Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 133, no 26
Vol. 133, No. 26
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, JUNE 26, 1999
OTTAWA, LE SAMEDI 26 JUIN 1999
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Parts II and III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 6, 1999, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling Government publications as listed
in the telephone directory or write to: Canadian Government
Publishing, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S9.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères des Parties II et III — Publiée le
samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres catégories
de textes réglementaires et de documents — Publiée le
6 janvier 1999 et au moins tous les deux mercredis par la
suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Les Éditions
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
(613) 991-1351 (Telephone), (613) 991-3540 (Facsimile).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, (613) 991-1351 (téléphone), (613) 991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, represented by the
Minister of Public Works and Government Services, 1999
Published by the Queen’s Printer for Canada, 1999
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le
ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, 1999
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 1999
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
No. 26 — June 26, 1999
No 26 — Le 26 juin 1999
1859
Government Notices* .......................................................
Appointments ................................................................
Notice of vacancies .......................................................
1860
1875
1916
Avis du Gouvernement* ..................................................
Nominations ..................................................................
Avis de postes vacants...................................................
1860
1875
1916
Parliament
House of Commons.......................................................
1918
Parlement
Chambre des communes................................................
1918
Commissions* ..................................................................
(agencies, boards and commissions)
1919
Commissions* ..................................................................
(organismes, conseils et commissions)
1919
Miscellaneous Notices* ...................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; private sector agents)
1934
Avis divers* .....................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
1934
Proposed Regulations* .....................................................
(including amendments to existing regulations)
1943
Règlements projetés* .......................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
1943
Index ................................................................................
1955
Index ................................................................................
1956
Supplements
Department of Transport
Suppléments
Ministère des Transports
_______
_______
* Notices are listed alphabetically in the Index.
* Les avis sont énumérés alphabétiquement dans l’index.
1860
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice with Respect to n-Propyl Bromide and
Bromochloromethane, Whether Alone or in a Mixture
Avis concernant le bromure de n-propyle et le
bromochlorométhane, seul ou dans un mélange
Whereas the Ministers of the Environment and of Health have
reason to suspect that n-propyl bromide and bromochloromethane
are toxic, notice is hereby given, pursuant to paragraph 18(1)(a)
of the Canadian Environmental Protection Act, that the Minister
of the Environment requires, for the purpose of assessing the
manner in which to control the substances, that any person who,
during the calendar year 1998, manufactured, imported, exported
or distributed more than one kilogram of n-propyl bromide or
bromochloromethane, whether alone or in a mixture, to so notify
the Minister.
Except as noted below, responses to this notice shall be submitted to the Minister of the Environment, to the Attention of
Mr. Denis Carrière, Commercial Chemicals Evaluation Branch,
Department of the Environment, 351 Saint-Joseph Boulevard,
14th Floor, Hull, Quebec K1A 0H3, on or before September 10,
1999.
Any person who has received a written notice, issued under the
authority of paragraph 18(1)(b) of the Act, regarding these substances shall respond to the 18(1)(b) notice, not to this one.
In accordance with section 19 of the Act, any person who provides information in response to this notice may submit, with his
or her response, a written request that it be treated as confidential.
Attendu que les ministres de l’Environnement et de la Santé
ont des motifs de soupçonner que le bromure de n-propyle et le
bromochlorométhane sont toxiques, avis est par les présentes
donné, en vertu de l’alinéa 18(1)a) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement, que la ministre de l’Environnement exige, afin de prendre des mesures de contrôle et d’en
fixer les modalités, que toute personne qui, au cours de l’année
civile 1998, a fabriqué, importé, exporté ou distribué plus d’un
kilogramme de bromure de n-propyle ou de bromochlorométhane,
seul ou dans un mélange, l’en avise.
À l’exception de la situation décrite ci-dessous, les réponses à
cet avis doivent être adressées à la ministre de l’Environnement, à
l’attention de Monsieur Denis Carrière, Direction de l’évaluation
des produits chimiques commerciaux, Ministère de l’Environnement, 351, boulevard Saint-Joseph, 14e étage, Hull (Québec) K1A
0H3, au plus tard le 10 septembre 1999.
Toute personne qui, en vertu de l’alinéa 18(1)b) de la Loi, a reçu un avis écrit concernant ces substances, est tenue d’y répondre
et n’a pas à tenir compte du présent avis.
Toute personne qui fournit des renseignements en réponse au
présent avis peut, en même temps, demander par écrit que ceux-ci
soient considérés comme confidentiels en vertu de l’article 19 de
la Loi.
Le directeur
Direction de l’évaluation des produits
chimiques commerciaux
J. A. BUCCINI
Au nom de la ministre de l’Environnement
J. A. BUCCINI
Director
Commercial Chemicals Evaluation Branch
On behalf of the Minister of the Environment
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the notice)
(La présente note ne fait pas partie de l’avis)
n-Propyl bromide is identified by the Chemical Abstracts
Services Registry Number (CAS RN) 106-94-5. Bromochloromethane is identified by the CAS RN 74-97-5. The CAS
RN is a unique numeric code assigned to a chemical by the
Chemical Abstracts Service of the American Chemical Society
and is used to uniquely identify chemicals.
As a party to the Montreal Protocol on Substances that Deplete
the Ozone Layer, Canada is obliged to implement the control
measures set out in the Montreal Protocol, as well as report certain statistical data.
The Department of the Environment is publishing this notice to
ensure that its list of producers, importers, exporters and distributors of n-propyl bromide and bromochloromethane is complete in
order that it may send to such persons a notice requiring the provision of detailed information concerning the use of these substances in Canada.
In the event that the Department of the Environment decides to
develop and implement measures to control the quantities of
Le bromure de n-propyle est identifié par le numéro du registre
du Chemical Abstracts Service (CAS RN) 106-94-5. Le bromochlorométhane est identifié par le CAS RN 74-97-5. Ce numéro
est un code numérique unique affecté à un produit chimique par
le Chemical Abstracts Service de l’American Chemical Society et
est utilisé pour identifier de façon unique les produits chimiques.
En tant que signataire du Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d’ozone, le Canada est obligé
de mettre en place les mesures de contrôle établies dans le Protocole de Montréal et de rapporter certaines données statistiques.
Le ministère de l’Environnement publie cet avis afin de
s’assurer que la liste de tous les producteurs, importateurs, exportateurs et distributeurs de bromure de n-propyle et de bromochlorométhane soit complète de sorte que le ministère puisse leur
envoyer un avis leur demandant des renseignements détaillés
concernant l’utilisation de ces substances au Canada.
Dans le cas où le ministère de l’Environnement déciderait
d’établir et de mettre en place des mesures pour contrôler les
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
these substances that may be manufactured, imported into, exported from or distributed in Canada, the Department of the Environment will consider the establishment of an allowance system.
Should such a system be implemented, failure to report to this
notice could result in no assignment of an allowance.
Enquiries concerning this notice should be directed to
Mr. Denis Carrière at (819) 994-0009 (Telephone), or at (819)
994-0007 (Facsimile).
1861
quantités de ces substances qui peuvent être fabriquées, importées, exportées ou distribuées au Canada, le ministère de l’Environnement étudierait la possibilité d’établir un système d’allocation. Dans l’éventualité de la mise en application d’un tel
système, ne pas rapporter les renseignements demandés dans cet
avis pourrait signifier la non-obtention d’une allocation.
Toute requête devra être acheminée à M. Denis Carrière au
(819) 994-0009 (téléphone), ou au (819) 994-0007 (télécopieur).
[26-1-o]
[26-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-05987 is approved.
1. Permittee: Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company,
Pinsent’s Arm, Newfoundland.
2. Type of Permit: To dump or load whelk offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-05987
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company,
Pinsent’s Arm (Terre-Neuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de buccin.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 29 juin 1999 au
28 juin 2000.
4. Lieu(x) de chargement : 52°41,25′ N., 55°53,33′ O.,
Pinsent’s Arm (Terre-Neuve).
5. Lieu(x) d’immersion : 52°41,80′ N., 55°52,15′ O., à une profondeur approximative de 30 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement
flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation
applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison durant
le chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion approuvé.
8. Mode d’immersion : Les déchets de buccin seront déchargés
du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une distance maximale de 300 m du lieu d’immersion approuvé. L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse
maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 200 tonnes
métriques.
11. Matières à immerger : Déchets de buccin.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Gestionnaire, Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), au moins
48 heures avant le début de la première opération d’immersion
effectuée en vertu du présent permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
3. Term of Permit: Permit is valid from June 29, 1999, to
June 28, 2000.
4. Loading Site(s): 52°41.25′ N, 55°53.33′ W, Pinsent’s Arm,
Newfoundland.
5. Dump Site(s): 52°41.80′ N, 55°52.15′ W, at an approximate
depth of 30 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the dump site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
8. Method of Dumping: Whelk offal shall be discharged while
the equipment or vessel is steaming within 300 m of the approved
dump site. Dumping will take place in a manner which will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will operate at
maximum safe speed while discharging offal.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 200 tonnes.
11. Material to be Dumped: Whelk offal.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Manager, Environmental Protection, Department
of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland
A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to
the start of the first dumping operation to be conducted under this
permit.
12.2. A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
1862
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
12.7. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.8. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
12.9. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.10. Offal loaded for the purpose of ocean dumping may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à
toute heure convenable pendant la durée du présent permis.
12.4. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur
de l’eau dans la zone du lieu d’immersion. Les mesures de profondeur seront prises à toutes les huit semaines à compter de la
date d’entrée en vigueur de ce permis, et elles seront soumises à
M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1.
12.5. Le chargement et le transport des déchets au lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne
pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit
que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés. Tout
déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est pas
sur le lieu de chargement.
12.6. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.7. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.9. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.10. Les déchets destinés à l’immersion en mer ne seront pas
gardés plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.4. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site. The depth readings shall be
taken every eight weeks, beginning with the start date of this
permit, and reported to Mr. Rick Wadman, identified in 12.1.
12.5. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
12.6. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-05990 is approved.
1. Permittee: Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company
Ltd., Mary’s Harbour, Newfoundland.
2. Type of Permit: To dump or load crab offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-05990
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company
Ltd., Mary’s Harbour (Terre-Neuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de poisson et de crabe.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 29 juin 1999 au
28 juin 2000.
4. Lieu(x) de chargement : 52°18,65′ N., 55°49,92′ O., Mary’s
Harbour (Terre-Neuve).
5. Lieu(x) d’immersion : 52°18,75′ N., 55°48,50′ O., à une profondeur de 66 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation
3. Term of Permit: Permit is valid from June 29, 1999, to
June 28, 2000.
4. Loading Site(s): 52°18.65′ N, 55°49.92′ W, Mary’s Harbour,
Newfoundland.
5. Dump Site(s): 52°18.75′ N, 55°48.50′ W, at a depth of 66 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the dump site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1863
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison durant
le chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion approuvé.
8. Method of Dumping: Crab offal shall be discharged while the
equipment or vessel is steaming within 300 m of the approved
dump site. Dumping will take place in a manner which will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will operate at
maximum safe speed while discharging offal.
8. Mode d’immersion : Les déchets de crabe seront déchargés
du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une distance maximale de 300 m du lieu d’immersion approuvé.
L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande
dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 700 tonnes.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 700 tonnes
métriques.
11. Material to be Dumped: Crab offal.
11. Matières à immerger : Déchets de crabe.
12. Requirements and Restrictions:
12. Exigences et restrictions :
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to the
Manager, Environmental Protection, Department of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland A1N 4T3,
(709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to the start of
the first dumping operation to be conducted under this permit.
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec le Gestionnaire, Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (Terre-Neuve) A1N 4T3,
(709) 772-5097 (télécopieur), au moins 48 heures avant le début
de la première opération d’immersion effectuée en vertu du présent permis.
12.2. A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à
toute heure convenable pendant la durée du présent permis.
12.4. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
12.4. Le chargement et le transport des déchets au lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne
pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit
que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés. Tout
déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est pas
sur le lieu de chargement.
12.5. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
12.5. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.6. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.6. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.7. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
12.7. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.8. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.8. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.9. Offal loaded for the purpose of ocean dumping may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
12.9. Les déchets destinés à l’immersion en mer ne seront pas
gardés plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
1864
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-05991 is approved.
1. Permittee: Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company
Ltd., L’Anse-au-Loup, Newfoundland.
2. Type of Permit: To load or dump fish offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-05991
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company
Ltd., L’Anse-au-Loup (Terre-Neuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de poisson.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 29 juin 1999 au
28 juin 2000.
4. Lieu(x) de chargement : 51°31,30′ N., 56°49.60′ O., L’Anseau-Loup (Terre-Neuve).
5. Lieu(x) d’immersion : 51°31,30′ N., 56°49,60′ O., à une profondeur approximative de 6 m.
6. Parcours à suivre : De la porte principale de l’usine au bout
du quai, sur une distance approximativement de 100 m.
7. Matériel : Boîtes grises.
8. Mode d’immersion : Décharge directe des boîtes grises au
bout du quai.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 600 tonnes
métriques.
11. Matières à immerger : Déchets de poisson.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Gestionnaire, Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), au moins
48 heures avant le début de la première opération d’immersion
effectuée en vertu du présent permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du présent permis,
et ce, à toute heure convenable pendant la durée du présent
permis.
12.4. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur
de l’eau de la zone du lieu d’immersion, aux distances de 3 m, de
25 m, de 50 m et de 75 m du quai. Les mesures de profondeur
seront prises à toutes les huit semaines à compter de la date
d’entrée en vigueur de ce permis, et elles seront soumises à
M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1.
12.5. Le chargement et le transport des déchets au lieu
d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière
ne pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit, que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés.
Tout déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est
pas sur le lieu de chargement.
3. Term of Permit: Permit is valid from June 29, 1999, to
June 28, 2000.
4. Loading Site(s): 51°31.30′ N, 56°49.60′ W, L’Anse-au-Loup,
Newfoundland.
5. Dump Site(s): 51°31.30′ N, 56°49.60′ W, at an approximate
depth of 6 m.
6. Route to Dump Site(s): From main door of plant to end of
wharf, approximately 100 m.
7. Equipment: Grey boxes.
8. Method of Dumping: Direct release from grey boxes over the
end of the wharf.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 600 tonnes.
11. Material to be Dumped: Fish offal.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Manager, Environmental Protection, Department
of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland
A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to
the start of the first dumping operation to be conducted under this
permit.
12.2 A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.4. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site, at distances of 3 m, 25 m,
50 m and 75 m from the wharf. The depth readings shall be taken
every eight weeks, beginning with the start date of this permit,
and reported to Mr. Rick Wadman, identified in 12.1.
12.5. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
12.6. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
1865
12.7. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.8. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
12.9. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.10. Offal loaded for the purpose of ocean dumping may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
12.6. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.7. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.9. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.10. Les déchets destinés à l’immersion en mer ne seront pas
gardés plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-05992 is approved.
1. Permittee: Labrador Fishermen’s Union Shrimp Company
Ltd., Cartwright, Newfoundland.
2. Type of Permit: To dump or load crab offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-05992
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Labrador Fishermen’s Union Shrimp Co. Ltd.,
Cartwright (Terre-Neuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de crabe.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 29 juin 1999 au
28 juin 2000.
4. Lieu(x) de chargement : 53°42,21′ N., 57°01,33′ O., Cartwright (Terre-Neuve).
5. Lieu(x) d’immersion : 53°41,95′ N., 57°02,15′ O., à une profondeur approximative de 20 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison de déchets
durant le chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion
approuvé.
8. Mode d’immersion : Les déchets de crabe seront déchargées
du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une distance maximale de 300 m du lieu d’immersion approuvé. L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse
maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 700 tonnes
métriques.
11. Matières à immerger : Déchets de crabe.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Gestionnaire, Protection de l’environnement,
3. Term of Permit: Permit valid from June 29, 1999, to June 28,
2000.
4. Loading Site(s): 53°42.21′ N, 57°01.33′ W, Cartwright,
Newfoundland.
5. Dump Site(s): 53°41.95′ N, 57°02.15′ W, at an approximate
depth of 20 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from the
loading site to the dump site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
8. Method of Dumping: Crab offal shall be discharged while the
equipment or vessel is steaming within 300 m of the approved
dump site. Dumping will take place in a manner which will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will operate at
maximum safe speed while discharging offal.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 700 tonnes.
11. Material to be Dumped: Crab offal.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Manager, Environmental Protection, Department
1866
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
12.7. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.8. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
12.9. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.10. Offal loaded for the purpose of ocean dumping may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), au moins
48 heures avant le début de la première opération d’immersion
effectuée en vertu du présent permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à
toute heure convenable pendant la durée du présent permis.
12.4. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur
de l’eau dans la zone du lieu d’immersion. Les mesures de profondeur seront prises à toutes les huit semaines à compter de la
date d’entrée en vigueur de ce permis, et elles seront soumises à
M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1.
12.5. Le chargement et le transport des déchets au lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne
pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit
que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés. Tout
déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est pas
sur le lieu de chargement.
12.6. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.7. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.9. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.10. Les déchets destinés à l’immersion en mer ne seront pas
gardés plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland
A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to
the start of the first dumping operation to be conducted under this
permit.
12.2. A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.4. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site. The depth readings shall be
taken every eight weeks, beginning with the start date of this
permit, and reported to Mr. Rick Wadman, identified in 12.1.
12.5. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
12.6. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-05998 is approved.
1. Permittee: P. Janes and Sons Ltd., Jackson’s Arm,
Newfoundland.
2. Type of Permit: To dump or load fish and crab offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-05998
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : P. Janes and Sons Ltd., Jackson’s Arm (TerreNeuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de poisson et de crabe.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 20 juillet 1999 au
19 juillet 2000.
3. Term of Permit: Permit is valid from July 20, 1999, to
July 19, 2000.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1867
4. Loading Site(s): 49°51.80′ N, 56°46.50′ W, Jackson’s Arm,
Newfoundland.
4. Lieu(x) de chargement : 49°51,80′ N., 56°46,50′ O., Jackson’s Arm (Terre-Neuve).
5. Dump Site(s): 49°51.50′ N, 56°43.66′ W, at an approximate
depth of 90 m.
5. Lieu(x) d’immersion : 49°51,50′ N., 56°43,66′ O., à une profondeur approximative de 90 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the dump site.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison durant le
chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion approuvé.
8. Method of Dumping: Fish and crab offal shall be discharged
while the equipment or vessel is steaming within 300 m of the
approved dump site. Dumping will take place in a manner which
will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will
operate at maximum safe speed while discharging offal.
8. Mode d’immersion : Les déchets de poisson et crabe seront
déchargés du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à
une distance maximale pas plus de 300 m du lieu d’immersion
approuvé. L’immersion se fera d’une manière qui permettra la
plus grande dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 1 500 tonnes.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 1 500 tonnes
métriques.
11. Material to be Dumped: Fish and crab offal.
11. Matières à immerger : Déchets de poisson et de crabe.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Manager, Environmental Protection, Department
of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland
A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to
the start of the first dumping operation to be conducted under this
permit.
12.2. A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.4. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site. The depth readings shall be
taken every eight weeks, beginning with the start date of this
permit, and reported to Mr. Rick Wadman, identified in 12.1.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Gestionnaire, Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), au moins
48 heures avant le début de la première opération d’immersion
effectuée en vertu du présent permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à
toute heure convenable pendant la durée du présent permis.
12.4. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur
de l’eau dans la zone du lieu d’immersion. Les mesures de profondeur seront prises à toutes les huit semaines à compter de la
date d’entrée en vigueur de ce permis, et elles seront soumises à
M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1.
12.5. Le chargement et le transport des déchets au lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne
pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit
que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés. Tout
déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est pas
sur le lieu de chargement.
12.6. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.7. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.5. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
12.6. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
12.7. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.8. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
1868
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
12.9. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.10. Offal loaded for the purpose of ocean dumping may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
12.9. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.10. Les déchets destinés à l’immersion en mer ne seront pas
gardés plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-06000 is approved.
1. Permittee: Breakwater Fisheries Ltd., Cottlesville,
Newfoundland.
2. Type of Permit: To dump or load crab and fish offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-06000
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Breakwater Fisheries Ltd., Cottlesville (TerreNeuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de crabe et de poisson.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 14 juillet 1999 au
13 juillet 2000.
4. Lieu(x) de chargement : 49°30,70′ N., 54°51,63′ O., Cottlesville (Terre-Neuve).
5. Lieu(x) d’immersion : 49°30,70′ N., 54°53,70′ O., à une profondeur approximative de 236 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation
applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison durant
le chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion approuvé.
8. Mode d’immersion : Les déchets de crabe et de poisson seront déchargés du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une distance maximale de 300 m du lieu d’immersion
approuvé. L’immersion se fera d’une manière qui permettra la
plus grande dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 1 500 tonnes
métriques.
11. Matières à immerger : Déchets de crabe et de poisson.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Gestionnaire, Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), au moins
48 heures avant le début de la première opération d’immersion
effectuée en vertu du présent permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
3. Term of Permit: Permit is valid from July 14, 1999, to
July 13, 2000.
4. Loading Site(s): 49°30.70′ N, 54°51.63′ W, Cottlesville,
Newfoundland.
5. Dump Site(s): 49°30.70′ N, 54°53.70′ W, at an approximate
depth of 236 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the dump site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
8. Method of Dumping: Crab and fish offal shall be discharged
while the equipment or vessel is steaming within 300 m of the
approved dump site. Dumping will take place in a manner which
will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will
operate at maximum safe speed while discharging offal.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 1 500 tonnes.
11. Material to be Dumped: Crab and fish offal.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Manager, Environmental Protection, Department
of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland
A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to
the start of the first dumping operation to be conducted under this
permit.
12.2. A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1869
12.7. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.8. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
12.9. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.10. Offal loaded for the purpose of ocean dumping may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à
toute heure convenable pendant la durée du permis.
12.4. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur
de l’eau dans la zone du lieu d’immersion. Les mesures de profondeur seront prises à toutes les huit semaines à compter de
la date d’entrée en vigueur de ce permis, et elles seront soumises à M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1.
12.5. Le chargement et le transport des déchets au lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne
pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit
autre que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés.
Tout déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est
pas sur le lieu de chargement.
12.6. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.7. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.9. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
12.10. Les déchets destinés à l’immersion en mer ne seront pas
gardés plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.4. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site. The depth readings shall be
taken every eight weeks, beginning with the start date of this
permit, and reported to Mr. Rick Wadman, identified in 12.1.
12.5. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
12.6. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-06003 is approved.
1. Permittee: Gully Fish and Food Products Co. Ltd., Englee,
Newfoundland.
2. Type of Permit: To dump or load fish offal.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-06003
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Gully Fish and Food Products Co. Ltd., Englee
(Terre-Neuve).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des déchets de poisson.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 29 juin 1999 au
28 juin 2000.
4. Lieu(x) de chargement : 50°44,00′ N., 56°06,50′ O., Englee
(Terre-Neuve).
5. Lieu(x) d’immersion : 50°44,40′ N., 56°06,90′ O., à une profondeur approximative de 65 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation
3. Term of Permit: Permit is valid from June 29, 1999, to
June 28, 2000.
4. Loading Site(s): 50°44.00′ N, 56°06.50′ W, Englee,
Newfoundland.
5. Dump Site(s): 50°44.40′ N, 56°06.90′ W, at an approximate
depth of 65 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the dump site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
1870
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison de
déchets durant le chargement et le transport jusqu’au lieu
d’immersion approuvé.
8. Method of Dumping: Fish offal shall be discharged while the
equipment or vessel is steaming within 300 m of the approved
dump site. Dumping will take place in a manner which will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will operate at
maximum safe speed while discharging offal.
8. Mode d’immersion : Les déchets de poisson seront déchargés
du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une distance maximale de 300 m du lieu d’immersion approuvé. L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse
maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 500 tonnes.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 500 tonnes
métriques.
11. Material to be Dumped: Fish offal.
11. Matières à immerger : Déchets de poisson.
12. Requirements and Restrictions:
12. Exigences et restrictions :
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to Mr.
Rick Wadman, Manager, Environmental Protection, Department
of the Environment, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland
A1N 4T3, (709) 772-5097 (Facsimile), at least 48 hours prior to
the start of the first dumping operation to be conducted under this
permit.
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Gestionnaire, Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement, 6, rue Bruce, Mount Pearl (TerreNeuve) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), au moins
48 heures avant le début de la première opération d’immersion
effectuée en vertu du présent permis.
12.2. A written report shall be submitted to the Manager within
30 days of either the completion of the work or the expiry of the
permit, whichever comes first. This report shall contain the following information: the quantity and type of material disposed of
pursuant to the permit and the dates on which the loading and
dumping activities occurred.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au gestionnaire
dans les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type
de matières immergées en conformité avec le permis et les dates
de chargement et d’immersion.
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du permis, et ce, à
toute heure convenable pendant la durée du permis.
12.4. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site. The depth readings shall be
taken every eight weeks, beginning with the start date of this
permit, and reported to Mr. Rick Wadman, identified in 12.1.
12.4. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur
de l’eau dans la zone du lieu d’immersion. Les mesures de profondeur seront prises à toutes les huit semaines à compter de
la date d’entrée en vigueur de ce permis, et elles seront soumises à M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au
paragraphe 12.1.
12.5. The loading and transit of waste material to the dump site
must be conducted in such a manner that no material enters the
marine environment. Waste material spilled at any place other
than the permitted dump site must be retrieved. All waste must be
contained on shore while the barge is away from the loading site.
12.5. Le chargement et transport des déchets au lieu
d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière
ne pénètre le milieu marin. Les déchets déversés à tout autre endroit que le lieu d’immersion autorisé doivent être récupérés.
Tout déchet doit être gardé sur le rivage lorsque la péniche n’est
pas sur le lieu de chargement.
12.6. The fish offal must be covered by netting or other material to prevent access by gulls.
12.6. Les déchets de poisson doivent être couverts au moyen
d’un filet ou autrement, afin d’empêcher les goélands d’y
accéder.
12.7. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.7. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.8. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted on
the highest practical location.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.9. The loading or ocean dumping conducted under this
permit shall not be carried out without written authorization from
the Permittee.
12.9. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation écrite
du titulaire.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1871
12.10. Fish offal loaded for the purpose of ocean dumping may
not be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an inspector designated under the Canadian
Environmental Protection Act.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
12.10. Les déchets de poisson destinés à l’immersion en mer ne
seront pas gardés plus de 96 heures à bord du navire sans
l’autorisation écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of
Part VI of the Canadian Environmental Protection Act, Permit
No. 4543-2-06014 is approved.
1. Permittee: Ocean Pride Fisheries Ltd., Lower Wedgeport,
Nova Scotia.
2. Type of Permit: To load or dump dogfish carcasses and associated liquid wastes.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-06014
est approuvé conformément aux dispositions de la partie VI de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
1. Titulaire : Ocean Pride Fisheries Ltd., Lower Wedgeport
(Nouvelle-Écosse).
2. Type de permis : Permis d’immerger ou de charger des carcasses d’aiguillat commun et les liquides organiques qu’elles
contiennent.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 28 juin au 15 novembre 1999.
4. Lieu(x) de chargement : 43°42,90′ N., 65°58,10′ O.
(NAD83), quai de Wedgepoint, Lower Wedgeport (NouvelleÉcosse).
5. Lieu(x) d’immersion : 43°34,12′ N., 66°04,73′ O., à une profondeur approximative de 40 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le
lieu de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison de déchets
durant le chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion
approuvé.
8. Mode d’immersion : Les carcasses d’aiguillat commun seront
déchargées du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement
à une distance maximale de 500 m du lieu d’immersion approuvé.
L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande
dispersion possible des déchets. Le navire se déplacera à la vitesse maximum jugée sans danger lors du déchargement.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 5 000 tonnes
métriques.
11. Matières à immerger : Carcasses d’aiguillat commun et les
liquides organiques qu’elles contiennent.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer par télécopieur ou courrier
électronique avec Monsieur Adrian MacDonald, Direction de la
Protection de l’environnement, Ministère de l’Environnement,
Région de l’Atlantique, Queen Square, 4e étage, 45, promenade
Alderney, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B2Y 2N6, (902) 4263897 (télécopieur), adrian.macdonald@ec.gc.ca (courrier électronique), au moins 48 heures avant le début des opérations effectuées en vertu du présent permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport à M. Adrian MacDonald, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1, dans
les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
3. Term of Permit: Permit is valid from June 28 to November 15, 1999.
4. Loading Site(s): 43°42.90′ N, 65°58.10′ W (NAD83),
Wedgepoint Wharf, Lower Wedgeport, Nova Scotia.
5. Dump Site(s): 43°34.12′ N, 66°04.73′ W, at an approximate
depth of 40 m.
6. Route to Dump Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the dump site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved dump site.
8. Method of Dumping: Dogfish carcasses shall be discharged
while the equipment or vessel is steaming within 500 m of the
approved dump site. Dumping will take place in a manner which
will promote the greatest degree of dispersion. All vessels will
operate at maximum safe speed while discharging dogfish waste.
9. Rate of Dumping: As required by normal operations.
10. Total Quantity to be Dumped: Not to exceed 5 000 tonnes.
11. Material to be Dumped: Dogfish carcasses and associated
liquid wastes.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee notify in writing, by facsimile or electronic mail, Mr. Adrian MacDonald, Environmental
Protection Branch, Department of the Environment, Atlantic Region, Queen Square, 4th Floor, 45 Alderney Drive, Dartmouth,
Nova Scotia B2Y 2N6, (902) 426-3897 (Facsimile), adrian.
macdonald@ec.gc.ca (Electronic mail), at least 48 hours prior to
the start of operations to be conducted under this permit.
12.2. A written report shall be submitted to Mr. Adrian MacDonald, identified in 12.1, within 30 days of either the completion of the work or the expiry of the permit, whichever comes
1872
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
first. This report shall contain the following information for each
trip to the dump site: (a) vessel master’s signature; (b) departure
date; (c) departure time; (d) time of dumping; (e) time returned to
port; and (f) quantity dumped.
d’expiration du permis, selon la première échéance. Le rapport en
question contiendra les éléments suivants : a) la signature du
capitaine; b) la date du départ; c) l’heure du départ; d) l’heure de
l’immersion; e) l’heure du retour au port; f) la quantité de matières immergées.
12.3. It is required that the Permittee admit any inspector designated pursuant to subsection 99(1) of the Canadian Environmental Protection Act, to any place, ship, aircraft, platform or
anthropogenic structure directly related to the loading or ocean
dumping referred to under this permit, at any reasonable time
throughout the duration of this permit.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout inspecteur désigné en
vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement de procéder à la visite de toute plate-forme,
tout lieu, navire, aéronef ou autre ouvrage directement relié au
chargement ou à l’immersion visés aux termes du présent permis,
et ce, à toute heure convenable pendant la durée du permis.
12.4. Dogfish waste loaded for the purpose of ocean dumping
may not be held aboard any vessel for more than 96 hours without
the written consent of an inspector designated under the Canadian Environmental Protection Act.
12.4. Aucun déchet d’aiguillat commun destiné à l’immersion
en mer ne sera gardé plus de 96 heures à bord du navire sans
l’autorisation écrite d’un inspecteur désigné en vertu de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement.
12.5. Except during direct loading operations, all dogfish waste
must be covered in a manner suitable to prevent excessive drying,
to reduce generation and release of odour, and to prevent access
by gulls.
12.5. Les déchets d’aiguillat commun seront constamment recouverts d’une manière convenable pour empêcher une déshydratation excessive du poisson, réduire le dégagement d’odeurs et
empêcher les goélands d’y accéder, sauf durant le chargement
proprement dit.
12.6. All dogfish waste must be securely contained within a
hold or other suitable container and in no case may dogfish be
carried or stored loose on deck.
12.6. Les déchets d’aiguillat commun transportés par le navire
ou la pièce d’équipement en vertu du présent permis seront gardés dans une soute ou un conteneur adéquat et ne peuvent en
aucun cas être transportés ni stockés à l’air libre sur le pont.
12.7. Any vessel operating under the authority of this permit
must carry and display a radar-reflecting device at all times
mounted on the highest practical location.
12.7. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.8. Any vessel operating under the authority of this permit
must carry on board a copy of the permit. Each copy must bear an
original signature of the Permittee.
12.8. L’équipement visé par le présent permis doit garder une
copie du permis à bord. Toutes les copies du permis doivent porter la signature originale du titulaire.
12.9. Records of all loading and dumping operations shall be
kept on board the vessel at all times and shall be available for
inspection by any inspector designated under the Canadian Environmental Protection Act. These records will be submitted in
partial fulfillment of reporting provisions required in paragraph 2
of section 12 of this permit.
12.9. Les registres relatifs au chargement et à l’immersion seront gardés en tout temps sur le navire et seront accessibles aux
inspecteurs désignés en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Ces registres font partie des exigences
relatives à la production de rapports énoncées à l’article 12, paragraphe 2 du présent permis.
12.10. All loading must be conducted in such a manner that no
material enters the marine environment.
12.10. Le chargement doit s’effectuer de façon qu’aucune matière ne pénètre l’environnement marin.
12.11. The Permittee shall, in cooperation with the Department
of the Environment, monitor the short-term fate of the dogfish
waste at the dump site.
12.11. Le titulaire devra surveiller la destination initiale des
carcasses d’aiguillat commun au lieu d’immersion, en coopération avec le ministère de l’Environnement.
12.12. The master of any vessel operating under the authority
of this permit shall report to the Department of the Environment
in writing, (902) 426-3897 (Facsimile), prior to the departure
from the wharf for the dump site.
12.12. Le capitaine d’un navire visé par le présent permis doit
communiquer, par écrit, avec le ministère de l’Environnement,
(902) 426-3897 (télécopieur), avant le départ du quai pour le lieu
d’immersion.
12.13. Any inspector designated pursuant to subsection 99(1)
of the Canadian Environmental Protection Act shall be permitted
to mount an electronic tracking device on any vessel that is engaged in the dumping activities authorized by this permit. The
Permittee shall take all reasonable measures to ensure there is no
tampering with the tracking device and no interference with its
operation. The tracking device shall be removed only by an inspector or with the written consent of an inspector.
12.13. Il est permis à tout inspecteur désigné en vertu du paragraphe 99(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement d’installer un dispositif de surveillance électronique sur
tout navire qui participe aux activités de chargement et d’immersion autorisées par le présent permis. Le titulaire doit prendre
toutes les mesures raisonnables pour assurer que ni le dispositif ni
son fonctionnement ne soient altérés. Le dispositif ne peut être
enlevé qu’avec le consentement écrit de l’inspecteur ou par
l’inspecteur lui-même.
12.14. The dumping referred to under this permit shall not be
carried out without written authorization from the Permittee.
K. G. HAMILTON
Environmental Protection
Atlantic Region
12.14. Personne ne doit effectuer l’immersion désignée aux
termes du présent permis sans l’autorisation écrite du titulaire.
Protection de l’environnement
Région de l’Atlantique
K. G. HAMILTON
[26-1-o]
[26-1-o]
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1873
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT
Notice Concerning the Assessment of the Priority Substance
Acrylonitrile
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Avis concernant l’évaluation de la substance prioritaire
acrylonitrile
Priority Substances Assessment Program
Programme d’évaluation des substances prioritaires
Under the Priority Substances List provisions of the Canadian
Environmental Protection Act (CEPA), the Minister of the Environment and the Minister of Health are required to develop a list
of substances that should be given priority for assessment to determine whether they are “toxic” or capable of becoming toxic as
defined under section 11 of the Act. The responsibility for assessing priority substances is shared by Environment Canada and
Health Canada. The purpose of the assessments is to determine if
a substance is entering or may enter the environment in a quantity
or concentration under conditions: (a) having or that may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment; or
(b) constituting or that may constitute a danger to the environment on which human life depends; or (c) constituting or that
may constitute a danger in Canada to human life or health. Determining a substance to be CEPA “toxic” is therefore a function
of its presence in the environment, the resulting exposure, and its
inherent toxicity.
Selon les dispositions de la Liste des substances d’intérêt
prioritaire de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE), le ministre de l’Environnement et le ministre de la
Santé doivent établir une liste des substances qui énumère celles
pour lesquelles ils jugent prioritaire de déterminer si elles sont
effectivement ou potentiellement « toxiques » au sens de
l’article 11 de la Loi. Environnement Canada et Santé Canada
sont conjointement responsables de l’évaluation des substances
prioritaires. Cette évaluation a pour but de déterminer si une
substance pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une
quantité ou une concentration ou dans des conditions de nature à :
a) avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement; ou b) mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie humaine; ou c) constituer un danger au Canada
pour la vie ou la santé humaine. La détermination d’une substance comme « toxique » selon la LCPE est donc fonction de sa
présence dans l’environnement, de l’exposition qui en résulte et
de sa toxicité inhérente.
Draft Priority Substance Assessment Report for Acrylonitrile
Rapport provisoire de l’évaluation de la substance prioritaire
acrylonitrile
Available scientific information covering the physical and
chemical properties, environmental entry, fate, exposure, and
toxicity of acrylonitrile has been reviewed. A draft report assessing whether or not acrylonitrile is “toxic” or is capable of becoming toxic as defined in section 11 of the CEPA has been prepared. The draft Assessment Report for acrylonitrile may be
obtained from the Priority Substances List Public Comment
Web Page (www.ec.gc.ca/cceb1/eng/public/index_e.html) or from
the Inquiry Centre, Environment Canada, Hull, Quebec K1A 0H3
(1-800-668-6767).
Les auteurs du rapport ont révisé l’information scientifique
dont ils disposaient sur les propriétés physiques et chimiques de
l’acrylonitrile, sur son rejet et son devenir dans l’environnement,
sur son exposition et sur sa toxicité. Ils ont alors rédigé le rapport
provisoire qui évalue si l’acrylonitrile est effectivement ou potentiellement « toxique » selon l’article 11 de la LCPE. On peut consulter le rapport provisoire d’évaluation sur la page Web réservée
aux commentaires publics sur la Liste des substances d’intérêt
prioritaire, www.ec.gc.ca/cceb1/fre/public/index_f.html, ou l’on
peut s’adresser à l’Informathèque, Environnement Canada, Hull
(Québec) K1A 0H3 (1-800-668-6767).
Draft Assessment Report Summary for Acrylonitrile
Sommaire du rapport provisoire de l’évaluation de la substance
acrylonitrile
Acrylonitrile is not produced in Canada but is imported and
used to produce nitrile-butadiene rubber, acrylonitrile-butadienestyrene (ABS) polymers and styrene-acrylonitrile (SAN) polymers. In 1994, 7 600 tonnes of acrylonitrile were used in Canada,
all of which was imported from the United States. It was projected that 8 300 tonnes would be used in 1997. There are no
known natural sources of acrylonitrile.
The atmosphere and the freshwater aquatic environment receive 97.3 percent and 2.7 percent of the releases of acrylonitrile,
respectively. The releases are almost exclusively (97.4 percent)
from the organic chemical manufacturing industry — namely, the
chemicals and chemical products industry and the plastics industry — and occur in southern Ontario and southern Quebec. Municipal water treatment facilities may release small quantities of
acrylonitrile to air via sludge incineration or to water via use of
acrylonitrile polymers as conditioners.
Acrylonitrile is distributed largely to the environmental compartment to which it is released, where reaction and advection are
the major removal mechanisms. Its movement from the atmosphere or water to soil, sediment or biota is limited.
Il ne se fabrique pas d’acrylonitrile au Canada, mais le composé est importé et utilisé pour fabriquer du caoutchouc nitrilebutadiène et des polymères acrylonitrile-butadiène-styrène (ABS)
et styrène-acrylonitrile (SAN). En 1994, on a utilisé 7 600 t
d’acrylonitrile au Canada, entièrement importées des États-Unis.
En 1997, on prévoyait en utiliser 8 300 t. On ne connaît aucune
source naturelle d’acrylonitrile.
L’atmosphère et les eaux douces reçoivent respectivement 97,3
et 2,7 p. 100 des rejets d’acrylonitrile. Ces rejets proviennent
presque exclusivement (à 97,4 p. 100) de l’industrie chimique
organique — c’est-à-dire des produits chimiques et des plastiques
— et ils sont concentrés dans le sud de l’Ontario et du Québec.
Les stations municipales de traitement de l’eau peuvent rejeter un
peu d’acrylonitrile dans l’atmosphère, à la faveur de l’incinération des boues, ou dans l’eau, en raison de l’emploi de polymères à base d’acrylonitrile comme agents de conditionnement.
Dans le milieu dans lequel il est rejeté, l’acrylonitrile se répand
largement, lorsque les phénomènes de réaction et d’advection
sont les principaux mécanismes de son élimination. Il se déplace
peu de l’atmosphère ou de l’eau vers le sol, les sédiments ou le
biote.
1874
Canada Gazette Part I
In general, concentrations of acrylonitrile in air in Canada are
below the detection limit. Predicted maximum levels (near a
chemical industry processing plant in Sarnia, Ontario) are less
than the Estimated No-Effects Value (ENEV) for the most sensitive terrestrial organism. Significant changes over the past
10 years to the treatment of industrial wastewaters have decreased
the concentration in effluents discharged to the environment to
below 4.2 µg/L. This is less than the ENEV for the most sensitive
aquatic organism.
Acrylonitrile’s potential contribution to photochemical ozone
(and also smog) creation is moderate because of its reactivity in
the atmosphere; however, quantities and concentrations available
for reaction (18.75 tonnes in Canada in 1996) make the contribution very low relative to those of other substances. The absence of
chlorine and bromine atoms in the acrylonitrile molecule means
that its potential contributions to stratospheric ozone depletion
and climate change are both negligible.
Although limited, available data are consistent with air being
the principal medium of exposure of the general population to
acrylonitrile; intake from other media is likely to be negligible in
comparison. The focus of the human health risk characterization
is populations exposed through air in the vicinity of industrial
sources.
Based on studies in animals, cancer is considered the critical
endpoint for effects of acrylonitrile on human health. A range of
tumours in rats — including those of the central nervous system
(brain and/or spinal cord), ear canal, gastrointestinal tract and
mammary glands — has been consistently observed following
both ingestion and inhalation. While increases in cancer have not
been observed in available epidemiological studies, their power is
insufficient to rule out increases in particularly rare tumours.
Available data indicate that the most likely mode of induction of
tumours is through direction interaction with genetic material.
Based on the information available, it is concluded that acrylonitrile is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that are having or that may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment or that
constitute or that may constitute a danger to the environment on
which human life depends. Acrylonitrile is considered to be entering the environment in a quantity or concentration that constitutes
a danger in Canada to human life or health and therefore is proposed to be “toxic” under section 11 of the Canadian Environmental Protection Act (CEPA).
Based on comparison of worst-case estimates of exposure in air
in the vicinity of industrial sources with the tumorigenic potency,
it is recommended that options to reduce exposure in the vicinity
of industrial point sources be investigated. It is also recommended that there be additional investigation of the magnitude of
exposure of populations in the vicinity of industrial point sources
as a basis for risk management.
June 26, 1999
En général, ses concentrations atmosphériques au Canada sont
inférieures à la limite de détection. Les concentrations maximales
prévues (près d’une usine de produits chimiques de Sarnia, en
Ontario) sont inférieures à la valeur estimée sans effet observé
(VESEO) chez l’organisme terrestre le plus sensible. Les modifications notables apportées au cours des 10 dernières années au
traitement des eaux usées industrielles ont diminué la concentration du composé dans les effluents rejetés dans l’environnement à
moins de 4,2 µg/L. Ce chiffre est inférieur à la VESEO chez
l’organisme aquatique le plus vulnérable.
En raison de sa réactivité dans l’atmosphère, l’acrylonitrile
contribue éventuellement de façon modérée à la formation
d’ozone photochimique (et, aussi, du smog); cependant, les
quantités et les concentrations disponibles pour son entrée en
réaction (18,75 t au Canada, en 1996) rendent sa contribution très
faible par rapport à celle d’autres substances. L’absence d’atomes
de chlore et de brome dans la molécule signifie que cette dernière
risque de contribuer de façon négligeable à la destruction de
l’ozone stratosphérique et aux changements climatiques.
Bien qu’elles soient peu nombreuses, les données disponibles
confirment le fait que l’air soit le principal milieu d’exposition de
la population générale à l’acrylonitrile; l’absorption de ce composé par les autres milieux est susceptible d’être négligeable. La
caractérisation du risque pour la santé met en relief les populations exposées au composé par l’air au voisinage des sources
industrielles.
D’après les études effectuées chez les animaux, le cancer est
considéré comme le paramètre critique de la constatation des
effets de l’acrylonitrile sur la santé humaine. On a constamment
observé une gamme de tumeurs chez le rat — y compris dans le
système nerveux central (cerveau et/ou moelle épinière), du conduit auditif, de l’appareil digestif et des glandes mammaires —
après l’ingestion comme l’inhalation. Même si les études épidémiologiques accessibles n’ont pas permis d’observer d’augmentation de l’incidence des cancers, elles ne permettent pas, faute
d’une puissance suffisante, d’écarter la possibilité d’accroissement de l’incidence des tumeurs particulièrement rares. Les données disponibles montrent que le mode le plus probable de formation des tumeurs est par interaction directe avec le matériel
génétique.
D’après les données disponibles, on conclut que l’acrylonitrile
ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité ou en une
concentration ou dans des conditions de nature à avoir immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement; ou
mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie humaine.
On considère que l’acrylonitrile pénètre dans l’environnement en
une quantité ou une concentration de nature à constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaine. En conséquence,
il est proposé de le considérer comme « toxique » au sens de
l’article 11 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE).
D’après la comparaison des estimations les plus pessimistes de
l’exposition dans l’air à proximité des sources industrielles avec
la puissance tumorigène, il est recommandé d’examiner des
moyens visant à réduire l’exposition à proximité des sources
ponctuelles industrielles. Il est également recommandé d’examiner davantage l’ampleur de l’exposition des populations vivant à
proximité des sources ponctuelles industrielles, en vue de la gestion du risque.
Public Comment Period
Période prévue pour les commentaires publics
Environment Canada and Health Canada are offering interested
parties the opportunity to comment on the draft Priority Substances Assessment Reports. Any person may file, in writing, a
submission within 60 days of publication of this notice presenting
Environnement Canada et Santé Canada donnent aux parties
intéressées l’occasion de commenter les rapports provisoires sur
l’évaluation des substances prioritaires. Toute personne peut
soumettre des propositions écrites, dans les 60 jours qui suivent la
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
scientific evidence disagreeing with or supporting the assessments and the proposed conclusions presented in the draft Assessment Report for acrylonitrile. Submissions made in this regard, or any inquiries on this notice, may be sent to the attention
of the PSL Assessment Program, Commercial Chemicals Evaluation Branch, Department of the Environment, Hull, Quebec K1A
0H3, (819) 953-4936 (Facsimile), or by electronic mail to the
PSL Webmaster, PSL.LSIP@ec.gc.ca.
1875
J. A. BUCCINI
Director
Commercial Chemicals
Evaluation Branch
On behalf of the Minister of the Environment
publication du présent avis, pour avancer des preuves scientifiques qui réfutent ou appuient l’évaluation et les conclusions proposées dans le rapport provisoire d’évaluation de l’acrylonitrile.
Les présentations faites à ce sujet, ou toute demande de renseignements au sujet du présent avis, peuvent être envoyées à
l’attention du Programme de l’évaluation de la LSIP, Direction de
l’évaluation des produits chimiques commerciaux, Ministère de
l’Environnement, Hull (Québec) K1A 0H3, par télécopieur au
(819) 953-4936, ou par courriel au webmestre de la LSIP,
PSL.LSIP@ec.gc.ca.
Des réponses ne seront pas envoyées pour chaque commentaire. Tous les commentaires seront pris en considération et les
rapports d’évaluation seront révisés si nécessaire. Les commentaires reçus après la fin de la période ne seront pas considérés. Il
est possible qu’un bref résumé des commentaires reçus sur chaque rapport provisoire d’évaluation soit publié sur Internet après
la fermeture de la période de commentaires pour chaque rapport.
Veuillez noter que tous les commentaires soumis feront partie du
registre public et pourront être cités, avec attribution à l’auteur,
par le gouvernement du Canada.
Le directeur
Direction de l’évaluation des produits
chimiques commerciaux
J. A. BUCCINI
Au nom du ministre de l’Environnement
[26-1-o]
[26-1-o]
Comments will not be responded to individually. All comments
received will be considered, and the Assessment Report will be
revised as necessary. Comments received after the comment period has ended will not be considered. A brief summary of public
comments for each draft Assessment Report may be published on
the Web page following the closure of the public comment period
for each report. Please note, submitted comments will become a
matter of public record and may be cited, with attribution to the
author, by the Government of Canada.
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
OFFICE OF THE REGISTRAR GENERAL
BUREAU DU REGISTRAIRE GÉNÉRAL
Appointments
Nominations
Name and Position/Nom et poste
Order in Council/ Décret en conseil
Arbour, The Hon./L’hon. Louise
Supreme Court of Canada/Cour suprême du Canada
Puisne Judge/Juge puînée
1999-941
Bisson, The Hon./L’hon. Claude
Communications Security Establishment/Centre de la sécurité des télécommunications
Commissioner/Commissaire
1999-1048
Canada Pension Plan/Régime de pensions du Canada
Review Tribunal/Tribunal de révision
Bierbrier, Ben — Ottawa
Hudgin, Jean Ellen — Toronto
1999-1037
1999-1038
Court of Queen’s Bench of Alberta/Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
Justices/Juges
Court of Appeal of Alberta/Cour d’appel de l’Alberta
Members ex officio/Membres d’office
Rowbotham, Patricia A., Q.C./c.r.
Sirr, Douglas A., Q.C./c.r.
1999-1044
1999-1043
Eckmire, David Lloyd
Civil Aviation Tribunal/Tribunal de l’aviation civile
Part-time Member/Conseiller à temps partiel
1999-1026
Gaal, Sonia
Canada Industrial Relations Board/Conseil canadien des relations industrielles
Member/Membre
1999-1025
1876
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
Name and Position/Nom et poste
Order in Council/ Décret en conseil
* Gladu, André
Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec/Agence de
développement économique du Canada pour les régions du Québec
Deputy Minister/Sous-ministre
Deputy Head/Administrateur général
Goldbloom, Victor C.
Commissioner of Official Languages for Canada/Commissaire aux langues officielles du
Canada
Great Lakes Pilotage Authority/Administration de pilotage des Grands Lacs
Members/Membres
Langlois, Donald John
Paterson, Robert J.
1999-901
1999-902
1999-1024
1999-1027
1999-1028
Hewak, The Hon./L’hon. Benjamin
Government of Manitoba/Gouvernement du Manitoba
Administrator/Administrateur
June 21 to 25, 1999/Du 21 au 25 juin 1999
1999-1065
Kvarda, Zdenek
Canadian International Trade Tribunal/Tribunal canadien du commerce extérieur
Permanent Member/Titulaire
1999-1035
Lutfy, The Hon./L’hon. Allan
Competition Tribunal/Tribunal de la concurrence
Member/Membre
1999-1036
Medical Research Council/Conseil de recherches médicales
Members/Conseillers
Crine, Philippe
McMurtry, Robert Y.
Weiner, Joel Hirsch
1999-1040
1999-1041
1999-1041
National Parole Board/Commission nationale des libérations conditionnelles
Part-time Members/Membres à temps partiel
Carter, G. Leona
Hayter, Ron
Léveillé, Paul J.
Musgrove, Heather E.
Thompson, D. Terry
1999-1032
1999-1029
1999-1033
1999-1030
1999-1031
Paré, Richard
Parliamentary Librarian/Bibliothécaire parlementaire
1999-1039
Queen’s Privy Council for Canada/Conseil privé de la Reine pour le Canada
Members/Membres
McKenna, Frank Joseph
Speaker, Raymond A.
Instrument of Advice dated June 9, 1999
Instrument d’avis en date du 9 juin 1999
Rideout, The Hon./L’hon. George S.
Court of Queen’s Bench of New Brunswick — Trial Division/Cour du Banc de la Reine du
Nouveau-Brunswick — Division de première instance
Judge/Juge
Court of Appeal of New Brunswick/Cour d’appel du Nouveau-Brunswick
Judge ex officio/Juge ex officio
1999-1045
Robichaud, Brigitte M., Q.C./c.r.
Court of Queen’s Bench of New Brunswick — Family Division/Cour du Banc de la Reine
du Nouveau-Brunswick — Division de la famille
Judge/Juge
Court of Appeal of New Brunswick/Cour d’appel du Nouveau-Brunswick
Judge ex officio/Juge ex officio
1999-1046
———
* Correction
———
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
Name and Position/Nom et poste
1877
Order in Council/ Décret en conseil
Rowe, Malcolm H., Q.C./c.r.
Trial Division of the Supreme Court of Newfoundland/Division de première instance de la
Cour suprême de Terre-Neuve
Judge/Juge
Court of Appeal of the Supreme Court of Newfoundland/Cour d’appel de la Cour suprême
de Terre-Neuve
Member ex officio/Membre d’office
Security Intelligence Review Committee/Comité de surveillance des activités de
renseignement de sécurité
Members/Membres
McKenna, The Hon./L’hon. Frank Joseph, P.C./C.P.
Speaker, The Hon./L’hon. Raymond A., P.C./C.P.
1999-1047
1999-1050
1909-1049
Standards Council of Canada/Conseil canadien des normes
Members/Conseillers
Krentz, Hugh A.
Saunders, Philip
Seiferling, Irene A.
1999-1034
Wittmann, Neil C., Q.C./c.r.
Court of Appeal of Alberta/Cour d’appel de l’Alberta
Justice of Appeal/Juge d’appel
Court of Queen’s Bench of Alberta/Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
Member ex officio/Membre d’office
Court of Appeal for the Northwest Territories/Cour d’appel des Territoires du Nord-Ouest
Justice of Appeal/Juge d’appel
1999-1042
[26-1-o]
[26-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
COMPETITION ACT
LOI SUR LA CONCURRENCE
Intellectual Property Enforcement Guidelines — Competition
Bureau
Lignes directrices pour l’application de la loi : Propriété
intellectuelle — Bureau de la concurrence
The following document presents a preliminary draft for consultation of the Competition Bureau’s Intellectual Property Enforcement Guidelines. The Guidelines were initially released as of
June 11, 1999. The Guidelines set out the analytical framework
which the Bureau proposes to apply when assessing the competitive effects of business arrangements involving intellectual property. The Guidelines discuss the circumstances in which the
Commissioner of Competition will likely seek to restrain the anticompetitive exercise of intellectual property rights in order to
promote competitive markets.
Le document suivant présente une version préliminaire pour
consultation des Lignes directrices pour l’application de la loi :
Propriété intellectuelle du Bureau de la concurrence. Il a premièrement été publié le 11 juin 1999. Les Lignes directrices décrivent le cadre analytique que le Bureau se propose d’appliquer en
évaluant les effets concurrentiels d’ententes commerciales impliquant la propriété intellectuelle. Les Lignes directrices traitent des
circonstances où le Commissaire de la concurrence chercherait
vraisemblablement à restreindre l’exercice anticoncurrentiel des
droits de la propriété intellectuelle dans le but de promouvoir des
marchés concurrentiels.
The Bureau is proposing consultation on the principles articulated in the guidelines governing the Commissioner’s policy with
respect to the interface between intellectual property rights and
competition law and the conceptual framework under which
business conduct involving the use of intellectual property will be
assessed. As part of this consultative process, the Bureau is asking interested parties to submit their written comments by July 23,
1999. All submissions will be made available to the public except
where confidentiality is specifically requested.
Le Bureau propose une consultation sur les principes exposés
dans les Lignes directrices qui orientent la politique du Commissaire concernant l’interface entre les droits de la propriété intellectuelle et la loi sur la concurrence ainsi que sur le cadre conceptuel en vertu duquel une pratique commerciale impliquant
l’utilisation d’une propriété intellectuelle sera évaluée. Dans le
cadre de ce processus consultatif, le Bureau demande aux intéressés de faire parvenir leurs commentaires écrits au plus tard le
23 juillet 1999. Toutes les observations seront disponibles au
public sauf s’il y a une demande expresse de confidentialité.
1878
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
Table of Contents
Table des matières
Part 1: Executive Summary and Introduction......................... 1879
1.1 Purpose of Guidelines.......................................... 1879
1.2 Organization of Guidelines.................................. 1880
Première partie : Sommaire et introduction............................ 1879
1.1 Objectifs des Lignes directrices................................ 1879
1.2 Structure des Lignes directrices................................ 1880
Part 2: Competition Law/Intellectual Property Law:
A General Overview................................................... 1881
2.1 Intellectual Property Laws ................................... 1881
2.2 Competition Law ................................................. 1882
2.3 Competition Law/IP Law Interface...................... 1884
Deuxième partie : Loi sur la concurrence et la propriété
intellectuelle : aperçu général.................. 1881
2.1 Lois sur la propriété intellectuelle ............................ 1881
2.2 Législation sur la concurrence.................................. 1882
2.3 Interface entre la législation sur la concurrence et
celle sur la PI........................................................... 1884
Part 3: Application of Competition Law to IP ....................... 1884
3.1 Enforcement of the General Provisions of the
Competition Act................................................... 1884
A. Enforcement Approach........................................ 1886
A.1 Relevant Markets......................................... 1887
A.2 Market Power .............................................. 1888
(i) Market Concentration.......................... 1888
(ii) Ease of Entry ....................................... 1889
(iii) Horizontal Effects ............................... 1889
A.3 Anti-Competitive Effects............................ 1890
A.4 Efficiency Considerations .......................... 1890
Troisième partie : Application de la législation sur la
concurrence à la PI .................................. 1884
3.1 Application des dispositions générales de la Loi sur
la concurrence .......................................................... 1884
A. Approche de mise en application .......................... 1886
A.1 Marchés pertinents ........................................ 1887
A.2 Puissance commerciale ................................. 1888
(i) Concentration du marché ........................ 1888
(ii) Facilité d’entrée ..................................... 1889
(iii) Effets horizontaux................................. 1889
A.3 Effets anticoncurrentiels ............................... 1890
A.4 Considérations d’efficience........................... 1890
Part 4: Special Remedies........................................................ 1891
Quatrième partie : Recours spéciaux...................................... 1891
Part 5: Competition Policy Advocacy .................................... 1892
Cinquième partie : Promotion de la politique de
concurrence ............................................. 1892
Part 6: Application of Competition Law to IP: Hypothetical
Examples .................................................................... 1893
Example 1: Alleged Abuse of an IP Right ......................... 1893
Example 2(a): Price Fixing ................................................ 1894
Example 2(b): Standards Setting........................................ 1895
Example 3(a): Merger ........................................................ 1895
Example 3(b): Potential Competition................................. 1897
Example 3(c): A Joint Venture........................................... 1899
Example 4(a): Exclusive Contracts .................................... 1899
Example 4(b): Vertical Merger or Acquisition................... 1902
Example 5(a): Exclusive Licensing.................................... 1904
Example 5(b): Widespread Foreclosure ............................. 1906
Example 6: Output Royalties ............................................. 1907
Example 7: A Patent Pooling Arrangement ....................... 1909
Example 8: Refusal in Aftermarkets .................................. 1910
Example 9: Denying Access to Complementary Product
Suppliers.......................................................... 1911
Example 10: Foreclosure of Complementary Products ...... 1913
Example 11: Refusal to License a Standard ....................... 1914
Sixième partie : Application de la législation sur la
concurrence à la PI — Cas hypothétiques .. 1893
Exemple 1 : Allégation d’abus d’un droit de PI..................... 1893
Exemple 2a) : Fixation des prix ............................................. 1894
Exemple 2b) : Établissement de normes ................................ 1895
Exemple 3a) : Fusionnement.................................................. 1895
Exemple 3b) : Concurrence probable..................................... 1897
Exemple 3c) : Coentreprise .................................................... 1899
Exemple 4a) : Contrats exclusifs ........................................... 1899
Exemple 4b) : Fusionnement vertical ou acquisition ............. 1902
Exemple 5a) : Octroi de licences exclusives.......................... 1904
Exemple 5b) : Éviction quasi complète.................................. 1906
Exemple 6 : Redevances à la production ............................... 1907
Exemple 7 : Dispositif de mise en commun des brevets ........ 1909
Exemple 8 : Refus sur le marché des pièces de rechange ...... 1910
Exemple 9 : Refus d’accès aux fournisseurs de produits
complémentaires ................................................ 1911
Exemple 10 : Exclusion des produits complémentaires ......... 1913
Exemple 11 : Refus d’accorder des licences pour une
norme............................................................... 1914
ANNEX 1: Providing Comments........................................... 1916
ANNEXE I : Commentaires................................................... 1916
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1879
Part 1: Executive Summary and Introduction
Première partie : Sommaire et introduction
1.1 Purpose of Guidelines
1.1. Objectifs des Lignes directrices
1. Today’s economy, driven by rapid advancements in information and communications technologies, is becoming increasingly based on knowledge and innovation. New technologies
create economic, cultural, social and educational opportunities for
people to put ideas to work in innovative ways that increase
productivity and create employment and wealth. Adequate intellectual property (“IP”) protection plays an important role in
stimulating new technology development, artistic expression and
the dissemination of knowledge all of which are vital to the
knowledge-based economy.1 In this context, firms have new opportunities to use their IP strategically, as a valuable competitive
asset.
1. L’économie actuelle, caractérisée par le progrès rapide des
technologies de l’information et de la communication, est de plus
en plus basée sur le savoir et l’innovation. Les nouvelles technologies créent des possibilités économiques, culturelles, sociales et
pédagogiques permettant aux gens de mettre en application de
façon innovatrice des idées pour augmenter la productivité et
créer de l’emploi et de la richesse. Une protection adéquate de la
propriété intellectuelle (PI) joue un rôle important afin de stimuler le développement de nouvelles technologies, l’expression
artistique et la diffusion de la connaissance, tous d’une importance vitale pour l’économie basée sur le savoir1. Dans ce contexte, les entreprises ont de nouvelles possibilités d’utilisation
stratégique de la PI comme atout concurrentiel de grande valeur.
2. Comme pour toute propriété privée, les titulaires d’une PI
tirent profit de leur propriété du fait qu’ils ont le droit d’empêcher
les autres de l’utiliser. Les lois sur la propriété, dont les lois visant la PI, définissent et protègent les droits des titulaires concernant leur propriété privée. Les particularités de la PI font que dans
beaucoup de cas il est nécessaire de prévoir un mécanisme légal
permettant aux titulaires d’exercer leur droit de propriété sur leur
PI d’une manière comparable à celle qui a cours pour les autres
types de propriété privée.
3. Les lois sur la PI et celles sur la concurrence constituent
deux éléments complémentaires de la politique gouvernementale
qui renferment parmi leurs buts finaux la promotion d’une économie efficiente. Chacun de ces éléments encourage l’innovation
et la diffusion rapide des techniques nouvelles, ce qui entraîne la
création de nouveaux produits et procédés de fabrication. Les lois
sur la PI favorisent le progrès en établissant des droits de propriété ayant force exécutoire pour les créateurs de produits, de technologies et d’œuvres originales nouvelles et utiles et qui empêchent la resquille et le détournement de la PI. Les lois sur la
concurrence peuvent être invoquées afin de prôner des structures
de marché fortement concentrées ou d’autres formes de pratique
qui peuvent nuire à une saine et vigoureuse concurrence entre
entreprises. Les lois sur la concurrence favorisent l’innovation et
l’adoption de nouvelles technologies par les entreprises.
4. L’objectif des présentes Lignes directrices est de présenter
les principes qui ont orienté la politique du Bureau de la concurrence (le « Bureau ») concernant l’interface entre les droits de la
PI et la loi sur la concurrence. Le but est de réduire l’incertitude à
laquelle le monde des affaires est peut-être confronté concernant
cette interface et de promouvoir la transparence dans la mise en
application de la Loi sur la concurrence. Ces Lignes directrices
expliquent comment le Bureau évaluera les ententes commerciales touchant la PI.
5. L’approche présentée dans les présentes Lignes directrices
se fonde sur le principe que la Loi sur la concurrence s’applique
à une pratique impliquant une PI au même titre qu’à une pratique
impliquant d’autres formes de propriété. Comme dans le cas des
2. As with any private property, owners of IP profit from their
property when they have the right to exclude others from its use.
Property laws, including IP laws, define and protect owners’
rights to their private property. The special characteristics of IP
make it necessary in many instances to provide a statutory mechanism for owners to exert ownership rights in IP comparable to
those given other kinds of private property.
3. IP laws and competition laws are two complementary instruments of government policy that have among their ultimate
goals the promotion of an efficient economy. Each provides incentives for innovation and the rapid diffusion of new technology, resulting in new products and production processes. IP laws
provide incentives for innovation and technological diffusion by
establishing enforceable property rights for the creators of new
and useful products, technologies and original works of expression that prevent free riding and misappropriation of IP. Competition laws may be invoked to enjoin the creation of highly concentrated market structures or other forms of conduct that may
harm vigorous inter-firm rivalry. Competition laws protect the
incentives for firms to innovate and adopt new technologies.
4. The purpose of these Guidelines is to articulate the principles governing the Competition Bureau’s (the “Bureau”) policy
with respect to the interface between IP rights and competition
law. The goal is to alleviate uncertainty that the business community may face concerning this interface and to promote transparency in the enforcement of the Competition Act. These Guidelines explain how the Bureau will assess business arrangements
involving IP.
5. The approach elaborated in these Guidelines is based on the
principle that the Competition Act applies to conduct involving IP
as it applies to conduct involving other forms of property. As
with other private property rights, there may be circumstances
———
———
1
1
The Canadian Intellectual Property Office (“CIPO”) defines intellectual property
and summarizes the role of IP rights as:
“Ideas, designs, creativity ..... (that) help us (Canadians) work better, to make
finer products and to compete more effectively in world trade. A brisk and
orderly exchange of ideas is as important to our economy as the flow of
money or goods and services. To promote this exchange, while protecting
owners’ rights, the Government of Canada considers certain kinds of creative
endeavors ‘intellectual property’. You can receive legal recognition for these
endeavours in much the same way as you receive title to a piece of land.”
L’Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC) définit la propriété
intellectuelle et résume le rôle de la PI de la façon suivante :
« Idées, dessins, créativité... [qui] nous [Canadiens] permettent de mieux travailler, de fabriquer des produits plus raffinés et de soutenir plus efficacement
la concurrence sur les marchés mondiaux. Notre économie a autant besoin
d’un échange vif et structuré d’idées que de capitaux ou de biens et de services. Pour favoriser un tel échange, tout en protégeant les droits des titulaires, le gouvernement du Canada englobe certains types d’ouvrages créatifs
dans le domaine de la propriété intellectuelle. Vous pouvez faire reconnaître
légalement ces ouvrages à peu près de la même manière que vous obtenez un
titre de propriété pour un terrain. »
1880
Canada Gazette Part I
where intervention under the Competition Act would impose
constraints on the conduct involving IP rights. These Guidelines
discuss the circumstances in which the Bureau will likely seek to
restrain the anti-competitive exercise of IP rights in order to promote competitive markets.
6. The Bureau’s approach to the application of the Competition
Act to IP is based upon the following broad framework:
(a) in general, the majority of circumstances pertaining to IP
will be dealt with under the general provisions of the Competition Act. In such cases, the Bureau will only take enforcement
action if the owner of an IP right engages in conduct that is beyond the statutory and common law IP rights and the conduct is
anti-competitive;
(b) underlying this approach is the presumption that the exercise of an IP right is not considered anti-competitive in and of
itself;
(c) while IP has important characteristics that distinguish it
from other forms of property, the same competition analysis
can be applied to conduct involving IP, as to conduct involving
other forms of property, to determine any anti-competitive effects. The guidelines demonstrate how the special characteristics of IP can be taken into consideration in the context of this
competition analysis; and
(d) if an IP owner engages in conduct inherent in its statutory
IP rights (e.g., the refusal to license an IP right), the Bureau
would take action under section 32 of the Competition Act only
under the rare circumstances articulated in the Guidelines when
no other remedy is provided for by the relevant IP statute.
7. However, these Guidelines cannot provide guidance with respect to the exercise of discretion in every situation. The circumstances of each alleged contravention of the Competition Act
will determine how the Bureau will apply his or her enforcement
discretion. Therefore, individuals should either consult with qualified counsel or contact the Bureau when evaluating the competition law risk associated with any contemplated business arrangement involving IP. The final interpretation of the law rests with
the Competition Tribunal (the “Tribunal”) and the courts.
8. In developing these Guidelines, the Bureau has considered
the new global economic and technological environment, the
Bureau’s past experiences, Canadian case law, the approach taken
in the 1995 Antitrust Guidelines for the Licensing of Intellectual
Property issued by the U.S. Department of Justice and the Federal
Trade Commission, and the approach taken in other jurisdictions,
including the European Community.
June 26, 1999
autres droits de propriété privée, il peut exister des circonstances
où une intervention en vertu de la Loi sur la concurrence imposerait des contraintes impliquant des droits de PI. Les présentes
Lignes directrices analysent les circonstances dans lesquelles le
Bureau voudra probablement restreindre l’exercice anticoncurrentiel des droits de PI afin de favoriser l’existence de marchés
concurrentiels.
6. L’approche du Bureau en ce qui concerne l’application de la
Loi sur la concurrence est basée sur le cadre général suivant :
a) En général, la plupart des circonstances ayant trait à la PI
sont traitées selon les dispositions générales de la Loi sur la
concurrence. Dans de tels cas, le Bureau n’adopte de mesures
coercitives que si le titulaire d’un droit de PI se livre à une pratique qui va au-delà des lois et de la common law sur les droits
de PI et que cette pratique est anticoncurrentielle;
b) La présomption que l’exercice d’un droit de PI n’est pas en
lui-même anticoncurrentiel est à la base de cette approche;
c) Bien que la PI possède des caractéristiques distinctives par
rapport aux autres formes de propriété, la même analyse concurrentielle peut s’appliquer à une pratique impliquant une
propriété intellectuelle tout comme à une pratique impliquant
d’autres formes de propriété afin de déterminer tout effet anticoncurrentiel. Les Lignes directrices démontrent comment les
caractéristiques particulières de la PI peuvent être prises
en considération dans le contexte de cette analyse de la
concurrence.
d) Si le titulaire d’une PI se livre à des pratiques autorisées selon ses droits prévus par la loi (par exemple, le refus d’octroyer
une licence pour un droit de PI), le Bureau prendrait des mesures conformément à l’article 32 de la Loi sur la concurrence,
seulement dans les cas rares, expliqués dans les Lignes directrices, où aucun autre recours n’est prévu par la loi sur la PI
applicable en l’espèce.
7. Cependant, ces Lignes directrices ne peuvent servir de guide,
dans toutes les situations, à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire. Les circonstances de chaque infraction présumée de la Loi
sur la concurrence déterminent comment le Bureau applique son
pouvoir d’exécution discrétionnaire. Par conséquent, les personnes concernées devraient avoir recours aux services d’un conseiller juridique qualifié ou communiquer avec le Bureau lorsqu’elles cherchent à évaluer les risques associés à une entente
d’affaires projetée où entrent en ligne de compte les lois sur la
concurrence et la propriété intellectuelle. L’interprétation finale
de la loi est du ressort du Tribunal de la concurrence (le « Tribunal ») et des tribunaux.
8. Dans l’élaboration de ces Lignes directrices, le Bureau a pris
en considération le nouvel environnement mondial concernant
l’économie et les nouvelles technologies, l’expérience passée du
Bureau, la jurisprudence canadienne et l’approche adoptée dans
la 1995 Antitrust Guidelines for the Licensing of Intellectual Property (Ligne directrice pour la concession de licences relatives
à la propriété intellectuelle) publiée par le Department of Justice (ministère de la Justice) et la Federal Trade Commission
(Commission fédérale du commerce) des États-Unis et l’attitude
adoptée par d’autres autorités, notamment la Communauté
européenne.
1.2 Organization of Guidelines
1.2 Structure des Lignes directrices
9. The remainder of these Guidelines is organized in five parts.
Part 2 is divided into three subsections. The first subsection discusses the general purpose of IP laws. The second subsection
outlines the general purpose of competition law and describes the
basic analytic approach used in its application. The third subsection discusses the interface between competition law and IP laws.
Part 3 outlines the Bureau’s enforcement principle underlying the
9. La suite des présentes Lignes directrices se divise en cinq
parties. La deuxième partie est divisée en trois sections. La première traite de l’objectif général des lois sur la propriété intellectuelle. La deuxième évoque l’objectif de la législation sur la concurrence et décrit l’approche analytique de base utilisée dans son
application. La troisième section aborde l’interface entre la législation sur la concurrence et celle sur la propriété intellectuelle. La
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1881
application of the criminal and civil provisions of the Competition Act to business arrangements involving IP. Part 4 provides
guidance concerning the application of section 32, the special
remedy provision. Part 5 discusses the Bureau’s mandate to promote competition which may include intervening in proceedings
where IP rights are being defined, strengthened or extended inappropriately. Part 6 presents a series of hypothetical situations illustrating how the Competition Act will be applied to conduct
involving IP.
troisième partie résume le principe de mise en application, suivi
par le Bureau, qui est à la base des dispositions en matière civile
et criminelle de la Loi sur la concurrence applicables aux
ententes d’affaires où intervient la propriété intellectuelle. La
quatrième partie énonce des principes d’orientation pour l’application de l’article 32 qui concerne les recours spéciaux. La cinquième partie traite du mandat qui incombe au Bureau de favoriser la concurrence, ce qui peut inclure l’intervention dans des
procédures où les droits de PI sont définis, renforcés ou étendus
de façon incorrecte. Enfin, la sixième partie présente une série de
situations hypothétiques illustrant comment la Loi sur la concurrence sera appliquée aux pratiques relatives à la PI.
Part 2: Competition Law/Intellectual Property Law: A
General Overview
Deuxième partie : Lois sur la concurrence et la propriété
intellectuelle : aperçu général
2.1 Intellectual Property Laws
2.1 Lois sur la propriété intellectuelle
10. In these Guidelines, “intellectual property rights” (“IP
rights”) refers to the rights granted under the Copyright Act, the
Patent Act, the Trade-Marks Act, the Industrial Design Act, the
Integrated Circuit Topography Act, and other industry-specific
legislation; such as the Plant Breeder’s Rights Act and the Status
of the Artist Act. The Copyright Act confers upon the creator of
an original work exclusive rights to authorize the reproduction or
communication of that work. The Patent Act protects an innovator by granting, for a fixed term, the exclusive right to use or to
sell the right to use the invention. The Trade-Marks Act allows
the registration of distinctive marks and confers upon the owner
the exclusive right to use their mark. Finally, upon registration of
a design, the Industrial Design Act confers the right to limit the
production and sale of articles that incorporate the design. The
Integrated Circuit Topography Act confers similar rights for a
topography, which is a design for the disposition of an integrated
circuit product. In a broader perspective, the term “IP rights” also
encompasses the protection of IP sustained under the common
law and the Quebec Civil Code, including the protection given to
trade secrets. From the perspective of enforcing the Competition
Act, the distinction between the different types of IP rights is not
paramount; the critical fact is that IP rights create something that
is tradeable.
10. Dans les présentes Lignes directrices, l’expression « droits
de propriété intellectuelle » (« droits de PI ») fait référence aux
droits accordés en vertu de la Loi sur le droit d’auteur, de la Loi
sur les brevets, de la Loi sur les marques de commerce, de la Loi
sur les dessins industriels, de la Loi sur les topographies de circuits intégrés et autres lois destinées à des secteurs d’activités
particuliers telles que la Loi sur la protection des obtentions végétales et la Loi sur le statut de l’artiste. La Loi sur le droit
d’auteur confère au créateur d’une œuvre originale des droits
exclusifs de reproduction et de diffusion de cette œuvre. La Loi
sur les brevets protège les innovateurs en leur accordant, pour
une période limitée, le droit exclusif d’utiliser ou de vendre le
droit d’utiliser l’invention. La Loi sur les marques de commerce
permet l’enregistrement de marques distinctives et confère au
propriétaire le droit exclusif d’utiliser sa marque. Enfin, lorsqu’un
dessin est enregistré, la Loi sur les dessins industriels confère le
droit de limiter la production et la vente des articles qui incorporent ce dessin. La Loi sur les topographies de circuits intégrés
confère des droits similaires pour les topographies, qui sont des
dessins de la disposition de circuits intégrés. Dans une perspective plus étendue, le terme « droits de PI » englobe également la
protection de la PI accordée en vertu de la common law et du
Code civil du Québec, y compris la protection des secrets commerciaux. Le fait important, du point de vue de l’application de la
Loi sur la concurrence, est que les droits de PI créent quelque
chose de négociable; la distinction entre les différents types de
droits de PI n’est pas primordiale.
11. Le droit de propriété privée est le fondement de l’économie
de marché. La propriété privée est protégée par la loi, soit par la
common law ou par un texte législatif. Cette protection encourage
l’investissement et le commerce, car les propriétaires peuvent
conserver le rendement de leurs investissements et le produit de
l’échange de leurs biens. Les incitatifs économiques liés au droit
de propriété sont dans l’ensemble les mêmes pour tous les types
de propriété privée. Les propriétaires tirent profit de leur propriété
par les échanges en recevant des paiements de ceux qui l’achètent
ou qui s’en servent. Cela n’est possible que lorsque les propriétaires ont la possibilité de restreindre l’accès à leur bien.
11. Private property rights are the foundation of a market economy. Private property is granted legal protection, either by common law or by statute. This creates incentives for investment and
trade as owners can appropriate the return from investments and
exchange of property. The economic incentives underlying ownership are fundamentally the same for all types of private property. Owners profit from their property through exchange, by receiving payment from those who acquire or make use of it. This is
only possible when owners can control others’ access to their
property.
12. IP has unique characteristics which make it difficult for
owners to exclude others and profit from their IP. First, IP is typically non-excludable; it is impossible or at least very costly for
owners of IP to exclude others from its use without legal recourse. Whereas the owner of steel ingots can physically restrict
access to its property, it would be difficult, if not impossible,
for the creator of a work of art to prevent it from being copied
once the work has been shown or distributed. The problem of
12. La PI possède des caractéristiques particulières qui rendent
difficile pour leur titulaire d’exclure les autres utilisateurs et de
tirer profit de leur PI. Premièrement, la PI est habituellement
d’usage collectif; il est impossible, ou en tout cas très coûteux,
pour les titulaires d’une PI d’exclure autrui de l’utilisation de sa
PI sans procédure de recours. Le propriétaire de lingots d’acier
peut interdire l’accès à ses biens, mais il serait difficile, sinon
impossible, pour le créateur d’une œuvre d’art d’empêcher que
1882
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
non-excludability is exacerbated because, while IP is often expensive to develop, it is often easy and inexpensive to copy. Second, IP is typically non-rivalrous: two or more persons can simultaneously make use of an IP right. For example, the fact that a
firm is using a novel production process does not prevent another
firm from simultaneously using the same process. In contrast, for
an input like steel ingots, use by one firm prevents concurrent use
by another.2 As a result, the task of establishing and enforcing
private property rights in IP is more difficult than for other kinds
of property and the common and civil laws alone have not been
considered as sufficient to protect most IP rights.
des copies en soient faites une fois qu’elle a été exposée ou distribuée. Le problème de l’impossibilité de limiter l’utilisation est
aggravé par le fait que, bien qu’il soit souvent coûteux de développer des produits protégés par la PI, il est souvent facile et peu
coûteux de les copier. Deuxièmement, la PI est habituellement
non exclusive; deux personnes ou plus peuvent utiliser simultanément un droit de PI. Par exemple, le fait qu’une entreprise utilise un nouveau procédé de production n’empêche pas une autre
entreprise de se servir de ce procédé au même moment. Dans le
cas d’un facteur de production comme les lingots d’acier, par
contre, leur utilisation par une entreprise empêche tout autre producteur de s’en servir en même temps2. Il en résulte que la tâche
d’établir et de faire respecter les droits de propriété privée, quand
il s’agit de PI, est plus difficile que pour d’autres types de biens et
que le droit civil et la common law en eux-mêmes n’ont pas été
jugés suffisants pour protéger la plupart des droits de PI.
13. Accordingly, legislation has been enacted to provide a
mechanism for owners to protect and enforce IP rights. The legislation allows owners to exchange their IP in the marketplace
which enhances incentives for investment. Except for trademarks, legal protection of IP rights does not exist outside the
ambit of IP statutory regimes. While each of the statutes confers
exclusive rights upon IP owners, the extent and subject matter
covered by such rights vary greatly from one statute to another.
13. Par conséquent, des lois ont été adoptées pour prévoir un
mécanisme de protection et d’application des droits de PI. Ces
lois permettent aux titulaires d’échanger leur PI sur les marchés
favorisant les projets d’investissements. À l’exception des marques de commerce, une protection légale des droits de la PI
n’existe pas à l’extérieur de la portée des régimes statutaires relatifs à la PI. Même si chacune des lois confère des droits exclusifs
aux titulaires d’une PI, la portée et la matière traitée par de tels
droits varient grandement d’une loi à l’autre.
2.2 Competition Law
2.2 Législation sur la concurrence
14. The principle underlying competition law is that the public
interest is best served when markets are competitive. Competitive
markets are socially desirable because they lead to an efficient
allocation of resources. Competition law seeks to prevent the
creation, enhancement or maintenance of market power where
this would undermine competition without offsetting economic
benefits. Market power refers to the ability of firms to profitably
cause one or more facets of competition, such as price, quality,
variety, services, advertising, or innovation to significantly deviate from competitive levels for a sustainable period of time.3
However, a firm is not in contravention of the Competition Act if
it possesses market power attained solely through a superior
quality product, process, the introduction of an innovative business practice, or other reasons for exceptional performance.
14. Le principe de base du droit de la concurrence est le suivant : c’est lorsque les marchés sont concurrentiels que l’intérêt
public est le mieux servi. Les marchés concurrentiels sont socialement désirables parce qu’ils entraînent une allocation efficiente
des ressources. La législation sur la concurrence cherche à empêcher la création, le renforcement ou le maintien d’une puissance
commerciale qui réduirait la concurrence sans offrir d’avantages
économiques en compensation. La puissance commerciale fait
référence à la capacité des entreprises de faire en sorte qu’une ou
plusieurs des variables de la concurrence comme le prix, la qualité, la variété, les services, la publicité ou l’innovation dévient du
niveau concurrentiel pendant assez longtemps3. Cependant, une
entreprise n’enfreint pas la Loi sur la concurrence si elle possède
une puissance commerciale obtenue uniquement grâce à un produit ou à un procédé de qualité supérieure, la mise en application
d’une pratique d’affaires innovatrice ou d’autres raisons d’un
rendement exceptionnel.
15. Since property rights are necessary conditions for efficient
competitive markets, the enforcement of the Competition Act
generally respects basic property rights and does not routinely
interfere with their exercise. However, enforcement action under
the Competition Act may be warranted when the exercise of
15. Étant donné que les droits de propriété sont des conditions
nécessaires à l’existence d’un marché efficient, l’application de la
Loi sur la concurrence respecte généralement les droits de propriété de base et n’intervient pas couramment dans leur exercice.
Cependant, des mesures de mise en application prises en vertu de
———
———
2
In order to enforce common law property rights, it must be possible to identify
the property’s owner, and delineate clearly the boundaries of the property. Both
tasks can prove problematic in the case of IP. For other kinds of private property, possession can generally be seen as an indication of ownership. However,
since many individuals can possess IP simultaneously, it may be difficult to establish the identity of the original creator and true owner of the IP. Furthermore,
since IP is generally intangible, it is often difficult to clearly delineate the
boundaries of the property. Absent a legal delineation of the boundaries, IP
owners may have difficulty showing that others have infringed on their IP without authorization.
2
3
In R. v. Nova Scotia Pharmaceutical Society et al., [1992] 2 S.C.R. (606), market power was defined as “the ability to behave relatively independently of the
market” and in DIR v. The NutraSweet Co. (1990) 32 C.P.R. (3d) 1(Comp.
Trib.), at p. 28 as the ability to maintain prices above competitive levels for a
considerable period.
3
Pour pouvoir appliquer les droits de propriété reconnus en common law, il doit
être possible de déterminer qui est le propriétaire et de définir clairement les
limites de la propriété. Les deux tâches peuvent se révéler difficiles dans le cas
de la PI. Pour les autres types de propriété privée, la possession peut généralement être vue comme un signe de propriété. Cependant, comme plusieurs personnes peuvent posséder une PI simultanément, il peut être difficile d’établir
l’identité du créateur original et du véritable titulaire d’une PI. De plus, comme
la PI est habituellement incorporelle, il est souvent difficile de déterminer
clairement les limites de la propriété. Sans délimitation légale des limites, les
titulaires d’une PI peuvent avoir de la difficulté à montrer qu’une autre partie a
violé leur PI.
Dans « R. c. Nova Scotia Pharmaceutical Society et al. » (1992), 2 R.C.S. (606),
la puissance commerciale est définie comme « la capacité d’agir de manière
assez indépendante du marché » et dans « D.E.R. c. The NutraSweet Co. »
(1990) 32 CPR (3d) 1 (Tribunal de la concurrence), à la page 28, comme la
capacité de maintenir longtemps les prix à un niveau supérieur aux prix
concurrentiels.
Le 26 juin 1999
market power results in an inefficient allocation of resources to
the detriment of consumers.
16. The provisions of the Competition Act that define the circumstances where intervention in a business arrangement, including arrangements involving IP, may be warranted in order to protect competition are divided into two categories: criminal
offences and reviewable (civil) matters. Many provisions require
that the conduct either substantially or unduly lessens/prevents
competition before a contravention can be found.
17. Criminal offences include conspiracy (section 45), bidrigging (section 47), price maintenance (section 61), price discrimination and predatory pricing (section 50) and some of the
misleading advertising and related deceptive marketing practices
provisions (sections 52–55).4
18. The reviewable matters provisions deal with conduct that is
generally neutral or pro-competitive but which may in certain
economic circumstances significantly constrain competition. Reviewable matters include abuse of dominant position (section 79),
exclusive dealing, tied selling and market restriction (section 77),
refusal to deal (section 75), mergers (section 92) and misleading
advertising and related deceptive marketing practices (section 74). As a general rule,5 under these provisions the Tribunal
may order remedial relief if the conduct is likely to lead to a substantial lessening or prevention of competition.
19. In addition to the general criminal and civil provisions,
section 32 which is contained in the “Special Remedies” portion
of the Competition Act, provides the Federal Court with the
power, upon application by the Attorney General, to make various
remedial orders where it finds that use has been made of the exclusive rights and privileges conferred by one or more patents,
trade-marks, a copyright or a registered integrated circuit typography to unduly restrain trade or lessen competition in certain
ways. These remedial orders may include declaring any agreement or licence relating to that use void, ordering licensing of the
right, revoking the right, or directing that such other acts be done
to prevent such use. This provision provides the Bureau sufficient
statutory authority to intervene in a broad range of circumstances
to remedy anti-competitive abuses of IP rights. Specific circumstances in which the Bureau would intervene under section 32 are
discussed under Part 4, “Special Remedies”.
20. When the courts determine that there is a contravention of
the Competition Act, they can impose sanctions in the case of
criminal provisions and the Tribunal may issue remedial orders
under the civil provisions. In the criminal context, available
remedies include fines, imprisonment and prohibition orders.6
With respect to reviewable matters, there are a variety of possible
orders, some of which place constraints on the exercise of private
property rights. For example, the Tribunal has ordered the divestiture of assets, including IP, in the context of a merger where it
Gazette du Canada Partie I
la Loi sur la concurrence peuvent être justifiées si l’exercice
d’une puissance commerciale entraîne une allocation inefficiente
des ressources au détriment des consommateurs.
16. Les dispositions de la Loi sur la concurrence, qui définissent les circonstances où l’intervention du Bureau dans les ententes d’affaires, notamment celles concernant la PI, peut être
justifiée pour préserver la concurrence, se divisent en deux catégories : les infractions criminelles et les affaires (civiles) susceptibles d’examen. Plusieurs dispositions exigent qu’une pratique
réduise ou empêche sensiblement ou indûment la concurrence
avant qu’il n’y ait une infraction.
17. Les infractions criminelles incluent le complot (article 45),
le truquage des offres (article 47), le maintien des prix (article 61), la discrimination par les prix et les pratiques de prix
d’éviction (article 50), ainsi que la publicité trompeuse et les pratiques commerciales déloyales qui y sont associées (articles 52
à 55)4.
18. Les dispositions sur les affaires susceptibles d’examen ont
trait aux agissements qui sont généralement neutres ou favorables
à la concurrence mais qui, dans certaines circonstances économiques, gênent la concurrence. Les comportements susceptibles
d’examen incluent l’abus de position dominante (article 79), l’exclusivité, les ventes liées et la limitation du marché (article 77), le
refus de vendre (article 75), les fusionnements (article 92) et la
publicité trompeuse et les pratiques commerciales qui y sont liées
(article 74). En règle générale5, selon ces dispositions le Tribunal
peut ordonner des mesures correctives si la pratique est susceptible de réduire ou d’empêcher sensiblement la concurrence.
19. En plus des dispositions générales de droit criminel et de
droit civil, l’article 32 qui fait partie de la portion de la Loi sur la
concurrence traitant des « Recours spéciaux », donne à la Cour
fédérale, sur une plainte déposée par le procureur général du Canada, le pouvoir de rendre divers types d’ordonnances correctives
lorsqu’elle juge qu’il a été fait usage des droits et privilèges exclusifs conférés par un ou plusieurs brevets, marques de commerce, un droit d’auteur ou une topographie de circuits intégrés
enregistrée pour restreindre indûment le commerce ou réduire la
concurrence d’une manière ou d’une autre. Ces ordonnances correctives peuvent comporter le fait de déclarer nul tout accord,
arrangement ou permis relatif à un tel usage; de prescrire l’octroi
de licences d’exploitation de ce droit; de le révoquer ou de prescrire que d’autres actes soient faits ou omis pour empêcher un tel
usage. Cette disposition donne au Bureau un pouvoir statutaire
suffisant afin d’intervenir dans de nombreuses circonstances différentes pour remédier à des abus anticoncurrentiels des droits de
PI. Les circonstances particulières dans lesquelles le Bureau interviendrait selon l’article 32 sont exposées dans la partie 4,
« Recours spéciaux ».
20. Quand les tribunaux déterminent qu’il y a eu infraction à la
Loi sur la concurrence, ils peuvent imposer des sanctions, si ce
sont les dispositions criminelles qui s’appliquent et le Tribunal
peut ordonner des mesures correctives en vertu des dispositions
civiles. Dans le contexte criminel, les mesures correctives peuvent être des amendes, des peines d’emprisonnement et des ordonnances d’interdiction6. Pour les affaires susceptibles d’examen, il existe un certain nombre d’ordonnances, dont certaines
fixent des limites à l’exercice des droits de propriété privée. Par
———
———
4
With the exception of the conspiracy and the predatory pricing provisions, these
provisions do not require proof of market power or anti-competitive effects.
4
5
The refusal to deal provision, section 75, does not require proof of a substantial
lessening or prevention of competition.
See Information Bulletin on Program of Compliance, Information Bulletin No. 3,
June 1989 (Consumer and Corporate Affairs), for a detailed discussion of case
resolution alternatives.
5
6
1883
6
À l’exception des dispositions sur les complots et les prix d’éviction, ces dispositions n’exigent pas de preuve de puissance commerciale ou d’effets néfastes
sur la concurrence.
La disposition sur le refus de vendre (article 75) n’exige pas de preuve d’un
empêchement ou d’une réduction sensible de la concurrence.
Voir le Bulletin d’information sur le Programme de conformité, Bulletin
d’information nº 3, juin 1989 (Consommation et Corporations Canada), pour un
exposé détaillé des différentes possibilités de règlement des dossiers.
1884
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
concluded that the merger was likely to result in a substantial
lessening of competition, thereby overriding the rights of property
owners to acquire or dispose of their private property.7 Similarly,
remedies under the abuse of dominant position provisions have
involved orders affecting IP.8 Section 32 provides a number of
remedies including declaring void or restraining, in whole or in
part, any licence or terms of a licence relating to the use of the IP,
directing the grant of a licence, revoking of a patent, or directing
the expungement of a trade-mark.
exemple, le Tribunal a ordonné le dessaisissement d’éléments
d’actif, notamment de PI, dans le contexte d’un fusionnement où
il a conclu que le fusionnement était susceptible de réduire sensiblement la concurrence, annulant ainsi les droits des titulaires d’acheter ou de céder un bien7. De même, les mesures correctives prévues par les dispositions sur l’abus de
position dominante ont inclus des ordonnances touchant la PI8.
L’article 32 prévoit diverses mesures correctives, dont l’annulation ou la restriction complète ou partielle des licences ou des
termes d’une licence portant sur l’usage d’une PI, ou l’ordonnance
de délivrance d’une licence, la révocation d’un brevet ou l’ordonnance de radiation d’une marque de commerce.
2.3 Competition Law/IP Law Interface
2.3 Interface entre la législation sur la concurrence et celle sur
la PI
21. Competition and IP laws are both necessary components
for the efficient operation of the marketplace and a more efficient
economy. IP laws provide property rights, comparable to those
given to other kinds of private property, thereby providing incentives for owners to invest in the creation and development of their
property and encouraging the efficient use and dissemination of
this property within the marketplace. The application of the Competition Act to IP may prevent restrictive commercial practices
that impede the efficient production and diffusion of goods and
technologies and the creation of new products. Indeed, the promotion of a competitive marketplace is consistent with the objectives underlying IP laws.
21. Le cadre légal applicable à la concurrence et celui visant la
PI sont des éléments nécessaires au fonctionnement efficient du
marché et à une économie plus efficiente. Les lois sur la PI fournissent des droits de propriété, comparables à ceux associés aux
autres types de propriété, et constituent ainsi des incitatifs pour
les titulaires de créer et de développer leur propriété et un encouragement à l’usage efficient et à la diffusion de cette propriété sur
le marché. L’application de la Loi sur la concurrence à la PI peut
empêcher les pratiques restrictives du commerce qui nuisent à la
production et à la diffusion efficientes des biens et des technologies ainsi qu’à la création de nouveaux produits. En fait, la promotion d’un marché concurrentiel est cohérente aux objectifs que
sous-tendent les lois relatives à la PI.
Part 3: Application of Competition Law to IP
Troisième partie : Application de la législation sur la
concurrence à la PI
3.1. Enforcement of the General Provisions of the Competition
Act
3.1 Application des dispositions générales de la Loi sur la
concurrence
22. Anti-competitive behaviour can be challenged under the
criminal or civil provisions of the Competition Act. In enforcing
the criminal and civil provisions with respect to conduct involving IP, the Bureau generally begins from the premise that the
exercise by an owner of his/her IP rights is not anti-competitive in
and of itself. This is consistent with the approach taken in subsection 79(5) of the Competition Act, which provides that “an act
engaged in pursuant only to the exercise of any right or enjoyment of any interest derived under the Copyright Act, Industrial
Design Act, Integrated Circuit Topography Act, Patent Act,
Trade-marks Act or any other Act of Parliament pertaining to
intellectual or industrial property is not an anti-competitive act,”
and is the approach taken by the Tribunal.9 The relevant legislation and the common law define the rights of IP owners. The
exclusive right to either use, license, transfer, or sell the IP is
fundamental to valid copyrights, trade-marks and patents. The
Bureau takes this exclusive right as inherent in statutory and
common law IP rights.
22. Les agissements anticoncurrentiels peuvent être contestés
en vertu des dispositions civiles ou criminelles de la Loi sur la
concurrence. Pour appliquer ces dispositions à des agissements
relatifs à la PI, le Bureau part habituellement du principe que
l’exercice de ses droits de PI par un titulaire n’est pas en soi anticoncurrentiel. Cette approche est conforme à celle du paragraphe 79(5) de la Loi sur la concurrence, qui stipule qu’« un agissement résultant du seul fait de l’exercice de quelque droit ou de
la jouissance de quelque intérêt découlant de la Loi sur les brevets, de la Loi sur les dessins industriels, de la Loi sur le droit
d’auteur, de la Loi sur les marques de commerce, de la Loi sur
les topographies de circuits intégrés ou de toute autre loi fédérale
relative à la propriété intellectuelle ou industrielle ne constitue
pas un agissement anticoncurrentiel », et c’est l’approche suivie
par le Tribunal9. Les textes de lois applicables et la common law
définissent les droits des titulaires de PI. Le droit exclusif
d’utiliser des droits d’auteur, des marques de commerce et des
brevets valides, d’accorder des licences à leur égard, de les céder
ou de les vendre est une composante fondamentale des droits
d’auteur, des marques de commerce et des brevets valides. Le
Bureau considère que ce droit exclusif est compris dans les droits
statutaires et la common law attachés à la PI.
———
———
7
See DIR v. Southam Inc. (1997), 71 C.P.R. (3d) 417 (S.C.C.); and (1995), 63
C.P.R. (3d) 67 (F.C.A.), aff’d (1992), 47 C.P.R. (3d) 240 (Comp. Trib.).
7
8
See DIR v. D&B Companies of Canada Ltd. (1995), 64 C.P.R. (3d) 216 (Comp.
Trib.) [hereinafter Nielsen].
In Dir. v. Tele-Direct (Publications) Inc. and Tele-Direct (Services) Inc. (1997),
73 C.P.R. (3d) (Comp. Trib.) [hereinafter Tele-Direct] at p. 30, the Tribunal
stated that “something more than the mere exercise of statutory rights, even if
exclusionary in effect, must be present before there can be a finding of misuse of
a trade-mark”.
8
9
9
Voir « D.E.R. c. Southam Inc. » (1997), 71 C.P.R. (3d) 417 (S.C.C.) et 1995, 63
C.P.R. (3d) 67 (C.A.F.), confirmé (1992), 47 C.P.R. (3d) 240 (Tribunal de la
concurrence).
Voir « D.E.R. c. D&B Companies of Canada Ltd. » (1995), 64 C.P.R. (3d) 216
(Tribunal de la concurrence), ci-après « Nielsen ».
Dans « D.E.R. c. Télé-Direct (Publications) Inc. et Télé-Direct (Services) Inc. »
(1997), 73 C.P.R. (3d) (Tribunal de la concurrence), ci-après « Télé-Direct », à
la page 30, le Tribunal a affirmé « [...] qu’on peut employer abusivement une
marque de commerce, mais [...] qu’une conclusion d’emploi abusif doit reposer
sur plus que le simple exercice de droits prévus par la loi, même si celui-ci entraîne des effets d’exclusion ».
Le 26 juin 1999
23. However, there may be circumstances in which conduct involves more than just exercising the exclusive right to use, license, transfer, or sell an invention or protected IP and it has an
anti-competitive effect. If an IP owner engages in conduct beyond
their inherent right and this conduct has the effect of increasing,
creating or preserving market power, the Bureau may take enforcement action.
24. The Bureau interprets “the exclusive right to use, license,
transfer or sell the IP” to mean that it is only the IP owner who
can determine whether or not to license, transfer or sell the IP —
no other individual has this right. However, the Competition Act,
as it does with other property, places limits on to whom the IP
owner can license, transfer or sell the IP. If an IP owner licenses,
transfers or sells the IP to a firm or a group of firms that, absent
the arrangement, would have been actual or potential competitors,
and if this arrangement creates, enhances or preserves market
power, the Bureau may seek to nullify the arrangement under the
appropriate section of the Competition Act.10 Part 6 provides a
series of hypothetical examples which illustrate when the licensing, transfer or sale of an IP may pose a problem under the Competition Act.
25. Accordingly, in enforcing the criminal and civil provisions
of the Competition Act the following basic principle applies: The
Bureau will challenge behaviour or conduct that is beyond the
inherent statutory and common law IP rights and that substantially or unduly lessens or prevents competition in a market.
When appropriate, the Bureau will take into consideration any
applicable business justifications the conduct under scrutiny.11
26. Underlying this enforcement principle is the view that
commercial rewards flowing from the exploitation of an IP right
should largely be determined by market conditions and the differential advantages provided by the IP. IP protection cannot be used
as leverage or as an advantage to engage in conduct that distorts
market conditions by creating, preserving or increasing market
power.
27. Although IP has unique characteristics, the application of
this enforcement principle does not require a fundamentally
different competition law analysis. In considering the anticompetitive effects of any conduct involving IP, the Bureau will
apply the same general competition law analysis that it applies to
conduct involving other forms of property.
28. The Bureau’s analysis of the potential anti-competitive
harm of a particular transaction or conduct involving IP can be
described generically as follows: (i) identify the conduct which is
under scrutiny, e.g., merger, pooling of licenses, standard setting,
tied selling, exclusive dealing, abuse of dominance, etc. (ii) define the relevant market(s) (iii) determine if the firm(s) under
Gazette du Canada Partie I
23. Il peut cependant y avoir des circonstances où les agissements englobent davantage que le simple exercice du droit exclusif d’utiliser une invention ou une PI protégée, d’octroyer une
licence, de la céder ou de la vendre, et de tels agissements ont un
effet anticoncurrentiel. Si un titulaire d’une PI se livre à des agissements allant au-delà de leur droit inhérent et que ces agissements ont pour effet d’augmenter, de créer ou de maintenir une
puissance commerciale, le Bureau est autorisé à prendre des mesures d’exécution.
24. Le Bureau interprète le « droit exclusif d’utiliser la propriété intellectuelle, d’accorder des licences à l’égard d’une propriété
intellectuelle, de la céder ou de la vendre » comme signifiant que
seul le titulaire de la PI peut déterminer s’il doit ou non accorder
des licences à l’égard de la PI, la céder ou la vendre, et personne
d’autre n’a ce droit. Cependant, comme dans le cas des autres
propriétés, la Loi sur la concurrence fixe des limites quant aux
personnes à qui le titulaire d’une PI peut octroyer des licences à
l’égard de celle-ci, la vendre ou la céder. Si le titulaire d’une PI
procède à l’un de ces types de transactions avec une entreprise ou
un groupe d’entreprises qui, n’eût été de cet arrangement, auraient constitué des concurrents réels ou potentiels, et si cet arrangement crée, favorise ou maintient une puissance commerciale, le Bureau peut tenter de faire annuler l’arrangement aux
termes de l’article applicable de la Loi sur la concurrence10. La
sixième partie présente une série de cas hypothétiques qui illustrent quand l’octroi d’une licence, une cession ou une vente de PI
peut présenter des problèmes eu égard à la Loi sur la concurrence.
25. En conséquence, lorsque les dispositions criminelles et
civiles de la Loi sur la concurrence sont appliquées, le principe
de base suivant est respecté : le Bureau contestera tout comportement ou toute pratique qui va au-delà des droits statutaires et de
la common law attachés à la PI et qui réduit indûment ou sensiblement la concurrence sur un marché. Lorsqu’il le jugera approprié, le Bureau prendra en considération les justifications commerciales pertinentes de la conduite sous examen11.
26. Ce principe d’application repose sur la position selon
laquelle les avantages commerciaux découlant de l’exploitation
d’un droit de PI doivent être en grande partie déterminés par les
conditions du marché et par les avantages différentiels conférés
par la PI. La protection d’une PI ne peut pas être utilisée comme
un levier ou un avantage pour se livrer à des agissements qui
faussent les conditions du marché en créant, en augmentant ou en
maintenant une puissance commerciale.
27. Bien que la PI possède des caractéristiques distinctives,
l’usage de ce principe de mise en application n’exige pas une
analyse entièrement différente du point de vue de la législation
sur la concurrence. Dans son examen des effets anticoncurrentiels
de comportements mettant en cause une PI, le Bureau appliquera
la même analyse par rapport à la législation sur la concurrence
que s’il s’agissait d’une autre forme de propriété.
28. L’analyse faite par le Bureau du tort qui pourrait être causé
à la concurrence par une transaction ou par des agissements impliquant une PI peut être décrite en termes généraux de la façon
suivante : (i) identifier la pratique qui est à l’étude, c’est-à-dire un
fusionnement, une mise en commun de licences, l’établissement de normes, une vente liée, l’exclusivité, l’abus de position
———
———
10
10
11
This analysis would use the concept of a relevant market as defined in
paragraph 31.
With regard to IP, the Bureau will usually undertake an analysis to determine if
the conduct results in a substantial or undue lessening or prevention of competition, taking into consideration legitimate business rationales. However, upon
determining that the conduct in question does result in a substantial or undue
lessening or prevention of competition, the Bureau will determine the appropriate enforcement action based on available remedies and evidentiary
thresholds.
1885
11
Cette analyse utiliserait le concept d’un marché pertinent tel qu’il est défini au
paragraphe 31.
En ce qui concerne la PI, le Bureau fera habituellement une analyse afin de
déterminer si la conduite mène à des agissements qui conduisent à une réduction ou à un empêchement sensible de la concurrence tout en tenant compte des
besoins légitimes des entreprises. Toutefois, en plus de déterminer si les agissements mèneraient à une réduction ou à un empêchement sensible de la concurrence, le Bureau déterminera la mesure de mise en application appropriée en
se basant sur les mesures correctives appropriées et des seuils probants.
1886
Canada Gazette Part I
scrutiny possess market power by typically examining the level of
concentration and entry conditions in the relevant market(s), and
(iv) determine if the transaction or conduct has had or will have
an anti-competitive effect in the relevant market(s) that results in
either an undue lessening or a substantial lessening (prevention)
of competition, considering, where appropriate, any relevant efficiency rationales.
29. The Bureau also recognizes that an illegitimate extension of
an IP right could include alleged anti-competitive behaviour. This
might involve an IP holder alleging that its patent extends to, or
covers, products not specified in the original patent. Alternatively, the Bureau may receive complaints that infringement of a
legitimate IP right should be justified on competition grounds. In
the Bureau’s view such disputes are best resolved by the appropriate IP authority under the appropriate IP statute (see Example 1).
June 26, 1999
dominante, etc.; (ii) définir les marchés pertinents; (iii) déterminer si la ou les entreprises faisant l’objet de l’examen possèdent
une puissance commerciale, habituellement en analysant le niveau de concentration et les conditions d’entrée sur le ou les marchés pertinents; et (iv) déterminer si la transaction ou les agissements ont eu ou auront un effet anticoncurrentiel sur le ou les
marchés pertinents qui résulte en une réduction indue ou sensible
(un empêchement) de la concurrence, tout en tenant compte, s’il y
a lieu, de toute justification fondée sur l’efficience.
29. Le Bureau reconnaît également que la prolongation illégitime d’un droit de PI pourrait inclure un comportement allégué et
anticoncurrentiel. Par exemple, un titulaire de PI pourrait alléguer
que son brevet s’étend à des produits non précisés dans le brevet
original ou les couvre. Le Bureau pourrait également recevoir une
plainte disant que les atteintes aux droits légitimes de PI doivent
être justifiées pour des raisons de concurrence. De l’avis du Bureau, les autorités compétentes en matière de PI sont les mieux
placées pour résoudre de tels différends conformément aux textes
de lois applicables (voir l’exemple 1).
A. Enforcement Approach
A. Approche de mise en application
30. Some of the criminal provisions of the Competition Act,
namely bid-rigging, price maintenance and misleading advertising, are per se offences in that they do not require proof of market
power as an element of the offence. With respect to those types of
provisions, the Bureau will recommend enforcement action where
the requisite elements of the offence are met. The price discrimination provisions in section 50 are unlikely to apply to IP since
they encompass only a “sale” of articles which does not encompass the licensing of IP.
30. Certaines des dispositions criminelles de la Loi sur la concurrence, c’est-à-dire celles qui portent sur le truquage des offres,
le maintien des prix et la publicité trompeuse, sont des infractions
en soi parce qu’il n’est pas nécessaire de faire la preuve de
l’existence d’une puissance commerciale comme élément de
l’infraction. En ce qui a trait à ce type de disposition, le Bureau
recommandera des mesures coercitives lorsque sont présents les
éléments nécessaires pour qu’il y ait infraction. Les dispositions
de l’article 50 sur la discrimination par les prix ont peu de
chances de s’appliquer à la PI, car elles ne visent qu’une
« vente » d’articles qui ne s’applique pas à l’octroi d’une licence
de PI.
31. Lorsque d’autres dispositions de la Loi sur la concurrence
s’appliquent, il est nécessaire d’établir l’existence d’une puissance commerciale pour que des agissements aient un effet anticoncurrentiel12. L’évaluation de la possibilité qu’une entreprise
soit en mesure d’exercer une puissance commerciale commence
habituellement par la définition du marché pertinent du point de
vue du produit et de son étendue géographique. Un marché pertinent est constitué des produits de l’entreprise faisant l’objet d’une
révision et des produits des autres entreprises qui sont considérés
par les consommateurs comme des substituts acceptables. En
général, la puissance commerciale est associée à des situations où
il existe un petit nombre de substituts acceptables et où l’accès au
marché est lent ou particulièrement coûteux.
32. Dans l’application de cette analyse selon la législation sur
la concurrence, il n’existe aucune présomption que le droit exclusif d’un titulaire sur sa PI lui donne nécessairement une puissance commerciale. De plus, si un droit de PI confère une puissance commerciale, ce fait ne justifie pas à lui seul des mesures
coercitives. Une entreprise n’enfreint pas la Loi sur la concurrence si elle possède une puissance commerciale obtenue grâce à
un produit ou un procédé de qualité supérieure, la mise en œuvre
d’une pratique commerciale innovatrice ou d’autres raisons d’un
rendement exceptionnel. Pour violer la Loi, une entreprise doit se
livrer à des agissements ne faisant pas partie intégrante de
ses droits de PI et qui créent ou augmentent sa puissance
commerciale.
33. Dans l’évaluation de la puissance commerciale, les accords
de licence relatifs à une PI qui sont une pratique commerciale
courante et favorisent fréquemment la concurrence seront
31. For the other provisions of the Competition Act to apply,
market power must be established for conduct to have an anticompetitive effect.12 The assessment of the likelihood that a firm
will be able to exercise market power usually begins with defining the relevant product and geographic market. A relevant market consists of the products of the firm(s) under scrutiny, and the
products of other firms that consumers consider to be acceptable
substitutes. In general, market power will be associated with
situations where there is a small number of acceptable substitutes
and where entry into the market is either slow or particularly
costly.
32. In applying this competition law analysis, there is no presumption that an IP owner’s exclusive right to its property necessarily gives the owner market power. Furthermore, if an IP right
does confer market power, this by itself does not warrant enforcement action. A firm is not in contravention of the Competition Act if it possesses market power attained solely through a
superior quality product, process, the introduction of an innovative business practice, or other reasons for exceptional performance. To violate the Act, a firm must engage in conduct not
inherent in its IP rights that creates or enhances its market power.
33. In assessing market power, licensing agreements dealing
with IP, which are a common business practice and often procompetitive, will only be considered anti-competitive if they
———
———
12
12
In light of the Tribunal’s decision in DIR v. Warner Music Canada Ltd. et al., it
would appear that section 75 of the Act is not applicable to the mere refusal of
an IP licence.
À la lumière de la décision du Tribunal dans l’affaire « DER c. Warner Music
Canada Ltd. et al. », il semblerait que l’article 75 de la Loi ne s’appliquerait pas
à un simple refus d’octroi d’une licence de PI.
Le 26 juin 1999
reduce competition to a level below that which would have existed in the absence of the licence.13
Gazette du Canada Partie I
1887
seulement considérés comme anticoncurrentiels s’ils réduisent la
concurrence à un niveau inférieur à celui qui aurait existé sans la
licence13.
A.1 Marchés pertinents
A.1 Relevant Markets
34. Relevant markets provide an economically meaningful tool
for assessing market power.14 In cases where the anti-competitive
concern is prospective in that the conduct is likely to have a future anti-competitive effect,15 relevant markets are normally defined through the use of the “hypothetical monopolist” test16 [see
Example 3(a)].
34. Un marché pertinent fournit un outil utile du point de vue
économique pour évaluer la puissance commerciale14. Dans le cas
où l’on se préoccupe des effets anticoncurrentiels de manière
prospective et que les agissements sont susceptibles d’avoir des
effets anticoncurrentiels à l’avenir15, les marchés pertinents sont
habituellement définis au moyen du « test du monopoleur hypothétique »16. [voir l’exemple 3a)].
35. When the anti-competitive concern is retrospective17 in that
the conduct has already had an anti-competitive effect, applying
the hypothetical monopolist test could lead to the erroneous conclusion that there are available substitutes and that there is an
absence of market power. Accordingly, in the course of determining the relevant market in such cases, the Bureau will take into
account the impact of the alleged anti-competitive conduct that
may have preceded the Bureau’s investigation. In this context, the
Bureau will concurrently analyze market definition and competitive effects [see Example 2(a)].
35. Lorsque la préoccupation anticoncurrentielle est rétrospective17 et que les agissements faisant l’objet d’un examen ont déjà
eu un effet anticoncurrentiel, l’application du test du monopoleur
hypothétique pourrait entraîner la conclusion erronée que des
substituts existent et qu’il n’existe pas de puissance commerciale.
Par conséquent, pour déterminer quel est le marché pertinent en
l’espèce, le Bureau prendra en considération l’effet que les agissements anticoncurrentiels présumés peuvent avoir eu avant le
déclenchement de son enquête. Dans ce contexte, le Bureau analysera simultanément la définition du marché et les effets sur la
concurrence [voir l’exemple 2a)].
36. For transactions or conduct involving IP, the Bureau is
likely to define the relevant market around one of the following:
(i) the intangible knowledge or know-how which constitutes the
IP, (ii) processes which are based upon the IP, or (iii) the final or
intermediate goods resulting from, or incorporating, the IP inputs.
36. Dans le cas des transactions ou des agissements touchant
une PI, le Bureau définit le plus souvent le marché pertinent en
fonction des critères suivants : (i) les connaissances ou le savoirfaire intangibles qui constituent la PI; (ii) les procédés sur lesquels on base la PI; ou (iii) les produits finaux ou intermédiaires
résultant des intrants de la PI ou les incorporant.
37. Defining a market around intangible knowledge or knowhow is likely to be important when the rights to the IP are dealt
with separately from any technology or product in which the
knowledge or know-how is used. For example, consider a merger
between two firms that individually license similar patents to
various independent firms that use these patents to develop their
own firm-specific process technologies. Such a merger may reduce competition in the relevant market for the patented knowhow if the patented know-how licensed by the two firms are close
substitutes, if there are no (or very few) alternative technologies
that are close substitutes for the know-how of the merging firms,
and there are sufficient barriers preventing the development of
conceptual approaches that could replace the know-how of the
merging firms. This last condition may hold if the scope of the
patents protecting the merging firms’ know-how is sufficiently
broad to prevent others from patenting around the technologies;
or if the development of such know-how requires specialized
knowledge or assets that only the two merging firms possess and
———
37. La définition d’un marché autour de connaissances ou d’un
savoir-faire intangibles joue probablement un rôle important
quand les droits relatifs à la PI sont traités séparément de toute
technologie ou de tout produit dans lesquels les connaissances ou
le savoir-faire sont utilisés. Considérons, par exemple, un fusionnement entre deux entreprises qui accordent chacune de son côté
des licences de brevets similaires à plusieurs entreprises indépendantes qui utilisent ces brevets pour développer leurs propres
technologies de procédé. Un tel fusionnement peut réduire la
concurrence sur le marché pertinent du savoir-faire breveté, si les
savoir-faire brevetés octroyés par les deux entreprises sont des
substituts proches, s’il n’existe qu’un petit nombre de technologies alternatives, voire aucune, pour lesquelles il y a de proches
substituts pour le savoir-faire des entreprises en cours de fusionnement et, s’il existe des barrières suffisantes empêchant le développement d’approches conceptuelles pouvant remplacer le
savoir-faire des entreprises en cours de fusionnement. Cette dernière condition peut tenir si la portée des brevets protégeant le
———
13
14
15
16
17
Licensing represents a means by which IP is traded and it signals the willingness of IP holders to participate in the marketplace. To the extent that licensing
increases the pool of agents that use the IP, licensing will distribute and diffuse
an innovation or creative work. This ability to exchange and transfer IP can enhance its value and increase the incentive for its creation and use. Licensing
arrangements also promote the efficient use of IP by facilitating the integration of IP with other components of production, such as manufacturing
and distribution.
The market definition exercise focuses solely on demand substitution factors
(i.e., possible consumer responses). The potential constraining influence of
firms that can participate in the market through a supply response (i.e., a possible production response) is considered subsequent to an initial market definition (see Example 6).
This is generally the case with mergers.
See The Competition Bureau, Merger Enforcement Guidelines (MEGs), sections 3.2 and 3.3.
This is generally the case with an alleged abuse of dominant position or illegal
conspiracy
13
14
15
16
17
Les accords de licence sont un moyen d’échange de PI et indiquent la volonté
de leurs titulaires de participer au marché. Si ces accords augmentent le bassin
des utilisateurs de PI, ces accords favorisent la distribution et la diffusion d’une
innovation ou d’une œuvre de création. Cette capacité d’échanger et de céder
les PI peut en augmenter la valeur et rendre plus attrayantes leur création et leur
utilisation. Les accords de licence favorisent également l’usage efficient des PI
en facilitant leur intégration à d’autres éléments de la production tels que la
fabrication et la distribution.
L’exercice de définition du marché est uniquement centré sur les facteurs de
substitution, c’est-à-dire les réactions possibles des consommateurs. L’influence contraignante possible des entreprises qui peuvent participer au marché
par le biais de l’offre (peut-être en produisant) est considérée après l’établissement d’une définition initiale du marché (voir l’exemple 6).
C’est généralement le cas pour les fusionnement.
Voir les Lignes directrices pour l’application de la Loi : Fusionnements, Bureau de la concurrence, sections 3.2 et 3.3.
C’est généralement le cas pour les allégations d’abus de position dominante ou
de complot.
1888
Canada Gazette Part I
such specialized knowledge or assets could not be developed or
obtained by potential competitors in less than two or three years.
38. In cases involving the licensing of IP, the Bureau will generally treat the licence as the terms of trade under which the licensee is entitled to use the IP. The Bureau will not define a relevant
market around a licence, but rather will focus on what is actually
being protected by the legal rights being granted to the licensee as
the starting point when defining the relevant market (see Example 10).
39. The Bureau will generally not define markets based on research and development activity or innovation efforts alone. The
Bureau will usually concentrate only on those innovation-related,
anti-competitive effects that will likely appear as direct price or
output effects in a market. Conduct that directly reduces the innovation effort of the firms under scrutiny or restricts or prevents
the innovation efforts of other firms may have this effect if it
reduces the likelihood of future entry into a market. The appropriate relevant market definition or definitions will depend specifically on the knowledge or know-how, process, or final or intermediate good toward which the innovation effort is directed
[see Example 3(b)].
A.2 Market Power
40. Whether conduct or behaviour involving IP results in an increase in market power in the relevant market will depend on a
number of factors, including the level of concentration, entry
conditions and whether the conduct has horizontal effects in the
market.18 Depending on the relevant section of the Competition
Act under consideration, these factors may not necessarily be
assessed in this sequence.
(i) Market Concentration
41. The Bureau will examine the degree of market concentration as a preliminary indication of the competitiveness of the
relevant market. In general, the more firms that are included as
competitors in a relevant market, the less likely it is that any one
firm acting unilaterally, or any group of firms acting interdependently,19 could increase or preserve market power through the
conduct or the transaction that is under consideration. However,
the fact that concentration is or will be high in a relevant market
is not sufficient to justify the conclusion that the conduct or
transaction will lead to an increase or preservation of market
power.
42. The Bureau’s approach to measuring market concentration
in markets for intermediate or final goods typically involves a
calculation of the market shares of the firms identified as actual
participants in the relevant market. Actual participants in the
market include the firms identified as offering products that are
demand substitutes as well as those firms that represent potential
supply substitutes into the market (i.e., firms that are likely to
respond to a price increase in the relevant market within one year
June 26, 1999
savoir-faire des entreprises fusionnantes est suffisamment vaste
pour empêcher quiconque d’obtenir un brevet relatif à ces technologies, ou si le développement d’un tel savoir-faire exige des
connaissances spécialisées ou des éléments d’actif que les deux
entreprises possèdent et que de telles connaissances spécialisées
ou éléments d’actif ne pourraient être développés ou obtenus par
des concurrents probables en moins de deux ou trois ans.
38. Dans les affaires qui visent l’octroi de licences relatives à
une PI, le Bureau considère généralement la licence comme étant
les termes de l’échange selon lesquels le titulaire de licence est
autorisé à se servir de la PI. Le Bureau ne définit pas un marché
pertinent sur la base d’une licence, mais met plutôt l’accent sur ce
qui est réellement protégé par les droits légaux accordés au titulaire de licence comme point de départ de la définition du marché
pertinent (voir l’exemple 10).
39. Le Bureau ne définit généralement pas les marchés selon
les activités de recherche et de développement ou selon les efforts
d’innovation. Il concentre habituellement son attention sur les
effets anticoncurrentiels liés à l’innovation qui apparaîtront sans
doute sous la forme d’effets directs sur les prix ou sur la production pour un marché donné. Les agissements qui réduisent directement l’effort d’innovation des entreprises faisant l’objet de
l’examen ou qui restreignent ou empêchent les efforts d’innovation d’autres entreprises peuvent entraîner de tels effets s’ils
rendent moins probable l’entrée d’autres concurrents sur le marché. La définition appropriée du marché pertinent dépendra précisément des connaissances ou du savoir-faire, des procédés ou des
biens finaux ou intermédiaires vers lesquels l’effort d’innovation
est dirigé [voir l’exemple 3b)].
A.2 Puissance commerciale
40. L’existence de l’augmentation d’une puissance commerciale sur le marché pertinent résultant d’agissements ou de comportements relatifs à une PI dépendra d’un certain nombre de
facteurs dont le niveau de concentration, les conditions à l’entrée
et les effets horizontaux sur le marché18. Selon l’article de la Loi
sur la concurrence en question, ces facteurs peuvent être évalués
dans cet ordre.
(i) Concentration du marché
41. Le Bureau étudie le degré de concentration du marché en
tant qu’indication préliminaire du degré de concurrence du marché pertinent. En général, plus le nombre d’entreprises concurrentes est élevé, plus est faible la probabilité qu’une d’entre elles
agissant unilatéralement ou qu’un groupe d’entreprises agissant
en interdépendance19 puisse maintenir ou augmenter sa puissance
commerciale grâce à la pratique ou à la transaction faisant l’objet
de l’examen. Cependant, le fait que le degré de concentration soit
élevé sur un marché pertinent n’est pas suffisant pour justifier la
conclusion que cette pratique ou cette transaction entraînera un
maintien ou une augmentation de la puissance commerciale.
42. La méthode employée par le Bureau pour mesurer la concentration sur des marchés de biens intermédiaires ou finaux
comporte habituellement le calcul des parts de marché des entreprises considérées comme des participantes réelles au marché
pertinent. Les participantes réelles au marché sont les entreprises
pour lesquelles on détermine qu’elles offrent des produits qui
sont des substituts du point de vue de la demande, ainsi que les
entreprises qui peuvent être des substituts du point de vue de
———
———
18
Part 4 of the MEGs provides a list of other factors considered by the Bureau in
its assessment of market power. These include: foreign competition; business
failure and exit; the availability of acceptable substitutes; effective remaining
competition; removal of a vigorous and effective competitor; change and innovation and additional evaluative criteria.
18
19
Interdependence is a competition term meaning firms acting jointly or together.
19
La section 4 des lignes directrices des fusionnements fournit une liste d’autres
facteurs dont le Bureau tient compte dans son évaluation de la puissance commerciale. Ceux-ci incluent la concurrence étrangère; la déconfiture et l’abandon
des activités des entreprises; l’existence de substituts acceptables; l’existence
d’une concurrence restante; l’élimination d’un concurrent vigoureux et efficace;
le changement et l’innovation et les autres critères d’évaluation.
L’interdépendance est un terme de concurrence signifiant que les entreprises
agissent conjointement ou ensemble.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1889
with minimal investment).20 Firms that are unable to respond
within the one year time frame or whose entry requires significant
investment are considered when analyzing ease of entry.
l’offre sur le marché, c’est-à-dire qui réagissent à une augmentation de prix sur le marché pertinent par un investissement minimal dans un délai de moins d’un an20. Les entreprises incapables
de réagir en moins d’un an, ou dont l’entrée exige des investissements importants sont prises en considération au cours de l’analyse de la facilité d’entrée.
43. The Bureau will generally not challenge conduct where the
firm or group of firms under scrutiny possesses a market share of
less than 35 percent. Market shares may be calculated in terms of
the firms’ (i) entire actual output, (ii) total sales (dollar sales or
unit sales), or (iii) total capacity (used and unused).21 However,
some of these factors may be difficult to assess in cases involving
IP.22 Accordingly, the Bureau’s assessment of market power is
likely to focus on qualitative factors such as conditions of entry
into the relevant market, and the views of buyers and market
participants.
43. Le Bureau ne conteste généralement pas les agissements
d’une entreprise ou d’un groupe d’entreprises faisant l’objet d’un
examen dont la part de marché est de moins de 35 p. 100. La part
de marché peut être calculée selon (i) la production totale réelle;
(ii) les ventes totales (en dollars ou en unités); ou (iii) la capacité
de production totale (utilisée ou non)21. Cependant, certains de
ces facteurs peuvent être difficiles à évaluer lorsqu’une PI est en
jeu22. Par conséquent, l’évaluation de la puissance commerciale
réalisée par le Bureau est le plus souvent concentrée sur des facteurs qualitatifs comme l’opinion des acheteurs et des participants
au marché et les conditions d’entrée sur le marché pertinent.
(ii) Facilité d’entrée
(ii) Ease of Entry
44. The Bureau also examines the ease of entry into the market
to determine whether new entrants would have the ability to restrain any creation, increase or preservation of market power that
could result from conduct involving an IP right. When assessing
effects in markets involving IP, conditions of entry are often more
important than market concentration.
44. Le Bureau examine également la facilité d’entrée sur le
marché pour déterminer s’il serait probable que de nouveaux entrants restreignent la création, le maintien ou l’augmentation de la
puissance commerciale qui pourrait résulter en des agissements
relatifs à des droits de PI. Les conditions d’entrée jouent fréquemment un rôle plus important que la concentration du marché
dans l’évaluation des effets sur un marché comportant des PI.
45. The Bureau will also consider the extent to which the conduct itself erects or has erected barriers to entry or alternatively,
induces or has induced competitors to exit the market [see Examples 4(a) and 4(b)].23 Entry into markets where IP rights are
important may be difficult because of the sunk costs associated
with developing specialized knowledge assets. Additionally, even
independent of any conduct, IP rights can contribute to heightening barriers to entry. Furthermore, relatively broad IP rights may
make it difficult for firms to enter by innovating around existing
IP.24
45. Le Bureau prend également en considération le degré auquel cette pratique élève ou a élevé des barrières à l’entrée ou a
poussé ou pousse les concurrents à se retirer du marché [voir les
exemples 4a) et 4b)]23. L’entrée sur des marchés où les droits de
PI jouent un rôle important peut s’avérer difficile en raison des
coûts irrécupérables associés au développement de connaissances
ou d’actifs spécialisés. De plus, même sans tenir compte de quelques agissements que ce soient, les droits de PI peuvent contribuer à renforcer les barrières à l’entrée. De plus, l’existence de
droits de PI relativement vastes peut rendre difficile aux entreprises l’entrée sur un marché par le biais de l’innovation qui produit les mêmes résultats que la PI d’une autre entreprise, mais
d’une manière différente24.
(iii) Effets horizontaux
(iii) Horizontal Effects
46. In evaluating the competitive effects of conduct that involves an IP right, whether it is a transaction, licensing arrangement, or other form of contractual arrangement, the Bureau’s
assessment focuses on whether the conduct will result in horizontal anti-competitive effects. Conduct has horizontal effects in a
market if it has consequences for firms producing substitutes or
———
46. Dans son examen des effets sur la concurrence
d’agissements impliquant un droit de PI, qu’il s’agisse d’une
transaction, d’arrangements de licences ou d’une autre forme
quelconque d’entente contractuelle, le Bureau cherche à déterminer si des agissements produiront des effets horizontaux anticoncurrentiels. Une pratique exerce un effet horizontal si elle
———
20
The following factors are relevant to determining if a firm will divert sales
within one year in response to a price increase: (i) the cost of substituting production in the relevant market for current production (i.e., switching costs),
(ii) the extent to which the firm is committed to producing other products or
services, and (iii) the profitability of switching from current production.
20
21
If the actual participants in the market include firms that represent potential
supply substitutes into the market, then market shares would necessarily be calculated in terms of production capacities.
The Tribunal stated in Dir. v. Laidlaw Waste Systems Ltd. (1992), 40 C.P.R.
(3d) 289 (Comp. Trib) (hereinafter Laidlaw) that market share calculations
based on sales may overstate market power when the market is characterized by
excess capacity.
21
The fact that anti-competitive conduct can create barriers to entry was recognized by the Tribunal in Laidlaw.
Of course, a purpose of providing innovators with IP rights is to foster the
development of new markets. In this sense, IP rights may encourage firms to
participate in environments where technology changes very rapidly.
23
22
23
24
22
24
Les facteurs suivants sont pertinents pour déterminer si une entreprise va faire
dévier ses ventes dans un délai d’un an en réaction à une augmentation de prix :
(i) le coût de substitution de la production dans le marché pertinent pour la production actuelle (« coût de transition »; (ii) le degré d’engagement de
l’entreprise dans la production d’autres produits ou services; et (iii) la rentabilité de la transition à la nouvelle production.
Si les participants réels au marché incluent des entreprises qui constituent des
substituts possibles du point de vue de l’offre, les parts de marché seraient alors
nécessairement calculées en termes de capacité de production.
Cependant, le Tribunal, dans l’affaire « D.E.R. c. Laidlaw Waste Systems Ltd. »
(1992), 40 C.P.R. (3d) 289 (Tribunal de la concurrence), ci-après « Laidlaw », a
affirmé que les calculs de parts de marché fondés sur les ventes peuvent
surévaluer la puissance commerciale lorsque le marché est caractérisé par une
capacité excédentaire.
Le fait que des agissements anticoncurrentiels puissent créer des barrières à
l’entrée a été reconnu par le Tribunal dans Laidlaw.
Bien entendu, l’un des buts recherchés de l’octroi de droits de PI aux innovateurs est de favoriser le développement de nouveaux marchés. Dans ce sens,
les droits de PI peuvent encourager les entreprises à participer à des environnements où le progrès technologique est très rapide.
1890
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
firms potentially producing substitutes [see Examples 5(a) and
5(b)].
entraîne des conséquences pour les autres entreprises qui produisent des substituts ou qui pourraient en produire [voir les exemples
5a) et 5b)].
47. Even though an arrangement is vertical, for example the
acquisition of retail shoe outlets by a shoe manufacturer or the
licensing of the copyright of a song’s lyrics by a song writer to a
singer, it can still have horizontal effects in a relevant market [see
Example 4(b)]. If the arrangement is vertical, the Bureau will
consider whether it is likely to result in horizontal effects among
firms at either the level of the seller of the product or the level of
the buyer of the product.
47. Même si un arrangement — par exemple l’acquisition de
magasins de chaussures au détail par un fabricant ou l’octroi
d’une licence de droit d’auteur pour les paroles d’une chanson
par un parolier à un interprète — est de nature verticale, il peut
tout de même produire des effets horizontaux sur un marché pertinent [voir l’exemple 4b)]. Si l’arrangement est vertical, le Bureau considérera si cela résulterait vraisemblablement en des effets horizontaux parmi les entreprises, au niveau du vendeur du
produit ou à celui de l’acheteur.
A.3 Anti-Competitive Effects
A.3 Effets anticoncurrentiels
48. Horizontal effects must be present before the Bureau will
conclude that an arrangement is anti-competitive. In this regard,
the Bureau will analyze whether the arrangement facilitates a
firm’s ability to exercise market power, either unilaterally or in a
coordinated manner, with respect to pricing, output or other aspects of competition.
48. Il faut que des effets horizontaux soient présents pour que
le Bureau puisse conclure qu’un arrangement est anticoncurrentiel. À cet égard, le Bureau analyse si l’arrangement augmente la
capacité d’une entreprise d’exercer une puissance commerciale,
que ce soit unilatéralement ou d’une manière coordonnée, par
rapport à l’établissement des prix, à la production ou à d’autres
aspects de la concurrence.
49. Anti-competitive horizontal effects may arise if the conduct
or arrangement increases competitors’ costs. For example, an
arrangement can foreclose access to, or raise the cost of, competitors’ access to important inputs. IP licensing arrangements which
involve one firm selling the right to use IP to another are inherently vertical in nature, but can have horizontal effects, particularly if the licensor and licensee would have been actual competitors in the absence of the licensing arrangement [see Example 4(b)]. In addition, behaviour that results in a reduction in
innovation activity could be anti-competitive and harmful if it
prevents future competition in some product or process market.
49. Ces effets horizontaux peuvent être anticoncurrentiels si
l’arrangement ou la pratique augmente les coûts des concurrents.
Par exemple, un arrangement peut bloquer l’accès à l’entrée des
concurrents ou augmenter les coûts d’accès des concurrents à des
intrants importants. Les octrois de licences relatives à une PI qui
comprennent la vente du droit d’utilisation d’une PI par une entreprise à une autre sont verticaux par nature, mais peuvent avoir
des effets horizontaux, en particulier si, sans l’accord de licence,
le donneur de licence et le titulaire d’une licence auraient été des
concurrents réels [voir l’exemple 4b)]. De plus, un comportement
qui entraîne une diminution des activités d’innovation pourrait
être anticoncurrentiel et néfaste s’il empêche toute concurrence
future sur le marché d’un produit ou d’un procédé.
A.4 Considérations d’efficience
A.4 Efficiency Considerations
50. A fundamental objective of competition law is to ensure
the efficient use of resources through vigorous competition.
However, there may be instances in which apparent restrictions of
competition can lead to a more efficient use of resources. This
may be particularly true of arrangements and transactions involving IP which are inherently vertical arrangements that involve the
combining of complementary factors. Under the Competition Act,
efficiencies are explicitly recognized in section 96 of the merger
provisions.25 In addition, under the abuse of dominant position
(section 79) and the exclusive dealing, tied selling and market
restriction (section 77) provisions,26 efficiency rationales may be
50. Un des objectifs fondamentaux de la législation sur la concurrence est de favoriser l’utilisation efficiente des ressources
grâce à une concurrence vigoureuse. Il peut cependant se présenter des cas où une restriction apparente de la concurrence peut
mener à une utilisation plus efficiente des ressources. Cela peut
s’avérer être particulièrement le cas des arrangements et des
transactions mettant en cause une PI, et qui sont verticaux par
nature, et qui impliquent la combinaison de facteurs complémentaires. Les gains en efficience sont reconnus de façon explicite à
l’article 96 de la Loi sur la concurrence, dans les dispositions
traitant des fusionnements25. De plus, selon les dispositions qui
visent l’abus de position dominante (article 79) et l’exclusivité,
les ventes liées et la limitation du marché26 (article 77),
———
———
25
25
26
Section 95 provides a specific exemption under the merger provisions to research and development joint ventures that satisfy certain criteria outlined in
the provision.
While there is no explicit recognition of efficiencies in the conspiracy provisions (section 45) of the Competition Act, there are 12 specific defenses to
agreements between competitors that may encompass efficiency enhancing arrangements involving IP. Among these, the following may be more likely to
have application to agreements involving IP — an agreement in respect of: the
exchange of statistics; the definition of product standards; the size and shapes
of product packaging; cooperation in research and development; restrictions on
advertising or promotion; measures to protect the environment; export consortia
or specialization agreements as they are defined under section 85 of the Competition Act.
26
L’article 95 prévoit une exemption particulière des dispositions sur les fusionnements pour les coentreprises de recherche et de développement qui respectent certains critères stipulés dans ces dispositions.
Bien que les gains en efficience ne soient pas reconnus de manière explicite
dans les dispositions sur les complots (article 45) de la Loi sur la concurrence,
il existe 12 défenses que l’on peut invoquer dans les cas d’ententes entre concurrents, lesquelles peuvent englober les arrangements touchant à une PI qui
produisent des gains en efficience. Parmi celles-ci, les défenses qui ont le plus
de chances de s’appliquer à la PI sont l’entente d’échange de statistiques; la
définition de normes pour les produits; la taille et la forme des emballages; la
collaboration en recherche et développement; les restrictions sur la publicité ou
la promotion; les mesures de protection de l’environnement; les consortiums
d’exportation ou les accords de spécialisation tels qu’ils sont définis à l’article 85 de la Loi sur la concurrence.
Le 26 juin 1999
relevant in the determination of whether conduct is, on balance,
anti-competitive [see Example 5(a)].27
51. If the Bureau concludes that a merger is likely to lead to an
anti-competitive effect, it will consider whether the efficiencies
will offset the anti-competitive effects. If it is determined that the
merger is likely to give rise to efficiency gains, the Bureau will
then determine the net effect in the relevant market(s), by assessing whether the efficiency benefits are sufficient to offset the
anti-competitive effects.
52. In assessing whether conduct involving IP results in a substantial lessening or prevention of competition under the abuse of
dominant position or the exclusive dealing, tied selling and market restriction provisions, consideration will be given to any procompetitive effects generated by the conduct. For example, a licensing arrangement between an IP owner and a distributor may
restrict intra-brand competition but at the same time further interbrand competition, or a licensing arrangement between two potential competitors may result in the development of a new product that would not otherwise be developed. The development of
such a product would enhance the level of competition in the
market.28
53. In assessing the importance of efficiencies, the Bureau will
also consider whether there exists a means of achieving those
efficiencies which is less harmful to competition. If such an alternative exists, the anti-competitive effect of the transaction or
conduct will be compared to this alternative. In conducting this
comparison, the Bureau will not attempt to uncover all of the
theoretically possible alternatives for achieving the efficiencies. It
will only consider those means that are practical to the business at
hand and consistent with the firm’s IP rights. The Bureau will
also consider the impact that any more competitive means would
have on the firm’s ability to exercise its IP rights [see Example 4(b)].
Gazette du Canada Partie I
1891
les défenses fondées sur l’efficience peuvent être pertinentes
lorsqu’on cherche à déterminer si une pratique est ou non anticoncurrentielle [voir l’exemple 5a)]27.
51. Si le Bureau conclut qu’un fusionnement donnera probablement lieu à des effets anticoncurrentiels, il analysera ensuite si
les gains en efficience contrebalancent les effets anticoncurrentiels. S’il détermine que le fusionnement donnera vraisemblablement lieu à des gains en efficience, le Bureau évalue alors l’effet
net sur le ou les marchés pertinents, en déterminant si les avantages du point de vue de l’efficience sont suffisants pour contrebalancer les effets anticoncurrentiels.
52. Pour déterminer si une pratique relative à une PI entraîne
une diminution ou un empêchement sensible de la concurrence de
la manière prévue par les dispositions sur les abus de position
dominante, l’exclusivité, les ventes liées ou la limitation du marché, le Bureau tient compte des effets favorisant la concurrence
qui découlent de cette pratique. Par exemple, un accord de licence
entre le titulaire d’une PI et un distributeur peut restreindre la
concurrence intramarque, mais en même temps favoriser la concurrence intermarques; un accord de licence entre deux concurrents potentiels peut également entraîner le développement d’un
nouveau produit qui autrement n’aurait pas existé. Le développement d’un tel produit augmenterait le niveau de concurrence
sur le marché28.
53. Pour évaluer l’importance des gains en efficience, le Bureau détermine également s’il existe un moyen de les obtenir
d’une manière moins néfaste pour la concurrence. Si cette possibilité existe, l’effet anticoncurrentiel de la transaction ou de la
pratique en cours de révision sera comparé à celle-ci. Pour procéder à cette comparaison, le Bureau ne tente pas de découvrir
toutes les possibilités qui existent du point de vue théorique pour
réaliser ces gains en efficience. Il ne considère que les moyens
qui sont réalisables par l’entreprise analysée et qui sont conformes aux droits de PI qu’elle possède. Le Bureau prend également en considération les effets que l’utilisation de moyens plus
concurrentiels auraient sur la capacité de l’entreprise d’exercer
ses droits de PI [voir l’exemple 4b)].
Part 4: Special Remedies
Quatrième partie : Recours spéciaux
54. In certain rare circumstances, involving the owner of IP exercising his or her statutory IP rights (e.g., the refusal to license
an IP right), an issue may be raised under section 32 of the Competition Act. Section 32 provides for certain remedies where use
has been made of the exclusive rights and privileges conferred by
one or more trade-marks, copyrights or registered integrated circuit topographies, so as to prevent, limit, lessen, restrain or injure
competition unduly in relation to any article or commodity which
may be a subject of trade or commerce.29 The remedies provided
in section 32 are more extensive than those provided for under
the criminal or civil provisions of the Competition Act. Section 32
54. Dans certaines circonstances peu fréquentes, une pratique
impliquant l’exercice par le titulaire d’une PI de ses droits statutaires de PI (par exemple, le refus d’octroyer un droit de PI) peut
soulever une question en vertu de l’article 32 de la Loi sur la
concurrence. L’article 32 prévoit certains recours spéciaux s’il a
été fait usage des droits et privilèges exclusifs conférés par un ou
plusieurs brevets, des marques de commerce, des droits d’auteur
ou de topographies de circuits intégrés enregistrées pour empêcher, limiter ou restreindre indûment la concurrence ou lui nuire
de quelque façon en rapport à tout article ou produit qui peut faire
l’objet d’un échange ou d’un commerce29. Les recours prévus à
———
———
27
27
28
29
In Tele-Direct, the Tribunal stated that, “(w)hat the Tribunal must decide is
whether, once all relevant factors have been taken into account and weighed,
the act in question is, on balance, ‘exclusionary, predatory or disciplinary’.
Relevant factors include evidence of the effects of the act, of any business justification and of subjective intent which, while not necessary, may be informative in assessing the totality of the evidence. A ‘business justification’ must be
a ‘credible efficiency or pro-competitive’ business justification for the act in
issue. Further, the business justification must be weighed ‘in light of any
anti-competitive effects to establish the overriding purpose’ of the challenged
act...”
In Nielson, the Tribunal held that even if there is some justification for the
alleged anti-competitive conduct, this must be weighed against any anticompetitive effects.
It should be noted that section 32 relates to patents, trade-marks, copyrights and
registered integrated circuit topography only.
28
29
Dans Télé-Direct, le Tribunal a affirmé ce qui suit : « Le Tribunal doit, après
avoir pris en considération et pesé tous les facteurs pertinents, déterminer si,
tout bien considéré, les agissements visent “l’exclusion, l’éviction ou la mise au
pas”. Au nombre des facteurs pertinents figurent la preuve des effets des agissements, celle de toute justification commerciale et celle de l’intention subjective, laquelle peut, même si elle n’est pas nécessaire, éclairer l’évaluation de la
totalité de la preuve. La “justification commerciale” doit être “plausible” et
“être liée à l’efficience” ou “proconcurrentielle”. En outre, elle doit s’évaluer
“en fonction des effets anticoncurrentiels pour établir l’objectif prépondérant”
des agissements reprochés. »
Dans Nielsen, le Tribunal a jugé que même s’il existe une certaine justification des agissements anticoncurrentiels, il faut les comparer aux effets
anticoncurrentiels.
À noter que l’article 32 traite exclusivement des brevets, des marques de commerce, des droits d’auteur et de topographie de circuits intégrés enregistrée.
1892
Canada Gazette Part I
allows the Federal Court to modify the rights of the IP owner by
declaring void a licence relating to the use of the IP and restraining the exercise of the terms of such a licence, directing the grant
of licences to one or more persons under any patent, copyright or
registered integrated circuit topography, revoking a patent or expunging or amending the registration of a trade-mark or integrated circuit topography, or making any other order necessary to
prevent any such use.
55. The circumstances under which section 32 may be applied
are limited. The Bureau would generally not refer a matter to the
Attorney General under section 32 unless it was determined that
all of the following conditions were satisfied: (i) the holder of the
IP is dominant in a relevant market; (ii) the IP is an essential input
or resource for firms participating in the relevant market; (iii) the
IP represents the barrier preventing entry into the relevant market
and firms are unable to innovate around the IP. In addition to
these three factors, there will typically be a “plus factor” such as:
(iv) a refusal to license the IP is stifling innovative activity and
thereby deterring unnecessarily, the introduction of more efficient
technologies; (v) the market power sustained by the IP is incommensurate with the risk and innovative effort expanded in its
creation; or (vi) the value of the IP relative to obvious alternatives
initially, is low (see Example 11).
56. If the above conditions are satisfied, and the Bureau is of
the opinion that no appropriate remedy is available under the
relevant IP statute, the Bureau will recommend to the Attorney
General that an application be made to Federal Court for a remedy under subsection 32(2).
57. The Bureau expects that these very specific conditions will
be satisfied in only the rarest circumstances. One such case could
be that of a network industry,30 in which the combination of IP
protection and substantial positive effects associated with the size
of a network create or entrench substantial market power. In such
a situation, IP rights and network effects interact to create de
facto industry standards. Standardization means that the protected
technology has not only engulfed the market, it has become the
market and IP protection can effectively exclude others from entering and producing in the market. (See Example 11).
June 26, 1999
l’article 32 sont plus étendus que ceux contenus aux dispositions
criminelles ou civiles de la Loi sur la concurrence. L’article 32
permet à la Cour fédérale de modifier les droits au titulaire d’une
PI en déclarant nulle une licence relative à l’usage de la PI et en
limitant l’exercice des modalités d’une telle licence, en ordonnant
l’octroi de licences à une ou plusieurs personnes pour tout brevet,
droit d’auteur ou topographie de circuits intégrés enregistrée, en
révoquant un brevet ou en radiant ou modifiant un enregistrement
de marque de commerce ou de topographie de circuits intégrés,
ou encore en prenant toute autre ordonnance nécessaire pour empêcher toute utilisation de cette nature.
55. Les circonstances dans lesquelles l’article 32 peut s’appliquer sont limitées. Le Bureau ne soumettrait habituellement pas
une question au procureur général en vertu de l’article 32 à moins
qu’il ne soit déterminé que toutes les conditions suivantes sont
remplies : (i) le titulaire de la PI est dominant sur un marché pertinent; (ii) la PI est un intrant essentiel ou une ressource indispensable pour les entreprises qui participent au marché pertinent;
(iii) la PI constitue la barrière à l’entrée sur le marché pertinent et
les entreprises sont incapables d’innover une solution de remplacement pour celle-ci. En plus de ces trois facteurs, il existera fréquemment des facteurs supplémentaires, par exemple : (iv) le fait
qu’un refus d’octroyer une licence de PI freine l’activité d’innovation et nuise inutilement à la mise en exploitation de technologies plus efficientes; ou (v) le fait que la puissance commerciale
soit hors de proportion avec le risque d’innovation consenti pour
sa création; ou (vi) la valeur relative de la PI relative à des choix
initialement évidents est basse (voir l’exemple 11).
56. Si les conditions ci-dessus sont remplies et que le Bureau
est d’avis qu’aucun recours approprié n’est prévu par le texte de
loi duquel relève cette PI, il peut recommander au procureur général de déposer une demande devant la Cour fédérale quant aux
recours en vertu du paragraphe 32(2).
57. Le Bureau prévoit que ces conditions précises ne seront respectées que dans de rares cas. L’un de ces cas pourrait être celui
d’un réseau d’entreprises30 dans lequel l’effet conjugué de la
protection de la PI et des effets positifs importants associés à la
taille d’un réseau crée ou consolide une puissance commerciale
considérable. Dans une telle situation, les droits de PI et les effets
de réseau agissent conjointement pour créer des normes de facto
pour l’industrie. La normalisation signifie que la technologie
protégée n’a pas seulement conquis le marché, mais qu’elle est
devenue le marché et que la protection accordée à la PI peut en
réalité empêcher les autres de produire et d’accéder au marché
(voir l’exemple 11).
Part 5: Competition Policy Advocacy
Cinquième partie : Promotion de la politique de concurrence
58. The Bureau may use its mandate to promote competition
and the efficient allocation of resources to intervene in policy
discussions and debates regarding the appropriate scope, definition, breadth, and length of IP rights. The Bureau may also intervene in Federal Court and Superior Court cases to make submissions over the appropriate scope, extension or existence of IP
right protection. In other proceedings where the Bureau believes
that IP rights could potentially be defined, strengthened or extended inappropriately, the Bureau may intervene to make representations concerning the scope of the protection that should be
accorded IP rights.
58. Le Bureau peut utiliser son mandat de promotion de la concurrence et de l’allocation efficiente des ressources pour intervenir dans les discussions et les débats sur les politiques qui abordent le champ d’application, la définition, l’étendue et la durée
des droits de PI. Le Bureau peut également intervenir dans les
causes entendues en Cour fédérale et en Cour supérieure afin de
déposer des mémoires au sujet du champ approprié d’application,
de la portée ou de l’existence d’une protection d’un droit de PI.
Dans les autres actions judiciaires où le Bureau croit que des
droits de PI pourraient être définis, renforcés ou prolongés de
façon inopportune, il peut également intervenir pour faire des
représentations concernant la portée de la protection qui devrait
être apportée aux droits de PI.
———
———
30
30
A network industry is an industry that exhibits network effects. These effects
exist when the value or benefit derived from using a product increases with the
number of other users. For example, fax machines exhibit network effects because the value of owning a fax machine increases depending on the amount of
compatible fax machines that have been sold.
Un réseau d’entreprises est une industrie qui démontre des effets de réseau.
Ces effets existent lorsque la valeur ou le bénéfice provenant de l’utilisation
d’un produit augmente avec le nombre d’autres utilisateurs. Par exemple, les
télécopieurs démontrent des effets de réseau parce que la valeur de détenir un
télécopieur augmente selon la quantité de télécopieurs compatibles qui ont été
vendus.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1893
59. The following section of these Guidelines (Part 6) sets out
hypothetical situations to illustrate the type of conduct not inherent in IP rights that substantially or unduly lessens or prevents
competition in a market.
59. La sixième partie de ces Lignes directrices décrit des situations hypothétiques illustrant le genre de pratiques non comprises
dans les droits de PI qui réduisent ou empêchent sensiblement ou
indûment la concurrence dans un marché.
Part 6: Application of Competition Law to IP: Hypothetical
Examples
Sixième partie : Application de la législation sur la
concurrence à la PI — Cas hypothétiques
Example 1: Alleged Abuse of an IP Right TAX Inc. is a software company that produces and distributes a very sophisticated and complex tax management program that is designed
for assisting households with their tax planning. As is customary in the software industry, TAX uses a serialization technique
where it assigns a serial number to each copy of the program
that it distributes. In order to obtain technical support or lowpriced product upgrades, the user of a software package must
provide a serial number. TAX’s policy of serialization, combined with the fact that changes in tax rules require users to
constantly upgrade their software, creates a need for purchasers
to become registered users. TAX realizes that serialization does
not prevent duplication of the program but it does provide a
mechanism for detection, and thus weakens incentives to copy.
If TAX finds that a serial number has been used more than
once, it knows that its software has been illegally reproduced.
TAX has been selling their software program for a number of
years and are now widely recognized as the dominant player in
tax management software.
Over two years ago, a key member of TAX’s software engineering team left the company to start her own business called
UPSTART. More recently, UPSTART began to market its own
tax management program that is designed to be used in conjunction with TAX’s product. UPSTART has designed what it describes as a “front end” to TAX’s product which adds some new
features and makes the overall program much easier to use. Furthermore, any relatively minor changes in the tax code can be
incorporated into UPSTART’s product. As a consequence, for
users who already own TAX’s product, there is no longer a need
to get upgrades from TAX. Instead, they can purchase UPSTART’s product for a much lower price and can continue to buy
upgrades from UPSTART.
Publicly, TAX has made allegations that UPSTART must have
infringed on their copyright since it is impossible for UPSTART’s program to be so compatible with TAX’s product
without having access to TAX’s source code. Despite their
claims, TAX has not filed a suit against UPSTART. Instead,
TAX has made a formal complaint to the Bureau that UPSTART’s conduct is predatory since its has undermined their
serialization policy making it less valuable for users to become
registered with TAX. TAX claims that with UPSTART’s product available, there has been widespread piracy of their
program and subsequently, the market for their product has
evaporated.
Competitive Analysis The Bureau would likely conclude that
the underlying issue in this case is the possibility that UPSTART infringed on TAX’s copyright. Therefore, the Bureau
would suggest that TAX take their allegations to the Federal
Court. If it determined that UPSTART has indeed infringed,
then TAX will be awarded damages and can prevent UPSTART from continuing to distribute their product. Conversely, if it is determined that UPSTART has not infringed,
then UPSTART has introduced a valuable new product into the
market and should be entitled to receive the commercial rewards associated with this. It still may be the case that piracy of
TAX’s product is rampant, but it is up to TAX to find an alternative to their serialization policy that will prevent this.
Exemple 1 : Allégation d’abus d’un droit de PI IMPÔT Inc. est
une société de logiciels qui produit et distribue un programme
de gestion fiscale très perfectionné et très complexe qui est
conçu pour aider les ménages à réaliser leur planification fiscale. Conformément à la pratique courante dans l’industrie,
IMPÔT utilise une technique de sérialisation où elle attribue un
numéro de série à chaque exemplaire du logiciel qu’elle distribue. Pour obtenir du soutien technique ou des mises à jour à
bas prix, l’utilisateur d’un progiciel doit fournir ce numéro. La
politique de sérialisation appliquée par IMPÔT, alliée aux
changements des règles fiscales qui forcent les utilisateurs à
mettre fréquemment à jour leur logiciel, pousse ces derniers à
s’inscrire. IMPÔT est bien consciente que la sérialisation
n’empêche pas la reproduction du logiciel, mais permet au
moins de la détecter, ce qui constitue un moyen dissuasif. Si
IMPÔT constate qu’un numéro de série a été utilisé plus d’une
fois, la société sait de ce fait que son logiciel a été piraté.
IMPÔT vend son logiciel depuis un certain nombre d’années et
est maintenant largement reconnue comme chef de file dans le
domaine des logiciels de gestion fiscale.
Il y a plus de deux ans, un membre clé de l’équipe de génie
logiciel d’IMPÔT a quitté la société pour fonder sa propre société, appelée PARVENUE Ltée. Dernièrement, PARVENUE a
commencé à commercialiser son propre logiciel de gestion fiscale, qui est conçu pour être utilisé conjointement avec le produit
d’IMPÔT. PARVENUE a conçu ce qu’elle décrit comme une
« application frontale » pour le logiciel d’IMPÔT, qui ajoute certaines caractéristiques et rend le logiciel dans son ensemble beaucoup plus facile à utiliser. De plus, tous les changements relativement mineurs aux lois fiscales peuvent être incorporés au
produit de PARVENUE. Il en résulte que les utilisateurs qui
possèdent déjà le logiciel d’IMPÔT ne sont plus obligés d’acheter
des mises à jour de cette société. Ils peuvent plutôt acheter le
produit de PARVENUE, qui coûte beaucoup moins cher, et ensuite acheter les mises à jour de PARVENUE.
Publiquement, IMPÔT allègue que PARVENUE doit avoir
violé son droit d’auteur, car il est impossible que son logiciel
atteigne un tel degré de compatibilité avec le produit d’IMPÔT
sans avoir accès au code source. Malgré ses prétentions, IMPÔT n’a pas entrepris de poursuite contre PARVENUE. IMPÔT a plutôt déposé une plainte officielle au Bureau, où la société prétend que les agissements de PARVENUE sont abusifs,
car ils ont nui à sa politique de sérialisation et que, par conséquent, les utilisateurs sont moins enclins à s’inscrire auprès
d’elle. IMPÔT prétend qu’en raison de l’existence du produit
de PARVENUE, son logiciel a été fréquemment piraté et que,
par conséquent, le marché de son produit a disparu.
Analyse la concurrence Le Bureau en viendrait probablement à
la conclusion que la question de fond, dans cette affaire, est la
possibilité de violation du droit d’auteur d’IMPÔT par PARVENUE. Par conséquent, le Bureau suggérerait qu’IMPÔT
entreprenne un recours devant la Cour fédérale. Si la Cour
juge qu’il y a effectivement eu atteinte au droit d’auteur, des
dommages-intérêts seraient accordés à IMPÔT, qui pourrait empêcher PARVENUE de continuer à distribuer son produit.
Inversement, si la Cour détermine que PARVENUE n’est coupable d’aucune infraction, cette entreprise aura réussi à mettre
1894
Canada Gazette Part I
Example 2(a): Price Fixing Three firms, each with a proprietary
patented technique, offer a competing cosmetic surgical procedure for a particular condition. The procedure which has the
highest success rate is effected by four two-hour visits to a private clinic over a six-month period and produces no sideeffects. The only existing alternative for the preferred procedure is control of the condition through a surgical procedure
that requires a prolonged hospital stay. The three firms agree
on a minimum price at which they will perform the preferred
procedure as well as a minimum licensing fee to license the
procedure to third parties. Prior to entering into the agreement,
the procedure was performed for a price that averaged $5,000.
After the agreement prices averaged in the $8,000 range.
Relevant Section(s) of Competition Act The Bureau would examine this agreement under section 45 of the Competition Act.
Relevant Markets In this case, the anti-competitive concern is
retrospective (i.e., the agreement has already happened and
market prices may already be at non-competitive levels). As a
result, the Bureau will not apply the hypothetical monopolist
test when delineating the relevant market. Instead, the Bureau
will base its market definition analysis on the functional characteristics of the different surgical procedures and related evidence of consumer behavior. Relevant evaluative criteria may
include: information regarding the physical and technical characteristics of each procedure; views, strategies and behavior of
buyers; trade views and strategies; final end use of the different
procedures; and buyer switching costs between procedures. In
addition, the Bureau may also look for direct evidence of the
exploitation of market power in determining the relevant market. For example, following the minimum price agreement,
prices increased by $3 000. The Bureau may use this information as direct evidence indicating that the three medical procedures are contained in a relevant market for which market
power has been exercised.
Market Power If the relevant market is defined to include only
the three cosmetic surgical procedures, then the agreement
includes all firms in the relevant market — the three firms collectively account for 100 percent of the market. If it is determined that barriers to entry into the relevant market are sufficiently high, the Bureau would conclude that the three firms,
acting collectively, could exercise market power. In assessing
the ease of entry into the market, the Bureau will consider,
among other things, the degree to which the patents act as a
barrier to entry. More specifically, the Bureau will examine the
ability of other firms to patent alternative procedures that
would represent close substitutes to the current procedures and
the length of time before these alternative procedures would be
commercially introduced. If the relevant market is defined
more broadly or if other firms are expected to have other cosmetic procedures available shortly, then the Bureau may determine that the three firms involved in the arrangement do not
have market power. Absent other plausible explanations, the
Bureau may also consider the post-agreement increase in prices
as direct evidence of the three firms’ collective ability to exercise market power.
Competitive Analysis The Bureau will look for evidence that
the three firms fully intended to enter into the agreement. This
evidence may include direct evidence of an agreement or it
may include circumstantial evidence of an agreement. The Bureau would also seek to ascertain the intention and likely effect
June 26, 1999
en marché un nouveau produit utile et devra avoir le droit de
toucher les bénéfices commerciaux qui y sont associés. Il peut
tout de même être vrai que le piratage des produits d’IMPÔT
soit répandu, mais c’est à cette entreprise qu’incombe la tâche
de trouver une solution de rechange à sa politique de sérialisation qui puisse empêcher le piratage.
Exemple 2a) : Fixation des prix — Trois entreprises étant
chacune propriétaire d’une méthode brevetée offrent des interventions de chirurgie esthétique concurrentes pour un certain
état pathologique. L’intervention qui a un taux de succès le
plus élevé est effectuée au cours de quatre rendez-vous de deux
heures dans une clinique privée sur une période de six mois et
ne produit aucun effet secondaire. L’alternative à cette intervention préférée est le contrôle de cet état pathologique par une
intervention chirurgicale qui demande un séjour prolongé à
l’hôpital. Les trois entreprises s’entendent pour fixer un prix
minimal pour l’intervention préférée ainsi que des frais minimaux pour l’octroi de licences à des tiers. Avant que l’entente
ne soit conclue, l’intervention était pratiquée pour des honoraires moyens de 5 000 dollars. Après l’accord, les honoraires
moyens se situent aux alentours de 8 000 dollars.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
examinerait cet accord à la lumière de l’article 45 de la Loi sur
la concurrence.
Marchés pertinents Dans cette affaire, les agissements anticoncurrentiels présumés sont analysés de manière rétrospective
(c’est-à-dire que l’accord est déjà conclu et que les prix ont
peut-être déjà atteint des niveaux anticoncurrentiels). Il en
résulte que le Bureau n’appliquera pas le test du monopoleur
hypothétique pour déterminer le marché pertinent. Il fondera
plutôt son analyse de la définition du marché sur les caractéristiques fonctionnelles des différentes interventions chirurgicales
et des données appropriées sur le comportement du consommateur. Les critères d’évaluation peuvent inclure de l’information
sur les caractéristiques physiques et techniques de chaque intervention; les opinions, les stratégies et le comportement des
acheteurs; les opinions et les stratégies de l’industrie; l’utilisation finale des différentes interventions; et les coûts de transition entre interventions des acheteurs. De plus, le Bureau
peut également chercher des preuves directes d’exploitation de
la puissance commerciale en déterminant le marché pertinent.
Par exemple, après l’entente sur le prix minimal, les prix ont
augmenté de 3 000 dollars. Le Bureau peut utiliser ce renseignement comme preuve directe indiquant que les trois interventions chirurgicales se trouvent sur un marché pertinent où
une puissance commerciale a été exercée.
Puissance commerciale Si le marché pertinent est défini de
manière à n’inclure que les trois interventions de chirurgie esthétique, l’accord inclut alors la totalité des entreprises du marché (les trois entreprises représentent 100 p. 100 du marché).
S’il est établi que les barrières à l’entrée sur le marché pertinent sont suffisamment impénétrables, le Bureau conclurait
que les trois entreprises, agissant de concert, peuvent exercer
une puissance commerciale. Pour évaluer la facilité d’entrée
sur le marché, le Bureau tiendrait compte, en particulier, du
degré auquel les brevets agissent comme barrière à l’entrée.
Plus précisément, le Bureau examinera la capacité des autres
entreprises de breveter des procédés de remplacement qui
représenteraient des substituts étroits des interventions actuelles et le délai qui s’écoulerait avant que ces autres interventions ne soient commercialisées. Si le marché pertinent est
défini de manière plus large ou si l’on prévoit que d’autres entreprises offriront sous peu leur propre type d’intervention, le
Bureau peut alors déterminer que les trois entreprises participant à l’accord ne détiennent pas de puissance commerciale. Faute d’autres explications plausibles, le Bureau peut
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1895
of the minimum price agreement; specifically to determine
whether the agreement added to or created the market power
that the three firms have been found to possess. Given that the
three firms account for 100 percent of the market and, if there
are barriers to entering into the market for these medical procedures as a result of the patents, the Bureau would conclude that
the objective intent and likely effect of the minimum price
agreement was to increase or create market power. Given evidence of both a subjective intent to enter into the agreement
and market power caused by the agreement, the Bureau would
refer the matter to the Attorney General for prosecution under
section 45 of the Competition Act.
Enforcement Principle Each firm was granted, individually, a
patent that provided it with the exclusive right to work and use
a cosmetic procedure. Implicit in the granting of these rights is
the ability to obtain the available commercial rewards as determined by the conditions of the marketplace. By reaching an
agreement to distort the conditions of the market by increasing
prices, the firms are engaging in anti-competitive conduct that
is not inherent in their statutory IP rights.
également considérer l’augmentation des prix postérieure à
l’accord comme une preuve directe de la capacité collective
des trois entreprises d’exercer collectivement une puissance
commerciale.
Analyse de la concurrence Le Bureau sera à la recherche de
preuves selon lesquelles les trois entreprises avaient l’intention
bien arrêtée de conclure l’accord. La preuve de ce fait peut
comporter des preuves directes ou circonstancielles qu’un accord a été conclu. Le Bureau tenterait également de déterminer
l’intention et l’effet probable de l’accord de fixation d’un prix
minimal ou, plus précisément, de déterminer si celui-ci a créé
ou augmenté la puissance commerciale qu’on a jugé que les
entreprises possédaient. Étant donné que les trois entreprises
comptent pour 100 p.100 du marché et si des barrières empêchent l’entrée sur le marché de ces interventions chirurgicales à cause des brevets, le Bureau conclurait que l’intention
objective et l’effet probable de l’accord étaient de créer ou
d’augmenter une puissance commerciale. S’il avait des preuves
d’une intention subjective de contracter l’accord et d’une puissance commerciale créée par celui-ci, le Bureau soumettrait
l’affaire au procureur général pour qu’il intente des poursuites
en vertu de l’article 45 de la Loi sur la concurrence.
Principe de mise en application Chaque entreprise a obtenu un
brevet qui lui accordait le droit d’utiliser une intervention de
chirurgie esthétique. L’octroi de ces droits comporte implicitement la capacité d’en tirer les bénéfices commerciaux possibles selon les conditions du marché. En concluant un accord
et en déformant ainsi les conditions du marché, les entreprises
se livrent à une pratique anticoncurrentielle qui n’est pas comprise dans leurs droits légaux de PI.
Example 2(b): Standards Setting Suppose that initially each
patented procedure required specialized equipment that was
procedure-specific and very expensive to produce. The parties
then reached an agreement to set a standard that allows the
same type of equipment to be used for any one of the three
procedures. This also opens up the possibility that other alternative compatible equipment could be developed. The agreement does not specify prices or the terms under which surgical
services will be sold. In this case, the agreement is designed to
set a standard that allows economies of scale to be realized in
the production of the equipment needed for the surgical procedure and promotes competition in the provision of compatible
equipment.
Competitive Analysis This agreement would fall within the defence to section 45 that provides for co-operative standards
setting. Given that the three firms are still competing in the final goods market supplying the surgical procedure, the Bureau
would not challenge this agreement.
Exemple 2b) : Établissement de normes — Supposons que
chaque intervention qui a été brevetée au début nécessite un
équipement spécialisé qui lui est unique et très coûteux à produire. Les parties ont alors convenu d’établir une norme qui
permet l’utilisation du même type d’équipement pour n’importe lequel des trois types d’intervention. Cela ouvre la possibilité que d’autres équipements compatibles puissent également être mis au point. L’accord ne fixe ni les prix ni les
modalités de vente des services chirurgicaux. Dans ce cas,
l’accord vise à établir une norme qui permet de réaliser des
économies d’échelle dans la production de l’équipement nécessaire pour l’intervention chirurgicale et favoriser la concurrence dans la fourniture d’équipement compatible.
Analyse de la concurrence Cet accord serait inclus dans la défense prévue à l’article 45, qui prévoit l’établissement conjoint
de normes. Étant donné que les trois entreprises sont encore en
concurrence sur le marché des biens finaux pour fournir
l’intervention chirurgicale, le Bureau ne contesterait pas cet
accord.
Example 3(a): Merger Company Strong (S) and Company
Gentle (G) propose to merge. Both produce and distribute pain
relievers in Canada, S offers an extra strength pain reliever,
while G offers a buffered pain reliever. Both S and G have Canadian patents on their respective technology (i.e., the active
ingredients used in the production of extra strength and buffered pain relievers). There are four other firms that offer a
regular strength pain reliever throughout Canada. There are no
companies that sell pain relievers offering both extra-strength
and buffered attributes. S has 40 percent of the sales of pain
relievers in Canada while G has 35 percent of sales. Pain relievers are distributed throughout Canada by a variety of retail
outlets including large retail chains and smaller independent
retailers. There are no exclusive distribution arrangements in
Canada.
Exemple 3a) : Fusionnement — La Société Forte (F) et la Société Douce (D) ont l’intention de fusionner. Les deux sociétés
fabriquent et distribuent des analgésiques au Canada. F offre
un analgésique extra-fort, tandis que le produit de D est tamponné. Tant F que D détiennent des brevets canadiens pour leur
produit (c’est-à-dire les ingrédients actifs utilisés dans la fabrication des analgésiques extra-forts et tamponnés). Quatre autres entreprises offrent des analgésiques ordinaires au Canada.
Aucune entreprise n’offre un médicament qui ne soit à la fois
extra-fort et tamponné. F effectue 40 p. 100 des ventes d’analgésiques au Canada et D, 35 p. 100. Les analgésiques sont distribués dans tout le pays par divers détaillants, dont de grandes
chaînes et de petits magasins indépendants. Il n’existe aucune
entente d’exclusivité en matière de distribution.
1896
Canada Gazette Part I
Relevant Section(s) of Competition Act The Bureau would examine this case under section 91 of the Competition Act.
Relevant Markets The Bureau would apply the hypothetical
monopolist test to determine if the relevant product market is
specialized pain relievers (i.e., extra strength pain relievers and
buffered pain relievers) or if it is more broadly defined as pain
relievers (extra strength, buffered and regular strength pain relievers). In either case, the relevant product market is the market for the final product that includes the IP as an input. The
relevant geographic market is likely to be defined as Canada.
The participants in the respective markets would include S and
G if the relevant product market is specialized pain relievers, or
S and G and the four regular strength manufacturers if the relevant product market is pain relievers.
Market Power If the relevant market is narrowly defined as
specialized pain relievers, then the merging firms would have
100 percent of the market. If entry into this market is determined to be unlikely this would be a prima facie indication of
market power. In examining the factors of entry into this market, the Bureau would determine, among other things, the extent to which the patents of the merged entities (i.e., the patents
over the active ingredients used to produce extra strength and
buffered pain relievers) represent a barrier to entry into the
market. More particularly, the Bureau would determine the
ease with which technologies could be developed that would
represent close substitutes to the active ingredients used in extra strength and buffered pain relievers. Factors considered may
include the scope of the respective patents and the ability to innovate around the merged entity’s patents, the number and
quality of firms currently engaged in R&D to develop a substitute technology and the stage of development of these
technologies.
If the relevant product market is pain relievers, the merging
companies would account for a combined 75 percent share of
market sales. High market shares coupled with high entry barriers that make potential entry unlikely or untimely generally
provide a strong indication of market power.
Competitive Analysis If the market is specialized pain relievers, the merger would necessarily result in a substantial lessening of competition. Unless the merging companies can identify
any efficiency gains resulting from the merger that would be
greater than or offset the substantial lessening of competition,
the Bureau would challenge the merger before the Tribunal. If
the market is pain relievers, the Bureau would consider the extent to which, at pre-merger prices, competition is localized
between the two merged firms. The merger may lessen competition by enabling the merged companies to profit by unilaterally raising the price of one or both products above the premerger level. For example, some of the sales loss due to an
increase in the price of extra strength pain relievers may merely
be diverted to the buffered pain reliever and, depending on the
relative margins, capturing such sales loss through the merger
may make the price increase profitable even though it would
not have been profitable pre-merger. This is likely to occur if
the consumers of one product consider the other product as
their next choice and regular strength pain reliever manufacturers are unable to reposition their products to replace the localized competition lost through the merger.
If it is determined that the merger would likely lead to a
substantial lessening of competition through an increase in
unilateral market power, and there are no efficiency gains attributable to the merger that would be greater than or offset the
lessening, then the Bureau would challenge the merger before
the Tribunal. There would be no remedy available to correct
the competition problem.
June 26, 1999
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
réviserait cette affaire d’après les dispositions de l’article 91 de
la Loi sur la concurrence.
Marchés pertinents Le Bureau appliquerait le test du monopoleur hypothétique pour déterminer si le marché pertinent de ce
produit est constitué d’analgésiques spécialisés (c’est-à-dire
qui inclut les analgésiques extra-forts et tamponnés) où s’il est
défini de façon plus large comme le marché des analgésiques
en général (extra-forts, tamponnés et ordinaires). Dans les deux
cas, le marché pertinent est celui du produit final qui inclut la
PI comme intrant. Le marché géographique pertinent sera probablement défini comme étant le Canada. Les participants aux
marchés respectifs incluraient F et D, si le marché pertinent est
défini comme celui des analgésiques spécialisés, ou F, D et les
quatre fabricants d’analgésiques ordinaires, si le marché pertinent est celui des analgésiques en général.
Puissance commerciale Si le marché pertinent est défini de
manière étroite comme étant des analgésiques spécialisés, les
entreprises qui souhaitent fusionner en détiendraient alors
100 p. 100. Si on détermine que l’entrée sur ce marché est peu
probable, cela constituerait une indication prima facie de puissance commerciale. Dans son examen des facteurs d’entrée sur
ce marché, le Bureau déterminerait, entre autres choses, jusqu’à quel point les brevets des entités fusionnées (c’est-à-dire
les brevets sur les ingrédients actifs utilisés pour produire les
analgésiques extra-forts et tamponnés) représentent une barrière à l’entrée sur le marché. En particulier, le Bureau déterminerait la facilité de mise au point de technologies représentant des substituts proches des ingrédients actifs utilisés dans
les analgésiques extra-forts et tamponnés. Les facteurs considérés pourraient être le champ d’application des brevets respectifs et la capacité de remplacer au moyen d’innovations les
brevets des entités fusionnées, le nombre et la qualité des entreprises alors engagées dans des activités de R et D pour développer une technologie de remplacement, et le degré d’avancement de ces activités.
Si le marché pertinent est celui des analgésiques, les entreprises souhaitant fusionner représenteraient ensemble 75 p. 100
des ventes sur ce marché. La taille de la part de marché et les
barrières à l’entrée difficiles à percer qui rendent l’accès au
marché peu probable ou le retardent fournissent généralement
une forte indication de puissance commerciale.
Analyse de la concurrence Si le marché est défini comme celui
des analgésiques spécialisés, le fusionnement entraînerait nécessairement une diminution sensible de la concurrence. À
moins que les sociétés qui entendent se regrouper ne puissent
déterminer des gains en efficience provenant du fusionnement
qui dépasseraient la diminution sensible de la concurrence ou
lui seraient équivalentes, le Bureau contesterait le fusionnement devant le Tribunal. Si le marché est défini comme étant
celui des analgésiques, le Bureau analyserait jusqu’à quel
point, aux prix avant fusionnement, la concurrence est localisée
entre les deux entreprises qui souhaitent fusionner. Le fusionnement peut faire diminuer la concurrence en permettant à ces
entreprises de faire des profits par une augmentation unilatérale
du prix d’un des produits ou des deux par rapport à son niveau
avant le fusionnement. Par exemple, une partie des ventes perdues à cause d’une augmentation du prix de l’analgésique
extra-fort peut simplement être détournée à l’analgésique tamponné et, selon les marges relatives, le fait de regagner ces
ventes perdues par le fusionnement peut rendre l’augmentation
de prix rentable même si elle ne l’aurait pas été avant le fusionnement. Cette situation a des chances de se produire si les
consommateurs d’un produit considèrent l’autre produit
comme leur prochain choix, et que les fabricants d’analgésiques ordinaires ne peuvent pas changer le positionnement de
Le 26 juin 1999
Example 3(b): Potential Competition Suppose the buffered
pain reliever technology has not yet been developed. G is currently in the process of developing a buffered pain reliever
technology which it will seek to patent. S also has significant
R&D projects aimed at developing a new buffered pain reliever
technology. Its projects, however, are at a more preliminary
stage than those of G. No other company is engaged in R&D in
this area. S and G propose to merge citing the need to combine
their R&D activity so as to develop a combined buffered / extra
strength technology. S currently accounts for 50 percent of pain
reliever sales and the four regular strength manufacturers collectively account for the rest.
Relevant Markets S and G are not currently competitors in the
pain reliever market. However, given G’s R&D activity, it represents a potential competitor to S in either a future market,
narrowly defined as specialized pain relievers or in the existing
market, more broadly defined as pain relievers (the specialized
market could be made up solely of buffered pain relievers or
could include extra strength pain relievers). Additionally, S and
G may represent potential competitors in either a narrowly or
more broadly defined future market that includes a combined
buffered/extra strength pain reliever (a buffered/extra strength
pain reliever, based on the hypothetical monopolist test, may be
regarded as being part of a specialized pain reliever relevant
market or a broader pain reliever relevant market. It may also
be a relevant market by itself.)
Market Power S’s market share may provide an indication of
its market power in the current market. However, market shares
do not provide an indication of the relative market power of G
in the market for pain relievers or any other more narrowly defined market nor do they provide an indication of the potential
level of market power of the merged firm in any future market.
In assessing the market power of the merging companies in a
relevant market, the Bureau will have to rely on other information such as the anticipated degree of substitution between G’s
and S’s products and other pain relievers, industry and trade
views, consumer views and marketing surveys in order to estimate market acceptance of the new buffered technology over a
two-year period, beginning with commercial introduction.
Given the relatively high market share of S with its extra
strength pain reliever (it clearly has a differentiated product advantage), careful consideration would be given to the possibility of a buffered pain reliever being part of a more narrowly
defined specialized pain reliever market.
In examining the ease of entry into the market for specialized
pain relievers, the Bureau will consider, among other things,
the likelihood of S developing and marketing a buffered pain
reliever that would compete with G’s buffered pain reliever.
Factors considered may include the ability to patent a buffered
technology around G’s anticipated patented technology, the
stage of development of S’s technology and the time of its expected completion. The Bureau may also consider whether
other companies were engaged in this type of R&D or whether
other companies could quickly adjust their R&D activities
toward this technology. A relatively short period of development (two years from the date of commercial introduction of
Gazette du Canada Partie I
1897
leurs produits pour remplacer la concurrence localisée perdue
par le fusionnement.
S’il détermine que le fusionnement entraînerait vraisemblablement une diminution sensible de la concurrence par une
augmentation de la puissance commerciale unilatérale et qu’aucun gain en efficience ne peut être attribué au fusionnement qui
dépasserait la diminution de la concurrence ou la contrebalancerait, le Bureau contesterait le fusionnement devant le Tribunal. Il n’y aurait aucun recours pour corriger le problème de
concurrence.
Exemple 3b) : Concurrence probable Supposons que la technologie de l’analgésique tamponné n’existe pas encore. La société
D travaille actuellement au développement d’un analgésique
tamponné qu’elle tentera ensuite de faire breveter. La société F
a également des projets de R et D significatifs en cours, qui visent à développer un nouvel analgésique tamponné. Ses projets
sont cependant moins avancés que ceux de D. Aucune autre
société n’effectue de recherche et de développement dans ce
domaine. F et D proposent de fusionner, jugeant nécessaire
d’unir leurs efforts de R et D pour développer un produit qui
soit à la fois extra-fort et tamponné. F détient actuellement
50 p. 100 des ventes d’analgésiques et quatre fabricants de
produits ordinaires détiennent ensemble le reste.
Marchés pertinents F et D ne sont pas actuellement des concurrentes sur le marché des analgésiques. Cependant, à cause des
activités de recherche et de développement de D, cette entreprise est une concurrente potentielle de F soit sur un marché
futur, défini de façon étroite comme des analgésiques spécialisés, soit sur le marché actuel, défini de façon plus large comme
celui des analgésiques (le marché spécialisé pourrait inclure
uniquement les analgésiques tamponnés ou également les produits extra-forts). De plus, F et D sont des concurrents potentiels dans un marché futur, défini de façon étroite ou large, qui
inclut un analgésique tamponné extra-fort (ce type de produit,
selon le test du monopoleur hypothétique, pourrait être considéré comme faisant partie d’un marché pertinent des analgésiques spécialisés ou d’un autre, plus large, des analgésiques. Il
pourrait aussi constituer un marché pertinent à lui seul.)
Puissance commerciale Les parts de marché de F peuvent
fournir une indication de sa puissance commerciale sur le marché actuel. Cependant, les parts de marché n’indiquent pas la
puissance commerciale relative de D sur le marché des analgésiques ni sur aucun autre marché défini de façon plus étroite;
elles ne fournissent pas non plus d’indication du niveau potentiel de puissance commerciale des entreprises fusionnées sur un
marché futur. Pour évaluer la puissance commerciale des sociétés qui veulent fusionner sur un marché pertinent, le Bureau
devra s’appuyer sur d’autres renseignements, par exemple le
degré prévu de substitution entre les produits de D et de F et les
autres analgésiques, le point de vue dans l’industrie et celui des
consommateurs, ainsi que les enquêtes de marketing afin
d’estimer si le marché accepte la technologie de l’analgésique
tamponné au cours d’une période de deux ans après le lancement du produit. Étant donné la part de marché relativement
élevée qu’a obtenue F avec son analgésique extra-fort (il est
clair que son produit possède un avantage distinctif), il faudrait
analyser soigneusement la possibilité que l’analgésique tamponné fasse partie d’un marché, plus étroitement défini, des
analgésiques spécialisés.
Pour analyser la facilité d’accès au marché des analgésiques
spécialisés, le Bureau tiendrait compte, entre autres, de la probabilité que F mette au point et commercialise un analgésique
tamponné qui concurrence celui vendu par D. Les facteurs pris
en considération pourraient être la capacité de breveter une
formule tamponnée qui puisse remplacer celle que D est censée
breveter, le degré d’avancement de la technologie de F et le
1898
Canada Gazette Part I
G’s technology) would be required in order for the Bureau to
determine entry was sufficiently easy to mitigate future market
power. Additionally, in examining the ease of entry into the
future market that includes the combined buffered/extra
strength pain reliever, the Bureau may consider the level of
R&D currently being conducted by other firms (or their ability
to adjust their R&D projects) towards an alternative technology, the ability to patent around both S and G’s respective
technologies, as well as the estimated market acceptance of alternative technologies.
Competitive Analysis If, absent the merger, it is determined
that S would have introduced a buffered pain reliever in competition with G’s product, the Bureau will examine the extent
to which competition would be localized between the two
firms’ buffered pain relievers. If it is determined that competition is likely to be localized to the buffered products so that the
merged firm could unilaterally raise the price of one or both of
the products (given that the extra strength pain reliever is likely
the third choice of most consumers the merged firm may be
able to profitably increase the price of the three products) the
Bureau would likely challenge the merger, unless the parties
demonstrated that the merger would result in efficiency gains
that would be greater than and offset the substantial lessening
of competition. If it is determined that, absent the merger, S
would not likely introduce the new technology within the twoyear time frame, the Bureau would consider the extent to which
competition was localized between G’s buffered pain reliever
and S’s extra strength pain reliever. The finding of localized
competition with a predicted unilateral price increase will
cause the Bureau to challenge the merger.
In assessing the competitive effects of the merger in the
relevant market containing the combined buffered/extra
strength product, the Bureau would first seek to determine if,
absent the merger, both S and G would have likely developed a
buffered / extra strength technology in competition with each
other. The Bureau would continue its investigation in this market only if the two firms represented potential competitors absent the merger. In measuring the competitive effect, the Bureau would consider, among other things, the anticipated time
of commercial development of both products absent the merger
and with the merger. If the commercial introduction is impeded
by the merger, this would be considered as part of the anticompetitive effect of the merger. In its efficiency consideration, the Bureau would consider whether there are any R&D
synergies realized by the combination of research projects that
would improve the quality of the future product(s) or expedite
the commercial development. It will also consider whether the
merger reduces any duplication of R&D activity. If it is determined that the anti-competitive harm of the merger is greater
than any proclaimed efficiency gains, the Bureau would seek to
challenge the merger.
Additionally, if it is determined that there are efficiency
gains stemming from the merger, but that these efficiency gains
could have been achieved through less restrictive means, the
Bureau will not count these gains in their efficiency trade-off
analysis. For example, the Bureau may determine that the proclaimed efficiency gains of the S and G merger could be
attained equally as well if the two firms cross-license their
technologies, or alternatively, form an R&D joint venture that
develops the new technologies but then requires the two firms
to separately price and market the two technologies in competition with each other. In this instance, market prices would
remain at competitive levels but all efficiency gains would still
be realized. The Bureau would deem the merger, relative to this
less restrictive alternative, as being anti-competitive and would
first seek to resolve the matter with the parties by negotiating a
June 26, 1999
moment où ses travaux aboutiront. Le Bureau peut également
déterminer si d’autres entreprises sont engagées dans ce type de
R et D ou seraient susceptibles d’orienter leurs activités de R et
D vers ce type de produit. Un délai de développement relativement court (deux ans à partir de la date de lancement du
produit de D) serait nécessaire pour que le Bureau puisse déterminer que l’accès au marché est suffisamment facile pour
amoindrir la puissance commerciale. De plus, dans son analyse
de la facilité d’entrée sur le marché futur qui inclurait le médicament extra-fort tamponné, le Bureau pourrait tenir compte du
niveau de R et D en cours dans les autres entreprises (ou leur
capacité de modifier leurs projets de R et D) en vue de trouver
une solution de rechange, la capacité de breveter des technologies de remplacement à celles de F et de D, et le degré d’acceptation par le marché de ces technologies de remplacement.
Analyse de la concurrence Si l’on détermine que sans le fusionnement F aurait commercialisé un analgésique tamponné
concurrençant le produit de D, le Bureau examinera jusqu’à
quel point la concurrence serait localisée entre les médicaments
tamponnés des deux sociétés. S’il détermine que la concurrence serait probablement localisée entre les deux produits
tamponnés d’une manière telle que l’entreprise issue du fusionnement pourrait augmenter unilatéralement le prix d’un des
analgésiques ou des deux (compte tenu que le produit extra-fort
est probablement le troisième choix de la plupart des consommateurs, l’entreprise issue du fusionnement serait peut-être capable d’augmenter à son profit le prix des trois produits), le
Bureau contesterait probablement le fusionnement, à moins
que les parties ne prouvent que celui-ci entraînerait des gains
en efficience plus importants que la réduction sensible de la
concurrence et qui la contrebalanceraient. Si l’on juge que,
sans le fusionnement, F n’aurait probablement pas lancé le
nouveau médicament dans les deux années suivantes, le Bureau
analyserait jusqu’à quel point la concurrence était localisée entre l’analgésique tamponné de D et le produit extra-fort de F.
Le fait de conclure à l’existence d’une concurrence localisée et
à une augmentation de prix de façon unilatérale et prévue amènera le Bureau à contester le fusionnement.
Dans son évaluation des effets sur la concurrence du fusionnement sur le marché pertinent où s’échange le produit tamponné extra-fort, le Bureau tenterait tout d’abord de déterminer
si, sans le fusionnement, les sociétés F et D auraient toutes
deux mis au point une formule tamponnée extra-forte en concurrence l’une avec l’autre. Il poursuivrait son enquête sur ce
marché seulement dans le cas où les deux entreprises auraient
été des concurrentes potentielles si le fusionnement n’avait pas
lieu. Pour mesurer l’effet sur la concurrence, le Bureau tiendrait compte, entre autres, de la durée prévue du développement commercial des deux produits selon que le fusionnement
aurait eu lieu ou non. Si le fusionnement nuit au lancement des
produits, ce fait serait considéré comme faisant partie des effets
anticoncurrentiels du fusionnement. Pour évaluer l’efficience,
le Bureau déterminerait si des synergies sont réalisées dans la
recherche et le développement par un regroupement des projets
de recherche qui augmenterait la qualité des produits à venir ou
accélérerait le développement commercial. Il tâcherait également de déterminer si le fusionnement réduit le dédoublement
des activités de recherche et de développement. Si on détermine que les effets anticoncurrentiels du fusionnement dépassent les gains en efficience annoncés, le Bureau entreprendrait
de contester le fusionnement.
De plus, s’il est déterminé que des gains en efficience découlent du fusionnement, mais que ceux-ci auraient pu être
obtenus de manière moins restrictive, le Bureau ne comptera
pas ces gains dans l’analyse d’arbitrage des gains en efficience.
Par exemple, le Bureau pourrait déterminer que les gains en
Le 26 juin 1999
consent order to implement the alternative arrangement. If this
is unsuccessful, the Bureau would then challenge the merger in
front of the Tribunal.
Enforcement Principle If the Bureau concludes that a competition issue arises in cases (a) and (b) above, then it would have
been determined that S and G are merging in an effort to enhance their commercial rewards from their patents. By merging, S and G are engaging in conduct that is not inherent in
their IP rights. Furthermore this conduct is anti-competitive
since it causes S and G to avoid competing against one another
which allows them to charge higher prices for their products.
Example 3(c): A Joint Venture Suppose that S and G form a
joint venture to research, develop and market a new buffered/
extra strength pain reliever. The two firms approach the Bureau
seeking an opinion regarding the applicability of section 95 of
the Competition Act (this contains an exception for joint ventures). The parties argue that while consumers will value the
new product, the profits earned individually from offering the
product in competition, would not outweigh the R&D costs
that each would have to incur in developing the product. The
firms argue that if the joint venture is not sanctioned by the Bureau, neither firm would conduct the R&D independently and
the new product would not be developed and offered on the
market.
Competitive Analysis The Bureau would seek to determine the
validity of the firms’ claim. The Bureau may sanction the joint
venture so as to permit the realization of cost savings from
avoiding duplication of R&D; however, it may also require the
two firms to individually price and market the products after it
is developed. If the firms can establish that profits in that case
would still be insufficient to offset the cost of R&D, then the
Bureau may still sanction the joint venture provided that it is
established that the joint venture would not in some way (i.e.,
through information sharing or other forms of coordination)
lead to a reduction of competition between the two firms in the
sale of the specialized pain relievers (the buffered and extra
strength pain reliever).
Example 4(a): Exclusive Contracts SPICE Incorporated, by
virtue of its international patents, is the sole supplier of
Megasalt, a unique food additive that has effectively replaced
salt in prepared foods. SPICE’s Canadian patent has recently
expired. SPICE still has valid patent protection throughout the
rest of the world. Before its Canadian patent expired, SPICE
signed five year contracts involving exclusive requirement restrictions with its two principal Canadian buyers. These contracts restricted the two buyers from using both Megasalt and
any other salt substitutes in the same product line. The two
principal buyers of SPICE’s Megasalt are companies that use it
as an input into specially prepared foods for hospitals. SPICE
Gazette du Canada Partie I
1899
efficience que l’on prétend réaliser grâce au fusionnement entre F et D pourraient être également réalisés si les deux entreprises se concédaient réciproquement des licences, ou formaient une coentreprise de R et D qui mettrait au point les
nouvelles technologies, mais obligerait ensuite les deux entreprises à fixer les prix des deux technologies et à les commercialiser séparément et en concurrence l’une avec l’autre. Dans
ce cas, les prix du marché demeureraient à des niveaux concurrentiels, mais tous les gains en efficience seraient quand même
réalisés. Par rapport à cette possibilité moins restrictive, le Bureau considérerait le fusionnement comme anticoncurrentiel et
chercherait d’abord à résoudre l’affaire en négociant une ordonnance par consentement pour mettre en œuvre l’arrangement de remplacement; le cas échéant, il contesterait le fusionnement devant le Tribunal.
Principe de mise en application Si le Bureau en venait à la
conclusion qu’une question de concurrence est soulevée dans
les exemples a) et b) ci-dessus, on aurait donc dû déterminer
que F et D fusionnent pour tenter d’augmenter les bénéfices
commerciaux de leur brevet. En fusionnant, F et D se livrent à
une pratique qui n’est pas comprise dans leurs droits de PI. De
plus, leur conduite est anticoncurrentielle parce que cela permet à F et D d’éviter d’être en concurrence, ce qui leur permet
d’exiger des prix plus élevés pour leurs produits.
Exemple 3c) : Coentreprise — Supposons que F et D forment
une coentreprise pour effectuer des recherches sur un nouvel
analgésique tamponné extra-fort, le mettre au point et le commercialiser. Les deux entreprises contactent le Bureau pour
obtenir une opinion sur l’applicabilité de l’article 95 de la Loi
sur la concurrence (exceptions pour les coentreprises). Les
parties font valoir que les consommateurs évalueront le nouveau produit, mais que les profits gagnés individuellement de
sa vente en situation de concurrence ne contrebalanceront pas
les coûts de R et D que chaque entreprise devrait engager pour
développer les produits. Elles allèguent également que si la
coentreprise n’est pas autorisée par le Bureau, aucune des deux
entreprises n’entreprendra de recherche et de développement
de manière indépendante et que le nouveau produit ne sera pas
mis au point et offert sur le marché.
Analyse de la concurrence Le Bureau tenterait de déterminer la
validité des prétentions des sociétés. Il peut autoriser la coentreprise pour permettre la réalisation d’économies de coûts en
évitant le dédoublement de la R et D; cependant, il peut également exiger que les deux entreprises établissent séparément le
prix des produits et les commercialisent individuellement. Si
les entreprises peuvent établir que dans cette situation les bénéfices seraient encore insuffisants pour compenser le coût de
la recherche et du développement, le Bureau pourrait tout de
même autoriser la coentreprise pourvu qu’il soit démontré que
celle-ci n’entraîne pas, d’une façon ou d’une autre (par exemple, au moyen d’un partage de renseignements ou d’autres
formes de coordination), de réduction de la concurrence entre
les deux entreprises dans la vente d’analgésiques spécialisés
(tamponnés et extra-forts).
Exemple 4a) : Contrats exclusifs ÉPICES Inc. est, au moyen de
ses brevets internationaux, le seul fournisseur de Mégasel,
additif alimentaire qui a à toutes fins utiles remplacé le sel dans
les aliments préparés. Le brevet canadien d’ÉPICES est récemment arrivé à échéance. Cette société dispose de la protection de brevets ailleurs dans le monde. Avant que son brevet
canadien ne vienne à échéance, ÉPICES a signé des contrats de
cinq ans comportant des restrictions d’exigences exclusives
avec ses deux principaux acheteurs canadiens. Ces contrats
empêchent les deux acheteurs d’utiliser à la fois du Mégasel et
un autre succédané du sel dans la même gamme de produits.
Les deux principaux acheteurs de Mégasel sont des sociétés qui
1900
Canada Gazette Part I
does not have contracts with other buyers of Megasalt in Canada or throughout the rest of the world. Recently, NUsalt, a
firm that has developed a potential alternative salt substitute to
SPICE’s Megasalt, filed a complaint with the Bureau alleging
that SPICE’s contracts are preventing it from entering Canada
to manufacture and market their product. It claims that
SPICE’s contracts have “locked-up” the largest part of the market, making entry into Canada at a sufficient scale unprofitable.
Relevant Section(s) of the Competition Act The Bureau is
likely to investigate the NUsalt allegations under the exclusive
dealing provision (section 77) or the abuse of dominance provision (section 79).
Relevant Markets The NUsalt allegations suggest that as a result of their contracts with the two large buyers, SPICE is currently exploiting market power within the market for salt substitutes. The Bureau would, therefore, base its relevant market
analysis on the functional characteristics of the products and
related evidence of consumer behaviour rather than using the
hypothetical monopolist approach to relevant market definition
(evidence of existing price movements may not provide an accurate measure of the degree of substitution that would exist
between Megasalt, NUsalt and generic salt in the absence of
the contracts). In defining the relevant product market, the Bureau would consider whether salt substitutes such as Megasalt
and NUsalt are sufficiently distinct from salt to justify being
treated as a separate product. The Bureau would also estimate
the degree to which consumers would view Megasalt and
NUsalt as close substitutes within the class of products labeled
salt substitutes. The Bureau would review evidence relating to
the physical properties of the products, the distinct end uses of
the products, the technical cost of buyers such as prepared
hospital food manufactures, from switching between salt and
salt substitutes in their product production process, and other
institutional barriers to the use of the potential substitutes (e.g.,
regulations limiting the use of certain ingredients in prepared
hospital foods). Finally, the Bureau may conclude that the degree of substitution between salt and Megasalt differs across
end uses (e.g., prepared hospital food manufacturers may see
the two as being distant substitutes while other end users may
see salt and salt substitutes as being close substitutes). If this is
so, the Bureau may define the relevant product market in relation to a particular end use (e.g., the supply of salt substitutes
to prepared hospital food manufacturers). The relevant geographic market is likely to be Canada.
Market Power If the relevant market is defined narrowly as salt
substitutes, then SPICE’s dominant position in this market
suggests that it could have market power (it is the only supplier
of a salt substitute in Canada). In order to reach such a conclusion, the Bureau would seek to: (i) identify those factors which
are currently contributing to the entry deterrence of potential
salt substitute producers; and (ii) determine the extent to which
SPICE’s exclusive contracts heighten the level of deterrence.
In examining the role of the contracts as a barrier to entry, the buBureau would focus on determining whether SPICE’s contracts
with the two principal Canadian buyers of salt substitutes,
foreclose a sufficient amount of market demand from potential
entrants so that the remaining demand provides an insufficient
level of profit to cover the cost of entry and future operating
costs. In particular, the Bureau would consider: the level of expected sunk and fixed costs of entry and the minimum level of
sales (at predicted competitive prices) required to cover these
costs; the amount of Megasalt purchased by the two principal
buyers and the total amount of Megasalt consumed in Canada
as well as internationally; the degree to which the contracts either prohibit the two principal buyers from buying alternative
products or induce them not to buy alternative products; the
June 26, 1999
s’en servent comme ingrédients dans les aliments spéciaux
préparés pour les hôpitaux. ÉPICES n’a pas de contrat avec
d’autres acheteurs de Mégasel au Canada ou ailleurs. Récemment, NOUVSEL, entreprise qui a mis au point un autre succédané du sel qui pourrait remplacer le Mégasel, a déposé une
plainte auprès du Bureau, alléguant que les contrats d’ÉPICES
l’empêchent d’accéder au marché canadien pour fabriquer et
commercialiser ses produits. Elle plaide que les contrats
d’ÉPICES lui ont fermé la plus grande partie du marché, ce qui
rend non rentable son entrée au Canada avec des installations
d’une taille convenable.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
enquêtera probablement sur les allégations de NOUVSEL dans
l’optique des dispositions sur l’exclusivité (article 77) ou
l’abus de position dominante (article 79).
Marchés pertinents Les allégations de NOUVSEL semblent
indiquer qu’en raison de ses contrats avec les deux acheteurs
importants, ÉPICES exploite actuellement sa puissance commerciale sur le marché des succédanés du sel. Le Bureau fonderait par conséquent son analyse du marché pertinent sur les
caractéristiques fonctionnelles des produits et les données relatives au comportement du consommateur plutôt que sur le test
du monopoleur hypothétique pour définir le marché pertinent
(la preuve relative aux mouvements des prix peut ne pas fournir une mesure exacte du degré de substitution qui existerait
entre le Mégasel, le NOUVSEL et le sel ordinaire en l’absence
des contrats). Pour définir le marché pertinent, le Bureau déterminerait si les succédanés du sel tels que le Mégasel et le
NOUVSEL sont suffisamment différents du sel pour que cela
justifie de les traiter comme un produit distinct. Le Bureau estimerait également le degré auquel les consommateurs percevraient le Mégasel et le NOUVSEL comme de proches substituts dans la classe des produits appelés succédanés du sel. Le
Bureau analyserait des données sur les propriétés physiques des
produits, les usages finaux particuliers de ceux-ci, les coûts
techniques des acheteurs tels les fabricants d’aliments préparés
pour les hôpitaux en cas de transition entre le sel et les succédanés dans leur processus de production, et les autres obstacles
institutionnels à l’utilisation de substituts potentiels (par exemple, la réglementation limitant l’utilisation de certains ingrédients dans les aliments préparés à l’usage des hôpitaux). Enfin, le Bureau peut conclure que le degré de substitution entre
le sel et le Mégasel peut varier selon l’utilisation qui en est
faite (par exemple, les fabricants d’aliments préparés pour les
hôpitaux peuvent les voir comme de lointains substituts tandis
que d’autres utilisateurs finaux peuvent considérer le sel et les
succédanés du sel comme de proches substituts). Si c’est le cas,
le Bureau peut définir le marché pertinent en relation avec une
utilisation finale particulière (par exemple, la fourniture de
succédanés du sel aux fabricants d’aliments préparés pour les
hôpitaux). Le marché géographique pertinent sera probablement défini comme étant le Canada.
Puissance commerciale Si le marché pertinent est défini de
manière étroite comme étant celui des succédanés du sel, la
position dominante d’ÉPICES sur ce marché permet de penser
qu’elle pourrait détenir une puissance commerciale (si cette
société est le seul fournisseur de succédané du sel au Canada).
Pour atteindre une telle conclusion, le Bureau tenterait : ( i) de
déterminer les facteurs qui contribuent à ce moment-là à décourager l’entrée des producteurs potentiels de succédanés du
sel; et (ii) de déterminer jusqu’à quel point les contrats d’exclusivité conclus par ÉPICES contribuent à décourager l’entrée.
Dans son examen du rôle de barrière à l’entrée joué par les
contrats, il tenterait de déterminer si ces contrats signés avec
les deux principaux acheteurs de succédané du sel privent les
entrants potentiels d’une partie de la demande de telle façon
Le 26 juin 1999
amount of time before SPICE’s patents expire in other countries such as the United States; the costs to the two principal
buyers from breaking their contracts with SPICE and their
likely willingness to switch to alternative salt substitutes. If it is
determined that, as a result of the contracts, there is (and will
be for the next two years or so) insufficient demand in Canada
or the rest of the world to support entry, then SPICE’s exclusive contracts would be considered as a barrier to entry; the
contracts would provide SPICE with exclusionary market
power.
If the market is defined to include salt, then the Bureau
would identify all the producers of salt and determine the market share of Megasalt in this broader market. If the Megasalt
market share is below 35 percent, the Bureau is unlikely to
continue its investigation. If the market share is above 35 percent, the Bureau would follow the same barriers analysis as
stated above.
Competitive Analysis If the relevant market is narrowly defined as salt substitutes and it is determined that SPICE’s contracts are preventing the entry of potential salt substitute producers, the Bureau would conclude that the contracts have
resulted in a lessening of competition. In this instance, SPICE’s
exclusive contracts extend its IP right on Megasalt beyond the
period of time accorded by statute. This allows SPICE to enhance or maintain market power in the relevant market. The
exclusive contracts remove a large part of the Canadian market
from potential salt substitute producers which serves to deter
firms from entering the market to supply alternative salt substitutes in Canada. This means that buyers in Canada that are not
under contract with SPICE must buy from SPICE at prices
higher than they would have to pay if SPICE faced effective
competition. The size or magnitude of the lessening would depend on the extent to which the contracts prevent entry and the
expected degree of substitution that would exist between
Megasalt and alternative salt substitutes, such a NUsalt, absent
the contracts. In general, if the contracts are determined to be
the principal barrier to new entry and the new entrants’ products are likely to be close substitutes for Megasalt, then the Bureau is more likely to conclude the contracts have resulted in a
lessening that is substantial.
The Bureau would also consider whether there may be efficiency reasons for SPICE’s exclusive contracts. For example,
SPICE may have signed these contracts in order to ensure that
it would have sufficient sales to justify investing in enough capacity to realize economies of scale. Furthermore, the restriction on buyers not to combine Megasalt with other salt substitutes could have a safety or quality rationale. Unless there is a
strong efficiency rationale or business justification for SPICE’s
exclusive contracts that could not be achieved without the exclusivity arrangements the Bureau would likely challenge the
practice under sections 77 or 79 of the Act. The Bureau would
seek to terminate SPICE’s exclusive contracts in Canada.
Enforcement Principle SPICE has engaged in conduct that is
not inherent in its IP right by signing exclusive contracts that
prevent entry of potential competition. SPICE’s conduct may
be anti-competitive since it could maintain high prices for its
product even after its patent has expired.
Gazette du Canada Partie I
1901
que celle qui reste ne permet pas des profits suffisants pour
couvrir le coût d’entrée et les frais d’exploitation futurs. En
particulier, le Bureau tiendrait compte du niveau prévu des
coûts d’entrée fixes et irrécupérables et du niveau minimal de
ventes (à des prix concurrentiels calculés) nécessaire pour couvrir ces coûts; des quantités de Mégasel achetées par les deux
principaux acheteurs et de la quantité totale de Mégasel consommée au Canada et à l’échelle internationale; du degré auquel les contrats interdisent l’achat de produits de remplacement ou refrènent l’achat de tels produits; du délai restant
avant l’expiration des brevets d’ÉPICES dans les autres pays
comme les États-Unis; des coûts que les deux acheteurs principaux devraient engager pour rompre leurs contrats avec
ÉPICES; et de leur intérêt probable pour d’autres succédanés
du sel. Si l’on détermine qu’en raison des contrats la demande
est insuffisante au Canada ou dans le reste du monde pour justifier l’entrée d’un nouveau producteur (et que cette situation
se maintiendra pendant environ deux ans), les contrats d’exclusivité d’ÉPICES seraient alors considérés comme des barrières
à l’entrée qui confèrent à ÉPICES une puissance commerciale
tendant à exclure les autres entreprises.
Si le marché est défini de manière à inclure le sel, le Bureau
dresserait alors la liste de tous les producteurs de sel et déterminerait quelle est la part de marché de Mégasel sur ce marché
élargi. Si cette part est inférieure à 35 p. 100, le Bureau interromprait probablement son enquête. Si, par contre, elle dépasse
35 p. 100, le Bureau entreprendrait la même analyse des barrières à l’entrée que celle qui est décrite ci-dessus.
Analyse de la concurrence Si le marché pertinent est défini de
manière étroite comme étant celui des succédanés du sel et que
l’on détermine que les contrats conclus par ÉPICES empêchent
l’entrée de producteurs potentiels, le Bureau conclurait que les
contrats ont entraîné une diminution de la concurrence. Dans
ce cas, les contrats d’exclusivité d’ÉPICES étendent son droit
de PI sur le Mégasel au-delà du délai fixé par la loi. Cette situation permet à ÉPICES de maintenir ou d’augmenter sa puissance commerciale sur le marché pertinent. Les contrats
d’exclusivité placent une grande partie du marché canadien
hors d’atteinte des éventuels producteurs de succédanés du sel,
ce qui décourage les entreprises d’entrer sur le marché dans le
dessein d’offrir ce type de produit au Canada. Cela signifie que
les acheteurs canadiens qui n’ont pas signé de contrat avec
ÉPICES doivent s’approvisionner auprès de cette entreprise à
des prix plus élevés que si cette dernière avait dû soutenir une
concurrence réelle. L’importance de la diminution de concurrence dépendrait du degré auquel les contrats empêcheraient
l’entrée et du degré estimatif de substitution qui existerait entre
le Mégasel et les autres succédanés du sel comme NOUVSEL
si les contrats n’avaient pas été signés. En général, si l’on détermine que les contrats sont le principal obstacle à l’entrée de
nouveaux producteurs et que les produits des nouveaux producteurs seraient de proches substituts du Mégasel, le Bureau
conclurait sans doute que les contrats ont entraîné une diminution sensible de la concurrence.
Le Bureau chercherait également à établir si des motifs
d’efficience peuvent justifier les contrats d’exclusivité
d’ÉPICES. Par exemple, cette société peut avoir conclu ces
ententes de telle sorte que son chiffre d’affaires soit assez élevé
pour justifier un investissement dans des installations d’une
capacité suffisante pour réaliser des économies d’échelle. De
plus, la contrainte imposée aux acheteurs de ne pas mélanger le
Mégasel à d’autres succédanés du sel peut être justifiée par des
raisons de qualité ou de sécurité. À moins que de solides justifications fondées sur l’efficience ou les impératifs commerciaux ne justifient les contrats d’exclusivité conclus par
ÉPICES, et que les avantages ainsi recherchés ne puissent être
1902
Canada Gazette Part I
Example 4(b): Vertical Merger or Acquisition Suppose that the
Competition Tribunal made an order to terminate SPICE’s exclusive contracts with its principal buyers (call them Firm A
and Firm B). Further, suppose SPICE proposes to acquire Firm A
thus creating an integrated firm which announces that after the
merger is completed, it will no longer supply Megasalt to Firm
B in Canada. As a consequence, Firm B is forced to rely on the
potential entry of NUsalt to supply a salt substitute or begin
using generic salt in its production of specially prepared hospital foods. Pre-acquisition, Firm A has 55 percent and Firm B
has 45 percent of the specially prepared hospital food market.
Relevant Section(s) of the Competition Act The Bureau would
investigate this acquisition under the merger provision (section 91) of the Competition Act or possibly under the abuse of
dominance provisions (section 79).
Relevant Market There are two potential areas of concern in
this matter implying the need to possibly define two relevant
markets. First, SPICE’s acquisition of Firm A may act to preserve its market power in the market for salt substitutes in essentially the same manner as outlined in example 4(a) above.
Therefore, the Bureau may need to define a relevant market
around Megasalt’s and NUsalt’s salt substitutes. If Firm A accounts for a sufficient amount of the market demand for salt
substitutes, the acquisition could foreclose this demand from
new entrants and preserve SPICE’s market power in the market. The Bureau would address this concern using the same
analytical approach outlined in example 4(a).
Second, the acquisition of Firm A, in conjunction with the
refusal to supply Firm B, may result in an increase in market
power for the vertically integrated SPICE in the market for
specially prepared hospital foods. Therefore, the Bureau may
define a relevant market around specially prepared hospital
foods. The Bureau would define this relevant market using the
hypothetical monopolist test. In this case, the largest buyers are
likely to be hospitals, although other buyers, such as nursing
homes, may be affected. The Bureau would identify all the potential substitutes for each of these buyers (e.g., internally produced foods) in various geographic regions in Canada. Factors
examined in assessing the degree of substitutability between
these potential substitutes and specially prepared hospital foods
would include: the extent to which specially prepared hospital
foods and other foods are functionally interchangeable for each
identified end uses; past behavior of buyers with respect to different price changes in potential substitutes; firm or industry
surveys regarding consumer buying habits, transaction cost to
buyers from adjusting their production processes to accommodate the different salt substitutes; and econometric estimates of
cross-price elasticities.
Market Power On its surface, this appears to be a strictly vertical acquisition; absent the acquisition, SPICE and Firm A
would not have been potential competitors in any relevant market. However, it is possible that this acquisition could have a
horizontal effect in a market. More specifically, the acquisition
combined with the refusal to supply Firm B could be interpreted as an attempt by SPICE to extend its market power from
June 26, 1999
obtenus autrement, le Bureau contesterait probablement ces
pratiques en s’appuyant sur les articles 77 ou 79 de la Loi et
chercherait à faire annuler les contrats d’exclusivité signés par
ÉPICES au Canada.
Principe de mise en application ÉPICES s’est livrée à une pratique qui n’est pas comprise dans son droit de PI en signant des
contrats exclusifs qui empêchent l’entrée de concurrents potentiels. La pratique d’ÉPICES peut être anticoncurrentielle
parce qu’elle pourrait maintenir des prix élevés pour son produit même après l’expiration de son brevet.
Exemple 4b) : Fusionnement vertical ou acquisition Faisons
l’hypothèse que le Tribunal de la concurrence publie une ordonnance d’annulation des contrats exclusifs d’ÉPICES avec
ses principaux acheteurs (que nous appellerons entreprise A et
entreprise B). Supposons également qu’ÉPICES propose d’acquérir l’entreprise A, créant ainsi une société intégrée qui annonce qu’une fois le fusionnement complété, elle ne fournira
plus de Mégasel à l’entreprise B au Canada. Il en résulte que
l’entreprise B est forcée de s’en remettre à l’entrée possible de
NOUVSEL sur le marché pour lui fournir un succédané du sel
ou de commencer à utiliser du sel ordinaire dans sa production
d’aliments spéciaux destinés aux hôpitaux. Avant l’acquisition,
la part du marché des aliments pour hôpitaux de l’entreprise A
était de 55 p. 100 et celle de l’entreprise B, de 45 p. 100.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
enquêterait sur cette acquisition aux termes des dispositions sur
les fusionnements (article 91) de la Loi sur la concurrence ou
peut-être de celles relatives à l’abus de position dominante
(article 79).
Marché pertinent Deux problèmes sont apparents dans cette
affaire, ce qui implique qu’il pourrait falloir définir deux marchés pertinents. Premièrement, l’acquisition de l’entreprise A
par ÉPICES peut avoir pour effet de préserver sa puissance
commerciale sur le marché des succédanés du sel d’une manière très semblable à celle de l’exemple 4a) ci-dessus. Par
conséquent, le Bureau devra peut-être définir un marché pertinent autour du Mégasel et du NOUVSEL. Si l’entreprise A représente une part suffisante de la demande sur le marché des
succédanés du sel, l’acquisition peut placer cette demande hors
de portée des nouveaux producteurs entrants et préserver la
puissance commerciale d’ÉPICES sur le marché. Le Bureau résoudrait ce problème en utilisant l’approche analytique présentée à l’exemple 4a).
Deuxièmement, l’effet cumulatif de l’acquisition de l’entreprise A et du refus de vendre à l’entreprise B peut entraîner une
augmentation de la puissance commerciale de l’entreprise
ÉPICES verticalement intégrée sur le marché des aliments pour
hôpitaux spécialement préparés. Le Bureau peut avoir à définir
un marché pertinent pour les aliments spéciaux destinés aux
hôpitaux. Il le ferait en utilisant le test du monopoleur hypothétique. Dans ce cas, les grands acheteurs sont probablement
des hôpitaux, bien que d’autres acheteurs, comme les foyers de
soins infirmiers, puissent être touchés. Le Bureau dresserait la
liste de tous les substituts possibles pour chacun de ces acheteurs (par exemple, des aliments préparés à l’interne) dans plusieurs régions géographiques du Canada. Les facteurs analysés
pour évaluer le degré de substituabilité entre ces substituts potentiels et les aliments spécialement préparés seraient le degré
auquel ces aliments et d’autres aliments sont fonctionnellement
interchangeables pour chaque utilisation finale déterminée; le
comportement passé des acheteurs par rapport aux changements de prix des substituts potentiels; les enquêtes auprès des
entreprises ou de l’industrie au sujet des habitudes d’achat des
consommateurs; les coûts de transaction frappant les acheteurs
qui modifient leurs procédés de production pour utiliser les
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
différents succédanés du sel; et les estimations économétriques
des élasticités croisées.
Megasalt into the market for specially prepared hospital food.
By reducing Firm B’s ability to obtain an important input in the
production of their product line, the integrated firm could raise
Firm B’s costs of producing specially prepared hospital food.
As a result, Firm B would likely have to increase its prices or
possibly leave the market. This could enable Firm A to profitably increase its prices (i.e., a horizontal effect in the market).
In measuring the potential for market power in the case, the
Bureau would consider two things. First, the Bureau would
consider whether the conditions of the market would permit
SPICE to profitably leverage its market power in the supply
of Megasalt into the market for specially prepared hospital
foods.31 Second, the Bureau would consider the likelihood that
Firms B’s cost would increase as a result of the acquisition and
refusal. In assessing the likelihood that the acquisition would
raise Firm B’s cost, the Bureau would consider whether the
potential suppliers of salt or salt substitutes (e.g., NUsalt):
(i) are more expensive or less efficient sources (less preferred
source) of salt substitutes than SPICE; (ii) have economies of
scale in production or limited capacity so that the exclusion of
Firm A as a buyer in the market will result in higher prices for
their products; or (iii) the loss of SPICE as a competitor to the
potential suppliers to Firm B will increase the potential suppliers bargaining power with Firm B leading to higher prices for
Firm B. If any of these conditions are met, then it is likely that
the Bureau would conclude the integrated firm (SPICE and
Firm A) would have market power in the market for specially
prepared hospital foods.
Competitive Analysis The focus of the Bureau’s competitive
effects analysis would be to determine the significance of the
expected increase in Firm B’s costs and the extent to which this
cost increase would be reflected in Firm B’s prices. The Bureau is likely to conclude that the acquisition results in a substantial lessening of competition if the cost increase is large
and if most of this increase is passed on through Firm B’s
prices (i.e., the larger is the increase in Firm B’s cost and
prices, the more advantaged is Firm A in the market and the
greater is Firm A’s power over market prices). In examining
the expected Firm B cost and price increase the Bureau will
consider among other things: (i) the percentage of Firm B’s
total production cost that is accounted for by Megasalt (or an
alternative salt substitute). The larger the percentage, the larger
is the expected effect on Firm B’s total production cost and
prices; (ii) the percentage of total pre-acquisition Megasalt (salt
substitute consumption) demand accounted for by Firm A. The
larger is this percentage, the larger is the loss of potential output for any new salt substitute entrant and (given the existence
of scale economies) the larger is the cost (and hence price) of
these alternatives for Firm B; and (iii) the expected (in the absence of the acquisition) percentage of salt substitutes supplied
to Firm B accounted for by Megasalt. The larger this percentage, the larger the loss of supply available to Firm B postacquisition and the larger is the new entrants potential bargaining power with Firm B (i.e., higher input prices for Firm B).
Puissance commerciale En apparence, cette transaction semble
une simple acquisition verticale. Sans cette acquisition,
ÉPICES et l’entreprise A n’auraient pas été des concurrents
potentiels sur un marché pertinent quelconque. Cependant, il
est possible que cette acquisition puisse avoir un effet horizontal sur un marché. Plus précisément, l’effet cumulatif de l’acquisition et du refus d’approvisionner l’entreprise B pourrait
être interprété comme une tentative d’ÉPICES d’étendre la
puissance commerciale tirée de Mégasel au marché des aliments spéciaux pour hôpitaux. En réduisant la capacité de
l’entreprise B d’obtenir une matière première importante dans
la production de sa gamme de produits, la société intégrée
pourrait accroître les coûts de production de l’entreprise B. Il
en résulterait que B serait obligée de hausser ses prix ou de
peut-être quitter le marché. Ce départ permettrait à l’entreprise
A d’accroître ses profits en relevant ses prix (ce qui constitue
un effet horizontal sur le marché).
Pour mesurer la possibilité de puissance commerciale dans
cette affaire, le Bureau tiendrait compte de deux points. Premièrement, le Bureau examinerait si les conditions du marché
permettraient à ÉPICES de tirer profit de sa puissance commerciale liée à l’offre de Mégasel sur le marché des aliments
spéciaux pour hôpitaux31. Deuxièmement, le Bureau considérerait la probabilité que les coûts de l’entreprise B augmentent
par suite de l’acquisition et du refus. Pour évaluer la probabilité que l’acquisition fasse augmenter les coûts de l’entreprise B,
le Bureau déterminerait si les fournisseurs potentiels de sel ou
de succédanés du sel [par exemple NOUVSEL] (i) sont des
sources plus coûteuses ou moins efficaces (sources qui ne sont
pas préférées à d’autres) de succédanés du sel que ÉPICES; ou
(ii) ont des économies d’échelle dans la production ou une capacité limitée de telle manière que l’exclusion de l’entreprise A
comme acheteur sur le marché va générer des prix plus élevés
pour ses produits; ou si (iii) la perte d’ÉPICES en tant que concurrent des fournisseurs potentiels de l’entreprise B augmentera leur pouvoir de négociation auprès d’elle, ce qui amènera
celle-ci à payer des prix plus élevés. Si l’une de ces conditions
est réalisée, il est alors probable que le Bureau conclurait que
l’entreprise intégrée (ÉPICES et entreprise A) détiendrait une
puissance commerciale sur le marché des aliments spécialement préparés à l’usage des hôpitaux.
Analyse de la concurrence Le point central de l’analyse des effets sur la concurrence que réaliserait le Bureau serait de déterminer la portée de l’augmentation prévue des coûts de
l’entreprise B et du degré auquel cette hausse des coûts apparaîtrait dans les prix de l’entreprise B. Le Bureau conclurait
probablement que l’acquisition se traduit par une diminution
sensible de la concurrence si la hausse des coûts est importante
et que la plus grande part de celle-ci est transmise à l’acheteur
par les prix de l’entreprise B (c’est-à-dire que plus l’augmentation des coûts et des prix de l’entreprise B est importante, plus
———
———
31
31
If it is determined that: (i) SPICE would likely be the dominant (monopoly)
supplier in the salt substitute market with or without the acquisition (i.e.,
NUsalt or an alternative firm were unlikely to enter); (ii) Firm A and Firm B
use all inputs including salt substitutes in fixed proportions; (iii) Firm A and B
have identical production technologies and production costs (with constant
marginal cost of production); (iv) there are no demand interdependencies in the
two firms product lines; and (v) SPICE cannot perfectly discriminate among
buyers, then it is unlikely that SPICE’s acquisition is an attempt to leverage
market power (the conditions of the market suggest that SPICE can extract all
its market power from the salt substitute market without integration). Absent
one of these conditions however, leveraging could be profitable for SPICE.
1903
Si l’on détermine (i) que ÉPICES serait probablement le fournisseur dominant
(monopoleur) sur le marché des succédanés du sel, avec ou sans acquisition
(c’est-à-dire qu’il y avait peu de chances pour que NOUVSEL ou une autre entreprise fasse son entrée); (ii) que les entreprises A et B utilisent tous les intrants, y compris les succédanés du sel, dans des proportions fixes; (iii) que les
technologies et les coûts de production de A et de B sont identiques (et que leur
coût marginal de production est constant); (iv) qu’il n’existe pas d’interdépendance de la demande dans les gammes de produits des deux entreprises; et
(v) que ÉPICES ne peut distinguer parfaitement les acheteurs entre eux, il est
alors peu probable que l’acquisition réalisée par ÉPICES soit une tentative de
tirer profit de sa puissance commerciale (les conditions du marché indiquent
que ÉPICES peut tirer toute sa puissance commerciale du marché des succédanés du sel, sans intégration). Cependant, si l’une de ces conditions est absente,
l’effet de levier pourrait être favorable pour ÉPICES.
1904
Canada Gazette Part I
In its competitive effects analysis, the Bureau would also
recognize that vertical arrangements may often lead to lower
costs for either input suppliers or purchasers. In particular, the
Bureau would consider whether there are transaction costs that
occur when SPICE and Firm A are unintegrated that would be
avoided with integration. If it is determined that the acquisition
does result in a substantial lessening of competition yet also
results in transaction cost saving, the Bureau will consider
whether these cost savings could be achieved through alternative, less restrictive means. If it is determined that less restrictive means are unavailable, the Bureau would determine
whether the cost savings is likely to be greater than and offset
the substantial lessening of competition. The Bureau would
challenge the acquisition if the cost saving are not of this
nature.
Enforcement Principle By merging with Firm A, SPICE is engaging in conduct that is not inherent in its IP right. SPICE’s
conduct may be anti-competitive if it increases the prices in the
market for hospital food.
Example 5(a): Exclusive Licensing LINC Incorporated has recently developed a new lens for digital cameras. Two other
manufacturers compete with LINC in the lens-for-digitalcamera market. These three firms manufacture several varieties
of lenses and are engaged in R&D to improve digital technologies. LINC does not have the capability to manufacture
digital cameras so it grants licenses for use of its patented
lenses to manufacturers of digital cameras. There are three
large firms that manufacture digital cameras which account for
80 percent of digital camera sales, plus a half dozen smaller
firms. LINC has just granted CINC, the largest digital camera
firm with 25 percent of digital camera sales, an exclusive licence to use its new patented lens in its cameras. Under the licence, CINC will have the exclusive right to use the new LINC
lens. However, CINC is free to purchase lenses of all types
from the remaining lens manufacturers. CINC does not own or
have the capability to develop lens technology. Although
LINC’s newest lens has superior features over the current
products, the demand for cameras with the new features is uncertain. Therefore, significant investment must be incurred to
promote and develop the product embodying the new lens.
Other camera manufacturers have requested a licence but have
been refused.
June 26, 1999
l’entreprise A est avantagée et plus grand est le pouvoir qu’elle
peut exercer sur les prix du marché). Pour évaluer l’augmentation prévue des coûts et des prix de la société B, le Bureau
tiendrait compte, entre autres, des facteurs suivants : (i) le
pourcentage du coût total de production de l’entreprise B qui
est attribuable au Mégasel (ou à un autre succédané du sel);
plus ce pourcentage est élevé, plus grand est l’effet prévu sur le
coût total de production de l’entreprise B et ses prix; (ii) le
pourcentage de la demande totale de Mégasel (consommation
de succédané du sel) représenté par l’entreprise A avant l’acquisition; plus ce pourcentage est élevé, plus grande est la perte
potentielle de production d’un éventuel nouveau producteur de
succédané du sel; et (étant donné l’existence d’économies
d’échelle) plus grand est le coût (et donc le prix) de ces solutions de remplacement pour l’entreprise B; et (iii) le pourcentage prévu (en l’absence d’acquisition) de succédanés du sel
fournis à l’entreprise B que représente le Mégasel. Plus ce
pourcentage est élevé, plus grande est la perte d’offre pour
l’entreprise B après l’acquisition et plus grand, aussi, le pouvoir potentiel de négociation des nouveaux entrants auprès de
l’entreprise B (prix plus élevés pour les intrants de l’entreprise B).
Dans son analyse des effets sur la concurrence, le Bureau
reconnaîtrait également que les ententes verticales peuvent
souvent entraîner des coûts moindres pour les fournisseurs
d’intrants ou pour les acheteurs. En particulier, le Bureau déterminerait si, dans le cas où ÉPICES et A ne seraient pas intégrés, il existe des coûts de transaction qui seraient évités avec
l’intégration. Si l’on détermine que l’acquisition entraîne effectivement une réduction sensible de la concurrence, mais permet
aussi une réduction des coûts de transaction, le Bureau déterminerait si ces économies de coûts pourraient être atteintes par
d’autres moyens moins restrictifs. Si l’on détermine que ces
moyens ne sont pas disponibles, le Bureau déterminerait alors
si les économies de coûts ont des chances d’excéder et de contrebalancer la diminution sensible de la concurrence. Le Bureau contesterait l’acquisition si les économies de coûts
n’étaient pas de cette nature.
Principe de mise en application En se fusionnant avec
l’entreprise A, ÉPICES se livre à une pratique qui n’est pas
comprise dans son droit de PI. La pratique d’ÉPICES peut être
anticoncurrentielle si elle augmente les prix sur le marché des
aliments pour les hôpitaux.
Exemple 5a) : Octroi de licences exclusives — LINC Inc. vient
de mettre au point une nouvelle lentille pour les appareils
photos numériques. Deux autres fabricants font concurrence à
LINC sur le marché des lentilles pour appareils photos numériques. Ces trois entreprises fabriquent plusieurs variétés de
lentilles et font de la recherche et du développement pour améliorer des technologies numériques. LINC n’a pas les ressources nécessaires pour fabriquer des appareils photos numériques; elle octroie donc des licences d’utilisation de ses
lentilles brevetées à des fabricants d’appareils photos numériques. Il y a trois grandes entreprises qui fabriquent des appareils photos numériques et qui représentent 80 p. 100 des ventes de ces appareils; une demi-douzaine d’entreprises plus
petites sont également présentes. LINC vient tout juste d’accorder
à SINC, le plus grand fabricant d’appareils photos numériques,
qui représente 25 p. 100 des ventes, une licence exclusive
d’utilisa-tion de sa nouvelle lentille brevetée dans ses appareils
photos. Aux termes de la licence, CINC aura le droit exclusif
d’utiliser la nouvelle lentille LINC. Cependant, CINC est libre
d’acheter des lentilles de n’importe quel type des autres fabricants de lentilles. CINC n’a pas les ressources nécessaires pour
mettre au point des lentilles. Bien que le dernier modèle de lentille de LINC soit plus perfectionné que les lentilles actuelles, la
Le 26 juin 1999
Relevant Section(s) of Competition Act The Bureau is likely to
examine this matter under the exclusive dealing provision
(section 77) or the abuse of dominance provision (section 79)
of the Competition Act (a possible joint abuse of dominance
against LINC and CINC). The antitrust concern in this matter is
very similar to the concern identified in Example 4(b) where
the exclusive licence could have the same effect as the vertical
acquisition of an input buyer by an input supplier. That is,
LINC’s exclusive licence with CINC could limit the supply of
lenses to digital camera makers as well as reduce the demand
for the remaining lens manufacturers’ lenses. Both of which
could increase the cost of producing digital cameras for all
firms but CINC.
Relevant Markets The relevant product market may be defined
as narrowly as digital cameras with specialized lenses (i.e.,
cameras that offer the new LINC lenses or lenses that are close
substitutes to LINC’s lenses). This would be the case if the
new features of the LINC lens provide the CINC camera with a
sufficient product differentiation advantage over the other
digital camera manufacturers’ products. The relevant product
market may be defined more broadly to include all digital cameras. This would be the case if the new features of the LINC
lenses do not provide the CINC cameras with a sufficient
product differentiation advantage over the other digital camera
manufacturers’ products. Finally, the relevant product market
could be defined to include all cameras. This would be the case
if consumers are unwilling to pay a 5 percent premium for
cameras with the digital technology.
Market Power If the relevant market is defined narrowly as the
market for digital cameras with specialized lenses, then the Bureau’s market power analysis would focus on determining the
extent to which the CINC and LINC exclusive licence raises
the cost of digital camera manufacturers offering digital cameras with specialized lenses. In particular, the Bureau would
consider the likelihood that one or both of the lens manufacturers would develop a new substitute lens for the LINC lens and
the resulting cost of the remaining digital camera manufacturers from using this lens as an input in the production of a new
digital camera with specialized lenses. The relevant factors
considered would include: the current stage of R&D of the remaining lens manufacturers; the likely date of commercial introduction of the new lenses; the degree of substitution of the
LINC lens and the potential new lenses; the degree of scale
economies in lens production. Additionally, the Bureau would
determine if the exclusive licence is likely to reduce the level
of new lens R&D by the remaining lens manufacturers. This
may be the case if; CINC was a major buyer of lenses; there are
economies of scale in lens production; and CINC (because of
the exclusive licence or inducements implicit in the licence) is
unlikely to buy lenses from the two remaining lens producers
(see example 4(a), exclusive contracts as a barrier to entry). If
it is determined that R&D activity in new lens development is
reduced as a result of the exclusive licence, then the Bureau
may interpret this as contributing to a reduction in the likelihood of potential entry into the market for digital cameras with
specialized lenses.
If the relevant market is defined more broadly as either digital cameras, or cameras, then given CINC’s 25 percent (or less
in the market for cameras) market share, the Bureau is unlikely
to conclude CINC has market power. The Bureau would discontinue its investigation of LINC and CINC.
Competitive Analysis As in Example 4(b), the focus of the Bureau’s competitive effects analysis would be to determine the
significance of the expected increase in digital camera manufacturers’ costs and the extent to which this cost increase
would be reflected in the prices for digital cameras with
Gazette du Canada Partie I
1905
demande d’appareils photos possédant ces nouvelles caractéristiques est mal connue. Par conséquent, il faudra de gros investissements pour promouvoir et développer les produits
équipés de la nouvelle lentille. On a opposé un refus aux demandes de licence des autres fabricants de lentilles.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
analysera probablement cette affaire sous l’angle des dispositions relatives à l’exclusivité (article 77) ou à l’abus de position
dominante (article 79) de la Loi sur la concurrence (possibilité
d’abus conjoint de position dominante contre LINC et SINC).
Les questions antitrust soulevées ici sont très semblables à
celles décrites dans l’exemple 4b), où la licence exclusive pouvait avoir le même effet que l’acquisition verticale d’un acheteur d’intrants par un fournisseur. La licence d’exclusivité de
LINC avec CINC pourrait limiter l’offre de lentilles aux fabricants d’appareils photos numériques et réduire la demande
pour les lentilles des autres fabricants, ce qui pourrait augmenter le coût de production des appareils photos numériques pour
toutes les entreprises sauf CINC.
Marchés pertinents Le marché de produit pertinent peut être
défini de façon étroite comme celui des appareils photos numériques à lentilles spécialisées (par exemple les appareils
photos dotés d’une nouvelle lentille LINC ou d’une lentille qui
est un proche substitut de celles de LINC). Cela serait le cas si
les nouvelles caractéristiques de la lentille LINC conféraient à
l’appareil photo CINC un avantage suffisant pour le différencier de ceux des autres fabricants. Le marché de produit pertinent pourrait également être défini de façon plus large de manière à comprendre tous les appareils photos numériques. Ce
serait le cas si les caractéristiques nouvelles de la lentille LINC
ne donnaient pas aux appareils photos CINC un avantage suffisant pour le différencier de ceux des autres appareils photos
numériques. Enfin, le marché pertinent pourrait être défini de
manière à comprendre tous les appareils photos. Ce serait le
cas si les consommateurs refusaient de dépenser 5 p. 100 de
plus pour un appareil photo numérique.
Puissance commerciale Si le marché pertinent est défini de façon étroite comme étant celui des appareils photos numériques
dotés de lentilles spécialisées, l’analyse de la puissance commerciale qu’effectuerait alors le Bureau serait centrée sur le
degré auquel l’accord de licence exclusive conclu entre LINC
et SINC augmenterait les coûts pour les fabricants d’appareils
photos numériques qui voudraient offrir des appareils photos
numériques à lentille spécialisée. En particulier, le Bureau envisagerait la possibilité qu’un des fabricants de lentilles, ou les
deux, mette au point une nouvelle lentille de remplacement
pour la lentille LINC et le coût résultant, pour les autres fabricants d’appareils photos numériques, de l’utilisation de cette
lentille comme un intrant dans la production d’un nouvel appareil photo numérique à lentille spécialisée. Les facteurs pertinents à considérer sont l’état d’avancement des travaux de
recherche et de développement chez les autres fabricants de
lentilles; la date probable du lancement des nouvelles lentilles;
le degré de substitution de la lentille LINC et des nouvelles
lentilles potentielles; et les économies d’échelle réalisables
dans la production de lentilles. De plus, le Bureau déterminerait si la licence exclusive risque de réduire le niveau de recherche et de développement portant sur de nouvelles lentilles
par les autres fabricants. Cela pourrait être le cas si CINC était
un gros acheteur de lentilles; si des économies d’échelle étaient
possibles dans la production de lentille; et s’il était peu probable que CINC (en raison de la licence exclusive ou d’incitatifs
implicites dans la licence) achète des lentilles des deux autres
producteurs restants (voir l’exemple 4a), contrats d’exclusivité
en tant que barrières à l’entrée). Si l’on détermine que la recherche et le développement relatifs à de nouvelles lentilles
1906
Canada Gazette Part I
specialized lenses. The Bureau is likely to conclude that the
exclusive licence results in a substantial lessening of competition if the licence has the effect of significantly increasing the
costs of the digital camera manufacturers in the production of
digital cameras with specialized lenses.
The facts of the case also indicate that significant investment
must be incurred to promote and develop the product embodying the new lens. The Bureau would consider whether CINC
requires the exclusive licence as an inducement to incur these
costs and whether the product would exist absent these investments. For example, CINC may have to develop a specific interface for its cameras and the LINC lens. CINC may be the
firm best equipped to develop such an interface. CINC may
anticipate that the LINC specific investment would not be
profitable if other firms were able to purchase the LINC lens
and compete with CINC in the digital camera with specialized
lens market. (Other camera manufacturers could copy the
CINC interface cheaply and compete in the market at lower
profit levels than CINC. It may be profitable for LINC at this
time to license the lens to the other manufacturers.) Absent the
commitment of LINC not to license the new lens to other
manufacturers, CINC is unwilling to develop the interface;
LINC may not be able to find a camera manufacturer that could
use its lens. The LINC exclusive contract may be the only way
in which LINC can commit to CINC. In this case, consumers
benefit from the licence since they have a product that would
not exist absent the licence. If such a situation arises, the Bureau is unlikely to conclude that the exclusive contract results
in a substantial lessening of competition.
Enforcement Principle Through their exclusive contract, LINC
and CINC could collectively increase the costs of digital camera producers. Therefore, by signing the exclusive contract,
LINC and CINC could be engaging in conduct that is not inherent in LINC’s IP right.
Example 5(b): Widespread Foreclosure Suppose that CINC is
about to acquire an exclusive licence for the use of all LINC’s
lenses as well as the lenses for both of LINC’s rivals. CINC offers a variety of cameras which incorporate the lenses of the
three input suppliers. The other two digital camera manufacturers attempt to bid for the same set of exclusive licences but
CINC succeeds in securing all three. The exclusive licences do
not affect sales of lenses to non-digital camera producers. Although future technologies for lenses are in the development
stage, their date of introduction is uncertain.
Relevant Section(s) of Competition Act The Bureau is likely to
examine this matter under the abuse of dominance provision
June 26, 1999
sont réduits en raison de la licence exclusive, le Bureau peut
alors conclure que la probabilité que de nouveaux producteurs
tentent d’entrer sur le marché des appareils photos numériques
à lentilles spécialisées est d’autant plus faible.
Si le marché pertinent est défini d’une façon plus large
comme étant celui des appareils photos numériques ou celui
des appareils photos en général, alors, comme la part de marché de CINC est de 25 p. 100 (ou moins, pour le marché des
appareils photos en général), il est peu probable que le Bureau
conclue que CINC dispose d’une puissance commerciale. Le
Bureau interromprait son enquête sur LINC et CINC.
Analyse de la concurrence Comme dans l’exemple 4b), l’analyse des effets sur la concurrence réalisée par le Bureau
s’attacherait surtout à déterminer l’importance de l’augmentation prévue des coûts des fabricants d’appareils photos numériques et à mesurer jusqu’à quel point cette hausse ferait augmenter les prix des appareils photos numériques à lentilles
spécialisées. Le Bureau conclurait probablement que la licence
exclusive entraîne une diminution sensible de la concurrence si
l’existence de la licence a pour effet d’accroître sensiblement
les coûts de production d’appareils photos à lentilles spécialisées des fabricants d’appareils photos numériques.
Les circonstances de ce cas indiquent également que de gros
investissements doivent être faits pour développer et promouvoir le produit doté de la nouvelle lentille. Le Bureau tâcherait
de déterminer si CINC a besoin de la licence exclusive comme
incitatif pour engager ces coûts et si sans ces investissements le
produit serait commercialisé. Par exemple, il se peut que CINC
doive mettre au point une interface spéciale entre ses appareils
photos et la lentille LINC. Peut-être que CINC est l’entreprise
la mieux placée pour produire un tel dispositif. LINC prévoit
peut-être que l’investissement lié à la lentille LINC ne sera pas
rentable si d’autres entreprises peuvent acheter la lentille LINC
et concurrencer CINC sur le marché des appareils photos numériques équipés de lentilles spécialisées. (Les autres fabricants de lentilles pourraient copier l’adaptateur de CINC à peu
de frais et concurrencer cette entreprise en se contentant de
marges bénéficiaires plus faibles que celles de CINC. Il pourrait, à ce moment-là, s’avérer rentable pour LINC d’octroyer
des licences aux autres fabricants.) Sans l’engagement de LINC
de ne pas octroyer de licence pour la nouvelle lentille à
d’autres fabricants, CINC refuserait de mettre au point l’interface; LINC pourrait ne plus trouver de fabricant d’appareils
photos capables d’utiliser sa lentille. Le contrat d’exclusivité
de LINC peut représenter le seul moyen par lequel LINC aurait
des obligations envers CINC. Dans ce cas, les consommateurs
seraient avantagés par l’existence de la licence car ils pourraient se procurer un produit qui, sans elle, n’exis-terait pas. Si
une telle situation se produit, le Bureau n’arrivera probablement pas à la conclusion que le contrat d’exclusivité entraîne
une diminution sensible de la concurrence.
Principe de mise en application Par leur contrat exclusif, LINC
et CINC pourraient collectivement augmenter les coûts des fabricants d’appareils photos numériques. Donc, en signant le
contrat exclusif, LINC et CINC pourraient se livrer à une pratique qui n’est pas comprise dans les droits de PI de LINC.
Exemple 5b) : Éviction quasi complète Supposons que CINC
soit sur le point d’acquérir une licence exclusive pour l’utilisation de toutes les lentilles de LINC et de celles des deux concurrents de LINC. CINC offre divers appareils photos qui incorporent les lentilles des trois fournisseurs. Les deux autres
fabricants d’appareils photos numériques tentent de soumissionner pour le même ensemble de lentilles exclusives, mais
CINC parvient à obtenir les trois. Les licences exclusives ne
touchent pas les ventes de lentilles aux producteurs d’appareils
photos non numériques. Bien que de nouvelles technologies de
lentilles soient en cours de développement, leur date de commercialisation est incertaine.
Le 26 juin 1999
(section 79) [a possible joint abuse of dominance against CINC
and the lens manufacturers] or possibly the conspiracy provision (section 45) of the Competition Act. The anti-competitive
concern is that through the exclusive licenses, CINC facilitates
the cartelization of the market for digital cameras by effectively
denying digital camera manufacturers other than CINC an essential input (lenses) in the production of digital cameras.
Relevant Markets The Bureau would seek to determine
whether the relevant market should be defined as digital cameras or more broadly to include all cameras.
Market Power If the market is defined as digital cameras, the
exclusive licenses would foreclose all digital camera manufacturers from the market — CINC would have 100 percent of the
market. If barriers to entry into lens manufacturing are sufficiently high so that no new lens manufacturers would enter the
market to supply digital camera manufacturers then the Bureau
would conclude that the exclusive contracts provide CINC with
market power in the market for digital cameras. If the relevant
market is cameras, then the Bureau would seek to determine
CINC’s market share in this broader market. If CINC accounts
for more than 35 percent of this market, the Bureau is likely to
conclude that CINC has market power.
Competitive Analysis If it is determined that CINC has market
power as a result of the exclusive contracts, then the Bureau
will conclude that these contracts result in a substantial lessening of competition. In general, the holder of an IP right has the
right to grant exclusive licences to individuals or firms to make
use of the IP. However, if an exclusive licence causes widespread foreclosure as it does in this case, the Bureau can and
will seek an order to prohibit exclusivity clauses in contracts.
Enforcement Principle The digital lens manufacturers, by
awarding exclusive licensing contracts to CINC, are engaging
in conduct that is not inherent in their IP rights. The exclusive
licensing contracts are anti-competitive since they serve to increase the prices of digital cameras.
Example 6: Output Royalties MEMEX Incorporated currently
holds a patent on a particular design of a memory component
used in personal home computers. MEMEX does not manufacture personal computers but sells its memory component to
computer manufacturers under a licensing contract. Historically, MEMEX’s licensing contracts have specified a per unit
price that computer manufacturers must pay MEMEX for each
MEMEX designed memory component that it uses. Because of
its patent, MEMEX currently faces no competition from other
memory component producers using a similar type of design;
however, MEMEX’s patent is set to expire within a year and
there is speculation that once it expires a couple of other firms
will begin manufacturing and selling their own memory components based on MEMEX’s design. In a change of licensing
practices, MEMEX has just granted a non-exclusive license for
the use of its memory component to all personal computer
manufacturers which specifies a nominal per unit price but
a royalty on every computer sold, regardless of whether the
computer included any of MEMEX’s memory components.
Gazette du Canada Partie I
1907
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
analysera probablement cette affaire du point de vue des dispositions sur l’abus de position dominante (article 79) [en tant
que possibilité d’abus conjoint de position dominante par
CINC et les autres fabricants de lentilles], ou peut-être selon
les dispositions sur les complots (article 45) de la Loi sur la
concurrence. Le problème de pratique restrictive vient du fait
qu’en raison des licences exclusives, CINC facilite la cartellisation du marché des appareils photos numériques en refusant
à toutes fins utiles aux fabricants d’appareils photos numériques autres que CINC un intrant essentiel (les lentilles) à la
production d’appareils photos numériques.
Marchés pertinents Le Bureau tenterait de déterminer si le marché pertinent doit être défini comme celui des appareils photos
numériques ou, en termes plus généraux, comme celui de tous
les appareils photos.
Puissance commerciale Si le marché est défini comme étant
celui des appareils photos numériques, les licences exclusives
évincent tous les fabricants d’appareils photos numériques du
marché; CINC détiendrait alors 100 p. 100 du marché. Si les
barrières à l’entrée de l’industrie de la fabrication de lentilles
sont suffisamment élevées pour empêcher tout nouveau fabricant de lentilles d’accéder au marché en vue d’approvisionner
les fabricants d’appareils photos numériques, le Bureau conclurait alors que les contrats exclusifs fournissent à CINC une
puissance commerciale sur le marché des appareils photos numériques. Si le marché pertinent est celui des appareils photos,
le Bureau tenterait alors de déterminer la part de marché de
CINC. Si cette part est supérieure à 35 p. 100, le Bureau conclurait probablement que CINC dispose d’une puissance
commerciale.
Analyse de la concurrence S’il est établi que CINC dispose
d’une puissance commerciale en raison des contrats exclusifs,
le Bureau conclura alors que ces contrats entraînent une diminution sensible de la concurrence. En général, le titulaire d’un
droit de PI peut octroyer des licences exclusives à des personnes ou à des entreprises pour qu’elles fassent usage de la PI.
Cependant, si cette licence exclusive a pour effet d’évincer
quasi totalement les autres concurrents du marché, comme
c’est le cas ici, le Bureau tentera d’obtenir une ordonnance
d’interdiction des clauses d’exclusivité dans les contrats.
Principe de mise en application Les fabricants de lentilles numériques, en accordant des contrats de licence exclusifs à
CINC, se livrent à une pratique qui n’est pas comprise dans
leurs droits de PI. Les contrats de licence exclusifs sont anticoncurrentiels car ils ont pour effet de faire augmenter le prix
des appareils photos numériques.
Exemple 6 : Redevances à la production MEMEX Inc. possède
actuellement un brevet pour la conception d’un composant de
mémoire utilisé dans les ordinateurs personnels. MEMEX ne
fabrique pas d’ordinateurs, mais vend son composant de mémoire aux fabricants d’ordinateurs en vertu d’un contrat de licence. Dans le passé, les contrats de licence de MEMEX spécifiaient un prix unitaire que les fabricants d’ordinateurs
devaient verser à MEMEX pour chaque composant de cette
entreprise qu’ils utilisaient. Avec son brevet, MEMEX ne fait
face à aucune concurrence d’autres producteurs de composants
de mémoire utilisant une conception similaire. Cependant, son
brevet vient à échéance dans moins d’un an, et l’on suppose
qu’une ou deux autres entreprises commenceront alors à fabriquer et à vendre leurs propres composants de mémoire basés
sur la conception de MEMEX. Cette entreprise vient de changer ses pratiques d’octroi de licences et a accordé à tous les fabricants d’ordinateurs une licence non exclusive d’utilisation
de son composant de mémoire qui fixe un prix unitaire nominal, mais établit une redevance sur tous les ordinateurs vendus,
1908
Canada Gazette Part I
MEMEX claims that the change in licensing practice is designed to ensure that manufacturers install a sufficient quantity
of memory into computers in order for them to attain peak performance. MEMEX claims that its old licensing practice had
the unintentional effect of inducing computer manufacturers to
install too few MEMEX memory components which hurt computer sales. By offering memory components at a nominal
price, MEMEX creates an incentive for manufacturers to include more memory in their computers. To offset its loss in
revenue from lowering its per unit price, MEMEX charges a
royalty on every computer sold.
Relevant Section(s) of Competition Act The Bureau would investigate this case under the abuse of dominance provisions
(section 79) of the Competition Act.
Relevant Markets This example illustrates the use of a royalty
not directly related to the IP. While MEMEX’s licensing contract does not explicitly prohibit the sale of computers embodying memory components using alternative designs, the implicit
tax imposed on such sales discourages computer manufacturers
from using such products. Therefore, it is possible that one of
the main reasons behind MEMEX’s change of licensing practices is to foreclose entry into the relevant market thus allowing
it to maintain market power. Accordingly, the Bureau would
seek to determine whether the products of firms that are potentially disadvantaged by MEMEX’s new licensing practice, are
in the same relevant market as that which includes MEMEX’s
memory component. The main factors that the Bureau would
consider are the functional interchangeability of the products and the views of consumers regarding the products
substitutability.
Market Power Suppose that it is determined that a memory
component based on MEMEX’s design constitutes a relevant
market. In determining whether MEMEX had market power,
the Bureau would assess the likelihood of entry into the relevant market once MEMEX’s patent expired. Accordingly, the
Bureau would seek to determine whether the output royalty
was sufficient to deter computer manufacturers from buying
memory components from alternative suppliers. This analysis
would involve determining whether the entrants’ memory
components would allow computer manufacturers to build
computers of superior quality and performance — factors that
could potentially outweigh the negative consequences of
MEMEX’s royalty. If entry was likely, and if the entrant was
considered to produce a memory component that was highly
functionally interchangeable with MEMEX’s, then the Bureau
might conclude that MEMEX does not have market power
based on potential entry.
Competitive Analysis If the relevant market is determined to be
memory components based on MEMEX’s design, and
MEMEX is determined to have market power, then the Bureau
would seek to determine the likely impact that MEMEX’s new
licensing practice would have on the prices of memory components. If it is believed that potential entry would be sufficiently
foreclosed so that MEMEX would be able to maintain its market power after its patent expired, then the Bureau would likely
seek an order to prohibit MEMEX from using its new licensing
contracts. The Bureau would also consider MEMEX’s efficiency rationale for using an output royalty. However, given
the timing of MEMEX’s decision to alter its licensing practices
(i.e., just before its patent was set to expire), the Bureau would
likely view MEMEX’s efficiency argument with suspicion.
Enforcement Principle MEMEX has engaged in conduct that is
not inherent in its IP right by implementing a licensing arrangement that forecloses potential entry. This may be anticompetitive if it allows MEMEX to maintain its market power
beyond the expiration of its patent on its memory component.
June 26, 1999
qu’ils comportent un de ses composants de mémoire ou non.
MEMEX prétend que ce changement de pratique dans l’octroi
de ses licences vise à faire en sorte que les fabricants installent
une quantité suffisante de mémoire dans les ordinateurs pour
que ceux-ci atteignent un rendement maximal. MEMEX prétend que son ancienne pratique avait pour effet non recherché
de pousser les fabricants à installer trop peu de composants de
mémoire MEMEX, ce qui nuisait aux ventes d’ordinateurs. En
offrant les composants de mémoire à un prix nominal,
MEMEX incite les fabricants d’ordinateurs à installer davantage de mémoire dans leurs appareils. Pour compenser la perte
de revenu causée par la réduction de prix, MEMEX demande
une redevance sur chaque ordinateur vendu.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
enquêterait sur cette affaire aux termes des dispositions sur
l’abus de position dominante (article 79) de la Loi sur la
concurrence.
Marchés pertinents Cet exemple montre l’utilisation d’une redevance qui n’a pas de rapport direct avec la PI. Bien que le
contrat de licence de MEMEX n’interdise pas explicitement la
vente d’ordinateurs comportant des composants de mémoire de
conception différente, la taxe implicite imposée sur de telles
ventes décourage les fabricants d’ordinateurs d’utiliser ces
produits. Il est par conséquent possible qu’un des objectifs
principaux du changement de pratiques d’octroi de licences de
MEMEX soit d’interdire l’entrée sur le marché pertinent, permettant ainsi à MEMEX de maintenir sa puissance commerciale. Par conséquent, le Bureau tenterait de déterminer si les
produits des entreprises qui peuvent être pénalisées par la nouvelle pratique d’octroi de licence de MEMEX se trouvent sur le
même marché pertinent que celui qui inclut le composant de
mémoire de cette entreprise. Les principaux facteurs que le Bureau prendrait en considération seraient l’interchangeabilité
fonctionnelle des produits et le point de vue des consommateurs sur la substituabilité de ceux-ci.
Puissance commerciale Supposons que l’on détermine qu’un
composant de mémoire basé sur la conception de MEMEX
constitue un marché pertinent. Pour déterminer si MEMEX
possède une puissance commerciale, le Bureau évaluerait la
probabilité d’entrée sur le marché pertinent après l’échéance du
brevet de MEMEX. Par la suite, le Bureau tenterait de déterminer si la redevance à la production est suffisante pour dissuader
les fabricants d’ordinateurs d’acheter des composants de mémoire d’autres fournisseurs. Cette analyse exigerait que l’on
détermine si les composants de mémoire des producteurs entrant sur le marché permettraient aux fabricants d’ordinateurs
de produire des ordinateurs offrant une qualité supérieure et un
meilleur rendement, facteurs qui pourraient contrebalancer les
conséquences négatives des redevances de MEMEX. Si l’entrée était probable et que l’entrant était considéré comme produisant un composant facilement interchangeable du point de
vue fonctionnel avec celui de MEMEX, le Bureau pourrait
alors conclure, sur la base des possibilités d’entrée, que
MEMEX ne possède pas de puissance commerciale.
Analyse de la concurrence Si l’on détermine que le marché
pertinent est formé des composants de mémoire basés sur la
conception de MEMEX et que l’on juge que cette entreprise
possède une puissance commerciale, le Bureau tenterait alors
de déterminer l’effet probable de cette nouvelle pratique
d’octroi de licence sur les prix des composants de mémoire. Si
l’on croit que l’entrée potentielle serait rendue suffisamment
difficile pour que MEMEX soit capable de maintenir sa puissance commerciale après l’échéance de son brevet, le Bureau
tenterait probablement d’obtenir une ordonnance pour interdire
à MEMEX d’utiliser ses nouveaux contrats de licence. Le Bureau évaluerait également la justification d’efficience avancée
Le 26 juin 1999
Example 7: A Patent Pooling Arrangement ABC Inc. and
ZENIX Inc. have each developed a revolutionary new x-ray
imaging machine used in the diagnosis of cancer patients. Each
firm has been granted a series of patents on various components associated with their respective machines and the machines themselves are completely functionally interchangeable.
ABC’s patents are not blocked by any of ZENIX’s patents. One
of ZENIX’s patents on a particular component, however, may
be blocked by one of ABC’s patents. ABC has threatened to
sue ZENIX for patent infringement if ZENIX sells its machine
without getting a licence for the use of the particular component from ABC. ZENIX disputes ABC’s claim of patent infringement. To avoid a messy court battle, the companies have
placed their various patents in a patent pool. The pool established a $500 licensing fee to be paid to the pool each and
every time an x-ray imaging machine produced by either firm
was used in a medical diagnosis. The proceeds from the licence
fees are split between the two firms according to a predetermined formula. The effect of this per-procedure fee is that
neither firm has an incentive to charge medical practitioners
less than $500 per procedure.
Relevant Section(s) of Competition Act The Bureau would examine this case under section 45 of the Competition Act.
Relevant Markets The Bureau would conduct the hypothetical
monopolist test to determine if ABC’s and ZENIX’s x-ray imaging machines constitute a relevant product market. The key
question here is whether the technology incorporated in the
machines is so revolutionary that it makes this equipment far
superior to other devices that potentially could be used for
similar purposes. If this is the case, then other types of devices
would be considered relatively poor substitutes for ABC’s and
ZENIX’s machines.
Market Power ABC and ZENIX may or may not have market
power if the relevant market is defined around their own machines or even broader to include other diagnostic equipment.
The Bureau would seek to determine the likelihood of entry
into the relevant market however it may be defined. It is likely
that ABC’s and ZENIX’s patents could act as a significant
barrier to entry.
Competitive Analysis The Bureau recognizes that patent pooling arrangements may provide pro-competitive benefits by,
among other things, clearing blocking patents. If two firms
possess patents that would block the other from using its respective technologies, and if it is not possible for either party to
invent around the other’s position, then the firms cannot be
considered as horizontal competitors. In this case, only ABC
claims that one of its patents is infringed upon by one of
ZENIX’s patents. If the Bureau determined that ABC’s claim
of infringement was groundless, or if ZENIX could easily invent around ABC’s patent, then there is no efficiency rationale
for the patent pool and both firms are in fact potential competitors. In this instance, the Bureau would consider the patent
pool as a price fixing arrangement and seek an order to dissolve it.
Gazette du Canada Partie I
1909
par MEMEX pour la redevance exigée à la production. Cependant, compte tenu du moment choisi par MEMEX pour modifier sa politique d’octroi de licences (c’est-à-dire juste avant
l’échéance de son brevet), il accueillerait probablement avec
méfiance l’argument d’efficience de MEMEX.
Principe de mise en application MEMEX s’est livrée à une
pratique qui n’est pas comprise dans son droit de PI en appliquant un accord de licence qui empêche l’entrée de nouveaux
producteurs sur le marché. Ceci peut être anticoncurrentiel si
cela permet à MEMEX de maintenir sa puissance commerciale
au-delà de la date d’échéance de son brevet sur son composant
de mémoire.
Exemple 7 : Dispositif de mise en commun des brevets ABC
Inc. et ZENIX Inc. ont toutes les deux mis au point un appareil
révolutionnaire d’imagerie à rayons X utilisé dans le diagnostic
des patients atteints de cancer. Chaque entreprise est titulaire
d’une série de brevets pour divers composants associés à son
appareil. Les deux appareils sont entièrement interchangeables
du point de vue fonctionnel. Les brevets d’ABC ne sont bloqués par aucun de ceux de ZENIX. Un des brevets de ZENIX
relatif à un certain composant pourrait cependant être bloqué
par un de ceux d’ABC. ABC a menacé de poursuivre ZENIX
pour contrefaçon si ZENIX vend son appareil sans obtenir
d’ABC une licence pour l’utilisation de ce composant. ZENIX
conteste l’accusation de contrefaçon d’ABC. Pour éviter une
bataille judiciaire, les entreprises ont mis en commun leurs
brevets. La mise en commun de brevets a établi un droit de licence de 500 $ qui doit lui être versé chaque fois qu’un appareil d’imagerie à rayons X est utilisé dans un diagnostic médical, quel que soit son fabricant. Les revenus des droits sont
partagés entre les deux entreprises selon une formule préétablie. Ce droit facturé à l’acte a pour effet qu’aucune des deux
entreprises n’a avantage à facturer moins de 500 $ l’acte aux
médecins.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
examinerait cette affaire aux termes de l’article 45 de la Loi sur
la concurrence.
Marchés pertinents Le Bureau effectuerait le test du monopoleur hypothétique pour déterminer si les appareils d’imagerie
par rayons X d’ABC et de ZENIX constituent un marché de
produit pertinent. Il s’agit surtout de déterminer si la technologie incorporée dans les appareils est tellement révolutionnaire
qu’elle les rend de loin supérieurs aux autres appareils qui
pourraient être utilisés aux mêmes fins. Si c’est le cas, les autres types d’appareils seraient considérés comme des substituts
peu satisfaisants des appareils des deux entreprises.
Puissance commerciale ABC et ZENIX peuvent disposer ou
non d’une puissance commerciale si le marché pertinent est
défini comme incluant leurs appareils ou, d’une façon plus
large, comme comprenant les autres appareils de diagnostic. Le
Bureau tenterait de déterminer la probabilité d’entrée sur le
marché pertinent tel qu’il est défini. Il est probable que les brevets d’ABC et de ZENIX constitueraient une importante barrière à l’entrée.
Analyse de la concurrence Le Bureau reconnaît que les arrangements de mise en commun de brevets peuvent favoriser la
concurrence en fournissant, entre autres, une solution au problème des brevets qui en bloquent d’autres. Si une entreprise
possède un brevet qui empêche une autre société d’utiliser ses
propres technologies et qu’il n’est pas possible pour une des
parties d’inventer une solution de rechange au brevet de
l’autre, les entreprises ne peuvent alors pas être considérées
comme des concurrents horizontaux. Dans l’espèce, seule ABC
se plaint qu’un de ses brevets est violé par un des brevets de
ZENIX. Si le Bureau détermine que les prétentions d’ABC ne
sont pas fondées ou si ZENIX peut facilement inventer une
1910
Canada Gazette Part I
In order to determine whether the patent infringement had
merit, the Bureau would consider whether actual legal proceedings had been initiated or whether the infringement claim was
based solely on speculation.
If the Bureau decided that ABC’s patent infringement claim
was valid and that ZENIX could not easily invent around the
blocking patent, then the Bureau would seek to determine
whether the terms of the pool are a reasonable way of achieving the legitimate goal of avoiding or reducing the cost and risk
of litigation. In this instance, ABC did not have to participate
in the patent pool since none of its patents are blocked by any
of ZENIX’s patents. To overcome the blocked patent all that is
required is for ABC to license the use of its infringed patent to
ZENIX. Nevertheless, the existence of a blocked patent means
that ZENIX would not be a competitor to ABC in the absence
of the patent pool, thus the patent pool itself does not increase
ABC’s market power in the relevant market.
Enforcement Principle If no patent is blocked in this case then
there is a competition issue. In this event, ABC and ZENIX, by
forming a patent pool, collectively engage in conduct that is
not inherent in their IP rights. This conduct allows them to
avoid competing with one another and thus results in higher
prices.
Example 8: Refusal in Aftermarkets TEAR Incorporated and
RIP Incorporated are competitors in the market for business
paper shredding machines. TEAR originally decided to license
diagnostic software for its shredding machine to independent
service organizations (ISOs) in order to allow these firms to
provide maintenance services to TEAR’s business customers.
TEAR expected that a policy of second sourcing maintenance
services would help it win prospective customers by providing
a commitment to competitive service prices. In contrast, RIP
decided not to license its diagnostic software to ISOs but instead chose to provide all of its customers’ maintenance services through its own service division. Over time, TEAR came
to account for 85 percent of business paper shredding machine
sales. Recently, TEAR announced its intention to suspend its
policy of licensing ISOs. Instead, TEAR plans to provide all of
its customers maintenance services through a newly created
service division. TEAR claims that customers had frequently
complained about poor repair jobs made by ISOs and its new
policy would allow the corporation to better manage quality
control.
Relevant Section(s) of the Competition Act The Bureau would
examine this case under the abuse of dominance provisions
(section 79) of the Competition Act.
Relevant Markets In this case, the Bureau would seek to determine whether maintenance services for TEAR’s paper
shredding machines constituted a relevant market. The Bureau
may base its relevant market analysis on evidence of consumer
behaviour rather than using the hypothetical monopolist approach. This is because TEAR may already exercise market
power in maintenance services through the license fee it
charges ISOs. Alternatively, if the Bureau concluded that
TEAR historically charged a nominal licensing fee in order to
generate competition among ISOs, it may use the hypothetical
monopolist test to determine whether TEAR could increase the
June 26, 1999
solution de rechange au brevet d’ABC, il n’y a alors aucune
justification fondée sur l’efficience pour la mise en commun de
brevets et les deux entreprises sont en fait des concurrents potentiels. Dans ce cas, le Bureau considérerait la mise en commun de brevets comme un arrangement de fixation des prix et
demanderait une ordonnance de dissolution à son égard.
Pour déterminer le bien-fondé de la plainte de violation de
brevet, le Bureau chercherait à déterminer si un recours judiciaire a effectivement été institué ou si cette prétention s’appuie uniquement sur des conjectures.
Si le Bureau jugeait que la plainte de violation de brevet
d’ABC est valide et que ZENIX ne peut facilement inventer
une solution de rechange au brevet bloquant le sien, il essaierait ensuite de déterminer si les modalités de mise en commun
de brevets sont une manière raisonnable d’atteindre l’objectif
légitime d’éviter les poursuites ou d’en réduire le risque. Dans
le cas présent, ABC n’avait pas à participer à la mise en commun, car aucun de ses brevets n’est bloqué par un de ceux de
ZENIX. Pour régler la question du brevet bloqué, ABC pourrait simplement accorder une licence d’utilisation de son brevet
violé à ZENIX. L’existence d’un brevet bloqué signifierait
néanmoins que sans la mise en commun de brevets ZENIX ne
serait pas une concurrente d’ABC; la mise en commun de brevets n’augmente donc pas la puissance commerciale d’ABC
sur le marché pertinent.
Principe de mise en application Si aucun brevet n’est bloqué
dans cette affaire, on se trouve donc devant un problème de
concurrence. Dans ce cas, ABC et ZENIX, en formant une
mise en commun de brevets, se livrent ensemble à une pratique
qui n’est pas comprise dans leur droit de PI. Cette pratique leur
permet d’éviter de se faire concurrence et ceci résulte alors en
des prix plus élevés.
Exemple 8 : Refus sur le marché des pièces de rechange Confetti inc. et Charpie ltée sont des concurrents sur le marché des
déchiqueteuses à papier de bureau. Confetti a d’abord décidé
d’octroyer des licences pour un logiciel de diagnostic pour sa
déchiqueteuse à des entreprises de service indépendantes (ESI)
pour leur permettre de fournir des services d’entretien aux
clients commerciaux de Confetti. La société espérait qu’une
politique de deuxième source d’approvisionnement l’aiderait à
gagner des clients éventuels en offrant un engagement à fournir
de l’entretien à prix concurrentiel. Charpie, elle, a décidé de ne
pas accorder de licence pour son logiciel de diagnostic aux
ESI, mais a plutôt décidé de fournir à tous ses clients des services d’entretien par le biais de sa propre division de service.
Avec le temps, les ventes de Confetti ont atteint 85 p. 100 du
marché des déchiqueteuses de bureau. Confetti a annoncé récemment son intention de suspendre sa politique d’octroi de licences aux ESI. La société entend plutôt fournir des services
d’entretien par le biais de sa propre division de service, nouvellement créée. Confetti prétend que les clients se plaignaient
fréquemment de la mauvaise qualité des réparations effectuées
par les ESI et que sa nouvelle politique lui permettrait de
mieux gérer l’assurance de la qualité.
Article(s) pertinent(s) de la Loi sur la concurrence Le Bureau
examinerait cette affaire aux termes des dispositions relatives à
l’abus de position dominante de la Loi sur la concurrence
(article 79).
Marchés pertinents Dans cette affaire, le Bureau chercherait à
déterminer si les services d’entretien des déchiqueteuses de
Confetti constituent un marché pertinent. Le Bureau pourrait
fonder son analyse du marché pertinent sur la preuve relative
au comportement des consommateurs plutôt que sur le test du
monopoleur hypothétique. Il en serait ainsi parce que Confetti
dispose peut-être déjà d’une puissance commerciale dans les
services d’entretien par le biais des droits de licence qu’elle
Le 26 juin 1999
price of maintenance services by 5 percent if it was the sole
provider of maintenance services.
Market Power If the relevant market is determined to be maintenance services for TEAR’s shredding machine then TEAR’s
refusal to license may or may not create market power in the
relevant market. Market power will be created if TEAR previously licensed its diagnostic software at rates that permitted a
competitive maintenance market to develop. If TEAR previously licensed its diagnostic software at rates that facilitated
supra competitive prices being charged by ISOs, then a refusal
to license does not create any additional market power for
TEAR.
Competitive Analysis For the purpose of the following analysis, suppose that the relevant market is defined as maintenance
services for TEAR’s shredding machines. The Bureau would
seek to determine whether TEAR’s refusal to license ISOs
creates or enhances TEAR’s market power in the relevant market. The Bureau would seek to determine whether TEAR had
market power even with the existence of ISOs. Accordingly,
the Bureau would determine whether the license fees that
TEAR charged created supra competitive prices for retail services. If it was so determined, then the elimination of ISOs
would not necessarily create or enhance market power and the
Bureau would not seek an order prohibiting the refusal to license. If ISO prices were determined to be reasonably competitive, then this is evidence that TEAR used the commitment
of second sourcing maintenance services to gain consumer acceptance in the business shredding machine market. An elimination of ISOs then would create market power and may result
in customers facing higher prices for services as well as fewer
servicing options. TEAR’s basic IP right on its diagnostic
software does not include the right to misappropriate the implicit property rights that ISOs have in TEAR’s share of the
market for business paper shredding machines. This implicit
property right derives from the fact that the investments made
by ISOs have played a critical role in making TEAR’s shredding machine become so dominant in the market. By refusing
to license, TEAR has denied ISOs their right to derive value
from a dominant product which they themselves have helped
create.
Considerations TEAR’s efficiency rationale for refusing to license ISOs will be considered along with possible anticompetitive effects under section 79 of the Act. If the Bureau
feels that the situation warrants enforcement action, it will
make an order requiring TEAR to continue to license ISOs.
Enforcement Principle If the Bureau decides there is a competition issue, then it would have been determined that TEAR has
engaged in conduct not inherent in its IP right by refusing to
continue licensing ISOs. This refusal is not inherent in TEAR’s
IP right because TEAR’s dominant market position is due to a
large extent on the efforts of the ISOs and not TEAR’s innovative ability. TEAR’s conduct could be anti-competitive if it increases prices for maintenance services.
Example 9: Denying Access to Complementary Product
Suppliers MEGARUSH Incorporated and EXCITEMENT
Gazette du Canada Partie I
1911
exige des ESI. Une autre possibilité serait que, si le Bureau
conclut que Confetti a exigé dans le passé des droits de licence
nominaux pour stimuler la concurrence entre les ESI, il pourrait utiliser le test du monopoleur hypothétique pour déterminer
si Confetti pourrait augmenter les prix des services d’entretien
de 5 p. 100 si elle était la seule à en fournir.
Puissance commerciale Si l’on détermine que le marché pertinent est celui des services d’entretien pour les déchiqueteuses
de Confetti, le refus d’octroyer des licences de cette société
pourrait créer ou non une puissance commerciale sur le marché
pertinent. Une telle puissance serait créée si Confetti offrait
auparavant sous licence son logiciel de diagnostic à un prix qui
permettait l’existence d’un marché concurrentiel des services
d’entretien. Si Confetti octroyait auparavant des licences pour
son logiciel à un prix qui permettait aux ESI d’exiger des prix
supérieurs aux prix concurrentiels, un refus d’octroyer une licence ne crée alors pas de puissance commerciale supplémentaire pour Confetti.
Analyse de la concurrence Pour l’analyse qui suit, supposons
que le marché pertinent soit défini comme étant celui des services d’entretien pour les déchiqueteuses de Confetti. Le Bureau
chercherait à déterminer si le refus de Confetti d’accorder des
licences aux ESI crée une puissance commerciale pour Confetti
ou augmente sa puissance commerciale existante sur le marché
pertinent. Le Bureau tenterait de vérifier si Confetti possédait
une telle puissance même en présence des ESI. Ensuite, le Bureau analyserait si les droits de licence exigés par Confetti créeraient des prix excédant le niveau concurrentiel pour les services au détail. S’il constatait que c’était le cas, l’élimination
des ESI ne créerait ni n’augmenterait nécessairement la puissance commerciale, et le Bureau ne tenterait pas d’obtenir une
ordonnance d’interdiction du refus d’accorder des licences. S’il
constatait que les prix demandés par les ESI étaient raisonnables, cela constituerait une preuve que Confetti se serait servi
de l’engagement d’une deuxième source de services d’entretien
pour gagner la faveur des consommateurs du marché des déchiqueteuses de bureau. L’élimination des ESI créerait alors
une puissance commerciale et pourrait contraindre les consommateurs à payer plus cher leurs services et réduire le choix
d’entreprises disponibles. Le droit fondamental de PI de Confetti sur son logiciel de diagnostic n’inclut pas le droit de
s’emparer des droits de propriété implicites des ESI sur la part
du marché des déchiqueteuses qui est celle de Confetti. Ce
droit de propriété implicite découle du fait que les investissements effectués par les ESI ont joué un rôle essentiel dans
l’atteinte de la situation dominante qu’occupe aujourd’hui
Confetti. En refusant d’octroyer des licences, Confetti nie aux
ESI leur droit de tirer profit d’un produit dominant qu’elles ont
elles-mêmes contribué à créer.
Points à considérer La justification basée sur l’efficience invoquée par Confetti sera prise en considération en même temps
que les effets anticoncurrentiels selon l’article 79 de la Loi. Si
le Bureau est d’avis que la situation exige des mesures d’application, il prendra une ordonnance obligeant Confetti à continuer d’accorder des licences aux ESI.
Principe de mise en application Si le Bureau décide qu’il existe
un problème au niveau de la concurrence, il devrait déterminer
alors si Confetti s’est livrée à une pratique qui n’est pas comprise dans son droit de PI en refusant de continuer à accorder
des licences aux ESI. Ce refus est contraire au droit de PI de
Confetti parce la position dominante provient en grande partie
des efforts des ESI et non des talents d’innovation de Confetti.
La conduite de Confetti pourrait être anticoncurrentielle si elle
augmente ses prix pour des services d’entretien.
Exemple 9 : Refus d’accès aux fournisseurs de produits
complémentaires Mégarush inc. et Excitation inc. étaient les
1912
Canada Gazette Part I
Incorporated were initial competitors in the market for electronic game entertainment systems. Both systems consist of a
hardware console and game cartridges. The game cartridges are
inserted into the hardware console allowing the user to play
video games on a television set or any similar type of video
screen. MEGARUSH originally decided to have an “open”
standard by allowing second sourcing or third-party provision
of electronic game cartridges. MEGARUSH hoped that second
sourcing would help it win prospective customers by providing
a commitment to low prices and a wide variety of games. In
contrast, EXCITEMENT decided to have a “closed” standard
by internally developing all its own game cartridges. Over time
MEGARUSH’s system became the industry standard while
EXCITEMENT’s system virtually disappeared from the market. Recently, MEGARUSH has begun to use its control of the
hardware console interface to systematically discriminate
against third-party providers of game cartridges. It has done
this by not releasing all the relevant information concerning the
hardware console interface to independent game makers and
the amount it does is not released on a timely basis. Because of
its activity, MEGARUSH has been able to acquire a dominant
position in the market for game cartridges.
Relevant Section(s) of the Competition Act The Bureau would
examine this case under the abuse of dominance provisions
(section 79) of the Competition Act.
Relevant Markets The Bureau would seek to determine
whether game cartridges for MEGARUSH’s hardware console
constituted a relevant market. If MEGARUSH’s former policy
was to freely release all relevant information concerning its
hardware console to independent game developers, then it
would appear that in the past, MEGARUSH did not exercise
market power in the market for game cartridges. The Bureau
would use the hypothetical monopolist test to determine
whether MEGARUSH’s change in policy could allow it to increase the price of game cartridges by 5 percent.
Market Power Suppose the relevant market is the market for
MEGARUSH game cartridges. By refusing access to all relevant information on its interface to third-party game developers, MEGARUSH “closes” up its system in order to enhance or
create market power in the market for game cartridges. Denying access to games from third-party developers may result in
higher prices for games as well as a reduction in the variety of
games.
Competitive Analysis MEGARUSH’s basic IP right does not
include the right to misappropriate the implicit property rights
that third-party game developers have in the standard for video
game entertainment. This implicit property right derives from
the fact that the investments made by third-party developers
played a critical role in making MEGARUSH’s entertainment
system become the standard. By denying access, MEGARUSH
denies third-party developers their right to derive value
from the standard which they themselves helped create.
MEGARUSH may cite some efficiency reasons for its action of
denying access to third-part developers. These will be considered along with possible anti-competitive effects under section 79 of the Act. If the Bureau feels that the situation warrants enforcement action, it will make an order requiring
MEGARUSH to treat independent game developers in a nondiscriminatory manner. A remedy may require MEGARUSH to
pre-announce changes to its hardware console interface and
publish all relevant information concerning them in their entirety. Alternatively, a remedy may require MEGARUSH to divest its game development assets.
Enforcement Principle MEGARUSH has engaged in conduct
that is not inherent in its IP right by misappropriating the implicit property rights of third-party game developers. This
June 26, 1999
premiers concurrents sur le marché des systèmes de jeux électroniques. Les deux systèmes consistent en une console et des
cartouches de jeux. Les cartouches sont insérées dans la console, ce qui permet à l’utilisateur de jouer à des jeux vidéo sur
un poste de télévision ou sur n’importe quel type d’écran vidéo. Mégarush avait tout d’abord décidé d’utiliser une norme
« ouverte » permettant la fabrication des cartouches de jeux
sous licence ou par des tiers. Mégarush espérait que la fabrication sous licence lui permettrait de gagner des clients éventuels
par un engagement de bas prix et de grande variété en matière
de jeux. Excitation, elle, a décidé d’adopter une norme
« fermée » en créant à l’interne la totalité de ses cartouches.
Avec le temps, le système de Mégarush est devenu la norme de
l’industrie tandis que celui d’Excitation a pratiquement disparu
du marché. Récemment, Mégarush a commencé à utiliser le
contrôle qu’elle détient sur l’interface de la console pour se livrer à une discrimination systématique contre les tiers fournisseurs de cartouches de jeux. Elle y parvient en ne dévoilant pas
tous les renseignements pertinents sur l’interface de la console
de jeu aux fabricants indépendants de jeux et en tardant beaucoup à diffuser ceux qu’elle décide de dévoiler. À cause de
cette pratique, Mégarush a été en mesure d’atteindre une position dominante sur le marché des cartouches de jeux.
Articles pertinents de la Loi sur la concurrence Le Bureau
examinerait cette affaire aux termes des dispositions relatives à
l’abus de position dominante de la Loi sur la concurrence
(article 79).
Marchés pertinents Le Bureau tenterait de déterminer si les
cartouches de jeux pour la console de Mégarush constituent un
marché pertinent. Si l’ancienne politique de Mégarush était de
publier sans restriction toute l’information pertinente sur sa
console aux créateurs indépendants de jeux, il semblerait alors
que dans le passé Mégarush n’exerçait pas de puissance commerciale sur le marché des cartouches de jeux. Le Bureau utiliserait le test du monopoleur hypothétique pour déterminer si le
changement de politique de Mégarush lui permettrait d’augmenter le prix des cartouches de jeux de 5 p. 100.
Puissance commerciale Supposons que le marché pertinent soit
le marché des cartouches de jeux de Mégarush. En refusant
l’accès aux données pertinentes sur son interface aux tiers
créateurs de jeux, Mégarush « ferme » son système afin de
créer ou d’augmenter sa puissance commerciale sur le marché
des cartouches de jeux. Le fait de refuser l’accès aux jeux des
autres créateurs peut faire augmenter le prix des cartouches de
jeux et diminuer la diversité des jeux offerts.
Analyse de la concurrence Le droit fondamental de PI de Mégarush n’inclut pas le droit de s’emparer des droits de propriété
implicites que détiennent les créateurs indépendants de jeux sur
la norme des jeux vidéo. Ce droit de propriété implicite découle du fait que les investissements effectués par ces créateurs
ont joué un rôle important dans le statut de norme de l’industrie atteint par l’appareil de Mégarush. En leur refusant
l’accès à ses données, Mégarush refuse à ces entreprises le
droit de profiter de la norme qu’elles ont elles-mêmes contribué à créer. Mégarush peut citer certains motifs d’efficience
pour sa décision de refuser l’accès aux créateurs indépendants.
Ces motifs seront pris en considération en même temps que les
effets anticoncurrentiels à la lumière de l’article 79 de la Loi.
Si le Bureau est d’avis que cette situation justifie des mesures
d’application, il prendra une ordonnance obligeant Mégarush à
traiter sans discrimination les créateurs indépendants de jeux.
Un recours possible serait d’obliger Mégarush à annoncer les
changements qu’elle entend apporter à son interface et à publier toute l’information pertinente à leur sujet. Un autre recours possible pourrait consister à obliger Mégarush à se départir de ses installations de développement de jeux.
Le 26 juin 1999
conduct can be anti-competitive by increasing the prices for
games and reducing the variety of games.
Example 10: Foreclosure of Complementary Products There
are five major record labels. The largest two, with over 65 percent of total sales and 70 percent of all major label artists, have
formed a joint venture (DISCO) to produce and market the first
generation of digital playback devices. Their technology features remarkable sound reproduction relative to existing technologies. STEREO has also developed a digital sound technology with similar high fidelity standards, but it is also portable
and recordable. The costs of the two technologies are similar.
DISCO and STEREO’s technologies are incompatible: music
digitally encoded in DISCO format must be re-encoded for
playback on STEREO’s player. The parents of DISCO have refused to licence their copyrighted recordings to STEREO.
Without access to the music catalogues of DISCO’s parents,
the other three record labels predict — correctly — that consumers will be reluctant to purchase STEREO’s technology
and hence while willing to license their recordings to STEREO,
they are not willing to supply STEREO compatible recordings.
They are willing, however, to supply DISCO compatible prerecorded music. The difference in the availability of prerecorded
music titles is determinative of the standards’ battle and
DISCO’s technology attains a 100 percent market share of
digital playback devices and a 75 percent market share of the
market for all sound reproduction technologies. The older reproduction technologies appear to be both technically and economically obsolete: the parents of DISCO no longer support
these formats, issuing only titles compatible with the DISCO
format.
Relevant Markets/Market Power The Bureau would determine
if digital reproduction or sound reproduction constitute antitrust markets. The Bureau would use the hypothetical monopolist test, but would recognize that in this case its use is
retrospective. In determining whether digital reproduction is an
antitrust market, the Bureau would determine whether competitive alternatives have been sufficient to restrain the pricing
of DISCO to competitive levels or if DISCO has been able to
exercise market power and raise prices by more than 5 percent
above competitive levels. If either is an antitrust market,
DISCO’s market share is likely sufficient to conclude that it is
dominant, provided there are barriers to entry.
A key factor in determining whether there are barriers to entry is whether other technologies can access a sufficient catalogue of prerecorded music to support their formats. Copyright
and DISCO’s incentives preclude access to DISCO’s catalogue. Without this access, it may be very difficult for other
technologies to access the other record labels. Alternatively,
new entrants have to invest in the fixed and sunk development
costs of producing their own catalogue of sound recordings.
Given the importance of variety and selection, this could be an
insurmountable barrier to entry.
Competitive Analysis The Bureau would consider bringing an
abuse of dominance case under section 79. Dominance requires
establishing that DISCO has substantial market power in either
the market for digital sound reproduction or all sound reproduction technologies. In addition, it must be demonstrated that
DISCO has engaged in a practice of anti-competitive acts that
substantially lessens or prevents competition. The practice of
anticompetitive acts by DISCO is the refusal to license the recordings in its catalogues. The result may be a substantial lessening of competition and monopolization or the creation of
dominance in sound reproduction. The foreclosure of other
Gazette du Canada Partie I
1913
Principe de mise en application Mégarush s’est livrée à une
pratique qui n’est pas comprise dans son droit de PI en détournant les droits de propriété implicite à un autre développeur.
Cette conduite peut être anticoncurrentielle en augmentant les
prix des jeux et en réduisant la variété des jeux.
Exemple 10 : Exclusion des produits complémentaires Il y a
cinq principales étiquettes de disques. Les deux plus importantes, qui obtiennent plus de 65 p. 100 des ventes totales et
représentent 70 p. 100 des artistes ayant signé des contrats
avec des maisons de disques, ont formé une coentreprise
(DISCO) pour produire et mettre en marché la première génération d’appareils de lecture numériques. Leur technologie offre une reproduction du son de qualité remarquable comparativement aux produits existants. STÉRÉO a également mis au
point une technologie haute fidélité qui est également indépendante de l’appareil et enregistrable. Le coût des deux technologies est comparable. La technologie de DISCO et celle de
STÉRÉO ne sont pas compatibles : la musique ayant fait
l’objet d’un codage numérique selon le format DISCO doit être
codée de nouveau pour qu’on puisse l’écouter avec l’appareil
de STÉRÉO. Les sociétés mères de DISCO ont refusé d’accorder des licences à STÉRÉO pour leurs enregistrements protégés par des droits d’auteur. Privées d’accès à la discographie
des sociétés mères de DISCO, les trois autres étiquettes prédisent, avec raison, que les consommateurs seront réticents à
acheter la technologie de STÉRÉO. Par conséquent, bien
qu’elles consentent à accorder des licences pour leurs enregistrements à STÉRÉO, elles n’ont pas l’intention de fournir à
STÉRÉO des enregistrements compatibles. Elles consentent
cependant à fournir à DISCO de la musique préenregistrée
compatible. La différence de disponibilité de la musique préenregistrée détermine quelle norme réussit à s’imposer et les appareils numériques de lecture de DISCO atteignent une part de
marché de 100 p. 100, tandis que sa part du marché de
l’ensemble des technologies de reproduction du son est de
75 p. 100. Les anciennes technologies de reproduction sonore
semblent dépassées tant du point de vue technique que du point
de vue économique. Par exemple, les sociétés mères de DISCO
n’offrent plus d’enregistrements sous ces formats et mettent en
marché l’ensemble de leurs nouveaux produits selon la technologie DISCO.
Marchés pertinents et puissance commerciale Le Bureau déterminerait si la reproduction numérique ou la reproduction sonore constituent des marchés du point de vue de la législation
antitrust. Le Bureau utiliserait le test du monopoleur hypothétique, mais admettrait que dans cette affaire l’utilisation de celui-ci est rétrospective. Pour déterminer si la reproduction numérique est un marché pertinent selon la législation, le Bureau
déterminerait s’il existe suffisamment de choix concurrentiels
pour maintenir les prix de DISCO à des niveaux concurrentiels
ou si DISCO a été en mesure d’exercer une puissance commerciale et d’augmenter les prix de manière qu’ils excèdent ces
niveaux de plus de 5 p. 100. Si l’un de ces deux marchés est un
marché pertinent, la part de marché de DISCO est probablement assez importante pour qu’on puisse conclure qu’elle occupe une position dominante, pourvu qu’il existe des entraves à
l’accès.
Un facteur important pour déterminer s’il existe des entraves
à l’accès est la possibilité d’avoir accès à un nombre suffisant
de titres de musique préenregistrée avec les autres technologies
pour que leur format soit soutenu. Les droits d’auteur et les
mesures incitatives de DISCO empêchent l’accès au catalogue
de DISCO. Sans cet accès, il peut s’avérer très difficile pour les
autres technologies d’avoir accès aux autres étiquettes. Les entreprises désireuses d’entrer sur ce marché doivent engager des
coûts fixes et irrécupérables de développement de leur propre
1914
Canada Gazette Part I
technologies creates market power for DISCO in sound reproduction and it is inefficient, since it reduces consumer choice
and leads to an increase in prices for playback devices. The
remedy sought would be an order to supply or divestiture of
DISCO by its parents.
Enforcement Principle The refusal to license allows the parents
of DISCO to dominate another market. The basic IP right in
individual sound recordings does not include the right to monopolize the market for playback devices by aggregating copyrights and refusing to license in mass.
Example 11: Refusal to License a Standard ABACUS Inc. and
two other firms were the first to market with a spreadsheet for
personal computers. Electronic spreadsheet software is one of
the killer applications that established personal computers as a
legitimate tool for business. In the first five years ABACUS
outsold its nearest competitor two to one and its installed base
(cumulative sales) was 50 percent. In the next two years its annual market share was over 75 percent and one of the other
original firms exits. At about the same time and after three
years of programming, CALCULATOR enters with a spreadsheet product that has a number of innovative features not
found in ABACUS. However, CALCULATOR soon runs into
financial difficulties despite its innovative features and lower
price. CALCULATOR approaches ABACUS for permission to
copy the words and layout of its menu command hierarchy.
Permission is required since under the IP laws, ABACUS has a
valid copyright. With permission, CALCULATOR could relaunch its product with an emulation mode and a key reader.
The emulation mode would replace CALCULATOR’s hierarchy of menu commands with that of ABACUS’. The key
reader would allow CALCULATOR users to run macros written for ABACUS. A macro is a sequence of commands, incorporated in a simple program. The inclusion of the emulation
mode, the key reader, and the ability to read ABACUS files
would ensure compatibility between the CALCULATOR and
ABACUS networks. ABACUS refuses to grant permission, asserting its copyrights. In light of the decision by ABACUS,
several other prominent software makers announce that they
are discontinuing their spreadsheet development programs.
An important characteristic of spreadsheets that determines
its consumption benefits to a purchaser are network effects.
Network effects exist if the value of a product is increasing in
the number of others who purchase compatible spreadsheets.
Network effects for spreadsheets arise since the greater the size
June 26, 1999
stock d’enregistrements sonores. Étant donné l’importance de
la variété et de la sélection, cette entrave à l’accès pourrait bien
être insurmontable.
Analyse de la concurrence Le Bureau étudierait la possibilité
de porter devant le Tribunal une accusation d’abus de position
dominante en vertu de l’article 79. Pour établir que DISCO occupe une position dominante, il faut démontrer que cette entreprise possède une puissance commerciale significative sur le
marché de la reproduction sonore numérique ou sur celui qui
englobe l’ensemble des technologies de reproduction du son.
De plus, il faut démontrer que DISCO s’est livrée à des agissements anticoncurrentiels qui diminuent de façon sensible ou
empêchent la concurrence. Les agissements anticoncurrentiels
de DISCO consistent en son refus d’accorder des licences pour
les enregistrements qui font partie de sa discographie. Le résultat de ces agissements peut être une réduction sensible de la
concurrence et la monopolisation du marché de la reproduction
sonore ou l’accession à une position dominante sur celui-ci.
L’exclusion des autres technologies donne à DISCO une puissance commerciale, ce qui est inefficient, car cela réduit l’éventail de choix des consommateurs et amène une augmentation
des prix des appareils de lecture. La mesure corrective recherchée serait une ordonnance qui obligerait DISCO à fournir ses
enregistrements ou qui obligerait ses sociétés mères à se départir de DISCO.
Principe de mise en application Le refus d’octroyer des licences permet également aux sociétés mères de DISCO de
dominer sur un autre marché. Les droits de base en matière de
PI dans le domaine des enregistrements sonores n’incluent pas
le droit de monopoliser le marché des appareils de lecture en
accaparant les droits d’auteur et en refusant d’accorder des licences globales.
Exemple 11 : Refus d’accorder des licences pour une norme
ABACUS inc. et deux autres entreprises ont été les premières à
commercialiser un chiffrier pour les ordinateurs personnels.
Les logiciels de chiffriers électroniques sont au nombre des
applications éliminatrices qui ont établi les ordinateurs personnels comme outils d’une réelle utilité pour les entreprises. Les
cinq premières années, les ventes d’ABACUS ont été le double
de celles de son plus proche concurrent, et 50 p. 100 du parc
d’ordinateurs (les ventes cumulatives) en a été doté. Les deux
années suivantes, la part de marché annuelle d’ABACUS a dépassé 75 p. 100 et l’une des entreprises présentes au début a
décidé de se retirer du marché. À peu près à la même époque,
au terme de trois ans de travail de programmation, la société
CALCULATEUR a lancé un chiffrier possédant des caractéristiques nouvelles que le chiffrier ABACUS ne possédait pas.
Cependant, CALCULATEUR n’a pas tardé à éprouver des
difficultés financières malgré les caractéristiques innovatrices
et le prix plus bas de son produit. CALCULATEUR a alors
entrepris des démarches auprès d’ABACUS pour obtenir la
permission de copier les mots et la disposition de la hiérarchie
de son menu de commandes. Cette permission était nécessaire
car, en vertu des lois sur la propriété intellectuelle, ABACUS
possédait un droit d’auteur valide. Avec cette permission,
CALCULATEUR aurait pu procéder à un nouveau lancement
de son produit en y incorporant un mode émulation et un lecteur de commandes. Le mode émulation aurait remplacé la hiérarchie des menus de commandes de CALCULATEUR par
celle d’ABACUS. Le lecteur de commandes aurait permis aux
utilisateurs de CALCULATEUR d’exécuter des macros écrites
pour ABACUS. Une macro est une suite de commandes
formant un programme simple. L’inclusion du mode émulation
et du lecteur de commandes et la possibilité de lire les fichiers
de format ABACUS auraient assuré la compatibilité entre les
réseaux CALCULATEUR et ceux d’ABACUS. ABACUS a
Le 26 juin 1999
of the network (the installed base of compatible spreadsheets),
(i) the greater the number of individuals with whom files can
be shared; (ii) the greater the variety of complementary products — utilities, software enhancements, and macros; (iii) the
more prevalent consulting and training services; and (iv) the
greater the number of compatible data files.
Relevant Markets/Market Power The Bureau would determine
if ABACUS spreadsheets constituted an antitrust market. The
Bureau would use the hypothetical monopolist test, but would
recognize that in this case its use is retrospective. The Bureau
would determine whether competitive alternatives have been
sufficient to restrain the pricing of ABACUS to competitive
levels or if ABACUS has been able to exercise market power
and raise prices by more than 5 percent above competitive
levels.
Whether the market is ABACUS compatible spreadsheets
depends on the extent and importance of network effects and
switching costs. Consumers that have never purchased a
spreadsheet may not substitute away from ABACUS when it
raises its price if network effects are important. Consumers
who are already on the ABACUS network may be locked-in by
the switching costs created by the necessity to duplicate sunk
investments to join a new spreadsheet network (their sunk investments in training, files, complementary products, etc.) and
the loss in network benefits. If network effects and switching
costs are material, then existing consumers are likely to stay
and new consumers choose ABACUS even if it is priced above
competitive levels. In determining whether the installed base of
ABACUS contributes materially to entry barriers the Bureau
would consider the pace of innovation and the potential for a
new technology to leap-frog ABACUS despite its advantages
(installed base and switching costs).
Competitive Analysis/Enforcement Principle Since the refusal
is within the IP rights of ABACUS, the only avenue of address
available to the Bureau is section 32. The facts of the case suggest potential enforcement under section 32, with the appropriate remedy being elimination of copyright protection for the
words and menu hierarchy. A section 32 case is warranted if:
(i) copyright protection provides ABACUS with dominance in
a well defined antitrust market; and (ii) the return to ABACUS
is not commensurate with either its innovative expense, the ex
ante value of the innovation, and/or its copyright protection is
stifling further innovative activity and development. If true
then, copyright protection for elements of the user interface —
required for compatibility with the ABACUS network — creates unintended and unwarranted market power, a situation that
can be corrected through enforcement action under section 32.
The Bureau would seek to determine: (i) the importance of
compatibility and whether CALCULATOR’s incompatibility is
the critical factor in its lack of success; (ii) whether the refusal
to license insures that CALCULATOR will remain incompatible with important elements of the ABACUS spreadsheet network; (iii) whether there are other efficient avenues for creating
compatibility that would not infringe on the IP rights of
ABACUS; (iv) whether the refusal to license substantially lessens competition in the ABACUS compatible spreadsheet market.
In addition the Bureau would consider the existence of the
“plus factors”: (i) effect of the refusal on innovation;
(ii) whether the market power sustained by the IP rights was
commensurate with the innovative effort; and (iii) the relative
value of the innovation ex ante. In this case, the facts suggest
that it is possible that ABACUS’ ability to impose incompatibility may have a chilling effect on the development of more
advanced spreadsheets. In addition, the choice by ABACUS of
the words and layout of its menu hierarchy was likely arbitrary.
Ex ante, the choice likely involved little innovative effort and
Gazette du Canada Partie I
1915
refusé d’accorder la permission, en invoquant ses droits d’auteur. En apprenant la décision prise par ABACUS, plusieurs
autres grands fabricants de logiciels ont annoncé qu’ils abandonnaient leurs programmes de développement de chiffriers
électroniques.
Au nombre des caractéristiques importantes des chiffriers
électroniques qui déterminent les avantages qu’en tireront les
utilisateurs, il y a les effets de réseau. Ces effets existent si la
valeur d’un produit est augmentée du fait qu’un grand nombre
d’utilisateurs possèdent d’autres produits compatibles. Plus la
taille du réseau (la taille du parc informatique muni de ce logiciel) est grande, plus l’effet de réseau est important car (i) le
nombre d’utilisateurs avec qui on peut partager des fichiers est
plus élevé; (ii) il devient possible d’utiliser un plus grand nombre de produits complémentaires — utilitaires, améliorations
des logiciels et macros; (iii) l’offre de services de conseil et de
formation s’accroît; et (iv) le nombre de fichiers compatibles
augmente.
Marchés pertinents et puissance commerciale Le Bureau déterminerait si les chiffriers d’ABACUS constituent un marché
pertinent au sens des lois sur la concurrence. Il utiliserait le test
du monopoleur hypothétique, mais admettrait que dans cette
affaire son utilisation est rétrospective. Il déterminerait également s’il existe suffisamment de choix concurrentiels pour
maintenir les prix d’ABACUS à des niveaux concurrentiels ou
si ABACUS a été en mesure d’exercer une puissance commerciale et d’augmenter les prix de manière qu’ils excèdent ces niveaux de plus de 5 p. 100.
L’existence d’un marché pertinent dans le cas des chiffriers
électroniques compatibles avec ceux d’ABACUS dépend de
l’étendue et de l’importance des effets de réseau et des coûts de
transition. Les consommateurs qui n’ont jamais acheté de chiffrier peuvent décider d’acquérir celui d’ABACUS, même si
cette dernière hausse ses prix, dans le cas où les effets de réseau seraient importants. Les consommateurs qui font déjà
partie du réseau des utilisateurs d’ABACUS peuvent, eux, se
trouver captifs à cause des coûts de transition créés par
l’obligation d’engager une nouvelle fois des investissements
irrécupérables pour faire partie d’un nouveau réseau (investissements irrécupérables dans la formation, les fichiers, les
produits complémentaires, etc.) et la perte des avantages liés au
réseau. Si les effets de réseau et les coûts de transition sont significatifs, on peut s’attendre à ce que les consommateurs
existants ne changent pas de chiffrier et que les nouveaux utilisateurs adoptent ABACUS même si son prix dépasse le niveau
concurrentiel. Pour déterminer si le parc d’ordinateurs dotés du
logiciel ABACUS est un obstacle significatif à l’entrée, le Bureau analyserait le rythme de l’innovation et la possibilité
qu’une nouvelle technologie rende désuète celle d’ABACUS
malgré ses avantages (importance du parc informatique et coûts
de transition).
Analyse de la concurrence et principe de mise en application
Étant donné que le refus est couvert par les droits de PI
d’ABACUS, la seule possibilité d’intervention dont dispose le
Bureau est celle de l’article 32. Les faits en l’espèce pointent
vers une possibilité de mesures correctives aux termes de
l’article 32; la mesure qui conviendrait serait l’élimination des
droits d’auteur relatifs aux mots et à la hiérarchie de menus. Un
recours en vertu de l’article 32 est justifié : (i) si la protection
des droits d’auteur donne à ABACUS une position dominante
sur un marché pertinent bien défini et (ii) si le rendement que
réalise ABACUS n’est proportionnel ni aux dépenses engagées
pour innover, ni à la valeur ex ante de l’innovation, ou si la
protection en vertu des droits d’auteur étouffe toute autre activité d’innovation et de développement. Si c’est le cas, la protection conférée par le droit d’auteur de l’interface utilisateur
1916
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
had little value relative to other substitutes. In the absence of
an installed base and switching costs, ABACUS’ terms and
menu hierarchy would be no better or worse than CALCULATOR’s (or any other). It is only ex post, after consumers make
sunk investments and adoption creates an installed base, that
ABACUS’ spreadsheets becomes the market or standard and
that its choice of words and menu layout have value.
— interface nécessaire aux fins de compatibilité avec le réseau
ABACUS — crée une puissance commerciale non prévue et
injustifiée. Cette situation peut être corrigée par des mesures de
mise en application aux termes de l’article 32.
Le Bureau tenterait de déterminer : (i) si la compatibilité est
un facteur important et si l’incompatibilité du produit de
CALCULATEUR est le facteur clé expliquant le peu de succès
qu’il obtient; (ii) si le refus d’octroyer une licence implique
que le chiffrier CALCULATEUR demeurera incompatible avec
des éléments importants du réseau des utilisateurs du chiffrier
ABACUS; (iii) s’il existe d’autres manières efficientes de créer
une compatibilité qui ne porteraient pas atteinte aux droits de
PI d’ABACUS; et (iv) si le refus d’accorder une licence réduit
de façon sensible la concurrence sur le marché des chiffriers
électroniques compatibles avec celui d’ABACUS.
De plus, le Bureau analyserait l’existence des facteurs
« supplémentaires » : (i) l’effet du refus sur l’innovation; (ii) la
possibilité que la puissance commerciale assurée par les droits
de PI soit proportionnelle à l’effort d’innovation; et (iii) la valeur relative de l’innovation ex ante. Les faits en l’espèce
semblent démontrer qu’il est possible que la capacité
d’ABACUS d’imposer l’incompatibilité puisse avoir un effet
dissuasif sur le développement de chiffriers plus perfectionnés.
De plus, le choix de mots et de hiérarchie de menus effectué
par ABACUS était probablement arbitraire. Ex ante, il est probable que le choix n’a pas nécessité un grand effort d’innovation et ne présente pas une valeur supérieure par rapport aux
autres possibilités. En l’absence d’un parc informatique et de
coûts de transition, la terminologie et la hiérarchie de menus
d’ABACUS ne seraient ni meilleures ni pires que celles de
CALCULATEUR (ou de n’importe quelle autre entreprise).
C’est seulement ex post, une fois que les consommateurs ont
consenti des investissements irrécupérables et que l’adoption
du logiciel crée un parc, que le chiffrier d’ABACUS devient le
marché ou la norme et que sa terminologie et ses menus acquièrent une valeur.
Annex 1: Providing Comments
Annexe 1 : Commentaires
Anyone wishing to provide comments on the Intellectual
Property Enforcement Guidelines can do so through the Competition Bureau’s Internet homepage at http://competition.ic.gc.ca
or by sending their comments to: Competition Bureau, c/o
H. Boulerice, Economics and International Affairs Branch, Industry Canada, 50 Victoria Street, Hull, Quebec K1A 0C9.
Quiconque désire fournir des commentaires au sujet des Lignes
directrices pour l’application de la loi : Propriété intellectuelle
peuvent le faire en utilisant l’adresse Internet du Bureau de la
concurrence soit http://concurrence.ic.gc.ca ou en faisant parvenir
ses commentaires au : Bureau de la concurrence, a/s H. Boulerice,
Direction de l’économie et des affaires internationales, Industrie
Canada, 50, rue Victoria, Hull (Québec) K1A 0C9.
Quiconque désire des copies additionnelles de ces Lignes directrices ou des renseignements supplémentaires concernant les
activités du Bureau de la concurrence peut consulter la page
d’accueil du site Internet du Bureau de la concurrence à l’adresse
suivante http://concurrence.ic.gc.ca ou communiquer avec le bureau suivant : Centre des renseignements, Bureau de la concurrence, Industrie Canada, 50, rue Victoria, Hull (Québec) K1A
0C9, Région de la capitale nationale (819) 997-4282, Interurbain
(ligne sans frais) 1-800-348-5358.
Anyone wishing additional copies of these guidelines or any
additional information regarding Competition Bureau activities,
may consult the Competition Bureau’s Internet homepage at
http://competition.ic.gc.ca or contact the following office: Information Centre, Competition Bureau, Industry Canada, 50 Victoria
Street, Hull, Quebec K1A 0C9, National Capital Region (819)
997-4282, Long distance (toll free) 1-800-348-5358.
[26-1-o]
[26-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
IMMIGRATION AND REFUGEE BOARD
COMMISSION DE L’IMMIGRATION ET DU STATUT DE
RÉFUGIÉ
Chairperson
Président
Established in 1989, the Immigration and Refugee Board (IRB)
is Canada’s largest independent, quasi-judicial administrative
tribunal consisting of three divisions: the Refugee Division deals
Constituée en 1989, la Commission de l’immigration et du
statut de réfugié (CISR) est le plus important tribunal administratif quasi-judiciaire indépendant au Canada. Elle se compose de
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1917
The Chairperson is the Chief Executive Officer of the Board
and reports to Parliament through the Minister of Citizenship and
Immigration Canada. The Chairperson is responsible for the supervision and direction of the work and staff of the Board. The
Chairperson also provides leadership and guidance on the organization and conduct of fair and expeditious quasi-judicial hearings
operated in accordance with the principles of fundamental justice,
statutes and jurisprudence.
trois divisions : la Section du statut de réfugié, qui détermine
exclusivement le bien-fondé des revendications du statut de réfugié; la Section d’appel, qui entend les appels concernant les
mesures d’expulsion et les demandes parrainées de résidence
permanente au Canada qui ont été rejetées; la Section d’arbitrage,
qui passe en revue les motifs de détention et enquête sur les personnes qui sont jugées non admissibles au Canada ou qu’il faut
retourner.
Premier dirigeant de la Commission, le président fait rapport au
Parlement par l’entremise du ministre de la Citoyenneté et de
l’Immigration. En plus de superviser et de diriger le personnel et
le travail en cours, c’est à lui qu’il incombe de montrer la voie à
suivre dans l’organisation et dans la tenue d’audiences quasijudiciaires qui soient justes et rapides, et qui se déroulent conformément aux principes de justice naturelle, aux lois et à la
jurisprudence.
Location: National Capital Region
Lieu de travail : région de la capitale nationale
The successful candidate will possess a degree from a recognized university. Preference will be given to a candidate who is a
member of the bar of any province or territory or the Chambre des
notaires du Québec, who has at least ten years standing.
The successful candidate should be knowledgeable of the rules
and procedures of an administrative tribunal and be aware of the
goals and objectives of the Immigration and Refugee Board, including relevant trends and current issues. The chosen candidate
should have experience in immigration and refugee affairs and
experience in the interpretation and application of immigration
legislation. The successful candidate should also have an understanding of cross-cultural issues and the global situation of refugees and some experience at the international level with these
issues.
La personne sélectionnée doit détenir un diplôme d’une université reconnue et, de préférence, être membre du barreau d’une
province ou d’un territoire ou de la Chambre des notaires du
Québec, depuis au moins dix ans.
La personne choisie doit bien connaître les règles et procédures
d’un tribunal administratif, les buts et objectifs de la Commission
de l’immigration et du statut de réfugié, de même que les grandes
tendances actuelles et les dossiers chauds. La personne retenue
doit avoir une connaissance pratique des questions relatives aux
immigrants et aux réfugiés, ainsi que de l’interprétation et de
l’application des lois sur l’immigration. La personne sélectionnée
doit également posséder une bonne connaissance des questions de
sensibilisation transculturelle ainsi que de la situation des réfugiés
à l’échelle mondiale, et avoir une certaine expérience de la dimension internationale de ces dossiers.
La personne retenue doit avoir l’expérience de la gestion d’un
organisme, y compris l’élaboration et la mise en œuvre de normes
de rendement, de productivité et d’efficacité. La personne choisie
doit en outre posséder des qualités de chef évidentes et des aptitudes exceptionnelles pour la communication et les rapports
interpersonnels.
La personne sélectionnée doit être disposée à déménager dans
la région de la capitale nationale ou en un lieu situé à une distance raisonnable.
La maîtrise des deux langues officielles est essentielle; la connaissance d’autres langues constitue un atout important.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouveneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder. Les demandes acheminées par Internet ne seront pas considérées pour des raisons de confidentialité.
Prière de faire parvenir votre curriculum vitæ au plus tard le
16 juillet 1999, au Cabinet du Premier ministre, Directeur des
nominations, Édifice Langevin, 80, rue Wellington, Ottawa (Ontario) K1A 0A2, (613) 957-5743 (télécopieur).
Des renseignements complémentaires seront fournis sur
demande.
Les avis de postes vacants sont disponibles dans les deux langues officielles sous forme non traditionnelle (audio-cassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.) et ce, sur demande. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Les Éditions du gouvernement du Canada, Travaux
publics et Services gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada
K1A 0S9, (819) 956-4800.
exclusively with the determination of claims for refugee status;
the Appeal Division hears appeals against deportation orders and
refusals of sponsored applications for permanent residence in
Canada; and the Adjudication Division conducts detention reviews and immigration inquiries for people believed to be inadmissible or removable from Canada.
The preferred candidate should have experience managing an
organization, including the establishment and the implementation
of organizational standards of performance, productivity and efficiency. Furthermore, the chosen candidate should have superior
leadership, communication, and interpersonal skills.
The successful candidate must be prepared to relocate to the
National Capital Region or to a location within reasonable commuting distance.
Proficiency in both official languages is essential and knowledge of other languages is an important asset.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of recruitment. Applications forwarded through the Internet will not
be considered for reasons of confidentiality.
Please send your curriculum vitae by July 16, 1999, to the
Prime Minister’s Office, Director of Appointments, Langevin
Block, 80 Wellington Street, Ottawa, Ontario K1A 0A2, (613)
957-5743 (Facsimile).
Further information is available upon request.
Bilingual notices of vacancies will be produced in an alternative format (i.e., audio cassette, diskette, braille, large print, etc.)
upon request. For further information, please contact Canadian
Government Publishing, Public Works and Government Services
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9, (819) 956-4800.
[26-1-o]
[26-1-o]
1918
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
First Session, Thirty-Sixth Parliament
Première session, trente-sixième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
September 27, 1997.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, (613) 992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de
projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada du 27 septembre 1997.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, (613) 992-6443.
Le greffier de la Chambre des communes
ROBERT MARLEAU
ROBERT MARLEAU
Clerk of the House of Commons
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1919
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Furniture
Ameublement
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the
Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-98-050) on June 7, 1999, with respect to
a complaint filed by Douglas Barlett Associates Inc. (the complainant), under subsection 30.11(1) of the Canadian International Trade Tribunal Act, R.S.C., 1985, c. 47 (4th Supp.), as
amended by the North American Free Trade Agreement Implementation Act, S.C., 1993, c. 44, concerning Solicitation
No. EF937-8-0022/A of the Department of Public Works and
Government Services (the Department) for the Department of
National Revenue. The solicitation was for the supply and installation of office furniture.
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du
commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a
rendu une décision (dossier no PR-98-050) le 7 juin 1999 concernant une plainte déposée par la société Douglas Barlett Associates
Inc. (la partie plaignante) aux termes du paragraphe 30.11(1) de la
Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur, L.R.C.
(1985), ch. 47 (4e suppl.), modifiée par la Loi de mise en œuvre de
l’Accord de libre-échange nord-américain, L.C. (1993), ch. 44,
au sujet du numéro d’invitation EF937-8-0022/A du ministère des
Travaux publics et des Services gouvernementaux (le Ministère)
pour le compte du ministère du Revenu national. L’appel d’offres portait sur la fourniture et l’installation d’ameublement de
bureau.
La partie plaignante a allégué que le Ministère avait incorrectement adjugé le marché à une société dont la proposition ne
satisfaisait pas aux exigences indiquées dans la demande de
propositions.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties, et tenu compte des dispositions de l’Accord de libreéchange nord-américain et de l’Accord sur le commerce intérieur, le Tribunal a déterminé que la plainte était fondée. Par conséquent, le Tribunal a recommandé que le Gouvernement verse à
la partie plaignante une indemnisation représentant le tiers du
profit qu’elle aurait éventuellement réalisé, le cas échéant, si elle
avait présenté une soumission dont le prix était inférieur de un
dollar à celui de la proposition du soumissionnaire retenu, la société Roy & Breton Inc. Le Tribunal a également accordé à la
partie plaignante le remboursement des frais raisonnables engagés
pour la préparation de la réponse à l’invitation à soumissionner
ainsi que pour le dépôt et le traitement de sa plainte.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa
(Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 16 juin 1999
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[26-1-o]
[26-1-o]
The complainant alleged that the Department had improperly
awarded the contract to a company whose proposal did not meet
the specifications in the Request for Proposal.
Having examined the evidence presented by the parties and
considered the provisions of the North American Free Trade
Agreement and the Agreement on Internal Trade, the Tribunal
determined that the complaint was valid. Consequently, the Tribunal recommended that the Government compensate the complainant one third of the profit that it would have made, if any, if
it had submitted a proposal for a price one dollar lower than that
of the successful bidder, Roy & Breton Inc. The Tribunal also
awarded the complainant its reasonable costs incurred in preparing a response to the solicitation and in relation to filing and proceeding with its complaint.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, June 16, 1999
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Maintenance and Repair Services
Services de réparation et d’entretien
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the
Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-98-051) on June 3, 1999, with respect to
a complaint filed by National Airmotive Corporation (the complainant), under subsection 30.11(1) of the Canadian International Trade Tribunal Act, R.S.C., 1985, c. 47 (4th Supp.), as
amended by the North American Free Trade Agreement Implementation Act, S.C., 1993, c. 44, concerning Solicitation
No. W8467-5-CL03/000/B of the Department of Public Works
and Government Services (the Department). The solicitation was
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du
commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a
rendu une décision (dossier no PR-98-051) le 3 juin 1999 concernant une plainte déposée par la société National Airmotive Corporation (la partie plaignante) aux termes du paragraphe 30.11(1)
de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur, L.R.C.
(1985), ch. 47 (4e suppl.), modifiée par la Loi de mise en œuvre de
l’Accord de libre-échange nord-américain, L.C. (1993), ch. 44,
au sujet du numéro d’invitation W8467-5-CL03/000/B du ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux (le
1920
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Ministère). L’appel d’offres portait sur la fourniture, la réparation
et révision, modification ou démantèlement en pièces de divers
moteurs d’avion et accessoires ainsi que la prestation de services
de soutien connexes.
La partie plaignante a allégué que le Ministère avait incorrectement procédé à un appel d’offres restreint.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties, et tenu compte des dispositions de l’Accord de libreéchange nord-américain et de l’Accord sur les marchés publics,
le Tribunal a conclu qu’il n’avait pas compétence pour continuer
son enquête dans le dossier no PR-98-051. Par conséquent, la
plainte a été rejetée.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 14 juin 1999
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[26-1-o]
[26-1-o]
for the procurement of repair and overhaul, modification, reduction to spares and related support services for various aircraft
engines and components.
The complainant alleged that the Department had improperly
proceeded with a limited tender.
Having examined the evidence presented by the parties and
considered the provisions of the North American Free Trade
Agreement and the Agreement on Government Procurement, the
Tribunal concluded that it did not have jurisdiction to continue its
inquiry in File No. PR-98-051. Consequently, the complaint was
dismissed.
Further information may be obtained from: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Ottawa, June 14, 1999
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
EXPIRY OF ORDER
EXPIRATION DE L’ORDONNANCE
Canned Ham and Canned Pork-based Luncheon Meat
Jambon en conserve et pain de viande de porc en conserve
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal)
hereby gives notice that its order made on March 21, 1995, in
Review No. RR-94-002, continuing, without amendment, its order made on March 16, 1990, in Review No. RR-89-003, continuing, without amendment, the findings of the Anti-dumping Tribunal in its report made on August 7, 1984, in Inquiry No. GIC-1-84,
concerning subsidized canned ham under 1.5 kg per can, originating in or exported from Denmark and the Netherlands, and
canned pork-based luncheon meat containing more than 20 percent by weight of pork, in respect of which a subsidy has been
paid directly or indirectly by the European Economic Community
(now called the European Union), is scheduled to expire (Expiry
No. LE-99-002) on March 20, 2000. Under the Special Import
Measures Act, findings of injury or threat of injury and the associated special protection in the form of anti-dumping or countervailing duties expire five years from the date of the last order or
finding unless a review has been initiated. A review will not be
initiated unless the Tribunal decides that there is sufficient information to indicate that it is warranted.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal)
donne avis, par la présente, que l’ordonnance qu’il a rendue le
21 mars 1995, dans le cadre du réexamen no RR-94-002, prorogeant, sans modification, l’ordonnance qu’il a rendue le 16 mars
1990, dans le cadre du réexamen no RR-89-003, prorogeant, sans
modification, les conclusions du Tribunal antidumping dans
son rapport rendues le 7 août 1984, dans le cadre de l’enquête
no GIC-1-84, concernant le jambon en conserve subventionné, en
boîtes de moins de 1,5 kg chacune, originaire ou exporté du Danemark et des Pays-Bas, et le pain de viande de porc en conserve
contenant, au poids, plus de 20 p. 100 de porc, pour lequel une
subvention a été payée directement ou indirectement par la Communauté économique européenne (maintenant appelée l’Union
européenne), expirera (expiration no LE-99-002) le 20 mars 2000.
Aux termes de la Loi sur les mesures spéciales d’importation, les
conclusions de dommage ou de menace de dommage et la protection spéciale qui y est associée, soit par des droits antidumping ou
des droits compensateurs, prennent fin cinq ans plus tard à
compter de la date de la dernière ordonnance ou des dernières
conclusions à moins qu’un réexamen n’ait été entrepris. Un réexamen ne sera entrepris que si le Tribunal décide qu’il y a suffisamment de renseignements pour le convaincre du bien-fondé
d’un réexamen.
Les personnes ou les gouvernements qui désirent un réexamen
de cette ordonnance, ou qui s’y opposent, aux termes du paragraphe 76(2) de la Loi sur les mesures spéciales d’importation, doivent déposer auprès du secrétaire du Tribunal, au plus tard le
26 juillet 1999, dix copies des exposés écrits publics faisant état
des renseignements, avis et arguments pertinents. Les personnes
ou les gouvernements doivent tenter de ne fonder leurs exposés
que sur des renseignements publics; cependant, des renseignements confidentiels portant sur les questions dont est saisi le Tribunal peuvent être déposés, le cas échéant, accompagnés d’un
résumé public détaillé ou d’une version révisée de ces exposés.
Persons or governments requesting or opposing the initiation of
a review of the said order, pursuant to subsection 76(2) of the
Special Import Measures Act, should file ten copies of written
public submissions containing relevant information, opinions and
arguments, with the Secretary of the Tribunal not later than July 26, 1999. Persons or governments should endeavour to base
their submissions exclusively on public information; however,
confidential information relevant to the issues before the Tribunal
may be filed if necessary, along with a comprehensive public
summary or edited version thereof.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1921
Submissions should address all relevant factors, including:
— any changes in the subsidy programs offered by the European
Union members affecting exports of canned ham and canned
pork-based luncheon meat;
— the likelihood of the continuation or the resumption of subsidized imports if the order were allowed to expire, with supporting information, including information relating to exporters in Denmark and the Netherlands with regard to their
activities in the Canadian market, their domestic market and
other markets;
— the likely volumes and price ranges of subsidized imports if
they were to continue or to resume;
— the domestic industry’s performance since the order, including trends in its production, sales, market share and profits;
— the likelihood of material injury to the domestic industry if the
order were allowed to expire, having regard to the anticipated
effects of a continuation or a resumption of subsidized imports on the industry’s future performance;
— other developments affecting, or likely to affect, the performance of the domestic industry; and
— any other change in market conditions, domestically or internationally, including changes in the supply and demand for
canned ham and canned pork-based luncheon meat, as well as
changes in trends and sources of imports into Canada.
Les exposés doivent traiter de tous les facteurs pertinents, entre
autres :
— les changements dans les programmes de subventions offerts
par les membres de l’Union européenne visant les exportations de jambon en conserve et de pain de viande de porc en
conserve;
— la probabilité de la poursuite ou de la reprise des importations
subventionnées si on permet à l’ordonnance d’expirer, en
fournissant des renseignements à l’appui, y compris des renseignements relatifs aux activités des exportateurs du Danemark et des Pays-Bas sur le marché canadien, sur leur marché
intérieur et sur d’autres marchés;
— les volumes et les éventails de prix probables des importations subventionnées s’il y a poursuite ou reprise de ces
importations;
— le rendement de la branche de production nationale depuis
l’ordonnance, y compris les tendances de sa production, de
ses ventes, de sa part du marché et de ses bénéfices;
— la probabilité qu’un dommage sensible soit causé à la branche
de production nationale si on permettait à l’ordonnance d’expirer, compte tenu des répercussions possibles que peut avoir
une poursuite ou une reprise des importations subventionnées
sur le rendement futur de la branche de production;
— les autres circonstances qui influent, ou qui sont susceptibles
d’influer, sur le rendement de la branche de production
nationale;
— tout autre changement de la conjoncture du marché, à
l’échelle nationale ou internationale, y compris les changements ayant trait à l’offre et à la demande du jambon en conserve et du pain de viande de porc en conserve, ainsi que les
changements concernant les tendances et les sources d’importations au Canada.
Where there are opposing views, each person or government
who filed a submission in response to the notice of expiry will be
given an opportunity to respond in writing to the representations
of other persons or governments. In these circumstances, the Tribunal will distribute copies of the public submissions to each
person or government who filed a submission with the Tribunal.
Those persons or governments will have one week to respond in
writing to the submissions. If confidential submissions have been
filed, the Secretary will notify persons or governments on how
they may access these submissions through qualified counsel.
Lorsque des points de vue différents sont exprimés, chaque
personne ou gouvernement qui a déposé un exposé en réponse à
l’avis d’expiration aura l’occasion de répondre, par écrit, aux
observations des autres personnes ou gouvernements. Dans ces
circonstances, le Tribunal fera parvenir des copies des exposés
publics à chaque personne ou gouvernement qui a déposé un exposé auprès du Tribunal. Un délai d’une semaine sera accordé
aux personnes ou aux gouvernements pour répondre, par écrit,
aux exposés. Si des exposés confidentiels sont déposés, le secrétaire du Tribunal avisera les personnes ou les gouvernements de
la façon de procéder pour avoir accès à ces exposés par l’entremise d’avocats ou autres conseillers autorisés.
The purpose of a review is to determine whether an order or
finding should be continued, with or without amendment, or rescinded. If the Tribunal decides that a review is not warranted, an
order, with reasons, will be issued. An order or finding will expire unless a review is initiated before its expiry date.
Un réexamen a pour objet de déterminer si une ordonnance ou
des conclusions doivent être prorogées, avec ou sans modification, ou annulées. Si le Tribunal n’est pas convaincu du bienfondé d’un réexamen, une ordonnance et ses motifs seront publiés. Une ordonnance ou des conclusions expirent à moins qu’un
réexamen ne soit entrepris avant la date d’échéance.
If the Tribunal decides to initiate a review, it will issue a notice
of review with all relevant information regarding the proceeding.
The Tribunal will publish the notice in the Canada Gazette and
send it to all persons or governments known to the Tribunal as
having an interest in the review, who will then have an opportunity to participate in the review.
Si le Tribunal décide d’entreprendre un réexamen, il fera publier un avis de réexamen comprenant tous les renseignements
pertinents concernant la procédure. Le Tribunal fera paraître
l’avis dans la Gazette du Canada et transmettra ce dernier à
toutes les personnes ou à tous les gouvernements connus qui sont
intéressés par le réexamen afin qu’ils aient la possibilité d’y
participer.
Written submissions, correspondence or requests for information regarding this notice should be addressed to: The Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (Telephone), (613) 990-2439 (Facsimile).
Les exposés écrits, la correspondance et les demandes de renseignements au sujet du présent avis doivent être envoyés à
l’adresse suivante : Le Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard Life Centre, 15e étage, 333, avenue
Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595
(téléphone), (613) 990-2439 (télécopieur).
1922
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
Written or oral communications to the Tribunal may be made
in English or in French.
Ottawa, June 18, 1999
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Les présentations écrites ou orales peuvent être faites au Tribunal en français ou en anglais.
Ottawa, le 18 juin 1999
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[26-1-o]
[26-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
FINDING
CONCLUSIONS
Stainless Steel Round Bar
Barres rondes en acier inoxydable
In the matter of an inquiry under section 42 of the Special Import Measures Act respecting certain stainless steel round bar
originating in or exported from the Republic of Korea
The Canadian International Trade Tribunal, under the provisions of section 42 of the Special Import Measures Act, has
conducted an inquiry (Inquiry No. NQ-98-003) following the
issuance by the Deputy Minister of National Revenue of a preliminary determination of dumping dated February 18, 1999, and
of a final determination of dumping dated May 19, 1999, respecting the importation into Canada of stainless steel round bar of
sizes 25 mm in diameter up to 570 mm in diameter inclusive,
originating in or exported from the Republic of Korea, excluding:
(1) stainless steel round bar made to specifications ASN-A3380
and ASN-A3294; and (2) stainless steel round bar made to specification 410QDT (oil quenched), that is, grade 410, quenched and
double tempered with an oil quenching medium.
Pursuant to subsection 43(1) of the Special Import Measures
Act, the Canadian International Trade Tribunal hereby finds that
the dumping in Canada of the aforementioned goods originating
in or exported from the Republic of Korea has caused material
injury to the domestic industry.
The statement of reasons will be issued within 15 days.
Ottawa, June 18, 1999
Eu égard à une enquête aux termes de l’article 42 de la Loi sur
les mesures spéciales d’importation concernant certaines
barres rondes en acier inoxydable originaires ou exportées de la
République de Corée
Le Tribunal canadien du commerce extérieur a procédé à une
enquête (enquête no NQ-98-003), aux termes des dispositions de
l’article 42 de la Loi sur les mesures spéciales d’importation, à la
suite de la publication d’une décision provisoire de dumping datée du 18 février 1999 et d’une décision définitive de dumping
datée du 19 mai 1999, rendues par le sous-ministre du Revenu
national, concernant l’importation au Canada de barres rondes en
acier inoxydable d’un diamètre variant de 25 mm à 570 mm inclusivement, originaires ou exportées de la République de Corée,
à l’exclusion : (1) des barres rondes en acier inoxydable fabriquées selon les normes ASN-A3380 et ASN-A3294; et (2) des
barres rondes en acier inoxydable fabriquées selon la norme
410QDT (par trempe à l’huile), c’est-à-dire de nuance 410, par
trempe et double revenu en milieu huileux.
Conformément au paragraphe 43(1) de la Loi sur les mesures
spéciales d’importation, le Tribunal canadien du commerce extérieur conclut, par les présentes, que le dumping au Canada des
marchandises susmentionnées originaires ou exportées de la République de Corée a causé un dommage sensible à la branche de
production nationale.
L’exposé des motifs sera publié d’ici 15 jours.
Ottawa, le 18 juin 1999
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[26-1-o]
[26-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
Ring-spun Yarns
Fils produits par filature à anneaux
Notice is hereby given that, on June 18, 1999, the Canadian
International Trade Tribunal submitted to the Minister of Finance,
pursuant to section 19 of the Canadian International Trade Tribunal Act, a report, with a recommendation, with respect to the
review of its recommendation in Request No. TR-94-002 regarding certain ring-spun yarns (Review No. TA-98-004).
By Order of the Tribunal
MICHEL P. GRANGER
Secretary
Avis est par la présente donné que le 18 juin 1999, le Tribunal
canadien du commerce extérieur a transmis au ministre des Finances, aux termes de l’article 19 de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur, un rapport renfermant une recommandation relativement au réexamen de sa recommandation relativement à la demande no TR-94-002 concernant certains fils produits par filature à anneaux (réexamen no TA-98-004).
Le 18 juin 1999
Par ordre du Tribunal
Le secrétaire
MICHEL P. GRANGER
[26-1-o]
[26-1-o]
June 18, 1999
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1923
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications, including additional locations and addresses where the complete files
may be examined. The relevant material, including the notices
and applications, is available for viewing during normal business
hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, 1 Promenade
du Portage, Ground Floor, Hull, Quebec K1A 0N2, (819)
997-2429 (Telephone), 994-0423 (TDD), (819) 994-0218
(Facsimile);
— Bank of Commerce Building, Suite 1007, 1809 Barrington
Street, Halifax, Nova Scotia B3J 3K8, (902) 426-7997
(Telephone), 426-6997 (TDD), (902) 426-2721 (Facsimile);
— Place Montréal Trust, 1800 McGill College Avenue,
Suite 1920, Montréal, Quebec H3A 3J6, (514) 283-6607
(Telephone), 283-8316 (TDD), (514) 283-3689 (Facsimile);
— The Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue,
Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, (204) 983-6306 (Telephone),
983-8274 (TDD), (204) 983-6317 (Facsimile);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, (604) 666-2111 (Telephone), 666-0778 (TDD), (604)
666-8322 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario, (416) 952-9096 (Telephone),
(416) 954-6343 (Facsimile);
— C.R.T.C. Documentation Centre, Cornwall Professional
Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan S4P 3X3, (306) 780-3422 (Telephone), (306) 780-3319
(Facsimile).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter les
dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les
avis et les demandes, sont disponibles pour examen durant les
heures normales d’affaires aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, 1, promenade
du Portage, Rez-de-chaussée, Hull (Québec) K1A 0N2, (819)
997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), (819) 994-0218
(télécopieur);
— Édifice de la Banque de Commerce, Pièce 1007, 1809, rue
Barrington, Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 3K8, (902)
426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), (902) 426-2721
(télécopieur);
— Place Montréal Trust, 1800, avenue McGill College, Bureau 1920, Montréal (Québec) H3A 3J6, (514) 283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), (514) 283-3689 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, (204) 983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), (204) 983-6317 (télécopieur);
— 530-580, rue Hornby, Vancouver (Colombie-Britannique)
V6C 3B6, (604) 666-2111 (téléphone), 666-0778 (ATS),
(604) 666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., 55, avenue St. Clair
Est, Bureau 624, Toronto (Ontario), (416) 952-9096 (téléphone), (416) 954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du C.R.T.C., Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, (306) 780-3422 (téléphone), (306) 780-3319
(télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées ciaprès en s’adressant au CRTC.
99-132
99-132
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Star Choice Television Network Incorporated (Star Choice)
Across Canada
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Star Choice Television Network Incorporated (Star Choice)
L’ensemble du Canada
Approuvé — Ajout de signaux FM américains de Spokane
(Washington).
99-133
99-133
June 16, 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Cranbrook, Invermere, Athalmer and Windermere, British
Columbia
Approved — Addition of United States television and FM radio
signals from Spokane, Washington.
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Cranbrook, Invermere, Athalmer et Windermere (ColombieBritannique)
Approuvé — Ajout de signaux de télévision et de radio FM américains de Spokane (Washington).
1924
99-134
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
June 16, 1999
99-134
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Fort McMurray, Mildred, Lake Camp, etc., Alberta
Approved — Addition of United States television and FM radio
signals from Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Fort McMurray, Mildred, Lake Camp, etc. (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de télévision et de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-135
99-135
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Bruderheim and Lamont, etc., British Columbia
Approved — Addition of United States television and FM radio
signals from Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Bruderheim et Lamont, etc. (Colombie-Britannique)
Approuvé — Ajout de signaux de télévision et de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-136
99-136
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Redwater and Strathmore, Alberta
Approved — Addition of United States television and FM radio
signals from Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Redwater et Strathmore (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de télévision et de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-137
99-137
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Hinton, Alberta
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Hinton (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-138
99-138
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Creston, British Columbia
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Creston (Colombie-Britannique)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-139
99-139
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Part of Calgary and Crossfield, etc., Alberta
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Secteur de Calgary et Crossfield, etc. (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-140
99-140
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Chestermere, Pincher Creek, etc., British Columbia
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Shaw Cablesystems Ltd.
Chestermere, Pincher Creek, etc. (Colombie-Britannique)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-141
99-141
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Videon Cablesystems Alberta Inc.
High River and Okotoks, Alberta
Approved — Addition of United States FM radio signal from
Spokane, Washington.
Videon Cablesystems Alberta Inc.
High River et Okotoks (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-142
99-142
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Videon Cablesystems Alberta Inc.
Edson, Alberta
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Videon Cablesystems Alberta Inc.
Edson (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-143
99-143
June 16, 1999
Videon Cablesystems Alberta Inc.
Part of Edmonton, Alberta
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Le 16 juin 1999
Videon Cablesystems Alberta Inc.
Secteur d’Edmonton (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
99-144
June 16, 1999
99-144
1925
Le 16 juin 1999
Monarch Cablesystems Ltd.
Medicine Hat and Redcliff, Alberta
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Monarch Cablesystems Ltd.
Medicine Hat et Redcliff (Alberta)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-145
99-145
June 16, 1999
Le 16 juin 1999
Okanagan Skeena Group Limited
Elkford, Fernie, etc., British Columbia
Approved — Addition of United States FM radio signals from
Spokane, Washington.
Okanagan Skeena Group Limited
Elkford, Fernie, etc. (Colombie-Britannique)
Approuvé — Ajout de signaux de radio FM américains de Spokane (Washington).
99-146
99-146
Shaw Cablesystems Ltd.
Various locations in British Columbia
Approved — Addition of KAYU-TV
Washington.
June 16, 1999
(FOX)
99-147
Spokane,
June 17, 1999
Le 16 juin 1999
Shaw Cablesystems Ltd.
Plusieurs endroits en Colombie-Britannique
Approuvé — Ajout de KAYU-TV (FOX) Spokane (Washington).
99-147
Le 17 juin 1999
Videotron (Laurentian) Ltd.
Buckingham, Masson and Angers; Lachute and Brownsburg,
Quebec; Rockland, Clarence Point, Wendover, Hammond/
Cheney and surrounding area, Ontario
Denied — by majority vote — Applications to be relieved from
the requirements of section 29 of the Broadcasting Distribution
Regulations.
Vidéotron (Laurentien) ltée
Buckingham, Masson et Angers; Lachute et Brownsburg
(Québec); Rockland, Clarence Point, Wendover, Hammond/
Cheney et la région avoisinante (Ontario)
Refusé — par vote majoritaire — Demandes en vue d’être
exemptée des obligations que lui fait l’article 29 du Règlement
sur la distribution de radiodiffusion.
99-148
98-148
June 17, 1999
Le 17 juin 1999
Regional Cablesystems Inc. (formerly, Northern Cable
Holdings Limited, and Sudbury Cable Services Ltd.)
Timmins and Sudbury, Ontario
Denied — by majority vote — Applications to be relieved from
the requirements of section 29 of the Broadcasting Distribution
Regulations.
Télédistributions Régionales inc. (anciennement Northern
Cable Holdings Limited et Sudbury Cable Services Ltd.)
Timmins et Sudbury (Ontario)
Refusé — par vote majoritaire — Demandes en vue d’être
exemptée des obligations que lui fait l’article 29 du Règlement
sur la distribution de radiodiffusion.
99-149
99-149
June 17, 1999
Le 17 juin 1999
Delta Cable Communications Ltd.
Delta, British Columbia
Denied — by majority vote — Application to be relieved from
the requirements of section 29 of the Broadcasting Distribution
Regulations.
Delta Cable Communications Ltd.
Delta (Colombie-Britannique)
Refusé — par vote majoritaire — Demande en vue d’être
exemptée des obligations que lui fait l’article 29 du Règlement
sur la distribution de radiodiffusion.
99-150
99-150
June 17, 1999
Le 17 juin 1999
Cable Atlantic Inc.
Corner Brook; and St. John’s, Newfoundland
Denied — by majority vote — Aplications to be relieved from the
requirements of section 29 of the Broadcasting Distribution
Regulations.
Cable Atlantic Inc.
Corner Brook; et St. John’s (Terre-Neuve)
Refusé — par vote majoritaire — Demandes en vue d’être
exemptée des obligations que lui fait l’article 29 du Règlement
sur la distribution de radiodiffusion.
[26-1-o]
[26-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC HEARING 1999-6
AUDIENCE PUBLIQUE 1999-6
The Commission will hold a public hearing commencing on
August 16, 1999, at 9:00 a.m. (Issue No. 1), at the Commission
Headquarters, 1 Promenade du Portage, Hull, Quebec, to consider
the following:
Le Conseil tiendra une audience publique à partir du 16 août
1999, à 9 h (Première partie), à l’Administration centrale du Conseil, 1, promenade du Portage, Hull (Québec), afin d’étudier ce
qui suit :
1926
Canada Gazette Part I
Atlantic and Quebec Region
1. Bedford and Sutton, Quebec
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion is requesting authority to acquire the assets of
the cable distribution undertakings serving Bedford and Sutton. The applicant is also requesting to obtain broadcasting
licences to continue the operation of these undertakings,
upon surrender of the current licences issued to 2967-4561
Québec inc.
2. Kangirsujuaq, Quebec
Wakeham Bay Co-Operative Association
For a broadcasting licence to carry on a cable distribution
undertaking to serve Kangirsujuaq.
3. Lac-Mégantic, Woburn and Lac-Drolet, Quebec
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion is requesting authority to acquire the assets of
the cable distribution undertakings serving Lac-Mégantic,
Woburn and Lac-Drolet. The applicant is also requesting to
obtain only one broadcasting licence to continue to serve
Lac-Mégantic, Woburn and Lac-Drolet, upon surrender of
the current licences issued to Mégantic Transvision inc.
4. Lacolle and Napierville, Quebec
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion is requesting authority to acquire the assets of
the cable distribution undertakings serving Lacolle and
Napierville. The applicant is also requesting to obtain only
one broadcasting licence to continue to serve Lacolle et
Napierville, upon surrender of the current licences issued to
2535-1438 Québec inc.
5. La Patrie, Sawyerville and Compton, Quebec
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion is requesting authority to acquire the assets of
the cable distribution undertakings serving La Patrie and
Sawyerville and to amend the service area of the Compton
undertaking by including the La Patrie and Sawyerville areas,
upon surrender of the current licences issued to La Patrie
Vidéo inc. and to Transvision Sawyerville inc.
6. Longueuil, Quebec
Diffusion Métromédia CMR inc. (Métromédia)
Métromédia is requesting authority to acquire the assets of
the radio programming undertaking CIEL-FM Longueuil as
well as its radio network, upon surrender of the current licences issued to Radio MF C.I.E.L. (1981) inc.
7. Maniwaki, Quebec
3098-9289 Québec inc.
3098-9289 Québec inc. is requesting authority to acquire
from Ginsberg, Gingras et associés, trustees, the assets of the
radio programming undertaking CKMG-FM Maniwaki. The
applicant is also requesting to obtain a broadcasting licence
to continue the operation of this undertaking, upon surrender
of the current licence issued to Radio CKMG inc.
8. Saint-Mathieu-de-Laprairie and Saint-Michel-de-Napierville,
Quebec
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion is requesting authority to acquire the assets of
the cable distribution undertaking serving Saint-Mathieu-deLaprairie. The applicant is also requesting to obtain a broadcasting licence to continue the operation of this undertaking,
June 26, 1999
Région de l’Atlantique et du Québec
1. Bedford et Sutton (Québec)
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion demande l’autorisation d’acquérir l’actif des
entreprises de distribution par câble qui desservent Bedford
et Sutton. Elle demande également à obtenir des licences de
radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation de
ces entreprises, à la rétrocession des licences actuelles émises
à 2967-4561 Québec inc.
2. Kangirsujuaq (Québec)
Wakeham Bay Co-Operative Association
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de distribution par câble pour desservir Kangirsujuaq.
3. Lac-Mégantic, Woburn et Lac-Drolet (Québec)
Cable-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion demande l’autorisation d’acquérir l’actif des
entreprises de distribution par câble qui desservent LacMégantic, Woburn et Lac-Drolet. Elle demande également à
obtenir une seule licence de radiodiffusion afin de continuer
à desservir Lac-Mégantic, Woburn et Lac-Drolet, à la rétrocession des licences actuelles émises à Mégantic Transvision
inc.
4. Lacolle et Napierville (Québec)
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion demande l’autorisation d’acquérir l’actif des
entreprises de distribution par câble qui desservent Lacolle et
Napierville. Elle demande également à obtenir une seule licence de radiodiffusion afin de continuer à desservir Lacolle
et Napierville, à la rétrocession des licences actuelles émises
à 2535-1438 Québec inc.
5. La Patrie, Sawyerville et Compton (Québec)
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion demande l’autorisation d’acquérir l’actif des
entreprises de distribution par câble qui desservent La Patrie
et Sawyerville et de modifier la zone de desserte de l’entreprise de Compton afin d’inclure les territoires de La Patrie et
de Sawyerville, à la rétrocession des licences actuelles émises
à La Patrie Vidéo inc. et à Transvision Sawyerville inc.
6. Longueuil (Québec)
Diffusion Métromédia CMR inc. (Métromédia)
Métromédia demande l’autorisation d’acquérir l’actif de l’entreprise de programmation de radio CIEL-FM Longueuil
ainsi que son réseau radiophonique, à la rétrocession des licences actuelles émises à Radio MF C.I.E.L. (1981) inc.
7. Maniwaki (Québec)
3098-9289 Québec inc.
3098-9289 Québec inc. demande l’autorisation d’acquérir, de
la firme de syndics Ginsberg, Gingras et associés, l’actif de
l’entreprise de programmation de radio CKMG-FM Maniwaki. Elle demande également à obtenir une licence de radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation de
cette entreprise, à la rétrocession de la licence actuelle émise
à Radio CKMG inc.
8. Saint-Mathieu-de-Laprairie et Saint-Michel-de-Napierville
(Québec)
Câble-Axion Digitel inc. (Câble-Axion)
Câble-Axion demande l’autorisation d’acquérir l’actif de l’entreprise de distribution par câble qui dessert Saint-Mathieude-Laprairie. Elle demande également à obtenir une licence
de radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation
Le 26 juin 1999
upon surrender of the current licence issued to 2535-1438
Québec inc.
9. Salluit, Quebec
Sugluk Co-Operative Association
For a broadcasting licence to carry on a cable distribution
undertaking to serve Salluit.
Gazette du Canada Partie I
9.
1927
de cette entreprise, à la rétrocession de la licence actuelle
émise à la 2535-1438 Québec inc.
Salluit (Québec)
Sugluk Co-Operative Association
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de distribution par câble pour desservir Salluit.
Gander (Terre-Neuve)
Newcap Inc.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Gander. La nouvelle station serait exploitée
à la fréquence 103,7 MHz (canal 279A) avec une puissance
apparente rayonnée de 6 000 watts, à la rétrocession de la licence actuelle émise pour CKXD Gander.
Grand Falls et Robert’s Arm (Terre-Neuve)
Newcap Inc.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Grand Falls. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 102,3 MHz (canal 272B) avec une
puissance apparente rayonnée de 20 000 watts et avec un
émetteur à Robert’s Arm qui serait exploité, à la fréquence
92,7 MHz (canal 224A) avec une puissance apparente rayonnée de 4 500 watts, à la rétrocession de la licence actuelle
émise pour CKXG Grand Falls.
Hermitage/Sandyville (Terre-Neuve)
Skyway Cablevision Limited (Skyway)
Skyway demande l’autorisation d’acquérir l’actif de l’entreprise de distribution par câble qui dessert Hermitage/Sandyville. Elle demande également à obtenir une licence de radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation de
cette entreprise à la rétrocession de la licence actuelle émise à
Edgar Kendall.
10. Gander, Newfoundland
Newcap Inc.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Gander. The new station would operate on frequency 103.7 MHz (channel 279A)
with an effective radiated power of 6 000 watts, upon surrender of the current licence issued for CKXD Gander.
10.
11. Grand Falls and Robert’s Arm, Newfoundland
Newcap Inc.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Grand Falls. The new
station would operate on frequency 102.3 MHz (channel 272B) with an effective radiated power of 20 000 watts,
and with a transmitter at Robert’s Arm that would operate on
frequency 92.7 MHz (channel 224A) with an effective radiated power of 4 500 watts, upon surrender of the current licence issued for CKXG Grand Falls.
11.
12. Hermitage/Sandyville, Newfoundland
Skyway Cablevision Limited (Skyway)
Skyway is requesting authority to acquire the assets of the
cable distribution undertaking serving Hermitage/Sandyville.
The applicant is also requesting to obtain a broadcasting licence to continue the operation of this undertaking, upon surrender of the current licence issued to Edgar Kendall.
12.
Ontario Region
Région de l’Ontario
13. Chapleau, Ontario
Allan Pellow, on behalf of a company to be incorporated
For a broadcasting licence to carry on an English-language
low power FM radio programming undertaking at Chapleau.
The new station would operate on frequency 93.7 MHz
(channel 229LP) with an effective radiated power of
67 watts, and would broadcast emergency messages to the
Chapleau community.
13. Chapleau (Ontario)
Allan Pellow, au nom d’une société devant être constituée
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
faible puissance de langue anglaise à Chapleau. La nouvelle
station serait exploitée à la fréquence 93,7 MHz (canal 229FP) avec une puissance apparente rayonnée de
67 watts, et diffuserait des messages d’urgence à la collectivité de Chapleau.
14. Chatham (Ontario)
Bea-Ver Communications Inc.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Chatham. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 94,3 MHz (canal 232B) avec une puissance
apparente rayonnée de 50 000 watts.
15. Kapuskasing (Ontario)
Haliburton Broadcasting Group Inc. (Haliburton)
Haliburton demande l’autorisation d’acquérir l’actif de l’entreprise de programmation de radio CKAP Kapuskasing. Elle
demande également à obtenir une licence de radiodiffusion
lui permettant de poursuivre l’exploitation de cette entreprise,
à la rétrocession de la licence actuelle émise à Pelmorex Radio Inc.
16. Sudbury (Ontario)
Haliburton Broadcasting Group Inc. (Haliburton)
Haliburton demande l’autorisation d’acquérir les actifs des
entreprises de programmation de radio CHNO et CHYC
14. Chatham, Ontario
Bea-Ver Communications Inc.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio proramming undertaking at Chatham. The new station would operate on frequency 94.3 MHz (channel 232B)
with an effective radiated power of 50 000 watts.
15. Kapuskasing, Ontario
Haliburton Broadcasting Group Inc. (Haliburton)
Haliburton is requesting authority to acquire the assets of the
radio programming undertaking CKAP Kapuskasing. The
applicant is also requesting to obtain a broadcasting licence
to continue the operation of this undertaking, upon surrender
of the current licence issued to Pelmorex Radio Inc.
16. Sudbury, Ontario
Haliburton Broadcasting Group Inc. (Haliburton)
Haliburton is requesting authority to acquire the assets of the
radio programming undertakings CHNO and CHYC
1928
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
18. Timmins, Ontario
Haliburton Broadcasting Group Inc. (Haliburton)
Haliburton is requesting authority to acquire the assets of the
radio programming undertaking CKOY Timmins and its
transmitters CHOH-FM Hearst and CHYK Kapuskasing,
Ontario. The applicant is also requesting to obtain a broadcasting licence to continue the operation of this undertaking,
upon surrender of the current licence issued to Pelmorex
Radio Inc.
Sudbury. Elle demande également à obtenir des licences de
radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation de
ces entreprises, à la rétrocession des licences actuelles émises
à Pelmorex Radio Inc.
17. Thunder Bay (Ontario)
Big Pond Communications 2000 Inc.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
faible puissance de langue anglaise à Thunder Bay. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 99,9 MHz
(canal 260FP) avec une puissance apparente rayonnée de
37 watts.
18. Timmins (Ontario)
Haliburton Broadcasting Group Inc. (Haliburton)
Haliburton demande l’autorisation d’acquérir l’actif de l’entreprise de programmation de radio CKOY Timmins et ses
émetteurs CHOH-FM Hearst et CHYK Kapuskasing (Ontario). Elle demande également à obtenir une licence de radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation de cette
entreprise, à la rétrocession de la licence actuelle émise à
Pelmorex Radio Inc.
Western Canada and Territories Region
Région de l’Ouest du Canada et Territoires
19. Brandon, Manitoba
Craig Broadcast Systems Inc.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Brandon. The new
station would operate on frequency 101.1 MHz (channel 266C1) with an effective radiated power of 100 000 watts.
19. Brandon (Manitoba)
Craig Broadcast Systems Inc.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Brandon. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 101,1 MHz (canal 266C1) avec une puissance apparente rayonnée de 100 000 watts.
20. Brandon (Manitoba)
Riding Mountain Broadcasting Ltd.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Brandon. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 94,7 MHz (canal 234C1) avec une puissance apparente rayonnée de 100 000 watts.
21. Winkler (Manitoba)
Golden West Broadcasting Ltd.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM
(spécialisée) de langue anglaise à Winkler. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 93,5 MHz (canal 228C1)
avec une puissance apparente rayonnée de 100 000 watts.
22. Winnipeg (Manitoba)
Christian Solutions Group Inc.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM
(spécialisée) de faible puissance de langue anglaise à Winnipeg. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence
93,5 MHz (canal 228FP) avec une puissance apparente
rayonnée de 22 watts.
23. Moose Jaw (Saskatchewan)
Golden West Broadcasting Ltd.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM
(spécialisée) de langue anglaise à Moose Jaw. La nouvelle
station serait exploitée à la fréquence 93,7 MHz (canal 229C)
avec une puissance apparente rayonnée de 100 000 watts.
24. Edson, Jasper, Grande Cache et Whitecourt (Alberta)
Okanagan Skeena Group Limited (OKS)
OKS demande l’autorisation d’acquérir de Yellowhead
Broadcasting Ltd. (Yellowhead) l’actif de l’entreprise de
programmation de radio CJYR Edson et ses émetteurs CKYR
Sudbury. The applicant is also requesting to obtain broadcasting licences to continue the operation of these undertakings,
upon surrender of the current licences issued to Pelmorex
Radio Inc.
17. Thunder Bay, Ontario
Big Pond Communications 2000 Inc.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
low power FM radio programming undertaking at Thunder
Bay. The new station would operate on frequency 99.9 MHz
(channel 260LP) with an effective radiated power of
37 watts.
20. Brandon, Manitoba
Riding Mountain Broadcasting Ltd.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Brandon. The new
station would operate on frequency 94.7 MHz (channel 234C1) with an effective radiated power of
100 000 watts.
21. Winkler, Manitoba
Golden West Broadcasting Ltd.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
(Specialty) FM radio programming undertaking at Winkler.
The new station would operate on frequency 93.5 MHz
(channel 228C1) with an effective radiated power of
100 000 watts.
22. Winnipeg, Manitoba
Christian Solutions Group Inc.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
low power (specialty) FM radio programming undertaking at
Winnipeg. The new station would operate on frequency
93.5 MHz (channel 228LP) with an effective radiated power
of 22 watts.
23. Moose Jaw, Saskatchewan
Golden West Broadcasting Ltd.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
(specialty) FM radio programming undertaking at Moose
Jaw. The new station would operate on frequency 93.7 MHz
(channel 229C) with an effective radiated power of
100 000 watts.
24. Edson, Jasper, Grande Cache and Whitecourt, Alberta
Okanagan Skeena Group Limited (OKS)
OKS is requesting authority to acquire from Yellowhead
Broadcasting Ltd. (Yellowhead), the assets of the radio programming undertaking CJYR Edson and its transmitters
Le 26 juin 1999
CKYR Jasper, CKYR-1 Grande Cache and CFYR-FM
Whitecourt. OKS would obtain a broadcasting licence to
continue the operation of the undertaking when Yellowhead
has surrendered its licence. The applicant proposes to operate
under the same terms and conditions as the current licence,
with the addition of the following condition:
It is a condition of licence that the licensee adhere to the
guidelines on sex-role portrayal set out in the Canadian
Association of Broadcasters’ (CAB) Sex Role Portrayal
Code for Television and Radio Programming, as amended
from time to time and approved by the Commission. The
application of the foregoing condition of licence will be
suspended as long as the licensee remains a member in
good standing of the Canadian Broadcast Standards
Council.
25. Grande Prairie, Alberta
Monarch Broadcasting Ltd.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Grande Prairie. The
new station would operate on frequency 93.1 MHz (channel 226C1) with an effective radiated power of
100 000 watts, upon surrender of the current licence issued
for CJXX Grande Prairie.
26. Red Deer, Alberta
Monarch Broadcasting Ltd.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Red Deer. The new
station would operate on frequency 105.5 MHz (channel 288C1) with an effective radiated power of
100 000 watts, upon surrender of the current licence issued
for CKRD Red Deer.
27. Taber, Alberta
Monarch Broadcasting Ltd.
For a broadcasting licence to carry on an English-language
FM radio programming undertaking at Taber. The new station would operate on frequency 93.3 MHz (channel 227C1)
with an effective radiated power of 50 000 watts, upon surrender of the current licence issued for CKTA Taber.
28. Chilliwack, Hope, Mt. Seymour and Abbotsford,
British Columbia
Fraser Valley Broadcasters Ltd., on behalf of a newly
incorporated corporation — Fraser Newco
To acquire, as part of a multi-step corporate reorganization,
the broadcasting assets of Fraser Valley Broadcasters Ltd., licensee of CKMA Abbotsford and CKGO Hope, and Star-FM
Radio Inc., licensee of CKWK and CKSR Chilliwack. As a
first step to the proposed transaction, Fraser Valley Broadcasters Ltd. and Star-FM Radio Inc. would amalgamate to
form FVB Amalco. FVB Amalco would then hold all the
broadcasting assets of Fraser Valley Broadcasters Ltd. and
Star-FM Radio Inc.
29. Keremeos, British Columbia
Regional Cable TV (Western) Inc. (Regional)
Regional is requesting authority to acquire from Keremeos
Cable Ltd. (Keremeos), the assets of the cable distribution
undertaking serving Keremeos. The applicant proposes to operate under the same terms and conditions as the current licence. Regional would obtain a broadcasting licence to
continue the operation of the undertaking when Keremeos
has surrendered its licence.
30. Masset and Haida, British Columbia
Masset Haida Television Society
For a broadcasting licence to carry on a radiocommunication
distribution undertaking at Masset and Haida. The applicant
Gazette du Canada Partie I
25.
26.
27.
28.
29.
30.
1929
Jasper, CKYR-1 Grande Cache et CFYR-FM Whitecourt.
OKS obtiendrait une licence de radiodiffusion lui permettant
de poursuivre l’exploitation de cette entreprise lorsque Yellowhead aura rétrocédé sa licence. La requérante propose les
mêmes modalités d’exploitation que celles de la licence actuelle, avec l’ajout de la condition de licence suivante :
La titulaire doit, par condition de licence, se conformer aux
lignes directrices sur les stéréotypes sexuels établies dans
le Code d’application concernant les stéréotypes sexuels à
la radio et à la télévision de l’Association canadienne des
radiodiffuseurs (l’ACR), telles que modifiées de temps à
autre et approuvées par le Conseil. La condition de licence
susmentionnée ne s’applique pas tant que la titulaire reste
membre en règle du Conseil canadien des normes de la
radiotélévision.
Grande Prairie (Alberta)
Monarch Broadcasting Ltd.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Grande Prairie. La nouvelle station serait
exploitée à la fréquence 93,1 MHz (canal 226C1) avec une
puissance apparente rayonnée de 100 000 watts, à la rétrocession de la licence actuelle pour CJXX Grande Prairie.
Red Deer (Alberta)
Monarch Broadcasting Ltd.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Red Deer. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 105,5 MHz (canal 288C1) avec une puissance apparente rayonnée de 100 000 watts, à la rétrocession
de la licence actuelle pour CKRD Red Deer.
Taber (Alberta)
Monarch Broadcasting Ltd.
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM de
langue anglaise à Taber. La nouvelle station serait exploitée à
la fréquence 93,3 MHz (canal 227C1) avec une puissance
apparente rayonnée de 50 000 watts, à la rétrocession de la
licence actuelle émise pour CKTA Taber.
Chilliwack, Hope, Mt. Seymour et Abbotsford
(Colombie-Britannique)
Fraser Valley Broadcasters Ltd., au nom d’une société
nouvellement constituée — Fraser Newco
En vue d’obtenir, dans le cadre d’une réorganisation interne
comprenant de multiples étapes, l’actif de radiodiffusion de
Fraser Valley Broadcasters Ltd., titulaire de CKMA Abbotsford et CKGO Hope, et de Star-FM Radio Inc., titulaire de
CKWK et CKSR Chilliwack. En guise de première étape de
la transaction proposée, Fraser Valley Broadcasters Ltd. et
Star-FM Radio Inc. fusionneraient pour devenir FVB Amalco. FVB Amalco détiendrait alors les actifs de radiodiffusion
de Fraser Valley Broadcasters Ltd. et de Star-FM Radio Inc.
Keremeos (Colombie-Britannique)
Regional Cable TV (Western) Inc. (Regional)
Regional demande l’autorisation d’acquérir, de Keremeos
Cable Ltd. (Keremeos), l’actif de l’entreprise de distribution
par câble qui dessert Keremeos. La requérante propose les
mêmes modalités d’exploitation que celles de la licence actuelle. Regional obtiendrait une licence de radiodiffusion lui
permettant de poursuivre l’exploitation de cette entreprise
lorsque Keremeos aura rétrocédé sa licence.
Masset et Haida (Colombie-Britannique)
Masset Haida Television Society
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de distribution de radiocommunication à
1930
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
(A) Rogers Broadcasting Limited
Call Sign: CKWX
Call Sign: CKKS-FM
(B) Shaw Radio Limited
Call Sign: CKLG
Call Sign: CFOX-FM
(C) Westcom Radio Group Ltd.
Call Sign: CKNW
Call Sign: CFMI-FM
34. British Columbia, Alberta and Northwest Territories
Okanagan Skeena Group Limited (OKS)
To effect an intra-corporate reorganization. OKS would
transfer the assets of its cable distribution undertakings to
3537340 Canada Ltd., one of its wholly-owned subsidiaries.
35. British Columbia, Alberta and Northwest Territories
Okanagan Skeena Group Limited (OKS)
To effect an intra-corporate reorganization. OKS would
transfer the assets of its television and radio programming
undertakings to 3537412 Canada Ltd., one of its whollyowned subsidiaries.
Deadline for intervention: July 27, 1999
June 18, 1999
Masset et à Haida. La requérante propose de retransmettre,
sous forme non codée, les émissions de CFMI-FM New
Westminster (Colombie-Britannique). Pour ce faire, elle se
servirait d’un émetteur de radio de faible puissance à la fréquence 94,1 MHz (canal 231FP) avec une puissance apparente rayonnée de 13 watts.
31. Oliver et Osoyoos (Colombie-Britannique)
Regional Cable TV (Western) Inc.
Regional demande l’autorisation d’acquérir, de Wood Lake
Cable Ltd. (Wood Lake), l’actif de l’entreprise de distribution par câble qui dessert Oliver et Osoyoos. La requérante
propose les mêmes modalités d’exploitation que celles de la
licence actuelle. Regional obtiendrait une licence de radiodiffusion lui permettant de poursuivre l’exploitation de cette
entreprise lorsque Wood Lake aura rétrocédé sa licence.
32. Prince Rupert (Colombie-Britannique)
Christian Family Inspirational Radio Ministries
En vue d’obtenir une licence de radiodiffusion visant l’exploitation d’une entreprise de programmation de radio FM
(spécialisée) de faible puissance de langue anglaise à Prince
Rupert. La nouvelle station serait exploitée à la fréquence
100,7 MHz (canal 264FP) avec une puissance apparente
rayonnée de 26,5 watts.
33. Vancouver (Colombie-Britannique)
Le Conseil annonce par la présente qu’il a reçu des demandes
de licences visant à exploiter des entreprises de radio numérique de transition associées à des stations AM et FM en
place. Les radiodiffuseurs mentionnés ci-dessous entendent
construire des installations de radiodiffusion sonore numérique (RSN) à deux sites, un à Mount Seymour et l’autre à
Burnaby (Metrotown — Édifice Cantel) en vue de diffuser
simultanément leurs services de programmation actuels et
jusqu’à concurrence de 14 heures de nouvelles émissions par
semaine, au moyen du système EUREKA-147 RSN sur la
bande de fréquence 1 452 MHz-1 492 MHz (bande L).
Les radiodiffuseurs désirent familiariser le public avec cette
nouvelle technologie et chercher à régler les questions de
rayonnement et de marché qui y sont associées. Les entreprises de radio numérique de transition seraient assujetties,
par condition de licence, aux parties 1 et 1,1 du Règlement de
1986 sur la radio.
(A) Rogers Broadcasting Limited
Indicatif d’appel : CKWX
Indicatif d’appel : CKKS-FM
(B) Shaw Radio Limited
Indicatif d’appel : CKLG
Indicatif d’appel : CFOX-FM
(C) Westcom Radio Group Ltd.
Indicatif d’appel : CKNW
Indicatif d’appel : CFMI-FM
34. Colombie-Britannique, Alberta et Territoires du Nord-Ouest
Okanagan Skeena Group Limited (OKS)
En vue d’une réorganisation intrasociété. OKS effectuerait le
transfert de l’actif de ses entreprises de distribution par câble
à 3537340 Canada Ltd., une de ses filiales à part entière.
35. Colombie-Britannique, Alberta et Territoires du Nord-Ouest
Okanagan Skeena Group Limited (OKS)
En vue d’une réorganisation intrasociété. OKS effectuerait le
transfert de l’actif de ses entreprises de programmation de
télévision et de radio à 3537412 Canada Ltd., une de ses filiales à part entière.
Date limite d’intervention : le 27 juillet 1999
Le 18 juin 1999
[26-1-o]
[26-1-o]
proposes to rebroadcast, in non-encrypted mode, the programs of CFMI-FM New Westminster, British Columbia. To
do this, it would use a low power radio transmitter operating
on frequency 94.1 MHz (channel 231LP) with an effective
radiated power of 13 watts.
31. Oliver and Osoyoos, British Columbia
Regional Cable TV (Western) Inc.
Regional is requesting authority to acquire from Wood Lake
Cable Ltd. (Wood Lake), the assets of the cable distribution
undertaking serving Oliver and Osoyoos. The applicant proposes to operate under the same terms and conditions as the
current licence. Regional would obtain a broadcasting licence
to continue the operation of this undertaking when Wood
Lake has surrendered its licence.
32. Prince Rupert, British Columbia
Christian Family Inspirational Radio Ministries
For a broadcasting licence to carry on a (specialty) Englishlanguage low power FM radio programming undertaking at
Prince Rupert. The new station would operate on frequency
100.7 MHz (channel 264LP) with an effective radiated power
of 26.5 watts.
33. Vancouver, British Columbia
The Commission hereby announces that it has received applications for licences to carry on Transitional Digital Radio
Undertakings associated with existing AM and FM stations.
The broadcasters listed below plan to establish Digital Radio
Broadcasting (DRB) facilities at two sites, one on Mount
Seymour and the other at Burnaby (Metrotown — Cantel
Building) to simulcast their current programming services
and provide as many as 14 hours per week of new programming, using the EUREKA-147 DAB system in the frequency
band 1 452 MHz–1 492 MHz (L-Band).
The purpose of the broadcasts is to introduce the public to
this new radio service, as well as to refine coverage and market issues related to this new technology. The Transitional
Digital Radio Undertakings would be subject, by condition of
licence, to Parts 1 and 1.1 of the Radio Regulations, 1986.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1931
CANADIAN TRANSPORTATION AGENCY
OFFICE DES TRANSPORTS DU CANADA
CANADA TRANSPORTATION ACT
LOI SUR LES TRANSPORTS AU CANADA
On July 1, 1996, the Canada Transportation Act, S.C., 1996,
c. 10 (hereinafter the CTA), came into effect. Pursuant to section 195 of the CTA, proceedings relating to certain matters before the National Transportation Agency, prior to the coming into
effect of section 195, shall be dealt with by the Canadian Transportation Agency (hereinafter the Agency), pursuant to the provisions of the National Transportation Act, 1987, unless otherwise
ordered by the Governor in Council. No such order of the Governor in Council affects this publication.
La Loi sur les transports au Canada, L.C. (1996), ch. 10 (ciaprès la LTC), est entrée en vigueur le 1er juillet 1996. Conformément à l’article 195 de la LTC, les procédures relatives à certaines questions pendantes devant l’Office national des transports
du Canada, avant l’entrée en vigueur de l’article 195, sont poursuivies devant l’Office des transports du Canada (ci-après
l’Office) en vertu des dispositions de la Loi de 1987 sur les
transports nationaux, sauf si le gouverneur en conseil en décide
autrement. La présente publication n’est prévue dans aucun décret
du gouverneur en conseil.
Avis est par la présente donné, conformément à l’article 180 de
la Loi de 1987 sur les transports nationaux, que les paiements de
subventions d’embranchements indiqués dans les tableaux joints
en annexe ont été versés au cours de l’année 1998. Comme le
prévoient les alinéas 180a) et b), la liste indique, pour chaque
embranchement, la somme des paiements effectués et le coût
moyen par tonne-kilomètre attribuable à l’exploitation de
l’embranchement et au trafic dont il est l’origine ou la destination
au cours de l’année civile à l’égard de laquelle les paiements ont
été effectués.
Notice is hereby given pursuant to section 180 of the National
Transportation Act, 1987 that the branch line subsidy payments
set out in the attached schedule were made during 1998. In accordance with paragraphs 180(a) and (b), the listing includes the
aggregate amount of subsidy payments for each branch line and
the average cost per tonne-kilometre attributable to the operation
of the line and to the traffic originating or terminating on the line
for each calendar year in respect of which the payments were
made.
BRANCH LINE SUBSIDY PAYMENTS PAID DURING 1998/
PAIEMENTS DES SUBVENTIONS D’EMBRANCHEMENTS VERSÉS AU COURS DE 1998
Province
Subdivision
Between
Entre
Mileage
Millage
Payment Prior to
January 1, 1998
Paiements versés
avant le 1er janvier 1998
$
Payments Issued
During 1998
Paiements versés
au cours de 1998
$
PAYMENTS IN RESPECT OF 1996 — CSX TRANSPORTATION
Total Payments as of
December 31, 1998
Total des paiements
au 31 décembre 1998
$
Average Cost per
Tonne Kilometre
Coût moyen par
tonne-kilomètre (1)
$
Sudsidy Paid per
Tonne Kilometre
Subvention versée par
tonne-kilomètre (1)
Province
$
Embranchement
PAIEMENTS VERSÉS À L’ÉGARD DE 1996 — CSX TRANSPORTATION
ONTARIO
Blenheim Subdivision
ONTARIO
BlenheimWest Lorne
75.00–102.80
Total — 1996
0
43,061
0
43,061
43,061
0.02002
0.00411
Blenheim Subdivision
Total — 1996
SUMMARY ALL RAILWAYS
SOMMAIRE POUR LES CHEMINS
DE FER
TOTAL CN — ALL YEARS
0
0
0
CANADIEN NATIONAL — Toutes
les années
TOTAL CP — ALL YEARS
0
0
0
CANADIEN PACIFIQUE — Toutes
les années
TOTAL CSXT (1996)
0
43,061
43.061
CSXT (1996)
43,061
TOTAL GÉNÉRAL POUR
TOUTES LES ANNÉES
GRAND TOTAL CN, CP and CSXT —
ALL YEARS
0
43,061
FOOTNOTES:
RENVOIS :
(1) The Gross-Ton-Mile (GTM) component for miles and tons is converted to kilometres and tonnes in
order to calculate gross tonne kilometre (GTK). The GTM conversion factor is 1.45997.
(1) L’élément tonne-mille brute, relié aux millages et aux tonnes courtes a été converti en kilomètres et
en tonnes métriques, afin de calculer les tonnes-kilomètres brutes. Le facteur de conversion des tonnes-milles brutes en tonnes-kilomètres brutes est de 1,45997.
[26-1-o]
[26-1-o]
HAZARDOUS MATERIALS INFORMATION REVIEW
COMMISSION
CONSEIL DE CONTRÔLE DES RENSEIGNEMENTS
RELATIFS AUX MATIÈRES DANGEREUSES
HAZARDOUS MATERIALS INFORMATION REVIEW ACT
LOI SUR LE CONTRÔLE DES RENSEIGNEMENTS
RELATIFS AUX MATIÈRES DANGEREUSES
Appeal Board — Notice of Appeal
Commission d’appel — Avis d’appel
IN THE MATTER OF: An appeal pursuant to section 20 of the
Hazardous Materials Information Review Act by Ethyl Corporation from the decision and order of the Screening Officer dated
December 1, 1997, in relation to a claim for exemption bearing
Registry Number 1196-006.
DANS L’AFFAIRE D’UN appel interjeté en vertu de l’article 20
de la Loi sur le contrôle des renseignements relatifs aux matières
dangereuses, par Ethyl Corporation relativement à la décision et à
l’ordre de l’agent de contrôle, en date du 1er décembre 1997, concernant la demande de dérogation portant le numéro d’enregistrement 1196-006.
1932
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
NOTICE OF APPEAL
AVIS D’APPEL
(Hazardous Materials Information Review Act Appeal Board
Procedures Regulations, Form 3, Section 8)
(Règlement sur les procédures des commissions d’appel
constituées en vertu de la Loi sur le contrôle des renseignements
relatifs aux matières dangereuses, formule 3, article 8)
APPEAL NUMBER: A-98-001
AN APPEAL HAS BEEN COMMENCED by Ethyl Corporation
from the decision and order of the Screening Officer dated December 1, 1997, with respect to the material safety data sheet,
dated January 17, 1997, which relates to the claim for exemption
made by Ethyl Corporation bearing the Registry Number 1196006 for the controlled product HiTEC 509 Performance Additive.
THE DECISION AND ORDER APPEALED from provided that:
NUMÉRO D’APPEL : A-98-001
ETHYL CORPORATION A INTERJETÉ appel de la décision et
de l’ordre de l’agent de contrôle, en date du 1er décembre 1997, qui
vise la fiche signalétique, en date du 17 janvier 1997, établie relativement à la demande de dérogation de Ethyl Corporation portant le numéro d’enregistrement 1196-006, pour le produit contrôlé « HiTEC 509 Performance Additive ».
LA DÉCISION ET L’ORDRE qui font l’objet de l’appel prévoient que :
La fiche signalétique (FS) établie relativement à la demande
susmentionnée n’était pas conforme aux exigences de divulgation applicables en vertu de la Loi sur les produits dangereux
et du Règlement sur les produits contrôlés. L’agent de contrôle
a rendu cette décision après avoir consulté des fonctionnaires
du ministère de la Santé, et compte tenu des diverses données
répertoriées dans les documents et de l’information fournie par
la demanderesse, Ethyl Corporation. Les parties touchées n’ont
fait aucune représentation à l’agent de contrôle relativement à
la FS se rapportant à la demande de dérogation précitée.
De l’avis de l’agent de contrôle, certains renseignements auraient
dû être divulgués sur la FS. La demanderesse a reçu ordre de
modifier la FS de la façon suivante.
1. Divulguer qu’il a été établi que l’exposition subaiguë par
ingestion d’un ingrédient du produit contrôlé provoque des
effets nocifs sur le système immunitaire chez les animaux
de laboratoire;
2. Divulguer qu’un ingrédient du produit contrôlé a donné
des résultats positifs lors d’un test de dépistage de la
mutagénicité;
3. Divulguer que la caféine interagit de façon synergique avec
un ingrédient du produit contrôlé.
L’APPELANTE DÉCLARE ce qui suit :
1. Un fournisseur/fabriquant de l’ingrédient dont il est question au numéro un (1) dans l’ordre susmentionné s’est engagé, envers Ethyl Corporation, à fournir des données qui
réfutent la prétention voulant que l’ordre susmentionné
s’applique au produit HiTEC 509 de Ethyl Corporation.
2. Un fournisseur/fabriquant de l’ingrédient dont il est question aux numéros deux (2) et trois (3) dans les ordres susmentionnés a fourni à Ethyl Corporation des données qui
réfutent la prétention voulant que l’ordre susmentionné
s’applique au produit HiTEC 509 de Ethyl Corporation.
L’APPEL SERA ENTENDU par une commission d’appel composée de Dr Lita-Rose Betcherman, présidente, M. Samuel Cukier
et M. George Botic, commissaires.
L’APPELANTE a demandé de comparaître devant la commission
d’appel afin de faire des représentations de vive voix, mais pourra
décider de soumettre des représentations écrites.
LES PARTIES TOUCHÉES qui comptent participer à l’appel
doivent en informer la commission d’appel en déposant auprès
d’elle un avis de comparution et en signifiant copie à l’appelante
au plus tard le 26 juillet 1999.
L’ADRESSE DE L’APPELANTE, aux fins de signification, est
la suivante : Ethyl Corporation, P.O. Box 2189, Richmond,
Virginia U.S.A. 23218-2189, (804) 788-6030 (téléphone), (804)
788-6038 (télécopieur), Attention: Ellen Gaddy, Product Stewardship Analyst.
The material safety data sheet (MSDS) relating to the claim did
not comply with the applicable disclosure requirements of the
Hazardous Products Act and the Controlled Products Regulations. The Screening Officer made this decision after consultation with officials of the Department of Health, and having regard for the various data readily available in the literature and
any information provided by the claimant, Ethyl Corporation.
There were no submissions from affected parties to the
Screening Officer with respect to the relevant MSDS related to
the claim for exemption.
In the opinion of the Screening Officer, certain information
should have been shown on the MSDS. The claimant has been
ordered to amend the MSDS as indicated below.
1. Disclose that subacute ingestion of an ingredient in the
controlled product has been shown to cause adverse effects
on the immune system in laboratory animals;
2. Disclose that an ingredient in the controlled product has
shown positive results in a screening test for mutagenicity;
3. Disclose that caffeine interacts synergistically with an ingredient in the controlled product.
THE APPELLANT STATES that:
1. In reference to number one (1) above, Ethyl Corporation
has received a commitment from a supplier/manufacturer of
the ingredient referred to in the above order item, to provide data which refutes the claim that the above order item
is applicable to Ethyl Corporation’s product, HiTEC 509.
2. In reference to numbers two (2) and three (3) above, Ethyl
Corporation has received data from a supplier/manufacturer
of the ingredient referred to in the above order item, which
refutes the claim that the above order item is applicable to
Ethyl Corporation’s product, HiTEC 509.
THE APPEALS WILL BE HEARD by an appeal board consisting of Dr. Lita-Rose Betcherman, Chairperson, Mr. Samuel
Cukier and Mr. George Botic, Members.
THE APPELLANT HAS REQUESTED to appear before the appeal board for the purpose of making oral submissions but may
decide to submit written representations.
ANY AFFECTED PARTY who intends to participate in the appeal shall advise the Appeal Board by filing an Appearance with
the Appeal Board and serving a copy of the Appearance on the
appellant on or before July 26, 1999.
THE ADDRESS FOR SERVICE on the appellant is Ethyl Corporation, P.O. Box 2189, Richmond, Virginia U.S.A. 23218-2189,
(804) 788-6030 (Telephone), (804) 788-6038 (Facsimile), Attention: Ellen Gaddy, Product Stewardship Analyst.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
COPIES OF THE FORM OF APPEARANCE as well as information as to Appeal Board procedures may be obtained from the
Office of the Chief Appeals Officer. The form of Appearance to
be filed with the Appeal Board shall be sent by certified or registered mail or delivered by hand to the Chief Appeals Officer at:
Sharon Watts, Hazardous Materials Information Review Commission, 200 Kent Street, Suite 9000, Ottawa, Ontario K1A 0M1,
(613) 993-4472 (Telephone), (613) 993-4686 (Facsimile).
1933
SHARON WATTS
Chief Appeals Officer
ON PEUT OBTENIR DES EXEMPLAIRES de la formule d’avis
de comparution ainsi que des renseignements sur les procédures
de la commission d’appel au bureau de la directrice de la Section
d’appel. La formule d’avis de comparution qui doit être déposée
devant la commission d’appel doit être envoyée par courrier recommandé ou livrée par porteur à la directrice de la Section
d’appel à l’adresse suivante : Sharon Watts, Conseil de contrôle
des renseignements relatifs aux matières dangereuses, 200, rue
Kent, Bureau 9000, Ottawa (Ontario) K1A 0M1, (613) 993-4472
(téléphone), (613) 993-4686 (télécopieur).
Le 14 juin 1999
La directrice de la Section d’appel
SHARON WATTS
[26-1-o]
[26-1-o]
June 14, 1999
NAFTA SECRETARIAT
SECRÉTARIAT DE L’ALENA
COMPLETION OF PANEL REVIEW
FIN DE LA RÉVISION PAR UN GROUPE SPÉCIAL
Steel Wire Rod
Fils-machine en acier
Notice is hereby given, pursuant to subrule 78(a) of the NAFTA
Article 1904 Panel Rules, that the binational panel review of the
final determination made by the United States Department of
Commerce, International Trade Administration, respecting steel
wire rod from Canada is completed. Pursuant to subrule 78(a) of
the NAFTA Article 1904 Panel Rules, this Notice of Completion
of Panel Review is effective on May 6, 1999, the day the Consent
Motion to terminate the binational panel review of this matter
was filed (Secretariat File No. USA-97-1904-08).
Avis est donné par les présentes, conformément au paragraphe 78a) des Règles des groupes spéciaux (article 1904 — ALÉNA), que l’examen par un groupe spécial binational de la décision
définitive rendue par le United States Department of Commerce,
International Trade Administration, au sujet de certains filsmachine en acier importés du Canada est complété. Conformément au paragraphe 78a) des Règles des groupes spéciaux (article 1904 — ALÉNA), cet avis de fin de la révision par un groupe
spécial prend effet le 6 mai 1999, soit le jour où la requête de
consentement pour mettre fin à la révision par un groupe spécial
de cette affaire a été déposée (dossier du Secrétariat USA-971904-08).
Note explicative
Explanatory Note
Requests for information concerning the present notice, or
concerning the NAFTA Article 1904 Panel Rules, should be addressed to the Canadian Secretary, NAFTA Secretariat, Canadian
Section, North American Free Trade Agreement, Royal Bank
Centre, Suite 705, 90 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1P 5B4,
(613) 992-9388.
DENIS FORTIER
Deputy Secretary
Le chapitre 19 de l’Accord de libre-échange nord-américain
substitue à l’examen judiciaire national des décisions rendues en
matière de droits antidumping et compensateurs touchant les produits importés du territoire d’un pays de l’ALÉNA, une procédure
de révision par des groupes spéciaux binationaux.
De tels groupes spéciaux sont formés lorsqu’une demande de
révision par un groupe spécial est reçue au Secrétariat de
l’ALENA. Ils tiennent lieu d’un tribunal national et examinent,
dans les meilleurs délais, la décision définitive afin de déterminer
si elle est conforme à la législation sur les droits antidumping ou
compensateurs du pays où elle a été rendue.
Conformément à l’article 1904 de l’Accord de libre-échange
nord-américain entré en vigueur le 1er janvier 1994, le gouvernement du Canada, le gouvernement des États-Unis et le gouvernement du Mexique ont établi les Règles de procédure des groupes
spéciaux binationaux formés en vertu de l’article 1904. Ces règles ont été publiées dans la Partie I de la Gazette du Canada le
1er janvier 1994.
Toutes demandes de renseignements, concernant le présent avis
ou les Règles des groupes spéciaux (article 1904 — ALÉNA),
doivent être adressées à la Secrétaire canadienne, Secrétariat
de l’ALENA, Section canadienne, Accord de libre-échange
nord-américain, Édifice de la Banque Royale, Pièce 705, 90, rue
Sparks, Ottawa (Ontario) K1P 5B4, (613) 992-9388.
Le secrétaire adjoint
DENIS FORTIER
[26-1-o]
[26-1-o]
Chapter 19 of the North American Free Trade Agreement establishes a procedure for replacing domestic judicial review of
determinations in anti-dumping and countervailing duty cases
involving imports from a NAFTA country with review by binational panels.
These panels are established, when a Request for Panel Review
is received by the NAFTA Secretariat, to act in place of national
courts to expeditiously review final determinations to determine
whether they are in accordance with the anti-dumping or countervailing duty law of the country that made the determination.
Under Article 1904 of the North American Free Trade Agreement which came into force on January 1, 1994, the Government
of Canada, the Government of the United States and the Government of Mexico established the Rules of Procedure for Article 1904 Binational Panel Reviews. These Rules were published
in the Canada Gazette, Part I, on January 1, 1994.
1934
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
BANK OF CANADA
BANQUE DU CANADA
AMENDMENTS TO BY-LAW NO. 18
MODIFICATIONS AU RÈGLEMENT ADMINISTRATIF No 18
CERTIFICATE
CERTIFICAT
I, L. T. Requard, Corporate Secretary of the Bank of Canada,
hereby certify that, pursuant to subsection 15(2) of the Bank of
Canada Act, the attached amendments to By-law 18 of the Bank
of Canada have been duly approved by the Board of Directors of
the Bank on May 6, 1999, and on June 17, 1999 respectively and
that they have not been amended or rescinded since those dates.
Je, L. T. Requard, secrétaire général de la Banque du Canada,
certifie que, conformément au paragraphe 15(2) de la Loi sur la
Banque du Canada, les modifications au règlement administratif
no 18 de la Banque du Canada, dont copie est jointe au présent
certificat, ont été dûment approuvées par le Conseil d’administration de la Banque le 6 mai 1999 et le 17 juin 1999 respectivement et qu’elles n’ont été ni amendées ni abrogées depuis cette
date.
Ottawa, le 18 juin 1999
Le secrétaire général
L. T. REQUARD
Il est décidé de modifier le règlement administratif no 18, Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque du Canada, en ajoutant le paragraphe 13.6 qui suit. Cette modification
prendra effet au moment de sa publication dans la Gazette du
Canada.
En dépit de toute autre disposition du Régime de pension
complémentaire, le Conseil peut décider que le pourcentage
mentionné à l’alinéa 5.1.2 des Statuts du Régime de pension
soit plus élevé dans le cas du calcul des prestations de pension
complémentaire payables à la retraite, à la cessation d’emploi
ou au décès d’un participant, en vertu des articles cinq, six ou
sept du Régime de pension complémentaire.
Ottawa, June 18, 1999
L. T. REQUARD
Corporate Secretary
It is hereby resolved that By-law 18, the Bank of Canada Supplementary Pension Arrangement, is amended effective upon
publication in the Canada Gazette, by adding the following as
subsection 13.6:
Notwithstanding any other provision of this Arrangement, for
the purposes of calculating the supplementary pension benefit
payable as a result of the retirement, termination of employment or death of a participant as provided pursuant to Section
Five, Six or Seven of the Arrangement, the percentage set out
in paragraph 5.1.2. of the Pension Plan shall be read as such
higher amount as the Board may determine.
Whereas the Board of Directors of the Bank has the authority
under the Bank of Canada Act to pass a by-law to establish a
pension fund for the benefit of its eligible employees and their
dependants;
And whereas the Bank has enacted By-Law 18 to establish a
Supplementary Pension Arrangement;
And whereas the Bank has the authority to amend its by-laws.
It was resolved that:
I. By-Law 18, the Bank of Canada Supplementary Pension Arrangement, be amended by adding the following:
1. Paragraph 2.1.3 — ENHANCED BENEFITS PROGRAM
Any person in respect of whom a contribution is made by the
Bank as described in Section 14 shall, unless already a participant of this Arrangement pursuant to paragraph 2.1.1, become
a participant of this Arrangement.
2. Section Fourteen — ENHANCED PENSION BENEFIT
14.1 DEFINITIONS
In this Section 14:
“EBP” means an enhanced benefits program established by the
Bank which provides for additional pension benefits for eligible participants;
Attendu que, en vertu de la Loi sur la Banque du Canada, le
Conseil d’administration de la Banque du Canada est investi de
l’autorité nécessaire pour établir un règlement instituant un régime de pension dans l’intérêt de ses employés admissibles et des
personnes à leur charge;
Attendu que la Banque a adopté le règlement administratif
no 18 instituant le Régime de pension complémentaire;
Et attendu que la Banque est habilitée à modifier ses règlements administratifs.
Il est décidé que :
I. Le règlement no 18, le Régime de pension complémentaire de
la Banque du Canada, est modifié en ajoutant le texte suivant :
1. Alinéa 2.1.3 — PROGRAMME AMÉLIORÉ
D’AVANTAGES SOCIAUX
Toute personne à l’égard de laquelle la Banque verse une cotisation tel que le décrit l’article 14 devient un adhérent du présent Régime complémentaire à moins qu’elle ne le soit déjà
conformément à l’alinéa 2.1.1.
2. Article quatorze — PRESTATION AMÉLIORÉE DE
PENSION
14.1 DÉFINITIONS
Dans le présent article :
« PAAS » s’entend du programme amélioré d’avantages sociaux établi par la Banque et qui procure des prestations de
pension complémentaires aux adhérents admissibles.
Le 26 juin 1999
“EBP pension benefit” means the increase in a participant’s
supplementary pension benefit described in subsection 14.3;
“EBP salary” for a participant in a particular year means the
job rate for the participant’s job level in effect on a date in that
year determined in accordance with the EBP plus the performance pay that would be payable if the participant’s performance were rated on that date as “meeting objectives”; and
“Net EBP contribution account” means the sum of:
(a) all contributions made to the Arrangement in respect of a
participant pursuant to subsection 14.2, and
(b) interest on the outstanding positive balance of the participant’s net EBP contribution account from time to time;
less the sum of:
(c) all payments of EBP pension benefit under the Arrangement that are in respect of the participant, whether single or
periodic amounts, and
(d) interest on the outstanding negative balance of the participant’s net EBP contribution account from time to time.
Gazette du Canada Partie I
1935
« Prestation de pension en vertu du PAAS » s’entend de la
majoration de la prestation de pension complémentaire d’un
adhérent décrite au paragraphe 14.3.
« Salaire en vertu du PAAS » s’entend, pour un adhérent au
cours d’un exercice en particulier, du taux normal de rémunération du niveau de poste de l’adhérent en vigueur à une date
au cours de l’exercice en question déterminée conformément
au PAAS plus la prime de rendement qui serait payable si le
rendement de l’adhérent était évalué à cette date comme « conforme aux objectifs ».
« Compte net des cotisations au titre du PAAS » désigne la
somme :
a) de toutes les cotisations versées au titre du Régime complémentaire à l’égard d’un adhérent conformément au paragraphe 14.2; et
b) de l’intérêt versé de temps à autre sur le solde positif du
compte net des cotisations au titre du PAAS de l’adhérent;
moins la somme :
c) de tous les versements de la prestation de pension en vertu
du PAAS en vertu du Régime complémentaire à l’égard de
l’adhérent, qu’il s’agisse d’un seul versement ou de versements périodiques, et
d) de l’intérêt versé de temps à autre sur le solde négatif du
compte net des cotisations au titre du PAAS de l’adhérent.
14.2 EBP CONTRIBUTION
14.2 COTISATIONS AU PAAS
In addition to the contributions made by the Bank under subsection 3.3, the Bank shall make contributions to the Arrangement in respect of a participant equal to the amount, if any, designated by the participant in accordance with the EBP.
En plus des cotisations que la Banque verse conformément au
paragraphe 3.3, celle-ci doit verser des cotisations au Régime
complémentaire à l’égard de l’adhérent, égales au montant, le cas
échéant, précisé par l’adhérent conformément au PAAS.
14.3 AMOUNT OF EBP PENSION BENEFIT
14.3 MONTANT DE LA PRESTATION DE PENSION AUX
TERMES DU PAAS
For each year for which the Bank makes a contribution in respect of a participant under subsection 14.2, the participant’s
supplementary pension benefit if any, before adjustments under
this Arrangement, will be increased, by an amount equal to
.08 per cent of the participant’s highest average salary for each
1 per cent of the participant’s EBP salary contributed by the Bank
for that year, prorated for partial percentages.
Pour chaque année au cours de laquelle la Banque verse une
cotisation à l’égard d’un adhérent en vertu du paragraphe 14.2, la
prestation de pension complémentaire de l’adhérent, le cas
échéant, avant les rajustements prévus par le Régime complémentaire, sera majorée d’un montant égal à 0,08 pour cent du traitement moyen le plus élevé de l’adhérent pour chaque 1 % du salaire de l’adhérent en vertu du PAAS que la Banque a versé pour
l’année en question, calculé au prorata dans le cas des pourcentages partiels.
14.4 NET SUPPLEMENTARY CONTRIBUTION ACCOUNT
14.4 COMPTE NET DES COTISATIONS COMPLÉMENTAIRES
Notwithstanding the provisions of subsection 4.1, the net supplementary contribution account of a participant at any time is
equal to the participant’s net EBP contribution account plus the
positive balance, if any, in the participant’s net supplementary
contribution account determined under subsection 4.1.
Nonobstant les dispositions du paragraphe 4.1, le solde du
compte net des cotisations complémentaires de l’adhérent est égal
en tout temps, au solde du compte net des cotisations au titre du
PAAS de l’adhérent, majoré, s’il y a lieu, du solde positif du
compte net des cotisations complémentaires de l’adhérent établi
au paragraphe 4.1.
14.5 EXCEPTIONS
14.5 EXCEPTIONS
Notwithstanding the provisions of subsection 14.4:
(a) for the purposes of determining the single payment under
paragraph 6.2.3 and subsection 7.5, the negative balance in the
participant’s net contribution account under the Pension Plan
will be subtracted only from that portion of the net supplementary contribution account determined under subsection 4.1; and
(b) that part of the supplementary pension benefit or supplementary pension benefit credit payable under subsection 7.1
that is attributable to the increase in the supplementary pension
benefit under subsection 14.3 shall be calculated without reference to subparagraph 7.1.2(a)(ii) of the Pension Plan.
Nonobstant les dispositions du paragraphe 14.4 :
a) aux fins de l’établissement du versement unique en vertu de
l’alinéa 6.2.3 et du paragraphe 7.5, le solde négatif du compte
net des cotisations de l’adhérent en vertu du Régime de pension sera retranché seulement de la partie du solde du compte
net des cotisations complémentaires établie au paragraphe 4.1;
et
b) la partie de la prestation de pension complémentaire ou du
droit à pension complémentaire payable en vertu du paragraphe 7.1 qui est attribuable à la majoration de la prestation de
pension complémentaire en vertu du paragraphe 14.3 est calculée sans tenir compte du sous-alinéa 7.1.2a)(ii) du Régime de
pension.
1936
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
II. This resolution shall take effect upon publication in the Canada Gazette.
II. La présente résolution prendra effet à la date de sa publication
dans la Gazette du Canada.
[26-1-o]
[26-1-o]
CONSTELLATION POWER SOURCE, INC.
CONSTELLATION POWER SOURCE, INC.
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE UNITED
STATES
DEMANDE VISANT L’EXPORTATION D’ÉLECTRICITÉ
AUX ÉTATS-UNIS
By an application dated June 25, 1999, Constellation Power
Source, Inc. (the “Applicant”) has applied to the National Energy
Board (the “Board”) under Division II of Part VI of the National
Energy Board Act (the “Act”) for a ten-year permit to export up
to 700 MW of power and 5 256 GWh of energy annually on a
firm and interruptible basis. The requested duration of this permit
is ten years.
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The Directions
on Procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application
at its offices located at Constellation Power Source, Inc.,
111 Market Place, Suite 500, Baltimore, Maryland 21202 United
States, and provide a copy of the application to any person who
requests a copy. A copy of the application is also available for
viewing during normal business hours in the Board’s library,
444 Seventh Avenue SW, Room 1002, Calgary, Alberta T2P
0X8.
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed
with the Secretary, National Energy Board, 444 Seventh Avenue
SW, Calgary, Alberta T2P 0X8, (403) 292-5503 (Facsimile), and
the Applicant by July 25, 1999.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant.
In particular, the Board is interested in the views of submittors
with respect to:
(a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than that from which the electricity is to be exported;
(b) the impact of the exportation on the environment; and
(c) whether the Applicant has:
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 and 3 of this Notice of Application
and Directions on Procedure shall be filed with the Secretary of
the Board and served on the party that filed the submission by
August 9, 1999.
5. Any reply that the submittors wish to present in response to
item 4 of this Notice of Application and Directions on Procedure
shall be filed with the Secretary of the Board and served on the
Applicant by August 19, 1999.
6. For further information on the procedures governing the
Constellation Power Source, Inc. (le « demandeur ») a déposé
auprès de l’Office national de l’énergie (l’« Office »), aux termes
de la section II de la partie VI de la Loi sur l’Office national de
l’énergie (la « Loi »), une demande datée du 25 juin 1999 en vue
d’obtenir l’autorisation d’exporter 700 mégawatts de puissance et
5 256 gigawattheures par année d’énergie garantie ou interruptible, et ce pendant une période de dix ans.
L’Office souhaite obtenir les points de vue des parties intéressées sur cette demande avant de délivrer un permis ou de recommander au gouverneur en conseil qu’une audience publique soit
tenue. Les instructions relatives à la procédure énoncées ci-après
exposent en détail la démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit déposer et conserver au dossier, aux fins
d’examen public pendant les heures normales de bureau, des copies de la demande, à ses bureaux situés à l’adresse Constellation
Power Source, Inc., 111 Market Place, Suite 500, Baltimore, Maryland 21202 United States, et en fournir une copie à quiconque
en fait la demande. On peut aussi consulter une copie de la demande, pendant les heures normales de bureau, à la bibliothèque
de l’Office, 444, Septième Avenue Sud-Ouest, Pièce 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8.
2. Les parties qui désirent déposer des mémoires doivent le faire
auprès du Secrétaire, Office national de l’énergie, au 444, Septième Avenue Sud-Ouest, Calgary (Alberta) T2P 0X8 (403) 2925503 (télécopieur), et auprès du demandeur, au plus tard le
25 juillet 1999.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tiendra compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. En
particulier, il s’intéresse aux points de vue des déposants sur les
questions suivantes :
a) les conséquences de l’exportation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) les conséquences de l’exportation sur l’environnement;
c) le fait que le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités et
des catégories de services offerts;
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des
conditions aussi favorables que celles indiquées à la demande, à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la
communication de ce fait, manifesté l’intention d’acheter de
l’électricité pour consommation au Canada;
4. Si le demandeur souhaite répondre aux mémoires visés aux
points 2 et 3 du présent avis de demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès du
secrétaire de l’Office et en signifier copie à la partie qui a déposé
le mémoire, au plus tard le 9 août 1999.
5. Si un déposant souhaite répliquer à la réponse visée au point 4
du présent avis de demande et des présentes instructions relatives
à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès du secrétaire de
l’Office et en signifier copie au demandeur au plus tard le 19 août
1999.
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
Board’s examination, contact Michel L. Mantha, Secretary, (403)
299-2714 (Telephone), (403) 292-5503 (Facsimile).
1937
CONSTELLATION POWER SOURCE, INC.
6. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les méthodes
régissant l’examen mené par l’Office, prière de communiquer
avec Michel L. Mantha, secrétaire, (403) 299-2714 (téléphone),
(403) 292-5503 (télécopieur).
CONSTELLATION POWER SOURCE, INC.
[26-1-o]
[26-1-o]
DEPARTMENT OF FISHERIES AND OCEANS
MINISTÈRE DES PÊCHES ET DES OCÉANS
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Department of Fisheries and Oceans hereby gives notice
that an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9 of the said Act, Maurice Coulter-Boisvert, on behalf of the
Department of Fisheries and Oceans, has deposited with the
Minister of Fisheries and Oceans, at Vancouver, British Columbia, and in the office of the District Registrar of the Land Registry
District of New Westminster, at 88 Sixth Street, New Westminster, British Columbia V3L 5B3, under deposit number BN156459, a description of the site and plans of the Brunette
River shallow rock weirs in the Brunette River, approximately
125, 250 and 375 metres upstream of North Road, in New
Westminster.
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment should be directed, not later
than one month from the date of publication of this notice, to the
Regional Director, Navigable Waters Protection Division, Operational Programs, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries
and Oceans, 350–555 West Hastings Street, Vancouver, British
Columbia V6B 5G3.
MAURICE COULTER-BOISVERT
Community Advisor
Le ministère des Pêches et des Océans donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Maurice Coulter-Boisvert, au nom du
ministère des Pêches et des Océans, a, en vertu de l’article 9 de
ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, à
Vancouver (Colombie-Britannique), et au bureau de la publicité
des droits du district d’enregistrement de New Westminster, situé
au 88, Sixième Rue, New Westminster (Colombie-Britannique),
sous le numéro de dépôt BN156459, une description de
l’emplacement et les plans de déversoirs rocheux peu profonds
dans la rivière Brunette, à environ 125, 250 et 375 mètres en
amont du chemin North, à New Westminster.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement doit être
adressée par écrit, dans un délai d’un mois suivant la date de
publication du présent avis, au Directeur régional, Division de la
protection des eaux navigables, Programmes opérationnels, Garde
côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans, 555, rue
Hastings Ouest, Bureau 350, Vancouver (Colombie-Britannique)
V6B 5G3.
Delta, le 18 juin 1999
Le consultant communautaire
MAURICE COULTER-BOISVERT
[26-1-o]
[26-1]
Delta, June 18, 1999
DOMTAR — EDDY SPECIALTY PAPERS
DOMTAR — EDDY SPECIALTY PAPERS
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Domtar — Eddy Specialty Papers, Espanola Division, hereby
gives notice that an application has been made to the Minister of
Fisheries and Oceans under the Navigable Waters Protection Act
for approval of the plans and site of the work described herein.
Under section 9 of the said Act, Domtar — Eddy Specialty Papers
has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans and in
the office of the District Registrar of the Land Registry District of
Sudbury, at 199 Larch Street, Sudbury, Ontario, under deposit
number “Miscellaneous 845”, a description of the site and plans
to replace the existing Bannerman Dam Structure across Onaping
Lake, at Bannerman Creek, comprising 22.5 acres and designated
as Location JL 285 on a plan of record in the Ministry of Natural
Resources, in the Township of Ulster.
La Domtar — Eddy Specialty Papers, division d’Espanola,
donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur
la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et
de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Domtar —
Eddy Specialty Papers a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au bureau de
la publicité des droits du district d’enregistrement de Sudbury,
situé au 199, rue Larch, Sudbury (Ontario), sous le numéro de
dépôt « Miscellaneous 845 », une description de l’emplacement
et les plans des travaux de remplacement du barrage Bannerman
qui traverse le lac Onaping, à la hauteur du ruisseau Bannerman,
qui comprend 22,5 acres et désigné comme étant le site JL 285
sur un plan enregistré au ministère des Ressources naturelles,
dans le canton de Ulster.
Le projet fera l’objet d’un examen préalable en conformité
avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement doit être
And take notice that the project will be subject to review pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation or the environment should be directed, not later than
1938
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
one month from the date of publication of this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries
and Oceans, 201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T
8B1.
Espanola, June 26, 1999
MIKE THIBAULT
adressée par écrit, dans un délai d’un mois suivant la date de
publication du présent avis, au Directeur régional, Garde côtière
canadienne, Ministère des Pêches et des Océans, 201, rue Front
Nord, Bureau 703, Sarnia (Ontario) N7T 8B1.
Espanola, le 26 juin 1999
MIKE THIBAULT
[26-1-o]
[26-1]
ENVIRONMENT AND POLICY SOCIETY (ROYAL
SOCIETY OF CANADA)
SOCIÉTÉ ENVIRONNEMENT ET POLITIQUE (SOCIÉTÉ
ROYALE DU CANADA)
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that SOCIÉTÉ ENVIRONNEMENT ET
POLITIQUE (SOCIÉTÉ ROYALE DU CANADA)/ENVIRONMENT AND POLICY SOCIETY (ROYAL SOCIETY OF CANADA) intends to apply to the Minister of Industry for leave to
surrender its charter, pursuant to the Canada Corporations Act.
BÉATRICE KOWALICZKO
President
Avis est par les présentes donné que la SOCIÉTÉ ENVIRONNEMENT ET POLITIQUE (SOCIÉTÉ ROYALE DU CANADA)/ENVIRONMENT AND POLICY SOCIETY (ROYAL SOCIETY OF CANADA) demandera au ministre de l’Industrie la
permission d’abandonner sa charte en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes.
Montréal, le 8 juin 1999
La présidente
BÉATRICE KOWALICZKO
[26-1-o]
[26-1-o]
Montréal, June 8, 1999
EVANGELINE TRUST COMPANY
SOCIÉTÉ DE FIDUCIE ÉVANGELINE
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE NOM
Notice is hereby given that Evangeline Trust Company intends
to make an application to the Minister of Finance, pursuant to
subsection 220(1) of the Trust and Loan Companies Act, to
change its name to Equisure Trust Company and in French, Société de Fiducie Equisure.
May 27, 1999
TREVOR I. HUGHES
President and Chief Executive Officer
Avis est par les présentes donné que la Société de Fiducie
Évangeline, en vertu du paragraphe 220(1) de la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt, présentera une demande au ministre des
Finances afin de changer son nom à Société de Fiducie Equisure
et en anglais, Equisure Trust Company.
Le 27 mai 1999
Le président et chef de la direction
TREVOR I. HUGHES
[23-4-o]
[23-4-o]
GENERAL INSURANCE COMPANY OF ROYAL BANK
OF CANADA
COMPAGNIE D’ASSURANCE GÉNÉRALE DE LA
BANQUE ROYALE DU CANADA
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE DÉNOMINATION SOCIALE
Notice is hereby given that General Insurance Company of
Royal Bank of Canada intends to make application pursuant to
section 224 of the Insurance Company Act (Canada), to the Minister of Finance for approval to change its name to RBC General
Insurance Company, in English, and to Compagnie d’assurance
générale RBC, in French.
JANIS A. RIVEN
Corporate Secretary
Avis est par les présentes donné que la Compagnie d’assurance
générale de la Banque Royale du Canada se propose de faire une
demande au ministre des Finances, conformément à l’article 224
de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada), afin d’obtenir
l’approbation de changer sa dénomination sociale pour celle de
Compagnie d’assurance générale RBC, en français, et RBC
General Insurance Company, en anglais.
Mississauga, le 26 mai 1999
La secrétaire générale
JANIS A. RIVEN
[24-4-o]
[24-4-o]
Mississauga, May 26, 1999
JAMES RICHARDSON INTERNATIONAL LIMITED
JAMES RICHARDSON INTERNATIONAL LIMITÉE
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Dessau-Soprin inc., on behalf of James Richardson International Limited (JRI), hereby gives notice that an application has
been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
La Dessau-Soprin inc., au nom de la société James Richardson
International Limitée (JRI), donne avis, par les présentes, qu’une
demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des
Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables,
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Dessau-Soprin inc. has deposited with the Minister of Fisheries
and Oceans, and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District of Richelieu, at Sorel, Quebec, under deposit
number 266126, a description of the site and plans of the dredging work to be done at the mouth of the Richelieu River in front
of wharfs 14 and 15 (6 900 m3) and of the partial dumping of the
dredged material (2 000 m3) in a dumping site in Saint-Pierre
Lake located at 46°15′07″ of latitude and at 72°44′51″ of
longitude.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
101 Champlain Boulevard, Québec, Quebec G1K 7Y7.
1939
DESSAU-SOPRIN INC.
BENOIT ALLEN
Project Manager
pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage
décrit ci-après. La Dessau-Soprin inc. a, en vertu de l’article 9 de
ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans et
au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Richelieu, à Sorel (Québec), sous le numéro de dépôt 266126,
une description de l’emplacement et les plans de dragage
à l’embouchure de la rivière Richelieu en face des quais 14 et
15 (6 900 m3) et de déversement partiel du matériel dragué
(2 000 m3) dans une aire de rejet au lac Saint-Pierre située à
46°15′07″ de latitude et à 72°44′51″ de longitude.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 101, boulevard Champlain, Québec (Québec) G1K 7Y7.
Montréal, le 17 juin 1999
DESSAU-SOPRIN INC.
Le chargé de projet
BENOIT ALLEN
[26-1-o]
[26-1-o]
Montréal, June 17, 1999
MUNICIPAL DISTRICT OF CLEARWATER NO. 99
MUNICIPAL DISTRICT OF CLEARWATER NO. 99
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Municipal District of Clearwater No. 99 hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Fisheries
and Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, the Municipal District of Clearwater
No. 99 has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans,
and in the office of the District Registrar of the Land Registry
District of Northern Alberta, at Edmonton, Alberta, under deposit
number 992163057, a description of the site and plans of Blueberry Creek Bridge Replacement over Blueberry Creek, at 12 km
northwest of Eckville on Local Road in front of lot number INE
28-39-04-W5.
Red Deer, June 26, 1999
EXH ENGINEERING SERVICES LTD.
JAMES MORGAN
Professional Engineer
Le Municipal District of Clearwater No. 99 donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Le Municipal District of Clearwater
No. 99 a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du
ministre des Pêches et des Océans, et au bureau de la publicité
des droits du district d’enregistrement de Northern Alberta, à
Edmonton (Alberta), sous le numéro de dépôt 992163057, une
description de l’emplacement et les plans des travaux de remplacement du pont du ruisseau Blueberry, au-dessus du ruisseau
Blueberry, situé à 12 km au nord-ouest de Eckville, sur le chemin
Local, en face du lot no INE 28-39-04-O.5.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement en ce qui
a trait aux compétences fédérales doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia
(Ontario) N7T 8B1.
Red Deer, le 26 juin 1999
EXH ENGINEERING SERVICES LTD.
L’ingénieur
JAMES MORGAN
[26-1-o]
[26-1]
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment as it relates to areas of federal
responsibility, should be directed, not later than one month from
the date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
NATIONAL STEEL CAR LIMITED
WAGON D’ACIER NATIONAL LIMITÉE
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on June 9, 1999, the following documents were deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 9 juin 1999 les
documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada :
1940
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
1. Movable Hypothec dated May 31, 1999, between National
Steel Car Limited/Wagon D’Acier National Limitée, as Debtor,
and The Bank of Nova Scotia and Bank of Montreal, as Secured Parties;
2. Security under subsection 427(1) of the Bank Act on All
Property of Specified Kinds dated June 4, 1999, between National Steel Car Limited/Wagon D’Acier National Limitée, as
Debtor, and The Bank of Nova Scotia, as Secured Party; and
3. Security under subsection 427(1) of the Bank Act on all
Property of Specified Kinds dated June 4, 1999, between National Steel Car Limited/Wagon D’Acier National Limitée, as
Debtor, and Bank of Montreal, as Secured Party.
CASSELS BROCK & BLACKWELL
Solicitors
1. Hypothèque mobilière datée du 31 mai 1999 entre la National
Steel Car Limited/Wagon D’Acier National Limitée, en qualité
de débiteur, et La Banque de Nouvelle-Écosse et la Banque de
Montréal, en qualité de créanciers garantis;
2. Garantie en vertu du paragraphe 427(1) de la Loi sur les
banques sur tous les biens de nature spécifiée en date du 4 juin
1999 entre la National Steel Car Limited/Wagon D’Acier
National Limitée, en qualité de débiteur, et La Banque de
Nouvelle-Écosse, en qualité de créancier garanti;
3. Garantie en vertu du paragraphe 427(1) de la Loi sur les
banques sur tous les biens de nature spécifiée en date du 4 juin
1999 entre la National Steel Car Limited/Wagon D’Acier National Limitée, en qualité de débiteur, et la Banque de Montréal, en qualité de créancier garanti.
Lesdits documents concernent tout l’inventaire maintenu de
temps à autre par la National Steel Car Limited/Wagon D’Acier
National Limitée, un manufacturier, et incluant le matériel roulant
tel qu’il est défini dans la Loi sur les transports au Canada, ses
accessoires et ses équipements connexes et le produit qui en
découle.
Le 15 juin 1999
Les procureurs
CASSELS BROCK & BLACKWELL
[26-1-o]
[26-1-o]
The said documents relate to all inventory from time to time of
National Steel Car Limited/Wagon D’Acier National Limitée, a
manufacturer, which includes rolling stock as defined in the Canada Transportation Act and accessories and appurtenances relating thereto and proceeds thereof.
June 15, 1999
ONTARIO MINISTRY OF NATURAL RESOURCES
MINISTÈRE DES RICHESSES NATURELLES DE
L’ONTARIO
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ontario Ministry of Natural Resources hereby gives notice
that an application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9 of the said Act, the Ontario Ministry of Natural Resources
has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in
the office of the District Registrar of the Land Registry District of
Timiskaming, at Haileybury, Ontario, under deposit number 152,
a description of the site and plans of repairs to Mistinikon Lake
bridge on the Montreal River in the Township of Yarrow.
Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario donne avis,
par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection
des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans, et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement
de Timiskaming, à Haileybury (Ontario), sous le numéro de
dépôt 152, une description de l’emplacement et les plans des travaux de réfection au pont du lac Mistinikon (rivière Montreal,
canton de Yarrow).
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 201, rue Front Nord, Bureau 703, Sarnia
(Ontario) N7T 8B1.
South Porcupine, le 16 juin 1999
MINISTÈRE DES RICHESSES NATURELLES DE
L’ONTARIO
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
201 Front Street N, Suite 703, Sarnia, Ontario N7T 8B1.
South Porcupine, June 16, 1999
ONTARIO MINISTRY OF NATURAL RESOURCES
[26-1-o]
[26-1-o]
PACIFIC & WESTERN TRUST CORPORATION
PACIFIC & WESTERN TRUST CORPORATION
NOTICE OF INTENTION
AVIS D’INTENTION
Notice is hereby given that Pacific & Western Trust Corporation (the “Corporation”), a trust corporation incorporated under
the Business Corporations Act (Saskatchewan), intends to make
an application to the Federal Minister of Finance for letters patent
continuing the Corporation as a trust company under the Trust
Avis est par les présentes donné que la Pacific & Western Trust
Corporation (la « Société »), une société de fiducie constituée
en vertu de la Business Corporations Act (Saskatchewan), a
l’intention de déposer une requête auprès du ministre des Finances fédéral en vue d’obtenir des lettres patentes prorogeant la
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
and Loan Companies Act (Canada) in accordance with subsection 31(2) of that Act.
1941
DAVID R. TAYLOR
President and Chief Executive Officer
Société en tant que société de fiducie régie par la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt (Canada), en vertu du paragraphe 31(2) de ladite loi.
London, le 4 juin 1999
Le président et chef de la direction
DAVID R. TAYLOR
[24-4-o]
[24-4-o]
London, June 4, 1999
PRODUITS FORESTIERS DONOHUE INC.
PRODUITS FORESTIERS DONOHUE INC.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Produits Forestiers Donohue Inc., represented by Mr. Guy
Gauthier, duly mandated, hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Fisheries and Oceans under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Produits Forestiers Donohue Inc. and Guy Gauthier have deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, and in the office
of the District Registrar of the Land Registry District of LacSaint-Jean-Ouest, at Roberval, Quebec, under deposit number 308130, a description of the site and plans of a barge transport project including landing ramps and a ferry-cable over Gouin
Reservoir at latitude 48°43′30″ and longitude 74°38′19″.
La société Produits Forestiers Donohue Inc., représentée par
M. Guy Gauthier, dûment mandaté, donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Pêches et
des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Produits Forestiers Donohue Inc. et
Guy Gauthier ont, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Pêches et des Océans et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de Lac-Saint-JeanOuest, à Roberval (Québec), sous le numéro de dépôt 308130,
une description de l’emplacement et les plans du projet de transport par barge comprenant notamment une installation de rampes
de débarcadère et d’un câble de traille sur le réservoir Gouin, aux
coordonnées suivantes : 48°43′30″ de latitude et 74°38′19″ de
longitude.
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime doit être adressée par écrit, dans
un délai d’un mois suivant la date de publication du présent avis,
au Directeur régional, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 101, boulevard Champlain, Québec (Québec) G1K 7Y7.
Saint-Félicien, le 18 juin 1999
Le coordonnateur de l’environnement
et des communications
GUY GAUTHIER
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation should be directed, not later than one month from the
date of publication of this notice, to the Regional Director,
Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans,
101 Champlain Boulevard, Québec, Quebec G1K 7Y7.
Saint-Félicien, June 18, 1999
GUY GAUTHIER
Environment and Communications Coordinator
[26-1]
[26-1-o]
RAPID TRANSIT PROJECT 2000 LTD.
RAPID TRANSIT PROJECT 2000 LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Rapid Transit Project 2000 Ltd. hereby gives notice that an
application has been made to the Minister of Fisheries and
Oceans under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9 of the said Act, Rapid Transit Project 2000 Ltd. has deposited with the Minister of Fisheries and Oceans, at Vancouver,
British Columbia, and in the office of the District Registrar of the
Land Registry District of New Westminster, British Columbia,
at 88 Sixth Street, New Westminster, under deposit number BN127585, a description of the site and plans of a rapid
transit elevated guideway bridge crossing over the Brunette River
from part of a 3.85 acre portion of Lot No. 1 as shown on
Plan 18447, New Westminster District, to part SR/W18447, Lot
No. 10, SB1, Plan 2620.
Le Rapid Transit Project 2000 Ltd. donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. Le Rapid Transit Project 2000 Ltd. a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Pêches et des Océans, à Vancouver (Colombie-Britannique), et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
New Westminster (Colombie-Britannique), au 88, Sixième Rue,
New Westminster, sous le numéro de dépôt BN127585, une description de l’emplacement et les plans d’une voie élevée du métro
au-dessus de la rivière Brunette, d’une partie des 3,85 acres du lot
no 1, tel qu’il est indiqué sur le plan 18447, district de New
Westminster, jusqu’à la partie SR/W18447, lot no 10, SB1,
plan 2620.
Le projet fait présentement l’objet d’un examen préalable en conformité avec la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
And take notice that the project is presently being screened
pursuant to the Canadian Environmental Assessment Act.
1942
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
TERESA WATTS
Director
Strategic Planning and Market Research
Toute objection aux répercussions que les travaux pourraient
avoir sur la navigation maritime et sur l’environnement doit être
adressée par écrit, dans un délai d’un mois suivant la date de
publication du présent avis, au Directeur régional, Division de la
protection des eaux navigables, Programmes opérationnels, Garde
côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans, 555, rue
Hastings Ouest, Bureau 350, Vancouver (Colombie-Britannique)
V6B 5G3.
Vancouver, le 26 juin 1999
La directrice
Planification stratégique et étude du marché
TERESA WATTS
[26-1-o]
[26-1]
Written objections based on the effect of the work on marine
navigation and on the environment should be directed, not later
than one month from the date of publication of this notice, to the
Regional Director, Navigable Waters Protection Division, Operational Programs, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries
and Oceans, 350–555 West Hastings Street, Vancouver, British
Columbia V6B 5G3.
Vancouver, June 26, 1999
THE TOA-RE INSURANCE COMPANY OF AMERICA
LA COMPAGNIE D’ASSURANCE TOA-RE D’AMÉRIQUE
CHANGE OF NAME
CHANGEMENT DE DÉNOMINATION SOCIALE
Notice is hereby given that The Toa-Re Insurance Company of
America intends to make an application to the Superintendent of
Financial Institutions of Canada, pursuant to section 576 of the
Insurance Companies Act, to change the name under which it
offers reinsurance against risks in Canada to The Toa Reinsurance Company of America, and in French, La Compagnie de
réassurance Toa d’Amérique.
THE TOA-RE INSURANCE COMPANY
OF AMERICA
Avis est par les présentes donné que La Compagnie d’assurance Toa-Re d’Amérique a l’intention de présenter une demande
au surintendant des institutions financières, en vertu de l’article 576 de la Loi sur les sociétés d’assurances, visant à changer
la raison sociale sous laquelle celle-ci est autorisée à garantir
des risques au Canada à La Compagnie de réassurance Toa
d’Amérique, en français, et à The Toa Reinsurance Company of
America, en anglais.
Le 25 mai 1999
LA COMPAGNIE D’ASSURANCE
TOA-RE D’AMÉRIQUE
[23-4-o]
[23-4]
May 25, 1999
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Fisheries and Oceans, Dept. of
Regulations Amending the Boating Restriction
Regulations..............................................................
1944
1943
Page
Pêches et des Océans, min. des
Règlement modifiant le Règlement sur les restrictions
à la conduite des bateaux.........................................
1944
1944
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
Regulations Amending the Boating Restriction
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les
restrictions à la conduite des bateaux
Statutory Authority
Canada Shipping Act
Fondement législatif
Loi sur la marine du Canada
Sponsoring Department
Department of Fisheries and Oceans
Ministère responsable
Ministère des Pêches et des Océans
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Description
This initiative will amend the Boating Restriction Regulations
which are made under Part IX of the Canada Shipping Act. Some
or all of the participating provinces, namely British Columbia,
Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario and Quebec, annually
request amendments to the Regulations for the purpose of improving the safety of navigation and boating activities on specified bodies of water. The restrictions under these Regulations
relate to boats, modes of propulsion, engine power limits, speed
limits and restrictions on the location and time of water-skiing
activities and regattas. Provinces periodically request new restrictions to address evolving safety concerns on their waterways
caused by increased water activities related to population growth
or by new activities such as the appearance of new types of
watercraft.
Alternatives
Description
Il s’agit de modifications courantes apportées au Règlement sur
les restrictions à la conduite des bateaux en vertu de la partie IX
de la Loi sur la marine marchande du Canada visant à garantir la
sécurité de la navigation et des activités de plaisance sur des
cours d’eau précisés, comme demandé annuellement par certaines
ou par toutes les provinces participantes, à savoir, la ColombieBritannique, l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et
le Québec. Les restrictions prévues dans ce règlement concernent
les bateaux, les modes de propulsion, la force maximale des moteurs, les limites de vitesse ainsi que les endroits et moments où
pratiquer le ski nautique et tenir des régates. De temps à autre, les
provinces demandent de nouvelles restrictions afin de mieux cerner l’évolution des dangers sur leurs cours d’eau causée par les
activités nautiques accrues qui sont liées à la croissance de la
population, à de nouvelles activités et à l’arrivée de nouveautés
dans le domaine des embarcations.
Solutions envisagées
Matters of navigation and shipping are within federal jurisdiction and this is the only mechanism that exists to control boating
activities in Canadian waters.
Benefits and Costs
Les questions de navigation et de transport sont de compétence
fédérale et il s’agit là du seul moyen pour en contrôler les activités dans les eaux du Canada.
Avantages et coûts
These restriction measures will enhance boating safety on
specified bodies of water. The only cost to the federal government is in processing the amendments. There are minor costs to
the provinces or municipalities which requested the restrictions
(costs of erecting signs, police enforcement, etc.).
Consultation
Les restrictions rendront la navigation plus sécuritaire sur les
cours d’eau précisés. Les seuls coûts pour le gouvernement fédéral se limitent à ceux liés à l’adoption des modifications. Les
provinces et les municipalités qui demandent les restrictions devront assumer des frais mineurs (coûts liés à l’affichage, au respect de la loi, etc.).
Consultations
Full consultation with local stakeholders has taken place for
each proposed restriction through a local public consultation
process administered by the designated provincial authorities
which have responsibility for overseeing and ensuring regulatory
compliance.
Compliance and Enforcement
Des consultations ont été tenues avec les intervenants locaux
pour chacune des restrictions proposées par le biais d’un processus de consultation public administré par les autorités provinciales désignées ayant la responsabilité de surveiller et d’assurer
la conformité.
Respect et exécution
Enforcement is by way of summary conviction and ticketing by
peace officers as defined in the Boating Restriction Regulations.
Contact
L’exécution se traduit par des infractions punissables par déclaration sommaire de culpabilité et par des amendes imposées
par des agents de la paix, tel qu’il est défini dans le Règlement sur
les restrictions à la conduite des bateaux.
Personne-ressource
Jean Pontbriand, AWEB, Office of Boating Safety, Canadian
Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 200 Kent
Jean Pontbriand, AWEB, Bureau de la sécurité nautique, Garde
côtière canadienne, Ministère des Pêches et des Océans, 200, rue
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1945
Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0E6, (613) 998-1433
(Telephone), (613) 996-8902 (Facsimile).
Kent, 5e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0E6, (613) 998-1433
(téléphone), (613) 996-8902 (télécopieur).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor General in Council,
pursuant to section 562 of the Canada Shipping Act, proposes to
make the annexed Regulations Amending the Boating Restriction
Regulations.
Any interested person may make representations concerning
the proposed Regulations within 15 days after the date of publication of this notice. All such representations must be addressed
to Mr. Jean Pontbriand, AWEB, Office of Boating Safety, Canadian Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, 200 Kent
Street, Ottawa, Ontario K1A 0E6, (613) 998-1433 (Telephone),
(613) 996-8902 (Facsimile), and cite the Canada Gazette, Part I,
and the date of this notice.
Ottawa, June 22, 1999
MARC O’SULLIVAN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est par les présentes donné que le gouverneur général en
conseil, en vertu de l’article 562 de la Loi sur la marine marchande du Canada, se propose de prendre le Règlement modifiant
le Règlement sur les restrictions à la conduite des bateaux, ciaprès.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les 15 jours suivant la date de publication du présent avis, à Monsieur Jean Pontbriand, AWEB, Bureau
de la sécurité nautique, Garde côtière canadienne, Ministère des
Pêches et des Océans, 200, rue Kent, Ottawa (Ontario) K1A 0E6,
(613) 998-1433 (téléphone), (613) 996-8902 (télécopieur). Ils
sont priés d’y citer la Partie I de la Gazette du Canada et la date
de publication du présent avis.
Ottawa, le 22 juin 1999
Le greffer adjoint du Conseil privé
MARC O’SULLIVAN
REGULATIONS AMENDING THE BOATING
RESTRICTION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
RESTRICTIONS À LA CONDUITE DES BATEAUX
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The portion of item 25 of Part II of Schedule I to the
Boating Restriction Regulations1 in column I2 is replaced by
the following:
1
1. La colonne I de l’article 25 de la partie II de l’annexe I
du Règlement sur les restrictions à la conduite des bateaux2 est
remplacée par ce qui suit :
Column I
Colonne I
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
Article
25.
That part of the Ottawa River known as the Des Joachims Generating
Station Tailrace Channel, from a line drawn through points marked by
sign buoys at coordinates 46°11′44.82″ 77°40′56.10″ and 46°11′43.08″
77°40′57.12″, upstream to the Des Joachims Generating Station dam
25.
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada, ou
description
La partie de la rivière des Outaouais, connue sous le nom de Canal de
fuite de la centrale hydroélectrique Des Joachims, qui s’étend à partir
d’une ligne tirée entre des points marqués par des bouées de
signalisation et situés par 46°11′44,82″ 77°40′56,10″ et 46°11′43,08″
77°40′57,12″, en amont jusqu’au barrage de cette centrale
2. Part II of Schedule II to the Regulations is amended by adding the following after item 106:
Column I
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
107.
Natadesleen Lake and Iskut River, between Natadesleen Lake and
Kinaskan Lake
Column II
Local Name
Column III
Column IV
General Location
Location Reference
(Gazetteer of Canada
reference system)
Northwest B.C., Highway 37
57°29′ 130°15′
2. La partie II de l’annexe II du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 106, de ce qui suit :
Colonne I
Article
107.
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada,
ou description
2
Nom local
Lac Natadesleen et rivière Iskut, entre le lac Natadesleen et le
lac Kinaskan
———
1
Colonne II
C.R.C., c. 1407
SOR/98-385
———
1
2
DORS/98-385
C.R.C., ch. 1407
Colonne III
Colonne IV
Lieu approximatif
Coordonnées
géographiques
(Système de référence
du Répertoire
géographique du
Canada)
Route 37, nord-ouest de la C.-B.
57°29′ 130°15′
1946
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
3. The portion of item 10 of Part IV of Schedule II to the
Regulations in column I3 is replaced by the following:
3. La colonne I3 de l’article 10 de la partie IV de l’annexe II
du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Colonne I
Column I
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
Article
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada, ou
description
10.
Retention Ponds, except South Transcona Retention Pond
10.
Étangs Retention, sauf l’étang South Transcona Retention
4. Part VI of Schedule II to the Regulations is amended by adding the following after item 31:
Column I
Column II
Column III
Item
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or description
Local Name
Location reference
(Répertoire toponymique du
Québec, reference system)
32.
33.
Lac Larder
Lac Memphrémagog
(a) within 30 m from shore from a point at coordinates 45°01′23″ 72°13′00″ (Cedarville wharf)
to a point at coordinates 45°01′22″ 72°12′53″ (southeast limit of parc Weir); and
(b) in a triangular area delineated by points at coordinates 45°05′31″ 72°17′38″ (northeast tip
of Vale Perkins wharf), 45°05′32″ 72°17′41″ and 45°05′32″ 72°17′38″
The confluent of the cours d’eau de la Longue-Pointe from a point at coordinates 45°51′10″
71°22′05″, upstream
The confluent of the rivière Coleraine from a point at coordinates 45°56′50″ 71°21′50″,
upstream
Lac Larder
Lac Memphrémagog
48°11′ 77°32′
45°08′ 72°16′
Cours d’eau de la
Longue-Pointe
Rivière Coleraine
45°51′ 71°22′
34.
35.
45°55′ 71°23′
4. La partie VI de l’annexe II du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 31, de ce qui suit :
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Article
Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou description
Nom local
Coordonnées géographiques
(Système de référence du
Répertoire toponymique
du Québec)
32.
33.
Lac Larder
Lac Memphrémagog :
a) à l’intérieur d’une ceinture de 30 m de la berge à partir du point situé par 45°01′23″
72°13′00″ (quai de Cedarville) jusqu’au point situé par 45°01′22″ 72°12′53″ (limite sud-est
du parc Weir);
b) une zone triangulaire délimitée par les points situés par 45°05′31″ 72°17′38″ (extrémité
nord-est du quai de Vale Perkins), 45°05′32″ 72°17′41″ et 45°05′32″ 72°17′38″
Le confluent du cours d’eau de la Longue-Pointe à partir du point situé en amont par
45°51′10″ 71°22′05″
Le confluent de la rivière Coleraine à partir du point situé en amont par 45°56′50″ 71°21′50″
Lac Larder
Lac Memphrémagog
48°11′ 77°32′
45°08′ 72°16′
Cours d’eau de la
Longue-Pointe
Rivière Coleraine
45°51′ 71°22′
34.
35.
45°55′ 71°23′
5. Part I of Schedule III to the Regulations is amended by adding the following after item 152:
Column I
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
153.
Seeley Lake
Column II
Local Name
Column III
Column IV
General Location
Location Reference
(Gazetteer of Canada
Reference System)
New Hazelton
55°10′ 127°40′
5. La partie I de l’annexe III du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 152, de ce qui suit :
Colonne I
Article
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada,
ou description
153.
Lac Seeley
———
3
SOR/90-450
Colonne II
Nom local
———
3
DORS/90-450
Colonne III
Colonne IV
Lieu approximatif
Lieu (Système de
référence du Répertoire
géographique du
Canada)
New Hazelton
55°10′ 127°40′
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1947
6. Part V of Schedule III to the Regulations is amended by adding the following after item 212:
Column I
Item
213.
214.
215.
216.
217.
218.
219.
220.
Column II
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or description
Lac Renaud
Lac Dufour
Lac Fortier
Lac Gilman
Lac Carillon
Lac Vert
Lac Pierre-Paul
Lac Elgin, Décharge du
Local name
Lac Forget
Lac du Cinq
Lac Brière
Lac Gilman
Lac Carillon
Lac Vert
Lac Pierre-Paul
Rivière Maskinongé
Lac Elgin, Décharge du
Column III
Location reference
(Répertoire toponymique du
Québec, reference system)
46°07′ 74°38′
46°08′ 74°38′
46°06′ 74°38′
49°55′ 74°20′
46°51′ 72°12′
45°51′ 74°30′
46°41′ 70°42′
45°47′ 71°21′
6. La partie V de l’annexe III du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 212, de ce qui suit :
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Coordonnées géographiques
(Système de référence du
Répertoire toponymique
du Québec)
Article
Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou description
Nom local
213.
214.
215.
216.
217.
218.
219.
220.
Lac Renaud
Lac Dufour
Lac Fortier
Lac Gilman
Lac Carillon
Lac Vert
Lac Pierre-Paul
Lac Elgin, Décharge du
Lac Forget
Lac du Cinq
Lac Brière
Lac Gilman
Lac Carillon
Lac Vert
Lac Pierre-Paul
Rivière Maskinongé
Lac Elgin, Décharge du
46°07′ 74°38′
46°08′ 74°38′
46°06′ 74°38′
49°55′ 74°20′
46°51′ 72°12′
45°51′ 74°30′
46°41′ 70°42′
45°47′ 71°21′
7. Items 744 and 754 of Part VI of Schedule IV to the Regu7. Les articles 744 et 754 de la partie VI de l’annexe IV du
lations are repealed.
même règlement sont abrogés.
8. Part I of Schedule IV.1 to the Regulations is amended by adding the following after item 23:
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
General Location
(where necessary)
Location reference (Gazetteer
of Canada reference system)
Maximum speed in
km/h over the ground
24.
Cowichan Lake, within 60 m from shore
Lake Cowichan,
Vancouver Island
48°51′13′′ 124°12′10′′
10
8. La partie I de l’annexe IV.1 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 23, de ce qui suit :
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Coordonnées géographiques
(Système de référence du
Répertoire géographique du
Canada)
Vitesse-sol maximale
(km/h)
48°51′13′′ 124°12′10′′
10
Article
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada,
ou description
Lieu approximatif
(si nécessaire)
24.
Lac Cowichan, à l’intérieur d’une ceinture de 60 m de la berge
Lac Cowichan,
île de Vancouver
9. Part II of Schedule IV.1 to the Regulations is amended by adding the following after item 9.2:
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
Specific Location
Location reference (Gazetteer of
Canada reference system)
Maximum speed in
km/h over the ground
9.3
That part of Port Dalhousie Harbour from the lighthouse to a line
drawn from the “all vessels prohibited” sign located 24 m north
of the Heywood Generating Station on the west side of the harbour
and to the “all vessels prohibited” sign located on the east side of
the harbour 70 m north of the existing control structure dam, all
lying within the coordinates set out in column II
43°12′34.5′′
79°15′50′′ to
43°11′55′′
79°15′53′′ to
43°11′55′′
79°15′51′′
43°12′ 79°15′
10
———
4
SOR/95-441
———
4
DORS/95-441
1948
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
9. La partie II de l’annexe IV.1 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 9.2, de ce qui suit :
Colonne I
Article
9.3
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada,
ou description
La partie du havre du Port Dalhousie à partir du phare extérieur
jusqu’à une ligne tracée à partir du paneau qui se lit : “all vessels
prohibited” situé à 24 m au nord de la centrale hydroélectrique de
Heywood, sur le côté ouest du havre, jusqu’au paneau qui se lit :
“all vessels prohibited” situé sur le côté est du havre, à 70 m au
nord du barrage actuel, le tout délimité par les coordonnées
indiquées à la colonne II
Colonne II
Colonne III
Lieu précis
Coordonnées géographiques
(Système de référence du Répertoire Vitesse-sol maximale
géographique du Canada)
(km/h)
43°12′34,5′′
79°15′50′′ à
43°11′55′′
79°15′53′ à
43°11′55′′
79°15′51′′
10. The portion of items 15.1 to 15.3 of Part II of Schedule IV.1 to the Regulations in column I2 is replaced by the
following:
10
10. La colonne I1 des articles 15.1 à 15.3 de la partie II de
l’annexe IV.1 du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
Column I
Item
43°12′ 79°15′
Colonne IV
Colonne I
Name given by the Gazetteer of Canada,
or description
Article
15.1
That part of Lake Simcoe from the outer end of the breakwater at the
development known as Lagoon City up to and including all the manmade canals in that development located in lots 14 and 15, Concessions IV and V, Corporation of the Township of Ramara, Simcoe County
15.1
15.2
That part of the Severn River known locally as the East Branch of the
Severn River (and also known as the Green River) from the most
southern Canadian National railroad bridge near Lake Couchiching
downstream to the confluence with the main flow of the Severn River
that forms the municipal boundary, all lying within the Corporation of
the Township of Ramara as set out in column II
15.2
15.3
That part of the Black River from the Switch Road bridge downstream to
the confluence with the Severn River, lying within the Corporation of
the Township of Ramara as set out in column II
15.3
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada,
ou description
La partie du lac Simcoe depuis la pile de tête du brise-lames située au
lotissement connu sous le nom de Lagoon City jusqu’aux canaux
artificiels de ce lotissement et y compris ceux-ci, situés dans les lots 14
et 15, concessions IV et V, Corporation de la municipalité de Ramara,
comté de Simcoe
La partie de la rivière Severn connue localement sous le nom de bras est
de la rivière Severn (et également connue sous le nom de rivière Green),
à partir du pont ferroviaire du Canadien National le plus au sud, près du
lac Couchiching, en aval du confluent avec le débit principal de la
rivière Severn qui constitue la limite municipale, cette partie étant située
dans le territoire de la Corporation de la municipalité de Ramara aux
coordonnées indiquées à la colonne II
La partie de la rivière Black depuis le pont du chemin Switch en aval du
confluent avec la rivière Severn, cette partie étant située dans le
territoire de la Corporation de la municipalité de Ramara aux
coordonnées indiquées à la colonne II
11. Part II of Schedule IV.1 to the Regulations is amended by adding the following after item 15.3:
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item
Name given by the Gazetteer of Canada, or description
Specific Location
Location reference (Gazetteer
of Canada reference system)
Maximum speed in km/h
over the ground
15.4
That part of Murphy Creek from the mouth of the creek at Lake
Simcoe to Muley Point Road crossing
44°34′53′′
79°18′46′′ to
44°35′25′′
70°18′06′′
44°35′ 79°18′
10
11. La partie II de l’annexe IV.1 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 15.3, de ce qui suit :
Colonne I
Article
15.4
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du
Canada, ou description
La partie du ruisseau Murphy depuis son embouchure, au lac
Simcoe, jusqu’au croisement du chemin Muley Point
———
2
SOR/98-385
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Lieu précis
Coordonnées géographiques
(Système de référence du
Répertoire géographique du
Canada)
Vitesse-sol maximale
(km/h)
44°35′ 79°18′
10
44°34′53′′
79°18′46′′ à
44°35′25′′
70°18′06″
———
1
DORS/98-385
Le 26 juin 1999
12. The portion of item 199 of Part III of Schedule IV.1 to
the Regulations in column I2 is replaced by the following:
Gazette du Canada Partie I
12. La colonne I1 de l’article 199 de la partie III de l’annexe IV.1 du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Column I
Item
199.
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or
description
The lac Leamy navigation channel; that is, that portion of lac Leamy, the
north passage linking lac Leamy to the rivière Gatineau and the part of
the south passage linking lac Leamy to lac de la Carrière delineated by a
line drawn from a point at coordinates 45°27′21′′ 75°43′11′′ to a point at
coordinates 45°27′13′′ 75°43′16′′, thence to a point at coordinates
45°27′08′′ 75°43′19′′, thence to a point at coordinates 45°27′09′
75°43′23′, thence to a point at coordinates 45°27′07′′ 75°43′31′′, thence
to a point at coordinates 45°27′02′′ 75°43′33′′, thence to a point at
coordinates 45°26′59′′ 75°43′30′′, thence to a point at coordinates
45°26′59′′ 75°43′20′′, thence to a point at coordinates 45°26′51′′
75°43′22′′ and thence in a southerly direction to the concrete abutment
supporting the steel arches of the bridge crossing the south passage
linking lac Leamy to lac de la Carrière, on the east side of the passage,
and a line drawn from a point at coordinates 45°27′21″ 75°43′12″ to a
point at coordinates 45°27′14′′ 75°43′16′′, thence to a point at
coordinates 45°27′11′′ 75°43′18′′, thence to a point at coordinates
45°27′07′′ 75°43′32′′, thence to a point at coordinates 45°27′02′′
75°43′35′′, thence to a point at coordinates 45°26′58″ 75°43′30′′, thence
to a point at coordinates 45°26′58′′ 75°43′23′′, thence to a point at
coordinates 45°26′57′′ 75°43′21′′, thence to a point at coordinates
45°26′52′′ 75°43′22′′, thence in a southerly direction to the concrete
abutment supporting the steel arches of the bridge crossing the south
passage linking lac Leamy to lac de la Carrière, on the west side of the
passage
1949
Colonne I
Article
Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou
description
Le chenal de navigation du lac Leamy, à savoir la partie du lac Leamy, le
passage nord reliant le lac Leamy à la rivière Gatineau et la partie du
passage sud reliant le lac Leamy au lac de la Carrière délimités par une
ligne tracée à partir du point situé par 45°27′21′′ 75°43′11′′ jusqu’au
point situé par 45°27′13′′ 75°43′16′′; de là, jusqu’au point situé par
45°27′08′′ 75°43′19′′; de là, jusqu’au point situé par 45°27′09′′
75°43′23″; de là, jusqu’au point situé par 45°27′07′′ 75°43′31′′; de là,
jusqu’au point situé par 45°27′02′′ 75°43′33′′; de là, jusqu’au point
situé par 45°26′59′′ 75°43′30′′; de là, jusqu’au point situé par 45°26′59′′
75°43′20′′; de là, jusqu’au point situé par 45°26′51′′ 75°43′22′′; de là,
vers le sud jusqu’à la culée en béton supportant les arches en acier du
pont franchissant le passage sud reliant le lac Leamy au lac de la
Carrière, sur le côté est du passage, et une ligne tracée à partir du point
situé par 45°27′21′′ 75°43′12″ jusqu’au point situé par 45°27′14″
75°43′16″; de là, jusqu’au point situé par 45°27′11″ 75°43′18″; de là,
jusqu’au point situé par 45°27′07″ 75°43′32″; de là, jusqu’au point situé
par 45°27′02″ 75°43′35″; de là, jusqu’au point situé par 45°26′58″
75°43′30″; de là, jusqu’au point situé par 45°26′58″ 75°43′23″; de là,
jusqu’au point situé par 45°26′57″ 75°43′21″; de là, jusqu’au point situé
par 45°26′52″ 75°43′22″; de là, vers le sud jusqu’à la culée de béton
supportant les arches en acier du pont franchissant le passage sud reliant
le lac Leamy au lac de la Carrière, sur le côté ouest du passage
199.
13. Part III of Schedule IV.1 to the Regulations is amended by adding the following after item 217:
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or description
Local Name
Location reference
Maximum speed
(Répertoire toponymique
in km/h over
du Québec reference system) the ground
218.
Lac Waterloo
Lac Waterloo
45°20′ 72°31′
219.
Lac Matambin
Lac Matambin
(a) within 30 m from the shore; and
(b) on the remaining part of the lake
Lac Aylmer
Lac Aylmer
(a) within 75 m from the high water mark on the entire perimeter of the lake
located on the north side of the Aylmer dam located at a point at coordinates
45°45′35″ 71°24′20″ (see Note 2);
(b) in baie Bullfrog, adjacent to domaine Saint-Laurent, west of a line drawn from
point A at coordinates 45°46′30″ 71°23′15″ and point B at coordinates 45°47′00″
71°22′30″;
(c) in baie Ward, in domaine Saint-Laurent, west of longitude 71°23′05″, between
latitudes 45°47′45″ and 45°47′55″, and at the confluence of rivière Coulombe and
lac Aylmer, west of longitude 71°23′30″ and north of latitude 45°49′25″, and still
in baie Ward, in an area east of longitude 71°22′00″, between latitudes 45°48′45″
and 45°49′25″;
(d) in baie Moose, in the area of the mouth of the cours d’eau de la Longue-Pointe
located west of a line drawn between point A at coordinates 45°51′15″ 71°21′30″
and point B at coordinates 45°51′45″ 71°21′45″ up to the confluence of the cours
d’eau de la Longue-Pointe with lac Aylmer, at a point at coordinates 45°51′10″
71°22′05″;
(e) in that part of the mouth of the rivière Maskinongé located east of longitude
71°21′00″ and south of latitude 45°49′25″, up to the confluence of the rivière
Maskinongé with lac Aylmer at a point at coordinates 45°47′00″ 71°20′45″;
(f) in the mouth of the ruisseau Troisième, east of longitude 71°20′00″ and between
latitudes 45°50′10″ and 45°50′20″;
(g) in the mouth of the ruisseau Jackman, east of longitude 71°20′20″ and between
latitudes 45°50′40″ and 45°50′50″;
(h) inside the marina basin area located between latitudes 45°53′25″ and
45°53′55″, and from the bridge at Highway 112 to the rivière Saint-François rapids
at latitude 45°54′15″;
(i) in the area located between the entrance to the Pansu at latitude 45°55′10″ and
the mouth of the rivière Coleraine at latitude 45°56′50″;
(j) within 100 m of the municipal wharfs, one located north of latitude 45°49′50″
between longitudes 71°23′05″ and 71°23′25″ and the other one located east of
longitude 71°20′15″ between latitudes 45°48′15″ and 45°48′30″; and
(k) within 200 m from the shore of the beaches at
(i) beach 1, east of longitude 71°20′20″ between latitudes 45°49′10″ and
45°50′10″,
220.
———
2
SOR/98-385
———
1
DORS/98-385
10
46°19′50″ 73°32′20″
10
55
44°49′ 71°21′
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
10
1950
Canada Gazette Part I
Column I
Item
221.
222.
223.
224.
June 26, 1999
Column II
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or description
Local Name
(ii) beach 2, east of longitude 71°21′50″ between latitudes 45°46′50″ and
45°47′10″,
(iii) beach 3, south of latitude 45°46′20″ between longitudes 71°22′25″ and
71°22′50″,
(iv) beach 4, adjacent to parc Bellerive, west of longitude 71°22′45″ and north
of latitude 45°49′45″, and
(v) beach 5, adjacent to Camping Lachance, east of longitude 71°22′10″ and
north of latitude 45°49′35″
Lac Memphrémagog
Lac Memphrémagog
(a) within 100 m from the shore (see Note 2); and
(b) the remaining part of the lake
Lac Gagnon
Lac Gagnon
(a) within 70 m from the shore (see Note 2); and
(b) the remaining part of the lake
Rivière-des-Prairies
(a) between a point at coordinates 45°31′32″ 73°53′45″ at île Roussin and a point
at coordinates 45°41′51″ 73°31′25″, at île du Moulin (see Note 2)
(i) within 30 m from the shore, and
(ii) at 30 m or more from the shore, between 21:00 and 07:00;
(b) the portion of the river between the eastern tip of île de Montréal at the
confluence of the fleuve Saint-Laurent and Rivière-des-Prairies at a point at
coordinates 45°42′12″ 73°28′33″ to the Highway 40 bridge at a point at coordinates
45°41′58″ 73°30′31″ (see Note 2)
(i) within 50 m from the shore of île de Montréal, and
(ii) at 50 m or more from the shore of île de Montréal, between 21:00 and 07:00;
(c) the portion of the river from the Highway 40 bridge at a point at coordinates
45°41′58″ 73°30′31″ to the confluence of the Rivière-des-Prairies and lac des Deux
Montagnes at a point at coordinates 45°28′17″ 73°56′20″ (see Note 2)
(i) within 30 m from the shore of île de Montréal, and
(ii) at 30 m or more from the shore of île de Montréal, between 21:00 and 07:00;
(d) within 30 m from the shore of île Bizard from a point at coordinates 45°31′14″
73°52′51″ and a point at coordinates 45°28′30″ 73°56′34″;
(e) within 30 m from the shore of the following islands:
(i) the unnamed islands with their centroids at points at coordinates
45°28′13″ 73°55′03″ 45°28′02″ 73°54′56″ 45°28′42″ 73°52′49″ 45°28′31″
73°52′49″ 45°32′17″ 73°42′53″ 45°30′24″ 73°51′26″ 45°38′17″ 73°36′30″
45°28′06″ 73°54′51″
(ii) île Gagné with its centroid at a point at coordinates 45°38′34″ 73°36′25″
(iii) île Jasmin with its centroid at a point at coordinates 45°29′56″ 73°51′26″
(iv) île Lapierre with its centroid at a point at coordinates 45°38′11″ 73°36′42″
(v) île Mercier with its centroid at a point at coordinates 45°29′00″ 73°52′35″
(vi) île Ménard with its centroid at a point at coordinates 45°29′26″ 73°51′37″
(vii) île Perry with its centroid at a point at coordinates 45°32′51″ 73°41′51″
(viii) île Rochon with its centroid at a point at coordinates 45°38′12″ 73°36′54″
(ix) île aux Chats with its centroid at a point at coordinates 45°30′58″ 73°45′13″
(x) île de Roxboro with its centroid at a point at coordinates 45°30′48″
73°49′11″
(xi) île de la Visitation with its centroid at a point at coordinates 45°34′46″
73°39′40″, and
(xii) île du Cheval de Terre with its centroid at a point at coordinates 45°35′09″
73°39′20″;
(f) within 50 m from the shore of the following islands (see Note 2):
(i) île Bonfoin with its centroid at a point at coordinates 45°42′05″ 73°29′54″,
and
(ii) île Haynes with its centroid at a point at coordinates 45°41′52″ 73°30′06″;
and
(g) outside the areas referred to in paragraphs (a) to (f), between 21:00 and 07:00
Fleuve Saint-Laurent
(a) within 300 m from the shore between points at coordinates 45°25′47″
73°41′36″ and 45°25′29″ 73°39′58″ (see Note 2);
(b) within 50 m from the shore between points at coordinates 45°25′29″ 73°39′57″
at the eastern point of île de Montréal and 45°42′12″ 73°28′33″ at the junction of
the fleuve Saint-Laurent and Rivière-des-Prairies (see Note 2);
(c) within 50 m from the shores of the section of the river where the following
islands are located and within 50 m from the shore of those islands (see Note 2):
(i) île à Jos-Ouellet with its centroid located at a point at coordinates
45°25′15.3″ 73°35′53.1″,
(ii) île aux Chèvres with its centroid located at a point at coordinates
45°25′32.3″ 73°34′46.1″,
(iii) île aux Hérons with its centroid located at a point at coordinates 45°25′24″
73°34′45″,
(iv) île des Sœurs with its centroid located at a point at coordinates 45°27′31.1″
73°33′03.9″,
(v) île Mud Pie with its centroid located at a point at coordinates 45°26′20.0″
73°33′20.8″,
Column III
Column IV
Location reference
Maximum speed
(Répertoire toponymique
in km/h over
du Québec reference system) the ground
45°08′ 72°16′
10
70
46°07′ 75°07′
25
70
45°33′ 73°41′
10
25
10
25
10
25
10
10
10
25
49°40′ 64°30′
10
10
10
Le 26 juin 1999
Column I
Item
225.
226.
Gazette du Canada Partie I
Column II
Column III
1951
Column IV
Location reference
Maximum speed
(Répertoire toponymique
in km/h over
du Québec reference system) the ground
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or description
Local Name
(vi) île Notre-Dame with its centroid located at a point at coordinates
45°29′52.2″ 73°31′23.4″,
(vii) île Rock with its centroid located at a point at coordinates 45°25′48.6″
73°34′12.8″,
(viii) île Sainte-Hélène with its centroid located at a point at coordinates
45°31′06.4″ 73°32′02.4″,
(ix) Les Sept Sœurs with their centroids at points at coordinates
45°25′22.2″ 73°35′16.3″, 45°25′09.8″ 73°35′24.1″, 45°25′13.4″ 73°35′19.2″,
45°25′05.5″ 73°35′18.6″, 45°25′06.9″ 73°35′19.7″, 45°25′10.5″ 73°35′19.9″,
45°25′14.0″ 73°35′25.7″, 45°25′16.2″ 73°35′15.1″, 45°25′15.1″ 73°35′24.9″,
45°25′20.1″ 73°35′14.4″, 45°25′16.6″ 73°35′23.2″, 45°25′18.5″ 73°35′14.4″,
45°25′08.9″ 73°35′21.2″, and
(x) the unnamed islands with their centroids at points at coordinates
45°25′41.8″ 73°35′23.3″, 45°25′57.4″ 73°34′56.6″, 45°28′17.8″ 73°31′53.2″,
45°26′05.7″ 73°34′50.2″, 45°26′28.4″ 73°33′32.8″, 45°25′57.4″ 73°34′59.1″,
45°25′43.5″ 73°35′28.8″, 45°25′46.9″ 73°35′21.9″, 45°25′57.9″ 73°34′57.7″,
45°29′32.3″ 73°31′47.5″, 45°26′03.9″ 73°34′55.7″, 45°31′39.5″ 73°31′55.9″,
45°42′08.7″ 73°28′36.4″, 45°25′50.9″ 73°35′20.2″, 45°25′41.9″ 73°35′25.2″,
45°25′45.3″ 73°35′28.6″, 45°38′50.8″ 73°29′02.9″, 45°25′51.2″ 73°34′24.2″;
and
(d) outside the areas referred to in paragraphs (a) to (c), between 21:00 and 07:00
Lac Saint-Louis
Lac Saint-Louis
45°24′ 73°48′
(a) within 50 m from the shore, between points at coordinates 45°24′12″ 73°57′23″
(Highway 20 bridge) and 45°25′55″ 73°41′37″;
(b) within 50 m from the shores of the following islands (see Note 2):
(i) île Bushy, with its centroid at a point at coordinates 45°25′57″ 73°44′03″,
(ii) île Dixie, with its centroid at a point at coordinates 45°25′54″ 73°43′27″,
(iii) île Dorval, with its centroid at a point at coordinates 45°25′56″ 73°44′31″,
(iv) the unnamed islands with their centroids at points at coordinates
45°24′10″ 73°55′35″, 45°25′24″ 73°51′35″, 45°25′30″ 73°50′06″, 45°25′22″
73°51′40″, 45°25′55″ 73°40′45″, 45°24′12″ 73°55′44″, 45°25′32″ 73°50′05″,
45°25′51″ 73°40′15″; and
(c) outside the areas referred to in paragraphs (a) and (b), between 21:00 and 07:00
Lac des Deux Montagnes
Lac des Deux Montagnes 45°27′ 74°00′
(a) within 50 m from the shores of the following islands (see Note 2):
(i) the unnamed islands with their centroids at points at coordinates
45°24′44.0″ 73°57′55.1″, 45°28′13.3″ 73°56′23.7″, 45°24′20.0″ 73°57′29.7″,
45°24′14.6″ 73°57′21.2″, 45°27′37.5″ 73°56′46.3″, 45°24′50.8″ 73°58′05.8″,
45°27′59.3″ 73°56′36.0″, 45°27′17.7″ 73°56′41.4″, 45°25′08.6″ 73°58′12.7″,
45°25′09.2″ 73°58′17.5″, 45°25′05.7″ 73°58′10.8″, 45°25′26.4″ 73°58′32.2″,
and
(ii) île Girwood, with its centroid at a point at coordinates 45°27′17.1″
73°58′25.7″; and
(b) outside the areas referred to in paragraph (a), between 21:00 and 07:00
25
10
10
25
10
25
13. La partie III de l’annexe IV.1 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 217, de ce qui suit :
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Article Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou description
Nom local
Coordonnées géographiques
(Système de référence
du Répertoire toponymique Vitesse-sol
du Québec)
maximale en km/h
218.
Lac Waterloo
Lac Waterloo
45°20′ 72°31′
219.
Lac Matambin :
a) à l’intérieur d’une ceinture de 30 m de la berge;
b) la partie restante du lac
Lac Matambin
46°19′50″ 73°32′20″
220.
Lac Aylmer :
Lac Aylmer
a) à l’intérieur d’une ceinture de 75 m de la laisse des hautes eaux sur le
périmètre du lac, du côté nord du barrage d’Aylmer situé par 45°45′35″
71°24′20″ (voir note 2);
b) dans la baie Bullfrog, la zone adjacente au Domaine Saint-Laurent, à l’ouest
d’une ligne reliant le point A situé par 45°46′30″ 71°23′15″ et le point B situé par
45°47′00″ 71°22′30″;
c) dans la baie Ward, dans le Domaine Saint-Laurent, à l’ouest de la longitude
71°23′05″, entre les latitudes 45°47′45″ et 45°47′55″, et au confluent de la rivière
Coulombe et du lac Aylmer, à l’ouest de la longitude 71°23′30″ et au nord de la
latitude 45°49′25″, et dans la même baie, la zone à l’est de la longitude 71°22′00″
entre les latitudes 45°48′45″ et 45°49′25″;
d) dans la baie Moose, la partie de l’embouchure du cours d’eau de la LonguePointe située à l’ouest d’une ligne tracée entre le point A situé par 45°51′15″
71°21′30″ et le point B situé par 45°51′45″ 71°21′45″ jusqu’au confluent du
cours d’eau de la Longue-Pointe et du lac Aylmer, au point situé par 45°51′10″
71°22′05″;
Colonne IV
10
10
55
44°49′ 71°21′
10
10
10
10
1952
Canada Gazette Part I
Colonne I
June 26, 1999
Colonne II
Article Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou description
Nom local
e) dans la partie de l’embouchure de la rivière Maskinongé située à l’est de la
longitude 71°21′00″ et au sud de la latitude 45°49′25″, jusqu’au confluent de la
rivière Maskinongé et du lac Aylmer, au point situé par 45°47′00″ 71°20′45″;
f) dans l’embouchure du ruisseau Troisième, à l’est de la longitude 71°20′00″ et
entre les latitudes 45°50′10″ et 45°50′20″;
g) dans l’embouchure du ruisseau Jackman, à l’est de la longitude 71°20′20″ et
entre les latitudes 45°50′40″ et 45°50′50″;
h) à l’intérieur du secteur de la marina, entre les latitudes 45°53′25″ et 45°53′55″,
et à partir du pont de la route 112 jusqu’aux rapides de la rivière Saint-François à
la latitude 45°54′15″;
i) dans la zone comprise entre l’entrée de Pansu à la latitude 45°55′10″ et
l’embouchure de la rivière Coleraine à la latitude 45°56′50″;
j) à l’intérieur d’une ceinture de 100 m des quais municipaux, l’un situé au nord
de la latitude 45°49′50″ entre les longitudes 71°23′05″ et 71°23′25″, et l’autre
situé à l’est de la longitude 71°20′15″ entre les latitudes 45°48′15″ et 45°48′30″;
k) à l’intérieur d’une ceinture de 200 m de la berge, à partir des plages de sable
suivantes :
(i) la plage 1, à l’est de la longitude 71°20′20″ entre les latitudes 45°49′10″ et
45°50′10″,
(ii) la plage 2, à l’est de la longitude 71°21′50″ entre les latitudes 45°46′50″ et
45°47′10″,
(iii) la plage 3, au sud de la latitude 45°46′20″ entre les longitudes 71°22′25″
et 71°22′50″,
(iv) la plage 4, adjacente au parc Bellerive, à l’ouest de la longitude 71°22′45″
et au nord de la latitude 45°49′45″,
(v) la plage 5, adjacente au Camping Lachance, à l’est de la longitude
71°22′10″ et au nord de la latitude 45°49′35″
221.
Lac Memphrémagog :
Lac Memphrémagog
a) à l’intérieur d’une ceinture de 100 m de la berge (voir note 2);
b) la partie restante du lac
222.
Lac Gagnon :
Lac Gagnon
a) à l’intérieur d’une ceinture de 70 m de la berge (voir note 2);
b) la partie restante du lac
223.
Rivière-des-Prairies :
a) entre le point situé par 45°31′32″ 73°53′45″, à l’île Roussin, et le point situé
par 45°41′51″ 73°31′25″, à l’île du Moulin (voir note 2) :
(i) à l’intérieur d’une ceinture de 30 m de la berge,
(ii) à 30 m ou plus de la berge, de 21 h à 7 h;
b) la partie de la rivière entre l’extrémité est de l’île de Montréal au confluent du
fleuve Saint-Laurent et de la Rivière-des-Prairies, au point situé par 45°42′12″
73°28′33″, et le pont de la route 40 au point situé par 45°41′58″ 73°30′31″ (voir
note 2) :
(i) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge de l’île de Montréal,
(ii) à 50 m ou plus de la berge, de l’île de Montréal, de 21 h à 7 h;
c) la partie de la rivière depuis le pont de la route 40 au point situé par 45°41′58″
73°30′31″ jusqu’au confluent de la Rivière-des-Prairies et du lac des Deux
Montagnes au point situé par 45°28′17″ 73°56′20″ (voir note 2) :
(i) à l’intérieur d’une ceinture de 30 m de la berge de l’île de Montréal,
(ii) à 30 m ou plus de la berge, de l’île de Montréal, de 21 h à 7 h;
d) à l’intérieur d’une ceinture de 30 m de la berge de l’île Bizard entre le point
situé par 45°31′14″ 73°52′51″ et le point situé par 45°28′30″ 73°56′34″;
e) à l’intérieur d’une ceinture de 30 m de la berge des îles suivantes :
(i) les îles sans nom dont le point milieu respectif est situé par :
45°28′13″ 73°55′03″, 45°28′02″ 73°54′56″, 45°28′42″ 73°52′49″, 45°28′31″
73°52′49″, 45°32′17″ 73°42′53″, 45°30′24″ 73°51′26″, 45°38′17″ 73°36′30″,
45°28′06″ 73°54′51″,
(ii) île Gagné dont le point milieu est situé par 45°38′34″ 73°36′25″,
(iii) île Jasmin dont le point milieu est situé par 45°29′56″ 73°51′26″,
(iv) île Lapierre dont le point milieu est situé par 45°38′11″ 73°36′42″,
(v) île Mercier dont le point milieu est situé par 45°29′00″ 73°52′35″,
(vi) île Ménard dont le point milieu est situé par 45°29′26″ 73°51′37″,
(vii) île Perry dont le point milieu est situé par 45°32′51″ 73°41′51″,
(viii) île Rochon dont le point milieu est situé par 45°38′12″ 73°36′54″,
(ix) île aux Chats dont le point milieu est situé par 45°30′58″ 73°45′13″,
(x) île de Roxboro dont le point milieu est situé par 45°30′48″ 73°49′11″,
(xi) île de la Visitation dont le point milieu est situé par 45°34′46″ 73°39′40″,
(xii) île du Cheval de Terre dont le point milieu est situé par 45°35′09″
73°39′20″;
f) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m des îles suivantes (voir note 2) :
(i) île Bonfoin dont le point milieu est situé par 45°42′05″ 73°29′54″,
(ii) île Haynes dont le point milieu est situé par 45°41′52″ 73°30′06″;
g) à l’extérieur des ceintures visées aux alinéas a) à f), de 21 h à 7 h
224.
Fleuve Saint-Laurent :
a) à l’intérieur d’une ceinture de 300 m de la berge entre le point situé par
45°25′47″ 73°41′36″ et le point situé par 45°25′29″ 73°39′58″ (voir note 2);
Colonne III
Colonne IV
Coordonnées géographiques
(Système de référence
du Répertoire toponymique Vitesse-sol
du Québec)
maximale en km/h
10
10
10
10
10
10
10
45°08′ 72°16′
10
70
46°07′ 75°07′
25
70
45°33′ 73°41′
10
25
10
25
10
25
10
10
10
25
49°40′ 64°30′
10
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
Colonne I
Colonne II
Article Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou description
Nom local
b) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge entre le point situé par
45°25′29″ 73°39′57″ sur la pointe est de l’île de Montréal et le point situé par
45°42′12″ 73°28′33″ au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la Rivière-desPrairies (voir note 2);
c) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge dans la partie du fleuve où sont
situées les îles suivantes, et à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge de ces
îles (voir note 2) :
(i) île à Jos-0uellet dont le point milieu est situé par 45°25′15,3″ 73°35′53,1″,
(ii) île aux Chèvres dont le point milieu est situé par 45°25′32,3″ 73°34′46,1″,
(iii) île aux Hérons dont le point milieu est situé par 45°25′24″ 73°34′45″,
(iv) île des Sœurs dont le point milieu est situé par 45°27′31,1″ 73°33′03,9″,
(v) île Mud Pie dont le point milieu est situé par 45°26′20,0″ 73°33′20,8″,
(vi) île Notre-Dame dont le point milieu est situé par 45°29′52,2″ 73°31′23,4″
(vii) île Rock dont le point milieu est situé par 45°25′48,6″ 73°34′12,8″,
(viii) île Sainte-Hélène dont le point milieu est situé par 45°31′06,4″
73°32′02,4″,
(ix) Les Sept Sœurs dont le point milieu respectif est situé par :
45°25′22,2″ 73°35′16,3″, 45°25′09,8″ 73°35′24,1″, 45°25′13,4″ 73°35′19,2″,
45°25′05,5″ 73°35′18,6″, 45°25′06,9″ 73°35′19,7″, 45°25′10,5″ 73°35′19,9″,
45°25′14,0″ 73°35′25,7″, 45°25′16,2″ 73°35′15,1″, 45°25′15,1″ 73°35′24,9″,
45°25′20,1″ 73°35′14,4″, 45°25′16,6″ 73°35′23,2″, 45°25′18,5″ 73°35′14,4″,
45°25′08,9″ 73°35′21,2″,
(x) les îles sans nom dont le point milieu respectif est situé par :
45°25′41,8″ 73°35′23,3″, 45°25′57,4″ 73°34′56,6″, 45°28′17,8″ 73°31′53,2″,
45°26′05,7″ 73°34′50,2″, 45°26′28,4″ 73°33′32,8″, 45°25′57,4″ 73°34′59,1″,
45°25′43,5″ 73°35′28,8″, 45°25′46,9″ 73°35′21,9″, 45°25′57,9″ 73°34′57,7″,
45°29′32,3″ 73°31′47,5″, 45°26′03,9″ 73°34′55,7″, 45°31′39,5″ 73°31′55,9″,
45°42′08,7″ 73°28′36,4″, 45°25′50,9″ 73°35′20,2″, 45°25′41,9″ 73°35′25,2″,
45°25′45,3″ 73°35′28,6″, 45°38′50,8″ 73°29′02,9″, 45°25′51,2″ 73°34′24,2″;
d) à l’extérieur des ceintures visées aux alinéas a) à c), de 21 h à 7 h
225.
Lac Saint-Louis :
Lac Saint-Louis
a) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge, entre le point situé par
45°24′12″ 73°57′23″ (pont de la route 20) et le point situé par 45°25′55″
73°41′37″;
b) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge des îles suivantes (voir note 2) :
(i) île Bushy dont le point milieu est situé par 45°25′57″ 73°44′03″,
(ii) île Dixie dont le point milieu est situé par 45°25′54″ 73°43′27″,
(iii) île Dorval dont le point milieu est situé par 45°25′56″ 73°44′31″,
(iv) les îles sans nom dont le point milieu respectif est situé par :
45°24′10″ 73°55′35″, 45°25′24″ 73°51′35″, 45°25′30″ 73°50′06″, 45°25′22″
73°51′40″, 45°25′55″ 73°40′45″, 45°24′12″ 73°55′44″, 45°25′32″ 73°50′05″,
45°25′51″ 73°40′15″;
c) à l’extérieur des ceintures visées aux alinéas a) et b), entre 21 h et 7 h
Lac des
226.
Lac des Deux Montagnes :
Deux Montagnes
a) à l’intérieur d’une ceinture de 50 m de la berge des îles suivantes
(voir note 2) :
(i) les îles sans nom dont le point milieu respectif est situé par :
45°24′44,0″ 73°57′55,1″, 45°28′13,3″ 73°56′23,7″, 45°24′20,0″ 73°57′29,7″,
45°24′14,6″ 73°57′21,2″, 45°27′37,5″ 73°56′46,3″, 45°24′50,8″ 73°58′05,8″,
45°27′59,3″ 73°56′36,0″, 45°27′17,7″ 73°56′41,4″, 45°25′08,6″ 73°58′12,7″,
45°25′09,2″ 73°58′17,5″, 45°25′05,7″ 73°58′10,8″, 45°25′26,4″ 73°58′32,2″,
(ii) île Girwood dont le point milieu est situé par 45°25′17,1″ 73°58′25,7″;
b) à l’extérieur des ceintures visées à l’alinéa a), de 21 h à 7 h
14. Paragraph 63(a)2 of Part V of the English version of
Schedule V to the Regulations is replaced by the following:
63.
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or
description
(a) in the beach and swimming areas delineated by a line running
perpendicular to the shore to a point at coordinates 45°47′45″
71°53′25″, thence to a point at coordinates 45°47′35″ 71°53′30″, and
thence returning perpendicularly to the shore; and
———
2
SOR/98-385
Colonne IV
Coordonnées géographiques
(Système de référence
du Répertoire toponymique Vitesse-sol
du Québec)
maximale en km/h
10
10
25
45°24′ 73°48′
10
10
25
45°27′ 74°00′
25
14. L’alinéa 63a)1 de la partie V de l’annexe V de la version
anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
Column I
Item
Colonne III
1953
Column I
Item
63.
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or
description
(a) in the beach and swimming areas delineated by a line running
perpendicular to the shore to a point at coordinates 45°47′45″
71°53′25″, thence to a point at coordinates 45°47′35″ 71°53′30″, and
thence returning perpendicularly to the shore; and
———
1
DORS/98-385
1954
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
15. Part III of Schedule VI to the Regulations is amended by adding the following after item 80:
Column I
Column II
Column III
Item
Name given by the Répertoire toponymique du Québec, or description
Local name
Location reference (Répertoire toponymique du Québec,
reference system)
81.
Lac Gilman
Lac Gilman
49°55′ 74°20′
15. La partie III de l’annexe VI du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 80, de ce qui suit :
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Article
Nom indiqué dans le Répertoire toponymique du Québec, ou description Nom local
Coordonnées géographiques (Système de référence du
Répertoire toponymique du Québec)
81.
Lac Gilman
49°55′ 74°20′
Lac Gilman
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
16. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
16. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[26-1-o]
[26-1-o]
Le 26 juin 1999
Gazette du Canada Partie I
1955
INDEX
GOVERNMENT NOTICES (Conc.)
Notice of Vacancy
Immigration and Refugee Board ....................................... 1916
No. 26 — June 26, 1999
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
Canned ham and canned pork-based luncheon meat —
Expiry of order...............................................................
Furniture — Determination ...............................................
Maintenance and repair services — Determination...........
Ring-Spun Yarns ...............................................................
Stainless steel round bar — Finding..................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
*Addresses of CRTC offices — Interventions ..................
Decisions
99-132 to 99-150...............................................................
Public Hearing
1999-6 ...............................................................................
Canadian Transportation Agency
Canada Transportation Act
Branch line subsidy payments during 1998.......................
Hazardous Materials Information Review Commission
Hazardous Materials Information Review Act
Appeal Board — Notice of Appeal ...................................
NAFTA Secretariat
Steel wire rod — Completion of panel review ..................
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act
Notice with respect to n-propyl bromide and
bromochloromethane, whether alone or in a mixture ....
Permit No. 4543-2-05987..................................................
Permit No. 4543-2-05990..................................................
Permit No. 4543-2-05991..................................................
Permit No. 4543-2-05992..................................................
Permit No. 4543-2-05998..................................................
Permit No. 4543-2-06000..................................................
Permit No. 4543-2-06003..................................................
Permit No. 4543-2-06014..................................................
Environment, Dept. of the and Dept. of Health
Canadian Environmental Protection Act
Notice concerning the assessment of the priority
substance acrylonitrile ...................................................
Industry, Dept. of
Appointments ....................................................................
Competition Act
Intellectual Property Enforcement Guidelines —
Competition Bureau.......................................................
1920
1919
1919
1922
1922
1923
1923
1925
1931
1931
1933
1860
1861
1862
1864
1865
1866
1868
1869
1871
1873
1875
1877
MISCELLANEOUS NOTICES
Bank of Canada, amendments to By-law No. 18 ..................
Clearwater No. 99, Municipal District of, bridge
replacement over Blueberry Creek, Alta. ..........................
Constellation Power Source, Inc., application to export
electricity to the United States...........................................
Domtar — Eddy Specialty Papers, replacement of the
existing Bannerman Dam Structure across Onaping Lake,
Ont.....................................................................................
ENVIRONMENT AND POLICY SOCIETY (ROYAL
SOCIETY OF CANADA), surrender of charter................
*Evangeline Trust Company, change of name ......................
Fisheries and Oceans, Department of, shallow rock weirs in
the Brunette River, B.C. ....................................................
*General Insurance Company of Royal Bank of Canada,
change of name .................................................................
James Richardson International Limited, dredging work at
the mouth of the Richelieu River and partial dumping in
Saint-Pierre Lake, Que. .....................................................
National Steel Car Limited, documents deposited ................
Ontario Ministry of Natural Resources, repairs to
Mistinikon Lake bridge on the Montreal River, Ont. ........
*Pacific & Western Trust Corporation, notice of intention ..
Produits Forestiers Donohue Inc., barge transport project
over the Gouin Reservoir, Que..........................................
Rapid Transit Project 2000 Ltd., rapid transit elevated
guideway bridge crossing over the Brunette River, B.C. ..
*Toa-Re Insurance Company of America (The), change of
name ..................................................................................
1934
1939
1936
1937
1938
1938
1937
1938
1938
1939
1940
1940
1941
1941
1942
PARLIAMENT
House of Commons
*Filing applications for private bills (1st Session,
36th Parliament) ............................................................ 1918
PROPOSED REGULATIONS
Fisheries and Oceans, Dept. of
Canada Shipping Act
Regulations Amending the Boating Restriction
Regulations.................................................................... 1944
SUPPLEMENTS
Transport, Dept. of
Canada Letters Patent issued to the following port
authorities: Nanaimo Port Authority, North Fraser Port
Authority, Port Alberni Port Authority, Windsor Port
Authority and Thunder Bay Port Authority
1956
Canada Gazette Part I
June 26, 1999
INDEX
AVIS DU GOUVERNEMENT (fin)
Industrie, min. de l’
Nominations ...................................................................... 1875
Loi sur la concurrence
Lignes directrices pour l’application de la loi : Propriété
intellectuelle — Bureau de la concurrence .................... 1877
No 26 — Le 26 juin 1999
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
Banque du Canada, modifications au règlement administratif no 18..........................................................................
Clearwater No. 99, Municipal District of, remplacement du
pont au-dessus du ruisseau Blueberry (Alb.).....................
*Compagnie d’assurance générale de la Banque Royale du
Canada, changement de dénomination sociale ..................
*Compagnie d’assurance Toa-Re d’Amérique (La),
changement de dénomination sociale................................
Constellation Power Source, Inc., demande visant
l’exportation d’électricité aux États-Unis..........................
Domtar — Eddy Specialty Papers, travaux de
remplacement du barrage Bannerman qui traverse le
lac Onaping (Ont.).............................................................
James Richardson International Limitée, dragage à
l’embouchure de la rivière Richelieu et déversement
partiel dans le lac Saint-Pierre (Qué.)................................
Ontario, ministère des Ressources naturelles de l’, travaux
de réfection au pont du lac Mistinikon (rivière Montreal)
[Ont.] .................................................................................
*Pacific & Western Trust Corporation, avis d’intention.......
Pêches et des Océans, ministère des, déversoirs rocheux
peu profonds dans la rivière Brunette (C.-B.) ...................
Produits Forestiers Donohue Inc., projet de transport par
barge sur le réservoir Gouin (Qué.) ...................................
Rapid Transit Project 2000 Ltd., voie élevée du métro
au-dessus de la rivière Brunette (C.-B.) ............................
*Société de Fiducie Évangeline, changement de nom...........
SOCIÉTÉ ENVIRONNEMENT ET POLITIQUE
(SOCIÉTÉ ROYALE DU CANADA), abandon de charte
Wagon D’Acier National Limitée, dépôt de documents .......
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de poste vacant
Commission de l’immigration et du statut de réfugié .......
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement
Avis concernant le bromure de n-propyle et le
bromochlorométhane, seul ou dans un mélange............
Permis no 4543-2-05987....................................................
Permis no 4543-2-05990....................................................
Permis no 4543-2-05991....................................................
Permis no 4543-2-05992....................................................
Permis no 4543-2-05998....................................................
Permis no 4543-2-06000....................................................
Permis no 4543-2-06003....................................................
Permis no 4543-2-06014....................................................
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement
Avis concernant l’évaluation de la substance prioritaire
acrylonitrile....................................................................
1934
1939
1938
1942
1936
1937
1938
1940
1940
1937
1941
1941
1938
COMMISSIONS
Conseil de contrôle des renseignements relatifs aux
matières dangereuses
Loi sur le contrôle des renseignements relatifs aux matières
dangereuses
Commission d’appel — Avis d’appel ...............................
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
*Adresses des bureaux du CRTC — Interventions ...........
Audience publique
1999-6 ...............................................................................
Décisions
99-132 à 99-150 ................................................................
Office des transports du Canada
Loi sur les transports au Canada
Subventions aux embranchements versées au cours de
1998...............................................................................
Secrétariat de l’ALENA
Fils-machine en acier — Fin de la révision par un groupe
spécial............................................................................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Ameublement — Décision ................................................
Barres rondes en acier inoxydable — Conclusions ...........
Fils produits par filature à anneaux ...................................
Jambon en conserve et pain de viande de porc en
conserve — Expiration de l’ordonnance .......................
Services de réparation et d’entretien — Décision .............
1931
1923
1925
1923
1931
1933
1919
1922
1922
1920
1919
1938
1939
PARLEMENT
Chambre des communes
*Demandes introductives de projets de loi privés
(1re session, 36e législature) ........................................... 1918
1916
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Pêches et des Océans, min. des
Loi sur la marine marchande du Canada
Règlement modifiant le Règlement sur les restrictions à
la conduite des bateaux.................................................. 1944
1860
1861
1862
1864
1865
1866
1868
1869
1871
1873
SUPPLÉMENTS
Transports, min. des
Canada Lettres patentes délivrées aux administrations
portuaires suivantes : Administration portuaire de
Nanaïmo, Administration portuaire du North-Fraser,
Administration portuaire de Port-Alberni, Administration portuaire de Windsor et Administration portuaire
de Thunder Bay
Supplement
Canada Gazette, Part I
June 26, 1999
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 26 juin 1999
DEPARTMENT OF
TRANSPORT
MINISTÈRE DES
TRANSPORTS
CANADA
CANADA
Letters Patent issued to the
following port authorities:
Lettres patentes délivrées aux
administrations portuaires suivantes :
NANAIMO PORT AUTHORITY
ADMINISTRATION PORTUAIRE
DE NANAÏMO
ADMINISTRATION PORTUAIRE
DU NORTH-FRASER
ADMINISTRATION PORTUAIRE
DE PORT-ALBERNI
ADMINISTRATION PORTUAIRE
DE WINDSOR
ADMINISTRATION PORTUAIRE
DE THUNDER BAY
NORTH FRASER PORT AUTHORITY
PORT ALBERNI PORT AUTHORITY
WINDSOR PORT AUTHORITY
THUNDER BAY PORT AUTHORITY
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
NANAIMO PORT AUTHORITY
3
ADMINISTRATION PORTUAIRE DE NANAÏMO
BY THE MINISTER OF TRANSPORT:
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS :
WHEREAS subsection 12(l) of the Canada Marine Act provides
that the port authorities set out as an item of Part 1 of the schedule to that Act are automatically continued or deemed to be incorporated on the day on which that item comes into force and
that the Minister of Transport shall issue to them letters patent
that set out the information required by subsection 8(2) of that
Act;
AND WHEREAS the Nanaimo Port Authority is listed as an item
in Part 1 of the schedule in the Canada Marine Act;
AND WHEREAS the Canada Marine Act received Royal Assent
on the 11th day of June, 1998 and comes into force with respect
to the Nanaimo Port Authority on the 1st day of July, 1999;
ATTENDU QUE le paragraphe 12(1) de la Loi maritime du Canada prévoit que les administrations portuaires inscrites à un
article de la partie 1 de l’annexe de la Loi sont automatiquement
prorogées ou réputées constituées en administrations portuaires à
compter de la date d’entrée en vigueur de cet article et que le
ministre des Transports est tenu de leur délivrer des lettres patentes dont le contenu est conforme au paragraphe 8(2) de la Loi;
ATTENDU QUE l’Administration portuaire de Nanaïmo figure à
la partie 1 de l’annexe de la Loi maritime du Canada;
ET ATTENDU QUE la Loi maritime du Canada a reçu la sanction royale le 11e jour de juin 1998 et entre en vigueur à l’égard
de l’Administration portuaire de Nanaïmo le 1er jour de juillet
1999;
SACHEZ qu’en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi maritime
du Canada, par les présentes lettres patentes, la société connue
sous le nom de Commission portuaire de Nanaïmo est automatiquement prorogée en administration portuaire et porte le nom
d’Administration portuaire de Nanaïmo en vertu de la Loi,
comme suit :
NOW KNOW YOU that under the authority of the Canada Marine Act, by these Letters Patent, the corporation known as the
Nanaimo Harbour Commission is automatically continued as a
port authority under the name of the Nanaimo Port Authority
under the Act as follows:
ARTICLE 1
ARTICLE 1
EFFECTIVE DATE, DEFINITIONS AND
INTERPRETATION
DATE D’ENTRÉE EN VIGUEUR, DÉFINITIONS ET
INTERPRÉTATION
1.1 Effective Date. These Letters Patent take effect on the
1st day of July, 1999.
1.2 Definitions. In these Letters Patent, unless the context otherwise requires, terms used herein shall have the meaning ascribed to such terms in the Act and in addition:
“Act” means the Canada Marine Act as amended from time
to time; (Loi)
“Appointing Body” means, in relation to a director, the
body, entity or authority appointing such director; (Organisme de nomination)
“Authority” means the port authority continued by the
Letters Patent; (Administration)
“Board” means the board of directors of the Authority;
(Conseil)
“Borrowing” has the meaning ascribed to such term in
section 9.3; (Emprunts)
“Capital Investment” means in relation to a Subsidiary, an
amount equal to the aggregate of the aggregate potential
liability of the Authority pursuant to the terms of a Permitted
Indemnity or Guarantee and any contribution of cash or
property made by the Authority to such Subsidiary whether
by way of outstanding shareholder loan, subscription for
shares, gift or otherwise, other than contributions by the
Authority to the Subsidiary by way of a lease or licence of
property held or administered by the Authority for fair
market value; (Capital engagé)
“Capitalized Lease Liabilities” means all monetary obligations of the Authority under any leasing or similar
arrangements which, in accordance with GAAP, would be
classified as capitalized leases and the amount of such
obligations for the purposes of calculating Borrowing shall
be the capitalized amount thereof, determined in accordance
with GAAP; (Passif de contrat de location-acquisition)
1.1 Date d’entrée en vigueur. Les présentes Lettres patentes
prennent effet le premier jour de juillet 1999.
1.2 Définitions. Dans les présentes Lettres patentes, sauf si le
contexte exige une autre interprétation, les termes utilisés ont la
même signification que celle qui leur est donnée dans la Loi, et en
outre les définitions suivantes s’appliquent :
« administrateur » Membre du Conseil d’administration.
(director)
« Administrateur représentatif des utilisateurs » Administrateur devant être nommé en vertu de l’alinéa 4.6d). (User
Director)
« Administration » L’administration portuaire prorogée par
les Lettres patentes. (Authority)
« Capital engagé » Relativement à une Filiale, montant correspondant à la somme de l’ensemble du passif éventuel de
l’Administration aux termes d’une Indemnité ou garantie
autorisée et de toute contribution en espèces ou en biens
faite par l’Administration à une Filiale, que ce soit sous
forme de prêt aux actionnaires, de souscription d’actions, de
donation ou autres, à l’exclusion des contributions faites par
l’Administration à la Filiale au moyen d’un bail ou d’un
permis à juste valeur marchande concernant des biens que
possède ou gère l’Administration. (Capital Investment)
« catégories d’utilisateurs » Catégories d’utilisateurs pour
l’application du sous-alinéa 8(2)f)(iv) de la Loi, décrites à
l’Annexe « D ». (classes of users)
« Code de déontologie » Code de déontologie régissant la
conduite des administrateurs et des dirigeants, qui figure à
l’Annexe « E ». (Code of Conduct)
« Comité de déontologie » S’entend au sens du paragraphe 4.16. (Conduct Committee)
« Comité de mise en candidature » Comité décrit aux
paragraphes 4.18 à 4.19. (Nominating Committee)
4
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
“classes of users” means the classes of users for the
purposes of subparagraph 8(2)(f)(iv) of the Act which are
described in the annexed Schedule D; (catégories
d’utilisateurs)
“Code of Conduct” means the code of conduct governing
the conduct of directors and officers set forth in the annexed
Schedule E; (Code de déontologie)
“Conduct Committee” has the meaning ascribed to such
term in section 4.16; (Comité de déontologie)
“Contingent Liability” means any agreement, undertaking or
arrangement by which the Authority guarantees, endorses or
otherwise becomes or is contingently liable upon (by direct
or indirect agreement, contingent or otherwise, to provide
funds for payment, to supply funds to, or otherwise to invest
in, a debtor, or otherwise to assure a creditor against loss)
the indebtedness, obligation or any other liability of any
other person or entity (other than by endorsements of
instruments in the course of collection), or guarantees the
payment of dividends or other distributions. The amount of
any obligation under any Contingent Liability shall (subject
to any limitation set forth therein) be deemed to be the
outstanding principal amount (or maximum principal
amount, if larger) of the debt, obligation or other liability
guaranteed thereby; (Élément de passif éventuel)
“director” means a member of the Board; (administrateur)
“fair market value” means for a good, service, facility or
right, the amount which would be paid or received by an
arm’s length third party acting free from compulsion or
duress in an open market for a comparable good, service,
right or facility available on comparable terms; (juste valeur
marchande)
“Fiscal Year” means the fiscal year of the Authority, as
established by the Authority from time to time; (Exercice)
“GAAP” means generally accepted accounting principles in
Canada; (PCGR)
“Gross Revenue Charge” has the meaning ascribed to such
term in section 6.2; (Frais sur les revenus bruts)
“Her Majesty” means Her Majesty in Right of Canada; (Sa
Majesté)
“Letters Patent” means these letters patent as amended by
supplementary letters patent, if any, and includes any
schedules hereto and thereto; (Lettres patentes)
“Minister” means the Minister of Transport; (Ministre)
“Nominating Committee” means the committee described in
sections 4.18 to 4.19; (Comité de mise en candidature)
“officer” means an officer of the Authority; (dirigeant)
“Permitted Indemnity or Guarantee” means financial
assistance given by the Authority for the benefit of any
Subsidiary, whether by way of indemnity, guarantee or
otherwise which financial assistance must state the
aggregate potential liability of the Authority in dollar terms;
(Indemnité ou garantie autorisée)
“Regulations” means the regulations made under the Act;
(Règlement)
“Significant Legal Proceedings” means legal proceedings
for which the Authority or any Subsidiary has been served
with written notice of the commencement of legal
proceedings where such notice claims damages in excess of
$250,000; (Procédure judiciaire importante)
“Subsidiary” means any wholly-owned subsidiary of the
Authority incorporated from time to time in accordance with
the Act and these Letters Patent; (Filiale)
June 26, 1999
« Conseil » Le conseil d’administration de l’Administration.
(Board)
« Contrat de travail » S’entend au sens du paragraphe 8.4.
(Work Contract)
« dirigeant » Dirigeant de l’Administration. (officer)
« Élément de passif éventuel » Toute entente, tout engagement ou tout arrangement par lequel l’Administration garantit, cautionne ou devient éventuellement responsable (par
entente directe ou indirecte, éventuelle ou autre, de verser
les fonds de paiement, de fournir les fonds ou d’investir des
fonds à un débiteur, ou encore d’assurer un créancier contre
la perte) de la dette, de l’obligation ou d’un élément de passif de toute personne ou entité (autrement que par endossement des instruments au moment de la perception), ou garantit le paiement de dividendes ou autre distribution. Le
montant de toute obligation prévue à l’Élément de passif
éventuel (sous réserve des limites qui y sont prévues) est réputé être le montant du solde du principal (ou montant
maximal du principal, s’il est plus élevé) de la dette, de
l’obligation ou de l’élément de passif garanti dans le document. (Contingent Liability)
« Emprunts » S’entend au sens du paragraphe 9.3.
(Borrowing)
« Exercice » Exercice de l’Administration, tel que déterminé
par cette dernière de temps à autre. (Fiscal Year)
« Filiale » Filiale à cent pour cent de l’Administration
constituée de temps à autre en vertu de la Loi et des présentes Lettres patentes. (Subsidiary)
« Frais sur les revenus bruts » S’entend au sens du paragraphe 6.2. (Gross Revenue Charge)
« Indemnité ou garantie autorisée » Aide financière qu’accorde l’Administration aux Filiales, sous forme d’indemnité,
de garantie ou autrement, et qui fait état de l’ensemble du
passif éventuel de l’Administration en dollars. (Permitted
Indemnity or Guarantee)
« juste valeur marchande » Relativement à un bien, un
service, une installation ou un droit, le montant qui serait
payé ou reçu par une tierce partie sans lien de dépendance et
agissant sans contrainte dans un marché libre, pour un bien,
un service, une installation ou un droit comparable disponible à des conditions comparables. (fair market value)
« Lettres patentes » Les présentes lettres patentes telles que
modifiées par lettres patentes supplémentaires, le cas
échéant, et comprenant leurs annexes respectives. (Letters
Patent)
« Loi » La Loi maritime du Canada telle que modifiée. (Act)
« Ministre » Le ministre des Transports. (Minister)
« Organisme de nomination » À l’égard d’un administrateur, l’organisme, l’entité ou l’autorité qui l’a nommé. (Appointing Body)
« Passif de contrat de location-acquisition » Toute obligation monétaire de l’Administration aux termes d’une entente
de location ou entente semblable qui, conformément aux
PCGR, serait considérée comme un contrat de locationacquisition, et le montant de ces obligations pour les fins du
calcul des Emprunts est le montant capitalisé de ces
derniers, déterminé conformément aux PCGR. (Capitalized
Lease Liabilities)
« PCGR » S’entend des principes comptables généralement
reconnus au Canada. (GAAP)
« Procédure judiciaire importante » S’entend des procédures
dont avis écrit a été signifié à l’Administration ou toute
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
“Sufficient Return” means monies paid to the Authority in a
Fiscal Year by a Subsidiary in which the Authority has made
a Capital Investment in an amount no less than the annual
yield which would have been received by the Authority had
it invested an amount equal to the Capital Investment, less
the amount of the aggregate potential liability of the
Authority pursuant to the terms of any Permitted Indemnity
or Guarantee, if any, comprised in such Capital Investment,
in non-callable Government of Canada bonds, issued at par,
in Canada on the closest issue date to the date upon which
the Capital Investment was made by the Authority and
maturing ten years from the date of issue; (Rendement
suffisant)
“User Director” means a director to be appointed pursuant to
subsection 4.6(d). (Administrateur représentatif des
utilisateurs)
“Work Contract” has the meaning ascribed to such term in
section 8.4. (Contrat de travail)
5
1.3 Conflicts with Act or Regulations. If there is any conflict
between the Letters Patent and the Act or Regulations, the Act or
Regulations shall prevail.
1.4 Conflicts with By-laws. If there is any conflict between the
Letters Patent and the by-laws of the Authority, the Letters Patent
shall prevail.
Filiale si l’avis du début des procédures indique une réclamation de dommages-intérêts de plus de 250 000 $. (Significant Legal Proceedings)
« Règlement » Règlement pris en application de la Loi.
(Regulations)
« Rendement suffisant » Au cours d’un Exercice, montants
versés à l’Administration par une Filiale dans laquelle
l’Administration a mis du Capital engagé dont le montant
correspond au moins au rendement annuel que l’Administration aurait reçu si elle avait investi un montant équivalent,
moins l’ensemble du passif éventuel de l’Administration
aux termes de toute Indemnité ou garantie autorisée, si le
Capital engagé en comportait, dans des obligations non
remboursables du gouvernement du Canada, émises au pair
au Canada à la date d’émission la plus rapprochée de la date
à laquelle l’Administration a mis son Capital engagé et
venant à échéance dix ans après la date d’émission. (Sufficient Return)
« Sa Majesté » Sa Majesté du chef du Canada. (Her
Majesty)
1.3 Conflit avec la Loi ou un Règlement. En cas de conflit entre les Lettres patentes et la Loi ou un Règlement, la Loi ou le
Règlement a préséance.
1.4 Conflit avec des règlements administratifs. En cas de
conflit entre les Lettres patentes et les règlements administratifs
de l’Administration, les Lettres patentes ont préséance.
ARTICLE 2
ARTICLE 2
DESCRIPTION OF AUTHORITY
DESCRIPTION DE L’ADMINISTRATION
2.1 Name of Authority. The corporate name of the Authority is
the Nanaimo Port Authority.
2.2 Registered Office of Authority. The registered office of the
Authority is located at 104 Front Street, Nanaimo, British Columbia V9R 5K4.
2.1 Dénomination de l’Administration. La dénomination
sociale de l’Administration est : Administration portuaire de
Nanaïmo.
2.2 Siège social de l’Administration. Le siège social de
l’Administration est situé au 104, rue Front, Nanaïmo (ColombieBritannique) V9R 5K4.
ARTICLE 3
ARTICLE 3
DESCRIPTIONS OF NAVIGABLE WATERS
AND PROPERTY
DESCRIPTIONS DES EAUX NAVIGABLES
ET DES BIENS
3.1 Description of Navigable Waters. The description of the
navigable waters that are within the jurisdiction of the Authority
is set out in Schedule A hereto.
3.2 Description of Federal Real Property. The federal real
property that is managed by the Authority is described in Schedule B hereto.
3.3 Description of Real Property other than Federal Real
Property. The real property other than federal real property, held
or occupied by the Authority is described in Schedule C hereto.
3.1 Description des eaux navigables. Les eaux navigables qui
relèvent de la compétence de l’Administration sont décrites à
l’Annexe « A ».
3.2 Description des immeubles fédéraux. Les immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration sont décrits à
l’Annexe « B ».
3.3 Description des immeubles autres que des immeubles
fédéraux. Les immeubles, autres que des immeubles fédéraux,
qu’occupe ou que détient l’Administration sont décrits à l’Annexe « C ».
3.4 Préclusion concernant les descriptions des biens. Les descriptions des immeubles fédéraux, des immeubles autres que les
immeubles fédéraux et des eaux navigables mentionnées au présent article ne doivent pas être interprétées comme une représentation, une garantie ou une admission et ne doivent pas servir de
préclusion par ou contre une personne relativement au titre de
propriété, y compris un titre autochtone, ou relativement à tout
intérêt bénéficiaire ou autre titre quant à ces immeubles.
3.4 Estoppel Respecting Property Descriptions. The descriptions of federal real property, real property other than federal real
property and navigable waters referred to in this article shall not
be interpreted as a representation, warranty or admission and shall
not operate as an estoppel by or against any person in respect of
title, including aboriginal title, or any beneficial interest in, or any
claim to such property.
6
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
ARTICLE 4
ARTICLE 4
DIRECTORS AND DIRECTORS’ MEETINGS
ADMINISTRATEURS ET RÉUNIONS DU CONSEIL
4.1 General Duties of the Board. The Board is responsible for
the management of the activities of the Authority.
4.2 Qualifications of Directors. The following individuals may
not be directors:
(a) an individual who is a mayor, councillor, officer or
employee of the City of Nanaimo;
(b) an individual who is a member of the legislature of the
province of British Columbia, or an officer or employee
of the public service or of a Crown corporation of the
province of British Columbia;
(c) a Senator or a member of Parliament or an officer or
employee of the federal public service or of a federal
Crown corporation;
(d) an individual who is not a resident Canadian, as defined
in subsection 2(1) of the Canada Business Corporations
Act;
(e) an individual who is a director, officer or employee of a
person who is a user of the port;
(f) an individual who is under eighteen (18) years of age;
(g) an individual who has been declared mentally incompetent by a court in Canada or elsewhere; or
(h) an undischarged bankrupt.
4.1 Pouvoirs généraux du Conseil. Le Conseil est chargé de la
gestion des activités de l’Administration.
4.2 Exclusions. Les personnes suivantes ne peuvent être
administrateurs :
a) le maire, les conseillers, dirigeants et employés de la
ville de Nanaïmo;
b) les députés de la législature de la province de ColombieBritannique et les dirigeants et employés de l’administration publique provinciale ou d’une société d’État
provinciale de Colombie-Britannique;
c) les sénateurs et les députés fédéraux, et les dirigeants et
employés de l’administration publique fédérale ou d’une
société d’État fédérale;
d) les personnes qui ne sont pas résidents canadiens au
sens du paragraphe 2(1) de la Loi canadienne sur les
sociétés par actions;
e) les administrateurs, dirigeants et employés d’un utilisateur du port;
f) les personnes âgées de moins de dix-huit (18) ans;
g) les personnes atteintes d’une déficience mentale qui ont
été reconnues comme telles par un tribunal même
étranger;
h) les faillis non libérés.
4.3 Nombre d’administrateurs. Le Conseil comprend sept (7)
administrateurs.
4.4 Quorum. La majorité des administrateurs en fonction dont la
nomination est communiquée à l’Administration constitue le quorum; lorsque celui-ci est atteint, les administrateurs peuvent exercer leurs fonctions.
4.3 Number of Directors. The Board shall consist of seven (7)
directors.
4.4 Quorum for Meeting of Directors. The quorum necessary
for the transaction of business at a meeting of the Board shall be a
majority of the number of directors in office of which the
Authority has actual knowledge of their appointment. A quorum
of directors may exercise all powers of the Board.
4.5 Manner and Effective Date of Appointment. The appointment of a director shall be effected in such manner and at such
time as the Appointing Body considers appropriate.
4.6 Appointment of Directors. The directors of the Authority
shall be appointed to hold office as follows:
(a) the Governor in Council appoints one (1) individual
nominated by the Minister;
(b) the City of Nanaimo appoints one (1) individual;
(c) the province of British Columbia appoints one (1) individual; and
(d) the Governor in Council appoints the four (4) remaining
individuals nominated by the Minister in consultation
with the users selected by the Minister or with the
classes of users.
4.7 Terms of Directors. The term of each director shall be
three (3) years, provided, however, that:
(a) the initial term of the appointee of the City of Nanaimo
pursuant to subsection 4.6(b) shall be for a period of
one (1) year;
(b) the initial term of the appointee of the province of
British Columbia appointed pursuant to subsection
4.6(c) shall be for a period of two (2) years; and
(c) the initial term of two (2) of the four (4) remaining
individuals nominated by the Minister and appointed by
the Governor in Council pursuant to subsection 4.6(d)
shall be:
(i) for one (1) of the nominees, a period of one (1)
year; and
4.5 Manière et date de prise d’effet de la nomination. La nomination d’un administrateur s’effectue de la manière et au moment jugés appropriés par l’Organisme de nomination.
4.6 Nomination des administrateurs. Les administrateurs sont
nommés en conformité avec les règles suivantes :
a) le gouverneur en conseil nomme un (1) administrateur
dont la nomination est proposée par le Ministre;
b) la ville de Nanaïmo nomme un (1) administrateur;
c) la province de Colombie-Britannique nomme un (1)
administrateur;
d) le gouverneur en conseil nomme les quatre (4) autres
candidats dont la nomination est proposée par le Ministre en consultation avec les utilisateurs qu’il choisit ou
avec les catégories d’utilisateurs.
4.7 Mandat. Les administrateurs sont nommés pour un mandat
de trois (3) ans, cependant :
a) le mandat initial de l’administrateur nommé par la ville
de Nanaïmo conformément à l’alinéa 4.6b) des Lettres
patentes est d’une durée d’un (1) an;
b) le mandat initial de l’administrateur nommé par la
province de Colombie-Britannique conformément à
l’alinéa 4.6c) des Lettres patentes est d’une durée de
deux (2) ans;
c) le mandat initial de deux (2) des quatre (4) autres candidats proposés par le Ministre et nommés par le gouverneur en conseil conformément à l’alinéa 4.6d) des
Lettres patentes est :
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
7
(ii) for the other nominees, a period of two (2) years.
A director appointed to fill a premature vacancy on the Board
shall be appointed by the Appointing Body appointing her or his
predecessor and shall hold office for the unexpired term of her or
his predecessor.
(i) d’une durée d’un (1) an pour un des candidats;
(ii) de deux (2) ans pour l’autre candidat.
L’administrateur nommé pour combler une vacance prématurée
au Conseil est nommé par l’Organisme de nomination de son
prédécesseur; il assume le reste du mandat de son prédécesseur.
4.8 Renewal Term. The term of a director may be renewed once
only; but no person is eligible to be appointed as a director within
twelve (12) months after the expiration of her or his term or renewed term.
4.8 Renouvellement. Le mandat d’un administrateur n’est renouvelable qu’une seule fois; ne sont pas admissibles les personnes dont le mandat d’administrateur ou le mandat renouvelé a
pris fin dans les douze (12) derniers mois.
4.9 Ceasing to Hold Office. A director shall cease to hold office
when:
(a) the director dies or resigns;
(b) the director is removed for cause pursuant to the
provisions of paragraph 19(1)(b) of the Act;
(c) the director is no longer qualified to hold the office of
director under section 4.2 of the Letters Patent; or
(d) the term of office of the director expires.
4.9 Fin du mandat. Le mandat d’un administrateur prend fin en
raison :
a) de son décès ou de sa démission;
b) de sa révocation pour motif valable conformément aux
dispositions de l’alinéa 19(1)b) de la Loi;
c) de son inhabilité à l’exercer, au sens du paragraphe 4.2
des Lettres patentes;
d) de l’expiration de son mandat.
4.10 Resignation of Directors. A director may resign his or her
office as a director by sending to the Authority a written resignation which shall become effective on the date received by the
Authority or on the date specified in the resignation, whichever is
later.
4.10 Démission. Un administrateur peut démissionner de son
poste en envoyant à l’Administration une lettre de démission qui
prend effet à la date à laquelle l’Administration la reçoit ou, le
cas échéant, à la date postérieure qui y est indiquée.
4.11 Removal of Directors. Any director may be removed for
cause at any time pursuant to the provisions of paragraph 19(1)(b)
of the Act.
4.11 Révocation. Le mandat d’un administrateur peut être révoqué pour motif valable conformément aux dispositions de l’alinéa 19(1)b) de la Loi.
4.12 Remuneration of Directors and Chief Executive Officer.
The Board shall fix the remuneration of the directors, the chairperson of the Board and the chief executive officer of the
Authority.
4.13 Chairperson of the Board. The Board shall elect a chairperson of the Board from among its number for a term not exceeding two (2) years, the term being renewable.
4.12 Rémunération des administrateurs et du premier dirigeant. Le Conseil fixe la rémunération des administrateurs, du
président du Conseil et du premier dirigeant de l’Administration.
4.13 Président du Conseil. Le Conseil élit, parmi les administrateurs, le président du Conseil pour un mandat maximal renouvelable de deux (2) ans.
4.14 Appointment of Officers. The Board shall appoint a chief
executive officer, who shall not be a director, and such other officers as the Board considers appropriate.
4.14 Nomination des dirigeants. Le Conseil est tenu de nommer
le premier dirigeant, qui n’est pas un administrateur, et peut
nommer les autres dirigeants, selon qu’il l’estime indiqué.
4.15 Committees of the Board. The Board may appoint from
among its number one or more committees of the Board, however
designated, and may delegate to any such committee any of the
powers of the Board, except that the Board shall not delegate to
any committee the power to:
(a) fill a vacancy in the office of the auditor of the
Authority;
(b) issue debt obligations except in the manner and on the
terms authorized by the Board;
(c) approve the audited financial statements of the
Authority;
(d) adopt, amend or repeal by-laws; or
(e) authorize or ratify any activity carried on or to be carried
on or any power exercised or to be exercised by a
Subsidiary.
4.15 Comités du Conseil. Le Conseil peut nommer, parmi les
administrateurs, un ou plusieurs comités du conseil, quels qu’ils
soient, et leur déléguer ses pouvoirs, à l’exception des pouvoirs
suivants :
a) combler une vacance au poste de vérificateur de
l’Administration;
b) émettre des titres de créance, sauf dans les cas et de la
façon autorisés par le Conseil;
c) approuver
les
états
financiers
vérifiés
de
l’Administration;
d) adopter, modifier ou révoquer les règlements
administratifs;
e) autoriser ou ratifier toute activité exercée ou devant être
exercée ou tout pouvoir exercé ou devant être exercé par
une Filiale.
4.16 Appointment of Conduct Committee. The Board shall
appoint from among its number a committee (the “Conduct
Committee”) comprised of not less than three (3) directors. The
Conduct Committee shall be responsible for administering the
Code of Conduct.
4.16 Création du Comité de déontologie. Le Conseil constitue,
parmi les administrateurs, un comité (ci-après le « Comité de
déontologie ») composé d’au moins trois (3) membres. Le Comité
de déontologie est chargé d’administrer le Code de déontologie.
4.17 Duties of the Board Respecting Appointment of Directors. The Board shall perform the following functions:
(a) develop and annually update a long-term plan for the
composition of the Board, in terms of the optimal
4.17 Fonctions du Conseil relativement à la nomination des
administrateurs. Le conseil d’administration s’acquitte des
fonctions suivantes :
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
8
(b)
(c)
(d)
(e)
combination of skills, background or experience, which
plan shall take into consideration the skills, background
and experience of existing directors, retirement dates
and the strategic direction of the Authority;
at least four (4) months prior to the expiry of the term of
a director appointed by the Governor in Council under
subsection 4.6(a), by the municipality under subsection 4.6(b) or by the province of British Columbia under
subsection 4.6(c) of these Letters Patent, provide notice
to the Appointing Body that the term of its appointee is
about to expire and request an appointment;
at least four (4) months prior to the expiry of the term of
office of a director appointed by the Governor in
Council under subsection 4.6(d) of these Letters Patent,
provide notice to the Minister with a copy to the
Nominating Committee that the term of such appointee
is about to expire and request an appointment;
provide to the Nominating Committee and to each
Appointing Body a current copy of the plan described in
subsection 4.17(a) and of a profile of the skills,
background and experience of the continuing directors;
and
in the event a director ceases to hold office, the
Board shall forthwith provide to the Appointing Body a
request for a new appointment to fill such vacancy
together with a copy of the plan described in subsection 4.17(a) and of the profile described in subsection 4.17(d).
4.18 Members of Nominating Committee. A committee (the
“Nominating Committee”) comprised of one (1) representative
for each class of users listed in Schedule D of these Letters Patent
shall be constituted, and the chair of the Nominating Committee
selected, using the following process:
(a) the Authority shall write
(i) to all users, within six months of the date of these
Letters Patent;
(ii) in the event that a member of the Nominating
Committee resigns or dies, to all users of the class
of users of which such member was the
representative on the Nominating Committee; and
(iii) to all users or to all users of a class of users, on
direction from the chairperson of the Board;
in order to request from each user of the relevant class
of users, a nomination of a person to represent their
class of users on the Nominating Committee, and in
order to communicate a date and time set by the
Authority, by which such nomination shall be received
by the Authority;
(b) a person nominated to be a member of the Nominating
Committee may be a director, officer or employee of a
user;
(c) if, at the date and time communicated by the Authority
under paragraph 4.18(a) only one (1) person is nominated to represent a class of users on the Nominating
Committee, that person shall be a member of the Nominating Committee;
(d) if, at the date and time communicated by the Authority
under paragraph 4.18(a) more than one (1) person is nominated to represent a class of users on the Nominating
June 26, 1999
a) élaborer et mettre à jour chaque année un plan à long
terme, en matière de composition du Conseil, relativement la combinaison optimale de compétences et d’expérience; ce plan prendra en considération les compétences et l’expérience des administrateurs en fonction, la
date d’expiration de leur mandat et l’orientation stratégique de l’Administration;
b) au moins quatre (4) mois avant l’expiration du mandat
d’un administrateur nommé par le gouverneur en conseil
conformément à l’alinéa 4.6a), par la municipalité
conformément à l’alinéa 4.6b) ou par la province de
Colombie-Britannique conformément à l’alinéa 4.6c)
des présentes Lettres patentes, signaler à l’Organisme de
nomination pertinent que le mandat de l’administrateur
qu’il avait nommé au Conseil est sur le point de prendre
fin et demander une nouvelle nomination;
c) au moins quatre (4) mois avant l’expiration du mandat
d’un Administrateur représentant les utilisateurs, conformément à l’alinéa 4.6d) des présentes Lettres patentes, donner un avis au Ministre, avec copie au Comité de
mise en candidature que le mandat de cet administrateur
est sur le point de prendre fin et par cet avis demander
une nouvelle nomination;
d) donner au Comité de mise en candidature et à chaque
Organisme de nomination, une copie à jour du plan décrit à l’alinéa 4.17a) et fournir un profil des compétences et de l’expérience des administrateurs dont le mandat se poursuit;
e) pour le cas où le mandat d’un administrateur prend fin,
le Conseil présente immédiatement à l’Organisme de
nomination une demande de nomination pour combler
cette vacance ainsi qu’une copie du plan décrit à
l’alinéa 4.17a) et du profil décrit à l’alinéa 4.17d).
4.18 Membres du Comité de mise en candidature. Est constitué un comité (ci-après appelé « Comité de mise en candidature ») comprenant un (1) représentant de chaque catégorie
d’utilisateurs figurant à l’Annexe « D » des présentes Lettres patentes et est choisi le président du Comité de mise en candidature
selon le processus suivant :
a) afin de solliciter auprès de chacun des utilisateurs du
port des candidats pour représenter leur catégorie d’utilisateurs au Comité de mise en candidature, et afin de
leur communiquer la date et l’heure d’échéance fixées
par l’Administration pour la présentation de toute
candidature, l’Administration communique par écrit :
(i) avec tous les utilisateurs dans les six mois suivant
l’entrée en vigueur des présentes Lettres patentes;
(ii) avec tous les utilisateurs faisant partie d’une catégorie d’utilisateurs donnée, advenant la démission
ou le décès du membre du Comité de mise en
candidature représentant cette catégorie;
(iii) avec tous les utilisateurs ou avec tous les utilisateurs membres d’une catégorie d’utilisateurs, sur
demande du président du Conseil;
pour solliciter auprès de chacun la candidature d’une
personne pour représenter leur catégorie au Comité de
mise en candidature, et pour communiquer la date et
l’heure d’échéance fixées par l’Administration pour la
présentation des candidatures;
b) la personne dont la candidature est proposée au Comité
de mise en candidature peut être administrateur, dirigeant ou employé d’un utilisateur;
c) si à la date et à l’heure fixées par l’Administration à
l’alinéa 4.18a), une (1) seule personne est mise en
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
9
Committee, the Authority shall facilitate the selection of
one (1) individual as the representative of that class of
users on the Nominating Committee (and the selection
may be made by way of a meeting or telephone poll of
the users of that class of users, or such other selection
process as the class of users considers appropriate);
(e) members of the Nominating Committee shall serve for a
term, which shall not be shorter than the period required
for two (2) User Director nomination processes to take
place in accordance with section 4.19 and shall not be
longer than four (4) years;
(f) in determining the length of a term under subsection (e),
the Nominating Committee shall determine a rotational
method of replacing members, so as to ensure a continuum of experienced Nominating Committee members
and to avoid a complete change, at any point in time, of
all of the members of the Nominating Committee at
once; and
(g) the chair of the Nominating Committee shall be elected
by the members of the Nominating Committee from
among their number.
candidature pour représenter une catégorie d’utilisateurs
au sein du Comité de mise en candidature, cette
personne siège d’office au Comité de mise en
candidature;
d) si à la date et à l’heure fixées par l’Administration à
l’alinéa 4.18a), l’Administration reçoit plus d’une
candidature pour représenter une catégorie d’utilisateurs
au sein du Comité de mise en candidature, l’Administration facilite la sélection d’une (1) personne représentant
cette catégorie d’utilisateurs au sein du Comité de mise
en candidature (cette sélection peut se faire lors d’une
réunion, par sondage téléphonique des utilisateurs de
cette catégorie ou par tout autre processus que la catégorie d’utilisateurs visée juge approprié);
e) le mandat des membres du Comité de mise en candidature doit s’étendre au moins sur la période correspondant aux processus de mise en candidature de deux
(2) Administrateurs représentatifs des utilisateurs conformément au paragraphe 4.19 sans dépasser quatre (4)
ans;
f) pour déterminer la durée du mandat conformément à
l’alinéa e), le Comité de mise en candidature établit une
méthode de remplacement des membres du Comité de
mise en candidature de façon à assurer la continuité de
l’expérience des membres du Comité de mise en
candidature et à éviter le changement complet des
membres du Comité à tout moment;
g) le président du Comité de mise en candidature est élu
parmi les membres du Comité.
4.19 Nomination Process for User Directors. Each class of
users shall be responsible for proposing candidates for one (1)
User Director position. The Nominating Committee shall recommend nominees to the Minister for the positions of User Director
using the following process:
(a) at least four (4) months prior to the expiry of the term of
office of a User Director, or as soon as possible in the
event that a User Director resigns or dies, the Authority
shall call a meeting of the Nominating Committee to
inform the committee of such vacancy or upcoming
vacancy, to inform the committee of the class of users
which is responsible for suggesting candidates for the
relevant User Director position, and to provide to the
committee a list of the members of such class of users;
(b) Authority shall identify for the Nominating Committee
the current active members of the class of users referred
to in subsection 4.19(a) and the Nominating Committee
shall review the list of members and communicate in
writing to the Authority any suggestion for revisions to
the list;
(c) on the direction from the chair of the Nominating
Committee, the Authority shall write to each member of
the class of users in the revised list requesting names of
nominees for the relevant User Director position,
together with such candidates’ resumes, for review and
consideration by the Nominating Committee;
(d) at least two (2) months prior to the expiry of the term of
the User Director position referred to in (a) above, or as
soon as possible in the event that a User Director resigns
or dies, the Nominating Committee shall have reviewed
the nominations received from the particular class of
users and shall recommend no fewer than two (2) names
for the Minister’s consideration, which recommendations should comply with the eligibility criteria
identified in the Act for director positions; and
4.19 Processus de mise en candidature des Administrateurs
représentatifs des utilisateurs. Chaque catégorie d’utilisateurs
est responsable de la proposition de candidatures pour un (1)
poste d’Administrateur représentatif des utilisateurs. Le Comité
de mise en candidature recommande des candidats au Ministre
selon le processus suivant :
a) au moins quatre (4) mois avant l’expiration du mandat
d’un Administrateur représentatif des utilisateurs, ou le
plus tôt possible en cas de démission ou de décès d’un
Administrateur représentatif des utilisateurs, l’Administration convoque une réunion du Comité de mise en
candidature pour l’informer de la vacance, réelle ou
prévue, pour informer le comité de la catégorie d’utilisateurs responsable de la proposition de candidatures à ce
poste d’Administrateur représentatif des utilisateurs, et
pour fournir au comité une liste des membres de cette
catégorie d’utilisateurs;
b) l’Administration identifie pour le Comité de mise en
candidature les membres actifs de la catégorie d’utilisateurs et mentionnée à l’alinéa 4.19a), le Comité de
mise en candidature examine la liste des membres et
communique par écrit à l’Administration toute suggestion de révision à cette liste;
c) à la demande du président du Comité de mise en
candidature, l’Administration communique par écrit
avec chaque membre de la catégorie d’utilisateurs
figurant sur la liste révisée pour solliciter des candidatures au poste d’Administrateur représentatif des
utilisateurs, assorties du curriculum vitæ de ces candidats, qui doivent être présentées à l’examen du Comité
de mise en candidature;
d) au moins deux (2) mois avant l’expiration du mandat de
l’Administrateur représentatif des utilisateurs mentionné
à l’alinéa a) ci-haut ou le plus tôt possible en cas de
démission ou de décès d’un Administrateur représentatif
des utilisateurs, le Comité de mise en candidature
10
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
(e) the Authority shall advise the members of the
Nominating Committee of the decision of the Minister
with respect to the appointment of the User Director
upon such information being made available to the
Authority.
June 26, 1999
4.23 Business Plan. The Authority shall annually submit to the
Minister in respect of itself and each of its Subsidiaries, a five
(5) year business plan containing such information as the Minister
may require, including any material changes in respect of information provided in the previous business plan.
termine l’examen des candidatures présentées par la
catégorie d’utilisateurs visée en tenant compte des
critères d’éligibilité prévues à la Loi à l’égard des postes
d’administrateurs et recommande au moins deux (2)
candidats à l’attention du Ministre;
e) l’Administration informe les membres du Comité de
mise en candidature de la décision du Ministre relativement aux nominations lorsque ces renseignements lui
sont communiqués.
4.20 Portée du processus. Rien dans le processus décrit au paragraphe 4.19 ne vise à déroger, à nuire ou à se substituer à la
consultation, à l’enquête, à la participation ou au processus que le
Ministre choisit d’appliquer pour sélectionner les candidats dont
il propose la nomination conformément aux dispositions de
l’alinéa 14(1)d) de la Loi. En consultation avec les utilisateurs de
l’Administration, le Ministre peut en tout temps, à sa discrétion,
proposer la nomination de personnes aux postes d’Administrateurs représentatifs des utilisateurs autres que celles recommandées par le Comité de mise en candidature pour que le Conseil ait
une composition adéquate en tout temps.
4.21 Procédure relative au Comité de mise en candidature.
Les réunions du Comité de mise en candidature peuvent se tenir
au moment, à l’endroit et de la façon que décident les membres
du Comité de mise en candidature, à condition que l’avis écrit de
la réunion soit donné à chaque membre au moins dix (10) jours
avant la réunion, à moins que tous les membres aient convenu au
préalable de réduire ce délai ou de renoncer à l’avis. Les erreurs
ou les omissions dans l’avis de réunion du Comité de mise en
candidature ou d’ajournement de la réunion du Comité de mise
en candidature, à condition que l’erreur ou l’omission ne soit pas
importante, n’auront ni pour effet d’invalider la réunion ni
d’annuler les délibérations qui s’y déroulent. Tout membre du
comité peut en tout temps renoncer à l’avis de réunion et ratifier,
approuver ou confirmer tout ou partie des délibérations menées à
cette réunion. La majorité des membres en fonction du comité de
mise en candidature constitue le quorum et le Comité de mise en
nomination se gouverne lui-même.
4.22 Fonctions des administrateurs relativement aux contrats. Les administrateurs doivent prendre toutes les mesures
nécessaires pour veiller :
a) à ce que l’Administration et toute Filiale de celle-ci qui
concluent un contrat, y compris un contrat d’emprunt de
fonds, autrement qu’à titre de mandataire de Sa Majesté,
le fassent sous leur propre nom; le contrat doit indiquer
expressément que l’Administration ou la Filiale le conclut pour son propre compte et non à titre de mandataire
de Sa Majesté;
b) à ce que tout contrat de sous-traitance résultant
directement ou indirectement d’un contrat visé à l’alinéa 4.22a) indique expressément que l’Administration
ou la Filiale, selon le cas, a conclu le contrat pour son
propre compte et non à titre de mandataire de Sa
Majesté.
4.23 Plan d’activités. L’Administration présente, tous les ans, au
Ministre un plan quinquennal d’activités et celui de chacune de
ses Filiales, renfermant les renseignements que celui-ci peut exiger, notamment les changements importants à l’égard des renseignements fournis dans le plan d’activités antérieur.
ARTICLE 5
ARTICLE 5
CODE OF CONDUCT
CODE DE DÉONTOLOGIE
5.1 Code of Conduct. The Code of Conduct governing the conduct of the directors and officers is set out in Schedule E hereto.
5.1 Code de déontologie. Le Code de déontologie régissant la
conduite des administrateurs et dirigeants figure à l’Annexe « E »
aux présentes.
4.20 Scope of Process. Nothing in the process described in section 4.19 is intended to or shall derogate from, interfere with, or
substitute for, any consultation, inquiry, public input or process
the Minister chooses to undertake in determining the candidates
to be nominated by the Minister pursuant to provisions of paragraph 14(1)(d) of the Act. The Minister, in consultation with
users, shall at all times have the flexibility and discretion to
nominate as User Directors persons other than those persons recommended by the Nominating Committee to ensure an appropriate mix of Board members at all times.
4.21 Procedure For Nominating Committee. Meetings of the
Nominating Committee may be held at any time and place and in
a manner to be determined by the Nominating Committee, provided that written notice shall be given to each member at least
ten (10) days prior to the meeting subject to all members having
therein agreed to abridge or waive such notice. No error or omission giving notice of any meeting of the Nominating Committee
or any adjourned meeting of the Nominating Committee, provided that such error or omission is not material, shall invalidate
such meeting or make void any proceeding taken thereof and any
member thereof may at any time waive notice of such meeting
and may ratify, approve or confirm any or all proceedings taken
or had thereat. A majority of the serving members of the Nominating Committee shall constitute a quorum and the Nominating
Committee shall be self-governing.
4.22 Duties of Directors Respecting Contracting. The directors
shall take all necessary measures to ensure:
(a) that the Authority and any Subsidiary that enters into a
contract, including a contract for the borrowing of
money, other than as agent of Her Majesty, shall do so
in its own name, and that such contract expressly states
that the Authority or Subsidiary is entering into the
contract on its own behalf and not as agent of Her
Majesty; and
(b) any subcontract arising directly or indirectly from a
contract described in subsection 4.22(a) expressly states
that the Authority or Subsidiary, as the case may be,
enters into the contract on its own behalf and not as
agent of Her Majesty.
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
11
ARTICLE 6
ARTICLE 6
GROSS REVENUE CHARGE
FRAIS SUR LES REVENUS BRUTS
6.1 Interpretation. For the purposes of this article, the following
terms shall have the following meanings:
(a) “Applicable Tax” means, with respect to a particular
Fiscal Year, the aggregate amount of income tax payable
by the Authority and Subsidiaries to Her Majesty but excluding any income tax payable by Subsidiaries whose
Revenue for such Fiscal Year is a Permitted Exclusion
pursuant to paragraph 6.1(d)(ii); (Impôt applicable)
(b) “Calculated Gross Revenue” means, for a particular
Fiscal Year, the amount determined by subtracting the
amount equal to the aggregate of the Permitted Exclusions for such Fiscal Year from the Revenue for such
Fiscal Year; (Revenu brut calculé)
(c) “Disclosure Statement” has the meaning ascribed to
such term in section 6.4; (Déclaration)
(d) “Permitted Exclusions” means:
(i) any gains or losses realized by the Authority or a
Subsidiary on the sale by the Authority or a Subsidiary of federal real property pursuant to the
Federal Real Property Act;
(ii) all Revenue of a Subsidiary, provided that:
(A) the Subsidiary is subject to pay income tax
to Her Majesty on such Revenue; and
(B) the Authority has not, at any time, made a
Capital Investment in or benefiting the Subsidiary in an amount greater than $1,000 or,
if in excess of such amount:
(1) such Capital Investment has yielded a
Sufficient Return to the Authority for
the relevant Fiscal Year; or
(2) the Authority and the Subsidiary are in
compliance with such terms and conditions, including any related to financial
return, imposed by the Minister at the
time the Capital Investment in or benefiting such Subsidiary was made;
(iii) the aggregate amount of all reasonable allowances
and write-offs of receivables which have been
determined by the Authority within the particular
Fiscal Year not to be collectible or likely to be
collectible provided such determination is made
in accordance with GAAP; and
(iv) revenue received in any fiscal year pursuant to
any lease from or management agreement with the
province of British Columbia to the extent that
rent or other payments related to Revenue must be
remitted to the province of British Columbia; and
(Exclusions autorisées)
(e) “Revenue” means the aggregate amount of all revenue
recognized by the Authority and all Subsidiaries in accordance with GAAP. (Revenu)
6.1 Interprétation. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent article :
a) « Impôt applicable » Relativement à un Exercice
donné, montant total d’impôt sur le revenu payable par
l’Administration et les Filiales à Sa Majesté, à l’exclusion de tout impôt sur le revenu payable par les
Filiales dont le Revenu pour l’Exercice visé constitue
une Exclusion autorisée conformément au sousalinéa 6.1d)(ii). (Applicable Tax)
b) « Revenu brut calculé » Relativement à un Exercice
donné, montant obtenu en soustrayant le montant
correspondant à l’ensemble des Exclusions autorisées
pour l’Exercice visé du Revenu pour cet Exercice.
(Calculated Gross Revenue)
c) « Déclaration » S’entend au sens qui lui est donné au
paragraphe 6.4. (Disclosure Statement)
d) « Exclusions autorisées » S’entend de
(i) tout produit ou perte réalisés par l’Administration
ou une Filiale de la vente d’immeubles fédéraux
par l’Administration ou la Filiale conformément à
la Loi sur les immeubles fédéraux;
(ii) tout Revenu d’une Filiale, sous réserve que :
(A) la Filiale doit payer à Sa Majesté de l’impôt
sur ce Revenu;
(B) le Capital engagé à tout moment par l’Administration dans la Filiale ou au profit de
celle-ci ne dépasse pas 1 000 $ ou, s’il dépasse ce montant :
(1) le Capital engagé a donné un Rendement suffisant à l’Administration pour
l’Exercice pertinent;
(2) l’Administration et la Filiale observent
les modalités, notamment celles relatives au rendement financier, qu’a imposées le Ministre au moment où l’Administration a mis le Capital engagé
dans la Filiale ou en a fait profiter
celle-ci;
(iii) le montant global des provisions et radiations raisonnables visant les créances qui, selon l’Administration, ne sont pas recouvrables ou sont peu
susceptibles d’être recouvrables dans l’Exercice
visé, pourvu que les PCGR aient été respectés
au moment de cette détermination;
(iv) revenu reçu au cours de tout Exercice conformément à un bail ou une entente de gestion
conclue avec la province de ColombieBritannique dans la mesure où le loyer ou les
autres paiements liés au revenu doivent être remis
à la province de Colombie-Britannique; (Permitted Exclusions)
e) « Revenu » S’entend du montant global de revenu reconnu par l’Administration et les Filiales conformément
aux PCGR. (Revenue)
6.2 Calcul des Frais sur les revenus bruts. L’Administration est
tenue de payer chaque année au Ministre des frais (ci-après les
« Frais sur les revenus bruts ») pour le maintien en vigueur des
Lettres patentes se chiffrant au total des montants suivants :
a) 2 % des premiers 10 000 000 $ des Revenus bruts
calculés pour l’Exercice auquel les frais s’appliquent;
6.2 Calculation of Gross Revenue Charge. The Authority shall
annually pay to the Minister a charge (the “Gross Revenue Charge”) to maintain the Letters Patent in good standing equal to the
aggregate of the following amounts:
(a) 2% of the first $10,000,000 of Calculated Gross
Revenue for the Fiscal Year to which the charge relates;
12
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
(b) 4% of the amount of any Calculated Gross Revenue
between $10,000,001 and $20,000,000 for the Fiscal
Year to which the charge relates;
(c) 6% of the amount of any Calculated Gross Revenue
between $20,000,001 and $60,000,000 for the Fiscal
Year to which the charge relates;
(d) 4% of the amount of any Calculated Gross Revenue
between $60,000,001 and $70,000,000 for the Fiscal
Year to which the charge relates; and
(e) 2% of the amount of any Calculated Gross Revenue in
excess of $70,000,001 for the Fiscal Year to which the
charge relates;
less Applicable Tax, if any, for the Fiscal Year to which the
charge relates.
6.3 Payment of Gross Revenue Charge. The Authority shall pay
the Gross Revenue Charge for each Fiscal Year to the Minister no
later than ninety (90) days from the end of each Fiscal Year.
6.4 Disclosure Statement. The Authority shall include with every
Gross Revenue Charge payment a disclosure statement (the
“Disclosure Statement”) in the form prescribed by the Minister
from time to time setting forth, inter alia, an itemized list of the
sources of revenue comprising the Calculated Gross Revenue and
Permitted Exclusions.
6.5 Acceptance of Payment by Minister. The acceptance by the
Minister of any Gross Revenue Charge payment made hereunder
or the issuance of a certificate of good standing pursuant to section 6.10 in respect of such payment shall not preclude the Minister from disputing the calculation, inclusion or omission of any
item in connection with the calculation of such Gross Revenue
Charge and adjusting the amount of the Gross Revenue Charge
payable by the Authority in a particular Fiscal Year pursuant to
section 6.7.
6.6 Audit and Inspection. In addition to any disclosure required
under the Act in connection with a special examination respecting
the Authority, the Minister shall be entitled at any time to review
the books, records, systems and practices of the Authority and
Subsidiaries and take copies and extracts from the books and
records of the Authority and Subsidiaries for the purposes of verifying the information contained in the Disclosure Statement provided by the Authority and Subsidiaries to the Minister pursuant
to section 6.4. The Authority and Subsidiaries shall furnish to the
Minister all information in its possession or to which it is entitled
to possession that may be required by the Minister in connection
with an audit and inspection by the Minister.
6.7 Adjustment of Gross Revenue Charge. If an audit and investigation conducted pursuant to section 6.6 or a review by the
Minister of the Disclosure Statement discloses a difference between the amount which in the Minister’s opinion should have
been paid by the Authority as Gross Revenue Charge for a particular Fiscal Year and the amount actually paid by the Authority
for such Fiscal Year, the Minister may readjust the Gross Revenue Charge payable by the Authority for such Fiscal Year. In the
event that the readjustment results in the Authority paying a further amount to the Minister in respect of the Gross Revenue
Charge for a particular Fiscal Year, the Minister shall invoice the
Authority for such amount. The Authority shall pay the Minister
the invoiced amount together with all interest accrued thereon on
or before thirty (30) days following the date of receipt of the
invoice.
6.8 Set-Off. The Minister shall be entitled to set-off any amount
owing to Her Majesty by the Authority against any payment owing to the Authority by the Minister in accordance with the provisions of the Financial Administration Act. If an audit,
June 26, 1999
b) 4 % du montant des Revenus bruts calculés entre
10 000 001 $ et 20 000 000 $ pour l’Exercice auquel les
frais s’appliquent;
c) 6 % du montant des Revenus bruts calculés entre
20 000 001 $ et 60 000 000 $ pour l’Exercice auquel les
frais s’appliquent;
d) 4 % du montant des Revenus bruts calculés entre
60 000 001 $ et 70 000 000 $ pour l’Exercice auquel les
frais s’appliquent;
e) 2 % du montant des Revenus bruts calculés en sus
de 70 000 001 $ pour l’Exercice auquel les frais
s’appliquent;
moins l’Impôt applicable le cas échéant, pour l’Exercice auquel
les frais s’appliquent.
6.3 Paiement des Frais sur les revenus bruts. L’Administration
est tenue de payer au Ministre les Frais sur les revenus bruts d’un
Exercice donné dans les quatre-vingt-dix (90) jours suivant la fin
de cet Exercice.
6.4 Déclaration. Lors du paiement des Frais sur les revenus
bruts, l’Administration est tenue de joindre une déclaration (ciaprès la « Déclaration ») en la forme prescrite de temps à autre
par le Ministre, présentant entre autres une liste détaillée des
sources de revenus composant les Revenus bruts calculés et les
Exclusions autorisées.
6.5 Acceptation du paiement par le Ministre. L’acceptation par
le Ministre du paiement des Frais sur les revenus bruts en vertu
du présent article ou la délivrance d’un certificat de conformité en
vertu du paragraphe 6.10 relativement à ce paiement n’empêche
aucunement le Ministre de contester le calcul, l’inclusion ou
l’omission de certains éléments dans le calcul desdits Frais sur les
revenus bruts et de rajuster le montant des Frais sur les revenus
bruts payables par l’Administration pour un Exercice donné conformément au paragraphe 6.7.
6.6 Vérification et inspection. Outre la Déclaration exigée par la
Loi relativement à un examen spécial visant l’Administration, le
Ministre est habilité en tout temps à examiner les documents,
moyens et méthodes de l’Administration et des Filiales et à prendre des copies et des extraits des documents de l’Administration
et des Filiales pour vérifier les renseignements contenus dans la
Déclaration fournie par l’Administration et les Filiales au Ministre en vertu du paragraphe 6.4. L’Administration et les Filiales
doivent fournir au Ministre tous les renseignements qu’elles possèdent ou qu’elles sont autorisées à posséder dont il peut avoir
besoin pour effectuer la vérification ou l’inspection.
6.7 Rajustement des Frais sur les revenus bruts. Si la vérification et l’enquête menées en vertu du paragraphe 6.6 ou l’examen
de la Déclaration, par le Ministre, révèlent une différence entre le
montant qui, de l’avis du Ministre, aurait dû être payé par l’Administration à titre de Frais sur les revenus bruts et le montant
réellement payé par l’Administration pour l’Exercice, le Ministre
peut rajuster les Frais sur les revenus bruts à payer par l’Administration pour l’Exercice. Advenant que le rajustement entraîne
un paiement additionnel de l’Administration au Ministre relativement aux Frais sur les revenus bruts pour un Exercice donné, le
Ministre doit facturer ce montant à l’Administration. L’Administration doit payer le montant figurant sur la facture ainsi que
tous les intérêts accumulés dans les trente (30) jours suivant réception de la facture.
6.8 Compensation. Le Ministre est habilité à opérer compensation entre tout montant que doit l’Administration à Sa Majesté et
tout paiement qu’il doit à l’Administration conformément aux
dispositions de la Loi sur la gestion des finances publiques. Si
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
13
investigation or review by the Minister contemplated by section 6.7
discloses amounts owed by the Minister to the Authority, the
Authority shall be entitled to set-off such amount against any
payment owed to the Minister by the Authority.
6.9 Interest on Outstanding Amounts. Interest shall accrue annually on any outstanding balance owing to the Minister in respect of a Gross Revenue Charge payment or any payment to be
made by the Authority or the Minister in connection with a readjustment of a Gross Revenue Charge payment, at the interest rate
equal to the prime rate of interest established by the Bank of Canada from time to time plus 2%.
6.10 Certificate of Good Standing. Forthwith, upon receipt from
the Authority of the full amount of the Gross Revenue Charge for
a particular Fiscal Year, the Minister shall issue to the Authority a
certificate of good standing in a form to be determined by the
Minister confirming that the Letters Patent are in good standing
as of the date of the certificate. Provided there are no amounts
owing to the Minister by the Authority under this article 6, including any amounts owed pursuant to an adjustment of the Gross
Revenue Charge under section 6.7, the Minister shall, upon request by the Authority at any time during a Fiscal Year, issue a
certificate of good standing to the Authority confirming the Letters Patent are in good standing as of the date of the certificate.
une vérification, une enquête ou un examen du Ministre prévu au
paragraphe 6.7 révèle des montants que doit le Ministre à l’Administration, l’Administration est habilitée à opérer compensation
entre ce montant et tout paiement qu’elle doit au Ministre.
6.9 Intérêt sur les montants en souffrance. Des intérêts s’accumulent annuellement sur les soldes impayés au Ministre relativement aux Frais sur les revenus bruts ou tout autre paiement que
doit faire l’Administration ou le Ministre à titre de rajustement au
paiement des Frais sur les revenus bruts au taux d’intérêt correspondant au taux d’intérêt préférentiel établi par la Banque du
Canada de temps à autre plus 2 %.
6.10 Certificat de conformité. Dès réception du montant total
des Frais sur les revenus bruts de l’Administration pour un Exercice donné, le Ministre doit délivrer à l’Administration un certificat de conformité, en la forme qu’il détermine, confirmant que les
Lettres patentes sont maintenues en vigueur à la date indiquée sur
le certificat. À condition qu’il n’y ait aucun montant dû au Ministre par l’Administration en vertu du présent article 6, notamment
tout montant dû par suite d’un rajustement des Frais sur les revenus bruts prévu au paragraphe 6.7, le Ministre doit, sur demande
de l’Administration et en tout temps au cours de l’Exercice, délivrer un certificat de conformité à l’Administration confirmant que
les Lettres patentes sont maintenues en vigueur à la date indiquée
sur le certificat.
ARTICLE 7
ARTICLE 7
ACTIVITIES AND POWERS OF THE AUTHORITY
AND SUBSIDIARIES
ACTIVITÉS ET POUVOIRS DE L’ADMINISTRATION
ET DES FILIALES
7.1 Activities of the Authority Related to Certain Port Operations. To operate the port, the Authority may undertake the
port activities referred to in paragraph 28(2)(a) of the Act to the
extent specified below:
(a) development, application, enforcement and amendment
of rules, orders, by-laws, practices or procedures and issuance and administration of authorizations respecting
use, occupancy or operation of the port and enforcement
of Regulations or making of Regulations pursuant to
subsection 63(2) of the Act;
(b) creation, imposition, collection, remission or reimbursement or other fixing or acceptance of fees or
charges authorized by the Act, including the fixing of
the interest rate that the Authority charges on overdue
fees;
(c) management, leasing or licensing the federal real property described in Schedule B or described as federal real
property in any supplementary letters patent, subject to
the restrictions contemplated in sections 8.1 and 8.3 and
provided such management, leasing or licensing is for,
or in connection with, the following:
(i) those activities described in sections 7.1 and 7.2;
(ii) those activities described in section 7.3 provided
such activities are carried on by Subsidiaries or
other third parties pursuant to leasing or licensing
arrangements;
(iii) the following uses to the extent such uses are not
described as activities in section 7.1, 7.2 or 7.3:
(A) uses related to shipping, navigation, transportation of passengers and goods, handling
of goods and storage of goods, including the
following uses to or for users of the port in
connection with their use of the port and its
7.1 Activités de l’Administration liées à certaines opérations
portuaires. Pour exploiter le port, l’Administration peut se livrer
aux activités portuaires mentionnées à l’alinéa 28(2)a) de la Loi
dans la mesure précisée ci-dessous :
a) élaboration, application, contrôle d’application et modification de règles, d’ordonnances, de règlements administratifs, de pratiques et de procédures; délivrance et
administration de permis concernant l’utilisation,
l’occupation ou l’exploitation du port; contrôle d’application des Règlements ou prise de Règlements conformément au paragraphe 63(2) de la Loi;
b) création, imposition, perception, remise ou remboursement, ou autre établissement ou acceptation de droits ou
de frais autorisés par la Loi, notamment l’établissement
du taux d’intérêt imposé par l’Administration sur les
droits impayés;
c) sous réserve des restrictions prévues aux paragraphes 8.1 et 8.3, gestion, location ou octroi de permis
relativement aux immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires
comme étant des immeubles fédéraux, à condition que
la gestion, la location ou l’octroi de permis vise ce qui
suit :
(i) les activités décrites aux paragraphes 7.1 et 7.2;
(ii) les activités décrites au paragraphe 7.3 pourvu
qu’elles soient menées par des Filiales ou des
tierces parties conformément aux arrangements de
location ou d’octroi de permis;
(iii) les utilisations suivantes dans la mesure où elles
ne figurent pas dans les activités décrites aux paragraphes 7.1, 7.2 ou 7.3 :
(A) utilisations liées à la navigation, au transport
des passagers et des marchandises et à la
14
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
facilities: marine and marina services; stevedoring services; loading, unloading,
storage and sale of fuel and other petroleumbased products for users of the port incidental to the handling or shipping of goods
through the port to the extent compatible
with the land-use plan for the port referred
to in section 48 of the Act; multi-modal facilities and services; ferry operations; restaurants, retail operations, tourist services and
similar tourism-related activities, located in
passenger terminal facilities provided such
uses are related to the transportation of passengers through the port and are compatible
with the land-use plan for the port referred
to in section 48 of the Act; operation of a
sawmill and log sorting incidental to the
handling or shipping of goods through the
port to the extent compatible with the landuse plan for the port referred to in section 48
of the Act;
(B) provision of municipal services or facilities
in connection with such federal real property; public piers, floats and recreation; and
social services;
(C) media productions; heliport; professional or
consulting services; dry dock facilities;
manufacturing or processing of goods to the
extent compatible with port operations and
the land-use plan for the port referred to in
section 48 of the Act and without compromising the ability of the Authority to operate
port facilities over the long term; food, beverage and retail services in support of the local tourism industry; freight forwarding,
trading or cargo brokerage facilities or
services for users of the port; and residual
office premises; and
(D) government sponsored economic development initiatives approved by Treasury
Board;
provided such uses are carried on by third parties,
other than Subsidiaries, pursuant to leasing or licensing arrangements;
(d) exchanging federal real property described in Schedule B or described as federal real property in any supplementary letters patent for other real property of
comparable market value subject to the issuance of
supplementary letters patent that describe the other real
property as federal real property;
(e) granting, in respect of federal real property described in
Schedule B or described as federal real property in any
supplementary letters patent, road allowances or easements, rights of way or licences for utilities, service or
access;
(f) mortgaging, pledging or otherwise creating a security
interest in any fixture on federal real property described
in Schedule B or as federal real property in any supplementary letters patent provided that:
(i) such mortgage, pledge or other security interest
charges only the fixture or fixtures which is or are
acquired, built, restored, enhanced or replaced
with proceeds received by the Authority and secured by such mortgage, pledge or other security
interest; and
June 26, 1999
manutention et à l’entreposage des marchandises, notamment les utilisations suivantes à l’intention des utilisateurs du port,
relativement à l’utilisation qu’ils font du
port et de ses installations : services maritimes et de marina; services d’arrimage; chargement, déchargement, entreposage et vente
de carburant et d’autres produits pétroliers
pour les utilisateurs du port accessoirement
à la manutention ou à l’expédition de marchandises transitant par le port dans la mesure où ces utilisations sont compatibles
avec le plan d’utilisation des sols pour le
port mentionné à l’article 48 de la Loi; installations ou services multimodaux; services
de traversier; restaurants, commerces au détail, services de tourisme et activités de tourisme semblables, situés dans les terminaux
pour passagers pourvu que ces utilisations
soient liées au transport des passagers transitant par le port et qu’elles soient compatibles avec le plan d’utilisation des sols pour
le port mentionné à l’article 48 de la Loi;
exploitation d’une scierie et triage de billes
accessoire à la manutention ou à l’expédition de marchandises transitant par le port
dans la mesure où ces utilisations sont compatibles avec le plan d’utilisation des sols
pour le port mentionné à l’article 48 de la
Loi;
(B) prestation de services ou d’installations
municipaux relativement à ces immeubles
fédéraux; de quais publics, de flotteurs et de
services récréatifs; et de services sociaux;
(C) productions des médias; héliport; services
professionnels ou de conseils; installations
de cale sèche; fabrication ou traitement de
marchandises dans la mesure où ces utilisations sont compatibles avec les opérations
portuaires et le plan d’utilisation des sols
pour le port mentionné à l’article 48 de la
Loi et où elles n’empêchent pas l’Administration d’exploiter les installations portuaires
à long terme; services alimentaires et de
commerce au détail à l’appui de l’industrie
touristique locale; service ou installations de
transit, d’échange ou de courtage de marchandises pour des utilisateurs du port; locaux à bureaux résiduels;
(D) projets de développement économique émanant du gouvernement et approuvés par le
Conseil du Trésor;
pourvu qu’elles soient menées par des tierces
parties, autres que des Filiales, conformément
aux arrangements de location ou d’octroi de
permis;
d) échange d’immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B »
ou dans des lettres patentes supplémentaires comme
étant des immeubles fédéraux pour d’autres immeubles,
dont la valeur marchande est comparable, sous réserve
de la délivrance de lettres patentes supplémentaires qui
décrivent les autres immeubles comme étant des immeubles fédéraux;
e) octroi d’emprises routières, de servitudes ou de permis
pour des droits de passage ou d’accès ou des services
Le 26 juin 1999
(ii)
(g)
(h)
(i)
(j)
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
the party receiving such mortgage, pledge or other
security interest agrees that upon the exercise of
the right to remove such fixture from the federal
real property such exercise shall be conducted in a
manner that causes no greater damage or injury to
such federal real property and to the other property situated on it or that puts the occupier of the
federal real property or the Authority to no greater
inconvenience than is necessarily incidental to the
removal of the fixture;
disposition of any fixtures on federal real property described in Schedule B or as federal real property in any
supplementary letters patent whether by way of removal,
demolition, sale, lease, license or exchange;
construction, establishment, repair, maintenance, operation, removal or demolition of:
(i) disposal sites for carrying out the activities contemplated by paragraph 7.1(j)(ii);
(ii) berths, wharfs, anchorages, breakwaters, waterways, and fill sites;
(iii) facilities or equipment for finish or assembly
work incidental to the handling or shipping of
goods;
(iv) transportation, terminal, warehousing and other
port facilities or equipment; and
(v) office premises to be utilized by the Authority in
the conduct of its activities;
within the port or for users of the port in connection
with their use of the port and its facilities;
operation or maintenance of a marina, seaplane airport,
cruise ship passenger terminal, bus depot or railway:
(i) within the port; or
(ii) within the municipality named in subsection 4.6(b) of these Letters Patent if for users of
the port in connection with their use of the port
and its facilities;
the provision of services or carrying out of activities
within the port or to or for users of the port in connection with their use of the port and its facilities as
follows:
(i) environmental assessment, audit, remediation, rehabilitation of marine habitat or other such
services;
(ii) dredging, waste and dredgeate disposal and sale
of dredgeate (except that contaminated waste and
contaminated dredgeate disposal services can be
provided only for users of the port in connection
with their use of the port and its facilities);
(iii) navigational services and aids;
(iv) security services, dispatching services and towing
of vessels, as required for safety of navigation or
persons;
(v) building, design, maintenance, engineering, repair
and operation of vessels owned by the Authority
or leased by the Authority from third parties;
(vi) emergency planning and response;
(vii) vehicle parking, control or marshalling facilities;
(viii) manufacture or distribution of utilities, including
the provision of communication facilities and
telecommunication services;
(ix) transport services within the port or, within the
municipality named in subsection 4.6(b) of these
15
publics visant des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires
comme étant des immeubles fédéraux;
f) fait d’hypothéquer, de donner en gage ou autrement de
créer une sûreté relativement à tout accessoire fixé à
demeure sur les immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires
comme étant des immeubles fédéraux à condition que
(i) l’hypothèque, le gage ou la sûreté ne vise que
l’acquisition, la construction, la restauration,
l’amélioration ou le remplacement d’un tel accessoire fixé à demeure au moyen des produits financiers que reçoit l’Administration et qui sont
garantis par l’hypothèque, le gage ou la sûreté;
(ii) la partie qui reçoit cette hypothèque, ce gage ou
cette sûreté convient que, lorsqu’elle exercera son
droit d’enlever l’accessoire fixé à demeure sur les
immeubles fédéraux, elle procédera de façon à ne
causer aux immeubles fédéraux et aux autres
biens s’y trouvant ou à l’occupant des immeubles
fédéraux ou à l’Administration que le dommage
ou les inconvénients nécessairement accessoires à
l’enlèvement de l’accessoire fixé à demeure;
g) aliénation de tout accessoire fixé à demeure sur des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des
lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles fédéraux, soit par enlèvement, démolition,
vente, location, octroi de permis ou échange;
h) construction, établissement, réparation, entretien, exploitation, enlèvement ou démolition de :
(i) décharges pour effectuer les activités décrites au
sous-alinéa 7.1j)(ii);
(ii) mouillages, quais, postes d’amarrage, brise-lames,
voies navigables et sites d’enfouissement;
(iii) installations ou équipements pour travaux de finition ou d’assemblage accessoires à la manutention
ou à l’expédition de marchandises;
(iv) installations ou équipements de transport, de
terminal, d’entrepôt ou autres installations ou
équipements portuaires;
(v) locaux à bureaux devant être utilisés par l’Administration dans l’exercice de ses activités;
dans le périmètre du port ou pour les utilisateurs du port
relativement à leur utilisation du port et de ses
installations;
i) exploitation ou entretien d’une marina, d’un aéroport
pour hydravions, d’une gare pour passagers de navires
de croisière, d’une gare d’autocar ou d’un chemin de
fer;
(i) dans le périmètre du port, ou
(ii) dans les limites de la municipalité mentionnée à
l’alinéa 4.6b) des présentes Lettres patentes, si ces
installations visent les utilisateurs du port relativement à leur utilisation du port et de ses
installations;
j) fourniture des services suivants, ou exécution des activités suivantes, dans le périmètre du port ou aux utilisateurs du port ou pour ceux-ci, relativement à leur utilisation du port et de ses installations :
(i) services d’évaluation, de vérification et d’assainissement environnementaux, de réhabilitation du
milieu marin ou autres services semblables;
16
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
Letters Patent, to provide access to or from the
port and its facilities;
(x) providing information and information technology to users of the port;
(xi) salvage and seizure;
(xii) warehousing and distribution of goods and
services;
(xiii) boat launching ramp;
(xiv) harbour patrol services for the navigable waters of
the port; and
(xv) providing expertise in connection with software
or know-how developed in the course of conducting the activities described in the provisions of
this section 7.1;
(k) undertaking research and development related to the activities described in this section 7.1;
(l) promoting, marketing and undertaking public or governmental relations to promote use of the port;
(m) producing, coordinating, sponsoring and hosting of
public or civic events;
(n) development, operation, maintenance, renovation and
demolition of rest areas, public parks, pedestrian and bicycle paths and observation sites, within the boundaries
of the port;
(o) in pursuing or exercising the remedies available to it as
lessor or licensor of premises on federal real property
described in Schedule B or described as federal real
property in any supplementary letters patent, the conduct
of any business or activity from such premises for a period limited to one year unless supplementary letters
patent are issued; and
(p) carrying on activities described in section 7.1 on real
property, other than federal real property, described in
Schedule C or described as real property other than federal real property in any supplementary letters patent;
provided that in conducting such activities the Authority shall not
enter into or participate in any commitment, agreement or other
arrangement whereby the Authority is liable jointly or jointly and
severally with any other person for any debt, obligation, claim or
liability.
June 26, 1999
(ii)
dragage, enlèvement de déchets et des déblais de
dragage et vente des déblais de dragage (sauf que
les services d’élimination des déchets contaminés
et des déblais de dragage contaminés peuvent être
offerts uniquement aux utilisateurs du port dans le
cadre de l’utilisation qu’ils font du port et de ses
installations);
(iii) services et aides à la navigation;
(iv) services de sécurité, de répartition et de remorquage de navires, au besoin pour assurer la sécurité de la navigation et des personnes;
(v) construction, conception, entretien, mécanique,
réparation et exploitation de navires que possède
l’Administration ou que loue l’Administration
auprès de tiers;
(vi) planification et intervention d’urgence;
(vii) stationnements, installations de contrôle ou de
triage;
(viii) production ou distribution des services publics, y
compris la fourniture d’installations de communication et de services de télécommunication;
(ix) services de transport dans le périmètre du port ou
à destination ou en provenance du port et de ses
installations dans les limites de la municipalité
mentionnée à l’alinéa 4.6b) des présentes Lettres
patentes;
(x) fourniture de services d’information et d’informatique aux utilisateurs du port;
(xi) sauvetage et saisie;
(xii) entreposage et distribution de biens et services;
(xiii) rampe de mise à l’eau de bateaux;
(xiv) service de patrouille portuaire pour les eaux navigables du port;
(xv) fourniture d’expertise relativement à des logiciels
ou du savoir-faire mis au point dans le cadre des
activités décrites dans les dispositions du présent
paragraphe 7.1;
k) recherche et développement liés aux activités décrites
dans les dispositions du présent paragraphe 7.1;
l) promotion, marketing, relations publiques ou gouvernementales pour promouvoir l’utilisation du port;
m) production, coordination, parrainage et accueil d’événements publics et civils;
n) aménagement, exploitation, entretien, rénovation et démolition d’aires de repos, de parcs publics, de pistes
piétonnières et cyclables et de sites d’observation, dans
le périmètre du port;
o) dans l’exercice des recours qu’elle a en sa qualité de locateur ou de concédant des lieux sur des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles
fédéraux, exécution de toute activité depuis ces lieux ou
utilisation de ces lieux pour une période d’un an, sauf si
des lettres patentes supplémentaires sont délivrées;
p) exécution des activités décrites au paragraphe 7.1 sur
des immeubles, autres que des immeubles fédéraux, décrits à l’Annexe « C » ou décrits dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles autres
que des immeubles fédéraux;
pourvu que l’Administration ne s’engage pas de façon conjointe
ou solidaire avec toute autre personne à une dette, obligation,
réclamation ou exigibilité lorsqu’elle prend un engagement,
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
7.2 Activities of the Authority Necessary to Support Port
Operations. To operate the port, the Authority may undertake the
following activities which are deemed necessary to support port
operations pursuant to paragraph 28(2)(b) of the Act:
(a) subject to the provisions of article 9 below:
(i) borrowing money upon the credit of the
Authority;
(ii) limiting or increasing the amount to be borrowed;
(iii) issuing bonds, debentures or other securities of
the Authority;
(iv) pledging or selling such bonds, debentures or
other securities for such sums and at such prices
as may be deemed expedient;
(v) securing any such bonds, debentures or other
securities, or any other present or future
borrowing or liability of the Authority, by
mortgage, charge, pledge or other security interest
relating to all or any currently owned or
subsequently acquired real and personal, movable
and immovable, property and leasehold interests
and reversionary interests of the Authority, and
the undertaking and rights of the Authority,
provided, however, that the Authority may not
mortgage, hypothecate, pledge or otherwise create
a security interest in federal real property
described in Schedule B or as federal real
property in any supplementary letters patent other
than to:
(A) pledge the revenues of the federal real
property described in Schedule B or as
federal real property in any supplementary
letters patent; or
(B) create, pursuant to the exercise of the
powers of the Authority contemplated by
subsection 7.1(f), a mortgage, pledge or
other security interest in fixtures on federal
real property described in Schedule B or as
federal real property in any supplementary
letters patent; and
(vi) issuing a Permitted Indemnity or Guarantee,
provided that the cumulative amount of all such
Permitted Indemnities or Guarantees shall at no
time exceed one-tenth of the aggregate Borrowing
maximum amount specified in section 9.2;
provided that any contract, bond, debenture or financial
assistance related to such borrowing, issuance, pledging
or securing shall contain a covenant, proviso or
acknowledgement from the lender or counterparty that
the lender or counterparty shall have no recourse against
Her Majesty or any assets of Her Majesty;
(b) acquisition or disposition of real property other than
federal real property subject to the issuance of supplementary letters patent;
(c) acquisition of real property from Her Majesty subject to
the issuance of supplementary letters patent describing
such property as real property other than federal real
property;
(d) occupying or holding real property other than federal
real property;
(e) granting, in respect of real property other than federal
real property, road allowances or easements, rights of
way or licences for utilities, service or access;
17
conclut une entente ou participe à un arrangement dans l’exercice
de ses activités.
7.2 Activités de l’Administration nécessaires aux opérations
portuaires. Pour exploiter le port, l’Administration peut se livrer
aux activités suivantes jugées nécessaires aux opérations portuaires conformément à l’alinéa 28(2)b) de la Loi :
a) sous réserve des dispositions de l’article 9 ci-après :
(i) emprunt de fonds sur le crédit de
l’Administration;
(ii) limitation ou augmentation du montant à
emprunter;
(iii) émission d’obligations, de bons ou d’autres titres
de créance de l’Administration;
(iv) fait de donner en gage ou de vendre ces
obligations, bons ou autres titres de créance pour
les montants et les prix jugés opportuns;
(v) fait de garantir les obligations, bons ou autres
titres de créance, ou autre emprunt ou obligation
présent ou futur de l’Administration au moyen
d’hypothèque, de charge, nantissement ou autre
sûreté visant tout ou partie des biens meubles et
immeubles, les intérêts à bail et les intérêts
réversifs qu’elle possède actuellement ou dont
elle fait l’acquisition ultérieurement, et l’entreprise et les droits de l’Administration, sous
réserve toutefois que l’Administration ne peut
grever les immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles fédéraux
d’une sûreté, notamment d’une hypothèque, sauf
pour :
(A) donner en gage une somme égale au revenu
qu’elle retire des immeubles fédéraux
décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres
patentes supplémentaires comme étant des
immeubles fédéraux;
(B) conformément à l’exercice des pouvoirs de
l’Administration mentionnés à l’alinéa 7.1f),
grever d’une hypothèque, d’un gage ou
d’une sûreté les accessoires fixés à demeure
sur des immeubles fédéraux décrits à
l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes
supplémentaires comme étant des immeubles fédéraux;
(vi) fait de donner une Indemnité ou garantie autorisée, à condition que le montant cumulatif de
toutes les Indemnités ou garanties autorisées ne
dépasse en aucun temps un dixième du montant
maximal d’emprunt prévu au paragraphe 9.2;
sous réserve que tout contrat, obligation, bon ou aide
financière lié à tout emprunt, émission ou mise en gage
doit comporter une clause, une disposition ou une
reconnaissance du prêteur ou du cocontractant attestant
que le prêteur ou le cocontractant n’aura aucun recours
contre Sa Majesté ou ses éléments d’actif;
b) acquisition ou aliénation d’immeubles autres que des
immeubles fédéraux sous réserve de la délivrance de
lettres patentes supplémentaires;
c) acquisition d’immeubles de Sa Majesté sous réserve de
la délivrance de lettres patentes supplémentaires décrivant ces immeubles comme étant des immeubles
autres que des immeubles fédéraux;
d) occupation ou détention d’immeubles autres que des
immeubles fédéraux;
18
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
(f) renting equipment;
(g) administration, leasing or licensing of the real property,
other than federal real property, described in Schedule C
or described as real property other than federal real
property in any supplementary letters patent, for, or in
connection with, the activities described in this article 7;
(h) carrying on activities described in section 7.2 on federal
real property described in Schedule B or described as
federal real property in any supplementary letters patent
or on real property, other than federal real property,
described in Schedule C or described as real property
other than federal real property in any supplementary
letters patent;
(i) acquisition, disposition, holding, leasing or licensing of
personal property;
(j) investing moneys in the Authority’s reserves or that it
does not immediately require subject to the provisions
of the Act, the Regulations and these Letters Patent;
(k) incorporate a corporation all of whose shares on incorporation would be held by, on behalf of or in trust
for the Authority provided that the Authority does not,
at any time, make a Capital Investment in a Subsidiary
such that the Authority’s cumulative Capital Investment
in all Subsidiaries exceeds an amount equal to:
(i) 50 percent of the net income of the Authority as
shown in the last annual audited financial
statements of the Authority submitted to the
Minister prior to the making of such Capital
Investment, before deducting from such net
income the amounts shown in such statements for
depreciation and/or amortization and excluding
extraordinary items; or
(ii) if such statements have not yet been submitted,
then 50 percent of the net income of the
predecessor of the Authority as shown in the
financial statements included in the last annual
report of such predecessor submitted to the
Minister prior to the making of such Capital
Investment, before deducting from such net
income the amounts shown in such statements for
depreciation and/or amortization and excluding
extraordinary items; and
(l) in pursuing or exercising the remedies available to it as
lessor or licensor of premises on real property other than
federal real property described in Schedule C or described as real property other than federal real property in
any supplementary letters patent, the conduct of any
business or activity from such premises.
7.3 Activities of Subsidiaries Necessary to Support Port Operations. A Subsidiary may undertake the following activities
which are deemed necessary to support port operations pursuant
to paragraph 28(2)(b) of the Act:
(a) borrowing money on the credit of a Subsidiary;
(b) limiting or increasing the amount to be so borrowed;
(c) issuing bonds, debentures or other securities of the
Subsidiary;
(d) pledging or selling such bonds, debentures or other
securities for such sums and at such prices as may be
deemed expedient;
(e) securing any bonds, debentures or other securities, or
any other present or future borrowing or liability of the
June 26, 1999
e) octroi d’emprises routières, de servitudes ou de permis
pour des droits de passage ou d’accès ou des services
publics visant des immeubles autres que des immeubles
fédéraux;
f) location d’équipement;
g) administration, location ou octroi ou obtention de
permis visant des immeubles décrits à l’Annexe « C »
ou dans des lettres patentes supplémentaires comme
étant des immeubles autres que des immeubles fédéraux
en vue des activités décrites au présent article 7;
h) exécution d’activités décrites au paragraphe 7.2 sur des
immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans
des lettres patentes supplémentaires comme étant des
immeubles fédéraux ou sur des immeubles décrits à
l’Annexe « C » ou dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles autres que des immeubles fédéraux;
i) acquisition, aliénation, détention, location ou octroi ou
obtention de permis visant des biens meubles;
j) investissement de fonds que l’Administration a en
réserve ou de fonds dont elle n’a pas un besoin immédiat sous réserve des dispositions de la Loi, des
Règlements et des présentes Lettres patentes;
k) constitution d’une société dont toutes les actions, au
moment de la constitution, seraient détenues par l’Administration, en son nom ou en fiducie, à condition que
l’Administration ne mette à aucun moment du Capital
engagé dans une Filiale, dont l’effet serait que le Capital
engagé cumulatif dans les filiales serait supérieur à un
montant égal à
(i) 50 p. 100 du revenu net de l’Administration selon
les derniers états financiers vérifiés de l’Administration présentés au Ministre avant cet apport de
Capital engagé, avant déduction de la dépréciation ou de l’amortissement, en excluant les postes
extraordinaires, ou
(ii) si ces états financiers n’ont pas encore été
présentés, 50 p. 100 du revenu net du prédécesseur de l’Administration selon les états financiers
compris dans le dernier rapport annuel de ce
prédécesseur présenté au Ministre avant cet
apport de Capital engagé, avant déduction sur le
revenu net des montants figurant dans les états
financiers pour la dépréciation ou l’amortissement, en excluant les postes extraordinaires;
l) dans l’exercice des recours qu’elle a en sa qualité de
locateur ou de concédant des lieux sur des immeubles
décrits à l’Annexe « C » ou dans des lettres patentes
supplémentaires comme étant des immeubles autres que
des immeubles fédéraux, exécution de toute activité
depuis ces lieux ou utilisation de ces lieux.
7.3 Activités des Filiales nécessaires aux opérations portuaires. Une Filiale peut se livrer aux activités suivantes jugées
nécessaires aux opérations portuaires conformément à l’alinéa 28(2)b) de la Loi :
a) emprunt de fonds sur le crédit de la Filiale;
b) limitation ou augmentation du montant à emprunter;
c) émission d’obligations, de bons ou d’autres titres de
créance de la Filiale;
d) fait de donner en gage ou de vendre ces obligations,
bons ou autres titres de créance pour les montants et les
prix jugés opportuns;
e) fait de garantir les obligations, bons ou autres titres de
créance, ou autre emprunt ou obligation présent ou
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
Subsidiary, by mortgage, charge, pledge or other security interest relating to all or any currently owned or
subsequently acquired real and personal, moveable and
immovable property and leasehold interests and
reversionary interests of the Subsidiary and the undertaking and rights of the Subsidiary;
(f) participating as a partner, shareholder or co-venturer in
a partnership, corporation, joint venture or similar
arrangement in connection with the activities described
in this section 7.3 and pledging, selling or securing such
participation, interest or investment by mortgage,
charge, pledge or other security interest;
(g) providing expertise to third parties for use outside the
boundaries of the port in connection with software or
know-how developed in carrying out the activities
specified in paragraph 7.1(j)(xv);
(h) acquisition, disposition, occupying, holding, developing, leasing or licensing, of real property other than
federal real property, for, or in connection with, the
activities described in this article 7;
(i) carrying on activities described in section 7.3 on real
property other than federal real property;
(j) leasing or licensing real property from the Authority for,
or in connection with, the activities described in
section 7.3;
(k) operation of freight forwarding, consolidating, trading
or brokerage facilities or services and warehousing,
storage and handling of cargo, freight and goods outside
the port or in connection with persons who are not users
of the port;
(l) acquisition, disposition, holding, leasing or licensing of
personal property;
(m) carrying out of the activities including the provision of
services as follows:
(i) environmental assessment, audit, remediation or
other such services;
(ii) navigational services and aids;
(iii) security and dispatching services;
(iv) building, design, maintenance, engineering, repair
and operation of vessels within fifty nautical
miles from the perimeter of the navigable waters
of the port; and
(v) emergency planning and response;
outside the port or in connection with persons who are
not users of the port;
(n) operation of an industrial or business park for businesses compatible with port operations and the landuse plan for the port referred to in section 48 of the Act;
and
(o) in pursuing or exercising the remedies available to it as
lessor or licensor of premises on real property other than
federal real property described in Schedule C or
described as real property other than federal real
property in any supplementary letters patent, the conduct
of any business or activity from such premises.
7.4 Powers of the Authority and Subsidiaries. The Authority
has the power to carry out the activities specified in sections 7.1
and 7.2. Subsidiaries have the power to carry out the activities
specified in section 7.3.
f)
g)
h)
i)
j)
k)
l)
m)
n)
o)
19
futur de la Filiale au moyen d’hypothèque, de charge,
nantissement ou autre sûreté visant tout ou partie des
biens meubles et immeubles, les intérêts à bail et les
intérêts réversifs, qu’elle possède actuellement ou dont
elle fait l’acquisition ultérieurement, et l’entreprise et
les droits de la Filiale;
participation à titre d’associé, d’actionnaire ou de
partenaire dans une société de personnes, une société,
une co-entreprise ou autre arrangement lié aux activités
mentionnées dans le présent paragraphe 7.3 et fait de
donner en gage, de vendre ou de garantir cette participation, cet intérêt ou investissement au moyen
d’hypothèque, de charge, nantissement ou autre sûreté;
fourniture d’expertise à des tiers relativement à des
logiciels ou du savoir-faire mis au point dans le cadre
des activités décrites au sous-alinéa 7.1j)(xv) pour
utilisation à l’extérieur du périmètre du port;
acquisition, aliénation, occupation, détention, développement, location, octroi ou obtention de permis à
l’égard d’immeubles autres que des immeubles fédéraux
dans le cadre des activités décrites au présent article 7;
exécution d’activités décrites au paragraphe 7.3 sur des
immeubles autres que des immeubles fédéraux;
location d’immeubles de l’Administration ou obtention
de permis visant des immeubles de l’Administration,
pour les activités décrites au paragraphe 7.3;
exploitation d’installations ou fourniture de services de
transit, de groupage, d’échange ou de courtage, et
entreposage, stockage et manutention des cargaisons et
des marchandises à l’extérieur du port ou à l’intention
de personnes qui ne sont pas des utilisateurs du port;
acquisition, aliénation, détention, location ou octroi ou
obtention de permis visant des biens meubles;
exécution d’activités, notamment prestation des services
suivants :
(i) services d’évaluation, de vérification et d’assainissement environnementaux ou autres services
semblables;
(ii) services et aides à la navigation;
(iii) services de sécurité et de répartition;
(iv) construction, conception, entretien, mécanique,
réparation et exploitation de navires dans un
rayon de cinquante milles marins du périmètre des
eaux navigables du port;
(v) planification et intervention d’urgence;
à l’extérieur du port ou à l’intention d’un groupe de
personnes qui ne sont pas des utilisateurs du port;
exploitation d’un parc industriel ou commercial regroupant des entreprises compatibles avec les opérations portuaires et le plan d’utilisation des sols pour
le port mentionné à l’article 48 de la Loi;
dans l’exercice des recours qu’elle a en sa qualité de
locateur ou de concédant des lieux sur des immeubles
décrits à l’Annexe « C » ou dans des lettres patentes
supplémentaires comme étant des immeubles autres que
des immeubles fédéraux, exécution de toute activité
depuis ces lieux ou utilisation de ces lieux.
7.4 Pouvoirs de l’Administration et des Filiales. L’Administration a tous les pouvoirs de se livrer aux activités prévues aux
paragraphes 7.1 et 7.2. Les Filiales ont tous les pouvoirs de se
livrer aux activités prévues au paragraphe 7.3.
20
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
ARTICLE 8
ARTICLE 8
LEASING AND CONTRACTING
BAUX ET CONTRATS
8.1 Restriction on Leasing and Licensing. The Authority shall
not grant a lease or licence of federal real property described in
Schedule B or described as federal real property in any supplementary letters patent for a term in excess of forty (40) years
where such lease or licence is granted pursuant to paragraph 7.1(c)(i), 7.1(c)(iii)(A) or 7.1(c)(iii)(B) or for a term in
excess of thirty (30) years where such lease or licence is granted
pursuant to paragraph 7.1(c)(ii), 7.1(c)(iii)(C) or 7.1(c)(iii)(D)
provided however that:
(a) with the written consent of the Minister, the Authority
may lease or license such federal real property for a
maximum term of ninety-nine (99) years; and
(b) nothing contained in this section shall restrict the ability
of the Authority or a Subsidiary to grant a road allowance, easement, right of way or licence for utilities,
services or access for any term.
8.1 Restrictions sur les baux et les permis. L’Administration ne
doit pas louer des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B »
ou dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des
immeubles fédéraux ou octroyer des permis à leur égard pour une
durée supérieure à quarante (40) ans, lorsque ces baux ou permis
sont octroyés en vertu du sous-alinéa 7.1c)(i) ou des divisions 7.1c)(iii)(A) ou 7.1c)(iii)(B), ou pour une durée supérieure à
trente (30) ans lorsque ces baux ou permis sont octroyés en vertu du sous-alinéa 7.1c)(ii), ou des divisions 7.1c)(iii)(C) ou
7.1c)(iii)(D) sous réserve que
a) avec l’autorisation écrite du Ministre, l’Administration
peut consentir un bail ou un permis à l’égard de ces immeubles fédéraux pour une durée maximale de quatrevingt-dix-neuf (99) ans;
b) rien dans le présent article ne limite la capacité de
l’Administration ou de la Filiale de consentir à leur
égard des emprises routières, des servitudes ou permis
pour des droits de passage ou d’accès ou des services
publics pour quelque durée que ce soit.
8.2 Calcul de la durée du bail ou du permis. Pour les fins du
paragraphe 8.1, « durée » signifie, relativement à un bail ou un
permis, la somme :
a) du nombre d’années au cours desquelles un locataire ou
détenteur de permis a le droit d’occuper les lieux
transportés à bail ou la zone visée par le permis;
b) du nombre maximal d’années non comprises dans le
calcul prévu à l’alinéa 8.2a) pendant lesquelles un
locataire ou détenteur de permis qui se prévaut de ses
droits ou options de renouvellement ou de prolongation
du bail ou de l’entente de permis peut occuper les lieux
transportés à bail ou la zone visée par le permis.
8.3 Juste valeur marchande. L’Administration doit s’assurer
que la valeur de chaque bail ou permis visant des immeubles fédéraux (décrits à l’annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles fédéraux) octroyé après
l’entrée en vigueur des Lettres patentes en vertu duquel bail ou
permis le locataire ou le détenteur de permis se livre aux utilisations décrites à la division 7.1c)(iii)(C) ou 7.1c)(iii)(D), ou aux
activités décrites au paragraphe 7.2 ou 7.3, correspond au moins à
la juste valeur marchande, sauf que l’Administration peut, avec le
consentement écrit du Ministre, octroyer des baux ou des permis
visant des immeubles fédéraux pour les utilisations prévues à la
division 7.1c)(iii)(D) à une valeur inférieure à la juste valeur
marchande.
8.4 Exigences d’appel d’offres concernant les marchés de
services. L’Administration doit établir et appliquer une politique
écrite concernant la conclusion, par l’Administration, de tout
contrat (ci-après « Contrat de travail ») en vue de la construction,
de la rénovation, de la réparation ou du remplacement d’un édifice, structure, installation, ouvrage ou projet, de l’excavation, du
remplissage ou du développement d’un immeuble ou de la fourniture de matériel lié à ces travaux. Cette politique doit établir :
a) les exigences concernant la publication d’un avis ou
d’une annonce demandant des offres pour le Contrat de
travail;
b) les politiques et procédures relatives à ces soumissions
pour les Contrats de travail;
c) l’exigence de donner aux soumissionnaires potentiels un
accès raisonnable pendant les heures d’ouverture à l’emplacement proposé pour fins d’évaluation des conditions pertinentes à l’exécution du Contrat de travail;
8.2 Calculation of Term of Lease or Licence. For the purpose
of section 8.1, “term” shall mean, in relation to a lease or licence,
the sum of:
(a) the number of years for which a lessee or licensee has
the right to occupy the demised premises or licensed
area; and
(b) the maximum number of years not included in the
calculation under subsection 8.2(a) that, by the exercise
of rights or options to renew or extend the lease or
licence agreement, the lessee or licensee may occupy the
demised premises or licensed area.
8.3 Fair Market Value Requirement. The Authority shall ensure that every lease or license of federal real property described
in Schedule B or described as federal real property in any supplementary letters patent to be entered into following the effective
date of the Letters Patent pursuant to which the lessees or licensees carry on uses described in subparagraph 7.1(c)(iii)(C) or
7.1(c)(iii)(D) or section 7.2 or 7.3 shall be for not less than fair
market value provided, however, that with the written consent of
the Minister, the Authority may lease or licence such federal real
property for uses described in subparagraph 7.1(c)(iii)(D) at less
than fair market value.
8.4 Tendering Requirement Respecting Work Contracts. The
Authority shall establish and implement a written policy respecting the entering into by the Authority of any agreement (a “Work
Contract”) for the construction, renovation, repair or replacement
of a building, structure, facility, work or undertaking, the excavation, filling or development of any real property or the provision
of materials in connection therewith. Such policy shall set forth:
(a) the requirements respecting the publication of a notice
or advertisement requesting bids for Work Contracts;
(b) the policies and procedures respecting bidding for Work
Contracts;
(c) the requirement to provide potential bidders for a Work
Contract with reasonable access during normal business
hours to the proposed work site for the purposes of
assessing the site conditions relevant to the performance
of the Work Contract; and
(d) exceptions to tendering requirements:
Le 26 juin 1999
(i)
(ii)
(iii)
(iv)
(v)
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
where there exists only one supplier of the work;
for emergencies;
where the Authority itself performs the work;
where the delay resulting from compliance with
formal tendering requirements is reasonably
expected to be injurious to the public interest; and
for Work Contracts below a value determined by
the Board.
21
d) les exemptions :
(i) lorsqu’il n’y a qu’un seul fournisseur;
(ii) en cas d’urgence;
(iii) lorsque l’Administration effectue elle-même les
travaux;
(iv) lorsque le retard résultant de l’observation des
exigences officielles de soumission pourrait être
considéré préjudiciable à l’intérêt public;
(v) pour les Contrats de travail dont la valeur est
inférieure à un seuil déterminé par le Conseil.
ARTICLE 9
ARTICLE 9
BORROWING
EMPRUNTS
9.1 No Borrowing as an Agent. The Authority and any Subsidiaries may not borrow money as an agent of Her Majesty. Every
contract for the borrowing of money shall contain an acknowledgement of the lender that it shall have no recourse against Her
Majesty or any assets of Her Majesty.
9.2 Restriction on Incurrence of Borrowing. The Authority
shall not incur any item of Borrowing so that the aggregate Borrowing of the Authority would exceed $6,000,000.
9.3 Borrowing. “Borrowing” means the following items for the
Authority (adjusted to give effect to the provisions of section 9.4), without duplication, as follows:
(a) all obligations for borrowed money and all obligations
evidenced by bonds, debentures, notes, or other similar
instruments on which interest charges are customarily
paid, recorded in accordance with GAAP;
(b) all obligations, contingent or otherwise, relative to the
face amount of all letters of credit, whether or not
drawn, and bankers’ acceptances issued;
(c) any obligation as lessee under leases which have been or
should be, in accordance with GAAP, recorded as
Capitalized Lease Liabilities;
(d) all obligations to pay the deferred purchase price of
property or services, and indebtedness (excluding prepaid interest thereon) secured by a lien on property
owned or being purchased by the Authority (including
indebtedness arising under conditional sales or other title retention agreements), whether or not such indebtedness shall have been assumed by the Authority or is
limited in recourse and recorded in the financial statements of the Authority and Subsidiaries for the most recently completed Fiscal Year;
(e) accrued contingent losses reflected as a charge to income in accordance with GAAP and recorded in the financial statements of the Authority and Subsidiaries for
the most recently completed Fiscal Year;
(f) all Contingent Liabilities of the Authority in respect of
any of the foregoing; or
(g) the amount of the aggregate potential liability of the
Authority pursuant to the terms of a Permitted Indemnity or Guarantee.
9.1 Aucun emprunt à titre de mandataire. L’Administration et
les Filiales ne peuvent emprunter des fonds à titre de mandataire
de Sa Majesté. Tous les Emprunts contractés doivent contenir une
clause précisant que le prêteur n’aura aucun recours contre Sa
Majesté ou les éléments d’actif de Sa Majesté.
9.2 Restriction sur les Emprunts. L’Administration ne doit
pas contracter des Emprunts dont le total serait supérieur à
6 000 000 $.
9.3 Emprunts. « Emprunts » À l’égard de l’Administration, les
éléments suivants (rajustés de façon à donner effet aux dispositions du paragraphe 9.4), sans dédoublement :
a) toutes les obligations de l’Administration relativement à
ses emprunts et toutes les obligations constatées par les
obligations, bons, billets ou autres instruments similaires sur lesquels des intérêts sont normalement payés,
comptabilisées conformément aux PCGR;
b) toutes les obligations, éventuelles ou autres, relatives à
la valeur nominale de toutes les lettres de crédit,
qu’elles soient tirées ou non, et des acceptations bancaires émises;
c) toute obligation de l’Administration à titre de locataire
en vertu de baux qui ont été, ou devraient être, conformément aux PCGR, comptabilisés à titre d’éléments de
Passif de contrat de location-acquisition;
d) toutes les obligations de paiement du prix d’achat différé de biens ou de services, et l’endettement (à l’exclusion de l’intérêt payé d’avance à cet égard) garanti par
un privilège sur des biens dont l’Administration est propriétaire ou fait l’acquisition (y compris l’endettement
découlant de ventes conditionnelles ou autres ententes
de réserve de propriété), que l’endettement ait ou non
été assumé par l’Administration ou qu’il soit limité et
comptabilisé dans les états financiers de l’Administration et des Filiales pour le dernier Exercice complété;
e) les pertes éventuelles accumulées qui seraient reflétées
par une charge sur les revenus selon les PCGR et
comptabilisées dans les états financiers de l’Administration et des Filiales pour le dernier Exercice complété;
f) tous les Éléments de passif éventuel de l’Administration
relativement aux éléments susmentionnés;
g) l’ensemble du passif potentiel de l’Administration conformément à une Indemnité ou garantie autorisée.
9.4 Exclusion de Filiales. Pour déterminer les Emprunts conformément au paragraphe 9.3, tous les montants relatifs aux Filiales
se livrant aux activités visées à l’alinéa 28(2)b) de la Loi doivent
être exclus.
9.4 Exclusion of Subsidiaries. In determining the Borrowing
pursuant to section 9.3, any amounts pertaining to Subsidiaries
carrying on activities contemplated by paragraph 28(2)(b) of the
Act shall be excluded.
22
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
9.5 Certificate of the Authority. Concurrent with the submission
of financial statements to the Minister contemplated by subsection 37(4) of the Act, the Authority shall deliver to the Minister a
certificate executed by the chief executive officer of the Authority
stating:
(a) the amount of the aggregate Borrowing of the Authority
at the end of the Fiscal Year to which such financial
statements relate;
(b) that the Authority is not in default or has not committed
an event of default under any of the terms of its Borrowing except those which it is contesting in good faith or if
such default or event of default exists, the particulars
thereof;
(c) that since the date of the last certificate provided hereunder the Authority has not been served with written
notice of any Significant Legal Proceedings or, if the
Authority has been served, particulars of such legal
proceedings;
(d) if any Capital Investment in a Subsidiary has been made
by the Authority during the Fiscal Year to which such
financial statements relate, the amount of such Capital
Investment, the annual rate of return necessary for such
Capital Investment to yield a Sufficient Return and the
amounts paid by all Subsidiaries on account of payment
of Sufficient Return; and
(e) that the Authority is not aware of any contract for the
borrowing of money in an amount exceeding
$1,000,000 which fails to contain the express statement
stipulated in subsection 28(5) of the Act;
provided that the Authority may satisfy its obligations pursuant to
this section through delivery to the Minister of a copy of the letter
delivered to the auditor of the Authority in connection with the
annual audit of the financial statements of the Authority which
contains substantially the same information as contemplated by
this section.
9.5 Certificat de l’Administration. Au moment de la présentation au Ministre des états financiers prévus au paragraphe 37(4)
de la Loi, l’Administration doit délivrer au Ministre un certificat
signé par le premier dirigeant de l’Administration attestant :
a) le montant total des Emprunts de l’Administration au
terme de l’Exercice visé par les états financiers;
b) que l’Administration n’est pas en défaut, ni n’a commis
d’acte de défaut, aux termes de l’un ou l’autre de ses
Emprunts, à l’exception de ceux qu’elle conteste de
bonne foi ou s’il existe un tel défaut ou acte de défaut,
les détails de ce dernier;
c) que depuis la date du dernier certificat fourni en vertu
des présentes, l’Administration n’a pas reçu d’avis lui
signifiant le commencement d’une Procédure judiciaire
importante ou, si un ou plusieurs avis lui ont été signifiés, les détails de ces procédures;
d) si l’Administration a mis du Capital engagé dans une
Filiale au cours de l’Exercice visé par les états financiers, le montant du Capital engagé, le taux de rendement annuel nécessaire pour que ce Capital engagé
donne un Rendement suffisant, et les montants versés
par toutes les Filiales en vue du paiement du Rendement
suffisant;
e) que l’Administration n’a, à sa connaissance, conclu aucun contrat visant des Emprunts de plus de 1 000 000 $
ne contenant pas la mention expresse prévue au paragraphe 28(5) de la Loi;
sous réserve que l’Administration puisse satisfaire à ses obligations conformément au présent article en remettant au Ministre
copie de la lettre envoyée au vérificateur de l’Administration au
sujet de la vérification annuelle des états financiers de l’Administration qui contient dans une large mesure les mêmes renseignements que ceux qui sont envisagés par ce paragraphe.
ARTICLE 10
ARTICLE 10
SUBSIDIARIES
FILIALES
10.1 Directors’ Obligations Respecting Subsidiaries. The directors shall take all necessary measures to ensure that every
Subsidiary:
(a) has and exercises only the powers authorized in the
Letters Patent;
(b) carries on only the activities authorized in the Letters
Patent; and
(c) does not exercise any power or carry on any activity in a
manner contrary to the Letters Patent or the Act.
10.1 Responsabilité des administrateurs relativement aux
Filiales. Les administrateurs sont tenus de prendre toutes les
mesures nécessaires pour veiller à ce que les Filiales de
l’Administration :
a) n’aient et n’exercent que les pouvoirs autorisés dans les
Lettres patentes;
b) n’exercent que les activités autorisées dans les Lettres
patentes;
c) n’exercent aucun de ces pouvoirs ou activités d’une
façon incompatible avec les Lettres patentes ou la Loi.
10.2 Actes constitutifs des Filiales. Les actes constitutifs des
Filiales doivent préciser que la Filiale ne peut exercer aucun pouvoir à titre de mandataire de Sa Majesté.
10.3 Utilisation des biens ou recours aux employés. Avant de
laisser une Filiale utiliser les biens, les services ou les installations, ou faire appel aux employés de l’Administration pour mener à bien ses propres activités ou l’inverse, la Filiale et
l’Administration doivent conclure par écrit une entente selon
laquelle le bénéficiaire convient de payer la juste valeur marchande pour l’utilisation de ces biens, services ou installations, ou
le recours aux employés.
10.4 Droit d’usage obligatoire. Chaque Filiale devra verser un
droit d’usage unique que percevra l’Administration pour chaque
10.2 Constating Documents of Subsidiary. The constating
documents of every Subsidiary shall state that the Subsidiary cannot exercise any power as an agent of Her Majesty.
10.3 Use of Property and Employees. Prior to a Subsidiary
utilizing the property, services, facilities or employees of the
Authority in connection with the Subsidiary’s activities or vice
versa, the Subsidiary and Authority shall enter into a written
agreement whereby the recipient covenants to pay fair market
value for use of such property, services, facilities or employees.
10.4 Mandatory Standby Fee. Every Subsidiary shall pay and
the Authority shall collect from each Subsidiary a one-time
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
23
guarantee standby fee for each Permitted Indemnity or Guarantee
given by or on behalf of the Authority which fee shall be in an
amount not less than one-half of one percent of the maximum
dollar amount of such Permitted Indemnity or Guarantee given by
the Authority.
10.5 Prohibition on Indemnities. Other than Permitted Guarantees or Indemnities, no guarantee, indemnity or other agreement
or commitment may be given by or on behalf of the Authority for
the discharge of an obligation or liability of a Subsidiary, whether
such obligation or liability be contingent or otherwise.
Indemnité ou garantie autorisée accordée par l’Administration ou
en son nom. Ce droit se chiffrera à au moins un demi pour cent de
la valeur maximale de l’Indemnité ou garantie autorisée accordée
par l’Administration.
ARTICLE 11
ARTICLE 11
FEDERAL OBLIGATIONS
OBLIGATIONS FÉDÉRALES
11.1 International and Provincial Obligations. The Authority
shall comply with all obligations applicable to the Authority
arising under any international agreement, convention or arrangement, or any federal-provincial agreement, including:
(a) Agreement on Internal Trade;
(b) North American Free Trade Agreement;
(c) Canada Chile Free Trade Agreement;
(d) World Trade Organization General Agreement on Trade
in Services; and
(e) Port State Control Agreements;
to which Her Majesty is a party, whether such agreement, convention or arrangement, or federal-provincial agreement is entered into before or after the date of issuance of these Letters
Patent.
11.3 Emergency Preparedness. The Authority shall, at the request of the Minister and in accordance with applicable policies
established by Her Majesty from time to time, provide all the
support required by the Minister to fulfil the responsibilities of
the Minister under the Emergency Preparedness Act,
R.S.C. 1985, C. 6 (4th Supp.) with respect to the port.
11.1 Obligations internationales et provinciales. L’Administration est tenue de s’acquitter de toutes les obligations s’appliquant à elle qui découlent d’ententes, de conventions ou
d’accords internationaux ou d’ententes fédérales-provinciales
auxquelles Sa Majesté est partie, que cet accord, cette convention
ou entente, ou entente fédérale-provinciale soit conclu avant ou
après la date de délivrance des présentes Lettres patentes,
notamment :
a) Accord sur le commerce intérieur;
b) Accord de libre-échange nord-américain;
c) Accord de libre-échange Canada-Chili;
d) Accord général sur le commerce des services de
l’Organisation mondiale du commerce;
e) Mémorandums d’entente sur le contrôle des navires par
l’État du port.
11.2 Image de marque. L’Administration doit :
a) mettre le drapeau canadien bien en évidence dans le
port;
b) afficher le mot-symbole « Canada » sur un édifice bien
en évidence dans le port;
c) mettre bien en évidence le mot-symbole « Canada » sur
toutes les utilisations de son identité.
11.3 Protection civile. L’Administration doit, sur demande du
Ministre et conformément aux politiques applicables prises par Sa
Majesté de temps à autre, fournir tout le soutien nécessaire au
Ministre pour s’acquitter des responsabilités qui lui incombent
relativement au port en vertu de la Loi sur la protection civile,
L.R. (1985), ch. 6 (4e suppl.).
ARTICLE 12
ARTICLE 12
BY-LAWS
RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS
12.1 By-Laws. The directors of the Authority may, by resolution,
make, amend or repeal by-laws that regulate the affairs of the
Authority or the duties of officers and employees.
12.1 Règlements administratifs. Les administrateurs peuvent,
par résolution, prendre, modifier ou révoquer des règlements
administratifs portant sur les affaires de l’Administration ou sur
les fonctions de ses dirigeants ou employés.
DÉLIVRÉES sous mon seing et en vigueur ce premier jour de
juillet 1999.
______________________________________
L’honorable David M. Collenette, C.P., député
Ministre des Transports
11.2 Federal Identity. The Authority shall:
(a) display the Canadian flag prominently at the port;
(b) display the “Canada” wordmark on a prominent
building at the port; and
(c) apply the “Canada” wordmark prominently on all the
Authority’s identity applications.
ISSUED under my hand to be effective this 1st day of July, 1999.
_______________________________________
The Honourable David M. Collenette, P.C., M.P.
Minister of Transport
10.5 Interdiction d’indemnités. À l’exception des Garanties et
indemnités autorisées, aucune garantie ou indemnité ou aucun
autre accord ou engagement ne peut être donné par l’Administration ou au nom de celle-ci pour libérer une Filiale d’une obligation ou d’un élément de passif, qu’il s’agisse d’une obligation ou
d’un élément de passif éventuel ou non.
24
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
SCHEDULE A
ANNEXE « A »
NANAIMO PORT AUTHORITY
ADMINISTRATION PORTUAIRE DE NANAÏMO
DESCRIPTION OF NAVIGABLE WATERS
DESCRIPTION DES EAUX NAVIGABLES
All waters lying in that part of the Strait of Georgia adjacent to
the City of Nanaimo, British Columbia, lying within the following described boundaries:
COMMENCING at the point of intersection of the northerly
boundary of District Lot 29, Wellington District with the
high water mark of Horswell Channel;
THENCE southeasterly across Rainbow Channel and Fairway Channel on line with the hydrographic survey brass bolt
as shown on Lot 1, Victoria Land Title Office Plan 18376,
Section 24, Gabriola Island, Nanaimo District to the high
water mark of Gabriola Island;
Toutes les eaux de la partie du détroit de Georgie adjacente à la
Ville de Nanaïmo (Colombie-Britannique) dans le périmètre cidessous :
COMMENÇANT au point d’intersection de la limite nord
du lot de district 29, district de Wellington, et de la ligne des
hautes eaux du chenal Horswell;
DE LÀ vers le sud-est traversant le chenal Rainbow et le
chenal Fairway en ligne avec la tige en laiton de relevé
hydrographique indiquée au lot 1, bureau d’enregistrement
des titres fonciers de Victoria, plan 18376, section 24, île
Gabriola, district de Nanaïmo, jusqu’à la ligne des hautes
eaux de l’île Gabriola;
DE LÀ vers le sud et le sud-est suivant la ligne des hautes
eaux de l’île Gabriola jusqu’au point d’intersection avec la
limite est de la section 28, île Gabriola, district de Nanaïmo,
et le prolongement de cette dernière;
DE LÀ vers le sud traversant le passage dit False Narrows
suivant le prolongement de ladite limite est de la section 28
jusqu’à l’intersection de la ligne des hautes eaux de l’île
Mudge;
DE LÀ vers le nord-ouest, le sud et le sud-est suivant la
ligne des hautes eaux de l’île Mudge jusqu’au point
d’intersection du prolongement est de la limite sud de la
section 22, rang 4, district de Cedar;
DE LÀ vers l’ouest traversant le passage dit Dodd Narrows
suivant ledit prolongement jusqu’à l’intersection de la ligne
des hautes eaux de l’île de Vancouver;
DE LÀ vers l’ouest, le nord et le sud suivant la ligne des
hautes eaux de l’île de Vancouver jusqu’à l’intersection de
la limite est de la section 2, rang 7, district de Nanaïmo;
DE LÀ vers le sud suivant la limite est de ladite section 2,
rang 7, district de Nanaïmo, jusqu’au coin sud-est de cette
dernière;
DE LÀ vers l’ouest suivant ladite limite sud de la section 2,
rang 7, district de Nanaïmo, jusqu’à l’intersection de la ligne
des hautes eaux de la rive est de la rivière Nanaïmo;
THENCE southerly and southeasterly along the high water
mark of Gabriola Island to the intersection point with the
easterly boundary of Section 28, Gabriola Island, Nanaimo
District and the production thereof;
THENCE southerly across False Narrows on the production
of the said easterly boundary of Section 28 to an intersection
with the high water mark of Mudge Island;
THENCE northwesterly, southerly and southeasterly along
the high water mark of Mudge Island to the point of
intersection with the easterly production of the southerly
boundary of Section 22, Range 4, Cedar District;
THENCE westerly across Dodd Narrows along said production to an intersection with the high water mark of
Vancouver Island;
THENCE westerly, northerly and southerly along the high
water mark of Vancouver Island to an intersection with the
easterly boundary of Section 2, Range 7, Nanaimo District;
THENCE southerly along the east boundary of said Section
2, Range 7, Nanaimo District to the southeast corner thereof;
THENCE westerly along the said southerly boundary of
Section 2, Range 7, Nanaimo District to an intersection with
the high water mark of the easterly bank of the Nanaimo
River;
THENCE southerly along the high water mark of the said
Nanaimo River to the point of intersection with the south
boundary of Section 20, Range 7, Cranberry District and the
production thereof;
THENCE westerly along the westerly production of said
south boundary of Section 20, Range 7 to the high water
mark of the westerly bank of the Nanaimo River;
THENCE northerly and westerly along the high water mark
of Nanaimo River and estuary to the most northerly corner
of Lot 1, Victoria Land Title Office Plan 10769, Section 2,
Nanaimo District;
THENCE southwesterly across the Inlet of Nanaimo
Harbour as shown on said Plan 10769 to the most northerly
corner of said Lot 1 lying west of the said Inlet of Nanaimo
Harbour;
THENCE northerly along the high water mark and upland
title boundaries as the case may be to the intersection of the
high water mark of the south bank of the Millstone River
and the Limit of Federal Government Harbour control as
DE LÀ vers le sud suivant la ligne des hautes eaux de ladite
rivière Nanaïmo jusqu’au point d’intersection de la limite
sud de la section 20, rang 7, district Cranberry, et le
prolongement de cette dernière;
DE LÀ vers l’ouest suivant le prolongement ouest de ladite
limite sud de la section 20, rang 7, jusqu’à la ligne des
hautes eaux de la rive ouest de la rivière Nanaïmo;
DE LÀ vers le nord et l’ouest suivant la ligne des hautes
eaux de la rivière Nanaïmo et l’estuaire jusqu’au coin le plus
au nord du lot 1, bureau d’enregistrement des titres fonciers
de Victoria, plan 10769, section 2, district de Nanaïmo;
DE LÀ vers le sud-ouest traversant l’inlet du port de
Nanaïmo indiqué sur ledit plan 10769 jusqu’au coin le plus
au nord dudit lot 1 à l’ouest dudit inlet du port de Nanaïmo;
DE LÀ vers le nord suivant la ligne des hautes eaux et les
limites des hautes terres, selon les titres, jusqu’à l’intersection de la ligne des hautes eaux de la rive sud de la rivière
Millstone et la limite du secteur portuaire contrôlé par le
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
shown on Plan No. DF-96728 on file in the Victoria Land
Title Office;
THENCE northerly along the said Limit of Federal Government Harbour control to the high water mark of the
northerly bank of said Millstone River as shown on said
Plan No. DF-96728 deposited in the Victoria Land Title
Office;
THENCE northerly along the high water mark and upland
title boundaries as the case may be to the point of
commencement.
25
gouvernement fédéral selon le plan no DF-96728 déposé au
bureau d’enregistrement des titres fonciers de Victoria;
DE LÀ vers le nord suivant ladite limite du secteur portuaire
contrôlé par le gouvernement fédéral jusqu’à la ligne des
hautes eaux de la rive nord de ladite rivière Millstone selon
ledit plan no DF-96728 déposé au bureau d’enregistrement
des titres fonciers de Victoria;
DE LÀ vers le nord suivant la ligne des hautes eaux et les
limites des hautes terres, selon les titres, jusqu’au point de
départ.
SCHEDULE B
ANNEXE « B »
NANAIMO PORT AUTHORITY
ADMINISTRATION PORTUAIRE DE NANAÏMO
DESCRIPTION OF FEDERAL REAL PROPERTY
DESCRIPTION DES IMMEUBLES FÉDÉRAUX
1. All that part of the Bed of the Public Harbour of Nanaimo,
lying within the following described boundaries:
Commencing at a point on the north limit of the Nanaimo
Federal Harbour as shown on Posting Plan 04046 and Plan
No. DF-96728 and more particularly described as Angle
57A, Harbour Headline, 1957 as shown on a plan of the
Harbour Headline prepared by Hewett and Smythies, British
Columbia Land Surveyors in 1957, and numbered 5T267 on
deposit with the Ministry of Environment, Lands and Parks
of the Province of British Columbia;
THENCE southerly and easterly along said Harbour
Headline, 1957 to Angle 57 in said Harbour Headline;
THENCE southerly and easterly along said Harbour
Headline, 1957 to Angle 56 in said Harbour Headline;
THENCE southerly and easterly along said Harbour
Headline, 1957 to Angle 55 in said Harbour Headline;
THENCE southerly and easterly along said Harbour
Headline, 1957 to Angle 54 in said Harbour Headline, said
point now known as Angle 34, Harbour Headline 1978 as
shown on Posting Plan 04046;
THENCE northerly and easterly along said Harbour
Headline, 1978 to Angle 33 in said Harbour Headline;
THENCE northerly and easterly along said Harbour
Headline, 1978 to Angle 32 in said Harbour Headline;
THENCE southerly and easterly along said Harbour
Headline, 1978 to Angle 31 in said Harbour Headline;
THENCE northerly and easterly along said Harbour
Headline, 1978 to Angle 30 in said Harbour Headline, said
point being on an easterly limit of the Nanaimo Federal
Harbour;
THENCE southerly and easterly along said easterly limit and
production thereof through Angle 29 in said Harbour
Headline to the point of intersection with the title boundary
of Plan 14111, Douglas Island (also known as Protection
Island), Nanaimo District;
THENCE southerly, easterly and southerly along the said
title boundary of Plan 14111 to the most southerly corner of
Lot 344 as shown on the said Plan 14111, said point being
the northwest corner of Lane shown on Plan 21569, Douglas
Island (also known as Protection Island), Nanaimo District;
THENCE southwesterly and southeasterly along the title
boundary of the said Plan 21569 to the northwest corner of
Lot 1, Plan 14550, Douglas Island (also known as Protection
Island), Nanaimo District;
1. La totalité du lit du port public de Nanaïmo dans le périmètre suivant :
Commençant à un point de la limite nord du port fédéral de
Nanaïmo selon le plan affiché 04046 et le plan no DF-96728
et décrit comme étant l’angle 57A, ligne de démarcation
(1957) selon le plan de la ligne de démarcation préparé par
Hewett and Smythies, arpenteurs-géomètres de la ColombieBritannique en 1957, déposé sous le numéro 5T267 au
ministère de l’Environnement, des Terres et des Parcs de la
Province de la Colombie-Britannique;
de là vers le sud et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1957) jusqu’à l’angle 57 de ladite ligne de démarcation;
de là vers le sud et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1957) jusqu’à l’angle 56 de ladite ligne de démarcation;
de là vers le sud et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1957) jusqu’à l’angle 55 de ladite ligne de démarcation;
de là vers le sud et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1957) jusqu’à l’angle 54 de ladite ligne de démarcation,
ledit point étant maintenant désigné angle 34, ligne de
démarcation (1978), selon le plan affiché 04046;
de là vers le nord et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1978) jusqu’à l’angle 33 de ladite ligne de démarcation;
de là vers le nord et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1978) jusqu’à l’angle 32 de ladite ligne de démarcation;
de là vers le sud et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1978) jusqu’à l’angle 31 de ladite ligne de démarcation;
de là vers le nord et l’est suivant ladite ligne de démarcation
(1978) jusqu’à l’angle 30 de ladite ligne de démarcation,
ledit point étant sur une limite est du port fédéral de
Nanaïmo;
de là vers le sud et l’est suivant ladite limite est et son
prolongement jusqu’à l’angle 29 de ladite ligne de
démarcation jusqu’au point d’intersection de la limite de
titre du plan 14111, île Douglas (aussi appelée île
Protection), district de Nanaïmo;
de là vers le sud, l’est et le sud suivant ladite limite de titre
du plan 14111 jusqu’au coin le plus au sud du lot 344 selon
ledit plan 14111, ledit point étant le coin nord-ouest d’une
voie selon le plan 21569, île Douglas (aussi appelée île
Protection), district de Nanaïmo;
de là vers le sud-ouest et le sud-est suivant la limite de titre
dudit plan 21569 jusqu’au coin nord-ouest du lot 1, plan
14550, île Douglas (aussi appelée île Protection), district de
Nanaïmo;
26
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
THENCE southerly and easterly along the title boundary of
the said Lot 1, Plan 14550, to the point of intersection with
the northeasterly production of a limit of the Nanaimo
Federal Harbour, said limit being the line between Angles
17 and 26 and the production thereof as shown on Posting
Plan 04046;
THENCE southerly and westerly along said Nanaimo
Federal Harbour limit to the said Angle 17, said point being
the northeast corner of Foreshore Lot 115, Nanaimo District
as recorded in the Office of the Surveyor General, Victoria,
British Columbia;
THENCE southerly along the easterly boundary of the said
Lot 115 to the point of intersection with the north boundary
of Foreshore Lot 116, Nanaimo District as recorded in the
Office of the Surveyor General, Victoria, British Columbia;
THENCE easterly along the north boundary of the said
Lot 116 to the northeast corner thereof;
THENCE southerly along the east boundary of the said
Lot 116 to the southeast corner thereof;
THENCE westerly along the south boundary of the said
Lot 116 to the point of intersection with the east boundary
of the aforementioned Lot 115;
THENCE southerly along the east boundary of the said
Lot 115 to the southeast corner thereof;
THENCE westerly along the south boundary of the said
Lot 115 to the southwest corner thereof, said corner being
Station F of the said Harbour Headline, 1957;
THENCE northerly along the west boundary of the said
Lot 115 to the southwest corner of Foreshore Lot 89,
Nanaimo District, as recorded in the Office of the Surveyor
General, Victoria, British Columbia;
THENCE easterly, northerly and westerly along the
boundaries of the said Lot 89 to the northwest corner
thereof, said point being the point of intersection of the
north boundary of the said Lot 89 and the west boundary of
the aforementioned Lot 115;
THENCE northerly and westerly along the west boundary of
the said Lot 115 and the west boundary of Foreshore
Lot 114, Nanaimo District as recorded in the Office of the
Surveyor General, Victoria, British Columbia, to the
northwest corner of the said Lot 114, said corner being
Station H of the said Harbour Headline, 1957;
THENCE northerly and easterly along the north boundary of
the said Lot 114 to the northeast corner thereof;
THENCE northerly and easterly along the production of the
said north boundary of Lot 114 to an easterly corner of
Parcel C of Lot 1, Plan 6675 as shown on Plan 726-R,
Section 1, and the Bed of the Public Harbour of Nanaimo,
Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundaries of the said Parcel C and Lot 1 to the most
northerly corner of the said Lot 1, said corner being the most
easterly corner of Lot C, Plan 50483, of Section 1, and the
Bed of the Public Harbour of Nanaimo, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the northeast title
boundary of the said Lot C to the most northerly corner
thereof, said corner being an easterly corner of Right of Way
as shown on Plan 42046, Section 1 and the Bed of the
Public Harbour, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the northeast
boundary of said Right of Way to the most northerly corner
thereof being an easterly corner of Lot 3, Plan VIP56603,
Section 1 and the Bed of the Public Harbour of Nanaimo,
Nanaimo District;
June 26, 1999
de là vers le sud et l’est suivant la limite de titre dudit lot 1,
plan 14550, jusqu’au point d’intersection du prolongement
nord-est d’une limite du port fédéral de Nanaïmo, ladite
limite étant la ligne entre les angles 17 et 26 et son
prolongement selon le plan affiché 04046;
de là vers le sud et l’ouest suivant ladite limite du port
fédéral de Nanaïmo jusque audit angle 17, ledit point étant
le coin nord-est du lot riverain 115, district de Nanaïmo,
consigné au bureau de l’arpenteur général, Victoria
(Colombie-Britannique);
de là vers le sud suivant la limite est dudit lot 115 jusqu’au
point d’intersection de la limite nord du lot riverain 116,
district de Nanaïmo, consigné au bureau de l’arpenteur
général, Victoria (Colombie-Britannique);
de là vers l’est suivant la limite nord dudit lot 116 jusqu’au
coin nord-est de ce dernier;
de là vers le sud suivant la limite est dudit lot 116 jusqu’au
coin sud-est de ce dernier;
de là vers l’ouest suivant la limite sud dudit lot 116 jusqu’au
point d’intersection de la limite est du lot 115 susmentionné;
de là vers le sud suivant la limite est dudit lot 115 jusqu’au
coin sud-est de ce dernier;
de là vers l’ouest suivant la limite sud dudit lot 115 jusqu’au
coin sud-ouest de ce dernier, ledit coin étant la station F de
ladite ligne de démarcation (1957);
de là vers le nord suivant la limite ouest dudit lot 115
jusqu’au coin sud-ouest du lot riverain 89, district de
Nanaïmo, consigné au bureau de l’arpenteur général,
Victoria (Colombie-Britannique);
de là vers l’est, le nord et l’ouest suivant les limites dudit
lot 89 jusqu’au coin nord-ouest de ce dernier, ledit point
étant le point d’intersection de la limite nord dudit lot 89 et
la limite ouest du lot 115 susmentionné;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite ouest dudit
lot 115 et la limite ouest du lot riverain 114, district de
Nanaïmo, consigné au bureau de l’arpenteur général,
Victoria (Colombie-Britannique), jusqu’au coin nord-ouest
dudit lot 114, ledit coin étant la station H de ladite ligne de
démarcation (1957);
de là vers le nord et l’est suivant la limite nord dudit lot 114
jusqu’au coin nord-est de ce dernier;
de là vers le nord et l’est suivant le prolongement de ladite
limite nord du lot 114 jusqu’au coin est de la parcelle C du
lot 1, plan 6675, selon le plan 726-R, section 1, et le lit du
port public de Nanaïmo, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant les limites est de titre de
ladite parcelle C et du lot 1 jusqu’au coin le plus au nord
dudit lot 1, ledit coin étant le coin le plus à l’est du lot C,
plan 50483, de la section 1, et le lit du port public de
Nanaïmo, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite nord-est de titre
dudit lot C jusqu’au coin le plus au nord de ce dernier, ledit
coin étant le coin est du droit de passage indiqué sur le plan
42046, section 1 et le lit du port public, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite nord-est dudit
droit de passage jusqu’au coin le plus au nord de ce dernier
étant le coin est du lot 3, plan VIP56603, section 1 et le lit
du port public de Nanaïmo, district de Nanaïmo;
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
THENCE northwesterly, southwesterly, southeasterly and
southwesterly along the title boundaries of the said Lot 3 to
the most westerly corner of the said Lot 3, said corner being
at the point of intersection with a northeast title boundary of
Lot 2, Plan VIP63076, Section 1, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the said northeast
title boundary of Lot 2 to the most northerly corner thereof;
THENCE northerly and westerly along the east boundary of
Wharf Street to the southwest corner of Lot 2 (DD 33526N),
Block 61A, Plan 584, Section 1, Nanaimo District;
THENCE easterly, southerly, northerly and westerly along
the title boundaries of the said Lot 2 (DD 33526N) to the
most westerly corner thereof, said corner being the most
northerly corner of the Remainder of Lot 1 (DD 33526N),
Block 61A, Plan 584, Section 1, Nanaimo District;
THENCE northerly, easterly and westerly along the easterly
title boundaries of Lot A, Plan 44834; Remainder of Lot D,
Amended Plan 2962; Lot A, Plan 42590; and the Remainder
of Block 56, Plan 584, all of Section 1, Nanaimo District to
the northwest corner of Lot 29 in said Block 56, Plan 584;
THENCE along the high water mark of Nanaimo Harbour as
shown on the said Plan 584 to the most easterly corner of
the Remainder of Lot A, Plan 40696, Section 1, Nanaimo
District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundary of the said Remainder of Lot A to the most
southerly corner of that part of the Bed of Nanaimo
Harbour, Nanaimo District, shown included in Plan 50116;
THENCE northeasterly, northwesterly, northerly and
southwesterly along the boundaries of the said Plan 50116
to the most westerly corner thereof, said corner being the
southeast corner of the Remainder of Lot 4, Block 51, Plan
584, Section 1 Nanaimo District;
THENCE northerly and easterly along the south boundary of
Plan 1598R, Nanaimo District, 359.664 metres;
THENCE northerly and westerly at right angles the said
south boundary, 100.584 metres more or less to the point of
intersection with a line drawn northeasterly from the
northeast corner of Lot 8, in said Block 51 and parallel to
the south boundary of the said Plan 1598R, Nanaimo
District;
THENCE southerly and westerly along said line, 362.712
metres more or less to the said northeast corner of Lot 8 as
shown coloured red on plan deposited under No. 18177N,
said corner being the southeast corner of Lot 2, Plan 5931,
Section 1, Nanaimo District;
THENCE northwesterly and southwesterly along the
northerly boundaries of Lots 2 and 1 of the said Plan 5931
and Arena Street to the point of intersection with the limit of
Federal Government Harbour Control as shown on Plan No.
DF-96728;
THENCE northerly along the said limit of Federal
Government Harbour Control to the point of intersection
with the southeast boundary of Newcastle Avenue, being the
high water mark and title boundary as shown on Plan 584,
Section 1, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the said title
boundary of Plan 584 to the southeast corner of Lot 1,
Plan 37400, Part of the Bed of Nanaimo Harbour, Nanaimo
District;
THENCE northerly along the east boundary of the said Lot 1
to the southwest corner of Lot 2 of the said Plan 37400;
THENCE northerly and easterly along the south boundary of
the said Lot 2 to the southeast corner thereof;
27
de là vers le nord-ouest, le sud-ouest, le sud-est et le sudouest suivant les limites de titre dudit lot 3 jusqu’au coin le
plus à l’ouest dudit lot 3, ledit coin étant le point
d’intersection de la limite nord-est de titre du lot 2, plan
VIP63076, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant ladite limite nord-est de
titre du lot 2 jusqu’au coin le plus au nord de ce dernier;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de la rue
Wharf jusqu’au coin sud-ouest du lot 2 (DD 33526N), bloc
61A, plan 584, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers l’est, le sud, le nord et l’ouest suivant les limites
de titre dudit lot 2 (DD 33526N) jusqu’au coin le plus à
l’ouest de ce dernier, ledit coin étant le coin le plus au nord
du reste du lot 1 (DD 33526N), bloc 61A, plan 584, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord, l’est et l’ouest suivant les limites est de
titre du lot A, plan 44834; le reste du lot D, plan modifié
2962; lot A, plan 42590; et le reste du bloc 56, plan 584, la
totalité de la section 1, district de Nanaïmo jusqu’au coin
nord-ouest du lot 29 dudit bloc 56, plan 584;
de là suivant la ligne des hautes eaux du port de Nanaïmo
selon ledit plan 584 jusqu’au coin le plus à l’est du reste du
lot A, plan 40696, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de titre du
reste du lot A jusqu’au coin le plus au sud de la partie du lit
du port de Nanaïmo, district de Nanaïmo, selon le
plan 50116;
de là vers le nord-est, le nord-ouest, le nord et le sud-ouest
suivant les limites dudit plan 50116 jusqu’au coin le plus à
l’ouest de ce dernier, ledit coin étant le coin sud-est du reste
du lot 4, bloc 51, plan 584, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’est suivant la limite sud du plan
1598R, district de Nanaïmo, sur 359,664 mètres;
de là vers le nord et l’ouest suivant des angles droits de
ladite limite sud, sur plus ou moins 100,584 mètres jusqu’au
point d’intersection avec une ligne tirée vers le nord-est à
partir du coin nord-est du lot 8, dudit bloc 51 et parallèle à
la limite sud dudit plan 1598R, district de Nanaïmo;
de là vers le sud et l’ouest suivant ladite ligne, sur plus ou
moins 362,712 mètres jusqu’au coin nord-est du lot 8 tel
qu’indiqué en rouge sur le plan déposé sous le numéro
18177N, ledit coin étant le coin sud-est du lot 2, plan 5931,
section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord-ouest et le sud-ouest suivant les limites
nord des lots 2 et 1 dudit plan 5931 et de la rue Arena
jusqu’au point d’intersection avec la limite du secteur
portuaire contrôlé par le gouvernement fédéral selon le plan
no DF-96728;
de là vers le nord suivant ladite limite du secteur portuaire
contrôlé par le gouvernement fédéral jusqu’au point
d’intersection avec la limite sud-est de l’avenue Newcastle,
étant la ligne des hautes eaux et la limite de titre selon le
plan 584, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant ladite limite de titre du
plan 584 jusqu’au coin sud-est du lot 1, plan 37400, partie
du lit du port de Nanaïmo, district de Nanaïmo;
de là vers le nord suivant la limite est dudit lot 1 jusqu’au
coin sud-ouest du lot 2 dudit plan 37400;
de là vers le nord et l’est suivant la limite sud dudit lot 2
jusqu’au coin sud-est de ce dernier;
28
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
THENCE northerly and westerly along the easterly boundary
of the said Lot 2 and the northwesterly production thereof to
the northeast corner of Crown Grant filed 84070-N and
dated June 21, 1915;
THENCE southerly and westerly and parallel to the south
boundary of the said Lot 2 along the north boundary of the
said Crown Grant to the northwest corner thereof, said corner being at the point of intersection with the east boundary
of the aforementioned Lot 1;
THENCE northerly and westerly along the east boundary of
the said Lot 1 to the northeast corner thereof;
THENCE southerly and westerly along the north boundary
of the said Lot 1 to the southwest corner thereof, said corner
being the southeast corner of Townsite Road;
THENCE northerly and westerly along the east boundary
of Townsite Road to the southeast corner of Strata
Plan VIS2861, District Lot 96-G, Newcastle Reserve, Section 1 and District Lot 96-A, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundary of the said Strata Plan VIS2861 to the northeast
corner thereof, said corner being the southeast corner of
Strata Plan VIS3437, District Lot 96-G, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundary of the said Strata Plan VIS3437 to the northwest
corner thereof, said corner being the southeast corner of
Lot 1, Plan VIP56404, District Lot 96-G, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundary of the said Lot 1 to the northeast corner thereof,
said corner being the southeast corner of Cypress Street;
THENCE northerly and westerly along the east boundary of
the said Cypress Street to the northeast corner thereof, said
corner being the southeast corner of Block 39, Plan 2039,
Lot 96-G, Newcastle Reserve, Section 1, Nanaimo District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundaries of the said Block 39; Parcel L (DD 14085-N) of
Lots 96-B and 96-G; Block 33, Plan 2039; Parcel A; Block
40, Plan 2039, Lot 96-B, all of Section 1, Nanaimo District;
Lots 2 and 1, Block 84; Closed Road (11897-N) and Lots 4,
3, 2 and 1 of Block 113 all of Plan 366, Newcastle Townsite, Section 1, Nanaimo District to the most northerly corner of the said Lot 1, Block 113, Plan 366;
THENCE northerly and westerly along a northerly boundary
of Stewart Avenue (Plan 1402 RW) as shown on the said
Plan 366 to the northeast corner of Lot 5, Block 114, Plan
366;
THENCE northerly and westerly along the northeast boundary of the said Lot 5, Block 114 to the southeast corner of
Lot 3, Plan 3892, Newcastle Townsite, Section 1, Nanaimo
District;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundaries of Lots 3, 2 and 1 of the said Plan 3892 to the
northeast corner of the said Lot 1;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundary of the Remainder of District Lot 15 as shown on
Plan DD 15411 to the most southerly corner of road dedication as shown on Reference Plan of Part of Newcastle Island
Passage Fronting Lot 15 as Shown on Plan Filed Under DD
15411-I and Plan 1402 R/W, Both of Section 1, Nanaimo
District, certified correct by William R. Hutchin-son, British
Columbia Land Surveyor on December 11, 1989;
THENCE northerly and westerly along the east boundary of
said road dedication as shown on said Reference Plan to the
point of intersection with the easterly boundary of Stewart
Avenue as shown on Plan 1402 RW;
June 26, 1999
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est dudit lot 2 et
le prolongement nord-ouest de ce dernier jusqu’au coin
nord-est de la concession de la Couronne déposée sous le
numéro 84070-N et datée du 21 juin 1915;
de là vers le sud et l’ouest et parallèlement à la limite sud
dudit lot 2 suivant la limite nord de ladite concession de la
Couronne jusqu’au coin nord-ouest de cette dernière, ledit
coin étant au point d’intersection avec la limite est du lot 1
susmentionné;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est dudit lot 1
jusqu’au coin nord-est de ce dernier;
de là vers le sud et l’ouest suivant la limite nord dudit lot 1
jusqu’au coin sud-ouest de ce dernier, ledit coin étant le coin
sud-est du chemin Townsite;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est du chemin
Townsite jusqu’au coin sud-est du plan de copropriété
VIS2861, lot de district 96-G, réserve Newcastle, section 1,
et lot de district 96-A, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de titre dudit
plan de copropriété VIS2861 jusqu’au coin nord-est de ce
dernier, ledit coin étant le coin sud-est du plan de copropriété VIS3437, lot de district 96-G, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de titre dudit
plan de copropriété VIS3437 jusqu’au coin nord-ouest de ce
dernier, ledit coin étant le coin sud-est du lot 1, plan
VIP56404, lot de district 96-G, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de titre dudit
lot 1 jusqu’au coin nord-est de ce dernier, ledit coin étant le
coin sud-est de la rue Cypress;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de ladite rue
Cypress jusqu’au coin nord-est de cette dernière, ledit coin
étant le coin sud-est du bloc 39, plan 2039, lot 96-G, réserve
Newcastle, section 1, district de Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant les limites est de titre
dudit bloc 39; parcelle L (DD 1408--N) des lots 96-B et 96G; bloc 33, plan 2039; parcelle A; bloc 40, plan 2039,
lot 96-B, la totalité de la section 1, district de Nanaïmo; lots
2 et 1, bloc 84; route fermée (11897-N) et lots 4, 3, 2 et 1 du
bloc 113, tous du plan 366 du lotissement urbain de Newcastle, section 1, district de Nanaïmo jusqu’au coin le plus
au nord dudit lot 1, bloc 113, plan 366;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite nord de
l’avenue Stewart (plan 1402 RW) selon ledit plan 366
jusqu’au coin nord-est du lot 5, bloc 114, plan 366;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite nord-est dudit
lot 5, bloc 114 jusqu’au coin sud-est du lot 3, plan 3892,
lotissement urbain de Newcastle, section 1, district de
Nanaïmo;
de là vers le nord et l’ouest suivant les limites est des lots 3,
2 et 1 dudit plan 3892 jusqu’au coin nord-est dudit lot 1;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de titre du
reste du lot de district 15 selon le plan DD 15411 jusqu’au
coin le plus au sud de la route désignée indiquée sur le plan
de référence de la partie du passage de l’île Newcastle devant le lot 15 selon le plan déposé sous le numéro DD
15411-I et le plan 1402 R/W, tous deux de la section 1, district de Nanaïmo, certifiés corrects par William R. Hutchinson, arpenteur-géomètre de la Colombie-Britannique le
11 décembre 1989;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de ladite
route désignée selon le plan de référence jusqu’au point
d’intersection de la limite est de l’avenue Stewart selon le
plan 1402 RW;
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
THENCE northerly and westerly along the said east boundary of Stewart Avenue to the southwest corner of That Part
of Lot 7, Block 3, Plan 5753, Newcastle Reserve, Section 1,
Nanaimo District lying east of the east boundary of the said
Stewart Avenue;
THENCE easterly to the southeast corner of the said Lot 7,
Block 3, Plan 5753;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundaries of the said Lot 7, and Lots 6, 5, 4, 3, 2 and 1 all
of the said Block 3, Plan 5753 to the northeast corner of the
said Lot 1, said corner being the southeast corner of Larch
Street;
THENCE northerly and westerly along the east boundary of
the said Larch Street to the northeast corner thereof; said
corner being the southeast corner of Lot 5, Block 2,
Plan 5753;
THENCE northerly and westerly along the easterly title
boundaries of the said Lot 5 and Lots 4, 3, 2 and Parcel A
(DD E66963) of Lot 1, all of the said Block 2, Plan 5753 to
the northeast corner of the said Parcel A (DD E66963) of
Lot 1, said point being the southwest corner of Foreshore
Lot 208 as shown on Plan of Leasehold of a Portion of the
Bed of Newcastle Island Passage Fronting Poplar Street and
Stewart Avenue, Both of Section 1, Nanaimo District, certified correct by Leigh A. Millan, British Columbia Land Surveyor on September 26, 1996 and on record in the Offices of
the Nanaimo Port Authority, Nanaimo, British Columbia;
THENCE northerly and westerly along the west boundary of
the said Foreshore Lot 208 to the northwest corner thereof,
said corner lying on the northerly limit of the Nanaimo Federal Harbour as shown on Posting Plan 04046 and Plan
No. DF-96728;
THENCE easterly along said northerly limit of the Nanaimo
Federal Harbour to the point of commencement.
Commencing at the southeast corner of Lot 1, Block G, Plan
1832 OS, said point being Station D, Harbour Headline,
1957 as shown on a plan of the Harbour Headline prepared
by Hewett and Smythies, British Columbia Land Surveyors
in 1957, and numbered 5T267 on deposit with the Ministry
of Environment, Lands and Parks of the Province of British
Columbia;
THENCE northerly along the ordinary high water mark as
shown on the said Plan 1832 OS to the southeast corner of
Lot 12, Block L of the said Plan 1832 OS;
THENCE northerly and easterly along a straight line to a
point of intersection with the line drawn between Stations E
and F, said Harbour Headline, 1957, said point lying
182.000 metres more or less southerly of the said Station F;
THENCE southerly along said straight line between said
Stations E and F to Station E;
THENCE westerly along a straight line to the point of commencement.
Saving and excluding from the lands described in paragraph 1
above:
(a) lands registered in the name of a person other than the
Crown in Right of Canada, Her Majesty the Queen in
Right of Canada, Her Majesty the Queen in Right of the
Dominion of Canada, His Majesty the King in Right of
Canada, His Majesty the King in Right of the Dominion
of Canada, or any other name used to designate Her
Majesty; and
(b) federal real property under the administration of a
member of The Queen’s Privy Council for Canada other
29
de là vers le nord et l’ouest suivant ladite limite est de
l’avenue Stewart jusqu’au coin sud-ouest de cette partie du
lot 7, bloc 3, plan 5753, réserve Newcastle, section 1, district de Nanaïmo à l’est de la limite est de ladite rue Stewart;
de là vers l’est jusqu’au coin sud-est dudit lot 7, bloc 3,
plan 5753;
de là vers le nord et l’ouest suivant les limites est de titre
dudit lot 7, et les lots 6, 5, 4, 3, 2 et 1, tous dudit bloc 3,
plan 5753, jusqu’au coin nord-est dudit lot 1, ledit coin étant
le coin sud-est de la rue Larch;
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite est de ladite rue
Larch jusqu’au coin nord-est de cette dernière, ledit coin
étant le coin sud-est du lot 5, bloc 2, plan 5753;
de là vers le nord et l’ouest suivant les limites est de titre
dudit lot 5, des lots 4, 3, 2 et de la parcelle A (DD E66963)
du lot 1, tous dudit bloc 2, plan 5753 jusqu’au coin nord-est
de ladite parcelle A (DD E66963) du lot 1, ledit point étant
le coin sud-ouest du lot riverain 208 selon le plan du bail
d’une portion du lit du passage de l’île Newcastle devant la
rue Poplar et l’avenue Stewart, les deux de la section 1, district de Nanaïmo, certifié correct par Leigh A. Millan, arpenteur-géomètre de la Colombie-Britannique le 26 septembre
1996 et consigné aux bureaux de l’Administration portuaire
de Nanaïmo, Nanaïmo (Colombie-Britannique);
de là vers le nord et l’ouest suivant la limite ouest dudit lot
riverain 208 jusqu’au coin nord-ouest de ce dernier, ledit
coin étant sur la limite nord du port fédéral de Nanaïmo selon le plan affiché 04046 et le plan no DF-96728;
de là vers l’est suivant ladite limite nord du port fédéral de
Nanaïmo jusqu’au point de départ.
Commençant au coin sud-est du lot 1, bloc G, plan 1832
OS, ledit point étant la station D, ligne de démarcation
(1957) selon un plan de la ligne de démarcation préparé par
Hewett and Smythies, arpenteurs-géomètres de la ColombieBritannique en 1957, et déposé sous le numéro 5T267 au
ministère de l’Environnement, des Terres et des Parcs de la
Province de la Colombie-Britannique;
de là vers le nord suivant la ligne ordinaire des hautes eaux
selon ledit plan 1832 OS jusqu’au coin sud-est du lot 12,
bloc L dudit plan 1832 OS;
de là vers le nord et l’est suivant une ligne droite jusqu’au
point d’intersection de la ligne tirée entre les stations E et F,
ladite ligne de démarcation (1957), ledit point étant plus ou
moins à 182,000 mètres au sud de ladite station F;
de là vers le sud suivant ladite ligne droite entre les
stations E et F jusqu’à la station E;
de là vers l’ouest suivant une ligne droite jusqu’au point de
départ.
Sont exclus des terrains décrits à l’article 1 ci-dessus :
a) les terrains enregistrés au nom d’une personne autre que
la Couronne aux droits du Canada, Sa Majesté la Reine
du chef du Canada, Sa Majesté la Reine du chef du
Dominion du Canada, Sa Majesté le Roi du chef du
Canada, Sa Majesté le Roi du chef du Dominion du
Canada ou tout autre nom utilisé pour désigner Sa
Majesté;
b) les immeubles fédéraux dont l’administration relève
d’un membre du Conseil privé de la Reine pour le
Canada autre que le ministre des Transports ou tout
30
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
than the Minister of Transport or any successor thereto,
where that member has not given consent to the
Minister in accordance with paragraph 44(2)(b) of the
Act.
successeur si ce membre n’a pas donné son consentement au ministre conformément à l’alinéa 44(2)b) de
la LMC.
2. The following lands, to the extent such lands are not otherwise
described in paragraph 1 above:
2. Les terrains suivants, dans la mesure où ces terrains ne sont pas
décrits à l’article 1 ci-dessus :
PID Number
Description
Numéro IDP
Description
008-822-417
Lot 1 (DD 33525N), Block 61A, Section 1, Nanaimo District,
Plan 584 except that part outlined in red on Plan 1844R and
except that part outlined in red on Plan attached to DD C13688
008-822-417
Lot 1 (DD 33525N), bloc 61A, section 1, district de Nanaïmo,
plan 584 à l’exception de la partie en rouge dans le plan 1844R
et la partie en rouge dans le plan annexé à DD C13688
008-822-484
Lot 2 (DD 33526N), Block 61A, Section 1, Nanaimo District,
Plan 584
008-822-484
Lot 2 (DD 33526N), bloc 61A, section 1, district de Nanaïmo,
plan 584
023-978-937
Lot A, Sections 4 and 5, Range 8, Section 9 and District
Lots 370 and 429, Nanaimo District, Plan VIP65794
023-978-937
Lot A, sections 4 et 5, rang 8, section 9, et lots de district 370
et 429, district de Nanaïmo, plan VIP65794
015-880-796
Part of the Bed of Nanaimo Harbour, Nanaimo District, shown
included in Plan 50116
015-880-796
Une partie du lit du port de Nanaïmo, district de Nanaïmo,
selon le plan 50116
016-054-997
Lot C, of Section 1 and of Part of the Bed of the Public
Harbour of Nanaimo, Nanaimo District, Plan 50483
016-054-997
Lot C, de la section 1 et une partie du lit du port public de
Nanaïmo, district de Nanaïmo, plan 50483
000-257-699
Lot A, Section 1, Nanaimo District, Plan 40696, except that
part in Plan VIP52605
000-257-699
Lot A, section 1, district de Nanaïmo, plan 40696, à
l’exception de la partie dans le plan VIP52605
018-262-228
Lot 3, of Section 1, and of Part of the Bed of the Public
Harbour of Nanaimo, Nanaimo District, Plan VIP56603
018-262-228
Lot 3, de la section 1, et de la partie du lit du port public de
Nanaïmo, district de Nanaïmo, plan VIP56603
and:
ainsi que :
INSTRUMENT
DESCRIPTION
INSTRUMENT
DESCRIPTION
Provincial Order in Council No. 1810
dated May 21, 1971
Lot 113, Nanaimo District shown on
Plan 14 Tube 995 that is on deposit
with the office of the Surveyor General
Décret provincial no 1810 daté du
21 mai 1971
Lot 113, district de Nanaïmo, selon le
plan 14, tube 995, déposé au bureau de
l’arpenteur général
Provincial Order in Council No. 124
dated January 22, 1987
Lot 447, Nanaimo District Shown on
Plan 8 Tube 1231 that is on deposit
with the office of the Surveyor General
Décret provincial no 124 daté du
22 janvier 1987
Lot 447, district de Nanaïmo selon le
plan 8, tube 1231, déposé au bureau de
l’arpenteur général
save and except the federal real property listed above under the
administration of a member of The Queen’s Privy Council for
Canada other than the Minister of Transport or any successor
thereto, where that member has not given consent to the Minister
in accordance with paragraph 44(2)(b) of the Act.
à l’exception des immeubles fédéraux décrits ci-dessus dont
l’administration relève d’un membre du Conseil privé de la Reine
pour le Canada autre que le ministre des Transports ou tout successeur si ce membre n’a pas donné son consentement au ministre
conformément à l’alinéa 44(2)b) de la LMC.
3. The following other interests in land, to the extent they are
interests in land in accordance with the Federal Real Property
Act:
3. Les autres intérêts fonciers suivants dans la mesure où il s’agit
d’intérêts fonciers conformément à la Loi sur les immeubles
fédéraux :
INTEREST
Leasehold interest granted pursuant to
the Indenture dated November 1, 1962
between Her Majesty the Queen in
right of the Province of British
Columbia and Nanaimo Harbour
Commissioners, and Modification
Agreement dated May 4, 1979
between Her Majesty the Queen in
Right of the Province of British
Columbia and Nanaimo Harbour
Commission
Mortgage granted pursuant to the
mortgage dated June 25, 1992
between Cairo Developments 2 Ltd.
and Nanaimo Harbour Commission
and modified by the Modification of
Mortgage dated January 26, 1995
between Cairo Developments 2 Ltd.
and Nanaimo Harbour Commission
registered as Encumbrance
Numbers EF83580 and EJ14954
against title number EH113858
LANDS TO WHICH
INTEREST RELATES
Those ungranted foreshore lands and
lands covered by water, vested in the
Province and within the boundaries of
the Nanaimo Harbour, as more
particularly shown hatched in green
on the plan annexed as Schedule “A”
to the Modification Agreement
Strata Lot 37, District Lot 96G,
Newcastle Reserve, Section 1, Strata
Plan VIS2861 together with an
interest in the Common Property in
proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
INTÉRÊT
Intérêt à bail concédé conformément à
l’acte formaliste bilatéral daté du 1er
novembre 1962 entre Sa Majesté la
Reine du chef de la Province de la
Colombie-Britannique et les
Commissaires du port de Nanaïmo, et
l’entente de modification datée du
4 mai 1979 entre Sa Majesté la Reine
du chef de la Province de la
Colombie-Britannique et la
Commission portuaire de Nanaïmo
TERRAINS VISÉS
Les terrains de l’estran et les terrains
couverts d’eau non concédés, confiés
à la Province et se trouvant dans le
périmètre du port de Nanaïmo,
indiqués en vert dans le plan joint en
annexe « A » à l’entente de
modification
Hypothèque concédée conformément
à l’hypothèque datée du 25 juin 1992
entre Cairo Developments 2 Ltd. et la
Commission portuaire de Nanaïmo et
modifiée par la modification
d’hypothèque datée du 26 janvier
1995 entre Cairo Developments 2 Ltd.
et la Commission portuaire de
Nanaïmo enregistrée comme les
grèvements nos EF83580 et EJ14954
du titre EH113858
Lot de copropriété 37, lot de district
96G, réserve Newcastle, section 1,
plan de copropriété VIS2861 ainsi
qu’un intérêt dans la propriété
commune en fonction des unités
détenues du lot de copropriété selon le
formulaire 1
Le 26 juin 1999
INTEREST
Mortgage granted pursuant to the
mortgage dated June 25, 1992
between Cairo Developments 2 Ltd.
and Nanaimo Harbour Commission
and modified by the Modification of
Mortgage dated January 26, 1995
between Cairo Developments 2 Ltd.
and Nanaimo Harbour Commission
registered as Encumbrance Numbers
EF83580 and EJ14954 against title
number EH113886
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
LANDS TO WHICH
INTEREST RELATES
Strata Lot 64, District Lot 96G,
Newcastle Reserve, Section 1, Strata
Plan VIS2861 together with an
interest in the Common Property in
proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
31
INTÉRÊT
Hypothèque concédée conformément
à l’hypothèque datée du 25 juin 1992
entre Cairo Developments 2 Ltd. et la
Commission portuaire de Nanaïmo et
modifiée par la modification
d’hypothèque datée du 26 janvier
1995 entre Cairo Developments 2 Ltd.
et la Commission portuaire de
Nanaïmo enregistrée comme les
grèvements nos EF83580 et EJ14954
du titre EH113886
TERRAINS VISÉS
Lot de copropriété 64, lot de district
96G, réserve Newcastle, section 1,
plan de copropriété VIS2861 ainsi
qu’un intérêt dans la propriété
commune en fonction des unités
détenues du lot de copropriété selon le
formulaire 1
Mortgage granted pursuant to the
mortgage dated June 25, 1992
between Cairo Developments 2 Ltd.
and Nanaimo Harbour Commission
and modified by the Modification of
Mortgage dated January 26, 1995
between Cairo Developments 2 Ltd.
and Nanaimo Harbour Commission
registered as Encumbrance Numbers
EF83580 and EJ14954 against title
number EH113893
Strata Lot 71, District Lot 96G,
Newcastle Reserve, Section 1, Strata
Plan VIS2861 together with an
interest in the Common Property in
proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
Hypothèque concédée conformément
à l’hypothèque datée du 25 juin 1992
entre Cairo Developments 2 Ltd. et la
Commission portuaire de Nanaïmo et
modifiée par la modification
d’hypothèque datée du 26 janvier
1995 entre Cairo Developments 2 Ltd.
et la Commission portuaire de
Nanaïmo enregistrée comme les
grèvements nos EF83580 et EJ14954
du titre EH113893
Lot de copropriété 71, lot de
district 96G, réserve Newcastle,
section 1, plan de copropriété
VIS2861 ainsi qu’un intérêt dans la
propriété commune en fonction des
unités détenues du lot de copropriété
selon le formulaire 1
Option to Purchase granted pursuant
to the Option to Purchase dated
November 17, 1994 between 500
Holdings Ltd. and Nanaimo Harbour
Commission registered as
Encumbrance Number EH161423
against title number EK44291
Strata Lot 31, District Lot 96G,
Newcastle Reserve, Section 1, Strata
Plan VIS2861 together with an
interest in the Common Property in
proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
Option d’achat concédée
conformément à l’option d’achat datée
du 17 novembre 1994 entre 500
Holdings Ltd. et la Commission
portuaire de Nanaïmo enregistrée
comme le grèvement no EH161423 du
titre EK44291
Lot de copropriété 31, lot de
district 96G, réserve Newcastle,
section 1, plan de copropriété
VIS2861 ainsi qu’un intérêt dans la
propriété commune en fonction des
unités détenues du lot de copropriété
selon le formulaire 1
Option to Purchase granted pursuant
to the Option to Purchase dated
November 17, 1994 between 500
Holdings Ltd. and Nanaimo Harbour
Commission registered as
Encumbrance Number EH161423
against title number EK44292
Strata Lot 55, District Lot 96G,
Newcastle Reserve, Section 1, Strata
Plan VIS2861 together with an
interest in the Common Property in
proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
Option d’achat concédée
conformément à l’option d’achat datée
du 17 novembre 1994 entre 500
Holdings Ltd. et la Commission
portuaire de Nanaïmo enregistrée
comme le grèvement no EH161423 du
titre EK44292
Lot de copropriété 55, lot de
district 96G, réserve Newcastle,
section 1, plan de copropriété
VIS2861 ainsi qu’un intérêt dans la
propriété commune en fonction des
unités détenues du lot de copropriété
selon le formulaire 1
Option to Purchase granted pursuant
to the Option to Purchase dated
November 17, 1994 between 500
Holdings Ltd. and Nanaimo Harbour
Commission registered as
Encumbrance Number EH161423
against title number EK44293
Strata Lot 78, District Lot 96G,
Newcastle Reserve, Section 1, Strata
Plan VIS2861 together with an
interest in the Common Property in
proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
Option d’achat concédée
conformément à l’option d’achat datée
du 17 novembre 1994 entre 500
Holdings Ltd. et la Commission
portuaire de Nanaïmo enregistrée
comme le grèvement no EH161423 du
titre EK44293
Lot de copropriété 78, lot de
district 96G, réserve Newcastle,
section 1, plan de copropriété
VIS2861 ainsi qu’un intérêt dans la
propriété commune en fonction des
unités détenues du lot de copropriété
selon le formulaire 1
Statutory Right of Way granted
pursuant to the Indenture dated
June 28, 1990 between Nanaimo
Harbour Commission and Nanaimo
Harbour Commission registered as
Encumbrance Number ED71951
against title number EH151568
Strata Lot 66, of Section 1, and of Part
of the Bed of the Public Harbour of
Nanaimo, Nanaimo District, Strata
Plan VIS3114, together with an
interest in the Common Property in
Proportion to the Unit Entitlement of
the Strata Lot as shown on Form 1
Droit de passage d’origine législative
concédé conformément à l’acte
formaliste bilatéral daté du 28 juin
1990 entre la Commission portuaire
de Nanaïmo et la Commission
portuaire de Nanaïmo enregistré
comme le grèvement no ED71951 du
titre EH151568
Lot de copropriété 66, section 1, et
une partie du lit du port public de
Nanaïmo, district de Nanaïmo, plan de
copropriété VIS3114 ainsi qu’un
intérêt dans la propriété commune en
fonction des unités détenues du lot de
copropriété selon le formulaire 1
Statutory Right of Way granted
pursuant to the Indenture dated
June 28, 1990 between Nanaimo
Harbour Commission and Nanaimo
Harbour Commission registered as
Encumbrance Number ED71951
Common Property Strata
Plan VIS3114
Droit de passage d’origine législative
concédé conformément à l’acte
formaliste bilatéral daté du 28 juin
1990 entre la Commission portuaire
de Nanaïmo et la Commission
portuaire de Nanaïmo enregistré sous
le numéro de grèvement ED71951
Plan de copropriété VIS3114
Statutory Right of Way granted
pursuant to the Indenture dated
May 26, 1993 between Cameron
Island Development, Nanaimo
Harbour Commission, National Trust
Company and City of Nanaimo
registered as Encumbrance
Number EG64809
Common Property Strata
Plan VIS2756
Droit de passage d’origine législative
concédé conformément à l’acte
formaliste bilatéral daté du
26 mai1993 entre Cameron Island
Development, la Commission
portuaire de Nanaïmo, National Trust
Company et la Ville de Nanaïmo
enregistré sous le numéro de
grèvement EG64809
Plan de copropriété VIS2756
Statutory Right of Way granted
pursuant to the Indenture dated
May 26, 1993 between Cameron
Island Development, Nanaimo
Harbour Commission, National Trust
Company and City of Nanaimo
registered as Encumbrance
Number EG64809 against title
number EH29834
Lot 2, of Section 1, and of Part of the
Bed of the Public Harbour of
Nanaimo, Nanaimo District,
Plan VIP56603, except part in
Plan VIP58279
Droit de passage d’origine législative
concédé conformément à l’acte
formaliste bilatéral daté du
26 mai1993 entre Cameron Island
Development, la Commission
portuaire de Nanaïmo, National Trust
Company et la Ville de Nanaïmo
enregistré comme le grèvement
no EG64809 du titre EH29834
Lot 2, de la section 1, et une partie du
lit du port public de Nanaïmo, district
de Nanaimo, plan VIP56603, à
l’exception de la partie dans le plan
VIP58279
32
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
4. Any other interests in land, to the extent they are interests in
land in accordance with the Federal Real Property Act, whether
or not registered, in any way belonging or appertaining to, or
benefitting, any of the lands described in paragraphs 1 and
2 above.
4. Tous les autres intérêts fonciers, dans la mesure où il s’agit
d’intérêts fonciers conformément à la Loi sur les immeubles fédéraux, enregistrés ou non, qui sont attachés aux terrains décrits aux
articles 1 et 2 ci-dessus, qui en dépendent ou qui leur procurent
un avantage.
SCHEDULE C
ANNEXE « C »
NANAIMO PORT AUTHORITY
ADMINISTRATION PORTUAIRE DE NANAÏMO
DESCRIPTION OF REAL PROPERTY OTHER THAN
FEDERAL REAL PROPERTY
DESCRIPTION DES IMMEUBLES AUTRES QUE
FÉDÉRAUX
(Intentionally deleted)
(Supprimé intentionnellement)
SCHEDULE D
ANNEXE « D »
NANAIMO PORT AUTHORITY
ADMINISTRATION PORTUAIRE DE NANAÏMO
CLASSES OF USERS
CATÉGORIES D’UTILISATEURS
There will be four classes of users as described below and each
class of users will include those persons described under the
heading of that class of users:
International Trade class of users
— Forest Product Companies
— Tank farm operations
— Deep Sea Carriers and Agents
— BC Chamber of Shipping
Domestic/Coastal Trade Class
— Tug boats
— Barge operations
— Bulk petroleum operations
— Bulk commodities (storage and sales)
— Council of Marine Carriers
— Fishermen
— Other commercial marine operators
Ancillary — Cargo-Related Class
— Labour
— Stevedoring Companies
(Excluding provincial crown controlled organizations)
— Brokers and Sub-agents
— Railways
— Trucking companies
— Log sort operations
— Other transportation-related services
Il y aura quatre catégories d’utilisateurs comme suit et chaque
catégorie comprendra les personnes décrites à chacune des
rubriques :
Catégorie Commerce international
— Compagnies de produits forestiers
— Opérations de parcs de stockage
— Transporteurs hauturiers et agents maritimes
— BC Chamber of Shipping
Catégorie commerce intérieur/cabotage
— Remorqueurs
— Opérations de chaland
— Opération de pétrole en vrac
— Marchandises en vrac (entreposage et ventes)
— Council of Marine Carriers
— Pêcheurs
— Autres exploitants maritimes commerciaux
Catégorie Accessoires — Marchandises
— Syndicats
— Compagnies d’arrimage
(à l’exception des organisations contrôlées par le
gouvernement provincial)
— Courtiers et sous-mandataires
— Chemins de fer
— Compagnies de camionnage
— Opérations de triage de billes
— Autres services liés aux transports
Lessees class of users
Those persons leasing property from the Authority in the
following areas, but not including any User described in any of
the other three User Classes:
— Duke Point
— Newcastle Channel
— Commercial Wet Basin (commercial)
— Pioneer Waterfront Plaza
— Protection Island (commercial)
— Seaplane Terminal
Catégorie Locataires
Personnes louant des biens de l’Administration dans les secteurs
suivants, à l’exception des utilisateurs décrits dans l’un ou l’autre
des trois autres catégories :
— Duke Point
— Chenal Newcastle
— Bassin commercial (commercial)
— Plaza Pioneer Waterfront
— Île Protection (commercial)
— Terminal Seaplane
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
33
SCHEDULE E
ANNEXE « E »
NANAIMO PORT AUTHORITY
ADMINISTRATION PORTUAIRE DE NANAÏMO
CODE OF CONDUCT
CODE DE DÉONTOLOGIE
ARTICLE 1
ARTICLE 1
OBJECTS AND INTERPRETATION
OBJET ET INTERPRÉTATION
1.1 Object of Code. The object of this Code is to preserve and
enhance public confidence in the integrity and impartiality
of directors and officers of the Authority and the business
activities and transactions carried on by the Authority by
establishing clear conflict of interest rules for directors and
officers of the Authority.
1.1 Objet du Code. Le présent Code a pour but de renforcer la
confiance du public dans l’intégrité et l’impartialité des
administrateurs et dirigeants de l’Administration et des activités et transactions commerciales menées par l’Administration en établissant des règles claires sur les conflits
d’intérêts à l’intention des administrateurs et dirigeants de
l’Administration.
1.2 Principes. Le présent Code doit être interprété conformément aux principes généraux suivants :
a) chaque administrateur et dirigeant doit exercer ses
fonctions officielles et organiser ses affaires personnelles de façon à préserver et à faire accroître la
confiance du public dans l’intégrité et l’impartialité de
l’Administration;
b) pour s’acquitter des obligations prévues au sous-alinéa
1.2a), il ne suffit pas simplement à un administrateur ou
un dirigeant d’observer les exigences techniques de la
Loi, des Règlements, des Lettres patentes, des
règlements administratifs et des politiques et résolutions
du Conseil d’administration;
c) la confiance du public dans l’intégrité et l’impartialité
de l’Administration peut être remise en question tant par
l’apparence de conflit d’intérêts que par un conflit réel.
1.3 Définitions. Dans le présent Code, les termes utilisés
s’entendent au sens de la Loi et des Lettres patentes et les
termes suivants ont le sens qui leur est donné ci-après :
a) « Cadeau » Bien, service, avantage, hospitalité,
promesse ou faveur.
b) « Personne apparentée » Relativement à un
administrateur ou dirigeant de l’Administration :
(i) conjoint, enfant, frère, sœur ou parent de
l’administrateur ou du dirigeant;
(ii) personne parente avec l’administrateur ou le
dirigeant (autre qu’un enfant, une sœur ou un
parent de l’administrateur ou du dirigeant) ou
personne parente avec le conjoint de l’administrateur ou du dirigeant si la personne parente habite
à la même adresse que l’administrateur ou le
dirigeant;
(iii) société, société de personnes, fiducie ou autre
entité contrôlée directement ou indirectement par
cet administrateur ou dirigeant ou par le conjoint,
l’enfant, le frère, la sœur ou le parent de cet
administrateur ou de ce dirigeant ou encore tout
groupe constitué de ces personnes;
(iv) associé de cet administrateur ou dirigeant agissant
pour le compte d’une société de personnes dans
laquelle l’administrateur ou le dirigeant et cette
personne sont associés.
1.4 Application du Code. Le présent Code s’applique à tous les
administrateurs et dirigeants de l’Administration.
1.5 Portée des obligations. Il ne suffit pas à un administrateur
ou un dirigeant de se conformer aux exigences particulières
du présent Code. Il lui incombe également de prendre toutes
1.2 Principles. This Code shall be interpreted in accordance
with the following general principles:
(a) every director and officer shall discharge their duties
and arrange their private affairs in such a manner so as
to preserve and promote public confidence and trust in
the integrity and impartiality of the Authority;
(b) the obligations of a director or officer described in
subsection 1.2(a) may not always be discharged merely
by acting in accordance with the technical requirements
of the Act, the Regulations, the Letters Patent, the bylaws and the policies and resolutions of the Board; and
(c) public confidence and trust in the integrity and impartiality of the Authority may be as equally compromised
by the appearance of a conflict as with the existence of
an actual conflict.
1.3 Definitions. In this Code terms used herein shall have the
meanings ascribed to them in the Act and the Letters Patent,
and in addition the following terms shall have the following
meanings:
(a) “Gift” includes any good, service, benefit, hospitality,
promise or favour; and
(b) “Related Party” means with respect to a director or
officer of the Authority:
(i) a spouse, child, brother, sister or parent of such
director or officer;
(ii) a relative of such director or officer (other than a
spouse, child, brother, sister or parent of such
director or officer) or a relative of the spouse of
such director or officer if the relative has the same
residence as the director or officer;
(iii) a corporation, partnership, trust or other entity
which is directly or indirectly controlled by such
director or officer or by a spouse, child, brother,
sister or parent of such director or officer or any
combination of such persons; and
(iv) a partner of such director or officer acting on
behalf of a partnership of which the director or
officer and the partner are partners.
1.4 Application of Code. This Code applies to all directors and
officers of the Authority.
1.5 Scope of Obligations. Conforming to the specific requirements of this Code shall not absolve a director or officer of
responsibility for taking such additional action as may be
34
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
necessary to conform with any standard of conduct or comply with any duty imposed by the Act, the Regulations, the
Letters Patent, the by-laws and the policies and resolutions
of the Board or otherwise by law.
1.6 Acknowledgement by Directors and Officers. Each director and officer shall acknowledge in writing to the Code of
Conduct Committee that:
(a) they have read and understood this Code;
(b) to the best of their knowledge they are in compliance
with this Code and neither they nor any Related Party to
them has a conflict or a potential conflict within the
meaning of Article 2 of this Code; and
(c) in the case of each officer, compliance with this Code is
a condition of their employment.
1.7 Timing of Acknowledgement. Each director and officer
shall deliver the acknowledgement described in section 1.6
of this Code to the Conduct Committee:
(a) with respect to the directors serving and officers employed on the date the Letters Patent take effect, forthwith upon the Letters Patent taking effect; and
(b) with respect to all other directors at the time of their
appointment and with respect to all other officers at the
time of the commencement of their employment.
1.8 Annual Review. Each director and officer shall regularly
review their obligations under this Code and shall on the
15th day of July of each year provide the Conduct Committee with a written acknowledgement confirming such review
and that, to the best of the knowledge of the director or officer:
(a) they are in compliance with this Code; and
(b) neither they nor any Related Party to them has a conflict
within the meaning of Article 2 of this Code.
June 26, 1999
les mesures supplémentaires nécessaires pour se conformer
à une ligne de conduite ou avec un devoir imposé par la Loi,
les Règlements, les Lettres patentes, les règlements administratifs et les politiques et résolutions du Conseil d’administration ou autres règles.
1.6 Attestation des administrateurs et dirigeants. Les administrateurs et dirigeants doivent signer et remettre au Comité
de déontologie un document attestant :
a) qu’ils ont lu et compris le présent Code;
b) qu’au meilleur de leur connaissance, ils se conforment
au présent Code et que ni eux, ni une Personne apparentée n’est en conflit, réel ou potentiel, au sens de
l’article 2 du présent Code;
c) dans le cas de chaque dirigeant, qu’il s’engage, comme
condition d’emploi, à observer le présent Code.
1.7 Moment de l’attestation. L’administrateur ou le dirigeant
doit remettre l’attestation décrite au paragraphe 1.6 du
présent Code au Comité de déontologie :
a) en ce qui a trait aux administrateurs en poste et aux
dirigeants employés au moment de l’entrée en vigueur
des Lettres patentes, immédiatement après l’entrée en
vigueur des Lettres patentes;
b) en ce qui a trait à tous les autres administrateurs, au
moment de leur nomination et, en ce qui a trait aux
autres dirigeants, au moment de leur entrée en fonction.
1.8 Revue annuelle. Tous les administrateurs et dirigeants
doivent revoir régulièrement leurs obligations en vertu du
présent Code et, chaque année le 15 juillet, remettre au
Comité de déontologie une attestation écrite confirmant
cette revue ainsi qu’une mention indiquant que, au meilleur
de leur connaissance, les administrateurs ou dirigeants :
a) se conforment aux dispositions du présent Code;
b) ni eux, ni une personne qui leur est apparentée est en
situation de conflit au sens de l’article 2 du présent
Code.
ARTICLE 2
ARTICLE 2
CONFLICTS OF INTEREST
CONFLITS D’INTÉRÊTS
2.1 Conflicts Generally. A director or officer shall not allow
his or her personal interests or the personal interests of a
Related Party to the director or officer to conflict with or to
give rise to the appearance of a conflict with the duties and
responsibilities of the director or officer to the Authority or
the interests of the Authority.
2.2 Specific Types of Conflicts. Without restricting the generality of section 2.1, the following represent examples of
specific matters which give rise to a conflict or the appearance of a conflict on the part of a director or officer:
(a) Competition with the Authority: A director or officer or
a Related Party of a director or officer engages in any
activity, or has a material interest in any person which
engages in an activity, which is in competition or could
reasonably be expected to be in competition with the
Authority’s present or proposed interests;
(b) Transactions with the Authority or a User; Material
Interests: A director or officer or a Related Party of a director or officer:
(i) has a material interest in a user;
(ii) owes material obligations to the Authority or a
user, other than in connection with the duties of
2.1 Conflits en général. Un administrateur ou un dirigeant ne
doit pas laisser ses intérêts personnels ou ceux d’une personne qui lui est apparentée entrer en conflit ou donner
l’impression d’entrer en conflit avec les fonctions et responsabilités de l’administrateur ou dirigeant ou avec les intérêts
de l’Administration.
2.2 Types précis de conflits d’intérêts. Sans restreindre la
portée générale du paragraphe 2.1, les exemples suivants représentent des cas précis qui donnent naissance à un conflit,
ou apparence de conflit d’intérêts de la part de l’administrateur ou du dirigeant :
a) Concurrence avec l’Administration : Administrateur ou
dirigeant ou Personne apparentée à l’administrateur ou
au dirigeant qui se livre à une activité ou a un intérêt
important dans une personne qui se livre à une activité
qui entre ou pourrait entrer en concurrence avec les intérêts actuels ou potentiels de l’Administration;
b) Transactions avec l’Administration ou un utilisateur;
intérêts importants : Administrateur ou dirigeant ou
Personne apparentée à l’administrateur ou au dirigeant
qui :
(i) a un intérêt important dans un utilisateur;
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
35
2.3 Conflicts For Which Approval Satisfactory. Engaging in
the following activities shall be deemed not to give rise to a
conflict or the appearance of a conflict on the part of a director or officer within the meaning of Article 2 of this Code
provided that the director or officer obtains the written approval of the Conduct Committee prior to engaging in such
activities:
(a) Acceptance of Offices With Entities Benefiting From
Authority: A director or officer accepts an appointment
or a nomination for election to an office of, or employment with, any corporation, partnership, foundation,
institute, organization, association or entity, the business
or activities of which benefit or could reasonably be expected to benefit from the business of the Authority or
decisions made by the Authority; and
(b) Use of Authority Property: A director or officer uses
property of the Authority or property managed by the
Authority for the personal benefit of the director or officer or a Related Party of the director or officer.
If a director or officer fails to obtain the written approval of
the Conduct Committee prior to engaging in any activity described in subsections (a) or (b) of this section, the engagement of the director or officer in such activity shall be
deemed to give rise to a conflict of interest within the
meaning of Article 2 of this Code.
doit des obligations importantes à l’Administration ou à un utilisateur, autrement que dans le cadre des fonctions d’administrateur ou de dirigeant découlant de leur poste au sein de
l’Administration;
(iii) se livre à des activités avec l’Administration ou
un utilisateur;
(iv) possède un intérêt important dans une personne
qui se livre à des activités avec l’Administration
ou un utilisateur, ou lui sert de consultant ou de
conseiller;
c) Intérêts dans des marchés importants : Administrateur
ou dirigeant qui :
(i) est partie à un marché important ou un projet de
marché important avec l’Administration.
(ii) est administrateur ou dirigeant d’une personne qui
est partie à un marché important ou un projet de
marché important avec l’Administration ou possède un intérêt important dans cette personne;
d) Acceptation de postes au sein d’entités conflictuelles :
Administrateur ou dirigeant qui accepte une nomination
ou une candidature à un poste ou un emploi au sein
d’une société, société de personnes, fondation, institut,
organisation, association ou autre entité, dont les activités entrent ou pourraient entrer en conflit avec les intérêts de l’Administration.
2.3 Approbation nécessaire. L’administrateur ou le dirigeant
qui se livre aux activités énoncées ci-après ne sera pas réputé être en conflit d’intérêts, réel ou potentiel, au sens de
l’article 2 du présent Code à condition que l’administrateur
ou le dirigeant obtienne l’approbation écrite du Comité de
déontologie avant de se livrer à ces activités :
a) Acceptation de postes au sein d’entités tirant un avantage de l’Administration : Administrateur ou dirigeant
qui accepte une nomination ou une candidature à un
poste ou un emploi au sein d’une société, société de personnes, fondation, institut, organisation, association ou
entité, dont les activités profitent ou pourraient profiter
des activités ou des décisions de l’Administration;
b) Utilisation des biens de l’Administration : Administrateur ou dirigeant qui utilise les biens que possède
l’Administration ou dont la gestion lui a été confiée au
profit personnel de l’administrateur ou du dirigeant ou
d’une Personne apparentée à l’administrateur ou au
dirigeant.
Si l’administrateur ou le dirigeant omet d’obtenir l’approbation écrite du Comité de déontologie avant de se livrer aux
activités décrites aux alinéas a) ou b) du présent article, la
participation de l’administrateur ou du dirigeant à cette activité sera réputée donner naissance à un conflit d’intérêts au
sens de l’article 2 du présent Code.
ARTICLE 3
ARTICLE 3
DISCLOSURE OF CONFLICTS
DIVULGATION DES CONFLITS
3.1 Timing of Disclosure. Written disclosure of a conflict or an
appearance of a conflict shall be made by a director or officer forthwith after the director or officer becomes aware of
the conflict or the appearance of a conflict within the
meaning of Article 2 of this Code.
3.2 Declaration of Interest. For the purposes of this Code, a
notice in writing to the Conduct Committee by a director or
3.1 Moment de la divulgation. L’administrateur ou dirigeant
doit divulguer par écrit le conflit d’intérêts réel ou apparent
immédiatement après que l’administrateur ou le dirigeant
prend connaissance du conflit réel ou apparent au sens de
l’article 2 du présent Code.
3.2 Déclaration de l’intérêt. Pour les fins du présent Code,
l’administrateur ou dirigeant qui présente au Comité de
the director or officer arising from their position
with the Authority;
(iii) conducts business with the Authority or a user; or
(iv) holds a material interest in a person which conducts business with, or acts as a consultant or advisor to, the Authority or a user;
(c) Interest in Material Contract: A director or officer:
(i) is a party to a material contract or proposed material contract with the Authority; or
(ii) is a director or officer of or has a material interest
in any person who is a party to a material contract
or proposed material contract with the Authority;
and
(d) Acceptance of Offices with Conflicted Entities: A director or officer accepts an appointment or a nomination
for election to an office of, or employment with, any
corporation, partnership, foundation, institute, organization, association or other entity, the business or activities of which are, or could reasonably be expected to
be, in conflict with the interests of the Authority.
(ii)
36
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
officer providing reasonable particulars of the interest, asset,
activity or position giving rise to the conflict or the appearance of a conflict together with such other material information relating to the conflict or the appearance of a conflict as
shall be reasonably requested by the Conduct Committee
shall be deemed to be disclosure of the conflict or the appearance of a conflict.
3.3 Voting and Participation. A director or officer who is in
conflict within the meaning of Article 2 of this Code shall
not participate in discussions or vote on any decision of, or
provide recommendations to, the Conduct Committee or the
Board on any matter related to the conflict. Notwithstanding
the foregoing, a director or officer may participate in, vote
on and provide recommendations to the Conduct Committee
or Board respecting any matter related to:
(a) an arrangement by way of security for money lent to, or
obligations undertaken by the director or officer for the
benefit of, the Authority;
(b) a contract that relates primarily to his or her remuneration as a director, officer, employee or agent of the
Authority; and
(c) a contract for indemnity in favour of the director or officer or directors or officers liability insurance.
3.4 Quorum for Directors’ Meetings. Nothing contained in
section 3.3 shall preclude a director or officer who is in
conflict within the meaning of Article 2 of this Code from
being counted to determine the presence of a quorum at, a
meeting of directors or committee of directors of the
Authority where all or a portion of the business conducted at
such meeting is consideration of the transaction or matter
giving rise to the conflict, the interpretation of this Code or a
determination or recommendation made pursuant to Article 4 of this Code. Notwithstanding the foregoing, a director
or officer who is in conflict shall absent himself or herself
from the meeting for the portion of the meeting during
which the transaction or matter giving rise to the conflict is
considered.
3.5 Similar Transactions. In the case of similar transactions
that are, or could reasonably be expected to be, of a recurring nature and which are made or will be made in the ordinary course of the operations of the Authority, a director or
officer who is in conflict as a result of such transactions
shall be deemed to have complied with the disclosure requirements of this Article 3 if:
(a) in the case of the directors serving or officers employed
on the date the Letters Patent take effect, forthwith upon
the Letters Patent taking effect; and
(b) in the case of all directors and officers, including the directors and officers described in subsection 3.5(a), on or
before the 15th day of July of each year for which such
disclosure relates
the director or officer makes a single annual written disclosure to the Conduct Committee setting out the nature and
extent of the conflict arising as a result of the transactions
together with such other information relating to the conflict
as shall reasonably be requested by the Conduct Committee.
June 26, 1999
déontologie un avis écrit donnant suffisamment de détails
relativement à l’intérêt, le bien, l’activité ou le poste donnant naissance à un conflit réel ou potentiel, ainsi que tout
autre renseignement important lié au conflit réel ou potentiel
comme pourrait normalement le demander le Comité de
déontologie, est réputé avoir divulgué le conflit réel ou
potentiel.
3.3 Vote et participation. L’administrateur ou le dirigeant qui
est en conflit d’intérêts au sens de l’article 2 du présent
Code ne doit pas participer aux discussions ou au vote du
Comité de déontologie ou du Conseil d’administration sur
tout sujet lié au conflit, ou encore fournir des conseils à ces
derniers à ce sujet. Néanmoins, un administrateur ou dirigeant peut participer, voter et formuler des recommandations au Comité de déontologie ou au Conseil d’administration relativement à toute question liée à :
a) un arrangement au moyen d’une sûreté pour des montants prêtés à l’Administration, ou des obligations contractées par l’administrateur ou le dirigeant au profit de
cette dernière;
b) un marché portant principalement sur sa rémunération à
titre d’administrateur, de dirigeant, d’employé ou de
mandataire de l’Administration;
c) un marché d’indemnisation pour l’assuranceresponsabilité de l’administrateur ou dirigeant ou de
l’ensemble de ces derniers.
3.4 Quorum des réunions d’administrateurs. Le paragraphe 3.3 n’a pas pour effet d’empêcher un administrateur ou
dirigeant en conflit d’intérêts au sens de l’article 2 du présent code d’être compté pour obtenir un quorum à une réunion des administrateurs ou d’un comité d’administrateurs
de l’Administration au cours de laquelle le ou les points à
l’ordre du jour comprennent l’examen de la transaction ou
de la question donnant naissance au conflit d’intérêts,
l’interprétation du présent code ou une décision ou recommandation présentée en vertu de l’article 4 du présent code.
Néanmoins, l’administrateur ou le dirigeant qui se trouve en
conflit d’intérêts doit s’absenter de l’assemblée pendant la
partie de la réunion au cours de laquelle les autres administrateurs abordent le point donnant lieu au conflit d’intérêts.
3.5 Transactions semblables. Pour le cas où des transactions
semblables se répètent ou sont susceptibles de se répéter
dans le courant des activités normales de l’Administration,
l’administrateur ou dirigeant qui se trouve en conflit d’intérêts par suite de ces transactions est réputé s’être conformé
à l’exigence de divulgation du présent article 3 s’il remet
chaque année au Comité de déontologie une déclaration
écrite exposant la nature et la portée du conflit découlant de
la transaction ainsi que tout autre renseignement que pourrait raisonnablement demander le Comité de déontologie :
a) dans le cas des administrateurs en fonctions ou des dirigeants employés à la date d’entrée en vigueur des lettres
patentes, immédiatement après l’entrée en vigueur des
lettres patentes;
b) dans le cas de tous les administrateurs ou dirigeants, y
compris ceux mentionnés à l’alinéa 3.5a), au plus tard le
15 juillet de chaque année pour laquelle cette déclaration s’applique.
ARTICLE 4
ARTICLE 4
COMPLIANCE
OBSERVATION
4.1 Voluntary Activities. When a conflict arises within the
meaning of Article 2 of this Code, in addition to the
4.1 Activités volontaires. Lorsque se produit un conflit
d’intérêts au sens de l’article 2 du présent Code, outre la
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
disclosure required under Article 3 of this Code, a director
or officer may voluntarily undertake one or more of the following actions to address the conflict:
(a) Divestment: selling or causing the sale of the asset or
interest giving rise to the conflict to a party which is not
a Related Party;
(b) Withdrawal: resigning the position or withdrawing from
the activity or causing the resignation or withdrawal; or
(c) Resignation: resigning where the director or officer is
unwilling or unable to divest the asset or interest, withdraw from the activity or resign from the position giving
rise to the conflict.
4.2 Voluntary Compliance Not Determinative. Voluntary
compliance by a director or officer with one or more of the
measures described in section 4.1:
(a) in the case of a director, shall not relieve the director
from complying with such other measures as may be
determined by the entity appointing the director to be
appropriate in connection with a conflict or an appearance of conflict; and
(b) in the case of an officer, shall not relieve the officer
from complying with such other measures as may be
determined by the Board to be appropriate in connection
with a conflict or an appearance of conflict.
4.3 Initial Determination by Conduct Committee. Where a
disclosure is made to the Conduct Committee by a director
or officer pursuant to Article 3 of this Code or facts are
brought to the attention of the Conduct Committee which
indicate a conflict or appearance of conflict or failure to
comply with this Code by a director or officer, the Conduct
Committee shall forthwith initially determine:
(a) whether the disclosure made by the director or officer
indicates a conflict within the meaning of Article 2 of
this Code; and
(b) whether, if applicable, the director or officer has failed
to comply with this Code.
4.4 Recommendation by Conduct Committee. Upon determining that a conflict exists and/or that a director or officer
has failed to comply with this Code, the Conduct Committee
shall provide the Board with a written recommendation as to
the appropriate method for the director or officer to comply
with this Code which may include but is not limited to:
(a) a recommendation that the conflict has been or will be
satisfactorily addressed:
(i) through disclosure by the director or officer;
(ii) by the director or officer undertaking one or more
of the actions described in section 4.1; or
(iii) by the director or officer undertaking actions
other than as described in paragraphs 4.4(a)(i) and
(ii);
(b) in the case of a director, whether a recommendation
should be made to the director that the director resign;
and
(c) in the case of an officer, the sanctions, if any, which the
Conduct Committee recommends be imposed against
the officer.
4.5 Determination by Board. Upon receiving a recommendation of the Conduct Committee provided pursuant to section 4.4, the Board shall forthwith consider the recommendations of the Conduct Committee and make a final determination as to:
37
divulgation exigée en vertu de l’article 3 du présent Code,
l’administrateur ou dirigeant peut volontairement prendre
l’une ou l’autre des mesures suivantes pour régler le conflit :
a) Dessaisissement : vendre ou faire vendre à un tiers avec
qui il n’est pas apparenté les biens qui suscitent le conflit d’intérêts;
b) Retrait : démissionner d’un poste ou se retirer d’une activité ou causer la démission ou le retrait;
c) Démission : démissionner lorsque l’administrateur ou
dirigeant refuse de se dessaisir du bien ou de l’intérêt,
de se retirer de l’activité ou de démissionner du poste
qui suscite le conflit d’intérêts, ou encore qu’il n’est pas
en mesure de le faire.
4.2 Observation volontaire non déterminée. L’observation
volontaire, par un administrateur ou un dirigeant, de l’une
ou l’autre des mesures énoncées au paragraphe 4.1 :
a) dans le cas d’un administrateur, ne le libère pas de
l’obligation d’observer toute autre mesure que l’entité
qui l’a nommé pourra juger appropriée relativement à
un conflit réel ou apparent;
b) dans le cas d’un dirigeant, ne le libère pas de l’obligation d’observer toute autre mesure que le Conseil
d’administration pourra juger appropriée relativement à
un conflit réel ou apparent.
4.3 Décision initiale du Comité de déontologie. Lorsqu’un
administrateur ou dirigeant présente une déclaration au
Comité de déontologie en vertu de l’article 3 du présent
Code ou que des faits sont portés à l’attention du Comité de
déontologie qui indiquent un conflit d’intérêts réel ou apparent, ou encore un défaut d’observation du présent Code par
un administrateur ou dirigeant, le Comité de déontologie
doit immédiatement décider :
a) si la déclaration faite par l’administrateur ou dirigeant
indique un conflit au sens de l’article 2 du présent Code;
b) si, le cas échéant, l’administrateur ou dirigeant n’a pas
observé les dispositions du présent Code.
4.4 Recommandation du Comité de déontologie. Après avoir
décidé de l’existence d’un conflit d’intérêts ou du défaut
d’observation du présent Code par un administrateur ou dirigeant, le Comité de déontologie doit formuler par écrit au
Conseil d’administration une recommandation portant sur la
méthode d’observation indiquée du présent Code pour l’administrateur ou dirigeant, notamment :
a) une recommandation selon laquelle le conflit d’intérêts
sera réglé de façon satisfaisante :
(i) au moyen d’une divulgation par l’administrateur
ou le dirigeant;
(ii) par l’administrateur ou dirigeant prenant l’une ou
l’autre des mesures décrites au paragraphe 4.1;
(iii) par l’administrateur ou dirigeant prenant des mesures autres que celles décrites aux sousalinéas 4.4a)(i) et (ii);
b) dans le cas d’un administrateur, s’il faut lui recommander de démissionner;
c) dans le cas d’un dirigeant, les peines, le cas échéant,
dont le Comité de déontologie peut recommander
l’imposition.
4.5 Décision par le Conseil d’administration. Sur réception
d’une recommandation du Comité de déontologie en vertu
du paragraphe 4.4, le Conseil d’administration est tenu
d’examiner sans délai les recommandations du Comité de
déontologie et de prendre une décision finale relativement
aux points suivants :
38
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
June 26, 1999
4.8 Notification of Determination Respecting Director.
Where the Board has determined that a director has failed to
comply with this Code, the Board shall forthwith provide
the entity which has appointed such director to the Board
with written notification of the failure to comply along with
full particulars of the circumstances giving rise thereto.
a) si l’administrateur ou dirigeant se trouve en conflit
d’intérêts au sens de l’article 2 du présent Code;
b) si l’administrateur ou dirigeant a omis d’observer le présent Code;
c) si le conflit d’intérêts a été réglé ou le sera de façon satisfaisante par les moyens suivants :
(i) divulgation par l’administrateur ou dirigeant;
(ii) administrateur ou dirigeant prenant l’une ou
l’autre des mesures décrites au paragraphe 4.1;
(iii) administrateur ou dirigeant prenant des mesures
autres que celles décrites aux sous-alinéas 4.5c)(i)
et (ii);
d) dans le cas d’un dirigeant, les mesures à prendre pour
régler le conflit d’intérêts et toute peine imposée au dirigeant pour avoir omis d’observer le présent Code;
e) dans le cas d’un administrateur, s’il est indiqué de demander la démission de ce dernier.
4.6 Audience. Le Comité de déontologie et le Conseil d’administration, selon le cas, doivent accorder à l’administrateur
ou dirigeant une audience relativement à une décision initiale prise en vertu du paragraphe 4.3, à une recommandation formulée conformément à l’article 4.4 ou à une décision
prise en vertu de l’article 4.5.
4.7 Avis de la décision concernant le dirigeant. Dès que le
Conseil d’administration prend une décision en vertu du paragraphe 4.5 relativement à un dirigeant, le Conseil d’administration avise immédiatement par écrit le dirigeant de sa
décision et des raisons qui l’ont motivée ainsi que de toute
directive du Conseil d’administration que doit observer le
dirigeant.
4.8 Avis de la décision concernant l’administrateur. Lorsque
le Conseil d’administration décide qu’un administrateur a
omis d’observer le présent Code, le Conseil d’administration
doit sans délai aviser l’entité qui a proposé la nomination de
l’administrateur du défaut d’observation ainsi que tous les
détails des circonstances qui ont donné lieu à cette situation.
ARTICLE 5
ARTICLE 5
ACCEPTANCE OR OFFERING OF GIFTS
ACCEPTATION OU OFFRE DE CADEAUX
5.1 Acceptance or Offering of Gifts. No director or officer
shall offer Gifts to, or accept Gifts from, users or potential
users without the prior written consent of the Conduct
Committee. Notwithstanding the foregoing, Gifts may be
accepted or offered provided:
(a) the Gift is not in the form of cash or cash equivalent;
(b) the Gift is not intended to be, and is neither in such
form nor of sufficient value such that it could reasonably be construed to be, a bribe or other improper payment; and
(c) the Gift is of modest value and the acceptance of the
Gift is in accordance with customary business practice.
5.1 Acceptation ou offre de Cadeaux. Les administrateurs et
dirigeants ne doivent ni offrir de Cadeaux aux utilisateurs ou
aux utilisateurs potentiels, ni en accepter d’eux, sans le consentement préalable écrit du Comité de déontologie. Néanmoins, ils peuvent accepter ou offrir des Cadeaux si
ceux-ci :
a) ne sont pas en espèces ou l’équivalent;
b) ne sont pas de valeur importante et ne sont pas de nature
à laisser planer des doutes quant à un pot-de-vin ou
paiement illicite;
c) sont d’une valeur peu importante et leur acceptation est
conforme aux pratiques commerciales courantes.
ARTICLE 6
ARTICLE 6
INSIDE INFORMATION
RENSEIGNEMENTS D’INITIÉS
6.1 Use of Information. A director or officer shall not use any
information obtained in connection with his or her position
with the Authority for personal benefit or for the benefit of
6.1 Utilisation des renseignements. Un administrateur ou dirigeant ne peut utiliser les renseignements obtenus dans
l’exercice de ses fonctions au sein de l’Administration à son
(a) whether the director or officer is in a conflict within the
meaning of Article 2 this Code;
(b) whether the director or officer has failed to comply with
this Code;
(c) whether the conflict has been or will be satisfactorily
addressed through:
(i) disclosure by the director or officer;
(ii) the director or officer undertaking one or more of
the actions described in section 4.1; or
(iii) the director or officer undertaking actions other
than as described in paragraphs 4.5(c)(i) and (ii);
(d) in the case of an officer, the measures to be taken by the
officer to address the conflict and any sanctions to be
imposed upon the officer in connection with a failure by
the officer to comply with this Code; and
(e) in the case of a director, whether to request the director
to resign.
4.6 Opportunity to be Heard. The Conduct Committee and the
Board, as the case may be, shall provide a director or officer
with an opportunity to be heard in connection with an initial
determination made pursuant to section 4.3, a recommendation made pursuant to section 4.4 or a determination made
pursuant to section 4.5.
4.7 Notification of Determination Respecting Officer. Upon
the Board making a determination pursuant to section 4.5 in
respect of an officer, the Board shall forthwith provide the
officer with written notification of the determination, including the reasons therefor, together with any direction of the
Board to be complied with by the officer.
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire de Nanaïmo
39
any other person unless such information has been disclosed
to the public or has been made available to the public. Without limiting the generality of the foregoing, a director or officer who has knowledge of a proposed action or decision by
the Authority shall not purchase or sell assets or advise any
other party to purchase or sell assets the value of which
could be expected to be materially affected by the proposed
action or decision until such time as the proposed action or
decision has been announced or has been made available to
the public.
6.2 Disclosure of Confidential Information. Subject to section 6.3, no director or officer shall disclose any information
concerning the business and affairs or proposed business
and affairs of the Authority acquired in connection with his
or her position with the Authority (“Confidential Information”) which has not been disclosed to the public or been
made available to the public without the prior written consent of the Conduct Committee.
6.3 Permitted Disclosures. A director or officer may disclose
Confidential Information:
(a) to the extent that the disclosure is reasonably necessary
in connection with the performance of the duties and responsibilities of the director or officer, including, without restriction, disclosures necessary in connection with
a financing transaction or proposed financing transaction involving the Authority;
(b) to the extent disclosure is required by law (including,
without limitation, Access to Information Act (Canada)
and Privacy Act (Canada) requirements) or by a court or
tribunal of competent jurisdiction; and
(c) to professional advisors of the Authority.
avantage personnel ou celui d’autres personnes, à moins que
ces renseignements n’aient été divulgués au public ou aient
été mis à la disposition du public. Sans limiter le caractère
général de ce qui précède, un administrateur ou un dirigeant
qui est au courant d’une mesure ou décision proposée par
l’Administration ne doit pas acheter ou vendre des biens, ni
conseiller à des tiers d’acheter ou de vendre des biens, dont
la valeur pourrait varier de façon considérable en raison de
la mesure ou décision proposée, jusqu’à ce que la mesure ou
décision ait été annoncée ou rendue publique.
6.2 Divulgation de renseignements confidentiels. Sous réserve
du paragraphe 6.3, un administrateur ou dirigeant ne peut
divulguer de renseignements concernant les activités et affaires de l’Administration obtenus dans l’exercice de ses
fonctions au sein de l’Administration (ci-après « Renseignements confidentiels ») qui n’ont pas été divulgués au
public ou rendus publics sans autorisation préalable écrite
du Comité de déontologie.
6.3 Divulgation autorisée. Un administrateur ou dirigeant peut
divulguer des renseignements confidentiels dans les cas
suivants :
a) dans la mesure où la divulgation est raisonnablement
nécessaire pour permettre à l’administrateur ou dirigeant
de s’acquitter de ses fonctions et responsabilités, notamment, la divulgation nécessaire relativement à une
transaction financière ou transaction financière proposée
mettant en cause l’Administration;
b) dans la mesure où la divulgation est prévue par la loi
(notamment, les exigences de la Loi sur l’accès à
l’information (Canada) et de la Loi sur la protection des
renseignements personnels (Canada)) ou un tribunal
compétent;
c) divulgation aux conseillers professionnels de l’Administration.
ARTICLE 7
ARTICLE 7
OUTSIDE EMPLOYMENT
ACTIVITÉS EXTÉRIEURES
7.1 Offers of Employment or Appointment. In discharging his
or her duties and responsibilities to the Authority, a director
or officer shall not allow the performance of such duties and
responsibilities to be affected by offers or potential offers of
outside employment or appointment.
7.2 Disclosure of Offer. A director or officer who receives a
firm offer of employment or appointment which may affect
the performance of the director’s or officer’s duties or responsibilities shall forthwith disclose the offer to the Conduct Committee in writing.
7.1 Offres d’emploi ou de nomination. Dans l’exercice de ses
fonctions et de ses responsabilités au sein de l’Administration, un administrateur ou dirigeant ne peut laisser des offres
ou offres potentielles d’emploi ou de nomination à l’extérieur influer sur ses fonctions et responsabilités.
7.2 Divulgation de l’offre. Un administrateur ou dirigeant qui
reçoit une offre sérieuse d’emploi ou de nomination qui
pourrait influer sur l’exécution des fonctions ou des responsabilités de l’administrateur ou dirigeant, doit immédiatement divulguer par écrit cette offre au Comité de
déontologie.
ARTICLE 8
ARTICLE 8
RECORDS AND PRIVACY
DOSSIERS ET PROTECTION DES
RENSEIGNEMENTS PERSONNELS
8.1 Confidentiality Obligation. Information concerning the
interests or activities or proposed interests or activities of a
director or officer provided to the Conduct Committee in
connection with the disclosure obligations of this Code or
8.1 Caractère confidentiel. Les renseignements sur les intérêts
ou les activités privés, actuels ou projetés, d’un administrateur ou dirigeant qui sont divulgués au Comité de déontologie conformément aux obligations de divulgation du présent
40
Supplement to the Canada Gazette, Nanaimo Port Authority
the Regulations or otherwise obtained by the Conduct
Committee shall be placed in a separate personal file
established for the director and officer and kept in secure
safekeeping.
8.2 Privacy. Subject to disclosure of personal information in
accordance with law (including, without limitation, disclosure under the Access to Information Act (Canada) and Privacy Act (Canada)), in addition to the confidentiality obligations set forth in section 8.1, the Conduct Committee shall
take all commercially reasonable efforts to ensure that the
privacy of the director or officer disclosing personal information to the Board is fully respected.
June 26, 1999
Code ou du règlement, ou que le Comité de déontologie obtient autrement, sont consignés dans des dossiers personnels
spéciaux gardés en lieu sûr.
8.2 Protection des renseignements personnels. Sous réserve
de la divulgation des renseignements personnels conformément à la loi (notamment, les exigences de divulgation prévues en vertu de la Loi sur l’accès à l’information (Canada)
et la Loi sur la protection des renseignements personnels
(Canada)), outre les obligations de protection du caractère
confidentiel exposées au paragraphe 8.1, le Comité de
déontologie doit faire tous les efforts possibles pour
s’assurer que les renseignements personnels de l’administrateur ou dirigeant divulgués au Conseil d’administration sont
protégés.
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
NORTH FRASER PORT AUTHORITY
41
ADMINISTRATION PORTUAIRE DU NORTH-FRASER
BY THE MINISTER OF TRANSPORT:
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS :
WHEREAS subsection 12(1) of the Canada Marine Act provides
that the port authorities set out as an item of Part 1 of the schedule to that Act are automatically continued or deemed to be incorporated on the day on which that item comes into force and
that the Minister of Transport shall issue to them letters patent
that set out the information required by subsection 8(2) of that
Act;
AND WHEREAS the North Fraser Port Authority is listed as an
item in Part 1 of the schedule in the Canada Marine Act;
AND WHEREAS the Canada Marine Act received Royal Assent
on the 11th day of June, 1998 and comes into force with respect
to the North Fraser Port Authority on the 1st day of July, 1999;
ATTENDU QUE le paragraphe 12(1) de la Loi maritime du
Canada prévoit que les administrations portuaires inscrites à un
article de la partie 1 de l’annexe de la Loi sont automatiquement
prorogées ou réputées constituées en administrations portuaires,
à compter de la date d’entrée en vigueur de cet article et que
le ministre des Transports est tenu de leur délivrer des lettres patentes dont le contenu est conforme au paragraphe 8(2) de la Loi;
ET ATTENDU QUE l’Administration portuaire du North-Fraser
figure à la partie 1 de l’annexe de la Loi maritime du Canada;
ET ATTENDU QUE la Loi maritime du Canada a reçu la sanction royale le 11e jour de juin 1998 et entre en vigueur à l’égard
de l’Administration portuaire du North-Fraser le 1er jour de juillet
1999;
SACHEZ qu’en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi maritime
du Canada, par les présentes Lettres patentes, la société connue
sous le nom de Commission portuaire du North-Fraser est automatiquement prorogée en administration portuaire et porte le nom
d’Administration portuaire du North Fraser en vertu de la Loi,
comme suit :
NOW KNOW YOU that under the authority of the Canada Marine Act, by these Letters Patent, the corporation known as the
North Fraser Harbour Commission is automatically continued as
a port authority under the name of the North Fraser Port Authority
under the Act as follows:
ARTICLE 1
ARTICLE 1
EFFECTIVE DATE, DEFINITIONS
AND INTERPRETATION
DATE D’ENTRÉE EN VIGUEUR, DÉFINITIONS
ET INTERPRÉTATION
1.1 Effective Date. These Letters Patent take effect on the 1st day
of July, 1999.
1.2 Definitions. In these Letters Patent, unless the context otherwise requires, terms used herein shall have the meaning ascribed to such terms in the Act and in addition:
“Act” means the Canada Marine Act as amended from time
to time; (Loi)
“Appointing Body” means, in relation to a director, the
body, entity or authority appointing such director; (Organisme de nomination)
“Authority” means the port authority continued by the
Letters Patent; (Administration)
“Board” means the board of directors of the Authority;
(Conseil)
“Borrowing” has the meaning ascribed to such term in
section 9.3; (Emprunts)
“Capital Investment” means in relation to a Subsidiary, an
amount equal to the aggregate of the aggregate potential
liability of the Authority pursuant to the terms of a Permitted
Indemnity or Guarantee and any contribution of cash or
property made by the Authority to such Subsidiary whether
by way of outstanding shareholder loan, subscription for
shares, gift or otherwise, other than contributions by the
Authority to the Subsidiary by way of a lease or licence of
property held or administered by the Authority for fair
market value; (Capital engagé)
“Capitalized Lease Liabilities” means all monetary
obligations of the Authority under any leasing or similar
arrangements which, in accordance with GAAP, would be
classified as capitalized leases and the amount of such
obligations for the purposes of calculating Borrowing shall
be the capitalized amount thereof, determined in accordance
with GAAP; (Passif de contrat de location-acquisition)
“classes of users” means the classes of users for the
purposes of subparagraph 8(2)(f)(iv) of the Act which are
1.1 Date d’entrée en vigueur. Les présentes Lettres patentes
prennent effet le premier jour de juillet 1999.
1.2 Définitions. Dans les présentes Lettres patentes, sauf si le
contexte exige une autre interprétation, les termes utilisés ont la
même signification que celle qui leur est donnée dans la Loi, et en
outre les définitions suivantes s’appliquent :
« administrateur » Membre du conseil d’administration.
(director)
« Administrateur représentatif des utilisateurs » Administrateur devant être nommé en vertu de l’alinéa 4.6d). (User
Director)
« Administration » L’administration portuaire prorogée par
les lettres patentes. (Authority)
« Capital engagé » Relativement à une Filiale, montant
correspondant à la somme de l’ensemble du passif éventuel
de l’Administration aux termes d’une Indemnité ou garantie
autorisée et de toute contribution en espèces ou en biens
faite par l’Administration à une Filiale, que ce soit sous
forme de prêt aux actionnaires, de souscription d’actions, de
donation ou autres, à l’exclusion des contributions faites par
l’Administration à la Filiale au moyen d’un bail ou d’un
permis à juste valeur marchande concernant des biens que
possède ou gère l’Administration. (Capital Investment)
« catégories d’utilisateurs » Catégories d’utilisateurs pour
l’application du sous-alinéa 8(2)f)(iv) de la Loi, décrites à
l’Annexe « D ». (classes of users)
« Code de déontologie » Code de déontologie régissant la
conduite des administrateurs et des dirigeants, qui figure à
l’Annexe « F ». (Code of Conduct)
« Comité de déontologie » S’entend au sens du paragraphe 4.16. (Conduct Committee)
« Comité de mise en candidature » Comité décrit aux
paragraphes 4.18 à 4.21. (Nominating Committee)
« Conseil » Le conseil d’administration de l’Administration.
(Board)
42
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
described in the annexed Schedule D; (catégories
d’utilisateurs)
“Code of Conduct” means the code of conduct governing
the conduct of directors and officers set forth in the annexed
Schedule F; (Code de déontologie)
“Conduct Committee” has the meaning ascribed to such
term in section 4.16; (Comité de déontologie)
“Contingent Liability” means any agreement, undertaking or
arrangement by which the Authority guarantees, endorses or
otherwise becomes or is contingently liable upon (by direct
or indirect agreement, contingent or otherwise, to provide
funds for payment, to supply funds to, or otherwise to invest
in, a debtor, or otherwise to assure a creditor against loss)
the indebtedness, obligation or any other liability of any
other person or entity (other than by endorsements of
instruments in the course of collection), or guarantees the
payment of dividends or other distributions. The amount of
any obligation under any Contingent Liability shall (subject
to any limitation set forth therein) be deemed to be the
outstanding principal amount (or maximum principal
amount, if larger) of the debt, obligation or other liability
guaranteed thereby; (Élément de passif éventuel)
“director” means a member of the Board; (administrateur)
“fair market value” means for a good, service, facility or
right, the amount which would be paid or received by an
arm’s length third party acting free from compulsion or
duress in an open market for a comparable good, service,
right or facility available on comparable terms; (juste valeur
marchande)
“Fiscal Year” means the fiscal year of the Authority, as
established by the Authority from time to time; (Exercice)
“GAAP” means generally accepted accounting principles in
Canada; (PCGR)
“Gross Revenue Charge” has the meaning ascribed to such
term in section 6.2; (Frais sur les revenus bruts)
“Her Majesty” means Her Majesty in Right of Canada; (Sa
Majesté)
“Letters Patent” means these letters patent as amended by
supplementary letters patent, if any, and includes any
schedules hereto and thereto; (Lettres patentes)
“Minister” means the Minister of Transport; (Ministre)
“Nominating Committee” means the committee described in
sections 4.18 to 4.21; (Comité de mise en candidature)
“officer” means an officer of the Authority; (dirigeant)
“Permitted Indemnity or Guarantee” means financial
assistance given by the Authority for the benefit of any
Subsidiary, whether by way of indemnity, guarantee or
otherwise which financial assistance must state the
aggregate potential liability of the Authority in dollar terms;
(Indemnité ou garantie autorisée)
“Regulations” means the regulations made under the Act;
(Règlement)
“Significant Legal Proceedings” means legal proceedings
for which the Authority or any Subsidiary has been served
with written notice of the commencement of legal
proceedings where such notice claims damages in excess of
$250,000; (Procédure judiciaire importante)
“Subsidiary” means any wholly-owned subsidiary of the
Authority incorporated from time to time in accordance with
the Act and these Letters Patent; (Filiale)
“Sufficient Return” means monies paid to the Authority in a
Fiscal Year by a Subsidiary in which the Authority has made
a Capital Investment in an amount no less than the annual
June 26, 1999
« Contrat de travail » S’entend au sens du paragraphe 8.4.
(Work Contract)
« dirigeant » Dirigeant de l’Administration. (officer)
« Élément de passif éventuel » Toute entente, tout engagement ou tout arrangement par lequel l’Administration
garantit, cautionne ou devient éventuellement responsable
(par entente directe ou indirecte, éventuelle ou autre, de
verser les fonds de paiement, de fournir les fonds ou
d’investir des fonds à un débiteur, ou encore d’assurer un
créancier contre la perte) de la dette, de l’obligation ou d’un
élément de passif de toute personne ou entité (autrement que
par endossement des instruments au moment de la perception), ou garantit le paiement de dividendes ou autre
distribution. Le montant de toute obligation prévue à
l’Élément de passif éventuel (sous réserve des limites qui y
sont prévues) est réputé être le montant du solde du
principal (ou montant maximal du principal, s’il est plus
élevé) de la dette, de l’obligation ou de l’élément de passif
garanti dans le document. (Contingent Liability)
« Emprunts » S’entend au sens du paragraphe 9.3.
(Borrowing)
« Exercice » Exercice de l’Administration, tel que déterminé
par cette dernière de temps à autre. (Fiscal Year)
« Filiale » Filiale à cent pour cent de l’Administration
constituée de temps à autre en vertu de la Loi et des
présentes Lettres patentes. (Subsidiary)
« Frais sur les revenus bruts » S’entend au sens du
paragraphe 6.2. (Gross Revenue Charge)
« Indemnité ou garantie autorisée » Aide financière qu’accorde l’Administration aux Filiales, sous forme d’indemnité,
de garantie ou autrement, et qui fait état de l’ensemble du
passif éventuel de l’Administration en dollars. (Permitted
Indemnity or Guarantee)
« juste valeur marchande » Relativement à un bien, un
service, une installation ou un droit, le montant qui serait
payé ou reçu par une tierce partie sans lien de dépendance et
agissant sans contrainte dans un marché libre, pour un bien,
un service, une installation ou un droit comparable disponible à des conditions comparables. (fair market value)
« Lettres patentes » Les présentes lettres patentes telles que
modifiées par lettres patentes supplémentaires, le cas
échéant, et comprenant leurs annexes respectives. (Letters
Patent)
« Loi » La Loi maritime du Canada telle que modifiée. (Act)
« Ministre » Le ministre des Transports. (Minister)
« Organisme de nomination » À l’égard d’un administrateur, l’organisme, l’entité ou l’autorité qui l’a nommé.
(Appointing Body)
« Passif de contrat de location-acquisition » Toute obligation monétaire de l’Administration aux termes d’une
entente de location ou entente semblable qui, conformément
aux PCGR, serait considérée comme un contrat de locationacquisition, et le montant de ces obligations pour les fins du
calcul des Emprunts est le montant capitalisé de ces derniers, déterminé conformément aux PCGR. (Capitalized
Lease Liabilities)
« PCGR » S’entend des principes comptables généralement
reconnus au Canada. (GAAP)
« Procédure judiciaire importante » S’entend des procédures
dont avis écrit a été signifié à l’Administration ou toute
Filiale si l’avis du début des procédures indique une
réclamation de dommages-intérêts de plus de 250 000 $.
(Significant Legal Proceedings)
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
yield which would have been received by the Authority had
it invested an amount equal to the Capital Investment, less
the amount of the aggregate potential liability of the
Authority pursuant to the terms of any Permitted Indemnity
or Guarantee, if any, comprised in such Capital Investment,
in non-callable Government of Canada bonds, issued at par,
in Canada on the closest issue date to the date upon which
the Capital Investment was made by the Authority and
maturing ten years from the date of issue; (Rendement
suffisant)
“User Director” means a director to be appointed pursuant
to subsection 4.6(d); (Administrateur représentatif des
utilisateurs)
“Work Contract” has the meaning ascribed to such term in
section 8.4. (Contrat de travail)
43
1.3 Conflicts with Act or Regulations. If there is any conflict
between the Letters Patent and the Act or Regulations, the Act or
Regulations shall prevail.
1.4 Conflicts with By-laws. If there is any conflict between the
Letters Patent and the by-laws of the Authority, the Letters Patent
shall prevail.
« Règlement » Règlement pris en application de la Loi.
(Regulations)
« Rendement suffisant » Au cours d’un Exercice, montants
versés à l’Administration par une Filiale dans laquelle
l’Administration a mis du Capital engagé dont le montant
correspond au moins au rendement annuel que l’Administration aurait reçu si elle avait investi un montant équivalent,
moins l’ensemble du passif éventuel de l’Administration
aux termes de toute Indemnité ou garantie autorisée, si le
Capital engagé en comportait, dans des obligations non
remboursables du gouvernement du Canada, émises au pair
au Canada à la date d’émission la plus rapprochée de la
date à laquelle l’Administration a mis son Capital engagé
et venant à échéance dix ans après la date d’émission.
(Sufficient Return)
« Sa Majesté » Sa Majesté du chef du Canada. (Her
Majesty)
1.3 Conflit avec la Loi ou un Règlement. En cas de conflit entre les Lettres patentes et la Loi ou un Règlement, la Loi ou le
Règlement a préséance.
1.4 Conflit avec des règlements administratifs. En cas de
conflit entre les Lettres patentes et les règlements administratifs
de l’Administration, les Lettres patentes ont préséance.
ARTICLE 2
ARTICLE 2
DESCRIPTION OF AUTHORITY
DESCRIPTION DE L’ADMINISTRATION
2.1 Name of Authority. The corporate name of the Authority is
the North Fraser Port Authority.
2.2 Registered Office of Authority. The registered office of the
Authority is located at 2020 Airport Road, Richmond, British
Columbia V7B 1C6.
2.1 Dénomination de l’Administration. La dénomination sociale de l’Administration est : Administration portuaire du NorthFraser.
2.2 Siège social de l’Administration. Le siège social de
l’Administration est situé au 2020, chemin Airport, Richmond
(Colombie-Britannique) V7B 1C6.
ARTICLE 3
ARTICLE 3
DESCRIPTIONS OF NAVIGABLE WATERS
AND PROPERTY
DESCRIPTIONS DES EAUX NAVIGABLES
ET DES BIENS
3.1 Description of Navigable Waters. The description of the
navigable waters that are within the jurisdiction of the Authority
is set out in Schedule A hereto.
3.2 Description of Federal Real Property. The federal real
property that is managed by the Authority is described in Schedule B hereto.
3.3 Description of Real Property other than Federal Real
Property. The real property, other than federal real property, held
or occupied by the Authority is described in Schedule C hereto.
3.1 Description des eaux navigables. Les eaux navigables qui
relèvent de la compétence de l’Administration sont décrites à
l’Annexe « A ».
3.2 Description des immeubles fédéraux. Les immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration sont décrits à
l’Annexe « B ».
3.3 Description des immeubles autres que des immeubles
fédéraux. Les immeubles, autres que des immeubles fédéraux,
qu’occupe ou que détient l’Administration sont décrits à l’Annexe « C ».
3.4 Préclusion concernant les descriptions des biens. Les descriptions des immeubles fédéraux, des immeubles autres que les
immeubles fédéraux et des eaux navigables mentionnées au présent article ne doivent pas être interprétées comme une représentation, une garantie ou une admission et ne doivent pas servir de
préclusion par ou contre une personne relativement au titre de
propriété, y compris un titre autochtone, ou relativement à tout
intérêt bénéficiaire ou autre titre quant à ces immeubles.
3.4 Estoppel Respecting Property Descriptions. The descriptions of federal real property, real property other than federal real
property and navigable waters referred to in this article shall not
be interpreted as a representation, warranty or admission and shall
not operate as an estoppel by or against any person in respect of
title, including aboriginal title, or any beneficial interest in, or any
claim to such property.
ARTICLE 4
ARTICLE 4
DIRECTORS AND DIRECTORS’ MEETINGS
ADMINISTRATEURS ET RÉUNIONS DU CONSEIL
4.1 General Duties of the Board. The Board is responsible for
the management of the activities of the Authority.
4.1 Pouvoirs généraux du Conseil. Le Conseil est chargé de la
gestion des activités de l’Administration.
44
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
4.2 Qualifications of Directors. The following individuals may
not be directors:
(a) an individual who is a mayor, councillor, officer or
employee of one of the municipalities described in subsection 4.6(b) below;
(b) an individual who is a member of the legislature of the
province of British Columbia, or an officer or employee of the public service or of a Crown corporation
of the province of British Columbia;
(c) a Senator or a member of Parliament or an officer or
employee of the federal public service or of a federal
Crown corporation;
(d) an individual who is not a resident Canadian, as defined in subsection 2(1) of the Canada Business Corporations Act;
(e) an individual who is a director, officer or employee of a
person who is a user of the port;
(f) an individual who is under eighteen (18) years of age;
(g) an individual who has been declared mentally incompetent by a court in Canada or elsewhere; or
(h) an undischarged bankrupt.
4.3 Number of Directors. The Board shall consist of seven (7)
directors.
4.4 Quorum for Meeting of Directors. The quorum necessary
for the transaction of business at a meeting of the Board shall be a
majority of the number of directors in office of which the
Authority has actual knowledge of their appointment. A quorum
of directors may exercise all powers of the Board.
4.5 Manner and Effective Date of Appointment. The appointment of a director shall be effected in such manner and at such
time as the Appointing Body considers appropriate.
4.6 Appointment of Directors. The directors of the Authority
shall be appointed to hold office as follows:
(a) the Governor in Council appoints one (1) individual
nominated by the Minister;
(b) the municipalities of Richmond, Burnaby and Vancouver appoint one (1) individual;
(c) the province of British Columbia appoints one (1) individual; and
(d) the Governor in Council appoints the four (4) remaining
individuals nominated by the Minister in consultation
with the users selected by the Minister or with the
classes of users.
4.7 Terms of Directors. The term of each director shall be three
(3) years, provided, however, that:
(a) the initial term of the appointee of the municipalities
appointed pursuant to subsection 4.6(b) shall be for a
period of one (1) year;
(b) the initial term of the appointee of the province of British Columbia appointed pursuant to subsection 4.6(c)
shall be for a period of two (2) years; and
(c) the initial term of two (2) of the four (4) individuals
nominated by the Minister and appointed by the Governor in Council pursuant to subsection 4.6(d) shall be:
(ii) for one (1) of the nominees, a period of one
(1) year; and
(ii) for the other nominee, a period of two (2) years.
A director appointed to fill a premature vacancy on the Board
shall be appointed by the Appointing Body appointing her or his
predecessor and shall hold office for the unexpired term of her or
his predecessor.
4.8 Renewal Term. The term of a director may be renewed once
only; but no person is eligible to be appointed as a director within
June 26, 1999
4.2 Exclusions. Les personnes suivantes ne peuvent être
administrateurs :
a) le maire, les conseillers, dirigeants et employés des
municipalités décrites à l’alinéa 4.6b) ci-après;
b) les députés de la législature de la province de
Colombie-Britannique et les dirigeants et employés de
l’administration publique provinciale ou d’une société
d’État provinciale de la Colombie-Britannique;
c) les sénateurs et les députés fédéraux, et les dirigeants et
employés de l’administration publique fédérale ou d’une
société d’État fédérale;
d) les personnes qui ne sont pas résidents canadiens au
sens du paragraphe 2(1) de la Loi canadienne sur les
sociétés par actions;
e) les administrateurs, dirigeants et employés d’un utilisateur du port;
f) les personnes âgées de moins de dix-huit (18) ans;
g) les personnes atteintes d’une déficience mentale qui ont
été reconnues comme telles par un tribunal même
étranger;
h) les faillis non libérés.
4.3 Nombre d’administrateurs. Le Conseil comprend sept
(7) administrateurs.
4.4 Quorum. La majorité des administrateurs en fonction dont
la nomination est communiquée à l’Administration constitue le
quorum; lorsque celui-ci est atteint, les administrateurs peuvent
exercer leurs fonctions.
4.5 Manière et date de prise d’effet de la nomination. La nomination d’un administrateur s’effectue de la manière et au moment jugés appropriés par l’Organisme de nomination.
4.6 Nomination des administrateurs. Les administrateurs sont
nommés en conformité avec les règles suivantes :
a) le gouverneur en conseil nomme un (1) administrateur
dont la nomination est proposée par le Ministre;
b) les municipalités de Richmond, Burnaby et Vancouver
nomment un (1) administrateur;
c) la province de Colombie-Britannique nomme un
(1) administrateur;
d) le gouverneur en conseil nomme les quatre (4) autres
candidats dont la nomination est proposée par le Ministre en consultation avec les utilisateurs qu’il choisit ou
avec les catégories d’utilisateurs.
4.7 Mandat. Les administrateurs sont nommés pour un mandat
de trois (3) ans, cependant :
a) le mandat initial de l’administrateur nommé par les
municipalités conformément à l’alinéa 4.6b) des Lettres
patentes est d’une durée d’un (1) an;
b) le mandat initial de l’administrateur nommé par la
province de Colombie-Britannique conformément à
l’alinéa 4.6c) des Lettres patentes est d’une durée de
deux (2) ans;
c) le mandat initial de deux (2) des quatre (4) candidats
proposés par le Ministre et nommés par le gouverneur
en conseil conformément à l’alinéa 4.6d) des Lettres
patentes est :
(i) d’une durée d’un (1) an pour un (1) des candidats;
(ii) de deux (2) ans pour l’autre candidat.
L’administrateur nommé pour combler une vacance prématurée
au Conseil est nommé par l’Organisme de nomination de son
prédécesseur; il assume le reste du mandat de son prédécesseur.
4.8 Renouvellement. Le mandat d’un administrateur n’est renouvelable qu’une seule fois; ne sont pas admissibles les
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
twelve (12) months after the expiration of her or his term or renewed term.
4.9 Ceasing to Hold Office. A director shall cease to hold office
when:
(a) the director dies or resigns;
(b) the director is removed for cause pursuant to the provisions of paragraph 19(1)(b) of the Act;
(c) the director is no longer qualified to hold the office of
director under section 4.2 of the Letters Patent; or
(d) the term of office of the director expires.
4.10 Resignation of Directors. A director may resign his or her
office as a director by sending to the Authority a written resignation which shall become effective on the date received by the
Authority or on the date specified in the resignation, whichever is
later.
4.11 Removal of Directors. Any director may be removed for
cause at any time pursuant to the provisions of paragraph 19(1)(b)
of the Act.
4.12 Remuneration of Directors and Chief Executive Officer.
The Board shall fix the remuneration of the directors, the chairperson of the Board and the chief executive officer of the
Authority.
4.13 Chairperson of the Board. The Board shall elect a chairperson of the Board from among its number for a term not exceeding two (2) years, the term being renewable.
4.14 Appointment of Officers. The Board shall appoint a chief
executive officer, who shall not be a director, and such other officers as the Board considers appropriate.
4.15 Committees of the Board. The Board may appoint from
among its number one or more committees of the Board, however
designated, and may delegate to any such committee any of the
powers of the Board, except that the Board shall not delegate to
any committee the power to:
(a) fill a vacancy in the office of the auditor of the
Authority;
(b) issue debt obligations except in the manner and on the
terms authorized by the Board;
(c) approve the audited financial statements of the
Authority;
(d) adopt, amend or repeal by-laws; or
(e) authorize or ratify any activity carried on or to be carried
on or any power exercised or to be exercised by a
Subsidiary.
4.16 Appointment of Conduct Committee. The Board shall
appoint from among its number a committee (the “Conduct
Committee”) comprised of not less than three (3) directors. The
Conduct Committee shall be responsible for administering the
Code of Conduct.
4.17 Duties of the Board Respecting Appointment of Directors. The Board shall perform the following functions:
(a) develop and annually update a long-term plan for the
composition of the Board, in terms of the optimal
combination of skills, background or experience, which
plan shall take into consideration the skills, background
and experience of existing directors, retirement dates
and the strategic direction of the Authority;
(b) at least four (4) months prior to the expiry of the term of
a director appointed by the Governor in Council under
subsection 4.6(a), by the municipalities under subsection 4.6(b) or by the province of British Columbia under
subsection 4.6(c) of these Letters Patent, provide notice
45
personnes dont le mandat d’administrateur ou le mandat renouvelé a pris fin dans les douze (12) derniers mois.
4.9 Fin du mandat. Le mandat d’un administrateur prend fin en
raison :
a) de son décès ou de sa démission;
b) de sa révocation pour motif valable conformément aux
dispositions de l’alinéa 19(1)b) de la Loi;
c) de son inhabilité à l’exercer, au sens du paragraphe 4.2
des Lettres patentes;
d) de l’expiration de son mandat.
4.10 Démission. Un administrateur peut démissionner de son
poste en envoyant à l’Administration une lettre de démission qui
prend effet à la date à laquelle l’Administration la reçoit ou, le
cas échéant, à la date postérieure qui y est indiquée.
4.11 Révocation. Le mandat d’un administrateur peut être révoqué pour motif valable conformément aux dispositions de l’alinéa 19(1)b) de la Loi.
4.12 Rémunération des administrateurs et du premier dirigeant. Le Conseil fixe la rémunération des administrateurs, du
président du Conseil et du premier dirigeant de l’Administration.
4.13 Président du Conseil. Le Conseil élit, parmi les administrateurs, le président du Conseil pour un mandat maximal renouvelable de deux (2) ans.
4.14 Nomination des dirigeants. Le Conseil est tenu de nommer
le premier dirigeant, qui n’est pas un administrateur, et peut
nommer les autres dirigeants, selon qu’il l’estime indiqué.
4.15 Comités du Conseil. Le Conseil peut nommer, parmi les
administrateurs, un ou plusieurs comités du conseil, quels qu’ils
soient, et leur déléguer ses pouvoirs, à l’exception des pouvoirs
suivants :
a) combler une vacance au poste de vérificateur de
l’Administration;
b) émettre des titres de créance, sauf dans les cas et de la
façon autorisés par le Conseil;
c) approuver
les
états
financiers
vérifiés
de
l’Administration;
d) adopter, modifier ou révoquer les règlements
administratifs;
e) autoriser ou ratifier toute activité exercée ou devant être
exercée ou tout pouvoir exercé ou devant être exercé par
une Filiale.
4.16 Création du Comité de déontologie. Le Conseil constitue,
parmi les administrateurs, un comité (ci-après le « Comité de
déontologie ») composé d’au moins trois (3) membres. Le Comité
de déontologie est chargé d’administrer le Code de déontologie.
4.17 Fonctions du Conseil relativement à la nomination des
administrateurs. Le Conseil s’acquitte des fonctions suivantes :
a) élaborer et mettre à jour chaque année un plan à long
terme en matière de composition du Conseil,
relativement à la combinaison optimale de compétences
et d’expérience; ce plan prendra en considération les
compétences et l’expérience des administrateurs en
fonction, la date d’expiration de leur mandat et
l’orientation stratégique de l’Administration;
b) au moins quatre (4) mois avant l’expiration du mandat
d’un administrateur nommé par le gouverneur en conseil
conformément à l’alinéa 4.6a), par les municipalités
conformément à l’alinéa 4.6b) ou par la province de
46
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
to the Appointing Body that the term of its appointee is
about to expire and request an appointment;
(c) at least four (4) months prior to the expiry of the term of
office of a director appointed by the Governor in Council under subsection 4.6(d) of these Letters Patent,
provide notice to the Nominating Committee and to the
Appointing Body that the term of such appointee is
about to expire and request an appointment;
(d) provide to the Nominating Committee and to each Appointing Body a current copy of the plan described in
subsection 4.17(a) and a profile of the skills, background and experience of the continuing directors; and
(e) in the event a director ceases to hold office, the Board
shall forthwith provide to the Appointing Body a request for a new appointment to fill such vacancy
together with a copy of the plan described in subsection 4.17(a) and the profile described in subsection 4.17(d).
4.18 Members of Nominating Committee. Within six
(6) months of the date these Letters Patent become effective, the
Authority shall have caused telephone polls, direct mail requests
or meetings to have been held with users in each class of users
listed in Schedule D such that each class of users select two
(2) persons to represent their class of users as members on the
Nominating Committee. The initial members of the Nominating
Committee shall establish the process by which subsequent members of the Nominating Committee are selected to allow each
class of users to continue to select two (2) persons to serve as
members of the Nominating Committee such that those persons
represent generally the industries or services grouped within a
particular class of users. The maximum term of any member of
the Nominating Committee shall be three (3) years and members
of the Nominating Committee may serve more than one (1) term.
4.19 Nominating Committee Activities. The Nominating
Committee shall establish and administer a process for soliciting
the names of nominees who would be suitable and qualified candidates to fill vacancies amongst the User Directors. The responsibilities of the Nominating Committee with respect to the nomination process include the following:
(a) requesting candidate submissions through a direct
mailing to users and through advertising in local newspapers, in both cases providing no less than fourteen
(14) days or more than thirty (30) days for response;
(b) reviewing all candidate submissions received;
(c) assessing all candidate submissions taking into consideration the requirements of the Act, the long-term plan
and the profile of the Board described in subsections 4.17(a) and 4.17(d) respectively as to the skills,
background and experience required of prospective
directors;
(d) providing to the Minister a list of those candidates
which the Nominating Committee would recommend as
persons to be nominated by the Minister to fill the User
Director vacancies; the Nominating Committee shall use
reasonable efforts to provide to the Minister a list of
recommended persons numbering at least twice the
number of such vacancies; and
(e) making its members available to answer any questions
or inquiries from the Minister regarding the solicitation
June 26, 1999
Colombie-Britannique conformément à l’alinéa 4.6c)
des présentes Lettres patentes, signaler à l’Organisme de
nomination pertinent que le mandat de l’administrateur
qu’il avait nommé au Conseil est sur le point de prendre
fin et demander une nouvelle nomination;
c) au moins quatre (4) mois avant l’expiration du mandat
d’un administrateur nommé par le gouverneur en conseil
conformément à l’alinéa 4.6d) des présentes Lettres
patentes, signaler au Comité de mise en candidature et à
l’Organisme de nomination pertinent que le mandat de
l’administrateur qu’ils avaient proposé au conseil est
sur le point de prendre fin et demander une nouvelle
nomination;
d) donner au Comité de mise en candidature et à chaque
Organisme de nomination une copie à jour du plan
décrit à l’alinéa 4.17a) et fournir un profil des compétences et de l’expérience des administrateurs dont le
mandat se poursuit;
e) pour le cas où le mandat d’un administrateur prend fin,
le Conseil présente immédiatement à l’Organisme de
nomination une demande de nomination pour combler
cette vacance ainsi qu’une copie du plan décrit à l’alinéa 4.17a) et du profil décrit à l’alinéa 4.17d).
4.18 Membres du Comité de mise en candidature. Dans les six
(6) mois suivant l’entrée en vigueur des présentes Lettres patentes, l’Administration aura fait tenir des sondages téléphoniques, présenter des demandes par envois postaux ou organiser des
rencontres avec les utilisateurs précisés dans chaque catégorie
d’utilisateurs tel que décrit à l’Annexe « D », de façon que chaque
catégorie choisit deux (2) personnes pour la représenter au sein du
Comité de mise en candidature. Les membres qui siégeront initialement au Comité de mise en candidature établiront le processus
de sélection des membres ultérieurs du Comité de mise en candidature pour que chaque catégorie d’utilisateurs continue de choisir deux (2) personnes qui la représenteront au Comité de mise en
candidature de façon que ces personnes représentent généralement les industries ou les services regroupés dans cette catégorie.
La durée maximale du mandat d’un membre du Comité de mise
en candidature est de trois (3) ans; le mandat est renouvelable.
4.19 Activités du Comité de mise en candidature. Le Comité
de mise en candidature crée et administre un processus de sollicitation de mises en candidature de personnes compétentes pour
combler les vacances de postes d’Administrateurs représentatifs des utilisateurs. Relativement au processus de proposition,
les responsabilités du Comité de mise en candidature sont les
suivantes :
a) solliciter des mises en candidature auprès des utilisateurs par envoi postal aux utilisateurs et avis dans les
journaux locaux, en imposant dans les deux cas un délai
minimum de quatorze (14) jours et maximum de trente
(30) jours;
b) examiner toutes les candidatures reçues;
c) évaluer toutes les candidatures en tenant compte des
exigences de la Loi, du plan à long terme et du profil
pertinents communiqués par le Conseil selon la description figurant aux alinéas 4.17a) et 4.17b) respectivement, en ce qui a trait aux compétences et à
l’expérience que doivent posséder les candidats
administrateurs;
d) fournir au Ministre une liste des candidats dont la nomination, sur recommandation du Comité de mise en
candidature, est proposée par le Ministre pour combler
les vacances des postes d’Administrateurs représentant
les utilisateurs; le Comité de mise en candidature doit
déployer des efforts raisonnables pour fournir au
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
47
process, particulars of candidate submissions received,
the background, experience or skills of nominees, the
deliberations of the Nominating Committee or any other
information which the Minister requests for the purposes of the Minister providing nominations to the
Governor in Council pursuant to the provisions of
paragraph 14(1)(d) of the Act.
Ministre une liste de candidats totalisant au moins le
double du nombre de vacances;
e) faire en sorte que ses membres soient disponibles pour
répondre aux questions ou demandes que pourrait poser
le Ministre relativement au processus de sollicitation,
aux détails des mises en candidatures présentées, à l’expérience ou aux compétences d’un candidat, aux délibérations du Comité de mise en candidature ou à toute
autre information que le Ministre demande aux fins
de la fourniture de candidatures par le Ministre au
gouverneur en conseil conformément aux dispositions
de l’alinéa 14(1)d) de la Loi.
4.20 Scope of Process. Nothing in the process described in section 4.19 is intended to or shall derogate from, interfere with, or
substitute for, any consultation, inquiry, public input or process
the Minister chooses to undertake in determining the candidates
to be nominated by the Minister pursuant to provisions of paragraph 14(1)(d) of the Act. The Minister, in consultation with
users, shall at all times have the flexibility and discretion to
nominate as User Directors persons other than those persons recommended by the Nominating Committee to ensure an appropriate mix of Board members at all times.
4.20 Portée du processus. Rien dans le processus décrit au paragraphe 4.19 ne vise à déroger, à nuire ou à se substituer à la
consultation, à l’enquête, à la participation ou au processus que le
Ministre choisit d’appliquer pour sélectionner les candidats dont
il propose la nomination conformément aux dispositions de
l’alinéa 14(1)d) de la Loi. En consultation avec les utilisateurs de
l’Administration, le Ministre peut en tout temps, à sa discrétion,
proposer la nomination de personnes aux postes d’Administrateurs représentatifs des utilisateurs autres que celles recommandées par le Comité de mise en candidature pour que le Conseil ait
une composition adéquate en tout temps.
4.21 Procedure For Nominating Committee. For the purposes
of conducting the activities described in section 4.19 above, the
Nominating Committee members shall elect a chairperson from
amongst themselves. Meetings of the Nominating Committee may
be held at any time and place and in a manner to be determined
by the Nominating Committee, provided that written notice shall
be given to each member at least ten (10) days prior to the meeting unless all members agree to abridge or waive such notice. No
error or omission giving notice of any meeting of the Nominating
Committee or any adjourned meeting of the Nominating Committee, provided that such error or omission is not material, shall
invalidate such meeting or make void any proceeding taken
thereof and any member thereof may at any time waive notice of
such meeting and may ratify, approve or confirm any or all proceedings taken or had thereat. A majority of the serving members
of the Nominating Committee shall constitute a quorum and the
Nominating Committee shall be self-governing.
4.21 Procédure relative au Comité de mise en candidature.
Aux fins de l’exécution des activités décrites au paragraphe 4.19,
les membres du Comité de mise en candidature doivent élire un
président parmi eux. Les réunions du Comité de mise en candidature peuvent se tenir au moment, à l’endroit et de la façon que
décident les membres du Comité de mise en candidature, à condition que l’avis écrit de la réunion soit donné à chaque membre
au moins dix (10) jours avant la réunion, à moins que tous les
membres aient convenu au préalable de réduire ce délai ou de
renoncer à l’avis. Les erreurs ou les omissions dans l’avis de
réunion du Comité de mise en candidature ou d’ajournement de
la réunion du Comité de mise en candidature, à condition que
l’erreur ou l’omission ne soit pas importante, n’auront ni pour
effet d’invalider la réunion ni d’annuler les délibérations qui s’y
déroulent. Tout membre du comité peut en tout temps renoncer à
l’avis de réunion et ratifier, approuver ou confirmer tout ou partie
des délibérations menées à cette réunion. La majorité des membres en fonction du Comité de mise en candidature, constitue le
quorum et le comité se gouverne lui-même.
4.22 Duties of Directors Respecting Contracting. The directors
shall take all necessary measures to ensure:
(a) that the Authority and any Subsidiary that enters into a
contract, including a contract for the borrowing of money, other than as agent of Her Majesty, shall do so in
its own name, and that such contract expressly states
that the Authority or Subsidiary is entering into the
contract on its own behalf and not as agent of Her Majesty; and
(b) that any subcontract arising directly or indirectly from a
contract described in subsection 4.22(a) expressly states
that the Authority or Subsidiary, as the case may be,
enters into the contract on its own behalf and not as
agent of Her Majesty.
4.22 Fonctions des administrateurs relativement aux contrats. Les administrateurs doivent prendre toutes les mesures
nécessaires pour veiller :
a) à ce que l’Administration et toute Filiale de celle-ci qui
concluent un contrat, y compris un contrat d’emprunt de
fonds, autrement qu’à titre de mandataire de Sa Majesté,
le fassent sous leur propre nom; le contrat doit indiquer
expressément que l’Administration ou la Filiale le conclut pour son propre compte et non à titre de mandataire
de Sa Majesté;
b) à ce que tout contrat de sous-traitance résultant directement ou indirectement d’un contrat visé à l’alinéa 4.22a) indique expressément que l’Administration
ou la Filiale, selon le cas, a conclu le contrat pour son
propre compte et non à titre de mandataire de Sa
Majesté.
4.23 Business Plan. The Authority shall annually submit to the
Minister in respect of itself and each of its Subsidiaries, a five
(5) year business plan containing such information as the Minister
may require, including any material changes in respect of information provided in the previous business plan.
4.23 Plan d’activités. L’Administration présente, tous les ans, au
Ministre un plan quinquennal d’activités et celui de chacune de
ses Filiales, renfermant les renseignements que celui-ci peut exiger, notamment les changements importants à l’égard des renseignements fournis dans le plan d’activités antérieur.
48
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
June 26, 1999
ARTICLE 5
ARTICLE 5
CODE OF CONDUCT
CODE DE DÉONTOLOGIE
5.1 Code of Conduct. The Code of Conduct governing the conduct of the directors and officers is set out in Schedule F hereto.
5.1 Code de déontologie. Le code de déontologie régissant la
conduite des administrateurs et dirigeants figure à l’Annexe « F »
aux présentes.
ARTICLE 6
ARTICLE 6
GROSS REVENUE CHARGE
FRAIS SUR LES REVENUS BRUTS
6.1 Interpretation. For the purposes of this article, the following
terms shall have the following meanings:
(a) “Applicable Tax” means, with respect to a particular
Fiscal Year, the aggregate amount of income tax payable
by the Authority and Subsidiaries to Her Majesty but
excluding any income tax payable by Subsidiaries
whose Revenue for such Fiscal Year is a Permitted
Exclusion pursuant to paragraph 6.1(d)(ii); (Impôt
applicable)
(b) “Calculated Gross Revenue” means, for a particular
Fiscal Year, the amount determined by subtracting the
amount equal to the aggregate of the Permitted Exclusions for such Fiscal Year from the Revenue for such
Fiscal Year; (Revenu brut calculé)
(c) “Disclosure Statement” has the meaning ascribed to
such term in section 6.4; (Déclaration)
(d) “Permitted Exclusions” means:
(i) any gains or losses realized by the Authority or a
Subsidiary on the sale by the Authority or a Subsidiary of federal real property pursuant to the
Federal Real Property Act;
(ii) all Revenue of a Subsidiary, provided that:
(A) the Subsidiary is subject to pay income tax
to Her Majesty on such Revenue; and
(B) the Authority has not, at any time, made a
Capital Investment in or benefiting the Subsidiary in an amount greater than $1,000 or,
if in excess of such amount:
(1) such Capital Investment has yielded a
Sufficient Return to the Authority for
the relevant Fiscal Year; or
(2) the Authority and the Subsidiary are in
compliance with such terms and conditions, including any related to financial return, imposed by the Minister at
the time the Capital Investment in or
benefiting such Subsidiary was made;
6.1 Interprétation. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent article :
a) « Impôt applicable » Relativement à un Exercice donné, montant total d’impôt sur le revenu payable par
l’Administration et les Filiales à Sa Majesté, à
l’exclusion de tout impôt sur le revenu payable par les
Filiales dont le Revenu pour l’Exercice visé constitue
une Exclusion autorisée conformément au sousalinéa 6.1d)(ii); (Applicable Tax)
b) « Revenu brut calculé » Relativement à un Exercice
donné, montant obtenu en soustrayant le montant correspondant à l’ensemble des Exclusions autorisées pour
l’Exercice visé du Revenu pour cet Exercice; (Calculated Gross Revenue)
c) « Déclaration » S’entend au sens qui lui est donné au
paragraphe 6.4; (Disclosure Statement)
d) « Exclusions autorisées » S’entend de
(i) tout produit ou perte réalisés par l’Administration
ou une Filiale de la vente d’immeubles fédéraux
par l’Administration ou la Filiale conformément à
la Loi sur les immeubles fédéraux;
(ii) tout Revenu d’une Filiale, sous réserve que :
(A) la Filiale doit payer à Sa Majesté de l’impôt
sur ce Revenu;
(B) le Capital engagé à tout moment par l’Administration dans la Filiale ou au profit de
celle-ci ne dépasse pas 1 000 $ ou, s’il dépasse ce montant :
(1) le Capital engagé a donné un Rendement suffisant à l’Administration pour
l’Exercice pertinent;
(2) l’Administration et la Filiale observent
les modalités, notamment celles relatives au rendement financier, qu’a imposées le Ministre au moment où
l’Administration a mis le Capital engagé dans la Filiale ou en a fait profiter
celle-ci;
(iii) le montant global des provisions et radiations raisonnables visant les créances qui, selon l’Administration, ne sont pas recouvrables ou sont peu
susceptibles d’être recouvrables dans l’Exercice
visé, pourvu que les PCGR aient été respectés au
moment de cette détermination;
(iv) le Revenu reçu au cours de tout Exercice relativement à un bail, un permis ou une entente de
gestion conclu avec la province de ColombieBritannique dans la mesure où le loyer ou d’autres
paiements associés à un Revenu doivent être
remis à la province de Colombie-Britannique;
(Permitted Exclusions)
(iii) the aggregate amount of all reasonable allowances
and write-offs of receivables which have been
determined by the Authority within the particular
Fiscal Year not to be collectible or likely to be
collectible provided such determination is made
in accordance with GAAP; and
(iv) revenue received in any fiscal period pursuant to
any lease from or management agreement with the
province of British Columbia to the extent that
rent or other payments related to Revenue must be
remitted to the province of British Columbia; and
(Exclusions autorisées)
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
(e) “Revenue” means the aggregate amount of all revenue
recognized by the Authority and all Subsidiaries in accordance with GAAP. (Revenu)
e)
49
« Revenu » S’entend du montant global de revenu reconnu par l’Administration et les Filiales conformément aux PCGR. (Revenue)
6.2 Calculation of Gross Revenue Charge. The Authority shall
annually pay to the Minister a charge (the “Gross Revenue
Charge”) to maintain the Letters Patent in good standing equal to
the aggregate of the following amounts:
(a) 2% of the first $10,000,000 of Calculated Gross Revenue for the Fiscal Year to which the charge relates;
(b) 4% of the amount of any Calculated Gross Revenue
between $10,000,001 and $20,000,000 for the Fiscal
Year to which the charge relates;
(c) 6% of the amount of any Calculated Gross Revenue
between $20,000,001 and $60,000,000 for the Fiscal
Year to which the charge relates;
(d) 4% of the amount of any Calculated Gross Revenue
between $60,000,001 and $70,000,000 for the Fiscal
Year to which the charge relates; and
(e) 2% of the amount of any Calculated Gross Revenue in
excess of $70,000,001 for the Fiscal Year to which the
charge relates;
less Applicable Tax, if any, for the Fiscal Year to which the
charge relates.
6.2 Calcul des Frais sur les revenus bruts. L’Administration
est tenue de payer chaque année au Ministre des frais (ci-après les
« Frais sur les revenus bruts ») pour le maintien en vigueur des
Lettres patentes se chiffrant au total des montants suivants :
a) 2 % des premiers 10 000 000 $ des Revenus bruts calculés pour l’Exercice auquel les frais s’appliquent;
b) 4 % du montant des Revenus bruts calculés entre
10 000 001 $ et 20 000 000 $ pour l’Exercice auquel les
frais s’appliquent;
c) 6 % du montant des Revenus bruts calculés entre
20 000 001 $ et 60 000 000 $ pour l’Exercice auquel les
frais s’appliquent;
d) 4 % du montant des Revenus bruts calculés entre
60 000 001 $ et 70 000 000 $ pour l’Exercice auquel les
frais s’appliquent;
e) 2 % du montant des Revenus bruts calculés en sus
de 70 000 001 $ pour l’Exercice auquel les frais
s’appliquent;
moins l’Impôt applicable, le cas échéant, pour l’Exercice auquel
les frais s’appliquent.
6.3 Payment of Gross Revenue Charge. The Authority shall
pay the Gross Revenue Charge for each Fiscal Year to the Minister no later than ninety (90) days from the end of each Fiscal
Year.
6.3 Paiement des Frais sur les revenus bruts. L’Administration
est tenue de payer au Ministre les Frais sur les revenus bruts d’un
Exercice donné dans les quatre-vingt-dix (90) jours suivant la fin
de cet Exercice.
6.4 Disclosure Statement. The Authority shall include with
every Gross Revenue Charge payment a disclosure statement (the
“Disclosure Statement”) in the form prescribed by the Minister
from time to time setting forth, inter alia, an itemized list of the
sources of revenue comprising the Calculated Gross Revenue and
Permitted Exclusions.
6.4 Déclaration. Lors du paiement des Frais sur les revenus
bruts, l’Administration est tenue de joindre une déclaration
(ci-après la « Déclaration ») en la forme prescrite de temps à autre
par le Ministre, présentant entre autres une liste détaillée des
sources de revenus composant les Revenus bruts calculés et les
Exclusions autorisées.
6.5 Acceptance of Payment by Minister. The acceptance by the
Minister of any Gross Revenue Charge payment made hereunder
or the issuance of a certificate of good standing pursuant to section 6.10 in respect of such payment shall not preclude the Minister from disputing the calculation, inclusion or omission of any
item in connection with the calculation of such Gross Revenue
Charge and adjusting the amount of the Gross Revenue Charge
payable by the Authority in a particular Fiscal Year pursuant to
section 6.7.
6.5 Acceptation du paiement par le Ministre. L’acceptation
par le Ministre du paiement des Frais sur les revenus bruts en
vertu du présent article ou la délivrance d’un certificat de conformité en vertu du paragraphe 6.10 relativement à ce paiement
n’empêche aucunement le Ministre de contester le calcul,
l’inclusion ou l’omission de certains éléments dans le calcul
desdits Frais sur les revenus bruts et de rajuster le montant des
Frais sur les revenus bruts payables par l’Administration pour un
Exercice donné conformément au paragraphe 6.7.
6.6 Audit and Inspection. In addition to any disclosure required
under the Act in connection with a special examination respecting
the Authority, the Minister shall be entitled at any time to review
the books, records, systems and practices of the Authority and
Subsidiaries and take copies and extracts from the books and
records of the Authority and Subsidiaries for the purposes of verifying the information contained in the Disclosure Statement provided by the Authority and Subsidiaries to the Minister pursuant
to section 6.4. The Authority and Subsidiaries shall furnish to the
Minister all information in its possession or to which it is entitled
to possession that may be required by the Minister in connection
with an audit and inspection by the Minister.
6.6 Vérification et inspection. Outre la Déclaration exigée par la
Loi relativement à un examen spécial visant l’Administration, le
Ministre est habilité en tout temps à examiner les documents,
moyens et méthodes de l’Administration et des Filiales et à prendre des copies et des extraits des documents de l’Administration
et des Filiales pour vérifier les renseignements contenus dans la
Déclaration fournie par l’Administration et les Filiales au Ministre en vertu du paragraphe 6.4. L’Administration et les Filiales
doivent fournir au Ministre tous les renseignements qu’elles possèdent ou qu’elles sont autorisées à posséder dont il peut avoir
besoin pour effectuer la vérification ou l’inspection.
6.7 Adjustment of Gross Revenue Charge. If an audit and investigation conducted pursuant to section 6.6 or a review by the
Minister of the Disclosure Statement discloses a difference between the amount which in the Minister’s opinion should have
been paid by the Authority as Gross Revenue Charge for a particular Fiscal Year and the amount actually paid by the Authority
for such Fiscal Year, the Minister may readjust the Gross Revenue Charge payable by the Authority for such Fiscal Year. In the
6.7 Rajustement des Frais sur les revenus bruts. Si la vérification et l’enquête menées en vertu du paragraphe 6.6 ou l’examen de la Déclaration, par le Ministre, révèlent une différence
entre le montant qui, de l’avis du Ministre, aurait dû être payé par
l’Administration à titre de Frais sur les revenus bruts et le montant réellement payé par l’Administration pour l’Exercice, le Ministre peut rajuster les Frais sur les revenus bruts à payer par
l’Administration pour l’Exercice. Advenant que le rajustement
50
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
June 26, 1999
event that the readjustment results in the Authority paying a further amount to the Minister in respect of the Gross Revenue
Charge for a particular Fiscal Year, the Minister shall invoice the
Authority for such amount. The Authority shall pay the Minister
the invoiced amount together with all interest accrued thereon on
or before thirty (30) days following the date of receipt of the
invoice.
6.8 Set-Off. The Minister shall be entitled to set-off any amount
owing to Her Majesty by the Authority against any payment owing to the Authority by the Minister in accordance with the provisions of the Financial Administration Act. If an audit, investigation or review by the Minister contemplated by section 6.7
discloses amounts owed by the Minister to the Authority, the
Authority shall be entitled to set-off such amount against any
payment owed to the Minister by the Authority.
6.9 Interest on Outstanding Amounts. Interest shall accrue
annually on any outstanding balance owing to the Minister in
respect of a Gross Revenue Charge payment or any payment to be
made by the Authority or the Minister in connection with a readjustment of a Gross Revenue Charge payment, at the interest rate
equal to the prime rate of interest established by the Bank of Canada from time to time plus 2%.
6.10 Certificate of Good Standing. Forthwith, upon receipt
from the Authority of the full amount of the Gross Revenue
Charge for a particular Fiscal Year, the Minister shall issue to the
Authority a certificate of good standing in a form to be determined by the Minister confirming that the Letters Patent are in
good standing as of the date of the certificate. Provided there are
no amounts owing to the Minister by the Authority under this
article 6, including any amounts owed pursuant to an adjustment
of the Gross Revenue Charge under section 6.7, the Minister
shall, upon request by the Authority at any time during a Fiscal
Year, issue a certificate of good standing to the Authority confirming the Letters Patent are in good standing as of the date of
the certificate.
entraîne un paiement additionnel de l’Administration au Ministre
relativement aux Frais sur les revenus bruts pour un Exercice
donné, le Ministre doit facturer ce montant à l’Administration.
L’Administration doit payer le montant figurant sur la facture
ainsi que tous les intérêts accumulés dans les trente (30) jours
suivant réception de la facture.
ARTICLE 7
ARTICLE 7
ACTIVITIES AND POWERS OF THE AUTHORITY
AND SUBSIDIARIES
ACTIVITÉS ET POUVOIRS DE L’ADMINISTRATION
ET DES FILIALES
7.1 Activities of the Authority Related to Certain Port Operations. To operate the port, the Authority may undertake the port
activities referred to in paragraph 28(2)(a) of the Act to the extent
specified below:
(a) development, application, enforcement and amendment
of rules, orders, by-laws, practices or procedures and
issuance and administration of authorizations respecting
use, occupancy or operation of the port and enforcement
of Regulations or making of Regulations pursuant to
subsection 63(2) of the Act;
(b) creation, imposition, collection, remission or reimbursement or other fixing or acceptance of fees or charges
authorized by the Act, including the fixing of the
interest rate that the Authority charges on overdue fees;
(c) management, leasing or licensing the federal real property described in Schedule B or described as federal real
property in any supplementary letters patent, subject to
the restrictions contemplated in sections 8.1 and 8.3 and
provided such management, leasing or licensing is for,
or in connection with, the following:
(i) those activities described in sections 7.1 and 7.2;
(ii) those activities described in section 7.3 provided
such activities are carried on by Subsidiaries or
7.1 Activités de l’Administration liées à certaines opérations
portuaires. Pour exploiter le port, l’Administration peut se livrer
aux activités portuaires mentionnées à l’alinéa 28(2)a) de la Loi
dans la mesure précisée ci-dessous :
a) élaboration, application, contrôle d’application et modification de règles, d’ordonnances, de règlements administratifs, de pratiques et de procédures; délivrance et
administration de permis concernant l’utilisation, l’occupation ou l’exploitation du port; contrôle d’application des Règlements ou prise de Règlements conformément au paragraphe 63(2) de la Loi;
b) création, imposition, perception, remise ou remboursement, ou autre établissement ou acceptation de droits
ou de frais autorisés par la Loi, notamment l’établissement du taux d’intérêt imposé par l’Administration
sur les droits impayés;
c) sous réserve des restrictions prévues aux paragraphes 8.1 et 8.3, gestion, location ou octroi de permis
relativement aux immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires
comme étant des immeubles fédéraux, à condition que
la gestion, la location ou l’octroi de permis vise ce qui
suit :
6.8 Compensation. Le Ministre est habilité à opérer compensation entre tout montant que doit l’Administration à Sa Majesté et
tout paiement qu’il doit à l’Administration conformément aux
dispositions de la Loi sur la gestion des finances publiques. Si
une vérification, une enquête ou un examen du Ministre prévu au
paragraphe 6.7 révèle des montants que doit le Ministre à
l’Administration, l’Administration est habilitée à opérer compensation entre ce montant et tout paiement qu’elle doit au Ministre.
6.9 Intérêt sur les montants en souffrance. Des intérêts
s’accumulent annuellement sur les soldes impayés au Ministre
relativement aux Frais sur les revenus bruts ou tout autre paiement que doit faire l’Administration ou le Ministre à titre de rajustement au paiement des Frais sur les revenus bruts au taux
d’intérêt correspondant au taux d’intérêt préférentiel établi par la
Banque du Canada de temps à autre plus 2 %.
6.10 Certificat de conformité. Dès réception du montant total
des Frais sur les revenus bruts de l’Administration pour un Exercice donné, le Ministre doit délivrer à l’Administration un certificat de conformité, en la forme qu’il détermine, confirmant que les
Lettres patentes sont maintenues en vigueur à la date indiquée sur
le certificat. À condition qu’il n’y ait aucun montant dû au Ministre par l’Administration en vertu du présent article 6, notamment
tout montant dû par suite d’un rajustement des Frais sur les revenus bruts prévu au paragraphe 6.7, le Ministre doit, sur demande
de l’Administration et en tout temps au cours de l’Exercice, délivrer un certificat de conformité à l’Administration confirmant que
les Lettres patentes sont maintenues en vigueur à la date indiquée
sur le certificat.
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
other third parties pursuant to leasing or licensing
arrangements;
(iii) the following uses to the extent such uses are not
described as activities in section 7.1, 7.2 or 7.3:
(A) uses related to shipping, navigation, transportation of passengers and goods, handling
of goods and storage of goods, including the
following uses to or for users of the port in
connection with their use of the port and its
facilities: marine and marina services; heliports; loading and unloading of wood chips
and hog fuel, log storage, log sorting and log
dumping incidental to the handling or shipping of goods; processing work, including
lumber treatment facilities, incidental to the
handling or shipping of goods through the
port to the extent compatible with the landuse plan for the port referred to in section 48
of the Act; ferry operations; restaurants,
retail operations, tourist services and similar
tourism-related activities, located in passenger terminal facilities provided such uses
are related to the transportation of passengers through the port and are compatible
with the land-use plan for the port referred
to in section 48 of the Act; and storage and
processing of fish and shellfish products;
(B) provision of municipal services or facilities
in connection with such federal real property; public parks and recreation; and social
services;
(C) media productions; automobile and automobile parts storage to the extent compatible with port operations and the land-use
plan for the port referred to in section 48 of
the Act and without compromising the ability of the Authority to operate port facilities
over the long term; float homes and float
home community operators provided that
the float home communities in which they
are located remain in total of a size and
scope comparable to the aggregate number
of float homes existing on July 1, 1999;
manufacturing or processing of goods to the
extent compatible with port operations and
the land-use plan for the port referred to in
section 48 of the Act and without compromising the ability of the Authority to operate
port facilities over the long term; and food,
beverage and retail services in support of the
local tourism industry; and
(D) government sponsored economic development initiatives approved by Treasury
Board;
provided such uses are carried on by third parties,
other than Subsidiaries, pursuant to leasing or
licensing arrangements;
(d) exchanging federal real property described in Schedule B or described as federal real property in any
supplementary letters patent for other real property of
comparable market value subject to the issuance of
supplementary letters patent that describe the other real
property as federal real property;
(e) granting, in respect of federal real property described in
Schedule B or described as federal real property in
51
les activités décrites aux paragraphes 7.1 et 7.2;
les activités décrites au paragraphe 7.3 pourvu
qu’elles soient menées par des Filiales ou des
tierces parties conformément aux arrangements de
location ou d’octroi de permis;
(iii) les utilisations suivantes dans la mesure où elles
ne figurent pas dans les activités décrites aux
paragraphes 7.1, 7.2 ou 7.3 :
(A) utilisations liées à la navigation, au transport
des passagers et des marchandises et à la
manutention et à l’entreposage des marchandises, notamment les utilisations suivantes à
l’intention des utilisateurs du port, relativement à l’utilisation qu’ils font du port et de
ses installations : services maritimes et de
marina; héliports; chargement et déchargement de copeaux de bois et de copeaux à
brûler, et entreposage, triage et déversement
de billes, accessoirement à la manutention
ou à l’expédition de marchandises; travaux
de traitement, notamment installations de
traitement du bois de construction, accessoires à la manutention ou à l’expédition de
marchandises transitant par le port dans la
mesure où ces utilisations sont compatibles
avec le plan d’utilisation des sols pour le
port mentionné à l’article 48 de la Loi;
services de traversier; restaurants, commerces au détail, services de tourisme et
activités de tourisme semblables, situés dans
les terminaux pour passagers pourvu que ces
utilisations soient liées au transport des
passagers transitant par le port et qu’elles
soient compatibles avec le plan d’utilisation
des sols pour le port mentionné à l’article 48
de la Loi; et entreposage et traitement du
poisson et des fruits de mer;
(B) prestation de services ou d’installations municipaux relativement à ces immeubles fédéraux; de parcs publics et de services récréatifs; et de services sociaux;
(C) productions des médias; entreposage d’automobiles et de pièces d’automobiles dans la
mesure où ces utilisations sont compatibles
avec les opérations portuaires et le plan
d’utilisation des sols pour le port mentionné
à l’article 48 de la Loi et où elles n’empêchent pas l’Administration d’exploiter les
installations portuaires à long terme; maisons flottantes et exploitants de communautés de maisons flottantes pourvu que les
communautés de maisons flottantes où ils
sont situés restent dans l’ensemble de taille
et d’envergure comparables au nombre total
de maisons flottantes existantes le 1er juillet
1999; fabrication ou traitement de marchandises dans la mesure où ces utilisations
sont compatibles avec les opérations portuaires et le plan d’utilisation des sols pour
le port mentionné à l’article 48 de la Loi et
où elles n’empêchent pas l’Administration
d’exploiter les installations portuaires à long
terme; services alimentaires et de commerce
au détail à l’appui de l’industrie touristique
locale;
(i)
(ii)
52
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
any supplementary letters patent, road allowances or
easements, rights of way or licences for utilities, service
or access;
(f) mortgaging, pledging or otherwise creating a security
interest in any fixture on federal real property described
in Schedule B or as federal real property in any
supplementary letters patent provided that:
(i) such mortgage, pledge or other security interest
charges only the fixture or fixtures which is or are
acquired, built, restored, enhanced or replaced
with proceeds received by the Authority and
secured by such mortgage, pledge or other
security interest; and
(ii) the party receiving such mortgage, pledge or other
security interest agrees that upon the exercise of
the right to remove such fixture from the federal
real property such exercise shall be conducted in a
manner that causes no greater damage or injury to
such federal real property and to the other
property situated on it or that puts the occupier
of the federal real property or the Authority to
no greater inconvenience than is necessarily
incidental to the removal of the fixture;
(g) disposition of any fixtures on federal real property
described in Schedule B or as federal real property in
any supplementary letters patent whether by way of
removal, demolition, sale, lease, license or exchange;
(h) construction, establishment, repair, maintenance, operation, removal or demolition of:
disposal sites for carrying out the activities
contemplated by paragraph 7.1(j)(ii);
(ii) berths, wharfs, anchorages, breakwaters, waterways, fill sites and river training works;
(iii) facilities or equipment for finish or assembly
work incidental to the handling or shipping of
goods;
(iv) wood fibre recovery and recycling services and
facilities incidental to the handling or shipping of
goods through the port to the extent compatible
with the land-use plan for the port referred to in
section 48 of the Act;
(v) transportation, terminal, warehousing and other
port facilities or equipment; and
(vi) office premises to be utilized by the Authority in
the conduct of its activities;
within the port or for users of the port in connection
with their use of the port and its facilities;
(i) operation or maintenance of a marina or railway:
(i) within the port; or
(ii) within or between the municipalities named in
subsection 4.6(b) of these Letters Patent if for
users of the port in connection with their use of
the port and its facilities;
(j) the provision of services or carrying out of activities
within the port or to or for users of the port in connection with their use of the port and its facilities as
follows:
(i) environmental assessment, audit, remediation,
rehabilitation of marine habitat and marshes or
other such services;
(ii) dredging, waste and dredgeate disposal and sale
of dredgeate (except that contaminated waste and
d)
e)
f)
(i)
g)
h)
June 26, 1999
(D) projets de développement économique émanant du gouvernement et approuvés par le
Conseil du Trésor;
pourvu qu’elles soient menées par des tierces
parties, autres que des Filiales, conformément
aux arrangements de location ou d’octroi de
permis;
échange d’immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B »
ou dans des lettres patentes supplémentaires comme
étant des immeubles fédéraux pour d’autres immeubles,
dont la valeur marchande est comparable, sous réserve
de la délivrance de lettres patentes supplémentaires qui
décrivent les autres immeubles comme étant des
immeubles fédéraux;
octroi d’emprises routières, de servitudes ou de permis
pour des droits de passage ou d’accès ou des services
publics visant des immeubles fédéraux décrits à
l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes supplémentaires comme étant des immeubles fédéraux;
fait d’hypothéquer, de donner en gage ou autrement de
créer une sûreté relativement à tout accessoire fixé à
demeure sur les immeubles fédéraux décrits à l’Annexe
« B » ou dans des lettres patentes supplémentaires
comme étant des immeubles fédéraux à condition que
(i) l’hypothèque, le gage ou la sûreté ne vise que
l’acquisition, la construction, la restauration,
l’amélioration ou le remplacement d’un tel
accessoire fixé à demeure au moyen des produits
financiers que reçoit l’Administration et qui sont
garantis par l’hypothèque, le gage ou la sûreté;
(ii) la partie qui reçoit cette hypothèque, ce gage ou
cette sûreté convient que, lorsqu’elle exercera son
droit d’enlever l’accessoire fixé à demeure sur les
immeubles fédéraux, elle procédera de façon à ne
causer aux immeubles fédéraux et aux autres
biens s’y trouvant ou à l’occupant des immeubles
fédéraux ou à l’Administration que le dommage
ou les inconvénients nécessairement accessoires à
l’enlèvement de l’accessoire fixé à demeure;
aliénation de tout accessoire fixé à demeure sur des
immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans
des lettres patentes supplémentaires comme étant des
immeubles fédéraux, soit par enlèvement, démolition,
vente, location, octroi de permis ou échange;
construction, établissement, réparation, entretien, exploitation, enlèvement ou démolition de :
(i) décharges pour effectuer les activités décrites au
sous-alinéa 7.1j)(ii);
(ii) mouillages, quais, postes d’amarrage, brise-lames,
voies navigables, sites d’enfouissement et ouvrages de correction d’un cours d’eau;
(iii) installations ou équipements pour travaux de finition ou d’assemblage accessoires à la manutention
ou à l’expédition de marchandises;
(iv) services et installations de récupération et de recyclage de la fibre de bois accessoires à la manutention ou à l’expédition de marchandises transitant par le port dans la mesure où ces activités
sont compatibles avec le plan d’utilisation des
sols pour le port mentionné à l’article 48 de la
Loi;
(v) installations ou équipements de transport, de terminal, d’entrepôt ou autres installations ou équipements portuaires;
Le 26 juin 1999
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
contaminated dredgeate disposal services can be
provided only for users of the port in connection
with their use of the port and its facilities);
(iii) navigational services and aids;
(iv) building, design, maintenance, engineering, repair
and operation of vessels owned by the Authority
or leased by the Authority from third parties;
(v) emergency planning and response;
(vi) vehicle parking, control or marshalling facilities;
(vii) manufacture or distribution of utilities, including
the provision of communication facilities and
telecommunication services;
(viii) multi-modal facilities and services;
(ix) transport services within the port or, within or
between the municipalities named in subsection
4.6(b) of these Letters Patent, to provide access to
or from the port and its facilities;
(x) providing information and information technology to users of the port;
(xi) salvage and seizure;
(xii) security services, dispatching services and towing
of vessels, as required for safety of navigation or
persons;
(xiii) harbour patrol services for the navigable waters of
the port; and
(xiv) providing expertise in connection with software
or know-how developed in the course of
conducting the activities described in the
provisions of this section 7.1;
(k) undertaking research and development related to the
activities described in this section 7.1;
(l) promoting, marketing and undertaking public or governmental relations to promote use of the port;
(m) producing, coordinating, sponsoring and hosting of
public or civic events;
(n) in pursuing or exercising the remedies available to it as
lessor or licensor of premises on federal real property
described in Schedule B or described as federal real
property in any supplementary letters patent, the conduct
of any business or activity from such premises for a
period limited to one year unless supplementary letters
patent are issued; and
(o) carrying on activities described in section 7.1 on real
property, other than federal real property, described in
Schedule C or described as real property other than
federal real property in any supplementary letters patent;
provided that in conducting such activities the Authority shall not
enter into or participate in any commitment, agreement or other
arrangement whereby the Authority is liable jointly or jointly and
severally with any other person for any debt, obligation, claim or
liability.
(vi)
53
locaux à bureaux devant être utilisés par l’Administration dans l’exercice de ses activités;
dans le périmètre du port ou pour les utilisateurs du port
relativement à leur utilisation du port et de ses
installations;
i) exploitation ou entretien d’une marina ou d’un chemin
de fer :
(i) dans le périmètre du port, ou
(ii) dans les limites des municipalités mentionnées à
l’alinéa 4.6b) des présentes Lettres patentes ou
entre ces municipalités, si ces installations visent
les utilisateurs du port relativement à leur
utilisation du port et de ses installations;
j) fourniture des services suivants, ou exécution des activités suivantes, dans le périmètre du port ou aux utilisateurs du port ou pour ceux-ci, relativement à leur utilisation du port et de ses installations :
(i) services d’évaluation, de vérification et d’assainissement environnementaux, de réhabilitation du
milieu marin ou de marais ou autres services
semblables;
(ii) dragage, enlèvement de déchets et des déblais de
dragage et vente des déblais de dragage (sauf que
les services d’élimination des déchets contaminés
et des déblais de dragage contaminés peuvent être
offerts uniquement aux utilisateurs du port dans le
cadre de l’utilisation qu’ils font du port et de ses
installations);
(iii) services et aides à la navigation;
(iv) construction, conception, entretien, mécanique,
réparation et exploitation de navires que possède
l’Administration ou que loue l’Administration
auprès de tiers;
(v) planification et intervention d’urgence;
(vi) stationnements, installations de contrôle ou de
triage;
(vii) production ou distribution des services publics, y
compris la fourniture d’installations de communication et de services de télécommunication;
(viii) installations et services multimodaux;
(ix) services de transport dans le périmètre du port ou
à destination ou en provenance du port et de ses
installations dans les limites des municipalités
mentionnées à l’alinéa 4.6b) des présentes Lettres
patentes, ou entre ces municipalités;
(x) fourniture de services d’information et d’informatique aux utilisateurs du port;
(xi) sauvetage et saisie;
(xii) services de sécurité, de répartition et de remorquage de navires, au besoin pour assurer la sécurité de la navigation et des personnes;
(xiii) service de patrouille portuaire pour les eaux
navigables du port;
(xiv) fourniture d’expertise relativement à des logiciels
ou du savoir-faire mis au point dans le cadre des
activités décrites dans les dispositions du présent
paragraphe 7.1;
k) recherche et développement liés aux activités décrites
dans les dispositions du présent paragraphe 7.1;
l) promotion, marketing, relations publiques ou gouvernementales pour promouvoir l’utilisation du port;
m) production, coordination, parrainage et accueil d’événements publics et civils;
54
Supplement to the Canada Gazette, North Fraser Port Authority
7.2 Activities of the Authority Necessary to Support Port
Operations. To operate the port, the Authority may undertake the
following activities which are deemed necessary to support port
operations pursuant to paragraph 28(2)(b) of the Act:
(a) subject to the provisions of article 9 below:
(i) borrowing money upon the credit of the
Authority;
(ii) limiting or increasing the amount to be borrowed;
(iii) issuing bonds, debentures or other securities of
the Authority;
(iv) pledging or selling such bonds, debentures or
other securities for such sums and at such prices
as may be deemed expedient;
(v) securing any such bonds, debentures or other
securities, or any other present or future borrowing or liability of the Authority, by mortgage,
charge, pledge or other security interest relating to
all or any currently owned or subsequently acquired real and personal, movable and immovable,
property and leasehold interests and reversionary
interests of the Authority, and the undertaking and
rights of the Authority, provided, however, that
the Authority may not mortgage, hypothecate,
pledge or otherwise create a security interest in
federal real property described in Schedule B or
as federal real property in any supplementary
letters patent other than to:
(A) pledge the revenues of the federal real
property described in Schedule B or as federal real property in any supplementary letters
patent; or
(B) create, pursuant to the exercise of the
powers of the Authority contemplated by
subsection 7.1(f), a mortgage, pledge or
other security interest in fixtures on federal
real property described in Schedule B or as
federal real property in any supplementary
letters patent; and
(vi) issuing a Permitted Indemnity or Guarantee,
provided that the cumulative amount of all such
Permitted Indemnities or Guarantees shall at no
time exceed one-tenth of the aggregate Borrowing
maximum amount specified in section 9.2;
provided that any contract, bond, debenture or financial
assistance related to such borrowing, issuance, pledging
or securing shall contain a covenant, proviso or
June 26, 1999
n) dans l’exercice des recours qu’elle a en sa qualité de locateur ou de concédant des lieux sur des immeubles
fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres
patentes supplémentaires comme étant des immeubles
fédéraux, exécution de toute activité depuis ces lieux ou
utilisation de ces lieux pour une période d’un an, sauf si
des lettres patentes supplémentaires sont délivrées;
o) exécution des activités décrites au paragraphe 7.1 sur
des immeubles, autres que des immeubles fédéraux,
décrits à l’Annexe « C » ou décrits dans des lettres
patentes supplémentaires comme étant des immeubles
autres que des immeubles fédéraux;
pourvu que l’Administration ne s’engage pas de façon conjointe
ou solidaire avec toute autre personne à une dette, obligation,
réclamation ou exigibilité lorsqu’elle prend un engagement, conclut une entente ou participe à un arrangement dans l’exercice de
ses activités.
7.2 Activités de l’Administration nécessaires aux opérations
portuaires. Pour exploiter le port, l’Administration peut se livrer
aux activités suivantes jugées nécessaires aux opérations portuaires conformément à l’alinéa 28(2)b) de la Loi :
a) sous réserve des dispositions de l’article 9 ci-après :
(i) emprunt de fonds sur le crédit de
l’Administration;
(ii) limitation ou augmentation du montant à
emprunter;
(iii) émission d’obligations, de bons ou d’autres titres
de créance de l’Administration;
(iv) fait de donner en gage ou de vendre ces obligations, bons ou autres titres de créance pour les
montants et les prix jugés opportuns;
(v) fait de garantir les obligations, bons ou autres
titres de créance, ou autre emprunt ou obligation
présent ou futur de l’Administration au moyen
d’hypothèque, de charge, nantissement ou autre
sûreté visant tout ou partie des biens meubles et
immeubles, les intérêts à bail et les intérêts
réversifs qu’elle possède actuellement ou dont
elle fait l’acquisition ultérieurement, et l’entreprise et les droits de l’Administration, sous réserve toutefois que l’Administration ne peut
grever les immeubles fédéraux décrits à l’Annexe
« B » ou dans des lettres patentes supplémentaires
comme étant des immeubles fédéraux d’une
sûreté, notamment d’une hypothèque, sauf pour :
(A) donner en gage une somme égale au revenu qu’elle retire des immeubles fédéraux
décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres
patentes supplémentaires comme étant des
immeubles fédéraux;
(B) conformément à l’exercice des pouvoirs de
l’Administration mentionnés à l’alinéa 7.1f),
grever d’une hypothèque, d’un gage ou
d’une sûreté les accessoires fixés à demeure
sur des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe « B » ou dans des lettres patentes
supplémentaires comme étant des immeubles fédéraux;
(vi) fait de donner une Indemnité ou garantie autorisée, à condition que le montant cumulatif de
toutes les Indemnités ou garanties autorisées ne
dépasse en aucun temps un dixième du montant
maximal d’emprunt prévu au paragraphe 9.2;
Le 26 juin 1999
(b)
(c)
(d)
(e)
(f)
(g)
(h)
(i)
(j)
(k)
(l)
Supplément à la Gazette du Canada, Administration portuaire du North-Fraser
acknowledgement from the lender or counterparty that
the lender or counterparty shall have no recourse against
Her Majesty or any assets of Her Majesty;
acquisition or disposition of real property other than
federal real property subject to the issuance of supplementary letters patent;
acquisition of real property from Her Majesty subject to
the issuance of supplementary letters patent describing
such property as real property other than federal real
property;
occupying or holding real property other than federal
real property;
granting, in respect of real property other than federal
real property, road allowances or easements, rights of
way or licences for utilities, service or access;
renting equipment;
administration, leasing or licensing of the real property,
other than federal real property, described in Schedule C
or described as real property other than federal real
property in any supplementary letters patent, for, or in
connection with, the activities described in this article 7;
carrying on activities described in section 7.2 on federal
real property described in Schedule B or described as
federal real property in any supplementary letters patent
or on real property, other than federal real property,
described in Schedule C or described as real property
other than federal real property in any supplementary
letters patent;
acquisition, disposition, holding, leasing or licensing of
personal property;
investing moneys in the Authority’s reserves or that it
does not immediately require subject to the provisions
of the Act, the Regulations and these Letters Patent;
incorporate a corporation all of whose shares on
incorporation would be held by, on behalf of or in trust
for the Authority provided that the Authority does not,
at any time, make a Capital Investment in a Subsidiary
such that the Authority’s cumulative Capital Investment
in all Subsidiaries exceeds an amount equal to:
(i) 50% of the net income of the Authority as shown
in the last annual audited financial statements of
the Authority submitted to the Minister prior to
the making of such Capital Investment, before
deducting from such net income the amounts
shown in such statements for depreciation and/or
amortization and excluding extraordinary items;
or
(ii) if such statements have not yet been submitted,
then 50% of the net income of the predecessor of
the Authority as shown in the financial statements
included in the last annual report of such predecessor submitted to the Minister prior to the making of such Capital Investment, before deducting
f