Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 135, no 9
Vol. 135, No. 9
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, MARCH 3, 2001
OTTAWA, LE SAMEDI 3 MARS 2001
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Parts II and III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 3, 2001, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling Government publications as listed
in the telephone directory or write to: Canadian Government
Publishing, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S9.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères des Parties II et III — Publiée le
samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres catégories
de textes réglementaires et de documents — Publiée le
3 janvier 2001 et au moins tous les deux mercredis par
la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Les Éditions
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
(613) 991-1351 (Telephone), (613) 991-3540 (Facsimile).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, (613) 991-1351 (téléphone), (613) 991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, represented by the
Minister of Public Works and Government Services, 2001
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2001
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le
ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, 2001
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2001
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
No. 9 — March 3, 2001
No 9 — Le 3 mars 2001
669
Government House* ........................................................
(orders, decorations and medals)
670
Résidence du Gouverneur général* ..................................
(ordres, décorations et médailles)
670
Government Notices* ......................................................
674
Avis du Gouvernement* ..................................................
674
Parliament
House of Commons.......................................................
697
Parlement
Chambre des communes................................................
697
Commissions* ..................................................................
(agencies, boards and commissions)
698
Commissions* ..................................................................
(organismes, conseils et commissions)
698
Miscellaneous Notices* ...................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
708
Avis divers* .....................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
708
Proposed Regulations* .....................................................
(including amendments to existing regulations)
717
Règlements projetés* .......................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
717
Index ................................................................................
813
Index ................................................................................
815
_______
_______
* Notices are listed alphabetically in the Index.
* Les avis sont énumérés alphabétiquement dans l’index.
670
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
GOVERNMENT HOUSE
RÉSIDENCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL
CANADIAN BRAVERY DECORATIONS
DÉCORATIONS CANADIENNES POUR ACTES DE
BRAVOURE
The Governor General, the Right Honourable ADRIENNE
CLARKSON, on the recommendation of the Canadian Decorations
Advisory Committee, has awarded bravery decorations as
follows:
La Gouverneure générale, la très honorable ADRIENNE
CLARKSON, selon les recommandations du Conseil des décorations canadiennes, a décerné les décorations suivantes pour actes
de bravoure :
Medal of Bravery
Médaille de la bravoure
TOMMY COULOMBE, M.B.
Clarendon, New Brunswick
TOMMY COULOMBE, M.B.
Clarendon (Nouveau-Brunswick)
On July 12, 1996, eleven-year-old Tommy Coulombe rescued
his mother from their burning house in Clarendon, New Brunswick. After helping his sick mother into bed, Tommy went to his
bedroom to play and closed the door behind him so as not to disturb her sleep. Minutes later he was alerted by the smoke alarm
and opened the door to a wall of thick black smoke. Tommy raced
to his mother’s bedroom and tried desperately to wake her. With
complete disregard for his own safety, he persisted until she
awoke from her medicated sleep, dazed and coughing heavily
from the toxic smoke. Tommy helped her out of bed and, using
fire safety skills learned in school, made her crouch beneath the
smoke. He then guided her through the darkened hallway and out
to safety moments before the entire house was engulfed in flames.
Both were taken to a hospital and treated for smoke inhalation.
Le 12 juillet 1996, Tommy Coulombe, âgé de 11 ans, a secouru
sa mère qui se trouvait dans leur maison en feu, à Clarendon, au
Nouveau-Brunswick. Après avoir aidé sa mère malade à se mettre
au lit, Tommy est allé jouer dans sa chambre, fermant la porte
derrière lui pour ne pas déranger le sommeil de sa mère. Quelques
minutes plus tard, alerté par le détecteur de fumée, il a été envahi
par une épaisse fumée noire en ouvrant sa porte. Tommy a couru
jusqu’à la chambre de sa mère et a tenté désespérément de la réveiller. Sans penser au risque qu’il prenait, il a persisté jusqu’à ce
qu’elle sorte de la torpeur dans laquelle l’avaient plongée les médicaments, étourdie et étouffée par la fumée. Tommy l’a aidée à
sortir du lit et, suivant les règles apprises à l’école en cas d’incendie, l’a fait ramper sous la couche de fumée. L’ayant ensuite
guidée dans l’obscurité du couloir jusqu’à l’extérieur, ils ont pu se
mettre à l’abri quelques instants seulement avant que la maison
entière ne soit dévorée par les flammes. Le fils et sa mère ont été
emmenés à l’hôpital, où ils ont été traités pour inhalation de fumées toxiques.
Medal of Bravery
Médaille de la bravoure
ROBERT MASON GREENAWAY, M.B.
Kingston, Ontario
ROBERT MASON GREENAWAY, M.B.
Kingston (Ontario)
On May 16, 1999, Robert Mason Greenaway rescued a woman
from drowning in the Mediterranean Sea at Sitiges, Spain.
Mr. Greenaway and his wife were on their honeymoon when,
from a lookout point, they heard cries for help. A woman had
been swimming near the shore when a strong undertow began
pulling her out toward a cliff area. Realizing that the victim was
unreachable by land, Mr. Greenaway raced down to the beach and
swam through two-metre waves until he reached the panicstricken woman who had slipped beneath the surface. Although
exhausted from battling the powerful riptide, he kept himself and
the victim afloat while the pounding surf buffeted them against
the treacherous rock face. When he finally managed to get a foothold, Mr. Greenaway wedged himself between two rocks and, in
this precarious position, protected the victim from the rough wave
action until help arrived.
Le 16 mai 1999, Robert Mason Greenaway a secouru une
femme qui était sur le point de se noyer dans la mer Méditerranée,
à Sitiges, en Espagne. M. Greenaway et sa femme étaient en
voyage de noces quand, d’un belvédère, ils ont entendu des appels au secours. Une femme qui nageait près du rivage venait
d’être emportée vers des rochers abrupts par un puissant ressac.
Constatant l’impossibilité de rejoindre la victime par voie terrestre, M. Greenaway est descendu en courant vers la plage et a nagé
dans les vagues de deux mètres de hauteur jusqu’à ce qu’il atteigne la femme qui, prise de panique, s’enfonçait sous l’eau. Malgré son épuisement après avoir lutté contre la puissante marée, il
a réussi à maintenir la tête de la victime hors de l’eau pendant que
les vagues impitoyables les projetaient contre la paroi dangereuse
du rocher. Quand il a finalement pu poser pied, M. Greenaway
s’est stabilisé entre deux roches et, dans cette position précaire, a
protégé la victime des rudes vagues jusqu’à l’arrivée des secours.
Medal of Bravery
Médaille de la bravoure
LOUIS GEORGE LALANDE, M.B.
Newcastle, Ontario
LOUIS GEORGE LALANDE, M.B.
Newcastle (Ontario)
On December 7, 1999, Louis George Lalande apprehended an
armed bank robber in Oshawa, Ontario. Mr. Lalande was doing
charity work at a local shopping mall when he heard several gun
shots from the bank across the hall. He saw a man in the bank
waving a hand gun, forcing people to the floor and demanding
Le 7 décembre 1999, Louis George Lalande a appréhendé
un voleur de banque qui était armé, à Oshawa, en Ontario.
M. Lalande faisait du bénévolat dans un centre commercial local,
lorsqu’il a entendu plusieurs tirs en provenance de la banque située de l’autre côté du couloir. Il a vu un homme qui agitait une
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
671
money from the tellers. Fearing that the aggressor would harm
innocent victims, Mr. Lalande crept up behind him and, without
concern for his own safety, repeatedly struck him with a metal
folding chair. Others who arrived while he was confronting the
dazed robber were able to knock the gun from his hand and restrain him until police arrived.
arme à feu, forçant les gens à se coucher par terre et exigeant des
caissières qu’elles lui donnent de l’argent. Craignant que l’attaque
ne fasse des victimes, il s’est glissé derrière l’agresseur et, sans se
préoccuper de sa propre sécurité, l’a frappé à plusieurs reprises
avec une chaise pliante en métal. D’autres personnes, arrivées sur
ces entrefaites, ont pu arracher l’arme des mains du voleur abasourdi et le maîtriser jusqu’à l’arrivée des policiers.
Medal of Bravery
Médaille de la bravoure
DONALD LAMONTAGNE, M.B.
Saint-Pierre-Baptiste, Quebec
DONALD LAMONTAGNE, M.B.
Saint-Pierre-Baptiste (Québec)
On October 10, 1999, Donald Lamontagne rescued a farmer
who was being attacked by an angry bull in Vianney, Quebec.
The farmer was taking his herd of cows into the stable when his
1 000-kg bull charged at him, hitting him in the stomach. The
force of the attack threw him some three metres in the air. While
the injured man lay on the ground, the beast charged again and
relentlessly struck him with its powerful head. Witness to the
vicious attack, Mr. Lamontagne raced inside the pen and, without
regard for his own safety, confronted the frenzied animal. Shouting to distract the enraged bull, he managed to keep it at bay and
was then able to help the farmer cross the fence to safety.
Le 10 octobre 1999, Donald Lamontagne a secouru un fermier
attaqué par un taureau furieux, à Vianney, au Québec. Le fermier
s’apprêtait à rentrer son troupeau de vaches dans l’étable, quand
son taureau de 1 000 kg a chargé, le frappant en plein ventre.
Sous l’impact, il a été projeté à environ trois mètres dans les airs.
Alors que l’homme blessé gisait par terre, l’animal n’a pas cessé
de l’attaquer avec toute la force de son énorme tête. Témoin de
cette terrible attaque, M. Lamontagne s’est élancé dans l’enclos,
sans se soucier de sa propre sécurité, et a défié la bête incontrôlable. À force de cris destinés à distraire le taureau furieux, il a
réussi à le tenir éloigné et, pendant ce temps, à aider le fermier à
passer de l’autre côté de la clôture pour qu’il soit à l’abri du
danger.
Medal of Bravery
Médaille de la bravoure
WALTER KENNETH LEMAY, M.B.
Winnipeg, Manitoba
WALTER KENNETH LEMAY, M.B.
Winnipeg (Manitoba)
On October 2, 1999, Walter Kenneth Lemay risked his life to
save a suicidal woman from drowning in the Red River, in Winnipeg, Manitoba. Mr. Lemay was having dinner with friends
when he was alerted that a distraught woman had jumped into the
fast-flowing waters. Mr. Lemay ran to the river, removed his
boots and, in spite of the frigid water, made his way toward the
woman who was rapidly being carried downstream by the strong
current and undertow. Ignoring the victim’s plea not to be rescued, Mr. Lemay shouted encouragement while swimming the
150 metres separating them. Finally reaching the troubled
woman, he was able to convince her to let him grab hold of her.
Battling the turbulent waters while keeping the victim afloat, he
then succeeded in bringing her close enough to the river bank to
enable others to provide assistance.
Le 2 octobre 1999, Walter Kenneth Lemay a risqué sa vie pour
sauver une femme suicidaire qui allait se noyer dans la rivière
Rouge à Winnipeg, au Manitoba. M. Lemay était à table avec des
amis, lorsqu’il a été averti qu’une femme désespérée venait de
sauter dans les eaux tumultueuses. M. Lemay a couru vers la rivière, a enlevé ses bottes et, malgré la température glaciale de
l’eau, s’est dirigé vers la femme que le courant puissant et le flot
de fond emportaient rapidement. Ignorant les supplications de la
victime qui ne voulait pas être secourue, M. Lemay lui lançait des
encouragements, tout en nageant les 150 mètres qui la séparaient
de lui. Une fois arrivé près de la femme troublée, il a pu la convaincre de le laisser l’agripper pour la ramener au bord. Luttant
contre les eaux turbulentes pour éviter que la femme ne se noie, il
a réussi à l’emmener assez près du rivage pour que d’autres personnes puissent leur venir en aide.
Medal of Bravery
Médaille de la bravoure
JULIEN PERRON-GAGNÉ, M.B.
Montréal, Quebec
JULIEN PERRON-GAGNÉ, M.B.
Montréal (Québec)
On December 9, 1999, 18-year-old Julien Perron-Gagné prevented a woman from committing suicide at a subway station in
Montréal, Quebec. Mr. Perron-Gagné was waiting for a subway
train when he was alerted that a woman was lying on the track,
dangerously close to the high-voltage rails. Without regard for his
own safety, he immediately jumped to her rescue. After many
attempts, he succeeded in getting the heavy, uncooperative
woman to a standing position. Despite the sound of the train signalling its close proximity, he continued to try pushing her off the
track while others pulled at her from the platform but these efforts
were in vain. Determined to save the victim, Mr. Perron-Gagné
Le 9 décembre 1999, Julien Perron-Gagné, âgé de 18 ans, a
empêché une femme de se suicider dans une station de métro à
Montréal, au Québec. M. Perron-Gagné attendait sur le quai, lorsqu’il a appris qu’une femme était étendue sur les rails, dangereusement proche des câbles d’alimentation à haut voltage. Sans se
soucier de sa propre sécurité, il a immédiatement sauté du quai
pour aller à son secours. Après plusieurs tentatives et malgré les
refus de la très lourde femme qui ne voulait pas coopérer, il a
réussi à la soulever et à la faire tenir debout. Malgré le bruit du
train qui approchait, il a continué d’essayer de l’éloigner des rails,
pendant que d’autres personnes sur le quai essayaient, en vain, de
672
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
persisted in his attempts to remove her from the path of the oncoming train. Fortunately, the conductor had been alerted and was
able to stop the train on time.
Medal of Bravery
la soulever. Résolu à sauver la victime, M. Perron-Gagné a poursuivi ses efforts pour la tirer de là. Heureusement, le conducteur
du train avait été averti et a pu arrêter à temps.
Médaille de la bravoure
GRANT PHILLIPS, M.B.
Kamloops, British Columbia
GRANT PHILLIPS, M.B.
Kamloops (Colombie-Britannique)
On October 7, 1999, Grant Phillips dived into the ocean to save
a man from drowning at South Maui, Hawaii. Dr. Phillips was
walking along the beach when he noticed a man floating face
down in the high surf. Without hesitation, he ran into the ocean
and swam 125 metres in the rough water before he could reach
his side. He then grabbed the drowning victim and tried to revive
him but the swelling waves impeded his efforts. Meanwhile a
woman had swum out to help and Dr. Phillips instructed her to
climb onto his back and administer mouth-to-mouth resuscitation.
Exhausted but undeterred, Dr. Phillips supported both the woman
and the unconscious man and struggled against two-metre waves
until the trio reached the shore. He then took over caring for the
victim until paramedics arrived and the victim was revived.
LGEN (Ret’d) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
Deputy Secretary
Le 7 octobre 1999, Grant Phillips a plongé dans l’océan pour
sauver un homme de la noyade à South Maui, à Hawaii. Le
Dr Phillips se promenait sur la plage, quand il a remarqué dans les
hautes vagues un homme qui flottait sur le ventre, le visage dans
l’eau. Sans hésiter, il s’est élancé dans l’océan et a nagé sur une
distance de 125 mètres dans les eaux turbulentes pour atteindre la
victime. Il a alors agrippé l’homme qui était presque noyé et a
tenté de le ranimer, mais les vagues immenses l’en ont empêché.
Pendant ce temps, une femme avait nagé jusqu’à eux pour leur
venir en aide, et le Dr Phillips lui a dit de monter sur ses épaules
pour donner plus facilement le bouche-à-bouche à la victime.
Épuisé mais déterminé, le Dr Phillips a réussi à soutenir la femme
et l’homme inconscient, luttant contre des vagues de deux mètres
de haut jusqu’à ce que les trois atteignent le rivage. Il a alors continué lui-même la procédure de réanimation jusqu’à l’arrivée
d’une unité paramédicale, et la victime a pu être sauvée.
Le sous-secrétaire
LGÉN (retraité) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
[9-1-o]
[9-1-o]
MERITORIOUS SERVICE DECORATIONS
DÉCORATIONS POUR SERVICE MÉRITOIRE
The Governor General, the Right Honourable ADRIENNE
CLARKSON, on the recommendation of the Chief of the Defence
Staff, has awarded Meritorious Service Decorations (military
division) as follows:
La Gouverneure générale, la très honorable ADRIENNE
CLARKSON, selon la recommandation du chef d’État-major de la
défense, a décerné les décorations pour service méritoire (division
militaire) suivantes :
Meritorious Service Medal
(military division)
Médaille du service méritoire
(division militaire)
COLONEL DWIGHT ALLAN DAVIES, M.S.M., C.D.
Alouette, Quebec
COLONEL DWIGHT ALLAN DAVIES, M.S.M., C.D.
Alouette (Québec)
From January to May 1999, Colonel Davies was the Commanding Officer of Task Force Aviano, in Italy. Colonel Davies
commanded the Task Force during the important buildup phase
and its subsequent first 48 days of combat operations. His aircraft
flew more than 370 sorties without mishap. Colonel Davies’ outstanding efforts and exemplary leadership during his tour of duty
contributed to the success of the Canadian participation in Operation ALLIED FORCE. His expertise and professionalism gained
the Task Force credibility and respect amongst our NATO allies.
De janvier à mai 1999, le colonel Davies a été le commandant
de la force opérationnelle Aviano, en Italie. Le colonel Davies a
commandé cette force opérationnelle durant l’importante phase de
renforcement et durant les 48 jours suivants d’opérations de combat. Son avion a fait plus de 370 sorties sans incident. Les efforts
exceptionnels du col Davies et son leadership exemplaire durant
sa période de service ont contribué au succès de la participation
canadienne à l’opération FORCE ALLIÉE. Son expertise et son
professionnalisme ont accru le prestige de la force opérationnelle
auprès de nos alliés de l’OTAN, lui méritant du même coup un
respect encore plus grand.
Meritorious Service Medal
(military division)
Médaille du service méritoire
(division militaire)
MAJOR ROBIN PATRICK FRANCIS PARKER, M.S.M., C.D.
Cold Lake, Alberta
MAJOR ROBIN PATRICK FRANCIS PARKER, M.S.M., C.D.
Cold Lake (Alberta)
Major Parker served on Task Force Aviano from March 20,
1999, to June 15, 1999. During 31 combat missions that he flew
as part of Operation ALLIED FORCE, he was frequently selected
to plan, brief and lead NATO formations comprising over
40 aircraft from several nations. As the weapons officer, he
Le major Parker a servi au sein de la force opérationnelle
Aviano du 20 mars 1999 au 15 juin 1999. Durant les 31 missions
de combat où il a piloté un avion dans le cadre de l’opération
FORCE ALLIÉE, il a souvent été choisi pour planifier, informer et diriger des formations de l’OTAN comprenant plus de
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
673
LGEN (Ret’d) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
Deputy Secretary
40 avions de diverses nations. En tant qu’officier préposé aux
armes, il a joué un rôle crucial consistant à entraîner des membres
de la force opérationnelle Aviano au maniement d’une nouvelle
arme et à sélectionner les meilleurs éléments et ce, dans l’atmosphère fébrile d’efforts intenses déployés 24 heures sur 24. Les
compétences du major Parker en matière de pilotage, de supervision et de leadership ont été une source d’inspiration pour tous.
Par son rendement exemplaire, il a fait honneur à son unité, aux
Forces canadiennes et au Canada.
Le sous-secrétaire
LGÉN (retraité) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
[9-1-o]
[9-1-o]
played a crucial role in the training and qualification of Task
Force Aviano personnel in the use of a new weapon, in the midst
of an intense, round-the-clock effort. Major Parker’s flying,
supervisory and leadership skills were a source of inspiration to
all. His exemplary performance brought credit to his unit, to the
Canadian Forces and to Canada.
MENTION-IN-DISPATCHES
CITATIONS À L’ORDRE DU JOUR
The Governor General, the Right Honourable ADRIENNE
CLARKSON, on the recommendation of the Chief of the Defence
Staff, has awarded the Mention-in-Dispatches to:
La Gouverneure générale, la très honorable ADRIENNE
CLARKSON, selon la recommandation du chef d’État-major de la
défense, a décerné les citations à l’ordre du jour suivantes :
Mention-in-Dispatches
Citations à l’ordre du jour
Master Corporal Éric P. Y. Belley
Caporal-chef Éric P. Y. Belley
Major John S. McComber, C.D.
Major John S. McComber, C.D.
Private Éric J. Tremblay
Soldat Éric J. Tremblay
LGEN (Ret’d) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
Deputy Secretary
Le sous-secrétaire
LGÉN (retraité) JAMES C. GERVAIS, C.M.M., C.D.
[9-1-o]
[9-1-o]
674
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
BANK OF CANADA
BANQUE DU CANADA
FINANCIAL STATEMENTS
YEAR ENDED DECEMBER 31, 2000
ÉTATS FINANCIERS
EXERCICE TERMINÉ LE 31 DÉCEMBRE 2000
FINANCIAL REPORTING RESPONSIBILITY
RESPONSABILITÉ À L’ÉGARD DE L’INFORMATION
FINANCIÈRE
The accompanying financial statements of the Bank of Canada
have been prepared by management in accordance with Canadian
generally accepted accounting principles. The integrity and objectivity of the data in these financial statements are management’s responsibility. Management is responsible for ensuring
that all information in the annual report is consistent with the
financial statements.
In support of its responsibility, management maintains financial and management control systems and practices to provide
reasonable assurance that the financial information is reliable, that
the assets are safeguarded, and that the operations are carried out
effectively. The Bank has an internal audit department, whose
functions include reviewing internal controls and their application
on an ongoing basis.
Les états financiers de la Banque du Canada, qui sont joints à la
présente déclaration, ont été préparés par la direction de la Banque selon les principes comptables généralement reconnus au
Canada. La direction répond de l’intégrité et de l’objectivité des
données contenues dans les états financiers et veille à ce que les
renseignements fournis dans le rapport annuel concordent avec
les états financiers.
À l’appui de cette responsabilité, la direction a mis en place des
systèmes et pratiques de contrôle financier et de contrôle de gestion qui lui permettent de fournir l’assurance raisonnable que les
données financières sont fiables, les biens sont protégés et les
opérations sont efficaces. La Banque s’est dotée d’un département
de vérification interne, qui est notamment chargé d’examiner de
façon constante les mécanismes de contrôle interne et leur mise
en application.
Le Conseil d’administration doit veiller à ce que la direction
remplisse ses obligations en matière de présentation de l’information financière et de contrôle interne, responsabilité dont il
s’acquitte par l’entremise de son comité de la vérification. Celuici examine les états financiers annuels de la Banque et les fait
approuver par le Conseil d’administration. Il rencontre au besoin
les membres de la direction, le vérificateur interne et les vérificateurs externes de la Banque, lesquels sont nommés par décret.
Les états financiers de la Banque ont été vérifiés par les vérificateurs externes de la Banque, les cabinets Caron Bélanger Ernst
& Young et Raymond Chabot Grant Thornton, dont le rapport
figure ci-après.
Ottawa, Canada
Le gouverneur
G. G. THIESSEN
La sous-gouverneure
S. L. KENNEDY
The Board of Directors is responsible for ensuring that management fulfills its responsibilities for financial reporting and
internal control and exercises this responsibility through the Audit
Committee of the Board. The Audit Committee reviews the
Bank’s annual financial statements and recommends their approval by the Board of Directors. The Audit Committee meets
with management, the internal auditor, and the Bank’s external
auditors appointed by Order-in-Council.
These financial statements have been audited by the Bank’s
external auditors, Caron Bélanger Ernst & Young and Raymond
Chabot Grant Thornton, and their report is presented herein.
Ottawa, Canada
G. G. THIESSEN
Governor
S. L. KENNEDY
Deputy Governor
AUDITORS’ REPORT
RAPPORT DES VÉRIFICATEURS
To the Minister of Finance, registered shareholder of the Bank of
Canada
We have audited the balance sheet of the Bank of Canada as at
December 31, 2000, and the statement of revenue and expense for
the year then ended. These financial statements are the responsibility of the Bank’s management. Our responsibility is to express
an opinion on these financial statements based on our audit.
Au ministre des Finances, en sa qualité d’actionnaire inscrit de la
Banque du Canada
Nous avons vérifié le bilan de la Banque du Canada au 31 décembre 2000 ainsi que l’état des revenus et dépenses de l’exercice
terminé à cette date. La responsabilité de ces états financiers incombe à la direction de la Banque. Notre responsabilité consiste à
exprimer une opinion sur ces états financiers en nous fondant sur
notre vérification.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
We conducted our audit in accordance with Canadian generally
accepted auditing standards. Those standards require that we plan
and perform an audit to obtain reasonable assurance whether the
financial statements are free of material misstatement. An audit
includes examining, on a test basis, evidence supporting the
amounts and disclosures in the financial statements. An audit also
includes assessing the accounting principles used and significant
estimates made by management, as well as evaluating the overall
financial statement presentation.
675
In our opinion, these financial statements present fairly, in all
material respects, the financial position of the Bank as at December 31, 2000 and the results of its operations and cash flow for the
year then ended in accordance with Canadian generally accepted
accounting principles.
Ottawa, Canada, January 16, 2001
CARON BÉLANGER ERNST & YOUNG
Chartered Accountants
RAYMOND CHABOT GRANT THORNTON
Chartered Accountants
Notre vérification a été effectuée conformément aux normes de
vérification généralement reconnues au Canada. Ces normes exigent que la vérification soit planifiée et exécutée de manière à
fournir l’assurance raisonnable que les états financiers sont
exempts d’inexactitudes importantes. La vérification comprend le
contrôle par sondages des éléments probants à l’appui des montants et des autres éléments d’information fournis dans les états
financiers. Elle comprend également l’évaluation des principes
comptables suivis et des estimations importantes faites par la
direction, ainsi qu’une appréciation de la présentation d’ensemble
des états financiers.
À notre avis, ces états financiers donnent, à tous les égards importants, une image fidèle de la situation financière de la Banque
au 31 décembre 2000 ainsi que des résultats de son exploitation et
de ses flux de trésorerie pour l’exercice terminé à cette date selon
les principes comptables généralement reconnus au Canada.
Ottawa, Canada, le 16 janvier 2001
Les comptables agréés
CARON BÉLANGER ERNST & YOUNG
Les comptables agréés
RAYMOND CHABOT GRANT THORNTON
BANK OF CANADA
BANQUE DU CANADA
Statement of revenue and expense
État des revenus et dépenses
Year ended December 31, 2000
pour l’exercice terminé le 31 décembre 2000
2000
Millions of dollars
REVENUE
Revenue from investments,
net of interest paid on deposits
of $42.8 million ($47.2 million in
1999) .....................................................
2,111.0
EXPENSE by function (notes 1 and 3)
Monetary policy ....................................
Currency................................................
Central banking services........................
Retail debt services — expenses............
Retail debt services — recoveries..........
NET REVENUE PAID TO
RECEIVER GENERAL FOR
CANADA..............................................
1999
2000
En millions de dollars
1999
1,910.8
REVENUS
Revenus de placements, après
déduction des intérêts payés sur les
dépôts, soit 42,8 millions de $
(47,2 millions de $ en 1999) .................
2 111,0
1 910,8
38.8
48.5
31.3
39.0
72.7
33.0
DÉPENSES par fonction (notes 1 et 3)
Politique monétaire ...............................
Monnaie................................................
Services de banque centrale ..................
38,8
48,5
31,3
39,0
72,7
33,0
118.6
144.7
118,6
144,7
75.6
73.9
75,6
73,9
(75,6)
(73,9)
118,6
144,7
1 992,4
1 766,1
(75.6)
(73.9)
118.6
144.7
1,992.4
(See accompanying notes to the financial statements.)
1,766.1
Services relatifs aux titres destinés aux
particuliers — Dépenses effectuées...
Services relatifs aux titres destinés aux
particuliers — Dépenses recouvrées .
REVENU NET VERSÉ AU COMPTE
DU RECEVEUR GÉNÉRAL DU
CANADA .............................................
(Voir notes complémentaires aux états financiers.)
676
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
BANK OF CANADA
BANQUE DU CANADA
Balance sheet
Bilan
As at December 31, 2000
au 31 décembre 2000
ASSETS
2000
Millions of dollars
Deposits in foreign currencies
U.S. dollars........................................
Other currencies ................................
Advances to members of the Canadian
Payments Association........................
Investments (note 4)
Treasury bills of Canada....................
Other securities issued or guaranteed
by Canada maturing within three
years ..............................................
Other securities issued or guaranteed
by Canada not maturing within
three years .....................................
Other bills..........................................
Other investments..............................
Bank premises (note 5)..........................
Other assets
Securities purchased under resale
agreements.....................................
All other assets (notes 6
and 9) ............................................
1999
ACTIF
742.0
4.9
605.6
4.4
Dépôts en devises étrangères
Devises américaines..........................
Autres devises...................................
746.9
610.0
952.3
560.7
Avances aux membres de l’Association
canadienne des paiements .................
Placements (note 4)
Bons du Trésor du Canada ................
Autres valeurs mobilières émises ou
garanties par le Canada, échéant
dans les trois ans ...........................
Autres valeurs mobilières émises ou
garanties par le Canada, n’échéant
pas dans les trois ans .....................
Autres bons .......................................
Autres placements.............................
742,0
4,9
605,6
4,4
746,9
610,0
952,3
560,7
9 134,7
12 020,6
8 342,5
7 515,1
15 293,8
1 666,7
1 500,3
12 975,7
−
5 130,9
35 938,0
37 642,3
12,020.6
8,342.5
7,515.1
15,293.8
1,666.7
1,500.3
12,975.7
−
5,130.9
35,938.0
37,642.3
162.8
175.2
Immeubles de la Banque (note 5)..........
162,8
175,2
3,669.6
Autres éléments de l’actif
Titres achetés dans le cadre de
conventions de revente..................
Tous les autres éléments de l’actif
(notes 6 et 9) .................................
1 357,5
3 669,6
1,357.5
390.6
405.5
390,6
405,5
1,748.1
4,075.1
1 748,1
4 075,1
39,548.1
43,063.3
39 548,1
43 063,3
(Voir notes complémentaires aux états financiers.)
BANK OF CANADA
BANQUE DU CANADA
2000
Millions of dollars
Capital paid up (note 7) .........................
1999
9,134.7
(See accompanying notes to the financial statements.)
LIABILITIES
2000
En millions de dollars
5.0
1999
5.0
PASSIF
2000
En millions de dollars
Capital versé (note 7)............................
5,0
1999
5,0
Rest fund (note 8)..................................
25.0
25.0
Fonds de réserve (note 8) ......................
25,0
25,0
Bank notes in circulation .......................
36,775.3
40,142.6
Billets de banque en circulation ............
36 775,3
40 142,6
16.1
1,669.2
11.8
1,827.8
16,1
1 669,2
11,8
1 827,8
101.8
267.0
119.5
428.5
101,8
267,0
119,5
428,5
2,054.1
2,387.6
2 054,1
2 387,6
584.4
454.5
584,4
454,5
−
−
104,3
48,6
Deposits
Government of Canada......................
Banks ................................................
Other members of the
Canadian Payments Association ........
Other deposits....................................
Liabilities in foreign currencies
Government of Canada......................
Other liabilities
Securities sold under repurchase
agreements.....................................
All other liabilities
(note 9) ..........................................
Governor, G. G. THIESSEN
Chairman, Audit Committee,
W. DUBOWEC, FCA
Dépôts
Gouvernement du Canada.................
Banques ............................................
Autres membres de l’Association
canadienne des paiements .............
Autres dépôts ....................................
Passif en devises étrangères
Gouvernement du Canada.....................
Autres éléments du passif
Titres vendus dans le cadre de
conventions de rachat....................
Tous les autres éléments du passif
(note 9)..........................................
−
−
104.3
48.6
104.3
48.6
104,3
48,6
39,548.1
43,063.3
39 548,1
43 063,3
Chief Accountant, F. J. MAHONEY
Lead Director, H. H. MACKAY, Q.C.
On behalf of the Board
(See accompanying notes to the financial statements.)
Le gouverneur, G. G. THIESSEN
Le président du Comité de la
vérification, W. DUBOWEC, F.C.A.
Le comptable en chef, F. J. MAHONEY
L’administrateur principal,
H. H. MACKAY c.r.
Au nom du Conseil
(Voir notes complémentaires aux états financiers.)
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
677
BANK OF CANADA
BANQUE DU CANADA
Notes to the financial statements
Notes complémentaires aux états financiers
Year ended December 31, 2000
pour l’exercice terminé le 31 décembre 2000
1. Bank functions
1. Les fonctions de la Banque
The Bank of Canada’s primary responsibilities are set out in
the Bank of Canada Act and can be grouped into four broad functions, which are described below. Net operating expenses in the
Statement of revenue and expense are reported on the basis of
these four corporate functions.
Monetary policy
The Bank’s most important responsibility is monetary policy. The goal of monetary policy is to preserve the value of
money by keeping inflation low and stable. In doing so,
monetary policy contributes to better economic performance
and rising living standards for Canadians.
Currency
The Bank issues Canada’s bank notes. This involves note
design (with particular emphasis on anti-counterfeiting features) as well as responsibility for ensuring the printing and
distribution of new bank notes and replacement of worn
notes.
Les principales responsabilités de la Banque du Canada sont
énoncées dans la Loi sur la Banque du Canada et peuvent être
regroupées en quatre grandes fonctions, qui sont décrites ci-après.
Les dépenses d’exploitation nettes inscrites dans l’État des revenus et dépenses sont ventilées selon ces quatre fonctions.
Politique monétaire
La politique monétaire est la plus importante responsabilité
de la Banque. Elle a pour objet de préserver la valeur de la
monnaie en maintenant l’inflation à un niveau bas et stable.
Ce faisant, elle favorise une meilleure tenue de l’économie et
contribue à l’amélioration du niveau de vie des Canadiens.
Monnaie
La Banque émet les billets de banque canadiens. Elle veille
notamment à la conception des billets (en accordant une attention particulière aux caractéristiques de sécurité visant à
décourager la contrefaçon) et à leur impression, à la distribution des billets neufs, ainsi qu’au remplacement des billets
endommagés.
Services de banque centrale
La Banque est chargée, d’une part, de promouvoir la fiabilité
et la solidité du système financier canadien et, d’autre part,
d’offrir au gouvernement fédéral des services de gestion financière. Dans le premier cas, elle surveille et soutient les
principaux systèmes de compensation et de règlement au
moyen desquels les actifs financiers sont transférés et les
obligations de paiement sont traitées. La Banque fait aussi
office de banquier du gouvernement fédéral, ce qui l’amène
à conseiller ce dernier sur la gestion de la dette publique, à
lancer de nouveaux emprunts, à tenir les dossiers des détenteurs d’obligations et à effectuer les paiements d’intérêts et
les remboursements de titres. La Banque s’occupe également
de la gestion des réserves de change de l’État. Par ailleurs,
elle garde les soldes des comptes bancaires non réclamés et
aide les propriétaires de ces comptes à récupérer leurs fonds.
Services relatifs aux titres destinés aux particuliers
Des millions de Canadiens détiennent des obligations d’épargne du Canada et d’autres titres de dette émis par le gouvernement fédéral. La gestion de la dette envers les particuliers
relève de Placements Épargne Canada, une agence du ministère des Finances, mais la Banque est responsable de la
tenue des registres et de la fourniture de services aux titulaires de titres de dette au détail. La Banque recouvre le coût
complet des opérations liées à ces titres.
Central banking services
The Bank promotes a safe and sound financial system in
Canada and provides funds-management services to the federal government. To promote a sound financial system, the
Bank oversees and provides services to the major clearing
and settlement systems through which financial assets are
transferred and payment obligations are processed. As the
federal government’s banker, the Bank provides advice on
managing the public debt, handles new borrowings, maintains bondholder records, and makes payments for interest
and debt redemption. It also manages the government’s foreign exchange reserves. As well, the Bank holds unclaimed
balances and helps people reclaim their money.
Retail debt services
Millions of Canadians hold Canada Savings Bonds and other
debt instruments issued by the federal government. While
management of this program is under the direction of Canada Investment and Savings, an agency of the Department of
Finance, the Bank has been responsible for maintaining debt
registers and for servicing the accounts of debtholders. The
Bank recovers the cost of retail debt operations on a full-cost
basis.
2. Significant accounting policies
2. Principales conventions comptables
The financial statements of the Bank are in accordance with
Canadian generally accepted accounting principles and conform
to the disclosure and accounting requirements of the Bank of
Canada Act and the Bank’s by-laws. As all material changes in
cash flow are evident from the financial statements, a separate
statement of cash flow has not been prepared as it would not provide any additional useful information. The significant accounting
policies of the Bank are:
(a) Revenues and expenses
Revenues and expenses are accounted for on the accrual
basis.
Les états financiers de la Banque sont conformes aux principes
comptables généralement reconnus au Canada et satisfont aux
exigences de la Loi sur la Banque du Canada et de ses statuts
administratifs en matière de comptabilité et de divulgation.
Comme les états financiers font clairement ressortir toutes les
modifications importantes survenues dans les flux de trésorerie, il
n’a pas été nécessaire d’établir un état distinct des flux de trésorerie; un tel état n’aurait apporté aucun complément d’information
utile. Les principales conventions comptables de la Banque sont
énumérées ci-dessous :
a) Revenus et dépenses
678
Canada Gazette Part I
(b) Employee benefit plans
The Bank sponsors a number of defined benefit plans providing pension, other post-retirement and post-employment
benefits to most of its employees. The Bank accrues its obligations under these benefit plans and the related costs, net of
plan assets. The costs of the plans are actuarially determined
using the projected benefit method to determine the current
service costs, past service costs resulting from plan amendments, and experience gains and losses in excess of the
10 per cent corridor. For the purpose of calculating the expected return on plan assets, assets are valued at fair value.
Changes resulting from adoption of the new accounting
standards for employee benefits have been applied on a prospective basis for the period ending December 31, 2000. The
transitional balances are being amortized on a straight-line
basis over the average remaining service periods of active
plan members.
(c) Translation of foreign currencies
Assets and liabilities in foreign currencies are translated to
Canadian dollars at the rates of exchange prevailing at the
year-end. Foreign currency assets held under short-term foreign currency swap arrangements with the Exchange Fund
Account of the Government of Canada, as described in
note 10(a), are converted to Canadian dollars at the contracted rates. Gains and losses from translation of, and transactions in, foreign currencies are included in revenue.
(d) Advances
Advances to members of the Canadian Payments Association are liquidity loans which are fully collateralized and
generally overnight in duration. The Bank charges interest
on advances under the Large Value Transfer System (LVTS)
at the Bank Rate. For advances under the Automated Clearing Settlement System, the Bank charges the Bank Rate plus
a margin, which was 150 basis points at December 31, 2000
(150 basis points in 1999).
(e) Investments
Investments, consisting mainly of Government of Canada
treasury bills and bonds, are recorded at cost and are adjusted for amortization of purchase discounts and premiums.
The amortization, as well as gains and losses on disposition,
are included in revenue.
(f) Bank premises
Bank premises, consisting of land, buildings, computer
hardware/software, and other equipment, are recorded at cost
less accumulated depreciation. Computer software is capitalized only when its cost exceeds $2 million. Depreciation
is calculated using the straight-line method and is applied
over the estimated useful lives of the assets, as shown below.
March 3, 2001
Les revenus et les dépenses sont inscrits selon la méthode de
la comptabilité d’exercice.
b) Régimes d’avantages sociaux des employés
La Banque a instauré en faveur de la plupart de ses employés
plusieurs régimes à prestations déterminées qui prévoient le
paiement de prestations de pension, d’avantages complémentaires de retraite et d’avantages postérieurs à l’emploi.
La Banque comptabilise les obligations qu’elle contracte au
titre de ces régimes ainsi que les coûts connexes, déduction
faite de l’actif des régimes. Le coût de ces régimes est établi
par calculs actuariels selon la méthode de répartition des
prestations, sur la base d’une évaluation du coût des prestations au titre des services rendus au cours de l’exercice, de
celui des prestations au titre des services passés découlant
des modifications apportées aux régimes ainsi que des gains
ou pertes actuariels excédant la marge de 10 . L’actif des
régimes est évalué à sa juste valeur pour les besoins du calcul du taux de rendement prévu.
Les changements découlant de l’adoption de nouvelles normes comptables pour l’évaluation des avantages sociaux des
employés ont été appliqués de façon prospective au cours de
l’exercice 2000. Les soldes transitoires sont amortis selon la
méthode de l’amortissement linéaire en fonction de la durée
moyenne des années de service restantes des participants
actifs.
c) Conversion des devises étrangères
Les éléments de l’actif et du passif en devises étrangères
sont convertis en dollars canadiens aux taux de change en
vigueur à la fin de l’exercice. Les éléments de l’actif détenus
en vertu de swaps à court terme de devises avec le Fonds des
changes du gouvernement canadien, lesquels sont décrits à la
note 10, paragraphe a), sont convertis en dollars canadiens
aux taux de change stipulés dans les contrats. Les gains ou
les pertes résultant de la conversion des devises étrangères et
des opérations sur devises sont imputés aux revenus.
d) Avances
Les avances aux membres de l’Association canadienne des
paiements sont généralement des prêts à un jour entièrement
garantis. Le taux d’intérêt qui est appliqué aux avances octroyées dans le cadre du système de transfert de paiements
de grande valeur (STPGV) est le taux officiel d’escompte.
Dans le cas des avances effectuées dans le cadre du système
automatisé de compensation et de règlement, la Banque applique le taux d’escompte majoré d’une marge qui était de
150 points de base au 31 décembre 2000 (la même qu’en
1999).
e) Placements
Les placements, qui consistent surtout en bons du Trésor et
en obligations du gouvernement du Canada, sont inscrits au
coût d’achat et sont corrigés en fonction de l’amortissement
de l’escompte ou de la prime d’émission. Cet amortissement
ainsi que les gains ou pertes sur la réalisation de ces placements sont imputés aux revenus.
f) Immeubles de la Banque
Ce poste comprend les terrains, les bâtiments, l’équipement
ainsi que le matériel informatique et les logiciels, qui sont
inscrits à leur coût, moins l’amortissement cumulé. Les coûts
d’acquisition de logiciels ne sont inscrits à l’actif que s’ils
dépassent 2 millions de dollars. L’amortissement est calculé
selon la méthode de l’amortissement linéaire en fonction de
la durée estimative d’utilisation des actifs, laquelle est indiquée ci-dessous.
Le 3 mars 2001
Buildings
Computer hardware/software
Other equipment
Gazette du Canada Partie I
25 to 40 years
3 to 7 years
5 to 15 years
(g) Special purchase and resale agreements (SPRAs)
SPRAs are repo-type transactions in which the Bank of Canada offers to purchase Government of Canada securities
from designated counterparties with an agreement to sell
them back at a predetermined price the next business day.
The Bank is prepared to enter into SPRAs at the policy target
rate, defined as the mid-point of the operating band for the
overnight interest rate (i.e., 25 basis points below the Bank
Rate), if overnight funds are generally trading above the indicated target level. SPRAs are transacted with primary
dealers, a subgroup of government securities distributors that
have reached a threshold level of activity in the Government
of Canada debt markets.
The balance sheet category Securities purchased under resale agreements represents the value receivable by the Bank.
As such, this amount includes the purchase of treasury bills
and bonds, the purchase of accrued interest on bonds, and
the interest earned by the Bank. The treasury bills and bonds
purchased under resale agreements are not recorded as investment assets.
(h) Deposits
The liabilities within this category are Canadian dollar demand deposits. For members of the Canadian Payments Association, the Bank pays interest on positive balances associated with the Large Value Transfer System (LVTS) at the
lower end of the operating band for the overnight interest
rate (50 basis points below the Bank Rate), and on positive
balances related to the Automated Clearing Settlement System at the lower end of the operating band for the overnight
interest rate less a margin, which was 150 basis points at
December 31, 2000 (150 basis points in 1999). On Special
Deposit Accounts, which serve as collateral for LVTS participants, the Bank pays interest at the published overnight
rate less a margin, which was 6.25 basis points at December 31, 2000 (6.25 basis points in 1999).
(i) Sale and repurchase agreements (SRAs)
SRAs are reverse repo-type transactions in which the Bank
of Canada offers to sell Government of Canada securities to
designated counterparties with an agreement to buy them
back at a predetermined price the next business day. The
Bank is prepared to enter into SRAs at the policy target rate,
defined as the mid-point of the operating band for the overnight interest rate (i.e., 25 basis points below the Bank Rate),
if overnight funds are generally trading below the indicated
target level. SRAs are transacted with primary dealers, a
subgroup of government securities distributors that have
reached a threshold level of activity in the Government of
Canada debt markets.
The balance sheet category Securities sold under repurchase
agreements represents the value payable by the Bank. As
such, this amount includes the sale of treasury bills and
bonds, the sale of accrued interest on bonds, and the interest
owed by the Bank. The treasury bills and bonds sold under
repurchase agreements continue to be recorded as investment
assets.
(j) Insurance
The Bank does not insure against direct risks of loss to the
Bank, except for potential liabilities to third parties and
where there are legal or contractual obligations to carry insurance. Any costs arising from these risks are recorded in
the accounts at the time they can be reasonably estimated.
Bâtiments
Matériel informatique et logiciels
Autre équipement
679
de 25 à 40 ans
de 3 à 7 ans
de 5 à 15 ans
g) Prises en pension spéciales
Les prises en pension spéciales sont des opérations de pension en vertu desquelles la Banque du Canada offre d’acheter
des titres du gouvernement canadien à des contrepartistes
désignés en s’engageant à les leur revendre à un prix fixé à
l’avance, le jour ouvrable suivant. La Banque est disposée à
conclure des prises en pension spéciales au taux cible établi
aux fins de la politique monétaire, qui correspond au point
médian de la fourchette opérationnelle applicable au taux du
financement à un jour et est inférieur de 25 points de base au
taux d’escompte, si les fonds à un jour se négocient généralement à un taux supérieur au taux cible annoncé. Les prises
en pension spéciales sont conclues avec les négociants principaux, un sous-groupe de distributeurs de titres d’État qui
ont atteint un certain niveau de participation sur le marché
des titres du gouvernement canadien.
Le poste du bilan Titres achetés dans le cadre de conventions de revente représente le montant que la Banque recevra. Il englobe le coût de l’achat des bons du Trésor, des
obligations et des intérêts courus sur les obligations ainsi que
les intérêts perçus par la Banque. Les bons du Trésor et les
obligations achetés dans le cadre de conventions de revente
ne sont pas ajoutés aux placements de la Banque.
h) Dépôts
Les éléments du passif compris dans cette catégorie sont
constitués de dépôts à vue en dollars canadiens. La Banque
rémunère les soldes créditeurs des membres de l’Association
canadienne des paiements (ACP) à l’issue du processus de
règlement quotidien dans le système de transfert de paiements de grande valeur (STPGV) à un taux correspondant à
la limite inférieure de la fourchette opérationnelle applicable
au taux du financement à un jour (soit 50 points de base audessous du taux d’escompte); quant aux soldes créditeurs des
membres de l’ACP au terme du processus de règlement quotidien dans le système automatisé de compensation et de règlement, elle les rémunère à un taux correspondant à la limite inférieure de cette même fourchette moins une marge
qui était de 150 points de base au 31 décembre 2000 (la
même marge qu’en 1999). Dans le cas des comptes spéciaux
de dépôt que les participants au STPGV utilisent à titre de
garantie, la Banque verse des intérêts calculés au taux officiel du financement à un jour moins une marge qui était de
6,25 points de base au 31 décembre 2000 (la même qu’en
1999).
i) Cessions en pension
Les cessions en pension sont des opérations de pension en
vertu desquelles la Banque du Canada offre de vendre des
titres du gouvernement canadien à des contrepartistes désignés en s’engageant à les leur racheter à un prix fixé à
l’avance, le jour ouvrable suivant. La Banque est disposée à
conclure des cessions en pension au taux cible établi aux fins
de la politique monétaire, qui correspond au point médian de
la fourchette opérationnelle applicable au taux du financement à un jour et est inférieur de 25 points de base au taux
d’escompte, si les fonds à un jour se négocient généralement
à un taux inférieur au taux cible annoncé. Les cessions en
pension sont conclues avec les négociants principaux, un
sous-groupe de distributeurs de titres d’État qui ont atteint un
certain niveau de participation sur le marché des titres du
gouvernement canadien.
Le poste du bilan Titres vendus dans le cadre de conventions
de rachat représente le montant que la Banque doit verser. Il
680
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
englobe le prix de vente des bons du Trésor, des obligations
et des intérêts courus sur les obligations ainsi que les intérêts
accumulés. Les bons du Trésor et les obligations vendus
dans le cadre de conventions de rachat continuent d’être
ajoutés aux placements de la Banque.
j) Assurance
La Banque ne s’assure pas contre les risques de perte auxquels elle est directement exposée, sauf lorsque sa responsabilité civile envers les tiers est en cause ou qu’une disposition légale ou contractuelle l’y oblige. Les coûts découlant
de ces risques sont inscrits aux comptes dès qu’il est possible
d’en obtenir une estimation raisonnable.
3. Dépenses par catégorie
3. Expense by classes of expenditure
2000
Millions of dollars
Salaries ......................................
Benefits and other staff
expenses ....................................
Currency costs ...........................
Premises maintenance ...............
Services and supplies .................
Depreciation ..............................
1999
91.4
86.6
15.2
10.0
21.2
36.9
26.0
15.0
31.8
20.0
41.6
28.2
200.7
223.2
Traitements ...............................
Avantages sociaux et autres frais
de personnel ..........................
Coût des billets de banque ........
Entretien des immeubles ...........
Services et fournitures ...............
Amortissement ..........................
91,4
86,6
15,2
10,0
21,2
36,9
26,0
15,0
31,8
20,0
41,6
28,2
200,7
223,2
(4.6)
(75,6)
(6,5)
(73,9)
(4,6)
144.7
Total .........................................
118,6
144,7
(75.6)
(73.9)
Other .........................................
(6.5)
Total ..........................................
118.6
Salaries and benefits of Bank staff engaged in premises maintenance are not included in the Salaries or Benefits and other staff
expenses categories, but rather as part of Premises expenses.
Recoveries represent the fees charged by the Bank for a variety
of services.
4. Investments
This category includes Government of Canada treasury bills
and bonds as well as other investments, which are held under
short-term foreign currency swap arrangements with the Exchange Fund Account of the Government of Canada as described
in note 10(a).
The Bank typically holds its investments in treasury bills and
bonds until maturity. The amortized book values of these investments approximate their par values. At the year-end, the average
yield on the Bank’s holdings of treasury bills, which average
three months to maturity was 5.8 per cent (4.9 per cent in 1999),
while the average yield for bonds maturing within three years was
6.4 per cent (6.5 per cent in 1999), and for those maturing in over
three years was 6.5 per cent (6.6 per cent in 1999).
Les traitements et les avantages sociaux du personnel affecté à
l’entretien des immeubles ne sont pas inclus sous Traitements ou
Avantages sociaux et autres frais de personnel mais plutôt dans
les dépenses d’entretien des immeubles.
Les dépenses recouvrées sont constituées des droits que perçoit
la Banque sur un certain nombre de services.
4. Placements
Les placements comprennent des bons du Trésor et des obligations du gouvernement du Canada ainsi que des avoirs détenus en
vertu de swaps à court terme de devises avec le Fonds des changes du gouvernement du Canada, lesquels sont décrits à la
note 10, paragraphe a).
En général, la Banque conserve ses bons du Trésor et ses obligations jusqu’à l’échéance. Les valeurs comptables après amortissement de ces placements avoisinent les valeurs nominales. À la
fin de l’exercice, le rendement moyen du portefeuille de bons du
Trésor de la Banque, dont l’échéance moyenne est de trois mois,
était de 5,8 (4,9 en 1999), tandis que celui des obligations
échéant dans les trois ans et celui des obligations échéant dans
plus de trois ans étaient de 6,4 (6,5 en 1999) et de 6,5 (6,6 en 1999) respectivement.
5. Immeubles de la Banque
Millions of dollars
2000
Cost
Land and buildings
Computer hardware/
software
Other equipment
Accumulated
depreciation
1999
Dépenses recouvrées
Services relatifs aux titres
destinés aux particuliers ........
Autres .......................................
Recoveries
Retail debt services ....................
5. Bank premises
2000
En millions de dollars
1999
Net
book
value
Accumulated
depreciation
Cost
Net
book
value
168.0
71.9
96.1
168.0
68.5
99.5
63.0
139.0
37.2
98.1
25.8
40.9
62.0
137.1
28.8
94.6
33.2
42.5
370.0
207.2
162.8
367.1
191.9
175.2
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
681
En millions de dollars
2000
Coût
Terrains et bâtiments
Matériel informatique et
logiciels
Autre équipement
1999
Amortissement
cumulé
Valeur
comptable
nette
Valeur
comptable
nette
Amortissement
cumulé
Coût
168,0
71,9
96,1
168,0
68,5
99,5
63,0
139,0
37,2
98,1
25,8
40,9
62,0
137,1
28,8
94,6
33,2
42,5
370,0
207,2
162,8
367,1
191,9
175,2
6. All other assets
6. Tous les autres éléments de l’actif
This category includes accrued interest on investments of
$305.1 million ($325.6 million in 1999).
Dans cette catégorie figure l’intérêt couru sur des placements
totalisant 305,1 millions de dollars (325,6 millions en 1999).
7. Capital paid up
7. Capital versé
The authorized capital of the Bank is $5.0 million divided into
100,000 shares with a par value of $50 each. The shares are fully
paid and, in accordance with the Bank of Canada Act, have been
issued to the Minister of Finance, who is holding them on behalf
of the Government of Canada.
La Banque a un capital autorisé de 5,0 millions de dollars divisé en 100 000 actions d’une valeur nominale de 50 $ chacune. Les
actions ont été payées intégralement et, conformément à la Loi
sur la Banque du Canada, elles ont été émises au nom du ministre
des Finances, qui les détient pour le compte du gouvernement du
Canada.
8. Rest fund
8. Fonds de réserve
The rest fund was established in accordance with the Bank of
Canada Act and represents the general reserve of the Bank. The
rest fund was accumulated out of net revenue until it reached the
stipulated maximum amount of $25.0 million in 1955.
Le fonds de réserve établi en vertu de la Loi sur la Banque du
Canada représente la réserve générale de la Banque. Des prélèvements sur le revenu net de la Banque ont été accumulés au
fonds de réserve jusqu’à ce qu’il atteigne, en 1955, le montant
maximal stipulé, soit 25,0 millions de dollars.
9. Employee benefit plans
9. Régimes d’avantages sociaux des employés
The Bank sponsors a number of defined benefit plans providing
pension, other post-retirement and post-employment benefits to
most of its employees. The following table provides information
about these plans.
La Banque a instauré en faveur de la plupart de ses employés
plusieurs régimes à prestations déterminées qui prévoient le
paiement de prestations de pension, d’avantages complémentaires
de retraite et d’avantages postérieurs à l’emploi. On trouvera dans
le tableau ci-après des renseignements sur ces régimes.
Pension benefit plan
Other benefit plans
Régime de pension
Autres régimes
2000
2000
2000
2000
1999
Millions of dollars
For the year
Bank contributions
Employees’ contributions
Benefits paid
Benefit plan expense
(revenue)
1999
Millions of dollars
1.4
0.3
19.8
5.3
4.2
21.5
2.6
0.0
2.6
0.6
0.0
0.6
(12.3)
(4.6)
11.8
4.1
En millions de dollars
Pour l’année
Cotisations de la Banque
Cotisations des employés
Prestations versées
Charge (revenu) au titre
des régimes
5,3
4,2
21,5
2,6
0,0
2,6
0,6
0,0
0,6
(12,3)
(4,6)
11,8
4,1
Other benefit plans
Régime de pension
2000
2000
2000
1999
1999
Millions of dollars
As at December 31
Accrued benefit obligation
444.2
478.2
88.6
27.7
Fair value of plan assets
657.8
600.5
0.0
0.0
Funded status-plan surplus
(deficit)
213.6
122.3
(88.6)
(27.7)
39.0
25.3
(23.1)
(14.1)
The significant actuarial assumptions (weighted averages when
across plans) used in calculating the accrued benefit obligations
are as follows.
1999
En millions de dollars
Au 31 décembre
Obligations au titre des
prestations constituées
Juste valeur de l’actif des
régimes
Situation de capitalisation —
excédent (déficit) des
régimes
Actif (passif) au titre des
prestations constituées
1999
En millions de dollars
1,4
0,3
19,8
Pension benefit plan
Millions of dollars
Accrued benefit asset
(liability)
1999
Autres régimes
2000
1999
En millions de dollars
444,2
478,2
88,6
27,7
657,8
600,5
0,0
0,0
213,6
122,3
(88,6)
(27,7)
39,0
25,3
(23,1)
(14,1)
Les hypothèses actuarielles significatives (les moyennes étant
pondérées s’il y a plus d’un régime) que retient la Banque pour
évaluer les obligations au titre des prestations constituées sont les
suivantes.
Canada Gazette Part I
682
Discount rates
Expected rates
of return on plan
assets for the year
Rate of compensation
increase
March 3, 2001
Pension benefit plan
Other benefit plans
Régime de pension
Autres régimes
2000
1999
2000
1999
2000
2000
1999
6.11
5.35
6.05
2.75
6,05
2,75
N/A
3.00 +
merit
N/A
3.00 +
merit
6.06
3.00 +
merit
6.21
3.00 +
merit
(i) Other benefit plans comprises only post-employment benefits in 1999. Postretirement benefits are included starting in 2000.
(ii) Because 2000 is a transition year, the beginning-of-year discount rates for 2000
of 6.13 for the pension benefit plan and 6.10 for other benefit plans are different from the end-of-year rates for 1999 shown above.
(iii) Because 2000 is a transition year, the beginning-of-year expected rate of return
for 2000 of 6.09 for the pension benefit plan is different from the end-of-year rate
for 1999 shown above.
(iv) The discount rate in 1999 for the pension benefit plan grades over 2 years from
6.08 to the ultimate rate of 5.35 shown above. Similarly, the discount rate in
1999 for other benefit plans grades over 2 years from 3.125 to the ultimate rate of
2.75 shown above.
(v) Starting in 2000, interest rates for Government of Canada marketable bonds are
used. These rates are different than those employed by the Bank for funding valuations of the pension benefit plan.
Taux d’actualisation
Taux de rendement
prévu de l’actif des
régimes pour l’année
Taux de croissance
de la rémunération
6,11
1999
5,35
6,06
3,00 +
prime au
rendement
6,21
3,00 +
prime au
rendement
s.o.
3,00 +
prime au
rendement
s.o.
3,00 +
prime au
rendement
(i) En 1999, la rubrique Autres régimes ne comprend que les avantages postérieurs
à l’emploi. Les avantages complémentaires de retraite sont inclus à partir de 2000.
(ii) Étant donné que 2000 est une année de transition, les taux d’actualisation, qui
étaient de 6,13 au début de 2000 dans le cas du régime de pension et de 6,10
dans le cas des autres régimes, diffèrent des taux indiqués ci- dessus pour la fin de
1999.
(iii) Étant donné que 2000 est une année de transition, le taux de rendement prévu,
qui était de 6,09 au début de 2000 dans le cas du régime de pension, diffère du
taux indiqué ci-dessus pour la fin de 1999.
(iv) Le taux d’actualisation du régime de pension passe graduellement en deux ans
de 6,08 au taux final de 5,35 indiqué ci-dessus pour l’année 1999. De même,
le taux d’actualisation des autres régimes passe graduellement en deux ans de
3,125 au taux final de 2,75 indiqué ci-dessus pour l’année 1999.
(v) À partir de 2000, la Banque utilise les taux des obligations négociables du
gouvernement du Canada. Ces taux diffèrent de ceux qu’elle a retenus pour les
évaluations actuarielles du régime de pension.
For measurement purposes, a 9.0 annual rate of increase in
the per capita cost of covered hospital and drug benefits was assumed. The rate was assumed to decrease gradually to 4.5 over
10 years and remain at that level thereafter. The per capita cost of
other health care benefits was assumed to increase at 3.0
per annum.
Aux fins de l’évaluation, le taux d’augmentation annuel hypothétique des frais d’hospitalisation assurés et du coût des médicaments par participant a été fixé à 9,0 . Selon l’hypothèse retenue, ce taux devrait diminuer progressivement durant dix ans
pour s’établir à 4,5 et demeurer à ce niveau par la suite; quant
au coût par participant des autres soins médicaux, il devrait augmenter de 3,0 par an.
10. Commitments
(a) Foreign currency contracts
In the ordinary course of business, the Bank enters into
commitments involving the purchase and sale of foreign currencies. In particular, the Bank enters into short-term foreign
currency swap arrangements with the Exchange Fund Account (EFA) of the Government of Canada as part of its
cash-management operations within the Canadian banking
system. These transactions, which are made with the concurrence of the Minister of Finance under a standing authority,
involve the temporary acquisition by the Bank of foreign
currency investments from the EFA. These investments are
paid for in Canadian dollars at the prevailing exchange rate
with a commitment to reverse the transaction at the same
rate of exchange at a future date. The fair values of these investments are not materially different from their book values. At the year-end, the average yield for these investments
was 6.1 per cent (5.5 per cent in 1999).
As well, the Bank of Canada is a participant in two foreign
currency swap facilities with foreign central banks. The first,
amounting to US$2 billion, is with the U.S. Federal Reserve.
The second, amounting to Can$1 billion, is with the Banco
de México. There were no drawings under either facility in
2000 or 1999.
All commitments outstanding at December 31 are settled in
the subsequent year. A summary of these outstanding commitments follows.
10. Engagements
a) Contrats de devises
Dans le cadre normal de ses activités, la Banque du Canada
conclut des contrats d’achat et de vente de devises. Plus particulièrement, elle conclut des swaps à court terme de devises avec le Fonds des changes du gouvernement canadien
dans le cadre des opérations de trésorerie qu’elle effectue au
sein du système bancaire canadien. Ces opérations, qui sont
menées avec l’accord du ministre des Finances en vertu
d’une autorisation permanente, consistent en l’achat temporaire par la Banque de devises du Fonds des changes; ces devises sont payées en dollars canadiens au taux de change en
vigueur, et la Banque s’engage à les revendre plus tard au
même taux. La juste valeur de ces avoirs n’est pas sensiblement différente de leur valeur comptable. À la fin de l’exercice, le taux de rendement moyen de ces placements était de
6,1 (5,5 en 1999).
2000
En outre, la Banque du Canada a conclu des accords de swap
de devises avec deux autres banques centrales. Le premier,
avec la Réserve fédérale des États-Unis, se chiffre à 2 milliards de dollars É.-U., et le deuxième, avec la Banque du
Mexique, à 1 milliard de dollars canadiens. Aucun tirage n’a
été effectué sur ces deux mécanismes en 2000 et en 1999.
Tous les engagements découlant de contrats de devises en
cours au 31 décembre sont réglés l’année suivante. Le tableau ci-après fait état de l’encours de ces engagements.
1999
2000
Millions of dollars
Foreign currency contracts
— purchases
— sales
133.0
1,654.5
117.6
5,299.9
1999
En millions de dollars
Contrat de devises
— achats
— ventes
133,0
1 654,5
117,6
5 299,9
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
At December 31, 2000, outstanding foreign currency contracts included sale commitments of $1,521.5 million
($5,182.4 million in 1999) under swap arrangements with
the EFA.
(b) Investment contracts
Au 31 décembre 2000, l’encours des contrats de devises
comprenait pour 1 521,5 millions de dollars en engagements
de vente conclus dans le cadre de swaps avec le Fonds des
changes (5 182,4 millions en 1999).
b) Contrats de titres
In the ordinary course of business, the Bank enters into
commitments involving the purchase and sale of securities.
All commitments outstanding at December 31, are settled in
the subsequent year. A summary of these outstanding commitments follows.
2000
Dans le cadre normal de ses activités, la Banque conclut des
contrats d’achat et de vente de titres. Tous les engagements
découlant de contrats en cours au 31 décembre sont réglés
l’année suivante. Le tableau suivant montre l’encours de ces
engagements.
1999
2000
Millions of dollars
Investment contracts
683
— purchases
— sales
−
1,358.3
1999
En millions de dollars
−
3,675.0
Contrats de titres
— achats
— ventes
−
1 358,3
−
3 675,0
Outstanding sale investment contracts of $1,358.3 million, at
an interest rate of 5.75 per cent under Special Purchase and
Resale Agreements, were settled by January 5, 2001
($3,675.0 million at the end of 1999 at an interest rate of
4.75).
Au 31 décembre 2000, l’encours des contrats de vente de titres conclus dans le cadre de prises en pension spéciales
(taux applicable : 5,75 ) s’élevait à 1 358,3 millions de
dollars; ces contrats ont tous été réglés le 5 janvier 2001 (à la
fin de 1999, des contrats totalisant 3 675,0 millions de dollars et portant intérêt au taux de 4,75 étaient toujours en
cours).
[9-1-o]
[9-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part 7, Division 3, of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999, Permit No. 4543-2-04226 is approved.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-04226
est approuvé conformément aux dispositions de la partie 7, section 3, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999).
1. Titulaire : Ministère des Travaux publics et des Services
gouvernementaux, Région du Québec.
2. Type de permis : Permis de charger ou d’immerger des matières draguées.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 16 juin au 15 septembre 2001.
4. Lieu(x) de chargement : Havre de L’Anse-à-Beaufils :
48°28,33′ N., 64°18,32′ O. (NAD83).
5. Lieu(x) d’immersion : a) Lieu d’immersion AB-5 : 48°27,00′
N., 64°15,00′ O. (NAD83); b) Havre de L’Anse-à-Beaufils :
48°28,33′ N., 64°18,32′ O. (NAD83).
6. Parcours à suivre : a) Une distance de 4,8 km au sud-est du
havre de L’Anse-à-Beaufils; b) Sans objet.
7. Matériel : Drague à benne à demi-coquilles ou pelle hydraulique, chalands remorqués, poutre d’acier ou lame racleuse.
8. Mode d’immersion : a) Dragage à l’aide d’une drague à
benne à demi-coquilles ou d’une pelle hydraulique et immersion à
l’aide de chalands remorqués; b) Nivelage du fond marin au
moyen d’une poutre d’acier ou d’une lame racleuse.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 4 000 m3 mesurés
dans le chaland.
11. Matières à immerger : Matières draguées composées de sable, d’argile et de colloïdes, de limon et de gravier.
1. Permittee: Department of Public Works and Government
Services, Quebec Region.
2. Type of Permit: To load or dispose of dredged material.
3. Term of Permit: Permit is valid from June 16 to September 15, 2001.
4. Loading Site(s): Dredging area of L’Anse-à-Beaufils Harbour: 48°28.33′ N, 64°18.32′ W (NAD83).
5. Disposal Site(s): (a) Disposal Site AB-5: 48°27.00′ N,
64°15.00′ W (NAD83); and (b) L’Anse-à-Beaufils Harbour:
48°28.33′ N, 64°18.32′ W (NAD83).
6. Route to Disposal Site(s): (a) A distance of 4.8 km southeast
of L’Anse-à-Beaufils Harbour; and (b) Not applicable.
7. Equipment: Clamshell or hydraulic dredge, towed scow, steel
beam or scraper blade.
8. Method of Disposal: (a) Dredging will be carried out with a
clamshell or hydraulic dredge and disposal will be carried out
with a towed scow; and (b) Levelling of the seabed by a steal
beam or a scraper blade.
9. Rate of Disposal: As required by normal operations.
10. Total Quantity to Be Disposed of: Not to exceed 4 000 m3
scow measure.
11. Material to Be Disposed of: Dredged material consisting of
sand, clay and colloids, silt and gravel.
684
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report in writing to the
Regional Director, Environmental Protection Branch, Department of the Environment, Quebec Region, 105 McGill Street,
4th Floor, Montréal, Quebec H2Y 2E7, at least 48 hours prior to
the first disposal operation pursuant to this permit. The Permittee
shall submit a written report to the Regional Director within
30 days of the expiry of the permit. This report shall contain the
following information: the quantity and type of material disposed
of pursuant to the permit, the equipment used, and the dates on
which the loading and disposal activities occurred.
12.5. The Permittee must signal the Coast Guard station at
Rivière-au-Renard immediately before leaving port to begin disposal operations at the disposal site. The Permittee must record
these communications in the registry mentioned in the previous
paragraph.
12.6. The Permittee shall mark out the disposal site with buoys
for the entire duration of disposal operations.
12.7. The loading or ocean disposal referred to under this permit shall not be carried out without written authorization from the
Permittee.
12.8. The fee prescribed by the Ocean Dumping Permit Fee
Regulations (Site Monitoring) shall be paid by the Permittee in
accordance with these Regulations.
M.-F. BÉRARD
Environmental Protection
Quebec Region
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit aviser, par écrit, le Directeur régional, Direction de la protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, Région du Québec, 105, rue McGill, 4e étage, Montréal (Québec) H2Y 2E7, au moins 48 heures avant le début de la
première opération d’immersion effectuée en vertu du présent
permis. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au directeur
régional dans les 30 jours suivant la date d’expiration du permis.
Ce rapport doit contenir les renseignements suivants : la quantité
et le type de matières immergées en conformité avec le permis, le
matériel utilisé pour les opérations d’immersion, ainsi que les
dates de chargement et d’immersion.
12.2. Le titulaire doit permettre à tout agent de l’autorité désigné en vertu du paragraphe 217(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) de procéder à la visite de
toute plate-forme et de tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage
directement relié au chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à toute heure convenable pendant la durée
du permis.
12.3. Une copie du présent permis doit être gardée en tout
temps à bord du navire chargé des opérations d’immersion.
12.4. Le titulaire doit compléter le Registre des opérations
d’immersion en mer fourni par le ministère de l’Environnement.
Ce registre doit être gardé en tout temps sur le navire chargé de
l’immersion et être accessible aux agents de l’autorité désignés en
vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999). Ce registre doit par la suite être envoyé au Directeur
régional, Direction de la protection de l’Environnement, Ministère de l’Environnement, Région du Québec, 105, rue McGill,
4e étage, Montréal (Québec) H2Y 2E7, dans les 30 jours suivant
la date d’expiration du permis.
12.5. Le titulaire doit communiquer avec la station de la Garde
côtière canadienne de Rivière-au-Renard immédiatement avant de
quitter le port pour effectuer un déversement au lieu d’immersion.
Le titulaire devra consigner cette communication au registre dont
il est fait mention au paragraphe précédent.
12.6. Le titulaire du permis doit baliser de façon permanente le
lieu d’immersion pendant toute la durée des travaux.
12.7. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
en mer désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation
écrite du titulaire.
12.8. Le titulaire doit payer le droit prescrit en vertu du Règlement sur les prix à payer pour les permis d’immersion en mer
(surveillance des sites).
Protection de l’environnement
Région du Québec
M.-F. BÉRARD
[9-1-o]
[9-1-o]
12.2. It is required that the Permittee admit any enforcement
officer designated pursuant to subsection 217(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999, to any place, ship, aircraft,
platform or anthropogenic structure directly related to the loading
or ocean disposal referred to under this permit, at any reasonable
time throughout the duration of this permit.
12.3. A copy of this permit must, at all times, be kept aboard
any vessel involved in the disposal operations.
12.4. The Permittee must complete the Registry of Disposal at
Sea Operations as provided by the Department of the Environment. This registry must, at all times, be kept aboard the vessel
involved in the disposal operations and be accessible to inspectors
designated under the Canadian Environmental Protection Act,
1999. This registry shall be sent to the Regional Director, Environmental Protection Branch, Department of the Environment,
Quebec Region, 105 McGill Street, 4th Floor, Montréal, Quebec
H2Y 2E7, within 30 days of the expiry of the permit.
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part 7, Division 3, of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999, Permit No. 4543-2-04229 is approved.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-04229
est approuvé conformément aux dispositions de la partie 7, section 3, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999).
1. Titulaire : Ministère des Travaux publics et des Services
gouvernementaux, Région du Québec.
2. Type de permis : Permis de charger ou d’immerger des matières draguées.
1. Permittee: Department of Public Works and Government
Services, Quebec Region.
2. Type of Permit: To load or dispose of dredged material.
Le 3 mars 2001
3. Term of Permit: Permit is valid from April 2 to November 30,
2001.
4. Loading Site(s): Grosse-Île Harbour: 47°37.69′ N, 61°30.78′
W (NAD83), excluding the zone of exclusion as described in
drawing 4544-70/G3-1 accompanying the letter dated February 22, 2001.
5. Disposal Site(s): (a) Disposal Site GI-2: 47°37.85′ N,
61°29.60′ W (NAD83); and (b) Grosse-Île Harbour: 47°37.69′ N,
61°30.78′ W (NAD83).
6. Route to Disposal Site(s): (a) A distance of 1.5 km northeast
of the Grosse-Île wharf; and (b) Not applicable.
7. Equipment: Clamshell or hydraulic dredge, towed scow, steel
beam or scraper blade.
8. Method of Disposal: (a) Dredging will be carried out with a
clamshell or hydraulic dredge and disposal will be carried out
with a towed scow; and (b) Levelling of the seabed by a steal
beam or a scraper blade.
9. Rate of Disposal: As required by normal operations.
10. Total Quantity to Be Disposed of: Not to exceed 3 000 m3
scow measure.
11. Material to Be Disposed of: Dredged material consisting of
sand, silt, clay and colloids, and gravel.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. Prior to commencing dredging operations with disposal at
sea, the Permittee must consult with the Coopérative des pêcheurs
de Cap Dauphin, 051 Shore Road, P.O. Box 8, Grosse-Île, Îlesde-la-Madeleine, Quebec G0B 1M0, and agree, in writing, to an
operations schedule that avoids changes to the water quality, for
sea-water intakes at the end of the Grosse-Île wharf, which would
be attributable to suspended sediments resulting from dredging
operations. The sea-water intakes mentioned in these conditions
are property of the above-mentioned cooperative and are used to
supply the fish processing plant during fishing season.
12.2. It is required that the Permittee report in writing to the
Regional Director, Environmental Protection Branch, Department of the Environment, Quebec Region, 105 McGill Street,
4th Floor, Montréal, Quebec H2Y 2E7, at least 48 hours prior to
the first disposal operation pursuant to this permit. The Permittee
shall submit a written report to the Regional Director within
30 days of the expiry of the permit. This report shall contain the
following information: the quantity and type of material disposed
of pursuant to the permit, the equipment used for disposal operation, and the dates on which the loading and disposal activities
occurred.
12.3. It is required that the Permittee admit any enforcement
officer designated pursuant to subsection 217(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999, to any place, ship, aircraft,
platform or anthropogenic structure directly related to the loading
or disposal at sea referred to under this permit, at any reasonable
time throughout the duration of this permit.
12.4. A copy of this permit must, at all times, be kept aboard
any vessel involved in the disposal operations.
12.5. The Permittee must complete the Registry of Disposal at
Sea Operations as provided by the Department of the Environment. This registry must, at all times, be kept aboard the vessel
involved in the disposal operations and be accessible to enforcement officers designated under the Canadian Environmental
Gazette du Canada Partie I
685
3. Durée du permis : Le permis est valide du 2 avril au 30 novembre 2001.
4. Lieu(x) de chargement : Havre de Grosse-Île : 47°37,69′ N.,
61°30,78′ O. (NAD83), à l’exclusion de la zone d’exclusion décrite dans le dessin 4544-70/G3-1 attaché à la lettre du 22 février
2001.
5. Lieu(x) d’immersion : a) Lieu d’immersion GI-2 : 47°37,85′
N., 61°29,60′ O. (NAD83); b) Havre de Grosse-Île : 47°37,69′ N.,
61°30,78′ O. (NAD83).
6. Parcours à suivre : a) Une distance de 1,5 km au nord-est du
quai de Grosse-Île; b) Sans objet.
7. Matériel : Drague à benne à demi-coquilles ou pelle hydraulique, chalands remorqués, poutre d’acier ou lame racleuse.
8. Mode d’immersion : a) Dragage à l’aide d’une drague à
benne à demi-coquilles ou d’une pelle hydraulique et immersion à
l’aide de chalands remorqués; b) Nivelage du fond marin au
moyen d’une poutre d’acier ou d’une lame racleuse.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 3 000 m3 mesurés
dans le chaland.
11. Matières à immerger : Matières draguées composées de sable, de limon, d’argile et de colloïdes, et de gravier.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Avant de procéder à toute opération de dragage avec immersion en mer, le titulaire doit consulter la Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin, 051, chemin Shore, Case postale 8,
Grosse-Île, Îles-de-la-Madeleine (Québec) G0B 1M0, et convenir
avec elle par écrit d’une période de travail qui évitera toute altération de la qualité de l’eau des prises d’eau de mer situées à
l’extrémité du quai de Grosse-Île qui serait imputable aux sédiments remis en suspension lors des opérations de dragage. Les
prises d’eau de mer visées par les présentes conditions sont la
propriété de la coopérative susmentionnée et sont utilisées pour
alimenter l’usine de transformation du poisson durant la saison de
pêche.
12.2. Le titulaire doit aviser, par écrit, le Directeur régional, Direction de la protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, Région du Québec, 105, rue McGill, 4e étage,
Montréal (Québec) H2Y 2E7, au moins 48 heures avant le début
de la première opération d’immersion effectuée en vertu du présent permis. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au directeur régional dans les 30 jours suivant la date d’expiration du
permis. Ce rapport doit contenir les renseignements suivants : la
quantité et le type de matières immergées en conformité avec le
permis, le matériel utilisé pour les opérations d’immersion, ainsi
que les dates de chargement et d’immersion.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout agent de l’autorité désigné en vertu du paragraphe 217(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) de procéder à la visite de
toute plate-forme et de tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage
directement relié au chargement ou à l’immersion en mer visés
aux termes du permis, et ce, à toute heure convenable pendant la
durée du permis.
12.4. Une copie du présent permis doit être gardée en tout
temps à bord du navire chargé des opérations d’immersion.
12.5. Le titulaire doit compléter le Registre des opérations
d’immersion en mer fourni par le ministère de l’Environnement.
Ce registre doit être gardé en tout temps sur le navire chargé de
l’immersion et être accessible aux agents de l’autorité désignés en
vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
686
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Protection Act, 1999. This registry must be sent to the Regional
Director, Environmental Protection Branch, Department of the
Environment, Quebec Region, 105 McGill Street, 4th Floor,
Montréal, Quebec H2Y 2E7, within 30 days of the expiry of the
permit.
12.6. The Permittee must signal the Coast Guard station at
Cap-aux-Meules immediately before leaving port to begin disposal operations at the disposal site. The Permittee must record
theses communications in the registry mentioned in the previous
paragraph.
12.7. The Permittee shall mark out the disposal site with buoys
for the entire duration of disposal operations.
12.8. The loading or disposal at sea referred to under this permit shall not be carried out without written authorization from the
Permittee.
12.9. The fee prescribed by the Ocean Dumping Permit Fee
Regulations (Site Monitoring) shall be paid by the Permittee in
accordance with these Regulations.
M.-F. BÉRARD
Environmental Protection
Quebec Region
(1999). Ce registre doit par la suite être envoyé au Directeur régional, Direction de la protection de l’environnement, Ministère
de l’Environnement, Région du Québec, 105, rue McGill,
4e étage, Montréal (Québec) H2Y 2E7, dans les 30 jours suivants
la date d’expiration du permis.
12.6. Le titulaire doit communiquer avec la station de la Garde
côtière canadienne de Cap-aux-Meules immédiatement avant de
quitter le port pour effectuer un déversement au lieu d’immersion.
Le titulaire devra consigner cette communication au registre dont
il est fait mention au paragraphe précédent.
12.7. Le titulaire du permis doit baliser de façon permanente le
lieu d’immersion pendant toute la durée des travaux.
12.8. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
en mer désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation
écrite du titulaire.
12.9. Le titulaire doit payer le droit prescrit en vertu du Règlement sur les prix à payer pour les permis d’immersion en mer
(surveillance des sites).
Protection de l’environnement
Région du Québec
M.-F. BÉRARD
[9-1-o]
[9-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
TELECOMMUNICATIONS ACT
LOI SUR LES TÉLÉCOMMUNICATIONS
Notice No. SMSE-013-01 — Amendments to CP-01, Issue 8 and
CS-03, Issue 8
Avis no SMSE-013-01 — Modifications à la PH-01, 8e édition, et
à la SH-03, 8e édition
Notice is hereby given that Industry Canada is releasing
Amendment 5, to Issue 8 of Certification Procedure 01 (CP-01) as
well as Amendment 4, to Issue 8 of the Certification Specification 03 (CS-03), dated March 3, 2001. The first amendment to
CP-01 is a change in the marking format for certified terminal
attachment equipment. The second amendment to CP-01 is a collection of editorial changes and a change to allow for other types
of DSL equipment. The amendment to CS-03 provides the inclusion of HDSL2 in Part VIII, updates section 5 of Part 1 on inside
wiring, and makes editorial changes.
Avis est par la présente donné qu’Industrie Canada publie la
Modification 5 de la Procédure d’homologation 01 (PH-01),
8e édition, et la Modification 4 de la Spécification d’homologation 03 (SH-03), 8e édition, datées du 3 mars 2001. La modification à la PH-01 comprend des changements apportés à
l’identification du matériel terminal homologué, ainsi que des
changements apportés au libellé et des changements visant à inclure d’autres types de matériel DSL. La modification à la SH-03
comprend l’ajout du matériel HDSL2 à la partie VIII, la mise à
jour de la section 5 de la partie 1, qui traite du câblage intérieur,
et des changements de libellé.
Ces modifications entreront en vigueur à compter du 3 mars
2001. La Modification 4 de la SH-03 est ajoutée à la Liste des
spécifications techniques, sous la Spécification d’homologation 03.
On peut se procurer ces documents sur le réseau Internet à
l’adresse suivante :
World Wide Web (WWW)
http://strategis.gc.ca/spectre
On peut également obtenir les documents sur support papier,
contre paiement, en s’adressant à : Tyrell Press Ltd., 2714, chemin Fenton, Gloucester (Ontario) K1T 3T7, sales1@tyrellpress.ca
(courriel), 1-800-267-4862 (téléphone sans frais, Canada), 1-800574-0137 (téléphone sans frais, États-Unis), (613) 822-0740
(téléphone, autres pays), (613) 822-1089 (télécopieur); ou DLS,
Groupe d’imprimerie St-Joseph inc., 45, boulevard Sacré-Cœur,
Hull (Québec) K1A 0S7, 1-888-562-5561 (téléphone sans frais,
Canada), 1-800-565-7757 (télécopieur sans frais, Canada), (819)
779-4335 (téléphone, autres pays), (819) 779-2833 (télécopieur,
autres pays).
These amendments will come into effect March 3, 2001.
Amendment 4 to CS-03 is included in the Technical Specifications List as part of Certification Specification CS-03.
These documents are available electronically on the Internet at
the following address:
World Wide Web (WWW)
http://strategis.gc.ca/spectre
or can be obtained in hard copy, for a fee from: Tyrell Press Ltd.,
2714 Fenton Road, Gloucester, Ontario K1T 3T7, sales1@
tyrellpress.ca (Electronic mail), 1-800-267-4862 (Canada toll-free
telephone), 1-800-574-0137 (United States toll-free telephone),
(613) 822-0740 (Worldwide telephone), (613) 822-1089 (Facsimile); and DLS, St. Joseph Print Group Inc., 45 Sacré-Cœur
Boulevard, Hull, Quebec K1A 0S7, 1-888-562-5561 (Canada tollfree telephone), 1-800-565-7757 (Canada toll-free facsimile),
(819) 779-4335 (Worldwide telephone), (819) 779-2833 (Worldwide facsimile).
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
687
Interested parties may submit comments concerning these
documents to the Chairman of Terminal Attachment Programme
Advisory Committee (TAPAC), 300 Slater Street, Suite 1302A,
Ottawa, Ontario K1A 0C8, or at the Internet address
kwan.andy@ic.gc.ca, within 60 days from the date of publication
of this notice. All representations should cite the Canada Gazette,
Part I, notice publication date, title and the notice reference
number.
All written comments received in response to this notice will
be available for public viewing during normal business hours at
the Industry Canada Library, West Tower, 3rd Floor, 235 Queen
Street, Ottawa, Ontario, and at the regional offices of Industry
Canada in Moncton, Montréal, Toronto, Winnipeg and Vancouver for a period of one year from the date of receipt of those
comments.
February 22, 2001
R. W. MCCAUGHERN
Director General
Spectrum Engineering Branch
Les intéressés peuvent présenter leurs observations concernant
ces documents au président du Comité consultatif du programme
de raccordement de matériel terminal (CCPRT), 300, rue Slater,
Pièce 1302A, Ottawa (Ontario) K1A 0C8, ou à l’adresse Internet
suivante : kwan.andy@ic.gc.ca, dans les 60 jours suivant la publication du présent avis. Toutes les observations doivent indiquer le
numéro de référence et le titre du présent avis et la date de sa
publication dans la Partie I de la Gazette du Canada.
Toutes les observations écrites reçues en réponse au présent
avis seront mises à la disposition du public, pendant les heures
de bureau, à la bibliothèque d’Industrie Canada, Tour Ouest,
3e étage, 235, rue Queen, Ottawa (Ontario), et dans les bureaux
régionaux d’Industrie Canada, situés à Moncton, à Montréal, à
Toronto, à Winnipeg et à Vancouver, pendant une période d’un
an après la date de réception des observations.
Le 22 février 2001
Le directeur général
Génie du spectre
R. W. MCCAUGHERN
[9-1-o]
[9-1-o]
OFFICE OF THE SUPERINTENDENT OF FINANCIAL
INSTITUTIONS
BUREAU DU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS
FINANCIÈRES
BANK ACT
LOI SUR LES BANQUES
Foreign Bank Order
Arrêté de banque étrangère
Notice is hereby given, pursuant to subsection 521(3) of the
Bank Act, that the Secretary of State (International Financial Institutions), on behalf of the Minister of Finance, has consented to
the following foreign bank, pursuant to subsection 521(1) of the
Bank Act, acquiring shares of or ownership interests in one or
more Canadian entities in such numbers as to cause the entities to
become non-bank affiliates of the foreign bank:
Avis est par la présente donné, conformément au paragraphe 521(3) de la Loi sur les banques, que le secrétaire d’État
(Institutions financières internationales), au nom du ministre des
Finances, a consenti à ce que la banque étrangère suivante, en
vertu du paragraphe 521(1) de la Loi sur les banques, acquière un
nombre d’actions ou de titres de participation d’une ou plusieurs
entités canadiennes de sorte que ces dernières deviennent des
établissements affiliés à la banque étrangère :
Foreign Bank
Banque étrangère
Non-Bank Affiliates
Établissements affiliés
Effective Date (m/d/y)
Date d’entrée en vigueur (m/j/a)
ING Groep N.V.
ING Wealth Management Inc.
02/12/01
February 22, 2001
Le 22 février 2001
JAMES SCOTT PETERSON
Secretary of State
(International Financial Institutions)
Le secrétaire d’État
(Institutions financières internationales)
JAMES SCOTT PETERSON
[9-1-o]
[9-1-o]
OFFICE OF THE SUPERINTENDENT OF FINANCIAL
INSTITUTIONS
BUREAU DU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS
FINANCIÈRES
INSURANCE COMPANIES ACT
LOI SUR LES SOCIÉTÉS D’ASSURANCES
Ascentus Insurance Ltd. — Letters Patent of Incorporation
Les Assurances Ascentus ltée — Lettres patentes de constitution
Notice is hereby given of the issuance on February 7, 2001,
pursuant to section 22 of the Insurance Companies Act, of letters
patent incorporating Ascentus Insurance Ltd. and, in French, Les
Assurances Ascentus ltée.
February 22, 2001
JOHN PALMER
Superintendent of Financial Institutions
Avis est par les présentes donné de l’émission en date du 7 février 2001, conformément à l’article 22 de la Loi sur les sociétés
d’assurances, de lettres patentes constituant Les Assurances Ascentus ltée et en anglais, Ascentus Insurance Ltd.
Le 22 février 2001
Le surintendant des institutions financières
JOHN PALMER
[9-1-o]
[9-1-o]
688
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Quebec Port Authority — Supplementary Letters Patent
Administration portuaire de Québec — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Quebec Port Authority (the “Authority”), under the
authority of the Canada Marine Act effective May 1, 1999;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the Letters Patent are amended by:
(a) adding the following to Article 8 - Leasing and
Contracting:
8.5 Agreement. The Authority shall assume, accept and agree
to be bound by the Agreement among the Minister of Public
Works and Government Services, the Minister of National Defence and the Minister filed in the Legal Registry of Documents of the Department of Transport as number 150858. The
Authority shall observe and perform all convenants, conditions
and agreements to be observed and performed by the Minister
or the Authority.
8.6 Reimbursement. The Authority shall reimburse the Minister for all costs and expenses incurred by the Minister relating
to any matter which is the subject matter of the Agreement referred to in section 8.5.
(b) adding at the end of Schedule B of the Letters Patent, as paragraph (D), the federal real property described in Schedule A
(“Federal Real Property - Transport”) and in Schedule B hereto.
These Supplementary Letters Patent are to be effective on the
date the Minister of Justice countersigns the transfer of administration of the federal real property described in Schedule A and
in Schedule B hereto to the Minister of Transport from the Minister of Public Works and Government Services.
ATTENDU QUE des Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports pour l’Administration portuaire de Québec (« Administration »), en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi
maritime du Canada, prenant effet le 1er mai 1999;
ATTENDU QUE les immeubles fédéraux dont la gestion est
confiée à l’Administration sont décrits à l’Annexe « B » des Lettres patentes;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports la délivrance de Lettres
patentes supplémentaires pour ajouter à l’Annexe « B » des Lettres patentes les immeubles décrits à l’Annexe A et à l’Annexe B
ci-après;
À CES CAUSES en vertu des pouvoirs prévus à l’article 9 de la
Loi maritime du Canada, les Lettres patentes sont modifiées par
a) l’ajout de ce qui suit à l’Article 8 - Baux et Contrats :
8.5 Protocole d’entente. L’Administration assume le Protocole d’entente signé entre le ministre des Travaux publics et
des Services gouvernementaux, le ministre de la Défense nationale et le Ministre et enregistré sous le numéro 150858 au
Service des documents juridiques du ministère des Transports,
l’accepte et convient d’y être liée. Elle devra observer et exécuter tous les engagements, les conditions, les ententes et les
obligations que le Ministre ou l’Administration doit observer et
exécuter en vertu de ce protocole.
8.6 Remboursement. L’Administration doit rembourser au
Ministre la totalité des coûts et des dépenses encourus par le
Ministre à l’égard des sujets mentionnés dans le Protocole
d’entente visé au paragraphe 8.5.
b) l’ajout à la fin de l’Annexe « B » des Lettres patentes, comme
paragraphe D), des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A
(« Immeubles fédéraux - Transports ») et à l’Annexe B ci-après.
Ces Lettres patentes supplémentaires entreront en vigueur à la
date où la ministre de la Justice countresigne le transfert de gestion des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A et à l’Annexe B ci-après, du ministre des Travaux publics et des Services
gouvernementaux au ministre des Transports.
Issued under my hand this 12th day of February, 2001.
Délivrées sous mon seing le 12 jour de février, 2001.
WHEREAS Schedule B of the Letters Patent describes the federal real property managed by the Authority;
AND WHEREAS the Board of Directors of the Authority has
requested the Minister of Transport issue Supplementary Letters
Patent to add the real property described in Schedule A and
Schedule B hereto, to Schedule B of the Letters Patent;
_______________________________________
The Honourable David M. Collenette, P.C., M.P.
Minister of Transport
______________________________________
L’honorable David M. Collenette, C.P, député
Ministre des Transports
Schedule A
Annexe A
1. Real property consisting of the following lots:
1.1 Lot TWO MILLION TWO HUNDRED AND FIFTYSEVEN THOUSAND THREE HUNDRED AND FORTYTHREE (2,257,343) of the Quebec cadastre, Registration Division of Quebec.
1.2 Lot ONE MILLION THREE HUNDRED AND FIFTEEN
THOUSAND AND FORTY-ONE (1,315,041) of the Quebec
cadastre, Registration Division of Quebec.
All as shown on a plan prepared on June 6, 2000 by land surveyor
Denis L. Tremblay under number 5004 of his minutes, and
1. Un immeuble composé des lots suivants:
1.1 Le lot DEUX MILLIONS DEUX CENT CINQUANTESEPT MILLE TROIS CENT QUARANTE-TROIS (2 257 343)
du cadastre du Québec, circonscription foncière de Québec.
1.2 Le lot UN MILLION TROIS CENT QUINZE MILLE
QUARANTE-ET-UN ( 1 315 041) du cadastre du Québec, circonscription foncière de Québec.
Le tout tel que montré sur un plan préparé le 6 juin 2000 par
l’arpenteur-géomètre Denis L. Tremblay sous le numéro 5004 de
Le 3 mars 2001
revised by the Department of Public Works and Government Services on September 21, 2000, assigned number M2000-8783 in
the records of that department and registered under number
149706 in the Legal Registry of Documents of the Department of
Transport.
SAVE AND EXCEPT the federal real property hereafter described in paragraphs a) and b), namely underground services
consisting in structures or improvements under parts of said
lots 2,257,343 and 1,315,041:
(a) the electrical, communications and/or electrical, water supply and sanitary sewer services, under the administration of the
Minister of Public Works and Government Services, identified
by the letter “T” on the plan prepared on July 7, 2000, by land
surveyor Denis L. Tremblay under number 5030 of his minutes, assigned number A2000-8793 in the records of the
Department of Public Works and Government Services and
registered under number 149706 in the Legal Registry of
Documents of the Department of Transport as well as a sanitary sewer service identified by the letters “T-TVP” on the said
plan. More specifically, these services are within the perimeter
of Parcel 6 shown on that plan, being a part of said lot TWO
MILLION TWO HUNDRED AND FIFTY-SEVEN THOUSAND THREE HUNDRED AND FORTY-THREE
(2,257,343) and are shown in orange, yellow, blue and brown
on the said plan;
(b) the water supply, stormwater sewer, electrical, communications, gas and sanitary sewer services under the administration
of the Minister of National Defence, identified by the letter “D”
on the above-mentioned plan A2000-8793 and shown respectively in blue, mauve, orange, yellow, green and brown on the
said plan. More specifically, the water supply services and
certain stormwater sewer and sanitary sewer services are under
the above-mentioned lot ONE MILLION THREE HUNDRED
AND
FIFTEEN
THOUSAND
AND
FORTY-ONE
(1,315,041), while the electrical, communications and gas
services and certain stormwater sewer and sanitary sewer
services are located within the perimeter of the abovementioned Parcel 6;
but, for greater certainty, includes the underground services consisting of the following structures or improvements located under
lots 2,257,343 and 1,315,041:
(i) the underground stormwater sewer and water supply
services common to the Federal Real Property — Transport
and to the federal real property under the administration of
the Minister of National Defence (“Federal Real Property National Defence”), located under Federal Real Property Transport, identified by the letters “DR” on the abovementioned plan A2000-8793 and shown respectively in
mauve and blue on this plan. More specifically, the underground stormwater sewer services (in mauve) are within the
perimeter of the above-mentioned Parcel 6, while the water
supply services (in blue) are within the perimeter of said
Parcel 6 as well as under the above-mentioned lot ONE
MILLION THREE HUNDRED AND FIFTEEN THOUSAND AND FORTY-ONE (1,315,041);
(ii) the underground communications and sanitary sewer
services common to the Federal Real Property - Transport
and to the federal real property under the administration of
the Minister of Public Works and Government Services
(“Federal Real Property - Public Works”), located under the
Federal Real Property - Transport, identified by the letters
“TR” on the above-mentioned plan A2000-8793 and shown
respectively in yellow and brown on this plan. More specifically, these services are within the perimeter of the abovementioned Parcel 6;
Gazette du Canada Partie I
689
ses minutes, plan révisé par le ministère des Travaux publics et
des Services gouvernementaux le 21 septembre 2000, portant le
numéro M2000-8783 aux dossiers de ce ministère et enregistré
sous le numéro 149706 au Service des documents juridiques du
ministère des Transports.
SAUF ET À DISTRAIRE les immeubles fédéraux ci-après décrits aux paragraphes a) et b), soit des services souterrains consistant en des ouvrages ou constructions aménagés sous une partie
de ces lots 2 257 343 et 1 315 041:
a) les services d’électricité, de communication et/ou d’électricité, d’aqueduc et d’égout sanitaire sous la gestion du ministre
des Travaux publics et des Services gouvernementaux, identifiés par la lettre « T » sur le plan préparé le 7 juillet 2000 par
l’arpenteur-géomètre Denis L. Tremblay sous le numéro 5030
de ses minutes, portant le numéro A2000-8793 aux dossiers du
ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux, et enregistré sous le numéro 149706 au Service des documents juridiques du ministère des Transports, ainsi qu’un
service d’égout sanitaire identifié par les lettres « T-TVP » sur
ce plan. Plus précisément, ces services sont aménagés dans le
périmètre de la Parcelle 6 montrée sur ce plan, soit une partie
du lot DEUX MILLIONS DEUX CENT CINQUANTE-SEPT
MILLE TROIS CENT QUARANTE-TROIS (2 257 343) cidessus mentionné, et sont montrés en jaune-orange, en jaune,
en bleu et en brun sur ce plan;
b) les services d’aqueduc, d’égout pluvial, d’électricité, de
communication, de gaz et d’égout sanitaire sous la gestion du
ministre de la Défense nationale, identifiés par la lettre « D »
sur le plan A2000-8793 ci-dessus mentionné et montrés respectivement en bleu, en mauve, en jaune-orange, en jaune, en
vert et en brun sur ce plan. Plus précisément, les services
d’aqueduc et certains services d’égout pluvial et d’égout sanitaire sont aménagés sous le lot UN MILLION TROIS CENT
QUINZE MILLE QUARANTE-ET-UN (1 315 041) ci-dessus
mentionné, alors que les services d’électricité, de communication, de gaz, et certains services d’égout pluvial et d’égout sanitaire sont situés dans le périmètre de la Parcelle 6 ci-dessus
mentionnée;
mais, pour plus de certitude, comprend les services souterrains
suivants consistant en des ouvrages ou constructions aménagés
sous ces lots 2 257 343 et 1 315 041:
(i) les services souterrains d’égout pluvial et d’aqueduc
communs aux Immeubles fédéraux — Transports et aux
immeubles fédéraux sous la gestion du ministre de la Défense nationale (« Immeubles fédéraux - Défense nationale »), aménagés sous les Immeubles fédéraux - Transports,
identifiés par les lettres « DR » sur le plan A2000-8793
ci-dessus mentionné et montrés respectivement en mauve et
en bleu sur ce plan. Plus précisément, les services souterrains
d’égout pluvial (en mauve) sont aménagés dans le périmètre
de la Parcelle 6 ci-dessus mentionnée alors que les services
d’aqueduc (en bleu) sont aménagés dans le périmètre de
cette Parcelle 6 ainsi que sous le lot UN MILLION TROIS
CENT QUINZE MILLE QUARANTE-ET-UN (1 315 041)
ci-dessus mentionné;
(ii) les services souterrains de communication et d’égout sanitaire communs aux Immeubles fédéraux - Transports et
aux immeubles fédéraux sous la gestion du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux (« Immeubles
fédéraux - Travaux publics »), aménagés sous les Immeubles
fédéraux - Transports, identifiés par les lettres « TR » sur le
plan A2000-8793 ci-dessus mentionné et montrés respectivement en jaune et en brun sur ce plan. Plus précisément, ces
services sont aménagés dans le périmètre de la Parcelle 6 cidessus mentionnée;
690
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
(iii) the underground sanitary and stormwater sewer services
and water system located under the Federal Real Property Transport, shown respectively in brown, mauve and blue and
identified by the letters “DP” (sanitary sewer), “DTP” and
“DP” (stormwater sewer) and “PT” (water system) on the
plan assigned number MM-91-7363 in the records of the
Department of Public Works and Government Services,
dated July 12, 1991, and revised on July 29, 1994. A copy of
this plan is registered under number 149706 in the Legal
Registry of Documents of the Department of Transport.
(iii) les services souterrains communs d’égout sanitaire,
d’égout pluvial et d’aqueduc aménagés sous les Immeubles
fédéraux - Transports, montrés respectivement en brun, en
mauve et en bleu et identifiés par les lettres « DP » (égout
sanitaire), « DTP » et « DP » (égout pluvial) et « PT »
(aqueduc) sur le plan portant le numéro MM-91-7363 aux
dossiers du ministère des Travaux publics et des Services
gouvernementaux, daté du 12 juillet 1991 et révisé en date
du 29 juillet 1994. Une copie de ce plan est enregistrée sous
le numéro 149706 au Service des documents juridiques du
ministère des Transports.
2. The following underground services consisting of structures or
improvements:
(a) the underground water supply and electrical services exclusive to the Federal Real Property - Transport located under the
Federal Real Property - National Defence, identified by the
letter “R” on the above-mentioned plan A2000-8793 and
shown respectively in blue and orange on this plan. More specifically, the underground water supply services (in blue) are
within the perimeter of Parcel 1 shown on that plan, being a
part of lot ONE MILLION TWO HUNDRED AND THIRTEEN THOUSAND TWO HUNDRED AND EIGHTYTHREE (1,213,283) of the Quebec cadastre, Registration Division of Quebec, while the electrical services (in orange) are
within the perimeter of Parcel 2 shown on that plan, being a
part of lot ONE MILLION TWO HUNDRED AND THIRTEEN THOUSAND TWO HUNDRED AND EIGHTY-FIVE
(1,213,285) of the Quebec cadastre, Registration Division of
Quebec;
(b) the underground stormwater sewer, communications and
electrical services exclusive to the Federal Real Property Transport, located under the Federal Real Property - Public
Works, identified by the letter “R” on the above-mentioned
plan A2000-8793 and shown respectively in mauve, yellow and
orange on this plan. More specifically, the underground stormwater sewer services (in mauve) are within the perimeter of
Parcel 3 shown on that plan, being a part of lot TWO MILLION ONE HUNDRED AND SIXTY THOUSAND THREE
HUNDRED AND TWENTY-SEVEN (2,160,327) of the Quebec cadastre, Registration Division of Quebec, the electrical
services (in orange) are within the perimeter of said Parcel 3 as
well as within the perimeter of Parcel 5 shown on that plan,
being a part of lot TWO MILLION TWO HUNDRED AND
FIFTY-SEVEN THOUSAND THREE HUNDRED AND
FORTY-TWO (2,257,342) of the Quebec cadastre, Registration Division of Quebec, while the communications services (in
yellow) are within the perimeter of Parcel 4 shown on that
plan, being a part of lot TWO MILLION ONE HUNDRED
AND SIXTY THOUSAND THREE HUNDRED AND
TWENTY-EIGHT (2,160,328) of the Quebec cadastre, Registration Division of Quebec;
(c) the underground water system located under the Federal
Real Property - National Defence, being real property known
as lot ONE MILLION TWO HUNDRED AND THIRTEEN
THOUSAND TWO HUNDRED AND EIGHTY-FIVE
(1,213,285) of the Quebec cadastre, Registration Division of
Quebec shown in blue on Plan MM-91-7363 mentioned above
and identified by the letters “PT” on the Plan;
(d) the electrical and communication services shown respectively in orange and yellow on Plan MM-91-7363 mentioned
above and located under real property management of which
has been given to the Authority (“Real Property Authority”);
(e) the underground sanitary and stormwater sewer services located under the Real Property - Authority, that are for the use
2. Les services souterrains suivants consistant en des ouvrages ou
constructions:
a) les services souterrains d’aqueduc et d’électricité exclusifs
aux Immeubles fédéraux - Transports aménagés sous les Immeubles fédéraux - Défense nationale, identifiés par la lettre
« R » sur le plan A2000-8793 ci-dessus mentionné et montrés
respectivement en bleu et en jaune-orange sur ce plan. Plus
précisément, les services souterrains d’aqueduc (en bleu) sont
aménagés dans le périmètre de la Parcelle 1 montrée sur ce
plan, soit une partie du lot UN MILLION DEUX CENT
TREIZE MILLLE DEUX CENT QUATRE-VINGT-TROIS
(1 213 283) du cadastre du Québec, circonscription foncière de
Québec, alors que les services d’électricité (en jaune-orange)
sont aménagés dans le périmètre de la Parcelle 2 montrée sur ce
plan, soit une partie du lot UN MILLION DEUX CENT
TREIZE MILLLE DEUX CENT QUATRE-VINGT-CINQ
(1 213 285) du cadastre du Québec, circonscription foncière de
Québec;
b) les services souterrains d’égout pluvial, de communication et
d’électricité exclusifs aux Immeubles fédéraux - Transports,
aménagés sous les Immeubles fédéraux - Travaux publics,
identifiés par la lettre « R » sur le plan A2000-8793 ci-dessus
mentionné et montrés respectivement en mauve, en jaune et en
jaune-orange sur ce plan. Plus précisément, les services souterrains d’égout pluvial (en mauve) sont aménagés dans le périmètre de la Parcelle 3 montrée sur ce plan, soit une partie du
lot DEUX MILLIONS CENT SOIXANTE MILLE TROIS
CENT VINGT-SEPT (2 160 327) du cadastre du Québec, circonscription foncière de Québec, les services d’électricité (en
jaune-orange) sont aménagés dans le périmètre de ladite Parcelle 3 ainsi que dans celui de la Parcelle 5 montrée sur ce plan,
soit une partie du lot DEUX MILLIONS DEUX CENT CINQUANTE SEPT MILLE TROIS CENT QUARANTE-DEUX
(2 257 342) du cadastre du Québec, circonscription foncière de
Québec, alors que les services de communication (en jaune)
sont aménagés dans le périmètre de la Parcelle 4 montrée sur ce
plan, soit une partie du lot DEUX MILLIONS CENT
SOIXANTE MILLE TROIS CENT VINGT-HUIT (2 160 328)
du cadastre du Québec, circonscription foncière de Québec;
c) le service souterrain d’aqueduc aménagé sous les Immeubles
fédéraux - Défense nationale, soit l’immeuble connu comme
étant le lot UN MILLION DEUX CENT TREIZE MILLE
DEUX CENT QUATRE-VINGT-CINQ (1 213 285) du cadastre du Québec, circonscription foncière de Québec, montré en
bleu sur le plan MM-91-7363 ci-dessus mentionné et identifié
par les lettres « PT » sur ce plan;
d) les services d’électricité et de communication montrés respectivement en jaune-orange et en jaune sur le plan MM-917363 ci-dessus mentionné et aménagés sous les immeubles
dont la gestion a été confiée à l’Administration (« Immeubles Administration »);
e) les services souterrains d’égout sanitaire et d’égout pluvial
aménagés sous les Immeubles - Administration, qui sont à
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
in common of the Federal Real Property - National Defence
and of the Real Property - Authority, shown respectively in
brown and mauve on the Plan MM-91-7363 mentioned above
and identified by the letters “DP” on that Plan.
691
l’usage commun des Immeubles fédéraux - Défense nationale
et des Immeubles - Administration, montrés respectivement en
brun et en mauve sur le plan MM-91-7363 ci-dessus mentionné
et identifiés par les lettres « DP » sur ce plan.
Schedule B
Annexe B
The electrical facilities and the incidental equipment situated in
the building (“Building”) serving as the electrical station and
mechanical services erected on lot TWO MILLION TWO HUNDRED AND SIXTY-SEVEN THOUSAND THREE HUNDRED
AND FORTY-TWO (2,257,342) of the Quebec cadastre, Registration Division of Quebec, under the administration of the Minister of Public Works and Government Services described as
follows:
1. Electrical facilities common to Federal Real Property - Transport and Federal Real Property - Public Works
2-R-I3N2:
800A distribution breaker, make I.T.E.. Installed in cell B of
the Principal Distribution Center, to supply the agora and
Building.
2. Electrical facilities and incidental equipment exclusive to
Federal Real Property - Transport
(a) Normal system in agora and Building
2-R-X3N1:
Hydro-Québec meter, for agora and Building.
2-R-I3N5:
200A disconnect, make I.T.E. with 125A fuses.
2-R-R3N1:
100A splinter trough, make BEL.
2-R-I3N6:
100A disconnect, make I.T.E. with 100A fuses.
2-R-I3N7:
30A disconnect, make I.T.E. with 30A fuses.
2-R-L3N1:
100A panelboard - 18 circuits, make I.T.E..
2-R-T1N1:
5 kVA transformer, 600 - 120/240V, make Marcus MTC.
2-R-L1N1:
100A panelboard - 20 circuits, make I.T.E..
2-R-I3N8:
60A disconnect, make I.T.E. with 40A fuses.
2-R-X3N4:
Private meter, General Electric type M-90.
2-R-D3N1:
225A panelboard - 24 circuits, make Siemens.
2-R-T1N2:
10 kVA transformer, 600 - 120/240V, make Delta.
2-R-R1N1:
125A splinter trough, make Eurobec.
2-R-LIN2:
125A panelboard - 16 circuits, make Cutler-Hammer.
2-R-I1N1:
30A disconnect, make Siemens with 15A fuses.
2-R-I1N2:
60A disconnect, make Siemens with 60A fuses.
(b) Emergency system - agora and Building
2-R-Y3H1:
150A automatic transfer unit, make Robonic.
Les installations électriques et équipements connexes situés dans
le bâtiment («Bâtiment») servant de station électrique et de services mécaniques érigé sur le lot DEUX MILLIONS DEUX CENT
CINQUANTE-SEPT MILLE TROIS CENT QUARANTEDEUX (2 257 342) du cadastre du Québec, circonscription foncière de Québec, sous la gestion du ministre des Travaux publics
et des Services gouvernementaux, tels que décrits ci-après :
1. Installation électrique commune aux Immeubles fédéraux Transports et aux Immeubles Fédéraux - Travaux publics
2-R-I3N2:
Disjoncteur de dérivation 800A. de marque I.T.E. Installé
dans la cellule B du Centre de distribution principal, pour
l’alimentation de l’agora et du Bâtiment.
2. Installations électriques et équipements connexes exclusifs
aux Immeubles fédéraux - Transports
a) Réseau normal de l’agora et du Bâtiment
2-R-X3N1:
Boîte de mesurage d’Hydro-Québec, pour l’agora et le
Bâtiment.
2-R-I3N5:
Sectionneur 200A. de marque I.T.E. et pourvu de
fusibles 125A.
2-R-R3N1:
Caniveau de répartition 100A de marque BEL.
2-R-I3N6:
Sectionneur 100A. de marque I.T.E. et pourvu de
fusibles 100A.
2-R-I3N7:
Sectionneur 30A. de marque I.T.E. et pourvu de fusibles
30A.
2-R-L3N1:
Panneau de distribution 100A. -18 Circuits, de marque
I.T.E..
2-R-T1N1:
Transformateur 5 Kva, 600-120/240V. de marque Marcus
MTC.
2-R-L1N1:
Panneau de distribution 100A. -20 Circuits, de marque
I.T.E.
2-R-I3N8:
Sectionneur 60A. de marque I.T.E. et pourvu de fusibles
40A.
2-R-X3N4:
Boîte de mesurage privée type M-90 de marque Général
Électrique.
2-R-D3N1:
Panneau de distribution 225A.-24 Circuits de marque
Siemens.
2-R-T1N2:
Transformateur 10 Kva, 600-120/240V. de marque Delta.
2-R-R1N1:
Caniveau de répartition 125A. de marque Eurobec.
692
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
2-R-J3G2:
Generator set: Allis-Chalmers diesel engine
Faguy generator: 75 kW / 93.75 kVA - 1800 RPM.
2-R-I3H1:
100A disconnect, make I.T.E. with 100A fuses.
2-R-R3H1:
100A splinter trough, make BEL.
2-R-I6H1:
30A disconnect, make I.T.E. with 10A fuses.
2-R-T1H1:
5 kVA transformer, 600 - 120/240V, make Marcus MTC.
2-R-L1H1:
100A panelboard - 20 circuits, make I.T.E.
2-R-I6H2:
60A disconnect, make I.T.E.
2-R-T1H2:
25 kVA transformer, 600 - 120/240V, make F.P.E.
2-R-R1H1:
100A splinter trough, make BEL.
2-R-I1H1:
100 A disconnect, make I.T.E.
2-R-LIN2:
Panneau de distribution 125A. - 16 Circuits de marque
Cutler-Hammer.
2-R-I1N1:
Sectionneur 30A. de marque Siemens et pourvu de
fusibles 15A.
2-R-I1N2:
Sectionneur 60A. de marque Siemens et pourvu de
fusibles 60A.
b) Réseau d’urgence de l’agora et du Bâtiment
2-R-Y3H1:
Unité de transfert automatique 150A de marque Robonic.
2-R-J3G2:
Groupe électrogène : Moteur Allis-Chalmers : Diesel
Génératrice Faguy : 75 kW / 93.75 Kva - 1800 RPM.
2-R-I3H1:
Sectionneur 100A. de marque I.T.E. et pourvu de
fusibles 100A.
2-R-R3H1:
Caniveau de répartition 100A de marque BEL.
2-R-I6H1:
Sectionneur 30A de marque I.T.E. et pourvu de fusibles
10A.
2-R-T1H1:
Transformateur 5 Kva, 600-120/240V. de marque Marcus
MTC.
2-R-L1H1:
Panneau de distribution 100A - 20 Circuits. de marque
I.T.E.
2-R-I6H2:
Sectionneur 60A. de marque I.T.E.
2-R-T1H2:
Transformateur 25 Kva , 600-120/240V. de F.P.E.
2-R-R1H1:
Caniveau de répartition 100A. de marque BEL.
2-R-I1H1:
Sectionneur 100A. De marque I.T.E.
[9-1-o]
[9-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Ship-source Oil Pollution Fund
Caisse d’indemnisation des dommages dus à la pollution, par les
hydrocarbures, causée par les navires
Pursuant to section 714* of the Canada Shipping Act (the Act)
and the Ship-source Oil Pollution Fund Regulations made pursuant to paragraph 714(3)(b)* of the Act, the maximum aggregate
liability of the Ship-source Oil Pollution Fund in respect of any
particular occurrence during the fiscal year commencing April 1,
2001, will be $133,608,938.80.
DAVID M. COLLENETTE
Minister of Transport
Conformément à l’article 714* de la Loi sur la marine marchande du Canada (la Loi) et au Règlement sur la Caisse
d’indemnisation des dommages dus à la pollution par les hydrocarbures causée par les navires, pris conformément à l’alinéa 714(3)b)* de la Loi, le montant total maximal de responsabilité de la Caisse d’indemnisation des dommages dus à l’égard de
tout événement particulier, au cours de l’exercice financier commençant le 1er avril 2001, sera de 133 608 938,80 $.
Le ministre des Transports
DAVID M. COLLENETTE
[9-1-o]
[9-1-o]
———
———
* R.S., 1985, c. 6 (3rd Supp.)
* L.R. (1985), ch. 6 (3e suppl.)
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
693
BANK OF CANADA
Balance Sheet as at February 14, 2001
ASSETS
LIABILITIES
1.
Gold coin and bullion ......................................................
1.
Capital paid up................................................................. $
2.
Deposits payable in foreign currencies:
(a)
U.S.A. Dollars ................. $
(b)
Other currencies ...............
2.
Rest fund .........................................................................
25,000,000
3.
Notes in circulation..........................................................
33,719,085,896
4.
Deposits:
(a)
Government of
Canada..........................$
(b)
Provincial
Governments ................
(c)
Banks............................
(d)
Other members of the
Canadian Payments
Association ...................
(e)
Other.............................
318,884,278
5,258,418
Total ............................................................... $
3.
Advances to:
(a)
Government of Canada.....
(b)
Provincial Governments ...
(c)
Members of the Canadian
Payments Association.......
452,130,854
Total ...............................................................
4.
Investments
(At amortized values):
(a)
Treasury Bills of
Canada ...........................
(b)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
maturing within three
years...............................
(c)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
not maturing within three
years...............................
(d)
Securities issued or
guaranteed by a province
of Canada .......................
(e)
Other Bills......................
(f)
Other investments...........
324,142,696
452,130,854
599,949,562
362,888,974
87,941,233
274,437,698
Total...............................................................
9,776,177,635
5.
8,384,420,449
6.
15,889,936,952
Liabilities payable in foreign currencies:
(a)
To Government of
Canada ..........................
(b)
To others........................
5,000,000
1,325,217,467
158,350,750
Total...............................................................
158,350,750
All other liabilities ..........................................................
284,286,526
2,633,197
Total ...............................................................
34,053,168,233
5.
Bank premises .................................................................
161,024,798
6.
All other assets ................................................................
526,474,058
Total ............................................................... $
35,516,940,639
Total.......................................................... $
35,516,940,639
NOTES
MATURITY DISTRIBUTION OF INVESTMENTS IN SECURITIES ISSUED OR GUARANTEED BY CANADA NOT MATURING WITHIN
3 YEARS (ITEM 4(c) OF ABOVE ASSETS):
(a) Securities maturing in over 3 years but not over 5 years...................................................................................................................................................... $
(b) Securities maturing in over 5 years but not over 10 years....................................................................................................................................................
(c) Securities maturing in over 10 years....................................................................................................................................................................................
$
3,527,151,385
7,242,465,124
5,120,320,443
15,889,936,952
TOTAL AMOUNT OF SECURITIES INCLUDED IN ITEMS 4(a) TO (c) OF ABOVE ASSETS HELD UNDER PURCHASE AND RESALE AGREEMENTS*
* Effective November 10, 1999, the amount of securities held under Purchase and Resale Agreements is no longer recorded under item 4 of above assets.
Please refer to the following disclosures.
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER ASSETS RELATED TO SECURITIES PURCHASED UNDER RESALE AGREEMENTS
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER LIABILITIES RELATED TO SECURITIES SOLD UNDER REPURCHASE AGREEMENTS
$
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
W. D. SINCLAIR
Acting Chief Accountant
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct, and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by section 29 of the
Bank of Canada Act.
C. FREEDMAN
Deputy Governor
Ottawa, February 15, 2001
[9-1-o]
Canada Gazette Part I
694
March 3, 2001
BANQUE DU CANADA
Bilan au 14 février 2001
ACTIF
PASSIF
1.
Monnaies et lingots d’or ..................................................
1.
Capital versé .................................................................... $
Dépôts payables en devises étrangères :
a)
Devises américaines ......... $
b)
Autres devises ..................
2.
Fonds de réserve ..............................................................
25 000 000
3.
Billets en circulation ........................................................
33 719 085 896
4.
Dépôts :
a)
Gouvernement du
Canada........................... $
b)
Gouvernements
provinciaux.....................
c)
Banques ..........................
d)
Autres établissements
membres de
l’Association canadienne
des paiements .................
Autres dépôts..................
e)
2.
318 884 278
5 258 418
Total ............................................................... $
3.
Avances :
a)
Au gouvernement du
Canada ..............................
b)
Aux gouvernements
provinciaux........................
c)
Aux établissements membres
de l’Association canadienne
des paiements ....................
324 142 696
452 130 854
Total ...............................................................
4.
Placements
(Valeurs amorties) :
a)
Bons du Trésor du
Canada .............................
b)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par
le Canada, échéant dans
les trois ans.......................
c)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par
le Canada, n’échéant pas
dans les trois ans...............
d)
Valeurs mobilières
émises ou garanties par
une province.....................
e)
Autres bons ......................
f)
Autres placements ............
452 130 854
599 949 562
362 888 974
87 941 233
274 437 698
Total................................................................
5.
9 776 177 635
8 384 420 449
6.
Passif payable en devises étrangères :
a)
Au gouvernement du
Canada...........................
b)
À d’autres ......................
5 000 000
1 325 217 467
158 350 750
Total...............................................................
158 350 750
Divers .............................................................................
284 286 526
15 889 936 952
2 633 197
Total ...............................................................
34 053 168 233
5.
Locaux de la Banque .......................................................
161 024 798
6.
Divers .............................................................................
526 474 058
Total ............................................................... $
35 516 940 639
Total.......................................................... $
35 516 940 639
NOTES COMPLÉMENTAIRES
RÉPARTITION, SELON L’ÉCHÉANCE, DES PLACEMENTS EN VALEURS MOBILIÈRES ÉMISES OU GARANTIES PAR LE CANADA,
N’ÉCHÉANT PAS DANS LES TROIS ANS (POSTE 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS) :
a) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de trois ans mais dans au plus cinq ans .................................................................................................... $
b) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de cinq ans mais dans au plus dix ans ......................................................................................................
c) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de dix ans ................................................................................................................................................
$
3 527 151 385
7 242 465 124
5 120 320 443
15 889 936 952
MONTANT TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES COMPRISES DANS LES POSTES 4a) À 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS, DÉTENUES EN VERTU
DE CONVENTIONS D’ACHAT ET DE REVENTE*
* Depuis le 10 novembre 1999, le montant des valeurs mobilières détenues en vertu de conventions d’achat et de revente n’est plus compris dans le poste 4 de
l’actif ci-dessus. Veuillez vous reporter aux notes suivantes.
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES ACHETÉES EN VERTU DE PRISES EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DE L’ACTIF :
$
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES VENDUES EN VERTU DE CESSIONS EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DU PASSIF :
$
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Le comptable en chef suppléant
W. D. SINCLAIR
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de l’article 29 de la Loi
sur la Banque du Canada.
Le sous-gouverneur
C. FREEDMAN
Ottawa, le 15 février 2001
[9-1-o]
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
695
BANK OF CANADA
Balance Sheet as at February 21, 2001
ASSETS
LIABILITIES
1.
Gold coin and bullion ......................................................
1.
Capital paid up................................................................. $
2.
Deposits payable in foreign currencies:
(a)
U.S.A. Dollars ................. $
(b)
Other currencies ...............
2.
Rest fund .........................................................................
25,000,000
3.
Notes in circulation..........................................................
33,626,939,931
4.
Deposits:
(a)
Government of
Canada..........................$
(b)
Provincial
Governments ................
(c)
Banks............................
(d)
Other members of the
Canadian Payments
Association ...................
(e)
Other.............................
308,481,278
5,689,072
Total ............................................................... $
3.
Advances to:
(a)
Government of Canada.....
(b)
Provincial Governments ...
(c)
Members of the Canadian
Payments Association.......
285,834,064
Total ...............................................................
4.
Investments
(At amortized values):
(a)
Treasury Bills of
Canada ...........................
(b)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
maturing within three
years...............................
(c)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
not maturing within three
years...............................
(d)
Securities issued or
guaranteed by a province
of Canada .......................
(e)
Other Bills......................
(f)
Other investments...........
314,170,350
285,834,064
5,000,000
799,066,695
179,490,659
99,730,449
270,491,045
Total...............................................................
9,885,266,755
5.
8,384,431,560
6.
15,889,926,073
Liabilities payable in foreign currencies:
(a)
To Government of
Canada ..........................
(b)
To others........................
1,348,778,848
147,106,821
Total...............................................................
147,106,821
All other liabilities ..........................................................
325,857,359
2,633,197
Total ...............................................................
34,162,257,585
5.
Bank premises .................................................................
161,154,967
6.
All other assets ................................................................
555,265,993
Total ............................................................... $
35,478,682,959
Total.......................................................... $
35,478,682,959
NOTES
MATURITY DISTRIBUTION OF INVESTMENTS IN SECURITIES ISSUED OR GUARANTEED BY CANADA NOT MATURING WITHIN
3 YEARS (ITEM 4(c) OF ABOVE ASSETS):
(a) Securities maturing in over 3 years but not over 5 years...................................................................................................................................................... $
(b) Securities maturing in over 5 years but not over 10 years....................................................................................................................................................
(c) Securities maturing in over 10 years....................................................................................................................................................................................
$
3,527,352,938
7,242,385,392
5,120,187,743
15,889,926,073
TOTAL AMOUNT OF SECURITIES INCLUDED IN ITEMS 4(a) TO (c) OF ABOVE ASSETS HELD UNDER PURCHASE AND RESALE AGREEMENTS*
* Effective November 10, 1999, the amount of securities held under Purchase and Resale Agreements is no longer recorded under item 4 of above assets.
Please refer to the following disclosures.
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER ASSETS RELATED TO SECURITIES PURCHASED UNDER RESALE AGREEMENTS
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER LIABILITIES RELATED TO SECURITIES SOLD UNDER REPURCHASE AGREEMENTS
$
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
W. D. SINCLAIR
Acting Chief Accountant
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct, and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by section 29 of the
Bank of Canada Act.
DAVID A. DODGE
Governor
Ottawa, February 22, 2001
[9-1-o]
Canada Gazette Part I
696
March 3, 2001
BANQUE DU CANADA
Bilan au 21 février 2001
ACTIF
PASSIF
1.
Monnaies et lingots d’or ..................................................
1.
Capital versé .................................................................... $
Dépôts payables en devises étrangères :
a)
Devises américaines ......... $
b)
Autres devises ..................
2.
Fonds de réserve ..............................................................
25 000 000
3.
Billets en circulation ........................................................
33 626 939 931
4.
Dépôts :
a)
Gouvernement du
Canada........................... $
b)
Gouvernements
provinciaux.....................
c)
Banques ..........................
d)
Autres établissements
membres de
l’Association canadienne
des paiements .................
Autres dépôts..................
e)
2.
308 481 278
5 689 072
Total ............................................................... $
3.
Avances :
a)
Au gouvernement du
Canada ..............................
b)
Aux gouvernements
provinciaux........................
c)
Aux établissements membres
de l’Association canadienne
des paiements ....................
314 170 350
285 834 064
Total ...............................................................
4.
Placements
(Valeurs amorties) :
a)
Bons du Trésor du
Canada .............................
b)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par
le Canada, échéant dans
les trois ans.......................
c)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par
le Canada, n’échéant pas
dans les trois ans...............
d)
Valeurs mobilières
émises ou garanties par
une province.....................
e)
Autres bons ......................
f)
Autres placements ............
285 834 064
5 000 000
799 066 695
179 490 659
99 730 449
270 491 045
Total................................................................
5.
9 885 266 755
8 384 431 560
6.
Passif payable en devises étrangères :
a)
Au gouvernement du
Canada...........................
b)
À d’autres ......................
1 348 778 848
147 106 821
Total...............................................................
147 106 821
Divers .............................................................................
325 857 359
15 889 926 073
2 633 197
Total ...............................................................
34 162 257 585
5.
Locaux de la Banque .......................................................
161 154 967
6.
Divers .............................................................................
555 265 993
Total ............................................................... $
35 478 682 959
Total.......................................................... $
35 478 682 959
NOTES COMPLÉMENTAIRES
RÉPARTITION, SELON L’ÉCHÉANCE, DES PLACEMENTS EN VALEURS MOBILIÈRES ÉMISES OU GARANTIES PAR LE CANADA,
N’ÉCHÉANT PAS DANS LES TROIS ANS (POSTE 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS) :
a) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de trois ans mais dans au plus cinq ans .................................................................................................... $
b) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de cinq ans mais dans au plus dix ans ......................................................................................................
c) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de dix ans ................................................................................................................................................
$
3 527 352 938
7 242 385 392
5 120 187 743
15 889 926 073
MONTANT TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES COMPRISES DANS LES POSTES 4a) À 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS, DÉTENUES EN VERTU
DE CONVENTIONS D’ACHAT ET DE REVENTE*
* Depuis le 10 novembre 1999, le montant des valeurs mobilières détenues en vertu de conventions d’achat et de revente n’est plus compris dans le poste 4 de
l’actif ci-dessus. Veuillez vous reporter aux notes suivantes.
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES ACHETÉES EN VERTU DE PRISES EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DE L’ACTIF :
$
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES VENDUES EN VERTU DE CESSIONS EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DU PASSIF :
$
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Le comptable en chef suppléant
W. D. SINCLAIR
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de l’article 29 de la Loi
sur la Banque du Canada.
Le gouverneur
DAVID A. DODGE
Ottawa, le 22 février 2001
[9-1-o]
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
697
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
First Session, Thirty-Seventh Parliament
Première session, trente-septième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
January 27, 2001.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, (613) 992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de
projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada du 27 janvier 2001.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, (613) 992-6443.
Le greffier de la Chambre des communes
WILLIAM C. CORBETT
WILLIAM C. CORBETT
Clerk of the House of Commons
698
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Helicopter Dry Lease
Location d’hélicoptères sans équipage
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the
Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-2000-040) on February 19, 2001, with
respect to a complaint filed by Canadian Helicopters Limited (the
complainant), of Toronto, Ontario, under subsection 30.11(1) of
the Canadian International Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985,
c. 47, (4th Supp.), as amended by the North American Free Trade
Agreement Implementation Act, S.C. 1993, c. 44, concerning a
procurement (Solicitation No. W3999-01M339/A) by the Department of Public Works and Government Services (the Department) on behalf of the Department of National Defence. The solicitation was for the dry lease of three helicopters for the training
of Reserve personnel.
The complainant alleged that the Department improperly split
the requirement to lease three helicopters and improperly declared
the complainant’s proposal non-compliant in violation of the
Agreement on Internal Trade.
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du
commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête
a rendu une décision (dossier no PR-2000-040), le 19 février 2001
concernant une plainte déposée par Canadian Helicopters Limited
(la partie plaignante), de Toronto (Ontario), aux termes du paragraphe 30.11(1) de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce
extérieur, L.R.C. 1985, c. 47, (4e suppl.), modifiée par la Loi de
mise en œuvre de l’Accord de libre-échange nord-américain,
L.C. 1993, c. 44, au sujet d’un marché (numéro d’invitation
W3999-01M339/A) du ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux (le Ministère) au nom du ministère de la
Défense nationale. L’invitation portait sur la location de trois
hélicoptères sans équipage pour la formation de réservistes.
La partie plaignante a allégué que le Ministère a incorrectement
divisé le besoin pour la location de trois hélicoptères et a incorrectement évalué la soumission de la partie plaignante comme
étant non conforme en contravention de l’Accord sur le commerce
intérieur.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties, et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur, le Tribunal a déterminé que la plainte n’était pas
fondée.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 19 février 2001
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[9-1-o]
[9-1-o]
Having examined the evidence presented by the parties and
considered the provisions of the Agreement on Internal Trade, the
Tribunal determined that the complaint was not valid.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, February 19, 2001
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Professional, Administrative and Management Support Services
Services de soutien professionnel et services de soutien à la
gestion
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint from FM One Alliance Corp., of Hamilton,
Ontario, with respect to the cancellation of Canada Post Corporation’s Request for Proposal No. 6 NS 00 RS R1 for the provision
of facility management services and the purported renewal of
Property Management Agreement No. 586600 dated September 1,
1994, as amended, with Brookfield Lepage Johnson Controls
Facility Management Services and the purported renewal of
Property Management Agreement No. 586599 dated September 1,
1994, as amended, with ProFac Facilities Management Services
Inc. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal Act and subsection 7(2) of the Canadian
International Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations,
notice is hereby given that the Tribunal has decided to conduct an
inquiry (File No. PR-2000-063) into this complaint.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a reçu une plainte déposée par FM One Alliance Corp., de Hamilton
(Ontario), concernant l’annulation de la demande de propositions
numéro 6 NS 00 RS R1 de la Société canadienne des postes portant sur la prestation de services de gestion des installations, le
soi-disant renouvellement de l’entente de gestion immobilière
numéro 586600 en date du 1er septembre 1994, telle qu’elle a été
modifiée, avec Brookfield Lepage Johnson Controls Facility
Management Services et le soi-disant renouvellement de l’entente
de gestion immobilière numéro 586599, en date du 1er septembre
1994, telle qu’elle a été modifiée, avec ProFac Facilities Management Services Inc. Conformément au paragraphe 30.13(2) de
la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est
donné par la présente que le Tribunal a décidé d’enquêter (dossier
no PR-2000-063) sur cette plainte.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
It is alleged that Canada Post Corporation is conducting a procurement in contravention of the North American Free Trade
Agreement.
Further information may be obtained from: The Secretary, Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
699
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Il est allégué que la Société canadienne des postes procède à la
passation d’un marché en violation de l’Accord de libre-échange
nord américain.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Le 19 février 2001
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[9-1-o]
[9-1-o]
February 19, 2001
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
WITHDRAWAL
RETRAIT
EDP Hardware and Software
Matériel et logiciel informatiques
The Canadian International Trade Tribunal received a complaint (File No. PR-2000-054) submitted on behalf of Cisco Systems Canada Co. (the complainant), of Toronto, Ontario, concerning a procurement (Solicitation No. 10QC.W3332-1-BB01)
by the Department of Public Works and Government Services.
The solicitation is for the provision of hardware, firmware, software, related product, accessories and training related to a virtual
private networking infrastructure for the Department of National
Defence.
Notice is hereby given that the complainant has withdrawn the
complaint.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Le Tribunal canadien du commerce extérieur a reçu une plainte
(dossier no PR-2000-054) déposée au nom de Cisco Systems Canada Co. (la partie plaignante), de Toronto (Ontario), concernant
un marché (numéro d’invitation 10QC.W3332-1-BB01) du ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux.
L’appel d’offres porte sur la fourniture de matériel, de micrologiciel, de logiciel, de produits connexes, d’accessoires et de formation associés à une infrastructure de réseautique privée virtuelle
pour le ministère de la Défense nationale.
Avis est donné par la présente que la partie plaignante a retiré
la plainte.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 19 février 2001
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[9-1-o]
[9-1-o]
Ottawa, February 19, 2001
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications,
including additional locations and addresses where the complete
files may be examined. The relevant material, including the
notices and applications, is available for viewing during normal
business hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, 1 Promenade
du Portage, Ground Floor, Hull, Quebec K1A 0N2, (819)
997-2429 (Telephone), 994-0423 (TDD), (819) 994-0218
(Facsimile);
— Bank of Commerce Building, Suite 1007, 1809 Barrington
Street, Halifax, Nova Scotia B3J 3K8, (902) 426-7997 (Telephone), 426-6997 (TDD), (902) 426-2721 (Facsimile);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, (204) 983-6306 (Telephone),
983-8274 (TDD), (204) 983-6317 (Facsimile);
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des
demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter
les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les
avis et les demandes, sont disponibles pour examen durant les
heures normales d’affaires aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, 1, promenade
du Portage, Rez-de-chaussée, Hull (Québec) K1A 0N2, (819)
997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), (819) 994-0218
(télécopieur);
— Édifice de la Banque de Commerce, Pièce 1007, 1809, rue
Barrington, Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 3K8, (902)
426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), (902) 426-2721
(télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, (204) 983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), (204) 983-6317 (télécopieur);
700
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
— 530-580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, (604) 666-2111 (Telephone), 666-0778 (TDD), (604)
666-8322 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 405 De Maisonneuve
Boulevard E, 2nd Floor, Suite B2300, Montréal, Quebec H2L
4J5, (514) 283-6607 (Telephone), 283-8316 (TDD), (514)
283-3689 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, (416) 952-9096
(Telephone), (416) 954-6343 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, Cornwall Professional
Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan S4P 3X3, (306) 780-3422 (Telephone), (306) 780-3319
(Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, Scotia Place Tower Two,
19th Floor, Suite 1909, 10060 Jasper Avenue, Edmonton, Alberta T5J 3R8, (780) 495-3224 (Telephone), (780) 495-3214
(Facsimile).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées ciaprès en s’adressant au CRTC.
2001-81
2001-81
February 19, 2001
— 530-580, rue Hornby, Vancouver (Colombie-Britannique)
V6C 3B6, (604) 666-2111 (téléphone), 666-0778 (ATS),
(604) 666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 405, boulevard de
Maisonneuve Est, 2e étage, Bureau B2300, Montréal (Québec)
H2L 4J5, (514) 283-6607 (téléphone), 283-8316 (ATS), (514)
283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 55, avenue St. Clair
Est, Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, (416) 9529096 (téléphone), (416) 954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, (306) 780-3422 (téléphone), (306) 780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., Scotia Place Tower
Two, 19e étage, Bureau 1909, 10060, avenue Jasper, Edmonton (Alberta) T5J 3R8, (780) 495-3224 (téléphone), (780)
495-3214 (télécopieur).
Le 19 février 2001
Radio Anticosti inc.
Port-Menier (Anticosti Island), Quebec
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CJBE-FM Port-Menier (Anticosti
Island), from March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Anticosti inc.
Port-Menier (île d’Anticosti) [Québec]
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CJBE-FM
Port-Menier (île d’Anticosti), du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-82
2001-82
February 19, 2001
Le 19 février 2001
La Radio Communautaire de Rivière St-Augustin inc.
Saint-Augustin, Quebec
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CJAS-FM Saint-Augustin, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
La Radio Communautaire de Rivière St-Augustin inc.
Saint-Augustin (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CJAS-FM
Saint-Augustin, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-83
2001-83
February 19, 2001
Le 19 février 2001
Radio Communautaire M.F. de Senneterre inc.
Senneterre, Quebec
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CIBO-FM Senneterre, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
Radio Communautaire M.F. de Senneterre inc.
Senneterre (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CIBO-FM
Senneterre, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-84
2001-84
February 19, 2001
Radio Communautaire du Manitoba Inc.
St. Boniface, Manitoba
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CKXL-FM St. Boniface, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Le 19 février 2001
Radio Communautaire du Manitoba Inc.
St. Boniface (Manitoba)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CKXL-FM
St. Boniface, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
Le 3 mars 2001
2001-85
Gazette du Canada Partie I
February 19, 2001
2001-85
701
Le 19 février 2001
HB Communications Inc.
Hudson Bay, Saskatchewan
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CFMQ-FM Hudson Bay, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
HB Communications Inc.
Hudson Bay (Saskatchewan)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CFMQ-FM
Hudson Bay, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-86
2001-86
February 19, 2001
Le 19 février 2001
Association canadienne-française de l’Alberta-Régionale
de Rivière-la-Paix
Fahler, Alberta
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CKRP-FM Fahler, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
Approved — Request to broadcast a minimum level of 8.5 percent community-oriented spoken word of programming each
week.
Association canadienne-française de l’Alberta-Régionale
de Rivière-la-Paix
Fahler (Alberta)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CKRP-FM
Fahler, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
Approuvé — Demande en vue de diffuser un niveau minimal
hebdomadaire de créations orales axées sur la communauté de
8,5 p. 100.
2001-87
2001-87
February 19, 2001
Le 19 février 2001
Chetwynd Communications Society
Chetwynd, British Columbia
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CHET-FM Chetwynd, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
Chetwynd Communications Society
Chetwynd (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CHET-FM
Chetwynd, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-88
2001-88
February 19, 2001
Le 19 février 2001
Hay River Broadcasting Society
Hay River, Northwest Territories
Approved — Renewal of the licence for Type A community radio
programming undertaking CKHR-FM Hay River, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
Hay River Broadcasting Society
Hay River (Territoires du Nord-Ouest)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type A CKHR-FM
Hay River, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-89
2001-89
February 20, 2001
Le 20 février 2001
CHUM Limited
Across Canada
Renewed — Broadcasting licence for the English-language specialty programming undertaking Bravo!, from March 1, 2001, to
April 30, 2001.
CHUM limitée
L’ensemble du Canada
Renouvelé — Licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation d’émissions spécialisées de langue anglaise Bravo!,
du 1er mars 2001 au 30 avril 2001.
2001-90
2001-90
February 20, 2001
Le 20 février 2001
Radio communautaire MF Lac Simon inc.
Lac-Simon (Louvicourt) and Val-d’Or, Quebec
Approved — Addition of a transmitter at Val-d’Or.
Radio communautaire MF Lac Simon inc.
Lac-Simon (Louvicourt) et Val-d’Or (Québec)
Approuvé — Ajout d’un émetteur à Val-d’Or.
2001-91
2001-91
February 20, 2001
Le 20 février 2001
Radio Péninsule inc.
Pokemouche, New Brunswick
Approved — Renewal of the licence for Type B community radio
programming undertaking CKRO-FM Pokemouche, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Péninsule inc.
Pokemouche (Nouveau-Brunswick)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type B CKRO-FM
Pokemouche, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-92
2001-92
February 20, 2001
Radio Basse-Ville
Québec, Quebec
Approved — Renewal of the licence for Type B community radio
programming undertaking CKIA-FM Québec, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
Le 20 février 2001
Radio Basse-Ville
Québec (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type B CKIA-FM
Québec, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
702
2001-93
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
February 20, 2001
2001-93
Le 20 février 2001
Radio Communautaire de l’Estrie
Sherbrooke, Quebec
Approved — Renewal of the licence for Type B community radio
programming undertaking CFLX-FM Sherbrooke, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
Radio Communautaire de l’Estrie
Sherbrooke (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type B CFLX-FM
Sherbrooke, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-94
2001-94
February 20, 2001
Le 20 février 2001
KCVI Educational Radio Station Inc.
Kingston, Ontario
Approved — Renewal of the licence for Type B community radio
programming undertaking CKVI-FM Kingston, from March 1,
2001, to August 31, 2007.
KCVI Educational Radio Station Inc.
Kingston (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type B CKVI-FM
Kingston, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-97
2001-97
February 22, 2001
Le 22 février 2001
Memorial University of Newfoundland Radio Society
St. John’s, Newfoundland
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CHMR-FM St. John’s, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Memorial University of Newfoundland Radio Society
St. John’s (Terre-Neuve)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CHMR-FM St. John’s, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-98
2001-98
February 22, 2001
Le 22 février 2001
CHSR Broadcasting Inc.
Fredericton, New Brunswick
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CHSR-FM Fredericton, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
CHSR Broadcasting Inc.
Fredericton (Nouveau-Brunswick)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CHSR-FM Fredericton, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-99
2001-99
February 22, 2001
Le 22 février 2001
Attic Broadcasting Co. Ltd.
Sackville, New Brunswick
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CHMA-FM Sackville, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Attic Broadcasting Co. Ltd.
Sackville (Nouveau-Brunswick)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CHMA-FM Sackville, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-100
2001-100
February 22, 2001
Le 22 février 2001
Radio Bishop’s Inc.
Lennoxville, Quebec
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CJMQ-FM Lennoxville,
from March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Bishop’s Inc.
Lennoxville (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CJMQ-FM Lennoxville, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-101
2001-101
February 22, 2001
Le 22 février 2001
Radio McGill
Montréal, Quebec
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CKUT-FM Montréal, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio McGill
Montréal (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CKUT-FM Montréal, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-102
2001-102
February 22, 2001
Radio Carleton Inc.
Ottawa, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CKCU-FM Ottawa, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Le 22 février 2001
Radio Carleton Inc.
Ottawa (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CKCU-FM Ottawa, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
Le 3 mars 2001
2001-103
Gazette du Canada Partie I
February 22, 2001
2001-103
703
Le 22 février 2001
Trent Radio
Peterborough, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CFFF-FM Peterborough,
from March 1, 2001, to August 31, 2007.
Trent Radio
Peterborough (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CFFF-FM Peterborough, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-104
2001-104
February 22, 2001
Le 22 février 2001
Brock University Student Radio
St. Catharines, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CFBU-FM St. Catharines,
from March 1, 2001, to August 31, 2007.
Brock University Student Radio
St. Catharines (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CFBU-FM St. Catharines, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-105
2001-105
February 22, 2001
Le 22 février 2001
Radio Western
London, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CHRW-FM London, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Western
London (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CHRW-FM London, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-106
2001-106
February 22, 2001
Le 22 février 2001
CKLN Radio Incorporated
Toronto, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CKLN-FM Toronto, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
CKLN Radio Incorporated
Toronto (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CKLN-FM Toronto, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-107
2001-107
February 22, 2001
Le 22 février 2001
CHRY Community Radio Inc.
Toronto, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CHRY-FM Toronto, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
CHRY Community Radio Inc.
Toronto (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CHRY-FM Toronto, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-108
2001-108
February 22, 2001
Le 22 février 2001
The University of Manitoba Students’ Union
Winnipeg, Manitoba
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CJUM-FM Winnipeg, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
The University of Manitoba Students’ Union
Winnipeg (Manitoba)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CJUM-FM Winnipeg, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-109
2001-109
February 22, 2001
Le 22 février 2001
The University of Calgary Student Radio Society
Calgary, Alberta
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CJSW-FM Calgary, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
The University of Calgary Student Radio Society
Calgary (Alberta)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CJSW-FM Calgary, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-110
2001-110
February 22, 2001
The First Alberta Campus Radio Association
Edmonton, Alberta
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CJSR-FM Edmonton, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Le 22 février 2001
The First Alberta Campus Radio Association
Edmonton (Alberta)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CJSR-FM Edmonton, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
704
2001-112
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
February 23, 2001
2001-112
Le 23 février 2001
Laurentian Student and Community Radio Corporation
Sudbury, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CKLU-FM Sudbury, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Laurentian Student and Community Radio Corporation
Sudbury (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CKLU-FM Sudbury, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-113
2001-113
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Radio Waterloo Inc.
Waterloo, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CKMS-FM Waterloo, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Waterloo Inc.
Waterloo (Ontario)
Approved — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CKMS-FM Waterloo, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-114
2001-114
February 23, 2001
Le 23 février 2001
The Student Radio Society of the University of British
Columbia
Vancouver, British Columbia
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CITR-FM Vancouver, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
The Student Radio Society of the University of British
Columbia
Vancouver (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CITR-FM Vancouver, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-115
2001-115
February 23, 2001
Le 23 février 2001
University of Victoria Student Radio Society
Victoria, British Columbia
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CFUV-FM Victoria, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
University of Victoria Student Radio Society
Victoria (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CFUV-FM Victoria, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-116
2001-116
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Réseau Radio Campus Laval
Sainte-Foy, Quebec
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CHYZ-FM Sainte-Foy, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Réseau Radio Campus Laval
Sainte-Foy (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CHYZ-FM Sainte-Foy, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-117
2001-117
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Communication du Versant Nord (CISM-FM) Inc.
Montréal, Quebec
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CISM-FM Montréal, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Communication du Versant Nord (CISM-FM) Inc.
Montréal (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CISM-FM Montréal, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-118
2001-118
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Radio Queen’s University
Kingston, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CFRC-FM Kingston, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Queen’s University
Kingston (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CFRC-FM Kingston, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-119
2001-119
February 23, 2001
CFMU Radio Incorporated
Hamilton, Ontario
Approved — Renewal of the licence for community-based campus radio programming undertaking CFMU-FM Hamilton, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Le 23 février 2001
CFMU Radio Incorporated
Hamilton (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus axée sur la communauté
CFMU-FM Hamilton, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
Le 3 mars 2001
2001-120
Gazette du Canada Partie I
February 23, 2001
2001-120
705
Le 23 février 2001
Loyalist College Radio
Belleville, Ontario
Approved — Renewal of the licence for instructional campus
radio programming undertaking CJLX-FM Belleville, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Loyalist College Radio
Belleville (Ontario)
Approuvé – Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus d’enseignement CJLX-FM
Belleville, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-121
2001-121
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Radio Fanshawe Incorporated
London, Ontario
Approved — Renewal of the licence for instructional campus
radio programming undertaking CIXX-FM London, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Radio Fanshawe Incorporated
London (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus d’enseignement CIXX-FM
London, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
2001-122
2001-122
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Don Crockford, CKDJ-FM Algonquin Radio
Nepean, Ontario
Approved — Renewal of the licence for instructional campus
radio programming undertaking CKDJ-FM Nepean, from
March 1, 2001, to August 31, 2007.
Approved — Relief from the requirement that CKDJ-FM devote
at least two hours in each broadcast week to formal educational
programming that provides academic instruction.
Don Crockford, CKDJ-FM Algonquin Radio
Nepean (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio de campus d’enseignement CKDJ-FM
Nepean, du 1er mars 2001 au 31 août 2007.
Approuvé — Demande visant à être relevée de l’obligation de
consacrer au moins deux heures par semaine de radiodiffusion à
des émissions éducatives conventionnelles donnant un enseignement théorique.
2001-123
2001-123
February 23, 2001
Le 23 février 2001
Pelmorex Communications Inc.
Across Canada
Denied, by majority vote — Proposal to establish an All Channel
Alert service to be made available to all broadcasting distribution
undertakings in Canada.
Pelmorex Communications Inc.
L’ensemble du Canada
Refusé, par vote majoritaire — Proposition visant à offrir un service d’alerte tous canaux à toutes les entreprises de distribution de
radiodiffusion au Canada.
[9-1-o]
[9-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2001-27
AVIS PUBLIC 2001-27
Contents of the public file for upcoming TV group renewal hearings — Commission’s determination pursuant to consideration of comments received in response to Public Notices
CRTC 2001-5 and 2001-5-1
February 19, 2001
Contenu du dossier public des audiences portant sur le renouvellement prochain de licences de groupes d’entreprises de télédiffusion — Conclusions du Conseil à la suite des observations
reçues en réponse aux avis publics CRTC 2001-5 et 2001-5-1
Le 19 février 2001
[9-1-o]
[9-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2001-28
AVIS PUBLIC 2001-28
1. South Cariboo Communications Inc.
Lillooet, British Columbia
To delete WJBK-TV (CBS) Detroit, Michigan, WXYZ-TV
(ABC) Detroit, Michigan and WTVS (PBS) Detroit, Michigan; to add WWJ-TV (CBS) Detroit, Michigan, KOMO-TV
(ABC) Seattle, Washington, KCTS-TV (PBS) Seattle, Washington, WUHF (FOX) Rochester, New York, The Discovery
Channel; and to delete channel 18 and to add channels 20,
30 and 36, each with a transmitter power of 20 watts.
1. South Cariboo Communications Inc.
Lillooet (Colombie-Britannique)
En vue de supprimer WJBK-TV (CBS) Detroit (Michigan),
WXYZ-TV (ABC) Detroit (Michigan), WTVS (PBS) Detroit
(Michigan); d’ajouter WWJ-TV (CBS) Detroit (Michigan),
KOMO-TV (ABC) Seattle (Washington), KCTS-TV (PBS)
Seattle (Washington), WUHF (FOX) Rochester (New York),
The Discovery Channel; et de supprimer le canal 18 et d’ajouter les canaux 20, 30 et 36, chacun ayant une puissance d’émission de 20 watts.
706
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
2. Area “H” North T.V. Society
New Denver, British Columbia
The licensee proposes to move the Open Learning Agency
(Knowledge Network) from channel 19 to channel 8 and to reduce the transmitter power from 100 to 10 watts. The licensee
also proposes to add the following services: CBC Stereo 2 on
frequency 98.3 MHz (channel 252LP) with an effective radiated power of 5.1 watts; CFMI-FM on frequency 96.3 MHz
(channel 242LP) with an effective radiated power of 20 watts;
KISN-FM on frequency 94.3 MHz (channel 232LP) with an
effective radiated power of 5.1 watts; CHAN-TV Vancouver,
British Columbia (BCTV), on channel 3 with a transmitter
power of 10 watts; KING-TV Seattle, Washington (NBC), on
channel 6 with a transmitter power of 10 watts; KIRO-TV
Seattle, Washington (PBS), on channel 10 with a transmitter
power of 10 watts; KCTS-TV Seattle, Washington (PBS), on
channel 11 with a transmitter power of 10 watts; KOMO-TV
Seattle, Washington (ABC), on channel 13 with a transmitter
power of 10 watts.
3. L’Association franco-culturelle de Yellowknife
Yellowknife, Northwest Territories
To change the frequency of the proposed station at Yellowknife (CIVR-FM) from 93.3 MHz (channel 227A1) to
103.5 MHz (channel 278A1).
2. Area “H” North T.V. Society
New Denver (Colombie-Britannique)
La titulaire propose de déplacer l’Open Learning Agency
(Knowledge Network) du canal 19 au canal 8 et de diminuer la
puissance d’émission de 100 à 10 watts. La titulaire propose
également d’ajouter les services suivants : CBC Stereo 2 à la
fréquence 98,3 MHz (canal 252FP) avec une puissance apparente rayonnée de 5,1 watts; CFMI-FM à la fréquence
96,3 MHz (canal 242FP) avec une puissance apparente rayonnée de 20 watts; KISN-FM à la fréquence 94,3 MHz (canal 232FP) avec une puissance apparente rayonnée de
5,1 watts; CHAN-TV Vancouver (Colombie-Britannique)
[BCTV], au canal 3 avec une puissance d’émission de
10 watts; KING-TV Seattle (Washington) [NBC], au canal 6
avec une puissance d’émission de 10 watts; KIRO-TV Seattle
(Washington) [PBS], au canal 10 avec une puissance
d’émission de 10 watts; KCTS-TV Seattle (Washington)
[PBS], au canal 11 avec une puissance d’émission de 10 watts;
KOMO-TV Seattle (Washington) [ABC], au canal 13 avec une
puissance d’émission de 10 watts.
3. L’Association franco-culturelle de Yellowknife
Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest)
La titulaire propose de changer la fréquence de la station proposée à Yellowknife (CIVR-FM) de 93,3 MHz (canal 227A1)
à 103,5 MHz (canal 278A1).
Deadline for intervention: March 27, 2001
Date limite d’intervention : le 27 mars 2001
February 20, 2001
Le 20 février 2001
[9-1-o]
[9-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2001-29
AVIS PUBLIC 2001-29
1. Canadian Broadcasting Corporation
Toronto, Ontario
To increase the effective radiated power of the transmitter of
CBLA-FM from 48 000 to 55 100 watts.
2. Canadian Broadcasting Corporation
Toronto, Ontario
To increase the effective radiated power of the transmitter of
CJBC-FM Toronto from 3 500 to 5 730 watts combined with a
decrease of the height of its antenna.
1. Société Radio-Canada
Toronto (Ontario)
Augmentation de la puissance apparente rayonnée de l’émetteur de CBLA-FM de 48 000 à 55 100 watts.
2. Société Radio-Canada
Toronto (Ontario)
Augmentation de la puissance apparente rayonnée de l’émetteur de CJBC-FM Toronto de 3 500 à 5 730 watts. Cette augmentation de puissance s’accompagne d’une diminution de la
hauteur de l’antenne.
Deadline for intervention: March 29, 2001
Date limite d’intervention : le 29 mars 2001
February 22, 2001
Le 22 février 2001
[9-1-o]
[9-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2001-30
AVIS PUBLIC 2001-30
Amendment to the eligibility criteria for Canadian treaty
co-productions to access funding from certified independent
production funds
Modification des critères régissant l’admissibilité à des fonds de
production indépendants certifiés dans le cas des coproductions
canadiennes faisant l’objet d’une entente
The Commission approves an amendment to the eligibility requirements for treaty co-productions to receive financial support
from certified independent production funds. The Commission
Le Conseil approuve une modification aux critères d’admissibilité afin que les coproductions faisant l’objet d’une entente
puissent recevoir de l’aide financière en provenance de fonds de
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
will no longer require that 65 percent or more of the financing for
these co-productions come from Canadian sources.
Any co-production that Telefilm Canada has approved as an official treaty co-production will now be eligible to access funding
from certified independent production funds, provided the other
criteria identified in Public Notices CRTC 1997-98 and 1999-29
are also met.
February 23, 2001
[9-1-o]
707
production indépendants certifiés. Le Conseil n’exigera plus qu’au
moins 65 p. 100 du financement de ces coproductions proviennent de sources canadiennes.
Désormais, toute coproduction que Téléfilm Canada a approuvée au titre de coproduction faisant l’objet d’une entente officielle
sera admissible à l’aide financière provenant des fonds de production indépendants certifiés, dans la mesure où les autres critères énoncés dans les avis publics CRTC 1997-98 et 1999-29 sont
respectés.
Le 23 février 2001
[9-1-o]
708
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
AMERICAN NATIONAL FIRE INSURANCE COMPANY
AMERICAN NATIONAL FIRE INSURANCE COMPANY
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE RAISON SOCIALE
Notice is hereby given, pursuant to subsection 576(1) of the Insurance Companies Act, that American National Fire Insurance
Company intends to make an application to the Superintendent of
Financial Institutions, for approval to change its name to Great
American Insurance Company of New York.
Toronto, February 20, 2001
CASSELS BROCK & BLACKWELL LLP
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément au paragraphe 576(1) de la Loi sur les sociétés d’assurances, que la American National Fire Insurance Company a l’intention de présenter
une demande au surintendant des institutions financières visant à
changer sa raison sociale à Great American Insurance Company
of New York.
Toronto, le 20 février 2001
Les avocats
CASSELS BROCK & BLACKWELL LLP
[9-4-o]
[9-4]
CANADA LIFE CASUALTY INSURANCE COMPANY
CANADA-VIE COMPAGNIE D’ASSURANCES
GÉNÉRALES
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE DÉNOMINATION SOCIALE
Notice is hereby given, in accordance with subsection 224(2)
of the Insurance Companies Act, that Canada Life Casualty Insurance Company/Canada-Vie Compagnie D’Assurances Générales, having its head office in Toronto, intends to amend its
letters patent in accordance with subsection 224(1) of said Act,
having for object to change the corporate name of the company from Canada Life Casualty Insurance Company/CanadaVie Compagnie d’Assurances Générales to Primmum Insurance
Company/Primmum compagnie d’assurance.
January 31, 2001
LISETTE L. CYR
Assistant Corporate Secretary
Avis est par les présentes donné conformément aux dispositions du paragraphe 224(2) de la Loi sur les sociétés d’assurances, que la Canada-Vie Compagnie D’Assurances Générales,
ayant son siège social à Toronto, procédera à la modification
de ses lettres patentes selon le paragraphe 224(1) de ladite loi,
changeant ainsi sa dénomination sociale de Canada Life Casualty
Insurance Company/Canada-Vie Compagnie d’Assurances Générales à Primmum Insurance Company/Primmum compagnie
d’assurance.
Le 31 janvier 2001
La secrétaire adjointe des Affaires corporatives
LISETTE L. CYR
[7-4-o]
[7-4-o]
THE CANADA SOUTHERN RAILWAY COMPANY
THE CANADA SOUTHERN RAILWAY COMPANY
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 104 of the Canada
Transportation Act, that on January 23, 2001, the following
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Postponement of Bond Mortgage dated October 14, 1999,
among Alain Thauvette and Michael Sheahan, The Canada
Southern Railway Company and Ontario Casino Corporation.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 104
de la Loi sur les transports au Canada, que le 23 janvier 2001 le
document suivant a été déposé au Bureau du registraire général
du Canada :
Cession de priorité en date du 14 octobre 1999 entre Alain
Thauvette et Michael Sheahan, The Canada Southern Railway
Company et la Ontario Casino Corporation.
January 31, 2001
Le 31 janvier 2001
FASKEN MARTINEAU DUMOULIN LLP
Solicitors
Les conseillers juridiques
FASKEN MARTINEAU DUMOULIN LLP
[9-1-o]
[9-1-o]
CANADIAN FOREST PRODUCTS LTD.
CANADIAN FOREST PRODUCTS LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Canadian Forest Products Ltd. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans
under the Navigable Waters Protection Act for approval of the
plans and site of the work described herein. Under section 9 of the
said Act, Canadian Forest Products Ltd. has deposited with
the Minister of Fisheries and Oceans, at Vancouver, British
La société Canadian Forest Products Ltd. donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Canadian Forest Products Ltd. a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Columbia, and in the office of the District Registrar of the
Land Registry District of Prince George, at 1011 Fourth Avenue,
Suite 153, Prince George, British Columbia V2L 3H9, under deposit number PS005780, a description of the site and plans of the
bridge crossing from bank to bank an unnamed creek located at
approximately 0.55 km on the access road to Cutting Permit 933,
Block 20, of Forest License 18165, in the Canadian Forest Products Ltd. Lovell Cove Operating Area. This access road branches
off the Hannah Road at approximately 17 km.
709
Prince George, February 23, 2001
CANADIAN FOREST PRODUCTS LTD.
Pêches et des Océans, à Vancouver (Colombie-Britannique), et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Prince George, situé au 1011, Quatrième Avenue, Bureau 153,
Prince George (Colombie-Britannique) V2L 3H9, sous le numéro
de dépôt PS005780, une description de l’emplacement et les plans
d’un pont au-dessus d’un ruisseau non désigné, situé à environ
0,55 km sur le chemin d’accès au bloc 20 du permis de coupe
n° 933, licence d’exploitation forestière n° 18165, dans la zone
d’exploitation Lovell Cove de la Canadian Forest Products Ltd.
Le chemin d’accès s’embranche à environ 17 km sur le chemin
Hannah.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Division de la protection des eaux navigables,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
555, rue Hastings Ouest, Bureau 350, Vancouver (ColombieBritannique) V6B 5G3.
Prince George, le 23 février 2001
CANADIAN FOREST PRODUCTS LTD.
[9-1-o]
[9-1]
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigable Waters Protection Division, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 350-555 West Hastings Street,
Vancouver, British Columbia V6B 5G3.
CANADIAN NATIONAL RAILWAY COMPANY
COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU
CANADA
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on January 8, 2001, the following documents were deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
1. Memorandum dated as of December 29, 2000, among Canadian National Railway Company (the “Lessee”), BAL Locomotive Leasing 1996, Company, a successor by amalgamation
of Bank of America Canada Leasing Corporation (the “1996
Owner”) and Allfirst Bank, formerly The First National Bank
of Maryland (the “Security Trustee”), recording the correct
names of the 1996 Owner and the Security Trustee;
2. Memorandum dated as of December 29, 2000, among the
Lessee, BAL Locomotive Leasing 1997, Company, a successor
by amalgamation of Bank of America Canada Leasing IV, Inc.
(the “1997-1 Owner”) and the Security Trustee, recording the
correct names of the 1997-1 Owner and the Security Trustee;
and
3. Memorandum dated as of December 29, 2000, among the
Lessee, BO Leasing II ULC, a successor by amalgamation of
FCNBD Leasing II, Inc. (the “1997-2 Owner”) and the Security
Trustee, recording the correct names of the 1997-2 Owner and
the Security Trustee and terminating the Bailment and Delivery
Agreement dated as of September 1, 1997, between the Lessee
and the 1997-2 Owner.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 8 janvier 2001 les
documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada :
1. Résumé daté du 29 décembre 2000 entre la Compagnie des
chemins de fer nationaux du Canada (« le preneur »), la BAL
Locomotive Leasing 1996, Company, le successeur par voie de
fusion entre la Bank of America Canada Leasing Corporation
(« la propriétaire 1996 ») et la Allfirst Bank, auparavant The
First National Bank of Maryland (« la fiduciaire de garantie »),
pour enregistrer les noms exacts de la propriétaire 1996 et de la
fiduciaire de garantie;
2. Résumé daté du 29 décembre 2000 entre le preneur, la BAL
Locomotive Leasing 1997, Company, le successeur par voie de
fusion entre la Bank of America Canada Leasing IV, Inc. (« la
propriétaire 1997-1 ») et la fiduciaire de garantie, pour enregistrer les noms exacts de la propriétaire 1997-1 et de la fiduciaire de garantie;
3. Résumé daté du 29 décembre 2000 entre le preneur, la BO
Leasing II ULC, le successeur par voie de fusion entre la
FCNBD Leasing II, Inc. (« la propriétaire 1997-2 ») et la fiduciaire de garantie, pour enregistrer les noms exacts de la propriétaire 1997-2 et de la fiduciaire de garantie et pour résilier le
contrat de dépôt et de délivrance daté du 1er septembre 1997
entre le preneur et la propriétaire 1997-2.
February 23, 2001
Le 23 février 2001
BLAKE, CASSELS & GRAYDON LLP
Barristers and Solicitors
Les avocats et procureurs
BLAKE, CASSELS & GRAYDON LLP
[9-1-o]
[9-1-o]
CHALLENGER SALMON FARMS LTD.
CHALLENGER SALMON FARMS LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Challenger Salmon Farms Ltd. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans
La société Challenger Salmon Farms Ltd. donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
710
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment as it relates to areas of federal
responsibility should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, Foot
of Parker Street, P.O. Box 1000, Dartmouth, Nova Scotia
B2Y 3Z8.
St. Stephen, February 16, 2001
R. H. (BOB) SWEENEY
Manager of Operations and Development
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Challenger Salmon Farms Ltd. a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du
district d’enregistrement de Charlotte, à St. Stephen (NouveauBrunswick), sous le numéro de dépôt 117692, livre 63, une description de l’emplacement et les plans des installations d’aquaculture que l’on propose d’aménager dans le chenal Cow au cap
Sheep Rock Head, île White Head, à Grand Manan, en face des
lots numéros PID15028418, PID15028400 et PID15028392.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement en ce qui
a trait aux compétences fédérales doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, Rue Parker, Case postale 1000, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse) B2Y 3Z8.
St. Stephen, le 16 février 2001
Le chef de l’exploitation et de la mise en valeur
R. H. (BOB) SWEENEY
[9-1-o]
[9-1-o]
under the Navigable Waters Protection Act for approval of the
plans and site of the work described herein. Under section 9 of
the said Act, Challenger Salmon Farms Ltd. has deposited with
the Minister of Fisheries and Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land Registry District of Charlotte, at
St. Stephen, New Brunswick, under deposit number 117692,
Book 63, a description of the site and plans of the proposed marine aquaculture site in Cow Passage, at Sheep Rock Head, White
Head Island, Grand Manan, in front of lot numbers PID15028418,
PID15028400 and PID15028392.
CHEROB DEVELOPMENTS LTD.
CHEROB DEVELOPMENTS LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Cherob Developments Ltd. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under
the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Cherob Developments Ltd. has deposited with the Minister of
Fisheries and Oceans, and at the Stephenville Post Office, in the
Town of Stephenville, in the Electoral District of Port au Port,
Newfoundland under deposit number BWA 8200-00-1207, a description of the site and plans of a proposed aquaculture facility
in Piccadilly Bay, at Port au Port, in front of lot number
MAP 12B/10.
ROBERT R. REGULAN
President
La société Cherob Developments Ltd. donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Cherob Developments Ltd. a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, et au bureau de poste de Stephenville, à
Stephenville, dans la circonscription électorale de Port au Port
(Terre-Neuve), sous le numéro de dépôt BWA 8200-00-1207, une
description de l’emplacement et les plans des installations d’aquaculture que l’on propose d’aménager dans la baie Piccadilly, à
Port au Port, en face du lot n° MAP 12B/10.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, Case postale 5667, St. John’s (TerreNeuve) A1C 5X1.
Manuels, le 23 février 2001
Le président
ROBERT R. REGULAN
[9-1-o]
[9-1]
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, P.O.
Box 5667, St. John’s, Newfoundland A1C 5X1.
Manuels, February 23, 2001
DEER ISLAND OFFSHORE FISH, LTD.
DEER ISLAND OFFSHORE FISH, LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Deer Island Offshore Fish, Ltd. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans
under the Navigable Waters Protection Act for approval of the
plans and site of the work described herein. Under section 9 of the
said Act, Deer Island Offshore Fish, Ltd. has deposited with the
La société Deer Island Offshore Fish, Ltd. donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Deer Island Offshore Fish, Ltd. a, en
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
711
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment as it relates to areas of federal
responsibility should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, Foot
of Parker Street, P.O. Box 1000, Dartmouth, Nova Scotia
B2Y 3Z8.
St. Stephen, February 22, 2001
BARRY CALDER
Owner
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du
district d’enregistrement de Charlotte, à St. Stephen (NouveauBrunswick), sous le numéro de dépôt 11779718, une description
de l’emplacement et les plans des installations d’aquaculture que
l’on propose d’aménager dans la baie de Fundy, à l’anse Liberty,
Campobello (Nouveau-Brunswick), en face du lot no 1204486.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement en ce qui
a trait aux compétences fédérales doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, Rue Parker, Case postale 1000, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse) B2Y 3Z8.
St. Stephen, le 22 février 2001
Le propriétaire
BARRY CALDER
[9-1-o]
[9-1-o]
Minister of Fisheries and Oceans, and in the office of the District
Registrar of the Land Registry District of Charlotte, at
St. Stephen, New Brunswick, under deposit number 11779718, a
description of the site and plans of a proposed marine aquaculture
site in the Bay of Fundy in Liberty Cove, Campobello, New
Brunswick, in front of lot No. 1204486.
EULER AMERICAN CREDIT INDEMNITY
EULER AMERICAN CREDIT INDEMNITY
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to the provisions of section 651 of the Insurance Companies Act, that Trade Indemnity
P.L.C., having ceased to issue policies in Canada, intends to make
an application to the Superintendent of Financial Institutions for
the release of its assets in Canada.
Prior to the release of assets by the Superintendent of Financial
Institutions, Trade Indemnity P.L.C. will transfer its remaining
Canadian policy liabilities to EULER American Credit Indemnity, effective December 31, 2000, in accordance with the provisions of section 587.1 of the Insurance Companies Act.
ROBERT J. LABELLE
Chief Agent
Avis est par les présentes donné, conformément aux dispositions de l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances, que
la Trade Indemnity P.L.C., ayant cessé d’émettre des contrats
d’assurance au Canada, demandera au surintendant des institutions financières la libération de son actif au Canada.
Avant la libération des actifs par le surintendant des institutions
financières, la Trade Indemnity P.L.C. transférera à la EULER
Assurance Crédit A.C.I. en date du 31 décembre 2000 tous les
risques résiduels de police émises au Canada conformément
aux dispositions de l’article 587.1 de la Loi sur les sociétés
d’assurances.
Les titulaires de police de la Trade Indemnity P.L.C. qui s’opposent à la libération de cet actif doivent déposer leur opposition
auprès du Surintendant des institutions financières, Division de
l’agrément et des approbations, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario)
K1A 0H2, au plus tard le 10 mars 2001.
Montréal, le 13 février 2001
L’agent principal
ROBERT J. LABELLE
[7-4-o]
[7-4-o]
Policyholders of Trade Indemnity P.L.C. opposing the release
may file their opposition with the Superintendent of Financial
Institutions, Registration and Approvals Division, 255 Albert
Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before March 10, 2001.
Montréal, February 13, 2001
HERITAGE SALMON LTD.
HERITAGE SALMON LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Heritage Salmon Ltd. hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Heritage Salmon Ltd. has deposited with the Minister of Fisheries
and Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District of Charlotte, at St. Stephen, New Brunswick,
under deposit number 11760494, a description of the site and
plans of a salmon aquaculture site in the Bay of Fundy, at Seeleys
Head, in front of lot number 1227867.
La société Heritage Salmon Ltd. donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et
des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Heritage Salmon Ltd. a, en vertu de
l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches
et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de Charlotte, à St. Stephen (NouveauBrunswick), sous le numéro de dépôt 11760494, une description
de l’emplacement et les plans des installations d’aquaculture de
saumon dans la baie de Fundy, au cap Seeleys Head, en face du
lot n° 1227867.
712
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment as it relates to areas of federal
responsibility should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, Foot
of Parker Street, P.O. Box 1000, Dartmouth, Nova Scotia
B2Y 3Z8.
St. Stephen, February 15, 2001
PATRICK FITZGERALD
Supervisor
Marine Operations
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement en ce qui
a trait aux compétences fédérales doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, Rue Parker, Case postale 1000, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse) B2Y 3Z8.
St. Stephen, le 15 février 2001
Le superviseur
Activités marines
PATRICK FITZGERALD
[9-1-o]
[9-1-o]
HY SEAS SALMON LTD.
HY SEAS SALMON LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Hy Seas Salmon Ltd. hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Hy Seas Salmon Ltd. has deposited with the Minister of Fisheries
and Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District of Charlotte, at St. Stephen, New Brunswick,
under deposit number 11775732, a description of the site and
plans of a salmon aquaculture site in the Bay of Fundy, at Seal
Cove Sound, Grand Manan, in front of lot number 1294271.
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment as it relates to areas of federal
responsibility should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, Foot
of Parker Street, P.O. Box 1000, Dartmouth, Nova Scotia B2Y
3Z8.
St. Stephen, February 21, 2001
PATRICK FITZGERALD
Supervisor
Marine Operations
La société Hy Seas Salmon Ltd. donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et
des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La Hy Seas Salmon Ltd. a, en vertu de
l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches
et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de Charlotte, à St. Stephen (NouveauBrunswick), sous le numéro de dépôt 11775732, une description
de l’emplacement et les plans des installations d’aquaculture de
saumon dans la baie de Fundy, bras de mer Seal Cove, Grand
Manan, en face du lot no 1294271.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement en ce qui
a trait aux compétences fédérales doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, Rue Parker, Case postale 1000, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse) B2Y 3Z8.
St. Stephen, le 21 février 2001
Le superviseur
Activités marines
PATRICK FITZGERALD
[9-1-o]
[9-1-o]
INTERNATIONAL ASSOCIATION OF CHILDREN’S
FUNDS OF NORTH AMERICA
INTERNATIONAL ASSOCIATION OF CHILDREN’S
FUNDS OF NORTH AMERICA
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that the International Association of
Children’s Funds of North America intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its charter, pursuant to the
Canada Corporations Act.
February 21, 2001
GEORGE A. COHON
President
Avis est par les présentes donné que la International Association of Children’s Funds of North America demandera au ministre
de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu de la
Loi sur les corporations canadiennes.
Le 21 février 2001
Le président
GEORGE A. COHON
[9-1-o]
[9-1-o]
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
713
CITY OF KAWARTHA LAKES
CITY OF KAWARTHA LAKES
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The City of Kawartha Lakes hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans
under the Navigable Waters Protection Act for approval of the
plans and site of the work described herein. Under section 9 of the
said Act, the City of Kawartha Lakes has deposited with the
Minister of Fisheries and Oceans, and in the office of the District
Registrar of the Land Registry District of Kawartha Lakes, at
Lindsay, Ontario, under deposit number 379008, a description of
the site and plans of the Monroe Bridge replacement over Canal
Lake, in part of Lot 32, Concession 4, in the Geographic Township of Carden, on County Road 33.
La City of Kawartha Lakes donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et
des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La City of Kawartha Lakes a, en vertu de
l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et
des Océans, et au bureau de la publicité des droits du district
d’enregistrement de Kawartha Lakes, à Lindsay (Ontario), sous le
numéro de dépôt 379008, une description de l’emplacement et les
plans des travaux de remplacement du pont Monroe au-dessus du
lac Canal, dans une partie du lot 32, concession 4, canton géographique de Carden, sur le chemin de comté 33.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
Lindsay, February 16, 2001
CITY OF KAWARTHA LAKES
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de la protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
Lindsay, le 16 février 2001
CITY OF KAWARTHA LAKES
[9-1-o]
[9-1]
MUNICIPAL DISTRICT OF OPPORTUNITY
MUNICIPAL DISTRICT OF OPPORTUNITY
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Municipal District of Opportunity hereby gives notice that
an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9
of the said Act, the Municipal District of Opportunity has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the office
of the District Registrar of the Land Registry District of Northern
Alberta, at Edmonton, Alberta, under deposit number 0120586, a
description of the site and plans of the Wabasca River Bridge
repair and deck widening over the Wabasca River, at 27 km
southeast of Wabasca, on Secondary Highway No. 813, in front
of lot No. ISW 25-79-23-W4.
Le Municipal District of Opportunity donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Le Municipal District of Opportunity a,
en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits du
district d’enregistrement de Northern Alberta, à Edmonton (Alberta), sous le numéro de dépôt 0120586, une description de
l’emplacement et les plans de la réfection et de l’élargissement du
tablier du pont Wabasca River au-dessus de la rivière Wabasca, à
27 km au sud-est de Wabasca, sur la route secondaire no 813, en
face du lot ISW 25-79-23, à l’ouest du quatrième méridien.
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment as it relates to areas of federal
responsibility should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
Red Deer, February 22, 2001
EXH ENGINEERING SERVICES LTD.
REINHARD E. KERBER
Professional Engineer
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement en ce qui
a trait aux compétences fédérales doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia
(Ontario) N7T 8B1.
Red Deer, le 22 février 2001
EXH ENGINEERING SERVICES LTD.
L’ingénieur
REINHARD E. KERBER
[9-1-o]
[9-1]
714
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
THE NIPPON FIRE & MARINE INSURANCE COMPANY,
LIMITED
THE NIPPON FIRE & MARINE INSURANCE COMPANY,
LIMITED
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE DÉNOMINATION SOCIALE
Notice is hereby given that The Nippon Fire & Marine Insurance Company, Limited intends to make an application to the
Superintendent of Financial Institutions of Canada, pursuant to
section 576 of the Insurance Companies Act, to change the name
under which it insures risks to NIPPONKOA Insurance Company, Limited.
Toronto, February 19, 2001
MARK B. WEBB
Chief Agent for Canada
Avis est par les présentes donné que The Nippon Fire & Marine Insurance Company, Limited a l’intention de présenter une
demande au surintendant des institutions financières du Canada,
en vertu de l’article 576 de la Loi sur les sociétés d’assurances,
visant à changer la dénomination sociale sous laquelle celle-ci
garantit des riques à NIPPONKOA Insurance Company, Limited.
Toronto, le 19 février 2001
L’agent principal au Canada
MARK B. WEBB
[9-4-o]
[9-4-o]
PRODUCTIONS LICHEN
PRODUCTIONS LICHEN
NOTICE OF DISSOLUTION
AVIS DE DISSOLUTION
Notice is hereby given that the company “Productions Lichen”
will request from the Minister of Industry permission to dissolve.
MARC CAMPAGNA
Administrator
Avis est par les présentes donné que la compagnie « Productions Lichen » demandera au ministre de l’Industrie la permission
de se dissoudre.
Montréal, le 12 février 2001
L’administrateur
MARC CAMPAGNA
[9-1-o]
[9-1-o]
Montréal, February 12, 2001
THE RURAL MUNICIPALITY OF DE SALABERRY
THE RURAL MUNICIPALITY OF DE SALABERRY
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Rural Municipality of De Salaberry hereby gives notice
that an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9
of the said Act, The Rural Municipality of De Salaberry has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the
Winnipeg Land Titles Office, at Winnipeg, Manitoba, under deposit number R1080, a description of the site and plans of a proposed foot bridge over the Rat River at St. Malo, on Beach Road,
between Provincial Trunk Highway No. 59 and the St. Malo Provincial Park.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Superintendent, Navigation Protection Program, Canadian Coast Guard, Department of
Fisheries and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
St-Pierre-Jolys, February 15, 2001
R. W. MUSICK
Chief Administrative Officer
The Rural Municipality of De Salaberry donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. The Rural Municipality of De Salaberry
a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre
des Pêches et des Océans, et au bureau des titres fonciers de Winnipeg, à Winnipeg (Manitoba), sous le numéro de dépôt R1080,
une description de l’emplacement et les plans d’une passerelle
que l’on propose de construire au-dessus de la rivière Rat, à
St. Malo, sur le chemin Beach, entre la route provinciale à grande
circulation no 59 et le parc provincial St. Malo.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Surintendant, Programme de la protection de la navigation,
Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans,
201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
St-Pierre-Jolys, le 15 février 2001
Le directeur municipal
R. W. MUSICK
[9-1-o]
[9-1]
SERB NATIONAL FEDERATION
SERB NATIONAL FEDERATION
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, in accordance with sections 651 and
652 of the Insurance Companies Act, that the Serb National
Avis est par les présentes donné, conformément aux articles 651 et 652 de la Loi sur les sociétés d’assurances, que la
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
715
Any policyholder or certificate holder who opposes such release of assets must file a notice of opposition with the Superintendent of Financial Institutions, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or
before April 30, 2001.
February 5, 2001
JOHN R. MILNES
Chief Agent for Canada
Serb National Federation (la société), laquelle a cessé d’exercer
des affaires au Canada, a l’intention de demander au surintendant
des institutions financières, le 30 avril 2001 ou après cette date, la
libération de son actif au Canada. La société s’est acquittée ou
prend des dispositions pour s’acquitter de toutes ses obligations
au Canada, incluant ses obligations liées aux certificats au
Canada.
Tout titulaire de police ou de certificat qui s’oppose à cette libération doit enregistrer son opposition auprès du Surintendant
des institutions financières, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus
tard le 30 avril 2001.
Le 5 février 2001
L’agent principal au Canada
JOHN R. MILNES
[7-4-o]
[7-4-o]
Federation (the Society), having ceased to carry on business in
Canada, intends to apply to the Superintendent of Financial Institutions for the release of the Society’s assets in Canada on or
after April 30, 2001. The Society has discharged or provided for
the discharge of all of its obligations in Canada, including its liabilities under its certificates in Canada.
STATE STREET TRUST COMPANY CANADA
STATE STREET TRUST COMPANY CANADA
NOTICE OF INTENTION
AVIS D’INTENTION
Notice is hereby given that on completion of the establishment
in Canada of an authorized foreign bank branch of State Street
Bank and Trust Company, to be named State Street, pursuant to
sections 524 and 534 of the Bank Act (Canada), State Street Trust
Company Canada, a trust company under the Trust and Loan
Companies Act, with its head office in Toronto, Ontario, intends
to apply to the Minister of Finance (Canada) for approval of an
agreement of purchase and sale between State Street Bank and
Trust Company and State Street Trust Company Canada, pursuant
to subsection 241(1) of the Trust and Loan Companies Act
(Canada).
Toronto, February 16, 2001
STATE STREET TRUST COMPANY CANADA
Avis est par les présentes donné qu’après l’établissement d’une
succursale de banque étrangère autorisée de la State Street Bank
and Trust Company dont la dénomination sociale sera la State
Street, conformément aux articles 524 et 534 de la Loi sur les
banques (Canada), la State Street Trust Company Canada, une
société de fiducie et de prêt régie par la Loi sur les sociétés de
fiducie et de prêt (Canada) dont le siège social est situé à Toronto
(Ontario), a l’intention de porter sa candidature auprès du ministre des Finances (Canada) en vue d’obtenir l’approbation de la
conclusion d’une entente de vente et d’achat entre la State Street
Bank and Trust Company et la State Street Trust Company Canada, conformément au paragraphe 241(1) de la Loi sur les sociétés
de fiducie et de prêt (Canada).
Toronto, le 16 février 2001
STATE STREET TRUST COMPANY CANADA
[8-4-o]
[8-4-o]
TD MORTGAGE CORPORATION
LA SOCIÉTÉ D’HYPOTHÈQUES TD
CT FINANCIAL SERVICES INC.
SERVICES FINANCIERS CT INC.
LETTERS PATENT OF AMALGAMATION
LETTRES PATENTES DE FUSION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 233(1) of the
Trust and Loan Companies Act (Canada), that TD Mortgage Corporation, having its head office at the Toronto-Dominion Centre,
P.O. Box 1, 55 King Street W, Toronto, Ontario M5K 1A2, and
CT Financial Services Inc., having its head office at the TorontoDominion Centre, P.O. Box 1, 55 King Street W, Toronto, Ontario M5K 1A2, intend to make a joint application to the Minister
of Finance on or after March 19, 2001, for letters patent of amalgamation continuing them as one company under the name TD
Mortgage Corporation, and in French, La Société d’hypothèques
TD.
TD MORTGAGE CORPORATION
CT FINANCIAL SERVICES INC.
Avis est par les présentes donné, conformément au paragraphe 233(1) de la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt (Canada), que la Société d’hypothèques TD, dont le siège social est
situé au Toronto-Dominion Centre, Case postale 1, 55, rue King
Ouest, Toronto (Ontario) M5K 1A2, et Services Financiers CT
Inc., dont le siège social est situé au Toronto-Dominion Centre,
Case postale 1, 55, rue King Ouest, Toronto (Ontario) M5K 1A2,
ont l’intention de faire une demande conjointe au ministre des
Finances, le 19 mars 2001 ou après cette date, pour des lettres
patentes de fusion les prorogeant en une seule société sous la dénomination de La Société d’hypothèques TD et en anglais, TD
Mortgage Corporation.
LA SOCIÉTÉ D’HYPOTHÈQUES TD
SERVICES FINANCIERS CT INC.
[8-4-o]
[8-4-o]
716
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
TORONTO DOMINION LIFE INSURANCE COMPANY
TORONTO DOMINION, COMPAGNIE D’ASSURANCEVIE
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE DÉNOMINATION SOCIALE
In accordance wilth subsection 224(2) of the Insurance Companies Act, notice is hereby given that Toronto Dominion Life
Insurance Company, having its head office in Toronto, intends to
amend its letters patent in accordance with subsection 224(1) of
the said Act, having for object to change the corporate name of
the company from Toronto Dominion Life Insurance Company
and in French, Toronto Dominion, Compagnie d’assurance-vie, to
TD Life Insurance Company and in French, TD, Compagnie
d’assurance-vie.
Toronto, February 5, 2001
JOHN C. POOLMAN
Assistant Secretary
Avis est par les présentes donné, conformément au paragraphe 224(2) de la Loi sur les sociétés d’assurances, que la Toronto
Dominion, Compagnie d’assurance-vie, dont le siège social est
situé à Toronto, a l’intention de modifier ses lettres patentes, conformément au paragraphe 224(1) de ladite loi, en vue de changer
sa dénomination sociale, de Toronto Dominion, Compagnie
d’assurance-vie à TD, Compagnie d’assurance-vie et, en anglais,
de Toronto Dominion Life Insurance Company à TD Life Insurance Company.
Toronto, le 5 février 2001
Le secrétaire adjoint
JOHN C. POOLMAN
[7-4-o]
[7-4-o]
JOHN R. WATKINS
JOHN R. WATKINS
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
John R. Watkins hereby gives notice that an application has
been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
John R. Watkins has deposited with the Minister of Fisheries and
Oceans, and in the town hall of Gaultois, in the Electoral District
of Fortune—Hermitage, at Gaultois, Newfoundland, a description
of the site and plans of a cod aquaculture research cages farm site
in the Northwest Cove of Hermitage Bay, Newfoundland, at
Northwest Cove.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation as it relates to areas of federal responsibility should be
directed, not later than one month from the date of publication of
this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, P.O. Box 5667, St. John’s,
Newfoundland A1C 5X1.
Wesleyville, February 2, 2001
JOHN R. WATKINS
Manager
John R. Watkins donne avis, par les présentes, qu’une demande
a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en
vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ciaprès. John R. Watkins a, en vertu de l’article 9 de ladite loi,
déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans au bureau
municipal de Gaultois dans la circonscription électorale de
Fortune—Hermitage, à Gaultois (Terre-Neuve), une description
de l’emplacement et les plans des installations d’aquaculture servant à la recherche sur l’élevage en cage de la morue, dans la baie
Northwest, baie Hermitage (Terre-Neuve), à Northwest Cove.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime en ce qui a trait aux compétences
fédérales doit être adressée par écrit, dans un délai d’un mois
suivant la date de publication du présent avis, au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des
Océans, Case postale 5667, St. John’s (Terre-Neuve) A1C 5X1.
Wesleyville, le 2 février 2001
Le gérant
JOHN R. WATKINS
[9-1-o]
[9-1]
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Canada Customs and Revenue Agency
Regulations Amending the Income Tax Regulations ...
Industry, Dept. of
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules ..........................................................
Superintendent of Financial Institutions, Office of the
Assessment of Financial Institutions Regulations,
2001.............................................................................
Transport, Dept. of
Regulations Amending the Motor Vehicle Restraint
Systems and Booster Cushions Safety Regulations.
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Lower Universal Anchorage Systems
for Restraint Systems and Booster Cushions) .........
Page
Agence des douanes et du revenu du Canada
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur le
revenu......................................................................
718
726
Affaires étrangères et du Commerce international,
min. des
Décret modifiant la Liste des pays désignés (armes
automatiques) ..........................................................
726
729
Industrie, min. de l’
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite et
l’insolvabilité ..........................................................
729
742
Surintendant des institutions financières, bureau du
Règlement de 2001 sur les cotisations des institutions
financières ...............................................................
742
718
Foreign Affairs and International Trade, Dept. of
Order Amending the Automatic Firearms Country
Control List .............................................................
717
787
751
Transports, min. des
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
ensembles de retenue et des coussins d’appoint
(véhicules automobiles)...........................................
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (dispositifs universels
d’ancrages d’attaches inférieurs des ensembles de
retenue et des coussins d’appoint)...........................
787
751
718
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Regulations Amending the Income Tax Regulations
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur le
revenu
Statutory Authority
Income Tax Act
Fondement législatif
Loi de l’impôt sur le revenu
Sponsoring Agency
Canada Customs and Revenue Agency
Organisme responsable
Agence des douanes et du revenu du Canada
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
Part I of the Income Tax Regulations (the Regulations) provides the rules concerning the amounts to be withheld on account
of tax by a person paying an amount of remuneration. Part I is
being amended for the following reasons:
(1) to update provisions as a result of the 2000 federal budget
and the measures announced in the October 18, 2000, Economic Statement. For example, the Income Tax Act (the “Act”)
provides that the first $500 of scholarship, fellowship and bursary income is not taxable. The 2000 federal budget announced
that this amount would be increased to $3,000. As a result, the
reference to $500 in the definition of “personal credits” in subsection 100(1) of the Regulations is being increased to $3,000
to correspond to the changes in the Act;
(2) various provisions of the Act, that are cross-referenced in
the Regulations, have been restructured. For example, section 146 of the Act, which deals with Registered Retirement
Savings Plans, has been redrafted by grouping all definitions in
subsection (1), as opposed to having them broken down in individual paragraphs. As a result, there was a need to update the
various cross-references in the Regulations;
(3) the calculation of the amount to be withheld by an employer
on a payment in respect of commissions is somewhat different
that the calculation used for other employment income. The
calculation, which is found in the Payroll Deduction Tables issued twice a year by the Canada Customs and Revenue Agency
(the “CCRA”), is not as accurate an indicator of tax payable at
the end of the year as it should be. As a result, the calculation
has been changed to more accurately reflect the person’s potential tax liability at year end;
(4) when a non-periodic payment is made, such as bonuses paid
by employers to employees, the Regulations set out the percentage (either 10 percent, 15 percent, 20 percent or 30 percent,
depending on the amount of the payment) that must be withheld on account of tax. A federal-provincial sharing fraction is
then applied to this amount to determine the federal portion of
the tax withheld. Provincial legislation has a mirror image to
the fraction, to ensure that the total amount to be withheld
by employers is either 10 percent, 15 percent, 20 percent or
30 percent. The federal-provincial sharing fraction takes a variety of factors into account, such as the provincial rate of tax.
Each time a rate is changed, the Regulations must be amended
to change the fraction to take the new rate into account. Although this results in a minor variance in the portion that is remitted on account of federal taxes, the total withholdings on
account of federal-provincial tax remain the same.
Description
La partie I du Règlement de l’impôt sur le revenu (RIR) énonce
les règles concernant les montants que doit retenir au titre de
l’impôt toute personne qui paie un montant de rémunération. La
partie I du RIR est modifiée pour les raisons suivantes :
(1) une mise à jour s’impose par suite du budget fédéral 2000
et des mesures annoncées dans l’énoncé économique du 18 octobre 2000. Par exemple, la Loi de l’impôt sur le revenu (LIR)
prévoit que, dans le revenu constitué de bourses d’études, de
perfectionnement et d’entretien, la première tranche de 500 $
est exonérée d’impôt. Or, le budget fédéral 2000 a annoncé que
le plafond de la tranche exonérée était porté à 3 000 $. Par conséquent, la mention de 500 $ dans la définition de « crédits
d’impôt personnels » donnée au paragraphe 100(1) du RIR est
remplacée par la mention de 3 000 $ pour correspondre aux
modifications apportées à la LIR;
(2) différentes dispositions de la LIR auxquelles le RIR renvoie
ont été réorganisées. Par exemple, l’article 146 de la LIR, qui
porte sur les régimes enregistrés d’épargne-retraite, a été remanié de façon à regrouper au paragraphe (1) toutes les définitions, alors qu’elles étaient auparavant réparties entre différents
paragraphes. Il fallait donc mettre à jour les différents renvois à
ces définitions qui figurent dans le RIR;
(3) le calcul du montant qu’un employeur doit retenir sur un
paiement de commissions diffère quelque peu du calcul à faire
pour les autres genres de revenu d’emploi. Le premier calcul,
qui figure dans les tables de retenues sur la paie que l’Agence
des douanes et du revenu du Canada (ADRC) publie deux fois
par année, ne concorde pas aussi exactement qu’il devrait, à la
fin de l’année, avec l’impôt à payer pour l’ensemble de l’année. Le premier calcul a donc été modifié de façon à correspondre plus exactement à l’obligation fiscale éventuelle du travailleur en fin d’année;
(4) lorsqu’un paiement non périodique est effectué, par exemple lorsqu’un employeur verse une gratification à un employé,
le RIR indique le pourcentage (10 p. 100, 15 p. 100, 20 p. 100
ou 30 p. 100, selon le montant du paiement) qui doit être retenu
au titre de l’impôt. Ensuite, un taux de partage fédéralprovincial est appliqué au montant retenu, pour déterminer la
fraction fédérale de l’impôt retenu. Les lois provinciales prévoient une fraction provinciale symétrique de la fraction fédérale, si bien que le montant total à retenir par l’employeur représente 10 p. 100, 15 p. 100, 20 p. 100 ou 30 p. 100. Le taux
de partage fédéral-provincial est fonction de plusieurs facteurs,
au nombre desquels figure le taux d’imposition provincial.
Chaque fois qu’un taux provincial est modifié, il faut modifier
Le 3 mars 2001
The Regulations are amended by replacing these fractions with
a standard rate applicable for all provinces that have a tax collection agreement with the federal government. In this manner, it
will no longer be necessary to amend the Regulations each year as
a result of provincial rate changes. The rates chosen, 7 percent,
13 percent and 20 percent, were arrived at by making a national
average using the rates of tax from all provinces, and as such
closely equate to the current fractions. For example, where a
lump-sum payment of less than $5,000 is made in Ontario, the
current fraction is 200/273 of 10 percent, or 7.32 percent, as opposed to the new rate of 7 percent.
It is important to note that these percentages are for tax withholding purposes only, and are an approximation of a person’s tax
liability. A person’s tax liability is determined upon filing a tax
return at year end.
Schedule I to the Regulations is also being amended. The
Schedule provides the ranges of remuneration on which source
deductions are made for the various pay periods. The amendments are as a result of the tax rate changes announced in the
Economic Statement and the changes made to Part I dealing with
commission income.
Gazette du Canada Partie I
719
le RIR afin d’obtenir les fractions fédérale et provinciale qui y
correspondent. Cela change légèrement la fraction que l’employeur doit verser au titre des impôts fédéraux, sans modifier
aucunement le pourcentage à retenir au titre du total des impôts
fédéral et provincial.
La modification maintenant apportée au RIR consiste à remplacer les fractions par un taux uniforme à employer pour toutes
les provinces qui sont partie à un accord de perception fiscale
avec le gouvernement fédéral. Ainsi, il ne sera plus nécessaire de
modifier chaque année le RIR pour tenir compte des changements
apportés aux taux provinciaux. Les nouveaux taux uniformes sont
7 p. 100, 13 p. 100 et 20 p. 100; ils ont été établis d’après une
moyenne nationale utilisant les taux d’imposition de toutes les
provinces et ils égalent donc à peu près les fractions actuelles. Par
exemple, lorsqu’un paiement forfaitaire de moins de 5 000 $ est
fait en Ontario, la fraction actuelle est 200/273 de 10 p. 100,
c’est-à-dire 7,32 p. 100, alors que le nouveau taux est 7 p. 100.
Il importe de noter que ces pourcentages servent uniquement
aux retenues d’impôt et ne représentent qu’une approximation de
l’obligation fiscale du bénéficiaire. Celui-ci doit déterminer son
obligation fiscale quand il produit sa déclaration de revenus une
fois l’année terminée.
De plus, l’annexe I du RIR est modifiée. Cette annexe indique
les paliers de rémunération à utiliser pour effectuer les retenues à
la source pour les différentes périodes de paie. Les modifications
à l’annexe découlent des changements visant les taux d’imposition qui sont annoncés dans l’exposé économique et des modifications visant les revenus de commissions qui sont apportées à
la partie I du RIR.
Alternatives
Solutions envisagées
The status quo was considered for some of these measures, especially since issues such as the fractions for the provincial rate of
tax have been in place for a number of years. The status quo was
rejected since it creates an unnecessary burden by having to enact
regulations on a frequent basis simply because of a provincial tax
rate change.
No other alternatives were considered since the Act requires
source deductions from employees’ remuneration to be made in
accordance with rules set out in the Regulations.
Le statu quo a été envisagé pour certaines des mesures décrites,
d’autant plus que certaines questions, notamment celle des fractions liées aux taux provinciaux d’imposition, se posent depuis
plusieurs années. Le statu quo a été rejeté parce qu’il engendre
une charge de travail superflue, en rendant nécessaire de modifier
fréquemment la réglementation du simple fait qu’une province
modifie son taux d’imposition.
Aucune autre solution n’a été envisagée, étant donné que la
LIR exige que les retenues à la source faites sur la rémunération
des employés soient conformes aux règles énoncées dans le RIR.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
These amendments are technical in nature and have no impact
on employers or employees. Employers will continue to withhold
the same percentage of taxes as before. The new rules will, however, save time and resources for government by removing the
necessity of amending regulations each year because of a change
in the provincial rate of taxes.
Les modifications décrites ici sont d’ordre technique et ne touchent d’aucune façon les employeurs ni les employés. Les employeurs continueront de retenir les mêmes pourcentages d’impôt
qu’auparavant. Par contre, les nouvelles règles épargneront du
temps et des ressources au gouvernement fédéral, qui n’aura plus
à modifier chaque année des dispositions d’un règlement pour
tenir compte des modifications subies par les taux d’imposition
provinciaux.
Consultation
Consultations
No consultation took place as these amendments are either
purely technical, such as the changes to the references, or they are
required under existing provisions of the Act, such as the amendments to the withholding rates.
Aucune consultation n’a été effectuée, car les modifications
sont soit purement techniques (par exemple les changements dans
les renvois), soit nécessaires en vertu de dispositions en vigueur
de la LIR (par exemple les modifications des taux de retenue).
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The CCRA administers the collection of source deductions and
ensures that they are made in accordance with tables prepared
according to the rules set out in the Regulations. The Act contains
penalty provisions if source deductions are not made as required.
L’ADRC perçoit et traite les sommes retenues à la source et
elle s’assure qu’elles sont conformes aux tables établies suivant
les règles énoncées dans le RIR. La LIR prévoit des pénalités
pour les cas où les retenues à la source ne sont pas effectuées ou
versées comme il se doit.
720
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Contact
Personne-ressource
Mr. Richard Montroy, Legislative Policy Division, Canada
Customs and Revenue Agency, Place de Ville, Tower A,
22nd Floor, 320 Queen Street, Ottawa, Ontario K1A 0L5, (613)
957-2083.
Monsieur Richard Montroy, Division de la politique législative,
Agence des douanes et du revenu du Canada, Place de Ville,
Tour A, 22e étage, 320, rue Queen, Ottawa (Ontario) K1A 0L5,
(613) 957-2083.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to section 221a of the Income Tax Actb, proposes to make the annexed Regulations Amending the Income Tax Regulations.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’article 221a de la Loi de l’impôt sur le revenub, se propose de
prendre le Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur le
revenu, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les 30 jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
Partie I, ainsi que la date de publication du présent avis, et
d’envoyer le tout à Richard Montroy, Chef, Section des règlements et des remises, Division de la politique législative, Direction générale de la politique et de la législation, Agence des
douanes et du revenu du Canada, 320, rue Queen, 22e étage,
Tour A, Place de Ville, Ottawa (Ontario), K1A 0L5.
Ils doivent également y indiquer, d’une part, lesquelles des observations peuvent être divulguées en vertu de la Loi sur l’accès à
l’information et, d’autre part, lesquelles sont soustraites à la divulgation en vertu de cette loi, notamment en vertu des articles 19
et 20, en précisant les motifs et la période de non-divulgation.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and
be addressed to Richard Montroy, Chief, Regulations and Remissions Section, Legislative Policy Division, Policy and Legislation
Branch, Canada Customs and Revenue Agency, 320 Queen
Street, 22nd Floor, Tower A, Place de Ville, Ottawa, Ontario,
K1A 0L5.
Each representation should stipulate those parts of it that
should not be disclosed pursuant to the Access to Information Act,
in particular pursuant to sections 19 and 20 of that Act, the reason
why those parts should not be disclosed and the period during
which they should remain undisclosed. The representations
should also stipulate the parts of the representations for which
there is consent to disclosure pursuant to the Access to Information Act.
Ottawa, February 22, 2001
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
Ottawa, le 22 février 2001
Le greffier adjoint du Conseil privé,
MARC O’SULLIVAN
REGULATIONS AMENDING THE
INCOME TAX REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE
L’IMPÔT SUR LE REVENU
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definition “personal credits” in subsection 100(1)
of the Income Tax Regulations1 is replaced by the following:
“personal credits” means, in respect of a particular taxation year,
the greater of
(a) the amount referred to in paragraph 118(1)(c) of the Act,
and
(b) the aggregate of the credits which the employee would be
entitled to claim for the year under
(i) subsections 118(1), (2) and (3) of the Act if the description of A in those subsections were read as “is equal
to one”,
(ii) subsections 118.3(1) and (2) of the Act if the description of A in subsection 118.3(1) of the Act were read as
“is equal to one” and if subsection 118.3(1) of the Act
were read without reference to paragraph (c) thereof,
(iii) subsections 118.5(1) and 118.6(2) of the Act if subsection 118.5(1) of the Act were read without reference to
1. (1) La définition de « crédits d’impôt personnels », au
paragraphe 100(1) du Règlement de l’impôt sur le revenu1, est
remplacée par ce qui suit :
« crédits d’impôt personnels » Relativement à une année
d’imposition, le plus élevé des montants suivants :
a) le montant visé à l’alinéa 118(1)c) de la Loi;
b) le total des crédits auxquels l’employé aurait droit pour
l’année en vertu des dispositions suivantes :
(i) les paragraphes 118(1), (2) et (3) de la Loi, si « le taux
de base pour l’année » était remplacé par « un »,
(ii) les paragraphes 118.3(1) et (2) de la Loi, si le paragraphe 118.3(1) de la Loi était interprété sans égard à son alinéa c) et si « le taux de base pour l’année » était remplacé
par « un »,
(iii) les paragraphes 118.5(1) et 118.6(2) de la Loi, si le
paragraphe 118.5(1) de la Loi était interprété sans égard à
la mention « le produit de la multiplication du taux de
———
———
a
a
b
1
S.C. 2000, c. 12, s. 142 (Sch. 2, par. 1(z.34))
R.S., c. 1 (5th Supp.)
C.R.C., c. 945
b
1
L.C. 2000, ch. 12, art. 142, ann. 2, al. 1z.34)
L.R., ch. 1 (5e suppl.)
C.R.C., ch. 945
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
“the product obtained when the appropriate percentage for
the year is multiplied by” and the description of A in subsection 118.6(2) of the Act were read as “is equal to one”,
and after deducting from the aggregate of the amounts
determined under those subsections the excess over
$3,000 of the aggregate of amounts that the employee
claims to expect to receive in the year on account of a
scholarship, fellowship or bursary,
(iv) section 118.8 of the Act if the formula A + B − C in
that section were read as
(A + B) / C
where
A is the value of A in that section,
B is the value of B in that section, and
C is the appropriate percentage for the year.
(v) section 118.9 of the Act if the formula A − B in section 118.81 of the Act were read as
A/B
where
A is the value of A set out in that section, and
B is the appropriate percentage for the year.
(2) The portion of paragraph (i) of the definition “remuneration” in subsection 100(1) of the Regulations before subparagraph (i) is replaced by the following:
(i) a payment made during the lifetime of an annuitant referred
to in the definition “annuitant” in subsection 146(1) of the Act
out of or under a registered retirement savings plan of that annuitant, other than
(3) Subsection 100(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Where the amount of any credit referred to in paragraph (a)
or (b) of the definition “personal credits” in subsection (1) is
subject to an annual adjustment under section 117.1 of the Act,
such amount shall, in a particular taxation year, be subject to
that annual adjustment.
2. (1) Paragraph 102(1)(d) of the Regulations is replaced by
the following:
(d) if the employee is not resident in Canada at the time of the
payment, no personal credits will be allowed for the purposes
of this subsection and, if the employee is resident in Canada at
the time of the payment, the employee’s personal credits for the
year are deemed to be the mid-point of the range of amounts of
personal credits for a taxation year as provided for in section 2
of Schedule I;
(2) Paragraph 102(1)(f) of the Regulations is replaced by
the following:
(f) the amount determined in accordance with paragraph (e)
shall be increased by, where applicable, the tax as determined
under subsection 120(1) of the Act;
(3) Paragraphs 102(2)(c) to (h) of the Regulations are replaced by the following:
(c) an employee’s “estimated annual taxable income” shall be
determined by using the formula
A−B
where
A is the amount of that employee’s total remuneration in respect of the year as recorded by the employee on the form
referred to in subsection 107(2), and
721
base pour l’année par » et si « le taux de base pour l’année » était remplacé par « un » au paragraphe 118.6(2) de
la Loi, après avoir soustrait de l’ensemble des montants
déterminés selon ces paragraphes la fraction en sus de
3 000 $ du total des montants que l’employé s’attend à recevoir, pendant l’année, à titre de bourse d’études ou de
bourse de perfectionnement (fellowship),
(iv) l’article 118.8 de la Loi, si la formule A + B − C figurant à cet article était remplacée par la formule suivante :
(A + B) / C
où :
A représente la valeur de l’élément A figurant à cet
article,
B la valeur de l’élément B figurant à cet article,
C le taux de base pour l’année,
(v) l’article 118.9 de la Loi, si la formule A − B figurant à
l’article 118.81 était remplacée par la formule suivante :
A/B
où :
A représente la valeur de l’élément A figurant à cet
article,
B le taux de base pour l’année.
(2) Le passage de l’alinéa i) de la définition de « rémunération », au paragraphe 100(1) du même règlement précédant le
sous-alinéa (i), est remplacé par ce qui suit :
i) un paiement versé durant la vie d’un rentier visé à la définition de « rentier », au paragraphe 146(1) de la Loi, qui est prévu par un régime enregistré d’épargne-retraite de ce rentier ou
en provient, sauf :
(3) Le paragraphe 100(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Le montant de tout crédit d’impôt visé aux alinéas a) ou b)
de la définition de « crédits d’impôt personnels », au paragraphe (1), qui est assujetti à un rajustement annuel en vertu de
l’article 117.1 de la Loi est, dans une année d’imposition donnée, assujetti à ce rajustement annuel.
2. (1) L’alinéa 102(1)d) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
d) si l’employé ne réside pas au Canada à la date du paiement,
aucun crédit d’impôt personnel n’est admis pour l’application
du présent paragraphe et, si l’employé réside au Canada à la
date du paiement, ses crédits d’impôt personnels pour l’année
correspondent, s’ils sont compris dans un palier de montants
prévu à l’article 2 de l’annexe I, au point milieu de ce palier;
(2) L’alinéa 102(1)f) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
f) le montant calculé selon l’alinéa e) est augmenté, s’il y a
lieu, de l’impôt tel qu’il est prévu au paragraphe 120(1) de la
Loi;
(3) Les alinéas 102(2)c) à h) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
c) le montant du revenu imposable annuel estimé de cet employé est déterminé selon la formule suivante :
A−B
où
A représente le montant de la rémunération totale de cet employé pour l’année comme il l’a inscrit sur la formule visée
au paragraphe 107(2);
722
Canada Gazette Part I
B is the amount of that employee’s expenses in respect of the
year as recorded by that employee on that form;
(d) if the employee is not resident in Canada at the time of the
payment, no personal credits will be allowed for the purposes
of this subsection and if the employee is resident in Canada at
the time of the payment, the employee’s personal credits for the
year shall be the total claim amount as recorded by that employee on the return for the year referred to in subsection 107(1);
(e) an amount (in this subsection referred to as the “notional tax
for the year”) shall be calculated in respect of that employee by
using the formula
C − [(D + E + F) × G] + H − I
where
C is the amount of tax payable for the year, calculated as if
that amount of tax were computed under subsection 117(2)
of the Act and adjusted annually pursuant to section 117.1
of the Act, on the amount determined under paragraph (c) as
if that amount represented the employee’s amount taxable
for that year,
D is the amount determined in accordance with paragraph (d),
E is the amount determined in the description of A in paragraph (c) multiplied by the employee’s premium rate for the
year under the Employment Insurance Act, not exceeding
the maximum amount of the premiums payable by the employee for the year under that Act,
F is the amount determined in the description of A in paragraph (c) less the amount for the year determined under
section 20 of the Canada Pension Plan multiplied by the
employee’s contribution rate for the year under that Act or
under a provincial pension plan as defined in section 3 of
that Act, not exceeding the maximum amount of such contributions payable by the employee for the year under the
plan,
G s the appropriate percentage for the year,
H is, where applicable, the tax as determined under subsection 120(1) of the Act,
I is, where the amount of total remuneration for the year is
income earned in the Province of Quebec, an amount equal
to the aggregate of
(i) the amount that would be deemed to have been paid
under subsection 120(2) of the Act with respect to the employee if the notional tax for the year for the employee
were determined without reference to the elements H, I
and J in this formula and if that tax were that employee’s
tax payable under Part I of the Act for that year, as if there
were no other source of income or loss for the year, and
(ii) the amount by which the amount referred to in subparagraph (i) is increased by virtue of section 27 of the
Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act;
(f) the employee’s notional rate of tax for a year is calculated
by dividing the amount determined under paragraph (e) by the
amount referred to in the description of A in paragraph (c) in
respect of that employee and expressed as a decimal fraction
rounded to the nearest hundredth, or where the third digit is
equidistant from two consecutive one-thousandths, to the
higher thereof;
(g) the amount to be deducted or withheld in respect of any
payment made to that employee shall be determined by multiplying the payment by the appropriate decimal fraction determined pursuant to paragraph (f).
March 3, 2001
B le montant des dépenses de l’employé pour l’année comme
il l’a inscrit sur cette formule;
d) l’employé qui ne réside pas au Canada à la date du paiement
n’a droit à aucun crédit d’impôt personnel aux termes du présent paragraphe et les crédits d’impôt personnels pour l’année
de l’employé qui réside au Canada à la date du paiement correspondent au montant total de la demande pour l’année, tel
qu’il l’a inscrit sur la déclaration visée au paragraphe 107(1);
e) un montant (appelé « impôt conceptuel pour l’année » au
présent paragraphe) est calculé pour l’employé selon la formule
suivante :
C − [(D + E + F) × G] + H − I
où :
C représente le montant de l’impôt payable pour l’année, calculé comme s’il était établi selon le paragraphe 117(2) de la
Loi et rajusté annuellement conformément à l’article 117.1
de la Loi, sur le montant déterminé selon l’alinéa c), comme
si ce montant représentait son montant imposable pour
l’année;
D le montant déterminé selon l’alinéa d);
E le produit de la multiplication du montant correspondant à
l’élément A de la formule figurant à l’alinéa c) par le taux
de cotisation de l’employé pour l’année payable aux termes
de la Loi sur l’assurance-emploi, jusqu’à concurrence du
montant maximum des cotisations payables par l’employé
pour l’année aux termes de cette loi;
F la différence entre le montant correspondant à l’élément A
de la formule figurant à l’alinéa c) et le montant pour
l’année déterminé selon l’article 20 du Régime de pensions
du Canada, multipliée par le taux de cotisation de
l’employé pour l’année payable aux termes de cette loi ou
d’un régime provincial de pensions au sens de l’article 3 de
la même loi, jusqu’à concurrence du montant maximum des
cotisations payables par l’employé pour l’année aux termes
de ce régime;
G le taux de base pour l’année;
H l’impôt prévu au paragraphe 120(1) de la Loi, s’il y a lieu;
I si la rémunération totale pour l’année est un revenu gagné
dans la province de Québec, le montant égal au total des
montants suivants :
(i) la somme qui serait réputée payée aux termes du paragraphe 120(2) de la Loi à l’égard de l’employé si son impôt conceptuel pour l’année était calculé sans égard aux
éléments H, I et J de la présente formule et si cet impôt
représentait son impôt à payer pour l’année aux termes de
la partie I de la Loi, comme s’il n’y avait aucune autre
source de revenu ni autre perte pour l’année,
(ii) le montant de la majoration appliquée au montant visé
au sous-alinéa (i) aux termes de l’article 27 de la Loi sur
les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et
les provinces;
f) le taux conceptuel d’impôt de l’employé pour une année est
obtenu par la division du montant déterminé à l’alinéa e) par le
montant correspondant à l’élément A de la formule figurant à
l’alinéa c) qui s’applique à l’employé et est exprimé en une
fraction décimale arrêtée à la deuxième décimale, les résultats
ayant au moins cinq en troisième décimale étant arrondis à la
deuxième décimale supérieure;
g) le montant à déduire ou à retenir à l’égard de tout paiement
versé à cet employé est déterminé par la multiplication du
paiement par la fraction décimale appropriée déterminée selon
l’alinéa f).
Le 3 mars 2001
3. (1) Paragraphs 103(1)(a) to (n) of the Regulations are replaced by the following:
(a) in any province, 10 per cent, or
(b) in Canada beyond the limits of any province or outside
Canada, 15 per cent,
(2) Subparagraphs 103(4)(a)(i) to (xiv) of the Regulations
are replaced by the following:
(i) in Quebec, 5 per cent,
(ii) in any other province, 7 per cent, or
(iii) in Canada beyond the limits of any province or outside
Canada, 10 per cent,
(3) Subparagraphs 103(4)(b)(i) to (xiv) of the Regulations
are replaced by the following:
(i) in Quebec, 10 per cent,
(ii) in any other province, 13 per cent, or
(iii) in Canada beyond the limits of any province or outside
Canada, 20 per cent,
(4) Subparagraphs 103(4)(c)(i) to (xiv) of the Regulations
are replaced by the following:
(i) in Quebec, 15 per cent,
(ii) in any other province, 20 per cent, or
(iii) in Canada beyond the limits of any province or outside
Canada, 30 per cent,
(5) Paragraphs 103(5)(b) and (c) of the Regulations are replaced by the following:
(b) where the payment exceeds the amount referred to in paragraph (a) but does not exceed $61,509, $727;
(c) where the payment exceeds $61,509 but does not exceed
$100,000, $615; and
(d) where the payment exceeds $100,000, $552.
(6) The portion of paragraph 103(6)(c) of the Regulations
before subparagraph (i) is replaced by the following:
(c) a payment made during the lifetime of an annuitant referred
to in the definition “annuitant” in subsection 146(1) of the Act
out of or under a registered retirement savings plan of that annuitant, other than
(7) Paragraph 103(6)(d.1) of the Regulations is replaced by
the following:
(d.1) a payment made during the lifetime of an annuitant referred to in the definition “annuitant” in subsection 146.3(1) of
the Act under a registered retirement income fund of that annuitant, other than a payment to the extent that it is in respect
of the minimum amount (within the meaning assigned by subsection 146.3(1) of the Act) under the fund for a year,
4. Subsection 104(1) of the Regulations is repealed.
5. Subsection 106(1) of the Regulations is amended by
adding the word “or” at the end of paragraph (a) and by repealing paragraphs(c) and (d).
6. Subsection 107(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Notwithstanding subsection (1), where, in a year, an employee receives payments in respect of commissions or in respect
of commissions and salary or wages, and the employee elects to
file a prescribed form for the year in addition to the return referred to in that subsection, that form shall be filed with the employee’s continuing employer on or before January 31 of that year
and, where applicable, within one month after the employee
commences employment with a new employer or within one
month after the date on which a change occurs that may reasonably be expected to result in a substantial change in the employee’s
Gazette du Canada Partie I
723
3. (1) Les alinéas 103(1)a) à n) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
a) dans une province, 10 ,
b) au Canada au-delà des limites d’une province ou à
l’extérieur du Canada, 15 ,
(2) Les sous-alinéas 103(4)a)(i) à (xiv) du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
(i) au Québec, 5 ,
(ii) dans une autre province, 7 ,
(iii) au Canada au-delà des limites d’une province ou à
l’extérieur du Canada, 10 ,
(3) Les sous-alinéas 103(4)b)(i) à (xiv) du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
(i) au Québec, 10 ,
(ii) dans une autre province, 13 ,
(iii) au Canada au-delà des limites d’une province ou à l’extérieur du Canada, 20 ,
(4) Les sous-alinéas 103(4)c)(i) à (xiv) du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
(i) au Québec, 15 ,
(ii) dans une autre province, 20 ,
(iii) au Canada au-delà des limites d’une province ou à l’extérieur du Canada, 30 ,
(5) Les alinéas 103(5)b) et c) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
b) de 727 $, si le paiement dépasse le montant visé à l’alinéa a)
mais ne dépasse pas 61 509 $;
c) de 615 $, si le paiement dépasse 61 509 $ mais ne dépasse
pas 100 000 $;
d) de 552 $, si le paiement dépasse 100 000 $.
(6) Le passage de l’alinéa 103(6)c) du même règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
c) un paiement versé durant la vie d’un rentier visé à la définition de « rentier », au paragraphe 146(1) de la Loi, qui est prévu par un régime enregistré d’épargne-retraite de ce rentier ou
en provient, sauf :
(7) L’alinéa 103(6)d.1) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
d.1) un paiement versé durant la vie d’un rentier visé à la définition de « rentier », au paragraphe 146.3(1) de la Loi, dans le
cadre d’un fonds enregistré de revenu de retraite de celui-ci, à
l’exclusion d’un montant versé au titre du minimum — visé à
la définition de « minimum » au paragraphe 146.3(1) de la Loi
— à retirer de ce fonds pour une année;
4. Le paragraphe 104(1) du même règlement est abrogé.
5. Les alinéas 106(1)c) et d) du même règlement sont
abrogés.
6. Le paragraphe 107(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Malgré le paragraphe (1), si, dans une année, un employé
reçoit des paiements à l’égard de commissions ou à l’égard de
commissions et d’un traitement ou de commissions et d’un salaire, et qu’il choisit de produire, pour une année, une formule
prescrite en plus de la déclaration prévue à ce paragraphe, cette
formule doit être produite auprès de son employeur permanent au
plus tard le 31 janvier de l’année et, s’il y a lieu, au plus tard un
mois après avoir commencé à travailler pour un nouvel employeur ou au plus tard un mois après la date à laquelle survient un changement qui peut raisonnablement entraîner un
724
Canada Gazette Part I
estimated total remuneration for the year or estimated deductions
for the year.
7. Paragraphs 1(b) to (h) of Schedule I to the Regulations
are replaced by the following:
(b) in respect of a weekly pay period, the ranges of remuneration shall commence at $149 and increase in increments of
(i) $2 for each range up to and including $256.99,
(ii) $4 for each range from $257 to $476.99,
(iii) $8 for each range from $477 to $916.99,
(iv) $12 for each range from $917 to $1,576.99,
(v) $16 for each range from $1,577 to $2,456.99, and
(vi) $20 for each range from $2,457 to $3,556.99;
(c) in respect of a bi-weekly pay period, the ranges of remuneration shall commence at $298 and increase in increments of
(i) $4 for each range up to and including $513.99,
(ii) $8 for each range from $514 to $953.99,
(iii) $16 for each range from $954 to $1,833.99,
(iv) $24 for each range from $1,834 to $3,153.99,
(v) $32 for each range from $3,154 to $4,913.99, and
(vi) $40 for each range from $4,914 to $7,113.99;
(d) in respect of a semi-monthly pay period, the ranges of remuneration shall commence at $322 and increase in increments
of
(i) $4 for each range up to and including $537.99,
(ii) $8 for each range from $538 to $977.99,
(iii) $18 for each range from $978 to $1,967.99,
(iv) $26 for each range from $1,968 to $3,397.99,
(v) $34 for each range from $3,398 to $5,267.99, and
(vi) $44 for each range from $5,268 to $7,687.99;
(e) in respect of 12 monthly pay periods, the ranges of remuneration shall commence at $644 and increase in increments of
(i) $8 for each range up to and including $1,075.99,
(ii) $18 for each range from $1,076 to $2,065.99,
(iii) $34 for each range from $2,066 to $3,935.99,
(iv) $52 for each range from $3,936 to $6,795.99,
(v) $70 for each range from $6,796 to $10,645.99, and
(vi) $86 for each range from $10,646 to $15,375.99;
(f) in respect of 10 monthly pay periods, the ranges of remuneration shall commence at $773 and increase in increments of
(i) $10 for each range up to and including $1,312.99,
(ii) $20 for each range from $1,313 to $2,412.99,
(iii) $42 for each range from $2,413 to $4,722.99,
(iv) $62 for each range from $4,723 to $8,132.99,
(v) $84 for each range from $8,133 to $12,752.99, and
(vi) $104 for each range from $12,753 to $18,472.99;
(g) in respect of four-week pay periods, the ranges of remuneration shall commence at $594 and increase in increments of
(i) $8 for each range up to and including $1,025.99,
(ii) $16 for each range from $1,026 to $1,905.99,
(iii) $32 for each range from $1,906 to $3,665.99,
(iv) $48 for each range from $3,666 to $6,305.99,
(v) $64 for each range from $6,306 to $9,825.99, and
(vi) $80 for each range from $9,826 to $14,225.99; and
(h) in respect of 22 pay periods per annum, the ranges of remuneration shall commence at $351 and increase in increments of
(i) $5 for each range up to and including $620.99,
(ii) $10 for each range from $621 to $1,170.99,
(iii) $18 for each range from $1,171 to $2,160.99,
March 3, 2001
changement important de sa rémunération totale estimative pour
l’année ou de ses déductions estimatives pour l’année.
7. Les alinéas 1b) à h) de l’annexe I du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
b) à l’égard d’une période de paie d’une semaine, les paliers de
rémunération commencent à 149 $ et augmentent par tranches
de :
(i) 2 $ pour chaque palier jusqu’à 256,99 $,
(ii) 4 $ pour chaque palier de 257 $ à 476,99 $,
(iii) 8 $ pour chaque palier de 477 $ à 916,99 $,
(iv) 12 $ pour chaque palier de 917 $ à 1 576,99 $,
(v) 16 $ pour chaque palier de 1 577 $ à 2 456,99 $,
(vi) 20 $ pour chaque palier de 2 457 $ à 3 556,99 $;
c) à l’égard d’une période de paie de deux semaines, les paliers
de rémunération commencent à 298 $ et augmentent par tranches de :
(i) 4 $ pour chaque palier jusqu’à 513,99 $,
(ii) 8 $ pour chaque palier de 514 $ à 953,99 $,
(iii) 16 $ pour chaque palier de 954 $ à 1 833,99 $,
(iv) 24 $ pour chaque palier de 1 834 $ à 3 153,99 $,
(v) 32 $ pour chaque palier de 3 154 $ à 4 913,99 $,
(vi) 40 $ pour chaque palier de 4 914 $ à 7 113,99 $;
d) à l’égard d’une période de paie semi-mensuelle, les paliers
de rémunération commencent à 322 $ et augmentent par tranches de :
(i) 4 $ pour chaque palier jusqu’à 537,99 $,
(ii) 8 $ pour chaque palier de 538 $ à 977,99 $,
(iii) 18 $ pour chaque palier de 978 $ à 1 967,99 $,
(iv) 26 $ pour chaque palier de 1 968 $ à 3 397,99 $,
(v) 34 $ pour chaque palier de 3 398 $ à 5 267,99 $,
(vi) 44 $ pour chaque palier de 5 268 $ à 7 687,99 $;
e) à l’égard de 12 périodes de paie d’un mois, les paliers de
rémunération commencent à 644 $ et augmentent par tranches
de :
(i) 8 $ pour chaque palier jusqu’à 1 075,99 $,
(ii) 18 $ pour chaque palier de 1 076 $ à 2 065,99 $,
(iii) 34 $ pour chaque palier de 2 066 $ à 3 935,99 $,
(iv) 52 $ pour chaque palier de 3 936 $ à 6 795,99 $,
(v) 70 $ pour chaque palier de 6 796 $ à 10 645,99 $,
(vi) 86 $ pour chaque palier de 10 646 $ à 15 375,99 $;
f) à l’égard de 10 périodes de paie d’un mois, les paliers de rémunération commencent à 773 $ et augmentent par tranches
de :
(i) 10 $ pour chaque palier jusqu’à 1 312,99 $,
(ii) 20 $ pour chaque palier de 1 313 $ à 2 412,99 $,
(iii) 42 $ pour chaque palier de 2 413 $ à 4 722,99 $,
(iv) 62 $ pour chaque palier de 4 723 $ à 8 132,99 $,
(v) 84 $ pour chaque palier de 8 133 $ à 12 752,99 $,
(vi) 104 $ pour chaque palier de 12 753 $ à 18 472,99 $;
g) à l’égard de périodes de paie de quatre semaines, les paliers
de rémunération commencent à 594 $ et augmentent par tranches de :
(i) 8 $ pour chaque palier jusqu’à 1 025,99 $,
(ii) 16 $ pour chaque palier de 1 026 $ à 1 905,99 $,
(iii) 32 $ pour chaque palier de 1 906 $ à 3 665,99 $,
(iv) 48 $ pour chaque palier de 3 666 $ à 6 305,99 $,
(v) 64 $ pour chaque palier de 6 306 $ à 9 825,99 $,
(vi) 80 $ pour chaque palier de 9 826 $ à 14 225,99 $;
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
(iv) $28 for each range from $2,161 to $3,700.99,
(v) $38 for each range from $3,701 to $5,790.99, and
(vi) $48 for each range from $5,791 to $8,430.99.
725
8. Sections 2 and 3 of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
2. For the purposes of paragraph 102(1)(d), the mid-point of
the range of amount of personal credits for a taxation year shall
be as follows:
(a) from $0 to $7,412, $7,412;
(b) from $7,412.01 to $9,056, $8,234;
(c) from $9,056.01 to $10,700, $9,878;
(d) from $10,700.01 to $12,344, $11,522;
(e) from $12,344.01 to $13,988, $13,166;
(f) from $13,988.01 to $15,632, $14,810;
(g) from $15,632.01 to $17,276, $16,454;
(h) from $17,276.01 to $18,920, $18,098;
(i) from $18,920.01 to $20,564, $19,742;
(j) from $20,564.01 to $22,208, $21,386; and
(k) for amounts in excess of $22,208, the amount of the personal credits.
h) à l’égard de 22 périodes de paie par année, les paliers de rémunération commencent à 351 $ et augmentent par tranches
de :
(i) 5 $ pour chaque palier jusqu’à 620,99 $,
(ii) 10 $ pour chaque palier de 621 $ à 1 170,99 $,
(iii) 18 $ pour chaque palier de 1 171 $ à 2 160,99 $,
(iv) 28 $ pour chaque palier de 2 161 $ à 3 700,99 $,
(v) 38 $ pour chaque palier de 3 701 $ à 5 790,99 $,
(vi) 48 $ pour chaque palier de 5 791 $ à 8 430,99 $.
8. Les articles 2 et 3 de l’annexe I du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
2. Pour l’application de l’alinéa 102(1)d), le point milieu des
paliers de montants des crédits d’impôt personnels pour l’année
est établi comme suit :
a) de 0 $ à 7 412 $, 7 412 $;
b) de 7 412,01 $ à 9 056 $, 8 234 $;
c) de 9 056,01 $ à 10 700 $, 9 878 $;
d) de 10 700,01 $ à 12 344 $, 11 522 $;
e) de 12 344,01 $ à 13 988 $, 13 166 $;
f) de 13 988,01 $ à 15 632 $, 14 810 $;
g) de 15 632,01 $ à 17 276 $, 16 454 $;
h) de 17 276,01 $ à 18 920 $, 18 098 $;
i) de 18 920,01 $ à 20 564 $, 19 742 $;
j) de 20 564,01 $ à 22 208 $, 21 386 $;
k) pour les montants qui excèdent 22 208 $, le montant des crédits d’impôt personnels.
APPLICATION
APPLICATION
9. Sections 1 to 8 apply to the 2001 and subsequent taxation
years.
9. Les articles 1 à 8 s’appliquent aux années d’imposition
2001 et suivantes.
[9-1-o]
[9-1-o]
726
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Order Amending the Automatic Firearms Country
Control List
Décret modifiant la Liste des pays désignés (armes
automatiques)
Statutory Authority
Export and Import Permits Act
Fondement législatif
Loi sur les licences d’exportation et d’importation
Sponsoring Department
Department of Foreign Affairs and International Trade
Ministère responsable
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
The Export and Import Permits Act (EIPA) places tight controls on exports of automatic firearms from Canada by limiting
the export of prohibited firearms to those countries included on
the Automatic Firearms Country Control List (AFCCL). Such
controls are in keeping with Canada’s traditional strict policy for
controlling exports of military goods. They are also fully consistent with Canada’s program of action to prevent destabilizing
concentrations of conventional weapons and to promote greater
transparency in the international trade of such goods.
Description
La Loi sur les licences d’exportation et d’importation (LLEI)
impose un contrôle strict sur les exportations d’armes automatiques du Canada en limitant l’exportation d’armes prohibées et en
l’autorisant uniquement vers les pays figurant sur la Liste des
pays désignés (armes automatiques) [LPDAA]. Ce contrôle est
conforme à la politique traditionnelle stricte du Canada en matière
de contrôle d’exportation de produits militaires, et au programme
d’action du Canada visant à empêcher l’accumulation d’armes
classiques à caractère déstabilisateur et à encourager la transparence dans le commerce de celles-ci à l’échelle internationale.
Une modification apportée à la LLEI en 1991 a donné au ministre des Affaires étrangères le pouvoir discrétionnaire de délivrer des licences d’exportation au gouvernement des pays inscrits
sur la LPDAA ou au consignataire qu’il a autorisé. À ce jour,
treize pays sont inscrits sur la LPDAA et une condition préalable
à l’inscription est d’avoir conclu avec le Canada un arrangement
intergouvernemental en matière de défense, de recherche et développement et de production.
Le Botswana est un membre du Commonwealth bien gouverné
et relativement riche. Il présente un bon dossier en matière des
droits de la personne et il a de bonnes relations avec ses voisins.
Par conséquent, on a jugé en 1995 que le Botswana pouvait sans
problème recevoir des surplus d’avions canadiens CF-5 désignés
excédentaires et que ce genre et ce nombre d’avions aideraient le
Botswana à satisfaire ses besoins légitimes en matière de défense.
En tout, dix-huit avions ont été livrés au Botswana entre 1996 et
1999 par Bristol Aerospace, en qualité de mandataire du ministère
de la Défense nationale (MDN). Comme il se doit d’un fournisseur fiable, le Canada s’est engagé à entretenir ces avions et à
prendre les mesures nécessaires pour remplir cet engagement. Par
conséquent, le Canada signait un protocole d’entente sur la coopération industrielle en matière de défense avec le Botswana, le
15 novembre 1999. En ce qui concerne l’équipement de soutien
qui doit être fourni au Botswana, on peut mentionner les pièces et
accessoires des CF-5 excédentaires du MDN, notamment des
canons d’avions de 20 mm. Avant de pouvoir exporter ceux-ci
légalement au Botswana, ce pays doit être ajouté à la LPDAA.
An amendment to the EIPA in 1991 gave the Minister of Foreign Affairs the discretion to issue permits for exports of automatic firearms to the government, or to a government approved
consignee, of a country listed on the AFCCL. To date, thirteen
countries are on the AFCCL, a precondition being the conclusion
of an intergovernmental defence, research, development and production arrangement with Canada prior to inclusion on the list.
Botswana is a well-governed and relatively wealthy Commonwealth member with a good human rights record, and good relations with its neighbours. It was therefore judged, in 1995, that
Botswana would be a suitable destination for surplus Canadian
CF-5 aircraft; and that this type and quantity of aircraft would
help Botswana meet its own legitimate defence needs. A total of
eighteen aircraft were delivered to Botswana between 1996 and
1999 by Bristol Aerospace, acting as an agent for the Department
of National Defence (DND). As befits a reliable supplier, Canada
has undertaken to support these aircraft and to help fulfill this
commitment. Accordingly, a Defence Industrial Cooperation
Memorandum of Understanding between Botswana and Canada
was concluded on November 15, 1999. Among the support
equipment to be provided to Botswana are DND-surplus CF-5
spares and accessories, including 20 mm aircraft cannons. Before
these can be legally exported to Botswana, that country must be
added to the AFCCL.
Alternatives
Solutions envisagées
The mechanisms available under the Export and Import Permits Act, regulations and permit system, in conjunction with the
Criminal Code, comprise the only domestic legislation available
which would authorize the export of prohibited weapons, and
only under strictly controlled conditions.
La Loi sur les licences d’exportation et d’importation, par
l’entremise de ses règlements et de son système de licences, conjointement avec le Code criminel, constitue l’unique législation
interne disponible qui permette l’exportation d’armes prohibées
dans des conditions de contrôle strictes.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
727
Benefits and Costs
Avantages et coûts
These measures will allow certain Canadian firearm’s manufacturers to continue their business and to employ Canadians to
do so, while at the same time imposing strict conditions to the
sale of their products abroad. They will also allow the export of
surplus Department of National Defence equipment to desirable
end-users. Given that this measure will authorize Canadian companies, albeit under strict conditions, to compete in the international market place, the requirement of procuring export permits
will not impose an undue burden on those same companies.
Le présent décret permettra à certains fabricants d’armes à feu
canadiens de poursuivre leurs activités et d’employer des Canadiens, tout en imposant des conditions strictes à la vente de leurs
produits à l’étranger. Il permettra également l’exportation d’équipement déclaré excédentaire par le MDN à des utilisateurs finaux
convenables. Étant donné que le présent décret autorise les
sociétés canadiennes à concurrencer d’autres sociétés sur les marchés internationaux, bien qu’elles doivent se plier à des conditions strictes, l’obligation de se procurer des licences d’exportation n’imposera pas un fardeau exagéré sur ces sociétés.
Consultation
Consultations
The Department of Foreign Affairs and International Trade
held consultations with the Department of National Defence, and
the Canadian Commercial Corporation which support this
proposal.
Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international a tenu des consultations avec le ministère de la Défense
nationale et la Corporation commerciale canadienne, qui appuient
ce décret.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Exports of prohibited weapons are allowed only to the countries on the AFCCL and even then such exports require appropriate permits. Through this permit issuance mechanism, the
government can ensure that legitimate exports take place, while
ensuring that strict controls remain in force. The Canadian Customs and Revenue Agency is responsible for the enforcement of
export controls. Failure to be in possession of the required permits
can result in prosecution under the Export and Import Permits
Act.
Les exportations d’armes prohibées ne sont permises qu’aux
pays inscrits sur la LPDAA et même là, ces exportations sont
soumises à l’obtention des licences pertinentes. Avec ce système
de délivrance de licences, le gouvernement peut s’assurer de la
licéité des exportations, tout en s’assurant que des contrôles
stricts soient maintenus. L’Agence des douanes et du revenu du
Canada est responsable de la mise en application des contrôles à
l’exportation. Se rend passible de poursuites en vertu de la Loi sur
les licences d’exportation et d’importation, la personne qui exporte les produits visés sans détenir la licence appropriée.
Contact
Personne-ressource
Mr. Roger V. Lucy, Deputy Director, Export Controls Division, Export and Import Controls Bureau, 125 Sussex Drive,
Ottawa, Ontario K1A 0G2, (613) 992-9167 (Telephone), (613)
996-9933 (Facsimile), roger.lucy@dfait-maeci.gc.ca (Electronic
mail).
M. Roger V. Lucy, Directeur adjoint, Direction des contrôles à
l’exportation, Direction générale des contrôles à l’exportation et
à l’importation, 125, promenade Sussex, Ottawa (Ontario)
K1A 0G2, (613) 992-9167 (téléphone), (613) 996-9933 (télécopieur), roger.lucy@dfait-maeci.gc.ca (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the governor in Council, pursuant to
section 6a of the Export and Import Permits Act, proposes to
make the annexed Order Amending the Automatic Firearms
Country Control List.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and
be addressed to Mr. Roger V. Lucy, Deputy Director, Export
Controls Division, 125 Sussex Drive, Ottawa, Ontario, K1A 0G2.
(Tel.: (613) 992-9167; fax (613) 996-9933)
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’article 6a de la Loi sur les licences d’exportation et d’importation, se propose de prendre le Décret modifiant la Liste des pays
désignés (armes automatiques), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les 30 jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
Partie I ainsi que la date de publication et d’envoyer le tout à
M. Roger V. Lucy, Directeur adjoint, Direction générale des contrôles à l’exportation et à l’importation, 125, promenade Sussex,
Ottawa (Ontario), K1A 0G2. (tél. : (613) 992-9167; téléc. : (613)
996-9933)
Ottawa, le 22 février 2001
Le greffier adjoint du Conseil privé
MARC O’SULLIVAN
Ottawa, February 22, 2001
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
———
———
a
a
S.C. 1991, c. 28, s. 3
L.C. 1991, ch. 28, art. 3
728
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
ORDER AMENDING THE AUTOMATIC
FIREARMS COUNTRY CONTROL LIST
DÉCRET MODIFIANT LA LISTE DES PAYS
DÉSIGNÉS (ARMES AUTOMATIQUES)
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. The Automatic Firearms Country Control List is amended
by adding the following in alphabetical order:
Botswana
1. La Liste des pays désignés (armes automatiques)1 est modifiée par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui
suit :
Botswana
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[9-1-o]
[9-1-o]
———
———
1
1
SOR/91-575
DORS/91-575
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
729
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite et
l’insolvabilité
Statutory Authority
Bankruptcy and Insolvency Act
Fondement législatif
Loi sur la faillite et l’insolvabilité
Sponsoring Department
Department of Industry
Ministère responsable
Ministère de l’Industrie
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
The Office of the Superintendent of Bankruptcy’s (OSB) mandate, as set out in the Bankruptcy and Insolvency Act (BIA), is to
supervise the administration of all estates and matters to which
the Act applies. By doing so, the OSB protects the integrity of the
insolvency system. It also plays an important role in Industry
Canada’s marketplace services framework, as it contributes to the
efficient and effective functioning of the marketplace, maintains
investor confidence, and provides a source of strategic information for business.
The objective of Canadian bankruptcy and insolvency legislation is to provide a fair and effective system for the restoration of
assets to productive use, while providing a framework for debtor
rehabilitation, a deterrent to fraud, and a public record of estates.
Description
Le mandat dévolu au Bureau du surintendant des faillites (BSF)
aux termes de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité (LFI) consiste
à contrôler l’administration des affaires et des actifs régis par la
Loi. Ce faisant, le BSF protège l’intégrité du système d’insolvabilité. Il joue en outre un rôle important dans le cadre des services
relatifs au marché offerts par Industrie Canada, du fait qu’il contribue au fonctionnement efficient et efficace du marché, maintient la confiance des investisseurs et constitue une source
d’information stratégique pour les entreprises.
La législation canadienne sur la faillite et l’insolvabilité vise à
créer un système équitable et efficace destiné à réaffecter l’actif à
une utilisation productive tout en établissant un cadre pour la
réhabilitation des débiteurs, en décourageant la fraude et en constituant un registre public des actifs.
Le défi
Le BSF exerce son mandat dans un contexte où le nombre de
dossiers fluctue grandement, ce qui a pour effet d’accroître proportionnellement la charge de travail. Plus précisément, le nombre de dossiers1 suit depuis 30 ans un cycle selon lequel il augmente de 21 p. 100 en moyenne par an pendant cinq ans, après
quoi il diminue de 9 p. 100 par an pendant deux ans et demi. Depuis 1970, le nombre de dossiers a enregistré une croissance
composée moyenne d’environ 10 p. 100 par an et la tendance en
ce qui a trait au nombre total de dossiers est principalement à la
hausse, ponctuée de brèves périodes pendant lesquelles il baisse
temporairement.
Nombre de dossiers entre 1970 et 1999
Chaque année depuis 1996, le BSF a traité en moyenne
100 000 cessions de faillite ou propositions, dont 96 p. 100 concernaient des particuliers et 4 p. 100, des personnes morales. En
analysant le nombre de dossiers, on a également constaté que si
les faillites constituent un indicateur tardif de la performance du
marché, le nombre de faillites de consommateurs a augmenté de
façon soutenue, même lorsque l’économie se portait bien, en raison de l’utilisation et de la disponibilité accrues du crédit à la
consommation.
The Challenge
The OSB carries out its mandate within an environment that is
subject to large volatile file volume fluctuations with a corresponding increase in workload. More specifically, over the last
30 years, total insolvency filings1 have followed a cycle whereby,
on average, they have increased for a period of five years by
21 percent per year, and decreased for a period of two and a half
years by 9 percent per year. Overall, there has been an average
compound increase of approximately 10 percent per year in total
insolvency filings since 1970. Overall, with only a few exceptions, volumes have been steadily increasing over the past
30 years.
Total Insolvency Filings: 1970 to 1999
Since 1996, an average of approximately 100 000 Canadian
individuals and corporations have filed an assignment in
bankruptcy or a proposal each year. Of this 100 000 insolvencies,
96 percent are made by individuals and 4 percent are made by
corporations. Analysis of file volumes has also shown that while
bankruptcy is a lagging economic indicator of market performance, individual bankruptcies have maintained a strong growth
rate even in good economic times as a result of the increased use
and availability of consumer credit.
———
———
1
1
Insolvency filings include bankruptcies and proposals; a proposal is an arrangement “settlement” made by an insolvent person, in accordance with the BIA, to
his creditors to avoid bankruptcy.
Le nombre total de dossiers comprend les faillites et les propositions. Une proposition est une entente conclue par une personne insolvable avec ses créditeurs,
conformément à la LFI, pour éviter la faillite.
730
Canada Gazette Part I
As files volumes increase, so does the chance for trustee and
debtor non-compliance or fraud. In addition, the non discretionary
administrative activities associated with this increase (such as
registering proceedings) draw resources away from limited compliance activities. This problem was last experienced in the early
1990’s when file volume increases diminished OSB’s ability to
supervise the insolvency system.
As we face the next five years of forecast file volume increases, the OSB must address the challenge of how best to ensure that it maintains sufficient resources to fulfill its core compliance mandate.
Meeting the Challenge
The OSB has undertaken a number of concrete measures to address the challenge of how to increase the effectiveness of its
compliance role supervising greater volumes.
— The OSB has shifted its compliance emphasis from insolvency file supervision to trustee monitoring to achieve compliance goals more cost-effectively. For example, new trustee
and debtor compliance strategies have been developed to ensure limited compliance resources are focused on the greatest
risks; a greater percentage of trustees are now monitored or
audited each year while fewer routine debtor examinations or
creditor meetings are now held. Registration and review of
consumer files are now being done by junior bankruptcy officers instead of senior officers and new databases are now
being used to better track overall trustee performance. Further,
the OSB has just established a Consumer Insolvency Task
Force to examine, amongst other issues, how the low asset,
low issue consumer bankruptcy system can be streamlined.
The objective of these measures is to further delink workload
fluctuations from those of insolvency file volumes, thus ensuring that as insolvency file volumes increase a less than
proportionate increase in resources will be required.
— Electronic filing savings are estimated at $1.5 million in 20052006.
— The OSB has changed its governance structure to a Special
Operating Agency, resulting in more authority and flexibility
to meet clients’ needs, added transparency in its activities and
greater accountability for results. The OSB has also implemented a Management Advisory Board which is composed of
a cross section of key stakeholders (e.g., representatives from
trustee and insolvency lawyers associations, Canadian Bankers Association, administrators for proposals and credit counselling groups) and non partisan business leaders. In addition,
the OSB has developed and implemented a new performance
management system and has conducted client surveys.
March 3, 2001
Les risques de non-conformité ou de fraude de la part des syndics et des débiteurs sont directement proportionnels à l’augmentation du nombre de dossiers. En outre, les activités administratives non discrétionnaires associées à cette augmentation (par
exemple, la procédure d’enregistrement) se traduisent par une
diminution des ressources disponibles pour les activités limitées
destinées à faire respecter la Loi. C’est au début des années 90
que l’on a éprouvé ce problème pour la dernière fois, lorsque
l’augmentation du nombre de dossiers a réduit la capacité du BSF
à superviser le système d’insolvabilité.
Comme l’on prévoit une augmentation du nombre de dossiers
au cours des cinq prochains exercices, le BSF doit déterminer la
meilleure façon de disposer de ressources suffisantes pour remplir
son mandat premier, qui consiste à faire respecter la Loi.
Un défi à relever
Le BSF a pris plusieurs mesures concrètes pour relever le défi
consistant à déterminer comment accroître son efficacité au chapitre de la supervision d’un nombre accru de dossiers dans le
cadre de ses activités destinées à faire respecter la Loi :
— En ce qui a trait à la conformité, le Bureau accorde maintenant
moins d’importance au suivi des dossiers d’insolvabilité et
davantage à la surveillance des syndics, afin d’obtenir un
meilleur rapport coût-efficacité dans ses activités dans le domaine. Par exemple, il a mis en place de nouvelles stratégies
en matière de conformité des syndics et des débiteurs pour
s’assurer que les ressources limitées affectées à la conformité
sont canalisées vers les cas à risque élevé; il soumet maintenant une proportion plus élevée de syndics à une surveillance
et à des vérifications annuelles, tandis qu’il a réduit le nombre
d’interrogatoires systématiques des débiteurs et de réunions
des créanciers. Il confie désormais l’enregistrement et l’examen des dossiers des consommateurs aux agents subalternes
des faillites, au lieu des agents principaux, et utilise de nouvelles bases de données pour suivre de plus près le rendement
des syndics en général. De surcroît, le BSF a récemment créé
le Groupe de travail sur l’insolvabilité des consommateurs,
qui doit notamment déterminer comment rationaliser le système des faillites de consommateurs pour les dossiers d’actifs
peu élevés dont les enjeux sont moindres. Ces mesures visent
à dissocier davantage les fluctuations de la charge de travail et
celles du nombre de dossiers d’insolvabilité, pour réduire ainsi les besoins en ressources supplémentaires liés à l’augmentation du nombre de dossiers.
— D’après les estimations, le dépôt électronique de documents
permettra d’économiser 1,5 million de dollars en 2005-2006.
— Comme le BSF est devenu un organisme de service spécial, il
a plus de pouvoirs et dispose d’une plus grande marge de manœuvre pour répondre aux besoins de ses clients, il fait preuve
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
— The OSB is seeking to implement a new fee structure that will
ensure that fees associated with consumer bankruptcies are
sufficient to cover associated costs.
The OSB’s Current Funding Structure
The OSB’s compliance and administrative activities are currently funded through a combination of monies paid by clients
(fees and levy), and appropriations (monies voted by Parliament
from general tax revenues).
In 2000-2001, the OSB’s estimated full cost of providing services is $26.4 million; of this total, $20.7 million represents direct
costs incurred to the OSB including salaries $13.0 M; nonsalaries $6.0 M; and corporate common service charges of
$2.0 M.
Fees and levies are expected to generate approximately
$18.2 million in revenues, leaving a gap of $8.2 million. The
$18.2 million in revenues was generated from four sources,
namely:
— The Superintendent’s levy, which is paid as a percentage of
dividends distributed at the close of an insolvency proceeding
which represents approximately 63 percent of total revenues;
— Registration fees, which are charged when the bankruptcy,
proposal or receivership is registered and represents 26 percent of total revenues;
— Trustee licence fees an initial fee payable on issuance of a
trustee licence and an annual renewal fee represent 2 percent
of total revenues; and
— Information inquiry fees, which are charged when individuals use the name search system to determine the status of current and past bankrupts and represents 9 percent of total
revenues.
It is also important to note that, although the bulk of OSB’s
work occurs in the first year of the insolvency, approximately
53 percent of total revenues are paid in subsequent years. This is
due to the Superintendent’s levy which is only paid upon the
closing of the insolvency file. This considerable lag time impacts
on the OSB’s available funds to carry out its activities.
50%
d’une plus grande transparence dans ses activités et il assume
une responsabilité accrue à l’égard des résultats obtenus. Le
BSF a par ailleurs créé un Conseil consultatif de gestion, dont
la composition est représentative des principaux intervenants
du milieu (par exemple, les associations de syndics et
d’avocats spécialisés en insolvabilité, l’Association des banquiers canadiens, les administrateurs de propositions et les
groupes de conseillers en crédit y sont représentés) et de chefs
d’entreprises non partisans. En outre, il a élaboré et mis en
œuvre un nouveau système de gestion du rendement et mené
des enquêtes auprès de ses clients.
— Il travaille à la mise en place d’un nouveau barème des droits
dans le but de s’assurer que les frais imposés à l’égard des
faillites de consommateurs suffisent à couvrir les coûts
connexes.
Structure de financement actuelle du BSF
Les activités du BSF en matière de conformité et d’administration sont actuellement financées au moyen des divers droits et
prélèvements versés par les clients et des crédits qui lui sont alloués par le Parlement à même les recettes fiscales générales.
Le coût total de la prestation des services par le BSF en 20002001 est estimé à 26,4 millions de dollars, dont 20,7 millions
représentent les coûts assumés par le BSF lui-même (13 millions
pour les salaires, 6 millions pour les dépenses non salariales et
2 millions pour les services ministériels communs).
Le BSF devrait par ailleurs enregistrer des recettes de
18,2 millions de dollars — soit un écart de 8,2 millions — provenant de quatre sources différentes :
— les prélèvements du surintendant, qui correspondent à un
pourcentage des dividendes distribués au moment de la liquidation de la faillite — ces prélèvements représentent environ
63 p. 100 des recettes du BSF;
— les droits d’enregistrement, qui sont perçus au moment où la
faillite, la proposition ou la mise sous séquestre est enregistrée
— ces droits représentent 26 p. 100 des recettes du BSF;
— les droits de licence de syndic, qui comprennent les droits
perçus lors du premier enregistrement de la licence ainsi que
les droits annuels versés au moment de son renouvellement —
ces droits représentent 2 p. 100 des recettes du BSF;
— les droits sur les demandes de renseignements, qui sont
perçus lorsque des particuliers utilisent le service de recherche
de noms pour connaître le statut de faillites courantes et antérieures — ces droits représentent 9 p. 100 des recettes du
BSF.
Fait à signaler, bien que le BSF effectue la plus grande partie
du travail au cours de l’exercice suivant l’enregistrement, il touche environ 53 p. 100 des recettes au cours des exercices ultérieurs, car le prélèvement du surintendant n’est versé qu’une fois
le dossier clos. Ce délai considérable influe sur les fonds dont
dispose le BSF pour mener à bien ses activités.
50%
47%
731
47%
40%
40%
30%
30%
27%
27%
20%
20%
16%
16%
10%
10%
5%
5%
5%
0%
Year 1
Year 2
Year 3
Year 4 Year 5 +
5%
0%
Exercice 1
Exercice 3
Exercice 5
Exercice 2
Exercice 4
732
Canada Gazette Part I
The greatest shortfall between costs and revenues occurs with
consumer and business summary bankruptcies (i.e., estates with
net assets less than $10,000). This is also the area with the greatest number of files and the greatest potential for continued volume increases. Moreover, growth in consumer bankruptcies appears to be driven by factors other than economic conditions (e.g.,
availability of consumer credit). Based on Bank of Canada statistics, from 1990 to 2000, consumer credit has increased by
82 percent, and summary administration filings have increased by
exactly the same percentage or 82 percent. Corporate ordinary
filings have been decreasing over the same time period, experiencing a decline of 36 percent.
Another contributing factor to this shortfall is the cost of
maintaining professional standards in the trustee community (i.e.,
monitoring, audits, licensing and discipline) which far exceeds
the revenues generated from trustee licence fees. Moreover, it is
expected that fluctuating volumes and revenues, rising workloads
due to change in legislation and growing operating expenses will
increase the gap over the coming five year planning period if the
funding structure remains status quo.
Despite taking important steps toward meeting the challenge,
the OSB’s cost-revenue gap persists, and the ability of the OSB to
remain an effective marketplace regulator is threatened. Accordingly, the OSB must adopt a new revenue structure which will
ensure full cost recovery.
The proposed amended Bankruptcy and Insolvency Rules
would enable the OSB to bridge the existing gap between what it
costs over five years to provide services and the revenues available to fund them.
More specifically, the OSB will increase registration fees for
summary administrations (i.e, estates with net assets of less than
$10,000), consumer proposals and repeat bankrupts in summary
administrations. The OSB will also increase the levy on dividends
in summary bankruptcies, increase the annual trustee licence fee
and introduce two additional fees for services already rendered
for which there is no current fee. These two new additional fees
are charges imposed for changing a registration from a summary
administration to an ordinary administration and a flat fee for
claims made against the OSB’s unclaimed dividends trust fund.
Alternatives
In December 1999, the OSB published its revenue options discussion paper Meeting the Challenge. This paper provided
stakeholders with 15 options for addressing the forecast net gap
(after e-filing savings are accrued) of approximately $6.5 million
between full costs and revenues, as well as a set of seven (7)
evaluating criteria:
Equity:
those that benefit from a service should pay
for it;
Fair Share:
when the benefits of a service accrue to the
entire community, all participants should pay
their fair share of the costs;
Simplicity:
fees should not be unnecessarily complex;
March 3, 2001
Le domaine des faillites de consommateurs et des faillites
commerciales d’administration sommaire (c’est-à-dire les dossiers où l’actif net est inférieur à 10 000 $) donne lieu à l’écart le
plus important entre les coûts et les recettes. C’est également le
domaine où les dossiers sont les plus nombreux et où les probabilités de croissance continue sont les plus fortes. En outre, l’augmentation du nombre de faillites de consommateurs semble liée à
des éléments autres que la conjoncture économique (par exemple,
la disponibilité du crédit à la consommation). Selon les statistiques de la Banque du Canada, le crédit à la consommation et le
nombre de dossiers d’administration sommaire de faillites ont
tous deux augmenté dans la même mesure entre 1990 et 2000,
soit de 82 p. 100. Pendant la même période, le nombre de dossiers
d’administration ordinaire de faillites commerciales a diminué de
36 p. 100.
Les coûts liés au respect des normes professionnelles auxquelles sont assujettis les syndics (surveillance, vérifications, octroi de
licences et sanctions disciplinaires), qui excèdent de beaucoup les
recettes issues des droits de licence de syndic, contribuent aussi à
accentuer l’écart. De surcroît, on prévoit que la fluctuation du
nombre de dossiers et des recettes, l’augmentation de la charge de
travail attribuable aux modifications législatives ainsi que l’augmentation des dépenses de fonctionnement accentueront l’écart au
cours de la période de planification de cinq ans si la structure de
financement demeure telle quelle.
Malgré les mesures importantes prises pour relever le défi,
l’écart entre les coûts et les recettes persiste et la capacité du BSF
à jouer efficacement son rôle d’organisme de réglementation du
marché est compromise. C’est pourquoi il doit adopter un nouveau barème des droits qui assurera le recouvrement intégral des
coûts.
Les Règles sur la faillite et l’insolvabilité, sous leur forme modifiée, devraient permettre au BSF de combler l’écart actuel entre
le coût de la prestation de ses services sur cinq ans et les recettes
dont il dispose pour les financer.
Plus précisément, le Bureau majorera les droits d’enregistrement des administrations sommaires (c’est-à-dire les dossiers où
l’actif net est inférieur à 10 000 $), des propositions de consommateurs et des faillites d’administration sommaire répétées. Il
majorera en outre le prélèvement sur les dividendes dans les administrations sommaires ainsi que les droits annuels de renouvellement des licences de syndic et introduira deux nouveaux droits
à l’égard de services offerts gratuitement à l’heure actuelle. Il
s’agit d’imposer des frais pour passer d’une administration sommaire à une administration ordinaire et des frais fixes pour traiter
chaque demande de remboursement de dividendes non réclamés
administrés en fiducie par le BSF.
Solutions envisagées
En décembre 1999, le BSF a publié un document de travail intitulé Un défi à relever, qui présentait aux intervenants 15 mécanismes de financement possibles pour combler l’écart net prévu
(en tenant compte des économies découlant du dépôt électronique
de documents) d’environ 6,5 millions de dollars entre ses coûts et
ses recettes, ainsi que sept critères d’évaluation :
ceux qui bénéficient d’un service doivent en
Équité :
assumer le coût;
quand un service profite à toute la collectivité,
Juste part :
tous les membres de celle-ci doivent payer leur
juste part des frais;
Simplicité :
le calcul et la perception des droits ne doivent
pas être indûment complexes;
Le 3 mars 2001
Public Good:
Gazette du Canada Partie I
fees should support public policy objectives,
such as accessibility to the system, debtor rehabilitation and timely return of assets to productive use;
733
Bien public :
fees should reflect the cost of providing the
service;
Flexibility:
the fee structure should be flexible enough to
permit the OSB to respond to future marketplace and client needs; and
Transparency: the rationale, or conceptual basis, for the
fee should be evident to clients and
stakeholders.
les droits doivent favoriser la réalisation des
objectifs de la politique officielle, tels que
l’accessibilité au système, la réhabilitation des
débiteurs et le retour rapide à une situation où
les avoirs sont utilisés à des fins productives;
Valeur :
les droits doivent correspondre à ce qu’il en
coûte pour assurer le service;
Flexibilité :
le barème des droits doit être suffisamment
souple pour permettre au BSF de répondre aux
besoins du marché et des clients dans l’avenir;
Transparence : la raison d’être ou la justification des droits
doivent êtres évidentes pour les clients et les
intervenants.
After revising its file volume forecast and examining the number of low asset estates, the OSB developed three fee scenarios
which reflect various balances between registration fees and levy
over the next five fiscal years:
Après avoir examiné le nombre de dossiers prévu et le nombre
de dossiers d’actifs peu élevés, le BSF a mis au point trois scénarios qui reflètent divers équilibres entre les droits d’enregistrement et les prélèvements pour les cinq prochains exercices :
Value:
Option 1 — Emphasis on registration fee revenue
Raise the registration fee to $100 on summary bankruptcies and
consumer proposals; raise the fee for repeat bankrupts to $150;
and set the levy on summary bankruptcies at 100 percent of the
first $140 in dividends.
Option 2 — Balance between registration fees and levy
Raise the registration fee to $75 on summary bankruptcies and
to $100 for consumer proposals; raise the fee for repeat bankrupts
to $150; and set the levy on summary bankruptcies at 100 percent
of the first $200 in dividends.
Option 3 — Emphasis on levy revenue
Maintain the registration fee for summary bankruptcies at $50;
raise the fee for consumer proposals to $100; raise the fee for
repeat bankrupts to $150; and set the levy on summary bankruptcies at 100 percent of the first $300 in dividends.
An analysis of these options revealed that all three would generate the revenue required to move the OSB to full cost recovery
over the next four to five fiscal years. The main difference between the options is whether the emphasis should be placed on
the front-end registration fee (Option 1) or on the back-end levy
(Option 3).
In order to achieve the optimum balance between the public
good (i.e., access to the system by low income debtors) and the
need for a strong financial framework for the future, the OSB
selected Option 2, more specifically the following:
— Increase the registration fee for summary administrations
from $50 to $75;
— Increase the registration fee for consumer proposals from $50
to $100;
— Increase the registration fee for repeat bankrupts in summary
estates from $50 to $150;
— Increase the levy to 100 percent of the first $200 of dividends
in summary bankruptcies with no further levy payable on additional amounts;
— Increase the annual trustee licence fee from $400 to $850;
— Charge a $75 fee to change a registration fee from a summary
administration to an ordinary administration;
Option 1 — Prédominance des recettes issues des droits
d’enregistrement
Faire passer les droits d’enregistrement à 100 $ pour les administrations sommaires et les propositions de consommateurs et à
150 $ dans le cas des faillites répétées; établir le prélèvement pour
les administrations sommaires à la totalité des 140 premiers dollars de dividendes.
Option 2 — Équilibre entre les droits d’enregistrement et les
prélèvements
Faire passer les droits d’enregistrement à 75 $ pour les administrations sommaires, à 100 $ dans le cas des propositions de
consommateurs et à 150 $ dans celui des faillites répétées; établir
le prélèvement pour les administrations sommaires à la totalité
des 200 premiers dollars de dividendes.
Option 3 — Prédominance des recettes issues des prélèvements
Maintenir les droits d’enregistrement à 50 $ pour les administrations sommaires, les faire passer à 100 $ dans le cas des propositions de consommateurs et à 150 $ dans celui des faillites répétées; établir le prélèvement pour les administrations sommaires à
la totalité des 300 premiers dollars de dividendes.
Une analyse de ces options a révélé que les trois permettraient
de générer les recettes nécessaires pour que le BSF parvienne au
recouvrement intégral des coûts au cours des quatre ou cinq prochains exercices. La principale différence entre les options réside
dans la question de savoir s’il faut mettre l’accent sur les droits
d’enregistrement à l’entrée dans le système (option 1) ou sur le
prélèvement lorsque le dossier est clos (option 3).
Afin de parvenir au meilleur équilibre possible entre le bien
public (en permettant aux débiteurs à faible revenu d’avoir accès
au système) et la nécessité d’établir un solide cadre financier pour
l’avenir, le BSF a retenu l’option 2, c’est-à-dire :
— faire passer de 50 à 75 $ les droits d’enregistrement pour les
administrations sommaires;
— les faire passer de 50 à 100 $ dans le cas des propositions de
consommateurs;
— les faire passer de 50 à 150 $ dans le cas des faillites
d’administration sommaire répétées;
— faire passer le prélèvement du surintendant à la totalité des
200 premiers dollars de dividendes payables pour les administrations sommaires et abolir le prélèvement sur les dividendes supplémentaires;
— faire passer de 400 à 850 $ les droits annuels de licence de
syndic;
734
Canada Gazette Part I
— Charge creditors a $30 fee for each claim made against the
unclaimed dividends trust fund.
March 3, 2001
— imposer des droits de 75 $ pour passer d’une administration
sommaire à une administration ordinaire;
— imposer aux créanciers des droits de 30 $ pour traiter chaque
demande de remboursement de dividendes non réclamés administrés en fiducie par le BSF.
REGISTRATION FEES
Bankruptcy (summary administration)
Bankruptcy (ordinary administration)
Consumer Proposals
Commercial Proposals
Receivership
Repeat Bankruptcies in summary estates
Change from a summary administration to an ordinary administration
TRUSTEE LICENCE FEE
SUPERINTENDENT’S LEVY
INFORMATION PRODUCTS
Name search/per request
Charge to creditors for each claim made against unclaimed dividends
trust fund
APPROPRIATIONS
Current Rate
Structure
$ 50.00
$ 150.00
$ 50.00
$ 150.00
$ 70.00
$ 50.00
none
$ 400.00
5 of first
million $ of
dividends in
summary
administrations
13of next
million $
3〉 2 million $
$ 8.00
none
approx. 25.2
New Rate
increase of
Structure
50
$ 75.00
0
$ 150.00
100
$ 100.00
0
$ 150.00
0
$ 70.00
300
$ 150.00
N/A
$ 75.00
$ 850.00
113 100of the first
$200 of dividends
in summary
administrations
with no further
levy payable on
additional amounts
$ 8.00
$ 30.00
0
N/A
none
-100
DROITS D’ENREGISTREMENT
Faillite (administration sommaire)
Faillite (administration ordinaire)
Proposition de consommateur
Proposition commerciale
Mise sous séquestre
Faillite d’administration sommaire répétée
Passage d’une administration sommaire à une administration ordinaire
Barème actuel
50 $
150 $
50 $
150 $
70 $
50 $
Aucun
Nouveau barème
75 $
150 $
100 $
150 $
70 $
150 $
75 $
DROITS DE LICENCE DE SYNDIC
PRÉLÈVEMENT DU SURINTENDANT
400 $
5 p. 100 du
premier million de
dollars de
dividendes dans
les administrations
sommaires
13 p. 100 du
deuxième million
de dollars
3 p. 100 des
dividendes au-delà
de deux millions
de dollars
850 $
100 p. 100 des
200 premiers
dollars de
dividendes
payables pour les
administrations
sommaires; aucun
prélèvement sur
les dividendes
supplémentaires
PRODUITS D’INFORMATION
Recherche de noms (par demande)
Droits imposés au créancier pour chaque demande de remboursement de
dividendes non réclamés administrés en fiducie par le BSF
CRÉDITS PARLEMENTAIRES
Augmentation
50 0
100 0
0
300 s.o.
113 8$
Aucun
8$
30 $
0
s.o.
env. 25,2 Aucun
-100 Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
735
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Overall Impact
Aside from deriving an indirect benefit from knowing the insolvency system is continuing to function well, this fee initiative
will have minimal direct impact on Canadian society as a whole.
Instead, the Rules are directed at the 0.3 percent of the Canadian
population (i.e., approximately 100,000 insolvencies out of a
population of 30 million) that use the insolvency system to deal
with their financial problems each year.
In 1999, $655 million was realized from bankruptcies and proposals by insolvency trustees for the payment of administrative
fees, expenses and dividends. The initiative is designed to eliminate the $8.2 million forecasted cost-revenue gap and represents
approximately 1.25 percent of the total realization by trustees
($8.2 M/$655 M = 1.25 percent). Accordingly, with the projected
increase in file volumes over the next few years, the OSB does
not anticipate that the new Rules will generate extra revenues
over and above full cost. It is estimated that the OSB will reach
full cost-recovery in 2005-2006. The OSB would seek to reprofile
any excess revenue to future years when the cycle calls for a decline in filings.
Incidence globale
L’initiative aura peu d’incidence sur la société canadienne dans
son ensemble, si ce n’est l’avantage indirect de savoir que le système d’insolvabilité continue de bien fonctionner. Les Règles
s’adressent aux 0,3 p. 100 de la population canadienne (c’est-àdire environ 100 000 dossiers pour une population de 30 millions
d’habitants) qui, chaque année, ont recours au système d’insolvabilité pour résoudre leurs problèmes financiers.
En 1999, les syndics ont réalisé 655 millions de dollars sur les
faillites et les propositions pour le paiement des frais d’administration, des dépenses et des dividendes. L’initiative a pour objet
de combler l’écart prévu de 8,2 millions de dollars entre les coûts
et les recettes, qui représente environ 1,25 p. 100 de la réalisation
totale par les syndics (8,2 millions de dollars/655 millions de
dollars = 1,25 p. 100). Par conséquent, compte tenu de l’augmentation prévue du nombre de dossiers au cours des prochains exercices, le BSF ne prévoit pas que les nouvelles Règles généreront
des recettes supplémentaires supérieures à l’ensemble des coûts.
Le BSF devrait parvenir au recouvrement intégral des coûts en
2005-2006. Il s’efforcerait de reporter les recettes excédentaires
pour les appliquer aux périodes du cycle où le nombre d’enregistrements va en diminuant.
Dans l’ensemble, les nouvelles Règles proposées n’auront aucune incidence cumulative sur la population en général, car le
nouveau barème des droits vise à faire en sorte que le coût d’un
service particulier bénéficiant à une clientèle distincte et identifiable soit assumé par ces utilisateurs (c’est-à-dire les créanciers,
les débiteurs et les syndics).
Incidence sur le débiteur
Les coûts supplémentaires que devra assumer le débiteur par
suite de l’introduction des nouvelles Règles devraient être minimes. Il s’agit en l’occurrence d’un transfert de ressources du
débiteur au BSF. Entre 1990 et 2000, les particuliers faillis étaient
endettés de 72 000 $ en moyenne (dont environ 48 000 $ de
créances non garanties). Les nouveaux droits d’enregistrement de
75 $ représentent moins de 0,1 p. 100 des dettes moyennes dans
le cas de l’administration sommaire type (75 $/72 000 $).
En outre, puisque les débiteurs versent actuellement (ou, plus
précisément, prélèvent sur les actifs) entre 1 600 $ et 1 800 $ sous
forme d’honoraires de syndics et de frais d’administration, une
majoration de 25 $ au titre des droits d’enregistrement équivaut à
moins de 1,5 p. 100 des coûts.
Par ailleurs, le fait de porter le prélèvement à la totalité des
200 premiers dollars de dividendes n’aura aucune incidence sur le
débiteur insolvable type, ce prélèvement provenant des dividendes répartis après que le débiteur a payé les droits, les honoraires des syndics et d’autres frais d’administration.
Quant à savoir si la majoration des droits de licence de syndic
se répercutera sur le débiteur, il faut souligner que les honoraires
des syndics dans les dossiers d’administration sommaire (par
exemple, ceux qui visent les consommateurs) sont déterminés
selon un barème établi par le surintendant. Ces coûts ne se répercuteront donc pas sur le débiteur.
Enfin, en ce qui concerne l’accès au système pour les débiteurs
à faible revenu, nous croyons que l’incidence sur cette catégorie
de débiteurs sera minime, car seulement 400 des 80 000 particuliers (0,5 p. 100) ayant déclaré faillite en 1999 ont dû avoir recours au Programme d’accès à la faillite (d’après les registres du
BSF).
Incidence sur le créancier
Les modifications proposées au barème des droits du BSF entraîneront une diminution des dividendes versés aux créanciers,
Overall, the proposed new Rules will not have a cumulative
impact on Canadians in general as the new fee structure is intended to direct costs attributed towards a distinct, identifiable
beneficiary of a specific service (i.e., creditors, debtors and
trustees).
Impact on Individual Debtors
The additional costs to the debtor as a result of the Rules are
expected to be minimal. These additional costs will represent a
transfer of resources from the debtor to the OSB. For the period
of 1990 through 2000, individual bankrupts have been indebted
on average by $72,000 (approximately $48,000 of which is unsecured debt). The new registration fee of $75 therefore, represents
less than 0.1 percent of the average debts of the typical bankrupt
filing a summary administration bankruptcy ($75/$72,000).
Further, given that, on average, debtors (or more accurately,
their estates) are currently paying between $1,600 to $1,800 in
trustee and administrative costs to file an insolvency, a $25 increase in registration fees represents less than a 1.5 percent increase in total costs.
The increase in levy to 100 percent of the first $200 in dividends will have no effect on the typical bankrupt debtor as they
are paid on dividends distributed after fees, trustee and other administrative costs are paid by the debtor.
With respect to whether the trustee licence increase will be
passed on to debtors, it should be noted that the trustee’s fees in
summary (e.g., consumer) estates are governed by a tariff established by the Superintendent and therefore these costs will not be
passed on to the debtor.
Finally, with regard to the issue of access to the insolvency
system by low income debtor, it should be noted that only 400 of
the 80,000 individuals (0.5 percent) who filed for bankruptcy in
1999 needed to use the Bankruptcy Assistance Program (according to OSB records), we believe that the impact on low-income
debtors will be minimal.
Impact on Individual Creditors
Although the proposed changes to the OSB fee structure will
result in fewer dividends to creditors, the impact on any one
736
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
creditor is expected to be minimal. These additional costs will
represent a transfer of resources from the creditors to the OSB.
The proposed new levy of 100 percent of the first $200 in gross
dividends will not affect the 49.3 percent of files that currently
pay no dividends. Rather, the new fee structure will impact negatively on those that currently pay dividends between $1 and $200
and positively on those estates that pay dividends in excess of
$200.
Under the current levy, the average summary administration
file has nine creditors and generates approximately $609 in gross
dividends. The average summary administration file currently
pays $30.45 in levy (5 percent of $609). This being the case, there
is a wide range in dividends paid to creditors in individual summary administration estates. Of summary administration files
closed in 1999, 49.3 percent paid no dividends; 9.7 percent paid
dividends between $1 and $200 dollars; and 41 percent paid dividends in excess of $200.
Of the 9.7 percent of files which pay dividends between $1 and
$200, the average gross dividend is $107. Under the current fee
structure, an average file with $107 in gross dividends would
yield $101.65 in net dividends and $5.35 in levy (95 percent of
107 = $101.65; 5 percent of $107 = $5.35). With an average of
nine creditors per estate, this implies that each creditor would
receive a cheque in the amount of $11.29. Under the proposed
new fee structure, the OSB will receive the first $200 in levy. In
this case the average file would pay the full $107 with no further
levy payable afterwards, thus reduce the cost of processing and
issuing small dividend cheques to creditors. The new levy will
therefore yield a net benefit for creditors.
Of the 41 percent of files which pay in excess of $200 in dividends, the average gross dividend is $1,581. Under the current fee
structure, an average file with $1,581 in gross dividends would
yield $1,501.95 in net dividends and $79.05 in levy (95 percent of
$1,581 = $1,501.95; 5 percent of $1,581 = $79.05).
Under the proposed new fee structure, the OSB will receive the
first $200 in levy with no further levy payable afterwards and
creditors would receive the remaining $1,381 to be distributed
amongst the 9 creditors ($1,581 − $200 = $1,381). This implies
that each creditor would receive a cheque in the amount of
$153.44 ($1,381 ÷ 9 creditors = $153.44).
Summary of impact on Creditors of current vs new levy payable in a summary administration estate
Files which
pay no
dividend
of files
Average levy
(old fee structure)
Average levy
(new fee structure)
Average dividend payable to
each creditor (old fee
structure)
Average dividend payable to
each creditor (new fee
structure)
49.3
$0.00
$0.00
$0.00
$0.00
Files which pay
between $1 and
$200 in
dividends
9.7
$5.35
$107.00
$11.29
$0.00
mais l’incidence sur chaque créancier devrait être minime. Les
coûts supplémentaires que devra assumer le créancier prendront
la forme d’un transfert de ressources au BSF.
Le nouveau prélèvement correspondant à la totalité des 200
premiers dollars de dividendes bruts n’aura aucune incidence sur
les 49,3 p. 100 de dossiers où aucun dividende n’est versé à
l’heure actuelle. Par suite de l’adoption du nouveau barème, le
prélèvement diminuera dans les dossiers où les dividendes varient
entre 1 et 200 $ et il augmentera dans ceux où ils dépassent 200 $.
En vertu du mécanisme actuellement en place pour le prélèvement du surintendant, les dossiers d’administration sommaire, en
moyenne, comptent neuf créanciers et génèrent quelque 609 $ en
dividendes bruts. Ces dossiers rapportent actuellement une
moyenne de 30,45 $ sous forme de prélèvement (5 p. 100 de
609 $). La valeur des dividendes versés aux créanciers dans les
dossiers d’administration sommaire varie considérablement. Ainsi, sur l’ensemble de ces dossiers clos en 1999, 49,3 p. 100 n’ont
donné lieu à aucun dividende, tandis que 9,7 p. 100 ont généré
des dividendes se situant entre 1 et 200 $ et 41 p. 100, des dividendes supérieurs à 200 $.
Sur les 9,7 p. 100 de dossiers où les dividendes se situent entre
1 et 200 $, les dividendes bruts s’établissent en moyenne à 107 $.
Suivant le barème actuel, un dossier donnant aujourd’hui lieu à
des dividendes bruts de 107 $ rapporterait 101,65 $ en dividendes
nets et 5,35 $ en prélèvement du surintendant (95 p. 100 de 107 $
= 101,65 $; 5 p. 100 de 107 $ = 5,35 $). Comme il y a en
moyenne neuf créanciers par dossier, chacun recevrait un chèque
de 11,29 $. En vertu du nouveau barème proposé, le BSF toucherait à titre de prélèvement la totalité des 200 premiers dollars.
Dans ce cas, le dossier moyen rapporterait la totalité des 107 $,
auxquels ne s’ajouterait aucun autre prélèvement, ce qui réduirait
les coûts liés au traitement et à la distribution de petits chèques de
dividendes. Le nouveau prélèvement représentera donc un avantage net pour les créanciers.
Sur la proportion de 41 p. 100 des dossiers où les dividendes
dépassent 200 $, les dividendes bruts se chiffrent à 1 581 $ en
moyenne. En vertu du barème actuel, un dossier où les dividendes
bruts atteignent 1 581 $ rapporterait 1 501,95 $ en dividendes nets
et 79,05 $ sous forme de prélèvement (95 p. 100 de 1 581 $ =
1 501,95 $; 5 p. 100 de 1 581 $ = 79,05 $).
Selon le nouveau barème proposé, le BSF toucherait la totalité
des 200 premiers dollars de prélèvements, auxquels ne s’ajouterait aucun autre prélèvement, tandis que les 1 381 $ restants
(1 581 $ − 200 $) seraient répartis entre les neuf créanciers. Chaque créancier recevrait donc un chèque de 153,44 $ (1 381 $ ÷
9 créanciers = 153,44 $ par créancier).
Résumé de l’incidence comparative de l’ancien et du nouveau
prélèvement sur les créanciers dans les dossiers d’administration sommaire
Files which
pay in excess
of $200 in
dividends
41.0
Dossiers ne
donnant lieu
à aucun
dividende
Proportion de dossiers
49,3
Dossiers où les
dividendes se
situent entre
1 et 200 $
9,7
Dossiers où les
dividendes
dépassent
200 $
41,0
Prélèvement moyen
(barème actuel)
0$
5,35 $
79,05 $
$200.00
Prélèvement moyen
(nouveau barème proposé)
0$
107,00 $
200,00 $
$175.67
Dividendes moyens versés
à chaque créancier
(barème actuel)
0$
11,29 $
175,67 $
$153.44
Dividendes moyens versés
à chaque créancier
(nouveau barème proposé)
0$
0$
153,44 $
$79.05
Le 3 mars 2001
With respect to increased registration fees, it is important to
remember that roughly 50 percent of consumer files will pay no
dividends, and therefore creditors will see no change with these
files as a result of the new registration fee structure. However, in
the small number of estates where receipts will exceed $2,000,
creditors will see, as a result of the trustee tariff structure, a decrease of about $12.50 in total dividends distributed to creditors
(or $1.38 for each of the nine creditors on average).
Finally, for those creditors who have neglected to inform the
trustee of their change of address during the insolvency and who
are now seeking to secure their unclaimed dividend from the trust
fund being administered by the OSB, the new $30.00 fee will
simply cover OSB’s costs in examining and processing their
claims. The impact is expected to be minimal. For example, in
1999-2000, 3,109 transactions were processed with a total value
of $563,351 (or $181.20 per transaction).
Impact on Insolvency Trustees
The Rules are expected to have an impact on trustees. These
additional costs will represent a transfer of resources from the
trustees to the OSB.
More specifically, although the registration fee increase could
increase the difficulty of the trustee realizing their full fee in very
low asset estates, and could reduce their share of dividends in
larger estates by $12.50, neither group has sufficient numbers to
make this an issue.
The change in the levy structure, on the other hand, is expected
to lower costs for the trustee, as it will reduce the number of small
dividend cheques that the trustee must process for disbursement
to creditors. (Currently the average levy in summary administration files is $30 and this is expected to increase to $85 with the
Rules whereas small dividend payments to creditors are expected
to be reduced.)
With regard to the $450.00 increase in the annual licence fee, it
is important to consider that: (a) the impact per file will roughly
be $4.00 per estate (as approximately 875 trustees are administering 100,000 estates annually); (b) this will raise their professional fees to a level similar to other professionals, and (c) it will
still not cover the rising OSB costs of licencing, auditing, and
disciplining the trustee community. It should also be noted that
some trustees may also pay fees as members of other professional
associations such as the Chartered Accountants Association
and/or be members of the Canadian Insolvency Practitioners
Association.
Impact on OSB
The OSB funding arrangements cover its financial requirements in a manner which reflects the cost of providing services to
clients and stakeholders, and thereby reflects the government
user-pay policy which strives to ensure that services that benefit a
distinct, identifiable clientele be paid for entirely by those users.
The Rules are also flexible. They do not require complex legislative change and could be modified in the future through client
consultation and regulatory amendment. In addition, the Rules
meet the requirement for transparency. Based on the submissions
Gazette du Canada Partie I
737
En ce qui concerne la majoration des droits d’enregistrement,
soulignons qu’aucun dividende ne sera versé dans environ
50 p. 100 des dossiers de consommateurs. Le nouveau barème des
droits d’enregistrement n’aura donc aucune incidence sur les
créanciers dans ces dossiers. Toutefois, dans le petit nombre de
dossiers donnant lieu à des recettes supérieures à 2 000 $, le nouveau barème pourrait réduire d’environ 12,50 $ (soit 1,38 $ pour
chaque créancier, selon la moyenne de neuf créanciers) les dividendes versés aux créanciers.
Enfin, en ce qui a trait aux créanciers qui ont négligé d’aviser
le syndic d’un changement d’adresse au cours des procédures
d’insolvabilité et qui demandent par la suite des dividendes non
réclamés administrés en fiducie par le BSF, les nouveaux droits
de 30 $ couvriraient simplement les frais d’examen et de traitement des demandes par le Bureau. L’incidence de ces nouveaux
frais devrait être minime. Par exemple, en 1999-2000, le BSF a
traité 3 109 transactions d’une valeur totale de 563 351 $ (ou
181,20 $ par transaction).
Incidence sur le syndic
Les coûts supplémentaires que devra assumer le syndic par
suite de l’introduction des nouvelles Règles devraient également
être minimes. Il s’agit alors d’un transfert de ressources du syndic
au BSF.
De façon plus précise, un syndic pourrait avoir davantage de
difficulté à réaliser un montant représentant la totalité de ses honoraires dans les dossiers ayant un actif très peu élevé et sa part
de dividendes pourrait être réduite de 12,50 $ dans les dossiers
ayant un actif élevé, mais aucun groupe n’a jugé les montants
assez importants pour soulever une controverse.
Par contre, la modification du barème de prélèvements devrait
réduire les coûts qui incombent au syndic, puisqu’elle diminuera
le nombre de petits chèques de dividendes qu’il doit traiter pour
rembourser les créanciers. (Le prélèvement moyen dans les dossiers d’administration sommaire se situe actuellement à 30 $ et il
devrait passer à 85 $ par suite de l’entrée en vigueur des nouvelles Règles, alors que le nombre de dividendes peu élevés à
verser aux créanciers devrait diminuer.)
En ce qui concerne la majoration de 450 $ au chapitre des
droits de licence annuels, il faut tenir compte de différents éléments : il s’agit d’une augmentation d’environ 4 $ par dossier
(puisqu’on compte environ 875 syndics qui administrent 100 000
dossiers chaque année); les honoraires professionnels des syndics
seront portés à un niveau similaire à ceux d’autres professionnels;
les droits ne couvriront pas encore les coûts croissants du BSF au
chapitre de l’octroi de licences, des vérifications et des sanctions
disciplinaires à l’endroit des syndics. Fait à souligner, certains
syndics versent également des droits pour faire partie d’autres
associations professionnelles (par exemple, l’association des
comptables agréés ou l’Association canadienne des professionnels de l’insolvabilité).
Incidence sur le BSF
Les mécanismes de financement choisis pour le BSF lui permettent de répondre à ses besoins financiers d’une manière correspondant à ce qu’il lui en coûte pour assurer les services à ses
clients et aux intervenants. Par conséquent, ces mécanismes respectent le principe de l’utilisateur-payeur adopté par le gouvernement, selon lequel le coût d’un service bénéficiant à une clientèle distincte et identifiable doit être assumé entièrement par ces
utilisateurs.
Les Règles sont par ailleurs conformes au principe de flexibilité. Elles ne nécessitent aucun changement législatif complexe et
elles pourraient être modifiées dans l’avenir, après consultation
des clients et modification des règlements. En outre, les Règles
738
Canada Gazette Part I
received in response to Meeting the Challenge, it would appear
that most clients understand the rationale behind the fee restructuring. The Rules are consistent with the OSB’s intent to eliminate its cost-recovery shortfall.
In developing this fee package, the OSB is committed to providing efficiency gains for its clients. In particular, this fee package takes into account anticipated savings from automating its
non-compliance activities.
It is important to emphasize that from the onset of our discussions with stakeholders, the OSB was seeking ways to automate
its non-compliance services to accrue savings. Although a proposed private sector partnership did not materialize as intended,
the OSB remains committed to this approach and plans to proceed
shortly with a request for a proposal to design, build and implement an electronic filing system.
The efficiency gains of this initiative are projected to begin in
2002-2003 and increase from $245,000 to $1.5 million by
2005-2006.
This funding initiative therefore addresses more the issue of
how the OSB can continue to provide effective services as regulator of the insolvency marketplace, and less to do with traditional
service improvement initiatives. Further, it deals more with ensuring current service standards can be maintained as opposed to
enhancing or developing new ones. This approach has been
communicated to stakeholders throughout our consultations and
feedback indicates that stakeholders understand and support this
position.
Summary of Benefits and Costs
The public interest is safeguarded since the stakeholders (i.e,
debtors, creditors and trustees) all benefit from the bankruptcy
and insolvency system and pay their “fair share”. The new Rules
are primarily geared towards individual bankruptcies as this is the
area in which the largest gap between costs and revenues exist
and represent in excess of 90 percent of all Canadian insolvencies. The new Rules therefore ensure that consumer debtors pay
their fair share through the increase in the registration fee for consumer bankruptcies, creditors through the increase in levy, and
trustees through the increase in the licensing fee.
Overall, these Rules are not expected to cause hardship for users. Increases to the fees merely recover the portion of the rising
costs of operating and protecting Canada’s insolvency system.
Fees have been scheduled to affect those users of the OSB’s
services who receive a distinct, identifiable benefit above that of
the general public.
March 3, 2001
satisfont au principe de transparence. D’après les présentations et
les mémoires reçus en réponse au document de travail intitulé Un
défi à relever, il semble que la majorité des clients comprennent
les motifs justifiant la restructuration du barème des droits. Enfin,
les Règles devraient permettre au BSF d’atteindre son objectif
d’élimination de l’écart entre les coûts et les recettes.
En établissant le nouveau barème, le BSF s’engage à améliorer
l’efficience au bénéfice de ses clients. En particulier, ce barème
tient compte des économies prévues grâce à l’automatisation de
ses activités liées aux cas de non-conformité.
Il est important de souligner que dès le début des discussions
avec les intervenants, le BSF a cherché des moyens d’automatiser
ses services en ce qui a trait aux cas de non-conformité de manière à accroître les économies. Bien que le BSF n’ait pas conclu
de partenariat avec le secteur privé comme prévu, cette avenue
continue de lui tenir à cœur et il prévoit publier sous peu une demande de propositions pour la conception, l’élaboration et la mise
en œuvre d’un système de dépôt électronique des documents.
Les gains d’efficience liés à l’initiative devraient commencer
en 2002-2003 et passer de 245 000 $ à 1,5 million de dollars en
2005-2006.
Cette initiative de financement, qui repose donc davantage sur
la question de savoir comment le BSF pourra continuer à offrir
des services efficaces en qualité d’organisme de réglementation
du marché de l’insolvabilité, se démarque ainsi des initiatives
traditionnelles destinées à améliorer la prestation de services. En
outre, elle vise davantage à assurer le respect des normes de service actuelles qu’à les améliorer ou à en élaborer de nouvelles.
Nous avons fait connaître cette démarche aux intervenants tout au
long des consultations et les commentaires reçus indiquent qu’ils
comprennent et appuient la position adoptée.
Résumé des avantages et des coûts
Le bien public est protégé, car les intervenants (c’est-à-dire les
débiteurs, les créanciers et les syndics) profitent tous du système
des faillites et de l’insolvabilité et paient leur juste part. Les nouvelles Règles sont principalement centrées sur les faillites de consommateurs, car il s’agit du domaine où l’écart entre les coûts et
les recettes est le plus important et qui comprend plus de
90 p. 100 des dossiers. Les nouvelles Règles font donc en sorte
que chacun paie sa juste part, soit les débiteurs consommateurs
grâce à la majoration des droits d’enregistrement pour les faillites
de consommateurs, les créanciers grâce à la majoration du prélèvement et les syndics grâce à la majoration des droits de licence.
Dans l’ensemble, les Règles ne devraient avoir que des répercussions minimes sur les utilisateurs. Les majorations permettent
simplement de recouvrer une portion des coûts croissants liés au
fonctionnement et à la protection du système d’insolvabilité du
Canada. Le barème des droits a été établi de manière à cibler les
utilisateurs des services du BSF qui reçoivent un avantage distinct
et concret que n’a pas le grand public.
Consultation
Consultations
Consultation Process
This proposed regulatory initiative was published in the 1999
Departmental Regulatory Plan on September 12, 2000.
Processus de consultation
L’initiative de réglementation proposée a été présentée le
12 septembre 2000 dans les Projets de réglementation ministérielle de 1999.
En janvier 1999, le BSF a publié dans son Bulletin sur
l’insolvabilité et dans son site Web un document de travail intitulé Un défi à relever. Ce document faisait état de la nécessité
d’en arriver au recouvrement intégral des coûts, invitait les intervenants à exprimer leur point de vue quant aux mesures que devrait prendre le BSF pour y arriver et présentait plusieurs options
afin de faciliter le débat.
In January 1999, the OSB published in its Insolvency Bulletin
and on the OSB Web site, a discussion paper entitled Meeting the
Challenge. This paper explained the need for full cost recovery;
asked stakeholders to provide their input into how the OSB
should best move to full cost recovery; and presented several
options to facilitate the discussion.
Le 3 mars 2001
The OSB received 32 written submissions and briefs which
were subsequently analyzed by an internal project team against
the seven criteria (equity, fair share, simplicity, public good,
value, flexibility and transparency).
On May 7, 1999, the project team presented its findings and
draft recommendations to the Superintendent of Bankruptcy and
the OSB Management Advisory Board which is comprised of
representatives from the private sector and provincial governments across Canada.
Following the review of the Management Advisory Board and
comments received by stakeholders, one of the initial recommendations was revised to ensure that accessibility to the insolvency
system was maintained (i.e., the proposed increase in registration
fees was reduced from $100 to $75 and the levy was increased
from $150 to $200 in order to recoup the shortfall).
In November 1999, a second consultation paper Funding Options — A response to Meeting the Challenge, was published in
the Insolvency Bulletin and on the OSB web site. Twelve briefs
were received and a meeting was held with the Canadian Insolvency Practitioners Association. To ensure adequate creditor input, several of the major creditors were also canvassed and the
OSB was informed that there was no change in their position.
On June 12, 2000, all seven recommendations for the OSB’s
new fee structure were reviewed and fully endorsed by the OSB
Management Advisory Board.
Client Feedback
Overall, strong support was received from clients for setting
the levy in summary estates at 100 percent of the first $200 in
dividends available to creditors, and 0 percent afterwards as it
(a) is directed only at summary estates (where the largest gap
between costs and revenues exists); (b) better reflects the OSB’s
costs in providing the service; and (c) would eliminate the costs
of distributing and handling numerous small dividend cheques.
In general, creditors also supported using registration fees to
reach full cost recovery as they better reflect the true costs of
delivering the service, while trustees and consumer counselors
expressed concern over the effect higher fees might have on access to the system by low income debtors.
There was some opposition expressed by the trustee community to the increase in trustee license fees. Others pointed out that
due to the limited size of the trustee community (i.e., approximately 875 active trustees), these fee increases would have little
impact in bridging the revenue shortfall and would bring licensing
fees in line with membership fees of other professions.
Finally, there was some support for “reasonable” administrative fees such as establishing new fees for existing services and
offer new services for which fees would be charged (e.g., new
administrative fee of $30 fee charged to creditors for processing
claims against the OSB’s Unclaimed Dividend Trust Fund).
Gazette du Canada Partie I
739
Le BSF a reçu 32 présentations et mémoires, qui ont par la
suite été analysés par une équipe de projet interne d’après les sept
critères retenus (équité, juste part, simplicité, bien public, valeur,
flexibilité et transparence).
Le 7 mai 1999, l’équipe de projet a présenté ses conclusions et
ses recommandations provisoires au surintendant des faillites et
au Conseil consultatif de gestion du BSF, formé de représentants
du secteur privé et des gouvernements provinciaux de tout le
Canada.
À la lumière de l’examen effectué par le Conseil consultatif de
gestion et des commentaires formulés par les intervenants, l’une
des recommandations initiales a été modifiée de manière à assurer
le maintien de l’accessibilité au système d’insolvabilité (c’est-àdire que les droits majorés prévus ont été ramenés de 100 à 75 $,
tandis que le prélèvement est passé de 150 à 200 $ pour permettre
de combler l’écart).
Un deuxième document de travail, intitulé Les mécanismes de
financement possibles : réponse au document de travail Un défi à
relever, a été publié en novembre 1999 dans le Bulletin sur
l’insolvabilité et dans le site Web du BSF. Le Bureau a reçu
12 mémoires et tenu une réunion avec l’Association canadienne
des professionnels de l’insolvabilité. En interviewant plusieurs
créanciers importants pour s’assurer de bien connaître le point de
vue de ce groupe, le BSF a appris que leur opinion n’avait pas
changé.
Le 12 juin 2000, le Conseil consultatif de gestion du BSF a
examiné et approuvé sans réserve les sept recommandations se
rapportant au nouveau barème de droits du Bureau.
Réaction des clients
Dans l’ensemble, les clients étaient très favorables à un prélèvement s’établissant dans le cas des administrations sommaires à
la totalité des 200 premiers dollars de dividendes offerts aux
créanciers et à l’abolition du prélèvement sur les dividendes supplémentaires, car le prélèvement ne s’applique qu’aux administrations sommaires (domaine où l’écart entre les coûts et les recettes est le plus important); il correspond davantage aux coûts
véritables de la prestation des services par le BSF; et il élimine les
coûts liés à la distribution et au traitement de petits chèques de
dividendes.
En général, les créanciers préconisaient aussi une majoration
des droits d’enregistrement pour recouvrer intégralement les
coûts, car ces droits correspondent mieux aux coûts véritables de
la prestation des services. Pour leur part, les syndics et les conseillers des consommateurs se disaient inquiets de l’effet que la
majoration de ces droits risquait d’avoir sur l’accès des débiteurs
à faible revenu au système des faillites et de l’insolvabilité.
L’idée de majorer les droits de licence a suscité une certaine
opposition parmi les syndics. Certains syndics ont par ailleurs
signalé que la majoration des droits de licence n’influerait guère
sur l’écart entre les coûts et les recettes en raison du nombre limité de syndics (environ 875 syndics actifs) et qu’elle porterait
ces droits au niveau de ceux payés dans d’autres professions.
Enfin, les syndics ont indiqué qu’ils accepteraient une hausse
« raisonnable » des frais d’administration, par exemple, l’établissement de nouveaux droits à l’égard de services existants et la
prestation de nouveaux services pour lesquels des droits seraient
exigés (par exemple, de nouveaux frais d’administration de 30 $
imposés aux créanciers pour le traitement de chaque demande de
remboursement de dividendes non réclamés administrés en fiducie par le BSF).
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
These Rules will be enforced by the application of the Bankruptcy and Insolvency Act. There are existing sanctions such as
Les Règles entreront en vigueur dans le cadre de l’application
de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Certaines sanctions sont
740
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
suspensions and/or pecuniary fines for non-compliance. For example, where a trustee fails to pay the annual licencing fee, payable to the Superintendent, his licence is cancelled and in accordance with Rule 134, can only be re-instated with a satisfactory
explanation and payment of a penalty amount of $100. Accordingly, new compliance and enforcement provisions will not be
required nor will additional resources in personnel be required to
monitor the regulatory changes.
déjà prévues, notamment une suspension, une amende ou les
deux, dans les cas de non-conformité. Par exemple, si un syndic
omet de verser au surintendant les droits annuels de renouvellement de sa licence, cette dernière sera suspendue et, conformément à la règle n° 134, il devra payer une amende de 100 $ et
donner une explication satisfaisante pour la faire rétablir. Par
conséquent, il ne sera pas nécessaire d’adopter de nouvelles dispositions relativement à la conformité et à l’application de la loi
ni de se doter de ressources supplémentaires en personnel pour
suivre de près les changements apportés à la réglementation.
Contacts
Personnes-ressources
For further information, contact Steve Stimpson or Chantal
Quesnel, Office of the Superintendent of Bankruptcy, Jean
Edmonds Tower South, 8th Floor, 365 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0C8, (613) 941-5716 or (613) 941-8926
(Telephone), (613) 941-6409 (Facsimile), stimpson.steve@ic.
gc.ca or quesnel.chantal@ic.gc.ca (Electronic mail).
Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez
avec : Steve Stimpson ou Chantal Quesnel, Bureau du surintendant des faillites, Tour Jean-Edmonds Sud, 8e étage, 365, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0C8, (613) 941-5716
ou (613) 941-8926 (téléphone), (613) 941-6409 (télécopieur),
stimpson.steve@ic.gc.ca ou quesnel.chantal@ic.gc.ca (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 209(1) of the Bankruptcy and Insolvency Acta and
paragraph 19(1)(a)b of the Financial Administration Act, proposes
to make the annexed Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency General Rules.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Rules within 30 days after the date of publication of
this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Steve Stimpson, Office of the Superintendent of Bankruptcy, Industry Canada, Jean Edmonds Towers, South Tower,
8th Floor, 365 Laurier Avenue West, Ottawa, Ontario, K1A 0C8
(Tel.: (613) 941-5716; Fax: (613) 941-2862; E-mail: stimpson.
steve@ic.gc.ca).
Ottawa, February 22, 2001
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 209(1) de la Loi sur la faillite et l’insolvabilitéa et de
l’alinéa 19(1)a)b de la Loi sur la gestion des finances publiques,
se propose d’établir les Règles modifiant les Règles générales sur
la faillite et l’insolvabilité, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règles dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à Steve
Stimpson, Bureau du surintendant des faillites, Industrie Canada,
Tour Jean Edmonds Sud, 8e étage, 365, av. Laurier Ouest, Ottawa
(Ontario) K1A 0C8 (tél. : (613) 941-5716; téléc. : (613) 9412862; courriel : stimpson.steve@ic.gc.ca).
RULES AMENDING THE BANKRUPTCY
AND INSOLVENCY GENERAL RULES
RÈGLES MODIFIANT LES RÈGLES GÉNÉRALES
SUR LA FAILLITE ET L’INSOLVABILITÉ
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. (1) The portion of subsection 123(1) of the Bankruptcy
and Insolvency General Rules2 before paragraph (a) is replaced by the following:
123. (1) Subject to subsections (2) and (3), the rate of levy payable on all payments, pursuant to section 147 of the Act, is
(2) Section 123 of the Rules is amended by adding the following after subsection (2):
———
a
b
1
2
S.C. 1992, c. 27, s. 2
S.C. 1991, c. 24, s. 6
SOR/98-240
C.R.C., c. 368; SOR/98-240
Ottawa, le 22 février 2001
Le greffier adjoint du Conseil privé,
MARC O’SULLIVAN
1. (1) Le passage du paragraphe 123(1)1 des Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité2 précédant l’alinéa a) est
remplacé par ce qui suit :
123. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), le taux de
prélèvement effectué, conformément à l’article 147 de la Loi, sur
tout paiement est de :
(2) L’article 123 des mêmes règles est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :
———
a
b
1
2
L.C. 1992, ch. 27, art. 2
L.C. 1991, ch. 24, art. 6
DORS/98-240
C.R.C., ch. 368; DORS/98-240
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
(3) The rate of levy payable for an estate under summary administration is
(a) 100 per cent, where the amount of payments is $200 or less;
or
(b) 100 per cent of the first $200 plus zero per cent of the
amount in excess of $200, where the amount of payments exceeds $200.
(4) The rate of levy set out in subsection (3) applies to all estates under summary administration for which the final statement
of receipts and disbursements has been received by the Division
Office on or after the date of coming into force of that subsection.
2. Section 1321 of the Rules is replaced by the following:
741
(2) The fees set out in paragraphs (1)(a), (c) and (d) apply to all
documents filed on or after the coming into force of those
paragraphs.
3. Subsection 134(2)1 of the Rules is replaced by the
following:
(2) For the purposes of subsection 13.2(2) of the Act, the annual fee payable by a trustee is $850.
4. The Rules are amended by adding the following after
section 136:
136.1 (1) The fee payable by a creditor who applies for payment of a dividend pursuant to subsection 154(2) of the Act is
$30 for each dividend applied for.
(2) The fee set out in subsection (1) applies to all applications
for dividends made on or after the coming into force of that
subsection.
(3) Dans le cas où les paiements sont faits dans le cadre de
l’administration sommaire d’un actif, le taux de prélèvement est
de :
a) cent pour cent, dans le cas des paiements d’au plus 200 $;
b) cent pour cent pour les deux cents premiers dollars et zéro
pour cent pour le montant en sus de 200 $, dans le cas des
paiements supérieurs à 200 $.
(4) Le taux de prélèvement fixé au paragraphe (3) s’applique à
toute administration sommaire dont l’état définitif des recettes et
des débours est reçu par le bureau de division à la date d’entrée en
vigueur de ce paragraphe ou après cette date.
2. L’article 1321 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
132. (1) Les frais forfaitaires de dépôt, auprès du séquestre officiel, de tous les documents concernant un actif sont les
suivants :
a) dans le cas de l’administration sommaire d’un actif d’un
particulier qui fait faillite pour la première fois sous le régime
du droit canadien ou de tout pays prescrit en application de
l’article 168.1 de la Loi, 75 $ ou, dans le cas de toute autre
faillite, 150 $, payables lors du dépôt d’une cession aux termes
du paragraphe 49(3) de la Loi ou lorsqu’une ordonnance de séquestre est rendue aux termes du paragraphe 43(6) de la Loi;
b) dans le cas d’une proposition faite par une personne insolvable, 150 $, payables lors du dépôt d’une copie de la proposition
aux termes du paragraphe 62(1) de la Loi;
c) dans le cas d’une proposition de consommateur faite par un
débiteur consommateur, 100 $, payables lors du dépôt d’une
copie de la proposition aux termes de l’alinéa 66.13(2)d) de la
Loi;
d) dans le cas où le séquestre officiel ordonne, conformément
au paragraphe 49(8) de la Loi, que cesse de s’appliquer au failli
le paragraphe 49(6) de la Loi, 75 $, payables au moment où est
ordonnée cette mesure.
(2) Les frais forfaitaires fixés aux alinéas (1)a), c) et d)
s’appliquent au dépôt de documents fait à la date d’entrée en vigueur de ces alinéas ou après cette date.
3. Le paragraphe 134(2)1 des mêmes règles est remplacé
par ce qui suit :
(2) Pour l’application du paragraphe 13.2(2) de la Loi, les
droits annuels payables par le syndic sont de 850 $.
4. Les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 136, de ce qui suit :
136.1 (1) Les frais forfaitaires payables par un créancier sur
présentation d’une demande de dividende visée au paragraphe 154(2) de la Loi sont de 30 $ pour chaque dividende réclamé.
(2) Les frais forfaitaires fixés au paragraphe (1) s’appliquent à
toute demande de dividende présentée à la date d’entrée en vigueur de ce paragraphe ou après cette date.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Rules come into force on the 30th day after their
publication.
5. Les présentes règles entrent en vigueur le trentième jour
après la date de leur publication.
[9-1-o]
[9-1-o]
132. (1) The total fee to file all documents relating to an estate
with the official receiver is as follows:
(a) $75 for an estate under summary administration in respect
of an individual bankrupt who has never before been bankrupt
under the laws of Canada or of any jurisdiction prescribed under section 168.1 of the Act and, in the case of any other bankruptcy, $150, payable at the time of filing an assignment pursuant to subsection 49(3) of the Act or at the time of the making
of a receiving order pursuant to subsection 43(6) of the Act;
(b) in the case of a proposal made by an insolvent person,
$150, payable at the time of filing a copy of the proposal pursuant to subsection 62(1) of the Act;
(c) in the case of a consumer proposal made by a consumer
debtor, $100, payable at the time of filing a copy of the consumer proposal pursuant to paragraph 66.13(2)(d) of the Act;
and
(d) if the official receiver directs, pursuant to subsection 49(8)
of the Act, that subsection 49(6) of the Act ceases to apply in
respect of a bankrupt, $75, payable at the time of the official
receiver’s direction.
———
1
SOR/98-240
———
1
DORS/98-240
742
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Assessment of Financial Institutions Regulations,
2001
Règlement de 2001 sur les cotisations des institutions
financières
Statutory Authority
Office of the Superintendent of Financial Institutions Act
Fondement législatif
Loi sur le Bureau du surintendant des institutions financières
Sponsoring Department
Office of the Superintendent of Financial Institutions
Ministère responsable
Bureau du surintendant des institutions financières
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
In accordance with the Office of the Superintendent of Financial Institutions Act (OSFI Act), the Office of the Surintendent of
Financial Institutions (OSFI) is funded mainly through assessments on the industry and a user-pay program for selected services. A small portion of OSFI’s revenue is derived from the
Government of Canada for actuarial services.
Description
Comme le prévoit la Loi sur le Bureau du surintendant des
institutions financières (la « Loi »), les activités du Bureau du
surintendant des institutions financières (BSIF) sont financées
principalement par les cotisations versées par les institutions ainsi
que les droits perçus en contrepartie de certains services selon le
principe de l’utilisateur payeur. Une modeste partie des recettes
du BSIF provient des fonds publics pour les services actuariels
fournis au gouvernement du Canada.
En outre, le BSIF impute principalement ses coûts engagés
pendant l’exercice précédent aux institutions financières qu’il
surveille. À cette fin, le BSIF répartit ses coûts entre les secteurs
des institutions de dépôts (banques, sociétés de fiducie et de prêt
et associations coopératives de crédit) et le secteur des assurances
(sociétés d’assurance-vie et sociétés d’assurances multirisques) et
ces montants sont imputés aux institutions de chaque secteur selon la formule prescrite par règlement. Chaque année, le BSIF
explique son budget aux intervenants de l’industrie et sollicite
leurs commentaires au sujet de leurs cotisations.
Le Règlement de 2001 sur les cotisations des institutions financières (le « Règlement ») est pris en vertu de l’article 23 de la
Loi. Le Règlement remplace le règlement en vigueur et instaure
un nouveau régime d’imputation des dépenses de fonctionnement
annuelles du BSIF aux institutions de dépôts, aux associations
coopératives de crédit, aux sociétés d’assurance-vie et aux sociétés d’assurances multirisques.
Le Règlement est nécessaire pour mettre en œuvre les modifications apportées à l’article 23 de la Loi de 1997. Par suite de ces
changements, une partie de la formule servant au calcul des cotisations de chaque secteur de l’industrie doit être prescrite par
règlement plutôt que précisée dans la Loi. Pour que ce nouvel
article puisse être édicté, la disposition législative existante sera
reprise, sous réserve des modifications des dispositions du Règlement, décrites plus loin.
En outre, le Règlement est requis pour mettre en place la
phase 2 du projet des utilisateurs payeurs du BSIF. À l’automne
de 1996, le BSIF a mis sur pied un Groupe de travail des utilisateurs payeurs pour étudier la possibilité de mettre en place un
programme des utilisateurs payeurs visant avant tout à rendre
l’imputation des dépenses de fonctionnement du BSIF plus équitable. En vertu de la phase 1, qui a été achevée le 1er janvier 1999,
des frais d’utilisateurs ont été établis à l’égard des activités de
plus grande envergure dont s’acquitte le BSIF pour certaines institutions et des tiers. Dans le cadre de la phase 2, le BSIF a procédé à l’examen complet de la méthode actuelle de calcul des
Therefore, OSFI recovers its expenses for the previous year
from the financial institutions that it supervises. To this end, OSFI
allocates its expenses to the deposit-taking (banks, trust and loan
companies and cooperative credit associations) and insurance (life
insurance and property and casualty insurance) sectors. The costs
are then apportioned to institutions within each sector using a
formula-based annual assessment. OSFI determines its operating
budget for each year as part of its business planning process. This
budget is explained to industry stakeholders and their input is
sought on the resulting assessments.
The Assessment of Financial Institutions Regulations, 2001
(Regulations) are made pursuant to section 23 of the OSFI Act.
These Regulations replace the Assessment of Financial Institutions Regulations that are currently in place and introduce a new
regime to allocate OSFI’s annual operating costs to institutions
within each sector.
These Regulations are needed to implement legislative amendments that were made to section 23 of the OSFI Act in 1997. As a
result of these changes, part of the formula pursuant to which
assessments are calculated for each industry sector must be prescribed by regulation rather than be specified in the Act. In order
that this new section can be proclaimed into force, the existing
legislative provision will be replicated with the exception of the
changes noted below.
In addition, these Regulations are needed to implement Phase 2
of OSFI’s User Pay project. In the fall of 1996, OSFI established
a User Pay Task Force to review the feasibility of implementing a
user pay program with the primary objective to more fairly distribute OSFI’s costs. Phase 1, which was completed on January 1,
1999, introduced user fees for significant activities that OSFI
undertakes for specific institutions and third parties. Phase 2 included, amongst other things, a full review of the current assessment methodology for each industry sector as well as a review of
the feasibility of introducing a surcharge for “problem institutions.” An Industry Advisory Committee (IAC), made up of
Le 3 mars 2001
representatives from the various industry associations, was created to assist OSFI with Phase 2 issues. Based on the User Pay
Task Force’s review of the issues and consultations with the IAC,
the Regulations introduce a number of changes modifying OSFI’s
current methodology for recovering its costs from federally regulated financial institutions (FRFIs).
The main change to the Regulations is the introduction of assessment surcharges for “problem institutions”. The introduction
of a surcharge is intended to recognize the additional resources
required to supervise and monitor these institutions, thus reallocating supervisory costs on a more equitable basis. A surcharge
will also apply to FRFI affiliates of a “problem institution” to
reflect the increased cost of supervising the group. This will not
generate additional revenue since money collected from surcharges will be deducted from OSFI’s operating costs for the
sector from which the surcharges were collected.
Further, a number of amendments are being made to the assessment methodology for the insurance sector in order to address
some of the inequities and certain other issues arising out of the
current approach.
Currently, insurance company assessments are based on “inCanada” premiums only. The new Regulations include 25 percent
of foreign premiums in the assessment bases for the insurance
sector in order to give some recognition to the time and resources
required by OSFI in supervising insurance companies with foreign operations.
Further, the assessment base for insurance companies is
amended to include a 25 percent reduction for the portion of the
company’s premium base that exceeds $100 million to reflect the
efficiencies in supervising large companies.
Finally, the assessment formula for insurance companies is
amended to provide for a more gradual increase in the assessments for small companies as they move above the minimum
threshold. Currently, insurance companies whose formula-based
assessments are below the minimum threshold pay a flat assessment of $10,000 per year. Companies with formula-based assessments above the threshold pay the $10,000 minimum plus
whatever amount the formula yields. This results in a substantial
jump in assessments for small companies just over the minimum
assessment level.
In order to allow FRFIs time to adjust to the new Regulations, a
transitional rule will have the effect of phasing-in the surcharges
and the inclusion of foreign premiums over a two-year period,
starting April 1, 2001.
Gazette du Canada Partie I
743
cotisations pour chaque secteur de l’industrie, en plus d’étudier la
possibilité d’assujettir les institutions dites « à problème » à une
cotisation additionnelle. Un Comité consultatif de l’industrie
(CCI) formé de représentants des diverses associations de
l’industrie, a été mis sur pied pour aider le BSIF à réaliser la
phase 2. Prenant appui sur l’examen des enjeux effectués par le
Groupe de travail des utilisateurs payeurs et sur les consultations
menées auprès du CCI, le Règlement met en place un certain
nombre de changements modifiant la façon dont le BSIF recouvre
à l’heure actuelle ses dépenses de fonctionnement auprès des institutions financières fédérales (IFF).
Le principal changement apporté au Règlement est l’établissement d’une cotisation additionnelle qui sera exigée des « institutions à problème ». Cette mesure vise à refléter les ressources
supplémentaires qu’entraînent la surveillance et le contrôle de ces
institutions, de manière à rendre l’imputation des coûts de surveillance plus équitable. Une cotisation additionnelle sera également exigée des IFF qui sont membres du groupe d’une IFF « à
problème » pour refléter le coût supplémentaire lié à la surveillance de ce groupe. Cette mesure ne générera pas de recettes
supplémentaires puisque le produit de la cotisation additionnelle
sera déduit des dépenses de fonctionnement du BSIF se rapportant au secteur duquel la cotisation additionnelle aura été perçue.
En outre, des modifications sont apportées au calcul de la cotisation du secteur des assurances pour corriger certains problèmes
d’équité et d’autres difficultés attribuables à la méthode existante.
À l’heure actuelle, la cotisation des sociétés d’assurances repose uniquement sur les primes se rapportant à leurs activités au
Canada. En vertu du nouveau règlement, 25 p. 100 du revenuprimes au titre des opérations à l’étranger s’ajouteront à l’assiette
de cotisation du secteur des assurances pour tenir compte dans
une certaine mesure du temps et des ressources que le BSIF consacre à la surveillance des assureurs actifs à l’étranger.
En outre, l’assiette de cotisation des sociétés d’assurances est
modifiée pour inclure une réduction de 25 p. 100 de l’excédent du
revenu-primes de l’assureur sur 100 millions de dollars pour tenir
compte des gains d’efficience dans la surveillance des sociétés
d’envergure.
Enfin, le règlement modifie le calcul de la cotisation annuelle
des sociétés d’assurances de façon à prévoir une augmentation
plus progressive de la cotisation des petites sociétés d’assurances
dont la cotisation établie au moyen de la formule dépasse à peine
le seuil minimal. À l’heure actuelle, les assureurs dont la cotisation établie en application de la formule prévue est inférieure à la
cotisation minimale sont redevables d’une cotisation forfaitaire de
10 000 $ par année. Les sociétés dont la cotisation établie selon la
formule dépasse le seuil prévu sont redevables de la cotisation
minimale de 10 000 $ et de la cotisation obtenue par application
de la formule. Cela entraîne une nette augmentation de la cotisation des petites sociétés dont la cotisation établie au moyen de la
formule dépasse à peine le seuil minimal.
Pour donner le temps aux IFF de se conformer au nouveau règlement, une règle transitoire aura pour effet d’instaurer progressivement la cotisation additionnelle et l’inclusion des primes de
sources étrangères sur une période de deux ans, à compter du
1er avril 2001.
Alternatives
Solutions envisagées
Various alternatives were considered in developing these
Regulations (i.e. whether the status quo should be maintained,
whether the amendments should be made as proposed or whether
different amendments should be made).
Les facteurs suivants ont été pris en compte pour déterminer
s’il y avait lieu de maintenir le statu quo, d’apporter les modifications proposées ou de recourir à d’autres amendements.
744
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
With respect to the assessment surcharge for problem institutions, a number of factors were considered, including the approach used by foreign regulators. The formula was chosen that
yields the closest relationship to the resources spent on problem
institutions, while not putting undue burden on smaller
institutions.
With respect to the assessment methodology for the insurance
sector, although arguments have been made in favour of the status
quo, the decision was made to include 25 percent of foreign premiums in the assessment base in order to give some recognition to
the time and resources required by OSFI in supervising insurance
companies with foreign operations.
With respect to the reduction in the assessment base for large
insurance companies, the reduction of the portion of the premium
base that exceeds $100 million by 25 percent was chosen in order
to reflect the efficiencies that OSFI realizes in supervising large
insurance companies.
With respect to the calculation of assessments for insurance
companies, the amendment of the current formula to provide for a
more gradual increase in assessments for small companies was
chosen in order to eliminate the current situation where there is a
substantial jump in assessments for small companies with assessment bases marginally above the minimum assessment
threshold.
En ce qui a trait à la cotisation additionnelle des institutions à
problème, on a notamment tenu compte de la méthode utilisée par
les organismes étrangers de réglementation. On a retenu la formule qui reflète le mieux les ressources consacrées aux institutions à problème, tout en évitant d’imposer un fardeau indu aux
institutions de plus petite taille.
Pour ce qui est du calcul de la cotisation du secteur des assurances, même si certains réclamaient le maintien du statu quo, il a
été décidé d’inclure 25 p. 100 du revenu-primes de sources étrangères à l’assiette de cotisation pour tenir compte du temps et des
ressources que le BSIF consacre à la surveillance des sociétés
d’assurances actives à l’étranger.
S’agissant de la réduction de l’assiette de cotisation des grandes sociétés d’assurances, il a été décidé d’amputer de 25 p. 100
l’excédent du revenu-primes sur 100 millions de dollars pour
refléter les gains d’efficience que réalise le BSIF au chapitre de la
surveillance des grandes sociétés d’assurances.
En ce qui a trait au calcul de la cotisation des sociétés d’assurances, la modification de la formule existante pour faire en sorte
que la cotisation des petits assureurs augmente de façon plus progressive a été retenue pour éliminer la situation existante où la
cotisation de ces dernières augmente de façon substantielle lorsque la cotisation établie d’après la formule est à peine supérieure
à la cotisation minimale.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The proposed amendments will not increase the total amount to
be assessed against the financial institutions that OSFI supervises.
They will, however, alter the assessments payable by individual
institutions within each industry sector in order to more accurately reflect the actual cost of supervision and to distribute those
costs in a more equitable manner. Therefore, implementation of
the Regulations will result in increased assessments for some
institutions and decreased assessments for others.
The introduction of assessment surcharges will result in increased assessments for “problem institutions.” Money collected
from surcharges within a sector will be deducted from OSFI’s
annual operating costs allocated to that sector and, therefore, will
result in reduced assessments for the other institutions within that
sector. It is not foreseen that this surcharge will place an undue
financial burden on these problem institutions. In this respect, a
cap will be placed on the surcharge to limit the impact on small
institutions.
La mise en œuvre du règlement n’augmentera pas le montant
total de la cotisation payée par les institutions financières surveillées par le BSIF. Les changements apportés auront pour effet
de modifier la cotisation des institutions faisant partie de chaque
secteur de manière à rendre l’imputation des coûts de surveillance
plus équitable. En outre, la cotisation de certaines institutions
augmentera et elle sera réduite pour d’autres.
Generally, based on 1999 data, the net impact of all these
changes will be to increase assessments for all staged institutions,
decrease assessments for non-staged small and mid-sized insurance companies paying more than the minimum assessment, and
increase assessments for four of the six largest life insurance
companies (due to their sizable foreign premiums).
There will be no material additional cost to OSFI resulting
from these changes.
L’établissement d’une cotisation additionnelle fera grimper la
cotisation des « institutions à problème ». Cependant, il est prévu
que cette augmentation ne présentera pas un fardeau financier
indu pour ces institutions. À cet effet, un maximum sera établi
afin de minimiser l’impact de cette cotisation additionnelle pour
les petites institutions. Le produit de cette cotisation additionnelle
perçue auprès des institutions d’un secteur donné sera déduit des
dépenses annuelles de fonctionnement du BSIF imputables à ce
secteur, de sorte que la cotisation des autres institutions de ce
même secteur sera réduite.
Dans le cas des sociétés d’assurances, la mesure dans laquelle
leur cotisation sera modifiée dépendra également de l’ampleur du
revenu-primes de sources étrangères et de l’excédent de leur
revenu-primes total sur 100 millions de dollars. En outre, la modification proposée du calcul de la cotisation des petites sociétés
dont la cotisation dépasse à peine le seuil minimal entraînera de
légers changements de cotisation à l’échelle de ce secteur.
Sur la base de statistiques de 1999, il est prévu que l’impact
global de tous ces changements entraînera une augmentation de la
cotisation des institutions à problème, une diminution de la cotisation des petites et moyennes sociétés d’assurances dont la cotisation est supérieure au seuil minimal et une augmentation de la
cotisation de quatre des six sociétés d’assurances d’envergure.
Ces changements n’entraîneront pas de coûts additionnels importants pour le BSIF.
Consultation
Consultations
In the summer of 1999, OSFI established an Industry Advisory
Committee (IAC) comprised of members of the major
Le BSIF a mis sur pied le CCI à l’été 1999 pour tenir des
consultations efficaces sur tous les enjeux liés aux mesures de
For insurance companies, the change in assessments will also
depend on the level of foreign premiums and the amount of total
premiums over $100 million. In addition, the proposal to provide
for a more gradual increase in the assessments for small companies as they move above the minimum threshold will result in
slight changes in assessments within the industry.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
745
associations — the Canadian Bankers Association (CBA), the
Canadian Life and Health Insurance Association Inc. (CLHIA),
the Insurance Council of Canada (ICC), and the Canadian Association of Mutual Insurance Companies (CAMIC) — as well as a
representative from Canada Trust. The committee was established
to provide a forum for open discussion of issues related to Phase
Two of the User Pay Project. OSFI met with the IAC twice in the
fall of 1999 to discuss various assessment options for each sector.
IAC members were invited to suggest other options for consideration. In December 1999, OSFI sent a package to IAC members
presenting alternative assessment options for each sector. This
package was also sent to the individual institutions within each of
the DTI, life and p&c sectors. Individual institutions and IAC
members were invited to comment on the alternatives. Individual
institutions were also given the opportunity to contact OSFI directly to determine the impact that each alternative would have on
their assessments.
OSFI received comments from the industry associations and a
few insurance companies. In August 2000, the IAC met to discuss
the comments received and OSFI outlined its final proposals on
the various issues.
recouvrement des coûts. Le Comité consultatif de l’industrie
(CCI) regroupe des représentants des diverses associations de
l’industrie — l’Association des banquiers canadiens (ABC),
l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (ACCAP), le Conseil d’assurances du Canada (CAC), et
l’Association canadienne des compagnies d’assurances mutuelles
(ACCAM) — ainsi qu’un représentant de la société Canada Trust.
À l’automne 1999, les représentants du BSIF ont rencontré ceux
du CCI à deux reprises pour discuter de l’instauration d’une cotisation additionnelle pour les institutions à problème et d’autres
options de calcul de la cotisation des trois principaux groupes
d’institutions financières. Le CCI a soumis ces options à l’examen des membres de leurs associations respectives. Les institutions ont également eu l’opportunité de discuter l’impact des différentes options et alternatives directement avec le BSIF.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
These amendments will require some minor changes in OSFI
procedures. There are no additional personnel resources required.
Ces modifications nécessiteront de légers changements des
procédures du BSIF, mais n’exigent toutefois pas de ressources
humaines supplémentaires.
Contact
Personne-ressource
Mr. Ron Bergeron, Chairman, User Pay Task Force, Office of
the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street,
Kent Square, Ottawa, Ontario K1A 0H2, (613) 990-8083 (Telephone), (613) 990-7394 (Facsimile).
Monsieur Ron Bergeron, Président, Groupe de travail sur les
utilisateurs payeurs, Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Square Kent, Ottawa (Ontario) K1A
0H2, (613) 990-8083 (téléphone), (613) 990-7394 (télécopieur).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 23(3)a of the Office of the Superintendent of Financial Institutions Actb, proposes to make the annexed Assessment
of Financial Institutions Regulations, 2001.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of this notice, and be addressed
to Christa Sanders, Regulations Officer, Legislation and Precedents Division, Office of the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario, K1A 0H2.
Ottawa, February 22, 2001
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 23(3)a de la Loi sur le Bureau du surintendant des institutions financièresb, se propose de prendre le Règlement de 2001
sur les cotisations des institutions financières, ci-après.
Les intéressées peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les 30 jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
Partie I ainsi que la date de publication et d’envoyer le tout à
Christa Sanders, Agent de la réglementation, Division de la législation et des précédents, Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario), K1A 0H2.
Ottawa, le 22 février 2001
Le greffier adjoint du Conseil privé
MARC O’SULLIVAN
———
a
b
S.C. 1997, c. 15, s. 339
R.S., c. 19 (3rd Supp.), Part I
Suite à ces consultations, le BSIF a reçu des commentaires des
associations de l’industrie et de quelques sociétés d’assurances.
En août 2000, le BSIF a rencontré le CCI pour discuter des commentaires reçus et présenter ses propositions finales sur les différentes options discutées.
———
a
b
L.C. 1997, ch. 15, art. 339
L.R., ch. 18 (3e suppl.), partie I
746
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
ASSESSMENT OF FINANCIAL
INSTITUTIONS REGULATIONS, 2001
RÈGLEMENT DE 2001 SUR LES COTISATIONS
DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these Regulations.
“Act” means the Office of the Superintendent of Financial Institutions Act. (Loi)
“affiliate” has the same meaning as in section 2 of the Bank Act.
(membre du groupe)
“authorized foreign bank” has the same meaning as in section 2 of
the Bank Act. (banque étrangère autorisée)
“cooperative credit association” means an association to which
the Cooperative Credit Associations Act applies and includes a
central cooperative credit society for which an order has been
made under subsection 473(1) of that Act. (association coopérative de crédit)
“foreign fraternal benefit society” has the same meaning as in
section 571 of the Insurance Companies Act. (société de secours étrangère)
“foreign life company” has the same meaning as in section 571
of the Insurance Companies Act. (société d’assurance-vie
étrangère)
“life company” has the same meaning as in subsection 2(1) of the
Insurance Companies Act. (société d’assurance-vie)
“loan company subsidiary”, in respect of a bank, means a subsidiary of the bank that is a trust and loan company and that is not
authorized under the Trust and Loan Companies Act to carry
on any activity referred to in section 412 of that Act. (société
de prêt filiale)
“society” has the same meaning as in subsection 2(1) of the Insurance Companies Act. (société de secours)
“subsidiary” has the same meaning as in section 2 of the Bank
Act. (filiale)
“trust and loan company” means a company to which the Trust
and Loan Companies Act applies. (société de fiducie et de prêt)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« association coopérative de crédit » Association régie par la Loi
sur les associations coopératives de crédit, y compris une coopérative de crédit centrale ayant fait l’objet de l’ordonnance
prévue au paragraphe 473(1) de cette loi. (cooperative credit
association)
« banque étrangère autorisée » S’entend au sens de l’article 2 de
la Loi sur les banques. (authorized foreign bank)
« filiale » S’entend au sens de l’article 2 de la Loi sur les banques. (subsidiary)
« Loi » La Loi sur le Bureau du surintendant des institutions financières. (Act)
« membre du groupe » Membre d’un groupe au sens de l’article 2
de la Loi sur les banques. (affiliate)
« société d’assurance-vie » S’entend au sens du paragraphe 2(1)
de la Loi sur les sociétés d’assurances. (life company)
« société d’assurance-vie étrangère » S’entend au sens de l’article 571 de la Loi sur les sociétés d’assurances. (foreign life
company)
« société de fiducie et de prêt » Société régie par la Loi sur les
sociétés de fiducie et de prêt. (trust and loan company)
« société de prêt filiale » À l’égard d’une banque, une filiale de la
banque qui est une société de fiducie et de prêt non autorisée
aux termes de la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt à mener les activités mentionnées à l’article 412 de cette loi. (loan
company subsidiary)
« société de secours » S’entend au sens du paragraphe 2(1) de la
Loi sur les sociétés d’assurances. (society)
« société de secours étrangère » S’entend au sens de l’article 571
de la Loi sur les sociétés d’assurances. (foreign fraternal
benefit society)
DETERMINATION OF ASSETS, NET REVENUES
AND NET PREMIUMS
DÉTERMINATION DES ÉLÉMENTS D’ACTIF,
DES REVENUS NETS ET DES PRIMES NETTES
2. The Superintendent shall, before December 31 in each calendar year, ascertain
(a) the average total assets during the fiscal year ending on
March 31 of that year of each bank and trust and loan
company;
(b) the average total assets in Canada during the fiscal year
ending on March 31 of that year of each authorized foreign
bank;
(c) the average total assets during the immediately preceding
calendar year of each cooperative credit association;
(d) the total amount of the net revenue received during the immediately preceding calendar year by Green Shield Canada
from its prepayment plans other than administrative services
only plans;
(e) the aggregate of the total amount of net premiums received
in Canada and an amount equal to 25 per cent of net premiums
received outside Canada during the immediately preceding calendar year by each company, society and provincial company
to which the Insurance Companies Act applies; and
(f) the total amount of net premiums received in Canada during
the immediately preceding calendar year by each foreign company to which the Insurance Companies Act applies.
2. Le surintendant doit, avant le 31 décembre de chaque année
civile, déterminer :
a) la moyenne du total des éléments d’actif, pendant l’exercice
se terminant le 31 mars de l’année en cours, de chacune des
banques et des sociétés de fiducie et de prêt;
b) la moyenne du total des éléments d’actif au Canada, pendant
l’exercice se terminant le 31 mars de l’année en cours, de chacune des banques étrangères autorisées;
c) la moyenne du total des éléments d’actif, pendant l’année civile précédente, de chacune des associations coopératives de
crédit;
d) le montant total des revenus nets perçus, pendant l’année civile précédente, par le Bouclier vert du Canada, pour ses régimes de paiement anticipé, à l’exception de ceux des régimes
limités à des services administratifs;
e) la somme du montant total des primes nettes perçues au Canada et d’un montant égal à 25 pour cent des primes nettes perçues à l’étranger, pendant l’année civile précédente, par chacune des sociétés, sociétés de secours et sociétés provinciales
régies par la Loi sur les sociétés d’assurances;
f) le montant total des primes nettes perçues au Canada, pendant l’année civile précédente, par chacune des sociétés étrangères régies par la Loi sur les sociétés d’assurances.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
747
DETERMINATION OF TOTAL ASSESSMENT
DÉTERMINATION DE LA COTISATION TOTALE
3. (1) For the purpose of subsection 23(3) of the Act and subject to subsection (2), the amount assessed by the Superintendent
against each financial institution in respect of any fiscal year shall
be equal to the aggregate of the base assessment determined for
the financial institution in accordance with sections 4 to 7 and any
applicable assessment surcharge determined for the financial institution in accordance with section 8, less any interim assessment
prepared against the financial institution pursuant to subsection 23(4) of the Act.
(2) No assessment is payable in any fiscal year by a financial
institution with respect to which the Minister has approved an
application for voluntary liquidation and dissolution before the
beginning of that fiscal year or with respect to which a court has
made a winding-up order under the Winding-up and Restructuring Act before the beginning of that fiscal year.
3. (1) Pour l’application du paragraphe 23(3) de la Loi et sous
réserve du paragraphe (2), la cotisation imposée par le surintendant à une institution financière pour un exercice donné est égale
à la somme de la cotisation de base établie conformément aux
articles 4 à 7 et de la cotisation additionnelle établie, le cas
échéant, conformément à l’article 8, diminuée du montant de
toute cotisation provisoire établie en vertu du paragraphe 23(4) de
la Loi.
(2) Aucune cotisation n’est exigible pour un exercice donné à
l’égard d’une institution financière dont la demande de liquidation et de dissolution volontaire a été agréée par le ministre avant
le début de l’exercice ou à l’égard de laquelle le tribunal a rendu
une ordonnance de mise en liquidation en vertu de la Loi sur les
liquidations et les restructurations avant le début de l’exercice.
DETERMINATION OF BASE ASSESSMENT FOR BANKS, AUTHORIZED
FOREIGN BANKS AND TRUST AND LOAN COMPANIES
COTISATION DE BASE DES BANQUES, BANQUES ÉTRANGÈRES
AUTORISÉES ET SOCIÉTÉS DE FIDUCIE ET DE PRÊT
4. (1) Subject to subsection (2), the base assessment of a financial institution that is a bank, an authorized foreign bank or a trust
and loan company shall be equal to, for any fiscal year, the aggregate of
(a) in the case of
(i) a loan company subsidiary, $10,000, or
(ii) a financial institution not referred to in subparagraph (i),
where the average total assets ascertained pursuant to paragraph 2(a) or (b), as the case may be, are
(A) greater than $50 billion, $275,000,
(B) greater than $40 billion and equal to or less than
$50 billion, $140,000,
(C) greater than $25 billion and equal to or less than
$40 billion, $100,000,
(D) greater than $5 billion and equal to or less than
$25 billion, $75,000,
(E) greater than $2 billion and equal to or less than $5 billion, $50,000,
(F) greater than $1 billion and equal to or less than $2 billion, $45,000,
(G) greater than $500 million and equal to or less than
$1 billion, $40,000,
(H) greater than $100 million and equal to or less than
$500 million, $30,000,
(I) greater than $50 million and equal to or less than
$100 million, $20,000, or
(J) equal to or less than $50 million, $10,000, and
(b) the amount determined by the formula
4. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la cotisation de base
d’une institution financière qui est une banque, une banque étrangère autorisée ou une société de fiducie et de prêt est égale, pour
un exercice donné, à la somme du montant visé à l’alinéa a) et de
celui visé à l’alinéa b) :
a) s’il s’agit :
(i) d’une société de prêt filiale, 10 000 $,
(ii) d’une institution financière non visée au sous-alinéa (i),
si la moyenne du total des éléments d’actif déterminée en
application des alinéas 2a) ou b), selon le cas, est :
(A) supérieure à 50 milliards $, 275 000 $,
(B) supérieure à 40 milliards $, mais d’au plus 50 milliards $, 140 000 $,
(C) supérieure à 25 milliards $, mais d’au plus 40 milliards $, 100 000 $,
(D) supérieure à 5 milliards $, mais d’au plus 25 milliards $, 75 000 $,
(E) supérieure à 2 milliards $, mais d’au plus 5 milliards $, 50 000 $,
(F) supérieure à 1 milliard $, mais d’au plus 2 milliards $,
45 000 $,
(G) supérieure à 500 millions $, mais d’au plus 1 milliard $, 40 000 $,
(H) supérieure à 100 millions $, mais d’au plus 500 millions $, 30 000 $,
(I) supérieure à 50 millions $, mais d’au plus 100 millions $, 20 000 $,
(J) égale ou inférieure à 50 millions $, 10 000 $,
b) le montant déterminé selon la formule suivante :
(A − B) × C / D
where
A is the amount by which the amount of the expenses, ascertained pursuant to subsection 23(1) of the Act, incurred for
or in connection with the administration of the Bank Act
and the Trust and Loan Companies Act exceeds the total of
any service charges, assessment surcharges and other revenues relating to the administration of those Acts in respect
of the fiscal year,
B is the aggregate of all the amounts assessed under paragraph (a) against all financial institutions that are banks,
authorized foreign banks or trust and loan companies and
under subsection (2) against all financial institutions referred to in that subsection,
(A − B) × C / D
où :
A représente l’excédent du montant — déterminé en application du paragraphe 23(1) de la Loi — des dépenses engagées dans le cadre de l’application de la Loi sur les banques
et de la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt sur le
montant total des droits de service, des cotisations additionnelles et des autres revenus découlant de l’application
de ces lois relativement à l’exercice en question,
B la somme de toutes les cotisations imposées au titre de
l’alinéa a) et du paragraphe (2),
C la moyenne du total des éléments d’actif de l’institution financière déterminée en application des alinéas 2a) ou b),
selon le cas,
748
Canada Gazette Part I
C is the average total assets of the financial institution ascertained pursuant to paragraph 2(a) or (b), as the case may be,
and
D is the aggregate of the average total assets for all financial
institutions that are banks, authorized foreign banks or trust
and loan companies, other than institutions referred to
in subsection (2) or 3(2), ascertained pursuant to paragraph 2(a) or (b), as the case may be.
(2) The base assessment of a financial institution that is an
authorized foreign bank that is subject to the restrictions and requirements referred to in subsection 524(2) of the Bank Act shall
be equal to $10,000.
DETERMINATION OF BASE ASSESSMENT FOR
COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS
5. The base assessment of a financial institution that is a cooperative credit association shall be equal to, for any fiscal year,
(a) where the amount determined by the formula A × B / C is
equal to or less than $10,000, the amount of $10,000, and
(b) otherwise, the aggregate of $10,000 and the amount determined by the formula
(B − D) × A / E
where
A is the average total assets of the cooperative credit association ascertained pursuant to paragraph 2(c),
B is the amount by which the amount of expenses, ascertained
pursuant to subsection 23(1) of the Act, incurred for or in
connection with the administration of the Cooperative
Credit Associations Act exceeds the total of any service
charges, assessment surcharges and other revenues relating
to the administration of that Act in respect of that fiscal
year,
C is the aggregate of the average total assets for all cooperative credit associations, other than those referred to in subsection 3(2), ascertained pursuant to paragraph 2(c),
D is the product obtained by multiplying $10,000 by the
number of cooperative credit associations assessed under
subsection 23(3) of the Act in respect of that fiscal year,
and
E is the aggregate of the average total assets ascertained pursuant to paragraph 2(c) for each cooperative credit association, other than one referred to in subsection 3(2), in respect
of which the amount determined by the formula A × B / C
is greater than $10,000.
DETERMINATION OF BASE ASSESSMENT
FOR INSURANCE COMPANIES
6. The base assessment of a financial institution that is a life
company, a society, a foreign life company or a foreign fraternal
benefit society shall be equal to, for any fiscal year, the greater of
(a) in the case of
(i) a society or foreign fraternal benefit society, $1,000, or
(ii) a life company or a foreign life company that is not a
foreign fraternal benefit society, $10,000, and
(b) the amount determined by the formula
(C − D) × A / B
where
A is the total amount of net premiums ascertained pursuant to
paragraph 2(e) or (f), as the case may be, in respect of the
March 3, 2001
D l’ensemble des moyennes du total des éléments d’actif de
toutes les institutions financières qui sont des banques,
banques étrangères autorisées ou sociétés de fiducie et de
prêt non visées aux paragraphes (2) ou 3(2), déterminées en
application des alinéas 2a) ou b), selon le cas.
(2) La cotisation de base d’une institution financière qui est une
banque étrangère autorisée faisant l’objet des restrictions et exigences visées au paragraphe 524(2) de la Loi sur les banques est
de 10 000 $.
COTISATION DE BASE DES ASSOCIATIONS
COOPÉRATIVES DE CRÉDIT
5. La cotisation de base d’une institution financière qui est une
association coopérative de crédit est égale, pour un exercice
donné :
a) à la somme de 10 000 $, dans le cas où le résultat de A × B / C
est égal ou inférieur à 10 000 $;
b) dans le cas contraire, à la somme de 10 000 $, plus le montant déterminé selon la formule suivante :
(B − D) × A / E
où :
A représente la moyenne du total des éléments d’actif de
l’association coopérative de crédit, déterminée en application de l’alinéa 2c),
B l’excédent du montant — déterminé en application du paragraphe 23(1) de la Loi — des dépenses engagées dans le
cadre de l’application de la Loi sur les associations coopératives de crédit sur le montant total des droits de service,
des cotisations additionnelles et des autres revenus découlant de l’application de cette loi relativement à l’exercice en
question,
C l’ensemble des moyennes du total des éléments d’actif de
toutes les associations coopératives de crédit, déterminées
en application de l’alinéa 2c), exception faite des associations coopératives de crédit visées au paragraphe 3(2),
D le produit de 10 000 $ par le nombre d’associations coopératives de crédit à l’égard desquelles une cotisation est imposée pour l’exercice en question en application du paragraphe 23(3) de la Loi,
E l’ensemble des moyennes du total des éléments d’actif —
déterminées en application de l’alinéa 2c) — des associations coopératives de crédit pour lesquelles le résultat de
A × B / C est supérieur à 10 000 $, exception faite des associations coopératives de crédit visées au paragraphe 3(2).
COTISATION DE BASE DES SOCIÉTÉS D’ASSURANCES
6. La cotisation de base d’une institution financière qui est une
société d’assurance-vie, une société de secours, une société
d’assurance-vie étrangère ou une société de secours étrangère est
égale, pour un exercice donné, au plus élevé des montants
suivants :
a) soit, s’il s’agit :
(i) d’une société de secours ou d’une société de secours
étrangère, l 000 $,
(ii) d’une société d’assurance-vie ou d’une société
d’assurance-vie étrangère qui n’est pas une société de secours étrangère, 10,000 $;
b) soit le montant déterminé selon la formule suivante :
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
749
7. (1) For the purposes of this section, Green Shield Canada
shall be considered to be a property and casualty company within
the meaning of subsection 2(1) of the Insurance Companies Act.
(2) The base assessment of a financial institution that is an insurance company, other than one referred to in section 6, shall be
equal to, for any fiscal year, the greater of
(a) $10,000, and
(b) the amount determined by the formula
(C − D) × A / B
où :
A représente le montant total, déterminé en application des
alinéas 2e) ou f) selon le cas, des primes nettes perçues par
l’institution financière, diminué de 25 pour cent de la partie de ce montant total qui excède, le cas échéant,
100 millions $,
B la somme des montants déterminés en application de l’élément A à l’égard de toutes les institutions financières qui
sont des sociétés d’assurance-vie, des sociétés de secours,
des sociétés d’assurance-vie étrangères ou des sociétés de
secours étrangères, à l’exception de celles ayant fait l’objet
d’une cotisation au titre de l’alinéa a) et de celles visées au
paragraphe 3(2),
C l’excédent du montant — déterminé en application du paragraphe 23(1) de la Loi — des dépenses engagées dans le
cadre de l’application de la Loi sur les sociétés d’assurances à l’égard des institutions financières qui sont des sociétés d’assurance-vie, des sociétés de secours, des sociétés
d’assurance-vie étrangères ou des sociétés de secours étrangères, sur le montant total des droits de service, des cotisations additionnelles et des autres revenus découlant de
l’application de cette loi qui sont attribuables à ces institutions relativement à l’exercice en question,
D la somme de toutes les cotisations imposées au titre de
l’alinéa a).
7. (1) Pour l’application du présent article, le Bouclier vert du
Canada est réputé être une société d’assurances multirisques au
sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur les sociétés d’assurances.
(2) La cotisation de base d’une institution financière qui est une
société d’assurances non visée à l’article 6 est égale, pour un
exercice donné, au plus élevé des montants suivants :
a) 10 000 $;
b) le montant déterminé selon la formule suivante :
(C − D) × A / B
(C − D) × A / B
financial institution, less 25 per cent of the amount, if any,
by which that total amount exceeds $100 million,
B is the aggregate of the amounts determined for A, in respect
of all financial institutions that are life companies, societies,
foreign life companies or foreign fraternal benefit societies,
other than those assessed under paragraph (a) and those referred to in subsection 3(2),
C is the amount by which the amount of expenses, ascertained
pursuant to subsection 23(1) of the Act, incurred for or in
connection with the administration of the Insurance Companies Act and attributable to financial institutions that are
life companies, societies, foreign life companies or foreign
fraternal benefit societies exceeds the total of any service
charges, assessment surcharges and other revenues relating
to the administration of that Act and attributable to those
institutions in respect of that fiscal year, and
D is the aggregate of all the amounts assessed under paragraph (a) against all financial institutions that are life companies, societies, foreign life companies or foreign fraternal
benefit societies.
where
A is the total amount of net revenue or the total amount of net
premiums ascertained pursuant to paragraph 2(d), (e) or (f),
as the case may be, in respect of the financial institution,
less 25 per cent of the amount, if any, by which that total
amount exceeds $100 million,
B is the aggregate of the amounts determined for A, in respect
of all financial institutions that are insurance companies,
other than those referred to in section 6, those assessed under paragraph (a) and those referred to in subsection 3(2),
C is the amount by which the amount of expenses, ascertained
pursuant to subsection 23(1) of the Act, incurred for or in
connection with the administration of the Insurance Companies Act and the Green Shield Canada Act and attributable to financial institutions that are insurance companies,
other than those referred to in section 6, exceeds the total of
any service charges, assessment surcharges and other revenues relating to the administration of those Acts and attributable to those institutions in respect of that fiscal year, and
D is the aggregate of all the amounts assessed under paragraph (a) against all financial institutions that are insurance
companies, other than those referred to in section 6.
où :
A représente le montant total, déterminé en application des
alinéas 2d), e) ou f), selon le cas, des revenus nets ou des
primes nettes perçus par l’institution financière, diminué de
25 pour cent de la partie de ce montant total qui excède, le
cas échéant, 100 millions $,
B la somme des montants déterminés en application de l’élément A à l’égard de toutes les institutions financières qui
sont des sociétés d’assurances non visées à l’article 6, à
l’exception de celles ayant fait l’objet d’une cotisation au
titre de l’alinéa a) et de celles visées au paragraphe 3(2),
C l’excédent du montant — déterminé en application du paragraphe 23(1) de la Loi — des dépenses engagées dans le
cadre de l’application de la Loi sur les sociétés d’assurances et de la Loi sur l’association personnalisée le Bouclier vert du Canada à l’égard des institutions financières
qui sont des sociétés d’assurances non visées à l’article 6
sur le montant total des droits de service, des cotisations
additionnelles et des autres revenus découlant de l’application de ces lois qui sont attribuables à ces institutions relativement à l’exercice en question,
D la somme de toutes les cotisations imposées au titre de
l’alinéa a).
ASSESSMENT SURCHARGE
COTISATION ADDITIONNELLE
8. (1) Subject to subsections (2) and (3), the amount of the surcharge to be assessed in any fiscal year in respect of a financial
institution that has been assigned a “stage” rating pursuant to the
8. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), la cotisation additionnelle de l’institution financière à qui un niveau d’intervention a été attribué aux termes du Guide d’intervention à
750
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Guide to Intervention for Federal Financial Institutions or in
accordance with the principles set out in that Guide shall be equal
to
(a) in the case of an institution that has been rated at “stage 1”,
the aggregate of $3,000 and an amount equal to 1/12 of 10 per
cent of its base assessment for the preceding fiscal year for
each month during which the institution was so rated; and
(b) in the case of an institution that has been rated at “stage 2”,
“stage 3” or “stage 4”, the aggregate of $5,000 and an amount
equal to 1/12 of 15 per cent of its base assessment for the preceding fiscal year for each month during which the institution
was so rated.
(2) Subject to subsection (3), the amount of the surcharge to be
assessed in any fiscal year in respect of a financial institution that
has been assigned a “stage” rating for the sole reason that it is an
affiliate of another financial institution that has also been assigned
a “stage” rating shall be equal to
(a) in the case of an institution that has been rated at “stage 1”,
an amount equal to 1/12 of 10 per cent of its base assessment
for the preceding fiscal year for each month during which the
institution was so rated; and
(b) in the case of an institution that has been rated at “stage 2”,
“stage 3” or “stage 4”, an amount equal to 1/12 of 15 per cent
of its base assessment for the preceding fiscal year for each
month during which the institution was so rated.
(3) The amount of the surcharge to be assessed in any fiscal
year in respect of a financial institution shall not exceed an
amount equal to
(a) in the case of a surcharge referred to in paragraph (1)(a) or
(2)(a), 0.2 per cent of the assets of the institution at the end of
the preceding fiscal year; and
(b) in the case of a surcharge referred to in paragraph (1)(b) or
(2)(b), 0.4 per cent of the assets of the institution at the end of
the preceding fiscal year.
l’intention des institutions financières fédérales ou selon les principes énoncés dans ce guide, est égale, pour chaque mois d’un
exercice donné au cours duquel un tel niveau lui a été attribué, au
montant suivant :
a) dans le cas d’une institution cotée au niveau 1, la somme de
3 000 $ et d’un montant égal à 1/12 de 10 pour cent de sa cotisation de base pour l’exercice précédent;
b) dans le cas d’une institution cotée au niveau 2, 3 ou 4, la
somme de 5 000 $ et d’un montant égal à 1/12 de 15 pour cent
de sa cotisation de base pour l’exercice précédent.
NOTICE OF ASSESSMENT
AVIS DE COTISATION
9. The Superintendent shall send to each financial institution a
notice in writing of the assessment against it.
9. Le surintendant avise par écrit chacune des institutions financières de la cotisation qu’il lui impose.
TRANSITIONAL
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
10. In respect of the fiscal year beginning on April 1, 2001
and ending on March 31, 2002,
(a) the 25 per cent referred to in paragraph 2(e) shall be
reduced to 12.5 per cent;
(b) the amount of $3,000 referred to in paragraph 8(1)(a)
shall be reduced to $1,500;
(c) the amount of $5,000 referred to in paragraph 8(1)(b)
shall be reduced to $2,500;
(d) the 10 per cent referred to in paragraphs 8(1)(a) and
(2)(a) shall be reduced to 5 per cent; and
(e) the 15 per cent referred to in paragraphs 8(1)(b) and
(2)(b) shall be reduced to 7.5 per cent.
10. Les règles suivantes s’appliquent à l’égard de l’exercice
commençant le 1er avril 2001 et se terminant le 31 mars 2002 :
a) le chiffre de 25 pour cent visé à l’alinéa 2e) est réduit à
12,5 pour cent;
b) le montant de 3 000 $ visé à l’alinéa 8(1)a) est réduit à
1 500 $;
c) le montant de 5 000 $ visé à l’alinéa 8(1)b) est réduit à
2 500 $;
d) le chiffre de 10 pour cent visé aux alinéas 8(1)a) et (2)a)
est réduit à 5 pour cent;
e) le chiffre de 15 pour cent visé aux alinéas 8(1)b) et (2)b)
est réduit à 7,5 pour cent.
REPEAL
ABROGATION
11. The Assessment of Financial Institutions Regulations
are repealed.
1
(2) Sous réserve du paragraphe (3), la cotisation additionnelle
de l’institution financière à qui un niveau d’intervention a été
attribué au seul motif qu’elle est membre du groupe d’une autre
institution financière à qui un niveau d’intervention a aussi été
attribué, est égale, pour chaque mois d’un exercice donné au
cours duquel un tel niveau lui a été attribué, au montant suivant :
a) dans le cas d’une institution cotée au niveau 1, un montant
égal à 1/12 de 10 pour cent de sa cotisation de base pour
l’exercice précédent;
b) dans le cas d’une institution cotée au niveau 2, 3 ou 4, un
montant égal à 1/12 de 15 pour cent de sa cotisation de base
pour l’exercice précédent.
(3) La cotisation additionnelle imposée à une institution financière ne peut excéder, à l’égard d’un exercice donné :
a) dans les cas visés aux alinéas (1)a) et (2)a), 0,2 pour cent
des éléments d’actif de l’institution à la fin de l’exercice
précédent;
b) dans les cas visés aux alinéas (1)b) et (2)b), 0,4 pour cent
des éléments d’actif de l’institution à la fin de l’exercice
précédent.
11. Le Règlement sur les cotisations des institutions financières1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
12. Le présent règlement entre en vigueur le 1er avril 2001.
12. These Regulations come into force on April 1, 2001.
[9-1-o]
[9-1-o]
———
———
1
1
SOR/94-528; SOR/97-483
DORS/94-528; DORS/97-483
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
751
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Lower Universal Anchorage Systems
for Restraint Systems and Booster Cushions)
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (dispositifs universels
d’ancrages d’attaches inférieurs des ensembles de
retenue et des coussins d’appoint)
Statutory Authority
Fondement législatif
Motor Vehicle Safety Act
Sponsoring Department
Loi sur la sécurité automobile
Ministère responsable
Department of Transport
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
The Department of Transport is proposing to amend the Motor
Vehicle Safety Regulations1 (MVSR) and the Motor Vehicle Restraint Systems and Booster Cushions Safety Regulations2
(RSSR). The purpose of these amendments would be to:
— introduce a new regulation — Canada Motor Vehicle Safety
Standard (CMVSS 210.2) Lower Universal Anchorage Systems for Restraint Systems and Booster Cushions that would
require passenger cars, multi-purpose passenger vehicles,3
trucks3 and buses4 to be manufactured with lower universal
anchorage systems (lower anchorages) for the installation of
add-on children’s restraint systems; and
— amend the RSSR to require that infant and child restraint systems be fitted with lower connector systems (lower connectors) with which the restraint systems would be secured to the
vehicle’s lower anchorages; the amendment would also permit, but not require, other categories of restraint systems, restraint systems for disabled persons and for infants with special needs, as well as booster cushions, to be fitted with lower
connectors.
Description
Le ministère des Transports propose de modifier le Règlement
sur la sécurité des véhicules automobiles1 (NSVAC) et le Règlement sur la sécurité des ensembles de retenue et des coussins
d’appoint (véhicules automobiles)2 [RSER]. Ces modifications
auraient pour buts :
— d’introduire un nouveau règlement — NSVAC 210.2, Dispositifs universels d’ancrages d’attaches inférieurs des ensembles de retenue et des coussins d’appoint — qui exigerait que
les voitures de tourisme et les véhicules de tourisme à usages
multiples3, les camions3 et les autobus4 soient équipés de dispositifs universels d’ancrages d’attaches inférieurs pour l’installation de systèmes de retenue d’appoint pour enfants au
moment de leur fabrication;
— de modifier le RSER de manière à ce que les ensembles de
retenue pour bébés et pour enfants soient équipés d’un système d’attaches inférieures grâce auquel ils pourraient être assujettis aux ancrages du véhicule. La modification permettrait
également, mais sans l’exiger, que d’autres catégories d’ensembles de retenue, les ensembles de retenue pour personnes
handicapées et pour bébés ayant des besoins spéciaux, ainsi que les coussins d’appoint, soient équipés d’attaches
inférieures.
L’objectif du nouveau règlement proposé et des modifications
qu’il entraîne est de permettre aux parents et aux pourvoyeurs de
soins canadiens d’utiliser les ensembles de retenue appropriés
pour installer leurs bébés et leurs enfants dans les véhicules
automobiles.
The focus of the proposed new regulation and the associated
amendments is to make it easier for Canadian parents and caregivers to properly restrain infants and children in motor vehicles.
Background
The proper use of restraint systems has proven highly effective
in reducing the risk of death or serious injury to infants and children. There are three important steps in the proper restraint of
infants and children: using the appropriate restraint for the weight
range of the infant or child, attaching the device safely to the
———
1
2
3
4
C.R.C., c. 1038
SOR/98-159
Applicable to multipurpose passenger vehicles and trucks with a GVWR of
3 864 kg or less and an unloaded vehicle weight of 2 495 kg or less, but would
exclude walk-in vans.
Buses, including school buses, with a GVWR of 4 536 kg or less, but would
exclude shuttle buses.
Historique
L’utilisation appropriée des ensembles de retenue s’est révélée
très efficace dans la réduction des risques de décès ou de blessures graves aux bébés et aux enfants. Il y a trois conditions importantes à respecter pour qu’un bébé ou un enfant soit retenu efficacement : que l’ensemble de retenue convienne au poids du bébé
———
1
2
3
4
C.R.C., ch. 1038
DORS/98-159
S’applique aux véhicules de tourisme à usages multiples et aux camions ayant un
poids nominal brut de 3 864 kg ou moins et un poids sans charge de 2 495 kg ou
moins, à l’exclusion des fourgons profilés surélevés.
Autobus, incluant les autobus scolaires, ayant un poids nominal brut de 4 536 kg
ou moins, mais excluant les bus-navettes.
752
Canada Gazette Part I
vehicle and properly harnessing the infant or child in the restraint
system.
March 3, 2001
Since 1989,10 a Canadian regulation, CMVSS 210.1, has required that top tether anchorage holes be supplied in passenger
cars, with users taking responsibility for installing the tether
hardware into the anchorage hole. Since this measure was introduced, the use of top tethers11 has doubled in some parts of Canada. On September 30, 1998, an amendment to the regulation was
published,12 so that other categories of vehicles — light trucks
ou de l’enfant, que l’ensemble soit attaché de façon sécuritaire au
véhicule et que le bébé ou l’enfant soit correctement assujetti
dans l’ensemble de retenue.
Selon un sondage récent, 91 p. 100 des bébés (de la naissance à
9 kg) étaient retenus par un ensemble de retenue approprié. Toutefois, seulement un peu plus de la moitié (56 p. 100) des ensembles de retenue pour bébés étaient fixés correctement au véhicule
(jeu maximal de 25 mm sur la ceinture de sécurité, et bébé faisant
face à l’arrière). Quant aux enfants dont la masse était de 9 kg à
18 kg, 70 p. 100 étaient dans un ensemble de retenue approprié,
mais seulement un sur trois de ces ensembles (36 p. 100) était fixé
correctement au véhicule (avec courroie d’attache supérieure et
jeu maximal de 25 mm sur la ceinture de sécurité)5.
Depuis 1989, un groupe de travail de l’Organisation internationale de normalisation (ISO/TC 22/SC 12/WG 1) a œuvré activement à l’élaboration d’une norme internationale, appelée ISOFIX,
portant sur les systèmes universels d’attaches pour les ensembles
de retenue pour bébés et pour enfants. Le Canada a été un membre actif de ce groupe, y présentant des résultats de recherches et
diverses propositions qui ont contribué à amener le groupe de
travail ISO à faire consensus autour d’une solution. Il en est sorti
un projet de norme internationale6.
Ce projet précise que les véhicules sont équipés, au moment de
leur construction, de deux points d’attache permanents ou « barres » auxquels tous les ensembles de retenue pour bébés et pour
enfants seront fixés. Cette norme indique également que les véhicules doivent être livrés avec un point d’attache additionnel dont
la forme est laissée à la discrétion du pays chargé d’appliquer la
réglementation. Au Canada, les fabricants doivent déjà installer
un ancrage d’attache supérieur sur la plage arrière, le plancher ou
la structure du siège des véhicules légers.
Dans le cadre de sa participation au groupe de travail, le Canada, par l’entremise de Transports Canada, a présenté un concept
ainsi que des résultats d’essais et de recherches au groupe de travail ISO. Ce concept, connu sous le nom de CanFIX7,8,9, prend la
forme d’un système d’attaches inférieures rigidement reliées aux
ensembles de retenue pour enfants, qui s’enclenchent de façon
sécuritaire sur les points d’attache ISOFIX. Une courroie d’attache supérieure complète la fixation sécuritaire du CanFIX.
Depuis 198910, un règlement canadien, le NSVAC 210.1, exige
des trous d’ancrage pour fixer la courroie d’attache supérieure11
dans les véhicules de tourisme, laissant aux usagers la responsabilité d’installer l’accessoire d’ancrage dans ces trous. Depuis
l’adoption de cette mesure, l’utilisation des courroies d’attaches
supérieures a doublé dans certaines parties du pays. Le 30 septembre 1998, une modification au règlement a été publiée12, qui
———
———
According to a recent survey, 91 percent of infants (birth to
9 kg) were in an appropriate restraint system. However, of those,
only slightly over half (56 percent) of infant restraint systems
were attached correctly to the vehicle (with 25 mm of seat belt
slack or less, and facing the rear of the vehicle). For children
whose mass was 9 to 18 kg, 70 percent were in an appropriate
restraint system, but only one in three of those restraint systems
(36 percent) was installed properly in the vehicle (including tether
and 25 mm of seat belt slack or less).5
Since 1989, a working group of the International Organization
for Standardization (ISO/TC 22/SC 12/WG 1) has worked actively in developing an international standard for universal infant
and child restraint attachment systems; this is called the ISOFIX.
Canada has been an active member of that group, presenting research data and alternatives that have led to the ISO working
group consensus solution. A draft international standard (DIS)6
has been finalized.
This DIS specifies that vehicles have two permanent, built-in
attachment points, or “bars”, to which all infant and child restraint
systems would be secured. The standard also stipulates that an
additional attachment point be provided as well. The form of this
third attachment point is left to the regulating country. In Canada,
manufacturers must already provide a tether anchorage, which is
found on the rear parcel shelf, floor or seat structure of light duty
vehicles.
As part of Canada’s involvement in the working group, Transport Canada presented a design concept, and results of testing and
research on this concept to the ISO working group. This concept,
known as the CanFIX,7,8,9 is a system where lower connectors
rigidly attached to child restraint systems snap securely into place
around the ISOFIX bars. A top tether completes the safe attachment of the CanFIX.
5
6
7
8
9
10
11
12
Pilot Study to Develop a Methodology for Observations of Infant and Child
Restraint Use, prepared by RONA Kinetics and Associates Limited, North
Vancouver, Canada, 1999.
ISO DIS 13216-1 Road vehicles — Child restraint systems — Anchorages in
vehicles and attachments to anchorages — Part 1: Seat bight anchorages and
attachments.
Minutes of the 11th meeting of ISO/TC 22/SC 12/WG 1, May 19 and 20 1994,
Grasso, Germany.
Development of a CanFIX Interlock System for Child Restraints, Jocelyn Pedder, William Gardner, France Legault, George Salcudean, David Hillebrandt;
Canadian Multidisciplinary Road Safety Conference IX, Montréal,
1995.
Development of the CanFIX Infant and Child Restraint/Vehicle Interface System, Jocelyn Pedder, France Legault, George Slacudean, David Hillebrandt,
William Gardner, Mathieu Labrecque; SAE Paper 942221, 38th Stapp Car
Crash Conference, Fort Lauderdale, 1994.
SOR/86-975.
Based on results recorded in the province of Québec; Alain Auger and Michelle
Gendreau, Évolution du taux d’utilisation des dispositifs de retenue dans les
véhicules routiers au Québec — 1997, November 1997, Société de l’assurance
automobile du Québec.
SOR/98-457.
5
6
7
8
9
10
11
12
Pilot Study to Develop a Methodology for Observations of Infant and Child
Restraint Use, préparée par RONA Kinetics and Associates Limited, North
Vancouver, Canada, 1999.
ISO DIS 13216-1, Véhicules routiers — Systèmes de retenue pour enfants —
Ancrages dans les véhicules et fixations aux ancrages — Partie 1 : ancrages
près de la jonction dossier-coussin d’assise et fixations.
Procès-verbal de la 11e réunion d’ISO/TC 22/SC 12/WG 1, les 19 et
20 mai 1994, Grasso, Allemagne.
Development of a CanFIX Interlock System for Child Restraints, Jocelyn Pedder, William Gardner, France Legault, George Salcudean, David Hillebrandt;
IXe Conférence canadienne multidisciplinaire en sécurité routière, Montréal,
1995.
Development of the CanFIX Infant and Child Restraint/Vehicle Interface System, Jocelyn Pedder, France Legault, George Slacudean, David Hillebrandt,
William Gardner, Mathieu Labrecque; SAE Paper 942221, 38th Stapp Car
Crash Conference, Fort Lauderdale, États-Unis, 1994.
DORS/86-975.
Selon les données recueillies dans la province de Québec; Alain Auger et Michelle Gendreau, Évolution du taux d’utilisation des dispositifs de retenue dans
les véhicules routiers au Québec — 1997, Société de l’assurance automobile du
Québec, novembre 1997.
DORS/98-457.
Le 3 mars 2001
and multi-purpose passenger vehicles, including passenger vans
and four-wheel drive and sport-utility vehicles — would be
included.
The amendment further ensured that tether anchorages supplied
in vehicles are user-ready and no longer require the installation of
any hardware by the user before a child restraint top tether can be
attached to it. These amendments became effective on September 1, 1999, for passenger cars, and on September 1, 2000, for
light trucks and multi-purpose passenger vehicles.
Summary of Proposed Amendments
User-ready top tether anchorages now make the installation of
the tether strap much easier. However, the bases of child restraint
systems are still currently secured by the vehicle seat belt. This
means that the person installing the restraint systems must ensure
that the vehicle seat belt is threaded through the appropriate path
and that it is adjusted tightly in order to offer optimal protection.
In addition, current seat belt geometry is optimized for adults, and
is not necessarily adequate for attaching an infant or a child restraint system.
A recent observational survey13 showed that 23 percent of seat
belts used to attach child restraint sytems to vehicles were slack
by an amount serious enough to compromise safety (50 mm of
slack or more).
One of the reasons why Transport Canada is considering this
requirement for new lower anchorages is to minimize the current
problems associated with belt misrouting and slack. The new
regulated system would be based on the development of the CanFIX concept. When on its own (infant restraint systems) or in
combination with a tether strap (child restraint systems), these
lower anchorages would ensure a more secure fit and would increase the likelihood of proper attachment of restraint systems in
vehicles by making the procedure simpler. The requirement
would be optional for booster cushions and for restraint systems
for infants with special needs and production restraints for disabled persons.
Proposed Vehicle Requirements
Applicability to vehicle class and type
The new requirements would be applicable to every passenger
car and every multi-purpose passenger vehicle and truck with a
gross vehicle weight rating of 3 864 kg or less and an unloaded
vehicle weight of 2 495 kg or less and every bus with a gross
vehicle weight rating of 4,536 kg or less.
However, because it would be impractical for some vehicles to
be fitted with lower anchorages, the regulation would not be applicable to them. For instance, lower anchorages would not be
required in walk-in vans and shuttle buses. Vehicles that are not
equipped with a passenger-side air bag cut-off switch and that
have the characteristics listed below would also be exempt from
the requirements:
— only one row of seating positions;
———
13
Pilot Study to Develop a Methodology for Observations of Infant and Child
Restraint Use, prepared by RONA Kinetics and Associates Limited, North
Vancouver, Canada, 1999.
Gazette du Canada Partie I
753
en étendait l’application à d’autres catégories de véhicules —
camions légers, véhicules de tourisme à usages multiples, incluant
les fourgonnettes et les véhicules à quatre roues motrices, ainsi
que les véhicules loisir-travail.
La modification permettait en outre de s’assurer que les ancrages d’attaches supérieurs fournis dans les véhicules étaient
prêts à utiliser et n’exigeaient plus que l’usager installe un accessoire d’ancrage afin de fixer la courroie d’attache supérieure d’un
ensemble de retenue pour enfants. Ces modifications sont entrées
en vigueur le 1er septembre 1999, pour les véhicules de tourisme,
et le 1er septembre 2000, pour les camions légers et les véhicules
de tourisme à usages multiples.
Résumé des modifications proposées
Les ancrages d’attaches supérieurs prêts à utiliser rendent
maintenant l’installation de la courroie d’attache plus facile.
Toutefois, la base des ensembles de retenue pour enfants n’est
encore retenue que par la ceinture de sécurité du véhicule. Cela
signifie que la personne qui installe l’ensemble de retenue doit
s’assurer que la ceinture de sécurité suit le parcours prévu et
qu’elle est suffisamment bien serrée pour offrir une protection
optimale. En outre, les ceintures de sécurité actuelles sont configurées en fonction des adultes et ne conviennent pas nécessairement à la fixation d’ensembles de retenue pour bébés et pour
enfants.
Une enquête récente13 a montré que 23 p. 100 des ceintures de
sécurité utilisées pour fixer aux véhicules les ensembles de retenue pour enfants avaient suffisamment de jeu pour compromettre
la sécurité (50 mm de jeu ou plus).
Transports Canada propose d’exiger l’installation des nouveaux ancrages d’attaches inférieurs, notamment pour réduire au
minimum les problèmes actuels associés aux ceintures mal installées et insuffisamment serrées. Le nouveau système visé par la
réglementation s’appuierait sur le développement du concept
CanFIX. Installés de façon indépendante (ensembles de retenue
pour bébés) ou combinés à une courroie d’attache (ensembles de
retenue pour enfants), ces ancrages d’attaches inférieurs assureraient une installation plus sécuritaire et feraient augmenter la
probabilité que les ensembles de retenue soient fixés de façon
appropriée dans les véhicules, en simplifiant la procédure. Cette
exigence serait facultative pour les coussins d’appoint et pour les
ensembles de retenue pour bébés ayant des besoins spéciaux,
ainsi que pour les ensembles de retenue de série pour personnes
handicapées.
Exigences proposées
Application par catégorie et type de véhicules
Les nouvelles exigences s’appliqueraient à toutes les voitures
de tourisme et tous les véhicules de tourisme à usages multiples et
camions dont le poids nominal brut est égal ou inférieur à
3 864 kg, et le poids sans charge, égal ou inférieur à 2 495 kg,
ainsi qu’à tous les autobus dont le poids nominal brut est d’au
plus 4 536 kg.
Toutefois, parce qu’il serait peu pratique pour certains véhicules d’être équipés d’ancrages d’attaches inférieurs, le règlement
ne s’appliquerait pas à ces véhicules. Par exemple, on n’exigerait
aucun ancrage d’attaches inférieur dans les fourgons profilés surélevés et les bus-navettes. Les véhicules qui ne sont pas équipés
d’un dispositif d’interruption du fonctionnement du sac gonflable,
du côté du passager, et qui ont les caractéristiques énumérées cidessous seraient également exemptés de se conformer à ces
exigences :
———
Pilot Study to Develop a Methodology for Observations of Infant and Child
Restraint Use, préparée par RONA Kinetics and Associates Limited, North
Vancouver, Canada, 1999.
13
754
Canada Gazette Part I
— no seating position located in the rear row of seats capable of
accommodating a fixture representing a child restraint; and
— transmission or suspension components are located in such a
way that they would interfere with the installation of lower
anchorages.
In such cases, lower anchorages could be installed at an alternate
location. In a vehicle where the distance between the rear and
front seating positions is limited, one set of lower anchorages
could be installed in a front seating position.
All the exemptions discussed above are in harmony with requirements of the United States National Highway Traffic Safety
Administration (NHTSA).
March 3, 2001
— seulement une rangée de places assises;
— aucune place assise, dans la rangée arrière de sièges capable
de recevoir un dispositif représentant un siège pour enfants;
— des composantes de la transmission ou de la suspension placées de manière à empêcher l’installation des ancrages d’attaches inférieurs à l’endroit où ils devraient être.
Dans ces cas, les ancrages d’attaches inférieurs pourraient être
installés à un autre endroit. Si, dans un véhicule, la distance entre
les places assises à l’avant et à l’arrière était limitée, un jeu
d’ancrages d’attaches inférieurs pourrait être installé à une place
assise à l’avant.
Toutes les exemptions mentionnées ci-dessus s’harmonisent
avec les exigences américaines de la National Highway Traffic
Safety Administration (NHTSA).
Anchorage Definition and Location
— two straight horizontal and transverse 6 mm diameter bars
that are spaced in a manner to accommodate the lower connectors of the child restraint system;
— transverse spacing of the bars would be determined by a
fixture whose lower connectors are 280 mm apart; and
— the bars would have to be rigidly attached to the vehicle.
Description et emplacement des ancrages
— Deux barres transversales, droites et horizontales, de 6 mm
de diamètre, suffisamment espacées pour recevoir les attaches inférieures de l’ensemble de retenue pour enfants.
— L’espacement latéral des barres serait déterminé à l’aide
d’un dispositif dont les attaches inférieures seraient distantes de 280 mm.
— Les barres devraient être rigidement fixées au véhicule.
Designated Seating Position Requirements
Vehicles with only one row of seating positions:
— one set of lower anchorages only if the vehicle is equipped
with an air bag cut off switch; and
— continued requirement for one user-ready tether anchorage
for every seating position other than the driver’s position.
Exigences relatives aux places assises désignées
Pour les véhicules ne comportant qu’une rangée de places
assises :
— Un jeu d’ancrages d’attaches inférieurs seulement, si le véhicule est équipé d’un interrupteur pour sac gonflable.
— L’obligation de fournir un ancrage d’attache supérieur prêt
à utiliser à chaque place assise autre que celle du conducteur serait maintenue.
Pour les véhicules comportant deux rangées de places assises
désignées ou plus :
— Deux ancrages d’attaches inférieurs dans la deuxième ou la
troisième rangée.
— Le fabricant pourrait choisir quelles places assises seraient
équipées d’ancrages d’attaches inférieurs, à la condition qu’au moins un jeu d’ancrages soit installé dans la
deuxième rangée.
— L’emplacement des ancrages d’attaches supérieurs prêts à
utiliser et leur nombre resteraient inchangés. Toutefois, il
serait nécessaire que la place assise où un ancrage d’attaches inférieur est installé soit aussi équipée d’un ancrage
d’attache supérieur prêt à utiliser. Dans une voiture de tourisme comptant cinq places assises désignées ou plus et
dans un véhicule de tourisme à usages multiples comptant
six places assises désignées ou plus, trois ancrages d’attaches supérieurs prêts à utiliser continueraient d’être obligatoires, permettant ainsi aux utilisateurs qui transporteraient plus de deux enfants de recourir à la ceinture de
sécurité et à la courroie d’attache pour assujettir un troisième ensemble de retenue.
Vehicles with two or more rows of designated seating
positions:
— two lower anchorages in the second or third rows;
— manufacturer to have the option of choosing which of the
seating positions are offered with lower anchorages as long
as at least one set of lower anchorages is located in the second row; and
— the location and number of user-ready tether anchorages
would remain unchanged; however, it would be required
that the seating position where lower anchorages are installed is also equipped with a user-ready tether anchorage.
In a passenger car with five or more designated seating positions, or in a multi-purpose passenger vehicle with six or
more designated seating positions, three user-ready tether
anchorages would continue to be required, allowing users
who transport more than two child passengers to use the
seat belt and the tether strap to secure a third restraint.
Accessibility of the Anchorages
The Department is considering a range for the location of the
lower anchorages at vehicle seating positions. The most rearward
location would be determined by the child restraint fixture (CRF)
as described in ISO 13216-1. This location would not be more
than 70 mm behind the rearmost lower corner of the CRF (point
Z), measured parallel to the bottom surface of the CRF, to the
centre of the bar, with the CRF rear surface against the vehicle
seat back. The most forward location would be determined as
Accessibilité des ancrages
Le Ministère considère une gamme d’emplacements pour les
ancrages d’attaches inférieurs aux places assises des véhicules.
L’emplacement le plus éloigné vers l’arrière serait déterminé en
fonction du dispositif d’essai représentant un ensemble de retenue
pour enfants (DERERE) décrit dans la norme ISO 13216-1. Cet
emplacement ne serait pas à plus de 70 mm derrière le coin inférieur le plus éloigné du DERERE (point Z), mesuré parallèlement
à la surface inférieure du DERERE jusqu’au centre de la barre, la
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
755
being not less than 120 mm behind the vehicle seating reference
point, measured horizontally, to the centre of the bar.
surface arrière du DERERE étant placée contre le dossier du siège
du véhicule. L’emplacement le plus éloigné vers l’avant ne serait
pas à moins de 120 mm derrière le point de référence de la place
assise du véhicule, mesurés horizontalement jusqu’au centre de la
barre.
The Department is further proposing to allow foldable and deployable lower anchorages until September 1, 2004. Until then,
the Department will monitor the situation and will continue to
develop a rear impact test procedure. Should field experience
show a need for improved adult rear occupant protection, the Department will consider introducing a new requirement. If, however, the experience with foldable lower anchorages is positive,
the Department will consider extending the permission to use
them.
Le Ministère propose en outre de permettre les ancrages d’attaches inférieurs repliables jusqu’au 1er septembre 2004. Jusqu’à
cette date, il surveillera la situation et continuera d’élaborer une
procédure pour les essais d’impacts arrière. Si les expériences sur
le terrain démontraient un besoin d’améliorer la protection des
occupants adultes à l’arrière, le Ministère examinerait la possibilité de proposer une nouvelle exigence. Si, toutefois, l’expérience
avec des ancrages d’attaches inférieurs repliables était positive, le
Ministère envisagerait de prolonger la permission de les utiliser.
The Department intends to require a visible marking on the
seating position upholstery if the lower anchorages are not visible
in a specified manner. The Department is also proposing to require that foldable and deployable lower anchorages be identified
by a specified symbol. This same symbol would be required to
identify seating positions fitted with lower anchorages in the vehicle’s owner’s manual and on or near the connectors on the restraint systems.
Le Ministère entend exiger qu’un symbole visible soit présent
sur le tissu de la place assise si les ancrages d’attaches inférieurs
ne sont pas visibles selon une manière particulière. Le Ministère
propose également d’exiger que les ancrages d’attaches inférieurs
repliables soient identifiés à l’aide d’un symbole particulier. Le
même symbole serait requis pour désigner la place assise équipée
d’ancrages d’attaches inférieurs dans le manuel de l’utilisateur du
véhicule, ainsi que sur les attaches inférieures des ensembles de
retenue, ou près de ceux-ci.
Strength Test
Essai de résistance
To ensure the safety of users of the system, the Department intends to require static testing of vehicle lower anchorages. A
modified ISO-based static force application device described in
CMVSS 210.1 subparagraph (8)(a)(ii)14 would be used. All lower
anchorages and user-ready tether anchorages in a row of seating
positions would be tested simultaneously where it is possible to
use restraint systems simultaneously.
Pour assurer la sécurité des utilisateurs du système, le Ministère a l’intention de procéder à des essais statiques sur les ancrages d’attaches inférieurs des véhicules. On aurait recours au
dispositif d’essai modifié de résistance statique conforme aux
normes ISO décrit au sous-alinéa (8)a)(ii)14 de la NSVAC 210.1.
Tous les ancrages d’attaches inférieurs pour ensembles de retenue
et tous les ancrages d’attaches supérieurs prêts à utiliser d’une
même rangée de places assises seraient testés simultanément lorsqu’il serait possible d’utiliser simultanément des ensembles de
retenue.
The Department intends to apply a two-stage test load. First, an
8-kilonewton force would be applied to each of the test fixtures
loading the lower anchorages and the user-ready tether anchorage
of a seating position. The onset rate would be 135 000 N/second
and the force would be attained within 30 seconds and held for a
period of one second. The displacement of a point on the test
fixture would be measured at the end of this first loading. The
displacement criteria would be based on the vehicle interior space
available in front of the seating position, allow for a greater displacement when there is more room to do so. Then the load would
be increased to 15 kilonewtons and maintained for another second. The criterion at the 15-kilonewton level would be that the
lower anchorage does not separate from the structure to which it
is attached. The Department feels that this load, while higher than
that of the ISO DIS, is necessary to ensure that restraint systems
being designed to the current trend of accommodating heavier
children will stay safely in place. Sled, static and full vehicle
testing conducted by the Department has confirmed this.
Le Ministère entend procéder à un essai de charge en deux étapes. D’abord, une force de 8 kilonewtons serait appliquée à chacun des dispositifs d’essai fixé aux ancrages d’attaches inférieurs
et à l’ancrage d’attache supérieur prêt à utiliser d’une place assise.
La force serait exercée à un taux de 135 000 N/seconde; elle serait atteinte en moins de 30 secondes et maintenue pendant une
seconde. Le déplacement d’un point sur le dispositif d’essai serait
mesuré à la fin de ce premier essai de charge. Les critères de déplacement seraient fonction de l’espace disponible à l’intérieur du
véhicule en avant de la place assise et un déplacement plus grand
serait permis lorsqu’il y aurait plus d’espace. La charge serait
ensuite portée à 15 kilonewtons et maintenue pendant une autre
seconde. Le critère à respecter à 15 kilonewtons serait que l’ancrage ne se sépare pas de la structure à laquelle il est attaché. Le
Ministère croit que cette charge, tout en étant plus élevée que
celle du projet de norme internationale de l’ISO, est nécessaire
pour s’assurer que les ensembles de retenue conçus en vertu de la
tendance actuelle, qui est de s’adapter à des enfants plus lourds,
seront maintenus en place en toute sécurité. Les essais avec chariot, statiques et avec véhicules effectués par le Ministère ont
confirmé cet état de fait.
The United States final rule15 specifies a continuous 15-kilonewton pull test. The excursion limit of the point on the fixture is
set at 125 mm. It does not allow for a greater displacement when
there is more room to do so. This excursion limit is measured at
Le règlement final américain15 exige un essai de traction continue de 15 kilonewtons. La limite de déplacement du point sur le
dispositif d’essai est fixée à 125 mm. Elle ne permet pas de déplacement supérieur lorsqu’il y a suffisamment d’espace. Aux
———
———
14
14
15
SOR/98-457.
49 CFR Parts 571 and 596, Docket No. 98-3390, Notice 2, February 27, 1998
and August 31, 1999.
15
DORS/98-457.
49 DERERE Parties 571 et 596, Registre no 98-3390, Avis 2, 27 février 1998 et
31 août 1999.
756
Canada Gazette Part I
the 15-kilonewton level in the United States. Several manufacturers have petitioned the NHTSA to adopt a test with an incremental displacement limit similar to the one that the Department
is proposing. The petitions also ask for an 8-kilonewton limit.
The Department is also proposing a lateral loading requirement. A 5-kilonewton force would be applied in that case. At any
time during that test, a pre-determined point on the test fixture
would not be permitted to displace more than 125 mm.
This test would replace a similar procedure currently required
to test the strength of tether anchorages. An additional testing cost
of approximately $1,000 would result from the proposed lateral
load test.
Proposed Restraint System Requirements
Amendments to the RSSRs would set requirements for infant
and child restraint systems. The child and the infant restraint systems would be required to have adequate and appropriately
spaced lower connectors. They would attach to the 6-mm diameter bars installed in the vehicle. The lower connectors could be
rigidly attached to the restraint system or they could be attached
by means of webbing. The performance requirements for infant
and child restraint systems would remain unchanged. Manufacturers of booster cushions, restraint systems for infants with special needs and production restraint systems for disabled persons
would be given the option of offering their products with the new
system.
Restraint systems fitted with lower connectors would still need
to have the capability of being attached to the vehicle only by the
use of seat belts. This would be necessary for installing restraint
systems in vehicles that do not have the lower anchorages.
Lower Connectors
The Department is proposing to require that child restraint
systems be permanently equipped with a means of attachment to
the lower vehicle anchorages. Transport Canada would not specify the design, the means of attachment or how that means is permanently attached to the child restraint system. However, in order
to ensure compatibility of restraint systems with vehicle lower
anchorage systems, the Department intends to specify that the
lower connectors fit inside a checking device whose dimensions
would be specified. The lower connector system would be required to enable the restraint system to be securely attached to the
lower anchorage system of a vehicle.
Compatibility with Older Vehicles
The Department intends to require that child and infant restraint systems conforming respectively to the requirements of
sections 213 and 213.1 of the RSSR be equipped with a means of
attachment compatible with the vehicle lower anchorages. A
means of securing the restraint systems by Type 1 or Type 2 vehicle seat belts would have to be retained. The same would apply
to booster cushions, restraint systems for infants with special
needs and restraint systems for disabled persons that are voluntarily fitted with lower connectors. This would ensure compatibility between new restraint systems and older vehicles. It would
also ensure that a means of attachment is provided should all
seating positions equipped with lower anchorages in a vehicle be
occupied.
March 3, 2001
États-Unis, cette limite de déplacement est mesurée à l’essai de
15 kilonewtons. Plusieurs fabricants ont demandé aux États-Unis
d’adopter un essai permettant un déplacement plus grand, semblable à celui que le Ministère propose. Leur requête demandait
également une limite à 8 kilonewtons.
Le Ministère propose également des exigences relatives à la
charge latérale. Une force de 5 kilonewtons serait appliquée dans
ce cas. À aucun moment, pendant l’essai, un point prédéterminé
du dispositif d’essai ne pourrait se déplacer de plus de 125 mm.
Cet essai remplacerait une procédure similaire actuellement requise pour les essais de résistance des ancrages d’attaches supérieurs. Un coût supplémentaire d’environ 1 000 $ afférent à
l’essai de charge latérale en résulterait.
Exigences proposées concernant les ensembles de retenue
Les modifications du RSER détermineraient quelles seraient les
exigences concernant les ensembles de retenue pour bébés et pour
enfants. Ces ensembles devraient être équipés d’attaches inférieures adéquates, espacées de façon appropriée, et conçues pour être
reliées aux barres de 6 mm de diamètre installées dans les véhicules. Les attaches inférieures pourraient être rigidement fixées à
l’ensemble de retenue, ou y être reliées par des sangles. Les exigences de rendement des ensembles de retenue pour bébés et
pour enfants resteraient inchangées. Les fabricants de coussins
d’appoint, d’ensembles de retenue pour bébés ayant des besoins
spéciaux et d’ensembles de retenue de série pour personnes handicapées auraient le choix d’offrir ou non leurs produits équipés
du nouveau système.
Il serait toujours obligatoire que les ensembles de retenue équipés d’attaches inférieures puissent être fixés au véhicule à l’aide
des seules ceintures de sécurité, afin qu’il soit possible de les
installer dans des véhicules non équipés d’ancrages d’attaches
inférieurs.
Attaches inférieures
Le Ministère se propose d’exiger que les ensembles de retenue
pour enfants soient équipés en permanence de mécanismes
d’attache aux ancrages inférieurs du véhicule. Transports Canada
ne précisera pas leur forme, leur moyen de fixation ou comment
ces mécanismes seront fixés en permanence à l’ensemble de retenue pour enfants. Toutefois, afin que les ensembles de retenue
soient compatibles avec les ancrages d’attaches inférieurs des
véhicules, le Ministère entend exiger que les attaches inférieures
des ensembles de retenue puissent être insérées dans un dispositif
de contrôle, dont les dimensions de l’enveloppe seraient spécifiées. Le dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs devrait permettre de fixer solidement l’ensemble de retenue au dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs du véhicule.
Compatibilité avec les véhicules plus anciens
Le Ministère entend exiger que les ensembles de retenue pour
bébés et pour enfants se conformant respectivement aux exigences des articles 213 et 213.1 du RSER soient équipés d’un mécanisme d’attache compatible avec les ancrages d’attaches inférieurs des véhicules. Il faudrait conserver un moyen d’assujettir
les ensembles de retenue à l’aide des ceintures de sécurité des
types 1 ou 2. La même exigence s’appliquerait aux coussins d’appoint, aux ensembles de retenue pour bébés ayant des besoins
spéciaux et aux ensembles de retenue pour personnes handicapées
volontairement équipés d’attaches inférieures. On assurerait ainsi
la compatibilité entre les nouveaux ensembles de retenue et les
véhicules plus anciens, et on disposerait d’un moyen de fixer les
ensembles si toutes les places assises d’un véhicule équipé d’ancrages d’attaches inférieurs étaient occupées.
Le 3 mars 2001
Dynamic Testing
The current performance requirements governing restraint systems in Canada specified in sections 213 and 213.1 of the RSSR
would remain unchanged. In the case of child restraint systems,
the maximum forward head excursion of 720 mm in a simulated
crash performed on a HyGe sled at 48 km/h at 20 g would be
retained. In the case of infant restraint systems, the maximum
rotation angle during the simulated crash would also remain unchanged at 70 degrees with respect to the vertical plane.
The dynamic simulation tests would be performed with the restraint systems attached by the new lower connectors, and the
tether strap in the case of child restraint systems. Another test
would be required with the seat belt system of the standard bench
seat replacing the lower connectors. The same criteria would apply to both tests. Canada is not considering a non-tethered test in
the case of child restraint systems.
Gazette du Canada Partie I
757
Essais dynamiques
Au Canada, les exigences de rendement actuelles applicables aux ensembles de retenue, énumérées dans les normes
NSVAC 213 et 213.1 du RSER, resteraient inchangées. Dans le
cas des ensembles de retenue pour enfants, la limite de 720 mm
de déplacement de la tête vers l’avant, dans une collision simulée
exécutée sur un chariot HyGe à 48 km/h et à 20 g, serait maintenue. Dans le cas des ensembles de retenue pour bébés, l’angle de
rotation maximal au moment d’une collision simulée serait
maintenu à 70 degrés par rapport à la verticale.
Les essais de simulation dynamique seraient effectués alors que
les ensembles de retenue seraient fixés au moyen du nouveau
système d’attaches inférieures et de la courroie d’attache supérieure dans le cas des ensembles de retenue pour enfants. Un autre
essai serait nécessaire avec le système à ceinture de sécurité sur
siège standard utilisé en remplacement du système d’attaches
inférieures. Les mêmes critères s’appliqueraient aux deux essais.
Le Canada n’envisage pas d’essais sans la courroie d’attache supérieure sur les ensembles de retenue pour enfants.
Effective Date
Date d’entrée en vigueur
The Department is proposing that the new regulation and the
associated amendments become effective on September 1, 2002.
Le Ministère propose que le nouveau règlement et ses modifications entrent en vigueur le 1er septembre 2002.
Alternatives
Solutions envisagées
The Department was faced with several alternatives to make
devices available to Canadians that would increase the rate of
proper attachment of children’s restraint systems to vehicles:
— not regulate;
— establish education programs;
— permit the industry to voluntarily supply lower anchorages
and lower connectors;
— adopt by reference the ISO standard;
— incorporate by reference the NHTSA rule; and
— introduce the proposed Regulations.
The Department considered not regulating and retaining the
status quo, but after observing a wide variance in the proper use
of restraint systems for children in the field, and in the public’s
awareness of the effectiveness of the proper use and installation
of infant and child restraint systems, the Department determined
that the current situation was not acceptable. It believes that improvements to the safety of children could be gained by considering other alternatives.
Le Ministère avait plusieurs solutions à envisager pour accroître, au Canada, le pourcentage des ensembles de retenue pour
enfants correctement fixés aux véhicules :
— ne formuler aucune réglementation;
— créer des programmes d’éducation;
— permettre à l’industrie de fournir volontairement les ancrages
d’attaches inférieurs et les attaches inférieures;
— adopter la norme ISO par voie de référence;
— incorporer le règlement américain par voie de référence;
— présenter le règlement proposé.
Le Ministère a examiné la possibilité de ne pas formuler de règlement et de maintenir le statu quo, mais, après avoir observé sur
le terrain un grand écart au chapitre de l’utilisation appropriée
d’ensembles de retenue pour enfants, et conscient de l’efficacité
de l’utilisation et de l’installation appropriées des ensembles de
retenue pour bébés et pour enfants, il a conclu que la situation
actuelle était inacceptable. Il est convaincu qu’il est possible
d’améliorer la sécurité des enfants en examinant la possibilité
d’adopter d’autres solutions.
Le Ministère a participé à un certain nombre de programmes
d’information et d’éducation. Il a fait tous les efforts possibles
pour informer le public sur la manière appropriée d’utiliser ces
ensembles de retenue. Entre 1988 et 2000, le Ministère a retenu
les services de l’Association canadienne des automobilistes
(ACA) pour qu’elle diffuse l’information pertinente et offre des
programmes d’éducation par l’entremise de ses 110 bureaux régionaux. Des coalitions à l’échelon local se sont formées par suite
de ce contrat à long terme. La plupart des bureaux régionaux de
l’ACA continuent d’assurer un bon niveau de service aux Canadiens qui demandent des renseignements sur l’installation des
ensembles de retenue pour bébés et pour enfants.
Depuis 1994, le Ministère a créé un bureau d’information doté
d’un numéro sans frais où les Canadiens peuvent obtenir des renseignements sur tous les aspects de la sécurité routière. Entre
5 000 et 5 500 appels par année portent précisément sur les ensembles de retenue pour bébés et pour enfants. En 1999, le ministre a lancé une trousse d’information destinée au public, qui
The Department has engaged in a number of information and
educational programs. It has made every effort to inform the public on the proper use of the devices. Between 1988 and 2000, the
Department contracted the Canadian Automobile Association
(CAA) to provide that information and deliver education programs through their over 110 regional offices. Local coalitions
formed as a result of this long-standing contract. Most regional
offices of the CAA continue to provide a good level of service to
Canadians requesting information on the installation of child and
infant restraint systems.
Since 1994, the Department has operated an information office
with a toll-free number where Canadians can get information on
all aspects of road safety. Between 5 000 and 5 500 calls a year
request specific information about child and infant restraint systems. In 1999, the Minister launched a public information package that includes a video to be viewed in group sessions or
758
Canada Gazette Part I
individually, a guide, posters, and a Web site.16 A new brochure,
replacing the one distributed by the Department since the mid1980s,17 was introduced in early 2000. A total of 115 000 copies
of this new brochure were distributed in a five-month period. The
Department participates typically in 10 to 15 expositions or
events per year during which members of the public can have
their questions regarding the installation of child and infant restraint systems answered.
Officials of the Department are participating in the efforts of a
national coalition to increase the use of child and infant restraint
systems. Although these programs have contributed to increased
use of restraint systems for children,18 such efforts must continue,
as there are 375 00019 births on average in Canada every year. Of
these births, about 1 in 2.3 are first borns, cases in which the new
parents have never been exposed to the use of children’s restraint
systems. The Department will continue to supply information
through its current programs, but feels that standardization of
restraint systems and their installation in vehicles is required to
ensure the safety of Canadian children.
The Department has considered permitting the industry to voluntarily supply lower anchorages and lower connectors. However,
this alternative was not adopted for several reasons. First, there
would be no assurance of the specifications or compatibility of
the lower anchorages and lower connectors. The Department also
believes that, although benefits of a universal system heavily
outweigh costs, the benefits would be to society in general, while
costs would be incurred by the manufacturers. In such a situation,
some manufacturers may offer lower anchorages and lower connectors while others may not. Manufacturers may offer the system on some of the products they sell in Canada but they may not
be universally adopted for all vehicles and restraints. The Department believes that this would cause undue confusion in the
appropriate installation procedures in the public. The Department
does not consider that a voluntary approach would result in the
same level of safety gain as a regulated approach.
While adopting by reference the ISO standard was a possibility, the Department has determined, through its own testing, that
the use of a third attachment point, the tether strap, presents improved safety benefits. Although the ISO standard permits the use
of a third attachment point, it is not specified. Similarly, the ISO
document test procedures do not have specific provisions for a
third attachment point such as the tether anchorage. This must be
done through requirements in the regulating country. The current
trend to offer restraint systems capable of restraining heavier
children offers increased safety benefits in Canada. However,
testing performed by the Department has shown that the test loads
specified in the ISO standard are not high enough to safely restrain heavier children. The Department feels that adopting the
ISO standard by reference is not appropriate. However, it has
determined that adopting the spatial requirements and the test
fixtures of the ISO standard while adapting the test procedures
March 3, 2001
inclut un vidéo à visionner en groupe ou individuellement, un
guide, des affiches et un site Web16. Une nouvelle brochure, remplaçant celle qui était distribuée par le Ministère depuis le milieu
des années 198017, a été lancée au début de l’an 2000; on en a
distribué 115 000 exemplaires en cinq mois. Le Ministère participe habituellement à quelque 10 à 15 expositions ou événements
par année au cours desquels le public peut obtenir des réponses à
ses questions sur l’installation des ensembles de retenue pour
bébés et pour enfants.
Les représentants du Ministère participent aux efforts d’une
coalition nationale visant à accroître l’utilisation des ensembles
de retenue pour bébés et pour enfants. Bien que ces programmes
aient contribué à augmenter l’utilisation des ensembles de retenue
pour enfants18, les efforts de ce genre doivent se poursuivre, puisqu’on enregistre en moyenne, au Canada, 375 00019 naissances
par année, dont environ une sur 2,3 est un premier-né, donc, dont
les parents n’ont jamais été exposés à l’utilisation des sièges pour
enfants. Le Ministère continuera de fournir des renseignements
par l’entremise de ses programmes actuels, mais il a le sentiment
que la normalisation des ensembles de retenue et de leur installation dans les véhicules sont nécessaires pour assurer la sécurité
des enfants canadiens.
Le Ministère a examiné la possibilité de permettre à l’industrie
de fournir volontairement les ancrages d’attaches inférieurs et les
attaches inférieures. Toutefois, cette option n’a pas été retenue
pour plusieurs raisons. D’abord, il n’y aurait aucune assurance
quant aux spécifications des ancrages d’attaches inférieurs et des
attaches inférieures, et quant à leur compatibilité. Le Ministère
croit également que, bien que les avantages d’un système universel l’emportent largement sur les coûts, ce serait l’ensemble de la
société qui bénéficierait de ces avantages, alors que ce seraient les
fabricants qui en paieraient les coûts. Dans une telle situation,
certains fabricants pourraient offrir des ancrages d’attaches inférieurs ou des attaches inférieures, alors que d’autres pourraient ne
pas le faire. Des fabricants pourraient offrir le système sur certains de leurs produits vendus au Canada, mais le système pourrait ne pas être universellement adopté pour tous les véhicules et
tous les ensembles de retenue. Le Ministère est d’avis que cela
pourrait semer indûment la confusion dans le public pour ce qui
concerne les procédures appropriées d’installation. Le Ministère
ne considère pas qu’une approche fondée sur le volontariat procurerait un gain aussi élevé en matière de sécurité qu’une approche
fondée sur un règlement.
Bien que l’adoption de la norme ISO par voie de référence
constituait une possibilité envisageable, le Ministère a conclu, à
partir de ses propres essais, que l’utilisation d’un troisième point
d’attache, la courroie d’attache supérieure, présenterait des avantages sur le plan de la sécurité. Bien que la norme ISO permette
l’utilisation d’un troisième point d’attache, celui-ci n’y est pas
précisé. Dans le même ordre d’idées, les procédures d’essai de
l’ISO ne sont pas adaptées à des systèmes particuliers comme le
troisième point d’attache, soit l’ancrage d’attache. Cela doit se
faire par l’entremise des exigences du pays chargé d’appliquer la
réglementation. La tendance actuelle d’offrir des ensembles capables de retenir des enfants plus lourds offre des avantages accrus
en matière de sécurité au Canada. Toutefois, les essais faits par le
Ministère ont démontré que les charges d’essai précisées dans la
norme ISO ne sont pas suffisamment grandes pour retenir les
enfants plus lourds en toute sécurité. Le Ministère est d’avis que
———
———
16
16
17
18
19
Transport Canada, video: TP13352, Car Time 1-2-3-4; brochure: TP13511,
Keeping Kids Safe: Car Time 1-2-3-4; Web site: www.tc.gc.ca/roadsafety.
Transport Canada, TP 12573, Keep Them Safe: A Guide to Children’s Car
Seats.
Transport Canada, Safety and Security Leaflet No. CL 9804(E), Child Restraint
Use in Canada: 1997 Survey Data.
Statistics Canada.
17
18
19
Transports Canada, TP13352, En voiture 1-2-3-4, vidéo; TP13511, Protégeons
nos enfants : En Voiture 1-2-3-4, brochure; www.tc.gc.ca/securitroutiere, site Web.
Transports Canada, TP12573, Prenez-en soin : Un guide concernant les sièges
d'enfant à bord des véhicules automobiles.
Transports Canada, Feuillet sur la sécurité no CL 9804(E), Utilisation des dispositifs de retenue d’enfant au Canada, données de l’étude de 1997.
Statistique Canada.
Le 3 mars 2001
and test loads to the Canadian situation would offer the highest
possible benefits.
Gazette du Canada Partie I
759
Because of the anticipated positive outcome of introducing a
new regulation, no other alternatives to the proposed amendment
were considered acceptable.
The proposed amendments would harmonize in a large measure with similar requirements20 that will come into force in the
United States on the same date as the proposed Canadian amendments. The proposed requirements are identical or compatible to
those of the NHTSA.
l’adoption d’une norme ISO par voie de référence n’est pas appropriée. Toutefois, il a établi que l’adoption des exigences spatiales et des dispositifs d’essai de la norme ISO, tout en adaptant
les procédures d’essai et les charges d’essai à la situation canadienne, offrirait les meilleurs avantages possible.
Le Ministère a envisagé d’incorporer le règlement américain
par voie de référence. Toutefois, parce qu’il existe encore plusieurs requêtes en suspens à reconsidérer aux États-Unis, le Ministère a préféré produire le règlement proposé de manière à ce
qu’il s’harmonise aussi étroitement que possible avec le règlement américain, tout en prenant en compte les domaines sur lesquels portent les requêtes, principalement l’essai de traction vers
l’avant et ses exigences en matière de déflexion.
En raison des résultats positifs anticipés par l’introduction d’un
nouveau règlement, aucune autre solution de rechange, à part la
modification proposée, n’a été jugée acceptable.
Les modifications proposées s’harmoniseraient dans une large
mesure avec les exigences semblables20 qui entreront en vigueur
aux États-Unis à la même date que celles qui ont été proposées au
Canada. La plupart des exigences proposées sont identiques ou
compatibles à celles des États-Unis.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The Department reviewed and analyzed the content of a cost
analysis produced by the NHTSA.21 Data reported in the NHTSA
analysis have been adapted to the Canadian situation (the cost of
the tether strap and anchorages were deducted from the NHTSA
costs since those features have already been available to the Canadian consumer for a number of years) and converted to Canadian 1999 dollars. Benefits were estimated based on Canadian
collision data and use surveys.
Le Ministère a examiné le contenu d’une analyse de coûts produite aux États-Unis21. Les données de cette analyse ont été
adaptées à la situation canadienne (le coût de la courroie d’attache
et des ancrages d’attache supérieurs a été soustrait du coût américain, étant donné que ces éléments étaient déjà offerts aux consommateurs canadiens depuis nombre d’années) et converties en
dollars canadiens de 1999. Les avantages ont été estimés à la lumière des données canadiennes sur les accidents, et des sondages
d’utilisation.
Coût par véhicule
Le coût par véhicule n’exigeant qu’un seul jeu d’ancrages
d’attaches inférieurs (c’est-à-dire les véhicules n’ayant qu’une
seule rangée de places assises désignées) serait de 4,18 $CAN
(1999). Le coût par véhicule où deux jeux d’ancrages d’attaches
inférieurs sont nécessaires serait de 9,54 $CAN (1999).
Le nombre de nouveaux véhicules touchés par le nouveau règlement est estimé à environ 1 450 00022 par année (dont environ 250 000 sont des véhicules ne nécessitant qu’un seul jeu
d’ancrages d’attaches inférieurs, et 1 200 000, deux). Compte
tenu des chiffres de vente de véhicules au Canada, le coût de la
nouvelle réglementation pour l’ensemble des véhicules serait de
12 493 000 $23.
Le coût des essais de véhicules n’augmenterait que minimalement à cause de l’introduction de l’exigence relative à la charge
latérale. Un essai de charge latérale coûterait environ 1 000 $.
Aux places assises où les ancrages d’attaches inférieurs seraient
installés, l’essai actuel pour ancrages d’attache supérieurs prêts à
utiliser24 serait remplacé par un test combiné pour les deux types
d’ancrages.
The Department has considered incorporating by reference the
NHTSA rule. However, because there are still several outstanding
petitions for reconsideration in the NHTSA, the Department has
preferred to issue the proposed regulation to be as closely harmonized with the NHTSA rule while taking into consideration the
areas, mainly in the forward pull test and associated deflection
requirements, for which the petitions have been formulated.
Vehicle Costs
The cost per vehicle for which only one set of lower anchorages is needed, i. e. vehicles with only one row of designated
seating positions, would be $4.18 (1999 CDN$). The cost per
vehicle for which two sets of lower anchorages is needed would
be $9.54 (1999 CDN$).
The number of new vehicles affected by the new rule is estimated to be approximately 1 450 00022 per year (about 250 000
are vehicles where only one set of lower anchorages would be
needed, while 1 200 000 vehicles would need two sets of lower
anchorages). Based on Canadian sales of vehicles, the vehicle
costs of the new regulation would be $12,493,000.23
Vehicle testing costs would increase only minimally due to the
introduction of the lateral loading requirement. A lateral loading
test would cost approximately $1,000. At seating positions where
lower anchorages would be installed, the current user-ready tether
anchorage test24 would be replaced by a combined test for the
lower anchorages and the tether anchorage.
———
———
20
20
21
22
23
24
49 CFR Parts 571 and 596, Docket No. 98-3390, Notice 2, February 27, 1998.
Road Safety Directorate, Transport Canada, A Review of the DOT/NHTSA Cost
Estimates for the Proposed ISOFIX Child Seat Restraint Standard and Implications for the Canadian Situation.
Industry Canada.
Vehicles where one set of lower anchorages is needed: 250 000 times $4.18 =
$1, 045,000; Vehicles where two sets of anchorages are needed: 1 200 000 times
$9.54 = $11,448,000; Total costs for anchorage costs for vehicles = $1,045,000
+ $11,448,000 = $12,493,000.
SOR/86-975 and SOR/98-457.
21
22
23
24
DERERE Parties 571 et 596, registre no 98-3390, Avis 2, 27 février 1998.
Transports Canada, Direction générale de la sécurité routière, Analyse du devis
estimatif de DOT/NHTSA relatif à la norme ISOFIX sur les systèmes de retenue
pour enfants et répercussions sur la situation canadienne.
Industrie Canada.
Véhicules n’exigeant qu’un jeu d’ancrages d’attaches inférieurs : 250 000 x
4,18 $ = 1 045 000 $; véhicules exigeant deux jeux d’ancrages d’attaches inférieurs : 1 200 000 x 9,54 $ = 11 448 000 $; coût total des ancrages d’attaches inférieurs pour l’ensemble des véhicules = 1 045 000 $ + 11 448 000 $ =
12 493 000 $.
DORS/86-975 et DORS/98-457.
760
Canada Gazette Part I
Restraint System Costs
The least expensive option to meet the proposed requirements
has been used to determine the costs associated with supplying
lower connectors. This option would be that of a length of flexible webbing with hooks, similar to a tether strap and tether strap
hooks on either side of the restraint system. The cost per restraint
of such devices would be $10.30 (1999 CDN$). New and additional labeling imposed by the proposed requirements are included in the cost. On average, approximately 325 00025 infant
and child restraint systems are sold in Canada each year. The total
restraint system costs of the new lower connectors would be
$3,347,500.26
In the case of infant restraint systems with a separate removable base, lower connectors would be required for both the seating component and the base, if the seating component can be used
in the vehicle without the base. Because the Department was not
able to obtain from the manufacturers the sales volume of this
type of restraint system, the cost of lower connectors on both
components could not be added. Manufacturers would have the
option, but would not be required, to sell booster seats that incorporate the new requirements. Because of this, booster cushions
have not been considered in the cost calculations.
One additional dynamic simulation test would be required. The
cost of such a test is approximately $1,200. There are approximately 80 different model configurations of infant and child restraint systems available at any one time on the Canadian market.
Manufacturers typically recertify their restraint systems every
year. The additional test costs would be $80,000 per year.
The total cost of the lower connectors and testing would be
$3,427,500.
Total Costs for the Proposed Regulation
The total costs of the regulation including costs associated with
the vehicles and restraint systems are $15,920,500 (1999 CDN$)
per year.
Benefits
Benefits have been calculated on the basis of the most recent
Canadian statistics (TRAID)27 in 1997. These statistics show that
a total of 4 609 children aged from birth to five28 were killed or
injured in motor vehicle collisions. Out of this number, 72 were
killed and 4 537 injured.
A 1997 survey29 identified the proportion of improper use of
appropriate restraint systems by age group. Another survey30
showed that 91 percent of infants (birth to 9 kg, or up to one year
old) were in an appropriate restraint system, but of those restraint
systems, 44 percent were improperly attached to the vehicle (with
25 mm of slack or more, and not facing the rear of the vehicle).
With slightly older children (9 to 18 kg), 70 percent were in appropriate restraint systems, but only 36 percent of those restraint
systems were installed properly (including tether and 25 mm of
March 3, 2001
Coût des ensembles de retenue
On a considéré le choix le moins coûteux qui réponde aux exigences proposées pour déterminer les coûts associés à la fourniture d’attaches inférieures. Ce choix serait celui d’une longueur
de sangle flexible et munie de crochets installée de chaque côté de
l’ensemble de retenue, semblable à la courroie d’attache supérieure avec ses crochets. Le coût de tels dispositifs par ensemble
de retenue serait de 10,30 $CAN (1999). Le nouvel étiquetage
imposé par les exigences proposées est inclus dans le coût. En
moyenne, environ 325 00025 ensembles de retenue pour bébés et
pour enfants sont vendus au Canada chaque année. Le coût total
des nouvelles attaches inférieures sur ces ensembles de retenue
serait de 3 347 500 $26.
Dans le cas d’ensembles de retenue pour bébés munis d’une
base amovible séparée, des attaches inférieures seraient requises
tant pour la composante siège que pour la base, si la composante
siège peut être utilisée dans le véhicule sans la base. Étant donné
que le Ministère n’a pu obtenir des fabricants le volume des ventes de ce type d’ensemble de retenue, le coût des attaches inférieures installées sur les deux composantes n’a pu être ajouté. Les
fabricants pourraient vendre des sièges d’appoint répondant aux
nouvelles exigences, mais ne seraient pas tenus de le faire. Les
coûts associés aux coussins d’appoint n’ont donc pas été calculés
dans le coût global.
Un essai de simulation dynamique supplémentaire serait requis.
Le coût d’un tel essai est d’environ 1 200 $. Il y a environ
80 types de configurations d’ensembles de retenue pour bébés et
pour enfants offerts en même temps sur le marché canadien. Les
fabricants recertifient habituellement leurs ensembles de retenue chaque année. Le coût des essais supplémentaires serait de
80 000 $ annuellement. Le coût total des attaches inférieures et
des essais serait de 3 427 500 $.
Coût total de la réglementation proposée
Le coût total de la réglementation incluant les coûts afférents aux véhicules et aux ensembles de retenue est de
15 920 500 $CAN (1999) par année.
Avantages
Les avantages ont été calculés en fonction des plus récentes
statistiques, celles de 1997 (BNDC)27. Ces statistiques montrent
qu’au total 4 609 enfants de la naissance à cinq ans28 ont été tués
ou blessés dans des collisions de véhicules automobiles, soit
72 tués, et 4 537 blessés.
Une enquête effectuée en 199729 indique dans quelle proportion
les ensembles de retenue sont utilisés de façon appropriée par
groupe d’âge. Une autre enquête30 a montré que 91 p. 100 des
bébés (de la naissance à 9 kg, ou jusqu’à un an) étaient retenus
par un ensemble approprié, mais que 44 p. 100 de ces ensembles
n’étaient pas correctement attachés au véhicule (jeu de 25 mm ou
moins, et bébé faisant face à l’arrière). Quant aux enfants légèrement plus vieux (de 9 kg à 18 kg), 70 p. 100 étaient protégés par
un ensemble de retenue approprié, mais seulement 36 p. 100 de
———
———
25
25
26
27
28
29
30
Canadian manufacturers combined sales figures as provided to Transport Canada.
Infant and child restraint seats: 325 000 unit sales times $10.30 = $3,347,500.
Evaluation and Data System Division, Transport Canada, Traffic Accident Information Database.
This group is the closest approximation of the children that benefit from using
infant and child restraints.
Transports Canada, Safety and Security Leaflet No. CL 9804(E), Child Restraint
Use in Canada: 1997 Survey Data.
Pilot Study to Develop a Methodology for Observations of Infant and Child
Restraint Use, prepared by RONA Kinetics and Associates Limited, North Vancouver, Canada, 1999.
26
27
28
29
30
Données cumulatives des fabricants canadiens fournies à Transports Canada.
Sièges de retenue pour bébés et pour enfants : 325 000 unités vendues x 10,30 $
= 3 347 500 $.
Transports Canada, Division de l’évaluation et des systèmes de données, Base
nationale de données sur les collisions.
Ces groupes fournissent les données approximatives les plus précises quant au
nombre d’enfants qui tirent avantage de l’utilisation d’ensembles de retenue
pour bébés et pour enfants.
Transports Canada, Feuillet sur la sécurité no CL 9804(F), Utilisation des dispositifs de retenue d’enfant au Canada, données de l’étude de 1997.
Pilot Study to Develop a Methodology for Observations of Infant and Child
Restraint Use, préparée par RONA Kinetics and Associates Limited, North
Vancouver, Canada, 1999.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
761
seat belt slack or less). When the use and misuse rates are averaged the rates are 80.5 and 19.5 percent respectively. The data is
summarized in the table below.
ces ensembles étaient fixés correctement (avec courroie d’attache
supérieure et jeu maximal de 25 mm sur la ceinture de sécurité).
Les taux moyens de bonne et de mauvaise utilisation étaient respectivement de 80,5 p. 100 et de 19,5 p. 100. Les données sont
résumées dans le tableau ci-dessous.
Proper Use and Improper Attachment
of Restraint Systems by Age Group
Utilisation correcte et mauvaise fixation
des ensembles de retenue par groupes d’âges
Age Group31
(Years)
Proper Use of
Appropriate Restraint
Systems
Restraint Systems
Improperly Attached to
Vehicle
Groupes d’âges31
(en années)
Utilisation correcte
d’ensembles de retenue
appropriés
Ensembles de retenue
mal fixés au véhicule
0 to 1
91.0
44.0
0à1
91,0
44,0
1 to 4.5
70.0
64.0
1 à 4,5
70,0
64,0
Average
80.5
54.0
Moyenne
80,5
54,0
Transport Canada Road Safety and Motor Vehicle Regulation
Directorate reports that restraint systems have proven effective in
reducing the risk of death by 47 percent and overall injury by
17.8 percent.32 The effectiveness figures are based on whether the
victim was wearing a seat belt or not, based on the data available
from collision reports.
La Direction de la sécurité routière et de la réglementation automobile de Transports Canada signale que les ensembles de retenue se sont révélés efficaces pour réduire le risque de décès dans
une proportion de 47 p. 100, et les blessures, dans une proportion
de 17,8 p. 10032. Ces chiffres étaient fonction de ce que la victime
portait ou non une ceinture de sécurité ainsi que de données extraites de rapports de collisions.
The potential benefits in terms of injury and fatality reduction is calculated below:
Injuries prevented
Age group33
Injuries/fatalities
34
0 to 1 years
2 to 5 years
842
3 695
95.7
90.9
4.3 (100.0 − 95.7)
Use rate35
Not Currently Using
Restraint Systems
34.2 (2.2 + 32.0)
Fatalities prevented
Total
9.1 (100.0 − 90.9)
36.9 (4.5 + 32.4)
0 to 1 years
2 to 5 years
—
21
51
—
—
95.7
90.9
—
—
4.3 (100.0 − 95.7)
—
34.2 (2.2 + 32.0)
—
34.2 × 21 = 7.2
for Injuries
—
47 for Fatalities
9.1 (100.0 − 90.9)
36.9 (4.5 + 32.4)
Total
—
Overall Proper Use36
68.0
67.6
—
68.0
67.6
—
Improper Use37
32.0
32.4
—
32.0
32.4
—
Not Using or Improper
Restraint System Use38,39
36.9 × 3 695 = 1 363.4
for Injuries
17.8
Injured or fatalities40
34.2 × 842 = 287.9
Effectiveness Rate of
Restraint Systems41
17.8
Injuries or fatalities
Prevented
17.8 × 287.9 = 51.3
or 51
17.8 × 1 363.4 = 242.7
or 243
51 + 243 = 294
———
———
31
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
For the purpose of this analysis, the age group 0 to 1 includes children whose
age is up to but not including 2 years of age.
Transport Canada; TP13110, Estimation Methodologies for Assessing Effectiveness of Sea Belt Restraint Systems and the National Occupant Restraint Program.
For the purpose of this analysis, the age group 0 to 1 includes children whose
age is up to but not including 2 years of age.
Based on injuries and fatalities for occupants of motor vehicles reported by
TRAID for the year 1997.
Transport Canada, Safety and Security Leaflet No. CL 9804(E), Child Restraint
Use in Canada: 1997 Survey Data.
Ibid.
Improper use = 100 − Overall proper use.
The figure of 4.3 for “Not Using” for the 0 to 1 age group has been reduced to
2.2 percent on the assumption that half of the traditional defiant non- users will
be affected by this proposed regulation.
The figure of 9.1 for “Not Using” for the 2 to 5 age group has been reduced to
4.5 on the assumption that half of the traditional defiant non- users will be affected by this proposed regulation.
Attributed to improper use or non use of a restraint.
Transport Canada Publication TP13110, Estimation Methodologies for Assessing Effectiveness of Seat Belt Restraint Systems and the National Occupant Restraint Program.
32
36.9 × 51 = 18.8
47 for Fatalities
47 × 18.8 = 8.83 or 9
47 × 7.2 = 3.38 or 3
—
—
—
3 + 9 = 12
Pour les besoins de cette analyse, le groupe d’âges 0 à 1 inclut les enfants qui
ont jusqu’à deux ans, mais ne les ont pas atteints.
Transports Canada, TP13110, Méthodologies d’estimation de l’efficacité des
systèmes de protection avec ceinture de sécurité et du programme national sur
la protection des occupants.
762
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Les avantages potentiels quant à la réduction des blessures et des décès sont calculés ci-dessous :
Blessures évitées
Groupes d’âges33
Blessures/décès
34
Taux d’utilisation35
N’utilisent pas
actuellement
d’ensemble de retenue
De 0 à 1 an
De 2 à 5 ans
842
3 695
95,7
90,9
4,3 (100,0 − 95,7)
Décès évités
Total
De 0 à 1 an
De 2 à 5 ans
—
21
51
—
95,7
9,1 (100,0 − 90,9)
—
4,3 (100,0 − 95,7)
9,1 (100,0 − 90,9)
—
90,9
Total
—
—
Utilisation appropriée
globale36
68,0 67,6 —
68,0 67,6 —
Utilisation inappropriée37
32,0 32,4 —
32,0 32,4 —
Non-utilisation ou
utilisation inappropriée
de l’ensemble de
retenue38,39
34,2 (2,2 + 32,0)
36,9 (4,5 + 32,4)
—
34,2 (2,2 + 32,0)
36,9 (4,5 + 32,4)
—
Blessures ou décès40
34,2 × 842 =
287,9
36,9 × 3 695 =
1 363,4
—
34,2 × 21 = 7,2
36,9 × 51 = 18,8
—
Taux d’efficacité des
ensembles de retenue41
17,8 pour les
blessures
17,8 pour les
blessures
—
47 pour les décès
47 pour les décès
—
Blessures ou décès évités
17,8 × 287,9 =
51,3 ou 51
17,8 × 1 363,4 =
242,7 ou 243
47 × 7,2 = 3,38
ou 3
47 × 18,8 = 8,83
ou 9
3 + 9 = 12
51 + 243 =
294
It is estimated that total number of injuries and fatalities prevented by the introduction of this regulation for children from
birth to 5 years of age would be 294 and 12 respectively.
If a conventional formula for calculating social cost is used
(based on the current actuarial figures used by the Department’s
Road Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate), the
amount per fatality is calculated at $1.8 million per life, and injuries at $15,000 per injury. The total benefit figure for preventing
injuries is (294 × $15,000) or $4.4 million. The total benefit for
fatalities prevented is (12 × $1.8 million), or $21.6 million. The
total benefit figure for all injuries and deaths is ($4.4 million +
$21.6 million) = $26 million (1999 CDN$). Since the cost for
vehicles and restraint systems is approximately $15.9 million
(1999 CDN$), the estimated benefit to cost ratio is 26/15.9 or
1.6 to 1.
On estime que le nombre total de blessures et de décès évités
grâce à l’introduction de ce règlement applicable aux enfants de
la naissance à cinq ans a été de 294 et de 12 respectivement.
Si on utilise une formule conventionnelle pour calculer le coût
social (à partir des données actuarielles actuelles utilisées par la
Direction de la sécurité routière et de la réglementation automobile du Ministère), le montant par décès est évalué à 1,8 M$, et
par blessure, à 15 000 $. Le total des bénéfices découlant de la
prévention de toutes les blessures serait de (294 × 15 000 $) ou de
4,4 M$. Le total des bénéfices découlant de la prévention de tous
les décès serait de (12 × 1,8 M$) ou de 21,6 M$. Le montant total
des bénéfices pour toutes les blessures et tous les décès évités
serait de 4,4 M$ + 21,6 M$ = 26 M$CAN (1999). Comme le coût
pour les véhicules et les ensembles de sécurité est d’environ
15,9 M$CAN (1999), le rapport coûts/avantages est donc de
26/15,9 ou de 1,6 contre 1.
Consultation
Consultations
Motor vehicle and restraint system manufacturers have been
given several opportunities to participate in the development of
the proposal:
Les fabricants de véhicules automobiles et d’ensembles de retenue ont eu plusieurs occasions de participer à l’élaboration de la
proposition :
———
———
33
34
35
36
37
38
39
40
41
Pour les besoins de cette analyse, le groupe d’âges 0 à 1 inclut les enfants qui
ont jusqu’à deux ans, mais ne les ont pas atteints.
À partir des données sur les blessures et les décès des occupants de véhicules
automobiles figurant dans la BNDC pour 1997.
Transports Canada, Feuillet sur la sécurité no CL 9804(F), Utilisation des dispositifs de retenue d’enfant au Canada, données de l’étude de 1997.
Idem.
Utilisation inappropriée = 100 − utilisation appropriée globale.
Le chiffre de 4,3 en regard de « N’utilisent pas », pour le groupe d’âges de 0 à
1 an est tombé à 2,2 en supposant que la moitié des non-utilisateurs irréductibles traditionnels seront touchés par cette nouvelle réglementation
proposée.
Le chiffre de 9,1 ci-dessus en regard de « N’utilisent pas » pour le groupe
d’âges de 2 à 5 ans a été réduit à 4,5 en supposant que la moitié des nonutilisateurs irréductibles traditionnels seront affectés par la réglementation
proposée.
Attribué à une utilisation inappropriée ou à la non-utilisation d’un ensemble de
retenue.
Transports Canada TP13110, Méthodologies d’estimation de l’efficacité des
systèmes de protection avec ceinture de sécurité et du programme national sur
la protection des occupants.
Le 3 mars 2001
— an advance notice and request for comment was published in
the Canada Gazette, Part I, on March 6, 1999;
— a public consultation meeting was held on March 30, 1999, at
which time a technical draft of the criteria and test methodology considered by the Department was distributed;
— members of the vehicle industry were invited to participate in
a workshop and testing demonstration at the Department’s test
laboratories in November 1999;
— a draft proposal was sent to both industries on March 17,
2000, manufacturers were asked to comment on that draft;
— a consultation meeting with the vehicle and restraint system
manufacturers was held on March 28, 2000. During this
meeting comments and questions related to the March 17,
2000, draft were discussed. Manufacturers were given an opportunity to make presentations during the meeting;
— a number of individual consultations have taken place directly
with representatives of manufacturers from both industries.
The Department has invited the NHTSA to participate in all its
consultations and meetings. The Department has been communicating on an ongoing basis with the NHTSA to ensure the greatest
possible harmonization between the two countries.
The Department has also attended meetings and testing demonstrations hosted by the motor vehicle manufacturers.
The National Public Safety Organizations42 (NPSO), representing the safety interest of the Canadian public, have been consulted on this proposed amendment at their semi-annual meeting
with the Department on May 5, 1999. Members of NPSO have
been further given an opportunity to comment on the proposed
amendment. No comments have been received by the Department, which indicate that the member organizations of NPSO are
not opposed to the changes.
This proposal will be subject to the normal consultation process
through prepublication in the Canada Gazette, Part I, and interested parties will have 90 days in which to respond. All comments will be considered in the preparation of the final regulation.
Gazette du Canada Partie I
763
— Un préavis et une demande de commentaires ont été publiés
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 6 mars 1999.
— Une réunion de consultation publique a eu lieu le 30 mars
1999, au cours de laquelle un projet technique des critères et
de la méthodologie d’essai examinés par le Ministère a été
distribué.
— Les membres de l’industrie du véhicule ont été invités à participer à un atelier et à une démonstration des essais au laboratoire d’essai du Ministère en novembre 1999.
— Un projet de proposition a été envoyé aux deux secteurs
d’activité le 17 mars 2000 et on demandait alors aux fabricants leurs commentaires sur le projet.
— Une réunion de consultation avec les fabricants de véhicules
et d’ensembles de retenue a eu lieu le 28 mars 2000, au cours
de laquelle les commentaires et les questions relatives au
projet du 17 mars 2000 ont fait l’objet de discussions. Pendant
la réunion, les fabricants ont eu l’occasion de faire des
présentations.
— Un certain nombre de représentants des fabricants des deux
secteurs d’activité ont été consultés directement.
Le Ministère a invité les États-Unis à participer à toutes ces
consultations et réunions. Il a communiqué de façon constante
avec les États-Unis pour assurer la plus grande harmonisation
possible entre les deux pays.
Le Ministère a également participé à des réunions et à des démonstrations d’essais organisées par les fabricants de véhicules
automobiles.
Les Organismes nationaux de sécurité publique42 (ONSP), défenseurs des intérêts de la population canadienne en matière de
sécurité, ont été consultés au sujet de cette proposition de modification lors de leur réunion semestrielle avec le Ministère, le 5 mai
1999. Les membres des ONSP ont ensuite eu l’occasion de formuler leurs commentaires sur la modification proposée. Le Ministère n’en a reçu aucun indiquant que les organismes membres
des ONSP s’opposent aux changements.
Cette proposition sera soumise au processus normal de consultation, qui prend la forme d’une publication dans la Partie I de la
Gazette du Canada, et les parties intéressées auront 90 jours pour
réagir. Tous les commentaires seront pris en compte dans
l’élaboration du règlement final.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Motor vehicle and restraint system manufacturers and importers are responsible for ensuring that their products comply with
the requirements of the Motor Vehicle Safety Regulations and the
RSSR. The Department of Transport monitors the selfcertification programs of manufacturers and importers by reviewing their test documentation, inspecting and testing vehicles
Les fabricants et importateurs de véhicules et d’ensembles de
retenue pour enfants sont responsables de s’assurer que leurs produits sont conformes aux exigences du Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles et du RSER. Le ministère des Transports surveille le programme d’autoaccréditation des fabricants et
des importateurs en analysant leur documentation sur les essais,
———
42
National Public Safety Organizations encompass the following groups and
organizations: Canada Safety Council; Consumers' Association of Canada;
Automotive Industries Assoc. of Canada; Canadian Urban Transit Association; Traffic Injury Research Foundation; Young Drivers of Canada;
Canadian Automobile Association; Automobile Journalists' Association of
Canada; Canadian Council of Snowmobile Organizations; Canadian Automobile Dealers Association; Insurance Council of Canada; Ontario School
Bus Association; Vehicle Information Centre of Canada; Canadian Motorcycle Association; The Private Motor Truck Council of Canada; Automobile Protection Association; Canadian Medical Association; Canadian Institute of Child Health; Canadian Association of Chiefs of Police; Canadian
Trucking Alliance; Canadian Bus Association; Teamsters; MADD Canada;
CRASH; Truck News; Editor, Today's Trucking; Canadian Industrial
Transportation Association; Federation of Canadian Municipalities; Motor
Coach Canada; RONA Kinetics and Associates Ltd.; Brewers Association
of Canada.
———
Les organismes nationaux de sécurité publique comprennent les groupes et
organismes suivants : Conseil canadien de la sécurité; Association des consommateurs du Canada; Association des industries de l'automobile du Canada; Association canadienne du transport urbain; Fondation de recherches
sur les blessures de la route; Young Drivers of Canada; Association canadienne des automobilistes; Association des journalistes automobiles du Canada; Conseil canadien des organismes de motoneige; Canadian Automobile Dealers Association; Insurance Council of Canada; Ontario School
Bus Association; Centre d'information sur les véhicules du Canada; Association motocycliste canadienne; The Private Motor Truck Council of
Canada; Association pour la protection des automobilistes; Association
médicale canadienne; Institut canadien de la santé infantile; Association
canadienne des chefs de police; Alliance canadienne du camionnage; Association canadienne de l'autobus; Teamsters; MADD Canada; CRASH;
Truck News; Rédacteur en chef, Today's Trucking; Association canadienne
de transport industriel; Fédération canadienne des municipalités; Motor
Coach Canada; RONA Kinetics and Associates Ltd.; Association des brasseurs du Canada.
42
764
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
and restraint systems obtained in the open market. When a defect
is found, the manufacturer or importer must issue a notice of defect to owners and to the Minister of Transport. If a vehicle or
restraint system does not comply with a safety standard, the
manufacturer or importer is subject to prosecution and, if found
guilty, may be fined as prescribed in the Motor Vehicle Safety
Act.
ainsi qu’en inspectant et essayant des véhicules et des ensembles
de retenue obtenus sur le marché libre. Si un défaut est découvert,
le fabricant ou l’importateur doit envoyer un avis de défectuosité
aux propriétaires et au ministre des Transports. Lorsqu’un véhicule ou un ensemble de retenue n’est pas conforme à une norme
de sécurité, le fabricant ou l’importateur est passible de poursuites
et, s’il est trouvé coupable, il peut avoir à payer une amende tel
que le prescrit la Loi sur la sécurité des véhicules automobiles.
Contacts
Personnes-ressources
For further information, please contact: France Legault, Road
Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate, Department of
Transport, 330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5,
(613) 998-1963 (Telephone), (613) 990-2913 (Facsimile),
legaulf@tc.gc.ca (Electronic mail).
Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer
avec : France Legault, Direction générale de la sécurité routière et
de la réglementation automobile, Ministère des Transports,
330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5, (613) 998-1963
(téléphone), (613) 990-2913 (télécopieur), legaulf@tc.gc.ca
(courriel).
Pour obtenir des copies des Méthodes d’essai, veuillez communiquer avec : Julie Poirier, Direction générale de la sécurité
routière et de la réglementation automobile, Ministère des Transports, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5, (613) 9981960 (téléphone), (613) 990-2913 (télécopieur), poiriju@tc.gc.ca
(courriel).
To obtain copies of the test methods analysis, please contact:
Julie Poirier, Road Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate, Department of Transport, 330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5, (613) 998-1960 (Telephone), (613) 990-2913
(Facsimile), poiriju@tc.gc.ca (Electronic mail).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 11(3) of the
Motor Vehicle Safety Acta, that the Governor in Council, pursuant
to section 5b and subsection 11(1) of that Act, proposes to make
the annexed Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Lower Universal Anchorage Systems for Restraint
Systems and Booster Cushions).
Avis est donné, conformément au paragraphe 11(3) de la Loi
sur la sécurité automobilea, que la gouverneure en conseil, en
vertu de l’article 5b et du paragraphe 11(1) de cette loi, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles (dispositifs universels d’ancrages
d’attaches inférieurs des ensembles de retenue et des coussins
d’appoint), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports
leurs observations au sujet du projet de règlement dans les quatrevingt-dix jours suivant la date de publication du présent avis. Ils
sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la
date de publication, et d’envoyer le tout à France Legault, Direction générale de la sécurité routière et de la réglementation automobile, ministère des Transports, Place de ville, Tour C, 330, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5.
Ils sont également priés d’indiquer, d’une part, celles de ces
observations dont la communication devrait être refusée aux termes de la Loi sur l’accès à l’information, notamment des articles 19 et 20, en précisant les motifs et la période de noncommunication et, d’autre part, celles dont la communication fait
l’objet d’un consentement pour l’application de cette loi.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Transport within
90 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of
publication of this notice and be sent to France Legault, Road
Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate, Department of
Transport, Place de Ville, Tower C 330, Sparks Street, Ottawa,
Ontario K1A 0N5.
Persons making representations should identify any of those
representations the disclosure of which should be refused under
the Access to Information Act, in particular, under sections 19 and
20 of that Act, and should indicate the reasons why and the period
during which the representations should not be disclosed. They
should also identify any representations for which there is consent
to disclosure for the purposes of that Act.
Ottawa, February 22, 2001
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
———
a
b
S.C. 1993, c. 16
S.C. 1999, c. 33, s. 351
Ottawa, le 22 février 2001
Le greffier adjoint du Conseil privé,
MARC O’SULLIVAN
———
a
b
L.C. 1993, ch. 16
L.C. 1999, ch. 33, art. 351
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
765
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
SÉCURITÉ DES VÉHICULES AUTOMOBILES
(DISPOSITIFS UNIVERSELS D’ANCRAGES
D’ATTACHES INFÉRIEURS DES ENSEMBLES DE
RETENUE ET DES COUSSINS D’APPOINT)
REGULATIONS AMENDING THE MOTOR VEHICLE
SAFETY REGULATIONS (LOWER UNIVERSAL
ANCHORAGE SYSTEMS FOR RESTRAINT SYSTEMS
AND BOOSTER CUSHIONS)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Le paragraphe 2(1) du Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles1 est modifié par adjonction, selon l’ordre
alphabétique, de ce qui suit :
« ancrage du siège » Toute pièce qui transmet au bâti du véhicule
les forces exercées sur le siège du véhicule. (seat anchorage)
« dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs » Dispositif, autre qu’une ceinture de sécurité, qui est conçu pour assujettir la partie inférieure d’un ensemble de retenue ou d’un
coussin d’appoint au véhicule et qui transmet au bâti du véhicule ou au siège les forces exercées par l’ensemble de retenue
ou le coussin d’appoint et par l’occupant de ce dernier. (lower
universal anchorage system)
« système d’attaches inférieures » Système composé de deux attaches qui s’insèrent chacune dans un dispositif de contrôle dont
l’enveloppe a les dimensions illustrées à la figure 1 de l’article 210.2 de l’annexe IV, sont fixées à la partie inférieure d’un
ensemble de retenue ou d’un coussin d’appoint de manière
qu’il ne soit possible de les enlever qu’à l’aide d’outils et permettent de fixer solidement l’ensemble de retenue ou le coussin
d’appoint au dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs du véhicule. (lower connector system)
1. Subsection 2(1) of the Motor Vehicle Safety Regulations
is amended by adding the following in alphabetical order:
“lower connector system” means a system consisting of two connectors that each fit inside a checking device that has the envelope dimensions shown in Figure 1 of section 210.2 of
Schedule IV, are attached to the lower part of a restraint system
or booster cushion in a manner that does not allow for their removal without the use of tools, and enable the restraint system
or booster cushion to be securely attached to a lower universal
anchorage system of a vehicle; (système d’attaches inférieures)
“lower universal anchorage system” means a device, other than a
vehicle seat belt, that is designed to secure the lower portion of
a restraint system or booster cushion to a vehicle and that transfers loads from the restraint system or booster cushion and its
occupant to the vehicle structure or seat; (dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs)
“seat anchorage” means any component that transfers a vehicle
seat load to the vehicle structure; (ancrage du siège)
2. Schedule III to the Regulations is amended by adding the following after item 210.1:
Column I Column II
Column III
Classes of Vehicles
Item
(CMVSS) Description
Bus
Lower
Universal
Anchorage
Systems for
Restraint
Systems and
Booster
Cushions
X
210.2
Restricted
- use
Chassis- Motor- Motorcab
cycle
cycle
Multipurpose
Passenger Passenger SnowVehicle
Car
mobile
X
Snowmobile
Cutter
Trailer
Converter
Trailer Dolly
Vehicle
Imported
Temporarily Lowfor Special speed
Purposes
Vehicle
Truck
X
X
2. L’annexe III du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 210.1, de ce qui suit :
Colonne I Colonne II
Colonne III
Catégorie de véhicules
Motocyclette à
Article
Châssis- Moto- usage
(NSVAC) Description Autobus Camion cabine cyclette restreint
210.2
Dispositif
universel
d’ancrages
d’attaches
inférieurs des
ensembles de
retenue et
des coussins
d’appoint
X
Véhicule
importé
Véhicule
temporairede
tourisme Voiture ment à Véhicule
Moto- Traîneau de Chariot de
à usages de
des fins à basse
neige motoneige conversion Remorque multiples tourisme spéciales vitesse
X
X
———
———
1
1
C.R.C., c. 1038
C.R.C., ch. 1038
X
766
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
3. Schedule IV to the Regulations is amended by adding the
following after Figure 19 of section 210.1:
3. L’annexe IV du même règlement est modifiée par adjonction, après la figure 19 de l’article 210.1, de ce qui suit :
Lower Universal Anchorage Systems for Restraint
Systems and Booster Cushions (Standard 210.2)
Dispositifs universels d’ancrages d’attaches inférieurs des
ensembles de retenue et des coussins d’appoint (Norme 210.2)
Application
Application
210.2 (1) Subject to subsection (2), this section applies to every
(a) passenger car;
(b) multipurpose passenger vehicle and truck with a GVWR of
3 864 kg or less and an unloaded vehicle weight of 2 495 kg or
less; and
(c) bus, including a school bus, with a GVWR of 4 536 kg or
less.
(2) This section does not apply to
(a) a walk-in van;
(b) a bus that has only one row of forward-facing designated
seating positions rearward of the driver’s seat; or
(c) a vehicle that is not equipped with a passenger-side air bag
cut-off switch that accommodates all makes of restraint systems and booster cushions and
(i) has only one row of designated seating positions,
(ii) has no seating position located to the rear of the first row
of seating positions that is able to accommodate a child restraint fixture shown in Figures 3 to 5, or
(iii) in which, because of the location of transmission or suspension components, the bars of a lower universal anchorage
system cannot be installed to enable the attachment to them
of a child restraint fixture as shown in Figure 2 in a seating
position located to the rear of the first row of seating
positions.
210.2 (1) Sous réserve du paragraphe (2), le présent article
s’applique :
a) aux voitures de tourisme;
b) aux véhicules de tourisme à usages multiples et camions
dont le PNBV est d’au plus 3 864 kg et dont le poids du véhicule sans charge est d’au plus 2 495 kg;
c) aux autobus, y compris les autobus scolaires, dont le PNBV
est d’au plus 4 536 kg.
(2) Le présent article ne s’applique pas :
a) aux camions de type fourgon à accès en position debout;
b) aux autobus qui ne comportent, à l’arrière du siège du conducteur, qu’une rangée de places assises désignées faisant face
à l’avant;
c) aux véhicules non munis, du côté du passager, d’un interrupteur pour sac gonflable s’adaptant à toutes les marques
d’ensembles de retenue et de coussins d’appoint dans les cas
suivants :
(i) ils ne comportent qu’une rangée de places assises
désignées,
(ii) aucune des places assises qui sont situées à l’arrière de la
première rangée de places assises ne peut recevoir le dispositif de retenue pour enfant, illustré aux figures 3 à 5,
(iii) en raison de l’emplacement des composantes de la
transmission ou de la suspension, les barres du dispositif
universel d’ancrages d’attaches inférieurs ne peuvent être
installées de façon que le dispositif de retenue pour enfant
puisse y être attaché de la manière illustrée à la figure 2 à
une place assise située à l’arrière de la première rangée de
places assises.
General
Dispositions générales
(3) A lower universal anchorage system consists of two straight
horizontal bars that
(a) are transverse to the longitudinal axis of the vehicle;
(b) have a diameter of 6 mm ± 0.1 mm and a length of not less
than 25 mm;
(c) are parallel with collinear centroidal longitudinal axes and
are spaced laterally so that they permit the lower connectors on
a child restraint fixture, as shown in Figures 3 to 5, to be attached to them over the entire length of the lower connectors;
(d) are an integral and permanent part of a vehicle seat or seat
anchorage or the structure of the vehicle such that they may be
removed only with the use of tools;
(e) are rigidly attached to a vehicle seat or seat anchorage or
the structure of the vehicle so that they will not deform more
than 5 mm when subjected to a force of 100 N in any direction
with the vehicle seat adjusted in the vehicle to its full rearward
and full downward position and the seat back adjusted in the
nominal design riding position; and
(f) permit a checking device, as shown in Figure 1, to be attached to them over the entire width of the checking device.
(3) Le dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs est
composé de deux barres droites et horizontales qui sont conformes aux critères suivants :
a) elles sont transversales par rapport à l’axe longitudinal du
véhicule;
b) elles ont un diamètre de 6 mm ± 0,1 mm et une longueur
d’au moins 25 mm;
c) elles sont parallèles, leurs axes longitudinaux centroïdes
étant colinéaires, et sont espacées latéralement de manière à
permettre la fixation des attaches inférieures du dispositif de
retenue pour enfant, illustré aux figures 3 à 5, sur toute la longueur des attaches inférieures;
d) elles font partie intégrante, et sont des éléments permanents
du siège, de l’ancrage de celui-ci ou du bâti du véhicule de manière qu’elles ne puissent être enlevées qu’à l’aide d’outils;
e) elles sont fixées rigidement au siège, à l’ancrage de celui-ci
ou au bâti du véhicule de manière que, le siège étant réglé dans
le véhicule dans sa position la plus reculée et la plus basse et le
dossier se trouvant dans la position assise nominale, elles ne
puissent se déformer de plus de 5 mm lorsqu’elles sont assujetties à une force de 100 N dans une quelconque direction;
f) elles permettent la fixation du dispositif de contrôle, illustré à
la figure 1, sur toute la largeur du dispositif de contrôle.
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
(4) Subject to subsections (6) and (7), a lower universal anchorage system shall be installed
(a) in one designated seating position, other than that of the
driver, in a vehicle that has only one row of designated seating
positions;
(b) in each of any two forward-facing designated seating positions in the second row of seating positions in a passenger car
or truck; and
(c) in each of two forward-facing designated seating positions
that are located to the rear of the first row of seating positions
in a multipurpose passenger vehicle that has more than two
rows of seating positions, but at least one lower universal anchorage system must be installed in a seating position in the
second row of seating positions.
(5) A lower universal anchorage system may be installed only
at a designated seating position that is equipped with a user-ready
tether anchorage.
(6) The number of lower universal anchorage systems required
in a vehicle under subsection (4) may be reduced by the number
of built-in child restraint systems installed in the vehicle.
(7) If the distance between the rearward surface of the front
seat back and the forward surface of the rear seat back is less than
720 mm, as measured in accordance with Test Method 208 —
Occupant Restraint Systems in Frontal Impact (December 1996),
instead of two lower universal anchorage systems being installed
in the second row of designated seating positions, one of the systems may be installed in a front row designated passenger seating
position.
(8) A vehicle that is equipped with a seat that slides sideways
or that can be installed in any other seating position within the
vehicle shall meet the requirements of this section with the seat
adjusted in any adjustment position.
(9) Until September 1, 2004, a lower universal anchorage system may consist of horizontal bars that are foldable.
767
(4) Sous réserve des paragraphes (6) et (7), le dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs est installé :
a) à une place assise désignée, autre que celle du conducteur, à
bord des véhicules ayant une seule rangée de places assises
désignées;
b) à deux places assises désignées faisant face à l’avant dans la
deuxième rangée de places assises, à bord des voitures de tourisme et des camions;
c) à deux places assises désignées faisant face à l’avant qui sont
situées à l’arrière de la première rangée de places assises, à
bord des véhicules de tourisme à usages multiples ayant plus de
deux rangées de places assises, au moins un des dispositifs devant être installé à une place assise dans la deuxième rangée.
(5) Le dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs ne
peut être installé qu’à une place assise désignée munie d’un ancrage d’attache prêt à utiliser.
(6) Le nombre de dispositifs universels d’ancrages d’attaches
inférieurs exigé dans un véhicule en vertu du paragraphe (4) peut
être diminué du nombre d’ensembles intégrés de retenue d’enfant
qui y sont installés.
(7) Si la distance entre la surface arrière du dossier du siège
avant et la surface avant du dossier du siège arrière est inférieure
à 720 mm, mesurée conformément à la Méthode d’essai 208 —
Systèmes de retenue des occupants en cas de collision frontale
(décembre 1996), il est possible, au lieu d’installer deux dispositifs universels d’ancrages d’attaches inférieurs dans la deuxième
rangée de places assises désignées, d’installer un de ceux-ci à une
place assise désignée pour passager dans la première rangée.
(8) Le véhicule muni d’un siège glissant latéralement ou pouvant être installé à d’autres places assises doit être conforme aux
exigences énoncées dans le présent article, lorsque le siège est
réglé à toute position de réglage.
(9) Jusqu’au 1er septembre 2004, le dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs peut être composé de barres horizontales repliables.
Lower Universal Anchorage System Positioning
Positionnement du dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs
(10) Each bar of the lower universal anchorage system shall be
installed so that a child restraint fixture can be attached to the
system as shown in Figure 2.
(11) For the purposes of subsection (10), the vehicle seat shall
be adjusted to its full rearward and full downward position, with
the seat back in the nominal design riding position and the child
restraint fixture, as shown in Figures 3 and 4 or in Figure 5, installed in the seat.
(10) Chaque barre du dispositif universel d’ancrages d’attaches
inférieurs est installée de façon que le dispositif de retenue pour
enfant puisse être attaché au dispositif de la manière illustrée à la
figure 2.
(11) Pour l’application du paragraphe (10), le siège est réglé
dans sa position la plus reculée et la plus basse, le dossier se trouvant dans la position assise nominale, et le dispositif de retenue
pour enfant, illustré aux figures 3 et 4 ou à la figure 5, est installé
sur le siège.
Strength Requirements
Résistance
(12) A lower universal anchorage system in a row of designated seating positions shall not separate completely from the
vehicle seat or seat anchorage or the structure of the vehicle when
tested using a test device shown in Figures 6 and 7 that is installed using both the user-ready tether anchorage and the lower
universal anchorage system, as a child restraint system would
be installed in accordance with the vehicle manufacturer’s
instructions,
(a) by pulling with a force of 15 000 N in a forward direction
parallel to the vehicle’s vertical longitudinal plane through the
X point on the test device, which force is applied by
(i) starting with a pre-load force of 500 N, maintained for at
least two minutes but not more than five minutes,
(12) Lorsqu’il est mis à l’essai au moyen du dispositif d’essai
illustré aux figures 6 et 7 qui est installé, à l’aide de l’ancrage
d’attache prêt à utiliser et du dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs, comme un ensemble de retenue d’enfant le
serait suivant les instructions du fabricant du véhicule, le dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs installé dans une
rangée de places assises désignées ne doit se dégager complètement ni du siège du véhicule, ni de l’ancrage du siège, ni du bâti
du véhicule, sous l’action :
a) d’une part, d’une force de traction de 15 000 N exercée dans
le sens avant, parallèlement au plan longitudinal vertical du véhicule, en passant par le point X du dispositif d’essai, de la manière suivante :
768
Canada Gazette Part I
(ii) increasing the force to a 8000-N level within 30 seconds,
at any onset force rate of not more than 135 000 N/s, initially
along a horizontal line or along any line below or above that
line that is at an angle to that line of not more than 5°, and
maintaining that level for a minimum of one second, and
(iii) after the 8000-N level has been maintained, increasing
the force to a 15 000-N level within 30 seconds, at any onset
force rate of not more than 135 000 N/s, and maintaining
that level for a minimum of one second; and
(b) by pulling with a force of 5 000 N along a vertical longitudinal plane that is at an angle of 75° ± 5° to either side of a
vertical longitudinal plane that is parallel to the vehicle’s longitudinal centreline through the X point on the test device,
which force is applied by
(i) starting with a pre-load force of 500 N, maintained for at
least two minutes but not more than five minutes, and
(ii) increasing the force to a 5000-N level within 30 seconds,
at any onset force rate of not more than 135 000 N/s, initially
along a horizontal line or along any line below or above that
line that is at an angle to that line of not more than 5°, and
maintaining the 5 000-N level for a minimum of 10 seconds.
(13) When a force of 8000 N is applied in accordance with
subparagraph (12)(a)(ii), the lower universal anchorage system
shall not permit the X point on the test device to exceed the allowable excursion set out in the table to Figure 8 along a horizontal longitudinal plane that is parallel to the vehicle’s longitudinal centreline.
(14) When a force of 5000 N is applied in accordance with
paragraph (12)(b), the lower universal anchorage system shall not
permit the X point on the test device to exceed 125 mm, if the test
device is installed in an outboard designated seating position, or
150 mm, if the test device is installed in an inboard designated
seating position.
March 3, 2001
(i) à partir d’une pré-charge de 500 N, maintenue pendant au
moins deux minutes mais au plus cinq minutes,
(ii) la force, exercée initialement le long d’une ligne horizontale ou d’une ligne qui est située en dessous ou au-dessus
de la ligne horizontale et qui forme avec celle-ci un angle ne
dépassant pas 5°, est portée à 8 000 N en 30 secondes ou
moins et est maintenue à ce niveau pendant au moins une seconde, l’application initiale de la force ne devant pas dépasser 135 000 N/s,
(iii) elle est ensuite portée à 15 000 N en 30 secondes ou
moins et est maintenue à ce niveau pendant au moins une seconde, l’application initiale de la force ne devant pas dépasser 135 000 N/s;
b) d’autre part, d’une force de traction de 5 000 N qui est exercée, en passant par le point X du dispositif d’essai, le long d’un
plan longitudinal vertical formant un angle de 75° ± 5° de l’un
ou l’autre côté d’un plan longitudinal vertical qui est parallèle à
l’axe longitudinal du véhicule, de la manière suivante :
(i) à partir d’une pré-charge de 500 N, maintenue pendant au
moins deux minutes mais au plus cinq minutes,
(ii) la force, exercée initialement le long d’une ligne horizontale ou d’une ligne qui est située en dessous ou au-dessus
de la ligne horizontale et qui forme avec celle-ci un angle ne
dépassant pas 5°, est portée à 5 000 N en 30 secondes ou
moins et est maintenue à ce niveau pendant au moins 10 secondes, l’application initiale de la force ne devant pas dépasser 135 000 N/s.
(13) Lorsqu’il est soumis à l’application d’une force de
8 000 N en conformité avec le sous-alinéa (12)a)(ii), le dispositif
universel d’ancrages d’attaches inférieurs ne doit pas permettre au
point X du dispositif d’essai d’effectuer le long d’un plan longitudinal horizontal qui est parallèle à l’axe longitudinal du véhicule un déplacement supérieur à ceux qui sont prévus au tableau
de la figure 8.
(14) Lorsqu’il est soumis à l’application d’une force de
5 000 N en conformité avec l’alinéa (12)b), le dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs ne doit pas permettre au point X
du dispositif d’essai d’effectuer un déplacement supérieur à
125 mm, s’il est installé dans une place assise désignée extérieure, ou à 150 mm, s’il est installé dans une place assise désignée intérieure.
Test Requirements
Exigences relatives aux essais
(15) If a row of designated seating positions has two or three
lower universal anchorage systems and can accommodate simultaneously a child restraint fixture shown in Figure 5 in each designated seating position that is equipped with a lower universal
anchorage system, the force referred to in subsection (12) shall be
applied simultaneously in the manner specified in that subsection.
(15) Lorsqu’une rangée de places assises désignées compte
deux ou trois dispositifs universels d’ancrages d’attaches inférieurs et qu’elle peut recevoir simultanément un dispositif de retenue pour enfant, illustré à la figure 5, à chacune des places assises désignées équipées d’un dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs, la force visée au paragraphe (12) est appliquée simultanément de la manière qui y est prévue.
(16) Les essais visés au paragraphe (12) sont effectués dans les
conditions suivantes :
a) le siège du véhicule est installé dans le véhicule;
b) le siège du véhicule est réglé dans sa position la plus reculée
et la plus basse;
c) le dossier du siège du véhicule se trouve dans la position assise nominale;
d) les appuie-tête, lorsqu’ils sont installés à une place assise désignée munie d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, sont réglés selon les instructions du fabricant.
(16) The tests referred to in subsection (12) shall be conducted
with
(a) the vehicle seat installed in the vehicle;
(b) the vehicle seat adjusted to its full rearward and full downward position;
(c) the vehicle seat back adjusted in the nominal design riding
position; and
(d) the head restraints, if installed at a designated seating position that is equipped with a lower universal anchorage system,
adjusted in accordance with the manufacturer’s instructions.
Le 3 mars 2001
Information Respecting Lower Universal
Anchorage Systems
(17) A lower universal anchorage system shall
(a) have its presence indicated by a permanent mark consisting
of a circle of not less than 13 mm in diameter on the seat back,
in a colour that contrasts with the seat back and at a distance of
not less than 50 mm but not more than 75 mm above each bar
of the system, measured from its centre in the vertical longitudinal plane that passes through the centre of the bar;
(b) be visible, without compression of the seat cushion or seat
back of the seating position, along a line making an upward
angle of at least 30o with the horizontal plane; or
(c) in the case of a foldable system, have its presence indicated
by a permanent mark consisting of the symbol shown in Figure 9 near or on the means for deploying the foldable system
and visible at the junction of the seat back and the seat cushion
when the system is in the folded position.
(18) The English and French versions of the owner’s manual
for a vehicle that is equipped with a lower universal anchorage
system shall contain the following information:
(a) an identification, by means of the symbol shown in Figure 9, of the designated seating positions that are equipped with
a lower universal anchorage system;
(b) if a circle referred to in paragraph (17)(a) is marked on a
seat back, an explanation that the circle indicates the presence
of a lower universal anchorage system;
(c) if the vehicle is equipped with a foldable system, instructions on how to deploy the system;
(d) if the vehicle is equipped with head restraints at the seating
positions equipped with a lower universal anchorage system,
instructions on the correct manner of adjusting the head restraints for use with user-ready tether anchorages; and
(e) if the vehicle has more than one row of designated seating
positions, a statement that children and infants are safer when
properly restrained in a child restraint system or infant restraint
system secured in a rear seating position.
Gazette du Canada Partie I
769
Renseignements relatifs aux dispositifs universels
d’ancrages d’attaches inférieurs
(17) La présence d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs doit, selon le cas :
a) être indiquée, de façon permanente, au moyen d’un cercle
d’au moins 13 mm de diamètre qui est apposé sur le dossier du
siège et qui est d’une couleur contrastant avec celui-ci, à une
distance d’au moins 50 mm mais d’au plus 75 mm au-dessus de
chaque barre du dispositif, mesurée depuis son centre dans le
plan longitudinal vertical passant par le centre de la barre;
b) être visible le long d’une ligne située au-dessus de la ligne
horizontale et formant avec celle-ci un angle de 30° ou plus,
sans qu’il soit nécessaire de comprimer le coussin ni le dossier
du siège de la place assise;
c) s’il s’agit d’un dispositif repliable, être indiquée, de façon
permanente, au moyen du symbole illustré à la figure 9, lequel
est apposé sur le mécanisme ou près du mécanisme qui permet
de déplier ce dispositif et reste visible à la jonction du coussin
et du dossier du siège lorsque le dispositif est replié.
(18) Dans le cas de tout véhicule muni de dispositifs universels
d’ancrages d’attaches inférieurs, les versions française et anglaise
du manuel de l’usager contiennent les renseignements suivants :
a) l’indication, au moyen du symbole illustré à la figure 9, des
places assises désignées munies de ces dispositifs;
b) lorsque le cercle visé à l’alinéa (17)a) est apposé sur le dossier du siège, la mention que le cercle indique la présence du
dispositif;
c) lorsqu’il s’agit d’un dispositif repliable, des instructions sur
la marche à suivre pour le déplier;
d) lorsque des appuie-tête sont installés aux places assises munies de dispositifs universels d’ancrages d’attaches inférieurs,
des instructions sur la bonne façon de les régler pour permettre
leur utilisation avec l’ancrage d’attache prêt à utiliser;
e) lorsque le véhicule compte plus d’une rangée de places assises désignées, la mention que les enfants et les bébés sont
plus en sécurité lorsqu’ils sont retenus correctement dans des
ensembles de retenue pour enfant, ou des ensembles de retenue
pour bébé, assujettis à une place assise arrière.
770
Canada Gazette Part I
Notes
1. Dimensions in mm, except where otherwise indicated
2. Drawing not to scale
Figure 1 — Rear and Side View of Checking Device — Envelope Dimensions
March 3, 2001
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
Figure 1 — Vue de l’arrière et de côté du dispositif de contrôle — Dimensions de l’enveloppe
771
772
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Pitch
Child Restraint Fixture
Seat Back
Seating Reference Point
120
15° ± 10°
Z-Point
Notes
1. Dimensions in mm, except where otherwise indicated
2. Drawing not to scale
Figure 2 — Lower Universal Anchorage System Location
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Tangage
Dispositif de retenue pour enfant
Dossier du siège
Point de référence de position assise
120
15° ± 10°
Point «Z»
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
Figure 2 — Positionnement du dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs
773
774
Canada Gazette Part I
Figure 3 — Three-dimensional Schematic View of Child Restraint Fixture
March 3, 2001
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Lacet
Roulis
Figure 3 — Vues schématiques tridimensionnelles du dispositif de retenue pour enfant
Tangage
775
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
82
o
100
776
235
o
720
100
R50
o
395
95
R50
400
o
60
155
o
33
10
245
45
320
25
280
440
25
605
Notes
1. Dimensions in mm, except where otherwise indicated
2. Drawing not to scale
Figure 4 — Side, Back and Top Views of Child Restraint Fixture
15
10
535
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
o
100
82
235
o
720
100
R50
o
395
95
R50
400
o
60
155
o
33
10
245
45
320
25
280
440
25
605
15
10
535
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
Figure 4 — Vues de côté, de l’arrière et de dessus du dispositif de retenue pour enfant
777
778
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
635
25
320
280
25
Notes
1. Dimensions in mm, except where otherwise indicated
2. Drawing not to scale
Figure 5 — Three-dimensional Schematic View of Child Restraint Fixture with Side and Top Portions Removed
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
635
25
320
280
25
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
Figure 5 — Vues schématiques tridimensionnelles du dispositif de retenue pour enfant sans le dessus et sans les côtés
779
780
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Tether attachment point
300
60
550
40
See detail A
270
300
400
30
320
15
70
Side view
Back view
See detail B
6-mm washer or plate
under bolt head
48
18-mm plate
19
280
5
25
50
220
6
50
"X" Point
25
Detail A
Force application test
device attachment
point
180
25
300
400
Bottom view
3 radius
10 radius
10
33
45°
25
6.5
23
3.2 radius
25
70
20
Detail B
Minimum space around lower
rigid anchorages - ISO 13216-1
Locking mechanism not shown
Notes
1. Dimensions in mm, except where otherwise indicated
2. Drawing not to scale
3. Material: steel, mild steel rectangular tubing 50 mm by 75 mm of 3 mm nominal thickness, with 6 mm thick force application test
device attachment point plate
4. Securely welded construction
Figure 6 — Side, Back and Bottom Views, ISO 13216-1 Static Force Application Test Device for Strength Requirements Test
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
781
Point de fixation de la
courroie d'attache
300
60
550
40
Voir encadré A
300
270
400
30
15
320
70
Vue de côté
Vue de l'arrière
Voir encadré B
Rondelle ou plaque de 6 mm
sous la tête du boulon
48
Plaque de 18 mm
19
280
5
25
50
220
6
50
Point « X »
25
Encadré A
point de fixation du
dispositif d'essai
d'application de la
force
180
25
300
400
Vue de dessous
rayon de 3
rayon de 10
10
33
45°
25
6,5
23
rayon de 3,2
25
70
20
Encadré B
Espace minimal autour
des ancrages rigides
inférieurs - ISO 13216-1
Le mécanisme qui barre n'apparaît pas
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
3. Matériau : acier, tube rectangulaire de 50 mm sur 75 mm en acier doux d’une épaisseur nominale de 3 mm, doté d’une plaque
d’application de charge d’une épaisseur de 6 mm
4. Les pièces doivent être solidement soudées.
Figure 6 — Vues de côté, de l’arrière et de dessous du dispositif d’essai d’application de la force statique ISO 13216-1 pour l’essai de
résistance
782
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Figure 7 — Three-dimensional Schematic Views of the ISO 13216-1 Static Force Application Test Device for Strength Requirements
Test
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
783
Figure 7 — Vues schématiques tridimensionnelles du dispositif d’essai d’application de la force statique ISO 13216-1 pour l’essai de
résistance
784
Canada Gazette Part I
INSTRUMENT
PANEL
March 3, 2001
LCF
LCR
3
4
2
1
7
8
6
5
FRONT SEAT
REAR SEAT
Legend
1. Highest point of the rear seat cushion in the vertical longitudinal plane midway between each bar of the lower universal anchorage
system
2. Highest point of the front seat cushion in the vertical longitudinal plane midway between each bar of the lower universal anchorage
system
3. Longitudinal horizontal line tangent to point 1, extending between points 5 and 6. The length of line 3 is defined as LCR
4. Longitudinal horizontal line tangent to point 2, extending between points 7 and 8. The length of line 4 is defined as LCF
5. Rearward surface of the front seat back along line 3
6. Forward surface of the rear seat back along line 3
7. Intersection of line 4 with the transverse vertical plane through which passes the rearmost point on the vehicle instrument panel
8. Forward surface of the front seat back along line 4
Notes
1. Adjustable seats are in the adjustment position midway between the forwardmost and rearmost positions and, if separately adjustable in a vertical direction, are at the lowest position. If an adjustment position does not exist midway between the forwardmost and
rearmost positions, the closest adjustment position to the rear of the midpoint is used.
2. Adjust seat backs in accordance with paragraph (16)(c). Place each adjustable head restraint in its highest adjustment position. Adjustable lumbar supports are positioned so that the lumbar support is in its least firm adjustment position.
TABLE (all dimensions in mm)
REAR SEAT
FRONT SEAT
rear seating distance
allowable excursion
front seating distance
LCR ≤ 750
125
LCF ≤ 620
125
750 < LCR ≤ 800
150
620 < LCF ≤ 640
135
800 < LCR ≤ 850
175
640 < LCF ≤ 660
145
850 < LCR
200
660 < LCF
155
Figure 8 — Strength Requirement Test Displacement Limits
allowable excursion
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
TABLEAU
DE BORD
LCF
785
LCR
4
3
2
1
7
8
6
5
SIÈGE ARRIÈRE
SIÈGE AVANT
Légende :
1 : Point le plus élevé du coussin du siège arrière dans le plan longitudinal vertical à mi-distance entre chaque barre du dispo sitif universel d’ancrages d’attaches inférieurs
2 : Point le plus élevé du coussin du siège avant dans le plan longitudinal vertical à mi-distance entre chaque barre du dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs
3 : Ligne tangente longitudinale horizontale au point 1, entre les points 5 et 6. La longueur de la ligne 3 correspond à LCR.
4 : Ligne tangente longitudinale horizontale au point 2, entre les points 7 et 8. La longueur de la ligne 4 correspond à LCF.
5 : Surface arrière du dossier du siège avant le long de la ligne 3
6 : Surface avant du dossier du siège arrière le long de la ligne 3
7 : Intersection de la ligne 4 et du plan vertical transversal par lequel passe le point le plus à l’arrière du tableau de bord du véhicule
8 : Surface avant du dossier du siège avant le long de la ligne 4
Remarques :
1. Les sièges réglables sont dans la position de réglage à mi-distance entre la position la plus à l’avant et la position la plus à l’arrière;
s’ils sont réglables individuellement à la verticale, ils sont dans la position la plus basse. S’il n’y a pas de position de réglage à midistance entre la position la plus à l’avant et la position la plus à l’arrière, la position la plus près de l’arrière par rapport au point
médian est utilisée.
2. Régler les dossiers des sièges conformément à l’alinéa (16)c). Placer chaque appuie-tête réglable dans la position la plus haute. Les
supports lombaires réglables sont placés de façon que le support lombaire soit dans la position la moins rigide.
TABLEAU (dimensions exprimées en mm)
SIÈGE ARRIÈRE
SIÈGE AVANT
Distance au siège arrière
Déplacement permis
Distance au siège avant
LCR ≤ 750
125
LCF ≤ 620
125
750 < LCR ≤ 800
150
620 < LCF ≤ 640
135
800 < LCR ≤ 850
175
640 < LCF ≤ 660
145
850 < LCR
200
660 < LCF
155
Figure 8 — Limites de déplacement pour l’essai de résistance
Déplacement permis
786
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Figure 9 — Lower Universal Anchorage System Symbol
Figure 9 — Symbole du dispositif universel d’ancrages d’attaches
inférieurs
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. These Regulations come into force on September 1, 2002.
[9-1-o]
4. Le présent règlement entre en vigueur le 1er septembre
2002.
[9-1-o]
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
787
Regulations Amending the Motor Vehicle Restraint
Systems and Booster Cushions Safety Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
ensembles de retenue et des coussins d’appoint
(véhicules automobiles)
Statutory Authority
Motor Vehicle Safety Act
Fondement législatif
Loi sur la sécurité automobile
Sponsoring Department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 751.
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir la
page 751.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 11(3) of the
Motor Vehicle Safety Acta, that the Governor in Council, pursuant
to section 5b and subsection 11(1) of that Act, proposes to make
the annexed Regulations Amending the Motor Vehicle Restraint
Systems and Booster Cushions Safety Regulations.
Avis est donné, conformément au paragraphe 11(3) de la Loi
sur la sécurité automobilea, que la gouverneure en conseil, en
vertu de l’article 5b et du paragraphe 11(1) de cette loi, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
des ensembles de retenue et des coussins d’appoint (véhicules
automobiles), ci-après.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Transport within
90 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of
publication of this notice and be sent to France Legault, Road
Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate, Department of
Transport, Place de Ville, Tower C, 330 Sparks Street, Ottawa,
Ontario K1A 0N5.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports
leurs observations au sujet du projet de règlement dans les quatrevingt-dix jours suivant la date de publication du présent avis. Ils
sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la
date de publication, et d’envoyer le tout à France Legault, Direction générale de la sécurité routière et de la réglementation automobile, ministère des Transports, Place de ville, Tour C, 330, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5.
Persons making representations should identify any of those
representations the disclosure of which should be refused under
the Access to Information Act, in particular under sections 19 and
20 of that Act, and should indicate the reasons why and the period
during which the representations should not be disclosed. They
should also identify any representations for which there is consent
to disclosure for the purposes of that Act.
Ottawa, February 22, 2001
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
Ils sont également priés d’indiquer, d’une part, celles de ces
observations dont la communication devrait être refusée aux termes de la Loi sur l’accès à l’information, notamment des articles 19 et 20, en précisant les motifs et la période de noncommunication et, d’autre part, celles dont la communication fait
l’objet d’un consentement pour l’application de cette loi.
———
a
b
S.C. 1993, c. 16
S.C. 1999, c. 33, s. 351
Ottawa, le 22 février 2001
Le greffier adjoint du Conseil privé,
MARC O’SULLIVAN
———
a
b
L.C. 1993, ch. 16
L.C. 1999, ch. 33, art. 351
Canada Gazette Part I
788
March 3, 2001
REGULATIONS AMENDING THE MOTOR
VEHICLE RESTRAINT SYSTEMS AND BOOSTER
CUSHIONS SAFETY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
SÉCURITÉ DES ENSEMBLES DE RETENUE ET DES
COUSSINS D’APPOINT (VÉHICULES AUTOMOBILES)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subsection 1(1) of the Motor Vehicle Restraint Systems
and Booster Cushions Safety Regulations1 is amended by adding the following in alphabetical order:
“lower connector system” means a system consisting of two connectors that each fit inside a checking device that has the envelope dimensions shown in Figure 10 of Schedule 10, are attached to the lower part of a restraint system or booster cushion
in a manner that does not allow for their removal without the
use of tools and enable the restraint system or booster cushion
to be securely attached to a lower universal anchorage system
of a vehicle. (système d’attaches inférieures)
“lower universal anchorage system” means a device, other than a
vehicle seat belt, that is designed to secure the lower portion of
a restraint system or booster cushion to a vehicle and that transfers loads from the restraint system or booster cushion and its
occupant to the vehicle structure or seat. (dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs)
2. The Regulations are amended by adding the following after section 5:
1. Le paragraphe 1(1) du Règlement sur la sécurité des ensembles de retenue et des coussins d’appoint (véhicules automobiles)1 est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs » Dispositif, autre qu’une ceinture de sécurité, qui est conçu pour assujettir la partie inférieure d’un ensemble de retenue ou d’un
coussin d’appoint au véhicule et qui transmet au bâti du véhicule ou au siège les forces exercées par l’ensemble de retenue
ou le coussin d’appoint et par l’occupant de ce dernier. (lower
universal anchorage system)
« système d’attaches inférieures » Système composé de deux attaches qui s’insèrent chacune dans un dispositif de contrôle dont
l’enveloppe a les dimensions illustrées à la figure 10 de l’annexe 10, sont fixées à la partie inférieure d’un ensemble de
retenue ou d’un coussin d’appoint de manière qu’il ne soit possible de les enlever qu’à l’aide d’outils et permettent de fixer
solidement l’ensemble de retenue ou le coussin d’appoint au
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs du véhicule. (lower connector system)
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 5, de ce qui suit :
Lower Universal Anchorage System Symbol
Symbole du dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs
5.1 Every restraint system or booster cushion that is equipped
with a lower connector system must bear the lower universal anchorage system symbol, illustrated in Schedule 11, on a contrasting background on or near the lower connector system in a clearly
visible location that readily permits the lower connectors to be
engaged and attached.
3. (1) Subparagraph 6(f)(iii)2 of the Regulations is replaced
by the following:
(iii) in the case of a forward-facing system, the system must
be secured to the vehicle by means of a lower connector
system if it is installed in a seating position that is equipped
with a lower universal anchorage system or by means of a
vehicle seat belt if it is installed in a seating position that is
not equipped with a lower universal anchorage system, and
by means of a tether strap, as shown in the installation
instructions,
(iii.1) in the case of a rearward-facing system, the system
must be secured to the vehicle by means of a lower connector system if it is installed in a seating position that is
equipped with a lower universal anchorage system or by
means of a vehicle seat belt if it is installed in a seating position that is not equipped with a lower universal anchorage
system, and, if equipped with a tether strap, by means of the
tether strap, as shown in the installation instructions,
5.1 Tout ensemble de retenue ou coussin d’appoint muni d’un
système d’attaches inférieures doit porter bien en vue sur ce système ou à côté de celui-ci, sur un fond contrastant, le symbole du
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, illustré à
l’annexe 11, de manière à permettre facilement l’enclenchement
et la fixation des attaches inférieures.
3. (1) Le sous-alinéa 6f)(iii)2 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(iii) dans le cas d’un ensemble qui est conçu pour être utilisé
face à l’avant, que l’ensemble doit être assujetti au véhicule
au moyen d’un système d’attaches inférieures, s’il est installé à une place assise munie d’un dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, ou au moyen d’une ceinture
de sécurité, s’il est installé à une place assise non munie d’un
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, et au
moyen d’une courroie d’attache, de la manière illustrée dans
les instructions d’installation,
(iii.1) dans le cas d’un ensemble qui est conçu pour être utilisé face à l’arrière, que l’ensemble doit être assujetti au véhicule au moyen d’un système d’attaches inférieures, s’il est
installé à une place assise munie d’un dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, ou au moyen d’une ceinture
de sécurité, s’il est installé à une place assise non munie d’un
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs et, si
l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de
cette courroie, de la manière illustrée dans les instructions
d’installation,
(2) L’alinéa 6g) du même règlement est modifié par adjonction, après le sous-alinéa (ii), de ce qui suit :
(iii) à une place assise munie d’un dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, et assujetti au véhicule au
(2) Paragraph 6(g) of the Regulations is amended by deleting the word “and” at the end of subparagraph (i), by adding
the word “and” at the end of subparagraph (ii) and by adding
the following after subparagraph (ii):
———
1
2
SOR/98-159
Canada Gazette Part I, December 2, 2000, p. 3612
———
1
2
DORS/98-159
Gazette du Canada Partie I, 2 décembre 2000, p. 3612
Le 3 mars 2001
(iii) in a seating position that is equipped with a lower universal anchorage system and secured to the vehicle by means
of a lower connector system and, if equipped with a tether
strap, by means of the tether strap.
4. (1) Subparagraph 7(f)(i) of the Regulations is replaced by
the following:
(i) the system is for use only in a forward-facing seat
equipped with a lower universal anchorage system or with a
vehicle seat belt,
(2) Subparagraph 7(f)(iii)2 of the Regulations is replaced by
the following:
(iii) the system must be secured to the vehicle by means of a
lower connector system if it is installed in a seating position
that is equipped with a lower universal anchorage system or
by means of a vehicle seat belt if it is installed in a seating
position that is not equipped with a lower universal anchorage system, and, if equipped with a tether strap, by means of
the tether strap, and
(3) Paragraph 7(h) of the Regulations is amended by deleting the word “and” at the end of subparagraph (i), by adding
the word “and” at the end of subparagraph (ii) and by adding
the following after subparagraph (ii):
(iii) in a seating position that is equipped with a lower universal anchorage system and secured to the vehicle by means
of a lower connector system and, if equipped with a tether
strap, by means of the tether strap.
5. (1) Paragraph 8(e)2 of the Regulations is replaced by the
following:
(e) in the case of a booster cushion that is equipped with a
lower connector system, a statement that indicates that, even
when unoccupied, the booster cushion must be secured to the
vehicle by means of that system if the booster cushion is installed in a seating position that is equipped with a lower universal anchorage system or by means of a vehicle seat belt if it
is installed in a seating position that is not equipped with a
lower universal anchorage system, and, if equipped with a
tether strap, by means of the tether strap;
(e.1) in the case of a booster cushion that is not equipped with a
lower connector system, a statement that indicates that, even
when unoccupied, the booster cushion must be secured to the
vehicle by means of a vehicle seat belt and, if equipped with a
tether strap, by means of the tether strap;
(2) Paragraph 8(f) of the Regulations is amended by deleting the word “and” at the end of subparagraph (i), by adding
the word “and” at the end of subparagraph (ii) and by adding
the following after subparagraph (ii):
(iii) if equipped with a lower connector system, in a seating
position that is equipped with a lower universal anchorage
system and secured to the vehicle by means of that system
and, if equipped with a tether strap, by means of the tether
strap.
6. (1) Subparagraph 9(g)(iii)2 of the Regulations is replaced
by the following:
(iii) in the case of a system that is equipped with a lower
connector system, the system must be secured to the vehicle
by means of the lower connector system if it is installed in a
seating position that is equipped with a lower universal anchorage system or by means of a vehicle seat belt if it is installed in a seating position that is not equipped with a lower
universal anchorage system, and, if equipped with a tether
Gazette du Canada Partie I
moyen d’un système d’attaches inférieures et, si l’ensemble
est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de cette
courroie.
4. (1) Le sous-alinéa 7f)(i) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(i) que l’ensemble ne doit être utilisé que sur un siège orienté
vers l’avant et muni d’un dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs ou d’une ceinture de sécurité,
(2) Le sous-alinéa 7f)(iii)2 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(iii) que l’ensemble doit être assujetti au véhicule au moyen
d’un système d’attaches inférieures, s’il est installé à une
place assise munie d’un dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs, ou au moyen d’une ceinture de sécurité, s’il est installé à une place non munie d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs et, si l’ensemble est
équipé d’une courroie d’attache, au moyen de cette courroie,
(3) L’alinéa 7h) du même règlement est modifié par adjonction, après le sous-alinéa (ii), de ce qui suit :
(iii) à une place assise munie d’un dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, et assujetti au véhicule au
moyen d’un système d’attaches inférieures et, si l’ensemble
est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de cette
courroie.
5. (1) L’alinéa 8e)2 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
e) dans le cas d’un coussin d’appoint équipé d’un système
d’attaches inférieures, la mention que le coussin d’appoint,
même inoccupé, doit être assujetti au véhicule au moyen de ce
système, si le coussin d’appoint est installé à une place assise
munie d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, ou au moyen d’une ceinture de sécurité, si le coussin
d’appoint est installé à une place assise non munie d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs et, si le coussin
d’appoint est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de
cette courroie;
e.1) dans le cas d’un coussin d’appoint non équipé d’un système d’attaches inférieures, la mention que le coussin, même
inoccupé, doit être assujetti au véhicule au moyen d’une ceinture de sécurité et, si le coussin d’appoint est équipé d’une
courroie d’attache, au moyen de cette courroie;
(2) L’alinéa 8f) du même règlement est modifié par adjonction, après le sous-alinéa (ii), de ce qui suit :
(iii) à une place assise munie d’un dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, si le coussin d’appoint est
équipé d’un système d’attaches inférieures, et assujetti au
véhicule au moyen de ce système et, si le coussin d’appoint
est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de cette
courroie.
6. (1) Le sous-alinéa 9g)(iii)2 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(iii) dans le cas d’un ensemble équipé d’un système d’attaches inférieures, que l’ensemble doit être assujetti au véhicule au moyen de ce système, si l’ensemble est installé à une
place assise munie d’un dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs, ou au moyen d’une ceinture de sécurité, si l’ensemble est installé à une place assise non munie
d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs et,
———
———
2
2
Canada Gazette Part I, December 2, 2000, p. 3612
789
Gazette du Canada Partie I, 2 décembre 2000, p. 3612
790
Canada Gazette Part I
strap, by means of the tether strap, as shown in the installation instructions,
(iii.1) in the case of a system that is not equipped with a
lower connector system, the system must be secured to the
vehicle by means of a vehicle seat belt and, if equipped with
a tether strap, by means of the tether strap, as shown in the
installation instructions,
(2) Paragraph 9(h) of the Regulations is amended by deleting the word “and” at the end of subparagraph (i), by adding
the word “and” at the end of subparagraph (ii) and by adding
the following after subparagraph (ii):
(iii) if equipped with a lower connector system, in a seating
position that is equipped with a lower universal anchorage
system and secured to the vehicle by means of that system
and, if equipped with a tether strap, by means of the tether
strap.
7. (1) Subparagraph 11(f)(i) of the Regulations is replaced
by the following:
(i) the system is for use only in a forward-facing seat
equipped with a lower universal anchorage system or with a
vehicle seat belt,
(2) Subparagraph 11(f)(iii) of the Regulations is replaced by
the following:
(iii) in the case of a system that is equipped with a lower
connector system, the system must be secured to the vehicle
by means of the lower connector system if it is installed in a
seating position that is equipped with a lower universal anchorage system or by means of a vehicle seat belt if it is installed in a seating position that is not equipped with a lower
universal anchorage system, and, if the system is equipped
with a tether strap, by means of the tether strap, as shown in
the installation instructions,
(iii.1) in the case of a system that is not equipped with a
lower connector system, the system must be secured to the
vehicle by means of a vehicle seat belt and, if equipped with
a tether strap, by means of the tether strap, as shown in the
installation instructions, and
(3) Subparagraphs 11(h)(i) and (ii) of the Regulations are
replaced by the following:
(i) in a seating position that has only a lap belt, and secured
to the vehicle by means of the belt and, if equipped with a
tether strap, by means of the tether strap, if the manufacturer
recommends the installation of the system in such a seating
position,
(ii) in a seating position that has only a continuous-loop lap
and shoulder belt and secured to the vehicle by means of the
belt and, if equipped with a tether strap, by means of the
tether strap, if the manufacturer recommends the installation
of the system in such a seating position, and
(iii) if equipped with a lower connector system, in a seating
position that is equipped with a lower universal anchorage
system and secured to the vehicle by means of that system
and, if equipped with a tether strap, by means of the tether
strap.
8. (1) Subsection 13(2) of the Regulations is amended by
adding the following after paragraph (a):
(a.1) specify whether the system may be used with a lower
universal anchorage system;
March 3, 2001
si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen
de cette courroie, de la manière illustrée dans les instructions
d’installation,
(iii.1) dans le cas d’un ensemble non équipé d’un système
d’attaches inférieures, que l’ensemble doit être assujetti au
véhicule au moyen d’une ceinture de sécurité et, si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de
cette courroie, de la manière illustrée dans les instructions
d’installation,
(2) L’alinéa 9h) du même règlement est modifié par adjonction, après le sous-alinéa (ii), de ce qui suit :
(iii) à une place assise munie d’un dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, si l’ensemble est équipé d’un
système d’attaches inférieures, et assujetti au véhicule au
moyen de ce système et, si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de cette courroie.
7. (1) Le sous-alinéa 11f)(i) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(i) que l’ensemble ne doit être utilisé que sur un siège orienté
vers l’avant et équipé d’un dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs ou d’une ceinture de sécurité,
(2) Le sous-alinéa 11f)(iii) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(iii) dans le cas d’un ensemble équipé d’un système d’attaches inférieures, que l’ensemble doit être assujetti au véhicule au moyen de ce système, si l’ensemble est installé à une
place assise munie d’un dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs, ou au moyen d’une ceinture de sécurité, si l’ensemble est installé à une place non munie d’un
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs et, si
l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen
de cette courroie, de la manière dans les instructions
d’installation,
(iii.1) dans le cas d’un ensemble non équipé d’un système
d’attaches inférieures, que l’ensemble doit être assujetti au
véhicule au moyen d’une ceinture de sécurité et, si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen
de cette courroie, de la manière illustrée dans les instructions
d’installation,
(3) Les sous-alinéas 11h)(i) et (ii) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(i) à une place assise munie uniquement d’une ceinture de
sécurité sous-abdominale, et assujetti au véhicule au moyen
de cette ceinture et, si l’ensemble est équipé d’une courroie
d’attache, au moyen de cette courroie, lorsque le fabricant
recommande l’installation à une telle place,
(ii) à une place assise munie uniquement d’une ceinture de
sécurité trois points à sangle unique, et assujetti au véhicule
au moyen de cette ceinture et, si l’ensemble est équipé d’une
courroie d’attache, au moyen de cette courroie, lorsque le fabricant recommande l’installation à une telle place,
(iii) à une place assise munie d’un dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, si l’ensemble est équipé
d’un système d’attaches inférieures, et assujetti au véhicule
au moyen de ce système et, si l’ensemble est équipé d’une
courroie d’attache, au moyen de cette courroie.
8. (1) Le paragraphe 13(2) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa a), de ce qui suit :
a.1) préciser si l’ensemble de retenue peut être utilisé avec un
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs;
Le 3 mars 2001
(2) Paragraph 13(2)(d)2 of the Regulations is replaced by
the following:
(d) state that the system, even when unoccupied, must be
firmly secured to the vehicle by means of a lower universal anchorage system or a vehicle seat belt, as applicable for the type
of system and the seating position in which the system is to be
installed, and, if the system is equipped with a tether strap, by
means of the tether strap;
Gazette du Canada Partie I
791
10. The heading before section 7 of Schedule 3 to the Regulations is replaced by the following:
(2) L’alinéa 13(2)d)2 du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
d) indiquer que l’ensemble de retenue, même inoccupé, doit
être solidement assujetti au véhicule, d’une part, au moyen du
dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs ou d’une
ceinture de sécurité, selon le type d’ensemble de retenue et la
place assise où ce dernier sera installé, et, d’autre part, si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen de cette
courroie;
9. L’article 12 de l’annexe 3 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
1. Dans la présente annexe, « Méthode d’essai 213 » s’entend
de la Méthode d’essai 213 — Ensembles de retenue pour enfant,
dans sa version de novembre 2000.
10. L’intertitre précédant l’article 7 de l’annexe 3 du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
Belts, Buckles, Tether Straps and
Lower Connector Systems
Ceintures, attaches, courroies d’attache
et systèmes d’attaches inférieures
11. Subsections 7(1) and (1.1)2 of Schedule 3 to the Regulations are replaced by the following:
7. (1) Every forward-facing child restraint system must be capable of being secured to the vehicle by means of
(a) a lower connector system together with the tether strap provided with the restraint system; and
(b) a vehicle seat belt together with the tether strap provided
with the restraint system.
(1.1) Every rearward-facing child restraint system must be capable of being secured to the vehicle by means of
(a) a lower connector system or a lower connector system together with the tether strap provided with the system; and
(b) a vehicle seat belt or a vehicle seat belt together with the
tether strap provided with the system.
11. Les paragraphes 7(1) et (1.1)2 de l’annexe 3 du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
7. (1) Tout ensemble de retenue pour enfant faisant face à
l’avant doit pouvoir être assujetti au véhicule, à la fois :
a) au moyen d’un système d’attaches inférieures et de la courroie d’attache fournie avec l’ensemble,
b) au moyen d’une ceinture de sécurité et de la courroie
d’attache fournie avec l’ensemble.
(1.1) Tout ensemble de retenue pour enfant faisant face à
l’arrière doit pouvoir être assujetti au véhicule, à la fois :
a) au moyen d’un système d’attaches inférieures ou au moyen
d’un système d’attaches inférieures et de la courroie d’attache
fournie avec l’ensemble;
b) au moyen d’une ceinture de sécurité ou au moyen d’une
ceinture de sécurité et de la courroie d’attache fournie avec
l’ensemble.
(1.2) Tout ensemble de retenue pour enfant doit donner une indication sonore claire au moment où chacune des attaches d’un
système d’attaches inférieures est fixée solidement au dispositif
universel d’ancrages d’attaches inférieurs, ou une indication visuelle claire, dans des conditions normales de jour, que chaque
attache est solidement fixée à ce dispositif.
12. Le passage de l’article 10 de l’annexe 3 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
10. Les sangles des ceintures et toute courroie d’attache qui
sont fournies avec l’ensemble de retenue pour enfant et qui sont
utilisées pour assujettir l’ensemble au véhicule ou retenir l’enfant
dans l’ensemble doivent :
13. (1) Le paragraphe 13(1.1)3 de l’annexe 3 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(1.1) Tout ensemble de retenue pour enfant faisant face à
l’avant doit aussi, lorsqu’il est soumis à l’essai dynamique conformément à l’article 3 de la Méthode d’essai 213 et qu’il est
réglé à toute position, ne permettre à aucune partie de la tête du
dispositif anthropomorphe d’essai de passer par le plan vertical
transversal situé à 720 mm en avant du point Z, sur le siège, le
long de la ligne repère d’orientation du siège (centre) illustrée aux
figures 3 et 4 de l’annexe 10, lequel plan est désigné comme étant
la « limite de déplacement avant » aux figures 5 et 6 de l’annexe 10.
9. Section 12 of Schedule 3 to the Regulations is replaced by
the following:
1. In this Schedule, “Test Method 213” means Test Method 213
— Child Restraint Systems (November 2000).
(1.2) Every child restraint system must provide a clear, audible
indication when each connector in a lower connector system is
securely attached to the lower universal anchorage system or a
clear, visual indication, under normal daylight conditions, that
each connector is securely attached to the lower universal anchorage system.
12. The portion of section 10 of Schedule 3 to the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(10) The webbing of belts and any tether strap provided with a
child restraint system and used to attach the system to a vehicle or
to restrain a child within the system must
13. (1) Subsection 13(1.1)3 of Schedule 3 to the Regulations
is replaced by the following:
(1.1) When a forward-facing child restraint system is subjected to a dynamic test in accordance with section 3 of Test Method 213, the system must also, when adjusted in any position, not
allow any portion of the head of the anthropomorphic test device
to pass through the vertical transverse plane that is 720 mm forward of the Z point on the seat assembly measured along the centre SORL illustrated in Figures 3 and 4 of Schedule 10, which
plane is illustrated as the forward excursion limit in Figures 5 and
6 of Schedule 10.
———
2
3
Canada Gazette Part I, December 2, 2000, p. 3612
SOR/2000-89
———
2
3
Gazette du Canada Partie I, 2 décembre 2000, p. 3612
DORS/2000-89
792
Canada Gazette Part I
(2) Paragraph 13(2.1)(a)3 of Schedule 3 to the Regulations is
replaced by the following:
(a) the system must also retain all portions of the torso of the
anthropomorphic test device within the system, and no portion
of the target point on either side of the device’s head may pass
through the transverse orthogonal planes whose intersection
contains the forward-most and topmost points on the surfaces
of the system, as illustrated in Figure 7 of Schedule 10; and
(3) Subsection 13(3)2 of Schedule 3 to the Regulations is replaced by the following:
(3) The seat used in dynamic testing must be the dynamic seat
assembly described in drawing package NHTSA SAS-100-1000,
illustrated in Figures 3 and 4 of Schedule 10, and, except in the
case of a rearward-facing system, the seat back must be fixed so
that rotation around the seat back pivot axis is prevented.
14. Figures 2 to 42 of Schedule 3 to the Regulations are
repealed.
15. Section 12 of Schedule 4 to the Regulations is replaced
by the following:
1. In this Schedule, “Test Method 213.1” means Test Method 213.1 — Infant Restraint Systems (November 2000).
16. Section 2 of Schedule 4 to the Regulations is amended
by adding the following after paragraph (b):
(b.1) be capable of being secured to the vehicle by means of a
lower connector system only, or by means of a lower connector
system together with the tether strap that is provided with the
system, and of providing a clear, audible indication when each
connector in a lower connector system is securely attached to
the lower universal anchorage system or a clear, visual indication, under normal daylight conditions, that each connector is
securely attached to the lower universal anchorage system;
(b.2) if the system is manufactured with a separate, removable
base and the seating component of the system designed to be
used with or without the base, be equipped with a lower connector system on both the base and the seating component of
the system;
17. (1) Paragraph 10(1)(d)2 of Schedule 4 to the Regulations
is replaced by the following:
(d) the system must restrict the movement of the anthropomorphic test device so that the target point on either side of the device’s head, at any time during and immediately after the test,
does not pass through the vertical transverse plane passing
through the forward-most point on the top of the infant restraint
system, as illustrated in Figure 8 of Schedule 10 nor through
the vertical transverse plane passing through point X on the
seat, as illustrated in Figure 9 of Schedule 10; and
(2) Subsection 10(2)2 of Schedule 4 to the Regulations is replaced by the following:
(2) The seat used in dynamic testing must be the standard seat
assembly described in drawing package NHTSA SAS-100-1000,
illustrated in Figures 3 and 4 of Schedule 10.
18. Figures 1 to 32 of Schedule 4 to the Regulations are
repealed.
19. Section 22 of Schedule 5 to the Regulations is replaced
by the following:
March 3, 2001
(2) L’alinéa 13(2.1)a)3 de l’annexe 3 du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
a) retenir toutes les parties du torse du dispositif anthropomorphe d’essai dans l’ensemble, et aucune partie des points repères
situés de part et d’autre de la tête du dispositif ne doit passer
par les plans orthogonaux transversaux dont l’intersection comporte les points les plus avancés et les plus élevés des surfaces
de l’ensemble de retenue pour enfant, comme l’indique la figure 7 de l’annexe 10;
(3) Le paragraphe 13(3)2 de l’annexe 3 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(3) Le siège utilisé pour l’essai dynamique est le siège normalisé décrit dans l’ensemble de dessins NHTSA SAS-100-1000 et
illustré aux figures 3 et 4 de l’annexe 10, et, sauf dans le cas d’un
ensemble de retenue pour enfant faisant face à l’arrière, le dossier
est fixé de façon à empêcher le pivotement autour de l’axe de
rotation du dossier du siège.
14. Les figures 2 à 42 de l’annexe 3 du même règlement sont
abrogées.
15. L’article 12 de l’annexe 4 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
1. Dans la présente annexe, « Méthode d’essai 213.1 » s’entend
de la Méthode d’essai 213.1 — Ensembles de retenue pour bébé,
dans sa version de novembre 2000.
16. L’article 2 de l’annexe 4 du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui suit :
b.1) pouvoir être assujetti au véhicule par le seul moyen d’un
système d’attaches inférieures ou au moyen d’un système
d’attaches inférieures et d’une courroie d’attache fournie avec
l’ensemble, et donner une indication sonore claire au moment
où chaque attache du système d’attaches inférieures est fixée
solidement au dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, ou une indication visuelle claire, dans des conditions
normales de jour, que chaque attache est solidement fixée à ce
dispositif;
b.2) lorsque l’ensemble est fabriqué avec une base amovible
séparée et que l’élément siège de l’ensemble est conçu pour
être utilisé dans le véhicule avec ou sans la base, être muni
d’un système d’attaches inférieurs sur la base de l’ensemble et
sur l’élément siège de l’ensemble;
17. (1) L’alinéa 10(1)d)2 de l’annexe 4 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
d) limiter le mouvement du dispositif anthropomorphe d’essai,
de façon que les points de repère situés de part et d’autre de la
tête du dispositif ne passent à aucun moment, durant et immédiatement après l’essai, ni par le plan vertical transversal qui
passe par le point le plus avancé du sommet de l’ensemble de
retenue pour bébé, comme l’indique la figure 8 de l’annexe 10,
ni par le plan vertical transversal qui passe par le point X du
siège, comme l’indique la figure 9 de l’annexe 10;
(2) Le paragraphe 10(2)2 de l’annexe 4 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(2) Le siège utilisé pour l’essai dynamique est le siège normalisé décrit dans l’ensemble de dessins NHTSA SAS-100-1000 et
illustré aux figures 3 et 4 de l’annexe 10.
18. Les figures 1 à 32 de l’annexe 4 du même règlement sont
abrogées.
19. L’article 22 de l’annexe 5 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
———
———
2
2
3
Canada Gazette Part I, December 2, 2000, p. 3612
SOR/2000-89
3
Gazette du Canada Partie I, 2 décembre 2000, p. 3612
DORS/2000-89
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
793
(1.1) A booster cushion must not incorporate any additional
harness.
(2) A booster cushion that is equipped with a lower connector
system must provide a clear, audible indication when each connector in a lower connector system is securely attached to the
lower universal anchorage system or a clear, visual indication,
under normal daylight conditions, that each connector is securely
attached to the lower universal anchorage system.
20. Section 12 of Schedule 6 to the Regulations is replaced
by the following:
1. In this Schedule, “Test Method 213.3” means Test Method 213.3 — Restraint Systems for Disabled Persons (November 2000).
21. The heading before section 6 of Schedule 6 to the
Regulations is replaced by the following:
2. (1) Le coussin d’appoint doit pouvoir être assujetti au
véhicule :
a) d’une part, par le seul moyen d’une ceinture de sécurité ou,
si le coussin a un dossier et s’il est équipé d’une courroie
d’attache, au moyen d’une ceinture de sécurité et d’une courroie d’attache;
b) d’autre part, s’il est muni d’un système d’attaches inférieures, par le seul moyen d’un système d’attaches inférieures
ou, si le coussin a un dossier et s’il est équipé d’une courroie
d’attache, au moyen d’un système d’attaches inférieures et
d’une courroie d’attache.
(1.1) Le coussin d’appoint ne doit pas comporter de harnais
supplémentaire.
(2) Le coussin d’appoint muni d’un système d’attaches inférieures doit donner une indication sonore claire au moment où
chaque attache du système d’attaches inférieures est fixée solidement au dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, ou
une indication visuelle claire, dans des conditions normales de
jour, que chaque attache est solidement fixée à ce dispositif.
20. L’article 12 de l’annexe 6 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
1. Dans la présente annexe, « Méthode d’essai 213.3 » s’entend
de la Méthode d’essai 213.3 — Ensembles de retenue pour personne handicapée, dans sa version de novembre 2000.
21. L’intertitre précédant l’article 6 de l’annexe 6 du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
Belts, Buckles, Tether Straps and
Lower Connector Systems
Ceintures, attaches, courroies d’attache et
systèmes d’attaches inférieures
22. Subsection 6(1) of Schedule 6 to the Regulations is replaced by the following:
6. (1) Every production restraint system for disabled persons
must be capable of being secured to the vehicle by means of
(a) a vehicle seat belt only or, if equipped with a tether strap, a
vehicle seat belt and the tether strap; and
(b) if equipped with a lower connector system, the lower connector system only, or if equipped with a tether strap, the lower
connector system and the tether strap.
22. Le paragraphe 6(1) de l’annexe 6 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
6. (1) L’ensemble de retenue de série pour personne handicapée doit pouvoir être assujetti au véhicule :
a) d’une part, par le seul moyen d’une ceinture de sécurité ou,
si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au moyen
d’une ceinture de sécurité et d’une courroie d’attache;
b) d’autre part, si l’ensemble est muni d’un système d’attaches
inférieures, par le seul moyen d’un système d’attaches inférieures ou, si l’ensemble est équipé d’une courroie d’attache, au
moyen d’un système d’attaches inférieures et d’une courroie
d’attache.
(1.1) L’ensemble de retenue de série pour personne handicapée
muni d’un système d’attaches inférieures doit donner une indication sonore claire au moment où chaque attache du système d’attaches inférieures est fixée solidement au dispositif universel
d’ancrages d’attaches inférieurs, ou une indication visuelle claire,
dans des conditions normales de jour, que chaque attache est solidement fixée à ce dispositif.
23. (1) L’alinéa 12(1)d)2 de l’annexe 6 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
d) ne permettre à aucune partie de la tête du dispositif anthropomorphe d’essai de passer par le plan vertical transversal situé
à 720 mm en avant du point Z sur le siège, le long de la ligne
repère d’orientation du siège (centre) illustrée aux figures 3 et 4
de l’annexe 10, lequel plan est désigné comme étant la « limite
de déplacement avant » aux figures 5 et 6 de l’annexe 10.
(2) Le paragraphe 12(2) de l’annexe 6 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(2) Le siège utilisé pour l’essai dynamique est le siège normalisé décrit dans l’ensemble de dessins NHTSA SAS-100-1000 et
2. (1) Every booster cushion must be capable of being secured
to a vehicle by means of
(a) a vehicle seat belt only or, in the case of booster cushion
that has a seat back and is equipped with a tether strap, a vehicle seat belt and the tether strap; and
(b) if equipped with a lower connector system, the lower connector system only, or, in the case of a booster cushion that has
a seat back and is equipped with a tether strap, a lower connector system and the tether strap.
(1.1) A production restraint system for disabled persons that is
equipped with a lower connector system must provide a clear,
audible indication when each connector in a lower connector
system is securely attached to the lower universal anchorage system or a clear, visual indication, under normal daylight conditions, that each connector is securely attached to the lower universal anchorage system.
23. (1) Paragraph 12(1)(d)2 of Schedule 6 to the Regulations
is replaced by the following:
(d) not allow any portion of the head of the anthropomorphic
test device to pass through the vertical transverse plane that is
720 mm forward of the Z point on the seat assembly, measured
along the centre SORL shown in Figures 3 and 4 of Schedule 10, which plane is shown as the “forward excursion limit”
in Figures 5 and 6 of Schedule 10.
(2) Subsection 12(2) of Schedule 6 to the Regulations is replaced by the following:
(2) The seat used in dynamic testing must be the standard seat
assembly described in drawing package NHTSA SAS-100-1000,
———
———
2
2
Canada Gazette Part I, December 2, 2000, p. 3612
Gazette du Canada Partie I, 2 décembre 2000, p. 3612
794
Canada Gazette Part I
shown in Figures 3 and 4 of Schedule 10, except that the seat
back must be fixed so that rotation around the seat back pivot axis
is prevented.
24. Figures 2 and 3 of Schedule 6 to the Regulations are
repealed.
25. Section 12 of Schedule 7 to the Regulations is replaced
by the following:
1. In this Schedule, “Test Method 213.5” means Test Method 213.5 — Restraint Systems for Infants with Special Needs
(November 2000).
26. Subsection 2(1) of Schedule 7 to the Regulations is
amended by adding the following after paragraph (b):
(b.1) if equipped with a lower connector system, is capable of
being secured to the vehicle by means of a lower connector
system only, or by means of a lower connector system together
with the tether strap that is provided with the system, and of
providing a clear, audible indication when each connector in
the lower connector system is securely attached to the lower
universal anchorage system or a clear, visual indication, under
normal daylight conditions, that each connector is securely attached to the lower universal anchorage system;
(b.2) if the system is equipped with a lower connector system,
is manufactured with a separate, removable base, and the seating component of the system is designed to be used with or
without the base, equipped with a lower connector system on
both the base and the seating component of the system;
March 3, 2001
27. (1) Paragraph 9(1)(d)2 of Schedule 7 to the Regulations
is replaced by the following:
(d) in the case of a system other than a car bed, the system must
restrict the movement of the anthropomorphic test device so
that the target point on either side of the device’s head, at any
time during and immediately after the test, does not pass
through the vertical transverse plane passing through the
forward-most point on the top of the infant restraint system, as
shown in Figure 8 of Schedule 10 nor through the vertical
transverse plane passing through point X on the seat, as shown
in Figure 9 of Schedule 10; and
(2) Subsection 9(2)2 of Schedule 7 to the Regulations is replaced by the following:
(2) The seat in the dynamic testing must be the dynamic seat
assembly described in drawing package NHTSA SAS-100-1000,
illustrated in Figures 3 and 4 of Schedule 10.
28. Figures 1 to 32 of Schedule 7 to the Regulations are repealed.
29. Schedule 10 to the Regulations is amended by replacing
the reference “(Subsection 1(1))”2 with the following:
illustré aux figures 3 et 4 de l’annexe 10, sauf que le dossier est
fixé de façon à empêcher le pivotement autour de l’axe de rotation du dossier du siège.
24. Les figures 2 et 3 de l’annexe 6 du même règlement sont
abrogées.
25. L’article 12 de l’annexe 7 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
1. Dans la présente annexe, « Méthode d’essai 213.5 » s’entend
de la Méthode d’essai 213.5 — Ensembles de retenue pour bébés
qui ont des besoins spéciaux, dans sa version de novembre 2000.
26. Le paragraphe 2(1) de l’annexe 7 du même règlement
est modifié par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui suit :
b.1) lorsqu’il est équipé d’un système d’attaches inférieures,
pouvoir être assujetti au véhicule par le seul moyen de ce système ou au moyen d’un système d’attaches inférieures et d’une
courroie d’attache fournie avec l’ensemble, et donner une indication sonore claire au moment où chaque attache du système
d’attaches inférieures est fixée solidement au dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs, ou une indication visuelle
claire, dans des conditions normales de jour, que chaque attache est solidement fixée à ce dispositif;
b.2) lorsqu’il est équipé d’un système d’attaches inférieures,
qu’il est fabriqué avec une base amovible séparée et que
l’élément siège de l’ensemble est conçu pour être utilisé dans le
véhicule avec ou sans la base, être muni d’un système
d’attaches inférieurs sur la base de l’ensemble et sur l’élément
siège de l’ensemble;
27. (1) L’alinéa 9(1)d)2 de l’annexe 7 du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
d) dans le cas d’un ensemble autre qu’un lit d’auto, limiter le
mouvement du dispositif anthropomorphe d’essai, de façon que
les points repères situés de part et d’autre de la tête du dispositif ne passent à aucun moment, durant et immédiatement après
l’essai, ni par le plan vertical transversal qui passe par le point
le plus avancé du sommet de l’ensemble de retenue, comme
l’indique la figure 8 de l’annexe 10, ni par le plan vertical
transversal qui passe par le point X du siège, comme l’indique
la figure 9 de l’annexe 10;
(2) Le paragraphe 9(2)2 de l’annexe 7 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(2) Le siège utilisé pour l’essai dynamique est le siège normalisé décrit dans l’ensemble de dessins NHTSA SAS-100-1000 et
illustré aux figures 3 et 4 de l’annexe 10.
28. Les figures 1 à 32 de l’annexe 7 du même règlement sont
abrogées.
29. La mention « (paragraphe 1(1)) »2 qui suit le titre « ANNEXE 10 » du même règlement est remplacée par ce qui suit :
(Subsection 1(1) and section 13 of Schedule 3, section 10 of
Schedule 4, section 12 of Schedule 6 and section 9 of Schedule 7)
(paragraphe 1(1) et article 13 de l’annexe 3, article 10 de
l’annexe 4, article 12 de l’annexe 6 et article 9 de l’annexe 7)
FIGURES
FIGURES
30. Schedule 10 to the Regulations is amended by adding
the following after Figure 2:
30. L’annexe 10 du même règlement est modifiée par adjonction, après la figure 2, de ce qui suit :
———
———
2
2
Canada Gazette Part I, December 2, 2000, p. 3612
Gazette du Canada Partie I, 2 décembre 2000, p. 3612
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
795
711
Upper Torso Belt Anchorage Point
(Outboard Seat Configuration)
Z Point
Lap Belt Anchorage Points
(Centre Seat Configuration)
222
Inboard Anchorage Point
(Outboard Seat Configuration)
200
Outboard Anchorage Point
(Outboard Seat Configuration)
700
SORL
(Centre)
Notes:
1.
2.
3.
4.
5.
Dimensions in mm, except where otherwise indicated
Drawing not to scale
Lap belt anchorage points are symmetrically located with respect to the centre SORL
Maximum distance from the seat bight to the end of the buckle is 175 mm
Outboard anchorage point located 700 mm from the centre SORL
Figure 3 — Three-dimensional Schematic View of the Standard Seat Assembly Indicating Location of the Seat Belt Anchorage Points
796
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
711
Point d’ancrage de la ceinturebaudrier (configuration du siège
extérieur)
Points d’ancrage de la ceinture
sous-abdominale (configuration
du siège central)
Point Z
222
Point d’ancrage intérieur
(configuration du siège extérieur)
200
Point d’ancrage extérieur
(configuration du siège extérieur)
700
LROS
(centre)
Remarques :
1.
2.
3.
4.
5.
Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
Le dessin n’est pas à l’échelle.
Les points d’ancrage de la ceinture sous-abdominale sont situés symétriquement par rapport à la LROS (centre).
La distance maximale depuis la jonction dossier-coussin du siège jusqu’à l’extrémité de l’attache est de 175 mm.
Le point d’ancrage extérieur est situé à 700 mm de la LROS (centre).
Figure 3 — Vue schématique tridimensionnelle du siège normalisé indiquant l’emplacement des points d’ancrage de la ceinture de
sécurité
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
797
Lower Universal
Anchorage System Bars
Z Point
SORL
(Centre)
Notes:
1. Drawing not to scale
2. Lower universal anchorage system bars 6 mm in diameter and 25 mm in length
3. Transverse horizontal distance between the centre of the bars and the vertical plane containing the SORL at the centre of the seat
assembly is 140 mm
Figure 4 — Three-dimensional Schematic View of the Standard Seat Assembly Indicating Location of the Lower Universal Anchorage
System
798
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Barres du dispositif
universel d'ancrages
d'attaches inférieurs
Point Z
LROS
(centre)
Remarques :
1. Le dessin n’est pas à l’échelle.
2. Les barres du dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs ont un diamètre de 6 mm et une longueur de 25 mm.
3. La distance horizontale transversale entre le centre des barres et le plan vertical qui contient la LROS au centre du siège est de
140 mm.
Figure 4 — Vue schématique tridimensionnelle du siège normalisé indiquant l’emplacement du dispositif universel d’ancrages
d’attaches inférieurs
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
185
Upper Torso Belt
Anchorage Point
Forward
Excursion
Limit
114
119
Z
Tether Strap Anchorage
Point on Rear Package
Shelf
292
Inboard
Anchorage Point
Outboard
Anchorage Point
Centre Lap Belt
Anchorage Points
70
353
706
Notes
1.
2.
3.
4.
Dimensions in mm, except where otherwise indicated
Drawing not to scale
Anchorage point on rear package shelf located 544 mm right or left of the centre SORL, as shown in Figure 3
Rear lap belt buckle located 178 mm right or left of the centre SORL, as shown in Figure 3
Figure 5 — Side View of the Standard Seat Assembly Indicating the Location of the Seat Belt Anchorage Points
325
810
980
Z point
394
Rear Lap Belt
Buckle Location
X
799
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Limite de
déplacement
avant
185
Point d’ancrage de la
ceinture-baudrier
114
119
Point d’ancrage de la
courroie d'attache sur la
plage arrière
X
980
Point Z
Point d’ancrage
intérieur
Points
d’ancrages centraux de la
ceinture sous-abdominale
325
810
Point d’ancrage
extérieur
394
Emplacement de
l’attache arrière
de la ceinture
sous-abdominale
Z
292
800
70
353
706
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
3. Le point d’ancrage sur la plage arrière est situé à 544 mm à la droite ou à la gauche de la LROS (centre), tel qu’il est indiqué à la
figure 3.
4. L’attache arrière de la ceinture sous-abdominale est située à 178 mm à la droite ou à la gauche de la LROS (centre), tel qu’il est
indiqué à la figure 3.
Figure 5 — Vue de côté du siège normalisé indiquant l’emplacement des points d’ancrage de la ceinture de sécurité
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Forward
Excursion
Limit
102
Tether Strap Anchorage
Point on Rear Package
Shelf
Z
X
Lower Universal
Anchorage System Bars
279
810
Z Point
394
Rear Lap Belt
Buckle Location
353
Notes
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Dimensions in mm, except where otherwise indicated
Drawing not to scale
Anchorage point on rear package shelf located 544 mm right or left of the centre SORL, as shown in Figure 4
Rear lap belt buckle located 178 mm right or left of the centre SORL, as shown in Figure 4
Head excursion limit is 720 mm
Universal lower anchorage system bars located 102 mm forward of Z Point and 279 mm from the floor
Figure 6 — Side View of the Standard Seat Assembly Indicating the Location of the Lower Universal Anchorage System
801
802
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
102
Limite de
déplacement
avant
Point d’ancrage de la
courroie d'attache sur la
plage arrière
Z
X
Barres du dispositif
universel d’ancrages
d’attaches inférieurs
279
810
Point Z
394
Emplacement de
l’attache arrière de
la ceinture sousabdominale
353
Remarques :
1. Les dimensions sont exprimées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
3. Le point d’ancrage sur la plage arrière est situé à 544 mm à la droite ou à la gauche de la LROS (centre), comme l’indique la
figure 4.
4. L’attache arrière de la ceinture sous-abdominale est située à 178 mm à la droite ou à la gauche de la LROS (centre) comme
l’indique la figure 4.
5. La limite de déplacement de la tête est de 720 mm.
6. Les barres du dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs sont situées à 102 mm à l’avant du point Z et à 279 mm du
plancher.
Figure 6 — Vue de côté du siège normalisé indiquant l’emplacement du dispositif universel d’ancrages d’attaches inférieurs
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Extension of seat back frontal surface plane
Upper surface
point of the
restraint system
90°
90°
Upper excursion limit
Forward excursion
limit
Note
The illustrated limits move during dynamic testing
Figure 7 — Forward and Upper Excursion Limits for any Portion of the Target Point on Either Side of the Anthropomorphic Test
Device Head
803
804
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Plan prolongé de la surface
avant du dossier du siège
Point supérieur de la
surface de l'ensemble
de retenue
90°
90°
Limite de
déplacement avant
Limite de
déplacement
supérieure
Remarque :
Les limites illustrées se déplacent pendant les essais dynamiques.
Figure 7 — Limites de déplacement avant et supérieure de toute partie des points repères situés de part et d’autre de la tête du
dispositif anthropomorphe d’essai
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Head of anthropomorphic
test device
70°
20°
Forward-most point
of restraint system
Vertical plane
Maximum permissible
angle of the restraint
system
Figure 8 — Forward-most Point of the Anthropomorphic Test Device Head on the Vertical Plane
805
806
Canada Gazette Part I
March 3, 2001
Tête du dispostif
anthropomorphe d’essai
o
70
o
20
Point le plus avancé de
l’ensemble de retenue
Plan vertical
Angle maximum permis pour
l’ensemble de retenue
Figure 8 — Point le plus avancé de la tête du dispositif anthropomorphe d’essai sur le plan vertical
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
Head of the
anthropomorphic
test device
Point X
Back of standard
seat assembly
Vertical plane
Figure 9 — Point X on the Vertical Plane of the Standard Seat Assembly
807
808
Canada Gazette Part I
Tête du dispositif
anthropomorphe
d’essai
Point X
Dossier du siège
normalisé
Plan vertical
Figure 9 — Point X sur le plan vertical du siège normalisé
March 3, 2001
Le 3 mars 2001
Notes
1. Dimensions in mm, except where otherwise indicated
2. Drawing not to scale
Figure 10 — Rear View and Side View of Checking Device – Envelope Dimensions
Gazette du Canada Partie I
809
810
Canada Gazette Part I
Remarques :
1. Les dimensions sont indiquées en mm, sauf indication contraire.
2. Le dessin n’est pas à l’échelle.
Figure 10 — Vue de l’arrière et de côté du dispositif de contrôle – Dimensions de l’enveloppe
March 3, 2001
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
811
31. The Regulations are amended by adding the following
after Schedule 10:
31. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’annexe 10, de ce qui suit :
SCHEDULE 11
(Section 5.1)
ANNEXE 11
(article 5.1)
LOWER UNIVERSAL ANCHORAGE SYSTEM SYMBOL
SYMBOLE DU DISPOSITIF UNIVERSEL D’ANCRAGES
D’ATTACHES INFÉRIEURS
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
32. These Regulations come into force on September 1,
2002.
32. Le présent règlement entre en vigueur le 1er septembre
2002.
[9-1-o]
[9-1-o]
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
813
INDEX
No. 9 — March 3, 2001
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
EDP hardware and software — Withdrawal........................
Helicopter dry lease — Determination ................................
Professional, administrative and management support
services — Inquiry...........................................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
*Addresses of CRTC offices — Interventions ....................
Decisions
2001-81 to 2001-94, 2001-97 to 2001-110 and 2001-112
to 2001-123......................................................................
Public Notices
2001-27 ...............................................................................
2001-28 ...............................................................................
2001-29 ...............................................................................
2001-30 — Amendment to the eligibility criteria for
Canadian treaty co-productions to access funding from
certified independent production funds ...........................
699
698
698
699
700
705
705
706
706
GOVERNMENT HOUSE
Canadian Bravery Decorations ............................................ 670
Mention-in-Dispatches ........................................................ 673
Meritorious Service Decorations ......................................... 672
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Permit No. 4543-2-04226....................................................
Permit No. 4543-2-04229....................................................
Finance, Dept. of
Statements
Bank of Canada, balance sheet as at February 14, 2001......
Bank of Canada, balance sheet as at February 21, 2001......
Bank of Canada, financial statements as at December 31,
2000 .................................................................................
Industry, Dept. of
Telecommunications Act
SMSE-013-01 — Amendments to CP-01, issue 8 and
CS-03, issue 8..................................................................
Superintendent of Financial Institutions, Office of the
Bank Act
Foreign bank order ..............................................................
Insurance Companies Act
Ascentus Insurance Ltd., letters patent of incorporation .....
Transport, Dept. of
Canada Marine Act
Quebec Port Authority — Supplementary letters patent......
Canada Shipping Act
Ship-source oil pollution fund.............................................
683
684
693
695
674
686
687
687
688
692
MISCELLANEOUS NOTICES
American National Fire Insurance Company, change of
name .................................................................................... 708
*Canada Life Casualty Insurance Company............................ 708
Canada Southern Railway Company (The), document
deposited ............................................................................. 708
MISCELLANEOUS NOTICES — Continued
Canadian Forest Products Ltd., bridge crossing an unnamed
creek, B.C............................................................................
Canadian National Railway Company, documents
deposited .............................................................................
Challenger Salmon Farms Ltd., marine aquaculture site in
Cow Passage, N.B. ..............................................................
Cherob Developments Ltd., aquaculture facility in
Piccadilly Bay, Nfld. ...........................................................
De Salaberry, The Rural Municipality of, foot bridge over
the Rat River, Man. .............................................................
Deer Island Offshore Fish, Ltd., aquaculture site in the Bay
of Fundy, N.B......................................................................
*EULER American Credit Indemnity, release of assets..........
Heritage Salmon Ltd., salmon aquaculture site in the Bay
of Fundy, N.B......................................................................
Hy Seas Salmon Ltd., salmon aquaculture site in the bay of
Fundy, N.B. .........................................................................
International Association of Children’s Funds of North
America, surrender of charter..............................................
Kawartha Lakes, City of, Monroe bridge replacement over
Canal Lake, Ont...................................................................
Nippon Fire & Marine Insurance Company, Limited (The),
change of name....................................................................
Opportunity, Municipal District of, bridge repair and deck
widening over the Wabasca River, Alta. .............................
Productions Lichen, notice of dissolution ...............................
*Serb National Federation, release of assets ...........................
*State Street Trust Company Canada, notice of intention.......
*TD Mortgage Corporation and CT Financial Services Inc,
letters patent of amalgamation.............................................
*Toronto Dominion Life Insurance Company, change of
name ....................................................................................
Watkins, John R., cod aquaculture research cages farm site
in Northwest Cove, Nfld. ....................................................
709
709
709
710
714
710
711
711
712
712
713
714
713
714
714
715
715
716
716
PARLIAMENT
House of Commons
*Filing applications for private bills (1st Session,
37th Parliament) .............................................................. 697
PROPOSED REGULATIONS
Canada Customs and Revenue Agency
Income Tax Act
Regulations Amending the Income Tax Regulations ..........
Foreign Affairs and International Trade, Dept. of
Export and Import Permits Act
Order Amending the Automatic Firearms Country
Control List......................................................................
Industry, Dept. of
Bankruptcy and Insolvency Act
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency General
Rules................................................................................
Superintendent of Financial Institutions, Office of the
Office of the Superintendent of Financial Institutions Act
Assessment of Financial Insitutions Regulations, 2001 ......
Transport, Dept. of
Motor Vehicle Safety Act
Regulations Amending the Motor Vehicle Restraint
Systems and Booster Cusions Safety Regulations ...........
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Lower Universal Anchorage Systems for
Restraint Systems and Booster Cushions) .......................
718
726
729
742
787
751
Le 3 mars 2001
Gazette du Canada Partie I
815
INDEX
No 9 — Le 3 mars 2001
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
American National Fire Insurance Company, changement
de raison sociale ..................................................................
Canada Southern Railway Company (The), dépôt de
document .............................................................................
Canada-Vie Compagnie D’Assurance Générales....................
Canadian Forest Products Ltd., pont au-dessus d’un
ruisseau non désigné (C.-B.) ...............................................
Challenger Salmon Farms Ltd., installations d’aquaculture
dans le chenal Cow (N.-B.) .................................................
Cherob Developments Ltd., installations d’aquaculture
dans la baie Piccadilly (T.-N.) .............................................
Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, dépôt
de documents.......................................................................
De Salaberry, The Rural Municipality of, passerelle audessus de la rivière Rat (Man.) ............................................
Deer Island Offshore Fish, Ltd., installations d’aquaculture
dans la baie de Fundy (N.-B.)..............................................
*EULER American Credit Indemnity, libération d’actif.........
Heritage Salmon Ltd., installations d’aquaculture de
saumon dans la baie de Fundy (N.-B.) ................................
Hy Seas Salmon Ltd., installations d’aquaculture de
saumon dans la baie de Fundy (N.-B.) ................................
International Association of Children’s Funds of North
America, abandon de charte ................................................
Kawartha Lakes, City of, travaux de remplacement du pont
Monroe au-dessus du canal Lake (Ont.) ..............................
Nippon Fire & Marine Insurance Company, Limited (The),
changement de dénomination sociale ..................................
Opportunity, Municipal District of, réfection et
élargissement du tablier du pont au-dessus de la rivière
Wabaska (Alb.)....................................................................
Productions Lichen, avis de dissolution..................................
*Serb National Federation, libération d’actif ..........................
*Société d’hypothèques TD (La) et Services Financiers CT
Inc., lettres patentes de fusion .............................................
*State Street Trust Company Canada, avis d’intention ...........
*Toronto Dominion, Compagnie d’assurance-vie,
changement de dénomination sociale ..................................
Watkins, John R., installations d’aquaculture servant à la
recherche sur l’élevage en cage de la morue dans la baie
Northwest (T.-N.) ................................................................
AVIS DU GOUVERNEMENT
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Permis no 4543-2-04226......................................................
Permis no 4543-2-04229......................................................
Finances, min. des
Bilans
Banque du Canada, bilan au 14 février 2001 ......................
Banque du Canada, bilan au 21 février 2001 ......................
Banque du Canada, états financiers au 31 décembre 2000..
Industrie, min. de l’
Loi sur les télécommunications
SMSE-013-01 — Modifications à la PH-01, 8e édition, et
à la SH-03, 8e édition.......................................................
708
708
708
709
709
AVIS DU GOUVERNEMENT (suite)
Surintendant des institutions financières, bureau du
Loi sur les banques
Arrêté de banque étrangère..................................................
Loi sur les sociétés d’assurances
Assurances Ascentus ltée (Les), lettres patentes de
constitution ......................................................................
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Administration portuaire de Québec — Lettres patentes
supplémentaires ...............................................................
Loi sur la marine marchande du Canada
Caisse d’indemnisation des dommages dus à la pollution,
par les hydrocarbures, causée par les navires...................
687
687
688
692
714
COMMISSIONS
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
*Adresses des bureaux du CRTC — Interventions .............
Avis publics
2001-27 ...............................................................................
2001-28 ...............................................................................
2001-29 ...............................................................................
2001-30 — Modification des critères régissant
l’admissibilité à des fonds de production indépendants
certifiés dans le cas des coproductions canadiennes
faisant l’objet d’une entente ............................................
Décisions
2001-81 à 2001-94, 2001-97 à 2001-110 et 2001-112 à
2001-123..........................................................................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Location d’hélicoptères sans équipage — Décision ............
Matériel et logiciel informatiques — Retrait.......................
Services de soutien professionnel et services de soutien à
la gestion — Enquête.......................................................
713
714
714
PARLEMENT
Chambre des communes
*Demandes introductives de projets de loi privés
(1re session, 37e législature) ............................................. 697
710
709
714
710
711
711
712
712
713
715
715
716
716
683
684
694
696
674
686
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Affaires étrangères et du Commerce international, min.
des
Loi sur les licences d’exportation et d’importation
Décret modifiant la Liste des pays désignés (armes
automatiques) ..................................................................
Agence des douanes et du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur le
revenu ..............................................................................
Industrie, min. de l’
Loi sur la faillite et l’insolvabilité
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite et
l’insolvabilité...................................................................
Surintendant des institutions financières, bureau du
Loi sur le Bureau du surintendant des institutions
financières
Règlement de 2001 sur les cotisations des institutions
financières........................................................................
699
705
705
706
706
700
698
699
698
726
718
729
742
816
Canada Gazette Part I
RÈGLEMENTS PROJETÉS (suite)
Transports, min. des
Loi sur la sécurité automobile
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
ensembles de retenue et des coussins d’appoint
(véhicules automobiles) ................................................... 787
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (dispositifs universels
d’ancrages d’attaches inférieurs des ensembles de
retenue et des coussins d’appoint) ................................... 751
March 3, 2001
RÉSIDENCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL
Citation à l’ordre du jour..................................................... 673
Décorations canadiennes pour actes de bravoure ................ 670
Décorations pour service méritoire...................................... 672
If undelivered, return COVER ONLY to:
Canadian Government Publishing
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
Available from Canadian Government Publishing
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
En vente : Les Éditions du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising