Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 134, no 4
Vol. 134, No. 4
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, JANUARY 22, 2000
OTTAWA, LE SAMEDI 22 JANVIER 2000
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Parts II and III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 5, 2000, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling Government publications as listed
in the telephone directory or write to: Canadian Government
Publishing, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S9.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères des Parties II et III — Publiée le
samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres catégories
de textes réglementaires et de documents — Publiée le
5 janvier 2000 et au moins tous les deux mercredis par la
suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Les Éditions
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
(613) 991-1351 (Telephone), (613) 991-3540 (Facsimile).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, (613) 991-1351 (téléphone), (613) 991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, represented by the
Minister of Public Works and Government Services, 2000
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le
ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, 2000
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
No. 4 — January 22, 2000
No 4 — Le 22 janvier 2000
141
Government Notices* ......................................................
Notice of Vacancies ......................................................
142
171
Avis du Gouvernement* ..................................................
Avis de postes vacants ..................................................
142
171
Parliament
House of Commons ......................................................
181
Parlement
Chambre des communes ...............................................
181
Commissions* .................................................................
(agencies, boards and commissions)
182
Commissions* .................................................................
(organismes, conseils et commissions)
182
Miscellaneous Notices* ...................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; private sector agents)
201
Avis divers* .....................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
201
Proposed Regulations* ....................................................
(including amendments to existing regulations)
221
Règlements projetés* .......................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
221
Index ...............................................................................
267
Index ...............................................................................
269
_______
_______
* Notices are listed alphabetically in the Index.
* Les avis sont énumérés alphabétiquement dans l’index.
142
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, the conditions of Permit No. 4543-2-03233 are amended as follows:
9. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 5 000 m3.
J. B. WILSON
Environmental Protection
Pacific and Yukon Region
Avis est par les présentes donné que, aux termes des dispositions de la partie VI de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement, les conditions du permis no 4543-2-03233 sont
modifiées comme suit :
9. Quantité totale à immerger : Maximum de 5 000 m3.
Protection de l’environnement
Région du Pacifique et du Yukon
J. B. WILSON
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-03239 is approved.
1. Permittee: Fraser River Pile and Dredge Ltd., New
Westminster, British Columbia.
2. Type of Permit: To dump or load dredged material.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-03239
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Fraser River Pile and Dredge Ltd., New
Westminster (Colombie-Britannique).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des matières draguées.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 1er février 2000 au
31 janvier 2001.
4. Lieu(x) de chargement : Delta Cedar Products Ltd., Delta
(Colombie-Britannique), à environ 49°09,37′ N., 122°56,65′ O.
5. Lieu(x) d’immersion : Lieu d’immersion de la pointe Grey :
49°15,40′ N., 123°22,10′ O., à une profondeur minimale de
210 m.
Pour assurer le déversement de la charge à l’endroit désigné, le
navire doit établir sa position en suivant les procédures indiquées
ci-dessous :
(i) Le Centre de gestion du trafic maritime de Vancouver
(CGTMV) doit être informé du départ du navire en direction
d’un lieu d’immersion;
(ii) Lorsque le navire est arrivé au lieu d’immersion et avant le
déversement de la charge, on doit de nouveau communiquer
avec le CGTMV pour confirmer la position du navire. Si le
navire est dans la zone d’immersion, on peut procéder au déversement et s’il est en dehors de la zone, le CGTMV l’y dirige
et indique quand commencer les opérations;
(iii) Le CGTMV doit être avisé de la fin du déchargement
avant le départ du navire du lieu d’immersion.
6. Parcours à suivre : Direct.
7. Mode de chargement et d’immersion : Dragage à l’aide d’une
drague à benne à demi-coquilles et immersion à l’aide d’un chaland à bascule ou à clapets.
8. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
9. Quantité totale à immerger : Maximum de 15 000 m3.
10. Matières à immerger : Argile, sable, limon, gravier et déchets
ligneux.
3. Term of Permit: Permit is valid from February 1, 2000, to
January 31, 2001.
4. Loading Site(s): Delta Cedar Products Ltd., Delta, British
Columbia, at approximately 49°09.37′ N, 122°56.65′ W.
5. Dump Site(s): Point Grey Disposal Site: 49°15.40′ N,
123°22.10′ W, at a depth of not less than 210 m.
The following position-fixing procedures must be followed to
ensure disposal at the designated dump site:
(i) The vessel must call the Vancouver Vessel Traffic Management (VTM) Centre on departure and inform VTM that it is
heading for a disposal site;
(ii) Upon arrival at the disposal site, and prior to dumping, the
vessel must again call VTM to confirm its position. Dumping
can proceed if the vessel is on the disposal site. If the vessel is
not within the disposal site boundaries, VTM will direct it to
the site and advise that dumping can proceed; and
(iii) The vessel will inform VTM when dumping has been
completed prior to leaving the disposal site.
6. Route to Dump Site(s) : Direct.
7. Method of Loading and Dumping: Loading by clamshell
dredge and disposal by bottom dump scow or end dumping.
8. Rate of Dumping: As required by normal operations.
9. Total Quantity to Be Dumped: Not to exceed 15 000 m3.
10. Material to Be Dumped: Clay, sand, silt, gravel and wood
wastes.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
143
11. Requirements and Restrictions: The Permittee must notify the
permit issuing office before commencement of the project as to
the dates on which the loading or ocean disposal will occur.
11. Exigences et restrictions : Avant le début des opérations, le
titulaire doit indiquer au bureau émetteur du permis les dates de
commencement des opérations.
The Permittee must ensure that all contractors involved in the
loading or dumping activity for which the permit is issued are
made aware of any restrictions or conditions identified in the
permit and of the possible consequences of any violation of these
conditions. A copy of the permit and the letter of transmittal must
be displayed at the loading site and must be carried on all towing
vessels and clamshell dredging platforms involved in dredging or
ocean dumping activities.
Le titulaire doit s’assurer que tous les entrepreneurs qui prennent part aux opérations de chargement ou d’immersion pour
lesquelles le permis a été accordé sont au courant des restrictions
ou des conditions mentionnées dans ledit permis ainsi que des
conséquences possibles du non-respect de ces conditions. Des
copies du permis et de la lettre d’envoi doivent se trouver au lieu
de chargement et doivent se trouver à bord de tous les bateauxremorques et toutes les plate-formes munies de dragues à mâchoires servant aux opérations de dragage ou d’immersion en
mer.
The fee prescribed by the Ocean Dumping Permit Fee Regulations (Site Monitoring) shall be paid by the Permittee in accordance with those Regulations.
Le titulaire doit payer le droit prescrit en vertu du Règlement
sur les prix à payer pour les permis d’immersion en mer
(surveillance des sites).
Contact must be made with the Canadian Coast Guard regarding the issuance of a “Notice to Shipping.” The Permittee should
contact the District Manager, Canadian Coast Guard, Vessel
Traffic Services, Kapilano 100 Building, Room 1205, 100 Park
Royal S, West Vancouver, British Columbia V7T 1A2, (604)
666-8453 (Facsimile).
Le titulaire doit communiquer avec la Garde côtière canadienne
au sujet de la délivrance d’un « Avis d’expédition ». On doit
communiquer avec le Gestionnaire de district, Garde côtière
canadienne, Service du trafic maritime, Édifice Kapilano 100,
Pièce 1205, 100 Park Royal Sud, West Vancouver (ColombieBritannique) V7T 1A2, (604) 666-8453 (télécopieur).
Any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the
Canadian Environmental Protection Act shall be permitted to
mount an electronic tracking device on any vessel that is engaged
in the ocean disposal activities authorized by this permit. The
Permittee shall take all reasonable measures to ensure there is no
tampering with the tracking device and no interference with its
operation. The tracking device shall be removed only by an inspector or by a person with the written consent of an inspector.
Il est permis à tout inspecteur désigné en vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement d’installer un dispositif de surveillance électronique sur
tout navire qui participe aux activités de chargement et d’immersion autorisées par le présent permis. Le titulaire doit prendre
toutes les mesures raisonnables pour assurer que ni le dispositif ni
son fonctionnement ne soient altérés. Le dispositif ne peut être
enlevé qu’avec le consentement écrit de l’inspecteur ou par
l’inspecteur lui-même.
The Permittee must submit to the Regional Director, Environmental Protection, within 30 days of the expiry of the permit, a
list of all work completed pursuant to the permit, the nature and
quantity of material disposed of and the dates on which the activity occurred.
J. B. WILSON
Environmental Protection
Pacific and Yukon Region
Le titulaire doit présenter au directeur régional, Protection de
l’environnement, dans les 30 jours suivant la date d’expiration du
permis, une liste des travaux achevés conformément au permis,
indiquant la nature et la quantité de matières immergées conformément au permis, ainsi que les dates auxquelles l’activité a eu
lieu.
Protection de l’environnement
Région du Pacifique et du Yukon
J. B. WILSON
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-03240 is approved.
1. Permittee: Fraser River Pile and Dredge Ltd., New
Westminster, British Columbia.
2. Type of Permit: To dump or load dredged material.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-03240
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Fraser River Pile and Dredge Ltd., New
Westminster (Colombie-Britannique).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des matières draguées.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 1er février 2000 au
31 janvier 2001.
4. Lieu(x) de chargement : (1) Field Sawmills Ltd., Courtenay
(Colombie-Britannique), à environ 49Γ41,25′ N., 124Γ59,30′ O.;
(2) Acorn Forest Products Division, Delta (ColombieBritannique), à environ 49Γ11,00′ N., 122Γ55,00′ O.
3. Term of Permit: Permit is valid from February 1, 2000, to
January 31, 2001.
4. Loading Site(s): (1) Field Sawmills Ltd., Courtenay, British
Columbia, at approximately 49Γ41.25′ N, 124Γ59.30′ W; and
(2) Acorn Forest Products Division, Delta, British Columbia, at
approximately 49Γ11.00′ N, 122Γ55.00′ W.
144
Canada Gazette Part I
5. Dump Site(s):
(a) Comox Disposal Site, at approximately 49°41.70 N,
124°44.50′ W, at a depth of not less than 190 m;
(b) Point Grey Disposal Site, 49°15.40′ N, 123°22.10′ W, at a
depth of not less than 210 m; and
(c) Sand Heads Disposal Site, at approximately 49°06.00′ N,
123°19.50′ W, at a depth of not less than 70 m.
The following position-fixing procedures must be followed to
ensure disposal at the designated dump site:
(i) The vessel must call the Vancouver Vessel Traffic Management (VTM) Centre on departure and inform VTM that it is
heading for a disposal site,
(ii) Upon arrival at the disposal site, and prior to dumping, the
vessel must again call VTM to confirm its position. Dumping
can proceed if the vessel is on the disposal site. If the vessel is
not within the disposal site boundaries, VTM will direct it to
the site and advise that dumping can proceed, and
(iii) The vessel will inform VTM when dumping has been
completed prior to leaving the disposal site.
6. Route to Dump Site(s) : Direct.
7. Method of Loading and Dumping: Loading by clamshell
dredge and disposal by hopper scow or end dumping.
8. Rate of Dumping: As required by normal operations.
9. Total Quantity to Be Dumped: Not to exceed 24 000 m3.
10. Material to Be Dumped: Dredged material or other material
typical of the loading site.
11. Requirements and Restrictions: The Permittee must notify the
permit issuing office before commencement of the project as to
the dates on which the loading or ocean disposal will occur.
The Permittee must ensure that all contractors involved in the
loading or dumping activity for which the permit is issued are
made aware of any restrictions or conditions identified in the
permit and of the possible consequences of any violation of these
conditions. A copy of the permit and the letter of transmittal must
be carried on all towing vessels and loading platforms or equipment involved in ocean dumping activities.
The fee prescribed by the Ocean Dumping Permit Fee Regulations (Site Monitoring) shall be paid by the Permittee in accordance with those Regulations.
Contact must be made with the Canadian Coast Guard regarding the issuance of a “Notice to Shipping.” The Permittee should
contact the District Manager, Canadian Coast Guard, Vessel
Traffic Services, Kapilano 100 Building, Room 1205, 100 Park
Royal S, West Vancouver, British Columbia V7T 1A2, (604)
666-8453 (Facsimile).
Any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the
Canadian Environmental Protection Act shall be permitted to
mount an electronic tracking device on any vessel that is engaged
in the ocean disposal activities authorized by this permit. The
Permittee shall take all reasonable measures to ensure there is no
tampering with the tracking device and no interference with its
operation. The tracking device shall be removed only by an inspector or by a person with the written consent of an inspector.
January 22, 2000
5. Lieu(x) d’immersion :
a) Lieu d’immersion Comox, à environ 49°41,70 N.,
124°44,50′ O., à une profondeur minimale de 190 m;
b) Lieu d’immersion de la pointe Grey, 49°15,40′ N., 123°22,10′
O., à une profondeur minimale de 210 m;
c) Lieu d’immersion Sand Heads, à environ 49°06,00′ N.,
123°19,50′ O., à une profondeur minimale de 70 m.
Pour assurer le déversement de la charge à l’endroit désigné, le
navire doit établir sa position en suivant les procédures indiquées
ci-dessous :
(i) Le Centre de gestion du trafic maritime de Vancouver
(CGTMV) doit être informé du départ du navire en direction
d’un lieu d’immersion,
(ii) Lorsque le navire est arrivé au lieu d’immersion, et avant le
déversement de la charge, on doit de nouveau communiquer
avec le CGTMV pour confirmer la position du navire. Si le
navire est dans la zone d’immersion, on peut procéder au
déversement et s’il est en dehors de la zone, le CGTMV l’y
dirige et indique quand commencer les opérations,
(iii) Le CGTMV doit être avisé de la fin du déchargement
avant le départ du navire du lieu d’immersion.
6. Parcours à suivre : Direct.
7. Mode de chargement et d’immersion : Dragage à l’aide d’une
drague à benne à demi-coquilles et immersion à l’aide d’un chaland à bascule ou à clapets.
8. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
9. Quantité totale à immerger : Maximum de 24 000 m3.
10. Matières à immerger : Matières draguées ou autres matières
caractéristiques du lieu de chargement.
11. Exigences et restrictions : Avant le début des opérations, le
titulaire doit indiquer au bureau émetteur du permis les dates de
commencement des opérations.
Le titulaire doit s’assurer que tous les entrepreneurs qui prennent part aux opérations de chargement ou d’immersion pour
lesquelles le permis a été accordé sont au courant des restrictions
ou des conditions mentionnées dans ledit permis ainsi que des
conséquences possibles du non-respect de ces conditions. Des
copies du permis et de la lettre d’envoi doivent se trouver à bord
de toutes les plate-formes de chargement et de tous les bateauxremorques ou équipement servant aux opérations d’immersion en
mer.
Le titulaire doit payer le droit prescrit en vertu du Règlement
sur les prix à payer pour les permis d’immersion en mer
(surveillance des sites).
Le titulaire doit communiquer avec la Garde côtière canadienne
au sujet de la délivrance d’un « Avis d’expédition ». On doit
communiquer avec le Gestionnaire de district, Garde côtière
canadienne, Service du trafic maritime, Édifice Kapilano 100,
Pièce 1205, 100 Park Royal Sud, West Vancouver (ColombieBritannique) V7T 1A2, (604) 666-8453 (télécopieur).
Il est permis à tout inspecteur désigné en vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement d’installer un dispositif de surveillance électronique sur
tout navire qui participe aux activités de chargement et d’immersion autorisées par le présent permis. Le titulaire doit prendre
toutes les mesures raisonnables pour s’assurer que ni le dispositif
ni son fonctionnement ne soient altérés. Le dispositif ne peut être
enlevé qu’avec le consentement écrit de l’inspecteur ou par
l’inspecteur lui-même.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
The Permittee must submit to the Regional Director, Environmental Protection, within 30 days of the expiry of the permit, a
list of all work completed pursuant to the permit, the nature and
quantity of material disposed of and the dates on which the activity occurred.
145
J. B. WILSON
Environmental Protection
Pacific and Yukon Region
Le titulaire doit présenter au directeur régional, Protection de
l’environnement, dans les 30 jours suivant la date d’expiration du
permis, une liste des travaux achevés conformément au permis,
indiquant la nature et la quantité de matières immergées conformément au permis, ainsi que les dates auxquelles l’activité a eu
lieu.
Protection de l’environnement
Région du Pacifique et du Yukon
J. B. WILSON
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice Concerning the Assessment of the Priority Substance
Ethylene Oxide
Avis concernant l’évaluation de la substance prioritaire oxyde
d’éthylène
Priority Substances Assessment Program
Programme d’évaluation des substances prioritaires
Under the Priority Substances List provisions of the Canadian
Environmental Protection Act (CEPA), the Minister of the Environment and the Minister of Health are required to develop a list
of substances that should be given priority for assessment to determine whether they are “toxic” or capable of becoming toxic as
defined under section 11 of the Act. The responsibility for assessing priority substances is shared by Environment Canada and
Health Canada. The purpose of the assessments is to determine if
a substance is entering or may enter the environment in a quantity
or concentration under conditions: (a) having or that may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment; or
(b) constituting or that may constitute a danger to the environment on which human life depends; or (c) constituting or that
may constitute a danger in Canada to human life or health. Determining a substance to be CEPA “toxic” is therefore a function
of its presence in the environment, the resulting exposure, and its
inherent toxicity.
Selon les dispositions de la Liste des substances d’intérêt
prioritaire de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE), le ministre de l’Environnement et le ministre de
la Santé doivent établir une liste des substances qui énumère
celles pour lesquelles ils jugent prioritaire de déterminer si elles
sont effectivement ou potentiellement « toxiques » au sens de
l’article 11 de la loi. Environnement Canada et Santé Canada sont
conjointement responsables de l’évaluation des substances prioritaires. Cette évaluation a pour but de déterminer si une substance
pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une quantité ou
une concentration ou dans des conditions de nature à: a) avoir,
immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement; ou b) mettre en danger l’environnement essentiel pour la
vie humaine; ou c) constituer un danger au Canada pour la vie ou
la santé humaine. La détermination d’une substance comme
« toxique » selon la LCPE est donc fonction de sa présence dans
l’environnement, de l’exposition qui en résulte et de sa toxicité
inhérente.
Draft Priority Substance Assessment Report for Ethylene Oxide
Rapport provisoire de l’évaluation sur l’oxyde d’éthylène
Available scientific information covering the physical and
chemical properties, environmental entry, fate, exposure, and
toxicity of ethylene oxide has been reviewed. A draft report assessing whether or not ethylene oxide is “toxic” or is capable of
becoming toxic as defined in section 11 of CEPA has been prepared. The draft Assessment Report for ethylene oxide may be
obtained from the Priority Substances List Public Comment Web
Page (www.ec.gc.ca/cceb1/eng/public/index_e.html) or from the
Inquiry Centre, Environment Canada, Hull, Quebec K1A 0H3
(1-800-668-6767).
Les auteurs du rapport ont révisé l’information scientifique
dont ils disposaient sur les propriétés physiques et chimiques de
l’oxyde d’éthylène, sur son rejet et son devenir dans l’environnement, sur son exposition et sur sa toxicité. Ils ont alors rédigé le
rapport provisoire qui évalue si l’oxyde d’éthylène est effectivement ou potentiellement « toxique » selon l’article 11 de la
LCPE. On peut consulter le rapport provisoire d’évaluation sur la
page Web réservée aux commentaires publics sur la Liste des
substances d’intérêt prioritaire, www.ec.gc.ca/cceb1/fre/public/
index_f.html, ou l’on peut s’adresser à l’Informathèque, Environnement Canada, Hull (Québec) K1A 0H3 (1-800-668-6767).
Draft Assessment Report Summary for Ethylene Oxide
Sommaire du rapport provisoire de l’évaluation sur l’oxyde
d’éthylène
Ethylene oxide (CAS No. 75-21-8) is a colourless, highly reactive gas at room temperature and pressure. It has a high vapour
pressure and high water solubility.
Domestic production of ethylene oxide in 1996 was 625 kilotonnes, 95 percent of which was used in the manufacture of ethylene glycol. An estimated 4 percent was used in the manufacture
of surfactants. Ethylene oxide is also used as a sterilant for health
care materials and other heat-sensitive products. Releases of
L’oxyde d’éthylène (no CAS 75-21-8) est un gaz incolore, très
réactif à la température et à la pression ambiantes. Il possède une
forte tension de vapeur et une grande solubilité dans l’eau.
En 1996, la production de ce composé au Canada a totalisé
625 kt, dont 95 p. 100 ont servi à la fabrication de l’éthylèneglycol.
On estime que 4 p. 100 ont servi à la fabrication d’agents tensioactifs. L’oxyde d’éthylène sert aussi à la stérilisation des appareils
médicaux et à d’autres produits sensibles à la chaleur. Ses sources
146
Canada Gazette Part I
ethylene oxide from natural sources, such as waterlogged soil, are
expected to be negligible. Anthropogenic sources, not including
sterilization, released an estimated 22.8 tonnes, all to the atmosphere, in 1996, down from 104 tonnes in 1993. An estimated
3 tonnes per year were lost to the atmosphere in 1996 from servicing medical facilities using ethylene oxide in sterilization processes and commercial sterilization operations.
Based on empirical fate data, release of ethylene oxide to the
atmosphere is unlikely to result in transfer to other environmental
compartments in significant quantities. Atmospheric half-lives are
based on reaction with photogenerated hydroxyl radicals and
range from 38 to 382 days. In the event of release or spill to water, ethylene oxide is expected to be susceptible to evaporation,
hydrolysis, and aerobic and, to a lesser extent, anaerobic biodegradation. In water, experimental results show the volatilization
half-life to be 1 hour, the hydrolysis half-life to be 12–14 days,
the aerobic biodegradation half-life to be from 20 days to
6 months and the anaerobic biodegradation half-life to be from
4 months to 2 years. In soil, ethylene oxide is expected to volatilize rapidly. The hydrolysis half-lives for soil and groundwater are
estimated to be between 10.5 and 11.9 days.
Data on toxicity for organisms in the aquatic and terrestrial
environments are limited. Most ethylene oxide is released to the
atmosphere, and little transfer to water or soil is expected. Therefore, the potential for adverse effects is greatest for terrestrial
organisms exposed to contaminated air. There were no available
studies examining the effects on wild mammal and bird species;
consequently, chronic effects observed in laboratory animals were
assumed to reflect those in wild species. From these studies, the
most significant endpoint with the greatest potential to result in
population-level effects in wildlife was the induction of adverse
reproductive effects in rats following inhalation at 183 mg/m3.
This study was chosen as the most critical to the assessment and
was used as a basis for the generation of an Estimated No-Effects
Value (ENEV). Comparison of the worst-case average concentration in air (956 µg/m3) with the ENEV (1 830 µg/m3) indicates
that it is unlikely that terrestrial organisms are exposed to harmful
levels of ethylene oxide in the Canadian environment.
Ethylene oxide is not expected to contribute to the formation of
ground-level ozone or to the depletion of the stratospheric ozone
layer. Its contribution as a greenhouse gas is also considered to be
negligible.
The focus of the human health assessment is airborne exposure. Based on studies in animals, cancer is considered the critical
endpoint for effects of ethylene oxide on human health. In inhalation studies, ethylene oxide has induced a wide range of tumours, with a strong likelihood that the mode of action involves
direct interaction with genetic material. As a result, there is considered to be a probability of harm at any level of exposure.
While there is some evidence of an association between exposure
to ethylene oxide and the development of hematological cancers
in epidemiological studies of occupationally exposed populations,
limitations of the data preclude definitive conclusions.
Based on the information available, it is proposed that ethylene
oxide is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions having or that may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or constituting or
that may constitute a danger to the environment on which human
January 22, 2000
naturelles, par exemple les sols gorgés d’eau, devraient être négligeables. En 1996, les sources anthropiques, sauf la stérilisation, ont dégagé, estime-t-on, 22,8 t, exclusivement dans
l’atmosphère alors que, en 1993, le tonnage était de 104. On estime que, en 1996, les dégagements atmosphériques des installations médicales pratiquant la stérilisation à l’oxyde d’éthylène et
des installations commerciales de stérilisation ont été de 3 t.
D’après les données empiriques sur le devenir de la substance,
l’oxyde d’éthylène rejeté dans l’atmosphère est peu susceptible de
passer dans d’autres milieux en quantités notables. La demi-vie
du composé dans l’atmosphère, d’après sa réaction avec les radicaux hydroxyles d’origine photochimique, varie de 38 à
382 jours. En cas de rejet ou de déversement dans l’eau, l’oxyde
d’éthylène serait susceptible de s’évaporer, de s’hydrolyser et de
se dégrader par voie aérobie et, dans une mesure moindre, par
voie anaérobie. Les expériences dans l’eau montrent que la
demi-vie du composé est de 1 heure par volatilisation, de 12 à
14 jours par hydrolyse, de 20 jours à 6 mois par biodégradation
aérobie et de 4 mois à 2 ans par biodégradation anaérobie. Dans
le sol, l’oxyde d’éthylène devrait se volatiliser rapidement. Sa
demi-vie par hydrolyse dans le sol et les eaux souterraines devrait
se situer entre 10,5 et 11,9 jours.
On possède peu de données sur la toxicité du composé pour les
organismes aquatiques et terrestres. La plus grande partie de
l’oxyde d’éthylène est libérée dans l’atmosphère, et on s’attend à
peu de transferts vers l’eau et vers le sol. Les éventuels effets
négatifs sont donc maximaux à l’égard des organismes terrestres
exposés à l’air contaminé. On ne possède pas d’études des effets
du composé sur les mammifères sauvages et les oiseaux; on a
donc posé que les effets chroniques observés chez les animaux de
laboratoire étaient représentatifs des effets exercés sur les espèces
sauvages. D’après ces études, le paramètre ultime le plus significatif et le plus susceptible d’entraîner des effets à l’échelle des
populations fauniques serait l’apparition d’effets négatifs pour la
reproduction chez les rats, après inhalation à 183 mg/m3. Cette
étude, choisie comme la plus critique pour l’évaluation, a servi de
base au calcul de la valeur estimée sans effet observé (VESEO).
La comparaison de la concentration atmosphérique moyenne la
plus pessimiste (956 µg/m3) à la VESEO (1 830 µg/m3) montre
qu’il est peu probable que des organismes terrestres seront exposés aux effets nocifs de l’oxyde d’éthylène dans l’environnement
canadien.
L’oxyde d’éthylène ne devrait pas contribuer à la formation
d’ozone troposphérique ni à la destruction de la couche d’ozone
stratosphérique. Sa contribution à l’effet de serre est également
considérée comme négligeable.
L’évaluation des effets du composé sur la santé humaine s’arrête à l’exposition aux concentrations atmosphériques. D’après
les études effectuées chez des animaux, le cancer est considéré
comme le paramètre ultime critique des effets de l’oxyde
d’éthylène sur la santé humaine. Dans les études de l’exposition
par inhalation, ce composé a provoqué une large gamme de tumeurs, avec une forte probabilité d’interaction directe avec le
matériel génétique. On considère donc que, quel que soit le degré
d’exposition, des effets négatifs sont probables. Bien que l’on
observe des signes d’une association entre l’exposition à l’oxyde
d’éthylène et l’apparition de cancers hématologiques, dans les
études épidémiologiques des populations professionnellement
exposées, les données limitées empêchent de formuler des conclusions définitives.
D’après les renseignements disponibles, on pense que l’oxyde
d’éthylène ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité
ou en une concentration ou dans des conditions de nature à avoir,
immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou de nature à constituer un danger pour l’environnement
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
life depends. Ethylene oxide is considered to be entering the environment in a quantity or concentration or under conditions constituting or that may constitute a danger in Canada to human life or
health and therefore is proposed to be “toxic” under section 11 of
the Canadian Environmental Protection Act (CEPA).
Based on comparison of extremely limited monitoring data and
primarily predicted concentrations of ethylene oxide in air with
tumorigenic potency, it is recommended that options to reduce
exposure, particularly in the vicinity of point sources, be investigated. It is also recommended that there be additional investigation of the magnitude of exposure of populations in the vicinity of
point sources as a basis for risk management.
147
essentiel pour la vie humaine. On considère qu’il pénètre dans
l’environnement en une quantité ou en une concentration ou dans
des conditions de nature à constituer ou à pouvoir constituer un
danger au Canada pour la vie ou la santé humaine. En conséquence, il est proposé de le considérer comme « toxique » au sens
de l’article 11 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (LCPE).
D’après la comparaison des données très peu nombreuses de la
surveillance et des concentrations tumorigènes principalement
prédites, de l’oxyde d’éthylène dans l’air, il est recommandé
d’examiner les options permettant de réduire l’exposition, particulièrement à proximité des sources ponctuelles. Il est également
recommandé d’entreprendre des enquêtes supplémentaires sur
l’ampleur de l’exposition des populations à proximité des sources
ponctuelles, qui serviraient de fondement à la gestion du risque.
Public Comment Period
Période prévue pour les commentaires publics
Environment Canada and Health Canada are offering interested
parties the opportunity to comment on the draft Priority Substances Assessment Reports. Any person may file, in writing, a
submission within 60 days of publication of this notice presenting
scientific evidence disagreeing with or supporting the assessments and the proposed conclusions presented in the draft Assessment Report for ethylene oxide. Submissions made in this
regard, or any inquiries on this notice, may be sent to the attention
of the PSL Assessment Program, Commercial Chemicals Evaluation Branch, Department of the Environment, Hull, Quebec K1A
0H3, (819) 953-4936 (Facsimile), or by electronic mail to the
PSL Webmaster, PSL.LSIP@ec.gc.ca.
J. A. BUCCINI
Director
Commercial Chemicals
Evaluation Branch
On behalf of the Minister of the Environment
Environnement Canada et Santé Canada donnent aux parties
intéressées l’occasion de commenter les rapports provisoires sur
l’évaluation des substances prioritaires. Toute personne peut soumettre des propositions écrites, dans les 60 jours qui suivent la
publication du présent avis, pour avancer des preuves scientifiques qui réfutent ou appuient l’évaluation et les conclusions proposées dans le rapport provisoire d’évaluation de l’oxyde d’éthylène. Les présentations faites à ce sujet, ou toute demande de
renseignements au sujet du présent avis, peuvent être envoyées à
l’attention du Programme de l’évaluation de la LSIP, Direction de
l’évaluation des produits chimiques commerciaux, Ministère de
l’Environnement, Hull (Québec) K1A 0H3, par télécopieur :
(819) 953-4936, ou par courriel au webmestre de la LSIP,
PSL.LSIP@ec.gc.ca.
Nous ne répondrons pas individuellement à chaque commentaire. Tous les commentaires seront pris en considération et les
rapports d’évaluation seront révisés si nécessaire. Les commentaires reçus après la fin de la période ne seront pas considérés. Il
est possible qu’un bref résumé des commentaires reçus sur chaque rapport provisoire d’évaluation soit publié sur Internet après
la fermeture de la période de commentaires pour chaque rapport.
Veuillez noter que tous les commentaires soumis feront partie du
registre public et pourront être cités, avec attribution à l’auteur,
par le gouvernement du Canada.
Le directeur
Direction de l’évaluation des produits
chimiques commerciaux
J. A. BUCCINI
Au nom du ministre de l’Environnement
[4-1-o]
[4-1-o]
Comments will not be responded to individually. All comments
received will be considered, and the Assessment Report will be
revised as necessary. Comments received after the comment period has ended will not be considered. A brief summary of public
comments for each draft Assessment Report may be published on
the Web page following the closure of the public comment period
for each report. Please note, submitted comments will become a
matter of public record and may be cited, with attribution to the
author, by the Government of Canada.
DEPARTMENT OF FISHERIES AND OCEANS
MINISTÈRE DES PÊCHES ET DES OCÉANS
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Western Canada Marine Response Corporation
Western Canada Marine Response Corporation
Notice of an amendment to the bulk oil cargo fees charged by
Western Canada Marine Response Corporation (WCMRC)
pursuant to an arrangement required by paragraphs 660.2(2)(b)
and 4(b) of the Canada Shipping Act
Avis de modification aux droits sur les produits pétroliers en
vrac prélevés par la Western Canada Marine Response Corporation (WCMRC) en vertu d’une entente prescrite aux alinéas 660.2(2)b) et (4)b) de la Loi sur la marine marchande du
Canada
DESCRIPTION
DESCRIPTION
WCMRC currently is a certified response organization pursuant to subsection 660.4(1) of the Act in respect of a rated capability of 10 000 tonnes and a geographic area covering the waters
La WCMRC est un organisme d’intervention agréé en vertu du
paragraphe 660.4(1) de la Loi pour une capacité nominale de
10 000 tonnes et une zone géographique regroupant les eaux
148
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
bordering British Columbia (including the shorelines associated
with such waters) and excluding waters north of 60° N latitude.
longeant la Colombie-Britannique (y compris leurs rivages) à
l’exception des eaux situées au nord du 60e parallèle de latitude
nord.
DEFINITIONS
DÉFINITIONS
1. In this notice of fees:
“Act” means the Canada Shipping Act. (Loi)
“asphalt” means a derivate of oil that is commercially described
as road or paving asphalt or unblended roofers flux, that has a
specific gravity equal to or greater than one, that is solid at
15 degrees Celsius and that sinks to the bottom as a solid when
immersed in water. (asphalte)
“BOCF” means bulk oil cargo fee. (DCPV)
“designated oil handling facility” means an oil handling facility
that is designated pursuant to subsection 660.2(8) of the Act
and is located in WCMRC’s geographic area. (installation de
manutention d’hydrocarbures agréée)
“ship” means a ship within the meaning of section 660.2 of the
Act. (navire)
“ship (bulk oil)” means a ship that is constructed or adapted primarily to carry bulk oil in its cargo spaces. (navire (avec produits pétroliers en vrac))
“WCMRC” means Western Canada Marine Response Corporation. (WCMRC)
“WCMRC’s geographic area” means the geographic area of response for which WCMRC was issued a certificate of designation on October 3, 1998. (zone géographique de la WCMRC)
1. Dans le présent avis de droits :
« asphalte » S’entend d’un dérivé d’hydrocarbure, commercialement appelé bitume routier, bitume de pavage ou asphalte non
mélangé pour étanchéité des toits, qui a une densité égale ou
supérieure à un, qui est solide à 15 °C et qui coule à l’état solide vers le fond lorsque immergé dans l’eau. (asphalt)
« DCPV » Droits sur les produits pétroliers en vrac. (bulk oil cargo fee (BOCF))
« installation de manutention d’hydrocarbures agréée » Installation de manutention d’hydrocarbures agréée aux termes du paragraphe 660.2(8) de la Loi et qui est située dans la zone géographique de la WCMRC. (designated oil handling facility)
« Loi » La Loi sur la marine marchande du Canada. (Act)
« navire » S’entend d’un navire au sens de l’article 660.2 de la
Loi. (ship)
« navire (avec produits pétroliers en vrac) » Navire construit ou
adapté principalement en vue du transport de produits pétroliers en vrac dans ses cales. (ship (bulk oil))
« WCMRC » La Western Canada Marine Response Corporation.
(WCMRC)
« zone géographique de la WCMRC » Zone géographique à
l’égard de laquelle la WCMRC a reçu un certificat d’agrément comme organisme d’intervention le 3 octobre 1998.
(WCMRC’s geographic area)
BULK OIL CARGO FEES
DROITS SUR LES PRODUITS PÉTROLIERS EN VRAC
2. Effective February 1, 2000, the bulk oil cargo fees that are
payable to WCMRC in relation to an arrangement required by
paragraphs 660.2(2)(b) and 4(b) of the Act are the bulk oil cargo
fees set out in Part I of this notice.
3. Nothing in this notice is intended to modify, replace or
amend the registration fees established by, and payable to,
WCMRC and published in the August 21, 1999 edition of the
Canada Gazette, Part I.
2. À compter du 1er février 2000, les droits sur les produits pétroliers en vrac exigibles par la WCMRC relativement à une entente prévue aux alinéas 660.2(2)b) et (4)b) de la Loi sont les
droits prévus à la partie I du présent avis.
3. Cet avis n’a pas pour effet de modifier ou de remplacer les
droits d’inscription fixés et prélevés par la WCMRC et qui ont été
publiés dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 21 août 1999.
PART I
PARTIE I
4. This part applies to the loading and unloading of oil within
WCMRC’s geographic area.
5. In relation to an arrangement with WCMRC, the total BOCF
payable by a designated oil handling facility shall be determined
by multiplying the total number of tonnes of bulk oil unloaded
and (in the case of bulk oil intended for international destinations
and destinations north of 60° N latitude) loaded at the designated
oil handling facility, by the BOCF per tonne for each type of oil
set out in sections 7 and 8 of this part.
4. Cette partie s’applique au chargement et au déchargement de
produits pétroliers dans la zone géographique de la WCMRC.
5. Relativement à une entente avec la WCMRC, le total des
DCPV prélevés auprès d’une installation de manutention d’hydrocarbures agréée est déterminé en multipliant le nombre total
de tonnes de produits pétroliers en vrac déchargés et (dans le cas
de produits pétroliers en vrac destinés à l’étranger ou à des destinations au nord du 60e parallèle de latitude nord) chargés à
l’installation de manutention d’hydrocarbures agréée, par les
DCPV la tonne, pour chaque type de produits pétroliers prévu aux
articles 7 et 8 des présentes.
6. Relativement à une entente avec la WCMRC, le total des
DCPV prélevés auprès d’un navire (avec produits pétroliers en
vrac) est déterminé comme suit :
a) dans le cas de produits pétroliers en vrac chargés sur un navire (avec produits pétroliers en vrac) et destinés à l’étranger
ou à des destinations au nord du 60e parallèle de latitude nord,
en multipliant le nombre total de tonnes de produits pétroliers
en vrac chargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui est dans la zone géographique de la WCMRC et
qui n’a pas conclu une entente avec la WCMRC, par les DCPV
6. In relation to an arrangement with WCMRC, the total BOCF
payable by a ship (bulk oil) shall be determined:
(a) in the case of bulk oil loaded onto the ship (bulk oil) and
intended for international destinations and destinations north of
60° N latitude, by multiplying the total number of tonnes of
bulk oil loaded at an oil handling facility that is within
WCMRC’s geographic area, and that does not have an arrangement with WCMRC, by the BOCF per tonne for each
type of oil set out in sections 7 and 8 of this part;
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
(b) in the case of bulk oil unloaded from the ship (bulk oil), by
multiplying the total number of tonnes of bulk oil unloaded at
an oil handling facility that is within WCMRC’s geographic
area, and that does not have an arrangement with WCMRC, by
the BOCF per tonne for each type of oil set out in sections 7
and 8 of this part;
(c) in the case of bulk oil loaded onto the ship (bulk oil) outside WCMRC’s geographic area which is transferred within
WCMRC’s geographic area to another ship for use as fuel by
such ship, by multiplying the total number of tonnes of bulk oil
transferred, by the BOCF per tonne for each type of oil set out
in sections 7 and 8 of this part; and
(d) in the case of bulk oil received by the ship (bulk oil) within
WCMRC’s geographic area from another ship as cargo where
such bulk oil is intended for international destinations and destinations north of 60° N latitude, by multiplying the total number of tonnes of bulk oil received, by the BOCF per tonne for
each type of oil set out in sections 7 and 8 of this part.
149
Interested persons may, pursuant to subsection 660.4(4) of the
Canada Shipping Act and within 30 days after the date of publication of this notice, file notices of objection that contain the
reasons for the objection to Ted Wallace, Rescue, Safety and
Environmental Response Directorate, Canadian Coast Guard,
200 Kent Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0E6, (613) 9930409 (Telephone), (613) 996-8902 (Facsimile), wallacet@dfompo.gc.ca (Electronic mail). All such representations must cite
the Canada Gazette, Part I, the name of the response organization
submitting the notice of proposed amended fees, and the date of
publication of the notice.
la tonne, pour chaque type de produits pétroliers prévu aux articles 7 et 8 des présentes;
b) dans le cas de produits pétroliers en vrac déchargés du navire (avec produits pétroliers en vrac), en multipliant le nombre
total de tonnes de produits pétroliers en vrac déchargés à une
installation de manutention d’hydrocarbures qui est dans la
zone géographique de la WCMRC et qui n’a pas conclu une
entente avec la WCMRC, par les DCPV la tonne, pour chaque
type de produits pétroliers prévu aux articles 7 et 8 des
présentes;
c) dans le cas de produits pétroliers en vrac chargés sur un navire (avec produits pétroliers en vrac) à l’extérieur de la zone
géographique de la WCMRC, qui sont transbordés dans la zone
géographique de la WCMRC sur un autre navire pour lui servir
de carburant, en multipliant le nombre de tonnes total de produits pétroliers en vrac transbordés, par les DCPV la tonne,
pour chaque type de produits pétroliers prévu aux articles 7 et 8
des présentes;
d) dans le cas de produits pétroliers en vrac chargés sur un navire (avec produits pétroliers en vrac) à l’intérieur de la zone
géographique de la WCMRC à titre de cargaison si ces produits
sont destinés à l’étranger ou au nord du 60e parallèle de latitude
nord, en multipliant le nombre total de tonnes de produits pétroliers en vrac chargés, par le DCPV la tonne, pour chaque
type de produits pétroliers prévu aux articles 7 et 8 des
présentes.
7. Les DCPV applicables aux produits pétroliers autres que
l’asphalte sont de quatre-vingt-huit cents et huit dixièmes (88,8 ¢)
la tonne, taxes applicables en sus.
8. Les DCPV applicables à l’asphalte sont de quarante-quatre
cents et quatre dixièmes (44,4 ¢) la tonne, taxes applicables en
sus.
Aux termes du paragraphe 660.4(4) de la Loi sur la marine
marchande du Canada, les personnes intéressées peuvent déposer
des avis d’opposition motivés dans un délai de 30 jours de la
publication du présent avis auprès de Ted Wallace, Direction
générale, sauvetage, sécurité et intervention environnementale,
Garde côtière canadienne, 200, rue Kent, 5e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0E6, (613) 993-0409 (téléphone), (613) 996-8902
(télécopieur), wallacet@dfo-mpo.gc.ca (courrier électronique).
Les observations à cet égard doivent citer la Partie I de la Gazette
du Canada, le nom de l’organisme d’intervention qui présente le
projet de nouveaux droits et la date de publication de cet avis.
[4-1-o]
[4-1-o]
7. The BOCF applicable in respect of oil (other than asphalt) is
eighty-eight and eight-tenths cents ($0.888) per tonne, plus all
applicable taxes.
8. The BOCF applicable in respect of asphalt is forty-four and
four-tenths cents ($0.444) per tonne, plus all applicable taxes.
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
TOBACCO ACT
LOI SUR LE TABAC
Proposed Tobacco Products Information Regulations
Projet de Règlement sur l’information relative aux produits du
tabac.
The Bureau of Tobacco Control, Health Canada, intends to
make Regulations pursuant to the Tobacco Act.
This notice provides an opportunity to comment on proposed
Tobacco Products Information Regulations. The purpose of these
Regulations would be to set out the requirements for information
that is to be displayed on all tobacco products that are for retail
sale in Canada.
Product labelling requirements will help ensure that consumers
are informed of the hazards of tobacco use; they will encourage
cessation, reduce consumption, and act to encourage avoidance of
the use of tobacco products where they can harm others. The proposed Regulations are part of a comprehensive response to
Le Bureau de la lutte au tabagisme de Santé Canada a l’intention de prendre un règlement en vertu de la Loi sur le tabac.
Cet avis donne l’occasion de faire part de vos commentaires
sur le projet de Règlement sur l’information relative aux produits
du tabac. Le but de ce règlement serait d’établir les exigences
relatives aux renseignements qui doivent figurer sur tous les produits du tabac mis en vente au Canada.
Les exigences relatives à l’étiquetage des produits vont permettre d’assurer que les consommateurs soient informés des dangers
de la consommation de produits du tabac; ces messages vont
également inciter les usagers à renoncer au tabac, réduire la consommation de celui-ci et la décourager lorsqu’elle peut nuire aux
150
Canada Gazette Part I
Canada’s largest and most pressing public health problem and
contribute to the Tobacco Act’s objectives set out in section 4 of
the Act.
Tobacco use is the leading cause of preventable illness and
death in Canada. Tobacco use is the known or probable cause of
more than 20 debilitating — often fatal — diseases of the lungs,
heart and other organs. Tobacco use is responsible for at least
one-fifth of all deaths of adults between the ages of 35 and 84,
that is, more than 45 000 Canadians each year. Ill health, attributed to tobacco use, costs the Canadian health care system in
excess of $3 billion annually. As well, smokers’ absenteeism,
including smoke breaks and illness, costs Canadian business on
average $2,500 per smoker, for a total of greater than $6 billion
each year.
The use of tobacco products also has a significant impact on
the health of nonsmokers. Exposure to environmental tobacco
smoke (ETS) is associated with various diseases, some deadly.
About 4.6 million nonsmoking Canadians (i.e., 21 percent of the
total population aged 15 and over) report daily exposure to ETS.
Approximately 1.6 million Canadian children under the age of 12
(i.e., one-third of Canadian children) are regularly exposed to
ETS in their home.
Currently, approximately 6 million Canadians use tobacco
products. Over the past decade, the prevalence of smoking among
Canadians aged 15 and older has continued to inch downwards,
decreasing from 30 percent in 1990 to 25 percent in 1999. These
declines are greatest among older Canadians and are due to a
combination of cessation and dying — often from tobacco-related
disease. Fortunately, in 1999, about nine Canadians quit for every
one who died from smoking (400 000 vs. 45 000).
However, the positive overall trend masks the fact that smoking rates remain alarmingly high in certain populations. The
smoking rate among youth aged 15 to 19, in contrast to that observed among adults, has increased significantly during the last
ten years. In 1999, 28 percent of Canadian teens smoked; this is a
significant increase from 21 percent in 1990. Approximately
62 percent of First Nations and Inuit smoke; this is a rate more
than double that of the general population. In addition, tobacco
use is higher among Canadians of lower socio-economic status
and among Francophones.
A critical objective of the federal government’s tobacco control
strategy is to adequately inform Canadians of the dangers of tobacco use and thereby reduce the use of tobacco products among
Canadians and, to the extent possible, the related adverse health
impacts of tobacco use — especially among young persons.
Product packaging offers the most direct way of communicating
information to users and potential users of tobacco products. It is
the only medium which virtually all tobacco users can be guaranteed to see.
Currently, health warnings are included on packages on a voluntary basis. Research indicates, however, that the impact of
these messages is wearing out, that is to say they are no longer as
effective as before as they have been in place for some years. In
addition, they do not address a number of knowledge gaps on the
part of users, nor do they reflect the true level of hazard associated with the product.
January 22, 2000
autres. Le projet de règlement fait partie de la réponse globale au
plus important et pressant problème de santé publique et contribue aux objectifs établis à l’article 4 de la Loi.
La consommation du tabac constitue la principale cause de
maladies et de décès évitables au Canada. Elle est également la
cause connue ou probable de plus de 20 maladies débilitantes —
souvent fatales — des poumons, du cœur et d’autres organes. Elle
est à l’origine d’au moins un cinquième de l’ensemble des décès
d’adultes dont l’âge se situe entre 35 et 84 ans, ce qui représente
plus de 45 000 Canadiens par année. Les maladies causées par le
tabagisme coûtent annuellement plus de 3 milliards de dollars en
soins de santé. De même, l’absentéisme, y inclus les pauses et les
congés de maladie coûtent aux entreprises canadiennes 2 500 $ en
moyenne par fumeur, pour un total de plus de 6 milliards de dollars par année.
L’usage de produits du tabac a également une incidence importante sur la santé des non-fumeurs. L’exposition à la fumée de
tabac ambiante (FTA) est liée à diverses maladies, dont certaines
sont mortelles. Environ 4,6 millions de non-fumeurs canadiens
(soit 21 p. 100 de la population totale âgée de 15 ans ou plus)
rapportent être exposés quotidiennement à de la fumée secondaire. Quelque 1,6 million d’enfants au Canada âgés de moins de
12 ans (c’est-à-dire le tiers des enfants canadiens) sont régulièrement exposés à la FTA à la maison.
Actuellement, environ 6 millions de Canadiens font usage de
produits du tabac. Au cours de la dernière décennie, la prévalence
de la consommation de tabac dans la population canadienne âgée
de plus de 15 ans a continué à baisser peu à peu, diminuant de
30 p. 100 en 1990 à 25 p. 100 en 1999. Cette baisse est plus importante chez les Canadiens âgés et est due à une association de la
renonciation au tabac et du décès de fumeurs, souvent de maladies liées au tabagisme. Heureusement, en 1999, environ neuf
Canadiens ont arrêté de fumer pour chaque Canadien qui mourrait d’une maladie liée au tabagisme; 400 000 personnes par rapport à 45 000.
Toutefois, cette tendance positive cache le fait que le taux de
tabagisme est alarmant chez certains groupes. Le taux de tabagisme observé chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans, par contraste à
celui observé chez les adultes, a augmenté considérablement durant les dix dernières années. En 1999, 28 p. 100 des adolescents
canadiens fumaient, ce qui représente une augmentation considérable par rapport à 21 p. 100 en 1990. Approximativement
62 p. 100 des membres des Premières nations et des Inuits fument, ce qui est plus du double du taux connu chez la population
en général. De plus, le tabagisme est plus élevé parmi les
Canadiens ayant un niveau socio-économique plus bas et parmi
les francophones.
Un objectif primordial de la stratégie fédérale de lutte contre le
tabagisme est de renseigner adéquatement les Canadiens des dangers de la consommation de tabac et, de ce fait, réduire l’usage
de produits du tabac et, dans la mesure du possible, les conséquences néfastes de la consommation du tabac pour la santé, particulièrement chez les jeunes. L’emballage des produits offre la
façon la plus directe de renseigner les utilisateurs et les utilisateurs potentiels de produits du tabac. L’emballage est le seul
moyen par lequel il est certain que pratiquement tous les consommateurs de tabac seront renseignés.
Actuellement, les messages à la santé figurent sur les emballages de façon volontaire. Des recherches indiquent, cependant, que
l’impact de ces messages diminue, ce qui signifie qu’ils ne sont
plus aussi efficaces qu’il étaient étant donné qu’ils sont en place
depuis plusieurs années. De plus, ils n’abordent pas un certain
nombre de lacunes au niveau des connaissances des utilisateurs ni
reflètent le vrai niveau de danger associé au produit.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
151
Research has demonstrated that messages need to be noticeable, understandable, and visually effective. An effective way is
to:
— employ colour, photographs and graphics;
— be larger in size;
— contain concrete facts and statistics; and
— address issues of concern to product users.
The design of the proposed Regulations has been based on
these research findings. Specifically, the proposed Regulations
would require that tobacco products display health warning messages, smoking cessation and disease information messages as
well as information about toxic emissions or constituents in a way
that is easily legible, in a similar manner in both official languages and, where specified, in colour.
Les recherches ont aussi montré que les messages doivent être
évidents, compréhensibles et visuellement convaincants. À cette
fin, les messages devraient :
— employer la couleur, des photographies et des illustrations;
— occuper plus de place;
— contenir des faits et des statistiques;
— répondre à des préoccupations des utilisateurs.
La mise au point du projet de règlement a été fondée sur ces résultats de recherche. Plus particulièrement, le projet de règlement
exigerait que l’emballage des produits du tabac affiche des mises
en garde, des messages incitant à renoncer au tabac et des messages portant des renseignements relatifs à des maladies ainsi que
des renseignements sur les émissions ou les constituants toxiques,
sous une forme facile à lire et semblable dans les deux langues
officielles et, lorsque cela est précisé, imprimés en couleur.
Proposed Requirements
Exigences proposées
HEALTH WARNINGS
MISES EN GARDE
The proposed Regulations would require that every manufacturer and/or importer ensure that every package and carton of
cigarettes, tobacco sticks, cigarette tobacco, leaf tobacco, kreteks,
bidis, pipe tobacco, cigars (other than individually wrapped cigars) or smokeless tobacco display a prescribed health warning on
50 percent of the principal display surface.
Le projet de règlement exigerait que chaque fabricant et/ou importateur s’assure que tous les emballages et les cartouches de
cigarettes, les bâtonnets de tabac, le tabac à cigarettes, les feuilles
de tabac, les kreteks, les bidis, le tabac à pipe, les cigares (autres
que les cigares emballés individuellement) ou le tabac sans fumée
affichent une mise en garde sur 50 p. 100 de la principale surface
exposée.
Dans le projet de règlement, les emballages de cigarettes porteraient une des 16 mises en garde et les kreteks, les bidis, les bâtonnets de tabac, le tabac à cigarettes et les feuilles de tabac porteraient une des 8 mises en garde. Ces messages seraient répartis
également sur les emballages de chaque marque. Tous les messages de mise en garde seront présentés dans un document qui est
incorporé, par renvoi, dans le projet de règlement.
Dans le cas du tabac à pipe et des cigares, autres que les cigares
emballés individuellement, les emballages devraient porter une
des huit mises en garde, réparties également entre les produits.
Ces mises en garde seront aussi présentées dans un document
incorporé par renvoi dans le projet de règlement.
Les fabricants de produits du tabac et les importateurs devraient aussi faire figurer sur les cigares emballés individuellement l’un des huit messages. Comme elles n’utilisent pas de graphiques, ces mises en garde sont énoncées dans le projet de
règlement.
Les fabricants de produits du tabac et les importateurs devraient aussi faire figurer sur les emballages de tabac sans fumée
l’une des quatre mises en garde, distribuées également parmi ces
produits. Comme elles n’utilisent pas de graphiques, ces mises en
garde sont aussi énoncées dans le projet de règlement.
À l’exception des cigares emballés individuellement et du tabac sans fumée, les mises en garde pourront être obtenues du
Ministre sur support électronique afin d’être reproduites en
couleur.
In the proposed Regulations, cigarette packages would feature
one of 16 health warnings and kreteks, bidis, tobacco sticks, cigarette tobacco and leaf tobacco would feature one of 8 health
warnings. These messages would be featured equally within each
brand. All required health warning messages are set out in a
document which is incorporated by reference into the proposed
Regulations.
Pipe tobacco and cigars, other than those cigars that are individually wrapped, would be required to display one of eight
health warnings distributed equally. These health warnings are
also set out in the document incorporated by reference into the
proposed Regulations.
Tobacco manufacturers and importers would be required to
display equally, on individually-wrapped cigars, one of eight
messages. As they do not employ the use of graphics, these health
warnings are set out in the proposed Regulations.
Tobacco manufacturers and importers would be required to
display, on smokeless tobacco, one of four health warnings, the
warnings being distributed equally among these products. As they
do not employ the use of graphics, these health warnings are also
set out in the proposed Regulations.
Except for individually-wrapped cigars and smokeless tobacco,
the health warnings will be made available by the Minister in
electronic format to be reproduced in colour.
HEALTH INFORMATION MESSAGES
MESSAGES RELATIFS À L’INFORMATION SUR LA SANTÉ
Every manufacturer and importer of tobacco products, other
than smokeless tobacco, would also be required to display, on
their product one of 16 health information messages. For slide
packages (packages that consist of a slide and a shell), the message would be displayed either on the back of the slide or on a
leaflet. For all other packages, a leaflet would be required to be
provided with the health information message displayed on it. All
16 messages, which are set out in the proposed Regulations,
would have to be featured equally within each brand.
Chaque fabricant et importateur de produits du tabac, autres
que le tabac sans fumée, devra être tenu d’afficher un des
16 messages d’information relatifs à la santé. Dans le cas des
emballages coulissants, ce message devrait paraître soit à l’arrière
de la partie coulissante ou soit sur un encart. Pour tous les autres
emballages, le message devrait figurer sur un encart. Les 16 messages, lesquels sont énoncés dans le projet de règlement,
devraient figurer également sur chaque emballage de chaque
marque.
152
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
TOXIC EMISSIONS AND CONSTITUENTS
ÉMISSIONS ET CONSTITUANTS TOXIQUES
Information about the toxic emissions (tar, nicotine, carbon
monoxide, benzene, hydrogen cyanide and formaldehyde) of
cigarettes, kreteks, bidis, tobacco sticks, small cigars, cigarette
tobacco, and pre-packaged leaf tobacco would be required to be
displayed on a side of the package. Information about the toxic
constituents (nicotine, lead, nitrosamines) of smokeless tobacco
would be required to be displayed on either one side or on the
bottom of the package.
Les renseignements sur les émissions toxiques (goudron, nicotine, monoxyde de carbone, benzène, acide cyanhydrique et formaldéhyde) des cigarettes, des kreteks, des bidis, des bâtonnets de
tabac, des petits cigares, du tabac à cigarettes et des feuilles de
tabac préemballées devraient paraître sur un côté de l’emballage.
Les renseignements sur les constituants toxiques (nicotine,
plomb, nitrosamines) du tabac sans fumée devraient figurer sur
un côté ou sur la partie inférieure de l’emballage.
SLIDE PACKAGE
EMBALLAGE COULISSANT
Every manufacturer and importer of cigarettes, kreteks, bidis,
tobacco sticks or small cigars that are packaged in slide packages,
would also be required to place a short message on the upper
slide-flap directing the reader to the back of the slide or the leaflet, as applicable.
Tous les fabricants et importateurs de cigarettes, de kreteks, de
bidis, de bâtonnets de tabac ou de petits cigares qui utilisent des
emballages coulissants devraient aussi afficher un court message
sur le rabat de la coulisse supérieure dirigeant le lecteur vers
l’arrière de la partie coulissante ou sur l’encart, s’il y a lieu.
ATTRIBUTION
ATTRIBUTION
In keeping with the September 1995 Supreme Court of Canada
ruling on similar provisions concerning health messages and
health information, and in conformity with the Tobacco Act, these
proposed Regulations would allow tobacco manufacturers and
importers to attribute the information required by the proposed
Regulations to Health Canada. (The Supreme Court of Canada
held that while the Government was clearly justified in requiring
tobacco companies to place messages on the packages of tobacco
products, it must permit the companies to attribute these messages to the Government.)
Economic Analysis
En accord avec la décision rendue par la Cour suprême du Canada au mois de septembre 1995 qui portait sur des dispositions
analogues concernant les mises en garde relatives à la santé et les
renseignements relatifs à la santé, et conformément avec la Loi
sur le tabac, ce projet de règlement permettrait aux fabricants et
aux importateurs de tabac d’attribuer à Santé Canada les renseignements prescrits par le projet de règlement. (La Cour suprême a
jugé que s’il était clairement justifiable que le Gouvernement
oblige les compagnies de tabac à afficher des messages sur les
emballages des produits du tabac, il doit alors leur permettre
d’attribuer ces messages au Gouvernement.)
Analyse économique
The federal government’s tobacco control strategy is based on
a comprehensive approach, with legislative and regulatory components playing a key role.
La stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme est fondée sur
une approche globale dans le cadre de laquelle les lois et les règlements jouent un rôle clé.
BENEFITS
AVANTAGES
The benefits of even a very small impact on use or behaviour in
relation to tobacco products are very large.
The potential direct benefits of the Regulations include:
— ensuring that consumers are better informed of the effects of
tobacco use, so that they make informed choices;
— encouraging and supporting cessation, with subsequent reductions in mortality rates and improvements in well being;
— discouraging consumption during pregnancy, as tobacco use
during pregnancy can increase the risk of preterm birth, and
hence infant death or disability;
— discouraging consumption when it exposes others to ETS
which can kill non-smokers, and may lead to chronic illness
(such as repeated ear infections, and asthma attacks in children); and
— discouraging tobacco use by role models such as parents.
Les avantages d’un effet même faible sur l’usage ou le comportement lié à l’usage du tabac sont très importants.
Les avantages directs possibles du projet de règlement
comprennent :
— l’assurance que le consommateur est mieux renseigné des
effets du tabagisme, afin qu’il puisse prendre une décision
éclairée;
— l’encouragement et le soutien à l’abandon tabagique, pour
ensuite réduire le taux de mortalité et améliorer le bien-être;
— la prévention du tabagisme durant la grossesse, puisque
l’usage du tabac durant cette période augmente les risques de
naissance avant terme, donc de mort ou de handicap;
— la prévention du tabagisme pouvant exposer les non-fumeurs
à la FTA — laquelle peut entraîner la mort des non-fumeurs et
mener à des maladies chroniques (otites à répétition, crises
d’asthme chez les jeunes);
— la prévention du tabagisme chez les gens pouvant servir de
modèles pour les jeunes, tels que les parents.
De plus, une diminution du taux de tabagisme va :
— réduire le taux de mortalité et augmenter la longévité, tout en
encourageant un vieillissement en santé;
— réduire les coûts de soins de santé associés aux maladies causées par l’usage du tabac (environ 3 milliards de dollars par
année) — le Conference Board du Canada estime que les
employeurs dépensent en moyenne 2 500 $ par année en frais
additionnels et en productivité réduite par employé-fumeur;
— réduire la détresse psychologique chez la famille et les amis,
liée au décès ou aux maladies débilitantes des fumeurs.
In addition, reductions in tobacco use will:
— reduce mortality rates and increase longevity, and encourage
healthier ageing;
— reduce health care associated with tobacco-related illnesses
(estimated to be in the order of $3 billion a year); The Conference Board of Canada estimates that employers incur an average of $2,500 per year in increased costs and reduced productivity for each smoker on their payroll; and
— reduce the mental health impacts of severe illness and mortality on family and friends of tobacco users.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
153
By using median VSL estimates to value these statistical lives,
the benefits of a reduction of 0.01 percent in prevalence can be
estimated to be $488,600,000 over ten years. This analysis does
not factor in the benefits associated with the avoided morbidity
that would also accompany a decrease in smoking prevalence,
hence likely resulting in an underestimation of the value of the
benefits.
Afin de s’approcher de la valeur attendue des retombées d’une
prévalence réduite de l’usage du tabac, une analyse des avantages
liés à la prévention de décès attribuables à la consommation de
tabac a été effectuée. Cette analyse est fondée sur la comparaison
d’un taux de mortalité prévu (scénario de base) et d’un taux modifié reposant sur une prévalence réduite de la consommation de
tabac (scénario de base modifié).
Premièrement, on a établi une relation entre le nombre de personnes qui n’ont jamais fumé, qui ne fument plus et qui fument
actuellement, classées selon l’âge, la région et le sexe, au cours
des années, et le nombre de décès dans ces groupes attribuables à
22 maladies associées au tabagisme. Cette relation a été appliquée
à un scénario de base, ainsi qu’à un scénario de base modifié pour
lequel on suppose une réduction de la prévalence du tabagisme.
On estime les avantages en calculant la différence entre la mortalité prévue du scénario de base et celle du scénario de base
modifié, pour une certaine période.
Les hypothèses suivantes ont été formulées aux fins de cette
analyse :
— Le scénario de base se fonde sur les estimations, pour 1996,
de la prévalence du tabagisme par âge, région et sexe, et l’on
suppose que ces valeurs demeurent constantes pour la période
d’étude.
— Les populations prévues par âge, région et sexe sont tirées des
estimations de Statistique Canada pour 2000-2016.
— Les avantages sont actualisés à un taux de 10 p. 100.
— La réduction de la prévalence supposée dans le scénario de
base modifié n’est pas cumulative (c’est-à-dire que la réduction ne survient qu’une fois et devient une valeur constante
pour la période d’étude).
Si le scénario de base est modifié par une réduction de
0,01 p. 100 de la prévalence du tabagisme (commençant en 2000
et demeurant constante jusqu’en 2009), cette réduction occasionnera 180 décès prématurés statistiques de moins attribuables au
tabagisme. Conformément à la politique du Conseil du Trésor, on
a utilisé une analyse des valeurs actualisées pour établir une estimation de 118 décès prématurés.
Les valeurs de vie statistique estimées sont ensuite utilisées
pour calculer les avantages associés à la réduction de la mortalité
attribuable au tabagisme. Les valeurs de vie statistique utilisées
dans cette évaluation proviennent du Air Quality Valuation Model
(Air Quality Valuation Model, version 3.0, Methodology Report,
avril 1999).
À l’aide des estimations médianes utilisées pour évaluer ces
vies statistiques, on peut calculer que les avantages liés à
une réduction de 0,01 p. 100 de la prévalence s’établissent à
488 600 000 $ sur dix ans. Cette analyse n’a pas pris en compte
les avantages associés avec la morbidité évitée qui accompagnerait une diminution dans la prévalence du tabagisme, d’où vraisemblablement, résultant d’une sous-estimation des avantages.
COSTS
COÛTS
The use of tobacco products imposes a net negative impact on
Canadian society, and government policy is therefore to reduce
tobacco use as much as possible. It is, therefore, important to
distinguish between the effects of reduced consumption (which is
the overall policy objective) and compliance costs, which should,
in accordance with government policy, be minimized, although
both are discussed below.
Le tabagisme ayant des répercussions distinctement négatives
sur la société canadienne, la politique du Gouvernement vise à
réduire le taux de tabagisme autant qu’il est possible. Il est donc
important de distinguer les effets d’une diminution du tabagisme
(ce qui constitue l’objectif global) et les coûts directement liés à
la mise en vigueur du Règlement qui devraient, en accord avec la
politique gouvernementale, être minimisés. Ces deux aspects sont
discutés ci-après.
L’industrie du tabac, soit les fabricants, les imprimeurs, les tabaculteurs et les détaillants, génèrent une activité économique
importante. Il est cependant nécessaire de distinguer entre les
coûts d’ajustement à court terme et les gains économiques à long
terme associés à une diminution du tabagisme.
In order to approximate the value of the benefits expected from
a reduction in smoking prevalence, an analysis of the benefits of
avoiding mortality associated with tobacco use was performed.
This analysis is based on a comparison of a forecasted mortality
rate (the baseline scenario) with one modified on the basis of
reduced prevalence of smoking (the modified-baseline scenario).
First, a relationship was developed based on the number of
“never,” “former” and “current” smokers for age, region, and sexspecific groups over the years, and the number of deaths within
these groups from 22 tobacco-related diseases. This relationship
was applied to a baseline scenario and also to a modified baseline
scenario which assumed a reduction in smoking prevalence. The
estimate of benefits is the difference between the forecasted
mortality based on the baseline scenario with that of the forecasted mortality based on the modified baseline scenario, over a
period of time.
The following assumptions were used in this analysis:
— The baseline scenario relies on the 1996 estimates of age,
region and sex-specific smoking prevalence and is assumed to
remain constant over the study period.
— The projections for age, region and sex specific populations
are taken from estimates projected by Statistics Canada for the
population over the period 2000–2016.
— The benefits are discounted at a rate of 10 percent.
— The reduction in prevalence that is assumed in the modified
baseline scenario is not cumulative (i.e., the reduction occurs
only once and becomes a constant for the study period).
If the baseline scenario is modified by a reduction of 0.01 percent in the prevalence of smoking (starting in 2000 and remaining
constant until 2009), this reduction will result in 180 fewer statistical premature deaths attributable to smoking. In conformity with
Treasury Board policy (using a present value analysis), the estimate was reduced to 118 fewer premature deaths.
Value of Statistical Life (VSL) estimates are then applied to
value benefits associated with the reduction in smokingattributable mortality. The VSL used in this assessment are from
the Air Quality Valuation Model (Air Quality Valuation Model,
version 3.0, Methodology Report, April 1999).
The tobacco industry — manufacturers, printers, distributors,
growers and retailers — generates significant economic activity.
It is nevertheless important to distinguish between short term
adjustment costs and the longer term net economic gains associated with reducing consumption.
154
Canada Gazette Part I
The analysis and assessment of the costs that may be attributed
to the proposed Regulations includes the direct costs of implementing the proposed Regulations, consideration of associated
impacts (e.g., on employment), and related compliance monitoring and enforcement costs.
Manufacturers: There are approximately 14 manufacturers of
tobacco products in Canada, although the market is heavily dominated by the three major cigarette companies, Imperial Tobacco
Limited, JTI-Macdonald Inc. and Rothmans, Benson & Hedges.
The direct implementation costs would relate to the printing of
leaflets, the possible redesign of packages of tobacco products
and the increased printing costs. In its March 12, 1999 brief in
response to Health Canada’s labelling proposal, the Canadian
Tobacco Manufacturers Council estimates that it would cost its
member companies $30 million in one-time disbursements to
make the necessary changes. If companies were to adopt the
leaflet option (rather than use the slide), was estimated in 1990 to
amount to an additional $28 million according to tobacco industry figures. Applying a discount rate of 10 percent, costs over ten
years would amount to $214 million to achieve compliance.
Printers: Three printers supply the majority of the Canadian
market, although a number of other firms also participate. The
proposal has been designed to ensure that current printing methods can continue to be utilised, in order to preserve employment
and minimise disruption. In the case of rotogravure, for example,
the messages require the use of four standard process colours
which are typically used for virtually all packaging. Most Canadian presses utilise eight cylinders, allowing designs to use up to
four special colours. Advice to Health Canada indicates that most
current designs use four colour processes only, using the process
colours. When other approaches are adopted, it is possible to
produce equivalent quality by switching to the use of the process
colours as the basis of the design.
Printers may, however, face some additional costs (which are
likely to be passed to the client) for the redesign of embossing
cylinders, the re-etching of press cylinders, and the preparation of
new lithographic printing plates. Costs would also include the
possible use of additional cylinders in rotogravure printing and
the implementation of a second run in lithographic printing to
accommodate the new colours of the health warnings or, alternatively, the printing of self-adhesive labels to carry the health
warnings.
Distributers and retailers: The impact on distributers and retailers would be indirect, and would relate to any costs passed on to
them.
Growers: The impact on growers would relate to any costs
passed onto them, and the effects of reductions in consumption
on demand.
Consumers: Costs of the Regulations may be passed onto consumers. Health Canada considers an increase in price to result in
a net benefit to Canadians due to its effects in discouraging
consumption.
To assess the overall potential impact of the Government’s
strategy, a Health Canada study entitled “The Projected Impact of
Health Canada’s Blueprint on the Tobacco Industry and Resource
Reallocation in the Canadian Economy” (March 31, 1996) examined the economic impact of a decline in the demand for tobacco
January 22, 2000
L’analyse et l’évaluation des coûts attribuables au projet de
règlement comprennent les coûts directement liés à la mise en
vigueur du Règlement, l’étude des répercussions connexes (par
exemple, sur l’emploi), les coûts de surveillance et de contrôle de
la conformité à la réglementation ainsi que les coûts d’évaluation.
Les fabricants : Il y a environ 14 fabricants de produits du tabac au Canada, bien que le marché soit grandement dominé par
trois compagnies importantes, soit Imperial Tobacco Limitée, JTIMacdonald Inc. et Rothmans, Benson & Hedges. Les coûts directs de mise en application comprennent l’impression d’encarts,
la nouvelle conception de certains des emballages des produits du
tabac visés et des frais d’impression plus élevés. Dans le mémoire que le Conseil canadien des fabricants des produits du
tabac a présenté le 12 mars 1999 pour répondre au projet d’étiquetage de Santé Canada, on dit que les compagnies membres
devront dépenser 30 millions de dollars la première année pour
apporter les changements nécessaires. Si les compagnies adoptaient l’idée de l’encart au lieu de l’emballage coulissant, on a
estimé, en 1990, que les coûts s’élèveraient à 28 millions de dollars de plus selon les chiffres de l’industrie du tabac. En supposant un taux de réduction de 10 p. 100 (actualisation), la
conformité engendrerait des coûts de 214 millions de dollars sur
dix ans.
Les imprimeurs : Trois imprimeurs fournissent la grande majorité du marché canadien, le reste de ce dernier étant couvert par
quelques compagnies. Le projet a été conçu de manière que les
méthodes actuelles d’impression puissent être toujours utilisées,
afin de conserver les emplois et de minimiser les perturbations.
En matière de rotogravure, par exemple, les mises en garde peuvent être imprimées en quadrichromie, ce qui est normalement le
procédé utilisé pour presque tous les emballages courants. La
plupart des presses au Canada utilisent huit cylindres, permettant
ainsi que quatre cylindres soient utilisés pour la quadrichromie.
Les renseignements parvenus à Santé Canada indiquent que présentement les emballages utilisent la quadrichromie. Lorsque
d’autres approches sont adoptées, il est possible de produire une
qualité équivalente en passant à la quadrichromie comme fondement de la conception.
Les imprimeurs peuvent cependant faire face à des coûts additionnels (qu’ils passeront vraisemblablement à leurs clients) pour
la fabrication de nouveaux cylindres de gaufrage, les retouches à
faire aux cylindres d’impression et la préparation de nouvelles
plaques d’impression lithographique. Les coûts comprennent
aussi l’utilisation possible de cylindres additionnels en rotogravure et une double impression lithographique pour s’adapter, s’il
y a lieu, aux nouvelles couleurs de la mise en garde ou bien
l’impression d’étiquettes autocollantes pour afficher les mises en
garde.
Les distributeurs et les détaillants : Les répercussions sur les
distributeurs et détaillants seraient indirectes, et seraient liées aux
coûts supplémentaires qui leur seraient transférés.
Les tabaculteurs : Les répercussions sur les tabaculteurs seraient liées aux coûts supplémentaires qui leur seraient transférés,
ainsi qu’aux effets d’une diminution de la demande.
Les consommateurs : Les coûts attribuables à la mise en vigueur du Règlement pourraient être passés aux consommateurs.
Santé Canada considère qu’une augmentation de prix peut procurer un avantage net aux Canadiens en raison de l’effet dissuadant
sur la consommation.
Pour déterminer l’impact potentiel global de la stratégie gouvernementale, une étude de Santé Canada intitulée « The Projected Impact of Health Canada’s Blueprint on the Tobacco Industry
and Resource Reallocation in the Canadian Economy » (31 mars
1996) s’est intéressée aux conséquences économiques d’une
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
155
products. The study concluded that a 20 percent decline in the
demand for cigarettes would lead to a reduced demand for labour,
especially in the retail, agriculture and tobacco products industries. The study also concluded, however, that when the impacts
of this decline were reallocated to demands for other goods and
services, the loss of jobs and income would be more than offset
by increases in other sectors. It should be noted that between
1983 and 1998, the demand for tobacco products fell by 29 percent and there was an orderly adjustment.
diminution de la demande de produits du tabac. Les auteurs ont
conclu qu’une baisse de 20 p. 100 de la demande de cigarettes
réduirait la demande de main-d’œuvre, surtout dans les industries
de la vente au détail, de l’agriculture et des produits du tabac. Ils
concluent aussi toutefois que lorsqu’on redistribue les conséquences de cette baisse sur la demande d’autres produits et services, la perte d’emplois et de revenu serait plus que compensée
par des augmentations dans d’autres secteurs. Il faut souligner
qu’entre 1983 et 1998, la demande de produits du tabac a chuté
de 29 p. 100 et un rajustement ordonné s’est produit.
Compliance monitoring and enforcement associated with the
proposed Regulations are expected to cost Health Canada approximately $700,000 annually.
On estime que la surveillance de la conformité et les contrôles
d’application du Règlement coûteront environ 700 000 $ par an à
Santé Canada.
Comments Received
Commentaires reçus
An earlier version of these Regulations was published as the
Tobacco (Labelling and Reporting) Regulations in the Canada
Gazette, Part I, on March 29, 1997, and this version continued the
labelling requirements of the Tobacco Products Control Regulations. However, after further review and research, Health Canada
decided to modify the requirements.
Une version antérieure du Règlement a été publiée sous le titre
Règlement sur le tabac (étiquetage et rapports) dans la Partie I de
la Gazette du Canada le 29 mars 1997. La présente version reprend les exigences en matière d’étiquetage du Règlement sur les
produits du tabac. Cependant, après examen et recherche, Santé
Canada a décidé de modifier ses exigences.
On January 18, 1999, the Minister of Health announced the
release of a consultation document entitled Proposed New Labelling Requirements for Tobacco Products. This document, which
set out the background for the labelling requirements, research
findings and proposed requirements, was mailed to 1 550 groups
and individuals and posted on the Health Canada Web site. Copies were downloaded from the site 735 times between January 18
and March 31, 1999.
Le 18 janvier 1999, le ministre de la Santé a annoncé la publication d’un document de consultation intitulé Projet de nouvelles
exigences d’étiquetage pour les produits du tabac. Ce document,
qui présente le contexte des exigences en matière d’étiquetage, les
conclusions de recherches ainsi que les exigences proposées a été
expédié par la poste à 1 550 groupes et particuliers et posté sur le
site Web de Santé Canada. Le document a été téléchargé 735 fois
entre le 18 janvier et le 31 mars 1999.
As of May 31, 1999, 82 responses to the consultation documents were received from health organizations, unions, representatives of the tobacco industry (companies and lobbyist/law firms)
and individuals (some of whom were individuals writing from the
United States). In addition to submitting written responses, some
stakeholders from union and health organizations met with Health
Canada representatives to present their comments.
Au 31 mai 1999, 82 réactions au document de consultation
étaient parvenues d’organismes œuvrant dans le domaine de la
santé, de syndicats, de représentants de l’industrie du tabac (sociétés productrices et cabinets de lobbyistes et d’avocats) et de
particuliers (dont certains écrivaient des États-Unis). En plus de
répondre par écrit, certains intervenants des syndicats et des organismes du domaine de la santé ont rencontré des représentants
de Santé Canada pour leur faire part de leurs commentaires.
A majority of respondents (54 percent) expressed support for
the Regulations. Most of these responses were from health promotion and disease prevention organizations, health professional
organizations and regional/municipal health authorities. The
46 percent of respondents who were opposed to the Regulations
included union representatives and employees of and lobbyists
for tobacco companies. Union issues primarily related to the
prospect of lost jobs with the tobacco industry.
La plupart des réactions (54 p. 100) étaient favorables au Règlement. Ces réactions venaient en majorité des organismes de
promotion de la santé et de prévention des maladies, d’associations de professionnels de la santé et d’autorités sanitaires régionales ou municipales. Les réactions défavorables (46 p. 100) provenaient, entre autres, de représentants syndicaux ainsi que
d’employés et de lobbyistes des sociétés productrices de tabac.
Les syndicats s’inquiétaient surtout des pertes possibles d’emplois au sein de l’industrie du tabac.
During the consultations, stakeholders raised a number of issues that have been addressed in drafting the proposed Regulations and are summarized below. Concerns relating to different
shapes and types of tobacco packaging include the following:
(1) The Government proposal only addressed rectangular cigarette packages with slides: the proposed Regulations have been
revised to include specific provisions for each and all types of
tobacco product packaging, addressing particular concerns relating to the packaging of cigars and smokeless tobacco.
(2) Cigar packaging should not have to change: the proposed
Regulations do not require that cigar packaging be changed and
the requirements have been adapted to the different types of
packages used for cigars (i.e., individual packages, flip-top
boxes).
(3) Inserts should be used, but there is a concern that inserts
not become another waste product: the proposed Regulations
Dans le cadre des consultations, les intéressés ont soulevé
un certain nombre de questions dont on a tenu compte lors
de la rédaction du projet de règlement et qui sont résumées cidessous. Les points suivants concernent les divers types et formes
d’emballage :
(1) Le projet du Gouvernement ne tient compte que des paquets de cigarettes rectangulaires munis d’une partie coulissante : le règlement a été révisé de manière à inclure des dispositions précises pour tous les types d’emballage des produits
du tabac, y compris les emballages de cigares et de tabac sans
fumée.
(2) L’emballage des cigares ne devrait pas avoir à être modifié : le Règlement n’exige pas que l’emballage des cigares soit
modifié et les exigences ont été adaptées aux divers types
d’emballage utilisés pour les cigares (c’est-à-dire emballages
individuels, boîtes à rabat).
156
Canada Gazette Part I
give the option to manufacturers to use either the slide portion
of the package to support this information or a separate leaflet.
Stakeholders also expressed concerns about the places and
positions designated for messages. The proposed Regulations
address the following concerns:
(4) The position of health warnings and information on emissions and toxic constituents should not change: the proposed
Regulations will not change the position of either messages.
The proposed Regulations would require that the health warning messages occupy 50 percent of the principal display surface
and information about toxic emissions and constituents would
be placed on one side of the package.
(5) The slide part of the package should be used for health information: the proposed Regulations would require health information on the slide part of a slide package, as an alternative
to leaflets for slide packages.
(6) The amount of principal display space reserved for Health
Canada’s messages should be 35 percent, 60 percent, 75 percent, 80 percent or 100 percent (various proposals were received): the proposed Regulations provide that 50 percent of
the principal display surface be reserved for health warning
messages.
Stakeholders identified some general concerns about providing
messages on tobacco packages. The proposed Regulations address these concerns:
(7) “Shock” messages should be used to increase impact with
the element of surprise: the proposed Regulations provide for
the use of graphics and colour to increase the impact of the
messages.
Stakeholders also raised a number of concerns relating to the
substance, as well as the presentation of the messages. For example, one concern was that Health Canada should have the administrative capacity to change messages without revising the
Regulations. The Act, however, does not provide for such
authority. Other comments by stakeholders were taken into account in revising the proposed messages. These comments and
concerns were that:
— The messages should coincide with, or complement, those
used in the federal government’s anti-tobacco promotional
campaigns.
— The slogans (i.e., short and simple statements) should be used.
— The word markers should be used to increase the impact of
messages (e.g., “DANGER,” “POISON,” “WARNING”).
— The language used should not be overly scientific.
— The smokers should be referred to appropriate resources (e.g.,
references to help lines).
— The messages forbidding the sale of tobacco to young people
should be removed in order to avoid the perverse effect of
making products more attractive to youth.
— The message about the relationship of tobacco use to impotence should be included.
The following comment was assessed, but was considered unsuitable for incorporation in the proposed Regulations:
— The messages should attack the tobacco industry, not the
tobacco user (to avoid blaming the victim of a smoking
addiction): most of the health warnings target the tobacco
product.
Health Canada also sought the views of Canadians on the approach and examined scientifically the best approach through
extensive focus group testing of proposals, laboratory studies, and
January 22, 2000
(3) On est favorable aux encarts, mais on se demande s’ils
n’auront pas un effet polluant : le Règlement permet d’opter
pour l’utilisation d’une partie coulissante de l’emballage ou
d’un encart.
Les intervenants ont également fait part de leurs réserves quant
à l’emplacement et à la position des messages. La version révisée
du Règlement tient compte des aspects suivants :
(4) La position des mises en garde relatives à la santé et des
renseignements sur les émissions et les constituants toxiques ne
devrait pas changer : le Règlement n’exige pas de changement
dans la position des messages. Les mises en garde occupent
50 p. 100 de la principale surface exposée et les renseignements sur les émissions ou constituants toxiques figurent sur
l’un des côtés de l’emballage.
(5) la partie coulissante de l’emballage devrait servir à afficher
des messages : le Règlement exige que des messages relatifs à
la santé figurent soit sur la partie coulissante, soit sur un encart.
(6) La partie de la surface exposée réservée aux messages de
Santé Canada devrait équivaloir à 35 p. 100, 60 p. 100, 75 p.
100, 80 p. 100 ou 100 p. 100 (propositions variées) : le Règlement prévoit que 50 p. 100 de la principale surface exposée
doit être réservée à la mise en garde relative à la santé.
Les intervenants ont soulevé des points de nature générale sur
les messages affichés sur les emballages des produits du tabac,
qui ont été pris en considération dans le Règlement :
(7) On devrait utiliser des messages « chocs » pour que l’élément de surprise augmente l’impact : le Règlement prévoit
l’utilisation de représentations graphiques et de la couleur pour
un impact plus fort.
Les intéressés ont aussi soulevé de nombreuses préoccupations
concernant le contenu des messages et leur présentation. Par
exemple, selon un commentaire, Santé Canada devrait avoir le
pouvoir administratif de modifier les messages sans réviser le
Règlement. La Loi ne prévoit toutefois pas un tel pouvoir. La
révision des messages proposés a tenu compte d’autres commentaires et préoccupations des intéressés :
— Les messages devraient correspondre aux messages véhiculés
par les campagnes antitabac du gouvernement fédéral, ou les
compléter.
— Les messages devraient être courts et simples, comme des
slogans.
— Il faudrait utiliser des mots frappants pour accroître l’impact
des messages (par exemple, « DANGER », « POISON »,
« MISE EN GARDE ».
— Il faudrait éviter d’avoir recours à un langage trop
scientifique.
— Il faudrait diriger les fumeurs vers les sources appropriées
(par exemple, une ligne d’aide).
— Les messages interdisant la vente de tabac aux jeunes devraient être retirés afin qu’ils n’aient pas l’effet pervers de
rendre ces produits plus attirants pour les jeunes.
— Un message devrait porter sur la relation qui existe entre le
tabagisme et l’impuissance.
On a évalué le commentaire suivant, mais on a jugé qu’il dépassait le pouvoir de réglementation de la Loi :
— Les messages devraient attaquer l’industrie du tabac, pas le
consommateur de tabac (ne pas blâmer la victime de sa dépendance au tabac) : les mises en garde relatives à la santé visent plutôt les produits du tabac et leurs effets sur la santé.
Santé Canada a également demandé l’opinion des Canadiens et
a examiné scientifiquement par l’entremise de groupes de discussion d’études de laboratoire et une enquête sur un aspect du
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
157
a survey of an aspect of the proposal. These processes found that
there is strong support for the proposed new health warnings.
Both focus group testing and quantitative studies were used to
design and test the proposed messages.
projet quelle serait la meilleure approche. Ceci a permis d’éta-blir
qu’il y a avait un appui important envers les nouvelles mises en
garde. On a fait appel aux techniques de groupes de discussion et
d’études quantitatives pour concevoir les mises en garde et obtenir les réactions du public.
Enforcement Provisions
Dispositions relatives à l’exécution
Subsection 15(1) of the Tobacco Act stipulates that manufacturers and retailers may sell a tobacco product only if the package
containing it displays the information required by the Regulations. Subsection 15(2) is similar, but addresses the display of
information on required leaflets.
In accordance with section 46 of the Tobacco Act, a retailer
who contravenes these provisions is guilty of an offence and is
liable to a fine not exceeding $50,000. A manufacturer who contravenes these provisions is guilty of an offence and is liable to a
fine not exceeding $300,000 or to imprisonment for a term not
exceeding two years, or to both.
Compliance monitoring and enforcement will continue to be
undertaken by Health Canada or through agreements with provinces involving the participation of provincial inspectors under
authority of the Tobacco Act. Compliance will be monitored by
means of inspections at the retail and manufacturing/importing
levels.
Le paragraphe 15(1) de la Loi sur le tabac interdit aux fabricants et aux détaillants de vendre un produit du tabac à moins que
les renseignements exigés par le Règlement ne figurent sur
l’emballage. Le paragraphe 15(2) est similaire, mais traite de
l’affichage des renseignements sur des encarts.
Conformément à l’article 46 de la Loi sur le tabac, le détaillant
qui contrevient à ces dispositions commet une infraction et est
passible d’une amende maximale de 50 000 $. Le fabricant qui
contrevient à ces dispositions commet une infraction et est passible d’une amende maximale de 300 000 $ et d’un emprisonnement maximal de deux ans, ou de l’une de ces peines.
Le respect et l’exécution du Règlement continueront d’être assurés par Santé Canada ou par voie d’ententes avec les provinces,
incluant la participation d’inspecteurs provinciaux autorisés en
vertu de la Loi sur le tabac. Le respect sera surveillé au moyen
d’inspections aux points de vente au détail et aux niveaux de la
fabrication et de l’importation.
Opportunity to Comment
Possibilité d’offrir des commentaires
More specific details on these proposed Regulations are available upon request, from the Bureau of Tobacco Control.
Interested parties are invited to seek further information, and/or
to provide comments on this proposal, by writing to Ms. Katrina
Edwards, Acting Director General, Bureau of Tobacco Control,
Jeanne Mance Building, Address Locator 1915C1, Ottawa, Ontario K1A 1B4, (613) 946-5686 (Facsimile), pregs@hc-sc.gc.ca
(Electronic mail).
Comments must be received within 30 days of publication of
this notice. All comments should cite the Canada Gazette, Part I,
the title of this notice, and its date of publication.
De plus amples renseignements peuvent être obtenus, sur demande, auprès du Bureau de la lutte au tabagisme.
Les parties intéressées sont invitées à demander de plus amples
renseignements ou à faire parvenir leurs commentaires en écrivant à Madame Katrina Edwards, Directrice générale intérimaire,
Bureau de la lutte au tabagisme, Édifice Jeanne-Mance, Indice
d’adresse 1915C1, Ottawa (Ontario) K1A 1B4, (613) 946-5686
(télécopieur), pregs@hc-sc.gc.ca (courrier électronique).
Les commentaires devront être reçus au plus tard 30 jours après
la publication de cet avis. Ils devront faire mention de la Partie I
de la Gazette du Canada, du titre de cet avis, et de sa date de
publication.
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
TOBACCO ACT
LOI SUR LE TABAC
Proposed Tobacco Reporting Regulations
Projet de Règlement sur les rapports relatifs au tabac
The Bureau of Tobacco Control of Health Canada intends to
make Regulations pursuant to the Tobacco Act.
This notice provides an opportunity to comment on proposed
Tobacco Reporting Regulations. The purpose of these Regulations would be to set out the requirements for the reporting of
sales data, manufacturing information, ingredients, toxic constituents, toxic emissions, research activities and promotional activities by manufacturers and importers.
Le Bureau de la lutte au tabagisme de Santé Canada a l’intention de prendre un Règlement en vertu de la Loi sur le tabac.
Cet avis donne l’occasion de faire part de vos commentaires
sur le projet de Règlement sur les rapports relatifs au tabac. Le
but de ce règlement est d’établir les exigences relatives à la déclaration, par les fabricants et les importateurs, de données sur les
ventes et de renseignements sur la fabrication, les ingrédients, les
constituants et les émissions toxiques ainsi que sur les activités de
recherche et de promotion.
La consommation du tabac constitue la principale cause de
maladies et de décès évitables au Canada. Elle est également la
cause connue ou probable de plus de 20 maladies débilitantes —
souvent fatales — des poumons, du cœur et d’autres organes. Elle
est à l’origine d’au moins un cinquième de l’ensemble des décès
d’adultes dont l’âge se situe entre 35 et 84 ans, ce qui représente
plus de 45 000 Canadiens par année. Les maladies causées par le
tabagisme coûtent annuellement plus de 3 milliards de dollars en
Tobacco use is the leading cause of preventable illness and
death in Canada. Tobacco use is the known or probable cause of
more than 20 debilitating — often fatal — diseases of the lungs,
heart and other organs. Tobacco use is responsible for at least
one-fifth of all deaths of adults between the ages of 35 and 84,
that is, more than 45 000 Canadians each year. Ill health, attributed to tobacco use, costs the Canadian health care system in
excess of $3 billion annually. As well, smokers’ absenteeism,
158
Canada Gazette Part I
including smoke breaks and illness, costs Canadian business on
average $2,500 per smoker, for a total of greater than $6 billion
each year.
The use of tobacco products also has a significant impact on
the health of nonsmokers. Exposure to environmental tobacco
smoke (ETS) is associated with various diseases, some deadly.
About 4.6 million nonsmoking Canadians (i.e., 21 percent of the
total population aged 15 and over) report daily exposure to ETS.
Approximately 1.6 million Canadian children under the age of 12
(i.e., one-third of Canadian children) are regularly exposed to
ETS in their home.
Currently, approximately 6 million Canadians use tobacco
products. Over the past decade, the prevalence of smoking among
Canadians aged 15 and older has continued to inch downwards,
decreasing from 30 percent in 1990 to 25 percent in 1999. These
declines are greatest among older Canadians and are due to a
combination of cessation and dying — often from tobacco-related
diseases. Fortunately, in 1999, about nine Canadians quit for
every one who died from smoking (400 000 vs. 45 000).
However, the positive overall trend masks the fact that smoking rates remain alarmingly high in certain populations. The
smoking rate among youth aged 15 to 19, in contrast to that observed among adults, has increased significantly during the last
ten years. In 1999, 28 percent of Canadian teens smoked; this is a
significant increase from 21 percent in 1990. Approximately
62 percent of First Nations and Inuit smoke; this is a rate more
than double that of the general population. In addition, tobacco
use is higher among Canadians of lower socio-economic status
and among Francophones.
A critical objective of the federal Government’s tobacco control strategy is to adequately inform Canadians of the dangers of
tobacco use and thereby reduce the use of tobacco products
among Canadians and, to the extent possible, the related adverse
health impacts of tobacco use — especially among young persons. A key element of this strategy is the Tobacco Act and its
Regulations.
Under the Tobacco Products Control Act (TPCA), reporting
requirements had been imposed as part of the Tobacco Products
Control Regulations (TPCR). On September 21, 1995, the Supreme Court of Canada declared some sections of the TPCA inoperative and as a result, only sections 17 to 20 of the TPCR
continue to be in force. These sections currently require that
manufacturers and importers report selected information on tobacco sales volume, ingredients and emissions.
January 22, 2000
soins de santé. De même, l’absentéisme, y inclus les pauses et les
congés de maladie coûtent aux entreprises canadiennes 2 500 $ en
moyenne par fumeur, pour un total de plus de 6 milliards de dollars par année.
L’usage de produits du tabac a également une incidence importante sur la santé des non-fumeurs. L’exposition à la fumée de
tabac ambiante (FTA) est liée à diverses maladies, dont certaines
sont mortelles. Environ 4,6 millions de non-fumeurs canadiens
(soit 21 p. 100 de la population totale âgée de 15 ans ou plus)
rapportent être exposés quotidiennement à de la fumée secondaire. Quelque 1,6 million d’enfants au Canada âgés de moins de
12 ans (c’est-à-dire le tiers des enfants canadiens) sont régulièrement exposés à la FTA à la maison.
Actuellement, environ 6 millions de Canadiens font usage de
produits du tabac. Au cours de la dernière décennie, la prévalence
de la consommation de tabac dans la population canadienne âgée
de plus de 15 ans a continué à baisser peu à peu, diminuant de
30 p. 100 en 1990 à 25 p. 100 en 1999. Cette baisse est plus importante chez les Canadiens âgés et est due à une association de la
renonciation au tabac et du décès de fumeurs, souvent de maladies liées au tabagisme. Heureusement, en 1999, environ neuf
Canadiens ont arrêté de fumer pour chaque Canadien qui mourrait d’une maladie liée au tabagisme; 400 000 personnes par rapport à 45 000.
Toutefois, cette tendance positive cache le fait que le taux de
tabagisme est alarmant chez certains groupes. Le taux de tabagisme observé chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans, par contraste à
celui observé chez les adultes, a augmenté considérablement durant les dix dernières années. En 1999, 28 p. 100 des adolescents
canadiens fumaient, ce qui représente une augmentation considérable par rapport à 21 p. 100 en 1990. Approximativement 62 p.
100 des membres des Premières nations et des Inuits fument, ce
qui est plus du double du taux connu chez la population en général. De plus, le tabagisme est plus élevé parmi les Canadiens ayant
un niveau socio-économique plus bas et parmi les francophones.
Un objectif primordial de la stratégie fédérale de lutte contre le
tabagisme est de réduire l’usage de produits du tabac chez les
Canadiens et, dans la mesure du possible, les conséquences néfastes de la consommation du tabac pour la santé, particulièrement chez les jeunes. Un élément clé de cette stratégie réside dans
la Loi sur le tabac et les règlements afférents.
En vertu de la Loi réglementant les produits du tabac (LRPT),
des exigences en matière de déclaration ont été imposées dans le
cadre du Règlement sur les produits du tabac (RPT). Le 21 septembre 1995, la Cour suprême du Canada a déclaré que certains
articles étaient inopérants et en conséquence, seuls les articles 17
à 20 du RPT sont toujours en vigueur. Ces articles obligent actuellement les fabricants et les importateurs à communiquer certains renseignements sur le volume des ventes de tabac, les ingrédients et les émissions.
Proposed Requirements
Exigences proposées
The proposed Regulations would replace sections 17 to 20 of
the TPCR and expand the current reporting requirements in order
to obtain more complete data on tobacco products, and provide
Health Canada with better access to more relevant and current
information about the toxic substances in tobacco products and
tobacco smoke. With this information, Health Canada would be
in a better position to propose more effective regulatory initiatives that could further reduce the adverse health effects of tobacco use.
The proposed Regulations would expand current reporting requirements to include more classes of tobacco products sold in
Le projet de règlement remplacerait les articles 17 à 20 de la
RPT, et élargirait les exigences actuelles en matière de déclaration
afin de permettre l’obtention de données plus complètes sur les
produits du tabac et de donner à Santé Canada un meilleur accès à
des renseignements plus pertinents et actuels sur les substances
toxiques présentes dans les produits et la fumée du tabac. Grâce à
cette information, Santé Canada serait davantage en mesure de
proposer des initiatives réglementaires qui pourraient favoriser la
réduction des effets néfastes du tabagisme sur la santé.
Le projet de règlement élargirait les exigences actuelles en matière de déclaration pour inclure un plus grand nombre de classes
Le 22 janvier 2000
Canada. The expanded list of tobacco products to be reported
would include: cigarettes, cigarette tobacco, leaf tobacco, pipe
tobacco, cigars, tobacco sticks, kreteks (clove and tobacco cigarettes), bidis (small tendu leaves or similar leaves hand-wrapped
over tobacco), and smokeless tobacco.
The proposed Regulations would also require that an expanded
list of toxic emissions from smoke be reported for the abovementioned classes of tobacco products, with the exception of pipe
tobacco and cigars (other than small cigars), due to the current
inability to test the emissions from these products, and smokeless
tobacco as this product does not produce smoke. The list of reportable emissions found in mainstream smoke (inhaled by the
smoker) and side stream smoke (inhaled by non-smokers) would
be increased from three (tar, nicotine and carbon monoxide) to
more than 40 different chemical compounds. Manufacturers and
importers would also have to report on the amount of 33 different
constituents found in whole tobacco (unburned tobacco). However, the proposed Regulations would allow exemptions for limited reporting for manufacturers who have a small share of the
market; for products that are deemed identical; or for products in
relation to which a correlation has been demonstrated.
Manufacturers and importers would be required to report information on all aspects of their products, including the tobaccos
and other components or ingredients used in the manufacturing
process, and the papers, tubes and filters. This requirement would
apply to all manufacturers and importers of the above-mentioned
classes of tobacco products sold in Canada. In addition, manufacturers and importers of cigarette papers, tubes and filters would
be required to submit information on ingredients, components
and performance specifications of these products.
The proposed Regulations would require that tobacco manufacturers and importers submit lists of studies — undertaken by or
on behalf of the manufacturer or importer — to Health Canada to
enable the Department to better understand the ways in which
tobacco products are modified over time. Applicable studies
would include those that examine the toxicity and health effects
of tobacco products; the taste and flavour of tobacco products;
the modification and development of tobacco products; and the
ingredients in tobacco products. Additional information about
studies and their results could also be requested by the Minister.
The proposed Regulations would also specify that manufacturers and importers of tobacco products report on promotional activities on a brand-by-brand, province-by-province basis. Provisions of the Regulations would stipulate, for example, that copies
of all promotional materials and facsimiles of signs and programs
used or displayed on site of sponsored events or activities be
provided to Health Canada. The reporting requirements would
also apply to the cost of packaging (printing and development
costs).
Gazette du Canada Partie I
159
de produits du tabac vendus au Canada. La liste élargie de produits du tabac à déclarer comprendraient les cigarettes, le tabac à
cigarettes, le tabac en feuilles, le tabac à pipe, les cigares, les
perches, les kreteks (cigarettes au tabac et au girofle), les bidis
(petites feuilles de tendu ou feuilles similaires roulées à la main
sur du tabac) et le tabac sans fumée.
Le projet de règlement exigerait également qu’une liste élargie
d’émissions toxiques dans la fumée soit déclarée pour les classes
de produits du tabac susmentionnées, à l’exception du tabac à
pipe et des cigares (autres que les petits cigares), en raison de
l’incapacité actuelle à tester les émissions de ces produits, et du
tabac sans fumée puisque ce produit ne dégage pas de fumée. La
liste des émissions à déclarer présentes dans le courant de fumée
central (fumée inhalée par le fumeur) et le courant de fumée secondaire (fumée inhalée par les non-fumeurs) passerait de trois
(goudron, nicotine et monoxyde de carbone) à plus de 40 différents composés chimiques. Les fabricants et les importateurs devraient également fournir de l’information sur les 33 différents
constituants présents dans le tabac entier (non consumé) qui figurent sur les listes. Toutefois, le projet de règlement prévoirait des
exemptions à l’égard des fabricants occupant une faible part du
marché, à l’égard des produits considérés comme identiques et
pour les produits pour lesquels on a fait la preuve qu’une corrélation existe.
Les fabricants et les importateurs devraient déclarer des renseignements relatifs à tous les aspects de leurs produits, notamment
les tabacs et autres constituants ou ingrédients présents pendant la
fabrication, ainsi que les papiers, les tubes et les filtres. Cette
exigence s’appliquerait à tous les fabricants et importateurs des
classes susmentionnées de produits du tabac vendus au Canada.
En outre, les fabricants et les importateurs de papiers à cigarettes,
de tubes et de filtres devraient déclarer tout renseignement relatif
aux ingrédients, aux constituants ainsi qu’aux caractéristiques de
rendement de ces produits.
Le projet de règlement imposerait aux fabricants et aux importateurs de tabac de présenter des listes d’études — entreprises par
eux-mêmes ou en leur nom — à Santé Canada, pour permettre
que ce dernier puisse mieux comprendre les façons dont les produits du tabac sont modifiés avec le temps. Les études visées
comprendraient celles qui examinent la toxicité et les effets sur la
santé des produits du tabac, le goût et l’arôme des produits du
tabac, la modification et l’élaboration des produits du tabac et les
ingrédients contenus dans les produits du tabac. Le ministre pourrait également demander des renseignements supplémentaires sur
ces études et leurs résultats.
Le projet de règlement spécifierait également que les fabricants
et importateurs de produits du tabac doivent déclarer des renseignements concernant les activités de promotion, par marque et
par province. Les dispositions réglementaires stipuleraient, par
exemple, que ces fabricants et importateurs devraient fournir
à Santé Canada des exemplaires de tous les documents promotionnels et des fac-similés des affiches et des programmes utilisés
ou présentés sur les sites d’activités ou d’événements qu’ils
commanditeraient. Les exigences en matière de déclaration viseraient également les coûts de l’emballage (frais d’impression et
de conception).
Economic Analysis
Analyse économique
Implementation of the proposed new Regulations is expected
to provide benefits to Canadian Society; it is also expected to
have a cost impact.
La mise en œuvre du nouveau projet de règlement permet de
prévoir des retombées pour la société canadienne; on prévoit
également des répercussions financières.
BENEFITS
AVANTAGES
The federal government’s tobacco control strategy is based
on a comprehensive approach, with legislative and regulatory
La stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme est fondée sur
une approche globale dans le cadre de laquelle les lois et les
160
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
By using median VSL estimates to value these statistical lives,
the benefits of a reduction of 0.01 percent in prevalence can be
estimated to be $488,600,000 over ten years. This analysis does
not factor in the benefits associated with the avoided morbidity
that would also accompany a decrease in smoking prevalence,
hence likely resulting in an underestimation of the value of the
benefits.
règlements jouent un rôle clé. Bien qu’il soit difficile d’établir un
lien entre toute diminution possible du tabagisme et un élément
ou un autre de la stratégie ou, encore, de déterminer dans quelle
mesure la réduction du tabagisme résulte de la stratégie du
Gouvernement.
Cependant, afin de s’approcher de la valeur attendue des retombées d’une prévalence réduite de la consommation de tabac,
une analyse des avantages liés à la prévention de décès attribuables à la consommation de tabac a été effectuée. L’analyse est
fondée sur la comparaison d’un taux de mortalité prévu (scénario
de base) et d’un taux modifié reposant sur une prévalence réduite
de la consommation de tabac (scénario de base modifié) .
Premièrement, on a établi une relation entre le nombre de personnes qui n’ont jamais fumé, qui ne fument plus et qui fument
actuellement, classées selon l’âge, la région et le sexe, au cours
des années, et le nombre de décès dans ces groupes attribuables à
22 maladies associées au tabagisme. Cette relation a été appliquée
à un scénario de base, ainsi qu’à un scénario de base modifié pour
lequel on suppose une réduction de la prévalence du tabagisme.
On estime les avantages en calculant la différence entre la mortalité prévue du scénario de base et celle du scénario de base
modifié, pour une certaine période.
Les hypothèses suivantes ont été formulées aux fins de cette
analyse :
— Le scénario de base se fonde sur les estimations, pour 1996,
de la prévalence du tabagisme par âge, région et sexe, et l’on
suppose que ces valeurs demeurent constantes pour la période
d’étude.
— Les populations prévues par âge, région et sexe sont tirées des
estimations de Statistique Canada pour 2000-2016.
— Les avantages sont actualisés à un taux de 10 p. 100.
— La réduction de la prévalence supposée dans le scénario de
base modifié n’est pas cumulative (c’est-à-dire que la réduction ne survient qu’une fois et devient une valeur constante
pour la période d’étude).
Si le scénario de base est modifié par une réduction de
0,01 p. 100 de la prévalence du tabagisme (commençant en 2000
et demeurant constante jusqu’en 2009), cette réduction occasionnera 180 décès prématurés statistiques de moins attribuables au
tabagisme. Conformément à la politique du Conseil du Trésor, on
a utilisé une analyse des valeurs actualisées pour établir une estimation de 118 décès prématurés.
Les valeurs de vie statistique estimées sont ensuite utilisées
pour calculer les avantages associés à la réduction de la mortalité
attribuable au tabagisme. Les valeurs de vie statistique utilisées
dans cette évaluation proviennent du Air Quality Valuation Model
(Air Quality Valuation Model, version 3.0, Methodology Report,
avril 1999).
À l’aide des estimations médianes utilisées pour évaluer
ces vies statistiques, on peut calculer que les avantages liés
à une réduction de 0,01 p. 100 de la prévalence s’établissent à
488 600 000 $ sur dix ans. Cette analyse n’a pas pris en compte
les avantages associés avec la morbidité évitée qui accompagnerait une diminution dans la prévalence du tabagisme, d’où vraisemblablement, résultant d’une sous-estimation des avantages.
COSTS
COÛTS
The analysis and assessment of the costs that may be attributed
to the proposed Regulations include the direct costs of implementing the Regulations, consideration of associated impacts
(e.g., on employment), related compliance monitoring and enforcement costs and evaluation costs — all set out below.
L’analyse et l’évaluation des coûts pouvant être attribués au
projet de règlement comprennent les coûts directement liés à la
mise en vigueur du règlement, l’étude des répercussions connexes
(par exemple, sur l’emploi), les coûts de surveillance et de contrôle de la conformité à la réglementation ainsi que les coûts
d’évaluation, tous définis ci-après.
components playing a key role. It would be difficult to link any
eventual decrease in tobacco use to any single component of the
strategy, or to link the extent to which the reduction in tobacco
use results from the Government’s strategy.
However, in order to approximate the value of the benefits expected from a reduction in smoking prevalence, an analysis of the
benefits of avoiding mortality associated with tobacco use was
performed. This analysis is based on a comparison of a forecasted
mortality rate (the baseline scenario) with one modified on the
basis of reduced prevalence of smoking (the modified-baseline
scenario).
First, a relationship was developed based on the number of
“never,” “former” and “current” smokers for age, region, and sexspecific groups over the years, and the number of deaths within
these groups from 22 tobacco-related diseases. This relationship
was applied to a baseline scenario and also to a modified baseline
scenario which assumed a reduction in smoking prevalence. The
estimate of benefits is the difference between the forecasted
mortality based on the baseline scenario with that of the forecasted mortality based on the modified baseline scenario, over a
period of time.
The following assumptions were used in this analysis:
— The baseline scenario relies on the 1996 estimates of age,
region and sex-specific smoking prevalence and is assumed to
remain constant over the study period.
— The projections for age, region and sex specific populations
are taken from estimates projected by Statistics Canada for the
population over the period 2000–2016.
— The benefits are discounted at a rate of 10 percent.
— The reduction in prevalence that is assumed in the modified
baseline scenario is not cumulative (i.e., the reduction occurs
only once and becomes a constant for the study period).
If the baseline scenario is modified by a reduction of 0.01 percent in the prevalence of smoking (starting in 2000 and remaining
constant until 2009), this reduction will result in 180 fewer statistical premature deaths attributable to smoking. In conformity with
Treasury Board policy (using a present value analysis), the estimate was reduced to 118 fewer premature deaths.
Value of Statistical Life (VSL) estimates are then applied
to value benefits associated with the reduction in smokingattributable mortality. The VSL used in this assessment are from
the Air Quality Valuation Model (Air Quality Valuation Model,
version 3.0, Methodology Report, April 1999).
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
161
The methodology used in the estimation of the direct implementation costs is based on the assumption that the information
required by the proposed Regulations already exists and is being
captured within every manufacturer’s organization, with the exception of information on the toxic constituents and emissions. It
is also based on a subjective assessment of how much time will
be required to compile the information to be reported on. It was
further assumed that while the information likely exists but a
formal reporting infrastructure needs to be put in place within
every manufacturer organization. This infrastructure is being
costed as a percentage of the ongoing costs (400 percent) and the
cost spread over the first two years of reporting.
Pour estimer les coûts directs de la mise en vigueur, on suppose que les renseignements requis par le Règlement existent et
que leur collecte se déroule déjà dans chaque organisation de
fabrication, à l’exception de l’information sur les constituants et
les émissions toxiques. Cette méthode repose également sur
l’évaluation subjective du temps nécessaire à la compilation des
renseignements à déclarer. En outre, bien qu’on suppose, vraisemblablement, que l’information existe, mais qu’une infrastructure officielle de déclaration doit être mise en place au sein de
chaque organisation de fabrication. Cette infrastructure est chiffrée à partir d’un pourcentage des coûts permanents (400 p. 100)
et des coûts répartis sur les deux premières années de déclaration.
For each of these information elements, an estimation of how
many instances these elements would be collected was derived by
comparing brands across different classes of tobacco product, the
reporting frequency, etc. An estimate was then made of how
much time would be required to compile this information into a
meaningful report. Finally, the number of instances of an individual information element was multiplied by the time required to
compile the information. This product was then multiplied by the
average hourly wage of an office worker in the tobacco industry
to get the valuation of that cost element. Regarding the reports on
toxic emissions, requirements are costed assuming a certain ratio
of brands to unique products, therefore taking advantage of exemptions for identical products. The costed items do not reflect
the current emission testing for more than 20 brands, as required
under British Columbia Regulations (the 1998 Tobacco Testing
and Disclosure Regulation), and the possibility of demonstrating
a functional relationship amongst a large number of brands, hence
likely resulting in an overestimation of costs.
Pour chacun de ces éléments d’information, on a estimé la fréquence de leur collecte en comparant les marques des différentes
classes de produits du tabac, la fréquence de la déclaration, etc.
On a ensuite procédé à une estimation du temps nécessaire à la
compilation de cette information en un rapport cohérent. Finalement, la fréquence de la déclaration de chaque élément d’information a été multipliée par le temps requis pour compiler les renseignements. Ce résultat a ensuite été multiplié par la moyenne du
salaire horaire gagné par un employé de bureau de l’industrie du
tabac, ce qui donne une évaluation du coût pour cet élément.
En ce qui concerne les rapports sur les émissions toxiques, les
coûts associés aux exigences sont calculés selon un certain ratio
marques/produits uniques, ce qui permet ainsi de profiter des
exemptions prévues pour les produits identiques. Les éléments
chiffrés ne tiennent compte ni des analyses actuelles réalisées sur
les émissions de plus de 20 marques, conformément au Règlement de la Colombie-Britannique (Tobacco Testing and Disclosure Regulation, 1998), ni de la possibilité d’établir une relation
fonctionnelle entre un grand nombre de marques, et ils sont donc
susceptibles de résulter en une surestimation des coûts.
TABLE 1: Testing costs per brand for each class of tobacco
product
TABLEAU 1 — Coûts des analyses par marque, pour chaque
classe de produits du tabac
Cigarettes
Cigarette Tobacco
Leaf Tobacco
Cigars
Small Cigars
Tobacco Sticks
Pipe Tobacco
Kreteks
Bidis
Smokeless
Tobacco
Constituents
Emissions
(mainstream smoke)
Emissions
(Side stream
Smoke)
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$4,785.00
$150,780.00
$147,420.00
$147,420.00
N/A
$148,890.00
$148,890.00
N/A
$148,890.00
$145,530.00
N/A
$189,840.00
$189,840.00
$189,840.00
N/A
$189,840.00
$189,840.00
N/A
$189,840.00
$189,840.00
N/A
Cigarettes
Tabac à cigarettes
Tabac en feuilles
Cigares
Petits cigares
Perches
Tabac à pipe
Kreteks
Bidis
Tabac sans fumée
Constituants
Émissions
(courant de fumée
central)
Émissions
(fumée secondaire)
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
4 785,00 $
150 780,00 $
147 420,00 $
147 420,00 $
s.o.
148 890,00 $
148 890,00 $
s.o.
148 890,00 $
145 530,00 $
s.o.
189 840,00 $
189 840,00 $
189 840,00 $
s.o.
189 840,00 $
189 840,00 $
s.o.
189 840,00 $
189 840,00 $
s.o.
Ongoing costs, that is the costs associated with compiling the
information and those associated with the chemical testing of the
products, are estimated at $25,800,000 per year, for all manufacturers and importers combined. The setup costs would be
$51,700,000 per year, for the first two years. The total costs for
the first year is estimated at $77,500,000. Applying a discount
rate of 10 percent, costs over the first ten years would amount to
$273,000,000.
Les coûts permanents, c’est-à-dire les coûts liés à la compilation des renseignements et aux analyses chimiques des produits,
sont estimés à 25 800 000 $ annuellement, pour l’ensemble des
fabricants et des importateurs. Les frais de mise en vigueur sont
estimés à 51 700 000 $ par an, pour les deux premières années.
L’évaluation du coût total pour la première année s’élève à
77 500 000 $. Si l’on applique un taux de réduction de
10 p. 100, les coûts pour les dix prochaines années avoisinent
273 000 000 $.
The assessment of the impact on employment indicates that
there will be no immediate reduction in tobacco manufacturing
jobs directly attributable to these proposed Regulations; in fact, a
few jobs might be created in order to meet reporting requirements. Over the longer term, any reduction in tobacco-related
L’évaluation de l’incidence sur l’emploi indique qu’on ne
pourra attribuer directement à ce Règlement une réduction immédiate des emplois dans le secteur de la fabrication de produits
du tabac; en fait, quelques emplois pourraient être créés en vue de
satisfaire aux exigences sur les rapports. À long terme, les pertes
162
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Compliance monitoring and enforcement associated with the
proposed Regulations are expected to cost Health Canada approximately $900,000 annually. Analysis of the data is expected
to cost $1,700,000 per year.
d’emplois liées à l’industrie du tabac seront fonction de l’incidence globale de la stratégie gouvernementale de réduction de la
consommation du tabac et de la décision des Canadiens de consommer des produits du tabac, non seulement des répercussions
de ce projet de règlement.
Pour évaluer l’incidence potentielle globale de la stratégie gouvernementale, une étude de Santé Canada, intitulée « The Projected Impact of Health Canada’s Blueprint on the Tobacco Industry
and Resource Reallocation in the Canadian Economy » (31 mars
1996) a analysé l’incidence économique d’une réduction de la
demande en produits du tabac. Selon cette étude, une baisse de
20 p. 100 de la demande en cigarettes provoquerait une réduction
des emplois, en particulier dans les secteurs de la vente, de
l’agriculture et des produits du tabac. Toutefois, l’étude indique
également que, étant donné que cette baisse se traduirait par une
demande accrue d’autres produits et services, la perte d’emplois
et de revenus serait plus que compensée par des hausses dans
d’autres secteurs. Il est important de noter qu’entre 1983 et 1998,
la demande de produits du tabac a chuté de 29 p. 100 et que le
marché s’est rajusté en conséquence.
On s’attend à ce que les activités de contrôle et de surveillance de la conformité au projet de règlement coûtent environ
900 000 $ par année à Santé Canada. L’analyse des données
devrait coûter 1 700 000 $ annuellement.
Comments received
Commentaires reçus
An earlier version of the proposal was published as the Tobacco (Labelling and Reporting) Regulations in the Canada Gazette, Part I, on March 29, 1997. This proposal mainly continued
the reporting requirements found in the TPCR. After review,
Health Canada decided to expand the requirements, which resulted in the publication of Health Protection Branch’s Information Letter No. 819, on June 10, 1998. Over 1 500 copies of this
information letter were mailed to interested parties. Comments on
this information letter were received from various stakeholders,
including the Canadian Cancer Society, the Non-Smoker’s Rights
Association, Physicians for a Smoke Free-Canada, National
Tobacco Company and the Canadian Tobacco Manufacturers’
Council.
Une version antérieure de ce projet de règlement, intitulée Règlement sur le tabac (étiquetage et rapports), a été publiée le
29 mars 1997 dans la Partie I de la Gazette du Canada. Cependant, cette proposition faisait principalement suite aux exigences
en matière de déclaration du RPT. Après examen, Santé Canada a
décidé d’élargir ses exigences, ce qui a entraîné la publication, le
10 juin 1998, de la Lettre de renseignements no 819 de la Direction générale de la protection de la santé. Plus de 1 500 exemplaires de cette lettre de renseignements ont été envoyées aux
parties concernées. Des commentaires à son sujet ont été formulés par divers intervenants, notamment la Société canadienne
du cancer, l’Association pour les droits des non-fumeurs, les
Médecins pour un Canada sans fumée, la National Tobacco
Company et le Conseil canadien des fabricants des produits du
tabac.
Selon les 12 réponses reçues au 31 août 1998, les opinions et
les préoccupations des organisations de santé publique et des
fabricants diffèrent. Dans l’ensemble, la majorité des intervenants
du domaine de la protection de la santé publique étaient d’avis
que le projet de règlement n’était pas suffisamment strict, était
incomplet ou arrivait trop tard. D’un autre côté, les intervenants
liés à l’industrie du tabac pensaient que le Règlement était trop
strict et qu’ils ne possèdaient pas la capacité technique ou économique nécessaire pour s’y conformer.
À la suite de ces commentaires, les modifications suivantes ont
été apportées au projet de règlement :
(1) La classe des produits du tabac à déclarer a été élargie pour
comprendre les perches et les tubes à cigarettes. Plusieurs organisations de santé publique ont recommandé que ces produits
du tabac soient inclus.
(2) La mesure des émissions des pipes et des cigares, outre les
petits cigares, ne sera pas exigée, car aucune méthode d’essai
n’est encore disponible pour ces produits.
(3) Deux intervenants de l’industrie du tabac voulaient que
l’exemption visant les sociétés qui occupent moins de 1 p. 100
du marché soit maintenue parce que ces dernières sont trop
petites pour avoir les moyens de se conformer aux exigences en
employment will depend upon the overall impact of the Government’s strategy to reduce tobacco use, and the decisions of Canadians about the use of tobacco products, not solely the impact
of these proposed Regulations.
To assess the overall potential impact of the Government’s
strategy, a Health Canada study entitled “The Projected Impact of
Health Canada’s Blueprint on the Tobacco Industry and Resource
Reallocation in the Canadian Economy” (March 31, 1996) examined the economic impact of a decline in the demand for tobacco
products. The study concluded that a 20 percent decline in the
demand for cigarettes would lead to a reduced demand for labour,
especially in the retail, agriculture and tobacco products industries. The study also concluded, however, that when the impacts
of this decline were reallocated to demands for other goods and
services, the loss of jobs and income would be more than offset
by increases in other sectors. It should be noted that between
1983 and 1998, the demand for tobacco products fell by 29 percent and there was an orderly adjustment.
Of the 12 responses received as of August 31, 1998, there was
a difference between the concerns and opinions of public health
organizations and manufacturers. Overall, the majority of stakeholders in the area of public health protection felt that the proposed Regulations were not stringent enough, incomplete or too
tardy in their implementation. On the other hand, stakeholders
associated with the tobacco business felt that the Regulations
were too stringent or beyond their technical or economic capability to implement.
As a result of comments made, the following changes to the
proposal were made:
(1) The class of tobacco products to be reported has been expanded to include tobacco sticks and tobacco tubes. A recommendation to include these tobacco products was made by several public health organizations.
(2) There will be no requirement to measure emissions from
pipe tobacco and cigars, other than from small cigars, because
test methods for these products are currently not available.
(3) Two tobacco industry stakeholders wanted the exemption
for companies occupying less than 1 percent of the market to
be maintained because they claimed to be too small to afford
the means to comply with the reporting requirements. The
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
163
Regulations propose that conditional exemptions be provided
for in respect of all products.
matière de déclaration. Le Règlement propose que des exemptions conditionnelles soient prévues pour tous les produits.
(4) With regard to the provision of lists of studies on toxicity,
health effects, product characteristics and product development, two public health organizations were critical of the proposed wording, stating that the requirements were too weak as
written. Specifically, it was suggested that the Regulations require that Health Canada obtain copies of all relevant reports
and studies completed at any time in the past — not just during
the current year — including all reports and studies completed
by/for either the manufacturer or any company associated with
the manufacturer. The proposed wording of the relevant provisions would enable Health Canada to also obtain information
on research carried out in previous years, if it was considered
necessary.
(4) Deux organisations de santé publique ont critiqué le libellé
proposé concernant les listes d’études sur la toxicité, les effets sur la santé ainsi que les caractéristiques et le développement du produit, constatant que, telles quelles, les exigences
n’étaient pas assez strictes. Il a été proposé plus particulièrement de prévoir dans le Règlement que Santé Canada obtienne
des copies des études et des rapports pertinents produits par le
passé — et non seulement ceux de l’année en cours — y compris de tous les rapports et études réalisés par le fabricant ou
n’importe quelle société liée au fabricant ou, encore, en son
nom. Le libellé proposé des dispositions pertinentes permettrait
également à Santé Canada d’obtenir des renseignements sur les
recherches menées au cours des années antérieures, le cas
échéant.
(5) The frequency of reporting in the proposed Regulations was
modified to provide for semi-annual reporting of promotional
activities. The frequency of data reporting on promotional activities was originally proposed to be made on an annual basis.
Two public health organizations recommended that promotional, advertising and packaging activities be reported
monthly.
(5) La fréquence de la déclaration, dans le cadre du projet de
règlement proposé, a été modifiée pour permettre la production
d’un rapport semestriel sur les activités de promotion. Au départ, la présentation des données sur ces activités devait se faire
une fois par année. Des organisations de santé publique ont recommandé que les activités de promotion, de publicité et d’emballage fassent l’objet d’un rapport mensuel.
(6) Regulations are not needed for Health Canada to release an
annual report on information provided under the proposed
Regulations. Consequently, no specific provisions have been
included.
(6) Le Règlement ne prévoit pas que Santé Canada émette un
rapport annuel sur les renseignements communiqués dans le
cadre du règlement proposé. C’est pourquoi aucune disposition
particulière n’a été incluse.
Two public health organizations had concerns about the proposed content and schedule for an annual report. One supported
full public disclosure, while another considered that the proposed
regulation regarding annual report contents was too weak to be
effective.
Deux organisations de santé publique ont exprimé des préoccupations relatives au contenu et à la parution proposés du rapport annuel. La première préconisait que tous les renseignements
soient rendus publics, alors que la deuxième considérait que les
dispositions proposées concernant le contenu du rapport annuel
étaient trop faibles pour être efficaces.
Although no further changes were made to the proposed
Regulations, there was opposition to the following items:
Bien qu’aucune modification n’ait été apportée au projet de
règlement, les parties se sont opposées aux éléments suivants :
(1) There was opposition to the expanded list of reportable
constituents and emissions by the tobacco industry, which
stated that manufacturers could not comply with the new reporting requirements because of technical, economic or product constraints.
(1) Opposition à la liste élargie des constituants et des émissions à déclarer, par l’industrie du tabac qui estimait que les
fabricants ne pouvaient se conformer aux nouvelles exigences
en matière de déclaration à cause de contraintes techniques,
économiques ou associées aux produits.
Health Canada believes that there are no technical constraints
to the required analysis. British Columbia’s Tobacco Testing
and Disclosure Regulation came into force in July 1998; they
refer to the same methods as those proposed here. These methods have been used by manufacturers for well over one year
now. Revisions were made to the originally proposed methods.
Health Canada has also provided for partial exemption in the
case of identical products, and in cases where functional relationships between products have been demonstrated, which
significantly reduce the compliance costs. Health Canada does
not consider that there are any product constraints for the tobacco products in cases where the only requirement is that their
smoke will have to be analyzed and reported upon.
Santé Canada croit qu’il n’existe pas de contraintes techniques
à la production de l’analyse requise. Le Tobacco Testing and
Disclosure Regulation de la Colombie-Britannique est entré en
vigueur en juillet 1998; il s’agit des mêmes méthodes que
celles proposées dans le nouveau projet de règlement. Elles
sont utilisées par les fabricants depuis plus d’une année et ont
été révisées. Santé Canada a également prévu des exemptions
partielles à l’égard des produits identiques et des produits pour
lesquels la preuve a été faite qu’une relation fonctionnelle
existe, ce qui réduit dans une large mesure les coûts associés à
l’application du projet de règlement. Santé Canada considère
qu’il n’existe pas de contraintes liées aux produits du tabac
dans les cas ou la seule exigence est l’analyse de la fumée et la
déclaration des données.
(2) The reporting requirements of sales data remain unchanged.
Three public health organizations proposed that more details be
required. It was suggested that export data to the United States
be broken down according to destination, and that brand-bybrand sales data be further broken down. The tobacco industry
responded with varying comments: one noted that the requirements placed an overwhelming burden of time and expense to
(2) Les exigences relatives à la déclaration des données sur les
ventes demeurent inchangées. Trois organisations de santé
publique ont proposé que les rapports soient plus détaillés. On
a proposé que les données sur l’exportation vers les États-Unis
soient fragmentées selon leur destination et que les données sur
les ventes, selon les marques, soient davantage fragmentées.
Divers commentaires ont été formulés par des intervenants de
164
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
its business operations, while another stated that sales information is already reported to one provincial government and
that these Regulations are needless duplication.
Health Canada considers that the level of detail required is
generally sufficient. Where a greater level of detail might be
necessary, the proposed Regulations provide for the Minister to
be able to request additional information. Although sales information is already reported to some extent to provincial departments of Finance, it cannot be accessed by Health Canada.
(3) The proposed requirements for reporting of promotional
activities, product displays, advertisements and packaging remain as proposed. Two public health organizations suggested
increasing the detail and frequency of information to report. A
list of ten detailed requirements was suggested by the Canadian
Cancer Society. One tobacco industry stakeholder commented
that the reporting requirements were too costly in time and
labour.
Health Canada considers that the level of detail required is
generally sufficient. Where a greater level of detail might be
necessary, the Regulations allow the Minister to request additional information.
(4) It was also suggested by some health groups that monthly
sales reports should include all tobacco products, not just cigarettes and cigarette tobacco. In contrast, two members of the
tobacco industry commented that the proposed frequency was
too costly and constituted a needless duplication of their efforts. Health Canada has decided to maintain the proposed frequency: monthly reporting for cigarettes and cigarette tobacco,
and quarterly reporting for all other tobacco products.
Enforcement Provisions
Section 6 of the Tobacco Act stipulates that manufacturers
must provide to the Minister of Health information about the
product and its emissions, as required by regulation.
In accordance with section 44 of the Tobacco Act, a manufacturer who contravenes section 6 is guilty of an offence and is
liable to a fine not exceeding $50,000 or to imprisonment for a
term not exceeding six months, or to both.
Compliance monitoring and enforcement of the proposed
Regulations would be undertaken by Health Canada or through
agreements with provinces involving the participation of provincial inspectors under authority of the Tobacco Act. Compliance
would be monitored by means of inspections at the manufacturing/importing level.
Opportunity to comment
l’industrie du tabac : l’un d’entre eux a mentionné que les exigences imposent un fardeau écrasant, en temps et en argent, à
ses activités commerciales, alors qu’un autre a soutenu que les
renseignements sur les ventes ont déjà été transmis à un gouvernement provincial et que ce Règlement constitue une duplication inutile.
Santé Canada considère que, en règle générale, les détails exigés sont suffisants. Le projet de règlement permet au ministre
de demander des renseignements supplémentaires, au besoin.
Bien que les renseignements sur les ventes soient déjà déclarés
dans une certaine mesure aux ministères provinciaux des Finances, Santé Canada ne peut y accéder.
(3) Les exigences relatives à la déclaration des activités de
promotion, de présentation de produits, de publicité et d’emballage demeurent les mêmes. Deux organisations de santé
publique ont proposé d’augmenter la fréquence des déclarations et d’exiger des renseignements plus précis. Une liste de
dix exigences détaillées a été proposée par la Société canadienne du cancer. Un intervenant de l’industrie du tabac a
répondu que l’obligation de se conformer à ces exigences
demandait trop de temps et d’efforts.
Santé Canada considère que, en règle générale, les détails exigés sont suffisants. Le projet de règlement permet au ministre
de demander des renseignements supplémentaires, au besoin.
(4) Quelques groupes de défense et de promotion de la santé
ont également proposé que les rapports mensuels sur les ventes
incluent tous les produits du tabac, et non seulement les cigarettes et le tabac à cigarettes. À l’opposé, deux membres de
l’industrie du tabac ont indiqué que la fréquence proposée est
trop onéreuse et qu’elle constitue une duplication inutile de
leurs efforts. Santé Canada a décidé de maintenir la fréquence
proposée, c’est-à-dire un rapport mensuel pour les cigarettes et
le tabac à cigarettes et un rapport trimestriel pour tous les autres produits du tabac.
Dispositions relatives à l’exécution
L’article 6 de la Loi sur le tabac stipule que les fabricants
doivent communiquer au ministre de la Santé des renseignements concernant leur produit et ses émissions, comme l’exige la
réglementation.
Conformément à l’article 44 de la Loi sur le tabac, un fabricant
qui contrevient à l’article 6 commet une infraction et est passible
d’une amende maximale de 50 000 $ ou d’une peine d’emprisonnement maximale de six mois, ou des deux.
Le respect et l’exécution du Règlement continueront d’être assurés par Santé Canada ou par voie d’ententes avec les provinces,
incluant la participation d’inspecteurs provinciaux autorisés en
vertu de la Loi sur le tabac. La surveillance de la conformité se
fera au moyen d’inspections dans les secteurs de la fabrication et
de l’importation.
Possibilité d’offrir des commentaires
More specific details on these proposed Regulations are available upon request, from the Bureau of Tobacco Control.
Interested parties are invited to seek further information, and/or
to provide comments on this proposal, by writing to Ms. Katrina
Edwards, Acting Director General, Bureau of Tobacco Control,
Jeanne-Mance Building, Address Locator 1915C1, Ottawa,
Ontario K1A 1B4, (613) 946-5686 (Facsimile), pregs@hc-sc.gc.
ca (Electronic mail).
Comments must be received within 30 days of publication of
this notice. All comments should cite the Canada Gazette, Part I,
the title of this notice, and its date of publication.
De plus amples renseignements peuvent être obtenus, sur demande, auprès du Bureau de la lutte au tabagisme.
Les parties intéressées sont invitées à demander de plus amples
renseignements ou à faire parvenir leurs commentaires en écrivant à Madame Katrina Edwards, Directrice générale intérimaire,
Bureau de la lutte au tabagisme, Édifice Jeanne-Mance, Indice
d’adresse 1915C1, Ottawa (Ontario) K1A 1B4, (613) 946-5686
(télécopieur), pregs@hc-sc.gc.ca (courrier électronique).
Les commentaires devront être reçus au plus tard 30 jours après
la publication de cet avis. Ils devront faire mention de la Partie I
de la Gazette du Canada, du titre de cet avis, et de sa date de
publication.
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
165
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
CANADA BUSINESS CORPORATIONS ACT
LOI CANADIENNE SUR LES SOCIÉTÉS PAR ACTIONS
COMMUNITECH LIMITED — Withdrawal of Certificate of
Dissolution
COMMUNITECH LIMITED — Retrait du certificat de
dissolution
Notice is hereby given that a certificate of dissolution December 9, 1999, was issued under the provisions of the Canada Business Corporations Act (CBCA) to COMMUNITECH LIMITED.
Avis est par les présentes donné qu’un certificat de dissolution daté du 9 décembre 1999 a été émis en vertu de la Loi canadienne sur les sociétés par actions (LCSA) à COMMUNITECH
LIMITED.
En raison d’une erreur d’écriture, un certificat de dissolution a
été émis. Étant convaincu que le certificat de dissolution a été
émis par erreur, je certifie, par le présent avis, le retrait dudit certificat de dissolution des livres du directeur en vertu de la LCSA.
Ledit certificat est considéré comme n’ayant jamais été émis.
As a result of a clerical error, a certificate of dissolution was issued. Being satisfied that the certificate of dissolution was issued
in error, I confirm, by the present notice, the withdrawal of the
certificate of dissolution from the records of the Director under
the CBCA. The certificate is considered as never having been
issued.
December 13, 1999
MARC LEBLANC
Deputy Director
Canada Business Corporations Act
Le 13 décembre 1999
Le directeur adjoint
Loi canadienne sur les sociétés par actions
MARC LEBLANC
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
CANADA CORPORATIONS ACT
LOI SUR LES CORPORATIONS CANADIENNES
Application for Surrender of Charter
Demande d’abandon de charte
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
the Canada Corporations Act, an application for surrender of
charter was received from:
Avis est par les présentes donné que, conformément aux
dispositions de la Loi sur les corporations canadiennes, une
demande d’abandon de charte a été reçue de :
File Number
No de dossier
Name of Company
Nom de la société
Received
Reçu
212549-8
322425-2
FONDATION JEAN-GUY ROY
THE GREEN FUTURE FOUNDATION
07/12/99
29/10/99
January 4, 2000
Le 4 janvier 2000
MARC LEBLANC
Director
Incorporation and Disclosure
Services Branch
For the Minister of Industry
Le directeur
Direction des services de constitution
et de diffusion d’information
MARC LEBLANC
Pour le ministre de l’Industrie
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
CANADA CORPORATIONS ACT
LOI SUR LES CORPORATIONS CANADIENNES
Letters Patent
Lettres patentes
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of the
Canada Corporations Act, letters patent have been issued to:
Avis est par les présentes donné que, conformément aux dispositions de la Loi sur les corporations canadiennes, des lettres
patentes ont été émises en faveur de :
File Number
No de dossier
359338-0
369049-1
363155-9
368977-8
368473-3
366742-1
370474-2
369491-7
Name of Company
Nom de la compagnie
ABO THER-AL-GHARAFI MOSQUE ASSOCIATION
AC EMPLOYEE CORP.
AIDEIA VACCINE DEVELOPMENT SUPPORT INC.
ALL OUR RELATIONS
ALSTRÖM SYNDROME CANADA
ARO COOPÉRATION INTERNATIONAL
ASHA FOR EDUCATION
Association Québécoise du Lymphoedème/
Lymphedema Association of Québec
Head Office
Siège social
Ottawa, Ont.
Calgary, Alta.
Torch River, Sask.
Elmira, Ont.
Ottawa, Ont.
Sainte-Foy (Qué.)
Toronto, Ont.
Montréal (Qué.)
Effective Date/
Date d’entrée en vigueur
28/07/99
02/12/99
02/12/99
02/12/99
17/11/99
16/12/99
21/12/99
10/12/99
166
File Number
No de dossier
370570-6
370166-2
367005-8
367760-5
370475-1
367821-1
367976-4
368043-6
367492-4
367994-2
370003-8
370167-1
366956-4
368382-6
365094-4
362019-1
364051-5
368472-5
370778-4
369129-2
369341-4
369249-3
368293-5
367407-0
370026-7
366755-3
362024-7
368665-5
368390-7
362224-0
367697-8
369555-7
368743-1
370210-3
368379-6
370008-9
369354-6
369165-9
367922-5
367476-2
Canada Gazette Part I
Name of Company
Nom de la compagnie
ATAXIA TELANGIECTASIA CHILDREN’S PROJECT
(CANADA)
CANADIAN ASSOCIATION OF PENSION
SUPERVISORY AUTHORITIES/
ASSOCIATION CANADIENNE DES ORGANISMES DE
CONTRÔLE DES RÉGIMES DE RETRAITE
Canadian Association of Provincial Cancer Agencies Association Canadienne des Agences Provinciales de Cancer
CANADIAN BRAIN TUMOUR CONSORTIUM
Canadian Catholic Campus Ministries Ministère catholique sur les campus au Canada
CANADIAN CENTRE FOR PSYCHO-ONCOLOGY/
CANADIAN DOG JUDGES ASSOCIATION
Canadian Registered Small Business Accountant’s
Association
Canadian Trial Lawyers Association (CTLA)
L’Association Canadienne des Avocats de Litige (LCAL)
CARTER REPORT CANADA CHARITABLE
CORPORATION
CENTRE CANADIEN DE RECHERCHE ET
D’ENSEIGNEMENT ÉSOTÉRIQUE
CANADIAN CENTER FOR ESOTERIC RESEARCH AND
TEACHING
CENTRE FOR PUBLIC DIALOGUE/
CENTRE DE DIALOGUE PUBLIC
CHILD CARE COUNCIL OF OTTAWA-CARLETON
CHILDREN’S LIVER ALLIANCE CANADA INC.
CJL FOUNDATION
CLUB MAGOG CARON OWNERSHIP GROUP INC.
CONFERENCE DES INSTITUTIONS CATHOLIQUES DE
THEOLOGIE
COUNCIL ON GLOBAL ISSUES
COUNTRYSIDE CAMP AND CONFERENCE CENTRE
ASSOCIATION
C & R FOUNDATION
CUES CANADA WEST COUNCIL
DEAN OF COMMERCE AND ADMINISTRATION
(CONCORDIA UNIVERSITY) PORTFOLIO
MANAGEMENT FOUNDATION/
FONDATION DU DOYEN DE LA FACULTÉ DE
COMMERCE ET ADMINISTRATION (UNIVERSITÉ
CONCORDIA) POUR LA GESTION DE PORTEFEUILLES
DeVry Canada Scholarship Fund
DOOR OF FAITH CHURCH
EAGLE (Environmental-Aboriginal Guardianship through
Law and Education)
Elk Breeders of Canada
EMMANUEL EVANGELICAL CHURCH - ELMIRA
EXPERT COMMITTEE ON WEEDS / COMITÉ
D’EXPERTS EN MALHERBOLOGIE
FÉDÉRATION DES CONDUCTEURS AUTOMOBILE
(FCA)
FELLOWSHIP BAPTIST CHURCH MARKHAM
FLOAT PLAN REGISTRATION INC.
FONDATION MUNDELE
FONDATION POUR LA REPRÉSENTATION DES
COUPLES OUVERTS (REPCO)
FOUNDATION FOR THE REPRESENTATION OF OPEN
COUPLES (REPCO)
FUQING COMMUNITY ASSOCIATION OF CANADA
GRACE BIBLE CHAPEL, PARKHILL
GREG MOORE FOUNDATION
HARBOUR AUTHORITY OF GOOSEBERRY COVE
HEALTH FOR GUELPH FOUNDATION
HISTORICA FOUNDATION OF CANADA /
LA FONDATION HISTORICA DU CANADA
HUNTER SEAFIELD GRANT FOUNDATION
January 22, 2000
Head Office
Siège social
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Effective Date/
Date d’entrée en vigueur
23/12/99
Toronto, Ont.
20/12/99
Vancouver, B.C.
12/10/99
Toronto, Ont.
Saint John, N.B.
03/11/99
21/12/99
Toronto, Ont.
Burlington, Ont.
Lethbridge, Alta.
04/11/99
08/11/99
11/11/99
Calgary, Alta.
26/10/99
District of Mission, B.C.
08/11/99
Communauté urbaine de Montréal (Qué.)
20/12/99
Ottawa, Ont.
20/12/99
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Penticton, B.C.
Toronto, Ont.
Municipalité régionale d’Ottawa-Carleton (Ont.)
Sherbrooke (Qué.)
08/10/99
15/11/99
16/08/99
20/05/99
14/07/99
Toronto, Ont.
Regional Municipality of Waterloo, Ont.
15/11/99
29/12/99
Greater Vancouver Regional District, B.C.
Edmonton, Alta.
Greater Montréal, Que.
01/12/99
03/12/99
07/12/99
Toronto, Ont.
National Capital Region, Ont. and Que.
Surrey, B.C.
12/11/99
22/10/99
20/12/99
Regina, Sask.
Regional Municipality of Waterloo, Ont.
Beaconsfield, Que.
01/12/99
31/12/99
23/11/99
Sainte-Julie (Qué.)
06/12/99
Toronto, Ont.
Oshawa, Ont.
Municipalité régionale d’Ottawa-Carleton (Ont.)
Territoire de la Métropole (Qué.)
31/12/99
02/11/99
15/12/99
25/11/99
Toronto, Ont.
Parkhill, Ont.
Greater Vancouver Regional District, B.C.
Gooseberry, Nfld.
Guelph, Ont.
Toronto, Ont.
22/12/99
15/11/99
16/12/99
06/12/99
03/12/99
09/11/99
Brockville, Ont.
25/10/99
Le 22 janvier 2000
File Number
No de dossier
369351-1
369352-0
368381-8
368385-1
368505-5
368744-9
370442-4
370186-7
367654-4
365967-4
369149-7
369273-6
367160-7
369373-2
369578-6
368672-8
368027-4
369415-1
369032-6
369033-4
367411-8
369167-5
368526-8
366803-7
368920-4
364266-6
368504-7
367481-9
369128-4
369171-3
370769-5
368414-8
369598-1
369126-8
367489-4
368778-3
365339-1
367416-9
367483-5
370184-1
367704-4
367522-0
368797-0
370707-5
370692-3
368542-0
368540-3
Name of Company
Nom de la compagnie
INDEPENDENT EMPLOYEES’ ASSOCIATION OF
CANADA /
ASSOCIATION DES EMPLOYÉS INDÉPENDANTS DU
CANADA
INNOCENTRE CANADA CORPORATION /
CORPORATION INNOCENTRE CANADA
INSTITUTE FOR GLOBAL CREATIVE PERSPECTIVE
INTERCESSORS FOR JESUS
ISLAM CARE CENTRE
ISRAELITE CHURCH OF CHRIST CANADA
KISIPATNAHK COMMUNITY SCHOOL SOCIETY
LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL THE FOUNDATION OF GREATER MONTREAL
LA FONDATION LES VIEUX AMIS INC.
LAO BUDDHIST ASSOCIATION OF OTTAWA - VALLEY
LA SOCIÉTÉ UPPERWORLD/
UPPERWORLD SOCIETY
L’ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES D’ARMES À
FEU (A.P.A.F.) INC. /
FIREARMS OWNERS ASSOCIATION (F.O.A.) INC.
LEEDS & GRENVILLE COMPUTER TECHNOLOGY
CENTRE
MAHA BODHI SOCIETY INTERNATIONAL (CANADA)
SOCIETE INTERNATIONALE MAHA BODHI (CANADA)
McMILLAN FAMILY FOUNDATION
MISSION HUMANITAIRE NAMASTÉ
M.L.E. FOUNDATION/FONDATION M.L.E.
Mouvement Action Santé Globale
NEIGHBOURLINK HINTON
NEIGHBOURLINK PARKLAND
North American Informationology Academy/
Académie d’informationology d’Amérique du Nord
OM NAMO NARAYANI AMMA’S CHARITABLE
FOUNDATION
OTTAWA BLUESFEST
Ozawa Kinew Minisan Foundation
PACE ACTION.COM
P.A.C. PORCELAIN ARTISTS OF CANADA INC.
P.A.C. PORCELAINE ARTISTES DU CANADA INC.
Patrick and Barbara Keenan Foundation
PLAN INSTITUTE FOR CITIZENSHIP AND DISABILITY
PNG ENTERPRISE FOUNDATION
PRO SPORTS FANS’ ASSOCIATION
RENDEZ-VOUS DE LA FRANCOPHONIE
RIVERSEARCH INC.
SAVE A CHILD’S HEART FOUNDATION
SCRIPPS INTERNATIONAL FOUNDATION
SHOWERS OF BLESSING INTERNATIONAL
SOCIÉTÉ AÉROPORTUAIRE RÉGIONALE DE
SAINT-HYACINTHE
Société de Marketing Direct et de Centre d’Appels
Direct marketing and Call Centres Society
(SMDCA/DMCCS)
SOCIETY OF SAINT JOHN OF THE HEARTS OF JESUS
AND MARY
SOCIETY OF TRUST AND ESTATE PRACTITIONERS
(OTTAWA)
SOCIETY OF SATELLITE PROFESSIONALS CANADIAN
REGIONAL CHAPTER
Somali Canadian Education and Rural Development
Organization (SCERDO)
SOMMET MONDIAL EN TOXICOMANIE INC.
SOUTHPOINTE COMMUNITY ASSOCIATION
STONEWALL HOUSING SOCIETY
THE BEATRICE WATSON-ACHESON FOUNDATION
THE CANADIAN FIGHTER PILOTS ASSOCIATION
(CENTRAL REGION)
THE CANADIAN FIGHTER PILOTS ASSOCIATION
(EASTERN REGION)
Gazette du Canada Partie I
167
Head Office
Siège social
Burnaby, B.C.
Effective Date/
Date d’entrée en vigueur
07/12/99
Greater Montréal, Que.
07/12/99
Wolfville, N.S.
Fergus, Ont.
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Toronto, Ont.
Hobbema, Alta.
District judiciaire de Montréal (Qué.)
15/11/99
16/11/99
18/11/99
25/11/99
22/12/99
20/12/99
Longueuil (Qué.)
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Région métropolitaine de Montréal (Qué.)
28/10/99
17/12/99
06/12/99
Montréal (Qué.)
09/12/99
Brockville, Ont.
18/10/99
Toronto, Ont.
07/12/99
Oakville, Ont.
Gaspé (Qué.)
Greater Montréal, Que.
Municipalité régionale d’Ottawa-Carleton (Ont.)
Mississauga, Ont.
Mississauga, Ont.
Hamilton, Ont.
14/12/99
23/11/99
12/11/99
08/12/99
12/01/99
01/12/99
25/10/99
Toronto, Ont.
06/12/99
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Shoal Lake #39 Indian Reserve, Ont.
Région métropolitaine de Montréal (Qué.)
Winnipeg, Man.
18/11/99
09/12/99
30/11/99
19/07/99
Toronto, Ont.
Burnaby, B.C.
Greater Vancouver Regional District, B.C.
Ottawa, Ont.
Région de la capitale nationale (Ont.)
Metropolitan Montréal, Que.
Toronto, Ont.
Greater Vancouver Regional District, B.C.
Kelowna, B.C.
Région de la Montérégie (Qué.)
18/11/99
27/10/99
01/12/99
06/12/99
30/12/99
17/11/99
15/12/99
01/12/99
26/10/99
26/11/99
Montréal (Qué.)
17/08/99
Ottawa, Ont.
29/12/99
Ottawa, Ont.
27/10/99
Regional Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
21/12/99
Ottawa, Ont.
02/11/99
Montréal (Qué.)
Regional Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Vancouver, B.C.
Metropolitan Toronto, Ont.
Toronto, Ont.
28/10/99
26/11/99
24/12/99
24/12/99
19/11/99
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
19/11/99
168
File Number
No de dossier
368541-1
368935-2
368591-8
368681-7
370607-9
369166-7
351611-3
359685-1
368520-9
370766-1
368492-0
370747-4
368950-6
369690-1
368740-6
368949-2
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Name of Company
Nom de la compagnie
THE CANADIAN FIGHTER PILOTS ASSOCIATION
(WESTERN REGION)
THE CHRIST CENTRE
THE DARCY FOUNDATION
THE NATIONAL ASSOCIATION OF COMPUTER
CONSULTING BUSINESSES
THE RESTORED CHURCH OF GOD
THE TERRA FOUNDATION
The Transitional Council of The College of Osteopathic
Manual Practitioners of Ontario
THE WAY OF CHRIST CHRISTIAN MINISTRIES OF
CANADA
The Western Agri-Food Institute
TRELLIS HOUSING INITIATIVES
UNITED VISION FOUNDATION / FONDATION VISION
UNIE
VISIONLEDD
WELLNESS FOUNDATION CANADA CORPORATION LA CORPORATION WELLNESS FOUNDATION
CANADA
WORD INTERNATIONAL MINISTRIES (ONTARIO)
WORLD PEACE THROUGH MUSIC
PAIX MONDIALE PAR LA MUSIQUE
Yanumoja Yoga Association
January 4, 2000
Head Office
Siège social
Municipality of Ottawa-Carleton, Ont.
Effective Date/
Date d’entrée en vigueur
19/11/99
Oshawa, Ont.
Greater Vancouver Regional District, B.C.
Ottawa, Ont.
30/11/99
19/11/99
23/11/99
Niagara-on-the-Lake, Ont.
Markham, Ont.
Toronto, Ont.
23/12/99
06/12/99
02/12/99
Regional Municipality of Waterloo, Ont.
11/03/99
Saskatoon, Sask.
Toronto, Ont.
Metropolitan Region of Montréal, Que.
18/11/99
30/12/99
18/11/99
Greater Vancouver Regional District, B.C.
Ottawa, Ont.
22/12/99
30/11/99
Toronto, Ont.
Greater Montréal, Que.
16/12/99
25/11/99
Chelsea, Que.
29/11/99
Le 4 janvier 2000
MARC LEBLANC
Director
Incorporation and Disclosure
Services Branch
For the Minister of Industry
Le directeur
Direction des services de constitution
et de diffusion d’information
MARC LEBLANC
Pour le ministre de l’Industrie
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
CANADA CORPORATIONS ACT
LOI SUR LES CORPORATIONS CANADIENNES
Supplementary Letters Patent
Lettres patentes supplémentaires
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of the
Canada Corporations Act, supplementary letters patent have been
issued to:
Avis est par les présentes donné que, conformément aux dispositions de la Loi sur les corporations canadiennes, des lettres
patentes supplémentaires ont été émises en faveur de :
File No.
No de dossier
Company Name
Nom de la compagnie
Date of S.L.P.
Date de la L.P.S.
038106-3
351254-1
015995-6
CANADIAN CURLING ASSOCIATION
GLOBAL LITERACY FOUNDATION
LA FRATERNITÉ MARIALE DU CANADA INC.
THE MARIAN FRATERNITY OF CANADA INC.
Les productions citée ouverte 2002
POSITIVE ACTION, POSITIVE PEOPLE
SOUTH RENFREW MUNICIPAL AIRPORT COMMISSION
SPIRIT OF PENTECOST
STEP BY STEP
THE CANADIAN AIRBORNE FORCES ASSOCIATION - ASSOCIATION DES FORCES AEROPORTEES DU CANADA
THE HAROLD GREENBERG FUND/LE FONDS HAROLD GREENBERG
THE OTTAWA 67’S FOUNDATION
18/11/99
19/11/99
07/12/99
297264-6
363106-1
164677-0
359790-3
355490-2
127516-0
204341-6
363512-1
January 4, 2000
05/11/99
14/12/99
26/11/99
06/12/99
25/10/99
12/11/99
22/11/99
08/10/99
Le 4 janvier 2000
MARC LEBLANC
Director
Incorporation and Disclosure
Services Branch
For the Minister of Industry
Le directeur
Direction des services de constitution
et de diffusion d’information
MARC LEBLANC
Pour le ministre de l’Industrie
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
169
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
CANADA CORPORATIONS ACT
LOI SUR LES CORPORATIONS CANADIENNES
Supplementary Letters Patent — Name Change
Lettres patentes supplémentaires — Changement de nom
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of the
Canada Corporations Act, supplementary letters patent have been
issued to:
Avis est par les présentes donné que, conformément aux dispositions de la Loi sur les corporations canadiennes, des lettres
patentes supplémentaires ont été émises en faveur de :
File No.
No de dossier
Old Company Name
Ancien nom de la compagnie
New Company Name
Nouveau nom de la compagnie
Date of S.L.P.
Date de la L.P.S.
359977-9
107484-9
115790-6
333745-6
297264-6
CANDU Owners Group
DOCTOR DAPHNE DACOSTA MEMORIAL FOUNDATION
FESTIVAL DES MONTS
L’ALLIANCE DES FRANCOPHONES EN SANTÉ MENTALE
Les productions citée ouverte 2002
02/12/99
26/11/99
10/11/99
08/12/99
05/11/99
345948-9
NATIONAL ASSOCIATION OF CHRISTIAN
TELEVISION PRODUCERS INC.
ROYAL BANK OF CANADA CHARITABLE FOUNDATION/
SOCIÉTÉ DE BIENFAISANCE BANQUE ROYALE DU
CANADA
TASK FOUNDATION
UNION MARONITE DE MONTREAL/
MONTREAL MARONITE UNION
WERNER BURKLIN MINISTRIES
CANDU Owners Group Inc.
ANTHURIUM FOUNDATION
MOON RAIN
Les Ateliers de L’ÉLAN INC.
Production Cité Ouverte 2002/
Open City Productions 2002
Northern Light Network Inc.
285788-0
356695-1
141282-5
299932-3
January 4, 2000
04/12/99
ROYAL BANK FINANCIAL GROUP FOUNDATION/
FONDATION DU GROUPE FINANCIER BANQUE
ROYALE
RISE FOUNDATION
UNION MARONITE DU CANADA/
MARONITE UNION OF CANADA
CHINA PARTNER
10/12/99
03/11/99
07/12/99
30/12/99
Le 4 janvier 2000
MARC LEBLANC
Director
Incorporation and Disclosure
Services Branch
For the Minister of Industry
Le directeur
Direction des services de constitution
et de diffusion d’information
MARC LEBLANC
Pour le ministre de l’Industrie
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
TELECOMMUNICATIONS ACT
LOI SUR LES TÉLÉCOMMUNICATIONS
Notice No. DGTP-001-2000 — Petition to the Governor in
Council
Avis no DGTP-001-2000 — Demande présentée à la gouverneure
en conseil
Notice is hereby given that a petition from Call-Net Enterprises
Inc. (Call-Net) has been received by the Governor in Council
under section 12 of the Telecommunications Act in regard to the
following decision issued by the Canadian Radio-television and
Telecommunications Commission (CRTC): Unbundled Local
Loop Fixed-Rate Service Order Charges, Telecom Decision
CRTC 99-15, September 29, 1999. The request is based on several reasons included in the petition.
Telecom Decision CRTC 99-15 denied a Call-Net proposal for
modifying the fixed-rate service order charge that applies when
competitive local exchange carriers lease unbundled local loops
from the incumbent telephone companies and established new
rates for fixed-rate service order charges.
Avis est par la présente donné qu’une requête a été présentée
par Call-Net Enterprises Inc. (Call-Net) à la gouverneure en conseil, en vertu de l’article 12 de la Loi sur les télécommunications,
concernant la décision rendue par le Conseil de la radiodiffusion
et des télécommunications canadiennes (CRTC) : Frais de commande de service à tarif fixe pour les lignes locales dégroupées,
décision télécom CRTC 99-15, en date du 29 septembre 1999. La
requête est basée sur plusieurs raisons incluses dans la demande.
Dans la décision télécom CRTC 99-15, le CRTC a rejeté la
proposition de Call-Net de modifier les frais de commande de
service à tarif fixe qui s’appliquent lorsque des entreprises de
services locaux concurrentes louent, d’entreprises de services
locaux titulaires, des lignes locales dégroupées. Aussi, la décision
établit une nouvelle structure tarifaire pour les frais de commande
de service à tarif fixe.
Les observations portant sur la requête susmentionnée doivent
être adressées à Mel Cappe, Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet, Édifice Langevin, 80, rue Wellington, Ottawa
(Ontario) K1A 0A3. Une copie du mémoire doit être envoyée à
Michael Helm, Directeur général, Politique des télécommunications, 300, rue Slater, 16e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0C8. Les
soumissions présentées par les intervenants doivent indiquer la
date de publication du présent avis dans la Partie I de la Gazette
du Canada, le titre et le numéro de référence de l’avis.
Submissions on this petition should be addressed to Mel
Cappe, Clerk of the Privy Council and Secretary to the Cabinet,
Langevin Block, 80 Wellington Street, Ottawa, Ontario K1A
0A3. A copy of the submission should also be sent to Michael
Helm, Director General, Telecommunications Policy Branch,
300 Slater Street, 16th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0C8. All
submissions should indicate that they are in response to the
above-mentioned petition and cite the Canada Gazette, Part I, the
publication date, the title, and the Notice reference number.
170
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Respondents are also strongly encouraged to provide a copy of
their submission in electronic format (WordPerfect, Microsoft
Word, Adobe PDF or ASCII TXT) to facilitate posting on the
Department’s Web site. Documents submitted via electronic media should be sent to telecom@ic.gc.ca.
As required under section 13 of the Telecommunications Act,
the designated provincial and territorial ministers were provided
the opportunity to comment on this petition by letter dated January 14, 2000. Their comments have been requested within
30 days.
This petition and any petition or submission made in response
to it may be inspected by the public during normal business hours
at the Industry Canada library, 235 Queen Street, Ottawa, and the
offices of Industry Canada in Moncton, Montréal, Toronto, Winnipeg and Vancouver. Copies of the petition and of petitions or
submissions received in response to it may be obtained electronically at http://strategis.ic.gc.ca/spectrum or by mail order or over
the counter from ByPress Printing and Copy Centre Inc.,
300 Slater Street, Unit 101A, Ottawa, Ontario K1P 6A6, (613)
234-8826. Reasonable costs of duplication will be charged. It is
the responsibility of interested parties to check the public record
from time to time to keep abreast of submissions received.
En outre, les répondants sont fortement encouragés à présenter
une copie de leurs observations dans un format électronique
(WordPerfect, Microsoft Word, Adobe PDF ou ASCII TXT) afin
d’en faciliter la publication sur le site Web du Ministère. Les
documents envoyés par voie électronique doivent être transmis à
l’adresse telecom@ic.gc.ca.
Tel que l’exige l’article 13 de la Loi sur les télécommunications, les gouvernements provinciaux et territoriaux ont reçu une
lettre datée du 14 janvier 2000 leur donnant l’occasion de commenter la requête susmentionnée dans les 30 jours.
MICHAEL HELM
Director General
Telecommunications Policy
Le public peut examiner cette requête ainsi que toute autre requête ou tout mémoire présenté en réponse à celle-ci, durant les
heures normales de bureau à la bibliothèque d’Industrie Canada,
235, rue Queen, à Ottawa, et aux bureaux d’Industrie Canada
situés à Moncton, Montréal, Toronto, Winnipeg et Vancouver.
On peut également se procurer une copie de ces documents par
voie électronique au http://strategis.ic.gc.ca/spectrum, par la poste
ou en personne, en se présentant au comptoir du ByPress Printing
and Copy Centre Inc., 300, rue Slater, Pièce 101A, Ottawa
(Ontario) K1P 6A6, (613) 234-8826. Des frais raisonnables de
reprographie seront exigés. Il incombe aux parties intéressées de
consulter les dossiers publics de temps à autre dans le but de se
tenir au courant des observations reçues.
Le 14 janvier 2000
Le directeur général
Politique des télécommunications
MICHAEL HELM
[4-1-o]
[4-1-o]
January 14, 2000
DEPARTMENT OF NATURAL RESOURCES
MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES
CANADA-NOVA SCOTIA OFFSHORE PETROLEUM
RESOURCES ACCORD IMPLEMENTATION ACT
LOI DE MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD CANADA —
NOUVELLE-ÉCOSSE SUR LES HYDROCARBURES
EXTRACÔTIERS
Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board — Issuance of
Exploration Licences
Office Canada — Nouvelle-Écosse des hydrocarbures
extracôtiers — Émission de permis de prospection
As required by subsection 62(4) of the Canada-Nova Scotia
Offshore Petroleum Resources Accord Implementation Act, S.C.,
1988, c. 28, and subsection 65(4) of the Canada-Nova Scotia
Offshore Petroleum Resources Accord Implementation (Nova
Scotia) Act, S.N.S., 1987, c. 3, notice is hereby given that the
Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board (the Board) has
issued exploration licences 2387 to 2397 inclusive as a result of
Call for Bids No. NS99-1. The effective date of these 11 licences
is January 1, 2000.
CANADA-NOVA SCOTIA OFFSHORE
PETROLEUM BOARD
J. E. (JIM) DICKEY
Chief Executive Officer
Conformément aux dispositions du paragraphe 62(4) de la Loi
de mise en œuvre de l’Accord Canada — Nouvelle-Écosse sur
les hydrocarbures extracôtiers, L.C. (1988), ch. 28, et du paragraphe 65(4) de la loi intitulée Canada-Nova Scotia Offshore
Petroleum Resources Accord Implementation (Nova Scotia) Act,
S.N.S., 1987, ch. 3, avis est par les présentes donné que l’Office
Canada — Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers (l’Office) a émis les permis de prospection numéros 2387 à 2397
inclusivement à la suite de l’appel d’offres numéro NS99-1. La
date d’entrée en vigueur de ces 11 permis est le 1er janvier 2000.
Un sommaire des modalités applicables à tous les permis a été
publié antérieurement dans la Gazette du Canada et dans la Royal
Gazette de la Nouvelle-Écosse, dans le cadre de l’appel d’offres
numéro NS99-1. Sur demande, on peut obtenir auprès de l’Office le texte complet de cet appel d’offres et des permis de
prospection.
OFFICE CANADA — NOUVELLE-ÉCOSSE DES
HYDROCARBURES EXTRACÔTIERS
Le chef de la direction
J. E. (JIM) DICKEY
[4-1-o]
[4-1-o]
A summary of the terms and conditions of all relevant licences
was previously published in the Canada Gazette and in the Royal
Gazette (Nova Scotia), as part of the notices of Call For Bids
No. NS99-1. The full text of the Call for Bids and copies of the
exploration licences are available from the Board on request.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
171
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
CANADA LANDS COMPANY LIMITED
SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE DU CANADA LIMITÉE
President and Chief Executive Officer
Président et premier dirigeant
The Canada Lands Company Limited is an arm’s-length nonagent Crown corporation mandated to optimize value for the
Government of Canada, through the management, development
or timely sale of strategic federal properties no longer required for
program purposes. In carrying out its mandate in a self-funding
manner, the Company implements innovative property solutions
and contributes to the economic revitalization of communities
across Canada. All of the Company’s transactions are subject to
compliance with Government of Canada policies regarding the
environment, heritage and First Nations. The President and Chief
Executive Officer is responsible to the Board of Directors of
Canada Lands to ensure that the operations and commercial
dealings of this Company, on behalf of the Government of Canada, are conducted within the mandate vision and business strategy approved by the Board.
La Société immobilière du Canada Limitée est une société
d’État indépendante et non mandataire chargée d’optimiser la
valeur des propriétés stratégiques dont le gouvernement du Canada n’a plus besoin pour ses programmes en les gérant, en les
mettant en valeur ou en les vendant à un moment approprié. Elle
assure sa fonction en s’autofinançant et en mettant en œuvre des
solutions immobilières novatrices qui contribuent à redynamiser
l’économie de différentes communautés canadiennes. Toutes ses
transactions doivent respecter les politiques que le gouvernement
du Canada a énoncées au sujet de l’environnement, du patrimoine
et des Premières Nations. Le président et premier dirigeant est
responsable, devant le conseil d’administration, de la Société et
doit s’assurer que les activités et les transactions faites au nom du
gouvernement du Canada sont conformes à son mandat et à la
stratégie commerciale approuvée par le conseil.
Location: Head Office is located in Toronto
Lieu : Le siège social est à Toronto
The successful candidate must have a degree from a recognized
university or equivalent in experience. The preferred candidate
should have experience in leading a large real property company
with a very complex and diverse inventory for disposal and/or
retention. The selected candidate should have proven experience
in managing the multiple interests of a wide variety of stakeholders and ensuring their views are reflected in appropriate recommendations. The chosen candidate should have a thorough understanding of the mandate of the Company, as well as excellent
knowledge of the stakeholders, communities and other interest
groups affected by the corporate activities of the Company. The
preferred candidate should also have pronounced knowledge of
commercial practices related to the disposal at the highest value
of diverse real property assets, the principles of information management technology, total quality management, re-engineering
and sound business practices.
The ability to work effectively with all levels of government,
particularly the municipal level, and the private sector in the real
property field and the ability to use innovative leadership techniques in the human resources and financial disciplines are essential. Initiative, vision, superior communications and interpersonal skills, and the ability to act as the Company’s spokesperson
are also required.
Le candidat choisi devra détenir un diplôme d’une université
reconnue ou avoir une expérience équivalente. Le candidat devra
posséder une expérience de la direction d’une grande entreprise
immobilière dont l’inventaire de cession et/ou de rétention de
biens immobiliers est très diversifié et complexe. Le candidat
devra avoir démontré par le passé une aptitude à gérer les intérêts
conflictuels d’un grand nombre d’intervenants et à en tenir
compte en émettant des recommandations. La personne choisie
devra être parfaitement au courant du mandat de la Société et bien
connaître les intervenants, les communautés et les autres groupes
d’intérêt concernés par les activités de l’entreprise. Le candidat
choisi devra avoir une connaissance approfondie des pratiques
commerciales relatives à la cession de biens immobiliers à leur
valeur optimale, des principes de la gestion de l’information, de
la gestion par la qualité totale, de la réingénierie ainsi que des
pratiques commerciales exemplaires.
Le candidat choisi devra aussi être capable de travailler efficacement avec tous les niveaux de gouvernement, en particulier
l’administration municipale, d’entretenir de bonnes relations avec
les entreprises privées du domaine des biens immobiliers et
d’utiliser des techniques de leadership innovatrices en finances et
en ressources humaines. Il devra aussi avoir l’esprit d’initiative,
être visionnaire, avoir beaucoup d’entregent, pouvoir communiquer efficacement et être capable d’agir à titre de porte-parole de
la Société.
La personne choisie devra accepter de déménager.
Le bilinguisme sera considéré comme un atout.
Le candidat choisi sera assujetti au Code régissant la conduite
des titulaires de charge publique en ce qui concerne les conflits
d’intérêts et l’après-mandat. Avant ou au moment d’assumer ses
fonctions officielles, le titulaire d’une charge publique doit signer
un document attestant qu’il s’engage à observer le présent code
pour demeurer en fonction. Il doit aussi soumettre au Bureau du
conseiller en éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de sa
nomination, un Rapport confidentiel faisant état de ses biens et
exigibilités ainsi que de ses activités extérieures. Afin d’obtenir
une copie du Code ainsi qu’une copie du Rapport confidentiel,
veuillez visiter le site Web du Bureau du conseiller en éthique à
l’adresse http://strategis.ic.gc.ca/éthique.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil d’identifier des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas
The successful candidate must be prepared to relocate.
Proficiency in both official languages is an asset.
The successful candidate will be subject to the Conflict of Interest and Post-Employment Code for Public Office Holders.
Before or on assuming their official duties and responsibilities,
public office holders must sign a document certifying that, as a
condition of holding office, they will observe the Code. They
must also submit to the Office of the Ethics Counsellor, within
60 days of appointment, a Confidential Report in which they disclose all of their assets, liabilities and outside activities. To obtain
copies of the Code and Confidential Report, visit the Office of
the Ethics Counsellor’s Web site at http://strategis.ic.gc.ca/ethics.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying the qualified candidate for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
172
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
recruitment. Applications forwarded through the Internet will not
be considered for reasons of confidentiality.
à cette seule façon de procéder. Les demandes acheminées par
Internet ne seront pas considérées pour des raisons de
confidentialité.
Please send your curriculum vitae by February 11, 2000, to the
Director of Appointments, Prime Minister’s Office, Langevin
Block, 80 Wellington Street, Ottawa, Ontario K1A 0A2, (613)
957-5743 (Facsimile). To facilitate administrative processes,
please indicate you are applying for “Canada Lands Co. Ltd.”
Prière de faire parvenir votre curriculum vitæ au plus tard le
11 février 2000 au Directeur des nominations, Cabinet du Premier
ministre, Édifice Langevin, 80, rue Wellington, Ottawa (Ontario)
K1A 0A2, (613) 957-5743 (télécopieur). Afin de faciliter le processus administratif, s’il vous plaît préciser que vous postulez
pour la « Société immobilière du Canada Limitée ».
Further information is available upon request.
Des renseignements complémentaires seront fournis sur
demande.
Bilingual notices of vacancies will be produced in alternate
format (i.e. audio cassette, diskette, braille, large print, etc.) upon
request. For further information, please contact Canadian Government Publishing, Public Works and Government Services
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9, (819) 956-4800 or 1-800635-7943.
Les avis de postes vacants sont disponibles dans les deux langues officielles sous forme non traditionnelle (c’est-à-dire audiocassette, disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.) et ce,
sur demande. Pour de plus amples renseignements, veuillez
communiquer avec Les Éditions du gouvernement du Canada,
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Ottawa,
Canada K1A 0S9, (819) 956-4800 ou 1-800-635-7943.
[4-1-o]
[4-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Saguenay Port Authority — Supplementary Letters Patent
Administration portuaire du Saguenay — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
WHEREAS by Letters Patent issued by the Minister of Transport, under the authority of the Canada Marine Act, the Saguenay
Port Authority (the “Authority”) was deemed to be incorporated
under the Canada Marine Act effective May 1, 1999;
ATTENDU QUE par lettres patentes délivrées par le ministre des
Transports en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés suivant la
Loi maritime du Canada, l’Administration portuaire du Saguenay
(« Administration ») est réputée constituée en vertu de la Loi
maritime du Canada à compter du 1er mai 1999;
AND WHEREAS the Authority wishes to rent from Alcan
Aluminium Limited certain real property and to occupy or
hold such real property as real property other than federal real
property;
ATTENDU QUE l’Administration désire louer d’Alcan Aluminium Limitée certains immeubles et occuper ou détenir ceux-ci à
titre d’immeubles autres que des immeubles fédéraux;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the Letters Patent are amended by adding the
following to Schedule C of the Letters Patent:
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, les Lettres patentes sont modifiées par l’adjonction à
l’Annexe « C » des Lettres patentes de ce qui suit :
PART A — LANDS OCCUPIED UNDER LEASE
Partie A — Terrains occupés en vertu d’un bail
(a) The Powell Wharf facilities:
(i) A parcel of land of irregular shape known and designated as
Original Lot ONE THOUSAND EIGHT HUNDRED AND
TEN (Lot 1810) (railway) in the official cadastre of Ville de la
Baie, within the boundaries of the municipality of Ville de la
Baie, Registration Division of Chicoutimi, being bounded and
described as follows: on the north by a part of Original
Lot 1981 (Railway), described below in paragraph (c), measuring along this boundary Fifty-five metres and Nineteen hundredths (55.19 m); on the northeast by part of Original
Lot 1864, described below in paragraph (b), measuring along
this boundary Six metres and Thirteen hundredths (6.13 m)
along a curve having a radius of One Hundred and Seventy-one
metres and Fifty hundredths (171.50 m); on the southeast by
Original Lot 1982, owned by Abitibi Consolidated Inc., measuring along this boundary Thirteen metres and Fifty-one
a) Les installations portuaires du quai Powell :
(i) Un terrain de figure irrégulière connu et désigné comme
étant le lot originaire MILLE HUIT CENT DIX (lot 1810)
(chemin de fer), au cadastre officiel de Ville de la Baie, dans
les limites de la municipalité de Ville de la Baie, circonscription foncière de Chicoutimi, bornée et décrite comme suit: vers
le Nord par une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer),
ci-dessous décrite au paragraphe c), mesurant le long de cette
limite cinquante-cinq mètres et dix-neuf centièmes (55,19 m);
vers le Nord-Est par une partie du lot originaire 1864, cidessous décrite au paragraphe b), mesurant le long de cette
limite six mètres et treize centièmes (6,13 m) le long d’une
courbe ayant un rayon de cent soixante et onze mètres et cinquante centièmes (171,50 m); vers le Sud-Est par le lot originaire 1982, propriété d’Abitibi-Consolidated Inc., mesurant le
long de cette limite treize mètres et cinquante et un centièmes
Le 22 janvier 2000
hundredths (13.51 m) along a curve having a radius of One
Hundred and Thirty-two metres and Forty-four hundredths
(132.44 M); on the south by part of Original Lot 1981
(Railway), described below in paragraph (c), measuring along
this boundary Forty-six metres and Forty-seven hundredths
(46.47 m); and on the west by part of Original Lot 1981
(Railway), described below in paragraph (c), measuring
along this boundary Twelve metres and Nineteen hundredths
(12.19 m); containing an area of Six Hundred and Fifty-nine
square metres and Seven tenths (659.7 m2).
(ii) A parcel of land of irregular shape known and designated
as part of Original Lot ONE THOUSAND EIGHT HUNDRED
AND SIXTY-FOUR (Lot 1864) of the said cadastre, being
bounded and described as follows: on the north by part of
Original Lot 1864 (Bauxite Warehouse No 2), owned by Aluminium of Canada Limited, measuring along this boundary
Fifty-five metres and Twenty hundredths (55.20 m); on the east
by part of Original Lot 1864, owned by Aluminium of Canada
Limited (Building 65), measuring along this boundary Five
metres and Ninety hundredths (5.90 m); on the north by part of
Original Lot 1864, owned by Aluminium of Canada Limited
(Building 65), measuring along this boundary Twenty-three
metres and Forty hundredths (23.40 m); on the west by part of
Original Lot 1864, owned by Aluminium of Canada Limited
(Building 65), measuring along this boundary Five metres and
Ninety hundredths (5.90 m); on the north by part of Original
Lot 1864 (Bauxite Warehouse No 2), owned by Aluminium of
Canada Limited), measuring along this boundary One Hundred
metres (100.00 m); on the east by part of Original Lot 1854
(Bauxite Warehouse No 2), owned by Aluminium of Canada
Limited, measuring along this boundary One metre and Ninetyfive hundredths (1.95 m); on the north by part of Original
Lot 1864 (Bauxite Warehouse No 2), owned by Aluminium of
Canada Limited, measuring along this boundary Ten metres
and Sixty hundredths (10.60 m); on the west by part of Original
Lot 1864, owned by Aluminium of Canada Limited, measuring
along this boundary Thirteen metres and Eighty-five hundredths (13.85 m); on the south by part of Original Lot 1864,
owned by Aluminium of Canada Limited, measuring along this
boundary One metre and Thirty hundredths (1.30 m); on the
west by part of Original Lot 1864, owned by Aluminium of
Canada Limited, measuring along this boundary Twenty-six
metres and Thirty-five hundredths (26.35 m); on the north by
part of Original Lot 1864, owned by Aluminium of Canada
Limited, measuring along this boundary Six metres and Five
hundredths (6.05 m); on the west by part of Original Lot 1864,
owned by Aluminium of Canada Limited, measuring along this
boundary Twelve metres and Thirty hundredths (12.30 m); on
the north by part of Original Lot 1864, owned by Aluminium
of Canada Limited, measuring along this boundary Sixty metres and Twenty hundredths (60.20 m); on the east by part of
Original Lot 1864, owned by Aluminium of Canada Limited,
measuring along this boundary Two metres and Ninety hundredths (2.90 m); on the north by part of Original Lot 1864,
owned by Aluminium of Canada Limited, measuring along this
boundary Sixty-six metres and Ninety hundredths (66.90 m);
on the east by part of Original Lot 1864 owned by Aluminium
of Canada Limited (Warehouses 14 and 14A), measuring along
this boundary Twenty-nine metres and Sixty hundredths
(29.60 m); on the north partly by part of Original Lot 1864,
owned by Aluminium of Canada Limited, measuring along this
boundary Forty-eight metres and Forty-five hundredths
(48.45 m); on the east by part of Original Lot 1864, owned by
Aluminium of Canada Limited, measuring along this boundary
Twenty-five metres and Thirty hundredths (25.30 m); on the north by
part of Original Lot 1864 owned by Aluminium of Canada
Limited (Saguenay River, Baie des Ha! Ha!), measuring along
Gazette du Canada Partie I
173
(13,51 m) le long d’une courbe ayant un rayon de cent trentedeux mètres et quarante-quatre centièmes (132,44 m); vers le
Sud par une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer), cidessous décrite au paragraphe c), mesurant le long de cette
limite quarante-six mètres et quarante-sept centièmes (46,47 m)
et vers l’Ouest par une partie du lot originaire 1981 (chemin de
fer), ci-dessous décrite au paragraphe c), mesurant le long de
cette limite douze mètres et dix-neuf centièmes (12,19 m),
contenant en superficie six cent cinquante-neuf mètres carrés et
sept dixièmes (659,7 m2).
(ii) Un terrain de figure irrégulière connu et désigné comme
étant une partie du lot originaire MILLE HUIT SOIXANTEQUATRE (lot 1864), du susdit cadastre, bornée et décrite
comme suit: vers le Nord par une partie du lot originaire 1864
(entrepôt de bauxite no 2), propriété d’Aluminium du Canada
limitée, mesurant le long de cette limite cinquante-cinq mètres
et vingt centièmes (55,20 m); vers l’Est par une partie du lot
originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée
(bâtisse 65), mesurant le long de cette limite cinq mètres et
quatre-vingt-dix centièmes (5,90 m); vers le Nord par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada
limitée (bâtisse 65), mesurant le long de cette limite vingt-trois
mètres et quarante centièmes (23,40 m); vers l’Ouest par une
partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée (bâtisse 65), mesurant le long de cette limite cinq
mètres et quatre-vingt-dix centièmes (5,90 m); vers le Nord par
une partie du lot originaire 1864 (entrepôt de bauxite no 2),
propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de
cette limite cent mètres (100,00 m); vers l’Est par une partie du
lot originaire 1854 (entrepôt de bauxite no 2), propriété
d’Aluminium du Canada limitée; mesurant le long de cette
limite un mètre et quatre-vingt-quinze centièmes (1,95 m); vers
le Nord par une partie du lot originaire 1864 (entrepôt de
bauxite no 2), propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de cette limite dix mètres et soixante centièmes
(10,60 m); vers l’Ouest par une partie du lot originaire 1864,
propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de
cette limite treize mètres et quatre-vingt-cinq centièmes
(13,85 m); vers le Sud par une partie du lot originaire 1864,
propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de
cette limite un mètre et trente centièmes (1,30 m); vers l’Ouest
par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium
du Canada limitée, mesurant le long de cette limite vingt-six
mètres et trente-cinq centièmes (26,35 m); vers le Nord par une
partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de cette limite six mètres et cinq
centièmes (6,05 m); vers l’Ouest par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de cette limite douze mètres et trente centièmes
(12,30 m); vers le Nord par une partie du lot originaire 1864,
propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de
cette limite soixante mètres et vingt centièmes (60,20 m); vers
l’Est par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de cette limite
deux mètres et quatre-vingt-dix centièmes (2,90 m); vers le
Nord par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée, mesurant le long de cette limite
soixante-six mètres et quatre-vingt-dix centièmes (66,90 m);
vers l’Est par une partie du lot originaire 1864, propriété
d’Aluminium du Canada limitée (entrepôts 14 et 14A), mesurant le long de cette limite vingt-neuf mètres et soixante centièmes (29,60 m); vers le Nord en partie par une partie du lot
originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée,
mesurant le long de cette limite quarante-huit mètres et
quarante-cinq centièmes (48,45 m); vers l’Est par une partie du lot
originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée,
mesurant le long de cette limite vingt-cinq mètres et trente
174
Canada Gazette Part I
this boundary successive lengths of Nine metres and Twenty
hundredths (9.20 m) and Three Hundred and Nineteen metres
and Forty hundreds (319.40 m); on the east by part of Original
Lot 1864 (Saguenay River, Baie des Ha! Ha!), measuring along
this boundary Thirty-nine metres and Ninety hundredths
(39.90 m); on the south by part of Original Lot 1864, owned by
Aluminium of Canada Limited (Saguenay River, Baie des Ha!
Ha!), measuring along this boundary successive lengths of
Three Hundred and Thirty-six metres and Twenty-five hundredths (336.25 m) and Nine metres and Fifty hundredths
(9.50 m); on the east by part of Original Lot 1864, owned by
Aluminium of Canada Limited (Saguenay River, Baie des Ha!
Ha!), measuring along this boundary Ninety-one metres and
Five hundredths (91.05 m); on the southwest by Original
Lot 1982, owned by Abitibi Consolidated Inc., measuring
along this boundary One Hundred and Twenty-three metres and
Thirty-five hundredths (123.35 m); on the south by Original
Lot 1982, owned by Abitibi Consolidated Inc., measuring
along this boundary successive lengths of Nine metres and
Sixty-eight hundredths (9.68 m) and Forty-eight metres and
Sixteen hundredths (48.16 m); on the east by Original
Lot 1982, owned by Abitibi Consolidated Inc., measuring
along this boundary One metre (1.00 m); on the south by
Original Lot 1982, owned by Abitibi Consolidated Inc., measuring along this boundary Forty-two metres and Seventy-eight
hundredths (42.78 m); on the southeast by Original Lot 1982,
owned by Abitibi Consolidated Inc., measuring along this
boundary One Hundred and Three metres and Seventy-seven
hundredths (103.77 m) along a curve having a radius of One
Hundred and Thirty-two metres and Forty-four hundredths
(132.44 m); on the southwest partly by Original Lot 1810
(railway), described above in paragraph (a), and partly by part
of Original Lot 1981 (Railway), described below in paragraph
(c), measuring along this boundary Seventy-two metres and
Sixty-five hundredths (72.65 m) along a curve having a radius
of One Hundred and Seventy-one metres and Fifty hundredths
(171.50 m); containing an area of Three hectares and Eighty
thousandths (3.080 ha).
(iii) A parcel of land of irregular shape known and designated
as part of Original Lot ONE THOUSAND NINE HUNDRED
AND EIGHTY-ONE (Lot 1981) (Railway) of the said cadastre,
being bounded and described as follows: on the northeast by
part of Original Lot 1981 (railway), owned by the RobervalSaguenay Railway Company, measuring along this boundary
Four metres and Ten hundredths (4.10 m); on the north by part
of Original Lot 1981 (Railway) owned by the RobervalSaguenay Railway Company, measuring along this boundary
Twenty-five metres and Fifty hundredths (25.50 m); on the
northeast by part of Original Lot 1864, described above in
paragraph (b), measuring along this boundary Seventy-two
metres and Sixty-five hundredths (72.65 m) along a curve
having a radius of One Hundred and Seventy-one metres and
Fifty hundredths (171.50 m); on the south by Original Lot 1810
(Railway), described above in paragraph (a), measuring along
this boundary Fifty-five metres and Nineteen hundredths
(55.19 m); on the east by Original Lot 1810 (Railway), described above in paragraph (a), measuring along this boundary
Twelve metres and Nineteen hundredths (12.19 m); on the
north by Original lot 1810 (Railway), described above in paragraph (a), measuring along this boundary Forty-six metres and
Forty-seven hundredths (46.47 m); on the southeast by Original
Lot 1982, owned by Abitibi Consolidated Inc, measuring along
this boundary Forty-two metres and Thirty-five hundredths
(42.35 m) along a curve having a radius of One Hundred and
Thirty-two metres and Forty-four hundredths (132.44 m); on
the southwest by part of Original Lot 1981 (Railway), owned
by the Roberval-Saguenay Railway Company, measuring along
January 22, 2000
centièmes (25,30 m); vers le Nord par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée (Rivière
Saguenay, Baie des Ha! Ha!), mesurant le long de cette limite
des longueurs successives de neuf mètres et vingt centièmes
(9,20 m) et trois cent dix-neuf mètres et quarante centièmes
(319,40 m); vers l’Est par une partie du lot originaire 1864
(Rivière Saguenay, Baie des Ha! Ha!), mesurant le long de
cette limite trente-neuf mètres et quatre-vingt-dix centièmes
(39,90 m); vers le Sud par une partie du lot originaire 1864,
propriété d’Aluminium du Canada limitée (Rivière Saguenay,
Baie des Ha! Ha!), mesurant le long de cette limite des longueurs successives de trois cent trente-six mètres et vingt-cinq
centièmes (336,25 m) et neuf mètres et cinquante centièmes
(9,50 m); vers l’Est par une partie du lot originaire 1864, propriété d’Aluminium du Canada limitée (Rivière Saguenay, Baie
des Ha! Ha!), mesurant le long de cette limite quatre-vingtonze mètres et cinq centièmes (91,05 m); vers le Sud-Ouest par
le lot originaire 1982, propriété d’Abitibi-Consolidated Inc.,
mesurant le long de cette limite cent vingt-trois mètres et
trente-cinq centièmes (123,35 m); vers le Sud par le lot originaire 1982, propriété d’Abitibi-Consolidated Inc., mesurant le
long de cette limite des longueurs successives de neuf mètres et
soixante-huit centièmes (9,68 m) et quarante-huit mètres et
seize centièmes (48,16 m); vers l’Est par le lot originaire 1982,
propriété d’Abitibi-Consolidated Inc., mesurant le long de cette
limite un mètre (1,00 m); vers le Sud par le lot originaire 1982,
propriété d’Abitibi-Consolidated Inc., mesurant le long de cette
limite quarante-deux mètres et soixante-dix-huit centièmes
(42,78 m); vers le Sud-Est par le lot originaire 1982, propriété
d’Abitibi-Consolidated Inc., mesurant le long de cette limite
cent trois mètres et soixante-dix-sept centièmes (103,77 m) le
long d’une courbe ayant un rayon de cent trente-deux mètres et
quarante-quatre centièmes (132,44 m); vers le Sud-Ouest en
partie par le lot originaire 1810 (chemin de fer), ci-dessus décrite au paragraphe a) et en partie par une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer), ci-dessous décrite au paragraphe c),
mesurant le long de cette limite soixante-douze mètres et
soixante-cinq centièmes (72,65 m) le long d’une courbe ayant
un rayon de cent soixante et onze mètres et cinquante centièmes (171,50 m), contenant en superficie trois hectares et
quatre-vingts millièmes (3,080 ha).
(iii) Un terrain de figure irrégulière connu et désigné comme
étant une partie du lot originaire MILLE NEUF CENT
QUATRE-VINGT-UN (lot 1981) (chemin de fer), du susdit
cadastre, bornée et décrite comme suit: vers le Nord-Est par
une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer), propriété de
la Compagnie de chemin de fer Roberval-Saguenay, mesurant
le long de cette limite quatre mètres et dix centièmes (4,10 m);
vers le Nord par une partie du lot originaire 1981 (chemin de
fer), propriété de la Compagnie de chemin de fer RobervalSaguenay, mesurant le long de cette limite vingt-cinq mètres et
cinquante centièmes (25,50 m); vers le Nord-Est par une partie
du lot originaire 1864, ci-dessus décrite au paragraphe b), mesurant le long de cette limite soixante-douze mètres et soixantecinq centièmes (72,65 m) le long d’une courbe ayant un rayon
de cent soixante et onze mètres et cinquante centièmes
(171,50 m); vers le Sud par le lot originaire 1810 (chemin de
fer), ci-dessus décrit au paragraphe a), mesurant le long de
cette limite cinquante-cinq mètres et dix-neuf centièmes
(55,19 m); vers l’Est par le lot originaire 1810 (chemin de fer),
ci-dessus décrit au paragraphe a), mesurant le long de cette
limite douze mètres et dix-neuf centièmes (12,19 m); vers le
Nord par le lot originaire 1810 (chemin de fer), ci-dessus décrit
au paragraphe a), mesurant le long de cette limite quarante-six
mètres et quarante-sept centièmes (46,47 m); vers le Sud-Est
par le lot originaire 1982, propriété d’Abitibi-Consolidated
Inc., mesurant le long de cette limite quarante-deux mètres et
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
175
this boundary successive lengths of Eighteen metres and
Twenty-five hundredths (18.25 m), Twenty metres and Seventy
hundredths (20.70 m), Sixteen metres and Fifteen hundredths
(16.15 m) and Eight metres and Sixty-five hundredths
(8.65 m); and on the northwest by part of Original Lot 1981
(Railway), owned by the Roberval-Saguenay Railway Company (future right-of-way), measuring along this boundary
Twenty metres and Eighty hundredths (20.80 m); containing an
area of Three Thousand Seven Hundred and Eighty-nine square
metres and Three tenths (3,789.3 m2).
trente-cinq centièmes (42,35 m) le long d’une courbe ayant un
rayon de cent trente-deux mètres et quarante-quatre centièmes
(132,44 m); vers le Sud-Ouest par une partie du lot originaire
1981 (chemin de fer), propriété de la Compagnie de chemin de
fer Roberval-Saguenay, mesurant le long de cette limite des
longueurs successives de dix-huit mètres et vingt-cinq centièmes (18,25 m), vingt mètres et soixante-dix centièmes
(20,70 m), seize mètres et quinze centièmes (16,15 m) et huit
mètres et soixante-cinq centièmes (8,65 m) et vers le NordOuest par une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer),
propriété de la Compagnie de chemin de fer RobervalSaguenay (futur droit de passage), mesurant le long de cette
limite vingt mètres et quatre-vingts centièmes (20,80 m), contenant en superficie trois mille sept cent quatre-vingt-neuf mètres carrés et trois dixièmes (3789,3 m2).
PART B — RIGHTS ACCESSORY TO LEASE:
(a) A right of way over the following lands: A parcel of land of
irregular shape known and designated as part of Original
Lot ONE THOUSAND NINE HUNDRED AND EIGHT-ONE
(Lot 1981) (Railway) in the official cadastre of Ville de la Baie,
within the boundaries of the municipality of Ville de la Baie,
Registration Division of Chicoutimi, being bounded and described as follows: on the north by Original Lot 1997 (Railway),
measuring along this boundary Thirty-one metres and Ninety-five
hundredths (31.95 m); on the northeast by part of Original
Lot 1981 (Railway), measuring along this boundary Four metres
and Twenty hundredths (4.20 m); on the southeast partly by part
of Original Lot 1981 (Railway), described above in paragraph (c),
and partly by another part of Original Lot 1981 (Railway), owned
by the Roberval-Saguenay Railway Company, measuring along
this boundary Twenty-seven metres and Fifty-one hundredths
(27.51 m); on the northeast by part of Original Lot 1981
(Railway), owned by the Roberval-Saguenay Railway Company,
measuring along this boundary Thirty-five metres and Sixty hundredths (35.60 m); on the south partly by Original Lot 2006
(Street) and partly by Original Lot 2008 (Street) (Première Rue),
measuring along this boundary Sixteen metres and Sixty-three
hundredths (16.63 m); on the west partly by Original Lot 2008
(Street) (Première Rue), partly by Original Lot 1996 and partly by
part of Original Lot 1981 (Railway), owned by the RobervalSaguenay Railway Company, measuring along this boundary
Seventy-one metres and Fifteen hundredths (71.15 m); containing
an area of One Thousand Four Hundred and One square metres
and Two tenths (1,401.2 m2).
Partie B — Droits accessoires à un bail
a) Un droit de passage visant le terrain suivant : Un terrain de
figure irrégulière connu et désigné comme étant une partie du lot
originaire MILLE NEUF CENT QUATRE-VINGT-UN (lot 1981)
(chemin de fer), au cadastre officiel de Ville de la Baie, dans les
limites de la municipalité de Ville de la Baie, circonscription
foncière de Chicoutimi, bornée et décrite comme suit: vers le
Nord par le lot originaire 1997 (chemin de fer), mesurant le long
de cette limite trente et un mètres et quatre-vingt-quinze centièmes (31,95 m); vers le Nord-Est par une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer), mesurant le long de cette limite quatre
mètres et vingt centièmes (4,20 m); vers le Sud-Est en partie par
une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer), ci-dessus décrite
au paragraphe c) et en partie par une autre partie du lot originaire 1981 (chemin de fer), propriété de la Compagnie de chemin
de fer Roberval-Saguenay, mesurant le long de cette limite
vingt-sept mètres et cinquante et un centièmes (27,51 m); vers le
Nord-Est par une partie du lot originaire 1981 (chemin de fer),
propriété de la Compagnie de chemin de fer Roberval-Saguenay,
mesurant le long de cette limite trente-cinq mètres et soixante
centièmes (35,60 m); vers le Sud en partie par le lot originaire 2006 (rue) et en partie par le lot originaire 2008 (rue)
(Première rue), mesurant le long de cette limite seize mètres et
soixante-trois centièmes (16,63 m); vers l’Ouest en partie par le
lot originaire 2008 (rue) (Première rue), en partie par le lot originaire 1996 et en partie par une partie du lot originaire 1981
(chemin de fer), propriété de la Compagnie de chemin de fer
Roberval-Saguenay, mesurant le long de cette limite soixante
et onze mètres et quinze centièmes (71,15 m), contenant en
superficie mille quatre cent un mètres carrés et deux dixièmes
(1401,2 m2).
These Supplementary Letters Patent are to be effective on the
later of:
(1°) the date of issuance of these Supplementary Letters Patent,
and
(2°) the date of commencement of the lease between Alcan
Aluminium Limited and the Authority for the lands described
in paragraphs (a), (b) and (c) above, as such date is indicated in
the summary of the lease registered in the land register for the
Province of Quebec.
Ces Lettres patentes supplémentaires entrent en vigueur à la plus
tardive de ces deux dates:
1°) la date de délivrance de ces Lettres patentes
supplémentaires;
2°) la date du début du terme du bail entre Alcan Aluminium
Limitée et l’Administration, lequel bail vise les terrains décrits
aux paragraphes a), b) et c) ci-dessus, telle que cette date apparaît dans le sommaire de ce bail inscrit au registre foncier de la
province de Québec.
ISSUED under my hand this 7th day of January, 2000.
DÉLIVRÉES sous mon seing le 7e jour de janvier 2000.
_______________________________________
The Honourable David M. Collenette, P.C., M.P.
Minister of Transport
_____________________________________
L’honorable David M. Collenette, C.P, député
Ministre des Transports
[4-1-o]
[4-1-o]
176
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
MOTOR VEHICLE SAFETY ACT
LOI SUR LA SÉCURITÉ AUTOMOBILE
Order Respecting School Bus Body Joint Strength
Arrêté sur la résistance des joints de carrosserie des autobus
scolaires
Whereas section 221 of Schedule IV to the Motor Vehicle
Safety Regulations, C.R.C., c. 1038, is inconsistent with amendments made on November 5, 1998, by the Government of the
United States to Standard No. 221, part 571, title 49 of the Code
of Federal Regulations of the United States;
Therefore, the Minister of Transport, pursuant to section 13 of
the Motor Vehicle Safety Act,a hereby makes the annexed Order
Respecting School Bus Body Joint Strength.
DAVID M. COLLENETTE
Minister of Transport
Attendu que l’article 221 de l’annexe IV du Règlement sur la
sécurité des véhicules automobiles, C.R.C., ch. 1038, est incompatible avec les modifications apportées le 5 novembre 1998 par
le gouvernement des États-Unis à la norme no 221, part 571,
title 49 du document intitulé Code of Federal Regulations des
États-Unis,
À ces causes, en vertu de l’article 13 de la Loi sur la sécurité
automobilea, le ministre des Transports prend l’Arrêté sur la résistance des joints de carrosserie des autobus scolaires, ci-après.
Le ministre des Transports
DAVID M. COLLENETTE
ORDER RESPECTING SCHOOL
BUS BODY JOINT STRENGTH
ARRÊTÉ SUR LA RÉSISTANCE DES JOINTS DE
CARROSSERIE DES AUTOBUS SCOLAIRES
MODIFYING THE OPERATION OF SECTION 221 OF SCHEDULE IV
MODIFICATION À L’APPLICATION DE L’ARTICLE 221 DE L’ANNEXE IV
1. (1) Instead of conforming to section 221 of Schedule IV to
the Motor Vehicle Safety Regulations, a school bus may conform
to the requirements of this section.
(2) When tested in accordance with Test Method 221 –– School
Bus Body Joint Strength (December 10, 1999), every school bus
body panel joint and maintenance access panel joint specified in
that Test Method shall be capable of sustaining, without separation, a tensile force that would produce 60 per cent of the breaking tensile strength within the weakest body panel member attached by the joint.
(4) The definitions in this subsection apply in this section.
“body panel” means a body component used on the exterior or
interior surface of a bus to enclose the bus occupant space.
(panneau de carrosserie)
“body panel joint” means the area of contact or close proximity
between the edges of a body panel and another body component,
excluding spaces designed for ventilation or another functional
purpose, doors, windows and maintenance access panels. (joint
de panneau de carrosserie)
1. (1) Les autobus scolaires peuvent, par dérogation à l’article 221 de l’annexe IV du Règlement sur la sécurité des véhicules
automobiles, être conformes aux exigences du présent article.
(2) Lors des essais effectués selon la Méthode d’essai 221––
Résistance des joints de carrosserie d’un autobus scolaire, dans
sa version du 10 décembre 1999, chacun des joints de panneau de
carrosserie d’un autobus scolaire indiqués dans cette méthode
d’essai doit pouvoir supporter, sans qu’il y ait séparation, un effort de traction égal à 60 pour cent de la résistance à la tension de
la pièce du panneau de carrosserie la plus faible attachée par le
joint.
(3) Les panneaux de carrosserie qui sont attachés les uns aux
autres ne peuvent avoir, au niveau du joint, de segments non attachés de plus de 203 mm.
(4) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article.
« joint de panneau de carrosserie » La zone où se rejoignent ou se
rapprochent les bords d’un panneau de carrosserie et ceux d’un
autre élément de carrosserie, à l’exclusion des espaces conçus
pour la ventilation ou une autre fonction et des portes, fenêtres et
panneaux de visite d’entretien. (body panel joint)
« panneau de carrosserie » Élément de carrosserie utilisé sur la
surface intérieure ou extérieure d’un autobus pour délimiter l’espace alloué aux occupants. (body panel)
EFFECTIVE PERIOD
PÉRIODE D’APPLICATION
2. This Order is effective during the period beginning on January 15, 2000 and ending on January 14, 2001.
2. Le présent arrêté s’applique durant la période commençant le
15 janvier 2000 et se terminant le 14 janvier 2001.
[4-1-o]
[4-1-o]
(3) Body panels attached to each other shall have no unattached segment at the joint longer than 203 mm.
———
a
S.C., 1993, c. 16
———
a
L.C. (1993), ch. 16
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
177
BANK OF CANADA
Balance Sheet as at January 5, 2000
ASSETS
LIABILITIES
1.
Gold coin and bullion.......................................................
1.
Capital paid up................................................................. $
2.
Deposits payable in foreign currencies:
(a)
U.S.A. Dollars ................. $
(b)
Other currencies ...............
2.
Rest fund .........................................................................
25,000,000
3.
Notes in circulation ..........................................................
38,739,901,694
4.
Deposits:
(a)
Government of
Canada.......................... $
(b)
Provincial
Governments.................
(c)
Banks............................
(d)
Other members of the
Canadian Payments
Association ...................
(e)
Other ............................
609,236,216
4,516,466
Total ............................................................... $
3.
Advances to:
(a)
Government of Canada .....
(b)
Provincial Governments....
(c)
Members of the Canadian
Payments Association .......
1,392,339,959
Total ...............................................................
4.
Investments
(At amortized values):
(a)
Treasury Bills of
Canada ............................
(b)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
maturing within three
years................................
(c)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
not maturing within three
years................................
(d)
Securities
issued
or
guaranteed by a province
of Canada ........................
(e)
Other Bills .......................
(f)
Other investments ............
613,752,682
1,392,339,959
1,734,806
1,331,405,209
186,711,644
270,195,964
Total...............................................................
12,028,112,178
5.
7,515,112,373
6.
12,975,646,277
Liabilities payable in foreign currencies:
(a)
To Government of
Canada ..........................
(b)
To others........................
5,000,000
1,790,047,623
457,545,860
Total...............................................................
457,545,860
All other liabilities...........................................................
63,548,279
2,580,729,122
Total ...............................................................
35,099,599,950
5.
Bank premises .................................................................
175,226,771
6.
All other assets ................................................................
3,800,124,094
Total ............................................................... $
41,081,043,456
Total.......................................................... $
41,081,043,456
NOTES
MATURITY DISTRIBUTION OF INVESTMENTS IN SECURITIES ISSUED OR GUARANTEED BY CANADA NOT MATURING WITHIN
3 YEARS (ITEM 4(c) OF ABOVE ASSETS):
(a) Securities maturing in over 3 years but not over 5 years........................................................................................................................................................ $
(b) Securities maturing in over 5 years but not over 10 years......................................................................................................................................................
(c) Securities maturing in over 10 years......................................................................................................................................................................................
$
3,649,751,909
5,413,431,840
3,912,462,528
12,975,646,277
TOTAL AMOUNT OF SECURITIES INCLUDED IN ITEMS 4(a) TO (c) OF ABOVE ASSETS HELD UNDER PURCHASE AND RESALE AGREEMENTS*
* Effective November 10, 1999, the amount of securities held under Purchase and Resale Agreements is no longer recorded under item 4 of above assets.
Please refer to the following disclosures.
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER ASSETS RELATED TO SECURITIES PURCHASED UNDER RESALE AGREEMENTS
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER LIABILITIES RELATED TO SECURITIES SOLD UNDER REPURCHASE AGREEMENTS
$
3,414,049,727
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
W. D. SINCLAIR
Acting Chief Accountant
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct, and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by section 29 of the
Bank of Canada Act.
G. G. THIESSEN
Governor
Ottawa, January 6, 2000
[4-1-o]
Canada Gazette Part I
178
January 22, 2000
BANQUE DU CANADA
Bilan au 5 janvier 2000
ACTIF
PASSIF
1.
Monnaies et lingots d’or ..................................................
1.
Capital versé .................................................................... $
2.
Dépôts payables en devises étrangères :
a)
Devises américaines ......... $
b)
Autres devises ..................
2.
Fonds de réserve ..............................................................
25 000 000
3.
Billets en circulation.........................................................
38 739 901 694
4.
Dépôts :
a)
Gouvernement du
Canada........................... $
b)
Gouvernements
provinciaux ......................
c)
Banques ...........................
d)
Autres établissements
membres de l’Association
canadienne des paiements
e)
Autres dépôts...................
609 236 216
4 516 466
Total ............................................................... $
3.
Avances :
a)
Au gouvernement du
Canada ...............................
b)
Aux gouvernements provinciaux...................................
c)
Aux établissements membres
de l’Association canadienne
des paiements .....................
613 752 682
1 392 339 959
Total ...............................................................
1 734 806
1 331 405 209
186 711 644
270 195 964
1 392 339 959
Total................................................................
4.
Placements
(Valeurs amorties) :
a)
Bons du Trésor du
Canada ............................
b)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par le
Canada, échéant dans les
trois ans ...........................
c)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par le
Canada, n’échéant pas
dans les trois ans..............
d)
Valeurs
mobilières
émises ou garanties par
une province ....................
e)
Autres bons .....................
f)
Autres placements ...........
5 000 000
5.
12 028 112 178
Passif payable en devises étrangères :
a)
Au gouvernement du
Canada...........................
b)
À d’autres ......................
1 790 047 623
457 545 860
Total...............................................................
457 545 860
Divers .............................................................................
63 548 279
7 515 112 373
6.
12 975 646 277
2 580 729 122
Total ...............................................................
35 099 599 950
5.
Locaux de la Banque .......................................................
175 226 771
6.
Divers .............................................................................
3 800 124 094
Total ............................................................... $
41 081 043 456
Total.......................................................... $
41 081 043 456
NOTES COMPLÉMENTAIRES
RÉPARTITION, SELON L’ÉCHÉANCE, DES PLACEMENTS EN VALEURS MOBILIÈRES ÉMISES OU GARANTIES PAR LE CANADA,
N’ÉCHÉANT PAS DANS LES TROIS ANS (POSTE 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS) :
a) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de trois ans mais dans au plus cinq ans ...................................................................................................... $
b) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de cinq ans mais dans au plus dix ans ........................................................................................................
c) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de dix ans ..................................................................................................................................................
$
3 649 751 909
5 413 431 840
3 912 462 528
12 975 646 277
MONTANT TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES COMPRISES DANS LES POSTES 4a) À 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS, DÉTENUES EN VERTU DE
CONVENTIONS D’ACHAT ET DE REVENTE*
* Depuis le 10 novembre 1999, le montant des valeurs mobilières détenues en vertu de conventions d’achat et de revente n’est plus compris dans le poste 4 de
l’actif ci-dessus. Veuillez vous reporter aux notes suivantes.
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES ACHETÉES EN VERTU DE PRISES EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DE L’ACTIF :
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES VENDUES EN VERTU DE CESSIONS EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DU PASSIF :
$
3 414 049 727
$
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Le comptable en chef suppléant
W. D. SINCLAIR
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de l’article 29 de la Loi sur
la Banque du Canada.
Le gouverneur
G. G. THIESSEN
Ottawa, le 6 janvier 2000
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
179
BANK OF CANADA
Balance Sheet as at January 12, 2000
ASSETS
LIABILITIES
1.
Gold coin and bullion.......................................................
1.
Capital paid up................................................................. $
2.
Deposits payable in foreign currencies:
(a)
U.S.A. Dollars ................. $
(b)
Other currencies ...............
2.
Rest fund .........................................................................
25,000,000
3.
Notes in circulation ..........................................................
35,079,435,455
4.
Deposits:
(a)
Government of
Canada.......................... $
(b)
Provincial
Governments.................
(c)
Banks............................
(d)
Other members of the
Canadian Payments
Association ...................
(e)
Other ............................
347,955,141
4,311,359
Total ............................................................... $
3.
Advances to:
(a)
Government of Canada .....
(b)
Provincial Governments....
(c)
Members of the Canadian
Payments Association .......
424,483,084
Total ...............................................................
4.
Investments
(At amortized values):
(a)
Treasury Bills of
Canada ............................
(b)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
maturing within three
years................................
(c)
Other securities issued or
guaranteed by Canada
not maturing within three
years................................
(d)
Securities
issued
or
guaranteed by a province
of Canada ........................
(e)
Other Bills .......................
(f)
Other investments ............
352,266,500
424,483,084
1,203,166,834
904,345,872
43,503,543
261,808,121
Total...............................................................
12,018,514,544
5.
7,515,142,383
6.
12,975,576,825
Liabilities payable in foreign currencies:
(a)
To Government of
Canada ..........................
(b)
To others........................
5,000,000
2,412,824,370
191,252,117
Total...............................................................
191,252,117
All other liabilities...........................................................
102,838,409
2,633,197
Total ...............................................................
32,511,866,949
5.
Bank premises .................................................................
175,289,842
6.
All other assets ................................................................
4,352,443,976
Total ............................................................... $
37,816,350,351
Total.......................................................... $
37,816,350,351
NOTES
MATURITY DISTRIBUTION OF INVESTMENTS IN SECURITIES ISSUED OR GUARANTEED BY CANADA NOT MATURING WITHIN
3 YEARS (ITEM 4(c) OF ABOVE ASSETS):
(a) Securities maturing in over 3 years but not over 5 years........................................................................................................................................................ $
(b) Securities maturing in over 5 years but not over 10 years......................................................................................................................................................
(c) Securities maturing in over 10 years......................................................................................................................................................................................
$
3,649,911,108
5,413,233,773
3,912,431,944
12,975,576,825
TOTAL AMOUNT OF SECURITIES INCLUDED IN ITEMS 4(a) TO (c) OF ABOVE ASSETS HELD UNDER PURCHASE AND RESALE AGREEMENTS*
* Effective November 10, 1999, the amount of securities held under Purchase and Resale Agreements is no longer recorded under item 4 of above assets.
Please refer to the following disclosures.
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER ASSETS RELATED TO SECURITIES PURCHASED UNDER RESALE AGREEMENTS
$
TOTAL VALUE INCLUDED IN ALL OTHER LIABILITIES RELATED TO SECURITIES SOLD UNDER REPURCHASE AGREEMENTS
$
3,964,251,312
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
W. D. SINCLAIR
Acting Chief Accountant
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct, and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by section 29 of the
Bank of Canada Act.
G. G. THIESSEN
Governor
Ottawa, January 13, 2000
[4-1-o]
Canada Gazette Part I
180
January 22, 2000
BANQUE DU CANADA
Bilan au 12 janvier 2000
ACTIF
PASSIF
1.
Monnaies et lingots d’or ..................................................
1.
Capital versé .................................................................... $
2.
Dépôts payables en devises étrangères :
a)
Devises américaines ......... $
b)
Autres devises ..................
2.
Fonds de réserve ..............................................................
25 000 000
3.
Billets en circulation.........................................................
35 079 435 455
4.
Dépôts :
a)
Gouvernement du
Canada........................... $
b)
Gouvernements
provinciaux ......................
c)
Banques ...........................
d)
Autres établissements
membres de l’Association
canadienne des paiements
e)
Autres dépôts...................
347 955 141
4 311 359
Total ............................................................... $
3.
Avances :
a)
Au gouvernement du
Canada ...............................
b)
Aux gouvernements provinciaux...................................
c)
Aux établissements membres
de l’Association canadienne
des paiements .....................
352 266 500
424 483 084
Total ...............................................................
1 203 166 834
904 345 872
43 503 543
261 808 121
424 483 084
Total................................................................
4.
Placements
(Valeurs amorties) :
a)
Bons du Trésor du
Canada ............................
b)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par le
Canada, échéant dans les
trois ans ...........................
c)
Autres valeurs mobilières
émises ou garanties par le
Canada, n’échéant pas
dans les trois ans..............
d)
Valeurs
mobilières
émises ou garanties par
une province ....................
e)
Autres bons .....................
f)
Autres placements ...........
5 000 000
5.
12 018 514 544
Passif payable en devises étrangères :
a)
Au gouvernement du
Canada...........................
b)
À d’autres ......................
2 412 824 370
191 252 117
Total...............................................................
191 252 117
Divers .............................................................................
102 838 409
7 515 142 383
6.
12 975 576 825
2 633 197
Total ...............................................................
32 511 866 949
5.
Locaux de la Banque .......................................................
175 289 842
6.
Divers .............................................................................
4 352 443 976
Total ............................................................... $
37 816 350 351
Total.......................................................... $
37 816 350 351
NOTES COMPLÉMENTAIRES
RÉPARTITION, SELON L’ÉCHÉANCE, DES PLACEMENTS EN VALEURS MOBILIÈRES ÉMISES OU GARANTIES PAR LE CANADA,
N’ÉCHÉANT PAS DANS LES TROIS ANS (POSTE 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS) :
a) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de trois ans mais dans au plus cinq ans ...................................................................................................... $
b) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de cinq ans mais dans au plus dix ans ........................................................................................................
c) Valeurs mobilières arrivant à échéance dans plus de dix ans ..................................................................................................................................................
$
3 649 911 108
5 413 233 773
3 912 431 944
12 975 576 825
MONTANT TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES COMPRISES DANS LES POSTES 4a) À 4c) DE L’ACTIF CI-DESSUS, DÉTENUES EN VERTU DE
CONVENTIONS D’ACHAT ET DE REVENTE*
* Depuis le 10 novembre 1999, le montant des valeurs mobilières détenues en vertu de conventions d’achat et de revente n’est plus compris dans le poste 4 de
l’actif ci-dessus. Veuillez vous reporter aux notes suivantes.
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES ACHETÉES EN VERTU DE PRISES EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DE L’ACTIF :
ENCOURS TOTAL DES VALEURS MOBILIÈRES VENDUES EN VERTU DE CESSIONS EN PENSION ET COMPRISES DANS LA CATÉGORIE
DIVERS DU PASSIF :
$
3 964 251 312
$
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Le comptable en chef suppléant
W. D. SINCLAIR
Je déclare que le bilan ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de l’article 29 de la Loi sur
la Banque du Canada.
Le gouverneur
G. G. THIESSEN
Ottawa, le 13 janvier 2000
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
181
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Second Session, Thirty-Sixth Parliament
Deuxième session, trente-sixième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
October 16, 1999.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, (613) 992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de
projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada du 16 octobre 1999.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, (613) 992-6443.
Le greffier de la Chambre des communes
ROBERT MARLEAU
ROBERT MARLEAU
Clerk of the House of Commons
182
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA CUSTOMS AND REVENUE AGENCY
AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of Registration of Charities
Annulation d’enregistrement d’organismes de bienfaisance
Following a request from the charities listed below to have
their status as a charity revoked, the following notice of proposed
revocation was sent:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(a) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(a)
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice in the Canada Gazette.”
À la suite d’une demande présentée par les organismes de bienfaisance indiqués ci-après l’avis d’intention de révocation suivant
a été envoyé :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à
l’alinéa 168(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)a) de
cette Loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis dans la Gazette du
Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
101894384RR0001
FRIENDS OF THE FREDERICTON HOSPITAL
FOUNDATION INC., FREDERICTON, N.B.
HUSIGIM NON PROFIT HOUSING INC.,
GIMLI, MAN.
PERRY HOUSE CHILD CARE SERVICES,
WHITBY, ONT.
RIVERVIEW SEVENTH-DAY ADVENTIST
CHURCH, EDMONTON, ALTA.
PAROISSE C R DE MAKWA, MAKWA (SASK.)
REGAL HEIGHTS COMMUNITY CHURCH,
MOOSE JAW, SASK.
LA RÉSIDENCE JACQUES-MARQUETTE,
QUÉBEC (QUÉ.)
ARMÉE DU SALUT/THE SALVATION ARMY
QUEBEC CITY PUBLIC RELATIONS
DEPARTMENT, CHARLESBOURG (QUÉ.)
THE SALVATION ARMY BETHANY HOME,
HALIFAX, N.S.
SALVATION ARMY, COMMUNITY RELATIONS &
DEVELOPMENT SERVICES, MONTRÉAL, QUE.
FIELDCOTE MEMORIAL PARK AND MUSEUM,
ANCASTER, ONT.
ASSOCIATION FOR THE LIVING JEWISH SPIRIT,
TORONTO, ONT.
BELLEVILLE YARDMEN APPRECIATION FUND,
BELLEVILLE, ONT.
CANADIAN FRIENDS OF LUBAVICHER INC.,
WINNIPEG, MAN.
CHALMERS UNITED CHURCH, VERDUN, QUE.
CRYSTAL SPRINGS HAPPY GANG INC.,
CRYSTAL SPRINGS, SASK.
DEOL AGRICULTURAL EDUCATION AND
RESEARCH SOCIETY, SURREY, B.C.
DIAKONEO: A CHRISTIAN SERVICE GROUP INC.,
NORTH YORK, ONT.
EMPLOYEES’ CHARITY TRUST OF COCA-COLA
BEVERAGES LTD., TORONTO, ONT.
EVANGEL TABERNACLE, DALHOUSIE, N.B.
FONDATION DU CENTRE HOSPITALIER DE
GATINEAU, GATINEAU (QUÉ.)
GRACE HOSPITAL MEET A NEED MISSIONARY
GROUP, BURNABY, B.C.
LES AUGUSTINES DE LA MISÉRICORDE DE
JÉSUS DU MONASTÈRE DE DOLBEAU,
DOLBEAU (QUÉ.)
LORNE PARK SECONDARY SCHOOL STAFF
SCHOLARSHIP FUND, MISSISSAUGA, ONT.
MAJOR UNITED CHURCH, MAJOR, SASK.
NORTH BAY AND AREA STROKE RECOVERY
ASSOCIATION, NORTH BAY, ONT.
119076453RR0001
PARENT IMPOWERMENT GROUP INC.,
WINNIPEG, MAN.
PEACE LUTHERAN CHURCH, BATEMAN, SASK.
PRESBYTERIAN WOMEN’S MISSIONARY
SOCIETY, WESTERN DIVISION, CENTRAL
HELPERS, CENTRAL PRESBYTERIAN CHURCH,
VANCOUVER, B.C.
ST. MARGARET’S ANGLICAN CHURCH,
MAFEKING, MANITOBA, BIRCH RIVER, MAN.
TELECARE/SIMCOE, JARVIS, ONT.
THE ALLIANCE CHURCH, FREDERICTON, N.B.
THÉÂTRE DU POT AUX ROSES INC.,
MONTRÉAL (QUÉ.)
THE DIGBY NEW HORIZONS CLUB, DIGBY
COUNTY, N.S.
THE LOWER VANCOUVER ISLAND
ASSOCIATION FOR WIDOWS, VICTORIA, B.C.
THE MISSIONARY SISTERS OF THE HOLY
FAMILY, WINDSOR, ONT.
VISCOUNT UNITED CHURCH COMMITTEE OF
STEWARDS, VISCOUNT, SASK.
PROSOVIA INC., SAINTE-FOY (QUÉ.)
FIRST SPANISH UNITED PENTECOSTAL
CHURCH, TORONTO, ONT.
HOUSING RESOURCE CENTRE (SUDBURY)/
CENTRE DE RESSOURCES DE LOGEMENT
(SUDBURY), SUDBURY, ONT.
ST. PATS ATHLETIC ASSOCIATION,
SARNIA, ONT.
LEAMINGTON PUBLIC LIBRARY BOARD,
LEAMINGTON, ONT.
THE OKANAGAN COUNSELLING GROUP
SOCIETY, KELOWNA, B.C.
INTERACT CHILDREN’S SUMMER ARTS
EXPERIENCE, PETERBOROUGH,
PETERBOROUGH, ONT.
KAPUSKASING ENGLISH ADULT LITERACY
PROGRAM CORPORATION, KAPUSKASING, ONT.
WINDSOR OCCUPATIONAL SAFETY AND
HEALTH GROUP, WINDSOR, ONT.
GEORGETOWN PARENT-CHILD CENTRE,
GEORGETOWN, ONT.
LES AMIS DES ATELIERS RIVERAINS,
SOREL (QUÉ.)
NEW HOPE CHRISTIAN FELLOWSHIP,
KELOWNA, B.C.
SACRED HEART PARENTS ASSOCIATION,
MERRITT, B.C.
FRATERNITÉ SAINTE-TRINITÉ INC.,
GATINEAU (QUÉ.)
102431285RR0001
138110879RR0001
106693047RR0027
107585085RR0024
107880817RR0001
107887606RR0001
107951618RR0024
107951618RR0197
107951618RR0321
108083890RR0003
118794080RR0001
118802917RR0001
118832013RR0001
118849264RR0001
118880624RR0001
118884386RR0001
118885151RR0001
118899731RR0001
118904200RR0001
118922426RR0001
118943950RR0001
119014629RR0001
119024719RR0001
119029460RR0001
119059087RR0001
119087419RR0001
119101780RR0001
119186278RR0001
119209575RR0001
119211993RR0001
119214161RR0001
119229839RR0001
119242956RR0001
119245546RR0001
119286656RR0001
120420229RR0001
127282580RR0001
128265501RR0001
129179529RR0001
129886289RR0001
131338030RR0001
132753138RR0001
132807165RR0001
134399039RR0001
134400217RR0001
134825603RR0001
135336550RR0001
135400968RR0001
137086799RR0001
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
183
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
138795455RR0001
REGENT PARK FOCUS COMMUNITY COALITION
AGAINST SUBSTANCE ABUSE, TORONTO, ONT.
OGOPOGO CHILD CARE SOCIETY,
KELOWNA, B.C.
DUNMORE SOUTH HISTORY BOOK SOCIETY,
MEDECINE HAT, ALTA.
LONDON GOOD FOOD PROJECT INC.,
LONDON, ONT.
SNOWFLAKE MINISTRIES, KINGSTON, ONT.
ASSOCIATION SCRIPTURA, MONTRÉAL (QUÉ.)
COMITÉ PÉLERINS À L’ŒUVRE,
CLORIDORME (QUÉ.)
OTTAWA VALLEY COMMUNITY HOSPICE,
PEMBROKE, ONT.
CHRISTIAN LIFE CHURCH, HANWELL, N.B.
FRIENDS OF PATERSON PARK SOCIETY,
DELTA, B.C.
WOMEN HEALTHSHARING, TORONTO, ONT.
SOCIÉTÉ D’HISTOIRE ET DE GÉNÉALOGIE DU
CENTRE-DU-QUÉBEC INC.,
VICTORIAVILLE (QUÉ.)
CENTRAL CAMP CHERITH SOCIETY,
BURLINGTON, ONT.
ST. JOHN’S ANGLICAN CHURCH BICENTENNIAL
SOCIETY, DARTMOUTH, N.S.
TORNADO RELIEF FUND FOR ARTHUR, WEST
LUTHER & PEEL TOWNSHIPS, ARTHUR, ONT.
GOOD NEWS CHAPEL, WILKIE, SASK.
PARC-ÉCOLE MARGUERITE-BOURGEOYS,
QUÉBEC (QUÉ.)
BOARD OF EDUCATION OF THE NORTH
BATTLEFORD SCHOOL DIVISION NO. 103 TRUST
FUND, NORTH BATTLEFORD, SASK.
LEARNING DISABILITIES ASSOCIATION OF
ELGIN COUNTY, LONDON, ONT.
SOUTHERN B.C. CAMP CHERITH SOCIETY,
BURLINGTON, ONT.
COMITÉ DES ŒUVRES CHARITABLES DU
CONSEIL PRINCEVILLE 5986, MONTRÉAL (QUÉ.)
COMITÉ DES ŒUVRES CHARITABLES DU
CONSEIL ST-JEAN-CHRYSOSTOME, NO 9319,
MONTRÉAL (QUÉ.)
CHAUVIN DISTRICT SENIOR CITIZENS DROP-IN
CENTRE, CHAUVIN, ALTA.
STRANGERS AND PILGRIMS CHRISTIAN
EVANGELISM FELLOWSHIP, KENDAL, ONT.
889462776RR0001
TORONTO EAST WEST CENTRE FOR
MACROBIOTIC STUDIES, TORONTO, ONT.
BELL CANADA ENTERPRISES EMPLOYEES’
FUND FOR COMMUNITY SERVICES,
MONTRÉAL, QUE.
DURHAM FLOOD RELIEF COMMITTEE,
DURHAM, ONT.
SKYRIDGE CHRISTIAN MINISTRIES CANADA
INC., COURTICE, ONT.
L’ASSOCIATION DE MONTRÉAL POUR LA
NAISSANCE PAR CÉSARIENNE/CESAREAN
BIRTH ASSOCIATION OF MONTREAL,
WESTMOUNT (QUÉ.)
SUMMIT HOUSE (NORTH HALTON) INC.,
BURLINGTON, ONT.
PRESBYTERIAN WOMEN’S MISSIONARY
SOCIETY, WESTERN DIVISION, AUXILIARY,
ST. ANDREW’S PRESBYTERIAN CHURCH,
ST. CATHARINES, ONT.
LES AMIS DE L’ENFANT ATTEINT DE
SPINA-BIFIDA INC., BLAINVILLE (QUÉ.)
LEGION HOSPITAL CHARITY INC.,
MORDEN, MAN.
THE EARTH IMAGES FOUNDATION,
ST. CATHARINES, ONT.
CALGARY NATIVE DISABLED SOCIETY,
CALGARY, ALTA.
FONDATION DE L’HÔPITAL SAINT-LUC,
MONTRÉAL (QUÉ.)
POWELL RIVER FRANCOPHONE COMMUNITY
SCHOOL SOCIETY, POWELL RIVER, B.C.
SAINTS CYRIL & METHODIUS ORTHODOX
CHURCH, LONDON, ONT.
KIAS - CANADA, HULL (QUÉ.)
COUP DE POUCE À LA FAMILLE DU SUD-OUEST
DE LONGUEUIL, LONGUEUIL (QUÉ.)
VINEYARD CHRISTIAN FELLOWSHIP RIVERSIDE,
LANGLEY, B.C.
RESIDENCE SAIGON, MONTRÉAL (QUÉ.)
STURGIS LIVING SPRINGS CHRISTIAN
FELLOWSHIP, STURGIS, SASK.
HOPE MISSION KOREAN CHURCH INC.,
WINNIPEG, MAN.
139418180RR0001
140068552RR0001
140480492RR0001
140910431RR0001
141182352RR0001
141189159RR0001
867320483RR0001
868103094RR0001
869536268RR0001
886565597RR0001
886942796RR0001
887197796RR0001
887702199RR0001
888644861RR0001
888745643RR0001
888761145RR0001
889033064RR0001
889140778RR0001
889195848RR0001
889235198RR0001
889236592RR0001
889269841RR0001
889350393RR0001
889624797RR0001
889627949RR0001
889730669RR0001
889866869RR0001
890028970RR0001
890491145RR0001
890530066RR0001
890575848RR0001
890946247RR0001
891305948RR0001
891413841RR0001
892060534RR0001
892182163RR0001
892344367RR0001
892425562RR0001
893567669RR0001
896752193RR0001
897856324RR0001
899170542RR0001
NEIL BARCLAY
Director
Charities Division
Le directeur
Division des organismes de bienfaisance
NEIL BARCLAY
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADA CUSTOMS AND REVENUE AGENCY
AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of Registration of Charities
Annulation d’enregistrement d’organismes de bienfaisance
The registered charities listed below have amalgamated or
merged with other organizations and have requested that their
registration be revoked. Therefore, the following notice of proposed revocation has been sent to them, and is now being published according to the requirements of the Income Tax Act:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(a) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(a)
Les organismes de bienfaisance enregistrés dont les noms figurent ci-dessous ont fusionné avec d’autres organismes et ont demandé que leur enregistrement soit révoqué. Par conséquent, le
Ministère leur a envoyé l’avis suivant qui est maintenant publié
conformément aux dispositions de la Loi de l’impôt sur le
revenu :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’alinéa 168(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention
184
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice in the Canada Gazette.”
de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance
mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)a) de cette
Loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à
la publication du présent avis dans la Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
106959422RR0001
LA COMMISSION SCOLAIRE JÉRÔME-LE-ROYER,
POINTE-AUX-TREMBLES (QUÉ.)
THE DELTA FAMILY SERVICES SOCIETY,
DELTA, B.C.
OXBOW SCHOOL DIVISION NO. 51, ARCOLA,
SASK.
BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DE ROCKLAND/
ROCKLAND PUBLIC LIBRARY,
ROCKLAND (ONT.)
DELTASSIST COMMUNITY SERVICES SOCIETY,
DELTA, B.C.
136481108RR0001
FORGIE, GLASS, EWART, BOYS FIRE
PROTECTION TEAM, KEEWATIN, ONT.
CITIZENS FOR CRIME AWARENESS (C F C A)
CHARLESWOOD/TUXEDO, WINNIPEG, MAN.
GANDER AND DISTRICT HOSPITAL BOARD,
GANDER, NFLD.
CITIZENS FOR CRIME AWARENESS FORT
ROUGE/RIVER HEIGHTS INC., WINNIPEG, MAN.
107012031RR0001
107809428RR0001
118807957RR0001
118884170RR0001
137530390RR0001
889273447RR0001
891096877RR0001
NEIL BARCLAY
Director
Charities Division
Le directeur
Division des organismes de bienfaisance
NEIL BARCLAY
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADA CUSTOMS AND REVENUE AGENCY
AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of Registration of Charities
Annulation d’enregistrement d’organismes de bienfaisance
The registered charities listed below have amalgamated or
merged with other organizations and have requested that their
registration be revoked. Therefore, the following notice of proposed revocation has been sent to them, and is now being published according to the requirements of the Income Tax Act:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(a) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(a)
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice in the Canada Gazette.”
Les organismes de bienfaisance enregistrés dont les noms figurent ci-dessous ont fusionné avec d’autres organismes et ont demandé que leur enregistrement soit révoqué. Par conséquent, le
Ministère leur a envoyé l’avis suivant qui est maintenant publié conformément aux dispositions de la Loi de l’impôt sur le
revenu :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à
l’alinéa 168(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)a) de
cette Loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis dans la Gazette du
Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
107364002RR0001
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE ST-LAURENT,
SAINT-LAURENT-D’ORLÉANS (QUÉ.)
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE ST-JÉRÔME
DE L’AUVERGNE, CHARLESBOURG (QUÉ.)
JOHNSON MEMORIAL HOSPITAL, GIMLI, MAN.
METROPOLITAN SEPARATE SCHOOL BOARD,
NORTH YORK, ONT.
STONEWALL AND DISTRICT HEALTH CENTRE,
STONEWALL, MAN.
ARBORG AND DISTRICTS HEALTH CENTRE,
ARBORG, MAN.
FABRIQUE PAROISSE ST-FRANÇOIS, ÎLE
D’ORLÉANS, SAINT-FRANÇOIS-D’ORLÉANS
(QUÉ.)
119003044RR0001
LAKESHORE DISTRICT HEALTH SYSTEM,
ASHERN, MAN.
SELKIRK GENERAL HOSPITAL, SELKIRK, MAN.
TEULON-HUNTER MEMORIAL HEALTH
DISTRICT, TEULON, MAN.
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE ST-JEAN,
SAINT-JEAN-D’ORLÉANS (QUÉ.)
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE
ST-RODRIGUE, CHARLESBOURG (QUÉ.)
COMMISSION SCOLAIRE DES MANOIRS,
TERREBONNE (QUÉ.)
ZURICH LIFE EMPLOYEES’ WELFARE FUND,
TORONTO, ONT.
107368821RR0001
107546087RR0001
107694119RR0001
108033788RR0001
118788876RR0001
118996073RR0001
119144640RR0001
119210748RR0001
131822892RR0001
131909392RR0001
142424043RR0001
889258661RR0001
NEIL BARCLAY
Director
Charities Division
Le directeur
Division des organismes de bienfaisance
NEIL BARCLAY
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
185
CANADA CUSTOMS AND REVENUE AGENCY
AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA
SPECIAL IMPORT MEASURES ACT
LOI SUR LES MESURES SPÉCIALES D’IMPORTATION
Hot-rolled Carbon Steel Plate — Decision
Tôles d’acier au carbone laminées à chaud — Décision
On January 7, 2000, pursuant to paragraph 39(1)(a) of the
Special Import Measures Act, the Commissioner of the Canada
Customs and Revenue Agency extended to 135 days, the time
period for completing the preliminary investigation respecting the
alleged injurious dumping into Canada of certain hot-rolled carbon steel plate originating in or exported from Brazil, Finland,
India, Indonesia, Thailand and Ukraine and the alleged subsidizing of hot-rolled carbon steel plate originating in or exported
from India, Indonesia and Thailand. The goods in question are
usually classified under the Harmonized System tariff numbers:
Le 7 janvier 2000, conformément à l’alinéa 39(1)a) de la Loi
sur les mesures spéciales d’importation, le commissaire de
l’Agence des douanes et du revenu du Canada a fait porter à
135 jours le délai de l’enquête préliminaire concernant le présumé dumping dommageable au Canada de tôles d’acier au carbone
laminées à chaud originaires ou exportées du Brésil, de la Finlande, de l’Inde, de l’Indonésie, de la Thaïlande et de l’Ukraine et
le présumé subventionnement de tôles d’acier au carbone laminées à chaud originaires ou exportées de l’Inde, de l’Indonésie et
de la Thaïlande. Les marchandises en cause sont habituellement
classées sous les numéros tarifaires du Système harmonisé
suivants :
7208.51.91.10
7208.51.91.91
7208.51.91.92
7208.51.91.93
7208.51.91.94
7208.51.91.95
7208.51.99.10
7208.51.99.91
7208.51.99.92
7208.51.99.93
7208.51.99.94
7208.51.99.95
7208.52.90.10
7208.52.90.91
7208.52.90.92
7208.52.90.93
7208.52.90.94
7208.52.90.95
7208.51.91.10
7208.51.91.91
7208.51.91.92
7208.51.91.93
7208.51.91.94
7208.51.91.95
7208.51.99.10
7208.51.99.91
7208.51.99.92
7208.51.99.93
7208.51.99.94
7208.51.99.95
7208.52.90.10
7208.52.90.91
7208.52.90.92
7208.52.90.93
7208.52.90.94
7208.52.90.95
Information
Renseignements
For additional information, please contact Mr. Ken McPhail or
Mr. Terry Huzarski, Senior Program Officers, Anti-dumping and
Countervailing Directorate, 191 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario KlA 0L5, by mail, by telephone at (613) 954-9530 or (613)
954-7412 respectively, or by facsimile at (613) 941-2612.
R. A. SÉGUIN
Acting Director General
Anti-dumping and Countervailing Directorate
Pour de plus amples renseignements, communiquez avec
Monsieur Vincent Gaudreau ou Monsieur Michel Leclair, Agents
principaux de programme, Direction des droits antidumping et
compensateurs, 191, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario)
K1A 0L5, par la poste, par téléphone au (613) 954-7262 ou au
(613) 954-7232 respectivement, ou par télécopieur au (613) 9412612.
Ottawa, le 7 janvier 2000
Le directeur général intérimaire
Direction des droits antidumping et compensateurs
R. A. SÉGUIN
[4-1-o]
[4-1-o]
Ottawa, January 7, 2000
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
FINDING
CONCLUSIONS
Concrete Reinforcing Bar
Barres d’armature pour béton
In the matter of an inquiry under section 42 of the Special Import Measures Act respecting certain concrete reinforcing bar
originating in or exported from the Republic of Cuba, the Republic of Korea and the Republic of Turkey
The Canadian International Trade Tribunal, under the provisions of section 42 of the Special Import Measures Act, has
conducted an inquiry (Inquiry No. NQ-99-002) following the
issuance by the Deputy Minister of National Revenue of a
preliminary determination dated September 14, 1999, and the
issuance by the Commissioner, Canada Customs and Revenue
Agency, of a final determination dated December 13, 1999, respecting the dumping in Canada of hot-rolled deformed carbon or
low-alloy steel concrete reinforcing bar in straight lengths or
coils, originating in or exported from the Republic of Cuba, the
Republic of Korea and the Republic of Turkey.
Eu égard à une enquête aux termes de l’article 42 de la Loi sur
les mesures spéciales d’importation concernant certaines
barres d’armature pour béton originaires ou exportées de la
République de Cuba, de la République de Corée et de la République de Turquie
Le Tribunal canadien du commerce extérieur a procédé à une
enquête (enquête no NQ-99-002), aux termes des dispositions de
l’article 42 de la Loi sur les mesures spéciales d’importation, à
la suite de la publication d’une décision provisoire datée du
14 septembre 1999, rendue par le sous-ministre du Revenu national, et d’une décision définitive datée du 13 décembre 1999, rendue par le Commissaire, Agence des douanes et du revenu du
Canada, concernant le dumping au Canada de barres d’armature
crénelées pour béton en acier au carbone ou en acier faiblement
allié, laminées à chaud, en longueurs droites ou sous forme de
bobines, originaires ou exportées de la République de Cuba, de la
République de Corée et de la République de Turquie.
186
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Pursuant to subsection 43(1) of the Special Import Measures
Act, the Canadian International Trade Tribunal hereby finds that
the dumping in Canada of the aforementioned goods originating
in or exported from the Republic of Cuba, the Republic of Korea
and the Republic of Turkey has caused material injury to the domestic industry.
The Canadian International Trade Tribunal also finds that the
requirements of paragraph 42(1)(b) of the Special Import Measures Act with respect to massive importation have not been met.
The statement of reasons will be issued within 15 days.
Ottawa, January 12, 2000
Conformément au paragraphe 43(1) de la Loi sur les mesures
spéciales d’importation, le Tribunal canadien du commerce extérieur conclut, par les présentes, que le dumping au Canada des
marchandises susmentionnées, originaires ou exportées de la République de Cuba, de la République de Corée et de la République
de Turquie, a causé un dommage sensible à la branche de production nationale.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur conclut également que les exigences de l’alinéa 42(1)b) de la Loi sur les mesures spéciales d’importation, concernant l’importation massive,
n’ont pas été satisfaites.
L’exposé des motifs sera publié d’ici 15 jours.
Ottawa, le 12 janvier 2000
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Information Processing and Related Telecommunications
Services
Traitement de l’information et services de télécommunication
connexes
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-99-037) from EDUCOM
Training Systems Inc. of Ottawa, Ontario, concerning a procurement (Solicitation No. EN875-9-0718/A) by the Department of
Public Works and Government Services. The solicitation is for
informatics professional services on an “as and when required
basis”. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal Act and subsection 7(2) of the Canadian
International Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations,
notice is hereby given that the Tribunal has decided to conduct an
inquiry into this complaint.
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a reçu une plainte (dossier no PR-99-037) déposée au nom de la société EDUCOM Training Systems Inc., d’Ottawa (Ontario), concernant le numéro d’invitation EN875-9-0718/A du ministère des
Travaux publics et des Services gouvernementaux. L’appel
d’offres porte sur la prestation de services professionnels en informatique « selon la demande ». Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce
extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du
Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné par la présente que le Tribunal a décidé
d’enquêter sur cette plainte.
Il est allégué que, durant le processus de passation du marché
public, certaines mesures de nature discriminatoire ont été prises
et ce, à l’encontre de diverses dispositions de l’Accord sur le
commerce intérieur, l’Accord de libre-échange nord-américain et
l’Accord sur les marchés publics.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa
(Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 10 janvier 2000
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[4-1-o]
[4-1-o]
It is alleged that, during the procurement process, certain procedures were conducted in a discriminatory manner in violation
of several provisions of the Agreement on Internal Trade, the
North American Free Trade Agreement and the Agreement on
Government Procurement.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, January 10, 2000
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Relocation Services
Services de déménagements
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-99-038) from Checker Movers,
of Ottawa, Ontario, concerning a procurement (Solicitation
No. M0500-0-9-0911/A) by the Department of Public Works and
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a reçu une plainte (dossier no PR-99-038) déposée au nom de la société Checker Movers, d’Ottawa (Ontario), concernant un marché
public (numéro d’invitation M0500-0-9-0911/A) du ministère des
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
187
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Travaux publics et des Services gouvernementaux (le Ministère).
L’appel d’offres porte sur l’octroi, pour le compte de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), d’une offre à commandes individuelle et régionale concernant des services de déménagements
« de la façon et au moment prescrits ». Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce
extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du
Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné par la présente que le Tribunal a décidé d’enquêter sur cette plainte.
Il est allégué que le Ministère a incorrectement interrompu cet
appel d’offres à la demande de la GRC.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 11 janvier 2000
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[4-1-o]
[4-1-o]
Government Services (the Department) on behalf of the Royal
Canadian Mounted Police (RCMP). The solicitation is for a Regional Individual Standing Offer for the provision of moving
services, on an “as and when requested” basis. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal
Act and subsection 7(2) of the Canadian International Trade
Tribunal Procurement Inquiry Regulations, notice is hereby
given that the Tribunal has decided to conduct an inquiry into this
complaint.
It is alleged that the Department has improperly suspended the
solicitation at the request of the RCMP.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, January 11, 2000
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
NOTICE
AVIS
Photo Albums
Albums de photos
In the matter of an order made by the Canadian International
Trade Tribunal on August 25, 1995, in Review No. RR-94-006
respecting photo albums with self-adhesive leaves, imported
together or separately, and self-adhesive leaves, originating in
or exported from the Republic of Korea, Hong Kong, the People’s Republic of China, Singapore, Malaysia, Taiwan, Indonesia, Thailand and the Philippines
On October 22, 1999, the Canadian International Trade Tribunal issued Notice of Expiry No. LE-99-006 relating to the aforementioned order. Review No. RR-94-006 continued, without
amendment, the finding of the Canadian International Trade Tribunal on January 2, 1991, in Inquiry No. NQ-90-003 and its order
of September 4, 1990, in Review No. RR-89-012. The latter review: (1) continued, without amendment, the finding of the Canadian Import Tribunal on November 3, 1987, in Inquiry
No. CIT-5-87; (2) continued, without amendment, the finding of
the Canadian Import Tribunal on February 14, 1986, in Inquiry
No. CIT-10-85; (3) continued, with amendment, the finding of
the Canadian Import Tribunal on April 26, 1985, in Inquiry
No. CIT-18-84; and (4) continued, with amendment, the order of
the Canadian Import Tribunal on August 24, 1984, in Review
No. R-3-84. The latter review continued the finding of the Antidumping Tribunal on January 24, 1975, in Inquiry No. ADT-4-74.
Pursuant to the Special Import Measures Act, findings of injury
and the associated special protection in the form of anti-dumping
duties expire in five years from the date of the last order or finding unless a review is initiated.
No request has been received by the Canadian International
Trade Tribunal in support of a review and continuation of the said
order.
Eu égard à une ordonnance rendue par le Tribunal canadien du
commerce extérieur le 25 août 1995, dans le cadre du réexamen no RR-94-006 concernant les albums de photos à feuilles
auto-adhésives, importés ensemble ou séparément, et les
feuilles auto-adhésives, originaires ou exportés de la République de Corée, de Hong Kong, de la République populaire de
Chine, de Singapour, de la Malaisie, de Taiwan, de l’Indonésie, de la Thaïlande et des Philippines
Le 22 octobre 1999, le Tribunal canadien du commerce extérieur a publié l’avis d’expiration no LE-99-006 concernant l’ordonnance susmentionnée. Le réexamen no RR-94-006, a prorogé,
sans modification, les conclusions du Tribunal du 2 janvier 1991,
dans le cadre de l’enquête no NQ-90-003, et son ordonnance du
4 septembre 1990, dans le cadre du réexamen no RR-89-012. Ce
dernier réexamen : (1) a prorogé, sans modification, les conclusions du Tribunal canadien des importations du 3 novembre
1987, dans le cadre de l’enquête no CIT-5-87; (2) a prorogé, sans
modification, les conclusions du Tribunal canadien des importations du 14 février 1986, dans le cadre de l’enquête no CIT-10-85;
(3) a prorogé, avec modification, les conclusions du Tribunal
canadien des importations du 26 avril 1985, dans le cadre de
l’enquête no CIT-18-84; (4) a prorogé, avec modification, l’ordonnance du Tribunal canadien des importations du 24 août
1984, dans le cadre du réexamen no R-3-84. Ce dernier réexamen
a prorogé les conclusions du Tribunal antidumping du 24 janvier
1975, dans le cadre de l’enquête no ADT-4-74.
Aux termes de la Loi sur les mesures spéciales d’importation,
les conclusions de dommage et la protection spéciale qui y est
associée par des droits antidumping prennent fin cinq ans plus
tard à compter de la date de la dernière ordonnance ou des dernières conclusions à moins qu’un réexamen n’ait été entrepris.
Aucun exposé n’a été reçu par le Tribunal canadien du commerce extérieur demandant un réexamen et la prorogation de l’ordonnance en question.
188
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Please be advised that, pursuant to subsection 76(5) of the
Special Import Measures Act, the order will expire on August 24,
2000.
Ottawa, January 11, 2000
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Veuillez noter que l’ordonnance expirera le 24 août 2000 conformément au paragraphe 76(5) de la Loi sur les mesures spéciales d’importation.
Ottawa, le 11 janvier 2000
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications,
including additional locations and addresses where the complete
files may be examined. The relevant material, including the notices and applications, is available for viewing during normal
business hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, 1 Promenade
du Portage, Ground Floor, Hull, Quebec K1A 0N2, (819)
997-2429 (Telephone), 994-0423 (TDD), (819) 994-0218
(Facsimile);
— Bank of Commerce Building, Suite 1007, 1809 Barrington
Street, Halifax, Nova Scotia B3J 3K8, (902) 426-7997
(Telephone), 426-6997 (TDD), (902) 426-2721 (Facsimile);
— Place Montréal Trust, 1800 McGill College Avenue,
Suite 1920, Montréal, Quebec H3A 3J6, (514) 283-6607
(Telephone), 283-8316 (TDD), (514) 283-3689 (Facsimile);
— The Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue,
Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, (204) 983-6306 (Telephone),
983-8274 (TDD), (204) 983-6317 (Facsimile);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, (604) 666-2111 (Telephone), 666-0778 (TDD), (604)
666-8322 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario, (416) 952-9096 (Telephone),
(416) 954-6343 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, Cornwall Professional
Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan S4P 3X3, (306) 780-3422 (Telephone), (306) 780-3319
(Facsimile).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
AVIS AUX INTÉRESSÉS
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des
demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter
les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les
avis et les demandes, sont disponibles pour examen durant les
heures normales d’affaires aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, 1, promenade
du Portage, Rez-de-chaussée, Hull (Québec) K1A 0N2, (819)
997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), (819) 994-0218
(télécopieur);
— Édifice de la Banque de Commerce, Pièce 1007, 1809, rue
Barrington, Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 3K8, (902)
426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), (902) 426-2721
(télécopieur);
— Place Montréal Trust, 1800, avenue McGill College, Bureau 1920, Montréal (Québec) H3A 3J6, (514) 283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), (514) 283-3689 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, (204) 983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), (204) 983-6317 (télécopieur);
— 530-580, rue Hornby, Vancouver (Colombie-Britannique)
V6C 3B6, (604) 666-2111 (téléphone), 666-0778 (ATS),
(604) 666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 55, avenue St. Clair
Est, Bureau 624, Toronto (Ontario), (416) 952-9096 (téléphone), (416) 954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, (306) 780-3422 (téléphone), (306) 780-3319
(télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées ciaprès en s’adressant au CRTC.
2000-4
2000-4
Norcom Telecommunications Limited
Kenora/Keewatin, Ontario
January 10, 2000
Norcom Telecommunications Limited
Kenora/Keewatin (Ontario)
Le 10 janvier 2000
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
189
Approved — Renewal of the broadcasting licence for CJBN-TV
Kenora/Keewatin from March 1, 2000, to February 28, 2002.
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
CJBN-TV Kenora/Keewatin du 1er mars 2000 au 28 février 2002.
2000-5
2000-5
January 12, 2000
Le 12 janvier 2000
Radiomutuel inc.
Montréal, Gatineau, Shawinigan, Magog, Rouyn-Noranda,
Val-d’Or, Trois-Rivières, Jonquière, Québec and Chicoutimi,
Quebec
Approved by Majority Vote — Transfer of the effective control
and ownership of broadcasting undertakings from Radiomutuel to
Astral Communications inc. (Astral).
Radiomutuel inc.
Montréal, Gatineau, Shawinigan, Magog, Rouyn-Noranda,
Val-d’Or, Trois-Rivières, Jonquière, Québec et Chicoutimi
(Québec)
Approuvé par vote majoritaire — Transfert du contrôle effectif et
de la propriété d’entreprises de radiodiffusion de Radiomutuel à
Astral Communications inc. (Astral).
2000-6
2000-6
January 12, 2000
Le 12 janvier 2000
Wired World Inc.
Kitchener, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Type B
community radio programming undertaking, CKWR-FM Kitchener, from March 1, 2000, to August 31, 2001.
Approved — Licensee’s request to change some of its conditions
of licence, as mentioned in the decision.
Wired World Inc.
Kitchener (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de l’entreprise de
programmation de radio communautaire de type B, CKWR-FM
Kitchener, du 1er mars 2000 au 31 août 2001.
Approuvé — Demande de la titulaire visant à modifier certaines
conditions de sa licence, tel qu’il est mentionné dans la décision.
2000-7
2000-7
January 13, 2000
Le 13 janvier 2000
Okanagan Skeena Group Limited
Prince Rupert, Terrace, etc., British Columbia
Shaw Cablesystems Ltd.
Calgary, Alberta
Look Communications Inc.
Barrie, Belleville, etc., Ontario
Rogers Cablesystems Ontario Limited and Rogers Cable Inc.
(formerly Rogers Cablesystems Limited)
Ajax, Metropolitan Toronto/Downsview, Kitchener/
Grand River, etc., Ontario
Shaw Cablesystems Ltd.
Barrie, Barrie South Shore and surrounding areas, etc.,
Ontario
Cogeco Cable Inc.
Hamilton/Stoney Creek, etc., Ontario
Bell Satellite Services Inc., doing business under
the name of Bell ExpressVu
Across Canada
Rogers Cable Inc. (formerly Rogers Cablesystems Limited),
Rogers Cablesystems Ontario Limited and Rogers
Cablesystems Georgian Bay Limited
London North, St. Thomas, etc., Ontario
Denied — Addition of Radio Television Portugal International,
NASA Television or WNYO-TV Buffalo.
Okanagan Skeena Group Limited
Prince Rupert, Terrace, etc. (Colombie-Britannique)
Shaw Cablesystems Ltd.
Calgary (Alberta)
Look Communications Inc.
Barrie, Belleville, etc. (Ontario)
Rogers Cablesystems Ontario Limited et Rogers Cable Inc.
(anciennement Rogers Cablesystems Limited)
Ajax, Toronto métropolitain/Downsview, Kitchener/
Grand River, etc. (Ontario)
Shaw Cablesystems Ltd.
Barrie, Barrie (rive sud et les régions avoisinantes), etc.
(Ontario)
Cogeco Cable Inc.
Hamilton/Stoney Creek, etc. (Ontario)
Bell Services Satellite inc., faisant affaires sous
la raison sociale Bell ExpressVu
L’ensemble du Canada
Rogers Cable Inc. (anciennement Rogers Cablesystems
Limited), Rogers Cablesystems Ontario Limited et
Rogers Cablesystems Georgian Bay Limited
London-Nord, St. Thomas, etc. (Ontario)
Refusé — Ajout de Radio Television Portugal International,
NASA Television ou WNYO-TV Buffalo.
2000-8
2000-8
January 13, 2000
Le 13 janvier 2000
The Sports Network
Across Canada
Denied — Authority to operate a repeat channel that would rebroadcast TSN programming from the previous seven days, on a
separate channel.
The Sports Network
L’ensemble du Canada
Refusé — Autorisation d’exploiter un canal de reprise
d’émissions qui retransmettrait sur un canal distinct la programmation de TSN des sept jours précédents.
2000-9
2000-9
CHUM Limited
Across Canada
January 13, 2000
CHUM Limitée
L’ensemble du Canada
Le 13 janvier 2000
190
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Denied — Amendment to the broadcasting licence for the national specialty television programming service MuchMusic to
establish up to five repeat channels.
Refusé — Modification de la licence de radiodiffusion pour
le service national de programmation de télévision spécialisée MuchMusic afin d’établir jusqu’à cinq canaux de reprise
d’émissions.
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC HEARING 1999-14-1
AUDIENCE PUBLIQUE 1999-14-1
Further to its Notice of Public Hearing CRTC 1999-14 dated
December 24, 1999, relating to its public hearing which will
be held on March 6, 2000, at 9 a.m., at the Hôtel Beauséjour,
750 Main Street, Moncton, New Brunswick, the Commission
announces that the following item is amended by changing the
address for the examination of the application at St. Andrews,
New Brunswick:
Issue No. 1 — Item 14
St. Stephen, New Brunswick
New Brunswick Broadcasting Co., Limited
À la suite de son avis d’audience publique CRTC 1999-14 du
24 décembre 1999 relativement à l’audience publique qui aura
lieu le 6 mars 2000, à 9 h, à l’Hôtel Beauséjour, 750, rue Main,
Moncton (Nouveau-Brunswick), le Conseil annonce que l’article
suivant est modifié en changeant l’adresse pour l’examen de la
demande à St. Andrews (Nouveau-Brunswick) :
January 11, 2000
Le 11 janvier 2000
Première partie — Article 14
St. Stephen (Nouveau-Brunswick)
New Brunswick Broadcasting Co., Limited
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2000-4
AVIS PUBLIC 2000-4
Atlantic and Quebec Region
Région du Québec et de l’Atlantique
1. NBTEL Inc.
Saint John and surrounding areas, Moncton and surrounding
areas, New Brunswick
To be authorized to distribute, at its option, the signals of
WCVB-TV (ABC), WBZ-TV (CBS), WHDH-TV (NBC),
WGBH-TV (PBS) Boston, Massachusetts and WUHF (FOX)
Rochester, New York, as part of the basic service. The licensee will receive these signals via a licensed satellite relay distribution undertaking.
2. Radio-Nord Inc.
Val-d’Or, Quebec
To amend the commitments of CHGO-FM Val-d’Or and
CHGO-FM-1 Rouyn-Noranda, by decreasing from 40 percent
to 20 percent the spoken word content of its programming
from the schedule.
1. NBTEL Inc.
Saint John et les régions avoisinantes, Moncton et les régions
avoisinantes (Nouveau-Brunswick)
En vue d’être autorisée à distribuer, à son gré, les signaux de
WCVB-TV (ABC), WBZ-TV (CBS), WHDH-TV (NBC),
WGBH-TV (PBS) Boston (Massachusetts) et WUHF (FOX)
Rochester (New York), dans le cadre de son service de base.
La titulaire recevra ces signaux par l’entremise d’une entreprise de distribution par relais satellite autorisée.
2. Radio-Nord Inc.
Val-d’Or (Québec)
En vue de modifier les engagements de CHGO-FM Val-d’Or
et CHGO-FM-1 Rouyn-Noranda, en réduisant le contenu verbal de sa programmation de 40 p. 100 à 20 p. 100 de la grillehoraire.
Deadline for intervention: February 14, 2000
Date limite d’intervention : le 14 février 2000
January 10, 2000
Le 10 janvier 2000
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2000-6
AVIS PUBLIC 2000-6
Licensing Framework Policy for New Digital Pay and Specialty
Services
Politique relative au cadre de réglementation des nouveaux
services de télévision spécialisée et payante numériques
Summary
Sommaire
This notice sets out a framework for licensing new digital
Canadian programming services. The framework will enhance
Le présent avis énonce un cadre pour l’attribution de licences à
de nouveaux services de programmation canadiens numériques.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
191
diversity and choice for viewers, in the current and evolving
digital distribution environment.
Ce cadre accroîtra la diversité et le choix pour les téléspectateurs
dans l’environnement actuel de la distribution numérique en
évolution.
The approach will:
— make possible the provision of a diverse selection of attractive
new Canadian programming services to be distributed to Canadian viewers with digital technology;
— facilitate the rollout of digital distribution technology;
— provide a balance between the traditional licensing approach
and a more open-entry, competitive environment made possible by the expansion of digital capacity; and
— promote alliances between Canadian and foreign services.
La démarche :
— permettra d’offrir un choix diversifié de nouveaux services de
programmation canadiens attrayants, devant être distribués en
mode numérique aux téléspectateurs canadiens;
— facilitera le déploiement de la technique de la distribution
numérique;
— établira un équilibre entre la démarche d’attribution de licences traditionnelle et un environnement d’entrée libre concurrentiel rendu possible grâce à l’expansion de la capacité
numérique;
— encouragera les alliances entre les services canadiens et
étrangers.
The Commission will license two categories of new digital
services. It will shortly issue a call for applications, for new digital services in both categories in French, English or other
languages.
Le Conseil attribuera des licences à deux catégories de nouveaux services numériques. Il lancera sous peu un appel de demandes visant l’exploitation de nouveaux services numériques
dans les deux catégories, en français, en anglais ou dans d’autres
langues.
Category 1 services will be a limited number of specialty services (approximately ten) that make a strong contribution to the
development, diversity and distribution of Canadian programming and are the most attractive services for early digital distribution. These services will have digital access privileges. Category 2 services will be licensed on a more open-entry basis. The
Commission intends to grant licences to all Category 2 applications that meet basic licensing criteria even if the services are
competitive with one another. Such services will not be assured
digital access.
Les services de la catégorie 1 seront limités à un certain nombre de services spécialisés (dix environ) qui contribuent grandement au développement, à la diversité et à la distribution d’émissions canadiennes et se prêtent le mieux au lancement de la
distribution numérique. Ces services auront des privilèges d’accès
numérique. Les services de la catégorie 2 seront autorisés sur une
base d’entrée libre. Le Conseil entend accorder des licences pour
toutes les demandes relatives aux services de la catégorie 2 qui
satisfont aux critères de base d’attribution de licences, même si
les services sont concurrents entre eux. L’accès à la distribution
numérique ne sera pas garanti pour ces services.
The Commission will consider applications for distributoraffiliated Category 1 and Category 2 services. Measures will be in
place to ensure the distribution on equitable terms of services that
are not affiliated to distributors. Existing undue preference regulations will continue to apply, to address any concerns that may
arise about the potential for distributors to confer an undue preference on affiliated services in matters such as access, packaging
and other terms of carriage.
Le Conseil examinera les demandes de services de catégories 1
et 2 affiliés à des distributeurs. Des mesures seront mises en place
afin de garantir la distribution de façon équitable des services non
affiliés à des distributeurs. Les dispositions actuelles relatives à la
préférence indue continueront de s’appliquer, de façon à apaiser
les préoccupations que peut soulever la possibilité que les distributeurs se confèrent une préférence indue pour les services affiliés dans des secteurs comme l’accès, la mise en bloc et d’autres
modalités de distribution.
The Commission will issue a call for requests for authorization
to distribute new foreign services in Canada on a digital basis
after the publication of its licensing decisions for new Canadian
digital services.
Le Conseil lancera un appel de demandes visant l’autorisation
de distribuer de nouveaux services étrangers au Canada en mode
numérique après la publication de ses décisions attribuant des
licences à de nouveaux services numériques canadiens.
Introduction
Introduction
In 1997, the Commission received over 70 applications for new
pay and specialty services. At that time, it determined that there
were a number of issues that needed to be examined before it
could proceed with a public hearing to consider those applications. Outstanding issues included the limited availability of analog channel capacity, the current state of digital distribution technology, the emerging competitive distribution environment, and
the evolving structure of the broadcasting industry.
En 1997, le Conseil a reçu plus de 70 demandes visant l’exploitation de nouveaux services de télévision spécialisée et
payante. Il a alors établi qu’avant de tenir une audience publique
sur ces demandes, il devait examiner un certain nombre de questions, notamment : la disponibilité restreinte de la capacité de
transmission analogique, l’état d’avancement de la technique
de distribution numérique, l’environnement concurrentiel de
la distribution et la structure en évolution de l’industrie de la
radiodiffusion.
Due to greater available channel capacity in Francophone
markets, and the lower number of licensed French-language services, the Commission proceeded with consideration of Frenchlanguage applications at a hearing conducted in December 1998.
The Commission licensed four new French-language services in
May 1999, for carriage on an analog basis in early 2000.
Compte tenu de la capacité de transmission disponible plus
grande dans les marchés francophones ainsi que du nombre limité
de services de langue française autorisés, le Conseil a procédé à
l’examen des demandes de langue française dans le cadre d’une
audience tenue en décembre 1998. En mai 1999, il a autorisé
quatre nouveaux services de langue française devant être distribués en mode analogique au début de l’an 2000.
192
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
In Public Notice 1998-79, the Commission announced that it
would postpone its consideration of new English-language pay
and specialty services until it could conduct a separate public
process to examine an appropriate licensing framework for such
services in the existing environment. The Commission indicated
that it was concerned about the pace of the rollout of digital cable
capacity and of the development of competition in distribution
services.
Dans l’avis public 1998-79, le Conseil a annoncé qu’il reporterait l’examen des nouveaux services de télévision spécialisée et
payante de langue anglaise jusqu’à ce qu’il puisse tenir une audience distincte sur le cadre d’attribution de licences approprié
pour ces services dans le contexte actuel. Il a dit être préoccupé
par le rythme du déploiement de la capacité de câblodistribution
numérique de même que de l’implantation de la concurrence dans
les services de distribution.
To assist in the development of an appropriate framework for
considering new pay and specialty applications, the Commission
called for comments on a licensing framework for new pay and
specialty services on February 3, 1999, in Public Notice 1999-19.
Issues raised in the notice included:
— whether licensing for digital or analog distribution would be
more appropriate;
— the extent to which the access rules should apply to any new
licensed services;
— the appropriate carriage status for any new licensed services;
and
— tiering, packaging and linkage rules that might be applied to
any new licensed services.
Pour faciliter l’élaboration d’un cadre approprié pour l’examen
des demandes visant de nouveaux services de télévision spécialisée et payante, le Conseil a lancé un appel d’observations au sujet
du cadre d’attribution de licences pour ces services le 3 février
1999 dans l’avis public 1999-19. Il s’est notamment demandé :
— si l’attribution de licences pour la distribution en mode numérique ou analogique serait préférable;
— dans quelle mesure les règles relatives à l’accès devraient
s’appliquer aux nouveaux services autorisés;
— quel statut il conviendrait d’accorder aux nouveaux services
autorisés relativement à leur distribution;
— quelles règles relatives à l’étagement, à la mise en bloc et à
l’assemblage pourraient s’appliquer aux nouveaux services
autorisés.
The notice also raised questions about possible licensing criteria for new pay and specialty services, including their ability to
contribute to broadcasting policy objectives, as well as the extent
to which financial and competitive factors should be considered
in the licensing process. In addition, the Commission sought
comments on the weight it should give to matters of distributor
equity, other forms of cross-ownership or wholesale fees in its
consideration of new applications. The deadline for comments
was May 14, 1999. Forty-nine written submissions were received.
Dans l’avis, le Conseil a également soulevé des questions concernant les critères possibles d’attribution de licences pour les
nouveaux services de télévision spécialisée et payante, y compris
leur capacité de contribuer à l’atteinte des objectifs de la politique
de radiodiffusion, ainsi que dans quelle mesure il faudrait tenir
compte de facteurs financiers et concurrentiels dans le processus
d’attribution de licences. Le Conseil a en outre sollicité des observations sur l’importance devant être accordée lors de l’examen
des nouvelles demandes à des aspects comme la participation des
distributeurs et d’autres formes de propriété mixte ou les tarifs de
gros. La date limite du dépôt des observations était le 14 mai
1999 et il en a reçu 49 par écrit.
The Commission has considered all these submissions in developing this policy framework and wishes to thank those who
provided comments for the useful contribution they have made to
the Commission’s deliberations.
Lorsqu’il a élaboré son cadre de politique, le Conseil a tenu
compte de toutes les observations et il désire remercier tous ceux
et celles qui lui en ont soumis pour leur précieuse contribution à
ses délibérations.
In view of the scarcity of analog channel capacity, most parties
emphasized that new services should be licensed on a digital basis. There was also general agreement that new Canadian services
that launch on a digital basis at this time will face financial risk.
The initial subscriber base will be limited and the rate at which
the subscriber base will grow is uncertain.
Compte tenu de la capacité de transmission analogique restreinte, la plupart des parties ont insisté pour que les nouveaux
services soient autorisés en mode numérique. De l’avis général,
les nouveaux services canadiens qui sont lancés en mode numérique à ce stade-ci courront des risques financiers. La clientèle initiale sera limitée et on ne sait pas à quel rythme elle croîtra.
For these reasons, the programming sector generally emphasized the need for regulatory support for new services, including
carriage rights and rules to ensure that new services are sold in
packages rather than on a stand-alone basis. Most supported the
continuation of the Commission’s traditional licensing and regulatory approach.
Voilà pourquoi le secteur de la programmation a mis généralement l’accent sur la nécessité pour les nouveaux services d’être
soutenus sur le plan de la réglementation, y compris les droits de
distribution et les règles visant à garantir que les nouveaux services soient vendus en blocs plutôt que sur une base autonome.
La plupart ont préconisé qu’en ce qui concerne l’attribution de
licences et la réglementation, le Conseil conserve sa démarche
traditionnelle.
On the other hand, distributors generally stated that the regulatory approach should maximize the benefits of digital distribution, including increased customer choice in the selection
of services. Distributors generally favoured a more open-entry,
market-based approach to the licensing and eventual launch of
new services.
Par ailleurs, les distributeurs ont dit estimer qu’une démarche
réglementaire devrait maximiser les avantages de la distribution
numérique, dont un plus grand choix de services. Pour ce qui est
de l’attribution de licences et du lancement de nouveaux services,
les distributeurs favorisaient généralement une démarche d’entrée
libre en fonction du marché.
The submissions also indicated the importance of making new,
high-quality programming services available to provide incentives
for viewers to adopt digital technology.
Dans les mémoires, on a généralement souligné qu’il est important que les nouveaux services de programmation offerts soient de
qualité, ce qui inciterait les téléspectateurs à adopter la technique
numérique.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
193
The advantages of digital distribution include:
— the ability to deliver more services;
— increased flexibility in the way that programming services
may be packaged;
— improved navigation and organization of channels based on
individual viewer choice;
— greater opportunities for viewers to interact with the programming product;
— the capacity to support high definition programming;
— a potential for higher picture and sound quality; and
— enhanced possibilities for integrating the delivery of programming and non-programming services (such as Internet
access and telephony).
While the Commission expects digital penetration to be limited
in the short term, it considers that the advantages offered by digital distribution will ultimately speed up the expansion of digital
capacity and the conversion to digital by all distributors and
customers.
Accordingly, the Commission has adopted an approach that
provides a bridge between the traditional regulatory mechanisms — which have been highly supportive of emerging new
Canadian services — and a more open-entry environment that
allows for greater risk-taking, provides for a greater number of
services in the marketplace, and allows the success of services to
be increasingly determined by customers.
Compte tenu du dossier du présent processus d’examen de la
politique, le Conseil prévoit qu’au cours des prochaines années,
le déploiement de la technique de distribution numérique par les
distributeurs par lien terrestre prendra de l’ampleur. Le Conseil
souligne que les distributeurs par satellites de radiodiffusion directe (SRD) et les distributeurs par système de distribution multipoint (SDM) utilisent actuellement la technique numérique. Au
cours de cette période de transition, la plupart des abonnés continueront de recevoir leurs signaux de programmation en mode
analogique, mais la distribution numérique gagnera en importance
dans le marché en raison des avantages qu’elle offre.
La distribution numérique a entre autres avantages :
— la capacité de distribuer davantage de services;
— une latitude accrue dans la façon d’assembler les services de
programmation;
— une amélioration de l’agencement des canaux, en fonction des
choix individuels, pour en faciliter la navigation;
— des occasions plus fréquentes pour les téléspectateurs d’interagir avec la programmation;
— la compatibilité avec la technique haute définition;
— une qualité d’image et de son supérieure;
— de plus grandes possibilités d’intégrer la distribution de services de programmation et hors programmation (comme
l’accès à Internet et la téléphonie).
Même si le Conseil s’attend qu’à court terme la pénétration du
numérique soit restreinte, il estime que les avantages de la distribution numérique accéléreront en bout de ligne l’expansion de la
capacité numérique et la conversion à ce mode par tous les distributeurs et les consommateurs.
Le Conseil a donc adopté une démarche qui établit un lien entre les mécanismes de réglementation traditionnels — qui ont
grandement contribué à la création de nouveaux services canadiens — et un environnement d’entrée libre qui permet de prendre
davantage de risques, d’offrir un plus grand nombre de services
sur le marché et de faire reposer de plus en plus le succès des
services sur les consommateurs.
New digital services
Nouveaux services numériques
To provide incentives for Canadian viewers to switch to digital
technology, and given the limitations on analog capacity, the
Commission will now license a range of new pay and specialty
services for digital-only distribution.
Under the new framework, the Commission has decided to license two categories of new services: Category 1 and Category 2
services.
Pour inciter les téléspectateurs canadiens à passer à la distribution numérique, et vu les limitations de la capacité analogique, le
Conseil autorisera dorénavant la distribution d’un éventail de
nouveaux services de télévision spécialisée et payante en mode
numérique seulement.
Le Conseil fait état des observations qu’il a reçues d’intervenants et selon lesquelles il est trop tôt pour songer à autoriser de
nouveaux services de langue française en mode numérique. Toutefois, il estime que la diversité linguistique est un facteur important. Le Conseil acceptera donc les demandes qui lui seront présentées, suivant ce cadre d’attribution de licences, à l’égard de
services de télévision spécialisée et payante en mode numérique,
en français et en anglais, ainsi que dans d’autres langues.
Suivant le nouveau cadre, le Conseil a décidé d’autoriser deux
catégories de nouveaux services : les services de la catégorie 1 et
de la catégorie 2.
Category 1 services
Services de la catégorie 1
Category 1 services will be specialty services that make a
strong contribution to the development, diversity and distribution
of Canadian programming and are the most attractive services for
early digital distribution.
The Commission expects to license approximately ten new
specialty services as Category 1 services. These services will have
digital access privileges and genre protection to assist them to
Les services de la catégorie 1 seront des services spécialisés
qui contribuent grandement au développement, à la diversité et à
la distribution d’émissions canadiennes et qui se prêtent le mieux
aux premières étapes de la distribution numérique.
Le Conseil s’attend à autoriser environ dix nouveaux services
spécialisés comme services de la catégorie 1. Ces services auront
des privilèges d’accès numérique et profiteront d’une protection
Based on the record of this policy review process, the Commission anticipates that, over the next few years, the deployment
of digital distribution technology by wire line distributors will
gain momentum. The Commission notes that Direct to Home
(DTH) distributors and multipoint distribution system (MDS)
distributors currently utilize digital technology. During this transitional period, while most subscribers will continue to receive
their programming signals with analog technology, digital distribution will gain in importance in the marketplace in view of the
advantages it offers.
The Commission acknowledges the comments received from
interveners that it was too early to consider licensing new Frenchlanguage services on a digital basis. However, the Commission
considers that linguistic diversity is an important consideration.
Accordingly, it will welcome applications under this licensing
framework for digital pay and specialty services in both French
and English, as well as other languages.
194
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
launch vibrant services during the uncertain period of digital
rollout.
de genre afin de les aider à lancer des services dynamiques pendant la période incertaine du déploiement numérique.
To make Category 1 services available to the maximum possible number of digital subscribers, distributors who offer programming services to the public using digital technology will be
required to distribute all Category 1 services appropriate to their
market on a digital basis. This requirement will be imposed by
regulation. In addition, the Commission points out that it will
issue in February 2000 its determination on the proceeding initiated in Public Notice 1999-74 entitled Review of the Access Rules
for Canadian Pay and Specialty Services in Bilingual Markets —
Call for Comments.
Afin de fournir des services de la catégorie 1 au plus grand
nombre d’abonnés possible à la distribution numérique, les distributeurs qui offrent au public des services de programmation en
mode numérique devront distribuer tous les services de la catégorie 1 convenant à leur marché en mode numérique. Cette exigence sera imposée par règlement. Le Conseil signale également
qu’il publiera en février 2000 ses conclusions relatives à l’instance amorcée par l’avis public 1999-74 intitulé Examen des règles
relatives à l’accès aux services spécialisés et de télévision payante
canadiens dans les marchés bilingues — Appel d’observations.
To address the situation where a distributor has insufficient
digital capacity, the Commission will consider allowing exceptions by condition of licence.
Dans le cas des distributeurs n’ayant pas une capacité de
transmission numérique suffisante, le Conseil prévoira des exceptions par condition de licence.
To ensure that all Category 1 services have the benefit of favourable packaging arrangements, distributors will not be permitted to distribute any Category 1 service on a stand-alone basis
unless it is also distributed as part of a package. As well, each
Category 1 service must be packaged and marketed on an equitable basis as compared to any other new digital service.
Pour garantir que les services de la catégorie 1 profitent d’arrangements de mise en bloc avantageux, les distributeurs ne seront pas autorisés à distribuer un service de la catégorie 1 sur une
base autonome à moins qu’il ne soit également distribué dans le
cadre d’un bloc. De plus, chaque service de la catégorie 1 devra
être mis en bloc et commercialisé de façon équitable par comparaison aux autres nouveaux services numériques.
To moderate the challenge of early digital launch, the Commission will license Category 1 services on a one-per-genre basis.
Specifically, the Commission will not license a service that is
directly competitive with another Category 1 service or with an
existing pay or specialty service.
Pour réduire les risques du lancement de services en mode numérique, le Conseil autorisera des services de la catégorie 1 à
raison de un par genre. Plus particulièrement, il n’autorisera pas
de services qui concurrencent directement un autre service de
la catégorie 1 ou encore un service de télévision spécialisée ou
payante en place.
Contributions to Canadian programming, including commitments to exhibition, expenditures and original production, will be
an important consideration in the selection of Category 1 services.
Other criteria will include contribution to the diversity of available genres, enhancement of linguistic diversity in the digital
offering (French, bilingual or multilingual services), attractiveness of the service to potential viewers, innovation in the use of
the digital medium (for example, interactivity), affordability, and
the reasonableness of the business plan.
Les contributions à la programmation canadienne, y compris
les engagements relatifs à la diffusion, aux dépenses et à la production originale, seront des facteurs importants dans le choix des
services de la catégorie 1. La contribution à la diversité des
genres disponibles, l’accroissement de la diversité linguistique
dans les services numériques (français, bilingues ou multilingues), le caractère attrayant du service pour les téléspectateurs,
l’innovation dans l’utilisation du médium numérique (par exemple, l’interactivité), l’abordabilité et le caractère raisonnable du
plan d’entreprise feront également partie des critères.
The Commission expects to license Category 1 services for a
seven-year term. It will expect applicants for Category 1 licences
to commit to a reasonable level of Canadian programming in each
year of the licence term leading to a minimum of 50 percent Canadian programming over the broadcast year by the end of the
first licence term. Given the importance of such commitments in
the licensing process, applicants should not expect to be permitted to modify their proposed commitments during the licensing
process (after applications are filed).
Le Conseil entend autoriser les services de catégorie 1 pour une
période de sept ans. Il s’attend que ceux qui demandent des licences de la catégorie 1 s’engagent à diffuser un pourcentage
raisonnable d’émissions canadiennes à chaque année de la période d’application de leur licence, pour atteindre au moins
50 p. 100 d’émissions canadiennes au cours de l’année de radiodiffusion à la fin de la première période d’application de la licence. Vu l’importance de ce type d’engagements lors du processus
d’attribution de licences, les requérants ne doivent pas s’attendre
à ce que des changements aux engagements proposés soient permis au cours du processus d’attribution de licence (soit après le
dépôt des demandes).
The Commission will carefully assess the proposed commitments made by Category 1 applicants. To do so, the Commission
must be able to consider the ability of applicants to implement
their plans. Accordingly, the Commission will consider the market studies and business plans of the applicants and take note of
the wholesale rates for discretionary digital carriage.
Le Conseil examinera attentivement les engagements proposés
par les requérants de la catégorie 1. Pour ce faire, il doit pouvoir
évaluer la capacité des requérants de mettre en œuvre leurs plans.
Le Conseil examinera donc les études de marché et les plans
d’entreprise des requérants et il prendra note des tarifs de gros
pour la distribution numérique facultative.
The Commission considers that limiting the distribution of
these new programming services to digital technology is consistent with the limitations on analog capacity. Accordingly, Category 1 services will only be allowed distribution on a digital basis
with the following exception. The Commission will permit independent Class 3 distribution systems (small systems) that do not
make use of digital technology, to distribute Category 1 services
Le Conseil estime qu’il doit restreindre la distribution de ces
nouveaux services de programmation à la distribution numérique
en raison des limitations de la capacité analogique. La distribution des services de la catégorie 1 ne sera donc autorisée qu’en
mode numérique, sauf l’exception suivante. Le Conseil permettra
aux systèmes de distribution de classe 3 indépendants (petits systèmes) n’utilisant pas la technique numérique de distribuer des
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
195
on an analog basis. For this purpose, the Commission will consider an independent Class 3 distribution system to be a Class 3
distribution system that is not interconnected with a Class 1 or
Class 2 distribution system.
This exception has been made to respond to a concern that
digital transition may be too expensive for some of these small
systems in the near term. Nonetheless, the Commission encourages all distributors to implement digital distribution technology
as soon as practicable.
services de la catégorie 1 en mode analogique. À cette fin, le
Conseil entend par système de distribution de classe 3 indépendant un système de distribution de classe 3 qui n’est pas interconnecté avec un système de distribution de classe 1 ou de classe 2.
Cette exception a été prévue pour apaiser la crainte que la
transition au numérique soit trop coûteuse à court terme pour
certains petits systèmes. Néanmoins, le Conseil encourage tous
les distributeurs à mettre en œuvre la technique de distribution
numérique dans les meilleurs délais possibles.
Category 2 services
Services de la catégorie 2
The Commission recognizes that some services will be prepared to accept the risks of launching on a digital-only basis
without the types of regulatory support that will be provided to
Category 1 services. In a digital environment characterized by
increasing capacity and enhanced packaging flexibility, the
Commission considers that licensing such services will provide a
benefit to the broadcasting system by expanding the availability
of programming services for digital distribution. As these services
will need to compete with one another for distribution and for the
attention of customers, licensing them will also lead to enhanced
subscriber choice.
Le Conseil reconnaît que certains services seront prêts à accepter les risques d’un lancement numérique en l’absence du genre
de soutien réglementaire offert aux services de la catégorie 1.
Dans un environnement numérique caractérisé par une capacité et
une souplesse accrues en matière d’assemblage, le Conseil estime
qu’autoriser ces services profitera au système de radiodiffusion
en étendant la disponibilité des services de programmation destinés à la distribution numérique. Comme ces services devront
entrer en concurrence les uns avec les autres sur les plans de la
distribution et de l’attention des consommateurs, leur attribuer des licences signifiera également un choix accru pour les
abonnés.
Le Conseil s’attend que les services de la catégorie 2 comprennent des services offrant des émissions créneaux à des auditoires
particuliers, des services donnant des choix multiples pour des
types d’émissions particuliers, de même que des services assemblant les émissions existantes de façon créative.
Le Conseil attribuera des licences aux services de la catégorie 2
de manière à maximiser les avantages pour la démarche d’entrée
libre. Le Conseil ne limitera pas le nombre de licences de catégorie 2 qu’il attribuera.
Le Conseil s’attend que les requérants visant une licence de la
catégorie 2 s’engagent à diffuser un pourcentage minimum de
contenu canadien. Pour les services spécialisés de langues française et anglaise, le minimum sera de 35 p. 100. Pour les services
spécialisés à caractère ethnique, il sera de 15 p. 100. Les services
de vidéoclips seront également tenus de diffuser au moins
30 p. 100 de vidéoclips canadiens.
Dans le cas des services de télévision payante, le Conseil s’attendra que les engagements à l’égard de la diffusion du contenu
canadien et des dépenses soient comparables à ceux des services
de télévision payante en place.
Tel qu’il est noté ci-dessus, les services de la catégorie 2 qui
entrent en concurrence les uns avec les autres seront autorisés.
Toutefois, le Conseil n’autorisera pas de service de la catégorie 2
qui concurrence directement un service de télévision spécialisée
ou payante existant ou un nouveau service de la catégorie 1. Le
Conseil ne tiendra pas compte de la viabilité des services de la
catégorie 2, de leurs plans d’entreprise ou de marketing ou encore
des tarifs facturés, de manière que les services expérimentaux et
très innovateurs ne soient pas exclus en raison du manque de
viabilité perçu.
Conformément à la démarche d’attribution de licences d’entrée
libre, les distributeurs pourront choisir des services de la catégorie 2 d’après leur attrait prévu auprès de leurs abonnés. Les services de la catégorie 2 n’auront pas de privilège de distribution,
sauf comme il est indiqué dans la section ci-dessous intitulée
« Participation des distributeurs ».
Les services de la catégorie 2 devront être distribués uniquement en mode numérique. Les systèmes de câblodistribution de
classe 3 indépendants peuvent demander une condition de licence
leur permettant de distribuer les services de la catégorie 2 en
The Commission expects that Category 2 services will include
services offering niche programming to particular audiences,
services that provide multiple viewing opportunities for particular
types of programming, and services that repackage existing programming in creative ways.
The Commission will license Category 2 services in a way that
maximizes the benefits of an open-entry approach. The Commission will not limit the number of Category 2 licences to be issued.
The Commission will expect applicants for Category 2 licences
to commit to minimum Canadian content exhibition requirements. For English- and French-language specialty services, that
minimum will be 35 percent. For ethnic specialty services, it will
be 15 percent. Music video services will also be required to exhibit a minimum of 30 percent Canadian music videos.
For pay services, the Commission will expect Canadian content
exhibition and expenditure commitments to be comparable to
those of existing pay services.
As noted above, Category 2 services that are competitive with
each other will be licensed. However, the Commission will not
license a Category 2 service that is directly competitive with an
existing pay or specialty service or with a new Category 1 service.
The Commission will not consider the viability of Category 2
services, their business or marketing plans, or the rates to be
charged by them. This will ensure that highly experimental or
innovative services will not be excluded due to a lack of perceived viability.
In accordance with the open-entry licensing approach, distributors will be able to select the Category 2 services on the basis of
their perceived appeal to their subscribers. Category 2 services
will not have carriage privileges, except as noted under the section entitled “Distributor equity” below.
Category 2 services will only be allowed distribution on a
digital basis. Independent Class 3 cable systems may apply for a
condition of licence permitting the carriage of a Category 2 service using analog technology. Such applications will only be
196
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
approved in exceptional circumstances, for example, where a Category 2 ethnic programming service is particularly suitable for
distribution in a given market.
mode analogique. Ces demandes ne seront approuvées que dans
des cas exceptionnels, comme lorsqu’un service de programmation à caractère ethnique de la catégorie 2 se prête tout particulièrement à la distribution dans un marché donné.
Majority of Canadian services
Majorité de services canadiens
Distributors will be required to ensure that the majority of
services received digitally by each of its subscribers is Canadian.
This approach will allow distributors to offer a broad range of
choices to customers, while ensuring the continued predominance
of Canadian services in the emerging digital distribution environment. For the purpose of this rule, all of the programming
signals of a pay-per-view or video-on-demand service will count
as one service. This approach is consistent with the Commission’s existing regulation ensuring the predominance of Canadian
services.
Les distributeurs seront tenus de s’assurer que la majorité des
services reçus en mode numérique par chacun de leurs abonnés
soient canadiens. Cette démarche permettra aux distributeurs
d’offrir un large éventail de choix aux consommateurs, tout en
garantissant la prédominance permanente de services canadiens
dans le nouvel environnement de la distribution numérique. Aux
fins de cette règle, l’ensemble des émissions d’un titulaire de
services de télévision à la carte ou de vidéo sur demande seront
considérées comme un service. Cette démarche est compatible
avec le règlement actuel du Conseil relatif à la prédominance des
services canadiens.
Distributor equity
Participation des distributeurs
The Commission considers that it is appropriate not to restrict
the potential applicants for new services. It is also clear from this
proceeding that distributors have an interest in the rollout of
digital distribution, and will therefore be prepared to launch as
many new programming services as possible, to increase digital
penetration. Accordingly, the Commission sees no need to deny
an application for a licence solely because a distributor holds,
directly or indirectly, equity in the proposed service.
The Commission also recognizes the key role distributors will
have under this licensing framework. Distributors will negotiate
terms of carriage, packaging and marketing arrangements and
will, in the case of Category 2 services, select which services to
carry. As a result, the Commission believes it is appropriate to
adopt measures to ensure that non-affiliated services are treated
fairly by distributors.
In its May 19, 1995 Convergence Report, the Commission
identified sufficient capacity on cable networks and comprehensive access rules as prerequisites in assessing whether cable systems should be allowed to operate programming services other
than over-the-air radio and television stations. The Commission
considers that in the transitional digital environment, with expanding (but still limited) capacity, it will still be necessary to
continue the existing undue preference prohibition and to provide
some specific access rules.
Le Conseil estime qu’il y a lieu de ne pas limiter les requérants
potentiels. Il ressort également de l’instance que les distributeurs
ont un intérêt dans le déploiement de la distribution numérique et
qu’ils seront donc disposés à lancer le plus de nouveaux services
de programmation possible, afin d’augmenter la pénétration du
numérique. Le Conseil ne voit donc pas la nécessité de refuser un
service uniquement parce qu’un distributeur détient, directement
ou indirectement, une participation dans le service proposé.
Le Conseil reconnaît également le rôle clé des distributeurs
dans le nouveau cadre d’attribution de licences. Les distributeurs
négocieront les modalités de distribution, d’assemblage et de
commercialisation et, dans le cas des services de la catégorie 2,
ils choisiront quels services distribuer. Le Conseil croit ainsi qu’il
y a lieu d’adopter des mesures garantissant que les services non
affiliés seront traités équitablement par les distributeurs.
Dans son Rapport sur la convergence du 19 mai 1995, le Conseil a établi que la capacité suffisante dans les réseaux de câblodistribution et des règles d’accès exhaustives sont des conditions
préalables qui lui permettraient de déterminer s’il faut permettre
aux systèmes de câblodistribution d’exploiter des services de
programmation autres que des stations de radio et de télévision en
direct. Le Conseil estime que dans l’environnement numérique
transitoire où la capacité croît (mais est encore restreinte), il faudra encore maintenir l’interdiction actuelle relative à la préférence
indue et prévoir des règles d’accès particulières.
L’interdiction de conférer une préférence ou un avantage indu
qui est faite aux distributeurs en vertu du Règlement sur la distribution de radiodiffusion continuera de s’appliquer aux modalités
de distribution, y compris à celles qui peuvent découler de la participation des distributeurs. Parce que les distributeurs offrant des
services de programmation au public et qui utilisent la technique
numérique seront tenus de distribuer tous les services de la catégorie 1 en mode numérique, aucune autre garantie n’est nécessaire dans leur cas.
Le Conseil introduira une règle d’accès applicable aux distributeurs qui distribuent un service de programmation de la catégorie 2 dans lequel ils contrôlent directement ou indirectement une
part de plus de 10 p. 100. Ces distributeurs devront distribuer au
moins cinq services de la catégorie 2 non affiliés pour chaque
service de la catégorie 2 affilié qu’ils distribuent. Aux fins de
cette règle, les signaux de programmation d’un service de télévision à la carte ou de vidéo sur demande compteront comme un
service.
The prohibition against conferring undue preference or advantage which applies to all distributors under the Broadcasting
Distribution Regulations will continue to apply to terms of carriage issues, including those that may arise from distributor equity. Because distributors offering programming services to the
public using digital technology will be required to distribute all
Category 1 services on a digital basis, no further safeguard is
necessary for them.
The Commission will introduce an access rule applicable to all
distributors who carry any Category 2 programming service in
which they directly or indirectly control more than 10 percent of
the equity. These distributors will be required to distribute at least
five non-affiliated Category 2 services for every affiliated Category 2 service they distribute. For the purpose of this rule, all of
the programming signals of a pay-per-view or video-on-demand
service will be considered to count as one service.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
197
Additional undue preference provisions
Dispositions supplémentaires relatives à la préférence indue
An additional concern raised in this proceeding was that licensees of distributor-affiliated programming services could potentially confer an undue preference on the distributor to which they
are affiliated. For example, such a licensee might refuse to be
carried by a competing distributor or might agree to more advantageous terms of carriage with its affiliated-distributor. The
Commission intends to propose an amendment to its regulations
to introduce a prohibition against pay and specialty services
granting undue preference similar to the provision applicable to distributors by virtue of the Broadcasting Distribution
Regulations.
On a également dit craindre dans cette instance que les titulaires de services de programmation affiliés aux distributeurs ne
confèrent une préférence indue aux distributeurs auxquels ils sont
affiliés. Par exemple, ces titulaires pourraient refuser d’être distribués par un distributeur concurrent ou pourraient accepter des
modalités de distribution plus avantageuses avec leur distributeur
affilié. Le Conseil entend proposer une modification à ses dispositions réglementaires de manière à inclure une interdiction
pour les services de télévision spécialisée et payante d’accorder
une préférence indue, semblable à la disposition qui s’applique
aux distributeurs en vertu du Règlement sur la distribution de
radiodiffusion.
Pay-per-view and video-on-demand services
Services de télévision à la carte et de vidéo sur demande
New pay-per-view and video-on-demand services will be
treated as Category 2 services for the purposes of carriage. They
will only be authorized for distribution with digital technology
and will not have access privileges.
Les nouveaux services de télévision à la carte et de vidéo sur
demande seront traités comme des services de la catégorie 2 aux
fins de la distribution. Ils ne pourront être distribués qu’en mode
numérique et ils n’auront pas de privilèges d’accès.
Repeat channels
Canaux de reprises
To allow for the distribution of alternative programming
schedules, the Commission stated in Public Notice 1993-74,
“Structural Public Hearing”, that it would consider applications
from existing services for amendments to their licences to be able
to offer repeat channels. Channels authorized under this policy
were to have significant restrictions, including a rule that they
must be composed exclusively of repeats of programs aired
within the previous seven days.
Afin de permettre la distribution de grilles-horaires de rechange, le Conseil, dans l’avis public 1993-74 intitulé « Audience
publique portant sur la structure de l’industrie », a indiqué qu’il
examinerait les demandes de la part de services en place visant à
modifier leurs licences afin qu’ils puissent offrir des canaux de
reprises. Les canaux autorisés en vertu de cette politique devaient
faire l’objet de restrictions importantes, dont une règle suivant
laquelle ils doivent se composer exclusivement de reprises
d’émissions diffusées au cours des sept jours précédents.
En vertu du présent cadre numérique, il sera possible d’autoriser des services offrant une grille-horaire de rechange sans avoir
à imposer le genre de restrictions qui faisaient partie de la politique du Conseil relative aux canaux de reprises. Ceux qui désirent
proposer des services qui créeront de nouvelles possibilités de
diffusion qui reposent sur les émissions actuelles devraient demander une licence des catégories 1 ou 2 suivant ce cadre d’attribution de licences. Le Conseil n’autorisera plus des canaux de
reprises par condition de licence.
Under this digital framework, opportunities will exist to license
services that provide alternative program scheduling without the
need for the types of restrictions that were part of the Commission’s policy related to repeat channels. Those who wish to propose services that will create new viewing opportunities based on
existing programming should apply for a Category 1 or Category 2 licence under this licensing framework. The Commission
will no longer authorize repeat channels by condition of licence.
Existing services
Services existants
The rights and obligations of existing pay and specialty licensees are not affected by this public notice. These services will
continue to be subject to existing rules and will not be considered
either Category 1 or Category 2 programming services. As noted
above, the Commission will not license Category 1 or Category 2
programming services that are directly competitive with existing
pay or specialty services.
Les droits et obligations des titulaires de licences de services de
télévision spécialisée et payante actuels ne sont pas visés par le
présent avis public. Ces services continueront d’être assujettis
aux règles actuelles et ne seront pas considérés comme des services de programmation des catégories 1 ou 2. Tel qu’il est indiqué précédemment, le Conseil n’autorisera pas des services de
programmation des catégories 1 ou 2 qui entrent directement en
concurrence avec des services de télévision spécialisée ou
payante en place.
Un certain nombre de questions ont été soulevées dans cette
instance concernant la migration de services actuels de la distribution analogique au mode numérique. Le Conseil traitera ces
questions à une date ultérieure.
A number of issues were raised in this process relating to the
migration of existing services from analog to digital distribution.
The Commission will address these issues at a later date.
Foreign services
Services étrangers
A diversity of foreign programming is a valuable supplement to
Canadian programming in a variety of genres. The Commission
encourages alliances between Canadian and foreign services as an
appropriate way to achieve the objectives of the Broadcasting
Act.
However, the Commission recognizes that there may be genres
in which a Canadian programming service is unlikely to be developed. The Commission will therefore issue a call for requests
Une diversité d’émissions étrangères constitue un complément
valable aux émissions canadiennes dans divers genres. Ainsi, le
Conseil privilégie des alliances entre services canadiens et étrangers comme moyen d’atteindre les objectifs de la Loi sur la
radiodiffusion.
Toutefois, le Conseil reconnaît que dans certains genres, il y a
peu de chance que des services de programmation canadiens
soient développés. Il lancera donc un appel de demandes visant à
198
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Consistent with the Commission’s existing policy, it will not
be predisposed to authorizing foreign services that are competitive, in whole or in part, with Canadian services. This approach
will give priority to new and existing Canadian services, including those that have formed alliances with foreign services.
Authorization to be added to the lists will be granted where approval would be in the public interest.
It will be a condition of being added to the lists that a foreign
service not hold or exercise preferential or exclusive programming rights in relation to the distribution of programming in Canada. For example, a foreign service added to the lists could not, as
a condition of being maintained on the lists, deal in rights in such
a manner that unduly precludes a Canadian programming undertaking from acquiring that programming.
ajouter des services étrangers aux listes des services par satellite
admissibles (les listes) aux fins de distribution en mode numérique. Il le fera en même temps qu’il publiera ses décisions concernant l’attribution de licences à de nouveaux services de programmation canadiens des catégories 1 et 2. Un processus public
simplifié à l’égard de ces demandes permettra aux distributeurs
d’offrir de nouveaux services étrangers en même temps que les
nouveaux services canadiens.
Conformément à sa politique actuelle, le Conseil ne sera pas
disposé à autoriser des services étrangers qui entrent en concurrence, en tout ou en partie, avec des services canadiens. Cette
approche priorise les nouveaux services canadiens et les services
canadiens en place, y compris ceux qui ont formé des alliances
avec des services étrangers. L’autorisation d’être ajouté aux listes
sera accordée si l’approbation sert l’intérêt public.
Comme condition d’ajout aux listes, il sera interdit à un service
étranger de détenir ou d’exercer des droits de programmation
préférentiels ou exclusifs en rapport avec la distribution d’émissions au Canada. Par exemple, un service étranger ajouté aux
listes ne pourra pas, s’il veut demeurer sur les listes, traiter les
droits de manière à empêcher indûment une entreprise de programmation canadienne d’acquérir cette programmation.
Implementation
Mise en œuvre
The implementation of this licensing framework will require
amendments to the applicable regulations. The Commission
will issue a public notice calling for comments on proposed
amendments.
The Commission will also issue a call for applications for new
digital pay and specialty services in early February. Previously
submitted applications for new pay and specialty services will be
returned to the applicants. These applicants or any other interested parties may submit the same applications or new applications for digital Category 1 or Category 2 services in light of the
licensing framework set out in this notice.
Pour mettre en œuvre le présent cadre d’attribution de licences,
il faudra modifier les dispositions réglementaires applicables. Le
Conseil publiera un avis public sollicitant des observations sur les
modifications proposées.
Au début de février, le Conseil lancera également un appel de
demandes visant l’exploitation de nouveaux services de télévision
spécialisée et payante numériques. Les demandes concernant ces
nouveaux services et qui ont été déposées antérieurement seront
retournées aux requérants. Ces requérants ou toute autre partie
intéressée peuvent soumettre les mêmes demandes ou de nouvelles demandes concernant des services numériques des catégories 1 ou 2 en tenant compte du cadre d’attribution de licences
énoncé dans le présent avis.
Le 13 janvier 2000
to add foreign services to the lists of eligible satellite services (the
lists) for distribution on a digital basis. The Commission will
issue this call concurrently with its licensing decisions on new
Canadian Category 1 and Category 2 programming services. A
streamlined public process to consider such requests will allow
distributors to offer new foreign services at the same time as the
new Canadian ones.
January 13, 2000
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2000-7
AVIS PUBLIC 2000-7
Revised Lists of Eligible Satellite Services
Listes révisées des services par satellite admissibles
The list of Part 3 eligible satellite services appended to the notice has been amended to reflect a change announced below. The
Part 2 list and the list of Direct to home (DTH) eligible services
are appended for convenience. These three lists supersede the
lists appended to Public Notice CRTC 1999-166-1 dated October 15, 1999.
La modification annoncée ci-après a été apportée à la liste des
services par satellite admissibles en vertu de la partie 3 annexée à
l’avis. La liste des services admissibles en vertu de la partie 2 et
celle des services de radiodiffusion directe (SRD) admissibles
sont également jointes à titre d’information. Les trois listes remplacent celles annexées à l’avis public CRTC 1999-166-1 du
15 octobre 1999.
Addition of two Canadian services to the list of Part 3 eligible
satellite services
Ajout de deux services canadiens à la liste des services par
satellite admissibles en vertu de la partie 3
In Public Notices CRTC 1998-111 dated October 16, 1998,
and 1999-2 dated January 8, 1999, the Commission called for
comments on requests by The Miracle Channel Association (formerly Canada for Christ Broadcasting Association) [CJIL- TV]
and Crossroads Television System (CITS-TV — Crossroads),
licensees of two religious television services. CJIL-TV and CITSTV requested that their television services be added to section A
Dans les avis publics CRTC 1998-111 du 16 octobre 1998 et
1999-2 du 8 janvier 1999, le Conseil a sollicité des observations
au sujet de la demande de The Miracle Channel Association
(anciennement Canada for Christ Broadcasting Association)
[CJIL-TV] et de Crossroads Television System (CITS-TV —
Crossroads), titulaires de deux services de télévision à caractère
religieux. CJIL-TV et CITS-TV ont demandé que leurs services
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
of the list of Part 2 eligible satellite services and to the list of
Part 3 eligible satellite services. Crossroads also requested that its
service be added to the DTH list.
The Commission received a number of interventions in support
of these requests. A number of opposing interventions were also
filed raising concerns as to whether the addition of the CITS-TV
and CJIL-TV services would be in accordance with the Commission’s distant Canadian signals policy, as set out in Public Notice
CRTC 1993-74.
The Commission’s distant Canadian signals policy takes into
account the impact that the introduction of distant Canadian signals might have on the revenue base of local broadcasters and on
their ability to meet their programming commitments. Since it
issued Public Notice 1993-74, the Commission does not add to
the list of Part 2 eligible satellite services any distant Canadian
service that might have an impact on local broadcasters. This
provides local broadcasters in areas served by a Class 1 or a
Class 2 broadcasting distribution undertaking with an opportunity
to comment on the distribution of a distant Canadian signal in
their given markets, whether on a basic or discretionary tier.
Given the potential impact that the introduction of CJIL-TV or
CITS-TV might have on local broadcasters, it is the Commission’s view that these signals should be subject to its distant Canadian signals policy. It has therefore decided not to add the signals to the list of Part 2 eligible satellite services. As a result,
Class 1 and Class 2 licensees wishing to distribute CJIL-TV or
CITS-TV will be required to apply to the Commission for authority to distribute either service.
The addition of the CJIL-TV and CITS-TV services to the list
of Part 3 eligible satellite services does not raise the same concerns. That list contains satellite services that licensees of Class 3
broadcasting distribution undertakings are authorized to distribute. In areas served by Class 3 undertakings, local broadcasters
are generally stations which rebroadcast programming from an
originating station located in another city. These rebroadcasting
operations would not likely be affected by the introduction of a
distant Canadian television station. The Commission has, therefore, decided to add the CJIL-TV and CITS-TV services to the
Part 3 list.
With respect to Crossroads’ request that its service be added to
the DTH list, the Commission notes that section 39(a) of the
Broadcasting Distribution Regulations authorizes DTH licensees
to distribute the signal of any licensed television programming
undertaking. It is therefore not necessary to add CITS–TV to the
DTH list.
January 13, 2000
199
de télévision soient ajoutés à la section A de la liste des services
par satellite admissibles en vertu de la partie 2 et à celle des services par satellite admissibles en vertu de la partie 3. Crossroads a
aussi demandé que son service soit ajouté à la liste des services
par SRD.
Le Conseil a reçu des observations favorables à ces demandes.
Toutefois, dans les interventions défavorables qui lui ont été
soumises, les intervenants se disaient préoccupés par l’ajout des
services de CITS-TV et de CJIL-TV et sa conformité à la politique du Conseil concernant les signaux canadiens éloignés énoncée dans l’avis public CRTC 1993-74.
La politique du Conseil concernant les signaux canadiens éloignés tient compte de l’effet que peut avoir l’introduction de signaux canadiens éloignés sur l’assiette de revenus des radiodiffuseurs locaux et sur leur capacité de satisfaire à leurs engagements
de programmation. Depuis qu’il a publié l’avis public 1993-74, le
Conseil n’ajoute plus à la liste des services par satellite admissibles en vertu de la partie 2 tout signal canadien éloigné qui pourrait affecter les radiodiffuseurs locaux. Ceci vise à permettre aux
radiodiffuseurs locaux situés dans des zones desservies par des
entreprises de distribution de radiodiffusion de classes 1 et 2 de
soumettre leurs observations à l’égard de la distribution d’un
service canadien éloigné dans leur marché, que ce soit au service
de base ou à un volet facultatif.
Compte tenu de l’effet que pourrait avoir l’introduction de
CJIL-TV ou de CITS-TV sur les radiodiffuseurs locaux, le Conseil est d’avis que ces signaux doivent être assujettis à sa politique concernant les signaux canadiens éloignés. Il a donc décidé
de ne pas ajouter ces signaux à la liste des services par satellite
admissibles en vertu de la partie 2. Les titulaires des classes 1 et 2
qui désirent distribuer CJIL-TV ou CITS-TV devront en faire la
demande au Conseil.
L’ajout des services de CJIL-TV et CITS-TV à la liste des services par satellite admissibles en vertu de la partie 3 ne soulève
pas les mêmes préoccupations, car cette liste compte des services
par satellite que les titulaires d’entreprises de distribution de
radiodiffusion de classe 3 sont autorisés à distribuer. Dans les
zones desservies par des entreprises de classe 3, les radiodiffuseurs locaux sont généralement les stations qui retransmettent la
programmation d’une station source dans une autre ville. Ces
activités de retransmission ne seraient probablement pas touchées
par l’introduction d’une station de télévision canadienne éloignée. Ainsi, le Conseil a décidé d’ajouter les services de CJIL-TV
et CITS-TV à la liste des services admissibles en vertu de la
partie 3.
En ce qui a trait à la demande de Crossroads pour que son
service soit ajouté à la liste par SRD, le Conseil souligne que
l’article 39a) du Règlement sur la distribution de radiodiffusion
autorise les titulaires de services par SRD à distribuer le signal de
toute entreprise de programmation de télévision autorisée. Il n’est
donc pas nécessaire d’ajouter CITS-TV à la liste des services par
SRD.
Le 13 janvier 2000
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2000-8
AVIS PUBLIC 2000-8
1. Rouyn, Quebec
Canadian Broadcasting Corporation
To amend the broadcasting licence of the French-language
radio programming undertaking CBFX-FM Montréal. The
Canadian Broadcasting Corporation proposes to add an FM
1. Rouyn (Québec)
Société Radio-Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
de programmation de radio de langue française CBFX-FM
Montréal. La Société Radio-Canada propose d’ajouter un
200
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
stereo transmitter at Rouyn, operating on frequency 89.9 MHz
(channel 210B) with an effective radiated power of
17 200 watts.
2. Saint-Fidèle, Quebec
La coopérative de câblodistribution de Saint-Fidèle
The licensee requests to be relieved, by condition of licence,
from the requirement to delete the duplicate programming
from CFTM-TV (TVA) Montréal, received from a satellite relay distribution undertaking (SRDU), or to substitute the local
service of CIMT-TV (TVA) Rivière-du-Loup, for that service,
when the programming is identical. This substitution requirement is set out in the Revised Lists of Eligible Satellite
Services.
émetteur stéréo FM à Rouyn, à la fréquence 89,9 MHz (canal 210B), avec une puissance apparente rayonnée de
17 200 watts.
2. Saint-Fidèle (Québec)
La coopérative de câblodistribution de Saint-Fidèle
La titulaire demande d’être relevée, par condition de licence,
de l’obligation de supprimer la programmation identique de
CFTM-TV (TVA) Montréal, reçue d’une entreprise de distribution par relais satellite (EDRS), ou y substituer le service
local de CIMT-TV (TVA) Rivière-du-Loup, lorsque la programmation est identique. Cette exigence de substitution est
établie dans les Listes révisées de services par satellite
admissibles.
Deadline for intervention: February 18, 2000
Date limite d’intervention : le 18 février 2000
January 14, 2000
Le 14 janvier 2000
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
201
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
ACF ACCEPTANCE II LLC
ACF ACCEPTANCE II LLC
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Security Agreement — Chattel Mortgage dated as of December 28, 1999, between ACF Acceptance II LLC, as Debtor,
and Heller Financial Leasing, Inc., as Secured Party, relating to
800 cars;
2. Release and Termination of Security Interest dated December 28, 1999, by Mercantile Bank National Association,
relating to 112 cars; and
3. Release and Termination of Security Interest dated December 28, 1999, by European American Bank National Association, relating to 193 cars.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire
général du Canada :
1. Contrat de garantie (hypothèque mobilière) en date du 28 décembre 1999 entre la ACF Acceptance II LLC, en qualité de
débiteur, et la Heller Financial Leasing, Inc., en qualité de
créancier garanti, concernant 800 wagons;
2. Quittance et mainlevée de la garantie en date du 28 décembre 1999 par la Mercantile Bank National Association,
concernant 112 wagons;
3. Quittance et mainlevée de la garantie en date du 28 décembre 1999 par la European American Bank National Association, concernant 193 wagons.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
AIRD & BERLIS
Barristers and Solicitors
Les avocats
AIRD & BERLIS
[4-1-o]
[4-1-o]
ACF ACCEPTANCE IV LLC
ACF ACCEPTANCE IV LLC
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, the following
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Security Agreement — Chattel Mortgage dated as of December 29, 1999, between ACF Acceptance IV LLC, as Debtor,
and The Industrial Bank of Japan, Limited, as Secured Party,
relating to 340 cars.
Avis et par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
le document suivant a été déposé au Bureau du registraire général
du Canada :
Contrat de garantie (hypothèque mobilière) en date du 29 décembre 1999 entre la ACF Acceptance IV LLC, en qualité de
débiteur, et The Industrial Bank of Japan, Limited, en qualité
de créancier garanti, concernant 340 wagons.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
AIRD & BERLIS
Barristers and Solicitors
Les avocats
AIRD & BERLIS
[4-1-o]
[4-1-o]
ACF INDUSTRIES, INCORPORATED
ACF INDUSTRIES, INCORPORATED
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 30, 1999, the following
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Supplement No. 2, dated as of December 29, 1999, to Security
Agreement dated as of November 10, 1999, between ACF Industries, Incorporated, as Debtor, and Mercantile Bank National Association, as Secured Party, relating to 182 cars.
Avis et par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 30 décembre 1999
le document suivant a été déposé au Bureau du registraire général
du Canada :
Deuxième supplément, en date du 29 décembre 1999, au contrat de garantie en date du 10 novembre 1999 entre la ACF Industries, Incorporated, en qualité de débiteur, et la Mercantile
Bank National Association, en qualité de créancier garanti,
concernant 182 wagons.
December 30, 1999
Le 30 décembre 1999
AIRD & BERLIS
Barristers and Solicitors
Les avocats
AIRD & BERLIS
[4-1-o]
[4-1-o]
202
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
ACF INDUSTRIES, INCORPORATED
ACF INDUSTRIES, INCORPORATED
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Security Agreement — Chattel Mortgage dated as of December 29, 1999, between ACF Industries, Incorporated, as
Debtor, and The Industrial Bank of Japan, Limited, as Secured
Party, relating to 246 cars;
2. Supplement No. 1 dated as of December 28, 1999, to Security Agreement dated as of November 10, 1999, between ACF
Industries, Incorporated, as Debtor, and Mercantile Bank National Association, as Secured Party, relating to 97 cars; and
3. Release and Termination of Security Interest dated December 28, 1999, by European American Bank, relating to seven
cars.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire
général du Canada :
1. Contrat de garantie (hypothèque mobilière) en date du 29 décembre 1999 entre la ACF Industries, Incorporated, en qualité
de débiteur, et The Industrial Bank of Japan, Limited, en qualité de créancier garanti, concernant 246 wagons;
2. Premier supplément en date du 28 décembre 1999 au contrat
de garantie en date du 10 novembre 1999 entre la ACF Industries, Incorporated, en qualité de débiteur, et la Mercantile
Bank National Association, en qualité de créancier garanti,
concernant 97 wagons;
3. Quittance et mainlevée de la garantie en date du 28 décembre 1999 par la European American Bank, concernant sept
wagons.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
AIRD & BERLIS
Barristers and Solicitors
Les avocats
AIRD & BERLIS
[4-1-o]
[4-1-o]
ASSITALIA-LE ASSICURAZIONI D’ITALIA S.P.A.
ASSITALIA-LE ASSICURAZIONI D’ITALIA S.P.A.
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, in accordance with section 651 of the
Insurance Companies Act, that Assitalia-Le Assicurazioni D’Italia
S.P.A., having ceased to carry on business in Canada, intends to
apply on or after March 15, 2000, to the Superintendent of Financial Institutions for the release of the company’s assets in
Canada. Assitalia-Le Assicurazioni D’Italia S.P.A. has discharged
or provided for the discharge of all its obligations and liabilities
in Canada, including its liabilities under policies in Canada.
Any policyholder in Canada who opposes such release of assets must file notice of such opposition with the Superintendent
of Financial Institutions, 255 Albert Street, 15th Floor, Ottawa,
Ontario K1A 0H2, on or before March 15, 2000.
January 5, 2000
D. JAY SMITH
Chief Agent for Canada
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 651
de la Loi sur les sociétés d’assurances, que la Assitalia-Le Assicurazioni D’Italia S.P.A., ayant cessé ses activités au Canada,
demandera au surintendant des institutions financières, le 15 mars
2000 ou après cette date, la libération de son actif au Canada. La
Assitalia-Le Assicurazioni D’Italia S.P.A. s’est acquittée ou a pris
des dispositions pour s’acquitter de toutes ses obligations canadiennes, y compris les obligations relatives aux polices délivrées
au Canada.
Tout détenteur de police au Canada qui s’oppose à cette libération d’actif doit faire part d’une telle opposition au Surintendant
des institutions financières, 255, rue Albert, 15e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0H2, au plus tard le 15 mars 2000.
Le 5 janvier 2000
L’agent principal au Canada
D. JAY SMITH
[2-4-o]
[2-4-o]
ATIKOKAN SNO-HO SNOWMOBILE CLUB INC.
ATIKOKAN SNO-HO SNOWMOBILE CLUB INC.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Atikokan Sno-Ho Snowmobile Club Inc. hereby gives notice
that an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9 of the said Act, the Atikokan Sno-Ho Snowmobile Club
Inc. has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and
in the office of the District Registrar of the Land Registry District
of Rainy River, at Fort Frances, Ontario, under deposit number
Misc. 282, a description of the site and plans of a new 100-feet
clear span steel snowmobile bridge from the south to the north
sides of the Seine River, half a kilometre downstream from the
Le Atikokan Sno-Ho Snowmobile Club Inc. donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Le Atikokan Sno-Ho Snowmobile Club
Inc. a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des
droits du district d’enregistrement de Rainy River, à Fort Frances
(Ontario), sous le numéro de dépôt Misc. 282, une description de
l’emplacement et les plans d’un nouveau pont en acier pour motoneiges, d’une ouverture de 100 pieds, de la rive sud jusqu’à la
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
203
FRANCIS J. SPEER
Treasurer
rive nord de la rivière Seine, à 0,5 km en aval du pont de
l’autoroute et à 22 km au nord d’Atikokan sur la route 622
(48°51,470′ N., 91°38,450′ O., sur la carte topographique no 52/B,
3e édition).
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia
(Ontario) N7T 8B1.
Atikokan, le 7 janvier 2000
Le trésorier
FRANCIS J. SPEER
[4-1-o]
[4-1]
Highway bridge, 22 km north of Atikokan on Highway 622
(48°51.470′ N, 91°38.450′ W, on Topographical Chart No. 52/B,
edition 3).
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
Atikokan, January 7, 2000
BOMBARDIER CAPITAL RAIL INC.
BOMBARDIER CAPITAL RAIL INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 16, 1999, the following
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Memorandum of Master Railcar Lease Agreement dated December 16, 1999, between First Security Bank, NA and Bombardier Capital Rail Inc.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le document suivant a
été déposé au Bureau du registraire général du Canada le 16 décembre 1999 :
Résumé du contrat type de location de matériel ferroviaire en
date du 16 décembre 1999 entre la First Security Bank, NA et
la Bombardier Capital Rail Inc.
January 6, 2000
Le 6 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
BOMBARDIER CAPITAL RAIL INC.
BOMBARDIER CAPITAL RAIL INC.
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on January 4, 2000, the following documents were deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Four Memoranda of Assignment and Assumption Agreement
dated December 30, 1999, between Greenbrier Leasing Corporation and Bombardier Capital Rail Inc.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 4 janvier 2000 :
Quatre résumés de convention de cession et de prise en charge
en date du 30 décembre 1999 entre la Greenbrier Leasing Corporation et la Bombardier Capital Rail Inc.
January 12, 2000
Le 12 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
THE BURLINGTON NORTHERN AND SANTA FE
RAILWAY COMPANY
THE BURLINGTON NORTHERN AND SANTA FE
RAILWAY COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 15, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Memorandum of Lease Supplement No. 2 (BNSF 1999-F)
effective December 15, 1999, between Wilmington Trust
Company and The Burlington Northern and Santa Fe Railway
Company; and
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 15 décembre 1999 :
1. Deuxième supplément au résumé du contrat de location
(BNSF 1999-F) en vigueur à partir du 15 décembre 1999 entre
la Wilmington Trust Company et The Burlington Northern and
Santa Fe Railway Company;
204
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
2. Memorandum of Trust Indenture Supplement No. 2 (BNSF
1999-F) effective December 15, 1999, between Wilmington
Trust Company and Allfirst Bank.
January 7, 2000
2. Deuxième supplément au résumé de la convention de fiducie (BNSF 1999-F) en vigueur à partir du 15 décembre 1999
entre la Wilmington Trust Company et la Allfirst Bank.
Le 7 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
THE BURLINGTON NORTHERN AND SANTA FE
RAILWAY COMPANY
THE BURLINGTON NORTHERN AND SANTA FE
RAILWAY COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 15, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Memorandum of Lease Supplement No. 2 (BNSF 1999-I)
effective December 15, 1999, between Wilmington Trust
Company and The Burlington Northern and Santa Fe Railway
Company; and
2. Memorandum of Trust Indenture Supplement No. 2 (BNSF
1999-I) effective December 15, 1999, between Wilmington
Trust Company and Allfirst Bank.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 15 décembre 1999 :
1. Deuxième supplément au résumé du contrat de location
(BNSF 1999-I) en vigueur à partir du 15 décembre 1999 entre
la Wilmington Trust Company et The Burlington Northern and
Santa Fe Railway Company;
2. Deuxième supplément au résumé de la convention de fiducie (BNSF 1999-I) en vigueur à partir du 15 décembre 1999
entre la Wilmington Trust Company et la Allfirst Bank.
January 7, 2000
Le 7 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
CANADIAN AMERICAN RAILROAD COMPANY
CANADIAN AMERICAN RAILROAD COMPANY
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 16, 1999, the following
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Memorandum of Lease dated as of April 15, 1999, between
National Rail Passenger Corporation and Canadian American
Railroad Company.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le document suivant a
été déposé au Bureau du registraire général du Canada le 16 décembre 1999 :
Résumé du contrat de location en date du 15 avril 1999 entre la
National Rail Passenger Corporation et la Canadian American
Railroad Company.
January 6, 2000
Le 6 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
CCF HOLDING (SUISSE) SA
CCF HOLDING (SUISSE) SA
LETTERS PATENT
LETTRES PATENTES
Notice is hereby given that CCF Holding (Suisse) SA, a
wholly-owned subsidiary of Crédit Commercial de France, intends to file an application with the Superintendent of Financial
Institutions, pursuant to Part III of the Bank Act, for letters patent
incorporating a Schedule II bank under the name CCF Canada.
Avis est par les présentes donné que la CCF Holding (Suisse)
SA, une filiale à part entière de Crédit Commercial de France, a
l’intention de soumettre au surintendant des institutions financières, en vertu de la partie III de la Loi sur les banques, une demande de lettres patentes constituant une banque de l’annexe II
sous la dénomination sociale CCF Canada.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
205
Any person who objects to the issuance of these letters patent
may submit an objection in writing to the Office of the Superintendent of Financial Institutions, Registration and Approvals Division, 255 Albert Street, 15th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0H2,
on or before March 13, 2000.
Toronto, January 22, 2000
DONAHUE & PARTNERS
Barristers and Solicitors
Toute personne qui s’oppose à l’émission de ces lettres patentes peut s’adresser par écrit au Bureau du surintendant des
institutions financières, Division de l’agrément et des approbations, 255, rue Albert, 15e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au
plus tard le 13 mars 2000.
Toronto, le 22 janvier 2000
Les avocats
DONAHUE & ASSOCIÉS
[4-4-o]
[4-4-o]
COGEMA RESOURCES INC.
COGEMA RESOURCES INC.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
COGEMA Resources Inc. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under
the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans
and site of the work described herein. Under section 9 of the said
Act, COGEMA Resources Inc. has deposited with the Minister of
Fisheries and Oceans, and in the office of the District Registrar of
the Land Registry District of Prince Albert, at 63 12th Street E,
Prince Albert, Saskatchewan, under deposit number 00PA00349,
a description of the site and plans of three breakwater berms
to enhance the fish habitat in McClean Lake, Saskatchewan,
at COGEMA Resources McClean Lake project, approximately
10 km east of Points North Landing, within property boundaries
564000E–575000E, 6456000N–6484000N.
GERALD ACOTT
Director
Environmental Programs
La société COGEMA Resources Inc. donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des
eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La COGEMA Resources
Inc. a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité
des droits du district d’enregistrement de Prince Albert, situé au
63, 12e Rue Est, Prince Albert (Saskatchewan), sous le numéro de
dépôt 00PA00349, une description de l’emplacement et les plans
de trois levées brise-lames destinées à améliorer l’habitat des
poissons dans le lac McClean (Saskatchewan), à l’emplacement
du projet de la COGEMA Resources Inc., environ 10 km à l’est
de Points North Landing, à l’intérieur des limites suivantes bornant la propriété : 564000E-575000E, 6456000N-6484000N.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia
(Ontario) N7T 8B1.
Saskatoon, le 22 janvier 2000
Le directeur
Programmes environnementaux
GERALD ACOTT
[4-1-o]
[4-1]
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
Saskatoon, January 22, 2000
COLOGNE LIFE REINSURANCE COMPANY
COLOGNE LIFE REINSURANCE COMPANY
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE DÉNOMINATION SOCIALE
Notice is hereby given that Cologne Life Reinsurance Company intends to make an application to the Superintendent of Financial Institutions, pursuant to section 576 of the Insurance
Companies Act, to change the name under which it is authorized
to insure risks to General & Cologne Life Re of America.
GERALD A. WOLFE
Chief Agent
Avis est par les présentes donné que la Cologne Life Reinsurance Company a l’intention de présenter une demande au surintendant des institutions financières, en vertu de l’article 576 de la
Loi sur les sociétés d’assurances, visant à changer la dénomination sociale sous laquelle celle-ci est autorisée à garantir des
risques à General & Cologne Life Re of America.
Toronto, le 10 décembre 1999
L’agent principal
GERALD A. WOLFE
[2-4-o]
[2-4-o]
Toronto, December 10, 1999
CONSOLIDATED RAIL CORPORATION
CONSOLIDATED RAIL CORPORATION
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 31, 1999, the following
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le document suivant a
206
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Memorandum of Assignment of Lease Agreement dated December 30, 1999, between General Electric Business Asset
Funding Corporation and Allfirst Bank.
été déposé au Bureau du registraire général du Canada le 31 décembre 1999 :
Résumé de la convention de cession du contrat de location en
date du 30 décembre 1999 entre la General Electric Business
Asset Funding Corporation et la Allfirst Bank.
January 10, 2000
Le 10 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
CUMIS INSURANCE SOCIETY, INC.
CUMIS INSURANCE SOCIETY, INC.
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, in accordance with sections 586, 651
and 652 of the Insurance Companies Act, that following the recapture by the ceding companies of all of its reinsurance business
as of midnight, December 31, 1999, CUMIS Insurance Society,
Inc., a foreign property and casualty company, intends to apply to
the Office of the Superintendent of Financial Institutions on or
after January 1, 2000, for the revocation of the company’s order
to insure risks in Canada and thereafter to apply for the release of
the company’s assets vested in trust in Canada on or after February 14, 2000.
Any party to a reinsurance contract with the company who opposes such release of assets must file notice of such opposition
with the Office of the Superintendent of Financial Institutions,
Registration and Approvals Division, 255 Albert Street, Ottawa,
Ontario K1A 0H2, on or before February 14, 2000.
January 1, 2000
CUMIS INSURANCE SOCIETY, INC.
T. MICHAEL PORTER
Chief Agent
Avis est par les présentes donné, conformément aux articles 586, 651 et 652 de la Loi sur les sociétés d’assurances, que
la société CUMIS Insurance Society, Inc., une société d’assurances multirisques étrangère, à la suite de la reprise par les sociétés cédantes de toutes ses affaires de réassurance en date du
31 décembre 1999, à compter de minuit, a l’intention de demander au Bureau du surintendant des institutions financières, le
1er janvier 2000 ou après cette date, la révocation de l’ordonnance
l’autorisant à offrir au Canada des affaires de réassurance, et de
demander par la suite la libération de l’actif de la société détenu
en fiducie au Canada le 14 février 2000 ou après cette date.
Tout titulaire d’un contrat de réassurance avec la société qui
désire s’opposer à cette libération d’actif doit déposer son opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, Division de l’agrément et des approbations, 225, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard le 14 février 2000.
Le 1er janvier 2000
CUMIS INSURANCE SOCIETY, INC.
L’agent en chef
T. MICHAEL PORTER
[4-4-o]
[4-4-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following documents were deposited in the Office of the Registrar General of Canada:
1. Security Agreement dated as of December 29, 1999, by and
between DJJ Leasing Ltd., as Borrower, and Firstar Bank,
N.A.; and
2. Assignment of Leases dated as of December 29, 1999, made
by DJJ Leasing Ltd., as Assignor, in favour of Firstar Bank,
N.A.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies des documents suivants ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
1. Accord de sûreté en date du 29 décembre 1999 par et entre
la DJJ Leasing Ltd., à titre d’emprunteur, et la Firstar Bank,
N.A.;
2. Cession des baux en date du 29 décembre 1999 exécutée
par la DJJ Leasing Ltd., à titre de cédant, en faveur de la Firstar
Bank, N.A.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
207
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
ALLIED ENTERPRISES, INC.
ALLIED ENTERPRISES, INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and between DJJ Leasing Ltd.
and Allied Enterprises, Inc. dated as of February 22, 1999, relating to 30 1999 National Steel Car-built centerbeam flatcars
bearing reporting marks AM 1310–1339, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.
et la Allied Enterprises, Inc. en date du 22 février 1999, ayant
trait à 30 wagons plats à étrésillon fabriqués par la National
Steel Car en 1999, portant les marques de wagon AM 1310
à 1339, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
ARKANSAS SHORTLINE RAILROAD, INC. d/b/a
DARDANELLE & RUSSELLVILLE RAILROAD, INC.
ARKANSAS SHORTLINE RAILROAD, INC. faisant affaire
sous le nom de DARDANELLE & RUSSELLVILLE
RAILROAD, INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and among DJJ Leasing Ltd.,
Arkansas Shortline Railroad, Inc. doing business as Dardanelle
& Russellville Railroad, Inc. and DJJ Transportation Services, Inc. dated as of January 5, 1999, relating to 50 73 feet
286 000-pound capacity, 1998 National Steel Car-built,
centerbeam flatcars bearing reporting marks DR 7100–7149,
inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.,
la Arkansas Shortline Railroad, Inc., faisant affaire sous le nom
de Dardanelle & Russellville Railroad, Inc. et la DJJ Transportation Services, Inc. en date du 5 janvier 1999, ayant trait à
50 wagons plats à étrésillon fabriqués par la National Steel Car
en 1998, mesurant 73 pieds de long, ayant une capacité de
charge brute de 286 000 livres et portant les marques de wagon
DR 7100 à 7149, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
ASHLAND RAILWAY, INC.
ASHLAND RAILWAY, INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and among DJJ Leasing Ltd.,
Ashland Railway, Inc. and DJJ Transportation Services, Inc.
dated as of July 12, 1999, relating to 20 1999 Thrall-built,
286 000-pound load limit, 2 743 cubic feet, 5 ½ feet-sided,
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.,
la Ashland Railway, Inc. et la DJJ Transportation Services,
Inc., en date du 12 juillet 1999, ayant trait à 20 wagonstombereaux d’usine à face latérale de 5 ½ pieds fabriqués par
208
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
mill gondola railcars bearing reporting marks TNMR 4050–
4069, inclusive.
December 29, 1999
la Thrall en 1999, ayant un volume de 2 743 pieds cubes, une
capacité de charge brute de 286 000 livres et portant les marques de wagon TNMR 4050 à 4069, inclusivement.
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
CANADIAN NATIONAL RAILWAY COMPANY
COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER NATIONAUX DU
CANADA
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Memorandum of Railroad Equipment Lease Agreement between DJJ Leasing Ltd. and Canadian National Railway Company dated as of May 11, 1999, relating to 70 railcars bearing
reporting marks TNMR 2731–2800, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Protocole d’entente portant sur le bail d’équipement ferroviaire
entre la DJJ Leasing Ltd. et la Compagnie des chemins de fer
nationaux du Canada en date du 11 mai 1999, ayant trait à
70 autorails portant les marques de wagon TNMR 2731 à
2800, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
THE DAVID J. JOSEPH COMPANY
THE DAVID J. JOSEPH COMPANY
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and betwen DJJ Leasing Ltd. and
The David J. Joseph Company dated as of October 11, 1999,
relating to 175 1999 Thrall-built, 100-ton, 52 feet 6 inches,
286 000-pound gross capacity, 5 ½ feet-sided mill gondola
railcars bearing reporting marks DJJX 19000–19131, inclusive
and DJJX 19150–19192, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.
et The David J. Joseph Company en date du 11 octobre 1999,
ayant trait à 175 wagons-tombereaux d’usine à face latérale de
5 ½ pieds fabriqués par la Thrall en 1999, pesant 100 tonnes,
mesurant 52 pieds 6 pouces de long et ayant une capacité de
charge brute de 286 000 livres et portant les marques de wagon
DJJX 19000 à 19131, inclusivement et DJJX 19150 à 19192,
inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
THE DAVID J. JOSEPH COMPANY
THE DAVID J. JOSEPH COMPANY
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
209
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and between DJJ Leasing Ltd.
and The David J. Joseph Company dated as of February 17,
1999, relating to 105 1999 Thrall-built, 100-ton, 52 feet
6 inches, 286 000-pound gross capacity, 5 ½ feet-sided mill
gondola railcars bearing reporting marks DJJX 9700–9804,
inclusive.
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.
et The David J. Joseph Company en date du 17 février 1999,
ayant trait à 105 wagons-tombereaux d’usine à face latérale de
5 ½ pieds fabriqués par la Thrall en 1999, pesant 100 tonnes,
mesurant 52 pieds 6 pouces de long, ayant une capacité de
charge brute de 286 000 livres et portant les marques de wagon
DJJX 9700 à 9804, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
ENVIRONMENTAL PROTECTION AND
IMPROVEMENT COMPANY, INC. d/b/a EPIC
ENVIRONMENTAL PROTECTION AND
IMPROVEMENT COMPANY, INC. faisant affaire sous le
nom de EPIC
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease among DJJ Leasing Ltd., Environmental Protection and Improvement Company, Inc., d/b/a Epic,
and DJJ Transportation Services, Inc. dated as of July 8, 1999,
relating to 50 1999 Thrall-built 66 feet coal gondola railcars
bearing reporting marks DJJX 9900–9927, inclusive,
DJJX 9930–9932, inclusive, DJJX 9935, DJJX 9937–9939,
inclusive, DJJX 9942–9944, inclusive, DJJX 9946–9948, inclusive, DJJX 9950, DJJX 9951, DJJX 9955–9958, inclusive
and DJJX 9960–9962, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire entre la DJJ Leasing Ltd., la Environmental Protection and Improvement Company, Inc.,
faisant affaire sous le nom de EPIC, et la DJJ Transportation
Services, Inc. en date du 8 juillet 1999, ayant trait à 50 wagonstombereaux pour le transport de charbon fabriqués par la Thrall
en 1999, mesurant 66 pieds de long et portant les marques de
wagon DJJX 9900 à 9927, inclusivement, DJJX 9930 à 9932,
inclusivement, DJJX 9935, DJJX 9937 à 9939, inclusivement,
DJJX 9942 à 9944, inclusivement, DJJX 9946 à 9948, inclusivement, DJJX 9950, DJJX 9951, DJJX 9955 à 9958, inclusivement et DJJX 9960 à 9962, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
FINGER LAKES RAILWAY CORP.
FINGER LAKES RAILWAY CORP.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Letter Lease Agreement between DJJ Leasing Ltd. and Finger
Lakes Railway Corp. dated May 12, 1999, relating to 20 1999
Thrall-built, 66 feet, 3 242 cubic feet capacity, mill gondola
railcars bearing reporting marks FGLK 9965, FGLK 9974–
9976, inclusive and FGLK 9979–9994, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Lettre de convention de bail entre la DJJ Leasing Ltd. et la
Finger Lakes Railway Corp. en date du 12 mai 1999, ayant trait
à 20 wagons-tombereaux d’usine à face latérale fabriqués par
la Thrall en 1999, ayant un volume de 3 242 pieds cubes,
mesurant 66 pieds de long et portant les marques de wagon
FGLK 9965, FGLK 9974 à 9976, inclusivement et FGLK 9979
à 9994, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
210
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
KERR-MCGEE CHEMICAL, L.L.C.
KERR-MCGEE CHEMICAL, L.L.C.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease among DJJ Leasing Ltd., KerrMcGee Chemical, L.L.C. and DJJ Transportation Services, Inc.
dated as of August 31, 1999, relating to seven 1998 built,
73 feet centerbeam flatcars bearing reporting marks DJLX
99000–99006, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire entre la DJJ Leasing Ltd., la
Kerr-McGee Chemical, L.L.C. et la DJJ Transportation Services, Inc. en date du 31 août 1999, ayant trait à sept wagons plats à étrésillon fabriqués en 1998, mesurant 73 pieds
et portant les marques de wagon DJLX 99000 à 99006,
inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
MHF-LS EQUIPMENT, INC.
MHF-LS EQUIPMENT, INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease between DJJ Leasing Ltd. and
MHF-LS Equipment, Inc. dated as of July 15, 1999, relating to
70 Thrall-built, five feet six inches sided, mill gondola railcars
bearing reporting marks MHFX 5800–5869, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire entre la DJJ Leasing Ltd. et la
MHF-LS Equipment, Inc. en date du 15 juillet 1999, ayant trait
à 70 wagons-tombereaux d’usine à face latérale de cinq pieds
six pouces fabriqués par la Thrall et portant les marques de
wagon MHFX 5800 à 5869, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
POTLATCH CORPORATION
POTLATCH CORPORATION
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following documents were deposited in the Office of the Registrar General of Canada:
1. Lease Agreement between Greenbriar Leasing Corporation
and Potlatch Corporation dated March 1, 1998, relating to 50
73 feet center-partition flatcars with mechanical designation
FBS 286 000 GRL, bearing reporting marks CRLE 20715–
20739, inclusive and CRLE 20815–20839, inclusive; and
2. First amendment to above Lease Agreement dated November 13, 1998, by and between Potlatch Corporation and DJJ
Leasing Ltd.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies des documents suivants ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
1. Contrat de location entre la Greenbriar Leasing Corporation
et la Potlatch Corporation en date du 1er mars 1998, ayant trait
à 50 wagons plats à cloison centrale de 73 pieds ayant la désignation mécanique FBS 286 000 GRL et portant les marques
de wagon CRLE 20715 à 20739, inclusivement, et CRLE
20815 à 20839, inclusivement;
2. Premier amendement au contrat de location susmentionné
en date du 13 novembre 1998 par et entre la Potlach Corporation et la DJJ Leasing Ltd.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
211
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
PROVIDENCE & WORCESTER RAILROAD COMPANY
PROVIDENCE & WORCESTER RAILROAD COMPANY
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and among DJJ Leasing Ltd.,
Providence & Worcester Railroad Company and DJJ Transportation Services, Inc. dated as of September 7, 1999, relating to
50 1999 Thrall-built, 286 000-pound load limit, 2 743 cubic
feet, 5 ½ feet sided, mill gondola railcars bearing reporting
marks TKEN 9500–9549, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.,
la Providence & Worcester Railroad Company et la DJJ
Transportation Services, Inc. en date du 7 septembre 1999,
ayant trait à 50 wagons-tombereaux d’usine à face latérale de
5 ½ pieds fabriqués par la Thrall en 1999, ayant une capacité
de charge brute de 286 000 livres, un volume de 2 743 pieds
cubes et portant les marques de wagon TKEN 9500 à 9549,
inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
TEMPLE INLAND, FOREST PRODUCTS CORPORATION
TEMPLE INLAND, FOREST PRODUCTS CORPORATION
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Railroad Equipment Lease by and among DJJ Leasing Ltd.,
Temple Inland, Forest Products Corporation and DJJ Transportation Services, Inc. dated as of August 26, 1999, relating to
12 1998-built, 73 feet centerbeam flatcars bearing reporting
marks TNMR 11000–11011, inclusive.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Bail d’équipement ferroviaire par et entre la DJJ Leasing Ltd.,
la Temple Inland, Forest Products Corporation et la DJJ Transportation Services, Inc. en date du 26 août 1999, ayant trait
à 12 wagons plats à étrésillon fabriqués en 1998, mesurant
73 pieds et portant les marques de wagon TNMR 11000 à
11011, inclusivement.
December 29, 1999
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
DJJ LEASING LTD.
DJJ LEASING LTD.
WEST TENNESSEE RAILROAD
WEST TENNESSEE RAILROAD
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, copies of the
following document were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Letter Lease Agreement between DJJ Leasing Ltd. and West
Tennessee Railroad dated June 2, 1999, relating to 25 100-ton,
1999 Thrall-built, 66 feet, mill gondola railcars bearing reporting marks TKEN 9928, TKEN 9929, TKEN 9933, TKEN
9934, TKEN 9936, TKEN 9940, TKEN 9941, TKEN 9945,
TKEN 9949, TKEN 9952, TKEN 9953, TKEN 9954, TKEN
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 29 décembre 1999
des copies du document suivant ont été déposées au Bureau du
registraire général du Canada :
Lettre de convention de bail entre la DJJ Leasing Ltd. et la
West Tennessee Railroad en date du 2 juin 1999, ayant trait à
25 wagons-tombereaux d’usine à face latérale fabriqués par la
Thrall en 1999, pesant 100 tonnes, mesurant 66 pieds de long
et portant les marques de wagon TKEN 9928, TKEN 9929,
TKEN 9933, TKEN 9934, TKEN 9936, TKEN 9940, TKEN
212
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
9959, TKEN 9963, TKEN 9964, TKEN 9966–9973, inclusive,
TKEN 9977 and TKEN 9978.
December 29, 1999
9941, TKEN 9945, TKEN 9949, TKEN 9952, TKEN 9953,
TKEN 9954, TKEN 9959, TKEN 9963, TKEN 9964, TKEN
9966 à 9973, inclusivement, TKEN 9977 et TKEN 9978.
Le 29 décembre 1999
FRASER MILNER
Solicitors
Les conseillers juridiques
FRASER MILNER
[4-1-o]
[4-1-o]
GATX THIRD AIRCRAFT CORPORATION
GATX THIRD AIRCRAFT CORPORATION
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on January 6, 2000, the following document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Memorandum of Assignment and Assumption Agreement
dated December 22, 1999, between Sonoma Trust II and
GATX Third Aircraft Corporation.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le document suivant a
été déposé au Bureau du registraire général du Canada le
6 janvier 2000 :
Résumé de convention de cession et de prise en charge en date
du 22 décembre 1999 entre la Sonoma Trust II et la GATX
Third Aircraft Corporation.
January 12, 2000
Le 12 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
HSBC BANK CANADA
BANQUE HSBC CANADA
REPUBLIC NATIONAL BANK OF NEW YORK
(CANADA)
BANQUE RÉPUBLIQUE NATIONALE DE NEW YORK
(CANADA)
APPLICATION FOR LETTERS PATENT OF
AMALGAMATION
DEMANDE DE LETTRES PATENTES DE FUSION
Notice is hereby given that HSBC Bank Canada and Republic
National Bank of New York (Canada) intend to make a joint application to the Minister of Finance, in accordance with section 228 of the Bank Act, S.C., 1991, c. 46, for letters patent
amalgamating and continuing the operations of the applicants as
one bank under the name HSBC Bank Canada.
The head office of the amalgamated bank would be situated in
Vancouver, British Columbia.
Vancouver, January 15, 2000
LADNER DOWNS
Solicitors
Avis est par la présente donné que la Banque HSBC Canada et
la Banque République Nationale de New York (Canada) ont l’intention de présenter une demande conjointe au ministre des Finances, conformément à l’article 228 de la Loi sur les banques,
S.C. (1991), ch. 46, pour l’obtention de lettres patentes leur permettant de fusionner et de poursuivre leurs opérations en tant que
banque unique sous le nom de Banque HSBC Canada.
Le siège social de la banque nouvellement fusionnée sera situé
à Vancouver, en Colombie-Britannique.
Vancouver, le 15 janvier 2000
Les conseillers juridiques
LADNER DOWNS
[3-4-o]
[3-4-o]
MANITOBA HYDRO
MANITOBA HYDRO
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE
MINNESOTA MUNICIPAL POWER AGENCY OF
THE UNITED STATES
DEMANDE DE LICENCE D’EXPORTATION
D’ÉLECTRICITÉ À LA SOCIÉTÉ AMÉRICAINE
MINNESOTA MUNICIPAL POWER AGENCY
Notice is hereby given that by an application dated January 14,
2000, Manitoba Hydro (“the Applicant”) has applied to the National Energy Board (“the Board”) under Division II of Part VI of
the National Energy Board Act (“the Act”) for authorization to
export a maximum of 60 megawatts of participation power from
May 1, 2000, to April 30, 2009, and 30 megawatts from May 1,
2009, to April 30, 2012. This export would be in accordance with
the terms of the power sales agreement between Manitoba Hydro
and Minnesota Municipal Power Agency, effective January 7,
2000.
Avis est par les présentes donné que le 14 janvier 2000, Manitoba Hydro (« le demandeur ») a soumis une demande à l’Office
national de l’énergie (« l’Office ») en vertu de la section II de la
partie VI de la Loi sur l’Office national de l’énergie (« la Loi »)
afin d’obtenir l’autorisation d’exporter un maximum de 60 mégawatts d’électricité entre le 1er mai 2000 et le 30 avril 2009 et de
30 mégawatts d’électricité entre le 1er mai 2009 et le 30 avril
2012. Ces exportations se feraient selon les conditions de l’accord de vente d’électricité conclu entre la Manitoba Hydro et la
Minnesota Municipal Power Agency entré en vigueur le 7 janvier
2000.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
213
MANITOBA HYDRO
L’Office souhaite obtenir les points de vue des parties intéressées sur cette demande avant de délivrer un permis ou de recommander au gouverneur en conseil qu’une audience publique soit
tenue. Les instructions relatives à la procédure énoncées ci-après
exposent en détail la démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit déposer et conserver en dossier des copies
de la demande aux fins d’examen public pendant les heures normales de bureau et en fournir une copie à quiconque en fait la
demande. Les parties intéressées peuvent consulter une copie de
la demande à la bibliothèque de la Manitoba Hydro située au 820,
avenue Taylor, 3e étage, Winnipeg (Manitoba). On peut aussi
consulter une copie de la demande, pendant les heures normales
de bureau, à la Bibliothèque de l’Office, 444, Septième Avenue
Sud-Ouest, Calgary (Alberta) T2P 0X8.
2. Quiconque souhaite déposer des mémoires doit le faire au plus
tard le 21 février 2000 auprès du Secrétaire, Office national de
l’énergie, 444, Septième Avenue Sud-Ouest, Calgary (Alberta)
T2P 0X8, (403) 292-5503 (télécopieur), ainsi qu’au demandeur, à
l’attention de K. M. Tennenhouse, Avocat-conseil et secrétaire
général, Manitoba Hydro, 820, avenue Taylor, Winnipeg (Manitoba) R3C 2P4.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tiendra compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. En
particulier, il s’intéresse aux points de vue des déposants sur les
questions suivantes :
a) les conséquences de l’exportation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) les conséquences de l’exportation sur l’environnement;
c) le fait que le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités
d’électricité et des catégories de services offerts,
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des
conditions aussi favorables que celles indiquées à la demande, aux parties qui ont, suivant la communication de ce
fait, dans un délai raisonnable manifesté l’intention d’acheter de l’électricité pour consommation au Canada.
4. Si le demandeur souhaite répondre aux mémoires visés aux
points 2 et 3 du présent avis de la demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès du secrétaire de l’Office et en signifier copie à la partie qui a
déposé le mémoire, au plus tard le 7 mars 2000.
5. Si un déposant souhaite répliquer à la réponse visée au point 4
du présent avis de la demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès du secrétaire
de l’Office et en signifier copie au demandeur au plus tard le
17 mars 2000.
6. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les méthodes
régissant l’examen mené par l’Office, veuillez communiquer avec
M. L. Mantha, secrétaire, par téléphone au (403) 299-2711, ou
par télécopieur au (403) 292-5503.
MANITOBA HYDRO
[4-1-o]
[4-1-o]
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The directions
on procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file for public inspection during normal business hours, copies of the application at its
office and provide a copy of the application to any person who
requests a copy. A copy of the application is available at Manitoba Hydro’s office library located at 820 Taylor Avenue,
3rd Floor Winnipeg, Manitoba. A copy of the application is also
available for viewing during normal business hours in the
Board’s Library, 444 Seventh Avenue SW, Calgary, Alberta
T2P 0X8.
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed with
the Secretary, National Energy Board, 444 Seventh Avenue SW,
Calgary Alberta, T2P 0X8, (403) 292-5503, (Facsimile), and the
Applicant (to the attention of K. M. Tennenhouse, General Counsel and Corporate Secretary, Manitoba Hydro, 820 Taylor Avenue, Winnipeg, Manitoba R3C 2P4, by February 21, 2000.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant.
In particular, the Board is interested in the views of submitters
with respect to:
a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than that from which the electricity is to be exported;
b) the impact of the exportation on the environment; and
c) whether the Applicant has:
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 and 3 of this notice of application and
directions on procedures shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission by
March 7, 2000.
5. Any reply that submitters wish to present in response to item 4
of this notice of application and directions on procedure shall be
filed with the Secretary of the Board and served on the Applicant
by March 17, 2000.
6. For further information on the procedures governing the
Board’s examination, contact M. L. Mantha, Secretary, (403)
299-2711 (Telephone), (403) 292-5503 (Facsimile).
LA MUTUELLE DU MANS ASSURANCES I.A.R.D.
LA MUTUELLE DU MANS ASSURANCES I.A.R.D.
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, in accordance with sections 651 and
652 of the Insurance Companies Act, that La Mutuelle du Mans
Assurances I.A.R.D., which ceased carrying on business in Canada following the transfer to Le Mans Ré, effective January 1,
Avis est par les présentes donné, conformément aux articles 651 et 652 de la Loi sur les sociétés d’assurances, que La
Mutuelle du Mans Assurances I.A.R.D., laquelle a cessé de faire
affaire au Canada à la suite du transfert à Le Mans Ré de tout son
214
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Any party to a reinsurance contract with the company who opposes such release of assets must file notice of such opposition
with the Office of the Superintendent of Financial Institutions, Registration and Approvals Division, 255 Albert Street,
15th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before March 4,
2000.
January 22, 2000
LA MUTUELLE DU MANS ASSURANCES I.A.R.D.
L. RUI QUINTAL
Chief Agent
actif et de tout son passif se rapportant à ses affaires de réassurance au Canada, lequel est entré en vigueur le 1er janvier 1999, a
l’intention de demander au Bureau du surintendant des institutions financières le 4 mars 2000, ou après cette date, la libération
de l’actif de la société détenu en fiducie au Canada. En relation
avec la transaction de transfert et de prise en charge de biens, La
Mutuelle du Mans Assurances I.A.R.D. a pourvu à la libération
de toutes ses obligations et créances au Canada, y compris ses
créances eu vertu de tous les contrats de réassurance au Canada.
Tout titulaire d’un contrat de réassurance avec la société qui
désire s’opposer à cette libération d’actif doit déposer son opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, Division de l’agrément et des approbations, 255, rue Albert, 15e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard le 4 mars
2000.
Le 22 janvier 2000
LA MUTUELLE DU MANS ASSURANCES I.A.R.D.
L’agent principal
L. RUI QUINTAL
[4-4-o]
[4-4-o]
1999, of all of the assets and liabilities relating to its reinsurance
business in Canada, intends to apply to the Office of the Superintendent of Financial Institutions on or after March 4, 2000, for
release of the company’s assets vested in trust in Canada. In connection with the transfer and assumption transaction, La Mutuelle
du Mans Assurances I.A.R.D. provided for the discharge of all of
its obligations and liabilities in Canada, including its liabilities
under all reinsurance contracts in Canada.
ONTARIO MINISTRY OF TRANSPORTATION
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L’ONTARIO
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ontario Ministry of Transportation hereby gives notice that
an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9 of the said Act, the Ontario Ministry of Transportation has
deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the
office of the District Registrar of the Land Registry District of
Parry Sound, in the Town of Parry Sound, under deposit numbers 172891 and 172892, a description of the site and plans of the
construction of two Highway 69 bridges over the Seguin River
and Mill Lake, at Lot No. 25, Concession No. 2, and Lot No. 25,
Concession No. 3, Town of Parry Sound, Ontario, District of
Muskoka.
And take notice that the project will be subject to review pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation or the environment should be directed, not later than
one month from the date of publication of this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries
and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario
N7T 8B1.
Thornhill, January 22, 2000
COLE, SHERMAN & ASSOCIATES LTD
Le ministère des Transports de l’Ontario donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Le ministère des Transports de l’Ontario
a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre
des Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité des droits
du district d’enregistrement de Parry Sound, dans la ville de Parry
Sound, sous les numéros de dépôt 172891 et 172892, une description de l’emplacement et les plans de la construction de deux
ponts à la hauteur de l’autoroute 69, au-dessus de la rivière Seguin et du lac Mill, lot no 25, concession no 2, et lot no 25, concession no 3, dans la ville de Parry Sound (Ontario), district de
Muskoka.
Le projet fera l’objet d’un examen préalable en conformité
avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement doit être
adressée par écrit, dans un délai d’un mois suivant la date de
publication du présent avis, au Directeur régional, Garde côtière
canadienne, Ministère des Pêches et des Océans, 201, rue Front
Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
Thornhill, le 22 janvier 2000
COLE, SHERMAN & ASSOCIATES LTD.
[4-1-o]
[4-1]
PRENOR TRUST COMPANY OF CANADA
COMPAGNIE TRUST PRENOR DU CANADA
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE NOM
Notice is hereby given that Prenor Trust Company of Canada
intends to make an application to the Minister of Finance, pursuant to paragraph 220(1)(a) of the Trust and Loan Companies Act,
Avis est par les présentes donné que la Compagnie Trust
Prenor du Canada a l’intention de demander au ministre des
Finances, conformément à l’alinéa 220(1)a) de la Loi sur les
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
for the issue of letters patent to change its name from Prenor
Trust Company of Canada to HSBC Loan Corporation (Canada).
215
LADNER DOWNS
Solicitors
sociétés de fiducie et de prêt, d’émettre des lettres patentes lui
permettant de changer son nom de Compagnie Trust Prenor du
Canada à Société de prêts HSBC (Canada).
Vancouver, le 22 janvier 2000
Les conseillers juridiques
LADNER DOWNS
[4-4-o]
[4-4-o]
Vancouver, January 22, 2000
PROGRESS RAIL SERVICES CORPORATION
PROGRESS RAIL SERVICES CORPORATION
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Memorandum of Lease dated December 28, 1999, between
Rail Trust-1999 and Progress Rail Services Corporation doing
business as Progress Rail Canada; and
2. Memorandum of Collateral Assignment of Lease dated December 28, 1999, between Rail Trust-1999 and Progress Rail
Services Corporation doing business as Progress Rail Canada.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 29 décembre 1999 :
1. Résumé du contrat de location en date du 28 décembre 1999
entre la Rail Trust-1999 et la Progress Rail Services Corporation faisant affaire sous le nom de Progress Rail Canada;
2. Résumé de cession de location garantie en date du 28 décembre 1999 entre la Rail Trust-1999 et la Progress Rail Services Corporation faisant affaire sous le nom de Progress Rail
Canada.
January 10, 2000
Le 10 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
PUBLIC WORKS AND GOVERNMENT SERVICES
CANADA
TRAVAUX PUBLICS ET SERVICES
GOUVERNEMENTAUX CANADA
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Public Works and Government Services Canada hereby gives
notice that an application has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the Navigable Waters Protection Act for
approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, Public Works and Government Services
Canada has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans,
and in the office of the District Registrar of the Land Registry
District of Restigouche at 157 Water Street, Campbellton, New
Brunswick, under deposit number 10756600, a description of the
site and plans of the proposed repairs to the J.C. Van Horne Interprovincial Bridge, from Campbellton, New Brunswick, to
Pointe-à-la-Croix, Quebec.
PUBLIC WORKS AND
GOVERNMENT SERVICES CANADA
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada donne
avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du
ministre des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Travaux publics et
Services gouvernementaux Canada a, en vertu de l’article 9 de
ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et
au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Restigouche situé au 157, rue Water, Campbellton (NouveauBrunswick), sous le numéro de dépôt 10756600, une description
de l’emplacement et les plans de réparations que l’on propose
d’effectuer au pont interprovincial J.C. Van Horne entre Campbellton (Nouveau-Brunswick), et Pointe-à-la-Croix (Québec).
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, Rue Parker, Case postale 1000, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse) B2Y 3Z8.
Moncton, le 12 janvier 2000
TRAVAUX PUBLICS ET
SERVICES GOUVERNEMENTAUX CANADA
[4-1-o]
[4-1-o]
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, Foot of
Parker Street, P.O. Box 1000, Dartmouth, Nova Scotia B2Y 3Z8.
Moncton, January 12, 2000
216
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
QUEBEC NORTH SHORE & LABRADOR RAILWAY
COMPANY, INC.
QUEBEC NORTH SHORE & LABRADOR RAILWAY
COMPANY, INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 23, 1999, the following
document was deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Memorandum of Assignment of Lease Agreement dated December 23, 1999, between General Electric Business Asset
Funding Corporation and The Andersons, Inc.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le document suivant
a été déposé au Bureau du registraire général du Canada le
23 décembre 1999 :
Résumé de la convention de cession du contrat de location en
date du 23 décembre 1999 entre la General Electric Business
Asset Funding Corporation et The Andersons, Inc.
January 11, 2000
Le 11 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
RAILCAR, LTD.
RAILCAR, LTD.
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 29, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Memorandum of Lease effective December 31, 1999, between Rail Trust-1999 and Railcar, Ltd.; and
2. Memorandum of Collateral Assignment of Lease effective
December 31, 1999, between Rail Trust-1999 and Railcar, Ltd.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 29 décembre 1999 :
1. Résumé du contrat de location en vigueur à partir du 31 décembre 1999 entre la Rail Trust-1999 et la Railcar, Ltd.;
2. Résumé de cession de location garantie en vigueur à partir
du 31 décembre 1999 entre la Rail Trust-1999 et la Railcar,
Ltd.
January 10, 2000
Le 10 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
ROYALE BELGE
ROYALE BELGE
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, in accordance with section 651 of the
Insurance Companies Act, that Royale Belge, having ceased to
carry on business in Canada and following the recapture by the
ceding company of all of its reinsurance business in Canada as of
January 1, 1999, intends to apply to the Superintendent of Financial Institutions on or after February 21, 2000, for that release of
the company’s assets vested in trust in Canada.
December 17, 1999
OPTIMUM CONSULTANTS & ACTUARIES INC.
Agent
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 651
de la Loi sur les sociétés d’assurances, que la Royale Belge,
ayant cessé de faire affaire au Canada et à la suite de la reprise
par la société cédante de toutes ses affaires de réassurance au
Canada en date du 1er janvier 1999, a l’intention de demander au
surintendant des institutions financières, le 21 février 2000 ou
après cette date, la libération de l’actif de la société détenu en
fiducie au Canada.
Tout titulaire d’un contrat de réassurance avec la société qui
désire s’opposer à cette libération d’actif doit déposer son opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, Division de l’agrément et des approbations, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, le 21 février 2000 ou avant
cette date.
Le 17 décembre 1999
L’agent
OPTIMUM ACTUAIRES & CONSEILLERS INC.
[2-4-o]
[2-4-o]
Any party to a reinsurance contract with the company who opposes such release of assets must file notice of such opposition
with the Office of the Superintendent of Financial Institutions,
Registration and Approvals Division, 255 Albert Street, Ottawa,
Ontario K1A 0H2, on or before February 21, 2000.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
217
TORONTO MUTUAL LIFE INSURANCE COMPANY
TORONTO MUTUAL LIFE INSURANCE COMPANY
FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED
STATES OF AMERICA AND CANADA
FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED
STATES OF AMERICA AND CANADA
AGREEMENT
CONVENTION
Notice is hereby given, in accordance with the provisions of
sections 254 and 587 of the Insurance Companies Act, that an
application will be made on or after February 25, 2000, to the
Minister of Finance for approval to enter into an agreement, to be
effective January 1, 1999, between the Toronto Mutual Life Insurance Company and FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF
THE UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA, a fraternal benefit society, under which the Toronto Mutual Life Insurance Company will assume and reinsure all of the insurance
business of FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE
UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA with respect
to contracts in force at the date of approval to enter into the
agreement.
The agreement and the independent actuary’s report will be
open to the inspection of members and policyholders of the Toronto Mutual Life Insurance Company and FIRST CATHOLIC
SLOVAK UNION OF THE UNITED STATES OF AMERICA
AND CANADA for the period of 30 days commencing from
January 22, 2000, at the home office of the Toronto Mutual Life
Insurance Company, 112 St. Clair Avenue W, Toronto, Ontario
M4V 2Y3, and at the head office of FIRST CATHOLIC SLOVAK
UNION OF THE UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA, 62 Scollard Street, 2nd Floor, Toronto, Ontario M5R 1G2.
January 22, 2000
TORONTO MUTUAL LIFE INSURANCE COMPANY
VAN M. CAMPBELL
President
FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE
UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA
JOHN R. MILNES
Chief Agent in Canada
Avis est par les présentes donné, conformément aux dispositions des articles 254 et 587 de la Loi sur les sociétés d’assurances, qu’une demande sera présentée au ministre des Finances
le 25 février 2000, ou ultérieurement, ayant pour objet l’autorisation de la convention prenant effet le 1er janvier 1999 entre la
Toronto Mutual Life Insurance Company et la FIRST
CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED STATES
OF AMERICA AND CANADA, société mutualiste, en vertu
de laquelle convention la Toronto Mutual Life Insurance Company prendra en charge et réassurera tous les contrats souscrits auprès de la FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA et qui seront en
vigueur à la date d’autorisation de la convention.
Les membres et les détenteurs de police de la Toronto Mutual
Life Insurance Company et de la FIRST CATHOLIC SLOVAK
UNION OF THE UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA pourront consulter la convention et le rapport de l’actuaire
indépendant pendant une période de 30 jours commençant le
22 janvier 2000, soit au bureau principal de la Toronto Mutual
Life Insurance Company, situé au 112, avenue St. Clair Ouest,
Toronto (Ontario) M4V 2Y3, soit au siège social de la FIRST
CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED STATES OF
AMERICA AND CANADA, situé au 62, rue Scollard, 2e étage,
Toronto (Ontario) M5R 1G2.
Tout membre ou tout détenteur de police peut obtenir un
exemplaire de la convention et du rapport de l’actuaire indépendant en soumettant une demande écrite au siège social de sa compagnie d’assurance.
Le 22 janvier 2000
TORONTO MUTUAL LIFE INSURANCE COMPANY
Le président
VAN M. CAMPBELL
FIRST CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE
UNITED STATES OF AMERICA AND CANADA
L’agent principal au Canada
JOHN R. MILNES
[4-1-o]
[4-1-o]
Any member or policyholder is entitled to a copy of the agreement and the independent actuary’s report on request by writing
to their respective home office.
UNION PACIFIC RAILROAD COMPANY
UNION PACIFIC RAILROAD COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 20, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Release of Security Interest (UPRR 1998 G-1) effective December 20, 1999, between Kreditanstalt für Wiederaufbau and
Union Pacific Railroad Company;
2. Memorandum of Lease Agreement (UPRR 1999 B-3) effective December 20, 1999, between TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG and Union Pacific
Railroad Company;
3. Memorandum of Trust Indenture, Mortgage and Security
Agreement (UPRR 1999 B-3) effective December 20, 1999,
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 20 décembre 1999 :
1. Quittance de la garantie (UPRR 1998 G-1) en vigueur à
partir du 20 décembre 1999 entre la Kreditanstalt für Wiederaufbau et la Union Pacific Railroad Company;
2. Résumé du contrat de location (UPRR 1999 B-3) en vigueur
à partir du 20 décembre 1999 entre la TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG et la Union Pacific
Railroad Company;
3. Résumé de la convention de fiducie, d’hypothèque et de garantie (UPRR 1999 B-3) en vigueur à partir du 20 décembre
218
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
between Union Pacific Railroad Company and First Security
Bank, National Association;
4. Memorandum of Mortgage Supplement No. 1 (UPRR 1999
B-3) effective December 20, 1999, between Union Pacific
Railroad Company and First Security Bank, National
Association;
5. Memorandum of Lessor Security Agreement (UPRR 1999
B-3) effective December 20, 1999, among TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, Union Pacific
Railroad Company and First Security Bank, National
Association;
6. Memorandum of First Mortgage (UPRR 1999 B-3) effective December 20, 1999, among TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, Union Pacific Railroad Company and First Security Bank, National Association;
and
7. Memorandum of Lessee Mortgage Agreement (UPRR 1999
B-3) effective December 20, 1999, between TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG and Union
Pacific Railroad Company
January 7, 2000
1999 entre la Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
4. Résumé du premier supplément à l’hypothèque (UPRR
1999 B-3) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la
Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
5. Résumé de l’accord de garantie du bailleur (UPRR 1999
B-3) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG,
la Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank,
National Association;
6. Résumé de la première hypothèque (UPRR 1999 B-3) en
vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la TELLIMA
Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, la
Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
7. Résumé d’accord d’hypothèque du preneur (UPRR 1999
B-3) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la TELLIMA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG
et la Union Pacific Railroad Company.
Le 7 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
UNION PACIFIC RAILROAD COMPANY
UNION PACIFIC RAILROAD COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 20, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Memorandum of Lease Agreement (UPRR 1999 B-4) effective December 20, 1999, between THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG and Union Pacific Railroad Company;
2. Memorandum of Trust Indenture, Mortgage and Security
Agreement (UPRR 1999 B-4) effective December 20, 1999,
between Union Pacific Railroad Company and First Security
Bank, National Association;
3. Memorandum of Mortgage Supplement No. 1 (UPRR 1999
B-4) effective December 20, 1999, between Union Pacific
Railroad Company and First Security Bank, National
Association;
4. Memorandum of Lessor Security Agreement (UPRR 1999
B-4) effective December 20, 1999, among THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, Union Pacific Railroad Company and First Security Bank, National
Association;
5. Memorandum of First Mortgage (UPRR 1999 B-4) effective
December 20, 1999, among THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, Union Pacific Railroad Company and First Security Bank, National Association;
and
6. Memorandum of Lessee Mortgage Agreement (UPRR 1999
B-4) effective December 20, 1999, between THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG and Union
Pacific Railroad Company.
January 7, 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 20 décembre 1999 :
1. Résumé du contrat de location (UPRR 1999 B-4) en vigueur
à partir du 20 décembre 1999 entre la THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG et la Union Pacific Railroad Company;
2. Résumé de la convention de fiducie, d’hypothèque et de garantie (UPRR 1999 B-4) en vigueur à partir du 20 décembre
1999 entre la Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
3. Résumé du premier supplément d’hypothèque (UPRR 1999
B-4) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la Union
Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National
Association;
4. Résumé de l’accord de garantie du bailleur (UPRR 1999
B-4) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG,
la Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank,
National Association;
5. Résumé de la première hypothèque (UPRR 1999 B-4) en
vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la THORENIA
Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, la
Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
6. Résumé d’accord d’hypothèque du preneur (UPRR 1999
B-4) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la THORENIA Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG
et la Union Pacific Railroad Company.
Le 7 janvier 2000
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
219
UNION PACIFIC RAILROAD COMPANY
UNION PACIFIC RAILROAD COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on December 20, 1999, the following
documents were deposited in the Office of the Registrar General
of Canada:
1. Memorandum of Lease Agreement (UPRR 1999 B-5) effective December 20, 1999, between TIRAN Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG and Union Pacific
Railroad Company;
2. Memorandum of Trust Indenture, Mortgage and Security
Agreement (UPRR 1999 B-5) effective December 20, 1999,
between Union Pacific Railroad Company and First Security
Bank, National Association;
3. Memorandum of Mortgage Supplement No. 1 (UPRR 1999
B-5) effective December 20, 1999, between Union Pacific Railroad Company and First Security Bank, National
Association;
4. Memorandum of Lessor Security Agreement (UPRR 1999
B-5) effective December 20, 1999, among TIRAN Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, Union Pacific Railroad Company and First Security Bank, National
Association;
5. Memorandum of First Mortgage (UPRR 1999 B-5) effective
December 20, 1999, among TIRAN Verwaltungsgesellschaft
mbH & Co. Vermietungs KG, Union Pacific Railroad Company and First Security Bank, National Association; and
6. Memorandum of Lessee Mortgage Agreement (UPRR 1999
B-5) effective December 20, 1999, between TIRAN Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG and Union Pacific Railroad Company.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que les documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada
le 20 décembre 1999 :
1. Résumé du contrat de location (UPRR 1999 B-5) en vigueur
à partir du 20 décembre 1999 entre la TIRAN Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG et la Union Pacific
Railroad Company;
2. Résumé de la convention de fiducie, d’hypothèque et de
garantie (UPRR 1999 B-5) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la Union Pacific Railroad Company et la First
Security Bank, National Association;
3. Résumé du premier supplément d’hypothèque (UPRR 1999
B-5) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la Union
Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National
Association;
4. Résumé de l’accord de garantie du bailleur (UPRR 1999
B-5) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la TIRAN
Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, la
Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
5. Résumé de l’hypothèque de premier rang (UPRR 1999 B-5)
en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la TIRAN
Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG, la
Union Pacific Railroad Company et la First Security Bank, National Association;
6. Résumé d’accord d’hypothèque du preneur (UPRR 1999
B-5) en vigueur à partir du 20 décembre 1999 entre la TIRAN
Verwaltungsgesellschaft mbH & Co. Vermietungs KG et la
Union Pacific Railroad Company.
January 7, 2000
Le 7 janvier 2000
MCCARTHY TÉTRAULT
Solicitors
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT
[4-1-o]
[4-1-o]
WASTECH SERVICES LTD.
WASTECH SERVICES LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Wastech Services Ltd. hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Wastech Services Ltd. has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, at Vancouver, British Columbia, and in the office
of the District Registrar of the Land Registry District of Kamloops, at 455 Columbia Street, Suite 114, Kamloops, British
Columbia, under deposit number KN120014, a description of the
site and plans of a bridge over the Bonaparte River, at Woodburn
Ranch, 1.5 km south of Cache Creek, at the foot of Campbell Hill
Drive E.
La société Wastech Services Ltd. donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et
des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Wastech Services Ltd. a, en vertu de
l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et
des Océans, à Vancouver (Colombie-Britannique), et au bureau
de la publicité des droits du district d’enregistrement de Kamloops, situé au 455, rue Columbia, Bureau 114, Kamloops
(Colombie-Britannique), sous le numéro de dépôt KN120014,
une description de l’emplacement et les plans d’un pont
au-dessus de la rivière Bonaparte, situé sur le ranch Woodburn, à
1,5 km au sud du ruisseau Cache, au bout de la promenade Campbell Hill Est.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
220
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
date of publication of this notice, to the Regional Director, Navigable Waters Protection Division, Operational Programs, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 350–
555 West Hastings Street, Vancouver, British Columbia V6B
5G3.
Cache Creek, January 10, 2000
NORTON SARVER
Landfill Site Manager
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Division de la protection des eaux navigables, Programmes opérationnels, Garde côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans, 555, rue Hastings Ouest, Bureau 350, Vancouver (Colombie-Britannique) V6B 5G3.
Cache Creek, le 10 janvier 2000
Le directeur du lieu de remplissage
NORTON SARVER
[4-1-o]
[4-1]
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Canadian Food Inspection Agency
Honeybee Importation Prohibition Regulations, 1999.
Health, Dept. of
Regulations Amending the Food and Drug Regulations
(1024 — Clinical Trials).........................................
222
227
Transport, Dept. of
Regulations Amending the Government Wharves
Regulations .............................................................
264
Regulations Amending the Public Harbours
Regulations .............................................................
261
Regulations Repealing Certain Regulations Made under
the Canada Marine Act (Miscellaneous Program) ..
266
221
Page
Agence canadienne d’inspection des aliments
Règlement de 1999 interdisant l’importation des
abeilles domestiques ...............................................
222
Santé, min. de la
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et
drogues (1024 — essais cliniques) .........................
227
Transports, min. des
Règlement modifiant le Règlement sur les quais de
l’État .......................................................................
264
Règlement modifiant le Règlement sur les ports publics 261
Règlement correctif visant l’abrogation de certains
règlements pris en vertu de la Loi maritime du
Canada ....................................................................
266
222
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Honeybee Importation Prohibition Regulations, 1999
Règlement de 1999 interdisant l’importation des
abeilles domestiques
Statutory Authority
Health of Animals Act
Fondement législatif
Loi sur la santé des animaux
Sponsoring Agency
Canadian Food Inspection Agency
Organisme responsable
Agence canadienne d’inspection des aliments
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
Description
The Health of Animals Act controls the importation of animals
into Canada in order to prevent the introduction of diseases which
pose a threat to human health and safety or could seriously affect
Canada’s agricultural industry.
La Loi sur la santé des animaux régit l’importation des animaux au Canada et vise à empêcher l’introduction de maladies
qui menacent la santé et la sécurité des humains ou pourraient
avoir une grave incidence sur l’industrie agricole canadienne.
This regulation extends the present prohibition on the importation of honeybees from the mainland United States (U.S.) until
December 31, 2004. The importation of honeybees from the
United States has been prohibited since 1987, when varroa mite
was first found in that country. The following developments in
the United States were considered when the decision to extend
the prohibition was taken: the fact that almost 100 percent of U.S.
colonies are infested with varroa mites, the possibility that varroa
mites in the United States are now resistant to the only treatment
available (fluvalinate), the identification of a new disease, the
parasitic mite syndrome, thought to be carried by the varroa mite,
and the introduction of a new pest, the small hive beetle (Aethina
tumida). In addition, the possibility of importing honeybees that
have the aggressive characteristics of africanized honeybees has
also become an issue.
La réglementation prolonge l’interdiction qui frappe actuellement les importations d’abeilles domestiques du territoire continental des États-Unis jusqu’au 31 décembre 2004. L’importation
d’abeilles domestiques des États-Unis est interdite depuis que le
varroa a été signalé pour la première fois dans ce pays en 1987.
On a tenu compte des conditions suivantes aux États-Unis lorsque
l’on a décidé de prolonger l’interdiction : près de la totalité des
colonies américaines sont infestées par le varroa; il est possible
que les varroas des États-Unis soient devenus résistants au seul
traitement connu (fluvalinate); on pense que le varroa est porteur
d’une nouvelle maladie, le syndrome de l’acarien parasite; un
nouveau ravageur l’Aethina tumida (small hive beetle), a été introduit dans ce pays. De surcroît, la possibilité d’importer des
abeilles domestiques qui possèdent les caractéristiques agressives
des abeilles africanisées cause également certaines craintes.
The varroa mite feeds on the larvae and pupae of the honeybee
which can result in increased mortality and lower breeding success. If the beekeeper does not intervene through the use of
chemicals, infestation almost always results in the death of infected colonies. The disease has devastated the population of wild
colonies of honeybees in the United States.
Le varroa se nourrit des larves et des nymphes de l’abeille domestique et risque de hausser le taux de mortalité et d’atténuer les
chances de succès de la reproduction. Si l’apiculteur n’applique
pas de produits chimiques, l’infestation entraîne presque toujours
la mort des colonies infestées. La maladie a dévasté la population
de colonies sauvages d’abeilles domestiques des États-Unis.
Since the varroa mite was first found in Canada in 1989, it has
spread to apiaries in at least seven provinces. Agriculture and
Agri-Food Canada terminated its varroa control program in 1993
because of the continued spread of varroasis across the Canada/
U.S. border. The level of varroa mite infestation in Canada is
fairly low (e.g., 24 percent of hives in 1998) and the disease is
largely confined to certain areas in affected provinces.
Depuis que le varroa a été signalé pour la première fois au Canada en 1989, il s’est répandu à des ruchers d’au moins sept
provinces. Agriculture et Agroalimentaire Canada a mis fin au
programme de lutte contre le varroa en 1993, en raison de la propagation continue de la varroase à la frontière Canada/États-Unis.
Le taux d’infestation par le varroa est relativement faible au Canada (par exemple, 24 p. 100 des ruches en 1998) et la maladie
est en grande partie confinée à des régions déterminées des provinces touchées.
At this time, Prince Edward Island, Nova Scotia, and Newfoundland are free of the mite and control the movement of honeybees into the province to prevent the introduction of the mite.
The governments of British Columbia, Alberta, Saskatchewan,
Manitoba and Quebec also have some control over the movement
of honeybees into the province. New Brunswick encourages selfsufficiency in the production of queens and has reduced the importation of honeybees on the basis of an educational program.
All of the above provinces either require treatment of infected
À l’heure actuelle, les provinces de l’Île-du-Prince-Édouard, de
la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve sont exemptes de l’acarien
et contrôlent le transport des abeilles domestiques dans ces
provinces afin d’empêcher que l’acarien n’y entre. Les gouvernements de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et du Québec exercent également un certain
contrôle du transport des abeilles domestiques dans la province.
Le Nouveau-Brunswick favorise l’autoapprovisionnement pour la
production de reines et le programme éducationnel qu’il exécute a
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
223
hives or have strong educational programs to encourage producers to treat infected hives.
permis de faire baisser l’importation d’abeilles domestiques.
Toutes les provinces susmentionnées exigent le traitement des
ruches infestées ou exécutent des programmes éducationnels
d’envergure afin d’inciter les producteurs à traiter les ruches
infestées.
In the United States, where there are no regulations to prevent
its spread, the level of varroa mite infestation is high. Varroasis is
found in most states. A new honeybee disease known as parasitic
mite syndrome has also been found in the United States and has
been reported in several mainland states. The disease is suspected
to be a viral infection associated with the varroa mite and, possibly, other mites.
Les États-Unis n’appliquent pas de règlement pour empêcher la
propagation du varroa et son taux d’infestation y est élevé. La
varroase y a été signalée dans la plupart des états. Une nouvelle
maladie de l’abeille domestique nommée syndrome de l’acarien
parasite a également été détectée dans plusieurs états du territoire
continental des États-Unis. On pense qu’il s’agit d’une infection
virale associée au varroa et peut-être à d’autres acariens.
The small hive beetle was discovered in May of 1998 in
Florida and has since been found in adjacent states. It is estimated
that 25 000 bee colonies were lost in Florida during 1998. This
beetle has been cause for serious concern in United States beekeeping circles as it not only destroys colonies but it also destroys
the beekeeping equipment. The fact that it appears to have been
spread via packages lends further support to continuing the ban
with the United States to ensure that this pest is not imported via
packages into Canada.
L’Aethina tumida (small hive beetle) a été découvert en mai
1998 en Floride et a depuis été signalé dans des états adjacents.
On estime qu’il a causé la destruction de 25 000 colonies
d’abeilles en Floride en 1998. Les apiculteurs américains craignent ce coléoptère parce qu’il détruit non seulement les colonies
mais également leur équipement. Le fait que l’insecte semble
s’être propagé par l’intermédiaire d’abeilles en paquets appuie la
reconduction de l’interdiction d’importer des abeilles des ÉtatsUnis afin d’empêcher l’entrée de l’insecte dans des paquets
d’abeilles importés au Canada.
In 1993, the Department prepublished a regulatory amendment
that would have removed the import prohibition and replaced it
with a regulation requiring an import permit. As a result of massive reaction from the Canadian Honey Council (CHC), the Canadian Association of Professional Apiculturists (CAPA), and
many beekeepers, the border closure was extended until December 31, 1995. Since then, the prohibition was extended twice to
December 1997 and 1999 after consultation with the industry and
provincial governments.
En 1993, le Ministère a fait la publication préalable d’une modification de la réglementation qui aurait abrogé l’interdiction
frappant les importations et l’aurait remplacée par une réglementation exigeant un permis d’importation. Toutefois, étant donné la
vive réaction du Conseil canadien du miel (CCM), de l’Association canadienne des apiculteurs professionnels (ACAP) et de
nombreux apiculteurs, la frontière est demeurée fermée jusqu’au
31 décembre 1995. Depuis, l’interdiction a été reconduite à deux
occasions jusqu’en décembre 1997 et 1999 à la suite de consultations de l’industrie et des gouvernements provinciaux.
This proposal will extend the prohibition of the importation of
honeybees from mainland United States for a further five years,
until December 31, 2004. A five-year extension is being proposed
this time because there is no expectation that any of the above
problems will be resolved in a two-year period. The Canadian
Food Inspection Agency (CFIA) will, however, continue to assess
the situation with industry on an annual basis and will, if necessary, revise this position.
La proposition prorogera l’interdiction d’importer des abeilles
domestiques du territoire continental des États-Unis pour cinq
années de plus, soit jusqu’au 31 décembre 2004. On propose une
prolongation de cinq ans parce qu’on ne prévoit pas qu’aucun des
problèmes susmentionnés seront résolus d’ici deux ans. L’Agence
canadienne d’inspection des aliments (ACIA) continuera toutefois à évaluer la situation annuellement en compagnie de l’industrie et modifiera sa position au besoin.
Alternatives
Solutions envisagées
1. Import Permit
1. Permis d’importation
To allow the current Honeybee Importation Prohibition Regulations, 1997 to expire and replace it with a regulation requiring a
permit to import bees from mainland United States.
Selon cette solution, la version actuelle du Règlement de 1997
interdisant l’importation des abeilles domestiques serait remplacée à son échéance par un règlement exigeant un permis
d’importation pour les abeilles provenant du territoire continental
des États-Unis.
Permits are currently used to allow bees to be imported from
Hawaii, Australia and New Zealand. The permits are based on a
complex protocol developed in consultation with the exporting
country and on the advice of experts and the affected industry.
On se sert actuellement de permis pour autoriser l’importation
des abeilles d’Hawaii, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.
Les permis se fondent sur un protocole complexe établi après
consultation du pays exportateur et conforme aux recommandations des experts et de l’industrie touchée.
This alternative is unacceptable to the industry due to the lack
of scientific certainty of the effectiveness of the pesticide fluvalinate as a treatment for varroa mites and the likelihood that the
small hive beetle and parasitic mite syndrome would be introduced. The industry is also concerned about the possibility of
inadvertently importing africanized strains of honeybees.
L’industrie juge cette solution inacceptable, en raison de l’absence de données scientifiques garantissant l’efficacité du pesticide fluvalinate comme traitement contre le varroa et de la probabilité que l’Aethina tumida (small hive beetle) et le syndrome
de l’acarien parasite soient introduits. L’industrie se préoccupe
également du risque que comporte l’importation non intentionnelle de souches africanisées des abeilles domestiques.
224
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
2. To allow the current Honeybee Importation Prohibition
Regulations, 1997 to expire without replacing it
2. Laisser l’actuel Règlement de 1997 interdisant l’importation
des abeilles domestiques venir à échéance sans le remplacer
This alternative would open the border completely to all the
diseases set out in alternative 1 and is not acceptable to the industry. Both alternatives 1 and 2 are also unacceptable because they
would result in further damage to the environment in the form of
destruction of the wild honeybees that are required to pollinate
wild flowers.
3. Extend the Honeybee Importation Prohibition Regulations,
1997 to December 31, 2004
Comme cette solution signifierait l’ouverture de la frontière
sans restriction et permettrait l’entrée de toutes les maladies indiquées à la solution 1, l’industrie ne la juge pas acceptable. Les
solutions 1 et 2 sont également inacceptables parce qu’elles intensifieraient les dommages causés à l’environnement en détruisant les apoïdes ou abeilles sauvages qui servent à la pollinisation
des fleurs sauvages.
3. Prorogation du Règlement de 1997 interdisant l’importation
des abeilles domestiques jusqu’au 31 décembre 2004
This alternative was chosen because it was supported by the
industry, the provinces and scientific evidence from the CFIA risk
assessment. The continuation of the prohibition was supported by
the CHC and consultation with the honey sector. The CFIA risk
assessment indicated that the import prohibition should be
extended.
None of the above options have any impact on the CFIA
Year 2000 initiatives.
Benefits and Costs
Cette solution a été retenue parce qu’elle est appuyée par
l’industrie et les provinces, ainsi que les données scientifiques
découlant de l’évaluation du risque menée par l’ACIA. Le CCM
et le secteur du miel appuient la reconduction de l’interdiction.
L’évaluation du risque menée par l’ACIA montre que l’interdiction des importations devrait être prorogée.
Aucune des solutions susmentionnées n’a d’effet sur les projets
de l’ACIA associés à l’an 2000.
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
The continuation of the prohibition will delay the spread of the
varroa mite, its associated disease and the small hive beetle. Since
the major natural spread of the varroa mites is limited by the distance bees fly, the prohibition is most effective in those areas that
are not close to the United States border.
La prorogation de l’interdiction retardera la propagation du
varroa, de la maladie qui y est associée et de l’Aethina tumida
(small hive beetle). Comme la propagation naturelle du varroa est
en général limitée par la distance de vol des abeilles, l’interdiction a une incidence plus grande dans les régions qui sont situées
à une certaine distance de la frontière américaine.
Le retard de la propagation des acariens profitera à l’industrie
du miel en minimisant les coûts de remplacement des colonies
qui succombent à la maladie et en réduisant le nombre de ruches
qui doivent être traitées avec des produis chimiques. L’interdiction atténuera les préoccupations à l’égard de la disparition des
pollinisateurs sauvages à la suite de la propagation du varroa à
grande échelle. De surcroît, ce nouveau délai laissera plus de
temps pour poursuivre des recherches sur les moyens de minimiser les répercussions du varroa. La recherche actuellement en
cours inclut notamment des travaux sur la sélection d’abeilles
domestiques résistantes aux acariens (race de Buckfast).
Coûts
The delay in the spread of the mites will benefit the honey industry by minimizing the costs of replacing hives that die of the
disease and reducing the number of hives that have to be treated
with chemicals. The prohibition will alleviate the concerns that
when varroasis becomes widespread, many of the wild pollinators
may disappear. The delay will also give a longer period for research into means of minimizing the impact of the varroa mite.
Research currently underway includes breeding work on honeybees resistant to mites (Buckfast bees).
Costs
Trade Implications
Le CCM et l’ACAP allèguent que si le varroa devient ubiquiste
au Canada, tous les apiculteurs devront avoir recours à la lutte
chimique. Les coûts du traitement additionnel s’élèveraient à 10 $
par colonie. Certains répondants ont dit que l’industrie pourrait
avoir à payer des frais annuels de deux à trois millions de dollars.
En outre, ces débours pourraient être retardés en gardant la frontière fermée.
L’interdiction ne permet pas d’avoir accès à des reines de
remplacement moins coûteuses provenant du territoire continental
des États-Unis et aux améliorations génétiques qu’elles peuvent
apporter. Ce coût est toutefois au moins partiellement contrebalancé par le fait que les reines infestées produisent des colonies
plus faibles où la production de miel et la pollinisation des cultures sont réduites. De surcroît, les reines importées du territoire
continental présentent un risque accru en ce qui concerne l’entrée
d’abeilles domestiques africanisées plus agressives qui pourraient
menacer la santé et la sécurité des humains.
Répercussions commerciales
The North American Free Trade Agreement and the World
Trade Organization require that sanitary and phytosanitary measures be based on scientific principles of risk assessment. The
CFIA risk assessment supports the recommendation to continue
Selon l’Accord de libre-échange nord-américain et l’Organisation mondiale du commerce, les mesures sanitaires et phytosanitaires doivent être fondées sur des principes scientifiques d’évaluation du risque. L’évaluation du risque menée par l’ACIA
The CHC and CAPA have suggested that if varroa mites become widespread in Canada, all beekeepers would have to use
chemical controls. Beekeepers would incur additional treatment
costs of $10 per colony. Some respondents suggested that the
potential annual expenditure by the industry could be two to three
million dollars per year. This cost could be delayed by keeping
the border closed.
The prohibition denies access to the cheaper replacement
queens from the mainland United States and any improvement in
genetics they might represent. This cost is at least partly balanced
by the fact that infected queens produce weaker hives that are not
as productive either in the production of honey or the pollination
of crops. In addition, queens imported from the mainland represent a larger risk of importing the aggressive africanized honeybee which could be a threat to human health and safety.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
225
the ban, given that the small hive beetle and africanized bees are
not present in Canada and are prevalent in certain states of the
United States. Moreover, the incidence of varroa mite in Canada
is fairly low and subject to control in most provinces.
appuie la recommandation de prorogation de l’interdiction, étant
donné que l’Aethina tumida et les abeilles africanisées n’ont pas
été signalés au Canada mais sont fréquents dans certains états
américains. De plus, l’incidence du varroa au Canada est assez
faible et la plupart des provinces exécutent des programmes de
lutte contre ce ravageur.
It is not anticipated that the United States will react negatively
to the extension. The presence of varroa mite and especially Africanized bees in the United States is also of concern to the U.S.
industry. The United States has had a policy of not importing
honeybees for many years (except from Canada) and is currently
being challenged by New Zealand to show why bee imports
would pose a risk to U.S. honeybees.
On ne prévoit pas que les États-Unis réagiront négativement à
la prorogation. La présence du varroa et plus particulièrement des
abeilles africanisées aux États-Unis préoccupe également l’industrie américaine. Les États-Unis appliquent une politique d’interdiction des importations depuis de nombreuses années (sauf pour
les abeilles du Canada) et la Nouvelle-Zélande conteste actuellement cette situation et demande que les États-Unis démontrent
que les importations d’abeilles présentent un risque pour les
abeilles domestiques américaines.
Consultation
Consultations
The Canadian Association of Professional Apiculturists, which
includes the provincial beekeepers, has submitted documentation
in support of the industry’s request to continue the current import
ban and to extend it to five years with appropriate discussions
with the industry each year to assess the status of this issue.
L’Association canadienne des apiculteurs professionnels, qui
regroupe les apiculteurs provinciaux, a présenté des documents
appuyant la demande de l’industrie de maintenir l’interdiction
actuelle des importations pour cinq années de plus en tenant des
discussions pertinentes avec l’industrie chaque année afin d’évaluer la situation.
The Canadian Honey Council voted at their annual meeting to
continue the two-year ban. They feel that they have majority approval to extend this to a five-year ban but have yet to hold an
official vote to confirm this.
À son assemblée annuelle, le Conseil canadien du miel a approuvé par scrutin la prolongation de l’interdiction pour deux
années de plus. Il pense également que la majorité de ses membres appuient la prolongation de l’interdiction pour cinq ans, mais
aucun scrutin officiel n’a encore été tenu pour confirmer cette
assertion.
The CFIA has also received a letter from an individual in
British Columbia asking that the ban be lifted.
En outre, l’ACIA a reçu une lettre d’un particulier de la
Colombie-Britannique qui demande que l’interdiction soit levée.
As a result of the 1993 proposal to allow importation, extensive consultation was conducted with industry groups and individuals. The extension of the prohibition may be opposed by a
number of beekeepers and by blueberry producers in the Atlantic
area who wish to purchase less expensive bees from the mainland
United States.
À la suite de la proposition de 1993 d’autoriser l’importation,
de vastes consultations ont été menées auprès des groupements de
l’industrie et de particuliers. Il se pourrait qu’un certain nombre
d’apiculteurs et de producteurs de bleuets de la région de
l’Atlantique qui désirent acheter des abeilles moins coûteuses du
territoire continental des États-Unis s’opposent à la prolongation
de l’interdiction.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Section 16 of the Health of Animals Act requires anyone importing any animal, including honeybees, into Canada to present
the animal to an inspector or to a customs officer.
Aux termes de l’article 16 de la Loi sur la santé des animaux,
quiconque importe des animaux, et notamment des abeilles domestiques, au Canada doit les présenter à un inspecteur ou à un
agent des douanes.
Customs officers will detain any shipments of honeybees until
they are inspected by the CFIA. Shipments of bees which do not
meet the legal requirements will be refused entry into Canada or
will be destroyed by CFIA inspectors.
Les agents des douanes retiendront tout envoi d’abeilles domestiques jusqu’à ce qu’il soit inspecté par l’ACIA. L’entrée au
Canada des envois d’abeilles qui ne satisfont pas aux exigences
juridiques sera refusée ou ces envois seront détruits par des inspecteurs de l’ACIA.
Section 65 of the Health of Animals Act, S.C., 1990, c. 21,
provides for punishment on conviction of refusing or neglecting
to perform a duty imposed by the Act or the Regulations.
L’article 65 de la Loi sur la santé des animaux, L.C. (1990),
ch. 21, prévoit que quiconque est trouvé coupable de refuser ou
de négliger d’accomplir une obligation imposée par la Loi ou le
Règlement doit payer une amende.
Contact
Personne-ressource
Dr. D. J. Barr, Animal Health and Production Division, Canadian Food Inspection Agency, 59 Camelot Drive, Nepean, Ontario K1A 0Y9, (613) 225-2342, extension 4608 (Telephone),
(613) 228-6630 (Facsimile).
Dre D. J. Barr, Division de la santé des animaux et de l’élevage, Agence canadienne d’inspection des aliments, 59, promenade Camelot, Nepean (Ontario) K1A 0Y9, (613) 225-2342,
poste 4608 (téléphone), (613) 228-6630 (télécopieur).
226
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Minister of Agriculture and
Agri-Food, pursuant to section 14a of the Health of Animals Act,
proposes to make the annexed Honeybee Importation Prohibition
Regulations, 1999.
Any interested person may make representations concerning
the proposed amendments within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must be addressed
to Dr. Debbie Barr, Animal Health and Production Division, Canadian Food Inspection Agency, 59 Camelot Drive, Nepean, Ontario K1A 0Y9, 613-225-2342 ext. 4608 (Telephone), 613-2286631 (Facsimile) and cite Canada Gazette Part I and the date of
this notice.
January 13, 2000
LYLE VANCLIEF
Minister of Agriculture and Agri-Food
Avis est donné que le Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, en vertu du paragraphe 14 de la Loi sur la santé des
animauxa, se propose de prendre, le Règlement de 1999 interdisant l’importation des abeilles domestiques, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet des modifications, dans les 30 jours suivants la date de
publication du présent avis, à Dr. Debbie Barr, Division de la
santé des animaux et de l’élevage, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, 59 promenade Camelot, Nepean (Ontario),
K1A 0Y9, 613-225-2342, poste 4608 (téléphone), 613-228-6631
(télécopieur). Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I
et la date de publication du présent avis.
Le 13 janvier 2000
Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire,
LYLE VANCLIEF
HONEYBEE IMPORTATION PROHIBITION
REGULATIONS, 1999
RÈGLEMENT DE 1999 INTERDISANT L’IMPORTATION
DES ABEILLES DOMESTIQUES
PROHIBITION
INTERDICTION
1. No person shall import any bee of the genus Apis, commonly
known as honeybees, into Canada or any Canadian port from the
United States, except from the State of Hawaii, during the period
beginning on the date of the coming into force of these Regulations and ending on December 31, 2004.
1. Il est interdit, au cours de la période commençant à la date
d’entrée en vigueur du présent règlement et se terminant le
31 décembre 2004, d’importer, sur le territoire canadien et à tout
point d’entrée canadien, des abeilles du genre Apis, communément appelées abeilles domestiques, en provenance des ÉtatsUnis, à l’exclusion de l’État d’Hawaï.
REPEAL
ABROGATION
2. The Honeybee Importation Prohibition Regulations, 1997
are repealed.
1
2. Le Règlement de 1997 interdisant l’importation des
abeilles domestiques1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[4-1-o]
[4-1-o]
———
a
1
S.C. 1990, c. 21
SOR/98-122
———
a
1
L.C. 1990, ch. 21
DORS/98-122
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
227
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1024 — Clinical Trials)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et
drogues (1024 — essais cliniques)
Statutory Authority
Food and Drugs Act
Fondement législatif
Loi sur les aliments et drogues
Sponsoring Department
Department of Health
Ministère responsable
Ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
Description
The purpose of this proposed amendment is to introduce proposed regulatory requirements for the sale and importation of
drugs for use in human clinical trials. The new requirements
would be located in Division 5 of the Food and Drug Regulations
and would apply to clinical trials in humans using both new and
old drugs. Consequential amendments would be required to Division 8 of the Regulations to maintain the status quo for clinical
trials in animals using new veterinary drugs. Although the Foods
Directorate (the unit in Health Canada responsible for the regulations of veterinary drugs) has indicated that a broader framework
would also be desirable for veterinary drugs, this will be dealt
with at a later date.
Le projet de règlement modificatif vise à établir les exigences
proposées pour la vente et l’importation des drogues destinées
aux essais cliniques avec des sujets humains. Ces nouvelles exigences seraient incorporées au titre 5 du Règlement sur les aliments et drogues et s’appliqueraient aux essais cliniques menés
tant sur les drogues nouvelles que sur les drogues existantes. Le
titre 8 ferait aussi l’objet de modifications corrélatives afin
d’assurer le maintien du statu quo dans le cas des essais cliniques
de drogues pour usage vétérinaire réalisés sur des animaux. Bien
que la Direction des aliments (l’unité de Santé Canada chargée de
la réglementation des drogues pour usage vétérinaire) ait laissé
entendre qu’il serait également opportun d’élargir le cadre réglementaire de ces dernières drogues, cette mesure ne sera entreprise
qu’à une date ultérieure.
Le cadre proposé comporte les éléments suivants :
— l’assujettissement des essais cliniques de drogues menés au
Canada avec des sujets humains (phases I à IV) à une évaluation du Programme des produits thérapeutiques (PPT) de
Santé Canada dans le cadre du système d’agrément ou du
système par défaut de 30 jours;
— l’établissement d’exigences claires et transparentes pour les
demandes, la communication de renseignements, les modifications, la notification, l’étiquetage, la tenue de registres et les
rapports sur les réactions indésirables aux drogues;
— l’instauration d’un système d’inspection en fonction des exigences réglementaires proposées, y compris les principes
des bonnes pratiques cliniques et les bonnes pratiques de
fabrication;
— l’octroi du pouvoir explicite de refuser une demande, de suspendre la vente de drogues ou d’annuler la conduite d’essais
cliniques au Canada qui ne sont pas conformes aux nouvelles
exigences réglementaires.
Situation canadienne actuelle
The proposed framework incorporates the following features:
— all human drug clinical trials conducted in Canada (Phase I to
IV) would be subject to an assessment by the Therapeutic
Products Programme (TPP) of Health Canada under either the
registration or the 30-day default system;
— clear and transparent requirements for application, information, amendments, notification, labelling, record keeping and
adverse drug reaction reporting;
— the introduction of an inspection system against the proposed
regulatory requirements including good clinical practice
principles and good manufacturing practices; and
— a clear authority to refuse a submission, suspend the sale of
drugs and cancel the conduct of clinical trials in Canada
which do not meet the updated regulatory requirements.
Current Canadian Situation
In Canada, the responsibility for developing drugs relies on an
effective partnership among many stakeholders including industry, the research-granting councils, the medical community, the
ethics community and the federal Government. Within this partnership, the TPP of Health Canada provides a critical service by
ensuring that clinical trials are properly designed and undertaken
and that participants are not exposed to undue risk. It is also
Health Canada’s responsibility to ensure that its decisions are
made in a timely fashion thereby not discouraging the development of human drugs in Canada.
Au Canada, la mise au point de nouvelles drogues repose sur
un partenariat efficace entre de nombreux intervenants, notamment l’industrie, les conseils des subventions à la recherche, la
communauté médicale, les éthiciens et le gouvernement fédéral.
À l’intérieur de ce partenariat, le PPT de Santé Canada offre un
service d’importance critique en veillant à ce que les essais cliniques soient planifiés et menés adéquatement et que les sujets des
essais cliniques ne soient pas exposés à des risques indus. En
outre, Santé Canada doit veiller à ce que ses décisions soient
prises dans des délais opportuns afin de ne pas défavoriser la
mise au point au Canada de drogues pour usage humain.
228
Canada Gazette Part I
The Food and Drug Regulations currently include several
provisions which define the requirements for the sale and importation of drugs for use in clinical trials in humans. A clinical trial
is an investigation to collect evidence to establish the safety,
quality and efficacy of a drug for the diagnosis, treatment, mitigation or prevention of a disease. These investigations are generally divided into four phases depending on the stage of drug
development:
Phase I: Initial safety studies on a new drug, including the first
administration of the drug into humans, usually conducted in
healthy volunteers. These trials may be conducted in patients
when administration of the drug to healthy volunteers is not
ethical. Phase I trials are designed mainly to determine the
pharmacological actions of the drug and the side effects associated with increasing doses. Pharmacokinetic as well as drugdrug interaction studies are usually considered as Phase I trials
regardless of when they are conducted during drug development as these are generally conducted in healthy volunteers.
Phase I trials also include trials in which new drugs are used as
research tools to explore biological phenomena or disease
processes. In the proposed Regulations, the registration system
applies only to those Phase I clinical trials which are conducted
in healthy adult human volunteers for dose tolerance studies.
Phase II: Clinical trials to evaluate the efficacy of the drug in
patients with medical conditions to be treated, diagnosed or
prevented and to determine the side effects and risks associated
with the drug. If a new indication for a marketed drug is to be
investigated, then those clinical trials may generally be considered Phase II trials.
Phase III: Controlled or uncontrolled trials conducted after
preliminary evidence suggesting efficacy of the drug has been
demonstrated. These are intended to gather the additional information about efficacy and safety that is needed for further
risk and benefit assessment of the drug. In this phase, clinical
trials are also conducted in special patient populations (e.g., renal failure patients), or under special conditions dictated by the
nature of the drug and disease.
Phase IV: All studies performed after the drug has been approved by the regulator for the market and related to the approved indication. These studies are often important for optimizing the drug’s use. They may be of any type but must have
valid scientific objectives. Commonly conducted studies include drug-drug interaction, dose-response or safety studies
and studies designed to support use under the approved indication such as mortality and morbidity studies or epidemiological
studies.
The current regulatory requirements respecting clinical trials
were originally developed in the early 1960s and have remained
essentially unchanged. These Regulations define specific Investigational New Drug Submission (IND) application requirements
which must be complied with before a new drug can be distributed for trial purposes. In 1987, the Regulations were amended to
introduce a 60-day default period. Since that time the TPP and the
Foods Directorate, in the case of a veterinary drug, notifies the
January 22, 2000
Le Règlement sur les aliments et drogues contient plusieurs
dispositions qui prévoient les exigences applicables à la vente et à
l’importation de drogues destinées aux essais cliniques avec des
sujets humains. Un essai clinique est une recherche dont l’objet
est de recueillir des éléments de preuve pour assurer l’innocuité,
la qualité et l’efficacité d’une drogue pour le diagnostic, le traitement, l’atténuation ou la prévention d’une maladie. Ces recherches comportent généralement quatre phases selon le stade auquel
est rendue la mise au point de la drogue :
Phase I : Il s’agit des premières études sur l’innocuité d’une
drogue nouvelle, y compris la première administration de la
drogue à des êtres humains qui sont des sujets volontaires en
bonne santé. Ces études peuvent être menées sur des patients
lorsqu’il n’est pas approprié au plan de l’éthique de les mener
sur des sujets volontaires en bonne santé. Les essais cliniques
de phase I sont conçus principalement pour déterminer l’action
pharmacologique d’une drogue ainsi que les effets secondaires
associés à des doses croissantes. Les études pharmacocinétiques et les études sur les interactions médicamenteuses sont
généralement considérées comme des essais de phase I, indépendamment du moment où elles ont lieu au cours du développement de la drogue, étant donné qu’elles sont habituellement
menées sur des sujets volontaires en bonne santé. Font également partie des essais de phase I les essais dans lesquels des
drogues nouvelles sont utilisées comme outils de recherche
pour l’exploration d’un phénomène biologique ou l’étude de
l’évolution d’une maladie. Dans le projet de règlement, le système d’agrément proposé ne s’applique qu’aux essais cliniques
de phase I utilisant des sujets humains sains qui ont pour objet
l’étude de la tolérance aux doses.
Phase II: Il s’agit d’essais cliniques menés en vue de
l’évaluation de l’efficacité de la drogue chez des patients ayant
un état de santé à traiter, à diagnostiquer ou à prévenir, et en
vue de la détermination des effets secondaires et des risques
associés à la drogue. Les recherches portant sur toute nouvelle
indication prévue pour une drogue déjà mise en vente sont
considérées comme des essais de phase II.
Phase III: Il s’agit d’essais contrôlés ou non contrôlés menés
après l’établissement des preuves préliminaires sur l’efficacité
de la drogue. Ces essais ont pour objet la collecte des données
additionnelles sur l’efficacité et l’innocuité qui sont nécessaires
pour une évaluation plus poussée des risques et des avantages
de la drogue. Pendant cette phase, des essais cliniques sont
aussi menés avec des groupes particuliers de patients (par
exemple, des patients souffrant d’insuffisance rénale) ou dans
des conditions spéciales dictées par la nature de la drogue et de
la maladie.
Phase IV: Il s’agit d’études menées après l’approbation de la
vente de la drogue par l’organisme de réglementation et portant
sur l’indication approuvée. Ces études sont souvent importantes pour optimiser l’utilisation de la drogue. Elles peuvent
être de n’importe quel type, mais doivent avoir des objectifs
scientifiques valables. Parmi les études les plus courantes, il y a
celles qui portent sur les interactions médicamenteuses, la relation dose-effet ou l’innocuité, et celles qui visent à confirmer
l’usage dans l’indication approuvée, telles les études de mortalité et de morbidité et les études épidémiologiques.
Les exigences réglementaires actuelles applicables aux essais
cliniques ont été établies au début des années soixante et sont
demeurées essentiellement inchangées depuis lors. Le présent
règlement modificatif proposé introduit des exigences propres
aux présentations de drogue nouvelle de recherche (DNR), dont
le respect est obligatoire avant qu’une drogue nouvelle puisse être
distribuée pour servir à des essais cliniques. Le Règlement sur les
aliments et drogues a été modifié en 1987 pour prévoir une
Le 22 janvier 2000
sponsor within 60 days if its submission is found to be deficient
or else the sponsor may proceed. The 60-day default was introduced in 1987 in an attempt to remedy industry’s uncertainty in
the planning process and to encourage research opportunities in
Canada. A move to shorten the review time was also seen to be a
positive benefit to all Canadians as it provided increased access to
new innovative therapies through the conduct of a clinical trial.
The TPP currently reviews the safety, efficacy and quality data
submitted by the sponsor and approves the distribution of the
drug to the investigator. The TPP may authorize the trial if the
protocol is scientifically sound and the drug would not pose unacceptable risks to the trial participants under the proposed conditions of use. The sponsor of the trial is required to maintain
accurate records, report adverse drug reactions and ensure that the
investigator adheres to the approved protocol. Trials in humans
should be conducted according to generally accepted principles of
good clinical practice (GCP). These standards provide assurance
that the data and reported results are credible and accurate, and
that the rights, integrity, and privacy of clinical trial participants
are protected.
The TPP currently encourages sponsors to obtain the approval
of a Research Ethics Board (REB) prior to conducting trials in
Canada. An REB is an independent body, including both men and
women, which is responsible for approving the initiation and
conduct of periodic reviews of bio-medical research involving
human subjects. The principal mandate of the REB is to ensure
the protection of the rights, safety and well-being of participants
in the clinical trial. This structure helps to ensure that conflict of
interest situations are avoided and that the health and safety of the
trial participants remain the paramount concern. The role of a
Canadian REB includes the provision of recommendations concerning a trial’s ethical acceptability and conduct. At the present
time, there is no accreditation system in Canada for REBs. This
situation is being reviewed by the TPP in conjunction with the
Medical Research Council (MRC) and the National Council on
Ethics in Human Research (NCEHR). Some Canadian REBs have
limited resources and experience with the review of drug clinical
trials.
The Minister of Health can stop the sale of a drug to an investigator if the Minister believes it is in the public interest to do so.
This provision, which is contained in subsection C.08.005(3) of
the Food and Drug Regulations, has not been used extensively in
the past nor has a routine inspection scheme been implemented.
Gazette du Canada Partie I
229
période par défaut de 60 jours. Depuis lors, le PPT et la Direction
des aliments, dans le cas d’une drogue pour usage vétérinaire,
avise le promoteur dans les 60 jours si sa présentation est jugée
non conforme; sinon le promoteur peut aller de l’avant. L’objet
de cette période par défaut introduite en 1987 était de remédier à
l’incertitude qu’éprouvait l’industrie dans le processus de planification et de promouvoir la recherche au Canada. La décision de
raccourcir la période d’examen était également considérée comme
bénéfique pour toute la population canadienne, puisqu’elle élargissait l’accès à des traitements thérapeutiques innovateurs par le
biais des essais cliniques.
À l’heure actuelle, le PPT s’occupe d’examiner les données sur
l’innocuité, l’efficacité et la qualité présentées par le promoteur et
d’approuver la distribution de la drogue au chercheur. Le PPT
peut autoriser la tenue de l’essai clinique si le protocole est
scientifiquement valable et si la drogue ne présente pas de risques
inacceptables pour les participants à l’essai dans les conditions
d’utilisation projetées. Le promoteur a l’obligation de tenir des
registres exacts, de déclarer les réactions indésirables à la drogue
et de veiller à ce que le chercheur se conforme au protocole approuvé. Les essais qui utilisent des sujets humains doivent être
menés conformément aux principes généralement reconnus des
bonnes pratiques cliniques (BPC). Ces normes visent à garantir
que les données et les résultats déclarés sont crédibles et exacts et
que les droits, l’intégrité et la confidentialité des participants aux
essais cliniques sont protégés.
Le PPT encourage actuellement les promoteurs à obtenir
l’approbation d’un comité d’éthique pour la recherche (CER)
avant la tenue d’essais cliniques au Canada. Le CER est un organisme indépendant, composé d’hommes et de femmes, qui est
chargé d’approuver des projets de recherche biomédicale utilisant
des sujets humains et d’en faire l’examen périodique. Son principal mandat est d’assurer la protection des droits, de la sûreté et du
bien-être des participants aux essais cliniques. Ce comité aide à
éviter les conflits d’intérêts et à garantir que la santé et la sûreté
des participants aux essais cliniques demeurent la préoccupation
première. Il a aussi comme fonction de formuler des recommandations sur l’acceptabilité des essais cliniques du point de vue de
l’éthique et sur la conduite des essais. Il n’existe pas encore au
Canada de régime d’accréditation des CER. Le PPT examine
présentement la mise en œuvre d’un tel régime en collaboration
avec le Conseil de recherches médicales (CRM) et le Conseil
national d’éthique en recherche chez l’humain. Certains CER
canadiens ne disposent que de ressources et d’une expérience
limitées dans le domaine de l’examen des drogues destinées aux
essais cliniques.
Le ministre de la Santé peut faire cesser la vente d’une drogue
à un chercheur s’il le juge nécessaire dans l’intérêt public. Ce
pouvoir, qui est prévu au paragraphe C.08.005(3) du Règlement
sur les aliments et drogues, n’a pas été utilisé souvent dans le
passé et aucun système d’inspection périodique n’a été mis en
œuvre.
Proposed Regulatory Change
Modifications réglementaires proposées
The proposed Regulations which are published with this
Regulatory Impact Analysis Statement (RIAS) have been developed to recognize the generally accepted principles of GCP and
internationally competitive submission review time lines. They
take into account extensive consultation which has taken place
with stakeholders. A brief summary of the elements contained in
the proposed Regulations follows.
Le projet de règlement modificatif qui est publié avec le présent résumé de l’étude d’impact de la réglementation (REIR) a été
conçu pour reconnaître les principes généralement reconnus des
BPC de même que les délais concurrentiels à l’échelle internationale pour l’examen des demandes. Il fait suite à de nombreuses
consultations menées auprès des parties intéressées. Un bref
sommaire des éléments du projet est présenté ci-après.
Good Clinical Practices
Bonnes pratiques cliniques
Sponsors of clinical trials conducted in Canada would be required to demonstrate that the trials are conducted according to
Les promoteurs d’essais cliniques menés au Canada seraient
tenus de démontrer que les essais sont menés conformément aux
230
Canada Gazette Part I
generally accepted principles of GCP. Those principles are as
follows:
— Clinical trials must be conducted in accordance with the ethical principles that have their origin in the Declaration of Helsinki, and that are consistent with GCP and the applicable
regulatory requirements.
— Before a trial is initiated, foreseeable risks and inconveniences must be weighed against the anticipated benefit for the
individual trial subject and society. A trial should be initiated
and continued only if the anticipated benefits justify the risks.
— The rights, safety and well-being of the trial subjects are the
most important considerations and must prevail over interests
of science and society.
— The available non-clinical and clinical information on an investigational drug must be adequate to support the proposed
clinical trial.
— Clinical trials must be scientifically sound and described in a
clear, detailed protocol.
— A trial must be conducted in compliance with a protocol that
has received REB approval prior to initiation.
— The medical care given to, and medical decisions made on
behalf of, subjects must always be the responsibility of
a qualified physician or, when appropriate, of a qualified
dentist.
— Each individual involved in conducting a trial should be
qualified by education, training and experience to perform his
or her respective tasks.
— Freely given informed consent must be obtained from every
subject prior to clinical trial participation.
— All clinical trial information must be recorded, handled and
stored in a way that enables its accurate reporting, interpretation and verification.
— The confidentiality of records that could identify subjects
must be protected, respecting the privacy and confidentiality rules in accordance with the applicable regulatory
requirements.
— Investigational drugs must be fabricated, handled and stored
in accordance with applicable good manufacturing practices
(GMP). They must be used in accordance with the approved
protocol.
— Systems with procedures that assure the quality of every aspect of the trial must be implemented.
Labelling
Investigational drugs imported or sold in Canada would be required to be labelled in accordance with specified labelling requirements. Those requirements would include the following:
— a statement, in English and French, to ensure that the drug is
identified as an investigational drug to be used only by a
qualified investigator;
— the name, number, or identifying mark of the drug;
— the expiry date;
— the recommended storage conditions;
— the name and address of the sponsor; and
— the protocol code or identification number.
In addition to the above, radiopharmaceuticals would be required to display the radiation symbol required by the Atomic
Energy Control Regulations and a statement “Caution —
Radioactive Material” « Attention — produit radioactif » or any
other statement in English and French that conveys that meaning.
January 22, 2000
principes généralement reconnus des BPC. Ces principes sont les
suivants :
— Les essais cliniques doivent être menés en conformité avec
les principes d’éthique qui s’inspirent de la Déclaration
d’Helsinki et qui sont conformes aux BPC et aux exigences
réglementaires applicables.
— Avant la tenue d’un essai clinique, les risques et les inconvénients prévisibles doivent être évalués par rapport aux avantages escomptés pour les participants à l’essai et la société.
L’essai ne peut être entrepris et poursuivi que si les avantages
escomptés l’emportent sur les risques.
— Les droits, la sûreté et le bien-être des participants à l’essai
clinique sont les considérations les plus importantes et doivent avoir préséance sur les intérêts de la science et de la
société.
— Les renseignements disponibles d’ordre préclinique et clinique sur une drogue de recherche doivent être suffisants pour
justifier la tenue de l’essai clinique projeté.
— Tout essai clinique doit être scientifiquement fondé et clairement décrit dans un protocole.
— L’essai clinique doit être mené en conformité avec le protocole approuvé par un CER avant le commencement de l’essai.
— Les soins de santé et les décisions médicales doivent toujours
relever d’un médecin ou d’un dentiste, selon le cas.
— Chaque individu chargé de la conduite d’un essai clinique
doit être qualifié, par ses études, sa formation et son expérience pour accomplir les tâches qui lui sont confiées.
— Le consentement libre et éclairé doit être obtenu de chaque
sujet avant le début de sa participation à l’essai clinique.
— Les renseignements relatifs à un essai clinique doivent être
consignés dans des registres, traités et conservés de façon à
permettre la présentation de rapports exacts à leur sujet ainsi
que leur interprétation et leur vérification.
— La confidentialité des registres qui pourraient identifier les
participants à un essai clinique doit être assurée en conformité
avec les règles sur la protection de la vie privée et la confidentialité, comme le prévoient les dispositions réglementaires
applicables.
— Les drogues de recherche doivent être manufacturées, manutentionnées et entreposées conformément aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) et utilisées en conformité avec le
protocole.
— Des systèmes doivent être prévus pour contrôler de façon
méthodique la qualité de tous les aspects des essais cliniques.
Étiquetage
L’importation et la vente au Canada des drogues de recherche
seraient assujetties à des exigences d’étiquetage particulières. Les
étiquettes porteraient notamment les renseignements suivants :
— une mention, en français et en anglais, indiquant que la drogue est une drogue de recherche réservée à l’usage des chercheurs qualifiés;
— le nom, le numéro ou la marque d’identification de la drogue;
— la date limite d’utilisation;
— les conditions d’entreposage recommandées;
— les nom et adresse du promoteur;
— le code ou la marque d’identification du protocole.
En plus des exigences susmentionnées, les produits pharmaceutiques radioactifs seraient marqués du symbole de radioactivité exigé par le Règlement sur le contrôle de l’énergie atomique et
de la mention « Attention — produit radioactif » “Caution —
Radioactive Material” ou toute autre mention en ce sens dans les
deux langues officielles.
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
231
Adverse Drug Reactions Reporting
Rapports sur les réactions indésirables aux drogues
The sponsor would be required to report on an expedited basis
any serious adverse drug reactions based on the reporting schedule contained within the attached regulatory proposal. Those requirements are consistent with international standards. The proposed Regulations provide the Minister with the authority to
request additional information from the sponsor if there is concern respecting the safety of the investigational drug and to take
action if required.
Records
Le promoteur aurait l’obligation de faire rapport de toute réaction indésirable grave à une drogue de recherche dans les délais
prévus dans le projet de règlement. Cette exigence est conforme
aux normes internationales. D’autre part, le projet de règlement
confère au ministre le pouvoir d’exiger des renseignements supplémentaires du promoteur s’il a des doutes sur l’innocuité de la
drogue de recherche, ainsi que le pouvoir de prendre des mesures
appropriées.
Registres
The sponsor would be required to keep all records related to
the conduct of a clinical trial in a format that facilitates verification for the purpose of an inspection. The records would be required to be maintained for a period of 50 years. The sponsor
would be required to submit requested records within 48 hours if
safety concerns arise. Additionally, the Minister could request the
submission of information within seven days to facilitate an inspection of a site. This would enable the TPP to investigate health
and safety concerns and to respond in a timely fashion.
Le promoteur serait tenu de conserver tous les registres relatifs
à la conduite d’un essai clinique dans un format qui en facilite la
vérification aux fins d’inspection. La période de conservation
obligatoire serait de 50 ans. Il aurait à produire des dossiers sur
demande dans les 48 heures si des doutes étaient soulevés au
sujet de l’innocuité d’une drogue de recherche. De plus, le ministre pourrait lui demander de fournir des renseignements dans les
sept jours pour faciliter l’inspection d’un lieu. Le PPT pourrait
ainsi faire enquête sur les questions de santé et de sûreté et réagir
aux situations dans un délai convenable.
Système d’agrément
The Registration System
Sponsors would be required to submit the information detailed
in the proposed Regulations in order to obtain approval under the
registration system. This information includes a clinical trial attestation, a protocol, an investigator’s brochure, a document setting out the chemistry and manufacturing information, and undertakings signed by the qualified investigator and the sponsor that
the trial will be conducted according to generally accepted principles of good clinical practice. In addition, the sponsor would be
required to obtain prior approval by a responsible Canadian REB
of the informed consent form and of the protocol. This information is deemed necessary to enable the TPP to expedite the assessment of these submissions without jeopardizing the safety of
trial participants. The protocol would include the results of preclinical studies that have clinical significance, the results of clinical trials, if any, and the known and potential risks and benefits to
human subjects.
The TPP would assess the rationale contained in the protocol
prior to registration and only register those trials where the
evaluation of this information is deemed to be acceptable. Incomplete applications would be rejected. In all cases, the rationale for the rejection would be provided. The sponsor would be
required to submit a new application if any changes or additional
information is required. It is recommended that the review of
these submissions be expedited. The TPP would target completion of this review within 48 hours. However, no trial could
commence until they received their certificate of registration from
the Therapeutic Products Programme.
30-Day Default System
La conduite d’un essai clinique visant à étudier pour la première fois la tolérance aux doses avec des sujets humains sains
serait subordonnée à l’obtention d’un certificat d’agrément valide
pour l’essai. Ce genre d’essai clinique est souvent désigné comme
un essai de phase I utilisant des sujets humains adultes sains.
Dans le cas du promoteur qui souhaite mener des études de
tolérance aux doses en utilisant pour la première fois des sujets
humains pour des drogues telles les xénogreffons, les vaccins
prophylactiques et autres drogues mentionnées dans cette partie
du projet de règlement, il serait tenu de présenter une demande
dans le cadre du système par défaut de 30 jours.
Pour obtenir l’agrément d’un essai clinique, le promoteur aurait
à fournir les renseignements indiqués dans le projet de règlement,
notamment : une attestation de l’essai clinique, le protocole, la
brochure du chercheur, les renseignements sur la chimie et la
fabrication de la drogue ainsi que les engagements signés par le
chercheur qualifié et le promoteur qui garantissent la conduite de
l’essai clinique selon les principes généralement reconnus des
bonnes pratiques cliniques. Il lui faudrait aussi obtenir l’approbation préalable, par le CER, de la formule de consentement
éclairé et du protocole. Ces renseignements sont jugés nécessaires
pour permettre au PPT d’accélérer l’évaluation de la demande
sans compromettre la sûreté des participants à l’essai. Le protocole ferait mention des résultats des études précliniques qui sont
importants pour l’étape clinique, des résultats d’essais cliniques,
s’il y a lieu, ainsi que des risques et avantages connus et possibles
pour les sujets humains.
Le PPT procéderait à une évaluation de la justification contenue dans le protocole et ne donnerait son agrément qu’aux essais ayant obtenu une évaluation favorable. Les demandes insatisfaisantes seraient rejetées. Dans tous les cas, les motifs du rejet
seraient communiqués au promoteur. Le promoteur serait tenu de
présenter une nouvelle demande si des renseignements étaient
modifiés ou ajoutés. Il est recommandé que l’examen de ces demandes soit accéléré; le PPT envisage un délai d’examen de
48 heures. Toutefois, le promoteur ne pourrait procéder à l’essai
clinique qu’après avoir reçu un certificat d’agrément du Programme des produits thérapeutiques.
Système par défaut de 30 jours
Sponsors wishing to conduct clinical trials other than those
subject to registration would be required to apply under the 30day default system. The 30-day default system would apply to
Le promoteur qui souhaite mener un essai clinique non assujetti à l’agrément serait tenu d’en faire la demande selon le
système par défaut de 30 jours. Ce système s’appliquerait aux
Sponsors would be required to hold a valid registration certificate prior to conducting a clinical trial in healthy human adult
volunteers participating in first in human dose tolerance studies.
These are often referred to as Phase I trials in adult healthy human volunteers.
Sponsors wishing to conduct first in human dose tolerance
studies on drugs such as xenografts, prophylactic vaccines or the
others listed in this Part of the proposed Regulations would be
required to apply under the 30-day default system.
232
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Phase I trials in patients as well as to Phase II, Phase III and
Phase IV human clinical trials. It would also apply to first in human dose tolerance studies on drugs such as xenografts, prophylactic vaccines or the others specifically listed in the Regulations.
This proposal, like the registration system, would require that all
studies in humans be monitored and records be maintained. This
would permit the validation of clinical trial data.
essais de phase I utilisant des patients ainsi qu’aux essais cliniques des phases II, III et IV utilisant des sujets humains. Il
s’étendrait également aux études de tolérance aux doses réalisées
pour la première fois avec des sujets humains à l’égard de
drogues telles les xénogreffons, les vaccins prophylactiques et
autres drogues mentionnées dans le projet de règlement. Tout
comme le système d’agrément, ce système rendrait obligatoires la
surveillance des études menées sur des sujets humains et la conservation des registres y afférents. La validation des données
d’essais pourrait alors être faite.
Sponsors would be required to submit an application and provide the information described in the proposed Regulations. This
information is similar to that required for the registration system.
Applications would be accepted for review without prior REB
approval of the informed consent form and protocol. The sponsor
would be required to keep copies of this information as well as
copies of the undertakings rather than submitting them with the
application as required under the registration system. The required approval by the TPP and the REBs may be requested concurrently. The identification of all investigators, REBs and clinical trial sites would be required prior to commencement of the
trial at a site.
Le promoteur aurait l’obligation de présenter une demande
et de fournir les renseignements réglementaires, qui sont semblables à ceux exigés dans le cadre du système d’agrément. Les
demandes seraient acceptées pour examen sans qu’un CER ait
approuvé la formule de consentement éclairé et le protocole. Le
promoteur aurait seulement à garder une copie de ces renseignements et une copie des engagements plutôt que de les produire
avec la demande, comme c’est le cas dans le système d’agrément.
L’approbation du PPT et celle du CER pourraient être demandées
en même temps. Il faudrait cependant fournir, avant le début de
l’essai clinique, pour chaque emplacement, la liste de tous les
chercheurs et des CER.
The sponsor could proceed with the clinical trial if the TPP has
not objected to the sale or importation of the drug within 30 days
after the date of receipt of the clinical trial application.
Le promoteur pourrait procéder à l’essai clinique si le PPT n’a
pas manifesté son opposition à la vente ou à l’importation de la
drogue dans les 30 jours suivant la réception de la demande d’approbation de l’essai clinique.
The sponsor would be required to submit additional information to the TPP, if the information and documents submitted in
respect of an application for a clinical trial are insufficient to assess the quality and safety of the clinical trial. The sponsor would
be required to provide the information requested within seven
calendar days. The 30-day review clock would stop until the
sponsor provides the information requested. The application
would be rejected if the information is not provided within seven
days. The current TPP Management of Drug Submissions Policy
will be modified to incorporate this concept.
Le promoteur serait tenu de fournir des renseignements supplémentaires au PPT si les renseignements et documents inclus
dans la demande d’approbation de l’essai clinique n’étaient pas
suffisants pour évaluer la qualité et la sûreté de l’essai clinique. Il
disposerait d’un délai de sept jours pour obtempérer à la demande
de renseignements supplémentaires, et la période de 30 jours serait temporairement suspendue jusqu’à ce qu’il fournisse ces renseignements. Sa demande serait rejetée s’il ne fournissait pas les
renseignements demandés. La Politique sur la gestion des
présentations de drogues du PPT sera modifiée pour tenir compte
de ce concept.
Amendments
Modifications
Sponsors authorized to conduct a clinical trial would be required to submit an application for an amendment prior to introducing the following changes. Applications for an amendment
would be subject to a 30-day default system.
— Changes to the protocol that affect patient selection and
monitoring, clinical efficacy and safety requirements, alternative treatments and patient discontinuation;
— Changes to the protocol that result in the extension of the
duration of the clinical trial; and
— Changes to the chemistry and manufacturing information that
may affect drug safety and quality, including:
— specifications for the drug where the limits of the test are
relaxed or deleted;
— where a new impurity or degradation product has been
identified;
— the addition of new raw materials, solvents, reagents,
catalysts or any other material used in the fabrication of
the drug substance;
— modification to the formula, equipment, operating conditions or procedures used to fabricate the drug product;
— changes to the packaging material that may affect the
quality of the drug product; and
Le promoteur autorisé à mener un essai clinique serait tenu de
présenter une demande de modification avant d’apporter les
changements suivants; les demandes de modification seraient
alors assujetties à un système par défaut de 30 jours :
— les modifications apportées au protocole qui ont une incidence sur la sélection et la surveillance des patients, les exigences d’efficacité et de sûreté de l’essai clinique, les traitements substitutifs et le désistement des patients;
— les modifications apportées au protocole qui entraînent une
prolongation de l’essai clinique;
— les modifications des renseignements sur la chimie et la fabrication de la drogue susceptibles d’avoir un effet sur la qualité
ou la sûreté de l’essai clinique, notamment :
— la modification des spécifications de la drogue, lorsque les
limites de l’essai sont assouplies ou supprimées;
— l’identification d’une nouvelle impureté ou d’un nouveau
produit de dégradation;
— l’adjonction de nouveaux produits de départ, de solvants,
de réactifs, de catalyseurs et d’autres matières utilisées
dans la fabrication de la substance médicamenteuse;
— la modification de la formulation, de l’équipement, des
conditions d’exploitation ou des procédures servant à la
fabrication du produit pharmaceutique;
Le 22 janvier 2000
— the extension of the expiration period that is greater than
two years even when supported by stability data.
The sponsor could make the changes described above without
prior authorization if during the course of the trial an unacceptable risk is identified. In that case, the sponsor would then be
required to provide a report respecting that change within 15 calendar days.
Notification
Sponsors would be required to notify the TPP of the following
changes, within 15 calendar days of the day of the change.
— Changes to the chemistry and manufacturing information that
do not affect the quality or safety of the drug, for example
changes to the specifications for the drug substance where the
limits of the test are tightened or additional tests are added or
where the expiration period is extended but does not exceed
two years and is supported by stability data; and
— Changes to the protocol that do not affect the safety of the
trial participants.
Inspection System
The TPP intends to inspect clinical trials sites to ensure that the
generally accepted principles of good clinical practice are met.
These inspections would be conducted either to validate the quality of the data generated or to follow-up on complaints received.
The frequency of the inspections and the percentage of sites to be
inspected will be determined by good risk benefit management
analysis. The TPP is currently conducting pilot inspections and
evaluating the options respecting the administration of this part of
the proposal.
The Minister would use the information collected as a result of
these inspections to ensure compliance with the proposed regulatory framework and will take enforcement action, when deemed
necessary.
Coming Into Force
The publication date of these Regulations in the Canada Gazette, Part II, is currently targeted for April 2000. An effective
date of September 1, 2000, is proposed, to enable TPP to obtain
and put in place the resources, experts, and processes required to
provide the increased level of service and security.
Submissions received prior to the coming into force of the new
framework would be subject to the current 60-day default and the
regulatory requirements in place prior to the effective date of the
proposed new Regulations.
Expectations
The proposed framework has been designed to meet the following objectives:
— shorten clinical trial application review times, without endangering the health and safety of Canadians;
— improve safety mechanisms for clinical trial participants, such
as compliance with generally accepted principles of good
clinical practice;
— address the Auditor General’s request to be more involved in
the monitoring and follow-up of conduct of clinical trials;
Gazette du Canada Partie I
233
— toute modification des matériaux d’emballage susceptible
d’avoir un effet sur la qualité du produit pharmaceutique;
— toute prorogation de plus de deux ans de la date limite
d’utilisation de la drogue, même si elle est appuyée par
des données sur la stabilité.
Toutefois, le promoteur pourrait apporter les modifications décrites plus haut, sans approbation préalable, si des risques inacceptables se présentent au cours de l’essai clinique. En pareil cas,
il aurait à présenter un rapport sur les modifications dans les
15 jours civils suivants.
Notification
Le promoteur serait tenu d’aviser le PPT des changements
mentionnés ci-après dans les 15 jours civils suivant la date des
changements :
— les changements des renseignements sur la chimie et la fabrication de la drogue qui n’a aucune incidence sur la qualité ou
la sûreté de la drogue, notamment la modification des spécifications de celle-ci lorsque les limites de l’essai deviennent
plus sévères ou que des essais supplémentaires sont ajoutés,
ou lorsque la date limite d’utilisation de la drogue est prorogée d’au plus deux ans et que la prorogation est appuyée par
des données sur la stabilité;
— les changements apportés au protocole qui n’ont aucune incidence sur la sûreté des participants à l’essai.
Système d’inspection
Le PPT envisage l’inspection des lieux des essais cliniques
pour s’assurer du respect des principes généralement reconnus
des bonnes pratiques cliniques. Il mènerait une inspection soit
pour valider la qualité des données produites ou pour faire le
suivi des plaintes reçues. La fréquence des inspections et le pourcentage des lieux à inspecter seront déterminés par une méthode
adéquate d’évaluation de la gestion des avantages et des risques.
Le PPT a déjà entrepris des projets pilotes d’inspection et est à
évaluer les options possibles pour l’application de cette partie du
projet de règlement.
Le ministre utiliserait les renseignements recueillis lors des inspections pour vérifier le respect du cadre réglementaire proposé et
pendra les mesures d’exécution qui s’imposent, le cas échéant.
Entrée en vigueur
La publication du présent règlement dans la Partie II de la Gazette du Canada est actuellement prévue pour le mois d’avril
2000. La date d’entrée en vigueur du règlement serait le 1er septembre 2000 pour permettre au PPT d’obtenir les ressources, de
recruter les experts et de mettre en œuvre les procédés nécessaires
pour pouvoir répondre à la demande accrue de services et de
sûreté.
Les demandes d’examen reçues avant la date d’entrée en
vigueur du nouveau cadre réglementaire seraient assujetties à la
période par défaut de 60 jours et aux exigences réglementaires
qui étaient en vigueur avant cette date.
Attentes
Le cadre projeté vise les objectifs suivants :
— raccourcir le délai d’examen des demandes d’essais cliniques
sans mettre en danger la santé et la sûreté des canadiens;
— améliorer les mécanismes visant à assurer la sûreté des participants aux essais cliniques, tels le respect des principes généralement reconnus des bonnes pratiques cliniques;
— faire suite à la demande du vérificateur général du Canada
d’accroître la surveillance et le suivi des essais cliniques;
234
Canada Gazette Part I
— ensure that Canada has a clinical trial framework which is
flexible but contains sufficient safeguards to ensure that the
review of clinical trial applications is not unduly delayed as
recommended by the Standing Committee on Health in its report Organs and Tissue Donation and Transplantation: A
Canadian Approach dated April 22, 1999;
— introduce additional operational efficiencies;
— remove obstacles to additional research and development in
Canada, where they do not endanger the health ans safety of
Canadians;
— evaluate the proposed changes and their impact on research
and development in Canada and the health and safety of trial
participants; and
— ensure that Canadians have improved access to innovative
therapies and advice from Canadian physicians with research
expertise in these new therapies.
The TPP intends to monitor the impact of these changes on the
health of clinical trial participants and on the development of
drugs in Canada.
Cost Recovery
The TPP’s cost recovery initiative currently does not apply to
the evaluation of clinical trial submissions as such has been considered a “public good.” Canadian taxpayers currently provide all
the funding to support the review of clinical trial submissions. To
implement the regulatory change presented additional funding
will be required, or the TPP will be required to divert funds from
the appropriations to support the review of clinical submissions if
adequate funds to support the review of clinical trials are not
provided. This would impact on the TPP’s ability to complete
new drug submission evaluation in internationally competitive
time frames.
The TPP may develop a cost recovery initiative in the future to
recover the costs associated with this new framework if the resources provided for this initiative are not sufficient. If this is
required, the cost recovery initiative would be developed in line
with Treasury Board policy and provide Canadians with a full
opportunity to comment through an early consultation process,
and the prepublication of the proposal in Canada Gazette, Part I.
There would also be an assessment of the impact of a cost recovery scheme on industry should one be proposed.
International Perspective
The United States, Japan and the European Community are coordinating their efforts to use a uniform guideline for GCP. This
guideline was developed by the International Conference for
Harmonization. In addition, the European Parliament is in the
process of developing a guideline for the performance of an audit
function based on the current version of the Declaration of
Helsinki and the Convention du Conseil de l’Europe pour la
protection des droits de l’Homme et de la dignité humaine à
l’égard des applications de la biologie et de la médecine. Those
guidelines are expected to be adopted by each individual country
of the European Community before 2001.
The current trends in clinical trial review indicate that:
— there is approximately a 20 percent annual increase in the
number of trials worldwide;
— reports from the United States indicate that over 60 percent of
all clinical trials are performed overseas with the majority
conducted in the United Kingdom;
January 22, 2000
— prévoir pour les essais cliniques un cadre canadien qui soit
doté de la flexibilité et des garanties nécessaires pour assurer
l’exécution de l’examen des demandes d’essais cliniques dans
un délai convenable, conformément aux recommandations
formulées par le Comité permanent de la santé dans son rapport du 22 avril 1999, intitulé Le don et la transplantation
d’organes et de tissus : Une approche canadienne;
— apporter d’autres améliorations pour accroître l’efficacité
opérationnelle;
— enrayer les obstacles nuisant à la croissance des activités de
recherche et de développement au Canada qui ne mettent pas
en danger la santé et la sûreté des canadiens;
— évaluer les modifications proposées et leur incidence sur la
recherche et le développement au Canada ainsi que sur la
santé et la sûreté des participants aux essais cliniques;
— garantir aux Canadiens l’accès à des traitements innovateurs
et à l’expertise des médecins canadiens versés dans la recherche sur ces traitements.
Le PPT a l’intention de surveiller l’incidence de ces modifications sur la santé des participants aux essais cliniques et sur la
mise au point de nouvelles drogues au Canada.
Recouvrement des coûts
L’initiative de recouvrement des coûts du PPT ne s’applique
pas à l’évaluation des demandes d’essais cliniques, étant donné
que ce service était considéré jusqu’à maintenant comme un
« bien public ». À l’heure actuelle, l’examen de ces demandes est
financé entièrement par les contribuables canadiens. Il sera essentiel de prévoir un financement additionnel pour mettre en
œuvre les changements réglementaires proposés sinon le PPT sera
obligé de prélever les sommes nécessaires sur les fonds provenant
des affectations de crédits pour la prestation de ce service. Cela
aura des conséquences sur la capacité du PPT de faire l’examen
des présentations de drogues nouvelles dans des délais concurrentiels à l’échelle internationale.
Il est possible que le PPT élabore un régime de recouvrement
des coûts pour recouvrer les frais associés à ce nouveau cadre, si
les ressources allouées pour sa mise en œuvre s’avèrent insuffisantes. Si le PPT décide d’aller de l’avant, ce régime serait
mis sur pied en conformité avec la politique du Conseil du Trésor
et offrirait aux Canadiens l’occasion de formuler des observations
par le biais de consultations préliminaires et la prépublication du
projet dans la Partie I de la Gazette du Canada. Il y aurait également une évaluation de l’impact sur l’industrie d’un régime de
recouvrement des coûts.
Perspective internationale
Les États-Unis, le Japon et l’Union européenne coordonnent
leurs efforts en vue d’utiliser un ensemble uniforme de BPC,
lesquelles ont été élaborées par la Conférence internationale
d’harmonisation (CIH). De plus, le Parlement européen est en
train de rédiger des lignes directrices sur la fonction d’évaluation
en s’inspirant de la version actuelle de la Déclaration d’Helsinki
et de la Convention du Conseil de l’Europe pour la protection
des droits de l’Homme et de la dignité humaine à l’égard des
applications de la biologie et de la médecine. Chaque pays de
l’Union européenne est censé adopter ces lignes directrices avant
l’année 2001.
Une étude des tendances actuelles dans l’examen des essais
cliniques révèle ce qui suit :
— le nombre d’essais cliniques menés dans tous les pays augmente d’environ 20 p. 100 par année;
— selon des sources américaines, plus de 60 p. 100 de tous les
essais cliniques sont menés à l’étranger (dont la majorité au
Royaume-Uni);
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
235
— Canada ranks third behind the European Union and the
United States as the location where clinical trials are routinely
conducted;
— there are global pressures to harmonize requirements and expedite trial reviews;
— the use of electronic data has become more widely accepted;
— there are increased ethical concerns about human safety in
clinical research;
— there is a need to conduct clinical trials in specific patient
populations; and
— clarifications are required to better define the roles and responsibilities of the various players in the review of clinical
trials.
— le Canada se classe troisième après l’Union européenne et les
États-Unis pour le nombre d’essais cliniques menés;
— des pressions globales sont exercées en vue de l’harmonisation des exigences et de l’accélération du processus d’examen des essais cliniques;
— l’utilisation de données électroniques est de plus en plus
acceptée;
— les préoccupations d’ordre éthique concernant la sûreté des
sujets humains participant aux essais cliniques sont à la
hausse;
— il y a un besoin de réaliser des essais cliniques sur des groupes
spéciaux de patients;
— les rôles et les responsabilités des divers intervenants dans le
processus d’examen des essais cliniques doivent être clarifiés
et mieux définis.
Alternatives
Solutions envisagées
The options outlined below were considered in the development of this proposal.
Les options décrites ci-après ont été prises en considération
lors de l’élaboration de la présente proposition.
Option 1: Maintain the status quo
Option 1 : Maintenir le statu quo
Pros: The status quo would not increase expenditures to the
Programme as the 60-day default is achievable with current
resources.
Cons: The Canadian drug industry has requested faster review
of the human drug trials to remain globally competitive. They
maintain that this option would not address their concerns. The
current review time does not encourage the conduct of trials in
Canada and therefore does not enhance the availability of investigational drugs to Canadians. This restriction limits Canadian clinical experience and knowledge of new drug therapies.
This option also lacks an inspection system and therefore
would not address the concern expressed recently by the
Auditor General about the lack of systematic follow up of
clinical trials in Canada.
The current system only applies to “new” drugs, therefore, the
status quo does not provide the same health and safety controls
for “old” drugs such as blood.
The current system does not legally recognize the role of REBs
in the conduct of clinical trials.
Option 2: Introduce a Registration System, a 30-Day Default
System and an Inspection System
Pros: Industry would have access to an expedited review for
first in human dose tolerance studies involving adult healthy
human volunteers. This, combined with the 30-day default
system, would make Canada a more competitive site for the
conduct of clinical trials, thus stimulating research and development of new innovative therapies in Canada. This option
would increase the availability of investigational drugs clinical
experience, and knowledge of innovative human drug therapies
to Canadians.
This option would also provide the TPP with the authority to
take action if clinical trials conducted in Canada do not comply
with generally accepted principles of GCP. The new scheme
would recognize the important role of REBs in overseeing the
conduct of clinical trials. The introduction of an inspection
Pour : Le maintien du statu quo n’aurait pas pour effet d’augmenter les dépenses de Santé Canada, puisque le système par
défaut de 60 jours est réalisable avec les ressources actuelles.
Contre : Cette option n’aborde pas les préoccupations soulevées par l’industrie pharmaceutique canadienne qui demande
un processus accéléré pour l’examen des essais cliniques avec
des sujets humains afin de demeurer concurrentielle à l’échelle
internationale. Le délai d’examen actuel n’encourage pas la
conduite d’essais cliniques au Canada et, en conséquence, ne
favorise pas l’accès des Canadiens aux drogues de recherche.
Cette restriction a pour effet de limiter l’expérience des essais
cliniques et la connaissance de traitements thérapeutiques novateurs au Canada.
Cette option ne comporte pas de système d’inspection et ne répond pas à la préoccupation, soulevée récemment par le vérificateur général, de remédier au manque de suivi systématique
des essais cliniques canadiens.
Comme le système en place ne s’applique qu’aux drogues
« nouvelles », l’option du statu quo ne fournit pas les mêmes
mécanismes de surveillance de la santé et de la sûreté à l’égard
des « vieilles » drogues telles le sang.
Le système actuel ne reconnaît pas, par voie législative, le rôle
des CER dans la conduite des essais cliniques.
Option 2 : Instituer un système d’agrément, un système par défaut
de 30 jours et un système d’inspection
Pour : L’industrie aurait accès à un processus accéléré pour
l’examen des études de tolérance aux doses utilisant pour la
première fois des sujets humains sains. De concert avec le système par défaut de 30 jours, ce processus ferait du Canada un
lieu plus compétitif pour la conduite d’essais cliniques, d’où un
accroissement des activités de recherche et de développement
en vue de la mise au point de traitements thérapeutiques novateurs au Canada. Cette option élargirait l’accès aux drogues de
recherche et permettrait d’accroître l’expérience clinique et la
connaissance de traitements novateurs utilisant des drogues
pour usage humain pour les Canadiens.
En outre, cette option donnerait au PPT le pouvoir de prendre
des mesures si les essais cliniques tenus au Canada ne sont pas
conformes aux principes généralement reconnus des BPC. Le
nouveau système confirmerait le rôle important que jouent les
CER dans la surveillance de la conduite des essais cliniques.
236
Canada Gazette Part I
system would enhance quality assurance and provide a safety
net for those individuals involved in clinical trials in Canada.
This would also respond to the concerns expressed by the
Auditor General.
Cons: There is no accreditation system in Canada for REBs at
the present time. Some Canadian REBs have limited resources
and experience in this field.
The introduction of the 30-day default system would require
additional resources. The TPP contracted the conduct of an independent study to identify any process efficiencies that could
be introduced and the cost of providing the service level requested assuming the introduction of these efficiencies. The
study indicated that this would require an additional
$1,691,000 for the fiscal year 2000–2001. Given the expected
rate of increase in human clinical trials this figure would increase to $2,565,000 for the fiscal year 2001–2002 and to
$3,290,000 for the year beginning April 1, 2002. The costs associated with implementation of a Registration system are estimated at $600,000.
The costs to develop and implement a Canadian inspection
system would require further evaluation. Canada received more
than 800 clinical trial submissions in 1998. Some clinical trials
are conducted at as many as 20 to 30 sites. Work is currently
under way to determine the number of sites currently active in
Canada. The introduction of an inspection system would require the hiring and training of inspectors to inspect the clinical
trial sites and the conduct of trials and to validate clinical trial
data. The inspections would be conducted to enforce compliance with generally accepted principles of GCP and to ensure
that data submitted to the TPP are accurate and reliable. Inspections of a site could be for routine data validation and
would usually take place at several pivotal sites or they could
be done as a result of a complaint received by the TPP.
Option 3: Introduce a 30-Day Default System
Pros: Industry would have access to a 30-day review for clinical trials thus providing industry with the ability to start the
trial 30 days sooner. The Regulations could be drafted to provide the TPP with the authority to take action if clinical trials
conducted in Canada do not comply with generally accepted
principles of GCP. The proposed changes could be drafted to
include application requirements which would recognize the
important role of the REB in the conduct of clinical trials.
Cons: This option would not specifically increase the number
of Phase I clinical trials conducted in Canada. Consequently,
this could limit the number of Phase II and III trials conducted.
Canadian researchers would not gain clinical experience and
knowledge of innovative human drug therapies. This could
limit the availability of these therapies to Canadians.
The failure to introduce an inspection system would not provide an improved safety net for those individuals involved in
clinical trials in Canada and would not respond to the concerns
expressed by the Auditor General.
The sponsor would be required to obtain approval from Canadian REBs to indicate that the trial is ethically acceptable and
January 22, 2000
La création d’un système d’inspection améliorerait l’assurance
de la qualité et offrirait un filet de sûreté aux individus participant aux essais cliniques au Canada. Il s’agirait également
d’une façon de répondre aux préoccupations soulevées par le
vérificateur général.
Contre : Il n’existe pas à l’heure actuelle de régime d’accréditation des CER. Certains de ces comités ne disposent que de
ressources et d’une expérience limitées dans le domaine des essais cliniques.
L’instauration d’un système par défaut de 30 jours exigerait
des ressources supplémentaires pour financer cette activité.
Une étude indépendante a été faite à la demande du PPT pour
déterminer les mécanismes qui pourraient être incorporés au
programme pour en accroître l’efficacité, ainsi que le coût de
fournir le niveau de service requis advenant la mise en place de
ces mécanismes. L’étude a révélé que 1 691 000 $ additionnels
seraient requis pour l’exercice 2000-2001. Compte tenu de
l’augmentation prévue dans le nombre d’essais cliniques avec
des sujets humains, ce montant s’élèverait à 2 565 000 $ pour
l’exercice 2001-2002 et à 3 290 000 $ pour l’exercice débutant
le 1er avril 2002. Les coûts associés à la création d’un système
d’agrément sont évalués à 600 000 $.
Il faudrait une étude plus poussée des coûts de l’élaboration et
de la mise en œuvre d’un système d’inspection canadien. En
1998, le Canada a reçu plus de 800 demandes d’essais cliniques. Certains essais cliniques sont menés dans divers lieux
dont le nombre peut varier de 20 à 30. On a entrepris des travaux pour déterminer le nombre d’emplacements d’essai actifs
au Canada à l’heure actuelle. L’instauration d’un système
d’inspection nécessiterait le recrutement et la formation d’inspecteurs à qui il incomberait d’inspecter les lieux des essais
cliniques et la conduite de ceux-ci et de valider les données des
essais. Les inspections auraient pour objet de vérifier la conformité aux principes généralement reconnus des BPC et
d’assurer l’exactitude et la fiabilité des données fournies au
PPT. Il pourrait s’agir d’inspections visant la validation périodique des données et effectuées habituellement à divers lieux
clés, ou les inspections pourraient être menées par suite d’une
plainte présentée au PPT.
Option 3 : Créer un système par défaut de 30 jours
Pour : L’industrie aurait accès à un processus d’examen de
30 jours, lui permettant ainsi de commencer un essai clinique
30 jours plus tôt. Le Règlement pourrait être formulé de façon
à donner au PPT le pouvoir de prendre des mesures si les essais
cliniques menés au Canada ne sont pas conformes aux principes généralement reconnus des BPC. Le nouveau libellé
pourrait prévoir dans les exigences relatives aux demandes la
reconnaissance du rôle important que jouent les CER dans la
conduite des essais cliniques.
Contre : Cette option en soi ne produirait pas d’augmentation
du nombre d’essais cliniques de phase I menés au Canada. Le
nombre d’essais cliniques des phases II et III pourrait conséquemment être limité. Cela empêcherait les chercheurs canadiens d’accroître leur expérience des essais cliniques et la connaissance de traitements novateurs utilisant des drogues pour
usage humain et réduirait l’accès des Canadiens à de tels
traitements.
L’absence d’un système d’inspection priverait les individus
participant aux essais cliniques au Canada d’un filet de sûreté
amélioré et ne répondrait pas aux préoccupations soulevées par
le vérificateur général.
Le promoteur serait tenu d’obtenir l’approbation des CER pour
démontrer que l’essai est acceptable du point de vue de
Le 22 janvier 2000
must ensure that the trial will be conducted according to generally accepted principles of GCP. There is no accreditation
system in Canada for REBs at the present time. Some Canadian
REBs have limited resources and experience in this field.
The introduction of the 30-day default system would require
additional resources to fund this activity by the TPP as described in detail in option 2.
Each option was assessed using the following criteria:
Gazette du Canada Partie I
237
l’éthique et de veiller à ce que l’essai soit mené conformément
aux principes généralement reconnus des BPC. Il n’existe pas,
à l’heure actuelle, de régime d’accréditation des CER. Certains
de ces comités ne disposent que de ressources et d’une expérience limitées dans le domaine des essais cliniques.
L’instauration d’un système par défaut de 30 jours exigerait
que le PPT obtienne des ressources supplémentaires pour financer cette activité, telles qu’elles sont décrites en détail à
l’option 2.
Chaque option a été évaluée selon les critères suivants :
Mandatory criteria
Critères obligatoires
The preferred option must:
— enhance patient safety;
— improve access to new innovative therapies;
— be designed to enhance the reliability of data and promote
compliance with generally accepted principles of GCP; and
— provide the TPP with the ability to stop a clinical trial where
necessary to respond to safety concerns.
L’option retenue doit :
— accroître la sûreté du patient;
— accroître l’accès à des traitements novateurs;
— avoir pour objet d’accroître la fiabilité des données et de promouvoir le respect des principes généralement reconnus des
BPC;
— permettre au PPT de mettre fin à un essai clinique lorsque la
sûreté des participants est compromise.
Screen Criteria
Critères de préselection
The preferred option should:
— not hinder trade, or deter the development of research in
Canada;
— not place an undue burden on the Government, REBs, clinicians, investigators or industry;
— be responsive to future needs;
— not undermine public confidence; and
— promote harmonization and provide a developmental
stimulus.
Based on the process described above, option 2 was chosen.
L’option retenue :
— ne doit pas nuire au commerce ni entraver les activités de
recherche au Canada;
— ne doit pas constituer une charge indue pour le Gouvernement, les CER, les cliniciens, les chercheurs et l’industrie;
— doit pouvoir s’adapter aux besoins futurs;
— ne doit pas miner la confiance du public;
— doit favoriser l’harmonisation et offrir un incitatif pour la
recherche et le développement.
C’est l’option 2 qui a été retenue selon le processus décrit
ci-dessus.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The option chosen would result in the following benefits and
costs. They have been presented according to sector.
L’option choisie entraînerait les avantages et les coûts suivants.
Ils ont été classés par secteur.
Drug Industry
Industrie pharmaceutique
Benefits
Avantages
The proposed option would provide the industry with internationally competitive review times for the review of human
clinical trial drug submissions. The TPP would make every effort to ensure that applications for the first in human clinical
trials in healthy adult volunteers under the registration system
are reviewed and processed within 48 hours of receipt by the
TPP. The Applications for other clinical trials would be subject
to a 30-day default system.
A number of firms claim to be interested in establishing facilities in Canada to conduct Phase I human clinical trials. However, it has been suggested that this can only be done if the Canadian regulatory system allows for a registration system for
Phase I trials as well as reduced review times for other trials.
Internationally, this type of research is primarily done in
Europe, particularly in the United Kingdom where Phase I trials in healthy human volunteers are not covered by legislation.
The enforcement of compliance with generally accepted principles of GCP will result in improvements to the conduct of
clinical trials in Canada.
L’option retenue offrirait à l’industrie un délai d’examen compétitif à l’échelle internationale pour les demandes d’essais
cliniques de drogues avec des sujets humains. Le PPT ferait de
son mieux pour que les demandes d’essais cliniques utilisant
pour la première fois des sujets humains sains dans le cadre du
système d’agrément soient examinées et évaluées dans les
48 heures suivant leur réception. Les demandes visant les autres types d’essais cliniques seraient assujetties à un système
par défaut de 30 jours.
Plusieurs sociétés ont manifesté leur intérêt à établir au Canada
des installations consacrées à la conduite d’essais cliniques de
phase I utilisant des sujets humains. Or, certains prétendent que
cela n’est possible que si le système de réglementation canadienne prévoit un système d’agrément pour les essais cliniques
de phase I ainsi qu’un délai d’examen réduit pour les autres
types d’essais cliniques. Sur le plan international, ce type de
recherche se fait surtout en Europe, plus particulièrement au
Royaume-Uni où les essais de phase I avec des sujets humains
sains ne tombent pas sous le coup de la loi.
Le respect obligatoire des principes généralement reconnus des
BPC apportera des améliorations dans la conduite des essais
cliniques au Canada.
238
Canada Gazette Part I
Costs
This proposal may have a negative impact on the industry as a
result of the need to shift resources within the TPP to support
this expedited service if sufficient new resources are not provided. The need to shift resources to human clinical trial review in the short term would most likely result in increased
submission review times for new drug submissions. If sufficient resources are not provided, the TPP may be required to
explore cost recovery opportunities.
Industry would be expected to improve submission quality and
ensure that all the required information is available and scientifically sound. Applications not meeting the requirements set
out in the proposed Regulations would be refused.
The introduction of the inspection system may result in the
identification of data which cannot be validated or the need to
take compliance action. Such action could have a negative impact on the sponsor; however, it would be beneficial to
participants.
January 22, 2000
Coûts
Cette option peut produire des effets négatifs sur l’industrie
pharmaceutique du fait qu’il sera nécessaire de procéder à la
réaffectation des ressources du PPT pour financer le service
accéléré si des fonds additionnels suffisants ne sont pas fournis. La nécessité de rediriger des ressources pour financer les
examens d’essais cliniques utilisant des sujets humains entraînerait fort probablement, à court terme, une augmentation du
délai d’examen des présentations de drogues nouvelles. Si des
ressources suffisantes ne sont pas accordées, le PPT sera peutêtre obligé d’envisager des solutions de recouvrement des
coûts.
Il faudrait que l’industrie pharmaceutique améliore la qualité
de ses présentations et s’assure que tous les renseignements requis sont accessibles et scientifiquement fondés. Les demandes
qui ne répondent pas aux exigences énoncées dans le projet de
règlement seraient rejetées.
Il se peut qu’après la mise en place du système d’inspection, la
validation de certaines données soit impossible à faire ou que
des mesures d’exécution soient nécessaires. De telles mesures
pourraient avoir un impact négatif sur le promoteur, bien
qu’elles puissent être bénéfiques aux participants.
Regulator
Organisme de réglementation
Benefits
Avantages
Adherence to generally accepted principles of GCP would enhance the safety of trial participants, which is in keeping with
the TPP’s mandate. The TPP strives to ensure Canadians have
reasonable access to safe, effective and high quality therapeutic
products. Additionally, it is the objective of the TPP to ensure
that trial participants should not be subject to undue risk by the
use of investigational therapeutic products and that they be
provided with appropriate information about the risks and
benefits. The proposed regulatory amendment supports this
objective.
The proposal is designed to ensure the Canadian regulatory
system for therapeutic products protects Canadians but at the
same time is innovative, efficient and responsive to its environment. The regulatory proposal is conducive to the timely
conduct of clinical trials and has been developed with full
stakeholder participation. The proposal also recognizes the important role played by REBs in their oversight of the conduct
of clinical trials. This recognition could help support a system
of accreditation to ensure that all REBs follow acceptable
practices.
The inspections performed would enable the TPP to validate
the data as well as identifying non-compliance with the generally accepted principles of GCP. Better defined regulatory
requirements would enable the TPP to enhance safety associated with the conduct of clinical trials and would include criteria for trial cessation. These measures would provide Canadians with added assurance that the trial does not jeopardize the
safety of trial participants and provides the data validation required to ensure that quality information is submitted when requesting market approval.
Costs
The implementation of the proposed changes would require
additional resources as well as improvements in submission
quality. In the short term, resources would have to be reallocated from other activities such as new drug submission review
to support this initiative. The changes to a 30-day default
Le respect des principes généralement reconnus des BPC aurait
pour effet d’accroître la sûreté des participants aux essais cliniques, ce qui cadre avec la mission du PPT. Celui-ci s’engage à
assurer aux Canadiens un accès raisonnable efficace et de qualité supérieure à des produits thérapeutiques sûrs. Le PPT a
aussi comme objectif de veiller à ce que les participants aux essais ne soient jamais exposés à des risques indus lorsqu’ils
consomment des produits thérapeutiques de recherche, et qu’ils
reçoivent des renseignements appropriés au sujet des risques et
des avantages. Le projet de règlement modificatif appuie cet
objectif.
Le projet vise à faire en sorte que le système canadien de réglementation des produits thérapeutiques protège les Canadiens
mais en même temps qu’il soit innovateur, efficace et adapté à
son environnement. Le projet de règlement favorise la conduite
des essais cliniques dans un délai favorable et a été conçu de
concert avec toutes les parties intéressées. Il reconnaît également l’importance du rôle des CER dans la surveillance de la
conduite des essais cliniques. Cette reconnaissance pourrait aider à justifier la mise sur pied d’un régime d’accréditation pour
garantir que tous les CER utilisent des pratiques acceptables.
Les inspections permettraient au PPT de valider les données et
de déceler les cas de manquement aux principes généralement
reconnus des BPC. Avec l’adoption d’exigences réglementaires
plus précises, le PPT pourrait accroître le niveau de sûreté propre aux essais cliniques et disposerait d’une série de critères
pour ordonner la cessation d’un essai clinique. Ces mesures garantiraient aux Canadiens que l’essai ne compromet pas la sûreté des participants et lui fourniraient la validation des données
qui est nécessaire pour vérifier la qualité des renseignements
présentés à l’appui de la demande de commercialisation d’une
drogue.
Coûts
La mise en œuvre des modifications proposées exigerait des
ressources additionnelles ainsi qu’une amélioration de la qualité des présentations. À court terme, il faudrait, pour ce financement, réaffecter les ressources consacrées à d’autres activités, telles l’examen des présentations de drogue nouvelle. Les
Le 22 janvier 2000
system would require additional resources of $1,691,000 for
the fiscal year 2000–2001. The cost of implementing a registration system is estimated at $600,000. A more complete
evaluation of the costs including those of the inspection system
will be determined in the coming months.
Gazette du Canada Partie I
fonds additionnels requis pour apporter les modifications à un
système par défaut de 30 jours s’élèveraient à 1 691 000 $ pour
l’exercice 2000-2001. Le coût de la mise en œuvre d’un système d’agrément est évalué à 600 000 $. Une évaluation plus
exhaustive des coûts, y compris ceux de l’évaluation, sera entreprise au cours des prochains mois.
Public
Public
Benefits
Avantages
No person would be permitted to sell or import a drug for use
in a clinical trial, unless the sponsor made a successful application to the TPP. This clear prohibition would ensure that Canadians are not subject to unwarranted risk of exposure to investigational drugs where an appropriate risk assessment has
not been conducted.
The proposal may result in the creation of new clinical research
positions in Canada. This may provide an indirect benefit to
hospitals or professionals involved in the conduct of human
clinical trials. If more trials are conducted in Canada, the additional research dollars may provide an incentive for physicians
to remain in Canada and hence improve the overall quality of
Canadian medical expertise. Therefore, this is expected to have
a net benefit to the Canadian public health system. This may
also increase the opportunity for Canadians to gain access to
new innovative drug therapies, and persons wishing to participate in clinical trials may be provided with new opportunities.
Costs
Increased participation in clinical trials may impact on health
care spending. The impact at the present time is unknown. In
some cases this may improve the health of patients who have
the opportunity to access investigational drugs. In other cases
the drug may result in a negative effect.
Additional tax dollars may be required to support the implementation of the proposed scheme. There is currently no cost
recovery for the service provided.
Il serait interdit de vendre ou d’importer une drogue destinée à
un essai clinique à moins que le promoteur n’ait présenté une
demande au PPT et que celle-ci n’ait été acceptée. Cette interdiction explicite protégerait les Canadiens contre les risques
injustifiés d’exposition à des drogues de recherche dans les cas
où il n’y a pas eu d’évaluation appropriée des risques.
Il est possible que la proposition entraîne la création de nouveaux emplois en recherche clinique au Canada. Il peut en résulter un avantage indirect pour les hôpitaux ou les professionnels qui participent à la conduite d’essais cliniques utilisant des
sujets humains. Si un plus grand nombre d’essais était mené au
Canada, les sommes supplémentaires générées pour la recherche inciteraient les médecins à demeurer au Canada et amélioreraient ainsi la qualité générale de l’expertise médicale canadienne. Par conséquent, il est prévu que le projet apportera des
bienfaits manifestes au système canadien de santé publique.
Les Canadiens peuvent ainsi avoir plus de chances d’accès à
des traitements novateurs et les individus intéressés à prendre
part aux essais cliniques peuvent ainsi bénéficier de nouvelles
possibilités.
Coûts
La participation accrue aux essais cliniques peut avoir une incidence sur les dépenses en soins de santé. Cette incidence
n’est pas encore connue pour le moment. Dans certains cas,
cette participation aura peut-être des effets favorables sur la
santé des patients qui ont accès à des drogues de recherche.
Dans d’autres cas, il peut en résulter des effets défavorables.
Des fonds additionnels provenant des recettes fiscales peuvent
être nécessaires pour financer la mise en œuvre d’un tel programme. Aucun mécanisme n’existe actuellement pour le recouvrement des coûts du service fourni.
Research Ethics Boards
Comités d’éthique de la recherche
Benefits
Avantages
The proposal would provide federal recognition of the important service provided by REBs. It would improve consistency
relating to the roles and responsibilities of these Boards by
providing a standard for generally accepted principles of GCP.
It is hoped that this regulatory amendment will draw attention
to the need to have a formal accreditation system for REBs.
This will promote compliance with generally accepted principles of GCP. The proposal requires that sponsors obtain their
approval prior to conducting trials. This may facilitate new
funding mechanisms for these Boards.
Costs
REBs that review and approve the conduct of human clinical
trials in Canada are not currently subject to federal regulations
or accreditation. They follow one or a number of federal or
provincial guidelines. Some REBs follow foreign guidelines.
The only Canadian clinical drug trials that must be reviewed
by REBs are those involving minors and incompetent adults
239
Le projet de règlement permettrait la reconnaissance, au niveau
fédéral, du rôle important que jouent les CER. Il uniformiserait
les rôles et les responsabilités des CER canadiens en établissant la norme relative aux principes généralement reconnus
des BPC. Il est à espérer que cette modification réglementaire
mettra en évidence la nécessité d’avoir un régime formel
d’accréditation des CER. Cela favorisera le respect des principes généralement reconnus des BPC. En exigeant que le
promoteur obtienne l’approbation du CER avant le début de
l’essai clinique, le projet de règlement facilitera peut-être la
mise en place de nouveaux mécanismes de financement pour
ces comités.
Coûts
Les CER qui examinent et approuvent la conduite au Canada
d’essais cliniques utilisant des sujets humains ne sont pas actuellement assujettis aux règlements fédéraux ou à des exigences d’accréditation. Ils ne font que suivre une ou plusieurs
lignes directrices fédérales ou provinciales. Certains d’entre
eux se conforment à des directives étrangères. Les seuls essais
240
Canada Gazette Part I
conducted in Quebec. Section 21 of the Civil Code of Québec
requires an ethical review by a designated REB for all types of
research involving these populations.
There may be some concern expressed by those REBs who do
not have the expertise and funding to ensure that drug trials can
be conducted according to generally accepted principles of
GCP. It is expected that those REBs who are not able to undertake this responsibility with respect to the conduct of drug trials, would concentrate their efforts in other fields. This proposal may increase the operational costs of REBs.
January 22, 2000
cliniques canadiens de drogues qui doivent être soumis à
l’examen des CER sont ceux menés au Québec qui utilisent des
mineurs ou des majeurs inaptes. L’article 21 du Code civil du
Québec exige, pour tous les types de projets de recherche utilisant ces groupes de personnes, une évaluation de l’éthique du
projet effectuée par un CER désigné à cette fin.
Des préoccupations peuvent être soulevées par les CER qui ne
possèdent pas l’expertise et les ressources financières nécessaires pour garantir que les essais cliniques peuvent être menés
conformément aux principes généralement reconnus des BPC.
On s’attend à ce que les CER qui ne sont pas en mesure
d’assumer une telle responsabilité à l’égard des essais cliniques
dirigent leurs efforts vers d’autres domaines. La présente proposition réglementaire pourrait entraîner une augmentation des
dépenses d’exploitation des CER.
Researchers or Institutions
Chercheurs ou établissements
Benefits
Avantages
The proposal would provide formal federal recognition of the
standards expected by all bodies responsible for the protection
of the rights, safety and well-being of human subjects participating in clinical trials. The proposed Regulations should improve consistency relating to the roles and responsibilities of
independent researchers and institutions by providing a regulated standard for generally accepted principles of good clinical
practice.
Costs
Some independent researchers or institutions may not have the
expertise or funding to ensure that drug trials are conducted according to generally accepted principles of GCP guidelines. It
is expected that some would not be able to undertake this responsibility, with respect to the conduct of drug trials, and may
have to concentrate their efforts in other fields. This proposal
may increase the operational costs for those wishing to conduct
trials against these more stringent standards.
Les mesures proposées officialiseraient au niveau fédéral les
normes à respecter par tous les organismes chargés de la protection des droits, de la sûreté et du bien-être des sujets humains participant aux essais cliniques. Le règlement modificatif uniformiserait la définition des rôles et des responsabilités
des chercheurs et des établissements indépendants en établissant la norme réglementaire correspondant aux principes généralement reconnus des BPC.
Coûts
Il se peut que certains chercheurs ou établissements indépendants ne disposent pas de l’expertise ou des fonds nécessaires
pour veiller à ce que les essais soient menés conformément aux
principes généralement reconnus des BPC. On s’attend à ce
que certains chercheurs et établissements ne soient pas en
mesure d’assumer une telle responsabilité à l’égard des essais
cliniques et décident de diriger leurs efforts vers d’autres domaines. La présente proposition pourrait entraîner une augmentation des dépenses d’exploitation des chercheurs et des établissements qui souhaitent mener des essais cliniques en se
conformant à ces normes plus sévères.
Consultation
Consultations
In July 1992, Dr. Denis Gagnon’s report Working in Partnerships... Drug review for the future made a recommendation respecting clinical trials: “Canada should recognize that the primary
responsibility for conducting a clinical trial rests with the sponsor
and the investigator. REBs should be called on to play a major
role in assuring that clinical trials are conducted in accordance
with codes of ethics developed here in Canada by the Medical
Research Council and in other countries.”
En juillet 1992, le rapport du Dr Denis Gagnon intitulé
L’évaluation des médicaments...un travail de concertation, contenait la recommandation suivante sur les essais cliniques : « Le
Canada devrait reconnaître que la principale responsabilité en ce
qui concerne un essai clinique incombe au promoteur et à l’expert
clinique. Les conseils de déontologie de la recherche joueraient
un rôle important en veillant à ce que les essais cliniques soient
réalisés conformément aux codes de déontologie du Conseil de
recherches médicales du Canada et de ceux des autres pays ».
Sous la Direction des médicaments (le prédécesseur du PPT)
« Le processus de renouvellement », Santé Canada s’est penché
sur plusieurs aspects du processus d’examen et d’approbation des
essais cliniques, notamment :
— le rôle de la Direction des médicaments dans le processus
d’examen des essais cliniques;
— l’adaptation du processus d’évaluation au niveau de risque en
cause;
— une réduction de la période par défaut pour l’examen des essais cliniques;
— le rôle qui incombe à la Direction des médicaments de garantir la sûreté des recherches relatives au développement de
drogues.
Under the Drugs Directorate (the predecessor to the Therapeutic Products Programme) “Renewal Process,” numerous aspects
of the clinical trial review and approval process were considered,
including the following:
— the Drugs Directorate’s role in the review process for clinical
trials;
— the adaptation of the evaluation process based on the level of
risk involved;
— a reduction of the default turnaround time for clinical trial
reviews; and
— the Drugs Directorate’s role in ensuring that research related
to drug development is conducted safely.
Le 22 janvier 2000
An information session on clinical trial reform was held on
December 9, 1993. The session included attendees from industry,
contract research organizations, representatives from the ethics
community and health care professionals. The Drugs Directorate
presented a multi-phase approach to improve the clinical trial
review and approval process to stakeholders. The first phase of
the new approach was initiated in 1993 and resulted in the accelerated review of chemistry and manufacturing data. This was
accomplished through the introduction of the electronic template
and a comprehensive summary for chemistry and manufacturing
data. In addition, the notification of additional sites and/or investigators was eliminated, reducing the administrative burden on
sponsors.
In mid-1994, the second phase of the new approach began with
the introduction of optional pre-submission meetings between
industry and Drugs Directorate reviewers. These meetings provided industry with the ability to discuss their proposed submission and receive guidance from Drugs Directorate reviewers prior
to filing. In April 1994, a separate unit was created in the Bureau
of Pharmaceutical Assessment for the review of clinical trial
submissions. This was originally created as a pilot to determine if
implementation would increase programme efficiency. The Bureau of Biologics and Radiopharmaceuticals did not introduce a
separate unit for the review of clinical trial submissions.
On November 1, 1995, a new Clinical Trial Review and Approval Policy was released. This policy defined the information
required from sponsors of clinical trials. The policy also outlined
the manner in which the information and material submitted by
sponsors would be managed. The policy applied to pharmaceutical and biological drugs. Radiopharmaceuticals were not included
at that time. The policy provided for the following:
— clear information respecting submission contents;
— issuance of a Letter of No Objection, if the review is satisfactory and completed before the end of the 60-day default
period;
— a target for the completion of the review of study amendments
within 30 days; and
— an annual, rather than semi-annual, report of all adverse
events.
Under this 1995 policy, the sponsor was also requested to
submit semi-annual reports describing the status of its clinical
trials, including the following information:
— protocol title, protocol number and IND submission number;
— Submission Certification;
— statement of trial design;
— number of subjects/patients enrolled;
— updated list of sites and responsible investigators;
— date(s) of REB approval for various sites;
— trial start date; and
— trial completion date.
In February 1996, a TPP Clinical Trial Working Group was
established to evaluate the clinical trial review and approval process and formulate recommendations which would assist the TPP
in achieving its objectives.
Consultation with all stakeholders began on March 18 and 19,
1996, with an interactive workshop hosted by the TPP. The purpose of the workshop was to identify ways to make the review
Gazette du Canada Partie I
241
Le 9 décembre 1993, la Direction des produits thérapeutiques a
tenu une séance d’information sur la réforme des essais cliniques
à laquelle ont assisté des représentants de l’industrie pharmaceutique, des organismes de recherche sous contrat, des éthiciens et
des professionnels de la santé. La Direction leur a présenté une
approche à phases multiples visant à améliorer le processus d’examen et d’approbation des essais cliniques. La première phase de
la nouvelle approche a été amorcée en 1993 et a amené l’établissement d’un processus accéléré d’examen des données sur la
chimie et la fabrication. Pour ce faire, on a introduit un modèle
électronique et un sommaire détaillé des données sur la chimie et
la fabrication. On a également éliminé la déclaration des lieux
d’essai ou des chercheurs supplémentaires et ainsi allégé la
charge administrative des promoteurs.
Au milieu de l’année 1994, la seconde phase a été entamée
avec l’introduction des rencontres facultatives préalables au dépôt
des demandes, tenues entre l’industrie et les examinateurs de la
Direction des produits thérapeutiques. Ces rencontres ont donné à
l’industrie la possibilité de discuter des demandes envisagées et
d’obtenir des conseils des examinateurs de la Direction avant de
les présenter. En avril 1994, une unité distincte a été créée au sein
du Bureau de l’évaluation des produits pharmaceutiques pour
s’occuper de l’examen des demandes d’essais cliniques. Il s’agissait originalement d’un projet pilote ayant pour objet de déterminer si la mise en œuvre aurait pour effet d’accroître l’efficacité du
programme. Le Bureau des produits biologiques et radiopharmaceutiques n’ont pas constitué une unité distincte pour l’examen
des essais cliniques.
Le 1er novembre 1995, une nouvelle Politique sur l’examen et
l’approbation des essais cliniques a été adoptée. Celle-ci définissait les données que devaient fournir les promoteurs et précisait la
façon de gérer les renseignements et le matériel communiqués par
ceux-ci. La politique s’appliquait aux médicaments pharmaceutiques et biologiques. Les substances radiophamaceutiques n’étaient pas visées à l’époque. La politique énonçait les éléments
suivants :
— des renseignements clairs sur le contenu des demandes;
— la délivrance d’une lettre de non-objection, si les résultats de
l’examen étaient satisfaisants et que celui-ci était achevé
avant la fin de la période par défaut de 60 jours;
— une date prévue dans les 30 jours pour l’examen des changements apportés à l’étude;
— un rapport annuel, plutôt que semi-annuel, de tous les incidents thérapeutiques.
Dans le cadre de la politique de 1995, le promoteur était aussi
tenu de présenter des rapports semi-annuels sur l’état d’avancement de ses essais cliniques, indiquant notamment :
— le titre et le numéro du protocole et le numéro de la demande
DNR;
— la certification de la demande;
— l’énoncé du plan de l’essai;
— le nombre de sujets ou patients inscrits;
— une liste à jour des lieux d’essai et des chercheurs qualifiés;
— les dates d’approbation des divers lieux par le CER;
— la date de début de l’essai;
— la date de la fin de l’essai.
En février 1996, le Groupe de travail du PPT sur les essais cliniques a été formé pour évaluer le processus d’examen et d’approbation des essais cliniques et formuler des recommandations
qui aideraient le PPT à atteindre ses objectifs.
Les consultations avec tous les intervenants ont commencé les
18 et 19 mars 1996 par la tenue d’un atelier interactif organisé
par le PPT. Cet atelier avait pour objectif la détermination des
242
Canada Gazette Part I
process more efficient and to examine the roles and responsibilities of all stakeholders in the clinical trials process. The participants included representatives from industry associations, the
ethics community, professional medical associations and the research community.
As a result of this workshop, a multi-stakeholder clinical trial
discussion group was formed in April 1996. The task of this discussion group was to develop a rapid and responsive forum of
stakeholder representatives to ensure timely communication and
foster closer working relationships. The discussion group recommended the following:
— the review of submissions should be based on an investigators
brochure;
— four levels of review were proposed based on risk;
— approval of protocol outlines rather than full protocols;
— the introduction of a summary report form for expedited ADR
reporting;
— facilitation of the use of reviews from other countries;
— streamlining of the submission review by clarifying the application requirements;
— implementation of tracking tools to recognize trends;
— provision of dedicated resources for clinical trial review;
— provision of optional pre-trial meetings with the sponsor on
request;
— provision of a Preclinical and Clinical Evaluation Review
Template (PCERT);
— reduction of response time for clarification facsimile review
(clarifax); and
— introduction of a review clock which would start when a
complete submission is received.
These recommendations were posted on the TPP’s Web site on
January 22, 1997. It was decided that the implementation of these
recommendations would be phased in due to policy and regulatory limitations.
In March 1997, the TPP published the new Clinical Trial Review and Approval Policy. This policy included implementation
of the first wave of recommendations.
In May 1997, a multi-stakeholders information session was
held to discuss the impact of the new Clinical Trial Review and
Approval Policy. Participants were invited on the basis of their
expertise. The participants provided the TPP with information
from which future policy recommendations could be based.
Throughout the consultation process, the ethics community
provided strong opposition to any deregulation of the clinical trial
review process. They stated that they were not equipped to review
risk, benefit and clinical aspects of a trial. A consultation workshop was held in May 1998 in an attempt to bring these divergent
views together. At this meeting, a compromise was reached. It
was agreed that the TPP would continue to review submissions
for Phase I clinical trials. All submissions would be reviewed by
utilizing a risk based approach and an audit program would be
developed to ensure compliance.
In April 1999, the Office of the Auditor General (OAG) expressed a concern over the lack of a systematic follow-up by the
TPP during the clinical trial.
January 22, 2000
moyens d’améliorer l’efficacité du processus ainsi que l’examen
des rôles et des responsabilités de tous les intervenants dans le
processus des essais cliniques. Parmi les participants à l’atelier, il
y avait des représentants des associations de l’industrie pharmaceutique, des groupes d’éthiciens, des associations médicales
professionnelles et des groupes de chercheurs.
Un groupe de discussion multidisciplinaire a été formé en avril
1996 à la suite de cet atelier. Ce groupe avait le mandat d’organiser un forum rapide et efficace avec des représentants des intervenants afin d’assurer la communication en temps opportun et de
favoriser des relations de travail plus étroites. Il a formulé les
recommandations suivantes :
— fonder l’examen des demandes sur la brochure du chercheur;
— établir quatre niveaux d’examen fondés sur le niveau de
risque;
— approuver le résumé des protocoles au lieu de la version
intégrale;
— introduire un rapport sommaire pour la déclaration rapide des
réactions indésirables aux drogues;
— faciliter l’utilisation des résultats des examens provenant
d’autres pays;
— simplifier l’examen des demandes en précisant les exigences
relatives aux demandes;
— mettre en place des outils de dépistage pour déceler les
tendances;
— consacrer des fonds particuliers à l’examen des essais
cliniques;
— tenir sur demande des rencontres préalables aux essais avec
les promoteurs;
— fournir un modèle d’examen de l’évaluation clinique et préclinique (MEECP);
— réduire le temps de réponse dans le cas de l’examen d’une
demande de clarification (clarifax);
— commencer à compter le temps d’examen une fois la demande
complète reçue.
Ces recommandations ont été postées le 22 janvier 1997 sur le
site Web du PPT. Il a été décidé, à cause de contraintes d’ordre
politique et réglementaire, de procéder à une mise en œuvre graduelle des recommandations.
En mars 1977, le PPT a publié la Politique sur l’examen et
l’approbation des essais cliniques. La première série de recommandations était incorporée à cette politique.
En mai 1997, lors d’une séance d’information organisée à leur
intention, les divers intervenants ont discuté de l’impact de la
nouvelle Politique sur l’examen et l’approbation des essais cliniques. Ayant été invités à la séance en leur qualité d’experts, ils
ont fourni au PPT des renseignements utiles pour la formulation
de recommandations sur les politiques futures.
Pendant toute la durée du processus de consultation, les éthiciens se sont vivement opposés à toute forme de déréglementation
du processus d’examen des essais cliniques. Ils ont signalé qu’ils
ne disposaient pas des ressources nécessaires pour évaluer les
risques et avantages des aspects cliniques des essais. Un atelier
consultatif a été tenu en mai 1998 pour tenter de concilier les avis
divergents et on a pu en arriver à un compromis. Il a été convenu
que le PPT continuerait à examiner les demandes d’essais cliniques de phase I. L’examen de toutes les demandes se ferait en
fonction du niveau de risque et un programme de vérification
serait mis sur pied pour assurer le respect des exigences.
En avril 1999, le Bureau du vérificateur général (BVG) a soulevé des préoccupations au sujet du fait que le PPT n’assurait
aucun suivi systématique pendant le déroulement des essais
cliniques.
Le 22 janvier 2000
On June 18, 1999, a small working group comprised of representatives from the industry and research institutes met with the
TPP. This meeting was held to discuss options to introduce further efficiencies and quality assurances into the clinical trial review process.
A further meeting was held on June 21, 1999, to discuss the
development of an audit function against the generally accepted
principles of GCP. Invitations were extended to scientific and
medical experts, representatives from consumers and industry, the
Medical Research Council (MRC) and the National Council on
Ethics in Human Research (NCEHR). These discussions highlighted the need to conduct an environmental scan and assess the
impact of implementing an audit program in Canada.
In August 1999, a co-sponsored meeting was held by the
Medical Research Council and the TPP to resolve some of the
outstanding issues. The following points outline the conclusions
of the meeting:
— The registration process would be for Phase I trials in healthy
volunteers. It would not be a passive notification process. No
responsibilities would be transferred to other organizations
outside the TPP. Expansion of this registration process to
Phase I trials in patients and other areas may be considered at
a later date, and would only be undertaken after appropriate
consultation.
— The TPP will institute a random inspection function.
— The impact on the REBs was seen to include the following
factors:
— the 48-hour registration process can be expected to increase
volume; and
— REBs that wish to undertake Phase I trials should be able to
carry out effective review.
— The proposed reforms include a requirement for evidence of
REB approval in the submission to the TPP. A consensus
emerged that REB review could precede the TPP’s approval.
— An accreditation mechanism for REBs was recommended.
The MRC Tri-Council Policy Statement and the international
guideline on GCP provide the needed foundations for standards on which ‘accreditation’ might be based.
The proposed regulatory initiative will be posted on the Web
site of Health Canada, Therapeutic Products Programme at the
following location: http://www.hc-sc.gc.ca/hpb-dgps/therapeut.
The TPP will post related information such as forms or additional
guidance documents on the Web site as they become available in
an effort to ensure that this policy proposal is as transparent as
possible.
The following forms will be requested when filing clinical trial
submissions under the proposed new regulatory framework and
the new version or modified versions will be available on the
TPP’s Web site:
— Notification Form of Qualified Investigators and Canadian
Research Ethics Boards;
— Clinical Trial Application Form (Registration and 30-day
default);
— Clinical Trial Attestation Form;
— Adverse Drug Reaction (ADR) Expedited Reporting Summary Form;
— Quality Information Summary — Biologics (QIS-B);
— Quality Information Summary — Pharmaceuticals (Investigational) [QIS-P (INV)]; and
Gazette du Canada Partie I
243
Le 18 juin 1999, un petit groupe de travail composé de représentants de l’industrie et des instituts de recherche a rencontré les
agents du PPT. À cette occasion, ils ont discuté des mécanismes à
mettre en place pour accroître l’efficacité et les garanties de la
qualité du processus d’examen des essais cliniques.
Une autre réunion a eu lieu le 21 juin 1999 pour discuter de
l’élaboration d’un processus de vérification du respect des principes généralement reconnus des BPC. L’invitation avait été lancée aux experts des domaines scientifique et médical, aux représentants des consommateurs et de l’industrie, au Conseil de
recherches médicales (CRM) et au Conseil national d’éthique
en recherche chez l’humain. Ces discussions ont mis en évidence
le besoin de procéder à une analyse de l’environnement et
d’évaluer la mise en œuvre d’un programme de vérification au
Canada.
En août 1999, une réunion a été organisée conjointement par le
Conseil de recherches médicales et le PPT pour trouver une solution à certaines questions non réglées. Les conclusions de la réunion se résument de la façon suivante :
— Le processus d’agrément s’appliquerait aux essais cliniques
de phase I utilisant des sujets humains sains. Il ne s’agirait pas
d’un procédé de notification passif. Il n’y aurait aucun transfert de responsabilités à d’autres organismes à l’extérieur du
PPT. L’élargissement du processus d’agrément aux essais
cliniques de phase I en utilisant des patients et à d’autres domaines serait étudié à une date ultérieure et ne serait entrepris
qu’après la tenue de consultations appropriées.
— Le PPT élaborera un système d’inspection au hasard.
— Les facteurs suivants sont considérés comme faisant partie de
l’impact sur les CER :
— on peut s’attendre à ce que le processus d’agrément de
48 heures entraîne une augmentation de volume;
— les CER qui souhaitent s’occuper des essais de phase I doivent être en mesure d’effectuer un examen efficace.
— La réforme proposée comporte l’obligation de fournir une
preuve de l’approbation du CER dans la demande présentée
au PPT. Il y a un consensus sur la possibilité que l’examen du
CER précède l’approbation par le PPT.
— Un régime d’accréditation des CER est recommandé. L’Énoncé de politique des trois Conseils (CRM) et les lignes directrices internationales sur les BPC pourraient constituer le fondement des normes d’accréditation.
Le projet de règlement sera posté sur le site Web de Santé
Canada, Programme des produits thérapeutiques (PPT), à
l’adresse suivante : http://www.hc-sc.gc.ca/hpb-dgps/therapeut.
Le PPT affichera à ce site des renseignements connexes tels les
formulaires et les documents de référence supplémentaires dès
qu’ils sont disponibles, afin d’assurer la plus grande transparence
possible de la politique proposée.
Les formulaires suivants devront être utilisés pour la présentation des demandes d’examen d’essais cliniques selon le cadre
réglementaire proposé, et les versions nouvelles ou modifiées
seront versées au site Web du PPT :
— Déclaration de la liste des chercheurs qualifiés et des comités
canadiens d’éthique de la recherche;
— Demande d’essai clinique (Agrément et période par défaut de
30 jours);
— Attestation d’essai clinique;
— Effets indésirables des médicaments (EIM) — Formulaire
abrégé de déclaration rapide;
— Sommaire des données sur la qualité des produits biologiques
(SDQ-B);
244
Canada Gazette Part I
— Preclinical
(PCERT).
and
Clinical
Evaluation
January 22, 2000
Report
Template
— Sommaire des données sur la qualité des produits pharmaceutiques (de recherche) [SDQ-P];
— Modèle de rapport d’évaluation préclinique et clinique
(MREPC).
Sponsors are reminded that additional TPP’s guidelines regarding the nature of clinical studies and the target population studied
should be followed. These guidelines include, but are not limited
to, the following:
— Dose-Response Information to Support Drug Registration
(1994)
— Studies in Support of Special Populations: Geriatrics (1994)
— Clinical Safety Management: Definitions and Standards for
Expedited Reporting (1995)
— Inclusion of Paediatric Subjects in Clinical Trials (draft
1997)
— Structure and Content of Clinical Safety Reports (1997)
— Preclinical Safety Evaluation of Biotechnology-Derived
Pharmaceuticals
— Inclusion of Women in Clinical Trials (1997)
Il est rappelé aux promoteurs que d’autres lignes directrices du
PPT portant sur les essais cliniques et les populations cibles doivent être suivies, notamment les suivantes :
— Données relatives à la relation dose-effet à l’appui de
l’enregistrement des médicaments (1994)
— Études à l’appui des groupes spéciaux : gériatrie (1994)
— Gestion des données cliniques sur l’innocuité des médicaments : définitions et normes relatives à la déclaration rapide
(1995)
— Inclusion des patients pédiatriques dans les essais cliniques
(ébauche — 1997)
— Structure et contenu des rapports d’études cliniques (1997)
— Évaluation préclinique de l’innocuité des produits pharmaceutiques issus de la biotechnologie
— Inclusion des femmes dans les essais cliniques (1997)
TPP’s guidelines and publications are either posted on the TPP
Web site or available through the Canadian Government Publishing Centre (CGPC).
Les lignes directrices et les publications du PPT sont accessibles sur le site Web de celui-ci ou par l’entremise du groupe des
Éditions du gouvernement du Canada.
In addition to the TPP’s guidelines, there are a number of relevant guidelines and policy statements which should be consulted.
A list of those has been provided below as a convenient
reference.
En plus des lignes directrices du PPT, il existe d’autres lignes
directrices et énoncés de politique pertinents qu’il faudrait consulter. En voici la liste, à titre de référence.
TPP Guidelines adopted from International Conference on
Harmonization
— El — The Extent of Population Exposure to Assess Clinical
Safety for Drugs Intended for Long-term Treatment of NonLife-Threatening Conditions
— E2A — Clinical Safety Data Management: Definitions and
Standards for expedited Reporting
— E2B — Clinical Safety Data Management: Data Elements for
Transmission of Individual Case Safety Reports
— E2C — Clinical Safety Data Management: Periodic Safety
Update Reports for Marketed Drugs
— E3 — Structure and Content of Clinical Study Reports
— E4 — Dose-Response Information to Support Drug
Registration
— E5 — Ethnic Factors in the Acceptability of Foreign Clinical
Data
— E6 — Good Clinical Practice: Consolidated Guideline
— E7 — Studies in Support of Special Populations: Geriatrics
— E8 — General Considerations for Clinical Trials
— E9 — Statistical Considerations in the Design of Clinical
Trials
— M3 — Non-Clinical Safety Studies for the Conduct of Human
Clinical Trials for Pharmaceuticals
— S6 — Safety Studies for Biotechnology-Derived Products
Lignes directrices du PPT provenant de la Conférence
internationale sur l’harmonisation
— E1 — Degré d’exposition de la population et évaluation de
l’innocuité des médicaments destinés au traitement à long
terme d’états ne menaçant pas la vie
— E2A — Gestion des données cliniques sur l’innocuité des
médicaments : définitions et normes relatives à la déclaration
rapide
— E2B — Gestion des données cliniques sur l’innocuité des
médicaments : éléments de données pour la transmission des
rapports d’innocuité sur les cas individuels
— E2C — Gestion des données cliniques sur l’innocuité des
médicaments : Rapports périodiques de mise à jour sur
l’innocuité des médicaments commercialisés
— E3 — Structure et contenu des rapports d’études cliniques
— E4 — Données relatives à la relation dose-effet à l’appui de
l’enregistrement des médicaments
— E5 — Facteurs d’ordre ethnique dans l’acceptabilité des
données cliniques étrangères
— E6 — Bonnes pratiques cliniques : directive consolidée
— E7 — Études à l’appui des groupes spéciaux : gériatrie
— E8 — Considérations générales relatives aux études cliniques
— E9 — Considérations statistiques dans la conception des
études cliniques
— M3 — Études d’innocuité non cliniques requises pour les
études cliniques de médicaments chez l’humain
— S6 — Études d’innocuité pour les produits issus de la
biotechnologie
Medical Research Council Guidelines
— The Tri-Council Policy Statement Research Involving Human
Subjects (1995)
Lignes directrices du Conseil de recherches médicales
— Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains (1995)
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
245
International Conference on Harmonization Draft Guidelines
— E10 — Choice of Control Group in Clinical Trials
— E11— Clinical Investigations of Medicinal Products in the
Pediatric Population
Lignes directrices (ébauches) de la Conférence internationale
sur l’harmonisation
— E10 — Choix du groupe témoin dans les études cliniques
— E11— Inclusion des patients pédiatriques dans les essais
cliniques
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
This amendment does not alter existing compliance mechanisms under the provisions of the Food and Drugs Act enforced
by the TPP. Additional resources would be required and a new
compliance policy would be developed to ensure that inspection
mechanisms will be maintained and uniformly applied.
Ce projet n’a pas pour effet de modifier les mécanismes
d’exécution prévus par les dispositions de la Loi sur les aliments
et drogues dont l’application relève du PPT. Toutefois, la fourniture de ressources supplémentaires et l’élaboration d’une nouvelle politique d’exécution seraient nécessaires pour assurer le
maintien et l’application uniforme des mécanismes d’inspection.
Le PPT est déterminé à mettre en œuvre un programme
d’inspection des essais cliniques pour garantir que les essais cliniques menés au Canada sont conformes aux principes généralement reconnus des BPC. Cela servirait de cadre à l’industrie qui
respecterait davantage les meilleures pratiques. Par ailleurs, le
PPT aurait à sa disposition des données exactes sur le nombre
d’essais menés au Canada et les Canadiens participant aux essais
cliniques seraient protégés par des normes améliorées.
Tout manquement au Règlement pourrait entraîner la suspension ou l’annulation de l’essai clinique et la saisie de la drogue
qui en fait l’objet. Si les données cliniques sont jugées inacceptables, elles pourraient entraîner le refus de la demande de commercialisation de la drogue. Les personnes qui mènent des essais
cliniques avec des sujets humains sans y être dûment autorisées
seraient susceptibles d’une poursuite judiciaire et passibles des
peines prévues dans la Loi sur les aliments et drogues.
Le projet de règlement définit clairement les conditions dans
lesquelles les essais cliniques doivent se dérouler. Ces nouvelles
dispositions faciliteront la mise en application des mesures d’exécution et fourniront aux participants aux essais cliniques des garanties additionnelles pour leur sûreté.
The TPP is committed to implementing an inspection program
for clinical trials to ensure that trials undertaken in Canada meets
the generally accepted principles of GCP. This would provide a
framework for industry which would improve compliance to best
practices. In addition, it would provide the TPP with accurate
information on the number of trials conducted in Canada. The
proposal would improve standards for the protection of Canadians enrolled in clinical trial.
Persons failing to comply with the Regulations could have their
trials suspended or cancelled and the drug seized. If clinical data
is found to be unacceptable, it could be used to decline market
approval. Persons conducting clinical trials in humans without the
appropriate authorization would be subject to prosecution under
the penalties defined within the Food and Drugs Act.
The Regulations include clear provisions to define the conditions under which all clinical trials must be conducted. These
requirements help facilitate enforcement activities and provide
additional safety assurance for trial participants.
Contacts
Personnes-ressources
Lauraine Bégin, (613) 952-3602 (Telephone), lauraine_
begin@hc-sc.gc.ca (Electronic mail), or Karen Reynolds, Policy
Division, Bureau of Policy and Coordination, Therapeutic Products Programme, Health Canada, 2nd Floor, Tower B, 1600 Scott
Street, Address Locator 3102C5, Ottawa, Ontario K1A 1B6,
(613) 941-6225 (Telephone), (613) 941-6458 (Facsimile),
(karen_reynolds@hc-sc.gc.ca (Electronic mail).
Lauraine Bégin, (613) 952-3602 (téléphone), lauraine_begin@
hc-sc.gc.ca (courrier électronique), ou Karen Reynolds, Division
de la politique, Bureau de la politique et de la coordination, Programme des produits thérapeutiques, Santé Canada, 2e étage,
Tour B, 1600, rue Scott, Indice d’adresse 3102C5, Ottawa
(Ontario) K1A 1B6, (613) 941-6225 (téléphone), (613) 941-6458
(télécopieur), karen_reynolds@hc-sc.gc.ca (courrier électronique).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 30(1) of the Food and Drugs Act, proposes to make
the annexed Regulations Amending the Food and Drug Regulations (1024 — Clinical Trials).
Interested persons may make representations with respect to the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Lauraine Bégin, Policy Division, Bureau of Policy
and Co-ordination, Therapeutic Products Programme, Department
of Health, Address Locator 3102C5, 1600 Scott Street, 2nd Floor,
Tower B, Ottawa, Ontario K1A 1B6. (Tel.: (613) 952-3602;
fax: (613) 941-6468; E-mail: lauraine_begin@hc-sc.gc.ca)
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 30(1) de la Loi sur les aliments et drogues, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1024 — essais cliniques), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication et d’envoyer le tout à
Lauraine Bégin, Division de la politique, Bureau de la politique et
de la coordination, Programme des produits thérapeutiques, ministère de la Santé, indice d’adresse 3102C5, 1600, rue Scott,
2e étage, Tour B, Ottawa (Ontario) K1A 1B6. (tél. : (613) 9523602; téléc. : (613) 941-6468; courriel : lauraine_begin@hcsc.gc.ca)
246
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
The representations should stipulate the parts of those representations that should not be disclosed pursuant to the Access to Information Act and, in particular, pursuant to sections 19 and 20 of
that Act, the reason why those parts should not be disclosed and
the period during which they should remain undisclosed. The
representations should also stipulate those parts of the representations for which there is consent to disclosure pursuant to the
Access to Information Act.
Ottawa, January 12, 2000
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
Ils doivent également y indiquer, d’une part, lesquelles des observations peuvent être divulguées en vertu de la Loi sur l’accès à
l’information et, d’autre part, lesquelles sont soustraites à la divulgation en vertu de cette loi, notamment aux termes des articles 19 et 20, en précisant les motifs et la période de nondivulgation.
REGULATIONS AMENDING THE FOOD AND DRUG
REGULATIONS (1024 — CLINICAL TRIALS)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
ALIMENTS ET DROGUES (1024 — ESSAIS CLINIQUES)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Paragraph C.01A.002(1)(c) of the Food and Drug Regulations2 is replaced by the following:
(c) fabricating, packaging/labelling, testing as required under
Division 2, distributing as a distributor referred to in section C.01A.003, wholesaling or importing a drug that is used
only for the purposes of clinical testing in accordance with
Division 5, in the case of a drug for human use, or with section C.08.005, in the case of a new drug for veterinary use; and
2. Subsection C.03.202(2) of the Regulations is repealed.
Ottawa, le 12 janvier 2000
Le greffier adjoint du Conseil privé,
MARC O’SULLIVAN
1. L’alinéa C.01A.002(1)c)1 du Règlement sur les aliments et
drogues2 est remplacé par ce qui suit :
c) les activités visant à manufacturer, emballer-étiqueter, analyser conformément au titre 2, distribuer à titre de distributeur visé à l’article C.01A.003, vendre en gros ou importer une drogue utilisée uniquement pour les essais cliniques visés au
titre 5, dans le cas d’une drogue pour usage humain, et à
l’article C.08.005, dans le cas d’une drogue nouvelle pour
usage vétérinaire;
2. Le paragraphe C.03.202(2) du même règlement est
abrogé.
3. L’alinéa C.03.208p) du même règlement est abrogé.
3. Section C.03.208 of the Regulations is amended by adding the word “and” at the end of paragraph (n), by striking
out the word “and” at the end of paragraph (o) and by repealing paragraph (p).
4. Part C of the Regulations is amended by adding the following after Division 4:
4. La partie C du même règlement est modifiée par adjonction, après le titre 4, de ce qui suit :
DIVISION 5
TITRE 5
DRUGS FOR CLINICAL TRIALS INVOLVING HUMAN PARTICIPANTS
DROGUES DESTINÉES AUX ESSAIS CLINIQUES UTILISANT
DES PARTICIPANTS HUMAINS
Interpretation
Définitions
C.05.001. (1) The definitions in this subsection apply in this
Division.
“adverse drug reaction” means any noxious and unintended response to a drug that is caused by the administration of any
dose of the drug. (réaction indésirable à une drogue)
“adverse event” means an adverse occurrence in the health of a
person who is administered a drug, that may or may not be
caused by the administration of the drug, and includes an adverse drug reaction. (incident thérapeutique)
“clinical trial” means an investigation involving human participants that is intended to discover or verify the clinical, pharmacological or pharmacodynamic effects of a drug for use in humans, to identify any adverse events in respect of a drug or to
study the absorption, distribution, metabolism and excretion of
a drug, with the objective of ascertaining its safety or efficacy.
(essai clinique)
C.05.001. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent titre.
« bonnes pratiques cliniques » Pratiques cliniques généralement
reconnues, y compris les bonnes pratiques cliniques visées à
l’article C.05.014, ainsi que les principes d’éthique énoncés
dans la Déclaration d’Helsinki qui sont conformes à la législation applicable, visant à assurer la protection des droits, la sûreté et le bien-être des participants à un essai clinique et d’autres
personnes. (good clinical practices)
« brochure du chercheur » Document établi par le promoteur, visé
aux alinéas C.05.005f) et C.05.008e), dans lequel figurent les
données précliniques et cliniques d’une drogue qui sont pertinentes pour son essai clinique. (Investigator’s Brochure)
« chercheur qualifié » Un médecin ou, dans le cas d’une drogue
utilisée exclusivement en médecine dentaire, un médecin ou un
dentiste, qui est membre en règle d’une association médicale ou dentaire professionnelle et qui est habilité en vertu des
———
1
2
SOR/98-7
C.R.C., c. 870
———
1
2
DORS/98-7
C.R.C., ch. 870
Le 22 janvier 2000
“Declaration of Helsinki” means the World Medical Association
Recommendations Guiding Physicians in Biomedical Research
Involving Human Subjects, as adopted by the 18th World
Medical Assembly, Helsinki, Finland, June 1964 and amended
by the 29th World Medical Assembly in Tokyo, Japan, October 1975, the 35th World Medical Assembly in Venice, Italy,
October 1983, the 41st World Medical Assembly in Hong
Kong, September 1989, and the 48th General Assembly, Somerset West, Republic of South Africa, October 1996. (Déclaration d’Helsinki)
“drug” means a drug for human use that is to be tested in a clinical trial. (drogue)
“good clinical practices” means generally accepted clinical practices that are designed to ensure the protection of the rights,
safety and well-being of participants in clinical trials and other
persons, including the ethical principles set out in the Declaration of Helsinki that are consistent with all applicable legislation and the good clinical practices referred to in section C.05.014. (bonnes pratiques cliniques)
“healthy human adult volunteer” means a person 18 years of age
or older, whose state of well-being is determined by a physician through a medical examination and a review of the results
of liver, kidney and haematological functions and who does not
have a disease or an abnormal condition of health in relation to
the use for which the administration of a drug in a clinical trial
is being proposed. (participant adulte sain)
“import” means to import a drug into Canada for the purpose of
sale in a clinical trial. (importer)
“Investigator’s Brochure” means, in respect of a drug, a document prepared by the sponsor containing the preclinical and
clinical data on the drug that are relevant to the clinical trial of
the drug and that is described in paragraphs C.05.005(f) and
C.05.008(e). (brochure du chercheur)
“protocol” means a document that describes the objectives, design, methodology, statistical considerations and organization
of a clinical trial. (protocole)
“qualified investigator” means, in respect of a drug for dental use
only, a physician or dentist and, in respect a drug for any other
use, a physician, who is a member in good standing of a professional medical or dental association and entitled under the
laws of the province to provide health care. (chercheur
qualifié)
“Research Ethics Board” means a body referred to in subsection (2). (comité d’éthique de la recherche)
“serious adverse drug reaction” means an adverse drug reaction
that requires in-patient hospitalization or prolongation of existing hospitalization, that causes congenital malformation, that
results in persistent or significant disability or incapacity, that
is life threatening or that results in death. (réaction indésirable
grave à une drogue)
“serious unexpected adverse drug reaction” means a serious adverse drug reaction that is not identified in nature, severity or
frequency in the risk information set out in the Investigator’s
Brochure or on the label of the drug. (réaction indésirable
grave et imprévue à une drogue)
“sponsor” means any individual, corporate body, institution or
organization that conducts a clinical trial. (promoteur)
(2) For the purposes of this Division, “Research Ethics Board”
means an independent body
(a) the principal mandate of which is to approve the initiation
of, and conduct periodic reviews of, bio-medical research involving human participants in order to ensure the protection of
the rights, safety and well-being of participants in a clinical
trial; and
Gazette du Canada Partie I
247
lois d’une province à dispenser des soins de santé. (qualified
investigator)
« comité d’éthique de la recherche » Le comité visé au paragraphe (2). (Research Ethics Board)
« Déclaration d’Helsinki » Recommandations à l’adresse des
médecins dans le domaine de la recherche biomédicale portant
sur des sujets humains, adoptées par la 18e Assemblée médicale mondiale, Helsinki (Finlande), juin 1964, et amendée par
les 29e Assemblée médicale mondiale, Tokyo (Japon), octobre 1975, 35e Assemblée médicale mondiale, Venise (Italie),
octobre 1983, 41e Assemblée médicale mondiale, Hong Kong,
septembre 1989 et 48e Assemblée générale Somerset West
(République d’Afrique du Sud), octobre 1996. (Declaration of
Helsinki)
« drogue » Drogue pour usage humain destinée à un essai clinique. (drug)
« essai clinique » Recherche utilisant des participants humains
dont l’objet est soit de découvrir ou de vérifier les effets cliniques, pharmacologiques ou pharmacodynamiques d’une drogue pour usage humain, soit de déceler les incidents thérapeutiques liés à cette drogue, soit d’en étudier l’absorption, la
distribution, le métabolisme et l’élimination afin d’en établir
l’innocuité ou l’efficacité. (clinical trial)
« importer » Importer une drogue au Canada en vue de la vente
aux fins d’un essai clinique. (import)
« incident thérapeutique » Événement thérapeutique indésirable
affectant la santé d’une personne à qui une drogue a été administrée — qui peut ou non être causé par l’administration de la
drogue —, y compris toute réaction indésirable à une drogue.
(adverse event)
« participant adulte sain » Personne âgée d’au moins 18 ans dont
l’état de bonne santé a été constaté par un médecin au moyen
d’un examen médical et de l’étude des résultats des tests des
fonctions hépatique, rénale et hématologique et qui ne présente
pas de maladie ou d’état anormal de santé pour les fins auxquelles l’administration d’une drogue est proposée dans le cadre d’un essai clinique. (healthy human adult volunteer)
« promoteur » Personne physique ou morale, établissement ou
organisme qui mène un essai clinique. (sponsor)
« protocole » Document qui décrit les objectifs, le plan de travail,
la méthodologie, les considérations statistiques et l’organisation d’un essai clinique. (protocol)
« réaction indésirable à une drogue » Réaction nocive et non intentionnelle à une drogue qui est provoquée par l’administration de toute dose de celle-ci. (adverse drug reaction)
« réaction indésirable grave à une drogue » Réaction indésirable à
une drogue qui nécessite ou prolonge l’hospitalisation, entraîne
une malformation congénitale ou une invalidité ou incapacité
persistante ou importante, met la vie en danger ou entraîne la
mort. (serious adverse drug reaction)
« réaction indésirable grave et imprévue à une drogue » Réaction
indésirable grave à une drogue dont la nature, la sévérité et la
fréquence ne sont pas mentionnées dans les renseignements
sur les risques contenus dans la brochure du chercheur ou sur
l’étiquette de la drogue. (serious unexpected adverse drug
reaction)
(2) Pour l’application du présent titre, « comité d’éthique de la
recherche » s’entend d’un organisme indépendant ayant les caractéristiques suivantes :
a) son mandat principal est d’approuver la tenue de projets de
recherche biomédicale utilisant des participants humains et
d’en contrôler périodiquement le déroulement, afin d’assurer la
protection des droits, la sûreté et le bien-être des participants à
un essai clinique;
248
Canada Gazette Part I
(b) that is composed of at least five members, including both
men and women, all of whom are Canadian citizens or permanent residents under the Immigration Act, and
(i) at least one of whom has primary experience and expertise in a medical discipline,
(ii) at least one of whom has primary experience and expertise in another scientific discipline,
(iii) at least one of whom has primary experience and expertise in a non-scientific discipline,
(iv) at least two of whom have broad experience relevant to
the methods and areas of research to be approved,
(v) at least one of whom must be knowledgeable in ethics,
and
(vi) at least one of whom must be knowledgeable in all Canadian laws relating to bio-medical research.
January 22, 2000
b) il est composé d’au moins cinq membres, comptant des
hommes et des femmes, qui sont des citoyens canadiens ou des
résidents permanents au sens de la Loi sur l’immigration, dont
au moins :
(i) un membre possède de l’expertise et de l’expérience
principalement dans le domaine médical,
(ii) un membre possède de l’expertise et de l’expérience
principalement dans un autre domaine scientifique,
(iii) un membre possède de l’expertise et de l’expérience
principalement dans un domaine non scientifique,
(iv) deux membres possèdent une vaste expérience dans un
domaine qui se rapporte aux méthodes et sujets de recherche
à approuver;
(v) un membre possède des connaissances de l’éthique,
(vi) un membre possède des connaissances de la législation
canadienne applicable à la recherche biomédicale.
Application
Champ d’application
C.05.002. This Division applies to the sale or importation of
drugs to be used for the purposes of clinical trials involving human participants.
C.05.002. Le présent titre s’applique à la vente et à l’importation des drogues destinées aux essais cliniques utilisant des participants humains.
Prohibition
Interdiction
C.05.003. Notwithstanding sections C.01.014, C.08.002 and
C.08.003, no person shall sell or import a drug to be used for the
purposes of a clinical trial unless
(a) the person has been authorized under subdivision a or b of
this Division;
(b) the person complies with these Regulations; and
(c) in the case of an importation, the person has a representative in Canada who is responsible for the sale of the drug.
C.05.003. Malgré les articles C.01.014, C.08.002 et C.08.003,
il est interdit à quiconque de vendre ou d’importer une drogue
destinée à un essai clinique à moins que les conditions suivantes
ne soient réunies :
a) il y est autorisé sous le régime des sections a ou b du présent
titre;
b) il se conforme au présent règlement;
c) dans le cas d’une importation, il a un représentant au Canada
qui est responsable de la vente de la drogue.
Subdivision a
Section a
REGISTRATION (CLINICAL TRIALS — HEALTHY
HUMAN ADULT VOLUNTEERS)
AGRÉMENT (ESSAIS CLINIQUES — PARTICIPANTS ADULTES SAINS)
Application
Champ d’application
C.05.004. (1) Subject to subsection (2), this Subdivision applies to the sale or importation of a drug for the purposes of a
clinical trial that
(a) involves participants who are healthy human adult volunteers; and
(b) is a dose tolerance study, including a first in-human study.
(2) Subdivision a does not apply to the following drugs:
(a) xenograft;
(b) genetic material, vectors and genetically modified cells
used in the application of gene therapy;
(c) cells manipulated ex vivo used in the application of somatic
cells therapy;
(d) prophylactic vaccine; and
(e) drugs used in the application of reproductive and genetic
technologies.
C.05.004. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la présente section s’applique à la vente et à l’importation des drogues destinées
aux essais cliniques qui, à la fois :
a) utilisent des participants adultes sains;
b) consistent en des études de tolérance aux doses, y compris la
première étude sur des participants humains.
(2) Les drogues suivantes ne sont pas assujetties à la section a :
a) les xénogreffons;
b) le matériel génétique, les vecteurs et les cellules génétiquement modifiées qui sont utilisés dans l’application de la thérapie génique;
c) les cellules manipulées ex vivo qui sont utilisées dans
l’application de la thérapie cellulaire somatique;
d) les vaccins prophylactiques;
e) les drogues utilisées dans l’application des technologies génétiques et de reproduction.
Application for Registration
Demande d’agrément
C.05.005. An application by a sponsor for the registration of
the sale or importation of a drug for the purposes of a clinical trial
under this Subdivision shall be submitted to the Minister, signed
C.05.005. La demande d’agrément pour vendre ou importer
une drogue destinée à un essai clinique sous le régime de la présente section est présentée au ministre par le promoteur, est datée
Le 22 janvier 2000
and dated by the senior executive officer in Canada and the senior
medical or scientific officer of the sponsor, and shall contain the
following information and documents:
(a) a clinical trial attestation, signed and dated by the senior
executive officer in Canada and the senior medical or scientific
officer of the sponsor, containing
(i) the title of the protocol and the clinical trial number,
(ii) the brand name, the chemical name or the code for the
drug,
(iii) the therapeutic and pharmacological classification of the
drug,
(iv) the medicinal ingredients of the drug,
(v) the non-medicinal ingredients of the drug,
(vi) the dosage form of the drug,
(vii) the name, address, telephone number and, if applicable,
the facsimile transmission number and electronic mail address of the sponsor,
(viii) in the case of importation, the name, address, telephone number and, if applicable, the facsimile transmission
number and electronic mail address of the representative in
Canada of the sponsor who is responsible for the sale of the
drug,
(ix) for each clinical trial site, the name, address, telephone
number and, if applicable, the facsimile transmission number
and electronic mail address of the qualified investigator,
(x) for each clinical trial site, the name, address, telephone
number and, if applicable, the facsimile transmission number
and electronic mail address of the Research Ethics Board
that approved the protocol and informed consent form, and
(xi) statements
(A) that the drug is subject to this Subdivision,
(B) that the clinical trial will be conducted in accordance
with good clinical practices and these Regulations,
(C) that the available preclinical pharmacology and toxicology information contained in the application supports
the conduct of the clinical trial in healthy human adult
volunteers,
(D) that the chemistry and manufacturing information in
the application supports the identity, purity, potency,
stability and safety of the drug, and
(E) if applicable, that the human sourced excipients contained in the drug, including those used in placebo, have
been issued a drug identification number under section C.01.014 or a notice of compliance under section C.08.004;
(b) a copy of the informed consent form approved by the Research Ethics Board for each clinical trial site;
(c) a copy of the protocol for the clinical trial approved by the
Research Ethics Board for each clinical trial site;
(d) an attestation, signed and dated by the Research Ethics
Board for each clinical trial site, that it has reviewed and approved the protocol and informed consent form and that the
Board carries out its functions in a manner consistent with
good clinical practices;
(e) if a Research Ethics Board has previously refused to approve any protocol in respect of the drug submitted to it by the
sponsor, the name, address, telephone number and, if applicable, the facsimile transmission number and electronic mail address of the Research Ethics Board that refused the protocol,
the reasons for doing so and the date on which the refusal was
given;
Gazette du Canada Partie I
249
et signée par le premier dirigeant au Canada du promoteur et son
directeur médical ou scientifique et contient les renseignements et
documents suivants :
a) une attestation relative à l’essai clinique datée et signée par
le premier dirigeant au Canada du promoteur et son directeur
médical ou scientifique, indiquant :
(i) le titre du protocole et le numéro de l’essai clinique,
(ii) la marque nominative, le nom chimique ou le code de la
drogue,
(iii) la catégorie thérapeutique et pharmacologique de la
drogue,
(iv) les ingrédients médicinaux de la drogue,
(v) les ingrédients non médicinaux de la drogue,
(vi) la forme posologique de la drogue,
(vii) le nom, l’adresse, le numéro de téléphone et, le cas
échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique
du promoteur,
(viii) dans le cas d’une importation, le nom, l’adresse, le
numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du représentant au Canada
du promoteur qui est responsable de la vente de la drogue,
(ix) pour chaque lieu d’essai clinique, le nom, l’adresse, le
numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du chercheur qualifié,
(x) pour chaque lieu d’essai clinique, le nom, l’adresse, le
numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du comité d’éthique de la
recherche qui a approuvé le protocole et la formule de consentement éclairé,
(xi) une déclaration précisant :
(A) que la drogue est assujettie à la présente section,
(B) que l’essai clinique sera mené conformément aux
bonnes pratiques cliniques et au présent règlement,
(C) que les renseignements pharmacologiques et toxicologiques précliniques fournis dans la demande d’agrément
justifient la conduite de l’essai clinique utilisant des participants adultes sains,
(D) que les renseignements sur la chimie et la fabrication
fournis dans la demande d’agrément justifient l’identité,
la pureté, la puissance, la stabilité et l’innocuité de la
drogue,
(E) le cas échéant, que les excipients d’origine humaine
contenus dans la drogue, y compris ceux utilisés dans un
placebo, font l’objet d’une identification numérique attribuée conformément à l’article C.01.014 ou d’un avis de
conformité délivré conformément à l’article C.08.004;
b) un exemplaire de la formule de consentement éclairé approuvée par le comité d’éthique de la recherche pour chaque
lieu d’essai clinique;
c) un exemplaire du protocole de l’essai clinique approuvé par
le comité d’éthique de la recherche pour chaque lieu d’essai
clinique;
d) une attestation datée et signée par le comité d’éthique de la
recherche pour chaque lieu d’essai clinique, portant qu’il a
examiné et approuvé le protocole et la formule de consentement éclairé et qu’il exerce ses activités d’une manière conforme aux bonnes pratiques cliniques;
e) si un comité d’éthique de la recherche a refusé auparavant
d’approuver tout protocole présenté par le promoteur relativement à la drogue destinée à un essai clinique, le nom, l’adresse,
le numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du comité d’éthique de la recherche ainsi que la date et les motifs du refus;
250
Canada Gazette Part I
(f) an Investigator’s Brochure containing information setting
out
(i) the physical, chemical and pharmaceutical properties of
the drug,
(ii) the pharmacological aspects of the drug, including its
metabolites in all animal species tested,
(iii) the pharmacokinetics of the drug and the drug metabolism, including the biological transformation and disposition
of the drug in all animal species tested,
(iv) any toxicological effects in all animal species tested under either a single dose, repeated doses or special studies in
respect of the drug,
(v) any results of animal carcinogenicity studies in respect of
the drug,
(vi) any results of clinical pharmacokinetic studies of the
drug,
(vii) any information regarding drug safety, pharmacodynamics, efficacy and dose responses of the drug that were
obtained from previous clinical trials in humans, and
(viii) any sales experience in respect of the drug in other
countries, including
(A) a list of the countries where the drug has been sold or
authorized for sale, including information on formulations, dosages, routes of administration and adverse drug
reactions, and
(B) a list of the countries where authorization for sale of
the drug was denied or where authorization for sale was
withdrawn;
(g) a document that sets out chemistry and manufacturing information, including the site of manufacture, to support the
quality and safety of the drug;
(h) an undertaking, signed and dated by the qualified investigator for each clinical trial site that
(i) the qualified investigator will conduct the clinical trial in
accordance with good clinical practices, and
(ii) the qualified investigator will, on discontinuance of the
clinical trial by the sponsor, in whole or in part, immediately
inform both the participants and the Research Ethics Board,
and will send them written confirmation of the discontinuance, provide the reasons for the discontinuance and advise
of any potential risks to the health of participants or other
persons; and
(i) the names, addresses and telephone numbers and, if applicable, the facsimile transmission numbers and electronic mail
addresses of the institutions or places where the clinical trial
records are to be stored.
January 22, 2000
f) la brochure du chercheur qui contient les renseignements
suivants :
(i) les propriétés physiques, chimiques et pharmaceutiques
de la drogue,
(ii) les aspects pharmacologiques de la drogue, y compris ses
métabolites observés chez les espèces animales étudiées,
(iii) le comportement pharmacocinétique de la drogue et le
métabolisme de celle-ci y compris la façon dont elle est
transformée et éliminée chez les espèces animales étudiées,
(iv) le cas échéant, les effets toxicologiques de la drogue observés chez les espèces animales étudiées lors d’études à
dose unique, répétée ou spéciale,
(v) le cas échéant, les résultats des études de carcinogénicité
chez les espèces animales étudiées au regard de la drogue,
(vi) le cas échéant, les résultats des études cliniques sur le
comportement pharmacocinétique de la drogue,
(vii) le cas échéant, lorsque des essais cliniques ont déjà été
menés sur des participants humains, les renseignements suivants obtenus lors de ces essais : l’innocuité de la drogue,
son comportement pharmacodynamique, son efficacité et ses
doses-réponses,
(viii) le cas échéant, l’information sur l’expérience de vente
de la drogue dans les pays étrangers, y compris :
(A) la liste des pays étrangers où la drogue a été vendue
ou autorisée pour la vente, y compris les renseignements
suivants concernant la drogue : sa formulation, sa posologie, les voies d’administration et les réactions indésirables à la drogue,
(B) la liste des pays étrangers où l’autorisation pour la
vente de la drogue a été refusée ou annulée;
g) les renseignements sur la chimie et la fabrication de la drogue, y compris le lieu de fabrication, justifiant la qualité et l’innocuité de la drogue;
h) un engagement daté et signé par le chercheur qualifié de
chaque lieu d’essai clinique, portant qu’il :
(i) conduira l’essai clinique d’une manière conforme aux
bonnes pratiques cliniques,
(ii) lors de l’abandon total ou partiel de l’essai clinique par
le promoteur, en informera immédiatement les participants et
le comité d’éthique de la recherche et leur enverra une confirmation écrite de l’abandon de l’essai clinique, accompagnée d’un exposé des motifs de l’abandon et des risques
potentiels pour la santé des participants à l’essai clinique ou
d’autres personnes, le cas échéant;
i) le nom, l’adresse, le numéro de téléphone et, le cas échéant,
le numéro de télécopieur et l’adresse électronique des établissements ou lieux où les registres de l’essai clinique seront
conservés.
Issuance of Registration Certificate
Délivrance du certificat d’agrément
C.05.006. The Minister shall issue a registration certificate to a
sponsor for the sale or importation of a drug to be used in a clinical trial if
(a) the information and documents submitted in respect of an
application for registration
(i) are provided in accordance with these Regulations, and
(ii) are sufficient to enable the Minister to assess the safety
and risks of the drug or the clinical trial; and
(b) the Minister has reasonable grounds to believe, based on an
assessment of the application or after reviewing a report or information brought to the Minister’s attention, that
C.05.006. Le ministre délivre au promoteur un certificat
d’agrément pour la vente ou l’importation d’une drogue destinée
à un essai clinique, si les conditions suivantes sont réunies :
a) les renseignements et documents contenus dans la demande
d’agrément, à la fois:
(i) ont été fournis conformément au présent règlement,
(ii) sont suffisants pour permettre au ministre d’évaluer l’innocuité et les risques de la drogue ou la sûreté et les risques
de l’essai clinique;
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
(i) the drug can be used for the purposes of the clinical trial
without seriously endangering the life, health or safety of
participants or other persons,
(ii) the clinical trial, or the use of the drug for the purposes
of the clinical trial, is not contrary to the best interests of
participants, and
(iii) the objectives of the clinical trial will be achieved.
251
b) le ministre a des motifs raisonnables de croire, d’après un
examen de la demande ou sur la foi de rapports ou de renseignements portés à son attention, que les conditions suivantes
existent :
(i) la drogue peut faire l’objet de l’essai clinique sans présenter un risque grave pour la vie, la santé ou la sûreté des participants à l’essai clinique ou d’autres personnes,
(ii) l’essai clinique ou l’utilisation de la drogue aux fins de
celui-ci ne va pas à l’encontre de l’intérêt des participants à
l’essai clinique,
(iii) les objectifs de l’essai clinique seront atteints.
Subdivision b
Section b
OTHER CLINICAL TRIALS
AUTRES ESSAIS CLINIQUES
Application
Champ d’application
C.05.007. (1) This Subdivision applies to the sale or importation of a drug for the purposes of a clinical trial other than a drug
to which Subdivision a applies.
(2) Notwithstanding these Regulations, a sponsor may file an
application under this Subdivision for the sale or importation of a
drug that contains a substance the sale of which is prohibited by
these Regulations where the sponsor establishes, on the basis of
scientific information, that the inclusion of the substance in the
drug may result in a therapeutic benefit for a person.
C.05.007. (1) La présente section s’applique à la vente et à
l’importation des drogues destinées aux essais cliniques autres
que celles qui sont assujetties à la section a.
(2) Malgré le présent règlement, le promoteur peut présenter
une demande conformément à la présente section pour la vente ou
l’importation d’une drogue qui contient une substance dont la
vente est interdite par le présent règlement, s’il établit, sur la foi
d’informations scientifiques, que l’inclusion de cette substance
dans la drogue peut avoir un effet thérapeutique bénéfique pour
toute personne.
Application for Authorization
Demande d’autorisation
C.05.008. An application by a sponsor for authorization to sell
or import a drug for the purposes of a clinical trial under this
Subdivision shall be submitted to the Minister, signed and dated
by the senior executive officer in Canada and the senior medical
or scientific officer of the sponsor, and shall contain the following information and documents:
(a) a clinical trial attestation, signed and dated by the senior
executive officer in Canada and the senior medical or scientific
officer of the sponsor, containing
(i) the title of the protocol and the clinical trial number,
(ii) the brand name, the chemical name or the code for the
drug,
(iii) the therapeutic and pharmacological classification of the
drug,
(iv) the medicinal ingredients of the drug,
(v) the non-medicinal ingredients of the drug,
(vi) the dosage form of the drug,
(vii) the name, address, telephone number and, if applicable,
the facsimile transmission number and electronic mail address of the sponsor,
(viii) in the case of importation, the name, address, telephone number and, if applicable, the facsimile transmission
number and electronic mail address of the representative in
Canada of the sponsor who is responsible for the sale of the
drug,
(ix) for each clinical trial site, the name, address, telephone
number and, if applicable, the facsimile transmission number
and electronic mail address of the qualified investigator, if
known at the time of the application,
(x) for each clinical trial site, the name, address, telephone
number and, if applicable, the facsimile transmission number
and electronic mail address of the Research Ethics Board
C.05.008. La demande d’autorisation pour la vente ou l’importation d’une drogue destinée à un essai clinique sous le régime de
la présente section est présentée au ministre par le promoteur, est
datée et signée par le premier dirigeant au Canada du promoteur
et son directeur médical ou scientifique et contient les renseignements et documents suivants :
a) une attestation relative à l’essai clinique datée et signée par
le premier dirigeant au Canada du promoteur et son directeur
médical ou scientifique, indiquant:
(i) le titre du protocole et le numéro de l’essai clinique,
(ii) la marque nominative, le nom chimique ou le code de la
drogue,
(iii) la catégorie thérapeutique et pharmacologique de la
drogue,
(iv) les ingrédients médicinaux de la drogue,
(v) les ingrédients non médicinaux de la drogue,
(vi) la forme posologique de la drogue,
(vii) le nom, l’adresse, le numéro de téléphone et, le cas
échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique
du promoteur,
(viii) dans le cas d’une importation, le nom, l’adresse, le
numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du représentant au Canada
du promoteur qui est responsable de la vente de la drogue,
(ix) pour chaque lieu d’essai clinique, le nom, l’adresse, le
numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du chercheur qualifié, si ces
renseignements sont connus au moment du dépôt de la
demande,
(x) pour chaque lieu d’essai clinique, le nom, l’adresse, le
numéro de téléphone et, le cas échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du comité d’éthique de la
252
Canada Gazette Part I
that approved the protocol and informed consent form, if
known at the time of the application, and
(xi) statements
(A) that the drug is subject to this Subdivision,
(B) that the clinical trial will be conducted in accordance
with good clinical practices and these Regulations,
(C) that the chemistry and manufacturing information in
the application supports the identity, purity, potency,
stability and safety of the drug, and
(D) if applicable, that the human sourced excipients contained in the drug, including those used in placebo, have
been issued a drug identification number under section C.01.014 or a notice of compliance under section C.08.004;
(b) a copy of the informed consent form;
(c) a copy of the protocol for the clinical trial;
(d) if a Research Ethics Board has previously refused to approve the protocol referred to in paragraph (c) submitted to it
by the sponsor, the name, address, telephone number, and if
applicable, the facsimile transmission number and electronic
mail address of the Research Ethics Board that refused the
protocol, the reasons for doing so and the date on which the refusal was given, if known at the time of the application;
(e) the Investigator’s Brochure containing information setting
out
(i) the physical, chemical and pharmaceutical properties of
the drug,
(ii) the pharmacological aspects of the drug, including its
metabolites in all animal species tested,
(iii) the pharmacokinetics of the drug and the drug metabolism, including the biological transformation and disposition
of the drug in all animal species tested,
(iv) any toxicological effects in all animal species tested under either a single dose, repeated doses or special studies in
respect of the drug,
(v) any results of animal carcinogenicity studies in respect of
the drug,
(vi) any results of clinical pharmacokinetic studies of the
drug,
(vii) any information regarding drug safety, pharmacodynamics, efficacy and dose responses of the drug that were
obtained from previous clinical trials in humans, and
(viii) the sales experience in respect of the drug in other
countries, if any, including
(A) a list of the countries where the drug has been sold or
authorized for sale, including information on formulations, dosages, routes of administration and adverse drug
reactions, and
(B) a list of the countries where authorization for sale
of the drug was denied or where the authorization was
withdrawn;
(f) a document that sets out chemistry and manufacturing information, including the site of manufacture, to support the
quality and safety of the drug;
(g) the proposed date of commencement of the clinical trial for
each of the clinical trial sites, if known at the time of the application; and
(h) the names, addresses and telephone numbers and, if applicable, the facsimile transmission numbers and electronic mail
addresses of the institutions or places where the clinical trial
records are to be stored, if known at the time of the application.
January 22, 2000
recherche qui a approuvé le protocole et la formule de consentement éclairé, si ces renseignements sont connus au
moment du dépôt de la demande,
(xi) une déclaration précisant :
(A) que la drogue est assujettie à la présente section,
(B) que l’essai clinique sera mené conformément aux
bonnes pratiques cliniques et au présent règlement,
(C) que les renseignements sur la chimie et la fabrication
fournis dans la demande justifient l’identité, la pureté, la
puissance, la stabilité et l’innocuité de la drogue,
(D) le cas échéant, que les excipients d’origine humaine
contenus dans la drogue, y compris ceux utilisés dans un
placebo, font l’objet d’une identification numérique attribuée conformément à l’article C.01.014 ou d’un avis de
conformité délivré conformément à l’article C.08.004;
b) un exemplaire de la formule de consentement éclairé;
c) un exemplaire du protocole de l’essai clinique;
d) si un comité d’éthique de la recherche a refusé auparavant
d’approuver le protocole visé à l’alinéa c) présenté par le promoteur, le nom, l’adresse, le numéro de téléphone et, le cas
échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse électronique du
comité d’éthique de la recherche ainsi que la date et les motifs
du refus, si ces renseignements sont connus au moment du dépôt de la demande;
e) la brochure du chercheur qui contient les renseignements
suivants :
(i) les propriétés physiques, chimiques et pharmaceutiques
de la drogue,
(ii) les aspects pharmacologiques de la drogue, y compris ses
métabolites observés chez les espèces animales étudiées,
(iii) le comportement pharmacocinétique de la drogue et le
métabolisme de celle-ci y compris la façon dont elle est
transformée et éliminée chez les espèces animales étudiées,
(iv) le cas échéant, les effets toxicologiques de la drogue observés chez les espèces animales étudiées lors d’études à
dose unique, répétée ou spéciale,
(v) le cas échéant, les résultats des études de carcinogénicité
chez les espèces animales étudiées au regard de la drogue,
(vi) le cas échéant, les résultats des études cliniques sur le
comportement pharmacocinétique de la drogue,
(vii) le cas échéant, lorsque des essais cliniques ont déjà été
menés sur des participants humains, les renseignements suivants obtenus lors de ces essais : l’innocuité de la drogue,
son comportement pharmacodynamique, son efficacité et ses
doses-réponses,
(viii) le cas échéant, l’information sur l’expérience de vente
de la drogue dans les pays étrangers, y compris :
(A) la liste des pays étrangers où la drogue a été vendue
ou autorisée pour la vente, y compris les renseignements
suivants concernant la drogue : sa formulation, sa posologie, les voies d’administration et les réactions indésirables à la drogue,
(B) la liste des pays étrangers où l’autorisation pour la
vente de la drogue a été refusée ou annulée;
f) les renseignements sur la chimie et la fabrication de la drogue, y compris le lieu de fabrication, justifiant la qualité et
l’innocuité de la drogue;
g) la date projetée du début de l’essai clinique pour chaque lieu
d’essai clinique, si ce renseignement est connu au moment du
dépôt de la demande;
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
253
h) le nom, l’adresse, le numéro de téléphone et, le cas échéant,
le numéro de télécopieur et l’adresse électronique des établissements ou lieux où les registres de l’essai clinique seront conservés, si ces renseignements sont connus au moment du dépôt
de la demande.
Authorization
Autorisation
C.05.009. A sponsor may sell or import a drug for the purposes
of a clinical trial under this Subdivision if:
(a) the sponsor has filed with the Minister an application in accordance with section C.05.008;
(b) subject to section C.05.013, the Minister does not, within
30 days after the date of receipt of the application, send to the
sponsor a notice in respect of the drug indicating that the sponsor may not sell or import the drug on one of the following
grounds:
(i) the information and documents submitted in respect of
the application are
(A) not provided in accordance with these Regulations, or
(B) insufficient to enable the Minister to assess the safety
and risks of the drug or the clinical trial, or
(ii) the Minister has reasonable grounds to believe, based on
an assessment of the application or after reviewing a report
or information brought to the Minister’s attention, that
(A) the use of the drug for the purposes of the clinical trial
seriously endangers the life, health or safety of participants or other persons,
(B) the clinical trial, or the use of the drug for the purposes of the clinical trial, is contrary to the best interests
of participants, or
(C) the objectives of the clinical trial will not be achieved;
and
(c) before the sale or importation of the drug, the sponsor
submits to the Minister the information referred to in subparagraphs C.05.008(a)(ix) and (x) and paragraphs C.05.008(d), (g)
and (h) that was not submitted at the time of the application
under section C.05.008.
C.05.009. Le promoteur peut vendre ou importer une drogue
destinée à un essai clinique sous le régime de la présente section
si les conditions suivantes sont réunies :
a) il a présenté au ministre une demande conformément à
l’article C.05.008;
b) sous réserve de l’article C.05.013, le ministre ne lui a pas
envoyé, dans les 30 jours suivant la date de réception de la demande, un avis lui interdisant de vendre ou d’importer la drogue pour l’un des motifs suivants :
(i) les renseignements et documents contenus dans la demande, selon le cas:
(A) n’ont pas été fournis conformément au présent
règlement,
(B) ne sont pas suffisants pour permettre au ministre d’évaluer l’innocuité et les risques de la drogue ou la sûreté et
les risques de l’essai clinique,
(ii) le ministre a des motifs raisonnables de croire, d’après
l’examen de la demande ou sur la foi de rapports ou de renseignements portés à son attention, que l’une des conditions
suivantes existe :
(A) l’utilisation de la drogue aux fins de l’essai clinique
présente un risque grave pour la vie, la santé ou la sûreté
des participants à l’essai clinique ou d’autres personnes,
(B) l’essai clinique ou l’utilisation de la drogue aux fins
de celui-ci va à l’encontre de l’intérêt des participants,
(C) les objectifs de l’essai clinique ne seront pas atteints;
c) avant la vente ou l’importation de la drogue, le promoteur fournit au ministre les renseignements visés aux sousalinéas C.05.008a)(ix) et (x) et aux alinéas C.05.008d), g) et h)
qui n’ont pas été fournis au moment du dépôt de la demande
visée à l’article C.05.008.
Notification
Notification
C.05.010. Where the sale or importation of a drug has been
authorized under this Subdivision, the sponsor may make one or
more of the following changes if the sponsor notifies the Minister
in writing within 15 days after the change:
(a) a change to the chemistry and manufacturing information
that does not affect the quality or safety of the drug, unless the
change is one in respect of which an amendment is required by
subsection C.05.011(2); or
(b) a change to the protocol that does not affect the safety of
the clinical trial participants, unless the change is one in respect
of which an amendment is required by subsection C.05.011(2).
C.05.010. Lorsque la vente ou l’importation d’une drogue a été
autorisée sous le régime de la présente section, le promoteur peut
effectuer un ou plusieurs des changements suivants s’il en avise
le ministre par écrit dans les 15 jours suivant le changement :
a) tout changement apporté aux renseignements sur la chimie
et la fabrication de la drogue qui n’a aucune incidence sur la
qualité ou l’innocuité de celle-ci, sauf s’il s’agit d’un changement pour lequel une modification est exigée conformément au
paragraphe C.05.011(2);
b) tout changement apporté au protocole qui n’a aucune incidence sur la sûreté des participants à l’essai clinique, sauf s’il
s’agit d’un changement pour lequel une modification est exigée
conformément au paragraphe C.05.011(2).
Amendment
Modification
C.05.011. (1) Subject to subsection (4), where the sale or importation of a drug has been authorized under this Subdivision
and the sponsor proposes to make one of the amendments referred to in subsection (2), the sponsor may sell or import the
drug for the purpose of conducting the clinical trial in accordance
with the authorization as amended, if the following conditions are
met:
C.05.011. (1) Sous réserve du paragraphe (4), lorsque la vente
ou l’importation d’une drogue a été autorisée sous le régime de la
présente section et que le promoteur envisage d’apporter l’une
des modifications visées au paragraphe (2), il peut vendre ou importer la drogue en vue de l’utiliser pour un essai clinique selon
l’autorisation modifiée, si les conditions suivantes sont réunies :
254
Canada Gazette Part I
(a) the sponsor has filed with the Minister an application for
the amendment in accordance with subsection (3);
(b) subject to section C.05.013, the Minister does not, within
30 days after the date of receipt of the application for the
amendment, send to the sponsor a notice in respect of the drug
indicating that the sponsor may not sell or import the drug for
the purpose of conducting a clinical trial in accordance with the
amendment on one of the following grounds:
(i) the information and documents submitted in respect of
the application for amendment are
(A) not provided in accordance with these Regulations, or
(B) insufficient to enable the Minister to assess the safety
and risks of the drug or the clinical trial, or
(ii) the Minister has reasonable grounds to believe, based on
an assessment of the application for the amendment or after
reviewing a report or information brought to the Minister’s
attention, that
(A) the use of the drug for the purposes of the clinical trial
seriously endangers the life, health or safety of participants or other persons,
(B) the clinical trial, or the use of the drug for the purposes of the clinical trial, is contrary to the best interests
of participants, or
(C) the objectives of the clinical trial will not be achieved;
(c) before the sale or importation of the drug, the sponsor
submits to the Minister:
(i)
the
information
referred
to
in
subparagraph C.05.008(a)(x) and paragraphs C.05.008(d) and (g),
and
(ii)
the
information
referred
to
in
subparagraph C.05.008(a)(ix) and paragraph C.05.008(h), if any of
that information has changed since it was submitted;
(d) before the sale or importation of the drug in accordance
with the authorization as amended, the sponsor ceases to sell or
import the drug in accordance with the existing authorization;
and
(e) the sponsor conducts the clinical trial in accordance with
the authorization as amended.
(2) For the purposes of subsection (1), amendments are
(a) amendments to the protocol that affect the selection, the
monitoring or the dismissal of clinical trial participants;
(b) amendments to the protocol that affect the evaluation of the
clinical efficacy of the drug;
(c) amendments to the protocol that affect the safety of the
clinical trial participants;
(d) amendments to the protocol that affect the safety evaluation
of the drug;
(e) amendments to the protocol that result in the extension of
the duration of the clinical trial; or
(f) amendments to the chemistry and manufacturing information that may affect the safety or quality of the drug.
(3) The application for amendment referred to in subsection (1)
shall contain the following:
(a) a reference to the original application;
(b) in respect of an amendment referred to in any of paragraphs (2)(a) to (e),
(i) a copy of the amended protocol that indicates the
amendments and the original text and the rationale for the
amendments,
January 22, 2000
a) il a présenté au ministre une demande de modification conformément au paragraphe (3);
b) sous réserve de l’article C.05.013, le ministre ne lui a pas
envoyé, dans les 30 jours suivant la date de réception de la demande de modification, un avis lui interdisant de vendre ou
d’importer la drogue destinée à un essai clinique conformément à la modification pour l’un des motifs suivants :
(i) les renseignements et documents contenus dans la demande de modification, selon le cas :
(A) n’ont pas été fournis conformément au présent
règlement,
(B) ne sont pas suffisants pour permettre au ministre
d’évaluer l’innocuité et les risques de la drogue ou la sûreté et les risques de l’essai clinique,
(ii) le ministre a des motifs raisonnables de croire, d’après
l’examen de la demande de modification ou sur la foi de
rapports ou de renseignements portés à son attention, que
l’une des conditions suivantes existe :
(A) l’utilisation de la drogue aux fins de l’essai clinique
présente un risque grave pour la vie, la santé ou la sûreté
des participants à l’essai clinique ou d’autres personnes,
(B) l’essai clinique ou l’utilisation de la drogue aux fins
de celui-ci va à l’encontre de l’intérêt des participants à
l’essai clinique,
(C) les objectifs de l’essai clinique ne seront pas atteints;
c) avant la vente ou l’importation de la drogue, le promoteur
fournit au ministre les renseignements suivants :
(i) ceux visés au sous-alinéa C.05.008a)(x) et aux alinéas C.05.008d) et g),
(ii) ceux visés au sous-alinéa C.05.008a)(ix) et à l’alinéa C.05.008h), si ceux-ci ont changé depuis leur dépôt;
d) avant la vente ou l’importation de la drogue conformément à
l’autorisation modifiée, le promoteur cesse de vendre ou d’importer la drogue conformément à l’autorisation précédente;
e) le promoteur mène l’essai clinique en conformité avec l’autorisation modifiée.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), les modifications visées sont les suivantes :
a) une modification apportée au protocole qui a une incidence
sur la sélection, le suivi et le renvoi des participants à l’essai
clinique;
b) une modification apportée au protocole qui a une incidence
sur l’évaluation de l’efficacité clinique de la drogue;
c) une modification apportée au protocole qui a une incidence
sur la sûreté des participants à l’essai clinique;
d) une modification apportée au protocole qui a une incidence
sur l’évaluation de l’innocuité de la drogue;
e) une modification apportée au protocole qui entraîne la prolongation de la durée de l’essai clinique;
f) une modification apportée aux renseignements sur la chimie
et la fabrication de la drogue qui peut avoir une incidence sur
l’innocuité ou la qualité de celle-ci.
(3) La demande de modification visée au paragraphe (1) doit
contenir les renseignements suivants :
a) un renvoi à la demande originale;
b) s’il s’agit d’une modification visée à l’un des alinéas (2)a)
à e) :
(i) une copie du protocole modifié qui indique les modifications et le texte original ainsi que les justifications des
modifications,
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
255
(ii) a revised Investigator’s Brochure or an addendum to the
Investigator’s Brochure indicating the new information including supporting toxicological studies and clinical trial
safety data, and
(iii) a revised informed consent form which indicates the
new information, where amendments have been made to the
informed consent form;
(c) where the application is in respect of a amendment referred
to in paragraph (2)(f), a copy of the revised chemistry and
manufacturing information that indicates the amendment and
the rationale for the amendment.
(4) If the sponsor is required to make one or more of the
amendments referred to in subsection (2) immediately because
the clinical trial or the use of the drug for the purposes of the
clinical trial seriously endangers the life, health or safety of participants or other persons, the sponsor may immediately make the
amendment and shall provide the Minister with the information
referred to in subsection (3) within 15 days after the date of the
amendment.
(ii) la version révisée de la brochure du chercheur ou un
supplément à celle-ci indiquant les nouveaux renseignements, y compris les études toxicologiques pertinentes et les
données sur la sûreté de l’essai clinique,
(iii) un exemplaire de la formule révisée de consentement
éclairé sur laquelle les changements sont indiqués, si la formule est modifiée;
c) s’il s’agit d’une modification visée à l’alinéa (2)f), un exemplaire des renseignements révisés sur la chimie et la fabrication
de la drogue qui indiquent la modification et les motifs de
celle-ci.
(4) Si l’une des modifications visées au paragraphe (2) est requise sur-le-champ parce que l’utilisation de la drogue ou l’essai
clinique présente des risques graves pour la vie, la santé ou la
sûreté des participants à l’essai clinique ou d’autres personnes, le
promoteur peut immédiatement apporter cette modification et doit
alors fournir au ministre les renseignements exigés au paragraphe (3) dans les 15 jours suivant la date de la modification.
Additional Information and Samples
Renseignements complémentaires et échantillons
C.05.012. If the information and documents submitted in respect of an application under C.05.008 or an application for
amendment under C.05.011 are insufficient to enable the Minister to determine whether the conditions referred to paragraphs C.05.009(b) or C.05.011(1)(b) are met, the Minister may
request the sponsor to submit, within seven days following reception of the request, samples of the drug or additional information relevant to the drug or the clinical trial necessary for making
the evaluation or assessment.
C.05.012. Lorsque les renseignements et documents contenus
dans la demande visée à l’article C.05.008 ou dans la demande de
modification visée à l’article C.05.011 ne sont pas suffisants pour
permettre au ministre de déterminer si les conditions visées aux
alinéas C.05.009b) ou C.05.011(1)b) sont réunies, le ministre
peut demander au promoteur de lui fournir, dans les sept jours
suivant la réception de la demande, des renseignements complémentaires concernant la drogue ou l’essai clinique ou des
échantillons de la drogue pour lui permettre de faire cette
détermination.
The Stop-Clock Provision
Effet de la demande du ministre
C.05.013. Where the Minister has requested a sponsor to
submit additional information or samples of the drug under section C.05.012, the 30-day period referred to in paragraphs C.05.009(b) and C.05.011(1)(b) does not include the
number of days beginning on the day on which the request was
sent and ending on the day on which the additional information or
samples were received.
C.05.013. Dans les cas où le ministre a demandé des renseignements complémentaires ou des échantillons de la drogue en
vertu de l’article C.05.012, sont exclus de la période de 30 jours
visée aux alinéas C.05.009b) et C.05.011(1)b) les jours à compter
de celui où la demande est envoyée jusqu’à celui où les renseignements complémentaires ou les échantillons sont reçus.
Subdivision c
Section c
GENERAL
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
Sponsor’s Obligations
Obligations du promoteur
C.05.014. Every sponsor shall ensure that a clinical trial is
conducted in accordance with good clinical practices and, without
limiting the generality of the foregoing, the sponsor shall ensure
that
(a) the clinical trial is scientifically sound and clearly described
in a protocol;
(b) the clinical trial is conducted and the drug is used in accordance with the protocol submitted under this Division and in
relation to which a registration certificate was issued under
section C.05.006 or a notice was not sent under paragraph C.05.009(b) or C.05.011(1)(b);
(c) systems and procedures that assure the quality of every aspect of the clinical trial are implemented;
(d) for each clinical trial site, the approval of a Research Ethics
Board is obtained before the clinical trial begins at the site;
C.05.014. Le promoteur doit veiller à ce que tout essai clinique
soit mené conformément aux bonnes pratiques cliniques et, en
particulier, s’assurer que :
a) l’essai clinique est scientifiquement fondé et clairement décrit dans un protocole;
b) l’essai clinique est mené et la drogue utilisée en conformité
avec le protocole présenté conformément au présent titre et à
l’égard duquel un certificat d’agrément a été délivré en vertu de
l’article C.05.006 ou pour lequel un avis n’a pas été envoyé
selon les alinéas C.05.009b) ou C.05.011(1)b);
c) des systèmes et des procédures visant à assurer la qualité de
tous les aspects de l’essai clinique sont mis en œuvre;
d) pour chaque lieu d’essai clinique, l’approbation d’un comité
d’éthique de la recherche est obtenue avant le début de l’essai
clinique à ce lieu;
256
Canada Gazette Part I
(e) medical care is given and medical decisions are made in the
clinical trial by a qualified investigator;
(f) each individual involved in conducting the clinical trial is
qualified by education, training and experience to perform his
or her respective tasks;
(g) written informed consent, given in accordance with the
applicable laws governing consent, is obtained from every person before that person participates in the clinical trial and after
the person has been informed of all aspects of the clinical trial
that are relevant to the person’s decision to participate;
(h) the requirements respecting information and records set out
in section C.05.016 are met; and
(i) the drug to be used for the purposes of the clinical trial is
manufactured, handled and stored in accordance with the applicable good manufacturing practices referred to in Divisions 2 to 4 except sections C.02.019, C.02.025 and C.02.026.
C.05.015. Notwithstanding any provision of these Regulations
respecting labelling, a drug to be used in a clinical trial must bear
a label that sets out the following information:
(a) a statement, in English and French, indicating that the
drug is an investigational drug to be used only by qualified
investigators;
(b) the name, number or identifying mark of the drug;
(c) the expiry date of the drug;
(d) the recommended storage conditions of the drug;
(e) the name and address of the sponsor;
(f) the protocol code or identification; and
(g) in the case of a radiopharmaceutical referred to in Division 3, the information referred to in paragraphs (a) to
(f) and the labelling requirements set out in subparagraph C.03.202(1)(b)(vi) or paragraph C.03.203(1)(f) or
C.03.209(i).
C.05.016. (1) The sponsor shall record, handle and store all information in respect of a clinical trial in a way that allows its accurate reporting, interpretation and verification.
(2) The sponsor shall keep evidence to establish that the clinical trial is conducted in accordance with good clinical practices
and these Regulations.
(3) The sponsor shall prepare and maintain accurate records in
respect of the use of a drug in a clinical trial, including the
following:
(a) a copy of all versions of the Investigator’s Brochure for the
drug, indicating any change made and the reasons for the
change, including documentation supporting the change;
(b) all adverse events in respect of the drug, which have occurred both inside and outside Canada, including the indication
for use and the dosage form of the drug at the time of the adverse event;
(c) accurate records respecting the enrolment of participants,
including information sufficient to permit identification of all
participants enrolled in the clinical trial in the case where a
follow-up is required where the sale of the drug may seriously
endanger the health or safety of participants or other persons;
and
(d) records that document the shipment, receipt, disposition,
return and destruction of the drug.
(4) A sponsor authorized to conduct a clinical trial under Subdivision b shall maintain the following additional records;
(a) an undertaking signed by the qualified investigator for each
clinical trial site that
January 22, 2000
e) les soins de santé et les décisions médicales dans le cadre de
l’essai clinique relèvent d’un chercheur qualifié;
f) chaque individu participant à la conduite de l’essai clinique
est qualifié, par ses études, sa formation et son expérience,
pour accomplir les tâches qui lui sont confiées;
g) le consentement éclairé — donné conformément à la législation régissant les consentements — est obtenu de chaque
participant à l’essai clinique avant qu’il y participe et après
qu’il a reçu les renseignements sur l’essai utiles à la prise de sa
décision;
h) les exigences relatives aux renseignements et registres visés
à l’article C.05.016 sont respectées;
i) la drogue destinée à l’essai clinique est manufacturée, manutentionnée et entreposée conformément aux bonnes pratiques
de fabrication visées aux titres 2 à 4, à l’exception des articles C.02.019, C.02.025 et C.02.026.
C.05.015. Malgré les autres dispositions du présent règlement
relatives à l’étiquetage, toute drogue destinée à un essai clinique
doit être accompagnée d’une étiquette sur laquelle figurent les
renseignements suivants :
a) une mention, dans les deux langues officielles, indiquant
que la drogue est de nature expérimentale et ne doit être utilisée que par des chercheurs qualifiés;
b) le nom, le numéro ou la marque d’identification de la
drogue;
c) la date limite d’utilisation de la drogue;
d) les conditions d’entreposage recommandées de la drogue;
e) les nom et adresse du promoteur;
f) le code ou la marque d’identification du protocole;
g) dans le cas d’un produit pharmaceutique radioactif visé au
titre 3, les renseignements prévus aux alinéas a) à f) ainsi qu’au
sous-alinéa C.03.202(1)b)(vi) ou aux alinéas C.03.203(1)f) ou
C.03.209i).
C.05.016. (1) Le promoteur doit consigner dans des registres,
traiter et conserver les renseignements relatifs à un essai clinique
de façon à permettre la présentation de rapports exacts sur ceux-ci
ainsi que leur interprétation et leur vérification.
(2) Le promoteur doit conserver des éléments de preuve afin de
démontrer que l’essai clinique est mené conformément aux
bonnes pratiques cliniques et au présent règlement.
(3) Le promoteur doit dresser et tenir à jour un registre précis
sur l’utilisation d’une drogue dans un essai clinique, y compris
les renseignements et documents suivants :
a) une copie de toutes les versions de la brochure du chercheur
sur lesquelles sont indiqués les révisions apportées et les motifs
de celles-ci, ainsi que les documents les justifiant;
b) tous les incidents thérapeutiques liés à la drogue, survenus
au Canada ou à l’étranger, ainsi que l’usage de la drogue et sa
forme posologique au moment où l’incident thérapeutique est
survenu;
c) des registres précis sur l’inscription des participants à l’essai
clinique dans lesquels sont consignés les renseignements permettant leur identification aux fins de suivi lorsque la vente de
la drogue peut présenter un risque grave pour la santé et la sûreté des participants ou d’autres personnes;
d) des dossiers décrivant l’expédition, la réception, la disposition, le retour et la destruction de la drogue.
(4) Le promoteur autorisé à mener un essai clinique sous le régime de la section b doit également tenir à jour les documents
suivants :
Le 22 janvier 2000
(i) the qualified investigator will conduct the clinical trial in
accordance with good clinical practices, and
(ii) the qualified investigator shall, on discontinuance of the
trial by the sponsor, in whole or in part, immediately inform
both the participants and the Research Ethics Board, and
shall send them written confirmation of the discontinuance,
provide the reasons for the discontinuance, and advise of any
potential risks to the health of participants or other persons;
(b) a copy of the informed consent form and protocol referred
to in section C.05.008 and amendments to the informed consent form and protocol referred to in section C.05.011, approved by the Research Ethics Board for each clinical trial site;
and
(c) an attestation, signed and dated by the Research Ethics
Board for each clinical trial site, that it has reviewed and approved the protocol and informed consent form and that the
Board carries out its functions in a manner consistent with
good clinical practices.
(5) The sponsor shall maintain all records referred to in this
Division for a period of 50 years.
(6) All records that could identify participants in a clinical trial
shall be protected in accordance with the applicable Canadian
laws respecting privacy and confidentiality where the clinical trial
is held.
C.05.017. (1) The Minister may request a sponsor to submit,
within two days after receiving the request, information concerning the drug or the clinical trial, or samples of the drug, if the
Minister has reasonable grounds to believe, after reviewing a
report or information brought to the Minister’s attention, that one
of the following conditions may exist:
(a) the use of the drug seriously endangers the life, health or
safety of participants or other persons;
(b) the clinical trial, or the use of the drug for the purposes of
the clinical trial, is contrary to the best interests of the
participants;
(c) the objectives of the clinical trial will not be achieved;
(d) a qualified investigator who is conducting the clinical trial
is not respecting the undertaking required by paragraph C.05.005(h) or C.05.016(4)(a); or
(e) the information submitted in respect of the clinical trial is
false or misleading.
(2) The Minister may request the sponsor to submit, within
seven days after receipt of the request, any information or records
kept under section C.05.016, or samples of the drug, in order to
assess the safety of the drug or the health or safety of participants
in the clinical trial or other persons.
Gazette du Canada Partie I
257
a) un engagement daté et signé par le chercheur qualifié de
chaque lieu d’essai clinique, portant qu’il :
(i) conduira l’essai clinique d’une manière conforme aux
bonnes pratiques cliniques,
(ii) lors de l’abandon total ou partiel de l’essai clinique par
le promoteur, en informera immédiatement les participants et
le comité d’éthique de la recherche et leur enverra une confirmation écrite de l’abandon de l’essai clinique, accompagnée d’un exposé des motifs de l’abandon et des risques
potentiels pour la santé des participants à l’essai clinique ou
d’autres personnes, le cas échéant;
b) un exemplaire de la formule de consentement éclairé et du
protocole visés à l’article C.05.008 ainsi que des modifications
qui y ont été apportées, visées à l’article C.05.011, lesquels ont
été approuvés par le comité d’éthique de la recherche pour
chaque lieu d’essai clinique;
c) une attestation datée et signée par le comité d’éthique de la
recherche pour chaque lieu d’essai clinique, portant qu’il a
examiné et approuvé le protocole et la formule de consentement éclairé et qu’il exerce ses activités d’une manière conforme aux bonnes pratiques cliniques.
(5) Le promoteur doit conserver les registres visés au présent
titre durant 50 ans.
(6) Les registres qui pourraient identifier les participants à un
essai clinique doivent être protégés en conformité avec la législation canadienne applicable au lieu de l’essai clinique régissant la
protection de la vie privée et la confidentialité.
C.05.017. (1) Le ministre peut demander au promoteur de lui
fournir, dans les deux jours suivant la réception de la demande,
des renseignements concernant la drogue ou l’essai clinique ou
des échantillons de la drogue, s’il a des motifs raisonnables de
croire, sur la foi de rapports ou de renseignements portés à son
attention, que l’une des situations suivantes peut exister :
a) l’utilisation de la drogue présente un risque grave pour la
vie, la santé ou la sûreté des participants ou autres personnes;
b) l’essai clinique ou l’utilisation de la drogue aux fins de
celui-ci va à l’encontre de l’intérêt des participants;
c) les objectifs de l’essai clinique ne seront pas atteints;
d) un chercheur qualifié qui effectue l’essai clinique ne respecte pas l’engagement visé aux alinéas C.05.005h) ou
C.05.016(4)a);
e) les renseignements soumis au sujet de l’essai clinique sont
faux ou trompeurs.
(2) Le ministre peut demander au promoteur de lui fournir tout
registre ou renseignement visé à l’article C.05.016 ou des échantillons de la drogue, dans les sept jours suivant la réception de la
demande, afin d’évaluer l’innocuité de la drogue ou la santé ou la
sûreté des participants à l’essai clinique ou d’autres personnes.
Adverse Drug Reaction Reporting
Rapport sur les réactions indésirables aux drogues
C.05.018. (1) Subject to subsection (3), in the course of a
clinical trial the sponsor shall inform the Minister of any serious
unexpected adverse drug reaction in respect of the drug that has
occurred inside or outside Canada
(a) where it is neither fatal nor life-threatening, within 15 days
after becoming aware of the information; and
C.05.018. (1) Sous réserve du paragraphe (3), le promoteur
doit, au cours d’un essai clinique, faire rapport au ministre de
toute réaction indésirable grave et imprévue à la drogue, survenue
au Canada ou à l’étranger, selon le cas :
a) dans les 15 jours suivant le moment où il a eu connaissance
de l’information, lorsque cette réaction n’entraîne pas la mort
ni ne met en danger la vie;
b) le plus tôt possible dans les sept jours suivant le moment où
il a eu connaissance de l’information, lorsque cette réaction
entraîne la mort ou met en danger la vie.
(b) where it is fatal or life-threatening, immediately where
possible and, in any event, within seven days after becoming
aware of the information.
258
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
(2) The sponsor shall, within eight days after having informed
the Minister under paragraph (1)(b), submit to the Minister a
complete report in respect of that information that includes an
assessment of the importance and implication of any findings
made.
(3) Sections C.01.016 and C.01.017 do not apply to drugs used
for the purposes of a clinical trial.
(2) Dans les huit jours après avoir avisé le ministre conformément à l’alinéa (1)b), le promoteur lui remet un rapport détaillé
comprenant l’analyse de l’importance et des répercussions des
constatations.
Discontinuance of a Clinical Trial
Abandon d’un essai clinique
C.05.019. If a clinical trial is discontinued by the sponsor in its
entirety or at any clinical trial site, the sponsor shall
(a) inform the Minister as soon as possible, but no later than
15 days after the date of the discontinuance;
(b) give the Minister the reason for the discontinuance and its
impact on the proposed or ongoing clinical trials conducted by
the sponsor in Canada in respect of the drug;
(c) inform all qualified investigators of the discontinuance as
soon as possible, of the reasons for the discontinuance, and of
any potential risks for health to participants or other persons,
and
(d) immediately stop selling or importing the drug for use at
one clinical trial site or all clinical trial sites, as the case may
be, as of the date of discontinuance, and take all reasonable
measures to ensure the recovery of all unused quantities of the
drug that have been sold.
C.05.019. En cas d’abandon d’un essai clinique par le promoteur en totalité ou dans un lieu d’essai clinique, celui-ci doit :
a) en aviser le ministre le plus tôt possible dans les 15 jours
suivant la date d’abandon;
b) faire connaître au ministre les motifs de l’abandon et les répercussions sur ses autres essais cliniques qui sont prévus ou
en cours au Canada relativement à la même drogue;
c) informer tous les chercheurs qualifiés, le plus tôt possible,
de l’abandon, des motifs de cette mesure et des risques possibles pour la santé des participants à l’essai clinique ou d’autres
personnes, le cas échéant;
d) cesser sur-le-champ la vente ou l’importation de la drogue
complètement ou au lieu d’essai clinique, selon le cas, à partir
de la date d’abandon, et prendre des mesures raisonnables pour
assurer la récupération de toute quantité de la drogue vendue
qui n’a pas été utilisée.
Suspension and Cancellation
Suspension et annulation
C.05.020. (1) Subject to subsection (2), the Minister may suspend the authorization to sell or import a drug to be used for the
purposes of a clinical trial, in whole or in part, if the Minister has
reasonable grounds to believe that
(a) the sponsor has contravened these Regulations or any provisions of the Act relating to the drug;
(b) on the basis of any information brought to the Minister’s
attention, the continued sale or importation of the drug seriously endangers the life, health or safety of participants or
other persons;
(c) any information submitted in respect of the clinical trial is
false or misleading;
(d) the sponsor has failed to comply with good clinical practices; or
(e) the sponsor has failed to provide information or samples of
the drug as requested under section C.05.012, C.05.017 or
C.05.018.
(2) Subject to section C.05.021, the Minister shall not suspend
the sale or importation of a drug for the purposes of a clinical trial
unless
(a) the Minister has sent the sponsor a written notice that sets
out the reason for the proposed suspension, any corrective action required to be taken and the time within which it must be
taken;
(b) the time set out in the notice has passed without that action
having been taken, if corrective action is required; and
(c) the sponsor has been given an opportunity to be heard in respect of the proposed suspension.
C.05.021. (1) The Minister may suspend the sale or importation of a drug to be used for the purposes of a clinical trial before
giving the sponsor an opportunity to be heard if it is necessary to
C.05.020. (1) Le ministre peut suspendre tout ou partie de l’autorisation de vendre ou d’importer une drogue destinée à un essai
clinique s’il a des motifs raisonnables de croire, selon le cas :
a) que le promoteur a enfreint le présent règlement ou toute
disposition de la Loi relative à la drogue;
b) sur la foi des renseignements portés à son attention, que la
poursuite de la vente ou de l’importation de la drogue présente
un risque grave pour la vie, la santé ou la sûreté des participants à l’essai clinique ou d’autres personnes;
c) que les renseignements soumis au sujet de l’essai clinique
sont faux ou trompeurs;
d) que le promoteur ne s’est pas conformé aux bonnes pratiques cliniques;
e) que le promoteur n’a pas fourni les renseignements ou les
échantillons de la drogue demandés conformément aux articles C.05.012, C.05.017 ou C.05.018.
(3) Les articles C.01.016 et C.01.017 ne s’appliquent pas aux
drogues destinées à un essai clinique.
(2) Sous réserve de l’article C.05.021, le ministre ne peut suspendre la vente ou l’importation d’une drogue destinée à un essai
clinique que si les conditions suivantes sont réunies :
a) il a envoyé au préalable au promoteur un avis écrit précisant
les motifs de la suspension proposée et, le cas échéant, les mesures correctives qui s’imposent ainsi que le délai accordé pour
les prendre;
b) lorsque l’avis prévoit des mesures correctives, le promoteur
ne les a pas prises dans le délai prévu;
c) le promoteur a eu la possibilité de se faire entendre à l’égard
de la suspension.
C.05.021. (1) Le ministre peut suspendre la vente ou l’importation d’une drogue destinée à un essai clinique avant d’avoir
donné au promoteur la possibilité de se faire entendre, en lui
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
259
do so to prevent serious injury to the health and safety of participants or other persons, by giving the sponsor a notice in writing
that states the reasons for the suspension.
faisant parvenir un avis motivé à cet effet, si cela est nécessaire
pour prévenir un risque grave pour la santé ou la sûreté des participants ou d’autres personnes.
(2) The sponsor may, within 60 days after the date of the suspension, request in writing that the Minister reconsider the
suspension.
(2) Le promoteur peut, dans les 60 jours suivant la date de la
suspension, demander par écrit au ministre de reconsidérer la
suspension.
(3) The Minister shall, within 45 days after the date of receiving the request, provide the sponsor with an opportunity to be
heard.
(3) Dans les 45 jours suivant la date de la réception de la demande, le ministre donne au promoteur la possibilité de se faire
entendre.
C.05.022. After giving the sponsor an opportunity to be heard
and examining the information available to the Minister with
respect to the suspension of a clinical trial, the Minister may
(a) reinstate the authorization to sell or import the drug for the
purposes of a clinical trial, in whole or in part, if the situation
giving rise to the suspension has been corrected or if the reasons for the suspension were unfounded; or
(b) cancel the authorization, in whole or in part, if the Minister
finds that the grounds for suspension exist.
C.05.022. Le ministre peut, après avoir donné la possibilité au
promoteur d’être entendu et après avoir examiné les renseignements à sa disposition concernant la suspension de l’essai
clinique :
a) soit rétablir, en totalité ou en partie, l’autorisation de vendre
ou d’importer la drogue destinée à un essai clinique, si la situation y ayant donné lieu a été corrigée ou si le motif de la
suspension n’était pas fondé;
b) soit annuler, en totalité ou en partie, l’autorisation de vendre
ou d’importer la drogue destinée à un essai clinique s’il estime
que les motifs de la suspension sont fondés.
5. Section C.08.003.13 of the Regulations is replaced by the
following:
5. L’article C.08.003.13 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
C.08.003.1. The Minister may examine any information or
material filed with the Minister by any person to establish the
safety and effectiveness of the new drug for which the submission
or supplement has been filed.
C.08.003.1. Le ministre peut examiner les renseignements ou
le matériel que lui présente toute personne pour déterminer l’innocuité ou l’efficacité de la drogue nouvelle visée par la présentation ou le supplément.
6. (1) The portion of subsection C.08.005(1)4 of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
6. (1) Le passage du paragraphe C.08.005(1)4 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
C.08.005. (1) Subject to subsection (1.1) and notwithstanding
sections C.08.002 and C.08.003, a manufacturer of a new drug
may sell it to a qualified investigator to be used solely for the
purpose of clinical testing to obtain evidence with respect to the
safety, dosage and effectiveness of that new drug, when the following conditions are met:
C.08.005. (1) Sous réserve du paragraphe (1.1) et par dérogation aux articles C.08.002 et C.08.003, le fabricant d’une drogue
nouvelle peut la vendre à un chercheur qualifié à la seule fin d’effectuer un essai clinique pour obtenir des preuves sur l’innocuité,
la posologie et l’efficacité de la drogue nouvelle, si les conditions
suivantes sont réunies :
(2) Section C.08.005 of the Regulations is amended by adding the following after subsection (1):
(2) L’article C.08.005 du même règlement est modifié par
adjonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(1.1) This section applies only in respect of a new drug that is
used for veterinary purposes.
(1.1) Le présent article ne s’applique qu’aux drogues nouvelles
pour usage vétérinaire.
7. (1) The portion of subsection C.08.005.1(1)3 of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
7. (1) Le passage du paragraphe C.08.005.1(1)3 du même
règlement qui précède l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
C.08.005.1. (1) Every manufacturer who files a new drug
submission, an abbreviated new drug submission, a supplement to
a new drug submission, a supplement to an abbreviated new drug
submission or a submission for a clinical testing of a new veterinary drug shall, in addition to such information and material as is
required under sections C.08.002, C.08.003 or C.08.005, include
in the submission or supplement
C.08.005.1. (1) Le fabricant qui dépose une présentation de
drogue nouvelle, une présentation abrégée de drogue nouvelle, un
supplément à l’une de ces présentations ou une présentation pour
l’essai clinique d’une drogue vétérinaire nouvelle doit, en plus
des renseignements et du matériel exigés aux articles C.08.002,
C.08.003 et C.08.005, y inclure :
(2) Subsection C.08.005.1(6)3 of the Regulations is replaced
by the following:
(2) Le paragraphe C.08.005.1(6)3 du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
(6) Every manufacturer who has any clinical case reports or
raw data that relate to a new drug submission, an abbreviated new
drug submission, a supplement to a new drug submission, a supplement to an abbreviated new drug submission or a submission
for a clinical testing of a new veterinary drug filed by the manufacturer, and that were not included therein, shall keep those reports or data and shall, within 30 days after receiving a written
request from the Minister, submit them to the Minister.
(6) Le fabricant qui a déposé une présentation de drogue nouvelle, une présentation abrégée de drogue nouvelle, un supplément à l’une de ces présentations ou une présentation pour l’essai
clinique d’une drogue nouvelle sans y inclure les fiches d’observations cliniques ou les données brutes y ayant trait doit conserver ces fiches ou ces données et les soumettre au ministre, s’il en
fait la demande par écrit, dans les 30 jours suivant la réception de
celle-ci.
———
3
4
SOR/95-411
SOR/87-511
———
3
4
DORS/95-411
DORS/87-511
260
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
8. Subsection C.08.006(1)3 of the Regulations is replaced by
the following:
C.08.006. (1) For the purposes of this section, evidence or new
information obtained by the Minister includes any information or
material filed by any person pursuant to Division 5, or to section C.08.002, C.08.002.1, C.08.003, C.08.005 or C.08.005.1.
10. Paragraph C.08.017(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) report immediately to the Director all serious adverse drug
reactions associated with the use of the new drug;
8. Le paragraphe C.08.006(1)3 du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
C.08.006. (1) Pour l’application du présent article, les éléments
de preuve ou les nouveaux renseignements obtenus par le ministre comprennent les renseignements et le matériel que lui présente
toute personne conformément au titre 5 ou aux articles C.08.002,
C.08.002.1, C.08.003, C.08.005 ou C.08.005.1.
9. L’alinéa C.08.009(1)a) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
a) de notifier le fabricant d’une drogue vétérinaire nouvelle que
la vente de cette drogue aux chercheurs qualifiés est interdite,
ou
10. L’alinéa C.08.017b) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
b) signaler immédiatement au Directeur toute réaction indésirable grave liée à l’utilisation de la drogue nouvelle;
TRANSITIONAL
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
11. (1) The Food and Drug Regulations, as amended by
these Regulations, apply to an application concerning a drug
for human use to be used in a clinical trial that is received on
or after September 1, 2000.
(2) An application concerning a drug for human use that is
to be used in a clinical trial, that is received before September 1, 2000 under Division 8 is subject to the Food and Drug
Regulations, including any procedures established under
those Regulations, as they read at the time the application was
received.
11. (1) Le Règlement sur les aliments et drogues tel que modifié par le présent règlement s’applique à toute demande
concernant une drogue pour usage humain destinée à un essai
clinique reçue le 1er septembre 2000 ou après cette date.
(2) Une demande concernant une drogue pour usage humain destinée à un essai clinique reçue avant le 1er septembre
2000 conformément au titre 8 est assujettie au Règlement sur
les aliments et drogues, y compris les procédures établies sous
ce régime, en vigueur au moment de sa réception.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
12. These Regulations come into force on September 1,
2000.
12. Le présent règlement entre en vigueur le 1er septembre
2000.
[4-1-o]
[4-1-o]
9. Paragraph C.08.009(1)(a) of the Regulations is replaced
by the following:
(a) to notify the manufacturer of a new veterinary drug that the
sales of that drug to qualified investigators are prohibited, or
———
3
SOR/95-411
———
3
DORS/95-411
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
Regulations Amending the Public Harbours
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les ports
publics
Statutory Authority
Canada Marine Act
Fondement législatif
Loi maritime du Canada
Sponsoring Department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
261
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
Description
Pursuant to paragraph 75(a) of the Canada Marine Act, the
Minister of Transport is repealing the Remission or Substitution
of Rates Regulations, and the Circumstances for Remission of
Berthage Charges on Water Taxis Regulations as well as provisions in respect of rates, tolls, fees and other charges set out in
the Government Wharves Regulations and the Public Harbours
Regulations.
This repeal will take effect April 1, 2000, at which date the
Minister of Transport will fix new fees in accordance with section 67 of the Canada Marine Act.
Le ministre des Transports procède actuellement, en vertu de
l’alinéa 75a) de la Loi maritime du Canada, à l’abrogation du
Règlement sur la remise ou la substitution des droits et le Règlement sur les circonstances ouvrant droit à une remise des droits
d’amarrage sur les taxis aquatiques, ainsi que certaines dispositions réglementaires à l’égard de droits, taxes et autres frais, telles
qu’elles sont énoncées dans le Règlement sur les quais de l’État
et le Règlement sur les ports publics.
Le Règlement sur les quais de l’État établit notamment les
droits de quai, d’entreposage et d’amarrage, les droits imposés
pour l’acquisition des services publics et d’autres services ainsi
que les frais appliqués aux navires de croisière aux installations
portuaires publiques. De façon similaire, le Règlement sur les
ports publics prescrit, entre autres, les tarifs des droits de port et
de transfert. Le Règlement sur la remise ou la substitution des
droits et le Règlement sur les circonstances ouvrant droit à une
remise des droits d’amarrage sur les taxis aquatiques, quant à
eux, exposent les conditions auxquelles le ministre des Transports
peut remettre ou substituer des droits.
Aux termes de l’article 75 de la Loi maritime du Canada, les
règlements, originairement pris en vertu de la Loi sur les ports et
installations portuaires publics, sont réputés avoir été pris en
vertu de la partie 2 de la Loi maritime du Canada, et, dans le cas
des règlements portant sur les droits, ils demeurent en vigueur
jusqu’à ce qu’ils soient abrogés par le ministre des Transports.
L’abrogation de ces règlements prendra effet le 1er avril 2000,
date à laquelle le ministre des Transports établira de nouveaux
droits en vertu de l’article 67 de la Loi maritime du Canada.
Alternatives
Solutions envisagées
Section 67 of the Canada Marine Act authorizes the Minister
of Transport to fix fees. Prior to doing so, the current fees must
be repealed pursuant to paragraph 75(a) of the Canada Marine
Act. Should the tariffs not be repealed, the Minister of Transport
may not fix new fees, nor may any adjustments be made to existing rates. This alternative would, therefore, not be practical and
has not been retained.
L’article 67 de la Loi maritime du Canada autorise le ministre
des Transports à fixer des droits à payer. Toutefois, les droits
actuels doivent être préalablement abrogés en vertu de l’alinéa 75a) de cette loi. Si ces derniers ne sont pas abrogés, le ministre des Transports ne peut pas fixer de nouveaux droits ni rajuster les droits actuels. Cette alternative a, par conséquent, été
jugée peu pratique et rejetée.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The benefits and costs of this repeal are primarily related to the
extent to which the repeal will allow public ports to be operated
in a more commercial manner. Once existing fees are repealed,
rates can be set to respond to the needs of users, stakeholders and
Les avantages et les coûts de l’abrogation de ces règlements
sont déterminés principalement dans la mesure où l’abrogation
permettra d’exploiter les ports publics d’une manière plus commerciale. Une fois les droits actuels abrogés, il sera possible de
The Government Wharves Regulations set out, amongst other
things, the rates to be charged for wharfage, storage, berthage,
utilities and other services, and cruise vessel charges at public
port facilities. Similarly, the Public Harbour Regulations set out,
amongst other things, the tariffs with respect to harbour dues and
transfer charges. The Remission or Substitution of Rates Regulations and the Circumstances for Remission of Berthage Charges
on Water Taxis Regulations set out the conditions under which
the Minister of Transport may remit fees or substitute rates.
Section 75 of the Canada Marine Act deemed these regulations, originally made pursuant to the Public Harbour and Port
Facilities Act, to be regulations made under Part 2 of the Canada
Marine Act and, in the case of tariff regulations, to continue in
force until they are repealed by the Minister of Transport.
262
Canada Gazette Part I
the Department of Transport. The new process for fixing fees is
more timely and less cumbersome.
Although the regulatory process need no longer be followed in
fixing fees, the Department will continue to consult and notify
users and stakeholders of public port fees adjustments in accordance with the Treasury Board policy on cost recovery.
January 22, 2000
fixer des droits afin de répondre aux besoins des utilisateurs et
des intervenants ainsi que ceux du ministère des Transports. Le
nouveau processus d’établissement des droits est plus rapide et
moins lourd.
Même s’il n’est plus nécessaire pour le Ministère de suivre le
processus réglementaire pour établir les droits, le Ministère continuera de consulter et d’aviser les utilisateurs et les intervenants
des ajustements aux droits applicables aux ports publics, conformément à la politique du Conseil du Trésor sur le recouvrement
des coûts.
Consultation
Consultations
During consultations on the Canada Marine Act, users and
stakeholders had the opportunity to comment on the proposed
public port fee-setting process. No comments were received. In
addition, in preparation for making a proposal to the Minister
regarding changes to future public port fees, an information package was sent to 914 national and regional users and stakeholders
to advise that the Minister was considering fixing fees in accordance with section 67 of the Canada Marine Act. All comments
and concerns raised during this consultation process are being
considered before the final decision is made by the Minister to fix
fees.
Les consultations sur la Loi maritime du Canada ont permis
aux utilisateurs et aux intervenants de formuler des observations à
l’égard du processus proposé pour l’établissement des droits applicables aux ports publics. Aucune observation n’a été reçue. De
plus, en vue de se préparer à soumettre une proposition au ministre
relativement aux modifications sur les futurs droits applicables
aux ports publics, une trousse d’information a été envoyée à
914 utilisateurs nationaux et régionaux ainsi qu’aux intervenants
dans le but de les aviser que le Ministre envisageait de fixer les
droits selon l’article 67 de la Loi maritime du Canada. Tous les
commentaires reçus durant la période de consultation seront considérés avant qu’une décision finale visant l’établissement des
droits ne soit rendue par le ministre.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
As the Regulations and provisions are being repealed, there are
no compliance or enforcement issues.
Puisque les règlements et les dispositions seront abrogés, les
questions de conformité et de mise en application ne se posent
pas.
Contact
Personne-ressource
Lila A. Killoran, Director, Port Corporations and Port Property,
Port Programs and Divestiture, Transport Canada, 330 Sparks
Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5, (613) 990-3964 (Telephone),
(613) 954-0838 (Facsimile).
Lila A. Killoran, Directrice, Sociétés et biens portuaires, Programmes portuaires et cession, Transports Canada, 330, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5, (613) 990-3964 (téléphone),
(613) 954-0838 (télécopieur).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Minister of Transport, pursuant to paragraph 75(a) of the Canada Marine Acta, proposes to
make the annexed Regulations Amending the Public Harbours
Regulations.
Interested persons may make representations with respect to the
proposed Regulations to the Minister of Transport within 30 days
after the date of publication of this notice. All such representations should cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be sent to L.A. Killoran, Director, Port
Corporations and Port Property, Port Programs and Divestiture,
Department of Transport, Place de Ville, Tower C, 18th Floor,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5. (Tel.: (613) 9903964; fax: (613) 954-0838)
DAVID M. COLLENETTE
Minister of Transport
Avis est donné que le ministre des Transports, en vertu de
l’alinéa 75a) de la Loi maritime du Canadaa, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les ports publics,
ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports
leurs observations au sujet du projet de règlement dans les
30 jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont
priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I ainsi que la date de
publication et d’envoyer le tout à L.A. Killoran, directrice, Sociétés et biens portuaires, Programmes portuaires et Cessions, ministère des Transports, Place de Ville, Tour C, 18e étage, 330, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5. (tél. : (613) 990-3964;
téléc. : (613) 954-0838)
Le ministre des Transports,
DAVID M. COLLENETTE
———
a
S.C. 1998, c. 10
———
a
L.C. 1998, ch. 10
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
REGULATIONS AMENDING THE PUBLIC
HARBOURS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES PORTS PUBLICS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. The definition “transfer charge” in section 2 of the Public Harbours Regulations2 is repealed.
2. Section 43 of the Regulations and the heading1 before it
are repealed.
3. Subsections 4.1(1) to (3)4 of the Regulations are repealed.
4. Sections 55 and 5.16 of the Regulations are repealed.
5. Schedules I3 and II7 to the Regulations are repealed.
1. La définition de « droit de transfert »1, à l’article 2 du
Règlement sur les ports publics2, est abrogée.
2. L’article 43 du même règlement et l’intertitre1 le précédant sont abrogés.
3. Les paragraphes 4.1(1) à (3)4 du même règlement sont
abrogés.
4. Les articles 55 et 5.16 du même règlement sont abrogés.
5. Les annexes I3 et II7 du même règlement sont abrogées.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
6. Le présent règlement entre en vigueur le 1er avril 2000.
6. These Regulations come into force on April 1, 2000.
[4-1-o]
———
1
2
3
4
5
6
7
SOR/86-494
SOR/83-654
SOR/96-196
SOR/95-271; SOR/86-494
SOR/90-347
SOR/84-811
SOR/95-271
263
[4-1-o]
———
1
2
3
4
5
6
7
DORS/86-494
DORS/83-654
DORS/96-196
DORS/95-271; DORS/86-494
DORS/90-347
DORS/84-811
DORS/95-271
264
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Regulations Amending the Government Wharves
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les quais de
l’État
Statutory Authority
Canada Marine Act
Fondement législatif
Loi maritime du Canada
Sponsoring Department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 261.
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir
la page 261.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Minister of Transport, pursuant
to paragraph 75(a) of the Canada Marine Acta, proposes to make
the annexed Regulations Amending the Government Wharves
Regulations.
Interested persons may make representations with respect to the
proposed Regulations to the Minister of Transport within 30 days
after the date of publication of this notice. All such representations should cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be sent to L. A. Killoran, Director, Port
Corporations and Port Property, Port Programs and Divestiture,
Department of Transport, Place de Ville, Tower C, 18th Floor,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5. (Tel.: (613) 9903964; fax: (613) 954-0838)
DAVID M. COLLENETTE
Minister of Transport
Avis est donné que le ministre des Transports, en vertu de
l’alinéa 75a) de la Loi maritime du Canadaa, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les quais de l’État,
ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports
leurs observations au sujet du projet de règlement dans les
30 jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont
priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I ainsi que la date de
publication et d’envoyer le tout à L. A. Killoran, directrice, Sociétés et biens portuaires, Programmes portuaires et Cessions, ministère des Transports, Place de Ville, Tour C, 18e étage, 330, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5. (tél. : (613) 990-3964;
téléc. : (613) 954-0838)
Le ministre des Transports,
DAVID M. COLLENETTE
REGULATIONS AMENDING THE
GOVERNMENT WHARVES REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES QUAIS DE L’ÉTAT
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
2
3
1. The definitions “berthage charge” , “rate” , “storage”
and “wharfage”2 in section 2 of the Government Wharves
Regulations4 are repealed.
2. Paragraph 3(1)(c)5 of the Regulations is repealed.
3. The heading before section 25 of the Regulations is
repealed.
———
a
1
2
3
4
5
S.C. 1998, c. 10
SOR/85-967
SOR/86-55
SOR/86-493
C.R.C., c. 881
SOR/91-224
1. Les définitions de « droit d’amarrage »1, « droit
d’entreposage »2, « droit de quayage »3 et « taux »3, à l’article 2 du Règlement sur les quais de l’État4, sont abrogées.
2. L’alinéa 3(1)c)5 du même règlement est abrogé.
3. L’intertitre précédant l’article 25 du même règlement est
abrogé.
———
a
1
2
3
4
5
L.C. 1998, ch. 10
DORS/85-967
DORS/86-493
DORS/86-55
C.R.C., ch. 881
DORS/91-224
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
265
4. Subsections 25(1.2) to (2)6 of the Regulations are
repealed.
5. Sections 266 and 26.13 of the Regulations are repealed.
6. Subsection 27(2) of the Regulations is repealed.
7. The heading before section 28 and sections 28 to 307 of
the Regulations are repealed.
8. Section 338 of the Regulations and the heading8 before it
are repealed.
9. Schedules I to VII9 to the Regulations are repealed.
4. Les paragraphes 25(1.2) à (2)6 du même règlement sont
abrogés.
5. Les articles 266 et 26.12 du même règlement sont abrogés.
6. Le paragraphe 27(2) du même règlement est abrogé.
7. L’intertitre précédant l’article 28 et les articles 28 à 307
du même règlement sont abrogés.
8. L’article 338 du même règlement et l’intertitre8 le précédant sont abrogés.
9. Les annexes I à VII9 du même règlement sont abrogées.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
10. Le présent règlement entre en vigueur le 1er avril 2000.
10. These Regulations come into force on April 1, 2000.
[4-1-o]
———
3
6
7
8
9
SOR/86-493
SOR/95-272
SOR/86-493; SOR/86-55
SOR/84-810
SOR/96-197; SOR/95-272
[4-1-o]
———
2
6
7
8
9
DORS/86-493
DORS/95-272
DORS/86-493; DORS/86-55
DORS/84-810
DORS/96-197; DORS/95-272
266
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
Regulations Repealing Certain Regulations Made
under the Canada Marine Act (Miscellaneous
Program)
Règlement correctif visant l’abrogation de certains
règlements pris en vertu de la Loi maritime du
Canada
Statutory Authority
Canada Marine Act
Fondement législatif
Loi maritime du Canada
Sponsoring Department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 261.
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir
la page 261.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Minister of Transport, pursuant
to paragraph 75(a) of the Canada Marine Acta, proposes to make
the annexed Regulations Repealing Certain Regulations Made
under the Canada Marine Act (Miscellaneous Program).
Interested persons may make representations with respect to the
proposed Regulations to the Minister of Transport within 30 days
after the date of publication of this notice. All such representations should cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be sent to L.A. Killoran, Director, Port
Corporations and Port Property, Port Programs and Divestiture,
Department of Transport, Place de Ville, Tower C, 18th Floor,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5. (Tel.: (613) 9903964; fax: (613) 954-0838)
DAVID M. COLLENETTE
Minister of Transport
Avis est donné que le ministre des Transports, en vertu de
l’alinéa 75a) de la Loi maritime du Canadaa, se propose de prendre le Règlement correctif visant l’abrogation de certains règlements pris en vertu de la Loi maritime du Canada, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports
leurs observations au sujet du projet de règlement dans les
30 jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont
priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I ainsi que la date de
publication et d’envoyer le tout à L.A. Killoran, directrice, Sociétés et biens portuaires, Programmes portuaires et Cessions, ministère des Transports, Place de Ville, Tour C, 18e étage, 330, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5. (tél. : (613) 990-3964;
téléc. : (613) 954-0838)
Le ministre des Transports,
DAVID M. COLLENETTE
REGULATIONS REPEALING CERTAIN REGULATIONS
MADE UNDER THE CANADA MARINE ACT
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT L’ABROGATION
DE CERTAINS RÈGLEMENTS PRIS EN VERTU DE
LA LOI MARITIME DU CANADA
REPEALS
ABROGATIONS
1
1. The Remission or Substitution of Rates Regulations are
repealed.
2. The Circumstances for Remission of Berthage Charges on
Water Taxis Regulations2 are repealed.
1. Le Règlement sur la remise ou la substitution des droits1
est abrogé.
2. Le Règlement sur les circonstances ouvrant droit à une
remise des droits d’amarrage sur les taxis aquatiques2 est
abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. Le présent règlement entre en vigueur le 1er avril 2000.
3. These Regulations come into force on April 1, 2000.
[4-1-o]
———
a
1
2
S.C. 1998, c. 10
SOR/86-801
SOR/86-887
[4-1-o]
———
a
1
2
L.C. 1998, ch. 10
DORS/86-801
DORS/86-887
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
INDEX
No. 4 — January 22, 2000
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canada Customs and Revenue Agency
Income Tax Act
Revocation of registration of charities ................................
Special Import Measures Act
Hot-rolled carbon steel plate — Decision...........................
Canadian International Trade Tribunal
Concrete reinforcing bar — Finding ...................................
Information processing and related telecommunications
services — Inquiry ..........................................................
Photo albums — Notice......................................................
Relocation services — Inquiry............................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
*Addresses of CRTC offices — Interventions....................
Decisions
2000-4 to 2000-9 ................................................................
Public Hearing
1999-14-1............................................................................
Public Notices
2000-4.................................................................................
2000-6 — Licensing framework policy for new digital
pay and specialty services ...............................................
2000-7 — Revised lists of eligible satellite services...........
2000-8.................................................................................
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act
Permit No. 4543-2-03233, amended ...................................
Permit No. 4543-2-03239 ...................................................
Permit No. 4543-2-03240 ...................................................
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Canadian Environmental Protection Act
Notice concerning the assessment of the priority
substance ethylene oxide.................................................
Finance, Dept. of
Statements
Bank of Canada, balance sheet as at January 5, 2000 .........
Bank of Canada, balance sheet as at January 12, 2000 .......
Fisheries and Oceans, Dept. of
Canada Shipping Act
Western Canada Marine Response Corporation .................
Health, Dept. of
Tobacco Act
Proposed Tobacco Products Information Regulations ........
Proposed Tobacco Reporting Regulations ..........................
Industry, Dept. of
Canada Business Corporations Act
COMMUNITECH LIMITED — Withdrawal of
certificate of dissolution..................................................
Canada Corporations Act
Application for surrender of charter....................................
Letters patent.......................................................................
Supplementary letters patent ...............................................
Supplementary letters patent — Name change ...................
Telecommunications Act
DGTP-001-2000 — Petition to the Governor in Council ...
182
185
185
186
187
186
188
188
190
190
190
198
199
142
142
143
145
177
179
147
149
157
165
165
165
168
169
169
GOVERNMENT NOTICES — Continued
Natural Resources, Dept. of
Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Resources Accord
Implementation Act
Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board —
Issuance of exploration licences......................................
Notice of Vacancy
Canada Lands Company Limited........................................
Transport, Dept. of
Canada Marine Act
Saguenay Port Authority — Supplementary letters patent..
Motor Vehicle Safety Act
Order Respecting School Bus Body Joint Strength ............
MISCELLANEOUS NOTICES
ACF Acceptance II LLC, documents deposited......................
ACF Acceptance IV LLC, document deposited......................
ACF Industries, Incorporated, documents deposited ..............
*Assitalia-Le Assicurazioni D’Italia S.P.A., release of
assets ...................................................................................
Atikokan Sno-Ho Snowmobile Club Inc., snowmobile
bridge over the Seine River, Ont.........................................
Bombardier Capital Rail Inc., documents deposited...............
Burlington Northern and Santa Fe Railway Company (The),
documents deposited...........................................................
Canadian American Railroad Company, document
deposited .............................................................................
CCF Holding (Suisse) SA, letters patent ................................
COGEMA Resources Inc., breakwater berms in McClean
Lake, Sask. ..........................................................................
*Cologne Life Reinsurance Company, change of name .........
Consolidated Rail Corporation, document deposited .............
CUMIS Insurance Society, Inc., release of assets...................
DJJ Leasing Ltd., documents deposited..................................
DJJ Leasing Ltd. and Allied Enterprises, Inc., document
deposited .............................................................................
DJJ Leasing Ltd. and Arkansas Shortline Railroad, Inc.
d/b/a Dardanelle & Russellville Railroad Inc., document
deposited .............................................................................
DJJ Leasing Ltd. and Ashland Railway, Inc., document
deposited .............................................................................
DJJ Leasing Ltd. and Canadian National Railway
Company, document deposited ...........................................
DJJ Leasing Ltd. and The David J. Joseph Company,
documents deposited...........................................................
DJJ Leasing Ltd. and Environmental Protection and
Improvement Company, Inc. d/b/a Epic, document
deposited .............................................................................
DJJ Leasing Ltd. and Finger Lakes Railway Corp.,
document deposited ............................................................
DJJ Leasing Ltd. and Kerr-McGee Chemical, L.L.C.,
document deposited ............................................................
DJJ Leasing Ltd. and MHF-LS Equipment, Inc., document
deposited .............................................................................
DJJ Leasing Ltd. and Potlatch Corporation, documents
deposited .............................................................................
DJJ Leasing Ltd. and Providence & Worcester Railroad
Company, document deposited ...........................................
DJJ Leasing Ltd. and Temple Inland, Forest Products
Corporation, document deposited .......................................
DJJ Leasing Ltd. and West Tennessee Railroad, document
deposited .............................................................................
GATX Third Aircraft Corporation, document deposited........
267
170
171
172
176
201
201
201
202
202
203
203
204
204
205
205
205
206
206
207
207
207
208
208
209
209
210
210
210
211
211
211
212
268
Canada Gazette Part I
MISCELLANEOUS NOTICES — Continued
*HSBC Bank Canada and Republic National Bank of New
York (Canada), application for letters patent of
amalgamation......................................................................
Manitoba Hydro, application to export electricity to
Minnesota Municipal Power Agency of the United States .
Mutuelle du Mans Assurances I.A.R.D. (La), release of
assets ...................................................................................
Ontario Ministry of Transportation, bridges over the Seguin
River and Mill Lake, Ont. ...................................................
Prenor Trust Company of Canada, change of name ...............
Progress Rail Services Corporation, documents deposited.....
Public Works and Government Services Canada, repairs to
the J.C. Van Horne Interprovincial Bridge, N.B.–Que. ......
Quebec North Shore & Labrador Railway Company, Inc.,
document deposited ............................................................
Railcar, Ltd., documents deposited.........................................
*Royale Belge, release of assets .............................................
Toronto Mutual Life Insurance Company and FIRST
CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED
STATES OF AMERICA AND CANADA, agreement.......
Union Pacific Railroad Company, documents deposited........
Wastech Services Ltd., bridge over the Bonaparte River,
B.C......................................................................................
January 22, 2000
212
212
213
214
214
215
215
216
216
216
217
217
219
PARLIAMENT
*House of Commons
*Filing applications for private bills (2nd Session,
36th Parliament).............................................................. 181
PROPOSED REGULATIONS
Canadian Food Inspection Agency
Health of Animals Act
Honeybee Importation Prohibition Regulations, 1999........
Health, Dept. of
Food and Drugs Act
Regulations Amending the Food and Drug Regulations
(1024 — Clinical Trials) .................................................
Transport, Dept. of
Canada Marine Act
Regulations Amending the Government Wharves
Regulations .....................................................................
Regulations Amending the Public Harbours Regulations...
Regulations Repealing Certain Regulations Made under
the Canada Marine Act (Miscellaneous Program)...........
222
227
264
261
266
Le 22 janvier 2000
Gazette du Canada Partie I
INDEX
No 4 — Le 22 janvier 2000
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
ACF Acceptance II LLC, dépôt de documents .......................
ACF Acceptance IV LLC, dépôt de document .......................
ACF Industries, Incorporated, dépôt de documents................
*Assitalia-Le Assicurazioni D’Italia S.P.A., libération
d’actif..................................................................................
Atikokan Sno-Ho Snowmobile Club Inc., pont pour
motoneiges au-dessus de la rivière Seine (Ont.) .................
*Banque HSBC Canada et Banque République Nationale
de New York (Canada), demande de lettres patentes de
fusion ..................................................................................
Bombardier Capital Rail Inc., dépôt de documents ................
Burlington Northern and Santa Fe Railway Company (The),
dépôt de documents .............................................................
Canadian American Railroad Company, dépôt de document .
CCF Holding (Suisse) SA, lettres patentes .............................
COGEMA Resources Inc., levées brise-lames dans le lac
McClean (Sask.)..................................................................
*Cologne Life Reinsurance Company, changement de
dénomination sociale ..........................................................
Compagnie Trust Prenor du Canada, changement de nom .....
Consolidated Rail Corporation, dépôt de document...............
CUMIS Insurance Society, Inc., libération d’actif..................
DJJ Leasing Ltd., dépôt de documents ...................................
DJJ Leasing Ltd. et Allied Enterprises, Inc., dépôt de
document.............................................................................
DJJ Leasing Ltd. et Arkansas Shortline Railroad, Inc.
faisant affaire sous le nom de Dardanelle & Russellville
Railroad Inc., dépôt de document .......................................
DJJ Leasing Ltd. et Ashland Railway, Inc., dépôt de
document.............................................................................
DJJ Leasing Ltd. et Compagnie des chemins de fer
nationaux du Canada, dépôt de document ..........................
DJJ Leasing Ltd. et The David J. Joseph Company, dépôt
de document........................................................................
DJJ Leasing Ltd. et Environmental Protection and
Improvement Company Inc. faisant affaire sous le nom
de Epic, dépôt de document ................................................
DJJ Leasing Ltd. et Finger Lakes Railway Corp., dépôt de
document.............................................................................
DJJ Leasing Ltd. et Kerr-McGee Chemical, L.L.C., dépôt
de document........................................................................
DJJ Leasing Ltd. et MHF-LS Equipment, Inc., dépôt de
document.............................................................................
DJJ Leasing Ltd. et Potlatch Corporation, dépôt de
documents ...........................................................................
DJJ Leasing Ltd. et Providence & Worcester Railroad
Company, dépôt de document.............................................
DJJ Leasing Ltd. et Temple Inland, Forest Products
Corporation, dépôt de document.........................................
DJJ Leasing Ltd. et West Tennessee Railroad, dépôt de
document.............................................................................
GATX Third Aircraft Corporation, dépôt de document .........
Manitoba Hydro, demande de licence d’exportation d’électricité à la société américaine Minnesota Municipal
Power Agency.....................................................................
Mutuelle du Mans Assurances I.A.R.D. (La), libération
d’actif..................................................................................
201
201
201
202
202
212
203
203
204
204
205
205
214
205
206
206
207
207
207
208
208
209
209
210
210
210
211
211
211
212
212
213
AVIS DIVERS (suite)
Ontario, ministère des Transports de l’, ponts au-dessus de
la rivière Seguin et du lac Mill (Ont.) .................................
Progress Rail Services Corporation, dépôt de documents ......
Quebec North Shore & Labrador Railway Company, Inc.,
dépôt de document ..............................................................
Railcar, Ltd., dépôt de documents ..........................................
*Royale Belge, libération d’actif ............................................
Toronto Mutual Life Insurance Company et FIRST
CATHOLIC SLOVAK UNION OF THE UNITED
STATES OF AMERICA AND CANADA, convention......
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
réparations au pont interprovincial J.C. Van Horne
(N.-B.—Qué.) .....................................................................
Union Pacific Railroad Company, dépôt de documents ..........
Wastech Services Ltd., pont au-dessus de la rivière
Bonaparte (C.-B.)................................................................
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de poste vacant
Société immobilière du Canada Limitée .............................
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement
Permis no 4543-2-03233, modifié .......................................
Permis no 4543-2-03239 .....................................................
Permis no 4543-2-03240 .....................................................
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement
Avis concernant l’évaluation de la substance prioritaire
oxyde d’éthylène .............................................................
Finances, min. des
Bilans
Banque du Canada, bilan au 5 janvier 2000 .......................
Banque du Canada, bilan au 12 janvier 2000 .....................
Industrie, min. de l’
Loi canadienne sur les sociétés par actions
COMMUNITECH LIMITED — Retrait du certificat de
dissolution .......................................................................
Loi sur les corporations canadiennes
Demande d’abandon de charte............................................
Lettres patentes ...................................................................
Lettres patentes supplémentaires.........................................
Lettres patentes supplémentaires — Changement de nom..
Loi sur les télécommunications
DGTP-001-2000 — Demande présentée à la
gouverneure en conseil....................................................
Pêches et des Océans, min. des
Loi sur la marine marchande du Canada
Western Canada Marine Response Corporation .................
Ressources naturelles, min. des
Loi de mise en œuvre de l’Accord Canada — NouvelleÉcosse sur les hydrocarbures extracôtiers
Office Canada — Nouvelle-Écosse des hydrocarbures
extracôtiers — Émission de permis de prospection.........
Santé, min. de la
Loi sur le tabac
Projet de Règlement sur l’information relative aux
produits du tabac .............................................................
Projet de Règlement sur les rapports relatifs au tabac ........
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Administration portuaire du Saguenay — Lettres
patentes supplémentaires.................................................
269
214
215
216
216
216
217
215
217
219
171
142
142
143
145
178
180
165
165
165
168
169
169
147
170
149
157
172
270
Canada Gazette Part I
January 22, 2000
AVIS DU GOUVERNEMENT (suite)
Transports, min. des (suite)
Loi sur la sécurité automobile
Arrêté sur la résistance des joints de carrosserie des
autobus scolaires ............................................................. 176
COMMISSIONS
Agence des douanes et du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
Annulation d’enregistrement d’organismes de
bienfaisance.....................................................................
Loi sur les mesures spéciales d’importation
Tôles d’acier au carbone laminées à chaud — Décision.....
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
*Adresses des bureaux du CRTC — Interventions.............
Audience publique
1999-14-1............................................................................
Avis publics
2000-4.................................................................................
2000-6 — Politique relative au cadre de réglementation
des nouveaux services de télévision spécialisée et
payante numériques.........................................................
2000-7 — Listes révisées des services par satellite
admissibles ......................................................................
2000-8.................................................................................
Décisions
2000-4 à 2000-9..................................................................
182
185
188
190
190
190
198
199
188
COMMISSIONS (suite)
Tribunal canadien du commerce extérieur
Albums de photos — Avis..................................................
Barres d’armature pour béton — Conclusions....................
Services de déménagements — Enquête.............................
Traitement de l’information et services de
télécommunication connexes — Enquête .......................
187
185
186
186
PARLEMENT
*Chambre des communes
*Demandes introductives de projets de loi privés
(2e session, 36e législature).............................................. 181
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Agence canadienne d’inspection des aliments
Loi sur la santé des animaux
Règlement de 1999 interdisant l’importation des abeilles
domestiques.....................................................................
Santé, min. de la
Loi sur les aliments et drogues
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et
drogues (1024 — essais cliniques)..................................
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Règlement correctif visant l’abrogation de certains
règlements pris en vertu de la Loi maritime du Canada ..
Règlement modifiant le Règlement sur les ports publics ....
Règlement modifiant le Règlement sur les quais de l’État .
222
227
266
261
264
If undelivered, return COVER ONLY to:
Canadian Government Publishing
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
Available from Canadian Government Publishing
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
En vente : Les Éditions du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising