest, C.P. 557
Hamilton (Ontario) L8N 3K9
Frank Szirt, Président et chef
de la direction.
Aériennes, automobile, chaudières
et machines, limitée à la
province de l’Alberta,
responsabilité et assurances de
biens.
See-Old Republic Insurance Company
of Canada
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
5
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Anglo Canada General Insurance Company
2020 University Street, Suite 600
Montréal, Quebec H3C 2A5
Jean-Denis Talon, Chief Executive Officer
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Anglo Canada General Insurance Company
2020, rue University. Bureau 600
Montréal (Québec) H3C 2A5
Jean-Denis Talon, Chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
Antigonish Farmers’ Mutual Fire
Insurance Company
188 Main Street, P.O. Box 1535
Antigonish, Nova Scotia B2G 2L8
Casey Van de Sande, President and
Chief Executive Officer.
Fire, Public liability, Theft, and
additional classes 1, 2, 3, 4, 5, 6,
7, 8, 9 and 10 (See Note (B)),
restricted to the Province of
Nova Scotia.
Antigonish Farmers’ Mutual Fire
Insurance Company
188, rue Main, C.P. 1535
Antigonish (Nouvelle-Écosse) B2G 2L8
Casey Van de Sande, Président et chef
de la direction
Incendie, responsabilité civile, vol,
et catégories additionnelles 1, 2,
3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 (voir
Remarque (B)), restreint à la
province de la Nouvelle-Écosse.
Ascentus Insurance Ltd.
10 Wellington Street East
Toronto, Ontario M5E 1L5
Larry Simmons, President and
Chief Executive Officer.
Property, Automobile, Legal
Expense, Liability, surety and
accident and sickness.
Voir- Les Assurances Ascentus ltée
Associates Financial Life Insurance
Company
201 Queens Ave., 4th Floor,
London, Ontario N6A 1J1
Anthony W. Miles, Chief Agent.
Life.
Associates Financial Life Insurance
Company
201, av. Queens, 4e étage
London (Ontario) N6A 1J1
Anthony W. Miles, Agent principal.
Vie.
Associates Insurance Company
c/o Blake, Cassels & Graydon
P.O. Box 25
Commerce Court West
Toronto, Ontario M5L 1A9
Barry G. McGee, Chief Agent.
Automobile, limited to the
servicing of existing policies.
Associates Insurance Company
a/s Blake, Cassels & Graydon
C.P. 25, Commerce Court West
Toronto (Ontario) M5L 1A9
Barry G. McGee, Agent principal.
Automobile, limitée à
l’administration des polices
existantes.
See-ACE INA Insurance
Assurance ACE INA
2 First Canadian Place, Bureau 1200
Toronto (Ontario) M5X 1A8
Daniel P. Courtemanche, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
See-AIG Assurance Canada
Assurance AIG du Canada
60, rue Yonge
Toronto (Ontario) M5E 1H5
Peter C. McCarthy,
Chef de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-Ascentus Insurance Ltd.
Les Assurances Ascentus ltée
10, rue Wellington Est
Toronto (Ontario) M5E 1L5
Larry Simmons, , President et
chef de la direction.
Biens, automobile, frais juridiques,
responsabilité, caution et
accidents et maladie.
See-Trade Indemnity P.L.C.
Assurances Trade Indemnity
Tour C.I.B.C., Bureau 1720
1155, boul. René-Lévesque Ouest
Montréal (Québec) H3B 3Z7
Robert Joseph Labelle, Agent principal.
Crédit, limitée à l’écoulement des
polices existantes.
See-ACE INA Life Insurance
Assurance-Vie ACE INA
130, rue King Ouest, Bureau 1200
Toronto (Ontario) M5X 1A6
Daniel P. Courtemanche , Président et
chef de la direction.
Vie, accidents et maladie et perte
d’emploi.
Aviation & General Insurance
Company Limited
100 Renfrew Drive, Suite 200
Markham, Ontario L3R 9R6
Giuseppe A. Zigrossi, Chief Agent.
Aircraft and Liability, limited to
the servicing of existing policies.
Aviation & General Insurance
Company Limited
100, promenade Renfrew, Bureau 200
Markham (Ontario) L3R 9R6
Giuseppe A. Zigrossi, Agent principal.
Accidents d’aviation et
responsabilité, limitée à
l’écoulement des polices
existantes.
AXA Corporate Solutions
1800 McGill College, Suite 2000
Montréal, Quebec H3A 3J6
Constantin Petalas, Chief Agent.
Life, Property, Accident and
sickness, Aircraft, Automobile,
Boiler and Machinery, Fidelity,
Hail, Liability and Surety,
limited to the business of
reinsurance.
Axa Corporate Solutions
1800, McGill College, Bureau 2000
Montréal (Québec) H3A 3J6
Constantin Petalas, Agent principal.
Vie, biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
6
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
AXA Corporate Solutions Assurance
1800 McGill College, Suite 2000
Montréal, Quebec H3A 3J6
Constantin Petalas, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
Machinery, Legal expense,
Credit, Fidelity, Hail, Liability
and Surety.
Axa Corporate Solutions Assurance
1800, McGill College, Bureau 2000
Montréal (Québec) H3A 3J6
Constantin Petalas, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, crédit, frais
juridiques, grêle, responsabilité
et caution.
AXA Insurance (Canada)
2020 University Street, Suite 600
Montreal, Quebec H3A 2A5
Jean-Denis Talon, Chief Executive
Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
AXA Assurances (Canada)
2020, rue University, Bureau 600
Montréal (Québec) H3A 2A5
Denis-Jean Talon, Chef des opérations.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution.
AXA Pacific Insurance Company
2020 University Street, Suite 600
Montréal, Quebec H3A 2A5
Jean-Denis Talon, Chief Executive
Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
AXA Pacifique Compagnie d’Assurance
2020, rue University, Bureau 600
Montréal (Québec) H3A 2A5
Denis-Jean Talon, Chef des opérations.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
Balboa Insurance Company
201 Queens Avenue
London, Ontario N6A 1J1
Anthony W. Miles, Chief Agent.
Property and Accident and
sickness, limited to the servicing
of existing policies.
Balboa Insurance Company
201, av. Queens
London (Ontario) N6A 1J1
Anthony W. Miles, Agent principal.
Biens et accidents et maladie,
limitée à l’écoulement des
polices existantes.
Balboa Life Insurance Company
201 Queens Avenue
London, Ontario N6A 1J1
Anthony W. Miles, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to December
30, 2000.
La Balboa, compagnie d’assurance-vie
201, av. Queens
London (Ontario) N6A 1J1
Anthony W. Miles, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 30 décembre 2000.
Bankers Life and Casualty Company
Toronto-Dominion Tower
P.O. Box 20, Suite 4200
Toronto-Dominion Centre
Toronto, Ontario M5K 1N6
Robert W. McDowell, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
December 10, 1999, with the
exception that the foreign
company may provide insurance
on the lives of Canadian
residents employed by a United
States client of the foreign
company or an affiliate of one of
its United States clients.
Bankers Life and Casualty Company
Toronto-Dominion Tower
C.P. 20, Bureau 4200
Toronto-Dominion Centre
Toronto (Ontario) M5K 1N6
Robert W. McDowell, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 10 décembre 1999, sauf
qu’elle peut assurer la vie de
résidents fu Canada qu’emploie
l’un de ses clients des États-Unis
ou un membre du groupe de l’un
de ces mêmes clients.
Bankers National Life Insurance Company
voir- National Fidelity Life Insurance
Company, le nom utilisé par Bankers
National Life Insurance Company dans les
Affaires au Canada.
Bankers National Life Insurance Company
see-National Fidelity Life Insurance
Company, the name used by Bankers
National Life Insurance Company to
transact business in Canada.
Blue Cross Life Insurance Company
Of Canada
P.O. Box 220, 644 Main Street
Moncton, New Brunswick E1C 8L3
James K. Gilligan, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-Compagnie d’Assurance-Vie Croix
Bleue du Canada.
BMO Life Insurance Company
302 Bay Street, 5th Floor
Toronto, Ontario M5X 1A1
Gordon Henderson, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness and
Loss of employment.
BMO Compagnie d’assurance-vie
302, rue Bay, 5e étage
Toronto (Ontario) M5X 1A1
Gordon Henderson, Président et chef
de la direction.
The Boiler Inspection and Insurance
Company of Canada
18 King St. East, 2nd Floor
Toronto, Ontario M5C 1C4
Hans A. Schols, President and
Chief Executive Officer.
Property, Boiler and machinery
and Liability.
Voir-La Compagnie d’Inspection et
d’Assurance Chaudières et Machinerie.
See-Canadian Northern Shield Insurance
Company.
The British Aviation Insurance
Company Limited
100 Renfrew Drive, Suite 200
Markham, Ontario L3R 9R6
Giuseppe A. Zigrossi, Chief Agent.
Accident, Aircraft and Inland
transportation.
Vie, accidents et maladie et perte
d’emploi.
Le Bouclier du Nord Canadien,
Compagnie d’Assurance
151, rue North Service, C.P. 5065
Burlington (Ontario) L7R 4C2
Michael Porter, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution.
The British Aviation Insurance Company
Limited
100, promenade Renfrew, Bureau 200
Markham (Ontario) L3R 9R6
Giuseppe A. Zigrossi, Agent principal.
Accidents, aéronefs et transports
terrestres.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
7
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Caisse Centrale de Réassurance
1080 Beaver Hall Hill, Suite 1900
Montréal, Quebec H2Z 1S8
Jacques Mailloux, Chief Agent
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
Machinery, Fidelity, Legal
expense, Liability and Surety,
limited to the business of
reinsurance.
Caisse Centrale de Réassurance
1080, côte du Beaver Hall, Bureau 1900
Montréal (Québec) H2Z 1S8
Jacques Mailloux, Agent principal
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, frais juridiques,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
The Canada Life Assurance Company
330 University Ave.
Toronto, Ontario M5G 1R8
David Alexander Nield, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness and
Loss of employment.
Voir-La Compagnie d’Assurance du Canada
sur la Vie.
Canada Life Financial Corporation
330 University Ave
Toronto, Ontario M5G 1R8
David Nield, President and Chief
Executive officer
Life
Voir-Corporation Financière Canada-Vie
Canadian Northern Shield Insurance
Company
151 North Service Road, P.O. Box 5065
Burlington, Ontario L7R 4C2
Michael Porter, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-Le Bouclier du Nord Canadien,
Compagnie d’Assurance.
Canadian Premier Life Insurance Company
80 Tiverton Court, Suite 500
Markham, Ontario L3R 0G4
Isaac Sananes, Vice-President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-Compagnie d’assurance-vie Première
du Canada.
Centennial Insurance Company
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip H. Cook, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Hail, Fidelity
Liability and Surety.
Centennial Insurance Company
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip H. Cook, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, grêle,
détournements responsabilité et
caution.
Cercle d’Or, Compagnie d’Assurance
100, rue Osborne Nord
Winnipeg (Manitoba) R3C 3A5
Raymond L. McFeetors, Président et
Chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile et responsabilité,
limitée à l’administration des
polices existantes.
See-Gold Circle Insurance Company.
Vie
Certas Direct Insurance Company
6300, de la Rive-Sud Blvd.
P.O. Box 3500
Lévis, Quebec G6V 6P9
Jude Martineau, Chief Executive Officer.
Automobile, Liability, Property
and Surety
Certas directe, compagnie d’assurances
6300, boul. de la Rive-Sud
C.P. 3500
Lévis (Québec) G6V 6P9
Jude Martineau, Chef de la direction.
Automobile, responsabilité, biens
et caution.
CGU Insurance Company of Canada
2206 Eglinton Avenue East
Scarborough, Ontario M1L 4S8
Mark Webb, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail, Legal
expense, Liability and Surety.
CGU, Compagnie D’Assurance du Canada
2206, av. Eglinton Est
Scarborough (Ontario) M1L 4S8
Mark Webb, Président et
chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution.
CGU International Insurance plc
350 Albert Street, Suite 700
Ottawa, Ontario K1R 1A4
Jean Laurin, Chief Agent.
Property, Liability and Aircraft.
CGU International Insurance plc
350, rue Albert, Bureau 700
Ottawa (Ontario) K1R 1A4
Jean Laurin, Agent principal.
Biens, responsabilité et aériennes.
Chancellor Reinsurance Company of Canada Property, Accident and sickness,
Suite 2000, Oceanic Plaza
Aircraft, Automobile, Boiler and
1066 West Hastings Street
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Legal expense, Liability and
Vancouver, British Columbia V6E 3X2
Surety, limited to the business of
Robert Rusko, Agent.
reinsurance. As of July 5, 1995,
KPMG Chartered Accountants as Agent
Chancellor Reinsurance
for the Superintendent of Financial
Company of Canada is in
Institutions, Provisional Liquidator.
voluntary, court supervised
liquidation and dissolution under
the provisions of the Insurance
Companies Act. KPMG
Chartered Accountants has been
appointed as liquidator of the
company by court order.
Voir-La Compagnie de Réassurance
Chancellor du Canada.
8
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Chicago Title Insurance Company
c/o McLean & Kerr
130 Adelaide Street West
Suite 2800
Toronto, Ontario M5H 3P5
Robin B. Cumine, Q.C., Chief Agent.
Title.
Chicago Title Insurance Company
a/s McLean & Kerr
130, rue Adelaide Ouest, Bureau 2800
Toronto (Ontario) M5H 3P5
Robin B. Cumine, C.R., Agent principal.
Titres.
Chrysler Life Insurance Company of
Canada
4510 Rhodes Drive, Suite 120
Windsor, Ontario N8W 5C2
Richard Wong, Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its
instrument of incorporation and
limited to the servicing of
policies issued prior to
April 1, 1991.
Chrysler Compagnie D’Assurance-Vie
du Canada
4510, promenade Rhodes, Bureau 120
Windsor (Ontario) N8W 5C2
Richard Wong, Chef de la direction.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par son acte de
constitution en corporation et
sous réserve de la restriction que
les affaires de la compagnie
soient limitées à l’écoulement
des polices émises avant le
1er avril 1991.
Chubb Insurance Company of Canada
One Financial Place, 15th Floor
1 Adelaide Street East
Toronto, Ontario M5C 2V9
Janice M. Tomlinson, President.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability,
Surety and Credit.
Chubb du Canada Compagnie d’Assurance
One Financial Place, 15e étage
1, rue Adelaide Est
Toronto (Ontario) M5C 2V9
Janice M. Tomlinson, Président.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution et crédit.
CIBC Life Insurance Company Limited
3 Robert Speck Parkway
Suite 900, P.O. Box 3020, Station A
Mississauga, Ontario L4Z 2G5
Gabor Kalmar, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-Compagnie d’assurance-vie
CIBC Limitée.
CIGNA Life Insurance Company of Canada
55 Town Centre Court, Suite 606
Scarborough, Ontario M1P 4X4
M. Eman Hassan, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness, and
Loss of Employment.
CIGNA du Canada compagnie d’assurance
sur la vie
55, cour Town Centre, Bureau 606
Scarborough (Ontario) M1P 4X4
M. Eman Hassan, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie et perte
d’emploi.
The Citadel General Assurance Company
1075 Bay St.
Toronto, Ontario M5S 2W5
Ernst Notz, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail, Legal
expense, Liability, Loss of
Employment and Surety.
La Citadelle, Compagnie d’Assurances
Générales
1075, rue Bay
Toronto (Ontario) M5S 2W5
Ernst Notz, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité, perte
d’emploi et caution.
Clare Mutual Insurance Company
P.O. Box 2
Belliveau Cove, Nova Scotia B0W 1J0
Diane M. Belliveau, Chief Executive
Officer.
Fire and Theft and additional
classes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 and
10 (See Note (B)), restricted to
the Province of Nova Scotia.
Clare Mutual Insurance Company
C.P. 2
Belliveau Cove
(Nouvelle-Écosse) B0W 1J0
Diane M. Belliveau, Chef de la direction.
Incendie et vol; et catégories
additionnelles 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7,
8, 9 et 10 (Voir Remarque (B)),
restreint à la province de la
Nouvelle-Écosse.
Clarica Life Insurance Company
227 King St. South
Waterloo, Ontario N2J 4C5
Robert M. Astley, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and Sickness.
Clarica, compagnie d’assurance sur la vie
227, rue King Sud
Waterloo (Ontario) N2J 4C5
Robert M. Astley, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
CNA Life Insurance Company of Canada
40 Weber Street East
Kitchener, Ontario N2H 6R3
Robert D. Scott, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness and
Loss of employment.
Voir-Compagnie d’Assurance-Vie CNA
du Canada.
Cologne Reinsurance Company
(Kolnische RuckversicherungsGesellschaft Aktiengesellschaft)
c/o D. M. Williams & Associates Ltd.
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
Toronto, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Credit,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety, limited to the business of
reinsurance.
Cologne Reinsurance Company
(Kolnische RuckversicherungsGesellschaft Aktiengesellschaft)
a/s D. M. Williams & Associates Ltd.
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
Toronto (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Combined Insurance Company of America
7300 Warden Avenue, Suite 300
Markham, Ontario L3R 0X3
Dan C. Evans, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, loss of
employment, on the condition
that if in the transaction of its
business in Canada the Company
uses a French name, that name
shall be “Compagnie d’assurance
Combined d’Amérique”.
Voir-Compagnie d’assurance Combined
d’Amérique.
Biens, accidents d’aviation,
automobile, crédit, chaudières et
machines, abus de confiance,
grêle, responsabilité et caution,
limitée aux affaires de
réassurances.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Combined Specialty Insurance Company
7300 Warden Avenue, Suite 300
Markham, Ontario L3R 0X3
Dan C. Evans, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery and Liability
insurance, on the condition that
if in the transaction of its
business in Canada the company
uses a French form of name, that
name shall be “Compagnie
d’assurances spécialisées
Combined.”
Voir-Compagnie d’assurances spécialisées
Combined.
The Commerce Group Insurance Company
2450 Girouard St. West
Saint-Hyacinthe, Québec J2S 3B3
Jacques Valotaire, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Legal Expense,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety.
Voir-Le Groupe Commerce Compagnie
d’Assurances.
Commonwealth Insurance Company
595 Burrard St., Suite 1500
Vancouver, British Columbia V7X 1G4
Ronald Gordon Schawb, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-Compagnie d’assurances
Commonwealth.
9
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-Allianz Insurance Company of Canada.
Compagnie d’Assurance Allianz du Canada
10, chemin York Mills, Bureau 700
Toronto (Ontario) M2P 2G5
Christian Cassebaum, Président et chef de
la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, frais juridiques,
responsabilité et caution.
See-The Canada Life Assurance Company.
La Compagnie d’Assurance du Canada
sur la Vie
330, av. University
Toronto (Ontario) M5G 1R8
David Alexander Nield, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie, et perte
d’emploi.
See-Combined Insurance Company of
America.
Compagnie d’assurance Combined
d’Amérique
7300, av. Warden, Bureau 300
Markham (Ontario) L3R 0X3
Dan C. Evans, Agent principal.
Vie, accidents et maladie et perte
d’emploi, à la condition que, si
la Compagnie utilise un nom
français dans les affaires au
Canada, ce nom serait
« Compagnie d’assurance
Combined d’Amérique ».
See-Commonwealth Insurance Company.
Compagnie d’assurances Commonwealth
595, rue Burrard, Bureau 1500
Vancouver (Colombie-Britannique)
V7X 1G4
Ronald Gordon Schawb, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
See-Coseco Insurance Company.
Compagnie d’Assurance Coseco
130, rue Macdonell
Priory Square Guelph (Ontario) N1H 6P8
G. Terry Squire, Président et chef de la
direction.
Biens, accident et maladie,
automobile et responsabilité.
See-DaimlerChrysler Insurance Company.
La compagnie d’assurance DaimlerChrysler
4510, promenade Rhodes, Bureau 120
Windsor (Ontario) N8W 5C2
Richard Wong, Agent principal.
Biens, automobile, responsabilité
et caution.
See-Elite Insurance Company.
La Compagnie d’Assurances Elite
2206, av. Eglinton Est
Scarborough (Ontario) M1L 4S8
Igal Mayer, Président et
chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution.
See-Employers Insurance Company of
Wausau
Compagnie d’Assurances des Employeurs
de Wausau
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
North York (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents, aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution pourvu que, si la société
étrangère utilise une
dénomination sociale française
dans le cadre de l’exercise de
son activité au Canada, ce soit
« Compagnie d’Assurances des
employeurs de Wausau ».
10
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
July 27, 2002
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-Everest Insurance Company of Canada.
La Compagnie d’Assurance Everest
du Canada
130, rue King Ouest
Bureau 2520
Toronto (Ontario) M5X 1E3
William G. Jonas, Président et
chef de la direction.
Biens, automobile, aériennes,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
See-Federal Insurance Company.
Compagnie d’assurances Fédérale
One Financial Place
1, rue Adelaide Est
Toronto (Ontario) M5C 2V9
Janice M. Tomlinson, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution, à la
condition que, si la Compagnie
utilise un nom français dans ses
affaires au Canada, ce nom serait
« Compagnie d’assurances
Fédérale ».
See-Grain Insurance and Guarantee
Company.
La Compagnie d’assurance et de
Garantie Grain
1240, One Lombard Place
Winnipeg (Manitoba) R3B 0V9
Ralph N. Jackson, Président.
Biens, automobile, détournements,
chaudières et machines,
responsabilité et caution.
See-GE Capital Casualty Company, Canada.
Compagnie d’assurance GE Capital
Casualty, Canada
7495, 132e Rue, Bureau 2023
Surrey (Colombie-Britannique) V3W 1J8
Danielle C Bolduc, Présidente et
chef de la direction.
Biens, chaudières et machines au
sein de la province de l’Alberta,
et l’assurance de garantie des
véhicules telle qu’elle est définie
par le règlement pertinent de la
province de l’Alberta, et caution.
See-Co-operators General Insurance
Company.
La Compagnie d’Assurance Générale
Co-operators
130, rue Macdonell
Priory Square, Guelph (Ontario) N1H 6P8
G. Terry Squire, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, crédit,
frais juridiques, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
See-CUMIS General Insurance Company.
La Compagnie d’Assurance Générale
CUMIS
151, rue North Service, C.P. 5065
Burlington (Ontario) L7R 4C2
Michael Porter, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution.
See-The Dominion of Canada General
Insurance Company.
Compagnie d’assurance générale Dominion
du Canada
165, av. University
Toronto (Ontario) M5H 3B9
George L. Cooke, Président et chef
de la direction.
Aériennes, automobile, chaudières
et machines, détournements,
grêle, responsabilité, biens et
caution.
See-Legacy General Insurance Company.
Compagnie d’assurances générales Legacy
80, cour Tiverton, Bureau 500
Markham (Ontario) L3R 0G4
Isaac Sananes, Vice-président et chef de
la direction.
Biens, perte d’emploi, accidents et
maladie et responsabilié limitée
à l’administration des polices
émises avant le 31 mars 1995.
See-Liberty Mutual Fire Insurance
Company.
La Compagnie d’Assurance Générale
Liberté Mutuelle
BCE Place, Bay Wellington Tower
181, rue Bay, Bureau 3320
Toronto (Ontario) M5J 2T3
Gery Barry, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
détournements, aériennes,
automobile, chaudières et
machines, responsabilité et
caution, limitée à l’écoulement
des polices existantes, sauf pour
la branche automobile; et pourvu
que, si la société utilise une
dénomination sociale française
dans le cadre de l’exercice de
son activité au Canada, ce soit
« La Compagnie d’Assurance
Générale Liberté Mutuelle ».
See-RBC General Insurance Company.
Compagnie d’assurance générale RBC
6880, promenade Financial, Tour ouest
Mississauga (Ontario) L5N 7Y5
Andrew Rogacki, Président et chef de
la direction
Biens, accident et maladie,
automobile et responsabilité.
Le 27 juillet 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
Classes of Insurance for which
Registered
11
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-TD General Insurance Company.
Compagnie d’assurances générales TD
2161, rue Yonge, 4e étage
Toronto (Ontario) M4S 3A8
Alain Thibault, Président et chef de la
direction.
Accidents et maladie, aériennes,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
frais juridique, responsabilité,
assurances de biens et caution.
See-HSBC Canadian Direct Insurance
Incorporated.
La Compagnie d’Assurances HSBC
Canadienne Direct Incorporée
610, 6e Rue, Bureau 217
New Westminster
(Colombie-Britannique) V3L 3C2
Brian J. Young, Président et chef
de la direction.
Biens, automobile, accidents et
maladie et responsabilité.
See-The Mortgage Insurance Company
of Canada.
La Compagnie d’Assurance d’Hypothèques
du Canada
100, rue Yonge, Bureau 400
Toronto (Ontario) M5H 1H1
Oscar Zimmerman, Président.
Détournements et caution, limitée
à l’écoulement des polices
existantes, et hypothèque,
limitée aux affaires de
réassurance.
See-GE Capital Mortgage Insurance
Company (Canada).
Compagnie d’assurance d’hypothèques
Hypothèque.
GE Capital (Canada)
2300, boul. Meadowvale
Mississauga (Ontario) L5N 5P9
Peter M. Vukanovich, Président, chef de la
direction.
See-ING Insurance Company of Canada
Compagnie d’assurance ING du Canada
75, av. Eglinton Est
Toronto (Ontario) M4P 3A4
Derek A. Iles, Président.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle, frais
juridiques (limitée aux affaires
de réassurance), responsabilité,
biens et caution.
See-Jevco Insurance Company.
La Compagnie d’Assurances Jevco
2021, Union, Bureau 1150
Montréal (Québec) H3A 2S9
William G. Star, Président et chef de
la direction.
Biens, automobile, responsabilité
et caution.
See-Liberty Insurance Company of Canada.
Compagnie d’Assurance Liberté du Canada
200, place Consilium, 8e étage
Scarborough (Ontario) M1H 3E6
Ronald H. Switzer, Président et chef
de la direction.
Biens, automobile et
responsabilité.
See-Liberty Mutual Insurance Company.
La Compagnie d’Assurance Liberté
Mutuelle
3500, av. Steeles Est
Markham (Ontario) L3R 0X4
Gery J. Barry, Président et chef de
la direction.
Biens, détournements, aériennes,
accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, responsabilité et
caution.
See-Life Investors Insurance Company
of America.
Compagnie D’Assurances Life Investors
D’Amérique
a/s John Milnes & Associates
68, rue Scollard, 2e étage
Toronto (Ontario) M5R 1G2
John R. Milnes, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
See-Lombard Insurance Company.
Compagnie d’assurance Lombard
105, rue Adelaide Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1P9
Byron G. Messier, Président et
chef de la direction.
Accidents et maladie, assurances
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité, assurances de
biens et caution.
See-London Guarantee Insurance Company.
Compagnie d’Assurance London Garantie
77, rue King Ouest, Bureau 3426
Royal Trust Tower, C.P. 284
Toronto (Ontario) M5K 1K2
John F. Phinney, Président.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit
(sous réserve que la personne à
qui le crédit est accordé soit
présente au Canada),
détournements, frais juridiques,
titres, grêle, responsabilité et
caution.
12
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
July 27, 2002
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-MFC Insurance Company Limited
Compagnie d’assurance MFC limitée
500, rue King Nord
Waterloo (Ontario) N2J 4C6
Paul Rooney, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-The Missisquoi Insurance Company.
La Compagnie d’Assurance Missisquoi
50, rue Principale
Frelighsburg (Québec) J0J 1C0
Noel G. Walpole, Président et chef
de la direction.
Biens, automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution.
See-Mitsui Sumitomo Insurance Company,
Limited
Compagnie d’Assurance Mitsui Sumitomo
Limitée
One Financial Place
1, rue Adelaide Est
Toronto (Ontario) M5C 2V9
Janice M. Tomlinson, Agent principal.
Accidents et maladie, assurance
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité,
assurances de biens et caution.
See-New York Life Insurance Company.
Compagnie d’assurances New York Life
Scotia Plaza, Bureau 2100
40, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, à la
condition que, si la compagnie
utilise un nom français dans les
affaires au Canada, ce nom serait
« Compagnie d’assurances New
York Life ».
See- Québec Assurance Company.
Compagnie d’Assurance du Québec
1001, boul. Maisonneuve Ouest
Bureau 1400
Montréal (Québec) H3A 3C8
Larry Simmons, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
responsabilité, détournements et
caution.
See-St. Paul Fire and Marine Insurance
Company.
La Compagnie d’Assurance Saint Paul
121, rue King Ouest
Bureau 1200, C.P. 93
Toronto (Ontario) M5H 3T9
Robert Fellows, Agent principal.
Biens, aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution, à la condition que
lorsque la société utilise un nom
français dans l’exercice de ses
activités au Canada, ce nom soit
« La Compagnie d’Assurance
Saint Paul ».
See-Combined Specialty Insurance Company
Compagnie d’assurances spécialisées
Combined
7300, av. Warden, Bureau 300
Markham (Ontario) L3R 0X3
Dan C. Evans, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines et responsabilité, à la
condition que lorsque la société
utilise un nom français dans
l’exercice de ses activités au
Canada, ce nom soit
« Compagnie d’assurances
spécialisées Combined ».
See-The Standard Life Assurance Company
of Canada.
Compagnie d’assurance Standard Life
du Canada
1245, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec) H3G 1G3
Claude A. Garcia, Président et
chef des opérations.
Vie.
See- Temple Insurance Company.
La compagnie d’assurance Temple
390, rue Bay, 23e étage
Toronto (Ontario) M5H 2Y2
Kenneth B. Irvin, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution.
See-Traders General Insurance Company.
Compagnie d’Assurance Traders Générale
2206, av. Eglinton Est, Bureau 400
Scarborough (Ontario) M1L 4S8
Mark Webb, Président et chef de
la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution.
See-Trafalgar Insurance Company
of Canada.
Compagnie d’Assurance Trafalgar
du Canada
10, chemin York Mills, Bureau 700
Toronto (Ontario) M2P 2G3
Christian Cassebaum, Président et
chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines et responsabilité.
Le 27 juillet 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
Classes of Insurance for which
Registered
13
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-AIG Life Insurance Company of
Canada.
La Compagnie d’Assurance-Vie AIG
du Canada
145, rue Wellington Ouest, 8e étage
Toronto (Ontario) M5J 2T4
Peter Currie McCarthy, Président et
chef de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-CIBC Life Insurance Company Limited.
Compagnie d’assurance-vie CIBC Limitée
3, promenade Robert Speck
Bureau 900, C.P. 3020, Succursale A
Mississauga (Ontario) L4Z 2G5
Gabor Kalmar, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-CNA Life Insurance Company of
Canada.
Compagnie d’Assurance-Vie CNA
du Canada
40, rue Weber Est
Kitchener (Ontario) N2H 6R3
Robert D. Scott, Président et
chef de la direction.
Vie, accidents et maladie et perte
d’emploi.
See-Blue Cross Life Insurance Company
of Canada.
Compagnie d’Assurance-Vie Croix Bleue
du Canada
C.P. 220, 644, rue Main
Moncton (Nouveau-Brunswick) E1C 8L3
James K. Gilligan, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-CUMIS Life Insurance Company.
La Compagnie d’Assurance-Vie CUMIS
151, rue North Service, C.P. 5065
Burlington (Ontario) L7R 4C2
Michael Porter, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure où son acte de
constitution en corporation
l’autorise.
See-Federated Life Insurance Company
of Canada.
La Compagnie d’Assurance-Vie Federated
du Canada
717, av. Portage, C.P. 5800
Winnipeg (Manitoba) R3C 3C9
John M. Paisley, Président.
Vie, accidents et maladie.
See-Household Life Insurance Company.
Compagnie d’Assurance-Vie Household
101, chemin Duncan Mills, 5e étage
North York (Ontario) M3B 1Z3
Brad James Wilson, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, à la
condition que lorsque la société
utilise un nom français dans
l’exercice de ses activitiés au
Canada, ce nom soit
« Compagnie d’Assurance-Vie
Household ».
See-J.C. Penney Life Insurance Company.
Compagnie d’assurance-vie J.C. Penney
80, Tiverton Court, 5e étage
Markham (Ontario) L3R 0G4
Isaac Sananes, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
See-John Alden Life Insurance Company.
La Compagnie D’Assurance-Vie John Alden
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, à la
condition que, si la Compagnie
utilise un nom français dans ses
affaires au Canada, ce nom serait
« La Compagnie
D’Assurance-Vie John Alden ».
Les affaires de la compagnie
sont limitées à l’écoulement des
polices émises avant le
1er avril 1991.
See-Liberty Life Assurance Company
of Boston.
La Compagnie d’Assurance-Vie Liberté
de Boston
3500, av. Steeles Est
Markham (Ontario) L3R 0X4
Gery J. Barry, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
See-The Manufacturers Life Insurance
Company.
La Compagnie d’Assurance-Vie
Manufacturers
200, rue Bloor Est
Toronto (Ontario) M4W 1E5
Dominic D’Alessandro, Président
et chef de la direction.
Vie, accidents et maladie.
14
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
July 27, 2002
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-MIC Life Insurance Corporation.
La Compagnie d’Assurance-Vie MIC
8500, rue Leslie, C.P. 6000, Bureau 400
Thornhill (Ontario) L3T 4S5
Charles W. Hastings, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 1er janvier 1997 et sur la
condition que lorsque la société
étrangère utilise un nom français
dans l’exercice de ses activités
au Canada, ce nom soit « La
Compagnie d’Assurance-Vie
MIC ».
See-Minnesota Life Insurance Company
Compagnie d’Assurance-vie Minnesota
a/s McLean & Kerr
130, rue Adelaide Ouest, Bureau 2800
Toronto (Ontario) M5H 3P5
Robin B. Cumine, C.R., Agent principal.
Vie, pourvu que, si la société
étrangère utilise une
dénomination sociale française
dans le cadre de l’exercice de
son activité au Canada, ce soit
« Compagnie d’Assurance-vie
Minnesota ».
See-Penncorp Life Insurance Company.
La Compagnie D’Assurance Vie Penncorp
55, boul. Superior
Mississauga (Ontario) L5T 2X9
J. Paul Edmondson, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-Canadian Premier Life Insurance
Company.
Compagnie d’assurance-vie Première
du Canada
80, Tiverton Court, Bureau 500
Markham (Ontario) L3R 0G4
Isaac Sananes, Vice-président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-Primerica Life Insurance Company
of Canada.
La Compagnie d’Assurance-Vie Primerica
du Canada
2000, chemin Argentia
Plaza V, Bureau 300
Mississauga (Ontario) L5N 2R7
David Gershuni, Chef de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-Principal Life Insurance Company.
Compagnie d’assurance-vie Principal
68, rue Scollard, 2e étage
Toronto (Ontario) M5R 1G2
John Milnes, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, pourvu
que, si la société étrangère utilise
une dénomination social
française dans le cadre de
l’exercise de son activité au
Canada, ce soit « Compagnie
d’assurance-vie Principal ».
See-RBC Life Insurance Company.
Compagnie d’assurance vie RBC
6880, promenade Financial, Tour Ouest
Mississauga (Ontario) L5N 7Y5
W. Grant Hardy, Chef de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-ReliaStar Life Insurance Company.
Compagnie D’Assurance-Vie ReliaStar
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
North York (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance, la
société étrangère peut également
souscrire des polices d’assurance
sur la vie de résidents du Canada
assurés en vertu de polices
collectives émises aux
États-Unis, et à la condition que
si la société étrangère utilise un
nom français, ce nom serait
« Compagnie D’Assurance-Vie
ReliaStar ».
See-Seaboard Life Insurance Company.
Compagnie d’Assurance-vie Seaboard
2165, Broadway Ouest, C.P. 5900
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6B 5H6
Robert T. Smith, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 31 mai 1999.
See-Union Fidelity Life Insurance Company.
Compagnie d’Assurance-Vie Union Fidelity
200, rue Wellington Ouest
C.P. 166, Bureau 400
Toronto (Ontario) M5V 3C7
Alan K. Ryder, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 1er janvier 1999.
Le 27 juillet 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
Classes of Insurance for which
Registered
15
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-The Wawanesa Life Insurance
Company.
La Compagnie d’Assurance-vie Wawanesa
191, Broadway
Winnipeg (Manitoba) R3C 3P1
Gregg J. Hanson, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
See-RBC Travel Insurance Company.
Compagnie d’assurance voyage RBC
6880, promenade Financial, Tour Ouest
Mississauga (Ontario) L5N 7Y5
Stanley Seggie, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie.
See-Zenith Insurance Company.
Compagnie d’assurance Zenith
105, rue Adelaide Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1P9
Byron G. Messier, Président et chef
de la direction.
Accidents et maladie, automobile,
responsabilité et assurances de
biens.
See-Lombard General Insurance Company
of Canada.
Compagnie canadienne d’assurances
générales Lombard
105, rue Adelaide Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1P9
Byron G. Messier, Président et
chef de la direction.
Accidents et maladie, assurances
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité, assurances de
biens et caution.
See-Northern Indemnity, Inc.
La Compagnie d’Indemnité du Nord, Inc.
2, rue Bloor ouest, Bureau 1500
Toronto (Ontario) M4W 3E2
Robert A Burns, Président et chef
de la direction
Biens, responsabilité,
détournements et caution.
See-The Boiler Inspection and Insurance
Company of Canada.
La Compagnie d’Inspection et d’Assurance
Chaudières et Machinerie
18, rue King Est, 2e étage
Toronto (Ontario) M5C 1C4
Hans A. Schols, Président et
chef de la direction.
Biens, chaudières et machines et
responsabilité.
See-Maryland Casualty Company.
Compagnie Maryland Casualty
a/s Lavery, DeBilly, Avocats
1, place Ville Marie, Bureau 4000
Montréal (Québec) H3B 4M4
Pierre Caron, Agent principal.
Biens, abus de confiance,
accidents et maladie, accidents
d’aviation, automobile, caution,
chaudières et machines et
responsabilité, à la condition
que, si la Compagnie utilise un
nom français dans ses affaires au
Canada, ce nom serait
« Compagnie Maryland
Casualty », limitée à
l’administration des polices
existantes.
See-Commercial Travelers Mutual
Insurance Company.
Compagnie Mutuelle D’Assurance
Commercial Travelers
(Incorporée sous les lois de l’état
de New York, É.-U.A.)
8, place Ranchwood
Brampton (Ontario) L6R 1W5
William C. Jorgens, Agent principal.
Accidents et maladie, à condition
que les mots « constituée en
vertu des lois de l’État de New
York, É.-U. d’Amérique » soient
placés bien en évidence par
rapport au nom « Commercial
Travelers Mutual Insurance
Company » partout où ce nom se
trouve dans les contrats,
formules de proposition,
annonces et autres documents
publiés par la Compagnie, et à la
condition que, si la Compagnie
utilise un nom français dans ses
affaires au Canada, ce nom serait
« Compagnie Mutuelle
D’Assurances Commercial
Travelers ». Les affaires de la
compagnie sont limitées à
l’écoulement des polices émises
avant le 1er avril 1991.
16
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
July 27, 2002
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-The Wawanesa Mutual Insurance
Company
La Compagnie Mutuelle d’Assurance
Wawanesa
191, rue Broadway
Winnipeg (Manitoba) R3C 3P1
Gregg J. Hanson, Président et chef
de la direction.
Biens, automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité, caution, accidents
et maladie.
See-Chancellor Reinsurance Company of
Canada
La Compagnie de Réassurance Chancellor
du Canada
Bureau 2000, Oceanic Plaza
1066, rue West Hastings
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6E 3X2
Robert Rusko, Agent
KPMG Comptables Agréés,
Mandataire du surintendant des
institutions financières, liquidateur
provisoire.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, crédit,
abus de confiance, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution, limitée aux affaires de
réassurance. Depuis le 5 juillet
1995, La Compagnie de
Réassurance Chancellor du
Canada fait l’objet d’une
procédure volontaire de
liquidation et de dissolution sous
la supervision des tribunaux, en
vertu de la Loi sur les sociétés
d’assurances. La firme KPMG
Comptables Agréés a été
nommée liquidateur de la société
en vertu d’une ordonnance du
tribunal.
See-Suecia Reinsurance Company
Compagnie de réassurance Suecia
763, av. Pape
Toronto (Ontario) M4K 3T2
J. Leo Daly, Président et chef de
la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance, et à
l’écoulement des polices
existantes.
See-The Toa Reinsurance Company of
America.
La Compagnie de réassurance Toa
d’Amérique
401, rue Bay,
Bureau 2420, C.P. 17
Toronto (Ontario) M5H 2Y4
David E. Wilmot, Agent principal
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, crédit, détournements,
grêle, responsabilité et caution,
limitée aux affaires de
réassurance et pourvu que, si la
société utilise une dénomination
sociale française dans le cadre de
l’exercise de son activité au
Canada, ce soit « La Compagnie
de réassurance Toa
d’Amérique ».
See-Swiss Reinsurance Company Canada.
Compagnie Suisse de Réassurance Canada
150, rue King Ouest
Bureau 2200
Toronto (Ontario) M5H 1J9
Brian Gray, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité,
hypothèque et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
See-Western Surety Company.
La Compagnie de Sûreté de l’Ouest
2000, 1874, rue Scarth
Regina (Saskatchewan) S4P 2G8
David C. Dykes, Président et chef de la
direction.
Détournements et caution.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
17
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
CompCorp Life Insurance Company
1 Queen Street East
Toronto, Ontario M5C 2X9
Gordon M. Dunning, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness and
Loss of employment. CompCorp
Life Insurance Company may
carry on
(i) business which generally
appertains to acquiring,
reinsuring, servicing, transferring
or otherwise dealing with
policies of insurance companies
that are members of the
Canadian Life and Health
Insurance Compensation
Corporation against which a
winding-up order under the
Winding-up and Restructuring
Act has been made; and(ii) with
the prior written approval of the
Superintendent of Financial
Institutions, business which
generally appertains to acquiring,
reinsuring, servicing, transferring
or otherwise dealing with
policies of insurance companies
that are members of the
Canadian Life and Health
Insurance Compensation
Corporation other than
companies described in
paragraph (i).
Voir-Société d’assurance vie SIAP
Connecticut General Life Insurance
Company
55 Town Centre Court
Suite 606
Scarborough, Ontario M1P 4X4
M. E. Hassan, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness.
Connecticut General Life Insurance
Company
55, cour Town Centre
Bureau 606
Scarborough (Ontario) M1P 4X4
M. E. Hassan, Agent principal.
Vie, accidents corporels et
maladie.
Constitution Insurance Company of Canada
1232C Lawrence Avenue East
Toronto, Ontario M3A 1B9
Frank Di Tomasso, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Fidelity, Legal
expense, Liability and Surety,
limited to the servicing of
existing policies.
Constitution du Canada, Compagnie
d’Assurance
1232C, av. Lawrence Est
Toronto (Ontario) M3A 1B9
Frank Di Tomasso, Président et chef de la
direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, détournements, frais
juridiques, responsabilité et
caution, limitée à l’écoulement
des polices existantes.
Continental Assurance Company
40 Weber Street East, 7th Floor
Kitchener, Ontario N2H 6R3
Robert D. Scott, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
January 1, 1999.
Continental Assurance Company
40, rue Weber Est, 7e étage
Kitchener (Ontario) N2H 6R3
Robert D. Scott, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 1er janvier 1999.
Continental Casualty Company
250 Yonge Street
Toronto, Ontario M5B 2L7
Charles R. Lawrence, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
Continental Casualty Company
250, rue Yonge
Toronto (Ontario) M5B 2L7
Charles R. Lawrence, Agent principal
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
Co-operators General Insurance Company
130 Macdonell Street
Priory Square, Guelph, Ontario N1H 6P8
G. Terry Squire, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Legal
expense, Fidelity, Hail, Liability
and Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurance Générale
Co-operators
Co-operators Life Insurance Company
1920 College Avenue
Regina, Saskatchewan S4P 1C4
G. Terry Squire, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Co-operators, Compagnie d’Assurance-Vie
1920, avenue College
Regina (Saskatchewan) S4P 1C4
G. Terry Squire, Président et chef
de la direction.
Coseco Insurance Company
130 Macdonell Street
Priory Square Guelph, Ontario N1H 6P8
G. Terry Squire, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
Voir-Compagnie d’Assurance Coseco
See-Canada Life Financial Corporation
Corporation Financière Canada-Vie
330, av. University
Toronto (Ontario) M5G 1R8
David Nield, Président et chef
de la direction.
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Vie, accidents et maladie.
Vie
18
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Crown Life Insurance Company
1874 Scarth Street, Suite 1900
Regina, Saskatchewan S4P 4B3
Brian A. Johnson, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Crown, compagnie d’assurance-vie
1874, rue Scarth, Bureau 1900
Regina (Saskatchewan) S4P 4B3
Brian A. Johnson, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
CUMIS General Insurance Company
151 North Service Road, P.O. Box 5065
Burlington, Ontario L7R 4C2
Michael Porter, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurance Général
CUMIS
CUMIS Life Insurance Company
151 North Service Road, P.O. Box 5065
Burlington, Ontario L7R 4C2
Michael Porter, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its
instrument of incorporation.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie
CUMIS
CUNA Mutual Insurance Society
P.O. Box 5065, 151 North Service Road
Burlington, Ontario L7R 4C2
T. Michael Porter, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the writing of
insurance on the members of
credit unions, and the Company
may use in the transaction of its
business in Canada its name in
English “CUNA Mutual
Insurance Society” or its name in
French “La Société d’Assurance
CUNA Mutuelle”, or both of
such names.
Voir-La Société d’Assurance CUNA
Mutuelle
DaimlerChrysler Insurance Company
4510 Rhodes Drive, Suite 120
Windsor, Ontario N8W 5C2
Richard Wong, Chief Agent.
Property, Automobile, Liability
and Surety.
Voir-La compagnie d’assurance
DaimlerChrysler
The Dominion Life Assurance Company
200 Bloor St. East, North Tower 10
Toronto, Ontario M4W 1E5
Ian Beverly, Provisional Liquidator.
Life insurance, limited to the
servicing of policies issued prior
to January 1, 1986.
La Dominion, Compagnie d’Assurance
sur la Vie
200, rue Bloor Est, North Tower 10
Toronto (Ontario) M4W 1E5
Ian Beverly, Liquidateur
provisoire.
The Dominion of Canada General
Insurance Company
165 University Ave.
Toronto, Ontario M5H 3B9
George L. Cooke, President and
Chief Executive Officer.
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability, Property and Surety.
Voir-Compagnie d’assurance générale
Dominion du Canada
Eagle Star Insurance Company Limited
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip H. Cook, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Eagle Star Insurance Company Limited
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip H. Cook, Agent principal.
Ecclesiastical Insurance Office Public
Limited Company
2300 Yonge St., Suite 502
Toronto, Ontario M4P 1E4
Stephen Oxley, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity and Liability
on the condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses a
French name, that name shall be
“Société des Assurances
Écclésiastiques”.
Voir-Société des Assurances Écclésiastiques
Echelon General Insurance Company
Priory Square
Guelph, Ontario N1H 6P8
Terry Squire, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile and
Liability.
Échelon, Compagnie D’Assurances Générale Biens, automobile et
Priory Square
responsabilité.
Guelph (Ontario) N1H 6P8
Terry Squire, Président et chef
de la direction.
Economical Mutual Insurance Company
P.O. Box 2000
111 Westmount Road South
Waterloo, Ontario N2J 4S4
Noel G. Walpole, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Economical, Compagnie Mutuelle
d’Assurance
C.P. 2000
111, chemin Westmount Sud
Waterloo (Ontario) N2J 4S4
Noel G. Walpole, Président et chef
de la direction.
Vie, sous réserve de la restriction
que les affaires de la compagnie
soient limitées à l’écoulement
des polices émises avant le
1er janvier 1986.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements,
responsabilité et caution.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
19
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Elite Insurance Company
2206 Eglinton Avenue East
Scarborough, Ontario M1L 4S8
Igal Mayer, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurances Elite
The Empire Life Insurance Company
259 King Street East
Kingston, Ontario K7L 3A8
D.G. Hogeboom, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
L’Empire, Compagnie d’Assurance-Vie
259, rue King Est
Kingston (Ontario) K7L 3A8
D.G. Hogeboom, Président et
chef de la direction.
Employers Insurance Company of Wausau
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
North York, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety on the condition that, if in
the transaction of its business in
Canada, the foreign company
uses a French form of name, that
name shall be “Compagnie
d’Assurances des employeurs de
Wausau”.
Voir-Compagnie d’Assurances des
Employeurs
de Wausau
Employers Reassurance Corporation
200 Wellington Street West, Suite 400
P.O. Box 166
Toronto, Ontario M5V 3C7
Alan Ryder, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance.
Employers Reassurance Corporation
200, rue Wellington Ouest
Bureau 400, C.P. 166
Toronto (Ontario) M5V 3C7
Alan Ryder, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance.
Employers Reinsurance Corporation
200 Wellington Street West, Suite 1400
P.O. Box 166
Toronto, Ontario M5V 3C7
Peter Borst, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity,
Liability and Surety.
Employers Reinsurance Corporation
200, rue Wellington Ouest
Bureau 1400, C.P. 166
Toronto (Ontario) M5V 3C7
Peter Borst, Agent principal.
Biens, abus de confiance,
accidents d’aviation, accidents et
maladie, automobile, caution,
chaudières et machines, crédit et
responsabilité.
The Equitable General Insurance Company
2475 Laurier Blvd
Sillery, Quebec G1T 1C4
Katherine Bardswick, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile and
Liability.
L’Équitable, Compagnie d’Assurances
Générales
2475, boul. Laurier
Sillery (Québec) G1T 1C4
Katherine Bardswick, Présidente et chef
de la direction.
Biens, automobile et
responsabilité.
The Equitable Life Assurance Society of
the United States
55 Town Centre Court
P.O. Box 14, Suite 606
Scarborough, Ontario M1P 4X4
Eman Hassan, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
L’Équitable Société d’assurance-vie
des États-Unis
55, cour Town Centre
C.P. 14, Bureau 606
Scarborough (Ontario) M1P 4X4
Eman Hassan, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
The Equitable Life Insurance Company
of Canada
1 Westmount Rd. North
Waterloo, Ontario N2J 4C7
Ronald D. Beaubien, President and
Chief Executive Officer.
Life, Personal accident and
Sickness.
L’Équitable Compagnie d’Assurance-Vie
du Canada
1, chemin Westmount Nord
Waterloo (Ontario) N2J 4C7
Ronald D. Beaubien, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents corporels et
maladie.
EULER American Credit Indemnity
Company
1155 René-Lévesque Blvd. West,
Suite 1702, CIBC Tower
Montréal, Quebec H3B 3Z7
Robert Labelle, Chief Agent.
Credit.
EULER American Credit Indemnity
Company
1155, boul. René-Lévesque Ouest
Bureau 1702, Tour CIBC
Montréal (Québec) H3B 3Z7
Robert Labelle, Agent principal.
Crédit.
Everest Insurance Company of Canada
130 King Street West
Suite 2520
Toronto, Ontario M5X 1E3
William G. Jonas, President
and Chief Executive Officer.
Property, Automobile, Aircraft,
Boiler and machinery, Credit,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurance Everest du
Canada
Everest Reinsurance Company
130 King Street West
Suite 2520
Toronto, Ontario M5X 1E3
William G. Jonas, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Everest Reinsurance Company
130, rue King Ouest
Bureau 2520
Toronto (Ontario) M5X 1E3
William G. Jonas, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
20
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Factory Mutual Insurance Company
165 Commerce Valley Drive West
Suite 500
Thornhill, Ontario L3T 7V8
Perry Brazeau, Chief Agent.
Property, Boiler and machinery,
Fidelity, Liability and Surety.
Factory Mutual Insurance Company
165, promenade Commerce Valley Ouest
Bureau 500
Thornhill (Ontario) L3T 7V8
Perry Brazeau, Agent principal.
Biens, chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution.
Federal Insurance Company
One Financial Place
1 Adelaide Street East
Toronto, Ontario M5C 2V9
Janice M. Tomlinson, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, on the condition that if in
the transaction of its business in
Canada the company uses a
French name, that name shall be
“Compagnie d’assurances
Fédérale”.
Voir-Compagnie d’assurances Fédérale
Federated Insurance Company of Canada
P.O. Box 5800, 717 Portage Ave.
Winnipeg, Manitoba R3C 3C9
John M. Paisley, President.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
La Federated, Compagnie d’Assurance
du Canada
C.P. 5800, 717, av. Portage
Winnipeg (Manitoba) R3C 3C9
John M. Paisley, Président.
Federated Life Insurance Company
of Canada
717 Portage Avenue, P.O. Box 5800
Winnipeg, Manitoba R3C 3C9
John M. Paisley, President.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie
Federated du Canada
Federation Insurance Company of Canada
1000 de La Gauchetière Street West
Suite 500
Montréal, Quebec H3B 4W5
Noel Walpole, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Legal expense,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety.
La Fédération Compagnie d’Assurances
du Canada
1000, rue de La Gauchetière Ouest
Bureau 500
Montréal (Québec) H3B 4W5
Noel Walpole, Président et chef de la
direction.
Biens, automobile, chaudières et
machines, frais juridiques,
détournements, grêle,
responsabilité et caution.
Financial Life Assurance Company
of Canada
2701 Dutch Village Rd., P.O. Box 1030
Halifax, Nova Scotia B3J 2X5.
Hugh D. Haney, President.
The company shall not carry on
business except to the extent
necessary to complete its
voluntary liquidation.
Financial du Canada, Compagnie
d’Assurance-Vie
2701, chemin Dutch Village, C.P. 1030
Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 2X5
Hugh D. Haney, Président.
Les activités de la société seront
limitées à celles nécessaires pour
compléter sa liquidation
volontaire.
Financière Sun Life du Canada inc.
150, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1J9
Donald Alexander Stewart, Chef de la
direction.
Vie.
See-Sun Life Financial Services of
Canada Inc.
Biens, automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution.
First Allmerica Financial Life Insurance
Company
40 King St. West
Scotia Plaza, Suite 2100
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
June 1, 1992.
First Allmerica Financial Life Insurance
Company
40, rue King Ouest
Scotia Plaza, Bureau 2100
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, sous
réserve de la restriction que les
affaires de la compagnie soient
limitées à l’écoulement des
polices émises avant le
1er juin 1992.
First American Title Insurance Company
1290 Central Parkway West, Suite 900
Mississauga, Ontario L5C 4R3
Tomas H. Grifferty, Chief Agent.
Property and Title.
First American Title Insurance Company
1290, promenade Central Ouest
Bureau 900
Mississauga (Ontario) L5C 4R3
Tom H. Grifferty, Agent principal.
Biens et titres.
First North American Insurance Company
5650 Yonge St.
North York, Ontario M2M 4G4
H. Bruce Gordon, President and
Chief Executive Officer.
Accident and sickness, Property
limited to job loss insurance,
baggage insurance, merchandise
repair and replacement
insurance, and credit card
insurance arising from mass
marketing initiatives, and
Automobile limited to
indemnification of credit card
holders insured under a group
policy in respect of collision
damage waivers.
Voir-La Nord-américaine, première
compagnie d’assurance
Folksamerica Reinsurance Company
80 Bloor Street West, Suite 1202
Toronto, Ontario M5S 2V1
Jim M. Willis, Chief Agent.
Property, Automobile, Fidelity,
Hail, Liability and Surety,
limited to the business of
reinsurance.
Folksamerica Reinsurance Company
80, rue Bloor Ouest, Bureau 1202
Toronto (Ontario) M5S 2V1
Jim M. Willis, Agent principal.
Biens, automobile, détournements,
responsabilité, grêle et caution,
limitée aux affaires de
réassurance.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
21
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Ford Life Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
July 1, 1992.
Ford Life Insurance Company
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitées
à la gestion des polices émises
avant le 1er juillet 1992.
Foresters Indemnity Company
789 Don Mills Road
Don Mills, Ontario M3C 1T9
G. Peter Oakes, Group Vice-President
Finance & Administration.
Property, Accident and sickness
and Liability, limited to the
servicing of existing policies.
Voir-Indemnité Compagnie des Forestiers
Forethought Life Insurance Company
3380 South Service Road
Burlington, Ontario L7N 3J5
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Life, limited to the servicing of
policies issued prior to
December 5, 2001.
Forethought Life Insurance Company
3380, chemin South Service
Burlington (Ontario) L7N 3J5
J. Brian Reeve, Agent principal.
Vie, limitée à la gestion des
polices émises avant le
5 décembre 2001.
Fortis Benefits Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Life.
Fortis Benefits, Compagnie d’Assurance
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Vie.
GAN VIE Compagnie Française
d’Assurances sur la Vie
425, Maisonneuve Blvd. West, Suite 1200
Montréal, Quebec H3A 3G5
Eric L. Clark, Chief Agent.
Life.
GAN VIE Compagnie Française
d’Assurances sur la Vie
425, boul. de Maisonneuve Ouest
Bureau 1200
Montréal (Québec) H3A 3G5
Eric L. Clark, Agent principal.
Vie.
La Garantie, Compagnie d’Assurance
de l’Amérique du Nord
Place du Canada, Bureau 1560
Montréal (Québec) H3B 2R4
Jules R. Quenneville, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières, et
machines, détournements, crédit,
frais juridiques, responsabilité et
caution.
See-The Guarantee Company of
North America
GE Capital Casualty Company, Canada
7495-132nd Street, Suite 2023
Surrey, British Columbia V3W 1J8
Danielle C. Bolduc, President and
Chief Executive Officer.
Property, Boiler and machinery
limited to the Province of Alberta
and Vehicle Warranty insurance
as defined by the Classes of
Insurance Regulations of the
Province of Alberta, and Surety.
Voir-Compagnie d’assurance GE Capital
Casualty, Canada
GE Capital Mortgage Insurance Company
(Canada)
2300 Meadowvale Blvd.
Mississauga, Ontario L5N 5P9
Peter M. Vukanovich, President and
Chief Executive Officer.
Mortgage.
Voir-Compagnie d’assurance d’hypothèques
GE Capital (Canada)
GE Frankona RückversicherungsAktiengesellschaft
200 Wellington Street West
Suite 400, P.O. Box 166
Toronto, Ontario M5V 3C7
Life Branch
Alan K. Ryder, Chief Agent.
Property and Casualty Branch
Margaret A. Helliwell, Chief Agent.
Life, Property, Accident and
sickness, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Credit,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety, limited to the business of
reinsurance.
GE Frankona RückversicherungsAktiengesellschaft
200, rue Wellington Ouest
Bureau 400, C.P. 166
Toronto (Ontario) M5V 3C7
Vie
Alan K. Ryder, Agent principal.
Biens et risques divers
Margaret A. Helliwell, Agent principal.
Vie, biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
GE Reinsurance Corporation
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
North York, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
GE Reinsurance Corporation
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
North York (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution, limitée aux affaires
de réassurances.
General & Cologne Life Re of America
1 First Canadian Place
Suite 5705, P.O. Box 471
Toronto, Ontario M5X 1E4
Gerald A. Wolfe, Chief Agent
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance.
General & Cologne Life Re of America
1 First Canadian Place
Bureau 5705, C.P. 471
Toronto (Ontario) M5X 1E4
Gerald A. Wolfe, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance.
General American Life Insurance Company
1010 Sainte-Catherine Street West
Suite 1000
Montréal, Quebec H3B 3R8
André St-Amour, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness.
General American Life Insurance Company
1010, rue Sainte-Catherine Ouest
Bureau 1000
Montréal (Québec) H3B 3R8
André St-Amour, Agent principal.
Vie, accidents corporels et
maladie.
22
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
General Reinsurance Corporation
1 First Canadian Place
Suite 5705, P.O. Box 471
Toronto, Ontario M5X 1E4
Gerald A. Wolfe, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
General Reinsurance Corporation
1 First Canadian Place
Bureau 5705, C.P. 471
Toronto (Ontario) M5X 1E4
Gerald A. Wolfe, Agent principal.
Biens, abus de confiance,
accidents et maladie, accidents
d’aviation, automobile, caution,
chaudières et machines, crédit,
grêle et responsabilité.
Gerber Life Insurance Company
40 King Street West
Scotia Plaza, Suite 2100
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Life
Gerber Life Insurance Company
40, rue King Ouest
Scotia Plaza, Bureau 2100
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Vie
Gold Circle Insurance Company
100 Osborne St. North
Winnipeg, Manitoba R3C 3A5
Raymond L. McFeetors, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability,
limited to the servicing of
existing policies.
Voir-Cercle d’Or, Compagnie d’Assurance
Gore Mutual Insurance Company
252 Dundas Street North
Cambridge, Ontario N1R 5T3
Kevin W. McNeil, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Gore Mutual Insurance Company
252, rue Dundas Nord
Cambridge (Ontario) N1R 5T3
Kevin W. McNeil, Président et chef
de la direction
Grain Insurance and Guarantee Company
1240 One Lombard Place
Winnipeg, Manitoba R3B 0V9
Ralph N. Jackson, President.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-La Compagnie d’assurance et de
Garantie Grain
Granite Insurance Company
2 Eva Road, Suite 201
Etobicoke, Ontario M9C 2A8
Barry Symons, President.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Fidelity, Liability
and Surety, limited to the
servicing of existing policies.
Granite Compagnie d’Assurances
2, chemin Eva, Bureau 201
Etobicoke (Ontario) M9C 2A8
Barry Symons, Président.
Biens, accidents et maladie,
automobile, abus de confiance,
responsabilité et caution, limitée
à l’administration des polices
existantes.
Great American Insurance Company
40 King Street West
Scotia Plaza, Suite 2100
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
Great American Insurance Company
40, rue King Ouest
Scotia Plaza, Bureau 2100
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
Great American Insurance Company of
New York
40 King Street West
Scotia Plaza, Suite 2100
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Hail and Liability.
Great American Insurance Company of
New York
40, rue King Ouest
Scotia Plaza, Bureau 2100
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines, grêle et responsabilité.
The Great-West Life Assurance Company
100 Osborne St. North
P.O. Box 6000
Winnipeg, Manitoba R3C 3A5
Raymond L. McFeetors, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
La Great-West, compagnie d’assurance-vie
100, rue Osborne Nord
C.P. 6000
Winnipeg (Manitoba) R3C 3A5
Raymond L. McFeetors, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
The Guarantee Company of North America
Place du Canada, Suite 1560
Montréal, Quebec H3B 2R4
Jules R. Quenneville, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and Sickness,
Automobile, Boiler and
Machinery, Fidelity, Credit,
Legal expense, Liability and
Surety.
Voir-La Garantie, Compagnie d’Assurance
de l’Amérique du Nord
See-The Commerce Group Insurance
Company
Hannover RuckversicherungsAktiengesellschaft
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
North York, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Biens, accident et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements,
responsabilité et caution.
Le Groupe Commerce Compagnie
d’Assurances
2450, rue Girouard Ouest
Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 3B3
Jacques Valotaire, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, frais
juridiques, détournements, grêle,
responsabilité et caution.
Hannover RuckversicherungsAktiengesellschaft
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
North York (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution, limitée aux affaires
de réassurance.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
23
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
The Hanover Insurance Company
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip H. Cook, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, limited to the servicing of
existing policies.
The Hanover Insurance Company
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip H. Cook, Agent principal.
Biens, chaudières et machines,
automobile, abus de confiance,
responsabilité et caution, limitée
à l’administration des polices
existantes.
The Hartford Fire Insurance Company
24 Chudleigh Ave.
Toronto, Ontario M4R 1T2
Illona V. Kirsh, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
The Hartford Fire Insurance Company
24, av. Chudleigh
Toronto (Ontario) M4R 1T2
Illona V. Kirsh, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
Hartford Life Insurance Company
4 King Street West, Suite 1103
Toronto, Ontario M5H 1B6
Daniel A. Noot, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Hartford Life Insurance Company
4, rue King Ouest, Bureau 1103
Toronto (Ontario) M5H 1B6
Daniel A. Noot, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
Highlands Insurance Company
c/o Fasken, Campbell, Godfrey
Toronto-Dominion Centre
P.O. Box 20
Toronto, Ontario M5K 1C1
Robert W. McDowell, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety, limited to the servicing of
existing policies.
Highlands Insurance Company
a/s Fasken, Campbell, Godfrey
Toronto-Dominion Centre, C.P. 20
Toronto (Ontario) M5K 1C1
Robert W. McDowell, Agent principal.
Biens, accidents d’aviation,
automobile, abus de confiance,
grêle, responsabilité et caution,
limitée à l’administration des
polices existantes.
The Home Insurance Company
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip H. Cook, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, limited to the servicing of
existing policies.
The Home Insurance Company
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip H. Cook, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile, caution,
chaudières et machines,
détournements et responsabilité,
limitée à l’écoulement des
polices existantes.
Household Life Insurance Company
101 Duncan Mills Road, 5th Floor
North York, Ontario M3B 1Z3
Brad James Wilson, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if, in the
transaction of its business in
Canada, the Company uses a
French form of name, that name
shall be “Compagnie
d’Assurance-Vie Household”.
Voir-Compagnie d’Assurance-Vie
Household
HSBC Canadian Direct Insurance
Incorporated
610-6th Street, Suite 217
New Westminster
British Columbia V3L 3C2
Brian J. Young, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
Voir-La Compagnie d’Assurances HSBC
Canadienne Direct Incorporée.
ICAROM Public Limited Company
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip H. Cook, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Fidelity, Liability and Surety,
limited to the servicing of
existing policies.
ICAROM Public Limited Company
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip H. Cook, Agent principal.
Biens, accidents d’aviation,
automobile, abus de confiance,
responsabilité et caution, limitée
à l’administration des polices
existantes.
The Imperial Life Assurance Company
of Canada
95 St. Clair Ave. West
Toronto, Ontario M4V 1N7
Marcel Pépin, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
L’Impériale, compagnie d’assurance-vie
95, av. St. Clair Ouest
Toronto (Ontario) M4V 1N7
Marcel Pépin, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
Indemnité Compagnie des Forestiers
789, chemin Don Mills
Don Mills (Ontario) M3C 1T9
G. Peter Oakes, Vice-président
Groupe des Finances
et Administration.
Biens, accidents et maladie et
responsabilité, limitée à
l’administration des polices
existantes.
See-Foresters Indemnity Company
Industrial-Alliance Pacific Life
Insurance Company
2165 West Broadway
Vancouver, British Columbia V6K 4N5
Yvon Charest, Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
L’industrielle-Alliance Pacifique Compagnie Vie, accidents et maladie.
d’Assurance sur la Vie
2165, rue Broadway Ouest
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6K 4N5
Yvon Charest, Chef de la direction.
24
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
ING Insurance Company of Canada
75 Eglinton Ave. East
Toronto, Ontario M4P 3A4
Derek A. Iles, President.
Accident and Sickness, Aircraft,
Automobile, Boiler and
Machinery, Fidelity, Hail, Legal
Expense (limited to the business
of reinsurance), Liability,
Property and Surety
Voir-Compagnie d’assurance ING du
Canada
ING Novex Insurance Company of Canada
6733 Mississauga Road, Suite 502
Mississauga, Ontario L5N 6J5
Claude Dussault, Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery*, Credit, Fidelity,
Legal expense, Liability and
Surety*. (*Denotes classes
limited to the business of
reinsurance.)
ING Novex Compagnie d’assurance
du Canada
6733, chemin Mississauga, Bureau 502
Mississauga (Ontario) L5N 6J5
Claude Dussault, Chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines*, crédit,
détournements, frais juridiques,
responsabilité et caution*.
(* Indique que ces branches
d’affaires sont limitées aux
affaires de réassurances.)
ING Wellington Insurance Company
181 University Avenue, 7th Floor
Toronto, Ontario M5H 3M7
Claude Dussault, Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail, Legal
expense, Loss of employment,
Liability and Surety.
ING Wellington Compagnie d’assurance
181, av. University, 7e étage
Toronto (Ontario) M5H 3M7
Claude Dussault, Chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle, frais
juridiques, perte d’emploi,
responsabilité et caution.
ING Western Union Insurance Company
321–6th Avenue SW
Suite 1300
Calgary, Alberta T2P 4W7
Roger Randall, President
Accident and sickness, aircraft,
automobile, boiler and
machinery, credit, fidelity, hail,
legal expense, liability, property
and surety insurance.
ING Western Union Compagnie d’assurance
321, 6e Avenue sud-ouest
Bureau 1300
Calgary (Alberta) T2P 4W7
Roger Randall, Président
The Insurance Corporation of New York
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
The Insurance Corporation of New York
1145, chemin Nicholson, Bureau 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Accidents et maladie, assurance
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité,
assurances de biens et caution.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurances.
J.C. Penney Life Insurance Company
80 Tiverton Court, 5th Floor
Markham, Ontario L3R 0G4
Isaac Sananes, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Voir-Compagnie d’assurance-vie
J.C. Penney
Jevco Insurance Company
2021 Union, Suite 1150
Montréal, Quebec H3A 2S9
William G. Star, President
and Chief Executive Officer.
Property, Automobile, Liability
and Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurances Jevco
John Alden Life Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses a
French name, that name shall be
“La Compagnie D’AssuranceVie John Alden”. The company’s
business in Canada is limited to
the servicing of policies issued
prior to April 1, 1991.
Voir-La Compagnie D’Assurance-Vie
John Alden
John Hancock Life Insurance Company
c/o McLean & Kerr
130 Adelaide Street West, Suite 2800
Toronto, Ontario M5H 3P5
Robin B. Cumine, Q.C., Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
December 31, 1995 with the
exception of policies issued as a
result of the conversion of group
policies to individual policies,
policies issued jointly with The
Maritime Life Assurance
Company, and group annuities.
John Hancock Life Insurance Company
a/s McLean & Kerr
130, rue Adelaide Ouest, Bureau 2800
Toronto (Ontario) M5H 3P5
Robin B. Cumine, C.R., Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 31 décembre 1995, à
l’exception des polices émises
par suite de la conversion de
polices collectives en polices
individuelles et des polices
émises conjointement avec La
Maritime Compagnie
d’Assurance-vie et des rentes
collectives.
The Kings Mutual Insurance Company
P.O. Box 10
Berwick, Nova Scotia B0P 1E0
Wallace J. Jarvis, Chief Executive Officer
Property and Liability.
The Kings Mutual Insurance Company
C.P. 10
Berwick (Nouvelle-Écosse) B0P 1E0
Wallace J. Jarvis, Chef de la direction.
Biens et responsabilité.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
25
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Langdon Insurance Company
111 Westmount Road South
P.O. Box 2000
Waterloo, Ontario N2J 4S4
Noel G. Walpole, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
Voir-Société d’Assurance Langdon
Lawyers Title Insurance Corporation
2170 Torquay Mews
Mississauga, Ontario L5N 2M6
Gary Patrick Mooney, Chief Agent.
Title
Lawyers Title Insurance Corporation
2170, rue Troquay Mews
Mississauga (Ontario) L5N 2M6
Gary Patrick Mooney, Agent principal.
Titres
Le Mans Ré
20 Queen Street West, Suite 1000
P.O. Box 26
Toronto, Ontario M5H 3R3
Rui Quintal, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, limited to the business of
reinsurance.
Le Mans Ré
20, rue Queen Ouest, Bureau 1000
C.P. 26
Toronto (Ontario) M5H 3R3
Rui Quintal, Agent principal.
Biens, accident et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
Legacy General Insurance Company
80 Tiverton Court, Suite 500
Markham, Ontario L3R 0G4
Isaac Sananes, Vice-President and
Chief Executive Officer.
Property, Loss of Employment,
Accident and sickness, Liability
limited to the servicing of
policies issued prior to March
31, 1995.
Voir-Compagnie d’assurances générales
Legacy
Liberty Insurance Company of Canada
200 Consilium Place, 8th Floor
Scarborough, Ontario M1H 3E6
Ronald H. Switzer, President and
Chief Executive Officer.
Property, Automobile and
Liability.
Voir-Compagnie d’Assurance Liberté du
Canada
Liberty Life Assurance Company of Boston
3500 Steeles Avenue East
Markham, Ontario L3R 0X4
Gery J. Barry, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie
Liberté de Boston.
Liberty Mutual Fire Insurance Company
675 Cochrane Drive, Suite 100
Unionville, Ontario L3R 0S7
Richard M. Evans, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, limited to the servicing of
existing policies, except for
automobile insurance; and on the
condition that, if in the
transaction of its business in
Canada, the company uses a
French name, that name shall be
“La Compagnie d’Assurance
Générale Liberté Mutuelle”.
Voir-La Compagnie d’Assurance Générale
Liberté Mutuelle.
Liberty Mutual Insurance Company
3500 Steeles Avenue East
Markham, Ontario L3R 0X4
Gery J. Barry, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurance Liberté
Mutuelle
Life Insurance Company of North America
55 Town Centre Court, Suite 606
Scarborough, Ontario M1P 4X4
Eman Hassan, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness.
Life Insurance Company of North America
55, cour Town Centre, Bureau 606
Scarborough (Ontario) M1P 4X4
Eman Hassan, Agent principal.
Life Investors Insurance Company of
America
c/o John Milnes & Associates
68 Scollard Street, 2nd Floor
Toronto, Ontario M5R 1G2
John R. Milnes, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Voir-Compagnie D’Assurances Life
Investors D’Amérique
Lincoln Heritage Life Insurance Company
see-Superior Life Insurance Company,
the name used by Lincoln Heritage
Life Insurance Company to transact
business in Canada.
The Lincoln National Life Insurance
Company
161 Bay Street, Suite 3000
Toronto, Ontario M5J 2T6
Brenda L. Buckingham, Chief Agent.
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Vie, accidents corporels et
maladie.
Lincoln Heritage Life Insurance Company
voir-Superior Life Insurance Company,
le nom utilisé par Lincoln Heritage Life
Insurance Company dans les affaires au
Canada.
Life, Accident and sickness on the
condition that the insuring in
Canada of risks is limited to the
servicing of policies issued prior
to January 1, 2002.
The Lincoln National Life Insurance
Company
161, rue Bay, Bureau 3000
Toronto (Ontario) M5J 2T6
Brenda L. Buckingham, Agent principal.
Vie, accidents et maladie à la
condition que les risques à
garantir au Canada soient limités
à l’écoulement des polices
émises avant le 1er janvier 2002.
26
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Lloyd’s Underwriters
1155 Metcalfe Street, Suite 1540
Montréal, Quebec H3B 2V6
Nicholas Smith, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Legal expense, Liability and
Surety.
Voir-Les Souscripteurs du Lloyd’s
Lombard General Insurance Company
of Canada
105 Adelaide Street West
Toronto, Ontario M5H 1P9
Byron G. Messier, President and
Chief Executive Officer.
Accident and sickness, Aircraft,
Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability, Property and Surety.
Voir-Compagnie canadienne d’assurances
générales Lombard.
Lombard Insurance Company
105 Adelaide Street West
Toronto, Ontario M5H 1P9
Byron G. Messier, President and
Chief Executive Officer.
Accident and sickness, Aircraft,
Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability, Property and Surety.
Voir-Compagnie d’assurance Lombard.
London and Midland General Insurance
Company
201 Queens Ave., P.O. Box 5071
London, Ontario N6A 4M5
A. W. Miles, Vice-President and
General Manager.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Legal
expense, Liability, Loss of
employment and Surety.
La London et Midland Compagnie
d’Assurance Générale
201, av. Queens, C.P. 5071
London (Ontario) N6A 4M5
A. W. Miles, Vice-président et
administrateur gérant.
London Guarantee Insurance Company
77 King Street West, Suite 3426
Royal Trust Tower, P.O. Box 284
Toronto, Ontario M5K 1K2
John F. Phinney, President.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Credit (on
condition that the person to
whom the credit is granted is
located in Canada), Boiler and
machinery, Fidelity, Hail, Legal
Expense, Title, Liability and
Surety.
Voir-Compagnie d’Assurance London
Garantie
London Life Insurance Company
255 Dufferin Ave.
London, Ontario N6A 4K1
Raymond L. McFeetors, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
London Life, Compagnie d’Assurance-Vie
255, av. Dufferin
London (Ontario) N6A 4K1
Raymond L. McFeetors, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
Lumbermens Mutual Casualty Company
141 Adelaide Street West, Suite 770
Toronto, Ontario M5H 3L5
Sean T. Murphy, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Lumbermens Mutual Casualty Company
141, rue Adelaide Ouest, Bureau 770
Toronto (Ontario) M5H 3L5
Sean T. Murphy, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
Lumbermen’s Underwriting Alliance
185 Dorval Ave., Suite 500
Dorval, Québec H9S 5J9
Maurice R. Piché, Chief Agent.
Property and Boiler and
machinery.
Lumbermen’s Underwriting Alliance
185, av. Dorval, Bureau 500
Dorval (Québec) H9S 5J9
Maurice R. Piché, Agent principal.
Biens, chaudières et machines.
MD Life Insurance Company
1867 Alta Vista Drive
Ottawa, Ontario K1G 5W8
Sanders Wilson, President and Chief
Executive Officer
Life
Voir-Société d’Assurance Vie MD
The Manufacturers Life Insurance Company
200 Bloor St. East
Toronto, Ontario M4W 1E5
Dominic D’Alessandro, President
and Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie
Manufacturers
Manulife Financial Corporation
200 Bloor St. East
Toronto, Ontario M4W 1E5
Dominic D’Alessandro, President
and Chief Executive Officer.
Life
Voir-Société Financière Manuvie
Maritime Insurance Company Limited
250 Yonge Street, Suite 1500
Toronto, Ontario H5B 2L7
Charles R. Lawrence, Chief Agent.
Property and Liability, limited to
that liability insurance which the
company is authorized to transact
in the United Kingdom.
Maritime Insurance Company Limited
250, rue Yonge, Bureau 1500
Toronto (Ontario) H5B 2L7
Charles R. Lawrence, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, frais
juridiques, responsabilité, perte
d`emploi et caution.
Biens et responsabilité, limitera
ses activités relatives à
l’assurance de responsabilité aux
catégories qui lui sont autorisées
au Royaume-Uni.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
27
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
The Maritime Life Assurance Company
2701 Dutch Village Rd., P.O. Box 130
Halifax, Nova Scotia B3J 2X5
William A. Black, President
and Chief Executive Officer..
Life, Accident and sickness.
La Maritime Compagnie d’Assurance-vie
2701, chemin Dutch Village, C.P. 130
Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 2X5
William A. Black, Président et chef de la
direction.
Vie, accidents et maladie.
Markel Insurance Company of Canada
105 Adelaide Street West, 7th Floor
Toronto, Ontario M5H 1P9
Mark Ram, President.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
Markel Compagnie d’Assurance du Canada
105, rue Adelaide Ouest, 7e étage
Toronto (Ontario) M5H 1P9
Mark Ram, Président.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
Maryland Casualty Company
c/o Lavery, DeBilly,
Barristers & Solicitors
1 Place Ville Marie, Suite 4000
Montréal, Quebec H3B 4M4
Pierre Caron, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, on the condition that if in
the transaction of its business in
Canada the Company uses a
French name, that name shall be
“Compagnie Maryland
Casualty”, limited to the
servicing of existing policies.
Voir-Compagnie Maryland Casualty
Massachusetts Mutual Life Insurance
Company
c/o McLean & Kerr
130 Adelaide St. West, Suite 2800
Toronto, Ontario M5H 3P5
Robin B. Cumine, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness
Massachusetts Mutual Life Insurance
Company
a/s McLean & Kerr
130, rue Adelaide Ouest, Bureau 2800
Toronto (Ontario) M5H 3P5
Robin B. Cumine, Agent principal.
Vie, accidents corporels et
maladie.
Metropolitan Life Insurance Company
Constitution Square
360 Albert Street, Suite 1750
Ottawa, Ontario K1R 7X7
William R. Prueter, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses a
French name, that name shall be
“La Métropolitaine, compagnie
d’Assurance vie.”
La Métropolitaine, compagnie
d’Assurance vie
Constitution Square
360, rue Albert, Bureau 1750
Ottawa (Ontario) K1R 7X7
William R. Prueter, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, à la
condition que, si la compagnie
utilise un nom français dans les
affaires au Canada, ce nom serait
« La Métropolitaine, compagnie
d’Assurance vie ».
MFC Insurance Company Limited
500 King Street North
Waterloo, Ontario N2J 4C6
Paul Rooney, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-Compagnie d’assurance MFC limitée
MIC Life Insurance Corporation
8500 Leslie St., P.O. Box 6000
Suite 400
Thornhill, Ontario L3T 4S5
Charles W. Hastings, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
January 1, 1997 and on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses a
French form of name, that name
shall be “La Compagnie
d’Assurance-Vie MIC”.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie MIC
Minnesota Life Insurance Company
c/o McLean & Kerr
130 Adelaide St. West, Suite 2800
Toronto, Ontario M5H 3P5
Robin B. Cumine, Q.C., Chief Agent.
Life, on the condition that if in the
transaction of its business in
Canada the foreign company
uses a French name, that name
shall be “Compagnie
d’Assurance-vie Minnesota”.
Voir-La Compagnie d’Assurance-vie
Minnesota.
The Missisquoi Insurance Company
50 Principale Street
Frelighsburg, Quebec J0J 1C0
Noel G. Walpole, President and Chief
Executive Officer
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-La Compagnie d’Assurance
Missisquoi.
Mitsui Sumitomo Insurance Company,
Limited
One Financial Place
1 Adelaide Street East
Toronto, Ontario M5C 2V9
Janice M. Tomlinson, Chief Agent.
Accident and sickness, Aircraft,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability,
property and Surety.
Voir-Compagnie d’Assurance Mitsui
Sumitomo Limitée
28
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
The Mortgage Insurance Company
of Canada
100 Yonge Street, Suite 400
Toronto, Ontario M5H 1H1
Oscar Zimmerman, President.
Fidelity, and Surety, limited to the
servicing of existing policies,
and Mortgage, limited to the
business of reinsurance.
Voir-La Compagnie d’Assurance
d’Hypothèques du Canada
Motors Insurance Corporation
8500 Leslie St., Suite 400
Thornhill, Ontario L3T 7M8
Charles W. Hastings, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Motors Insurance Corporation
8500, rue Leslie, Bureau 400
Thornhill (Ontario) L3T 7M8
Charles W. Hastings, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution.
Munich Reinsurance Company
(Munchener RückversicherungsGesellschaft)
390 Bay Street, Suite 2200
Toronto, Ontario M5H 2Y2
Life Branch
James A. Brierley, Chief Agent.
Property and Casualty Branch
Kenneth B. Irvin, Chief Agent.
Life, Property, Accident and
sickness, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Credit,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety, limited to the business of
reinsurance. The Company may
use in the transacting of its
business in Canada its name in
English “Munich Reinsurance
Company” or its name in French
“La Munich, Compagnie de
Réassurance”.
La Munich, Compagnie de Réassurance
(Munchener RückversicherungsGesellschaft)
390, rue Bay, Bureau 2200
Toronto (Ontario) M5H 2Y2
Vie
James A. Brierley, Agent principal.
Biens et risques divers
Kenneth B. Irvin, Agent principal.
Vie, biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, crédit,
abus de confiance, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance. La
Compagnie peut utiliser dans les
affaires au Canada son nom en
anglais « Munich Reinsurance
Company » ou son nom en
français « La Munich,
Compagnie de Réassurance ».
Munich Reinsurance Company of Canada
390 Bay St., 22nd Floor
Toronto, Ontario M5H 2Y2
Kenneth B. Irvin, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Legal expense, Liability and
Surety, limited to the business of
reinsurance.
La Munich, du Canada, Compagnie
de Réassurance
390, rue Bay, 22e étage
Toronto (Ontario) M5H 2Y2
Kenneth B. Irvin, Président et chef de la
direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution, limitée aux affaires de
réassurance.
Mutual of Omaha Insurance Company
c/o Cassels, Brock & Blackwell
40 King Street West
Scotia Plaza, Suite 2100
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
January 1, 1998, on the condition
that if in the transaction of its
business in Canada the foreign
company uses a French form of
name, that name shall be “La
Mutuelle d’Omaha, Compagnie
d’assurance”.
La Mutuelle d’Omaha, Compagnie
d’Assurance
a/s Cassels, Brock & Blackwell
40, rue King Ouest
Scotia Plaza, Bureau 2100
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 1er janvier 1998, pourvu
que, si la société étrangère utilise
une dénomination sociale
française dans le cadre de
l’exercice de son activité au
Canada, ce soit « La Mutuelle
d’Omaha, Compagnie
d’assurance ».
La Mutuelle du Mans Assurances Vie
c/o Industrial-Alliance Life Insurance Co.
1080 St-Louis Road
P.O. Box 1907, Station Terminus
Sillery, Québec G1K 7M3
Yvon Charest, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance.
La Mutuelle du Mans Assurances Vie
a/s L’Industrielle-Alliance Compagnie
d’Assurance sur la Vie
1080, chemin St-Louis
C.P. 1907, succursale Terminus
Sillery (Québec) G1K 7M3
Yvon Charest, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance.
National Fidelity Life Insurance Company
19 Celina Street, Suite 104
Oshawa, Ontario L1H 4M9
J. Terence Hogan, Chief Agent.
Life, limited to the servicing of
existing policies, Accident and
Sickness on the condition that in
all contracts, premium notices,
applications for policies,
policies, negotiable instruments
and other documents in respect
of its insurance business in
Canada that National Fidelity
Life Insurance Company is the
name under which Bankers
National Life Insurance
Company insures in Canada
risks.
National Fidelity Life Insurance Company
19, rue Celina, Bureau 104
Oshawa (Ontario) L1H 4M9
J. Terence Hogan, Agent principal.
Vie, limitée à l’écoulement des
polices existantes, accidents et
maladie à condition qu’elle
indique sur l’ensemble des
contrats, avis d’échéance de
primes, demandes de polices,
polices, titres négociables et
autres documents à l’égard de
ses opérations d’assurance au
Canada qu’il s’agit de la
National Fidelity Life Insurance
Company, la dénomination
sociale selon laquelle la Bankers
National Life Insurance
Company garantit des risques au
Canada.
The National Life Assurance Company
of Canada
522 University Ave.
Toronto, Ontario M5G 1Y7
Vincent Tonna, President and Chief
Operating Officer.
Life, Personal accident and
Sickness.
La Nationale du Canada, Compagnie
d’Assurance-Vie
522, av. University
Toronto (Ontario) M5G 1Y7
Vincent Tonna, Président et chef
des opérations.
Vie, accidents corporels et
maladie.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
29
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
National Reinsurance Corporation
1 First Canadian Place
Suite 5705, P.O. Box 471
Toronto, Ontario M5X 1E4
Gerald A. Wolfe, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Hail and Liability,
limited to the business of
reinsurance.
National Reinsurance Corporation
1 First Canadian Place
Bureau 5705, C.P. 471
Toronto (Ontario) M5X 1E4
Gerald A. Wolfe, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines, grêle et responsabilité,
limitée aux affaires de
réassurance.
Nationwide Mutual Insurance Company
68 Scollard Street, 2nd Floor
Toronto, Ontario M5R 1G2
John R. Milnes, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the servicing of existing policies.
Nationwide Mutual Insurance Company
68, rue Scollard, 2e étage
Toronto (Ontario) M5R 1G2
John R. Milnes, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution et limitée à la gestion
des polices existantes.
Nederlandse Reassurantie Groep N.V.
995 Dupont Street
Toronto, Ontario M6H 1Z5
Robert De Marco, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance, and
limited to the servicing of
existing policies; on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses an
anglicized name, that name shall
be “Netherlands Reinsurance
Group N.V.”.
Nederlandse Reassurantie Groep N.V.
995, rue Dupont
Toronto (Ontario) M6H 1Z5
Robert De Marco, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, abus de confiance,
grêle, responsabilité et caution,
limitée aux affaires de
réassurance et limitée à
l’administration des polices
existantes, à la condition que
lorsque la compagnie utilise un
nom anglais dans l’exercice de
ses activités au Canada, ce nom
soit « Netherlands Reinsurance
Group N.V. ».
New Hampshire Insurance Company
145 Wellington St. West
Toronto, Ontario M5J 1H8
Gary A. McMillan, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
New Hampshire Insurance Company
145, rue Wellington Ouest
Toronto (Ontario) M5J 1H8
Gary A. McMillan, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
The New India Assurance Company,
Limited
c/o M. Schwab Accounting Services
Limited
278 Bloor Street East, Suite 401
Toronto, Ontario M4W 3M4
Fernao Ferreira, Chief Agent.
Fire, Accident, Automobile, Boiler
excluding machinery, Inland
transportation, Personal property,
Plate glass, Real property, Theft
and additional classes 1, 2, 3, 4,
5, 6, 7, 8, 9 and 10 (See Note
(B)), limited to the servicing of
existing policies.
The New India Assurance Company,
Limited
a/s M. Schwab Accounting Services
Limited
278, rue Bloor Est, Bureau 401
Toronto (Ontario) M4W 3M4
Fernao Ferreira, Agent principal.
Incendie, accidents, automobile,
biens immeubles, biens meubles,
brise des glaces, chaudières (les
machines non comprises),
transports terrestres, vol et
catégories additionnelles 1, 2, 3,
4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 (Voir
Remarque (B)), limitée à
l’administration des polices
existantes.
New York Life Insurance Company
Scotia Plaza, Suite 2100
40 King Street West
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the Company uses a
French name, that name shall be
“Compagnie d’assurances New
York Life”.
Voir-Compagnie d’assurances
New York Life
NIPPONKOA Insurance Company, Limited
2206 Eglinton Ave. East
Scarborough, Ontario M1L 4S8
Igal Mayer, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
NIPPONKOA Insurance Company, Limited
2206, av. Eglinton Est
Scarborough (Ontario) M1L 4S8
Igal Mayer, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
La Nord-américaine, première compagnie
d’assurance
5650, rue Yonge
North York (Ontario) M2M 4G4
H. Bruce Gordon, Président et
chef de la direction.
Biens, limitée à l’assurance contre
la perte de revenus, l’assurance
bagages, l’assurance réparation
et remplacement de
marchandises et l’assurance des
cartes de crédit résultant
d’initiatives de marketing de
masse, accidents et maladie et
automobile, limitée au
dédommagement des détenteurs
d’une carte de crédit assurés en
vertu d’une assurance collective
accordant des droits
d’exonération.
La Nordique compagnie d’assurance
du Canada
181, av. University, 7e étage
Toronto (Ontario) M5H 3M7
Claude Dussault, Chef de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, frais juridiques,
responsabilité et caution.
See-First North American Insurance
Company.
The Nordic Insurance Company of Canada
181 University Avenue, 7th Floor
Toronto, Ontario M5H 3M7
Claude Dussault, Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity,
Legal expense, Liability and
Surety.
30
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Nordisk Reinsurance Company A/S
c/o M. Schwab Accounting Services
Limited
278 Bloor Street East, Suite 401
Toronto, Ontario M4W 3M4
Fernao Ferreira, Chief Agent.
Property, Automobile and
Liability, limited to the business
of reinsurance, and to the
servicing of existing policies.
Nordisk Reinsurance Company A/S
a/s M. Schwab Accounting Services
Limited
278, rue Bloor Est, Bureau 401
Toronto (Ontario) M4W 3M4
Fernao Ferreira, Agent principal.
Biens, automobile et
responsabilité, limitée aux
affaires de réassurance et à
l’administration des polices
existantes.
The North Waterloo Farmers Mutual
Insurance Company
100 Erb St. East
Waterloo, Ontario N2J 1L9
Bert G. Hares, President and
Chief Executive Officer.
Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Property.
The North Waterloo Farmers Mutual
Insurance Company
100, rue Erb Est
Waterloo (Ontario) N2J 1L9
Bert G. Hares, Président et chef
de la direction.
Accidents et maladie, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et assurance de
biens..
Northern Indemnity, Inc.
2 Bloor Street West, Suite 1500
Toronto, Ontario M4W 3E2
Robert A. Burns, President and
Chief Executive Officer.
Property, Liability, Fidelity and
Surety
Voir-La Compagnie d’Indemnité du Nord,
Inc.
NRG Victory Reinsurance Limited
995 Dupont Street
Toronto, Ontario M6H 1Z5
Robert De Marco, Chief Agent.
Property, Automobile, Fidelity,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance, and
to the servicing of existing
policies.
NRG Victory Reinsurance Limited
995, rue Dupont
Toronto (Ontario) M6H 1Z5
Robert De Marco, Agent principal.
Biens, automobile, abus de
confiance, responsabilité et
caution, limitée aux affaires de
réassurance, et à l’administration
des polices existantes.
NW Reinsurance Corporation Limited
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
Toronto, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance, and
limited to the servicing of
existing policies.
NW Reinsurance Corporation Limited
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
Toronto (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance, et
limitées à l’écoulement des
polices émises.
Odyssey America Reinsurance Corporation
55 University Ave, Suite 1600
Toronto, Ontario M5J 2H7
Robert H. Ysseldyk, Chief Agent
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Hail, Legal expense
and Liability, limited to the
business of reinsurance and on
the condition that if in the
transaction of its business in
Canada the company uses a
French name, that name shall be
“Odyssey America Compagnie
de Réassurance”.
Odyssey America Compagnie de
Réassurance
55, av. University, Bureau 1600
Toronto (Ontario) M5J 2H7
Robert H. Ysseldyk, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, grêle,
frais juridiques et responsabilité,
limitée aux affaires de
réassurance et pourvu que, si la
société utilise une dénomination
sociale française dans le cadre de
l’exercice de son activité au
Canada, ce soit « Odyssey
America Compagnie de
Réassurance ».
Odyssey Reinsurance Company of Canada
55 University Ave., Suite 1600
Toronto, Ontario M5J 2H7
Robert H. Ysseldyk, President.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the servicing of existing policies.
Odyssey, société canadienne de réassurance
55, av. University, Bureau 1600
Toronto (Ontario) M5J 2H7
Robert H. Ysseldyk, Président.
Biens, automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
à l’écoulement des polices
existantes.
Old Republic Insurance Company of Canada
100 King St. West, P.O. Box 557
Hamilton, Ontario L8N 3K9
Frank Szirt, President and Chief
Executive Officer.
Aircraft, automobile, boiler and
machinery, limited to the
Province of Alberta and vehicle
warranty insurance as defined by
the Class of Insurance
Regulations of the Province of
Alberta, liability and property.
Voir-L’Ancienne République, Compagnie
d’Assurance du Canada.
PartnerRe SA
130 King Street West
Suite 2300, P.O. Box 166
Toronto, Ontario M5X 1C7
Patrick Lacourte, Chief Agent.
Life, Property, Accident and
sickness, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Credit,
Fidelity, Hail, Liability and
Surety, limited to the business of
reinsurance.
PartnerRe SA
130, rue King Ouest
Bureau 2300, C.P. 166
Toronto (Ontario) M5X 1C7
Patrick Lacourte, Agent principal.
Vie, biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle,
responsabilité et caution,
limitées aux affaires de
réassurance.
Pearl Assurance Public Limited Company
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip. H. Cook, Chief Agent.
Property and Liability, limited to
the servicing of existing policies.
Pearl Assurance Public Limited Company
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip. H. Cook, Agent principal.
Biens et responsabilité, limitée à
l’administration des polices
existantes.
Pembridge Insurance Company
Allstate Centre
10 Allstate Parkway
Markham, Ontario L3R 5P8
Bob Tisdale, President
Automobile and Property
Pembridge, compagnie d’assurance
Allstate Centre
10, Allstate Parkway
Markham (Ontario) L3R 5P8
Bob Tisdale, Président
Automobile et biens
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
31
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Penncorp Life Insurance Company
55 Superior Blvd.
Mississauga, Ontario L5T 2X9
J. Paul Edmondson, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie D’Assurance-Vie
Penncorp.
Pennsylvania Life Insurance Company
55 Superior Blvd.
Mississauga, Ontario L5T 2X9
J. Paul Edmondson, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Pennsylvania Life Insurance Company
55, boul. Superior
Mississauga (Ontario) L5T 2X9
J. Paul Edmondson, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
The Personal Insurance Company of Canada
6300, boul. de la Rive-Sud, C.P. 3500
Lévis, Quebec C6V 6P9
Jude Martineau, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Aircraft, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
La Personnelle, compagnie d’assurance
du Canada
6300, boul. de la Rive-Sud, C.P. 3500
Lévis (Québec) C6V 6P9
Jude Martineau, Président et chef de la
direction
Biens, accidents et maladie,
automobile, accidents d’aviation,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
Perth Insurance Company
111 Westmount Road South
P.O. Box 2000
Waterloo, Ontario N2J 4S4
Noel G. Walpole, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile, and
Liability.
Perth, Compagnie d’Assurance
111, chemin Westmount Sud, C.P. 2000
Waterloo (Ontario) N2J 4S4
Noel G. Walpole, Président et chef
de la direction.
Biens, automobile, et
responsabilité.
Philadelphia Reinsurance Corporation
995 Dupont Street
Toronto, Ontario M6H 1Z5
Robert DeMarco, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Hail, Liability and Surety,
limited to the business of
reinsurance, and to the servicing
of existing policies.
Philadelphia Reinsurance Corporation
995, rue Dupont
Toronto (Ontario) M6H 1Z5
Robert DeMarco, Agent principal.
Biens, accidents d’aviation,
automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
grêle, responsabilité et caution,
limitée aux affaires de
réassurance, et à l’administration
des polices existantes.
Phoenix Life Insurance Company
40 King Street West
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Phoenix Life Insurance Company
40, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
Pictou County Farmers’ Mutual Fire
Insurance Company
50 Front Street, P.O. Box 130
Pictou, Nova Scotia B0K 1H0
Heather Scanlan, Chief Executive Officer.
Property and Liability, restricted to
the Province of Nova Scotia.
Pictou County Farmers’ Mutual Fire
Insurance Company
50, rue Front, C.P. 130
Pictou (Nouvelle-Écosse) B0K 1H0
Heather Scanlan, Chef de la direction.
Biens et responsabilité, limitée à la
province de la Nouvelle-Écosse.
Pohjola Non-Life Insurance Company Ltd
1801 McGill College Avenue, Suite 710
Montréal, Quebec H3A 3P5
René Lapierre, Chief Agent.
Automobile, fidelity, liability and
property, on the condition that
the insuring in Canada of risks is
limited to the business of
reinsurance and to the servicing
of existing policies.
Pohjola Non-Life Insurance Company Ltd
1801, av. McGill College, Bureau 710
Montréal (Québec) H3A 3P5
René Lapierre, Agent principal.
Automobile, détournements,
responsabilité et assurances de
biens à la condition que les
risques à garantir au Canada
soient limités aux affaires de
réassurances et à la gestion des
polices existantes.
Pool Insurance Company
220 Portage Ave., Suite 1007
Winnipeg, Manitoba R3C 0A5
James Wilson, Chief Executive Officer
Property.
Pool Insurance Company
220, av. Portage, Bureau 1007
Winnipeg (Manitoba) R3C 0A5
James Wilson, Chef de la direction.
Biens.
The Portage la Prairie Mutual Insurance
Company
P.O. Box 340
749 Saskatchewan Avenue East
Portage la Prairie, Manitoba R1N 3B8
T.W. McCartney, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile, Legal
expense and Liability.
The Portage la Prairie Mutual Insurance
Company
C.P. 340, 749, av. Saskatchewan Est
Portage la Prairie (Manitoba) R1N 3B8
T.W. McCartney, Président et chef de la
direction.
Biens, automobile, frais juridiques
et responsabilité.
Primerica Life Insurance Company
of Canada
2000 Argentia Road
Plaza V, Suite 300
Mississauga, Ontario L5N 2R7
David Gershuni, Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie d’Assurance-Vie
Primerica du Canada.
Primmum Insurance Company
2161 Yonge Street, 4th Floor
Toronto, Ontario M4S 3A6
Alain Thibeault, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Legal expense and
Liability.
Primmum compagnie d’assurance
2161, rue Yonge, 4e étage
Toronto (Ontario) M4S 3A6
Alain Thibeault, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, frais juridiques et
responsabilité.
32
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Principal Life Insurance Company
68 Scollard Street, 2nd Floor
Toronto, Ontario M5R 1G2
John Milnes, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if in the
transaction of its business in
Canada the foreign company
uses a French name, that name
shall be “Compagnie
d’assurance-vie Principal”.
Voir-Compagnie d’assurance-vie Principal
Progressive Casualty Insurance Company
200 Yorkland Blvd., Suite 730
Toronto, Ontario M2J 5C1
Subram Suriyan, Chief Agent.
Property, Automobile, Liability
and Surety.
Progressive Casualty Insurance Company
200, boul. Yorkland, Bureau 730
Toronto (Ontario) M2J 5C1
Subram Suriyan, Agent principal.
Biens, automobile, responsabilité
et caution.
Protective Insurance Company
68 Scollard Street, 2nd Floor
Toronto, Ontario M5R 1G2
John R. Milnes, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
La Protectrice, société d’assurance
68, rue Scollard, 2e étage
Toronto (Ontario) M5R 1G2
John R. Milnes, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile et responsabilité.
Providence Washington Insurance Company
55 University Avenue, Suite 900
Toronto, Ontario M5J 2H7
Gil St. Martin, Chief Agent.
Property, Automobile and
Liability.
Providence Washington Insurance Company
55, av. University, Bureau 900
Toronto (Ontario) M5J 2H7
Gil St. Martin, Agent principal.
Biens, automobile et
responsabilité.
Provident Life and Accident Insurance
Company
5420 North Service Road
Burlington, Ontario L7R 4C1
George A. Shell, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
Provident Compagnie d’Assurance-vie
et Accident
5420, chemin North Service
Burlington (Ontario) L7R 4C1
George A. Shell, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
The Prudential Assurance Company Limited
(of England)
c/o Stikeman, Elliott
Suite 5300, Commerce Court West
Toronto, Ontario M5L 1B9
W. Brian Rose, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
February 28, 1995.
The Prudential Assurance Company Limited
(of England)
a/s Stikeman, Elliott
Bureau 5300, Commerce Court West
Toronto (Ontario) M5L 1B9
W. Brian Rose, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 28 février 1995.
The Prudential Insurance Company
of America
300 Consilium Place, Suite 1200
Toronto, Ontario M1H 3G2
Brian G. Barbeau, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, on the
condition that if, in the
transaction of its business in
Canada, the Company uses a
French name, that name shall be
“La Prudentielle d’Amérique,
Compagnie d’Assurance”.
La Prudentielle d’Amérique, Compagnie
d’Assurance
300, place Consilium, Bureau 1200
Toronto (Ontario) M1H 3G2
Brian G. Barbeau, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, à la
condition que, si la Compagnie
utilise un nom français dans ses
affaires au Canada, ce nom serait
« La Prudentielle d’Amérique,
Compagnie d’Assurance ».
Québec Assurance Company
1001 Maisonneuve West Blvd, Suite 1400
Montréal, Quebec H3A 3C8
Larry Simmons, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-Compagnie d’Assurance du Québec
RBC General Insurance Company
6880 Financial Drive, West Tower
Mississauga, Ontario L5N 7Y5
Andrew Rogacki, President and Chief
Executive Officer
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
Voir-Compagnie d’assurance générale RBC
Life, Accident and sickness.
RBC Life Insurance Company
6880 Financial Drive, West Tower
Mississauga, Ontario L5N 7Y5
W. Grant Hardy, Vice Chairman and Chief
Executive Officer.
Voir-Compagnie d’assurance vie RBC
RBC Travel Insurance Company
6880 Financial Drive, West Tower
Mississauga, Ontario L5N 7Y5
Stanley Seggie, President and Chief
Operating Officer.
Property, Accident and sickness.
Voir-Compagnie d’assurance voyage RBC.
Reassure America Life Insurance Company
161 Bay Street, Suite 3000
Toronto, Ontario M5J 2T6
Martin Kirr, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to June 1,
1992.
Reassure America Life Insurance Company
161, rue Bay, Bureau 3000
Toronto (Ontario) M5J 2T6
Martin Kirr, Agent principal
Vie, accidents et maladie, limitées
à l’écoulement des polices
émises avant le 1er juin 1992.
Reliable Life Insurance Company
100 King St. West, P.O. Box 557
Hamilton, Ontario L8N 3K9
R.J. Wilson, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
La Reliable, Compagnie d’Assurance-Vie
100, rue King Ouest, C.P. 557
Hamilton (Ontario) L8N 3K9
R.J. Wilson, Président et
chef de la direction.
Vie, accidents et maladie.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
33
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
ReliaStar Life Insurance Company
3650 Victoria Park Ave, Suite 201
North York, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance, except that the
foreign company may also
provide insurance on the lives of
residents of Canada insured
under group policies issued in
the United States, and on the
condition that if the foreign
company uses a French name,
the name shall be “Compagnie
D’Assurance-Vie ReliaStar”.
Voir-Compagnie D’Assurance-Vie
ReliaStar.
RGA Life Reinsurance Company of Canada
55 University Avenue, Suite 1200
Toronto, Ontario M5J 2H7
André St-Amour, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance.
RGA Compagnie de réassurance-vie du
Canada
55, av. University, Bureau 1200
Toronto (Ontario) M5J 2H7
André St-Amour, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance.
Royal & Sun Alliance Insurance
Company of Canada
10 Wellington St. East
Toronto, Ontario M5E 1L5
Larry Simmons, President and Chief
Executive Officer
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail, Legal,
Liability and Surety.
Royal & Sun Alliance du Canada,
société d’assurances
10, rue Wellington Est
Toronto (Ontario) M5E 1L5
Larry Simmons, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution.
Saskatchewan Mutual Insurance Company
279-3rd Avenue North
Saskatoon, Saskatchewan S7K 2H8
Randy Wayne Trost, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity and Liability.
Saskatchewan Mutual Insurance Company
279, 3e Avenue Nord
Saskatoon (Saskatchewan) S7K 2H8
Randy Wayne Trost, Président et chef
de la direction.
Biens, automobile, chaudières et
machines, détournements et
responsabilité.
SCOR Canada Reinsurance Company
BCE Place, 161 Bay Street, Suite 5000
P.O. Box 615
Toronto, Ontario M5J 2S1
Henry Klecan Jr., President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
SCOR Canada Compagnie de Réassurance
BCE Place, 161, rue Bay, Bureau 5000
C.P. 615
Toronto (Ontario) M5J 2S1
Henry Klecan Jr., Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurance.
SCOR Reinsurance Company
BCE Place, 161 Bay Street, Suite 5000
Toronto, Ontario M5J 2S1
Jaya Narayan, Chief Agent.
Property, Automobile, Aircraft,
Fidelity, Liability and Surety,
limited to the business of
reinsurance.
SCOR, Compagnie de Réassurance
Place BCE, 161, rue Bay, Bureau 5000
Toronto (Ontario) M5J 2S1
Jaya Narayan, Agent principal.
Biens, automobile, aériennes,
détournements, responsabilité et
caution, limitée aux affaires de
réassurance.
SCOR Vie
1250 René-Lévesque Blvd. West
Suite 4510
Montréal, Quebec H3B 4W8
Marc Archambault, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance.
SCOR Vie
1250, boul. René-Lévesque Ouest
Bureau 4510
Montréal (Québec) H3B 4W8
Marc Archambault, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance.
Scotia General Insurance Company
100 Yonge St., 4th Floor
Toronto, Ontario M5H 1H1
Oscar Zimmerman, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Legal expense.
Scotia Générale, compagnie d’assurance
100, rue Yonge, 4e étage
Toronto (Ontario) M5H 1H1
Oscar Zimmerman, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile et frais juridiques.
Scotia Life Insurance Company
100 Yonge Street, 4th Floor
Toronto, Ontario M5H 1H1
Oscar Zimmerman, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Scotia-Vie compagnie d’assurance
100, rue Yonge, 4e étage
Toronto (Ontario) M5H 1H1
Oscar Zimmerman, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
Seaboard Life Insurance Company
2165 Broadway West, P.O. Box 5900
Vancouver, British Columbia V6B 5H6
Robert T. Smith, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
May 31, 1999.
Voir-Compagnie d’Assurance-vie Seaboard
Seaton Insurance Company
601 West Hastings St., Suite 1400
Vancouver, British Columbia V6B 5A5
James A. Gardiner, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety, limited to the servicing of
existing policies.
Seaton Insurance Company
601, rue West Hastings, Bureau 1400
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6B 5A5
James A. Gardiner, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution, limitée à l’écoulement
des polices existantes.
34
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Security Insurance Company of Hartford
155 University Avenue, Suite 702
Toronto, Ontario M5H 3B7
Peter Needra, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
Security Insurance Company of Hartford
155, av. University, Bureau 702
Toronto (Ontario) M5H 3B7
Peter Needra, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile et responsabilité.
Security National Insurance Company
50 Place Crémazie, 12th Floor
Montréal, Quebec H2P 1B6
Alain Thibault, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
Sécurité Nationale Compagnie d’Assurance
50, place Crémazie, 12e étage
Montréal (Québec) H2P 1B6
Alain Thibault, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile et responsabilité.
Sentry Insurance a Mutual Company
133 Richmond St. West, Suite 600
Toronto, Ontario M5H 2L3
Donald G. Smith, Chief Agent.
Property, Aircraft, restricted to the
servicing of business assumed
from Middlesex Insurance
Company, Automobile, Boiler
and machinery, Fidelity, Liability
and Surety.
Sentry Insurance a Mutual Company
133, rue Richmond Ouest, Bureau 600
Toronto (Ontario) M5H 2L3
Donald G. Smith, Agent principal.
Biens, accidents d’aviation limitée
au maintien des affaires
assumées par Middlesex
Insurance Company, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, responsabilité et
caution.
Skandia Insurance Company Ltd.
3650 Victoria Park Ave., Suite 201
Toronto, Ontario M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Liability and Surety, limited to
the servicing of existing policies.
Skandia Société Anonyme d’Assurances
3650, av. Victoria Park, Bureau 201
Toronto (Ontario) M2H 3P7
V. Lorraine Williams, Agent principal.
Biens, aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution, limitée à l’écoulement
des polices existantes.
See-CUNA Mutual Insurance Society
La Société d’Assurance CUNA Mutuelle
151, chemin North Service
C.P. 5065
Burlington (Ontario) L7R 4C2
T. Michael Porter, Agent principal.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la souscription d’assurance des
membres des coopératives de
crédit, et la Compagnie peut
utiliser dans les affaires au
Canada son nom en anglais
« CUNA Mutual Insurance
Society » ou son nom en français
« La Société d’Assurance CUNA
Mutuelle », ou tous deux à la
fois.
See-Ecclesiastical Insurance Office Public
Limited Company
Société des Assurances Écclésiastiques
2300, rue Yonge, Bureau 502
Toronto (Ontario) M4P 1E4
Stephen Oxley, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines, abus de confiance et
responsabilité à la condition que
si la compagnie utilise un nom
français dans les affaires au
Canada, ce nom serait « Société
des Assurances
Écclésiastiques ».
See-Langdon Insurance Company of Canada.
Société d’Assurance Langdon
111, rue Westmount Sud, C.P. 2000
Waterloo (Ontario) N2J 4S4
Noel G. Walpole, Président et chef
de la direction.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
See-MD Life Insurance Company
Société d’Assurance Vie MD
1867, promenade Alta Vista
Ottawa (Ontario) K1G 5W8
Sanders Wilson, Président et
chef de la direction.
Vie.
See-TIG Insurance Company
Société d’Assurance TIG
133, rue Richmond Ouest, Bureau 600
Toronto (Ontario) M5H 2L3
Donald G. Smith, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements,
responsabilité et caution.
Le 27 juillet 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-CompCorp Life Insurance Company
Société d’assurance vie SIAP
1, rue Queen Est
Toronto (Ontario) M5C 2X9
Gordon M. Dunning, Président et
chef de la direction.
Vie, accidents et maladie et perte
d’emploi. La Société d’assurance
vie SIAP peut exercer :
(i) les activités qui se rapportent
généralement à l’achat, à la
réassurance, à l’écoulement, au
transfert ou à l’administration
des polices des sociétés
d’assurances membres de la
Société canadienne
d’indemnisation pour les
assurances de personnes à
l’égard desquelles une
ordonnance de liquidation a été
émise en vertu de la Loi sur les
liquidations et les
restructurations;
(ii) sous réserve de l’agrément
préalable écrit du surintendant
des institutions financières, les
activités qui se rapportent
généralement à l’achat, à la
réassurance, à l’écoulement, au
transfert ou à l’administration
des polices des sociétés
d’assurances membres de la
Société canadienne pour
l’indemnisation des assurances
de personnes autres que celles
visées en (i).
See-Manulife Financial Corporation.
Société Financière Manuvie
200, rue Bloor Est
Toronto (Ontario) M4W 1E5
Dominic D’Alessandro, Président
et chef de la direction.
Vie.
Sorema North America Reinsurance
Company
Canada Trust Tower, BCE Place
161, rue Bay, Bureau 5000, C.P. 615
Toronto (Ontario) M5J 2S1
Jaya Narayan, Agent principal
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, grêle,
responsabilité et caution, limitée
aux affaires de réassurances.
Les Souscripteurs du Lloyd’s
1155, rue Metcalfe, Bureau 1540
Montréal (Québec) H3B 2V6
Nicholas Smith, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
chaudières et machines, crédit,
détournements, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution.
Sorema North America Reinsurance
Company
Canada Trust Tower, BCE Place
161 Bay Street
Suite 5000, P.O. Box 615
Toronto, Ontario M5J 2S1
Jaya Narayan, Chief Agent
Classes of Insurance for which
Registered
35
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
See-Lloyd’s Underwriters.
The Sovereign General Insurance Company
Sovereign Centre
2200-885 Second Street South West
Calgary, Alberta, T2P 4J8
Katherine Bardswick, Chief Executive
Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
La Souveraine, Compagnie d’Assurance
Générale
2200-885 Second Street Sud-Ouest
Calgary (Alberta) T2P 4J8
G. Terry Squire, Président et chef de la
direction.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
crédit, chaudières et machines,
abus de confiance, grêle,
responsabilité et caution.
Specialty National Insurance Company
c/o Focus Group Inc.
36 King Street East, Suite 500
Toronto, Ontario M5C 1E5
Philip H. Cook, Chief Agent.
Property, Automobile and
Liability.
Specialty National Insurance Company
a/s Focus Group Inc.
36, rue King Est, Bureau 500
Toronto (Ontario) M5C 1E5
Philip H. Cook, Agent principal.
Biens, automobile et
responsabilité.
St. Paul Fire and Marine Insurance Company Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
121 King Street West
Suite 1200, P.O. Box 93
Liability and Surety, on the
Toronto, Ontario M5H 3T9
condition that if in the
Robert Fellows, Chief Agent.
transaction of its business in
Canada, the Company uses a
French name, that name shall be
“La Compagnie d’Assurance
Saint Paul”.
Voir-La Compagnie d’Assurance Saint Paul
36
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
The Standard Life Assurance Company
1245 Sherbrooke St. West, Suite 200
Montréal, Quebec H3G 1G3
Claude A. Garcia, Chief Agent.
Life, Accident and sickness and the
Company may use in its
transaction of its business in
Canada its name in English “The
Standard Life Assurance
Company” or its name in French
“Compagnie d’assurance
Standard Life”, or both such
names.
Voir-Compagnie d’assurance Standard Life
The Standard Life Assurance Company
of Canada
1245 Sherbrooke St. West
Montréal, Quebec H3G 1G3
Claude A. Garcia, President and
Chief Operating Officer.
Life.
Voir-Compagnie d’assurance Standard Life
du Canada
State Farm Fire and Casualty Company
100 Consilium Place, Suite 102
Scarborough, Ontario M1H 3G9
Robert J. Cooke, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Liability and Surety.
State Farm Fire and Casualty Company
100, place Consilium, Bureau 102
Scarborough (Ontario) M1H 3G9
Robert J. Cooke, Agent principal.
Biens, aériennes, détournements,
automobile, caution, chaudières
et machines et responsabilité.
State Farm Life Insurance Company
100 Consilium Place, Suite 102
Scarborough, Ontario M1H 3G9
Robert J. Cooke, Chief Agent.
Life.
State Farm Life Insurance Company
100, place Consilium, Bureau 102
Scarborough (Ontario) M1H 3G9
Robert J. Cooke, Agent principal.
Vie.
State Farm Mutual Automobile Insurance
Company
100 Consilium Place, Suite 102
Scarborough, Ontario M1H 3G9
Robert J. Cooke, Chief Agent.
Automobile and Personal accident.
State Farm Mutual Automobile Insurance
Company
100, place Consilium, Bureau 102
Scarborough (Ontario) M1H 3G9
Robert J. Cooke, Agent principal.
Accidents corporels et automobile.
Stewart Title Guaranty Company
c/o Encon Insurance Managers Inc.
350 Albert Street, Suite 700
Ottawa, Ontario K1R 1A4
Jean F. Laurin, Chief Agent.
Title.
Stewart Title Guaranty Company
a/s Encon Insurance Managers Inc.
350, rue Albert, Bureau 700
Ottawa (Ontario) K1R 1A4
Jean F. Laurin, Agent principal.
Titres.
Suecia Reinsurance Company
763 Pape Ave.
Toronto, Ontario M4K 3T2
J. Leo Daly, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance, and
to the servicing of existing
policies.
Voir-Compagnie de réassurance Suecia
See-Swiss Re Life & Health Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Suisse de Réassurances Vie et
Santé Canada.
161, rue Bay, Bureau 3000
Toronto (Ontario) M5J 2T6
Martin Kirr, Président et chef de
la direction.
Vie, accidents et maladie, limitée
aux affaires de réassurance.
Vie, accidents corporels et
maladie.
Sun Life Assurance Company of Canada
150 King St. West
Toronto, Ontario M5H 1J9
Donald Alexander Stewart, Chief
Executive Officer.
Life, Personal accident and
Sickness.
Sun Life du Canada, compagnie
d’assurance-vie
150, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 1J9
Donald Alexander Stewart, Chef de la
direction.
Sun Life Financial Services of Canada Inc.
150 King St. West
Toronto, Ontario M5H 1J9
Donald Alexander Stewart, Chief
Executive Officer.
Life.
Voir-Financière Sun Life du Canada inc.
Sun Life of Canada Group Assurance
Company
225 King Street West
Toronto, Ontario M5V 3C5
Marcel Gingras, President.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
January 1, 1995.
Sun Life du Canada, compagnie d’assurance
groupe
225, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5V 3C5
Marcel Gingras, Président.
Vie, accidents et maladie, limitée à
la gestion des polices émises
avant le 1er janvier 1995.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
37
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Superior Life Insurance Company
6205 B Airport Road, Suite 100
Mississauga, Ontario L4V 1E1
Eileen Mayer, Chief Agent.
Accident and sickness, Life, on the
condition that in the transaction
of its business in Canada the
company uses the name
“Superior Life Insurance
Company”, the name assumed by
Lincoln Heritage Life Insurance
Company to transact business in
Canada.
Superior Life Insurance Company
6205 B, chemin Airport, Bureau 100
Mississauga (Ontario) L4V 1E1
Eileen Mayer, Agent principal.
Accidents et maladie, vie, pourvu
que la société utilise la
dénomination « Superior Life
Insurance Company »,
le nom adopté par Lincoln
Heritage Life Insurance
Company dans le cadre de
l’exercice de son activité au
Canada.
Swiss Re Italia S.p.A.
1801 McGill College Avenue, Suite 710
Montréal, Quebec
Brian Gray, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance, and
limited to the servicing of
policies issued prior to
October 18, 2000.
Swiss Re Italia S.p.A.
1801, avenue McGill College, Bureau 710
Montréal (Québec)
Brian Gray, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, détournements,
grêle, responsabilité et caution,
limitée aux affaires de
réassurance, et limitée à
l’écoulement des polices émises
avant 18 octobre 2000.
Swiss Re Life & Health America Inc.
161 Bay Street, Suite 3000
Toronto, Ontario M5J 2T6
Martin Kerr, Chief Agent
Life, accident and sickness, limited
to the business of reinsurance
and limited to the servicing of
policies issued prior to
December 29, 2000.
Swiss Re Life & Health America Inc.
161, rue Bay, Bureau 3000
Toronto (Ontario) M5J 2T6
Martin Kerr, Agent Principal
Vie, accident et maladie, limitées
aux affaires de réassurances et
limitées à l’écoulement des
polices émises avant le 29
décembre 2000.
Swiss Re Life & Health Canada
161 Bay Street, Suite 3000
Toronto, Ontario M5J 2T6
Martin Kirr, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness,
limited to the business of
reinsurance.
Voir-Suisse de Réassurances Vie et Santé
Canada.
Swiss Reinsurance Company
Life Branch
161 Bay Street, Suite 3000
Canada Trust Tower
Toronto, Ontario M5J 2T6
Martin Kirr, Chief Agent.
Property and Casualty Branch
150 King Street West
P.O. Box 50, Suite 2200
Toronto, Ontario M5H 1J9
Brian Gray, Chief Agent.
Life, Property, Accident and
sickness, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Credit,
Fidelity, Hail, Legal expense,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Swiss Reinsurance Company
Vie
161, rue Bay, Bureau 3000
Canada Trust Tower
Toronto (Ontario) M5J 2T6
Martin Kirr, Agent principal.
Biens et risques divers
150, rue King Ouest
C.P. 50, Bureau 2200
Toronto (Ontario) M5H 1J9
Brian Gray, Agent principal.
Swiss Reinsurance Company Canada
150 King Street West
Suite 2200
Toronto, Ontario M5H 1J9
Brian Gray, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Legal expense, Liability,
Mortgage and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Voir-Compagnie Suisse de Réassurance
Canada.
TD Direct Insurance Inc.
P.O. Box 1, Toronto Dominion Centre
55 King Street West, 12th Floor
Toronto, Ontario M5K 1A2
Sean E. Kilburn, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile and
Liability, limited to the servicing
of existing policies.
TD assurance directe inc.
C.P. 1, Centre Toronto Dominion
55, rue King Ouest, 12e étage
Toronto (Ontario) M5K 1A2
Sean E. Kilburn, Président et chef
de la direction.
TD General Insurance Company
2161 Yonge Street, 4th Floor
Toronto, Ontario M4S 3A6
Alain Thibault, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-Compagnie d’assurances générales TD
TD Life Insurance Company
P.O. Box 1, TD Centre
55 King Street West
Toronto, Ontario M5K 1A2
Sean E. Kilburn, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
TD, Compagnie d’assurance-vie
C.P. 1, TD Centre
55, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5K 1A2
Sean E. Kilburn, Président et chef
de la direction.
Temple Insurance Company
390 Bay Street, 23rd Floor
Toronto, Ontario M5H 2Y2
Kenneth B. Irvin, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Legal expense, Liability and
Surety.
Voir-La compagnie d’assurance Temple
Vie, biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, crédit,
abus de confiance, grêle, frais
juridiques, responsabilité et
caution, limitée aux affaires de
réassurance.
Biens, automobile et
responsabilité, limitée à
l`écoulement des polices
existantes.
Vie, accident et maladie.
38
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Terra Nova Insurance Company Limited
c/o Cassels, Brock & Blackwell
Scotia Plaza, Suite 2100
40 King St. West
Toronto, Ontario M5H 3C2
J. Brian Reeve, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability,
Hail and Surety, limited to the
business of reinsurance.
Terra Nova Insurance Company Limited
a/s Cassels, Brock & Blackwell
Scotia Plaza, Bureau 2100
40, rue King Ouest
Toronto (Ontario) M5H 3C2
J. Brian Reeve, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
automobile, chaudières et
machines, détournements,
responsabilité, grêle et caution,
limitée aux affaires de
réassurance.
TIG Insurance Company
133 Richmond St. West, Suite 600
Toronto, Ontario M5H 2L3
Donald G. Smith, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
Voir-Société d’Assurance TIG
The Toa Reinsurance Company of America
401 Bay Street
Suite 2420, P.O. Box 17
Toronto, Ontario M5H 2Y4
David E. Wilmot, Chief Agent
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery, Credit, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance, and
on the condition that, if in the
transaction of its business in
Canada, the company uses a
French form of name, that name
shall be “La Compagnie de
réassurance Toa d’Amérique”.
Voir-La Compagnie de réassurance Toa
d’Amérique.
The Tokio Marine and Fire Insurance
Company, Limited
105 Adelaide Street West, 3rd Floor
Toronto, Ontario M5H 1P9
Byron G. Messier, Chief Agent.
Property, Automobile, Aircraft,
Boiler and machinery, Fidelity,
Liability and Surety.
The Tokio Marine and Fire Insurance
Company, Limited
105, rue Adelaide Ouest, 3e étage
Toronto (Ontario) M5H 1P9
Byron G. Messier, Agent principal.
Trade Indemnity P.L.C.
CIBC Tower, Suite 1720
1155 René-Lévesque Blvd. West
Montréal, Quebec H3B 3Z7
Robert Joseph Labelle, Chief Agent.
Credit, limited to the servicing of
existing policies.
Voir-Assurances Trade Indemnity
Traders General Insurance Company
2206 Eglinton Ave. East, Suite 400
Scarborough, Ontario M1L 4S8
Mark Webb, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail, Legal
expense, Liability and Surety.
Voir-Compagnie d’Assurance Traders
Générale
Trafalgar Insurance Company of Canada
10 York Mills Road, Suite 700
Toronto, Ontario M2P 2G5
Christian Cassebaum, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile, Boiler and
machinery and Liability.
Voir-Compagnie d’Assurance Trafalgar
du Canada
Transamerica Life Canada
300 Consilium Place
Toronto, Ontario M1H 3G2
George A. Foegele, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Transamerica Vie Canada
300, place Consilium
Toronto (Ontario) M1H 3G2
George A. Foegele, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
Transatlantic Reinsurance Company
145 Wellington St. West
Toronto, Ontario M5J 1H8
Gary A. McMillan, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the business of reinsurance.
Transatlantic Reinsurance Company
145, rue Wellington Ouest
Toronto (Ontario) M5J 1H8
Gary A. McMillan, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution, limitée aux affaires
de réassurances.
Travelers Casualty and Surety Company
of Canada
36 Toronto Street, Suite 1070
Toronto, Ontario M5C 2C5
Brian E. Divell, President and
Chief Executive Officer.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Liability and Surety.
Travelers, Compagnie d’assurance
dommages et de cautionnement
du Canada
36, rue Toronto, Bureau 1070
Toronto (Ontario) M5C 2C5
Brian E. Divell, Président et
chef de la direction.
Biens, aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution.
The Travelers Indemnity Company
36 Toronto Street, Suite 1070
Toronto, Ontario M5C 2C5
Brian E. Divell, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
The Travelers Indemnity Company
36, rue Toronto, Bureau 1070
Toronto (Ontario) M5C 2C5
Brian E. Divell, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
The Travelers Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
The Travelers Insurance Company
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Sexsmith, Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
Biens, automobile, aériennes
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
39
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
UAP-NewRotterdam Insurance
Company N.V.
1 King Street West
Hamilton, Ontario L8P 1A4
John Conway Stradwick, Chief Agent.
Property, Automobile, Fidelity,
Hail, Liability and Surety,
limited to the servicing of
existing policies.
UAP-NewRotterdam Insurance
Company N.V.
1, rue King Ouest
Hamilton (Ontario) L8P 1A4
John Conway Stradwick, Agent principal.
Biens, automobile, détournements,
grêle, responsabilité et caution,
limitée à l’écoulement des
polices existantes.
Underwriters Insurance Company
c/o Fasken, Martineau, DuMoulin
Toronto-Dominion Centre
P.O. Box 20, Suite 4200
Toronto, Ontario M5K 1N6
Robert W. McDowell, Chief Agent.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Liability and Surety.
Underwriters Insurance Company
a/s Fasken, Martineau, DuMoulin
Toronto-Dominion Centre
C.P. 20, Suite 4200
Toronto (Ontario) M5K 1N6
Robert W. McDowell, Agent principal.
Biens, accidents d’aviation,
automobile, chaudières et
machines, abus de confiance,
responsabilité et caution.
Unifund Assurance Company
95 Elizabeth Ave.
St. John’s, Newfoundland A1B 1R7
C. C. Huang, President and
Chief Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Automobile and Liability.
Unifund, Compagnie d’Assurance
95, av. Elizabeth
St. John’s (Terre-Neuve) A1B 1R7
C. C. Huang, Président et chef de
la direction.
Biens, accidents et maladie,
automobile et responsabilité.
Union Fidelity Life Insurance Company
200 Wellington St. West
P.O. Box 166, Suite 400
Toronto, Ontario M5V 3C7
Alan K. Ryder, Chief Agent.
Life, Accident and sickness,
limited to the servicing of
policies issued prior to
January 1, 1999.
Voir-Compagnie d’Assurance-Vie Union
Fidelity
United American Insurance Company
130 Adelaide St. West, Suite 2800
Toronto, Ontario M5H 3P5
Robin B. Cumine, Q.C., Chief Agent.
Life, Accident and sickness.
United American Insurance Company
130, rue Adelaide Ouest, Bureau 2800
Toronto (Ontario) M5H 3P5
Robin B. Cumine, Q.C., Agent principal.
Vie, accidents et maladie.
United States Fidelity and Guaranty
Company
121 King Street West, Suite 1200
Toronto, Ontario M5H 3T9
Robert Fellows, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety, limited to
the servicing of existing policies.
United States Fidelity and Guaranty
Company
121, rue King Ouest, Bureau 1200
Toronto (Ontario) M5H 3T9
Robert Fellows, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution, limitée à
l’administration des polices
existantes.
Unity Life of Canada
112 St. Clair Ave. West
Toronto, Ontario M4V 2Y3
Van M. Campbell, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
L’Unité-Vie du Canada
112, av. St. Clair Ouest
Toronto (Ontario) M4V 2Y3
Van M. Campbell, Président et chef
de la direction.
Vie, accident et maladie.
Utica Mutual Insurance Company
1145 Nicholson Road, Unit 2
Newmarket, Ontario L3Y 7V1
Colleen Anne Sexsmith, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity and Liability.
Utica Mutual Insurance Company
1145, chemin Nicholson, Unité 2
Newmarket (Ontario) L3Y 7V1
Colleen Anne Sexsmith, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines, abus de confiance et
responsabilité.
Waterloo Insurance Company
111 Westmount Rd. South, P.O. Box 2000
Waterloo, Ontario N2J 4S4
Noel G. Walpole, President and Chief
Executive Officer.
Property, Aircraft, Automobile,
Boiler and machinery, Fidelity,
Liability and Surety.
Waterloo, Compagnie d’Assurance
111, chemin Westmount Sud, C.P. 2000
Waterloo (Ontario) N2J 4S4
Noel G. Walpole, Président et chef
de la direction.
Biens, aériennes, automobile,
chaudières et machines,
détournements, responsabilité et
caution.
The Wawanesa Mutual Insurance Company
191 Broadway
Winnipeg, Manitoba R3C 3P1
Gregg J. Hanson, President and Chief
Executive Officer.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability, Surety and Accident
and sickness.
Voir-La Compagnie Mutuelle d’Assurance
Wawanesa
The Wawanesa Life Insurance Company
191 Broadway
Winnipeg, Manitoba R3C 3P1
Gregg J. Hanson, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Voir-La Compagnie d’Assurance-vie
Wawanesa
Western Assurance Company
10 Wellington St. East
Toronto, Ontario M5E 1L5
Larry Simmons, President and Chief
Executive Officer.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Hail,
Liability and Surety.
Western Assurance Company
10, rue Wellington Est
Toronto (Ontario) M5E 1L5
Larry Simmons, Président et
chef de la direction.
Western Surety Company
2000-1874 Scarth Street
Regina, Saskatchewan S4P 2G8
David C. Dykes, President and Chief
Executive Officer.
Fidelity and Surety.
Voir-La Compagnie de Sûreté de l’Ouest
Biens, accidents et maladie,
accidents d’aviation, automobile,
chaudières et machines, abus de
confiance, grêle, responsabilité
et caution.
40
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
July 27, 2002
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
The Yasuda Fire and Marine Insurance
Company, Limited
130 King Street West, 12th Floor
Toronto, Ontario M5X 1A6
Cynthia T. Santiago, Chief Agent.
Property, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Liability and
Surety.
The Yasuda Fire and Marine Insurance
Company, Limited
130, rue King Ouest, 12e étage
Toronto (Ontario) M5X 1A6
Cynthia T. Santiago, Agent principal.
Biens, automobile, chaudières et
machines, détournements,
responsabilité et caution.
XL Reinsurance America Inc.
c/o Encon Insurance Managers Inc.
350 Albert Street, Suite 750
Ottawa, Ontario K1R 1A4
Jean F. Laurin, Chief Agent.
Accident and sickness, Aircraft,
Automobile, Fidelity, Hail,
Liability, Property and Surety
which is limited to the business
of reinsurance.
XL Reinsurance America Inc.
a/s Encon Insurance Managers Inc.
350, rue Albert, Bureau 750
Ottawa (Ontario) K1R 1A4
Jean F. Laurin, Agent principal.
Accidents et maladie, aériennes,
automobile, détournements,
grêle, responsabilité, assurances
de biens, et caution qui est
limitée aux affaires de
réassurances.
Zenith Insurance Company
105 Adelaide Street West
Toronto, Ontario M5H 1P9
Byron G. Messier, President and Chief
Executive Officer.
Accident and sickness,
Automobile, Liability, Property.
Voir-Compagnie d’assurance Zenith
Zurich Insurance Company
(Zurich Versicherungs-Gesellschaft)
400 University Ave., 25th Floor
Toronto, Ontario M5G 1S7
Robert Orville Landry, Chief Agent.
Property, Accident and sickness,
Aircraft, Automobile, Boiler and
machinery, Fidelity, Credit,
Liability and Surety, and the
company may use in the
transacting of its business in
Canada its name in English
“Zurich Insurance Company” or
its name in French “Zurich
Compagnie d’Assurances”.
Zurich Compagnie d’Assurances
(« Zurich » Versicherungs-Gesellschaft)
400, av. University, 25e étage
Toronto (Ontario) M5G 1S7
Robert Orville Landry, Agent principal.
Biens, accidents et maladie,
aériennes, automobile,
détournements, caution,
chaudières et machines, crédit et
responsabilité, et la compagnie
peut utiliser dans les affaires au
Canada son nom en anglais
« Zurich Insurance Company »
ou son nom en français « Zurich
Compagnie d’Assurances ».
Zurich Life Insurance Company of Canada
400 University Ave.
Toronto, Ontario M5G 1S7
Paul Rooney, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
Zurich du Canada compagnie
d’assurance-vie
400, av. University
Toronto (Ontario) M5G 1S7
Paul Rooney, Président et chef
de la direction.
Vie, accidents et maladie.
FRATERNAL BENEFIT SOCIETIES
SOCIÉTÉS DE SECOURS MUTUEL
ACA ASSURANCE
3050 St-Jean Blvd.
Trois-Rivières-Ouest, Québec G9A 5E1
Diane Lachance, Chief Agent.
Life, Accident and sickness, to the
extent authorized by its Articles
of incorporation, Constitution
and Laws.
ACA ASSURANCE
3050, boul. St-Jean
Trois-Rivières-Ouest (Québec) G9A 5E1
Diane Lachance, Agent principal.
ACTRA Fraternal Benefit Society
1000 Yonge St.
Toronto, Ontario M4W 2K2
Robert M. Underwood, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its
instrument of incorporation and
by-laws.
Voir-La Société Fraternelle ACTRA
See-Sons of Scotland Benevolent
Association
Vie, accident et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Association Bénévole des Fils de l’Écosse
40, av. Eglinton Est, Bureau 202
Toronto (Ontario) M4P 3A2
Robert Stewart, Secrétaire et trésorier
Vie et maladie dans la mesure
autorisée par sa loi constitutive,
sa constitution et ses règlements.
Vie, accidents et maladie.
Canadian Professional Sales Association
145 Wellington Street West, Suite 610
Toronto, Ontario M5J 1H8
Rod Dewar, President and
Chief Executive Officer.
Life, Accident and sickness.
L’Association Canadienne des
professionnels de la vente
145, rue Wellington Ouest, Bureau 610
Toronto (Ontario) M5J 1H8
Rod Dewar, Président et
chef de la direction.
Canadian Slovak Benefit Society
55 Barron Street
Welland, Ontario L3C 2K4
Joseph Mamros, Secretary.
Life, Personal accident and
Sickness to the extent authorized
by its Act of incorporation,
Constitution and Laws.
Voir-Société de Secours Mutuels des
Slovaques du Canada
Canadian Slovak League
10 Britain Street
Toronto, Ontario M5A 1R6
Branislav Galat, Secretary.
Life to the extent authorized by its
Act of incorporation,
Constitution and Laws and
limited to the servicing of
policies issued prior to
March 23, 2001.
Canadian Slovak League
10, rue Britain
Toronto (Ontario) M5A 1R6
Branislav Galat, Secrétaire.
Vie dans la mesure autorisée par
sa loi constitutive, sa
constitution et ses règlements et
ses activités devant se limiter à
la gestion des polices émises
avant le 23 mars 2001.
Le 27 juillet 2002
Supplément à la Gazette du Canada, Sociétés d’assurances
41
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
Croatian Catholic Union of U.S.A.
and Canada
3009 Dundas Street West
Toronto, Ontario M6P 1Z4
Ante M. Nikolic, Chief Agent.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its Articles
of incorporation, Constitution
and By-Laws.
Croatian Catholic Union of U.S.A.
and Canada
3009, rue Dundas Ouest
Toronto (Ontario) M6P 1Z4
Ante M. Nikolic, Agent principal.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Croatian Fraternal Union of America
c/o Deloitte & Touche
181 Bay Street, Suite 1400
Toronto, Ontario M5J 2V1
P. Wayne Musselman, Chief Agent.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its Articles
of incorporation, Constitution
and Laws.
Croatian Fraternal Union of America
a/s Deloitte & Touche
181, rue Bay, Bureau 1400
Toronto (Ontario) M5J 2V1
P. Wayne Musselman, Agent principal.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements.
The First Catholic Slovak Union of the
United States of America and Canada
c/o John Milnes and Associates
68 Scollard St., 2nd Floor
Toronto, Ontario M5R 1G2
John R. Milnes, Chief Agent.
Life insurance to the extent
authorized by its Articles of
incorporation, Constitution and
Laws, limited to the servicing of
policies issued prior to July 1,
1999.
The First Catholic Slovak Union of the
United States of America and Canada
a/s John Milnes and Associates
68, rue Scollard, 2e étage
Toronto (Ontario) M5R 1G2
John R. Milnes, Agent principal.
Vie dans la mesure autorisée par
sa loi constitutive, sa
constitution et ses règlements,
limitée à la gestion des polices
émises avant le 1er juillet 1999.
The Grand Orange Lodge of British
America
94 Sheppard Ave. West
Willowdale, Ontario M2N 1M5
James Bell, Chief Executive Officer
and Secretary Treasurer.
Life and Sickness to the extent
authorized by its Act of
incorporation, Constitution and
Laws.
The Grand Orange Lodge of British America Vie et maladie dans la mesure
94, av. Sheppard Ouest
autorisée par sa loi constitutive,
Willowdale (Ontario) M2N 1M5
sa constitution et ses règlements.
James Bell, Chef de la direction et
secrétaire et trésorier.
The Independent Order of Foresters
789 Don Mills Rd.
Don Mills, Ontario M3C 1T9
William J. Valiquette, Senior VicePresident, Corporate Governance.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its
instrument of incorporation,
Constitution and Laws.
Voir-L’Ordre Indépendant des Forestiers
Knights of Columbus
25 Campbell Street
Belleville, Ontario K8N 1S6
Kerry J. Soden, Chief Agent.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its Act of
incorporation, Constitution and
Laws.
Knights of Columbus
25, rue Campbell
Belleville (Ontario) K8N 1S6
Kerry J. Soden, Agent principal.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Lutheran Life Insurance Society of Canada
470 Weber St. North
Waterloo, Ontario N2J 4G4
Stephen Taylor, President and Chief
Executive Officer.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its
instrument of incorporation and
by-laws.
Lutheran Life Insurance Society of Canada
470, rue Weber Nord
Waterloo (Ontario) N2J 4G4
Stephen Taylor, Président et chef de
la direction.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par son acte de
constitution en corporation et ses
règlements.
The North West Commercial Travellers’
Association of Canada
28 Main Street South, 2nd Floor
P.O. Box 336
Winnipeg, Manitoba R3C 2H6
Terry D. Carruthers, General Manager
and Secretary.
Life insurance to the extent
authorized by its Act of
incorporation, Constitution and
Laws.
The North West Commercial Travellers’
Association of Canada
28, rue Main Sud, 2e étage, C.P. 336
Winnipeg (Manitoba) R3C 2H6
Terry D. Carruthers, Directeur général
et secrétaire.
Vie dans la mesure autorisée par
sa loi constitutive, sa
constitution et ses règlements.
The Order of Italo-Canadians
5613 Arthur Chevrier St.
Montréal North, Quebec H1G 1P7
L. A. Bortolotti, Director.
Life and Sickness to the extent
authorized by its Act of
incorporation, Constitution and
Laws.
The Order of Italo-Canadians
5613, rue Arthur Chevrier
Montréal-Nord (Québec) H1G 1P7
L. A. Bortolotti, Administrateur.
Vie et maladie dans la mesure
autorisée par sa loi constitutive,
sa constitution et ses règlements.
The Order of United Commercial Travelers
of America
901 Centre St. North, Room 300
Calgary, Alberta T2E 2P6
Lindsay B. Maxwell, Chief Agent.
Life, Accident and sickness
insurance to the extent
authorized by its Articles of
Incorporation, constitution and
by-laws.
The Order of United Commercial Travelers
of America
901, rue Centre Nord, Pièce 300
Calgary (Alberta) T2E 2P6
Lindsay B. Maxwell, Agent principal.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements.
L’Ordre Indépendant des Forestiers
789, chemin Don Mills
Don Mills (Ontario) M3C 1T9
William J. Valiquette, Vice-président
principal, Régie d’entreprise.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par son acte de
constitution en corporation, sa
constitution et ses règlements.
Serb National Federation
a/s John Milnes and Associates
68, rue Scollard, 2e étage
Toronto (Ontario) M5R 1G2
John R. Milnes, Agent principal.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements, et limitée à la
gestion des polices émises avant
le 15 juillet 1998.
See-The Independent Order of Foresters
Serb National Federation
c/o John Milnes and Associates
68 Scollard St., 2nd Floor
Toronto, Ontario M5R 1G2
John R. Milnes, Chief Agent.
Life, Accident and Sickness to the
extent authorized by its Articles
of incorporation, Constitution
and Laws, and is limited to the
servicing of policies issued prior
to July 15, 1998.
42
Supplement to the Canada Gazette, Insurance Companies
Name, Address and Official Representative
of the Company in Canada
Classes of Insurance for which
Registered
July 27, 2002
Nom, adresse et mandataire officiel
de la société au Canada
Catégories d’assurance prévues à
l’enregistrement
See-ACTRA Fraternal Benefit Society
La Société Fraternelle ACTRA
1000, rue Yonge
Toronto (Ontario) M4W 2K2
Robert M. Underwood, Président et
chef de la direction.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par son acte de
constitution et ses règlements.
See-Canadian Slovak Benefit Society
Société de Secours Mutuels des Slovaques
du Canada
55, rue Barron
Welland (Ontario) L3C 2K4
Joseph Mamros, Secrétaire.
Vie, accidents corporels et maladie
dans la mesure autorisée par sa
loi constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Sons of Scotland Benevolent Association
40 Eglinton Ave. East, Suite 202
Toronto, Ontario M4P 3A2
Robert Stewart, Secretary and Treasurer.
Life and Sickness to the extent
authorized by its Act of
incorporation, Constitution and
Laws.
Voir-Association Bénévole des Fils
de l’Écosse
Supreme Council of the Royal Arcanum
21 King St. West, Suite 400
Hamilton, Ontario L8P 4W7
J. Benjamin Simpson, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness to the extent authorized
by its Certificate of
incorporation. Constitution and
By-Laws.
Supreme Council of the Royal Arcanum
21, rue King Ouest, Bureau 400
Hamilton (Ontario) L8P 4W7
J. Benjamin Simpson, Agent principal.
Vie, accidents corporels et maladie
dans la mesure autorisée par sa
loi constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Ukrainian Fraternal Association
(of America)
2800-14th Avenue, Suite 406
Markham, Ontario L3R 0E4
Robert F. Burns, Chief Agent.
Life, to the extent authorized by its
Articles of Association,
constitution and laws, and on the
condition that the words “of
America” will be used in
conspicuous relation to the name
“Ukrainian Fraternal
Association” wherever it appears
in the Association’s contracts,
application forms,
advertisements or other
published material used in
Canada.
Ukrainian Fraternal Association
(of America)
2800, 14e Avenue, Bureau 406
Markham (Ontario) L3R 0E4
Robert F. Burns, Agent principal.
Vie, dans la mesure autorisée par
sa loi constitutive, sa
constitution et ses règlements, et
à la condition que les mots « of
America » figurent bien
visiblement près du nom
« Ukrainian Fraternal
Association » partout où paraît le
nom de l’Association dans les
contrats, les formules de
demande de police, la publicité
ou les autres documents
imprimés utilisés au Canada.
Ukrainian Fraternal Society of Canada
235 McGregor St.
Winnipeg, Manitoba R2W 4W5
Donna Verbrugge, Chief Executive
Officer.
Life, Personal accident and
Sickness to the extent authorized
by its Act of incorporation and
by-laws and by The Canadian
and British Insurance Companies
Act, 1932.
Ukrainian Fraternal Society of Canada
235, rue McGregor
Winnipeg (Manitoba) R2W 4W5
Donna Verbrugge, Chef de la direction.
Vie, accidents corporels et maladie
dans la mesure autorisée par sa
loi constitutive et ses règlements
et par la loi sur les compagnies
d’assurance canadiennes et
britanniques 1932.
Ukrainian Mutual Benefit Association of
Saint Nicholas of Canada
804 Selkirk Ave.
Winnipeg, Manitoba R2W 2N6
Gene Hazen, Manager.
Life, Disability and Sickness to the
extent authorized by its Act of
incorporation, Constitution and
Laws.
Ukrainian Mutual Benefit Association of
Saint Nicholas of Canada
804, av. Selkirk
Winnipeg (Manitoba) R2W 2N6
Gene Hazen, Directeur.
Vie, invalidité et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi
constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Ukrainian National Aid Association
of America
83 Christie Street
Toronto, Ontario M6G 3B1
Irene Mycak, Chief Agent.
Life insurance to the extent
authorized by its charter,
Constitution and By-laws. The
foreign company is limited to the
servicing of policies issued prior
to May 25, 1999.
Ukrainian National Aid Association
of America
83, rue Christie
Toronto (Ontario) M6G 3B1
Irene Mycak, Agent principal.
Vie dans la mesure autorisée par
sa charte, sa constitution et ses
règlements. La société étrangère
est limitée à la gestion des
polices émises avant le
25 mai 1999.
Ukrainian National Association
2800-14th Avenue, Suite 406
Markham, Ontario L3R 0E4
Robert F. Burns, Chief Agent.
Life, Personal accident and
Sickness to the extent authorized
by its Certificate of
incorporation, Constitution and
By-laws.
Ukrainian National Association
2800, 14e Avenue, Bureau 406
Markham (Ontario) L3R 0E4
Robert F. Burns, Agent principal.
Vie, accidents corporels et maladie
dans la mesure autorisée par sa
loi constitutive, sa constitution et
ses règlements.
Woman’s Life Insurance Society
1455 Lakeshore Drive, P.O. Box 234
Sarnia, Ontario N7S 2M4
Joseph Haselmayer, Chief Agent.
Life insurance to the extent
authorized by its Articles of
Incorporation and Laws.
Woman’s Life Insurance Society
1455, chemin Lakeshore, C.P. 234
Sarnia (Ontario) N7S 2M4
Joseph Haselmayer, Agent principal.
Vie dans la mesure autorisée par
sa loi constitutive et ses
règlements.
Workers Benevolent Association of Canada
595 Pritchard Ave.
Winnipeg, Manitoba R2W 2K4
Zenovy H. Nykolyshyn, National
President.
Life, Accident and sickness to the
extent authorized by its Act of
incorporation and By-Laws.
Workers Benevolent Association of Canada
595, av. Pritchard
Winnipeg (Manitoba) R2W 2K4
Zenovy H. Nykolyshyn, Président
national.
Vie, accidents et maladie dans la
mesure autorisée par sa loi et ses
règlements.
NOTE (A)—
REMARQUE (A)—
Abbey Life Insurance Company of Canada changed its name to ITT Hartford Life
Insurance Company of Canada effective July 1, 1994.
L’Abbaye Compagnie d’Assurance-Vie du Canada a modifié sa dénomination
sociale à celle de ITT Hartford du Canada, Compagnie d’Assurance-Vie à
compter du 1er juillet 1994.
Le 27 juillet 2002
Bureau du surintendant des institutions financières Canada, Sociétés d’assurances
43
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
Abeille Réassurances amalgamated its property and business with that of AXA
Réassurance effective April 18, 1996, the continuing or combined company
being AXA Réassurance.
Abeille Réassurances a fusionné ses biens et son entreprise avec ceux de AXA
Réassurance depuis le 18 avril 1996, la compagnie issue de la fusion étant AXA
Réassurance.
Adriatic Insurance Company of Canada amalgamated its property and business
with that of Canadian Home Assurance Company effective January 1, 1991, the
continuing or combined company being Canadian Home Assurance Company.
Advocat Général Compagnie d’Assurance du Canada: Un décret a été émis le
5 juillet 1989 en vertu de la Loi sur les liquidations.
Advocate General Insurance Company’s certificate of registry was withdrawn
effective July 15, 1989, and the company is being wound up under the
provisions of the Winding-up Act.
The Ætna Casualty and Surety Company: les obligations de la compagnie ayant
été transférées à Aetna, compagnie d’assurance dommages et de cautionnement
du Canada, la compagnie a cessé d’être enregistrée à compter du 1er mars 1993.
The Ætna Casualty and Surety Company, having transferred its Canadian
liabilities to Aetna Casualty & Surety Company of Canada, ceased to be
registered effective March 1, 1993.
Ætna Casualty du Canada, Compagnie d’Assurance a changé son nom en celui de
Laurentienne Compagnie d’Assurance de Dommages du Canada à compter du
1er novembre 1987.
Aetna Casualty & Surety Company of Canada changed its name to Travelers
Casualty and Surety Company of Canada, effective July 1, 1997.
Aetna, compagnie d’assurance dommages et de cautionnement du Canada a
modifié sa dénomination sociale à celle de Travelers, Compagnie d’assurance
dommages et de cautionnement du Canada à compter du 1er juillet 1997.
Ætna Casualty Company of Canada changed its name to Laurentian Casualty
Company of Canada effective November 1, 1987.
Aetna, Compagnie d’Assurance-Vie du Canada et La Maritime Compagnie
d’Assurance-vie ont été fusionnées et prorogées en une société fonctionnant
sous la dénomination sociale La Maritime Compagnie d’Assurance-vie à
compter du 1er janvier 2000.
Ætna Insurance Company changed its name to CIGNA Property and Casualty
Insurance Company effective April 29, 1988.
Ætna Insurance Company a changé son nom en celui de CIGNA Property and
Casualty Insurance Company à compter du 29 avril 1988.
Aetna Life Insurance Company of Canada and the Maritime Life Assurance
Company amalgamated and were continued as one company under the name of
The Maritime Life Assurance Company effective January 1, 2000.
A.G.F. Réassurances, ayant fusionné ses biens et affaires avec les biens et affaires
de la Société Anonyme Française de Réassurances en vertu des lois de la
France, la compagnie a cessé d’être enregistrée à compter du 31 décembre
1991.
A.G.F. Réassurances, having amalgamated its property and business with that of
Société Anonyme Française de Réassurances pursuant to the laws of France,
ceased to be registered effective December 31, 1991.
Aktieselskabet Nordisk Gjenforsikrings Selskab a changé son nom en celui de
Baltica-Nordisk Reinsurance Company A/S à compter du 8 décembre 1986.
Aktieselskabet Nordisk Gjenforsikrings Selskab changed its name to BalticaNordisk Reinsurance Company A/S effective December 8, 1986.
Allendale Mututal Insurance Company a modifié sa dénomination sociale à celle
de Factory Mutual Insurance Company à compter du 1er juillet 1999, la date de
la fusion de Allendale Mututal Insurance Company, Arkwright Mututal
Insurance Company et Protection Mututal Insurance Company, en vertu des lois
des États-Unis d’Amérique.
The Albion Insurance Company of Canada changed its name to Metropolitan
General Insurance Company effective February 16, 1988.
Allianz Insurance Company : les obligations de la compagnie ayant été transférées
à la Compagnie d’Assurance du Home Canadien, la compagnie a cessé d’être
enregistrée à compter du 31 mars 1991.
Alexander Hamilton Life Insurance Company of America ceased transacting
business in Canada and transferred its Canadian policies to Household Life
Insurance Company effective January 1, 1997. The company’s order to insure
in Canada risks was revoked effective May 15, 2002.
Alexander Hamilton Life Insurance Company of America a cessé d’exercer des
opérations au Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par la
Compagnie d’Assurance-Vie Household le 1er janvier 1997. L’ordonnance
portant garantie des risques au Canada a été annulée le 15 mai 2002.
Allendale Mutual Insurance Company changed its name to Factory Mutual
Insurance Company effective July 1, 1999, the date of the amalgamation of
Allendale Mutual Insurance Company, Arkwright Mutual Insurance Company,
and Protection Mutual Insurance Company pursuant to the laws of the United
States of America.
American Credit Indemnity Company of New York a changé son nom en celui de
American Credit Indemnity Company à compter du 17 avril 1985.
Allianz Insurance Company, having transferred its Canadian liabilities to
Canadian Home Assurance Company, ceased to be registered effective
March 31, 1991.
American Credit Indemnity Company a modifié sa dénomination sociale à celle de
EULER American Credit Indemnity Company à compter du 4 octobre 1999.
Allianz Insurance Company of Canada amalgamated its property and business
with that of Cornhill Insurance Company of Canada effective November 1,
1993, the continuing or combined company being Allianz Insurance Company
of Canada.
American Health and Life Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au
Canada.L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
21 décembre 1993.
Alta Surety Company – On July 13, 2001 the Superintendent of Financial
Institutions took control of Alta Surety Company and the court granted a
winding-up order appointing the Superintendent as provisional liquidator of the
company. The court subsequently appointed PricewaterhouseCoopers Inc. as
permanent liquidator. The winding up of the company’s business and affairs
continues.
The American Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada le
31 décembre 1982; son passif canadien a été pris en charge par Fireman’s Fund
Insurance Company.
American Credit Indemnity Company of New York changed its name to American
Credit Indemnity Company effective April 17, 1985.
L’American Insurance Company a obtenu un nouveau certificat d’enregistrement
lui permettant de souscrire des polices d’assurance au Canada à compter du
8 janvier 1990.
American Credit Indemnity Company changed its name to EULER American
Credit Indemnity Company effective October 4, 1999.
The American Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le 19 mars
1997.
American Health and Life Insurance Company ceased transacting business in
Canada. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
December 21, 1993.
American Mutual Liability Insurance Company : le certificat d’enregistrement de
la compagnie a été retiré le 30 mai 1989 et la compagnie sera liquidée en vertu
des dispositions de la Loi sur les liquidations.
44
Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada, Insurance Companies
July 27, 2002
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
The American Insurance Company, having transferred its Canadian liabilities to
Fireman’s Fund Insurance Company, ceased to be registered effective
December 31, 1982.
American National Fire Insurance Company a modifié sa dénomination sociale à
celle de Great American Insurance Company of New York à compter du 19 juin
2001.
The American Insurance Company was re-registered to transact the business of
insurance in Canada effective January 8, 1990.
American Reserve Insurance Company le certificat d’enregistrement a été retiré le
19 juin 1979 et la compagnie est maintenant en voie de liquidation en vertu des
dispositions de la Loi sur les liquidations. Le 9 juillet 1984, avec l’approbation
de la Cour suprême de l’Ontario, le passif canadien de la compagnie a été pris
en charge par INA du Canada Compagnie d’assurance.
The American Insurance Company ceased transacting business in Canada. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
March 19,1997.
AMEX Life Assurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
10 octobre 1997.
American International Assurance Life Company Ltd. changed its name to AIG
Life Insurance Company of Canada effective April 1, 1998.
Ancienne Mutuelle Réassurance a adopté une nouvelle raison sociale, Axa Ré, le
26 mars 1990.
American Life Insurance Company ceased transacting business in Canada and
transferred its remaining Canadian policies to American International
Assurance Life Company Ltd. The company’s order to insure in Canada risks
was revoked effective December 31, 1996.
L’Ancienne République, Compagnie d’Assurance : Conformément à la demande
de la société, l’ordonnance portant garantie des risques au Canada par
L’Ancienne République, Compagnie d’Assurance a été annulée le 22 décembre
1995.
American Mutual Liability Insurance Company’s certificate of registry was
withdrawn effective May 30, 1989, and the company is being wound up under
the provisions of the Winding-up Act.
L’Ancienne République, Compagnie d’Assurance-Vie a cessé d’exercer des
opérations au Canada. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a
été annulée le 1er septembre 1993.
American National Fire Insurance Company changed its name to Great American
Insurance Company of New York effective June 19, 2001.
Argonaut Insurance Company : Conformément à la demande de la compagnie,
l’ordonnance portant garantie des risques au Canada par Argonaut Insurance
Company a été annulée le 23 novembre 1993.
American Reserve Insurance Company’s certificate of registry was withdrawn
effective June 19, 1979, and the company is being wound up under the
provisions of the Winding-up Act. The Supreme Court of Ontario approved the
transfer of the company’s remaining Canadian liabilities to INA Insurance
Company of Canada effective July 9, 1984.
Arkwright-Boston Manufacturers Mutual Insurance Company a fusionné ses biens
et opérations avec les biens et opérations de Philadelphia Manufacturers Mutual
Insurance Company le 7 septembre 1984; la compagnie fusionnée ou la
compagnie prenant suite des opérations est Arkwright-Boston Manufacturers
Mutual Insurance Company.
AMEX Life Assurance Company ceased transacting business in Canada. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective October 10,
1997.
Arkwright-Boston Manufacturers Mutual Insurance Company a changé son nom
en celui de Arkwright Mutual Insurance Company à compter du 14 avril 1987.
Ancienne Mutuelle Réassurance changed its name to Axa Ré effective March 26,
1990.
Arkwright Mututal Insurance Company a fusionné ses entreprise avec ceux de
Allendale Mututal Insurance Company et ceux de Protection Mututal Insurance
Company, et en vertu des lois des États-Unis d’Amérique, son certificat
d’enregistrement a été retiré le 1er juillet 1999.Les sociétés fusionnées ont été
prorogées en une société mutuelle fonctionnant sous la dénomination Factory
Mutual Insurance Company, 1er juillet 1999.
Argonaut Insurance Company’s order to insure in Canada risks was revoked, at
the company’s request, effective November 23, 1993.
Assicurazioni Generali S.p.A. a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
31 décembre 2000.
Arkwright-Boston Manufacturers Mutual Insurance Company amalgamated its
property and business with Philadelphia Manufacturers Mutual Insurance
Company effective September 7, 1984, the continuing or combined Company
being Arkwright-Boston Manufacturers Mutual Insurance Company.
Assitalia-Le Assicurazioni d’Italia S.P.A. a cessé d’exercer des opérations au
Canada. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
30 juin 2000.
Arkwright-Boston Manufacturers Mutual Insurance Company changed its name to
Arkwright Mutual Insurance Company effective April 14, 1987.
The Associated Canadian Travellers a cessé d’exercer des opérations au Canada.
Lettres patentes de dissolution avec une date d’effet du 16 novembre 1994 ont
été émises.
Arkwright Mutual Insurance Company, having amalgamated its property and
business with that of Allendale Mutual Insurance Company and Protection
Mutual Insurance Company, pursuant to the laws of the United States of
America, ceased to be registered effective July 1, 1999. The foreign companies
were continued as one mutual company under the name Factory Mutual
Insurance Company, effective July 1, 1999.
Association Canado-Américaine a modifié sa dénomination sociale à celle de
ACA ASSURANCE à compter du 19 décembre 1997.
Assicurazioni Generali S.p.A. ceased transacting business in Canada. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective December 31,
2000.
Assurances Continental limitée a modifié sa dénomination sociale pour celle de
Compagnie d’assurance Lombard, à compter du 8 décembre 1995.
Assitalia-Le Assicurazioni d’Italia S.P.A. ceased transacting business in Canada.
The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective June 30,
2000.
Assureurs-groupes Compagnie Canadienne d’Assurances a modifié sa dénomination sociale à celle de ING Novex Compagnie d’assurance du Canada à
compter du 31 janvier 2000.
The Associated Canadian Travellers ceased transacting business in Canada.
Letters patent of dissolution were issued effective November 16, 1994.
AXA Ré a modifié sa dénomination sociale à AXA Réassurance, le 21 décembre
1990.
Association Canado-Américaine changed its name to ACA ASSURANCE
effective December 19, 1997.
AXA Réassurance a fusionné ses biens et son entreprise avec ceux de Abeille
Réassurances depuis le 18 avril 1996, la compagnie issue de la fusion étant
AXA Réassurance.
AXA Ré changed its name to AXA Réassurance effective December 21, 1990.
Réassurance a modifié sa dénomination sociale à celle de AXA Corporate
Solutions à compter du 22 décembre 2000.
Le 27 juillet 2002
Bureau du surintendant des institutions financières Canada, Sociétés d’assurances
45
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
AXA Réassurance amalgamated its property and business with that of Abeille
Réassurances effective April 18, 1996, the continuing or combined company
being AXA Réassurance.
La Baloîse, Compagnie d’Assurances a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
1er novembre 1999.
AXA Réassurance changed its name to AXA Corporate Solutions effective
December 22, 2000.
Baltica-Nordisk Reinsurance Company A/S a changé son nom en celui de Nordisk
Reinsurance Company A/S à compter du 24 mai 1988.
The Baloise Insurance Company Limited ceased transacting business in Canada.
The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
November 1, 1999.
Beneficial Standard Life Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au
Canada. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
10 octobre 1995.
Baltica-Nordisk Reinsurance Company A/S changed its name to Nordisk
Reinsurance Company A/S effective May 24, 1988.
Boréal Compagnie d’assurances de dommages a modifié sa dénomination sociale
pour celle de AXA Pacifique Compagnie d’Assurance, à compter du 23 octobre
1995.
Baltica-Skandinavia Reinsurance Company of Canada changed its name to
Primmum Insurance Company effective July 20, 1988.
Le Bouclier Laurentien Compagnie d’Assurances a fusionné ses biens et
opérations avec les biens et opérations de Laurentienne Casualty Compagnie
d’Assurance de Dommages du Canada et avec les biens et opérations de La
Laurentienne du Pacifique Compagnie d’Assurance le 27 février 1992; la
compagnie résultant de cette fusion est la Laurentienne Compagnie
d’Assurance de Dommages.
Beneficial Standard Life Insurance Company ceased transacting business in
Canada. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
October 10, 1995.
Buffalo Insurance Company a changé son nom en Underwriters Insurance
Company à compter du 9 novembre 1988.
Boreal Property & Casualty Insurance Company changed its name to AXA Pacific
Insurance Company effective October 23, 1995.
Business Men’s Assurance Company of America a cessé d’exercer des opérations
au Canada. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée
le 12 novembre 1999.
Buffalo Insurance Company changed its name to Underwriters Insurance
Company effective November 9, 1988.
CGU, Compagnie D’Assurance du Canada a fusionné ses biens et son entreprise
avec GAN General Insurance Company à compter du 31 décembre 1999. La
compagnie issue de la fusion est CGU, Compagnie D’Assurance du Canada.
Business Men’s Assurance Company of America ceased transacting business in
Canada. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
November 12, 1999.
Cabot Insurance Company Limited, société d’assurances constituée sous le régime
des lois de Terre-Neuve, a reçu des lettres patentes la prorogeant sous le régime
de la Loi sur les sociétés d’assurances et a fusionné ses éléments d’actif et ses
activités avec celles de la Compagnie d’Assurance Canadienne Générale le
16 juin 1997. La société issue de la fusion aura pour désignation sociale la
Compagnie d’Assurance Canadienne Générale.
Cabot Insurance Company Limited, formerly a provincial insurer based in
Newfoundland, was issued letters patent continuing it as a company under the
Insurance Companies Act, and concurrently amalgamated property and
business with Canadian General Insurance Company effective June 16, 1997,
the continuing company being Canadian General Insurance Company.
Calvert Insurance Company a modifié sa dénomination sociale à celle de Specialty
National Insurance Company à compter du 11 octobre 2000.
Calvert Insurance Company changed its name to Specialty National Insurance
Company effective October 11, 2000.
Canada Uni, Compagnie d’Assurance : le certificat d’enregistrement n’a pas été
renouvelé le 1er mars 1986 et la compagnie est maintenant en voie de
liquidation en vertu des dispositions de la Loi sur les liquidations.
The Canada Accident and Fire Insurance Company amalgamated its property and
business with that of the Stanstead and Sherbrooke Insurance Company and
that of Commercial Union Assurance Company of Canada effective January 1,
1989; the continuing or combined company being Commercial Union
Assurance Company of Canada.
Canada-Vie, Compagnie d’Assurance Générales a modifié sa dénomination
sociale à celle de Primmum compagnie d’assurance à compter du 1er mai 2001.
The Canada Life Assurance Company amalgamated its property and business with
that of Crown Life Insurance Company of Canada effective July 1, 1999, the
continuing company being the Canada Life Assurance Company.
Canners Exchange Subscribers at Warner Inter-Insurance Bureau : les obligations
de la compagnie ayant été transférées à Employers Insurance of Wausau a
Mutual Company à compter du 31 décembre 1991, la compagnie a cessé d’être
enregistrée à compter du 5 février 1993.
Canada Life Casualty Insurance Company changed its name to Primmum
Insurance Company effective May 1, 2001.
The Capitol Life Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le 16 juin
1994.
Canada Security Assurance Company changed its name to Scotia General
Insurance Company effective January 10 , 1996.
Central Mutual Insurance Company a cédé son passif canadien. Le certificat
d’enregistrement de la compagnie n’a pas été renouvelé au 31 mars 1986.
The Canadian Commerce Insurance Company amalgamated its property and
business with that of Trafalgar Insurance Company of Canada effective
January 1, 1993, the continuing or combined company being Trafalgar
Insurance Company of Canada.
Certas direct, compagnie d’assurance, qui était constituée en vertu de la Loi sur
les sociétés d’assurances, a été prorogée en tant que personne morale régie par
les lois de la province du Québec à compter du 15 novembre 2001.
Canadian Direct Insurance Incorporated changed its name to HSBC Canadian
Direct Insurance Incorporated effective October 1, 1999.
Certas direct, compagnie d’assurances ltée a modifié sa dénomination sociale à
celle de Certas direct, compagnie d’assurances à compter du 1er janvier 2002.
Canadian Foresters Life Insurance Society, having amalgamated its property and
business with that of The Independent Order of Foresters, ceased to be
registered on February 26, 1992.
La compagnie d’assurance Chrysler a modifié sa dénomination sociale à celle de
La compagnie d’assurance DaimlerChrysler à compter du 30 juin 2001.
46
Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada, Insurance Companies
July 27, 2002
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
Canadian General Insurance Company amalgamated its property and business
with that of USF&G Insurance Company of Canada effective June 30, 1990, the
continuing or combined company being Canadian General Insurance Company.
La Compagnie de Réassurance Chancellor du Canada : Depuis le 5 juillet 1995,
La Compagnie de Réassurance Chancellor du Canada fait l’objet d’une
procédure volontaire de liquidation et de dissolution sous la supervision des
tribunaux, en vertu de la Loi sur les sociétés d’assurances. La firme KPMG
Comptables Agréés a été nommée liquidateur de la société en vertu d’une
ordonnance du tribunal.
Canadian General Insurance Company amalgamated its property and business
with that of Toronto General Insurance Company as of January 1, 1994, the
continuing company being Canadian General Insurance Company.
Château Compagnie d’Assurance a fusionné ses biens et son entreprise avec ceux
de La Citadelle, Compagnie d’Assurances Générales et Chateau Insurance
Management Inc. à compter du 1er octobre 1994, la compagnie issue de la
fusion étant La Citadelle, Compagnie d’Assurances Générales.
Canadian General Insurance Company amalgamated its property and business
with that of Cabot Insurance Company Limited effective June 16, 1997, the
continuing company being Canadian General Insurance Company.
Chieftain Insurance Company et Compagnie d’assurance générale Dominion du
Canada ont été fusionnées et prorogées en une société fonctionnant sous la
dénomination sociale Compagnie d’assurance générale Dominion du Canada à
compter du 1er janvier 2002.
Canadian General Insurance Company amalgamated its property and business
with that of The General Accident Assurance Company of Canada effective
January 1, 1998, the continuing company being The General Accident
Assurance Company of Canada.
Christiania General Insurance Corporation a cessé d’exercer des opérations au
Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par Folksamerica
Reinsurance Company. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a
été annulée le 6 mai 1997
Canadian Group Underwriters Insurance Company changed its name to ING
Novex Insurance Company of Canada effective January 31, 2000.
CIGNA du Canada Compagnie d’assurance a modifié sa dénomination sociale à
celle d’Assurance ACE INA à compter du 1er septembre 1999.
Canadian Home Assurance Company amalgamated its property and business with
that of The Canadian Provincial Insurance Company effective December 31,
1992, the continuing or combined company being Allianz Insurance Company
of Canada.
CIGNA Property and Casualty Insurance Company : les obligations de la
compagnie ayant été transférée à CIGNA Insurance Company of Canada, la
compagnie a cessé d’être enregistrée à compter du 24 décembre 1990.
The Canadian Indemnity Company amalgamated its property and business with
that of The Casualty Company of Canada and that of The Dominion of Canada
General Insurance Company effective May 31, 1989, the continuing or
combined company being The Dominion of Canada General Insurance
Company.
La Citadelle, Compagnie d’Assurance-Vie a changé son nom en celui de la
Compagnie d’assurance-vie Première du Canada à compter du 1er janvier 1994.
Canadian Northern Shield Insurance Company changed its French name to Le
Bouclier du Nord Canadien, Compagnie d’Assurance effective August 11,
1986.
College Retirement Equities Fund a cessé d’exercer des opérations au Canada et
tout son passif canadien a été pris en charge par Sun Life du Canada,
compagnie d’assurance-vie. L’ordonnance portant garantie des risques au
Canada a été annulée le 6 avril 1998.
The Canadian Provincial Insurance Company amalgamated its property and
business with that of Canadian Home Assurance Company effective
December 31, 1992, the continuing or combined company being Allianz
Insurance Company of Canada.
Cologne Life Reinsurance Company a modifié sa dénomination sociale à celle de
General & Cologne Life Re of America à compter du 25 février 2000.
Canadian Reassurance Company changed its name to Swiss Re Life Canada
effective June 5, 1995.
Colonia Compagnie d’Assurance-Vie a modifié sa dénomination sociale à celle de
Concordia compagnie d’assurance-vie à compter du 30 décembre 1998.
Canadian Reinsurance Company changed its name to Swiss Reinsurance
Company Canada effective June 5, 1995.
The Commercial Travellers’ Association of Canada a changé son nom en celui de
L’Association Canadienne des professionnels de la vente à compter du 1er juin
1991.
The Canadian Surety Company Amalgamated its property and business with that
of Allianz Insurance Company of Canada effective April 1, 1999, the
continuing company being Allianz Insurance Company of Canada.
Commercial Union Assurance Company plc a modifié sa dénomination sociale à
celle de CGU International Insurance plc à compter du 1er octobre 1999.
Canners Exchange Subscribers at Warner Inter-Insurance Bureau, having
transferred its Canadian liabilities to Employers Insurance of Wausau a Mutual
Company effective December 31, 1991, ceased to be registered February 5,
1993.
La Compagnie d’Assurances Adriatique du Canada a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de la Compagnie d’Assurance du Home Canadien à
compter du 1er janvier 1991, la compagnie issue de la fusion étant la
Compagnie d’Assurance du Home Canadien.
The Capitol Life Insurance Company ceased transacting business in Canada. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective June 16, 1994.
La Compagnie d’Assurance Albion du Canada a changé son nom en celui de La
Métropolitaine Générale, Compagnie d’Assurance à compter du 16 février
1988.
Cardinal Insurance Company’s certificate of registry was withdrawn effective
February 19, 1982, and the company is being wound up under the provisions of
the Winding-up Act.
Compagnie d’Assurance Allianz du Canada a fusionné ses biens et son entreprise
avec ceux de la Compagnie d’Assurance Cornhill du Canada à compter du
1er novembre 1993, la compagnie issue de la fusion étant la Compagnie
d’Assurance Allianz du Canada.
The Casualty Company of Canada amalgamated its property and business with
that of The Canadian Indemnity Company and that of The Dominion of Canada
General Insurance Company effective May 31, 1989, the continuing or
combined company being The Dominion of Canada General Insurance
Company.
La Compagnie D’Assurance American Life a cessé d’exercer des opérations au
Canada et son passif canadien a été prise en charge par La Compagnie
D’Assurance-Vie American International Ltée. L’ordonnance portant garantie
des risques au Canada a été annulée le 31 décembre 1996.
Certas Direct Insurance Company, which was incorporated under the federal
Insurance Companies Act, was continued effective on November 15, 2001 as a
corporation under the laws of the Province of Quebec.
La Compagnie d’Assurance Bouclier Canadien Nord a changé son nom en celui
de Le Bouclier du Nord Canadien, Compagnie d’Assurance à compter du
11 août 1986.
Certas Direct Insurance Company Ltd. changed its name to Certas Direct
Insurance Company effective January 1, 2002.
La Compagnie d’Assurance du Canada contre l’Incendie a changé sa
dénomination sociale à Compagnie d’assurances générales Legacy à compter du
1er janvier 1994.
Le 27 juillet 2002
Bureau du surintendant des institutions financières Canada, Sociétés d’assurances
47
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
Central Mutual Insurance Company, having disposed of its liabilities in Canada,
ceased to be registered effective March 31, 1986.
La Compagnie D’Assurance Canada Security a modifié sa dénomination sociale à
celle de Scotia Générale, compagnie d’assurance à compter du 10 janvier 1996.
Century Insurance Company of Canada: An order was issued December 1, 1989,
whereby the property and business of Century Insurance Company of Canada
was to be wound up into the Dominion Insurance Corporation.
Compagnie D’Assurances Canadian Surety a fusionné ses biens et son entreprise
avec Compagnie d’Assurance Allianz du Canada, à compter du 1er avril 1999.
La compagnie issue de la fusion est Compagnie d’Assurance Allianz du
Canada.
CGU Insurance Company of Canada amalgamated its property and business with
that of GAN General Insurance Company effective December 31, 1999, the
continuing company being CGU Insurance Company of Canada
Compagnie d’Assurance Canadienne Commerce a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de la Compagnie d’Assurance Trafalgar du Canada à
compter du 1er janvier 1993, la compagnie issue de la fusion étant la
Compagnie d’Assurance Trafalgar du Canada.
Chateau Insurance Company amalgamated its property and business with that of
The Citadel General Assurance Company and Chateau Insurance Management
Inc. effective October 1, 1994, the continuing company being The Citadel
General Assurance Company.
La Compagnie d’Assurances Canadienne Directe Incorporée a modifié sa
dénomination sociale à celle de La Compagnie d’Assurances HSBC
Canadienne Directe Incorporée à compter du 1er octobre 1999.
Chequers Insurance Company, having transferred its Canadian liabilities to
Markel Insurance Company of Canada, ceased to be registered effective
May 31, 1992.
La Compagnie d’Assurance Canadienne Générale a fusionné avec la Compagnie
d’Assurance USF&G du Canada le 30 juin 1990; les activités se poursuivent
sous la raison sociale Compagnie d’Assurance Canadienne Générale.
Chieftain Insurance Company and The Dominion of Canada General Insurance
Company amalgamated and were continued as one company under the name
The Dominion of Canada General Insurance Company effective January 1,
2002.
Compagnie d’Assurance Canadienne Générale a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de la Compagnie d’Assurance Toronto Générale à compter
du 1er janvier 1994, la compagnie issue de la fusion étant la Compagnie
d’Assurance Canadienne Générale.
Christiania General Insurance Corporation ceased transacting business in Canada
and transferred its remaining Canadian policies to Folksamerica Reinsurance
Company. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
May 6, 1997.
Compagnie d’Assurance Canadienne Générale a fusionné ses biens et son
entreprise avec Cabot Insurance Company Limited, à compter du 16 juin 1997.
La compagnie issue de la fusion est Compagnie d’Assurance Canadienne
Générale.
Chrysler Insurance Company changed its name to DaimlerChrysler Insurance
Company effective June 30, 2001.
Compagnie d’Assurance Canadienne Générale a fusionné ses biens et son
entreprise avec General Accident, Compagnie d’Assurance du Canada, à
compter du 1er janvier 1998. La compagnie issue de la fusion est General
Accident, Compagnie d’Assurance du Canada.
CIBC General Group Insurance Company Limited amalgamated its property and
business with that of CIBC General Insurance Company Limited effective
November 1, 1994, the continuing or combined company being CIBC General
Insurance Company Limited.
La Compagnie d’Assurance Canadienne Provinciale a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de la Compagnie d’Assurance du Home Canadien à
compter du 31 décembre 1992, la compagnie issue de la fusion étant la
Compagnie d’Assurance Allianz du Canada.
CIBC General Insurance Company Limited changed its name to The Personal
Direct Insurance Company of Canada effective September 1, 2000.
La Compagnie d’Assurance Cardinal le certificat d’enregistrement a été retiré le
19 février 1982 et la compagnie est maintenant en voie de liquidation en vertu
des dispositions de la Loi sur les liquidations.
CIGNA Insurance Company of Canada changed its name to ACE INA Insurance
effective September 1, 1999.
La Compagnie d’assurance Casualty du Canada a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de L’Indemnité Compagnie Canadienne et ceux de la
Compagnie d’assurance générale Dominion du Canada à compter du 31 mai
1989, la compagnie issue de la fusion étant la Compagnie d’assurance générale
Dominion du Canada.
CIGNA Property and Casualty Insurance Company, having transferred its
liabilities to CIGNA Insurance Company of Canada, ceased to be registered
effective December 24, 1990.
Les biens et opérations de la Compagnie d’Assurance Century du Canada ont été
cédés à La Dominion Corporation d’Assurance et un décret a été émis en vertu
de la Loi sur les liquidations pour la Compagnie d’Assurance Century du
Canada au 1er décembre 1989.
The Citadel Life Assurance Company changed its name to Canadian Premier Life
Insurance Company effective January 1, 1994.
Les obligations de La Compagnie d’Assurance Chequers ayant été transférées à la
Markel Compagnie d’Assurance du Canada, la Compagnie a cessé d’être
enregistrée à compter du 31 mai 1992.
College Retirement Equities Fund ceased transacting business in Canada and
transferred its Canadian policies to Sun Life Assurance Company of Canada.
The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective April 6,
1998.
La Compagnie d’Assurance du Canada sur la Vie a fusionné ses biens et son
entreprise avec Crown, compagnie d’assurance vie du Canada, à compter du
1er juillet 1999. La compagnie issue de la fusion est La Compagnie d’Assurance
du Canada sur la Vie.
Cologne Life Reinsurance Company changed its name to General & Cologne Life
Re of America effective February 25, 2000.
Concordia compagnie d’assurance-vie et L’Empire, Compagnie d’Assurance-Vie
ont été fusionnées et prorogées en une société fonctionnant sous la
dénomination sociale L’Empire, Compagnie d’Assurance-Vie à compter du
1er janvier 2002.
Colonia Life Insurance Company changed its name to Concordia Life Insurance
Company effective December 30, 1998.
La Compagnie d’Assurance Consolidated Générale a modifié sa dénomination
sociale pour celle de Compagnie d’assurance GE Capital Casualty, Canada, à
compter du 17 juillet 1996.
The Commercial Travellers’ Association of Canada changed its name to Canadian
Professional Sales Association effective June 1, 1991.
La Compagnie d’Assurance Continental du Canada a cessé ses opérations sous la
Loi sur les sociétés d’assurances, et a reçu un certificat de prorogation en vertu
de la Loi sur les sociétés par actions, en date du 6 septembre 1995, sous la
dénomination sociale CICAN I Investment Holding Corp.
Commercial Travelers Mutual Insurance Company ceased transacting business in
Canada and transferred its Canadian policies to Toronto Mutual Life Insurance
Company. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
April 27, 2001.
La compagnie d’assurances Continental du Canada inc. a modifié sa dénomination
sociale pour celle de Compagnie canadienne d’assurances générales Lombard, à
compter du 8 décembre 1995.
48
Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada, Insurance Companies
July 27, 2002
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
Commercial Union Assurance Company plc changed its name to CGU
International Insurance plc effective October 1, 1999.
La Compagnie d’Assurance contre les Accidents et l’Incendie du Canada a
fusionné ses biens et opérations avec les biens et opérations de la Compagnie
d’Assurance Stanstead & Sherbrooke et avec les biens et opérations de la
Compagnie d’Assurance Union Commerciale du Canada le 1er janvier 1989; la
compagnie fusionnée ou la compagnie prenant suite des opérations est La
Compagnie d’Assurance Union Commerciale du Canada.
Commercial Union Assurance Company of Canada amalgamated its property and
business with that of CGU Insurance Company of Canada, effective October 1,
1999. The continuing or combined company is CGU Insurance Company of
Canada.
Compagnie d’Assurance Cornhill du Canada a fusionné ses biens et son entreprise
avec ceux de la Compagnie d’Assurance Allianz du Canada à compter du
1er novembre 1993, la compagnie issue de la fusion étant la Compagnie
d’Assurance Allianz du Canada.
Compagnie Transcontinentale de Réassurance ceased transacting business in
Canada. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
December 16, 1998.
Compagnie d’Assurances Dominion a cessé ses opérations sous la Loi sur les
sociétés d’assurances, et a reçu un certificat de prorogation en vertu de la Loi
sur les sociétés par actions, en date du 6 septembre 1995, sous la dénomination
sociale CICAN II Investment Holding Corp.
Commercial Union Life Assurance Company of Canada changed its name to MFC
Insurance Company Limited effective September 26, 2001.
La Compagnie d’Assurance Eaton: un décret a été émis en vertu de la Loi sur les
liquidations pour la compagnie le 19 décembre 1989.
Concordia Life Insurance Company and The Empire Life Insurance Company
amalgamated and were continued as one company under the name The Empire
Life Insurance Company effective January 1, 2002.
Compagnie d’assurance Fidélité du Canada a changé son nom en celui de
Compagnie d’Assurance USF&G du Canada à compter du 1er juin 1985.
Confederation Life Insurance Company - On August 11, 1994 the Superintendent
of Financial Institutions took control of Confederation Life Insurance Company
and the court granted a winding-up order appointing the Superintendent as
provisional liquidator of the company. The court subsequently appointed
KPMG Inc. as permanent liquidator. The winding up of the company’s business
and affairs continues.
La Compagnie d’assurance Forteresse d’Amérique : les obligations de la
compagnie ayant été transférées à Marine Indemnity Insurance Company of
America, la compagnie a cessé d’être enregistrée à compter du 10 décembre
1993.
Consolidated General Insurance Company Limited changed its name to GE
Capital Casualty Company, Canada effective July 17, 1996.
Compagnie d’assurance générale de la Banque Royale du Canada a modifié sa
dénomination sociale à celle de Compagnie d’assurance générale RBC à
compter du 16 août 1999.
Consolidated Life Assurance Company Limited ceased transacting business in
Canada and transferred its Canadian policies to American Bankers Life
Assurance Company of Florida. The company’s order to insure in Canada risks
was revoked effective October 13, 1995.
Compagnie d’assurance générale CIBC Limitée a modifié sa dénomination sociale
à celle de La Personnelle directe, compagnie d’assurance du Canada à compter
du 1er septembre 2000.
The Continental Insurance Company ceased transacting business in Canada and
transferred its Canadian policies to Continental Casualty Company. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective December 21,
2001.
Compagnie d’Assurance générale de groupes CIBC Limitée a fusionné ses biens
et son entreprise avec ceux de la Compagnie d’assurance générale CIBC
Limitée à compter du 1er novembre 1994, la compagnie issue de la fusion étant
la Compagnie d’assurance générale CIBC Limitée.
The Continental Insurance Company of Canada was discontinued under the
Insurance Companies Act and was issued a certificate of continuance under the
Canada Business Corporations Act on September 6, 1995 under the name
CICAN I Investment Holding Corp.
La Compagnie d’Assurance Générale Kansa International S.A. : le 8 mars 1995, la
cour a demandé la liquidation de Kansa General International Insurance
Company Limited sous les provisions de la Loi sur les liquidations, nommant
Ferdinand Alfieri, 1, place Ville Marie, Bureau 2115, Montréal (Québec) H3B
2C6, au titre de liquidateur provisoire de la société, de se charger des
procédures canadiennes de liquidation de la société.
The Continental Insurance Company of Canada Inc. changed its name to Lombard
General Insurance Company of Canada effective December 8, 1995.
La Compagnie d’Assurance Générale Kent a fusionné ses biens et son entreprise
avec La Citadelle, Compagnie d’Assurances Générales, à compter du
30 novembre 1997. La compagnie issue de la fusion est La Citadelle,
Compagnie d’Assurances Générales.
Continental Insurance Limited changed its name to Lombard Insurance Company
effective December 8, 1995.
La Compagnie d’Assurance Générale Strathcona a fusionné ses biens et
opérations avec les biens et opérations de Northumberland, Compagnie
Générale d’Assurances le 31 août 1983; la compagnie fusionnée ou la
compagnie prenant suite des opérations est la Northumberland, Compagnie
Générale d’Assurances.
The Contingency Insurance Company Limited, having transferred its Canadian
liabilities to Gan Canada Insurance Company, ceased to be registered effective
January 1, 1988.
La Compagnie d’Assurance Great Eastern a fusionné ses biens et opérations avec
les biens et opérations de London-Canada Insurance Company le 31 décembre
1987; la compagnie fusionnée ou la Compagnie prenant suite des opérations est
Compagnie d’Assurance Hartford du Canada.
Cornhill Insurance Company of Canada amalgamated its property and business
with that of Allianz Insurance Company of Canada effective November 1, 1993,
the continuing or combined company being Allianz Insurance Company of
Canada.
Compagnie d’Assurance Guardian du Canada a modifié sa dénomination sociale à
celle de La Nordique compagnie d’assurance du Canada à compter du
1er février 1999.
The Credit Life Insurance Company changed its name to Union Fidelity Life
Insurance Company effective June 13, 1994.
La Compagnie d’Assurance Halifax a modifié sa dénomination sociale à celle de
Compagnie d’assurance ING du Canada à compter du 1er janvier 2002.
Crown Life Insurance Company of Canada and The Canada Life Assurance
Company amalgamated and were continued as one mutual company under the
name The Canada Life Assurance Company effective July 1, 1999 at 12:01 a.m.
La Compagnie d’Assurances Herald : Conformément à la demande de la
compagnie, l’ordonnance d’autorisation de fonctionnement de La Compagnie
d’Assurances Herald a été annulée le 17 décembre 1992.
CT Direct Insurance Inc. changed its name to TD General Insurance Company
effective September 1, 2000.
La Compagnie d’Assurance du Home Canadien a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de La Compagnie d’Assurance Canadienne Provinciale à
compter du 31 décembre 1992, la compagnie issue de la fusion étant la
Compagnie d’Assurance Allianz du Canada.
Le 27 juillet 2002
Bureau du surintendant des institutions financières Canada, Sociétés d’assurances
49
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
CUMIS Insurance Society, Inc. ceased transacting business in Canada. The
Company’s order to insure in Canada risks was revoked effective January 1,
2000.
Compagnie d’Assurance Longroup a modifié sa dénomination sociale à celle de
Compagnie d’Assurance London Garantie à compter du 12 juin 1995.
The Dominion Insurance Corporation was discontinued under the Insurance
Companies Act and was issued a certificate of continuance under the Canada
Business Corporations Act on September 6, 1995 under the name CICAN II
Investment Holding Corp.
La Compagnie d’Assurance Missisquoi et Rouville a modifié sa raison sociale le
6 novembre 1989 et se nomme maintenant La compagnie d’Assurance
Missisquoi.
Eaton Insurance Company: An order was issued December 19, 1989 winding up
Eaton Insurance Company.
Compagnie d’assurances New York Life du Canada et La Compagnie d’Assurance
du Canada sur la Vie ont été fusionnées et prorogées en une société
fonctionnant sous la dénomination sociale de La Compagnie d’Assurance du
Canada sur la Vie le 1er avril 1994.
Electrical Workers’ Benefit Association ceased to exist as at December 31, 1991.
La Compagnie D’Assurance OTIP/RAEO Inc. a modifié sa dénomination sociale à
celle de La Compagnie d’Assurance Everest du Canada à compter du
31 décembre 1996.
Emmco Insurance Company changed its name to Associates Insurance Company
effective October 30, 1986.
La Compagnie d’Assurance Pohjola Ltée. (Vakuutusosakeyhtio Pohjola) a modifié
sa dénomination sociale à celle de Pohjola Group Insurance Corporation à
compter du 31 août 1998.
Employers Insurance of Wausau a Mutual Company changed its name to
Employers Insurance Company of Wausau effective February 13, 2002.
La Compagnie d’Assurance Stanstead & Sherbrooke a fusionné ses biens et
opérations avec les biens et opérations de la Compagnie d’Assurance contre les
Accidents et l’Incendie du Canada et avec les biens et opérations de la
Compagnie d’Assurance Union Commerciale du Canada le 1er janvier 1989; la
compagnie fusionnée ou la compagnie prenant suite des opérations est La
Compagnie d’Assurance Union Commerciale du Canada.
English & American Insurance Company Limited’s order to insure in Canada
risks was revoked effective October 6, 1993, and the company is being wound
up under the provisions of the Winding-Up Act.
La Compagnie d’Assurance Sun Alliance & London (Canada) a modifié sa
dénomination sociale à celle de TBD Compagnie d’Assurance Vie à compter du
1er août 1995.
Ennia Insurance Company (U.K.) Limited changed its name to Aegon Insurance
Company (U.K.) Limited effective May 3, 1985.
Compagnie d’Assurance Toronto Générale a fusionné ses biens et son entreprise
avec ceux de la Compagnie d’Assurance Canadienne Générale à compter du
1er janvier 1994, la compagnie issue de la fusion étant la Compagnie
d’Assurance Canadienne Générale.
ERC Frankona Rückversicherungs-Aktien-Gesellschaft changed its name to GE
Frankona Rückversicherungs-Aktiengesellschaft effective April 1, 2001.
Compagnie d’Assurance Traders Générale a fusionné ses biens et son entreprise
avec GAN Canada Compagnie d’Assurances à compter du 31 décembre 1999.
La compagnie issue de la fusion est Compagnie d’Assurance Traders Générale.
Federated Mutual Insurance Company’s order to insure in Canada risks was
revoked, at the company’s request, December 31, 1992.
Compagnie d’Assurance Trafalgar du Canada a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de la Compagnie d’Assurance Canadienne Commerce à
compter du 1er janvier 1993, la compagnie issue de la fusion étant la
Compagnie d’Assurance Trafalgar du Canada.
Fidelity Insurance Company of Canada changed its name to USF&G Insurance
Company of Canada effective June 1, 1985.
La Compagnie d’Assurance Transit a cessé d’exercer des opérations au Canada.
Lettres patentes de dissolution avec une date d’effet du 29 décembre 2000 ont
été émises.
The Fire Insurance Company of Canada changed its name to Legacy General
Insurance Company effective January 1, 1994.
La Compagnie d’Assurance Union Commerciale du Canada a fusionné ses biens
et son entreprise avec ceux de CGU, Compagnie D’Assurance du Canada à
compter du 1er octobre 1999, la compagnie issue de la fusion étant CGU,
Compagnie D’Assurance du Canada.
Fireman’s Fund Insurance Company of Canada changed its name to Wellington
Insurance Company effective March 1, 1985.
La Compagnie d’Assurance USF&G du Canada a fusionné avec la Compagnie
d’Assurance Canadienne Générale le 30 juin 1990; les activités se poursuivent
sous la raison sociale Compagnie d’Assurance Canadienne Générale.
Fireman’s Fund Insurance Company ceased transacting business in Canada. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective March 19,
1997.
Compagnie d’Assurances Victoria du Canada a fusionné ses biens et son
entreprise avec Compagnie d’Assurance Traders Générale, à compter du
1er janvier 1996. La compagnie issue de la fusion est la Compagnie
d’Assurance Traders Générale.
The First Catholic Slovak Ladies Association of the United States of America
ceased transacting business in Canada and transferred its Canadian policies to
Toronto Mutual Life Insurance Company effective January 1, 1999. The
society’s order to insure in Canada risks was revoked effective February 15,
2002.
La Compagnie d’Assurance-Vie American International Ltée a modifié sa
dénomination sociale à celle de La Compagnie d’Assurance-Vie AIG du
Canada à compter du 1er avril 1998.
First National Insurance Company of America ceased transacting business in
Canada and transferred its Canadian policies to Dominion of Canada General
Insurance Company. The company’s order to insure in Canada risks was
revoked effective October 18, 2001.
Compagnie d’assurance-vie de la Banque Royale du Canada a modifié sa
dénomination sociale à celle de Compagnie d’assurance vie RBC à compter du
4 octobre 1999.
Folksamerica National Reinsurance Company ceased transacting business in
Canada. The Company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
December 31, 1996.
La Compagnie d’Assurance-Vie Glacier National a modifié sa dénomination
sociale à celle de Scotia-Vie compagnie d’assurance à compter du 16 décembre
1994.
Foremost Insurance Company Grand Rapids, Michigan’s order to insure in
Canada risks was revoked, at the company’s request, effective August 31, 1995.
Compagnie d’Assurance-Vie Laurier et L’Impériale, compagnie d’assurance-vie
ont été fusionnées et prorogées en une société fonctionnant sous la
dénomination sociale de L’Impériale, compagnie d’assurance-vie le 1er janvier
1998.
50
Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada, Insurance Companies
July 27, 2002
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
Fortress Insurance Company of America, having transferred its Canadian
liabilities to Marine Indemnity Insurance Company of America, ceased to be
registered effective December 10, 1993.
Compagnie d’assurances-vie La Métropolitaine du Canada et La Mutuelle du
Canada, compagnie d’assurance sur la vie ont été fusionnées et prorogées en
une société mutuelle fonctionnant sous la dénomination sociale de La Mutuelle
du Canada, compagnie d’assurance sur la vie le 31 décembre 1998 à 23 h 59.
The Franklin Life Insurance Company ceased transacting business in Canada and
transferred its remaining Canadian policies to Colonia Life Insurance Company.
The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
December 31, 1996.
La Compagnie d’Assurance-Vie North West du Canada a modifié sa
dénomination sociale à celle de L’industrielle-Alliance Pacifique Compagnie
d’Assurance sur la Vie à compter du 1er septembre 2000.
Frankona Rückversicherungs-Aktien-Gesellschaft changed its name to ERC
Frankona Rückversicherungs-Aktien-Gesellschaft effective April 1, 1999.
La Compagnie d’Assurance-Vie Primerica a cessé d’exercer des opérations au
Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par La Compagnie
d’Assurance-Vie Primerica du Canada. L’ordonnance portant garantie des
risques au Canada a été annulée le 19 août 1994.
Galt Insurance Company, Langdon Insurance Company and Economical Mutual
Insurance Company amalgamated and were continued as one company under
the name Economical Mutual Insurance Company effective December 30,
2000.
Compagnie d’Assurance-Vie Transamerica du Canada et NN Compagnie
d’Assurance-Vie du Canada ont été fusionnées et prorogées en une société
fonctionnant sous la dénomination sociale Transamerica Vie Canada à compter
du 31 décembre 2000.
GAN Canada Insurance Company amalgamated its property and business with
that of Traders General Insurance Company effective December 31, 1999, the
continuing company being Traders General Insurance Company.
La Compagnie d’assurance-vie Transamerica Occidental a cessé d’exercer des
opérations au Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par la
Compagnie d’Assurance-Vie Transamerica du Canada. L’ordonnance portant
garantie des risques au Canada a été annulée le 12 avril 1995.
GAN General Insurance Company, formerly a provincial insurer based in Ontario,
was issued letters patent continuing it as a company under the Insurance
Companies Act, and concurrently amalgamated its property and business with
CGU Insurance Company of Canada effective December 31, 1999, the
continuing company being CGU Insurance Company of Canada
La Compagnie d’Assurance-Vie Union Commerciale du Canada a modifié sa
dénomination sociale à celle de Compagnie d’assurance MFC limitée à compter
du 26 septembre 2001.
Gan Incendie Accidents Compagnie Française, having transferred its Canadian
liabilities to Gan Canada Insurance Company, ceased to be registered effective
January 1, 1988.
Compagnie d’assurance Voyageur a modifié sa dénomination sociale à celle de
Compagnie d’assurance voyage RBC à compter du 28 juin 2000.
The General Accident Assurance Company of Canada changed its name to CGU
Insurance Company of Canada effective March 31,1999.
La Compagnie d’Assurance Wellington a changé son nom en celui de Compagnie
d’Assurance Wellington à compter du 11 août 1986.
General Accident Indemnity Company amalgamated its property and business
with that of Prudasco Assurance Company effective January 1, 1994, the
continuing or combined company being General Accident Indemnity Company.
Compagnie D’Assurance Wellington a modifié sa dénomination sociale à celle de
ING Wellington Compagnie d’assurance à compter du 27 octobre 2000.
The General Accident Indemnity Company amalgamated its property and business
with that of The General Accident Assurance Company of Canada effective
December 31, 1994, the continuing or combined company being The General
Accident Assurance Company of Canada.
La Compagnie Canadienne de Réassurance a modifié sa dénomination sociale à
celle de Suisse de Réassurance Vie Canada à compter du 5 juin 1995.
General American Life Reinsurance Company of Canada changed its name to
RGA Life Reinsurance Company of Canada effective September 18, 1995.
La Compagnie d’Assurance Halifax, une société constituée aux termes des lois de
la province de la Nouvelle-Écosse, a été prorogée comme une société sous le
régime de la Loi sur les sociétés d’assurances à compter du 1er juin 2001.
General Insurance Company of America ceased transacting business in Canada
and transferred its Canadian policies to Dominion of Canada General Insurance
Company. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
October 18, 2001.
Compagnie d’Assurance Hartford du Canada a modifié sa dénomination sociale à
celle de Société d’assurance Langdon à compter du 1er août 2001.
General Insurance Company of Royal Bank of Canada changed its name to RBC
General Insurance Company effective August 16, 1999.
La Compagnie de Cautionnement Alta – Le 13 juillet 2001, le surintendant des
institutions financières a pris le contrôle de La Compagnie de Cautionnement
Alta et la cour accordait une ordonnance de liquidation nommant le
surintendant au titre de liquidateur provisoire de la société. La cour a par la
suite désigné la firme PricewaterhouseCoopers Inc. à titre de liquidateur
permanent. La liquidation des opérations et des affaires de la société se
poursuivent.
General Reassurance Corporation changed its name to Life Reassurance
Corporation of America effective August 3, 1989.
Compagnie de Garantie Seaboard du Canada a fusionné ses biens et son entreprise
avec La Compagnie d’Indemnité du Nord, Inc. à compter du 1er janvier 2000.
La compagnie issue de la fusion est La Compagnie d’Indemnité du Nord, Inc.
General Security Assurance Corporation of New York changed its name to SCOR
Reinsurance Company effective March 31, 1994.
La Compagnie d’Indemnité du Nord, Inc. a fusionné ses biens et son entreprise
avec Compagnie de Garantie Seaboard du Canada à compter du 1er janvier
2000. La compagnie issue de la fusion est La Compagnie d’Indemnité du Nord,
Inc.
General Security Insurance Company of Canada, following the passage of a
Special Act by the Senate of Canada, was continued by Letters Patent of
Continuation as an insurance company under the laws of the Province of
Quebec effective December 1, 1994, under the name General Security
Insurance Company of Canada Inc.
Compagnie Mutuelle D’Assurance Commercial Travelers a cessé d’exercer des
opérations au Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par
Toronto Mutual Life Insurance Company. L’ordonnance portant garantie des
risques au Canada a été annulée le 27 avril 2001.
Glacier National Life Assurance Company changed its name to Scotia Life
Insurance Company effective December 16, 1994.
La Compagnie Mutuelle d’Assurance-vie Wawanesa a changé son nom en celui de
La Compagnie d’Assurance-vie Wawanesa à compter du 1er octobre 1993.
Globe Life Insurance Company ceased transacting business in Canada. The
company’s order to insure in Canada risks was revoked effective May 19, 1995.
La Compagnie de Réassurances Baltica-Skandinavia du Canada a changé son nom
en celui de Primmum Compagnie d’Assurance à compter du 20 juillet 1988.
Le 27 juillet 2002
Bureau du surintendant des institutions financières Canada, Sociétés d’assurances
51
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
The Great Eastern Insurance Company amalgamated its property and business
with that of London-Canada Insurance Company effective December 31, 1987,
the continuing or combined company being Hartford Insurance Company of
Canada.
La Compagnie de Réassurance Kanata a changé son nom en celui de Trygg-Hansa
Reinsurance Company of Canada le 28 janvier 1991.
The Great Lakes Reinsurance Company changed its name to Temple Insurance
Company, effective April 2, 1998.
La Compagnie de Réassurance Mercantile et Générale du Canada a fusionné ses
biens et son entreprise avec Compagnie Suisse de Réassurance Canada, à
compter du 1er juillet 1997. La compagnie issue de la fusion est Compagnie
Suisse de Réassurance Canada.
Guardian Insurance Company of Canada changed its name to The Nordic
Insurance Company of Canada effective February 1, 1999.
La Compagnie de Réassurance Sphère du Canada a modifié sa dénomination
sociale pour La Compagnie d’Assurance Chequers au 31 août 1989.
Guildhall Insurance Company’s order to insure in Canada risks was revoked, at
the company’s request, effective October 23, 1995.
La Compagnie de Réassurance TIG a modifié sa dénomination sociale à celle de
Odyssey America Reinsurance Corporation à compter du 26 janvier 2000.
The Halifax Insurance Company, a body corporate incorporated under the laws of
the province of Nova Scotia, was continued as a company as a company under
the Insurance Companies Act effective June 1, 2001.
La Compagnie de Réassurance Vie Mercantile et Générale du Canada et Suisse de
Réassurances Vie et Santé Canada ont été fusionnées et prorogées en une
société fonctionnant sous la dénomination sociale de Suisse de Réassurances
Vie et Santé Canada le 1er juillet 1997.
The Halifax Insurance Company changed its name to ING Insurance Company of
Canada effective January 1, 2002.
Compagnie de sûreté Virginia Inc. à modifié sa dénomination sociale à celle de
Compagnie d’assurances spécialisées Combined à compter du 16 mai 2002.
Hartford Insurance Company of Canada changed its name to Langdon Insurance
Company effective August 1, 2001
Compagnie Transcontinentale de Réassurance a cessé d’exercer des opérations au
Canada. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
16 décembre 1998.
Hartford Life Insurance Company of Canada and AIG Life Insurance Company of
Canada amalgamated and were continued as one company under the name AIG
Life Insurance Company of Canada effective September 30, 1999.
La Confédération, Compagnie d’Assurance-Vie - Le 11 août 1994, le surintendant
des institutions financières a pris le contrôle de La Confédération, Compagnie
d’Assurance-Vie et la cour accordait une ordonnance de liquidation nommant le
surintendant au titre de liquidateur provisoire de la société. La cour a par la
suite désigné la firme KPMG Inc. à titre de liquidateur permanent. La
liquidation des opérations et des affaires de la société se poursuivent.
The Hartford Steam Boiler Inspection and Insurance Company, having transferred
its Canadian liabilities to The Boiler Inspection and Insurance Company of
Canada, ceased to be registered effective December 31, 1988.
Consolidated Life Assurance Company Limited a cessé d’exercer des opérations
au Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par American
Bankers Compagnie d’Assurances-Vie de la Floride. L’ordonnance portant
garantie des risques au Canada a été annulée le 13 octobre 1995.
Helvetia Swiss Fire Insurance Company, Limited changed its name to Helvetia
Swiss Insurance Company, Limited effective June 19, 1989.
The Continental Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada
et tout son passif canadien a été pris en charge par la Continental Casualty
Company. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
21 décembre 2001.
Helvetia Swiss Insurance Company Limited ceased transacting business in
Canada. The company’s order to insure in Canada risks was revoked effective
December 31, 2000.
The Contingency Insurance Company Limited a cessé d’exercer des opérations au
Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par GAN Canada
Compagnie d’Assurances le 1er janvier 1988.
Herald Insurance Company’s order to commence and carry on business of Herald
Insurance Company was revoked, at the request of the company, effective
December 17, 1992.
Corporation de Garantie RoyNat le certificat d’enregistrement a été retiré le
21 juin 1984, conformément à la demande de la compagnie.
The Hungarian Reformed Federation of America ceased transacting business in
Canada and transferred its Canadian policies to Toronto Mutual Life Insurance
Company. The society’s order to insure in Canada risks was revoked effective
May 28, 1996.
The Credit Life Insurance Company a modifié sa dénomination sociale à celle de
Union Fidelity Life Insurance Company à compter du 13 juin 1994.
Ideal Mutual Insurance Company’s certificate of registry was withdrawn effective
February 15, 1985, and the company is being wound up under the provisions of
the Winding-Up Act.
Crown, compagnie d’assurance vie du Canada et La Compagnie d’Assurance du
Canada sur la Vie ont été fusionnées et prorogées en une société mutuelle
fonctionnant sous la dénomination sociale de La Compagnie d’Assurance du
Canada sur la Vie le 1er juillet 1999 à 00 h 01.
The Imperial Life Assurance Company of Canada and its wholly-owned
subsidiary, Laurentian Life Insurance Company of Canada, amalgamated and
were continued as one company under the name The Imperial Life Assurance
Company of Canada effective January 1, 1993.
CT assurance directe inc. a modifié sa dénomination sociale à celle de Compagnie
d’assurances générales TD à compter du 1er septembre 2000.
INA Insurance Company of Canada changed its name to CIGNA Insurance
Company of Canada effective September 1, 1985.
CUMIS Insurance Society, Inc. a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le 1er janvier
2000.
Industrial Credit Insurance Company: At the request of the company, its certificate
of registry was discontinued effective October 5, 1984.
Electrical Workers’ Benefit Association a cessé d’exister le 31 décembre 1991.
Insurance Company of North America, having transferred its Canadian liabilities
to CIGNA Insurance Company of Canada, ceased to be registered effective
February 28, 1993.
Emmco Insurance Company a changé son nom en celui de Associates Insurance
Company à compter du 30 octobre 1986.
The Insurance Corporation of Ireland Limited changed its name to ICAROM
Public Limited Company effective December 20, 1991.
La English & American Insurance Company Limited s’est vue annuler son
Ordonnance portant garantie des risques au Canada le 6 octobre 1993 et la
compagnie est maintenant en voie de liquidation en vertu des dispositions de la
Loi sur les liquidations.
ITT Hartford Life Insurance Company of Canada changed its name to Hartford
Life Insurance Company of Canada effective October 1, 1997.
Ennia Insurance Company (U.K.) Limited a changé son nom en celui de Aegon
Insurance Company (U.K.) Limited à compter du 3 mai 1985.
52
Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada, Insurance Companies
July 27, 2002
NOTE (A)—Continued
REMARQUE (A)—(suite)
John Deere Insurance Company of Canada changed its name to Echelon General
Insurance Company, effective March 5, 1998.
ERC Frankona Rückversicherungs-Aktien-Gesellschaft a modifié sa dénomination
sociale à celle de GE Frankona Rückversicherungs-Aktiengesellschaft à
compter du 1er avril 2001.
John Hancock Mutual Life Insurance Company changed its name to John Hancock
Life Insurance Company effective February 1, 2000.
La Federated, Compagnie Mutuelle d’Assurances : Conformément à la demande
de la compagnie, l’ordonnance portant garantie des risques au Canada par La
Federated, Compagnie Mutuelle d’Assurances a été annulée le 31 décembre
1992.
Kanata Reinsurance Company changed its name to Trygg-Hansa Reinsurance
Company of Canada effective January 28, 1991.
Fireman’s Fund du Canada Compagnie d’Assurance a changé son nom en celui de
La Compagnie d’Assurance Wellington à compter du 1er mars 1985.
Kansa General Insurance Company Limited changed its name to Kansa General
International Insurance Company Limited effective March 30, 1990.
Fireman’s Fund Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada.
L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le 19 mars
1997.
Kansa General International Insurance Company Limited: On March 8, 1995 the
court ordered the winding-up of Kansa General
The First Catholic Slovak Ladies Association of the United States of America a
cessé d’exercer des opérations au Canada et tout son passif canadien a été pris
en charge par Toronto Mutual Insurance Company à compter du 1er janvier
1999. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
15 février 2002.
International Insurance Company Limited under the provisions of the Winding Up
Act, appointing Ferdinand Alfieri, 1 Place Ville Marie, Suite 2115, Montréal,
Quebec H3B 2C6, as provisional liquidator of the company to proceed with the
winding-up of the business in Canada of the company.
First National Insurance Company of America a cessé d’exercer des opérations au
Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par la Compagnie
d’assurance générale Dominion du Canada. L’ordonnance portant garantie des
risques au Canada a été annulée le 18 octobre 2001.
Kemper Reinsurance Company changed its name to GE Reinsurance Corporation
effective May 19, 1999.
Folksamerica National Reinsurance Company a cessé d’exercer des opérations au
Canada. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été annulée le
31 décembre 1996.
Kent General Insurance Corporation amalgamated its property and business with
that of The Citadel General Assurance Company effective November 30, 1997,
the continuing company being The Citadel General Assurance Company.
Forestiers Canadiens, Société d’Assurance-Vie, ayant fusionné ses biens et
affaires avec les biens et affaires de L’Ordre Indépendant des Forestiers, la
société a cessé d’être enregistrée le 26 février 1992.
Langdon Insurance Company, Galt Insurance Company and Economical Mutual
Insurance Company amalgamated and were continued as one company under
the name Economical Mutual Insurance Company effective December 30,
2000.
Foremost Insurance Company Grand Rapids, Michigan : Conformément à la
demande de la société, l’ordonnance portant garantie des risques au Canada par
Foremost Insurance Company Grand Rapids, Michigan a été annulée le 31 août
1995.
Laurentian Casualty Company of Canada changed its French name to
Laurentienne Casualty Compagnie d’Assurance de Dommages du Canada
effective February 21, 1990.
The Franklin Life Insurance Company a cessé d’exercer des opérations au Canada
et son passif canadien a été pris en charge par Colonia Compagnie
d’Assurance-Vie. L’ordonnance portant garantie des risques au Canada a été
annulée le 31 décembre 1996.
Laurentian Casualty Company of Canada amalgamated its property and business
with that of Laurentian Pacific Insurance Company and that of The Laurentian
Shield Insurance Company effective February 27, 1992, the continuing or
combined company being Laurentian P&C Insurance Company.
Frankona Rückversicherungs-Aktien-Gesellschaft a modifié sa dénomination
sociale à celle de ERC Frankona Rückversicherungs-Aktien-Gesellschaft à
compter du 1er avril 1999.
Laurentian P&C Insurance Company changed its name to Boreal Property &
Casualty Insurance Company effective December 9, 1993.
GAN Canada Compagnie d’Assurances a fusionné ses biens et son entreprise avec
Compagnie d’Assurance Traders Générale à compter du 31 décembre 1999. La
compagnie issue de la fusion est Compagnie d’Assurance Traders Générale.
Laurentian Pacific Insurance Company amalgamated its property and business
with that of Laurentian Casualty Company of Canada and that of The
Laurentian Shield Insurance Company effective February 27, 1992, the
continuing or combined company being Laurentian P&C Insurance Company.
GAN General Insurance Company, société d’assurances constituée sous le régime
des lois de l’Ontario, a reçu des lettres patentes la prorogeant sous le régime de
la Loi sur les sociétés d’assurances et a fusionné ses éléments d’actif et ses
activités avec celles de CGU, Compagnie D’Assurance du Canada le
31 décembre 1999. La société issue de la fusion aura pour désignation sociale
CGU, Compagnie D’Assurance du Canada.
The Laurentian Shield Insurance Company amalgamated its property and business
with that of Laurentian Casualty Company of Canada and that of Laurentian
Pacific Insurance Company effective February 27, 1992, the continuing or
combined company being Laurentian P&C Insurance Company.
Gan Incendie Accidents Compagnie Française a cessé d’exercer des opérations au
Canada et tout son passif canadien a été pris en charge par Gan Canada
Compagnie d’Assurances le 1er janvier 1988.
Laurier Life Insurance Company and The Imperial Life Assurance Company of
Canada amalgamated and were continued as one company under the name The
Imperial Life Assurance Company of Canada effective January 1, 1998.
General Accident, Compagnie d’Assurance du Canada a modifié sa dénomination
sociale à celle de CGU, Compagnie D’Assurance du Canada à compter du
31 mars 1999.
Life Insurance Company of Royal Bank of Canada changed its name to RBC Life
Insurance Company effective October 4, 1999.
Général Accident Indemnité Compagnie d’Assurance a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de La Prudasco, Compagnie d’Assurance à compter du
1er janvier 1994, la compagnie issue de la fusion étant la Général Accident
Indemnité Compagnie d’Assurance.
Life Reassurance Corporation of America changed its name to Swiss Re Life &
Health America Inc. effective March 8, 2001.
Général Accident Indemnité Compagnie d’Assurance a fusionné ses biens et son
entreprise avec ceux de la General Accident, Compagnie d’Assurance du
Canada à compter du 31 décembre 1994, la compagnie issue de la fusion étant
General Accident, Compagnie d’Assurance du Canada.
The London Assurance ceased transacting business in Canada. The company’s
order to insure in Canada risks was revoked effective December 1, 1997.
General American, Compagnie de réassurance-vie du Canada a modifié sa
dénomination sociale à celle de RGA Compagnie de réassuran