Manual 18144139

Manual 18144139
Vol. 148, no 5
Vol. 148, No. 5
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
Ottawa, wednesday, February 26, 2014
Ottawa, le mercredi 26 Février 2014
Statutory Instruments 2014
Textes réglementaires 2014
SOR/2014-21 to 29 and SI/2014-11 to 13 and 15
DORS/2014-21 à 29 et TR/2014-11 à 13 et 15
Pages 436 to 593
Pages 436 à 593
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette, Part II, is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 1, 2014, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Partie II de la Gazette du Canada est publiée en vertu de la Loi sur les
textes réglementaires le 1er janvier 2014, et au moins tous les deux mercredis
par la suite.
Part II of the Canada Gazette contains all “regulations” as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments and
documents required to be published therein. However, certain regulations and
classes of regulations are exempted from publication by section 15 of
the Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de textes
réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier. Cependant,
certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la publication
par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi en vertu de
l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette, Part II, is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Partie II de la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette, Part II, is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to Publishing and Depository Services, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Partie II de
la Gazette du Canada est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et le prix
d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes aux Éditions
et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable Document Format (PDF) and in
HyperText Mark-up Language (HTML) as the alternate format. The PDF
format of Part I, Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is
published simultaneously with the printed copy.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de document
portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme média substitut. Le
format PDF en direct de la Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel
depuis le 1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la pièce 418 de l’édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
For information regarding reproduction rights, please contact Public Works
and Government Services Canada, by telephone at 613-996-6886 or by email at
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par courriel à l’adresse
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2014
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-21
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Enregistrement
DORS/2014-21
February 6, 2014
sOr/dOrs/2014-21
Le 6 février 2014
CaNaDIaN ENVIRONMENTaL PROTECTION aCT, 1999
LOI CaNaDIENNE SuR La PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2013-87-12-01 amending the domestic
substances list
arrêté 2013-87-12-01 modifiant la liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment has been provided
with information under either paragraph 87(1)(a) or (5)(a) of the
Canadian Environmental Protection Act, 19991a in respect of each
substance referred to in the annexed Order;
Whereas, in respect of the substances being added to the Domes­
tic Substances List2b pursuant to subsection 87(1) of that act, the
Minister of the Environment and the Minister of Health are satis­
fied that those substances have been manufactured in or imported
into Canada, by the person who provided the information, in excess
of the quantity prescribed under the New Substances Notification
Regulations (Chemicals and Polymers)3c;
Whereas the period for assessing the information under sec­
tion 83 of that act has expired;
and whereas no conditions under paragraph 84(1)(a) of that act
in respect of the substances are in effect;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsec­
tions 87(1) and (5) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999a, makes the annexed Order 2013-87-12-01 Amending the
Domestic Substances List.
Gatineau, February 4, 2014
LEONa aGLukkaQ
Minister of the Environment
attendu que la ministre de l’Environnement a reçu les rensei­
gnements visés aux alinéas 87(1)a) ou (5)a) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)1a concernant chaque
substance visée par l’arrêté ci-après;
attendu que la ministre de l’Environnement et la ministre de la
Santé sont convaincues que celles de ces substances qui sont ajou­
tées à la Liste intérieure2b en vertu du paragraphe 87(1) de cette loi
ont été fabriquées ou importées au Canada, par la personne qui a
fourni les renseignements, en une quantité supérieure à celle pré­
vue par le Règlement sur les renseignements concernant les sub­
stances nouvelles (substances chimiques et polymères)3c;
attendu que le délai d’évaluation prévu à l’article 83 de cette loi
est expiré;
attendu que les substances ne sont assujetties à aucune condi­
tion précisée au titre de l’alinéa 84(1)a) de cette loi,
À ces causes, en vertu des paragraphes 87(1) et (5) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, la mi­
nistre de l’Environnement prend l’Arrêté 2013-87-12-01 modifiant
la Liste intérieure, ci-après.
Gatineau, le 4 février 2014
La ministre de l’Environnement
LEONa aGLukkaQ
Order 2013-87-12-01 amending the
dOmestic substances list
arrêté 2013-87-12-01 mOdiFiant
la liste intérieure
amendments
mOdiFicatiOns
1
1. (1) Part 1 of the Domestic Substances List4 is amended by
deleting the following:
312745-38-3 N
(2) Part 1 of the list is amended by adding the following in
numerical order:
1461-25-2 N
33479-65-1 N-P
53378-52-2 N
54549-24-5 N
162492-15-1 N-P
244136-05-8 N-P
312745-38-3 N-P
402491-73-0 N-P
1. (1) la partie 1 de la Liste intérieure41 est modifiée par
radiation de ce qui suit :
312745-38-3 N
(2) la partie 1 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
1461-25-2 N
33479-65-1 N-P
53378-52-2 N
54549-24-5 N
162492-15-1 N-P
244136-05-8 N-P
312745-38-3 N-P
402491-73-0 N-P
a
a
b
c
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
SOR/2005-247
SOR/94-311
436
b
c
1
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
DORS/2005-247
DORS/94-311
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
2. Part 3 of the list is amended by adding the following in
numerical order:
18626-5 N
18627-6 N
18628-7 N-P
18629-8 N-P
18633-3 N
18635-5 N-P
18636-6 N-P
18637-7 N-P
18638-8 N-P
18639-0 N-P
18640-1 N-P
sOr/dOrs/2014-21
2. la partie 3 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
9-alkenoic acid (9Z)-, sulfonated, oxidized, potassium salts
acide (9Z)-alc-9-énoïque, sulfoné, oxydé, sels de potassium
1,4-Benzenedicarboxylic acid, polymer with alkanediol, 2,25-[1,2-alkanediylbis(substituted)] bis[alkanol],
alpha.-hydro-.omega.-hydroxy-[poly(oxy-1,2-ethanediyl)] 1,3-isobenzofurandione,
2,25-[substituted bis(2,1-alkanediylsubstituted)] bis[alkanol], 2,25-substituted bis[alkanol] and
1,2,3-propanetriol, benzoate
acide téréphtalique polymérisé avec un alcanediol, du 2,2′-[alcane-1,2-diylebis (substituant)]bis[alcanol],
de l’alpha-hydro-oméga-hydroxy[poly(oxyéthane-1,2-diyle)], de l’isobenzofurane-1,3-dione, du
2,2′-[substituantbis(alcane-1,2-diylbissubstituant)]bis[alcanol], du 2,2′ substituantbis[alcanol] et du
propane-1,2,3-triol, benzoate
acetic acid ethenyl ester, polymer with substituted alkene, hydrolyzed, metal salts
acétate d’éthényle polymérisé avec un alcène substitué, hydrolysé, sels métalliques
2-Propenoic acid, 2-methyl-, methylalkyl ester, polymer with ethenylbenzene, 2,5-furandione and methylalkyl
2-propenoate, bis(1,1-dimethylpropyl) peroxide-initiated, methyl ester
Méthacrylate de méthylalkyle polymérisé avec du styrène, de la furane-2,5-dione et un acrylate de méthylalkyle,
amorcé avec du peroxyde de bis(2-méthylbutane-2-yle), ester méthylique
Polymer of (1,1′-dicarbomonocycle)-ol and 4,4′-(1-methylethylidene)bisphenol and chloromethyloxirane
Polymère d’un (1,1′-dicarbomonocycle)-ol, du 4,4′-(propane-2,2-diyle)bisphénol et du 3-chloro-1,2-époxypropane
2,5-Furandione, telomer with ethenylbenzene and (1-methylethyl)benzene, alkyl ester, potassium salt
Furane-2,5-dione télomérisée avec du styrène et du (propane-2-yl)benzène, ester alkylique, sel de potassium
Hexane, 1,6-diisocyanato-, homopolymer, di-alkyl malonate- and polyethylene glycol mono-Me ether-blocked,
reaction products with 4-methyl-2-pentanol
1,6-Diisocyanatohexane homopolymérisé, séquencé avec un propanedioate de dialkyle et de l’oxyde de
poly(éthane-1,2-diol) et de monométhyle, produits de la réaction avec du 4 méthylpentan-2-ol
Carbonic acid, dimethyl ester, polymer with 1,6-hexanediol, 1,1′-methylenebis[4-isocyanatocyclohexane] and
1,3,5-tris(2-hydroxyalkyl)-1,3,5-triazine-2,4,6(1H,3H,5H)-trione
Carbonate de diméthyle polymérisé avec de l’hexane-1,6-diol, du 1,1′-méthylènebis[4-isocyanatocyclohexane]
et une 1,3,5-tris(2-hydroxyalkyl)-1,3,5-triazine-2,4,6(1H,3H,5H)-trione
2-Propenoic acid, 2-methyl-, methyl ester, polymer with alkyl 2-propenoate, diethenylbenzene and ethenylbenzene
Méthacrylate de méthyle polymérisé avec un acrylate d’alkyle, du diéthénylbenzène et du styrène
1,3-Benzenedicarboxylic acid, polymer with bis(hydroxymethyl)alkane,
2-ethyl-2-(hydroxymethyl)-1,3-propanediol and hexahydro-1,3-isobenzofurandione, dihydrogen
1,2,4-benzenetricarboxylate, compd. with 2-(dimethylamino)ethanol
acide isophtalique polymérisé avec un bis(hydroxyméthyl)alcane, du
2-éthyl-2-(hydroxyméthyl)propane-1,3-diol et de l’hexahydroisobenzofurane-1,3-dione,
dihydrogénobenzène-1,2,4-tricarboxylate, composé avec du 2-(diméthylamino)éthanol
Epoxidized fatty acid triglyceride, polymer with 4-oxopentanoic acid
Triglycéride d’acide gras époxydé, polymérisé avec de l’acide 4-oxopentanoïque
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
3. this Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
n.b. the regulatory impact analysis statement for this
Order appears at page 438, following sOr/2014-22.
n.b. le résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
cet arrêté se trouve à la page 438, à la suite du
dOrs/2014-22.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
437
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-22
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Enregistrement
DORS/2014-22
February 6, 2014
sOr/dOrs/2014-22
Le 6 février 2014
CaNaDIaN ENVIRONMENTaL PROTECTION aCT, 1999
LOI CaNaDIENNE SuR La PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT
Order 2014-66-02-01 amending the domestic
substances list
arrêté 2014-66-02-01 modifiant la liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment is satisfied that the
substance referred to in the annexed Order meets one of the require­
ments set out in subsection 66(1) of the Canadian Environmental
Protection Act, 19991a;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsec­
tions 66(1) and (3) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999a, makes the annexed Order 2014-66-02-01 Amending the
Domestic Substances List.
Gatineau, February 4, 2014
LEONa aGLukkaQ
Minister of the Environment
attendu que la ministre de l’Environnement estime que la subs­
tance visée par l’arrêté ci-après remplit l’un des critères fixés au
paragraphe 66(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’envi­
ronnement (1999)1a,
À ces causes, en application des paragraphes 66(1) et (3) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, la
ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2014-66-02-01 modi­
fiant la Liste intérieure, ci-après.
Gatineau, le 4 février 2014
La ministre de l’Environnement
LEONa aGLukkaQ
Order 2014-66-02-01 amending the
dOmestic substances list
arrêté 2014-66-02-01 mOdiFiant
la liste intérieure
amendment
mOdiFicatiOn
1
1. Part 1 of the Domestic Substances List2 is amended by add­
ing the following in numerical order:
15827-60-8
1. la partie 1 de la Liste intérieure21 est modifiée par adjonc­
tion, selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
15827-60-8
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
2. this Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the orders.)
(Ce résumé ne fait pas partie des arrêtés.)
issues
enjeux
Canadians depend on substances that are used in hundreds of
goods, from medicines to computers, fabric and fuels. under the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPa 1999), sub­
stances (chemicals, polymers and living organisms) “new” to Can­
ada are subject to reporting requirements before they can be manu­
factured or imported. This limits market access until human health
and environmental impacts associated with the new substances are
assessed and managed where appropriate.
Environment Canada and Health Canada assessed the informa­
tion on 19 new substances reported to the New Substances Pro­
gram and determined that they meet the necessary criteria for their
addition to the Domestic Substances List. under CEPa 1999, the
Minister of the Environment must add a substance to the Domestic
Les Canadiens dépendent des substances qui sont utilisées dans
des centaines de produits, notamment les médicaments, les ordina­
teurs, les tissus et les carburants. aux termes de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les
substances (chimiques, polymères et organismes vivants) « nou­
velles » au Canada sont assujetties à des obligations de déclaration
avant leur fabrication ou leur importation. Cela en limite la com­
mercialisation jusqu’à ce que les risques pour la santé humaine et
l’environnement aient été évalués et gérés de façon appropriée.
Environnement Canada et Santé Canada ont évalué les rensei­
gnements relatifs à 19 nouvelles substances soumises au Pro­
gramme des substances nouvelles et ont déterminé qu’elles doivent
être ajoutées à la Liste intérieure (LI). En vertu de la LCPE (1999),
la ministre de l’Environnement doit ajouter une substance à la Liste
a
a
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
438
1
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-22
Substances List within 120 days after the criteria listed in sec­
tion 87 have been met. Substances specified on the Domestic Sub­
stances List are eligible for commercial use in Canada and are not
unnecessarily subject to reporting requirements by industry under
the New Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers).
intérieure dans les 120 jours suivant la réalisation des critères énu­
mérés à l’article 87. Les substances figurant sur la Liste intérieure
peuvent être utilisées à des fins commerciales au Canada et ne sont
pas soumises à d’autres exigences de déclaration aux termes du
Règlement sur les renseignements concernant les substances nou­
velles (substances chimiques et polymères).
background
contexte
The Domestic Substances List
La Liste intérieure
The Domestic Substances List is a list of substances and living
organisms that are considered “existing” for the purposes of
CEPa 1999. “New” substances and living organisms, which are
not on the Domestic Substances List, are subject to notification and
assessment requirements before they can be manufactured in or
imported into Canada. These requirements are set out in section 81
of CEPa 1999 and in the New Substances Notification Regulations
(Chemicals and Polymers) for chemicals and polymers, as well as
section 106 of CEPa 1999 and in the New Substances Notification
Regulations (Organisms) for living organisms.
La Liste intérieure est une liste de substances et d’organismes
vivants qui sont considérés comme « existants » selon la LCPE
(1999). Les substances et organismes vivants « nouveaux », c’est­
à-dire ceux ne figurant pas sur la Liste intérieure, doivent faire
l’objet d’une déclaration et d’une évaluation avant leur fabrication
ou leur importation au Canada. Ces exigences sont exprimées
à l’article 81 de la LCPE (1999) et dans le Règlement sur les ren­
seignements concernant les substances nouvelles (substances
chimiques et polymères) pour les substances chimiques et poly­
mères, ainsi qu’à l’article 106 de la LCPE (1999) et dans le Règle­
ment sur les renseignements concernant les substances nouvelles
(organismes) pour les organismes vivants.
La LI a été publiée dans la Partie II de la Gazette du Canada en
mai 199431. On modifie cette liste en moyenne 10 fois par année
afin d’y ajouter ou radier des substances, ou pour y faire des
corrections.
The Domestic Substances List was published in the Canada
Gazette, Part II, in May 1994.31 The Domestic Substances List is
amended 10 times a year, on average; these amendments may add
or remove substances or make corrections to the Domestic Sub­
stances List.
The Non-domestic Substances List
La Liste extérieure
The Non-domestic Substances List is a list of substances “new”
to Canada that are subject to notification and assessment require­
ments when manufactured in or imported into Canada in quantities
above 1 000 kg per year. The Non-domestic Substances List only
applies to chemicals and polymers.
The united States and Canada have similar new substances pro­
grams to assess new chemicals’ impact on human health and the
environment prior to manufacture in or import into the country.
Comparable to the Domestic Substances List (the Canadian pro­
gram), substances are eligible for listing on the united States’ Toxic
Substances Control Act Inventory once they have undergone a new
substances assessment in the united States. Substances that have
been listed on the public portion of the Toxic Substances Control
Act Inventory for a minimum of one calendar year and that are not
subject to risk management controls in either country are eligible
for listing on Canada’s Non-domestic Substances List. On a semi­
annual basis, Canada subsequently updates the Non-domestic Sub­
stances List based on amendments to the united States’ Toxic Sub­
stances Control Act Inventory.
While substances on the Domestic Substances List are not sub­
ject to the New Substances Notification Regulations (Chemicals
and Polymers) or the New Substances Notification Regulations
(Organisms), substances on the Non-domestic Substances List
remain subject to them but with lesser reporting requirements, in
recognition that they have undergone notification and assessment
in the united States. This protects human health and the
La Liste extérieure est une liste de substances nouvelles au
Canada qui sont assujetties aux exigences de déclaration et d’éva­
luation lorsque la quantité fabriquée ou importée au Canada
dépasse 1 000 kg par année. La Liste extérieure s’applique unique­
ment aux produits chimiques et aux polymères.
Les États-unis et le Canada disposent de programmes similaires
leur permettant d’évaluer l’impact des nouvelles substances
chimiques sur la santé humaine et l’environnement avant leur
fabrication ou leur importation dans le pays. aux États-unis, à
l’image de la Liste intérieure (procédure en vigueur au Canada),
une substance peut être inscrite à l’inventaire de la loi américaine
réglementant les substances toxiques (Toxic Substances Control
Act ou TSCa) à l’issue d’une évaluation. Les substances qui
figurent à la partie publique de l’inventaire de la loi américaine
réglementant les substances toxiques depuis au moins une année
civile, et qui ne font l’objet d’aucune mesure de contrôle de la ges­
tion des risques ni au Canada ni aux États-unis, peuvent être ins­
crites à la Liste extérieure du Canada. Tous les six mois, le Canada
met à jour la Liste extérieure en fonction des modifications appor­
tées à l’inventaire de la loi américaine réglementant les substances
toxiques.
Les substances de la Liste intérieure ne sont assujetties ni au
Règlement sur les renseignements concernant les substances nou­
velles (substances chimiques et polymères) ni au Règlement sur les
renseignements concernant les substances nouvelles (organismes),
contrairement à celles de la Liste extérieure. Les substances de la
Liste extérieure sont toutefois soumises à des exigences de déclara­
tion moindres, étant donné qu’elles ont fait l’objet d’une évaluation
1
1
The Order 2001-87-04-01 Amending the Domestic Substances List (SOR/2001­
214), published in the Canada Gazette, Part II, in July 2001, establishes the struc­
ture of the Domestic Substances List. For more information, please visit http://
publications.gc.ca/gazette/archives/p2/2001/2001-07-04/pdf/g2-13514.pdf.
L’Arrêté 2001-87-04-01 modifiant la Liste intérieure (DORS/2001-214), publié
dans la Partie II de la Gazette du Canada en juillet 2001, établit la structure de la
Liste intérieure. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le docu­
ment suivant : http://publications.gc.ca/gazette/archives/p2/2001/2001-07-04/pdf/
g2-13514.pdf.
439
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-22
environment by ensuring that Non-domestic Substances List sub­
stances will undergo risk assessments in Canada, but leverages
assessments conducted in the united States to lessen the reporting
requirements imposed on industry. Once substances are added to
the Domestic Substances List, they must be deleted from the Nondomestic Substances List. a substance cannot be on both the
Domestic Substances List and Non-domestic Substances List
simultaneously, as the two inventories are associated with different
regulatory requirements.
et d’une déclaration aux États-unis. Ce système permet d’assurer
la protection de la santé humaine et de l’environnement, en veillant
à ce que les substances inscrites à la Liste extérieure fassent l’objet
d’une évaluation des risques au Canada, tout en tirant profit des
évaluations réalisées aux États-unis afin de réduire les exigences
de déclaration qui pèsent sur l’industrie. Lorsque les substances
sont inscrites à la Liste intérieure, elles doivent être retirées de la
Liste extérieure. une substance ne peut être inscrite à la fois sur la
Liste intérieure et sur la Liste extérieure, car ces listes répondent à
des exigences réglementaires différentes.
Objectives
Objectifs
The objectives of the Order 2013-87-12-01 Amending the
Domestic Substances List and the Order 2014-66-02-01 Amending
the Domestic Substances List (hereafter referred to as “the orders”)
are to comply with the requirements of CEPa 1999 and facilitate
access to and use of 19 substances by removing reporting require­
ments under the New Substances Program associated with their
import or manufacture.
Les objectifs de l’Arrêté 2013-87-12-01 modifiant la Liste inté­
rieure et de l’Arrêté 2014-66-02-01 modifiant la Liste intérieure
(ci-après dénommés « les arrêtés ») sont de se conformer à la
LCPE (1999) et de faciliter l’utilisation des 19 substances en les
exemptant des exigences de déclaration du Programme des sub­
stances nouvelles liées à leur importation ou leur fabrication.
description
description
The orders add 19 substances to the Domestic Substances List
and correct the listing for one substance on the Domestic Substan­
ces List. To protect confidential business information, 11 of the
19 substances being added to the Domestic Substances List will
have masked chemical names.42
as substances cannot be on both the Domestic Substances List
and the Non-domestic Substances List simultaneously, the pro­
posed Order 2013-87-12-02 will delete 4 of the 19 substances from
the Non-domestic Substances List as they meet the necessary cri­
teria for their addition to the Domestic Substances List.
Les arrêtés ajoutent 19 substances à la Liste intérieure et cor­
rigent l’inscription d’une substance de la Liste intérieure. Pour pro­
téger l’information commerciale à caractère confidentiel, 11 des
19 substances qui sont ajoutées à la Liste intérieure auront une
dénomination chimique maquillée42.
Puisqu’une substance ne peut être inscrite à la fois sur la Liste
intérieure et la Liste extérieure, l’arrêté 2013-87-12-02 radie 4 des
19 substances de la Liste extérieure pour qu’elles soient ajoutées à
la Liste intérieure, car elles répondent aux critères nécessaires à
leur adjonction sur la Liste intérieure.
Additions to the Domestic Substances List
Adjonction à la Liste intérieure
Substances must be added to the Domestic Substances List under
section 66 of CEPa 1999 if they were, between January 1, 1984,
and December 31, 1986, manufactured or imported into Canada by
any person in a quantity greater than 100 kg in any one calendar
year, or if they were in Canadian commerce, or used for commer­
cial manufacturing purposes in Canada.
Substances added under section 87 of CEPa 1999 must be added
to the Domestic Substances List within 120 days once all of the
following conditions are met:
• the Minister of the Environment has been provided with infor­
mation regarding the substances;53
• the Minister of the Environment and the Minister of Health are
satisfied that the substances have already been manufactured
in or imported into Canada by the person who provided the
information in a quantity beyond that set out in section 87 of
CEPa 1999, or that all prescribed information has been pro­
vided to the Minister of the Environment, irrespective of the
quantities;
• the period prescribed for the assessment of the submitted infor­
mation for the substances has expired; and
• the substances are not subject to any conditions imposed on
their import or manufacture.
L’article 66 de la LCPE (1999) exige qu’une substance soit
inscrite à la Liste intérieure si, entre le 1er janvier 1984 et le
31 décembre 1986, elle a été fabriquée ou importée au Canada par
une personne en une quantité de plus de 100 kg au cours d’une
année civile ou elle a été commercialisée ou a été utilisée à des fins
commerciales au Canada.
L’article 87 de la LCPE (1999) exige pour sa part que des sub­
stances soient ajoutées à la Liste intérieure dans les 120 jours sui­
vant la réalisation des conditions suivantes :
• la ministre de l’Environnement a reçu un dossier complet de
renseignements concernant les substances53;
• la ministre de l’Environnement et la ministre de la Santé sont
convaincues que les substances ont déjà été fabriquées ou
importées au Canada par la personne qui a fourni les renseigne­
ments en une quantité supérieure aux quantités mentionnées à
l’article 87 de la LCPE (1999), ou que toute l’information pres­
crite a été fournie à la ministre de l’Environnement, quelle que
soit la quantité importée ou fabriquée;
• la période prescrite pour l’évaluation de l’information soumise
relativement aux substances est terminée;
• les substances ne sont assujetties à aucune condition relative­
ment à leur importation ou à leur fabrication.
2
2
3
Masked names are required by CEPa 1999 if the publication of the explicit chem­
ical or biological name of a substance would result in the release of confidential
business information.
The most comprehensive package, with information about the substances, depends
on the class of a substance. The information requirements are set out in the regula­
tions under CEPa 1999.
440
3
Les dénominations maquillées sont exigées par la LCPE (1999) dans les cas où la
publication du nom chimique ou biologique explicite d’une substance aboutirait à
la divulgation de renseignements commerciaux confidentiels.
Le dossier le plus complet, avec des informations sur les substances, dépend de la
classe à laquelle la substance appartient; les exigences d’information sont énoncées
dans les règlements adoptés en vertu de la LCPE (1999).
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-22
Publication of masked names
Publication des dénominations maquillées
The orders mask the chemical name of 11 of the 19 substances
being added to the Domestic Substances List. Masked names are
required by CEPa 1999 if the publication of the explicit chemical
or biological name of a substance would result in the release of
confidential business information. The procedure to be followed
for creating a masked name is set out in the Masked Name Regula­
tions under CEPa 1999. Substances with a masked name are added
under the confidential portion of the Domestic Substances List.
anyone who wishes to determine if a substance is on the confiden­
tial portion of the Domestic Substances List must file a Notice of
Bona Fide Intent to Manufacture or Import with the New Substan­
ces Program.
Les arrêtés maquillent la dénomination chimique de 11 des
19 substances ajoutées à la Liste intérieure. Les dénominations
maquillées sont requises par la LCPE (1999) lorsque la publication
de la dénomination chimique ou biologique de la substance dévoi­
lerait de l’information commerciale à caractère confidentiel. Les
étapes à suivre pour créer une dénomination maquillée sont décrites
dans le Règlement sur les dénominations maquillées sous la
LCPE (1999). Les substances ayant une dénomination maquillée
sont ajoutées à la partie confidentielle de la Liste intérieure.
Quiconque désire savoir si une substance est inscrite à cette partie
de la Liste intérieure doit soumettre un avis d’intention véritable
pour la fabrication ou l’importation au Programme des substances
nouvelles.
“One-for-One” rule and small business lens
règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises
The orders are not covered by the “One-for-One” Rule and do
not add administrative costs to small businesses. also, the small
business lens does not apply to the orders, and they are not expected
to impose any costs on small businesses. Rather, the orders provide
industry better access to the 19 substances being added to the
Domestic Substances List. The Government of Canada may con­
duct further risk assessments on any Domestic Substances List sub­
stance when deemed necessary.
Les arrêtés ne sont pas visés par la règle du « un pour un », et ils
n’engendrent pas de coûts administratifs pour les petites entre­
prises. De plus, la lentille des petites entreprises ne s’applique pas
à ces arrêtés et ceux-ci n’engendrent pas de coûts administratifs
pour les petites entreprises. au contraire, les arrêtés fournissent à
l’industrie un meilleur accès aux 19 substances ajoutées à la Liste
intérieure. Le gouvernement du Canada peut procéder à des éva­
luations de risques pour toute substance sur la Liste intérieure
lorsque cela est jugé nécessaire.
consultation
consultation
as the orders are administrative in nature and do not contain any
information that would be subject to comment or objection by the
general public, no consultation is required.
Puisque les arrêtés sont de nature administrative et ne contiennent
aucune information qui pourrait faire l’objet de commentaires
ou d’objections du grand public, aucune consultation n’est
nécessaire.
rationale
Justification
Nineteen substances have met the necessary conditions for addi­
tion to the Domestic Substances List. The orders add these substan­
ces to the Domestic Substances List to exempt them from reporting
requirements under subsections 81(1) and 106(1) of CEPa 1999.
Since the 19 substances covered by the orders are eligible for the
Domestic Substances List, and CEPa 1999 establishes a process
for updating the Domestic Substances List that involves strict time
limits, no other measures are considered necessary at this time.
The orders will benefit the public and governments by enabling
industry to use these substances in larger quantities. also, as the
orders will exempt these substances from assessment and reporting
requirements under the New Substances Program of CEPa 1999,
they will benefit industry by reducing the administrative burden
associated with the current status of these substances. as a result, it
is expected that there will be no incremental costs to the public,
industry or governments associated with the orders. However, the
Government of Canada may still assess any substance on the
Domestic Substances List under the existing substances provisions
of CEPa 1999 (section 68 or 74).
Dix-neuf substances sont admissibles pour adjonction à la Liste
intérieure. Les arrêtés ajoutent ces substances à la Liste intérieure,
les exemptant ainsi des exigences de déclaration des paragra­
phes 81(1) et 106(1) de la LCPE (1999).
La LCPE (1999) établit un processus de mise à jour de la Liste
intérieure qui comprend des limites de temps strictes. Puisque les
19 substances concernées par les arrêtés sont admissibles à la Liste
intérieure, aucune autre solution n’a été considérée pour le
moment.
Les arrêtés favoriseront le public et les gouvernements en per­
mettant à l’industrie d’utiliser ces substances en quantités plus
importantes. Également, puisque l’arrêté exemptera ces substances
des exigences de déclaration et d’évaluation du Programme des
substances nouvelles établies sous les dispositions de la LCPE
(1999), il profitera à l’industrie en réduisant le fardeau administra­
tif associé au statut actuel de ces substances. Les arrêtés n’entraî­
neront aucun coût pour le public, l’industrie ou les gouvernements.
Le gouvernement du Canada peut évaluer toute substance sur la
Liste intérieure en vertu des dispositions de la LCPE (1999)
concernant les substances existantes (articles 68 ou 74).
implementation, enforcement and service standards
mise en œuvre, application et normes de service
The Domestic Substances List identifies substances that, for the
purposes of CEPa 1999, are not subject to the requirements of the
New Substances Notification Regulations (Chemicals and Poly­
mers). as the orders only add substances to the Domestic Substan­
ces List, developing an implementation plan or a compliance strat­
egy or establishing a service standard is not required.
La Liste intérieure recense les substances qui, aux fins de la
LCPE (1999), ne sont pas soumises aux exigences du Règlement
sur les renseignements concernant les substances nouvelles (sub­
stances chimiques et polymères). De plus, puisque les arrêtés ne
font qu’ajouter des substances à la Liste intérieure, il n’est pas
nécessaire d’établir de plan de mise en œuvre, de stratégie de
conformité ou de normes de service.
441
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-22
contact
Personne-ressource
Greg Carreau
Executive Director
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
k1a 0H3
Substances Management Information Line:
1-800-567-1999 (toll-free in Canada)
819-953-7156 (outside of Canada)
Fax: 819-953-7155
Email: substances@ec.gc.ca
Greg Carreau
Directeur exécutif
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
k1a 0H3
Ligne d’information sur la gestion des substances :
1-800-567-1999 (sans frais au Canada)
819-953-7156 (à l’extérieur du Canada)
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : substances@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
442
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Enregistrement
DORS/2014-23
February 7, 2014
sOr/dOrs/2014-23
Le 7 février 2014
HEaLTH OF aNIMaLS aCT
LOI SuR La SaNTÉ DES aNIMaux
regulations amending the health of animals
regulations
règlement modifiant le règlement sur la santé des
animaux
P.C. 2014-105
C.P. 2014-105
February 6, 2014
Le 6 février 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of agriculture and agri-Food, pursuant
to subsection 64(1)1a of the Health of Animals Act2b, makes the
annexed Regulations Amending the Health of Animals
Regulations.
Sur recommandation du ministre de l’agriculture et de l’agroa­
limentaire et en vertu du paragraphe 64(1)1a de la Loi sur la santé
des animaux2b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil
prend le Règlement modifiant le Règlement sur la santé des ani­
maux, ci-après.
regulatiOns amending the health
OF animals regulatiOns
rÈglement mOdiFiant le rÈglement
sur la santé des animauX
amendments
mOdiFicatiOns
1
2. Paragraph 6.21(2)(a) of the regulations is replaced by the
following:
(a) cattle that are slaughtered, cut up or deboned on a farm, as
defined in subsection 172(1), if the specified risk material from
the carcasses of those cattle is not removed from the farm except
for submission to a level 2 containment laboratory;
3. (1) the definitions “administrator” and “farm or ranch”
in section 172 of the regulations are repealed.
(2) the definitions “animal”, “approved tag” and “farm of
origin” in section 172 of the regulations are replaced by the
following:
“animal” means a bison, bovine, ovine or pig. (animal)
“approved tag” means a tag, chip or other indicator approved by
the Minister under subsection 173(1) and listed on the agency’s
web site as an approved tag. (étiquette approuvée)
“farm of origin” means the farm on which an animal is born or, if
an animal is not born on a farm, the first farm to which it is moved
after its birth. (ferme d’origine)
(3) section 172 of the regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“approved slap tattoo” means a slap tattoo bearing an identification
number issued by the responsible administrator in respect of a site
under paragraph 174(2)(a). (tatouage au marteau approuvé)
“bred” means an animal that is mated either naturally or artificially
or that has provided semen, ova or embryos for reproduction.
(sailli)
“farm” means land, and all buildings and other structures on that
land, that is used under one management for breeding or raising
animals but does not include an artificial insemination unit. (ferme)
1. l’article 2 du Règlement sur la santé des animaux31 est
modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui
suit :
« abattoir » S’entend notamment d’un abattoir mobile. (abattoir)
2. l’alinéa 6.21(2)a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) au bœuf qui est abattu, découpé ou désossé dans une ferme, au
sens du paragraphe 172(1), si le matériel à risque spécifié prove­
nant de sa carcasse ne sort pas de la ferme, sauf pour être envoyé
à un laboratoire de niveau de confinement 2;
3. (1) les définitions de « administrateur » et « ferme ou
ranch », à l’article 172 du même règlement, sont abrogées.
(2) les définitions de « animal », « étiquette approuvée » et
« ferme d’origine », à l’article 172 du même règlement, sont
remplacées respectivement par ce qui suit :
« animal » Bison, bovin, ovin ou porc. (animal)
« étiquette approuvée » Étiquette, puce ou autre indicateur
approuvé par le ministre aux termes du paragraphe 173(1) et figu­
rant sur le site Web de l’agence. (approved tag)
« ferme d’origine » Ferme où est né un animal ou première ferme
où il a été expédié après sa naissance s’il est né ailleurs que dans
une ferme. (farm of origin)
(3) l’article 172 du même règlement est modifié par adjonc­
tion, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« administrateur responsable » Personne autorisée par le ministre à
recevoir des renseignements relatifs aux animaux ou aux choses
visés par la loi ou ses règlements, nommée sur le site Web de
l’agence, et qui administre un programme d’identification national
visant tout ou partie d’un ou de plusieurs genres, espèces ou sous­
espèces d’animaux situés dans une ou plusieurs provinces. (respon­
sible administrator)
« ferme » S’entend de tout terrain ou de tout bâtiment ou autre
ouvrage érigé sur un terrain, qui est sous une seule direction, et qui
a
a
1. section 2 of the Health of Animals Regulations3 is amended
by adding the following in alphabetical order:
“abattoir” includes a mobile abattoir; (abattoir)
b
1
S.C. 2012, c. 24, s. 94
S.C. 1990, c. 21
C.R.C., c. 296; SOR/91-525
b
1
L.C. 2012, ch. 24, art. 94
L.C. 1990, ch. 21
C.R.C., ch. 296; DORS/91-525
443
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
“pig” means an animal, other than an embryo or a fertilized egg, of
the species domestica or scrofa domestica of the genus Sus. (porc)
“responsible administrator” means a person who is authorized by
the Minister to receive information in relation to animals or things
to which the act or these Regulations apply, is listed on the
agency’s web site as an administrator and administers a national
identification program in relation to certain animals of all or part of
one or more genera, species or subspecies that are located in one or
more provinces. (administrateur responsable)
“site” means a place where animals or carcasses of animals are
kept or collected but does not include a conveyance. (installation)
(4) the definition “pig” in subsection 172(1) of the regula­
tions is replaced by the following:
“pig” means an animal, other than an embryo or a fertilized egg, of
the genus Sus. (porc)
(5) section 172 of the regulations is renumbered as subsec­
tion 172(1) and is amended by adding the following:
(2) In this Part, other than in subsection 175.1(2), para­
graph 186(1)(a) and subsection 186(2), any reference to the carcass
of an animal or to a part of the carcass of an animal does not include
any part of the carcass that is intended for human consumption.
4. the regulations are amended by adding the following
after section 172:
RegistRation of Linked sites
172.1 (1) On application from the operators of two farms where
pigs are kept, the responsible administrator shall register the two
sites as being linked with each other for the purposes of this Part
for a period of six months if
(a) the sites and all sites having linked health status with either
of them are all located in only one of the following parts of
Canada:
(i) the eastern part of Canada that includes Ontario, Quebec,
Nova Scotia, New Brunswick, Prince Edward Island and
Newfoundland and Labrador, or
(ii) the western part of Canada that includes Manitoba, British
Columbia, Saskatchewan, alberta, Yukon, Northwest Terri­
tories and Nunavut;
(b) pigs are transported between the sites at least three times per
month;
(c) the operators of the sites have reported to the responsible
administrator information identifying all of the conveyances
being used to transport pigs between the sites and all movements
of pigs between the sites are made exclusively by those convey­
ances; and
(d) in the case where the sites were not registered as being linked
with each other during the three-month period before the appli­
cation, the operators of the sites have reported each transport of
pigs between the sites to the responsible administrator for that
three-month period and the reports of each operator are consist­
ent with those of the other.
(2) If by the end of the 10th day of any month in the six-month
period for which two sites are registered as being linked the oper­
ators of the two sites have not reported to the responsible adminis­
trator the total number of pigs that were transported between the
sites and the number of pig movements between the sites during
444
sOr/dOrs/2014-23
sert à la sélection ou à l’élevage des animaux à l’exclusion d’un
centre d’insémination artificielle. (farm)
« installation » Endroit où l’on rassemble ou garde des animaux ou
des carcasses d’animaux, à l’exclusion des véhicules. (site)
« porc » animal, autre qu’un embryon ou un œuf fécondé, de l’es­
pèce domestica ou scrofa domestica du genre Sus. (pig)
« sailli » animal inséminé naturellement ou artificiellement ou
ayant fourni de la semence, un ovaire ou un embryon à des fins de
reproduction. (bred)
« tatouage au marteau approuvé » Tatouage au marteau portant un
numéro d’identification attribué par l’administrateur responsable à
une installation en vertu de l’alinéa 174(2)a). (approved slap
tattoo)
(4) la définition de « porc », au paragraphe 172(1) du même
règlement, est remplacée par ce qui suit :
« porc » animal, autre qu’un embryon ou un œuf fécondé, du genre
Sus. (pig)
(5) l’article 172 du même règlement devient le paragra­
phe 172(1) et est modifié par adjonction de ce qui suit :
(2) Pour l’application de la présente partie, à l’exception du
paragraphe 175.1(2), de l’alinéa 186(1)a) et du paragraphe 186(2),
la mention d’une carcasse ou d’une partie de carcasse d’animal ne
vise pas la partie de carcasse destinée à la consommation humaine.
4. le même règlement est modifié par adjonction, après l’ar­
ticle 172, de ce qui suit :
enRegistRement des instaLLations Liées
172.1. (1) Pour l’application de la présente partie, à la demande
des exploitants de deux fermes où sont gardés des porcs, l’adminis­
trateur responsable enregistre ces installations comme étant liées
pour une période de six mois, si les conditions suivantes sont
réunies :
a) les deux installations ainsi que les installations catégories
sanitaires liées qui leur sont liées sont situées :
(i) soit dans la partie est du Canada, qui comprend l’Ontario,
le Québec, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, l’Île­
du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador,
(ii) soit dans la partie ouest du Canada, qui comprend le Mani­
toba, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan, l’alberta, le
Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut;
b) il y a au moins trois déplacements de porcs par mois entre
elles;
c) tous ces déplacements se font à l’aide de véhicules déclarés
par les exploitants auprès de l’administrateur responsable
comme étant les seuls moyens de transport utilisés;
d) les deux exploitants dont les installations n’étaient pas enre­
gistrées comme étant liées, pendant une période de trois mois
précédant leur demande d’enregistrement, ont déclaré de façon
concordante à l’administrateur responsable tous les déplace­
ments de porcs entre elles au cours de cette période.
(2) Si, à la fin du dixième jour de tout mois compris dans la
période de six mois pour laquelle les deux installations sont enre­
gistrées comme étant liées, les exploitants de ces installations n’ont
pas déclaré à l’administrateur responsable le nombre total de porcs
qui ont été déplacés ainsi que le nombre total d’envoi entre
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
the preceding month, the registration in respect of the two sites
being linked shall be cancelled at the end of that day for the remain­
der of the six-month period.
celles-ci au cours du mois précédent, l’enregistrement est annulé
pour le reste de la période.
(3) For the purpose of this section, two sites have linked health
status with each other if
(a) the two sites are registered under subsection (1) as being
linked with each other or have been registered under that subsec­
tion as being linked with each other at any time in the preceding
six months; or
(b) one of the two sites, at any time in the preceding six months,
is considered to have had linked health status under this section
with another site that, at any time in those six months, is con­
sidered to have had linked health status under this section with
the other of the two sites.
5. section 174 of the regulations is replaced by the
following:
174. (1) at the request of the operator of a site, the responsible
administrator may issue approved tags or cause them to be issued
for the purpose of identifying animals on that site.
(3) Pour l’application du présent article, deux installations sont
considérées comme ayant des catégories sanitaires liées si, selon le
cas :
a) elles sont enregistrées comme étant liées en application du
paragraphe (1) ou l’ont été à tout moment dans les six derniers
mois;
b) la catégorie sanitaire de l’une des deux installations a été
considérée comme étant liée, en vertu du présent article, à celui
d’une autre installation de catégorie sanitaire à tout moment
dans les six derniers mois.
(2) at the request of the operator of a site where pigs are kept,
the responsible administrator may issue an identification number in
respect of that site or cause one to be issued for the purpose of
being applied by
(a) approved slap tattoos to pigs from that site that are destined
for slaughter; and
(b) indicators to pigs from that site that are destined for export.
(3) at the request of an importer of animals, the administrator
may issue approved tags or cause them to be issued for the purpose
of identifying the animals to be imported.
(4) When requesting an identification number in respect of a site
under subsection (2), the operator of the site shall report to the
responsible administrator their name, address and telephone
number.
6. the portion of section 174.1 of the regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
174.1 a distributor, or an organization that manages an animal
identification system, that sells or distributes approved tags shall,
within 24 hours after selling or distributing them, report the follow­
ing information in respect of those approved tags to the responsible
administrator:
7. the heading before section 175 of the regulations is
replaced by the following:
identification RequiRements
8. (1) subsection 175(1) of the regulations is replaced by the
following:
175. (1) Except as otherwise provided in this Part, every person
who owns or has the possession, care or control of a bison, bovine
or ovine or of the carcass of a bison, bovine or ovine shall ensure
that it is identified by an approved tag that is applied to it before it
is removed from a site.
(2) subsection 175(2) of the regulations is replaced by the
following:
(2) Except as otherwise provided in this Part, every person who
owns or has the possession, care or control of a bison, bovine or
5. l’article 174 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
174. (1) À la demande de l’exploitant d’une installation où sont
gardés des animaux, l’administrateur responsable peut délivrer ou
faire délivrer des étiquettes approuvées pour l’identification de ces
animaux.
(2) À la demande de l’exploitant d’une installation où sont gar­
dés des porcs, l’administrateur responsable peut attribuer ou faire
attribuer à cette installation un numéro d’identification à appli­
quer, à la fois :
a) par tatouage au marteau approuvé, aux porcs destinés à
l’abattage;
b) par un indicateur servant à l’identification des porcs destinés
à l’exportation.
(3) À la demande d’un importateur d’animaux, l’administrateur
peut délivrer ou faire délivrer des étiquettes approuvées pour les
animaux à importer.
(4) L’exploitant d’une installation qui, conformément au para­
graphe (2), demande un numéro d’identification à l’administrateur
responsable, fournit à ce dernier ses nom, adresse et numéro de
téléphone.
6. le passage de l’article 174.1 du même règlement précé­
dant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
174.1 Le distributeur ou l’organisme de gestion d’un système
d’identification des animaux qui vend ou distribue des étiquettes
approuvées communique à l’administrateur responsable, dans les
vingt-quatre heures suivant la vente ou la distribution, les rensei­
gnements suivants :
7. l’intertitre précédant l’article 175 du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
exigences en matièRe d’identification
8. (1) le paragraphe 175(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
175. (1) Sauf disposition contraire de la présente partie, qui­
conque est propriétaire d’un bison, d’un bovin ou d’un ovin ou
d’une carcasse de bison, de bovin ou d’ovin, ou en a la possession,
la garde ou la charge des soins, veille à ce qu’il soit identifié à
l’aide d’une étiquette approuvée apposée avant qu’il ne quitte
l’installation.
(2) le paragraphe 175(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Sauf disposition contraire de la présente partie, quiconque
est propriétaire d’un bison, d’un bovin ou d’un ovin ou d’une
445
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
ovine or of the carcass of a bison, bovine or ovine shall ensure that
it bears the approved tag referred to in subsection (1) at all times
after it is removed from its farm of origin.
carcasse de bison, de bovin ou d’ovin, ou en a la possession, la
garde ou la charge des soins, veille à ce qu’il porte en tout temps
l’étiquette approuvée visée au paragraphe (1) après avoir quitté sa
ferme d’origine.
(3) Every person who owns or has the possession, care or control
of a pig to which an approved tag has been applied shall ensure that
it bears the approved tag until it is identified in some other manner
provided for under these Regulations.
(3) Quiconque est propriétaire d’un porc sur lequel une étiquette
approuvée a été apposée, ou quiconque en a la possession, la garde
ou la charge des soins, veille à ce qu’il porte celle-ci jusqu’à ce
qu’il soit identifié de toute autre façon prévue par le présent
règlement.
9. le même règlement est modifié par adjonction, après l’ar­
ticle 175, de ce qui suit :
175.01 (1) Sauf disposition contraire du présent article, qui­
conque est propriétaire d’un porc ou en a la possession, la garde ou
la charge des soins, veille à ce qu’il soit identifié à l’aide d’une
étiquette approuvée avant qu’il ne quitte l’installation.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas au transport des porcs, à
l’exception des porcs saillis, entre deux endroits non contigus dans
une même ferme ou entre deux fermes si, à la fois :
a) l’exploitant de l’installation d’expédition s’assure que les
porcs transportés sont accompagnés des renseignements ci­
après, présentés sous une forme pouvant être lue immédiatement
par un inspecteur :
(i) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de
l’installation de réception,
(ii) la date et l’heure où le véhicule transportant les porcs a
quitté l’installation d’expédition,
(iii) le nombre de porcs chargés dans le véhicule,
(iv) le numéro d’identification figurant sur chaque étiquette
approuvée apposée sur les porcs,
(v) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut,
toute autre forme d’identification de celui-ci;
b) il communique ces renseignements à l’administrateur respon­
sable dans les sept jours suivant l’expédition des porcs;
c) l’exploitant de l’installation de réception communique à l’ad­
ministrateur responsable, dans les sept jours suivant la réception
des porcs, les renseignements suivants :
(i) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de
l’installation de réception,
(ii) la date et l’heure où le véhicule transportant les porcs est
arrivé à l’installation de réception,
(iii) le nombre de porcs et de carcasses de porcs arrivés à
l’installation de réception,
(iv) le numéro d’identification figurant sur chaque étiquette
approuvée apposée sur les porcs,
(v) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut,
toute autre forme d’identification de celui-ci.
(3) Les alinéas (2)b) et c) ne s’appliquent pas si, au moment du
transport, l’installation d’expédition et l’installation de réception
étaient enregistrées comme étant liées conformément à l’arti­
cle 172.1.
(4) L’obligation d’identifier les porcs ne s’applique pas lorsque
le transport est effectué d’un endroit à un autre contiguë dans une
même ferme.
(5) Si un porc est transporté directement d’une installation à un
abattoir ou à un parc de rassemblement voué exclusivement à la
garde des animaux avant leur transport à un abattoir, quiconque est
propriétaire du porc ou en a la possession, la garde ou la charge des
9. the regulations are amended by adding the following
after section 175:
175.01 (1) Except as otherwise provided in this section, every
person who owns or has the possession, care or control of a pig
shall ensure that it is identified by an approved tag that is applied to
it before it is removed from a site.
(2) Subsection (1) does not apply to the transportation of pigs,
other than bred pigs, between parts of a farm that are not contigu­
ous or between farms if
(a) the operator of the departure site ensures that the pigs being
transported are accompanied with the following information in a
form that can be immediately read by an inspector:
(i) the location of the departure site and the location of the
destination site,
(ii) the date and time that the conveyance carrying the pigs left
the departure site,
(iii) the number of pigs loaded onto the conveyance,
(iv) the identification number on any approved tag applied to
the pigs, and
(v) the licence plate number or, if there is no licence plate,
other identification of the conveyance;
(b) the operator of the departure site reports that information to
the responsible administrator within seven days after the depar­
ture of the pigs; and
(c) the operator of the destination site, within seven days after
the pigs’ reception, reports the following information to the
responsible administrator:
(i) the location of the departure site and the location of the
destination site,
(ii) the date and time that the conveyance carrying the pigs
arrived at the destination site,
(iii) the number of pigs and pig carcasses that arrived at the
destination site,
(iv) the identification number on any approved tag applied to
the pigs, and
(v) the licence plate number or, if there is no licence plate,
other identification of the conveyance.
(3) The reporting requirements set out in paragraphs (2)(b) and
(c) do not apply if at the time of the transportation the departure
site and the destination site are registered as being linked with each
other under section 172.1.
(4) There is no requirement to identify pigs if they are trans­
ported from one part of a farm to another contiguous part of that
farm.
(5) If a pig is transported directly from any site to any other site
that is an abattoir or that is used exclusively for the purpose of col­
lecting animals before they are transported to an abattoir, every
person who owns or has the possession, care or control of the pig
446
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
at the departure site shall ensure that it is identified by an approved
tag or an approved slap tattoo before it is moved from that site.
soins à l’installation d’expédition veille à ce qu’il soit identifié à
l’aide d’une étiquette approuvée ou d’un tatouage au marteau
approuvé avant qu’il ne quitte cette installation.
(6) The operator of a site that is used for the purpose of col­
lecting pigs before transport shall apply an approved tag to any pig
that remains at the collection site for longer than 96 hours or that is
sent anywhere other than to an abattoir.
(7) Every person who exports a pig shall ensure that, before its
export, it has applied to it an indicator approved by the importing
country and bearing or corresponding to an identification number
issued by the responsible administrator under paragraph 174(2)(b).
(8) Every person who owns or has the possession, care or control
of a pig carcass or part of a pig carcass that is transported from any
site to any other site shall ensure that the carcass or the part is
accompanied with the following information in a form that can be
immediately read by an inspector:
(a) the location of the departure site and the location of the des­
tination site;
(b) the date and time that the conveyance carrying the carcass or
the part left the departure site; and
(c) the licence plate number or, if there is no licence plate, other
identification of the conveyance.
(6) L’exploitant d’un parc de rassemblement utilisé pour garder
les porcs appose une étiquette approuvée sur ceux qui sont gardés
pendant plus de quatre-vingt seize heures ou sur ceux qui sont
transportés ailleurs qu’à un abattoir.
(7) Quiconque exporte un porc veille, avant l’exportation, à ce
qu’il soit identifié par un indicateur approuvé par un pays importa­
teur sur lequel figure un numéro d’identification fourni par l’admi­
nistrateur responsable en vertu de l’alinéa 174(2)b).
(8) Quiconque est propriétaire de carcasses — ou parties de car­
casse — de porcs qui sont transportées d’une installation vers une
autre ou en a la possession, la garde ou la charge des soins, veille à
ce qu’elles soient accompagnées des renseignements ci-après, pré­
sentés sous une forme pouvant être lue immédiatement par un
inspecteur :
a) l’emplacement de l’installation d’expédition et de l’installa­
tion de réception;
b) la date et l’heure où le véhicule transportant les carcasses —
ou parties de carcasse — a quitté l’installation d’expédition;
c) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute
autre forme d’identification de celui-ci.
10. l’intertitre précédant l’article 175.1 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
exigences en matièRe de RegistRe et de
10. the heading before section 175.1 of the regulations is
replaced by the following:
RecoRd-keeping and infoRmation
RepoRting RequiRements
11. (1) the portion of subsection 175.1(1) of the regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
175.1 (1) Subject to subsection (2), the operator of a site who
removes or causes the removal of an ovine 18 months of age or
older from the site shall keep a record of
(2) the portion of subsection 175.1(3) of the regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
(3) The operator of a site who receives or causes the reception of
a bred ovine shall keep a record of
(3) Paragraph 175.1(3)(c) of the regulations is replaced by
the following:
(c) the name and address of the owner or person who had the
possession, care or control of the ovine at the site from which it
was removed.
12. the regulations are amended by adding the following
after section 175.1:
175.2 (1) Except as otherwise provided in this Part, if a pig is
transported from one site to another, the operator of the departure
site, within seven days after the pig’s departure, and the operator of
the destination site, within seven days after the pig’s reception,
shall report the following information to the responsible
administrator:
(a) the location of the departure site and the location of the des­
tination site;
(b) in the case of the operator of the departure site, the date and
time that the conveyance carrying the pig left the departure site
and, in the case of the operator of the destination site, the date
and time that the conveyance arrived at the destination site;
(c) in the case of the operator of the departure site, the number of
pigs loaded onto the conveyance and, in the case of the operator
communication de Renseignements
11. (1) le passage du paragraphe 175.1(1) du même règle­
ment précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
175.1 (1) Sous réserve du paragraphe (2), l’exploitant d’une ins­
tallation qui en retire ou en fait retirer un ovin âgé d’au moins dix­
huit mois tient un registre contenant les renseignements suivants :
(2) le passage du paragraphe 175.1(3) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) L’exploitant d’une installation qui y reçoit ou y fait livrer un
ovin sailli tient un registre contenant les renseignements suivants :
(3) l’alinéa 175.1(3)c) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
c) le nom et l’adresse du propriétaire ou de la personne qui avait
la possession, la garde ou la charge des soins de l’ovin dans
l’installation d’où il a été retiré.
12. le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 175.1, de ce qui suit :
175.2 (1) Sauf disposition contraire de la présente partie,
lorsqu’un porc est transporté d’une installation à une autre, l’ex­
ploitant de l’installation d’expédition et celui de l’installation de
réception communiquent à l’administrateur responsable, dans les
sept jours suivant l’expédition et la réception, respectivement, les
renseignements suivants :
a) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de l’ins­
tallation de réception;
b) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, la
date et l’heure où le véhicule de chargement a quitté l’installa­
tion d’expédition et, s’agissant de l’exploitant de l’installation
de réception, celles où ce véhicule est arrivé à l’installation de
réception;
447
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
of the destination site, the number of pigs and pig carcasses that
arrived at the destination site; and
(d) the licence plate number or, if there is no licence plate, other
identification of the conveyance.
(2) There is no requirement to report to the responsible adminis­
trator or keep records on the movement of pigs transported from
one part of a farm to another contiguous part of that farm.
(3) Every person who operates a site where an approved tag or
approved slap tattoo is applied to a pig shall report the following
information to the responsible administrator within seven days
after the pig’s departure:
(a) the location of the departure site and the location of the des­
tination site;
(b) the date and time that the conveyance carrying the pig left the
departure site;
(c) the identification numbers on the approved tags and approved
slap tattoos applied to the pigs; and
(d) the licence plate number or, if there is no licence plate, other
identification of the conveyance.
(4) If pigs are transported from a site to an abattoir, the operator
of the departure site, within seven days after the departure of the
pigs, and the operator of the abattoir, within seven days after the
reception of the pigs, shall report the following information to the
responsible administrator:
(a) the location of the departure site and the location of the
abattoir;
(b) in the case of the operator of the departure site, the date and
time that the conveyance carrying the pigs left the departure site
and, in the case of the operator of the abattoir, the date and time
that the conveyance arrived at the abattoir;
(c) in the case of the operator of the departure site, the number of
pigs loaded onto the conveyance and, in the case of the operator
of the abattoir, the number of pigs and pig carcasses that arrived
at the abattoir;
(d) in the case of the operator of the abattoir, the identification
numbers on the approved tags or the approved slap tattoos
applied to the pigs; and
(e) the licence plate number or, if there is no licence plate, other
identification of the conveyance.
(5) If a pig carcass or part of a pig carcass is transported from
one site to another, the operator of the departure site, within seven
days after the departure of the carcass or the part, and the operator
of the destination site, within seven days after the reception of the
carcass or the part, shall report the following information to the
responsible administrator:
(a) the location of the departure site and either the name of the
operator of the destination site or the location of the destination
site;
(b) in the case of the operator of the departure site, the date that
the conveyance carrying the carcass or the part left the departure
site and, in the case of the operator of the destination site, the
date that the conveyance arrived at the destination site; and
(c) in the case of the operator of the destination site, the licence
plate number or, if there is no licence plate, other identification
of the conveyance.
448
sOr/dOrs/2014-23
c) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, le
nombre de porcs chargés dans le véhicule et, s’agissant de l’ex­
ploitant de l’installation de réception, le nombre de porcs et de
carcasses de porcs arrivés à l’installation de réception;
d) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute
autre forme d’identification de celui-ci.
(2) L’obligation de communiquer des renseignements à l’admi­
nistrateur responsable ou celle de tenir un registre des déplace­
ments des porcs ne s’applique pas lorsque le transport est effectué
d’un endroit à un autre endroit contiguë dans une même ferme.
(3) L’exploitant de toute installation où l’on appose une étiquette
approuvée ou un tatouage au marteau approuvé sur un porc com­
munique à l’administrateur responsable dans les sept jours suivant
l’expédition, les renseignements suivants :
a) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de
réception;
b) la date et l’heure où le véhicule de chargement a quitté cette
installation;
c) le numéro d’identification figurant sur chaque étiquette
approuvée ou sur chaque tatouage au marteau approuvé apposé
sur les porcs;
d) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute
autre forme d’identification de celui-ci.
(4) Si les porcs sont transportés d’une installation à un abattoir,
l’exploitant de l’installation d’expédition et celui de l’abattoir
communiquent à l’administrateur responsable, dans les sept jours
suivant l’expédition et la réception, respectivement, les renseigne­
ments suivants :
a) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de
l’abattoir;
b) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, la
date et l’heure où le véhicule de chargement a quitté cette instal­
lation et, s’agissant de l’exploitant de l’abattoir, celles où ce
véhicule est arrivé à l’abattoir;
c) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, le
nombre de porcs chargés dans le véhicule et, s’agissant de l’ex­
ploitant de l’abattoir, le nombre de porcs et de carcasses de porcs
arrivés à l’abattoir;
d) s’agissant de l’opérateur d’un abattoir, le numéro d’identifica­
tion figurant sur chaque étiquette approuvée ou sur chaque
tatouage au marteau approuvé apposé sur les porcs;
e) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute
autre forme d’identification de celui-ci.
(5) Lorsqu’une carcasse de porc ou une partie de carcasse de
porc est transportée d’une installation à une autre, l’exploitant de
l’installation d’expédition et celui de l’installation de réception
communiquent à l’administrateur responsable, dans les sept jours
suivant l’expédition et la réception, respectivement, les renseigne­
ments suivants :
a) l’emplacement de l’installation d’expédition et le nom de
l’exploitant de l’installation de réception ou l’emplacement de
celle-ci;
b) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, la
date où le véhicule de chargement a quitté l’installation d’expé­
dition et, s’agissant de l’exploitant de l’installation de réception,
la date où ce véhicule est arrivé à cette installation;
c) s’agissant de l’exploitant de l’installation de réception, le
numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute autre
forme d’identification de celui-ci.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
175.3 Every person who is required under this Part to report
information in respect of a pig, pig carcass or part of a pig carcass
shall keep a record of that information for five years.
175.4 If pigs are transported as described in subsection 175.01(2)
between two sites that are registered as being linked with each
other, the operator of the departure site and the operator of the des­
tination site shall keep a record of the following information for
five years after the departure of the pigs:
(a) the location of the departure site and the location of the des­
tination site;
(b) in the case of the operator of the departure site, the date and
time that the conveyance carrying the pigs left the departure site
and, in the case of the operator of the destination site, the date
and time that the conveyance arrived at the destination site;
(c) in the case of the operator of the departure site, the number of
pigs loaded onto the conveyance and, in the case of the operator
of the destination site, the number of pigs and pig carcasses that
arrived at the destination site;
(d) the identification numbers on the approved tags applied to
the pigs; and
(e) the licence plate number or, if there is no licence plate, other
identification of the conveyance.
13. sections 176 and 177 of the regulations are replaced by
the following:
176. Subject to section 183, no person shall remove or cause the
removal of a bison, bovine or ovine or the carcass of a bison, bovine
or ovine from a site unless it bears an approved tag that has been
applied to it under section 175.
176.1 No person shall remove or cause the removal of a pig from
a site unless the pig bears an approved tag or an approved slap tat­
too that has been applied to it under section 175.01 or the pig is
otherwise dealt with in accordance with that section.
177. (1) Subject to section 183 and subsection 184(2), no person
shall transport or cause the transportation of a bison, bovine or
ovine or the carcass of a bison, bovine or ovine that does not bear
an approved tag.
(2) Subject to section 183 and subsection 184(2), no person shall
receive or cause the reception of a bison, bovine or ovine or the
carcass of a bison, bovine or ovine that does not bear an approved
tag.
177.1 (1) Subject to subsection 184(2), no person shall transport,
cause the transportation of, receive or cause the reception of a pig
unless the pig bears an approved tag or an approved slap tattoo that
has been applied to it under section 175.01 or the pig is otherwise
dealt with in accordance with that section.
(2) Subsection (1) does not apply to the reception of pigs that are
transported as described in subsection 175.01(2) if
(a) at the time of the transportation, the departure site and the
destination site are registered as being linked with each other; or
(b) the operator of the destination site, within seven days after
the pigs’ reception, reports the following information to the
responsible administrator:
(i) the location of the departure site and the location of the
destination site,
sOr/dOrs/2014-23
175.3 Quiconque est tenu, en application de la présente partie,
de communiquer des renseignements relatifs à un porc, à une car­
casse de porc ou à une partie de carcasse de porc conserve un
registre de ces renseignements pendant une période de cinq ans.
175.4 Dans le cas du transport de porcs visé au paragra­
phe 175.01(2) entre deux installations qui sont enregistrées comme
étant liées, l’exploitant de l’installation d’expédition et l’exploitant
de l’installation de réception doivent conserver, pour une période
de cinq ans après le départ des porcs, un registre contenant les ren­
seignements suivants :
a) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de l’ins­
tallation de réception;
b) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, la
date et l’heure où le véhicule de chargement a quitté l’installa­
tion d’expédition et, s’agissant de l’exploitant de l’installation
de réception, celles où ce véhicule est arrivé à cette installation;
c) s’agissant de l’exploitant de l’installation d’expédition, le
nombre de porcs chargés dans le véhicule et, s’agissant de l’ex­
ploitant de l’installation de réception, le nombre de porcs et de
carcasses de porcs arrivés à cette installation;
d) le numéro d’identification figurant sur chaque étiquette
approuvée apposée sur les porcs;
e) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute
autre forme d’identification de celui-ci.
13. les articles 176 et 177 du même règlement sont rempla­
cés par ce qui suit :
176. Sous réserve de l’article 183, nul ne peut retirer ou faire
retirer un bison, un bovin ou un ovin, ou une carcasse de bison, de
bovin ou d’ovin d’une installation à moins que celui-ci ne porte
une étiquette approuvée apposée conformément à l’article 175.
176.1 Nul ne peut retirer ou faire retirer un porc de l’installation
où il est gardé, à moins que celui-ci ne porte une étiquette approu­
vée ou un tatouage au marteau approuvé conformément à l’arti­
cle 175.01 ou qu’il ne soit identifié autrement en conformité avec
cet article.
177. (1) Sous réserve de l’article 183 et du paragraphe 184(2),
nul ne peut transporter ou faire transporter un bison, un bovin ou un
ovin, ou une carcasse de bison, de bovin ou d’ovin qui ne porte pas
d’étiquette approuvée.
(2) Sous réserve de l’article 183 et du paragraphe 184(2), nul ne
peut recevoir ou faire livrer un bison, un bovin ou un ovin, ou une
carcasse de bison, de bovin ou d’ovin qui ne porte pas d’étiquette
approuvée.
177.1 (1) Sous réserve du paragraphe 184(2), nul ne peut trans­
porter, faire transporter, recevoir ou faire livrer un porc, à moins
que celui-ci ne porte une étiquette approuvée ou un tatouage au
marteau approuvé conformément à l’article 175.01 ou qu’il ne soit
identifié autrement en conformité avec cet article.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas à la réception de porcs
qui sont transportés conformément au paragraphe 175.01(2) si,
selon le cas :
a) au moment du transport, l’installation d’expédition et celle de
réception sont enregistrées comme étant liées;
b) l’exploitant de l’installation de réception communique à l’ad­
ministrateur responsable, dans les sept jours suivant la réception
des porcs, les renseignements suivants :
(i) l’emplacement de l’installation d’expédition et celui de
l’installation de réception,
449
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(ii) the date and time that the conveyance carrying the pigs
arrived at the destination site,
(iii) the number of pigs and pig carcasses that arrived at the
destination site,
(iv) the identification number on any approved tag applied to
the pigs, and
(v) the licence plate number or, if there is no licence plate,
other identification of the conveyance.
14. subsection 178(1) of the regulations is replaced by the
following:
178. (1) Subject to section 183, no person shall apply or cause
the application of an approved tag issued under subsection 174(1)
to an animal or the carcass of an animal that is not on the site in
respect of which the approved tag was issued.
(1.1) No person shall apply or cause the application of, to a pig,
an approved slap tattoo or, in the case of pigs that are destined for
export, an indicator that bears an identification number issued by a
responsible administrator in respect of a site unless the pig is at that
site.
15. the regulations are amended by adding the following
after section 180:
180.1 No person shall apply or cause the application of an
approved tag to an animal or the carcass of an animal that is not
listed in the definition “animal” in section 172.
16. section 183 of the regulations is replaced by the
following:
183. (1) a bison or a bovine may be transported from its farm of
origin without having an approved tag applied to it to a site for the
purpose of having an approved tag applied to it at that site if
(a) the name and address of the site is on the list that sets out
tagging sites approved by the responsible administrator and is
published on that administrator’s web site; and
(b) an approved tag issued to the farm of origin under subsec­
tion 174(1) will be supplied, along with the bison or bovine, by
the operator of the farm of origin or, through a prior arrangement
with the manager of the tagging site, will be issued and applied
to the bison or bovine at the tagging site.
(2) The manager of a tagging site shall
(a) ensure that the bison or bovine is not mixed with any other
person’s animals that do not bear approved tags;
(b) ensure that the approved tag is applied to the bison or bovine
immediately after it arrives at the site; and
(c) keep records, and make them available on request to the
responsible administrator, of enough information about the
bison or bovines received at the site to enable their origin to be
traced, including
(i) the names and addresses of the owners or persons having
the possession, care or control of the animals before the trans­
portation of the animals to the site,
(ii) the dates of the arrival of the animals at the site, and
(iii) the identification numbers on the approved tags applied to
the animals and the dates of the application of those tags to the
animals.
450
sOr/dOrs/2014-23
(ii) la date et l’heure où le véhicule de chargement est arrivé à
l’installation de réception,
(iii) le nombre de porcs et de carcasses de porcs arrivés à
l’installation de réception,
(iv) le numéro d’identification figurant sur chaque étiquette
approuvée apposée sur les porcs,
(v) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut,
toute autre forme d’identification de celui-ci.
14. le paragraphe 178(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
178. (1) Sous réserve de l’article 183, nul ne peut apposer ou
faire apposer une étiquette approuvée délivrée aux termes du para­
graphe 174(1) sur un animal ou une carcasse d’animal qui ne se
trouve pas dans l’installation pour lequel l’étiquette a été délivrée.
(1.1) Nul ne peut apposer ou faire apposer sur un porc un
tatouage au marteau approuvé, ou tout autre indicateur nécessaire
à l’exportation, sur lequel figure un numéro d’identification attri­
bué par un administrateur responsable à une installation, à moins
que le porc ne se trouve dans cette installation.
15. le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 180, de ce qui suit :
180.1 Nul ne peut apposer ou faire apposer une étiquette approu­
vée sur un animal ou une carcasse d’animal qui n’est pas visé par
la définition de « animal » à l’article 172.
16. l’article 183 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
183. (1) Le bison ou le bovin ne portant pas d’étiquette approu­
vée peut être transporté de sa ferme d’origine à une installation
pour qu’une telle étiquette lui soit apposée, si les conditions sui­
vantes sont réunies :
a) le nom et l’adresse de l’installation figurent sur la liste des
installations d’étiquetage autorisées par l’administrateur respon­
sable et qui est affichée sur son site Web;
b) l’exploitant de la ferme d’origine transmettra, avec le bison
ou le bovin transporté, une étiquette approuvée délivrée à cette
ferme en vertu du paragraphe 174(1), ou prendra au préalable
avec le gestionnaire de l’installation d’étiquetage des arrange­
ments pour qu’elle soit délivrée et apposée sur le bison ou le
bovin à l’installation.
(2) La personne chargée de la gestion de l’installation
d’étiquetage :
a) veille à ce que le bison ou le bovin ne se mêle pas aux ani­
maux appartenant à une autre personne et ne portant pas d’éti­
quette approuvée;
b) veille à ce que l’étiquette approuvée soit apposée sur le bison
ou le bovin dès son arrivée à l’installation;
c) tient un registre — qu’elle fournit à l’administrateur respon­
sable sur demande — contenant suffisamment de renseigne­
ments pour que puisse être établie l’origine de tout bison ou
bovin reçu à l’installation, notamment :
(i) les nom et adresse du propriétaire de l’animal ou de la per­
sonne qui en a la possession, la garde ou la charge des soins
avant qu’il ne soit transporté à l’installation,
(ii) la date où l’animal est arrivé à l’installation,
(iii) le numéro d’identification de l’étiquette approuvée appo­
sée sur l’animal ainsi que la date où elle a été apposée.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
(3) The responsible administrator shall approve a site for inclu­
sion on the list of approved tagging sites, on application from the
manager of the site, if the manager has stated in writing that
(a) the manager understands the requirements of subsection (2);
and
(b) the equipment and facilities at the site are adequate to enable
the application of an approved tag to a bison or bovine without
endangering its safety or the safety of the personnel at the site.
(3) Sur demande de la personne chargée de la gestion d’une ins­
tallation, l’administrateur responsable inscrit le nom de cette ins­
tallation sur la liste des installations d’étiquetage autorisées si, à la
fois la personne déclare par écrit :
a) qu’elle comprend les exigences prévues au paragraphe (2);
b) que l’installation est adéquatement équipée pour permettre
l’apposition d’une étiquette approuvée sans risque tant pour le
bison ou le bovin que pour le personnel de l’installation.
(4) If the manager of a tagging site does not comply with subsec­
tion (2) or (3), the responsible administrator shall remove the name
and address of the tagging site from the list of approved tagging
sites if
(a) the responsible administrator has caused to be delivered to
the manager of the tagging site a notice that
(i) describes the non-compliance, and
(ii) specifies the period within which the manager may rectify
the non-compliance;
(b) the person has not rectified the non-compliance within the
period specified in the notice; and
(c) the person has been given an opportunity to be heard in
respect of the proposed removal.
(5) If the responsible administrator removes the name and
address of the tagging site from the list, that administrator shall,
without delay,
(a) notify the manager of the tagging site that the name and
address have been removed from the list; and
(b) cause a notice of the removal to be published on its web site.
(6) If the name and address of a tagging site have been removed
from the list, the manager of the site may reapply under subsec­
tion (3) to have the site approved as a tagging site.
(4) Lorsque la personne chargée de la gestion d’une installation
d’étiquetage ne respecte pas les conditions prévues aux para­
graphes (2) ou (3), l’administrateur responsable retire de la liste les
nom et adresse de l’installation visée si, à la fois :
a) la personne a reçu de l’administrateur responsable un avis de
retrait précisant :
(i) la contravention qui lui est reprochée,
(ii) le délai qui lui est imparti pour corriger la situation;
b) elle n’a pas corrigé la situation dans le délai précisé dans
l’avis;
c) elle a eu la possibilité de se faire entendre relativement au
retrait.
17. (1) subsections 184(1) and (2) of the regulations are
replaced by the following:
184. (1) Subject to subsections (2) and (3), if an animal that is
required to bear an approved tag does not bear an approved tag,
bears an approved tag that has been revoked or loses its approved
tag, the person who owns or has the possession, care or control of
the animal shall immediately apply a new approved tag to it.
(2) Subject to subsection (3), an animal that loses its approved
tag while being transported may continue to be transported until it
reaches the next site where it is to be unloaded, and it may be
received at that site only if a new approved tag is applied to the
animal immediately after it is received there.
(2) subparagraph 184(3)(b)(iii) of the regulations is replaced
by the following:
(iii) the licence plate number or, if there is no licence plate,
other identification of the conveyance that brought the animal
to the abattoir; and
(3) Paragraph 184(3)(c) of the regulations is replaced by the
following:
(c) in the case of a bison or a bovine, the person who operates the
abattoir reports to the responsible administrator, within 30 days
after the animal is slaughtered, the information that the person is
required by paragraph (b) to record in respect of the animal.
(4) subsection 184(4) of the regulations is replaced by the
following:
(4) an organization that manages an animal identification
system shall, if it receives the information referred to in
(5) L’administrateur responsable qui retire le nom et l’adresse
d’une installation de la liste des installations d’étiquetage autori­
sées doit, sans délai :
a) en aviser la personne chargée de la gestion de cette
installation;
b) afficher l’avis de retrait sur son site Web.
(6) Si le nom et l’adresse d’une installation ont été retirés de la
liste des installations d’étiquetage autorisées, la personne chargée
de la gestion de cette installation peut faire une nouvelle demande
d’inscription au titre du paragraphe (3).
17. (1) les paragraphes 184(1) et (2) du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
184. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), si un animal qui
doit porter une étiquette approuvée la perd, en porte une qui a été
révoquée ou n’en porte pas, la personne qui est propriétaire de
l’animal ou en a la possession, la garde ou la charge des soins lui
appose immédiatement une nouvelle étiquette approuvée.
(2) Sous réserve du paragraphe (3), l’animal qui perd son éti­
quette approuvée au cours du transport continue à être transporté
jusqu’à l’installation suivante et peut y être réceptionné seulement
si une nouvelle étiquette approuvée lui est apposée dès sa
réception.
(2) le sous-alinéa 184(3)b)(iii) du même règlement est rem­
placé par ce qui suit :
(iii) le numéro d’immatriculation du véhicule ayant servi au
transport jusqu’à l’abattoir ou, à défaut, toute autre forme
d’identification de celui-ci;
(3) l’alinéa 184(3)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) dans le cas d’un bison ou d’un bovin, le responsable de l’abat­
toir communique à l’administrateur responsable, dans les trente
jours suivant l’abattage, les renseignements visés à l’alinéa b).
(4) le paragraphe 184(4) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(4) L’organisme de gestion d’un système d’identification des
animaux qui reçoit des renseignements visés à l’alinéa (3)b) les
451
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
paragraph (3)(b), report the information to the responsible admin­
istrator within 30 days after receiving it.
communique à l’administrateur responsable dans les trente jours
suivant leur réception.
18. (1) subparagraphs 185(1)(b)(ii) and (iii) of the regula­
tions are replaced by the following:
(ii) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the animal or carcass when it
was brought to the site where the new approved tag was
attached to it and the date when it was brought to the site, and
(iii) the licence plate number or, if there is no licence plate,
other identification of the conveyance that brought the animal
or carcass to the site where the new approved tag was attached
to it.
18. (1) les sous-alinéas 185(1)b)(ii) et (iii) du même règle­
ment sont remplacés par ce qui suit :
(ii) la date où l’animal ou la carcasse a été déchargé à l’instal­
lation où la nouvelle étiquette a été apposée et les nom et
adresse du propriétaire de l’animal ou de la carcasse ou de la
personne qui en avait la garde, la possession ou la charge des
soins à cette date,
(iii) le numéro d’immatriculation du véhicule ayant servi au
transport de l’animal ou de la carcasse jusqu’à l’installation
où la nouvelle étiquette approuvée a été apposée ou, à défaut,
toute autre forme d’identification de celui-ci.
(2) les paragraphes 185(3) et (4) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(3) Quiconque appose ou fait apposer une nouvelle étiquette
approuvée sur un animal ou une carcasse d’animal qui porte déjà
une étiquette approuvée ou une étiquette approuvée qui a été révo­
quée communique à l’administrateur responsable, dans les trente
jours suivant l’apposition, le numéro de la nouvelle étiquette
approuvée de même que le numéro de l’étiquette que l’animal ou
la carcasse portait.
(4) L’organisme de gestion d’un système d’identification des
animaux qui reçoit des renseignements visés au paragraphe (3) les
communique à l’administrateur responsable dans les trente jours
suivant leur réception.
19. (1) l’alinéa 186(1)b) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
b) doit, dans le cas d’un bison ou d’un bovin, signaler la mort de
l’animal et communiquer le numéro de l’étiquette approuvée à
l’administrateur responsable dans les trente jours suivant sa
mort.
(2) les paragraphes 186(3) à (5) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(3) L’exploitant d’une installation où un animal portant une éti­
quette approuvée ou une étiquette approuvée qui a été révoquée
meurt par abattage ou autrement doit consigner dans un registre la
date de la mort de l’animal et le numéro d’identification figurant
sur l’étiquette.
(4) L’organisme de gestion d’un système d’identification des
animaux qui reçoit des renseignements visés à l’alinéa (1)b) les
communique à l’administrateur responsable dans les trente jours
suivant leur réception.
20. l’article 187 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
187. (1) Quiconque, notamment l’exploitant d’une entreprise
d’équarrissage ou d’un service de récupération de cadavres d’ani­
maux, le représentant d’un laboratoire d’examen post mortem ou
un vétérinaire, dispose d’une carcasse de bison, de bovin ou d’ovin
portant une étiquette approuvée ou une étiquette approuvée qui a
été révoquée :
a) peut lui enlever son étiquette;
b) communique le numéro d’identification figurant sur l’éti­
quette à l’administrateur responsable au plus tard trente jours
après avoir disposé de la carcasse.
(2) Quiconque, notamment l’exploitant d’une entreprise
d’équarrissage ou d’un service de récupération de cadavres
(2) subsections 185(3) and (4) of the regulations are replaced
by the following:
(3) Every person who applies, or causes the application of, a new
approved tag to an animal, or the carcass of an animal, that already
bears an approved tag or an approved tag that has been revoked
shall, within 30 days after the new approved tag is applied, report
to the responsible administrator the number of the new approved
tag as well as the number of the previously applied tag.
(4) an organization that manages an animal identification sys­
tem shall, if it receives the information referred to in subsec­
tion (3), report the information to the responsible administrator
within 30 days after receiving it.
19. (1) Paragraph 186(1)(b) of the regulations is replaced by
the following:
(b) in the case of a bison or a bovine, shall report the death of the
animal and the number of the approved tag to the responsible
administrator within 30 days after the death.
(2) subsections 186(3) to (5) of the regulations are replaced
by the following:
(3) If an animal bearing an approved tag or an approved tag that
has been revoked is slaughtered or otherwise dies at a site, the
operator of the site shall keep a record of the slaughter or death of
the animal and the identification number on its tag.
(4) an organization that manages an animal identification sys­
tem shall, if it receives the information referred to in para­
graph (1)(b), report the information to the responsible administra­
tor within 30 days after receiving it.
20. section 187 of the regulations is replaced by the
following:
187. (1) Every person, including a renderer, dead stock operator,
post-mortem laboratory official and veterinarian, who disposes of
the carcass of a bison, bovine or ovine bearing an approved tag or
an approved tag that has been revoked
(a) may remove the tag from the carcass; and
(b) shall report the identification number on the tag to the
responsible administrator within 30 days after disposing of the
carcass.
(2) Every person, including a renderer, dead stock operator,
post-mortem laboratory official and veterinarian, who disposes of
452
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
the carcass of a bison, bovine or ovine not bearing an approved tag
anywhere but on the farm of origin where the animal died shall
(a) collect enough information about the carcass to enable the
origin to be traced, including, if it is known by that person,
(i) the site from which the carcass was removed and the date
when the carcass was removed from that place, and
(ii) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the carcass when it was removed
from that place; and
(b) report that information to the responsible administrator
within 30 days after disposing of the carcass.
(3) an organization that manages an animal identification
system shall, if it receives the information referred to in para­
graph (1)(b) or (2)(a), report that information to the responsible
administrator within 30 days after receiving it.
21. section 188 of the regulations is replaced by the
following:
188. (1) Every person who exports a bison or bovine shall report
the identification number on the animal’s approved tag to the
responsible administrator within 30 days after the exportation.
(2) Every person who exports pigs shall report the following
information to the responsible administrator within seven days
after the exportation:
(a) the locations of the last sites at which the pigs were kept
before they were exported and the number of pigs that were from
each of those sites;
(b) the locations to which the pigs were exported and the number
of pigs that were exported to each of those locations;
(c) the dates on which the pigs were loaded onto the conveyance
by which they were exported and the number of pigs that were
loaded on each of those dates;
(d) except in the case of cull breeding pigs that are exported for
immediate slaughter from a site that is used exclusively for the
purpose of collecting animals before they are transported to an
abattoir, the identification numbers on the indicators approved
by the importing country that have been applied to the pigs and
that identify the last sites at which they were kept before they
were exported and the number of pigs bearing each of those
identification numbers; and
(e) the licence plate number or, if there is no licence plate, other
identification of the conveyance.
22. (1) subsection 189(1) of the regulations is replaced by
the following:
189. (1) Every person who imports an animal shall
(a) apply or cause the application of an approved tag to the ani­
mal either before importation or immediately after the animal
reaches its initial destination;
(b) in the case of a bison, bovine or ovine, report to the respon­
sible administrator
(i) the identification number on the animal’s approved tag,
and
(ii) enough information about the animal to allow the origin to
be traced; and
sOr/dOrs/2014-23
d’animaux, le représentant d’un laboratoire d’examen post mortem
et un vétérinaire, dispose d’une carcasse de bison, de bovin ou
d’ovin ne portant pas d’étiquette approuvée ailleurs que dans la
ferme d’origine où l’animal est mort doit :
a) recueillir suffisamment de renseignements sur la carcasse
pour que son origine puisse être établie, notamment les rensei­
gnements suivants, s’il les connaît :
(i) l’installation de laquelle la carcasse a été enlevée ainsi que
la date de l’enlèvement,
(ii) les nom et adresse du propriétaire de la carcasse ou de la
personne qui en avait la possession, la garde ou la charge des
soins au moment de l’enlèvement;
b) communique ces renseignements à l’administrateur respon­
sable au plus tard trente jours après avoir disposé de la
carcasse.
(3) L’organisme de gestion d’un système d’identification des
animaux qui reçoit des renseignements visés aux alinéas (1)b) ou
(2)a) les communique à l’administrateur responsable dans les
trente jours suivant leur réception.
21. l’article 188 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
188. (1) Quiconque exporte un bison ou un bovin communique
le numéro d’identification figurant sur l’étiquette approuvée à l’ad­
ministrateur responsable dans les trente jours suivant
l’exportation.
(2) Quiconque exporte des porcs communique à l’administrateur
responsable, dans les sept jours suivant l’exportation, les rensei­
gnements suivants :
a) l’emplacement des dernières installations où les porcs étaient
gardés avant d’être exportés ainsi que leur nombre pour chacune
de ces installations;
b) les lieux où les porcs ont été exportés ainsi que leur nombre
pour chacun de ces lieux;
c) les dates de chargement des porcs dans le véhicule qui a servi
à leur exportation ainsi que le nombre de porcs chargés à cha­
cune de ces dates;
d) sauf dans le cas des porcs reproducteurs réformés qui sont
exportés pour abattage immédiat et qui proviennent d’un parc de
rassemblement voué exclusivement à la garde d’animaux avant
leur transport à un abattoir, les numéros d’identification figurant
sur l’indicateur approuvé par un pays importateur apposé sur les
porcs et qui identifie la dernière installation où ils ont été gardés
avant d’être exportés ainsi que, pour chaque numéro d’identifi­
cation, le nombre de porcs ayant ce numéro;
e) le numéro d’immatriculation du véhicule ou, à défaut, toute
autre forme d’identification de celui-ci.
22. (1) le paragraphe 189(1) du même règlement est rem­
placé par ce qui suit :
189. (1) Quiconque importe un animal doit :
a) apposer ou faire apposer une étiquette approuvée sur l’animal
soit avant l’importation, soit dès que celui-ci arrive à sa première
destination;
b) s’il s’agit d’un bison, d’un bovin ou d’un ovin, communiquer
à l’administrateur responsable :
(i) le numéro d’identification de l’étiquette approuvée,
(ii) suffisamment de renseignements pour que l’origine de
l’animal puisse être établie;
453
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(c) in the case of a pig, report to the responsible administrator
(i) the location of the last site at which the pig was kept before
it was imported,
(ii) the location to which the pig was imported,
(iii) the date on which the pig was received,
(iv) the identification number on the pig’s approved tag, and
(v) the licence plate number or, if there is no licence plate,
other identification of the conveyance by which the pig was
imported.
(2) the portion of subsection 189(2) of the regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) The reports referred to in paragraphs (1)(b) and (c) shall be
made
(3) subsection 189(2) of the regulations is amended by strik­
ing out “or” at the end of paragraph (b), by adding “or” at the
end of paragraph (c) and by adding the following after para­
graph (c):
(d) if a pig is being imported, within 7 days after importation.
(4) subsections 189(3) and (4) of the regulations are replaced
by the following:
(3) Paragraphs (1)(a) and (b) do not apply to a bison, bovine or
ovine that is imported for immediate slaughter.
(4) Paragraph (1)(a) does not apply to an animal bearing an indi­
cator of a foreign country if the Minister determines that the indi­
cator meets the criteria set out in subsection 173(2) and that the
identification number on the indicator can be entered and tracked
in the responsible administrator’s database.
(5) For the purposes of subsection 175(3) and sections 175.01,
175.1, 176 to 177.1, 179 to 181 and 186 to 188, if an imported
animal bears an indicator of a foreign country and the Minister
determines that the indicator meets the criteria set out in subsec­
tion 173(2) and that the identification number on the indicator can
be entered and tracked in the responsible administrator’s database,
the indicator is deemed to be an approved tag that was issued and
applied to the animal in accordance with this Part.
23. the regulations are amended by adding the following
after section 189:
infoRmation obtained by a
ResponsibLe administRatoR
189.1 a responsible administrator shall maintain a database and
other records obtained under this Part.
189.2 (1) If a person who is a responsible administrator obtains
information under this Part in relation to an animal or the carcass
of an animal and that animal or carcass was previously located in a
province in respect of which the person is not the responsible
administrator, the person shall provide that information without
delay to the responsible administrator in respect of the province in
which that animal or carcass was located.
(2) a responsible administrator may allow persons to have
access to the information that that administrator obtains under this
Part for the purpose of providing services in relation to the data­
base if those persons agree in writing not to disclose the informa­
tion to any other person.
454
sOr/dOrs/2014-23
c) s’il s’agit d’un porc, communiquer à l’administrateur
responsable :
(i) l’emplacement de la dernière installation où le porc a été
gardé avant d’être importé,
(ii) l’emplacement où le porc a été importé,
(iii) la date à laquelle le porc a été reçu,
(iv) le numéro d’identification figurant sur l’étiquette
approuvée,
(v) le numéro d’immatriculation du véhicule qui a servi à
l’importation ou, à défaut, toute autre forme d’identification
de celui-ci.
(2) le passage du paragraphe 189(2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) Les renseignements visés aux alinéas (1)b) et c) doivent être
communiqués :
(3) le paragraphe 189(2) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa c), de ce qui suit :
d) dans les sept jours suivant l’importation, si l’animal importé
est un porc.
(4) les paragraphes 189(3) et (4) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(3) Les alinéas (1)a) et b) ne s’appliquent pas au bison, au bovin
ou à l’ovin importé pour abattage immédiat.
(4) L’alinéa (1)a) ne s’applique pas à l’animal qui porte un indi­
cateur d’un pays étranger si le ministre constate que cet indicateur
répond aux critères prévus au paragraphe 173(2) et que son numéro
d’identification peut être intégré et retrouvé dans une base de don­
nées de l’administrateur responsable.
(5) Pour l’application du paragraphe 175(3) et des arti­
cles 175.01, 175.1, 176 à 177.1, 179 à 181 et 186 à 188, si un ani­
mal importé porte un indicateur d’un pays étranger et que le
ministre constate, d’une part, que cet indicateur répond aux critères
prévus au paragraphe 173(2) et d’autre part, que le numéro d’iden­
tification qu’il porte peut être intégré et retrouvé dans une base de
données de l’administrateur responsable, l’indicateur est réputé
être une étiquette approuvée qui a été délivrée et apposée sur l’ani­
mal conformément à la présente partie.
23. le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 189, de ce qui suit :
Renseignements obtenus paR
L’administRateuR ResponsabLe
189.1 L’administrateur responsable tient à jour la base de don­
nées ainsi que les registres obtenus sous le régime de la présente
partie.
189.2 (1) L’administrateur responsable qui obtient des rensei­
gnements sous le régime de la présente partie relativement à un
animal ou à une carcasse d’animal qui se trouvait antérieurement
dans une autre province dont il n’est pas l’administrateur respon­
sable, les transmet sans délai à l’administrateur responsable de
l’animal ou de la carcasse dans cette province.
(2) L’administrateur responsable peut donner accès aux rensei­
gnements qu’il obtient sous le régime de la présente partie à toute
personne qui fournit un soutien relativement à la base de données à
condition que cette personne consente par écrit à ne communiquer
cette information à quiconque.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
(3) Every responsible administrator shall allow the agency to
have access to the information that that administrator obtains under
this Part.
(4) a responsible administrator shall allow any person to have
access to the information that that administrator obtains under this
Part if the agency advises that administrator that the access is pro­
vided for in an agreement or memorandum of understanding that
the agency has entered into under subsection 14(1) of the Can­
adian Food Inspection Agency Act.
(5) If a person (in this subsection referred to as the “former
administrator”) ceases to be the responsible administrator for ani­
mals of all or part of a genus, species or subspecies that are located
in a province and another person (in this subsection referred to as
the “new administrator”) becomes the responsible administrator
for animals of that genus, species or subspecies or of that part that
are located in that province, the former administrator shall
(a) provide to the new administrator the information that the for­
mer administrator has obtained under this Part; and
(b) after receiving from the new administrator an acknowledge­
ment in writing that the transferred information has been entered
successfully into the database or other records maintained by the
new administrator, permanently delete that information from the
database and other records maintained by the former administra­
tor except if the former administrator has the express, free and
informed consent of any person to whom the information relates
to retain that information.
(3) Chaque administrateur responsable donne accès aux rensei­
gnements qu’il obtient sous le régime de la présente partie à
l’agence.
(4) Toute personne peut accéder aux renseignements obtenus par
l’administrateur responsable sous le régime de la présente partie si
l’agence avise celui-ci que la communication est autorisée aux
termes d’un accord ou d’un protocole d’entente qu’elle a conclu en
vertu du paragraphe 14(1) de la Loi sur l’Agence canadienne d’ins­
pection des aliments.
(5) La personne qui cesse d’être l’administrateur responsable de
tout ou partie d’un genre ou d’une espèce ou sous-espèce d’ani­
maux se trouvant dans une province, doit :
a) remettre à son remplaçant les renseignements qu’elle a obte­
nus sous le régime de la présente partie;
b) lorsque son remplaçant lui confirme par écrit que tous les
renseignements ont été transférés dans la base de données et
dans les registres que ce dernier administre, supprimer définiti­
vement les renseignements de la base de données et détruire les
registres dont il était responsable, sauf s’il a reçu de toute per­
sonne à laquelle ces renseignements se rapportent le consente­
ment exprès, libre et éclairé de les conserver.
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
24. (1) these regulations, except subsection 3(4), come into
force on July 1, 2014.
(2) subsection 3(4) comes into force on July 1, 2015.
24. (1) le présent règlement, à l’exception du paragra­
phe 3(4), entre en vigueur le 1er juillet 2014.
(2) le paragraphe 3(4) entre en vigueur le 1er juillet 2015.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
executive summary
issues: a disease outbreak among pigs could negatively affect
public health, economically important livestock sectors and
tourism. In the event of a disease outbreak, or food safety issue
in Canada affecting swine, the lucrative export market for pork
products could close. If such an outbreak were to occur, the
Canadian Food Inspection agency’s (CFIa) work to reopen
markets would be aided by more immediate access to complete
and up-to-date information regarding pig identification, move­
ment and location.
description: The amendments to the Health of Animals Regu­
lations will allow for a formal agreement with a third-party
administrator to establish and maintain a comprehensive data­
base containing up-to-date information as to the identification,
movement and location of all pigs in Canada. The custodians of
pigs will provide information directly to the administrator. The
pig traceability data will facilitate more rapid and efficient
résumé
enjeux : une éclosion de maladie chez les porcs pourrait avoir
d’importantes répercussions négatives sur la santé publique, sur
les secteurs d’élevage occupant une place importante du point
de vue économique et sur le tourisme. Dans l’éventualité d’une
éclosion de maladie ou d’un problème relatif à la salubrité des
aliments touchant les porcs au Canada, le marché d’exportation
lucratif des produits du porc pourrait fermer. Si une telle éclo­
sion survenait, les efforts déployés par l’agence canadienne
d’inspection des aliments (aCIa) pour rouvrir les marchés
seraient facilités par un accès plus rapide à des renseignements
complets et à jour sur l’identification, les déplacements et l’em­
placement des porcs.
description : En vertu des modifications au Règlement sur la
santé des animaux, une tierce partie agissant à titre d’adminis­
trateur établira et tiendra à jour une base de données exhaustive
comprenant des renseignements à jour sur l’identification,
les déplacements et l’emplacement de tous les porcs au Canada
dans le cadre d’une entente officielle avec l’aCIa. Les gardiens
de porcs fourniront les renseignements directement à
455
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
control of disease outbreak among pigs. Pig carcasses and pigs
which have not been bred and which are moved within a farm or
to another farm will not need to be identified if both sender and
receiver report the movement of these pigs.
l’administrateur. Les données de traçabilité porcine favoriseront
une lutte plus rapide et efficace lors d’une éclosion de maladie
chez les porcs. De plus, les carcasses de porc et les porcs qui
n’ont pas été saillis et qui sont déplacés à l’intérieur d’une
ferme ou vers une autre ferme ne devront pas être identifiés si
l’expéditeur et le destinataire déclarent tous les deux le
déplacement.
cost-benefit statement: The costs to industry include identify­
ing and reporting the movement of pigs. The compliance costs
to the industry were estimated at a present value of
$17.58 million and $1.27 million annualized. The total admin­
istrative costs were estimated at a present value of $3.78 million
and $270,000 annualized. These costs include the maintenance
of a call centre and communication activities, and some of these
costs are already incurred by producers (e.g. tags used on a vol­
untary basis for herd management).
énoncé des coûts et avantages : Les coûts pour l’industrie se
rapportent à l’identification et à la déclaration des déplacements
des porcs. Les coûts de conformité ont été évalués à une valeur
actualisée de 17,58 millions de dollars et à une valeur annuali­
sée de 1,27 million de dollars. Les coûts administratifs totaux
ont été évalués à une valeur actualisée de 3,78 millions de dol­
lars et à une valeur annualisée de 270 000 $. Ces coûts com­
prennent l’entretien d’un centre d’appels ainsi que des activités
de communication; certains de ces coûts sont déjà engagés par
les éleveurs (par exemple les étiquettes utilisées volontairement
dans la gestion des troupeaux).
Les avantages quantifiables potentiels des modifications se
manifesteront par la réduction des coûts associés aux répercus­
sions économiques d’une éclosion de maladie animale au
Canada si le système de traçabilité est en place au moment de
l’éclosion. En plus de ces avantages monétaires, les modifica­
tions apporteront les avantages non quantifiables suivants :
confiance accrue des consommateurs à l’égard des produits de
viande canadiens et amélioration de la santé humaine et de la
salubrité des aliments. La valeur actualisée nette (VaN) asso­
ciée à l’option de réglementation privilégiée dans l’éventualité
d’une éclosion de peste porcine classique de moyenne enver­
gure a été calculée à 1,22 milliard de dollars sur une période de
50 ans, ce qui représente une VaN annualisée de 88,52 millions
de dollars.
règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises :
La règle du « un pour un » s’applique, car le Règlement impo­
sera de nouveaux coûts administratifs à l’industrie et il est
considéré comme un « ajout » selon la règle. au total,
5 390 entreprises (de toutes tailles) seront touchées par le
Règlement. Les coûts administratifs supplémentaires com­
prennent les coûts de la main-d’œuvre, notamment le temps
requis pour apprendre les nouvelles exigences réglementaires et
présenter une demande pour les sites liés, ainsi que les coûts
associés à l’enregistrement et au transfert des données pour les
porcs dont le déplacement est déclaré par groupe. Tous les coûts
qui sont actuellement engagés par l’industrie et qui continue­
raient d’être engagés en l’absence des modifications ont été
exclus du calcul (c’est-à-dire les coûts de déclaration des don­
nées en alberta, où des exigences de déclaration des déplace­
ments sont déjà en place).
The potential quantifiable benefits attributable to these amend­
ments can be observed through the cost minimization of the
economic consequences of an outbreak of animal diseases in
Canada if the traceability system is in place when the outbreak
occurs. In addition to these monetized benefits, the unquantifi­
able benefits of the amendments include improvements in con­
sumer confidence in domestic meat products, enhanced human
health and food safety. The net present value (NPV) generated
from preferred regulatory option in case of medium-scale clas­
sical swine fever outbreak was calculated at $1.22 billion over a
50-year period, which translates to an annualized NPV of
$88.52 million.
“One-for-One” rule and small business lens: The “One-forOne” Rule applies because these Regulations will impose new
administrative costs on the industry and are considered an “IN”
under the rule. a total of 5 390 businesses (all sizes) will be
affected by the Regulations. The additional administrative costs
capture the labour costs for the time to learn the new regulatory
requirements, the time to file an application for sites being
registered as linked, and the data recording and transfer costs
for market hogs whose movement is reported by group. any
costs that are currently incurred by the industry and that would
continue to be incurred in the absence of the amendments were
excluded from the calculation (i.e. data reporting cost in alberta
where movement reporting requirements are already in place).
The estimated costs of the administrative burden were based on
information provided by the industry. a forecasted impact time
period of 10 years beginning in the year the amendments come
into force is considered. The annualized average of incremental
administrative costs potentially imposed on all size businesses
will be $280,000 (in 2012 dollars) and the annualized average
administrative cost per business is $53 (in 2012 dollars).
The small business lens applies to these amendments because it
will impose additional costs to small business in the industry
(abattoir operators and pig producers) and have nationwide cost
456
Les estimations relatives au fardeau administratif sont basées
sur l’information fournie par l’industrie. une période d’inci­
dence prévue de 10 ans à compter de l’année où les modifica­
tions entrent en vigueur a été établie. La moyenne annualisée
des coûts administratifs supplémentaires qui pourraient être
imposés aux entreprises de toutes tailles est de 280 000 $ (en
dollars de 2012), et le coût administratif moyen annualisé par
entreprise est de 53 $ (en dollars de 2012).
La lentille des petites entreprises s’applique, car les modifica­
tions imposeront des coûts additionnels aux petites entreprises
de l’industrie (exploitants d’abattoirs et éleveurs de porcs) et
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
impacts of over $1 million annually. The amendments are
anticipated to impact 5 334 small enterprises. The estimated
annualized increase in total industry costs (compliance and
administrative) will be $1.57 million (in 2012 dollars) for all
affected small businesses and the average cost per small busi­
ness is $295 (in 2012 dollars). The estimated present value
of total industry costs over the 10-year period is valued at
$11.04 million (in 2012 dollars) for the 5 334 affected small
businesses.
sOr/dOrs/2014-23
entraîneront des coûts de plus de 1 million de dollars par année
à l’échelle nationale. On s’attend à ce que les modifications
touchent 5 334 petites entreprises. L’augmentation annualisée
des coûts totaux pour l’industrie (conformité et administration)
a été évaluée à 1,57 million de dollars (en dollars de 2012) pour
toutes les petites entreprises touchées, ce qui représente un coût
moyen de 295 $ par petite entreprise (en dollars de 2012). La
valeur actualisée des coûts totaux pour l’industrie au cours de la
période de 10 ans a été évaluée à 11,04 millions de dollars (en
dollars de 2012) pour les 5 334 petites entreprises touchées.
background
contexte
In July 2009, federal/provincial/territorial (F/P/T) ministers of
agriculture announced that livestock traceability systems, includ­
ing one for pigs, should become mandatory by 2011. under the
purview of regulations, national traceability systems for bovine,
ovine, and bison are currently in operation.
The amendments will be made under revised regulatory-making
authorities of the Health of Animals Act which came into force in
2012.
En juillet 2009, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux
de l’agriculture ont annoncé que des systèmes de traçabilité du
bétail, y compris le porc, devaient devenir obligatoires au plus tard
en 2011. Des systèmes nationaux de traçabilité sont actuellement
en place pour les bovins, les ovins et les bisons en vertu de la
réglementation.
Étant donné l’expérience des éleveurs et des gouvernements lors
des éclosions de peste porcine classique aux Pays-Bas (1997 et
1998) et de fièvre aphteuse au Royaume-uni, aux Pays-Bas et en
France (2001), on estime que le système volontaire de traçabilité
des porcs et de tenue de dossiers qui est actuellement en place au
Canada n’est pas suffisant pour gérer une importante éclosion de
maladie.
Les éleveurs européens de porcs ont depuis élaboré des systèmes
de traçabilité efficaces, semblables à celui-ci des éleveurs cana­
diens de porcs. Le Conseil canadien du porc (CCP) a demandé des
modifications réglementaires à cet effet en 2006. Les consultations
tenues en 2005 et en 2010 et les discussions subséquentes montrent
que les intervenants, y compris les éleveurs de porcs, les éleveurs
de sangliers d’élevage et les exploitants d’abattoirs et d’encans,
sont en faveur des modifications. À l’automne 2009, le CCP a
entamé la mise en œuvre progressive d’un système national de tra­
çabilité des porcs à participation volontaire basé sur les modifica­
tions actuelles, grâce à un financement fourni par agriculture et
agroalimentaire Canada et les provinces au titre de Cultivons
l’avenir.
Les modifications établiront un programme national d’identifi­
cation et de traçabilité des porcs avec un tiers administrateur. Elles
préciseront la façon dont les porcs seront identifiés, ainsi que la
façon dont les emplacements et les déplacements seront déclarés.
L’administrateur sera responsable d’attribuer les numéros d’identi­
fication des porcs et de gérer une base de données.
À l’heure actuelle, en vertu de la Loi sur la santé des animaux,
des systèmes d’identification des animaux sont en place pour les
bovins, les bisons et les moutons. Ces systèmes sont fondés sur
l’identification (au moyen d’une étiquette approuvée) de chaque
animal. Les modifications permettront, dans certaines circons­
tances, le déplacement des porcs sans que ceux-ci soient identifiés.
Ces mesures vont réduire le fardeau que subissent les éleveurs.
Les modifications seront mises en œuvre en vertu des pouvoirs
de réglementation révisés de la Loi sur la santé des animaux qui
sont entrés en vigueur en 2012.
issues
enjeux
a disease outbreak among pigs in Canada could negatively
affect public health and the economy if that disease were transmit­
ted from pigs to other livestock sectors and humans. For example,
une éclosion de maladie chez les porcs au Canada pourrait avoir
d’importantes répercussions négatives sur la santé publique et
l’économie si cette maladie était transmise des porcs à d’autres
Based on the experience of producers and governments from the
classical swine fever outbreak in the Netherlands (1997–98) and
the foot-and-mouth disease outbreak in the united kingdom, the
Netherlands and France (2001), it is believed that the voluntary pig
traceability and record keeping system currently in operation in
Canada is insufficient to manage a major disease outbreak.
European pig producers have since developed efficient traceabil­
ity systems similar to this one by Canadian pork producers. The
Canadian Pork Council (CPC) requested such regulatory amend­
ments in 2006. Consultations held in 2005 and 2010 and ongoing
discussions indicate support by stakeholders, including pork pro­
ducers, farmed wild boar producers and operators of abattoirs and
auctions, for the changes. In the fall of 2009, the CPC initiated a
voluntary, phased-in implementation of a national pig traceability
system based on these amendments, with funding under Growing
Forward provided by agriculture and agri-Food Canada and
provinces.
The amendments will establish a national pig identification and
traceability program with a third-party administrator, by specifying
how pigs will be identified and how pig locations and movements
will be reported. The administrator will be responsible for issuing
the identification numbers for pigs and managing an information
database.
Currently, under the Health of Animals Act, animal identification
systems are in place for cattle, bison and sheep. Those systems are
based on individual identification (by approved tag) of each ani­
mal. These amendments will allow, under certain circumstances,
pigs to be moved without being identified. This approach will
impose less of a burden on producers.
457
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
foot-and-mouth disease could be passed from pigs to cattle and
sheep. a disease outbreak could also lower tourism revenues in
Ontario, Quebec and Manitoba, where most of the hogs are raised,
as a result of movement restrictions required to reduce the risk of
spreading disease. Canada is one of the largest pork exporters in
the world. In 2011, there were 22.2 million hogs marketed in Can­
ada and 5.8 million live animals exported. The value of Canadian
pork exports was $3.07 billion in 2011 with $961 million exported
to the united States of america. In the event of a disease outbreak
or food safety issue in Canada affecting swine, the lucrative export
market for pork products might close.
animaux d’élevage et aux humains. Par exemple, la fièvre aphteuse
pourrait être transmise des porcs aux bovins et aux moutons. une
éclosion de maladie pourrait également diminuer les recettes tou­
ristiques en Ontario, au Québec et au Manitoba, où se trouve la
majorité des élevages de porcs, en raison des restrictions relatives
aux déplacements qu’il faudrait appliquer pour réduire les risques
de propagation de la maladie. Le Canada est l’un des plus impor­
tants exportateurs de porcs dans le monde. En 2011, 22,2 millions
de porcs ont été mis en marché au Canada, et 5,8 millions de porcs
vivants ont été exportés. En 2011, la valeur des exportations de
porc canadien s’élevait à 3,07 milliards de dollars, dont 961 mil­
lions de dollars pour les exportations vers les États-unis. Dans
l’éventualité d’une éclosion de maladie ou d’un problème relatif à
la salubrité des aliments touchant les porcs au Canada, le marché
d’exportation lucratif des produits du porc pourrait fermer.
If such an outbreak were to occur, the CFIa would work to mini­
mize the impact, but such a response would be aided by more
immediate access to complete and up-to-date information regarding
pig identification, movement and location.
Si une telle éclosion survenait, l’aCIa s’efforcerait d’en minimiser l’incidence, mais son intervention serait facilitée par l’accès
plus immédiat à des renseignements complets et à jour sur l’identi­
fication, les déplacements et l’emplacement des porcs.
Objectives
Objectifs
The main objectives of these amendments are (a) to reduce the
impacts of a disease outbreak or food safety issue resulting from or
affecting the pig sector; (b) to better protect public health and ani­
mal health; and (c) to support the Canadian pork industry in order
to meet international standards to export.
Les principaux objectifs des modifications sont les suivants :
a) réduire les répercussions d’une éclosion de maladie ou d’un pro­
blème de salubrité des aliments causé par le secteur du porc ou
touchant celui-ci; b) mieux protéger la santé humaine et animale;
c) aider l’industrie porcine canadienne à satisfaire aux normes
internationales pour l’exportation.
Ces objectifs appuient le résultat stratégique de l’aCIa visant
« un approvisionnement alimentaire et des ressources animales et
végétales sûrs et accessibles », les résultats stratégiques du gouver­
nement du Canada comme « un Canada prospère, grâce au com­
merce mondial » ainsi que les objectifs en matière de traçabilité du
CCP de « retracer les itinéraires empruntés par des animaux infec­
tés susceptibles de contaminer d’autres animaux ou d’autres
fermes. Les données sur les déplacements des porcs sont utilisées
dans le but de contenir et de réduire la propagation de maladies
porcines très contagieuses » (site Web du CCP — communiqué de
presse).
These objectives support CFIa’s strategic outcomes, including
“a safe and accessible food supply and plant and animal resource
base”; the Government of Canada’s strategic outcomes, such as “a
prosperous Canada through global commerce”; and the Canadian
Pork Council’s (CPC) traceability goals “to identify pathways
where infected animals have moved, potentially infecting other
farms and swine. animal movement information is used to contain
and reduce the spread of highly contagious swine diseases so they
can be eliminated” (CPC Web site — media release).
description
description
Summary
Résumé
These amendments will introduce a national traceability system
for pigs in Canada.
The traceability system will require reporting on the movement
of the pigs between sites. This extra information will allow the
CFIa to react much more quickly in the case of an animal disease
outbreak.
animal identification is a component of the traceability system
for pigs. However, pigs, with the exception of bred pigs, will not
generally need to be identified by an approved tag when they are
moved. When pigs are transported from one site to another for pur­
poses such as sale, breeding, exhibiting or slaughter, it will be
required that both the sender and the recipient of the pigs report the
movement of the pigs, within seven days, to the administrator of a
central national database.
Les modifications mettront en place un système national de tra­
çabilité des porcs au Canada.
Le système de traçabilité exigera la déclaration des déplace­
ments de porcs entre les installations. Ces renseignements supplé­
mentaires permettront à l’aCIa de réagir beaucoup plus rapide­
ment en cas d’éclosion de maladie animale.
L’identification des animaux est une composante du système de
traçabilité des porcs. Cependant, les porcs, à l’exception des porcs
saillis, ne devront pas généralement être identifiés par une étiquette
approuvée lorsqu’ils sont déplacés. Lorsque les porcs sont trans­
portés d’un lieu à un autre aux fins de vente, de reproduction, d’ex­
position ou d’abattage, l’expéditeur et le destinataire des porcs
seront obligés de rendre compte des déplacements des porcs à
l’administrateur d’une base de données centrale nationale, et ce,
dans un délai de sept jours.
Les porcs transportés directement à l’abattoir devront être iden­
tifiés au moyen d’une étiquette approuvée ou d’un tatouage au
marteau indiquant le numéro de l’installation au lieu d’un numéro
de porc unique.
Pigs being transported directly for slaughter will need to be
identified with an approved tag or a slap tattoo indicating a site
number instead of a number unique to the pig.
458
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
Roles and responsibilities
Rôles et responsabilités
The administrator is the third party whose main responsibility is
the management of livestock identification, movement and loca­
tion information, by those who own or have care and control of the
pigs. The administrator will also be responsible for issuing identi­
fication numbers for approved tags (unique to a pig), for approved
slap tattoos, and for other indicators used for export purposes
(unique to a pig operation).
L’administrateur est le tiers responsable, entre autres, de la ges­
tion des renseignements relatifs à l’identification, aux déplace­
ments et à l’emplacement du bétail, fournis par les propriétaires de
porcs ou les personnes qui ont des animaux sous leur garde ou dont
elles ont la charge des soins. L’administrateur sera également
chargé d’attribuer les numéros d’identification des étiquettes
approuvées (porcs individuels), des tatouages au marteau et de tout
autre indicateur utilisé à des fins d’exportation (exploitations
porcines).
Certaines provinces et certains territoires ont attribué un numéro
d’identification unique aux sites (parcelles de terre et bâtiments) où
des animaux sont gardés, rassemblés ou éliminés. Si une exploita­
tion ne dispose pas d’un numéro d’identification, l’administrateur
pourrait lui en attribuer un. L’administrateur se chargera également
d’enregistrer les installations liées selon certains critères, en plus
de tenir à jour la base de données qui contient les renseignements
relatifs aux numéros d’identification, aux déplacements et à l’em­
placement des porcs parmi ces installations.
L’administrateur signera une entente avec l’aCIa pour l’admi­
nistration d’un programme national de traçabilité des porcs. Grâce
à cette entente, les vétérinaires et inspecteurs autorisés de l’aCIa
auront un accès en ligne direct aux renseignements de la base de
données, y compris des rapports concernant l’identification, les
déplacements et l’emplacement des porcs. L’aCIa utilisera ces
renseignements pour vérifier le respect des exigences réglemen­
taires, appuyer la préparation aux urgences et limiter les répercus­
sions d’une maladie ou d’un problème lié à la santé en isolant rapi­
dement les porcs infectés ou possiblement infectés et en prenant
d’autres mesures, le cas échéant. Les vétérinaires des gouverne­
ments provinciaux et territoriaux qui ont signé une entente avec
l’aCIa sur la mise en commun de données sur la traçabilité auront
également accès aux renseignements sur la traçabilité des porcs.
L’aCIa, les provinces et les territoires se partagent la responsabi­
lité des problèmes liés à la santé.
Le CCP deviendra l’administrateur responsable. Il gère actuelle­
ment un programme de traçabilité des porcs à participation volon­
taire fondé sur les mêmes éléments que les modifications. Si le
CCP ne devient pas l’administrateur responsable aux termes du
projet de règlement, l’agence canadienne d’identification des
bovins (aCIB), qui est l’administrateur national pour les bovins,
les moutons et les bisons, pourrait également agir à titre d’adminis­
trateur de la base de données des renseignements sur la traçabilité
des porcs.
Grâce à la base de données, l’aCIa sera en mesure d’assurer
une intervention et un contrôle plus efficaces lors d’une éclosion de
maladie ou d’un problème de salubrité des aliments en déterminant
rapidement quels porcs ou autres animaux d’élevage sont entrés en
contact avec les animaux atteints ou des aliments du bétail
contaminés.
La participation aux programmes de traçabilité à participation
volontaire est incomplète. La mise en œuvre d’un programme
national à participation obligatoire obligera toutes les parties régle­
mentées à fournir des renseignements, ce qui créera ainsi une base
de données plus complète et exacte.
Pour cette initiative particulière, la traçabilité peut être définie
comme la capacité de suivre les déplacements des porcs depuis
l’exploitation d’origine jusqu’à l’abattoir, ou depuis l’exploitation
à partir de laquelle les porcs sont importés jusqu’au lieu vers lequel
ils sont exportés. au départ, les modifications s’appliqueront à tous
Some provinces and territories have allocated unique identifica­
tion numbers to premises (land parcels and buildings) where ani­
mals are kept, assembled, or disposed. In the event a location does
not have a premises identification number, location identifiers
could be allocated by the administrator. The administrator will
also register sites as linked according to certain criteria, and main­
tain the database of information regarding the pigs’ identification
numbers, movements and locations among these sites.
The administrator will sign an agreement with the CFIa to
administer a national traceability program for pigs. Through this
agreement, authorized CFIa veterinarians and inspectors will have
immediate, online access to the database information, which will
include reports on all pigs’ identification, location and movements.
The CFIa will use that information to verify compliance against
the regulatory requirements, to support emergency preparedness
and to limit the impact of a sanitary or disease issue by rapidly
isolating infected and potentially infected pigs and taking other
measures as appropriate. The pig traceability information will also
be made available to veterinarians of provincial and territorial gov­
ernments who signed a traceability data sharing agreement with the
CFIa. The management of safety issues is a shared responsibility
between the CFIa and the provinces and territories.
The CPC will become the administrator and is currently manag­
ing a voluntary pig traceability program based on the same ele­
ments as the amendments. If the CPC does not become the admin­
istrator under the amendments, the Canadian Cattle Identification
agency (CCIa), which is the national administrator for cattle,
sheep and bison, could also act as administrator of the pig trace­
ability information database.
using the database, the CFIa will have the ability to enable a
more efficient response to, and control of a disease outbreak or
food safety issue by rapidly determining which pigs or other live­
stock have been in contact with diseased animals or with contamin­
ated feed.
Voluntary traceability programs do not have full participation. a
mandatory national program will require information from all
regulated parties, which will lead to a more complete and accurate
database.
For this particular initiative, traceability may be defined as the
ability to track the movement of pigs from their farm of origin or
import, to their slaughter or export. These amendments will initially
apply to all Canadians who have care or control of domesticated
pigs and, one year after the amendments come into force, to all
459
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Canadians who have care and control of animals of the genus Sus,
including farmed wild boars.
Traceability of live cattle, bison and sheep is already mandatory
under Part xV of the Health of Animals Regulations and focuses on
animal identification. In order to be more cost-effective, the trace­
ability system for pigs focuses more on the ability to follow animal
movement than on individual pig identification.
sOr/dOrs/2014-23
les Canadiens ayant la garde de porcs domestiques ou la charge de
leurs soins et, un an après l’entrée en vigueur des modifications, à
tous les Canadiens ayant la garde d’animaux du genre Sus ou la
charge de leurs soins, y compris les sangliers d’élevage.
La traçabilité des bovins, bisons et moutons vivants est déjà obli­
gatoire en vertu de la partie xV du Règlement sur la santé des
animaux et prévoit principalement l’identification de ces animaux.
afin de garantir un meilleur rapport coût-efficacité, le système de
traçabilité des porcs met davantage l’accent sur la capacité de
suivre les déplacements des porcs que sur l’identification indivi­
duelle de ceux-ci.
Pig identification methods
Méthodes d’identification des porcs
Four methods of identifying and tracing pigs are prescribed by
these Regulations:
1. approved tag: under the amendments, every person who
owns or has the possession, care or control of a pig at a departure
site will be required to ensure that the pig is identified by an
approved tag with an identification number before the pig is
moved from a departure site, except in the circumstances listed
below. The administrator will be responsible for issuing pig
identification numbers. under certain circumstances, an indica­
tor from a foreign country applied on an imported pig may be
regarded as equivalent to a Canadian-approved tag.
2. approved slap tattoo (pigs heading to slaughter): Permanent
ink, directly on the skin of the pig, displays the numbers that are
officially assigned to a site. a slap tattoo is placed on the shoul­
der of the pig. Industry practice is to identify pigs with a tempor­
ary tattoo placed on the shoulder before they are moved to an
assembly yard or abattoir to ensure that producers are paid for
the quality and yield of pigs that are sent to slaughter. under
these amendments, the administrator will be responsible for
allocating a unique tattoo number to each site where pigs are
kept. Every person who owns or has the possession, care or con­
trol of a pig at a departure site will be required to ensure that the
pig is identified, if not by an approved tag, then by an approved
slap tattoo, before the pig is moved from the site, destined to an
abattoir. as the tattoo number can only be read on a hairless
carcass, this means of identification will only be applicable to
pigs moved either directly from a farm or via an assembly yard
to an abattoir.
3. Means of identification for pigs being exported: Foreign
national and sub-national governments have approved different
identification means for pigs being imported to their territory
such as ear tags and ear tattoos with an identification number
unique to a site. Individual or group identification numbers on
ear tags, ear tattoos and slap tattoos used to identify pigs being
exported will be issued by the administrator.
4. There are two exceptions to individually identifying each pig:
(a) Reporting within seven days.
Pigs, other than bred pigs (mated either naturally or artifi­
cially or having provided semen, ova or embryos for repro­
duction), will not have to be individually identified if they are
transported between parts of a farm that are not contiguous or
between farms. This requires the operators of both departure
and destination sites (1) to ensure that the pigs are transported
with a document containing information on the location of the
departure and destination sites, the date and time the convey­
ance left and arrived at the site (dependent on who is
reporting), the number of pigs loaded, any identification num­
bers on any of the pigs, the licence plate number of the con­
veyance and (2) to report that information to the administra­
tor within seven days of the departure or receipt of the pigs.
Quatre méthodes d’identification et de retraçage des porcs sont
prévues dans cette réglementation :
1. Étiquette approuvée : En vertu des modifications, quiconque
est propriétaire d’un porc ou en a la possession, la garde ou la
charge des soins au site de départ devra veiller à ce que le porc
soit identifié à l’aide d’une étiquette approuvée dotée d’un
numéro d’identification avant que l’animal ne quitte le site de
départ, sauf dans les circonstances énumérées ci-dessous. L’ad­
ministrateur sera responsable d’attribuer les numéros d’identifi­
cation des porcs. Dans certaines circonstances, un indicateur
d’un pays étranger apposé sur un porc importé pourra être consi­
déré comme étant équivalent à une étiquette canadienne
approuvée.
2. Tatouage au marteau approuvé (porcs destinés à l’abattage) :
Tatouage permanent placé directement sur la peau du porc et sur
lequel figurent les numéros qui sont officiellement assignés à
une installation. un tatouage au marteau est placé sur l’épaule.
La pratique de l’industrie consiste à identifier les porcs au moyen
d’un tatouage temporaire placé sur l’épaule avant qu’ils ne
soient expédiés à un parc de groupage ou à un abattoir afin de
s’assurer que les éleveurs sont payés pour la qualité et le nombre
de porcs qui sont envoyés à l’abattage. En vertu des modifica­
tions, l’administrateur sera responsable d’assigner un numéro de
tatouage unique à chaque installation où les porcs sont gardés.
Quiconque est propriétaire d’un porc ou en a la possession, la
garde ou la charge des soins à l’installation d’expédition veillera
à ce que le porc soit identifié, soit par une étiquette approuvée ou
par un tatouage au marteau approuvé, avant que l’animal ne
quitte les lieux vers l’abattoir. Étant donné que le numéro figu­
rant sur le tatouage peut seulement être lu sur une carcasse sans
poil, cette méthode d’identification sera uniquement applicable
aux porcs déplacés directement d’une exploitation agricole ou
d’un parc de groupage vers un abattoir.
3. Identification des porcs exportés : Les gouvernements natio­
naux et infranationaux étrangers ont approuvé différents moyens
d’identification pour les porcs importés vers leurs territoires res­
pectifs, comme les bagues et les tatouages d’oreille portant un
numéro d’identification propre à une installation. Les numéros
d’identification individuels ou de groupe figurant sur les éti­
quettes d’oreille, les tatouages d’oreille et les tatouages au mar­
teau utilisés pour identifier les porcs exportés seront attribués
par l’administrateur.
4. Il existe deux exceptions à l’identification individuelle des
porcs :
a) Déclaration dans un délai de sept jours.
Les porcs, autres que les porcs saillis (inséminés naturelle­
ment ou artificiellement ou ayant fourni semence, ovaire, ou
embryon aux fins de reproduction), ne devront pas être identi­
fiés individuellement s’ils sont transportés entre deux endroits
non contigus dans une même ferme ou entre deux fermes.
460
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(b) Moving between sites registered as linked.
Pigs other than bred pigs will not have to be individually iden­
tified if the sites they are being moved between are registered
with the administrator as being linked. Linked sites will need
to meet certain criteria, including that pigs are moved between
those sites at least three times per month. Linked sites will
then be subject to the same disease control measures. Oper­
ators of sites registered as linked are subject to fewer data
reporting requirements for movements of pigs between the
linked sites. The operators are still required to report certain
information, including identifying all of the conveyances
being used to transport pigs between the sites. These amend­
ments will require that records be kept on site and that the
total number of pig movements and pigs moved between the
sites registered as linked be reported to the administrator by
the 10th day of every month.
sOr/dOrs/2014-23
Cette exception exige que les exploitants du site d’expédition
et de réception : (1) veillent à ce que les porcs transportés
soient accompagnés d’un document contenant des renseigne­
ments sur l’emplacement de l’installation d’expédition et de
réception, la date et l’heure auxquelles le véhicule a quitté
l’installation et y est arrivé (selon le cas), le nombre de porcs
chargés dans le véhicule, les numéros d’identification se trou­
vant sur les porcs ainsi que le numéro d’immatriculation du
véhicule; (2) déclarent ces renseignements à l’administrateur
dans les sept jours suivant le départ ou la réception des porcs.
b) Déplacement entre des installations considérées comme
liées.
Les porcs, autres que les porcs saillis, ne devront pas être
identifiés individuellement si les installations d’expédition et
de réception sont enregistrées auprès de l’administrateur à
titre d’installations liées. Les installations liées doivent cepen­
dant respecter certains critères, notamment que les porcs
soient déplacés entre ces installations au moins trois fois par
mois. Ces installations liées seront assujetties aux mêmes
mesures de lutte contre les maladies. Les exploitants d’instal­
lations liées doivent satisfaire à un nombre moins élevé d’exi­
gences en matière de déclaration de données pour les déplace­
ments de porcs entre les installations liées. Ils sont tenus de
déclarer certains renseignements, y compris ceux concernant
les véhicules utilisés pour transporter les porcs entre les sites.
Les modifications exigeront la tenue de registres sur place
ainsi que la déclaration à l’administrateur du nombre total de
déplacements et de porcs déplacés entre les sites liés, au plus
tard le 10e jour de chaque mois.
Pigs moved within Canada
Porcs déplacés sur le territoire canadien
Bred pigs and all pigs moved between sites for which there is not
an exception must be identified with an approved tag before leav­
ing the site. Within seven days of departure and within seven days
of reception of a shipment of pigs, the operators of the departure
site and the destination site will be required to report
• the number of pigs transported;
• the number of pigs unloaded;
• the location, time and date of departure;
• the location, time and date of arrival; and,
• the identification (licence plate number or otherwise) of the
transport vehicle.
Les porcs saillis, ainsi que les porcs déplacés entre des sites pour
lesquels les modifications n’offrent pas d’exception, devront être
identifiés au moyen d’une étiquette autorisée avant de quitter l’ins­
tallation. Les exploitants des installations d’expédition et de récep­
tion devront déclarer dans les sept jours suivant le départ et dans les
sept jours suivant la réception d’un chargement de porcs :
• le nombre de porcs transportés;
• le nombre de porcs déchargés;
• le lieu, l’heure et la date de départ;
• le lieu, l’heure et la date d’arrivée;
• l’identification (numéro d’immatriculation ou autre) du véhi­
cule utilisé pour le transport.
Toute personne qui exploite une installation où des étiquettes
approuvées ou des tatouages au marteau approuvés sont apposés
sur des porcs devra aussi déclarer les numéros d’identification
figurant sur les étiquettes approuvées et les tatouages au marteau
approuvés. Les exploitants d’abattoirs devront déclarer les numé­
ros d’identification figurant sur les étiquettes approuvées ou les
tatouages au marteau approuvés apposés sur les porcs reçus à
l’abattoir.
Tous les porcs expédiés à un parc de groupage (site utilisé exclu­
sivement dans le but de rassembler des animaux avant de les trans­
porter vers un abattoir) ou directement à un abattoir devront être
identifiés au moyen d’une étiquette approuvée ou d’un tatouage au
marteau approuvé. L’exploitant du parc de groupage devra apposer
une étiquette approuvée sur tous les porcs identifiés uniquement au
moyen d’un tatouage au marteau qui sont gardés au parc de grou­
page pendant plus de 96 heures ou expédiés ailleurs qu’à un abat­
toir, puisque les tatouages au marteau sont difficiles à lire sur des
animaux sur pied.
Every person who operates a site where an approved tag or
approved slap tattoo is applied to a pig shall also report the identi­
fication numbers on the approved tags and approved slap tattoos
applied to the pigs. Operators of abattoirs will report the identifica­
tion number of approved tags or approved slap tattoos borne by
pigs received at the abattoir as well.
all pigs sent to an assembly yard (a site used exclusively for the
purpose of collecting animals before they are transported to an
abattoir) or directly to an abattoir will be required to be identified
with an approved tag or an approved slap tattoo. The operator of
the assembly yard will apply an approved tag to any pig identified
only with a slap tattoo that remains at the collection site longer than
96 hours or is sent anywhere other than to an abattoir, because slap
tattoos are difficult to read on live animals.
461
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
Import of pigs
Importation de porcs
These amendments prescribe that all imported pigs must bear an
approved tag applied either before importation or as soon as the
animal reaches its initial destination. Within seven days of import,
the importer will be required to report the location of the last site
where the pig was kept before it was imported, the location to
which the pig was imported, the date on which the pig was received,
the identification number of the pig’s approved tag and the licence
plate number or other identification of the conveyance by which
the pig was imported.
Ces modifications exigent que tous les porcs importés portent
une étiquette approuvée et que celle-ci soit apposée avant l’impor­
tation ou dès que l’animal arrive à sa destination initiale. Dans les
sept jours suivant l’importation, l’importateur devra déclarer l’em­
placement de la dernière installation où se trouvait le porc avant
d’être importé, l’emplacement de l’installation vers laquelle le
porc a été importé, la date à laquelle le porc a été reçu, le numéro
d’identification du porc figurant sur l’étiquette approuvée, ainsi
que le numéro d’immatriculation du véhicule ou tout autre moyen
permettant d’identifier le véhicule qui a été utilisé pour importer le
porc.
En vertu des modifications, un indicateur d’un pays étranger
pourrait être reconnu comme une étiquette équivalente par le
ministre et n’aura pas à être remplacé par une étiquette canadienne,
si l’information y figurant répond, d’une part, aux critères prévus
dans les modifications et, d’autre part, peut être saisie et retrouvée
dans la base de données de l’administrateur.
under the amendments, an indicator of a foreign country could
be recognized as equivalent to an approved tag by the Minister and
will not need to be replaced with a Canadian tag if the information
related to the tag meets the requirements of the amendments and
can be entered into and tracked in the administrator’s database.
Export of pigs
Exportation de porcs
Within seven days of export, the exporter will be required to
report to the administrator the dates that pigs were loaded and the
licence plate number or other identification of the conveyance. The
exporter will also be required to report the number of pigs loaded
on each date, the location of the last sites before export, the number
of pigs from each of the departure sites, the number of pigs going
to each destination site and the identification numbers of the indi­
cators. Exported pigs will be identified in a manner recognized by
the importing country.
L’exportateur devra déclarer à l’administrateur, dans les sept
jours suivant l’exportation, les dates auxquelles les porcs ont été
chargés dans le véhicule, ainsi que le numéro de la plaque d’imma­
triculation ou autre information permettant d’identifier le véhicule.
L’exportateur devra également déclarer le nombre de porcs chargés
par date, l’emplacement des dernières installations où se trouvaient
les porcs avant d’être exportés, le nombre de porcs par installation
d’expédition, le nombre de porcs par installation de réception vers
laquelle les porcs ont été exportés, ainsi que les numéros d’identi­
fication figurant sur les indicateurs. Les porcs exportés devront être
identifiés d’une manière reconnue par le pays importateur.
Pig carcasses moved within Canada
Carcasses de porc déplacées sur le territoire canadien
under these amendments, the term “carcass” refers to dead
stock that is not intended for human consumption. There will be no
requirement to identify a pig carcass (or parts thereof). However,
the movement of all pig carcasses, even if not identified, will
require reporting. There will be separate, less stringent information
reporting requirements for movement of pig carcasses under the
amendments.
aux fins des modifications, le terme « carcasse » désigne les
cadavres d’animaux qui ne sont pas destinés à la consommation
humaine. Il n’y aura aucune exigence concernant l’identification
des carcasses de porc (ou des parties de carcasse). Toutefois, même
si elles ne sont pas identifiées, leur déplacement devra être signalé.
Des exigences distinctes et moins rigoureuses s’appliqueront à la
déclaration de l’information sur les déplacements des carcasses de
porc.
regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
1. Status quo (a voluntary, phased-in implementation of a national
pig traceability system)
1. Statu quo (mise en œuvre progressive d’un système national de
traçabilité des porcs à participation volontaire)
Since 2007, a voluntary national pig traceability system, similar
to the system described in these amendments, has been phased in
by the CPC. Through this initiative, a nationally unique shoulder
slap tattoo number has been allocated to each pig operation (pork
producer or pig barn), national tags have been made available to
producers and technology to facilitate pig movement reporting has
been developed. However, a voluntary system does not guarantee
participation by all pork producers. With potentially incomplete
pig identification and movement information being reported, the
effectiveness of the traceability system would not be optimized.
Depuis 2007, le CCP a mis en œuvre progressivement un sys­
tème national de traçabilité des porcs à participation volontaire
semblable à celui décrit dans les modifications. Dans le cadre de
cette initiative, un numéro unique à l’échelle nationale, destiné à
figurer sur un tatouage au marteau placé sur l’épaule, a été assigné
à chaque exploitation d’élevage de porcs (éleveur de porcs ou bâti­
ment). De plus, des étiquettes nationales ont été offertes aux éle­
veurs, et la technologie permettant de faciliter la déclaration des
déplacements de porcs a été développée. Toutefois, un système
facultatif ne garantit pas la participation de tous les éleveurs de
porcs. Puisqu’il est possible que l’information déclarée concernant
l’identification et les déplacements des porcs soit incomplète, l’ef­
ficacité du système de traçabilité ne serait pas optimisée.
462
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
2. amendment of the Health of Animals Regulations to include
the introduction of a pig traceability system based on the
individual and unique identification of each pig
2. Modification du Règlement sur la santé des animaux de
manière à inclure l’introduction d’un système de traçabilité des
porcs fondé sur l’identification individuelle et unique de chaque
porc
The cattle, bison and sheep identification programs are based on
the principle that an approved tag bearing a unique identification
number must be applied to each animal before it leaves its farm of
origin. This model was used for cattle, bison and sheep to collect
individual health and production information. These factors are
also true for individual pigs that have been bred (and is reflected in
the amendments), but this model is not used for market pigs as it
would be cost-prohibitive.
Les programmes d’identification des bovins, des bisons et des
moutons sont fondés sur l’utilisation d’une étiquette approuvée sur
laquelle figure un numéro d’identification unique, placée sur
chaque animal avant que celui-ci ne quitte sa ferme d’origine. Ce
modèle est utilisé pour les bovins, les bisons et les moutons afin de
recueillir des renseignements sur la santé et la production des ani­
maux individuels. Ces facteurs s’appliquent aussi aux porcs saillis
(et les modifications ont pris ces facteurs en considération), mais
ce modèle n’est pas utilisé pour les porcs de marché puisqu’il serait
très dispendieux.
3. amend the Health of Animals Regulations to include the
introduction of a pig traceability system based on the principle of
movement reporting — Preferred option
3. Modification du Règlement sur la santé des animaux de
manière à inclure l’introduction d’un système de traçabilité des
porcs fondé sur la déclaration des déplacements — Option
privilégiée
a traceability system based on the principle of movement
reporting is the preferred option as the unique identification of
each pig would be cost-prohibitive and pigs tend to be transported
in groups. under the amendments, the quality of the movement
information being reported will be verified by asking both the
sender and receiver to report the same movement. If information
from the sender and receiver does not match, the administrator
will verify the information. In the case of non-compliance, the
administrator will advise the CFIa and enforcement action might
be taken. This is the preferred option: (1) it will optimize the effi­
ciency and effectiveness of the traceability system; (2) it will bet­
ter protect the livelihood of the pork sector, the overall Canadian
economy, and the health of Canadians; and (3) this option would
also limit the environmental impacts of an animal health issue.
This option also reflects the position of the Canadian pork sector.
The efficiency of a traceability system is highly dependent on the
quality, timeliness, completeness and availability of the informa­
tion being reported by the different parties. Such a goal would not
be met under a voluntary system with the information held at each
site.
un système de traçabilité fondé sur la déclaration des déplace­
ments est l’option privilégiée, car l’identification unique de chaque
porc serait très dispendieuse, et les porcs ont tendance à être trans­
portés en groupes. En vertu des modifications, la qualité de l’infor­
mation déclarée sur les déplacements sera vérifiée après avoir
demandé à l’expéditeur et au destinataire de signaler un même
déplacement. Si l’information fournie par l’expéditeur et le desti­
nataire ne concorde pas, l’administrateur procédera à une vérifica­
tion de l’information. En cas de non-conformité, l’administrateur
en informera l’aCIa, et des mesures d’application de la loi pour­
raient être prises. Il s’agit de l’option privilégiée, car elle permet­
tra : (1) d’optimiser l’efficacité du système de traçabilité et (2) de
mieux protéger le moyen de subsistance de l’industrie porcine et
l’ensemble de l’économie canadienne et la santé des Canadiens;
(3) cette option limiterait aussi les effets environnementaux décou­
lant d’un problème lié à la santé des animaux. De plus, elle fait état
de la position de l’industrie porcine du Canada. L’efficacité d’un
système de traçabilité dépend fortement de la qualité, de l’intégra­
lité et de l’accessibilité des renseignements déclarés par les diffé­
rentes parties, de même que la rapidité avec laquelle ils le sont. Cet
objectif ne pourrait pas être atteint au moyen d’un système faculta­
tif où l’information est retenue à chaque site.
benefits and costs
avantages et coûts
Benefits
avantages
Some of the benefits of the amendments are unquantifiable
because the annual revenue of the pork industry is impossible to
predict accurately. Production yields continue to increase, inven­
tory costs are decreasing, and producers are establishing other sup­
ply chain efficiencies. also, the international market is expanding
for exports and consumer confidence in domestic products is
rising.
Certains des avantages des modifications ne peuvent pas être
quantifiés, car il est impossible de prédire avec exactitude le revenu
annuel de l’industrie porcine. Les rendements de production conti­
nuent à augmenter, le coût des stocks diminue et les éleveurs réa­
lisent d’autres gains d’efficacité dans la chaîne d’approvisionne­
ment. De plus, le marché international prend de l’expansion dans le
domaine des exportations, et la confiance des consommateurs à
l’égard des produits fabriqués au pays est en hausse.
Les modifications peuvent entraîner des avantages quantifiables
si les coûts associés à une éclosion de maladie animale peuvent être
réduits grâce à un système de traçabilité. Les estimations effec­
tuées à partir de deux simulations d’éclosion indépendantes
montrent que les incidences économiques nettes d’une importante
éclosion de maladie animale, comme la fièvre aphteuse, au Canada
s’élèveraient à au moins 15,7 milliards de dollars. Si un système de
traçabilité était en place au moment de l’éclosion, comme il est
proposé dans les modifications réglementaires, ces coûts seraient
réduits d’au moins 6,1 milliards de dollars. Il s’agit cependant
Potential quantifiable benefits from these amendments occur
where animal disease outbreak costs can be reduced by a traceabil­
ity system. Estimates from two independent outbreak simulations
indicate that the net economic impact of a major animal disease
outbreak, such as foot-and-mouth disease, in Canada would be at
least $15.7 billion. If a traceability system were in place at the time
of the outbreak, as proposed in the regulatory amendment, these
costs will be reduced by $6.1 billion or more. This represents a
conservative estimate, using data from multiple outbreak simula­
tions in Canada and key variable assumptions consistent with
463
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
academic and industry research. If an outbreak of either classical
swine fever or foot-and-mouth disease at a medium scale occurred
some time during the next 50 years, the net present value of the
amendments would be a minimum of $1.25 billion ($90.6 million
annualized). One of the most valuable aspects of these amend­
ments is that it would likely help maintain access to international
markets for Canadian livestock and meat products. any inter­
national market closures would likely be shortened because the
disease spread and the disease itself within Canada could likely be
more quickly controlled and it would be clearer which animals had
been or may have been exposed to the disease.
d’une estimation conservatrice, fondée sur des données provenant
de plusieurs simulations d’éclosion au Canada et sur des hypo­
thèses clés variables conformes aux travaux de recherche des uni­
versités et de l’industrie. Si une éclosion de peste porcine classique
ou de fièvre aphteuse de moyenne envergure survenait au cours des
50 prochaines années, la valeur nette actuelle des modifications
serait d’au moins 1,25 milliard de dollars (soit 90,6 millions de
dollars par année). La possibilité d’un meilleur accès continu aux
marchés internationaux pour le bétail et les produits de viande
canadiens serait l’un des aspects les plus appréciables des modifi­
cations. En outre, la fermeture d’un marché international serait
probablement de plus courte durée, puisque la maladie et sa propa­
gation seraient probablement plus rapidement maîtrisées au
Canada, et il serait plus facile d’identifier les animaux qui ont été
exposés à la maladie ou qui sont susceptibles de l’avoir été.
In addition to these monetized benefits, the unquantifiable bene­
fits of the amendments include improvements to consumer confi­
dence in domestic meat products, enhanced human health and food
safety, domestic supply chain efficiencies, added protection from
bio-security threats, and a verifiable means of confirming animal
and product authenticity, origin, compliance with international
traceability guidelines and standards, and other credence attributes
throughout the supply chain.
En plus de ces avantages financiers, les avantages non quanti­
fiables des modifications comprennent : la confiance accrue des
consommateurs à l’égard des produits de viande canadiens, une
meilleure santé publique et salubrité des aliments, l’efficacité
accrue de la chaîne d’approvisionnement nationale, une protection
supplémentaire contre les menaces à la biosécurité, ainsi qu’un
moyen vérifiable de confirmer l’authenticité de l’animal et du pro­
duit, l’origine, la conformité aux normes et aux lignes directrices
internationales en matière de traçabilité, et d’autres attributs liés à
la confiance dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.
Costs
Coûts
The costs associated with the implementation of a national pig
traceability system are based on industry and government esti­
mates. Government cost estimates are limited to the development
of an information database and related training and communica­
tion. The database will receive the pig traceability information
reported by the regulated parties. The cost of investment in the
database was considered as the upfront cost incurred one year
before the implementation of these amendments and estimated at
$1.17 million (2012 dollar value). The total incremental costs
imposed on government in terms of one-time investment costs and
ongoing maintenance costs would be $7 million in present value
over the 50 years and $0.51 million annualized average (all in 2012
dollar value).
Les coûts associés à la mise en œuvre d’un système national de
traçabilité des porcs sont fondés sur les estimations de l’industrie et
du gouvernement. Les estimations des coûts du gouvernement
comprennent la création d’une base de données, ainsi que l’élabo­
ration d’un programme de formation et de produits de communica­
tion. La base de données permettra de consigner l’information sur
la traçabilité des porcs déclarée par les parties réglementées. Le
coût d’investissement prévu de 1,17 million de dollars (en dollars
de 2012) pour la base de données est considéré comme le coût
initial, engagé un an avant la mise en œuvre des modifications. Les
coûts supplémentaires totaux imposés au gouvernement, notam­
ment les coûts d’investissements ponctuels et les coûts d’entretien
permanents, seraient d’une valeur actualisée de 7 millions de dol­
lars sur 50 ans, soit une moyenne annualisée de 0,51 million de
dollars (en dollars de 2012).
Les coûts engagés par l’industrie sont liés aux étiquettes d’iden­
tification des animaux (pour les porcs saillis ainsi que les porcs
envoyés dans des encans, des foires et des stations d’épreuves), le
matériel et les dépenses connexes. Grâce à un horizon analytique
de 50 ans et à un taux d’actualisation de 7 %, la valeur actualisée
des coûts supplémentaires totaux pour l’industrie découlant des
modifications a été évaluée à 21,35 millions de dollars, soit une
valeur annualisée de 1,55 million de dollars (en dollars de 2012).
Plus particulièrement, les coûts totaux de la conformité ont été éva­
lués à une valeur actualisée de 17,58 millions de dollars et à une
valeur annualisée de 1,27 million de dollars. Les coûts administra­
tifs totaux ont été évalués à une valeur actualisée de 3,78 millions
de dollars et à une valeur annualisée de 270 000 $. Certains produc­
teurs engagent des coûts sur une base volontaire (achat d’étiquettes,
application de tatouages au marteau) et pour répondre aux exi­
gences réglementaires relatives à la traçabilité des porcs qui sont en
vigueur en alberta (déclaration des déplacements, tenue de dos­
siers). Ces coûts n’ont pas été inclus dans nos estimations, car ils
ont déjà été engagés et ne découlent donc pas des modifications
actuelles.
The costs to the industry include animal identification tags (for
bred pigs and for pigs sent to auctions, fairs and test stations),
materials and related expenses. using a 50-year analytical horizon
and a 7% discount rate, the total present value of the incremental
industry costs as a result of the amendments was estimated at
$21.35 million or $1.55 million annualized (in 2012 dollar value).
In detail, the total compliance costs were estimated at present value
of $17.58 million and $1.27 million annualized. The total adminis­
trative costs were estimated at present value of $3.78 million and
$270,000 annualized. Some producers already incur costs on a vol­
untary basis (e.g. purchase of tags, application of slap tattoos) and
from pig traceability regulatory requirements in effect in alberta
(e.g. movement reporting, record keeping). The latter costs were
not included in our estimates as they are already incurred, and
therefore would not result from the current amendments.
464
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
In total, the potential cost increases to the government and stake­
holders were estimated at $28.35 million as the total present value
over 50 years or $2.05 million as average annualized.
au total, l’augmentation potentielle des coûts pour le gouverne­
ment et les intervenants est évaluée à 28,35 millions de dollars
comme valeur actualisée totale sur 50 ans, soit une moyenne
annualisée de 2,05 millions de dollars.
The accounting statement that follows is the estimated costs for
a potential major outbreak of classical swine fever and the associ­
ated trade embargo that would result (estimated to be one year in
duration). The benefit values represent the difference in the eco­
nomic impact of an outbreak controlled quickly with traceability in
place compared to an outbreak occurring without traceability in
place. The benefits resulting from a traceability system are esti­
mated on an annual gross basis, using a discount of 7% and assum­
ing a 2% annual probability of outbreak over a 50-year period
(based on Canadian animal disease outbreak history).
L’état comptable ci-après comprend les coûts anticipés d’une
importante éclosion de peste porcine classique et de l’embargo
commercial connexe qui suivrait (durée d’un an). Les avantages
sont la différence entre les incidences économiques d’une éclosion
maîtrisée rapidement grâce à la présence d’un système de traçabi­
lité et celles d’une éclosion survenant en l’absence d’un système de
traçabilité. Les avantages découlant d’un système de traçabilité
sont évalués sur une base brute annuelle, en tenant compte d’un
taux d’actualisation de 7 % et d’une probabilité annuelle de 2 %
qu’une éclosion survienne sur une période de 50 ans (déterminée
selon les antécédents en matière d’éclosion de maladie animale au
Canada).
Exhibit 1: Cost-benefit statement*
Base Year t0
(2011)
t1 First
Year**
(2012)
t50 Final
Year**
(2061)
Costs, benefits and distribution
a. Quantified impacts by stakeholder (in millions of dollars)
benefits
stakeholder
Farm expenditures
Producers
4.65
Net farm income
Producers
6.61
Processing sector
Operators
20.64
Food retailing***
Operators
-0.09
Indirect/spillover
Economy-wide
52.85
total benefits
84.65
costs
stakeholder
Database development and maintenance
Government
1.17
0.27
Compliance verification
Government
0.12
animal identification and movement
Producers/operators
0.46
1.16
administrative
Producers/operators
0.13
0.25
total costs
1.76
1.80
net benefits
b. Quantified impacts in non-dollars (not applicable to this analysis)
c. Qualitative impacts
Positive impacts
stakeholders impacted
International market share expansion
Exporters primarily
Consumer confidence in domestic products
Retailers, but benefits may spread throughout the supply chain
Price premiums for traceable products
Retailers, but benefits may spread throughout the supply chain
Inventory cost minimization
all supply chain stages
Production yield increases
Production and processing stages
Supply chain efficiencies
all supply chain stages
Improved control of product-related diseases
Government cost reductions; public health
Lower costs for compensation/recovery
Government
Sustainability of a greater number of farms/operations
all supply chain stages and residents/citizens (cultural identity)
Total
Present
Value
0.17
0.24
0.75
0.00
1.92
3.07
0.01
0.00
0.04
0.01
0.07
annualized
Present
Value
68.65
97.57
304.74
-1.37
780.40
1,249.99
4.97
7.07
22.08
-0.10
56.55
90.57
5.22
1.78
17.58
3.78
28.35
1,221.63
0.38
0.13
1.27
0.27
2.05
88.52
* Quantified annual benefits by stakeholder are cost savings in the event of a medium-scale classical swine fever outbreak; converted to an expected annual value by
multiplying the benefit with the outbreak probability of 2% (in millions of dollars).
** Values discounted to t0 at discount rate of 7%; the time period is 50 years.
*** Negative values indicate that a sector gains from an outbreak, e.g. by selling more of a product, due to lower prices, while maintaining margins.
Source: Benefit estimates based on P. Charlebois and P. Pérusse, 2004 (19).
465
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
SOR/DORS/2014-23
Tableau 1 : Énoncé des coûts et avantages*
Année de
référence t0
(2011)
t1 Première
année**
(2012)
t50 Dernière
année**
(2061)
Valeur totale
actualisée
Valeur
annualisée
actualisée
Coûts, avantages et distribution
A. Répercussions quantifiées par intervenant (en millions de dollars)
Avantages
Intervenant
4,65
0,17
68,65
4,97
Dépenses d’exploitation
Éleveurs
6,61
0,24
97,57
7,07
Revenu agricole net
Éleveurs
20,64
0,75
304,74
22,08
Secteur de la transformation
Exploitants
-0,09
0,00
-1,37
-0,10
Ventes au détail d’aliments***
Exploitants
52,85
1,92
780,40
56,55
Indirects/retombées
Ensemble de l’économie
84,65
3,07
1 249,99
90,57
Total des avantages
Coûts
Intervenant
Conception de la base de données et
Gouvernement
1,17
0,27
0,01
5,22
0,38
maintenance
0,12
0,00
1,78
0,13
Vérification de la conformité
Gouvernement
0,46
1,16
0,04
17,58
1,27
Identification des animaux et déplacements Éleveurs/exploitants
0,13
0,25
0,01
3,78
0,27
Administratifs
Éleveurs/exploitants
1,76
1,80
0,07
28,35
2,05
Total des coûts
1 221,63
88,52
Avantages nets
B. Répercussions quantifiées non pécuniaires (ne s’appliquent pas à cette analyse)
C. Répercussions qualitatives
Intervenants touchés
Répercussions positives
Exportateurs surtout
Expansion de la part des marchés internationaux
Détaillants, mais les avantages peuvent s’étendre tout au long de la chaîne d’approvisionnement
Confiance des consommateurs à l’égard des produits canadiens
Détaillants, mais les avantages peuvent s’étendre tout au long de la chaîne d’approvisionnement
Majoration de prix pour les produits traçables
Toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement
Réduction des coûts d’inventaire
Étapes de la production et de la transformation
Augmentation du rendement de la production
Toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement
Efficacité de la chaîne d’approvisionnement
Réduction des coûts gouvernementaux; santé publique
Meilleur contrôle des maladies liées à des produits
Gouvernement
Coûts moindres d’indemnisation/de rétablissement
Toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement et les habitants/citoyens (identité culturelle)
Viabilité d’un plus grand nombre de fermes/d’exploitations
* Les avantages quantifiés annuels par intervenant sont les économies de coûts dans l’éventualité d’une éclosion de peste porcine classique de moyenne envergure; convertis
en valeur annuelle prévue en multipliant l’avantage avec la probabilité d’éclosion de 2 % (en millions de dollars).
** Valeurs ramenées à t0 au taux d’actualisation de 7 %; la période est de 50 ans.
*** Les valeurs négatives indiquent qu’un secteur tire profit d’une éclosion, par exemple en vendant plus d’un produit, en raison de la baisse des prix tout en maintenant des
marges.
Source : Estimations des avantages selon P. Charlebois et P. Pérusse, 2004 (19).
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule applies because the regulatory proposal will impose new administrative costs on the industry and is
considered an “IN” under the rule. A total of 5 390 businesses (all
sizes) are expected to be affected by the amendments. When these
amendments come into force, businesses will incur additional
administrative costs associated with the labour costs to learn the
new regulatory requirements, file an application for sites being
registered as linked (optional) and record the data for the market
hogs moved whose movement is reported by group in order to
comply with these amendments.
La règle du « un pour un » s’applique, car le projet de règlement
imposera de nouveaux coûts administratifs à l’industrie et il est
considéré comme un « ajout » selon la règle. Au total, 5 390 entre­
prises (de toutes tailles) seront touchées par les modifications.
Lorsque les modifications entreront en vigueur, les entreprises
engageront des coûts administratifs additionnels afin de se confor­
mer, notamment les coûts de main-d’œuvre associés au temps
requis pour apprendre les nouvelles exigences réglementaires et
présenter une demande pour les sites liés (facultatif), ainsi que les
coûts associés à l’enregistrement des données pour les porcs de
marché déplacés lorsque le déplacement est déclaré par groupe.
Les renseignements additionnels obtenus après la publication
préalable dans la Gazette du Canada ont mené à une réévaluation
du facteur « un pour un ». Tous les coûts qu’engage actuellement
l’industrie et que l’industrie continuerait d’engager en l’absence
des modifications ont été exclus du calcul. Par exemple, le nombre
total de porcs mis en marché par année au Canada est de 28,8 mil­
lions; l’Alberta représente 11 % de ce total (soit 3,2 millions de
porcs). Puisque les exigences relatives à la déclaration des déplacements sont déjà en place en Alberta, les coûts associés à la déclara­
tion des données correspondant à ces 3,2 millions de porcs ne sont
Additional information gathered during prepublication in the
Canada Gazette has resulted in a reassessment of the “One-forOne” Rule impact. Any costs that are currently incurred by the
industry and that would continue to be incurred in the absence of
the amendments were excluded from the calculation. For example,
the total number of pigs marketed in Canada per year is 28.8 million, of which Alberta accounts for 11% (or 3.2 million pigs).
Because movement reporting requirements are already in place in
Alberta, any costs associated with data reporting corresponding to
the 3.2 million pigs were not considered as an incremental cost.
466
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
SOR/DORS/2014-23
Moreover, only the labour cost component of the movement data
reporting was treated as additional administrative costs. All other
capital (computer hardware and software) and connection require­
ments to be able to comply with the movement data reporting were
estimated as incremental compliance costs.
pas considérés comme des coûts supplémentaires. De plus, seuls
les coûts de main-d’œuvre associés à la déclaration des déplace­
ments ont été considérés comme des coûts administratifs addition­
nels. Les autres coûts d’immobilisation (matériel informatique et
logiciels) et de connexion engagés pour pouvoir répondre aux exi­
gences relatives à la déclaration des déplacements ont été considé­
rés comme des coûts de conformité supplémentaires.
The estimated costs of the administrative burden were based on
information provided by the industry. Based on the results of the
regulatory cost calculator, the annualized average incremental
administrative costs potentially imposed on all sizes of businesses
would be $280,000 (in 2012 dollars) and the annualized average
administrative cost per business is $53 (in 2012 dollars).
The CFIA consulted the Canadian Pork Council (CPC) during
the prepublication period in order to further validate the assump­
tions used in the “One-for-One” Rule calculation. There was
mutual agreement with the assumptions and calculations made in
both the cost-benefit analysis and the calculations of the adminis­
trative and compliance costs.
Les estimations relatives au fardeau administratif sont basées sur
l’information fournie par l’industrie. Selon les résultats du calcula­
teur du coût de la réglementation, les coûts administratifs supplé­
mentaires moyens annualisés qui pourraient être imposés aux
entreprises de toutes tailles sont de 280 000 $ (en dollars de 2012)
et le coût administratif moyen annualisé par entreprise est de 53 $
(en dollars de 2012).
L’ACIA a consulté le Conseil canadien du porc (CCP) durant la
période de publication préalable afin de valider davantage les
hypothèses utilisées dans le calcul « un pour un ». On s’était
entendu sur les hypothèses et les calculs utilisés dans l’analyse des
coûts et avantages, ainsi que dans la détermination des coûts admi­
nistratifs et de conformité.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens applies to these amendments because it
will impose additional costs to small business in the industry (abat­
toir operators and pig producers) and have nationwide cost impacts
of over $1 million annually. The amendments are anticipated to
impact 5 334 small enterprises. The additional costs to small busi­
nesses are due largely to the direct compliance costs, including the
costs of animal identification tags, materials and related expenses,
as well as the movement data reporting costs, and, in part, to the
administrative costs meeting the requirements under these
amendments.
La lentille des petites entreprises s’applique, car les modifica­
tions imposeront des coûts additionnels aux petites entreprises
de l’industrie (exploitants d’abattoirs et éleveurs de porcs) et en­
traîneront des coûts de plus de 1 million de dollars par année à
l’échelle nationale. On s’attend à ce que les modifications touchent
5 334 petites entreprises. Les coûts additionnels pour les petites
entreprises sont en grande partie attribuables aux coûts de confor­
mité directs, tels que les coûts associés aux étiquettes d’identifica­
tion des animaux, aux matériaux et dépenses connexes, ainsi que
les coûts d’immobilisation associés à la déclaration des déplace­
ments, et en partie aux coûts administratifs engagés pour répondre
aux exigences des modifications.
Les estimations de coûts sont basées sur les estimations de l’in­
dustrie ainsi que les hypothèses suivantes.
Hypothèses pour l’estimation des coûts de conformité
supplémentaires11 :
 Le pourcentage actuel de porcs saillis identifiés au moyen
d’une étiquette d’oreille ne permettant pas l’IRF (identification
par radiofréquence) est de 50 %.
 Le pourcentage actuel de porcs saillis identifiés au moyen
d’une étiquette d’oreille permettant l’IRF est de 0 %.
 Le pourcentage futur de porcs saillis qui seront identifiés au
moyen d’une étiquette approuvée ne permettant pas l’IRF est
de 25 %.
 Le pourcentage futur de porcs saillis qui seront identifiés au
moyen d’une étiquette approuvée permettant l’IRF est de 25 %
(la plupart des porcs saillis seront envoyés directement de l’ex­
ploitation à l’abattoir, ce qui n’exige ainsi qu’un tatouage au
marteau approuvé).
Hypothèse pour l’estimation des coûts administratifs
supplémentaires :
 Le coût d’immobilisation associé à la déclaration des déplace­
ments par porc est de 0,042 $22.
The cost estimates were based on the industry estimation and the
following adopted assumptions.
Assumptions for incremental compliance cost estimation:11
 The current percentage of bred pigs identified with a non-RFID
ear tag is 50%;
 The current percentage of bred pigs identified with a RFID ear
tag is 0%;
 The future percentage of bred pigs which will be identified
with an approved non-RFID tag is 25%;
 The future percentage of bred pigs which will be identified
with an approved RFID tag is 25% (most bred pigs will be sent
directly from a farm to an abattoir, which only requires an
approved slap tattoo to be applied).

1
2
Assumption for incremental administrative cost estimation:
The data reporting capital cost per pig is $0.042.22
Source: Communications with the Canadian Pork Council.
Source: U.S. Department of Agriculture study. The compliance costs for data
reporting include hardware and software.
1
2
Source : Communications avec le Conseil canadien du porc.
Source : Étude du département de l’agriculture des États-Unis. Les coûts de confor­
mité associés à la déclaration des données comprennent le matériel et les logiciels.
467
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
For small-sized abattoir operators and pig producers, the incre­
mental direct costs of complying with these Regulations will be
(1) one-time compliance costs incurred in the first year when the
Regulations come into force for first-time identification of all bred
animals and animals sent to auctions, fairs and test stations; and
(2) the ongoing costs required annually in subsequent years to
identify replacement animals. Movement data reporting, capital
and connection costs were identified as other ongoing compliance
cost items that would be incurred by the industry. Based on the
regulatory cost calculator results, the total estimated annualized
increase in compliance costs is $1.29 million (in 2012 dollars) for
all affected small businesses and the average cost per small busi­
ness is $242 (in 2012 dollars). The total present value over the
impact time period of 10 years is estimated at $9.07 million (in
2012 dollars).
There will also be an increase in administrative costs to small
businesses in order to comply with the Regulations. The adminis­
trative costs capture the labour costs for the time to learn the new
regulatory requirements and the time to file an application for sites
being registered, and the data recording and transfer costs for the
market hogs whose movement is reported by group or lot identifi­
cation. Based on the regulatory calculator results, the estimated
total annualized increase in administrative costs is $280,000 (in
2012 dollars) for all 5 334 small businesses and the average cost
per small business is $52 (in 2012 dollars). The total present value
of incremental administrative costs over the impact time period of
10 years beginning in 2012 is estimated at $1.97 million (in
2012 dollars).
The estimated annualized increase in total industry costs (com­
pliance and administrative) are $1.57 million (in 2012 dollars) for
all affected small businesses and the average cost per small busi­
ness is $295 (in 2012 dollars). The estimated present value of total
industry costs over the 10 years period is valued at $11.04 million
(in 2012 dollars) for the 5 334 affected small businesses.
sOr/dOrs/2014-23
Les coûts supplémentaires directs engagés par les petits éleveurs
de porcs et exploitants d’abattoirs pour se conformer à la régle­
mentation seront : (1) des coûts ponctuels engagés au cours de la
première année de l’entrée en vigueur de la réglementation afin
d’identifier pour la première fois tous les animaux saillis et les ani­
maux envoyés dans des encans, des foires et des stations d’épreuves,
ainsi que (2) les coûts permanents annuels engagés au cours des
années ultérieures pour identifier les animaux de remplacement. La
déclaration des déplacements, les immobilisations et les frais de
connexion sont parmi les autres coûts permanents de la conformité
qui seraient engagés par l’industrie. Selon les résultats du calcula­
teur du coût de la réglementation, l’augmentation annualisée totale
des coûts de conformité est évaluée à 1,29 million de dollars (en
dollars de 2012) pour toutes les petites entreprises touchées, et le
coût moyen par petite entreprise est de 242 $ (en dollars de 2012).
La valeur actualisée totale au cours de la période d’incidence pré­
vue de 10 ans est évaluée à 9,07 millions de dollars (en dollars de
2012).
Il y aura également une hausse des coûts administratifs pour les
petites entreprises devant se conformer à la réglementation. Les
coûts administratifs comprennent les coûts de la main-d’œuvre,
notamment le temps requis pour apprendre les nouvelles exigences
réglementaires et présenter une demande pour les sites enregistrés
comme étant liés, ainsi que les coûts associés à l’enregistrement et
au transfert des données pour les porcs de marché déplacés, lorsque
le déplacement est déclaré par groupe ou par lot. Selon les résultats
du calculateur du coût de la réglementation, l’augmentation annua­
lisée totale des coûts administratifs est évaluée à 280 000 $ (en
dollars de 2012) pour les 5 334 petites entreprises, et le coût moyen
par petite entreprise est de 52 $ (en dollars de 2012). La valeur
actualisée totale des coûts administratifs supplémentaires au cours
de la période d’incidence prévue de 10 ans à compter de 2012 est
évaluée à 1,97 million de dollars (en dollars de 2012).
L’augmentation annualisée des coûts totaux de l’industrie
(conformité et administration) est évaluée à 1,57 million de dollars
(en dollars de 2012) pour toutes les petites entreprises touchées, et
le coût moyen par petite entreprise est de 295 $ (en dollars de
2012). La valeur actualisée des coûts totaux de l’industrie au cours
de la période de 10 ans est évaluée à 11,04 millions de dollars (en
dollars de 2012) pour les 5 334 petites entreprises touchées.
Regulatory flexibility analysis statement
Énoncé de l’analyse de flexibilité réglementaire
Initial option: amendment of the Health of Animals Regulations
to include the introduction of a pig traceability system based on
the individual and unique identification of each pig
Option initiale : Modification du Règlement sur la santé des
animaux de manière à inclure l’introduction d’un système de
traçabilité des porcs fondé sur l’identification individuelle et
unique de chaque porc
The cattle, bison and sheep identification components of the
national livestock traceability program are based on the principle
that an approved tag bearing a unique identification number must
be applied to each animal before it leaves its farm of origin. This
model was used for cattle, bison and sheep to collect individual
health and production information. These factors also apply to
individual pigs that have been bred (and is reflected in the amend­
ments) but this model is not used for market pigs as it would be
cost-prohibitive.
Les éléments d’identification des bovins, des bisons et des mou­
tons du programme national de traçabilité du bétail sont fondés sur
l’utilisation d’une étiquette approuvée sur laquelle figure un
numéro d’identification unique, placée sur chaque animal avant
que celui-ci ne quitte son exploitation d’origine. Ce modèle est uti­
lisé pour les bovins, les bisons et les moutons afin de recueillir des
renseignements sur la santé et la production des animaux indivi­
duels. Ces facteurs s’appliquent aussi aux porcs saillis (et les modi­
fications ont pris ces facteurs en considération), mais ce modèle
n’est pas utilisé pour les porcs de marché puisqu’il serait très
dispendieux.
468
2014-02-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
sOr/dOrs/2014-23
Flexible option: amend the Health of Animals Regulations to
include the introduction of a pig traceability system based on the
principle of movement reporting — Preferred option
Option flexible : Modification du Règlement sur la santé des
animaux de manière à inclure l’introduction d’un système de
traçabilité des porcs fondé sur la déclaration des déplacements —
Option privilégiée
a traceability system based on the principle of movement
reporting — is the preferred option as the unique identification of
each pig would be cost-prohibitive and pigs tend to be transported
in groups. under these amendments, the quality of the movement
information being reported will be verified by asking both the
sender and receiver to report the same movement. If information
from the sender and receiver does not match, the administrator
will verify the information. In the case of non-compliance, the
administrator will advise the CFIa and enforcement action might
be taken. This is the preferred option as it will optimize the effi­
ciency and effectiveness of the traceability system, better protect
the livelihood of the pork sector, the overall Canadian economy,
and the health of Canadians, and limit the environmental impacts
of an animal health issue. This option also reflects the position of
the Canadian pork sector. The efficiency of a traceability system is
highly dependent on the quality, timeliness, completeness and
availability of the information being reported by the different par­
ties. Such a goal would not be met under a voluntary system with
the information held at each site.
un système de traçabilité fondé sur la déclaration des déplace­
ments est l’option privilégiée, car l’identification de chaque porc
serait très dispendieuse et les porcs ont tendance à être transportés
en groupes. En vertu de ces modifications, la qualité de l’informa­
tion déclarée sur les déplacements sera vérifiée en demandant à
l’expéditeur et au destinataire de signaler un même déplacement.
Si l’information fournie par l’expéditeur et le destinataire ne
concorde pas, l’administrateur procédera à une vérification de l’in­
formation. En cas de non-conformité, l’administrateur en infor­
mera l’aCIa, et des mesures d’application de la loi pourraient être
prises. Il s’agit de l’option privilégiée, car elle permettra d’optimi­
ser l’efficacité du système de traçabilité et de mieux protéger le
moyen de subsistance de l’industrie porcine, l’ensemble de l’éco­
nomie canadienne et la santé des Canadiens. Cette option limitera
aussi les effets environnementaux découlant d’un problème lié à la
santé des animaux. De plus, elle fait état de la position de l’indus­
trie porcine du Canada. L’efficacité d’un système de traçabilité
dépend fortement de la qualité, de l’intégralité et de l’accessibilité
des renseignements déclarés par les différentes parties, de même
que la rapidité avec laquelle ils le sont. Cet objectif ne pourrait pas
être atteint au moyen d’un système facultatif où l’information est
retenue à chaque site.
Short
description
initial Option
Flexible Option
a pig traceability system based
on the individual and unique
identification of each pig
a pig traceability system
based on the principle of
movement reporting and group
identification
Number
of small
businesses
impacted
annualized
average
($)
Compliance
costs (itemize
if appropriate)
5 334
Present
Value
($)
annualized
average
($)
5 334
Present
Value
($)
Brève
description
Option initiale
un système de traçabilité des
porcs fondé sur l’identification
individuelle et unique de
chaque porc
Nombre
de petites
entreprises
touchées
Moyenne
annualisée
($)
5 334
Valeur
actualisée
($)
Option flexible
un système de traçabilité
des porcs fondé sur la
déclaration des déplacements et
l’identification des groupes
Moyenne
annualisée
($)
5 334
Valeur
actualisée
($)
Risk
considerations
Note:
1. Costs have been estimated using the Standard Cost Model. Detailed calculations
are available upon request.
2. The present value is discounted using 7% discount rate.
3. The time period used is 10 years beginning in the year of implementation of the
proposed Regulations.
4. all the results are in 2012 dollar value.
Coûts de
conformité
(ventiler s’il y
a lieu)
76 317 653
536 023 257
1 291 914
9 073 863
Coûts
administratifs
(ventiler s’il y
a lieu)
653 962
4 593 158
280 416
1 969 524
Coûts totaux
(toutes
les petites
entreprises)
76 971 615
540 616 416
1 572 330
11 043 387
Coût total
par petite
entreprise
13 079
92 826
295
2 070
Risques à
examiner
Remarque :
1. Les coûts ont été calculés au moyen du modèle des coûts standard. Les calculs
détaillés sont disponibles sur demande.
2. La valeur actualisée a été calculée selon un taux d’actualisation de 7 %.
3. une période de 10 ans à compter de l’année de mise en œuvre du projet de
règlement a été utilisée.
4. Tous les résultats sont en dollars de 2012.
consultation
consultation
CFIa has engaged the CPC and smaller industry associations in
regular communications and meetings concerning a proposed
En 2005, l’aCIa a entamé des communications et tenu des réu­
nions régulières avec le CCP et certaines petites associations de
administrative
costs (itemize
if appropriate)
Total costs
(all small
businesses)
Total
cost per small
business
76,317,653
536,023,257
1,291,914
9,073,863
653,962
4,593,158
280,416
1,969,524
76,971,615
540,616,416
1,572,330
11,043,387
13,079
92,826
295
2,070
469
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
traceability system since 2005. The engagement has focused on the
requirements generally described under these amendments and
practical considerations related to the operation and enforcement
of the system.
The CPC undertook the development of a national pig traceabil­
ity strategy in 2004 following the foot-and-mouth disease outbreak
in the united kingdom. a CPC Traceability Committee, comprised
of representatives from the provincial CPC members, swine breed­
ers, abattoirs, farmed wild boar organizations, agriculture and
agri-Food Canada (aaFC) and the CFIa, supported the develop­
ment of a traceability program and policies. Guidelines for the pig
traceability system were drafted based on the results of a national
pilot study conducted in 2005.
Two national consultations were held on the pig traceability sys­
tem in 2005: one with the provincial pork producer associations,
the other with producers, abattoirs and auction marts. The CPC
engaged in discussions with the CFIa from 2005 to 2007 and on a
weekly basis throughout the fall of 2009. The CPC Traceability
Committee carefully considered the practicality of the require­
ments, and the ability of industry to comply with the Regulations.
Starting in 2007, the CPC and its provincial members phased in a
voluntary implementation of components of the traceability system
described in the amendments. These activities have been supported
with communications intended to raise producer awareness and
gain support. The components phased in so far (i.e. national tags
being made available, premises identification, movement reporting)
have been non-controversial and have not required any significant
changes on the part of producers. There was general support for the
pig traceability system during the consultations.
The costs to producers for tags along with the requirement for
stakeholders to report information may have weakened the support
for the proposal from some producers. However, support from
industry leaders remains high and there are a growing number of
pig producers voluntarily participating in the initiative.
The CFIa held bilateral consultations with the Government of
alberta to ensure consistency between the provincial requirements
and the federal pig traceability amendments. all provinces and
organizations consulted are supportive of the federal amendments.
sOr/dOrs/2014-23
l’industrie en ce qui concerne le système de traçabilité proposé.
Les consultations étaient axées sur les exigences générales décrites
dans les modifications, ainsi que sur les considérations pratiques
de l’exécution et de l’application du système.
Le CCP a entrepris l’élaboration d’une stratégie nationale de tra­
çabilité des porcs en 2004 après l’éclosion de fièvre aphteuse au
Royaume-uni. Le Comité sur la traçabilité du CCP, composé de
représentants des membres provinciaux du CCP, d’éleveurs de
porcs, d’abattoirs, d’organisations de sangliers d’élevage, d’agri­
culture et agroalimentaire Canada (aaC) et de l’aCIa, a appuyé
l’élaboration d’un programme et de politiques sur la traçabilité.
Les directives relatives au système de traçabilité des porcs ont été
rédigées en tenant compte des résultats d’une étude pilote nationale
menée en 2005.
Deux vagues de consultations nationales ont été menées au sujet
du système de traçabilité des porcs en 2005 : l’une auprès des asso­
ciations provinciales des éleveurs de porcs, l’autre auprès des éle­
veurs, des abattoirs et des exploitants d’encans. Le CCP a eu des
discussions avec l’aCIa de 2005 à 2007, puis de façon hebdoma­
daire au cours de l’automne de 2009. Le Comité sur la traçabilité
du CCP a envisagé l’aspect pratique des exigences ainsi que la
capacité de l’industrie de se conformer à la réglementation. À
compter de 2007, le CCP et ses membres provinciaux ont procédé
à la mise en œuvre volontaire et progressive des composantes du
système de traçabilité décrit dans les modifications. Ces activités
étaient étayées de communications visant à accroître la sensibilisa­
tion des éleveurs et à obtenir leur appui. Les composantes intro­
duites progressivement jusqu’à présent (disponibilité d’étiquettes
nationales, identification des lieux, déclaration des déplacements)
n’ont pas soulevé de controverse et n’ont pas demandé de change­
ments importants de la part des éleveurs. un soutien général à
l’égard du système de traçabilité des porcs s’est dégagé durant ces
consultations.
Le coût des étiquettes des éleveurs en plus de l’obligation des
intervenants de signaler les renseignements pourraient avoir rendu
certains éleveurs moins favorables à la proposition. Les dirigeants
de l’industrie y demeurent toutefois très favorables, et un nombre
de plus en plus grand d’éleveurs de porcs participent volontaire­
ment à l’initiative.
L’aCIa a tenu des consultations bilatérales avec le gouverne­
ment de l’alberta pour assurer une cohérence entre les exigences
provinciales et les modifications fédérales relatives à la traçabilité
des porcs. Les provinces et organismes consultés sont tous en
faveur des modifications fédérales.
Prepublication results
Résultats de la publication préalable
Prepublication of the proposed amendments in the Canada Gaz­
ette, Part I, on July 14, 2012, was followed by a 30-day comment
period which ended august 13, 2012. During this period, the CFIa
held three webinar sessions to explain the proposed Regulations
and allow for questions and comments. approximately 100 people
attended these sessions. In total, the CFIa received 28 written
comments from private citizens, pig producers and pig producer
organizations, other livestock producers and livestock producer
organizations, transport businesses, foreign governments and res­
taurant organizations.
La publication préalable du projet de règlement dans la Partie I
de la Gazette du Canada le 14 juillet 2012 a été suivie d’une
période de consultation de 30 jours qui a pris fin le 13 août 2012.
Durant cette période, l’aCIa a tenu trois webinaires pour expli­
quer le projet de règlement et recueillir des questions et des com­
mentaires. Environ 100 personnes ont participé à ces séances. au
total, l’aCIa a reçu 28 commentaires écrits de citoyens, d’éleveurs
de porcs, d’organisations d’éleveurs de porcs, d’autres éleveurs de
bétail et organisations d’éleveurs de bétail, d’entreprises de trans­
port, de gouvernements étrangers et d’organisations de
restaurants.
Tous les commentaires ont été analysés, et les modifications pro­
posées du Règlement ont été prises en considération. Les interve­
nants approuvent dans une écrasante majorité la mise en œuvre de
Each submission was analyzed, and proposed amendments to
the Regulations were considered. Stakeholders overwhelmingly
approve of the implementation of these Regulations. However,
470
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
some concerns were expressed. The principal issues identified by
stakeholders in the broad range of comments received related to
• how and when reporting to the database is done;
• the requirements for the identification of premises;
• criteria for registered linked sites;
• means of identification for export;
• the administration and security of the database;
• movement to intermediate sites;
• record-keeping requirements;
• cost-sharing;
• clarifications of the Regulations; and
• the coming-into-force date.
Comments resulted in the following changes being made to the
prepublished version of the Regulations. The CPC and CPC prov­
incial members have been informed of these modifications and are
in agreement with them.
sOr/dOrs/2014-23
ce règlement. Toutefois, certaines préoccupations ont été soule­
vées. Les principales questions soulevées par les intervenants dans
les vastes commentaires reçus portaient sur les points suivants :
• comment et quand les données seront déclarées pour la base de
données;
• exigences relatives à l’identification des sites;
• critères visant les sites enregistrés comme étant liés;
• moyens d’identification à des fins d’exportation;
• administration et sécurité de la base de données;
• déplacements vers des sites intermédiaires;
• exigences relatives à la tenue des dossiers;
• partage des coûts;
• précisions concernant la réglementation;
• date d’entrée en vigueur.
Les commentaires ont donné lieu aux modifications suivantes
apportées à la version du Règlement publiée préalablement dans la
Gazette du Canada. Le CCP et les membres provinciaux du CCP
ont été informés de ces modifications et ils les approuvent.
How and when reporting to the database is done
Comment et quand les données seront déclarées pour la base de
données
a number of different producer organizations expressed concern
regarding the proposed reporting time standard, indicating that
industry needs time to develop proper reporting tools to support
such a requirement. Operators felt that requiring reporting within
48 hours was too stringent, especially after what has been a totally
voluntary reporting situation, and given the timeframe to report
movement for cattle, bison and sheep is currently 30 days. The
CFIa agrees with the comment and consequently the timeframe to
report the movement of pigs will be less than seven days instead of
48 hours. Reducing the timeframe to less than 48 hours in order to
meet the national performance standard could be explored for the
future regulatory initiative.
un certain nombre d’organisations d’éleveurs ont exprimé des
préoccupations concernant la norme de temps proposée pour la
déclaration des données et ont indiqué que l’industrie a besoin de
temps pour mettre au point les outils de déclaration nécessaires
pour répondre à cette exigence. Selon les exploitants, le fait d’exi­
ger une déclaration dans les 48 heures est trop sévère, étant donné
que la déclaration est actuellement complètement volontaire et que
le délai de déclaration des déplacements de bovins, de bisons et de
moutons est de 30 jours. L’aCIa accepte les commentaires; par
conséquent, le délai de déclaration des déplacements de porcs sera
de sept jours plutôt que de 48 heures. La réduction du délai à moins
de 48 heures pour respecter la norme de rendement nationale pour­
rait être examinée dans le cadre d’une initiative future en matière
de réglementation.
Les exploitants ont indiqué que la nécessité de faire une déclara­
tion aux installations d’expédition et de réception (double déclara­
tion) est onéreuse. Toutefois, l’exigence relative à la double décla­
ration sera conservée, car elle appuie les activités de vérification de
la conformité et l’intégrité des données. De plus, cet élément a été
élaboré par le Comité sur la traçabilité du CCP et il est générale­
ment accepté par les représentants de l’industrie comme étant
nécessaire. Pour faciliter la déclaration des données, l’aCIa per­
mettra qu’un mandataire déclare les données au nom de l’exploi­
tant. Cependant, si le mandataire ne fait pas la déclaration ou s’il la
fait incorrectement, l’exploitant en sera responsable, et non le
mandataire.
Operators indicated that the requirement to report both at depar­
ture and the arrival/destination sites (dual reporting) is onerous.
The dual reporting requirement will be retained, however, as it sup­
ports compliance verification activities and data integrity. Further,
this element was developed by the CPC Traceability Committee
and is largely accepted by industry representatives as necessary. To
facilitate ease of reporting, the CFIa will permit an agent to report
on behalf of an operator. However, if the reporting is not done or is
done incorrectly by the agent, the operator remains responsible, not
the agent.
Requirements of identification of premises
Exigences relatives à l’identification des sites
Stakeholder organizations and provincial government officials
indicated concern with the lack of a defined, consistent require­
ment to require premises identification across Canada. Currently,
under the cattle, bison and sheep identification systems, the depar­
ture and destination/arrival points of livestock being reported cor­
respond to the regulated party’s identification number in the
administrator’s database to which mailing address, type of oper­
ation and contact information is cross-referenced.
Les organisations d’intervenants et les représentants des gouver­
nements provinciaux ont soulevé des préoccupations concernant
l’absence d’une exigence définie et cohérente pour exiger l’identi­
fication des sites à l’échelle du pays. À l’heure actuelle, dans les
systèmes d’identification des bovins, des bisons et des moutons,
les points de départ et d’arrivée du bétail qui sont déclarés corres­
pondent au numéro d’identification de la partie réglementée dans
la base de données de l’administrateur, et il y a un renvoi à l’adresse
postale, au type d’exploitation et aux coordonnées.
Certaines provinces et certains territoires ont attribué un numéro
d’identification unique aux sites (parcelles de terre et bâtiments) où
Some provinces and territories have allocated unique identifica­
tion numbers to premises (land parcels and buildings) where
471
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
animals are kept, assembled, or disposed. CFIa proposes that as an
alternative to reporting the premises identification number, the
regulated parties could report the regulated party’s account number
in the administrator’s database as the identifier of the departure
and/or destination/arrival point. Both of those options would make
location and contact information available to authorized users of
the administrator’s database.
des animaux sont gardés, rassemblés ou éliminés. L’aCIa pro­
pose, comme solution de rechange à la déclaration du numéro
d’identification du site, que les parties réglementées déclarent leur
numéro de compte qui figure dans la base de données de l’adminis­
trateur pour identifier le point de départ et/ou le point d’arrivée.
L’une ou l’autre de ces options mettrait les coordonnées et l’infor­
mation sur l’emplacement à la disposition des utilisateurs autorisés
de la base de données de l’administrateur.
Criteria for registered linked sites
Critères visant les installations enregistrées comme étant liées
Pork producers and pork producer organizations indicated that,
in their opinion, monthly reporting of movement between sites
registered as linked was too onerous. The CFIa will not change the
monthly reporting criteria for registered linked sites as it was
agreed to by veterinarians and epidemiologists from the private and
public sectors. as a supplement to the proposed requirements pub­
lished in Part I of the Canada Gazette, the CFIa will require that
the number of pig movements between sites be reported on a
monthly basis. Clarification will be added to these amendments
that only farms where pigs are kept may be registered as linked.
Selon les éleveurs de porcs et les organisations d’éleveurs de
porcs, la déclaration mensuelle des déplacements entre les installa­
tions enregistrées comme étant liées serait trop onéreuse. Cepen­
dant, l’aCIa ne modifiera pas les critères de déclaration mensuelle
pour les installations enregistrées comme étant liées, car ils ont été
approuvés par les vétérinaires et les épidémiologistes des secteurs
privé et public. Pour compléter les exigences proposées dans la
Partie I de la Gazette du Canada, l’aCIa demandera que le nombre
de déplacements de porcs entre les installations soit déclaré tous
les mois. On précisera dans les modifications que seules les fermes
où sont gardés des porcs peuvent être enregistrées comme étant
liées.
Means of identification for export
Moyens d’identification à des fins d’exportation
acceptable means of identification for pigs being exported were
specified under the draft Regulations. These means were based on
current requirements by some states of the united States of amer­
ica. as these acceptable practices may differ from time to time and
from other importing countries, the Regulations will now state that
pigs will be identified in a manner accepted by the importing
country.
Le projet de règlement précisait les moyens acceptables d’iden­
tifier les porcs exportés. Ces moyens étaient basés sur les exigences
actuelles dans certains États des États-unis. Puisque les pratiques
acceptables peuvent varier de temps à autre et différer de celles des
pays importateurs, le Règlement stipule maintenant que les porcs
doivent être identifiés d’une manière acceptée par le pays
importateur.
Subsections under 175.2 — Movement to intermediate sites
Paragraphes sous l’article 175.2 — Déplacements vers des
installations intermédiaires
The operators of intermediate sites (sites where animals may
transit between farms and terminal sites, such as abattoirs or ren­
dering plants, e.g. auctions, fairs, test stations, and assembly yards)
recommended that the identification number on indicators borne
by pigs transiting through their sites not be read and reported. Such
a request has also been made for a subsequent proposed regulatory
amendment related to livestock traceability. Based on those com­
ments, the requirement for operators of intermediate sites to report
the movement (departure, destination and number of pigs) will
remain; however, they would no longer be required to report the
identity of the pigs as suggested under the proposed Regulations
published in Part I. These requirements will apply to all intermedi­
ate sites, which may collect species other than pigs. Pigs sent to
auctions, fairs, and test stations will still need to be identified with
an approved tag; pigs sent to assembly yards could also be identi­
fied with an approved slap tattoo.
Les exploitants d’installations intermédiaires (lieux par où les
animaux peuvent transiter entre l’exploitation et des installations
terminales, comme un abattoir ou une usine d’équarrissage, par
exemple encans, foires, stations d’épreuves et parcs de groupage)
ont recommandé que le numéro d’identification figurant sur les
indicateurs apposés sur les porcs transitant par leurs installations
ne soit pas lu et déclaré. une demande semblable a aussi été faite
en réponse à un projet de modification réglementaire subséquente
liée à la traçabilité du bétail. À la suite de ces commentaires, l’exi­
gence selon laquelle les exploitants des sites intermédiaires devront
déclarer les déplacements (départ, arrivée et nombre de porcs) sera
conservée; par contre, ils ne devront plus déclarer l’identité des
porcs, comme le proposait le projet de règlement publié dans la
Partie I. Ces exigences s’appliqueront à tous les sites intermé­
diaires qui peuvent recevoir des espèces autres que les porcs. Il
faudra quand même identifier les porcs envoyés dans des encans,
des foires et des stations d’épreuves au moyen d’une étiquette
approuvée; les porcs envoyés à des parcs de groupage pourraient
aussi être identifiés au moyen d’un tatouage au marteau approuvé.
Record-keeping requirements
Exigences relatives à la tenue des dossiers
an operator and two stakeholder organizations commented that
the requirement to keep records for five years was excessive, and
recommended one to three years. under other animal health pro­
grams, records are required to be kept for 10 years. The five-year
record-keeping requirement was agreed to by the industry through
the CPC Traceability Committee and will be retained. as is the
case today, records of information shall be kept by the regulated
parties to confirm the information reported to the administrator.
un exploitant et deux organisations d’intervenants ont indiqué
que la nécessité de conserver les dossiers pendant cinq ans est
excessive et ont recommandé une période d’un à trois ans. Dans le
cadre des autres programmes de santé animale, les dossiers doivent
être conservés pendant 10 ans. L’exigence de tenir des dossiers
pendant cinq ans a été acceptée par l’industrie par l’intermédiaire
du Comité sur la traçabilité du CCP et sera conservée. Comme
c’est le cas à l’heure actuelle, les dossiers d’information devront
472
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
This requirement supports compliance verification and the pro­
gram’s outcome “traceability data is complete, accurate and up to
date.”
être conservés par les parties réglementées afin de confirmer l’in­
formation déclarée à l’administrateur. Cette exigence appuie la
vérification de la conformité et le résultat de programme « les don­
nées de traçabilité sont complètes, exactes et à jour ».
Security and administration of information in the database
administration et sécurité de la base de données
There were concerns expressed by stakeholder organizations as
to what would happen if the Canadian Pork Council (CPC) does
not become the administrator. The CFIa addresses these questions
by indicating that the administrator role may be held by any organ­
ization which can meet the criteria of the administrator role pro­
vided in the amended Regulations. The CFIa assures stakeholders
it will evaluate objectively to ensure that the CPC meets the admin­
istrator criteria.
Concerns were also expressed regarding the security of the data­
base. The CFIa already ensures that there are appropriate safe­
guards to limit access to and use of the information in the Canadian
Livestock Traceability System, to protect privacy concerns. a Pri­
vacy Impact assessment (PIa) was done to evaluate compliance
with the requirements of the Treasury Board Secretariat and the
Privacy Act of Canada. as a result of the PIa, measures were taken
to mitigate risks associated with the collection of personal informa­
tion. access to the database is provided only to individuals who
hold the appropriate security clearance and job description. Data is
accessed by these authorized users only for compliance verifica­
tion, enforcement of traceability requirements and management of
sanitary issues. The purposes for which the PigTrace database is
accessed will be monitored through user log-in. Inspectors who
have access to traceability databases will be trained to follow set
data management procedures. Lastly, the PigTrace system will be
the subject of a threat risk assessment.
Certaines organisations d’intervenants ont soulevé des préoccu­
pations quant à ce qui arriverait si le CCP ne devenait pas l’admi­
nistrateur. L’aCIa signale que le rôle de l’administrateur pourra
être exercé par n’importe quelle organisation qui répond aux cri­
tères énoncés dans le règlement modifié. L’aCIa assure les inter­
venants qu’elle fera preuve d’objectivité durant l’évaluation afin de
déterminer si le CCP répond aux critères associés au rôle de
l’administrateur.
Des préoccupations ont aussi été soulevées concernant la sécu­
rité de la base de données. L’aCIa souligne que des mesures de
protection appropriées sont déjà en place pour limiter l’accès à
l’information et l’utilisation du système canadien de traçabilité du
bétail, et ce, afin de protéger les renseignements personnels. une
évaluation des facteurs relatifs à la vie privée (EFVP) a été réalisée
afin d’évaluer la conformité avec les exigences du Secrétariat du
Conseil du Trésor et la Loi sur la protection des renseignements
personnels du Canada. À la suite de l’EFVP, des mesures ont été
prises pour atténuer les risques associés à la collecte de renseigne­
ments personnels. L’accès à la base de données est accordé seule­
ment aux personnes qui ont la cote de sécurité et la description de
travail appropriées. Les données sont consultées par les utilisateurs
autorisés seulement à des fins de vérification de la conformité,
d’application des exigences de traçabilité et de gestion des pro­
blèmes liés à la santé. L’ouverture de sessions permet de surveiller
les raisons pour lesquelles la base de données PorcTracé est consul­
tée. Les inspecteurs ayant accès aux bases de données de la traça­
bilité seront formés et suivront la procédure de gestion des données
établie. De plus, le système PorcTracé fera l’objet d’une évaluation
de la menace et des risques.
Cost-sharing
Partage des coûts
Pork producers argued that the industry should not bear the costs
of managing the database (PigTrace), recommending that the fed­
eral government allocates funds not only to the set up of the data­
base, but to its ongoing management. The CFIa response to this is
that cost-sharing discussions are being held under Canada’s trace­
ability Industry-Government advisory Committee and as a result,
funds have been provided by the federal government for the
development of PigTrace. However, the CPC will need to find user
fee funds from their members to maintain the system.
Les éleveurs de porcs soutiennent que l’industrie ne devrait pas
assumer les coûts liés à la gestion de la base de données (PorcTracé) et recommandent que le gouvernement fédéral affecte des
fonds non seulement à la mise en œuvre de la base de données,
mais aussi à sa gestion continue. La réponse de l’aCIa est que des
discussions sur le partage des coûts ont été menées par le Comité
consultatif industrie-gouvernement (CCIG) du Canada sur la traça­
bilité. Par conséquent, le gouvernement fédéral a alloué des fonds
pour l’élaboration de PorcTracé. Cependant, le CCP devra imposer
des frais d’utilisation à ses membres pour maintenir le système.
Clarifications
Éclaircissements
Various definitions were discussed during the consultation per­
iod after publication in the Canada Gazette, Part I. Some of the
definitions or terms have been clarified:
• “used for breeding purposes” is being changed to “bred” which
is defined as “an animal that is mated either naturally or artifi­
cially or that has provided semen, ova or embryos for
reproduction”;
• “farm or ranch” is being changed to “farm” which is defined as
“land, and all buildings and other structures on that land, that is
used under one management for breeding or raising animals
but does not include an artificial insemination unit”;
On a discuté de diverses définitions durant la période de consul­
tation qui a suivi la publication dans la Partie I de la Gazette du
Canada. Par conséquent, certaines définitions et expressions ont
été clarifiées :
• l’expression « utilisé aux fins de reproduction » a été remplacée
par « sailli », dont la définition est la suivante : « animal insé­
miné naturellement ou artificiellement ou ayant fourni de la
semence, un ovaire, ou un embryon à des fins de
reproduction »;
• l’expression « ferme ou ranch » a été remplacée par « ferme »,
dont la définition est la suivante : « tout terrain ou tout bâtiment
ou autre ouvrage érigé sur un terrain, qui est sous une seule
473
2014-02-26
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
“farm of origin” is being changed to “the farm on which an
animal is born or, if an animal is not born on a farm, the first
farm to which it is moved after its birth”; and
a definition of “site” is also added: “a place where animals or
carcasses of animals are kept or collected but does not include
a conveyance.”
The Regulations were revised based on these new definitions.
However, the following requests for addition of definitions will not
be granted:
• “operator” is used extensively in the Health of Animals Regula­
tions and corresponds to the regulated party; and
• “licence plate of the conveyance” is the plate number of the
non-motorized container that carries the pigs.
sOr/dOrs/2014-23
direction, et qui sert à la sélection ou à l’élevage des animaux,
à l’exclusion d’un centre d’insémination artificielle »;
• l’expression « ferme d’origine » a été remplacée par « ferme où
est né un animal ou première ferme où il a été expédié après sa
naissance s’il est né ailleurs que dans une ferme »;
• une définition d’« installation» a aussi été ajoutée : « endroit où
l’on rassemble ou garde des animaux ou des carcasses d’ani­
maux, à l’exclusion des véhicules ».
Le Règlement a été révisé pour tenir compte de ces nouvelles
définitions. Cependant, les demandes concernant l’ajout des défini­
tions suivantes ne seront pas accordées :
• le terme « exploitant » est largement utilisé dans le Règlement
sur la santé des animaux et désigne la partie réglementée;
• on entend par « numéro d’immatriculation de véhicule de
transport » le numéro d’immatriculation du conteneur non
motorisé qui transporte les porcs.
Coming-into-force date
Date d’entrée en vigueur
Industry has concerns that the Regulations could come into force
before an administrative agreement has been signed, proper train­
ing has been conducted, communications products have been cir­
culated, and the database is functional. The CFIa agrees that the
coming into force date should be delayed until July 1, 2014, for
domesticated pigs and July 1, 2015, for all animals of the genus
Sus, to allow regulatees as well as CFIa Operations staff to better
prepare for implementation.
L’industrie craint que le Règlement soit mis en œuvre avant
qu’une entente administrative soit signée, qu’une formation soit
offerte, que les produits de communication soient distribués et que
la base de données soit fonctionnelle. L’aCIa accepte de reporter
la date d’entrée en vigueur au 1er juillet 2014 pour les porcs domes­
tiques et au 1er juillet 2015 pour tous les animaux du genre Sus.
Cela permettra aux parties réglementées et au personnel des Opé­
rations de l’aCIa de mieux se préparer à la mise en œuvre.
regulatory cooperation
coopération en matière de réglementation
Canada’s Traceability Industry-Government advisory Commit­
tee (IGaC) was established in September 2006 to guide the
development of a national livestock traceability system. The Com­
mittee consists of official representatives from each of the national
industry associations, traceability service providers, provincial and
territorial departments of agriculture, the CFIa and aaFC. under
the aegis of IGaC, performance targets for traceability systems
have been agreed to in principle.
Le Comité consultatif industrie-gouvernement (CCIG) sur la
traçabilité a été formé en septembre 2006 afin de guider l’élabora­
tion d’un système national de traçabilité du bétail. Le comité est
composé de représentants officiels de chacune des associations
sectorielles nationales, de fournisseurs de services de traçabilité,
des ministères provinciaux et territoriaux de l’agriculture, de
l’aCIa et d’aaC. Sous la direction du CCIG, un accord de prin­
cipe sur les cibles de rendement liées aux systèmes de traçabilité a
été établi.
Les cibles suivantes ont été élaborées : dans les 48 heures sui­
vant l’annonce au vétérinaire en chef responsable ou à une autorité
compétente d’un problème lié à la santé ou d’une catastrophe natu­
relle ou lors de la prévention ou de la préparation de l’intervention
pour un tel événement, il faut être en mesure :
1. d’établir les emplacements où un animal particulier a été
conservé durant sa vie;
2. d’établir les emplacements à partir desquels les animaux à un
emplacement donné ont été reçus;
3. d’établir une liste de tous les animaux qui ont été conservés au
même emplacement que l’animal en question à toute phase de
leur vie;
4. de déterminer l’emplacement actuel de tous les animaux qui
ont été conservés au même emplacement que l’animal en
question à tout moment de leur vie;
5. de déterminer le numéro d’identification et l’historique des
déplacements de tous les moyens de transport utilisés pour
transporter les animaux à un emplacement donné et à partir
d’un emplacement donné;
6. d’établir l’emplacement d’un animal particulier immédiate­
ment avant son importation au Canada ou l’emplacement d’un
animal particulier immédiatement après son exportation du
Canada;
The targets consist of the following: within 48 hours of the rel­
evant chief veterinary officer or competent authority being notified
of an actual safety issue or natural disaster or in the prevention or
preparedness of such issue, it must be possible to
1. Establish the location(s) where a specified animal has been
kept during its life.
2. Establish the location(s) from where animals at a given site
were received.
3. Establish a listing of all animals that have been kept on the
same location as the specified animal at any stage during
those animals’ lives.
4. Determine the current location of all animals that have been
kept on the same site as the specified animal at any time dur­
ing those animals’ lives.
5. Determine the identification number and movement history of
all conveyances used to transport animals to and from a given
location.
6. Establish the location of a specified animal immediately prior
to importation into Canada or the location of a specified ani­
mal immediately subsequent to exportation from Canada.
7. Establish the location and date at which deceased animals
were sent, transported, received and disposed of (both on
474
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
and off site), and a listing of those animals if identified
individually.
sOr/dOrs/2014-23
These performance targets are in line with standards and guide­
lines developed by the International Organization for Standardiza­
tion (ISO) and the World Organization for animal Health (OIE).
These amendments will put the CFIa in a better position to be able
to meet these targets. These amendments are also compatible with
the pig traceability regulations adopted by the alberta government
in 2011.
7. d’établir l’emplacement et la date où les animaux décédés ont
été envoyés, transportés, reçus et éliminés (sur place et à l’ex­
térieur), et une liste de ces animaux s’ils ont été identifiés
individuellement.
Ces cibles de rendement cadrent avec les normes et les directives
élaborées par l’Organisation internationale de normalisation (ISO)
et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Les modifi­
cations réglementaires permettront à l’aCIa de mieux respecter
ces cibles. Les modifications sont aussi compatibles avec le règle­
ment sur la traçabilité des porcs adopté par le gouvernement de
l’alberta en 2011.
implementation, enforcement and service standards
mise en œuvre, application et normes de service
These Regulations will come into force on July 1, 2014, with the
exception of subsection 3(4), the definition of which will come into
force on July 1, 2015, thereby including wild boars as pigs and also
regulating them under these amendments.
Cette réglementation entrera en vigueur le 1er juillet 2014, à
l’exception de la définition au paragraphe 3(4), qui entrera en
vigueur le 1er juillet 2015. Ce paragraphe inclura les sangliers dans
la définition de porcs et, par conséquent, les sangliers seront assu­
jettis aux modifications à compter de cette date.
une base de données centrale qui contiendra l’information sur la
traçabilité des porcs a été établie. un administrateur sera nommé
conformément aux modifications et sera tenu de recueillir, de gérer
et de protéger les renseignements devant être déclarés en vertu de
la Loi sur la protection des renseignements personnels. Pour facili­
ter la mise en œuvre du processus de collecte des données pour ce
programme, on prévoit modifier le logiciel déjà employé par les
éleveurs de porcs pour appuyer les nouvelles exigences réglemen­
taires; de plus, de nouveaux outils de déclaration de données seront
conçus et distribués. une campagne de communication et un sou­
tien seront offerts pour faire passer les parties réglementées de la
conformité volontaire à la conformité obligatoire.
La mise en œuvre de ces activités pour répondre aux exigences
des modifications sera financièrement soutenue par les cadres stra­
tégiques FPT, tels que Cultivons l’avenir 2 (des fonds ont été accor­
dés au titre de Cultivons l’avenir) et les cotisations de l’industrie du
porc.
afin de veiller au respect des modifications, les inspecteurs de
l’aCIa élargiront la portée de leurs activités actuelles en menant
des inspections sur place et en examinant les dossiers sur place et
les renseignements consignés dans la base de données sur la traça­
bilité. Des contrôles automatisés de la qualité des données seront
aussi intégrés à la base de données pour appuyer les activités
d’inspection.
a central database which will receive the pig traceability infor­
mation has been developed. an administrator will be appointed
subject to the amendments and will be required to collect, manage
and protect the information to be reported, in compliance with the
Privacy Act. In order to facilitate implementation of the data col­
lection process for this program, it is anticipated that software
already used by pork producers will be modified to support the new
regulatory requirements and, in addition, new data reporting tools
will be developed and made available. a communications cam­
paign and support will be provided to move the regulated parties
from voluntary to mandatory compliance.
Implementation of these activities to meet the requirements of
these amendments will be financially supported through the FPT
policy frameworks, such as Growing Forward II (funding was pro­
vided under Growing Forward), and contributions from the pork
sector.
In order to monitor compliance with these amendments, CFIa
inspectors will expand their current activities by conducting on-site
inspections and review of on-site records and the information
recorded in the traceability database. automated data quality con­
trols will also be built into the database to support inspection
activities.
after these Regulations come into force, producer education
will be the key objective for a period of time.
Les ressources de l’aCIa déjà affectées à la vérification de la
conformité aux exigences de traçabilité des bovins, des moutons et
des bisons serviront à vérifier la conformité au programme de tra­
çabilité des porcs. Les inspecteurs recevront de la formation sur les
nouvelles exigences réglementaires relatives à la traçabilité des
porcs.
Pendant un certain temps après l’entrée en vigueur du Règle­
ment, le principal objectif consistera à informer les éleveurs.
Performance measurement and evaluation
mesures de rendement et évaluation
Measuring the performance of regulatory activities to ensure
they continually meet their initial objectives is an important respon­
sibility for the CFIa. With respect to these Regulations, the evalua­
tion and reporting of performance will take place via assessment
activities performed for the Livestock Identification and Traceabil­
ity Program developed under Part xV of the Health of Animals
Regulations. This section outlines the summary of the PMEP and
assessments required to track performance of these Regulations.
L’aCIa aura l’importante responsabilité de mesurer le rende­
ment des activités réglementaires afin de voir à ce qu’elle atteigne
continuellement ses objectifs. En ce qui concerne le Règlement,
l’évaluation et la production de rapports sur le rendement seront
réalisées au moyen d’activités d’évaluation effectuées dans le
cadre du Programme d’identification et de traçabilité du bétail mis
sur pied sous le régime de la partie xV du Règlement sur la santé
des animaux. La présente section brosse un aperçu du plan d’éva­
luation et de mesure du rendement (PMRE) et des évaluations
nécessaires pour suivre le rendement du Règlement.
CFIa resources already dedicated to compliance verification for
cattle, sheep and bison traceability requirements will be used to
verify compliance for the pig traceability program. Training on the
new regulatory requirements for pig traceability will be provided to
inspectors.
475
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
a detailed PMEP has been developed for the amendments and is
available from the CFIa (trace@inspection.gc.ca). The PMEP
conforms to Treasury Board directives and includes a comprehen­
sive logic model and key performance indicators (kPIs) for the
amendments.
Performance of these Regulations will be measured through
these kPIs that reflect the activities to be conducted and outcomes
anticipated to be achieved by the government and regulated parties.
These indicators will be evaluated on a scheduled basis to assess
whether the anticipated outcomes have been achieved.
a full logic model for this regulatory package will serve to track
the implementation performance of the amendments. The follow­
ing four key activities will result in the successful implementation
of the pig identification system:
1. Develop and administer amendments, programs and related
policies.
2. Support the development of traceability information manage­
ment systems and processes.
3. Conduct external outreach and internal training.
4. Conduct inspections, compliance verification and investiga­
tions, and carry out enforcement actions.
The PMEP intermediate outcomes for the amendments include
• International markets are accessible to Canadian pigs and pork
products.
• Traceability data is complete, accurate and up to date.
• Informed decisions to manage and mitigate risks are made by
federal/provincial/territorial veterinarians, scientists and other
decision makers.
In consultation with the CFIa’s Corporate Management Branch,
the PMEP outcomes link to the CFIa performance activity archi­
tecture in the following expected results:
• Pa1: Risks to the Canadian public associated with the food
supply system are mitigated;
• Pa2: Risks to Canadians from the transmission of animal dis­
eases to humans are minimized;
• Pa2: Risks to the Canadian animal resource base are
mitigated;
• Pa2: Domestic and imported animals are compliant with Can­
adian regulations and international agreements; and
• Pa4: International markets are accessible to Canadian food,
animal, plant and their products.
The amendments contribute to the strategic outcome of the
agency: “a safe and accessible food supply and plant and animal
resource base.” The amendments also contribute to the Govern­
ment of Canada’s strategic objectives:
• a fair and secure marketplace;
• Healthy Canadians;
• a prosperous Canada through global commerce; and
• a transparent, accountable and responsive federal
government.
The CFIa’s Livestock Identification and Traceability Program
will be considered for evaluation as part of the CFIa’s risk-based
evaluation planning. The national cattle, bison and sheep (currently
476
sOr/dOrs/2014-23
un PMRE a été élaboré pour les modifications et est disponible
auprès de l’aCIa (trace@inspection.gc.ca). Le PMRE est
conforme aux directives du Conseil du Trésor et comporte un
modèle logique complet et des indicateurs de rendement clés (IRC)
relativement aux modifications.
Le rendement du Règlement sera mesuré au moyen d’IRC qui
reflètent les activités que doivent réaliser le gouvernement et les
parties réglementées, ainsi que les résultats qu’ils doivent obtenir.
Ces indicateurs seront évalués selon un échéancier donné pour
vérifier si les résultats prévus ont été obtenus.
un modèle logique complet pour la trousse réglementaire ser­
vira à suivre le rendement de la mise en œuvre des modifications.
Les quatre principales activités suivantes permettront de mettre en
œuvre avec succès le système d’identification des porcs :
1. Élaborer la réglementation, les programmes et les politiques
connexes et les appliquer.
2. appuyer l’élaboration de systèmes et de processus de gestion
des données de la traçabilité.
3. assurer des relations externes et la formation interne.
4. Mener des inspections, des vérifications de la conformité et
des enquêtes, et prendre des mesures d’application de la loi.
Le PMRE établit pour les modifications les résultats intermé­
diaires suivants :
• Les marchés internationaux sont accessibles aux porcs et aux
produits de porc canadiens.
• Les données sur la traçabilité sont complètes, exactes et à jour.
• Les vétérinaires, scientifiques et autres décideurs fédéraux,
provinciaux et territoriaux prennent des décisions éclairées afin
de gérer et d’atténuer les risques.
En consultation avec la Direction générale de la gestion intégrée,
il a été déterminé que les résultats ultimes du PMRE sont liés à
l’architecture d’activités de programme de l’aCIa en ce qui
concerne les résultats attendus suivants :
• aP1 : Les risques que pose le système d’approvisionnement
alimentaire pour le public canadien sont atténués.
• aP2 : Les risques pour la population canadienne résultant de la
transmission de maladies animales aux humains sont réduits au
minimum.
• aP2 : Les risques menaçant les ressources animales cana­
diennes sont atténués.
• aP2 : Les animaux canadiens et importés sont conformes à la
réglementation canadienne et aux accords internationaux.
• aP4 : Les marchés internationaux sont accessibles aux ali­
ments, aux animaux et aux végétaux canadiens ainsi qu’à leurs
produits.
Les modifications appuient le résultat stratégique de l’agence,
soit de protéger les ressources alimentaires, animales et végétales
pour en assurer la sécurité et l’accessibilité. Les modifications
contribuent aussi aux objectifs stratégiques du gouvernement du
Canada :
• un marché équitable et sécurisé;
• des Canadiens en santé;
• un Canada prospère grâce au commerce international;
• un gouvernement fédéral transparent, responsable et sensible
aux besoins des Canadiens.
L’évaluation du Programme d’identification et de traçabilité du
bétail de l’aCIa sera prise en considération dans le cadre du pro­
cessus de planification des évaluations axé sur le risque de l’aCIa.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
in place under Part xV of the Health of Animals Regulations) and
pig components of the Livestock Identification and Traceability
Program will be the subject of the evaluation scheduled in 2015.
The evaluation framework will be developed by the CFIa’s audit
and Evaluation Directorate. In accordance with the Treasury Board
Policy on Evaluation, the following five key issues will be
addressed:
Les composantes nationales relatives aux bovins, aux bisons et aux
moutons (prévues à la partie xV du Règlement sur la santé des
animaux) et aux porcs du Programme d’identification et de traçabi­
lité du bétail seront visées par l’évaluation prévue en 2015. La
Direction de la vérification et de l’évaluation de l’aCIa élaborera
le cadre d’évaluation. Conformément à la Politique sur l’évaluation
du Conseil du Trésor, les cinq questions clés suivantes seront
examinées :
Relevance
1. Continued need for the program
2. alignment with government priorities
3. alignment with federal roles and responsibilities
Pertinence
1. Nécessité constante du programme
2. Conformité aux priorités du gouvernement
3. Harmonisation avec les rôles et les responsabilités du gouver­
nement fédéral
Performance
4. achievement of expected outcomes
5. Demonstration of efficiency and economy
Rendement
4. Réalisation des résultats escomptés
5. Démonstration d’efficacité et d’économie
contact
Personne-ressource
Eric aubin, MSc
National Manager of animal Identification Programs
Traceability Group
Program Policy Integration Division
Canadian Food Inspection agency
1400 Merivale Road
Ottawa, Ontario
k1a 0Y9
Telephone: 613-773-6173
Fax: 613-773-5959
Email: trace@inspection.gc.ca
Eric aubin, M.Sc.
Gestionnaire national des programmes d’identification des
animaux
Groupe de la traçabilité
Division des programmes et des politiques intégrées
agence canadienne d’inspection des aliments
1400, chemin Merivale
Ottawa (Ontario)
k1a 0Y9
Téléphone : 613-773-6173
Télécopieur : 613-773-5959
Courriel : trace@inspection.gc.ca
small business lens checklist
1. Name of the sponsoring regulatory organization:
Canadian Food Inspection agency
2. Title of the regulatory proposal:
Regulations amending the Health of animals Regulations
3. Is the checklist submitted with a RIaS for the Canada Gazette, Part I or Part II?
Canada Gazette, Part I
Canada Gazette, Part II
a. small business regulatory design
i
communication and transparency
1.
are the proposed Regulations or requirements easily understandable in everyday language?
2.
Is there a clear connection between the requirements and the purpose (or intent) of the proposed Regulations?
3.
Will there be an implementation plan that includes communications and compliance promotion activities, that informs small
businesses of a regulatory change and guides them on how to comply with it (e.g. information sessions, sample assessments,
toolkits, Web sites)?
4.
If new forms, reports or processes are introduced, are they consistent in appearance and format with other relevant government forms,
reports or processes?
yes
no
n/a
477
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
a. small business regulatory design — Continued
ii
simplification and streamlining
1.
Will streamlined processes be put in place (e.g. through BizPaL, Canada Border Services agency single window) to collect
information from small businesses where possible?
2.
Have opportunities to align with other obligations imposed on business by federal, provincial, municipal or international or
multinational regulatory bodies been assessed?
3.
Has the impact of the proposed Regulations on international or interprovincial trade been assessed?
4.
If the data or information, other than personal information, required to comply with the proposed Regulations is already collected by
another department or jurisdiction, will this information be obtained from that department or jurisdiction instead of requesting the
same information from small businesses or other stakeholders? (The collection, retention, use, disclosure and disposal of personal
information are all subject to the requirements of the Privacy Act. any questions with respect to compliance with the Privacy Act
should be referred to the department’s or agency’s aTIP office or legal services unit.)
5.
Will forms be pre-populated with information or data already available to the department to reduce the time and cost necessary to
complete them? (Example: When a business completes an online application for a licence, upon entering an identifier or a name,
the system pre-populates the application with the applicant’s personal particulars such as contact information, date, etc. when that
information is already available to the department.)
6.
Will electronic reporting and data collection be used, including electronic validation and confirmation of receipt of reports where
appropriate?
7.
Will reporting, if required by the proposed Regulations, be aligned with generally used business processes or international standards if
possible?
8.
If additional forms are required, can they be streamlined with existing forms that must be completed for other government information
requirements?
yes
no
n/a
yes
no
n/a
yes
no
n/a
The small business lens does not apply because costs to small business are insignificant.
No data or information will be required.
No data or information will be required.
No data or information will be collected.
No reporting will be required by these Regulations.
No additional forms will be required.
iii
implementation, compliance and service standards
1.
Has consideration been given to small businesses in remote areas, with special consideration to those that do not have access to
high-speed (broadband) Internet?
2.
If regulatory authorizations (e.g. licences, permits or certifications) are introduced, will service standards addressing timeliness of
decision making be developed that are inclusive of complaints about poor service?
3.
Is there a clearly identified contact point or help desk for small businesses and other stakeholders?
Does not require issuance of authorizations.
b. regulatory flexibility analysis and reverse onus
iv
regulatory flexibility analysis
1.
Does the RIaS identify at least one flexible option that has lower compliance or administrative costs for small businesses in the small
business lens section?
Examples of flexible options to minimize costs are as follows:
• Longer time periods to comply with the requirements, longer transition periods or temporary exemptions;
• Performance-based standards;
• Partial or complete exemptions from compliance, especially for firms that have good track records (legal advice should be sought
when considering such an option);
• Reduced compliance costs;
• Reduced fees or other charges or penalties;
• use of market incentives;
• a range of options to comply with requirements, including lower-cost options;
• Simplified and less frequent reporting obligations and inspections; and
• Licences granted on a permanent basis or renewed less frequently.
The small business lens does not apply because costs to small business are insignificant.
478
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
b. regulatory flexibility analysis and reverse onus — Continued
iv
regulatory flexibility analysis — Continued
2.
Does the RIaS include, as part of the Regulatory Flexibility analysis Statement, quantified and monetized compliance and
administrative costs for small businesses associated with the initial option assessed, as well as the flexible, lower-cost option?
• use the Regulatory Cost Calculator to quantify and monetize administrative and compliance costs and include the completed
calculator in your submission to TBS-RaS.
yes
no
n/a
yes
no
n/a
Oui
non
s.O.
Oui
non
s.O.
The small business lens does not apply because costs to small business are insignificant.
3.
Does the RIaS include, as part of the Regulatory Flexibility analysis Statement, a consideration of the risks associated with the
flexible option? (Minimizing administrative or compliance costs for small businesses cannot be at the expense of greater health,
security or safety or create environmental risks for Canadians.)
4.
Does the RIaS include a summary of feedback provided by small business during consultations?
v
reverse onus
1.
If the recommended option is not the lower-cost option for small business in terms of administrative or compliance costs, is a
reasonable justification provided in the RIaS?
The small business lens does not apply because costs to small business are insignificant.
The small business lens does not apply because costs to small business are insignificant.
The small business lens does not apply because costs to small business are insignificant.
liste de vérification de la lentille des petites entreprises
1. Nom de l’organisme de réglementation responsable :
agence canadienne d’inspection des aliments
2. Titre de la proposition de réglementation :
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des animaux
3. La liste de vérification est-elle soumise avec le RÉIR de la Partie I ou de la Partie II de la Gazette du Canada?
Gazette du Canada, Partie I
Gazette du Canada, Partie II
a. conception de la réglementation pour les petites entreprises
i
communication et transparence
1.
La réglementation ou les exigences proposées sont-elles faciles à comprendre et rédigées dans un langage simple?
2.
Y a-t-il un lien clair entre les exigences et l’objet principal (ou l’intention) de la réglementation proposée?
3.
a-t-on prévu un plan de mise en œuvre incluant des activités de communications et de promotion de la conformité destinées à
informer les petites entreprises sur les changements intervenus dans la réglementation, d’une part, et à les guider sur la manière de s’y
conformer, d’autre part (par exemple séances d’information, évaluations types, boîtes à outils, sites Web)?
4.
Si la proposition implique l’utilisation de nouveaux formulaires, rapports ou processus, la présentation et le format de ces derniers
correspondent-ils aux autres formulaires, rapports ou processus pertinents du gouvernement?
ii
simplification et rationalisation
1.
Des processus simplifiés seront-ils mis en place (en recourant par exemple au service PerLE, au guichet unique de l’agence des
services frontaliers du Canada) afin d’obtenir les données requises des petites entreprises si possible?
2.
Est-ce que les possibilités d’harmonisation avec les autres obligations imposées aux entreprises par les organismes de réglementation
fédéraux, provinciaux, municipaux ou multilatéraux ou internationaux ont été évaluées?
3.
Est-ce que l’impact de la réglementation proposée sur le commerce international ou interprovincial a été évalué?
4.
Si les données ou les renseignements — autres que les renseignements personnels — nécessaires au respect de la réglementation
proposée ont déjà été recueillis par un autre ministère ou une autre administration, obtiendra-t-on ces informations auprès de ces
derniers, plutôt que de demander à nouveau cette même information aux petites entreprises ou aux autres intervenants?
(La collecte, la conservation, l’utilisation, la divulgation et l’élimination des renseignements personnels sont toutes assujetties aux
exigences de la Loi sur la protection des renseignements personnels. Toute question relative au respect de la Loi sur la protection
des renseignements personnels devrait être renvoyée au bureau de l’aIPRP ou aux services juridiques du ministère ou de l’organisme
concerné.)
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car les coûts aux petites entreprises ne sont pas considérables.
aucune donnée ou information ne sera requise.
479
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
a. conception de la réglementation pour les petites entreprises (suite)
ii
simplification et rationalisation (suite)
5.
Les formulaires seront-ils pré-remplis avec les renseignements ou les données déjà disponibles au ministère en vue de réduire le temps
et les coûts nécessaires pour les remplir? (Par exemple, quand une entreprise remplit une demande en ligne pour un permis, en entrant
un identifiant ou un nom, le système pré-remplit le formulaire avec les données personnelles telles que les coordonnées du demandeur,
la date, etc. lorsque cette information est déjà disponible au ministère.)
Oui
non
s.O.
Oui
non
s.O.
Oui
non
s.O.
aucune donnée ou information ne sera requise.
6.
Est-ce que les rapports et la collecte de données électroniques, notamment la validation et la confirmation électroniques de la réception
de rapports, seront utilisés?
7.
Si la réglementation proposée l’exige, est-ce que les rapports seront harmonisés selon les processus opérationnels généralement utilisés
par les entreprises ou les normes internationales lorsque cela est possible?
aucune donnée ou information ne sera requise.
aucun rapport ne sera requis par le présent règlement.
8.
Si d’autres formulaires sont requis, peut-on les rationaliser en les combinant à d’autres formulaires de renseignements exigés par le
gouvernement?
iii
mise en œuvre, conformité et normes de service
1.
a-t-on pris en compte les petites entreprises dans les régions éloignées, en particulier celles qui n’ont pas accès à Internet haute vitesse
(large bande)?
2.
Si des autorisations réglementaires (par exemple licences, permis, certificats) sont instaurées, des normes de service seront-elles
établies concernant la prise de décisions en temps opportun, y compris pour ce qui est des plaintes portant sur le caractère inadéquat du
service?
3.
un point de contact ou un bureau de dépannage a-t-il été clairement identifié pour les petites entreprises et les autres intervenants?
aucun formulaire supplémentaire ne sera requis.
N’exige pas qu’on donne des autorisations.
b. analyse de flexibilité réglementaire et inversion de la charge de la preuve
iv
analyse de flexibilité réglementaire
1.
Est-ce que le RÉIR comporte, dans la section relative à la lentille des petites entreprises, au moins une option flexible permettant de
réduire les coûts de conformité ou les coûts administratifs assumés par les petites entreprises?
Exemples d’options flexibles pour réduire les coûts :
• allongement du délai pour se conformer aux exigences, extension des périodes de transition ou attribution d’exemptions
temporaires;
• Recours à des normes axées sur le rendement;
• Octroi d’exemptions partielles ou totales de conformité, surtout pour les entreprises ayant de bons antécédents (remarque : on
devrait demander un avis juridique lorsqu’on envisage une telle option);
• Réduction des coûts de conformité;
• Réduction des frais ou des autres droits ou pénalités;
• utilisation d’incitatifs du marché;
• Recours à un éventail d’options pour se conformer aux exigences, notamment des options de réduction des coûts;
• Simplification des obligations de présentation de rapports et des inspections ainsi que la réduction de leur nombre;
• Octroi de licences permanentes ou renouvelables moins fréquemment.
2.
Le RÉIR renferme-t-il, dans l’Énoncé de l’analyse de flexibilité réglementaire, les coûts administratifs et de conformité quantifiés et
exprimés en valeur monétaire, auxquels feront face les petites entreprises pour l’option initiale évaluée, de même que l’option flexible
(dont les coûts sont moins élevés)?
• utiliser le Calculateur des coûts réglementaires pour quantifier et exprimer en valeur monétaire les coûts administratifs et les
coûts de conformité et ajouter cette information à votre présentation au SCT-SaR.
3.
Le RÉIR comprend-il, dans l’Énoncé de l’analyse de flexibilité réglementaire, une discussion des risques associés à la mise en œuvre
de l’option flexible? (La minimisation des coûts administratifs et des coûts de conformité ne doit pas se faire au détriment de la santé
des Canadiens, de la sécurité ou de l’environnement du Canada.)
4.
Le RÉIR comprend-il un sommaire de la rétroaction fournie par les petites entreprises pendant les consultations?
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car les coûts aux petites entreprises ne sont pas considérables.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car les coûts aux petites entreprises ne sont pas considérables.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car les coûts aux petites entreprises ne sont pas considérables.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car les coûts aux petites entreprises ne sont pas considérables.
480
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-23
b. analyse de flexibilité réglementaire et inversion de la charge de la preuve (suite)
v
inversion de la charge de la preuve
1.
Si l’option recommandée n’est pas l’option représentant les coûts les plus faibles pour les petites entreprises (par rapport aux coûts
administratifs ou aux coûts de conformité), le RÉIR comprend-il une justification raisonnable?
Oui
non
s.O.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car les coûts aux petites entreprises ne sont pas considérables.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
481
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-24
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
February 7, 2014
Enregistrement
DORS/2014-24
sOr/dOrs/2014-24
Le 7 février 2014
PEST CONTROL PRODuCTS aCT
LOI SuR LES PRODuITS aNTIPaRaSITaIRES
regulations amending the Pest control Products
regulations
règlement modifiant le règlement sur les produits
antiparasitaires
P.C. 2014-106
C.P. 2014-106
February 6, 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of Health, pursuant to section 67 of the
Pest Control Products Act1a, makes the annexed Regulations Amend­
ing the Pest Control Products Regulations.
“research
establishment”
« établissement
de recherche »
« certificat
d’équivalence »
“certificate of
equivalency”
“foreign
product use
certificate”
« certificat
d’utilisation
d’un produit
étranger »
a
1
S.C. 2002, c. 28
SOR/2006-124
482
Le 6 février 2014
Sur recommandation de la ministre de la Santé et en vertu de
l’article 67 de la Loi sur les produits antiparasitaires1a, Son Excel­
lence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement modi­
fiant le Règlement sur les produits antiparasitaires, ci-après.
regulatiOns amending the
Pest cOntrOl PrOducts
regulatiOns
rÈglement mOdiFiant le
rÈglement sur les PrOduits
antiParasitaires
amendments
mOdiFicatiOns
1. (1) the definitions “own use” and “own-use
import certificate” in subsection 1(1) of the Pest
Control Products Regulations21 are repealed.
1. (1) les définitions de « approvisionnement
personnel » et « certificat d’importation pour
approvisionnement personnel », au paragra­
phe 1(1) du Règlement sur les produits antiparasi­
taires21, sont abrogées.
(2) la définition de « equivalency certificate »,
au paragraphe 1(1) de la version anglaise du
même règlement, est abrogée.
(3) la définition de « établissement de
recherche », au paragraphe 1(1) du même règle­
ment, est remplacée par ce qui suit :
« établissement de recherche » Personne morale qui
effectue des recherches sur les produits antiparasi­
taires. Y sont assimilées les personnes physiques qui
effectuent de telles recherches.
(4) la définition de « certificat d’équivalence »,
au paragraphe 1(1) de la version française du
même règlement, est remplacée par ce qui suit :
« certificat d’équivalence » Certificat établi en application du paragraphe 39(1) à l’égard d’un produit
étranger.
(5) le paragraphe 1(1) du même règlement est
modifié par adjonction, selon l’ordre alphabé­
tique, de ce qui suit :
« certificat d’utilisation d’un produit étranger » Certificat délivré en application du paragraphe 41(3) à
l’égard d’un produit étranger importé.
(2) the definition “equivalency certificate” in
subsection 1(1) of the english version of the
regulations is repealed.
(3) the definition “research establishment” in
subsection 1(1) of the regulations is replaced by
the following:
“research establishment” means a person who is
engaged in research that pertains to a pest control
product.
(4) the definition “certificat d’équivalence” in
subsection 1(1) of the French version of the regu­
lations is replaced by the following:
« certificat d’équivalence » Certificat établi en appli­
cation du paragraphe 39(1) à l’égard d’un produit
étranger.
(5) subsection 1(1) of the regulations is
amended by adding the following in alphabetical
order:
“foreign product use certificate” means a certificate
that is issued under subsection 41(3) with respect to
an imported foreign product.
a
1
L.C. 2002, ch. 28
DORS/2006-124
« établissement
de recherche »
“research
establishment”
« certificat
d’équivalence »
“certificate of
equivalency”
« certificat
d’utilisation
d’un produit
étranger »
“foreign
product use
certificate”
2014-02-26
“certificate of
equivalency”
« certificat
d’équivalence »
No manufacture
or distribution
in Canada
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
(6) subsection 1(1) of the english version of the
regulations is amended by adding the following
in alphabetical order:
“certificate of equivalency” means a certificate that
is issued under subsection 39(1) with respect to a
foreign product.
(6) le paragraphe 1(1) de la version anglaise
du même règlement est modifié par adjonction,
selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
“certificate of equivalency” means a certificate that
is issued under subsection 39(1) with respect to a
foreign product.
2. Paragraphs 3(1)(d) and (e) of the French
version of the regulations are replaced by the
following:
d) le produit antiparasitaire qui est utilisé pour
détruire ou rendre inactifs des virus, des bactéries
ou d’autres micro-organismes en vue du traite­
ment, de l’atténuation ou de la prévention des
maladies chez les humains ou les animaux, sauf
en ce qui concerne son utilisation dans une piscine
ou un spa;
e) sauf en ce qui concerne son utilisation comme
agent de conservation du bois ou de toute autre
matière, comme myxobactéricide ou dans une piscine ou un spa, le produit antiparasitaire qui est
utilisé à la fois :
(i) pour détruire ou rendre inactifs des virus,
des bactéries ou d’autres micro-organismes en
vue du traitement, de l’atténuation ou de la pré­
vention des maladies chez les humains ou les
animaux,
(ii) pour réduire les populations des virus, des
bactéries ou d’autres micro-organismes qui
causent soit des maladies chez les humains ou
les animaux, soit des moisissures, du mildiou
ou des odeurs;
3. (1) Paragraph 4(1)(d) of the regulations is
replaced by the following:
(d) a foreign product that is imported under a for­
eign product use certificate; or
(2) section 4 of the regulations is amended by
adding the following after subsection (3):
2. les alinéas 3(1)d) et e) de la version française
du même règlement sont remplacés par ce qui
suit :
d) le produit antiparasitaire qui est utilisé pour
détruire ou rendre inactifs des virus, des bactéries
ou d’autres micro-organismes en vue du traite­
ment, de l’atténuation ou de la prévention des
maladies chez les humains ou les animaux, sauf
en ce qui concerne son utilisation dans une piscine
ou un spa;
e) sauf en ce qui concerne son utilisation comme
agent de conservation du bois ou de toute autre
matière, comme myxobactéricide ou dans une piscine ou un spa, le produit antiparasitaire qui est
utilisé à la fois :
(i) pour détruire ou rendre inactifs des virus,
des bactéries ou d’autres micro-organismes en
vue du traitement, de l’atténuation ou de la pré­
vention des maladies chez les humains ou les
animaux,
(ii) pour réduire les populations des virus, des
bactéries ou d’autres micro-organismes qui
causent soit des maladies chez les humains ou
les animaux, soit des moisissures, du mildiou
ou des odeurs;
3. (1) l’alinéa 4(1)d) du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
d) le produit étranger qui est importé au titre d’un
certificat d’utilisation d’un produit étranger;
(2) l’article 4 du même règlement est modifié
par adjonction, après le paragraphe (3), de ce qui
suit :
(4) Le produit antiparasitaire qui est exempté de
l’homologation aux termes de l’alinéa (1)d) ne peut
être fabriqué ou distribué au Canada.
4. (1) le sous-alinéa 6(1)g)(iii) de la version
anglaise du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
(iii) any other pest control product, any charac­
teristics that are relevant to its health or environ­
mental risks or value;
(2) l’alinéa 6(1)i) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
i) les dimensions, le type et les spécifications de
l’emballage dans lequel le produit antiparasitaire
doit être distribué;
5. l’article 7 du même règlement est abrogé.
6. (1) les alinéas 8f) et g) du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
f) les méthodes d’analyse pour déceler les compo­
sants du produit et vérifier les caractéristiques de
celui-ci;
(4) a pest control product that is exempt from
registration under paragraph (1)(d) may not be
manufactured or distributed in Canada.
4. (1) subparagraph 6(1)(g)(iii) of the english
version of the regulations is replaced by the
following:
(iii) any other pest control product, any charac­
teristics that are relevant to its health or environ­
mental risks or value;
(2) Paragraph 6(1)(i) of the French version of
the regulations is replaced by the following:
i) les dimensions, le type et les spécifications de
l’emballage dans lequel le produit antiparasitaire
doit être distribué;
5. section 7 of the regulations is repealed.
6. (1) Paragraphs 8(f) and (g) of the regula­
tions are replaced by the following:
(f) methods of analysis for detecting the compon­
ents and measuring the characteristics of the pest
control product;
“certificate of
equivalency”
« certificat
d’équivalence »
Fabrication ou
distribution
interdite au
Canada
483
2014-02-26
additional
information —
affidavit and
contents
Copying or
other use
Return of
information
additional
information —
affidavit and
contents
484
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(g) methods of analysis for detecting and deter­
mining the amount of the pest control product and
its derivatives in human food, animal feed and the
environment when the product is used in accord­
ance with its conditions or proposed conditions of
registration;
(2) Paragraph 8(m) of the French version of the
regulations is replaced by the following:
m) les propriétés chimiques et physiques du pro­
duit, ou son espèce ou sa souche et ses propriétés
biologiques, sa composition, ainsi que ses spécifi­
cations et procédés de fabrication, y compris les
processus d’assurance de la qualité;
7. (1) the portion of subsection 9(1) of the
regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
9. (1) When, in the context of an application
for registration or to amend a registration, the
Minister considers additional information under
paragraph 7(6)(b) of the act that is not publicly
available, the applicant must be given access to that
information by the Minister for the purpose of mak­
ing representations under that paragraph with respect
to the information, if the applicant submits to the
Minister an affidavit made under oath or a statutory
declaration under the Canada Evidence Act made
before a commissioner for oaths or for taking affi­
davits that
(2) Paragraph 9(1)(a) of the english version of
the regulations is replaced by the following:
(a) identifies the information to which access is
being requested;
(3) Paragraph 9(1)(d) of the French version of
the regulations is replaced by the following:
d) la déclaration portant que les renseignements,
ainsi que toutes copies de ceux-ci, seront retour­
nés au ministre lorsque l’objectif de la consulta­
tion aura été atteint.
(4) subsections 9(2) and (3) of the regulations
are replaced by the following:
(2) The applicant to whom access to additional
information is given under subsection (1) must not
use the information or provide it to any person for
any purpose other than to make representations
under paragraph 7(6)(b) of the act with respect to
the information.
(3) additional information to which access is
given under subsection (1) and any copies of it must
be returned to the Minister by the applicant immedi­
ately after they have made their representations with
respect to the information.
8. (1) the portion of subsection 17(1) of the
regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
17. (1) When, in the context of a re-evaluation or
special review, the Minister considers additional
information under paragraph 19(1)(c) of the act that
is not publicly available, the registrant must be given
access to that information by the Minister for the
sOr/dOrs/2014-24
g) les méthodes d’analyse pour déceler et détermi­
ner la quantité du produit et de ses dérivés dans les
aliments destinés à la consommation humaine ou
animale, ainsi que dans l’environnement, lorsque
le produit est utilisé conformément aux conditions
proposées ou fixées pour son homologation;
(2) l’alinéa 8m) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
m) les propriétés chimiques et physiques du pro­
duit, ou son espèce ou sa souche et ses propriétés
biologiques, sa composition, ainsi que ses spécifi­
cations et procédés de fabrication, y compris les
processus d’assurance de la qualité;
7. (1) le passage du paragraphe 9(1) du même
règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par
ce qui suit :
9. (1) Si, lors de l’examen d’une demande d’ho­
mologation ou de modification d’homologation, le
ministre prend en compte, en application de l’ali­
néa 7(6)b) de la Loi, d’autres renseignements non
accessibles au public, le ministre donne au deman­
deur accès à ces renseignements afin qu’il puisse
présenter, en application de cet alinéa, ses observa­
tions à leur sujet, pourvu que ce dernier fournisse au
ministre un affidavit ou une déclaration solennelle
faits aux termes de la Loi sur la preuve au Canada,
reçus devant tout commissaire compétent et compor­
tant les éléments suivants :
(2) l’alinéa 9(1)a) de la version anglaise du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(a) identifies the information to which access is
being requested;
(3) l’alinéa 9(1)d) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
d) la déclaration portant que les renseignements,
ainsi que toutes copies de ceux-ci, seront retour­
nés au ministre lorsque l’objectif de la consulta­
tion aura été atteint.
(4) les paragraphes 9(2) et (3) du même règle­
ment sont remplacés par ce qui suit :
(2) Le demandeur ne peut utiliser les autres ren­
seignements auxquels il a accès en application du
paragraphe (1), ou les fournir à quiconque, que pour
présenter ses observations à leur sujet en application
de l’alinéa 7(6)b) de la Loi.
(3) Il retourne au ministre ces renseignements,
ainsi que toutes copies de ceux-ci, dès qu’il lui a pré­
senté ses observations à leur sujet.
8. (1) le passage du paragraphe 17(1) du même
règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par
ce qui suit :
17. (1) Si, lors d’une réévaluation ou d’un examen
spécial, le ministre prend en compte, en application
de l’alinéa 19(1)c) de la Loi, d’autres renseigne­
ments non accessibles au public, le ministre donne
au titulaire accès à ces renseignements afin qu’il
Tout autre
renseignement —
affidavit et
contenu
Copies ou autre
utilisation
Retour des
renseignements
Tout autre
renseignement —
affidavit et
contenu
2014-02-26
Copying or
other use
Return of
information
When required
Interdiction
Official
languages
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
purpose of making representations under that para­
graph with respect to the information, if the regis­
trant submits to the Minister an affidavit made under
oath or a statutory declaration under the Canada
Evidence Act made before a commissioner for oaths
or for taking affidavits that
puisse présenter, en application de cet alinéa, ses
observations à leur sujet, pourvu que ce dernier four­
nisse au ministre un affidavit ou une déclaration
solennelle faits aux termes de la Loi sur la preuve au
Canada, reçus devant tout commissaire compétent et
comportant les éléments suivants :
(2) Paragraph 17(1)(a) of the english version of
the regulations is replaced by the following:
(a) identifies the information to which access is
being requested;
(3) Paragraph 17(1)(d) of the French version of
the regulations is replaced by the following:
d) la déclaration portant que les renseignements,
ainsi que toutes copies de ceux-ci, seront retour­
nés au ministre lorsque l’objectif de la consulta­
tion aura été atteint.
(4) subsections 17(2) and (3) of the regulations
are replaced by the following:
(2) The registrant to whom access to additional
information is given under subsection (1) must not
use the information or provide it to any person for
any purpose other than to make representations
under paragraph 19(1)(c) of the act with respect to
the information.
(3) additional information to which access is
given under subsection (1) and any copies of it must
be returned to the Minister by the registrant immedi­
ately after they have made their representations with
respect to the information.
9. section 20 of the english version of the regu­
lations is replaced by the following:
20. If the physical properties of a pest control
product are such that its presence may not be
detected when it is used and as a result it could
expose a person or domestic animal to a severe
health risk, the pest control product must be
denatured by means of colour, odour or any other
means specified as a condition of registration by the
Minister under paragraph 8(1)(a) of the act to pro­
vide a signal or warning as to its presence.
10. section 21 of the French version of the
regulations is replaced by the following:
21. aucun terme affirmant ou laissant entendre
que le gouvernement du Canada ou l’un de ses
ministères ou organismes préconise, cautionne ou
recommande l’utilisation d’un produit antiparasi­
taire ne peut paraître sur l’emballage du produit, ni
dans aucune publicité sur celui-ci.
11. subsections 22(1) and (2) of the regulations
are replaced by the following:
22. (1) Subject to subsection (3), all information
on a label must be in both English and French.
(2) l’alinéa 17(1)a) de la version anglaise du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(a) identifies the information to which access is
being requested;
(3) l’alinéa 17(1)d) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
d) la déclaration portant que les renseignements,
ainsi que toutes copies de ceux-ci, seront retour­
nés au ministre lorsque l’objectif de la consulta­
tion aura été atteint.
(4) les paragraphes 17(2) et (3) du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
(2) Le titulaire ne peut utiliser les autres rensei­
gnements auxquels il a accès en application du para­
graphe (1), ou les fournir à quiconque, que pour pré­
senter ses observations à leur sujet en application de
l’alinéa 19(1)c) de la Loi.
12. the marginal note to subsection 24(1) of the
French version of the regulations is replaced by
“maladies chez les humains”.
(3) Il retourne au ministre ces renseignements,
ainsi que toutes copies de ceux-ci, dès qu’il lui a pré­
senté ses observations à leur sujet.
9. l’article 20 de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
20. If the physical properties of a pest control
product are such that its presence may not be
detected when it is used and as a result it could
expose a person or domestic animal to a severe
health risk, the pest control product must be
denatured by means of colour, odour or any other
means specified as a condition of registration by the
Minister under paragraph 8(1)(a) of the act to pro­
vide a signal or warning as to its presence.
10. l’article 21 de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
21. aucun terme affirmant ou laissant entendre
que le gouvernement du Canada ou l’un de ses
ministères ou organismes préconise, cautionne ou
recommande l’utilisation d’un produit antiparasi­
taire ne peut paraître sur l’emballage du produit, ni
dans aucune publicité sur celui-ci.
11. les paragraphes 22(1) et (2) du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
22. (1) Sous réserve du paragraphe (3), les rensei­
gnements sur l’étiquette doivent figurer en français
et en anglais.
12. la note marginale relative au paragra­
phe 24(1) de la version française du même
règlement est remplacée par « maladies chez les
humains ».
Copies ou autre
utilisation
Retour des
renseignements
When required
Interdiction
Langues
officielles
485
2014-02-26
Principal
display panel
Secondary
display panel
Brochures or
leaflets
Declaration and
contents
486
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
13. (1) the portion of subsection 26(1) of the
regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
26. (1) unless otherwise specified by the Minister
under subsection 8(2) of the act, the principal dis­
play panel of a registered pest control product must
show all of the following information:
(2) subparagraph 26(1)(h)(iv) of the english
version of the regulations is replaced by the
following:
(iv) the viscosity, specific gravity, particle size
or any other property or characteristic that the
Minister may specify in the conditions of regis­
tration under paragraph 8(1)(a) of the act;
(3) the portion of subsection 26(2) of the regu­
lations before paragraph (a) is replaced by the
following:
(2) unless otherwise specified by the Minister
under subsection 8(2) of the act, the secondary dis­
play panel of a registered pest control product must
show all of the following information:
14. sections 27 and 28 of the regulations are
replaced by the following:
28. If, under subsection 8(2) of the act, the Minis­
ter specifies in the conditions of registration relating
to the label that information required by these Regu­
lations to be shown on the principal and secondary
display panels may instead be shown in a brochure
or leaflet that accompanies the pest control product,
the following requirements must be met:
(a) the principal display panel must have promin­
ently shown on it the statement “REaD
aTTaCHED BROCHuRE (or LEaFLET)
BEFORE uSING.”; and
(b) the brochure or leaflet must contain all of the
information that is to be shown on the principal
and secondary display panels in addition to the
specified information.
15. subsection 34(1) of the regulations is
repealed.
16. (1) the portion of section 36 of the regula­
tions before paragraph (a) is replaced by the
following:
36. (1) The importer of a pest control product —
except a foreign product that is the subject of a for­
eign product use certificate — must provide the
Minister with a declaration at the time of the import­
ation, in English or French, signed by the importer,
that sets out all of the following information:
(2) Paragraph 36(1)(f) of the regulations is
amended by adding “and” at the end of subpara­
graph (ii), by striking out “or” at the end of
subparagraph (iii) and by repealing subpara­
graph (iv).
sOr/dOrs/2014-24
13. (1) le passage du paragraphe 26(1) du
même règlement précédant l’alinéa a) est rem­
placé par ce qui suit :
26. (1) Sauf spécification contraire aux termes du
paragraphe 8(2) de la Loi, l’aire d’affichage princi­
pale de tout produit antiparasitaire homologué com­
porte les renseignements suivants :
(2) le sous-alinéa 26(1)h)(iv) de la version
anglaise du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
(iv) the viscosity, specific gravity, particle size
or any other property or characteristic that the
Minister may specify in the conditions of regis­
tration under paragraph 8(1)(a) of the act;
(3) le passage du paragraphe 26(2) du même
règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par
ce qui suit :
(2) Sauf spécification contraire aux termes du
paragraphe 8(2) de la Loi, l’aire d’affichage secon­
daire de tout produit antiparasitaire homologué com­
porte les renseignements suivants :
14. les articles 27 et 28 du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
28. Si, en vertu du paragraphe 8(2) de la Loi, le
ministre spécifie dans les conditions d’homologa­
tion concernant l’étiquette que les renseignements
exigés par le présent règlement et devant figurer
dans les aires d’affichage principale et secondaire
peuvent plutôt figurer dans une brochure ou un
dépliant accompagnant le produit antiparasitaire, les
exigences ci-après s’appliquent :
a) les mots « LIRE La BROCHuRE CI-JOINTE
(ou LE DÉPLIaNT CI-JOINT) aVaNT uTILISaTION. » doivent figurer bien en vue dans l’aire
d’affichage principale;
b) la brochure ou le dépliant doit contenir tous les
renseignements devant figurer dans les aires d’af­
fichage principale et secondaire, ainsi que tous les
renseignements spécifiés.
15. le paragraphe 34(1) du même règlement
est abrogé.
16. (1) le passage de l’article 36 du même
règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par
ce qui suit :
36. (1) L’importateur d’un produit antiparasitaire,
autre qu’un produit étranger qui fait l’objet d’un cer­
tificat d’utilisation d’un produit étranger, fournit au
ministre, au moment de l’importation, une déclara­
tion, en français ou en anglais, signée par l’importa­
teur et comportant les renseignements suivants :
(2) le sous-alinéa 36(1)f)(iv) du même règle­
ment est abrogé.
aire
d’affichage
principale
aire
d’affichage
secondaire
Brochure ou
dépliant
Déclaration
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(3) section 36 of the regulations is amended by
adding the following after subsection (1):
Retention
Procedure
Conditions
Eligibility —
foreign
products
(2) The information set out in a declaration must
be kept for two years after the importation of the pest
control product in respect of which the declaration
was made.
17. the heading before section 37 and sec­
tions 37 to 45 of the regulations are replaced by
the following:
use of foReign pRoducts
sOr/dOrs/2014-24
(3) l’article 36 du même règlement est modifié
par adjonction, après le paragraphe (1), de ce qui
suit :
(2) Les renseignements fournis dans la déclara­
tion sont conservés pendant deux ans après l’impor­
tation du produit antiparasitaire en cause.
Conservation
17. l’intertitre précédant l’article 37 et les
articles 37 à 45 du même règlement sont rempla­
cés par ce qui suit :
utiLisation d’un pRoduit étRangeR
Requirements
Exigences
37. For the purpose of subsection 41(1) of the act,
the following requirements must be met before the
use of a foreign product may be authorized:
(a) the Minister determines under section 38 that
the foreign product is equivalent to a registered
pest control product;
(b) the Minister issues a certificate of equivalency
under subsection 39(1) with respect to the foreign
product;
(c) the Minister approves the foreign product use
label under section 40; and
(d) the person who wishes to use the foreign prod­
uct applies to the Minister for an authorization in
accordance with subsections 41(1) and (2).
37. Pour l’application du paragraphe 41(1) de la
Loi, l’utilisation d’un produit étranger ne peut être
autorisée que si les exigences ci-après sont
satisfaites :
a) le ministre conclut, en vertu de l’article 38, à
l’équivalence du produit étranger et d’un produit
antiparasitaire homologué;
b) il établit, en application du paragraphe 39(1),
un certificat d’équivalence à l’égard du produit
étranger;
c) il approuve, en vertu de l’article 40, l’étiquette
d’utilisation à l’égard du produit étranger;
d) la personne qui veut l’utiliser lui en fait la
demande conformément aux paragraphes 41(1)
et (2).
Product Equivalency
Équivalence de produits
38. (1) Subject to subsection (4), the Minister may
determine that a foreign product is equivalent to a
registered pest control product if all of the following
conditions are met:
(a) a grower or group of growers requests the
Minister to make the determination;
(b) four not-for-profit Canadian national grower
associations support the request;
(c) the person who makes the request provides the
Minister with all of the information listed in sub­
section (4);
(d) the foreign product meets the requirements of
subsection (2); and
(e) the registered pest control product meets the
requirements of subsection (3).
(2) a foreign product must meet all of the follow­
ing requirements to be considered when making a
determination of equivalency:
(a) it is not an organism;
(b) it is not under review in the foreign country
where it is registered with respect to its health and
environmental risks and is being sold in that
country;
(c) it does not contain an active ingredient that is
under special review in Canada; and
(d) it is manufactured by a person who is related
to the registrant of the registered pest control
product, within the meaning of the definition
38. (1) Sous réserve du paragraphe (4), le ministre
peut conclure à l’équivalence d’un produit étranger
et d’un produit antiparasitaire homologué si, à la
fois :
a) la demande à cet effet provient d’un producteur
ou d’un groupe de producteurs;
b) quatre associations nationales canadiennes à
but non lucratif représentant des producteurs
appuient la demande;
c) le demandeur fournit au ministre les renseigne­
ments mentionnés au paragraphe (4);
d) le produit étranger est admissible aux termes du
paragraphe (2);
e) le produit antiparasitaire homologué est admis­
sible aux termes du paragraphe (3).
(2) Est admissible à l’examen de l’équivalence le
produit étranger qui, à la fois :
a) n’est pas un organisme;
b) ne fait pas l’objet d’un examen d’évaluation
des risques sanitaires et environnementaux dans le
pays étranger où il a été homologué et où il est en
vente;
c) ne contient pas de principe actif faisant l’objet
d’un examen spécial au Canada;
d) est fabriqué par une personne liée au titulaire,
au sens de « personnes liées » au paragra­
phe 251(2) de la Loi de l’impôt sur le revenu, que
la personne soit au Canada ou non.
Processus
Conditions
admissibilité — produit
étranger
487
2014-02-26
Eligibility —
registered pest
control
products
Preliminary
steps
Further
information
488
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
“related persons” in subsection 251(2) of the
Income Tax Act, whether the related person is
located in or outside Canada.
(3) a registered pest control product must meet
both of the following requirements to be considered
when making a determination of equivalency:
(a) it does not have the product class designation
“RESTRICTED” described in paragraph 5(c);
and
(b) none of the test data described in para­
graphs 17.5(1)(a) to (c) that support its registra­
tion are subject to the exclusive use of the
registrant.
(4) Before making the determination of equiva­
lency, the Minister must first find that the foreign
product and the registered pest control product are
sufficiently similar so as to justify proceeding with
the determination, based on the following prelimin­
ary information:
(a) the name and registration number of the regis­
tered pest control product, the name and product
identifier of the foreign product and the name
of the country where the foreign product is
registered;
(b) the name of the registrant of the registered pest
control product and the name of the holder of the
registration of the foreign product;
(c) the labels of both products;
(d) the information described in subpara­
graphs 26(1)(h)(ii) to (iv) with respect to both
products;
(e) their type of formulation;
(f) their type of package;
(g) the health and environmental risks that were
evaluated by the regulatory body that registered
the foreign product; and
(h) the standard of acceptability of risk that was
applied by that regulatory body.
(5) If the Minister finds that the foreign product is
sufficiently similar to the registered pest control
product, the Minister must so inform the registrant
and request that they provide the Minister with the
following information, in respect of both the regis­
tered pest control product and the foreign product:
(a) the composition of all formulations of the enduse products and of the technical grade active
ingredients used in their manufacture, which, in
the case of the registered pest control product and
its active ingredient, must be the composition
specified by the Minister in the conditions of
registration under paragraph 8(1)(a) of the act;
(b) the name of the manufacturer of the active
ingredient that is used to manufacture each of the
products and the address of the place where each
active ingredient is manufactured;
(c) the name of the manufacturer of the for­
mulation of each end-use product and the address
of the place where each formulation is
manufactured;
sOr/dOrs/2014-24
(3) Est admissible à l’examen d’équivalence le
produit antiparasitaire homologué si, à la fois :
a) il n’est pas de la catégorie « RESTREINTE »
visée à l’alinéa 5c);
b) les données d’essai visées aux alinéas 17.5(1)a)
à c) et fournies à l’appui de son homologation ne
font pas l’objet d’un droit d’utilisation exclusive
du titulaire.
admissibilité — produit
antiparasitaire
homologué
(4) avant d’entreprendre l’examen de l’équiva­
lence des deux produits, le ministre détermine
d’abord, en se fondant sur les renseignements préli­
minaires ci-après, si leur degré de similarité est suf­
fisant pour justifier cet examen :
a) les noms des produits, le numéro d’homologa­
tion du produit antiparasitaire, l’identification du
produit étranger et le nom du pays où ce dernier
est homologué;
b) le nom du titulaire et le nom du détenteur de
l’homologation du produit étranger;
c) les étiquettes des deux produits;
d) à l’égard des deux produits, les renseignements
mentionnés aux sous-alinéas 26(1)h)(ii) à (iv);
e) leurs types de formulation;
f) leurs types d’emballage;
g) les risques sanitaires ou environnementaux
évalués par l’organisme de réglementation ayant
homologué le produit étranger;
h) les normes d’acceptabilité des risques utilisées
par l’organisme de réglementation ayant homolo­
gué le produit étranger.
Étape
préliminaire
(5) Si le degré de similarité est suffisant pour
entreprendre l’examen de l’équivalence, le ministre
en informe le titulaire et lui demande de lui fournir,
à l’égard des deux produits visés, les renseignements
suivants :
a) la composition de chacune des formulations de
la préparation commerciale et du principe actif
de qualité technique utilisé dans leur fabrication
qui, dans le cas du produit antiparasitaire homolo­
gué et de son principe actif, doit être la composi­
tion précisée par le ministre dans les conditions
d’homologation déterminées en application de
l’alinéa 8(1)a) de la Loi;
b) le nom du fabricant et l’adresse de l’établisse­
ment où est fabriqué le principe actif utilisé dans
la fabrication de chacun des produits;
c) le nom du fabricant et l’adresse de l’établisse­
ment où sont fabriquées les formulations de la
préparation commerciale de chacun des produits;
d) les renseignements mentionnés aux sousalinéas 26(1)h)(ii) à (iv);
Renseignements
supplémentaires
2014-02-26
additional
information
Written consent
of registrant
Notice of no
further action
Resumption of
request by any
person
additional
information
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(d) the information described in subpara­
graphs 26(1)(h)(ii) to (iv); and
(e) product safety information relevant to their use
in the workplace, if any.
(6) If the information provided under subsec­
tion (5) with respect to the registered pest control
product or the foreign product is insufficient to
enable the Minister to make the determination, the
Minister may request additional relevant informa­
tion from the registrant in order to make the
determination.
(7) Instead of providing the information required
by subsection (5), the registrant may provide their
written consent to the Minister to use or rely on any
information that they had previously provided to the
Minister.
(8) If the Minister is unable to obtain the informa­
tion from the registrant under subsection (5) or the
consent of the registrant under subsection (7), the
Minister must notify the person who made the
request that no further steps will be taken by the
Minister and place a copy of that notice in the
Register.
(9) In the circumstances described in subsec­
tion (8), paragraph (2)(d) does not apply and any
person may, within two years after the notice is
placed in the Register, request that the Minister
make the determination of equivalency and for that
purpose must provide the Minister with either
(a) all of the following information:
(i) with respect to the registered pest control
product, a detailed and comprehensive analysis
with an accompanying description of method­
ology and analytical validation that permits the
determination of the acceptability of proced­
ures, results and conclusions concerning the
composition of the product, including the iden­
tity and concentration of its active ingredient
and formulants, and of any contaminants in the
active ingredient, and
(ii) with respect to any foreign product, the
information described in subsection (5); or
(b) with respect to both the registered pest control
product and any foreign product, a detailed and
comprehensive analysis with an accompanying
description of methodology and analytical valida­
tion that permits the determination of the accept­
ability of procedures, results and conclusions con­
cerning the composition of both products,
including the identity and concentration of their
active ingredients and formulants, and of any con­
taminants in the active ingredients.
(10) If the information provided under subsec­
tion (9) is insufficient to enable the Minister to
make the determination, the Minister may request
additional relevant information from the person
who made the request in order to make the
determination.
sOr/dOrs/2014-24
e) les renseignements sur la sécurité des produits
relatifs à leur utilisation en milieu de travail, s’ils
existent.
(6) Si les renseignements concernant le produit
étranger ou le produit antiparasitaire homologué
fournis en application du paragraphe (5) sont insuf­
fisants pour permettre au ministre de trancher, il peut
demander au titulaire des renseignements supplé­
mentaires pertinents pour mener à bien son examen.
autres
renseignements
(7) au lieu de fournir les renseignements exigés
au paragraphe (5), le titulaire peut consentir par écrit
à ce que le ministre utilise ceux qu’il lui a fournis
précédemment, ou à ce que le ministre s’appuie sur
eux.
(8) Si le ministre ne peut obtenir du titulaire les
renseignements visés au paragraphe (5) ou le
consentement visé au paragraphe (7), il avise le
demandeur qu’il ne considérera plus la demande et
verse une copie de cet avis au Registre.
Consentement
écrit du titulaire
(9) Dans les circonstances visées au paragra­
phe (8), l’alinéa (2)d) ne s’applique pas, et tout inté­
ressé peut, dans les deux ans de l’affichage de l’avis
dans le Registre, demander que le ministre reprenne
l’examen de l’équivalence et lui fournit, selon le
cas :
a) les renseignements suivants :
(i) quant au produit antiparasitaire homologué,
une analyse détaillée et exhaustive accompa­
gnée d’une description de la méthodologie et de
la validation analytique visant à déterminer si
les procédures, les résultats et les conclusions à
l’égard de la composition du produit sont
acceptables, y compris l’identité et la concen­
tration de ses principes actifs, des contaminants
de ses principes actifs et des formulants du
produit,
(ii) quant à tout produit étranger identifié, les
renseignements visés au paragraphe (5);
b) quant à chacun des produits, une analyse détail­
lée et exhaustive accompagnée d’une description
de la méthodologie et de la validation analytique
visant à déterminer si les procédures, les résultats
et les conclusions à l’égard de la composition du
produit étranger et du produit antiparasitaire
homologué sont acceptables, y compris l’identité
et la concentration de ses principes actifs, des
contaminants de ses principes actifs et des formu­
lants du produit.
(10) Si les renseignements fournis en application
du paragraphe (9) sont insuffisants pour permettre
au ministre de trancher, il peut demander des rensei­
gnements supplémentaires au demandeur pour
mener à bien son examen.
Reprise de la
demande par
tout intéressé
avis de mise en
veilleuse
Renseignements
supplémentaires
489
2014-02-26
Issuance
Validity
Foreign product
use label
Brochures or
leaflets
application for
authorization
Contents
Issuance of
certificate
490
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
Certificates of Equivalency
Certificat d’équivalence
39. (1) If the Minister determines that a foreign
product is equivalent to a registered pest control
product, the Minister must issue a certificate of
equivalency and place it in the Register.
(2) a certificate of equivalency is valid until
December 31 in the second year after the year in
which it is issued and may be reissued with respect
to the same two products in accordance with the
requirements of section 38. a certificate of equiva­
lency ceases to be valid in any of the following
circumstances:
(a) the basis on which the foreign product and the
registered pest control product were determined
to be equivalent no longer applies;
(b) any of the requirements set out in subsec­
tion 38(2) or (3) are no longer met;
(c) the registration of the registered pest control
product is cancelled or expires and the sale and
use of that product is no longer authorized under
the act; or
(d) the foreign product is no longer registered in
the country referred to in paragraph 38(2)(b).
40. (1) When the Minister issues a certificate of
equivalency, she or he must also approve a foreign
product use label.
39. (1) Si le ministre conclut qu’un produit étran­
ger est équivalent à un produit antiparasitaire homo­
logué, il établit un certificat d’équivalence et le verse
au Registre.
(2) Le certificat d’équivalence est valide jusqu’au
31 décembre de la deuxième année suivant son éta­
blissement et peut être ré-établi à l’égard des deux
mêmes produits conformément aux exigences de
l’article 38. Il cesse en tout temps d’être valide dans
l’une des circonstances suivantes :
a) les paramètres pris en compte pour conclure
à l’équivalence du produit étranger et du pro­
duit antiparasitaire homologué ne sont plus
applicables;
b) les exigences visées aux paragraphes 38(2) et
(3) ont changé;
c) l’homologation du produit antiparasitaire a été
révoquée ou elle a expiré, et la vente ainsi que
l’utilisation de ce produit ne sont plus autorisées
sous le régime de la Loi;
d) le produit étranger n’est plus homologué dans
le pays visé à l’alinéa 38(2)b).
40. (1) Lorsqu’il établit un certificat d’équiva­
lence, le ministre doit approuver une étiquette d’uti­
lisation à l’égard du produit étranger.
Établissement
(2) If the Minister permits the directions for use to
be shown instead in a brochure or leaflet that must
accompany the foreign product, the following
requirements must be met:
(a) the label must have prominently shown on it
the statement “REaD aTTaCHED BROCHuRE
(or LEaFLET) BEFORE uSING.”; and
(b) the brochure or leaflet must contain all of the
information that is otherwise required to be shown
on the label.
(2) Si le ministre permet que le mode d’emploi
figure dans une brochure ou un dépliant accompa­
gnant le produit étranger, plutôt que sur l’étiquette,
les exigences ci-après s’appliquent :
a) les mots « LIRE La BROCHuRE CI-JOINTE
(ou LE DÉPLIaNT CI-JOINT) aVaNT uTILISaTION. » doivent figurer bien en vue sur
l’étiquette;
b) la brochure ou le dépliant doit contenir tous les
renseignements devant figurer sur l’étiquette.
Brochure ou
dépliant
Authorizations to Use a Foreign Product
Autorisation d’utilisation d’un produit étranger
41. (1) a person who wishes to use a foreign prod­
uct in respect of which a certificate of equivalency is
in effect must apply to the Minister for an authoriza­
tion under subsection 41(1) of the act.
(2) The application must include all of the follow­
ing information:
(a) the person’s name, address and signature;
(b) the name of the foreign product;
(c) the number of the applicable certificate of
equivalency;
(d) a description of the intended use of the foreign
product and the location where it will be used; and
(e) the quantity of the foreign product required for
that intended use for one growing season.
(3) If the Minister authorizes the use of the for­
eign product, she or he must issue a foreign product
use certificate that sets out all of the following
information:
(a) the identity of the certificate holder;
41. (1) Quiconque souhaite utiliser un produit
étranger dont le certificat d’équivalence est en cours
de validité demande au ministre l’autorisation visée
au paragraphe 41(1) de la Loi.
(2) La demande comporte les renseignements
suivants :
a) les nom, adresse et signature du demandeur;
b) le nom du produit étranger;
c) le numéro du certificat d’équivalence en cause;
d) une description de l’usage prévu du produit
étranger et le lieu de son utilisation;
e) la quantité du produit étranger nécessaire pour
cet usage pendant une saison de croissance.
Demande
d’autorisation
(3) Si le ministre autorise l’utilisation du produit
étranger, il délivre un certificat d’utilisation d’un
produit étranger indiquant :
a) l’identité du détenteur du certificat;
b) la quantité du produit étranger qui peut être
importée et utilisée au titre du certificat;
Délivrance du
certificat
Validité
Étiquette
d’utilisation à
l’égard du
produit étranger
Contenu
2014-02-26
Validity
Not transferable
Importation of
foreign product
Pooled
purchases
Transport
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(b) the amount of the foreign product that may be
imported and used under the certificate; and
(c) the location where the foreign product is to be
used by the certificate holder.
(4) a foreign product use certificate is valid for
only one growing season and for only one importa­
tion. It is valid for one year after the day on which it
is issued but ceases to be valid if the applicable cer­
tificate of equivalency ceases to be valid.
(5) a foreign product use certificate is not
transferable.
42. (1) a person may import a foreign product
whose use is authorized if all of the following condi­
tions are met:
(a) the person holds a foreign product use
certificate;
(b) that certificate holder purchases the product
directly from the foreign source without the inter­
vention of an agent or mandatary;
(c) before the importation, the certificate holder
provides the Minister with all of the following
information:
(i) the proposed date of the importation,
(ii) the name of the person who will transport
the foreign product into Canada, and
(iii) the name of the entry point;
(d) immediately after the importation of the for­
eign product but in any case before its use, the
certificate holder affixes to it a copy of the
approved foreign product use label, in a way that
its product identifier that relates to its registration
outside Canada remains visible at all times, and
ensures that a copy of any brochure or leaflet that
sets out the directions for use accompanies the
product; and
(e) the quantity of the product imported does not
exceed the amount set out in the foreign product
use certificate.
(2) Two or more persons may together import in
one shipment their authorized quantities of foreign
products set out in their respective foreign product
use certificates if the importation meets the condi­
tions of subsection (1).
(3) The person who transports the foreign product
into Canada must carry it to the location of use
specified in the foreign product use certificate and
have the following documents in their possession:
(a) proof of purchase in respect of each quantity
of foreign product in the shipment, including the
name of the foreign source from whom it was pur­
chased; and
(b) copies of all of the relevant foreign product
use certificates.
sOr/dOrs/2014-24
c) le lieu où le détenteur utilisera le produit
étranger.
(4) Le certificat d’utilisation du produit étranger
vaut pour une seule saison de croissance et une seule
importation. Il est valide pour une durée d’un an sui­
vant la date de sa délivrance, mais cesse de l’être
aussitôt que le certificat d’équivalence en cause n’est
plus en cours de validité.
(5) Le certificat d’utilisation du produit étranger
est incessible.
42. (1) Toute personne peut importer un produit
étranger dont l’utilisation est autorisée si, à la fois :
a) elle détient un certificat d’utilisation du produit
étranger;
b) elle achète le produit directement d’une source
étrangère sans l’intervention d’un mandataire ou
agent;
c) elle transmet au ministre, avant l’importation,
les renseignements suivants :
(i) la date prévue de l’importation,
(ii) le nom de la personne chargée de transpor­
ter le produit étranger au Canada,
(iii) le nom du point d’entrée;
d) dès que le produit est importé mais au plus tard
avant son utilisation, elle appose sur celui-ci une
copie de son étiquette d’utilisation approuvée de
manière à ce que l’identification du produit —
relative à son homologation étrangère — demeure
visible en tout temps et elle joint au produit toute
brochure ou tout dépliant contenant le mode
d’emploi;
e) elle n’importe pas plus que la quantité du pro­
duit inscrite sur le certificat.
Validité
(2) Deux personnes ou plus peuvent importer de
concert, dans un seul chargement, la quantité autori­
sée de produit étranger précisée dans leur certificat
d’utilisation du produit étranger si l’importation est
faite selon les conditions énoncées au paragra­
phe (1).
(3) La personne qui transporte le produit étranger
au Canada l’apporte au lieu d’utilisation précisé
dans le certificat d’utilisation du produit étranger et
doit détenir :
a) la preuve d’achat de chaque quantité de produit
étranger dans le chargement, y compris le nom de
la source étrangère pour chacun des achats;
b) une copie des certificats d’utilisation en cause.
Importation
d’achats
groupés
Incessibilité
Importation du
produit étranger
Transport
491
2014-02-26
Information in
Register
Requirements
Retention
Production of
records
application of
certain
provisions to
research
Demande
d’autorisation
de recherche
authorization
492
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
Register
Registre
43. The Minister must place all of the following
information in the Register with respect to every
request for the determination of equivalency made
under section 38:
(a) the name of the person who made the request
and the date on which it was made;
(b) the name of the registered pest control product
and its registration number;
(c) the name of the foreign product, its product
identifier and the name of the country where it is
registered; and
(d) the outcome of the request, including the
reasons.
43. Le ministre inscrit dans le Registre les rensei­
gnements ci-après concernant chaque demande
d’examen de l’équivalence présentée en vertu de
l’article 38 :
a) le nom du demandeur et la date de la demande;
b) le nom et le numéro d’homologation du produit
antiparasitaire homologué;
c) le nom et l’identification du produit étranger
ainsi que le nom du pays où le produit étranger est
homologué;
d) la décision définitive prise quant à la demande,
motifs à l’appui.
Records
Dossiers
44. (1) The holder of a foreign product use certifi­
cate must keep records that contain all of the follow­
ing information in respect of each foreign product
that they import and use:
(a) a copy of the certificate;
(b) the name and quantity of the foreign product;
(c) the method of empty container disposal;
(d) the method of disposal of any unused foreign
product;
(e) proof of purchase of the foreign product and
the name of the foreign source from which it was
purchased;
(f) the name of the person who transported the for­
eign product into Canada; and
(g) the date of importation.
(2) The records must be kept for five years after
the end of the year in which the foreign product use
certificate that relates to the product expires or
ceases to be valid.
(3) The records must be made available to the
Minister on request.
18. section 47 of the regulations is replaced by
the following:
47. Sections 48 to 50 and 56 to 68 apply to an
authorization under subsection 41(1) of the act to
use an unregistered pest control product for the pur­
pose of research.
44. (1) Le détenteur d’un certificat d’utilisation du
produit étranger tient, pour tout produit qu’il importe
et utilise, un dossier contenant les renseignements
suivants :
a) une copie du certificat;
b) le nom et la quantité du produit étranger;
c) la méthode d’élimination des contenants vides;
d) la méthode d’élimination de toute portion inu­
tilisée du produit étranger;
e) la preuve d’achat du produit importé d’une
source étrangère et le nom de celle-ci;
f) le nom de la personne chargée du transport du
produit étranger au Canada;
g) la date d’importation.
Exigences
(2) Les dossiers sont conservés pendant une
période de cinq ans suivant la fin de l’année au cours
de laquelle le certificat d’utilisation du produit étran­
ger a expiré ou a cessé d’être valide.
(3) Ils sont mis à la disposition du ministre à sa
demande.
18. l’article 47 du même règlement est rem­
placé par ce qui suit :
47. Les articles 48 à 50 et 56 à 68 s’appliquent à
toute autorisation accordée par le ministre, au titre
du paragraphe 41(1) de la Loi, pour l’utilisation à
des fins de recherche d’un produit antiparasitaire
non homologué.
19. l’article 48 de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
48. Quiconque souhaite obtenir une autorisation
de recherche pour un établissement de recherche en
fait la demande au ministre.
20. le paragraphe 50(1) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
50. (1) avant d’autoriser, en vertu du paragra­
phe 41(1) de la Loi, l’utilisation d’un produit antipa­
rasitaire des fins de recherche, le ministre tient
compte des risques sanitaires et environnementaux
et de la conformité de l’étiquette de stade expéri­
mental proposée aux exigences énoncées à l’arti­
cle 60.
Conservation
19. section 48 of the French version of the
regulations is replaced by the following:
48. Quiconque souhaite obtenir une autorisation
de recherche pour un établissement de recherche en
fait la demande au ministre.
20. subsection 50(1) of the regulations is
replaced by the following:
50. (1) Before the Minister authorizes the use of a
pest control product for the purpose of research
under subsection 41(1) of the act, the Minister must
consider the health and environmental risks and
whether the proposed experimental label meets the
requirements of section 60.
Renseignements
portés au
Registre
Mise à
disposition
application de
certaines
dispositions à la
recherche
Demande
d’autorisation
de recherche
autorisation
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
21. the portion of subparagraph 53(b)(vii) of
the english version of the regulations before
clause (a) is replaced by the following:
(vii) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient, the
application of the product is carried out only by
a researcher
21. le passage du sous-alinéa 53b)(vii) de la
version anglaise du même règlement précédant la
division (a) est remplacé par ce qui suit :
(vii) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient, the
application of the product is carried out only by
a researcher
22.
(1)
the
portion
of
subpara­
graph 55(2)(b)(vii) of the english version of the
regulations before clause (a) is replaced by the
following:
(vii) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient, the
application of the product is carried out only by
a researcher
22. (1) le passage du sous-alinéa 55(2)b)(vii) de
la version anglaise du même règlement précédant
la division (a) est remplacé par ce qui suit :
(vii) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient, the
application of the product is carried out only by
a researcher
(2) subparagraph 55(2)(c)(vi) of the english
version of the regulations is replaced by the
following:
(vi) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient,
other than an arthropod pheromone, the appli­
cation of the product is carried out only by a
researcher on a maximum of 5 ha of land owned
or operated by a research establishment,
(2) le sous-alinéa 55(2)c)(vi) de la version
anglaise du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
(vi) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient,
other than an arthropod pheromone, the appli­
cation of the product is carried out only by a
researcher on a maximum of 5 ha of land owned
or operated by a research establishment,
23. Paragraph 59(c) of the French version of
the regulations is replaced by the following:
c) elles sont posées avant l’utilisation du produit
et restent en place jusqu’à ce que toutes les
cultures traitées destinées à la consommation
humaine ou animale soient récoltées, s’il y a lieu,
ou tant que dure la collecte des données;
23. l’alinéa 59c) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
c) elles sont posées avant l’utilisation du produit
et restent en place jusqu’à ce que toutes les
cultures traitées destinées à la consommation
humaine ou animale soient récoltées, s’il y a lieu,
ou tant que dure la collecte des données;
24. Paragraph 61(b) of the regulations is
replaced by the following:
(b) produce a copy of the experimental label to the
Minister on request.
24. l’alinéa 61b) du même règlement est rem­
placé par ce qui suit :
b) fournir une copie de l’étiquette de stade expéri­
mental au ministre, sur demande.
25. section 62 of the regulations is repealed.
Contents
sOr/dOrs/2014-24
25. l’article 62 du même règlement est abrogé.
26. the portion of section 63 of the regulations
before paragraph (a) is replaced by the
following:
26. le passage de l’article 63 du même règle­
ment précédant l’alinéa a) est remplacé par ce
qui suit :
63. a research establishment must maintain rec­
ords that contain all of the following information for
each research project, for five years after the end of
the project:
63. Pour tout projet de recherche, l’établissement
de recherche tient et conserve, pour une période de
cinq ans suivant la fin du projet, des dossiers qui
contiennent les renseignements suivants :
27. Paragraph 69(b) of the French version of
the regulations is replaced by the following:
b) si des agents microbiens sont utilisés, autres
qu’un agent microbien contenant le Bacillus
thuringiensis homologué pour utilisation sur les
cultures, les cultures traitées destinées à la
consommation humaine ou animale provenant des
sites de recherche, ainsi que la viande, y compris
le gras et les sous-produits de viande, le lait et les
œufs susceptibles de contenir des résidus à la suite
des travaux de recherche ne peuvent être vendus.
27. l’alinéa 69b) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
b) si des agents microbiens sont utilisés, autres
qu’un agent microbien contenant le Bacillus
thuringiensis homologué pour utilisation sur les
cultures, les cultures traitées destinées à la
consommation humaine ou animale provenant des
sites de recherche, ainsi que la viande, y compris
le gras et les sous-produits de viande, le lait et les
œufs susceptibles de contenir des résidus à la suite
des travaux de recherche ne peuvent être vendus.
Exigences
493
2014-02-26
Research —
subsection 55(2)
criteria
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
28. the portion of section 70 of the english ver­
sion of the regulations before paragraph (a) is
replaced by the following:
70. In the case of research that meets the criteria
set out in subsection 55(2), treated food and feed
crops from research sites and meat (including meat
by-products and fat), milk and eggs that may contain
residues as a result of research must not be sold
unless
29. section 2 of schedule 2 to the regulations is
replaced by the following:
2. a fertilizer that is subject to the Fertilizers Act,
if the pest control product contained in it is regis­
tered under the act.
30. the portion of item 2 of the table to sec­
tion 6 of schedule 2 to the english version of the
regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
2. a declaration of net quantity of the pest control
product in the package, expressed
28. le passage de l’article 70 de la version
anglaise du même règlement précédant l’ali­
néa a) est remplacé par ce qui suit :
70. In the case of research that meets the criteria
set out in subsection 55(2), treated food and feed
crops from research sites and meat (including meat
by-products and fat), milk and eggs that may contain
residues as a result of research must not be sold
unless
29. l’article 2 de l’annexe 2 du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
2. Engrais visé par la Loi sur les engrais si le pro­
duit antiparasitaire qu’il contient est homologué
sous le régime de la Loi.
30. le passage de l’article 2 du tableau de l’ar­
ticle 6 de l’annexe 2 de la version anglaise du
même règlement précédant l’alinéa a) est rem­
placé par ce qui suit :
2. a declaration of net quantity of the pest control
product in the package, expressed
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
31. these regulations come into force
six months after the day on which they are pub­
lished in the Canada Gazette, Part ii.
31. le présent règlement entre en vigueur six
mois après la date de sa publication dans la Partie ii de la Gazette du Canada.
Research —
subsection 55(2)
criteria
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
background
contexte
The Pest Control Products Act (PCPa) and the Pest Control
Products Regulations (PCPR) provide the legislative mandate to
regulate pest control products in Canada. under the PCPa, the
Minister has the authority to allow the use of unregistered pest con­
trol products (i.e. a pest control product that is not registered in
Canada), provided the use of such products poses no unacceptable
health or environmental risks. using this authority, provisions in
the PCPR allow the importation of a foreign product, exempt from
Canadian registration requirements, provided it is determined to be
equivalent to a Canadian registered product and has an equivalent
label. These provisions enabled the establishment in 1993 of the
Own-use Import Program (OuI), a price-discipline mechanism for
the Canadian pesticide industry which provided Canadian users
with access to lower-priced equivalent foreign products.
La Loi sur les produits antiparasitaires (LPa) et le Règlement
sur les produits antiparasitaires (RPa) confèrent le mandat légal
de réglementer les produits antiparasitaires au Canada. En vertu de
la LPa, le ministre a le pouvoir de permettre l’utilisation des pro­
duits antiparasitaires non homologués au Canada, pourvu que leur
utilisation ne pose aucun risque inacceptable pour la santé ou l’en­
vironnement. En vertu de ce pouvoir, les dispositions du Règlement
sur les produits antiparasitaires permettent l’importation d’un pro­
duit étranger exempté des exigences d’homologation canadiennes,
s’il est déterminé que ce produit équivaut à un produit homologué
canadien et qu’il possède une étiquette équivalente. Ces disposi­
tions ont permis l’établissement, en 1993, du Programme d’impor­
tation pour approvisionnement personnel (PIaP), un mécanisme
de discipline tarifaire à l’intention de l’industrie des pesticides au
Canada qui permettait aux utilisateurs canadiens d’avoir accès aux
produits étrangers équivalents à plus bas prix.
au cours des 12 premières années du programme, seulement
trois produits ont été admissibles à l’importation, et pratiquement
aucun produit n’a, pour ainsi dire, franchi la frontière. Toutefois,
de 2005 à 2007, le programme a largement servi; au total, environ
19 millions de litres d’herbicide générique ont été importés, et
10 291 certificats d’importation ont été délivrés. En raison de l’uti­
lisation répandue de ce programme, les intervenants ont soulevé
bon nombre de questions relatives à son fonctionnement; par
exemple des préoccupations ont été soulevées au sujet de l’établis­
sement d’un nouveau système de distribution, lequel n’avait aucun
During the first 12 years of the program, only three products
were eligible for import and virtually no product crossed the bor­
der. However, between 2005 and 2007, the program was used
extensively with approximately 19 million litres of a generic herbi­
cide being imported and 10 291 import authorizations issued. as a
result of the extensive use of the program, stakeholders raised a
number of issues with its operation (e.g. concerns were raised
about the establishment of a new distribution system which lacked
product stewardship controls, as well as the methodology for deter­
mining equivalency between foreign products and registered
494
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
Canadian products). Health Canada, with the support of stakehold­
ers, assembled the 2006 Own-use Import Task Force (Task Force)
to review the issues and identify solutions. as a result of the Task
Force recommendations, a new import program was established in
2007.
programme de saine gestion et de contrôle des produits, et la déter­
mination de l’équivalence entre les produits étrangers et les pro­
duits homologués au Canada. À l’aide du soutien des intervenants,
Santé Canada a formé le Groupe de travail sur le Programme d’im­
portation pour approvisionnement personnel de 2006 (Groupe de
travail) afin d’examiner les enjeux et de proposer des solutions. À
la suite des recommandations de ce groupe de travail, un nouveau
programme d’importation a été instauré en 2007.
issues and objectives
enjeux et objectifs
The amendments implement recommendations from the
2006 Own-use Import Task Force and address three central issues:
(1) the previous Regulations on grower importation of pest control
products allowed for the determination of chemical equivalence
outside the “two-step” approach under which the current importa­
tion program successfully operates; (2) the Regulations did not
empower national grower groups to indicate which products they
would nominate for equivalency determination; and (3) the Regu­
lations did not recognize exclusive data protection on registrants’
products, thereby discouraging the registration of new products.
Les modifications mettent en œuvre les recommandations for­
mulées par le Groupe de travail sur le Programme d’importation
pour approvisionnement personnel de 2006 et portent sur trois
enjeux principaux, soit : (1) l’ancien règlement relatif à l’importa­
tion des produits antiparasitaires à l’intention des producteurs permet de déterminer l’équivalence chimique en dehors de la méthode
« en deux étapes » par laquelle le programme d’importation actuel
est mené à bien; (2) le Règlement ne conférait pas aux associations
nationales de producteurs la responsabilité de proposer les produits
dans le cadre du processus de la détermination de l’équivalence;
(3) le Règlement ne reconnaissait pas la protection exclusive des
données sur les produits des titulaires, ce qui avait pour effet de
dissuader l’homologation de nouveaux produits.
L’exigence selon laquelle les produits candidats mis en examen
pour importation doivent avoir le soutien d’au moins quatre asso­
ciations nationales de producteurs et qu’ils soient proposés au pro­
gramme d’importation par celles-ci représente la base du pro­
gramme actuel. après le dépôt de la proposition, l’agence de
réglementation de la lutte antiparasitaire (aRLa) de Santé Canada
demande des renseignements de la part des titulaires canadiens afin
qu’elle puisse déterminer l’équivalence chimique entre un produit
d’un titulaire canadien et un produit étranger vendu par une entre­
prise affiliée (étape 1 — équivalence sur support papier). Si cette
information ne provient pas des titulaires (par exemple elle n’est
pas fournie), une partie peut chercher à établir l’équivalence
chimique (étape 2) entre le même produit homologué canadien et
un produit étranger (notamment, un produit vendu par une entre­
prise de l’étranger qui n’est pas affiliée au titulaire du produit
vendu au Canada).
Les modifications à la réglementation permettent aux produc­
teurs de prioriser les propositions et l’utilisation de la méthode de
détermination de l’équivalence en deux étapes. Les modifications
exigeront des parties de commencer par rechercher l’équivalence
en passant par l’étape 1, en fonction des recommandations du
Groupe de travail.
Les modifications administratives sont aussi comprises dans
cette proposition; elles clarifient certaines dispositions et corrigent
les incohérences entre les versions anglaise et française du Règle­
ment sur les produits antiparasitaires (RPa).
Les modifications permettent d’offrir aux producteurs agricoles
canadiens l’accès à un mécanisme d’importation qui :
• réduit les risques inacceptables à la santé et à l’environnement
causés par les produits étrangers importés;
• établit l’équilibre entre les intérêts des producteurs et des titu­
laires d’homologation en faisant la promotion d’une discipline
tarifaire au sein du marché canadien des pesticides, et ce, tout
en respectant les investissements des titulaires en vue de l’ho­
mologation de produits au Canada;
• est harmonisé avec les autres moyens visant à accroître la
concurrence pour ce qui est des coûts de la production
agricole.
underpinning the current program is the requirement that candi­
date products being considered for import have the support of and
be nominated for inclusion into the import program by at least four
national grower organizations. Subsequent to the nomination,
Health Canada’s Pest Management Regulatory agency (PMRa)
solicits information from Canadian registrants so that chemical
equivalence between a Canadian registrant’s product and a foreign
product sold by an affiliated company can be determined
(Step 1 — paper-based equivalency). If this information is not
forthcoming from the registrants (e.g. not provided), a party may
seek to establish chemical equivalence (Step 2) between the same
Canadian registered product and any foreign product (including a
product sold by a foreign company that is not affiliated with the
registrant of the product sold in Canada).
The regulatory amendments enable grower-prioritized nomina­
tions and the two-step equivalency determination approach. The
amendments will require parties to first seek equivalency via
Step 1, consistent with the recommendations of the Task Force.
also included are administrative amendments which clarify cer­
tain provisions and correct inconsistencies between the English
and French versions of the Pest Control Products Regulations
(PCPR).
The amendments provide Canadian agriculture producers with
access to an import mechanism that
• mitigates unacceptable health and environmental risks from
imported foreign products;
• balances the interests of growers and product registrants by
promoting price discipline in the Canadian pesticide market­
place while respecting registrants’ investments in Canadian
product registration; and
• is aligned with other instruments aimed at enhancing competi­
tion for agricultural production input.
495
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
description
description
The amendments align the Regulations with the existing import­
ation program. key provisions can be summarized as follows:
Les modifications viennent harmoniser la réglementation avec le
programme d’importation actuel. Les principales dispositions se
résument comme suit.
The role of national grower organizations
Le rôle des associations nationales de producteurs
The Regulations establish the requirement that candidate prod­
ucts being considered for import have the support of, and be nom­
inated for inclusion into the import program by, at least four
national grower organizations. The purpose of this requirement is
to provide Canadian growers the opportunity to provide input into
the activities of the PMRa with respect to the import program, and
to help ensure that they are in line with the national interest of
Canadian growers. It is expected that the Canadian grower organ­
izations are to represent a not-for-profit, nationally based grower
group with a direct interest in the import program; represent their
respective organization’s interests and concerns while remaining
flexible regarding national and regional needs; and, through their
member organizations, promote and support the success of the
import program for the benefit of its Canadian growers. The con­
tinued expectation is that the national grower associations will not
have any ties to pesticide companies, vendors or third-party provid­
ers. as third-party providers can already assemble grower orders
and provide logistics and transport, allowing third-party providers
to nominate products for inclusion in the program could represent
a real or perceived conflict of interest.
under the Regulations, before submission to the PMRa, candi­
date products will be screened for eligibility (i.e. formulations,
active ingredient concentration) by the nominators. In addition to
the criteria outlined in the Regulations, other business complexities
should be taken into consideration in advance of nomination, and
registrants should be consulted as much as possible in finalizing
product nominations.
Since 2006–2007, the following organizations have been volun­
tarily meeting as a group to nominate products for the import
program:
• Canadian Canola Growers association
• Canadian Federation of agriculture
• Canadian Horticultural Council
• Grain Growers of Canada
• Pulse Canada
• Canadian Nursery Landscape association
• Flowers Canada Growers
Le Règlement exige que les produits candidats destinés à l’im­
portation reçoivent le soutien nécessaire et soient désignés pour
faire partie du programme d’importation par au moins quatre asso­
ciations canadiennes de producteurs. Cette exigence vise à donner
l’occasion aux producteurs canadiens de formuler des commen­
taires à l’égard des activités de l’aRLa, au chapitre du programme
d’importation, et à aider à assurer qu’elles servent l’intérêt des pro­
ducteurs canadiens à l’échelle nationale. Il est prévu que les asso­
ciations canadiennes de producteurs représentent un groupe natio­
nal de producteurs sans but lucratif ayant un intérêt direct pour le
programme d’importation, qu’ils représentent les intérêts et les
préoccupations de leurs associations respectives tout en demeurant
souples devant les besoins propres au pays et aux régions et, par
l’intermédiaire de leurs associations membres, qu’ils fassent la
promotion et appuient le bon fonctionnement du programme d’im­
portation au bénéfice des producteurs canadiens. Il est attendu que
les associations nationales de producteurs n’entretiennent aucun
lien avec les fabricants, les détaillants de pesticides ou les tiers
fournisseurs. Il pourrait y avoir présence de conflit d’intérêt réel ou
perçu puisque les tiers fournisseurs peuvent rassembler les com­
mandes des producteurs ainsi que fournir les besoins logistiques et
en transport, alors qu’ils sont aussi en mesure de proposer des pro­
duits en vue de leur inclusion dans le programme.
Conformément au Règlement, avant qu’une demande soit pré­
sentée à l’aRLa, l’admissibilité des produits candidats (c’est-à­
dire la formulation et la concentration de la matière active) sera
examinée par les proposants. En plus des critères décrits dans ce
règlement, on doit tenir compte d’autres complexités opération­
nelles avant de proposer un produit, et il serait judicieux de consul­
ter les titulaires afin de finaliser les propositions de produit.
Depuis 2006-2007, les associations suivantes se sont rencon­
trées afin de proposer des produits candidats au programme
d’importation :
• Canadian Canola Growers association
• Fédération canadienne de l’agriculture
• Conseil canadien de l’horticulture
• Les Producteurs de grains du Canada
• Pulse Canada
• association canadienne des pépiniéristes et des paysagistes
• Flowers Canada Growers
Equivalency determination
Détermination de l’équivalence
Health Canada’s primary mandate is the protection of Can­
adians’ health and environment. The Department must be confident
that foreign-registered products entering Canada meet a similar
level of acceptability to that of Canadian registered products.
The determination of equivalency between a Canadian product
and a foreign product is an important component of the amend­
ments. Throughout the development of the pilot program, the
determination of equivalency was discussed at length and the
amendments reflect the recommendations received through con­
sultations with stakeholders.
Le mandat principal de Santé Canada est de protéger la santé et
l’environnement des Canadiens. Le Ministère doit être certain que
l’acceptabilité des produits homologués à l’étranger qui entrent au
Canada est similaire à celle des produits homologués au Canada.
La détermination de l’équivalence entre un produit canadien et
un produit étranger est une composante importante des modifica­
tions. Il a été largement question de la détermination de l’équiva­
lence tout au long de l’élaboration du programme pilote, et les
modifications tiennent compte des recommandations reçues au
cours des consultations avec les intervenants.
496
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
The Regulations also reflect the existing process to obtain the
data that is necessary to make a decision on equivalency. This pro­
cess is as follows:
sOr/dOrs/2014-24
In either of the above-mentioned situations (Step 1 or Step 2),
applicants have the ability to withdraw an application at any time
during the equivalency determination process.
If the PMRa determines that the two products are equivalent, a
certificate of equivalency is published and the PMRa begins to
accept applications for import authorizations.
Le Règlement tient aussi compte du processus en deux étapes
actuelles servant à obtenir les données nécessaires pour prendre
une décision concernant l’équivalence. Le processus va comme
suit :
Étape 1 — Le produit étranger comparé au produit canadien
homologué doit provenir d’une société affiliée au titulaire cana­
dien. Les titulaires canadiens et leurs sociétés affiliées ont la possi­
bilité de fournir l’information à l’aRLa sur toutes les matières
comprises dans le produit, de manière à procéder à une comparai­
son des composantes des produits et établir une équivalence. L’in­
formation fournie par les titulaires comprend celle des formulaires
canadiens et de l’étranger sur les caractéristiques de la matière
active de qualité technique et de la préparation commerciale
connexe afin d’examiner la concentration de la matière active
(c’est-à-dire un énoncé de garantie), la quantité des impuretés, les
formulants, l’efficacité et les effets sur la santé et l’environnement.
De plus, les versions électroniques des étiquettes, l’information
touchant la taille du contenant, le type de formulation et le type
d’emballage ainsi que la fiche signalétique des produits canadiens
et étrangers doivent être inclus lorsqu’ils sont disponibles.
Des améliorations importantes sont réalisées au moyen de la dif­
fusion d’information par le titulaire (étape 1), notamment ce qui
suit :
• Des changements mineurs apportés à la formulation des pro­
duits ne les rendent pas nécessairement inadmissibles à
l’importation;
• La détermination de l’équivalence est possible sans aucuns
frais pour les producteurs;
• Le programme permet l’approbation d’un plus grand nombre
de produits sur une période plus courte.
Étape 2 — Si le ministre n’est pas en mesure d’obtenir du titu­
laire d’homologation les renseignements nécessaires pour établir
l’équivalence, l’étape 2 de la détermination de l’équivalence peut
être entamée. Toute partie peut demander une autorisation d’im­
porter un produit par l’établissement de l’équivalence entre le pro­
duit homologué canadien et tout produit étranger en soumettant
une analyse en laboratoire détaillée.
Dans les deux situations susmentionnées (étape 1 ou 2), les titu­
laires ont la possibilité de retirer une demande à tout moment
durant le processus de détermination de l’équivalence.
Si l’aRLa détermine que les deux produits sont équivalents, un
certificat d’équivalence sera publié, et l’aRLa commencera à
accepter les demandes d’autorisation d’importation.
Third-party facilitation
Facilitation par un tiers
The role of third-party facilitators or intermediaries has been
discussed extensively with stakeholders. The original concept of
the program, as described when the provisions were brought into
effect in 1993, was based on the premise that individual growers
would import products for their own use. The Government’s inter­
pretation of the Regulations is that they do not preclude the use of
third parties to facilitate the importation of the product. This
includes the use of commercial carriers to provide safe transport,
and seeking assistance with logistical or regulatory matters related
to the importation process.
Il a été largement question des rôles de facilitateur ou de l’inter­
médiaire d’un tiers auprès des intervenants. Le concept original du
programme, tel qu’il avait été décrit lorsque les dispositions sont
entrées en vigueur en 1993, était fondé sur la prémisse que les pro­
ducteurs individuels importeraient des produits pour leur propre
usage. Selon l’interprétation du gouvernement, le Règlement
n’empêche pas qu’un tiers puisse aider à faciliter l’importation du
produit. Cela comprend l’aide des transporteurs commerciaux afin
de veiller à la sécurité du transport et la demande d’aide quant aux
questions de logistique ou de règlement relatives au processus
d’importation.
Les modifications réglementaires continueront de permettre aux
producteurs d’utiliser des intermédiaires afin de favoriser le pro­
cessus de demande de certificat d’importation et de faciliter le
transport et l’importation des produits. Toutefois, l’exigence qui
Step 1 — The foreign product being compared to the registered
Canadian product must originate from a company that is affiliated
with the Canadian registrant. Canadian registrants and their affili­
ated companies have the option of providing to the PMRa infor­
mation regarding all the ingredients in the product so that a com­
parison of the product’s components can be conducted and an
equivalency determination can be made. The information provided
by registrants includes that of foreign and domestic specification
forms for the technical active ingredient and the associated end-use
product for review of the active ingredient concentration (i.e. a
guarantee statement), level of impurities, formulants, efficacy, and
health and environmental effects. In addition, electronic versions
of the labels, information regarding container size, formulation
type and packaging type, and the material safety data sheet of the
domestic and foreign products should be included, if available.
Significant improvements are realized with the registrantprovided information (Step 1) including the following:
• Minor formulation changes do not necessarily render products
ineligible for import;
• Equivalency determination is possible without costs to grow­
ers; and
• More products can be approved under the program in a shorter
time frame.
Step 2 — If the Minister is unable to obtain the information
necessary to establish equivalency from the registrant, the Step 2
equivalency determination can be initiated. any party may seek an
authorization to import a product by establishing equivalency
between the Canadian registered product and any foreign product
by submitting detailed laboratory analyses.
The amendments to the Regulations will continue to allow grow­
ers to utilize intermediaries to facilitate the certificate application
process and facilitate transportation and importation of products.
However, the requirement that products be imported solely for the
497
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
use and financial benefit of the certificate holder (grower) remains,
and proof of purchase and associated certificates for import in the
grower’s name will be required for importation. Resale of imported
products remains a prohibition under the Pest Control Products
Act.
stipule que les produits doivent être importés uniquement pour
l’usage du détenteur du certificat (producteur) et son bénéfice
financier demeure en vigueur, et une preuve d’achat ainsi que les
certificats associés à l’importation au nom du producteur seront
exigés aux fins d’importation. La revente des produits importés
continue d’être interdite en vertu de la Loi sur les produits
antiparasitaires.
Data compensation
Droits à payer pour les données
as a result of stakeholder consultations, the regulatory amend­
ments include a provision making products ineligible for the pro­
gram during the exclusive-use period established by the data pro­
tection provisions of the PCPR. This provision is intended to
balance growers’ interest in importing pest control products and
Canadian registrants’ interest in offsetting some of the expenses
and financial risks incurred to support domestic registrations by
precluding others from relying on the data (without the registrant’s
consent) for a period of at least 10 years.
Comme suite aux consultations avec les intervenants, les modi­
fications à la réglementation comprennent une disposition qui
indique que les produits ne sont pas admissibles au programme
pendant la période d’utilisation exclusive établie par les modifica­
tions au Règlement touchant la protection des droits de propriété
quant aux données sur les pesticides. Cette disposition vise à équi­
librer l’intérêt des producteurs dans l’importation des produits
antiparasitaires et l’intérêt des titulaires canadiens afin de veiller à
ce que les dépenses engagées et les risques financiers encourus
pour l’homologation canadienne des produits soient récompensés
en interdisant les autres de s’appuyer sur ces données (sans le
consentement du titulaire) pendant au moins 10 ans.
Other
autre
In addition to the main issues above, the amendments will also
1. Make administrative corrections and address inconsistencies
between the French and English versions of the Regulations.
These amendments are minor in nature and will not have any
impact on stakeholders.
2. Decrease the administrative burden on growers and regis­
trants by increasing the validity period of the equivalency cer­
tificate from one to two years and by removing requirements
to provide duplicate copies of labels and forms.
En plus des principaux enjeux ci-dessus, les modifications visent
ce qui suit :
1. apporter des modifications administratives et corriger les
incohérences entre les versions française et anglaise du
Règlement. Puisque ces modifications sont mineures, elles
n’auront pas d’effet sur les activités des intervenants.
2. Diminuer le fardeau administratif des producteurs et des titu­
laires en faisant passer la période de validité du certificat
d’équivalence de un à deux ans et en retirant l’exigence
de fournir des copies en double des étiquettes et des
formulaires.
regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Patent issues
Questions relatives aux brevets
Some stakeholders proposed including provisions regarding pat­
ents and patent protection in the Regulations. This suggestion was
not adopted since patent protection is a separate and independent
legal regime and neither the registration of products nor other
specified actions authorized under the PCPa (such as importation
of unregistered products) authorizes infringement of intellectual
property rights held by registrants. Compliance with the Patent Act
(and all other laws of Canada) will continue to be required. Patent
issues can be discussed between grower groups and registrants
prior to the nomination of products for equivalency determination.
Moreover, independent of the pesticide importation program, judi­
cial avenues exist for claims of patent infringement to be assessed.
Certains intervenants avaient proposé d’inclure des dispositions
au sujet des brevets et de leur protection dans le Règlement. Cette
option a été rejetée puisque la protection conférée par un brevet est
un régime légal distinct et indépendant; ni l’homologation des pro­
duits ni d’autres mesures particulières autorisées en vertu de la
LPa (comme l’importation de produits non homologués) n’auto­
risent la violation des droits sur la propriété intellectuelle des titu­
laires. L’exigence d’être conforme à la Loi sur les brevets (et de
toutes les autres lois du Canada) continuera d’être en vigueur. Les
associations de producteurs peuvent discuter des questions en
matière de brevet avec les titulaires avant de proposer des produits
aux fins de détermination de l’équivalence. De plus, hormis le
programme d’importation des pesticides, des moyens juridiques
existent concernant les demandes d’évaluation de contrefaçon de
brevet.
Container disposal
Élimination des contenants
National grower associations, in collaboration with CropLife
Canada, have gained access to the container management program
used for other domestically registered pest control products. This
provides a provincially approved method for the responsible dis­
posal of imported pest control product containers. To support this
stewardship program, it was decided that growers must provide
proof of participation in a container management program as a
En collaboration avec CropLife Canada, les associations cana­
diennes de producteurs ont maintenant accès au programme de
gestion des contenants servant à d’autres produits antiparasitaires
homologués au pays, ce qui permet la mise en place d’une méthode
approuvée au niveau provincial en ce qui concerne une élimination
responsable des contenants de produits antiparasitaires importés.
afin d’appuyer la gestion de ce programme, il a été décidé que les
498
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
condition of obtaining an importation certificate, and as a condi­
tion of authorization. Therefore, prescribing a method of proper
container disposal in the regulatory amendments is not required.
producteurs étaient tenus de fournir une preuve de participation à
un programme de gestion des contenants comme condition d’ob­
tention d’un certificat d’importation et comme condition d’autori­
sation. Par conséquent, il n’est plus nécessaire de prescrire un pro­
cessus adéquat d’élimination des contenants dans les modifications
à la réglementation.
“One-for-One” rule
règle du « un pour un »
No new administrative burden would be imposed on the regu­
lated community as a result of the adoption of the proposed amend­
ments. The proposed amendments are administrative in nature and
serve to incorporate the existing import policy in the Pest Control
Products Regulations. Overall, a slight reduction in administrative
burden would be realized by the adoption of the proposed
Regulations.
Il n’y aurait aucun nouveau fardeau administratif pour la com­
munauté réglementée à la suite de l’adoption des modifications
proposées. Celles-ci sont de nature administrative et servent à
inclure la politique d’importation en vigueur dans le Règlement sur
les produits antiparasitaires. Dans l’ensemble, il y aurait une
légère réduction du fardeau administratif en adoptant ce projet de
règlement.
Impact on pesticide registrants
Incidences sur les titulaires de pesticides
There are no mandatory requirements placed on registrants
under the new Regulations. The amendments recognize the volun­
tary submission of data during the equivalency determination step.
Registrants have historically been supportive of the program.
Ce nouveau règlement n’impose pas d’exigences obligatoires
aux titulaires. Les modifications reconnaissent le caractère faculta­
tif de la présentation de données au cours de l’étape de la détermi­
nation de l’équivalence. Les titulaires ont toujours appuyé ce
programme.
Impact on Canadian growers
Incidences sur les producteurs canadiens
The proposed Regulations represent a slight reduction in admin­
istrative burden for participating agricultural growers. Proposed
changes to the program application/import process would require
growers to retain import records. However, growers would be
required to submit only one form, as opposed to two. In addition,
growers would no longer be required to complete import declara­
tion forms for GROu products. The estimated reduction in admin­
istrative burden is $1,924 for the sector, i.e. $11,547 (existing
program) minus $9,623 (proposed program).
Le projet de règlement représente une légère réduction du far­
deau administratif pour les producteurs agricoles participant au
programme. Les changements proposés au processus de demande/
d’importation du programme exigeraient que les producteurs
tiennent des registres d’importation. Toutefois, les producteurs
n’auraient qu’à soumettre un seul formulaire au lieu de deux. En
outre, ils ne seraient plus obligés de remplir les formulaires de
déclaration d’importation pour les produits importés grâce au
PIaPDa. On estime le montant de la réduction du fardeau admi­
nistratif à 1 924 $ pour le secteur (soit 11 547 $ dans le cadre du
programme actuel moins 9 623 $ dans le cadre du programme
proposé).
Les nouvelles modifications proposées continueraient de soute­
nir l’objectif principal de Santé Canada qui est de protéger la santé
humaine et l’environnement tout en garantissant que les pesticides
importés dans le cadre de ce programme sont équivalents à ceux
dont l’utilisation est déjà homologuée au Canada.
The new proposed amendments would continue to support
Health Canada’s primary objective to protect human health and the
environment by ensuring that pesticides imported under this pro­
gram are equivalent to those already registered for use in Canada.
small business lens
lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs (or insignificant costs) on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car le projet
de règlement n’entraîne aucun coût (ou que des coûts minimes)
pour les petites entreprises.
consultation
consultation
Stakeholder consultations have been ongoing since 2005, when
issues with the previous import program were identified to the
PMRa. Formal consultations, through the Task Force, occurred
regularly in 2005 and 2006. These meetings were attended by
many representatives of the agri-food sector, including six grower
and farming groups, pesticide manufacturers and retailers, federal
and provincial governments.
Des consultations auprès des intervenants ont lieu depuis 2005,
et c’est dans le cadre de celles-ci que des problèmes liés à l’ancien
programme d’importation ont été soulevés à l’aRLa. Des consul­
tations officielles, par l’intermédiaire du Groupe de travail, ont été
menées régulièrement en 2005 et 2006. Plusieurs représentants de
divers secteurs agroalimentaires ont participé à ces réunions, dont
six associations de producteurs et de cultivateurs, des fabricants et
des détaillants de pesticides et des gouvernements fédéral et
provinciaux.
L’aRLa a été appelée à parler devant le Comité permanent de
l’agriculture et de l’agroalimentaire et à répondre à ses questions
pour discuter et pour fournir des rétroactions du programme en
2005 et 2006, du programme pilote en 2007, et de la mise en œuvre
du programme complet en 2008 et 2009.
The PMRa was called to speak to and respond to questions from
the Standing Committee on agriculture and agri-Food to discuss
and provide feedback on the import program in 2005 and 2006, the
pilot program in 2007, and the implementation of the full program
in 2008 and 2009.
499
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
In 2010, two regulatory intent discussions were organized by the
PMRa with the objective of providing a full range of stakeholders
(grower organizations, pesticide manufacturers, their representa­
tives and retailers, companies facilitating importation and govern­
ment) with an opportunity to discuss key issues relating to the
existing program and to provide input into the development of the
regulatory amendments.
The Regulations were prepublished in the Canada Gazette,
Part I, on July 12, 2012, followed by a 75-day comment period.
Comments were received from five respondents, representing
grower and registrant organizations. Overall, stakeholders support
formalizing the existing program into regulations. The comments
are summarized as follows:
En 2010, deux discussions sur la réglementation ont été organi­
sées par l’aRLa ayant pour objectif d’offrir aux divers interve­
nants (associations de producteurs, fabricants de pesticides, leurs
représentants et leurs détaillants, sociétés facilitant l’importation et
le gouvernement) l’occasion de discuter de questions clés relatives
au programme actuel et de fournir des données pour aider à élabo­
rer les modifications à la réglementation.
Le Règlement a préalablement été publié le 12 juillet 2012 dans
la Partie I de la Gazette du Canada, et la publication a été suivie par
une période de commentaires de 75 jours. Cinq participants repré­
sentant des associations de producteurs et des entreprises titulaires
ont émis des commentaires. Dans l’ensemble, les intervenants ont
appuyé l’officialisation du programme existant par son intégration
dans un règlement. Voici un résumé des commentaires :
1. Compliance
1. Conformité
Two comments recommended that Health Canada take enforce­
ment measures in the event of non-compliance with the GROu
Program to ensure the future success of the program and to protect
regulatory integrity.
Health Canada will continue to use a risk management approach
to compliance as described in the Compliance Policy (www.hc-sc.
gc.ca/cps-spc/pubs/pest/pol-guide/dir2007-02/index-eng.php).
Dans deux commentaires, on a recommandé que Santé Canada
prenne des mesures d’application en cas de non-conformité au
PIaPDa afin de garantir la réussite future du programme et de
protéger l’intégrité réglementaire.
Santé Canada continuera à adopter une approche de gestion des
risques lors de l’évaluation de la conformité, comme il est décrit
dans la Politique en matière de conformité (www.hc-sc.gc.ca/cps­
spc/pubs/pest/pol-guide/dir2007-02/index-eng.php).
2. Container management
2. Gestion des contenants
One comment suggested that specific provisions be added to
address the issue of container management in the Regulations.
Dans un commentaire, on suggère que des dispositions particu­
lières soient ajoutées pour remédier au problème de la gestion des
contenants dans le Règlement.
Comme il a été mentionné précédemment, la question de la ges­
tion des contenants a été résolue par l’adoption des recommanda­
tions du groupe de travail sur le PIaP, à savoir de rendre obligatoire
la participation à un programme d’élimination des contenants.
Compte tenu de ces facteurs, on n’a réalisé aucune modification de
la réglementation pour tenir compte de ce commentaire. Cepen­
dant, Santé Canada continuera d’exiger des preuves d’une partici­
pation au programme d’élimination des contenants comme condi­
tion d’obtention d’un certificat permettant l’utilisation d’un produit
étranger.
as mentioned previously, the issue of container management
was addressed through the adoption of the OuI Task Force recom­
mendations, making participation in a container disposal program
mandatory. Based on these considerations, no regulatory amend­
ments were made to address this comment. However, Health Can­
ada will continue to require evidence of participation in a container
disposal program as a condition for obtaining a foreign product use
certificate.
3. Eligibility — Data requirements
3. admissibilité — Exigences liées aux données
Several stakeholders recommended that language be added to
allow the Minister to require additional data in cases where the
health and environmental risks of the foreign product remain
unclear.
Health Canada is in agreement, and subsections 38(6) and
38(10) were amended to enable the Minister to request additional
information, as necessary, regarding either the pest control product
or the foreign product.
Plusieurs intervenants ont recommandé qu’un libellé soit ajouté
afin de permettre au ministre de demander d’autres données si les
risques pour la santé et l’environnement du produit étranger sont
nébuleux.
Santé Canada approuve, et les paragraphes 38(6) et 38(10) ont
été modifiés pour permettre au ministre d’exiger au besoin des ren­
seignements supplémentaires sur le produit antiparasitaire ou le
produit étranger.
4. Eligibility — Formulation changes and validity period of
equivalency certificates
4. admissibilité — Changements apportés à la formulation et
durée de validité du certificat d’équivalence
In the Canada Gazette, Part I, publication, Health Canada pro­
posed extending the validity period of an equivalency certificate
from one to two years. a comment from industry questioned
whether Health Canada would be able to track formulation changes
in approved GROu products during an extended two-year validity
period. Conversely, several other commenters suggested that the
validity period of an equivalency certificate should be further
extended to four or five years, as a means of increasing the number
of products in the program.
Lors de la publication dans la Partie I de la Gazette du Canada,
Santé Canada a proposé de prolonger la durée de validité de la
certification d’équivalence de un à deux ans. Dans un commen­
taire, l’industrie se demande si Santé Canada peut suivre les chan­
gements apportés à la formulation des produits approuvés dans le
cadre du PIaPDa durant la période de validité prolongée de deux
ans. À l’inverse, dans leurs commentaires, plusieurs autres partici­
pants ont proposé que la durée de validité du certificat d’équiva­
lence soit prolongée davantage, soit jusqu’à quatre ou cinq ans,
500
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
afin d’augmenter le nombre de produits approuvés dans le cadre du
programme.
Based on of the experience of the last six years, Health Canada
does not expect that any significant formulation changes which
would increase risks to human health or the environment will occur
during an extended two-year validity period. Registrants may
inform Health Canada of a formulation change or any other change
that may affect the product’s eligibility under the GROu program
at any time.
Based on the considerations above, no further regulatory amend­
ments were made to address the comments.
Selon son expérience des six dernières années, Santé Canada ne
s’attend pas à ce que de grandes modifications de formulation qui
pourraient accroître les risques pour la santé humaine ou l’environ­
nement aient lieu dans la période de validité prolongée de deux
ans. Les titulaires pourraient informer à tout moment Santé Canada
d’une modification à la formulation ou de tout autre changement
qui pourrait avoir une incidence sur l’admissibilité du produit au
PIaPDa.
Santé Canada a jugé que le risque associé à une prolongation
supplémentaire de la période de validité d’un certificat d’équiva­
lence à quatre ou cinq ans est inacceptable en raison du plus grand
risque de modification de la formulation par les fabricants au cours
de cette période. Santé Canada continue d’explorer des options
stratégiques en visant l’efficience administrative qui permettrait au
programme d’être appliqué à plus grande échelle avec les ressources allouées.
Compte tenu de ces facteurs, aucune autre modification de la
réglementation n’a été réalisée pour réagir aux commentaires.
5. Eligibility — Foreign product availability and sale
5. admissibilité — accessibilité et vente du produit étranger
Health Canada received comments concerning para­
graph 38(2)(b), suggesting that the paragraph be reworded such
that a product’s availability in the foreign country should not limit
its eligibility. This would allow the product to continue in the
GROu process despite possible short-term shortages in the foreign
country or in regions of the foreign country.
Health Canada agreed with the suggestion and the Regulations
have been amended to reflect this change.
Santé Canada a reçu des commentaires sur l’alinéa 38(2)b),
proposant que l’alinéa soit reformulé de sorte que la disponibilité
d’un produit dans le pays étranger ne restreigne pas son admissibi­
lité. ainsi, le traitement de la demande concernant le produit se
poursuivrait dans le cadre du PIaPDa en dépit de pénurie possible
à court terme dans le pays étranger ou dans certaines régions de ce
pays.
Santé Canada approuve la proposition, et le Règlement a été
modifié en conséquence.
6. Product equivalency — Eligibility of foreign products
6. Équivalence du produit — admissibilité des produits étrangers
Several comments suggested that the criteria for related com­
panies as an eligibility requirement for the GROu program [para­
graph 38(2)(d)] are too limiting and that the Regulations should be
amended to allow the nomination of products in cases where
ownership has changed. additionally, there were several comments
expressing concerns that registrants may attempt to circumvent the
GROu eligibility criteria.
Dans plusieurs commentaires, on a laissé entendre que le critère
destiné aux entreprises connexes qui tient lieu d’exigence pour une
admissibilité au PIaPDa [alinéa 38(2)d)] est trop limitant et que
le Règlement devrait être modifié pour permettre la sélection de
produits dont la propriété a changé. En outre, dans plusieurs com­
mentaires, on a exprimé des préoccupations sur le fait que les titu­
laires pourraient tenter de se soustraire au critère d’admissibilité du
PIaPDa.
Santé Canada ne peut pas raisonnablement imposer aux titu­
laires l’obligation de fournir des données sur l’équivalence d’un
produit qu’ils ne possèdent plus. Pour ce qui est des préoccupations
liées au risque des titulaires de se soustraire au critère d’admissibi­
lité, Santé Canada n’a pas relevé de signes indiquant que cela s’est
produit depuis le début de la mise en œuvre du PIaPDa.
Compte tenu de ces facteurs, aucune autre modification de la
réglementation n’a été réalisée pour réagir aux commentaires.
Health Canada determined the risk of further extending the
validity period of an equivalency certificate to four or five years to
be unacceptable due to the greater likelihood of manufacturers
changing their formulations during that time frame. Health Canada
will continue to explore policy options with the goal of realizing
administrative efficiencies that would allow the program to be
expanded within allocated resources.
Health Canada cannot reasonably place obligations on regis­
trants to provide equivalency information for a product which they
no longer own. In response to the concerns about registrants cir­
cumventing the eligibility criteria, Health Canada has not identi­
fied any evidence of this occurring since the initiation of the GROu
program.
Based on the considerations above, no regulatory changes were
made to address the comments.
7. Source of technical grade active ingredient changes
7. Modifications liées à la source des matières actives de qualité
technique
No regulatory amendments were recommended; however, the
issue of alternate sources of technical active ingredient was raised
by industry. The registration of a new source of active ingredient
can take up to 18 months to complete, whereas an approval for an
alternate source related to an equivalency certificate under the
GROu program may only take a few weeks.
aucune modification à la réglementation n’a été recommandée,
mais le problème des autres sources de matière active de qualité
technique a été soulevé par l’industrie. L’homologation d’une nou­
velle source de matière peut prendre jusqu’à 18 mois alors que
l’approbation d’une autre source pour laquelle un certificat d’équi­
valence a été émis en vertu du PIaPDa ne peut requérir que
quelques semaines.
501
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
Health Canada has in the past discussed the issue of sources of
technical grade active ingredient (TGaI) in GROu products with
the GROu Nomination Committee and registrants. Health Canada
has consistently indicated that a GROu approval may be granted
for an end-use product with an unregistered source, provided the
source is acceptable based on a review of the technical grade active
ingredient specifications. While industry has expressed concern
with this approach, Health Canada has indicated that it is accept­
able in the context of a GROu approval, which does not confer the
same rights and privileges as a product registration. Further, sec­
tion 41 of the PCPa allows the Minister to authorize the use of
unregistered products for specified purposes. as a result, Health
Canada continues to review, and potentially authorize, the use of
unregistered sources of TGaI in GROu products, provided the
review of the TGaI is determined to be acceptable.
Dans le passé, Santé Canada a discuté du problème de la source
des matières actives de qualité technique (SMaQT) présentes dans
les produits du PIaPDa avec le Comité de sélection du PIaPDa et
les titulaires. Santé Canada a toujours soutenu qu’une approbation
du PIaPDa pouvait être accordée à un produit commercial dont la
source n’a pas été homologuée, si cette source est considérée
comme acceptable après examen des spécifications de la matière
active de qualité technique. L’industrie a fait part de ses préoccupa­
tions quant à cette approche, mais Santé Canada indique qu’elle est
acceptable dans le contexte d’une approbation dans le cadre du
PIaPDa, laquelle ne confère pas les mêmes droits et privilèges
qu’une homologation de produit. Par ailleurs, l’article 41 du PCPa
permet au ministre d’autoriser l’utilisation de produits non homo­
logués à des fins particulières. En conséquence, Santé Canada
continue d’examiner, et pourrait autoriser, le recours à des sources
non homologuées de SMaQT présentes dans les produits du
PIaPDa, si l’examen de la source a établi qu’elle est acceptable.
8. Product nomination
8. Sélection de produits
One comment suggested removing the need to re-nominate a
product after the two-year validity period has expired.
Dans un commentaire, on propose l’élimination du besoin de
sélectionner de nouveau un produit après l’expiration de la période
de validité de deux ans.
aucune modification de la réglementation n’a été réalisée pour
tenir compte du commentaire, car une nouvelle sélection est néces­
saire afin que seulement les priorités actuelles des producteurs
soient prises en compte dans la liste des produits candidats du
PIaPDa. Santé Canada poursuit la rationalisation du processus de
resélection pour réduire au minimum le travail requis par les
producteurs.
No regulatory amendments were made to address the comment,
as re-nomination is required so that the most current grower prior­
ities are reflected within the list of candidate products for the
GROu program. Health Canada continues to work towards stream­
lining the re-nomination process to minimize work required by
growers.
9. Nomination committee — Definition
9. Comité de sélection — Définition
Several comments suggested that a definition of a nomination
committee be included in the Regulations and that it be clarified
that the Canadian national grower associations are not-for-profit
for consistency with the RIaS.
While the Regulations do not require the formation of a nomina­
tion committee per se, the requirement that candidate GROu prod­
ucts are supported by at least four national grower associations
achieves this goal. It is expected that the national grower associa­
tions which will select the products for nomination should have no
ties to any pesticide company, vendor or third-party provider that
could represent a real or perceived conflict of interest.
Health Canada agrees that the national grower associations par­
ticipating in the nomination process must be not-for-profit, consist­
ent with the RIaS. The Regulations have been amended to specify
this requirement in paragraph 38(1)(b).
Dans plusieurs commentaires, on recommande que le Comité de
sélection soit défini dans le Règlement et qu’il soit sans équivoque
que les associations nationales de producteurs canadiens sont sans
but lucratif, en cohérence avec le RÉIR.
Le Règlement n’exige pas la formation d’un comité de sélection
proprement dit, mais l’exigence à savoir que les produits candidats
du PIaPDa doivent être appuyés par au moins quatre associations
nationales de producteurs permet d’atteindre ce but. Il est attendu
que les associations nationales de producteurs qui sélectionnent les
produits n’aient aucun lien avec une entreprise de pesticide, un
vendeur ou un tiers fournisseur qui pourrait donner lieu à un conflit
d’intérêt réel ou perçu.
Santé Canada convient que les associations nationales de pro­
ducteurs participant au processus de sélection doivent être sans but
lucratif, en cohérence avec le RÉIR. Le Règlement a été modifié
pour préciser cette exigence à l’alinéa 38(1)b).
10. OuI and the determination of chemical equivalency
10. Le PIaP et l’établissement de l’équivalence chimique
Some comments supported maintaining the OuI program
(Step 2) as a separate program, and conversely, one comment sup­
ported the use of the OuI as the second step of the program, as was
presented in the prepublication in the Canada Gazette, Part I.
Dans certains commentaires, on était pour le maintien du PIaP
(étape 2) en tant que programme distinct, et à l’inverse, dans un
commentaire, on appuyait l’utilisation du PIaP en tant que
deuxième étape du programme, comme il a été présenté dans la
publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada.
Comme il a été mentionné pendant les consultations tenues avec
les intervenants au long de l’élaboration du programme qui existe
depuis 2006, l’objectif visé par les modifications au RPa est d’in­
tégrer le PIaPDa existant à la réglementation et de donner suite
aux recommandations formulées dans le rapport du groupe de tra­
vail sur le PIaP. Il est crucial de disposer d’un ensemble clair de
as has been stated during the consultations with stakeholders
throughout the development of the program since 2006, the intent
of these amendments to the PCPR is to incorporate the existing
GROu program into regulations and to address the recommenda­
tions of the OuI Task Force report. It is critical there be one clear
set of regulations so that all players, be they innovators, generics or
502
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
producers, have clarity for the business environment in which they
operate.
règlements pour que tous les intervenants, qu’ils soient des fabri­
cants de produits innovateurs, génériques ou des producteurs, com­
prennent bien le contexte commercial dans lequel ils opèrent.
Without regulatory amendments that establish the two-step
equivalency determination approach, a party who is neither a
grower nor a registrant could opt to first seek to determine equiva­
lency via Step 2 (i.e. a determination of equivalency through lab­
oratory analysis). This would put at risk continued support for the
program as it has been functioning under policy with participation
of both Canadian growers and registrants who are integral to the
process. No changes to the Regulations were made as a result of
these comments.
Si on ne modifie pas la réglementation pour définir l’établisse­
ment d’une équivalence par l’étape 2, un intervenant qui n’est ni un
producteur, ni un titulaire pourrait d’abord choisir d’établir l’équi­
valence par l’étape 2 (c’est-à-dire établir une équivalence par une
analyse en laboratoire). Cela pourrait mettre en péril le soutien
continu obtenu par le programme, car celui-ci fonctionne, en vertu
d’une politique, avec la participation à la fois des producteurs
canadiens et des titulaires, qui sont essentiels au processus. aucune
modification à la réglementation n’a été réalisée à la suite de ces
commentaires.
11. Step 2 equivalency determination — Initiation
11. Établissement de l’équivalence par l’étape 2 — amorce
Comments recommended that the wording of subsection 38(7)
reflect the intent that the Step 2 process is only initiated when the
registrant actively declines or refuses to provide the information or
consent through subsection (6), as described in the RIaS.
Dans les commentaires, on a recommandé que la formulation du
paragraphe 38(7) tienne compte du fait que l’étape 2 n’est amorcée
que lorsque le titulaire décline ou refuse librement de fournir des
données ou son consentement en vertu du paragraphe (6), comme
il a été décrit dans le RÉIR.
afin de trouver le bon équilibre entre les besoins des produc­
teurs et ceux des titulaires, le processus par lequel on entame
l’étape 2 demeure le même. Dans les situations où les titulaires ne
peuvent pas fournir les données demandées, on encourage la dis­
cussion entre les producteurs et les titulaires au cours des étapes de
la sélection et de l’établissement de l’équivalence.
To provide an appropriate balance between the needs of growers
and registrants, the process by which Step 2 is initiated will remain
unchanged. In situations where registrants are unable to provide
the required information, discussions between growers and regis­
trants during the nomination and equivalency determination stages
are encouraged.
12. Step 2 equivalency determination — Confirmation of support
12. Établissement de l’équivalence par l’étape 2 — Confirmation
de l’appui
One comment indicated that the RIaS describes a process
whereby the applicant and the national grower groups must con­
tinue to support the application in order for Step 2 chemical analy­
sis to be initiated, whereas no such provision exists in the proposed
Regulations. a change to the Regulations to address this comment
is unnecessary because applicants have the ability to withdraw an
application at any time during the equivalency determination
process.
Dans un commentaire, on a indiqué que le RÉIR décrit un pro­
cessus par lequel le demandeur et les associations nationales de
producteurs doivent continuer à appuyer la demande afin que
l’étape 2, qui est l’analyse chimique, soit amorcée, mais aucune
disposition de ce type n’existe dans le règlement proposé. une
modification à la réglementation pour tenir compte de ce commen­
taire n’est pas nécessaire, car les demandeurs peuvent retirer leur
demande à tout moment au cours du processus d’établissement de
l’équivalence.
Dans le commentaire, on affirme que le Règlement ne fait pas
mention des mesures à prendre par le ministre si une demande n’a
plus d’appui. Si l’appui n’est pas retiré au moment où l’étape 2
est amorcée, Santé Canada présumera que les associations natio­
nales de producteurs continuent d’appuyer la demande. Le paragra­
phe 38(8) a été modifié pour indiquer que Santé Canada avisera les
demandeurs de la possibilité de retirer leur demande avant l’amorce
de l’étape 2.
The comment also indicated that the proposed Regulations are
silent on the Minister’s course of action in the event that support
for an application is withdrawn. If no withdrawal is made at the
time Step 2 is triggered, Health Canada will assume that the
national grower groups continue to support the application. Subsec­
tion 38(8) has been amended to indicate that Health Canada will
notify applicants of the opportunity to withdraw their application
prior to initiation of Step 2.
13. Step 2 equivalency determination — Chemical analysis
13. Établissement de l’équivalence par l’étape 2 — analyse
chimique
One comment questioned what analysis is acceptable during the
Step 2 equivalency determination. No recommendations for regu­
latory amendments were made.
Dans un commentaire, on s’est questionné sur les analyses
acceptables pendant l’étape 2, soit l’établissement de l’équiva­
lence. aucune recommandation sur une modification de la régle­
mentation n’a été émise.
Parce qu’il est complexe d’établir l’équivalence par l’analyse
chimique, il est conseillé que le demandeur contacte directement
Santé Canada et sollicite une consultation préalable (www.hc-sc.
gc.ca/cps-spc/pest/registrant-titulaire/pre-consult/index-fr.php).
Due to the complexity of establishing equivalency through
chemical analysis, it is recommended that the applicant contact
Health Canada directly through the Pre-Submission consultation
process
(www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/pest/registrant-titulaire/pre­
consult/index-eng.php).
503
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
14. Language consistency
14. uniformisation des termes
One comment suggested replacing the phrase “sufficiently simi­
lar” in the Regulations with the phrase “materially equivalent.”
Dans un commentaire, on a proposé de remplacer le terme « suf­
fisamment semblable » dans le Règlement par « équivalent du
point de vue de la composition ».
On a utilisé correctement le terme « suffisamment semblable »
dans les paragraphes 38(4) et 38(5) pour décrire le processus de
présélection d’une demande, au cours duquel un bref examen de
deux produits permettait de justifier l’établissement de l’équiva­
lence chimique de ces deux produits. Par conséquent, aucune autre
modification de la réglementation n’a été réalisée pour tenir compte
du commentaire.
The term “sufficiently similar” is correctly used in subsec­
tions 38(4) and 38(5) to describe the pre-screening of an applica­
tion where a cursory examination of two products would justify
proceeding to a determination of chemical equivalence between
two products. Therefore, no amendments were made to address the
comment.
additional changes
Modifications supplémentaires
It was recognized during the review of the Canada Gazette,
Part I, comments that no time frames were established for the
receipt of data packages in support of an equivalency determina­
tion. a two-year window of opportunity has been specified for an
applicant to submit data after Step 2 is initiated [subsection 38(9)].
The two-year window is judged to be sufficient time for persons to
generate the information needed to satisfy the requirements for an
equivalency determination. If, after two years, no data has been
submitted to support an equivalency determination, any future
applications regarding the product would begin again at Step 1.
Lors de l’examen des commentaires reçus après la publication
dans la Partie I de la Gazette du Canada, on a reconnu qu’aucun
échéancier n’a été établi pour la réception des ensembles de don­
nées fournis en appui à l’établissement de l’équivalence. un
demandeur dispose d’un délai de deux ans pour soumettre les don­
nées après l’amorce de l’étape 2 [paragraphe 38(9)]. Le délai de
deux ans est jugé suffisant pour la production des données néces­
saires au respect des exigences d’un établissement de l’équiva­
lence. Si, au bout de deux ans, aucune donnée n’a été présentée en
appui à l’établissement de l’équivalence, il faudra procéder de nou­
veau à l’étape 1 pour toute demande ultérieure concernant le
produit.
rationale
Justification
The amendments will mitigate the risk of parties seeking import­
ation outside of the current process. This is expected to maintain
Canadian registrants’ support for, and participation in, the importa­
tion program. The amendments also formalize an approach to
establishing equivalence that is already practised in the existing
pesticide importation program, and simplify certain administrative
aspects of the program.
Les modifications réduiront le risque que les parties cherchent à
importer des produits sans avoir recours au processus actuel, ce qui
devrait contribuer à maintenir le soutien et la participation des titu­
laires canadiens envers le programme d’importation. De plus, les
modifications officialisent une méthode d’établissement de l’équi­
valence qui est déjà en mise en pratique dans le cadre du pro­
gramme d’importation de pesticides, en plus de simplifier certains
aspects administratifs dudit programme.
L’instauration de ce programme d’importation dans la réglemen­
tation aidera à maintenir le mécanisme d’importation des pesti­
cides actuel; cela résulte des recommandations du Groupe d’étude
sur le programme d’importation de pesticides pour approvisionne­
ment personnel et est largement représentatif des intérêts des inter­
venants. Les modifications réduisent le risque de mettre en péril
l’appui au programme d’importation ainsi que son fonctionnement
continu, qui présente des avantages pour les producteurs, tout en
équilibrant les intérêts des titulaires canadiens.
Establishing this import program in regulations will help ensure
the continuation of the existing pesticide import program, which is
the result of recommendations of the OuI Task Force and broadly
representative of stakeholder interests. The amendments mitigate
risks that jeopardized support for, and the continued functioning
of, a program which offers benefits to growers, while balancing the
interests of Canadian registrants.
implementation, enforcement and service standards
mise en œuvre, application et normes de service
The amendments do not alter existing compliance mechanisms
under the provisions of the Pest Control Products Act and the Pest
Control Products Regulations. The amendments formalize an
existing program which was introduced in 2007.
Les modifications ne changent aucune approche de gestion de la
conformité en vertu de LPa et des RPa. Les modifications forma­
lisent un programme actuel qui a été introduit en 2007.
504
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-24
contact
Personne-ressource
Robert Ward
Policy, Communications and Regulatory affairs Directorate
Pest Management Regulatory agency
Health Canada
2720 Riverside Drive
address Locator 6607D1
Ottawa, Ontario
k1a 0k9
Telephone: 613-736-3847
Fax: 613-736-3659
Email: pmra.regulatory.affairs-affaires.reglementaires.arla@hc-sc.
gc.ca
Robert Ward
Direction des politiques, des communications et des affaires
réglementaires
agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
Santé Canada
2720, promenade Riverside
Indice de l’adresse 6607D1
Ottawa (Ontario)
k1a 0k9
Téléphone : 613-736-3847
Télécopieur : 613-736-3659
Courriel : pmra.regulatory.affairs-affaires.reglementaires.arla@
hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
505
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-25
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
February 7, 2014
Enregistrement
DORS/2014-25
sOr/dOrs/2014-25
Le 7 février 2014
RaDIaTION EMITTING DEVICES aCT
LOI SuR LES DISPOSITIFS ÉMETTaNT DES RaDIaTIONS
regulations amending the radiation emitting
devices regulations (tanning equipment)
règlement modifiant le règlement sur les
dispositifs émettant des radiations (appareils de
bronzage)
P.C. 2014-107
C.P. 2014-107
February 6, 2014
Le 6 février 2014
Whereas, pursuant to subsection 13(2) of the Radiation Emitting
Devices Act1a, a copy of the proposed Regulations Amending the
Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment),
substantially in the annexed form, was published in the Canada
Gazette, Part I, on February 23, 2013 and a reasonable opportunity
was afforded to interested persons to make representations to the
Minister of Health with respect to the proposed Regulations;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsec­
tion 13(1) of the Radiation Emitting Devices Acta, makes the
annexed Regulations Amending the Radiation Emitting Devices
Regulations (Tanning Equipment).
attendu que, conformément au paragraphe 13(2) de la Loi sur
les dispositifs émettant des radiations1a, le projet de règlement inti­
tulé Règlement modifiant le Règlement sur les dispositifs émettant
des radiations (appareils de bronzage), conforme en substance au
texte ci-après, a été publié dans la Gazette du Canada Partie I le
23 février 2013 et que les intéressés ont ainsi eu la possibilité de
présenter leurs observations à cet égard à la ministre de la Santé,
À ces causes, sur recommandation de la ministre de la Santé et
en vertu du paragraphe 13(1) de la Loi sur les dispositifs émettant
des radiationsa, Son Excellence le Gouverneur général en conseil
prend le Règlement modifiant le Règlement sur les dispositifs émet­
tant des radiations (appareils de bronzage), ci-après.
regulatiOns amending the radiatiOn
emitting devices regulatiOns
(tanning eQuiPment)
rÈglement mOdiFiant le rÈglement sur les
disPOsitiFs émettant des radiatiOns
(aPPareils de brOnZage)
amendments
mOdiFicatiOns
1. the definitions “double-contact medium screw lampholder”, “erythema reference action spectrum” and “single­
contact medium screw lampholder” in section 1 of Part Xi of
schedule ii to the Radiation Emitting Devices Regulations21 are
replaced by the following:
“double-contact medium screw lampholder” means a lampholder
described in the International Electrotechnical Commission Stan­
dard IEC 60061-2, Edition 3.41, 2010-04, Sheet 7005-29-2,
entitled Position of holder thread in relation to the central and
intermediate contacts of the lampholder E26d, as amended from
time to time. (douille à contact double pour vis moyenne)
“erythema reference action spectrum” means the erythema action
spectrum set out in section 5.2 of the International Commission on
Illumination Standard ISO 17166:1999(E) / CIE S 007/E-1998,
first edition, entitled Erythema reference action spectrum and stan­
dard erythema dose, as amended from time to time. (spectre d’ac­
tion érythémale de référence)
“single-contact medium screw lampholder” means a lampholder
described in the International Electrotechnical Commission Stan­
dard IEC 60061-2, Edition 3.41, 2010-04, Sheet 7005-21a-1,
entitled Lampholders E26, as amended from time to time. (douille
à contact unique pour vis moyenne)
1. les définitions de « douille à contact double pour vis
moyenne », « douille à contact unique pour vis moyenne » et
« spectre d’action érythémale de référence », à l’article 1 de la
partie Xi de l’annexe ii du Règlement sur les dispositifs émet­
tant des radiations21, sont respectivement remplacées par ce qui
suit :
« douille à contact double pour vis moyenne » Douille visée par la
norme de la Commission électrotechnique internationale
CEI 60061-2, édition 3.41, 2010-04, feuille 7005-29-2, intitulée
Position de la chemise filetée par rapport aux contacts central et
intermédiaire de la douille E26d, avec ses modifications succes­
sives. (double-contact medium screw lampholder)
« douille à contact unique pour vis moyenne » Douille visée par la
norme de la Commission électrotechnique internationale
CEI 60061-2, édition 3.41, 2010-04, feuille 7005-21a-1, intitulée
Douilles E26, avec ses modifications successives. (single-contact
medium screw lampholder)
« spectre d’action érythémale de référence » Spectre d’action
érythémale figurant à l’article 5.2 de la norme ISO 17166:1999(F) /
CIE S 007/F-1998, première édition, de la Commission internatio­
nale de l’éclairage, intitulée Spectre d’action érythémale de réfé­
rence et dose érythémale normalisée, avec ses modifications suc­
cessives. (erythema reference action spectrum)
a
a
1
R.S., c. R-1
C.R.C., c. 1370
506
1
L.R., ch. R-1
C.R.C., ch. 1370
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
2. (1) subparagraphs 5(b)(ii) and (iii) of Part Xi of sched­
ule ii to the regulations are replaced by the following:
(ii) in the middle portion, the primary hazard statement “Les
appareils de bronzage peuvent causer le cancer” in yellow on
a black background,
(iii) in the lower left portion, the following statements in black
on a white background and in the following order:
“L’exposition aux rayonnements ultraviolets (uV) peut
avoir des effets nocifs sur la santé :”
“• La surexposition provoque des brûlures aux yeux et à la
peau”
“• Les effets des uV sont cumulatifs et peuvent être cancé­
rogènes — plus l’exposition régulière commence tôt, plus
les risques qui y sont associés sont élevés”
“• Les facteurs de risque comprennent le type de peau, la
photosensibilité et les antécédents de cancer de la peau”
“• Les médicaments et les cosmétiques peuvent augmenter
les effets des uV”,
(iv) in the lower right portion, the following statements in
black on a white background and in the following order:
“L’exposition aux uV peut contribuer, à long terme, au
vieillissement prématuré et au cancer de la peau”
“• Suivre les instructions”
“• Porter un dispositif de protection des yeux”
“• usage déconseillé aux personnes de moins de 18 ans”,
(v) in the lower left corner, the attribution “Santé Canada —
Health Canada” on a white background, and
(vi) in the lower right corner, the attribution “Canada” on a
white background;
(2) subparagraphs 5(c)(ii) and (iii) of Part Xi of schedule ii
to the regulations are replaced by the following:
(ii) in the middle portion, the primary hazard statement “Tan­
ning Equipment Can Cause Cancer” in yellow on a black
background,
(iii) in the lower left portion, the following statements in black
on a white background and in the following order:
“ultraviolet (uV) radiation exposure can be hazardous to
your health:”
“• Overexposure causes skin and eye burns”
“• uV effects are cumulative and may be carcinogenic —
greater risks are associated with early and repeated
exposure”
“• Risk factors include skin type, photosensitivity and hist­
ory of skin cancer”
“• Drugs and cosmetics may increase uV effects”,
(iv) in the lower right portion, the following statements in
black on a white background and in the following order:
“In the long term, uV exposure can contribute to premature
ageing and skin cancer”
“• Follow instructions”
“• use protective eyewear”
“• Not recommended for use by those under 18 years of
age”,
(v) in the lower left corner, the attribution “Health Canada —
Santé Canada” on a white background, and
(vi) in the lower right corner, the attribution “Canada” on a
white background;
sOr/dOrs/2014-25
2. (1) les sous-alinéas 5b)(ii) et (iii) de la partie Xi de l’an­
nexe ii du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
(ii) dans sa partie centrale sur fond noir, la mention du danger
principal « Les appareils de bronzage peuvent causer le can­
cer » en jaune,
(iii) dans sa partie inférieure gauche sur fond blanc, les énon­
cés ci-après, en noir et dans le même ordre :
« L’exposition aux rayonnements ultraviolets (uV) peut
avoir des effets nocifs sur la santé : »
« • La surexposition provoque des brûlures aux yeux et à la
peau »
« • Les effets des uV sont cumulatifs et peuvent être can­
cérogènes — plus l’exposition régulière commence tôt,
plus les risques qui y sont associés sont élevés »
« • Les facteurs de risque comprennent le type de peau, la
photosensibilité et les antécédents de cancer de la peau »
« • Les médicaments et les cosmétiques peuvent augmenter
les effets des uV »,
(iv) dans sa partie inférieure droite sur fond blanc, les énoncés
ci-après, en noir et dans le même ordre :
« L’exposition aux uV peut contribuer, à long terme, au
vieillissement prématuré et au cancer de la peau »
« • Suivre les instructions »
« • Porter un dispositif de protection des yeux »
« • usage déconseillé aux personnes de moins de 18 ans »,
(v) dans le coin inférieur gauche sur fond blanc, la mention de
la source « Santé Canada — Health Canada »,
(vi) dans le coin inférieur droit sur fond blanc, la mention de
la source « Canada »;
(2) les sous-alinéas 5c)(ii) et (iii) de la partie Xi de l’an­
nexe ii du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
(ii) dans sa partie centrale sur fond noir, la mention du danger
principal « Tanning Equipment Can Cause Cancer » en jaune,
(iii) dans sa partie inférieure gauche sur fond blanc, les énon­
cés ci-après, en noir et dans le même ordre :
« ultraviolet (uV) radiation exposure can be hazardous to
your health : »
« • Overexposure causes skin and eye burns »
« • uV effects are cumulative and may be carcinogenic —
greater risks are associated with early and repeated
exposure »
« • Risk factors include skin type, photosensitivity and hist­
ory of skin cancer »
« • Drugs and cosmetics may increase uV effects »,
(iv) dans sa partie inférieure droite sur fond blanc, les énoncés
ci-après, en noir et dans le même ordre :
« In the long term, uV exposure can contribute to pre­
mature ageing and skin cancer »
« • Follow instructions »
« • use protective eyewear »
« • Not recommended for use by those under 18 years of
age »,
(v) dans le coin inférieur gauche sur fond blanc, la mention de
la source « Health Canada — Santé Canada »,
(vi) dans le coin inférieur droit sur fond blanc, la mention de
la source « Canada »;
507
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(3) section 5 of Part Xi of schedule ii to the regulations is
amended by striking out “and” at the end of paragraph (d) and
by replacing paragraph (e) with the following:
(d.1) be reproduced
(i) in colours that are as close as possible to the colours in
which they are set out in the electronic file referred to in para­
graph (a), and
(ii) as clearly as possible taking into consideration the method
of printing used; and
(e) conform to the following figures:
sOr/dOrs/2014-25
(3) l’alinéa 5e) de la partie Xi de l’annexe ii du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
d.1) être reproduite :
(i) d’une part, dans des couleurs se rapprochant le plus pos­
sible de celles utilisées dans le fichier électronique mentionné
à l’alinéa a),
(ii) d’autre part, avec le plus de clarté possible, compte tenu
de la technique d’impression utilisée;
e) être conforme aux figures suivantes :
Figure 1
Figure 2
3. section 6 of Part Xi of schedule ii to the regulations is
replaced by the following:
6. (1) Subject to subsection (2), all advertising material in rela­
tion to tanning equipment must include, in a clearly legible man­
ner, the signal word “Danger”, followed by the attribution “accord­
ing to Health Canada / Selon Santé Canada”, the primary hazard
508
3. l’article 6 de la partie Xi de l’annexe ii du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
6. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout document publicitaire
relatif à un appareil de bronzage doit reproduire lisiblement le mot
indicateur « Danger », suivi de la mention de la source « Selon
Santé Canada / according to Health Canada », de la mention du
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
statement “Tanning Equipment Can Cause Cancer / Les appareils
de bronzage peuvent causer le cancer” and the statements set out in
subparagraphs 5(b)(iii) and (iv) and 5(c)(iii) and (iv).
(2) advertising material that is in English or French only must
include, in a clearly legible manner,
(a) if it is in French only, the signal word “Danger”, followed by
the attribution “Selon Santé Canada”, the primary hazard state­
ment “Les appareils de bronzage peuvent causer le cancer” and
the statements set out in subparagraphs 5(b)(iii) and (iv); and
(b) if it is in English only, the signal word “Danger”, followed by
the attribution “according to Health Canada”, the primary haz­
ard statement “Tanning Equipment Can Cause Cancer” and the
statements set out in subparagraphs 5(c)(iii) and (iv).
danger principal « Les appareils de bronzage peuvent causer le
cancer / Tanning Equipment Can Cause Cancer » et des énoncés
prévus aux sous-alinéas 5b)(iii) et (iv) et 5c)(iii) et (iv).
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
4. these regulations come into force three months after the
day on which they are registered.
4. le présent règlement entre en vigueur trois mois après la
date de son enregistrement.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
executive summary
issues: Given the risk of developing skin cancer through the use
of tanning equipment, there is a need to update tanning equip­
ment warning labels to help inform those who use tanning
equipment of the associated risks.
description: These Regulations will update tanning equipment
warning labels by replacing the primary hazard statement
“ultraviolet radiation” with “Tanning equipment can cause can­
cer.” The text “Not recommended for use by those under
18 years of age” and “Risk factors include skin type, photo­
sensitivity and history of skin cancer” will also be added to the
label, and the information on the label will be reorganized to
improve readability and clarity. Providing clear health risk
information to users of tanning equipment will help them make
informed decisions.
cost-benefit statement: The maximum total one-time cost of
this proposal to Canadian stakeholders is $64,642. The costs to
the tanning industry include printing new labels and a potential
decline in the use of tanning equipment. However, the benefits
of these Regulations will outweigh the costs. Consumers will
benefit from access to more up-to-date information regarding
the risks associated with the use of tanning equipment, which
may contribute to a reduction in the incidence of skin cancer
among users of tanning equipment.
“One-for-One” rule and small business lens: The “One-forOne” Rule does not apply as these Regulations will not intro­
duce new administrative burden. The small business lens does
not apply as the cost of complying with these Regulations will
be minimal. There is no impact on competition or trade. There
will be no change in the accessibility of tanning products for
consumers, though consumers will benefit from receiving more
(2) Le document publicitaire unilingue français ou anglais doit
reproduire lisiblement :
a) s’il est en français, le mot indicateur « Danger », suivi de la
mention de la source « Selon Santé Canada », de la mention du
danger principal « Les appareils de bronzage peuvent causer le
cancer » et des énoncés prévus aux sous-alinéas 5b)(iii) et (iv);
b) s’il est en anglais, le mot indicateur « Danger », suivi de la
mention de la source « according to Health Canada », de la
mention du danger principal « Tanning Equipment Can Cause
Cancer » et des énoncés prévus aux sous-alinéas 5c)(iii) et (iv).
résumé
enjeux : Compte tenu du risque de cancer de la peau associé à
l’utilisation des appareils de bronzage, il est nécessaire d’actua­
liser les étiquettes de mise en garde de ces appareils afin d’in­
former les utilisateurs des risques auxquels ils s’exposent.
description : Le Règlement mettra à jour les étiquettes de mise
en garde des appareils de bronzage en remplaçant l’énoncé de
danger principal « rayonnements ultraviolets » par ce qui suit :
« Les appareils de bronzage peuvent causer le cancer ». Les
mentions « usage déconseillé aux personnes de moins de
18 ans » et « Les facteurs de risque comprennent le type de
peau, la photosensibilité et les antécédents de cancer de la
peau » figureront aussi sur l’étiquette. Les renseignements figu­
rant sur l’étiquette seront réorganisés afin d’en améliorer la lisi­
bilité et la clarté. La présentation aux utilisateurs d’information
claire sur les risques que présentent les appareils de bronzage
pour leur santé les aidera à prendre des décisions éclairées.
énoncé des coûts et avantages : Le coût unique total maximal
de cette proposition pour les intervenants canadiens est de
64 642 $. Les coûts pour l’industrie comprennent l’impression
de nouvelles étiquettes et une baisse potentielle de l’utilisation
des appareils de bronzage. Malgré tout, les avantages du Règle­
ment l’emporteront sur les coûts. Les consommateurs bénéfi­
cieront d’un accès à des renseignements plus à jour au sujet des
risques associés à l’utilisation de tels appareils, ce qui pourrait
contribuer à réduire l’incidence du cancer de la peau chez les
utilisateurs d’appareils de bronzage.
règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises :
La règle du « un pour un » ne s’applique pas puisque le Règle­
ment ne créera pas un nouveau fardeau administratif. La lentille
des petites entreprises ne s’applique pas puisque les coûts asso­
ciés au respect du nouveau règlement seront minimes. Il n’y a
aucune incidence sur la concurrence ou le commerce. Les
consommateurs auront toujours accès aux appareils de
509
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
up-to-date information regarding the risk of using tanning
equipment.
domestic and international coordination and cooperation:
Tanning equipment manufactured in Canada and imported into
Canada will be expected to carry the revised warning labels, but
aside from printing the new labels, the regulatory requirements
under the Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning
Equipment) will not change. These Regulations reflect the cur­
rent available evidence on the risks associated with tanning
equipment use, and are aligned with similar regulatory efforts in
other jurisdictions domestically and internationally.
sOr/dOrs/2014-25
bronzage, mais tireront profit des renseignements à jour sur les
risques qu’ils présentent.
coordination et coopération à l’échelle nationale et interna­
tionale : Les nouvelles étiquettes de mise en garde devront être
apposées sur les appareils de bronzage fabriqués ou importés au
Canada, mais outre l’impression de ces étiquettes, les exigences
fixées par le Règlement sur les dispositifs émettant des radia­
tions (appareils de bronzage) demeureront inchangées. Le
Règlement met en évidence les informations probantes dont
nous disposons sur les risques associés à l’utilisation d’appa­
reils de bronzage. Il cadre avec les mesures de réglementation
similaires adoptées par des administrations au pays et à
l’étranger.
issues
enjeux
There are approximately 3 000 tanning salons across Canada.
Given the risk of developing skin cancer through the use of tanning
equipment (particularly among youth), there is a need to update
tanning equipment warning labels to ensure that those who use tan­
ning equipment are fully aware of the associated risks.
The Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equip­
ment) require warning labels on tanning equipment to provide
owners, operators and users with information on the health risks
related to ultraviolet (uV) radiation from the equipment. Warning
labels updated in 2005 did not reflect recent scientific studies that
link ultraviolet radiation from tanning equipment to the risk of
developing cancer, or that younger users are at risk. The risks are
cumulative, meaning there is an escalating risk with total hours,
sessions or years of tanning equipment use. age of first use is also
a factor: both an increased risk of developing melanoma and early
onset of the disease have been linked with age at first use of tan­
ning beds.
Il y a environ 3 000 salons de bronzage au Canada. Compte tenu
du risque de cancer de la peau associé à l’utilisation des appareils
de bronzage (particulièrement chez les jeunes), il est nécessaire
d’actualiser les étiquettes de mise en garde afin que les utilisateurs
soient pleinement conscients des risques auxquels ils s’exposent.
Le Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appa­
reils de bronzage) exige la présence d’étiquettes de mise en garde
sur les appareils de bronzage afin d’informer les propriétaires, les
opérateurs et les utilisateurs des risques pour la santé associés aux
rayons ultraviolets (uV) émis par ces appareils. Les étiquettes de
mise en garde mises à jour en 2005 ne tiennent pas compte des
récentes études scientifiques démontrant un lien entre les rayonne­
ments ultraviolets des appareils de bronzage et le risque de cancer,
ni du risque pour les utilisateurs plus jeunes. Les risques sont
cumulatifs, c’est-à-dire que le risque augmente avec le nombre
total d’heures, de séances ou d’années d’exposition. L’âge au
moment de la première utilisation entre également en ligne de
compte : le risque accru de développer un mélanome et l’apparition
précoce de la maladie sont tous deux liés à l’âge lors de la première
utilisation des lits de bronzage.
Le cancer de la peau est le type de cancer le plus répandu au
Canada; sa forme la plus meurtrière est le mélanome. alors que les
taux de mortalité sont demeurés stables au pays, avec un décès sur
cinq personnes diagnostiquées, l’incidence du mélanome a triplé
entre 1972 et 2006. Cette période est également marquée par une
hausse de la popularité du bronzage artificiel. Les femmes à la fin
de l’adolescence et dans la vingtaine sont les plus susceptibles de
fréquenter les salons de bronzage. De nombreux Canadiens croient
à tort qu’un bronzage de base obtenu en salon les protégera des
coups de soleil et que les appareils de bronzage sont plus sécuri­
taires que l’exposition au soleil.
Ce règlement tient également compte de la nécessité de mettre à
jour les titres des normes techniques mentionnées dans le Règle­
ment sur les dispositifs émettant des radiations (appareils de
bronzage).
Skin cancer is the most common type of cancer in Canada, and
melanoma is its deadliest form. While mortality rates have
remained consistent in Canada, with one death occurring among
every five people diagnosed, incidence of melanoma has increased
threefold between 1972 and 2006. at the same time, the popularity
of artificial tanning has also increased, with females in their late
teens and twenties most likely to use tanning equipment. Many
Canadians mistakenly believe that using indoor tanning equipment
to develop a base tan before tanning in the sun can protect from
sunburn, and that indoor tanning is safer than tanning in the sun.
These Regulations will also address the need to update the titles
of technical standards referenced in the Radiation Emitting Devices
Regulations (Tanning Equipment).
Objectives
Objectifs
The objective of these Regulations is to provide users of tanning
equipment with clear information on the risks of using tanning
equipment. updating the health risk information on tanning equip­
ment warning labels will respond to scientific findings that tanning
equipment users are at an increased risk of developing skin cancer,
and youth are at an even greater risk.
Le Règlement vise à présenter aux utilisateurs des renseigne­
ments clairs sur les risques associés à l’utilisation des appareils de
bronzage. La mise à jour des données relatives aux risques pour la
santé qui figurent sur les étiquettes de mise en garde des appareils
de bronzage donne suite aux résultats scientifiques selon lesquels
les utilisateurs, en particulier les jeunes, s’exposent à un plus grand
risque de cancer de la peau.
510
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
The Radiation Emitting Devices Act (REDa) provides the Min­
ister of Health with the authority to recommend regulations to the
Governor in Council respecting the labelling of radiation emitting
devices, such as tanning equipment, for the purpose of protecting
persons against genetic or personal injury, impairment of health or
death from radiation. This includes prescribing the information
that must be present on a label and the manner in which that infor­
mation must be shown.
The warning labels displayed on tanning equipment are intended
to provide tanning equipment owners, operators and users with
information to help them gain a better understanding of the health
risks associated with the use of tanning equipment. However,
research conducted by various health organizations indicates that
many people think artificial tanning is safer than tanning in the sun.
Such findings indicate that the health risks of artificial ultraviolet
radiation are not well understood. In addition, the World Health
Organization (WHO) categorized tanning devices as a known car­
cinogen in 2009.
Studies indicate that tanning equipment use rises in correlation
with age among youth up to 18 years of age: older adolescents are
much more likely to use tanning equipment than those under the
age of 15. as the consequences are often only seen many years
later, youth under 18 years of age may not fully realize the risks of
tanning equipment use and may therefore make ill-informed deci­
sions. Tanning equipment use is an avoidable but increasingly
common behaviour, and many international jurisdictions have
responded by banning the use of tanning equipment by minors
under the age of 18. The current recommendation in the national
Guidelines for Tanning Salon Owners, Operators and Users, pub­
lished by Health Canada in collaboration with the provinces and
territories, is that those under 16 years of age not use tanning
equipment. This recommendation fails to capture the youth age
bracket that uses tanning equipment the most, those 16 and
17 years of age.
The labelling changes outlined in these Regulations will provide
a clear age recommendation for use. There is a growing awareness
of the cancer risks associated with tanning equipment, and public
and stakeholder support for a ban restricting minors from using
tanning equipment is high. In May 2011, Nova Scotia’s Tanning
Beds Act came into effect, making it illegal to provide access to
tanning equipment to anyone under age 19. New legislation has
since come into effect in British Columbia, Prince Edward Island,
and Quebec that makes it illegal to provide uV tanning services to
youth under age 18, and in the Northwest Territories and New
Brunswick for youth under 19. Manitoba introduced informed par­
ental consent requirements for those under 18, which came into
force on June 15, 2012. Other provinces and territories are pursu­
ing efforts to regulate the use of tanning equipment.
The Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equip­
ment) also stipulate safety and engineering requirements for tan­
ning equipment required at the time of sale, resale, lease or import­
ation to protect users from overexposure to ultraviolet radiation.
Two standards are referenced in the current Regulations. The stan­
dards produced by the International Electrotechnical Commission
(IEC) and by the International Commission on Illumination (CIE)
include information about regular household lampholders (i.e. the
sOr/dOrs/2014-25
La Loi sur les dispositifs émettant des radiations (LDER)
confère au ministre de la Santé le pouvoir de recommander des
règlements au gouverneur en conseil concernant l’étiquetage des
dispositifs émettant des radiations comme les appareils de bron­
zage dans le but de protéger les individus contre les risques de
troubles génétiques, de blessure corporelle, de détérioration de la
santé ou de mort liés à l’émission de radiations. Ceci comprend
l’information requise sur une étiquette et la façon de la présenter.
Les étiquettes de mise en garde apposées sur les appareils de
bronzage visent à informer les propriétaires, les opérateurs et les
utilisateurs pour qu’ils soient en mesure de mieux comprendre les
risques pour la santé associés à l’utilisation de tels appareils.
Cependant, d’après les résultats d’études réalisées par diverses
organisations du domaine de la santé, de nombreuses personnes
croient que le bronzage artificiel est plus sécuritaire que l’exposi­
tion au soleil. Il semblerait donc que les risques pour la santé des
rayons ultraviolets artificiels ne soient pas bien compris. Par ail­
leurs, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé les
appareils de bronzage dans la catégorie des agents cancérogènes
connus en 2009.
Des études révèlent que l’utilisation des appareils de bronzage
croît avec l’âge chez les jeunes de 18 ans et moins : les jeunes vers
la fin de l’adolescence sont beaucoup plus susceptibles de fréquen­
ter les salons de bronzage que ceux de moins de 15 ans. Comme les
effets de l’exposition n’apparaissent souvent que beaucoup plus
tard, les jeunes de moins de 18 ans ne réalisent pas toujours pleine­
ment les risques qui y sont associés et prennent parfois des déci­
sions en mauvaise connaissance de cause. L’utilisation d’appareils
de bronzage est une pratique évitable mais de plus en plus fré­
quente. De nombreuses administrations internationales ont décidé
d’interdire l’utilisation de ces appareils chez les moins de 18 ans.
Dans ses Lignes directrices pour les propriétaires, les opérateurs
et les usagers de salon de bronzage, publiées en collaboration avec
les provinces et les territoires, Santé Canada déconseille l’utilisa­
tion des appareils de bronzage chez les jeunes de moins de 16 ans,
ce qui ne tient toutefois pas compte des plus grands utilisateurs,
soit ceux âgés de 16 et 17 ans.
Les modifications à l’étiquetage précisées dans le Règlement
fournissent une recommandation claire quant à l’âge. Le public et
les intervenants sont de plus en plus conscients des risques de can­
cer associés aux appareils de bronzage et se montrent particulière­
ment favorables à l’interdiction de leur utilisation chez les mineurs.
En mai 2011, la Tanning Beds Act est entrée en vigueur en
Nouvelle-Écosse, rendant illégal de permettre à quiconque est âgé
de moins de 19 ans l’accès aux appareils de bronzage. De nou­
velles lois entrées en vigueur depuis rendent illégal d’offrir des
services de bronzage artificiel à une personne de moins de 18 ans
en Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, et au Québec, et
de moins de 19 ans aux Territoires du Nord-Ouest et en NouveauBrunswick. Le Manitoba a quant à lui adopté des exigences impo­
sant le consentement éclairé des parents pour les jeunes de moins
de 18 ans, lesquelles sont entrées en vigueur le 15 juin 2012.
D’autres provinces et territoires apprêtent à réglementer l’usage
des appareils de bronzage.
Le Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appa­
reils de bronzage) prévoit également des exigences en matière de
sécurité et d’ingénierie pour les appareils de bronzage qui sont
vendus, revendus, loués ou importés afin de protéger les utilisa­
teurs d’une surexposition aux rayons ultraviolets. Deux normes
sont mentionnées dans le Règlement. Ces normes, élaborées par la
Commission électrotechnique internationale (CEI) et la Commis­
sion Internationale de l’Éclairage (CIE), comprennent de
511
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
socket the bulb screws into) with which tanning lamps should not
be used, and calculations to restrict the duration of first exposure
for untanned skin, maximum exposure time per session (i.e. the
maximum setting on the equipment timer) and maximum number
of minutes of exposure per year. The titles of the two technical
standards have been updated in the time since the Radiation Emit­
ting Devices Regulations (Tanning Equipment) came into force in
2005. The second objective of these Regulations is to provide
industry with updated standards references so that industry can
refer to the most current standards.
l’information au sujet des douilles de lampes destinées à un usage
domestique régulier qui ne conviennent pas aux lampes solaires
ainsi que des calculs visant à limiter la durée de la première expo­
sition pour une peau non bronzée, la durée maximale d’exposition
précisée sur la minuterie et le nombre maximal de minutes d’expo­
sition au cours d’une année. Les titres des deux normes techniques
ont été mis à jour depuis l’entrée en vigueur du Règlement sur les
dispositifs émettant des radiations (appareils de bronzage) en
2005. Le Règlement a également pour but de mettre à jour les ren­
vois aux normes afin que l’industrie puisse se reporter aux normes
les plus récentes.
description
description
The Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equip­
ment) establish the requirements for the safety and engineering of
tanning equipment at the time of sale, resale, lease or importation.
The Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment)
also establish requirements for information that must be displayed
on tanning equipment in Canada, setting out specific requirements
for the size, location and content of information to be displayed.
These requirements are aimed at having tanning equipment clearly
display health warning messages and information about ultraviolet
radiation emitted by tanning equipment.
These Regulations will amend the Radiation Emitting Devices
Regulations (Tanning Equipment) in two ways.
Le Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appa­
reils de bronzage) prévoit des exigences en matière de sécurité et
d’ingénierie pour les appareils de bronzage qui sont vendus, reven­
dus, loués ou importés. Il prévoit également des exigences en ce
qui concerne l’information à afficher sur les appareils au Canada,
notamment sur la taille, l’emplacement et le contenu. Ces mesures
visent à faire en sorte que les appareils de bronzage affichent clai­
rement des mises en garde et des renseignements au sujet des
rayonnements ultraviolets émis.
(1) update tanning equipment warnings
(1) Mise à jour des mises en garde sur les appareils de bronzage
These Regulations will update tanning equipment warning
labels under section 5 of the Radiation Emitting Devices Regula­
tions (Tanning Equipment). The updated warning labels will
replace the primary hazard statement “ultraviolet radiation” with
“Tanning equipment can cause cancer.” The text “Not recom­
mended for use by those under 18 years of age” and “Risk factors
include skin type, photosensitivity and history of skin cancer” will
be added to the statements in the lower portion of the label, and the
information in this section will be reorganized to improve read­
ability and clarity. New images of the proposed labels are included
in these Regulations. Information on advertising material as out­
lined in section 6 of the current Regulations will also be updated to
reflect changes to the warning labels.
Le Règlement mettra à jour les étiquettes de mise en garde des
appareils de bronzage en vertu de l’article 5 du Règlement sur les
dispositifs émettant des radiations (appareils de bronzage). Ces
nouvelles étiquettes remplaceront la mention de danger principal
« Rayonnements ultraviolets » par ce qui suit : « Les appareils de
bronzage peuvent causer le cancer ». Les mentions « usage décon­
seillé aux personnes de moins de 18 ans » et « Les facteurs de
risque comprennent le type de peau, la photosensibilité et les anté­
cédents de cancer de la peau » seront ajoutées sur l’étiquette, dans
la partie inférieure, et les renseignements de la section seront réor­
ganisés afin d’en améliorer la lisibilité et la clarté. Le Règlement
comprendra de nouvelles images des étiquettes proposées. Les ren­
seignements concernant le matériel publicitaire stipulés à l’ar­
ticle 6 du Règlement seront également mis à jour pour rendre
compte des changements apportés aux étiquettes de mise en garde.
(2) Provide reference to the latest editions of standards within the
Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment)
(2) Renvoi aux éditions les plus récentes des normes dans le
Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appareils de
bronzage)
These Regulations will reflect the latest editions of two technical
standards referenced in the Radiation Emitting Devices Regula­
tions (Tanning Equipment). The first standard includes information
pertaining to regular household lampholders with which tanning
lamps should not be used (i.e. double-contact medium screw lampholder and single-contact medium screw lampholder). The second
standard is used to calculate first and maximum exposure times
(i.e. exposure times are based on the erythema reference action
spectrum described below). Further, in order to ensure that the
standards referenced are the most recent, these Regulations will
reference the standards “as amended from time to time.”
Le Règlement rendra compte des éditions les plus récentes des
deux normes techniques dont il est question dans le Règlement sur
les dispositifs émettant des radiations (appareils de bronzage). La
première norme comprend des renseignements sur les douilles de
lampes destinées à un usage domestique régulier qui ne conviennent
pas aux lampes solaires (douille à contact double pour vis moyenne
et douille à contact unique pour vis moyenne). La deuxième norme
vise à calculer la durée de la première exposition et la durée maximale d’exposition (les durées d’exposition sont calculées en fonc­
tion du spectre d’action érythémale de référence décrit plus bas).
De plus, afin de garantir que les normes incorporées par renvoi sont
à jour, le Règlement mentionnera les normes avec leurs modifica­
tions successives.
Plus précisément, le Règlement modifiera l’article 1 du Règle­
ment sur les dispositifs émettant des radiations (appareils de
More specifically, these Regulations will amend section 1 of the
Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment) by
512
Le Règlement modifie le Règlement sur les dispositifs émettant
des radiations (appareils de bronzage) de deux façons.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
updating the titles of the standards referenced in the following def­
initions, to be replaced with the following:
— “double-contact medium screw lampholder” means a lampholder described in the International Electrotechnical Commis­
sion Standard IEC 60061-2, Edition 3.41, 2010-04, Sheet
7005-29-2, entitled Position of holder thread in relation to the
central and intermediate contacts of the lampholder E26d, as
amended from time to time. (douille à contact double pour vis
moyenne)
— “single-contact medium screw lampholder” means a lampholder described in the International Electrotechnical Commis­
sion Standard IEC 60061-2, Edition 3.41, 2010-04, Sheet
7005-21a-1, entitled Lampholders E26, as amended from time
to time. (douille à contact unique pour vis moyenne)
— “erythema reference action spectrum” means the erythema
action spectrum set out in section 5.2 of the International Com­
mission on Illumination Standard ISO 17166:1999(E) /
CIE S 007/E-1998, First edition, entitled Erythema reference
action spectrum and standard erythema dose, as amended from
time to time. (spectre d’action érythémale de référence)
bronzage) en mettant à jour les titres des normes mentionnées dans
les définitions suivantes :
— « douille à contact double pour vis moyenne » Douille visée par
la norme de la Commission électrotechnique internationale
CEI 60061-2, édition 3.41, 2010-04, feuillet 7005-29-2, intitu­
lée Position de la chemise filetée par rapport aux contacts cen­
tral et intermédiaire de la douille E26d, avec ses modifications
successives. (double-contact medium screw lampholder)
— « douille à contact unique pour vis moyenne » Douille visée par
la norme de la Commission électrotechnique internationale
CEI 60061-2, édition 3.41, 2010-04, feuillet 7005-21a-1, inti­
tulée Douilles E26, avec ses modifications successives. (single­
contact medium screw lampholder)
— « spectre d’action érythémale de référence » Spectre d’action
érythémale figurant à l’article 5.2 de la norme
ISO 17166:1999(F) / CIE S 007/F-1998, première édition, de la
Commission internationale de l’éclairage, intitulée Spectre
d’action érythémale de référence et dose érythémale normali­
sée, avec ses modifications successives. (erythema reference
action spectrum)
regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Regarding the tanning equipment warning labels, the following
alternatives were considered.
En ce qui concerne les mises en garde apposées sur les appareils
de bronzage, les options suivantes ont été envisagées.
(1) Status quo
(1) Statu quo
The Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equip­
ment) required that tanning equipment be labelled with the follow­
ing messages: “Danger” and “ultraviolet Radiation,” followed by a
detailed statement about the health risks related to ultraviolet radia­
tion exposure, which were appropriate when updated in 2005. The
2005 labels did not provide an age recommendation. Maintaining
the status quo would not inform users of new information concern­
ing the health risks associated with tanning equipment specifically,
and could also set Canada apart from other jurisdictions such as the
united kingdom and australia, where bans have been introduced
and awareness campaigns launched.
Le Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appa­
reils de bronzage) exigeait que les étiquettes des appareils de bron­
zage comportent les avertissements « Danger » et « Rayonnements
ultraviolets », suivi d’un énoncé détaillé sur les risques pour la
santé liés à l’exposition aux rayonnements ultraviolets, qui étaient
appropriés lors de la mise à jour de 2005. Les étiquettes de 2005 ne
comportaient pas de recommandation relative à l’âge. L’option de
maintenir le statu quo ne servirait pas à informer les utilisateurs des
nouveaux renseignements concernant les risques pour la santé
associés aux appareils de bronzage en particulier. De plus, le
Canada risquerait d’aller à contre-courant de ce qui se fait dans
d’autres pays comme le Royaume-uni et l’australie, qui ont
imposé des interdictions et lancé des campagnes de
sensibilisation.
(2) Public awareness initiatives
(2) Initiatives de sensibilisation du public
Consideration was given to using public awareness initiatives (in
the absence of regulatory amendments) to increase the understand­
ing and knowledge of the health risks associated with using tan­
ning equipment. Such initiatives would focus on improving the
communication of health risks associated with tanning equipment
use and could include the use of social media, a review of the
accessibility of tanning and sun safety information on the Health
Canada Web site, and the coordination of health risk information
messaging and products with provincial and territorial counter­
parts. However, it was determined that, on its own, a public aware­
ness initiative would not necessarily reach those who are already
using tanning equipment. as described below, it was determined
that a regulatory approach in combination with public awareness
initiatives would yield an increased awareness of the health risks.
La possibilité de lancer des initiatives de sensibilisation du
public (sans modifications réglementaires) a été prise en considé­
ration dans le but d’approfondir la compréhension et la connais­
sance des risques pour la santé associés à l’utilisation des appareils
de bronzage. Les initiatives de ce genre auraient pour objectif
d’améliorer la communication de ces risques et comprendraient
l’utilisation des médias sociaux, l’examen de l’accès à des rensei­
gnements sur le bronzage et la prudence au soleil sur le site Web de
Santé Canada et la coordination de messages et de produits d’infor­
mation sur les risques pour la santé avec les ministères de la santé
provinciaux et territoriaux. Cependant, on est arrivé à la conclusion
qu’une initiative de sensibilisation du public, à elle seule, n’attein­
drait pas nécessairement les personnes qui utilisent déjà des appa­
reils de bronzage. Tel qu’il est indiqué ci-après, il a été déterminé
qu’une approche réglementaire accompagnée d’initiatives de sen­
sibilisation du public augmenterait la connaissance des risques
pour la santé.
513
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
(3) update the National Guidelines for Tanning Salon Owners,
Operators and Users
(3) Mise à jour des Lignes directrices pour les propriétaires, les
opérateurs et les usagers de salon de bronzage
The information contained in these guidelines, published by
Health Canada in collaboration with the provinces, is intended to
provide tanning salon owners, operators and users a fundamental
understanding of ultraviolet radiation from tanning equipment and
its effects on people. Guidelines are not necessarily available at the
point of use and so revisions alone would not be sufficient for com­
municating up-to-date information to tanning bed users. Revisions
to the guidelines are being considered to reflect recent scientific
evidence and regulatory and/or policy developments at the provin­
cial, territorial and federal levels.
L’information que contiennent ces lignes directrices, lesquelles
sont publiées par Santé Canada en collaboration avec les provinces,
vise à fournir aux propriétaires, aux opérateurs et aux usagers de
salons de bronzage des données fondamentales sur le rayonnement
ultraviolet émis par les appareils de bronzage et sur ses effets sur
les gens. Les directives ne sont pas nécessairement disponibles au
moment où les appareils de bronzage sont utilisés, et, par consé­
quent, la révision des lignes directrices, à elle seule, ne suffirait pas
pour communiquer des renseignements à jour aux utilisateurs de
lits de bronzage. Des révisions aux lignes directrices sont envisa­
gées afin de refléter les données scientifiques récentes et l’évolu­
tion de la réglementation et des politiques aux échelons provin­
ciaux, territoriaux et fédéral.
(4) Regulations (recommended)
(4) Règlement (recommandé)
In combination with ongoing public awareness initiatives and
revisions to national guidelines, these Regulations will help pro­
vide tanning equipment users with readily accessible information
about the risks of using tanning equipment with each use. The
Regulations align with both the current available scientific infor­
mation on the risks associated with tanning equipment use and
similar regulatory efforts in other jurisdictions, domestically and
internationally. It has been determined that the benefits of the
Regulations will outweigh the costs, will have no impact on com­
petition or trade and will impose minimal additional compliance
burden.
Combiné à des initiatives de sensibilisation du public en cours et
à la révision des lignes directrices, le Règlement permettra aux uti­
lisateurs d’appareils de bronzage d’avoir facilement accès à des
renseignements sur les risques associés à chaque utilisation de ces
appareils. Le Règlement concorde avec les informations scienti­
fiques probantes actuelles sur les risques associés à ces appareils et
avec d’autres initiatives réglementaires semblables adoptées par
d’autres administrations, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde.
Il a été déterminé que les avantages du Règlement l’emporteront
sur les coûts, qu’il n’aura aucune répercussion sur la concurrence
ou le commerce et qu’il imposera un fardeau supplémentaire
minime relatif à la conformité.
Pour mettre à jour les renvois aux normes, Santé Canada a déter­
miné que l’inclusion des normes au moyen de renvois dynamiques
permettra de veiller à ce que le Règlement sur les dispositifs émet­
tant des radiations (appareils de bronzage) demeure exact lorsque
les normes seront mises à jour ou que d’autres versions seront
publiées.
In order to update the references to standards, Health Canada has
determined that incorporation of the standards by ambulatory ref­
erence will help ensure that the Radiation Emitting Devices Regu­
lations (Tanning Equipment) remain accurate following new ver­
sions or updates to the standards.
benefits and costs
avantages et coûts
In 2010, the Canadian Partnership against Cancer published a
report in which they estimated the economic burden of skin cancer
in Canada to be $532 million, with the majority attributable to mel­
anoma (83.4%). The total estimated economic burden of skin can­
cer in Canada was expected to rise to $922 million annually by
2031, assuming the trajectory is maintained. The direct cost per
melanoma case was estimated to be $6,215, increasing to $7,136
by 2031 due to increased inpatient and outpatient hospital costs per
case.
There are approximately 3 000 salons across the country. How­
ever, the number of beds is difficult to estimate, as some are located
in fitness clubs and non-salon environments, the number of beds
varies from one salon to another, and some members of the general
public purchase tanning equipment for home use. The monetary
impact on all Canadian stakeholders who will be required to com­
ply with these Regulations (i.e. approximately 71 manufacturers,
distributors and importers) will not be substantial. Individual stake­
holders will face a maximum one-time cost of $910.
En 2010, le Partenariat canadien contre le cancer a publié un
rapport dans lequel il estimait à 532 millions de dollars le fardeau
économique du cancer de la peau au Canada, la principale portion
étant attribuable au mélanome (83,4 %). Le fardeau économique
total du cancer de la peau atteindrait 922 millions de dollars annuel­
lement d’ici 2031 si la tendance actuelle se maintient. Le coût
direct par cas de mélanome était estimé à 6 215 $ et pourrait s’éle­
ver à 7 136 $ d’ici 2031 en raison de l’augmentation des coûts par
cas pour les patients hospitalisés et les patients externes.
Il y a environ 3 000 salons de bronzage dans l’ensemble du pays.
Cependant, le nombre de lits est difficile à établir, car certains se
trouvent dans des centres de culture physique et dans des endroits
autres que des salons, le nombre de lits varie d’un salon à l’autre,
et des particuliers achètent des appareils de bronzage pour la mai­
son. L’incidence pécuniaire sur les intervenants canadiens qui
seront tenus de se conformer au Règlement (c’est-à-dire environ
71 fabricants, distributeurs et importateurs) ne sera pas considé­
rable. Chaque intervenant devra assumer un coût unique maximal
de 910 $.
Les mises en garde apposées sur les appareils de bronzage font
déjà partie des exigences du Règlement sur les dispositifs émettant
des radiations (appareils de bronzage), et le Règlement ne nécessi­
tera aucun changement en ce qui concerne l’emplacement et la
taille des étiquettes. Les coûts imposés à l’industrie pour qu’elle
Warning labels on tanning equipment are already a requirement
under the Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equip­
ment), and these Regulations will not require any changes to the
placement or size of the labels. The cost for industry to comply
with these Regulations will include printing new labels, replacing
514
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
the old stock of labels, and advising staff of the regulatory amend­
ments. Industry will have sufficient time to print new warning
labels: these Regulations will come into force three months after
registration.
respecte le Règlement incluront l’impression de nouvelles éti­
quettes, le remplacement des vieux stocks d’étiquettes et la com­
munication des modifications réglementaires au personnel. L’in­
dustrie disposera de suffisamment de temps pour imprimer les
nouvelles mises en garde, car le Règlement entrera en vigueur trois
mois après son enregistrement.
Costs
Coûts
The new labelling requirements will have a minimal impact on
the tanning industry. Health Canada recognizes that, in conjunction
with public awareness efforts, the updated warning labels may con­
tribute to less frequent or shorter visits to tanning salons by some
consumers, which may in turn contribute to a decline in sales for
these establishments. However, there are a number of initiatives,
including a variety of public awareness campaigns, ongoing media
coverage, as well as the introduction of age restrictions in some
jurisdictions in Canada, which make it very difficult to accurately
assess the potential decline in use that could be attributed to these
Regulations alone.
There will be no new costs to the federal government as a result
of these Regulations.
Les nouvelles exigences liées à l’étiquetage auront un faible
impact sur l’industrie du bronzage. Santé Canada est conscient
que, de concert avec des initiatives de sensibilisation du public, les
étiquettes de mise en garde actualisées pourraient réduire la fré­
quence et la durée des visites de certains utilisateurs dans les salons
de bronzage, contribuant ainsi à une diminution des ventes dans
ces établissements. Cependant, quelques initiatives, dont des cam­
pagnes de sensibilisation du public, une couverture médiatique
continue et l’ajout de restrictions liées à l’âge dans certaines admi­
nistrations canadiennes, compliquent énormément l’évaluation de
la baisse éventuelle de l’utilisation qui pourrait être causée unique­
ment par le Règlement.
La nouvelle mise en garde sera fournie en format électronique.
Cette dernière devra par la suite être imprimée sur des étiquettes
adhésives et être apposée sur les appareils, un processus qui corres­
pond aux exigences antérieures énoncées dans le Règlement sur les
dispositifs émettant des radiations (appareils de bronzage). Comme
la taille et l’emplacement des étiquettes sur les appareils de bron­
zage resteront les mêmes, les fabricants n’auront aucune exigence
supplémentaire à respecter. Le coût estimatif de l’impression des
nouvelles étiquettes s’élève à 111 $ par entreprise, soit un total de
7 880 $ pour les 71 fabricants et distributeurs canadiens.
Le maintien de l’accès aux exemplaires des normes auxquelles
le Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appareils
de bronzage) fait référence pourrait engendrer des coûts ponctuels
pour les fabricants et autres. Le Règlement incorpore par renvoi
dynamique les normes dans le Règlement sur les dispositifs émet­
tant des radiations (appareils de bronzage). Les intervenants
peuvent se procurer les normes, s’ils ne les possèdent pas déjà,
pour moins de 800 $. Cependant, il ne s’agit pas là de frais d’ex­
ploitation supplémentaires parce que le Règlement sur les disposi­
tifs émettant des radiations (appareils de bronzage) renvoie déjà
aux normes, mais sous leur ancien nom. ainsi, il est probable que
de nombreux fabricants d’appareils de bronzage aient déjà accès
aux normes en conformité avec les exigences réglementaires
actuelles et n’auront donc pas à assumer des coûts supplémen­
taires. Néanmoins, il y a 71 fabricants et distributeurs d’appareils
de bronzage (y compris de dispositifs de protection des yeux) d’en­
vergure au Canada, dont 70 sont des petites entreprises, et moins de
500 ailleurs dans le monde. Dans le pire des cas, si chaque fabri­
cant, distributeur ou importateur doivent payer un maximum de
800 $ pour les normes, en plus des coûts liés à la conformité des
étiquettes, les coûts cumulatifs ponctuels pour l’industrie s’élève­
ront à un maximum de 64 642 $ pour les fabricants et les importa­
teurs canadiens et à moins de 1 million de dollars pour tous les
intervenants internationaux (455 225 $ au total).
Le Règlement n’entraînera aucune nouvelle dépense pour le
gouvernement fédéral.
Benefits
avantages
Many companies within the tanning industry promote sales of
alternative tanning products, such as artificial tanning lotions and
sprays. Sales of these items could potentially increase as a result of
reduced reliance on artificial ultraviolet radiation, offsetting the
De nombreuses entreprises de ce secteur font la promotion de
produits de bronzage de remplacement, comme des autobronzants
en lotion ou en vaporisateur. Les ventes de ces articles pourraient
augmenter, car le recours aux rayons ultraviolets artificiels s’en
The new label will be provided in an electronic format to be
printed on adhesive tacking and placed on the equipment, a process
which is consistent with previous requirements under the Radia­
tion Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment). as the
size and placement of the labels on the tanning equipment will not
change, there will be no additional requirement on the part of the
manufacturer. The estimated cost of printing new labels is $111 per
business, totalling $7,880 for all 71 Canadian manufacturers and
distributors.
There may be a one-time cost to manufacturers and others to
access copies of the standards referenced in the Radiation Emitting
Devices Regulations (Tanning Equipment). These Regulations
establish an ambulatory incorporation of the standards into the
Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment).
Stakeholders can purchase the standards, if they do not already
have them, for less than $800. However, this does not represent a
new cost of business as the Radiation Emitting Devices Regula­
tions (Tanning Equipment) already referred to the standards under
their previous titles. It is likely that many of the manufacturers of
tanning devices already access the standards consistent with
existing regulatory requirements and will therefore experience no
new costs. Nonetheless, it is estimated that there are 71 major Can­
adian manufacturers and distributors of tanning equipment (includ­
ing eye covers), 70 of which are small businesses, and there are
fewer than 500 manufacturers internationally. In a worst-case scen­
ario, if every manufacturer, distributor and importer had to pay a
maximum of $800 for the standards, in addition to labelling com­
pliance costs, the maximum one-time cumulative cost to industry
would be $64,642 for Canadian manufacturers and importers, and
less than $1 million for all worldwide stakeholders ($455,225
total).
515
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
costs incurred by lost business from a decrease in the use of tan­
ning equipment.
verrait réduit, ce qui compenserait les frais associés à une perte de
ventes causée par une diminution de l’utilisation des appareils de
bronzage.
These Regulations aim to provide consumers with better infor­
mation on the health risks of tanning equipment, thereby contribut­
ing to the ability of users and potential users to make informed
decisions. In Canada, it is estimated that approximately 9% of the
population uses tanning equipment. Studies indicate higher usage
rates for young females aged 16 to 24 in particular. These Regula­
tions will help provide tanning equipment users with readily
accessible information about the risks of using tanning equipment
with each use, at the point of use.
The updated standards references will provide manufacturers
with access to the most up-to-date titles of the standards. Three
terms referenced in the Radiation Emitting Devices Regulations
(Tanning Equipment) are defined in standards: two of these are
defined in the IEC standards, and one term is defined in the CIE
standards. In updating the current Regulations to reference the
standards, “as amended from time to time,” manufacturers will be
directed to the most recent versions, and therefore definitions,
available.
Le Règlement vise à doter les consommateurs de meilleurs ren­
seignements sur les risques pour la santé que présentent les appa­
reils de bronzage, augmentant ainsi la capacité des utilisateurs,
actuels et éventuels, de prendre des décisions éclairées. au Canada,
on estime qu’environ 9 % de la population utilise ce type d’appa­
reil. Des études révèlent des taux d’utilisation plus élevés chez les
jeunes femmes de 16 à 24 ans en particulier. Le Règlement fournira
aux utilisateurs d’appareils de bronzage de l’information facile­
ment accessible sur les risques associés à chaque utilisation de ces
appareils, et ce, au point d’utilisation.
Les renvois aux normes actualisées donneront accès aux fabri­
cants aux plus récents titres des normes. Trois termes auxquels le
Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (appareils de
bronzage) fait référence sont définis dans des normes, soit deux
dans les normes de la CEI et la troisième dans les normes de la
CIE. En mettant à jour le règlement actuel pour les renvois aux
normes, avec leurs modifications successives, les fabricants seront
amenés à consulter les versions et, par le fait même, les définitions
les plus récentes.
“One-for-One” rule
règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal, as
there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à la présente propo­
sition, étant donné qu’aucun changement n’est apporté aux coûts
administratifs des entreprises.
small business lens
lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply because the nationwide
cost impacts of these Regulations are less than $1 million
annually.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car l’inci­
dence financière du Règlement dans l’ensemble du pays est infé­
rieure à un million de dollars par année.
consultation
consultation
1. Comments received following targeted stakeholder consultation
1. Commentaires reçus à la suite d’une consultation ciblée des
intervenants
a targeted stakeholder consultation was conducted from Nov­
ember 26 to December 21, 2010, to solicit input on proposed warn­
ing label content. a total of nine stakeholders (including tanning
bed manufacturers, cancer control groups, consumer groups, and
associations representing the interests of dermatologists, medical
and paediatric professionals and the tanning industry) were con­
tacted by telephone, and were invited to participate. Six stakehold­
ers provided input.
Des séances de consultation ciblée auprès des intervenants ont
eu lieu du 26 novembre au 21 décembre 2010 afin d’obtenir des
commentaires sur le texte proposé pour les étiquettes de mise en
garde. En tout, neuf intervenants (notamment des fabricants de lits
de bronzage, des groupes de lutte contre le cancer, des groupes de
défense des consommateurs et des associations représentant les
intérêts des dermatologues, des professionnels de la santé et de la
pédiatrie et de l’industrie du bronzage) ont été invités, par télé­
phone, à y participer. Six intervenants ont fourni des
commentaires.
Tous les intervenants, sauf un, appuyaient fortement l’ajout de la
recommandation relative à l’âge (18 ans) et le recours à une formu­
lation plus rigoureuse au sujet des risques de cancer associés à
l’utilisation d’appareils de bronzage. un des intervenants était
d’avis que la mise en garde actuelle devrait être conservée et que la
formulation des messages proposés était trop forte. Le poids des
mises en garde proposées pour les étiquettes mises à jour corres­
pond à celui des mises en garde dans d’autres pays, notamment en
australie. un autre intervenant a indiqué qu’aucune nouvelle donnée ne justifie une modification des mesures réglementaires depuis
la dernière mise à jour du Règlement sur les dispositifs émettant
des radiations (appareils de bronzage), et que la recommandation
concernant l’âge est indiquée uniquement pour des raisons poli­
tiques; elle devrait être remplacée par l’énoncé « Déconseillé aux
personnes qui ont une peau de type 1 ».
all but one of the stakeholders strongly favoured the addition of
an age recommendation (18 years) and stronger wording about
cancer risks associated with tanning equipment. One respondent
suggested the current warning label should be kept and that the
wording on the alternative labels was too strong. The strength of
the proposed health risk warning stated on the updated label is
commensurate with warnings in other jurisdictions, including aus­
tralia. One respondent indicated that there had been no new data to
support a regulatory change since the previous updates to the Radi­
ation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment), and that
the age recommendation was political and should be removed and
replaced with the statement “Not recommended for those with skin
type 1.”
516
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
One respondent commented that the proposed changes would
make the warning labels less relevant, because the intent of the
label should be to assist professional sunbed facility operators in
doing their jobs to properly educate clients on correct procedure
and mitigation of risk. However, the intent of these Regulations is
to increase awareness of the risk associated with tanning equip­
ment use by providing consumers with more and up-to-date infor­
mation about these risks at the point of use. The REDa provides
the authority to make regulations respecting the labelling of tan­
ning equipment for the purpose of protecting persons against gen­
etic or personal injury, impairment of health or death from radia­
tion. Neither the act nor its Radiation Emitting Devices Regulations
(Tanning Equipment) indicates that the label is meant for the use of
facility operators alone: tanning equipment users may review the
information on the labels for themselves in order to make an
informed choice.
These Regulations may not respond to concerns of those in
favour of indoor tanning. However, they align with current avail­
able scientific findings on the cancer risks associated with tanning
equipment use, and their objectives and the updated text of the
warnings are similar to regulatory efforts of other jurisdictions.
Given the administrative nature of the update to the standards,
no consultation was carried out on the updates to the standards
referenced in the Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning
Equipment). No controversy is anticipated from stakeholders relat­
ing to the update to the technical standards references.
sOr/dOrs/2014-25
un intervenant a commenté que les changements proposés ren­
draient les mises en garde moins pertinentes, car le but de ces mises
en garde devrait être d’aider les exploitants de salons de bronzage
à bien renseigner les clients sur l’utilisation appropriée des lits de
bronzage et sur l’atténuation des risques. Par contre, ce règlement
vise à accroître la sensibilisation aux risques pour la santé que pré­
sente l’utilisation de ces appareils en fournissant aux consomma­
teurs davantage de renseignements à jour au point d’utilisation. La
LDER autorise la formulation de règlements sur l’étiquetage des
appareils de bronzage afin de protéger les individus contre tout
risque de trouble génétique, de blessure corporelle, de détériora­
tion de la santé ou de mort lié à l’émission de radiations. Rien, ni
dans la Loi ni dans le Règlement sur les dispositifs émettant des
radiations (appareils de bronzage), n’indique que les étiquettes
sont destinées uniquement aux exploitants de salons de bronzage :
les utilisateurs d’appareils de bronzage peuvent lire eux-mêmes les
renseignements sur les étiquettes afin de prendre une décision
éclairée.
Le Règlement peut ne pas répondre aux préoccupations des per­
sonnes qui appuient le bronzage artificiel. Toutefois, il cadre avec
les résultats scientifiques accessibles à l’heure actuelle sur les
risques de cancer associés à l’utilisation d’appareils de bronzage et
ses objectifs et la nouvelle version des mises en garde ressemblent
aux initiatives de réglementation d’autres pays.
Étant donné la nature administrative de la mise à jour des
normes, aucune consultation n’a été réalisée sur la mise à jour des
normes citées en référence dans le Règlement sur les dispositifs
émettant des radiations (appareils de bronzage). La mise à jour des
normes techniques ne devrait susciter aucune controverse auprès
des intervenants.
2. Comments received following publication of the Regulations in
the Canada Gazette, Part I
2. Commentaires reçus après la publication du Règlement dans la
Partie I de la Gazette du Canada
The Regulations were published in the Canada Gazette, Part I,
on February 23, 2013, followed by a 75-day comment period.
Comments were received from seven stakeholders, including a
provincial government department, two municipal health depart­
ments, a cancer control group, an association representing paediat­
ric professionals, an indoor tanning association, and one member
of the general public. all but one of the stakeholders were support­
ive of the Regulations. Some sought clarification on the applicabil­
ity of the Regulations to existing equipment and further provided
comments in support of stronger federal government action
regarding the label design, wording and age recommendation. One
stakeholder expressed concern over updating tanning warning
labels at all and suggested the changes were too strong. The com­
ments received were organized according to themes and are sum­
marized below, along with Health Canada’s responses.
as expected, there were no comments relating to the update to
the technical standards references.
Le Règlement a été publié dans la Partie I de la Gazette du
Canada le 23 février 2013, suivi d’une période de consultation de
75 jours. Sept intervenants ont formulé des commentaires, soit un
ministère provincial, deux services municipaux de santé, un groupe
de lutte contre le cancer, une association représentant des profes­
sionnels en pédiatrie, une association pour le bronzage en salon et
un membre du public. À l’exception d’un intervenant, tous
appuyaient le Règlement. Certains ont demandé des renseigne­
ments supplémentaires sur l’applicabilité du Règlement aux appa­
reils de bronzage existants et d’autres ont formulé des commen­
taires encourageant le gouvernement fédéral à prendre des mesures
plus sévères en ce qui a trait à la conception d’étiquettes, à la for­
mulation et à l’âge recommandé. un des intervenants s’est dit pré­
occupé par la mise à jour des étiquettes de mise en garde des appa­
reils de bronzage et a indiqué que les changements étaient exagérés.
Les commentaires reçus ont été classés par thèmes et sont résumés
ci-dessous. Les réponses de Santé Canada sont également présen­
tées ci-après.
Comme prévu, aucun commentaire sur la mise à jour des normes
techniques de référence n’a été formulé.
application of Regulations
application du Règlement
Five stakeholders commented on the application and scope of
the Regulations. Three stakeholders sought clarification on whether
the label requirement would apply only to new tanning equipment.
Two stakeholders suggested that in addition to warning labels on
tanning equipment, federal signs should be posted in tanning estab­
lishments. One stakeholder requested that regulations not proceed
until a standardized warning label for all uV-emitting devices
Cinq intervenants ont formulé des commentaires sur l’applica­
tion et la portée du Règlement. Trois d’entre eux ont demandé des
précisions afin de savoir si les exigences en matière d’étiquetage ne
s’appliqueraient qu’aux nouveaux appareils de bronzage. Deux
autres intervenants ont suggéré qu’en plus d’apposer des étiquettes
de mise en garde sur les appareils de bronzage, des panneaux du
gouvernement fédéral devraient être affichés dans les salons de
517
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
could be developed, as this would create a more even environment
for uV-emitting devices, would be more cost-effective for Health
Canada and health inspectors, and would be less confusing for the
public.
bronzage. un intervenant a demandé à ce qu’une étiquette de mise
en garde normalisée pour tous les appareils émettant des rayons
uV soit élaborée avant l’entrée en vigueur du Règlement, car une
telle étiquette augmenterait l’uniformité de ces appareils, serait
plus économique pour Santé Canada et les inspecteurs de la santé
et susciterait moins de confusion chez le public.
Consistent with the authorities under the REDa, these Regula­
tions will apply to tanning equipment at the time of sale, resale,
lease and importation. These Regulations will apply to all tanning
equipment sold, resold, leased or imported after these Regulations
come into force. It is anticipated that all equipment will eventually
comply with updated warning label requirements as salons replace
and update existing equipment. Signage and requirements for
existing equipment in operating tanning establishments are
addressed at the provincial/territorial level.
Currently there are no regulations that broadly capture “uV­
emitting devices” and thus no regulatory framework for developing
a standardized label for uV-emitting devices. Health Canada would
consider this option as necessary and based on emerging health
risks.
Conformément aux dispositions de la LDER, le Règlement s’ap­
pliquera aux appareils de bronzage au moment de la vente, de la
revente, de la location et de l’importation. Il s’appliquera égale­
ment à tout appareil de bronzage vendu, revendu, loué ou importé
après l’entrée en vigueur de la réglementation. Tous les appareils
de bronzage devraient éventuellement se conformer aux exigences
mises à jour en matière d’étiquettes de mise en garde puisque les
salons remplacent et mettent à jour leurs appareils. Les provinces
et les territoires sont responsables de la production d’affiches et
doivent veiller à ce que les exigences auxquelles sont assujettis les
appareils de bronzage dans les salons soient respectées.
À l’heure actuelle, aucun règlement n’englobe de façon générale
les « appareils émettant des rayons uV », et donc aucun cadre de
réglementation n’existe pour l’élaboration d’un étiquetage norma­
lisé. Santé Canada étudiera cette option au besoin et en fonction
des risques émergents pour la santé.
International equivalence
Équivalence internationale
One stakeholder expressed concern that the Regulations are not
equivalent to other jurisdictions’ requirements, specifically that the
statement “Tanning equipment can cause cancer” on the updated
warning labels is stronger than labels in other countries, and that
most countries do not have a requirement for warning labels.
un intervenant s’est dit préoccupé par le fait que le Règlement
n’est pas équivalent aux exigences des autres administrations. Il a
souligné que l’énoncé « Les appareils de bronzage peuvent causer
le cancer » figurant sur les nouvelles étiquettes de mise en garde est
plus fort que les étiquettes dans d’autres pays et que la plupart des
pays n’ont pas d’exigences en matière d’étiquettes de mise en
garde.
Le Règlement s’harmonise aux objectifs des activités de régle­
mentation des autres administrations nationales et internationales.
La mention de danger principale révisée « Les appareils de bron­
zage peuvent causer le cancer » reflète les données scientifiques
actuelles et permet d’établir un équilibre en ce qui a trait aux opi­
nions exprimées par les différents intervenants lors des consulta­
tions, qui se sont déroulées à la fin de 2010, et du processus de
publication dans la Partie I de la Gazette du Canada.
These Regulations align with the objectives of regulatory efforts
in other jurisdictions domestically and internationally. The revised
primary hazard statement “Tanning equipment can cause cancer”
reflects current scientific findings and strikes a balance with regard
to the views expressed by various stakeholders through targeted
consultations in late 2010 and reaffirmed through the Canada Gaz­
ette, Part I, process.
Warning label health risks
Mise en garde sur les risques pour la santé
Two stakeholders commented on the information listed under
the primary hazard statement on the warning label. One stake­
holder suggested the addition of “Genetics key risk factor for uV
exposure (skin type)” to the health risk information. One stake­
holder suggested both health risks and benefits should be conveyed
on the warning label to present a balanced view. Two stakeholders
made six comments suggesting changes to the health risk informa­
tion wording.
Deux intervenants ont formulé des commentaires sur les rensei­
gnements figurant dans la mention de danger principale. un inter­
venant a suggéré d’ajouter à l’information sur les risques pour la
santé une mention sur le facteur de risque génétique associé à l’ex­
position aux rayons uV (type de peau). un autre intervenant a sug­
géré que les risques et les avantages pour la santé soient indiqués
sur l’étiquette de mise en garde afin de présenter un point de vue
équilibré. Deux intervenants ont formulé six commentaires suggé­
rant d’apporter des modifications à la formulation de l’information
sur les risques pour la santé.
Santé Canada reconnaît que certains facteurs de risque, comme
le type de la peau et une prédisposition à ressentir les effets des
rayons uV, ne figurent pas dans la nouvelle étiquette de mise en
garde présentée dans la Partie I de la Gazette du Canada. Les chan­
gements nécessaires ont été faits. L’énoncé « Les facteurs de risque
comprennent le type de peau, la photosensibilité et les antécédents
de cancer de la peau » a été ajouté à l’information sur les risques
pour la santé figurant sur l’étiquette. Les six commentaires suggé­
rant d’apporter d’autres changements à cette information, y
Health Canada acknowledges that some risk factors such as skin
type and predisposition for uV-related health effects had not been
captured in the proposed updated warning label published in the
Canada Gazette, Part I, and has made revisions to the label accord­
ingly. The statement “Risk factors include skin type, photosensitiv­
ity and history of skin cancer” has been added to the health risk
information listed on the label. The six comments suggesting fur­
ther changes to the health risk information, including suggestions
to remove two points that were on the 2005 labels, were considered
518
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
but not integrated as the information on the label remains
accurate.
compris de retirer deux points qui se trouvaient sur les étiquettes de
2005, ont été pris en compte, mais n’ont pas été appliqués puisque
les renseignements figurant sur l’étiquette sont toujours
pertinents.
The REDa provides the Governor in Council authority to make
regulations respecting the labelling of any radiation emitting device
for the purpose of protecting persons against genetic or personal
injury, impairment of health or death from radiation. It is the aim of
the warning label to relay information on potential health and
safety risks. uV radiation has benefits, such as sterilization or
treatment for some skin conditions, and Health Canada provides
information sheets that expand on the health effects of uV radia­
tion. Given limits to the size of the label and the aim of relaying
potential health and safety risks to Canadians, Health Canada feels
that the warning labels as proposed are appropriate.
Conformément à la LDER, le gouverneur en conseil peut prendre
des règlements en matière d’étiquetage des appareils émettant des
radiations afin de protéger la population contre tout risque de
troubles génétiques, de blessures corporelles, de détérioration de la
santé ou de mort lié à l’émission de radiations. L’étiquette de mise
en garde a pour objectif de présenter de l’information sur les
risques possibles pour la santé et la sécurité. Les rayons uV ont des
avantages, comme la stérilisation ou le traitement de certaines
affections cutanées. Santé Canada fournit d’ailleurs des feuillets
d’information sur les effets des rayons uV sur la santé. Étant donné
la taille limitée des étiquettes et l’objectif visant à fournir aux
Canadiens des renseignements sur les risques possibles pour la
santé et la sécurité, Santé Canada croit que les étiquettes de mise en
garde proposées sont adéquates.
Warning label design
Conception des étiquettes de mise en garde
Three stakeholders commented on the design of the warning
label. One stakeholder expressed support for reformatting the
health risk information into bullet points. One stakeholder
expressed concern that the labels are too small. One stakeholder
suggested using graphic warning labels.
The decision not to increase the size of the warning label
reflected concern that an increase could negatively affect the oper­
ation of the tanning equipment (e.g. venting) and place greater
compliance burden on industry.
With regard to graphic warning labels, Health Canada acknow­
ledges the potential effectiveness of graphic warnings. In the con­
text of warning labels for tanning equipment, however, and as out­
lined earlier in this document (regulatory options considered), the
updated warning labels are meant to be considered in combination
with other awareness-raising options, for example signage where
use of graphic labels may be facilitated due to fewer restrictions on
size. Size limitations raise concerns that use of graphic warning
labels would reduce space for necessary clear messaging required
at the point of use.
Trois intervenants ont formulé des commentaires sur la concep­
tion des étiquettes de mise en garde. un intervenant a indiqué qu’il
appuyait le reformatage de l’information sur les risques pour la
santé, qui prendra désormais la forme d’une liste à puce. un inter­
venant s’est dit préoccupé par la taille des étiquettes qu’il juge trop
petite. un intervenant suggère d’utiliser des mises en garde
illustrées.
La décision de ne pas agrandir les étiquettes s’explique par le
fait que des étiquettes plus grandes pourraient avoir un effet négatif
sur le fonctionnement des appareils de bronzage (par exemple ven­
tilation) et alourdir le fardeau relatif à la conformité de l’industrie.
En ce qui a trait aux mises en garde illustrées, Santé Canada
reconnaît qu’elles pourraient être efficaces. Toutefois, pour ce qui
est des mises en garde sur les appareils de bronzage, il est indiqué
dans le présent document (options réglementaires considérées)
qu’elles devraient être utilisées en parallèle avec d’autres options
de sensibilisation, comme des panneaux sur lesquels il est plus
facile d’imprimer des mises en garde illustrées en raison de leur
taille. On s’inquiète qu’en raison des restrictions de taille, l’utilisa­
tion de mises en garde illustrées réduise l’espace nécessaire pour la
présentation de messages clairs là où sont utilisés ces produits.
Warning label age recommendation
Âge recommandé sur les mises en garde
Seven stakeholders commented on the age recommendation. Six
stakeholders expressed support for the age recommendation being
added to the tanning equipment warning labels. One stakeholder,
while not necessarily supportive, expressed an understanding of
the rationale for adding the age recommendation. Two stakeholders
encouraged Health Canada to incorporate age restrictions into the
regulatory amendments. One stakeholder expressed concern that a
recommendation against use by those under 18 could be miscon­
strued to mean that use of tanning equipment is recommended for
anyone 18 and over, and recommended that the age recommenda­
tion be reframed to state “Health Canada does not recommend the
use of tanning equipment — especially for those under the age
of 18.”
Sept intervenants ont formulé des commentaires sur l’âge
recommandé. Six intervenants ont indiqué qu’ils appuyaient l’âge
recommandé ajouté aux étiquettes de mise en garde. Bien qu’un
des intervenants n’appuie pas nécessairement l’initiative, il a indi­
qué qu’il comprenait pourquoi un âge recommandé avait été ajouté.
Deux intervenants ont encouragé Santé Canada à intégrer des âges
recommandés aux modifications réglementaires. un intervenant
s’est dit préoccupé par le fait que la recommandation déconseillant
l’utilisation par les moins de 18 ans pourrait laisser penser aux uti­
lisateurs que l’utilisation des appareils de bronzage est recomman­
dée pour les gens de 18 ans et plus. Il a suggéré que l’âge recom­
mandé soit ajusté pour indiquer : « Santé Canada ne recommande
pas l’utilisation des appareils de bronzage, particulièrement pour
les gens de moins de 18 ans ».
L’utilisation des appareils de bronzage, y compris les restric­
tions d’âge, relèvent des provinces et des territoires. Conformé­
ment aux pouvoirs accordés dans la LDER, Santé Canada indique
The use of tanning equipment, including age restrictions, is dealt
with at the provincial/territorial level. Consistent with the existing
authorities under the REDa, Health Canada is providing an age
519
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
recommendation on the warning label to communicate that tanning
equipment is not recommended for minors.
un âge recommandé sur les étiquettes de mise en garde pour mon­
trer qu’il n’est pas recommandé aux mineurs d’utiliser des appa­
reils de bronzage.
updating the health risk information on tanning equipment
warning labels responds to scientific findings that tanning equip­
ment users are at an increased risk of developing skin cancer, and
youth are at an even higher risk. updates to the general health risk
information and re-ordering of the information will help to more
clearly inform all tanning equipment users of the associated health
risks. The targeted age recommendation aims to make clear in a
concise fashion that youth in particular are at an even greater risk.
Broadening the language to include all age groups has the potential
to diminish the relevancy to those considered at particular increased
risk. Therefore, Health Canada feels the current wording as pro­
posed is appropriate.
La mise à jour de l’information sur les risques pour la santé
cadre avec les données scientifiques selon lesquelles les utilisa­
teurs d’appareil de bronzage sont plus susceptibles de développer
un cancer de la peau et selon lesquelles les jeunes sont encore plus
à risque. Les mises à jour apportées à l’information générale sur les
risques pour la santé et la réorganisation de l’information permet­
tront d’indiquer plus clairement aux utilisateurs les risques pour la
santé connexes. L’âge recommandé vise à indiquer clairement que
les jeunes d’un âge particulier courent un risque plus grand. Le fait
d’élargir la terminologie pour inclure tous les groupes d’âge pour­
rait diminuer la pertinence chez ceux qui présentent un risque plus
élevé. Santé Canada a donc conclu que la formulation actuelle était
appropriée.
Warning label primary hazard statement
Mention de danger principale dans les étiquettes de mise en garde
Two stakeholders commented on the primary hazard statement
“Tanning equipment can cause cancer.” One stakeholder expressed
concern that the statement misinterprets the actual risk, and that the
statement could lead tanning equipment users to think they are at
risk of developing any cancer, not specifically skin cancer. One
stakeholder expressed concern that the statement implies that the
tanning equipment itself causes cancer rather than the ultraviolet
radiation emitted by the equipment when the equipment is turned
on. One stakeholder recommended the statement be strengthened
to state “Tanning equipment causes cancer.”
While the predominant cancer risk from tanning equipment is
skin cancer, a number of case-control studies have demonstrated a
direct link between indoor tanning and ocular melanoma. ultra­
violet radiation exposure can also result in both local and systemic
immunosuppression which can make the body more susceptible to
health risks, including the development of cancer.
Not everyone who uses tanning equipment will develop cancer.
The primary hazard statement as proposed reflects the fact that
those who use tanning equipment are at an increased risk of
developing cancer, as supported by the WHO and other scientific
findings.
Health Canada will maintain the wording “Tanning equipment
can cause cancer” for the primary hazard statement, as the Depart­
ment feels that the labels as proposed accurately reflect current
research and findings.
Deux intervenants ont formulé des commentaires sur la mention
de danger principale « Les appareils de bronzage peuvent causer le
cancer ». un intervenant s’est inquiété du fait que la mention pour­
rait laisser penser aux utilisateurs qu’ils risquent de développer
n’importe quel type de cancer, et pas particulièrement un cancer de
la peau. un intervenant s’est inquiété du fait que l’énoncé sous­
entend que les appareils de bronzage comme tels causaient le can­
cer, alors qu’il s’agit plutôt des rayons uV qu’ils émettent lorsqu’ils
sont allumés. un intervenant suggère que l’énoncé soit modifié
comme suit : « Les appareils de bronzage causent le cancer ».
Bien que le principal risque de cancer associé aux appareils de
bronzage soit le cancer de la peau, un certain nombre d’études de
cas-témoin ont montré un lien direct entre le bronzage en salon et
le mélanome oculaire. L’exposition aux rayons uV peut également
entraîner une immunosuppression locale et généralisée, qui peut
rendre le corps plus sensible aux risques pour la santé, y compris
au développement d’un cancer.
Pour préciser le fait que le risque associé aux appareils de bron­
zage est présent uniquement lorsque les appareils de bronzage sont
allumés, Santé Canada a songé à la possibilité de modifier la men­
tion de danger principale de la façon suivante : « L’utilisation d’ap­
pareils de bronzage peut causer le cancer ». Toutefois, un tel chan­
gement n’engloberait pas les employés et les autres personnes
pouvant être exposés aux rayons ultraviolets émis par les appareils
de bronzage même s’ils ne les utilisent pas. De plus, la fonction des
appareils de bronzage est d’émettre des rayons uV. Santé Canada
précisera sur l’étiquette que le risque de cancer est lié aux rayons
uV.
Ce ne sont pas toutes les personnes qui utilisent un appareil de
bronzage qui développeront un cancer. La mention de danger prin­
cipale proposée reflète le fait que les personnes qui utilisent un
appareil de bronzage sont plus à risque de développer un cancer,
comme l’indiquent l’OMS et d’autres données scientifiques.
Santé Canada a donc décidé de conserver la mention « Les appa­
reils de bronzage peuvent le cancer » puisqu’il considère que les
étiquettes proposées reflètent bien la recherche et les données
actuelles.
Miscellaneous
autre
Health Canada received various requests for clarification and
editorial comments during the comment period. These have been
taken into consideration and incorporated into the Regulations or
Regulatory Impact analysis Statement, where appropriate.
Santé Canada a reçu diverses demandes de clarification et plu­
sieurs commentaires sur le contenu pendant la période de commen­
taires. Ces derniers ont été pris en compte et intégrés au Règlement
ou au Résumé de l’étude d’impact de la réglementation, au besoin.
To clarify that the risk from tanning equipment relates to situa­
tions where the machines are turned on, Health Canada contem­
plated changing the primary hazard statement to read “Tanning
equipment use can cause cancer.” However, such a change would
not address operators and others who could potentially be exposed
to ultraviolet radiation from tanning equipment without using the
equipment. additionally, ultraviolet radiation emission is the func­
tion of tanning equipment. Health Canada will clarify on the label
that the risk of cancer relates to the ultraviolet radiation.
520
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
regulatory cooperation
coopération en matière de réglementation
In June 2010, a Federal-Provincial-Territorial Radiation Protec­
tion Committee Tanning Beds Working Group was established.
The working group’s mandate is to examine health and safety
issues relating to the use of tanning equipment by identifying
emerging and current concerns, issues and considerations relating
to tanning equipment; providing input to regulations pertaining to
the labelling of tanning equipment; considering revisions to the
national Guidelines for Tanning Salon Owners, Operators and
Users; discussing potential federal strategies related to public
awareness, including the development and/or expansion of educa­
tional campaigns; and exploring provincial/territorial regulatory
capacities.
These Regulations are not related to a commitment under the
Joint action Plan for the Canada-united States Regulatory Cooper­
ation Council.
En juin 2010, un groupe de travail sur les lits de bronzage du
Comité de radioprotection fédéral-provincial-territorial a été mis
sur pied. Le groupe de travail est chargé d’étudier les questions de
santé et de sécurité qui sont liées à l’utilisation d’appareils de bron­
zage en définissant des préoccupations, des enjeux et des facteurs
émergents et courants qui ont trait aux appareils de bronzage, en
contribuant à des révisions de règlements régissant l’étiquetage des
appareils de bronzage, en étudiant les modifications à apporter aux
Lignes directrices pour les propriétaires, les opérateurs et les usa­
gers de salon de bronzage nationales, en discutant de possibles
stratégies fédérales de sensibilisation du public, y compris de l’éla­
boration ou de l’expansion de campagnes d’éducation et en explo­
rant les capacités de réglementation des provinces et des
territoires.
Le Règlement n’a aucun lien avec un engagement pris en vertu
du plan d’action conjoint du Conseil de coopération en matière de
réglementation entre le Canada et les États-unis.
rationale
Justification
Indoor ultraviolet tanning is associated with an increased risk of
developing skin cancer, and is a risk factor for early-onset skin
cancer. Recent studies have increasingly demonstrated a doseresponse effect; that is, more tanning equipment exposures lead to
increased risk of developing skin cancer. Most of these studies
have only been published since the last update to the Radiation
Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment) in 2005. The
WHO’s International agency for Research on Cancer (IaRC)
monograph on radiation, updated in 2012 by an interdisciplinary
working group of expert scientists, confirmed that there is suffi­
cient evidence in humans for the carcinogenicity of ultravioletemitting tanning devices. Based on the strength of the evidence
demonstrating the carcinogenic effects of tanning devices, the
WHO has stated that restricting youth under 18 years from access­
ing tanning devices should be of highest regulatory priority for
governments.
Le bronzage en salon est associé à un risque accru de cancer de
la peau et constitue un facteur de risque d’apparition précoce de ce
type de cancer. De plus en plus d’études récentes révèlent un effet
dose-réponse, à savoir que plus l’exposition aux appareils de bron­
zage est importante, plus le risque de développer un cancer de la
peau est élevé. La majorité de ces études ont été publiées depuis la
dernière mise à jour du Règlement sur les dispositifs émettant des
radiations (appareils de bronzage) en 2005. La monographie sur le
rayonnement du Centre international de recherche sur le cancer
(CIRC) de l’OMS, actualisée en 2012 par un groupe de travail
interdisciplinaire composé d’experts scientifiques, a confirmé qu’il
y avait suffisamment de preuves de la cancérogénicité pour l’être
humain des appareils de bronzage émettant des rayons ultraviolets.
En se basant sur le poids de la preuve venant confirmer les effets
cancérogènes des appareils de bronzage, l’OMS a indiqué qu’em­
pêcher l’accès des jeunes de moins de 18 ans à ces appareils devrait
être considéré par les gouvernements comme une priorité
réglementaire.
Des étiquettes mises à jour, dans le cadre du Règlement, servi­
ront à informer les consommateurs des risques associés à l’utilisa­
tion d’appareils de bronzage et pourraient contribuer à réduire
l’incidence du cancer de la peau. En 2007, la Food and Drug admi­
nistration (FDa) des États-unis a réalisé une étude auprès des
consommateurs sur les renseignements à propos du lien entre l’uti­
lisation d’appareils de bronzage en salon et l’apparition du cancer
de la peau qui figurent sur les étiquettes. après analyse, la FDa des
États-unis a déterminé que les participants à l’étude étaient d’avis
que l’utilisation d’un paragraphe sur les étiquettes de mise en garde
contre les rayonnements ultraviolets (comme le fait actuellement
Santé Canada) rendait difficile la lecture de la mise en garde. Par
contre, presque tous les participants ont indiqué qu’ils seraient plus
susceptibles de lire une étiquette sur laquelle les renseignements
sont présentés sous forme de puces, qu’un texte plus court leur
permettait de se concentrer plus facilement sur les risques et la
marche à suivre et que des puces et un format réduit viendraient
renforcer le message sur les dangers associés aux appareils de
bronzage.
L’objectif de sensibilisation aux risques liés à l’utilisation des
appareils de bronzage sera atteint en fournissant aux utilisateurs de
ces appareils des renseignements facilement accessibles, y compris
sur le risque accru de développer le cancer de la peau, et en relevant
updated warning labels, as part of these Regulations, will serve
to inform consumers of the risk associated with using tanning
equipment and may ultimately contribute to a decrease in the inci­
dence of skin cancer. In 2007, the u.S. Food and Drug administra­
tion (FDa) conducted a consumer study of labelling information
on the relationship between the use of indoor tanning devices and
development of skin cancer. Based on its analysis, the u.S. FDa
determined that participants in the study found that the use of a
paragraph format on ultraviolet radiation warning labels (as is cur­
rently used on Health Canada’s warning labels) made it difficult to
focus on and read the warning statement. alternatively, almost all
participants said that they would be more likely to read a label with
a bulleted format, that the shorter length of the text made it easier
to focus on the risks and directives, and that the shorter and bul­
leted format sent a stronger message about the dangers associated
with indoor tanning equipment.
The goal of increasing awareness of the health risks associated
with the use of tanning equipment will be achieved by providing
tanning equipment users with readily accessible information,
including information on the increased risk of developing skin
521
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
cancer, and by raising the recommended age of use. a review of
other jurisdictions has been undertaken and the objectives and
updated warnings outlined in these Regulations will align with the
regulatory efforts of other countries such as the united kingdom
and australia. On May 9, 2013, the u.S. FDa published a proposal
to reclassify tanning beds from class I to class II medical devices,
allowing for special controls on tanning equipment, including
updated warning label requirements. The labelling requirements
aim to discourage use of tanning products by populations that are
especially susceptible to the risk of skin cancer, and would require
the statement “attention: this sunlamp product should not be used
on persons under the age of 18 years” to appear on all tanning
product fixtures. The federal government has coordinated with the
provinces and territories on developing options to reduce the inci­
dence of avoidable skin cancer due to ultraviolet radiation from
tanning equipment through the Federal-Provincial-Territorial
Radiation Protection Committee’s Tanning Beds Working Group.
as the updated label in these Regulations provides a minimum age
of use recommendation, and the Regulations do not propose to ban
access to tanning equipment by minors, it will not conflict with
existing and proposed legislative initiatives in Canada’s provinces
and territories, such as Nova Scotia’s under-19 age restriction, or
Manitoba’s requirement for minors under 18 to have parental con­
sent to use tanning equipment. The label will complement public
awareness campaigns that have been mounted by several public
health bodies, non-profit organizations and other government
health departments across Canada to warn against ultraviolet tan­
ning equipment, particularly by minors.
l’âge minimum d’utilisation recommandé. une étude de ce qui se
fait dans d’autres pays a été entreprise, et les objectifs et les nou­
velles mises à jour du Règlement cadreront avec les efforts régle­
mentaires d’autres pays comme le Royaume-uni et l’australie. Le
9 mai 2013, la FDa des États-unis a publié une proposition visant
à reclasser les lits de bronzage, qui passeraient de matériels médi­
caux de classe I à matériels médicaux de classe II, permettant ainsi
la prise de mesures de contrôle spéciales, comme de nouvelles exi­
gences en matière de mises en garde. Les exigences en matière
d’étiquetage visent à décourager les personnes susceptibles de
développer un cancer de la peau à utiliser les appareils de bron­
zage. Elles demanderaient l’ajout de l’énoncé suivant : « atten­
tion : Les personnes de moins de 18 ans ne doivent pas utiliser cette
lampe solaire » à tous les appareils de bronzage. Par l’intermé­
diaire du Groupe de travail sur les lits de bronzage du Comité de
radioprotection fédéral-provincial-territorial, le gouvernement
fédéral, de concert avec les provinces et les territoires, s’efforce
d’élaborer des solutions en vue de réduire l’incidence de cancers
de la peau évitables causés par les rayons ultraviolets. Comme la
nouvelle étiquette proposée dans le cadre du Règlement contient
une recommandation sur un âge minimum d’utilisation et qu’elle
ne propose pas d’interdire aux mineurs d’utiliser les appareils de
bronzage, elle n’entrera pas en conflit avec les initiatives législa­
tives actuelles et proposées dans les provinces et les territoires du
Canada, comme l’interdiction aux moins de 19 ans en NouvelleÉcosse et l’obligation, pour les mineurs de moins de 18 ans, d’avoir
le consentement de leurs parents pour pouvoir utiliser les appareils
de bronzage au Manitoba. L’étiquette viendra compléter les cam­
pagnes de sensibilisation de la population menées par divers orga­
nismes de santé publique, organismes sans but lucratif et minis­
tères de la Santé dans l’ensemble du pays en vue de déconseiller
l’utilisation des appareils de bronzage émettant des rayons ultraviolets, surtout chez les mineurs.
The minimal costs associated with these Regulations will be out­
weighed by the potential benefits of reducing incidence of skin
cancer.
Les coûts peu élevés liés au Règlement seraient compensés par
les avantages éventuels de la diminution de l’incidence du cancer
de la peau.
implementation, enforcement and service standards
mise en œuvre, application et normes de service
as described earlier, implementation of these Regulations will
align with efforts of other jurisdictions, including the provinces
and territories, and with broader public awareness initiatives. In
order to assist the tanning industry in transitioning smoothly to the
new requirements, the Regulations will come into force three
months after registration.
These Regulations will not alter existing compliance mechan­
isms. Provinces will remain responsible for the licensing of salons
and their adherence to provincial legislation. under subsec­
tion 5(3) of the REDa, “No person shall fail to comply with the
regulations respecting the labelling, packaging or advertising of
radiation emitting devices.” Compliance and enforcement will con­
tinue to be undertaken by Health Canada inspectors under the
authority of the REDa and the Radiation Emitting Devices Regula­
tions (Tanning Equipment).
Comme il est indiqué plus haut, la mise en œuvre du Règlement
s’harmonisera avec les efforts des autres administrations, y com­
pris les provinces et les territoires, et une campagne de sensibilisa­
tion du public. afin de donner à l’industrie du bronzage le temps de
s’adapter aux nouvelles exigences, le Règlement entrera en vigueur
trois mois après son enregistrement.
Le Règlement ne modifiera nullement les mécanismes de
conformité. Les provinces demeureront responsables de l’émission
de permis pour les salons de bronzage et du respect des lois provin­
ciales. aux termes du paragraphe 5(3) de la LDER, « Toute per­
sonne doit se conformer aux règlements concernant l’étiquetage,
l’emballage et la publicité de dispositifs émettant des radiations ».
La conformité et l’application continueront d’être vérifiées par les
inspecteurs de Santé Canada conformément aux pouvoirs que leur
confèrent la LDER et le Règlement sur les dispositifs émettant des
radiations (appareils de bronzage).
522
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
contact
Tara Bower
Director
Office of Science Policy, Liaison and Coordination
Environmental and Radiation Health Sciences Directorate
Healthy Environments and Consumer Safety Branch
Health Canada
address Locator 4908D
269 Laurier avenue W
Ottawa, Ontario
k1a 0k9
Fax: 613-952-5397
Email: tara.bower@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-25
Personne-ressource
Tara Bower
Directrice
Bureau des politiques scientifiques, de la liaison et de la
coordination
Direction des sciences de la santé environnementale et de la
radioprotection
Direction générale de la santé environnementale et de la sécurité
des consommateurs
Santé Canada
Indice de l’adresse 4908D
269, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
k1a 0k9
Télécopieur : 613-952-5397
Courriel : tara.bower@hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
523
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
February 7, 2014
Enregistrement
DORS/2014-26
sOr/dOrs/2014-26
Le 7 février 2014
Tax COuRT OF CaNaDa aCT
LOI SuR La COuR CaNaDIENNE DE L’IMPôT
rules amending certain rules made under the
tax court of canada act
règles modifiant certaines règles établies en vertu
de la loi sur la cour canadienne de l’impôt
P.C. 2014-108
C.P. 2014-108
February 6, 2014
Whereas, pursuant to subsection 22(3)1a of the Tax Court of Can­
ada Act2b, the rules committee of the Tax Court of Canada published
the proposed Rules Amending Certain Rules Made under the Tax
Court of Canada Act, substantially in the annexed form, in the
Canada Gazette, Part I, on December 8, 2012, and invited any
interested person to make representations to the rules committee
with respect to those Rules;
Therefore, the rules committee of the Tax Court of Canada, pur­
suant to section 203c of the Tax Court of Canada Actb and subject to
the approval of the Governor in Council, makes, effective on the
date of publication in the Canada Gazette, the annexed Rules
Amending Certain Rules Made under the Tax Court of Canada Act.
Ottawa, May 14, 2013
THE HONOuRaBLE GERaLD J. RIP
Chief Justice
President of the Rules Committee
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of Justice, pursuant to subsection 20(1)c
of the Tax Court of Canada Actb, approves the annexed Rules
Amending Certain Rules Made under the Tax Court of Canada Act.
Le 6 février 2014
attendu que, conformément au paragraphe 22(3)1a de la Loi sur
la Cour canadienne de l’impôt2b, le comité des règles de la Cour
canadienne de l’impôt a publié dans la Gazette du Canada Partie I,
le 8 décembre 2012, le projet de règles intitulé Règles modifiant
certaines règles établies en vertu de la Loi sur la Cour canadienne
de l’impôt, conforme en substance au texte ci-après, et a invité les
intéressés à présenter leurs observations à cet égard,
À ces causes, en vertu de l’article 203c de la Loi sur la Cour cana­
dienne de l’impôtb et sous réserve de l’approbation du gouverneur
en conseil, le comité des règles de la Cour canadienne de l’impôt
établit les Règles modifiant certaines règles établies en vertu de la
Loi sur la Cour canadienne de l’impôt, ci-après, lesquelles entrent
en vigueur à la date de leur publication dans la Gazette du Canada.
Ottawa, le 14 mai 2013
Le juge en chef
L’HONORaBLE GERaLD J. RIP
Président du comité des règles
Sur recommandation du ministre de la Justice et en vertu du
paragraphe 20(1)c de la Loi sur la Cour canadienne de l’impôtb,
Son Excellence le Gouverneur général en conseil approuve les
Règles modifiant certaines règles établies en vertu de la Loi sur la
Cour canadienne de l’impôt, ci-après.
rules amending certain rules
made under the taX cOurt
OF canada act
rÈgles mOdiFiant certaines rÈgles
établies en vertu de la lOi sur
la cOur canadienne de l’imPôt
taX cOurt OF canada rules
(general PrOcedure)
rÈgles de la cOur canadienne de
l’imPôt (PrOcédure générale)
1. section 1 of the Tax Court of Canada Rules (General
Procedure)41 and the headings before it are replaced by the
following:
DEFINITIONS, aPPLICaTION, INTERPRETaTION,
FORMS, VIDEOCONFERENCES aND
TELECONFERENCES
1. l’article 1 des Règles de la Cour canadienne de l’impôt
(procédure générale)41 et les intertitres le précédant sont rem­
placés par ce qui suit :
DÉFINITIONS, aPPLICaTION, PRINCIPES
D’INTERPRÉTaTION, FORMuLES,
VIDÉOCONFÉRENCES ET TÉLÉCONFÉRENCES
2. section 2 of the rules is amended by adding the following
in alphabetical order:
“litigation process conference” means
(a) a status hearing under section 125,
(b) a case management conference under subsection 126(2),
(c) a trial management conference under section 126.1, or
2. l’article 2 des mêmes règles est modifié par adjonction,
selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« conférence dans le cadre d’une instance » S’entend de :
a) toute audience sur l’état de l’instance visée à l’article 125;
b) toute conférence sur la gestion de l’instance visée au para­
graphe 126(2);
a
a
b
c
1
R.S., c. 51 (4th Supp.), s. 7
R.S., c. T-2
S.C. 2002, c. 8, s. 78
SOR/90-688a
524
b
c
1
L.R., ch. 51 (4e suppl.), art. 7
L.R., ch. T-2
L.C. 2002, ch. 8, art. 78
DORS/90-688a
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(d) a settlement conference under section 126.2; (conférence
dans le cadre d’une instance)
3. section 6 of the rules and the heading before it are
replaced by the following:
HeaRings by VideoconfeRence
oR teLeconfeRence
6. The Court may direct that any step in a proceeding be con­
ducted by teleconference, by videoconference or by a combination
of both and may specify the party responsible for establishing the
communication.
4. section 52 of the rules is renumbered as subsection 52(1)
and is amended by adding the following:
(2) The demand for particulars shall be in Form 52 and shall be
filed and served in accordance with these rules.
5. section 53 of the rules is replaced by the following:
53. (1) The Court may, on its own initiative or on application by
a party, strike out or expunge all or part of a pleading or other docu­
ment with or without leave to amend, on the ground that the plead­
ing or other document
(a) may prejudice or delay the fair hearing of the appeal;
(b) is scandalous, frivolous or vexatious;
(c) is an abuse of the process of the Court; or
(d) discloses no reasonable grounds for appeal or opposing the
appeal.
(2) No evidence is admissible on an application under para­
graph (1)(d).
(3) On application by the respondent, the Court may quash an
appeal if
(a) the Court has no jurisdiction over the subject matter of the
appeal;
(b) a condition precedent to instituting an appeal has not been
met; or
(c) the appellant is without legal capacity to commence or con­
tinue the proceeding.
6. section 58 of the rules is replaced by the following:
58. (1) On application by a party, the Court may grant an order
that a question of law, fact or mixed law and fact raised in a plead­
ing or a question as to the admissibility of any evidence be deter­
mined before the hearing.
(2) On the application, the Court may grant an order if it appears
that the determination of the question before the hearing may dis­
pose of all or part of the proceeding or result in a substantially
shorter hearing or a substantial saving of costs.
(3) an order that is granted under subsection (1) shall
(a) state the question to be determined before the hearing;
(b) give directions relating to the determination of the question,
including directions as to the evidence to be given — orally or
otherwise — and as to the service and filing of documents;
(c) fix time limits for the service and filing of a factum con­
sisting of a concise statement of facts and law;
sOr/dOrs/2014-26
c) toute conférence sur la gestion de l’audience visée à l’arti­
cle 126.1;
d) toute conférence de règlement visée à l’article 126.2. (litiga­
tion process conference)
3. l’article 6 des mêmes règles et l’intertitre le précédant
sont remplacés par ce qui suit :
audiences paR Voie de VidéoconféRence
ou de téLéconféRence
6. La Cour peut ordonner que toute mesure prise dans le cadre
d’une instance se tienne par voie de vidéoconférence ou de télé­
conférence ou des deux et préciser celle des parties qui a la respon­
sabilité d’établir la communication.
4. l’article 52 des mêmes règles devient le paragraphe 52(1)
et est modifié par adjonction de ce qui suit :
(2) La demande de précision est rédigée selon la formule 52 et
elle est déposée et signifiée en conformité avec les présentes règles.
5. l’article 53 des mêmes règles est remplacé par ce qui suit :
53. (1) La Cour peut, de son propre chef ou à la demande d’une
partie, radier un acte de procédure ou tout autre document ou en
supprimer des passages, en tout ou en partie, avec ou sans autorisa­
tion de le modifier parce que l’acte ou le document :
a) peut compromettre ou retarder l’instruction équitable de
l’appel;
b) est scandaleux, frivole ou vexatoire;
c) constitue un recours abusif à la Cour;
d) ne révèle aucun moyen raisonnable d’appel ou de contestation
de l’appel.
(2) aucune preuve n’est admissible à l’égard d’une demande
présentée en vertu de l’alinéa (1)d).
(3) À la demande de l’intimé, la Cour peut casser un appel si :
a) elle n’a pas compétence sur l’objet de l’appel;
b) une condition préalable pour interjeter appel n’a pas été
satisfaite;
c) l’appelant n’a pas la capacité juridique d’introduire ou de
continuer l’instance.
6. l’article 58 des mêmes règles est remplacé par ce qui suit :
58. (1) Sur requête d’une partie, la Cour peut rendre une ordon­
nance afin que soit tranchée avant l’audience une question de fait,
une question de droit ou une question de droit et de fait soulevée
dans un acte de procédure, ou une question sur l’admissibilité de
tout élément de preuve.
(2) Lorsqu’une telle requête est présentée, la Cour peut rendre
une ordonnance s’il appert que de trancher la question avant l’au­
dience pourrait régler l’instance en totalité ou en partie, abréger
substantiellement celle-ci ou résulter en une économie substan­
tielle de frais.
(3) L’ordonnance rendue en application du paragraphe (1)
contient les renseignements suivants :
a) la question à trancher avant l’audience;
b) des directives relatives à la manière de trancher la question, y
compris des directives sur la preuve à consigner, soit oralement
ou par tout autre moyen, et sur la méthode de signification ou de
dépôt des documents;
525
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(d) fix the time and place for the hearing of the question; and
(e) give any other direction that the Court considers
appropriate.
7. the heading before section 59 and sections 59 to 61 of the
rules are repealed.
8. section 62 of the rules and the heading before it are
repealed.
9. section 67 of the rules is amended by adding the following
after subsection (6):
(7) Proof of service of the notice of motion shall be filed with the
Court at least three days before the date on which the motion is to
be heard.
10. subsection 95(3) of the rules is repealed.
11. subsection 119(3) of the rules is replaced by the
following:
(3) Before moving for leave to examine an expert witness under
subsection (1), the moving party shall serve on all other parties the
report of the expert witness referred to in subsection 145(7) unless
the Court directs otherwise.
sOr/dOrs/2014-26
c) le délai pour la signification et le dépôt d’un mémoire com­
prenant un exposé concis des faits et du droit;
d) la date, l’heure et le lieu pour l’audience se rapportant à la
question à trancher;
e) toute autre directive que la Cour estime appropriée.
7. l’intertitre précédant l’article 59 et les articles 59 à 61 des
mêmes règles sont abrogés.
8. l’article 62 des mêmes règles et l’intertitre le précédant
sont abrogés.
9. l’article 67 des mêmes règles est modifié par adjonction,
après le paragraphe (6), de ce qui suit :
(7) La preuve de la signification de l’avis de requête est déposée
à la Cour au moins trois jours avant l’audition de la requête.
12. (1) subsection 123(4) of the rules is replaced by the
following:
(4) Subject to any direction by the Court, the Registrar, or a per­
son designated by the Registrar or by the Chief Justice, may fix the
time and place for the hearing
(a) on receipt of a joint application;
(b) on receipt of an application and of a separate memorandum
from each party; or
(c) on receipt of an application and after the time has expired for
the filing of a separate memorandum by each party.
(4.1) Despite subsection (4), the Court may, on its own initiative,
fix the time and place for the hearing.
(2) section 123 of the rules is amended by adding the follow­
ing after subsection (5):
(6) If the time and place for a hearing have been fixed on the
joint application of the parties, the hearing shall not be adjourned
unless the Court is satisfied that there are special circumstances
that justify the adjournment and it is in the interests of justice to
adjourn it.
13. the rules are amended by adding the following after sec­
tion 123:
LITIGaTION PROCESS CONFERENCE
10. le paragraphe 95(3) des mêmes règles est abrogé.
11. le paragraphe 119(3) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(3) Sauf directive contraire de la Cour, la partie qui désire obte­
nir, par voie de requête, l’autorisation d’interroger un expert en
application du paragraphe (1) signifie aux autres parties, avant de
présenter sa requête, le rapport de l’expert visé au paragra­
phe 145(7).
12. (1) le paragraphe 123(4) des mêmes règles est remplacé
par ce qui suit :
(4) Sous réserve d’une directive de la Cour, le greffier ou une
personne désignée par lui ou par le juge en chef peut fixer la date,
l’heure et le lieu de l’audience :
a) sur réception d’une demande commune;
b) sur réception d’une demande et d’un mémoire distinct de
chaque partie;
c) sur réception d’une demande et après expiration du délai de
production des mémoires distincts de chaque partie.
(4.1) Toutefois, la Cour peut, de son propre chef, fixer la date,
l’heure et le lieu de l’audience.
(2) l’article 123 des mêmes règles est modifié par adjonc­
tion, après le paragraphe (5), de ce qui suit :
(6) Si la date, l’heure et le lieu de l’audience ont été fixés sur
demande commune des parties, l’audience ne peut être ajournée
que si la Cour est convaincue qu’il existe des circonstances particu­
lières justifiant l’ajournement et qu’il est dans l’intérêt de la justice
de le permettre.
13. les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 123, de ce qui suit :
CONFÉRENCE DaNS LE CaDRE D’uNE INSTaNCE
14. (1) subsection 125(1) of the rules is replaced by the
following:
125. (1) If an appeal has not been set down for hearing or termin­
ated by any means within 60 days after the filing of the reply or
after the last day for the filing of the reply, whichever is later, sub­
ject to any direction by the Chief Justice, the Registrar or a person
designated by the Registrar or by the Chief Justice may serve on
the Deputy attorney General of Canada and on the counsel of rec­
ord for the appellant or, if the appellant acts in person, on the appel­
lant, a notice of status hearing at least 30 days before the date fixed
for that hearing, and the hearing shall be held before a judge.
14. (1) le paragraphe 125(1) des mêmes règles est remplacé
par ce qui suit :
125. (1) Si un appel n’a pas été inscrit au rôle pour audition ou
n’a pas pris fin de quelque manière que ce soit dans les soixante
jours suivant le dépôt de la réponse ou après l’expiration du délai
prévu pour le dépôt de la réponse, selon le dernier de ces événe­
ments à survenir, sous réserve d’une directive du juge en chef, le
greffier ou la personne que lui ou le juge en chef désigne peut
signifier au sous-procureur général du Canada et à l’avocat inscrit
au dossier de l’appelant, ou à l’appelant lui-même lorsqu’il agit en
son propre nom, un avis d’audience sur l’état de l’instance au
526
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
moins trente jours avant la date prévue pour cette audience. Celle­
ci est tenue devant un juge.
(2) subsection 125(7) of the rules is replaced by the
following:
(7) Despite subsection (1), the Court may, on its own initiative or
at the request of a party, at any time after the expiry of the period
for serving a notice of status hearing provided in that subsection,
direct counsel for the parties, either with or without the parties, and
any party not represented by counsel, to appear before a judge who
may
(a) set time periods for the completion of any remaining steps
before the hearing of the appeal;
(b) determine the advisability of amending the pleadings;
(c) attempt to identify any issue and shorten the hearing;
(d) attempt to obtain admissions of fact or documents;
(e) consider directing that a settlement conference be held
regarding any issue in the appeal;
(f) determine if the parties are ready to proceed with the hearing
of the appeal by
(i) identifying the parties’ potential witnesses and the docu­
ments which may be filed as exhibits,
(ii) confirming that all required steps in the appeal have been
completed before setting down the appeal for hearing,
(iii) determining the approximate duration of the hearing, and
(iv) fixing a time and place for the hearing; or
(g) make any other order or give any direction that the judge
considers appropriate.
(8) If a party fails to comply with an order made or direction
given under subsection (5) or (7) or fails to appear at a status hear­
ing at the time and place fixed for it, the Court may, on application
or on its own initiative, allow or dismiss the appeal or make any
other order that is appropriate.
15. the headings before section 126 and section 126 of the
rules are replaced by the following:
case management
126. (1) The Chief Justice may, on his or her own initiative or at
the request of a party, at any time order that an appeal or a group of
appeals be subject to case management and may designate one or
more judges to act as the case management judge.
(2) The case management judge shall convene a case manage­
ment conference as soon as possible after the close of pleadings for
the purpose of establishing, in conjunction with the parties, a time­
table for the conduct of the appeal or group of appeals.
(3) The case management judge may deal with all issues that
arise prior to the hearing of the appeal, including by
(a) convening case management conferences as necessary, either
on their initiative or at the request of a party;
(b) giving any directions that are necessary for the just, most
expeditious and least expensive determination of the appeal on
its merits, including consolidating two or more appeals or parts
of appeals that raise common issues or deal with common facts;
(2) le paragraphe 125(7) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(7) Malgré le paragraphe (1), la Cour peut, de son propre chef ou
à la demande d’une partie, — à tout moment après l’expiration du
délai à partir duquel un avis d’audience sur l’état de l’instance peut
être signifié en application du paragraphe (1) — ordonner aux avocats des parties et à toute partie non représentée par un avocat de
comparaître, avec ou sans les parties s’il s’agit d’avocats, devant un
juge afin que celui-ci puisse :
a) fixer les délais pour la prise des mesures qui restent à prendre
avant l’audience;
b) déterminer s’il y a lieu de modifier les actes de procédure;
c) tenter de cerner toute question en litige et abréger l’audience;
d) tenter d’obtenir des aveux de fait ou des documents;
e) examiner la possibilité d’ordonner la tenue d’une conférence
de règlement relative à toute question en litige soulevée lors de
l’appel;
f) vérifier si les parties sont prêtes à passer à l’audition de l’ap­
pel, par la prise des mesures suivantes :
(i) identifier les témoins éventuels des parties et déterminer
les documents qui pourront être déposés comme pièces,
(ii) confirmer que toutes les démarches obligatoires préala­
bles à l’inscription de l’appel au rôle pour audition ont été
accomplies,
(iii) déterminer la durée approximative de l’audience,
(iv) fixer la date, l’heure et le lieu de l’audience;
g) rendre toute autre ordonnance, ou donner toute directive qu’il
estime appropriée.
(8) Si une partie omet de se conformer à l’ordonnance rendue en
vertu du paragraphe (5) ou (7) ou à la directive donnée en vertu de
l’un ou l’autre de ces paragraphes, ou si une partie omet de compa­
raître à l’audience sur l’état de l’instance, à la date, à l’heure et au
lieu fixés, la Cour peut, sur demande ou de son propre chef,
accueillir l’appel, le rejeter ou rendre toute autre ordonnance
appropriée.
15. l’article 126 des mêmes règles et les intertitres le précé­
dant sont remplacés par ce qui suit :
gestion de L’instance
126. (1) De son propre chef ou à la demande d’une partie, le juge
en chef peut à tout moment ordonner qu’un appel ou un groupe
d’appels soit régi dans le cadre de la gestion de l’instance, et il peut
désigner un ou plusieurs juges qui seront chargés de la gestion de
l’instance.
(2) après la clôture des actes de procédure, le juge chargé de la
gestion de l’instance tient, dès que possible, une conférence sur la
gestion de l’instance dans le but d’établir, de concert avec les par­
ties, un échéancier pour le déroulement de l’appel ou du groupe
d’appels.
(3) Le juge chargé de la gestion de l’instance peut se pencher sur
toutes les questions qui se posent avant l’audition de l’appel et
peut, notamment :
a) tenir, au besoin, de son propre chef ou à la demande d’une
partie, des conférences sur la gestion de l’instance;
b) donner toute directive nécessaire pour que l’appel soit réglé
au fond de façon juste et de la façon la plus expéditive et la
moins coûteuse possible, y compris par la réunion de plusieurs
527
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
(6) a case management judge shall not preside at the hearing of
the appeal except with the consent of the parties.
appels ou de parties d’appels soulevant des questions communes
ou portant sur des faits communs;
c) rendre une décision sur toutes les requêtes présentées anté­
rieurement à la date de l’audition de l’appel, ou faire en sorte
qu’elles soient entendues par un autre juge;
d) malgré tout autre délai prescrit par les présentes règles, fixer
le délai pour l’accomplissement d’une démarche dans le cadre
de l’appel;
e) rendre toute ordonnance ou donner toute directive qu’il estime
appropriée.
(4) Si une partie ne respecte pas les délais fixés dans un échéan­
cier établi en vertu du présent article, ne se conforme pas aux exi­
gences des présentes règles ou ne se présente pas à une conférence
sur la gestion de l’instance, le juge chargé de la gestion de l’ins­
tance peut selon le cas :
a) radier en tout ou en partie tout document déposé par cette
partie;
b) soit rejeter l’appel, soit rendre jugement en faveur de
l’appelant;
c) modifier l’échéancier afin de permettre à la partie de le
respecter;
d) condamner la partie aux dépens, dont le montant est fixé par
le juge ou sera à taxer;
e) rendre toute autre ordonnance qu’il estime juste dans les
circonstances.
(5) Le juge chargé de la gestion de l’instance qui entend une
requête peut lever, entièrement ou en partie, l’obligation de dépo­
ser un avis de requête accompagné d’affidavits ou d’autres élé­
ments de preuve documentaire.
(6) Le juge chargé de la gestion de l’instance ne préside pas
l’audition de l’appel, à moins que les parties n’y consentent.
tRiaL management confeRence
conféRence suR La gestion de L’audience
126.1 (1) a trial management conference may be held as soon as
a date for hearing the appeal has been fixed, at the request of one of
the parties or on the initiative of the judge presiding at the
hearing.
(2) at the trial management conference, the judge may
(a) obtain from the parties the names and contact information of
the witnesses the parties intend to call and the substance of their
testimony;
(b) consider the possibility of obtaining admissions that would
facilitate proof of the non-contentious issues and the admission
of documents whose authenticity is not in dispute;
(c) consider alternative methods of adducing evidence, including
the filing of affidavits or reports;
(d) consider expeditious means for adducing evidence;
(e) give directions that would facilitate the orderly and exped­
itious conduct of the hearing;
(f) identify and hear, if necessary, any pre-trial motions which
the judge considers ought to be dealt with and disposed of before
the hearing commences;
(g) address the issues referred to in subsection 145(9); and
(h) give any direction for the conduct of the hearing that the
judge considers just in the circumstances.
126.1 (1) À la demande d’une partie ou sur l’initiative du juge
qui préside l’audience, une conférence sur la gestion de l’audience
peut se tenir dès la fixation de la date de l’audition de l’appel.
(c) determining all motions that are made prior to the appeal
hearing date or arranging for them to be heard by another judge;
(d) despite any other time requirement provided in these rules,
setting the time for the completion of any steps in the appeal;
and
(e) making any order or giving any direction that the case man­
agement judge considers appropriate.
(4) If a party fails to comply with the time requirements set out
in a timetable established under this section or with any require­
ment of these rules, or fails to attend any case management confer­
ence, the case management judge may
(a) strike out any document or portion of a document filed by
that party;
(b) dismiss the appeal or give judgment in favour of the
appellant;
(c) amend the timetable in order to allow the party to comply
with it;
(d) order the party to pay costs, either in a fixed amount or in an
amount to be taxed; or
(e) make any other order that the case management judge con­
siders just in the circumstances.
(5) a case management judge hearing any motion may dispense
in whole or in part with the requirement to file a notice of motion
together with the affidavits or other documentary material.
528
(2) Lors de cette conférence, le juge peut :
a) obtenir des parties les nom et coordonnées des témoins
qu’elles entendent assigner ainsi que la teneur du témoignage de
ces derniers;
b) examiner la possibilité d’obtenir des aveux qui faciliteraient
la preuve des questions non litigieuses et d’admettre des docu­
ments dont l’authenticité n’est pas contestée;
c) examiner toute méthode alternative de présentation de la
preuve, notamment le dépôt d’affidavits ou de rapports;
d) examiner la possibilité de recourir à des méthodes expéditives
de présentation de la preuve;
e) donner des directives qui faciliteraient le déroulement ordonné
et expéditif de l’audience;
f) déterminer et entendre, au besoin, les requêtes préalables à
l’audience qui, selon lui, doivent être traitées et réglées avant le
début de l’audience;
g) considérer toute question visée au paragraphe 145(9);
h) donner toute directive concernant le déroulement de l’au­
dience qu’il estime juste dans les circonstances.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
settLement confeRence
conféRence de RègLement
126.2 (1) The Court may, at any time, on its own initiative or at
the request of a party, direct that a conference be held to consider
the possibility of settling any or all of the issues.
126.2 (1) De son propre chef ou à la demande d’une partie, la
Cour peut, à tout moment, ordonner la tenue d’une conférence pour
examiner la possibilité de régler la totalité ou une partie des ques­
tions en litige.
(2) Le juge qui préside la conférence de règlement ne préside pas
l’audition de l’appel ni ne communique avec le juge qui la préside
concernant ce qui a été dit ou fait lors de la conférence de
règlement.
(3) Sauf directive contraire du juge qui préside la conférence de
règlement, les parties et leurs avocats, le cas échéant, se présentent
à la conférence.
(4) Chaque partie signifie aux autres parties un mémoire relatif à
la conférence et le présente à la Cour, au moins quatorze jours
avant la date de la conférence de règlement. Dans ce mémoire, la
partie :
a) explique sa théorie de la cause;
b) énonce les faits pertinents qu’elle entend établir à l’audition
de l’appel et explique comment elle les établira;
c) énonce les questions à trancher lors de l’audience;
d) énonce les règles de droit sur lesquelles elle se fondera à l’au­
dition de l’appel et indique la jurisprudence et la doctrine qu’elle
invoquera.
(5) Le mémoire relatif à la conférence de règlement ne dépasse
pas dix pages, à moins que le juge qui préside la conférence ne
l’autorise. L’autorisation peut être demandée de manière infor­
melle au greffe.
(6) Le juge qui préside la conférence de règlement peut ajourner
la conférence et en reporter la tenue à une date ultérieure.
16. l’article 127 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
127. (1) À l’issue d’une conférence dans le cadre d’une instance
tenue en vertu de l’article 125, du paragraphe 126(2) ou de l’arti­
cle 126.1 :
a) les avocats — ou les parties, si elles ne sont pas représen­
tées — peuvent signer un procès-verbal exposant les résultats de
la conférence;
b) le juge qui a présidé la conférence peut donner toute directive
nécessaire relativement au déroulement de l’appel.
(2) Tout procès-verbal signé par les avocats — ou les parties, si
elles ne sont pas représentées — ou toute directive donnée par le
juge lie les parties, sauf si le juge qui préside l’audition de l’appel
en ordonne autrement.
17. l’article 128 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
128. Les questions relatives à un règlement qui sont soulevées
pendant une conférence dans le cadre d’une instance ne peuvent
être communiquées au juge présidant l’audition de l’appel ou l’au­
dition d’une requête présentée dans le cadre de cet appel.
18. l’article 145 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
145. (1) Dans le présent article, « rapport d’expert » s’entend :
a) soit d’une déclaration solennelle du témoin expert proposé
faite en vertu de l’article 41 de la Loi sur la preuve au Canada;
b) soit d’un exposé écrit, signé par le témoin expert proposé,
accompagné du certificat d’un avocat dans lequel celui-ci
(2) The judge who presides at a settlement conference shall not
preside at the hearing of the appeal and shall not communicate with
the judge hearing the appeal concerning anything that was said or
done at the settlement conference.
(3) unless otherwise directed by the settlement conference
judge, the parties and their counsel, if the parties are represented by
counsel, shall attend the settlement conference.
(4) Each party shall, at least 14 days before the date of the settle­
ment conference, serve on the other parties and submit to the Court
a settlement conference brief containing
(a) an explanation of the party’s theory of the case;
(b) a statement of the material facts that the party expects to
establish at the hearing of the appeal and how they will be
established;
(c) a statement of the issues to be determined at the hearing; and
(d) a statement of the law and authorities that the party will rely
on at the hearing of the appeal.
(5) a settlement conference brief shall not exceed 10 pages
except with leave of the settlement conference judge, which may
be applied for by informal communication with the Registry.
(6) The settlement conference judge may adjourn a settlement
conference and reconvene it at a later date.
16. section 127 of the rules is replaced by the following:
127. (1) at the conclusion of a litigation process conference held
under section 125, subsection 126(2) or section 126.1,
(a) counsel or the parties, if they are not represented by counsel,
may sign a memorandum setting out the results of the confer­
ence; and
(b) the judge presiding at the conference may give any direction
that the judge considers necessary with respect to the conduct of
the appeal.
(2) any memorandum signed by counsel or the parties, if they
are not represented by counsel, or any direction given by the judge
binds the parties unless the judge presiding at the hearing of the
appeal directs otherwise.
17. section 128 of the rules is replaced by the following:
128. No communication shall be made to the judge presiding at
a hearing of an appeal or a motion in an appeal with respect to mat­
ters related to settlement or settlement discussions during a litiga­
tion process conference.
18. section 145 of the rules is replaced by the following:
145. (1) In this section, “expert report” means
(a) a solemn declaration made by a proposed expert witness
under section 41 of the Canada Evidence Act;
(b) a written statement signed by a proposed expert witness
accompanied by a certificate of counsel indicating that counsel
529
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
is satisfied that the statement represents evidence that the pro­
posed expert witness is prepared to give in the matter; or
(c) a written statement in any other form authorized by direction
of the Court in a particular case and for special reasons.
(2) an expert report shall
(a) set out in full the evidence of the expert;
(b) set out the expert’s qualifications and the areas in respect of
which it is proposed that they be qualified as an expert witness;
and
(c) be accompanied by a certificate in Form 145(2) signed by the
expert acknowledging that they have read the Code of Conduct
for Expert Witnesses set out in Schedule III and agree to be
bound by it.
(3) If an expert fails to comply with the Code of Conduct for
Expert Witnesses, the Court may exclude some or all of their expert
report.
(4) a party intending to call more than five expert witnesses at a
hearing shall seek leave of the Court under section 7 of the Canada
Evidence Act.
(5) In deciding whether to grant leave, the Court shall consider
all relevant matters, including
(a) the nature of the proceeding, its public significance and any
need to clarify the law;
(b) the number, complexity and technical nature of the issues in
dispute; and
(c) the likely expense involved in calling the expert witnesses in
relation to the amounts in issue.
(6) Two or more of the parties may jointly name an expert
witness.
(7) unless otherwise directed by the Court, no evidence in chief
of an expert witness shall be received at the hearing in respect of an
issue unless
(a) the issue has been defined by the pleadings or by written
agreement of the parties stating the issues;
(b) their expert report prepared in accordance with subsec­
tion (2) has been served on all other parties not less than 90 days
before the commencement of the hearing; and
(c) the expert witness is available at the hearing for
cross-examination.
(8) Subject to subsection (7), evidence in chief of an expert wit­
ness may be given at the hearing
(a) by the reading of all or part of the expert report by the wit­
ness, unless the Court, with the consent of the parties, permits it
to be taken as read; and
(b) if the party calling the witness so elects, by the verbal testi­
mony of the expert witness
(i) explaining or demonstrating what is in the expert report or
in the part that has been given in evidence, and
(ii) in respect of other matters, by special leave of the Court,
if it considers it appropriate.
(9) a litigation process conference other than a settlement con­
ference may address
(a) any objection to the evidence of an adverse party’s proposed
expert witness and the basis of the objection;
530
sOr/dOrs/2014-26
affirme être convaincu que cet exposé représente la déposition
que le témoin expert proposé est disposé à faire en la matière;
c) soit de tout autre exposé écrit autorisé par une directive de la
Cour dans l’affaire en question et pour des raisons spéciales.
(2) Le rapport d’expert :
a) reproduit entièrement la déposition du témoin expert;
b) indique les titres de compétence et les domaines d’expertise
pour lesquels le témoin entend être reconnu comme témoin
expert;
c) est accompagné d’un certificat rédigé selon la formule 145(2),
signé par le témoin expert, attestant que ce dernier a lu le Code
de conduite régissant les témoins experts établi à l’annexe III et
qu’il accepte de s’y conformer.
(3) La Cour peut exclure tout ou partie du rapport d’expert si le
témoin expert ne se conforme pas au Code de conduite régissant les
témoins experts.
(4) La partie à l’audience qui compte produire plus de cinq
témoins experts en demande l’autorisation à la Cour conformément
à l’article 7 de la Loi sur la preuve au Canada.
(5) Dans sa décision sur la demande d’autorisation, la Cour tient
compte de tout facteur pertinent, notamment :
a) la nature du litige, son importance pour le public et la néces­
sité de clarifier le droit;
b) le nombre, la complexité et la nature technique des questions
en litige;
c) les coûts probables afférents à la production de témoins
experts par rapport à la somme en litige.
(6) Deux parties ou plus peuvent, conjointement, désigner un
témoin expert.
(7) Sauf directive contraire de la Cour, la preuve sur interroga­
toire principal d’un témoin expert ne peut être reçue à l’audience
au sujet d’une question que si les conditions ci-après sont
réunies :
a) cette question a été définie dans les actes de procédure ou par
accord écrit des parties définissant les points en litige;
b) le rapport d’expert établi conformément au paragraphe (2) a
été signifié à toutes les autres parties au moins quatre-vingt­
dix jours avant le début de l’audience;
c) le témoin expert est disponible à l’audience pour
contre-interrogatoire.
(8) Sous réserve du paragraphe (7), la preuve sur interrogatoire
principal d’un témoin expert peut être présentée à l’audience :
a) par la lecture, par le témoin expert, de la totalité ou d’une
partie de son rapport, à moins que la Cour, avec le consentement
de toutes les parties, ne permette de considérer le texte comme
déjà lu;
b) si la partie qui cite le témoin le désire, par déposition orale du
témoin expert :
(i) expliquant ou démontrant ce qu’il a exprimé dans le rap­
port d’expert ou dans les passages du rapport d’expert qui ont
été présentés en preuve,
(ii) à l’égard de toute autre question avec l’autorisation spé­
ciale de la Cour, si elle l’estime approprié.
(9) Lors de toute conférence dans le cadre d’une instance autre
qu’une conférence de règlement, il pourra être discuté de :
a) toute objection à la déposition du témoin expert proposé par
une partie adverse ainsi que son fondement;
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(b) any benefit to the conduct of the proceeding that would be
achieved by ordering that the proposed expert witnesses confer
with one another before the hearing in order to narrow the issues
and identify the points on which their views differ;
(c) the need for any additional or rebuttal expert witness
evidence;
(d) the number of proposed expert witnesses and the manner of
presentation of their evidence; and
(e) any other issue arising from the expert reports of proposed
expert witnesses.
(10) The Court, at the request of a party or on its own initiative,
may at any time order that expert witnesses confer with one another
before the hearing in order to narrow the issues and identify the
points on which their views differ.
(11) The parties and their counsel may attend an expert confer­
ence but the conference may take place in the parties’ absence if the
parties agree.
(12) The Court may order that an expert conference take place in
the presence of a judge.
(13) a joint statement prepared by two or more expert witnesses
following an expert conference is admissible in evidence at the
hearing.
(14) Discussions in an expert conference and documents pre­
pared for the conference are confidential and shall not be disclosed
to the judge presiding at the hearing of the appeal except with con­
sent of the parties.
(15) unless otherwise directed by the Court, no evidence of an
expert witness, including their expert report, shall be led in rebuttal
of any evidence referred to in paragraph (7)(b) unless the rebuttal
evidence has been reduced to writing in accordance with this sec­
tion and a copy is served on the other parties not less than 60 days
before the commencement of the hearing.
(16) unless otherwise directed by the Court, no evidence of an
expert witness, including an expert report, shall be led in surrebut­
tal of any evidence tendered under subsection (15) unless the sur­
rebuttal evidence has been reduced to writing in accordance with
this section and a copy has been served on the other parties not less
than 30 days before the commencement of the hearing.
(17) The Court may require that some or all of the expert wit­
nesses testify as a panel after the completion of the testimony of the
non-expert witnesses of each party or at any other time that the
Court determines.
(18) The Court may identify matters that are within the area of
expertise of the panel members and pose questions to the panel
members about those matters.
(19) Expert witnesses shall give their views and may be directed
to comment on the views of other panel members and to make
concluding statements. They may, with leave of the Court, pose
questions to other panel members.
(20) On completion of the testimony of the panel, panel mem­
bers may be cross-examined and re-examined in the sequence
directed by the Court.
19. Paragraph 146(1)(d) of the rules is replaced by the
following:
(d) serving on the adverse party or the counsel of record for the
adverse party, at least five days before the commencement of the
hearing, a notice of intention to call the person as a witness,
sOr/dOrs/2014-26
b) tout avantage qu’il y aurait pour le déroulement de l’instance
à ordonner aux témoins experts proposés de s’entretenir avant
l’audience afin de circonscrire les questions en litige et de déga­
ger leurs divergences d’opinions;
c) la nécessité d’obtenir la déposition d’un témoin expert comme
preuve additionnelle ou en contre-preuve;
d) le nombre de témoins experts proposés et le mode de présen­
tation de leur preuve;
e) toute autre question soulevée par tout rapport d’expert
proposé.
(10) À la demande d’une partie ou de son propre chef, la Cour
peut, en tout temps, ordonner aux témoins experts de s’entretenir
avant l’audience afin de circonscrire les questions en litige et de
dégager leurs divergences d’opinions.
(11) Les parties et leur avocat peuvent assister à une conférence
d’experts mais celle-ci peut se tenir en l’absence des parties si elles
y consentent.
(12) La Cour peut ordonner que la conférence d’experts se tienne
en présence d’un juge.
(13) une déclaration conjointe préparée par deux témoins
experts ou plus à la suite de la conférence d’experts est admissible
en preuve à l’audience.
(14) Toute discussion tenue pendant une conférence d’experts et
les documents préparés pour les besoins de celle-ci sont confiden­
tiels et ne sont pas communiqués au juge qui préside l’audition de
l’appel, à moins que les parties n’y consentent.
(15) Sauf directive contraire de la Cour, une preuve présentée
par un témoin expert, y compris son rapport, ne peut être présentée
pour réfuter toute preuve visée à l’alinéa (7)b) que si elle est consi­
gnée par écrit conformément au présent article et qu’une copie est
signifiée aux autres parties au moins soixante jours avant le début
de l’audience.
(16) Sauf directive contraire de la Cour, une preuve présentée
par un témoin expert, y compris son rapport, ne peut être présentée
pour réfuter toute preuve visée au paragraphe (15) que si elle est
consignée par écrit conformément au présent article et qu’une
copie est signifiée aux autres parties au moins trente jours avant le
début de l’audience.
(17) La Cour peut exiger que des témoins experts témoignent à
titre de groupe d’experts après la déposition orale des témoins des
faits de chaque partie ou à tout autre moment fixé par elle.
(18) La Cour peut préciser les sujets relevant du domaine de
compétence du groupe d’experts et leur poser des questions sur ces
sujets.
(19) Chaque témoin expert donne son point de vue et peut être
contraint à formuler des observations quant aux points de vue des
autres experts du groupe et à tirer des conclusions. avec l’autorisa­
tion de la Cour, il peut leur poser des questions.
(20) après la déposition des témoins experts du groupe, les
témoins experts peuvent être contre-interrogés et réinterrogés dans
l’ordre déterminé par la Cour.
19. l’alinéa 146(1)d) des mêmes règles est remplacé par ce
qui suit :
d) soit en signifiant à la partie opposée ou à son avocat, au moins
cinq jours avant le début de l’audience, un avis d’intention d’ap­
peler la personne à témoigner,
531
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
20. the rules are amended by adding the following after sec­
tion 146:
Lead cases
20. les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 146, de ce qui suit :
causes types
146.1 (1) This section applies if
(a) two or more appeals have been filed before the Court;
(b) the Court has not made a decision disposing of any of the
appeals; and
(c) the appeals give rise to one or more common or related issues
of fact or law.
(2) The Court may give a direction
(a) specifying one or more of the appeals referred to in subsec­
tion (1) as a lead case or lead cases; and
(b) staying the related appeals.
(3) If the Court gives a direction, each party in a related appeal
who agrees to be bound, in whole or in part, by the decision in the
lead case shall, within 10 days, file Form 146.1 with the Court.
146.1 (1) Le présent article s’applique si les conditions ci-après
sont réunies :
a) au moins deux appels ont été interjetés devant la Cour;
b) aucun de ces appels n’a fait l’objet d’une décision le réglant;
c) ces appels soulèvent une ou plusieurs questions communes ou
connexes de fait ou de droit.
(2) La Cour peut, par une directive :
a) désigner parmi ces appels une cause type ou des causes types;
b) suspendre les appels connexes.
(4) If a party does not agree to be bound by the decision in the
lead case, in whole or in part, or does not file Form 146.1 with the
Court, the Court shall give a direction that the appeal is no longer
stayed.
(5) The Court may, on its own initiative or at the request of a
party, give directions with respect to the related appeals, provide
for their disposal or take further steps with respect to those appeals.
(6) If a lead case or lead cases are withdrawn or disposed of
before the Court makes a decision in relation to the common or
related issues, the Court shall give directions as to
(a) whether another appeal or other appeals are to be heard as the
lead case or lead cases; and
(b) whether any direction affecting the related appeals should be
set aside or amended.
21. (1) subsection 147(3) of the rules is amended by adding
the following after paragraph (i):
(i.1) whether the expense required to have an expert witness
give evidence was justified given
(i) the nature of the proceeding, its public significance and
any need to clarify the law,
(ii) the number, complexity or technical nature of the issues in
dispute, or
(iii) the amount in dispute; and
(2) section 147 of the rules is amended by adding the follow­
ing after subsection (3):
(3.1) unless otherwise ordered by the Court, if an appellant
makes an offer of settlement and obtains a judgment as favourable
as or more favourable than the terms of the offer of settlement, the
appellant is entitled to party and party costs to the date of service
of the offer and substantial indemnity costs after that date, as deter­
mined by the Court, plus reasonable disbursements and applicable
taxes.
(3.2) unless otherwise ordered by the Court, if a respondent
makes an offer of settlement and the appellant obtains a judgment
as favourable as or less favourable than the terms of the offer of
settlement or fails to obtain judgment, the respondent is entitled to
party and party costs to the date of service of the offer and
532
(3) Si la Cour donne une directive, toute partie dans un appel
connexe qui accepte d’être liée — en tout ou en partie — par le
jugement rendu dans la cause type, dépose la formule 146.1 auprès
de la Cour dans les dix jours.
(4) Dans le cas où une partie refuse d’être liée, en tout ou en
partie, par le jugement rendu dans la cause type ou ne dépose pas
la formule 146.1 auprès de la Cour, celle-ci donne une directive qui
annule la suspension de l’appel.
(5) La Cour peut, de son propre chef ou à la demande d’une
partie, donner des directives concernant tout appel connexe, pré­
voir le règlement de ces appels ou prendre toute autre mesure rela­
tive à ceux-ci.
(6) Si la cause type ou les causes types sont retirées ou réglées
avant qu’elle ne rende une décision relativement aux questions
communes ou connexes, la Cour donne des directives :
a) sur la question de savoir si un autre appel ou d’autres appels
doivent être entendus à titre de cause type ou de causes types;
b) sur la question de savoir s’il convient d’annuler ou de modi­
fier toute directive ayant une incidence sur les appels connexes.
21. (1) le paragraphe 147(3) des mêmes règles est modifié
par adjonction, après l’alinéa i), de ce qui suit :
i.1) de la question de savoir si les dépenses engagées pour la
déposition d’un témoin expert étaient justifiées compte tenu de
l’un ou l’autre des facteurs suivants :
(i) la nature du litige, son importance pour le public et la
nécessité de clarifier le droit,
(ii) le nombre, la complexité ou la nature des questions en
litige,
(iii) la somme en litige;
(2) l’article 147 des mêmes règles est modifié par adjonc­
tion, après le paragraphe (3), de ce qui suit :
(3.1) Sauf directive contraire de la Cour, lorsque l’appelant fait
une offre de règlement et qu’il obtient un jugement qui est au
moins aussi favorable que l’offre de règlement, l’appelant a droit
aux dépens entre parties jusqu’à la date de la signification de l’offre
et, après cette date, aux dépens indemnitaires substantiels que fixe
la Cour, plus les débours raisonnables et les taxes applicables.
(3.2) Sauf directive contraire de la Cour, lorsque l’intimée fait
une offre de règlement et que l’appelant obtient un jugement qui
n’est pas plus favorable que l’offre de règlement, ou que l’appel est
rejeté, l’intimée a droit aux dépens entre parties jusqu’à la date de
la signification de l’offre et, après cette date, aux dépens
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
substantial indemnity costs after that date, as determined by the
Court, plus reasonable disbursements and applicable taxes.
indemnitaires substantiels que fixe la Cour, plus les débours rai­
sonnables et les taxes applicables.
(3.3) Subsections (3.1) and (3.2) do not apply unless the offer of
settlement
(a) is in writing;
(b) is served no earlier than 30 days after the close of pleadings
and at least 90 days before the commencement of the hearing;
(c) is not withdrawn; and
(d) does not expire earlier than 30 days before the commence­
ment of the hearing.
(3.3) Les paragraphes (3.1) et (3.2) ne s’appliquent que si l’offre
de règlement :
a) est faite par écrit;
b) est signifiée au moins trente jours après la clôture de la procé­
dure écrite et au moins quatre-vingt-dix jours avant le début de
l’audience;
c) n’est pas retirée;
d) n’expire pas moins de trente jours avant le début de
l’audience.
(3.4) Il incombe à la partie qui invoque le paragraphe (3.1) ou
(3.2) de prouver :
a) qu’il existe un rapport entre la teneur de l’offre de règlement
et le jugement;
b) que le jugement est au moins aussi favorable que l’offre de
règlement ou qu’il n’est pas plus favorable que l’offre de règle­
ment, selon le cas.
(3.5) Pour l’application du présent article, les dépens « indemni­
taires substantiels » correspondent à 80 % des dépens établis sur
une base procureur-client.
(3.6) Lorsqu’elle détermine que le jugement accordé est au
moins aussi favorable que l’offre de règlement visée au paragra­
phe (3.1) ou qu’il n’est pas plus favorable que l’offre de règlement
visée au paragraphe (3.2), la Cour ne tient pas compte des dépens
qui sont accordés dans le jugement ou qui seraient par ailleurs
accordés, si l’offre de règlement ne prévoit pas le règlement de la
question des dépens.
(3.7) Il est entendu que si une offre de règlement qui ne prévoit
pas le règlement des dépens est acceptée, une partie au règlement
peut demander à la Cour une ordonnance quant aux dépens.
(3.4) a party who is relying on subsection (3.1) or (3.2) has the
burden of proving that
(a) there is a relationship between the terms of the offer of settle­
ment and the judgment; and
(b) the judgment is as favourable as or more favourable than the
terms of the offer of settlement, or as favourable or less favourable, as the case may be.
(3.5) For the purposes of this section, “substantial indemnity
costs” means 80% of solicitor and client costs.
(3.6) In ascertaining whether the judgment granted is as favourable as or more favourable than the offer of settlement for the pur­
poses of applying subsection (3.1) or as favourable as or less
favourable than the offer of settlement for the purposes of applying
subsection (3.2), the Court shall not have regard to costs awarded
in the judgment or that would otherwise be awarded, if an offer of
settlement does not provide for the settlement of the issue of costs.
(3.7) For greater certainty, if an offer of settlement that does not
provide for the settlement of the issue of costs is accepted, a party
to the offer may apply to the Court for an order determining the
amount of costs.
(3.8) No communication respecting an offer of settlement shall
be made to the Court, other than to a judge in a litigation process
conference who is not the judge at the hearing, until all of the
issues, other than costs, have been determined.
22. section 153 of the rules is amended by adding the follow­
ing after subsection (2):
(3) The taxing officer may direct that the taxation of a bill of
costs be conducted by teleconference, by videoconference or by a
combination of both and may specify the party responsible for
establishing the communication.
23. (1) subsection 167(1) of the english version of the rules
is replaced by the following:
167. (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) subsection 167(3) of the rules is replaced by the
following:
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be
deposited with the Registry without delay.
(3.8) Tant qu’une décision n’aura pas été rendue sur toutes les
questions en litige, à l’exception de celle relative aux dépens,
aucune communication concernant une offre de règlement n’est
faite à la Cour, sauf à un juge qui préside une conférence dans le
cadre d’une instance et qui n’est pas celui qui présidera l’audition
de cet appel.
22. l’article 153 des mêmes règles est modifié par adjonc­
tion, après le paragraphe (2), de ce qui suit :
(3) L’officier taxateur peut ordonner que la taxation d’un
mémoire de frais se tienne par voie de vidéoconférence ou de télé­
conférence ou des deux et préciser celle des parties qui a la respon­
sabilité d’établir la communication.
23. (1) le paragraphe 167(1) de la version anglaise des
mêmes règles est remplacé par ce qui suit :
167. (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) le paragraphe 167(3) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(3) Le jugement et les motifs qui le fondent, le cas échéant, sont
déposés sans délai au greffe.
533
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
24. the table of Forms in schedule i to the rules is amended
by adding the following after form number “45”:
24. la liste des formules de l’annexe i des mêmes règles est
modifiée par adjonction, après la mention « 45 » figurant dans
la colonne intitulée « numérO de la FOrmule », de ce
qui suit :
FOrm number
title
numérO de la FOrmule
titre
52
Demand for Particulars
52
Demande de précisions
Page
Page
25. the table of Forms in schedule i to the rules is amended
by adding the following after form number “142”:
25. la liste des formules de l’annexe i des mêmes règles est
modifiée par adjonction, après la mention « 142 » figurant
dans la colonne intitulée « numérO de la FOrmule », de
ce qui suit :
FOrm number
title
numérO de la FOrmule
titre
145(2)
Certificate Concerning Code of
Conduct for Expert Witnesses
agreement to Be Bound by Final
Decision
145(2)
Certificat relatif au Code de
conduite des témoins experts
acceptation d’être lié par la
décision finale
146.1
Page
146.1
Page
26. schedule i to the rules is amended by adding the follow­
ing after Form 45:
FORM 52
26. l’annexe i des mêmes règles est modifiée par adjonction,
après la formule 45, de ce qui suit :
FORMuLE 52
DEMaND FOR PaRTICuLaRS
DEMaNDE DE PRÉCISIONS
----------------------------------------
----------------------------------------
Tax COuRT OF CaNaDa
COuR CaNaDIENNE DE L’IMPôT
BETWEEN:
ENTRE :
(name)
(nom)
appellant,
appelant,
and
et
HER MaJESTY THE QuEEN,
Sa MaJESTÉ La REINE,
intimée.
Respondent.
DEMaNDE DE PRÉCISIONS
DEMaND FOR PaRTICuLaRS
TO: The (party), (name)
DESTINaTaIRE : (Nom et désignation de la partie)
The (party), (name) demands particulars of the following allega­
tions contained in your (pleading):
(Nom et désignation de la partie) demande des précisions sur les
allégations ci-après contenues dans votre (acte de procédure) :
1.
1.
2.
2.
3.
3.
If the particulars requested are not delivered to the undersigned
within 30 days after service of this demand, an application may be
made to the Court for an order requiring delivery of them.
Si les précisions demandées ne sont pas produites au soussigné
dans les trente jours suivant la signification de la présente demande,
une demande peut être présentée à la Cour en vue d’une ordon­
nance prescrivant leur production.
Dated at ................, this ..... day of ............. 20.....
Fait à ................ ce ........ jour de ........... 20.......
(Nom, adresse aux fins de signification,
numéro de téléphone et numéro de
télécopieur, le cas échéant, du requérant
ou de son avocat)
(Name, address for service, telephone
number and fax number, if any, of
moving party’s counsel or moving party)
534
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
27. schedule i to the rules is amended by adding the follow­
ing after Form 142:
FORM 145(2)
27. l’annexe i des mêmes règles est modifiée par adjonction,
après la formule 142, de ce qui suit :
FORMuLE 145(2)
CERTIFICaTE CONCERNING CODE OF
CONDuCT FOR ExPERT WITNESSES
CERTIFICaT RELaTIF au CODE DE
CONDuITE DES TÉMOINS ExPERTS
---------------------------------------­
----------------------------------------
Tax COuRT OF CaNaDa
COuR CaNaDIENNE DE L’IMPôT
BETWEEN:
ENTRE :
(name)
(nom)
appellant,
appelant,
and
et
HER MaJESTY THE QuEEN,
Sa MaJESTÉ La REINE,
intimée.
Respondent.
CERTIFICaTE CONCERNING CODE OF
CONDuCT FOR ExPERT WITNESSES
CERTIFICaT RELaTIF au CODE DE
CONDuITE DES TÉMOINS ExPERTS
I, (name), having been named as an expert witness by the (party),
certify that I have read the Code of Conduct for Expert Witnesses
set out in Schedule III to the Tax Court of Canada Rules (General
Procedure) and agree to be bound by it.
Je soussigné(e), (nom), témoin expert désigné(e) par l’(partie)
atteste avoir pris connaissance du Code de conduite régissant les
témoins experts, établi à l’annexe III des Règles de la Cour cana­
dienne de l’impôt (procédure générale), et j’accepte de m’y
conformer.
Dated at ................, this ..... day of ............. 20.....
Fait à ................ ce ........ jour de ........... 20.......
(Signature of expert witness)
(Signature du témoin expert)
(Name, address and telephone and fax
numbers of expert witness)
(Nom, adresse, numéros de téléphone et
de télécopieur du témoin expert)
FORM 146.1
FORMuLE 146.1
aGREEMENT TO BE BOuND BY FINaL
DECISION IN a LEaD CaSE
aCCEPTaTION D’ÊTRE LIÉ PaR La DÉCISION
FINaLE DaNS uNE CauSE TYPE
----------------------------------------
----------------------------------------
Tax COuRT OF CaNaDa
COuR CaNaDIENNE DE L’IMPôT
ENTRE :
BETWEEN:
(name)
(nom)
appellant,
appelant,
and
et
HER MaJESTY THE QuEEN,
Sa MaJESTÉ La REINE,
Respondent.
intimée.
aGREEMENT TO BE BOuND BY FINaL
DECISION IN a LEaD CaSE
aCCEPTaTION D’ÊTRE LIÉ PaR La DÉCISION
FINaLE DaNS uNE CauSE TYPE
The (party), (name), agrees to be bound by the final decision in the
lead case or lead cases, in whole (specify) or in part (specify), with
a final decision being defined as one from which there is no further
right of appeal.
La partie (nom et désignation de la partie) accepte d’être liée par la
décision finale concernant la cause type ou les causes types en tout
(préciser) ou en partie (préciser), une décision finale étant définie
comme étant une décision dont on ne peut plus faire appel.
Dated at ................, this ..... day of ............. 20.....
Fait à ................ ce ........ jour de ........... 20.......
(Signature of party)
(Signature de la partie)
(Signature of counsel for party)
(Signature de l’avocat de la partie)
535
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
If the appellant is represented by counsel, counsel and the appel­
lant must sign this form. If the appellant is not represented
by counsel, this form is signed only by the appellant.
28. the rules are amended by adding, after schedule ii, the
schedule iii set out in the schedule to these rules.
sOr/dOrs/2014-26
Si l’appelant est représenté par un avocat, l’avocat et l’appelant
signent la présente formule. Si l’appelant n’est pas représenté
par un avocat, la présente formule est signée seulement par
l’appelant.
28. les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’annexe ii, de l’annexe iii figurant à l’annexe des présentes
règles.
taX cOurt OF canada rules
(inFOrmal PrOcedure)
RÈGLES DE LA COUR CANADIENNE DE
L’IMPÔT (PROCÉDURE INFORMELLE)
29. the Tax Court of Canada Rules (Informal Procedure)52 are
amended by adding the following after section 8:
29. les Règles de la Cour canadienne de l’impôt (procédure
informelle)52 sont modifiées par adjonction, après l’article 8, de
ce qui suit :
PRONONCÉ ET DÉPôT DES JuGEMENTS
PRONOuNCING aND ENTERING OF JuDGMENTS
9. (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory or
other application that determines in whole or in part any substan­
tive right in dispute between or among the parties by rendering a
judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) a judgment shall be dated on the day it is signed and that day
is the date of the pronouncement of the judgment.
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be filed
with the Registry without delay.
30. subsection 18(3) of the rules is replaced by the
following:
(3) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registry, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application made to the Minister accompanied by three
copies of the notice of objection or the request, as the case may be,
and three copies of the Minister’s decision, if any.
31. subsection 18.1(2) of the rules is replaced by the
following:
(2) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registry, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application accompanied by three copies of the notice of
appeal.
32. subsection 18.3(2) of the rules is replaced by the
following:
(2) an application under subsection (1) shall be filed in the man­
ner provided in section 4.1 and shall include a copy of the notice of
suspension as well as a copy of the notice of objection filed with
the Minister.
33. the rules are amended by replacing subsections 4(3) and
(5) with section 4.1 in the following provisions:
(a) the note at the end of schedule 18(1);
(b) the note at the end of schedule 18(2); and
(c) the note at the end of schedule 18.1.
2
SOR/90-688b
536
9. (1) Dans le cas d’un appel, d’une requête interlocutoire ou de
toute autre demande ayant pour objet de statuer au fond, en tout ou
en partie, sur un droit en litige entre les parties, la Cour rend un
jugement et, dans le cas de toute autre demande ou de toute autre
requête interlocutoire, elle rend une ordonnance.
(2) Le jugement est daté du jour de la signature, qui constitue la
date du prononcé du jugement.
(3) Le jugement et les motifs sur lesquels il est fondé, le cas
échéant, sont déposés sans délai au greffe.
30. le paragraphe 18(3) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(3) La demande présentée en application du paragraphe (1) se
fait par dépôt au greffe, de la manière prévue à l’article 4.1, de trois
exemplaires de la demande adressée au ministre, accompagnés
de trois exemplaires de l’avis d’opposition ou de la requête,
selon le cas, et de trois exemplaires de la décision du ministre, le
cas échéant.
31. le paragraphe 18.1(2) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(2) Elle est déposée au greffe, de la manière prévue à l’arti­
cle 4.1, en trois exemplaires, accompagnée de trois exemplaires de
l’avis d’appel.
32. le paragraphe 18.3(2) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(2) Elle est déposée de la manière prévue à l’article 4.1 et com­
prend une copie de l’avis de suspension et de l’avis d’opposition
déposés auprès du ministre.
33. dans les passages ci-après des mêmes règles, « aux para­
graphes 4(3) et (5) » est remplacé par « à l’article 4.1 » :
a) la note qui figure à la fin de l’annexe 18(1);
b) la note qui figure à la fin de l’annexe 18(2);
c) la note qui figure à la fin de l’annexe 18.1.
2
DORS/90-688b
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
taX cOurt OF canada rules
OF PrOcedure resPecting
the canada PensiOn Plan
rÈgles de PrOcédure de la cOur
canadienne de l’imPôt À l’égard
du régime de PensiOns du canada
34. subsection 6(2) of the Tax Court of Canada Rules of Pro­
cedure respecting the Canada Pension Plan63 is replaced by the
following:
(2) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 5.1, three cop­
ies of the application accompanied by three copies of the notice of
appeal.
35. subsection 12(1) of the rules is replaced by the
following:
12. (1) The Minister shall reply in writing to every notice of
appeal or notice of intervention filed with or mailed to a Registry
under subsection 5(4) or 9(1).
36. the rules are amended by adding the following after sec­
tion 17:
PRONOuNCING aND ENTERING OF JuDGMENTS
34. le paragraphe 6(2) des Règles de procédure de la Cour
canadienne de l’impôt à l’égard du Régime de pensions du
Canada63 est remplacé par ce qui suit :
(2) Elle est déposée au greffe, de la manière prévue à l’arti­
cle 5.1, en trois exemplaires, accompagnée de trois exemplaires de
l’avis d’appel.
17.1 (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) a judgment shall be dated on the day it is signed and that day
is the date of the pronouncement of the judgment.
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be
deposited with the Registry without delay.
37. Paragraph 18(1)(a) of the rules is replaced by the
following:
(a) any other party to the appeal to make discovery on oath of the
documents that are or have been in that party’s possession, con­
trol or power relevant to any matter in question between them in
the appeal,
38. the note at the end of schedule 6 to the rules is amended
by replacing subsections 5(5) and (7) with section 5.1.
17.1 (1) Dans le cas d’un appel, d’une requête interlocutoire ou
de toute autre demande ayant pour objet de statuer au fond, en tout
ou en partie, sur un droit en litige entre les parties, la Cour rend un
jugement et, dans le cas de toute autre demande ou de toute autre
requête interlocutoire, elle rend une ordonnance.
(2) Le jugement est daté du jour de la signature, qui constitue la
date du prononcé du jugement.
(3) Le jugement et les motifs sur lesquels il est fondé, le cas
échéant, sont déposés sans délai au greffe.
37. l’alinéa 18(1)a) des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
a) enjoindre à toute autre partie à l’appel de donner sous serment
communication de tous les documents pertinents relativement à
la question en litige et qui sont ou ont été en sa possession, sous
son contrôle ou sous sa garde;
38. dans la note qui figure à la fin de l’annexe 6 des mêmes
règles, « aux paragraphes 5(5) et (7) » est remplacé par « à
l’article 5.1 ».
taX cOurt OF canada rules
OF PrOcedure resPecting the
emPlOyment insurance act
rÈgles de PrOcédure de la cOur
canadienne de l’imPôt À l’égard
de la lOi sur l’assurance-emPlOi
39. subsection 6(2) of the Tax Court of Canada Rules of Pro­
cedure respecting the Employment Insurance Act74 is replaced by
the following:
(2) The application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 5.1, three cop­
ies of the application accompanied by three copies of the notice of
appeal.
40. subsection 12(1) of the rules is replaced by the
following:
12. (1) The Minister shall reply in writing to every notice of
appeal or notice of intervention filed in or mailed to a Registry
under subsection 5(4) or 9(1).
39. le paragraphe 6(2) des Règles de procédure de la Cour
canadienne de l’impôt à l’égard de la Loi sur l’assurance-emploi74
est remplacé par ce qui suit :
(2) Elle est déposée au greffe, de la manière prévue à l’arti­
cle 5.1, en trois exemplaires, accompagnée de trois exemplaires de
l’avis d’appel.
3
3
4
SOR/90-689
SOR/90-690; SOR/98-8, s. 2
35. le paragraphe 12(1) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
12. (1) Le ministre répond par écrit à chaque avis d’appel ou
d’intervention déposé ou expédié par la poste à un greffe en vertu
des paragraphes 5(4) ou 9(1).
36. les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 17, de ce qui suit :
PRONONCÉ ET DÉPôT DES JuGEMENTS
40. le paragraphe 12(1) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
12. (1) Le ministre répond par écrit à chaque avis d’appel ou
d’intervention déposé ou expédié par la poste à un greffe en vertu
des paragraphes 5(4) ou 9(1).
4
DORS/90-689
DORS/90-690; DORS/98-8, art. 2
537
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
41. the rules are amended by adding the following after sec­
tion 17:
PRONOuNCING aND ENTERING OF JuDGMENTS
41. les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 17, de ce qui suit :
PRONONCÉ ET DÉPôT DES JuGEMENTS
17.1 (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) a judgment shall be dated on the day it is signed and that day
is the date of the pronouncement of the judgment.
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be
deposited with the Registry without delay.
42. Paragraph 18(1)(a) of the rules is replaced by the
following:
(a) any other party to the appeal to make discovery on oath of the
documents that are or have been in that party’s possession, con­
trol or power relevant to any matter in question between or
among them in the appeal,
43. the note at the end of schedule 6 to the rules is amended
by replacing subsections 5(5) and (7) with section 5.1.
17.1 (1) Dans le cas d’un appel, d’une requête interlocutoire ou
de toute autre demande ayant pour objet de statuer au fond, en tout
ou en partie, sur un droit en litige entre les parties, la Cour rend un
jugement et, dans le cas de toute autre demande ou de toute autre
requête interlocutoire, elle rend une ordonnance.
(2) Le jugement est daté du jour de la signature, qui constitue la
date du prononcé du jugement.
(3) Le jugement et les motifs sur lesquels il est fondé, le cas
échéant, sont déposés sans délai au greffe.
42. l’alinéa 18(1)a) des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
a) enjoindre à toute autre partie à l’appel de donner sous serment
communication de tous les documents pertinents relativement à
la question en litige et qui sont ou ont été en sa possession, sous
son contrôle ou sous sa garde;
43. dans la note qui figure à la fin de l’annexe 6 des mêmes
règles, « aux paragraphes 5(5) et (7) » est remplacé par « à
l’article 5.1 ».
taX cOurt OF canada rules OF
PrOcedure resPecting the eXcise
taX act (inFOrmal PrOcedure)
rÈgles de PrOcédure de la cOur canadienne
de l’imPôt À l’égard de la lOi sur la taXe
d’accise (PrOcédure inFOrmelle)
44. the Tax Court of Canada Rules of Procedure Respecting
the Excise Tax Act (Informal Procedure)85 are amended by add­
ing the following after section 8:
PRONOuNCING aND ENTERING OF JuDGMENTS
44. les Règles de procédure de la Cour canadienne de l’impôt
à l’égard de la Loi sur la taxe d’accise (procédure informelle)85
sont modifiées par adjonction, après l’article 8, de ce qui suit :
PRONONCÉ ET DÉPôT DES JuGEMENTS
8.1 (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) a judgment shall be dated on the day it is signed and that day
is the date of the pronouncement of the judgment.
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be
deposited with the Registry without delay.
45. subsection 16(3) of the rules is replaced by the
following:
(3) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application made to the Minister accompanied by three
copies of the notice of objection or the request, as the case may be,
and three copies of the Minister’s decision, if any.
8.1 (1) Dans le cas d’un appel, d’une requête interlocutoire ou de
toute autre demande ayant pour objet de statuer au fond, en tout ou
en partie, sur un droit en litige entre les parties, la Cour rend un
jugement et, dans le cas de toute autre demande ou de toute autre
requête interlocutoire, elle rend une ordonnance.
(2) Le jugement est daté du jour de la signature, qui constitue la
date du prononcé du jugement.
(3) Le jugement et les motifs sur lesquels il est fondé, le cas
échéant, sont déposés sans délai au greffe.
45. le paragraphe 16(3) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(3) La demande présentée en application du paragraphe (1) se
fait par dépôt au greffe, de la manière prévue à l’article 4.1, de trois
exemplaires de la demande adressée au ministre, accompagnés de
trois exemplaires de l’avis d’opposition ou de la requête, selon le
cas, et de trois exemplaires de la décision du ministre, le cas
échéant.
46. le paragraphe 16.1(2) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(2) Elle est déposée au greffe, de la manière prévue à l’arti­
cle 4.1, en trois exemplaires, accompagnée de trois exemplaires de
l’avis d’appel.
46. subsection 16.1(2) of the rules is replaced by the
following:
(2) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application accompanied by three copies of the notice of
appeal.
5
SOR/92-42
538
5
DORS/92-42
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
47. the rules are amended by replacing subsections 4(3) and
(5) with section 4.1 in the following provisions:
(a) the note at the end of schedule 16(1);
(b) the note at the end of schedule 16(2); and
(c) the note at the end of schedule 16.1.
47. dans les passages ci-après des mêmes règles, « aux para­
graphes 4(3) et (5) » est remplacé par « à l’article 4.1 » :
a) la note qui figure à la fin de l’annexe 16(1);
b) la note qui figure à la fin de l’annexe 16(2);
c) la note qui figure à la fin de l’annexe 16.1.
taX cOurt OF canada rules OF PrOcedure
resPecting the custOms act
(inFOrmal PrOcedure)
rÈgles de PrOcédure de la cOur canadienne
de l’imPôt À l’égard de la lOi sur les
dOuanes (PrOcédure inFOrmelle)
48. the Tax Court of Canada Rules of Procedure Respecting
the Customs Act (Informal Procedure)96 are amended by adding
the following after section 8:
PRONOuNCING aND ENTERING OF JuDGMENTS
48. les Règles de procédure de la Cour canadienne de l’impôt
à l’égard de la Loi sur les douanes (procédure informelle)96 sont
modifiées par adjonction, après l’article 8, de ce qui suit :
PRONONCÉ ET DÉPôT DES JuGEMENTS
8.1 (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
(2) a judgment shall be dated on the day it is signed and that day
is the date of the pronouncement of the judgment.
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be
deposited with the Registry without delay.
49. subsection 19(3) of the rules is replaced by the
following:
(3) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application made to the Minister accompanied by three
copies of the notice of objection and three copies of the Minister’s
decision, if any.
8.1 (1) Dans le cas d’un appel, d’une requête interlocutoire ou de
toute autre demande ayant pour objet de statuer au fond, en tout ou
en partie, sur un droit en litige entre les parties, la Cour rend un
jugement et, dans le cas de toute autre demande ou de toute autre
requête interlocutoire, elle rend une ordonnance.
(2) Le jugement est daté du jour de la signature, qui constitue la
date du prononcé du jugement.
(3) Le jugement et les motifs sur lesquels il est fondé, le cas
échéant, sont déposés sans délai au greffe.
49. le paragraphe 19(3) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(3) La demande présentée en application du paragraphe (1) se
fait par dépôt au greffe, de la manière prévue à l’article 4.1, de trois
exemplaires de la demande adressée au ministre, accompagnés de
trois exemplaires de l’avis d’opposition ou de la requête, selon le
cas, et de trois exemplaires de la décision du ministre, le cas
échéant.
50. le paragraphe 20(2) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(2) Elle est déposée au greffe, de la manière prévue à l’arti­
cle 4.1, en trois exemplaires, accompagnée de trois exemplaires de
l’avis d’appel.
50. subsection 20(2) of the rules is replaced by the
following:
(2) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application accompanied by three copies of the notice of
appeal.
51. the rules are amended by replacing subsections 4(3) and
(5) with section 4.1 in the following provisions:
(a) the note at the end of schedule 19; and
(b) the note at the end of schedule 20.
51. dans les passages ci-après des mêmes règles, « aux para­
graphes 4(3) et (5) » est remplacé par « à l’article 4.1 » :
a) la note qui figure à la fin de l’annexe 19;
b) la note qui figure à la fin de l’annexe 20.
taX cOurt OF canada rules OF PrOcedure
resPecting the eXcise act, 2001
(inFOrmal PrOcedure)
rÈgles de PrOcédure de la cOur canadienne
de l’imPôt À l’égard de la lOi de 2001 sur
l’accise (PrOcédure inFOrmelle)
52. the Tax Court of Canada Rules of Procedure respecting
the Excise Act, 2001 (Informal Procedure)107 are amended by
adding the following after section 8:
PRONOuNCING aND ENTERING OF JuDGMENTS
52. les Règles de procédure de la Cour canadienne de l’impôt
à l’égard de la Loi de 2001 sur l’accise (procédure informelle)107
sont modifiées par adjonction, après l’article 8, de ce qui suit :
PRONONCÉ ET DÉPôT DES JuGEMENTS
8.1 (1) The Court shall dispose of an appeal or an interlocutory
or other application that determines in whole or in part any sub­
stantive right in dispute between or among the parties by rendering
a judgment and shall dispose of any other interlocutory or other
application by issuing an order.
8.1 (1) Dans le cas d’un appel, d’une requête interlocutoire ou de
toute autre demande ayant pour objet de statuer au fond, en tout ou
en partie, sur un droit en litige entre les parties, la Cour rend un
jugement et, dans le cas de toute autre demande ou de toute autre
requête interlocutoire, elle rend une ordonnance.
6
6
7
SOR/2004-99
SOR/2004-102
7
DORS/2004-99
DORS/2004-102
539
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(2) a judgment shall be dated on the day it is signed and that day
is the date of the pronouncement of the judgment.
(3) a judgment and the reasons relating to it, if any, shall be
deposited with the Registry without delay.
53. subsection 19(3) of the rules is replaced by the
following:
(3) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application made to the Minister accompanied by three
copies of the notice of objection and three copies of the Minister’s
decision, if any.
54. subsection 20(2) of the rules is replaced by the
following:
(2) an application under subsection (1) shall be made by filing
with the Registrar, in the manner provided in section 4.1, three cop­
ies of the application accompanied by three copies of the notice of
appeal.
55. the rules are amended by replacing subsections 4(3) and
(5) with section 4.1 in the following provisions:
(a) the note at the end of schedule 19; and
(b) the note at the end of schedule 20.
sOr/dOrs/2014-26
(2) Le jugement est daté du jour de la signature, qui constitue la
date du prononcé du jugement.
(3) Le jugement et les motifs sur lesquels il est fondé, le cas
échéant, sont déposés sans délai au greffe.
53. le paragraphe 19(3) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(3) La demande présentée en application du paragraphe (1) se
fait par dépôt au greffe, de la manière prévue à l’article 4.1, de trois
exemplaires de la demande adressée au ministre, accompagnés de
trois exemplaires de l’avis d’opposition ou de la requête, selon le
cas, et de trois exemplaires de la décision du ministre, le cas
échéant.
54. le paragraphe 20(2) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(2) Elle est déposée au greffe, de la manière prévue à l’arti­
cle 4.1, en trois exemplaires, accompagnée de trois exemplaires de
l’avis d’appel.
55. dans les passages ci-après des mêmes règles, « aux para­
graphes 4(3) et (5) » est remplacé par « à l’article 4.1 » :
a) la note qui figure à la fin de l’annexe 19;
b) la note qui figure à la fin de l’annexe 20.
schedule
(Section 30)
anneXe
(article 30)
taX cOurt OF canada rules
(general PrOcedure)
rÈgles de la cOur canadienne de
l’imPôt (PrOcédure générale)
SCHEDuLE III
(Paragraph 145(2)(c) and Form 145(2) of Schedule I)
aNNExE III
(alinéa 145(2)c) et formule 145(2) de l’annexe I)
CODE OF CONDuCT FOR
ExPERT WITNESSES
CODE DE CONDuITE RÉGISSaNT
LES TÉMOINS ExPERTS
--------------------------------------
--------------------------------------
geneRaL duty to tHe couRt
deVoiR généRaL enVeRs La couR
1. an expert witness has an overriding duty to assist the Court
impartially on matters relevant to his or her area of expertise.
2. This duty overrides any duty to a party to the proceeding,
including the person retaining the expert witness. an expert wit­
ness must be independent and objective and must not be an advo­
cate for a party.
1. Le témoin expert a l’obligation primordiale d’aider la Cour
avec impartialité quant aux questions qui relèvent de son domaine
de compétence.
2. Cette obligation l’emporte sur toute autre qu’il a envers une
partie à l’instance notamment envers la personne qui retient ses
services. Le témoin expert se doit d’être indépendant et objectif. Il
ne plaide pas le point de vue d’une partie.
expeRt RepoRts
RappoRt d’expeRt
3. an expert report referred to in subsection 145(1) of the Rules
shall include
(a) a statement of the issues addressed;
(b) a description of the qualifications of the expert on the issues
addressed;
(c) the expert’s current curriculum vitae attached as a schedule;
(d) the facts and assumptions on which the opinions in the report
are based;
(e) a summary of the opinions expressed;
3. Le rapport d’expert visé au paragraphe 145(1) des présentes
règles comprend :
a) un énoncé des questions traitées;
b) une description des compétences de l’expert quant aux ques­
tions traitées dans le rapport;
c) un curriculum vitæ récent de l’expert en annexe;
d) les faits et les hypothèses sur lesquels les opinions figurant
dans le rapport sont fondées;
e) un résumé des opinions exprimées;
540
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
(f) in the case of a report that is provided in response to another
expert’s report, an indication of the points of agreement and dis­
agreement with the other expert’s opinions;
(g) the reasons for each opinion expressed;
(h) any literature or other materials specifically relied on in sup­
port of the opinions;
(i) a summary of the methodology used, including any examina­
tions, tests or other investigations on which the expert has relied,
including details of the qualifications of the person who carried
them out, and whether a representative of any other party was
present; and
(j) any caveats or qualifications necessary to render the report
complete and accurate, including those relating to any insuffi­
ciency of data or research and an indication of any matters that
fall outside the expert’s field of expertise.
sOr/dOrs/2014-26
4. an expert witness must report without delay to persons in
receipt of the expert report any material changes affecting the
expert’s qualifications or the opinions expressed or the data con­
tained in the expert report.
f) dans le cas du rapport qui est produit en réponse au rapport
d’un autre expert, une mention des points sur lesquels les deux
auteurs sont en accord et en désaccord;
g) les motifs de chacune des opinions exprimées;
h) les ouvrages ou les documents invoqués expressément à l’ap­
pui des opinions;
i) un résumé de la méthode utilisée, notamment des examens,
des vérifications ou autres enquêtes sur lesquels l’expert se
fonde, des détails sur les qualifications de la personne qui les a
effectués et une mention quant à savoir si un représentant de
l’autre partie était présent;
j) les mises en garde ou réserves nécessaires pour rendre le rap­
port complet et précis, notamment celles qui ont trait à une
insuffisance de données ou de recherches et la mention des ques­
tions qui ne relèvent pas du domaine de compétence de
l’expert.
4. Le témoin expert signale immédiatement aux personnes qui
ont reçu le rapport tout changement important ayant une incidence
sur ses qualifications et les opinions exprimées ou sur les données
figurant dans le rapport.
expeRt confeRences
conféRence d’expeRts
5. an expert witness who is ordered by the Court to confer with
another expert witness shall
(a) exercise independent, impartial and objective judgment on
the issues addressed;
(b) endeavour to clarify with the other expert witness the points
on which they agree and those on which their views differ; and
(c) not act on any instruction or request to withhold or avoid
agreement with another expert witness.
5. un témoin expert à qui la Cour ordonne de s’entretenir avec
un autre témoin expert :
a) fait preuve d’un jugement indépendant, impartial et objectif
quant aux questions traitées;
b) s’efforce de clarifier avec les autres témoins experts les points
sur lesquels ils sont en accord et ceux sur lesquels ils sont en
désaccord;
c) ne se conforme pas à des directives ou à des demandes de ne
pas s’entendre ou d’éviter de s’entendre avec un autre témoin
expert.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Rules.)
(Ce résumé ne fait pas partie des Règles.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Tax Court of Canada Act provides that rules regulating the
pleadings, practice and procedure in the Tax Court of Canada are
established by the rules committee, subject to the approval of the
Governor in Council.
The general objectives of the Rules amending the Tax Court of
Canada Rules (General Procedure) are
(1) to streamline the process of hearings and to codify the prac­
tice relating to litigation process conferences;
(2) to implement new rules and amend existing rules governing
expert witnesses and their evidence in the Tax Court of Canada;
(3) to allow the Court to proceed with a hearing of two or more
appeals, while others are stayed pending a decision on the
appeals heard by the Court;
(4) to encourage parties to settle their dispute early in the litiga­
tion process; and
(5) to make technical amendments.
La Loi sur la Cour canadienne de l’impôt prévoit que les règles
concernant la pratique et la procédure devant la Cour canadienne
de l’impôt sont établies par le comité des règles, sous réserve de
leur approbation par le gouverneur en conseil.
Les règles modifiant les Règles de la Cour canadienne de l’im­
pôt (procédure générale) ont comme objectifs principaux :
(1) de rationaliser le processus du déroulement de l’audition des
appels et de codifier la pratique relativement aux conférences
dans le cadre d’une instance;
(2) de modifier les règles existantes et de mettre en œuvre de
nouvelles règles au sujet des témoins experts et de l’admissibi­
lité en preuve de leur témoignage devant la Cour canadienne de
l’impôt;
(3) de permettre à la Cour d’entendre une ou plusieurs causes
types alors que d’autres causes connexes sont suspendues
jusqu’à ce qu’une décision de la Cour soit rendue dans ces
causes types;
541
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
(4) d’encourager les parties à régler leurs différends tôt dans le
cadre du processus d’appel;
(5) d’effectuer des modifications d’ordre technique.
Description and rationale
Description et justification
(1) Streamlining the process of hearings and codifying the
practice relating to litigation process conferences
(1) Rationaliser le processus du déroulement de l’audition des
appels et codifier la pratique relativement aux conférences dans le
cadre d’une instance
La définition de « conférence dans le cadre d’une instance » est
ajoutée à l’article 2. Cette définition s’entend d’une audience visée
à l’article 125 et des conférences visées au paragraphe 126(2) et
aux articles 126.1 et 126.2.
Des modifications sont apportées au paragraphe 123(4) afin de
prévoir que la date, l’heure et le lieu d’audition peuvent être fixés
par le greffier ou une personne désignée, sous réserve d’une direc­
tive de la Cour.
Le nouveau paragraphe 123(4.1) prévoit que la Cour peut, de sa
propre initiative, fixer la date, l’heure et le lieu de l’audience.
Le nouveau paragraphe 123(6) prévoit que lorsque la date et le
lieu de l’audience auront été fixés sur demande commune des par­
ties, l’audience ne pourra être ajournée à moins qu’il n’existe des
circonstances particulières qui justifient l’ajournement.
Des modifications sont apportées à l’article 125 (audience sur
l’état de l’instance) afin qu’il puisse être ordonné que les audiences
sur l’état de l’instance initiales aient lieu dans les deux mois sui­
vant le dépôt de la réponse, et que d’autres audiences sur l’état de
l’instance puissent se tenir au cours du processus d’appel afin de
s’assurer que l’appel est prêt pour l’audition et pour fixer la date
d’audition. Des modifications sont également apportées au para­
graphe 125(8) pour prévoir les conséquences du non-respect par
une partie d’une ordonnance ou directive donnée dans le cadre
d’une audience sur l’état de l’instance.
L’article 126 est remplacé par un nouvel article 126 qui permet
au juge en chef de désigner un juge chargé de la gestion de l’ins­
tance dans les cas où l’appel est complexe, les procédures ne se
déroulent pas assez rapidement, ou pour toute autre raison qui
nécessite la nomination d’un juge chargé de la gestion de l’ins­
tance. Le juge chargé de la gestion de l’instance est alors respon­
sable de s’assurer que l’appel procède de la façon la plus expéditive
possible tout en économisant les ressources judiciaires.
Le nouvel article 126.1 permet de fixer une conférence de ges­
tion de l’audience dès la fixation de la date de l’audition de l’appel
qui sera tenue par le juge qui présidera l’audition de l’appel. La
conférence a pour but d’assurer le déroulement ordonné et expédi­
tif de l’audience.
Le nouvel article 126.2 permet à la Cour d’ordonner la tenue
d’une conférence de règlement afin d’explorer les possibilités de
régler une ou plusieurs questions qui font l’objet de l’appel.
L’article 127 est modifié afin d’ajouter des références aux
articles 125 et 126 et au nouvel article 126.1.
L’article 128 est modifié afin d’ajouter une référence à toute
question reliée à un règlement ou à une tentative de règlement au
cours d’une conférence dans le cadre d’une instance.
(2) Modifier les règles existantes et mettre en œuvre de nouvelles
règles au sujet des témoins experts et de l’admissibilité en preuve
de leur témoignage devant la Cour canadienne de l’impôt
Le paragraphe 145(1) est modifié afin de remplacer l’expression
« déclaration sous serment » par « rapport d’expert ».
a definition of “litigation process conference” is added to sec­
tion 2. That definition lists the conferences referred to at sec­
tion 125, subsection 126(2) and sections 126.1 and 126.2.
amendments are made to subsection 123(4) to indicate that the
Registrar or a designated person may fix the time and place for the
hearing subject to any direction by the Court.
Subsection 123(4.1) indicates that the Court may, on its own
initiative, fix the time and place for the hearing.
Subsection 123(6) indicates that if the time and place for a hear­
ing have been fixed after a joint application of the parties, the hear­
ing should not be adjourned unless special circumstances justify
the adjournment and it is in the interest of justice to adjourn it.
amendments are made to section 125 (Status Hearings) to pro­
vide that initial status hearings are ordered to take place approxi­
mately two months after the close of pleadings, and further status
hearings can take place later in the appeal where no case manage­
ment judge has been appointed to ensure the appeal is ready for
trial and to fix a trial date. Finally, subsection 125(8) provides that
where a party fails to comply with an order or direction made at a
status hearing or if a party fails to appear at a status hearing, the
Court may allow or dismiss the appeal or make any other order that
is appropriate.
The existing section 126 is replaced by the new section 126,
which is designed to allow the Chief Justice to assign a judge to
manage an appeal that is complex, or slow moving, or for some
other reason requires ongoing management by a judge. The judge
takes responsibility for progress of the appeal and for all matters
arising prior to the hearing to ensure that the appeal proceeds to
trial in a timely way while conserving judicial resources.
Section 126.1 provides that a trial management conference can
be held after the appeal hearing date has been set and is presided
over by the judge assigned to preside at the hearing. The confer­
ence is to ensure that the hearing proceeds in an orderly and organ­
ized fashion.
Section 126.2 permits the Court to direct that a conference can
be held for the purpose of exploring the possibility of settlement of
any or all of the issues.
amendments are made to section 127 to add references to sec­
tions 125, 126 and 126.1.
amendments are made to section 128 to add references to mat­
ters related to a settlement or settlement discussions during a litiga­
tion process conference.
(2) Implementing new rules and amending existing rules
governing expert witnesses and their evidence in the Tax Court of
Canada
Subsection 145(1) is amended to replace the reference to “affi­
davit” with “expert report.”
542
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Subsection 145(2) provides that the expert’s report must set out
the proposed evidence of the expert and the expert’s qualifications
and be accompanied by a certificate signed by the expert acknow­
ledging that the expert agrees to be bound by the Code of Conduct
for Expert Witnesses that is added as a schedule to the Rules to
ensure that expert witnesses understand their independent advisory
role to the Court. Subsection 145(3) indicates that if an expert fails
to comply with the Code of Conduct, the Court may exclude some
or all of the expert’s report.
Subsection 145(4) requires a party to seek leave to the Court if
they intend to call more than five expert witnesses at a hearing and
subsection 145(5) indicates what the Court has to consider in
deciding to grant leave.
Subsection 145(6) allows parties to name a joint expert witness.
The existing subsection 145(2) is renumbered as subsec­
tion 145(7) and specifies the conditions that need to be met in order
for evidence of an expert witness to be received at the hearing.
The existing subsection 145(4) is renumbered as subsec­
tion 145(8) and indicates how evidence in chief of an expert wit­
ness is to be given at a hearing.
Subsection 145(9) indicates what may be addressed during a liti­
gation process conference, other than a settlement conference, in
respect of expert witnesses.
Subsections 145(10), (11), (12), (13) and (14) introduce new
rules that deal with expert conferences.
The existing subsection 145(3) is renumbered as subsec­
tion 145(15) and is amended to change the number of days, from
15 to 60, for a copy of rebuttal evidence to be served on all
parties.
Subsection 145(16) indicates under which conditions the evi­
dence of an expert witness can be presented in surrebuttal of any
evidence tendered under subsection (15).
Subsections 145(17), (18), (19) and (20) allow the Court to
require that some or all of the experts testify as a panel. Experts are
only allowed to pose questions to each other with leave of the
Court to ensure the orderly presentation of evidence. The rules
governing cross-examination and re-examination will continue to
apply to experts testifying concurrently.
(3) allowing the Court to proceed with a hearing of two or more
appeals, while others are stayed pending a decision on the appeals
heard by the Court
Section 146.1 is intended to apply where there is more than one
appeal which has common or related issues of fact or law. It allows
the Court to proceed with the hearing of one of the appeals, the lead
case, while other related appeals are stayed pending a decision on
the lead case. The parties in a related appeal have to agree to be
bound, in whole or in part, by the final decision on the lead case.
(4) Encouraging parties to settle their dispute early in the
litigation process
The provisions of the Rules addressing offers to settle are
designed to encourage parties to settle their dispute early in the
litigation process. an early settlement has the added advantage of
sOr/dOrs/2014-26
afin de garantir que les témoins experts comprennent bien leur
rôle de conseiller indépendant de la Cour, il est ajouté un Code de
conduite du témoin expert en annexe aux règles. Le nouveau para­
graphe 145(2) prévoit que le rapport d’expert doit reproduire la
déposition de l’expert, ses compétences et domaines d’expertise, et
être accompagné d’un certificat signé par l’expert où il reconnaît
avoir lu le Code de conduite et accepte de s’y conformer. Le nou­
veau paragraphe 145(3) indique que la Cour peut exclure tout ou
une partie du rapport d’un expert qui ne se conforme pas au Code
de conduite.
Le nouveau paragraphe 145(4) exige d’une partie qu’elle
obtienne l’autorisation préalable de la Cour si elle veut faire témoi­
gner plus de cinq témoins experts et le nouveau paragraphe 145(5)
indique les facteurs que la Cour doit considérer pour rendre sa
décision.
Le nouveau paragraphe 145(6) permet aux parties de désigner
conjointement un témoin expert.
Le paragraphe 145(2) est renuméroté 145(7) et il énumère les
conditions qui doivent être réunies afin que la preuve sur l’interrogatoire principal d’un témoin expert puisse être reçue à l’audience.
Le paragraphe 145(4) est renuméroté 145(8) et il indique com­
ment la preuve d’un témoin expert recueillie à l’interrogatoire prin­
cipal peut être présentée à l’audience.
Le nouveau paragraphe 145(9) énumère les questions reliées aux
témoins experts qui peuvent être discutées lors de toute conférence
dans le cadre d’une instance autre qu’une conférence de règlement.
Les nouveaux paragraphes 145(10), (11), (12), (13) et (14) énoncent de nouvelles règles concernant les conférences d’experts.
Le paragraphe 145(3) est renuméroté 145(15) et il est modifié
afin d’augmenter, de 15 à 60, le nombre de jours pour signifier aux
autres parties une copie de la contre-preuve d’un témoin expert.
Le nouveau paragraphe 145(16) énumère les conditions qui
doivent être réunies afin de pouvoir présenter une preuve d’un
témoin expert pour réfuter toute preuve présentée en vertu du para­
graphe (15).
Les nouveaux paragraphes 145(17), (18), (19) et (20) permettent
à la Cour d’exiger que certains ou tous les experts témoignent à
titre de groupe d’experts. Les experts peuvent poser des questions
aux autres experts avec l’autorisation de la Cour afin d’assurer le
bon déroulement de l’appel. Les règles concernant le contre­
interrogatoire et le réinterrogatoire continueront de s’appliquer aux
experts qui témoigneront de façon concurrente.
(3) Permettre à la Cour d’entendre une ou plusieurs causes types
alors que d’autres causes connexes sont suspendues jusqu’à ce
qu’une décision de la Cour soit rendue
Le nouvel article 146.1 s’applique dans les cas où deux ou plu­
sieurs appels soulèvent une ou plusieurs questions communes ou
connexes de fait ou de droit. Ce nouvel article permet à la Cour
d’entendre un appel à titre de cause type, et de suspendre l’audition
des appels connexes. Les parties dans un appel connexe doivent
accepter d’être liées, en tout ou en partie, par la décision finale
rendue dans la cause type.
(4) Encourager les parties à régler leurs différends tôt au cours du
processus d’appel
Les modifications aux règles concernant les offres de règlement
sont apportées afin d’encourager les parties à régler leurs diffé­
rends tôt au cours du processus d’appel. un tel règlement a
543
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
reducing the costs borne by the parties and conserving judicial
resources.
l’avantage de réduire les dépenses des parties au litige et de préser­
ver les ressources judiciaires.
Parties are entitled to make and accept offers of settlement at any
time before there is a judgment and any written offer to settle will
be considered by the Court in assessing costs under section 147. In
addition to this general rule, there is a need to encourage parties to
reach an early settlement, ideally before the beginning of the trial
or hearing. This is the specific objective of adding subsec­
tions 147(3.1) to (3.8).
Les parties peuvent faire et accepter des offres de règlement à
tout moment avant qu’un jugement ne soit rendu, et toute offre de
règlement peut être prise en considération par la Cour au moment
d’adjuger les dépens conformément à l’article 147. Par contre, il
est important d’encourager les parties à régler leurs différends le
plus tôt possible, idéalement avant la date fixée pour l’audition de
l’appel. L’ajout des paragraphes 147(3.1) à (3.8) vise à atteindre
cet objectif.
(5) Effectuer des modifications d’ordre technique
Les modifications d’ordre technique suivantes sont aussi
effectuées :
Des modifications sont apportées à l’article 6 afin de prévoir que
la Cour puisse ordonner que toute procédure dans le cadre d’une
instance soit tenue par voie de vidéoconférence ou de téléconfé­
rence ou des deux.
À l’article 52, un nouveau paragraphe est ajouté pour indiquer
que la demande de précisions est rédigée selon la formule 52 qui
doit être déposée et signifiée en conformité avec les Règles. La
formule 52 est aussi ajoutée à l’annexe I.
Des modifications sont apportées aux articles 53 et 58 afin de
regrouper à l’article 53 les situations où la Cour peut radier un
acte de procédure ou un autre document ou en supprimer des
passages et, à l’article 58, les situations où la Cour peut se pro­
noncer sur une question de droit, une question de fait ou une
question de droit et de fait. En raison de ces modifications, les
articles 59, 60, 61 et 62 sont abrogés.
Le paragraphe 67(7) est ajouté afin de prévoir quand la preuve
de la signification de la requête doit être déposée à la Cour.
Le paragraphe 95(3) est abrogé en raison des modifications
apportées aux règles sur les témoins experts.
Le paragraphe 119(3) est modifié en raison des modifications
apportées aux règles sur les témoins experts.
À l’alinéa 146(1)d), le nombre minimal de jours requis pour la
signification de l’avis d’intention est réduit de 10 à 5.
Le paragraphe 153(3) est ajouté afin de prévoir que l’officier
taxateur puisse ordonner que la taxation d’un mémoire de frais
se tienne par voie de vidéoconférence ou de téléconférence ou
des deux.
Dans la version anglaise du paragraphe 167(1), l’expression
« issuing a judgment » est remplacée par « rendering a
judgment ».
au paragraphe 167(3), la référence à « après le dépôt et l’ins­
cription du jugement, les dispositions de l’article 17.4 de la Loi
seront appliqués » est supprimée.
(5) Technical amendments to the Rules
The following technical amendments are also made:
To amend section 6 to provide that the Court may direct that any
step in a proceeding may be conducted by teleconference, by
videoconference or by a combination of teleconference and
videoconference.
To amend section 52 by adding a new subsection to provide that
a demand for particulars shall be in Form 52 and shall be filed
and served in accordance with the Rules, and to add Form 52 to
Schedule I.
To amend sections 53 and 58 to regroup all matters where the
Court may strike out a pleading under section 53, and all matters
relating to the determination of questions of law, fact or mixed
law and fact under section 58. as a consequence of these chan­
ges, sections 59, 60, 61 and 62 are repealed.
To add subsection 67(7) to provide for when proof of service of
a motion must be filed.
To repeal subsection 95(3) as a result of the changes made to the
expert witness rules.
To amend subsection 119(3) as a result of the changes made to
the expert witness rules.
To amend paragraph 146(1)(d) to change the number of days for
service from 10 to 5.
To add subsection 153(3) to provide that the taxing officer may
direct that the taxation of a bill of costs be conducted by telecon­
ference, videoconference or by combination of both.
To replace the reference to “issuing a judgment” with “rendering
a judgment” in subsection 167(1).
To remove the reference to “and it shall be entered and filed
there whereupon section 17.4 of the act shall be complied with”
in subsection 167(3).
Consultation
Consultation
These amendments were considered by the Tax Court of Canada
rules committee, which is composed of judges from the Tax Court
of Canada and practising lawyers from both the private and public
sectors.
The proposed amendments were also published in Part I of the
Canada Gazette on December 8, 2012. Interested persons were
invited to make representations concerning the proposed Rules
within 60 days after the date of publication and only one comment
was received during that time. The rules committee considered that
comment and made minor changes.
Ces modifications ont été examinées par le comité des règles de
la Cour canadienne de l’impôt qui est composé de juges et d’avo­
cats des secteurs privé et public.
544
Les modifications proposées ont été publiées dans la Partie I de
la Gazette du Canada le 8 décembre 2012. Les personnes intéres­
sées ont été invitées à présenter leurs observations au sujet du projet de règles dans les 60 jours suivant cette date de publication et un
seul commentaire a été reçu pendant cette période. Le comité des
règles a considéré ce commentaire et des changements mineurs ont
été apportés.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
These rules are incorporated into the Tax Court of Canada Rules
(General Procedure) and will be implemented and enforced in the
same manner as other rules.
Ces nouvelles règles sont incorporées aux Règles de la Cour
canadienne de l’impôt (procédure générale) et elles seront mises
en œuvre et appliquées de la même manière que les autres règles.
Contact
Personne-ressource
Geneviève Salvas
Executive Legal Counsel
Chambers of the Chief Justice
Tax Court of Canada
200 kent Street
Ottawa, Ontario
k1a 0M1
Telephone: 613-996-2700
Fax: 613-943-8449
Email: genevieve.salvas@cas-satj.gc.ca
Geneviève Salvas
Conseillère juridique exécutive
Cabinet du juge en chef
Cour canadienne de l’impôt
200, rue kent
Ottawa (Ontario)
k1a 0M1
Téléphone : 613-996-2700
Télécopieur : 613-943-8449
Courriel : genevieve.salvas@cas-satj.gc.ca
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Rules.)
(Ce résumé ne fait pas partie des Règles.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Tax Court of Canada Act provides that rules regulating the
pleadings, practice and procedure in the Tax Court of Canada are
established by the rules committee, subject to the approval of the
Governor in Council.
The general objectives of the Rules amending the Tax Court of
Canada Rules (Informal Procedure), the Tax Court of Canada
Rules of Procedure Respecting the Canada Pension Plan, the Tax
Court of Canada Rules of Procedure Respecting the Employment
Insurance Act, the Tax Court of Canada Rules of Procedure
Respecting the Excise Tax Act (Informal Procedure), the Tax Court
of Canada Rules of Procedure Respecting the Customs Act
(Informal Procedure) and the Tax Court of Canada Rules of Pro­
cedure Respecting the Excise Act, 2001 (Informal Procedure) are
(1) to add a rule indicating when judgments are pronounced and
deposited with the Registry;
(2) to make technical amendments.
La Loi sur la Cour canadienne de l’impôt prévoit que les règles
concernant la pratique et la procédure devant la Cour canadienne
de l’impôt sont établies par le comité des règles, sous réserve de
leur approbation par le gouverneur en conseil.
Les règles modifiant les Règles de la Cour canadienne de l’im­
pôt (procédure informelle), les Règles de procédure de la Cour
canadienne de l’impôt à l’égard du Régime de pensions du Canada,
les Règles de procédure de la Cour canadienne de l’impôt à l’égard
de la Loi sur l’assurance-emploi, les Règles de procédure de la
Cour canadienne de l’impôt à l’égard de la Loi sur la taxe d’accise
(procédure informelle), les Règles de procédure de la Cour cana­
dienne de l’impôt à l’égard de la Loi sur les douanes (procédure
informelle), et les Règles de procédure de la Cour canadienne de
l’impôt à l’égard de la Loi de 2001 sur l’accise (procédure infor­
melle) ont comme objectifs principaux :
(1) de prévoir une règle qui indique quand un jugement est pro­
noncé et déposé;
(2) d’effectuer des modifications d’ordre technique.
Description and rationale
Description et justification
(1) Indicating when judgments are pronounced and deposited
with the Registry
a new section is introduced for each set of rules to indicate
when a judgment is pronounced and to confirm that a judgment and
the reasons relating to it have to be deposited in the Registry.
(2) Technical amendments to the Rules
In 2008 (SOR/2008-302), changes were made to the Rules and
some subsections dealing with the filing of documents were modi­
fied. Some consequential amendments were overlooked and, as a
result, some sections of the Rules still refer to subsections that no
longer exist. The technical amendments remedy that situation.
(1) Prévoir une règle qui indique quand un jugement est prononcé
et déposé
un nouvel article est ajouté à chaque ensemble de règles afin de
préciser la date du prononcé d’un jugement et de confirmer qu’un
jugement et les motifs qui le fondent doivent être déposés au greffe.
(2) Effectuer des modifications d’ordre technique
En 2008 (DORS/2008-302), certains paragraphes des Règles
concernant le dépôt des documents ont été modifiés ou même abro­
gés. Certaines modifications corrélatives n’ont pas été faites et, par
conséquent, certains articles des Règles réfèrent encore à des dis­
positions qui n’existent plus. Certaines modifications d’ordre tech­
nique ont pour but de remédier à cette situation.
afin d’adopter la même terminologie que celle utilisée dans les
Règles de la Cour canadienne de l’impôt (procédure générale),
l’expression « se rapportant à » est remplacée par l’expression
In order to conform with the language used in the Tax Court of
Canada Rules (General Procedure), the reference to “relating to”
is replaced by “relevant to” in the Tax Court of Canada Rules of
545
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-26
Procedure Respecting the Canada Pension Plan and in the Tax
Court of Canada Rules of Procedure Respecting the Employment
Insurance Act.
« pertinents relativement à » dans les Règles de procédure de la
Cour canadienne de l’impôt à l’égard du Régime de pensions du
Canada et dans les Règles de procédure de la Cour canadienne de
l’impôt à l’égard de la Loi sur l’assurance-emploi.
Consultation
Consultation
These amendments were considered by the Tax Court of Canada
rules committee, which is composed of judges from the Tax Court
of Canada and practising lawyers from both the private and public
sectors.
The proposed amendments were also published in Part I of the
Canada Gazette on December 8, 2012. Interested persons were
invited to make representations concerning the proposed Rules
within 60 days after the date of publication and only one comment
was received during that time. The rules committee considered that
comment and made minor changes.
Ces modifications ont été examinées par le comité des règles de
la Cour canadienne de l’impôt qui est composé de juges et d’avo­
cats des secteurs privé et public.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
These rules are incorporated into existing rules and will be
implemented and enforced in the same manner as other rules.
Ces nouvelles règles sont incorporées aux règles et elles seront
mises en œuvre et appliquées de la même manière que les autres
règles.
Contact
Personne-ressource
Geneviève Salvas
Executive Legal Counsel
Chambers of the Chief Justice
Tax Court of Canada
200 kent Street
Ottawa, Ontario
k1a 0M1
Telephone: 613-996-2700
Fax: 613-943-8449
Email: genevieve.salvas@cas-satj.gc.ca
Geneviève Salvas
Conseillère juridique exécutive
Cabinet du juge en chef
Cour canadienne de l’impôt
200, rue kent
Ottawa (Ontario)
k1a 0M1
Téléphone : 613-996-2700
Télécopieur : 613-943-8449
Courriel : genevieve.salvas@cas-satj.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
546
Les modifications proposées ont été publiées dans la Partie I de
la Gazette du Canada le 8 décembre 2012. Les personnes intéres­
sées ont été invitées à présenter leurs observations au sujet du projet de règles dans les 60 jours suivant cette date de publication et un
seul commentaire a été reçu pendant cette période. Le comité des
règles a considéré ce commentaire et des changements mineurs ont
été apportés.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-27
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Enregistrement
DORS/2014-27
February 7, 2014
sOr/dOrs/2014-27
Le 7 février 2014
PILOTaGE aCT
LOI SuR LE PILOTaGE
regulations amending the atlantic Pilotage tariff
regulations, 1996
règlement modifiant le règlement sur le tarif de
l’administration de pilotage de l’atlantique, 1996
P.C. 2014-109
C.P. 2014-109
February 6, 2014
Le 6 février 2014
RESOLuTION
RÉSOLuTION
Whereas the atlantic Pilotage authority, pursuant to subsec­
tion 34(1)1a of the Pilotage Act2b, published a copy of the proposed
Regulations Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations,
1996, in the annexed form, in the Canada Gazette, Part I, on Octo­
ber 26, 2013;
attendu que, conformément au paragraphe 34(1)1a de la Loi sur
le pilotage2b, l’administration de pilotage de l’atlantique a publié
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 26 octobre 2013, le
projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement sur
le tarif de l’Administration de pilotage de l’Atlantique, 1996,
conforme au texte ci-après,
À ces causes, en vertu du paragraphe 33(1) de la Loi sur le pilo­
tageb, l’administration de pilotage de l’atlantique prend le Règle­
ment modifiant le Règlement sur le tarif de l’Administration de
pilotage de l’Atlantique, 1996, ci-après.
Halifax, le 29 novembre 2013
Le premier dirigeant
de l’Administration de pilotage de l’Atlantique
CaPITaINE R. a. MCGuINNESS
Sur recommandation de la ministre des Transports et en vertu du
paragraphe 33(1) de la Loi sur le pilotageb, Son Excellence le Gou­
verneur général en conseil approuve le Règlement modifiant le
Règlement sur le tarif de l’Administration de pilotage de l’Atlan­
tique, 1996, ci-après, pris par l’administration de pilotage de
l’atlantique.
Therefore, the atlantic Pilotage authority, pursuant to subsec­
tion 33(1) of the Pilotage Actb, makes the annexed Regulations
Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996.
Halifax, November 29, 2013
CaPTaIN R. a. MCGuINNESS
Chief Executive Officer
Atlantic Pilotage Authority
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of Transport, pursuant to subsec­
tion 33(1) of the Pilotage Actb, approves the annexed Regulations
Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996, made by
the atlantic Pilotage authority.
regulatiOns amending the atlantic
PilOtage tariFF regulatiOns, 1996
rÈglement mOdiFiant le rÈglement sur le
tariF de l’administratiOn de PilOtage
de l’atlantiQue, 1996
amendments
mOdiFicatiOns
1. the portion of items 3 to 12 of schedule 2 to the Atlantic
Pilotage Tariff Regulations, 199631 in columns 2 to 4 is replaced
by the following:
1. le passage des articles 3 à 12 de l’annexe 2 du Règlement
sur le tarif de l’Administration de pilotage de l’Atlantique, 199631
figurant dans les colonnes 2 à 4 est remplacé par ce qui suit :
column 2
column 3
column 4
colonne 2
colonne 3
colonne 4
item
unit charge
minimum charge ($) ($/pilotage unit)
basic charge ($)
article
droit minimum ($)
droit unitaire
($/unité de pilotage)
droit forfaitaire ($)
3..
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
2,151.00
1,802.00
1,903.00
2,783.00
1,802.00
2,088.00
2,092.00
2,287.00
1,048.00
581.00
735.00
2,100.00
581.00
1,018.00
1,020.00
1,629.00
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
2 151,00
1 802,00
1 903,00
2 783,00
1 802,00
2 088,00
2 092,00
2 287,00
11,03
5,71
9,97
4,90
5,71
10,71
6,08
10,12
1 048,00
581,00
735,00
2 100,00
581,00
1 018,00
1 020,00
1 629,00
a
b
1
S.C. 1998, c. 10, s. 150
R.S., c. P-14
SOR/95-586
11.03
5.71
9.97
4.90
5.71
10.71
6.08
10.12
a
b
1
L.C. 1998, ch. 10, art. 150
L.R., ch. P-14
DORS/95-586
547
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
column 2
item
11.
12.
column 3
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
basic charge ($)
953.00
634.00
2. the portion of items 3 to 10 of schedule 2 to the regula­
tions in columns 2 to 4 is replaced by the following:
column 2
colonne 2
colonne 3
colonne 4
article
droit minimum ($)
droit unitaire
($/unité de pilotage)
droit forfaitaire ($)
11.
12.
1 306,00
1 409,00
3,52
2,48
953,00
634,00
column 4
unit charge
minimum charge ($) ($/pilotage unit)
1,306.00
3.52
1,409.00
2.48
column 3
sOr/dOrs/2014-27
2. le passage des articles 3 à 10 de l’annexe 2 du même règle­
ment figurant dans les colonnes 2 à 4 est remplacé par ce qui
suit :
column 4
colonne 2
colonne 3
colonne 4
item
unit charge
minimum charge ($) ($/pilotage unit)
basic charge ($)
article
droit minimum ($)
droit unitaire
($/unité de pilotage)
droit forfaitaire ($)
3..
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
1,955.00
1,982.00
1,730.00
2,922.00
1,982.00
1,898.00
2,197.00
2,401.00
953.00
639.00
668.00
2,205.00
639.00
925.00
1,071.00
1,711.00
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
1 955,00
1 982,00
1 730,00
2 922,00
1 982,00
1 898,00
2 197,00
2 401,00
10,03
6,28
9,06
5,15
6,28
9,74
6,39
10,63
953,00
639,00
668,00
2 205,00
639,00
925,00
1 071,00
1 711,00
10.03
6.28
9.06
5.15
6.28
9.74
6.39
10.63
3. the portion of items 3 to 12 of schedule 4 to the regula­
tions in columns 3 to 7 is replaced by the following:
column 6
item
minimum
charge ($)
unit
charge,
no Pilot
boat
used
($/pilotage
unit)
basic
charge,
no Pilot
boat used
($)
unit
charge,
Pilot boat
used
($/pilotage
unit)
basic
charge,
Pilot boat
used ($)
3.
4.
5.
6. (a)
(b)
7.
8.
9.
10.
11.
12.
1,936.00
1,622.00
1,713.00
1,391.00
2,504.00
1,622.00
1,879.00
1,883.00
2,058.00
1,175.00
1,268.00
8.82
4.57
7.98
2.46
3.92
4.57
8.57
4.86
8.10
2.82
1.98
838.00
465.00
587.00
1,050.00
1,680.00
465.00
814.00
816.00
1,303.00
762.00
507.00
9.93
5.14
8.97
n/a
4.41
5.14
9.65
5.47
9.11
3.17
2.23
943.00
523.00
662.00
n/a
1,890.00
523.00
916.00
918.00
1,466.00
858.00
571.00
column 4
4. the portion of items 3 to 10 of schedule 4 to the regula­
tions in columns 3 to 7 is replaced by the following:
column 6
item
minimum
charge ($)
unit
charge,
no Pilot
boat
used
($/pilotage
unit)
basic
charge,
no Pilot
boat
used ($)
unit
charge,
Pilot boat
used
($/pilotage
unit)
basic
charge,
Pilot boat
used ($)
3.
4.
5.
6. (a)
(b)
1,760.00
1,784.00
1,557.00
1,461.00
2,630.00
8.02
5.02
7.25
2.58
4.12
762.00
511.00
534.00
1,103.00
1,764.00
9.03
5.65
8.15
n/a
4.64
858.00
575.00
601.00
n/a
1,985.00
548
column 4
colonne 6
colonne 7
article
droit
minimum
($)
droit
unitaire
sans
bateau­
pilote
($/unité de
pilotage)
droit
forfaitaire
sans
bateaupilote ($)
droit
unitaire
avec
bateau­
pilote
($/unité de
pilotage)
droit
forfaitaire
avec
bateaupilote ($)
3.
4.
5.
6. a)
b)
7.
8.
9.
10.
11.
12.
1 936,00
1 622,00
1 713,00
1 391,00
2 504,00
1 622,00
1 879,00
1 883,00
2 058,00
1 175,00
1 268,00
8,82
4,57
7,98
2,46
3,92
4,57
8,57
4,86
8,10
2,82
1,98
838,00
465,00
587,00
1 050,00
1 680,00
465,00
814,00
816,00
1 303,00
762,00
507,00
9,93
5,14
8,97
S/O
4,41
5,14
9,65
5,47
9,11
3,17
2,23
943,00
523,00
662,00
S/O
1 890,00
523,00
916,00
918,00
1 466,00
858,00
571,00
colonne 3
colonne 4
4. le passage des articles 3 à 10 de l’annexe 4 du même règle­
ment figurant dans les colonnes 3 à 7 est remplacé par ce qui
suit :
colonne 5
colonne 6
colonne 7
article
droit
minimum
($)
droit
unitaire
sans
bateau­
pilote
($/unité de
pilotage)
droit
forfaitaire
sans
bateau­
pilote ($)
droit
unitaire
avec
bateau­
pilote
($/unité de
pilotage)
droit
forfaitaire
avec
bateau­
pilote ($)
3.
4.
5.
6. a)
b)
1 760,00
1 784,00
1 557,00
1 461,00
2 630,00
8,02
5,02
7,25
2,58
4,12
762,00
511,00
534,00
1 103,00
1 764,00
9,03
5,65
8,15
S/O
4,64
858,00
575,00
601,00
S/O
1 985,00
column 7
column 5
column 3
colonne 5
column 7
column 5
column 3
3. le passage des articles 3 à 12 de l’annexe 4 du même règle­
ment figurant dans les colonnes 3 à 7 est remplacé par ce qui
suit :
colonne 3
colonne 4
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
column 6
item
minimum
charge ($)
unit
charge,
no Pilot
boat
used
($/pilotage
unit)
basic
charge,
no Pilot
boat
used ($)
unit
charge,
Pilot boat
used
($/pilotage
unit)
basic
charge,
Pilot boat
used ($)
7.
8.
9.
10.
1,784.00
1,708.00
1,977.00
2,161.00
5.02
7.79
5.10
8.50
511.00
740.00
857.00
1,369.00
5.65
8.77
5.74
9.57
575.00
832.00
964.00
1,540.00
column 4
5. the portion of items 1 to 3 of schedule 5 to the regulations
in columns 3 to 5 is replaced by the following:
column 3
column 4
sOr/dOrs/2014-27
colonne 5
colonne 6
colonne 7
article
droit
minimum
($)
droit
unitaire
sans
bateaupilote
($/unité de
pilotage)
droit
forfaitaire
sans
bateaupilote ($)
droit
unitaire
avec
bateaupilote
($/unité de
pilotage)
droit
forfaitaire
avec
bateau­
pilote ($)
7.
8.
9.
10.
1 784,00
1 708,00
1 977,00
2 161,00
5,02
7,79
5,10
8,50
511,00
740,00
857,00
1 369,00
5,65
8,77
5,74
9,57
575,00
832,00
964,00
1 540,00
column 7
column 5
column 3
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
colonne 3
colonne 4
5. le passage des articles 1 à 3 de l’annexe 5 du même règle­
ment figurant dans les colonnes 3 à 5 est remplacé par ce qui
suit :
column 5
colonne 3
colonne 4
colonne 5
item
unit charge
minimum charge ($) ($/pilotage unit)
basic charge ($)
article
droit minimum ($)
droit unitaire
($/unité de pilotage)
droit forfaitaire ($)
1.
2.
3.
1,376.00
1,238.00
1,238.00
770.00
693.00
616.00
1.
2.
3.
1 376,00
1 238,00
1 238,00
3,46
3,11
2,77
770,00
693,00
616,00
3.46
3.11
2.77
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
6. (1) subject to subsection (2), these regulations come into
force on January 1, 2014, but if they are registered after that
day, they come into force on the day on which they are
registered.
(2) sections 2 and 4 come into force on January 1, 2015.
6. (1) sous réserve du paragraphe (2), le présent règlement
entre en vigueur le 1er janvier 2014 ou, si elle est postérieure, à
la date de son enregistrement.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
(2) les articles 2 et 4 entrent en vigueur le 1er janvier 2015.
issues
enjeux
In accordance with recommendations from the Canadian Trans­
portation agency (the CTa) and its customers, the authority strives
to be financially self-sufficient on a port-by-port basis, as well as
for the authority as a whole. after analyzing projections for com­
ing years, and consulting with industry, the authority has deter­
mined that 11 of the 17 compulsory pilotage ports will require tar­
iff adjustments to remain financially self-sufficient on a port-by-port
basis and provide the service levels required by industry, without
cross-subsidization.
Conformément aux recommandations de l’Office des transports
du Canada (OTC) et de ses clients, l’administration s’efforce
d’être autonome sur le plan financier dans chacun des ports, ainsi
que dans l’ensemble de son organisation. après avoir analysé les
prévisions concernant les années à venir et consulté l’industrie,
l’administration a déterminé que 11 des 17 ports assujettis au pilo­
tage obligatoire auront besoin de rajustements tarifaires pour
demeurer autonomes sur le plan financier et offrir les niveaux de
service qu’exige l’industrie, sans avoir recours à des dispositions
d’interfinancement.
background
contexte
The atlantic Pilotage authority (the authority) is responsible
for administering, in the interests of safety, an efficient pilotage
service within the Canadian waters in and around the atlantic
Provinces. as required by the Pilotage Act, the authority pre­
scribes tariffs of pilotage charges that are fair and reasonable and
consistent with providing revenues sufficient to permit the author­
ity to operate on a self-sustaining financial basis.
L’administration de pilotage de l’atlantique (l’administration)
est chargée de gérer, dans l’intérêt de la sécurité, un service de
pilotage efficace dans les eaux canadiennes des provinces de l’at­
lantique et dans les eaux limitrophes. Comme le stipule la Loi sur
le pilotage, l’administration fixe des droits de pilotage équitables
et raisonnables qui lui permettent de générer des revenus suffisants
pour assurer le financement autonome de ses activités.
549
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
Objectives
Objectifs
The objective of this amendment is to increase pilotage charges
in certain compulsory pilotage areas in order to
— maintain the ability of the authority to meet its mandate to
operate, in the interest of safety, an efficient pilotage service
within the atlantic region;
— help ensure the long-term financial self-sustainability of the
authority as a whole;
— help ensure the long-term financial self-sustainability of each
port individually; and
— be mindful of the economic realities of the region by ensuring
that the tariff increases are within the ability of the shipping
industry to absorb while allowing the ports to remain
competitive.
La modification vise à permettre la majoration des frais de pilo­
tage dans certaines zones de pilotage obligatoire afin :
— de maintenir la capacité de l’administration à s’acquitter de
son mandat qui est de gérer, dans l’intérêt de la sécurité, un
service de pilotage efficace dans la région de l’atlantique;
— d’aider à assurer l’autonomie financière à long terme de l’ad­
ministration dans son ensemble;
— d’aider à assurer l’autonomie financière à long terme de chaque
port pris individuellement;
— de tenir compte des réalités économiques de la région en veil­
lant à ce que les hausses tarifaires ne dépassent pas la capacité
de l’industrie du transport maritime à les absorber tout en per­
mettant aux ports de demeurer concurrentiels.
description
description
Compulsory pilotage ports regular tariffs in the atlantic Pilotage
Tariff Regulations, 1996
Tarifs courants des ports assujettis au pilotage obligatoire selon
le Règlement sur le tarif de l’administration de pilotage de
l’atlantique, 1996
This amendment will increase the basic, unit, and minimum
charges for the following ports:
effective on the day on which it is registered
Sydney
10.00%
Strait of Canso
10.00%
Bras d’Or
10.00%
St. John’s
10.00%
Holyrood
10.00%
Placentia Bay
5.00%
Saint John
3.00%
Halifax
2.75%
The ports below will have a one year surcharge that will expire
on December 31, 2014, in the following amounts:
Humber arm
10.00%
Bay of Exploits
10.00%
Stephenville
10.00%
effective January 1, 2015
St. John’s
10.00%
Holyrood
10.00%
Placentia Bay
5.00%
Sydney
5.00%
Bras d’Or
5.00%
La présente modification des tarifs se traduira par une augmen­
tation des droits forfaitaires, unitaires et minimaux pour les ports
suivants :
À compter de la date de son enregistrement :
Sydney
10,00 %
Détroit de Canso
10,00 %
Bras d’Or
10,00 %
St. John’s
10,00 %
Holyrood
10,00 %
Baie Placentia
5,00 %
Saint John
3,00 %
Halifax
2,75 %
Les ports ci-dessous auront un droit supplémentaire d’un an qui
viendra à échéance le 31 décembre 2014, aux montants
suivants :
Humber arm
10,00 %
Baie des Exploits
10,00 %
Stephenville
10,00 %
À compter du 1er janvier 2015 :
St. John’s
10,00 %
Holyrood
10,00 %
Baie Placentia
5,00 %
Sydney
5,00 %
Bras d’Or
5,00 %
Les tarifs de pilotage dans les six autres zones de pilotage obli­
gatoire demeureront à leurs niveaux existants en 2014. La hausse
globale des revenus découlant de la révision tarifaire de 2014 est
estimée à 964 000 $, ou à une augmentation de 4,6 %. De ce mon­
tant, 74 000 $ proviendront du droit supplémentaire et ne s’appli­
queront pas aux années au-delà de 2014.
La hausse globale des revenus découlant de la révision tarifaire
de 2015 est estimée à 426 000 $, ou à une augmentation de 2,0 %.
Les 12 zones de pilotage obligatoire qui ne sont pas visées par cette
modification pour 2015 feront l’objet d’un autre examen l’an prochain pour déterminer si elles doivent aussi être modifiées
pour 2015.
The pilotage tariffs in the remaining six compulsory pilotage
areas will remain at their current levels in 2014. The overall
increase in revenues from the 2014 tariff adjustment is estimated to
be $964,000, or a 4.6% increase. Of this amount, $74,000 will be
contributed by the surcharge and will not apply to years beyond
2014.
The overall increase in revenues from the 2015 tariff adjustment
is estimated to be $426,000, or a 2.0% increase. The 12 compul­
sory pilotage areas not included in this regulation change for 2015
will be re-examined next year to determine if they also need an
adjustment for 2015.
550
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
The combination of the 2014 and 2015 tariff increases in this
amendment will provide a cumulative increase of $1,316,000 in
2015 and beyond from the 2014 base year without increases. This
amounts to a 6.3% increase from that base year at 2013 tariff rates.
Without the increases, the authority anticipates a loss of
$776,000 for the organization in 2014 and an $818,000 loss in
2015. The amendment will provide an estimated profit of less than
1% for 2014 and a 2.2% profit for 2015. This rate of return remains
below the authority’s long-term targeted rates of return even
though the authority has invested significantly in new vessels and
still carries debt for their construction.
sOr/dOrs/2014-27
La combinaison des révisions tarifaires de 2014 et de 2015 de
cette modification fournira une augmentation cumulative de
1 316 000 $ en 2015 et les années suivantes, à partir de l’année de
référence 2014 sans augmentation. Cela constitue une augmenta­
tion de 6,3 % à partir de cette année de base aux taux tarifaires de
2013.
Sans les augmentations, l’administration prévoit une perte de
776 000 $ pour l’organisme en 2014 et une perte de 818 000 $
en 2015. Les augmentations produiront un profit estimatif de moins
de 1 % pour 2014 et un profit de 2,2 % pour 2015. Ce taux de ren­
dement demeure sous les taux de rendement visés à long terme de
l’administration, malgré le fait que l’administration ait investi
considérablement dans de nouveaux bâtiments et qu’elle assume
encore la dette de leur construction.
“One-for-One” rule
règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to these amendments,
as there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à la présente modi­
fication, car elle n’entraîne aucun changement aux coûts adminis­
tratifs des activités.
small business lens
lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to these amendments.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas aux présentes
modifications.
consultation
consultation
Consultation in various forms has taken place with the parties
affected by these amendments. The parties consulted include the
Shipping Federation of Canada, which represents foreign vessels
and accounts for 77%–78% of the authority’s activity and revenue,
and the Canadian Shipowners association. Local committees
representing stakeholders in Halifax, Saint John, St. John’s, Pla­
centia Bay, and Cape Breton were also consulted extensively, and
presentations were made by the authority in april and May of
2013. The consultation takes the form of meetings, as well as writ­
ten, personal, and telephone communications with individuals.
alternatives to tariff increases were presented, where applicable,
and participation from the attendees was encouraged. For various
ports and districts, an alternative to increased tariff rates would be
a reduction in pilot strength. The parties affected have always
expressed that their primary concerns are with service levels and
that they do not want service compromised by pilot reductions.
When meeting with customers, the authority provided an analysis
of the situation and solicited responses.
Des consultations sous diverses formes ont été menées auprès
des parties visées par les modifications. au nombre des parties
consultées, mentionnons la Fédération maritime du Canada, qui
représente les navires étrangers et concentre entre 77 et 78 % des
activités et des revenus de l’administration, et l’association des
armateurs canadiens. On a également tenu de nombreuses consul­
tations auprès des comités locaux représentant des intervenants de
Halifax, de Saint John, de St. John’s, de la baie Placentia et de CapBreton, et des exposés ont été présentés par l’administration en
avril et en mai 2013. Ces consultations ont revêtu la forme de réu­
nions ainsi que de communications écrites, personnelles et télépho­
niques avec les personnes concernées. D’autres options que des
hausses tarifaires ont été proposées, le cas échéant, et les partici­
pants ont été encouragés à assister aux réunions. Pour de nombreux
ports et circonscriptions, la réduction de l’effectif des pilotes
constituerait une solution de rechange par rapport à l’augmentation
des taux tarifaires. Les parties touchées ont toujours dit que leurs
principales inquiétudes se rapportaient au niveau de service et
qu’elles ne voulaient pas que le service soit compromis par une
réduction du nombre de pilotes. Lors de ces rencontres avec les
clients, l’administration a fourni à ces derniers une analyse de la
situation et sollicité leurs commentaires.
La réponse des personnes consultées a été plutôt positive; la
seule préoccupation soulevée était une augmentation graduelle sur
deux ans pour le détroit de Canso proposée initialement. En raison
de la volatilité de la circulation dans le secteur, l’administration a
convenu de retirer la deuxième phase de l’augmentation de cette
modification proposée, tout en conservant l’objectif de réviser le
tarif du secteur l’an prochain afin de déterminer si l’augmentation
additionnelle de 2015 est toujours justifiée. Tout indiquait que le
reste des ajustements étaient jugés équitables et raisonnables.
Ces modifications ont fait l’objet d’une publication préalable
dans la Partie I de la Gazette du Canada du 26 octobre 2013, et une
période de 30 jours a suivi afin de solliciter des commentaires du
public et d’offrir la possibilité aux intéressés de formuler un avis
d’opposition auprès de l’Office des transports du Canada (OTC),
The response of those consulted was mostly positive with the
only concern raised being a two-year staged increase for the Strait
of Canso that was originally proposed. Due to the volatility of traf­
fic in the area, the authority agreed to remove the second stage of
the increase from this regulatory change, but with the intention of
revisiting the tariff in the area next year to determine if the addi­
tional 2015 increase is still warranted. Every indication was given
that the remainder of the adjustments were accepted as fair and
reasonable.
These amendments were prepublished in the Canada Gazette,
Part I, on October 26, 2013, followed by a 30-day comment period
to provide interested persons with the opportunity to make com­
ments or to file a notice of objection with the Canadian Transporta­
tion agency (CTa), as allowed by subsection 34(2) of the Pilotage
551
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
Act. No comments were received and no notices of objection were
filed.
comme le permet le paragraphe 34(2) de la Loi sur le pilotage.
aucune observation n’a été reçue et aucun avis d’opposition n’a
été déposé.
rationale
Justification
Without the increases, the authority anticipates a loss of
$776,000 for the organization in 2014 and an $818,000 loss in
2015. The amendments will provide an estimated profit of less than
1% for 2014 and a 2.2% profit for 2015. This rate of return remains
below the authority’s long-term targeted rates of return, even
though the authority has invested significantly in new vessels and
still carries debt for their construction.
Sans les augmentations, l’administration prévoit une perte de
776 000 $ pour l’organisme en 2014 et une perte de 818 000 $
en 2015. Les augmentations produiront un profit estimatif de moins
de 1 % pour 2014 et un profit de 2,2 % pour 2015. Ce taux de ren­
dement demeure sous les taux de rendement visés à long terme de
l’administration, malgré le fait que l’administration ait investi
considérablement dans de nouveaux bâtiments et traîne encore la
dette de leur construction.
Cape Breton District
Circonscription du Cap-Breton
This district contains three compulsory pilotage ports, the Strait
of Canso, the Bras d’Or Lakes, and the port of Sydney. The district
utilizes a pool of pilots, each of whom is capable of providing ser­
vice to any of the three ports. Operating as a district is advanta­
geous to the individual ports as they can draw on resources from
the pool to cover peak periods. an individual port that is not part of
a district would have to carry more pilots to cover these periods, at
an increased cost to industry. The total costs of the pilots in a dis­
trict are allocated to the individual ports based on the total time
pilots spend working in each port.
Cette circonscription compte trois ports assujettis au pilotage
obligatoire, à savoir le détroit de Canso, le lac Bras d’Or et le port
de Sydney. La circonscription a recours à un bassin de pilotes, et
chacun de ces derniers est en mesure d’offrir des services à n’im­
porte lequel des trois ports. Le fonctionnement en tant que circons­
cription est avantageux pour chacun des ports, car ceux-ci peuvent
puiser dans le bassin de pilotes pour composer avec les périodes de
pointe. un port ne faisant pas partie d’une circonscription devrait
maintenir en poste un plus grand nombre de pilotes pour composer
avec ces périodes, et ce à un coût accru pour l’industrie. Les coûts
totaux rattachés aux pilotes d’une circonscription sont affectés à
chacun des ports en fonction du temps total que les pilotes
consacrent à leur travail dans chaque port.
À la fin de 2011, le détroit de Canso a connu une diminution du
taux d’activité. Le secteur compte un terminal de transbordement
qui fournit les raffineries situées en bordure du littoral est des
États-unis. Comme aucune nouvelle raffinerie n’est construite et
que la demande de produits du pétrole diminue, le terminal de
transbordement compte de plus en plus sur quelques gros clients. À
l’automne 2011, l’entreprise de l’un de ces clients a fermé ses
portes, et il en a résulté une diminution marquée des expéditions à
destination et en provenance de Canso. Le total des affectations
pour cette circonscription a chuté de 28 % de 2011 à 2012, et on ne
s’attend pas à une reprise de ce trafic à court ou à moyen terme.
En raison de cette baisse d’activité, le nombre de pilotes pour la
circonscription sera réduit de 30 % par rapport aux niveaux de
2011 au début de 2014, puisque deux pilotes auront pris leur
retraite sans être remplacés et un pilote aura été transféré à un autre
secteur où les besoins étaient plus pressants. Cette réduction fera
diminuer le nombre de pilotes à un point où toute autre réduction
aurait des effets néfastes considérables sur les niveaux de service.
Même sans cette réduction de l’effectif des pilotes pour la circons­
cription, les revenus dans les trois ports ne sont pas suffisants pour
couvrir les coûts de prestation du service. L’administration espé­
rait que les activités se développeraient dans la circonscription et
qu’elles compenseraient les récentes pertes, mais cette éventualité
devient plutôt incertaine. L’administration a perdu 298 000 $ dans
la circonscription en 2012, les pires résultats pour l’administra­
tion, tous secteurs confondus.
Sans les augmentations, l’administration prévoit une perte de
208 000 $ pour la circonscription en 2014 et une perte de 236 000 $
en 2015. Les augmentations produiront un profit estimatif de 2,5 %
pour le secteur en 2014 et un profit de 2,6 % pour 2015. Ces taux
de rendement demeurent sous les taux de rendement visés à long
terme de l’administration pour le secteur.
Late in 2011, the Strait of Canso lost a significant amount of
business. The area has a transshipment terminal that supplies refin­
eries along the eastern seaboard of the united States. With no new
refineries being developed and demand for petroleum products
declining, the transshipment terminal has been relying more and
more on a few major customers. In the fall of 2011, one of these
customers closed its doors, leading to a sharp reduction in ship­
ments to and from Canso. The total assignments for the district
declined 28% from 2011 to 2012 and traffic is not expected to
rebound in the short or medium term.
Due to this reduction in activity, the number of pilots for the
district will be reduced from 2011 levels by 30% by the beginning
of 2014 as two pilots will have retired without replacement and one
pilot transferred to another area with more need. This reduction
will bring the number of pilots down to a point where any further
reduction would have a significant detrimental effect on service
levels. Even with this reduction in pilot strength for the district, the
revenues in the three ports are not sufficient to cover the cost to
provide the service. The authority was hopeful that business would
be coming to the district and would make up for the recent losses,
but that prospect is becoming less certain. The authority lost
$298,000 in the district in 2012, the worst result for any area for the
authority.
Without the increases, the authority anticipates a loss of
$208,000 for the district in 2014 and a $236,000 loss in 2015. The
amendments will provide an estimated 2.5% profit for the area in
2014 and a 2.6% profit for 2015. These rates of return remain
below the authority’s long-term targeted rates of return for the
area.
552
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
Strait of Canso
Détroit de Canso
For Canso, the tariff change will increase pilotage revenue in the
port by 10.0% or $182,000 over the 2014 projected revenues under
the current tariff. This assumes 684 total assignments in the port for
2014, similar to the activity currently projected for 2013. With a
goal of breaking even in the port, the authority is increasing the
basic, unit, and minimum charges by 10.0%. Canso is budgeted to
provide about 10% of the authority’s revenue in 2013.
The authority was hopeful that, by the end of 2013, new busi­
ness would be coming to the district that would offset some of the
activity lost in Canso. This anticipated project has been delayed,
creating the need for further increases in the port. This increase,
combined with the reduction in pilot strength, is expected to offset
what was a projected loss for 2014.
Pour ce qui est de Canso, le changement tarifaire augmenterait
les revenus du pilotage dans le port de 10,0 % ou de 182 000 $ par
rapport aux revenus prévus de 2014 selon le tarif actuel. Cela sup­
pose, pour 2014, un total de 684 affectations dans le port, soit une
activité semblable à celle actuellement prévue pour 2013. Dans le
but de permettre au port d’atteindre le seuil de rentabilité, l’admi­
nistration augmente les droits forfaitaires, unitaires et minimaux de
10,0 %. Le budget du détroit de Canso est établi de sorte que ce
port génère environ 10 % des recettes globales de l’administration
en 2013.
Pour la zone de pilotage obligatoire du détroit de Canso, l’admi­
nistration a dû faire face à un ralentissement important du trafic,
attribuable à la réduction substantielle de l’activité des pétroliers
dans le port. Le détroit de Canso compte sur un entrepreneur
offrant un service de bateau-pilote rémunéré au déplacement, mais
l’administration a dû renégocier le contrat avec l’entrepreneur afin
d’augmenter le paiement garanti minimum en raison de la diminu­
tion de l’activité. L’entrepreneur a investi de manière importante
dans des bateaux-pilotes et avait besoin de cette certitude pour en
payer les coûts mensuels.
L’administration espérait que, d’ici la fin de 2013, de nouvelles
entreprises s’ajouteraient à la circonscription et compenseraient
une partie des activités perdues à Canso. Ce projet prévu a été
retardé, d’où la nécessité d’autres augmentations dans le port.
Cette augmentation, jointe à la réduction de l’effectif des pilotes,
devrait compenser les pertes prévues pour 2014.
Bras d’Or
Bras d’Or
The port in the district with the least activity is Bras d’Or. The
activity in the port has been very steady for a number of years, with
around 40 assignments per year. The authority is making a twostage increase for the port. The first increase will be effective on
the day on which it is registered and will increase pilotage revenue
in the port by 10.0% or $16,000 over the 2014 projected revenues
under the current tariff. The second stage will be a 5% increase, or
$8,000. This assumes 48 total assignments in the port for 2014 and
the same amount for 2015. With a goal of breaking even in Bras
d’Or in 2014 and providing a targeted rate of return in 2015, the
authority is increasing the basic, unit, and minimum charges by
10.0% in 2014 and 5.0% in 2015. The port is budgeted to provide
less than 1% of the authority’s revenue in each of these years.
Dans la circonscription, le port où l’activité est la plus faible est
celui de Bras d’Or. L’activité dans le port a été très stable depuis
plusieurs années, soit environ 40 affectations par année. L’admi­
nistration effectue une augmentation en deux étapes pour le port.
La première augmentation entrera en vigueur à la date de son enre­
gistrement et aura pour effet d’augmenter les revenus de pilotage
dans le port de 10,0 % ou de 16 000 $ par rapport aux recettes
prévues pour 2014 selon le tarif actuel. La deuxième étape consis­
tera en une augmentation de 5 %, ou de 8 000 $. Cela suppose, pour
2014, un total de 48 affectations dans le port et le même montant
pour 2015. Dans le but de permettre au port de Bras d’Or d’at­
teindre le seuil de rentabilité en 2014 et de fournir un taux de ren­
dement cible en 2015, l’administration augmente les droits forfai­
taires, unitaires et minimaux de 10,0 % en 2014 et de 5,0 % en
2015. Le budget du port est établi de sorte que ce dernier génère
moins de 1 % des recettes globales de l’administration pour cha­
cune de ces années.
Compte tenu de la diminution importante de l’activité au port de
Canso, le port de Bras d’Or a absorbé une grande part des coûts de
la circonscription. L’exploitation du bateau-pilote est également
partagée avec un autre port, et celui-ci est exploité de manière très
rentable. au moment de l’examen de l’état des résultats d’exploita­
tion du port, on a constaté que des augmentations étaient néces­
saires pour composer avec ces pressions dans la circonscription.
For the compulsory pilotage area of the Strait of Canso, the
authority has had a significant decline in traffic due to a significant
reduction in oil tanker activity in the port. The Strait of Canso has
a pilot boat service contractor paid on a per-trip basis, but the
authority had to renegotiate the contract with the contractor to pro­
vide a larger minimum guaranteed payment due to the decline in
activity. The contractor has made a large investment in pilot boats
and required the certainty in order to pay their monthly costs.
With Canso’s significant decline, Bras d’Or has absorbed a lar­
ger portion of the district’s costs. The pilot boat operation is also
shared with another port, and is operated in a very efficient manner.
In reviewing the operating statement for the port, it was apparent
that the increases were necessary to keep pace with these pressures
in the district.
Sydney
Sydney
For Sydney, the authority is making a two-stage increase for the
port. The first increase will be effective on the day on which it is
registered, and will increase pilotage revenue in the port by 10.0%
or $100,000 over the 2014 projected revenues under the current
tariff. The second stage will be a 5% increase, or $51,000. This
assumes 380 total assignments in the port for each of these two
Pour ce qui est de Sydney, l’administration effectue une aug­
mentation en deux étapes pour le port. La première augmentation
entrera en vigueur à la date de son enregistrement et aura pour effet
d’augmenter les revenus de pilotage dans le port de 10,0 % ou de
100 000 $ par rapport aux recettes prévues pour 2014 selon le tarif
actuel. La deuxième étape consistera en une augmentation de 5 %,
553
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
When these factors were considered, including the financial
losses absorbed by the authority in 2013 and the operating state­
ments for the port budgeted for future years, it was apparent that
the two-stage increase was necessary to return the port to financial
stability.
ou de 51 000 $. Cela suppose, pour chacune de ces deux années, un
total de 380 affectations dans le port, un nombre semblable aux
niveaux prévus pour 2013. L’administration augmentera les droits
forfaitaires, unitaires et minimaux de 10,0 % en 2014 et de 5,0 %
en 2015. On s’attend à ce que Sydney génère 4,5 % des revenus de
l’administration en 2014 et 4,6 % en 2015.
Le port de Sydney, qui se situe dans la circonscription du CapBreton, a dû faire face à des augmentations de coûts à la suite du
transfert des ressources de Canso. Les perspectives de croissance
au port de Sydney ont rendu prioritaire la stabilisation du nombre
de pilotes pour la circonscription et ont permis à l’administration
d’établir des plans en vue de l’augmentation des revenus associée
afin de compenser une grande partie de la baisse des revenus de
Canso. Ce projet a été reporté, ce qui entraîne une réduction du
nombre de pilotes et une augmentation du tarif.
au moment de l’examen de ces facteurs, notamment les pertes
financières absorbées par l’administration en 2013 et les rapports
d’exploitation pour le port prévus au budget des années futures, il
était évident que l’augmentation en deux étapes était nécessaire
pour rétablir la stabilité financière.
Eastern Newfoundland District
Circonscription de l’est de Terre-Neuve
The district of Eastern Newfoundland comprises three compul­
sory pilotage ports: St. John’s, Placentia Bay, and Holyrood. Like
the other districts, they utilize a pool of pilots, each of whom is
capable of providing service to any of the three ports. The individ­
ual ports take advantage of this structure as each of them can draw
on resources from the pool to cover peak periods. an individual
port that is not part of a district will have to carry more pilots to
cover for these periods and at an increased cost to industry. as
mentioned above, the pilots in a district are allocated to the individ­
ual ports based on the total time pilots spend working in each port.
La circonscription de l’est de Terre-Neuve est composée de trois
ports à pilotage obligatoire, St. John’s, baie Placentia et Holyrood.
Comme c’est le cas pour les autres circonscriptions, celle-ci a
recours à un bassin de pilotes, et chacun de ces derniers est en
mesure d’offrir des services à n’importe lequel des trois ports. Les
ports profitent de cette structure, puisque chacun peut puiser dans
le bassin de pilotes pour composer avec les périodes de pointe. un
port ne faisant pas partie d’une circonscription devrait maintenir en
poste un plus grand nombre de pilotes pour composer avec ces
périodes, et ce à un coût accru pour l’industrie. Comme indiqué
ci-dessus, les coûts totaux rattachés aux pilotes d’une circonscrip­
tion sont affectés à chacun des ports en fonction du temps total que
les pilotes consacrent à leur travail dans chaque port.
Il est très difficile d’offrir un service de qualité dans cette cir­
conscription en raison de la longueur du secteur de pilotage dans
un secteur comme la baie Placentia, de la différence dans le nombre
d’affectations d’un jour à l’autre, et des conditions météorolo­
giques du secteur. après l’analyse des niveaux de service avec les
clients et en réponse à leur souhait de réduire les interruptions, il a
été décidé que l’administration viserait l’augmentation du nombre
de pilotes de 11 à 14. Cette augmentation du personnel s’étendra
sur quelques années et débutera à la fin de 2013.
En 2012, l’ensemble de la circonscription a également accusé
une perte financière de 145 000 $. Les niveaux de trafic dans le
secteur peuvent fluctuer et ils avaient régressé de 6 % en 2012 par
rapport à 2011. Sans les augmentations, l’administration prévoit
une perte de 204 000 $ pour la circonscription en 2014 et une perte
de 434 000 $ en 2015 à mesure que le nombre de pilotes pour la
circonscription augmente. Les augmentations produiront un profit
estimatif de 2,1 % pour le secteur en 2014 et un profit de 3,8 %
en 2015. Ces taux de rendement demeurent sous les taux de rende­
ment visés à long terme pour le secteur où l’administration a
investi considérablement dans de nouveaux bâtiments et traîne
encore la dette de leur construction.
years, a number similar to the projected 2013 levels. The authority
will be increasing the basic, unit, and minimum charges by 10.0%
in 2014 and 5.0% in 2015. Sydney is expected to provide 4.5% of
the authority’s revenue in 2014 and 4.6% in 2015.
The port of Sydney had increased costs as part of the Cape Bre­
ton district as resources were shifted from Canso. It was the growth
prospects in Sydney that made keeping pilot numbers stable for the
district a priority and allowed for the authority to plan for the
related increased revenue to offset a large portion of the decline in
revenue from Canso. This project has now been delayed, subse­
quently leading to the reduction in pilots and the increase in tariff.
Providing a quality service in this district is very challenging due
to the length of the pilotage area in an area like Placentia Bay, the
variance in the number of assignments from one day to the next,
and the weather issues that can be faced in the area. When analyz­
ing the service levels with the customers, and in response to their
desire for a reduction in interruptions, it was decided that the
authority will target an increase in pilot numbers from 11 to 14.
This increased staffing will take place over a few years, beginning
late in 2013.
The district as a whole also had a financial loss in 2012 of
$145,000. The traffic levels in the area can fluctuate and were
down 6% in 2012 from 2011. Without the increases, the authority
anticipates a loss of $204,000 for the district in 2014 and a $434,000
loss in 2015 as the number of pilots for the district grows. The
increases will provide an estimated 2.1% profit for the area in 2014
and a 3.8% profit in 2015. These rates of return remain below the
authority’s long-term targeted rates of return for the area where
the authority has invested significantly in new vessels and still car­
ries debt for their construction.
St. John’s
St. John’s
For St. John’s, the tariff amendment is for a two-stage increase.
The first increase will be effective on the day on which it is regis­
tered, and will increase pilotage revenue in the port by 10.0% or
Pour ce qui est de St. John’s, la modification tarifaire concerne
une augmentation en deux étapes. La première augmentation
entrera en vigueur à la date de son enregistrement et aura pour effet
554
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
$107,000 over the 2014 projected revenues under the current tariff.
The second stage will also be a 10.0% increase, or $114,000. This
assumes 650 total assignments in the port for each of 2014 and
2015. This two-staged increase is expected to return the port to a
break-even position by the end of 2015, while covering its allo­
cated portion of the increased pilot strength. The basic, unit, and
minimum charges will be increased by 10.0% in 2014 and 10.0%
in 2015. The port is budgeted to provide 5.5% of the authority’s
revenue in 2014 and 5.75% in 2015.
The traffic levels in St. John’s have large fluctuations, as traffic
may spike for short periods and then subside. Business can come to
the port on short-term contracts, while regular callers tend to apply
for pilotage certificates. The authority has to be able to provide
service during these peak periods, while minimizing financial
losses during the down periods. The two-stage increase is intended
to cover the additional costs of improved service and allow the
authority to offset projected losses during down years.
sOr/dOrs/2014-27
d’augmenter les revenus de pilotage dans le port de 10,0 % ou de
107 000 $ par rapport aux recettes prévues pour 2014 selon le tarif
actuel. La deuxième étape consistera en une augmentation de
10,0 %, ou de 114 000 $. Cela suppose un total de 650 affectations
dans le port en 2014 ainsi qu’en 2015. Cette augmentation en deux
étapes devrait ramener le port à un seuil de rentabilité d’ici la fin de
2015, tout en couvrant sa part allouée de l’augmentation de l’effec­
tif de pilotes. Les droits forfaitaires, unitaires et minimaux seront
augmentés de 10,0 % en 2014 et de 10,0 % en 2015. Le budget du
port est établi de sorte que ce dernier génère 5,5 % des recettes
globales de l’administration en 2014 et 5,75 % en 2015.
Les niveaux de trafic à St. John’s subissent d’importantes varia­
tions, puisque le trafic peut faire un pic pour de courtes périodes,
puis diminuer. Les entreprises peuvent venir au port pour des
contrats à court terme, tandis que les utilisateurs réguliers ont tendance à présenter des demandes de certificat de pilotage. L’admi­
nistration doit être en mesure de fournir le service pendant ces
périodes de pointe tout en minimisant les pertes financières pen­
dant les périodes creuses. L’augmentation en deux étapes vise à
couvrir les coûts additionnels des services améliorés et à permettre
à l’administration de compenser les pertes prévues pendant les
années creuses.
Placentia Bay
Baie Placentia
Placentia Bay is the port in the district with the most activity.
The authority has been asked to address service concerns in the
area and has responded with a plan to increase pilot numbers in the
district. To cover for this increase in resources, the authority is
making a two-stage increase for Placentia Bay. The first increase
will be effective on the day on which it is registered, and will
increase pilotage revenue in the port by 5.0% or $234,000 over the
2014 projected revenues under the current tariff. The second stage
will also be a 5.0% increase, or $241,000. This assumes 946 total
assignments in the port for 2014 with a decline to 932 assignments
for 2015. With a goal of earning an operating profit in the port to
cover outstanding capital loans for pilot boats, the authority is
increasing the basic, unit, and minimum charges by 5.0% in each
of the two years. The port is budgeted to provide 25.4% of the
authority’s revenue in 2014 and 25.5% in 2015.
Dans la circonscription, le port où l’activité est la plus élevée est
celui de la baie Placentia. On a demandé à l’administration de
régler les questions relatives au service dans le secteur et elle a
répondu par un plan visant à augmenter le nombre de pilotes dans
la circonscription. afin de couvrir cette augmentation des ressources, l’administration apporte une augmentation à deux étapes
pour la baie Placentia. La première augmentation entrera en
vigueur à la date de son enregistrement et aura pour effet d’aug­
menter les revenus de pilotage dans le port de 5,0 % ou de 234 000 $
par rapport aux recettes prévues pour 2014 selon le tarif actuel. La
deuxième étape consistera aussi en une augmentation de 5,0 %, ou
de 241 000 $. Cela suppose, pour 2014, un total de 946 affectations
dans le port et une baisse à 932 affectations pour 2015. Dans le but
d’obtenir un profit d’exploitation dans le port afin de couvrir des
prêts en capital en souffrance pour des bateaux-pilotes, l’adminis­
tration augmente les droits forfaitaires, unitaires et minimaux du
taux de 5,0 % à chacune des deux années. Le budget du port est
établi de sorte que ce dernier génère 25,4 % des recettes globales
de l’administration en 2014 et 25,5 % en 2015.
En raison du nombre d’affectations et de la longueur du secteur
de pilotage, la baie Placentia absorbe la plus grande part des coûts
de pilotage partagés, près de 80 %. À la suite de l’ajout de quatre
autres pilotes, contrebalancé par un départ à la retraite, la nécessité
d’augmenter le tarif pour couvrir la demande de service accrue
devient évidente. au moment de l’examen de l’état des résultats
d’exploitation du port, avec l’augmentation des niveaux de dota­
tion, on a constaté que l’augmentation en deux étapes de 5,0 % par
année est nécessaire.
Due to the number of the assignments and the length of the pilot­
age area, Placentia Bay absorbs the largest proportion of the shared
pilot costs, close to 80%. With four pilots added, offset by one
retirement, the need for tariff increases to cover the increased ser­
vice is evident. In reviewing the operating statement for the port,
with the increased staffing levels, it was apparent that the two-stage
increase of 5.0% per year is necessary.
Holyrood
Holyrood
The port in the district with the least activity is Holyrood.
In recent years, the activity in the port has ranged from a high of
37 assignments to a low of 23 assignments in 2013. Due to the
increase in pilots for the district, the authority is introducing a twostage increase for the port. The first increase will be effective on the
day on which it is registered, and will increase pilotage revenue in
the port by 10.0% or $5,000 over the 2014 projected revenues under
the current tariff. The second stage will also be a 10.0% increase,
Dans la circonscription, le port où l’activité est la plus faible est
celui de Holyrood. au cours des dernières années, l’activité du port
a varié entre 37 affectations et 23 affectations en 2013. En raison de
l’augmentation du nombre de pilotes pour la circonscription, l’ad­
ministration effectue une augmentation en deux étapes pour le port.
La première augmentation entrera en vigueur à la date de son enre­
gistrement et aura pour effet d’augmenter les revenus de pilotage
dans le port de 10,0 % ou de 5 000 $ par rapport aux
555
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
or $5,000. This assumes 21 total assignments in the port for each of
2014 and 2015. With a goal of breaking even in Holyrood in 2015,
the authority is increasing the basic, unit, and minimum charges
by 10.0% in 2014 and 10.0% in 2015. The port is budgeted to pro­
vide less than 1% of the authority’s revenue in each of these years.
recettes prévues pour 2014 selon le tarif actuel. La deuxième étape
consistera aussi en une augmentation de 10,0 %, ou de 5 000 $.
Cela suppose un total de 21 affectations dans le port en 2014 ainsi
qu’en 2015. Dans le but de permettre au port de Holyrood d’at­
teindre le seuil de rentabilité en 2015, l’administration augmente
les droits forfaitaires, unitaires et minimaux du taux de 10,0 % en
2014 et de 10,0 % en 2015. Le budget du port est établi de sorte que
ce dernier génère moins de 1 % des recettes globales de l’adminis­
tration pour chacune de ces années.
Saint John
Saint John
The amendment will increase pilotage revenue in Saint John by
3.0% or $110,000 over the 2014 projected revenues under the cur­
rent tariff. This assumes 1 639 total assignments in the port for
2014, a slight increase from the activity projected for 2013. To
achieve the required tariff, the basic, unit, and minimum charges
will increase by 3.0%.
La modification aura pour effet d’augmenter les recettes de pilo­
tage de Saint John de 3,0 %, ou de 110 000 $, par rapport aux
recettes de 2014 prévues en fonction du tarif actuel. Cela suppose,
pour 2014, un total de 1 639 affectations dans le port, ce qui repré­
sente une légère hausse de l’activité par rapport aux prévisions de
2013. Pour mettre en œuvre le tarif voulu, on augmentera les droits
forfaitaires, unitaires et minimaux de 3,0 %.
au cours des dernières années, un nouveau bâtiment a été ajouté
au port, ainsi qu’un équipage. Ces investissements ont été réalisés
pour améliorer les niveaux de service pour le port et accroître la
sécurité pour les employés de l’administration. Il était entendu que
le port subirait un important changement de sa structure de coûts,
par suite de l’ajout du nouveau bateau-pilote et d’un quatrième
équipage pour l’année entière. C’est pourquoi l’administration n’a
pas ciblé une augmentation annuelle l’an dernier pour combler
l’ensemble du manque à gagner et pour assurer un rendement
convenable. L’augmentation précédente a ramené le port à un seuil
de rentabilité en 2013 puisque le trafic a connu une remontée.
L’administration a élaboré un budget d’exploitation pour 2014 en
se servant de ce niveau de trafic accru.
Sans l’augmentation de 3,0 %, l’administration prévoit une
perte de 77 000 $ pour le port en 2014. Les augmentations produi­
ront un profit estimatif de moins de 1 % pour 2014. Encore une
fois, ce taux de rendement demeure sous les taux de rendement
visés à long terme de l’administration pour ce secteur où l’admi­
nistration a investi considérablement dans un nouveau bâtiment et
traîne encore la dette de sa construction.
In recent years, a new vessel was added for the port and a crew
was added. These investments were made to improve service levels
for the port and increase safety for the authority’s employees. It
was understood that the port would have a significant change to its
cost structure with the addition of the new pilot boat and a fourth
crew for the entire year. Because of this, the authority did not tar­
get a single-year increase last year to recover the entire shortfall
and provide a suitable return. The previous increase returned the
port to a break-even position in 2013, as traffic has rebounded. The
authority has developed an operating budget for 2014 using this
increased traffic level.
Without the 3.0% increase, the authority anticipates a loss of
$77,000 for the port in 2014. The increase will provide an esti­
mated profit of less than 1% in 2014. again, this rate of return is
below the authority’s long-term targeted rates of return for this
area where the authority has invested significantly in a new vessel
and carries debt for its construction.
Halifax
Halifax
For Halifax, the amendment will increase pilotage revenue in the
port by 2.75% or $136,000 over the 2014 projected revenues under
the current tariff. This assumes 2 705 total assignments in the port
for 2014, a 2% decrease in activity from the 2013 projections. To
achieve the increase, the basic charge, unit charge, and minimum
charge are each being increased by 2.75%. Halifax is budgeted to
provide about 25.8% of the authority’s overall revenue in 2014.
Dans le cas de Halifax, la modification aura pour effet d’aug­
menter les recettes de pilotage du port de 2,75 %, ou de 136 000 $
par rapport aux recettes prévues pour 2014 selon le tarif actuel.
Cela suppose, pour 2014, un total de 2 705 affectations dans le
port, ce qui représente une baisse de 2 % de l’activité par rapport
aux prévisions de 2013. Pour réaliser la hausse, les droits forfai­
taires, les droits unitaires et les droits minimaux sont augmentés
chacun de 2,75 %. Halifax devrait produire environ 25,8 % des
revenus généraux de l’administration en 2014.
Les augmentations tarifaires des années précédentes visaient à
couvrir les coûts rattachés au nouveau bâtiment, pourvu que l’acti­
vité dans le port demeure à près de 3 000 affectations par année. On
a expliqué que si l’activité diminuait dans le port, on aurait peut­
être à rajuster ces taux à nouveau afin de pouvoir assumer les coûts
annuels. Le trafic est estimé à environ 2 705 affectations
aujourd’hui. Comme la plupart des coûts relatifs au nouveau bâti­
ment sont fixes, cet ajustement vise à compenser une partie de
l’incidence des affectations perdues.
Le port de Halifax doit aussi faire face à certains défis en rapport
avec l’effectif et les retraites possibles. L’administration consulte
l’industrie dans le port pour déterminer quand ajouter des pilotes
Tariff increases in previous years were intended to cover the new
vessel carrying costs, assuming activity in the port remained near
3 000 assignments annually. It was explained that if activity
were to decrease in the port, these rates may have to be adjusted
further to cover the annual costs. Traffic is now estimated to be
2 705 assignments. as most of the costs related to the new vessel
are fixed, this adjustment is intended to offset a portion of the effect
of the lost assignments.
The port of Halifax also has challenges regarding the workforce
and possible retirements. The authority is consulting with industry
in the port to determine when to add pilots in anticipation of this
556
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
reality while considering future traffic levels. Based on these dis­
cussions, an experienced pilot has been transferred from Cape Bre­
ton to Halifax. The authority has developed an operating budget
for 2014 with this reduced traffic level assumed to continue.
Without the 2.75% increase, the authority anticipates a loss of
$126,000 for the port in 2014. The increase will provide an esti­
mated profit of less than 1% in 2014. again, this rate of return is
below the authority’s long-term targeted rates of return for the area
where the authority has invested significantly in a new vessel and
carries debt for its construction.
sOr/dOrs/2014-27
en prévision de cette réalité tout en tenant compte des futurs
niveaux de trafic. À la lumière de ces discussions, un pilote d’expé­
rience a été transféré de Cap-Breton à Halifax. L’administration a
élaboré un budget d’exploitation pour 2014 en supposant que ce
niveau de trafic continuera de diminuer.
Sans l’augmentation de 2,75 %, l’administration prévoit une
perte de 126 000 $ pour le port en 2014. Les augmentations produi­
ront un profit estimatif de moins de 1 % pour 2014. Encore une
fois, ce taux de rendement demeure sous les taux de rendement
visés à long terme pour le secteur, où l’administration a investi
considérablement dans un nouveau bâtiment et traîne encore la
dette de sa construction.
Central/Western Newfoundland District
Circonscription du centre et de l’ouest de Terre-Neuve
Similar to the other districts, Central/Western Newfoundland
District encompasses three ports, Humber arm, Bay of Exploits,
and Stephenville, which share pilot resources. This district has had
a dramatic decrease in assignments due to the decline of the paper
industry over the years. The compulsory pilotage ports in this dis­
trict are served by a complement of three pilots, reduced from four
in previous years. Due to the large geographic area covered by the
pilots (more than 400 km from one extremity to the other), it is
impossible to reduce the number of pilots below the current level.
One pilot in the district has given notice of pending retirement at
the end of 2014. an apprentice pilot will be added at the beginning
of 2014 to prepare for this. The workforce for the district will be
increased temporarily from three to four for the year, but will fall
back to three when the pilot retires.
Tout comme d’autres circonscriptions, celle du centre et de
l’ouest de Terre-Neuve comprend trois ports, c’est-à-dire ceux de
Humber arm, de la baie des Exploits et de Stephenville, qui se
partagent les ressources en pilotes. Cette circonscription a connu
une diminution spectaculaire du nombre d’affectations, en raison
du ralentissement de l’industrie papetière au fil des ans. Les ports
assujettis au pilotage obligatoire de cette circonscription sont des­
servis par un effectif de trois pilotes, qui étaient au nombre de
quatre au cours des dernières années. En raison de la vaste zone
géographique couverte par les pilotes (plus de 400 km d’une extré­
mité à l’autre), il est impossible de réduire encore le nombre de
pilotes. un pilote de la circonscription a présenté un avis de départ
à la retraite à la fin de 2014. un apprenti pilote sera ajouté à l’effec­
tif au début de 2014 afin de composer avec cette situation. L’effec­
tif de la circonscription sera augmenté temporairement de trois à
quatre pour l’année, mais reviendra à trois lorsque le pilote prendra
sa retraite.
après avoir consulté des représentants de l’industrie, il a été
déterminé que l’administration appliquera un droit supplémen­
taire d’un an pour couvrir le coût temporaire de cette période de
formation. Le droit sera en vigueur à la date de son enregistrement
au 31 décembre 2014. Le droit supplémentaire sera appliqué à cha­
cun des trois ports de la circonscription, Humber arm, baie des
Exploits et Stephenville. On s’attend à ce que le centre et la côte
occidentale de Terre-Neuve génèrent 4 % des recettes totales de
l’administration en 2014.
Sans l’augmentation, l’administration prévoit une perte de
142 000 $ pour la circonscription en 2014. Le droit supplémentaire
réduira cette perte à 67 000 $, et le tarif pour le secteur devra être
réévalué pour 2015 quand davantage de renseignements seront dis­
ponibles concernant l’avenir des niveaux de trafic.
after consulting with industry representatives, it was determined
that the authority will apply a one-year surcharge to cover the tem­
porary cost of this training period. The charge will be in effect from
the day on which they are registered, to December 31, 2014. The
surcharge will be applied to each of the three ports in the district,
Humber arm, Bay of Exploits, and Stephenville. The central and
western coast of Newfoundland is planned to contribute 4% of the
total revenue for the authority in 2014.
Without the increase, the authority anticipates a loss of $142,000
for the district in 2014. The surcharge will reduce this loss to
$67,000, and the tariff for the area will have to be re-evaluated for
2015 when more is known regarding future traffic levels.
Humber arm
Humber arm
For Humber arm, the change will increase pilotage revenue in
the port by 10.0% or $47,000 over the 2014 projected revenues at
the current tariff rates. This increase will only be for the year where
an extra pilot is being trained in the district. This assumes 190 total
assignments in the port for 2014, a small increase in activity from
what is projected for 2013. The authority will be applying the 10%
surcharge to the basic, unit, and minimum charges for 2014.
Dans le cas de Humber arm, la modification aura pour effet
d’augmenter les recettes de pilotage du port de 10,0 %, ou de
47 000 $ par rapport aux recettes prévues pour 2014, aux taux tari­
faires actuels. Cette augmentation ne s’appliquera que pour l’année
où un pilote supplémentaire est formé dans la circonscription. Cela
suppose, pour 2014, un total de 190 affectations dans le port, une
faible augmentation de l’activité par rapport à ce qui était prévu
pour 2013. L’administration imposera le droit supplémentaire de
10 % aux droits forfaitaires, unitaires et minimaux pour 2014.
Bay of Exploits
Baie des Exploits
The amendments for the Bay of Exploits will increase pilotage
revenue in the port by 10.0% or $26,000 over the 2014 projected
revenues at current tariff rates. again, this increase will only be for
the year where an extra pilot is being trained in the district. This
Les modifications visant la baie des Exploits auront pour effet
d’augmenter les recettes de pilotage du port de 10,0 % ou de
26 000 $, par rapport aux recettes prévues pour 2014, aux
taux tarifaires actuels. Encore une fois, cette augmentation ne
557
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
assumes 120 total assignments in the port for 2014, a similar
amount of activity projected for 2013. The authority will be apply­
ing the 10% surcharge to the basic, unit, and minimum charges for
2014.
s’appliquera que pour l’année où un pilote supplémentaire est
formé dans la circonscription. Cela suppose, pour 2014, un total de
120 affectations dans le port, un nombre semblable aux niveaux
prévus pour 2013. L’administration imposera le droit supplémen­
taire de 10 % aux droits forfaitaires, unitaires et minimaux pour
2014.
Stephenville
Stephenville
The tariff amendments for Stephenville will increase pilotage
revenue in the port by 10.0% or $1,000 over the 2014 projected
revenues at current tariff rates. again, this increase will only be for
the year where an extra pilot is being trained in the district. This
assumes six total assignments in the port for 2014, a similar amount
of activity projected for 2013. The authority will be applying the
10% surcharge to the basic, unit, and minimum charges for 2014.
Les modifications visant Stephenville auront pour effet d’aug­
menter les recettes de pilotage du port de 10,0 % ou de 1 000 $, par
rapport aux recettes prévues pour 2014, aux taux tarifaires actuels.
Encore une fois, cette augmentation ne s’appliquera que pour l’an­
née où un pilote supplémentaire est formé dans la circonscription.
Cela suppose, pour 2014, un total de six affectations dans le port,
un nombre semblable aux niveaux prévus pour 2013. L’adminis­
tration imposera le droit supplémentaire de 10 % aux droits forfai­
taires, unitaires et minimaux pour 2014.
Summary
Résumé
The following tables indicate the current charges and the amend­
ments in the compulsory tariffs:
Les tableaux qui suivent indiquent les droits actuellement en
vigueur et les modifications apportées aux tarifs de pilotage
obligatoire :
Major ports
Basic
Charge
Halifax, N.S.
Strait of Canso, N.S.
Placentia Bay, N.L.
Saint John, N.B.
unit
Charge
Minimum
Cancellation
Estimated Fuel
Charge
Charge
Charge*
2013
$617
$2.41
$1,371
$617
$136
2014
$634
$2.48
$1,409
$634
$136
* The 2014 fuel charge is based on the latest 2013 average fuel price of $1.044 and 130 L per trip.
** Based on a ship of 456.67 units for Halifax.
2013
$866
$3.20
$1,187
$866
$308
2014
$953
$3.52
$1,306
$900
$308
* The 2014 fuel charge is based on the latest 2013 average fuel price of $1.062 and 290 L per trip.
** Based on a ship of 612.09 units for the Strait of Canso.
2013
$2,000
$4.67
$2,650
$900
$626
2014
$2,100
$4.90
$2,783
$900
$626
2015
$2,205
$5.15
$2,922
$900
$626
* The 2014 and 2015 fuel charge is based on the latest 2013 average fuel price of $1.043 and 600 L per trip.
** Based on a ship of 758.25 units for Placentia Bay.
2013
$748
$3.36
$1,336
$748
$92
2014
$770
$3.46
$1,376
$770
$92
* The 2014 fuel charge is based on the latest 2013 average fuel price of $1.227 and 75 L per trip.
** Based on a ship of 439.65 units for Saint John.
Cost for an
average Ship**
$1,854
$1,903
$3,133
$3,415
$6,167
$6,444
$6,735
$2,317
$2,383
Principaux ports
Halifax (N.-É.)
Détroit de Canso (N.-É.)
Baie Placentia (T.-N.-L.)
558
Droit
Droit
Droit
Droit
Frais estimatifs de
Coût pour un
forfaitaire
unitaire
minimal
d’annulation
carburant*
navire moyen**
2013
617 $
2,41 $
1 371 $
617 $
136 $
1 854 $
2014
634 $
2,48 $
1 409 $
634 $
136 $
1 903 $
* Les frais de carburant de 2014 sont fondés sur le prix moyen du carburant en 2013, soit 1,044 $ et sur 130 L par trajet.
** Basé sur un navire de 456,67 unités à Halifax.
2013
866 $
3,20 $
1 187 $
866 $
308 $
3 133 $
2014
953 $
3,52 $
1 306 $
900 $
308 $
3 415 $
* Les frais de carburant de 2014 sont fondés sur le prix moyen du carburant en 2013, soit 1,062 $ et sur 290 L par trajet.
** Basé sur un navire de 612,09 unités dans le détroit de Canso.
2013
2 000 $
4,67 $
2 650 $
900 $
626 $
6 167 $
2014
2 100 $
4,90 $
2 783 $
900 $
626 $
6 444 $
2015
2 205 $
5,15 $
2 922 $
900 $
626 $
6 735 $
* Les frais de carburant de 2014 et 2015 sont fondés sur le prix moyen du carburant en 2013, soit 1,043 $ et sur 600 L par trajet.
** Basé sur un navire de 758,25 unités à la baie Placentia.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
Principaux ports (suite)
Saint John (N.-B.)
Droit
Droit
Droit
Droit
Frais estimatifs de
forfaitaire
unitaire
minimal
d’annulation
carburant*
2013
748 $
3,36 $
1 336 $
748 $
92 $
2014
770 $
3,46 $
1 376 $
770 $
92 $
* Les frais de carburant de 2014 sont fondés sur le prix moyen du carburant en 2013, soit 1,227 $ et sur 75 L par trajet.
** Basé sur un navire de 439,65 unités à Saint John.
Coût pour un
navire moyen**
2 317 $
2 383 $
Other ports
Basic
Charge
unit
Charge
Sydney, N.S.
2013
$927
2014
$1,020
2015
$1,071
* Based on a ship of 300.93 units for Sydney.
Bras d’Or, N.S.
2013
$1,481
2014
$1,629
2015
$1,711
* Based on a ship of 276.00 units for Bras d’Or.
St. John’s, N.L.
2013
$528
2014
$581
2015
$639
* Based on a ship of 109.27 units for St. John’s.
Holyrood, N.L.
2013
$528
2014
$581
2015
$639
* Based on a ship of 333.13 units for Holyrood.
Bay of Exploits, N.L.**
2013
$953
2014
$1,048
* Based on a ship of 153.34 units for Bay of Exploits.
Humber arm, N.L.**
2013
$668
2014
$735
* Based on a ship of 191.64 units for Humber arm.
Stephenville, N.L.**
2013
$925
2014
$1,018
* Based on a ship of 182.61 units for Stephenville.
** One-year surcharge expiring on December 31, 2014.
$5.53
$6.08
$6.39
Minimum
Charge
$1,902
$2,092
$2,197
$9.20
$10.12
$10.63
Cancellation
Charge
$900
$900
$900
Cost for an
average Ship*
$2,591
$2,850
$2,993
$2,079
$2,287
$2,401
$900
$900
$900
$4,020
$4,422
$4,643
$5.19
$5.71
$6.28
$1,638
$1,802
$1,982
$900
$900
$900
$1,638
$1,802
$1,982
$5.19
$5.71
$6.28
$1,638
$1,802
$1,982
$900
$900
$900
$2,257
$2,483
$2,731
$10.03
$11.03
$1,955
$2,151
$900
$900
$2,491
$2,740
$9.06
$9.97
$1,730
$1,903
$668
$735
$2,404
$2,645
$9.74
$10.71
$1,898
$2,088
$900
$900
$2,704
$2,974
5,53 $
6,08 $
6,39 $
Droit
minimal
1 902 $
2 092 $
2 197 $
9,20 $
10,12 $
10,63 $
2 079 $
2 287 $
2 401 $
900 $
900 $
900 $
4 020 $
4 422 $
4 643 $
5,19 $
5,71 $
6,28 $
1 638 $
1 802 $
1 982 $
900 $
900 $
900 $
1 638 $
1 802 $
1 982 $
5,19 $
5,71 $
6,28 $
1 638 $
1 802 $
1 982 $
900 $
900 $
900 $
2 257 $
2 483 $
2 731 $
autres ports
Droit
forfaitaire
Sydney (N.-É.)
Bras d’Or (N.-É.)
St. John’s (T.-N.-L.)
Holyrood (T.-N.-L.)
2013
927 $
2014
1 020 $
2015
1 071 $
* Basé sur un navire de 300,93 unités à Sydney.
2013
1 481 $
2014
1 629 $
2015
1 711 $
* Basé sur un navire de 276,00 unités à Bras d’Or.
2013
528 $
2014
581 $
2015
639 $
* Basé sur un navire de 109,27 unités à St. John’s.
2013
528 $
2014
581 $
2015
639 $
* Basé sur un navire de 333,13 unités à Holyrood.
Droit
unitaire
Droit
Coût pour un bâtiment
d’annulation
moyen*
900 $
2 591 $
900 $
2 850 $
900 $
2 993 $
559
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-27
autres ports (suite)
Droit
forfaitaire
Baie des Exploits
(T.-N.-L.)**
Droit
unitaire
2013
953 $
2014
1 048 $
* Basé sur un navire de 153,34 unités à la baie des Exploits.
Baie Humber arm
2013
668 $
(T.-N.-L.)**
2014
735 $
* Basé sur un navire de 191,64 unités à la baie Humber arm.
Stephenville (T.-N.-L.)** 2013
925 $
2014
1 018 $
* Basé sur un navire de 182,61 unités à Stephenville.
** Droit supplémentaire d’un an venant à échéance le 31 décembre 2014.
10,03 $
11,03 $
Droit
minimal
1 955 $
2 151 $
Droit
Coût pour un bâtiment
d’annulation
moyen*
900 $
2 491 $
900 $
2 740 $
9,06 $
9,97 $
1 730 $
1 903 $
668 $
735 $
2 404 $
2 645 $
9,74 $
10,71 $
1 898 $
2 088 $
900 $
900 $
2 704 $
2 974 $
implementation, enforcement and service standards
mise en œuvre, application et normes de service
Section 45 of the Pilotage Act provides an enforcement mechan­
ism for these Regulations in that a Pilotage authority can inform a
customs officer at any port in Canada to withhold clearance from
any ship for which pilotage charges are outstanding and unpaid.
Section 48 of the Pilotage Act stipulates that every person who fails
to comply with the act or regulations is guilty of an offence and
liable on summary conviction to a fine not exceeding $5,000.
L’article 45 de la Loi sur le pilotage prévoit un mécanisme pour
l’application de ce règlement. En effet, l’administration peut avi­
ser un agent des douanes de service dans un port canadien de ne
pas donner congé à un navire lorsque des droits de pilotage exi­
gibles sont impayés. L’article 48 de la Loi sur le pilotage prévoit
que quiconque contrevient à la Loi ou aux règlements connexes
commet une infraction et est passible d’une amende maximale de
5 000 $ par procédure sommaire.
contact
Personne-ressource
Captain R. a. McGuinness
Chief Executive Officer
atlantic Pilotage authority
Cogswell Tower, Suite 910
2000 Barrington Street
Halifax, Nova Scotia
B3J 3k1
Telephone: 902-426-2550
Fax: 902-426-4004
Capitaine R.a. McGuinness
Premier dirigeant
administration de pilotage de l’atlantique
Tour Cogswell, pièce 910
2000, rue Barrington
Halifax (Nouvelle-Écosse)
B3J 3k1
Téléphone : 902-426-2550
Télécopieur : 902-426-4004
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
560
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
February 7, 2014
Enregistrement
DORS/2014-28
sOr/dOrs/2014-28
Le 7 février 2014
FEDERaL-PROVINCIaL FISCaL aRRaNGEMENTS aCT
LOI SuR LES aRRaNGEMENTS FISCaux ENTRE LE
GOuVERNEMENT FÉDÉRaL ET LES PROVINCES
Order amending schedule i to the
Federal-Provincial Fiscal arrangements act
décret modifiant l’annexe i de la loi sur les
arrangements fiscaux entre le gouvernement
fédéral et les provinces
P.C. 2014-110
C.P. 2014-110
February 6, 2014
Le 6 février 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of Transport, pursuant to para­
graphs 31(2.2)(a)1a and (b)a of the Federal-Provincial Fiscal
Arrangements Act2b, makes the annexed Order Amending Sched­
ule I to the Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act.
Sur recommandation de la ministre des Transports et en vertu
des alinéas 31(2.2)a)1a et b)a de la Loi sur les arrangements fiscaux
entre le gouvernement fédéral et les provinces2b, Son Excellence le
Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’an­
nexe I de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouverne­
ment fédéral et les provinces, ci-après.
Order amending schedule i tO the
Federal-PrOvincial Fiscal
arrangements act
décret mOdiFiant l’anneXe i de la lOi sur
les arrangements FiscauX entre le
gOuvernement Fédéral et les PrOvinces
amendments
mOdiFicatiOns
1. schedule i to the Federal-Provincial Fiscal Arrangements
Act31 is amended by deleting the following:
Fraser River Port authority
Administration portuaire du fleuve Fraser
North Fraser Port authority
Administration portuaire du North-Fraser
Vancouver Port authority
Administration portuaire de Vancouver
2. schedule i to the act is amended by adding the following
in alphabetical order:
Oshawa Port authority
Administration portuaire d’Oshawa
Vancouver Fraser Port authority
Administration portuaire de Vancouver Fraser
1. l’annexe i de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le
gouvernement fédéral et les provinces31 est modifiée par suppres­
sion de ce qui suit :
administration portuaire de Vancouver
Vancouver Port Authority
administration portuaire du fleuve Fraser
Fraser River Port Authority
administration portuaire du North-Fraser
North Fraser Port Authority
2. l’annexe i de la même loi est modifiée par adjonction,
selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
administration portuaire d’Oshawa
Oshawa Port Authority
administration portuaire de Vancouver Fraser
Vancouver Fraser Port Authority
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
3. this Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
issues
enjeux
The Oshawa Port authority and the Vancouver Fraser Port
authority are currently not listed in Schedule I of the FederalProvincial Fiscal Arrangements Act. They should be added to the
À l’heure actuelle, l’administration portuaire d’Oshawa et l’ad­
ministration portuaire de Vancouver Fraser ne figurent pas à
l’annexe I de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le
a
a
b
1
S.C. 1998, c. 10, s. 168
R.S., c. F-8; S.C. 1995, c. 17, s. 45(1)
R.S., c. F-8; S.C. 1995, c. 17, s. 45(1)
b
1
L.C. 1998, ch. 10, art. 168
L.R., ch. F-8; L.C. 1995, ch. 17, par. 45(1)
L.R., ch. F-8; L.C. 1995, ch. 17, par. 45(1)
561
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Schedule for the purpose of clarifying their obligations related to
the payment of provincial sales tax and/or other provincial taxes
and fees.
as well, the Canada Port authorities that were amalgamated to
become the Vancouver Fraser Port authority (the Fraser River Port
authority, the North Fraser Port authority, and the Vancouver Port
authority) are currently listed in Schedule I of the FederalProvincial Fiscal Arrangements Act. These entities no longer exist
and should be removed from the Schedule.
sOr/dOrs/2014-28
gouvernement fédéral et les provinces. Elles devraient être ajoutées
à l’annexe afin de préciser leurs obligations liées au paiement des
taxes de vente provinciales et/ou d’autres taxes et droits
provinciaux.
De plus, les administrations portuaires canadiennes qui ont été
fusionnées pour former l’administration portuaire de Vancouver
Fraser, notamment l’administration portuaire du fleuve Fraser,
l’administration portuaire du North-Fraser et l’administration
portuaire de Vancouver, figurent actuellement à l’annexe I de la Loi
sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les
provinces. Toutefois, ces entités n’existent plus et devraient être
retranchées de l’annexe.
background
contexte
Reciprocal taxation between the federal government and provin­
cial governments is governed, on the federal side, by the terms of
the Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act. The FederalProvincial Fiscal Arrangements Act provides, among other things,
that the entities listed in Schedule I of the act (which include Can­
ada Port authorities) have to pay certain provincial taxes and fees
defined in the legislation.
The Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act also provides
that the federal government may enter into reciprocal taxation
agreements. under these agreements, the federal government and
its agents (such as Canada Port authorities who act as agents of the
federal Crown for some purposes) agree to pay certain provincial
sales taxes and/or other provincial taxes and fees that would not
otherwise be payable because the federal government is constitu­
tionally immune from provincial taxation. Similarly, under recipro­
cal taxation agreements, provincial governments and their agents
agree to pay certain federal sales taxes and/or other federal taxes
and fees. The agreements also specify the taxes and fees to be paid
by both parties.
La réciprocité fiscale entre le gouvernement fédéral et les gou­
vernements provinciaux est régie, du côté du gouvernement fédé­
ral, par les modalités de la Loi sur les arrangements fiscaux entre
le gouvernement fédéral et les provinces. Cette loi prévoit, notam­
ment, que les entités énumérées à son annexe I (qui comprennent
les administrations portuaires canadiennes) doivent payer certaines
taxes et certains droits provinciaux définis dans la Loi.
La Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédé­
ral et les provinces prévoit également que le gouvernement fédéral
peut conclure des accords de réciprocité fiscale. aux termes de ces
accords, le gouvernement fédéral et ses mandataires (comme les
administrations portuaires qui agissent en tant que mandataires de
la Couronne fédérale à certaines fins) conviennent de payer cer­
taines taxes de vente provinciales et/ou d’autres taxes et droits pro­
vinciaux qui ne seraient pas autrement payables en raison du fait
qu’un gouvernement provincial ne peut taxer le gouvernement
fédéral. Dans le même ordre d’idées, aux termes des accords de
réciprocité fiscale, les gouvernements provinciaux et leurs manda­
taires conviennent de payer certaines taxes de vente fédérales et/ou
d’autres taxes et droits fédéraux. Les accords indiquent également
les taxes et les droits à payer par les deux parties.
Objectives
Objectifs
The objective of this Order is to
add the Oshawa Port authority and the Vancouver Fraser Port
authority to Schedule I of the Federal-Provincial Fiscal
Arrangements Act for the purpose of clarifying their obliga­
tions related to the payment of provincial sales tax and/or other
provincial taxes and fees; and
• delete the Vancouver Port authority, the Fraser River Port
authority, and the North Fraser Port authority from Schedule I
of the Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act since they
no longer exist.
Les objectifs de ce décret sont les suivants :
ajouter l’administration portuaire d’Oshawa et l’administra­
tion portuaire de Vancouver Fraser à l’annexe I de la Loi sur les
arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les pro­
vinces afin de préciser leurs obligations liées au paiement des
taxes de vente provinciales et/ou d’autres taxes et droits
provinciaux;
• retrancher l’administration portuaire de Vancouver, l’admi­
nistration portuaire du fleuve Fraser et l’administration por­
tuaire du North-Fraser de l’annexe I de la Loi sur les arrange­
ments fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces
étant donné qu’elles n’existent plus.
•
•
description
description
Paragraphs 31(2.2)(a) and (b) of the Federal-Provincial Fiscal
Arrangements Act provide that the Governor in Council may, by
order, amend Schedule I of the Federal-Provincial Fiscal Arrange­
ments Act by adding or deleting the name of any Canada Port
authority established under the Canada Marine Act.
This Order would add the Oshawa Port authority and the Van­
couver Fraser Port authority to Schedule I of the FederalProvincial Fiscal Arrangements Act and delete the Vancouver Port
authority, the Fraser River Port authority, and the North Fraser
Port authority from Schedule I, given that they no longer exist.
Les alinéas 31(2.2)a) et b) de la Loi sur les arrangements fiscaux
entre le gouvernement fédéral et les provinces prévoient que le
gouverneur en conseil peut, par décret, modifier l’annexe I de cette
loi en ajoutant ou en retranchant le nom d’une administration por­
tuaire canadienne constituée au titre de la Loi maritime du Canada.
Ce décret permettra d’ajouter l’administration portuaire
d’Oshawa et l’administration portuaire de Vancouver Fraser à l’an­
nexe I de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouverne­
ment fédéral et les provinces et retrancherait l’administration
portuaire de Vancouver, l’administration portuaire du fleuve Fra­
ser et l’administration portuaire du North-Fraser de l’annexe I,
étant donné qu’elles n’existent plus.
562
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-28
“One-for-One” rule
règle du « un pour un »
The proposed Order to amend Schedule I of the FederalProvincial Fiscal Arrangements Act will have no impact on costs to
government, business, consumers or Canadians, as this amendment
only clarifies that the Oshawa Port authority and the Vancouver
Fraser Port authority must pay provincial sales tax and/or other
provincial taxes and fees. also, there are no costs associated with
removing port authorities that no longer exist from the Schedule.
Le décret proposé visant à modifier l’annexe I de la Loi sur les
arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les pro­
vinces n’aura aucune incidence sur les coûts pour le gouvernement,
les entreprises, les consommateurs ou les Canadiens, car cette
modification précise seulement que l’administration portuaire
d’Oshawa et l’administration portuaire de Vancouver Fraser
doivent payer certaines taxes de vente provinciales et/ou d’autres
taxes et droits provinciaux. De plus, aucun coût n’est associé au
retranchement des administrations portuaires qui n’existent plus à
l’annexe I.
small business lens
lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs to small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à cette pro­
position étant donné qu’aucun coût n’est associé aux petites
entreprises.
rationale
Justification
The proposed amendment would align the Oshawa Port author­
ity under the same legal framework as all other Canada Port
authorities, with respect to paying provincial sales tax and/or other
provincial taxes and fees.
La modification proposée harmoniserait l’administration por­
tuaire d’Oshawa aux termes du même cadre juridique que toutes
les autres administrations portuaires canadiennes pour ce qui est du
paiement des taxes de vente provinciales et/ou d’autres taxes et
droits provinciaux.
De plus, la modification proposée précisera que, en tant qu’en­
tité qui succédera aux trois anciennes administrations portuaires
canadiennes, l’administration portuaire de Vancouver Fraser assu­
mera les mêmes responsabilités juridiques que celles-ci. L’ajout du
nom officiel de l’administration portuaire de Vancouver Fraser à
l’annexe I de la Loi est une modification d’ordre administratif qui
tient compte de la fusion des trois anciennes administrations por­
tuaires. De plus, le retranchement des noms de ces trois anciennes
administrations portuaires canadiennes mettra à jour l’annexe I de
la Loi.
as well, the proposed amendment will clarify that as a successor
entity, the Vancouver Fraser Port authority assumed the same legal
responsibilities as the three former Canada Port authorities. add­
ing the formal name of the Vancouver Fraser Port authority to
Schedule I of the act is a housekeeping measure that reflects the
amalgamation of the three former Port authorities. In addition, the
removal of the titles of these three former Canada Port authorities
will update Schedule I of the act.
contact
Personne-ressource
Tim Meisner
Director General
Marine Policy
Transport Canada
Place de Ville, Tower C, 25th Floor
330 Sparks Street
Ottawa Ontario
k1a 0N5
Tim Meisner
Directeur général
Politique maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour C, 25e étage
330, rue Sparks
Ottawa (Ontario)
k1a 0N5
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
563
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Registration
SOR/2014-29
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
February 11, 2014
Enregistrement
DORS/2014-29
sOr/dOrs/2014-29
Le 11 février 2014
CaNaDa DEPOSIT INSuRaNCE CORPORaTION aCT
LOI SuR La SOCIÉTÉ D’aSSuRaNCE-DÉPôTS Du
CaNaDa
by-law amending the canada deposit insurance
corporation differential Premiums by-law
règlement administratif modifiant le règlement
administratif de la société d’assurance-dépôts du
canada sur les primes différentielles
The Board of Directors of the Canada Deposit Insurance Cor­
poration, pursuant to paragraph 11(2)(g)1a and subsection 21(2)2b of
the Canada Deposit Insurance Corporation Act3c, makes the
annexed By-law Amending the Canada Deposit Insurance Cor­
poration Differential Premiums By-law.
En vertu de l’alinéa 11(2)g)1a et du paragraphe 21(2)2b de la Loi
sur la Société d’assurance-dépôts du Canada3c, le conseil d’admi­
nistration de la Société d’assurance-dépôts du Canada prend le
Règlement administratif modifiant le Règlement administratif de la
Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différen­
tielles, ci-après.
Ottawa, le 4 décembre 2013
En vertu du paragraphe 21(3)b de la Loi sur la Société d’assu­
rance-dépôts du Canadac, le ministre des Finances agrée le Règle­
ment administratif modifiant le Règlement administratif de la
Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différen­
tielles, ci-après, pris par le conseil d’administration de la Société
d’assurance-dépôts du Canada.
Ottawa, le 6 février 2014
Le ministre des Finances
JaMES M. FLaHERTY
Ottawa, December 4, 2013
The Minister of Finance, pursuant to subsection 21(3)b of the
Canada Deposit Insurance Corporation Actc, approves the annexed
By-law Amending the Canada Deposit Insurance Corporation Dif­
ferential Premiums By-law, made by the Board of Directors of the
Canada Deposit Insurance Corporation.
Ottawa, February 6, 2014
JaMES M. FLaHERTY
Minister of Finance
by-law amending the canada
dePOsit insurance cOrPOratiOn
diFFerential Premiums by-law
rÈglement administratiF mOdiFiant le
rÈglement administratiF de la sOciété
d’assurance-déPôts du canada sur
les Primes diFFérentielles
amendments
mOdiFicatiOns
1. section 4.1 of the Canada Deposit Insurance Corporation
Differential Premiums By-law41 and the heading before it are
repealed.
2. (1) the denominator of the formula under the heading
“Formula:” in element 1.1 of item 1 of the reporting Form set
out in Part 2 of schedule 2 to the by-law is replaced by “total
capital for Purposes of acm (capital on transitional basis)”.
1. l’article 4.1 du Règlement administratif de la Société
d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles41 et
l’intertitre le précédant sont abrogés.
2. (1) le dénominateur de la formule figurant sous l’inter­
titre « Formule de calcul : » à l’élément 1.1 de la section 1 du
formulaire de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2
du même règlement administratif est remplacé par « total des
fonds propres aux fins du calcul du raFP – fonds propres sur
une base transitoire ».
(2) les éléments 1.1.1 et 1.1.2, à la section 1 du formulaire de
déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règle­
ment administratif, sont remplacés par ce qui suit :
(2) elements 1.1.1 and 1.1.2 of item 1 of the reporting Form
set out in Part 2 of schedule 2 to the by-law are replaced by the
following:
1.1.1 net On- and Off-balance sheet assets
Indicate the net on- and off-balance sheet assets as set out for item “L” of
Schedule 1 – Ratios and assets to Capital Multiple Calculations of the BCaR
form.
a
b
c
1
R.S., c. 18 (3rd Supp.), s. 51
S.C. 1996, c. 6, s. 27
R.S., c. C-3
SOR/99-120
564
1.1.1 actifs nets au bilan et hors bilan
Les actifs nets au bilan et hors bilan inscrits à la ligne L du tableau 1 du RNFPB
intitulé Calcul des ratios, dont le ratio actifs/fonds propres.
a
b
c
1
L.R., ch. 18 (3e suppl.), art. 51
L.C. 1996, ch. 6, art. 27
L.R., ch. C-3
DORS/99-120
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
1.1.2 total capital for Purposes of acm (capital on transitional basis)
Indicate the total capital for purposes of aCM (capital on transitional basis)
as set out for item “M” of Schedule 1 – Ratios and assets to Capital Multiple
Calculations of the BCaR form.
(3) the numerator of the formula under the heading “For­
mula:” in element 1.2 of item 1 of the reporting Form set out
in Part 2 of schedule 2 to the by-law is replaced by “net tier 1
capital”.
sOr/dOrs/2014-29
1.1.2 total des fonds propres aux fins du calcul du raFP – fonds propres sur
une base transitoire
Le total des fonds propres aux fins du calcul du RaFP – fonds propres sur une base
transitoire, inscrit à la ligne M du tableau 1 du RNFPB intitulé Calcul des ratios,
dont le ratio actifs/fonds propres.
(4) elements 1.2.1 and 1.2.2 of item 1 of the reporting Form
set out in Part 2 of schedule 2 to the by-law are replaced by the
following:
(3) le numérateur de la formule figurant sous l’intertitre
« Formule de calcul : » à l’élément 1.2 de la section 1 du formu­
laire de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du
même règlement administratif est remplacé par « Fonds
propres nets de catégorie 1 ».
(4) les éléments 1.2.1 et 1.2.2, à la section 1 du formulaire de
déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règle­
ment administratif, sont remplacés par ce qui suit :
1.2.1 net tier 1 capital
Indicate the net tier 1 capital as set out for item “B” of Schedule 1 – Ratios and
assets to Capital Multiple Calculations of the BCaR form.
1.2.2 adjusted risk-weighted assets
Indicate the adjusted risk-weighted assets as set out for item “E” of Schedule 1 –
Ratios and assets to Capital Multiple Calculations of the BCaR form.
1.2.1 Fonds propres nets de catégorie 1
Les fonds propres nets de catégorie 1 inscrits à la ligne B du tableau 1 du RNFPB
intitulé Calcul des ratios, dont le ratio actifs/fonds propres.
1.2.2 actifs rajustés pondérés en fonction des risques
Les actifs rajustés pondérés en fonction des risques inscrits à la ligne E du tableau 1
du RNFPB intitulé Calcul des ratios, dont le ratio actifs/fonds propres.
(5) element 1.3.1 of item 1 of the reporting Form set out in
Part 2 of schedule 2 to the by-law is replaced by the
following:
(5) l’élément 1.3.1, à la section 1 du formulaire de déclara­
tion figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement
administratif, est remplacé par ce qui suit :
1.3.1 total capital
Indicate the total capital as set out for item “C” of Schedule 1 – Ratios and assets
to Capital Multiple Calculations of the BCaR form.
1.3.1 total des fonds propres
Le total des fonds propres inscrit à la ligne C du tableau 1 du RNFPB intitulé
Calcul des ratios, dont le ratio actifs/fonds propres.
(6) the portion of item 1 of the reporting Form set out in Part 2 of schedule 2 to the by-law beginning with the heading “range
of results” and ending before item 2 is replaced by the following:
range of results
assets to capital multiple
assets to capital multiple (1.1) is
≤ the multiple authorized by the regulator (1.1.3)
assets to capital multiple (1.1) is
≤ the multiple authorized by the regulator (1.1.3)
assets to capital multiple (1.1) is
> the multiple authorized by the regulator (1.1.3)
tier 1 risk-based capital ratio
Tier 1 risk-based capital ratio (1.2) is
≥ 8.5%
Tier 1 risk-based capital ratio (1.2) is
≥ 5.5% and < 8.5%
Tier 1 risk-based capital ratio (1.2) is
< 5.5%
total risk-based capital ratio
score
Total risk-based capital ratio (1.3) is
> 10.5%
20
Total risk-based capital ratio (1.3) is
≥ 10.5%
13
Total risk-based capital ratio (1.3) is
< 10.5%
0
1.4 capital adequacy score
(6) le passage de la section 1 du formulaire de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement administratif
commençant par l’intertitre « Plages des résultats » et se terminant avant la section 2 est remplacé par ce qui suit :
Plages des résultats
ratio actif/fonds propres
Le ratio actif/fonds propres (1.1) est :
≤ ratio autorisé par l’organisme de réglementation (1.1.3)
Le ratio actif/fonds propres (1.1) est :
≤ ratio autorisé par l’organisme de réglementation (1.1.3)
Le ratio actif/fonds propres (1.1) est :
> ratio autorisé par l’organisme de réglementation (1.1.3)
ratio des fonds propres à risque de catégorie 1
ratio des fonds propres à risque
note
Le ratio des fonds propres à risque de catégorie 1 (1.2) est : Le ratio des fonds propres à risque (1.3) est :
≥ 8,5 %
> 10,5 %
20
Le ratio des fonds propres à risque de catégorie 1 (1.2) est : Le ratio des fonds propres à risque (1.3) est :
≥ 5,5 % et < 8,5 %
≥ 10,5 %
13
Le ratio des fonds propres à risque de catégorie 1 (1.2) est : Le ratio des fonds propres à risque (1.3) est :
< 5,5 %
< 10,5 %
0
1.4 note relative à la mesure des fonds propres
565
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-29
3. (1) element 6.2 of item 6 of the reporting Form set out in
Part 2 of schedule 2 to the by-law is replaced by the
following:
3. (1) l’élément 6.2, à la section 6 du formulaire de déclara­
tion figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement
administratif, est remplacé par ce qui suit :
6.2 net impaired Off-balance sheet assets
Calculate the net impaired off-balance sheet assets by subtracting the total of the
column “Individual allowance for impairment” in Table 6a from the total of the
column “Credit equivalent” in that Table. If the result is negative, report “zero”.
6.2 actif net hors bilan ayant subi une moins-value
L’actif net hors bilan ayant subi une moins-value est déterminé en soustrayant le
total inscrit dans la colonne « Provision individuelle pour moins-value » de celui
inscrit dans la colonne « Équivalent-crédit » du relevé 6a. Si le résultat obtenu est
négatif, inscrire « 0 ».
(2) table 6a of item 6 of the reporting Form set out in Part 2 of schedule 2 to the by-law is replaced by the following:
table 6a — impaired Off-balance sheet assets
(Complete Table 6a as of the end of the fiscal year ending in the year preceding the filing year, referring to
Schedule 39 - Off-balance Sheet Exposures Excluding Derivatives and Securitization Exposures
and Schedule 40 - Derivative Contracts of the BCaR form and to the Capital
Adequacy Requirements (CAR) 2013 Guideline of the Guidelines.)
impaired instruments
Direct credit substitutes – excluding credit derivatives
Transaction-related contingencies
Short-term self-liquidating trade-related contingencies
Sale & repurchase agreements
Forward asset purchases
Forward forward deposits
Partly paid shares and securities
NIFs & RuFs
undrawn commitments – excluding
Standardized approach
securitization exposure
advanced IRB approach
notional principal credit conversion
amount
factor
a
b
100%
50%
20%
100%
100%
100%
100%
50%
0%
20%
50%
**
**
**
impaired Otc derivative contracts
Credit derivative contracts
Interest rate contracts
Foreign exchange & gold contracts
Equity-linked contracts
Precious metals (other than gold) contracts
Other commodity contracts
credit
equivalent
(a × b)
individual
allowance for
impairment
*
*
*
*
*
*
total
use these totals to calculate element 6.2
* Fill in the total amounts of the contracts under the heading “Credit equivalent amount” from Table 6B.
** Refer to sections 6.3.2 and 6.4.2 of the Capital Adequacy Requirements (CAR) 2013 Guideline of the Guidelines to determine the applicable credit conversion factor.
(2) le relevé 6a, à la section 6 du formulaire de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement adminis­
tratif, est remplacé par ce qui suit :
relevé 6a — actif hors bilan ayant subi une moins-value
(Les renseignements à inclure dans ce tableau doivent être arrêtés à la fin de l’exercice clos durant l’année précédant l’année
de déclaration. Remplir en utilisant les tableaux 39 et 40 du RNFPB intitulés respectivement Expositions hors bilan, à
l’exception des dérivés et des expositions titrisées et Contrats sur instruments dérivés et la ligne directrice
intitulée Normes de fonds propres (NFP) 2013 des Lignes directrices.)
instruments ayant subi une moins-value
Substituts directs de crédit - à l’exception des dérivés du crédit
Engagements de garantie liés à des transactions
566
montant nominal
de référence
a
Facteur de
conversion en
équivalent-crédit
b
100 %
50 %
équivalent-crédit
(a × b)
Provision
individuelle pour
moins-value
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
sOr/dOrs/2014-29
relevé 6a — actif hors bilan ayant subi une moins-value (suite)
instruments ayant subi une moins-value
Engagements à court terme à dénouement automatique liés à des opérations
commerciales
Engagements de reprise
achat à terme d’éléments d’actif
Dépôts terme contre terme
actions et titres partiellement libérés
Facilités d’émission d’effets (NIF) et facilités renouvelables à prise ferme (RuF)
Lignes de crédit inutilisées - à
approche standard
l’exception des expositions titrisées
approche NI avancée
montant nominal
de référence
a
Facteur de
conversion en
équivalent-crédit
b
équivalent-crédit
(a × b)
Provision
individuelle pour
moins-value
20 %
100 %
100 %
100 %
100 %
50 %
0%
20 %
50 %
**
**
**
contrats dérivés hors-cote ayant subi une moins-value
Contrats sur dérivés du crédit
Contrats sur taux d’intérêt
Contrats sur devises et or
Contrats sur actions
Contrats sur métaux précieux (autres que l’or)
Contrats sur produits de base
*
*
*
*
*
*
total
utiliser ces totaux pour calculer
l’élément 6.2
* Reporter les totaux des contrats figurant sous la rubrique « Montant en équivalent risque de crédit » du relevé 6B.
** utiliser les articles 6.3.2 et 6.4.2 de la ligne directrice intitulée Normes de fonds propres (NFP) 2013 des Lignes directrices pour obtenir le facteur de conversion en
équivalent-crédit applicable.
(3) the portion of table 6b of item 6 of the reporting
Form set out in Part 2 of schedule 2 to the by-law under the
heading “table 6b — impaired Otc derivative contracts”
beginning with “(complete table 6b” and ending with “(effect­
ive Q1 2008).)” is replaced by the following:
(Complete Table 6B as of the end of the fiscal year ending in the
year preceding the filing year, referring to Schedule 39 - Offbalance Sheet Exposures Excluding Derivatives and Securitization
Exposures and Schedule 40 - Derivative Contracts of the BCaR
form and to the Capital Adequacy Requirements (CAR) 2013
Guideline of the Guidelines.)
4. (1) the portion of item 7 of the reporting Form set out in
Part 2 of schedule 2 to the by-law under the heading “assets
for years 1 to 4” beginning with the expression “For fiscal
years ending in 2009, the total of” and ending before the
expression “For fiscal years ending in 2010, the total of” is
repealed.
(2) the expression “For fiscal years ending in 2011 or later,
the total of” in item 7 of the reporting Form set out in Part 2
of schedule 2 to the by-law under the heading “assets for
years 1 to 4” is replaced by “For fiscal years ending in 2011 and
2012, the total of”.
(3) le passage du relevé 6b, à la section 6 du formulaire de
déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règle­
ment administratif, suivant l’intertitre « relevé 6b — contrats
dérivés hors-cote ayant subi une moins-value » commençant
par la mention « (les renseignements à inclure » et se termi­
nant par « (en vigueur à partir du premier trimestre de
2008).) » est remplacé par ce qui suit :
(Les renseignements à inclure dans ce tableau doivent être arrêtés
à la fin de l’exercice clos durant l’année précédant l’année de
déclaration. Remplir en utilisant les tableaux 39 et 40 du RNFPB
intitulés respectivement Expositions hors bilan, à l’exception des
dérivés et des expositions titrisées et Contrats sur instruments déri­
vés et la ligne directrice intitulée Normes de fonds propres (NFP)
2013 des Lignes directrices.)
4. (1) le passage de la section 7 du formulaire de déclaration
figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement admi­
nistratif suivant l’intertitre « actif des années 1 à 4 » commen­
çant par la mention « le total des montants ci-après pour les
exercices clos en 2009 : » et se terminant avant la mention « le
total des montants ci-après pour les exercices clos en 2010 : »
est abrogé.
(2) la mention « le total des montants ci-après pour les
exercices clos en 2011 ou après : », à la section 7 du formulaire
de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même
règlement administratif, suivant l’intertitre « actif des an­
nées 1 à 4 » est remplacée par « le total des montants ci-après
pour les exercices clos en 2011 et 2012 : ».
567
2014-02-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
(3) the portion of item 7 of the reporting Form set out in
Part 2 of schedule 2 to the by-law under the heading “assets
for years 1 to 4” is amended by adding the following before the
reference to “year 1:”:
For fiscal years ending in 2013 or later, the total of
(a) the amount of net on- and off-balance sheet assets set out
for item “L” of Schedule 1 – Ratios and assets to Capital
Multiple Calculations of the BCaR form plus the transitional
adjustment for grandfathered treatment of certain assets not
derecognized under IFRS set out for item “a” of Sched­
ule 45 – Balance Sheet Coverage by Risk Type and Recon­
ciliation to Consolidated Balance Sheet of the BCaR form;
(b) the total of the amounts set out in the column “Total”
for items 1(a)(i)(a)(I) to (x) (Securitized assets – unrecog­
nized – Institution’s own assets (bank originated or pur­
chased) – Traditional securitizations) of Section I – Memo
Items of the Consolidated Monthly Balance Sheet; and
(c) if applicable, the value of assets, acquired by the member
institution in the fiscal year ending in the year preceding the
filing year as a result of a merger or acquisition referred to in
the fourth paragraph under the heading “THREE-YEaR
MOVING aVERaGE aSSET GROWTH (%)”, for years 1, 2
and 3 below, where the value of those assets on the date of
their acquisition exceeds 10% of the value of the consolidated
assets of the member institution immediately before that mer­
ger or acquisition.
sOr/dOrs/2014-29
5. element 8.1 of item 8 of the reporting Form set out in
Part 2 of schedule 2 to the by-law is replaced by the
following:
(3) le passage de la section 7 du formulaire de déclaration
figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement admi­
nistratif suivant l’intertitre « actif des années 1 à 4 » est modi­
fié par adjonction, avant la mention « année 1 : », de ce qui
suit :
Le total des montants ci-après pour les exercices clos en 2013 ou
après :
a) le montant du poste « actifs nets au bilan et hors bilan »
inscrit à la ligne L du tableau 1 du RNFPB intitulé « Calcul
des ratios, dont le ratio actifs/fonds propres » plus le montant
du poste « ajustement transitoire pour traitement selon les
droits acquis de certains actifs non décomptabilisés sous le
régime des IFRS » inscrit à la ligne a du tableau 45 du RNFPB
intitulé « Couverture du bilan selon le type de risque et Rap­
prochement du bilan consolidé »;
b) le total des montants inscrits aux postes 1(a)(i)(a)(I) à (x)
(Éléments d’actif titrisés – Non comptabilisés – Éléments
d’actif de l’institution (actifs multicédants bancaires ou ache­
tés) – Titrisations classiques) dans la colonne « Total » de la
section I – Postes pour mémoire du Bilan mensuel consolidé;
c) la valeur des éléments d’actif acquis par l’institution
membre au cours de l’exercice clos durant l’année précédant
l’année de déclaration, à la suite de la fusion ou de l’acquisi­
tion visées au quatrième paragraphe sous l’intertitre « CROISSaNCE DE L’aCTIF BaSÉ SuR uNE MOYENNE
MOBILE DE TROIS aNS (%) », pour chacune des années 1,
2 et 3 ci-après, si la valeur de ces éléments d’actif à la date de
leur acquisition excède 10 % de la valeur de son actif conso­
lidé juste avant la fusion ou l’acquisition.
5. l’élément 8.1, à la section 8 du formulaire de déclaration
figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement admi­
nistratif, est remplacé par ce qui suit :
8.1 total mortgage loans
The total mortgage loans is the total of the amounts set out in the column “Total”
for items 3(b)(i)(a), (C) and (D) and 3(b)(ii) (Mortgages, less allowance for
impairment) of Section I — assets of the Consolidated Monthly Balance Sheet,
before deducting any allowance for impairment.
8.1 total des prêts hypothécaires
Le total des prêts hypothécaires correspond à la somme des montants inscrits aux
postes 3(b)(i)(a), (C) et (D) et 3(b)(ii) (Prêts hypothécaires, moins provision pour
créances douteuses), dans la colonne « Total » de la section I – actifs du Bilan,
avant soustraction de toute provision pour créances douteuses.
6. the heading “certification relating to the Canada Deposit
Insurance Corporation Data and System Requirements By-law”
at the end of the reporting Form set out in Part 2 of sched­
ule 2 to the by-law and the portion after that heading are
repealed.
7. Part 1 of schedule 3 to the by-law is replaced by the
following:
6. l’intertitre « déclaration concernant le Règlement admi­
nistratif de la Société d’assurance-dépôts du Canada sur les exi­
gences en matière de données et de systèmes », figurant à la fin
du formulaire de déclaration, à la partie 2 de l’annexe 2 du
même règlement administratif et le passage qui le suit sont
abrogés.
7. la partie 1 de l’annexe 3 du même règlement administra­
tif est remplacée par ce qui suit :
PaRT 1
PaRTIE 1
CaPITaL aDEQuaCY
FONDS PROPRES
Range of Results
Plage de résultats
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Tier 1
Total
Risk-Based
Risk-Based
Capital Ratio Capital Ratio Score
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Ratio des
fonds propres Ratio des
à risque de
fonds propres
catégorie 1
à risque
Note
Item
assets to Capital Multiple
article
Ratio actif/fonds propres
1.
≤ the multiple authorized by
the regulator
≥ 8.5%
>10.5%
20
1.
≤ ratio autorisé par
≥ 8,5 %
l’organisme de réglementation
> 10,5 %
20
2.
≤ the multiple authorized by
the regulator
≥ 5.5% and
< 8.5%
≥ 10.5%
13
2.
≤ ratio autorisé par
≥ 5,5 % et
l’organisme de réglementation < 8,5 %
≥ 10,5 %
13
568
2014-02-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
sOr/dOrs/2014-29
PaRT 1 — Continued
PaRTIE 1 (suite)
CaPITaL aDEQuaCY— Continued
FONDS PROPRES (suite)
Range of Results
Plage de résultats
Column 1
Column 2
Column 3
Item
assets to Capital Multiple
Tier 1
Total
Risk-Based
Risk-Based
Capital Ratio Capital Ratio Score
3.
> the multiple authorized by
the regulator
< 5.5%
< 10.5%
Column 4
0
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
article
Ratio actif/fonds propres
Ratio des
fonds propres Ratio des
à risque de
fonds propres
catégorie 1
à risque
Note
3.
> ratio autorisé par
< 5,5 %
l’organisme de réglementation
< 10,5 %
Colonne 4
0
8. Part 2 of schedule 2 to the by-law is amended by replacing
“Basel II Capital Adequacy Reporting — Credit, Market and
Operational Risk (bcar) form” with “Basel III Capital
Reporting — Credit, Market and Operational Risk (bcar)
form” in the following items:
(a) the second paragraph of the portion of element 1.1 of
item 1 under the heading “elements”;
(b) the second paragraph of the portion of element 1.2 of
item 1 under the heading “elements”;
(c) the second paragraph of the portion of element 1.3 of
item 1 under the heading “elements”;
(d) paragraph (b) of the portion of item 2 under the heading
“elements”;
(e) paragraph (c) of the portion of item 6 under the heading
“elements”; and
(f) the second paragraph of the portion of item 7 under the
heading “elements”.
8. dans les passages ci-après de la partie 2 de l’annexe 2 du
même règlement administratif, « Relevé des normes de fonds
propres (Bâle II) – Risque opérationnel, de marché et de crédit
(rnFPb) » est remplacé par « Relevé des normes de fonds
propres (Bâle III) – Risque opérationnel, de marché et de crédit
(rnFPb) » :
a) le second paragraphe du passage de l’élément 1.1 à la sec­
tion 1 figurant sous l’intertitre « éléments de la formule »;
b) le second paragraphe du passage de l’élément 1.2 à la sec­
tion 1 figurant sous l’intertitre « éléments de la formule »;
c) le second paragraphe du passage de l’élément 1.3 à la sec­
tion 1 figurant sous l’intertitre « éléments de la formule »;
d) l’alinéa b) du passage de la section 2 figurant sous l’inter­
titre « éléments de la formule »;
e) l’alinéa c) du passage de la section 6 figurant sous l’inter­
titre « éléments de la formule »;
f) le second paragraphe du passage de la section 7 figurant
sous l’intertitre « éléments de la formule ».
cOming intO FOrce
entrée en vigueur
9. this by-law comes into force on the day on which it is
registered.
9. le présent règlement administratif entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
regulatOry imPact
analysis statement
résumé de l’étude d’imPact
de la réglementatiOn
(This statement is not part of the By-law.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement administratif.)
Description
Description
The Board of Directors of the Canada Deposit Insurance Cor­
poration (“CDIC”) made the Differential Premiums By-law (the
“By-law”) on March 3, 1999, pursuant to subsection 21(2) and
paragraph 11(2)(g) of the Canada Deposit Insurance Corporation
Act (CDIC act). Subsection 21(2) of the CDIC act authorizes the
CDIC Board of Directors to make by-laws establishing a system of
classifying member institutions into different categories, setting
out the criteria or factors CDIC will consider in classifying mem­
bers into categories, establishing the procedures CDIC will follow
in classifying members, and fixing the amount of, or providing a
manner of determining the amount of, the annual premium applic­
able to each category. The CDIC Board of Directors amended the
By-law on January 12 and December 6, 2000, July 26, 2001,
March 7, 2002, March 3, 2004, February 9 and april 15, 2005,
February 8 and December 6, 2006, December 3, 2008, Decem­
ber 2, 2009, December 8, 2010, December 7, 2011, and Decem­
ber 5, 2012.
Le conseil d’administration de la Société d’assurance-dépôts du
Canada (SaDC) a pris le Règlement administratif de la Société
d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles (le
Règlement) le 3 mars 1999, conformément au paragraphe 21(2) et
à l’alinéa 11(2)g) de la Loi sur la Société d’assurance-dépôts du
Canada (la Loi sur la SaDC). Le paragraphe 21(2) de la Loi sur la
SaDC autorise le conseil d’administration de la SaDC à prendre
des règlements administratifs en vue d’établir un système pour
regrouper les institutions membres en catégories de tarification, de
définir les critères ou facteurs dont la SaDC tiendra compte pour
déterminer l’appartenance à chaque catégorie, de prévoir la procé­
dure à suivre par la SaDC pour le classement des institutions
membres et de fixer la prime annuelle pour chaque catégorie ou
prévoir la méthode pour ce faire. Le conseil d’administration de la
SaDC a modifié le Règlement le 12 janvier et le 6 décembre 2000,
le 26 juillet 2001, le 7 mars 2002, le 3 mars 2004, le 9 février et
le 15 avril 2005, le 8 février et le 6 décembre 2006, le 3 décembre
569
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
CDIC annually reviews this By-law to ensure that it remains up
to date. as a result of the review, it was noted that technical amend­
ments need to be made to section 4.1 and to the Schedule 2, Part 2,
Reporting Form (Reporting Form) together with consequential
amendments to Schedule 3, Part 1, of the By-law to reflect changes
to regulatory forms and required capital ratios. The changes are
reflected in the proposed By-law Amending the Canada Deposit
Insurance Corporation Differential Premiums By-law (amending
By-law).
The following table provides more detail about the amendments,
which are all technical in nature:
amending
by-law section(s)
1
2
3
570
explanation
by-law
Section 4.1 and title — repealed. Refers to a one-time
insurance premium adjustment that was only available
for the 2012 premium year.
schedule 2, Part 2, reporting Form
Referencing Item 1 — Capital adequacy
• Subsection 2(1): Formula needs to be amended.
The Basel III Capital Adequacy Reporting – Credit,
Market and Operational Risk (BCaR) now refers
to “Total Capital for Purposes of aCM (capital on
transitional basis)” and no longer to “Total adjusted
Net Tier 1 and adjusted Tier 2 Capital.”
• Subsection 2(2): Element 1.1.1 needs to be amended
to reflect a line item reference change and
element 1.1.2 needs to be amended to reflect both the
BCaR change noted above for subsection 2(1) and a
line item change.
• Subsection 2(3) amends the title to Net Tier 1 Capital
to reflect the current wording in the BCaR form.
• Subsection 2(4) amends elements 1.2.1 and 1.2.2 to
reflect both changes to line item references and to
the description of Net Tier 1 Capital as set out in the
BCaR form.
• Subsection 2(5) amends element 1.3.1 to reflect line
item reference changes in the BCaR form.
• Subsection 2(6) amends Range of Results to
incorporate the regulatory requirements for both the
Tier 1 Risk-Based Capital Ratio and Total
Risk-Based Capital Ratio that came into effect in
January of 2013.
Referencing Item 6 — Net Impaired assets (including
net unrealized losses on securities) to Total Capital
• Subsection 3(1) re: element 6.2: change of title to
read “Individual allowance for impairment” to reflect
International Financial Reporting Standards (IFRS)
terminology change.
• Subsections 3(2) and (6) re: heading of Table 6a and
Table 6B: amended to include current title of Capital
Adequacy Requirements (CAR) 2013 Guideline.
• Subsection 3(3) re: Table 6a Column heading
changed to read “Individual allowance for
impairment” reflecting IFRS terminology change.
• Subsections 3(4) and (5) re: Table 6a — reference
to undrawn commitments is expanded to take into
account both the credit conversion factors for the
standardized approach as well as the advanced
Internal Ratings-Based (IRB) approach if utilized.
sOr/dOrs/2014-29
2008, le 2 décembre 2009, le 8 décembre 2010, le 7 décembre 2011
et le 5 décembre 2012.
La SaDC revoit chaque année le Règlement afin de le tenir à
jour. L’examen a montré qu’il convient d’apporter des modifica­
tions de forme à l’article 4.1 et à l’annexe 2, partie 2 du formulaire
de déclaration ainsi que des modifications corrélatives à l’an­
nexe 3, partie 1 du Règlement pour tenir compte des modifications
apportées aux relevés utilisés par l’organisme de réglementation et
des exigences visant les ratios de fonds propres. Ces modifications
figurent dans le futur Règlement administratif modifiant le Règle­
ment administratif de la Société d’assurance-dépôts du Canada
sur les primes différentielles (le règlement modificatif).
Le tableau suivant explique plus en détail les modifications en
question, qui sont toutes des modifications de forme.
article(s) du règlement
modificatif
1
2
3
explication
règlement administratif
article 4.1 et son intertitre — abrogé. Concernait un
rajustement de prime unique à l’exercice comptable des
primes 2012.
annexe 2, partie 2 du formulaire de déclaration
Section 1 — Mesure des fonds propres
• Paragraphe 2(1) : La formule doit être modifiée.
Dans le Relevé des normes de fonds propres
(Bâle III) – Risque opérationnel, de marché et de
crédit (RNFPB), « Total — fonds propres nets
rajustés de catégorie 1 et fonds propres rajustés de
catégorie 2 » est remplacé par « Total des fonds
propres aux fins du calcul du RaFP (fonds propres
sur une base transitoire) ».
• Paragraphe 2(2) : L’élément 1.1.1 doit être modifié
pour tenir compte d’un changement apporté à une
ligne du RNFPB et l’élément 1.1.2 doit être modifié
pour tenir compte du changement indiqué ci-dessus
[au paragraphe 2(1)] et d’un changement apporté à
une ligne du RNFPB.
• Le paragraphe 2(3) aligne le titre Fonds propres nets
de catégorie 1 sur le formulaire RNFPB.
• Le paragraphe 2(4) modifie les éléments 1.2.1
et 1.2.2 pour tenir compte des changements apportés
à des lignes du formulaire RNFPB et du libellé
Fonds propres nets de catégorie 1 du formulaire.
• Le paragraphe 2(5) modifie l’élément 1.3.1 pour
tenir compte d’un changement apporté à une ligne du
formulaire RNFPB.
• Le paragraphe 2(6) ajoute à la plage des résultats les
exigences réglementaires visant le ratio des fonds
propres à risque de catégorie 1 et le ratio des fonds
propres à risque, exigences entrées en vigueur en
janvier 2013.
Section 6 — actif ayant subi une moins-value (y
compris les pertes non réalisées nettes sur valeurs
mobilières) par rapport au total des fonds propres
• Paragraphe 3(1) qui porte sur l’élément 6.2 :
remplacer l’ancien titre par « Provision individuelle
pour moins-value » pour s’aligner sur la terminologie
des normes internationales d’information financière
(IFRS).
• Paragraphes 3(2) et (6) qui portent sur les relevés 6a
et 6B : modifiés pour inclure le titre de la ligne
directrice Normes de fonds propres (NFP) 2013.
• Paragraphe 3(3) qui porte sur le relevé 6a : le titre
du relevé est remplacé par « Provision individuelle
pour moins-value » pour s’aligner sur la terminologie
des IFRS.
• Paragraphes 3(4) et (5) qui concernent le relevé 6a — « Lignes de crédit inutilisées » inclut
maintenant le coefficient de conversion en
équivalent-crédit de l’approche standard ainsi
que de l’approche fondée sur les notations internes
(NI) avancée s’il y a lieu.
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
amending
by-law section(s)
4
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
explanation
schedule 2, Part 2, reporting
Form — Continued
Referencing Item 7 — Three-Year Moving average
asset Growth
• Since this element uses four years of asset data,
subsections 4(1), (2) and (3) modify the item to
incorporate the most recent four years of data and
cross-references the applicable BCaR form line
items for those years.
article(s) du règlement
modificatif
4
5
Referencing Item 8 — Real Estate asset Concentration
• Element 8.1 amended to exclude National
Homeowners association (NHa) mortgage-backed
security (MBS) pooled and unsold as they are already
accounted for in insured residential mortgage loans.
5
6
Repeals the certification as to compliance with the Data
and System Requirements By-law, which certification is
now included in the Return of Insured Deposits.
6
schedule 3, Part 1, capital adequacy
Referencing the Range of Results — Capital adequacy
• Makes corresponding changes to those made by
subsection 2(6) described above.
7
7
8
The title of the form Basel II Capital Adequacy
Reporting — Credit, Market and Operational Risk
(BCaR) throughout the Reporting Form is changed
to Basel III Capital Adequacy Reporting — Credit,
Market and Operational Risk (BCaR).
8
9
The By-law comes into force on registration.
9
sOr/dOrs/2014-29
explication
annexe 2, partie 2 du formulaire de
déclaration (suite)
Section 7 — Croissance de l’actif basé sur une moyenne
mobile de trois ans
• Comme cet élément repose sur des données de l’actif
de quatre exercices, les paragraphes 4(1), (2) et (3)
le modifient pour inclure des données portant sur
les quatre exercices les plus récents et renvoient aux
lignes pertinentes du formulaire RNFPB pour les
exercices en question.
Section 8 — Concentration de l’actif dans le secteur
immobilier
• L’élément 8.1 doit être modifié pour exclure du
ratio les prêts hypothécaires résidentiels regroupés
en titres hypothécaires de la National Homeowners
association invendus déjà inclus dans les prêts
hypothécaires résidentiels assurés.
abroge l’attestation de conformité au Règlement
administratif sur les exigences en matière de données
et de systèmes, celle-ci faisant maintenant partie de la
Déclaration des dépôts assurés.
annexe 3, partie 1 — Fonds propres
Plage de résultats — Fonds propres
• apporte les changements correspondant à ceux
qu’apporte le paragraphe 2(6) du règlement
modificatif, dont il est question plus haut.
Remplacer le titre Relevé des normes de fonds propres
(Bâle II) — Risque opérationnel, de marché et de
crédit (RNFPB) par le titre Relevé des normes de
fonds propres (Bâle III) — Risque opérationnel, de
marché et de crédit (RNFPB) figurant au formulaire de
déclaration.
Le Règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
Alternatives
Solutions envisagées
There are no available alternatives. The CDIC act specifically
provides that the criteria or factors to be taken into account in
determining the category in which a member institution is classi­
fied and fixing or establishing the method of determining the
amount of the annual premium applicable to each category may
only be made by by-law.
Il n’y a pas d’autres solutions, car la Loi sur la SaDC stipule que
les critères et facteurs servant à établir la catégorie d’une institution
membre et à fixer ou prévoir la manière de déterminer la prime
annuelle pour chaque catégorie soient définis par voie de règle­
ment administratif.
Benefits and costs
Avantages et coûts
No additional costs should be attributed directly to these
changes.
Ces modifications ne devraient donner lieu à aucuns frais
supplémentaires.
Consultation
Consultation
Member institutions were informed by letter of September 5,
2013, that prepublication was to take place in October 2013. as the
changes are technical in nature, no consultation other than through
prepublication is necessary. Prepublication took place in the Octo­
ber 19, 2013, edition of Part I of the Canada Gazette providing for
a 30-day comment period. No comments were received.
Les institutions membres ont été informées par lettre du 5 sep­
tembre 2013 que la publication préalable aurait lieu en octobre
2013. Étant donné qu’il s’agit de modifications de forme, aucune
consultation autre que celle prévue dans le cadre de la publication
préalable n’était nécessaire. La publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada s’est faite le 19 octobre 2013; elle
prévoyait une période de consultation de 30 jours qui s’est conclue
sans commentaire.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement issues.
aucun mécanisme visant à assurer le respect du Règlement n’est
requis.
571
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Contact
Personne-ressource
Sheila Salloum
Director, Insurance
Canada Deposit Insurance Corporation
50 O’Connor Street, 17th Floor
Ottawa, Ontario
k1P 5W5
Telephone: 613-947-0257
Fax: 613-996-6095
Email: ssalloum@cdic.ca
Sheila Salloum
Directrice de l’assurance
Société d’assurance-dépôts du Canada
50, rue O’Connor, 17e étage
Ottawa (Ontario)
k1P 5W5
Téléphone : 613-947-0257
Télécopieur : 613-996-6095
Courriel : ssalloum@sadc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
572
sOr/dOrs/2014-29
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
2014-02-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
si/tr/2014-11
Registration
SI/2014-11 February 26, 2014
Enregistrement
TR/2014-11 Le 26 février 2014
PuBLIC SERVICE REaRRaNGEMENT aND TRaNSFER OF
DuTIES aCT
LOI SuR LES RESTRuCTuRaTIONS ET LES TRaNSFERTS
D’aTTRIBuTIONS DaNS L’aDMINISTRaTION PuBLIQuE
transfer of duties Order (unit responsible
for Federal bridges in the region of montreal)
décret de transfert d’attributions (unité
responsable des ponts fédéraux dans la région
de montréal)
P.C. 2014-144
C.P. 2014-144
February 10, 2014
Le 10 février 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Prime Minister, pursuant to paragraph 2(a)1a of the
Public Service Rearrangement and Transfer of Duties Act2b, trans­
fers to the Office of Infrastructure of Canada from the Department
of Transport the control and supervision of that portion of the fed­
eral public administration in the Department of Transport known as
the unit Responsible for Federal Bridges in the Region of Mont­
real, effective February 13, 2014.
Sur recommandation du premier ministre et en vertu de l’ali­
néa 2a)1a de la Loi sur les restructurations et les transferts d’attri­
butions dans l’administration publique2b, Son Excellence le Gou­
verneur général en conseil transfère du ministère des Transports au
Bureau de l’infrastructure du Canada la responsabilité à l’égard du
secteur de l’administration publique fédérale, au sein du ministère
des Transports, connu sous le nom d’unité responsable des ponts
fédéraux dans la région de Montréal.
Cette mesure prend effet le 13 février 2014.
a
a
b
S.C. 2003, c. 22, s. 207
R.S., c. P-34
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
b
L.C. 2003, ch. 22, art. 207
L.R., ch. P-34
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
573
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-12
Registration
SI/2014-12 February 26, 2014
Enregistrement
TR/2014-12 Le 26 février 2014
CaNaDa MaRINE aCT
LOI MaRITIME Du CaNaDa
Order Fixing February 13, 2014 as the day on
which sections 178 and 185 of the act come into
Force
décret fixant la date d’entrée en vigueur au
13 février 2014 des articles 178 et 185 de la loi
P.C. 2014-145
C.P. 2014-145
February 10, 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of Transport, pursuant to subsec­
tion 205(2) of the Canada Marine Act, chapter 10 of the Statutes of
Canada, 1998, fixes February 13, 2014 as the day on which sec­
tions 178 and 185 of that act come into force.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
574
Le 10 février 2014
Sur recommandation de la ministre des Transports et en vertu du
paragraphe 205(2) de la Loi maritime du Canada, chapitre 10 des
Lois du Canada (1998), Son Excellence le Gouverneur général en
conseil fixe au 13 février 2014 la date d’entrée en vigueur des
articles 178 et 185 de cette loi.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
2014-02-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
si/tr/2014-13
Registration
SI/2014-13 February 26, 2014
Enregistrement
TR/2014-13 Le 26 février 2014
FINaNCIaL aDMINISTRaTION aCT
LOI SuR La GESTION DES FINaNCES PuBLIQuES
Order designating the President of the Queen’s
Privy council for canada as the appropriate
minister for the Jacques-cartier and champlain
bridges inc.
décret désignant le président du conseil privé de la
reine pour le canada à titre de ministre de tutelle
de la société les Ponts Jacques-cartier et
champlain inc.
P.C. 2014-146
C.P. 2014-146
February 10, 2014
Le 10 février 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Prime Minister, pursuant to paragraph (d) of the
definition “appropriate Minister” in section 2 of the Financial
Administration Act1a and subparagraph (a)(ii) of the definition
“appropriate Minister” in subsection 83(1) of that act, designates
the President of the Queen’s Privy Council for Canada as the
appropriate Minister for The Jacques-Cartier and Champlain
Bridges Inc., effective February 13, 2014.
Sur recommandation du premier ministre et en vertu de l’ali­
néa d) de la définition de « ministre compétent », à l’article 2 de la
Loi sur la gestion des finances publiques1a, et du sous-alinéa a)(ii)
de la définition de « ministre de tutelle », au paragraphe 83(1) de
cette loi, Son Excellence le Gouverneur général en conseil nomme
le président du Conseil privé de la Reine pour le Canada à titre de
ministre de tutelle de la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc.
Cette mesure prend effet le 13 février 2014.
a
a
R.S., c. F-11
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
L.R., ch. F-11
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
575
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
Registration
SI/2014-15 February 26, 2014
Enregistrement
TR/2014-15 Le 26 février 2014
OLD aGE SECuRITY aCT
LOI SuR La SÉCuRITÉ DE La VIEILLESSE
Proclamation giving notice that the agreement on
social security between canada and the republic
of bulgaria and the administrative agreement
between the government of canada and the
government of the republic of bulgaria for the
implementation of the agreement on social
security between canada and the republic of
bulgaria are in force as of march 1, 2014
Proclamation donnant avis que l’accord sur la
sécurité sociale entre le canada et la république de
bulgarie et l’accord administratif entre le
gouvernement du canada et le gouvernement de la
république de bulgarie pour l’application de
l’accord sur la sécurité sociale entre le canada et
la république de bulgarie entrent en vigueur le
1er mars 2014
PaTRICIa JaTON
[L.S.]
PaTRICIa JaTON
[S.L.]
Canada
ELIZaBETH THE SECOND, by the Grace of God of the united
kingdom, Canada and Her other Realms and Territories
QuEEN, Head of the Commonwealth, Defender of the Faith.
To all to whom these Presents shall come or whom the same may
in any way concern,
Greeting:
WILLIaM PENTNEY
Deputy Attorney General
Canada
ELIZaBETH DEux, par la Grâce de Dieu, REINE du Royaume­
uni, du Canada et de ses autres royaumes et territoires, Chef du
Commonwealth, Défenseur de la Foi.
À tous ceux à qui les présentes parviennent ou qu’icelles peuvent
de quelque manière concerner,
Salut :
Le sous-procureur général
WILLIaM PENTNEY
a PROCLaMaTION
PROCLaMaTION
Whereas by Order in Council P.C. 2013-0280 of March 7, 2013,
the Governor in Council declared that, in accordance with ar­
ticle 30 of the Agreement on Social Security between Canada and
the Republic of Bulgaria and article 8 of the Administrative Agree­
ment between the Government of Canada and the Government of
the Republic of Bulgaria for the Implementation of the Agreement
on Social Security between Canada and the Republic of Bulgaria,
signed at Ottawa, on October 5, 2012, the agreement and the
administrative agreement shall enter into force on the first day of
the fourth month following the month in which the Parties have
exchanged written notifications that they have complied with all
requirements for the entry into force of the agreements;
Whereas the Order in Council was laid before the House of
Commons on March 19, 2013 and the Senate on March 20, 2013 as
required under the provisions of the Old Age Security Act;
attendu que, par le décret C.P. 2013-0280 du 7 mars 2013, le
gouverneur en conseil a déclaré que, conformément à l’article 30
de l’Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la Répu­
blique de Bulgarie et l’article 8 de l’Accord administratif entre le
gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de
Bulgarie pour l’application de l’Accord sur la sécurité sociale
entre le Canada et la République de Bulgarie, signé à Ottawa le
5 octobre 2012, l’accord et l’accord administratif entreront en
vigueur le premier jour du quatrième mois suivant celui où les Par­
ties auront échangé des notifications écrites indiquant qu’elles se
sont conformées à toutes les exigences relatives à l’entrée en
vigueur de ces accords;
attendu que ce décret a été déposé devant la Chambre des com­
munes le 19 mars 2013 et le Sénat le 20 mars 2013, comme
l’exigent les dispositions de la Loi sur la sécurité de la vieillesse;
Whereas, before the twentieth sitting day after the Order had
been laid before both Houses of Parliament, no motion for the con­
sideration of either House to the effect that the Order be revoked
was filed with the Speaker of the appropriate House;
Whereas, pursuant to subsection 42(2) of the Old Age Security
Act, the Order came into force on the thirtieth sitting day after it
had been laid before Parliament, being May 23, 2013;
attendu que, avant le vingtième jour de séance suivant le dépôt,
aucune motion adressée à l’une ou l’autre chambre en vue de l’an­
nulation du décret n’a été remise au président de la chambre
concernée;
attendu que, en vertu du paragraphe 42(2) de la Loi sur la sécu­
rité de la vieillesse, le décret est entré en vigueur le trentième jour
de séance suivant son dépôt devant le Parlement, soit le 23 mai
2013;
attendu que l’échange de notifications a été complété en
novembre 2013;
attendu que les accords entreront en vigueur le premier jour du
quatrième mois suivant celui où les Parties auront échangé des
notifications écrites indiquant qu’elles se sont conformées à toutes
les exigences relatives à l’entrée en vigueur de ces accords, soit
le 1er mars 2014;
Whereas the exchange of the written notices was completed in
November 2013;
Whereas the agreements shall enter into force on the first day of
the fourth month following the month in which the Parties have
exchanged written notifications that they have complied with all
requirements for the entry into force of the agreements, being
March 1, 2014;
576
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
and whereas, by Order in Council P.C. 2014-32 of January 28,
2014, the Governor in Council, pursuant to subsection 41(2) of the
Old Age Security Act, directed that a proclamation be issued giving
notice that the Agreement on Social Security between Canada and
the Republic of Bulgaria and the Administrative Agreement
between the Government of Canada and the Government of the
Republic of Bulgaria for the Implementation of the Agreement on
Social Security between Canada and the Republic of Bulgaria are
in force as of March 1, 2014;
Now know you that We, by and with the advice of Our Privy
Council for Canada, do by this Our proclamation give notice that
the Agreement on Social Security between Canada and the Repub­
lic of Bulgaria and the Administrative Agreement between the Gov­
ernment of Canada and the Government of the Republic of Bul­
garia for the Implementation of the Agreement on Social Security
between Canada and the Republic of Bulgaria, copies of which are
annexed to this proclamation, are in force as of March 1, 2014.
Of all which Our Loving Subjects and all others whom these
presents may concern are required to take notice and to govern
themselves accordingly.
In testimony whereof, We have caused this Our proclamation to be
published and the Great Seal of Canada to be hereunto affixed.
WITNESS: PaTRICIa JaTON, Deputy of Our Right Trusty and
Well-beloved David Johnston, Chancellor and Principal Com­
panion of Our Order of Canada, Chancellor and Commander of
Our Order of Military Merit, Chancellor and Commander of Our
Order of Merit of the Police Forces, Governor General and
Commander-in-Chief of Canada.
aT OTTaWa, this thirteenth day of February in the year of Our
Lord two thousand and fourteen and in the sixty-third year of
Our Reign.
By Command,
JOHN kNuBLEY
Deputy Registrar General Of Canada
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
attendu que, par le décret C.P. 2014-32 du 28 janvier 2014, le
gouverneur en conseil a ordonné, en vertu du paragraphe 41(2) de
la Loi sur la sécurité de la vieillesse, que soit lancée une proclama­
tion donnant avis que l’Accord sur la sécurité sociale entre le
Canada et la République de Bulgarie et l’Accord administratif
entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Répu­
blique de Bulgarie pour l’application de l’Accord sur la sécurité
sociale entre le Canada et la République de Bulgarie entrent en
vigueur le 1er mars 2014;
Sachez que, sur et avec l’avis de Notre Conseil privé pour le
Canada, Nous, par Notre présente proclamation, donnons avis que
l’Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République
de Bulgarie et l’Accord administratif entre le gouvernement du
Canada et le gouvernement de la République de Bulgarie pour
l’application de l’Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et
la République de Bulgarie, dont des copies sont ci-jointes, entrent
en vigueur le 1er mars 2014.
De ce qui précède, Nos féaux sujets et tous ceux que les pré­
sentes peuvent concerner sont par les présentes requis de prendre
connaissance et d’agir en conséquence.
En foi de quoi, Nous avons fait publier Notre présente proclama­
tion et y avons fait apposer le grand sceau du Canada. TÉMOIN :
PaTRICIa JaTON, suppléante de Notre très fidèle et bien-aimé
David Johnston, chancelier et compagnon principal de Notre
Ordre du Canada, chancelier et commandeur de Notre Ordre du
mérite militaire, chancelier et commandeur de Notre Ordre du
mérite des corps policiers, gouverneur général et commandant
en chef du Canada.
À OTTaWa, ce treizième jour de février de l’an de grâce deux
mille quatorze, soixante-troisième de Notre règne.
Par ordre,
Le sous-registraire général du Canada
JOHN kNuBLEY
577
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
agreement On sOcial security
accOrd sur la sécurité sOciale
between
entre
canada
le canada
and
et
the rePublic OF bulgaria
la réPubliQue de bulgarie
canada and the rePublic OF bulgaria
(“bulgaria”)
le canada et la réPubliQue de bulgarie
(« bulgarie »)
hereinafter referred to as the “Parties”,
ci-après appelés les « Parties »,
resOlved to co-operate in the field of social security,
résOlus à coopérer dans le domaine de la sécurité sociale,
have decided to conclude an agreement for this purpose,
and
Ont décidé de conclure un accord à cette fin, et
have agreed as follows:
sOnt cOnvenus de ce qui suit :
Part i
titre i
general PrOvisiOns
disPOsitiOns générales
article 1
article Premier
definitions
définitions
1. For the purposes of this agreement:
(a) “competent authority” means, for Canada, the Minister or
Ministers responsible for the application of the legislation
of Canada specified in article 2(1)(a); and, for Bulgaria, the
Minister of Labour and Social Policy;
(b) “competent institution” means, for Canada, the competent
authority; and, for Bulgaria, the institutions responsible for
the application of the legislation specified in article 2(1)(b)
of this agreement;
(c) “compliance verification” means, for a Party, the verifica­
tion that the eligibility for and the payment of pensions are
in conformity with the legislation of the relevant Party;
(d) “creditable period” means:
for Canada, a period of contribution used to acquire the
right to a pension under the Canada Pension Plan; a period
during which a disability pension is paid under that Plan;
and a period of residence used to acquire the right to a pen­
sion under the Old Age Security Act; and,
for Bulgaria, any period of insurance and any other period
recognized as equivalent to a period of insurance under the
legislation of Bulgaria;
(e) “legislation” means, for a Party, the laws and regulations
specified in article 2 of this agreement;
(f) “pension” means, for a Party, any cash benefit, pension or
allowance provided for in the legislation of that Party and
1. aux fins de l’application du présent accord :
a) « autorité compétente » désigne, pour le Canada, le ou les
ministres chargés de l’application de la législation du
Canada visée à l’article 2(1)(a); et, pour la Bulgarie, le
ministre du Travail et de la Politique sociale;
b) « institution compétente » désigne, pour le Canada, l’auto­
rité compétente; et, pour la Bulgarie, les institutions char­
gées de l’application de la législation visée à l’article 2(1)b)
du présent accord;
c) « vérification de la conformité » désigne, pour une Partie, la
vérification que l’admissibilité et le paiement des pensions
sont conformes à la législation de la Partie concernée;
d) « période admissible » désigne :
pour le Canada, une période de cotisation ouvrant droit à
pension conformément au Régime de pensions du Canada,
une période au cours de laquelle une pension d’invalidité
est versée conformément à ce Régime et une période de
résidence ouvrant droit à pension conformément à la Loi
sur la sécurité de la vieillesse; et
pour la Bulgarie, toute période d’assurance sociale et toute
autre période reconnue comme étant équivalente à une
période d’assurance sociale selon la législation de la
Bulgarie;
e) « législation » désigne, pour une Partie, les lois et règle­
ments visés à l’article 2 du présent accord;
578
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
includes any supplements or increases applicable to that
cash benefit, pension or allowance;
(g) “residence” means, for Canada, the meaning assigned to it
in the applicable laws and regulations and, for Bulgaria, a
person’s habitual place of residence.
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
f)
2. any term not defined in this article has the meaning assigned to
it in the applicable legislation.
« pension » désigne, pour une Partie, toute prestation en
espèces, pension ou allocation dont le versement est prévu
par la législation de cette Partie et comprend tout supplé­
ment ou toute augmentation applicable à cette prestation en
espèces, pension ou allocation;
g) « résidence » désigne, pour le Canada, le sens qui lui est
attribué par les lois et les règlements applicables et, pour la
Bulgarie, le lieu de résidence habituelle d’une personne.
2. Tout terme non défini au présent article a le sens qui lui est attri­
bué par la législation applicable.
article 2
article 2
legislative scope
champ matériel
1. This agreement shall apply to the following legislation:
(a) with respect to Canada:
(i) the Old Age Security Act and the Regulations made
thereunder;
(ii) Canada Pension Plan and the Regulations made
thereunder;
(b) with respect to Bulgaria, the Social Insurance Code and
regulations regarding pensions from the State Social Insur­
ance for periods of insurance and age, invalidity due to gen­
eral disease and resulting survivors’ pensions, as well as the
relevant contributions.
2. Subject to paragraph 3, this agreement shall also apply to laws
and regulations which amend, supplement, consolidate or super­
sede the legislation specified in paragraph 1.
3. This agreement shall also apply to laws and regulations which
extend the legislation of a Party to new categories of beneficiaries
or to new pensions or benefits unless the Party implementing the
changes communicates to the other Party, within three months of
the entry into force of those laws and regulations, that they shall
not apply.
1. Le présent accord s’applique à la législation suivante :
a) en ce qui concerne le Canada :
i) la Loi sur la sécurité de la vieillesse et les règlements
pris sous son régime,
ii) le Régime de pensions du Canada et les règlements pris
sous son régime;
b) en ce qui concerne la Bulgarie, le Code de l’assurance
sociale et les règlements concernant les pensions de l’assu­
rance sociale de l’État pour les périodes d’assurance et de
vieillesse, d’invalidité due à une maladie générale et les
pensions de survivants en résultant, ainsi que les cotisations
pertinentes.
2. Sous réserve du paragraphe 3, le présent accord s’applique aussi
aux lois et aux règlements qui modifient, complètent, unifient ou
remplacent la législation visée au paragraphe 1.
3. Le présent accord s’applique de plus aux lois et aux règlements
qui étendent la législation d’une Partie à de nouvelles catégories de
bénéficiaires ou à de nouvelles pensions ou prestations, sauf si la
Partie qui met en œuvre des changements informe l’autre Partie,
dans les trois mois de l’entrée en vigueur de ces lois et règlements,
qu’ils ne s’appliquent pas.
article 3
article 3
Personal scope
champ personnel
This agreement shall apply to any person who is or who has
been subject to the legislation of Canada or Bulgaria or both Parties
and to persons who derive rights from that person within the mean­
ing of the applicable legislation of either Party.
Le présent accord s’applique à toute personne qui est ou qui a été
assujettie à la législation du Canada ou de la Bulgarie ou des deux
Parties, ainsi qu’aux personnes qui acquièrent des droits de cette
personne au sens de la législation applicable de l’une ou de l’autre
des Parties.
article 4
article 4
equality of treatment
égalité de traitement
Persons described in article 3 shall be subject to the obligations
of the legislation of the other Party and shall be eligible for the pen­
sions of that legislation under the same conditions as citizens of the
other Party.
Les personnes décrites à l’article 3 sont assujetties aux obliga­
tions prévues par la législation de l’autre Partie et ont droit aux
pensions prévues par cette législation aux mêmes conditions que
les citoyens de l’autre Partie.
579
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
article 5
article 5
export of Pensions
versement des pensions à l’étranger
1. unless otherwise provided in this agreement, pensions payable
under the legislation of a Party to any person described in article 3,
including pensions acquired by virtue of this agreement, shall not
be reduced, modified, suspended or cancelled by reason only of the
fact that the person resides in or is present in the territory of the
other Party. a person who is entitled to a pension shall continue to
be entitled to that pension when that person resides in or is present
in the territory of a third state.
2. as regards Canada, an allowance and a guaranteed income sup­
plement shall be payable to a person who is outside Canada only to
the extent permitted by the Old Age Security Act.
1. Sauf dispositions contraires du présent accord, les pensions
payables aux termes de la législation d’une Partie à toute personne
décrite à l’article 3, y compris les pensions acquises aux termes du
présent accord, ne font l’objet d’aucune réduction, modification,
suspension ou suppression du seul fait que cette personne réside ou
est présente sur le territoire de l’autre Partie. une personne qui a
droit à une pension continue à y avoir droit lorsqu’elle réside sur le
territoire d’un État tiers ou y est présente.
2. En ce qui concerne le Canada, une allocation et un supplément
de revenu garanti sont payables à une personne qui est hors du
Canada uniquement dans la mesure permise par la Loi sur la sécu­
rité de la vieillesse.
Part ii
titre ii
aPPlicable legislatiOn
législatiOn aPPlicable
article 6
article 6
general rules for employed
and self-employed Persons
règles générales pour les travailleurs salariés
et travailleurs autonomes
Subject to articles 7 to 11:
(a) an employed person who works in the territory of a Party
shall, in respect of that work, be subject only to the legisla­
tion of that Party;
(b) a self-employed person who resides in the territory of a
Party and who works for his or her own account in the terri­
tory of the other Party or in the territories of both Parties
shall, in respect of that work, be subject only to the legisla­
tion of the first Party.
Sous réserve des articles 7 à 11 :
a) un travailleur salarié qui travaille sur le territoire d’une Partie
est assujetti, relativement à ce travail, uniquement à la légis­
lation de cette Partie;
b) un travailleur autonome qui réside sur le territoire d’une Partie et qui travaille à son propre compte sur le territoire de
l’autre Partie ou sur le territoire des deux Parties est assujetti,
relativement à ce travail, uniquement à la législation de la
première Partie.
article 7
article 7
detachments
détachements
an employed person who is subject to the legislation of a Party
and who is sent by their employer to work in the territory of the
other Party shall, in respect of that work, be subject only to the
legislation of the first Party as though that work was performed in
its territory. a detachment shall not exceed 60 months, unless the
designated competent institutions of both Parties consent to an
extension.
un travailleur salarié qui est assujetti à la législation d’une Partie
et qui est affecté par son employeur à un travail sur le territoire de
l’autre Partie est assujetti, relativement à ce travail, uniquement à la
législation de la première Partie comme si ce travail s’effectuait sur
son territoire. un détachement n’excède pas 60 mois, à moins que
les institutions compétentes désignées des deux parties consentent
à une prolongation.
article 8
article 8
crews of ships
équipages de navires
a person who is subject to the legislation of both Parties in
respect of employment as a member of the crew of a ship shall, in
respect of that employment, be subject only to the legislation of
Canada if that person resides in the territory of Canada and only to
une personne qui est assujettie à la législation des deux Parties
relativement à un emploi comme membre d’équipage de navire est,
à l’égard de cet emploi, assujettie uniquement à la législation du
Canada si elle réside sur le territoire du Canada, et uniquement à la
580
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
the legislation of Bulgaria if the employer’s registered office or
place of business is in the territory of Bulgaria. In any other case
the competent authorities or the designated competent institutions
of both Parties shall determine, by mutual consent, the legislation
applicable to the person concerned.
législation de la Bulgarie si le siège social de l’employeur ou son
établissement est situé sur le territoire de la Bulgarie. Dans tous les
autres cas, les autorités compétentes ou les institutions compé­
tentes désignées des deux Parties, déterminent, par consentement
mutuel, la législation applicable à la personne concernée.
article 9
article 9
staff of diplomatic missions
and consular Offices
Personnel des missions diplomatiques
et des postes consulaires
1. Notwithstanding any provision of this agreement, the provisions
regarding social security of the Vienna Convention on Diplomatic
Relations of 18 april 1961 and the Vienna Convention on Consular
Relations of 24 april 1963 shall continue to apply.
1. Nonobstant toute disposition du présent accord, les dispositions
relatives à la sécurité sociale de la Convention de Vienne sur les
relations diplomatiques du 18 avril 1961 et de la Convention de
Vienne sur les relations consulaires du 24 avril 1963 continuent à
s’appliquer.
2. une personne qui réside sur le territoire d’une Partie et qui est
recrutée sur place pour occuper un emploi auprès d’une mission
diplomatique ou d’un bureau consulaire de l’autre Partie est,
à l’égard de cet emploi, assujettie uniquement à la législation de la
première Partie.
2. a person who resides in the territory of a Party and who is locally
engaged by a diplomatic mission or a consular office of the other
Party shall, in respect of that employment, be subject only to the
legislation of the first Party.
article 10
article 10
civil service and government employment
Fonction publique et emploi auprès du gouvernement
Subject to article 9, a person employed in the government or
civil service of a Party shall, in respect of that employment, be
subject only to the legislation of that Party.
Sous réserve de l’article 9, une personne qui occupe un emploi
auprès du gouvernement ou de la fonction publique d’une Partie est
assujettie, à l’égard de son emploi, uniquement à la législation de
cette Partie.
article 11
article 11
exceptions
exceptions
The competent authorities or designated competent institutions
of the Parties may, by mutual consent, modify the application of
the provisions of articles 6 to 10 with respect to any person or
categories of persons.
Les autorités compétentes ou les institutions compétentes dési­
gnées des Parties peuvent, par consentement mutuel, modifier
l’application des dispositions des articles 6 à 10 à l’égard de toute
personne ou catégorie de personnes.
article 12
article 12
coverage and residence under
the legislation of canada
assujettissement et résidence prévus
par la législation du canada
1. For the purposes of calculating pensions under the Old Age
Security Act:
(a) If a person is subject to the Canada Pension Plan or to the
comprehensive pension plan of a province of Canada dur­
ing any period of presence or residence in Bulgaria, that
period shall be considered to be a period of residence in
Canada for that person; it shall also be considered to be a
period of residence in Canada for that person’s spouse or
common-law partner and dependants who reside with that
person and who are not subject to the legislation of Bul­
garia by reason of employment or self-employment;
1. aux fins du calcul du montant des pensions prévues par la Loi
sur la sécurité de la vieillesse :
a) si une personne est assujettie au Régime de pensions du
Canada ou au régime général de pensions d’une province
du Canada pendant une période quelconque de présence ou
de résidence en Bulgarie, cette période est considérée
comme une période de résidence au Canada pour cette per­
sonne, ainsi que pour son époux ou conjoint de fait et les
personnes à sa charge qui résident avec elle et qui ne sont
pas assujettis à la législation de la Bulgarie en raison d’em­
ploi ou de travail autonome;
581
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
(b) If a person is subject to the legislation of Bulgaria during
any period of presence or residence in Canada, that period
for that person, and for that person’s spouse or commonlaw partner and dependants who reside with him or her,
shall be determined according to the provisions of the legis­
lation of Canada.
2. In the application of paragraph 1:
(a) a person shall be considered to be subject to the Canada
Pension Plan or to the comprehensive pension plan of a
province of Canada during a period of presence or resi­
dence in Bulgaria only if that person makes contributions
pursuant to the plan concerned during that period by reason
of employment or self-employment;
(b) a person shall be considered to be subject to the legislation
of Bulgaria during a period of presence or residence in Can­
ada only if that person is subject to compulsory insurance
pursuant to that legislation during that period by reason of
employment or self-employment.
b) si une personne est assujettie à la législation de la Bulgarie
pendant une période quelconque de présence ou de rési­
dence au Canada, cette période pour cette personne, et pour
son époux ou son conjoint de fait et les personnes à sa
charge qui résident avec elle, est établie en conformité avec
les dispositions de la législation du Canada.
2. Pour l’application du paragraphe 1 :
a) une personne est considérée comme étant assujettie au
Régime de pensions du Canada ou au régime général de
pensions d’une province du Canada pendant une période de
présence ou de résidence en Bulgarie uniquement si elle
verse des cotisations aux termes du régime concerné pen­
dant cette période en raison d’emploi ou de travail
autonome;
b) une personne est considérée comme étant assujettie à la
législation de la Bulgarie pendant une période de présence
ou de résidence au Canada uniquement si elle est assujettie
à une assurance obligatoire aux termes de cette législation
pendant cette période en raison d’emploi ou de travail
autonome.
Part iii
titre iii
PensiOns
PensiOns
chaPter 1
sectiOn i
tOtaliZing
tOtalisatiOn
article 13
article 13
Periods under the legislation of
canada and bulgaria
Périodes prévues par la législation du
canada et de la bulgarie
1. If a person is not eligible for a pension due to insufficient credit­
able periods under the legislation of a Party, that person’s eligibil­
ity shall be determined by totalizing these periods and those speci­
fied in paragraphs 2 through 5, provided that the periods do not
overlap.
1. Si une personne ne remplit pas les conditions d’admissibilité à
une pension en raison d’une insuffisance de périodes admissibles
aux termes de la législation d’une Partie, l’admissibilité de cette
personne est déterminée par la totalisation de ces périodes et de
celles précisées aux paragraphes 2 à 5, pour autant que ces périodes
ne se superposent pas.
2. Pour déterminer l’admissibilité à :
a) une pension aux termes de la Loi sur la sécurité de la vieil­
lesse du Canada, une période admissible aux termes de la
législation de la Bulgarie est considérée comme une période
de résidence au Canada;
b) une pension aux termes du Régime de pensions du Canada,
une année civile comptant au moins trois mois ou 90 jours
qui sont des périodes admissibles aux termes de la législa­
tion de la Bulgarie est considérée comme une année admis­
sible aux termes du Régime de pensions du Canada.
3. Pour déterminer l’admissibilité à une pension de vieillesse, à
une pension de retraite anticipée, ou à une pension de survivant en
résultant aux termes de la législation de la Bulgarie :
a) une année civile qui est une période admissible aux termes
du Régime de pensions du Canada est considérée comme
2. To determine eligibility for:
(a) a pension under the Old Age Security Act of Canada, a
creditable period under the legislation of Bulgaria shall be
considered as a period of residence in Canada;
(b) a pension under the Canada Pension Plan, a calendar year
with at least three months or 90 days which are creditable
periods under the legislation of Bulgaria shall be considered
as a year which is creditable under the Canada Pension
Plan.
3. To determine eligibility for old age, early retirement, or
resulting survivor pensions under the legislation of Bulgaria:
(a) a calendar year which is a creditable period under the Can­
ada Pension Plan shall be considered as one year which is
creditable under the legislation of Bulgaria;
582
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
(b) a creditable period under the Old Age Security Act of Can­
ada and which does not overlap with a creditable period
under the Canada Pension Plan shall be considered as a
creditable period under the legislation of Bulgaria.
4. To determine eligibility for a disability pension or survivor pen­
sion derived from the right to a disability pension under the legisla­
tion of Bulgaria, a calendar year which is a creditable period under
the Canada Pension Plan shall be considered as a year which is
creditable under the legislation of Bulgaria.
5. If one Party’s legislation provides that a period is creditable for
pension eligibility only when that period is completed in a specific
activity or occupation; then that Party’s competent institution shall
consider periods completed under the legislation of the other Party
only when those periods are completed in that specific activity or
occupation.
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
une année admissible aux termes de la législation de la
Bulgarie;
b) une période admissible aux termes de la Loi sur la sécurité
de la vieillesse du Canada et qui ne se superpose pas à une
période admissible aux termes du Régime de pensions du
Canada est considérée comme une période admissible aux
termes de la législation de la Bulgarie.
4. Pour déterminer l’admissibilité à une pension d’invalidité ou de
survivant qui dérive du droit à une pension d’invalidité aux termes
de la législation de la Bulgarie, une année civile qui est une période
admissible aux termes du Régime de pensions du Canada est
considérée comme une année admissible aux termes de la législa­
tion de la Bulgarie.
5. Si la législation d’une Partie prévoit qu’une période est admis­
sible pour remplir les conditions d’admissibilité à une pension uni­
quement lorsque cette période est accomplie dans une activité ou
une occupation spécifique, l’institution compétente de cette Partie
prend en compte les périodes accomplies aux termes de la législa­
tion de l’autre Partie uniquement lorsque ces périodes ont été
accomplies pour la même activité ou occupation spécifique.
article 14
article 14
Periods completed in a third state
Périodes accomplies dans un état tiers
If a person is not eligible for a pension on the basis of the credit­
able periods under the legislation of the Parties, totalized in accord­
ance with article 13, the eligibility of that person for that pension
shall be determined by totalizing these periods and periods com­
pleted under the program of a third State with which both Parties
are bound by bilateral social security instruments which provide
for the totalizing of periods.
Si une personne ne remplit pas les conditions d’admissibilité à
une pension sur la base des périodes admissibles aux termes de la
législation des Parties, totalisées conformément à l’article 13, l’ad­
missibilité de cette personne à cette pension est déterminée par la
totalisation de ces périodes et des périodes accomplies suivant le
programme d’un État tiers avec lequel les deux Parties sont liées
par des instruments de sécurité sociale bilatéraux prévoyant la tota­
lisation des périodes.
article 15
article 15
minimum Period to be totalized
Période minimale à totaliser
If the total duration of the creditable periods accumulated under
the legislation of a Party is less than one year and if, taking into
account only those periods, the right to a pension does not exist
under the legislation of that Party, the competent institution of that
Party shall not be required to pay a pension in respect of those
periods. These creditable periods shall, however, be taken into con­
sideration by the competent institution of the other Party to deter­
mine whether a person is eligible for the pension under the legisla­
tion of that Party through the application of Chapter 1.
Si la durée totale des périodes admissibles accumulées aux
termes de la législation d’une Partie est inférieure à une année et si,
compte tenu de ces seules périodes, le droit à une pension n’est pas
acquis aux termes de la législation de cette Partie, l’institution
compétente de cette Partie n’est pas tenue de verser une pension à
l’égard de ces périodes. Ces périodes admissibles sont toutefois
prises en compte par l’institution compétente de l’autre Partie afin
de déterminer si, au moyen de l’application de la section 1, une
personne remplit les conditions d’admissibilité à une pension aux
termes de la législation de cette Partie.
583
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
chaPter 2
sectiOn 2
PensiOns under the legislatiOn
OF canada
PensiOns auX termes de la
législatiOn du canada
article 16
article 16
Pensions under the Old age security act
Pensions aux termes de la loi sur la sécurité de la vieillesse
1. If a person is eligible for a pension or allowance under the Old
Age Security Act based solely on the totalizing provisions of Chap­
ter 1, the competent institution of Canada shall calculate the
amount of the pension or allowance payable to that person in
accordance with the provisions of that act governing the payment
of a partial pension or allowance, based solely on the periods of
residence in Canada which may be considered under that act and
this agreement.
1. Si une personne remplit les conditions d’admissibilité à une pen­
sion ou à une allocation aux termes de la Loi sur la sécurité de la
vieillesse, sur le seul fondement des dispositions relatives à la tota­
lisation énoncées à la section 1, l’institution compétente du Canada
calcule le montant de la pension ou de l’allocation payable à cette
personne conformément aux dispositions de cette loi régissant le
versement de la pension partielle ou de l’allocation partielle, en
fonction seulement des périodes de résidence au Canada pouvant
être prises en compte aux termes de cette loi et aux termes du pré­
sent accord.
2. Le paragraphe 1 s’applique aussi à une personne hors du Canada
qui remplit les conditions d’admissibilité à une pleine pension au
Canada, mais qui n’a pas résidé au Canada pendant la période
minimale exigée par la Loi sur la sécurité de la vieillesse pour le
versement d’une pension hors du Canada.
3. une pension de la Sécurité de la vieillesse est versée à une per­
sonne qui est hors du Canada uniquement si les périodes de rési­
dence de cette personne, totalisées conformément à la section 1,
sont au moins égales à la période minimale de résidence au Canada
exigée par la Loi sur la sécurité de la vieillesse pour le versement
d’une pension hors du Canada.
2. Paragraph 1 shall also apply to a person outside Canada who
would be eligible for a full pension in Canada but who has not
resided in Canada for the minimum period required by the Old Age
Security Act for the payment of a pension outside Canada.
3. a person who is outside of Canada shall be paid an Old age
Security Pension only if that person’s periods of residence, when
totalized in accordance with Chapter 1, are at least equal to the
minimum period of residence in Canada required by the Old Age
Security Act for the payment of a pension outside Canada.
article 17
article 17
Pensions under the canada Pension Plan
Pensions aux termes du régime de pensions du canada
If a person is eligible for a pension solely through the applica­
tion of the totalizing provisions of Chapter 1, the competent institu­
tion of Canada shall calculate the amount of pension payable to
that person in the following manner:
(a) the amount of the earnings-related portion of the pension
shall be determined in accordance with the provisions of the
Canada Pension Plan, based solely on the pensionable earn­
ings under that Plan;
(b) the amount of the flat-rate portion of the pension shall be
pro-rated by multiplying:
the amount of the flat-rate portion of the pension determined
in accordance with the provisions of the Canada Pension
Plan
by
the fraction representing the ratio of the periods of contribu­
tion to the Canada Pension Plan in relation to the minimum
qualifying period required under that Plan to establish eligi­
bility for that pension. That fraction shall not exceed the
value of one.
Si une personne remplit les conditions d’admissibilité à une pen­
sion uniquement par suite de l’application des dispositions rela­
tives à la totalisation énoncées à la section 1, l’institution compé­
tente du Canada calcule le montant de la pension payable à cette
personne comme suit :
a) le montant de la composante liée aux gains de la pension est
déterminé conformément aux dispositions du Régime de
pensions du Canada, uniquement en fonction des gains
ouvrant droit à pension crédités aux termes de ce Régime;
b) le montant de la composante à taux uniforme de la pension
est déterminé au prorata par la multiplication :
du montant de la composante à taux uniforme de la pension
déterminé conformément aux dispositions du Régime de
pensions du Canada
par
la fraction qui exprime le rapport entre les périodes de coti­
sation au Régime de pensions du Canada et la période minimale d’admissibilité à cette pension aux termes de ce
Régime. Cette fraction n’excède pas la valeur de un.
584
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
chaPter 3
sectiOn 3
PensiOns under the legislatiOn
OF bulgaria
PensiOns auX termes de la législatiOn
de la bulgarie
article 18
article 18
calculating the Pension Payable
calcul du montant de la pension payable
1. If a person is eligible for a pension solely through the application
of the totalizing provisions of Chapter 1, the competent institution
of Bulgaria shall calculate the amount of pension payable accord­
ing to the Bulgarian legislation only on the basis of Bulgarian
creditable periods and according to the income on which insurance
contributions have been paid during these periods.
1. Si une personne remplit les conditions d’admissibilité à une pen­
sion uniquement par suite de l’application des dispositions rela­
tives à la totalisation énoncées à la section 1, l’institution compé­
tente de la Bulgarie calcule le montant de la pension payable
conformément à la législation de la Bulgarie uniquement en fonc­
tion des périodes admissibles en Bulgarie et selon le revenu sur
lequel les cotisations d’assurance ont été payées au cours de ces
périodes.
2. aux fins de la détermination du montant d’une pension d’invali­
dité, la période d’assurance reconnue pour l’intervalle entre la sur­
venance de l’invalidité et la date d’acquisition du droit à une pen­
sion de vieillesse aux termes de la législation de la Bulgarie est
réduite par la période de cotisation accomplie conformément au
Régime de pensions du Canada après la date de survenance
d’invalidité.
2. When determining the amount of an invalidity pension, the
insurance period recognized for the time between the occurrence of
invalidity and the date of acquiring the right to an old age pension
under the Bulgarian legislation shall be reduced by the length of
the periods of contribution completed under the Canada Pension
Plan after the date of occurrence of invalidity.
Part iv
titre iv
administrative and miscellaneOus
PrOvisiOns
disPOsitiOns administratives
et diverses
article 19
article 19
administrative instruments
instruments administratifs
The Parties shall conclude administrative agreements or arrange­
ments which establish the measures necessary for the application
of this agreement.
Les Parties concluent des accords ou des arrangements adminis­
tratifs qui fixent les mesures nécessaires à l’application du présent
accord.
article 20
article 20
exchange of information and mutual assistance
échange de renseignements et assistance mutuelle
1. The competent authorities and the competent institutions respon­
sible for the application of this agreement shall:
(a) To the extent permitted by the legislation which they admin­
ister, communicate to each other any information necessary
for the application of this agreement and the legislation to
which this agreement applies, including the exchange of
information necessary for the purposes of compliance veri­
fication activities and debt recovery means referred to in
article 21 of this agreement;
(b) Provide assistance to one another for the application and
administration of this agreement as if the matter involved
the application of their own legislation;
(c) Communicate to each other, as soon as possible, all
information about the measures taken by them for the
1. Les autorités compétentes et les institutions compétentes char­
gées de l’application du présent accord :
a) se communiquent, dans la mesure où la législation qu’elles
appliquent le permet, tout renseignement nécessaire à l’ap­
plication du présent accord et de la législation à laquelle le
présent accord s’applique, y compris l’échange de rensei­
gnements nécessaires pour les activités de vérification de la
conformité et les méthodes de récupération des créances
mentionnés à l’article 21 du présent accord;
b) se fournissent assistance pour l’application et l’administra­
tion du présent accord comme si la question en cause tou­
chait l’application de leur propre législation;
c) se communiquent, dès que possible, tout renseignement
concernant les mesures qu’elles prennent pour l’application
585
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
application of this agreement or about changes in the
respective legislation of the Parties when these changes
affect the application of this agreement.
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
du présent accord ou concernant les modifications appor­
tées à la législation respective des Parties lorsque ces modi­
fications influent sur l’application du présent accord.
2. The assistance referred to in sub-paragraph 1 (b) shall be pro­
vided free of charge, subject to any provision contained in an
administrative agreement or arrangement concluded pursuant to
article 19 for the reimbursement of certain types of expenses.
3. unless disclosure is required under the laws of a Party, any infor­
mation about a person which is transmitted in accordance with this
agreement from a Party to the other Party is confidential and shall
be used only for purposes of the application of this agreement and
the legislation to which this agreement applies. Information about
a person obtained by the receiving Party shall not be disclosed sub­
sequently to any other person, body or country unless the sending
Party is notified and considers it advisable and the information is
disclosed only for the same purpose for which it was originally
disclosed.
2. L’assistance mentionnée au sous-paragraphe 1 b) est fournie
sans frais, sous réserve de toute disposition contenue dans un
accord ou un arrangement administratif conclu conformément à
l’article 19 pour le remboursement de certains types de dépenses.
3. Sauf si sa divulgation est requise aux termes des lois d’une Partie, tout renseignement relatif à une personne, transmis conformé­
ment au présent accord par une Partie à l’autre Partie, est confiden­
tiel et est utilisé seulement aux fins de l’application du présent
accord et de la législation à laquelle le présent accord s’applique.
Les renseignements au sujet d’une personne obtenus par la Partie
destinataire ne sont pas subséquemment divulgués à une autre per­
sonne, à un autre organisme ou à un autre pays, sauf si la Partie
émettrice en est avisée et estime qu’il est opportun de le faire et si
les renseignements sont divulgués pour les mêmes fins que celles
pour lesquelles ils ont été divulgués au départ.
article 21
article 21
compliance verification and debt recovery
vérification de la conformité et récupération des créances
1. Where by virtue of this agreement a Party pays a pension to a
person, the competent authority or competent institution of that
Party may undertake compliance verification activities.
3. If a competent authority or competent institution of a Party
determines that a person received an overpayment, that Party is
entitled to recover that overpayment and may use any means
existing under the laws of that Party to recover that overpayment.
1. Lorsque, en conformité avec le présent accord, une Partie verse
une pension à une personne, l’autorité compétente ou l’institution
compétente de cette Partie peut entreprendre des activités de véri­
fication de la conformité.
2. La vérification de la conformité et la récupération des créances
sont effectuées conformément aux dispositions de l’accord ou de
l’arrangement administratif conclu en application de l’article 19 du
présent accord.
3. La Partie dont l’autorité compétente ou l’institution compétente
détermine qu’une personne a touché un trop-perçu est en droit de
récupérer ce trop-perçu et peut utiliser pour ce faire tous les moyens
existants qui sont prévus par ses lois.
article 22
article 22
exemption or reduction of dues, Fees or charges
exemption ou réduction de droits, d’honoraires et de frais
1. If one Party’s laws and regulations provide that a person shall be
exempt from paying all or part of a legal, consular or administrative
fee for issuing a certificate or document required to apply its legis­
lation, the same exemption shall apply to any fee for a certificate or
document required to apply the legislation of the other Party. This
exemption shall not apply if a medical report is required by the
competent institution of a Party solely in support of a claim for a
pension under the legislation of that Party.
1. Si les lois et les règlements d’une Partie prévoient qu’une per­
sonne est exonérée du paiement total ou partiel des droits judi­
ciaires, des frais consulaires et des frais administratifs relatifs à la
délivrance d’un certificat ou d’un document requis pour l’applica­
tion de la législation de cette Partie, la même exonération s’ap­
plique aux certificats et aux documents requis pour l’application de
la législation de l’autre Partie. Cette exonération ne s’applique pas
si un rapport médical est requis par l’institution compétente d’une
Partie exclusivement à l’appui d’une demande pour une pension
selon la législation de cette Partie.
2. Les documents à caractère officiel requis pour l’application du
présent accord sont exonérés de toute authentification par les auto­
rités diplomatiques ou consulaires.
2. Compliance verification and debt recovery shall be carried out in
accordance with an administrative agreement or arrangement con­
cluded pursuant to article 19 of this agreement.
2. Documents of an official nature required to apply this agree­
ment shall be exempt from any authentication by diplomatic or
consular authorities.
586
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
article 23
article 23
language of communication
langue de communication
The competent authorities and competent institutions of the Par­
ties may communicate directly with one another in any official lan­
guage of either Party.
Les autorités compétentes et les institutions compétentes des
Parties peuvent communiquer directement entre elles dans l’une ou
l’autre des langues officielles des Parties.
article 24
article 24
submitting a claim, notice or appeal
Présentation d’une demande, d’un avis ou d’un appel
1. a claim, notice or appeal regarding eligibility for a pension, or,
the amount of, a pension, under the legislation of a Party which
should, for the purposes of that legislation, have been submitted
within a prescribed period to a competent authority or competent
institution of that Party, but which is submitted within the same
period to a competent authority or competent institution of the
other Party, shall be treated as if it had been submitted to the com­
petent authority or institution of the first Party. The date of submis­
sion of a claim, notice or appeal to the competent authority or insti­
tution of the other Party shall be deemed to be the date of its
submission to the competent authority or institution of the first
Party.
2. The date that a claim for a pension is submitted under the legisla­
tion of a Party is deemed to be the date of submission of a claim for
the corresponding pension under the legislation of the other Party,
provided that the applicant at the time of application provides
information indicating that creditable periods have been completed
under the legislation of the other Party. This paragraph shall not
apply if a claim is submitted before the date of entry into force of
this agreement or if the applicant requests that the claim to the
pension under the legislation of the other Party be delayed.
1. une demande, un avis ou un appel concernant l’admissibilité à
une pension ou le montant d’une pension, qui aux termes de la
législation d’une Partie aurait dû être présenté dans un délai pres­
crit à l’autorité compétente ou à l’institution compétente de cette
Partie, mais qui est présenté dans le même délai à l’autorité compé­
tente ou à l’institution compétente de l’autre Partie, est traité
comme s’il avait été présenté à l’autorité compétente ou à l’institu­
tion compétente de la première Partie. La date de présentation
d’une demande, d’un avis ou d’un appel à l’autorité ou institution
compétente de l’autre Partie est réputée être la date de présentation
à l’autorité ou institution compétente de la première Partie.
3. The competent authority or institution of a Party to which a
claim, notice or appeal has been submitted shall transmit it without
delay to the competent authority or institution of the other Party.
2. La date à laquelle une demande de pension est présentée confor­
mément à la législation d’une Partie est réputée être la date à
laquelle une demande de pension correspondante est présentée
conformément à la législation de l’autre Partie, pour autant que le
requérant, au moment de la demande, fournisse des renseigne­
ments indiquant qu’il y a des périodes admissibles accomplies
conformément à la législation de l’autre Partie. Le présent para­
graphe ne s’applique pas si la demande est présentée avant la date
d’entrée en vigueur du présent accord ou si le requérant demande
que sa demande de pension présentée aux termes de la législation
l’autre Partie soit différée.
3. L’autorité compétente ou l’institution compétente d’une Partie à
laquelle la demande, l’avis ou l’appel a été présenté le transmet
sans délai à l’autorité compétente ou à l’institution compétente de
l’autre Partie.
article 25
article 25
Payment of Pensions
versement des pensions
1. a Party shall pay pensions under this agreement to a beneficiary
who resides outside its territory in a freely convertible currency
according to its legislation.
2. a Party shall pay pensions under this agreement directly to a
beneficiary without any deduction for its administrative expenses.
1. une Partie verse des pensions en application du présent accord à
un bénéficiaire qui réside à l’extérieur de son territoire, dans une
devise qui a libre cours, conformément à sa législation.
2. une Partie verse des pensions en application du présent accord
directement à un bénéficiaire sans faire de retenues pour ses frais
administratifs.
article 26
article 26
resolution of disputes
règlement des différends
1. The competent authorities of the Parties shall resolve, to the
extent possible, any disputes which arise in interpreting or apply­
ing this agreement in accordance with the spirit and fundamental
principles of this agreement.
1. Les autorités compétentes des Parties règlent, dans la mesure du
possible, tout différend qui découle de l’interprétation ou de l’ap­
plication du présent accord en conformité avec l’esprit et les prin­
cipes fondamentaux du présent accord.
587
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
2. any dispute which has not been resolved in accordance with
paragraph 1 shall be promptly settled by negotiations between the
Parties.
2. Tout différend qui n’a pas été résolu conformément au para­
graphe 1 est réglé dans les plus brefs délais au moyen de négocia­
tions entre les Parties.
article 27
article 27
understandings with a Province of canada
ententes avec une province du canada
The relevant authority of Bulgaria and a province of Canada
may conclude understandings concerning any social security mat­
ter within provincial jurisdiction in Canada provided that those
understandings are not inconsistent with the provisions of this
agreement.
L’autorité concernée de la Bulgarie et une province du Canada
peuvent conclure des ententes portant sur toute matière de sécurité
sociale relevant de la compétence provinciale au Canada, pour
autant que ces ententes ne soient pas contraires aux dispositions du
présent accord.
Part v
titre v
transitiOnal and Final PrOvisiOns
disPOsitiOns transitOires et Finales
article 28
article 28
transitional Provisions
dispositions transitoires
1. any creditable period completed before the date of entry into
force of this agreement shall be taken into account for the pur­
poses of determining the right to a pension under this agreement
and its amount.
2. This agreement does not confer a right to receive payment of a
pension for a period preceding the date of entry into force of this
agreement.
3. Subject to paragraph 2, a pension, other than a lump sum pen­
sion, shall be paid under this agreement in respect of events which
precede the date of entry into force of this agreement.
4. For the purposes of article 7, if a person’s detachment precedes
the entry into force of this agreement, the period of the detachment
is considered to begin on the date of entry into force of this
agreement.
1. Toute période admissible accomplie avant la date d’entrée en
vigueur du présent accord est prise en considération aux fins de la
détermination du droit à une pension et du montant de celle-ci aux
termes du présent accord.
2. Le présent accord ne confère pas le droit de recevoir le verse­
ment d’une pension pour une période antérieure à la date d’entrée
en vigueur du présent accord.
3. Sous réserve du paragraphe 2, une pension, autre qu’un verse­
ment forfaitaire, est versée aux termes du présent accord à l’égard
d’événements antérieurs à la date d’entrée en vigueur du présent
accord.
4. Pour l’application de l’article 7, dans le cas d’une personne dont
le détachement a commencé avant la date d’entrée en vigueur du
présent accord, la période du détachement est considérée avoir
commencé à la date d’entrée en vigueur du présent accord.
article 29
article 29
duration and termination
durée et dénonciation
1. This agreement shall remain in force indefinitely. It may be ter­
minated at any time by either Party with 12 months’ notice in writ­
ing through diplomatic channels to the other Party.
2. In the event that this agreement is terminated, any right acquired
by a person in accordance with its provisions shall be maintained.
This agreement shall continue to have effect in relation to all per­
sons who, prior to its termination, had applied for rights, and would
have acquired those rights by virtue of this agreement, had it not
been terminated.
1. Le présent accord demeure en vigueur indéfiniment. une Partie
peut le dénoncer en tout temps au moyen d’un préavis écrit de
12 mois transmis à l’autre Partie, par voie diplomatique.
2. En cas de dénonciation du présent accord, tout droit acquis par
une personne conformément à ses dispositions est maintenu. Le
présent accord continue de produire ses effets à l’égard de toutes
les personnes qui, avant la dénonciation, avaient présenté une
demande et auraient acquis des droits en raison du présent accord
s’il n’avait pas été dénoncé.
588
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
article 30
article 30
entry into Force
entrée en vigueur
This agreement shall enter into force on the first day of the
fourth month following the month in which the Parties exchange
diplomatic notes confirming that they have fulfilled all of the
requirements for the entry into force of this agreement.
in witness whereOF, the undersigned, being duly author­
ized thereto by their respective Governments, have signed this
agreement.
dOne in duplicate at Ottawa, this 5th day of October 2012, in the
English, French and Bulgarian languages, each text being equally
authentic.
Le présent accord entre en vigueur le premier jour du quatrième
mois suivant le mois au cours duquel les Parties échangent des
notes diplomatiques confirmant qu’elles se sont conformées à
toutes les exigences d’entrée en vigueur du présent accord.
en FOi de QuOi, les soussignés, dûment autorisés à cet effet
par leur gouvernement respectif, ont signé le présent accord.
DIaNE FINLEY
FOr canada
TOTYu MLaDENOV
FOr the rePublic OF
bulgaria
Fait en double exemplaire à Ottawa, ce 5e jour d’octobre 2012, en
langues française, anglaise et bulgare, chaque version faisant éga­
lement foi.
POur le canada
DIaNE FINLEY
POur la réPubliQue de
bulgarie
TOTYu MLaDENOV
589
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
administrative agreement
accOrd administratiF
between
entre
the gOvernment OF canada
le gOuvernement du canada
and
et
the gOvernment OF the
rePublic OF bulgaria
le gOuvernement de la
réPubliQue de bulgarie
FOr the imPlementatiOn
POur l’aPPlicatiOn
OF the agreement On sOcial security
de l’accOrd sur la sécurité sOciale
between canada and the
rePublic OF bulgaria
entre le canada et la
réPubliQue de bulgarie
Pursuant to article 19 of the Agreement on Social Security
between Canada and the Republic of Bulgaria, done at Ottawa on
5 October, 2012, the Parties:
have agreed on the following:
cOnFOrmément à l’article 19 de l’Accord sur la sécurité
sociale entre le Canada et la République de Bulgarie, fait à Ottawa
le 5 octobre 2012, les Parties
sOnt cOnvenus de ce qui suit :
article 1
article Premier
definitions
définitions
1. In this administrative agreement, “agreement on Social Secur­
ity” means the Agreement on Social Security between Canada and
the Republic of Bulgaria, done at Ottawa on 5 October, 2012.
2. For the purposes of this administrative agreement, “competent
authority” means the Department of Human Resources and Skills
Development of Canada, the Canada Revenue agency, and the
Minister of Labour and Social Policy of Bulgaria.
3. any other term shall have the meaning assigned to it in the
agreement on Social Security or the applicable legislation.
1. Dans le présent accord administratif, « accord sur la sécurité
sociale » désigne l’Accord sur la sécurité sociale entre le Canada
et la République de Bulgarie, fait à Ottawa le 5 octobre 2012.
2. aux fins d’application du présent accord administratif, « autorité
compétente » désigne le ministère des Ressources humaines et du
Développement des compétences du Canada, l’agence du revenu
du Canada et le ministre du Travail et de la Politique sociale de la
Bulgarie.
3. Les autres termes ont le sens qui leur est attribué dans l’accord
sur la sécurité sociale ou la législation applicable.
article 2
article 2
liaison agencies
Organismes de liaison
1. The competent authorities designate the following organiza­
tions as their liaison agencies:
(a) for Canada:
(i) the International Operations Division, Service Canada,
Department of Human Resources and Skills Develop­
ment for all matters except the application of articles 6
to 11 of the agreement on Social Security and article 3
of this administrative agreement; and
(ii) the Legislative Policy Directorate, Canada Revenue
agency for the application of articles 6 to 11 of the
agreement on Social Security and article 3 of this
administrative agreement; and
1. Les autorités compétentes désignent les organisations suivantes
à titre d’organismes de liaison :
a) pour le Canada :
i) la Division des opérations internationales, Service
Canada, ministère des Ressources humaines et du
Développement des compétences, pour toute question,
à l’exception de l’application des articles 6 à 11 de
l’accord sur la sécurité sociale et de l’article 3 du pré­
sent accord administratif,
ii) la Direction de la politique législative, agence du
revenu du Canada, pour l’application des articles 6 à 11
de l’accord sur la sécurité sociale et de l’article 3 du
présent accord administratif;
590
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
(b) for Bulgaria:
(i) The National Social Insurance Institute for all matters
except the application of Part II of the agreement on
Social Security and article 3 of this administrative
agreement; and
(ii) The National Revenue agency for the application of
articles 6 to 11 of the agreement on Social Security
and article 3 of this administrative agreement.
2. The objective of the liaison agencies is to facilitate the applica­
tion of the agreement on Social Security and to ensure that neces­
sary measures are taken to ensure efficiency and administrative
simplicity.
b) pour la Bulgarie :
i) l’Institut national de l’assurance sociale, pour toute
question, à l’exception de l’application du titre 2 de
l’accord sur la sécurité sociale et de l’article 3 du pré­
sent accord administratif,
ii) l’agence nationale du revenu pour l’application des
articles 6 à 11 de l’accord sur la sécurité sociale et de
l’article 3 du présent accord administratif.
2. Les organismes de liaison ont pour objectif de faciliter l’applica­
tion de l’accord sur la sécurité sociale et de veiller à ce que soient
prises les mesures nécessaires pour assurer l’efficacité et la simpli­
cité sur le plan administratif.
article 3
article 3
coverage for employed and self-employed Persons
assujettissement des travailleurs salariés
et des travailleurs autonomes
1. In the cases set out in article 6(b), article 7, article 8 and arti­
cle 11 of the agreement on Social Security, the responsible liaison
agency whose legislation is applicable shall, on request, issue a
certificate of fixed duration certifying that, in respect of the work in
question, the employed person and that person’s employer or the
self-employed person are subject to that legislation. The employed
person as well as that person’s employer or the self-employed per­
son and the liaison agency shall receive a copy of the certificate
from the issuing liaison agency.
2. a certificate confirming the applicable legislation shall be issued
for each individual period of detachment. The total period of
detachment shall not exceed 60 months unless it is extended under
article 7 of the agreement on Social Security.
3. The liaison agency of a Party which issues a certificate con­
firming the applicable legislation shall send a copy of that certifi­
cate to the liaison agency of the other Party.
1. Dans les cas énoncés aux articles 6 b), 7, 8 et 11 de l’accord sur
la sécurité sociale, l’organisme de liaison responsable dont la légis­
lation s’applique délivre, sur demande, un certificat d’une durée
déterminée confirmant que, relativement au travail en question, le
travailleur salarié et son employeur, ou le travailleur autonome,
sont assujettis à cette législation. Le travailleur salarié et son
employeur, ou le travailleur autonome, ainsi que l’organisme de
liaison reçoivent une copie du certificat délivré par l’organisme de
liaison.
2. un certificat attestant la législation applicable est délivré pour
chacune des périodes de détachement. La durée totale de détache­
ment n’excède pas 60 mois à moins qu’elle soit prolongée confor­
mément à l’article 7 de l’accord sur la sécurité sociale.
3. L’organisme de liaison d’une Partie qui délivre un certificat
attestant la législation applicable transmet une copie de ce certifi­
cat à l’organisme de liaison de l’autre Partie.
article 4
article 4
Processing a claim
traitement d’une demande
1. If a liaison agency receives a claim for a pension under the legis­
lation applied by the other liaison agency, it shall, without delay,
send the claim to the other liaison agency, and indicate the date on
which the claim was received.
2. along with the claim, the liaison agency shall transmit any docu­
mentation available to it which may be necessary for the other
liaison agency to establish the claimant’s eligibility for a pension.
1. L’organisme de liaison qui reçoit une demande de pension aux
termes de la législation appliquée par l’autre organisme de liaison
lui fait parvenir cette demande, sans tarder, et indique la date à
laquelle elle a été reçue.
2. avec la demande, l’organisme de liaison transmet tous les docu­
ments dont il dispose et qui pourraient être nécessaires à l’autre
organisme de liaison afin de déterminer l’admissibilité du deman­
deur à une pension.
3. L’organisme de liaison authentifie les renseignements person­
nels relatifs à un individu et contenus dans la demande, et atteste
que des pièces justificatives corroborent ces renseignements. L’or­
ganisme de liaison qui transmet à l’autre organisme de liaison un
formulaire authentifié est exempté de transmettre les pièces justifi­
catives. Les organismes de liaison arrêtent en commun le type de
renseignements visés.
4. Dans la mesure autorisée par la loi, un organisme de liaison fournit à l’autre organisme de liaison les renseignements et les docu­
ments médicaux disponibles au sujet de l’invalidité d’un deman­
deur ou d’un bénéficiaire.
3. The liaison agency shall certify the personal information
regarding an individual contained in the claim and shall confirm
that the information is corroborated by documentary evidence.
Once the liaison agency transmits the certified form to the other
liaison agency, it is exempt from sending the documentary evi­
dence. The liaison agencies shall mutually decide on the type of
information to which this applies.
4. a liaison agency shall, to the extent permitted by law, provide to
the other liaison agency the available medical information and
documentation concerning the disability of a claimant or
beneficiary.
591
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
5. In addition to the claim and documentation referred to in para­
graphs 1, 2, 3, and 4, the liaison agency initiating the process shall
send to the other liaison agency a liaison form which indicates, in
particular, the creditable periods under the legislation which it
applies.
6. The liaison agency responsible for adjudicating a claim shall
determine the claimant’s eligibility and shall notify both the claim­
ant and the other liaison agency of its decision to grant the pension.
This notification shall include information regarding the amount of
the pension, the method of payment of the pension, the effective
date of payment and any retroactive payment that may be granted.
7. The liaison agency responsible for adjudicating a claim shall
notify both the claimant and the other liaison agency of its decision
to deny a pension, the reason for the denial of the pension, the
claimant’s right to appeal and describe how the claimant may exer­
cise the right to appeal.
5. En plus de la demande et des documents mentionnés aux para­
graphes 1, 2, 3 et 4, l’organisme de liaison qui initie le processus
transmet à l’autre organisme de liaison un formulaire de liaison
indiquant, notamment, les périodes admissibles aux termes de la
législation qu’il applique.
6. L’organisme de liaison chargé de trancher une demande déter­
mine l’admissibilité du demandeur et avise le demandeur et l’autre
organisme de liaison de sa décision d’accorder la pension. L’avis à
cet égard comprend des renseignements sur le montant de la pen­
sion, sur la méthode de paiement de la pension, sur la date effective
du paiement et sur tout paiement rétroactif pouvant être accordé.
7. L’organisme de liaison chargé de trancher une demande avise le
demandeur et l’autre organisme de liaison de sa décision de refuser
une pension, de la raison du refus et des droits du demandeur de
faire appel, et décrit comment le demandeur peut exercer le droit de
faire appel.
article 5
article 5
medical examinations
examens médicaux
1. If a medical examination is required by a liaison agency for a
claimant or a beneficiary who resides in the territory of the country
where the other liaison agency is situated, that liaison agency, at
the request of the first liaison agency, shall arrange this examina­
tion according to the rules applied by the liaison agency making the
arrangements. The liaison agency which requests the medical
examination shall pay for the examination.
2. On receipt of a detailed annual statement of the costs incurred,
to be issued by 1 January of each year, each liaison agency shall, by
31 March of the same year, reimburse the other liaison agency for
the amounts due as a result of applying the provisions of
paragraph 1.
3. a liaison agency may refuse to make arrangements for addi­
tional medical examinations if the other liaison agency does not
comply with paragraph 2.
1. Si un examen médical est requis par un organisme de liaison
pour un demandeur ou un bénéficiaire qui réside sur le territoire du
pays où l’autre organisme de liaison est situé, cet organisme de
liaison, à la demande du premier organisme de liaison, prend les
mesures nécessaires pour que cet examen soit effectué selon ses
propres règles. L’organisme de liaison qui demande l’examen
médical paie les frais de l’examen.
2. À la réception d’un état annuel détaillé des frais engagés, à pro­
duire au plus tard le 1er janvier de chaque année, chaque organisme
de liaison rembourse à l’autre organisme de liaison, au plus tard le
31 mars de la même année, les sommes dues par suite de l’applica­
tion des dispositions du paragraphe 1.
3. un organisme de liaison peut refuser de prendre des mesures en
vue d’examen médicaux additionnels si l’autre organisme de liai­
son ne se conforme pas aux dispositions du paragraphe 2.
article 6
article 6
exchange of statistics
échange de statistiques
The competent institutions shall exchange statistics on an annual
basis regarding the payments which each has made under the
agreement on Social Security. These statistics shall include data
on the number of beneficiaries and the total amount of pensions
paid, by type of pension.
Les institutions compétentes échangent chaque année des statis­
tiques concernant les paiements que chacune d’elles a effectués
aux termes de l’accord sur la sécurité sociale. Ces statistiques
comprennent des données sur le nombre de bénéficiaires et le mon­
tant global des pensions versées, ventilées par type de pension.
article 7
article 7
Forms and detailed Procedures
Formulaires et procédures détaillées
1. The liaison agencies shall mutually agree on the forms and the
details of the procedures necessary to implement the agreement on
Social Security and this administrative agreement.
2. a liaison agency may refuse to accept information from, or pro­
vide information to, the other liaison agency if that other liaison
agency does not request or provide information using the forms
that the liaison agencies have mutually decided on.
1. Les organismes de liaison s’entendent sur les formulaires et les
procédures détaillées nécessaires à la mise en œuvre de l’accord
sur la sécurité sociale et du présent accord administratif.
2. un organisme de liaison peut refuser d’accepter des renseigne­
ments provenant de l’autre organisme de liaison ou de lui en four­
nir si cet autre organisme de liaison n’utilise pas les formulaires
qu’ils ont arrêtés en commun.
592
2014-02-26
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, n o 5
si/tr/2014-15
article 8
article 8
entry into Force
entrée en vigueur
This administrative agreement shall enter into force on the date
of entry into force of the agreement on Social Security and shall
terminate upon termination of the agreement on Social Security.
in witness whereOF, the undersigned, being duly author­
ized thereto by their respective Governments, have signed this
administrative agreement.
dOne in duplicate at Ottawa, this 5th day of October 2012, in the
English, French and Bulgarian languages, each text being equally
authentic.
Le présent accord administratif entre en vigueur à la date de
l’entrée en vigueur de l’accord sur la sécurité sociale, et prend fin
à l’extinction de l’accord sur la sécurité sociale.
en FOi de QuOi, les soussignés, dûment autorisés à cet effet
par leur gouvernement respectif, ont signé le présent accord
administratif.
Fait en double exemplaire à Ottawa, ce 5e jour d’octobre 2012, en
langues française, anglaise et bulgare, chaque version faisant éga­
lement foi.
DIaNE FINLEY
FOr the gOvernment
OF canada
POur le
gOuvernement
du canada
DIaNE FINLEY
TOTYu MLaDENOV
FOr gOvernenment OF
the rePublic OF
bulgaria
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
POur le gOuvernment
de la réPubliQue de
bulgarie
TOTYu MLaDENOV
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
593
2014-02-26
table OF cOntents
Registration
number
sOr/2014-21—29
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
P.C.
number
sOr:
si:
si/2014-11 to 13 and 15
statutory instruments (regulations)
statutory instruments (Other than regulations) and Other documents
Minister
Name of Statutory Instrument or Other Document
Page
SOR/2014-21
Environment
Order 2013-87-12-01 amending the Domestic Substances List .................
436
SOR/2014-22
Environment
Order 2014-66-02-01 amending the Domestic Substances List .................
438
SOR/2014-23
2014-105
agriculture and agri-Food
Regulations amending the Health of animals Regulations.........................
443
SOR/2014-24
2014-106
Health
Regulations amending the Pest Control Products Regulations ...................
482
SOR/2014-25
2014-107
Health
Regulations amending the Radiation Emitting Devices Regulations
(Tanning Equipment) ...................................................................................
506
SOR/2014-26
2014-108
Justice
Rules amending Certain Rules Made under the Tax Court of Canada
act................................................................................................................
524
SOR/2014-27
2014-109
Transport
Regulations amending the atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996 .......
547
SOR/2014-28
2014-110
Transport
Order amending Schedule I to the Federal-Provincial Fiscal
arrangements act ........................................................................................
561
Finance
By-law amending the Canada Deposit Insurance Corporation
Differential Premiums By-law .....................................................................
564
SOR/2014-29
SI/2014-11
2014-144
Prime Minister
Transfer of Duties Order (unit Responsible for Federal Bridges in the
Region of Montreal).....................................................................................
573
SI/2014-12
2014-145
Transport
Order Fixing February 13, 2014 as the Day on which Sections 178 and
185 of the Canada Marine act Come into Force .........................................
574
SI/2014-13
2014-146
Prime Minister
Order Designating the President of the Queen’s Privy Council for
Canada as the appropriate Minister for The Jacques-Cartier and
Champlain Bridges Inc. ...............................................................................
575
Proclamation Giving Notice that the agreement on Social Security
between Canada and the Republic of Bulgaria and the administrative
agreement between the Government of Canada and the Government
of the Republic of Bulgaria for the Implementation of the agreement on
Social Security between Canada and the Republic of Bulgaria are in
force as of March 1, 2014 ............................................................................
576
SI/2014-15
Employment and Social
Development
i
2014-02-26
indeX
sOr/2014-21—29
Canada Gazette Part II, Vol. 148, No. 5
sOr:
si:
statutory instruments (regulations)
statutory instruments (Other than regulations) and Other documents
Name of Statutory Instrument or Other Document
Statutes
agreement on Social Security between Canada and the Republic of Bulgaria
and the administrative agreement between the Government of Canada and
the Government of the Republic of Bulgaria for the Implementation of the
agreement on Social Security between Canada and the Republic of Bulgaria
are in force as of March 1, 2014 — Proclamation Giving Notice......................
Old age Security act
atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996 — Regulations amending....................
Pilotage act
Canada Deposit Insurance Corporation Differential Premiums By-law — By-law
amending ...........................................................................................................
Canada Deposit Insurance Corporation act
Certain Rules Made under the Tax Court of Canada act — Rules amending ........
Tax Court of Canada act
Domestic Substances List — Order 2013-87-12-01 amending ..............................
Canadian Environmental Protection act, 1999
Domestic Substances List — Order 2014-66-02-01 amending ..............................
Canadian Environmental Protection act, 1999
Health of animals Regulations — Regulations amending .....................................
Health of animals act
Order Fixing February 13, 2014 as the Day on which Sections 178 and 185 of the
act Come into Force ..........................................................................................
Canada Marine act
Pest Control Products Regulations — Regulations amending................................
Pest Control Products act
President of the Queen’s Privy Council for Canada as the appropriate Minister
for The Jacques-Cartier and Champlain Bridges Inc. — Order Designating.....
Financial administration act
Radiation Emitting Devices Regulations (Tanning Equipment) — Regulations
amending ...........................................................................................................
Radiation Emitting Devices act
Schedule I to the Federal-Provincial Fiscal arrangements act — Order
amending ...........................................................................................................
Federal-Provincial Fiscal arrangements act
Transfer of Duties Order (unit Responsible for Federal Bridges in the Region of
Montreal)............................................................................................................
Public Service Rearrangement and Transfer of Duties act
ii
Registration
number
Date
SI/2014-15
si/2014-11 to 13 and 15
abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Page
Comments
26/02/14
576
n
SOR/2014-27
07/02/14
547
SOR/2014-29
11/02/14
564
SOR/2014-26
07/02/14
524
SOR/2014-21
06/02/14
436
SOR/2014-22
06/02/14
438
SOR/2014-23
07/02/14
443
SI/2014-12
26/02/14
574
SOR/2014-24
07/02/14
482
SI/2014-13
26/02/14
575
SOR/2014-25
07/02/14
506
SOR/2014-28
07/02/14
561
SI/2014-11
26/02/14
573
n
n
2014-02-26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, no 5
table des matiÈres dOrs :
tr :
Numéro
d’enregistrement
Numéro
de C.P.
dOrs/2014-21—29
tr/2014-11 à 13 et 15
textes réglementaires (règlements)
textes réglementaires (autres que les règlements) et autres documents
Ministre
Titre du texte réglementaire ou autre document
Page
DORS/2014-21
Environnement
arrêté 2013-87-12-01 modifiant la Liste intérieure.....................................
436
DORS/2014-22
Environnement
arrêté 2014-66-02-01 modifiant la Liste intérieure.....................................
438
agriculture et
agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des animaux .....................
443
DORS/2014-23
2014-105
DORS/2014-24
2014-106
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les produits antiparasitaires...........
482
DORS/2014-25
2014-107
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les dispositifs émettant des
radiations (appareils de bronzage) ...............................................................
506
DORS/2014-26
2014-108
Justice
Règles modifiant certaines règles établies en vertu de la Loi sur la Cour
canadienne de l’impôt ..................................................................................
524
DORS/2014-27
2014-109
Transports
Règlement modifiant le Règlement sur le tarif de l’administration de
pilotage de l’atlantique, 1996......................................................................
547
DORS/2014-28
2014-110
Transports
Décret modifiant l’annexe I de la Loi sur les arrangements fiscaux entre
le gouvernement fédéral et les provinces.....................................................
561
Finances
Règlement administratif modifiant le Règlement administratif de la
Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles..........
564
DORS/2014-29
TR/2014-11
2014-144
Premier ministre
Décret de transfert d’attributions (unité responsable des ponts fédéraux
dans la région de Montréal) .........................................................................
573
TR/2014-12
2014-145
Transports
Décret fixant la date d’entrée en vigueur au 13 février 2014 des articles
178 et 185 de la Loi maritime du Canada ....................................................
574
TR/2014-13
2014-146
Premier ministre
Décret désignant le président du Conseil privé de la Reine pour le Canada
à titre de ministre de tutelle de la société Les Ponts Jacques-Cartier et
Champlain Inc..............................................................................................
575
Emploi et Développement
social
Proclamation donnant avis que l’accord sur la sécurité sociale entre le
Canada et la République de Bulgarie et l’accord administratif entre le
gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Bulgarie
pour l’application de l’accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la
République de Bulgarie entrent en vigueur le 1er mars 2014......................
576
TR/2014-15
iii
2014-02-26
indeX
Gazette du Canada Partie II, Vol. 148, no 5
dOrs :
tr :
dOrs/2014-21—29
textes réglementaires (règlements)
textes réglementaires (autres que les règlements) et autres documents
Titre du texte réglementaire ou autre document
Lois
accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Bulgarie et
l’accord administratif entre le gouvernement du Canada et le gouvernement
de la République de Bulgarie pour l’application de l’accord sur la sécurité
sociale entre le Canada et la République de Bulgarie entrent en vigueur le
1er mars 2014 — Proclamation donnant avis......................................................
Sécurité de la vieillesse (Loi)
annexe I de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et
les provinces — Décret modifiant......................................................................
arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces (Loi)
Certaines règles établies en vertu de la Loi sur la Cour canadienne de l’impôt —
Règles modifiant.................................................................................................
Cour canadienne de l’impôt (Loi)
Décret fixant la date d’entrée en vigueur au 13 février 2014 des articles 178 et
185 de la loi ........................................................................................................
Loi maritime du Canada
Dispositifs émettant des radiations (appareils de bronzage) — Règlement
modifiant le Règlement ......................................................................................
Dispositifs émettant des radiations (Loi)
Liste intérieure — arrêté 2013-87-12-01 modifiant................................................
Protection de l’environnement (Loi canadienne) (1999)
Liste intérieure — arrêté 2014-66-02-01 modifiant................................................
Protection de l’environnement (Loi canadienne) (1999)
Président du Conseil privé de la Reine pour le Canada à titre de ministre de
tutelle de la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc. —
Décret désignant.................................................................................................
Gestion des finances publiques (Loi)
Produits antiparasitaires — Règlement modifiant le Règlement .............................
Produits antiparasitaires (Loi)
Santé des animaux — Règlement modifiant le Règlement......................................
Santé des animaux (Loi)
Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles —
Règlement administratif modifiant le Règlement administratif .........................
Société d’assurance-dépôts du Canada (Loi)
Tarif de l’administration de pilotage de l’atlantique, 1996 — Règlement
modifiant le Règlement ......................................................................................
Pilotage (Loi)
Transfert d’attributions (unité responsable des ponts fédéraux dans la région de
Montréal) — Décret ...........................................................................................
Restructurations et les transferts d’attributions dans l’administration
publique (Loi)
iv
Numéro
d’enregistrement
Date
TR/2014-15
tr/2014-11 à 13 et 15
abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — révise
a — abroge
Page
Commentaires
26/02/14
576
n
DORS/2014-28
07/02/14
561
DORS/2014-26
07/02/14
524
TR/2014-12
26/02/14
574
DORS/2014-25
07/02/14
506
DORS/2014-21
06/02/14
436
DORS/2014-22
06/02/14
438
TR/2014-13
26/02/14
575
DORS/2014-24
07/02/14
482
DORS/2014-23
07/02/14
443
DORS/2014-29
11/02/14
564
DORS/2014-27
07/02/14
547
TR/2014-11
26/02/14
573
n
n
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising