Manual 18144173

Manual 18144173
Vol. 147, no 1
Vol. 147, No. 1
Canada Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
Ottawa, wednesday, january 2, 2013
Ottawa, le Mercredi 2 janvier 2013
Statutory Instruments 2013
Textes réglementaires 2013
SOR/2012-283 to 306 and SI/2012-102 to 103
DORS/2012-283 à 306 et TR/2012-102 à 103
Pages 2 to 240
Pages 2 à 240
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette, Part II, is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 2, 2013, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Partie II de la Gazette du Canada est publiée en vertu de la Loi sur les
textes réglementaires le 2 janvier 2013, et au moins tous les deux mercredis par
la suite.
Part II of the Canada Gazette contains all “regulations” as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments and
documents required to be published therein. However, certain regulations and
classes of regulations are exempted from publication by section 15 of
the Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de textes
réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier. Cependant,
certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la publication
par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi en vertu de
l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette, Part II, is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Partie II de la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette, Part II, is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to Publishing and Depository Services, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Partie II de
la Gazette du Canada est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et le prix
d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes aux Éditions
et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable Document Format (PDF) and in
HyperText Mark-up Language (HTML) as the alternate format. The PDF
format of Part I, Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is
published simultaneously with the printed copy.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de document
portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme média substitut. Le
format PDF en direct de la Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel
depuis le 1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la pièce 418 de l’édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
For information regarding reproduction rights, please contact Public Works
and Government Services Canada, by telephone at 613-996-6886 or by email at
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par courriel à l’adresse
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2013
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Registration
SOR/2013-283
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
December 11, 2012
Enregistrement
DORS/2013-283
Le 11 décembre 2012
SPECIAL ECONOMIC MEASURES ACT
LOI SUR LES MESURES ÉCONOMIQUES SPÉCIALES
Regulations Amending the Special Economic
Measures (Iran) Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les mesures
économiques spéciales visant l’Iran
P.C. 2012-1652
C.P. 2012-1652
December 11, 2012
Whereas the Governor in Council is of the opinion that the
situation in Iran constitutes a grave breach of international peace
and security that has resulted or is likely to result in a serious
international crisis;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of Foreign Affairs, pursuant
to subsections 4(1) to (3) of the Special Economic Measures Acta,
makes the annexed Regulations Amending the Special Economic
Measures (Iran) Regulations.
Attendu que le gouverneur en conseil juge que la situation en
Iran constitue une rupture sérieuse de la paix et de la sécurité
internationales et a entraîné ou est susceptible d’entraîner une
grave crise internationale,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Affaires
étrangères et en vertu des paragraphes 4(1) à (3) de la Loi sur les
mesures économiques spécialesa, Son Excellence le Gouverneur
général en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur
les mesures économiques spéciales visant l’Iran, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE SPECIAL ECONOMIC MEASURES (IRAN) REGULATIONS RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES MESURES ÉCONOMIQUES SPÉCIALES VISANT L’IRAN
AMENDMENTS
1. Section 1 of the Special Economic Measures (Iran) Regu­
lations1 is amended by adding the following in alphabetical
order:
“Convention” means the Vienna Convention on Diplomatic Rela­
tions, done at Vienna on April 18, 1961. (Convention) “mission premises” has the same meaning as “premises of the mission” in Article 1 of the Convention, and includes the mis­
sion’s archives. (locaux de la mission)
2. Paragraph 2(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) a person engaged in activities that directly or indirectly fa­
cilitate, support, provide funding for, contribute to, or could
contribute to, Iran’s proliferation-sensitive nuclear activities, or
to Iran’s activities related to the development of chemical, bio­
logical or nuclear weapons of mass destruction or delivery sys­
tems for such weapons, including when the person is an entity,
a senior official of the entity;
3. Paragraphs 3.1(c) and (d) of the Regulations are replaced
by the following:
(d) any transaction in respect of any account at a financial insti­
tution held by a diplomatic mission, if the transaction is re­
quired in order for the mission to fulfil its diplomatic functions
as set out in Article 3 of the Convention or, if the diplomatic
mission has been temporarily or permanently recalled, when
the transaction is required in order to maintain the mission
premises;
MODIFICATIONS
1. L’article 1 du Règlement sur les mesures économiques
spéciales visant l’Iran1 est modifié par adjonction, selon
l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« Convention » S’entend de la Convention de Vienne sur les
relations diplomatiques faite à Vienne le 18 avril 1961.
(Convention)
« locaux de la mission » S’entend au sens de l’article 1 de la
Convention et comprend les archives de la mission. (mission
premises)
2. L’alinéa 2a) du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
a) toute personne — y compris, dans le cas d’une entité, l’un
quelconque de ses cadres supérieurs — s’adonnant à des activi­
tés qui, directement ou indirectement, facilitent, procurent un
soutien ou du financement ou contribuent ou pourraient contri­
buer à des activités nucléaires de l’Iran posant un risque de pro­
lifération ou à ses activités relatives à la mise au point d’armes
chimiques, biologiques ou nucléaires de destruction massive,
ou à la mise au point de vecteurs de telles armes;
3. Les alinéas 3.1c) et d) du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
d) toute transaction relative à tout compte d’une mission di­
plomatique détenu dans une institution financière, à la condi­
tion que la transaction soit requise pour permettre à la mission
de remplir ses fonctions diplomatiques conformément à l’arti­
cle 3 de la Convention ou, si elle a été rappelée définitivement
ou temporairement, pour lui permettre d’assurer l’entretien des
locaux de la mission.
———
———
a
a
1
2
S.C. 1992, c. 17 SOR/2010-165 Le 11 décembre 2012
1
L.C. 1992, ch. 17
DORS/2010-165
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
4. (1) Paragraph 4(1)(a) of the Regulations is replaced by
the following:
(a) any arms and related material whose sale, supply, or trans­
fer is not prohibited by paragraph 3(g) of the Regulations
Implementing the United Nations Resolutions on Iran;
4. (1) L’alinéa 4(1)a) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
a) armes et matériel connexe dont la vente, la fourniture ou le
transfert ne sont pas interdits aux termes de l’alinéa 3g) du
Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur
l’Iran;
(2) Paragraph 4(1)(d) of the Regulations is amended by
striking out “and” at the end of subparagraph (i), by adding
“and” at the end of subparagraph (ii) and by adding the fol­
lowing after subparagraph (ii):
(iii) any item whose sale, supply, or transfer is already pro­
hibited by paragraph 3(f) of the Regulations Implementing
the United Nations Resolutions on Iran;
(2) L’alinéa 4(1)d) du même règlement est modifié par ad­
jonction, après le sous-alinéa (ii), de ce qui suit :
(iii) à tout article dont la vente, la fourniture ou le transfert
sont déjà interdits aux termes de l’alinéa 3f) du Règlement
d’application des résolutions des Nations Unies sur l’Iran;
(3) Subsection 4(1) of the Regulations is amended by strik­
ing out “or” at the end of paragraph (c) and by adding the
following after paragraph (d):
(e) any of the following goods, other than those goods that are
required to be exported, sold, supplied or shipped under a con­
tract entered into before December 12, 2012:
(i) any equipment or machinery designed for the building,
maintenance or refitting of ships,
(ii) any vessels designed for the transport or storage of crude
oil, or any petroleum or petrochemical products, or
(iii) any goods designed for drilling, mineral surveying and
exploration, including specialized equipment used in the
mining industry;
(f) any specialized equipment used to provide broadcasting,
telecommunications, or satellite service to Iran or to an entity
acting on behalf of, or on the direction or order of, Iran; or
(g) any hard currency from any country, if the total value of the
currency exported, sold, supplied or shipped is greater than
$40,000.
(3) Le paragraphe 4(1) du même règlement est modifié par
adjonction, après l’alinéa d), de ce qui suit :
e) marchandises ci-après, sauf celles qui doivent être exportées,
vendues, fournies ou envoyées aux termes d’un contrat conclu
avant le 12 décembre 2012 :
(i) tout matériel ou machine employé dans la construction,
l’entretien ou le radoub de navires,
(ii) tout navire conçu pour le transport ou l’entreposage du
pétrole ou tout produit pétrolier ou pétrochimique,
(iii) tout produit servant au forage, au relevé des ressources
minérales et à l’exploration minérale, ainsi que tout matériel
spécialisé utilisé dans l’industrie minière;
f) tout matériel spécialisé utilisé pour fournir des services de
radiodiffusion, de télédiffusion, de télécommunications ou tout
service par satellite à l’Iran ou à une entité agissant pour son
bénéfice ou en exécution d’une directive ou d’un ordre de
l’Iran;
g) les devises fortes de tout pays si la valeur totale de leur ex­
portation, vente, fourniture ou envoi est supérieure à 40 000 $.
5. The Regulations are amended by adding the following
after section 4:
5. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 4, de ce qui suit :
4.1 (1) It is prohibited for any person in Canada and any Cana­
dian outside Canada to import, purchase, acquire or ship natural
gas, crude oil, or any petroleum or petrochemical products, from
Iran.
4.1 (1) Il est interdit à toute personne au Canada et à tout Ca­
nadien à l’étranger d’importer, d’acheter, d’acquérir et d’expédier
du gaz naturel, du pétrole ou tout produit pétrolier ou pétrochimi­
que en provenance de l’Iran.
(2) It is prohibited for any person in Canada and any Canadian
outside Canada to provide marketing services or any financial or
other services to, from or for the benefit of, or on the direction or
order of, Iran or any person in Iran in respect of any of the activi­
ties set out in subsection (1).
(2) Il est interdit à toute personne au Canada et à tout Canadien
à l’étranger de fournir des services de marketing ou des services
financiers ou autres à l’Iran ou à toute personne qui s’y trouve,
pour leur bénéfice ou en exécution d’une directive ou d’un ordre
qu’ils ont donné ou d’acquérir auprès de ceux-ci de tels services
relativement à toute activité mentionnée au paragraphe (1).
6. (1) Subparagraphs 5(d)(v) and (vi) of the Regulations are
replaced by the following:
(vi) financial services in respect of any account at a financial
institution held by a diplomatic mission, if the financial ser­
vices are required in order for the mission to fulfil its diplo­
matic functions as set out in Article 3 of the Convention or,
if the diplomatic mission has been temporarily or perma­
nently recalled, when the financial services are required in
order to maintain the mission premises,
(2) Paragraph 5(d) of the Regulations is amended by strik­
ing out “and” at the end of subparagraph (vii) and by adding
the following after subparagraph (viii):
(ix) financial services in respect of transfers of $40,000 or
less between a person in Canada and a person in Iran who is
6. (1) Les sous-alinéas 5d)(v) et (vi) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(vi) relatifs à tout compte d’une mission diplomatique détenu
dans une institution financière, à la condition que les servi­
ces financiers soient requis pour permettre à la mission de
remplir ses fonctions diplomatiques conformément à l’ar­
ticle 3 de la Convention ou, si elle a été rappelée défi­
nitivement ou temporairement, pour lui permettre d’assurer
l’entretien des locaux de la mission,
(2) L’alinéa 5d) du même règlement est modifié par adjonc­
tion, après le sous-alinéa (viii), de ce qui suit :
(ix) relatifs à des transferts de 40 000 $ ou moins entre une
personne au Canada et une personne en Iran qui sont soit des
époux ou conjoints de fait, soit l’enfant ou le parent l’une de
3
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
their spouse, common-law partner, child or parent, if the per­
son providing the financial services keeps a record of the
transaction, and
(x) financial services required in order for a person in Iran
to obtain legal services in Canada with respect to the
application of any of the prohibitions contained in these
Regulations;
(3) Section 5 of the Regulations is amended by striking
out “or” at the end of paragraph (c), by adding “or” at the
end of paragraph (d) and by adding the following after
paragraph (d):
(e) provide or acquire insurance or reinsurance to, from or for
the benefit of, or on the direction or order of, Iran or any entity
in Iran.
7. Sections 8 and 8.1 of the Regulations are replaced by the
following:
7.1 It is prohibited for any person in Canada and any Canadian
outside Canada to provide any flagging or classification services
to Iranian oil tankers or cargo vessels.
8. It is prohibited for any person in Canada and any Canadian
outside Canada to do anything that causes, assists or promotes, or
is intended to cause, assist or promote, any act or thing prohibited
by sections 3 to 7.1.
8.1 The prohibitions in sections 4 to 8 do not apply with respect
to an activity that has as its purpose
(a) the safeguarding of human life;
(b) disaster relief; or
(c) the provision of food, medicine or medical supplies as listed
in Schedule 3.
8. (1) Items 133, 136, 190 and 243 of Part 1 of Schedule 1 to
the Regulations are repealed.
(2) Item 78 of Part 1 of Schedule 1 to the Regulations is re­
placed by the following:
78. Iran Aircraft Manufacturing Industries (also known as
IAMI, IAMCO, HESA, HASA, Iran Aircraft
Manufacturing Company, Iran Aircraft Mfg. In. Co.,
Iran Aircraft Manufacturing Industries Corporation,
Havapeyma Sazhran, Hava Payma Sazi-E Iran,
Havapeyma Sazi Iran, HESA Trade Center and
Karkhanejate Sanaye Havapaymaie Iran)
(3) Item 159 of Part 1 of Schedule 1 to the Regulations is
replaced by the following:
159. Mavadkaran Jahed Noavar Co. (also known as Mavad
Karan and Mavad Karan Jahad-e-No’avar)
(4) Part 1 of Schedule 1 to the Regulations is amended by
adding the following after item 350:
351. Abtin Rahro (also known as Rahro Abtin, Abtin Rahro
Parsian and ARP)
352. Aghajari Oil and Gas Production Company (AOGPC)
353. Ajineh Sazane Ariaee
354. Almaseh Sanj Engineering (also known as Almaseh Sanj
Co)
355. Aluminat
4
l’autre, si la personne qui fournit les services financiers
tienne un dossier sur la transaction,
(x) requis pour qu’une personne en Iran puisse obtenir des
services juridiques au Canada relatifs à l’application de toute
interdiction prévue par le présent règlement;
(3) L’article 5 du même règlement est modifié par adjonc­
tion, après l’alinéa d), de ce qui suit :
e) de fournir une assurance ou une ré-assurance à l’Iran ou à
toute entité qui s’y trouve, pour leur bénéfice ou en exécution
d’une directive ou d’un ordre qu’ils ont donné ou d’acqué­
rir auprès de ceux-ci une telle assurance ou ré-assurance.
7. Les articles 8 et 8.1 du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
7.1 Il est interdit à toute personne au Canada et à tout Canadien
à l’étranger de fournir des services de signalisation par pavillons
ou de classification aux pétroliers ou aux vaisseaux-cargos
iraniens.
8. Il est interdit à toute personne au Canada et à tout Canadien
à l’étranger de faire quoi que ce soit qui occasionne, facilite ou
favorise la perpétration de tout acte interdit par l’un des articles 3
à 7.1, ou qui vise à le faire.
8.1 Aucune des interdictions visées aux articles 4 à 8 ne
s’applique à une activité qui a pour but :
a) la protection de la vie humaine;
b) la fourniture de secours aux sinistrés;
c) la fourniture de nourriture, de médicaments et de matériel
médical énumérés à l’annexe 3.
8. (1) Les articles 133, 136, 190 et 243 de la partie 1 de
l’annexe 1 du même règlement sont abrogés.
(2) L’article 78 de la partie 1 de l’annexe 1 du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
78. Iran Aircraft Manufacturing Industries (aussi connue sous
les noms suivants : IAMI, IAMCO, HESA, HASA, Iran
Aircraft Manufacturing Company, Iran Aircraft Mfg. In.
Co., Iran Aircraft Manufacturing Industries Corporation,
Havapeyma Sazhran, Hava Payma Sazi-E Iran,
Havapeyma Sazi Iran, HESA Trade Center et
Karkhanejate Sanaye Havapaymaie Iran)
(3) L’article 159 de la partie 1 de l’annexe 1 du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
159. Mavadkaran Jahed Noavar Co. (aussi connue sous le nom
de Mavad Karan et de Mavad Karan Jahad-e-No’avar)
(4) La partie 1 de l’annexe 1 du même règlement est modi­
fiée par adjonction, après l’article 350, de ce qui suit :
351. Abtin Rahro (aussi connue sous les noms suivants : Rahro
Abtin, Abtin Rahro Parsian et ARP)
352. Aghajari Oil and Gas Production Company (AOGPC)
353. Ajineh Sazane Ariaee
354. Almaseh Sanj Engineering (aussi connue sous le nom de
Almaseh Sanj Co)
355. Aluminat
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
356. Aluminum Novin (also known as Anodizing Novin)
356.
357. Alunrool Arak (also known as Alumroll Ind. and Mfg.
Factory)
358. Amran Sania Iran
359. Argham Terahan Pars
360. Arvandan Oil and Gas Company (AOGC)
361. Atbin (also known as The Atbin Company for Production
and Engineering and Fan Avaran Atbin Karmanya)
357.
362. Bank of Industry and Mines
363. Basij-e Mostazafan (also known as Sazman-e Basij-e
Mostazafan and the Basij)
364. Bonyan Sanat Hamrah
365. Cooperative Development Bank (also known as Tose’e
Ta’avon Bank)
366. Dakik Kar (also known as Daghigh Kar and Qet’e-eh
Sazan-e-Daghigh Karan)
367. Dashte Karaj (also known as Tossee Plastoform Gharan
Iranian)
368. Darzin Soren
369. DIFACO (also known as Dibagaran Farayand)
362.
363.
370.
371.
372.
373.
374.
375.
376.
377.
378.
379.
380.
370.
371.
372.
373.
374.
375.
376.
377.
378.
379.
380.
East Oil and Gas Production Company (EOGPC)
Engineering Vala Sanat Erfan
Espandana Bespar
Ervin Pushesh
Falat Asia
Fan Avarane Paya Gostaresh
Faratech
Farayand Roshd
Farpajouh
Fars Afzar Kimiya (also known as FAKC)
Felez Koub (also known as Sanay’e-e-Ahangari-e-Felez
Khoub)
381. Fereshteh Salmas (also known as Fereshteh Salmas
Ltd-Co. and Reazin Aliaf Salmas)
382. Firouza
383. Gachsaran Oil and Gas Company
384. Gruhe Mohandesine Sanaya Metalurjie Irket (also known
as Omran Va Sanaye Iran and OSIMA)
385. Hadid Karan
386. Havasan
387. Hidropars
388. Ida Sazan Pooya
389. Iralco
390. Iran Fuel Conservation Organization (IFCO)
391. Iran Liquefied Natural Gas Co.
392. Iran Pooya (also known as Iran Pouya)
358.
359.
360.
361.
364.
365.
366.
367.
368.
369.
381.
382.
383.
384.
385.
386.
387.
388.
389.
390.
391.
392.
Aluminum Novin (aussi connue sous le nom de Anodizing
Novin)
Alunrool Arak (aussi connue sous le nom de Alumroll Ind.
and Mfg. Factory)
Amran Sania Iran
Argham Terahan Pars
Arvandan Oil and Gas Company (AOGC)
Atbin (aussi connue sous le nom de The Atbin Company
for Production and Engineering et de Fan Avaran Atbin
Karmanya)
Banque de l’Industrie et des Mines
Basij-e Mostazafan (aussi connue sous les noms suivants :
Sazman-e Basij-e Mostazafan, Bassidj et Basij)
Bonyan Sanat Hamrah
Banque coopérative de Développement (aussi connue sous
le nom de Banque Tose’e Ta’avon)
Dakik Kar (aussi connue sous le nom de Daghigh Kar et
de Qet’e-eh Sazan-e-Daghigh Karan)
Dashte Karaj (aussi connue sous le nom de Tossee
Plastoform Gharan Iranian)
Darzin Soren
DIFACO (aussi connue sous le nom de Dibagaran
Farayand)
East Oil and Gas Production Company (EOGPC)
Engineering Vala Sanat Erfan
Espandana Bespar
Ervin Pushesh
Falat Asia
Fan Avarane Paya Gostaresh
Faratech
Farayand Roshd
Farpajouh
Fars Afzar Kimiya (aussi connue sous le nom de FAKC)
Felez Koub (aussi connue sous le nom de
Sanay’e-e-Ahangari-e-Felez Khoub)
Fereshteh Salmas (aussi connue sous le nom de Fereshteh
Salmas Ltd-Co. et de Reazin Aliaf Salmas)
Firouza
Gachsaran Oil and Gas Company
Gruhe Mohandesine Sanaya Metalurjie Irket (aussi connue
sous le nom de Omran Va Sanaye Iran et de OSIMA)
Hadid Karan
Havasan
Hidropars
Ida Sazan Pooya
Iralco
Iran Fuel Conservation Organization (IFCO)
Iran Liquefied Natural Gas Co.
Iran Pooya (aussi connue sous le nom de Iran Pouya)
5
2013-01-02
393.
394.
395.
396.
397.
398.
399.
400.
401.
402.
403.
404.
405.
406.
407.
408.
409.
410.
411.
412.
413.
414.
415.
416.
417.
418.
419.
420.
421.
422.
423.
424.
425.
426.
427.
428.
6
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
Iranian Oil Terminals Company (IOTC)
Islamic Revolutionary Guard Corps (also known as IRGC,
Army of the Guardians of the Islamic Revolution, Iranian
Revolutionary Guards, IRG and Sepah-e Pasdaran-e
Enghelab-e Eslami)
Jahan Tech Rooyan Pars
Kalot
Karoon Oil and Gas Production Company
Kharad Sanat Parsian
Khazar Exploration and Production Co. (KEPCO)
Khod Kafa Abzar
Kian Sanat
Kankav (also known as Kandav NDT Service)
Machine Darou
Mahar Kureh
Mandegar Baspar Asia (also known as Mandegar Baspar
Fajr Asia)
MAPTA (also known as Arian Construction and
Development Projects Management Company)
Maroun Oil and Gas Company
Masjed-soleyman Oil and Gas Company (MOGC)
Ministry of Energy
Ministry of Petroleum
National Institute for Genetic Engineering and
Biotechnology (also known as National Research Council
for Genetic Engineering and Biotechnology)
National Iranian Drilling Company (NIDC)
National Iranian Gas Company (NIGC)
National Iranian Oil Company (NIOC)
National Iranian Oil Refining and Distribution Company
(NIORDC)
National Iranian Tanker Company (NITC)
Navid Sahand
Negan Parto Khevar
Niksa Nirou
North Drilling Company (NDC)
Omran Tahvie
Packman
Pamco (also known as Palad Air Maker Company and
Palad Hava Saz Co.)
Pargas Iran
Pars Machine
Pars Special Economic Energy Zone (PSEEZ)
Pars Vacuum Industries (also known as Moein Tejarat
Kimiya, PVI and Sanaye’e Vacuum Pars)
Parto Ayandeh Sanat (also known as PAS)
393.
394.
395.
396.
397.
398.
399.
400.
401.
402.
403.
404.
405.
406.
407.
408.
409.
410.
411.
412.
413.
414.
415.
416.
417.
418.
419.
420.
421.
422.
423.
424.
425.
426.
427.
428.
Iranian Oil Terminals Company (IOTC)
Corps des Gardiens de la Révolution islamique (aussi
connus sous les noms suivants : GRI, IRGC, Gardiens de
la Révolution islamique, Gardiens de la Révolution,
Sepah-e Pasdaran-e Enghelab-e Eslami et Pasdaran)
Jahan Tech Rooyan Pars
Kalot
Karoon Oil and Gas Production Company
Kharad Sanat Parsian
Khazar Exploration and Production Co. (KEPCO)
Khod Kafa Abzar
Kian Sanat
Kankav (aussi connue sous le nom de Kandav NDT
Service)
Machine Darou
Mahar Kureh
Mandegar Baspar Asia (aussi connue sous le nom de
Mandegar Baspar Fajr Asia)
MAPTA (aussi connue sous le nom de Arian Construction
and Development Projects Management Company)
Maroun Oil and Gas Company
Masjed-soleyman Oil and Gas Company (MOGC)
Ministère de l’Énergie
Ministère du Pétrole
Institut national de l’Ingénierie génétique et de la
Biotechnologie (aussi connu sous le nom de Conseil
national de recherche de l’Ingénierie génétique et de la
Biotechnologie)
National Iranian Drilling Company (NIDC)
National Iranian Gas Company (NIGC)
National Iranian Oil Company (NIOC)
National Iranian Oil Refining and Distribution Company
(NIORDC)
National Iranian Tanker Company (NITC)
Navid Sahand
Negan Parto Khevar
Niksa Nirou
North Drilling Company (NDC)
Omran Tahvie
Packman
Pamco (aussi connue sous le nom de Palad Air Maker
Company et de Palad Hava Saz Co.)
Pargas Iran
Pars Machine
Pars Special Economic Energy Zone (PSEEZ)
Pars Vacuum Industries (aussi connue sous les noms
suivants : Moein Tejarat Kimiya, PVI et Sanaye’e
Vacuum Pars)
Parto Ayandeh Sanat (aussi connue sous le nom de PAS)
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
429.
Parto Namaye Toloua (also known as Parto Tiz)
430.
431.
432.
Parzan Sanat
Pentan Shimi
Petroleum Engineering and Development Company
(PEDEC)
Pishgam Sanat Composite (also known as Rastband Sanat
and Rastband)
Pishro Mobtaker Payband (also known as PMP)
433.
434.
435.
Pishro Sanat Farayand (also known as Pishro Sanat
Faryand Co. Vacuum and Pressure Technologies and
Khala Afarin Pars)
436. Rah Avard Afzar
437. Sanatkadeh Shahar
438. Sazeh Morakab
439. Sharif University of Technology, Department of
Engineering
440. Shivasp
441. South Zagros Oil and Gas Production Company
442. Tarh O Palayesh
443. Technic Sanat
444. Tehran Tamam
445. The Iranian Institute for Composite Materials
446. Time Kala Tehran Engineering Co.
447. West Oil and Gas Production Company
448. Zist Tajhize Puyesh
9. Part 2 of Schedule 1 to the Regulations is amended by
adding the following after item 51:
52.
Majid Namjoo
10. (1) Items 3 and 4 of Schedule 2 to the Regulations are
replaced by the following:
Column 1
Column 2
Item
Goods
Description
4.
Aluminum and
aluminum alloy
products
Piping, tubing, fittings, flanges, forging, castings,
valves, any unfinished products in any form and
any waste or scrap that are made of aluminum
and its alloys that are not specified in the Export
Control List.
(2) The portion of item 22 of Schedule 2 to the Regulations
in column 2 is replaced by the following:
Item
22.
429.
Parto Namaye Toloua (aussi connue sous le nom de Parto
Tiz)
430. Parzan Sanat
431. Pentan Shimi
432. Petroleum Engineering and Development Company
(PEDEC)
433. Pishgam Sanat Composite (aussi connue sous le nom de
Rastband Sanat et de Rastband)
434. Pishro Mobtaker Payband (aussi connue sous le nom de
PMP)
435. Pishro Sanat Farayand (aussi connue sous le nom de
Pishro Sanat Faryand Co. Vacuum and Pressure
Technologies et de Khala Afarin Pars)
436. Rah Avard Afzar
437. Sanatkadeh Shahar
438. Sazeh Morakab
439. Université technologique de Sharif, Départment de
l’Ingénierie
440. Shivasp
441. South Zagros Oil and Gas Production Company
442. Tarh O Palayesh
443. Technic Sanat
444. Tehran Tamam
445. Institut iranien des matériaux composites
446. Time Kala Tehran Engineering Co.
447. West Oil and Gas Production Company
448. Zist Tajhize Puyesh
9. La partie 2 de l’annexe 1 du même règlement est modi­
fiée par adjonction, après l’article 51, de ce qui suit :
52.
Majid Namjoo
10. (1) Les articles 3 et 4 de l’annexe 2 du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
Colonne 1
Colonne 2
Article
Marchandises
Description
4.
Produits d’aluminium Tuyaux, tuyauteries, raccords, brides, pièces
et alliages
forgées, pièces coulées, vannes, produits non
finis sous n’importe quelle forme, déchets ou
d’aluminium
rejets faits d’aluminium et de ses alliages qui ne
figurent pas sur la Liste des marchandises et
technologies d’exportation contrôlée.
(2) Le passage de l’article 22 de l’annexe 2 du même règle­
ment figurant dans la colonne 2 est remplacé par ce qui suit :
Column 1
Column 2
Goods
Description
Article
(1) High voltage direct current power supply
units that are not specified in the Export Control
List and
(a) are capable of continuously producing
10 kV or more over a period of 8 hours, with
output power of 5 kW or more with or without
sweeping; and
22.
Colonne 1
Colonne 2
Marchandises
Description
(1) Blocs d’alimentation de courant direct haute
tension qui ne figurent pas dans la Liste des
marchandises et technologies d’exportation
contrôlée et qui possèdent les caractéristiques
suivantes :
a) production en continue de 10 kV ou plus,
pendant une période de 8 heures, avec une
7
2013-01-02
Item
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Column 1
Column 2
Goods
Description Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
Article
Colonne 1
Colonne 2
Marchandises
Description
(b) have current or voltage stability better
than 0.1% over a period of 4 hours.
(2) Transformers with the specifications
necessary for the electricity generated by the
high voltage direct current power supply units
specified in subsection (1).
(3) The portion of item 28 of Schedule 2 to the Regulations
in column 2 is replaced by the following:
Item
Column 2
Goods
Description Article
Seals and gaskets made of
(a) copolymers of vinylidene fluoride having
75% or more beta crystalline structure without
stretching;
(b) fluorinated polyimides containing 10%
by weight or more of combined fluorine;
(c) fluorinated phosphazene elastomers
containing 30% by weight or more of
combined fluorine;
(d) polychlorotrifluoroethylene (PCTFE); (e) Viton or other fluoro-elastomers; or
(f) polytetrafluoroethylene (PTFE).
28.
(4) Schedule 2 to the Regulations is amended by adding the
following after item 71:
Column 1
Column 2
Item
Goods
Description 72.
A
luminum, steel,
iron, copper, zinc
and manganese
74.
75. 76.
77.
78.
79.
8
(3) Le passage de l’article 28 de l’annexe 2 du même règle­
ment figurant dans la colonne 2 est remplacé par ce qui suit :
Column 1
28.
73. puissance de sortie supérieure ou égale à
5 kW, avec ou sans balayage;
b) stabilité de l’intensité de courant ou de la
tension supérieure à 0,1 % pendant une
période de 4 heures.
(2) Transformateurs ayant les caractéristiques
techniques nécessaires pour l’électricité
générée par les blocs d’alimentation visés au
paragraphe (1).
In addition to specific items made of those
metals referred to in these Regulations, all raw
or semi-finished forms of those metals or their
alloys.
Electroslag remelters Electroslag remelters of all types and
specifications, and specially designed parts
for them.
Graphite
Chemical Abstracts Service registry
number 7782-42-5.
Gold, silver, platinum, In addition to specific items made of those
palladium, ruthenium, metals referred to in these Regulations, all raw,
rhodium, osmium and semi-finished or finished forms of those metals
iridium
or their alloys.
Helium or hydrogen Helium or hydrogen leak detectors capable of
leak detectors
detecting leak rates of less than 1 x 10-5 standard
cubic centimetres of air per second (atm cc/s for
air).
Smelting machinery Any smelting machines and specially designed
and products
parts for them, as well as any reducing agents or
fluxes used in the smelting process. Software for
integrating industrial
processes
Stainless steel valves,
piping, tubing and
fittings
Colonne 1
Colonne 2
Marchandises
Description
Joints et joints d’étanchéité constitués de l’un ou
l’autre des matériaux suivants : a) copolymères de fluorure de vinylidène
ayant une structure cristalline bêta de 75 % ou plus sans étirement; b) polyimides fluorés, contenant 10 % en
poids ou plus de fluor combiné;
c) élastomères de phosphazène fluoré
contenant 30 % en poids ou plus de fluor
combiné;
d) polychlorotrifluoroéthylène (PCTFE);
e) élastomères fluorés de type Viton ou autres;
f) polytétrafluoroéthylène (PTFE).
(4) L’annexe 2 du même règlement est modifiée par adjonc­
tion, après l’article 71, de ce qui suit :
Colonne 1
Colonne 2
Article
Marchandises
Description
72.
Aluminium, acier,
fer, cuivre, zinc et
manganèse
73.
74.
75.
76.
77.
Any software used to control or integrate
industrial systems, such as SCADA.
78.
Any valves, piping, tubing and fittings that are
made of stainless steel type 304, 316 or 317 and
that are not specified in the Export Control List.
79.
Toutes formes brutes ou semi-finies de ces
métaux ou de leurs alliages ainsi que les articles
constitués de ces métaux mentionnés dans le
présent règlement.
Affineurs par
Affineurs par refusion sous laitier de tous les
refusion sous laitier
types et de toutes les spécifications et les parties
spécialement conçues pour eux.
Graphite
Numéro de registre du Chemical Abstracts
Service 7782-42-5.
Or, argent, platine,
Toutes formes brutes, semi-finies ou finies de ces
palladium, ruthénium, métaux ou de leurs alliages ainsi que les articles
rhodium, osmium et constitués de ces métaux mentionnés dans le
iridium.
présent règlement.
Détecteurs de fuite
Détecteurs de fuite d’hélium ou d’hydrogène
d’hélium ou
capables de détecter des débits de fuite inférieurs
d’hydrogène
à 1 x 10-5 centimètres cubes standard d’air par
seconde (atm cc/s d’air).
Machines et produits Toutes machines de fusion et les parties
de fusion
spécialement conçues pour elles, ainsi que tous
agents réducteurs ou fondants utilisés dans le
procédé de fusion.
Logiciels pour
Tout logiciel utilisé pour contrôler ou intégrer des
l’intégration de
systèmes industriels, comme SCADA.
procédés industriels
Robinets, conduites, Tous robinets, conduites, tuyaux et raccords
tuyaux et raccords en fabriqués en acier inoxydable de types 304, 316
acier inoxydable
ou 317 qui ne sont pas mentionnés dans la Liste
des marchandises et technologies d’exportation
contrôlée.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
Column 1
Column 2
Item
Goods
Description
80.
Vacuum arc
remelters
81.
Vacuum induction
melting furnaces
Vacuum arc remelters of all types and
specifications, and specially designed parts for
them.
Vacuum induction melting furnaces of all types
and specifications, and specially designed parts
for them.
Colonne 1
Colonne 2
Article
Marchandises
Description
80.
Fondeuses à arc
sous vide
81.
Fours à induction
sous vide
Fondeuses à arc sous vide de tous les types et de
toutes les spécifications et les parties
spécialement conçues pour elles.
Fours à induction sous vide de tous les types
et de toutes les spécifications et les parties
spécialement conçues pour elles.
11. The Regulations are amended by adding, after Schedule 2, the Schedule 3 set out in the schedule to these
Regulations.
11. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’annexe 2, de l’annexe 3 figurant à l’annexe du présent
règlement.
APPLICATION BEFORE PUBLICATION ANTÉRIORITÉ DE LA PRISE D’EFFET
12. For the purpose of paragraph 11(2)(a) of the Statutory
Instruments Act, these Regulations apply before they are published in the Canada Gazette.
12. Pour l’application de l’alinéa 11(2)a) de la Loi sur les
textes réglementaires, le présent règlement prend effet avant
sa publication dans la Gazette du Canada.
COMING INTO FORCE ENTRÉE EN VIGUEUR
13. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
13. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 11)
SCHEDULE 3
(Section 8.1)
FOOD, MEDICINE AND MEDICAL SUPPLIES
Goods listed under the following categories of the Harmonized Commodity Description and Coding System published by the World
Customs Organization:
Column 1
Column 2
Column 3
Category Code
Category Description
Applicable Subcategories
02
03
04
Meat and edible meat offal
Fish and crustaceans, molluscs and other aquatic invertebrates
Dairy produce; birds’ eggs; natural honey; edible products of animal
origin not elsewhere specified or included
Edible vegetables and certain roots and tubers
Edible fruits and nuts; peel of citrus fruit or melons
Cereals
Products of the milling industry, malt, starches, inulin and wheat gluten
Oil seeds and oleaginous fruits; miscellaneous grains, seeds and fruit;
industrial or medicinal plants; straw and fodder.
Preparations of meat, of fish or of crustaceans, molluscs or other
aquatic invertebrates
Preparations of cereals, flour, starch or milk; pastrycooks’ products
Preparations of vegetables, fruit, nuts or other parts of plants
Miscellaneous edible preparations
Pharmaceutical products
All
Excluding 0301.10, 0301.11, 0301.91, 0301.92, 0301.93 and 0301.99
All
07
08
10
11
12
16
19
20
21
30
All
All
All
All
1201.00, 1202.30, 1202.41, 1202.42, 1208.10 and 1208.90
All
Excluding 1905.90
All
All
3002.20, 3003.10, 3003.20, 3003.31, 3003.39, 3003.40, 3003.90,
3004.10, 3004.20, 3004.31, 3004.32, 3004.39, 3004.40, 3004.90,
3005.10, 3005.90, 3006.10, 3006.20, 3006.30, 3006.40 and 3006.50
9
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
ANNEXE
(article 11)
ANNEXE 3
(article 8.1)
PRODUITS ALIMENTAIRES, MÉDICAMENTS ET FOURNITURES MÉDICALES
Produits répertoriés selon les catégories suivantes du Système harmonisé de désignation et de codification des marchandises publié par
l’Organisation mondiale des douanes :
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Code de la catégorie Description de la catégorie
Sous-catégories visées
02
03
04
Toutes
Sauf 0301.10, 0301.11, 0301.91, 0301.92, 0301.93 et 0301.99
Toutes
Viandes et abats comestibles
Poissons et crustacés, mollusques et autres invertébrés aquatiques
Laits et produits de la laiterie, œufs d’oiseaux, miel naturel, produits
comestibles d’origine animale, non dénommées ni compris ailleurs
Légumes, plantes, racines et tubercules alimentaires
Fruits comestibles, écorces d’agrumes ou de melons
Céréales
Produits de la minoterie : malt; amidons et fécules; inuline; gluten de
froment
Graines et fruits oléagineux, graines, semences et fruits divers; plantes
industrielles ou médicinales; pailles et fourrages
Préparations de viande, de poissons ou de crustacés, de mollusques
ou d’autres invertébrés aquatiques
Préparations à base de céréales, de farines, d’amidons, de fécules ou
de lait; pâtisseries
Préparations de légumes, de fruits ou d’autres parties de plantes
Préparations alimentaires diverses
Produits pharmaceutiques
07
08
10
11
12
16
19
20
21
30
Toutes
Toutes
Toutes
Toutes
1201.00, 1202.30, 1202.41, 1202.42, 1208.10 et 1208.90
Toutes
sauf 1905.90
Toutes
Toutes
3002.20, 3003.10, 3003.20, 3003.31, 3003.39, 3003.40, 3003.90,
3004.10, 3004.20, 3004.31, 3004.32, 3004.39, 3004.40, 3004.90,
3005.10, 3005.90, 3006.10, 3006.20, 3006.30, 3006.40 et 3006.50
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT (This statement is not part of the Regulations.)
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1. Background
1. Contexte
On July 26, 2010, sanctions against Iran were enacted under
the Special Economic Measures Act in response to Iran’s nuclear
proliferation activities, its violation of multiple United Nations
Security Council (UNSC) resolutions and its failure to cooperate
with the International Atomic Energy Agency (IAEA). The Gov­
ernor in Council had determined that the situation constituted a
grave breach of international peace and security that had resulted
or was likely to result in a serious international crisis. The Special
Economic Measures (Iran) Regulations (the Iran Regulations)
prohibited dealings with a list of designated persons, banned the
export of goods used in the liquefaction of gas or the refining of
oil as well as the export of arms and related material not already
prohibited under existing United Nations sanctions, prohibited the
provision of certain financial services to persons in Iran and pro­
hibited the export of a long list of goods and related technology
that could be used in Iran’s nuclear and missile programs.
Le 26 juillet 2010, des sanctions ont été adoptées contre l’Iran
en vertu de la Loi sur les mesures économiques spéciales, en ré­
ponse aux activités de prolifération nucléaires menées par ce der­
nier, à sa violation de multiples résolutions du Conseil de sécurité
des Nations Unies (CSNU) et à son refus de coopérer avec
l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Le gou­
verneur en conseil avait déterminé que cette situation constituait
une rupture sérieuse de la paix et de la sécurité internationales qui
avait entraîné ou était susceptible d’entraîner une grave crise in­
ternationale. Selon le Règlement sur les mesures économiques
spéciales visant l’Iran (ci-après « le Règlement visant l’Iran »), il
est interdit : de faire des affaires avec les personnes figurant sur la
liste des personnes désignées; d’exporter des marchandises utili­
sées pour la liquéfaction des gaz ou le raffinage du pétrole;
d’exporter des armes et du matériel connexe qui ne sont pas déjà
interdits par les sanctions existantes des Nations Unies; de fournir
certains services financiers à des personnes en Iran; d’exporter de
nombreuses marchandises et des technologies connexes qui pour­
raient être utilisées dans le programme nucléaire et le programme
de missiles de l’Iran.
10
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
The Regulations Amending the Special Economic Measures
(Iran) Regulations of October 18, 2011, added five individuals
that are senior officials of the Iranian Revolutionary Guards
Corps Quds Force, or are associated with such senior officials, to
the list of designated persons. These individuals were implicated
in the plot to kill the Saudi ambassador in the United States.
The Regulations Amending the Special Economic Measures
(Iran) Regulations of November 21, 2011, further amended the
Regulations in response to the IAEA’s November 9, 2011, as­
sessment of Iran’s nuclear program. The new sanctions prohibited
all financial transactions with Iran, subject to certain exceptions;
expanded the list of prohibited goods to include all goods used in
the petrochemical, oil and gas industry in Iran; added prohibited
goods to include items that could be used in Iran’s nuclear pro­
gram; added new individuals and entities to the list of designated
persons found in Schedule 1 of the Iran Regulations; and removed
certain entities that were recommended for removal by the Minis­
ter of Foreign Affairs as no longer presenting a proliferation con­
cern for Canada.
The Regulations Amending the Special Economic Measures
(Iran) Regulations of January 31, 2012, added three individuals
and five entities to the list of designated persons. These individ­
uals were listed in order to maintain unity with the measures
adopted by the European Union (EU).
The Regulations are now further amended in response to Iran’s
continued lack of cooperation with the IAEA and the P5+1 group
(UNSC permanent members and Germany), which has engaged
negotiations with Iran on its nuclear program, and to maintain
unity and consistency with the latest measures adopted by the
European Union and other countries.
The latest amendments prohibit any person in Canada or Can­
adian abroad from
• dealing in the property of 98 newly designated entities, and
one newly designated individual, that engage in activities that
directly or indirectly facilitate, support, provide funding for,
or contribute to, or could contribute to, Iran’s proliferationsensitive nuclear activities, or to Iran’s activities related to the
development of chemical, biological or nuclear weapons of
mass destructions or delivery systems for such weapons;
• exporting, selling, supplying or shipping any of the following
goods, wherever situated, to Iran:
• equipment or machinery designed for the building, main­
tenance or refitting of ships,
• vessels designed for the transport or storage of oil and
petroleum or petrochemical products,
• goods designed for drilling, surveying and mineral ex­
ploration, and specialized equipment used in the mining
industry,
• goods used to provide broadcasting, telecommunications
or satellite services to Iran or to any entity acting on behalf
of, or at the direction or order of Iran, and
• goods used in the production of metals, and new goods of
proliferation concern, as added to Schedule 2 of the Iran
Regulations;
Le Règlement modifiant le Règlement sur les mesures écono­
miques spéciales visant l’Iran du 18 octobre 2011 ajoutait cinq
personnes à la liste des personnes désignées, notamment des hauts
dirigeants de la Force al-Qods du Corps des gardiens de la révolu­
tion iranienne, et des individus associés à ces hauts dirigeants.
Ces personnes étaient impliquées dans le complot d’assassinat de
l’ambassadeur saoudien aux États-Unis.
Le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant
l’Iran du 21 novembre 2011 était pour sa part fait à la lumière des
résultats de l’évaluation du programme nucléaire de l’Iran effec­
tuée par l’AIEA le 9 novembre 2011. Les nouvelles sanctions
interdisaient toute transaction financière avec l’Iran, sous réserve
de certaines exceptions; allongeaient la liste de marchandises
interdites en y ajoutant tout produit utilisé dans les industries
pétrochimique, pétrolière et gazière en Iran; modifiaient la liste de
marchandises interdites avec l’ajout de produits supplémentaires
pouvant être utilisés dans le programme nucléaire iranien; ajou­
taient de nouvelles personnes et entités à la liste des personnes
désignées qui se trouve à l’annexe 1 du Règlement visant l’Iran;
et retiraient de cette liste certaines entités qui, selon le ministre
des Affaires étrangères, ne présentent plus un risque de proliféra­
tion pour le Canada.
Le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant
l’Iran du 31 janvier 2012 ajoutait trois personnes et cinq entités à
la liste des personnes désignées. L’ajout de ces personnes visait à
assurer l’harmonisation du Règlement avec les mesures adoptées
par l’Union européenne (UE).
Le Règlement est maintenant modifié à nouveau, cette fois-ci
en réponse au refus persistant de l’Iran de coopérer avec l’AIEA
et le groupe P5 + 1 (les cinq membres permanents du CSNU
et l’Allemagne), qui ont amorcé des négociations avec l’Iran
concernant son programme nucléaire, et afin d’assurer l’harmoni­
sation du Règlement avec les plus récentes mesures adoptées par
l’Union européenne et d’autres pays.
Les dernières modifications apportées au Règlement interdisent
à toute personne au Canada ou à tout Canadien à l’étranger :
• de faire des affaires relativement aux biens de la personne ou
des 98 entités récemment ajoutées à la liste, qui s’adonnent à
des activités qui, d’une manière directe ou indirecte, facilitent,
soutiennent ou financent les activités sensibles de proliféra­
tion nucléaire de l’Iran, y contribuent ou pourraient y contri­
buer, ou les activités de l’Iran relatives à la mise au point
d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires de destruction
massive, ou à la mise au point de vecteurs de telles armes;
• d’exporter, de vendre, de fournir ou d’envoyer vers l’Iran
les marchandises visées ci-après, indépendamment de leur
situation :
• équipement ou machines conçus pour la construction,
l’entretien ou le radoub des navires;
• navires conçus pour le transport ou l’entreposage
d’hydrocarbures, de produits pétroliers ou de produits
pétrochimiques;
• marchandises destinées au forage, aux levés et à l’explo­
ration minière et équipement spécialisé utilisé dans l’in­
dustrie minière;
• marchandises utilisées dans la prestation de services de
radiodiffusion et de télécommunications et de services par
satellite à l’Iran ou à toute entité agissant au nom ou sur
les instructions du pays;
11
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
• providing any flagging or classification services to Iranian oil
tankers or cargo vessels;
• providing or acquiring insurance and reinsurance to, from or
for the benefit of, or on the direction or order of, Iran or any
entity in Iran;
• exporting to Iran any hard currency from any country and of
any denomination that is greater in value than $40,000;
• importing, purchasing, acquiring or shipping natural gas, oil,
petroleum or petrochemical products from Iran; and
• providing marketing services, or any financial or other related
services in respect of prohibited goods.
•
•
•
•
•
• marchandises utilisées dans la production de métaux et
nouvelles marchandises posant des inquiétudes au niveau
de la prolifération, lesquelles sont énumérées à l’annexe 2
du Règlement visant l’Iran;
de fournir des services d’immatriculation ou de classification
à des navires pétroliers ou à des navires de charge iraniens;
de fournir des services d’assurance ou de réassurance à l’Iran
ou à toute entité qui s’y trouve, pour leur bénéfice ou en
exécution d’une directive ou d’un ordre qu’ils ont donné
ou d’acquérir auprès de ceux-ci une telle assurance ou
réassurance;
d’exporter de n’importe quel pays des devises fortes et toute
somme supérieure à 40 000 dollars vers l’Iran;
d’importer, d’acheter ou d’obtenir du gaz naturel, du pétrole
ainsi que des produits pétroliers et pétrochimiques de l’Iran ou
de les expédier vers l’Iran;
de fournir des services de commercialisation, des services
financiers ou tout autre service connexe touchant des mar­
chandises interdites.
In order to relieve some of the pressure on ordinary Iranians,
recent Iranian immigrants to Canada, and family members of
persons in Iran, the Iran Regulations are also amended to allow all
financial banking transactions of $40,000 and under between fam­
ily members in Canada and family members in Iran. The Iran
Regulations also remove names of entities that no longer present
a proliferation concern to Canada.
Afin d’alléger quelque peu la pression qui s’exerce sur les Ira­
niens ordinaires, les Iraniens ayant récemment immigré au Cana­
da et les membres de la famille de personnes en Iran, le Règle­
ment visant l’Iran a été modifié pour autoriser toute transaction
bancaire d’au plus 40 000 dollars entre des membres de la famille
résidant au Canada et en Iran. En outre, les noms des personnes
ne présentant plus un risque de prolifération pour le Canada ont
été supprimés de la liste des personnes désignées.
2. Issue
2. Enjeux/problèmes
Iran’s persistent failure to comply with its obligations under its
Comprehensive Safeguards Agreement and relevant UNSC reso­
lutions is the cause of grave concern to the IAEA and the broader
world community, including Canada. On November 16, 2012, the
IAEA’s Director General concluded in his report that Iran has
failed to cooperate with the IAEA as required in relevant resolu­
tions (GOV/2011/69 and GOV/2012/50) to resolve outstanding
issues pertaining to its nuclear program. Most critically, there has
been no further progress on the Agency’s investigation into the
Possible Military Dimensions (PMD) of Iran’s program. The re­
port contains a detailed listing of the attempts the IAEA has made
to engage in meaningful dialogue with Iran to no avail, clearly
demonstrating continued stonewalling of the IAEA by Iran.
Le manquement persistant de l’Iran à ses obligations en vertu
de l’Accord de garanties généralisées et des résolutions applica­
bles du CSNU est un important sujet de préoccupation pour
l’AIEA et la communauté mondiale, y compris le Canada. Le
16 novembre 2012, le directeur général de l’AIEA a indiqué
dans son rapport que l’Iran avait refusé de coopérer avec
l’AIEA, comme il était exigé dans les résolutions applicables
(GOV/2011/69 et GOV/2012/50), afin de régler les questions en
suspens concernant son programme nucléaire. Plus important
encore, aucun progrès n’a été accompli dans le cadre de l’enquête
menée par l’AIEA sur les dimensions militaires éventuelles du
programme de l’Iran. Le rapport contient une liste des tentatives
effectuées par l’AIEA pour s’engager dans un dialogue construc­
tif avec l’Iran. L’échec de toutes ces tentatives démontre claire­
ment que l’Iran continue de faire de l’obstruction.
Multiple rounds of international sanctions have not yet affected
the pace of Iran’s nuclear program and its enrichment activities.
Iran has proven able to circumvent existing sanctions and to ob­
tain, through front companies led by the Iranian Revolutionary
Guards Corps (IRGC) business conglomerate, diverse sources of
funding that may contribute to Iran’s nuclear activities.
Les multiples séries de sanctions internationales n’ont pas en­
core eu une incidence sur la progression du programme nucléaire
et des activités d’enrichissement de l’Iran. L’Iran a été en mesure
de contourner les sanctions existantes et d’obtenir, par le biais de
sociétés-écrans dirigées par le conglomérat d’affaires du Corps
des gardiens de la révolution islamique, diverses sources de fi­
nancement qui pourraient contribuer à ses activités nucléaires.
3. Objectives
3. Objectifs
The objectives of the Regulations are to add further obstacles
to Iran’s efforts to build its nuclear program, and to persuade
Iran’s leadership to resume negotiations with respect to its nuclear
program. The latest amendments of the Regulations are closely
aligned with the most recent EU sanctions with a view to
strengthen international pressure, and expand the sanctions to
Le Règlement a pour objectif d’entraver davantage la réalisa­
tion du programme nucléaire de l’Iran et de convaincre les diri­
geants du pays de reprendre les négociations concernant son
programme nucléaire. Les dernières modifications apportées au
Règlement sont étroitement alignées sur les plus récentes sanc­
tions imposées par l’UE en vue d’accroître la pression exercée par
12
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
strategic sectors that indirectly contribute to the nuclear program.
Amendments seek to
• further target sources of funding that may contribute to Iran’s
nuclear program, notably through revenue from oil sales;
• limit Iran’s capacity to trade in gold or other currencies out­
side the financial banking system;
• widen the list of prohibited goods and listed persons and
entities;
• allow non-objectionable transactions of $40,000 or less; and
• amend the list of designated persons to remove those persons
that the Minister of Foreign Affairs has determined no longer
present a proliferation concern.
la communauté internationale et d’appliquer les sanctions dans
des secteurs stratégiques qui contribuent indirectement au pro­
gramme nucléaire. Les modifications visent :
• à cibler davantage les sources de financement qui pourraient
contribuer au programme nucléaire de l’Iran, surtout les recet­
tes pétrolières;
• à limiter la capacité de l’Iran à effectuer des opérations sur
l’or ou sur d’autres devises en dehors du système bancaire;
• à allonger la liste des marchandises contrôlées et la liste des
personnes et des entités désignées;
• à autoriser les transactions admissibles d’au plus 40 000 dollars;
• à retirer de la liste des personnes désignées les personnes qui,
selon le ministre des Affaires étrangères, ne présentent plus un
risque de prolifération.
4. Description
4. Description
The latest Regulations Amending the Special Economic Meas­
ures (Iran) Regulations prohibit additional goods and services
and add close to 100 entities to the list of designated persons sub­
ject to a prohibition on dealings under the Regulations. The Min­
ister of Foreign Affairs is authorized to issue permits to allow
those affected by the Regulations to undertake activities that
would otherwise be prohibited. The amendments also remove
from the list of designated persons those who no longer fulfill the
criteria for being a designated person.
Dans le plus récent Règlement modifiant le Règlement sur les
mesures économiques spéciales visant l’Iran, d’autres biens et
services ont été ajoutés à la liste des marchandises contrôlées et
une centaine d’entités ont été ajoutées à la liste des personnes
désignées avec qui il est interdit de faire des affaires en vertu du
Règlement. Le ministre des Affaires étrangères est autorisé à dé­
livrer des permis pour permettre à ceux qui sont touchés par le
Règlement de mener des activités qui seraient autrement interdi­
tes. Ces modifications suppriment aussi de la liste des personnes
désignées le nom des personnes dont la situation ne correspond
plus aux critères applicables aux personnes désignées.
5. Consultation
5. Consultation
The Department of Foreign Affairs and International Trade
drafted the amendments to the Iran Regulations following con­
sultations with the Department of Justice, the Canada Border Ser­
vices Agency, the Department of Finance Canada, the Depart­
ment of Citizenship and Immigration, the Canadian Security
Intelligence Service, the Treasury Board Secretariat, the Depart­
ment of Agriculture and Agri-Food and the Privy Council Office.
All departments and agencies consented to this action.
Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce interna­
tional a rédigé les modifications au Règlement visant l’Iran après
avoir consulté les ministères et organismes suivants : le ministère
de la Justice; l’Agence des services frontaliers du Canada; le
ministère des Finances; le ministère de la Citoyenneté et de
l’Immigration; le Service canadien du renseignement de sécurité;
le Secrétariat du Conseil du Trésor; le ministère de l’Agriculture
et de l’Agroalimentaire; le Bureau du Conseil privé. Tous les
ministères et les organismes consultés ont donné leur consente­
ment à l’apport de ces modifications.
6. Small business lens
6. Lentille des petites entreprises
The existing prohibitions on financial services between Canada
and Iran bring increasing complexities to trade and banking trans­
actions with Iran, including for exempted goods. The new meas­
ures are expected to have an impact on Canadian companies
active in the additional prohibited sectors, but the impacts are
limited as trade activities with Iran have decreased significantly in
recent years. The Minister of Foreign Affairs is authorized to
issue permits to allow those affected by the Regulations to under­
take activities that would otherwise be prohibited.
Les interdictions existantes visant les services financiers entre
le Canada et l’Iran compliquent davantage les transactions com­
merciales et bancaires avec ce dernier, y compris celles relatives à
des marchandises exemptées. Les nouvelles mesures devraient
avoir une incidence sur les entreprises canadiennes actives dans
les secteurs récemment frappés d’une interdiction. L’effet de ces
mesures devrait toutefois être limité étant donné que les activités
commerciales avec l’Iran ont diminué considérablement au cours
des dernières années. Le ministre des Affaires étrangères est
autorisé à délivrer des permis pour permettre à ceux qui sont tou­
chés par le Règlement de mener des activités qui seraient autre­
ment interdites.
7. Rationale
7. Justification
The provisions of the Regulations were implemented to put
pressure on the Government of Iran to urgently comply with
UNSC resolutions and other legal obligations regarding its nu­
clear program and to halt its proliferation activities. The measures
contained in the amendments to the Regulations are the best
available options to contain Iran’s nuclear program and to urge
Les dispositions du Règlement ont été mises en œuvre pour
exercer de la pression sur le gouvernement de l’Iran, afin qu’il se
conforme rapidement aux résolutions du CSNU et à d’autres obli­
gations juridiques concernant son programme nucléaire et qu’il
mette fin à ses activités de prolifération. Les mesures prévues
dans les modifications apportées au Règlement sont les meilleures
13
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-283
Iran to enter meaningful negotiations. The international commu­
nity seeks to achieve a comprehensive, long-standing and peace­
ful settlement with Iran, with proper safeguard measures and
transparency, in a way that would restore confidence in the exclu­
sively peaceful nature of Iran’s nuclear program. Canada and its
partners are adopting new sanctions in support of efforts to seek a
diplomatic settlement to the Iranian crisis.
options disponibles pour contenir le programme nucléaire de
l’Iran et exhorter le pays à s’engager dans des négociations cons­
tructives. La communauté internationale cherche à conclure un
accord global, pacifique et de longue durée avec l’Iran, lequel
serait assorti de mesures de protection et de transparence adéqua­
tes, afin de rétablir la confiance en la nature exclusivement paci­
fique du programme nucléaire de l’Iran. Le Canada et ses parte­
naires adoptent de nouvelles sanctions pour appuyer les efforts
déployés en vue d’un règlement diplomatique de la crise en Iran.
8. Implementation, enforcement and service standards
8. Mise en œuvre, application et normes de service
Provisions of Canada’s sanctions are enforced by the Royal
Canadian Mounted Police and the Canada Border Services
Agency.
L’application du Règlement est assurée par la Gendarmerie
royale du Canada et l’Agence des services frontaliers du Canada.
9. Contacts
9. Personnes-ressources
Cheryl Cruz
Deputy Director
United Nations, Human Rights and Economic Law
Division (JLH)
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-944-1599
Fax: 613-992-2467
Email: cheryl.cruz@international.gc.ca
Hugh Adsett
Director
United Nations, Human Rights and Economic Law
Division (JLH)
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-992-6296
Fax: 613-992-2467
Email: hugh.adsett@international.gc.ca
Daniel Maksymiuk
Deputy Director
Gulf Countries and Regional Trade Division
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-944-3022
Fax: 613-944-7975
Email: daniel.maksymiuk@international.gc.ca
Cheryl Cruz
Directrice adjointe
Direction du droit onusien, des droits de la personne et du droit
économique (JLH)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-944-1599
Télécopieur : 613-992-2467
Courriel : cheryl.cruz@international.gc.ca
Hugh Adsett
Directeur
Direction du droit onusien, des droits de la personne et du droit
économique (JLH)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-992-6296
Télécopieur : 613-992-2467
Courriel : hugh.adsett@international.gc.ca
Daniel Maksymiuk
Directeur adjoint
Direction des pays du Golfe et du commerce régional
Affaires étrangères et Commerce international Canada
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-944-3022
Télécopieur : 613-944-7975
Courriel : daniel.maksymiuk@international.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
14
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-284
Registration
SOR/2012-284 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-284
FREEzing aSSEtS OF cORRupt FOREign OFFiciaLS
act
LOi SuR LE bLOcagE DES biEnS DE DiRigEantS
étRangERS cORROmpuS
Regulations amending the freezing assets of
corrupt foreign Officials (Tunisia and egypt)
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur le blocage
des biens de dirigeants étrangers corrompus
(Tunisie et Égypte)
p.c. 2012-1713
c.p. 2012-1713
December 13, 2012
Whereas Egypt has asserted to the government of canada, in
writing, that each of the persons listed in sections 1, 2 and 4 of the
annexed Regulations Amending the Freezing Assets of Corrupt
Foreign Officials (Tunisia and Egypt) Regulations has misappro­
priated property of Egypt or has acquired property inappropriately
by virtue of their office or a personal or business relationship and
has asked the government of canada to freeze the property of
those persons;
Whereas the governor in council is satisfied that each of those
persons is a politically exposed foreign person in relation to Egypt;
Le 14 décembre 2012
Le 13 décembre 2012
Whereas Egypt has asserted to the government of canada, in
writing, that each of the persons referred to in the items listed in
section 3 of the annexed Regulations has not misappropriated
property of Egypt or acquired property inappropriately by virtue of
their office or a personal or business relationship and Egypt has
asked the government of canada to lift the freeze on the property
of those persons;
Whereas the governor in council is satisfied that there is inter­
nal turmoil, or an uncertain political situation, in Egypt;
and whereas the governor in council is satisfied that the mak­
ing of the annexed Regulations Amending the Freezing Assets of
Corrupt Foreign Officials (Tunisia and Egypt) Regulations is in the
interest of international relations;
therefore, His Excellency the governor general in council, on
the recommendation of the minister of Foreign affairs, pursuant to
subsections 4(1) to (3) of the Freezing Assets of Corrupt Foreign
Officials Act1a, makes the annexed Regulations Amending the Freezing Assets of Corrupt Foreign Officials (Tunisia and Egypt)
Regulations.
attendu que l’égypte a, par écrit, déclaré au gouvernement du
canada que chacune des personnes visées aux articles 1, 2 et 4 du
Règlement modifiant le Règlement sur le blocage des biens de dirigeants étrangers corrompus (Tunisie et Égypte), ci-après, a dé­
tourné des biens de l’égypte ou a acquis des biens de façon inap­
propriée en raison de sa charge ou de liens personnels ou d’affaires
et que l’égypte a demandé au gouvernement du canada de bloquer
les biens de chacune de ces personnes;
attendu que le gouverneur en conseil est convaincu que chacune
de ces personnes est, relativement à l’égypte, un étranger politi­
quement vulnérable;
attendu que l’égypte a, par écrit, déclaré au gouvernement du
canada que chacune des personnes visées aux articles mentionnés
à l’article 3 de ce règlement n’a pas détourné des biens de l’égypte
ou n’a pas acquis des biens de façon inappropriée en raison de sa
charge ou de liens personnels ou d’affaires et que l’égypte a
demandé au gouvernement du canada de cesser de bloquer les
biens de chacune de ces personnes;
attendu que le gouverneur en conseil est convaincu qu’il y a des
troubles internes ou une situation politique incertaine en égypte;
attendu que le gouverneur en conseil est convaincu que la prise
du Règlement modifiant le Règlement sur le blocage des biens de
dirigeants étrangers corrompus (Tunisie et Égypte), ci-après, est
dans l’intérêt des relations internationales,
À ces causes, sur recommandation du ministre des affaires
étrangères et en vertu des paragraphes 4(1) à (3) de la Loi sur le
blocage des biens de dirigeants étrangers corrompus1a, Son Excel­
lence le gouverneur général en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur le blocage des biens de dirigeants étrangers
corrompus (Tunisie et Égypte), ci-après.
RegulaTiOnS amenDing The fReezing aSSeTS Of
cORRupT fOReign OfficialS (TuniSia anD
egypT) RegulaTiOnS
RèglemenT mODifianT le RèglemenT SuR le
blOcage DeS bienS De DiRigeanTS ÉTRangeRS
cORROmpuS (TuniSie eT ÉgypTe)
amenDmenTS
mODificaTiOnS
1. item 9 of Schedule 2 to the Freezing Assets of Corrupt Foreign Officials (Tunisia and Egypt) Regulations21 is replaced by
the following:
9. Rachid mohamed Rachid (also known among other names as
Rachid mohamed Rachid Rached), born on February 9, 1955 and
former minister of trade and industry
1. l’article 9 de l’annexe 2 du Règlement sur le blocage des
biens de dirigeants étrangers corrompus (Tunisie et Égypte)21 est
remplacé par ce qui suit :
9. Rachid mohamed Rachid (connu notamment sous le nom de
Rachid mohamed Rachid Rached), né le 9 février 1955 et ancien
ministre du commerce et de l’industrie
a
a
1
S.c. 2011, c. 10
SOR/2011-78
1
L.c. 2011, ch. 10
DORS/2011-78
15
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-284
2. item 43 of Schedule 2 to the Regulations is replaced by the
following:
43. mohamed magdy Hussein Rasikh (also known among other
names as mohamed magdy Hussein Rasik), born on December 23,
1943
3. items 74 to 81, 84 to 87, 116, 121 and 124 of Schedule 2 to
the Regulations are repealed.
4. Schedule 2 to the Regulations is amended by adding the
following after item 145:
146. Fouad madbouly mohamed mohamed
147. mohamed ahmed mohamed abdel Dayem
148. Ezzat abdel Raouf abdel Kader El Hag
2. l’article 43 de l’annexe 2 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
43. mohamed magdy Hussein Rasikh (connu notamment sous le
nom de mohamed magdy Hussein Rasik), né le 23 décembre 1943
applicaTiOn befORe publicaTiOn
anTÉRiORiTÉ De la pRiSe D’effeT
5. for the purpose of paragraph 11(2)(a) of the Statutory
Instruments Act, these Regulations apply before they are pub­
lished in the Canada Gazette.
5. pour l’application de l’alinéa 11(2)a) de la Loi sur les textes
réglementaires, le présent règlement prend effet avant sa publi­
cation dans la Gazette du Canada.
cOming inTO fORce
enTRÉe en VigueuR
6. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
6. le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
3. les articles 74 à 81, 84 à 87, 116, 121 et 124 de l’annexe 2
du même règlement sont abrogés.
4. l’annexe 2 du même règlement est modifié par adjonc­
tion, après l’article 145, de ce qui suit :
146. Fouad madbouly mohamed mohamed
147. mohamed ahmed mohamed abdel Dayem
148. Ezzat abdel Raouf abdel Kader El Hag
RegulaTORy impacT
analySiS STaTemenT
(This statement is not part of the Regulations.)
RÉSumÉ De l’ÉTuDe D’impacT De la RÉglemenTaTiOn
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1. background
1. contexte
On march 23, 2011, the governor in council made, pursuant to
the Freezing Assets of Corrupt Foreign Officials Act, the Freezing
Assets of Corrupt Foreign Officials (Tunisia and Egypt) Regulations (Regulations), SOR/2011-78. the Regulations give effect to
written requests from tunisia and Egypt to freeze the assets of for­
mer leaders and senior officials or their associates and family
members suspected of having misappropriated state funds, or
obtained property inappropriately as a result of their office or
family, business or personal connections. the Regulations were
updated on December 16, 2011, adding more names, thereby
bringing the number of designated persons subject to having their
assets frozen in canada to 268 persons — 145 for Egypt and 123
for tunisia.
Le 23 mars 2011, le gouverneur en conseil a adopté, conformé­
ment à la Loi sur le blocage des biens de dirigeants étrangers
corrompus, le Règlement sur le blocage des biens de dirigeants
étrangers corrompus (Tunisie et Égypte) [DORS/2011-78]. Le
Règlement a été adopté en réponse aux demandes écrites de la
tunisie et de l’égypte, qui ont cherché à geler les actifs d’anciens
dirigeants et hauts fonctionnaires ou de leurs associés et membres
de leur famille qui sont soupçonnés d’avoir détourné des fonds de
l’état ou obtenu des biens de manière inappropriée en profitant de
leurs fonctions ou de leurs relations familiales, commerciales ou
personnelles. À la suite de la mise à jour du Règlement le
16 décembre 2011, le nombre de personnes visées dont les biens
peuvent être bloqués au canada est passé à 268 personnes,
145 venant de l’égypte et 123 de la tunisie.
2. issue
2. enjeux/problèmes
Since the making of the Regulations and the consequent amend­
ments, Egypt has requested in writing that canada amend Schedule
2 of the Regulations by adding three persons convicted of corrup­
tion in Egypt. Egypt has also requested that canada delist
15 persons cleared of wrongdoing pursuant to a decision by the
Office of the public prosecutor of Egypt that quashed the assetfreezing order in Egypt against these persons. these requests have
also provided additional spellings for the names of persons already
listed. consequently, Schedule 2 of the Regulations needs to be
amended to give effect to the requests.
Depuis l’adoption et la mise à jour du Règlement, l’égypte a
demandé que le canada ajoute trois personnes à la liste figurant à
l’annexe 2 du Règlement à la suite des déclarations de culpabilité
par les tribunaux égyptiens. L’égypte a également demandé que le
canada retire 15 personnes de la liste conformément aux décisions
prises par le procureur général de la République arabe d’égypte
qui a invalidé l’ordonnance antérieure prévoyant le blocage des
actifs de ces personnes en égypte et disculpé ces dernières de toute
accusation d’actes illicites respectivement. ces demandes ont éga­
lement fourni des orthographes supplémentaires pour les noms de
personnes déjà visées. par conséquent, l’annexe 2 du Règlement
doit être modifiée pour donner suite à cette demande.
16
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-284
3. Objectives
3. Objectifs
the regulatory action aims to
• ensure that misappropriated assets held by officials of the for­
mer government can be seized so that politically exposed for­
eign persons may be held accountable;
• signal canada’s support for accountability, rule of law and a
transition to democracy in Egypt.
Les mesures réglementaires visent à :
• faire en sorte qu’il soit possible de saisir les biens détournés par
les représentants de l’ancien gouvernement de façon à ce que
les étrangers politiquement vulnérables puissent être tenus
responsables;
• signaler l’appui du canada en faveur de la responsabilisation,
de la primauté du droit et de la démocratisation en égypte.
4. Description
4. Description
the Freezing Assets of Corrupt Foreign Officials Act permits the
freezing of assets or the restraint of property of politically exposed
foreign persons upon receipt of a written request from a state,
where the governor in council has determined that the state is in a
state of turmoil or political uncertainty, and where the making of
the order or regulation is in the interest of international relations.
the Regulations deal specifically with tunisia and Egypt.
the additional written requests from Egypt pertain to individ­
uals who are politically exposed foreign persons. the three indi­
viduals whose names have been recently submitted by Egypt to be
added to the list of designated persons are former senior public
officials who have been convicted of corruption in Egypt. the
requests from Egypt to delist 15 individuals pertain to persons who
were designated as politically exposed persons under the Regula­
tions on December 16, 2011, but who have now have been cleared
of wrongdoing and had the asset-freezing orders against them in
Egypt quashed by the Office of the public prosecutor of Egypt.
La Loi sur le blocage des biens de dirigeants étrangers corrompus permet de geler les biens ou de restreindre la propriété d’étran­
gers politiquement vulnérables sur réception d’une demande écrite
d’un état, lorsque le gouverneur en conseil est convaincu que l’état
connaît une période de troubles internes ou une situation politique
incertaine et lors de la prise d’un décret ou d’un règlement est dans
l’intérêt des relations internationales. Le Règlement vise spécifi­
quement la tunisie et l’égypte.
Les demandes écrites additionnelles de l’égypte concernent des
personnes politiquement vulnérables. Les trois personnes dont les
noms ont été récemment soumis par l’égypte pour être ajouté à la
liste des personnes désignées sont d’anciens hauts fonctionnaires
qui ont été condamnés pour corruption en égypte. Les demandes
par l’égypte au canada de retirer de sa liste 15 personnes dési­
gnées comme politiquement vulnérables aux termes du Règlement
le 16 décembre 2011 s’appliquent aux personnes disculpées de tout
acte répréhensible et ont vu les ordonnances bloquant leurs avoirs
levées par le procureur général de la République arabe d’égypte.
5. consultation
5. consultation
the Department of Foreign affairs and international trade
drafted the Regulations following consultations with the depart­
ments of Justice and Finance, the Office of the Superintendent of
Financial institutions and the Royal canadian mounted police.
Le ministère des affaires étrangères et du commerce internatio­
nal a rédigé le Règlement à la suite de consultations auprès des
ministères de la Justice et des Finances, le bureau du surintendant
des institutions financières et la gendarmerie royale du canada.
6. Small business lens
6. lentille des petites entreprises
the Regulations may affect canadians or canadian companies
that conduct business with designated individuals. However, the
minister of Foreign affairs is authorized to issue permits to allow
those affected by the Regulations to undertake activities that would
otherwise be prohibited.
Le Règlement peut néanmoins toucher les canadiens ou les
entreprises canadiennes qui font affaire avec des personnes visées
à l’annexe 2 du Règlement ou des données techniques qui y sont
reliées. toutefois, le ministre des affaires étrangères est autorisé à
délivrer des permis à ceux qui sont touchés par le Règlement pour
leur permettre de mener des activités qui seraient autrement
interdites.
7. Rationale
7. Justification
the situation in Egypt has improved, but a degree of political
uncertainty remains. mohamed morsi, the candidate of the muslim
brotherhood, was declared the winner of the second round of the
presidential election on June 24, 2012, over former mubarak-era
prime minister ahmed Shafiq, by a margin of only about 1 million
votes. On august 12, 2012, president morsi abrogated the consti­
tutional declaration issued by the Supreme council of the armed
Forces (ScaF) in June 2012, which dissolved the parliament (on
the grounds that the way in which members were elected was
unconstitutional) and granted the ScaF sweeping legislative and
executive authority. this move by president morsi effectively
moves full executive and legislative authority to the Office of the
president, pending the adoption of a new constitution by a popular
referendum expected before the end of 2012, and new parliament­
ary elections to be held within two months of the adoption of the
new constitution. Egypt’s economy continues to suffer the effects
La situation en égypte s’est améliorée, mais il subsiste toujours
une certaine incertitude politique. mohamed morsi, le candidat des
Frères musulmans, a été déclaré vainqueur au second tour des élec­
tions présidentielles qui se sont déroulées le 24 juin 2012, défaisant
l’ancien premier ministre de l’ère moubarak, ahmed Shafiq, par
une marge d’environ 1 million de votes seulement. Le 12 août
2012, le président morsi a abrogé la déclaration constitutionnelle
faite par le conseil suprême des forces armées (cSFa) en juin
2012, qui a dissous le parlement (sous prétexte que la manière dont
les membres ont été élus était inconstitutionnelle) et a accordé au
cSFa tous les pouvoirs législatifs et exécutifs. cette initiative du
président morsi accorde en effet l’autorité législative et exécutive
absolue au cabinet du président, en attendant l’adoption d’une
nouvelle constitution par un référendum populaire prévu avant la
fin de l’année 2012, et de nouvelles élections législatives qui se
tiendront dans les deux mois suivant l’adoption de la nouvelle
17
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-284
of the revolution. a loss of tourism dollars is draining the economy
due in part to security concerns.
constitution. Les effets de la révolution continuent de se faire sentir
sur l’économie égyptienne, drainée par la perte de recettes touris­
tiques, découlant en partie des problèmes de sécurité.
considering the subsequent requests made by Egypt since the
Regulations were made and canada’s continued support for
accountability, rule of law and a transition to democracy in Egypt,
amending the Regulations in accordance with the decision of the
Egyptian authorities and Egypt’s request will ensure that the Regu­
lations remain accurate, comprehensive and premised on the rule
of law.
étant donné les demandes présentées par les autorités égyp­
tiennes depuis la promulgation du Règlement et compte tenu de
l’appui sans réserve du canada en faveur de la responsabilisation,
de la primauté du droit et de la démocratisation en égypte, il
conviendrait de modifier le Règlement conformément à la décision
rendue par les autorités égyptiennes et à la demande présentée par
l’égypte, afin que le Règlement demeure exact, complet et fondé
sur le principe de la primauté du droit.
8. implementation, enforcement and service standards
8. mise en œuvre, application et normes de service
compliance is ensured by the Royal canadian mounted police.
Every person who contravenes provisions of the Regulations is
liable, upon conviction, to the punishments set out in section 10 of
the Freezing Assets of Corrupt Foreign Officials Act.
La conformité est assurée par la gendarmerie royale du canada.
toute personne contrevenant aux dispositions du Règlement est
passible, si elle est déclarée coupable, des sanctions prévues à l’ar­
ticle 10 de la Loi sur le blocage des biens de dirigeants étrangers
corrompus.
9. contacts
9. personnes-ressources
mr. Wendell Sanford
Director
criminal, Security and Diplomatic Law Division
Department of Foreign affairs and international trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1a 0g2
telephone: 613-995-8508
Fax: 613-944-0870
m. Wendell Sanford
Directeur
Direction du droit criminel, du droit de la sécurité et du droit
diplomatique
ministère des affaires étrangères et du commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1a 0g2
téléphone : 613-995-8508
télécopieur : 613-944-0870
m. marcus Davies
agent juridique
Direction du droit criminel, du droit de la sécurité et du droit
diplomatique
ministère des affaires étrangères et du commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1a 0g2
téléphone : 613-944-2071
télécopieur : 613-944-0870
mr. marcus Davies
Legal Officer
criminal, Security and Diplomatic Law Division
Department of Foreign affairs and international trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1a 0g2
telephone: 613-944-2071
Fax: 613-944-0870
published by the Queen’s printer for canada, 2013
18
publié par l’imprimeur de la Reine pour le canada, 2013
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Registration
SOR/2012-285
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-285
Le 14 décembre 2012
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Prohibition of Certain Toxic Substances
Regulations, 2012
Règlement sur certaines substances toxiques
interdites (2012)
P.C. 2012-1714
C.P. 2012-1714
December 13, 2012
Whereas, pursuant to subsection 332(1)a of the Canadian En­
vironmental Protection Act, 1999b, the Minister of the Environ­
ment published in the Canada Gazette, Part I, on July 23, 2011, a
copy of the proposed Prohibition of Certain Toxic Substances
Regulations, 2012, substantially in the annexed form, and persons
were given an opportunity to file comments with respect to the
proposed Regulations or to file a notice of objection requesting
that a board of review be established and stating the reasons for
the objection;
Whereas, pursuant to subsection 93(3) of that Act, the National
Advisory Committee has been given an opportunity to provide its
advice under section 6c of that Act;
And whereas, in the opinion of the Governor in Council, pur­
suant to subsection 93(4) of that Act, the proposed Regulations do
not regulate an aspect of a substance that is regulated by or under
any other Act of Parliament in a manner that provides, in the
opinion of the Governor in Council, sufficient protection to the
environment and human health;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of the Environment and the
Minister of Health, pursuant to subsection 93(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999b, makes the annexed Pro­
hibition of Certain Toxic Substances Regulations, 2012.
Application
Nonapplication —
substance
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, le
ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du
Canada Partie I, le 23 juillet 2011, le projet de règlement intitulé
Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2012),
conforme en substance au texte ci-après, et que les intéressés ont
ainsi eu la possibilité de présenter leurs observations à cet égard
ou un avis d’opposition motivé demandant la constitution d’une
commission de révision;
Attendu que, conformément au paragraphe 93(3) de cette loi, le
comité consultatif national s’est vu accorder la possibilité de for­
muler ses conseils dans le cadre de l’article 6c de celle-ci;
Attendu que le gouverneur en conseil est d’avis que, aux ter­
mes du paragraphe 93(4) de cette loi, le projet de règlement ne
vise pas un point déjà réglementé sous le régime d’une autre loi
fédérale de manière à offrir une protection suffisante pour l’en­
vironnement et la santé humaine,
À ces causes, sur recommandation du ministre de l’Environne­
ment et de la ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 93(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999)b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend
le Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2012),
ci-après.
PROHIBITION OF CERTAIN TOXIC
SUBSTANCES REGULATIONS, 2012
RÈGLEMENT SUR CERTAINES SUBSTANCES TOXIQUES INTERDITES (2012)
APPLICATION
CHAMP D’APPLICATION
1. Subject to sections 2 and 3, these Regulations
apply to toxic substances that are both specified in
the List of Toxic Substances in Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 and
set out in either Schedule 1 or 2 to these
Regulations.
2. These Regulations do not apply to any toxic
substance that
(a) is contained in a hazardous waste, hazardous
recyclable material or non-hazardous waste to
1. Sous réserve des articles 2 et 3, le présent règlement s’applique aux substances toxiques qui
sont à la fois mentionnées aux annexes 1 ou 2 et
inscrites sur la liste des substances toxiques de
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999).
2. Le présent règlement ne s’applique pas aux
substances toxiques suivantes :
a) celles qui sont contenues dans des déchets
dangereux, des matières recyclables dangereuses
———
———
a
a
b
c
Le 13 décembre 2012
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
S.C. 2002, c. 7, s. 124
b
c
Application
Nonapplication —
substance
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
L.C. 2002, ch. 7, art. 124
19
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
which Division 8 of Part 7 of the Canadian En­
vironmental Protection Act, 1999 applies;
(b) is contained in a pest control product as de­
fined in subsection 2(1) of the Pest Control
Products Act; or
(c) is present as a contaminant in a chemical
feedstock that is used in a process from which
there are no releases of the toxic substance and
on the condition that the toxic substance is de­
stroyed or completely converted in that process
to a substance that is not a toxic substance set out
in either Schedule 1 or 2.
Nonapplication —
use
3. (1) These Regulations, except for subsec­
tions (2) to (4), do not apply to any toxic substance
or to any product containing it that is to be used in a
laboratory for analysis, in scientific research or as a
laboratory analytical standard.
Information to
Minister — more than 10 g (2) Every person must submit to the Minister in
any calendar year the information set out in Sched­
ule 3 for each toxic substance or a product contain­
ing it that they intend to use for a purpose referred
to in subsection (1) as soon as feasible before the
use of more than 10 g of the substance in that cal­
endar year. The information must be submitted only
once in a calendar year in respect of each substance
or product.
(3) Any person that, on the day on which these
Regulations come into force, is using a toxic sub­
stance or product referred to in subsection (1) for a
purpose referred to in that subsection must, if the
quantity of the toxic substance used, by itself or in
a product, exceeded 10 g in the calendar year of the
coming into force of these Regulations, submit to
the Minister, within 60 days after the day on which
these Regulations come into force, the information
referred to in Schedule 3. The information must be
submitted only once in a calendar year in respect of
each substance or product.
(4) If, after the coming into force of these Regu­
lations, a toxic substance is added to Schedule 1
or 2, any person that, on the day on which the
Regulations adding the toxic substance come into
force, is using the toxic substance or a product con­
taining it for a purpose referred to in subsection (1)
must, if the quantity of the toxic substance used, by
itself or in a product, exceeded 10 g in the calendar
year of the coming into force of the Regulations
adding the toxic substance, submit to the Minister,
within 60 days after the day on which those Regu­
lations come into force, the information referred to
in Schedule 3. The information must be submitted
only once in a calendar year in respect of each sub­
stance or product.
On-going use
Addition of
substance
Toxic
substance —
Schedule 1
20
ou des déchets non dangereux auxquels s’appli­
que la section 8 de la partie 7 de la Loi cana­
dienne sur la protection de l’environnement
(1999);
b) celles qui sont contenues dans un produit anti­
parasitaire au sens du paragraphe 2(1) de la Loi
sur les produits antiparasitaires;
c) celles qui sont présentes comme contaminants
dans une matière première chimique utilisée au
cours d’un processus n’occasionnant aucun rejet
de telles substances toxiques, pourvu qu’elles
soient, au cours de ce processus, détruites ou to­
talement converties en toute substance autre que
celles mentionnées aux annexes 1 ou 2.
3. (1) Le présent règlement, sauf les paragra­
phes (2) à (4), ne s’applique pas aux substances
toxiques ni aux produits qui en contiennent qui sont
destinés à être utilisés pour des analyses en labora­
toire, pour la recherche scientifique ou en tant
qu’étalon analytique de laboratoire.
(2) Toute personne présente au ministre, au cours
d’une année civile, les renseignements prévus à
l’annexe 3 pour chaque substance toxique ou pro­
duit qui en contient qu’elle prévoit utiliser à l’une
des fins visées au paragraphe (1) dès que possible
avant d’utiliser plus de 10 g de la substance au
cours de l’année civile. Ces renseignements sont
présentés une seule fois pour chaque substance ou
produit dans une année civile.
(3) Toute personne qui, à la date d’entrée en vi­
gueur du présent règlement, utilise une substance
toxique ou un produit qui en contient à l’une des
fins visées au paragraphe (1) présente au ministre
les renseignements prévus à l’annexe 3, dans les
soixante jours suivant cette date, si la quantité de la
substance toxique utilisée — seule ou dans un pro­
duit — depuis le début de l’année civile en cours au
moment de l’entrée en vigueur a dépassé 10 g. Ces
renseignements sont présentés une seule fois pour
chaque substance ou produit dans une année civile.
(4) Si une substance toxique est ajoutée aux an­
nexes 1 ou 2 après l’entrée en vigueur du présent
règlement, toute personne qui, à la date d’entrée en
vigueur du règlement visant à ajouter la substance,
utilise la substance ou un produit qui en contient à
l’une des fins visées au paragraphe (1) présente au
ministre les renseignements prévus à l’annexe 3,
dans les soixante jours suivant cette date, si la
quantité de la substance toxique utilisée — seule ou
dans un produit — depuis le début de l’année civile
en cours au moment de l’entrée en vigueur du rè­
glement visant à ajouter la substance a dépassé
10 g. Ces renseignements sont présentés une seule
fois pour chaque substance ou produit dans une
année civile.
PROHIBITIONS AND PERMITTED
ACTIVITIES
INTERDICTIONS ET ACTIVITÉS PERMISES
4. (1) Subject to sections 5 and 9, a person must
not manufacture, use, sell, offer for sale or import a
toxic substance set out in Schedule 1 or a product
4. (1) Sous réserve des articles 5 et 9, il est interdit de fabriquer, d’utiliser, de vendre, de mettre
en vente ou d’importer toute substance toxique
Nonapplication —
utilisation
Renseignements
au ministre —
plus de 10 g
Utilisations en
cours
Ajout d’une
substance
Substance
toxique —
annexe 1
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
containing it unless the toxic substance is inci­
dentally present.
Non
application
(2) Subsection (1) does not apply to a product
that is a manufactured item that is formed into a
specific physical shape or design during its manu­
facture and that has, for its final use, a function or
functions dependent in whole or in part on its shape
or design, if a toxic substance set out in Part 2 of
Schedule 1 is present in that product.
Exception —
manufactured
or imported
before coming
into force
5. A person may use, sell, or offer for sale a
product containing a toxic substance set out in item
11 or 12 of Part 1 of Schedule 1 if the product is
manufactured or imported before the day on which
these Regulations come into force.
6. (1) Subject to subsections (2) and (4) and sec­
tions 7 and 9, a person must not manufacture, use,
sell, offer for sale or import a toxic substance set
out in column 1 of Part 1, 2 or 3 of Schedule 2 or a
product containing it unless the toxic substance is
incidentally present.
Toxic
substance —
Schedule 2
Permitted
activities —
Schedule 2
(2) The prohibition to manufacture, use, sell, of­
fer for sale or import a toxic substance set out in
column 1 of Part 1, 2 or 3 of Schedule 2 or a prod­
uct containing it does not apply if
(a) the toxic substance set out in column 1 of
Part 1 of Schedule 2 or a product containing it,
other than a substance or product set out in item
3 or 4, is designed for a use set out in column 2;
(b) the toxic substance set out in column 1 of
Part 2 of Schedule 2 or a product containing it is
designed for a use set out in column 2 and that
activity occurs before the date set out in col­
umn 3; or
(c) a product set out in column 2 of Part 3 of
Schedule 2 containing the toxic substance set out
in column 1 in a concentration less than or equal
to that set out in column 3 including any inci­
dental presence of the substance.
Exception —
incidental
presence
(3) For greater certainty, the exception of the incidental presence referred to in subsection (1) does
not apply in the case of a product described in
paragraph (2)(c).
(4) The prohibition to use a product that contains
a toxic substance set out in column 1 of Part 1 of
Schedule 2 does not apply to a product set out in
item 3 or 4 of column 2.
Exception —
permitted use
Exception —
personal use
(5) Subsection (1) does not apply to the use or
import of a product containing a toxic substance set
out in item 1 of Part 2 of Schedule 2, if the product
is used or intended to be used for a personal use.
mentionnée à l’annexe 1 ou tout produit qui en
contient, à moins que celle-ci n’y soit présente
fortuitement.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux pro­
duits qui sont des articles manufacturés dotés d’une
forme ou de caractéristiques matérielles précises
pendant leur fabrication et ayant, pour leur utilisa­
tion finale, une ou plusieurs fonctions en dépendant
en tout ou en partie si une substance toxique men­
tionnée à la partie 2 de l’annexe 1 est présente dans
ces produits.
5. Il est permis d’utiliser, de vendre et de mettre
en vente tout produit contenant la substance toxique
mentionnée aux articles 11 ou 12 de la partie 1 de
l’annexe 1 qui a été fabriqué ou importé avant l’en­
trée en vigueur du présent règlement.
6. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (4) et
des articles 7 et 9, il est interdit de fabriquer,
d’utiliser, de vendre, de mettre en vente ou d’im­
porter toute substance toxique mentionnée à la co­
lonne 1 de la partie 1, 2 ou 3 de l’annexe 2 ou tout
produit qui en contient, à moins que celle-ci n’y
soit présente fortuitement.
(2) L’interdiction de fabriquer, d’utiliser, de ven­
dre, de mettre en vente ou d’importer toute sub­
stance toxique mentionnée à la colonne 1 de la partie 1, 2 ou 3 de l’annexe 2 ou tout produit qui en
contient ne s’applique pas dans les cas suivants :
a) la substance toxique mentionnée à la colonne 1
de la partie 1 de l’annexe 2 — sauf celles men­
tionnées aux articles 3 et 4 de cette partie — ou
le produit qui en contient sont destinés à une uti­
lisation prévue à la colonne 2;
b) la substance toxique mentionnée à la colonne 1
de la partie 2 de l’annexe 2 ou le produit qui en
contient sont destinés à l’une des utilisations
prévues à la colonne 2 et l’activité en cause se
déroule avant la date prévue à la colonne 3;
c) le produit mentionné à la colonne 2 de la partie 3 de l’annexe 2 contient la substance toxique
mentionnée à la colonne 1 en une concentration
inférieure ou égale à celle prévue à la colonne 3,
compte tenu de toute présence fortuite de la
substance.
(3) Il est entendu que l’exception relative à la
présence fortuite prévue au paragraphe (1) ne s’ap­
plique pas dans le cas d’un produit visé à l’ali­
néa (2)c).
(4) L’interdiction d’utiliser un produit qui con­
tient une substance toxique mentionnée à la co­
lonne 1 de la partie 1 de l’annexe 2 ne s’applique
pas aux produits visés aux articles 3 et 4 de la co­
lonne 2 de cette partie.
(5) Le paragraphe (1) ne s’applique pas à l’im­
portation ou à l’utilisation d’un produit contenant
des substances toxiques mentionnées à l’article 1 de
la partie 2 de l’annexe 2 qui est utilisé à des fins
personnelles ou destiné à l’être.
Nonapplication
Exception —
fabrication ou
importation
précédant
l’entrée en
vigueur
Substance
toxique —
annexe 2
Activités
permises —
annexe 2
Précisions
Exception —
Utilisation
permise
Exception —
Usage
personnel
21
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Exception —
temporary
permitted uses
7. (1) A person may use, sell, or offer for sale a
product set out in column 2 of Part 2 of Schedule 2
containing a toxic substance set out in column 1 of
Part 2 of Schedule 2 if the product is manufactured
or imported before the expiry date set out in col­
umn 3 of Schedule 2.
Exception —
Tributyltins
(2) A person may use, sell, or offer for sale a
product containing a toxic substance set out in
item 2 of Part 3 of Schedule 2 if it is manufactured
or imported before the day on which these Regula­
tions come into force.
8. A person may use, sell or offer for sale a toxic
substance or a product containing it, if the sub­
stance or the product is manufactured or imported
in accordance with a permit that is issued under
section 10.
7. (1) Il est permis d’utiliser, de vendre et de
mettre en vente le produit visé à la colonne 2 de la
partie 2 de l’annexe 2 contenant la substance toxi­
que mentionnée à la colonne 1 de la partie 2 de
l’annexe 2 qui a été fabriqué ou importé avant la
date d’expiration prévue à la colonne 3 de la partie 2.
(2) Il est permis d’utiliser, de vendre et de mettre
en vente tout produit contenant la substance toxique
mentionnée à l’article 2 de la partie 3 de l’annexe 2
qui a été fabriqué ou importé avant l’entrée en vi­
gueur du présent règlement.
8. Il est permis d’utiliser, de vendre et de mettre
en vente les substances toxiques ou les produits en
contenant qui ont été fabriqués ou importés con­
formément à un permis délivré aux termes de l’arti­
cle 10.
PERMITS
PERMIS
APPLICATION
DEMANDE
9. (1) Any person that is a manufacturer or im­
porter of a toxic substance or a product containing
it that is prohibited under section 4 or 6, on the day
on which these Regulations come into force, may
continue to manufacture or import the substance or
product if they have been issued a permit under
section 10.
(2) In the case of a toxic substance added either
to Schedule 1 and prohibited under section 4, or
added to Schedule 2 and prohibited under section 6,
any person that is a manufacturer or importer of a
toxic substance or a product containing it, on the
day on which the Regulations adding the toxic sub­
stance come into force may continue to manufac­
ture or import the substance or a product containing
it if they have been issued a permit under sec­
tion 10.
Exception —
manufacture or
import under
permit
Requirement
for permit
Temporary
permitted uses
(3) Any person that manufactures or imports a
toxic substance set out in Part 2 of Schedule 2 or a
product containing it under paragraph 6(2)(b), on
the day on which the period set out under that para­
graph for which a temporary permitted use expires,
may continue that activity if they have been issued
a permit under section 10.
Required
information
(4) An application for a permit must be submit­
ted to the Minister and contain the information re­
ferred to in Schedule 4.
9. (1) Toute personne qui, à la date d’entrée en
vigueur du présent règlement, est un fabricant ou
un importateur de substances toxiques visées par
l’interdiction prévue aux articles 4 ou 6 ou de pro­
duits qui en contiennent peut continuer de fabriquer
ou d’importer ces substances ou ces produits si un
permis lui a été délivré aux termes de l’article 10.
(2) Dans le cas d’une substance toxique qui est
soit ajoutée à l’annexe 1 et visée par l’interdiction
prévue à l’article 4, soit ajoutée à l’annexe 2 et
visée par l’interdiction prévue à l’article 6, toute
personne qui, à la date d’entrée en vigueur du rè­
glement visant à ajouter la substance, est un fabri­
cant ou un importateur d’une telle substance ou
d’un produit qui en contient peut continuer de fa­
briquer ou d’importer cette substance ou ce produit
si un permis lui a été délivré aux termes de l’arti­
cle 10.
(3) Toute personne qui, à la date où expire la pé­
riode pendant laquelle l’utilisation visée à l’ali­
néa 6(2)b) était permise temporairement, fabrique
ou importe, aux termes de cet alinéa, une substance
toxique mentionnée à la partie 2 de l’annexe 2 ou
un produit qui en contient, peut poursuivre cette
activité si un permis lui a été délivré aux termes de
l’article 10.
(4) La demande de permis est présentée au mi­
nistre et comporte les renseignements prévus à
l’annexe 4.
CONDITIONS OF ISSUANCE
CONDITIONS DE DÉLIVRANCE
10. (1) Subject to subsection (2), the Minister
must issue the permit if the following conditions
are met:
(a) there is no technically or economically feas­
ible alternative or substitute available to the
applicant at the time of the application, other
10. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le minis­
tre délivre le permis si les conditions suivantes sont
réunies :
a) au moment de la demande, le demandeur
n’est pas en mesure, sur le plan technique ou
économique, de remplacer la substance toxique
Addition of
substance
Issuance
22
Exception —
utilisations
permises
temporairement
Exception —
tributylétains
Exception —
fabrication ou
importation
conformément
à un permis
Permis exigé
Ajout d’une
substance
Utilisations
permises
temporairement
Renseignements
exigés
Délivrance
2013-01-02
Grounds for
refusing permit
Expiry and
permit renewal
Revocation
Conditions for
revocation
Certain
substances
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
than a substance regulated under these Regula­
tions, for the toxic substance;
(b) the applicant has taken the necessary meas­
ures to minimize or eliminate any harmful effect
of the toxic substance on the environment and
human health; and
(c) a plan has been prepared respecting the toxic
substance identifying the measures that will be
taken by the applicant to comply with these
Regulations, and the period within which the
plan is to be implemented does not exceed three
years after the day on which a permit is first
issued to the applicant.
(2) The Minister must refuse to issue a permit if
(a) the Minister has reasonable grounds to
believe that the applicant has provided false or
misleading information in support of their appli­
cation; or
(b) information required under subsection 9(4)
has not been provided or is insufficient to enable
the Minister to process the application.
(3) A permit expires 12 months after the day on
which it is issued unless, at least 30 days before the
day on which the permit expires, the applicant
submits an application for renewal to the Minister
that contains the information referred to in Sched­
ule 4. The validity of the first permit may only be
extended twice, subject to the same conditions.
(2) Le ministre refuse de délivrer le permis dans
les cas suivants :
a) il a des motifs raisonnables de croire que le
demandeur a fourni des renseignements faux ou
trompeurs à l’appui de sa demande;
b) les renseignements exigés aux termes du para­
graphe 9(4) n’ont pas été fournis ou sont insuffi­
sants pour lui permettre de traiter la demande.
(3) Le permis expire douze mois après la date de
sa délivrance, sauf si le demandeur présente au
ministre une demande qui comporte les renseigne­
ments prévus à l’annexe 4 pour le renouvellement
de celui-ci au moins trente jours avant son expira­
tion. Le permis ne peut être renouvelé que deux fois
aux mêmes conditions.
REVOCATION
RÉVOCATION
11. (1) The Minister must revoke a permit if the
conditions set out in paragraphs 10(1)(a) to (c) are
no longer met or if the Minister has reasonable
grounds to believe that the permit holder has
provided false or misleading information to the
Minister.
(2) The Minister must not revoke a permit unless
the Minister has provided the permit holder with
(a) written reasons for the revocation; and
(b) an opportunity to be heard, by written rep­
resentation, in respect of the revocation.
11. (1) Le ministre révoque le permis si les con­
ditions prévues aux alinéas 10(1)a) à c) ne sont plus
respectées ou s’il a des motifs raisonnables de
croire que le titulaire du permis lui a fourni des
renseignements faux ou trompeurs.
ANNUAL REPORTS
RAPPORT ANNUEL
12. Every person that manufactures or imports a
toxic substance set out in column 1 of Part 4 of
Schedule 2 or a product containing it, whether inci­
dentally or not, must submit to the Minister a report
that contains the information referred to in Sched­
ule 5 by March 31 following the end of the calendar
year during which either the toxic substance or a
product containing it was manufactured or imported
if, in that year
(a) the total annual quantity of the toxic sub­
stance manufactured or imported was equal to or
greater than that set out in column 2, if any;
(b) the product imported contained the toxic sub­
stance in an annual weighted average concentra­
tion equal to or greater than that set out in col­
umn 3, if any; or
12. Toute personne qui fabrique ou importe une
substance toxique mentionnée à la colonne 1 de la
partie 4 de l’annexe 2 ou un produit qui en contient,
fortuitement ou non, présente au ministre un rap­
port contenant les renseignements prévus à l’an­
nexe 5 au plus tard le 31 mars suivant la fin de
l’année civile durant laquelle la substance toxique
ou le produit qui en contient a été fabriqué ou im­
porté si, au cours de cette année :
a) la quantité totale annuelle de la substance
toxique fabriquée ou importée était égale ou su­
périeure à celle prévue à la colonne 2, le cas
échéant;
b) la concentration moyenne pondérée annuelle
de la substance toxique dans le produit importé
était égale ou supérieure à celle prévue à la co­
lonne 3, le cas échéant;
par une substance non visée par le présent règle­
ment ou d’utiliser une solution de rechange;
b) le demandeur a pris les mesures nécessaires
pour éliminer ou réduire au minimum les effets
nocifs de la substance toxique sur l’environne­
ment et la santé humaine;
c) un plan a été élaboré à l’égard de la substance
toxique comportant les mesures que le deman­
deur prendra pour se conformer au présent rè­
glement et le délai prévu pour son exécution
n’excède pas trois ans à compter de la date ini­
tiale de délivrance du permis.
(2) Il ne peut révoquer le permis qu’après :
a) avoir avisé par écrit le titulaire des motifs de
la révocation;
b) lui avoir donné la possibilité de présenter des
observations écrites au sujet de la révocation.
Refus
Expiration et
demande de
renouvellement
Révocation
Conditions de
révocation
Certaines
substances
23
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
(c) the total annual quantity of the toxic sub­
stance contained in a product manufactured or
imported and its annual weighted average con­
centration in the product were equal to or greater
than those set out in column 4, if any.
Accredited
laboratory
Certification
Writing or
electronic
format
Records
Location
Activity
referred to in
Prohibition of
Certain Toxic
Substances
Regulations,
2005
24
c) la quantité totale annuelle de la substance
toxique contenue dans un produit fabriqué ou
importé et la concentration moyenne pondérée
annuelle de la substance toxique dans le produit
étaient toutes deux égales ou supérieures à celles
prévues à la colonne 4, le cas échéant.
ACCREDITED LABORATORY
LABORATOIRE ACCRÉDITÉ
13. Any concentration or quantity to be deter­
mined under these Regulations must be determined,
in accordance with generally accepted standards of
scientific practice, by a laboratory that is accredited
under the International Organization for Standardi­
zation standard ISO/IEC 17025:2005, entitled Gen­
eral requirements for the competence of testing and
calibration laboratories, as amended from time to
time, or by a laboratory that meets an equivalent
standard.
13. Pour l’application du présent règlement, la
concentration et la quantité sont déterminées con­
formément aux exigences de pratiques scientifiques
généralement reconnues par un laboratoire qui est
accrédité selon la norme de l’Organisation interna­
tionale de normalisation ISO/CEI 17025:2005, inti­
tulée Exigences générales concernant la compé­
tence des laboratoires d’étalonnages et d’essais,
avec ses modifications successives, ou par un labo­
ratoire qui répond à une norme équivalente.
PRESENTATION OF INFORMATION
PRÉSENTATION DES RENSEIGNEMENTS
14. (1) Any information or an application for a
permit required to be submitted to the Minister
under these Regulations must bear the signature of
the interested person or their authorized representa­
tive and be accompanied by a certification dated
and signed by the interested person or the person
authorized to act on their behalf, stating that the
information is accurate and complete.
(2) The information, application for a permit and
certification may be submitted either in writing or
in an electronic format that is compatible with the
one that is used by the Minister.
14. (1) Tout renseignement ou toute demande de
permis devant être fourni au ministre en application
du présent règlement porte la signature de l’inté­
ressé ou de la personne autorisée à agir en son nom
et est accompagné d’une attestation, datée et signée
par l’intéressé ou par la personne autorisée à agir en
son nom, portant que les renseignements sont com­
plets et exacts.
(2) Les renseignements, la demande de permis et
l’attestation peuvent être présentés sur un support
papier ou sur un support électronique compatible
avec celui utilisé par le ministre.
RECORD KEEPING
REGISTRES
15. (1) Every person that submits information to
the Minister under these Regulations must keep a
record containing a copy of that information, a
copy of the certification and any documents sup­
porting the information, including test data if appli­
cable, for a period of at least five years beginning
on the date of the submission of the information.
(2) The records must be kept at the person’s
principal place of business in Canada or, on notifi­
cation to the Minister, at any other place in Canada
where the records can be inspected.
15. (1) La personne qui présente au ministre des
renseignements en application du présent règlement
conserve copie de ceux-ci et de l’attestation, ainsi
que tout document à l’appui, y compris, s’il y a
lieu, des données d’analyse, dans un registre pen­
dant au moins cinq ans à compter de la date de leur
présentation.
(2) Les registres sont conservés à l’établissement
principal de la personne au Canada ou en tout autre
lieu au Canada dont le ministre a été avisé et où ils
peuvent être examinés.
TRANSITIONAL
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
16. A permit must not be obtained under these
Regulations for an activity prohibited under the
Prohibition of Certain Toxic Substances Regula­
tions, 2005.
16. Un permis ne peut être obtenu en vertu du
présent règlement à l’égard d’une activité interdite
aux termes du Règlement sur certaines substances
toxiques interdites (2005).
Laboratoire
accrédité
Attestation
Support papier
ou électronique
Registres
Lieu de
conservation
Activités visées
par le
Règlement sur
certaines
substances
toxiques
interdites
(2005)
2013-01-02
Three months
after
registration
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
REPEAL
ABROGATION
17. The Prohibition of Certain Toxic Sub­
stances Regulations, 20051 are repealed.
17. Le Règlement sur certaines substances toxi­
ques interdites (2005)1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
18. These Regulations come into force three
months after the day on which they are
registered.
18. Le présent règlement entre en vigueur
trois mois après la date de son enregistrement.
Trois mois
après la date de
l’enregistrement
SCHEDULE 1
(Sections 1 to 5 and 9 and Schedule 3)
ANNEXE 1
(articles 1 à 5 et 9 et annexe 3)
PART 1
PARTIE 1
PROHIBITED TOXIC SUBSTANCES
SUBSTANCES TOXIQUES INTERDITES
Item
Toxic Substance
Article
Substance toxique
1.
2.
Dodecachloropentacyclo [5.3.0.02,6.03,9.04,8] decane (Mirex)
Polybrominated Biphenyls that have the molecular formula C12H(10-n)Brn
in which “n” is greater than 2
Polychlorinated Terphenyls that have the molecular formula C18H(14-n)Cln
in which “n” is greater than 2
Bis(chloromethyl) ether that has the molecular formula C2H4Cl2O
Chloromethyl methyl ether that has the molecular formula C2H5ClO
1.
2.
Dodécachloropentacyclo [5.3.0.02,6.03,9.04,8] décane (mirex)
Les biphényles polybromés dont la formule moléculaire est C12H(10-n)Brn, où « n » est plus grand que 2
Les triphényles polychlorés dont la formule moléculaire est C18H(14-n)Cln, où « n » est plus grand que 2
Éther bis(chlorométhylique) dont la formule moléculaire est C2H4Cl2O Oxyde de chlorométhyle et de méthyle dont la formule moléculaire est C2H5ClO
Le (4-chlorophényle) cyclopropylméthanone, O-[(4-nitrophényle)méthyl]oxime dont la formule moléculaire est
C17H15ClN2O3
N-Nitrosodiméthylamine, dont la formule moléculaire est C2H6N2O Hexachlorobutadiène, dont la formule moléculaire est C4Cl6
Dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT), dont la formule moléculaire est
C14H9Cl5
Hexachlorobenzène
Naphtalènes polychlorés, dont la formule moléculaire est C10H8-nCln, où « n » est plus grand que 1
Alcanes chlorés dont la formule moléculaire est CnHxCl(2n+2-x), où
10 ≤ n ≤ 13
3.
4.
5.
3.
4.
5.
6.
(4-Chlorophenyl) cyclopropylmethanone, O-[(4-nitrophenyl)methyl]
oxime that has the molecular formula C17H15ClN2O3
6.
7. 8.
9. N-Nitrosodimethylamine, which has the molecular formula C2H6N2O
Hexachlorobutadiene, which has the molecular formula C4Cl6
Dichlorodiphenyltrichloroethane (DDT), which has the molecular
formula C14H9Cl5
H
exachlorobenzene
Polychlorinated naphthalenes, which have the molecular formula
C10H8-nCln in which “n” is greater than 1
Chlorinated alkanes that have the molecular formula CnHxCl(2n+2-x) in
which 10 ≤ n ≤ 13
7.
8.
9.
10.
11.
12. 10.
11.
12.
PART 2
PARTIE 2
PROHIBITED TOXIC SUBSTANCES UNLESS PRESENT IN
MANUFACTURED ITEMS SUBSTANCES TOXIQUES INTERDITES SAUF SI ELLES SONT PRÉSENTES DANS UN ARTICLE MANUFACTURÉ Item
Toxic Substance
Article
Substance toxique
1. Hexane, 1,6-diisocyanato-, homopolymer, reaction products with
alpha-fluoro-omega-2-hydroxyethyl-poly(difluoromethylene),
C16-20-branched alcohols and 1-octadecanol
2-Propenoic acid, 2-methyl-, hexadecyl ester, polymers with
2-hydroxyethyl methacrylate, gamma-omega-perfluoro-C10-16-alkyl
acrylate and stearyl methacrylate
2-Propenoic acid, 2-methyl-, 2-methylpropyl ester, polymer with butyl
2-propenoate and 2,5 furandione, gamma-omega-perfluoro-C8-14-alkyl
esters, tert-Bu benzenecarboperoxoate-initiated
2-Propen-1-ol, reaction products with pentafluoroiodoethane
tetrafluoroethylene telomer, dehydroiodinated, reaction products with
epichlorohydrin and triethylenetetramine
1. 1,6-Diisocyanatohexane, homopolymérisé, produits de réaction avec
l’alpha fluoro oméga-(2-hydroxyéthyl)-poly(difluorométhylène), des
alcools ramifiés en C16-20 et l’octadécan-1-ol
Méthacrylate d’hexadécyle, polymères avec le méthacrylate de
2-hydroxyéthyle, l’acrylate de gamma-oméga-perfluoroalkyle en C10-16
et le méthacrylate de stéaryle
Méthacrylate d’isobutyle, polymérisé avec l’acrylate de butyle,
l’anhydride maléique, esters de gamma-oméga-perfluoroalkyle en C8-14,
amorcé avec du benzènecarboperoxoate de tert-butyle
Alcool allylique, produits de réaction avec du pentafluoroiodoéthane et
de tétrafluoroéthylène télomérisés, déshydroiodés, produits de réaction
avec de l’épichlorhydrine et la triéthylènetétramine
2. 3. 4.
2.
3.
4. ———
———
1
1
SOR/2005-41
DORS/2005-41
25
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
SCHEDULE 2
(Sections 1 to 3, 6, 7, 9 and 12 and Schedule 3)
ANNEXE 2
(articles 1 à 3, 6, 7, 9 et 12 et annexe 3)
PERMITTED USES, CONCENTRATION LIMITS AND
REPORTING THRESHOLDS
UTILISATIONS PERMISES, CONCENTRATIONS
MAXIMALES ET SEUILS POUR LES RAPPORTS
PART 1
PARTIE 1
PERMITTED USES UTILISATIONS PERMISES
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Item
Toxic Substance
Permitted Uses
1.
Benzidine and benzidine
dihydrochloride that have the
molecular formulas C12H12N2
and C12H12N2·2HCl, respectively
2.
2-Methoxyethanol, which has the
molecular formula C3H8O2
3.
Pentachlorobenzene, which has
the molecular formula C6HCl5
(a) Staining for microscopic
examination, such as
immunoperoxidase staining,
histochemical staining or
cytochemical staining;
(b) Reagent for detecting blood in
biological fluids;
(c) Niacin test to detect some
micro-organisms; and
(d) Reagent for detecting
chloralhydrate in biological fluids.
(a) Adhesives and coatings for
aircraft refinishing; and
(b) Semiconductor manufacturing
process.
Use with chlorobiphenyls contained
in equipment or liquids in the
service of such equipment in which
their use is permitted under the PCB
Regulations
Article
Substance toxique
Utilisations permises
1.
La benzidine et le dichlorhydrate
de benzidine, dont les formules
moléculaires sont respectivement
C12H12N2 et C12H12N2·2HCl
2.
2-Méthoxyéthanol, dont la
formule moléculaire est C3H8O2
3.
Pentachlorobenzène, dont la
formule moléculaire est C6HCl5
Use with chlorobiphenyls contained
in equipment or liquids in the
service of such equipment in which
their use is permitted under the PCB
Regulations
4.
Tétrachlorobenzènes, dont la
formule moléculaire est C6H2Cl4
Additive in rubber, except in tires
5.
N-Phénylaniline, produits de
réaction avec le styrène et le
2,4, 4-triméthylpentène
a) Coloration pour l’examen
microscopique, telle que la
coloration immunoperoxydase, la
coloration histochimique et la
coloration cytochimique
b) réactif pour détecter le sang dans
les liquides biologiques
c) test à la niacine pour détecter
certains micro-organismes
d) réactif pour détecter l’hydrate de
chloral dans les liquides biologiques
a) Adhésif et revêtement pour la
finition d’aéronefs
b) procédé de fabrication de semiconducteurs
Utilisation avec un biphényle chloré
contenu dans des pièces
d’équipement ou un liquide servant
à l’entretien de celles-ci, dont
l’utilisation est permise aux termes
du Règlement sur les BPC
Utilisation avec un biphényle chloré
contenu dans des pièces
d’équipement ou un liquide servant
à l’entretien de celles-ci, dont
l’utilisation est permise aux termes
du Règlement sur les BPC
Additif dans le caoutchouc, à
l’exception des pneus
4.
Tetrachlorobenzenes, which have
the molecular formula C6H2Cl4
5.
Benzenamine, N-phenyl-, reaction
products with styrene and
2,4,4-trimethylpentene
PART 2
PARTIE 2
TEMPORARY PERMITTED USES UTILISATIONS PERMISES TEMPORAIREMENT
Column 1
Column 2
Item
Toxic Substance
Permitted Uses
Expiry date
1.
Benzenamine,
N-phenyl-, reaction
products with styrene
and 2,4,4trimethylpentene
Additive in lubricants
2 years after the coming
into force of these
Regulations
26
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Substance toxique
Utilisations permises
Date d’expiration
1.
N-Phénylaniline,
produits de réaction
avec le styrène et le
2,4, 4­
triméthylpentène
Additif dans les
lubrifiants
Deux ans après l’entrée
en vigueur du présent
règlement
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
PART 3
PARTIE 3
PERMITTED CONCENTRATION LIMITS CONCENTRATIONS MAXIMALES PERMISES
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Substance toxique
Produit contenant la
substance toxique
Concentration maximale
de la substance toxique
0.5 % (w/w)
1.
2-Méthoxyéthanol,
dont la formule
moléculaire est
C3H8O2
30 % (w/w)
2.
Tributylétains qui
contiennent le
groupement
(C4H9)3Sn
Column 1
Column 2
Column 3
Item
Toxic Substance
Product Containing
the Toxic Substance
Concentration Limit of
the Toxic Substance
1.
2 -Methoxyethanol,
which has the
molecular
formula C3H8O2
Diethylene glycol
methyl ether, which
has the molecular
formula C5H12O3
2.
Tributyltins, which
contain the grouping
(C4H9)3Sn
Tetrabutyltin, which
has the molecular
formula (C4H9)4Sn
PART 4
PARTIE 4
REPORTING THRESHOLDS SEUILS POUR LES RAPPORTS
Column 1
Item
Éther méthylique de
0,5 % (p/p)
diéthylèneglycol, dont
la formule
moléculaire est
C5H12O3
Tétrabutylétain, dont 30 % (p/p)
la formule
moléculaire est
(C4H9)4Sn
Toxic
Substance
Column 2
Column 3
Column 4
Annual
Quantity
Annual
Weighted
Average
Concentration
Annual Quantity
and Annual
Weighted
Average
Concentration
1.
Benzidine and
1 kg
benzidine
dihydrochloride that
have the molecular
formulas C12H12N2
and C12H12N2·2HCl,
respectively
2.
Chlorinated alkanes
that have the
molecular formula
CnHxCl(2n+2-x) in
which 10 ≤ n ≤ 13
Colonne 1
Article
1.
1 kg and 0.5%
(w/w)
2.
Substance
toxique
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Quantité
annuelle
Concentration
moyenne
pondérée
annuelle
Quantité et
concentration
moyenne
pondérée
annuelles
1 kg
La benzidine et le
dichlorhydrate de
benzidine, dont les
formules
moléculaires sont
respectivement
C12H12N2 et
C12H12N2·2HCl
Alcanes chlorés dont
la formule
moléculaire est
CnHxCl(2n+2-x), où
10 ≤ n ≤ 13
1 kg et 0,5 %
(p/p)
SCHEDULE 3
(Subsections 3(2) to (4))
ANNEXE 3
(paragraphes 3(2) à (4))
INFORMATION RELATED TO THE USE OF CERTAIN
TOXIC SUBSTANCES IN A LABORATORY FOR
ANALYSIS, IN SCIENTIFIC RESEARCH OR AS A
LABORATORY ANALYTICAL STANDARD
RENSEIGNEMENTS RELATIFS À L’UTILISATION DE
CERTAINES SUBSTANCES TOXIQUES POUR DES
ANALYSES EN LABORATOIRE, POUR LA
RECHERCHE SCIENTIFIQUE OU EN TANT
QU’ÉTALON ANALYTIQUE DE LABORATOIRE
1. Information respecting the laboratory where a toxic substance or a product containing it is used or is to be used:
(a) the name, civic and postal addresses, telephone number
and, if any, email address and fax number of the laboratory;
and
(b) the name, title, civic and postal addresses, telephone number and, if any, email address and fax number of any person authorized to act on the laboratory’s behalf.
1. Renseignements sur le laboratoire où la substance toxique ou
le produit qui en contient est utilisé ou sera utilisé :
a) les nom, adresses municipale et postale, numéro de télé­
phone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse élec­
tronique du laboratoire;
b) les nom, titre, adresses municipale et postale, numéro de té­
léphone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse
électronique de la personne autorisée à agir au nom du labora­
toire, s’il y a lieu.
27
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
2. Information respecting each toxic substance set out in
Schedule 1 or 2, and each product containing it that is used or is
to be used:
(a) the name of the toxic substance and the name of the prod­
uct, if applicable;
(b) the anticipated period of its use;
(c) the estimated quantity of the toxic substance to be used in a
calendar year and its unit of measurement;
(d) the identification of each proposed use and each actual use,
as the case may be; and
(e) in the case of a product,
(i) the estimated quantity of the product to be used in a cal­
endar year and its unit of measurement, and
(ii) the estimated concentration of the toxic substance in that
product and its unit of measurement.
2. Renseignements sur chacune des substances toxiques men­
tionnées aux annexes 1 et 2 et sur chaque produit en contenant qui
est ou sera utilisé :
a) le nom de la substance toxique et, le cas échéant, le nom du
produit; b) la période d’utilisation prévue; c) la quantité de la substance toxique que l’on prévoit utiliser au cours d’une année civile ainsi que l’unité de mesure;
d) une description de chaque utilisation réelle ou projetée, se­
lon le cas; e) dans le cas d’un produit :
(i) la quantité du produit que l’on prévoit utiliser au cours
d’une année civile ainsi que l’unité de mesure,
(ii) la concentration prévue de la substance toxique dans ce
produit ainsi que l’unité de mesure de cette concentration.
SCHEDULE 4
(Subsection 9(4) and 10(3))
ANNEXE 4
(paragraphes 9(4) et 10(3))
INFORMATION REQUIRED IN AN APPLICATION FOR A PERMIT OR AN APPLICATION FOR RENEWAL OF A PERMIT 1. Information respecting the applicant:
(a) their name, civic and postal addresses, telephone number
and, if any, email address and fax number; and
(b) the name, title, civic and postal addresses, telephone num­
ber and, if any, email address and fax number of any person au­
thorized to act on the applicant’s behalf.
2. In the case of a toxic substance referred to in either section 4
or 6 of these Regulations or a product containing it, the following
information:
(a) the name of the toxic substance and the name of the prod­
uct, if applicable;
(b) the quantity of the toxic substance manufactured or im­
ported during the 12 months before the day on which the appli­
cation is submitted, and its unit of measurement;
(c) the estimated quantity of the toxic substance to be manufac­
tured or imported during the period to which the permit will
apply, and its unit of measurement;
(d) in the case of a product,
(i) the quantity of the product manufactured or imported dur­
ing the 12 months before the day on which the application is
submitted, and its unit of measurement,
(ii) the estimated quantity of the product to be manufactured
or imported during the period to which the permit will apply,
and its unit of measurement, and
(iii) the estimated concentration of the toxic substance in that
product and its unit of measurement;
(e) the identification of each proposed use, if known; and
(f) if the applicant is a manufacturer or importer, the name,
civic and postal addresses, telephone number and, if any, email
address and fax number of each person in Canada to whom the
applicant intends to sell a toxic substance or a product contain­
ing it and the name of each toxic substance or product.
28
RENSEIGNEMENTS À FOURNIR DANS LA DEMANDE
DE PERMIS OU DE RENOUVELLEMENT DE PERMIS
1. Renseignements concernant le demandeur :
a) ses nom, adresses municipale et postale, numéro de télé­
phone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse
électronique;
b) les nom, titre, adresses municipale et postale, numéro de té­
léphone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse
électronique de la personne autorisée à agir au nom du deman­
deur, s’il y a lieu.
2. S’agissant d’une substance toxique visée aux articles 4 ou 6
du présent règlement, ou d’un produit qui en contient, les rensei­
gnements suivants :
a) le nom de la substance toxique et, le cas échéant, le nom du
produit; b) la quantité de substance toxique que le demandeur a fabriqué
ou importé au cours des douze mois précédant la date de pré­
sentation de la demande, ainsi que l’unité de mesure;
c) la quantité de substance toxique que le demandeur prévoit fabriquer ou importer au cours de la période visée par le per­
mis, ainsi que l’unité de mesure; d) dans le cas d’un produit :
(i) la quantité du produit que le demandeur a fabriqué ou im­
porté au cours des douze mois précédant la date de la présen­
tation de la demande, ainsi que l’unité de mesure,
(ii) la quantité du produit que le demandeur prévoit fabriquer
ou importer au cours de la période visée par le permis, ainsi
que l’unité de mesure,
(iii) la concentration prévue de la substance toxique dans ce
produit, ainsi que l’unité de mesure;
e) la mention de chaque utilisation projetée, si le demandeur
dispose de cette information;
f) si le demandeur est un fabricant ou un importateur, les noms,
adresses municipale et postale, numéro de téléphone et, le cas
échéant, numéro de télécopieur et adresse électronique de cha­
que personne au Canada à qui il projette de vendre la substance
toxique ou le produit qui en contient, ainsi que le nom de la
substance ou du produit en cause.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
3. Information that demonstrates that there is no technically or
economically feasible alternative or substitute available to the
applicant at the time of the application, other than a substance
regulated under these Regulations, for the toxic substance.
4. Information that explains what measures have been taken to
minimize or eliminate any harmful effect of the toxic substance
on the environment and human health.
5. A description of the plan prepared respecting the toxic sub­
stance identifying the measures that will be taken by the applicant
to comply with these Regulations and the period within which the
plan is to be implemented, which must not exceed three years
after the day on which the permit is first issued.
3. Les renseignements qui établissent qu’au moment de la de­
mande de permis le demandeur n’est pas en mesure, sur le plan
technique ou économique, de remplacer la substance toxique par
une substance non visée par le présent règlement ou d’utiliser une
solution de rechange.
4. Une explication des mesures qui ont été prises pour éliminer
ou atténuer les effets nocifs de la substance toxique sur
l’environnement et la santé humaine.
5. Le détail du plan élaboré à l’égard de la substance toxique
comportant les mesures que le demandeur prendra pour se con­
former au présent règlement ainsi que le délai prévu pour son
exécution, lequel ne peut excéder trois ans à compter de la date
initiale de délivrance du permis.
SCHEDULE 5
(Section 12)
ANNEXE 5
(article 12)
INFORMATION RELATING TO THE MANUFACTURE OR IMPORT OF A TOXIC SUBSTANCE OR THE IMPORT OF A PRODUCT CONTAINING IT
RENSEIGNEMENTS SUR LA FABRICATION ET
L’IMPORTATION DE SUBSTANCES TOXIQUES ET
SUR L’IMPORTATION DE PRODUITS QUI
EN CONTIENNENT
1. Information respecting the manufacturer or importer:
(a) their name, civic and postal addresses, telephone number of
their principal place of business and, if any, email address and
fax number; and
(b) the name, title, civic and postal addresses, telephone num­
ber and, if any, email address and fax number of any person au­
thorized to act on behalf of the manufacturer or importer.
1. Renseignements concernant le fabricant ou l’importateur :
a) leur nom, les adresses municipale et postale et le numéro de
téléphone de leur établissement principal et, le cas échéant, leur
numéro de télécopieur et leur adresse électronique;
b) les nom, titre, adresses municipale et postale, numéro de
téléphone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse
électronique de la personne autorisée à agir au nom du fabri­
cant ou de l’importateur, s’il y a lieu.
2. Renseignements sur chacune des substances toxiques men­
tionnées à la colonne 1 de la partie 4 de l’annexe 2 qui est fabri­
quée ou importée au cours de l’année civile et sur chaque produit
en contenant qui est fabriqué ou importé au cours de l’année
civile :
a) le nom de la substance toxique et, le cas échéant, le nom du
produit; b) l’année civile visée; c) la quantité totale de la substance toxique fabriquée, ainsi que l’unité de mesure; d) la quantité totale de la substance toxique vendue au Canada,
ainsi que l’unité de mesure; e) la quantité totale de la substance toxique importée, ainsi que
l’unité de mesure; f) la mention de l’utilisation projetée de la substance toxique et,
le cas échéant, du produit; g) la concentration moyenne pondérée annuelle de la substance
toxique dans le produit, ainsi que l’unité de mesure, le cas
échéant; h) la méthode analytique utilisée pour déterminer la concentra­
tion de la substance toxique dans le produit, le cas échéant; i) la limite de détection de la méthode analytique utilisée pour
déterminer la concentration de la substance toxique dans le
produit, le cas échéant;
j) les nom, adresses municipale et postale, numéro de téléphone
et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse électroni­
que de chaque personne au Canada à qui le fabricant ou l’im­
portateur a vendu la substance toxique ou le produit.
2. Information respecting each toxic substance referred to in
column 1 of Part 4 of Schedule 2 that is imported or manufac­
tured and each product containing it that is imported or manufac­
tured during a calendar year:
(a) the name of the toxic substance and the name of the prod­
uct, if applicable;
(b) the calendar year;
(c) the total quantity of the toxic substance manufactured, and
its unit of measurement;
(d) the total quantity of the toxic substance sold in Canada, and
its unit of measurement;
(e) the total quantity of the toxic substance imported, and its
unit of measurement;
(f) the identification of each proposed use of the toxic sub­
stance and the product, if applicable;
(g) the annual weighted average concentration of the toxic sub­
stance in the product and its unit of measurement, if applicable;
(h) the analytical method used to determine the concentration
of the toxic substance in the product, if applicable;
(i) the analytical method detection limit used to determine the
concentration of the toxic substance in the product, if applica­
ble; and
(j) the name, civic and postal addresses, telephone number and,
if any, email address and fax number of each person in Canada
to whom the manufacturer or importer sold the toxic substance
or the product.
29
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
3. The name, civic and postal addresses, telephone number and,
if any, email address and fax number of the laboratory that determined the concentration of the toxic substance in the product, if
applicable.
3. Les nom, adresses municipale et postale, numéro de télé­
phone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse élec­
tronique du laboratoire qui a déterminé la concentration de la
substance toxique dans le produit, le cas échéant.
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT (This statement is not part of the Regulations.)
1. Executive summary
Issue: Risk assessments on four substances — Benzenamine,
N-phenyl-, reaction products with styrene and 2,4,4­
trimethylpentene (BNST), short-chain chlorinated alkanes,
polychlorinated naphthalenes (PCNs) and tributyltins (TBTs)
for non-pesticidal uses — were conducted under the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999). These as­
sessments concluded that all of these substances may be harm­
ful to the environment. Short-chain chlorinated alkanes were
also found to constitute a danger in Canada to human life or
health. Risk management measures are necessary to prevent
harm to the environment and/or human health associated with
these substances. In addition, all of these substances were
found to meet the criteria for persistence and bioaccumulation
potential as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations.
Description: The Prohibition of Certain Toxic Substances
Regulations, 2012 (hereafter the Regulations) repeal and re­
place the Prohibition of Certain Toxic Substances Regula­
tions, 2005 (hereafter referred to as the former Regulations).
The Regulations prohibit the manufacture, use, sale, offer for
sale or import of BNST, short-chain chlorinated alkanes,
PCNs and TBTs in Canada, and of products containing them
with a limited number of exemptions. These substances are
added to the list of substances already controlled under the
former Regulations.
The Regulations also address a number of issues related to the
clarity and consistency of the regulatory requirements which
were identified by stakeholders and by the Standing Joint
Committee for the Scrutiny of Regulations. The Regulations
also include additional provisions on reporting of short-chain
chlorinated alkanes as well as other minor changes.
As well, the Regulations modify the restrictions on hexa­
chlorobenzene (HCB).
Cost-benefit statement: A cost-benefit analysis was con­
ducted to evaluate the impact of the Regulations. In general,
most of the regulatory impacts occur as a result of controlling
BNST. Short-chain chlorinated alkanes and PCNs are no
longer manufactured or imported into Canada and TBTs for
non-pesticidal uses are not in commercial use in their pure
form in Canada. These impacts are summarized below.
30
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1. Résumé
Enjeu : Des évaluations de risques sur quatre substances — le
N-phénylaniline, produits de réaction avec le styrène et le
2,4,4-triméthylpentène (BNST), les alcanes chlorés à chaîne
courte, les naphtalènes polychlorés (NPC) et les tributylétains
(TBT) non utilisés dans les pesticides — ont été effectuées en
vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environne­
ment (1999) [LCPE (1999)]. Ces évaluations ont permis de
conclure que toutes ces substances pourraient être nocives
pour l’environnement. On a observé que les alcanes chlorés à
chaîne courte peuvent également constituer un danger au
Canada pour la vie ou la santé humaines. Des mesures de ges­
tion des risques sont nécessaires afin de prévenir les domma­
ges à l’environnement et/ou à la santé humaine liés à ces sub­
stances. De plus, l’ensemble de ces substances s’est avéré
répondre aux critères de persistance et de potentiel de bioac­
cumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la
bioaccumulation.
Description : Le Règlement sur certaines substances toxiques
interdites (2012) [ci-après appelé le Règlement] abroge et
remplace le Règlement sur certaines substances toxiques in­
terdites (2005) [ci-après appelé l’ancien règlement].
Le Règlement interdit la fabrication, l’utilisation, la vente, la
mise en vente ou l’importation du BNST, des alcanes chlorés
à chaîne courte, des NPC et des TBT au Canada ainsi que des
produits qui en contiennent à l’exception de quelques exemp­
tions. Ces substances sont ajoutées à la liste des substances dé­
jà contrôlées en vertu de l’ancien règlement.
Le Règlement vise également à traiter un certain nombre
d’enjeux liés à la clarté et à la cohérence des exigences régle­
mentaires qui ont été soulevés par les intervenants et par le
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation. Le
Règlement comprend également des dispositions supplémen­
taires portant sur la déclaration des alcanes chlorés à chaîne
courte ainsi que d’autres changements mineurs.
De plus, le Règlement modifie les restrictions sur
l’hexachlorobenzène (HCB).
Énoncé des coûts et avantages : Une analyse des coûts et des
avantages a été réalisée afin d’évaluer l’incidence du Règle­
ment. En général, la plupart des répercussions de la réglemen­
tation se produisent à la suite d’un contrôle du BNST. Les alcanes chlorés à chaîne courte et les naphtalènes polychlorés ne
sont plus fabriqués ou importés au Canada, et des TBT non
utilisés dans les pesticides ne sont pas utilisés à des fins com­
merciales à l’état pur au Canada. Ces répercussions sont résu­
mées ci-dessous.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Most of the costs will be incurred by Canadian manufacturers
of lubricant oils as they are expected to pay a higher price to
acquire BNST-free chemical additive products to produce
their lubricant oils. The present value of the total incremental
cost to industry is estimated to be about $20 million over the
25-year period of analysis or an average of $0.8 million in
present value per year. However, on a per-facility basis, this
cost represents only 0.01% of production cost. It is assumed
that these costs will be passed on to consumers of lubricant
oils.
The federal government is expected to incur costs to adminis­
ter and enforce the Regulations. The present value of the
incremental cost to Government is estimated to be about
$0.40 million over 25 years.
Due to a lack of monitoring data, it is challenging to accur­
ately estimate the impact of the Regulations, but positive
benefits are expected in terms of the protection to the en­
vironment and its aquatic ecosystems. In addition, the Regula­
tions are expected to prevent potential harm to human health
as a result of reduce exposure to short-chain chlorinated
alkanes. Overall, the net impact of the Regulations is expected
to be positive.
“One-for-One” Rule and small business lens: The “One­
for-One” Rule applies to the Regulations and the Regulations
have a net removal of burden of about $1,200 or an average
savings per business of $2.
The retailers of lubricants containing BNST are expected to
incur a higher cost of about $0.8 million per year for purchas­
ing a substitute product for sale. It is expected that the retailers
will pass this cost onto consumers in the form of higher prices.
Also, a total cost of under $500 in aggregate in annualized
present-value terms is expected on laboratories which have to
report to the Minister of Environment.
Domestic and international coordination and cooperation:
Recent amendments to the Protocol on Persistent Organic Pol­
lutants (POPs) under the United Nations Economic Commis­
sion for Europe (UNECE) Convention on Long-range Transboundary Air Pollution (LRTAP) have included the addition
of PCNs and short-chain chlorinated alkanes. The Regulations
allow Canada to consider ratifying the amendments to the Pro­
tocol on POPs.
La plupart des coûts seront assumés par les fabricants cana­
diens d’huiles lubrifiantes puisqu’ils doivent payer un prix
plus élevé pour acquérir des additifs chimiques sans BNST
afin de produire leurs huiles lubrifiantes. La valeur actuelle du
coût différentiel total pour l’industrie est estimée à environ
20 millions de dollars au cours de la période d’analyse de
25 ans, soit une valeur actuelle moyenne de 0,8 million de dol­
lars par année. Toutefois, par installation, ce coût représente
seulement 0,01 % du coût de production. On présume que ces
coûts seront transférés aux consommateurs d’huiles
lubrifiantes.
Le gouvernement fédéral assumera probablement certains
coûts pour administrer et appliquer le Règlement. La valeur
actuelle du coût différentiel pour le gouvernement est estimée
à environ 0,40 million de dollars sur une période de 25 ans.
Étant donné le manque de données de surveillance environ­
nementale, il est difficile de prévoir avec précision les avanta­
ges liés au Règlement, mais on prévoit des effets positifs en ce
qui concerne la protection de l’environnement et des écosys­
tèmes aquatiques. En outre, on s’attend à ce que le Règlement
prévienne les effets nocifs potentiels pour la santé humaine en
raison d’une exposition réduite aux alcanes chlorés à chaîne
courte. Dans l’ensemble, l’incidence nette du Règlement de­
vrait être positive.
Règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises :
La règle du « un pour un » s’applique au Règlement et le Rè­
glement présente une réduction nette du fardeau d’environ
1 200 $, soit une économie moyenne de 2 $ par entreprise.
Les détaillants de lubrifiants contenant du BNST devront as­
sumer un coût plus élevé d’environ 0,8 million de dollars par
an pour acheter un produit de remplacement pour la vente. On
s’attend à ce que les détaillants transmettent ce coût aux
consommateurs sous forme de hausses des prix. De plus, on
estime que les laboratoires qui seront tenus de présenter des
rapports au ministre de l’Environnement devront assumer un
coût total inférieur à 500 $, en termes de valeur actualisée par
année.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et inter­
nationale : Les modifications récemment apportées au Proto­
cole sur les polluants organiques persistants (POP) en vertu de
la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à
longue distance (PATGD) de la Commission économique des
Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) comprenaient
l’ajout des naphtalènes polychlorés et des alcanes chlorés à
chaîne courte. Le Règlement permettra au Canada d’envisager
la ratification des modifications apportées au Protocole sur les
polluants organiques persistants.
2. Background
2. Contexte
The Chemicals Management Plan (CMP) is an important pol­
icy in Canada for the control of chemical substances. The CMP is
a commitment to conduct, within a timeline, scientific assess­
ments of substances of priority. Further, where applicable, the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999)
requires control and preventive measures for substances that are
determined to meet the criteria under section 64 of CEPA 1999.
These commitments are an integral part of the development of the
Prohibition of Certain Toxic Substances Regulations, 2012 (here­
after the Regulations).
Le Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) est une
politique importante au Canada pour le contrôle des substances
chimiques. Le Plan de gestion des produits chimiques est un
engagement à effectuer, dans un certain délai, les évaluations
scientifiques des substances prioritaires. De plus, s’il y a lieu, la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[LCPE (1999)] exige des mesures de prévention et de contrôle
pour les substances qui répondent aux critères énoncés à l’arti­
cle 64 de la LCPE (1999). Ces engagements sont une partie inté­
grante de l’élaboration du Règlement sur certaines substances
toxiques interdites (2012) [ci-après appelé le « Règlement »].
31
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
The following substances are part of the CMP and have been
assessed as potentially harmful to the environment and/or human
health as per section 64 of CEPA 1999:
• Benzenamine, N-phenyl-, reaction products with styrene and
2,4,4-trimethylpentene (BNST);
• Short-chain chlorinated alkanes, previously identified as
short-chain chlorinated paraffins;
• Polychlorinated naphthalenes (PCNs) [chlorinated naphtha­
lenes containing between two and eight chlorine atoms]; and
• Tributyltins (TBTs) for non-pesticidal uses.1
Les substances suivantes font partie du Plan de gestion des
produits chimiques et ont été évaluées comme étant potentielle­
ment dangereuses pour l’environnement ou la santé humaine en
vertu de l’article 64 de la LCPE (1999) :
• N-phénylaniline, produits de réaction avec le styrène et le
2,4,4-triméthylpentène (BNST);
• Alcanes chlorés à chaîne courte, autrefois désignés comme
paraffines chlorées à chaîne courte (PCCC);
• Naphtalènes polychlorés (NPC) [les naphtalènes chlorés
contenant entre deux et huit atomes de chlore]; et
• Tributylétains (TBT) non utilisés dans les pesticides1.
2.1 Background and context for BNST
2.1 Renseignements généraux et contexte pour le BNST
The substance BNST was included in the Challenge initiative
under the CMP as one of approximately 200 substances identified
as high priorities for action. The final screening assessment report
for BNST concluded that BNST is potentially harmful to the en­
vironment and meets the criterion set out under paragraph 64(a)
of CEPA 1999 and the criteria for persistence and bioaccumula­
tion potential.2 A notice summarizing the scientific considerations
of the final screening assessment report for BNST was published
in the Canada Gazette, Part I, on August 1, 2009. In addition,
BNST also met the criteria for virtual elimination as set out under
subsection 77(4) of CEPA 1999. BNST was added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999 on March 2, 2011,
which enabled its prohibition under the Regulations.
La substance BNST a été incluse dans l’initiative du Défi en
vertu du Plan de gestion des produits chimiques parmi les quelque
200 substances identifiées comme hautement prioritaires. Le rap­
port final d’évaluation préalable visant le BNST a conclu que le
BNST est potentiellement dangereux pour l’environnement et
répond au critère énoncé à l’alinéa 64a) de la LCPE (1999) ainsi
qu’aux critères de persistance et de potentiel de bioaccumulation2.
Un avis résumant les considérations scientifiques énoncées dans
le rapport final d’évaluation préalable visant le BNST a été publié
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 1er août 2009. Le
BNST répond également aux critères de quasi-élimination
énoncés au paragraphe 77(4) de la LCPE (1999). Le BNST a été
ajouté à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la
LCPE (1999) le 2 mars 2011, ce qui a permis son interdiction en
vertu du Règlement.
2.1.1 Current uses
2.1.1 Utilisations actuelles
The substance BNST is an organic substance and is part of the
diarylamine class of antioxidants. In many types of lubricant for­
mulations, diarylamine antioxidants are used at rates of 0.2% to
1.0% by weight.3 BNST is used mainly as an antioxidant additive
in vehicle engine oil, but is also used in commercial and industrial
lubricants. Over 90% of the 482 tonnes of BNST consumed in
Canada annually is used in vehicle engine oil formulations. Sales
of BNST are estimated to represent 15% to 18% of the overall
market for diarylamine antioxidants.
Le BNST est une substance organique qui appartient à la caté­
gorie d’antioxydants de la diarylamine. Dans de nombreux types
de formulations de lubrifiants, les antioxydants de la diarylamine
sont utilisés à un taux de 0,2 % à 1,0 % en poids3. Le BNST est
utilisé principalement comme additif antioxydant dans l’huile
pour moteurs de véhicules, mais il est aussi utilisé dans les lubri­
fiants commerciaux et industriels. Plus de 90 % des 482 tonnes de
BNST consommé chaque année au Canada est utilisé dans les
formulations d’huiles pour moteurs de véhicules. On estime que
les ventes de BNST représentent de 15 % à 18 % du marché glo­
bal des antioxydants de la diarylamine.
Les renseignements disponibles indiquent qu’il pourrait égale­
ment y avoir une faible utilisation du BNST comme additif dans
les applications de caoutchouc pour la machinerie et l’équipement
industriels et dans les pièces en caoutchouc utilisées dans les
véhicules4.
Available information suggests that there may also be a minor
use of BNST as an additive in rubber applications for industrial
equipment and machinery and in rubber parts used in vehicles.4
2.1.2 Release profile
2.1.2 Profil de rejet
Approximately 98.3% of the BNST contained in engine oils
and lubricants in Canada is either chemically transformed, com­
busted during use of the engine, or reprocessed into industrial
fuels or base oils following collection of waste engine oil. The
Environ 98,3 % du BNST contenu dans les lubrifiants et les
huiles pour moteurs au Canada est soit transformé chimiquement,
soit brûlé pendant l’utilisation du moteur, soit retraité pour former
des combustibles industriels ou des huiles de base suite à la
———
———
1
1
2
3
4
Pesticidal uses of TBTs are regulated under the Pest Control Products Act
(PCPA), whereas non-pesticidal uses are to be regulated under CEPA 1999.
The full risk assessment for BNST is available at www.ec.gc.ca/ese-ees/default.
asp?lang=En&xml=77578C0A-53F0-BE0F-1730-6CFB5E5C90B2.
Environment Canada, 2009. “BNST Use and Disposition in Lubricants.” Report
prepared by MTN Consulting Associates for Environment Canada, Oil, Gas and
Alternative Energy Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3.
Ibid.
2
3
4
32
L’utilisation des tributylétains dans les pesticides est réglementée en vertu de la
Loi sur les produits antiparasitaires (LPA), tandis que les TBT non utilisés dans
les pesticides sont réglementés en vertu de la LCPE (1999).
L’évaluation complète des risques est disponible à l’adresse www.ec.gc.ca/ese­
ees/default.asp?lang=Fr&xml=77578C0A-53F0-BE0F-1730-6CFB5E5C90B2.
Environnement Canada. 2009. « BNST Use and Disposition in Lubricants. »
Rapport préparé par MTN Consulting Associates pour Environnement Canada,
Division du pétrole, du gaz et de l’énergie de remplacement, Gatineau (Québec)
K1A 0H3.
Ibid.
2013-01-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
remaining 1.7% of BNST used in Canada is released to the en­
vironment from leaks, spills, and improper disposal of lubricants,
and from industrial wastewater discharge. The estimated en­
vironmental releases of BNST used as additives in lubricants are
as follows:
collecte de l’huile pour moteurs usée. Le partie restante de BNST
utilisé au Canada, soit 1,7 %, est rejetée dans l’environnement en
raison de fuites, de déversements, de l’élimination inadéquate des
lubrifiants et du rejet des eaux usées industrielles. L’estimation
des rejets dans l’environnement de BNST utilisé en tant qu’additif
dans les lubrifiants est la suivante :
Table 1: Release of BNST by mechanism
Tableau 1 : Profil de rejets de BNST
Release mechanism
Cleaning containers used to transport lubricant additives — to
sewer
Spills, leaks, and improper disposal of lubricants — to soil,
sewer or storm water system
Improper disposal of lubricants — to landfill
Percentage of
the quantity of
BNST used in
Canada
Sources de rejets
Pourcentage de
la quantité de
BNST utilisée
au Canada
0.2%
Nettoyage des réservoirs utilisés pour transporter les additifs
pour lubrifiants — dans les égouts
0,2 %
1.3%
Déversements, fuites et éliminations inadéquates des
lubrifiants — dans le sol, les égouts ou le réseau des eaux
pluviales
1,3 %
0.2%
Élimination inadéquate des lubrifiants — dans les sites
d’enfouissement
0,2 %
Source: Final Screening Assessment for the Challenge — BNST (August 2009).
The report can be viewed at www.ec.gc.ca/ese-ees/default.asp?lang=En&xml=
77578C0A-53F0-BE0F-1730-6CFB5E5C90B2.
Source : Rapport final d’évaluation préalable pour le Défi concernant le BNST
(août 2009). Le rapport peut être consulté à l’adresse www.ec.gc.ca/ese-ees
/default.asp?lang=Fr&xml=77578C0A-53F0-BE0F-1730-6CFB5E5C90B2.
Rubber parts containing BNST are not manufactured in Canada
but are imported in vehicle components. About 75% of the weight
of today’s vehicles is recycled at the end of the vehicle’s lifespan
through a network of vehicle salvage and shredder facilities. The
remaining 25% of the weight of the vehicle, made up largely of
plastics, glass and textiles, is sent to landfills.5 BNST contained in
rubber parts is expected to remain in the rubber parts, rather than
leach into the environment. As a result, rubber parts containing
BNST are not expected to contribute to environmental releases.
Les pièces en caoutchouc contenant du BNST ne sont pas fa­
briquées au Canada, mais elles y sont importées dans des pièces
de véhicules. Aujourd’hui, environ 75 % de la masse des véhicu­
les est recyclée à la fin de la durée de vie du véhicule grâce à un
réseau de récupération des véhicules et d’usines de déchiquetage.
Les 25 % restants de la masse du véhicule, constitués principale­
ment de matières plastiques, de textiles et de verre, sont envoyés
dans les sites d’enfouissement5. Le BNST contenu dans les pièces
en caoutchouc devrait y demeurer, plutôt que de se retrouver dans
l’environnement. De ce fait, les pièces en caoutchouc contenant
du BNST ne devraient pas contribuer aux rejets dans
l’environnement.
Les renseignements sur les rejets actuels sont fondés sur des
données modélisées. Toutefois, dans le cadre du suivi du Plan de
gestion des produits chimiques, il est prévu que la présence de
BNST soit contrôlée dans les eaux usées municipales, les sédi­
ments et le biote.
Current release information is based on modelled data.
However, as part of the CMP monitoring, it is planned that the
presence of BNST will be monitored in municipal wastewater,
sediment and biota.
2.1.3 Other Canadian risk management activities
2.1.3 Autres activités de gestion des risques au Canada
Federal
Fédéral
BNST is not directly subject to any other federal risk manage­
ment measures.
Le BNST n’est soumis directement à aucune mesure fédérale
de gestion des risques.
Provinces and territories
Provinces et territoires
There are no specific control measures regarding the release of
BNST at the provincial and territorial level; however, all prov­
inces and territories have put in place risk management measures
for used engine oils (such as crankcase oils). These measures,
however, do not control the diffuse releases (leaks and spills) of
BNST during the use of vehicle engine oil and other lubricants.
These measures include
• Prohibitions for land, landfill and sewer disposal of used oils;
• Permits or approval systems to control burning of used oils;
• Prohibitions or guidelines for re-use of used oils in dust
suppression;
Il n’existe aucune mesure de contrôle particulière sur le rejet de
BNST à l’échelle provinciale et territoriale; cependant, toutes les
provinces et tous les territoires ont mis en place des mesures de
gestion des risques pour les huiles pour moteurs usées (comme les
huiles de carter). Ces mesures, toutefois, ne contrôlent pas les
rejets diffus (les fuites et les déversements) de BNST au cours de
l’utilisation d’huile pour moteurs de véhicules et d’autres lubri­
fiants. Ces mesures comprennent :
• Interdictions d’éliminer des huiles usées dans le sol, les sites
d’enfouissement et les égouts;
• Systèmes de permis ou d’autorisation contrôlant le brûlage
des huiles usées;
———
———
5
5
Lightweight and recyclable material Web page on Transport Canada Web site:
www.tc.gc.ca/eng/programs/environment-etv-materials-eng-117.htm.
Page Web des matériaux légers et recyclables sur le site Web de Transports
Canada : www.tc.gc.ca/fra/programmes/environnement-etv-materiaux-fra-117.htm.
33
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
• Controls for used oil reprocessing and re-refinery operations;
and
• Programs to collect and manage used oil.
Ontario has also set specific allowable “oil and grease” concen­
tration limits for wastewater discharge for certain refineries and
chemical manufacturing facilities and these measures contribute
to limiting industrial releases of BNST.
• Interdictions ou directives sur la réutilisation des huiles usées
dans les opérations de dépoussiérage;
• Mesures de contrôle du retraitement et du re-raffinage des
huiles usées;
• Programmes de collecte et de gestion des huiles usées.
L’Ontario a également établi des limites précises de concentra­
tion d’huile et de graisse admissibles quant au déversement
d’eaux usées pour certaines raffineries et usines de fabrication de
produits chimiques; ces mesures contribueront à limiter les rejets
industriels de BNST.
Municipalities
Municipalités
Municipal sewer use bylaws describe existing limits on the
concentration of “oil and grease” in wastewater discharged to
municipal wastewater systems. These bylaws effectively control
releases of BNST from manufacturing, lubricant blending and
industrial use at facilities. However, these control measures
address only industrial releases and do not control the diffuse
releases of BNST.
Les règlements municipaux sur l’utilisation des égouts établis­
sent les limites pour la concentration d’huile et de graisse dans les
déversements d’eaux usées dans les systèmes municipaux d’eaux
usées. Ces règlements permettent de contrôler efficacement les
rejets de BNST provenant de la fabrication de la substance, du
mélange de lubrifiants et de l’utilisation industrielle de la sub­
stance dans les installations. Toutefois, ces mesures de contrôle
concernent uniquement les rejets industriels et ne tiennent pas
compte des rejets diffus de BNST.
2.1.4 Risk management activities in other jurisdictions
2.1.4 Activités de gestion des risques dans d’autres pays
United States
États-Unis
The substance BNST is part of the United States Environ­
mental Protection Agency (U.S. EPA) High Production Volume
(HPV) Challenge Program which requires companies to provide
and make public basic hazard information on the chemical. There
are currently no control measures in place for BNST in the United
States.
Le BNST fait partie du programme de substances chimiques
produites en grande quantité de l’Environmental Protection
Agency (EPA) des États-Unis, qui oblige les entreprises respon­
sables à fournir et à publier les renseignements de base sur les
dangers de ces substances chimiques. À l’heure actuelle, aucune
mesure de contrôle n’est en place pour le BNST aux États-Unis.
Europe
Europe
Under the European Union Registration, Evaluation, Author­
isation and Restriction of Chemicals substances (REACH)
Program, BNST was pre-registered in 2008. As a result, by De­
cember 10, 2010, manufacturers and importers were required to
submit a technical dossier to the European Chemicals Agency
containing available information on chemical properties, persis­
tence, bioaccumulation and toxicity. The European Union may
undertake action on substances considered of concern after
evaluation of the technical dossier.
En 2008, le BNST a été préenregistré dans le cadre du pro­
gramme REACH (Registration, Evaluation, Authorisation and
Restriction of Chemicals substances) de l’Union européenne. En
conséquence, les fabricants et les importateurs ont été tenu de
soumettre un dossier technique à l’Agence européenne des pro­
duits chimiques avant le 10 décembre 2010 afin de présenter les
renseignements disponibles sur les propriétés chimiques, la per­
sistance, la bioaccumulation et la toxicité de cette substance.
L’Union européenne peut prendre des mesures concernant les
substances jugées préoccupantes après l’évaluation du dossier
technique.
Australia
Australie
Since July 2012, Australia’s National Industrial Chemicals
Notification and Assessment Scheme began assessing around
3 000 existing chemicals, including BNST.
Depuis juillet 2012, le National Industrial Chemicals Notifica­
tion and Assessment Scheme de l’Australie a commencé à évaluer
environ 3 000 produits chimiques existants, y compris le BNST.
2.1.5 Profile of industrial sectors
2.1.5 Profil des secteurs industriels
The petroleum and chemical manufacturing sectors are the
primary industrial sectors involved with BNST. Manufacturers of
BNST and manufacturers and importers of lubricants in Canada
are subject to the Regulations. There is a minor use of BNST in
rubber parts in the automotive industry, but given there are no
expected releases from this use, it is exempted from the Regula­
tions. BNST represents a very small portion of Canadian organic
chemical manufacturing.
Les industries du pétrole et de la fabrication de produits chimi­
ques sont les principaux secteurs industriels concernés par le
BNST. Les fabricants de BNST et les fabricants et les importa­
teurs de lubrifiants au Canada sont assujettis au Règlement. Il y a
une utilisation limitée du BNST dans les pièces en caoutchouc
dans l’industrie automobile, mais étant donné que l’on ne prévoit
aucun rejet provenant de cette utilisation, elle est exemptée du
Règlement. Le BNST représente une très petite partie de la fabri­
cation canadienne de produits chimiques organiques.
34
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
2.2 Background and context for short-chain chlorinated alkanes
2.2 Renseignements généraux et contexte pour les alcanes chlorés
à chaîne courte
Chlorinated alkanes are chlorinated hydrocarbons (n-alkanes)
that can have carbon chain lengths ranging from 10 to 38. They
are grouped by chain length: short-chain chlorinated alkanes
(10–13 carbon atoms), medium-chain chlorinated alkanes (14–
17 carbon atoms) and long-chain chlorinated alkanes (18 or more
carbon atoms). Assessed under section 68 of CEPA 1999, shortchain chlorinated alkanes are potentially toxic to both the en­
vironment and human health, and meet the criteria set out under
paragraphs 64(a) and 64(c) of CEPA 1999.6 As a result, shortchain chlorinated alkanes were added to the List of Toxic Sub­
stances in Schedule 1 of CEPA 1999 on September 30, 2011,
enabling prohibition under the Regulations. Furthermore, these
substances meet the criteria for persistence and bioaccumulation
potential as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations.
Les alcanes chlorés sont des hydrocarbures chlorés (n-alcanes)
qui peuvent avoir des chaînes carbonées d’une longueur de 10 à
38. Ils sont répartis en groupes selon la longueur de chaîne carbonée : les alcanes chlorés à chaîne courte (de 10 à 13 atomes de
carbone), les alcanes chlorés à chaîne moyenne (de 14 à 17 ato­
mes de carbone) et les alcanes chlorés à chaîne longue (au moins
18 atomes de carbone). Évalués en vertu de l’article 68 de la
LCPE (1999), les alcanes chlorés à chaîne courte sont potentiel­
lement toxiques pour l’environnement et la santé humaine, et ils
répondent aux critères énoncés dans les alinéas 64a) et 64c) de la
LCPE (1999)6. Par conséquent, les alcanes chlorés à chaîne courte
ont été ajoutés à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de
la LCPE (1999) le 30 septembre 2011, ce qui permet leur
interdiction en vertu du Règlement. De plus, les substances
répondent aux critères de persistance et de potentiel de bioaccu­
mulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la
bioaccumulation.
2.2.1 Current uses
2.2.1 Utilisations actuelles
Short-chain chlorinated alkanes were primarily used in Canada
as extreme pressure additives in metalworking fluids. In 2010,
total quantity of short-chain chlorinated alkanes imported into
Canada was estimated to be 33 tonnes. However, companies in­
volved reported that the use of the substances was phased out at
the end of that year.7 While products containing short-chain chlo­
rinated alkanes, including paints, adhesives, sealants, rubber and
plastics, may be imported into Canada, the volume of such im­
ports is believed to be small.
Les alcanes chlorés à chaîne courte étaient principalement utili­
sés au Canada comme additifs extrême-pression dans les liquides
métallurgiques. En 2010, la quantité totale d’alcanes chlorés à
chaîne courte importés au Canada était estimée à 33 tonnes. Tou­
tefois, les entreprises touchées ont indiqué que l’utilisation de ces
substances a été progressivement éliminée à la fin de cette année7.
Des produits contenant des alcanes chlorés à chaîne courte, no­
tamment des peintures, des adhésifs, des matériaux d’étanchéité,
du caoutchouc et des plastiques, peuvent être importés au Canada.
Toutefois, la quantité de ces importations semble être faible.
2.2.2 Release profile
2.2.2 Profil de rejet
Estimates indicate that in 2009 approximately 15 tonnes of
short-chain chlorinated alkanes were released in Canada in a dis­
persed manner, likely from manufacturing, use and disposal of
products containing these substances.8 The possible sources of
releases to water from manufacturing include spills, facility washdown and drum rinsing/disposal. Estimates suggest that metal­
working activities accounted for the majority of short-chain chlo­
rinated alkanes released to the environment. Although these
substances have been recently phased out, there is a potential for
re-introduction and a risk of future releases of short-chain chlo­
rinated alkanes to the environment.
Les estimations indiquent qu’en 2009, environ 15 tonnes
d’alcanes chlorés à chaîne courte ont été rejetées au Canada par
dispersion, probablement en raison de la fabrication, de l’utilisa­
tion et de l’élimination de produits contenant ces substances8. Les
sources possibles de rejets dans l’eau par les usines comprennent
les déversements, le lavage des installations et le rinçage ou
l’élimination des bidons. On estime que les activités métallurgi­
ques étaient responsables de la majorité des alcanes chlorés à
chaîne courte rejetés dans l’environnement. Même si ces substan­
ces ont récemment été progressivement éliminées, il y a un risque
de réintroduction et donc de futurs rejets d’alcanes chlorés à
chaîne courte dans l’environnement.
2.2.3 Other Canadian risk management activities
2.2.3 Autres activités de gestion des risques au Canada
There are no other risk management measures on the use of
short-chain chlorinated alkanes in Canada at the federal level.
Au Canada, il n’existe aucune autre mesure de gestion des ris­
ques sur l’utilisation des alcanes chlorés à chaîne courte à
l’échelle fédérale.
———
———
6
6
7
8
The full risk assessment is available at www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/default.asp?
lang=En&n=D7D84872-1.
Socio-Economic Study on Chlorinated Linear Alkanes that Have the Molecular
Formula CnHxCl(2n+2-x) in which 10 ≤ n ≤ 20 in Canada, Cheminfo Services,
2011.
Approximation based on the report Analysis of Options to Mitigate Chlorinated
Paraffin Releases in Canada, Cheminfo Services, 2005.
7
8
L’évaluation complète des risques est disponible à l’adresse www.ec.gc.ca/lcpe­
cepa/default.asp?lang=Fr&n=D7D84872-1.
Étude socioéconomique sur les alcanes linéaires chlorés ayant la formule molé­
culaire CnHxCl(2n+2-x) où 10 ≤ n ≤ 20 au Canada, préparée par Cheminfo Ser­
vices, 2011.
Approximation fondée sur le rapport Analyse des options pour atténuer les rejets
de paraffines chlorées au Canada, Cheminfo Services, 2005.
35
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
2.2.4 Risk management activities in other jurisdictions
2.2.4 Activités de gestion des risques dans d’autres pays
United States
États-Unis
In December 2009, the U.S. EPA published its Short-Chain
Chlorinated Paraffins (SCCPs) and Other Chlorinated Paraffins
Action Plan, stating that the “EPA intends to initiate action to
address the manufacturing, processing, distribution in commerce
and use of SCCPs.”9 Furthermore, in March 2012, the U.S. EPA
published a significant new use rule for certain SCCPs that would
require companies to notify the EPA of plans to manufacture,
import or process these chemicals and would provide the EPA an
opportunity to review new uses and take action needed to protect
human health or the environment.
En décembre 2009, l’Environmental Protection Agency des
États-Unis a publié son Plan d’action pour les paraffines chlorées
à chaîne courte ainsi que d’autres paraffines chlorées, qui indi­
que que l’Environmental Protection Agency prévoit instaurer des
mesures pour gérer la fabrication, le traitement, la distribution
dans le commerce et l’utilisation des paraffines chlorées à chaîne
courte9. De plus, en mars 2012, l’Environmental Protection
Agency des États-Unis a publié une règle concernant les nouvel­
les utilisations importantes sur certaines paraffines chlorées à
chaîne courte qui obligerait les entreprises à aviser l’Environ­
mental Protection Agency des intentions de fabrication,
d’importation ou de traitement de ces produits chimiques et qui
fournirait à l’Environmental Protection Agency des États-Unis
l’occasion d’examiner de nouvelles utilisations et de prendre les
mesures nécessaires pour protéger la santé humaine ou
l’environnement.
European Union
Union européenne
The European Union adopted restrictions on the formulation
and use of short-chain chlorinated alkanes in metalworking fluids
and leather finishing products under the European Union Existing
Substances Regulations (EEC 793/93). These Regulations pro­
hibit placing short-chain chlorinated alkanes on the European
Union market beginning January 6, 2004, in concentrations
greater than 1% for use in metalworking fluids or fat liquoring of
leather.
L’Union européenne a adopté des restrictions relativement à la
formulation et à l’utilisation des alcanes chlorés à chaîne courte
dans les liquides métallurgiques et les produits de finition du cuir
en vertu du Règlement no 793/93/CEE de l’Union européenne
concernant l’évaluation et le contrôle des risques présentés par les
substances existantes. Ce règlement interdit depuis le 6 janvier
2004 la commercialisation dans l’Union européenne d’alcanes
chlorés à chaîne courte à des concentrations supérieures à 1 %
dans les liquides métallurgiques ou les produits de corroyage du
cuir.
International organizations
Organisations internationales
In December 2009, Parties to the United Nations Economic
Commission for Europe (UNECE) Convention on Long-range
Transboundary Air Pollution (LRTAP) amended the Protocol on
Persistent Organic Pollutants (POPs) to add seven new sub­
stances, including short-chain chlorinated paraffins.10 The
amendment adding short-chain chlorinated paraffins, defined
specifically in Annex 1 as chlorinated alkanes with carbon-chain
length of 10 to 13 atoms (i.e. short-chain chlorinated alkanes),
require all Parties ratifying the amendment, to eliminate their
production and use, except for listed permitted uses. In addition,
short-chain chlorinated paraffins were nominated for addition to
the Stockholm Convention on POPs.
En décembre 2009, les parties à la Commission économique
des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) de la Convention
sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance
(PATGD) ont modifié le Protocole sur les polluants organiques
persistants (POP) en y ajoutant sept nouvelles substances, y com­
pris les paraffines chlorées à courte chaîne10. La modification
pour l’ajout des paraffines chlorées à chaîne courte, plus précisé­
ment définies dans l’annexe 1 en tant qu’alcanes chlorés ayant
une chaîne carbonée d’une longueur de 10 à 13 atomes (c’est-à­
dire les alcanes chlorés à chaîne courte), exige que toutes les par­
ties ratifient la modification, en vue d’éliminer leur production et
leur utilisation, sauf pour les utilisations autorisées. En outre, les
paraffines chlorées à chaîne courte ont été nommées pour être
ajoutées à la Convention de Stockholm sur les polluants organi­
ques persistants.
2.3 Background and context for PCNs
2.3 Renseignements généraux et contexte pour les naphtalènes
polychlorés
Polychlorinated naphthalenes (PCNs) are chlorinated naphtha­
lenes containing two to eight chlorine atoms. The substances have
been used in applications such as cable insulation, capacitors,
gauge and heat exchange fluids, instrument seals, solvents and
other uses. Although PCNs are not currently manufactured or
Les naphtalènes polychlorés (NPC) sont les naphtalènes chlo­
rés contenant de deux à huit atomes de chlore. Les substances ont
été utilisées dans des applications telles que les matériaux d’isola­
tion de câbles, les condensateurs, les fluides de jauge et les fluides
permettant l’échange thermique, les joints d’étanchéité, les
———
———
9
9
10
Short-chain chlorinated alkanes are also known as short-chain chlorinated
paraffins.
For more information on LRTAP, visit www.unece.org/env/lrtap/pops_h1.htm
(select “Amendments to annexes I and II”).
36
10
Les alcanes chlorés à chaîne courte sont également connus sous le nom de paraf­
fines chlorées à courte chaîne.
Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Convention sur la pollution
atmosphérique transfrontalière à longue distance, consultez le site Web
www.unece.org/env/lrtap/pops-h1.htm (sélectionner « Amendments to annexes I
and II »).
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
used in Canada, there is potential for their re-introduction into
commerce if not managed.
The final screening assessment report for PCNs concluded
that they meet the criterion set out under paragraph 64(a) of
CEPA 1999 as having an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity. PCNs were added
to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999 on
October 10, 2012, which enabled their prohibition under the
Regulations. In addition, PCNs meet the criteria for persistence
and bioaccumulation potential as set out in the Persistence and
Bioaccumulation Regulations.
solvants et d’autres utilisations. Même si les naphtalènes poly­
chlorés ne sont pas actuellement fabriqués ni utilisés au Canada,
ils pourraient être réintroduits sur le marché s’ils ne sont pas
gérés.
Le rapport final d’évaluation préalable pour les naphtalènes
polychlorés a permis de conclure qu’ils répondent au critère
énoncé à l’alinéa 64a) de la LCPE (1999) comme ayant un effet
nocif immédiat ou à long terme sur l’environnement ou la diversi­
té biologique. Les naphtalènes polychlorés ont été ajoutés à la
Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE (1999) le
10 octobre 2012, ce qui a permis leur interdiction en vertu du
Règlement. En outre, les naphtalènes polychlorés répondent aux
critères de persistance et de potentiel de bioaccumulation énoncés
dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
2.3.1 Release profile
2.3.1 Profil de rejet
PCNs are not currently in commercial use in Canada, the U.S.
and many other member countries of the Organization for Eco­
nomic Co-operation and Development.
Actuellement, les naphtalènes polychlorés ne sont pas utilisés à
des fins commerciales au Canada, aux États-Unis et dans beaucoup d’autres pays membres de l’Organisation de coopération et
de développement économiques.
Les naphtalènes polychlorés peuvent être générés de façon non
intentionnelle et rejetés dans l’environnement à partir de plusieurs
processus industriels impliquant la production de chaleur ou de
chlore. Ces processus comprennent l’incinération de déchets, la
fabrication de ciment et de magnésium et le raffinage de métaux
comme l’aluminium. Les naphtalènes polychlorés sont aussi des
contaminants présents dans les préparations commerciales de
biphényles polychlorés (BPC). Comme autres sources possibles
de rejets de naphtalènes polychlorés dans l’environnement, il y a
l’élimination des produits contenant des naphtalènes polychlorés
dans les sites d’enfouissement et anciens sites industriels où les
naphtalènes polychlorés ont été utilisés.
La plupart des rejets involontaires de naphtalènes polychlorés
ont lieu dans l’atmosphère. Au Canada, les naphtalènes polychlo­
rés ont été détectés dans l’atmosphère de l’Arctique et du milieu
urbain, dans les eaux du lac Ontario, chez les poissons et les oi­
seaux des Grands Lacs et des environs, puis chez les épaulards de
la côte du Pacifique, les phoques et les baleines de l’Arctique
canadien, et les marmottes de l’île de Vancouver11.
PCNs can be unintentionally generated and released into the
environment from several industrial processes involving heat
and/or chlorine. These processes include waste incineration,
cement and magnesium production, and refining of metals such as
aluminum. PCNs are also incidentally present in commercial
polychlorinated biphenyl (PCB) formulations. Other sources re­
sponsible for releases of PCNs to the environment may include
disposal of products containing PCNs in landfill sites and old
industrial sites where PCNs were used.
Most unintentional releases of PCNs are to air. Within Canada,
PCNs have been detected in arctic and urban air, water from Lake
Ontario, fish and birds from the Great Lakes and environs, Pacific
coast killer whales, seals and whales from the Canadian Arctic
and Vancouver Island marmots.11
2.3.2 Other Canadian risk management activities
2.3.2 Autres activités de gestion des risques au Canada
There are no other risk management measures in Canada aimed
specifically at addressing PCNs, but there are various guidelines
and standards targeting other chemicals [Polychlorinated
Dibenzo-p-dioxins, Polychlorinated Dibenzofurans (PCDD/Fs)
and PCB] that may also impact unintentional releases of PCNs.
Au Canada, il n’existe aucune autre mesure de gestion des ris­
ques visant précisément les naphtalènes polychlorés, mais on
compte diverses lignes directrices et normes destinées à d’autres
substances chimiques [polychlorodibenzo-p-dioxines, polychlo­
rodibenzofuranes (PCDD/F) et BPC] qui peuvent également
avoir une incidence sur les rejets involontaires de naphtalènes
polychlorés.
Les mesures de contrôle des émissions de polychlorodibenzo­
paradioxines et de polychlorodibenzofuranes visent aussi à limiter
les rejets de naphtalènes polychlorés dans certains secteurs, car
ces derniers sont souvent associés à la formation des polychloro­
dibenzoparadioxines et des polychlorodibenzofuranes, et présen­
tent des voies d’introduction semblables.
En ce qui concerne le secteur de l’incinération des déchets, il
existe une norme pancanadienne sous la direction du Conseil
canadien des ministres de l’Environnement régissant les incinéra­
teurs de déchets municipaux, médicaux et dangereux. Cette
Measures to control emissions of PCDD/Fs are thought to also
control the release of PCNs in some sectors, because PCNs are
often associated with the formation of PCDD/Fs and exhibit sim­
ilar formation pathways.
With respect to the waste incineration sector, there is a CanadaWide Standard under the Canadian Council of Ministers of the
Environment in place for incineration facilities that process mu­
nicipal, medical and hazardous wastes that sets stringent emission
———
———
11
11
Screening assessment report: www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/naphthalenes-eng.php.
Rapport d’évaluation préalable : www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/naphthalenes-fra.php.
37
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
limits for PCDD/Fs. A detailed review of 2000 and 2005 annual
dioxins and furans air emissions from incineration showed that
releases to air were reduced from 29.4 to 3.7 g I-TEQ12/year (a
reduction of 87%).13
PCNs may also be incidentally present in PCB formulations.
The PCB Regulations made under CEPA 1999 set specific dates
for the destruction of PCBs in service and in storage, and there­
fore work toward the gradual elimination of PCBs and of other
substances incidentally present in them, including PCNs.
norme établit des limites d’émission strictes pour les concentra­
tions de polychlorodibenzoparadioxines et de polychlorodibenzo­
furanes. Un examen détaillé des émissions atmosphériques
annuelles de dioxines et de furanes résultant de l’incinération,
effectué de 2000 à 2005, a montré une diminution des rejets dans
l’atmosphère qui sont passés de 29,4 à 3,7 g EQTI12/an (soit une
réduction de 87 %)13.
Les naphtalènes polychlorés peuvent aussi être présents de ma­
nière fortuite dans les formulations contenant des BPC. Le Rè­
glement sur les BPC établi en vertu de la LCPE (1999) fixe les
dates précises de destruction des BPC en circulation et entreposés
et, par conséquent, a pour but l’élimination graduelle des BPC et
d’autres substances qui peuvent se retrouver dans ces derniers,
dont les naphtalènes polychlorés.
2.3.3 Risk management actions in other jurisdictions
2.3.3 Mesures de gestion des risques dans d’autres pays
United States
États-Unis
No actions have been undertaken in the United States as the
production of PCNs ceased in the 1980s.
Aucune mesure n’a été prise aux États-Unis, car la production
de naphtalènes polychlorés a cessé dans les années 1980.
Japan, Switzerland and the European Union
Japon, Suisse et Union européenne
The import and manufacture of PCNs has been banned in Japan
since 1979. All halogenated naphthalenes, including PCNs, are
legally banned in Switzerland. Within the European Union, the
Netherlands reported that PCNs were listed as a National Priority
Substance for possible future regulatory control.
L’importation et la fabrication de naphtalènes polychlorés sont
interdites au Japon depuis 1979. Tous les naphtalènes halogénés
sont proscrits par la loi en Suisse, y compris les naphtalènes poly­
chlorés. Au sein de l’Union européenne, les Pays-Bas ont déclaré
que les naphtalènes polychlorés constituaient une substance
d’intérêt prioritaire à l’échelle nationale qui pourrait subir un fu­
tur contrôle réglementaire.
International organizations
Organisations internationales
In December 2009, Parties to the Convention on LRTAP
amended the Protocol on POPs to add seven new substances,
including PCNs. The amendments adding PCNs require all Par­
ties to the Protocol, once ratified, to eliminate their production
and use.
En décembre 2009, les parties à la Convention sur la pollution
atmosphérique transfrontalière à longue distance ont modifié le
Protocole sur les polluants organiques persistants pour y ajouter
sept nouvelles substances, y compris les naphtalènes polychlorés.
Les modifications qui ajoutent les naphtalènes polychlorés font en
sorte que toutes les parties au Protocole, une fois ratifiées, doivent
éliminer la production et l’utilisation de ces substances.
2.4 Background and context for TBTs
2.4 Renseignements généraux et contexte pour les TBT
Tributyltins are a class of chemical substances in the family of
“organotins” having three butyl groups attached to the tin atom.
The final follow-up ecological risk assessment report for nonpesticidal organotin compounds concluded that TBTs for nonpesticidal uses have the potential to cause harm to the environ­
ment or its biological diversity in Canada, and meet the criterion
set out under paragraph 64(a) of CEPA 1999.14 TBTs were added
to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999 on
June 23, 2011. In addition, they were found to meet the criteria
for persistence and bioaccumulation potential as set out in the
Persistence and Bioaccumulation Regulations.
Les TBT sont une classe de substances chimiques de la famille
des « organoétains » ayant trois groupes butyle liés à l’atome
d’étain. Le rapport final du suivi de l’évaluation du risque écolo­
gique des composés organostanniques non pesticides a conclu que
les TBT non utilisés dans les pesticides peuvent causer des effets
nocifs pour l’environnement ou la diversité biologique au Canada,
et qu’ils répondent au critère énoncé à l’alinéa 64a) de la LCPE
(1999)14. Les TBT ont été ajoutés à la Liste des substances toxi­
ques de l’annexe 1 de la LCPE (1999), le 23 juin 2011. De plus,
ils se sont avérés répondre aux critères de persistance et de poten­
tiel de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persis­
tance et la bioaccumulation.
———
———
12
12
13
14
International Toxic Equivalents
CCME, 2007, Canadian Council of Ministers of the Environment, Review of
dioxins and furans from incineration in support of a Canada-wide standard
review.
The full risk assessment report is available at www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/default.
asp?lang=En&n=B3B78BAF-1.
38
13
14
Équivalence de toxicité internationale
CCME, 2007, Conseil canadien des ministres de l’environnement, Examen des
dioxines et des furanes provenant de l’incinération à l’appui d’une norme pan­
canadienne d’examen.
Le rapport d’évaluation complète des risques est disponible à l’adresse www.ec.
gc.ca/lcpe-cepa/default.asp?lang=Fr&n=B3B78BAF-1.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
2.4.1 Current uses
2.4.1 Utilisations actuelles
Tributyltins in their pure form are currently not in commercial
use in Canada, but they may be found in products that are mainly
used in the polyvinyl chloride (PVC) processing industry, and as
pesticides. Minor uses of products containing TBTs include glass
coatings and catalysts.
Actuellement, les TBT à l’état pur ne sont pas utilisés à des fins
commerciales au Canada, mais ils peuvent être présents dans des
produits qui sont surtout utilisés dans l’industrie de la transforma­
tion du chlorure de polyvinyle (PVC) et dans les pesticides. Des
produits contenant des TBT sont aussi utilisés dans les revête­
ments de verre et comme catalyseurs.
Les TBT non utilisés dans les pesticides peuvent être présents
dans le tétrabutylétain (jusqu’à 30 %) ainsi que dans les composés
du monobutylétain et du dibutylétain (moins de 1 %). Au cours de
la fabrication des composés du monobutylétain et du dibutylétain,
les TBT présents dans le tétrabutylétain, tout comme le tétrabuty­
létain, sont convertis en monobutylétains et en dibutylétains; une
grande partie des TBT est éliminée. Par conséquent, les TBT sont
présents dans le tétrabutylétain en tant que sous-produit.
En ce qui a trait aux TBT utilisés dans les pesticides, cinq pro­
duits antiparasitaires contenant des TBT sont enregistrés à titre de
pesticides à l’heure actuelle (produits de préservation des maté­
riaux) en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA)
par Santé Canada. En vertu de la Loi sur les produits antiparasi­
taires, il est interdit de fabriquer, de posséder, de manipuler,
d’entreposer, de transporter, d’importer, de distribuer ou d’utiliser
un produit antiparasitaire non homologué en vertu de ladite loi,
sauf dans les cas autorisés.
Tributyltins for non-pesticidal uses may be present in tetrabu­
tyltin (up to 30%) and in mono- and dibutyltin compounds (less
than 1%). During the manufacturing of the mono- and dibutyltins,
the TBTs contained in the tetrabutyltin, along with the tetrabu­
tyltin, are converted into the mono- and dibutyltins with a large
part of the TBTs eliminated. Therefore, TBTs are present in
tetrabutyltin as a by-product.
With respect to pesticidal uses of TBTs, five pest control prod­
ucts containing TBTs are currently registered as pesticides (ma­
terial preservatives) under the authority of the Pest Control Prod­
ucts Act (PCPA) by Health Canada. Under the PCPA, no person
shall manufacture, possess, handle, store, transport, import, dis­
tribute or use a pest control product that is not registered under
this Act, except as otherwise authorized.
2.4.2 Release profile
2.4.2 Profil de rejet
Tributyltins have entered the environment mostly from their
pesticidal uses. However, measures are in place to address these
releases. TBTs for non-pesticidal uses may enter the environment
because of their presence in other butyltin products (mono- and
di-, and tetrabutyltin) and from the environmental breakdown of
tetrabutyltin.
Les TBT ont principalement pénétré dans l’environnement à la
suite de leur utilisation dans les pesticides. Cependant, des mesu­
res sont en place pour contrôler ces rejets. Les TBT non utilisés
dans les pesticides peuvent pénétrer dans l’environnement en
raison de leur présence dans d’autres produits à base de butylé­
tains (monobutylétains, dibutylétains et tétrabutylétain) ainsi que
de la dégradation du tétrabutylétain dans l’environnement.
Par le passé, les plus importants rejets dans l’environnement
d’organoétains non utilisés dans les pesticides résultaient de la
perte de résidus liquides provenant de contenants d’expédition,
tandis que de plus faibles rejets provenaient des réservoirs de
stockage et des lignes de transfert pendant les processus de fabri­
cation et d’utilisation de composés du monobutylétain et du dibu­
tylétain. Ceci a donné lieu à la possibilité d’avoir des concentra­
tions considérables d’organoétains dans les eaux réceptrices et les
sédiments environnants. Cependant, au cours des dernières an­
nées, les installations utilisant des composés du monobutylétain et
du dibutylétain ont adopté des pratiques d’intendance qui ont
mené à une réduction des rejets potentiels d’organoétains. De
plus, ces rejets sont maintenant gérés dans le cadre des mesures
de gestion des risques en place.
In the past, the largest environmental releases of organotins
from non-pesticidal uses occurred as a result of loss of liquid
residues from shipping containers, with smaller release occurring
from storage tanks and transfer lines associated with the manufac­
turing and use of mono- and dibutyltins. This created the potential
for significant concentrations of organotins in local receiving
waters and sediments. However, in recent years, facilities using
mono- and dibutyltins have adopted product stewardship practices
that have led to a decrease in the potential release of organotins.
Furthermore, these releases are now being managed by risk man­
agement measures in place.
2.4.3 Other Canadian risk management activities
2.4.3 Autres activités de gestion des risques au Canada
Federal
Fédéral
Tributyltins for non-pesticidal uses are intermediate chemicals
that are generated and consumed during the manufacture of
mono-, di- and tetrabutyltin, and cannot be entirely eliminated
during the process. However, other initiatives are in place to
manage any potential release of substances where TBTs may be
present:
• The Environmental Performance Agreement Respecting the
Use of Tin Stabilizers in the Vinyl Industry has been in place
since March 10, 2008, to manage the release of tin stabilizers
Les TBT non utilisés dans les pesticides sont des produits chi­
miques intermédiaires générés et consommés au cours de la fabri­
cation des composés du monobutylétain, du dibutylétain et du
tétrabutylétain, mais qui ne peuvent pas être entièrement éliminés
au cours du processus. Toutefois, d’autres initiatives sont en place
pour gérer le rejet potentiel des substances pouvant contenir des
TBT :
• L’Entente sur la performance environnementale concernant
l’utilisation de stabilisants à base d’étain dans l’industrie du
39
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
(mono- and dibutyltins) into the environment, including any
TBTs that may be present in the stabilizers;15
• A Code of Practice was published on November 5, 2011,
under section 54 of CEPA 1999 to minimize releases of
tetrabutyltin to the aquatic environment, including any poten­
tial release of TBTs that may be present in tetrabutyltin. This
applies to all importers, distributers, manufacturers, and users
of tetrabutyltin in Canada.
• Ministerial Condition No. 13618 issued by the Minister of the
Environment under section 84 of CEPA 1999 is currently in
place for tetrabutyltin.16 The Condition imposes restrictions
on the use and disposal of this substance to limit its release to
the environment, and currently applies to one facility. Envi­
ronment Canada is considering rescinding the Ministerial
Condition given that the Code of Practice incorporates most
of the relevant elements included in the Condition; and
• With respect to pesticidal uses of TBTs, the use of TBTs in
anti-fouling paints on ship hulls has been prohibited in Can­
ada since 2002, following the special review by Health Can­
ada’s Pest Management Regulatory Agency (PMRA).17 On
December 7, 2010, the PMRA announced its final re­
evaluation decision to phase out all remaining pesticidal uses
of TBT compounds as a material preservative.
vinyle est en vigueur depuis le 10 mars 2008, pour empêcher
le rejet de stabilisants à base d’étain (monobutylétains et dibu­
tylétains) dans l’environnement, y compris tout TBT pouvant
se trouver dans ces stabilisants15.
• Un code de pratique a été publié le 5 novembre 2011, en vertu
de l’article 54 de la LCPE (1999), pour minimiser les rejets de
tétrabutylétain dans le milieu aquatique, y compris les rejets
potentiels des TBT qui pourraient être présents dans le tétra­
butylétain. Il s’applique à tous les importateurs, distributeurs,
fabricants et utilisateurs de tétrabutylétain au Canada.
• La Condition ministérielle numéro 13618 émise par le minis­
tre de l’Environnement en vertu de l’article 84 de la LCPE
(1999) est actuellement en place pour le tétrabutylétain16. La
Condition impose des restrictions sur l’utilisation et l’élimina­
tion de cette substance afin de limiter son rejet dans l’environ­
nement et, à l’heure actuelle, elle s’applique à une installation.
Environnement Canada envisage d’annuler la condition minis­
térielle étant donné que le code de pratique regroupe la plupart
des éléments pertinents inclus dans la Condition.
• En ce qui a trait aux TBT utilisés dans les pesticides, l’utilisa­
tion de TBT dans les peintures antisalissures servant au revê­
tement de la coque des navires est interdite au Canada depuis
2002, à la suite d’un examen spécial de Santé Canada
par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
(ARLA)17. Le 7 décembre 2010, l’Agence a annoncé sa déci­
sion de réévaluation finale portant sur l’élimination progres­
sive de toutes les autres utilisations des composés de
TBT dans les pesticides, comme agent de préservation des
matériaux.
2.4.4 Risk management activities in other jurisdictions
2.4.4 Activités de gestion des risques dans d’autres pays
European Union
Union européenne
The European Commission adopted a decision on May 28,
2009, that prohibits the use of triorganotin compounds (which
includes TBTs) and of dibutyltins in articles for either consumer
or professional use, where the concentration in the article, or part
thereof, is greater than the equivalent of 0.1% by weight of tin.
The prohibition for triorganotins has been in effect since July 1,
2010, and the one for dibutyltins has been in effect since Janu­
ary 1, 2012.
La Commission européenne a adopté une décision, le 28 mai
2009, qui interdit l’utilisation des composés triorganostanniques
(dont les TBT) et des dibutylétains contenus dans les articles des­
tinés aux consommateurs ou aux professionnels lorsque leur con­
centration dans cet article, ou dans un de ses constituants, est
supérieure à l’équivalent de 0,1 % par poids d’étain. L’inter­
diction des composés triorganostanniques est en vigueur depuis
le 1er juillet 2010, et celle touchant les dibutylétains est en vigueur
depuis le 1er janvier 2012.
International organizations
Organisation internationale
The International Maritime Organization’s International Con­
vention on the Control of Harmful Anti-fouling Systems on Ships
was adopted in October 2001 and came into force in September
2008. The Convention stipulates that, effective January 1, 2003,
ships shall not apply or re-apply organotin compounds (including
TBTs) that act as biocides in anti-fouling systems. The Conven­
tion also stipulates that, effective January 1, 2008, ships shall
either not bear such compounds on their hulls or external parts
or surfaces, or shall bear a coating that forms a barrier to such
compounds leaching from underlying non-compliant anti-fouling
systems. To implement the terms of the Convention, Parties are
La Convention internationale sur le contrôle des systèmes anti­
salissures nuisibles sur les navires de l’Organisation maritime
internationale (OMI) a été adoptée en octobre 2001 et est entrée
en vigueur en septembre 2008. La Convention stipule que, à
compter du 1er janvier 2003, aucun composé organostannique (y
compris les TBT) ne doit être appliqué ou réappliqué comme
biocide dans un système antisalissure. La Convention stipule éga­
lement que, à compter du 1er janvier 2008, la coque et les autres
parties ou surfaces externes d’un navire ne doivent pas être re­
vêtues de tels composés ou doivent porter un revêtement empê­
chant que de tels composés ne soient libérés à partir de systèmes
———
———
15
15
16
17
This EPA is available at www.ec.gc.ca/epe-epa/default.asp?lang=En&n=
7F317BDF-1.
This Ministerial Condition is available at www.gazette.gc.ca/archives/p1/2005/
2005-03-26/html/notice-avis-eng.html.
Anti-fouling paints are used to coat the bottoms of ships to prevent sealife such
as algae and molluscs attaching themselves to the hull, whose attachment would
slow down the ship and increase fuel consumption.
40
16
17
Cette entente sur la performance environnementale est disponible à l’adresse
www.ec.gc.ca/epe-epa/default.asp?lang=Fr&n=7F317BDF-1.
Cette condition ministérielle est disponible à l’adresse www.gazette.gc.ca/
archives/p1/2005/2005-03-26/html/notice-avis-fra.html.
Les peintures antisalissures sont utilisées pour recouvrir le fond des navires afin
de prévenir la vie aquatique comme les algues et les mollusques qui se ratta­
chent à la coque, causant ainsi le ralentissement du navire et l’augmentation de
la consommation de carburant.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
required to put in place measures to prohibit and/or restrict the
use of harmful anti-fouling systems on ships. Canada is a Party to
this Convention and in order to meet its obligations under the
Convention, Health Canada prohibited the use of TBTs in anti­
fouling paints in 2002.
antisalissures sous-jacents non conformes. Pour mettre en œuvre
les conditions de la Convention, les parties doivent mettre en
place des mesures visant à interdire ou à restreindre l’utilisation
des systèmes antisalissures nuisibles sur les navires. Le Canada
est signataire de cette convention et en vue de se conformer à ses
obligations en vertu de la Convention, Santé Canada a interdit
l’utilisation de TBT dans les peintures antisalissures en 2002.
3. Issue
3. Enjeu
The substances BNST, short-chain chlorinated alkanes, PCNs,
and TBTs for non-pesticidal uses were assessed under
CEPA 1999 to determine whether they meet any of the criteria set
out under section 64 of CEPA 1999.
The scientific evaluations for each of these substances found
that
• The substance BNST may be harmful to aquatic organisms at
low concentrations and it may biomagnify in food chains;
• Short-chain chlorinated alkanes may be harmful to certain
aquatic species (for example, Daphnia magna) at low concen­
trations and are potentially harmful to humans via environ­
mental exposure;
• PCNs may be harmful to aquatic organisms at relatively low
concentrations, as well as mammals (particularly cattle) after
short-term exposure at relatively low doses; and
• TBTs for non-pesticidal uses may harm various aquatic spe­
cies, such as fish and molluscs, and have the potential to in­
duce sex reversal in some marine fish at low concentrations.
Le BNST, les alcanes chlorés à chaîne courte, les naphtalènes
polychlorés et les TBT non utilisés dans les pesticides ont été
évalués en vertu de la LCPE (1999) afin de déterminer s’ils ré­
pondent aux critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999).
Les évaluations scientifiques de chacune de ces substances ont
permis de conclure que :
• le BNST peut être nocif pour les organismes aquatiques à de
faibles concentrations et il présente un risque de bioamplifica­
tion dans les chaînes alimentaires;
• les alcanes chlorés à chaîne courte peuvent être nocifs pour
certaines espèces aquatiques (par exemple Daphnia magna) à
de faibles concentrations et sont potentiellement nocifs pour
les humains par voie d’exposition environnementale;
• les naphtalènes polychlorés sont susceptibles d’être nocifs
pour les organismes aquatiques à des concentrations relative­
ment faibles, ainsi que pour les mammifères (en particulier le
bétail) après une exposition à court terme à des doses relati­
vement faibles;
• les TBT non utilisés dans les pesticides peuvent nuire à
différentes espèces aquatiques, telles que les poissons et les
mollusques et ils ont le potentiel d’entraîner un renverse­
ment de sexe chez certains poissons de mer, à de faibles
concentrations.
De plus, l’ensemble de ces substances s’est avéré répondre aux
critères de persistance et de potentiel de bioaccumulation énoncés
dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
Les rapports finaux d’évaluation des risques liés à ces sub­
stances concluent qu’elles pénètrent ou peuvent pénétrer dans
l’environnement en quantité ou en concentration ou dans des
conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un
effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique. Par
conséquent, ils satisfont au critère énoncé à l’alinéa 64a) de la
LCPE (1999). De plus, les alcanes chlorés à chaîne courte pénè­
trent ou peuvent pénétrer également dans l’environnement en une
quantité, ou concentration ou dans des conditions de nature à
constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaine.
Par conséquent, les alcanes chlorés à chaîne courte satisfont éga­
lement au critère énoncé à l’alinéa 64c) de la LCPE (1999). Des
mesures de gestion des risques doivent être mises en place pour
prévenir les effets nocifs sur l’environnement et, dans le cas des
alcanes chlorés à chaîne courte, les dangers pour la santé humaine
liés à ces substances.
De plus, Environnement Canada a déterminé des améliorations
qui pourraient être apportées afin de modifier ou clarifier les res­
trictions décrites dans le Règlement sur certaines substances
toxiques interdites (2005) [l’ancien règlement] concernant l’hexa­
chlorobenzène (HCB), le pentachlorobenzène et le tétrachloro­
benzène. Un certain nombre de questions liées aux exigences
réglementaires ont également été relevées par des intervenants et
par le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation et
elles doivent être abordées.
In addition, all of these substances were found to meet the cri­
teria for persistence and bioaccumulation potential as set out in
the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
The final risk assessment reports on these substances con­
cluded that they are entering or may enter the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environ­
ment or its biological diversity. Therefore, they meet the criterion
set out under paragraph 64(a) of CEPA 1999. In addition, shortchain chlorinated alkanes are also entering or may enter the en­
vironment in a quantity or concentration or under conditions that
constitute or may constitute a danger in Canada to human life or
health. Therefore, short-chain chlorinated alkanes further meet the
criterion set out under paragraph 64(c) of CEPA 1999. Risk man­
agement measures need to be put in place to prevent harmful
effects on the environment and, in the case of short-chain chlorin­
ated alkanes, harmful effects on human health associated with
these substances.
In addition, Environment Canada has identified improvements
that could be made to modify or clarify restrictions as described
in the Prohibition of Certain Toxic Substances, 2005 (former
Regulations) for hexachlorobenzene (HCB), pentachlorobenze
and tetrachlorobenzene. Also, a number of issues related to regu­
latory requirements were identified by stakeholders and by the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations and
need to be addressed.
41
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
4. Objectives
4. Objectifs
The Regulations, developed under subsection 93(1) of
CEPA 1999 have the following objectives:
• preventing potential risks of harm to the Canadian environ­
ment and, where applicable, human health by prohibiting the
manufacture, use, sale, offer for sale or import of BNST,
short-chain chlorinated alkanes, PCNs, TBTs for nonpesticidal uses, and all the substances listed under the former
Regulations as well as products containing these substances;
• modifying the existing restrictions on HCB; and
• address issues on consistency and clarity from stakeholders
and the Standing Joint Committee for the Scrutiny of
Regulations.
Le Règlement, élaboré en vertu du paragraphe 93(1) de la
LCPE (1999), comprend les objectifs suivants :
• prévenir les risques potentiels de dommages à l’environne­
ment canadien et, s’il y a lieu, à la santé humaine en interdi­
sant la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente ou
l’importation de BNST, d’alcanes chlorés à chaîne courte, de
naphtalènes polychlorés, de TBT non utilisés dans les pestici­
des et de toutes les substances figurant sur la liste en vertu de
l’ancien règlement ainsi que des produits contenant ces
substances;
• modifier les restrictions existantes concernant l’hexachloro­
benzène;
• aborder les questions relatives à l’uniformité et à la clarté
soulevées par les intervenants et le Comité mixte permanent
d’examen de la réglementation.
5. Description
5. Description
5.1 The former Regulations
5.1 L’ancien règlement
The former Regulations prohibited the manufacture, use, sale,
offer for sale or import of the toxic substances — or products
containing them — listed in Schedules 1 and 2. Schedule 1 listed
toxic substances that were subject to total prohibition with the
exception of incidental presence. Schedule 2 listed toxic sub­
stances that were subject to prohibitions with exemptions for cer­
tain uses or use below a certain concentration.
L’ancien règlement interdisait la fabrication, l’utilisation, la
vente, la mise en vente ou l’importation des substances toxiques
énumérées dans les annexes 1 et 2, ou des produits qui en con­
tiennent. L’annexe 1 comprenait la liste des substances toxiques
assujetties à une interdiction complète, à l’exception d’une pré­
sence fortuite. L’annexe 2 indiquait les substances toxiques assu­
jetties à des interdictions accompagnées d’exemptions pour cer­
taines utilisations ou pour utilisation inférieure à une certaine
concentration.
5.2 The Regulations
5.2 Le Règlement
The Regulations are developed to manage the risks to the en­
vironment and, where applicable, to human health posed by
BNST, short-chain chlorinated alkanes, PCNs, TBTs and all the
chemicals listed under the former Regulations. In addition, in
light of the issues identified with respect to the former Regula­
tions, the Regulations provide more clarity and consistency. The
main changes compared to the former Regulations are described
below.
Le Règlement a été élaboré pour gérer les risques pour l’en­
vironnement et, le cas échéant, pour la santé humaine posés par le
BNST, les alcanes chlorés à chaîne courte, les naphtalènes poly­
chlorés, les TBT et toutes les substances chimiques inscrites en
vertu de l’ancien règlement. De plus, à la lumière des questions
soulevées par rapport à l’ancien règlement, le Règlement fournit
plus de clarté et de cohérence. Les principaux changements
apportés comparativement à l’ancien règlement sont décrits
ci-dessous.
5.2.1 Addition of substances to Part 1 of Schedule 1
5.2.1 Ajout de substances à la partie 1 de l’annexe 1
The Regulations add short-chain chlorinated alkanes and PCNs
to Part 1 of Schedule 1 as well as move HCB from Schedule 2 to
Part 1 of Schedule 1, thereby prohibiting the manufacture, use,
sale, offer for sale or import of short-chain chlorinated alkanes,
PCNs and HCB, as well as products containing these substances,
unless incidentally present. In addition, the prohibition on the use,
sale or offer for sale of a product containing short-chain chlorin­
ated alkanes and PCNs does not apply if the product was manu­
factured or imported before the coming into force of the
Regulations.
Le Règlement ajoute les alcanes chlorés à chaîne courte et les
naphtalènes polychlorés à la partie 1 de l’annexe 1 et déplace le
HCB de l’annexe 2 à la partie 1 de l’annexe 1, interdisant ainsi la
fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente ou l’importa­
tion des alcanes chlorés à chaîne courte, des naphtalènes poly­
chlorés et du HCB ainsi que des produits qui en contiennent, sauf
s’ils sont présents de manière fortuite. En outre, l’interdiction
d’utiliser, de vendre ou de mettre en vente un produit contenant
des alcanes chlorés à chaîne courte et des naphtalènes polychlorés
ne s’applique pas si le produit a été fabriqué ou importé avant
l’entrée en vigueur du Règlement.
5.2.2 Introduction of temporary (time-limited) permitted uses
5.2.2 Introduction des utilisations autorisées temporaires (période
limitée)
Under the former Regulations, time-limited permitted uses of
toxic substances were not allowed. The Regulations introduce
temporary permitted uses, which would allow an element of
flexibility in the risk management of substances. The use listed in
column 2 of Part 2 of Schedule 2 is allowed until the expiry date
En vertu de l’ancien règlement, les utilisations de substances
toxiques permises pour une période limitée n’étaient pas autori­
sées. Le Règlement introduit des utilisations autorisées temporai­
res, ce qui permettrait un élément de souplesse dans la gestion des
risques des substances. L’utilisation énumérée dans la colonne 2
42
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
listed in column 3 of Part 2 of Schedule 2. After the expiry date,
the prohibition on that activity will apply, unless a permit is
issued under section 10.
de la partie 2 de l’annexe 2 est autorisée jusqu’à la date d’expi­
ration figurant dans la colonne 3 de la partie 2 de l’annexe 2.
Après la date d’expiration, l’interdiction de cette activité doit
s’appliquer, sauf si un permis est délivré en vertu de l’article 10.
5.2.3 Addition of BNST to Part 1 and Part 2 of Schedule 2
5.2.3 Ajout du BNST à la partie 1 et à la partie 2 de l’annexe 2
The Regulations add BNST to Part 1 and Part 2 of Schedule 2,
thereby prohibiting the manufacture, use, sale, offer for sale or
import of BNST as well as products containing it, unless inciden­
tally present. Some exemptions apply as follows:
• the prohibition on the manufacture, use, sale, offer for sale or
import does not apply to the use of BNST as an additive in
rubber, except in tires;
• the prohibition on the manufacture, use, sale, offer for sale or
import does not apply for a period of two years after the com­
ing into force of the Regulations to BNST used as an additive
in lubricants; and
• the prohibition on use, sale or offer for sale of a product con­
taining BNST does not apply if the product is manufactured or
imported before the coming into force of the Regulations, or,
in the case of BNST, used as an additive in lubricants within
two years after the coming into force of the Regulations
or according to a permit issued under section 10 of the
Regulations.
Le Règlement ajoute le BNST à la partie 1 et à la partie 2 de
l’annexe 2, interdisant ainsi la fabrication, l’utilisation, la vente,
la mise en vente ou l’importation du BNST ainsi que des produits
qui en contiennent, sauf s’il est présent de manière fortuite. Cer­
taines exemptions s’appliquent comme suit :
• l’interdiction de fabrication, d’utilisation, de vente, de mise en
vente ou d’importation ne s’applique pas à l’utilisation du
BNST comme additif dans la fabrication du caoutchouc, sauf
dans les pneus;
• l’interdiction de fabrication, d’utilisation, de vente, de mise en
vente ou d’importation ne s’applique pas au BNST utilisé en
tant qu’additif dans les lubrifiants pour une période de deux
ans après l’entrée en vigueur du Règlement;
• l’interdiction d’utilisation, de vente ou de mise en vente de
produits contenant du BNST ne s’applique pas si le produit est
fabriqué ou importé avant l’entrée en vigueur du Règlement
ou, dans le cas du BNST, utilisé comme additif dans les lubri­
fiants, dans un délai de deux ans après l’entrée en vigueur du
Règlement ou selon un permis délivré en vertu de l’article 10
du Règlement.
Comme cela a été mentionné à la section 2.1.2 portant sur le
profil de rejet du BNST, le BNST dans les pièces en caoutchouc
ne devrait pas contribuer aux rejets dans l’environnement. Il est
donc exempté du Règlement.
Les utilisations autorisées temporaires d’une durée de deux ans
offrent aux entreprises une période de temps raisonnable pour
reformuler les produits à l’aide d’additifs de remplacement et
pour obtenir les attestations pour les huiles pour moteurs conte­
nant un produit qui remplace le BNST. Après l’expiration des
utilisations autorisées temporairement, les entreprises peuvent
faire une demande de permis annuel, qui peut être renouvelé deux
fois afin de s’adapter à des circonstances imprévues.
As mentioned in the release profile of BNST in section 2.1.2,
BNST in rubber parts is not expected to contribute to envir­
onmental releases. Consequently, it is exempted from the
Regulations.
The two-year temporary permitted uses allow companies a rea­
sonable amount of time to reformulate products with alternative
additives and to obtain certifications of engine oil containing sub­
stitute to BNST. After the temporary permitted uses expire, com­
panies can apply for an annual permit, which can be renewed
twice to accommodate unforeseen circumstances.
5.2.4 Addition of TBTs to Part 3 of Schedule 2
5.2.4 Ajout des TBT à la partie 3 de l’annexe 2
The Regulations add TBTs to Part 3 of Schedule 2, thereby
prohibiting the manufacture, use, sale, offer for sale, or import of
these substances or products containing them. However, this pro­
hibition does not apply to the following:
(a) tetrabutyltin containing a concentration of less than or equal
to 30% by weight of TBTs; and
(b) mono- and dibutyltins (in applications such as PVC pro­
cessing, glass coating or as catalysts), because TBTs are inci­
dentally present in these products.
Le Règlement ajoute les TBT à la partie 3 de l’annexe 2, inter­
disant ainsi la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente
ou l’importation des TBT ou des produits qui en contiennent.
Toutefois, cette interdiction ne s’applique pas :
a) au tétrabutylétain dont la concentration des TBT est infé­
rieure ou égale à 30 % par poids;
b) aux monobutylétains et aux dibutylétains (utilisés dans des
applications telles que la transformation du PVC, le revêtement
sur le verre ou en tant que catalyseurs), puisque les TBT sont
présents de manière fortuite dans ces produits.
Même si l’objectif ultime est de gérer tout rejet potentiel de
TBT dans l’environnement, les applications indiquées ci-dessus
dans lesquelles les TBT sont présents ne sont pas interdites puisque les rejets potentiels qui y sont liés sont gérés actuellement par
d’autres mesures de gestion des risques, ou ont peu d’impact sur
l’environnement.
En outre, l’interdiction d’utilisation, de vente ou de mise en
vente d’un produit contenant des TBT ne s’applique pas si le pro­
duit a été fabriqué ou importé avant l’entrée en vigueur du
Règlement.
Although the overall objective is to manage any potential re­
leases of TBTs to the environment, the above-noted applications
in which TBTs are present are not prohibited as any associated
potential releases are either being addressed by other risk man­
agement measures, or have limited environmental impact.
In addition, the prohibition on use, sale or offer for sale of
a product containing TBTs does not apply if the product is
manufactured or imported before the coming into force of the
Regulations.
43
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
It should also be noted that the Regulations do not apply to
TBTs for pesticidal uses within the meaning of section 2 of the
Pest Control Products Act, so as to avoid duplication of regula­
tory requirements.
Il convient également de noter que le Règlement ne s’applique
pas aux TBT utilisés dans les pesticides au sens de l’article 2 de la
Loi sur les produits antiparasitaires, afin d’éviter le chevauche­
ment des exigences réglementaires.
5.2.5 Exemption for personal use
5.2.5 Exemption pour usage personnel
The Regulations include an exemption for the use or import of
a product containing BNST if it is used by an individual for their
personal use.
Le Règlement comprend une exemption pour l’utilisation ou
l’importation d’un produit contenant du BNST, s’il est utilisé par
un particulier pour son usage personnel.
5.2.6 Changes to permit provisions
5.2.6 Changements aux dispositions relatives aux permis
The Regulations streamline the permit provisions by specifying
that only persons who are manufacturing or importing a toxic
substance subject to the Regulations, or a product containing it,
on the day on which the Regulations come into force may con­
tinue that activity if they have been issued a permit under section
10 of the Regulations. In addition, the Regulations add a require­
ment regarding the provision of additional information as part of
a permit application.
Furthermore, the prohibition on use, sale or offer for sale of a
toxic substance or a product containing it does not apply if they
were manufactured or imported by a person to whom a permit has
been issued.
Le Règlement rationalise les dispositions relatives aux permis
en précisant que seules les personnes qui fabriquent ou qui impor­
tent une substance toxique visée par le Règlement ou un produit
en contenant, le jour de l’entrée en vigueur du Règlement peut
poursuivre cette activité si elles ont obtenu un permis en vertu de
l’article 10 du Règlement. En outre, le Règlement ajoute une exi­
gence en ce qui concerne l’apport de renseignements supplémen­
taires dans le cadre d’une demande de permis.
En outre, l’interdiction d’utilisation, de vente ou de mise en
vente d’une substance toxique ou d’un produit en contenant, ne
s’applique pas s’ils ont été fabriqués ou importés par une per­
sonne à qui un permis a été délivré.
5.2.7 Listing of substances subject to reporting in Part 4 of
Schedule 2
5.2.7 Inscription à la liste des substances assujetties à la
déclaration dans la partie 4 de l’annexe 2
The Regulations add short-chain chlorinated alkanes to Part 4
of Schedule 2. As a result, manufacturers or importers of shortchain chlorinated alkanes or a product containing these sub­
stances have to submit reports on these activities above the
reporting thresholds specified. For short-chain chlorinated
alkanes, the threshold is set at 1 kg annually and a concentration
level greater than 0.5% by weight. The information obtained on
short-chain chlorinated alkanes will aid in the determination of
potential future controls on the incidental presence of short-chain
chlorinated alkanes.
As HCB is added to Part 1 of Schedule 1, reporting require­
ments for HCB are no longer required and have therefore been
removed.
Le Règlement ajoute les alcanes chlorés à chaîne courte à la
partie 4 de l’annexe 2. Par conséquent, les fabricants ou les
importateurs d’alcanes chlorés à chaîne courte ou de produits
contenant ces substances doivent soumettre des rapports sur ces
activités en des quantités supérieures au seuil de déclaration pré­
cisé. Pour les alcanes chlorés à chaîne courte, le seuil est établi à
1 kg par année et à une concentration supérieure à 0,5 % en poids.
L’information obtenue sur les alcanes chlorés à chaîne courte
aidera à déterminer si d’éventuels contrôles sur la présence for­
tuite d’alcanes chlorés à chaîne courte seraient requis.
Comme l’hexachlorobenzène est ajouté à la partie 1 de l’an­
nexe 1, les exigences de déclaration pour l’hexachlorobenzène ne
sont plus nécessaires et elles ont donc été retirées.
5.2.8 Use of toxic substances in a laboratory for analysis, for
scientific research or as a laboratory analytical standard
5.2.8 Utilisation de substances toxiques à des fins d’analyse en
laboratoire, de recherche scientifique ou comme étalon analytique
de laboratoire
The reporting requirements for laboratories using the listed
substances for analysis, scientific research, or as a laboratory ana­
lytic standard are set out in Schedule 3. The Regulations modify
the requirements by outlining the specific information regarding
the products containing the substances to be reported separately
from that of the toxic substance, where applicable. These modifi­
cations limit duplication of reporting and improve the quality of
the data received regarding laboratory use of the toxic substances.
Les exigences de déclaration pour les laboratoires qui utilisent
des substances figurant sur la liste aux fins d’analyse, de recher­
che scientifique ou comme étalon analytique de laboratoire sont
énoncées à l’annexe 3. Le Règlement modifie les exigences; les
renseignements précis sur les produits contenant les substances
doivent être déclarés séparément de ceux de la substance toxique,
s’il y a lieu. Ces modifications permettent de limiter le dédouble­
ment des déclarations et d’améliorer la qualité des données reçues
en matière d’utilisation de substances toxiques en laboratoire.
Le Règlement, qui s’applique à tous les renseignements fournis
à propos d’un produit, exige que soient fournies à la fois la
concentration de la substance toxique dans ce produit et l’unité de
mesure pour considérer ces renseignements comme étant
complets.
Applicable to all information provided pertaining to a product,
the Regulations require that both the concentration of the toxic
substance in that product and the unit of measurement be pro­
vided for the information to be considered complete.
5.2.9 Other changes
5.2.9 Autres modifications
Miscellaneous changes throughout the regulatory text provide
greater clarity on the requirements of the former Regulations. For
Diverses modifications apportées tout au long du texte régle­
mentaire permettent de clarifier davantage les exigences de
44
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
example, the term “annual weighted” is added in front of “aver­
age concentration” to clarify that the average to be reported is not
an arithmetic average but a weighted average. In addition, the
term “total annual” is added to paragraphs 12(a) and 12(c) of the
Regulations so that it is clear that it is the total quantity of all
imports and manufacturing during a calendar year that is required
to be reported. Minor wording changes have also been applied to
the description of the permitted uses for pentachlorobenze and
tetrachlorobenze that are identified in Part 1 of Schedule 2.
l’ancien Règlement. Par exemple, la formulation « annuelle pon­
dérée » a été ajoutée après l’expression « concentration moyenne »
afin de préciser que la concentration moyenne à déclarer n’est pas
une moyenne arithmétique, mais une moyenne pondérée. En
outre, l’expression « total annuel » a été ajoutée aux alinéas 12a)
et 12c) du Règlement de façon à préciser qu’on doit déclarer la
quantité totale de l’ensemble des importations et de la fabrication
au cours d’une année civile. Des modifications mineures ont éga­
lement été apportées à la formulation de la description des utilisa­
tions permises pour le pentachlorobenzène et le tétrachloroben­
zène qui figurent dans la partie 1 de l’annexe 2.
5.2.10 Changes in response to recommendations from the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
5.2.10 Modifications en réponse aux recommandations formulées
par le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
In response to the recommendations of the Standing Joint
Committee for the Scrutiny of Regulations, the word “mixture” is
removed from the regulatory text. It is important to note that
while the word “mixture” is no longer used, mixtures are captured
in the Regulations by reference to substances and products con­
taining substances.
In addition, the Committee identified two areas where the
French version of the former Regulations differed from the Eng­
lish version. These discrepancies are rectified by the Regulations.
En réponse aux recommandations formulées par le Comité
mixte permanent d’examen de la réglementation, le terme « mé­
lange » a été retiré du texte réglementaire. Il est important de
noter que, même si le mot « mélange » n’est plus utilisé, les mé­
langes sont inclus dans le Règlement par la référence aux sub­
stances et aux produits qui en contiennent.
De plus, le Comité a remarqué deux endroits où les versions
française et anglaise de l’ancien règlement différaient. Ces diver­
gences sont corrigées dans le Règlement.
5.2.11 Coming into force
5.2.11 Entrée en vigueur
The Regulations repeal and replace the former Regulations and
come into force three months after the day on which they are
registered.
Le Règlement abroge et remplace l’ancien règlement et entre
en vigueur trois mois après la date de son enregistrement.
6. Regulatory and non-regulatory options considered
6. Options réglementaires et non réglementaires envisagées
Several regulatory and non-regulatory options have been con­
sidered, and the rationales for rejecting or accepting them are
provided below.
Plusieurs options réglementaires et non réglementaires ont été
envisagées, et les raisons qui justifient leur refus ou leur accepta­
tion sont présentées ci-dessous.
6.1 BNST
6.1 BNST
Status quo
Statu quo
BNST has been found to meet the criteria for persistence and
bioaccumulation potential and toxicity to non-human organisms.
Taking no action would result in the continued release of BNST
into the Canadian environment which would further exacerbate
the risks identified above. Therefore, maintaining the status quo is
rejected.
Le BNST s’est avéré satisfaire aux critères de persistance, de
potentiel de bioaccumulation et de toxicité pour les organismes
non humains. Si rien n’était fait, le BNST continuerait à être reje­
té dans l’environnement canadien et les risques susmentionnés se
multiplieraient. Par conséquent, le maintien du statu quo n’est pas
l’option retenue.
Market-based instruments
Instruments axés sur le marché
Market-based instruments which were taken into consideration
are environmental fees or charges. Environmental charges can be
applied to persons manufacturing, importing, selling or using the
substance or products containing the substance. For example, a
charge on products containing BNST would provide the incentive
for industry to modify their process or to use a substitute for
BNST. However, a charge would not provide the certainty that
the substance would be phased out entirely. Therefore, these in­
struments do not appear to be appropriate to achieve the lowest
level of release of BNST to the environment. Consequently, they
have not been considered any further.
On a envisagé d’exiger des droits ou des redevances écologi­
ques comme instruments reposant sur les mécanismes du marché.
On peut exiger des redevances écologiques aux personnes qui
fabriquent, importent, vendent ou utilisent la substance ou des
produits qui en contiennent. Par exemple, une redevance sur les
produits contenant du BNST constituerait une mesure incitative
pour l’industrie afin qu’elle modifie son procédé de fabrication ou
qu’elle utilise un produit de remplacement du BNST. Toutefois,
une redevance ne garantirait pas avec certitude le retrait complet
de la substance. Ces instruments ne semblent donc pas être perti­
nents pour obtenir le plus faible taux de rejets de BNST dans
l’environnement. Par conséquent, ils n’ont pas été retenus.
Non-regulatory measures
Mesures non réglementaires
Non-regulatory measures such as codes of practice, guidelines
and pollution prevention plans were also considered for the man­
agement of BNST. Given the risks associated with BNST there is
Des mesures non réglementaires, telles que des codes de prati­
que, des lignes directrices et des plans de prévention de la pollu­
tion, ont également été envisagées pour la gestion du BNST.
45
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
no guarantee that, being voluntary, these measures would achieve
the lowest level of release of BNST to the environment. Hence,
these measures were not considered appropriate.
Compte tenu des risques que comporte le BNST, rien ne garantit
que ces mesures, qui sont volontaires, permettront d’obtenir le
plus faible taux de rejets de BNST dans l’environnement. Voilà
pourquoi ces mesures n’ont pas été jugées pertinentes.
Regulations
Réglementation
Prohibiting the manufacture, use, sale, offer for sale or import
of BNST or products containing BNST provides certainty that the
release of BNST is reduced to the lowest level. In addition, the
Regulations provide flexibility to affected parties to continue to
use the substance, on a temporary basis, in order to allow
adequate substitutes to be selected and placed on the market.
Regulations were considered the best option.
Interdire la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente
ou l’importation du BNST ou des produits qui en contiennent
permet de garantir que les rejets de BNST seront réduits au ni­
veau le plus bas. En outre, la réglementation offre aux parties
concernées la souplesse de pouvoir continuer à utiliser temporai­
rement cette substance, de manière à permettre que des produits
de remplacement adéquats soient sélectionnés et mis sur le mar­
ché. On a ainsi jugé que la réglementation était la meilleure
option.
6.2 Short-chain chlorinated alkanes, PCNs, TBTs, and other
changes
6.2 Alcanes chlorés à chaîne courte, naphtalènes polychlorés,
TBT, et autres modifications
Short-chain chlorinated alkanes, PCNs, and TBTs for nonpesticidal uses were assessed as meeting one or more of the crite­
ria set out under section 64 of CEPA 1999 with potential risks to
the environment or human health. Since short-chain chlorinated
alkanes and PCNs are no longer in use or manufactured in
Canada, and, in the case of TBTs for non-pesticidal uses, are not
currently in commercial use in their pure form in Canada, a regu­
lation is the preferred instrument to prevent the potential for re­
introduction in the Canadian marketplace of these three
substances.
Furthermore, the issues identified by the Standing Joint Com­
mittee for the Scrutiny of Regulations and other stakeholders can
only be addressed through the Regulations.
L’évaluation des alcanes chlorés à chaîne courte, des naphtalè­
nes polychlorés et des TBT non utilisés dans les pesticides a per­
mis de conclure qu’ils satisfont à un ou plusieurs des critères
énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999) en matière de risques
possibles pour l’environnement ou la santé humaine. Étant donné
que les alcanes chlorés à chaîne courte et les naphtalènes poly­
chlorés ne sont plus utilisés ou fabriqués au Canada, et que les
TBT non utilisés dans les pesticides ne sont pas actuellement
utilisés à des fins commerciales à l’état pur au Canada, la régle­
mentation est l’instrument préférable pour empêcher la réintro­
duction de ces trois substances sur le marché canadien.
En ce qui concerne les TBT, les rejets potentiels provenant
d’activités non assujetties au Règlement sont actuellement gérés
par d’autres mesures de gestion des risques.
Par ailleurs, les alcanes chlorés à chaîne courte et les naphtalè­
nes polychlorés ont été ajoutés au Protocole sur les polluants or­
ganiques persistants en vertu de la Convention sur la pollution
atmosphérique transfrontalière à longue distance (Commission
économique des Nations Unies pour l’Europe), ce qui oblige tou­
tes les parties à ratifier la modification au Protocole, afin
d’éliminer leur production et leur utilisation. Le Règlement permet au Canada d’envisager la ratification des modifications ap­
portées au Protocole sur les polluants organiques persistants.
De plus, les questions soulevées par le Comité mixte perma­
nent d’examen de la réglementation et d’autres intervenants ne
peuvent être abordées que par l’intermédiaire du Règlement.
7. Benefits and costs
7. Avantages et coûts
An analysis of benefits and costs was conducted to assess the
impacts of the Regulations on stakeholders including the Can­
adian public, industry and government. Following comments
received during the Canada Gazette, Part I, publication, some
changes have been made to the analysis to reflect stakeholders’
concerns and suggestions, as well as newly available data. These
changes are discussed below.
Une analyse des avantages et des coûts a été menée afin
d’évaluer les répercussions du Règlement sur les intervenants,
notamment la population, l’industrie et le gouvernement du Ca­
nada. À la suite des commentaires reçus lors de la publication
dans la Partie I de la Gazette du Canada, des modifications ont
été apportées à l’analyse pour refléter les préoccupations et les
suggestions des intervenants, ainsi que les nouvelles données
disponibles. Ces modifications sont examinées ci-après.
Analytical framework
Cadre d’analyse
The approach to the cost-benefit analysis identifies, quantifies
and monetizes, to the extent possible, the incremental costs and
benefits associated with the Regulations. The cost-benefit frame­
work consists of the following elements:
Incremental impact: Incremental impacts are analyzed in terms
of release reductions and costs and benefits to interested parties
Par son approche, l’analyse coûts-avantages définit, quantifie et
comptabilise, dans la mesure du possible, les coûts et les avanta­
ges différentiels associés au Règlement. Le cadre coûts-avantages
comprend les éléments suivants :
Incidences supplémentaires : Les incidences supplémentaires
sont analysées en termes de réductions des rejets et des coûts et
With respect to TBTs, the potential releases from the activities
for which the Regulations would not apply are being addressed by
other risk management measures.
In addition, short-chain chlorinated alkanes and PCNs have
been added to the POPs Protocol under the UNECE Convention
on LRTAP, requiring all Parties ratifying the amendment to the
Protocol to eliminate their production and use. The Regulations
allow Canada to consider ratifying the amendments to the Proto­
col on POPs.
46
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
and the economy as a whole. The incremental impacts were de­
termined by comparing two scenarios: one without the Regula­
tions and the other with the Regulations. The two scenarios are
presented below.
Timeframe for analysis: The time horizon used for evaluating
the impacts is 25 years. The first year of the analysis is 2013.
Approach to cost and benefit estimates: To the extent possible,
all costs and benefits have been estimated in monetary terms
and are expressed in 2010 Canadian dollars. Where this was
not possible due either to a lack of appropriate data or to diffi­
culties in valuing certain components or data inputs, the costs
and benefits have been evaluated in qualitative terms.
Discount rate: A real discount rate of 3% was used for this
analysis. Sensitivity analysis varying the discount rate from 3%
to 7% to test the volatility of the estimates to the discount rate
was also conducted.
Cost and benefit estimates for BNST are based on a 2011 study
conducted for Environment Canada by HDR Corporation.18
des avantages pour les parties intéressées et l’ensemble de
l’économie. Ces incidences supplémentaires ont été détermi­
nées en comparant deux scénarios : le premier scénario sans y
faire appliquer le Règlement et le second, en y faisant appliquer
le Règlement. Ces deux scénarios sont présentés ci-après.
Calendrier d’analyse : L’échelle de temps utilisée pour évaluer
les incidences s’échelonne sur 25 ans. La première année de
l’analyse est 2013.
Approche de l’estimation des coûts et des avantages : Dans la
mesure du possible, tous les coûts et avantages ont été estimés
en unités monétaires et sont exprimés en dollars canadiens de
2010. Lorsque cela n’était pas possible en raison d’un manque
de données pertinentes ou de difficultés liées à l’évaluation de
certains composants ou données saisies, les coûts et avantages
ont été évalués en termes qualitatifs.
Taux d’actualisation : Cette analyse est fondée sur un taux
d’actualisation réel de 3 %. Une analyse de sensibilité faisant
varier le taux d’actualisation de 3 % à 7 % a aussi été menée
pour vérifier la volatilité des estimations selon le taux
d’actualisation.
L’estimation des coûts et des avantages liés au BNST est fon­
dée sur une étude réalisée en 2011 par HDR Corporation pour
Environnement Canada18.
7.1 Impacts of prohibiting BNST
7.1 Incidences de l’interdiction du BNST
Business-as-usual scenario
Scénario de maintien du statu quo
The substance BNST is a relatively inexpensive additive; the
substance has very desirable antioxidant characteristics resulting
in improved performance of lubricant products. For these reasons,
industry would have no incentive to switch to an alternative
substance in the absence of federal regulations. It was therefore
assumed, under the business-as-usual (BAU) scenario, that the
current pattern of manufacture, import and use of BNST by the
industry would continue and the total quantity used yearly would
be determined by the demand for final products for which the use
of the substance is intended. In the absence of regulatory meas­
ures, production of BNST in Canada is expected to increase on
average at a level equivalent to the growth rate of the chemical
sector, which is 0.9%. Total release of BNST over the period
2013–2037 is estimated to be approximately 200 tonnes.
Le BNST est un additif relativement abordable; cette substance
possède des propriétés antioxydantes très recherchées permettant
le rendement accru des produits lubrifiants. Pour ces raisons,
l’industrie n’aurait aucun intérêt à changer de substance en
l’absence de réglementation fédérale. Par conséquent, il a été
présumé, en vertu du scénario de maintien du statu quo, que la
tendance actuelle de la fabrication, de l’importation et de l’utilisa­
tion du BNST par l’industrie devrait se poursuivre et que la quan­
tité totale utilisée chaque année serait déterminée par la demande
de produits finaux qui sont constitués de cette substance. En
l’absence de mesures réglementaires, on prévoit que la production
de BNST au Canada augmentera en moyenne à un niveau équiva­
lent au taux de croissance du secteur des produits chimiques, soit
0,9 %. Le total des rejets de BNST au cours de la période allant
de 2013 à 2037 est estimé à environ 200 tonnes.
Regulatory scenario
Scénario de réglementation
The Regulations will come into force in 2013. Under the regu­
latory scenario, the manufacture, use, sale, offer for sale or im­
ports of BNST or products containing BNST are prohibited. For
the years 2013 and 2014, BNST releases are expected to continue
as a result of the temporary two-year period in which the Regula­
tions allow permitted uses of BNST as an additive in lubricants.
These temporary permitted uses allow companies a reasonable
amount of time to reformulate products with alternative additives
and to obtain international certifications of engine oil containing
substitute to BNST. After the expiration of the temporary permit­
ted uses period, manufacturers and importers can apply for an
annual permit, which can be renewed twice to accommodate
unforeseen circumstances. However, comments received from
industry stakeholders indicate that reformulation and the testing
Le Règlement entrera en vigueur en 2013. Selon le scénario de
réglementation, la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en
vente ou l’importation de BNST ou de produits qui en contien­
nent est interdite. Pour les années 2013 et 2014, on prévoit que les
rejets de BNST se poursuivent en raison de la période temporaire
de deux ans, au cours de laquelle le Règlement permet les utilisa­
tions autorisées de BNST comme additif dans les lubrifiants. Les
utilisations permises temporairement offrent aux entreprises une
période de temps raisonnable pour reformuler les produits à l’aide
d’additifs de remplacement et pour obtenir les attestations inter­
nationales d’une huile pour moteurs contenant un produit qui
remplace le BNST. Après l’expiration de la période d’utilisations
permises temporairement, les fabricants et les importateurs peu­
vent faire une demande de permis annuel, qui peut être renouvelé
———
———
18
18
Cost-Benefit Analysis Study for BNST, Final report, HDR Corporation, February
2011.
Analyse coûts-avantages pour le BNST, rapport final, HDR Corporation, février
2011 [traduction].
47
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
process for alternatives is expected to be completed within the
two-year temporary permitted use period. Therefore, no permit
applications are expected and industry is assumed to use the sub­
stitute starting in 2015.
deux fois afin de s’adapter à des circonstances imprévues. Toute­
fois, les commentaires reçus de la part d’intervenants de l’indus­
trie indiquent que la modification de la composition et le proces­
sus de mise à l’essai des substances de remplacement devraient
être terminés au cours de la période temporaire d’utilisation permise de deux ans. Par conséquent, à partir de 2015, on ne prévoit
aucune demande de permis et on suppose que l’industrie utilisera
un produit de remplacement.
Benefits to Canadians
Avantages pour les Canadiens
At the end of the exemption period, releases of BNST into the
environment will be almost entirely eliminated. It is estimated
that over the 2015–2037 period, releases of approximately
200 tonnes of BNST into the environment will be avoided.
Environmental benefits are expected as a result of these
avoided releases. The reduction of BNST in the environment is
likely to improve water quality, indirectly stimulating aquatic
biodiversity and improving the health of an entire ecosystem.
However, it is challenging to accurately estimate the impact of the
Regulations on the quality of these water bodies in order to value
the subsequent improvements, given that no monitoring data on
receiving water bodies is yet available. While specific site data is
not available, a study, by Johnston et al. (2005),19 estimates the
willingness to pay for a marginal improvement in water quality
for aquatic species in the U.S. Conducting a meta-analysis of over
30 U.S. studies on the willingness to pay (WTP) for aquatic re­
sources improvements that affect fish and other aquatic species,
the study finds that for a small improvement in water quality that
affects fish (an improvement of 0.5 on the 10-point Water Quality
Ladder20 index from 7.0 to 7.5), households would be willing to
pay between $3.07 to $6.89 annually in 2002 U.S. dollars ($5.54
to $12.44 in 2010 Canadian dollars). Given the similarities be­
tween the environmental quality in both Canada and the U.S. and
the integrated nature of our economies, it is assumed that citizens
in both countries would have similar willingness to pay for en­
vironmental improvement. In light of the lack of data on the num­
ber, location and quality of receiving environment, a total value
of benefits could not be provided using the above WTP estimates.
However, it is expected that the Regulations will result in an im­
provement in environmental quality by contributing to the elimi­
nation of BNST released.
À la fin de la période d’exemption, les rejets de BNST dans
l’environnement seront presque entièrement éliminés. On estime
qu’au cours de la période allant de 2015 à 2037, les rejets
d’environ 200 tonnes de BNST dans l’environnement seront
évités.
En raison des rejets évités, on prévoit des avantages pour
l’environnement. La réduction de BNST dans l’environnement est
susceptible d’améliorer la qualité de l’eau, ce qui permettrait de
stimuler indirectement la biodiversité aquatique et d’améliorer
l’état de santé de l’ensemble de l’écosystème. Toutefois, il est
difficile d’estimer avec précision les effets du Règlement sur la
qualité de ces plans d’eau afin d’évaluer les améliorations subsé­
quentes étant donné qu’aucune donnée de surveillance sur les
plans d’eau récepteurs n’est encore disponible. Malgré l’absence
de données propres au site, une étude, par Johnston et al.,
(2005)19, estime la volonté de payer pour l’amélioration margi­
nale de la qualité de l’eau pour les espèces aquatiques aux ÉtatsUnis. L’étude, qui a effectué une méta-analyse de plus de 30 étu­
des menées aux États-Unis sur la volonté de payer (VDP) pour
apporter des améliorations aux ressources aquatiques qui ont une
incidence sur les poissons et d’autres espèces aquatiques, révèle
que pour obtenir une faible amélioration de la qualité de l’eau qui
a une incidence sur les poissons (une amélioration annuelle de
0,5 point sur l’échelle de 10 points de l’indice de la qualité de
l’eau20, passant de 7,0 à 7,5 points), les ménages seraient prêts à
payer de 3,07 $ à 6,89 $ chaque année en dollars américains de
2002 (de 5,54 $ à 12,44 $ en dollars canadiens de 2010). Étant
donné les similitudes entre la qualité de l’environnement au Ca­
nada et aux États-Unis et la nature intégrée des économies respec­
tives, on suppose que les citoyens des deux pays montreraient une
volonté de payer similaire pour l’amélioration de l’environne­
ment. Compte tenu du manque de données sur le nombre, l’em­
placement et la qualité de l’environnement récepteur, la valeur
totale des avantages n’a pu être établie à l’aide des estimations de
la volonté de payer ci-dessus. Toutefois, on s’attend à ce que le
Règlement donne lieu à une amélioration de la qualité de
l’environnement, en contribuant à l’élimination des rejets de
BNST.
Cost to industry
Coûts pour l’industrie
Manufacturers of BNST and of lubricants using chemical addi­
tive products that contain BNST in Canada are expected to incur
Les fabricants de BNST et de lubrifiants qui utilisent des addi­
tifs chimiques qui contiennent du BNST au Canada devront
———
———
19
19
20
Johnston, R. J., E. Y. Besedin, R. Iovanna, C. J. Miller, R. F. Wardwell, and M. H. Ranson, “Systematic Variation in Willingness to Pay for Aquatic Re­
source Improvements and Implications for Benefit Transfer: A Meta-Analysis”
(2005), Canadian Journal of Agricultural Economics 53, 221-248.
The Water Quality Ladder (WQL) index represents poor to excellent water
quality that is assessed in terms of its suitability for swimming, aquatic life and
safety of fish and shellfish for human consumption, and whether the water meets
guidelines for drinkable water. The WQL is measured on a scale from 1 to 10
where 1 represents the worst possible water quality equivalent to raw untreated
effluent and 10 represents the best water quality.
48
20
Johnston, R. J., E. Y. Besedin, R. Iovanna, C. J. Miller, R. F. Wardwell et
M. H. Ranson, « Systematic Variation in Willingness to Pay for Aquatic
Resource Improvements and Implications for Benefit Transfer: A MetaAnalysis » (2005), Canadian Journal of Agricultural Economics, no 53, p. 221­
248.
L’indice de la qualité des eaux constitue une échelle de qualité de l’eau allant de
médiocre à excellente pour la baignade, la vie aquatique et de la sécurité des
poissons, mollusques et crustacés destinés à la consommation humaine, et pour
déterminer sa conformité aux normes relatives à l’eau potable. L’indice de la
qualité des eaux comporte une échelle de 1 à 10, où 1 représente l’eau la plus
médiocre, soit celle des effluents non traités, et 10, la meilleure.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
costs to meet the requirements of the Regulations. The present
value of the total cost to industry is estimated to be about
$20 million, or $0.8 million in present value per year. These costs
are analyzed below.
assumer des coûts pour satisfaire aux exigences du Règlement. La
valeur actuelle du total des coûts pour l’industrie est estimée à
environ 20 millions de dollars, ou 0,8 million de dollars par année. Ces coûts sont analysés ci-dessous.
Product line substitution and initial preparation costs
Coûts associés au remplacement de la chaîne de production et à
la préparation initiale
In order to meet the requirements of the Regulations, regulatees
are expected to incur initial transition costs such as assessing the
applicability of the regulation to the particular establishment and
evaluating the need for other process transformations, including
training needs.
For the manufacturers of BNST, costs are also expected to be
incurred for substituting the production of BNST with the produc­
tion of another substance. In general, most specialty chemical
manufacturing companies are set up to quickly change products to
meet new demands by clients. It is assumed that the equipment
used for manufacturing of BNST can also be used for manufac­
turing other chemicals and therefore no capital costs are expected.
In addition, manufacturers are likely to have a good knowledge of
the existing market and trends and will be able to quickly identify
options. However, there may be a cost associated with marketing
and other activities related to informing their customers about the
uses of the substitutes in their particular applications.
The associated costs to undertake these activities over the
25-year period are estimated to be about $60,000 in present value
terms.
Afin de satisfaire aux exigences du Règlement, les entités ré­
glementées devront assumer les coûts liés à la transition initiale,
notamment pour l’évaluation de l’applicabilité du Règlement à
l’établissement donné et l’évaluation du besoin d’autres processus
transformations, dont les besoins en formation.
On prévoit que les fabricants de BNST devront également subir
des coûts pour remplacer la production de BNST par celle d’une
autre substance. De manière générale, les fabricants de produits
chimiques sont, pour la plupart, prêts à changer rapidement leurs
matières premières de façon à répondre aux nouvelles demandes
des clients. On suppose que le matériel servant à la fabrication du
BNST peut également servir à fabriquer d’autres produits chimi­
ques et, par conséquent, aucun coût en capital n’est attendu. En
outre, les fabricants sont susceptibles d’avoir une bonne connais­
sance du marché actuel et de ses tendances, et sont donc à même
de déterminer rapidement les autres options. Cependant, ceux-ci
pourraient avoir à subir les coûts associés à la commercia­
lisation et à d’autres activités connexes permettant d’informer
leurs clients sur les utilisations spécifiques des produits de
remplacement.
Les coûts nécessaires pour entreprendre ces activités au cours
de la période de 25 ans sont estimés à environ 60 000 $ en valeur
actualisée.
Cost of reformulated chemical additive products
Coût des additifs chimiques reformulés
Substituting BNST in lubricant formulations with alternative
antioxidants is possible as other diarylamine antioxidants as well
as phenolic or zinc based antioxidants exist. Substitution costs are
expected to be incurred as a result of the substitution ratio be­
tween BNST and the substitute substance in specific products.
According to stakeholders, the prices of substitutes are similar to
that of BNST, but greater quantity of the substitute may be re­
quired to achieve the same performance. Environment Canada
estimates the price of BNST to be about $5 per kg. This price is
used as a proxy to calculate the incremental cost associated with
using a substitute.
Il est possible de remplacer le BNST dans les formulations de
lubrifiants par d’autres antioxydants puisque d’autres antioxy­
dants de la diarylamine ainsi que des antioxydants phénoliques ou
à base de zinc existent. Des coûts de remplacement devront être
subis en raison du ratio de remplacement du BNST par la sub­
stance qui le remplacera dans certains produits. Selon les interve­
nants, les produits de remplacement se vendent environ au même
prix que le BNST, mais une plus grande quantité de ces produits
serait nécessaire pour obtenir les mêmes résultats. Environnement
Canada estime le prix du BNST à environ cinq dollars le kilo­
gramme. Ce prix sert d’approximation pour calculer les coûts
différentiels liés à l’utilisation d’un produit de remplacement.
Les commentaires formulés par les intervenants de l’industrie
indiquent que le remplacement du BNST dans les additifs chimi­
ques commencera avant la fin de 2015. Les fabricants de lubri­
fiants doivent retirer les produits contenant du BNST de leurs
inventaires et utiliser le produit de remplacement, dès qu’il est
disponible.
Même si les coûts de reformulation sont assumés par les fabri­
cants d’additifs chimiques à l’extérieur du Canada, on prévoit
généralement que ces coûts seront transmis aux fabricants de lu­
brifiants au Canada. Selon les intervenants, la reformulation et la
certification de chaque produit nécessitent deux ans ou plus.
Globalement, on estime la valeur actualisée des coûts liés à
l’utilisation d’additifs chimiques reformulés à environ 19,34 mil­
lions de dollars pour l’industrie. On s’attend à ce que ce coût soit
transmis aux fabricants canadiens de lubrifiants qui utilisent ces
additifs chimiques.
Comments received from industry stakeholders indicate that
the substitution of BNST in chemical additive products will begin
before the end of 2015. Manufacturers of lubricants are expected
to clear existing inventories of products containing BNST and use
the substitute once it becomes available.
While reformulation costs are incurred by manufacturers of
chemical additive products outside of Canada, it is conservatively
assumed that these costs will be passed onto the lubricant manu­
facturers in Canada. According to stakeholders, each product
requires two or more years to reformulate and certify.
Overall, it is estimated that the present value of the costs to
industry to use reformulated chemical additive products is
$19.34 million. It is expected this cost will be passed onto Cana­
dian lubricant manufacturers that use these chemical additive
products.
49
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Distributional and competitiveness impacts
Effets sur la distribution et la concurrence
The Regulations are not expected to have any effect on indus­
try’s competitiveness. While domestic lubricant manufacturers
are prohibited from using chemical additive products containing
BNST, import of products that contain BNST are prohibited as
well, creating a level playing field for lubricant manufacturers.
The competitiveness of Canadian manufacturers of BNST may
be impacted by the prohibition of BNST. However, the industry
has indicated that potential BNST substitutes are available and
these will be manufactured instead for use in the production of
lubricants.
The quantity of lubricants containing BNST used annually in
Canada is estimated to be about 182 million litres per year. Using
this quantity and the assumption above, it is estimated that the
annual average incremental cost increase for automotive lubri­
cants amounts to about half a cent per litre.
Le Règlement ne devrait pas avoir d’effets sur la concurrence
industrielle. On interdit aux fabricants nationaux de lubrifiants
d’utiliser des additifs chimiques contenant du BNST ou d’impor­
ter des produits qui en contiennent, ce qui crée des règles de jeu
équitables pour les fabricants de lubrifiants.
La concurrence des fabricants canadiens de BNST sur le mar­
ché pourrait être touchée par l’interdiction du BNST. Cependant,
l’industrie a indiqué que des produits de remplacement possibles
pour le BNST sont disponibles, et qu’on fabriquera ces produits,
au lieu du BNST, afin qu’ils soient utilisés dans la production de
lubrifiants.
Les fabricants nationaux qui exportent des lubrifiants pour­
raient subir un désavantage concurrentiel par rapport aux produits
concurrents contenant du BNST, s’ils se trouvent dans l’obliga­
tion d’augmenter le prix de leurs produits dans les marchés étran­
gers. Toutefois, la valeur moyenne annuelle des coûts différen­
tiels pour les fabricants canadiens de lubrifiants est estimée à près
de 120 000 $, ce qui représente 0,01 % de la moyenne des coûts
de production par installation. Leur incidence sur la capacité des
fabricants nationaux de produire à un prix concurrentiel dans les
marchés étrangers devrait donc être minime.
Les consommateurs devraient être touchés si les fabricants dé­
cidaient de transmettre une partie ou la totalité de l’augmentation
des coûts en aval de la chaîne de distribution sous forme
d’augmentation des prix. Généralement, on présume que la
totalité de l’augmentation des coûts sera transmise aux
consommateurs.
La quantité de lubrifiants contenant du BNST utilisée chaque
année au Canada est estimée à environ 182 millions de litres par
an. En se fondant sur cette quantité et sur l’hypothèse ci-dessus,
on estime que la hausse moyenne annuelle des coûts des lubri­
fiants pour automobiles correspondra à environ 0,5 cent par litre.
7.2 Impacts of prohibiting short-chain chlorinated alkanes
7.2 Effets de l’interdiction des alcanes chlorés à chaîne courte
Benefits
Avantages
As discussed in the description of the Regulations (section 5),
the use of short-chain chlorinated alkanes has recently been
phased out by the industry. As a result, releases of short-chain
chlorinated alkanes are assumed to be negligible. One of the
benefits of the Regulations is preventing the re-introduction of the
substance into commerce, thereby eliminating the potential risks
of future damage to the environment and human harm.
Short-chain chlorinated alkanes have been added to the POPs
Protocol under the UNECE Convention on LRTAP, requiring all
Parties ratifying the amendment to eliminate their production and
use. The Regulations allow Canada to consider ratifying the
amendments to the POPs Protocol.
Comme il est indiqué dans la description du Règlement (sec­
tion 5), l’utilisation des alcanes chlorés à chaîne courte a récem­
ment cessé dans l’industrie. Par conséquent, on présume que les
rejets d’alcanes chlorés à chaîne courte sont négligeables. L’un
des avantages du Règlement est d’empêcher la réintroduction de
la substance dans le commerce, éliminant ainsi les risques futurs
de dommages causés à l’environnement et à la vie humaine.
Les alcanes chlorés à chaîne courte ont été ajoutés au Protocole
sur les polluants organiques persistants en vertu de la Convention
sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance
(Commission économique des Nations Unies pour l’Europe), ce
qui oblige toutes les parties à ratifier la modification pour élimi­
ner leur production et leur utilisation de ces substances. Le Rè­
glement permet au Canada d’envisager la ratification des modifi­
cations au Protocole sur les polluants organiques persistants.
Costs
Coûts
There are currently no manufacturers of short-chain chlorinated
alkanes in Canada. During the consultations held in late 2009, the
sole U.S. manufacturer of short-chain chlorinated alkanes indi­
cated a possible phase-out of production in the short term. Fur­
thermore, the remaining users of the substance in Canada phased
out their use in early 2010.
Il n’existe actuellement aucun fabricant d’alcanes chlorés à
chaîne courte au Canada. Au cours des consultations qui ont eu
lieu à la fin de l’année 2009, le seul fabricant américain d’alcanes
chlorés à chaîne courte a indiqué qu’il avait la possibilité
d’éliminer graduellement sa production à court terme. De plus, les
derniers utilisateurs de cette substance au Canada ont cessé leur
utilisation au début de 2010.
In foreign markets, domestic manufacturers who export lubri­
cants may be at a competitive disadvantage should they have to
increase the price of their products in these markets relative to
competing products containing BNST. However, the average
annual incremental cost to Canadian lubricant manufacturers is
estimated to be close to $120,000, which represents 0.01% of
average production costs per facility. Therefore, the resulting
impact on the ability of domestic manufacturers to produce at a
competitive price in foreign markets is expected to be minimal.
Consumers are expected to be impacted to the extent that
manufacturers pass on a fraction or all of their increased costs
further down the distribution chain in the form of a price increase.
To be conservative, it is assumed that all of the cost increase
would be passed on to consumers.
50
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
A study conducted for Environment Canada concluded that
there are no imports of products containing short-chain chlorin­
ated alkanes from the United States or Europe.21 While products
containing the substance may be imported from other regions of
the world, none of these imports have been reported to Environ­
ment Canada. As a result, imports from these regions are ex­
pected to be small. Therefore, imports of products containing
these substances are expected to be negligible under the status
quo.
Une étude effectuée par Environnement Canada a permis de
conclure qu’il n’y a pas d’importation de produits contenant des
alcanes chlorés à chaîne courte des États-Unis ou d’Europe21.
Même si des produits contenant cette substance peuvent être im­
portés à partir d’autres régions du monde, aucune de ces importa­
tions n’a été déclarée à Environnement Canada. Les importations
de ces régions devraient donc être minimes. Par conséquent, les
importations de produits contenant ces substances devraient être
négligeables dans le cadre du statu quo.
7.3 Impacts of prohibiting PCNs and TBTs
7.3 Effets de l’interdiction des naphtalènes polychlorés et des
TBT
The substances PCNs and TBTs for non-pesticidal uses are not
currently manufactured or used in their pure form in Canada. Fur­
thermore, current activities involving TBTs which are present in
other organotin compounds are not prohibited. As a result, the
Regulations are not expected to result in any incremental costs to
industries. However, the Regulations prevent a re-introduction of
these substances and of products containing them in the Canadian
market, thereby eliminating the risk of release of PCNs and re­
sulting ecological harm. Furthermore, they serve to reduce any
potential transboundary emissions of PCNs and protect the en­
vironment from its risks on a global level, signalling Canada’s
commitment to take action on PCNs to its international partners.
Les naphtalènes polychlorés et les TBT non utilisés dans les
pesticides ne sont pas fabriqués actuellement, ni utilisés à l’état
pur au Canada. De plus, les activités actuelles où les TBT sont
présents dans d’autres produits organostanniques ne sont pas in­
terdites. Par conséquent, le Règlement ne devrait pas entraîner de
coûts différentiels pour l’industrie. Cependant, le Règlement permet d’éviter une réintroduction de ces substances et des produits
qui en contiennent dans le marché canadien, ce qui élimine les
risques de rejets de naphtalènes polychlorés et des dommages
environnementaux qui y sont liés. De plus, il permet de réduire
toutes émissions transfrontalières potentielles de naphtalènes po­
lychlorés et de protéger l’environnement des risques inhérents à
l’échelle mondiale. Le Canada afficherait ainsi, aux yeux de ses
partenaires internationaux, son engagement à mettre en place des
mesures concernant les naphtalènes polychlorés.
7.4 Other impacts
7.4 Autres effets
The impacts of the wording changes contained in the Regula­
tions are expected to be minimal. Limited cost savings are
expected for industry as a result of the reduced reporting require­
ments. Reporting activities should already be in place for all regu­
lated businesses, with the changes expected to be reflected in
slight modifications of their existing practices. Negligible record
keeping costs are expected to be incurred from changes in report­
ing requirements for laboratories performing scientific research
and facilities submitting permit applications.
Les effets des modifications apportées aux formulations du Rè­
glement devraient être minimes. L’industrie devrait bénéficier
d’économies de coût limitées en raison d’une réduction des exi­
gences de déclaration. Les activités liées à la déclaration de­
vraient déjà être en place pour toutes les entreprises concernées;
les changements devraient consister en de légères modifications
touchant leurs pratiques actuelles. Des coûts négligeables liés à la
tenue des documents devraient s’ajouter à la suite de modifica­
tions apportées aux exigences en matière de déclaration pour les
laboratoires menant des recherches scientifiques et pour les instal­
lations présentant des demandes de permis.
7.5 Impacts on the federal government
7.5 Effets sur le gouvernement fédéral
The federal government is expected to incur costs totalling
about $400,000 over 25 years in present value. This cost is ex­
pected to be incurred for compliance promotion and enforcement
of the provisions of the Regulations, but this cost is covered under
the current funding of CMP.
Le gouvernement fédéral devra probablement assumer des
coûts totalisant environ 400 000 $ en valeur actuelle sur une pé­
riode de plus de 25 ans. Ce coût devrait être subi pour les activités
de promotion de la conformité et d’application des dispositions du
Règlement, mais il est assumé par le financement actuel du Plan
de gestion des produits chimiques.
Compliance promotion
Promotion de la conformité
Compliance promotion activities are intended to encourage the
regulated community to achieve compliance. Compliance promo­
tion costs include distributing the Regulations, developing and
distributing promotional materials (such as a fact sheet and Web
material), advertising in trade and association magazines and at­
tending trade association conferences. The present value of this
cost is about $160,000 in present value over 25 years.
Les activités de promotion de la conformité visent à inciter la
collectivité réglementée à se conformer au Règlement. Les coûts
liés à la promotion de la conformité pourraient comprendre la
distribution du texte du Règlement, la rédaction et la distribution
du matériel promotionnel (fiches d’information, documents Web,
etc.), de la publicité dans des revues spécialisées et des magazines
d’association et la participation à des conférences d’associations
professionnelles. La valeur actuelle de ce coût est d’environ
160 000 $ sur une période de 25 ans.
———
———
21
21
Socio-Economic Study on Chlorinated Linear Alkanes that have the Molecular
Formula CnHxCl(2n+2-x) in which 10≤n≤20 in Canada, Final Report,
Cheminfo, May 2011.
Étude socioéconomique sur les alcanes linéaires chlorés ayant la formule molé­
culaire CnHxCl(2n+2-x) où 10≤n≤20 au Canada, rapport final, Cheminfo,
mai 2011.
51
2013-01-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Enforcement
Application de la loi
Government of Canada enforcement activities are intended to
ensure compliance with the Regulations. In 2013, an estimated
one-time cost of $53,000 is expected to be required for the train­
ing of enforcement officers and $2,500 to meet information man­
agement requirements. The present value of this cost is about
$240,000 in present value over 25 years. This cost includes in­
spections, investigations, measures to deal with alleged violations
and prosecutions.
Les activités d’application de la loi du gouvernement du Cana­
da visent à assurer la conformité au Règlement. On estime à
53 000 $ le coût unique qui sera probablement requis en 2013
pour former des agents d’application de la loi et à 2 500 $ les frais
nécessaires pour satisfaire aux exigences en matière de gestion
de l’information. La valeur actuelle de ce coût est d’environ
240 000 $ sur une période de 25 ans. Ce coût comprend des ins­
pections, des enquêtes, des mesures de gestion des infractions
présumées et des poursuites.
7.6 Overall impacts
7.6 Répercussions globales
As presented above, the Regulations result in both costs and
benefits to stakeholders. Most of the costs are expected to be in­
curred as a result of controlling BNST. This is estimated to result
in a present value of incremental cost of $20 million or $0.8 mil­
lion in present value per year. For short-chain chlorinated alkanes,
PCNs and TBTs for non-pesticidal uses, the Regulations are esti­
mated to impose negligible costs on regulatees since these sub­
stances are not manufactured or currently not in commercial use
in their pure form in Canada.
Overall, the net impact of the Regulations is expected to be
positive.
The present value of the monetized incremental costs, and the
qualitative costs and benefits of the Regulations are summarized
in the following table:
Comme il est indiqué ci-dessus, le Règlement entraînera des
coûts et des avantages pour les intervenants. La plupart des coûts
devraient être subis en raison du contrôle du BNST. On s’attend à
ce que cela se traduise par des coûts différentiels de 20 millions
de dollars en valeur actuelle, ou 0,8 million de dollars en valeur
actuelle par année. Pour les alcanes chlorés à chaîne courte, les
naphtalènes polychlorés et les TBT non utilisés dans les pestici­
des, le Règlement devrait imposer des coûts négligeables aux
entités réglementées étant donné que ces substances ne sont pas
fabriquées ou utilisées actuellement à des fins commerciales à
l’état pur au Canada.
Pour le gouvernement, les coûts liés à la gestion des rejets de
ces substances devraient être faibles.
Même s’il n’est pas possible de quantifier les avantages liés au
Règlement, des avantages sont attendus en ce qui concerne la
protection de l’environnement et de l’écosystème aquatique, ainsi
que la protection de la santé des Canadiens contre l’exposition
aux alcanes chlorés à chaîne courte. En outre, le Règlement mon­
tre l’engagement du Canada envers le respect de ses obligations
internationales en réduisant les rejets de polluants organiques
persistants.
Dans l’ensemble, l’incidence nette du Règlement devrait être
positive.
La valeur actuelle des coûts différentiels, exprimée en termes
monétaires, et la description qualitative des coûts et des avantages
du Règlement sont résumées dans le tableau suivant :
Table 2: Incremental cost-benefit statement (in millions of
2010 dollars)
Tableau 2 : Énoncé des coûts-avantages différentiels (en millions
de dollars de 2010)
Costs to the Government associated with managing releases of
these substances are estimated to be low.
While it is not possible to quantify the benefits associated with
the Regulations, positive benefits are expected in terms of the
protection to the environment and its aquatic ecosystem, and pro­
tection of the health of Canadians against exposure to short-chain
chlorinated alkanes. Furthermore, the Regulations demonstrate
Canada’s commitment to meet its international obligations by
reducing releases of POPs.
Cost-benefit statement
2013
2023
Final
Year:
2037
Total
Present
Value
Average
Annual
Énoncé coûts-avantages
A. Quantified costs (BNST)
A. Coûts quantifiés (BNST)
Industry costs
Coûts pour l’industrie
Cost of reformulated
chemical additive
products
BNST production
line substitution
and initial
preparation cost
Total industry cost
$8.00
$0.49
$0.49
$19.34
2013
2023
Dernière
année :
2037
$0.77
Coût des additifs
chimiques reformulés
8,00 $ 0,49 $
0,49 $
0,06 $ 0,00 $
8,06 $ 0,49 $
$0.06
$0.00
$0.00
$0.28
$0.01
Coûts liés au
remplacement de la
chaîne de production
du BNST et à la
préparation initiale
$8.06
$0.49
$0.49
$19.61
$0.78
Coût total pour l’industrie
Government costs
Valeur
actuelle
totale
Moyenne
annuelle
19,34 $
0,77 $
0,00 $
0,28 $
0,01 $
0,49 $
19,61 $
0,78 $
Coûts pour le gouvernement
Enforcement
$0.07
$0.02
$0.00
$0.24
~$0.01
Application de la loi
0,07 $ 0,02 $
0,00 $
0,24 $
~0,01 $
Compliance
promotion
$0.05
$0.00
$0.00
$0.16
~$0.01
Promotion de la
conformité
0,05 $ 0,00 $
0,00 $
0,16 $
~0,01 $
52
2013-01-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Table 2: Incremental cost-benefit statement (in millions of
2010 dollars) — Continued
Cost-benefit statement —
Continued
2013
2023
Final
Year:
2037
Total
Present
Value
Tableau 2 : Énoncé des coûts-avantages différentiels (en millions
de dollars de 2010) (suite)
Average
Annual
A. Quantified costs (BNST) — Continued
Énoncé coûts-avantages
(suite)
2013
2023
Dernière
année :
2037
Valeur
actuelle
totale
Moyenne
annuelle
A. Coûts quantifiés (BNST) (suite)
Total government costs
$0.12
$0.00
$0.00
$0.40
$0.02
Coût total pour le
gouvernement
0,12 $ 0,00 $
0,00 $
0,40 $
0,02 $
Total costs
$8.18
$0.49
$0.49
$20.02
$0.80
Coûts totaux
8,18 $ 0,49 $
0,49 $
20,02 $
0,80 $
B. Qualitative impacts
B. Répercussions qualitatives
Environment
Protecting the environment and its ecosystem against
damages from BNST, short-chain chlorinated
alkanes, PCNs, and non-pesticidal uses of TBTs
by preventing future releases of these substances.
Environnement
Protection de l’environnement et de son écosystème
contre les dommages causés par le BNST, les
alcanes chlorés à chaîne courte, les naphtalènes
polychlorés et les TBT non utilisés dans les
pesticides en empêchant les rejets futurs de ces
substances.
Human health
Protecting the health of Canadians against future
releases of short-chain chlorinated alkanes.
Santé humaine
Protection de la santé des Canadiens contre les rejets
futurs des alcanes chlorés à chaîne courte.
Industry
Reducing administrative burden with respect to
reporting and improving the clarity of the regulatory
text.
Industrie
Réduction du fardeau administratif en ce qui a trait
à la production de rapports et amélioration de la
précision du texte réglementaire.
Government
A small cost is expected to be incurred by the
federal government with respect to monitoring the
presence of BNST in some environmental media.
Canada will be in a position to consider ratifying the
amendments to the POPs Protocol.
Gouvernement
On s’attend à ce que de faibles coûts soient assumés
par le gouvernement fédéral en ce qui a trait à la
surveillance de la présence du BNST dans certains
milieux environnementaux.
Le Canada sera en mesure d’envisager la ratification
des modifications au Protocole sur les polluants
organiques persistants.
7.7 Sensitivity analysis
7.7 Analyse de sensibilité
A sensitivity analysis has been conducted by varying the dis­
count rate from 3% to 7% to determine the direction and magni­
tude of changes to the final estimates of incremental costs asso­
ciated with the Regulations. The results, presented in Table 3,
indicate that changes in the estimates of costs were proportional
to changes in the discount rate and the magnitude of these
changes is relatively small.
Une analyse de sensibilité a été menée en faisant varier le taux
d’actualisation de 3 % à 7 % afin de déterminer l’orientation et
l’ampleur des changements pouvant toucher les estimations défi­
nitives des coûts différentiels liés au Règlement. Ces résultats,
présentés dans le tableau 3, indiquent que les changements tou­
chant les estimations des coûts étaient proportionnels aux varia­
tions du taux d’actualisation et l’ampleur de ces variations est
relativement faible.
Table 3: Results of sensitivity analysis (millions of
2010 dollars)
Tableau 3 : Résultats de l’analyse de sensibilité (en millions de
dollars de 2010)
Discount rate
Costs
Undiscounted
$23.6
3%
$20.0
7%
$17.2
Taux d’actualisation
Non actualisés
Coûts
23,6 $
3%
7%
20 $
17,2 $
8. “One-for-One” Rule
8. Règle du « un pour un »
The federal government has implemented a “One-for-One”
Rule to reduce administrative burden (i.e. the time and resources
spent by business to show compliance with government regula­
tions). The “One-for-One” Rule requires that regulatory changes
that increase administrative burden need to be offset with equal
administrative burden reductions. Since the Regulations result in
a net decrease in administrative burden on business, they are con­
sidered an “OUT” under the rule.
Le gouvernement fédéral a mis en œuvre une règle du « un
pour un » afin de réduire le fardeau administratif (à savoir le
temps passé et les ressources dépensées par les entreprises pour
démontrer leur conformité avec les règlements du gouvernement).
La règle du « un pour un » exige que les modifications réglemen­
taires qui accroissent le fardeau administratif doivent être com­
pensées par des réductions du fardeau administratif d’un niveau
équivalent. Puisque le Règlement entraîne une réduction nette du
fardeau administratif des entreprises, il est considéré comme une
« SUPPRESSION » d’après la règle.
En vertu du Règlement, les fabricants ou les importateurs doi­
vent présenter des rapports si des alcanes chlorés à courte chaîne
sont présents de manière fortuite en quantité supérieure au seuil
de déclaration précisé. Les renseignements recueillis au moyen de
ces rapports permettront de déterminer si de futures mesures de
contrôle seront nécessaires pour lutter contre la présence fortuite
d’alcanes chlorés à chaîne courte dans d’autres substances.
The Regulations require manufacturers or importers to submit
reports if short-chain chlorinated alkanes are incidentally present
above the reporting thresholds specified. Information gathered
through these reports will aid in determining whether potential
future controls will be required to address incidental presence of
short-chain chlorinated alkanes in other substances.
53
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
The Regulations also require reporting when a toxic substance
is used above a threshold in a laboratory for analysis, in scientific
research or as a laboratory standard. Information gathered through
these reports will aid in determining whether additional controls
are required for these uses.
As a flexibility mechanism, such as in the case of an unfore­
seen situation in the substitution process of a substance, the Regu­
lations allow manufacturers and importers to apply for a permit in
order to temporarily allow for on-going manufacture and import
of a substance. Although there would be costs associated with
applying for permits, industry has indicated that they do not ex­
pect to apply for any permits.
The Regulations remove the reporting requirements for activi­
ties in which HCB is incidentally present as this information is no
longer necessary. This removes administrative burden on firms
which were previously reporting.
The Regulations have a net removal of burden of about $1,200
or an average savings per business of $2.22
Le Règlement exige également une déclaration si un labora­
toire utilise une substance toxique au-dessus du seuil permis pour
des fins d’analyse, de recherche scientifique ou comme étalon
analytique de laboratoire. Les renseignements recueillis au moyen
de ces rapports permettront de déterminer si des mesures de
contrôle supplémentaires sont nécessaires pour ces utilisations.
Afin d’introduire une certaine flexibilité, par exemple dans le
cas d’une situation imprévue dans le processus de remplacement
d’une substance, le Règlement autorise les fabricants et les impor­
tateurs à demander un permis leur permettant temporairement de
poursuivre la fabrication ou l’importation d’une substance. Même
si des coûts étaient liés à une demande de permis, l’industrie a
indiqué qu’elle s’attend à n’effectuer aucune demande de permis.
Le Règlement retire les exigences en matière de déclaration
pour les activités dans lesquelles l’hexachlorobenzène est présent
de manière fortuite puisque cette information n’est plus néces­
saire. Cela élimine le fardeau administratif des entreprises qui
devaient produire des rapports.
Le Règlement permet une diminution nette du fardeau adminis­
tratif d’environ 1 200 $, soit une économie moyenne par entre­
prise de 2 $22.
9. Small business lens
9. Lentille des petites entreprises
The Regulations are expected to have minimal impacts upon
small businesses in Canada. The retailers of lubricants containing
BNST (i.e. gas stations and petroleum wholesalers and distribu­
tors) are expected to incur a higher cost of about $0.8 million per
year for purchasing a substitute product for sale. These two sec­
tors contain over 10 000 companies, most of which are small
businesses. It is expected that the retailers will pass this cost onto
consumers in the form of higher prices.
Also, laboratories which use a toxic substance above a thresh­
old are required to submit reports to the Minister. An estimated
50 small laboratories in this sector will be impacted by the Regu­
lations. The total cost of these reporting requirements on laborato­
ries is estimated to be under $500 in annualized present value
terms.
On s’attend à ce que le Règlement ait peu d’incidence sur les
petites entreprises du Canada. Les détaillants de lubrifiants conte­
nant du BNST (c’est-à-dire les stations-services ainsi que les
grossistes et les distributeurs de pétrole) devront assumer un coût
plus élevé d’environ 0,8 million de dollars par an pour acheter un
produit de remplacement pour la vente. Ces deux secteurs com­
prennent plus de 10 000 entreprises, dont la plupart sont de petites
entreprises. On s’attend à ce que les détaillants transmettent ce
coût aux consommateurs sous forme de hausses de prix.
De plus, les laboratoires qui utilisent une substance toxique
au-dessus du seuil permis sont tenus de présenter des rapports
au ministre. On estime que 50 petits laboratoires dans ce secteur
seront touchés par le Règlement. Le coût total de ces exigences en
matière de production de rapports pour les laboratoires est estimé
à moins de 500 $ en termes de valeur actualisée par année.
10. Consultation
10. Consultation
10.1 Comments received prior to publication in the Canada
Gazette, Part I
10.1 Commentaires reçus avant la publication dans la Partie I de
la Gazette du Canada
Public consultations were held during the development of
the Regulations and prior to the publication of the proposed Pro­
hibition of Certain Toxic Substances Regulations, 2012 (proposed
Regulations). A summary of comments received prior to the pro­
posed Regulations can be found below.
Des consultations publiques ont été menées lors de l’élabora­
tion du Règlement et avant la publication du projet de Règlement
sur certaines substances toxiques interdites (2012) [règlement
proposé]. Un résumé des commentaires reçus avant le règlement
proposé est présenté ci-dessous.
Addition of BNST
Ajout du BNST
In September 2010, Environment Canada informed the gov­
ernments of the provinces and territories through the Canadian
Environmental Protection Act National Advisory Committee
(CEPA NAC) about the proposed Regulations and provided them
with an opportunity to consult. No comments were received from
CEPA NAC members.
En septembre 2010, Environnement Canada a informé les gou­
vernements des provinces et des territoires par l’entremise du
Comité consultatif national (CCN) de la LCPE au sujet du projet
de règlement et leur a donné l’occasion de participer à une
consultation. Les membres du Comité consultatif national (CCN)
de la LCPE n’ont formulé aucun commentaire.
———
———
22
22
These estimates are annualized values calculated using a 7% discount rate and a
10-year time period with a 2012 present value base year.
54
Ces estimés sont des valeurs actualisées, calculées en utilisant un taux
d’actualisation de 7 % sur une période de 10 ans et rapportés à l’année de base
2012.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Environment Canada has also consulted with stakeholders (in­
cluding industry, and environmental non-governmental organiza­
tions [ENGOs]) on the addition of BNST to the proposed Regula­
tions through a consultation document sent to stakeholders and
published on the CEPA Registry Web site on November 17,
2010, for a 30-day comment period. Furthermore, on Novem­
ber 18, 2010, a multi-stakeholder consultation meeting via con­
ference call was held, to discuss the proposed path forward for the
risk management of BNST in Canada.
In addition to comments provided during the consultation via
conference call, two submissions were also received. Those
comments were considered in the development of the proposed
Regulations. Overall, stakeholders do not oppose the proposed
measure for BNST. A summary of the comments and responses
of Environment Canada is provided below.
Comment: Stakeholders asked if Environment Canada plans to
measure BNST presence in the environment.
Response: Environment Canada indicated that BNST would be
part of the monitoring and surveillance activities that come
under the CMP. This would be conducted after the analytical
method for detection is developed.
Comment: Stakeholders asked how Environment Canada
will consider the social and economic aspect of the proposed
Regulations.
Response: Environment Canada indicated that the impact of the
proposed Regulations would be evaluated within a cost-benefit
framework that includes socio-economic considerations and a
summary of the findings would be presented in the Regulatory
Impact Analysis Statement that would accompany the publica­
tion of the proposed Regulations.
Comment: Industrial stakeholders and ENGOs representatives
had questions about the length of time before BNST will be
totally prohibited under the proposed Regulations.
Response: Environment Canada clarified that the proposed
Regulations would include a provision for temporary permitted
uses for BNST to provide time to industry to conduct addi­
tional research for substitutes or to reformulate their products.
Comment: An organisation representing some users of lubri­
cants containing BNST expressed their concern about the po­
tential impact of the proposed measures on their company
members. They wondered about the availability of alternative
substances.
Response: Environment Canada responded that information re­
ceived from BNST manufacturer and chemical additive product
manufacturers suggested there are identified potential substi­
tutes to BNST. Environment Canada believes that the impacts
on businesses would be manageable given the existence of
BNST substitutes coupled with the provision for temporary
permitted uses.
Comment: The same organization also recommended that sup­
pliers of products containing BNST be identified and engaged
in the development process of the proposed risk management
measure.
Environnement Canada a également consulté les intervenants
(notamment le secteur industriel et les organisations non gouver­
nementales de l’environnement [ONGE]) au sujet de l’ajout du
BNST au projet de règlement au moyen d’un document de
consultation remis aux intervenants et publié sur le site Web du
Registre environnemental de la LCPE le 17 novembre 2010 pour
une période de 30 jours réservée aux commentaires. De plus,
le 18 novembre 2010, une réunion de consultation multilatérale
par conférence téléphonique a eu lieu pour discuter de la voie à
suivre proposée concernant la gestion des risques liés au BNST
au Canada.
En plus des commentaires fournis au cours de la consultation
par conférence téléphonique, deux soumissions ont été reçues.
D’ailleurs, ces commentaires ont été pris en compte lors de l’éla­
boration du projet de règlement. Dans l’ensemble, les interve­
nants ne rejettent pas la mesure proposée concernant le BNST.
Vous trouverez ci-dessous un résumé des commentaires et des
réponses d’Environnement Canada.
Commentaire : Les intervenants ont demandé si Environne­
ment Canada prévoyait mesurer la présence du BNST dans
l’environnement.
Réponse : Environnement Canada a affirmé que le BNST serait
pris en compte dans les activités de suivi et de surveillance
relevant du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC).
Cet examen serait effectué après l’élaboration de la méthode
d’analyse permettant sa détection.
Commentaire : Les intervenants ont demandé comment Envi­
ronnement Canada tiendra compte de l’aspect socioéconomi­
que du projet de règlement.
Réponse : Environnement Canada a mentionné que l’incidence
du règlement proposé serait évaluée dans un cadre coût­
avantages, qui comprend les facteurs socioéconomiques. Un
sommaire des conclusions serait présenté dans le Résumé de
l’étude d’impact de la réglementation qui accompagnera la
publication du règlement proposé.
Commentaire : Les intervenants de l’industrie et les représen­
tants des organisations non gouvernementales de l’environne­
ment (ONGE) ont demandé quel serait le délai avant l’inter­
diction totale du BNST en vertu du règlement proposé.
Réponse : Environnement Canada a précisé que le règlement
proposé inclut une disposition concernant les utilisations auto­
risées temporaires du BNST pour fournir à l’industrie le temps
nécessaire pour mener des recherches supplémentaires de pro­
duits de remplacement ou pour reformuler ses produits.
Commentaire : Une organisation qui représente certains utilisa­
teurs de lubrifiants contenant du BNST a exprimé ses préoccu­
pations à propos des répercussions potentielles des mesures
proposées sur ses entreprises membres. Elle s’interrogeait sur
la disponibilité de substances de remplacement.
Réponse : Environnement Canada a répondu que les rensei­
gnements obtenus auprès des fabricants de BNST et des fabri­
cants d’additifs chimiques laissent croire qu’il existe des pro­
duits de remplacement du BNST. Environnement Canada est
d’avis que les répercussions sur les entreprises seront gérables,
compte tenu de l’existence de produits de remplacement du
BNST et de la disposition concernant les utilisations autorisées
temporaires.
Commentaire : Cette même organisation recommande égale­
ment de recenser les fournisseurs de produits qui contiennent
du BNST et de les inclure dans le processus d’élaboration de la
mesure proposée concernant la gestion des risques.
55
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Response: Environment Canada indicated that manufacturers,
importers and users were identified in 2007 as part of the man­
datory survey set out under section 71 of CEPA 1999, and then
engaged in multilateral discussions. The information and input
provided by them were used in the risk management develop­
ment process in order to address the different potential impacts
related to the proposed measure.
Réponse : Environnement Canada a mentionné avoir recensé
les fabricants, les importateurs et les utilisateurs en 2007
dans le cadre de l’enquête menée en vertu de l’article 71 de la
LCPE (1999) et a ensuite amorcé des pourparlers multilatéraux.
Les données et commentaires fournis par ces derniers ont servi
à l’élaboration de la gestion des risques afin d’étudier les diffé­
rents effets possibles liés à la mesure proposée.
Addition of short-chain chlorinated alkanes
Ajout des alcanes chlorés à chaîne courte
On August 30, 2008, the Proposed Risk Management Ap­
proach for Chlorinated Paraffins was published on Environment
Canada’s Web site for a 60-day public comment period. Further­
more, on October 22, 2009, a multi-stakeholder consultation
meeting was held in Toronto, to discuss a proposed path forward
for the risk management of chlorinated paraffins in Canada. In
addition, stakeholders were invited to provide written comments
to Environment Canada on the related consultation document that
was also available online.
Le 30 août 2008, l’Approche de gestion des risques proposée
pour les paraffines chlorées a été publiée sur le site Web d’Envi­
ronnement Canada pour une période de consultation du public de
60 jours. En outre, le 22 octobre 2009, une réunion de consulta­
tion multilatérale organisée à Toronto a permis de discuter des
propositions formulées concernant la gestion des risques liés aux
paraffines chlorées au Canada. De plus, les intervenants ont été
invités à faire parvenir par écrit leurs commentaires à Environne­
ment Canada concernant le document de consultation mis en
ligne.
Treize observations écrites concernant la gestion des risques
liés aux alcanes chlorés ont été obtenues de l’industrie, des orga­
nisations non gouvernementales de l’environnement et des autres
ministères pendant la période de consultation. Cependant, un seul
commentaire visant principalement la gestion des risques liés
aux alcanes linéaires chlorés à chaîne courte a été émis. L’énoncé
complet des réponses aux commentaires se trouve sur la page
Web des paraffines chlorées sur le site Web Pollution et déchets
d’Environnement Canada au www.ec.gc.ca/toxiques-toxics/
Default.asp?lang=Fr&n=98E80CC6-1&xml=148DE7B6-5B9A­
42D8-884F-920978DC3C99.
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a mentionné qu’il
n’était pas nécessaire d’inclure des exemptions sur l’utilisation
des alcanes chlorés à chaîne courte, puisque ces substances
avaient déjà été éliminées ou étaient en voie de l’être au
Canada.
Réponse : Le gouvernement du Canada a pris en compte le
commentaire susmentionné et a déterminé que les alcanes chlo­
rés à chaîne courte ne seraient pas assujettis à une quelconque
exemption particulière en vertu du règlement proposé.
Thirteen written submissions regarding the risk management
of all chlorinated alkanes were received from industry, ENGOs
and other government departments during the consultation per­
iod. However, one comment specific to the risk management
for short-chain chlorinated alkanes was made. The full text of
the responses to comments can be viewed on the chlorinated
paraffin Web page on Environment Canada’s Pollution and
Waste Web site at www.ec.gc.ca/toxiques-toxics/Default.asp?
lang=En&n=98E80CC6-1&xml=148DE7B6-5B9A-42D8-884F­
920978DC3C99.
Comment: An industry stakeholder indicated that there was no
need to include exemptions on the use of short-chain chlorin­
ated alkanes as these substances were already phased out or
were being phased out in Canada.
Response: The Government of Canada has considered the
above noted comment and has determined that short-chain
chlorinated alkanes would not be subject to any specific ex­
emptions under the proposed Regulations.
Addition of PCNs
Ajout des naphtalènes polychlorés
On July 2, 2009, Environment Canada informed the govern­
ments of the provinces and territories through the CEPA NAC
about proposed control measures that would prohibit the manu­
facture, use, sale, offer for sale or import of PCNs and products
containing PCNs and provided them with an opportunity to pro­
vide feedback. No comments were received from CEPA NAC
members.
Le 2 juillet 2009, Environnement Canada a informé les gou­
vernements des provinces et territoires, par l’entremise du Comité
consultatif national (CCN) de la LCPE, des mesures de contrôle
proposées pour interdire la fabrication, l’utilisation, la vente, la
mise en vente ou l’importation des naphtalènes polychlorés et des
produits qui en contiennent et leur a donné l’occasion de formuler
des commentaires. Les membres du Comité consultatif national
(CCN) de la LCPE n’ont formulé aucun commentaire.
Au même moment, Environnement Canada a mené une consul­
tation avec les intervenants sur les mesures de contrôle proposées
pour interdire la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en
vente ou l’importation des naphtalènes polychlorés et des produits
qui en contiennent par le biais d’un document de consultation
envoyé aux intervenants et publié sur le site Web d’Environ­
nement Canada. Aucun commentaire à l’encontre des mesures de
contrôle proposées n’a été formulé.
At the same time, Environment Canada consulted with stake­
holders on the proposed control measures to prohibit the manu­
facture, use, sale, offer for sale or import of PCNs and products
containing PCNs through a consultation document sent to stake­
holders and published on Environment Canada’s Web site. No
comments opposing the proposed control measures were
received.
Addition of TBTs
Ajout des TBT
On December 21, 2010, Environment Canada informed the
governments of the provinces and territories through the CEPA
Le 21 décembre 2010, Environnement Canada a informé les
gouvernements des provinces et des territoires par l’entremise du
56
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
NAC about the addition of TBTs to the proposed Regulations and
provided them with an opportunity to consult. No comments were
received from CEPA NAC members.
Environment Canada has also consulted with stakeholders on
the addition of TBTs to the proposed Regulations through a con­
sultation document sent to stakeholders and published on the Web
on January 19, 2011, for a 30-day comment period. Industry indi­
cated that they supported this proposal.
In August 2009, the Proposed Risk Management Approach for
Non-Pesticidal Organotin Compounds23 was published by En­
vironment Canada and Health Canada for a 60-day public com­
ments period. During the consultation period, four submissions
were received: two from the industry, one from an industry asso­
ciation and one from an ENGO. A summary of the main issues
raised as well as Environment Canada’s responses to them are
presented below.
Comment: Industry supported the exclusion of activities where
TBTs may be present and recommended that these activities be
specifically identified as exemptions in the proposed Regula­
tions, including exemptions for storage, transportation and dis­
posal of tin stabilizers, given that they would be covered by the
existing environmental Performance Agreement.
Response: Environment Canada has examined these recom­
mendations and indicated that the proposed Regulations would
not prohibit the identified activities.
Comment: An ENGO representative expressed concern regard­
ing the permitted uses of products where TBTs are present and
recommended adding the associated activities to Part 2 of
Schedule 2 of the Prohibition Regulations and to prescribe spe­
cific limits for TBTs that may be present in products or food as
contaminants.
Comment: An ENGO representative disagreed with the
decision to rely on the Environmental Performance Agreement
Respecting the Use of Tin Stabilizers in the Vinyl Industry to
reduce the release of organotins (which would include the po­
tential release of TBTs that may be present in other organotin
compounds) into the environment.
Response: In response to these two comments, Environment
Canada indicated that the result of the verifications that have
been conducted to date on close to half of the facilities covered
by the Environmental Performance Agreement revealed that
measures are currently in place, or in a few cases are being de­
veloped, to prevent the potential releases of these substances at
these facilities. Furthermore, in 2005, a Ministerial Condition
was published under subsection 84(5) of CEPA 1999, which
imposes restrictions on the use and disposal of tetrabutyltin,
thereby limiting the release of this substance to the environ­
ment. In addition, the proposed Code of Practice would identify
best management practices that will seek to limit any potential
releases of tetrabutyltin. The facilities that would be covered by
the Code are expected to apply these practices. It is noted that
the Conditions and the Code also address any potential release
of TBTs present in tetrabutyltin or resulting from its environ­
mental breakdown.
Comité consultatif national (CCN) de la LCPE de l’ajout des TBT
au règlement proposé et leur a donné l’occasion de participer à
une consultation. Les membres du Comité consultatif national
(CCN) de la LCPE n’ont formulé aucun commentaire.
Environnement Canada a également mené une consultation
avec les intervenants concernant l’ajout des TBT au règlement
proposé par le biais d’un document de consultation envoyé aux
intervenants et publié sur Internet le 19 janvier 2011, pour une
période de commentaires de 30 jours. Les représentants de
l’industrie ont indiqué qu’ils soutenaient cette proposition.
En août 2009, l’Approche de gestion des risques proposée pour
les composés organostanniques non pesticides (organoétains)23 a
été publiée par Environnement Canada et Santé Canada pour une
période de consultation publique de 60 jours. Au cours de la pé­
riode de consultation, quatre soumissions ont été reçues : deux de
l’industrie, une d’une association industrielle et une d’une organi­
sation non gouvernementale de l’environnement. Voici un résumé
des principales questions soulevées et des réponses d’Envi­
ronnement Canada à celles-ci.
Commentaire : L’industrie est en faveur du retrait des activités
où les TBT peuvent être présents et a recommandé que ces ac­
tivités soient soumises à des exemptions particulières en vertu
du règlement proposé, y compris des exemptions pour
l’entreposage, le transport et l’élimination des stabilisants à
base d’étain, étant donné qu’elles seraient couvertes par
l’entente sur la performance environnementale existante.
Réponse : Environnement Canada a examiné ces recommanda­
tions, et a indiqué que le règlement proposé n’interdirait pas les
activités désignées.
Commentaire : Un représentant d’une organisation non gou­
vernementale de l’environnement s’est dit préoccupé par les
utilisations autorisées de produits dans lesquelles les TBT sont
présents et a recommandé d’ajouter les activités qui y sont liées
à la partie 2 de l’annexe 2 du Règlement sur certaines substan­
ces toxiques interdites et de fixer des limites précises quant à la
présence de TBT comme contaminants dans les produits ou les
aliments.
Commentaire : Un représentant d’une organisation non gou­
vernementale de l’environnement était en désaccord avec la
décision de se fier à l’Entente sur la performance environne­
mentale concernant l’utilisation de stabilisants à base d’étain
dans l’industrie du vinyle pour réduire les rejets d’organoétains
(qui pourraient comprendre les rejets dans l’environnement
de TBT potentiellement présents dans d’autres produits
organostanniques).
Réponse : En réponse à ces deux commentaires, Environne­
ment Canada a mentionné que les vérifications qui ont été me­
nées jusqu’ici sur près de la moitié des installations couvertes
par l’entente sur la performance environnementale ont révélé
que des mesures sont actuellement en place, ou en élaboration
dans certains cas, pour prévenir les rejets potentielles de ces
substances. En outre, en 2005, une Condition ministérielle a été
publiée en vertu du paragraphe 84(5) de la LCPE (1999), impo­
sant des restrictions sur l’utilisation et l’élimination du tétrabu­
tylétain, limitant ainsi les rejets de cette substance dans
l’environnement. De plus, le code de pratique proposé identi­
fierait les meilleures pratiques de gestion qui viseront à limiter
tout rejet potentiel de tétrabutylétain. Les installations qui
———
———
23
23
This document is available at www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/default.asp?lang=
En&n=98F99990-1.
Ce document est disponible à l’adresse suivante : www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/
default.asp?lang=Fr&n=98F99990-1.
57
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
As a result, Environment Canada concluded it is not necessary
to prescribe specific limits to control the potential releases of
TBTs from these activities because they are being addressed by
the other risk management measures, or have limited environ­
mental impact.
With respect to the comment pertaining to adding limits to pre­
vent TBTs from being transferred to food as a contaminant,
Health Canada has set a tolerable daily intake of 0.25 µg/kg
bw/day for TBTs in foods. Any risk management would be per­
formed on a case-by-case basis if contamination of a food were
found.
seraient couvertes par le code devraient mettre en place ces
pratiques. Il est à noter que les conditions et le code visent éga­
lement les rejets potentiels des TBT présents dans le tétrabuty­
létain ou résultant de sa décomposition dans l’environnement.
Par conséquent, Environnement Canada a conclu qu’il n’est pas
nécessaire de fixer des limites précises pour éviter les rejets po­
tentiels de TBT liés à ces activités, car ils sont gérés par
d’autres mesures de gestion des risques ou ils ont un impact
environnemental limité.
En ce qui concerne le commentaire au sujet de l’établissement
de limites pour éviter la contamination des aliments par les
TBT, Santé Canada a établi un apport quotidien tolérable de
0,25 µg/kg p.c. par jour pour les TBT dans les aliments. Toute
mesure de gestion des risques serait effectuée au cas par cas si
une contamination d’aliments survenait.
Administrative changes
Changements administratifs
On December 18, 2007, a consultation document on the pro­
posed administrative changes was posted on Environment Can­
ada’s CEPA Registry for a 38-day comment period. In addition, a
letter was sent to stakeholders informing them of the publication
and consultation period. The consultation document provided an
overview of the regulatory amendments that were being
considered.
Environment Canada informed provincial and territorial gov­
ernments about the proposed Regulations via an email to the
CEPA NAC dated December 3, 2008, in which a formal opportu­
nity to consult was offered. Comments received from CEPA NAC
have been considered in developing the proposed Regulations.
The main views that were raised by stakeholders, Environment
Canada’s response to them and how they have been taken into
account when developing the proposed Regulations are summa­
rized below. Complete responses to the comments received are
available at www.ec.gc.ca.
Le 18 décembre 2007, un document de consultation concernant
les modifications administratives proposées a été affiché sur le
Registre de la LCPE d’Environnement Canada pour une période
de commentaires de 38 jours. De plus, une lettre a été envoyée
aux intervenants pour les informer de la publication et de la pé­
riode de consultation. Ce document fait le survol des modifica­
tions qu’on envisageait d’apporter à la réglementation.
Environnement Canada a informé les gouvernements des pro­
vinces et des territoires du règlement proposé par l’entremise d’un
courriel envoyé au Comité consultatif national (CCN) de la LCPE
le 3 décembre 2008 dans lequel on les invitait à participer à une
consultation officielle. Les commentaires reçus de la part du Co­
mité ont été pris en compte dans l’élaboration du projet de
règlement.
Voici un résumé des principaux commentaires formulés par les
intervenants, la réponse d’Environnement Canada à ceux-ci et
comment ils ont été pris en compte dans l’élaboration du projet de
règlement. Vous trouverez les réponses complètes aux commen­
taires reçus à l’adresse www.ec.gc.ca.
Prohibition of substances and products listed in Part 1 of
Schedule 2
Interdiction des substances et produits figurant dans la partie 1
de l’annexe 2
Comment: Industry stakeholders had concerns with the pro­
posed rewording of paragraph 5(a) of the former Regulations.
They indicated the proposed wording of section 5 could be
misinterpreted to mean that products other than those set out in
Part 1 of Schedule 2 would be prohibited.
Response: After consideration, Environment Canada deter­
mined that the modification was not necessary but will instead
provide clarity on the requirements of paragraph 5(a) in com­
pliance promotion materials. It should be noted that the prohi­
bition applies to the toxic substances listed in column 1 of
Part 1 of Schedule 2 and only to the products listed in column 2
that contain the toxic substances above the specified concentra­
tion limit. The prohibition also applies when the substance is
incidentally present.
Reporting requirements
Comment: Industry stakeholders raised concerns about the
availability of information with respect to the country of origin,
and questioned the necessity to provide quantities exported. In
58
Commentaire : Les intervenants de l’industrie étaient préoccu­
pés par la reformulation proposée de l’alinéa 5a) de l’ancien
règlement. Ils ont soulevé que la formulation proposée de
l’article 5 pourrait être interprétée à tort comme une interdic­
tion de produits autres que ceux figurant dans la partie 1 de
l’annexe 2.
Réponse : Après examen, Environnement Canada a déterminé
que cette modification n’était pas nécessaire, mais qu’elle pré­
ciserait plutôt les exigences de l’alinéa 5a) dans les documents
de promotion de la conformité. Il convient de noter que cette
interdiction s’applique aux substances toxiques énumérées dans
la colonne 1 de la partie 1 de l’annexe 2, et seulement aux pro­
duits figurant dans la colonne 2 qui contiennent des substances
toxiques à une concentration qui excède la limite indiquée.
Cette interdiction s’applique aussi quand la présence de la
substance est fortuite.
Exigences de déclaration
Commentaire : Les intervenants de l’industrie ont soulevé des
questions au sujet de la disponibilité des renseignements
concernant le pays d’origine et ont remis en question la
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
addition, manufacturers were also concerned about the new re­
quirement to provide customer specific sales data. Response: Environment Canada has considered these concerns,
and the proposed Regulations would remove these
requirements. Comment: Some industry stakeholders have indicated to En­
vironment Canada that multiple reporting on the same quantity
of a substance is required under the current Regulations,
including when a substance is first imported and later when
a product containing the same substance imported is
manufactured.
Response: Environment Canada has considered these concerns
and as a result, the proposed Regulations would remove dupli­
cation of reporting.
Mixtures
Comment: A non-governmental organization had concerns
about the removal of the word “mixture” as they felt that this
may reduce the scope of the Regulations.
Response: Environment Canada clarifies that the proposed
Regulations applicable to substances and products containing
them would also apply to mixtures of listed substances.
Weighted average
Comment: A provincial government representative requested
that a definition be added to the proposed Regulations for the
term “weighted average.”
Response: While a definition was not added to the proposed
Regulations, compliance promotion materials will provide
guidance on how to calculate a weighted average for those sub­
ject to the Regulations.
nécessité de fournir les quantités exportées. Les fabricants
étaient également préoccupés par la nouvelle exigence de four­
nir des données sur les ventes spécifiques du client.
Réponse : Environnement Canada a pris en compte ces préoc­
cupations et le règlement proposé éliminerait ces exigences.
Commentaire : Certains intervenants de l’industrie ont indiqué
à Environnement Canada qu’il y a exigence de présenter plu­
sieurs rapports sur la même quantité de substance en vertu du
règlement actuel, y compris lors de la première importation
d’une substance, puis lors de la fabrication d’un produit qui
contient cette même substance importée.
Réponse : Environnement Canada a pris en compte ces préoc­
cupations et, en conséquence, le règlement proposé éliminerait
la double déclaration.
Mélanges
Commentaire : Une organisation non gouvernementale était
préoccupée par le retrait du mot « mélange », qui lui donnait
l’impression que cela réduirait la portée du Règlement.
Réponse : Environnement Canada précise que le règlement
proposé qui s’applique aux substances et aux produits qui en
contiennent s’appliquerait également aux mélanges de substan­
ces répertoriées.
Moyenne pondérée
Commentaire : Un représentant du gouvernement provincial a
demandé de définir le terme « moyenne pondérée » dans le Rè­
glement proposé.
Réponse : Bien qu’on n’ait pas ajouté cette définition au projet
de règlement, les documents de promotion de la conformité
serviront à orienter la façon de calculer une moyenne pondérée
des éléments assujettis au Règlement.
10.2 Comments received since publication in the Canada Gazette,
Part I
10.2 Commentaires reçus depuis la publication dans la Partie I de
la Gazette du Canada
The proposed Regulations were published on July 23, 2011, in
the Canada Gazette, Part I, for a 75-day public comment period.
Approximately 20 submissions were received on the proposed
Regulations from over 18 industry stakeholders, a non-governmental
organization and an Aboriginal organization. A number of stake­
holders have forwarded positive comments on the Regulations
such as supporting either the addition of certain substances or
other changes and clarifications that have been made. In addition,
a number of specific comments relating to the following toxics
are summarized below.
Le projet de règlement a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada le 23 juillet 2011 pour une période de com­
mentaires du public de 75 jours. Environ 20 soumissions ont été
reçues au sujet du projet de Règlement de la part de plus de
18 intervenants de l’industrie, d’une organisation non gouverne­
mentale et d’une organisation autochtone. Un certain nombre
d’intervenants ont transmis des commentaires positifs sur le Rè­
glement comme des commentaires appuyant l’ajout de certaines
substances ou d’autres clarifications et changements qui ont été
apportés. En outre, un certain nombre de commentaires particu­
liers à propos des substances toxiques suivantes sont résumés
ci-dessous.
BNST use in lubricants
Utilisation du BNST dans les lubrifiants
Comment: Industry stakeholders have expressed that substi­
tutes for BNST are available and that the two-year temporary
permitted use exemption period should be sufficient. However,
the temporary permitted use exemption period should exceed
two years to allow for unexpected delays that may occur in the
substitution process. A non-governmental organization was
concerned that two years was too long for temporary permitted
usage.
Response: The Government of Canada is providing a two-year
exemption for the use of BNST as an additive in lubricants. If
required regulatees can apply for an annual permit after the end
of the two-year exemption period under conditions specified in
the Regulations.
Commentaire : Les intervenants de l’industrie ont indiqué que
des produits de remplacement pour le BNST sont disponibles et
que la période d’utilisation permise temporairement de deux
ans devrait être suffisante. Cependant, la période d’utilisation
permise temporairement devra tout de même être en place dans
l’éventualité où des retards imprévus survenaient au cours du
processus de remplacement. Une organisation non gouverne­
mentale considérait la période d’utilisation permise temporai­
rement de deux ans comme étant trop longue.
Réponse : Le gouvernement du Canada fournit une période
d’exemption de deux ans pour l’utilisation du BNST comme
additif dans les lubrifiants. Le cas échéant, les entités régle­
mentées peuvent présenter une demande de permis annuel
59
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Comment: An industry stakeholder proposed that the tempo­
rary permitted use period be applicable to the use of BNST as
an anti-oxidant in other lubricants such as motor vehicle power
steering fluids, transmission fluids, and various grease.
Response: The intent is that the temporary permitted use ex­
emption would apply to the use of BNST in all types of lubri­
cants; therefore, the Regulations have been modified in order to
clarify the intent.
BNST use in rubber
Comment: Some industry stakeholders have provided informa­
tion indicating that BNST is used in automobile and vehicle
rubber parts. They also requested an exemption for this use on
the basis that the use of BNST in rubber poses less risk to the
environment than it does in vehicle engine oil.
Response: The use of BNST in rubber parts is not expected to
contribute to environmental releases. Thus, an exemption has
been added to the Regulations for the use of BNST in rubber
products, with the exception of tires. No use of BNST in tires
was identified by industry. This use was not exempted to avoid
future introduction.
Short-chain chlorinated alkane use in paints
Comment: An industry association stated that medium-chain
chlorinated alkanes are used in paints found in pools. Since
short-chain chlorinated alkanes are found in trace amounts in
medium-chain chlorinated alkanes, they suggested that an
exemption should be provided for the use of paints found in
pools.
Response: Short-chain chlorinated alkanes are not used inten­
tionally in paints within Canada; however, they may be inci­
dentally present in small amounts. In such instances, the prohi­
bition on manufacture, use, sale, offer for sale and import of
short-chain chlorinated alkanes would not apply.
Products in use
Comment: Industry stakeholders noted that there should be an
exemption for products that were manufactured and imported
prior to the coming into force of the Regulations.
Response: An exemption has been added for the use, sale
and offer for sale of products containing BNST, short-chain
chlorinated alkanes, PCNs and TBTs that were manufactured
or imported prior to the coming into force of the Regulations.
This is intended to allow the sale of existing products and to
allow ongoing use of products, such as underground cables,
that were already in place prior to the coming into force of the
Regulations.
Laboratory use
Comment: An industry stakeholder proposed that the Regula­
tions should allow for the continuation of the use of substances
in laboratories, as it would be beneficial for research and de­
velopment. Another stakeholder suggested that the Regulations
60
après la fin de la période d’exemption de deux ans dans les
conditions précisées dans le Règlement.
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a proposé que la
période d’utilisation permise temporairement soit applicable à
l’utilisation du BNST comme antioxydant dans d’autres lubri­
fiants tels que les fluides de servodirection des véhicules auto­
mobiles, les fluides de transmission et diverses graisses.
Réponse : L’intention est d’appliquer l’utilisation permise tem­
porairement à l’utilisation du BNST dans tous les types de lu­
brifiants; par conséquent, le Règlement a été modifié afin de
clarifier l’intention.
Utilisation du BNST dans le caoutchouc
Commentaire : Certains intervenants de l’industrie ont fourni
des renseignements indiquant que le BNST est utilisé dans les
pièces d’automobiles et de véhicules en caoutchouc. Ils ont
également demandé une exemption pour cette utilisation étant
donné que l’utilisation du BNST dans le caoutchouc représente
moins de risques pour l’environnement que dans les huiles pour
moteurs de véhicules.
Réponse : L’utilisation de BNST dans les pièces de caoutchouc
ne devrait pas contribuer aux rejets de la substance dans
l’environnement. Une exemption a été ajoutée au Règlement
pour l’utilisation du BNST dans les produits à base de caout­
chouc, à l’exception des pneus. L’industrie n’a déterminé au­
cune utilisation du BNST dans les pneus. Cette utilisation n’a
pas été exemptée pour éviter une introduction ultérieure.
Utilisation d’alcanes chlorés à chaîne courte dans les peintures
Commentaire : Une association industrielle a déclaré que les
alcanes chlorés à chaîne moyenne sont utilisés dans les peintu­
res pour piscines. Étant donné que les alcanes chlorés à chaîne
courte sont présents à l’état de traces dans les alcanes chlorés
à chaîne moyenne, elle a laissé entendre qu’une exemption
devrait être accordée à leur utilisation dans les peintures pour
piscines.
Réponse : Les alcanes chlorés à chaîne courte ne sont pas utili­
sés intentionnellement dans les peintures au Canada. Cepen­
dant, ils peuvent être présents de manière fortuite en petite
quantité. Dans de telles circonstances, l’interdiction frappant la
fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente et l’impor­
tation des alcanes chlorés à chaîne courte ne s’applique pas.
Produits utilisés
Commentaire : Les intervenants de l’industrie ont indiqué qu’il
devrait y avoir une exemption pour les produits qui ont été fa­
briqués et importés avant l’entrée en vigueur du Règlement.
Réponse : Une exemption a été ajoutée pour l’utilisation, la
vente et la mise en vente de produits contenant du BNST, des
alcanes chlorés à chaîne courte, des naphtalènes polychlorés et
des TBT qui ont été fabriqués ou importés avant l’entrée en vi­
gueur du Règlement. Cette exemption vise à permettre la vente
de produits existants et la poursuite de l’utilisation de produits,
tels que les câbles souterrains, qui étaient déjà en place avant
l’entrée en vigueur du Règlement.
Utilisation en laboratoire
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a proposé que le
Règlement permette la poursuite de l’utilisation de substances
dans les laboratoires, puisque ce serait avantageux pour la re­
cherche et le développement. Un autre intervenant a suggéré
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
clarify the restrictions on the distribution of substances in re­
search labs, schools and industrial labs.
Response: The prohibitions under sections 4 and 6 do not apply
to any substance or any product containing it that is used in a
laboratory for analysis, in scientific research or as a laboratory
analytical standard.
Incidental presence
Comment: An industry stakeholder supported the text in the
Regulations regarding the prohibition of HCB “unless inciden­
tally present”; however, the text in the Regulatory Impact
Analysis Statement (RIAS) could be interpreted otherwise.
Response: The description of the Regulations (section 5.2.1)
has been updated to better capture that the exemption for inci­
dental presence applies to HCB.
Permits
Comment: An Aboriginal organization reinforced that if a per­
mit could potentially impact Aboriginal rights, the Government
of Canada must first consult First Nations.
Response: Consultations with First Nations will be undertaken
as per existing policies relating to Aboriginal consultations,
such as the Updated Guidelines for Federal Officials to Fulfill
the Duty to Consult, available at www.aadnc-aandc.gc.ca/
eng/1100100014664.
Reports
Comment: A non-governmental organization proposed that the
reporting of all substances listed in the Regulations should be
required regardless of threshold and should also include infor­
mation on alternatives.
Response: The reporting requirements focus on those areas
where there may be ongoing use as per one of the exemptions.
The Regulations prohibit the manufacture, import, use, sale and
offer for sale of toxic substances or products containing them
with a limited number of exemptions.
Comment: An industry stakeholder suggested that the exemp­
tion for incidental presence should be universal, applying to all
situations, including reporting for substances listed in Sched­
ule 2, Part 4.
Response: There are only two substances listed in Schedule 2,
Part 4 for which reporting could be required. These reporting
requirements are limited in scope and are intended to gather in­
formation that can be used to assess whether additional control
measures should be considered for these substances.
Comment: An industry stakeholder noted that there is an incon­
sistency between the original section 71 notice of a 100 kg re­
porting threshold and the new requirement of a 1 kg reporting
threshold for BNST. Environment Canada should not lower the
reporting threshold of 100 kg to 1 kg annually.
Response: Reporting requirements associated with regulations
and section 71 notices are intended to serve different purposes.
The proposed Regulations had included a reporting require­
ment for manufacture and import of BNST in quantities greater
que le Règlement précise les restrictions sur la distribution des
substances aux laboratoires de recherche, aux écoles et aux la­
boratoires industriels.
Réponse : Les interdictions en vertu des articles 4 et 6 ne s’ap­
pliquent à aucune substance ou à aucun produit qui sont utilisés
dans un laboratoire à des fins d’analyse, de recherche scientifi­
que ou comme étalon analytique de laboratoire.
Présence fortuite
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a appuyé le texte
du Règlement concernant l’interdiction de l’hexachlorobenzène
« sauf s’il est présent de manière fortuite ». Cependant, le texte
du Résumé de l’étude d’impact de la réglementation pourrait
être interprété autrement.
Réponse : La description du Règlement (section 5.2.1) a été
mise à jour afin de mieux expliquer que l’exemption en cas de
présence fortuite s’applique également à l’hexachlorobenzène.
Permis
Commentaire : Une organisation autochtone a insisté sur le fait
que le gouvernement du Canada doit d’abord consulter les
Premières Nations dans le cas où un permis pourrait avoir une
incidence sur les droits des autochtones.
Réponse : Les consultations avec les Premières Nations seront
entreprises conformément aux politiques existantes relatives
aux consultations des peuples autochtones, tel que les Lignes
directrices actualisées à l’intention des fonctionnaires fédéraux
pour respecter l’obligation de consulter, disponible au www.
aadnc-aandc.gc.ca/fra/1100100014664/1100100014675.
Rapports
Commentaire : Une organisation non gouvernementale a pro­
posé que la déclaration de toutes les substances répertoriées
dans le Règlement soit exigée, indépendamment du seuil, et
qu’elle comprenne des renseignements sur les solutions de
rechange.
Réponse : Les exigences en matière de déclaration mettent
l’accent sur les secteurs où il pourrait y avoir une utilisation en
cours conformément à l’une des exemptions. Le Règlement in­
terdit la fabrication, l’utilisation, la vente et la mise en vente ou
l’importation des substances toxiques ou des produits qui en
contiennent, sauf dans certains cas.
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a suggéré que
l’exemption relative à la présence fortuite devrait être univer­
selle, s’appliquer à toutes les situations, dont la déclaration des
substances inscrites à l’annexe 2 de la partie 4.
Réponse : Seules deux substances sont inscrites à l’annexe 2 de
la partie 4 pour lesquelles la déclaration pourrait être exigée.
Ces exigences de déclaration ont une portée limitée et elles visent à recueillir des renseignements qui peuvent être utilisés
pour évaluer si des mesures de contrôle supplémentaires de­
vraient être prises en considération pour ces substances.
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a fait remarquer
un manque de cohérence entre le seuil de déclaration du BNST
de 100 kg publié dans l’avis initial sous l’article 71 de la LCPE
(1999) et la nouvelle exigence d’un seuil de déclaration de
1 kg. Environnement Canada ne devrait pas faire passer le seuil
de déclaration de 100 kg à 1 kg par année.
Réponse : Les seuils de déclarations reliés à un règlement et
ceux utilisés dans un avis en vertu de l’article 71 ont des objec­
tifs différents. Le règlement proposé a inclus une exigence en
61
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
than 1 kg. However, given that the main use of BNST is
now expected to be phased out within two years, the reporting
requirements for BNST have been removed from the
Regulations.
Comment: An industry association stated that the raw materials
used to make medium-chain chlorinated alkanes usually spec­
ify the short-chain chlorinated alkanes content to 1%; thus, the
0.5% reporting threshold is difficult to meet.
Response: The intent of this requirement is to gather informa­
tion on the incidental presence of short-chain chlorinated
alkanes in medium-chain chlorinated alkanes. This information
will be used to assess the potential need to take action to ad­
dress potential exposure or release from this source. While it
may be difficult to meet the 0.5% threshold, it should be noted
that the European Regulation on Registration, Evaluation, Au­
thorization and Restriction of Chemicals requires reporting if
short-chained chlorinated alkanes are present in a concentration
above 0.1%.
Confidential business information
Comment: An industry stakeholder noticed that there is no ref­
erence to protection of confidential business information. Pro­
visions should be included in the Regulations to ensure that
confidential business information will be protected.
Response: Under section 313 of CEPA 1999, any person sub­
mitting information under the Act may request that it be treated
as confidential. The guidance materials on the Regulations in­
clude information to promote greater awareness of the protec­
tions under this section.
Accredited laboratories
Comment: Several industry stakeholders stated that it is unclear
whether the government or the regulatees are required to report
using an accredited laboratory. Regulatees should not be lim­
ited only to using accredited laboratories.
Response: In order to comply with the Regulations, regulatees
must use a laboratory accredited to the ISO/IEC 17025:2005
standard or a laboratory that meets an equivalent standard, as
prescribed in the Regulations.
International jurisdictions
Comment: Several industry stakeholders suggested that the
Government of Canada align the requirements pertaining to
short-chain chlorinated alkanes and those for BNST with
those of the United States, the European Union and other
jurisdictions.
Response: The controls for BNST and short-chain chlorinated
alkanes are consistent with those in other jurisdictions as de­
scribed in the regulatory cooperation section (Section 11).
CAS registry numbers
Comment: Several industry associations recommended that the
Chemical Abstracts Service (CAS) registry numbers be
62
matière de déclaration pour la fabrication et l’importation du
BNST dans des quantités supérieures à 1 kg. Cependant, étant
donné que la principale utilisation du BNST devrait être élimi­
née dans un délai de deux ans, les exigences en matière de dé­
claration pour le BNST ont été retirées du Règlement.
Commentaire : Une association industrielle a déclaré que les
matières premières utilisées pour fabriquer les alcanes chlorés à
chaîne moyenne précisent généralement une concentration
d’alcanes chlorés à chaîne courte de 1 %. Par conséquent, le
seuil de déclaration de 0,5 % est difficile à respecter.
Réponse : Le but de cette exigence est de recueillir des rensei­
gnements sur la présence fortuite d’alcanes chlorés à chaîne
courte dans les alcanes chlorés à chaîne moyenne. Ces rensei­
gnements seront utilisés pour évaluer la nécessité de mettre en
place des mesures pour lutter contre l’exposition potentielle ou
les rejets potentiels provenant de cette source. Même s’il est
difficile de respecter le seuil de 0,5 %, il convient de noter que
le programme européen REACH (Registration, Evaluation, Au­
thorization and Restriction of Chemicals) exige une déclaration
si des alcanes chlorés à chaîne courte sont présents à une
concentration supérieure à 0,1 %.
Renseignements commerciaux confidentiels
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a remarqué l’ab­
sence de référence à la protection des renseignements commer­
ciaux confidentiels. Des dispositions devraient être incluses
dans le Règlement afin d’assurer la protection des renseigne­
ments commerciaux confidentiels.
Réponse : En vertu de l’article 313 de la LCPE (1999), toute
personne présentant des renseignements en vertu de la Loi peut
demander que ces renseignements soient considérés comme
étant confidentiels. Les documents d’orientation sur le Règle­
ment comprennent des renseignements qui favorisent une meil­
leure connaissance des protections en vertu de cet article.
Laboratoires accrédités
Commentaire : Plusieurs intervenants de l’industrie ont affirmé
qu’il est difficile de savoir si les entités réglementées ou le
gouvernement sont tenus de produire des rapports s’ils utilisent
un laboratoire accrédité. Les entités réglementées ne devraient
pas utiliser uniquement des laboratoires accrédités.
Réponse : Afin de se conformer au Règlement, les entités ré­
glementées sont tenues d’utiliser un laboratoire accrédité selon
la norme ISO/IEC 17025:2005 ou un laboratoire qui répond à
une norme équivalente comme mentionné au Règlement.
Autorités internationales
Commentaire : Plusieurs intervenants de l’industrie ont suggéré
que le gouvernement du Canada rende les exigences relatives
aux alcanes chlorés à chaîne courte et au BNST conformes à
celles des États-Unis, de l’Union européenne et d’autres pays.
Réponse : Les mesures de contrôle pour le BNST et les alcanes
chlorés à chaîne courte sont cohérentes avec celles d’autres
pays, comme il est décrit dans la section sur la coopération en
matière de réglementation (section 11).
Numéros de registre CAS
Commentaire : Plusieurs associations industrielles ont recom­
mandé l’inclusion des numéros de registre du Chemical
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
included in the Regulations so that specific substances and
groups of substances can be clearly identified.
Response: It may not be possible to list the CAS registry num­
bers (RNs) in the Regulations for the following reasons: not all
substances have a CAS number, it can be difficult to identify
an exhaustive list of CAS numbers, and CAS numbers may
change over time. However, a non-exhaustive list of known
CAS RNs is provided as part of the guidance materials for the
Regulations.
Life cycle management
Comment: A non-governmental organization proposed that
regulatory measures be developed to address wastes containing
BNST and PCNs.
Response: The Regulations prohibit the manufacture, use, sale,
offer for sale and import of BNST and PCNs and products con­
taining these substances. In addition, in the case of BNST,
provinces and territories have already put measures in place to
manage the risks associated with the disposal of used engine
oils, including those containing BNST. Monitoring of these
substances is occurring under a comprehensive monitoring and
surveillance strategy under the Chemicals Management Plan.
This monitoring will be used to determine whether further ac­
tion needs to be taken with respect to these substances.
Benefits and costs
Comment: An industry stakeholder commented that the incre­
mental costs to consumers as described in the Canada Gazette,
Part I, publication of 0.5 cents per litre may not be negligible in
some markets.
Response: The wording in the RIAS has been reviewed and the
incremental costs to consumers are now described as minimal;
however, as described in the CBA, this price increase is not ex­
pected to place a significant burden on consumers because the
magnitude should be small relative to the overall price of the
product.
Comment: An industry stakeholder stated that since new re­
porting systems will be created for the substances added to the
Regulations, there will be additional costs and compliance
risks. Both of these factors should be recognized in the RIAS.
Response: It is expected that new reporting requirements would
not result in significant additional costs since many organiza­
tions, such as laboratories are already submitting reports for
substances that were included in the former Regulations. In ad­
dition, the costs associated with new reporting requirements for
short-chain chlorinated alkanes are expected to be limited. The
Regulations also remove the reporting requirements for activi­
ties in which HCB is incidentally present, and thereby reduce
the burden to reporting firms.
Abstracts Service (CAS) dans le Règlement, de sorte que les
substances particulières et les groupes de substances soient
clairement désignés.
Réponse : Il ne sera peut-être pas possible de dresser la liste
des numéros de registre CAS dans le Règlement pour les rai­
sons suivantes : les substances n’ont pas toutes un numéro de
registre CAS, il peut être difficile de dresser une liste exhaus­
tive des numéros de registre CAS, et les numéros de registre
CAS peuvent changer au fil du temps. Toutefois, une liste non
exhaustive des numéros de registre CAS connus est fournie
dans les documents d’orientation concernant le Règlement.
Gestion du cycle de vie
Commentaire : Une organisation non gouvernementale a pro­
posé que des mesures réglementaires soient mises au point pour
traiter les déchets qui contiennent du BNST et des naphtalènes
polychlorés.
Réponse : Le Règlement interdit la fabrication, l’utilisation, la
vente, la mise en vente ou l’importation du BNST et des naph­
talènes polychlorés ainsi que des produits qui en contiennent.
En outre, dans le cas du BNST, les provinces et les territoires
ont déjà mis en place des mesures visant à gérer les risques liés
à l’élimination des huiles pour moteurs usées, y compris celles
qui contiennent du BNST. La surveillance de ces substances est
en cours dans le cadre d’une stratégie de suivi et de surveil­
lance exhaustive adoptée en vertu du Plan de gestion des pro­
duits chimiques. Cette surveillance sera utilisée pour déter­
miner si d’autres mesures doivent être prises à l’égard de ces
substances.
Avantages et coûts
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a souligné que les
coûts différentiels de 0,5 cent le litre assumés par les consom­
mateurs, décrits dans la Partie I de la Gazette du Canada, ne
seront peut-être pas négligeables dans certains marchés.
Réponse : La formulation utilisée dans le Résumé de l’étude
d’impact de la réglementation a été examinée et les coûts diffé­
rentiels subis par les consommateurs sont maintenant décrits
comme étant minimes. Toutefois, comme cela est décrit dans
l’analyse coûts-avantages, cette hausse des prix ne devrait pas
imposer de fardeau important sur les consommateurs puisque
son ampleur devrait être faible par rapport au prix global du
produit.
Commentaire : Un intervenant de l’industrie a affirmé que,
puisque de nouveaux systèmes de déclaration seront créés pour
les substances ajoutées au Règlement, il y aura des coûts diffé­
rentiels et des risques de conformité. Ces deux facteurs doivent
être pris en compte dans le Résumé de l’étude d’impact de la
réglementation.
Réponse : On s’attend à ce que les nouvelles exigences en ma­
tière de déclaration n’entraînent pas de coûts supplémentaires
importants puisque de nombreuses organisations, comme les
laboratoires, doivent déjà soumettre des rapports pour les sub­
stances incluses dans l’ancien règlement. De plus, les coûts liés
à de nouvelles exigences de déclaration pour les alcanes chlo­
rés à chaîne courte devraient être limités. Le Règlement retire
également les exigences en matière de déclaration pour les ac­
tivités dans lesquelles l’hexachlorobenzène est présent de ma­
nière fortuite, et il réduit ainsi le fardeau des entreprises qui
doivent effectuer des déclarations.
63
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
11. Regulatory cooperation
11. Coopération en matière de réglementation
The Regulations either are consistent with actions taken by the
international community or have been put in place to ensure the
protection of the health and environment of Canadians.
Le Règlement est en accord avec les mesures prises par la
communauté internationale ou a été mis en place pour assurer la
protection de l’environnement et de la santé des Canadiens.
BNST
BNST
The Regulations are the first in the international community to
prohibit activities involving BNST. However, other governing
bodies, such as the European Union, may undertake action
on BNST since information on BNST had been submitted under
the REACH program.24 Also, Australia had published a list of
3000 chemicals, which included BNST to be assessed. Given that
BNST has potential to harm the Canadian aquatic environment,
and may biomagnify in food chains, Canada’s approach is con­
sidered necessary to protect the environment from the risks posed
by this substance.
Le Règlement est le premier au sein de la communauté interna­
tionale à interdire les activités impliquant du BNST. Toutefois,
d’autres juridictions, comme l’Union européenne à la suite des
soumissions de renseignements sur le BNST dans le cadre du
programme REACH24, peuvent prendre des mesures pour cette
substance. L’Australie a également publié une liste de 3 000 pro­
duits chimiques qui seront évalués, y compris le BNST. Étant
donné que le BNST a le potentiel d’avoir des effets nocifs sur
l’environnement aquatique canadien, et qu’il présente un risque
de bioamplification dans les chaînes alimentaires, l’approche du
Canada est considérée comme étant nécessaire pour protéger
l’environnement contre les risques que pose cette substance.
PCNs and short-chained chlorinated alkanes
Naphtalènes polychlorés et alcanes chlorés à chaîne courte
The U.S. EPA published a significant new use rule for certain
short-chain chlorinated alkanes that would require companies to
notify the EPA of plans to manufacture, import or process these
chemicals. The EPA will review new uses and take action as
needed to protect human health or the environment. In addition,
the European Union has prohibited the marketing of short-chain
chlorinated alkanes in concentrations greater than 1% for use in
metalworking fluids or fat liquoring of leather. Also, PCNs are
prohibited in Japan and Switzerland. In December 2009, Parties
to the UNECE Convention on LRTAP amended the Protocol
on POPs to add seven new substances, including short-chain
chlorinated alkanes and PCNs. The amendment requires all
Parties ratifying the amendment to eliminate their production and
use, except for listed permitted uses. In addition, short-chain
chlorinated paraffins and PCNs were nominated for addition to
the Stockholm Convention on POPs.
L’Environmental Protection Agency des États-Unis a publié
une règle concernant les nouvelles utilisations importantes de
certains alcanes chlorés à chaîne courte qui obligerait les entrepri­
ses à aviser l’Environmental Protection Agency des États-Unis de
l’intention de fabriquer, d’importer ou de traiter ces produits chi­
miques. L’Environmental Protection Agency des États-Unis exa­
minera les nouvelles utilisations et prendra des mesures, au be­
soin, pour protéger la santé humaine ou l’environnement. En ou­
tre, l’Union européenne a interdit la mise en marché des alcanes
chlorés à chaîne courte dans des concentrations supérieures à 1 %
utilisés dans les liquides métallurgiques ou les produits de cor­
royage du cuir. Les naphtalènes polychlorés sont également interdits au Japon et en Suisse. En décembre 2009, les parties à la
Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à lon­
gue distance (Commission économique des Nations Unies pour
l’Europe) ont modifié le Protocole sur les polluants organiques
persistants pour y ajouter sept nouvelles substances, y compris les
alcanes chlorés à chaîne courte et les naphtalènes polychlorés. La
modification oblige toutes les parties à la ratifier, afin d’éliminer
leur production et leur utilisation, sauf pour les utilisations autori­
sées. En outre, les paraffines chlorées à chaîne courte et les naph­
talènes polychlorés ont été nommés pour ajout à la Convention de
Stockholm sur les polluants organiques persistants.
TBTs
TBT
With respect to the pesticidal use of TBTs, there is an inter­
national Convention prohibiting the use of TBTs in anti-fouling
systems, and Canada has prohibited the use of TBTs in anti­
fouling paints since 2002. In addition, the European Commission
prohibits the use of triorganotin compounds and dibutyltin in
articles for either consumer or professional use, above a certain
percentage. However, there are currently no risk management
activities in other jurisdictions targeting TBTs for non-pesticidal
uses. Given that these substances have the potential to harm the
Canadian aquatic environment, Canada’s approach is considered
necessary to protect the environment and prevent their future re­
introduction in their pure form.
En ce qui a trait à l’utilisation des TBT dans les pesticides,
une convention internationale interdit l’utilisation des TBT dans
les systèmes antisalissures, et le Canada a interdit leur utilisation
dans les peintures antisalissures depuis 2002. En outre, la
Commission européenne interdit l’utilisation des composés
triorganostanniques et des dibutylétains dans des articles destinés
aux consommateurs ou aux professionnels, à une concentration
supérieure à un certain pourcentage. Toutefois, il n’existe actuel­
lement aucune mesure de gestion des risques dans d’autres pays
qui cible les TBT non utilisés dans les pesticides. Étant donné que
ces substances ont le potentiel d’avoir des effets nocifs sur l’envi­
ronnement aquatique canadien, l’approche du Canada est considé­
rée comme étant nécessaire pour protéger l’environnement et
prévenir leur réintroduction ultérieure à l’état pur.
———
———
24
24
REACH: Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals
64
REACH: Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
12. Rationale
12. Justification
Scientific assessments found that the substances BNST, shortchain chlorinated alkanes, PCNs and TBTs for non-pesticidal uses
have or may have an immediate or long-term harmful effect on
the environment or its biological diversity. In addition, shortchain chlorinated alkanes constitute or may constitute a danger to
human life or health. Developing the Regulations to protect the
environment and human health is therefore the most appropriate
course of action to respond to these risks. The Regulations were
developed based on consultation with stakeholders and modifica­
tions have been made to address stakeholder concerns regarding
the proposed Regulations as published in the Canada Gazette,
Part I.
Des évaluations scientifiques ont permis de découvrir que
le BNST, les alcanes chlorés à chaîne courte, les naphtalènes
polychlorés et les TBT non utilisés dans les pesticides ont ou
peuvent avoir un effet nocif immédiat ou à long terme sur l’en­
vironnement ou la diversité biologique. Par ailleurs, les alcanes
chlorés à chaîne courte constituent ou peuvent constituer un dan­
ger pour la vie ou la santé humaine. L’élaboration du Règlement
pour protéger l’environnement et la santé humaine est donc le
meilleur plan d’action afin de répondre à ces risques. Le Règle­
ment a été élaboré après consultation des intervenants, et des mo­
difications ont été apportées afin de répondre aux préoccupations
des intervenants à propos du projet de règlement publié dans la
Partie I de la Gazette du Canada.
On a évalué et analysé les effets de la mise en application du
Règlement sur les différentes substances et les divers secteurs
touchés. En ce qui concerne le BNST, on estime que le Règle­
ment engendrera une incidence minime sur les fabricants de cette
substance et de produits finis qui en contiennent. La valeur ac­
tuelle des coûts différentiels nécessaires au respect des exigences
est estimée à environ 20 millions de dollars, ou 0,8 million de
dollars par année. Il n’a pas été possible d’estimer le total des
avantages liés à la prévention des rejets futurs de BNST. Toute­
fois, on s’attend à ce que le Règlement donne lieu à une améliora­
tion de la qualité de l’environnement.
Pour les alcanes chlorés à chaîne courte, les naphtalènes poly­
chlorés et les TBT non utilisés dans les pesticides, le Règlement
devrait imposer des coûts négligeables aux entités réglementées
étant donné que ces substances ne sont pas fabriquées ou utilisées
actuellement à l’état pur au Canada. Les répercussions monétaires
sur les consommateurs de produits finaux découlant des coûts
nécessaires au respect des exigences du Règlement devraient être
minimes en raison du manque d’activités impliquant ces sub­
stances. D’un autre côté, le Règlement offre une protection pour
l’environnement et son écosystème, ainsi que pour la santé hu­
maine en empêchant la réintroduction possible de ces substances
dans le commerce.
Pour le gouvernement, les coûts liés à la gestion des rejets
de ces quatre substances sont estimés comme étant de faibles à
négligeables.
The impacts associated with the implementation of the Regula­
tions on the various substances and affected sectors were evalu­
ated and analyzed. With regard to BNST, the Regulations are
estimated to result in minimal impacts on manufacturers of the
substance and of final products that contain the substance. The
present value of the incremental cost of meeting the requirements
is estimated to be around $20 million or $0.8 million in present
value per year. It was not possible to estimate the total benefits
associated with preventing future releases of BNST. However, it
is expected that the Regulations will result in an improvement in
environmental quality.
For short-chain chlorinated alkanes, PCNs, and TBTs for nonpesticidal uses, the Regulations are estimated to impose negligible
cost on regulatees as these substances are not manufactured or
currently used in their pure form in Canada. The costs to meet the
requirements of the Regulations impacts on consumers of final
products are expected to be minimal given the lack of activity
involving these substances. On the other hand, the Regulations
provide protection to the environment and its ecosystem as well
as to human health by preventing the possible re-introduction of
these substances into commerce.
Costs to the government associated with managing releases of
the four substances are estimated to be low to negligible.
13. Implementation and enforcement
13. Mise en œuvre et application
Implementation
Mise en œuvre
The Regulations come into force three months following the
registration date. The compliance promotion approach for the
main parts of the Regulations is similar to that taken for the
former Regulations, which includes maintaining a database of
stakeholders; maintaining a Web site on CEPA Registry for the
Regulations; and responding to inquiries from stakeholders. In
addition, promotional material (such as fact sheets and web mate­
rials) will be distributed. Environment Canada will undertake
outreach activities to raise potential industry stakeholder aware­
ness of the prohibition and associated requirements.
Le Règlement entrera en vigueur trois mois après la date
d’enregistrement. L’approche de promotion de la conformité pour
les principales parties du Règlement ressemble à celle utilisée
pour l’ancien règlement qui comprend : la constitution d’une base
de données des intervenants, d’un site Web sur le Registre de la
LCPE touchant le Règlement et la réponse aux demandes de ren­
seignements des intervenants. De plus, du matériel publicitaire
(par exemple des fiches d’information et des documents Web)
sera distribué. Environnement Canada entreprendra des activités
de sensibilisation pour mieux faire connaître aux intervenants de
l’industrie cette interdiction et ses exigences connexes.
Enforcement
Application de la loi
As the Regulations are promulgated under CEPA 1999, en­
forcement officers will, when verifying compliance with the
Étant donné que le Règlement sera adopté en vertu de la
LCPE (1999), les agents d’application de la loi appliqueront la
65
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Regulations, apply the Compliance and Enforcement Policy im­
plemented under the Act. When verifying compliance, enforce­
ment officers will abide by the Compliance and Enforcement
Policy. The Compliance and Enforcement Policy also sets out the
range of possible responses to alleged violations, including warn­
ings, directions, environmental protection compliance orders,
ticketing, ministerial orders, injunctions, prosecution, and en­
vironmental protection alternative measures (which are an alter­
native to a court trial after the laying of charges for a violation
under the Act). In addition, the Policy explains when Environ­
ment Canada will resort to civil suits by the Crown for costs
recovery. A copy of the Policy may be obtained from the follow­
ing Web site: www.ec.gc.ca/CEPARegistry/documents/policies/
candepolicy/toc.cfm.
When, following an inspection or an investigation, an enforce­
ment officer discovers an alleged violation, the officer will
choose the appropriate enforcement action based on the following
factors:
• Nature of the alleged violation: This includes consideration of
the damage, the intent of the alleged violator, whether it is a
repeat violation, and whether an attempt has been made to
conceal information or otherwise subvert the objectives and
requirements of the Act.
• Effectiveness in achieving the desired result with the alleged
violator: The desired result is compliance within the shortest
possible time and with no further repetition of the violation.
Factors to be considered include the violator’s history of
compliance with the Act, willingness to cooperate with en­
forcement officers, and evidence of corrective action already
taken.
• Consistency: Enforcement officers will consider how similar
situations have been handled in determining the measures to
be taken to enforce the Act.
Politique de conformité et d’application mise en œuvre en vertu
de la Loi lorsqu’ils vérifient la conformité au Règlement. Les
agents d’application de la loi respecteront la Politique de confor­
mité et d’application lorsqu’ils vérifieront la conformité. La Poli­
tique de conformité et d’application établit aussi l’éventail des
interventions qui pourront être faites en cas d’infractions présu­
mées : avertissements, directives, ordres d’exécution en matière
de protection de l’environnement, contraventions, arrêtés ministé­
riels, injonctions, poursuites et autres mesures de protection de
l’environnement (qui peuvent remplacer un procès, une fois que
des accusations ont été portées pour une infraction à la Loi).
De surcroît, la Politique explique dans quelles situations Environ­
nement Canada aura recours à des poursuites civiles intentées par
la Couronne pour le recouvrement des frais. Une copie de la Poli­
tique est disponible sur le site Web suivant : www.ec.gc.ca/lcpe­
cepa/default.asp?lang=Fr&n=5082BFBE-1.
Si, au terme d’une inspection ou d’une enquête, l’agent de
l’application de la loi découvre une infraction présumée, il doit
choisir la mesure d’exécution appropriée en fonction des facteurs
suivants :
• Nature de l’infraction présumée : Il convient notamment de
déterminer la gravité des dommages réels ou potentiels causés
à l’environnement, s’il y a eu action délibérée de la part du
contrevenant, s’il s’agit d’une récidive et s’il y a eu tentative
de dissimuler de l’information ou de contourner, d’une façon
ou d’une autre, les objectifs et les exigences de la Loi.
• Efficacité du moyen employé pour obliger le contrevenant à
obtempérer : Le but est de faire respecter la Loi dans les meil­
leurs délais tout en empêchant les récidives. Il faut entre au­
tres tenir compte du dossier du contrevenant concernant sa
conformité à la Loi, sa volonté à coopérer avec les agents
d’application de la loi et de la preuve que des mesures correc­
tives ont été prises.
• Cohérence : Les agents d’application de la loi doivent tenir
compte de ce qui a été fait antérieurement dans des cas sem­
blables lorsqu’ils déterminent les mesures à prendre pour faire
respecter la Loi.
Service standards
Normes de service
The Regulations include provisions for regulatees to request
permits from the Minister of the Environment. The applications
for permits will be reviewed by Environment Canada. The admin­
istrative procedure may take up to 60 working days. Environ­
ment Canada will make every effort to respond quickly to permit
applications.
Le Règlement comprend des dispositions qui permettent aux
entités réglementées de demander des permis au ministre de l’En­
vironnement. Les demandes de permis seront examinées par En­
vironnement Canada. La procédure administrative peut prendre
jusqu’à 60 jours ouvrables. Environnement Canada fournira tous
les efforts possibles pour répondre rapidement aux demandes de
permis.
14. Contacts
14. Personnes-ressources
Vincenza Galatone
Executive Director
Chemicals Management Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-934-4533
Fax: 819-997-7121
Email: GR-RM@ec.gc.ca
Vincenza Galatone
Directrice générale
Division de la gestion des produits chimiques
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-934-4533
Télécopieur : 819-997-7121
Courriel : GR-RM@ec.gc.ca
66
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Yves Bourassa
Director
Regulatory Analysis and Valuation Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-7651
Fax: 819-953-3241
Email: RAVD.DARV@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-285
Yves Bourassa
Directeur
Division de l’analyse réglementaire et du choix d’instrument
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-7651
Télécopieur : 819-953-3241
Courriel : RAVD.DARV@ec.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
67
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Registration
SOR/2012-286
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-286
Le 14 décembre 2012
FERTILIZERS ACT
FISH INSPECTION ACT
SEEDS ACT
MEAT INSPECTION ACT
CANADA AGRICULTURAL PRODUCTS ACT
PLANT BREEDERS’ RIGHTS ACT
HEALTH OF ANIMALS ACT
PLANT PROTECTION ACT
LOI SUR LES ENGRAIS
LOI SUR L’INSPECTION DU POISSON
LOI SUR LES SEMENCES
LOI SUR L’INSPECTION DES VIANDES
LOI SUR LES PRODUITS AGRICOLES AU CANADA
LOI SUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS
VÉGÉTALES
LOI SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
LOI SUR LA PROTECTION DES VÉGÉTAUX
Regulations Amending and Repealing Certain
Canadian Food Inspection Agency Regulations
(Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant la modification et
l’abrogation de certains règlements (Agence
canadienne d’inspection des aliments)
P.C. 2012-1715
C.P. 2012-1715
December 13, 2012
Le 13 décembre 2012
His Excellency the Governor General in Council, on the rec­
ommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food,
makes the annexed Regulations Amending and Repealing Certain
Canadian Food Inspection Agency Regulations (Miscellaneous
Program), pursuant to
(a) subsection 5(1)a of the Fertilizers Actb;
(b) section 3c of the Fish Inspection Actd;
(c) subsection 4(1)e of the Seeds Actf;
(d) section 20g of the Meat Inspection Acth;
(e) section 32i of the Canada Agricultural Products Actj;
(f) subsection 75(1)k of the Plant Breeders’ Rights Actl;
(g) section 64m of the Health of Animals Actn; and
(h) section 47o of the Plant Protection Actp.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de l’Agro­
alimentaire, Son Excellence le Gouverneur général en conseil
prend le Règlement correctif visant la modification et l’abroga­
tion de certains règlements (Agence canadienne d’inspection des
aliments), ci-après, en vertu :
a) du paragraphe 5(1)a de la Loi sur les engraisb; b) de l’article 3c de la Loi sur l’inspection du poissond; c) du paragraphe 4(1)e de la Loi sur les semencesf; d) de l’article 20g de la Loi sur l’inspection des viandesh; e) de l’article 32i de la Loi sur les produits agricoles du
Canadaj; f) du paragraphe 75(1)k de la Loi sur la protection des obten­
tions végétalesl; g) de l’article 64m de la Loi sur la santé des animauxn; h) de l’article 47o de la Loi sur la protection des végétauxp. REGULATIONS AMENDING AND REPEALING
CERTAIN CANADIAN FOOD INSPECTION AGENCY
REGULATIONS (MISCELLANEOUS PROGRAM) RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LA MODIFICATION
ET L’ABROGATION DE CERTAINS RÈGLEMENTS
(AGENCE CANADIENNE D’INSPECTION DES
ALIMENTS)
FERTILIZERS ACT LOI SUR LES ENGRAIS
FERTILIZERS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ENGRAIS
1. Subparagraph 16(1)(j)(iv) of the French version of the
Fertilizers Regulations1 is replaced by the following:
(iv) qu’il faudrait se laver les mains après l’avoir utilisé;
1. Le sous-alinéa 16(1)j)(iv) de la version française du Rè­
glement sur les engrais1 est remplacé par ce qui suit :
(iv) qu’il faudrait se laver les mains après l’avoir utilisé;
———
———
a
a
b
b
S.C. 2002, c. 28, s. 84
R.S., c. F-10
c
S.C. 1997, c. 6, s. 53
d
R.S., c. F-12
e
S.C. 2001, c. 4, s. 117
f
R.S., c. S-8
g
S.C. 1993, c. 44, s. 184
h
R.S., c. 25 (1st Supp.)
i
S.C. 2001, c. 4, s. 64
j
R.S., c. 20 (4th Supp.)
k
S.C. 1997, c. 6, s. 80
l
S.C. 1990, c. 20
m
S.C. 1993, c. 34, s. 76
n
S.C. 1990, c. 21
o
S.C. 1993, c. 34, s. 103
p
S.C. 1990, c. 22
1
C.R.C., c. 666
68
L.C. 2002, ch. 28, art. 84
L.R., ch. F-10
L.C. 1997, ch. 6, art. 53
d
L.R., ch. F-12
e
L.C. 2001, ch. 4, art. 117
f
L.R., ch. S-8
g
L.C. 1993, ch. 44, art. 184
h
L.R., ch. 25 (1er suppl.)
i
L.C. 2001, ch. 4, art. 64
j
L.R., ch. 20 (4e suppl.)
k
L.C. 1997, ch. 6, art. 80
l
L.C. 1990, ch. 20
m
L.C. 1993, ch. 34, art. 76
n
L.C. 1990, ch. 21
o
L.C. 1993, ch. 34, art. 103
p
L.C. 1990, ch. 22
1
C.R.C., ch. 666
c
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
2. Subparagraph 18(1)(g.1)(iv) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
(iv) qu’il faudrait se laver les mains après l’avoir utilisé;
2. Le sous-alinéa 18(1)g.1)(iv) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(iv) qu’il faudrait se laver les mains après l’avoir utilisé;
FISH INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DU POISSON
FISH INSPECTION REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR L’INSPECTION DU POISSON
3. The definition “procédé de conservation” in section 2 of
the French version of the Fish Inspection Regulations2 is re­
placed by the following:
« procédé de conservation » Procédé, notamment le traitement
thermique, la dépuration et l’irradiation, qui contrôle des dangers
connus et qui, s’il n’est pas employé conformément au Manuel
des installations ou au Manuel du Programme canadien de
contrôle de la salubrité des mollusques, selon le cas, peut entraî­
ner la production de poisson impropre à la consommation hu­
maine. (product preservation process)
3. La définition de « procédé de conservation », à l’article 2
de la version française du Règlement sur l’inspection du pois­
son2, est remplacée par ce qui suit :
« procédé de conservation » Procédé, notamment le traitement
thermique, la dépuration et l’irradiation, qui contrôle des dangers
connus et qui, s’il n’est pas employé conformément au Manuel
des installations ou au Manuel du Programme canadien de
contrôle de la salubrité des mollusques, selon le cas, peut entraî­
ner la production de poisson impropre à la consommation hu­
maine. (product preservation process)
SEEDS ACT
LOI SUR LES SEMENCES
SEEDS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES SEMENCES
4. The portion of paragraph 28(1)(c) of the French version
of the Seeds Regulations3 before subparagraph (i) is replaced
by the following:
c) lorsque l’emballage contient plus de 5 kg de semence, le
nom de chaque sorte ou espèce — et de chaque variété de se­
mence, le cas échéant — qui constitue :
5. Subsection 35(1) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
35. (1) Sous réserve de l’article 37, l’emballage de semence
d’une variété classée sous une dénomination de la catégorie Ca­
nada généalogique est scellé et muni d’une étiquette de variété
non enregistrée si la semence est, selon le cas :
a) d’une sorte, espèce ou variété qui n’est pas soustraite à
l’enregistrement en vertu de l’article 65;
b) d’une variété qui n’est pas enregistrée conformément à la
partie III; c) vendue au Canada.
6. Tables V and VI of Schedule I to the French version of
the Regulations are amended by replacing “Applicable aux
semences des espèces ci-après lorsqu’elles sont utilisées pour
la production en plein champs :” with “Applicable aux se­
mences des espèces ci-après lorsqu’elles sont destinées à la
production en plein champ :”.
7. The heading “Weeds” of column 2 of Table VI of Sched­
ule I to the English version of the Regulations is replaced by
“Total Weeds”.
8. The portion of item 2 of Part II of Table XIV of Sched­
ule I to the French version of the Regulations in column 2 is
replaced by the following:
4. Le passage de l’alinéa 28(1)c) de la version française du
Règlement sur les semences3 précédant le sous-alinéa (i) est
remplacé par ce qui suit :
c) lorsque l’emballage contient plus de 5 kg de semence, le
nom de chaque sorte ou espèce — et de chaque variété de se­
mence, le cas échéant — qui constitue :
5. Le paragraphe 35(1) de la version française du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
35. (1) Sous réserve de l’article 37, l’emballage de semence
d’une variété classée sous une dénomination de la catégorie Ca­
nada généalogique est scellé et muni d’une étiquette de variété
non enregistrée si la semence est, selon le cas :
a) d’une sorte, espèce ou variété qui n’est pas soustraite à
l’enregistrement en vertu de l’article 65;
b) d’une variété qui n’est pas enregistrée conformément à la
partie III; c) vendue au Canada.
6. Aux tableaux V et VIde l’annexe I de la version française
du même règlement, « Applicable aux semences des espèces
ci-après lorsqu’elles sont utilisées pour la production en plein
champs : » est remplacé par « Applicable aux semences des
espèces ci-après lorsqu’elles sont destinées à la production en
plein champ : ».
7. Le titre « Weeds » de la colonne 2 du tableau VI de
l’annexe I de la version anglaise du même règlement est rem­
placé par « Total Weeds ».
8. Le passage de l’article 2 figurant dans la colonne 2 de la
partie II du tableau XIV de l’annexe I de la version française
du même règlement est remplacé par ce qui suit :
1
2. Groupe B
1
2. Groupe B
2
Agrostide blanche ou commune, agropyre à crête, fléole (de type
nain), ray-grass annuel pourvu que, séparément, aucune de ces
espèces ne constitue plus de 30 % en poids du mélange et, en
combinaison, plus de 40 % en poids du mélange
———
———
2
2
3
C.R.C., c. 802
C.R.C., c. 1400
3
2
Agrostide blanche ou commune, agropyre à crête, fléole (de type
nain), ray-grass annuel pourvu que, séparément, aucune de ces
espèces ne constitue plus de 30 % en poids du mélange et, en
combinaison, plus de 40 % en poids du mélange
C.R.C., ch. 802
C.R.C., ch. 1400
69
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
9. Paragraph (z.14) of Table XX of Schedule I to the French
version of the Regulations is amended by replacing “Satureja
hortensis L. ou S. montana L.” with “Satureja hortensis L. ou
S.montana L.”.
10. Paragraph (z.17) of Table XX of Schedule I to the
French version of the Regulations is amended by replacing
“Épinard de 90Nouvelle-Zélande” with “Épinard de
Nouvelle-Zélande”.
11. Item 2 of Table XXI of Schedule I to the Regulations in
column 3 is amended by adding the following:
9. À l’alinéa z.14) du tableau XX de l’annexe I de la version
française du même règlement, « Satureja hortensis L. ou S.
montana L. » est remplacé par « Satureja hortensis L. ou S.
montana L. ».
10. À l’alinéa z.17) du tableau XX de l’annexe I de la ver­
sion française du même règlement, « Épinard de 90Nouvelle­
Zélande » est remplacé par « Épinard de Nouvelle-Zélande ».
11. L’article 2 du tableau XXI de l’annexe I du même rè­
glement est modifié par adjonction dans la colonne 3 de ce qui
suit :
1
3
1
3
Grade Name
2. Canada No. 1 (Large)
Percentage of One Variety and Colour
Not less than 98
Nom de la catégorie
o
2. Canada n 1 (grosse)
Pourcentage d’uniformité de
variété et de couleur
Pas moins de 98
12. Item 4 of Table XXI of Schedule I to the Regulations in
column 3 is amended by adding the following:
12. L’article 4 du tableau XXI de l’annexe I du même rè­
glement est modifié par adjonction dans la colonne 3 de ce qui
suit :
1
3
1
3
Grade Name
4. Canada No. 2 (Large)
Percentage of One Variety and Colour
Not less than 90
Nom de la catégorie
o
4. Canada n 2 (grosse)
Pourcentage d’uniformité de variété et
de couleur
Pas moins de 90
13. The definition “Mûre, bien fanée” after Table XXI of
Schedule I to the French version of the Regulations is re­
placed by the following:
« Mûre, bien fanée » se dit de la qualité des oignons à repiquer
dont les cols sont bien séchés, au plus 1 % et 2 % pour les catégo­
ries Canada no 1 et Canada no 2 étant épaissis.
14. The definition “Practically free from sprouted bulbs”
after Table XXI of Schedule I to the Regulations is replaced
by the following:
“Practically free from sprouted bulbs” means that, for yellow sets,
not more than 3% have visible sprouts and that, for red, white and
globe sets, not more than 6% have visible sprouts.
13. La définition de « Mûre, bien fanée » qui suit le ta­
bleau XXI de l’annexe I de la version française du présent
règlement est remplacée par ce qui suit :
« Mûre, bien fanée » se dit de la qualité des oignons à repiquer
dont les cols sont bien séchés, au plus 1 % et 2 % pour les catégo­
ries Canada no 1 et Canada no 2 étant épaissis.
14. La définition de « Presque libre de bulbes germés » qui
suit le tableau XXI de l’annexe I du présent règlement est
remplacée par ce qui suit :
« Presque libre de bulbes germés » se dit de la qualité d’oignons à
repiquer dont au plus 3 % ont des germes discernables, pour les
oignons à repiquer jaunes, ou au plus 6 %, pour les rouges, les
blancs et les globes.
MEAT INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DES VIANDES
MEAT INSPECTION REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT DE 1990 SUR L’INSPECTION DES VIANDES
15. The definition “sanitation program” in subsection 2(1)
of the Meat Inspection Regulations, 19904 is replaced by the
following:
“sanitation program” means a written program to ensure that the
buildings, equipment, material, utensils, transport containers and
all other physical facilities of a registered establishment are main­
tained in a sanitary condition; (programme d’assainissement)
15. La définition de « programme d’assainissement », au
paragraphe 2(1) du Règlement de 1990 sur l’inspection des
viandes4, est remplacée par ce qui suit :
« programme d’assainissement » Programme écrit dont l’objet
est de veiller à ce que les bâtiments, l’équipement, le matériel, les
ustensiles, les conteneurs et toute autre installation matérielle
d’un établissement agréé soient maintenus dans un état salubre.
(sanitation program)
16. Le passage de l’article 2.1 de la version française du
même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
2.1 Tout document, y compris une recette, une étiquette ou un
certificat dont la production est exigée ou permise par la Loi ou le
16. The portion of section 2.1 of the French version of the
Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
2.1 Tout document, y compris une recette, une étiquette ou un
certificat dont la production est exigée ou permise par la Loi ou le
———
———
4
4
SOR/90-288
70
DORS/90-288
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
présent règlement, est présenté par écrit et transmis de l’une des
façons suivantes :
17. (1) The portion of subsection 29(4) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
(4) The President shall issue, renew or modify a licence to op­
erate a registered establishment unless
(2) Paragraph 29(4)(d) of the Regulations is replaced by the
following:
(d) the President, based on the information provided with the
application, determines that the operation of the registered es­
tablishment by the applicant or operator would not comply with
the requirements of the Act and these Regulations.
(3) Subsection 29(6) of the Regulations is repealed.
18. Paragraph 29.1(5)(b) of the French version of the Regu­
lations is replaced by the following:
b) l’étude de la demande ou la démarche entreprise par le pré­
sident en vertu du paragraphe (4) révèle que le programme, se­
lon le cas :
(i) ne satisfait pas aux exigences applicables du présent rè­
glement, du Manuel du PASA ou du Manuel des méthodes,
(ii) aurait des effets négatifs sur la comestibilité des produits
de viande fabriqués dans l’établissement agréé.
19. (1) Subparagraph 29.2(1)(a)(ii) of the Regulations is re­
placed by the following:
(ii) the operator fails to comply with the requirements of the
Act, these Regulations, the FSEP Manual, the Manual of
Procedures or any condition of the licence,
(2) Subparagraph 29.2(1)(b)(iii) of the Regulations is re­
placed by the following:
(iii) the operator has failed to take or is unable to take cor­
rective measures by the date referred to in subparagraph (ii).
(3) Section 29.2 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (1):
(1.1) If the President suspends an operator’s license, the Pres­
ident shall send a notice of suspension to the operator.
(4) Subsection 29.2(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) The suspension of an operator’s licence shall remain in ef­
fect until the earliest of
(a) the day on which an inspector determines that the required
corrective measures have been taken,
(b) the day on which the licence expires, and
(c) the day on which a notice of cancellation under para­
graph 29.3(2)(b) is delivered to the operator.
(5) Subsection 29.2(3) of the Regulations is replaced by the
following:
(3) If an operator fails to pay a fee set out in the Canadian
Food Inspection Agency Fees Notice, in accordance with the con­
ditions of payment specified in that Notice, a licence issued under
these Regulations shall also be suspended until all outstanding
fees are paid.
présent règlement, est présenté par écrit et transmis de l’une des
façons suivantes :
17. (1) Le passage du paragraphe 29(4) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(4) Le président délivre un agrément d’exploitant, le renouvelle
ou le modifie, sauf dans l’un ou l’autre des cas suivants :
(2) L’alinéa 29(4)d) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
d) le président conclut, sur le fondement des renseignements
accompagnant la demande, que l’établissement agréé ne serait
pas exploité par le demandeur ou l’exploitant conformément à
la Loi et au présent règlement.
(3) Le paragraphe 29(6) du même règlement est abrogé.
18. L’alinéa 29.1(5)b) de la version française du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
b) l’étude de la demande ou la démarche entreprise par le pré­
sident en vertu du paragraphe (4) révèle que le programme, se­
lon le cas :
(i) ne satisfait pas aux exigences applicables du présent rè­
glement, du Manuel du PASA ou du Manuel des méthodes,
(ii) aurait des effets négatifs sur la comestibilité des produits
de viande fabriqués dans l’établissement agréé.
19. (1) Le sous-alinéa 29.2(1)a)(ii) du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
(ii) l’exploitant ne se conforme pas à la Loi, au présent rè­
glement, au Manuel du PASA, au Manuel des méthodes ou à
une condition de l’agrément,
(2) Le sous-alinéa 29.2(1)b)(iii) du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
(iii) l’exploitant n’a pas pris ou est incapable de prendre des
mesures correctives à la date visée au sous-alinéa (ii).
(3) L’article 29.2 du même règlement est modifié par ad­
jonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(1.1) En cas de suspension de l’agrément d’exploitant, le prési­
dent envoie un avis de suspension à l’exploitant.
(4) Le paragraphe 29.2(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) La suspension de l’agrément d’exploitant est mainte­
nue jusqu’au premier en date des jours suivants :
a) le jour où l’inspecteur est satisfait que les mesures correcti­
ves requises ont été prises;
b) le jour où l’agrément expire;
c) le jour où l’avis de retrait d’agrément prévu à l’ali­
néa 29.3(2)b) a été remis à l’exploitant.
(5) Le paragraphe 29.2(3) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(3) L’agrément d’exploitant est également suspendu jusqu’à ce
que la somme en souffrance soit acquittée, si l’exploitant a omis
de payer un prix prévu par l’Avis sur les prix de l’Agence cana­
dienne d’inspection des aliments, selon les modalités qui y sont
précisées.
71
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
20. (1) Subparagraph 29.4(1)(b)(iii) of the Regulations is
replaced by the following:
(iii) the operator has failed to take or is unable to take cor­
rective measures by the date referred to in subparagraph (ii).
(2) Section 29.4 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (1):
(1.1) If the President suspends an operator’s authorization, the
President shall send a notice of suspension to the operator.
21. Subsection 30.1(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Every operator shall keep all records relevant to the pro­
grams and procedures referred to in subsection (1).
22. Subparagraph 30.2(d)(i) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
(i) les nom, adresse d’affaires, numéro de téléphone
d’affaires et titre de la personne chargée du programme à
l’établissement,
23. Paragraph 34(2.1)(a) of the Regulations is replaced by
the following:
(a) the name, business address, business telephone number and
title of the person who is responsible for carrying out the pro­
gram at the registered establishment;
24. (1) Subsection 56(2) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(2) Les préposés à la préparation, à l’emballage, à l’étiquetage,
à l’entreposage ou à toute autre activité de manutention de pro­
duits de viande ou d’ingrédients, ou ceux qui travaillent dans une
aire où se trouvent des surfaces entrant en contact avec des ali­
ments et du matériel d’emballage dans l’établissement agréé res­
pectent les pratiques hygiéniques dans l’exercice de leurs fonc­
tions afin d’éviter la contamination des produits de viande ou des
ingrédients et la création de conditions insalubres.
(2) Subsection 56(5) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(5) Les personnes qui circulent dans une aire de l’établissement
agréé où des produits de viande ou des ingrédients sont préparés,
emballés, étiquetés, entreposés ou autrement manutentionnés ne
peuvent cracher, mâcher de la gomme, fumer ou consommer
d’autres produits du tabac ou des aliments, sauf l’eau des
fontaines.
25. The portion of subsection 57.1(1) of the French version
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
57.1 (1) L’exploitant veille à ce que tous les membres du per­
sonnel de l’établissement agréé qui examinent les animaux pour
alimentation humaine ou qui les manutentionnent ou les abattent,
tous ceux qui examinent, transforment ou manutentionnent les
produits de viande, y compris les produits de viande non comesti­
bles, les ingrédients ou le matériel d’emballage et d’étiquetage,
tous ceux qui entretiennent l’équipement, tous ceux qui manuten­
tionnent les produits chimiques ou nettoient et assainissent
l’équipement et les lieux, et tous ceux qui participent à
l’élaboration, à l’application, au maintien ou à la supervision des
programmes préalables, des plans HACCP ou des autres pro­
grammes de contrôle :
72
20. (1) Le sous-alinéa 29.4(1)b)(iii) du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
(iii) l’exploitant n’a pas pris ou est incapable de prendre des
mesures correctives à la date visée au sous-alinéa (ii).
(2) L’article 29.4 du même règlement est modifié par ad­
jonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(1.1) Lorsque le directeur suspend l’autorisation, il envoie un
avis de suspension à l’exploitant.
21. Le paragraphe 30.1(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) L’exploitant conserve tous les documents relatifs aux pro­
grammes et aux méthodes visés au paragraphe (1).
22. Le sous-alinéa 30.2d)(i) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(i) les nom, adresse d’affaires, numéro de téléphone
d’affaires et titre de la personne chargée du programme à
l’établissement,
23. L’alinéa 34(2.1)a) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
a) les nom, adresse d’affaires, numéro de téléphone d’affaires
et titre de la personne chargée du programme à l’établissement
agréé;
24. (1) Le paragraphe 56(2) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Les préposés à la préparation, à l’emballage, à l’étiquetage,
à l’entreposage ou à toute autre activité de manutention de pro­
duits de viande ou d’ingrédients, ou ceux qui travaillent dans une
aire où se trouvent des surfaces entrant en contact avec des ali­
ments et du matériel d’emballage dans l’établissement agréé res­
pectent les pratiques hygiéniques dans l’exercice de leurs fonc­
tions afin d’éviter la contamination des produits de viande ou des
ingrédients et la création de conditions insalubres.
(2) Le paragraphe 56(5) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(5) Les personnes qui circulent dans une aire de l’établissement
agréé où des produits de viande ou des ingrédients sont préparés,
emballés, étiquetés, entreposés ou autrement manutentionnés ne
peuvent cracher, mâcher de la gomme, fumer ou consommer
d’autres produits du tabac ou des aliments, sauf l’eau des
fontaines.
25. Le passage du paragraphe 57.1(1) de la version fran­
çaise du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
57.1 (1) L’exploitant veille à ce que tous les membres du per­
sonnel de l’établissement agréé qui examinent les animaux pour
alimentation humaine ou qui les manutentionnent ou les abattent,
tous ceux qui examinent, transforment ou manutentionnent les
produits de viande, y compris les produits de viande non comesti­
bles, les ingrédients ou le matériel d’emballage et d’étiquetage,
tous ceux qui entretiennent l’équipement, tous ceux qui manuten­
tionnent les produits chimiques ou nettoient et assainissent
l’équipement et les lieux, et tous ceux qui participent à
l’élaboration, à l’application, au maintien ou à la supervision des
programmes préalables, des plans HACCP ou des autres pro­
grammes de contrôle :
2013-01-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
26. Paragraphs 66(2)(a) and (b) of the French version of the
Regulations are replaced by the following:
a) les nom et adresse de l’éleveur ou un code permettant de les
identifier; b) l’identité du troupeau d’origine, indiquée par les coordon­
nées de l’exploitation agricole, les coordonnées du bâtiment de
celle-ci et le numéro d’identification du lot ou du troupeau; 27. Subsection 68(1) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
68. (1) L’exploitant se conforme aux instructions d’un médecin
vétérinaire officiel relativement à la condamnation d’un animal
pour alimentation humaine ou à sa détention et à son isolement
par rapport à tout autre animal pour alimentation humaine en vue
de le mettre au repos, le soigner ou l’abattre.
28. Subsection 71(2) of the English version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(2) Every food animal identified as condemned shall be slaugh­
tered in an area of the registered establishment that is part of the
live animal area or the inedible products area and shall be handled
in accordance with section 54.
29. Subsection 94(6.2) of the English version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(6.2) No meat product label shall bear any word or words that
could indicate or suggest that the meat product is a ready-to-eat
meat product unless the meat product complies with section 22.
30. (1) Paragraph 123(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) in the case of a meat product packaged in a hermetically
sealed container, a code has not been used to replace the pro­
cessing establishment number on the container;
(2) Paragraph 123(c) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
c) dans le cas d’un produit de viande désigné comme comesti­
ble, il porte, au lieu de l’estampille, la marque d’inspection of­
ficielle du gouvernement du pays d’origine qui est prévue par
la législation de ce pays et qui atteste qu’il a été préparé dans
un établissement qui est exploité conformément à la législation
de ce pays régissant l’inspection des viandes;
31. Subparagraph 128(1)(a)(vi) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
(vi) manutention de produits prêts à manger,
26. Les alinéas 66(2)a) et b) de la version française du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) les nom et adresse de l’éleveur ou un code permettant de les
identifier; b) l’identité du troupeau d’origine, indiquée par les coordon­
nées de l’exploitation agricole, les coordonnées du bâtiment de
celle-ci et le numéro d’identification du lot ou du troupeau; 27. Le paragraphe 68(1) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
68. (1) L’exploitant se conforme aux instructions d’un médecin
vétérinaire officiel relativement à la condamnation d’un animal
pour alimentation humaine ou à sa détention et à son isolement
par rapport à tout autre animal pour alimentation humaine en vue
de le mettre au repos, le soigner ou l’abattre.
28. Le paragraphe 71(2) de la version anglaise du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
(2) Every food animal identified as condemned shall be slaugh­
tered in an area of the registered establishment that is part of the
live animal area or the inedible products area and shall be handled
in accordance with section 54.
29. Le paragraphe 94(6.2) de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(6.2) No meat product label shall bear any word or words that
could indicate or suggest that the meat product is a ready-to-eat
meat product unless the meat product complies with section 22.
30. (1) L’alinéa 123b) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) dans le cas d’un produit de viande emballé dans un récipient
hermétiquement fermé, le numéro de l’établissement de trans­
formation, et non un code de remplacement, figure sur le
récipient;
(2) L’alinéa 123c) de la version française du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
c) dans le cas d’un produit de viande désigné comme comesti­
ble, il porte, au lieu de l’estampille, la marque d’inspection of­
ficielle du gouvernement du pays d’origine qui est prévue par
la législation de ce pays et qui atteste qu’il a été préparé dans
un établissement qui est exploité conformément à la législation
de ce pays régissant l’inspection des viandes;
31. Le sous-alinéa 128(1)a)(vi) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(vi) manutention de produits prêts à manger,
CANADA AGRICULTURAL PRODUCTS ACT
LOI SUR LES PRODUITS AGRICOLES AU CANADA
EGG REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ŒUFS
5
32. Subparagraph 7.1(1)(a)(i) of the Egg Regulations is re­
placed by the following:
(i) the egg station does not meet the requirements of the Act
or these Regulations,
32. Le sous-alinéa 7.1(1)a)(i) du Règlement sur les œufs5 est
remplacé par ce qui suit :
(i) le poste d’œufs n’est pas conforme à la Loi ou au présent
règlement,
———
———
5
5
C.R.C., c. 284
C.R.C., ch. 284
73
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
33. (1) The portion of subsection 7.2(1) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
7.2 (1) The Director may, by delivering a notice of cancellation
to the operator, cancel the registration of a registered egg station
where
(2) Subsection 7.2(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) No registration shall be cancelled unless the operator was
advised of an opportunity to be heard in respect of the cancella­
tion and was given that opportunity.
34. Section 13 of the English version of the Regulations is
replaced by the following:
13. In this Part, “clean” means free from dirt and egg residue
and free of all markings, labels and staples previously applied.
35. (1) Paragraph 19(1)(b) of the English version of the
Regulations is replaced by the following:
(b) printed on a label that is securely affixed in a central
location to one of the four sides of every box, case or other
receptacle.
(2) Subsection 19(2) of the English version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(2) The label referred to in paragraph (1)(b) shall be not less
than 75 mm in width and not less than 150 mm in length.
36. The portion of subsection 20(1) of the English version of
the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
20. (1) The letters and numbers marked on every container,
other than a tray with an overwrap or a carton, and on every label
shall be
33. (1) Le passage du paragraphe 7.2(1) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
7.2 (1) Le directeur peut, par avis de retrait remis à l’exploitant,
retirer l’agrément d’un poste d’œufs agréé dans l’un ou l’autre
des cas suivants :
(2) Le paragraphe 7.2(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) L’agrément d’un poste d’œufs ne peut être retiré que si
l’exploitant a été avisé de la possibilité de se faire entendre et
s’est vu accorder cette possibilité.
34. L’article 13 de la version anglaise du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
13. In this Part, “clean” means free from dirt and egg residue
and free of all markings, labels and staples previously applied.
35. (1) L’alinéa 19(1)b) de la version anglaise du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
(b) printed on a label that is securely affixed in a central
location to one of the four sides of every box, case or other
receptacle.
(2) Le paragraphe 19(2) de la version anglaise du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
(2) The label referred to in paragraph (1)(b) shall be not less
than 75 mm in width and not less than 150 mm in length.
36. Le passage du paragraphe 20(1) de la version anglaise
du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce
qui suit :
20. (1) The letters and numbers marked on every container,
other than a tray with an overwrap or a carton, and on every label
shall be
PROCESSED EGG REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ŒUFS TRANSFORMÉS
37. Subparagraph 6.1(1)(a)(ii) of the Processed Egg Regula­
tions6 is replaced by the following:
(ii) the operator does not comply with the provisions of the
Act, these Regulations or the Canadian Food Inspection
Agency Fees Notice, or
37. Le sous-alinéa 6.1(1)a)(ii) du Règlement sur les œufs
transformés6 est remplacé par ce qui suit :
(ii) l’exploitant ne se conforme pas à la Loi, au présent rè­
glement ou à l’Avis sur les prix de l’Agence canadienne
d’inspection des aliments,
PROCESSED PRODUCTS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES PRODUITS TRANSFORMÉS
38. Subsection 2.1(2) of the English version of the Processed
Products Regulations7 is replaced by the following:
(2) It is prohibited for anyone to mix a food product that is con­
taminated with another food product so that it meets the require­
ments of subsection (1).
38. Le paragraphe 2.1(2) de la version anglaise du Règle­
ment sur les produits transformés7 est remplacé par ce qui
suit :
(2) It is prohibited for anyone to mix a food product that is con­
taminated with another food product so that it meets the require­
ments of subsection (1).
DAIRY PRODUCTS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES PRODUITS LAITIERS
39. Subparagraph 26.2(2)(c)(iv) of the English version of
the Dairy Products Regulations8 is replaced by the following:
(iv) a document indicating the source of water to be used at
the establishment for drinking or for cheese preparation and
a copy of a certificate of microbiological analysis of the
water.
39. Le sous-alinéa 26.2(2)c)(iv) de la version anglaise du
Règlement sur les produits laitiers8 est remplacé par ce qui
suit :
(iv) a document indicating the source of water to be used at
the establishment for drinking or for cheese preparation and
a copy of a certificate of microbiological analysis of the
water.
———
———
6
6
7
8
C.R.C., c. 290
C.R.C., c. 291; SOR/82-701
SOR/79-840
74
7
8
C.R.C., ch. 290
C.R.C., ch. 291; DORS/82-701
DORS/79-840
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
LICENSING AND ARBITRATION REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA DÉLIVRANCE DE PERMIS ET L’ARBITRAGE
40. The portion of subsection 3(1) of the Licensing and Arbi­
tration Regulations9 before paragraph (a) is replaced by the
following:
3. (1) Subject to subsection (2) and section 7, if an applicant
submits to the Minister an application in the form provided by the
Agency that includes the information referred to in subsec­
tions (3) to (6), as the case may be, along with the applicable fee
fixed by the Canadian Food Inspection Agency Fees Notice, the
Minister shall issue a licence authorizing the applicant to engage
in one of the following types of business activities, at any place in
Canada that is specified in the licence:
40. Le passage du paragraphe 3(1) du Règlement sur la déli­
vrance de permis et l’arbitrage9 précédant l’alinéa a) est rem­
placé par ce qui suit :
3. (1) Sous réserve du paragraphe (2) et de l’article 7, le minis­
tre délivre, sur réception d’une demande présentée sur le formu­
laire fourni par l’Agence, contenant les renseignements visés aux
paragraphes (3) à (6), selon le cas, et accompagnée du prix appli­
cable prévu dans l’Avis sur les prix de l’Agence canadienne d’ins­
pection des aliments, un permis autorisant le requérant à exercer
l’une des activités suivantes au lieu, au Canada, indiqué sur le
permis :
PLANT BREEDERS’ RIGHTS ACT
LOI SUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES PLANT BREEDERS’ RIGHTS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES
41. The definition “recently prescribed category” in subsec­
tion 2(1) of the Plant Breeders’ Rights Regulations10 is
repealed.
42. Section 6 of the Regulations is repealed.
43. (1) Subsection 7(1) of the Regulations is repealed.
(2) The portion of subsection 7(2) of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
(2) In the case of a new variety of a category set out in Sched­
ule I, with respect to the requirements concerning a sale or the
concurrence in a sale outside Canada, the period referred to in
paragraph 7(1)(c) of the Act shall commence
(3) Paragraphs 7(2)(a) and (b) of the English version of the
Regulations are replaced by the following:
(a) six years before the date of receipt by the Commissioner of
the application for the grant of plant breeders’ rights respecting
the new variety of woody plants, including their rootstocks;
and
(b) four years before the date of receipt by the Commissioner
of the application for the grant of plant breeders’ rights respect­
ing the new variety of any other category.
44. Paragraph 23(2)(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) where an objection has been filed under section 18.1.
41. La définition de « catégorie établie depuis peu par rè­
glement », au paragraphe 2(1) du Règlement sur la protection
des obtentions végétales10, est abrogée.
42. L’article 6 du même règlement est abrogé.
43. (1) Le paragraphe 7(1) du même règlement est abrogé.
(2) Le passage du paragraphe 7(2) du même règlement pré­
cédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) Dans le cas d’une obtention végétale appartenant à une ca­
tégorie visée à l’annexe I, en ce qui a trait aux exigences concer­
nant la vente ou le consentement à la vente à l’étranger, la période
visée à l’alinéa 7(1)c) de la Loi commence :
(3) Les alinéas 7(2)a) et b) de la version anglaise du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
(a) six years before the date of receipt by the Commissioner of
the application for the grant of plant breeders’ rights respecting
the new variety of woody plants, including their rootstocks;
and
(b) four years before the date of receipt by the Commissioner
of the application for the grant of plant breeders’ rights respect­
ing the new variety of any other category.
44. L’alinéa 23(2)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) un avis d’opposition a été déposé conformément à l’arti­
cle 18.1.
45. La mention « (articles 3, 6 et 7) » qui suit le titre « AN­
NEXE I », à l’annexe I du même règlement, est remplacée par
« (article 3 et paragraphe 7(2)) ».
46. L’article 15 de l’annexe II du même règlement est
abrogé.
45. Schedule I to the Regulations is amended by replacing
“(Sections 3, 6 and 7)” after the heading “SCHEDULE I” with
“(Section 3 and subsection 7(2))”.
46. Item 15 of Schedule II to the Regulations is repealed.
———
———
9
9
10
SOR/84-432
SOR/91-594
10
DORS/84-432
DORS/91-594
75
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
HEALTH OF ANIMALS ACT
LOI SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
HEALTH OF ANIMALS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
47. Paragraphs 6.21(2)(a) and (b) of the Health of Animals
Regulations11 are replaced by the following:
(a) cattle that are slaughtered, cut up or deboned on a farm or
ranch, as defined in section 172, if the specified risk material
from the carcasses of those cattle remains on the farm or ranch
or is submitted to a level 2 containment laboratory;
(b) cattle that are slaughtered, cut up or deboned at an abattoir
if all parts of the carcass of any animal remain on the premises
of the abattoir other than those parts that are for human con­
sumption as food or samples that are submitted to a level 2
containment laboratory; or
48. (1) Subsection 6.22(2) of the English version of the
Regulations is replaced by the following:
(2) If the specified risk material has not been removed from the
carcasses of cattle that died or were condemned before they
otherwise would have been slaughtered for human consumption
as food, the person who has the possession, care or control of the
carcasses and any parts of them shall ensure that either the car­
casses or the parts of them containing the specified risk material
are stained with a dye that is conspicuous, indelible and safe for
consumption by animals.
(2) Paragraph 6.22(3)(a) of the Regulations is replaced by
the following:
(a) the carcasses of cattle if the specified risk material from
each of the carcasses and each of the carcasses that contains
specified risk material remain on the premises on which the
cattle were determined to be dead or are submitted to a level 2
containment laboratory; or
49. (1) Paragraph 6.23(1)(c) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
c) a reçu d’une autre personne du matériel à risque spécifié ou
des carcasses de bœufs qui sont morts ou ont été condamnés
avant d’avoir pu être abattus pour la consommation alimentaire
humaine et desquels le matériel à risque spécifié n’a pas été
retiré.
(2) The portion of subsection 6.23(2) of the French version
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
(2) La personne tient, pendant une période de dix ans, à l’égard
du matériel retiré, badigeonné ou reçu, ou des carcasses recueil­
lies ou reçues, un registre contenant les renseignements ci-après,
pour chaque journée où ces opérations ont eu lieu :
(3) Subparagraph 6.23(2)(f)(ii) of the English version of the
Regulations is replaced by the following:
(ii) the name and address of the person, if any, who trans­
ported the specified risk material or the carcasses to another
location and the manner in which the specified risk material
or the carcasses were transported, and
50. (1) Subsection 6.4(1) of the Regulations is replaced by
the following:
6.4 (1) Except in accordance with a permit or a licence issued
by the Minister under section 160, no person shall receive, re­
move from any premises, use, transport out of any premises, treat,
47. Les alinéas 6.21(2)a) et b) du Règlement sur la santé des
animaux11 sont remplacés par ce qui suit :
a) au bœuf qui est abattu, découpé ou désossé dans une ferme
ou un ranch, au sens de l’article 172, si le matériel à risque spé­
cifié provenant de sa carcasse demeure dans la ferme ou le
ranch ou est envoyé à un laboratoire de niveau de confinement 2;
b) au bœuf qui est abattu, découpé ou désossé dans un abattoir,
si toutes les parties de la carcasse de quelque animal que ce
soit, sauf les parties qui sont destinées à l’alimentation humaine
ou les échantillons qui sont envoyés à un laboratoire de niveau
de confinement 2, demeurent sur le site de l’abattoir;
48. (1) Le paragraphe 6.22(2) de la version anglaise du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) If the specified risk material has not been removed from the
carcasses of cattle that died or were condemned before they
otherwise would have been slaughtered for human consumption
as food, the person who has the possession, care or control of the
carcasses and any parts of them shall ensure that either the car­
casses or the parts of them containing the specified risk material
are stained with a dye that is conspicuous, indelible and safe for
consumption by animals.
(2) L’alinéa 6.22(3)a) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
a) aux carcasses de bœufs contenant le matériel à risque spéci­
fié, si les carcasses et le matériel à risque spécifié en provenant
demeurent à l’endroit où les bœufs ont été déclarés morts ou
sont envoyés à un laboratoire de niveau de confinement 2;
49. (1) L’alinéa 6.23(1)c) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
c) a reçu d’une autre personne du matériel à risque spécifié ou
des carcasses de bœufs qui sont morts ou ont été condamnés
avant d’avoir pu être abattus pour la consommation alimentaire
humaine et desquels le matériel à risque spécifié n’a pas été
retiré.
(2) Le passage du paragraphe 6.23(2) de la version fran­
çaise du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
(2) La personne tient, pendant une période de dix ans, à l’égard
du matériel retiré, badigeonné ou reçu, ou des carcasses recueil­
lies ou reçues, un registre contenant les renseignements ci-après,
pour chaque journée où ces opérations ont eu lieu :
(3) Le sous-alinéa 6.23(2)f)(ii) de la version anglaise du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(ii) the name and address of the person, if any, who trans­
ported the specified risk material or the carcasses to another
location and the manner in which the specified risk material
or the carcasses were transported, and
50. (1) Le paragraphe 6.4(1) du même règlement est rem­
placé par ce qui suit :
6.4 (1) Sauf en conformité avec un permis ou une licence déli­
vré au titre de l’article 160, il est interdit de recevoir, d’enlever
d’un lieu, d’utiliser, de transporter hors d’un lieu, de transformer,
———
———
11
11
C.R.C., c. 296; SOR/91-525
76
C.R.C., ch. 296; DORS/91-525
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
store, export, sell, distribute, confine or destroy specified risk
material in any form, whether or not incorporated into another
thing, if the specified risk material was removed from cattle
slaughtered in Canada or was removed from, or is contained in,
the carcasses of cattle that died or were condemned before they
otherwise would have been slaughtered for human consumption
as food.
(2) Subsections 6.4(3) and (4) of the Regulations are re­
placed by the following:
(3) Subsection (1) does not apply in respect of specified risk
material that was removed from cattle slaughtered for human
consumption as food or that was removed from, or is contained
in, the carcasses of cattle that died or were condemned before
they otherwise would have been slaughtered for human consump­
tion as food if the specified risk material remains on the premises
on which the cattle were slaughtered or were determined to be
dead.
(4) Subsection (1) does not apply in respect of the use, as a fer­
tilizer or as a fertilizer supplement, of material that is derived
from specified risk material in any form that was removed from
cattle slaughtered for human consumption as food or from cattle
that died or were condemned before they otherwise would have
been slaughtered for human consumption as food if the fertilizer
or fertilizer supplement remains on the premises on which the
cattle were slaughtered, died or were condemned.
(3) Subsection 6.4(6) of the Regulations is replaced by the
following:
(6) The Minister shall not issue a permit for the purpose of sub­
section (1) if the specified risk material is to be received, removed
from any premises, used, transported, treated, stored, exported,
sold or distributed in any form, whether or not incorporated into
another thing, for human consumption as food.
51. Paragraph 47.1(6)(a) of the English version of the Regu­
lations is replaced by the following:
(a) without delay transported to, and treated and disposed of in
accordance with this section at, another place approved by the
Minister; and
52. Paragraph 49(1)(b) of the English version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(b) the person importing the carcass holds a hunting permit for
that game animal issued under the applicable legislation of the
United States or a state of the United States.
53. Paragraph 51.2(1)(b) of the French version of the Regu­
lations is replaced by the following:
b) le pays d’origine, ou la partie de ce pays d’origine, est dési­
gné, en vertu de l’article 7, comme étant exempt ou comme po­
sant un risque négligeable de toute maladie déclarable, de toute
maladie mentionnée à l’annexe VII et de toute épizootie grave
que l’espèce de laquelle provient le sang ou le sérum est sus­
ceptible de contracter et qui peut être transmise par lui, auquel
cas l’importateur présente un certificat d’origine signé par un
fonctionnaire du gouvernement de ce pays attestant de cette
origine;
54. The portion of paragraph 55(1)(b) of the English ver­
sion of the Regulations before subparagraph (i) is replaced by
the following:
(b) where no such certificate accompanies the shipment, the
hay, straw or grasses are without delay
d’entreposer, d’exporter, de vendre, de distribuer, de confiner ou
de détruire du matériel à risque spécifié, sous quelque forme que
ce soit, incorporé ou non à une autre matière, si le matériel a été
retiré d’un bœuf abattu au Canada ou s’il a été retiré ou fait partie
de la carcasse d’un bœuf mort ou condamné avant d’avoir pu être
abattu pour la consommation alimentaire humaine.
(2) Les paragraphes 6.4(3) et (4) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas au matériel à risque
spécifié qui a été retiré d’un bœuf qui a été abattu pour la con­
sommation alimentaire humaine ou qui a été retiré ou fait partie
de la carcasse d’un bœuf qui est mort ou a été condamné avant
d’avoir pu être abattu pour la consommation alimentaire humaine,
si le matériel à risque spécifié demeure dans le lieu où le bœuf a
été abattu ou déclaré mort.
(4) Le paragraphe (1) ne s’applique pas à l’usage, comme en­
grais ou supplément d’engrais, de matières issues de matériel à
risque spécifié, sous quelque forme que ce soit, retiré d’un bœuf
abattu pour la consommation alimentaire humaine, ou d’un bœuf
mort ou condamné avant d’avoir pu être abattu pour la consom­
mation alimentaire humaine, si l’engrais ou le supplément
d’engrais demeure dans le lieu où le bœuf est mort ou a été abattu
ou condamné.
(3) Le paragraphe 6.4(6) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(6) Le ministre ne délivre pas de permis pour les activités vi­
sées au paragraphe (1) si le matériel à risque spécifié est reçu,
enlevé du lieu où il se trouve, utilisé, transporté, transformé, en­
treposé, exporté, vendu ou distribué — sous quelque forme que ce
soit et qu’il soit incorporé ou non à une autre matière — pour la
consommation alimentaire humaine.
51. L’alinéa 47.1(6)a) de la version anglaise du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
(a) without delay transported to, and treated and disposed of in
accordance with this section at, another place approved by the
Minister; and
52. L’alinéa 49(1)b) de la version anglaise du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
(b) the person importing the carcass holds a hunting permit for
that game animal issued under the applicable legislation of the
United States or a state of the United States.
53. L’alinéa 51.2(1)b) de la version française du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
b) le pays d’origine, ou la partie de ce pays d’origine, est dési­
gné, en vertu de l’article 7, comme étant exempt ou comme po­
sant un risque négligeable de toute maladie déclarable, de toute
maladie mentionnée à l’annexe VII et de toute épizootie grave
que l’espèce de laquelle provient le sang ou le sérum est sus­
ceptible de contracter et qui peut être transmise par lui, auquel
cas l’importateur présente un certificat d’origine signé par un
fonctionnaire du gouvernement de ce pays attestant de cette
origine;
54. Le passage de l’alinéa 55(1)b) de la version anglaise du
même règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par
ce qui suit :
(b) where no such certificate accompanies the shipment, the
hay, straw or grasses are without delay
77
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
55. Section 78.27 of the Regulations is replaced by the
following:
78.27 Where, in the opinion of the Minister, an animal is
moved into an area or region in violation of this Part, the Minister
may order that the animal be taken back without delay to the area
or region from which it was moved or to an area or region of
equal or lesser health status.
56. Section 91.3 of the Regulations is amended by adding
“and” at the end of paragraph (a) and by repealing para­
graph (b).
57. (1) Subsection 91.4(1) of the English version of the
Regulations is replaced by the following:
91.4 (1) If an inspector orders a quarantine of a disease agent,
animal or thing, a notice of quarantine shall be communicated by
personal delivery to the person who owns or has possession, care
or control of the disease agent, animal or thing and the notice may
specify the manner, condition, place or places and period of quar­
antine necessary to prevent the spread of the communicable
disease.
(2) Subsection 91.4(3) of the English version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(3) Every person who owns or has the possession, care or con­
trol of an animal quarantined under these Regulations shall with­
out delay notify a veterinary inspector of any quarantined animal
that appears sick.
58. Subsection 120.6(1) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
120.6 (1) Il incombe à la personne qui a demandé un permis de
dissémination conformément à l’alinéa 120.3a) ou qui a obtenu
un tel permis en vertu de l’article 160 de fournir immédiatement
au ministre tout nouveau renseignement relatif au risque pour
l’environnement ou pour la santé humaine ou animale, ou au ris­
que d’introduction ou de propagation au Canada de vecteurs, de
maladies ou de substances toxiques, que pourrait présenter la
dissémination du produit vétérinaire biologique, dès qu’elle en
prend connaissance.
59. Subsection 128(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Every holder of a licence issued under these Regulations
shall without delay inform the Minister of any change or addition
to the material or information furnished to the Minister for the
purpose of obtaining the licence.
60. Subsection 160(1.1) of the Regulations is replaced by the
following:
(1.1) Subject to paragraph 37(1)(b) of the Canadian Environ­
mental Assessment Act, the Minister shall issue a permit or li­
cence required under these Regulations if the Minister is satisfied
that, to the best of the Minister’s knowledge and belief, the activ­
ity for which the permit or licence is issued would not, or would
not be likely to, result in the introduction into Canada, the intro­
duction into another country from Canada or the spread within
Canada, of a vector, disease or toxic substance.
61. Subsection 167.1(1) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
167.1 (1) L’exploitant d’une usine de traitement établit et tient
à jour une procédure écrite de rappel efficace des produits de
l’usine.
78
55. L’article 78.27 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
78.27 Lorsque, de l’avis du ministre, un animal est transporté
dans une zone ou une région en violation de la présente partie, le
ministre peut ordonner que l’animal soit retourné sans délai dans
la zone ou région d’où il provient ou dans une zone ou une région
de catégorie sanitaire semblable ou inférieure.
56. L’alinéa 91.3b) du même règlement est abrogé.
57. (1) Le paragraphe 91.4(1) de la version anglaise du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
91.4 (1) If an inspector orders a quarantine of a disease agent,
animal or thing, a notice of quarantine shall be communicated by
personal delivery to the person who owns or has possession, care
or control of the disease agent, animal or thing and the notice may
specify the manner, condition, place or places and period of quar­
antine necessary to prevent the spread of the communicable
disease.
(2) Le paragraphe 91.4(3) de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(3) Every person who owns or has the possession, care or con­
trol of an animal quarantined under these Regulations shall with­
out delay notify a veterinary inspector of any quarantined animal
that appears sick.
58. Le paragraphe 120.6(1) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
120.6 (1) Il incombe à la personne qui a demandé un permis de
dissémination conformément à l’alinéa 120.3a) ou qui a obtenu
un tel permis en vertu de l’article 160 de fournir immédiatement
au ministre tout nouveau renseignement relatif au risque pour
l’environnement ou pour la santé humaine ou animale, ou au ris­
que d’introduction ou de propagation au Canada de vecteurs, de
maladies ou de substances toxiques, que pourrait présenter la
dissémination du produit vétérinaire biologique, dès qu’elle en
prend connaissance.
59. Le paragraphe 128(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Le titulaire d’un permis délivré en vertu du présent règle­
ment informe sans délai le ministre de toute modification ou addi­
tion aux documents ou renseignements fournis en vue d’obtenir le
permis.
60. Le paragraphe 160(1.1) du même règlement est rempla­
cé par ce qui suit :
(1.1) Sous réserve de l’alinéa 37(1)b) de la Loi canadienne sur
l’évaluation environnementale, le ministre délivre tout permis ou
licence exigé par le présent règlement s’il est d’avis que, autant
qu’il sache, l’activité visée par le permis ou la licence n’entraî­
nera pas ou qu’il est peu probable qu’elle entraîne l’introduction
ou la propagation de vecteurs, de maladies, ou de substances
toxiques au Canada ou leur introduction dans tout autre pays, en
provenance du Canada.
61. Le paragraphe 167.1(1) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
167.1 (1) L’exploitant d’une usine de traitement établit et tient
à jour une procédure écrite de rappel efficace des produits de
l’usine.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
62. (1) Section 170.1 of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
170.1 Quiconque importe, fabrique, emballe, étiquette, entrepose, distribue, vend ou annonce pour de la vente un aliment pour
animaux destiné aux ruminants, équidés, porcins, poulets, dindons, canards, oies, ratites ou aux gibiers à plumes établit et tient
à jour une procédure écrite de rappel efficace des aliments pour
animaux.
(2) Section 170.2 of the Regulations is replaced by the
following:
170.2 Every person who manufactures, imports, sells or dis­
tributes a fertilizer or fertilizer supplement containing prohibited
material, other than a rendered fat, shall establish and maintain
written procedures to facilitate an effective recall of the fertilizer
or fertilizer supplement.
63. Subparagraph 171.1(1)(a)(ii) of the French version of
the Regulations is replaced by the following:
(ii) qu’elle a utilisé du matériel à risque spécifié, sous quel­
que forme que ce soit, incorporé ou non à une autre matière,
comme ingrédient dans l’engrais ou le supplément d’engrais
mais uniquement en conformité avec un permis délivré au ti­
tre de l’article 160 pour l’application de l’article 6.4;
64. Subsection 184(2) of the French version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(2) Sous réserve du paragraphe (3), l’animal qui perd son éti­
quette approuvée au cours du transport peut continuer à être
transporté jusqu’au point de déchargement suivant et peut être
réceptionné à cet endroit, seulement si une nouvelle étiquette
approuvée lui est apposée immédiatement après sa réception.
62. (1) L’article 170.1 de la version française du même rè­
glement est remplacé par ce qui suit :
170.1 Quiconque importe, fabrique, emballe, étiquette, entrepose, distribue, vend ou annonce pour de la vente un aliment pour
animaux destiné aux ruminants, équidés, porcins, poulets, dindons, canards, oies, ratites ou aux gibiers à plumes établit et tient
à jour une procédure écrite de rappel efficace des aliments pour
animaux.
(2) L’article 170.2 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
170.2 Quiconque importe, fabrique, vend ou distribue un en­
grais ou un supplément d’engrais contenant une substance inter­
dite, autre que du gras fondu, établit et tient à jour une procédure
écrite de rappel efficace de ces produits.
63. Le sous-alinéa 171.1(1)a)(ii) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(ii) qu’elle a utilisé du matériel à risque spécifié, sous quel­
que forme que ce soit, incorporé ou non à une autre matière,
comme ingrédient dans l’engrais ou le supplément d’engrais
mais uniquement en conformité avec un permis délivré au ti­
tre de l’article 160 pour l’application de l’article 6.4;
64. Le paragraphe 184(2) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Sous réserve du paragraphe (3), l’animal qui perd son éti­
quette approuvée au cours du transport peut continuer à être
transporté jusqu’au point de déchargement suivant et peut être
réceptionné à cet endroit, seulement si une nouvelle étiquette
approuvée lui est apposée immédiatement après sa réception.
CERTAIN RUMINANTS AND THEIR PRODUCTS IMPORTATION
PROHIBITION REGULATIONS, NO. 2
RÈGLEMENT NO 2 INTERDISANT L’IMPORTATION DE CERTAINS
65. The Certain Ruminants and Their Products Importation
Prohibition Regulations, No. 212 are repealed.
65. Le Règlement no 2 interdisant l’importation de certains
ruminants et de leurs produits12 est abrogé.
PLANT PROTECTION ACT
LOI SUR LA PROTECTION DES VÉGÉTAUX
GOLDEN NEMATODE COMPENSATION REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR L’INDEMNISATION RELATIVE
66. The Golden Nematode Compensation Regulations13 are
repealed.
66. Le Règlement sur l’indemnisation relative au nématode
doré13 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
67. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
67. Le présent règlement entre en vigueur le jour de son
enregistrement.
———
———
12
12
RUMINANTS ET DE LEURS PRODUITS
AU NÉMATODE DORÉ
13
SOR/2006-168
SOR/2006-330
13
DORS/2006-168
DORS/2006-330
79
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT (This statement is not part of the Regulations.)
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issues and objectives
Enjeux et objectifs
These regulatory amendments make minor amendments to
regulations administered and enforced by the Canadian Food In­
spection Agency (CFIA), including the Fertilizers Regulations,
Fish Inspection Regulations, Seeds Regulations, Meat Inspection
Regulations, 1990, Egg Regulations, Processed Egg Regulations,
Processed Products Regulations, Dairy Products Regulations,
Licensing and Arbitration Regulations, Plant Breeders’ Rights
Regulations, and Health of Animals Regulations. These regula­
tions also repeal the Certain Ruminants and Their Products Im­
portation Prohibition Regulations, No. 2, and the Golden Nema­
tode Compensation Regulations.
These miscellaneous amendments address requests from the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations (SJC)
to correct a number of discrepancies between official languages
and make minor editorial modifications that were inadvertently
missed when the provisions were originally published. They also
repeal two spent regulations.
Le but du présent règlement est d’apporter des modifications
mineures à des règlements dont l’Agence canadienne d’inspection
des aliments (ACIA) est chargée d’assurer l’application, soit le
Règlement sur les engrais, le Règlement sur l’inspection du pois­
son, le Règlement sur les semences, le Règlement de 1990 sur
l’inspection des viandes, le Règlement sur les œufs, le Règlement
sur les œufs transformés, le Règlement sur les produits transfor­
més, le Règlement sur les produits laitiers, le Règlement sur la
délivrance de permis et l’arbitrage, le Règlement sur la protec­
tion des obtentions végétales et le Règlement sur la santé des
animaux. Le présent règlement a aussi pour but d’abroger le Rè­
glement No 2 interdisant l’importation de certains ruminants et de
leurs produits et le Règlement sur l’indemnisation relative au
nématode doré.
Ce règlement répond à des demandes exprimées par le Comité
mixte permanent d’examen de la réglementation (CMP) et vise à
corriger certaines divergences entre les deux versions officielles,
corriger des erreurs de rédaction mineures qui n’ont pas été déce­
lées au moment de la publication des dispositions. Il abroge éga­
lement deux règlements qui sont devenus caducs.
Description
Description
The purpose of these amendments is to address close to
80 technical comments received from the SJC in correspondence
spanning the period of 1991 to 2011 respecting the above
13 regulations. The amendments correct discrepancies in the
French and English versions, grammatical errors and typos, and
issues with clarity or consistency in wording, and repeal unneces­
sary or spent provisions and references.
Les modifications donnent suite à près de 80 commentaires
techniques formulés par le CMP dans des lettres reçues entre
1991 et 2011 en ce qui concerne les 13 règlements susmention­
nés. Les modifications prévues dans le présent règlement visent à
corriger des divergences entre les versions française et anglaise
ainsi que des erreurs grammaticales et typographiques, à apporter
plus de clarté ou de cohérence à la rédaction de certaines dispo­
sitions, et à abroger des dispositions ou des renvois inutiles ou
caducs.
Quarante-trois modifications corrigent des divergences entre
les versions française et anglaise des règlements. Par exemple, au
paragraphe 6.4(3) du Règlement sur la santé des animaux, la ver­
sion anglaise vise le matériel à risque spécifié qui « was removed
from, or is contained in, the carcasses of cattle that died or were
condemned before they otherwise would have been slaughtered
for human consumption as food ». Dans la version française, il
n’est toutefois question que du matériel à risque spécifié qui pro­
vient de la carcasse d’un bœuf qui est mort ou a été condamné
avant d’avoir pu être abattu pour la consommation alimentaire
humaine. La version française est modifiée pour inclure le maté­
riel à risque spécifié contenu dans les carcasses de bovins.
Huit modifications corrigent des erreurs grammaticales ou ty­
pographiques aux règlements. Les modifications de cette nature
sont des révisions mineures qui n’entraînent aucun coût ou impact
pour l’industrie, le gouvernement et les Canadiens. Par exemple,
la version française de l’alinéa 28(1)c) du Règlement sur les se­
mences est modifiée pour corriger une erreur grammaticale — il
faut enlever le « s » dans l’expression « 5 kg de semences ». Les
erreurs typographiques semblables à celles que l’on trouve dans la
version anglaise du paragraphe 2.1(2) du Règlement sur les pro­
duits transformés sont aussi corrigées. Lorsqu’une modification
There are 43 amendments which correct discrepancies between
the French and English versions of the regulations. For example,
in subsection 6.4(3) of the Health of Animals Regulations, the
English version refers to specified risk material that “was re­
moved from, or is contained in, the carcasses of cattle that died or
were condemned before they otherwise would have been slaugh­
tered for human consumption as food.” The French version, how­
ever, only refers to specified risk material that is derived from the
carcasses of cattle that died or were condemned before they other­
wise would have been slaughtered for human consumption as
food. The French version is amended to include specified risk
material that is contained in the carcasses of cattle.
There are eight amendments which correct grammatical and
typographical errors in the regulations. These types of amend­
ments are minor editorial changes that have no cost or impact to
industry, government and Canadians. For example, the French
version of paragraph 28(1)(c) of the Seeds Regulations is being
amended to correct a grammatical error — the term “5 kg de
semences” requires the removal of the “s”. Typographical errors
similar to those found in subsection 2.1(2) of the Processed
Products Regulations are also being corrected. When an amend­
ment to this section was published in the Canada Gazette, Part II,
80
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
under SOR/2011-205, the subsection read: “… iso that it meetst
the requirements of subsection (1).” The subsection is corrected
to read: “… so that it meets the requirements of subsection (1).”
These amendments resolve 14 issues in clarity of wording in
the regulations. In paragraphs 7(2)(a) and (b) of the Plant Breed­
ers’ Rights Regulations, the SJC has recommended that the words
“not more than” be repealed in order for the provision to prescribe
a fixed start and end date for the period described in para­
graph 7(1)(c) of the Plant Breeders’ Rights Act. The removal of
those words provides clarity without having any cost or impact to
industry, government and Canadians.
Other issues that have been identified by the SJC and are cor­
rected are with respect to the consistency in wording throughout
the regulations and with the wording in the enabling act. There
are seven amendments of this nature. This type of correction can
be illustrated through an inconsistency in the Egg Regulations.
When the Egg Regulations were originally drafted, it appeared
that the term “tag” was used in section 13, paragraph 19(1)(b) and
subsections 19(2) and 20(1); however, the term “label” was used
when other provisions were subsequently amended. Since a “tag”
is a “label” under the definition in the Canada Agricultural Prod­
ucts Act, there was likely no issue at the time; however, it has
now created an inconsistency. This amendment replaces the word
“tag” with the word “label” throughout the Egg Regulations.
There are 12 redundant or spent provisions and references
which are repealed by this amendment package. For example, the
SJC has recommended that section 6 of the Plant Breeders’
Rights Regulations be repealed because the provision is no longer
required as there have not been any “recently prescribed catego­
ries” since 1999. Another example is the repeal of the reference to
the Meat Inspection Fees Order in subsection 29.2(3) of the Meat
Inspection Regulations, 1990. This reference should be removed
from the Regulations as the Meat Inspection Fees Order was re­
pealed in April 2000.
Two spent regulations are repealed: the Certain Ruminants and
Their Products Importation Prohibition Regulations, No. 2 and
the Golden Nematode Compensation Regulations. The prohibition
period for the Certain Ruminants and Their Products Importation
Prohibition Regulations, No. 2 has lapsed and these Regulations
are therefore repealed. The Golden Nematode Compensation
Regulations are repealed because the enforceable period has
ended and all compensation has been paid.
apportée à cet article a été publiée dans la Partie II de la Gazette
du Canada, DORS/2011-205, le paragraphe se lisait comme suit :
« … iso that it meetst the requirements of subsection (1) ». Le
paragraphe est corrigé ainsi : « … so that it meets the require­
ments of subsection (1) ».
Les modifications clarifient 14 dispositions réglementaires. Au
paragraphe 7(2) du Règlement sur la protection des obtentions
végétales, le CMP a recommandé que les termes « au plus tôt »
(dans la version anglaise, aux alinéas 7(2)a) et b), « not more
than ») soient abrogés pour que la disposition prescrive des dates
fixes de début et de fin de la période décrite à l’alinéa 7(1)c) de la
Loi sur la protection des obtentions végétales. L’élimination de
ces termes rend la disposition plus claire, sans coût ou impact
pour l’industrie, le gouvernement et les Canadiens.
Sept modifications visent à donner suite à d’autres points
soulevés par le CMP et corrigent des incohérences dans la formu­
lation de règlements et de la loi habilitante. L’exemple d’une in­
cohérence dans la version anglaise du Règlement sur les œufs
illustre ce type de correction. Lorsque le Règlement a été initia­
lement rédigé, le terme « tag » a été employé à l’article 13, à l’ali­
néa 19(1)b) et aux paragraphes 19(2) et 20(1), alors que c’est le
terme « label » qui a été utilisé lors des modifications subséquen­
tes du Règlement. Comme la définition de « label » comprend le
terme « tag » dans la Loi sur les produits agricoles au Canada, le
présent règlement vise à remplacer le terme « tag » par « label »
dans tout le Règlement sur les œufs.
La présente série de modifications abroge 12 dispositions ou
renvois caducs. Par exemple, le CMP a recommandé l’abrogation
de l’article 6 du Règlement sur la protection des obtentions végé­
tales, comme la disposition n’est plus nécessaire puisqu’il n’y a
pas eu de « catégorie établie depuis peu par règlement » depuis
1999. Un autre exemple est l’abrogation de la mention de l’Arrêté
sur les prix applicables à l’inspection des produits de viande au
paragraphe 29.2(3) du Règlement de 1990 sur l’inspection des
viandes. Cette mention est supprimée du Règlement puisque l’Ar­
rêté sur les prix applicables à l’inspection des produits de viande
a été abrogé en avril 2000.
Deux règlements caducs sont abrogés : le Règlement No 2 in­
terdisant l’importation de certains ruminants et de leurs produits
et le Règlement sur l’indemnisation relative au nématode doré.
La période d’interdiction du Règlement No 2 a pris fin et le règle­
ment est donc abrogé. Le Règlement sur l’indemnisation relative
au nématode doré est abrogé parce que la période d’application a
pris fin et toute indemnisation a été versée.
Consultation
Consultation
No consultations were conducted as these amendments are mi­
nor editorial amendments which do not impact policy, industry or
Canadians. A copy of the amendments will be posted on CFIA’s
Web site along with this Regulatory Impact Analysis Statement.
Aucune consultation n’a été menée, car il s’agit de modifica­
tions rédactionnelles mineures qui n’ont pas d’incidence sur les
politiques, l’industrie ou les Canadiens. Les modifications ainsi
que le présent résumé de l’étude d’impact de la réglementation
seront publiés sur le site Web de l’ACIA.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule applies to these amendments because
two regulation titles are repealed. There are no administrative
costs or savings associated with these repeals because these regu­
lations have been spent.
La règle du « un pour un » s’applique à ces modifications parce
que deux règlements sont abrogés. Ces abrogations n’entraînent
ni coûts administratifs ni économies, car les règlements sont
caducs.
81
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-286
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to these amendments, as
there are no costs on small business.
Il n’est pas pertinent d’obtenir la perspective des petites entre­
prises en ce qui concerne ces modifications, car celles-ci n’ont
aucun coût pour les petites entreprises.
Rationale
Justification
These regulatory amendments resolve many issues that the SJC
has identified in the regulations administered and enforced by the
CFIA. The issues raised by the SJC include discrepancies be­
tween the English and French versions, redundant provisions,
clarifications to existing provisions and other minor editorial
changes. If the changes had not been proceeded with, the SJC
may have disallowed a particular regulation or part of it.
Ces modifications réglementaires règlent bon nombre de pro­
blèmes repérés par le CMP dans les règlements dont l’ACIA as­
sure l’application. Les questions soulevées par le CMP visent des
écarts entre les versions anglaise et française, des dispositions
redondantes, des clarifications de dispositions existantes et
d’autres changements rédactionnels mineurs. Si les modifications
n’étaient pas apportées, le CMP aurait pu annuler un règlement
particulier ou une partie d’un règlement.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The amendments would not impact on the current enforcement
process.
Les modifications n’auraient pas d’incidence sur le processus
d’application actuel.
Contact
Personne-ressource
David Spicer
Regulatory, Legislative and Economic Affairs
Canadian Food Inspection Agency
1400 Merivale Road
Ottawa, Ontario
K1A 0Y9
Telephone: 613-773-5889
Fax: 613-773-5959
Email: David.Spicer@inspection.gc.ca
David Spicer
Affaires réglementaires, législatives et économiques
Agence canadienne d’inspection des aliments
1400, chemin Merivale
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-773-5889
Télécopieur : 613-773-5959
Courriel : David.Spicer@inspection.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
82
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Registration
SOR/2012-287
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-287
December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-287
Le 14 décembre 2012
EXPORT AND IMPORT PERMITS ACT
LOI SUR LES LICENCES D’EXPORTATION ET
D’IMPORTATION
Order Amending the Automatic Firearms Country
Control List
Décret modifiant la Liste des pays désignés (armes
automatiques)
P.C. 2012-1716
C.P. 2012-1716
December 13, 2012
Le 13 décembre 2012
His Excellency the Governor General in Council, on the rec­
ommendation of the Minister of Foreign Affairs, pursuant to sec­
tions 4.1a and 6b of the Export and Import Permits Actc, makes the
annexed Order Amending the Automatic Firearms Country Con­
trol List.
Sur recommandation du ministre des Affaires étrangères et en
vertu des articles 4.1a et 6b de la Loi sur les licences d’exportation
et d’importationc, Son Excellence le Gouverneur général en con­
seil prend le Décret modifiant la Liste des pays désignés (armes
automatiques), ci-après.
ORDER AMENDING THE AUTOMATIC FIREARMS
COUNTRY CONTROL LIST
DÉCRET MODIFIANT LA LISTE DES PAYS DÉSIGNÉS
(ARMES AUTOMATIQUES)
AMENDMENT
1. The Automatic Firearms Country Control List1 is amended
by adding the following in alphabetical order:
Republic of Colombia
MODIFICATION
1. La Liste des pays désignés (armes automatiques)1 est modi­
fiée par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
République de Colombie
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
1. Background
1. Contexte
The Export and Import Permits Act (EIPA) requires that a per­
son obtain an export permit, issued by Foreign Affairs and Inter­
national Trade Canada (DFAIT), should they wish to export, from
Canada, an item which is included in the Export Control List
(ECL), prior to shipment. Applications to export goods or tech­
nology listed on the ECL are reviewed on a case-by-case basis to
ensure that the proposed export is consistent with Canada’s for­
eign and defence policies. Subsection 4.1 of the EIPA further
establishes that only those countries that have concluded an inter­
governmental defence, research, development and production ar­
rangement with Canada are eligible to be included on the Auto­
matic Firearms Country Control List (AFCCL).
La Loi sur les licences d’exportation et d’importation (LLEI)
exige qu’une personne obtienne une licence d’exportation, déli­
vrée par Affaires étrangères et Commerce international (MAECI),
si elle souhaite exporter du Canada un article visé par la Liste des
marchandises et technologies d’exportation contrôlée (LMTEC),
et ce, avant l’expédition de l’article en question. Les demandes
concernant l’exportation de marchandises ou de technologies con­
trôlées sont examinées au cas par cas, afin de s’assurer que ces
exportations sont conformes à la politique étrangère et de défense
du Canada. L’article 4.1 de la LLEI prévoit aussi que seuls les
pays qui ont conclu avec le Canada un accord intergouvernemen­
tal en matière de défense, de recherche, de développement et de
production peuvent être inscrits sur la Liste des pays désignés
(armes automatiques) [LPDAA].
———
———
a
a
b
c
1
S.C. 1995, c. 39, s. 171
S.C. 1991, c. 28, s. 3
R.S., c. E-19
SOR/91-575
b
c
1
L.C. 1995, ch. 39, art.171
L.C. 1991, ch. 28, art. 3
L.R., ch. E-19
DORS/91-575
83
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-287
The EIPA places very strict controls on the export of prohibited
firearms, prohibited weapons and prohibited devices (as defined
in the Criminal Code of Canada), examples of which include fully
automatic firearms, electric stun guns and large-capacity maga­
zines. In order to export such items, an exporter must obtain an
export permit, and applications to export these items are only
considered for countries on the AFCCL. There are currently
33 countries listed on the AFCCL, consisting of all 27 North
Atlantic Treaty Organization (NATO) member countries, Aus­
tralia, Botswana, Finland, New Zealand, Saudi Arabia, and
Sweden.
La LLEI applique des mesures de contrôle très rigoureuses à
l’exportation d’armes à feu prohibées, d’armes prohibées et de
dispositifs prohibés (tels qu’ils sont définis dans le Code crimi­
nel), comme les armes à feu entièrement automatiques, les pisto­
lets électriques et les chargeurs grande capacité. Pour pouvoir
exporter de tels articles, l’exportateur doit obtenir une licence
d’exportation, et les demandes à cet effet ne sont prises en con­
sidération que pour les pays figurant sur la LPDAA. Cette liste
compte actuellement 33 pays, soit les 27 pays membres de
l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Arabie
saoudite, l’Australie, le Botswana, la Finlande, la NouvelleZélande, et la Suède.
2. Issue
2. Enjeux/problèmes
The amendment seeks to expand the AFCCL to include
Colombia.
La modification vise à ajouter la Colombie à la LPDAA.
3. Objectives
• Open potential new market opportunities for Canadian ex­
porters by allowing them to apply for export permits for the
export of prohibited firearms, prohibited weapons and prohib­
ited devices to Colombia.
• Promote transparency regarding the potential export of pro­
hibited firearms, prohibited weapons and prohibited devices.
3. Objectifs
• Ouvrir de nouveaux débouchés sur les marchés pour les ex­
portateurs canadiens en leur permettant de présenter des de­
mandes de licence d’exportation pour la Colombie concernant
des armes à feu prohibées, des armes prohibées et des disposi­
tifs prohibés.
• Favoriser la transparence concernant les exportations éven­
tuelles d’armes à feu prohibées, d’armes prohibées et de dis­
positifs prohibés.
4. Description
4. Description
The amendment to the AFCCL will formally add Colombia to
the list of countries that the Governor in Council deems appropri­
ate to export prohibited firearms, prohibited weapons and pro­
hibited devices and to which the Minister of Foreign Affairs may
issue an export permit for such items. The inclusion of Colombia
on the AFCCL does not guarantee that a permit will be issued for
the export of these items and all applications will remain subject
to the Government of Canada’s case-by-case review process.
La modification de la LPDAA consiste à ajouter officiellement
la Colombie à la liste des pays vers lesquels le gouverneur en
conseil estime approprié de permettre l’exportation d’armes à feu
prohibées, d’armes prohibées et de dispositifs prohibés et pour
lesquels le ministre des Affaires étrangères peut délivrer une li­
cence d’exportation portant sur des articles de cette nature. L’in­
clusion de la Colombie dans la LPDAA ne garantit pas la déli­
vrance d’une licence d’exportation pour de tels articles, et toutes
les demandes présentées à cette fin continueront de faire l’objet
d’un examen au cas par cas par le gouvernement du Canada.
5. Consultation
5. Consultation
As is customary when dealing with potential changes to Can­
ada’s export control regime, consultations on the amendment
have been held within DFAIT and with other government de­
partments, specifically the Department of National Defence and
the Department of Justice. Consulted parties have determined
that Colombia is an acceptable destination for inclusion on the
AFCCL.
Comme c’est habituellement la pratique lorsque des modifica­
tions au régime de contrôle des exportations du Canada sont envi­
sagées, des consultations sur le projet de modification ont été te­
nues au sein du MAECI et avec d’autres ministères fédéraux,
notamment le ministère de la Défense nationale et le ministère de
la Justice. Les parties consultées ont déterminé que la Colombie
est une destination acceptable aux fins de son inclusion dans la
LPDAA.
Des consultations publiques en ligne relatives à l’ajout éventuel
de la Colombie ont été tenues en octobre 2012 par le MAECI.
Trois parties ont répondu au MAECI sur la question : un répon­
dant appuyait l’inclusion de la Colombie, alors que deux s’y op­
posaient. Comme raisons de leur objection, ces deux derniers
répondants ont soulevé des préoccupations quant aux conflits
armés de longue date et à la situation des droits de la personne en
Colombie.
Toutes les observations formulées ont été prises en considéra­
tion. La réponse du MAECI aux objections concernant l’inclusion
de la Colombie dans la liste est présentée ci-dessous.
Public web-based consultations regarding the possible addition
of Colombia were held in October 2012 by DFAIT. Three re­
spondents provided submissions to DFAIT on this issue, with one
respondent being supportive of Colombia’s inclusion and two re­
spondents objecting to it. Respondents objecting to Colombia’s
inclusion on the AFCCL cited concerns relating to the long-time
armed conflict and human rights issues within Colombia as the
reasons for their objection.
All comments were taken into consideration. DFAIT’s re­
sponses to those comments objecting to Colombia’s inclusion on
the AFCCL are discussed below:
84
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-287
Concerns related to human rights and the armed conflict
Préoccupations relatives aux droits de la personne et aux conflits
armés
Colombia should not be added to the AFCCL due to concerns
relating to human rights and the long-time armed conflict within
that country.
An inter/intra-departmental consultation process was conducted
regarding the appropriateness of including Colombia on the
AFCCL. This consultation process included a review of multiple
issues, including a review of potential human rights and existing
conflicts issues. The consultation process concluded with the
Government of Canada determining that Colombia was an appro­
priate destination for inclusion on the AFCCL.
As stated previously, the addition of a country to the AFCCL
does not guarantee that an export permit will be issued. All appli­
cations are reviewed on a case-by-case basis, including a review
of any human right concerns.
La Colombie ne devrait pas être ajoutée à la LPDAA en raison
de questions liées aux droits de la personne et aux conflits armés
de longue date dans ce pays.
Un processus de consultation interministériel et intraministériel
a été mené afin de vérifier s’il y avait lieu d’inclure la Colombie
sur la LPDAA. Dans le contexte de ce processus, plusieurs ques­
tions ont été examinées, y compris les problèmes possibles con­
cernant les droits de la personne et les conflits en cours. À la fin
du processus, le gouvernement du Canada a déterminé qu’il y
avait lieu d’ajouter la Colombie à la LPDAA.
Comme il a été mentionné auparavant, l’inclusion d’un pays
sur la LPDAA ne garantit pas la délivrance d’une licence d’ex­
portation. Toutes les demandes sont examinées au cas par cas,
incluant un examen des problèmes concernant les droits de la
personne.
6. Rationale
6. Justification
The EIPA forbids exports from Canada of prohibited firearms,
prohibited weapons, and prohibited devices to any destination not
listed on the AFCCL. Adding Colombia to the AFCCL allows
residents of Canada, as defined under the EIPA, to submit export
permit applications for the export of such items to Colombia.
En vertu de la LLEI, il est interdit d’exporter à partir du Cana­
da des armes à feu prohibées, des armes prohibées et des dispo­
sitifs prohibés vers toute destination qui ne figure pas sur la
LPDAA. L’ajout de la Colombie à cette liste permet aux rési­
dents du Canada, tels que défini dans la LLEI, de présenter des
demandes de licence d’exportation portant sur des articles de cette
nature pour la Colombie.
L’ajout de la Colombie à la LPDAA ouvre de nouveaux dé­
bouchés aux résidents du Canada en leur permettant de chercher à
décrocher des contrats dans ce marché potentiel pour les articles
faisant l’objet de contrôles en vertu de la LPDAA.
De plus, cette modification cadre avec l’objectif de la LPDAA
de favoriser la transparence des exportations et transferts d’armes
à feu prohibées, d’armes prohibées et de dispositifs prohibés, en
portant à la connaissance du public que le Canada prendra désor­
mais en considération les demandes de licence d’exportation por­
tant sur ces articles vers la Colombie. Chaque demande de licence
d’exportation sera évaluée au cas par cas, en tenant compte de la
politique étrangère et de défense du Canada.
Le fardeau administratif lié à la présentation d’une demande de
licence d’exportation portant sur des armes à feu prohibées, des
armes prohibées ou des dispositifs prohibés est le même que celui
actuellement en place pour les autres articles faisant l’objet de
contrôles en vertu de la LLEI. Cette modification ne réduit pas le
fardeau administratif existant concernant l’exportation d’armes à
feu prohibées, d’armes prohibées et de dispositifs prohibés vers
les pays qui figurent sur la LPDAA. L’ajout de la Colombie
à cette liste n’aura pas d’incidence sur d’autres domaines ou
secteurs.
2013-01-02
Colombia’s addition to the AFCCL opens new market oppor­
tunities by providing residents of Canada with the opportunity
to explore and compete for contracts in Colombia for items con­
trolled under the AFCCL.
Moreover, the amendment is consistent with the aim of the
AFCCL to promote transparency in the export and transfer of pro­
hibited firearms, prohibited weapons and prohibited devices by
making public that Canada will now consider export permit appli­
cations for the export of those items to Colombia. Every export
permit application will be reviewed on a case-by-case basis, tak­
ing into account Canada’s defence and foreign policies.
The administrative burden to apply for an export permit for
prohibited firearms, prohibited weapons, and prohibited devices is
the same as the one currently in place for other items controlled
under the EIPA. The amendment does not decrease the adminis­
trative burden already in place for the export of prohibited fire­
arms, prohibited weapons, and prohibited devices to countries
listed on the AFCCL. The addition of Colombia to the AFCCL
has no impact on other areas or sectors.
7. Implementation, enforcement and service standards
7. Mise en œuvre, application et normes de service
All items listed on the ECL, including the prohibited firearms,
prohibited weapons and prohibited devices to which the AFCCL
refers, are subject to export permit requirements, unless otherwise
stated. Failure to comply with the EIPA, or its related regulatory
or other requirements, may lead to prosecution. The Canada Bor­
der Services Agency and the Royal Canadian Mounted Police are
responsible for the enforcement of export controls.
Tous les articles figurant sur la Liste des marchandises et tech­
nologies d’exportation contrôlée, ce qui comprend les armes à feu
prohibées, les armes prohibées et les dispositifs prohibés auxquels
s’applique la LPDAA, sont assujettis à l’exigence de l’obtention
d’une licence d’exportation, à moins d’indication contraire. Le
non-respect de la LLEI, ou de ses règlements et exigences con­
nexes, peut entraîner des poursuites en vertu de la loi. L’Agence
des services frontaliers du Canada et la Gendarmerie royale du
Canada sont responsables de l’application des contrôles à
l’exportation.
85
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-287
8. Contact
8. Personne-ressource
Marie-Soleil Fecteau
Policy Advisor
Export Controls Division (TIE)
Foreign Affairs and International Trade Canada
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-944-1862
Email: marie-soleil.fecteau@international.gc.ca
Marie-Soleil Fecteau
Conseillère en politiques
Direction des contrôles à l’exportation (TIE)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-944-1862
Courriel : marie-soleil.fecteau@international.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
86
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-288
Registration
SOR/2012-288 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-288
nucLEaR SafEtY anD cOntROL act
LOi SuR La SûREté Et La RégLEmEntatiOn
nucLéaiRES
Regulations Amending the Class I Nuclear
Facilities Regulations and the Uranium Mines and
Mills Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les
installations nucléaires de catégorie I et le
Règlement sur les mines et les usines de
concentration d’uranium
P.c. 2012-1717
c.P. 2012-1717
December 13, 2012
Le 14 décembre 2012
Le 13 décembre 2012
the canadian nuclear Safety commission, pursuant to subsec­
tions 20(3) and 44(1)1a of the Nuclear Safety and Control Act2b,
makes the annexed Regulations Amending the Class I Nuclear
Facilities Regulations and the Uranium Mines and Mills
Regulations.
Ottawa, October 24, 2012
michaEL BinDER
President of the Canadian Nuclear Safety Commission
his Excellency the governor general in council, on the recom­
mendation of the minister of natural Resources pursuant to sub­
sections 20(3) and 44(1)a of the Nuclear Safety and Control Actb,
approves the annexed Regulations Amending the Class I Nuclear
Facilities Regulations and the Uranium Mines and Mills Regulations, made by the canadian nuclear Safety commission.
En vertu des paragraphes 20(3) et 44(1)1a de la Loi sur la sûreté
et la réglementation nucléaires2b, la commission canadienne de
sûreté nucléaire prend le Règlement modifiant le Règlement sur les
installations nucléaires de catégorie I et le Règlement sur les mines
et les usines de concentration d’uranium, ci-après.
Ottawa, le 24 octobre 2012
Le président de la Commission canadienne de sûreté nucléaire
michaEL BinDER
Sur recommandation du ministre des Ressources naturelles et en
vertu des paragraphes 20(3) et 44(1)a de la Loi sur la sûreté et la
réglementation nucléairesb, Son Excellence le gouverneur général
en conseil agrée le Règlement modifiant le Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I et le Règlement sur les mines et
les usines de concentration d’uranium, ci-après, pris par la com­
mission canadienne de sûreté nucléaire.
REGULATIONS AMENDING ThE CLASS I NUCLEAR
FACILITIES REGULATIONS AND ThE URANIUM
MINES AND MILLS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DE CATÉGORIE I ET LE RÈGLEMENT SUR LES MINES ET LES USINES DE CONCENTRATION D’URANIUM
CLASS I NUCLEAR FACILITIES REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DE CATÉGORIE I
1. Section 1 of the Class I Nuclear Facilities Regulations31 is
amended by adding the following in alphabetical order:
“federal authority” means
(a) a minister of the crown in right of canada;
(b) an agency of the government of canada or a parent crown
corporation, as defined in subsection 83(1) of the Financial
Administration Act, or any other body established under an act
of Parliament that is ultimately accountable through a minister
of the crown in right of canada to Parliament for the conduct of
its affairs;
(c) any department or departmental corporation that is set out in
Schedule i or ii to the Financial Administration Act;
(d) any other body that is set out in Schedule 1 to the Canadian
Environmental Assessment Act, 2012; and
(e) the Executive council of — or a minister, department, agency
or body of the government of — Yukon, the northwest territor­
ies or nunavut.
1. L’article 1 du Règlement sur les installations nucléaires de
catégorie I31 est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabé­
tique, de ce qui suit :
« autorité fédérale »
a) ministre fédéral;
b) agence fédérale, société d’état mère au sens du paragra­
phe 83(1) de la Loi sur la gestion des finances publiques ou autre
organisme constitué sous le régime d’une loi fédérale et tenu de
rendre compte au Parlement de ses activités par l’intermédiaire
d’un ministre fédéral;
c) ministère ou établissement public mentionnés aux annexes i
et ii de la Loi sur la gestion des finances publiques;
d) tout autre organisme mentionné à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012);
e) le conseil exécutif du Yukon, des territoires du nord-Ouest ou
du nunavut ou tout ministre, ministère ou organisme de l’admi­
nistration publique de ces territoires.
a
a
b
1
S.c. 2010, c. 12, s. 2151(1)
S.c. 1997, c. 9
SOR/2000-204
b
1
L.c. 2010, ch. 12, par. 2151(1)
L.c. 1997, ch. 9
DORS/2000-204
87
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
it does not include a council of the band within the meaning of
the Indian Act, Export Development canada or the canada Pen­
sion Plan investment Board. it also does not include a crown
corporation that is a wholly-owned subsidiary, as defined in sub­
section 83(1) of the Financial Administration Act, a harbour
commission established under the Harbour Commissions Act or
a not-for-profit corporation that enters into an agreement under
subsection 80(5) of the Canada Marine Act, that is not set out
in Schedule 1 of the Canadian Environmental Assessment
Act, 2012. (autorité fédérale)
“jurisdiction” means
(a) a federal authority;
(b) any agency or body that is established under an act of Parlia­
ment and that has powers, duties or functions in relation to an
assessment of the environmental effects of the preparation of a
site for a class i nuclear facility or its construction, operation,
decommissioning or abandonment;
(c) the government of a province;
(d) any agency or body that is established under an act of the
legislature of a province, and that has powers, duties or functions
in relation to an assessment of the environmental effects of the
preparation of a site for a class i nuclear facility or its construc­
tion, operation, decommissioning or abandonment;
(e) any body that is established under a land claims agreement
referred to in section 35 of the Constitution Act, 1982, and that
has powers, duties or functions in relation to an assessment
of the environmental effects of the preparation of a site for a
class i nuclear facility or its construction, operation, decommis­
sioning or abandonment;
(f) a governing body that is established under legislation that
relates to the self-government of indians and that has powers,
duties or functions in relation to an assessment of the en­
vironmental effects of the preparation of a site for a class i
nuclear facility or its construction, operation, decommissioning
or abandonment;
(g) a government of a foreign state or of a subdivision of a for­
eign state, or any institution of such a government; and
(h) an international organization of states or any institution of
such an organization. (instance)
SOR/DORS/2012-288
2. The Regulations are amended by adding the following
after section 8:
Sont exclus tout conseil de bande au sens donné à « conseil de la
bande » dans la Loi sur les Indiens, Exportation et développe­
ment canada et l’Office d’investissement du régime de pensions
du canada. Est également exclue toute société d’état qui est une
filiale à cent pour cent au sens du paragraphe 83(1) de la Loi sur
la gestion des finances publiques, commission portuaire consti­
tuée par la Loi sur les commissions portuaires ou société sans
but lucratif qui a conclu une entente en vertu du paragra­
phe 80(5) de la Loi maritime du Canada, à moins qu’elle ne soit
mentionnée à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur l’évaluation
environnementale (2012). (federal authority)
« instance »
a) autorité fédérale;
b) organisme établi sous le régime d’une loi fédérale et ayant des
attributions relatives à l’évaluation des effets environnementaux
de la préparation de l’emplacement d’une installation nucléaire
de catégorie i ou de sa construction, de son exploitation, de son
déclassement ou de son abandon;
c) gouvernement d’une province;
d) organisme établi sous le régime d’une loi provinciale et ayant
des attributions relatives à l’évaluation des effets environnemen­
taux de la préparation de l’emplacement d’une installation
nucléaire de catégorie i ou de sa construction, de son exploita­
tion, de son déclassement ou de son abandon;
e) organisme constitué aux termes d’un accord sur des revendi­
cations territoriales visé à l’article 35 de la Loi constitutionnelle
de 1982 et ayant des attributions relatives à l’évaluation des
effets environnementaux de la préparation de l’emplacement
d’une installation nucléaire de catégorie i ou de sa construction,
de son exploitation, de son déclassement ou de son abandon;
f) organisme dirigeant constitué par une loi relative à l’autono­
mie gouvernementale des indiens et ayant des attributions rela­
tives à l’évaluation des effets environnementaux de la prépara­
tion de l’emplacement d’une installation nucléaire de catégorie i
ou de sa construction, de son exploitation, de son déclassement
ou de son abandon;
g) gouvernement d’un état étranger ou d’une subdivision poli­
tique d’un état étranger ou un de leurs organismes;
h) organisation internationale d’états ou un de ses organismes.
(jurisdiction)
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après l’ar­
ticle 8, de ce qui suit :
timE LinES: aPPLicatiOn fOR
LicEncE tO PREPaRE SitE
échéanciER RELatif auX DEmanDES DE PERmiS
DE PRéPaRatiOn DE L’EmPLacEmEnt
ComplianCe VerifiCation
VérifiCation de la Conformité
8.1 the commission shall, within 60 days after the day on which
an application for a licence to prepare a site for a class i nuclear
facility is received, determine whether the application contains suf­
ficient detailed information for the commission to commence its
review.
8.1 Dans les soixante jours suivant la date de réception d’une
demande de permis de préparation de l’emplacement d’une instal­
lation nucléaire de catégorie i, la commission décide si la demande
contient suffisamment de renseignements détaillés pour en com­
mencer l’étude.
time periods — reView of appliCation
délais — étude de la demande
8.2 the commission shall, within five days after the day on
which it determines that an application contains sufficient detailed
information for it to commence its review, give notice of the com­
mencement of its review
(a) by providing notice in writing to this effect by mail or email
to the applicant; and
8.2 Dans les cinq jours suivant la date où elle décide que la
demande contient suffisamment de renseignements détaillés pour
en commencer l’étude, la commission donne avis du commence­
ment de l’étude :
a) d’une part, en transmettant au demandeur, par la poste ou par
courriel, un avis écrit à cet effet;
88
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(b) by posting notice to this effect on its internet site.
8.3 (1) the commission shall render its decision in respect of an
application within a time period of 24 months from the day on
which the notice is posted in accordance with paragraph 8.2(b).
(2) the following are excluded from the 24-month time period:
(a) any period granted by the commission for the preparation
and submission of information requested by the commission,
which in the opinion of the commission is necessary to com­
plete the review;
(b) any period, not to exceed 30 days following the commis­
sion’s receipt of a response to the request for information
referred to in paragraph (a), that the commission requires to
determine whether the information requested has been provided
and is adequate;
(c) any period that is required by any jurisdiction to respond to
an offer to consult and cooperate made by the commission
under section 18 of the Canadian Environmental Assessment
Act, 2012 with respect to the class i nuclear facility and, if the
offer is accepted by any jurisdiction, any period that is required
for consultation and cooperation with that jurisdiction;
(d) any period that is required to conduct, and render a decision
on, an environmental assessment of the proposed preparation of
the site for the class i nuclear facility, or its construction, oper­
ation, decommissioning or abandonment, by any jurisdiction
that is obligated by law to conduct that assessment and render a
decision; and
(e) any period during which the licence application review was
adjourned under section 14 of the Canadian Nuclear Safety
Commission Rules of Procedure.
(3) the commission shall give notice of the beginning and end
of any period that is excluded from the 24 months
(a) by providing notice in writing to this effect by mail or email
to the applicant; and
(b) by posting notice to this effect on its internet site.
SOR/DORS/2012-288
b) d’autre part, en affichant un avis à cet effet sur son site
internet.
8.3 (1) La commission rend une décision quant à la demande au
plus tard vingt-quatre mois à compter de la date d’affichage de
l’avis au titre de l’alinéa 8.2b).
(2) Le délai ne court pas pendant les périodes ci-après :
a) toute période accordée par la commission pour préparer et soumettre, à sa demande, tout renseignement qui, de l’avis de la
commission, est nécessaire pour compléter l’étude;
b) toute période d’au plus trente jours suivant la réception par la
commission d’une réponse à la demande de renseignements
visée à l’alinéa a), dont la commission a besoin pour établir si
les renseignements demandés ont été fournis et s’ils sont
adéquats;
c) toute période dont a besoin une instance pour répondre à
l’offre de consultation et de coopération de la commission, faite
en vertu de l’article 18 de la Loi canadienne sur l’évaluation
environnementale (2012), concernant l’installation nucléaire de
catégorie i et, si l’instance a accepté l’offre, toute période de
consultation ou de coopération avec celle-ci;
d) toute période dont a besoin une instance pour réaliser une
évaluation environnementale du projet de préparation de l’em­
placement de l’installation nucléaire de catégorie i ou de sa
construction, de son exploitation, de son déclassement ou de son
abandon et pour rendre une décision relativement à l’évaluation,
si l’instance est tenue par une règle de droit de réaliser cette
évaluation et de rendre une décision;
e) toute période pendant laquelle l’étude de la demande de per­
mis est ajournée en vertu de l’article 14 des Règles de procédure
de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.
(3) La commission donne avis du début et de la fin de toute
période pendant laquelle le délai ne court pas :
a) d’une part, en transmettant au demandeur, par la poste ou par
courriel, un avis écrit à cet effet;
b) d’autre part, en affichant un avis à cet effet sur son site
internet.
URANIUM MINES AND MILLS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES MINES ET LES USINES DE CONCENTRATION D’URANIUM
3. Section 1 of the Uranium Mines and Mills Regulations42 is
amended by adding the following in alphabetical order:
“federal authority” means
(a) a minister of the crown in right of canada;
(b) an agency of the government of canada or a parent crown
corporation, as defined in subsection 83(1) of the Financial
Administration Act, or any other body established under an act
of Parliament that is ultimately accountable through a minister
of the crown in right of canada to Parliament for the conduct of
its affairs;
(c) any department or departmental corporation that is set out in
Schedule i or ii to the Financial Administration Act;
(d) any other body that is set out in Schedule 1 to the Canadian
Environmental Assessment Act, 2012; and
(e) the Executive council of — or a minister, department, agency
or body of the government of — Yukon, the northwest territor­
ies or nunavut.
3. L’article 1 du Règlement sur les mines et les usines de
concentration d’uranium42 est modifié par adjonction, selon
l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« autorité fédérale »
a) ministre fédéral;
b) agence fédérale, société d’état mère au sens du paragra­
phe 83(1) de la Loi sur la gestion des finances publiques ou autre
organisme constitué sous le régime d’une loi fédérale et tenu de
rendre compte au Parlement de ses activités par l’intermédiaire
d’un ministre fédéral;
c) ministère ou établissement public mentionnés aux annexes i
et ii de la Loi sur la gestion des finances publiques;
d) tout autre organisme mentionné à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012);
e) le conseil exécutif du Yukon, des territoires du nord-Ouest ou
du nunavut ou tout ministre, ministère ou organisme de l’admi­
nistration publique de ces territoires.
2
2
SOR/2000-206
DORS/2000-206
89
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
it does not include a council of the band within the meaning of
the Indian Act, Export Development canada or the canada Pen­
sion Plan investment Board. it also does not include a crown
corporation that is a wholly-owned subsidiary, as defined in sub­
section 83(1) of the Financial Administration Act, a harbour
commission established under the Harbour Commissions Act or
a not-for-profit corporation that enters into an agreement under
subsection 80(5) of the Canada Marine Act, that is not set out
in Schedule 1 of the Canadian Environmental Assessment
Act, 2012. (autorité fédérale)
“jurisdiction” means
(a) a federal authority;
(b) any agency or body that is established under an act of Parlia­
ment and that has powers, duties or functions in relation to an
assessment of the environmental effects of the preparation of a
site for a uranium mine or mill or its construction, operation,
decommissioning or abandonment;
(c) the government of a province;
(d) any agency or body that is established under an act of the
legislature of a province, and that has powers, duties or functions
in relation to an assessment of the environmental effects of the
preparation of a site for a uranium mine or mill or its construc­
tion, operation, decommissioning or abandonment;
(e) any body that is established under a land claims agreement
referred to in section 35 of the Constitution Act, 1982, and that
has powers, duties or functions in relation to an assessment of
the environmental effects of the preparation of a site for a uran­
ium mine or mill or its construction, operation, decommis­
sioning or abandonment;
(f) a governing body that is established under legislation that
relates to the self-government of indians and that has powers,
duties or functions in relation to an assessment of the en­
vironmental effects of the preparation of a site for a uranium
mine or mill or its construction, operation, decommissioning or
abandonment;
(g) a government of a foreign state or of a subdivision of a for­
eign state, or any institution of such a government; and
(h) an international organization of states or any institution of
such an organization. (instance)
4. The Regulations are amended by adding the following
after section 8:
timE LinES: aPPLicatiOn fOR LicEncE
tO PREPaRE SitE anD cOnStRuct
SOR/DORS/2012-288
Sont exclus tout conseil de bande au sens donné à « conseil de la
bande » dans la Loi sur les Indiens, Exportation et développe­
ment canada et l’Office d’investissement du régime de pensions
du canada. Est également exclue toute société d’état qui est une
filiale à cent pour cent au sens du paragraphe 83(1) de la Loi sur
la gestion des finances publiques, commission portuaire consti­
tuée par la Loi sur les commissions portuaires ou société sans
but lucratif qui a conclu une entente en vertu du paragra­
phe 80(5) de la Loi maritime du Canada, à moins qu’elle ne soit
mentionnée à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur l’évaluation
environnementale (2012). (federal authority)
« instance »
a) autorité fédérale;
b) organisme établi sous le régime d’une loi fédérale et ayant des
attributions relatives à l’évaluation des effets environnementaux
de la préparation de l’emplacement d’une mine ou d’une usine
de concentration d’uranium ou de sa construction, de son exploi­
tation, de son déclassement ou de son abandon;
c) gouvernement d’une province;
d) organisme établi sous le régime d’une loi provinciale et ayant
des attributions relatives à l’évaluation des effets environnemen­
taux de la préparation de l’emplacement d’une mine ou d’une
usine de concentration d’uranium ou de sa construction, de son
exploitation, de son déclassement ou de son abandon;
e) organisme constitué aux termes d’un accord sur des revendi­
cations territoriales visé à l’article 35 de la Loi constitutionnelle
de 1982 et ayant des attributions relatives à l’évaluation des
effets environnementaux de la préparation de l’emplacement
d’une mine ou d’une usine de concentration d’uranium ou de sa
construction, de son exploitation, de son déclassement ou de son
abandon;
f) organisme dirigeant constitué par une loi relative à l’auto­
nomie gouvernementale des indiens et ayant des attributions
relatives à l’évaluation des effets environnementaux de la pré­
paration de l’emplacement d’une mine ou d’une usine de con­
centration d’uranium ou de sa construction, de son exploitation,
de son déclassement ou de son abandon;
g) gouvernement d’un état étranger ou d’une subdivision poli­
tique d’un état étranger ou un de leurs organismes;
h) organisation internationale d’états ou un de ses organismes.
(jurisdiction)
4. Le même règlement est modifié par adjonction, après l’ar­
ticle 8, de ce qui suit :
échéanciER RELatif auX DEmanDES DE PERmiS DE PRéPaRatiOn DE L’EmPLacEmEnt
Et DE cOnStRuctiOn
ComplianCe VerifiCation
VérifiCation de la Conformité
8.1 the commission shall, within 60 days after the day on which
an application for a licence to prepare a site for and construct a
uranium mine or mill is received, determine whether the applica­
tion contains sufficient detailed information for the commission to
commence its review.
8.1 Dans les soixante jours suivant la date de réception d’une
demande de permis de préparation de l’emplacement et de
construction d’une mine ou d’une usine de concentration d’ura­
nium, la commission décide si la demande contient suffisamment
de renseignements détaillés pour en commencer l’étude.
time periods — reView of appliCation
délais — étude de la demande
8.2 the commission shall, within five days after the day on
which it determines that an application contains sufficient detailed
8.2 Dans les cinq jours suivant la date où elle décide que la
demande contient suffisamment de renseignements détaillés pour
90
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
information for it to commence its review, give notice of the com­
mencement of its review
(a) by providing notice in writing to this effect by mail or email
to the applicant; and
(b) by posting notice to this effect on its internet site.
8.3 (1) the commission shall render its decision in respect of an
application within a time period of 24 months from the day on
which the notice is posted in accordance with paragraph 8.2(b).
(2) the following are excluded from the 24-month time period:
(a) any period granted by the commission for the preparation
and submission of information requested by the commission,
which in the opinion of the commission is necessary to com­
plete the review;
(b) any period, not to exceed 30 days following the commis­
sion’s receipt of a response to the request for information
referred to in paragraph (a), that the commission requires to
determine whether the information requested has been provided
and is adequate;
(c) any period that is required by any jurisdiction to respond to
an offer to consult and cooperate made by the commission
under section 18 of the Canadian Environmental Assessment
Act, 2012 with respect to the environmental assessment of the
proposed preparation of the site for, and construction of, the
uranium mine or mill, or its operation, decommissioning or
abandonment, and, if the offer is accepted by any jurisdiction,
any period that is required for consultation and cooperation with
that jurisdiction;
(d) any period that is required to conduct, and render a decision
on, an environmental assessment of the proposed preparation of
the site for, and construction of, the uranium mine or mill, or its
operation, decommissioning or abandonment, by any jurisdic­
tion that is obligated by law to conduct that assessment and ren­
der a decision; and
(e) any period during which the licence application review was
adjourned under section 14 of the Canadian Nuclear Safety
Commission Rules of Procedure.
(3) the commission shall give notice of the beginning and end
of any period that is excluded from the 24 months
(a) by providing notice in writing to this effect by mail or email
to the applicant; and
(b) by posting notice to this effect on its internet site.
SOR/DORS/2012-288
en commencer l’étude, la commission donne avis du commence­
ment de l’étude :
a) d’une part, en transmettant au demandeur, par la poste ou par
courriel, un avis écrit à cet effet;
b) d’autre part, en affichant un avis à cet effet sur son site
internet.
8.3 (1) La commission rend une décision quant à la demande au
plus tard vingt-quatre mois à compter de la date d’affichage de
l’avis au titre de l’alinéa 8.2b).
(2) Le délai ne court pas pendant les périodes ci-après :
a) toute période accordée par la commission pour préparer et soumettre, à sa demande, tout renseignement qui, de l’avis de la
commission, est nécessaire pour compléter l’étude;
b) toute période d’au plus trente jours suivant la réception par la
commission d’une réponse à la demande de renseignements
visée à l’alinéa a), dont la commission a besoin pour établir si
les renseignements demandés ont été fournis et s’ils sont
adéquats;
c) toute période dont a besoin une instance pour répondre à
l’offre de consultation et de coopération de la commission, faite
en vertu de l’article 18 de la Loi canadienne sur l’évaluation
environnementale (2012), à l’égard de l’évaluation environne­
mentale du projet de préparation et de construction de l’empla­
cement de la mine ou de l’usine de concentration d’uranium ou
de son exploitation, de son déclassement ou de son abandon et,
si l’instance a accepté l’offre, toute période de consultation ou
de coopération avec celle-ci;
d) toute période dont a besoin une instance pour réaliser une
évaluation environnementale du projet de préparation de l’em­
placement et de construction de la mine ou de l’usine de concen­
tration d’uranium ou de son exploitation, de son déclassement
ou de son abandon et pour rendre une décision relativement à
l’évaluation, si l’instance est tenue par une règle de droit de réa­
liser cette évaluation et de rendre une décision;
e) toute période pendant laquelle l’étude de la demande de per­
mis est ajournée en vertu de l’article 14 des Règles de procédure
de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.
(3) La commission donne avis du début et de la fin de toute
période pendant laquelle le délai ne court pas :
a) d’une part, en transmettant au demandeur, par la poste ou par
courriel, un avis écrit à cet effet;
b) d’autre part, en affichant un avis à cet effet sur son site
internet.
TRANSITIONAL PROVISION
DISPOSITION TRANSITOIRE
5. These Regulations do not apply in respect of an applica­
tion for a licence to prepare a site for a Class I nuclear facility
or for a licence to prepare a site for and construct a uranium
mine or mill that was submitted before the coming into force of
these Regulations.
5. Le présent règlement ne s’applique pas à l’égard des
demandes de permis de préparation de l’emplacement d’une
installation nucléaire de catégorie I et des demandes de permis
de préparation de l’emplacement et de construction d’une
mine d’uranium ou d’une usine de concentration d’uranium
qui ont été présentées avant l’entrée en vigueur du présent
règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
6. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
6. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
91
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT
(This statement is not part of the Regulations.)
1. Executive summary
Issue: nuclear projects are multi-year initiatives, with complex
regulatory reviews and processes. While information require­
ments are clearly laid out in regulations and other regulatory
documents, there is a continued perception that regulatory
reviews introduce project risks, in particular regarding the
potential uncertainty of the timelines associated with such
reviews.
Some provinces in canada are reviewing options for potential
new nuclear power plants. in addition, the expansion of nuclear
power, particularly in asia, has led to renewed interest in uran­
ium mining in canada. these projects involve significant regu­
latory effort by the canadian nuclear Safety commission
(cnSc, the commission) and the applicant for nuclear power
plants and mining projects during the licensing reviews.
Description: as part of the government of canada’s Responsible Resource Development initiative, the commission is
amending the Class I Nuclear Facilities Regulations and the
Uranium Mines and Mills Regulations to establish 24-month
timelines in regulations for projects that require its regulatory
review and decision on new applications for the following types
of licences:
• a licence to prepare site for a class i nuclear facility; and
• a combined licence to prepare site for and construct a uran­
ium mine or mill.
the 24-month timelines are based on the commission’s current
regulatory review process.
the Nuclear Safety and Control Act (nSca) and its regulations
set out the information that is required for licence applications.
these requirements are not changing. the review of the infor­
mation submitted by applicants in support of the application
is carried out with input from other federal and provincial gov­
ernment departments and agencies responsible for regulating
health and safety, security and environmental protection. the
focus on delivering high-quality regulatory reviews will
continue.
for some projects, the cnSc may be required to conduct an
environmental assessment (Ea) under the Canadian Environmental Assessment Act, 2012 (cEaa 2012). Where the cnSc
will need to carry out an Ea in addition to its regulatory review,
the Ea will be completed within the same 24-month timelines.
the 24-month timeline will not affect the ability of the public
and aboriginal groups to fully participate in the licence applica­
tion review process.
Cost-benefit statement: the introduction of timelines for
regulatory reviews in support of the issuance of a licence to
92
SOR/DORS/2012-288
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1. Résumé
Enjeu : Les projets nucléaires sont des initiatives pluriannuelles
assujetties à des examens et à des processus réglementaires
complexes. alors que l’information à fournir est clairement
énoncée dans les règlements et d’autres documents d’applica­
tion de la réglementation, on continue de croire que les examens
réglementaires sont sources de risques pour les projets, notam­
ment au regard de l’incertitude potentielle liée aux délais requis
pour ces examens.
certaines provinces canadiennes étudient des options pour les
nouveaux projets de centrales nucléaires. De plus, le développe­
ment de l’énergie nucléaire, particulièrement en asie, a ravivé
l’intérêt pour l’exploitation de l’uranium au canada. ces projets requièrent des efforts réglementaires considérables tant
de la commission canadienne de sûreté nucléaire (ccSn, la
« commission ») que des demandeurs de permis pour des projets de centrales nucléaires et de mines au cours du processus
d’examen des permis.
Description : Dans le cadre de l’initiative du Développement
responsable des ressources mise en place par le gouvernement
du canada, la commission a entrepris de modifier le Règlement
sur les installations nucléaires de catégorie I et le Règlement
sur les mines et les usines de concentration d’uranium dans le
but d’établir des délais de 24 mois au regard des projets pour
lesquels la commission doit effectuer un examen réglementaire
et rendre une décision sur les nouvelles demandes relatives aux
types de permis suivants :
• permis de préparation de l’emplacement d’installations
nucléaires de catégorie i;
• permis combinés de préparation de l’emplacement et de
construction d’une mine ou d’une usine de concentration
d’uranium.
Le délai de 24 mois est fondé sur l’actuel processus d’examen
réglementaire appliqué par la commission.
La Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires (LSRn) et
ses règlements définissent l’information devant accompagner
les demandes de permis. ces exigences restent les mêmes. L’in­
formation présentée par les demandeurs en appui à leur demande
est examinée en collaboration avec d’autres ministères et orga­
nismes fédéraux et provinciaux chargés de réglementer la santé
et la sécurité ainsi que la protection de l’environnement. L’ob­
jectif demeure d’assurer des examens réglementaires de haute
qualité.
La ccSn pourrait devoir réaliser une évaluation environne­
mentale (EE) en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation
environnementale (2012) [LcEE 2012] de certains projets. Si la
ccSn doit réaliser une EE en plus de son examen réglemen­
taire, l’EE sera réalisée dans le même délai de 24 mois.
Le délai de 24 mois n’aura aucune incidence sur la capacité du
public et des groupes autochtones à participer pleinement au
processus d’évaluation des demandes de permis.
Énoncé des coûts et avantages : L’établissement de délais
pour les examens réglementaires à l’appui de la délivrance
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-288
prepare a site for a new class i nuclear facility and a licence to
prepare a site for and construct a new uranium mine or mill will
improve the predictability of regulatory reviews. the regulatory
review process could be a potential factor in the calculation of
return on investment for large resource projects, in particular
with regard to identifying potential project risks. as a result,
industry would benefit from a commitment to predictable and
timely regulatory reviews, which would serve to minimize
potential project uncertainty and risk.
d’un permis de préparation de l’emplacement d’installations
nucléaires de catégorie i ou d’un permis combiné de prépara­
tion de l’emplacement et de construction d’une mine ou d’une
usine de concentration d’uranium rendra ces examens plus pré­
visibles. Le processus d’examen réglementaire pourrait consti­
tuer un facteur important dans le calcul du rendement des inves­
tissements dans les grands projets d’exploitation de ressources,
notamment pour la définition des risques potentiels associés
aux projets. c’est pourquoi l’industrie bénéficierait d’un enga­
gement à garantir un échéancier prévisible et rapide pour les
examens réglementaires, qui contribuerait à réduire l’incerti­
tude et le risque associés aux projets.
the cnSc operates on a cost-recovery basis, directly recover­
ing costs associated with regulatory reviews from project appli­
cants. the Regulations will not impact the total regulatory effort
associated with a review and will therefore not impact the costs
charged to applicants.
La ccSn applique le principe du recouvrement des coûts, en ce
qu’elle recouvre les coûts des examens réglementaires directe­
ment auprès des demandeurs. Le Règlement n’aura pas de
conséquence sur l’ensemble des activités de réglementation
associées à un examen et ne modifiera donc pas les coûts à
payer par les demandeurs.
Mesures de rendement et évaluation : La ccSn possède un
programme d’évaluation bien établi, qui comprend des exa­
mens périodiques de l’approche de la ccSn pour la réglemen­
tation des grands projets, notamment les nouvelles demandes de
permis pour des installations de catégorie i et les mines et les
usines de concentration d’uranium. Le rendement par rapport
aux délais prescrits dans la présente modification sera publié,
comme l’exige cette réglementation et comme il en a été ques­
tion dans le rapport annuel de la ccSn au Parlement.
Performance measurement and evaluation: the cnSc has a
well-established evaluation program, which includes periodic
reviews of the cnSc’s approach to regulating major projects,
including new applications for class i nuclear facilities and
uranium mines and mills. Performance against the timelines
prescribed in this amendment will be reported publicly, as
required by these regulations and discussed in the cnSc’s
annual report to Parliament.
2. Background
2. Contexte
the commission is a quasi-judicial administrative tribunal that
regulates the canadian nuclear industry in order to protect the
health, safety, environment and security of canadians from the
risks associated with the production and use of nuclear energy and
substances, and to implement canada’s international commitments
on the peaceful use of nuclear energy. the commission is man­
dated under the nSca to regulate all nuclear facilities and nuclearrelated activities in canada. Regulations issued under the nSca
list the regulatory information that applicants must submit to the
commission as part of their licence applications.
La commission est un tribunal administratif quasi-judiciaire
chargé de réglementer l’industrie nucléaire canadienne afin de pro­
téger la sûreté, la santé et la sécurité des canadiens et de protéger
l’environnement contre les risques associés à la production et à
l’utilisation de l’énergie et des substances nucléaires, et d’assurer
le respect des engagements internationaux du canada à l’égard de
l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. La ccSn a pour man­
dat, en vertu de la LSRn, de réglementer l’ensemble des installa­
tions nucléaires et des activités liées à l’énergie nucléaire au
canada. Les règlements associés à la LSRn précisent les rensei­
gnements que tous les demandeurs doivent soumettre à la ccSn
avec leurs demandes de permis.
La commission compte jusqu’à sept membres permanents nom­
més, dont les décisions sont appliquées par plus de 800 employés.
ces employés étudient les demandes de permis conformément aux
exigences établies dans les règlements et autres documents d’appli­
cation de la réglementation, soumettent des recommandations à la
commission et veillent au respect de la LSRn, des règlements et
des conditions de permis fixées par la commission.
Lorsqu’elle procède à l’évaluation approfondie des renseigne­
ments accompagnant la demande de permis, la ccSn tient compte
des observations d’autres ministères et organismes fédéraux et pro­
vinciaux chargés de réglementer la santé et la sécurité, la protec­
tion de l’environnement, la préparation aux situations d’urgence et
le transport des marchandises dangereuses.
au cours des dernières années, des lois et des règlements nou­
veaux ou modifiés ont fixé des délais pour les examens environne­
mentaux et réglementaires fédéraux. Dans l’initiative du Développement responsable des ressources, le gouvernement du canada
s’est engagé à simplifier le processus d’examen des grands projets
the commission has up to seven appointed permanent members
whose decisions are implemented by more than 800 employees.
these employees review applications for licences in accordance
with requirements set out in regulations and other regulatory docu­
ments, make recommendations to the commission, and enforce
compliance with the nSca, regulations under the act, and any
licence conditions imposed by the commission.
the in-depth review of the information submitted by applicants
in support of their application is carried out with input from other
federal and provincial government departments and agencies
responsible for regulating health and safety, security, environ­
mental protection, emergency preparedness, and the transportation
of dangerous goods.
in recent years, new and amended federal legislation and regula­
tions have set out timelines for federal environmental and regula­
tory reviews. the government of canada has committed in the
Responsible Resource Development initiative to streamline the
review process for major economic projects in order to ensure
93
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
predictable and timely reviews. the overall objective is to improve
project planning for applicants of major economic projects to
ensure more predictable and timely regulatory reviews and enhance
canada’s investment climate.
the cnSc has determined that mandatory timelines for regula­
tory reviews will apply to initial regulatory approvals for new
class i nuclear facilities and for new uranium mines and mills.
the legislative authority to make timelines falls under subsec­
tions 20(3) and 44(1) of the nSca.
SOR/DORS/2012-288
économiques afin de garantir des examens prévisibles et rapides.
L’objectif général est d’améliorer, pour les demandeurs, la planifi­
cation des grands projets économiques afin de garantir des délais
plus prévisibles et rapides pour les examens réglementaires et
d’améliorer le climat d’investissement au canada.
La ccSn a établi que des délais obligatoires pour les examens
réglementaires s’appliqueront aux approbations réglementaires
initiales des nouvelles installations nucléaires de catégorie i et des
nouvelles mines et usines de concentration d’uranium. Les para­
graphes 20(3) et 44(1) de la LSRn fournissent le fondement légis­
latif pour l’établissement des délais.
3. Issue
3. Enjeux/problèmes
nuclear projects are multi-year initiatives, with complex regula­
tory reviews and processes. While information requirements are set
out in the regulations, there is a continued perception that regula­
tory reviews can introduce project risks, in particular regarding the
potential uncertainty of the timelines associated with such reviews.
Les projets nucléaires sont des initiatives pluriannuelles assujet­
ties à des examens et à des processus réglementaires complexes.
alors que l’information à fournir est clairement énoncée dans les
règlements et d’autres documents d’application de la réglementa­
tion, on continue de croire que les examens réglementaires sont
sources de risques pour les projets, notamment au regard de l’in­
certitude potentielle liée aux délais requis pour ces examens.
certaines provinces canadiennes étudient des options pour des
nouveaux projets de centrales nucléaires. De plus, le développe­
ment de l’énergie nucléaire, particulièrement en asie, a ravivé
l’intérêt pour l’exploitation de l’uranium au canada. ces projets
requièrent des efforts réglementaires considérables tant de la
ccSn que des demandeurs de permis pour des projets de centrales
nucléaires et de mines au cours des processus d’examen des
permis.
Some provinces in canada are reviewing options for potential
new nuclear power plants. in addition, the expansion of nuclear
power, particularly in asia, has lead to renewed interest in uranium
mining in canada. these projects involve significant regulatory
effort by the cnSc and the applicant of the nuclear and mining
project during licensing reviews.
4. Objectives
4. Objectifs
the objective of these Regulations is to establish timelines on
the commission for reviews of licence applications to prepare site
for new class i nuclear facilities, as defined in the Class I Nuclear
Facilities Regulations, and licence applications to prepare site for
and construct new uranium mines or mills, as defined in the Uranium Mines and Mills Regulations. Regulated timelines will enable
applicants to better plan and manage nuclear projects.
Le Règlement a pour but d’imposer à la commission des délais
pour l’examen des demandes de permis de préparation de l’empla­
cement d’installations nucléaires de catégorie i, tel que défini dans
le Règlement sur les installations nucléaires de catégorie I, et des
demandes de permis de préparation de l’emplacement et de
construction d’une mine ou d’une usine de concentration d’ura­
nium, tel que défini dans le Règlement sur les mines et les usines
de concentration d’uranium. ces délais réglementaires faciliteront
la planification et la gestion des projets nucléaires pour les
demandeurs.
5. Description
5. Description
the Regulations establish 24-month timelines for the regulatory
review of, and commission decision on
• an application for a licence to prepare a site for a class i nuclear
facility; and
• an application for a combined licence to prepare a site for and
construct a uranium mine or mill.
Le Règlement impose des délais de 24 mois pour l’examen
réglementaire et la prise d’une décision par la commission dans le
cas :
• d’une demande de permis de préparation de l’emplacement
d’une installation nucléaire de catégorie i;
• d’une demande de permis de préparation de l’emplacement et
de construction d’une mine et d’une usine de concentration
d’uranium.
Les délais tiennent compte du temps nécessaire pour :
• permettre l’évaluation technique de la demande;
• tenir une audience publique quant à la décision de délivrer le
permis;
• publier la décision de la commission.
un examen réglementaire serait lancé une fois que la commis­
sion aurait déterminé, dans les 60 jours suivant la réception d’une
demande, que l’information soumise par le demandeur est suffi­
sante pour débuter l’examen. un avis signalant le début de l’exa­
men réglementaire serait ensuite envoyé au demandeur et affiché
sur le site Web de la ccSn.
the timelines include the time needed to
• complete a technical assessment of the application;
• conduct a public hearing for the licensing decision on the appli­
cation; and
• publish the commission’s decision.
a regulatory review would be initiated once the commission has
determined, within 60 days of receiving an application, that the
applicant has submitted sufficient information to begin the review.
a notice that the regulatory review has commenced would then be
provided to the applicant and posted on the cnSc’s Web site.
94
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
the timelines apply to commission activities only and would
not include the time
• to verify that the initial licence application includes a compre­
hensive set of documentation in support of the application (up
to 60 days);
• to collect information requested by the commission;
• for the cnSc to assess the completeness of a submission in
response to an information request (up to 30 days);
• to cooperate with another jurisdiction for environmental assess­
ments as per section 18 of cEaa 2012;
• for matters outside of the commission’s control, such as the
time for other jurisdictions to participate and to complete an
environmental assessment; or
• during which the review is adjourned under section 14 of the
Canadian Nuclear Safety Commission Rules of Procedure.
SOR/DORS/2012-288
the timelines take into account the time necessary to conduct
public hearings and to allow stakeholders and intervenors to pre­
pare for and fully participate in the regulatory review of the
project.
Les délais s’appliqueraient uniquement aux activités de la ccSn
et ne tiendraient pas compte du temps requis :
• pour vérifier que la demande initiale de permis comprend une
documentation exhaustive qui appuie la demande (jusqu’à 60
jours);
• pour recueillir l’information exigée par la commission;
• pour permettre à la ccSn d’examiner l’information soumise
en réponse à une demande d’information afin de vérifier si la
demande est exhaustive (jusqu’à 30 jours);
• pour permettre la coopération avec un autre gouvernement dans
le domaine de l’évaluation environnementale, comme le pré­
voit l’article 18 de la LcEE 2012;
• pour des questions sur lesquelles la commission n’a pas d’em­
prise, comme le délai exigé par un autre gouvernement pour
réaliser une évaluation environnementale ou pour y participer;
• pendant laquelle l’examen est ajournée en vertu de l’article 14
des Règles de procédure de la Commission canadienne de
sûreté nucléaire.
Les délais tiennent compte du temps nécessaire pour mener des
audiences publiques et pour permettre aux parties intéressées et
aux intervenants de se préparer à l’examen réglementaire du projet
et d’y participer.
6. Regulatory and non-regulatory options considered
6. Options réglementaires et non réglementaires considérées
Over the years, the cnSc has established formal processes for
managing regulatory reviews of major, complex projects while
ensuring the efficiency of the regulatory process. in addition, the
cnSc has increased transparency of its regulatory reviews through
a variety of mechanisms, including
• developing and publishing project timelines for major projects
on its Web site;
• issuing documents to clearly explain the licensing process;
• establishing protocols with applicants to ensure a clear under­
standing of expectations and timelines; and
• participating in government-wide initiatives such as the major
Projects management Office, including its commitment to
transparent project timelines.
au fil des ans, la ccSn a mis en place des processus formels de
gestion des examens réglementaires des grands projets complexes
tout en assurant l’efficacité du processus de réglementation. De
plus, la commission a amélioré la transparence de ses examens
réglementaires par différents mécanismes :
• établissement d’un calendrier pour des grands projets donnés et
publication du calendrier sur son site Web;
• publication de documents expliquant clairement le processus
de délivrance de permis;
• établissement de protocoles avec les demandeurs pour s’assu­
rer qu’ils comprennent bien les attentes et des délais;
• participation à des initiatives pangouvernementales comme le
Bureau de gestion des grands projets y compris son engage­
ment de garantir des délais transparents pour les projets.
Pour donner suite à l’engagement de simplifier le processus
d’examen des grands projets économiques, pris par le gouverne­
ment du canada dans l’initiative du Développement responsable
des ressources, les délais prescrits dans le Règlement visent à
rendre les examens réglementaires plus prévisibles. Les délais se
fondent sur les normes existantes et sur le rendement antérieur du
processus de délivrance des permis. L’introduction de délais dans
le Règlement ne modifie en rien la rigueur des examens réglemen­
taires ni ne change les exigences de la LSRn ou des règlements.
L’établissement d’un examen de 24 mois garantira que le délai
pour l’examen d’une demande et la prise de décision quant à la
délivrance du permis imposeront une discipline à la ccSn dans
l’étude des demandes de permis de préparation de l’emplacement
d’installations nucléaires de catégorie i et de permis de préparation
de l’emplacement et de construction d’une mine ou d’une usine de
concentration d’uranium.
as a response to the government of canada’s commitment in
the Responsible Resource Development initiative to streamline the
review process for major economic projects, specified timelines in
the regulations are designed to increase regulatory predictability of
regulatory reviews. the timelines are based on existing standards
and/or historical review performance in the licensing process. the
introduction of regulated timelines in regulations does not affect
the robustness of these regulatory reviews, nor does it change the
requirements in the nSca or the requirements in the regulations.
adding a review of 24 months in the regulations will ensure that
the timelines for reviewing and deciding on a licence to prepare a
site for a class i nuclear facility and a licence to prepare a site for
and construct a uranium mine or mill will impose a discipline on
the cnSc.
7. Benefits and costs
7. Avantages et coûts
the introduction of timelines for regulatory reviews in support
of the issuance of a licence to prepare a site for a new class i
nuclear facility and a licence to prepare a site for and construct a
new uranium mine or mill will improve the predictability of
L’établissement de délais pour les examens réglementaires rela­
tifs à la délivrance de permis de préparation de l’emplacement
d’installations nucléaires de catégorie i et de permis de préparation
de l’emplacement et de construction d’une mine ou d’une usine de
95
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-288
regulatory reviews. the regulatory review process could be a
potential factor in the calculation of return on investment for large
resource projects, in particular with regard to identifying potential
project risks. as a result, industry would benefit from a commit­
ment to predictable and timely regulatory review processes, which
would serve to minimize potential project uncertainty and risk.
concentration d’uranium rendra ces examens plus prévisibles. Le
processus d’examen réglementaire pourrait être un facteur impor­
tant dans le calcul du rendement des investissements dans les
grands projets d’exploitation de ressources, notamment pour la
définition des risques potentiels associés aux projets. c’est pour­
quoi l’industrie bénéficierait d’un engagement à garantir un
échéancier prévisible et rapide pour les examens réglementaires,
qui contribuerait à réduire l’incertitude et le risque associés aux
projets.
the commission operates on a cost-recovery basis, directly
recovering costs associated with regulatory reviews from project
applicants. the Regulations will not impact the total regulatory
effort associated with a review and will therefore not impact the
costs charged to applicants.
La ccSn applique le principe du recouvrement des coûts, en ce
qu’elle recouvre les coûts des examens réglementaires directement
auprès des demandeurs. Le Règlement n’aura pas de conséquence
sur l’ensemble des activités de réglementation associées à un
examen et ne modifiera donc pas les coûts à payer par les
demandeurs.
8. Small business lens and “One-for-One” Rule
8. Lentille des petites entreprises et règle du « un pour un »
there is no significant impact on small businesses, since the
Regulations establish timelines on the commission to complete its
reviews and decision on licence applications to prepare sites for
major nuclear projects such as class i nuclear facilities and licence
applications to prepare sites and construct for new uranium mines
or mills. there are no incremental compliance costs, nor any incre­
mental administrative costs for small business as a result of these
Regulations.
Le Règlement n’aura pas de conséquences significatives sur les
petites entreprises, puisqu’elle impose à la commission des délais
pour effectuer l’examen réglementaire et la prise d’une décision
pour des demandes de permis de préparation de l’emplacement
d’installations nucléaires de catégorie i et des demandes de permis
de préparation de l’emplacement et de construction d’une mine et
d’une usine de concentration d’uranium. Le Règlement n’impose
donc pas de coûts de conformité ni de frais administratifs addition­
nels aux petites entreprises.
De plus, le gouvernement du canada s’est engagé à réduire le
fardeau administratif des entreprises canadiennes en appliquant la
règle du « un pour un ». Lorsqu’un règlement en vigueur est modi­
fié, la règle du « un pour un » oblige les organismes de réglemen­
tation à réduire de façon équivalente, à partir de leurs règlements
en vigueur, les coûts du fardeau administratif pour les entreprises à
mesure que s’ajoutent les modifications réglementaires. Le Règle­
ment n’impose aucun coût administratif différentiel aux entreprises
canadiennes, puisqu’il ne leur impose aucune nouvelle obligation
ou exigence. La commission continue d’effectuer un examen
approfondi de l’information fournie par les demandeurs pour
étayer leur demande.
in addition, the government of canada has committed to
reducing the regulatory burden to canadian businesses by imple­
menting a “One-for-One” Rule. When amending existing regula­
tions, the “One-for-One” Rule requires regulators to offset, from
their existing regulations, an equal amount of administrative burden
on business as the regulatory amendments add. the Regulations do
not add any incremental administrative costs to canadian business,
as they do not impose any new obligations or requirements. the
commission’s in-depth review of the information submitted by
applicants in support of their application is not changing.
9. Consultation
9. Consultation
the cnSc issued a discussion paper for public consultation
on the Regulations Amending the Class I Nuclear Facilities Regulations and the Uranium Mines and Mills Regulations, on
July 10, 2012, for a 30-day comment period. an invitation to com­
ment on the discussion paper was posted on the cnSc’s Web site
and the consulting with canadians Web site and a notification
was posted on the cnSc’s facebook page. an email notification
was also forwarded to the over 2 000 subscribers to the cnSc’s
Web site. the discussion paper is available at nuclearsafety.gc.ca.
Le 10 juillet 2012, la ccSn a publié, pour une période d’exa­
men de 30 jours, un document de travail pour consultation externe
sur le Règlement modifiant le Règlement sur les installations
nucléaires de catégorie I et le Règlement sur les mines et les usines
de concentration d’uranium. une invitation à commenter le docu­
ment a été lancée sur le site Web de la ccSn et sur celui de consul­
tations auprès des canadiens, et un avis a été publié sur la page
facebook de la ccSn. un avis a aussi été envoyé par courriel aux
2 000 abonnés du site Web de la ccSn. On peut consulter le docu­
ment de travail à suretenucleaire.gc.ca.
Le 20 août 2012, la ccSn a affiché tous les commentaires reçus
à propos du document de travail et a lancé une invitation à formuler
des observations pendant une période de 10 jours. aucune observa­
tion supplémentaire n’a été reçue.
Les commentaires reçus ont été formulés par six intervenants
représentant des exploitants de centrale nucléaire, des fournisseurs
d’uranium, des institutions de recherche et des associations indus­
trielles. aucune organisation non gouvernementale et aucun groupe
autochtone n’a formulé de commentaire.
En général, les intervenants ont appuyé les mesures qui amé­
liorent la prévisibilité et la rapidité des examens réglementaires des
On august 20, 2012, the cnSc posted all comments received on
the discussion paper, and issued an invitation to provide feedback
for a 10-day period. no additional feedback was received.
comments were received from six stakeholders representing
nuclear power plant operators, uranium suppliers, research institu­
tions and industry associations. no comments were received from
non-government organizations or aboriginal groups.
in general, stakeholders supported measures which would
improve the predictability and timeliness of regulatory reviews of
96
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-288
major nuclear projects, including the establishment of timelines in
regulation. Several stakeholders were of the view that 24 months
should be the maximum amount of time for the regulatory review,
indicating that it could potentially be shortened to 12 or 18 months.
grands projets nucléaires, notamment l’établissement de délais
dans la réglementation. Plusieurs intervenants étaient d’avis que
24 mois devrait être la période de temps maximale accordée pour
un examen réglementaire, et ils ont précisé que cette période pour­
rait être réduite à 12 ou à 18 mois.
Some stakeholders recommended the establishment of regulated
timelines for other regulatory reviews and approvals, including
environmental assessments, raising the importance of coordinating
environmental assessments with licensing reviews. Stakeholders
also noted that the cnSc has been addressing the issue of cooper­
ation with other jurisdictions with some effectiveness, and suggest
that continued attention to this issue is needed to ensure certainty
in regulatory reviews.
certains intervenants ont recommandé l’établissement de délais
dans la réglementation pour d’autres examens et autorisations
réglementaires, notamment les évaluations environnementales, ce
qui rehausse l’importance accordée à la coordination des évalua­
tions environnementales et des examens des demandes de permis.
Les intervenants ont également souligné que la ccSn aborde avec
une certaine efficacité la question de coopération avec d’autres ins­
tances et ils ont suggéré qu’il est nécessaire de porter une attention
continue à cette question afin d’assurer la certitude quant aux exa­
mens réglementaires.
finalement, les intervenants ont mentionné que la ccSn a établi
des attentes claires à l’égard des renseignements nécessaires pour
les demandes de permis, ce qui devrait faire disparaître la nécessité
des dispositions de mise en attente. un intervenant a souligné que
la réglementation ne fournit pas une amélioration réelle par rapport
au processus actuel.
Lors de la finalisation de cette réglementation, la ccSn a exa­
miné tous les commentaires formulés par les intervenants et elle a
apporté les modifications nécessaires au Règlement. Des préci­
sions supplémentaires relatives à l’intégration des évaluations envi­
ronnementales ont été incluses dans ce résumé de l’étude d’impact
de la réglementation (RéiR). La ccSn pourrait devoir réaliser une
évaluation environnementale (EE) en vertu de la Loi canadienne
sur l’évaluation environnementale (2012) [LcEE 2012] de certains
projets. Si la ccSn doit réaliser une EE en plus de son examen
réglementaire, l’EE sera réalisée dans le même délai de 24 mois.
La ccSn demeure déterminée à assurer la rapidité du processus
d’autorisation réglementaire, mais elle a toutefois axé la réglemen­
tation sur la première autorisation pour les nouveaux grands projets
nucléaires. La ccSn continuera à collaborer avec les demandeurs
de permis pour établir des protocoles aux délais serrés pour les
principaux examens et autorisations réglementaires, mais elle est
d’avis que l’établissement d’une période d’examen maximale de
24 mois dans la réglementation, soit une période conforme aux
délais prescrits dans la LcEE 2012 pour les commissions d’exa­
men, constitue une mesure appropriée.
La ccSn convient que des attentes claires devraient réduire au
minimum le besoin de dispositions de mise en attente et elle a for­
mulé cette réglementation de manière à tenir compte seulement des
circonstances où l’examen réglementaire ne peut se poursuivre en
l’absence de renseignements qui, selon la commission, sont néces­
saires pour la prise d’une décision réglementaire.
finally, stakeholders noted that the cnSc has developed clear
expectations regarding the necessary information for the licence
application, which should negate the need for “stop clock” provi­
sions. One stakeholder noted that the Regulations do not provide
any real improvement over the current process.
in finalizing these Regulations, the cnSc reviewed all input
received from stakeholders and adjusted the Regulations as appro­
priate. additional clarity around the integration of environmental
assessments has been included in this Regulatory impact analysis
Statement (RiaS). the cnSc may be required to conduct an Ea
under cEaa 2012 for some projects. Where the cnSc will need
to carry out an Ea in addition to its regulatory review, the Ea will
be completed within the same 24-month timeline.
the cnSc continues to be committed to timely delivery of all
regulatory approvals; however, it has focussed these Regulations
on the first licensing of new major nuclear projects. While the
cnSc will continue its practice of establishing protocols with
applicants for major regulatory reviews and approvals, it is of the
view that the establishment of a 24-month maximum review period
in regulations, consistent with the timelines for review panels
under cEaa 2012, is appropriate.
the cnSc agrees that clear expectations should minimize the
need for stop-clock provisions, and it has drafted these Regulations
to accommodate only circumstances when the Regulatory review
cannot progress in the absence of information which, in the opinion
of the commission, is necessary to render a regulatory decision.
10. Regulatory cooperation
10. Coopération en matière de réglementation
in recent years, new and amended federal legislation and regula­
tions have set out timelines for federal environmental and regula­
tory reviews. the government of canada has committed in the
Responsible Resource Development initiative to streamline the
review process for major economic projects in order to ensure pre­
dictable and timely regulatory reviews.
a key objective of the Responsible Resource Development
initiative is to make the timing of the review process for major
projects more predictable in order to facilitate investment and plan­
ning decisions that will lead to job creation and economic growth.
these Regulations align with other federal regulatory bodies to
au cours des dernières années, des lois et des règlements nou­
veaux ou modifiés ont fixé des délais pour les examens environne­
mentaux et réglementaires fédéraux. Dans l’initiative du Développement responsable des ressources, le gouvernement du canada
s’est engagé à simplifier le processus d’examen des grands projets
économiques afin de garantir des examens prévisibles et rapides.
un objectif essentiel de l’initiative de Développement responsable des ressources est de rendre plus prévisibles les délais du
processus d’examen des grands projets afin de faciliter la prise de
décisions en matière d’investissement et de planification qui seront
sources d’emplois et de croissance économique. Le Règlement
97
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-288
provide more predictable timelines for regulatory reviews of appli­
cations for major projects.
appuie le travail d’autres organismes de réglementation fédéraux
visant à fixer des délais plus prévisibles pour l’examen réglemen­
taire des demandes relatives aux grands projets.
11. Rationale
11. Justification
the Regulations will provide more predictable timelines for
regulatory reviews while maintaining safety and effective regula­
tory oversight. the cnSc has extensive experience in managing
regulatory reviews of major, complex projects, such as licensing
class i nuclear facilities and uranium mines and mills. the Regula­
tions will not compromise the safety of nuclear facilities or uran­
ium mines and mills, affect the rigour and depth of its technical
assessments of licence applications, or limit the opportunity of the
public and aboriginal groups to participate in public hearings.
Le Règlement fixera des délais plus prévisibles pour les exa­
mens réglementaires tout en maintenant la sûreté et une surveil­
lance réglementaire efficace. La ccSn possède une vaste expé­
rience de la gestion des examens réglementaires des grands projets
complexes, comme la délivrance de permis pour des installations
nucléaires de catégorie i et des mines et usines de concentration
d’uranium. Le Règlement ne compromettra pas la sûreté des instal­
lations nucléaires ou des mines et usines de concentration d’ura­
nium, ni affecter la rigueur et la profondeur des évaluations tech­
niques des demandes de permis réalisées par la ccSn, ou de
limiter la possibilité pour le public et les groupes autochtones de
participer aux audiences publiques.
12. Implementation, enforcement and service standards
12. Mise en œuvre, application et normes de service
the Regulations will come into force on the day they are regis­
tered. the Regulations do not affect the commission’s compliance
and enforcement policies; they establish timelines for the commis­
sion to complete its reviews and decision on licence applications to
prepare sites for new class i nuclear facilities and licence applica­
tions to prepare sites and construct for uranium mines or mills
within 24 months.
Le Règlement entrera en vigueur à la date de son enregistrement.
Le Règlement ne compromet pas les politiques de conformité et
d’application de la loi de la commission. il impose à la commis­
sion des délais pour effectuer l’examen réglementaire et la prise
d’une décision pour des demandes de permis de préparation de
l’emplacement d’installations nucléaires de catégorie i et des
demandes de permis de préparation de l’emplacement et de
construction d’une mine ou d’une usine de concentration d’ura­
nium dans un délai de 24 mois.
Pour les évaluations des demandes de permis de préparation de
l’emplacement d’installations nucléaires de catégorie i et des
demandes de permis de préparation de l’emplacement et de
construction d’une mine ou d’une usine de concentration d’ura­
nium en cours, la commission s’engage de réaliser son examen
réglementaire et de rendre sa décision dans un délai de 24 mois.
Pour rendre une décision sur une demande de permis, la com­
mission étudie la demande, les recommandations de son personnel
ainsi que les mémoires des intervenants (incluant notamment le
public et les groupes autochtones) soumis dans le cadre de l’au­
dience publique. une fois que la commission a délivré un permis,
son personnel vérifie et assure la conformité à la LSRn, aux
règlements pris en vertu de la Loi et aux conditions de permis
éventuellement fixées par la commission. La ccSn reste détermi­
née à protéger la santé et la sécurité du public ainsi que
l’environnement.
for ongoing regulatory reviews of licence applications to pre­
pare site for new class i nuclear facilities and licence applications
to prepare site and construct for uranium mines or mills, the com­
mission is committed to completing its regulatory review and pro­
vide its decision within 24 months.
in making a decision on a licence application, the commission
considers the applicant’s request, recommendations from staff, and
any submissions from intervenors (including the public and
aboriginal groups) made during public hearings. Once a licence is
issued by the commission, cnSc staff verify and enforce compli­
ance with the nSca, regulations under the act, and any licence
conditions the commission imposes. the cnSc remains commit­
ted to protecting the health, safety and security of the public, and
the environment.
13. Performance measurement and evaluation
13. Mesures de rendement et évaluation
the cnSc has a well-established evaluation program, which
includes periodic reviews of the cnSc’s approach to regulating
major projects, including new applications for class i nuclear
facilities and uranium mines and mills. Performance against the
timelines prescribed in this amendment will be reported publicly,
as required by these regulations and discussed in the cnSc’s
annual report to Parliament.
La ccSn possède un programme d’évaluation bien établi, qui
comprend des examens périodiques de l’approche de la ccSn
pour la réglementation des grands projets, notamment les nou­
velles demandes de permis pour des installations de catégorie i et
les mines et les usines de concentration d’uranium. Le rendement
par rapport aux délais prescrits dans la présente modification sera
publié, comme l’exige cette réglementation et comme il en a été
question dans le rapport annuel de la ccSn au Parlement.
98
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-288
14. Contacts
14. Personnes-ressources
colin moses
Director
Regulatory framework Division
telephone: 613-995-5430
Email: colin.moses@cnsc-ccsn.gc.ca
canadian nuclear Safety commission
280 Slater Street
Ottawa, Ontario
K1P 5S9
telephone: 613-991-3153
colin moses
Directeur
Division du cadre de réglementation
téléphone : 613-995-5430
courriel : colin.moses@cnsc-ccsn.gc.ca
commission canadienne de sûreté nucléaire
280, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1P 5S9
téléphone : 613-991-3153
Published by the Queen’s Printer for canada, 2013
Publié par l’imprimeur de la Reine pour le canada, 2013
99
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
Registration
SOR/2012-289 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-289
DEPARTMENT OF vETERANS AFFAIRS ACT
CANADIAN FORCES MEMBERS AND vETERANS
RE-ESTABLIShMENT AND COMPENSATION ACT
LOI SUR LE MINISTÈRE DES ANCIENS COMBATTANTS
LOI SUR LES MESURES DE RéINSERTION ET
D’INDEMNISATION DES MILITAIRES ET véTéRANS DES
FORCES CANADIENNES
Regulations amending the Veterans Health Care
Regulations and the Canadian forces members
and Veterans Re-establishment and Compensation
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les soins de
santé pour anciens combattants et le Règlement sur
les mesures de réinsertion et d’indemnisation des
militaires et vétérans des forces canadiennes
P.C. 2012-1718
C.P. 2012-1718
December 13, 2012
Le 14 décembre 2012
Le 13 décembre 2012
his Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of veterans Affairs, pursuant to sec­
tion 51a of the Department of Veterans Affairs Act2b and section 943c
of the Canadian Forces Members and Veterans Re-establishment
and Compensation Act4d, makes the annexed Regulations Amending
the Veterans Health Care Regulations and the Canadian Forces
Members and Veterans Re-establishment and Compensation
Regulations.
Sur recommandation du ministre des Anciens combattants et en
vertu de l’article 51a de la Loi sur le ministère des Anciens Combattants2b, et de l’article 943c de la Loi sur les mesures de réinsertion et
d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes4d,
Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur les soins de santé pour anciens
combattants et le Règlement sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes,
ci-après.
RegUlatiOnS amenDing tHe VeteRanS HealtH
CaRe RegUlatiOnS anD tHe CanaDian fORCeS
memBeRS anD VeteRanS Re-eStaBliSHment
anD COmPenSatiOn RegUlatiOnS
Règlement mODifiant le Règlement SUR leS SOinS De SantÉ POUR anCienS COmBattantS et le Règlement SUR leS meSUReS De
RÉinSeRtiOn et D’inDemniSatiOn
DeS militaiReS et VÉtÉRanS DeS fORCeS CanaDienneS
DePaRtment Of VeteRanS affaiRS aCt
lOi SUR le miniStèRe DeS anCienS COmBattantS
VeteRans HealtH caRe Regulations
Règlement suR les soins de santé pouR
anciens combattants
1. (1) the definitions “military service pensioner” and “spe­
cial duty service pensioner” in section 2 of the Veterans Health
Care Regulations51 are replaced by the following:
“military service pensioner” means a former member or reserve
force member who is entitled to a pension under the Pension Act
for a disability related to military service that was not
(a) active service in World War I or World War II,
(b) service in a theatre of operations, as that expression is defined
in section 2 of the Veterans Benefit Act, or
(c) special duty service, as defined in subsection 3(1) of the Pension Act; (pensionné du service militaire)
“special duty service pensioner” means a former member or reserve
force member who is entitled to a pension under the Pension Act
for a disability attributable to or incurred during special duty ser­
vice, as defined in subsection 3(1) of that Act; (pensionné du service spécial)
1. (1) les définitions de « pensionné du service militaire » et
« pensionné du service spécial », à l’article 2 du Règlement sur
les soins de santé pour anciens combattants51, sont respective­
ment remplacées par ce qui suit :
« pensionné du service militaire » Ancien membre ou membre de
la force de réserve qui a droit à une pension au titre de la Loi sur les
pensions pour une invalidité liée au service militaire autre que :
a) le service actif durant la Première Guerre mondiale ou la
Seconde Guerre mondiale;
b) le service sur un théâtre d’opérations au sens l’article 2 de la
Loi sur les avantages destinés aux anciens combattants;
c) le service spécial au sens du paragraphe 3(1) de la Loi sur les
pensions. (military service pensioner)
« pensionné du service spécial » Ancien membre ou membre de la
force de réserve qui a droit à une pension au titre de la Loi sur les
pensions pour une invalidité subie au cours du service spécial au
sens du paragraphe 3(1) de cette loi, ou attribuable à ce service.
(special duty service pensioner)
a
a
b
c
d
1
S.C. 2011, c. 24, s. 180
R.S., c. v-1, s. 1; S.C. 2000, c. 34, par. 95(a)
S.C. 2011, c. 12, s. 17
S.C. 2005, c. 21
SOR/90-594
100
b
c
d
1
L.C. 2011, ch. 24, art. 180
L.R., ch. v-1, art. 1; L.C. 2000, ch. 34, al. 95a)
L.C. 2011, ch. 12, art. 17
L.C. 2005, ch. 21
DORS/90-594
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(2) Paragraphs (j) and (k) of the definition “client” in sec­
tion 2 of the Regulations are replaced by the following:
(j) former member or reserve force member who is entitled to a
disability award, or
(k) former member or reserve force member who has received a
detention benefit under Part 3 of the Canadian Forces Members
and Veterans Re-establishment and Compensation Act; (client)
(3) Section 2 of the Regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“reserve force member” means a member
(a) of the Supplementary Reserve Force,
(b) on a period of Class A Reserve Service, as described in arti­
cle 9.06 of the Queen’s Regulations and Orders for the Canadian Forces, or
(c) on a period of 180 days or less of Class B Reserve Service, as
described in article 9.07 of the Queen’s Regulations and Orders
for the Canadian Forces; (membre de la force de réserve)
2. Section 3 of the Regulations is replaced by the following:
3. (1) The following clients are eligible to receive treatment
benefits in Canada or elsewhere in respect of a pensioned
condition:
(a) a veteran pensioner;
(b) a civilian pensioner;
(c) a Red Cross pensioner; and
(d) a flying accident pensioner.
(2) A Newfoundland Special Award pensioner is eligible to
receive treatment benefits in Canada or elsewhere in respect of the
disability for which they receive the award.
(3) The following clients are eligible to receive treatment bene­
fits in Canada or elsewhere in respect of a pensioned condition or a
disability for which they are entitled to a disability award to the
extent that those benefits are not available to them as a member or
former member of the Canadian Forces:
(a) a special duty service pensioner;
(b) a military service pensioner; and
(c) a former member or a reserve force member.
(4) The following clients are eligible to receive treatment bene­
fits in Canada, for any health condition, to the extent that those
benefits are not available to them as a member or former member
of the Canadian Forces nor available as an insured service under a
provincial health care system:
(a) a veteran pensioner or a civilian pensioner if the extent of
their disability in respect of the aggregate of all of their disability
assessments under the Pension Act and the Canadian Forces
Members and Veterans Re-establishment and Compensation Act
is equal to or greater than 48%;
(b) a client referred to in subsection (1) or (2) who is seriously
disabled; and
(c) a special duty service pensioner or a former member or
reserve force member who is entitled to a disability award in
respect of special duty service, if they are eligible to receive any
of the veterans independence program services referred to in
paragraphs 19(a), (b) and (e).
SOR/DORS/2012-289
(2) les alinéas j) et k) de la définition de « client », à l’ar­
ticle 2 du même règlement, sont remplacés par ce qui suit :
j) l’ancien membre ou le membre de la force de réserve ayant
droit à une indemnité d’invalidité;
k) l’ancien membre ou le membre de la force de réserve qui a
reçu une indemnité de captivité au titre de la partie 3 de la Loi
sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires
et vétérans des Forces canadiennes. (client)
(3) l’article 2 du même règlement est modifié par adjonc­
tion, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« membre de la force de réserve »
a) membre de la Réserve supplémentaire;
b) membre qui est en service de réserve de classe « A », au sens
de l’article 9.06 des Ordonnances et règlements royaux applicables aux Forces canadiennes;
c) membre qui est en service de réserve de classe « B », au sens
de l’article 9.07 des Ordonnances et règlements royaux applicables aux Forces canadiennes, pour cent quatre-vingts jours ou
moins. (reserve force member)
2. l’article 3 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
3. (1) Les clients ci-après sont admissibles à des avantages médi­
caux au Canada ou ailleurs, à l’égard d’un état indemnisé :
a) l’ancien combattant pensionné;
b) le pensionné civil;
c) le pensionné de la Croix-Rouge;
d) le pensionné à la suite d’un accident d’aviation.
(2) Le pensionné titulaire d’une attribution spéciale (TerreNeuve) est admissible à des avantages médicaux au Canada ou ail­
leurs, à l’égard de l’invalidité pour laquelle il touche l’attribution.
(3) Les clients ci-après sont admissibles à des avantages médi­
caux au Canada ou ailleurs, à l’égard d’un état indemnisé ou de
l’invalidité pour laquelle il a droit à une indemnité d’invalidité dans
la mesure où ils ne peuvent les obtenir en qualité de membre ou
d’ancien membre des Forces canadiennes, selon le cas :
a) le pensionné du service spécial;
b) le pensionné du service militaire;
c) l’ancien membre ou le membre de la force de réserve.
(4) Les clients ci-après sont admissibles à des avantages médi­
caux au Canada, quelle que soit l’affection, dans la mesure où ils
ne peuvent les obtenir en qualité de membre ou d’ancien membre
des Forces canadiennes ou au titre de services assurés dans le cadre
du régime d’assurance-maladie d’une province :
a) l’ancien combattant pensionné ou le pensionné civil dont le
total des degrés d’invalidité estimés au titre de la Loi sur les
pensions et de la Loi sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes est
égal ou supérieur à 48 %;
b) le client visé aux paragraphes (1) ou (2) qui souffre d’une
déficience grave;
c) le pensionné du service spécial, l’ancien membre ou le
membre de la force de réserve qui a droit à une indemnité d’in­
validité en raison du service spécial, s’il est admissible à des
services du programme pour l’autonomie des anciens combat­
tants visés aux alinéas 19a), b) et e).
101
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(5) The following clients are eligible to receive treatment bene­
fits in Canada, for any health condition, to the extent that those
benefits are not available as an insured service under a provincial
health care system:
(a) an income-qualified veteran;
(b) an income-qualified civilian;
(c) a client who is in receipt of adult residential care, intermedi­
ate care or chronic care in a departmental facility or contract
bed;
(d) a client who is in receipt of the cost to them of intermediate
care or chronic care under section 21.1 or 21.2;
(e) a Canada service veteran who is in receipt of chronic care in
a community facility under subsection 22(2); and
(f) a client who is in receipt of chronic care in a community facil­
ity under section 22.1.
(6) The following clients are eligible to receive treatment bene­
fits in Canada, for any health condition, to the extent that those
benefits are not available as an insured service under a provincial
health care system:
(a) if they are eligible under section 15, 17 or 17.1 to receive any
of the veterans independence program services referred to in
paragraphs 19(a), (b) and (e) or are in receipt of those services
under section 18:
(i) a veteran pensioner,
(ii) an overseas service veteran,
(iii) a dual service veteran, and
(iv) an overseas service civilian; and
(b) if they are eligible to receive any of the veterans independ­
ence program services referred to in paragraphs 19(a), (b) and
(e):
(i) a civilian pensioner,
(ii) a prisoner of war who is entitled to basic compensation
under subsection 71.2(1) of the Pension Act,
(iii) a Canada service veteran, and
(iv) a former member or a reserve force member who has
received a detention benefit under Part 3 of the Canadian
Forces Members and Veterans Re-establishment and Compensation Act.
(7) If a client is hospitalized and they assert that hospitalization
is required in respect of their pensioned condition, treatment bene­
fits in respect of that hospitalization, in Canada or elsewhere, are
deemed to be required in respect of the pensioned condition, for the
period during which there is uncertainty as to whether the primary
condition in respect of which the treatment benefits are required is
the client’s pensioned condition.
3. (1) Paragraph 9(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) military service pensioners or members who are entitled to a
pension under the Pension Act for a disability related to military
service that was not
(i) active service in World War I or World War II,
(ii) service in a theatre of operations, as that expression is
defined in section 2 of the Veterans Benefit Act, or
(iii) special duty service, as defined in subsection 3(1) of the
Pension Act;
102
SOR/DORS/2012-289
(5) Les clients ci-après sont admissibles à des avantages médi­
caux au Canada, quelle que soit l’affection, dans la mesure où ils
ne peuvent les obtenir au titre de services assurés dans le cadre du
régime d’assurance-maladie d’une province :
a) l’ancien combattant au revenu admissible;
b) le civil au revenu admissible;
c) le client qui reçoit des soins institutionnels pour adultes, des soins intermédiaires ou des soins prolongés lorsqu’il se trouve
dans un établissement du ministère ou qu’il occupe un lit réservé;
d) le client qui reçoit, aux termes de l’article 21.1 ou 21.2, le
paiement de ce qu’il lui en coûte pour recevoir des soins inter­
médiaires ou des soins prolongés;
e) l’ancien combattant ayant servi au Canada qui, aux termes du
paragraphe 22(2), reçoit des soins prolongés dans un établisse­
ment communautaire;
f) le client qui reçoit, aux termes de l’article 22.1, des soins pro­
longés dans un établissement communautaire.
(6) Les clients ci-après sont admissibles à des avantages médi­
caux au Canada, quelle que soit l’affection, dans la mesure où ils
ne peuvent les obtenir au titre de services assurés dans le cadre du
régime d’assurance-maladie d’une province :
a) s’il est admissible, en application des articles 15, 17 ou 17.1,
à des services du programme pour l’autonomie des anciens com­
battants visés aux alinéas 19a), b) et e) ou qu’il les reçoit en
application de l’article 18 :
(i) l’ancien combattant pensionné,
(ii) l’ancien combattant ayant servi outre-mer,
(iii) l’ancien combattant à service double,
(iv) le civil ayant servi outre-mer;
b) s’il est admissible à des services du programme pour l’auto­
nomie des anciens combattants visés aux alinéas 19a), b) et e) :
(i) le pensionné civil,
(ii) le prisonnier de guerre ayant droit à une indemnité au titre
du paragraphe 71.2(1) de la Loi sur les pensions,
(iii) l’ancien combattant ayant servi au Canada,
(iv) l’ancien membre ou le membre de la force de réserve qui
a reçu une indemnité de captivité au titre de la partie 3 de la
Loi sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des
militaires et vétérans des Forces canadiennes.
(7) Lorsqu’un client hospitalisé affirme que son état indemnisé
exige l’hospitalisation, les avantages médicaux liés à cette hospita­
lisation, au Canada ou ailleurs, sont réputés être requis à l’égard de
cet état indemnisé pour la période pendant laquelle il n’est pas cer­
tain que l’état premier pour lequel les avantages médicaux s’im­
posent soit l’état indemnisé.
3. (1) l’alinéa 9c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) le pensionné du service militaire ou le membre ayant droit à
une pension au titre de la Loi sur les pensions à l’égard d’une
invalidité reliée au service militaire qui n’était pas :
(i) du service actif accompli pendant la Première ou la
Seconde Guerre mondiale,
(ii) du service sur un théâtre d’opérations, au sens de l’ar­
ticle 2 de la Loi sur les avantages destinés aux anciens
combattants,
(iii) du service spécial, au sens du paragraphe 3(1) de la Loi
sur les pensions;
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(2) Paragraph 9(f) of the Regulations is replaced by the
following:
(f) special duty service pensioners or members who are entitled
to a pension under the Pension Act for a disability attributable to
or incurred during special duty service, as defined in subsec­
tion 3(1) of that Act.
4. (1) the portion of subsection 15(1.2) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
(1.2) Military service pensioners and former members or reserve
force members who are entitled to a disability award are eligible to
receive the veterans independence program services referred to in
paragraphs 19(a), (b) and (d) or, if it is not reasonably practicable
for those services to be provided at their principal residence, the
care referred to in paragraph 19(e), to the extent that those services
or that care is not available to them as a member or former member
of the Canadian Forces nor available as an insured service under a
provincial health care system, if
(2) Paragraph 15(1.2)(a) of the french version of the Regula­
tions is replaced by the following:
a) l’intéressé réside au Canada;
(3) the portion of subsection 15(3) of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
(3) Subject to section 33.1, prisoners of war who are entitled to
basic compensation under subsection 71.2(1) of the Pension Act
and former members and reserve force members who have received
a detention benefit under Part 3 of the Canadian Forces Members
and Veterans Re-establishment and Compensation Act are eligible
to receive the veterans independence program services referred to
in paragraphs 19(a), (b) and (d) or, if it is not reasonably practic­
able for those services to be provided at their principal residence,
the care referred to in paragraph 19(e), to the extent that those ser­
vices or that care is not available as an insured service under a
provincial health care system, if
(4) Paragraph 15(3)(a) of the french version of the Regula­
tions is replaced by the following:
a) l’intéressé est atteint d’invalidité totale par suite de son ser­
vice militaire ou non;
5. Section 21.2 of the french version of the Regulations is
replaced by the following:
21.2 Sous réserve de l’article 33.1, l’ancien combattant ayant
servi outre-mer qui a fait une demande au ministre en vue d’être
admis dans un établissement du ministère ou d’occuper un lit
réservé et qui s’est vu refuser sa demande en raison de l’absence
d’établissement du ministère ou de lit réservé à une distance rai­
sonnable de la collectivité où il habite habituellement, est admis­
sible au paiement de ce qu’il lui en coûte pour obtenir des soins
intermédiaires ou des soins prolongés dans un établissement com­
munautaire, dans la mesure où il ne peut les obtenir au titre de
services assurés dans le cadre du régime d’assurance-maladie
d’une province.
6. (1) the portion of subsection 22(1.2) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
(1.2) Military service pensioners, former members and reserve
force members are eligible to receive, in respect of a pensioned
SOR/DORS/2012-289
(2) l’alinéa 9f) du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
f) le pensionné du service spécial ou le membre ayant droit à une
pension au titre de la Loi sur les pensions pour une invalidité
subie au cours du service spécial, au sens du paragraphe 3(1) de
cette loi, ou attribuable à ce service.
4. (1) le passage du paragraphe 15(1.2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(1.2) Le pensionné du service militaire et l’ancien membre ou le
membre de la force de réserve qui ont droit à une indemnité d’inva­
lidité sont admissibles aux services du programme pour l’autono­
mie des anciens combattants visés aux alinéas 19a), b) et d) ou, s’il
n’est pas pratique de leur fournir ces services à leur résidence prin­
cipale, aux soins visés à l’alinéa 19e), dans la mesure où ils ne
peuvent obtenir ces services ou ces soins en qualité de membre ou
d’ancien membre des Forces canadiennes ou au titre de services
assurés dans le cadre du régime d’assurance-maladie d’une pro­
vince, si les conditions suivantes sont réunies :
(2) l’alinéa 15(1.2)a) de la version française du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
a) l’intéressé réside au Canada;
(3) le passage du paragraphe 15(3) du même règlement pré­
cédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) Sous réserve de l’article 33.1, le prisonnier de guerre ayant
droit à une indemnité au titre du paragraphe 71.2(1) de la Loi sur
les pensions et l’ancien membre ou le membre de la force de
réserve qui a reçu une indemnité de captivité au titre de la partie 3
de la Loi sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des
militaires et vétérans des Forces canadiennes sont admissibles aux
services du programme pour l’autonomie des anciens combattants
visés aux alinéas 19a), b) et d) ou, s’il n’est pas pratique de leur
fournir ces services à leur résidence principale, aux soins visés à
l’alinéa 19e), dans la mesure où ils ne peuvent obtenir ces services
ou ces soins au titre de services assurés dans le cadre du régime
d’assurance-maladie d’une province, si les conditions suivantes
sont réunies :
(4) l’alinéa 15(3)a) de la version française du même règle­
ment est remplacé par ce qui suit :
a) l’intéressé est atteint d’invalidité totale par suite de son ser­
vice militaire ou non;
5. l’article 21.2 de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
21.2 Sous réserve de l’article 33.1, l’ancien combattant ayant
servi outre-mer qui a fait une demande au ministre en vue d’être
admis dans un établissement du ministère ou d’occuper un lit
réservé et qui s’est vu refuser sa demande en raison de l’absence
d’établissement du ministère ou de lit réservé à une distance rai­
sonnable de la collectivité où il habite habituellement, est admis­
sible au paiement de ce qu’il lui en coûte pour obtenir des soins
intermédiaires ou des soins prolongés dans un établissement com­
munautaire, dans la mesure où il ne peut les obtenir au titre de
services assurés dans le cadre du régime d’assurance-maladie
d’une province.
6. (1) le passage du paragraphe 22(1.2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(1.2) Le pensionné du service militaire, l’ancien membre et le
membre de la force de réserve sont admissibles, à l’égard de leur
103
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
condition or a disability for which they are entitled to a disability
award, the cost to them of chronic care
état indemnisé ou à l’égard de l’invalidité pour laquelle ils ont droit
à une indemnité d’invalidité, au paiement de ce qu’il leur en coûte
pour recevoir les soins prolongés suivants :
(2) Paragraphs 22(1.2)(a) and (b) of the french version of the
Regulations are replaced by the following:
a) ceux fournis dans un établissement communautaire au
Canada, s’ils n’occupent pas de lit réservé;
b) ceux fournis dans un établissement de santé à l’étranger et
équivalents à ceux qu’ils auraient reçus dans un établissement
visé à l’alinéa a), pourvu que leur coût n’excède pas le coût habi­
tuel des soins prolongés dans le territoire en cause.
7. Paragraph 24(2)(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) first, to veteran pensioners, civilian pensioners, special duty
service pensioners and military service pensioners who need
care for a pensioned condition and former members and reserve
force members who need care for a condition in respect of which
they are entitled to a disability award;
(2) les alinéas 22(1.2)a) et b) de la version française du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) ceux fournis dans un établissement communautaire au
Canada, s’ils n’occupent pas de lit réservé;
b) ceux fournis dans un établissement de santé à l’étranger et
équivalents à ceux qu’ils auraient reçus dans un établissement
visé à l’alinéa a), pourvu que leur coût n’excède pas le coût habi­
tuel des soins prolongés dans le territoire en cause.
7. l’alinéa 24(2)a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) l’ancien combattant pensionné, le pensionné civil, le pen­
sionné du service spécial et le pensionné du service militaire
ayant besoin de soins pour un état indemnisé ainsi que l’ancien
membre et le membre de la force de réserve ayant besoin de
soins pour l’invalidité pour laquelle il a droit à une indemnité
d’invalidité;
8. le passage de l’article 27 du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
27. L’ancien combattant au revenu admissible, le civil au revenu
admissible, l’ancien combattant ayant servi au Canada, l’ancien
membre et le membre de la force de réserve qui peuvent recevoir
une allocation de soutien du revenu au titre de la partie 2 de la Loi
sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et
vétérans des Forces canadiennes sont admissibles au paiement des
contributions ou des droits à verser relativement :
9. l’article 28 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
28. L’ancien combattant pensionné, le pensionné civil, le pen­
sionné du service spécial et l’ancien membre ou le membre de la
force de réserve qui a une invalidité pour laquelle il a droit à une
indemnité d’invalidité à l’égard du service spécial sont admis­
sibles, conformément à l’article 7, au paiement des frais de dépla­
cement d’un accompagnateur au Canada, si les conditions sui­
vantes sont réunies :
a) l’accompagnateur accompagne l’intéressé pendant ses
vacances annuelles ou durant tout autre déplacement approuvé
par le ministre;
b) le moyen de transport n’est pas l’automobile;
c) l’état indemnisé ou l’invalidité, selon le cas, est la cécité totale ou un état indemnisé ou une invalidité exigeant qu’il soit accom­
pagné dans ses déplacements.
10. l’alinéa 30b) du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
b) s’il reçoit des soins actifs dans un hôpital, l’ancien combattant
pensionné, le pensionné civil, le pensionné titulaire d’une attri­
bution spéciale (Terre-Neuve), le pensionné de la Croix-Rouge,
le pensionné à la suite d’un accident d’aviation, l’ancien com­
battant à service double, l’ancien combattant au revenu admis­
sible, le civil au revenu admissible, l’ancien combattant ayant
servi au Canada, le pensionné du service spécial, le pensionné
du service militaire et l’ancien membre ou le membre de la force
de réserve qui a droit à une indemnité d’invalidité.
11. le paragraphe 31.1(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
31.1 (1) Malgré toute autre disposition du présent règlement,
l’ancien combattant au revenu admissible, le civil au revenu
8. the portion of section 27 of the Regulations before para­
graph (a) is replaced by the following:
27. Income-qualified veterans, income-qualified civilians, Can­
ada service veterans and former members or reserve force mem­
bers to whom a Canadian Forces income support benefit is payable
under Part 2 of the Canadian Forces Members and Veterans Reestablishment and Compensation Act are eligible to receive the
cost of the premium or fee that is required to be paid in relation to
9. Section 28 of the Regulations is replaced by the
following:
28. A veteran pensioner, a civilian pensioner, a special duty ser­
vice pensioner and a former member or reserve force member who
has a disability for which they are entitled to a disability award in
respect of special duty service is eligible to receive, in accordance
with section 7, the costs of transportation in Canada of an escort if
(a) the escort accompanies the pensioner or member on an
annual vacation or on other travel approved by the Minister;
(b) the means of transportation is other than by automobile; and
(c) their pensioned condition or disability, as the case may be, is
total blindness or one that otherwise requires an escort when
travelling.
10. Paragraph 30(b) of the Regulations is replaced by the
following:
(b) if in receipt of acute care in a hospital, a veteran pensioner, a
civilian pensioner, a Newfoundland Special Award pensioner, a
Red Cross pensioner, a flying accident pensioner, a dual service
veteran, an income-qualified veteran, an income-qualified civil­
ian, a Canada service veteran, a special duty service pensioner, a
military service pensioner and a former member or reserve force
member who is entitled to a disability award.
11. Subsection 31.1(1) of the Regulations is replaced by the
following:
31.1 (1) Despite any other provision of these Regulations, an
income-qualified veteran, income-qualified civilian or Canada
104
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
service veteran who is in receipt of any benefit, service, care, pre­
mium or fee under paragraphs 3(3)(a) or (c) or 3(4)(c), subsec­
tion 15(2), section 17 or 17.1, subsection 21(1) or 22(2) or sec­
tion 27 is eligible to receive that benefit, service, care, premium or
fee for life, regardless of any change in the income of the veteran
or civilian or their spouse or common-law partner, in the veteran’s
or civilian’s income factor or in the class of recipient to which the
veteran or civilian belongs, provided that the veteran or civilian
continues to meet the requirements set out in the provision under
which that benefit, service, care, premium or fee is received.
admissible ou l’ancien combattant ayant servi au Canada qui reçoit
des contributions, des avantages, des services, des soins ou des
droits prévus aux alinéas 3(3)a) ou c) ou 3(4)c), au paragraphe
15(2), aux articles 17 ou 17.1, aux paragraphes 21(1) ou 22(2) ou à
l’article 27 a un droit viager de continuer de recevoir ceux-ci, qu’il
survienne ou non un changement à l’égard de son revenu ou de
celui de son époux ou conjoint de fait, de son facteur revenu ou de
sa catégorie de bénéficiaire, pourvu qu’il continue de remplir les
conditions prévues aux dispositions en vertu desquelles il reçoit
ces contributions, ces avantages, ces services, ces soins ou ces
droits.
12. Paragraph 33.1(2)(c) of the Regulations is replaced by
the following:
(c) a former member or reserve force member who is in receipt
of the care for the disability for which they are entitled to a dis­
ability award.
12. l’alinéa 33.1(2)c) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
c) l’ancien membre ou le membre de la force de réserve qui
reçoit les soins en raison de l’invalidité pour laquelle il a droit à
une indemnité d’invalidité.
CanaDian fORCeS memBeRS anD VeteRanS
Re-eStaBliSHment anD COmPenSatiOn aCt
lOi SUR leS meSUReS De RÉinSeRtiOn et
D’inDemniSatiOn DeS militaiReS et
VÉtÉRanS DeS fORCeS CanaDienneS
canadian FoRces membeRs and VeteRans
Re-establisHment and compensation Regulations
Règlement suR les mesuRes de RéinseRtion et
d’indemnisation des militaiRes et VétéRans
des FoRces canadiennes
13. Sections 2 to 5 of the Canadian Forces Members and Veterans Re-establishment and Compensation Regulations62 are
replaced by the following:
2. (1) The following persons may be provided career transition
services under section 3 of the Act:
(a) if they were not released under item 1 or 2 of the table to
article 15.01 of the Queen’s Regulations and Orders for the Canadian Forces, a veteran of
(i) the regular force who has completed basic training and
who applies no later than two years after the day on which
they were released,
(ii) the reserve force who has completed at least 21 months of
full-time service during 24 consecutive months and who
applies no later than two years after the day on which they
were released, or
(iii) the reserve force after completion of special duty service
or service on which the veteran was called out in respect of an
emergency and who applies no later than two years after the
day on which they were released;
(b) any veteran to whom a Canadian Forces income support
benefit is payable under section 27 of the Act;
(c) if an application is made no later than two years after the
death of the veteran or the member, as the case may be, a sur­
vivor of
(i) a veteran who met the conditions — other than the require­
ment to have made an application — set out in paragraph (a),
(ii) a member of the regular force,
(iii) a member of the reserve force who, at the time of death,
had completed or committed in writing to at least 21 months
of full-time service during 24 consecutive months, or
13. les articles 2 à 5 du Règlement sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces
canadiennes62 sont remplacés par ce qui suit :
2. (1) Des services de réorientation professionnelle peuvent être
fournis aux personnes suivantes en application de l’article 3 de la
Loi :
a) les vétérans ci-après qui n’ont pas été libérés pour les motifs
de libération prévus aux articles 1 et 2 du tableau figurant à l’ar­
ticle 15.01 des Ordonnances et règlements royaux applicables
aux Forces canadiennes :
(i) le vétéran de la force régulière qui a terminé son entraîne­
ment de base et qui présente une demande dans les deux ans
suivant la date de sa libération,
(ii) le vétéran de la force de réserve qui a cumulé au moins
vingt et un mois de service à temps plein au cours d’une
période de vingt-quatre mois consécutifs et qui présente une
demande dans les deux ans suivant la date de sa libération,
(iii) le vétéran de la force de réserve qui a participé à du ser­
vice spécial ou à du service commandé lors d’un état d’ur­
gence et qui présente une demande dans les deux ans suivant
la date de sa libération;
b) le vétéran à qui l’allocation de soutien du revenu visée à l’ar­
ticle 27 de la Loi est à verser;
c) si une demande est présentée dans les deux ans suivant la date de décès du vétéran ou du membre, le survivant, selon le cas :
(i) du vétéran qui répond aux conditions de l’alinéa a), hormis
l’exigence d’avoir fait une demande,
(ii) du membre de la force régulière,
(iii) du membre de la force de réserve qui, au moment de son
décès, avait cumulé au moins vingt et un mois de service à
2
2
SOR/2006-50
DORS/2006-50
105
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
14. Subsection 25(2) of the english version of the Regula­
tions is replaced by the following:
(2) The Minister may suspend payment of an earnings loss bene­
fit to a person who fails to comply with subsection (1) until the
information and documents are provided.
temps plein au cours d’une période de vingt-quatre mois
consécutifs, ou s’était engagé par écrit à le faire,
(iv) du membre de la force de réserve qui a participé à du
service spécial ou à du service commandé lors d’un état
d’urgence;
d) le survivant à qui l’allocation de soutien du revenu visée à
l’article 28 de la Loi est à verser.
(2) La somme qui peut être payée ou remboursée à un vétéran ou
à un survivant à l’égard des services de réorientation profession­
nelle est d’au plus mille dollars.
3. La demande faite au titre de l’article 3 de la Loi est présentée
par écrit et est accompagnée, sur demande du ministre, des rensei­
gnements ou autres documents dont il a besoin pour déterminer
l’admissibilité du demandeur.
4. Le paiement ou le remboursement des services de réorienta­
tion professionnelle est fait si les conditions suivantes sont
réunies :
a) dans le cas d’un paiement, le ministre reçoit du fournisseur
des services de réorientation professionnelle, au plus tard douze
mois après que les services aient été rendus, une facture sur
laquelle figure le nom et l’adresse de ce dernier et, en cas de
demande de remboursement, une preuve de paiement;
b) les services de réorientation professionnelle sont fournis par
une personne dont l’activité principale est de fournir des ser­
vices de réorientation professionnelle, de formation en recherche
d’emploi et d’aide à la recherche d’emploi.
14. le paragraphe 25(2) de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) The Minister may suspend payment of an earnings loss bene­
fit to a person who fails to comply with subsection (1) until the
information and documents are provided.
tRanSitiOnal PROViSiOnS
DiSPOSitiOnS tRanSitOiReS
15. the Veterans Health Care Regulations, as they read
immediately before the coming into force of these Regulations,
continue to apply to a member who has received their release
message no later than December 31, 2012.
16. Section 15 of the Veterans Health Care Regulations, as it
read immediately before the day on which these Regulations
come into force, continues to apply in respect of any contribu­
tion arrangement in effect on that day until the earlier of the
day on which the arrangement expires and December 31, 2013.
15. le Règlement sur les soins de santé pour anciens combattants, dans sa version antérieure à l’entrée en vigueur du pré­
sent règlement, continue de s’appliquer aux membres qui ont
reçu leur lettre de libération au plus tard le 31 décembre 2012.
16. l’article 15 du Règlement sur les soins de santé pour
anciens combattants, dans sa version antérieure à l’entrée en
vigueur du présent règlement, continue de s’appliquer à
l’égard de toute entente de contribution en vigueur à la date de
cette entrée en vigueur jusqu’à l’expiration de l’entente, mais
au plus tard jusqu’au 31 décembre 2013.
COming intO fORCe
entRÉe en VigUeUR
17. these Regulations come into force on January 1, 2013,
but if they are registered after that day, on the day on which
they are registered.
17. le présent règlement entre en vigueur le 1er janvier 2013
ou, si elle est postérieure, à la date de son enregistrement.
(iv) a member of the reserve force after completion of special
duty service or service on which the member was called out in
respect of an emergency; and
(d) a survivor to whom a Canadian Forces income support bene­
fit is payable under section 28 of the Act.
(2) The maximum amount that may be paid or reimbursed to a
veteran or survivor in respect of the provision of career transition
services is $1000.
3. An application under section 3 of the Act shall be made in
writing and shall include, at the request of the Minister, any infor­
mation or documents that are necessary to enable the Minister to
assess whether the applicant is eligible.
4. Payment or reimbursement for the provision of career transi­
tion services is conditional on
(a) the Minister receiving, no more than 12 months after the day
on which the service is provided, an invoice from the career tran­
sition service provider that includes the name and address of the
provider and, in the case of a claim for reimbursement, proof of
payment; and
(b) the career transition services being delivered by a person
whose primary business is that of providing career counselling,
job-search training and job-finding assistance.
106
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
RegUlatORY imPaCt
analYSiS Statement
RÉSUmÉ De l’ÉtUDe D’imPaCt
De la RÉglementatiOn
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Background
Contexte
veterans Affairs Canada (vAC) undertook a review of its oper­
ations and programs to ensure that they were as efficient as pos­
sible and effectively meeting the needs of veterans and their
families.
In addition, the Minister of veterans Affairs launched the Red
Tape Reduction Initiative in February 2012, in response to an iden­
tified need by stakeholders to make vAC policies and programs
less complicated and make access to vAC services easier.
Anciens Combattants Canada (ACC) a entrepris l’examen de ses
activités et de ses programmes pour s’assurer qu’ils étaient aussi
efficaces que possible et qu’ils répondaient vraiment aux besoins
des anciens combattants, des vétérans et de leurs familles.
De plus, le ministre des Anciens Combattants a lancé l’initiative
de réduction des formalités administratives en février 2012, en
réponse à un besoin déterminé par les intervenants de simplifier les
politiques et les programmes d’ACC et de faciliter l’accès aux ser­
vices d’ACC.
Dans le cadre du Budget 2012, il a également été annoncé que
des changements seraient apportés pour éliminer le dédoublement
et le chevauchement entre les services d’ACC et du ministère de la
Défense nationale (MDN) afin de mieux servir les membres des
Forces canadiennes (FC) et les vétérans.
Budget 2012 also announced that changes would be made to
eliminate duplication and overlap between vAC and the Depart­
ment of National Defence (DND) to better serve Canadian Forces
(CF) members and veterans.
issue
enjeux/problèmes
There are three issues that will be addressed through this regula­
tory proposal that together will help to make vAC program deliv­
ery more efficient, provide clarity in accessibility, and enhance
accuracy in its regulations.
Trois enjeux qui seront traités par la présente proposition régle­
mentaire aideront, en combinaison, à rendre la prestation des pro­
grammes d’ACC plus efficace, à préciser l’accessibilité et à
accroître l’exactitude de ses règlements.
1. Duplication in the types of benefits and services for serving
CF members
1. Dédoublement des types d’avantages et de services offerts aux
membres actifs des FC
Canadian Forces members who have service-related disabilities
are able to receive a vAC disability benefit while serving. A vAC
disability benefit is given in recognition of the pain and suffering
that a CF member or veteran incurs as a result of a service-related
injury or illness.
Les membres des FC qui sont atteints d’invalidités liées au ser­
vice peuvent bénéficier de prestations d’invalidité d’ACC même
s’ils ne sont pas encore libérés. Les prestations d’invalidité d’ACC
sont versées en reconnaissance de la douleur et de la souffrance
vécues par un membre des FC ou un vétéran à la suite d’une bles­
sure ou d’une maladie liée au service.
À l’heure actuelle, certains membres actifs des FC qui reçoivent
une prestation d’invalidité d’ACC peuvent également être admis­
sibles aux avantages pour soins de santé suivants en vertu du
Règlement sur les soins de santé pour anciens combattants
(RSSAC) : avantages médicaux, soins de longue durée et services
du programme pour l’autonomie des anciens combattants (PAAC).
En plus des avantages pour soins de santé d’ACC, les membres
actifs des FC ont accès aux services de transition de carrière (STC)
offerts par ACC en vertu du Règlement sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes (RMRIMvFC).
Cependant, conformément aux Ordonnances et règlements
royaux applicables aux Forces canadiennes, le MDN est respon­
sable de la prestation des soins de santé aux membres actifs des FC
et, en vertu de la Loi sur la défense nationale, a reçu le mandat
d’apporter les soins au personnel des FC, y compris la prestation
des services et du soutien nécessaires à une transition harmonieuse
vers la vie civile, comme la prestation de services du genre des
STC. Pour sa part, ACC a comme responsabilités inscrites à son
mandat les soins, le traitement ou la réinsertion dans la vie civile de
personnes ayant servi soit dans les Forces canadiennes ou dans la
marine marchande du Canada, soit dans la marine, la marine mar­
chande, l’armée de terre ou l’aviation.
étant donné le parallèle qui existe entre le mandat d’ACC et
celui du MDN, les programmes d’ACC susmentionnés chevauchent
Currently, serving CF members who receive a vAC disability
benefit may also be eligible to receive the following vAC health
care benefits under the Veterans Health Care Regulations (vhCR):
treatment benefits, long-term care, and veterans independence pro­
gram (vIP) services.
In addition to vAC health care benefits, serving CF members
have access to vAC’s career transition services (CTS) under the
Canadian Forces Members and Veterans Re-establishment and
Compensation Regulations (CFMvRCR).
however, under the Queen’s Regulations and Orders for the
Canadian Forces, DND is responsible for the provision of health
care to serving CF members and, under the National Defence Act,
is mandated to care for CF personnel, including the provision of
services and supports to ensure a smooth transition back to civilian
life, which includes the provision of CTS-type services. As for
vAC, it has among its mandated responsibilities the care, treatment
or re-establishment in civil life of any person who served in the
Canadian Forces or merchant navy or in the naval, army or air
forces or merchant navies.
Given the parallel between vAC’s and DND’s mandates, the
vAC programs listed above have come to overlap and duplicate the
107
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
types of benefits and services provided by DND to serving CF
members. These duplicative types of services include health servi­
ces under DND’s CF Spectrum of Care, vIP-like services under
DND’s Mobility Assistance Program, and programs that assist
serving CF members with the transition to civilian employment
(e.g. Transition Assistance Program, Second Career Assistance
Network, Skills Completion Program, CF Continuing Education
Program, Military Equivalencies Program, and Military Civilian
Training Accreditation Program). This duplication in the types of
benefits and services is inefficient for the two departments and can
create confusion for serving CF members on where to obtain servi­
ces and benefits.
maintenant les types d’avantages et de services offerts par le MDN
aux membres actifs des FC ou y sont identiques. Ces types de ser­
vice offerts en double sont notamment les services de santé de la
Gamme de soins garantis par les Forces canadiennes, les services
semblables au PAAC au titre du programme d’aide à la mobilité du
MDN et les programmes qui aident les membres actifs des FC à
effectuer la transition vers un emploi civil (par exemple le Pro­
gramme d’aide à la transition, le Service de préparation à
une seconde carrière, le Programme de perfectionnement des
compétences, le Programme d’éducation permanente des Forces
canadiennes, le Programme d’équivalences militaires des Forces
canadiennes et le Programme d’accréditation de la formation mili­
taire à des fins civiles). Le dédoublement des types d’avantages et
de services est inefficace pour les deux ministères et peut créer la
confusion chez les membres actifs des FC à savoir où obtenir les
services et les avantages.
2. CTS delivery model for veterans or survivors
2. Modèle de prestation des STC pour les vétérans ou les
survivants
veterans Affairs Canada currently delivers CTS to veterans, CF
members or survivors through a single national contract provider.
This delivery model provides less choice to the recipient than
would a model where the recipient could choose the provider(s)
and type(s) of career transition service that best suit their needs.
Anciens Combattants Canada offre actuellement des STC aux
vétérans, aux membres des FC ou aux survivants par l’entremise
d’un seul fournisseur contractuel national. Ce modèle de prestation
offre moins de choix au bénéficiaire qu’un modèle lui permettant
de choisir les types de fournisseurs et les types de services de tran­
sition de carrière qui conviennent le mieux à ses besoins.
3. housekeeping amendments
3. Modifications d’ordre administratif
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR) has raised three technical issues regarding the vhCR and
the CFMvRCR (e.g. French and English harmonization).
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
(CMPER) a souligné trois problèmes techniques concernant le
RSSAC et le RMRIMvFC (par exemple l’harmonisation des ver­
sions françaises et anglaises des règlements).
Objectives
Objectifs
The objectives of this regulatory proposal are as follows:
1. Ensuring clear responsibility separation between vAC and
DND. The regulatory amendments will eliminate confusion for
serving CF members about which department to approach for
programs related to their disability, by eliminating duplication
in the types of benefits and services offered to them;
2. Ensuring CTS recipients receive services tailored to their needs
by providing eligible veterans and survivors the ability to
choose their service provider; and
3. Ensuring consistency and enhancing accuracy in the vhCR
and the CFMvRCR by responding to the SJCSR’s concerns.
La proposition réglementaire à l’étude comporte trois
objectifs :
1. veiller à la séparation claire des responsabilités respectives
d’ACC et du MDN. Les modifications réglementaires propo­
sées permettront d’éliminer la confusion chez les membres
actifs des FC à savoir avec quel ministère communiquer pour
obtenir les programmes liés aux invalidités en éliminant le
dédoublement des types d’avantages et de services qui leur sont
offerts;
2. voir à ce que les bénéficiaires des STC reçoivent des services
adaptés à leurs besoins en offrant aux vétérans et aux survivants
de membres des FC la possibilité de choisir le fournisseur;
3. veiller à l’uniformité du RSSAC et du RMRIMvFC et accroître
leur exactitude en répondant aux préoccupations du CMPER.
Description
Description
1. Eliminating duplication in the types of benefits and services
for serving CF members
1. élimination du dédoublement des types d’avantages et de
services offerts aux membres actifs des FC
The regulatory amendments to the vhCR and the CFMvRCR
will make serving CF members ineligible for vAC benefits and
services. These CF members will however continue to be eligible
for DND benefits and services. The proposal will therefore elimin­
ate duplication in the types of benefits and services offered to serv­
ing CF members. This will ensure the responsibilities between
DND and vAC are clearly distinguished and will help eliminate
confusion for CF members about which department to approach
for which programs.
Les modifications réglementaires proposées concernant le
RSSAC et le RMRIMvFC rendront les membres actifs des FC
inadmissibles aux avantages et aux services offerts par ACC. Ces
membres des FC continueront cependant à être admissibles aux
avantages et aux services que leur offre le MDN. La proposition
éliminera donc le dédoublement des types d’avantages et de ser­
vices offerts aux membres actifs des FC. Les responsabilités res­
pectives du MDN et d’ACC seront du même coup dûment clari­
fiées et les membres des FC ne seront plus confus quant au
ministère à qui demander les programmes.
108
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
Effective January 1, 2013, serving CF members will no longer
be eligible for the following vAC programs:
• Treatment benefits;
• Long-term care (LTC) [although eligibility will be removed, in
principle there will be no perceived reduction in benefits since
there are no serving CF members accessing LTC];
• veterans independence program (e.g. housekeeping, grounds
maintenance); and
• Career transition services.
Serving CF members will continue to receive the care and sup­
port they need, as DND has assumed primary responsibility for
providing its members with required health care, home care and
CTS.
Approximately 600 serving CF members will be actively in the
process of releasing from the CF when these changes come into
effect on January 1, 2013, and will continue to receive vAC health
care benefits and services to ensure continuity of care on release
and seamless integration into civilian life.
Lastly, part-time reservists (class A and short-term class B < 180
days) will continue to receive benefits under the vhCR from vAC
because they are considered “insured persons” under the Canada
Health Act and, as such, do not receive their primary health care
from the Canadian Forces.
SOR/DORS/2012-289
Dès le 1er janvier 2013, les membres actifs des FC ne seront plus
admissibles aux programmes suivants d’ACC :
• Avantages médicaux;
• Soins de longue durée — SLD (en principe, même si l’admis­
sibilité est supprimée, il n’y aura pas de réduction perçue des
avantages puisque aucun membre actif des FC n’est bénéfi­
ciaire de SLD);
• Programme pour l’autonomie des anciens combattants (entre­
tien ménager et entretien du terrain;
• Services de transition de carrière.
Les membres actifs des FC continueront de recevoir les soins et
le soutien dont ils ont besoin puisque le MDN assumera la princi­
pale responsabilité d’offrir aux membres les soins de santé, les
soins à domicile et les STC nécessaires.
Environ 600 membres actifs des FC seront en voie de libération
des FC lorsque ces changements entreront en vigueur le 1er janvier
2013 et continueront d’avoir droit aux avantages pour soins de
santé et aux services d’ACC afin de veiller à la continuité des soins
à la libération et à la réinsertion sans heurt dans la vie civile.
Enfin, les réservistes à temps partiel (classe A et classe B à court
terme < 180 jours) continueront d’obtenir des avantages d’ACC en
vertu du RSSAC parce qu’ils sont considérés comme des « assu­
rés » en vertu de la Loi canadienne sur la santé et, à ce titre, ils
n’obtiennent pas leurs soins de santé primaires des Forces
canadiennes.
2. Changing the CTS delivery model for veterans or survivors
2. Modification du modèle de prestation des STC offerts aux
vétérans ou aux survivants
veterans Affairs Canada began providing CTS to CF members
and veterans in 2006, with the introduction of the CFMvRCR, also
known as the New veterans Charter Regulations. Under the current
program, CTS are delivered through a national contractor which
specializes in career transition. vAC refers participants to the
national contractor and monitors the delivery and effectiveness of
the services. The program focuses on three key services: work­
shops, individual career counselling and job-finding assistance.
The individualized CTS components usually do not exceed
13 hours per client unless pre-authorized by vAC.
Anciens Combattants Canada a commencé à offrir des STC aux
membres des FC et aux vétérans en 2006, lors de l’entrée en
vigueur du RMRIMvFC qui est aussi considéré comme le règle­
ment sur la Nouvelle Charte des anciens combattants. Dans le
cadre du programme en vigueur, les STC sont offerts par l’entre­
mise d’un fournisseur contractuel national spécialisé dans la pres­
tation de services de transition de carrière. ACC dirige les partici­
pants vers le fournisseur national et surveille la prestation et
l’efficacité des services. Le programme porte principalement sur
trois services : des ateliers, des services d’orientation profession­
nelle et de l’aide à la recherche d’emploi. Les STC personnalisés
ne dépassent pas 13 heures par client, à moins d’autorisation préa­
lable par ACC.
Les modifications réglementaires proposées au RMRIMvFC
permettront la prestation des STC aux vétérans ou aux survivants
par le truchement d’un modèle différent de prestation des services
à partir du 1er janvier 2013. Les vétérans des FC admissibles ou les
survivants admissibles auront droit à une subvention maximale à
vie de 1 000 $ à l’appui de l’obtention de STC. Ces bénéficiaires
auront la possibilité de choisir les types de fournisseurs de STC et
les types de STC qui répondent le mieux à leurs besoins.
Dans le cadre du nouveau modèle de prestation, l’admissibilité
aux STC demeurera la même, exception faite de l’élimination de
l’admissibilité des membres actifs des FC aux STC d’ACC (comme
il est susmentionné dans la section « élimination du dédoublement
des types d’avantages et de services offerts aux membres actifs des
FC ») étant donné que le MDN deviendra le seul fournisseur de
STC pour les membres des FC dès le 1er octobre 2012.
L’admissibilité aux STC dans le cadre du nouveau modèle de
prestation inclura donc les groupes suivants :
• Les membres de la force régulière qui ont réussi l’instruction
de base;
The regulatory amendments to the CFMvRCR will provide
CTS to veterans or survivors via an alternate service delivery
model effective January 1, 2013. Eligible CF veterans or eligible
survivors will receive up to a $1,000 lifetime maximum grant pay­
ment to support obtaining CTS. These recipients will have the flex­
ibility to choose their CTS provider(s) and the type(s) of CTS of
their choice to better meet their needs.
Eligibility for CTS under the alternate delivery model will
remain the same, except for the removal of eligibility for serving
CF members to vAC CTS (as noted above in the “Eliminating
duplication in the types of benefits and services for serving CF
members” section), since DND will become the sole provider of
CTS for CF members commencing October 1, 2012.
Therefore, eligibility for CTS under the alternate delivery model
will include the following:
• veterans of the regular force who have completed basic
training;
109
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
• veterans of the reserve force who have completed at least
21 months of full-time service during 24 consecutive months or
completed special duty service or emergency service;
• A survivor of a veteran who died and who would have been
eligible for CTS at the time of death;
• A veteran or survivor to whom a Canadian Forces income sup­
port benefit is payable; and
• A survivor of a CF member of the regular or reserve force who
meets certain eligibility requirements.
veterans of the regular or reserve force will be eligible the day
after release and survivors, the day after the veterans’ or CF mem­
bers’ death. As per the current eligibility criteria, the CTS applica­
tion, which represents the expressed need for CTS services, must
be received within two years of release (veteran) or within two
years after the death of the veteran or CF member (survivor).
SOR/DORS/2012-289
Once CTS services are provided and the established entitlement
criteria for the grant are met, a payment will be made directly to the
veteran/survivor.
• Les vétérans de la réserve qui ont complété au moins 21 mois
de service à temps plein au cours de 24 mois consécutifs ou ont
complété un service spécial ou un service d’urgence;
• Le survivant d’un vétéran décédé qui aurait été admissible aux
STC au moment de son décès;
• Un vétéran ou un survivant qui a droit à l’allocation de soutien
du revenu des Forces canadiennes;
• Un survivant d’un membre de la force régulière ou de la réserve
des FC qui satisfait à certains critères d’admissibilité.
Les vétérans de la force régulière ou de la réserve sont admis­
sibles aux STC d’ACC le lendemain de la libération, et les survi­
vants, le jour après le décès des vétérans ou des membres des FC.
Selon les critères d’admissibilité en vigueur, la demande de parti­
cipation aux STC, qui représente le besoin exprimé pour les STC,
doit cependant être reçue dans les deux ans qui suivent la libération
(vétéran) ou dans les deux ans qui suivent le décès du vétéran ou du
membre des FC (survivant).
En plus des critères d’admissibilité susmentionnés, les critères
suivants doivent être satisfaits avant qu’ACC ne verse la
subvention :
• Les STC s’inscrivent au titre des services d’orientation profes­
sionnelle, de la formation en recherche d’emploi et de l’aide à
la recherche d’emploi;
• Les fournisseurs des services doivent œuvrer principalement
dans le domaine de la prestation des STC;
• La preuve des services rendus (par exemple un reçu ou une
facture) doit être reçue au plus tard 12 mois après le jour où les
services ont été exécutés.
Dès que les STC ont été exécutés et que les critères d’admissibi­
lité établis pour la subvention sont satisfaits, un paiement est versé
directement au vétéran des FC ou à son survivant.
3. Items raised by the SJCSR and minor housekeeping
amendments
3. Questions soulevées par le CMPER et modifications
administratives mineures
The regulatory amendments will also address three items raised
by the SJCSR. The first relates to a correction of discrepancies
between the English and French texts in subsection 25(2) of the
CFMvRCR. The English version refers to “information” while the
French version refers to “information and documents” (“les rensei­
gnements et les documents”). Therefore, the English version will
be amended.
The second item is with regard to the wording in subsec­
tion 3(2.4) of the vhCR. This provision is currently worded as
“member or former member who is no longer a member of the
Canadian Forces, or who is a member of the Canadian Forces as a
member of the reserve force.” As per the recommendation of the
Committee, this wording will be simplified.
The third item concerns the English version of section 21.2 of
the vhCR, which appears more restrictive than the French in the
drafting because the terms used in the English — “intermediate
care,” “chronic care” and “community facility” — are defined
terms in the Regulations, but the corresponding defined French
terms were not used. Therefore, the French version will be
amended.
Les modifications réglementaires proposées permettront égale­
ment de régler trois questions soulevées par le CMPER. La pre­
mière a trait à la correction de différences entre les versions
anglaise et française du paragraphe 25(2) du RMRIMvFC. La ver­
sion anglaise fait référence à « information », tandis que la version
française fait référence à « les renseignements et les documents ».
La version anglaise sera donc modifiée.
La deuxième question porte sur le libellé du paragraphe 3(2.4)
du RSSAC. À l’heure actuelle, la disposition se lit comme suit :
« Le membre ou l’ancien membre qui n’est plus membre des
Forces canadiennes ou celui qui en est membre parce qu’il appar­
tient à la force de réserve ». En réponse à la recommandation du
Comité, le libellé sera simplifié.
La troisième question touche le libellé de la version anglaise de
l’article 21.2 du RSSAC, qui semble plus restrictif que le libellé de
la version française puisque les expressions utilisées en anglais,
soit « intermediate care » (soins intermédiaires), « chronic care »
(soins prolongés) et « community facility » (établissement commu­
nautaire), sont des termes définis dans la version anglaise du
Règlement, mais ils n’ont pas été utilisés dans la version française.
La version française sera donc modifiée.
De plus, les modifications réglementaires proposées régleront
une question d’ordre administratif additionnelle. Depuis l’entrée
en vigueur du RSSAC en 1990, nombre de modifications ont été
apportées. Au fil de ces modifications, l’article 3, qui définit l’ad­
missibilité aux avantages médicaux, est devenu plus long étant
In addition to meeting the above eligibility, the following entitle­
ment criteria will also need to be established prior to vAC issuing
a grant payment:
• CTS must fall within career counselling, job-search training
and job-finding assistance;
• the provider(s) of the service(s) must be primarily engaged in
the business of providing CTS; and,
• the proof of service(s) rendered (e.g. receipt or invoice) must be
received no more than 12 months after the day of provision of
service(s).
In addition, the regulatory amendments will address an addi­
tional housekeeping item. Since the coming into force of the vhCR
in 1990, there have been a number of amendments. Over time, sec­
tion 3, which outlines eligibility for treatment benefits, has grown
as eligibility for vAC programs has changed. Given the fact that the
110
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-289
amendments to the section were done over time rather than all at
once, the result has been a lengthy and overly complicated section.
For this reason, this section will also be simplified. No changes
will be made to eligibility beyond those made to serving CF mem­
bers outlined in this regulatory proposal.
donné les modifications apportées à l’admissibilité aux pro­
grammes d’ACC. Comme les modifications à l’article en question
ont été faites à divers moments plutôt qu’en une seule fois, l’article
est devenu long et trop compliqué. Pour cette raison, l’article sera
simplifié. L’admissibilité comme telle ne changera pas au-delà des
changements réglementaires proposés à l’admissibilité des
membres actifs des FC.
Consultation
Consultation
Budget 2012 publicly announced that changes would be made to
eliminate duplication and overlap between vAC and DND to better
serve CF members and veterans. In April 2012, these changes were
part of high-level broad discussions with a number of national vet­
erans’ organizations, the veterans Ombudsman and the four chairs
of vAC’s former advisory committees on veterans Affairs. In addi­
tion, the required statutory changes for the new CTS model were
included as part of the Jobs, Growth and Long-term Prosperity Act,
which was introduced in the house of Commons on April 26, 2012,
and received Royal Assent on June 29, 2012.
Minor edits have been made to the Regulations subsequent to the
version published in the Canada Gazette on October 13, 2012, to
provide clarity. For example, the revision removes any ambiguity
as to when a survivor can make application for CTS, in that an
application is in no way dependent on the veteran making such an
application prior to his/her death.
Dans le cadre du Budget 2012, il a été annoncé publiquement
que le gouvernement apporterait des changements en vue d’élimi­
ner le dédoublement et le chevauchement entre ACC et le MDN
afin de mieux servir les membres des FC et les vétérans. En
avril 2012, ces changements ont fait partie de discussions générales
de haut niveau tenues avec plusieurs organismes nationaux d’an­
ciens combattants, l’ombudsman des vétérans et les quatre prési­
dents d’anciens comités consultatifs d’ACC. En outre, les change­
ments requis aux textes de loi relatifs au nouveau modèle de
prestation des STC ont été inclus dans la Loi sur l’emploi, la croissance et la prospérité durable, qui a été présentée à la Chambre des
communes le 26 avril 2012 et qui a reçu la sanction royale le
29 juin 2012.
Les modifications ont été publiées dans la Gazette du Canada,
Partie I, le 13 octobre 2012 pour une période de 30 jours, de sorte
à fournir suffisamment de temps au public pour examiner et com­
menter les modifications proposées. À la fin de la période de publi­
cation préalable, nous avons reçu deux commentaires de la part
d’intervenants. L’un des commentaires appuyait le nouveau modèle
de prestation de STC à l’égard des vétérans et des survivants
admissibles. L’autre commentaire avait trait à une demande de pré­
cisions à ce sujet, précisions qui ont été fournies.
Des changements mineurs ont été apportés au Règlement, par
souci de clarté, à la suite de la version publiée dans la Gazette du
Canada, le 13 octobre 2012. Par exemple, on a éliminé toute ambi­
guïté sur les circonstances où un survivant peut présenter une
demande de STC, en précisant que cette demande ne dépend nulle­
ment du fait que le vétéran ait présenté une demande avant sa mort.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal, as
there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à la présente propo­
sition puisqu’il n’y a aucun changement aux coûts administratifs
des activités.
Small business lens
lentille des petites entreprises
This regulatory proposal does not increase or decrease adminis­
trative burden or compliance costs on small businesses.
Cette modification réglementaire n’entraîne aucun coût d’obser­
vation ni coût administratif pour les petites entreprises.
Rationale
Justification
veterans Affairs Canada is committed to delivering better and
faster services to veterans and their families by reducing red tape.
vAC is also working closely with DND to simplify its policies and
programs to better serve CF members and veterans.
Anciens Combattants Canada est déterminé à offrir de meilleurs
services dans de meilleurs délais aux vétérans et à leurs familles en
réduisant les formalités administratives. ACC travaille également
en étroite collaboration avec le MDN pour simplifier ses politiques
et ses programmes pour mieux servir les membres des FC et les
vétérans.
Les modifications réglementaires proposées aideront à éliminer
toute confusion éventuelle chez les membres actifs des FC qui
traitent actuellement avec ACC et le MDN pour obtenir des ser­
vices de soins de santé et des STC. La prestation de soins de santé
aux membres actifs des FC continuera d’être la responsabilité du
MDN et, grâce aux mesures proposées, il sera plus clair que le
MDN est le seul fournisseur des avantages médicaux, des STC et
The amendments were published in the Canada Gazette, Part I,
on October 13, 2012, for a 30-day period to allow the public time
to review and comment on the proposed changes. At the end of the
prepublication period, two comments were received from stake­
holders. One was supportive of the new CTS delivery model for
eligible veterans and survivors. The other requested further clarifi­
cation which has been provided.
The regulatory amendments will help eliminate any potential
confusion for serving CF members, who currently deal with both
vAC and DND to obtain health care services and benefits and CTS.
The provision of health care to serving CF members will continue
to be the responsibility of DND, and these measures will make it
clear that DND will be the only provider of treatment benefits,
CTS, and home care services for all members of the CF. Removing
111
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
duplication in the types of benefits and services offered to serving
CF members will also clarify lines of responsibility between vAC
and DND, thereby eliminating inefficiencies and simplifying poli­
cies and programs to better serve CF members and veterans, while
ensuring a more efficient use of resources.
In addition, veterans or survivors will directly obtain CTS from
a provider of their choice, who will deliver CTS tailored to the
individuals’ need. This new delivery model will allow veterans or
survivors to focus on their specific career paths, in their commun­
ities, close to their families and support systems and will provide
them the flexibility to choose and obtain providers and types of
CTS that best meet their needs.
Delivering better and faster services through the new CTS deliv­
ery model will also positively impact veterans’ or survivors’ health,
safety, way of life and well-being given that income plays a role in
determining someone’s physical and mental health, life expect­
ancy, quality of housing, nutrition and other aspects of their well­
being. The new model enhances this positive impact by allowing
the recipient to choose the provider(s) and type(s) of CTS that best
suit their needs, positioning them for success in finding a quality
job during their transition to civilian life.
Further, the technical/housekeeping amendments will respond to
recommendations from the SJCSR and ensure consistency and
enhance accuracy in the application and interpretation of the
vhCR and the CFMvRCR by veterans and other clients, stake­
holder groups, vAC personnel, and Canadians in general.
Lastly, this regulatory proposal will create no costs or adminis­
trative burden for veterans/survivors or businesses.
SOR/DORS/2012-289
des services de soins à domicile pour tous les membres des FC.
L’éliminer du dédoublement des types d’avantages et de services
offerts aux membres actifs des FC permettra également de distin­
guer les domaines de responsabilité respectifs d’ACC et du MDN,
supprimant ainsi l’inefficacité et simplifiant les politiques et les
programmes pour mieux servir les membres des FC et les vétérans
tout en veillant à une utilisation plus efficace des ressources.
De plus, les vétérans ou les survivants obtiendront directement
ces services d’un fournisseur de leur choix qui offrira des STC
adaptés aux besoins de la personne. Le nouveau modèle permettra
aux vétérans ou aux survivants de se concentrer sur leur développe­
ment de carrière, dans leur collectivité, près de leur famille et de
leur réseau de soutien et leur offrira la flexibilité de choisir les four­
nisseurs et d’obtenir les types de STC qui répondent le mieux à
leurs besoins.
La prestation de meilleurs services plus rapides grâce au nou­
veau modèle de prestation des STC aura également un effet positif
sur la santé, la sécurité, le style de vie et le bien-être des vétérans
ou des survivants étant donné que les revenus jouent un rôle impor­
tant dans la santé physique et mentale des gens, leur espérance de
vie, la qualité de leur domicile, leur alimentation et d’autres fac­
teurs de leur bien-être. Le nouveau modèle renforce cet effet positif
en permettant au bénéficiaire de choisir les fournisseurs et les types
de STC qui conviennent le mieux à ses besoins, les préparant ainsi
à trouver un emploi de qualité durant la transition à la vie civile.
En outre, les modifications techniques et administratives
répondent à certaines recommandations du Comité mixte perma­
nent d’examen de la réglementation et permettent d’assurer l’uni­
formité et d’accroître l’exactitude dans l’application et l’interpréta­
tion du RSSAC et du RMRIMvFC par les vétérans et les autres
clients, les groupes d’intervenants, le personnel d’ACC et le public
canadien en général.
Enfin, la proposition réglementaire n’entraînera aucun coût ou
fardeau administratif pour les vétérans/survivants ou les
entreprises.
implementation, enforcement and service standards
mise en œuvre, application et normes de service
1. Eliminating duplication in the types of benefits and services
for serving CF members
1. élimination du dédoublement des types d’avantages et de
services offerts aux membres actifs des FC
To implement these changes, vAC and DND are committed to
ensuring that serving CF members are seamlessly transitioned
from vAC to CF care. To this end,
• vIP is currently delivered through a reimbursement model
known as a “contribution arrangement” generally entered into
for a 12-month period. Serving CF members who currently
receive vAC vIP services will continue to receive those servi­
ces until their current contribution arrangement naturally
expires. After January 1, 2013, when a serving CF member’s
vIP contribution arrangement expires, they will be directed to
DND for the provision of home care benefits. Once the Regula­
tions come into effect on January 1, 2013, new applications
from CF members will be directed to DND for the provision of
health care benefits.
• Serving CF members will continue to receive treatment bene­
fits from vAC until the Regulations come into effect on Janu­
ary 1, 2013. CF members will then be directed to DND for the
provision of health care benefits.
• Serving CF members approved for CTS prior to September 30,
2012, will be covered by vAC’s current national CTS con­
tractor and will continue to receive these services until the
regulatory changes come into effect on January 1, 2013. As part
Dans la mise en œuvre des changements, ACC et le MDN s’en­
gagent à faire en sorte que les membres actifs des FC vivent une
transition sans heurt des soins d’ACC à ceux des FC. À ces fins :
• Les services du PAAC sont offerts actuellement selon un
modèle de remboursement appelé « entente de contribution »
d’une durée générale de 12 mois. Les membres actifs des FC
qui bénéficient à l’heure actuelle des services du PAAC d’ACC
continueront de recevoir ces services jusqu’à ce que leur
entente de contribution arrive à échéance naturellement. Après
le 1er janvier 2013, lors de l’expiration de l’entente de contribu­
tion pour le PAAC des membres actifs, ces derniers seront diri­
gés vers le MDN pour l’obtention des avantages de services à
domicile. Lorsque le Règlement entrera en vigueur le 1er jan­
vier 2013, les nouvelles demandes des membres des FC seront
transmises au MDN pour l’obtention des avantages de soins de
santé.
• Les membres actifs des FC continueront de recevoir des avan­
tages médicaux d’ACC jusqu’à ce que le Règlement entre en
vigueur le 1er janvier 2013. Les membres seront alors dirigés
vers le MDN pour l’obtention des avantages de soins de santé.
• Les membres actifs des FC pour qui la demande de STC a été
approuvée avant le 30 septembre 2012 bénéficieront des
112
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
of this implementation plan, DND has become the sole pro­
vider of CTS for CF members commencing October 1, 2012.
SOR/DORS/2012-289
services du fournisseur contractuel national actuel d’ACC et
continueront de recevoir les services jusqu’à ce que les modifi­
cations réglementaires entrent en vigueur le 1er janvier 2013.
Dans le cadre de ce plan de mise en œuvre, le MDN deviendra
le seul fournisseur des STC pour les membres des FC dès le
1er octobre 2012.
2. Changing the CTS delivery model for veterans or survivors
2. Modification du modèle de prestation des STC offerts aux
vétérans ou aux survivants
veterans Affairs Canada is also committed to ensuring a smooth
transition between its current CTS program and the new delivery
model. To this end,
• veterans or survivors will continue to receive services from the
national CTS contracted provider until December 31, 2012. On
January 1, 2013, eligible veterans or survivors will be entitled
to the $1,000 lifetime maximum grant payment for CTS. It is
expected that approximately 400 veterans/survivors per year
will receive CTS through the new CTS grant delivery model.
Anciens Combattants Canada s’engage également à effectuer
une transition harmonieuse entre le modèle actuel de prestation des
STC et le nouveau modèle. Pour ce faire :
• Les vétérans ou les survivants continueront de recevoir les STC
par l’entremise du fournisseur contractuel national de STC
jusqu’au 31 décembre 2012. Le 1er janvier 2013, les vétérans
ou les survivants admissibles auront droit à une subvention
maximale à vie de 1 000 $ pour les STC. On s’attend à ce
qu’environ 400 vétérans ou survivants par année reçoivent une
subvention pour les STC dans le cadre du nouveau modèle de
prestation.
En préparation des changements susmentionnés, les politiques,
les directives, les processus opérationnels, les systèmes informa­
tiques et les lettres seront modifiés et distribués. Le personnel sera
informé et recevra la formation nécessaire avant la date de prise
d’effet des changements au programme. De plus, on élaborera un
nouveau formulaire de participation au programme de STC qui
sera disponible le 1er janvier 2013.
On ne s’attend pas à ce que la présente proposition réglemen­
taire ait un effet sur le respect des lois et des règlements. Des exa­
mens seront menés conformément au plan de mesure des résultats
(PMR) relatif aux STC, qui a été établi à l’appui de la mesure des
résultats et de la production des rapports de sorte que les rapports
de données tiennent compte des données exactes et représentent
bien les résultats du programme de STC. Le PMR permettra de
surveiller périodiquement les résultats du programme contribuant
au but ultime de la participation active dans le marché du travail
civil.
De plus, la Direction générale de la vérification et de l’évalua­
tion d’ACC mène des vérifications et des évaluations annuelles des
programmes d’ACC. Les résultats sont publiés périodiquement sur
le site Web d’ACC.
Anciens Combattants Canada a également publié des normes de
service, qui sont affichées sur le site Web du Ministère (www.vac­
acc.gc.ca). Il y a des normes de service distinctes concernant les
STC. Malgré les changements résultant des améliorations, les
normes de service devraient rester proches des délais de traitement
moyens actuels.
To implement the above changes, policies, directives, business
processes, electronic systems and letters have been revised and dis­
tributed, and staff have been informed and trained on the new pro­
gram changes. Additionally, a new form for the CTS program will
be developed and will be made available on January 1, 2013.
It is not anticipated that this regulatory proposal will have an
impact on legislative and/or regulatory compliance. Reviews will
be conducted in accordance with the CTS performance measure­
ment plan (PMP), which was developed to support performance
measurement and reporting by ensuring data reports are accurately
capturing and portraying the performance of the CTS program. The
PMP will support the regular monitoring of program performance
contributing to the ultimate outcome of active participation in the
civilian workforce.
In addition, vAC’s Audit and Evaluation Division conducts
annual audits and evaluations of vAC programs. Results are pub­
lished on vAC’s Web site regularly.
veterans Affairs Canada also has published service standards.
These are available on the Department’s Web site (www.vac-acc.
gc.ca). There are specific service standards for CTS. The changes
from these enhancements should still allow the service standards to
be maintained close to the current average processing times.
Contact
Personne-ressource
Janice Burke
Senior Director
Strategic Policy Integration
veterans Affairs Canada
161 Grafton Street
P.O. Box 7700
Charlottetown, Prince Edward Island
C1A 8M9
Telephone: 902-566-8977
Email: janice.burke@vac-acc.gc.ca
Janice Burke
Directrice principale
Intégration des politiques stratégiques
Anciens Combattants Canada
161, rue Grafton
Case postale 7700
Charlottetown (Île-du-Prince-édouard)
C1A 8M9
Téléphone : 902-566-8977
Courriel : janice.burke@vac-acc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
113
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-290
Registration
SOR/2012-290 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-290
inDiAn ACt
LOi SuR LES inDiEnS
Order amending the Indian band Revenue
Moneys Order (Miscellaneous Program)
Décret correctif visant le Décret sur les revenus des
bandes d’Indiens
P.C. 2012-1723
C.P. 2012-1723
December 13, 2012
Le 14 décembre 2012
Le 13 décembre 2012
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of indian Affairs and northern Develop­
ment, pursuant to subsection 69(1) of the Indian Act1a, makes the
annexed Order Amending the Indian Band Revenue Moneys Order
(Miscellaneous Program).
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
nord canadien et en vertu du paragraphe 69(1) de la Loi sur les
Indiens1a, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le
Décret correctif visant le Décret sur les revenus des bandes d’Indiens, ci-après.
ORDeR aMenDIng tHe InDIan banD Revenue
MOneyS ORDeR (MIScellaneOuS PROgRaM)
DécRet cORRectIf vISant le DécRet SuR leS
RevenuS DeS banDeS D’InDIenS
aMenDMentS
MODIfIcatIOnS
1. the band name “abénakis de Wôlinak” in the schedule to
the Indian Band Revenue Moneys Order21 under the heading
“Quebec” is replaced by the following and is repositioned in
alphabetical order:
Première nation des Abénakis de Wôlinak
2. the band name “nigigoonsiminikaaning” in the schedule
to the Order under the heading “Ontario” is replaced by the
following:
nigigoonsiminikaaning First nation
3. the band names “Island lake first nation” and “Onion
lake” in the schedule to the Order under the heading “Saskatchewan” are replaced by the following and are repositioned
in alphabetical order:
Ministikwan Lake Cree nation
Onion Lake Cree nation
1. Dans l’annexe du Décret sur les revenus des bandes d’Indiens21, la mention « abénakis de Wôlinak », figurant sous l’in­
tertitre « Québec », est remplacée par ce qui suit, avec les adap­
tations nécessaires quant à l’ordre alphabétique :
Première nation des Abénakis de Wôlinak
2. Dans l’annexe du même décret, la mention « nigigoonsi­
minikaaning » figurant sous l’intertitre « Ontario » est rempla­
cée par ce qui suit :
nigigoonsiminikaaning First nation
3. Dans l’annexe du même décret, les mentions « Island lake
first nation » et « Onion lake », figurant sous l’intertitre
« Saskatchewan », sont respectivement remplacées par ce qui
suit, avec les adaptations nécessaires quant à l’ordre
alphabétique :
Ministikwan Lake Cree nation
Onion Lake Cree nation
4. Dans l’annexe du même décret, les mentions « Saddle
lake » et « Sawridge » figurant sous l’intertitre « Alberta » sont
respectivement remplacées par ce qui suit :
Saddle Lake Cree nation
Sawridge First nation
5. Dans l’annexe du même décret, les mentions « Hartley
bay », « Kwichsutaineuk-ah-kwaw-ah-mish », « lax
Kw’alaams » et « Splatsin », figurant sous l’intertitre
« Colombie-Britannique », sont respectivement remplacées par
ce qui suit, avec les adaptations nécessaires quant à l’ordre
alphabétique :
Gitga’at First nation
Kwikwasut’inuxw Haxwa’mis
Lax Kw’alaams Band
Splatsin First nation
4. the band names “Saddle lake” and “Sawridge” in the
schedule to the Order under the heading “Alberta” are replaced
by the following, respectively:
Saddle Lake Cree nation
Sawridge First nation
5. the band names “Hartley bay”, “Kwichsutaineuk-ah­
kwaw-ah-mish”, “lax Kw’alaams” and “Splatsin” in the
schedule to the Order under the heading “British Columbia”
are replaced by the following and are repositioned in alphabet­
ical order:
Gitga’at First nation
Kwikwasut’inuxw Haxwa’mis
Lax Kw’alaams Band
Splatsin First nation
a
1
R.S., c. i-5
SOR/90-297
114
a
1
L.R., ch. i-5
DORS/90-297
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-290
6. the band name “acho Dene Koe” in the schedule to the
Order under the heading “Yukon and Northwest Territories” is
replaced by the following:
Acho Dene Koe First nation
6. Dans l’annexe du même décret, la mention « acho Dene
Koe » figurant sous l’intertitre « Yukon et Territoires du NordOuest » est remplacée par ce qui suit :
Acho Dene Koe First nation
cOMIng IntO fORce
entRée en vIgueuR
7. this Order comes into force on the day on which it is
registered.
7. le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
RegulatORy IMPact
analySIS StateMent
(This statement is not part of the orders.)
RéSuMé De l’étuDe D’IMPact De la RégleMentatIOn
(Ce résumé ne fait pas partie des décrets.)
Issue and objectives
enjeux et objectifs
the following legislative instruments include a list of First
nations to which they apply: (1) the Schedule to the Indian Band
Revenue Moneys Order; and (2) the Schedule to the First Nations
Land Management Act.
A number of First nations listed on these instruments have
changed their names. Others have entered into self-government
agreements with the Government of Canada and are no longer sub­
ject to the Indian Act and legislative instruments made under it.
References in legislation, regulations and orders to original band
names that First nations might have changed several times can
make it difficult to determine whether such regulations or orders
apply to a given group.
Les textes législatifs suivants contiennent une liste des Premières
nations auxquelles ils s’appliquent : (1) l’annexe du Décret sur les
revenus des bandes d’Indiens; (2) l’annexe de la Loi sur la gestion
des terres des premières nations.
un certain nombre de Premières nations citées dans ces textes
ont adopté un nouveau nom. D’autres ont signé des ententes sur
l’autonomie gouvernementale avec le Gouvernement du Canada en
vertu desquelles elles ne sont plus assujetties à la Loi sur les Indiens
et aux textes législatifs adoptés dans le cadre de celles-ci. Les ren­
vois dans les lois, règlements et décrets aux noms de bandes origi­
naux des Premières nations qui ont changé plusieurs fois peuvent
entraîner des difficultés au moment de déterminer si ces règlements
et décrets s’appliquent à un groupe particulier.
L’objectif de cette mesure réglementaire annuelle est de modi­
fier les textes législatifs identifiés afin de préciser les noms de
bandes tels que définis par les Premières nations et enregistrés par
Affaires autochtones et Développement du nord Canada et d’abro­
ger le nom des Premières nations qui sont signataires d’une entente
d’autonomie gouvernementale avec le Gouvernement du Canada et
ne sont plus assujetties à la Loi sur les Indiens, tel que stipulé par
les ententes respectives. Ces modifications sont importantes afin de
s’assurer que les listes de bandes soient exactes et éviter toute
confusion potentielle quant à l’application de ces instruments pour
une Première nation précise. Cette mesure n’ajoute aucune nou­
velle Première nation à ces textes.
Des modifications semblables liées aux changements de noms
de bandes seront élaborées sur une base annuelle, au besoin. Dans
la soumission de cette année, 11 noms sont modifiés dans l’annexe
du Décret sur les revenus des bandes d’Indiens et un nom est
abrogé de l’annexe de la Loi sur la gestion des terres des premières
nations.
the objective of this annual regulatory measure is to amend
identified legislative instruments to ensure accuracy with respect to
current and new band names, as identified by First nations and
recorded by Aboriginal Affairs and northern Development Canada
and to repeal the names of First nations who are a party to a selfgovernment agreement with the Government of Canada and are no
longer subject to the Indian Act, as stipulated by the respective
agreements. these amendments are important to ensure that the
lists of bands in the legislative instruments are accurate and to
avoid potential confusion on whether these instruments apply to a
specific First nation. this proposal does not add First nations to
any instrument.
Similar amendments related to band names are processed on an
annual basis as needed. in this year’s submission, 11 names are
amended in the Schedule to the Indian Band Revenue Moneys
Order and one band is repealed from the Schedule to the First
Nations Land Management Act.
Description
Description
First nations’ names and profiles are recorded in Aboriginal
Affairs and northern Development Canada’s indian Registration
System, a database containing the indian register, band lists, and
band names. the indian Registration System is the official reposi­
tory of band names and contains the history of names for each
band. Any changes requested by First nations, by way of a Band
Council Resolution, are made by Aboriginal Affairs and northern
Les noms et profils des Premières nations sont enregistrés dans
le Système d’inscription des indiens d’Affaires autochtones et
Développement du nord Canada, une base de données contenant le
Registre des indiens, les listes de bandes et les noms de bandes. Le
Système d’inscription des indiens est le dépositaire officiel des
noms de bandes et contient l’historique des noms de chaque bande.
Les changements demandés par les Premières nations, par le biais
115
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-290
Development Canada’s Office of the indian Registrar. Because this
process did not address band names as they appear in legislative
instruments, an issue arose as to possible confusion that could be
created by having a same band appear under different names in
various instruments.
d’une résolution du conseil de bande, sont effectués par le Bureau
du registraire des indiens d’Affaires autochtones et Développe­
ment du nord Canada. Puisque ce processus ne vise pas les noms
de bandes qui existent dans les textes législatifs, une confusion
pourrait être créée par le fait d’avoir différents noms pour la même
bande dans les différents textes législatifs.
consultation
consultation
Given that these amendments implement requests by First
nations to have their name added, modified or repealed from legis­
lative instruments, it was not considered necessary to conduct con­
sultations with the public. the concerned First nations and depart­
mental stakeholders are notified when a band name change is
implemented.
Étant donné que ces modifications répondent aux demandes des
Premières nations d’ajouter, rectifier ou retirer leur nom d’un texte
législatif, il n’a pas été jugé nécessaire de mener des consultations
auprès du public et des intervenants. Les Premières nations concer­
nées sont avisées lorsqu’un changement de nom de bande est
apporté.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
Amendments to band names do not result in any new administra­
tive burden for businesses, nor do they remove any administrative
burden on businesses. the “One-for-One” Rule, therefore, does not
apply.
Les modifications apportées aux noms de bandes n’impliquent
aucune augmentation ou réduction des coûts administratifs envers
les entreprises. Par conséquent, la règle du « un pour un » ne s’ap­
plique pas.
Small business lens
lentille des petites entreprises
Amendments to band names do not impose any level of compli­
ance costs and/or administrative costs on small businesses as they
do not impose any requirements from businesses. the small busi­
ness lens, therefore, does not apply.
Les modifications apportées aux noms de bandes n’imposent
aucun niveau de conformité ni de frais d’administration aux petites
entreprises puisqu’elles n’imposent aucune exigence de la part des
entreprises. Par conséquent, la lentille des petites entreprises ne
s’applique pas.
Rationale
Justification
Aboriginal Affairs and northern Development Canada, in con­
junction with the Department of Justice Canada, undertook a
review of the existing process. it was agreed that, where appropri­
ate, legislative instruments should be amended to add and repeal
band names or reflect band name changes. these changes are
needed to avoid confusion as to whom a particular legislative
instrument may apply. Furthermore, the official band name is
required for legal transactions and it may cause confusion and
potential legal risks if the new band name is not reflected in the
appropriate instruments. this is especially important where First
nations have entered into self-government agreements and are no
longer subject to the Indian Act and other legislative instruments.
Affaires autochtones et Développement du nord Canada, en col­
laboration avec le ministère de la Justice Canada, a entrepris un
examen du processus existant. il a été convenu que certains textes
législatifs devaient être modifiés afin d’ajouter ou retirer les noms
de bandes ainsi que refléter les modifications requises aux noms de
bandes. Ces modifications sont nécessaires afin d’éviter la confu­
sion quant à savoir si un texte législatif s’applique à une Première
nation. De plus, le nom de bande officiel est requis pour les actes
juridiques. L’absence du nouveau nom d’une bande dans les actes
appropriés pourrait entraîner de la confusion et des risques juri­
diques. Ceci est particulièrement important dans les cas où des Pre­
mières nations ont signé des ententes d’autonomie gouvernemen­
tale et, ainsi, ne sont plus assujetties à la Loi sur les Indiens et aux
autres textes législatifs.
Les modifications n’ont pas de répercussions sur l’applicabilité
des textes législatifs qui sont modifiés, mais assurent plutôt l’exac­
titude des noms qui s’y trouvent tels qu’adoptés par les Premières
nations et le retrait des noms de bandes qui n’y sont plus assujet­
ties. Elles n’ont pas de répercussions sur les mesures des autres
ministères ou organismes fédéraux, ou autres ordres de gouverne­
ment. Cette mesure est de nature administrative et assure la recon­
naissance de la préférence d’une Première nation quant à la façon
dont elle est désignée.
the amendments do not affect the applicability of the regula­
tions and orders being amended, but ensure the accuracy of the
names currently appearing, as identified by First nations, and
repeal band names. they do not impact the actions of other federal
departments or agencies, or other levels of government. this action
is administrative in nature and primarily provides for the recogni­
tion of the preference of how a First nation is referred to.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de services
there are no compliance and enforcement requirements associ­
ated with these amendments and no implementation or ongoing
costs.
Aucune exigence de conformité ou d’application n’est liée à ces
modifications, ni aucun coût de mise en œuvre ou permanent.
116
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-290
contact
Personne-ressource
Allan tallman
indian Registrar
Office of the indian Registrar
Aboriginal Affairs and northern Development Canada
10 Wellington Street, Room 18G
Gatineau, Quebec
K1A 0H4
telephone: 819-934-6960
Email: allan.tallman@aadnc-aandc.gc.ca
Allan tallman
Registraire des indiens
Bureau du registraire des indiens
Affaires autochtones et Développement du nord Canada
10, rue Wellington, pièce 18G
Gatineau (Québec)
K1A 0H4
téléphone : 819-934-6960
Courriel : allan.tallman@aadnc-aandc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
117
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-291
Registration
SOR/2012-291 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-291
FIRST NATIONS LAND MANAGEMENT ACT
LOI SUR LA GESTION DES TERRES DES PREMIÈRES
NATIONS
Order amending the Schedule to the first nations
Land management act
Décret correctif visant l’annexe de la Loi sur la
gestion des terres des premières nations
P.C. 2012-1724
C.P. 2012-1724
December 13, 2012
Le 14 décembre 2012
Le 13 décembre 2012
His Excellency the Governor General in Council, on the recom­
mendation of the Minister of Indian Affairs and Northern Develop­
ment, pursuant to subsection 45(3)1a of the First Nations Land Management Act2b, makes the annexed Order Amending the Schedule to
the First Nations Land Management Act.
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
Nord canadien et en vertu du paragraphe 45(3)1a de la Loi sur la
gestion des terres des premières nations2b, Son Excellence le Gou­
verneur général en conseil prend le Décret correctif visant l’annexe
de la Loi sur la gestion des terres des premières nations, ci-après.
ORDeR amenDing the ScheDuLe tO the fiRSt
natiOnS LanD management act
DécRet cORRectif viSant L’annexe De La LOi SuR La geStiOn DeS teRReS
DeS pRemièReS natiOnS
amenDment
mODificatiOn
1. item 1 of the schedule to the First Nations Land Management Act31 is repealed.
1. L’article 1 de l’annexe de la Loi sur la gestion des terres des
premières nations31 est abrogé.
cOming intO fORce
entRée en vigueuR
2. this Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
n.B. the R
egulatory impact analysis Statement for
these Regulations appears at page 115, following
SOR/2012-290.
n.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation
de ce règlement se trouve à la page 115, à la suite du
DORS/2012-290.
a
a
b
1
S.C. 2012, c. 19, s. 636
S.C. 1999, c. 24
S.C. 1999, c. 24
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
118
b
1
L.C. 2012, ch. 19, art. 636
L.C. 1999, ch. 24
L.C. 1999, ch. 24
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-01-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
SOR/DORS/2012-292
Registration
SOR/2012-292 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-292
FOOD anD DRugS aCt
LOi SuR LES aLimEntS Et DROguES
Regulations amending the food and Drug
Regulations (Rum)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (rhum)
P.C. 2012-1725
C.P. 2012-1725
December 13, 2012
Le 14 décembre 2012
Le 13 décembre 2012
His Excellency the governor general in Council, on the recommendation of the minister of agriculture and agri-Food, pursuant
to subsection 30(1)1a of the Food and Drugs Act2b, makes the annexed
Regulations Amending the Food and Drug Regulations (Rum).
Sur recommandation du ministre de l’agriculture et de l’agroalimentaire et en vertu du paragraphe 30(1)1a de la Loi sur les aliments et drogues2b, Son Excellence le gouverneur général en
conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (rhum), ci-après.
RegulatiOnS amenDing the fOOD anD DRug
RegulatiOnS (Rum)
Règlement mODifiant le Règlement SuR leS
alimentS et DROgueS (Rhum)
amenDmentS
mODifiCatiOnS
1
1. Section B.02.030 of the Food and Drug Regulations3 is
amended by striking out “and” at the end of paragraph (a), by
adding “and” at the end of paragraph (b) and by adding the
following after paragraph (b):
(c) if it is imported in bulk for the purpose of bottling and sale in
Canada as imported rum, may only be
(i) modified by adding distilled or otherwise purified water to
adjust the rum to the strength stated on the label applied to the
container,
(ii) modified by adding caramel, or
(iii) blended with other imported rum or, in the case of rum
sold as Caribbean rum, with other rum.
2. Sections B.02.033 and B.02.034 of the Regulations are
repealed.
1. l’article B.02.030 du Règlement sur les aliments et drogues31 est modifié par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui
suit :
c) s’il est importé en vrac aux fins d’embouteillage et de vente
au Canada comme du rhum importé, peut être seulement :
(i) modifié par adjonction d’eau distillée ou autrement purifiée pour ramener le rhum au degré alcoolique indiqué sur
l’étiquette apposée sur le contenant,
(ii) modifié par adjonction de caramel,
(iii) mélangé avec un autre rhum importé ou, s’il s’agit d’un
rhum vendu comme du rhum antillais, avec un autre rhum.
COming intO fORCe
entRÉe en VigueuR
3. these Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
RegulatORY imPaCt
analYSiS Statement
RÉSumÉ De l’ÉtuDe D’imPaCt
De la RÉglementatiOn
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
2. les articles B.02.033 et B.02.034 du même règlement sont
abrogés.
1. Background
1. Contexte
this regulatory initiative amends the Food and Drug Regulations (FDR) to address the recommendation from the Standing
Joint Committee for the Scrutiny of Regulations (SJC) to repeal
section B.02.034 of the FDR, which, in the opinion of the SJC,
went beyond the mandate of the Food and Drugs Act (FDa).
Cette initiative de réglementation modifie le Règlement sur les
aliments et drogues (RaD) pour donner suite à la recommandation
du Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
(CmPER) selon laquelle l’article B.02.034 du RaD doit être
abrogé parce que, selon le Comité mixte permanent, il outrepasse
l’objet de la Loi sur les aliments et drogues (LaD).
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 42, s. 2
R.S., c. F-27
C.R.C., c. 870
b
1
L.C. 2005, ch. 42, art. 2
L.R., ch. F-27
C.R.C., ch. 870
119
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
Section B.02.034 of the FDR, related to Caribbean rum, was
written as an exception to section B.02.033 of the FDR, which sets
out conditions for blending and modifying rum that is intended for
sale in Canada when imported in bulk. Specifically, section B.02.034 allowed for rum from Commonwealth Caribbean
countries to be imported in bulk, be blended and bottled with small
percentages of Canadian rum or with rum from a Commonwealth
Caribbean country, and then be sold in Canada as Caribbean rum.
the SJC also noted that item 14 of the schedule to the Spirit
Drinks Trade Act (SDta), enacted in 2006, was intended to replace
section B.02.034 of the FDR. Following analyses, the Canadian
Food inspection agency (CFia) therefore recommended the repeal
section B.02.034 of the FDR.
in the light of this observation by the SJC, consequential amendments to the FDR are necessary to avoid inconsistencies between
the SDta and paragraph B.02.033(a) of the FDR which stipulated,
subject to section B.02.034, that imported rum to be sold in Canada
as imported rum, such as Caribbean rum, could be blended only
with other imported rum. Contrary to this restricted blending
allowance, item 14 of the schedule to the SDta allows Caribbean
rum to be blended with a small amount of Canadian rum.
SOR/DORS/2012-292
L’article B.02.034 du RaD, qui porte sur le rhum de pays des
antilles, a été rédigé par dérogation à l’article B.02.033 du RaD
qui fixe les conditions pour le mélange ou la modification de rhum
importé en vrac et destiné à la vente au Canada. aux termes de
l’article B.02.034, le rhum importé en vrac de pays des antilles du
Commonwealth peut être mélangé et embouteillé avec une petite
proportion de rhum canadien ou avec d’autres rhums de pays des
antilles du Commonwealth et être ensuite vendu au Canada
comme étant du rhum des antilles.
Le Comité mixte permanent (CmP) a également fait remarquer
que la disposition 14 de l’annexe à la Loi sur le commerce des spiritueux (LCS), adoptée en 2006, devait remplacer l’article B.02.034
du RaD. après analyse, l’agence canadienne d’inspection des aliments (aCia) a donc recommandé l’abrogation de l’article B.02.034 du RaD.
À la lumière de cette observation du CmP, des modifications
corrélatives au RaD se sont avérées nécessaires pour éviter les
incohérences entre la LCS et l’alinéa B.02.033a) du RaD qui prévoyait, sous réserve de l’article B.02.034, que le rhum importé
pour être vendu au Canada en qualité de rhum importé, comme
celui des antilles, pouvait être mélangé seulement avec d’autres
rhums importés. Contrairement à cette autorisation limitée, la disposition 14 de l’annexe de la LCS permet le mélange de rhum des
antilles à une petite quantité de rhum canadien.
2. issue
2. enjeux/problèmes
Section B.02.034 of the FDR was, in the SJC’s opinion,
extending beyond the mandate of the FDa. the SJC further noted
that item 14 of the schedule to the SDta had been intended to
replace section B.02.034 of the FDR. the SJC therefore recommended its repeal.
the repeal of section B.02.034 of the FDR could not, however,
have proceeded on its own without consequential amendments in
support of the repeal. in repealing section B.02.034 of the FDR,
section B.02.033 of the FDR had to be amended to ensure that it
did not conflict with item 14 of the schedule to the SDta. the
previous wording of paragraph B.02.033(a) of the FDR allowed for
rum, including Caribbean rum, imported in bulk for the purpose of
blending and sale as imported rum to be blended only with other
imported rum whereas item 14 of the schedule to the SDta allows
for Caribbean rum to be blended only with imported rum that is
from a Commonwealth Caribbean country, as well as with small
amounts of Canadian rum. Hence, it was necessary to delete the
requirement in paragraph B.02.033(a) which would conflict with
item 14 of the schedule to the SDta regarding Caribbean rum. in
addition, there were certain aspects of section B.02.033 that had to
be maintained.
L’article B.02.034 du RaD allait, de l’avis du CmP, au delà de
l’objet de la LaD. Le CmP a de plus fait remarquer que la disposition 14 de l’annexe de la LCS devait remplacer l’article B.02.034
du RaD. Le CmP recommande donc l’abrogation de ce dernier
article.
L’abrogation de l’article B.02.034 du RaD ne pouvait pas toutefois se faire sans les modifications corrélatives faisant suite à
l’abrogation. En abrogeant l’article B.02.034 du RaD, l’article B.02.033 devait être modifié pour s’assurer qu’il n’était pas
incompatible à la disposition 14 de l’annexe de la LCS. L’ancien
libellé de l’alinéa B.02.033a) du RaD permettait que le rhum, y
compris le rhum des antilles, soit importé en vrac et mélangé et
vendu comme du rhum importé à condition qu’il soit mélangé seulement avec d’autres rhums importés, tandis que la disposition 14
de l’annexe de la LCS permet que le rhum des antilles soit mélangé
seulement avec du rhum importé provenant d’un pays des antilles
du Commonwealth ou avec de petites quantités de rhum canadien.
ainsi, il était nécessaire de supprimer l’exigence de l’alinéa B.02.033a) qui aurait été incompatible avec la disposition 14
de l’annexe à LCS en ce qui a trait au rhum des antilles. Par ailleurs, certains éléments de l’article B.02.033 devaient être
conservés.
3. Objectives
3. Objectifs
the objectives of the current regulatory amendments are to
• Repeal section B.02.034 of the FDR to address the issue raised
by the SJC; and
• make consequential amendments to allow current blending
practices to continue.
Les objectifs des modifications au Règlement actuel sont les
suivants :
• abroger l’article B.02.034 du RaD pour donner suite aux
points soulevés par le CmP;
• apporter des modifications corrélatives pour permettre le maintien des pratiques actuelles de mélange.
4. Description
4. Description
the SJC has noted that item 14 of the schedule to the SDta was
intended to replace section B.02.034 of the FDR. However, contrary to the FDR, item 14 of the schedule to the SDta stipulates
Le CmP a fait remarquer que la disposition 14 de l’annexe de la
LCS avait pour objectif de remplacer l’article B.02.034 du RaD.
toutefois, contrairement au RaD, la disposition 14 de l’annexe de
120
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-292
that Caribbean rum can be blended with a small amount of Canadian rum and still be labelled and sold as “Caribbean rum.” therefore, the repeal of section B.02.034 of the FDR could not proceed
on its own if current blending practices were maintained.
la LCS prévoit que le rhum des antilles peut être mélangé avec une
petite quantité de rhum canadien et être quand même vendu comme
du rhum des antilles. Par conséquent, l’abrogation de l’article B.02.034 du RaD ne pouvait se faire si les pratiques actuelles
de mélange étaient maintenues.
to ensure there would be no contradictions between the FDR
and SDta, section B.02.033 of the FDR was repealed and consequential amendments were made to other FDR provisions to
ensure the continuance of current blending practices.
Pour faire en sorte qu’il n’y ait aucune contradiction entre le
RaD et la LCS, l’article B.02.033 du RaD a été abrogé, et des
modifications corrélatives ont été apportées à d’autres dispositions
du RaD pour assurer le maintien des pratiques actuelles de
mélange.
L’autorisation d’ajouter de l’eau distillée et du caramel est habituellement nécessaire pour ajuster les spiritueux importés en vrac
en général. Les spiritueux importés en vrac sont généralement
expédiés après que l’on ait retiré la majeure partie de leur eau. Le
produit est ensuite reconstitué avec de l’eau dans le pays importateur, ce qui permet de réduire les coûts d’expédition. Le caramel
est également ajouté pour restaurer la couleur du produit. Donc,
pour faire en sorte que les pratiques actuelles puissent être maintenues, l’intention des dispositions du RaD sur la possibilité de
reconstituer les produits de cette façon est maintenant exprimée
dans l’article B.02.030.
the ability to add distilled water and caramel is usually required
to adjust imported bulk spirits in general. Bulk spirits are typically
shipped with much of the water removed. the product is then
reconstituted with water in the receiving country, thereby saving on
shipping costs. Caramel is also added to restore the proper colour.
therefore, to ensure that current practices could continue, the
intent of the FDR provisions related to the ability to reconstitute
the products in this manner was moved to section B.02.030.
5. Consultation
5. Consultation
these amendments do not imply changes in practice for industry
and, therefore, did not warrant extended consultations. However, as
a precautionary measure, CFia sent information advising stakeholders of the upcoming changes to agriculture and agri-food
Canada (aaFC), the Canada Revenue agency (CRa), Health Canada (HC), the Canadian association of Liquor Jurisdictions
(CaLJ), Spirits Canada, also known as the association of Canadian Distillers (aCD), and the Canadian association of importers
and Exporters (i.E. Canada).
Ces modifications n’entraînaient aucun changement dans les
pratiques de l’industrie et, par conséquent, ne justifiaient pas de
vastes consultations. toutefois, par mesure de précaution, l’aCia
a communiqué les changements à venir aux parties concernées à
agriculture et agro-alimentaire Canada (aaC), à l’agence du
revenu du Canada (aRC), à Santé Canada (SC), à l’association
canadienne des régies d’alcool (aCRa), à Spiritueux Canada,
aussi connu sous le nom d’association des distillateurs canadiens
(aDC) et à l’association canadienne des importateurs et exportateurs inc.
une seule réponse favorable a été reçue.
a single supportive response was received.
6. “One-for-One” Rule
6. Règle du « un pour un »
the “One-for-One” Rule does not apply to this proposal, as
there are no changes in industry practices and, therefore, no administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’appliquait pas à cette proposition, car les pratiques de l’industrie ne font l’objet d’aucun changement et, par conséquent, il n’y a aucuns frais administratifs.
7. Small business lens
7. lentille des petites entreprises
these amendments do not result in any changes in practice for
the distillery industry with respect to Caribbean rum. the amendments do not have any incremental impacts on the industry in terms
of compliance practices and therefore will not impose any compliance costs or administrative costs on small businesses in
distilleries.
Ces modifications ne donnent lieu à aucun changement dans les
pratiques de l’industrie de la distillerie en ce qui touche le rhum des
antilles. Les modifications n’ont pas de répercussions additionnelles sur l’industrie en termes de pratique d’assurance de la
conformité et, par conséquent, elles n’entraîneront aucun coût relatif à l’assurance de la conformité ou de frais administratifs pour les
petites entreprises du secteur de la distillerie.
8. Rationale
8. Justification
there will be no incremental costs for industry, businesses,
trade, and consumers as a result of these regulatory amendments.
Les modifications au Règlement n’entraîneront aucun coût additionnel pour l’industrie, les entreprises, les commerçants et les
consommateurs.
aaC qui administre la Loi sur le commerce des spiritueux
(LCS), conservera le pouvoir d’appliquer les exigences concernant
le rhum des antilles en vertu de la disposition 14 de l’annexe de la
LCS. Le ministre d’aaC a désigné certains représentants de
l’agence du revenu du Canada et de l’agence des services frontaliers du Canada (aSFC) comme inspecteurs et analystes, respectivement, pour administrer et appliquer la LCS. Étant donné que la
modification au règlement n’entraînera aucun changement de
aaFC administers the SDta, which will continue to have the
authority to enforce the requirements regarding Caribbean rum
under item 14 of the schedule to the SDta. the minister of agriculture and agri-food Canada (the minister) has designated certain
officials of the Canada Revenue agency (CRa) and the Canada
Border Services agency (CBSa) as inspectors and analysts
respectively for the purpose of administering and enforcing the
SDta. Since there will be no change in practice as a result of the
121
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-292
regulatory amendment, there will be no impacts on CRa and
CBSa.
pratique, on prévoit qu’il n’y aura aucun impact sur l’aRC et
l’aSFC.
Health Canada (HC) is responsible for the public health and
safety and nutritional quality of all foods including alcoholic beverages through the FDa. there are no health and safety aspects to
the amendments and, therefore, no impact on HC.
in conclusion, there will not be any incremental impacts on
industry, consumers or government departments.
Santé Canada (SC) est responsable de la santé et de la sécurité
publique et de la qualité nutritionnelle de tous les aliments, y compris des boissons alcooliques, conformément à la LaD. La modification au Règlement ne touche aucun aspect de la santé et de la
sécurité et, par conséquent, il n’y a aucune répercussion sur Santé
Canada.
Les modifications n’auront aucune répercussion sur les spiritueux et l’industrie de la distillerie. L’industrie du rhum des antilles
pourra maintenir les mêmes exigences opérationnelles que celles
qui existent à l’heure actuelle lorsqu’elle traitera avec les commerçants et les vendeurs.
En conclusion, il n’y aura aucune répercussion additionnelle sur
l’industrie, les consommateurs et les ministères.
9. implementation, enforcement and service standards
9. mise en œuvre, application et normes de service
under the SDta, the minister of agriculture and agri-food
Canada has designated certain officials of the Canada Revenue
agency (CRa) and the Canada Border Services agency (CBSa)
as inspectors and analysts respectively for the purpose of administering and enforcing the SDta. Excise duty officers with the CRa
who presently conduct audits under the Excise Act, 2001 will carry
out inspections under the SDta, while CBSa analysts will carry
out the analysis of samples as may be required in enforcing the
SDta.
more information on compliance under the SDta, can be
obtained in the Spirit Drinks Trade Act Compliance and Enforcement Policy by visiting the aaFC Web site.
En vertu de la Loi sur le commerce des spiritueux, le ministre
d’aaC a désigné certains représentants de l’agence du revenu du
Canada (aRC) et de l’agence des services frontaliers du Canada
(aSFC) comme inspecteurs et analystes, respectivement, pour
administrer et appliquer la LCS. Les agents des droits d’accise de
l’aRC qui font actuellement des vérifications en vertu de la Loi sur
l’accise, effectueront des inspections en vertu de la LCS, tandis
que les analystes de l’aSFC feront les analyses d’échantillons s’il
y a lieu dans le cadre de l’application de la LCS.
il est possible d’obtenir de plus amples informations sur la
conformité en vertu de la LCS en visitant le site Web d’aaC qui
porte sur la politique de conformité et d’application de la Loi sur le
commerce des spiritueux.
10. Contact
10. Personne-ressource
mark Burgham
Director
imported and manufactured Food Division
Canadian Food inspection agency
1400 merivale Road, tower 2, Floor 6, Room 223
Ottawa, Ontario
K1a 0Y9
telephone: 613-773-6533
Fax: 613-773-5617
Email: mark.burgham@inspection.gc.ca
mark Burgham
Directeur
Division des aliments importés et manufacturés
agence canadienne d’inspection des aliments
1400, chemin merivale, tour 2, 6e étage, pièce 223
Ottawa (Ontario)
K1a 0Y9
téléphone : 613-773-6533
télécopieur : 613-773-5617
Courriel : mark.burgham@inspection.gc.ca
the amendments will have no impact on the spirits and the distillery industry. industry that is involved with Caribbean rum will
be able to maintain the same operational requirements in dealing
with trade and sales as the current status quo.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
122
Publié par l’imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Registration
SOR/2012-293
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-293
Le 14 décembre 2012
FIRST NATIONS COMMERCIAL AND INDUSTRIAL
DEVELOPMENT ACT
LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET
INDUSTRIEL DES PREMIÈRES NATIONS
Haisla Nation Liquefied Natural Gas Facility
Regulations
Règlement sur les installations de gaz naturel
liquéfié de la Nation Haisla
P.C. 2012-1742
C.P. 2012-1742
December 13, 2012
Whereas the Haisla Nation has requested by resolution of its
council that the Minister of Indian Affairs and Northern De­
velopment recommend to the Governor in Council the making
of the annexed Regulations and, in accordance with para­
graph 5(1)(a) of the First Nations Commercial and Industrial De­
velopment Acta, the Minister has received that resolution;
Whereas the Haisla Nation is a First Nation within the meaning
of the First Nations Commercial and Industrial Development
Acta;
Whereas jurisprudence in relation to the Constitution Act,
1867b leaves some uncertainty with respect to the application of
some provincial laws to reserve lands, and the intention of the
annexed Regulations is to ensure that certain laws set out in
Schedule 2 to those Regulations apply as federal law to the pro­
ject lands, within the limits of federal constitutional authority;
Whereas the annexed Regulations specify provincial officials
by whom, and provincial bodies by which, powers may be exer­
cised or duties must be performed;
And whereas in accordance with paragraph 5(1)(b) of the First
Nations Commercial and Industrial Development Acta an agree­
ment has been concluded between the Minister of Indian Affairs
and Northern Development, the Province of British Columbia and
the council of the Haisla Nation for the administration and en­
forcement of the Regulations by those provincial officials and
bodies;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of Indian Affairs and North­
ern Development, pursuant to section 3c of the First Nations
Commercial and Industrial Development Acta, makes the annexed
Haisla Nation Liquefied Natural Gas Facility Regulations.
Definitions
Attendu que la Nation Haisla a demandé, par résolution de son
conseil, au ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien de
recommander au gouverneur en conseil de prendre le règlement
ci-après et que, en vertu de l’alinéa 5(1)a) de la Loi sur le déve­
loppement commercial et industriel des premières nationsa, le
ministre a reçu du conseil cette résolution;
Attendu que la Nation Haisla est une première nation au sens
de la Loi sur le développement commercial et industriel des pre­
mières nationsa;
Attendu que la jurisprudence portant sur la Loi constitution­
nelle de 1867b laisse planer un doute sur l’application de certaines
lois provinciales aux terres de réserve et que le règlement ci-après
vise à faire en sorte que certains textes législatifs visés à l’an­
nexe 2 de ce règlement s’appliquent aux terres du projet à titre de
règles de droit fédéral, dans les limites des compétences constitu­
tionnelles fédérales;
Attendu que le règlement ci-après confère des attributions à des
fonctionnaires et organismes provinciaux;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 5(1)b) de la Loi sur le déve­
loppement commercial et industriel des premières nationsa, le
ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, la province
de la Colombie-Britannique et le conseil de la Nation Haisla ont
conclu un accord au sujet de la mise en œuvre et du contrôle
d’application du règlement par ces fonctionnaires et organismes
provinciaux,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Affaires in­
diennes et du Nord canadien et en vertu de l’article 3c de la Loi
sur le développement commercial et industriel des premières na­
tionsa, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le
Règlement sur les installations de gaz naturel liquéfié de la Na­
tion Haisla, ci-après.
HAISLA NATION LIQUEFIED NATURAL
GAS FACILITY REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES INSTALLATIONS DE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ DE LA NATION HAISLA INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these
Regulations.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
———
———
a
a
b
c
Le 13 décembre 2012
S.C. 2005, c. 53
30 & 31 Vict., c. 3 (U.K.)
S.C. 2010, c. 6, s. 3
b
c
Définitions
L.C. 2005, ch. 53
30 & 31 Vict., ch. 3 (R.-U.)
L.C. 2010, ch. 6, art. 3
123
2013-01-02
“incorporated
laws”
« textes
législatifs
incorporés »
“project lands”
« terres du
projet »
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
“incorporated laws” means the statutes, regulations
and other legislative instruments of British Colum­
bia, or the portions of them, set out in Schedule 2,
as amended from time to time and as adapted by
sections 13 to 43.
“project lands” means the lands set out in Sched­
ule 1.
Provincial
Interpretation
Act
2. The incorporated laws are to be interpreted in
accordance with the British Columbia Interpreta­
tion Act (R.S.B.C. 1996, c. 238), as amended from
time to time, and, for that purpose, references to
“enactment” in that Act are to be read to include the
incorporated laws.
Other
expressions
3. For greater certainty, the adaptations in sec­
tions 13 to 43 are to be interpreted to be part of the
incorporated laws to which they apply.
Incorporation
by reference
Restriction
Restriction
Incorporation
of procedural
matters
Related powers
Offences and
penalties
124
« terres du projet » Les terres visées à l’annexe 1.
« terres du
projet »
“project lands”
« texte législatif incorporé » Tout ou partie d’une
loi, d’un règlement ou de tout autre texte législatif
de la Colombie-Britannique visé à l’annexe 2, avec
ses modifications successives et compte tenu des
adaptations prévues aux articles 13 à 43.
2. Les textes législatifs incorporés sont interpré­
tés conformément à la loi de la ColombieBritannique intitulée Interpretation Act (R.S.B.C.
1996, ch. 238), avec ses modifications successives,
et, à cette fin, la mention de « enactment » dans
cette loi vaut également mention des textes législa­
tifs incorporés.
3. Il est entendu que les adaptations prévues aux
articles 13 à 43 sont interprétées comme faisant
partie des textes législatifs incorporés auxquels
elles s’appliquent.
« texte
législatif
incorporé »
“incorporated
laws”
APPLICATION OF LAWS
APPLICATION DES TEXTES LÉGISLATIFS
4. Subject to section 5, the incorporated laws ap­
ply to the project lands.
5. (1) A provision of an incorporated law applies
only if the provision of the law of British Columbia
that it incorporates is in force.
4. Sous réserve de l’article 5, les textes législatifs
incorporés s’appliquent aux terres du projet.
5. (1) Les dispositions d’un texte législatif incor­
poré ne s’appliquent que si les dispositions du texte
législatif de la Colombie-Britannique qui est incor­
poré sont en vigueur.
(2) Il est entendu que les textes législatifs incor­
porés ne s’appliquent que dans les limites des com­
pétences constitutionnelles fédérales.
6. (1) Sauf disposition contraire et sous réserve
des adaptations prévues aux articles 13 à 43, doi­
vent être conformes aux textes législatifs de la
Colombie-Britannique, que ceux-ci soient visés ou
non à l’annexe 2 :
a) le contrôle d’application des textes législatifs
incorporés; b) la poursuite ou toute autre procédure intentée
pour la violation d’un texte législatif incorporé;
c) le contrôle ou l’appel visant la prise d’une mesure ou d’une décision ou l’omission de prendre
une mesure qui aurait pu être prise, en vertu d’un
texte législatif incorporé;
d) les exigences en matière d’avis ou de signifi­
cation relativement à une mesure à prendre en
vertu d’un texte législatif incorporé.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), la per­
sonne ou l’organisme à qui des attributions sont
conférées par un texte législatif de la ColombieBritannique a les mêmes attributions relativement à
toutes les mesures prises en vertu de ce paragraphe.
7. Lorsque la violation d’un texte législatif de la
Colombie-Britannique incorporé dans le présent
règlement constitue une infraction aux termes de la
législation de cette province, la violation du texte
législatif incorporé constitue aussi une infraction et
est passible de la même peine que celle que prévoit
cette législation.
(2) For greater certainty, an incorporated law ap­
plies only to the extent that it is within the limits of
federal constitutional authority.
6. (1) Unless otherwise provided and subject to
any adaptations set out in sections 13 to 43, the
following are to be carried out in accordance with
the laws of British Columbia, whether or not those
laws have been set out in Schedule 2:
(a) the enforcement of incorporated laws;
(b) the prosecution of an offence, or any other
proceedings, in relation to the contravention of
an incorporated law;
(c) the review or appeal of an action or decision
taken, or of a failure to take an action that could
have been taken, under an incorporated law;
(d) any requirements for notice or service in rela­
tion to an action to be taken under an incorpor­
ated law.
(2) For the purposes of subsection (1), a person
or body that has a power, duty or function under a
law of British Columbia has the same power, duty
or function in respect of any actions taken under
that subsection.
7. If contravention of a law of British Columbia
that is incorporated in these Regulations is an of­
fence under the laws of British Columbia, contra­
vention of the incorporated law is also an offence
and is subject to the same penalties as under the
laws of British Columbia.
Interpretation
Act de la
province
Autres termes
Incorporation
par renvoi
Restriction
Restriction
Incorporation
des questions
de procédure
Attributions
connexes
Infractions et
peines
2013-01-02
Financial
requirements
under lease
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
8. If the incorporated laws require a cash deposit
or other financial security to be given, those re­
quirements do not displace, but instead apply in
addition to, the requirements of any lease of the
project lands in relation to cash deposits or other
financial security.
INAPPLICABLE FEDERAL
REGULATIONS Exclusion
Conformity
with British
Columbia
standards
Occupancy
permit
Occupancy
permit
Survival of
rights
8. Lorsque des textes législatifs incorporés exi­
gent le versement d’un dépôt en espèces ou la re­
mise d’une autre garantie financière, ces exigences
ne remplacent pas les exigences du bail visant les
terres du projet relativement aux dépôts en espèces
ou à d’autres garanties financières, mais elles s’y
ajoutent.
NON-APPLICATION D’UN RÈGLEMENT FÉDÉRAL
9. The Indian Reserve Waste Disposal Regula­
tions do not apply to the project lands.
9. Le Règlement sur la destruction des déchets
dans les réserves indiennes ne s’applique pas à
l’égard des terres du projet.
CONSTRUCTION STANDARDS
NORMES DE CONSTRUCTION
10. Construction of and alterations to buildings
on the project lands must be done in accordance
with the British Columbia Building Code and Brit­
ish Columbia Fire Code, as amended from time to
time.
11. (1) No building on the project lands is to be
occupied unless the Haisla Nation, or a person au­
thorized by the Haisla Nation, has issued an occu­
pancy permit for that building.
(2) The Haisla Nation, or a person authorized by
the Haisla Nation, must issue an occupancy permit
for a building within 15 days after it receives writ­
ten confirmation by a person registered or licensed
as a professional engineer under the Engineers and
Geoscientists Act (R.S.B.C. 1996, c. 116) that the
building was constructed in accordance with sec­
tion 10.
10. Les constructions et rénovations immobiliè­
res faites sur les terres du projet doivent respecter
les codes intitulés British Columbia Building Code
et British Columbia Fire Code ainsi que leurs mo­
difications successives.
11. (1) Il est interdit d’occuper un immeuble se
trouvant sur les terres du projet sauf si la Nation
Haisla ou une personne autorisée par elle a délivré
un permis d’occuper cet immeuble.
(2) Dans les quinze jours de la réception de la
confirmation écrite donnée par une personne ins­
crite à titre d’ingénieur ou détenant un brevet
d’ingénieur en vertu de la loi intitulée Engineers
and Geoscientists Act (R.S.B.C. 1996, ch. 116),
selon laquelle un immeuble a été construit confor­
mément à l’article 10, la Nation Haisla ou une per­
sonne autorisée par elle délivre un permis
d’occuper cet immeuble.
TRANSITIONAL PROVISION
DISPOSITION TRANSITOIRE
12. Any permits, authorizations, orders or ex­
emptions — including any amendments to them —
issued by the British Columbia Oil and Gas Com­
mission in relation to the project lands prior to the
coming into force of these Regulations are consid­
ered to have been issued under these Regulations
and to be valid for the purposes of these
Regulations.
12. Tous les permis et toutes les autorisations, di­
rectives et exemptions — y compris les modifica­
tions qui y ont été apportées — donnés par la com­
mission appelée British Columbia Oil and Gas
Commission relativement aux terres du projet avant
l’entrée en vigueur du présent règlement sont
considérés comme ayant été donnés en vertu du
présent règlement et être valides pour l’application
de celui-ci.
ADAPTATIONS APPLICABLE TO ALL INCORPORATED LAWS Exigences
financières en
vertu d’un bail
Exclusion
Conformité aux
normes de la
ColombieBritannique
Permis
d’occuper
Permis
d’occuper
Maintien des
droits
DISPOSITIONS GÉNÉRALES D’ADAPTATION
DES TEXTES LÉGISLATIFS INCORPORÉS
British
Columbia
statutes and
regulations
13. Unless otherwise indicated, the statutes and
regulations referred to in sections 18 to 43 are stat­
utes and regulations of British Columbia.
13. Sauf indication contraire, les lois et les rè­
glements visés aux articles 18 à 43 sont des lois et
règlements de la Colombie-Britannique.
Lois et
règlements de
la ColombieBritannique
Interpretation
of incorporated
laws
14. (1) The incorporated laws are to be read
without reference to any of the following:
(a) spent provisions and provisions making con­
sequential amendments to other enactments that
are not incorporated laws;
(b) provisions appointing a person, providing for
the remuneration of a person, or establishing or
continuing a provincial body, program or fund;
14. (1) Pour l’interprétation des textes législatifs
incorporés, il n’est pas tenu compte :
a) des dispositions périmées ni des modifications
corrélatives à d’autres textes qui ne sont pas des
textes législatifs incorporés;
b) des dispositions nommant une personne ou
fixant la rémunération d’une personne ni des dis­
positions établissant ou reconduisant un orga­
nisme, un programme ou un fonds provincial;
Interprétation
des textes
législatifs
incorporés
125
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
(c) provisions relating to the internal manage­
ment of a provincial body;
(d) provisions requiring or authorizing monies to
be paid from the Consolidated Revenue Fund of
British Columbia;
(e) provisions authorizing the LieutenantGovernor in Council, a Minister or a provincial
body to make regulations of general application,
except to the extent required to make the regula­
tions set out in Schedule 2.
Interpretation of incorporated
laws
Specified
officials and
bodies
Interpretation of adapted laws
(2) Despite paragraph (1)(b),
(a) a person appointed to a position under a law
of British Columbia that has been incorporated
by reference in these Regulations is considered
to have been appointed to the same position for
the purposes of these Regulations, for so long as
that person remains in that position under the law
of British Columbia; and
(b) a provincial body, program or fund estab­
lished or continued under a law of British Co­
lumbia that has been incorporated by reference in
these Regulations is considered to have been es­
tablished or continued for the purposes of these
Regulations.
(3) For greater certainty, a person or body that
has a power, duty or function under a law of British
Columbia incorporated by reference in these Regu­
lations has the same power, duty or function under
these Regulations, subject to the adaptations set out
in sections 18 to 43.
(4) For greater certainty, if a law of British Co­
lumbia is adapted by these Regulations, a reference
to that law in an incorporated law or in any notice,
form, instrument or other document issued under an
incorporated law is to be read as a reference to that
law as adapted by these Regulations.
Exclusion
15. Unless otherwise provided by these Regula­
tions, a provision of an incorporated law that im­
poses an obligation, liability or penalty on an
owner, occupier, public authority, public body or
unspecified person or entity does not apply to Her
Majesty in right of Canada or federal ministers or
officials.
Limitation on
searches and
inspections
16. A power to search or make inspections under
an incorporated law, including the power to enter a
place, does not include a power to enter or search,
or to inspect anything in, a federal government
office, without the consent of the person who is or
appears to be in charge of that office.
Limitation on
production of
documents
17. A power to seize, remove or compel the production of documents under an incorporated law
does not include a power to seize, remove or com­
pel the production of a document in the possession
of the federal government, without the consent of
the person in possession of the document.
126
c) des dispositions portant sur l’administration
interne d’un organisme provincial;
d) des dispositions exigeant ou autorisant la dé­
pense de fonds du Trésor de la ColombieBritannique;
e) des dispositions autorisant le lieutenant­
gouverneur en conseil, un ministre ou un orga­
nisme provincial à prendre un règlement d’ap­
plication générale, sauf dans la mesure où cela
est nécessaire à la prise des règlements visés à
l’annexe 2.
(2) Malgré l’alinéa (1)b) :
a) la personne nommée à un poste en vertu d’un
texte législatif de la Colombie-Britannique in­
corporé par renvoi au présent règlement est
considérée comme ayant été nommée au même
poste pour l’application du présent règlement
tant qu’elle continue à occuper le poste en vertu
de ce texte;
b) l’organisme, le programme ou le fonds pro­
vincial établi ou reconduit en vertu d’un texte lé­
gislatif de la Colombie-Britannique incorporé par
renvoi au présent règlement est considéré comme
ayant été établi ou reconduit pour l’application
du présent règlement.
(3) Il est entendu que la personne ou l’organisme
à qui des attributions sont conférées par un texte
législatif de la Colombie-Britannique incorporé par
renvoi au présent règlement a les mêmes attribu­
tions en vertu du présent règlement, sous réserve
des adaptations prévues aux articles 18 à 43.
(4) Il est entendu que, si un texte législatif de la
Colombie-Britannique est adapté par le présent
règlement, la mention de ce texte dans un texte
législatif incorporé ou dans un avis, un formulaire
ou dans tout autre document établi en vertu d’un
texte législatif incorporé, vaut mention de ce texte
avec les adaptations prévues au présent règlement.
15. Sauf disposition contraire du présent règle­
ment, la disposition d’un texte législatif incorporé
qui impose une obligation, une responsabilité ou
une pénalité à un propriétaire, à un occupant, à une
autorité publique, à un organisme public ou encore
à une personne ou une entité non désignées ne
s’applique pas à Sa Majesté du chef du Canada, aux
ministres ou aux fonctionnaires fédéraux.
16. Le pouvoir de faire des fouilles ou des ins­
pections en vertu d’un texte législatif incorporé,
notamment celui d’entrer dans un lieu, ne permet
pas d’entrer, de faire une fouille ou d’inspecter quoi
que ce soit dans un bureau de l’administration fédé­
rale sans le consentement de la personne qui est ou
semble être responsable du bureau.
17. Le pouvoir de saisir ou d’emporter des do­
cuments ou d’en exiger la production en vertu d’un
texte législatif incorporé ne permet pas de le faire à
l’égard d’un document qui est en la possession de
l’administration fédérale sans le consentement de la
personne qui en a la possession.
Interprétation
des textes
législatifs
incorporés
Fonctionnaire
ou organisme
désigné
Interprétation
des textes
législatifs
adaptés
Exclusion
Restriction
concernant les
fouilles et les
inspections
Restriction
concernant la
production de
documents
2013-01-02
Municipalities
Adaptation to
Part 4
Adaptation to
section 40(1)(b)
Adaptation to
section 55(6)
Adaptation to
section 61(1)
General
adaptation
General
adaptation
General
adaptation
Adaptation to
section 1
“Crown land”
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
ADAPTATIONS TO THE ENVIRONMENTAL
MANAGEMENT ACT AND REGULATIONS
ADAPTATION DE LA LOI INTITULÉE
ENVIRONMENTAL MANAGEMENT
ACT ET DE SES RÈGLEMENTS
18. The Environmental Management Act and the
regulations made under it set out in Schedule 2 are
to be read without reference to any powers con­
ferred on a municipality or an employee of a
municipality.
18. Pour l’application de la loi intitulée En­
vironmental Management Act et de ses règlements
visés à l’annexe 2, il n’est pas tenu compte des
pouvoirs conférés à une municipalité ni à l’employé
d’une municipalité.
ENVIRONMENTAL MANAGEMENT ACT
ENVIRONMENTAL MANAGEMENT ACT
19. For the purposes of Part 4 of the Environ­
mental Management Act, the standard to be applied
for remediation is a standard consistent with indus­
trial land use.
20. In section 40(1)(b) of the Act, a reference to
“the applicable municipality” is to be read as a ref­
erence to “the director”.
21. Section 55(6) of the Act is to be read as
follows:
19. Pour l’application de la partie 4 de la loi inti­
tulée Environmental Management Act, la norme de
réhabilitation applicable est celle qui correspond
aux terrains à usage industriel.
20. À l’alinéa 40(1)(b) de la Loi, la mention de
« the applicable municipality » vaut mention de
« the director ».
21. Le paragraphe 55(6) de la Loi est réputé
avoir le libellé suivant :
(6) Her Majesty in right of Canada and Her Min­
isters and officials, and the Haisla Nation and its
council and employees, do not incur any liability
and are not to be considered a responsible person
under this Act as a result of any bylaw, law, permit,
license, approval or other document adopted or
issued under the Indian Act (Canada), or a land
code adopted under the First Nations Land Man­
agement Act (Canada), that authorizes the removal
or deposit of contaminated soil from or on the pro­
ject lands.
22. In section 61(1) of the Act, a reference to
“government” is to be read to include Her Majesty
in right of Canada and the Haisla Nation.
(6) Her Majesty in right of Canada and Her Min­
isters and officials, and the Haisla Nation and its
council and employees, do not incur any liability
and are not to be considered a responsible person
under this Act as a result of any bylaw, law, permit,
license, approval or other document adopted or
issued under the Indian Act (Canada) or a land code
adopted under the First Nations Land Management
Act (Canada), that authorizes the removal or deposit
of contaminated soil from or on the project lands.
CONTAMINATED SITES REGULATION
CONTAMINATED SITES REGULATION
23. For the purposes of the Contaminated Sites
Regulation, the standard to be applied for remedia­
tion is a standard consistent with industrial land
use.
24. For greater certainty, the power of the direc­
tor to require financial security under section 48(4)
of the Regulation does not include the power to
require financial security from Her Majesty in right
of Canada.
23. Pour l’application du règlement intitulé
Contaminated Sites Regulation, la norme de réhabi­
litation applicable est celle qui correspond aux ter­
rains à usage industriel.
24. Il est entendu que le pouvoir du directeur
(« director ») d’exiger une garantie financière (« fi­
nancial security ») en vertu du paragraphe 48(4) du
règlement ne lui permet pas d’exiger une garantie
financière de Sa Majesté du chef du Canada.
ADAPTATION TO THE FOREST PRACTICES BOARD REGULATION ADAPTATION DU RÈGLEMENT INTITULÉ FOREST PRACTICES BOARD REGULATION 25. The Forest Practices Board Regulation ap­
plies only insofar as it relates to the Wildfire Act.
25. Le règlement intitulé Forest Practices Board
Regulation s’applique seulement dans la mesure où
il porte sur la loi intitulée Wildfire Act.
ADAPTATION TO THE INTEGRATED PEST
MANAGEMENT REGULATION
ADAPTATION DU RÈGLEMENT INTITULÉ INTEGRATED PEST MANAGEMENT REGULATION 26. For the purposes of the Integrated Pest Man­
agement Regulation, the project lands are to be
considered as private lands.
26. Pour l’application du règlement intitulé Inte­
grated Pest Management Regulation, les terres du
projet sont considérées comme des terres privées.
22. Au paragraphe 61(1) de la Loi, la mention de
« government » vaut également mention de Sa Ma­
jesté du chef du Canada et de la Nation Haisla.
Municipalités
Adaptation de
la partie 4
Adaptation de
l’alinéa 40(1)(b)
Adaptation du
paragra­
phe 55(6)
Adaptation du
paragra­
phe 61(1)
Adaptation
générale
Adaptation
générale
Adaptation
générale
Adaptation de
l’article 1 :
« Crown land »
127
2013-01-02
Adaptation to
section 1
“occupier”
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
ADAPTATION TO THE OCCUPIERS
LIABILITY ACT
ADAPTATION DE LA LOI INTITULÉE
OCCUPIERS LIABILITY ACT
27. The definition of “occupier” in section 1 of
the Occupiers Liability Act is to be read to exclude
the Haisla Nation.
27. La définition de « occupier » à l’article 1 de
la loi intitulée Occupiers Liability Act est interprétée compte non tenu de la Nation Haisla.
ADAPTATIONS TO THE OIL AND GAS ACTIVITIES ACT AND REGULATIONS ADAPTATION DE LA LOI INTITULÉE OIL AND GAS ACTIVITIES ACT ET DE SES RÈGLEMENTS
OIL AND GAS ACTIVITIES ACT
OIL AND GAS ACTIVITIES ACT
28. For the purposes of the Oil and Gas Activities
Act and the regulations made under it set out in
Schedule 2, the project lands are to be considered
as unoccupied Crown land.
29. Instead of granting a permit or giving an au­
thorization under the Act, the commission may rely
on a permit issued, or other authorization given,
under the Indian Act (Canada) in relation to the
project lands.
Adaptation
générale
Adaptation de
l’article 1 :
« occupier »
Adaptation to
section 1(2)
“specified
enactment”
30. (1) The definition of “specified enactment” in
section 1(2) of the Act is to be read without refer­
ence to the Land Act, the Forest Act and the Herit­
age Conservation Act.
Adaptation to
section 1(2)
“specified
provision”
(2) The definition of “specified provision” in
section 1(2) of the Act is to be read without refer­
ence to paragraphs (b) to (d).
28. Pour l’application de la loi intitulée Oil and
Gas Activities Act et de ses règlements visés à
l’annexe 2, les terres du projet sont considérées
comme des terres de la Couronne inoccupées.
29. Au lieu de délivrer un permis ou d’accorder
une autorisation en vertu de la Loi, la commission
peut se fonder sur un permis délivré ou un autre
type d’autorisation accordée en vertu de la Loi sur
les Indiens (Canada) relativement aux terres du
projet.
30. (1) Pour l’application de la définition de
« specified enactment » au paragraphe 1(2) de la
Loi, il n’est pas tenu compte des renvois aux lois
intitulées Land Act, Forest Act et Heritage Conser­
vation Act.
(2) Pour l’application de la définition de « speci­
fied provision » au paragraphe 1(2) de la Loi, il
n’est pas tenu compte des alinéas (b) à (d).
Adaptation to
section 23(5)
31. Section 23(5) of the Act is to be read without
reference to paragraph (a).
31. Pour l’application du paragraphe 23(5) de la
Loi, il n’est pas tenu compte de l’alinéa (a).
Adaptation du
paragraphe
23(5)
Adaptation to
sec­
tion 34(2)(a)(i)
32. In section 34(2)(a)(i) of the Act, a reference
to the Land Act is to be read as a reference to the
Indian Act (Canada).
33. The powers of the commissioner under sec­
tion 53(3) of the Act do not include the power to
make an order against Her Majesty in right of
Canada.
34. In section 56(1) of the Act, a reference to
“government” is to be read to include Her Majesty
in right of Canada.
35. In sections 74(2)(a) and 76(6)(a) of the Act, a
reference to “person” is to be read to exclude Her
Majesty in right of Canada.
32. Au sous-alinéa 34(2)(a)(i) de la Loi, la men­
tion de « Land Act » vaut mention de la Loi sur les
Indiens (Canada).
33. Les pouvoirs conférés au commissaire
(« commissioner ») au paragraphe 53(3) de la Loi
ne lui permettent pas de rendre une ordonnance à
l’encontre de Sa Majesté du chef du Canada.
34. Au paragraphe 56(1) de la Loi, la mention de
« government » vaut également mention de Sa Ma­
jesté du chef du Canada.
35. Aux alinéas 74(2)(a) et 76(6)(a) de la Loi, la
mention de « person » est interprétée compte non
tenu de Sa Majesté du chef du Canada.
Adaptation du
sous-alinéa
34(2)(a)(i)
General
adaptation
Survival of
rights
Adaptation to
section 53(3)
Adaptation to
section 56(1)
Adaptation to
sec­
tions 74(2)(a)
and 76(6)(a)
ADMINISTRATIVE PENALTIES REGULATION
ADMINISTRATIVE PENALTIES REGULATION
Adaptation to
section 2(1)
36. Section 2(1) of the Administrative Penalties
Regulation is to be read without reference to sec­
tion 36(1) of the Act.
Adaptation to
section 3
37. Section 3 of the Regulation is to be read
without reference to section 19 of the Environ­
mental Protection and Management Regulation.
36. Pour l’application du paragraphe 2(1) du rè­
glement intitulé Administrative Penalties Regula­
tion, il n’est pas tenu compte du paragraphe 36(1)
de la Loi.
37. Pour l’application de l’article 3 du Règle­
ment, il n’est pas tenu compte de l’article 19 du
règlement intitulé Environmental Protection and
Management Regulation.
128
Maintien des
droits
Adaptation du
paragra­
phe 1(2) :
« specified
enactment »
Adaptation du
paragraphe
1(2) :
« specified
provision »
Adaptation du
paragra­
phe 53(3)
Adaptation du
paragra­
phe 56(1)
Adaptation des
alinéas 74(2)(a)
et 76(6)(a)
Adaptation du
paragraphe 2(1)
Adaptation de
l’article 3
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
ENVIRONMENTAL PROTECTION AND
MANAGEMENT REGULATION
ENVIRONMENTAL PROTECTION AND MANAGEMENT REGULATION
Adaptation to
sections 6(b)
and (d)
38. Sections 6(b) and (d) of the Environmental
Protection and Management Regulation are to be
read to apply only to wildlife habitat areas and
wildlife habitat features located outside the project
lands.
Adaptation to
section 7(1)(b)
39. (1) Section 7(1)(b) of the Regulation is to be
read to apply only to resource features located out­
side the project lands.
Adaptation to
section 7(1)(c)
(2) Section 7(1)(c) of the Regulation is to be read
to apply only to cultural heritage resources located
outside the project lands.
38. Les alinéas 6(b) et (d) du règlement intitulé
Environmental Protection and Management Regu­
lation sont interprétés comme ne s’appliquant
qu’aux habitats fauniques et aux éléments des habi­
tats fauniques (« wildlife habitat areas » et « wil­
dlife habitat features ») situés à l’extérieur des ter­
res du projet.
39. (1) L’alinéa 7(1)(b) du Règlement est inter­
prété comme ne s’appliquant qu’aux éléments de
ressource (« resource features ») situés à l’extérieur
des terres du projet.
(2) L’alinéa 7(1)(c) du Règlement est interprété
comme ne s’appliquant qu’aux ressources du pa­
trimoine culturel (« cultural heritage resources »)
situées à l’extérieur des terres du projet.
Adaptation to
section 99(1)(d)
General
adaptation
Adaptation to
Schedule B
General
adaptation
Registration
ADAPTATION TO THE PUBLIC HEALTH ACT
ADAPTATION DE LA LOI INTITULÉE PUBLIC HEALTH ACT
40. Section 99(1)(d) of the Public Health Act is
to be read as follows:
(d) section 11 [failure to make reports];
40. L’alinéa 99(1)(d) de la loi intitulée Public
Health Act est réputé avoir le libellé suivant :
(d) section 11 [failure to make reports];
ADAPTATIONS TO THE WEED CONTROL
ACT AND REGULATIONS
ADAPTATION DE LA LOI INTITULÉE WEED
CONTROL ACT ET DE SES RÈGLEMENTS
WEED CONTROL ACT
WEED CONTROL ACT
41. For the purposes of the Weed Control Act and
the regulations made under it set out in Schedule 2,
the project lands are not to be considered as land,
premises or property in a municipality.
41. Pour l’application de la loi intitulée Weed
Control Act et de ses règlements visés à l’annexe 2,
les terres du projet ne sont pas considérées comme
des terres, des lieux ou des biens fonciers
municipaux.
WEED CONTROL REGULATION
WEED CONTROL REGULATION
42. Schedule B to the Weed Control Regulation
is to be read without reference to the sentence “If
that cost is not paid it may, under section 8 of the
Act, be collected and recovered as taxes in arrears
under the Municipal Act or as unpaid taxes under
the Taxation (Rural Area) Act”.
42. Pour l’application de l’annexe B du règle­
ment intitulé Weed Control Regulation, il n’est pas
tenu compte de la phrase « If that cost is not paid it
may, under section 8 of the Act, be collected and
recovered as taxes in arrears under the Municipal
Act or as unpaid taxes under the Taxation (Rural
Area) Act ».
ADAPTATION TO THE WILDFIRE
ACT AND REGULATIONS ADAPTATION DE LA LOI INTITULÉE
WILDFIRE ACT ET DE SES RÈGLEMENTS
43. For the purposes of the Wildfire Act and the
regulations made under it set out in Schedule 2, the
project lands are to be considered as private lands.
43. Pour l’application de la loi intitulée Wildfire
Act et de ses règlements visés à l’annexe 2, les ter­
res du projet sont considérées comme des terres
privées.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
44. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
44. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
Adaptation des
alinéas 6(b) et
(d)
Adaptation de
l’alinéa 7(1)(b)
Adaptation de
l’alinéa 7(1)(c)
Adaptation de
l’alinéa 99(1)(d)
Adaptation
générale
Adaptation de
l’annexe B
Adaptation
générale
Enregistrement
129
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
SCHEDULE 1
(Section 1)
ANNEXE 1
(article 1)
PROJECT LANDS
TERRES DU PROJET
Those lands in the Bees Indian Reserve No. 6, more particularly
known and described as
In the Province of British Columbia, in Range 4, Coast District,
the whole of Bees Indian Reserve No. 6, more particularly de­
scribed as all of Lots 1, 3 and 4 on Plan 96252 and Lots 2-1 and
2-2 on Plan 97774, recorded in the Canada Lands Surveys Rec­
ords in Ottawa. Together these lots contain about 70.63 hectares.
Les parcelles de terre situées dans la réserve indienne de Bees
no 6, plus précisément désignées de la manière suivante :
Dans la province de la Colombie-Britannique, dans le district
côtier du rang 4, la totalité de la réserve indienne de Bees no 6,
plus précisément désignée comme l’ensemble des lots 1, 3 et 4 du
plan 96252 et des lots 2-1 et 2-2 du plan 97774, consignés aux
Archives d’arpentage des terres du Canada à Ottawa. Ensemble,
ces lots ont une superficie d’environ 70,63 hectares.
SCHEDULE 2
(Section 1, subsection 6(1), paragraph 14(1)(e),
sections 18, 28, 41 and 43)
ANNEXE 2
(article 1, paragraphe 6(1), alinéa 14(1)e),
articles 18, 28, 41 et 43)
INCORPORATED LAWS
TEXTES LÉGISLATIFS INCORPORÉS
STATUTES AND REGULATIONS
LOIS ET RÈGLEMENTS
Drinking Water Protection Act, S.B.C. 2001, c. 9, other than sec­
tions 31(4) and 38
Drinking Water Protection Regulation, B.C. Reg. 200/2003
Environmental Management Act, S.B.C. 2003, c. 53, other than
sections 23 to 38, 40(1)(a), 40(1)(b)(i), (ii), (iv) and (v),
44(2)(b)(iii) and (e)(iii), 53(3)(e) and 59(4) to (7)
Conservation Officer Service Authority Regulation, B.C.
Reg. 318/2004, other than sections 1(2)(a) to (a.2), (a.4) to
(c), (d) to (g) and (i)
Contaminated Sites Regulation, B.C. Reg. 375/96, other than
sections 41(3)(h) and 48(1) to (3)
Environmental Data Quality Assurance Regulation, B.C.
Reg. 301/90
Environmental Impact Assessment Regulation, B.C.
Reg. 330/81
Hazardous Waste Regulation, B.C. Reg. 63/88, other than sec­
tions 27(10)(b) and 35(7)(b)
Municipal Wastewater Regulation, B.C. Reg. 87/2012
Ozone Depleting Substances and Other Halocarbons Regula­
tion, B.C. Reg. 387/99
Permit Fees Regulation, B.C. Reg. 299/92, other than sec­
tions 3(5) and 5(1)(c)
Petroleum Storage and Distribution Facilities Storm Water
Regulation, B.C. Reg. 168/94
Spill Cost Recovery Regulation, B.C. Reg. 250/98
Spill Reporting Regulation, B.C. Reg. 263/90
Waste Discharge Regulation, B.C. Reg. 320/2004
Integrated Pest Management Act, S.B.C. 2003, c. 58
Integrated Pest Management Regulation, B.C. Reg. 604/2004
Occupiers Liability Act, R.S.B.C. 1996, c. 337, other than sec­
tion 8
Oil and Gas Activities Act, S.B.C. 2008, c. 36, other than sec­
tions 12, 28, 34(3) to (5), 36(1) and 104
Administrative Penalties Regulation, B.C. Reg. 35/2011, other
than section 7
Drilling and Production Regulation, B.C. Reg. 282/2010
Drinking Water Protection Act, S.B.C. 2001, ch. 9, à l’exception
du paragraphe 31(4) et de l’article 38
Drinking Water Protection Regulation, B.C. Reg. 200/2003
Environmental Management Act, S.B.C. 2003, ch. 53, à l’excep­
tion des articles 23 à 38, de l’alinéa 40(1)(a), des sous­
alinéas 40(1)(b)(i), (ii), (iv) et (v), 44(2)(b)(iii) et (e)(iii), de
l’alinéa 53(3)(e) et des paragraphes 59(4) à (7)
Conservation Officer Service Authority Regulation, B.C.
Reg. 318/2004, à l’exception des alinéas 1(2)(a) à (a.2), (a.4)
à (c), (d) à (g) et (i)
Contaminated Sites Regulation, B.C. Reg. 375/96, à l’excep­
tion de l’alinéa 41(3)(h) et des paragraphes 48(1) à (3)
Environmental Data Quality Assurance Regulation, B.C.
Reg. 301/90
Environmental Impact Assessment Regulation, B.C.
Reg. 330/81
Hazardous Waste Regulation, B.C. Reg. 63/88, à l’exception
des alinéas 27(10)(b) et 35(7)(b)
Municipal Wastewater Regulation, B.C. Reg. 87/2012
Ozone Depleting Substances and Other Halocarbons Regula­
tion, B.C. Reg. 387/99
Permit Fees Regulation, B.C. Reg. 299/92, à l’exception du
paragraphe 3(5) et de l’alinéa 5(1)(c)
Petroleum Storage and Distribution Facilities Storm Water
Regulation, B.C. Reg. 168/94
Spill Cost Recovery Regulation, B.C. Reg. 250/98
Spill Reporting Regulation, B.C. Reg. 263/90
Waste Discharge Regulation, B.C. Reg. 320/2004
Integrated Pest Management Act, S.B.C. 2003, ch. 58
Integrated Pest Management Regulation, B.C. Reg. 604/2004
Occupiers Liability Act, R.S.B.C. 1996, ch. 337, à l’exception de
l’article 8
Oil and Gas Activities Act, S.B.C. 2008, ch. 36, à l’exception des
articles 12 et 28, des paragraphes 34(3) à (5) et 36(1) et de
l’article 104
Administrative Penalties Regulation, B.C. Reg. 35/2011, à
l’exception de l’article 7
130
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Environmental Protection and Management Regulation, B.C.
Drilling and Production Regulation, B.C. Reg. 282/2010
Reg. 200/2010, other than sections 4(b), 5(b), 6(a) and (c),
Environmental Protection and Management Regulation, B.C.
7(1)(a), 19, 25(b) and (e) to (g) and 26 to 39
Reg. 200/2010, à l’exception des alinéas 4(b), 5(b), 6(a) et
Fee, Levy and Security Regulation, B.C. Reg. 278/2010
(c) et 7(1)(a), de l’article 19, des alinéas 25(b) et (e) à (g) et
des articles 26 à 39
Oil and Gas Activities Act General Regulation, B.C.
Reg. 274/2010, other than sections 7 and 24 to 26
Fee, Levy and Security Regulation, B.C. Reg. 278/2010
Pipeline and Liquefied Natural Gas Facility Regulation, B.C.
Oil and Gas Activities Act General Regulation, B.C.
Reg. 281/2010, other than section 11(b)
Reg. 274/2010, à l’exception des articles 7 et 24 à 26
Public Health Act, S.B.C. 2008, c. 28, other than sections 3 to 10,
Pipeline and Liquefied Natural Gas Facility Regulation, B.C.
12 to 14, 16, 17, 22, 26 to 29, 34(3), 36, 40, 49, 50, 56(5)(c),
Reg. 281/2010, à l’exception de l’alinéa 11(b)
60(2)(b) and (c), 61 to 89, 91, 95 and 99(1)(a) to (c), (e) to (g) Public Health Act, S.B.C. 2008, ch. 28, à l’exception des arti­
and (i), (2)(b) and (c) and (3)(b)
cles 3 à 10, 12 à 14, 16, 17, 22 et 26 à 29, du paragraphe 34(3),
des articles 36, 40, 49 et 50, des alinéas 56(5)(c) et 60(2)(b) et
Sewerage System Regulation, B.C. Reg. 326/2004
(c), des articles 61 à 89, 91 et 95 et des alinéas 99(1)(a) à (c),
Water Act, R.S.B.C. 1996, c. 483, other than sections 2, 27 and 28
(e) à (g) et (i), (2)(b) et (c) et (3)(b) Ground Water Protection Regulation, B.C. Reg. 299/2004
Sewerage System Regulation, B.C. Reg. 326/2004
Water Regulation, B.C. Reg. 204/88, other than sections 24
Water
Act, R.S.B.C. 1996, ch. 483, à l’exception des articles 2, 27
to 32
et
28
Weed Control Act, R.S.B.C. 1996, c. 487, other than section 8
Ground Water Protection Regulation, B.C. Reg. 299/2004
Weed Control Regulation, B.C. Reg. 66/85
Water Regulation, B.C. Reg. 204/88, à l’exception des arti­
Wildfire Act, S.B.C. 2004, c. 31, other than section 4
cles 24 à 32
Forest Practices Board Regulation, B.C. Reg. 15/2004
Weed Control Act, R.S.B.C. 1996, ch. 487, à l’exception de
Wildfire Regulation, B.C. Reg. 38/2005
l’article 8
Weed Control Regulation, B.C. Reg. 66/85
Wildfire Act, S.B.C. 2004, ch. 31, à l’exception de l’article 4
Forest Practices Board Regulation, B.C. Reg. 15/2004
Wildfire Regulation, B.C. Reg. 38/2005
OTHER LEGISLATIVE INSTRUMENTS
AUTRES TEXTES LÉGISLATIFS
Protocols issued under section 64 of the Environmental Manage­
ment Act:
Protocol 2: Site-Specific Numerical Soil Standards
Protocol 3: Blending, Mixing, or Dilution as a Remediation
Approach
Protocol 4: Determining Background Soil Quality
Protocol 6: Eligibility of Applications for Review by Approved
Professionals
Protocol 7: Regulation of Petroleum Hydrocarbons in Water
under the Contaminated Sites and Special Waste Regulations
Protocol 9: Determining Background Groundwater Quality
Protocol 10: Hardness Dependent Site-Specific Freshwater
Water Quality Standard for Cadmium and Zinc
Protocol 11: Upper Cap Concentrations of Substances
Protocol 12: Site Risk Classification, Reclassification and
Reporting
Protocol 13: Screening Level Risk Assessment
Protocol 14: Requirements for Determining Barite Sites
Protocol 16: Determining the Presence and Mobility of
Nonaqueous Phase Liquids and Odorous Substances
Protocol 17: Requirements for Notifications of Independent
Remediation and Offsite Migration
Les protocoles adoptés en vertu de l’article 64 de la loi intitulée
Environmental Management Act :
Protocol 2: Site-Specific Numerical Soil Standards
Protocol 3: Blending, Mixing, or Dilution as a Remediation
Approach
Protocol 4: Determining Background Soil Quality
Protocol 6: Eligibility of Applications for Review by Approved
Professionals
Protocol 7: Regulation of Petroleum Hydrocarbons in Water
under the Contaminated Sites and Special Waste Regulations
Protocol 9: Determining Background Groundwater Quality
Protocol 10: Hardness Dependent Site-Specific Freshwater
Water Quality Standard for Cadmium and Zinc
Protocol 11: Upper Cap Concentrations of Substances
Protocol 12: Site Risk Classification, Reclassification and
Reporting
Protocol 13: Screening Level Risk Assessment
Protocol 14: Requirements for Determining Barite Sites
Protocol 16: Determining the Presence and Mobility of
Nonaqueous Phase Liquids and Odorous Substances
Protocol 17: Requirements for Notifications of Independent
Remediation and Offsite Migration
131
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait partie du Règlement.)
Executive summary
Issues: The Haisla Nation has submitted a proposal to develop
regulations for a liquefied natural gas export facility on its re­
serve land in British Columbia. As the federal government
does not currently have a regulatory regime specifically de­
signed for this type of activity, the project could not be prop­
erly regulated on reserve. The Province of British Columbia
has a comprehensive regulatory framework that is capable of
regulating such a project. The project, which has already se­
cured other required regulatory approvals, faces legal uncer­
tainties that arise with respect to whether aspects of provincial
regulatory regimes apply on First Nation reserve lands, given
federal legislative authority in relation to reserve land. The
enabling Regulations create the legal certainty required to al­
low the project to proceed. Failure to enact the Haisla Nation
Liquefied Natural Gas Facility Regulations would likely result
in cancellation of the project.
Description: The Haisla Nation Liquefied Natural Gas Facil­
ity Regulations reproduce, with some minor adaptations, the
Province of British Columbia’s regulatory regime that would
be applicable to liquefied natural gas facilities located on pro­
vincial lands. Key provisions include emergency response, fa­
cility operations, storage of materials, operation of equipment
and environmental management. Federal health, safety and
environmental legislation would continue to apply to this pro­
ject as it does for other federal lands.
Cost-benefit statement: The estimated cost of the project that
would be realized under the Haisla Nation Liquefied Natural
Gas Facility Regulations is $8.5 billion over a period of
10 years in terms of construction, operating, and administra­
tive costs. The total benefit is estimated to be approximately
$24.5 billion for a period of 10 years following the enactment
of the Regulations, represented by sales revenues for liquefied
natural gas (LNG). The net monetized benefit of this initiative
is valued at $16 billion. While the major economic benefit of
the project would accrue to the project proponent, Kitimat
LNG, the Haisla Nation and British Columbia stand to benefit
from direct and indirect employment and business opportun­
ities from both the construction and operation phases of the
project. The Regulations will provide certainty for investors,
developers and the public and allow environmental and other
related impacts of the proposed liquefied natural gas facility
project to be effectively managed.
“One-for-One” Rule: As the Regulations will, to a large ex­
tent, replicate the Province of British Columbia’s regulatory
regime, and will only apply to one specific project on Haisla
Nation Bees Indian Reserve No. 6, it is expected there will be
no alteration in the level of compliance and administrative
costs on any level of business. As a result, the “One-for-One”
Rule does not apply to this proposal.
132
Résumé
Enjeux : La Nation Haisla a présenté une demande pour créer
un règlement sur les installations d’exportation de gaz naturel
liquéfié sur ses terres de réserve en Colombie-Britannique.
Étant donné qu’en ce moment, le gouvernement fédéral n’a
pas de régime de réglementation conçu précisément pour ce
type d’activité, ce projet ne pourrait pas être réglementé adé­
quatement dans la réserve. La province de la ColombieBritannique a un cadre de réglementation exhaustif qui pour­
rait réglementer un tel projet. Le projet, qui a déjà obtenu
d’autres approbations réglementaires, présente des incertitudes
juridiques à savoir si des aspects du régime de réglementation
provincial s’appliquent dans les terres des Premières Nations,
en raison de la compétence fédérale dans les terres de réserve.
Le règlement d’application crée la certitude juridique néces­
saire pour permettre la réalisation du projet. Le défaut
d’adopter le règlement entraînera probablement l’annulation
du projet.
Description : Le Règlement sur les installations de gaz natu­
rel liquéfié de la Nation Haisla reprend, avec certaines petites
modifications, le régime de réglementation de la ColombieBritannique qui serait applicable à des installations de gaz na­
turel liquéfié situées sur les terres provinciales. Les disposi­
tions clés comprennent l’intervention en cas d’urgence,
l’exploitation des installations, l’entreposage des matériaux, le
fonctionnement du matériel et la gestion de l’environnement.
Les lois fédérales en matière de santé, de sécurité et d’envi­
ronnement continueraient de s’appliquer à ce projet, comme
c’est le cas sur les autres terres fédérales.
Énoncé des coûts et avantages : Le coût estimé du projet qui
serait réalisé conformément au Règlement sur les installations
de gaz naturel liquéfié de la Nation Haisla est de 8,5 milliards
de dollars sur 10 ans pour la construction, le fonctionnement
et les frais administratifs. Les profits totaux sont estimés à
24,5 milliards de dollars sur 10 ans après la mise en œuvre du
Règlement et proviendraient des revenus de vente du gaz natu­
rel liquéfié. Les profits monétaires nets de cette initiative
s’élèveront à 16 milliards de dollars. Bien que la majorité des
bénéfices économiques iraient au promoteur du projet, Kitimat
LNG, la Nation Haisla et la Colombie-Britannique profite­
raient des emplois directs et indirects et des occasions
d’affaires découlant des étapes de la construction et du fonc­
tionnement des installations. Le Règlement permettra de ras­
surer les investisseurs, les développeurs et le public, en plus de
permettre la gestion efficace des effets environnementaux et
des autres effets liés au projet des installations de gaz naturel
liquéfié proposé.
Règle du « un pour un » : Étant donné que le Règlement re­
produira, dans une large mesure, le régime réglementaire de la
province de la Colombie-Britannique, et qu’il ne s’appliquera
qu’à un seul projet précis dans la réserve indienne no 6 de Bees
de la Première Nation Haisla, on s’attend qu’il n’y ait aucune
modification des coûts de conformité ou d’administration, peu
importe le niveau d’activité. Par conséquent, la règle du « un
pour un » ne s’applique pas à la proposition.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Small business lens: As it is expected there will be no incre­
mental cost for small business as a result of the Regulations,
the small business lens does not apply.
Lentille des petites entreprises : Comme on prévoit que les
règles proposées n’entraîneront aucun coût progressif pour les
petites entreprises, la lentille des petites entreprises ne s’ap­
plique pas.
Background
Contexte
First Nations across Canada are increasingly developing plans
for complex commercial and industrial developments on their
reserve lands. These projects have economic development bene­
fits such as employment and business opportunities for First Na­
tion members and significant ongoing revenue for First Nation
governments, as well as for the provinces in which First Nations
reserves are situated.
Provinces have in place extensive regulatory regimes to ad­
dress commercial and industrial projects, including standards
pertaining to environmental protection, health and safety. How­
ever, there are legal uncertainties that arise with respect to
whether aspects of provincial regulatory regimes apply on First
Nation reserve lands, given federal legislative authority in relation
to reserve land. This creates what is known as a regulatory gap. A
regulatory gap exists because current federal legislation does not
provide the tools required to regulate complex commercial and
industrial developments on reserve land. Regulatory gaps create
investor uncertainty regarding what rules apply on reserve land,
increasing the complexity, time and cost required to advance a
project on reserve.
Les Premières Nations au Canada élaborent de plus en plus de
plans pour des projets commerciaux et industriels complexes sur
leurs terres de réserve. Ces projets offrent des avantages pour le
développement économique comme des possibilités d’emploi et
d’affaires pour les membres des Premières Nations et d’impor­
tants revenus continus pour les gouvernements des Premières
Nations, ainsi que pour les provinces où sont situées les réserves.
Il existe dans les provinces des régimes de réglementation ex­
haustifs pour régir les projets commerciaux et industriels, y com­
pris des normes liées à la protection de l’environnement, à la san­
té et à la sécurité. Cependant, des incertitudes juridiques sont
soulevées à savoir si des aspects du régime de réglementation
provincial s’appliquent dans les terres des Premières Nations, en
raison de la compétence fédérale dans les terres de réserve. Cette
situation crée ce qu’on appelle un vide juridique. Un vide juridi­
que existe parce que les lois fédérales actuelles n’offrent pas les
outils nécessaires pour réglementer des développements commer­
ciaux ou industriels complexes sur les terres de réserve. Les vides
juridiques favorisent l’incertitude chez les investisseurs en ce qui
a trait aux règles qui s’appliquent sur les terres de réserve, ce qui
augmente la complexité, le temps et les coûts nécessaires pour
faire progresser un projet dans une réserve.
La Loi sur le développement commercial et industriel des pre­
mières nations (LDCIPN) a été élaborée afin de faciliter le déve­
loppement économique dans les réserves en réglant les vides en
matière de réglementation. La LDCIPN permet au gouvernement
du Canada de créer un régime de réglementation pour un projet
précis, sur des terres de réserve précises, en reproduisant une loi
ou en incorporant par renvoi des lois provinciales applicables. En
pratique, cela signifie que les projets menés en vertu de la
LDCIPN doivent respecter des normes similaires à celles mises
en application dans le reste de la province. L’utilisation de la
LDCIPN fournit une certitude légale et augmente la confiance des
investisseurs, des promoteurs et du public en faisant en sorte
qu’ils traitent avec des règlements et des organismes de réglemen­
tation qu’ils connaissent et comprennent.
La Nation Haisla, située sur la côte nord de la ColombieBritannique, a utilisé la LDCIPN pour régler les vides réglemen­
taires liés à la mise sur pied d’une installation de gaz naturel
liquéfié dans sa réserve indienne no 6 de Bees. Les installations
font l’objet d’évaluations depuis 2005 et ont obtenu les approba­
tions réglementaires requises, notamment des permis délivrés
par le Bureau d’évaluation environnementale de la ColombieBritannique et l’Agence canadienne d’évaluation environnemen­
tale ainsi qu’un permis de 20 ans visant l’exportation du gaz natu­
rel liquéfié délivré par l’Office national de l’énergie. Les travaux
de construction devraient commencer en 2012, et l’exploitation,
en 2015. Les lacunes réglementaires sur les terres de réserve de­
meurent toutefois un obstacle au projet. Grâce à la certitude juri­
dique découlant du règlement, le projet pourra aller de l’avant
selon l’échéancier prévu, ce qui entraînera des avantages nets
importants.
The First Nations Commercial and Industrial Development Act
(FNCIDA) was developed in order to facilitate economic de­
velopment on reserve by addressing regulatory gaps. FNCIDA
enables the Government of Canada to create a regulatory regime
for a specific project, on a specific piece of reserve land, by legis­
latively replicating or incorporating by reference relevant provin­
cial laws. In practice, this means that projects under FNCIDA are
required to meet standards similar to those that apply in the rest of
the province. The use of FNCIDA provides legal certainty and
enhances confidence for investors, developers and the public by
ensuring that they are dealing with regulations and regulators that
they know and understand.
The Haisla Nation, located on the northern coast of British
Columbia, has utilized FNCIDA to address regulatory gaps
with respect to the development of a liquefied natural gas facility
on its Bees Indian Reserve No. 6. This facility has been under
assessment since 2005 and has secured the required regulatory
approvals, including permits from both the British Columbia
Environmental Assessment Office and the Canadian Environ­
mental Assessment Office and a 20-year licence to export liquid
natural gas from the National Energy Board. According to the
timeline for development of the facility, the construction is ex­
pected to commence in 2012 and the operation, in 2015. The re­
maining barrier to the project is regulatory gaps on reserve land.
Establishing legal certainty through the Regulations will enable
the project to move forward within its anticipated timelines, gen­
erating significant net benefit.
133
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Issue
Enjeux
The Haisla Nation is planning for the development of a lique­
fied natural gas export facility, in conjunction with a consortium
of corporate partners (Kitimat LNG), on its Bees Indian Reserve
No. 6 in British Columbia. Both the federal and provincial gov­
ernments have already issued key regulatory approvals for the
project, but it cannot proceed until regulatory uncertainties,
caused by the fact that the development will take place on reserve
lands, are addressed. The federal government currently does not
have a regulatory regime specifically designed to address the
technical, health, safety and environmental issues pertaining to
the production and export of liquefied natural gas. The Province
of British Columbia, through its Oil and Gas Commission
(BCOGC) has a comprehensive regulatory framework that is ca­
pable of regulating such an LNG project. However, there are legal
uncertainties that arise with respect to whether aspects of provin­
cial regulatory regimes apply on First Nation reserve lands, given
federal legislative authority in relation to reserve land.
La Nation Haisla prévoit la construction d’une installation
d’exportation de gaz naturel liquéfié, en collaboration avec un
consortium de partenaires du milieu des affaires (Kitimat LNG),
sur sa réserve indienne no 6 de Bees en Colombie-Britannique.
Les gouvernements fédéral et provincial ont déjà donné les prin­
cipales approbations réglementaires pour le projet, mais celui-ci
ne pourra pas aller de l’avant tant que les incertitudes réglemen­
taires concernant sa réalisation sur des terres de réserve ne seront
pas levées. Le gouvernement fédéral n’a pas actuellement de ré­
gime de réglementation conçu précisément pour régir les ques­
tions techniques ni celles liées à la santé, à la sécurité et à l’en­
vironnement en lien avec la production et l’exportation du gaz
naturel liquéfié. La province de la Colombie-Britannique, par le
truchement de sa commission sur le pétrole et le gaz (British Col­
umbia Oil and Gas Commission) possède un cadre de réglementa­
tion exhaustif capable de réglementer un tel projet de gaz naturel
liquéfié. Cependant, des incertitudes juridiques sont soulevées à
savoir si des aspects du régime de réglementation provincial
s’appliquent dans les terres des Premières Nations, en raison de la
compétence fédérale dans les terres de réserve.
Si aucun régime de réglementation fédéral adéquat n’existe
pour assurer la protection de l’environnement, de la santé et de la
sécurité, et pour rassurer les investisseurs, le projet proposé de
gaz naturel liquéfié n’ira probablement pas de l’avant, privant
ainsi la Nation Haisla et la Colombie-Britannique d’importants
avantages économiques directs et indirects. Le Règlement, de
même que l’entente entre le Canada, la Colombie-Britannique et
la Nation Haisla pour son administration et son application
(l’entente tripartite), créera un régime de réglementation exhaustif
pour l’installation de gaz naturel liquéfié proposée dans la réserve
indienne no 6 de Bees de la Nation Haisla.
In the absence of an adequate federal regulatory regime to en­
sure environmental protection, health and safety, and investor
certainty, the proposed liquefied natural gas project would likely
not proceed, thereby depriving the Haisla Nation and British Col­
umbia of significant direct and indirect economic benefits. The
Regulations, together with a Canada-British Columbia-Haisla
Nation agreement for administration and enforcement, known as a
tripartite agreement, will create a comprehensive regulatory re­
gime for the proposed liquefied natural gas facility on the Haisla
Nation’s Bees Indian Reserve No. 6.
Objectives
Objectifs
Recent studies and reports have identified the need for all
levels of government to work in partnership with First Nations
communities to modernize and improve legislative and regulatory
frameworks to facilitate economic development on reserve lands.
By creating opportunities for First Nations to participate fully in
the Canadian economy, much can be done to address the socio­
economic gap that is faced by many First Nations communities.
Des études et des rapports récents ont permis de cerner le be­
soin pour tous les ordres de gouvernement de travailler en parte­
nariat avec les collectivités des Premières Nations pour moderni­
ser et améliorer les cadres juridique et de réglementation, et ce,
afin de faciliter le développement économique dans les terres de
réserve. En créant des occasions permettant aux Premières Na­
tions de participer pleinement à l’économie canadienne, beaucoup
peut être fait pour éliminer l’écart socioéconomique présent dans
de nombreuses collectivités des Premières Nations.
Le Règlement contribuera à fournir l’environnement juridique et
opérationnel nécessaire pour que les partenaires du secteur privé
de la Nation Haisla s’engagent à aller de l’avant avec la construc­
tion d’installations de gaz naturel liquéfié dans la réserve indienne
no 6 de Bees.
Les principaux objectifs du Règlement sont :
• de permettre la gestion efficace des effets environnementaux
et des autres effets liés au projet d’installations de gaz naturel
liquéfié proposées;
• d’éliminer les obstacles juridiques et réglementaires au déve­
loppement économique dans les collectivités des Premières
Nations;
• de rassurer les investisseurs, les promoteurs et le public, tout
en réduisant au minimum les coûts.
The Regulations will assist in providing the legal and oper­
ational environment required for the Haisla Nation’s private sec­
tor partners to commit to proceeding with the development of the
liquefied natural gas facility on Bees Indian Reserve No. 6.
The primary goals of the Regulations are to
• allow environmental and other related impacts of the proposed
liquefied natural gas facility project to be effectively
managed;
• further address legislative and regulatory barriers to economic
development in First Nations communities; and
• provide certainty for investors, developers and the public
while minimizing costs.
134
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Description
Description
The parties primarily affected by these Regulations are the pro­
ject proponent Kitimat LNG; the Haisla Nation; the Province of
British Columbia, including the BCOGC, which will administer
and enforce much of the proposed regulatory regime; the
Government of Canada and the population of surrounding
communities.
As the Regulations are project-specific, they will apply only to
the Haisla Nation’s Bees Indian Reserve No. 6, with a total land
area of approximately 70.63 hectares.
The Regulations reproduce, with some minor adaptations, the
Province of British Columbia’s regulatory regime that would be
applicable to liquefied natural gas facilities located on provincial
land. Key provisions contained in the Regulations relate to emer­
gency response, facility operations, storage of materials, oper­
ation of equipment and environmental management. Federal
health, safety and environmental legislation would apply to this
project as it does for other federal lands.
Les principales parties touchées par ce règlement sont le pro­
moteur du projet, Kitimat LNG, la Nation Haisla, la province de
la Colombie-Britannique, y compris la British Columbia Oil and
Gas Commission, qui administrera et appliquera la majorité du
régime de réglementation, le gouvernement du Canada et la popu­
lation des collectivités avoisinantes.
Puisque le Règlement vise un projet précis, il s’appliquera uni­
quement à la réserve indienne no 6 de Bees de la Nation Haisla,
avec une superficie totale d’environ 70,63 hectares.
Le Règlement reprend, avec certaines petites révisions, le
régime de réglementation de la province de la ColombieBritannique qui serait applicable à des installations de gaz naturel
liquéfié situées sur les terres provinciales. Les dispositions clés
comprennent l’intervention en cas d’urgence, l’exploitation des
installations, l’entreposage des matériaux, le fonctionnement du
matériel et la gestion de l’environnement. Les lois fédérales en
matière de santé, de sécurité et d’environnement s’appliqueraient
à ce projet, comme c’est le cas pour les autres terres fédérales.
La LDCIPN exige qu’une entente tripartite soit conclue pour
assurer le bon fonctionnement de l’administration, de la surveil­
lance et des activités d’application par la British Columbia Oil
and Gas Commission et d’autres responsables provinciaux en ce
qui a trait à ce projet. Les responsables de la province et de la
British Columbia Oil and Gas Commission assumeront ces tâches
pour le projet d’installation de gaz naturel liquéfié de la Nation
Haisla comme ils le feraient pour des projets similaires situés à
l’extérieur des réserves.
Pour garantir que les régimes de réglementation dans les réser­
ves et à l’extérieur de celles-ci resteront cohérents, le Règlement a
été ébauché pour inclure les lois provinciales, qui sont modifiées
de temps à autre. Par conséquent, on s’attend à ce qu’il soit né­
cessaire d’apporter des modifications au Règlement uniquement si
la Colombie-Britannique élabore des lois ou des règlements entiè­
rement nouveaux, ou si des changements aux lois existantes de
la Colombie-Britannique exigent de nouvelles adaptations au
Règlement.
The FNCIDA requires that the tripartite agreement be entered
into to ensure the performance of administrative, monitoring,
compliance and enforcement activities by the BCOGC and prov­
incial officials with respect to the project. Provincial and BCOGC
officials will perform these activities for the Haisla Nation lique­
fied natural gas project as they would for similar projects located
off-reserve.
To ensure the ongoing consistency of on- and off-reserve regu­
latory regimes, the Regulations have been drafted to incorporate
provincial laws as they are amended from time to time. As a re­
sult, it is expected that amendments to the Regulations will be
required only if British Columbia creates entirely new statutes or
regulations, or if changes to British Columbia’s existing laws
necessitate new adaptations in the Regulations.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
A number of regulatory and non-regulatory options were con­
sidered to enable this project to proceed on Haisla Nation reserve
land.
Un certain nombre d’options réglementaires et non réglemen­
taires ont été prises en considération pour permettre de mener le
projet sur les terres de réserve de la Nation Haisla.
1. Regulatory standards contained within project lease
1. Normes réglementaires contenues dans les baux du projet
Governments can elect to impose regulatory standards as terms
and conditions of the leases they grant, rather than placing these
standards in regulations. This option was considered but rejected
because remedies available under contracts are insufficient to
properly regulate a project of this scale and complexity for an
extended period of time.
Les gouvernements peuvent choisir d’imposer des normes ré­
glementaires en tant que modalités des baux qu’ils accordent,
plutôt que de regrouper ces normes dans des règlements. Cette
option a été prise en considération mais rejetée, car les recours
disponibles dans les contrats sont insuffisants pour réglementer
adéquatement un projet de cette ampleur et de cette complexité
pendant une longue période.
2. Unique federal regulation
2. Réglementation fédérale unique
Rather than reproducing the Province of British Columbia’s
regulatory regime for liquefied natural gas operations, the federal
government could have created its own unique regulation for li­
quefied natural gas facilities. This option was rejected for many
reasons:
• The costs of both developing and implementing the regulation
would have been higher than those in the chosen approach;
Plutôt que de reproduire le régime de réglementation de la pro­
vince de la Colombie-Britannique pour les opérations liées au gaz
naturel liquéfié, le gouvernement fédéral pourrait créer sa propre
réglementation unique pour les installations de gaz naturel liqué­
fié. Cette option a été rejetée pour de nombreuses raisons,
notamment :
• le coût de l’élaboration et de la mise en œuvre de la réglemen­
tation aurait été plus élevé que celui de l’approche choisie;
135
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
• The time needed to develop the regulation would have been
prolonged, risking the inability to meet commercial timelines
for this project;
• The Government of British Columbia would not have been
willing to take on administration and enforcement respon­
sibilities under a unique federal regulation, requiring the crea­
tion of a significant federal administrative infrastructure;
• It was not the preferred approach of the First Nation or of the
First Nation’s commercial partners; and
• A unique federal regulation would have undermined the pol­
icy objective of creating a similar regulatory regime on and
off reserve.
• le temps nécessaire pour élaborer la réglementation aurait été
long, ce qui aurait pu entraîner l’incapacité de répondre aux
échéanciers commerciaux du projet;
• le gouvernement de la Colombie-Britannique n’aurait pas
voulu se charger des responsabilités liées à l’administration et
à l’application dans le cadre de la réglementation fédérale uni­
que, ce qui aurait exigé la création d’une importante structure
administrative fédérale;
• il ne s’agissait pas de l’approche préférée par la Première Na­
tion ou par ses partenaires commerciaux;
• une réglementation fédérale unique aurait pu nuire à l’objectif
stratégique de créer un régime réglementaire similaire dans les
réserves et à l’extérieur de celles-ci.
3. First Nation laws under the First Nations Oil and Gas and
Moneys Management Act
3. Des lois pour la Première Nation en vertu de la Loi sur la
gestion du pétrole et du gaz et des fonds des premières
nations
The First Nations Oil and Gas and Moneys Management Act,
which came into force on April 1, 2006, is optional legislation that
gives First Nations who choose to come under the Act the author­
ity to make their own laws respecting oil and gas development
and to issue their own leases. The Haisla Nation considered this
option but determined that it presented significant practical and
legal difficulties.
La Loi sur la gestion du pétrole et du gaz et des fonds des pre­
mières nations, qui est entrée en vigueur le 1er avril 2006, est une
loi optionnelle qui donne aux Premières Nations choisissant d’y
être assujetties l’autorité de créer leurs propres lois sur l’exploi­
tation du pétrole et du gaz, en plus de leur permettre d’émettre
leurs propres baux. La Nation Haisla a pris en considération cette
option, mais a déterminé qu’elle présentait d’importantes diffi­
cultés pratiques et juridiques.
4. Status quo / No regulatory regime
4. Le statu quo/aucun régime de réglementation
If no regulatory regime were established, the proposed LNG
project would be commercially unfeasible due to the high level of
investor uncertainty and risk attributable to an uncertain regula­
tory regime on reserve land. This option was rejected because it
would deprive the Haisla Nation and British Columbia of the
significant economic benefits resulting from such a large
project.
Si aucun régime de réglementation n’était établi, le projet
d’installations de gaz naturel liquéfié serait impossible du point
de vue commercial en raison de la grande incertitude pour les
investisseurs et du risque attribuable à l’incertitude du régime de
réglementation sur les terres de réserve. Cette option a été rejetée,
car elle priverait la Nation Haisla et la Colombie-Britannique
d’importants avantages économiques découlant d’un si grand
projet.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The estimated cost of the project that would be realized under
the Haisla Nation Liquefied Natural Gas Facility Regulations is
$8.5 billion over a period of 10 years in terms of construction,
operating, and administrative costs. The total benefit is estimated
to be approximately $24.5 billion for a period of 10 years follow­
ing the enactment of the Regulations, represented by sales rev­
enues for liquefied natural gas (LNG). The net benefit of this in­
itiative is valued at $16 billion.
The parties primarily affected by these Regulations are the pro­
ject proponent, Kitimat LNG, the Haisla Nation, the Province of
British Columbia, including the BCOGC, who will administer
and enforce much of the regulatory regime, the Government of
Canada and the population of surrounding communities. The
quantitative and qualitative cost-benefit analyses for the proposed
project indicate a significant positive impact.
Les coûts estimés de la construction, de l’exploitation et de
l’administration du projet réalisé en vertu du Règlement sur les
installations de gaz naturel liquéfié de la Nation Haisla s’élèvent
à 8,5 milliards de dollars sur 10 ans. On prévoit que les avantages
totaux, soit les recettes tirées des ventes de gaz naturel liquéfié,
atteindront approximativement 24,5 milliards de dollars au cours
des 10 années suivant l’adoption du Règlement. L’avantage net
de l’initiative est évalué à 16 milliards de dollars.
Les principales parties touchées par ce règlement sont le pro­
moteur du projet, Kitimat LNG, la Nation Haisla, la province de
la Colombie-Britannique, y compris la British Columbia Oil and
Gas Commission, qui administrera et appliquera la majorité du
régime de réglementation, le gouvernement du Canada et la popu­
lation des collectivités avoisinantes. Les analyses coûts-avantages
quantitatives et qualitatives pour le projet proposé indiquent un
important effet positif.
Le scénario de base pour cette analyse est une option « sans
projet » et le scénario réglementaire est l’option du « projet ». À
la lumière des consultations tenues auprès de Kitimat LNG et de
la Nation Haisla, il est évident que le projet peut uniquement aller
de l’avant si les installations sont situées à l’endroit souhaité dans
la réserve indienne no 6 de Bees. Le Règlement permettra la cons­
truction et l’exploitation des installations dans la réserve indienne
no 6 de Bees en y reproduisant le régime de réglementation pro­
vincial. Ainsi, le scénario de base de l’option « sans projet » est la
The baseline scenario for this analysis is a “no project” scen­
ario and the regulatory scenario is a “project” scenario. It is evi­
dent through consultations with Kitimat LNG and the Haisla Na­
tion that the project can only proceed if the facility is located in
the desired location on Bees Indian Reserve No. 6. The Regula­
tions will enable the facility to be constructed and operated on
Bees Indian Reserve No. 6 by reproducing the provincial regula­
tory regime on reserve. Therefore, the baseline scenario of “no
project” represents the current situation and equates to no costs
136
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
and no benefits. With regulations, there would be benefits to the
proponent, the Haisla Nation and the Kitimat district and costs to
the proponent and the Government of British Columbia.
situation actuelle et n’apporte ni coûts ni avantages. S’il existait
un règlement, il y aurait des avantages pour le promoteur, pour la
Nation Haisla et le district de Kitimat. Il y aurait des coûts pour le
promoteur et le gouvernement de la Colombie-Britannique.
Benefits
Avantages
Gross revenue from sale of liquefied natural gas — The Regula­
tions would facilitate the construction and operation of a liquefied
natural gas facility by Kitimat LNG. Therefore, the primary
monetary benefit would be the gross revenue from sales of lique­
fied natural gas from this facility. Gross revenue for the purposes
of this analysis has been calculated by multiplying the projected
annual output of the facility (5 to 10 million metric tons per
annum) by the estimated price for LNG under long-term con­
tracts. As part of Kitimat LNG’s export licence application, the
company commissioned an LNG market assessment outlook
which estimated that “through 2015 . . . the ex-ship LNG prices
for Far Eastern Markets will be between $12 and $18 per million
Btu (British thermal units).”1 For the purposes of the cost-benefit
analysis, an average price of $15 per million Btu is used.
Revenus bruts provenant de la vente de gaz naturel liquéfié —
Le Règlement faciliterait la construction et l’exploitation d’ins­
tallations de gaz naturel liquéfié par Kitimat LNG. Ainsi, le prin­
cipal avantage financier serait les revenus bruts découlant des
ventes du gaz naturel liquéfié produit dans les installations. Les
revenus bruts pour le bien de cette analyse ont été calculés en
multipliant la production annuelle prévue aux installations (de 5 à
10 millions de tonnes métriques par année) par les prix estimés du
gaz naturel liquéfié en vertu de contrats à long terme. Dans le
cadre de sa demande de permis d’exportation, Kitimat LNG a
commandé un aperçu de l’évaluation du marché du gaz naturel
liquéfié. D’après l’aperçu, jusqu’à la fin de 2015, les prix ex ship
estimatifs du gaz naturel liquéfié se situeront entre 12 $ et 18 $
par million de BTU pour les marchés de l’Extrême-Orient1. Pour
les besoins de l’analyse coûts-avantages, un prix moyen de 15 $
par million de BTU est utilisé.
Distribution des avantages découlant de la vente de gaz naturel
liquéfié — Les principaux effets de la distribution de la richesse
découlant de ce projet portent sur le loyer et les taxes payés par le
promoteur Kitimat LNG aux différents ordres de gouvernement.
Kitimat LNG paiera des impôts des sociétés au Canada et à la
Colombie-Britannique, ainsi que le loyer et des impôts fonciers à
la Nation Haisla pour la location de terres de réserve.
Emploi — Les installations de Kitimat LNG offriront des occa­
sions d’emploi aux membres de la Nation Haisla et aux résidants
de la région de Kitimat pendant les étapes de la construction et du
fonctionnement des installations. On prévoit qu’il y aura des ef­
fets positifs sur les entreprises locales pendant les étapes de la
construction et du fonctionnement des installations grâce à l’offre
de produits et de services. En ce qui concerne l’emploi des mem­
bres de la Nation Haisla, Kitimat LNG indique qu’une fois en
fonction, les installations pourraient offrir plus de 100 postes à
temps plein au total. D’après la main-d’œuvre autochtone qui
travaille à la mine Diavik (Territoires du Nord-Ouest), on estime
que 30 % de la main-d’œuvre employée par Kitimat LNG sera
également autochtone. Par conséquent, 30 postes à temps plein
seraient occupés par des membres de la Nation Haisla. De plus,
Kitimat LNG croit que dans l’ensemble, l’étape de construction
des installations créera 500 postes à temps plein. On suppose que
la plupart seront pourvus par des spécialistes en construction
d’installations pétrolières et gazières (de la Colombie-Britannique
ou possiblement d’ailleurs au Canada). Durant l’étape d’exploi­
tation, 70 postes additionnels seront pourvus, sans doute par des
résidants de la Colombie-Britannique.
Renforcement de la capacité et développement économique sur
les terres de réserve — La construction et l’exploitation d’une
grande entreprise commerciale complexe sur des terres de réserve
montrent à l’industrie et aux Premières Nations qu’il est possible
de réaliser de tels projets. On montre ainsi un exemple de coopé­
ration efficace entre divers ordres de gouvernement et l’industrie
tout en renforçant la capacité au sein de la Première Nation
concernée, grâce à quoi elle pourra former d’autres partenariats
afin de stimuler son développement économique.
Distribution of benefits from the sale of liquefied natural gas —
The main distributional impacts related to this project are in terms
of rent and taxes paid by the proponent Kitimat LNG to the vari­
ous levels of government. Kitimat LNG will pay corporate taxes
to Canada and British Columbia as well as rent and property tax
to the Haisla Nation for the lease of reserve land.
Employment — The Kitimat LNG facility will provide em­
ployment opportunities to Haisla Nation members and residents
of the Kitimat region during the construction and operational
phase of the facility. It is also anticipated that local businesses
will benefit during construction and operation of the facility
through the provision of supplies and services. With respect to
employment for Haisla members, Kitimat LNG suggests that
there may be a total of more than 100 full-time positions at the
facility once it is in operation. Using the Diavik Mine (NWT)
Aboriginal workforce as a proxy, we approximate that 30% of the
workforce at the Kitimat LNG facility will also be Aboriginal.
Therefore, 30 full-time jobs would be filled by Haisla members.
Additionally, Kitimat LNG estimates a total of 500 full-time pos­
itions during the construction phase of the facility. It is assumed
that the majority of these positions would be filled by individuals
with a specialty in oil and gas facility construction (from British
Columbia or possibly elsewhere in Canada). An additional
70 positions will be filled during the operational phase of the
LNG; these will presumably be filled by residents of British
Columbia.
Capacity building and economic development on reserve
lands — The construction and operation of a large and complex
commercial enterprise on reserve land serves as an example to
industry and First Nations that such projects are possible. It sets
an example of effective cooperation between multiple levels of
government and industry, and builds capacity within the First
Nation that will assist in pursuit of additional partnerships to fur­
ther economic development.
———
———
1
1
Poten and Partners, October 2010, “2015-2035 LNG Market Assessment Outlook
for the Kitimat LNG Terminal,” p. 24.
Poten and Partners, octobre 2010, « 2015-2035 LNG Market Assessment Out­
look for the Kitimat LNG Terminal », p. 24.
137
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Established regulatory regime for liquefied natural gas on re­
serve lands — By incorporating provincial legislation that fills
gaps created by an absence of federal legislation governing cer­
tain aspects of the project, the Regulations provide for a regula­
tory regime on the reserve, and provide regulatory certainty for
industry and investors.
Établissement d’un régime de réglementation pour le gaz natu­
rel liquéfié sur les terres de réserve — En intégrant les disposi­
tions législatives provinciales pour combler un vide dans les lois
fédérales encadrant certains aspects du projet, le Règlement établit
un régime de réglementation dans la réserve qui permettra de
rassurer l’industrie et les investisseurs.
Costs
Coûts
The main costs associated with this project are the capital and
operating costs of the liquefied natural gas facility. While these
costs are not a direct result of the Regulations (as the proponent
would also have to take on these costs if the facility was located
on provincial lands), they are important as they demonstrate the
net benefits of the project enabled by the Regulations.
Les principaux coûts associés au projet sont les coûts d’im­
mobilisations et d’exploitation des installations de gaz naturel
liquéfié. Bien que ces coûts ne découlent pas directement du Rè­
glement (étant donné que le promoteur devrait assumer ces coûts
si les installations étaient construites sur des terres provinciales),
ils sont non négligeables parce qu’ils illustrent les avantages nets
du projet possible grâce au Règlement.
Coûts associés à la construction des installations de gaz naturel
liquéfié (coûts en immobilisations) — Kitimat LNG assumera le
coût des immobilisations majeures pour la construction du termi­
nal de gaz naturel liquéfié. La demande de permis d’exporta­
tion déposée par Kitimat LNG indique que l’entreprise prévoit
être opérationnelle d’ici 2015, après quoi elle pourrait envisager
un agrandissement des installations afin d’accroître sa capacité de
production. L’entreprise prévoit également que les coûts associés
à la première étape du projet s’élèveront à 3 milliards de dollars et
que les travaux d’agrandissement des installations, qui pourraient
s’achever vers 2018, coûteront 1,5 milliard de dollars2.
Coûts de l’acquisition, de la production, de la liquéfaction et du
transport du gaz naturel liquéfié au cours de la phase d’exploita­
tion (coûts de production) — Kitimat LNG assumera les coûts
associés à l’acquisition, à la production, à la liquéfaction et au
transport du gaz naturel liquéfié. Ces coûts ont été estimés en
fonction de la production prévue des installations dont il est ques­
tion ci-dessus. Les chiffres utilisés dans les calculs sont tirés de
sources contenant des données et des analyses, y compris des
statistiques actuelles et des prévisions, que le public peut consul­
ter gratuitement3.
Coûts associés au respect du Règlement — Kitimat LNG devra
respecter la réglementation en vigueur relativement à la produc­
tion et à l’entreposage de gaz naturel liquéfié. Comme on l’a
mentionné précédemment, le Règlement intègre bon nombre de
lois provinciales touchant la réglementation des installations de
gaz naturel liquéfié. Par conséquent, les coûts associés à son res­
pect seront équivalents aux coûts engagés par l’entreprise si celle­
ci décidait de construire les installations de gaz naturel liquéfié à
l’extérieur de la réserve.
Coûts associés à la surveillance et à l’application du
Règlement — L’entente négociée entre le gouvernement de la
Colombie-Britannique, la Nation Haisla et le gouvernement du
Canada prévoit que les fonctionnaires provinciaux s’acquitteront
Cost of constructing the liquefied natural gas facility (capital
costs) — Kitimat LNG will incur major capital costs for the con­
struction of the LNG facility. According to Kitimat LNG’s export
licence application, the company expects to be operational by
2015, at which point it may contemplate an expansion of the
facility to increase its output capabilities. The export licence
application stated that the company estimated that the first phase
of the project would cost $3 billion and that the expansion of the
facility would cost $1.5 billion and may be completed around
2018.2
Cost of acquisition, production, liquefaction and transportation
of liquefied natural gas during the operational phase (production
costs) — Kitimat LNG will incur costs associated with the acqui­
sition, production, liquefaction and transportation of liquefied
natural gas. Estimates of each of these costs have been deter­
mined based on the estimated output of the Kitimat LNG facility
as mentioned prior. For the purposes of these calculations, figures
were obtained from sources with free, publicly available data and
analysis, including current statistics and projected figures.3
Cost of complying with the Regulations — Kitimat LNG will be
required to comply with regulations in relation to the production
and storage of liquefied natural gas. As previously noted, the
Regulations incorporate many provincial enactments relevant to
the regulation of liquefied natural gas facilities. Therefore, the
cost of complying with these Regulations would be equal to costs
incurred by the company were the facility to be constructed
off-reserve.
Cost of monitoring and enforcing the Regulations — An agree­
ment between the governments of British Columbia, Haisla
Nation and Canada has been negotiated, in which provincial
officials will perform administrative and enforcement activities
———
———
2
2
3
Kitimat LNG National Energy Board Licence Application, December 9, 2010,
p. 4.
For the purposes of these calculations, we assume that feedstock natural gas
prices are $1 per thousand cubic feet (Mcf) [natgas.info, “Liquefied natural gas
chain,” www.natgas.info/html/liquefiednaturalgaschain.html]. Regarding lique­
faction costs, we have used an average cost of $1.50/Mcf for liquefying the na­
tural gas (Penn State Extension, February 19, 2012, “Understanding the Role of
Liquefied Natural Gas; Part 1,” http://extension.psu.edu/naturalgas/news/2012/
02/understanding-the-role-of-liquefied-natural-gas-part-1). Lastly, it is possible
that the facility will have to pay LNG shipping costs. These costs have been es­
timated at $0.28 per MMBtu (Center for Energy Economic, “How much does
LNG cost?”, www.beg.utexas.edu/energyecon/Ing/LNG_introduction_09.php).
138
3
Demande de permis présentée par Kitimat LNG à l’Office national de l’énergie,
9 décembre 2010, p. 4.
Pour les besoins des calculs, nous supposons que le prix du gaz naturel (matière
première) est de 1 $ par millier de pieds cubes (kpi3) (natgas.info, « Liquefied
natural gas chain ». Internet : www.natgas.info/html/liquefiednaturalgaschain.
html). En ce qui concerne les coûts de liquéfaction du gaz naturel, nous avons
utilisé un coût moyen de 1,50 $/kpi3 (Penn State Extension, 19 février 2012,
« Understanding the Role of Liquefied Natural Gas; Part 1 », Internet :
http://extension.psu.edu/naturalgas/news/2012/02/understanding-therole-of­
liquefied-natural-gas-part-1). Enfin, il est possible que les installations doivent
payer des frais pour l’expédition du gaz naturel liquéfié. Ces frais ont été estimés
à 0,28 $ par million de BTU (Center for Energy Economic, « How much
does LNG cost? », Internet : www.beg.utexas.edu/energyecon/Ing/LNG_
introduction_09.php).
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
under the federal regulations. While the province will incur the
costs of these activities, they are not expected to be of any differ­
ent magnitude than if the project were to be realized off-reserve.
However, as noted above, costs will be incurred under these
Regulations as the baseline scenario is “no project” and are there­
fore included in the cost-benefit summary table. The administra­
tive costs that would be borne by Canada, such as monitoring the
implementation of the Regulations, are considered negligible.
des activités d’administration et d’application en vertu de la ré­
glementation fédérale applicable. Même si la province assumera
les coûts de ces activités, ces derniers ne devraient pas être diffé­
rents des coûts engagés si le projet avait lieu hors réserve. Cepen­
dant, comme on l’a indiqué ci-dessus, le respect du Règlement
entraînera des coûts, car le scénario de base est qu’aucun projet
n’ait lieu. Ces coûts sont donc inclus au sommaire des coûts et
avantages. Les coûts administratifs, par exemple ceux associés à
la surveillance de la mise en œuvre du Règlement, qui seront
confirmés par le Canada, sont considérés comme négligeables.
Cost-benefit statement
Costs, Benefits and Distribution
Base Year
(2012)
Final Year
(2021)
Annual
Average
Total
(PV)4
A. Quantified impacts in millions of present value dollars (in 2012 dollars)
Costs
Stakeholders
Capital costs
Kitimat LNG
3,000
0.0
3,945
632
LNG production
Kitimat LNG
0.0
1,354
4,547
728
Monitoring and enforcement
Province of
British Columbia
0.0
0.125
0.558
0.089
3,000
1,354
8,493
1,360
Total costs
Benefits
Stakeholders
Revenue from LNG sales
Kitimat LNG
Total benefits
0
7,305
24,537
3,928
0
7,305
24,537
3,928
Net benefits
16,043
B. Quantified impacts (in non-dollars)
Benefits
Stakeholders
Employment (jobs)
Haisla Nation
Employments (jobs)
Province of
British Columbia
Total benefits
0
30
500
70
500
100
C. Qualitative impacts
Benefits
Stakeholders
Description of cost or benefit
Capacity building and economic
development on reserve lands
First Nations
The construction and operation of a large and complex commercial enterprise on reserve land will illustrate to
industry and First Nations that such projects are possible on reserve lands. It sets an example of effective
cooperation between multiple levels of government and industry and builds internal capacity within the First
Nation that will help them pursue other partnerships and further economic development.
Established regulatory regime
for LNG on reserve lands
Industry and
investors
By incorporating provincial legislation that fills gaps created by an absence of federal legislation governing
certain aspects of the project, the Regulations provide for a regulatory regime on the reserve, and provide
regulatory certainty for industry and investors.
Costs
Stakeholders
Compliance costs for the
proponent
Kitimat LNG
Kitimat LNG will incur some costs with respect to complying with the proposed regulatory regime. These
costs are difficult to determine as many compliance activities are reactionary in nature and therefore not easily
predictable. Furthermore, these costs are considered to be of a low magnitude in relation to the overall costs
of constructing and operating the facility. Therefore, compliance and enforcement costs have not been
monetized for this analysis.
Administrative costs to Canada
Government of
Canada
Canada may incur some negligible costs related to the administration of these Regulations, likely by way of
semi-annual meetings with the Province of British Columbia and the British Columbia Oil and Gas
Commission.
———
4
———
PV represents present value. The time period of 10 years as well as an 8% real
discount rate was used.
139
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Énoncé des coûts-avantages
Coûts, avantages et distribution
Année de base
(2012)
Dernière année
(2021)
Moyenne
annuelle
Total
(VA)4
A. Répercussions quantifiées, en millions de dollars courants (en dollars de 2012)
Coûts
Intervenants
Coûts en immobilisations
Kitimat LNG
Production de gaz naturel
liquéfié
Kitimat LNG
Surveillance et application
Province de la
Colombie-Britannique
Coûts totaux
Avantages
Intervenants
Recettes tirées des ventes de
gaz naturel liquéfié
Kitimat LNG
3 000
0
3 945
632
0
1 354
4 547
728
0
0,125
0,558
0,089
3 000
1 354
8 493
1 360
Avantages totaux
0
7 305
24 537
3 928
0
7 305
24 537
3 928
Avantages nets
16 043
B. Répercussions quantifiées (autres qu’en dollars)
Avantages
Intervenants
Emplois
Nation Haisla
Emplois
Province de la
Colombie-Britannique
Avantages totaux
0
30
500
70
500
100
C. Répercussions qualitatives
Avantages
Intervenants
Description des coûts ou des avantages
Renforcement de la capacité et
développement économique sur
des terres de réserve
Premières Nations
La construction et l’exploitation d’une grande entreprise commerciale sur des terres de réserve montreront à
l’industrie et aux Premières Nations qu’il est possible de réaliser de tels projets. On cite ainsi un exemple de
coopération efficace entre divers ordres de gouvernement et l’industrie tout en renforçant la capacité au sein
de la Première Nation concernée, grâce à quoi elle pourra former d’autres partenariats afin de stimuler son
développement économique.
Établissement d’un régime de
réglementation pour le gaz
naturel liquéfié sur les terres de
réserve
Industrie et
investisseurs
En intégrant les dispositions législatives provinciales qui comblent le vide créé par l’absence de lois fédérales
régissant certains aspects du projet, le Règlement établit un régime de réglementation dans la réserve tout en
assurant une certitude à ce plan pour l’industrie et les investisseurs.
Coûts
Intervenants
Coûts associés à la conformité
pour le promoteur
Kitimat LNG
Kitimat LNG assumera certains coûts afin de respecter le régime de réglementation. Ces coûts sont difficiles
à évaluer, car bon nombre d’activités de conformité sont de nature réactive et donc difficiles à prévoir. De
plus, ces coûts sont jugés négligeables comparativement aux coûts de construction et d’exploitation des
installations. Pour ces raisons, les coûts de conformité et d’application n’ont pas été chiffrés dans le cadre
de la présente analyse.
Coûts administratifs pour le
Canada
Gouvernement du
Canada
Il est possible que le Canada doive assumer certains coûts négligeables relativement à l’administration
du Règlement, probablement sous la forme de rencontres semestrielles avec le gouvernement de la
Colombie-Britannique et la BC Oil and Gas Commission.
The full cost-benefit analysis is available upon request.
L’analyse coûts-avantages intégrale est disponible sur demande.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
As the Regulations will, to a large extent, replicate the Prov­
ince of British Columbia’s regulatory regime, and will only apply
to one specific project on Haisla Nation Bees Indian Reserve
No. 6, it is expected there will be no alteration in the level of
compliance and administrative costs on small business. As a
result, the “One-for-One” Rule does not apply to this proposal.
Étant donné que le Règlement reproduira, dans une grande mesure, le régime réglementaire de la province de la ColombieBritannique, et qu’il ne s’appliquera qu’à un seul projet dans la
réserve indienne no 6 de Bees de la Première Nation Haisla, on
s’attend qu’il n’y ait aucune modification des coûts de conformité
ou d’administration pour les petites entreprises. Par conséquent,
la règle du « un pour un » ne s’applique pas à la proposition.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as
there are no costs to small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à cette pro­
position, car il n’y a pas de coûts pour les petites entreprises.
———
———
4
140
VA signifie la valeur actualisée. Une période de 10 ans ainsi qu’un taux d’actua­
lisation réel de 8 % ont été utilisés.
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Consultation
Consultation
The Haisla Nation Liquefied Natural Gas Facility Regulations
were published in Part I of the Canada Gazette on July 28, 2012,
for a 30-day comment period. During this comment period, one
comment was received from Haisla Nation. This comment was
technical in nature, and was provided only to enhance the clarity
of provisions relating to referential incorporation within the
Regulations. All stakeholders directly impacted by this proposal
have been involved in its development and all comments received
following prepublication were supportive.
Le Règlement sur les installations de gaz naturel liquéfié de
la Nation Haisla a été publié dans la Partie I de la Gazette du
Canada le 28 juillet 2012 pendant 30 jours aux fin de commentai­
res. Pendant la période prévue à cette fin, un commentaire a été
formulé par la Nation Haisla. De nature technique, il servait uni­
quement à clarifier les dispositions du Règlement concernant
l’incorporation par renvoi. Tous les intervenants directement
touchés par la proposition ont pris part à son élaboration et tous
les commentaires reçus après la publication préalable étaient
favorables.
Les parties touchées par le Règlement sont principalement Ki­
timat LNG, la Nation Haisla, le gouvernement de la ColombieBritannique, la British Columbia Oil and Gas Commission et le
gouvernement du Canada, représenté par Affaires autochtones et
Développement du Nord Canada. L’élaboration du Règlement est
en cours depuis l’été 2011 dans le cadre de rencontres entre les
représentants des parties. Toutes les parties ont lu et commenté
les ébauches successives du Règlement.
Des consultations sur le projet proposé ont eu lieu auprès des
intervenants concernés dans le cadre des divers processus
d’aprobation connexes. Les consultations auprès des Premières
Nations ont été effectuées pour la région visée en vertu du proces­
sus d’évaluation de la Loi canadienne sur l’évaluation environ­
nementale. L’unique résultat des consultations a montré que seule
la Nation Haisla revendique un territoire traditionnel sur les
zones terrestres et marines touchées par le projet. Les terres tou­
chées par le projet constituent un rare exemple de cas où il n’y a
pas de revendications territoriales se chevauchant en ColombieBritannique. La Nation Haisla a invité le promoteur à construire
les installations dans la réserve indienne no 6 de Bees, ce qu’a
accepté le promoteur avant la fin de l’évaluation environnementale.
Le district de Kitimat, le district régional de Kitimat-Stikine, le
Northern Health Authority (l’autorité sanitaire du Nord), la Bri­
tish Columbia Oil and Gas Commission, divers ministères pro­
vinciaux et fédéraux ainsi que la Nation Haisla étaient représentés
au groupe de travail sur le projet ou ont eu l’occasion de lui faire
part de leurs commentaires. De plus, Kitimat LNG a, de son propre chef, consulté d’autres collectivités des Premières Nations en
ce qui a trait à d’autres aspects du projet, notamment la construc­
tion d’un pipeline.
Des consultations ont également été menées dans le cadre du
processus d’audiences publiques obligatoire pour obtenir une
licence d’exportation de l’Office national de l’énergie en octobre
2011.
On mène actuellement des consultations auprès des interve­
nants touchés selon la méthode d’évaluation fédérale TERMPOL,
qui sert à évaluer l’ensemble des risques liés à la navigation et
aux questions touchant le déplacement de navires pétroliers dans
les eaux locales.
The parties primarily affected by these Regulations are Kitimat
LNG, the Haisla Nation, the Province of British Columbia, the
BCOGC, and the Government of Canada, namely Aboriginal
Affairs and Northern Development Canada. The development of
the Regulations has been ongoing since the summer of 2011, with
regular face-to-face meetings with officials from each of the af­
fected parties. All parties have reviewed and commented on suc­
cessive drafts of the Regulations.
Consultations regarding the proposed project have taken place
with other interested parties as part of various project-related ap­
provals processes. First Nations consultation was conducted for
the area scoped under the Canadian Environmental Assessment
Act (CEAA) assessment process. The unique result is that the
only First Nation claiming traditional territory for the area of land
and sea as scoped is the Haisla Nation. The location of the project
lands is a rare example within British Columbia where there is no
overlapping traditional territory claim. The Haisla Nation invited
the proponent to locate the facility on Bees Indian Reserve No. 6
and, before the environmental assessment had concluded, the
proponent agreed.
The District of Kitimat, the Regional District of KitimatStikine, the Northern Health Authority, the BCOGC, numerous
provincial ministries and federal departments, and the Haisla Na­
tion were members on, or provided input to, the Project Working
Group. Further, Kitimat LNG has consulted other First Nation
communities on its own initiative with respect to other aspects of
the project such as pipeline development.
Consultation was also undertaken as a component of the public
hearing process required for the export licence granted by the
National Energy Board in October 2011.
Consultation is currently underway with affected stakeholders
with respect to the federal TERMPOL process, which is designed
to assess all navigable risks and related issues pertaining to the
movement of ocean tankers in local waters.
Regulatory cooperation
Coopération en matière de réglementation
The Regulations are supported by the key stakeholders, which
include the Haisla Nation; the Province of British Columbia; the
BCOGC; the Government of Canada; namely Aboriginal Affairs
and Northern Development Canada; and Kitimat LNG. The asso­
ciated Tripartite Agreement was developed in conjunction with
the Province of British Columbia and the Haisla Nation. All par­
ties have reviewed and commented on successive drafts of the
Regulations and Tripartite Agreement.
Le Règlement est appuyé par les intervenants clés, dont la
Nation Haisla, le gouvernement de la Colombie-Britannique, la
British Columbia Oil and Gas Commission, le gouvernement du
Canada (représenté par Affaires autochtones et Développement
du Nord Canada) et Kitimat LNG. L’entente tripartite connexe
a été rédigée en collaboration avec le gouvernement de la
Colombie-Britannique et la Nation Haisla. Toutes les parties ont
lu et commenté les ébauches successives du Règlement et de
l’entente tripartite.
141
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
Rationale
Justification
The project can only proceed if the facility is located in the de­
sired location on Bees Indian Reserve No. 6. In the absence of an
adequate federal regulatory regime to ensure environmental pro­
tection, health and safety, and investor certainty, the proposed
liquefied natural gas project could not feasibly proceed on reserve
land. The benefits significantly outweigh the costs and consulta­
tions have not resulted in any significant objections to the project
or demonstrated any negative impacts of the project to other sec­
tors. As a result, the decision to proceed with the Regulations
presents the most cost-effective means by which to ensure the
level of regulatory certainty required.
Le projet pourra être lancé uniquement si les installations ont
été construites à l’emplacement choisi de la réserve indienne no 6
de Bees. En l’absence de régime de réglementation adéquat pour
protéger l’environnement, la santé et la sécurité, et la certitude
des investisseurs, le projet de gaz naturel liquéfié proposé n’aurait
pu se dérouler sur des terres de réserve. Or, les avantages du projet surpassent de loin ses coûts, et les consultations n’ont permis
de dégager aucune objection au projet ni aucune répercussion
négative sur d’autres projets ou secteurs. Par conséquent,
l’adoption du Règlement constitue le moyen le plus économique
d’apporter une certitude sur le plan réglementaire.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre et application
One of the primary reasons these Regulations have been de­
veloped is to establish a full range of regulatory compliance and
enforcement mechanisms that are not otherwise provided for
under federal legislation. The Regulations include the following
mechanisms for encouraging compliance and for detecting and
penalizing non-compliance:
• Requirements for industry to obtain various licences and
approvals;
• Requirements for industry to keep records, make reports, and
provide information on request;
• Authority for government officials to inspect, investigate,
search and seize;
• Authority for government officials and bodies to issue direc­
tives and orders;
• Fines and other financial penalties for non-compliance and
offences; and
• Authority for government officials to make applications to
court for various orders.
Le désir d’établir une gamme complète de mécanismes de
conformité et d’application qui ne sont pas prévus dans les lois
fédérales est une des principales raisons pour lesquelles le Rè­
glement a été rédigé. Le Règlement prévoit l’utilisation des mé­
canismes suivants pour favoriser la conformité ainsi que pour
repérer les manquements et appliquer des pénalités :
• exiger de l’industrie qu’elle obtienne les permis et les appro­
bations nécessaires;
• exiger que l’industrie tienne des registres, produise des rap­
ports et divulgue de l’information sur demande;
• autoriser les représentants du gouvernement à faire des ins­
pections, à mener des enquêtes, à faire des recherches et à
procéder à des saisies;
• autoriser les représentants et les organes gouvernementaux à
formuler des directives et des ordres;
• imposer des amendes et d’autres types de pénalités financières
en cas de manquement ou d’infraction;
• autoriser les représentants du gouvernement à demander des
ordonnances aux tribunaux.
Les dispositions sur la conformité et l’application reproduisent,
en grande partie, les dispositions du régime réglementaire de la
Colombie-Britannique applicables aux projets du même type qui
se déroulent hors réserve. Ces dispositions donnent une échelle de
conformité et d’application qui permet de répondre aux infrac­
tions mineures de la manière appropriée et de prendre des mesu­
res approfondies en cas d’infractions graves.
Comme le Règlement reproduit à peu de choses près la régle­
mentation provinciale, les fonctionnaires provinciaux possèdent
l’expertise nécessaire pour l’administrer et l’appliquer. Une en­
tente conclue entre le gouvernement de la Colombie-Britannique,
la Nation Haisla et le gouvernement du Canada (représenté par
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada) a été
finalisée. L’entente prévoit que la British Columbia Oil and Gas
Commission et les fonctionnaires provinciaux seront chargés
d’exécuter les activités administratives et d’application prévues
dans le Règlement. Comme ce dernier et l’entente tripartite ont
été rédigés en étroite collaboration avec les intervenants touchés
et visent un projet précis, qui touchera une parcelle de terres de
réserve bien définie, les questions liées à la mise en œuvre, y
compris la communication, la sensibilisation, la coopération et la
coordination, ont déjà été traitées.
Compliance and enforcement provisions, to a large degree,
reproduce provisions in the regulatory regime of the Province of
British Columbia that apply to similar projects off-reserve. These
provisions form a compliance and enforcement ladder, so that
minor infractions of regulations can be addressed with measured
responses, and more serious infractions can be addressed with
more powerful remedies.
Because the Regulations reproduce, with minor adaptations, the
provincial regime, provincial officials have the expertise neces­
sary to administer and enforce the Regulations. An agreement
among the Government of British Columbia, the Haisla Nation
and the Government of Canada, namely Aboriginal Affairs and
Northern Development Canada, has been finalized under which
the BCOGC and provincial officials will perform administrative
and enforcement activities under the Regulations. As the Regula­
tions and Tripartite Agreement have been developed in close con­
sultation with affected stakeholders in order to address one spe­
cific project, on a specific parcel of reserve land, issues relating to
implementation, including communication, outreach, cooperation
and coordination, have been addressed.
Performance measurement and evaluation
Mesures de rendement et évaluation
To ensure the regulatory regime continues to perform as antici­
pated, a Management Committee, comprised of officials from
Pour faire en sorte que le régime de réglementation ait l’ef­
ficacité prévue, on formera, dans les 60 jours suivant l’entrée
142
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 1 SOR/DORS/2012-293
each of the parties which have executed the Tripartite Agreement,
will be formed within 60 days of the Agreement commencing.
This Committee will meet at least once every six months to en­
sure the performance of administrative, monitoring, compliance
and enforcement activities is being carried out as they would for
similar projects located off-reserve.
On the fifth anniversary of the commencement of the Haisla
Nation Liquefied Natural Gas Facility Regulations, the Tripartite
Agreement requires that the Management Committee undertake
an overall review of the regulatory regime to ensure the ongoing
effectiveness and efficiency of the legal and administrative
arrangements.
en vigueur de l’entente, un comité de gestion composé de repré­
sentants de chacune des parties à l’entente tripartite. Le comité se
réunira au moins tous les six mois pour évaluer le rendement des
activités d’administration, de surveillance, de conformité et
d’application, tout comme on le ferait pour les projets similaires
hors réserve.
Cinq ans après l’entrée en vigueur du Règlement, l’entente tri­
partite prévoit que le comité de gestion entreprendra un examen
complet du régime de réglementation pour s’assurer que les en­
tentes légales et administratives qui y figurent sont toujours
efficaces.
Contacts
Personnes-ressources
For enquiries in English:
Brian Kinzie
Lands Officer, Special Projects
Lands and Economic Development
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada
British Columbia Region
1138 Melville Street, Suite 600
Vancouver, British Columbia
V6E 4S3
Telephone: 604-666-5132
Fax: 604-775-7149
Email: Brian.Kinzie@aadnc-aandc.gc.ca
For enquiries in French:
Kris Johnson
Senior Director, Lands Modernization
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada
10 Wellington Street, Room 1230
Gatineau, Quebec
K1A 0H4
Telephone: 819-994-7311
Fax: 819-994-5697
Email: Kris.Johnson@aadnc-aandc.gc.ca
Demandes de renseignements en anglais :
Brian Kinzie
Agent des terres, projets spéciaux
Terres et développement économique
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Région de la Colombie-Britannique
1138, rue Melville, Bureau 600
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6E 4S3
Téléphone : 604-666-5132
Télécopieur : 604-775-7149
Courriel : Brian.Kinzie@aadnc-aandc.gc.ca
Demandes de renseignements en français :
Kris Johnson
Directeur principal, Modernisation des terres
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
10, rue Wellington, Pièce 1230
Gatineau (Québec)
K1A 0H4
Téléphone : 819-994-7311
Télécopieur : 819-994-5697
Courriel : Kris.Johnson@aadnc-aandc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
143
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
SOR/DORS/2012-294
Registration
SOR/2012-294 December 14, 2012
Enregistrement
DORS/2012-294
pOOLED REgiStERED pEnSiOn pLanS act
LOi SuR LES RégimES DE pEnSiOn agRééS
cOLLEctifS
pooled Registered pension plans Regulations
Règlement sur les régimes de pension agréés
collectifs
p.c. 2012-1744
c.p. 2012-1744
December 13, 2012
His Excellency the governor general in council, on the recom­
mendation of the minister of finance, pursuant to section 76 of the
Pooled Registered Pension Plans Act1a, makes the annexed Pooled
Registered Pension Plans Regulations.
Definitions
“act”
« Loi »
“child”
« enfant »
“costs”
« coûts »
“debt
obligation”
« titre de
créance »
intERpREtatiOn
DéfinitiOnS
1. the following definitions apply in these
Regulations.
“act” means the Pooled Registered Pension Plans
Act.
“child” , in relation to a person, means
(a) an individual of whom the person is the legal
parent;
(b) an individual who is wholly dependent on the
person for support and of whom the person has, or
immediately before the individual attained the age
of 19 years had, in law or in fact, the custody and
control;
(c) a child of the person’s spouse or common-law
partner; and
(d) a spouse or common-law partner of a child of
the person.
“costs” means all fees, levies and other charges that
reduce a member’s return on investment other than
those that are triggered by the member’s actions.
“debt obligation” means a bond, debenture, note or
other evidence of indebtedness of an entity.
“entity”
« entité »
“entity” means
(a) a corporation, trust, partnership or fund or an
unincorporated association or organization; or
(b) Her majesty in right of canada or of a prov­
ince or the government of a foreign country or of
a political subdivision of a foreign country, or an
agency of any of them.
144
Sur recommandation du ministre des finances et en vertu de
l’article 76 de la Loi sur les régimes de pension agréés collectifs1a,
Son Excellence le gouverneur général en conseil prend le Règle­
ment sur les régimes de pension agréés collectifs, ci-après.
Règlement SuR leS RégimeS De penSiOn agRééS cOllectifS
“deferred life annuity” has the same meaning as in
subsection 2(1) of the Pension Benefits Standards
Regulations, 1985.
S.c. 2012, c. 16
Le 13 décembre 2012
pOOleD RegiSteReD penSiOn
planS RegulatiOnS
“deferred life
annuity”
« prestation
viagère
différée »
a
Le 14 décembre 2012
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au pré- Définitions
sent règlement.
« action avec droit de vote » action d’une personne « action avec de vote »
morale comportant — quelle qu’en soit la catégorie — droit
“voting share”
un droit de vote en tout état de cause ou en raison
soit de la survenance d’un fait qui perdure, soit de la réalisation d’une condition.
« apparenté » À l’égard d’un Rpac, est un « apparenté »
“related party”
apparenté :
a) l’employé, le dirigeant ou le membre du conseil
d’administration de l’administrateur du Rpac;
b) la personne chargée de détenir ou d’investir l’actif du Rpac ou l’employé, le dirigeant ou l’administrateur de cette personne;
c) le participant au Rpac;
d) l’époux ou conjoint de fait ou l’enfant de toute personne visée à l’un des alinéas a) à c);
e) la personne morale contrôlée directement ou indirectement par une personne visée à l’un des
alinéas a) à d);
f) l’entité dans laquelle une personne visée aux alinéas a) ou b) ou l’époux, le conjoint de fait ou l’enfant d’une telle personne a un intérêt de groupe financier;
g) l’entité qui a un intérêt de groupe financier dans
l’administrateur du Rpac.
Sont exclus de la présente définition Sa majesté du
chef du canada ou d’une province et ses organismes,
ainsi que toute banque, société de fiducie ou autre
institution financière qui détient l’actif du Rpac
sans être l’administrateur de celui-ci.
« coûts » Ensemble des frais, prélèvements et autres « coûts »
dépenses réduisant le rendement des placements, à “costs”
l’exception de ceux attribuables aux décisions prises
par le participant.
a
L.c. 2012, ch. 16
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
“immediate life
annuity”
« prestation
viagère
immédiate »
“immediate life annuity” has the same meaning as in
subsection 2(1) of the Pension Benefits Standards
Regulations, 1985.
“life income
fund”
« fonds de
revenu viager »
“life income fund” means a registered retirement
income fund that meets the conditions set out in sec­
tion 41.
“loan”
« prêt »
“loan” includes a deposit, financial lease, condi­
tional sales contract, repurchase agreement and any
other similar arrangement for obtaining money or
credit, but does not include investments in securities
or the making of an acceptance, endorsement or
other guarantee mechanism.
“locked-in RRSp” means a registered retirement
savings plan that meets the conditions set out in sec­
tion 38.
“locked-in
RRSp”
« REÉR
immobilisé »
“marketplace”
« marché »
“market value”
« valeur
marchande »
“person”
« personne »
“marketplace” means
(a) an exchange;
(b) a quotation and trade-reporting system;
(c) any other entity not included in paragraph (a)
or (b) that
(i) constitutes, maintains or provides a market
or facility for bringing together buyers and sell­
ers of securities or derivatives,
(ii) brings together the orders for securities or
derivatives of multiple buyers and sellers, and
(iii) uses established, non-discretionary meth­
ods under which the orders interact and with
which the buyers and sellers entering the orders
agree to the terms of a trade.
“market value” , in respect of an asset, means the
price that would be obtained for the purchase or sale
of the asset in an open market under conditions
requisite to a fair transaction between parties who
are at arm’s length and acting prudently, knowledge­
ably and willingly.
“person” includes an entity.
“pRpp”
« RPAC »
“pRpp” means a pooled registered pension plan.
“registered
retirement
income fund”
« fonds
enregistré de
revenu de
retraite »
“registered retirement income fund” has the same
meaning as in subsection 146.3(1) of the Income Tax
Act.
“registered
retirement
savings plan”
« régime
enregistré
d’épargneretraite »
“related party”
« apparenté »
“registered retirement savings plan” has the same
meaning as in subsection 146(1) of the Income Tax
Act.
“related party” , in respect of a pRpp, means a per­
son — other than Her majesty in right of canada or
of a province, or an agency of either one of them, or
a bank, trust company or other financial institution
that holds the assets of the pRpp but that is not the
administrator of the pRpp — who is
(a) an officer, an employee or a member of the
board of directors of the administrator of the
pRpp;
SOR/DORS/2012-294
« enfant » Est l’enfant d’une personne :
a) l’enfant dont la personne est légalement le père
ou la mère;
b) l’enfant qui est entièrement à sa charge et dont
elle a la garde et la surveillance, en droit ou de
fait, ou les avait juste avant qu’il atteigne l’âge de
19 ans;
c) l’enfant de son époux ou conjoint de fait;
d) l’époux ou le conjoint de fait d’un enfant de la
personne.
« entité »
a) personne morale, fiducie, société de personnes,
fonds ou tout organisme ou association non doté
de la personnalité morale;
b) Sa majesté du chef du canada ou d’une pro­
vince, le gouvernement d’un pays étranger ou de
l’une de ses subdivisions politiques, ou un de
leurs organismes.
« fonds de revenu viager » fonds enregistré de
revenu de retraite qui satisfait aux exigences prévues
à l’article 41.
« enfant »
“child”
« fonds de revenu viager restreint » fonds enregistré
de revenu de retraite qui satisfait aux exigences pré­
vues à l’article 40.
« fonds de
revenu viager
restreint »
“restricted life
income fund”
« fonds enregistré de revenu de retraite » S’entend
au sens du paragraphe 146.3(1) de la Loi de l’impôt
sur le revenu.
« fonds
enregistré de
revenu de
retraite »
“registered
retirement
income fund”
« entité »
“entity”
« fonds de
revenu viager »
“life income
fund”
« Loi » La Loi sur les régimes de pension agréés « Loi »
“Act”
collectifs.
« marché »
« marché » Selon le cas : “marketplace”
a) une Bourse;
b) un système de cotation et de déclaration des opérations;
c) toute autre entité qui remplit les conditions suivantes :
(i) elle établit, maintient ou offre un marché ou
un mécanisme qui vise à rapprocher les ache­
teurs et vendeurs de valeurs mobilières ou de
produits dérivés,
(ii) elle réunit les ordres de nombreux acheteurs
et vendeurs de valeurs mobilières ou de pro­
duits dérivés,
(iii) elle utilise des méthodes éprouvées, non
discrétionnaires, selon lesquelles les ordres
interagissent et les acheteurs et les vendeurs qui
passent des ordres s’entendent sur les condi­
tions d’une opération.
« personne » Est assimilée à une personne l’entité. « personne »
“person”
« prestation viagère différée » S’entend au sens du
paragraphe 2(1) du Règlement de 1985 sur les
normes de prestation de pension.
« prestation
viagère
différée »
“deferred life
annuity”
145
2013-01-02
“restricted life
income fund”
« fonds de
revenu viager
restreint »
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(b) responsible for holding or investing the assets
of the pRpp, or an officer, director or employee of
the person who is responsible for holding or
investing those assets;
(c) a member of the pRpp;
(d) the spouse or common-law partner or a child
of any person referred to in any of paragraphs (a)
to (c);
(e) a corporation that is directly or indirectly con­
trolled by a person referred to in any of paragraphs
(a) to (d);
(f) an entity in which a person referred to in para­
graph (a) or (b), or the spouse or common-law
partner or a child of such a person, has a substan­
tial investment; or
(g) an entity that has a substantial investment in
the administrator of the pRpp.
“restricted life income fund” means a registered
retirement income fund that meets the conditions set
out in section 40.
“restricted
locked-in
savings plan”
« régime
d’épargne
immobilisé
restreint »
“restricted locked-in savings plan” means a regis­
tered retirement savings plan that meets the condi­
tions set out in section 39.
“security”
« titre » ou
« valeur
mobilière »
“security” means
(a) in respect of a corporation, a share of any class
of shares of the corporation or a debt obligation of
the corporation, and includes a warrant of the cor­
poration, but does not include a deposit with a
financial institution or a document evidencing
such a deposit; and
(b) in respect of any other entity, any ownership
interest in or debt obligation of the entity.
“voting share” means a share of any class of shares
of a corporation that carries voting rights under all
circumstances or by reason of an event that has
occurred and is continuing or by reason of a condi­
tion that has been fulfilled.
“voting share”
« action avec
droit de vote »
indirect
investments
146
SOR/DORS/2012-294
« prestation viagère immédiate » S’entend au sens
du paragraphe 2(1) du Règlement de 1985 sur les
normes de prestation de pension.
« prestation
viagère
immédiate »
“immediate life
annuity”
« prêt » Sont assimilés à un prêt le dépôt, le crédit­
bail, le contrat de vente conditionnelle, la convention
de rachat et toute autre entente similaire visant l’ob­
tention de fonds ou de crédit. La présente définition
ne vise pas les placements dans des valeurs mobi­
lières, les acceptations, les endossements et autres
mécanismes de garantie.
« REéR immobilisé » Régime enregistré d’épargne­
retraite qui satisfait aux exigences prévues à l’arti­
cle 38.
« prêt »
“loan”
« régime d’épargne immobilisé restreint » Régime
enregistré d’épargne-retraite qui satisfait aux exi­
gences prévue à l’article 39.
« régime
d’épargne
immobilisé
restreint »
“restricted
locked-in
savings plan”
« régime enregistré d’épargne-retraite » S’entend au
sens du paragraphe 146(1) de la Loi de l’impôt sur le
revenu.
« régime
enregistré
d’épargneretraite »
“registered
retirement
savings
plan”
« Rpac » Régime de pension agréé collectif.
« Rpac »
“PRPP”
« titre » ou « valeur mobilière »
a) Dans le cas d’une personne morale, action de
toute catégorie ou titre de créance sur cette der­
nière, ainsi que le bon de souscription correspon­
dant, mais à l’exclusion des dépôts effectués
auprès d’une institution financière ou des docu­
ments les attestant;
b) dans le cas de toute autre entité, titre de partici­
pation dans l’entité ou titre de créance sur
celle-ci.
« titre de créance » tout document attestant l’exis­
tence d’une créance sur une entité, notamment une
obligation, une débenture ou un billet.
« titre » ou
« valeur
mobilière »
“security”
« valeur marchande » À l’égard d’un élément d’ac­
tif, le prix qui serait obtenu lors de sa vente ou de son
achat sur un marché libre dans les conditions néces­
saires à une transaction équitable entre des parties
sans lien de dépendance qui agissent prudemment,
en toute liberté et en pleine connaissance de cause.
« valeur
marchande »
“market value”
gEnERaL
DiSpOSitiOnS généRaLES
2. for the purposes of these Regulations, the mak­
ing, holding or acquiring of an investment indirectly
by an administrator on behalf of a pRpp, the hold­
ing, acquiring or owning of property indirectly by an
administrator on behalf of a pRpp or the lending of
money indirectly by an administrator on behalf of a
pRpp includes the making, holding, acquiring, own­
ing or lending of an investment, a property or money,
as the case may be, by a mutual fund, a pooled fund,
2. pour l’application du présent règlement, les cas
où l’administrateur du Rpac, pour le compte de
celui-ci, fait, détient ou acquiert indirectement un
placement, détient ou acquiert indirectement un bien
ou en est indirectement le propriétaire, ou prête indi­
rectement des sommes comportent ceux où l’entité
qui, effectivement, fait, détient ou acquiert le place­
ment, détient ou acquiert le bien ou en est proprié­
taire, ou prête les sommes, est une caisse commune,
« REéR
immobilisé »
“locked-in
RRSP”
« titre de
créance »
“debt
obligation”
Détention
indirecte
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
a segregated fund or a trust fund in which the funds
of a member’s account have been invested.
control
presumed
control
affiliates
Substantial
investment
associated
3. (1) for the purposes of these Regulations,
(a) a person or an administrator of a pRpp con­
trols a corporation if securities of the corporation
to which are attached more than 50% of the votes
that may be cast to elect the directors of the cor­
poration are beneficially owned by the person or
the administrator and the votes attached to those
securities are sufficient, if exercised, to elect a
majority of the directors of the corporation;
(b) a person or an administrator of a pRpp con­
trols an unincorporated entity, other than a limited
partnership, if more than 50% of the ownership
interests into which the unincorporated entity is
divided are beneficially owned by the person or
the administrator and the person or the adminis­
trator is able to direct the business and affairs of
the unincorporated entity;
(c) the general partner of a limited partnership
controls the limited partnership; and
(d) a trustee of a trust controls the trust.
(2) for the purposes of these Regulations, a per­
son or an administrator of a pRpp who controls an
entity controls any other entity that is controlled by
the entity.
4. for the purposes of these Regulations, an entity
is affiliated with another entity if the entity is con­
trolled by the other entity or if both entities are con­
trolled by the same person.
5. for the purposes of these Regulations, a person
or an administrator of a pRpp has a substantial
investment in
(a) an unincorporated entity if the person or the
administrator, or an entity controlled by the per­
son or the administrator, beneficially owns more
than 25% of the ownership interests in the
unincorporated entity; and
(b) a corporation if
(i) the voting rights attached to voting shares of
the corporation that are beneficially owned by
the person or the administrator, or by an entity
controlled by the person or the administrator,
exceed 10% of the voting rights attached to all
of the outstanding voting shares of the corpora­
tion, or
(ii) the shares of the corporation that are bene­
ficially owned by the person or the administra­
tor, or by an entity controlled by the person or
the administrator, represent ownership of more
than 25% of the shareholders’ equity of the
corporation.
6. for the purposes of these Regulations, a person
or an administrator of a pRpp is associated with
(a) a corporation that the person or the administra­
tor controls and every affiliate of every such
corporation;
SOR/DORS/2012-294
un fonds commun, un fonds distinct ou un fonds en
fiducie dans lesquels les fonds détenus dans le
compte du participant ont été investis.
contrôle
3. (1) pour l’application du présent règlement :
a) a le contrôle d’une personne morale la per­
sonne ou l’administrateur d’un Rpac qui détient
la propriété effective d’un nombre de titres de la
personne morale lui conférant plus de 50 % des
droits de vote dont l’exercice lui permet d’élire la
majorité des administrateurs de celle-ci;
b) a le contrôle d’une entité non dotée de la per­
sonnalité morale, à l’exception d’une société en
commandite, la personne ou l’administrateur d’un
Rpac qui en détient la propriété effective de plus
de 50 % des titres de participation et qui a la capa­
cité d’en diriger tant les activités commerciales
que les affaires internes;
c) a le contrôle d’une société en commandite le commandité;
d) a le contrôle d’une fiducie le fiduciaire.
(2) pour l’application du présent règlement, la
personne ou l’administrateur du Rpac qui contrôle
une entité contrôle toute autre entité contrôlée par
celle-ci.
4. pour l’application du présent règlement, sont
du même groupe les entités dont l’une est contrôlée
par l’autre ou les entités qui sont contrôlées par la
même personne.
5. pour l’application du présent règlement, une
personne ou l’administrateur d’un Rpac a un intérêt
de groupe financier :
a) dans une entité non dotée de la personnalité
morale, si l’un ou l’autre ou une entité qu’il
contrôle détient la propriété effective de plus de
25 % des titres de participation de l’entité non
dotée de la personnalité morale;
b) dans une personne morale, si l’un ou l’autre ou
une entité qu’il contrôle détient la propriété
effective :
(i) soit d’un nombre total d’actions avec droit
de vote de la personne morale comportant plus
de 10 % des droits de vote attachés à l’ensemble
des actions avec droit de vote en circulation de
celle-ci,
(ii) soit d’un nombre total d’actions de la per­
sonne morale représentant plus de 25 % de
l’avoir des actionnaires de celle-ci.
présomption de
contrôle
6. pour l’application du présent règlement, une
personne ou l’administrateur d’un Rpac est associé,
selon le cas :
a) à toute personne morale qu’il contrôle et à
toutes les entités membres du groupe dont fait
partie cette personne morale;
associé
groupe
intérêt de
groupe
financier
147
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(b) a person who controls the person or the
administrator;
(c) a partner who has a substantial investment in a
partnership in which the person or the administra­
tor has a substantial investment;
(d) a trust or estate or succession in which the per­
son or the administrator has a substantial invest­
ment or for which the person or the administrator
serves as a trustee or in a similar capacity to a
trustee;
(e) the spouse or common-law partner of the per­
son; and
(f) a brother, sister or child or other descendant of
the person, or the spouse or common-law partner
of any of them.
LicEnSing
prescribed
conditions
permitted
investments
148
7. for the purposes of subsection 11(1) of the act,
the Superintendent may, on application, issue a
licence authorizing a corporation to be an adminis­
trator if
(a) the corporation submits to the Superintendent
a five-year business plan that includes
(i) the reasons why the corporation believes
that the pRpps that it intends to administer will
be sustainable over the course of the business
plan,
(ii) the number of plans that the corporation
intends to have registered as pRpps,
(iii) a description of how the corporation
intends to meet the requirement to provide the
pRpps to its members at low cost, and
(iv) an estimate of the costs and of the fees, lev­
ies and other charges that would be triggered by
the actions of a member;
(b) the corporation has the financial resources
required for the administration of a pRpp;
(c) the corporation has procedures in place that
are sufficient to identify, manage and control the
risks associated with the pRpps;
(d) the corporation has the operational capability
to administer a pRpp;
(e) the officers and directors of the corporation are
of good character, having demonstrated honesty,
integrity and ethical behaviour in all of their pro­
fessional activities; and
(f) the corporation provides, on the request of the
Superintendent, any document or information
required to assess whether the corporation meets
the conditions set out in paragraphs (b) to (e).
SOR/DORS/2012-294
b) à toute personne qui le contrôle;
c) à tout associé qui a un intérêt de groupe finan­
cier dans une société de personnes dans laquelle la personne ou l’administrateur du Rpac a un inté­
rêt de groupe financier;
d) à toute fiducie ou succession dans laquelle il a un intérêt de groupe financier ou pour laquelle il agit comme fiduciaire ou assume des fonctions analogues;
e) à son époux ou conjoint de fait;
f) à ses frères, sœurs, enfants ou autres descen­
dants ou à leur époux ou conjoint de fait.
pERmiS D’aDminiStRatEuR
7. pour l’application du paragraphe 11(1) de la conditions
Loi, le surintendant peut, sur demande, délivrer un
permis d’administrateur à toute personne morale qui
satisfait aux conditions suivantes :
a) elle lui soumet un plan d’affaires quinquennal
comportant les éléments suivants :
(i) les raisons pour lesquelles elle croit que les
Rpac qu’elle prévoit gérer seront viables pen­
dant toute la durée du plan,
(ii) le nombre de régimes qu’elle compte faire
agréer à titre de Rpac,
(iii) un exposé de la façon dont elle entend rem­
plir les exigences pour offrir un Rpac peu coû­
teux aux participants,
(iv) une évaluation des coûts ainsi que des frais,
prélèvements et autres dépenses découlant des
décisions prises par un participant;
b) elle possède les ressources financières néces­
saires pour gérer un Rpac;
c) elle a mis en place des moyens suffisants pour déterminer, gérer et maîtriser les risques liés à un Rpac;
d) elle possède les ressources matérielles pour gérer un Rpac;
e) ses dirigeants et ses administrateurs jouissent d’une bonne réputation, ayant fait preuve d’un comportement honnête, intègre et éthique dans toutes leurs activités professionnelles;
f) elle fournit au surintendant, à sa demande, tout
document ou renseignement dont il a besoin pour
vérifier le respect des exigences prévues aux ali­
néas b) à e).
pERmittED inVEStmEntS
pLacEmEntS autORiSéS
8. (1) Every pRpp must provide that the funds in
a member’s account are to be
(a) invested in accordance with sections 9 to 14;
and
(b) invested
(i) in a name that clearly indicates that the
investment is held in trust for the pRpp and, if
8. (1) tout Rpac prévoit que les fonds détenus
dans le compte d’un participant sont placés :
a) conformément aux articles 9 à 14;
b) selon le cas :
(i) à un nom qui indique clairement que le pla­
cement est détenu en fiducie pour le compte du
placements
autorisés
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
the investment is capable of being registered,
registered in that name,
(ii) in the name of a financial institution, or a
nominee of it, in accordance with a custodial
agreement or trust agreement that is entered
into on behalf of the pRpp with the financial
institution and that clearly indicates that the
investment is held for the pRpp, or
(iii) in the name of cDS clearing and Deposi­
tory Services inc., or a nominee of it, in accord­
ance with a custodial agreement or trust agree­
ment that is entered into on behalf of the pRpp
with a financial institution and that clearly indi­
cates that the investment is held for the pRpp.
custodial
agreement
(2) for the purposes of subsection (1), a custodial
agreement must provide that an investment made or
held on behalf of a pRpp under the agreement does
not constitute an asset of the custodian or nominee.
10% limit
9. (1) the administrator of a pRpp must not, dir­
ectly or indirectly, invest more than 10% of the total
market value of the funds in a member’s account in,
or lend more than 10% of the total market value of
the funds in a member’s account to
(a) any one person;
(b) associated persons; or
(c) affiliated corporations.
Exception
(2) Subsection (1) does not apply in respect of the
funds in a member’s account that are held by a bank,
trust company or other financial institution to the
extent that the funds are fully insured by the canada
Deposit insurance corporation, by assuris or by any
similar provincial body established for the purpose
of providing insurance against loss of deposits with
trust companies or other financial institutions.
Exception
(3) Subsection (1) does not apply to investments
(a) in a mutual fund, a pooled fund or a segregated
fund that meets the requirements applicable to a
pRpp that are set out in section 10;
(b) in an unallocated general fund of a person that
is authorized to carry on a life insurance business
in canada;
(c) that are made in accordance with sections 12
to 14 of Schedule iii to the Pension Benefits Stan­
dards Regulations, 1985;
(d) in securities issued or fully guaranteed by the
government of canada, the government of a
province, or an agency of either one of them;
(e) in a fund composed of mortgage-backed secur­
ities that are fully guaranteed by the government
of canada, the government of a province, or an
agency of either one of them;
(f) in a fund that replicates the composition of a
widely recognized index of a broad class of secur­
ities that are traded at a marketplace; or
SOR/DORS/2012-294
Rpac et, que si le placement est de nature à
être enregistré, il l’est sous ce nom,
(ii) au nom d’une institution financière ou de
son représentant, aux termes d’un accord ou
d’une convention de fiducie conclue avec l’insti­
tution financière pour le compte du Rpac et
qui indique clairement que le placement est
détenu pour le compte du Rpac,
(iii) au nom de Services de dépôt et de compen­
sation cDS inc. ou de son représentant, aux
termes d’un accord ou d’une convention de
fiducie conclue avec une institution financière
pour le compte du Rpac et qui indique claire­
ment que le placement est détenu pour le
compte du Rpac.
(2) pour l’application du paragraphe (1), l’accord accord de
de fiducie précise qu’un placement effectué ou fiducie
détenu pour le compte du Rpac aux termes de l’ac­
cord ne constitue pas un actif du fiduciaire ou de son
représentant.
9. (1) L’administrateur d’un Rpac ne peut, direc­ total de 10 %
tement ou indirectement, effectuer des placements
totalisant plus de 10 % de la valeur marchande totale
des fonds détenus dans le compte d’un partici­
pant auprès des personnes ci-après ou prêter à l’une
d’elles une somme dépassant cette limite :
a) une seule personne;
b) des personnes associées;
c) des personnes morales faisant partie du même groupe.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux fonds Exception
détenus dans le compte du participant par une
banque, une société de fiducie ou une autre institu­
tion financière si ces fonds sont entièrement assurés
par la Société d’assurance-dépôts du canada, assu­
ris ou un organisme provincial analogue constitué
pour fournir une assurance contre les risques de
perte des dépôts auprès de sociétés de fiducie ou
d’autres institutions financières.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux place­ Exceptions
ments effectués :
a) dans un fonds commun, une caisse commune
ou un fonds distinct qui satisfait aux exigences
applicables à un Rpac prévues à l’article 10;
b) dans un fonds général non réparti d’une per­
sonne autorisée à exploiter une entreprise
d’assurance-vie au canada;
c) conformément aux articles 12 à 14 de l’an­
nexe iii du Règlement de 1985 sur les normes de
prestation de pension;
d) dans des titres émis ou entièrement garantis par
le gouvernement du canada ou d’une province ou
par un de ses organismes;
e) dans un fonds composé de titres hypothécaires
entièrement garantis par le gouvernement du
canada ou d’une province ou par un de ses
organismes;
f) dans un fonds dont la composition reproduit
celle d’un indice généralement reconnu comptant
149
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(g) that involve the purchase of a contract or
agreement in respect of which the return is based
on the performance of a widely recognized index
of a broad class of securities traded at a
marketplace.
Voting shares
10. (1) the administrator of a pRpp must not, dir­
ectly or indirectly, invest the assets of the pRpp in
the securities of a corporation to which are attached
more than 30% of the votes that may be cast to elect
the directors of the corporation.
Exception
(2) Subsection (1) does not apply to investments
that are made in accordance with sections 12 to 14 of
Schedule iii to the Pension Benefits Standards Regu­
lations, 1985.
(3) for the purposes of sections 11 to 13, “trans­
action” includes
(a) the making of an investment in securities;
(b) the taking of an assignment of, or otherwise
acquiring, a loan made by a third party;
(c) the taking of a security interest in securities or
a hypothec on securities; and
(d) any modification, renewal or extension of a
prior transaction.
it does not include the making of a variable pay­
ment, the transfer of funds into a member’s
account or the withdrawal of funds from a mem­
ber’s account.
11. for the purposes of sections 12 and 13,
(a) if a transaction is entered into by, or on behalf
of, a pRpp with a person who the administrator of
the pRpp, or any person acting on the administra­
tor’s behalf, knows will become a related party to
the pRpp, the person is considered to be a related
party of the pRpp in respect of the transaction;
and
(b) the fulfilment of an obligation under the terms
of any transaction, including the payment of inter­
est on a loan or deposit, is part of the transaction
and not a separate transaction.
12. (1) Subject to sections 13 and 14, the adminis­
trator of a pRpp must not, directly or indirectly,
(a) lend funds in a member’s account to a related
party or invest those funds in the securities of a
related party; or
(b) enter into a transaction with a related party on
behalf of the pRpp.
transaction
Related party
transactions
prohibition —
related party
12-month
period
150
(2) Subject to sections 13 and 14, during the per­
iod of 12 months after the day on which a person
ceases to be a related party of a pRpp, the adminis­
trator of the pRpp must not, directly or indirectly,
(a) lend funds in a member’s account to that per­
son or invest those funds in the securities of that
person; or
(b) enter into a transaction with that person on
behalf of the pRpp.
SOR/DORS/2012-294
une vaste gamme de titres négociés sur un
marché;
g) dans l’achat d’un contrat ou d’un accord dont le
rendement est fondé sur un indice généralement
reconnu comptant une vaste gamme de titres
négociés sur un marché.
10. (1) L’administrateur d’un Rpac ne peut,
directement ou indirectement, investir l’actif du
Rpac dans les valeurs mobilières d’une personne
morale comportant plus de 30 % des droits de vote
requis pour élire les administrateurs de cette per­
sonne morale.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux place­
ments effectués conformément aux articles 12 à 14
de l’annexe iii du Règlement de 1985 sur les normes
de prestation de pension.
(3) pour l’application des articles 11 à 13, « tran­
saction » vise notamment :
a) tout placement dans des valeurs mobilières;
b) l’acquisition, notamment par cession, d’un prêt
consenti par un tiers;
c) la constitution d’une sûreté sur des titres;
d) la modification, le renouvellement ou la pro­
longation d’une transaction antérieure.
toutefois, ne sont pas visés par la présente défini­
tion le versement de paiements variables et le
transfert ou le retrait de fonds dans le compte du
participant.
11. pour l’application des articles 12 et 13 :
a) lorsque le Rpac, ou quiconque agit pour le
compte de celui-ci, prend part à une transaction
avec une personne dont l’administrateur, ou qui­
conque agit pour celui-ci, sait qu’elle deviendra
apparentée, cette personne est réputée être appa­
rentée en ce qui touche la transaction;
b) l’exécution d’une obligation liée à une transac­
tion, y compris le paiement d’intérêts sur un prêt
ou un dépôt, fait partie de celle-ci et ne constitue
pas une transaction distincte.
12. (1) Sous réserve des articles 13 et 14, l’admi­
nistrateur d’un Rpac ne peut, directement ou
indirectement :
a) prêter les fonds détenus dans le compte d’un
participant à un apparenté ou les investir dans les
valeurs mobilières de celui-ci;
b) prendre part à une transaction avec un appa­
renté pour le compte du Rpac.
(2) Sous réserve des articles 13 et 14, l’adminis­
trateur d’un Rpac ne peut, directement ou indirecte­
ment, dans les douze mois suivant la date où une
personne cesse d’être apparentée :
a) prêter les fonds détenus dans le compte d’un
participant à cette personne ou les investir dans les
valeurs mobilières de celle-ci;
b) prendre part à une transaction avec cette per­
sonne pour le compte du Rpac.
Droits de vote
Exception
transaction
transaction
avec un
apparenté
interdictions —
transaction avec
un apparenté
Délai de douze
mois
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
Exception —
services of a
related party
13. (1) the administrator of a pRpp may engage
the services of any related party for the operation or
administration of the pRpp under terms and condi­
tions that are not less favourable than those, includ­
ing those relating to price, rent or interest rate, that
would apply to a similar transaction in an open mar­
ket under conditions requisite to a fair transaction
between parties who are at arm’s length and acting
prudently, knowledgeably and willingly.
Exception —
securities of a
related party
(2) the administrator of a pRpp may invest in the
securities of a related party that are
(a) held by a mutual fund, a pooled fund or a seg­
regated fund
(i) that meets the requirements applicable to a
pRpp that are set out in section 10, and
(ii) in which investors other than the adminis­
trator and its affiliates may invest and are
invested;
(b) held by a fund that replicates the composition
of a widely recognized index of a broad class of
securities traded at a marketplace; or
(c) issued or fully guaranteed by the government
of canada, the government of a province or an
agency of either one of them.
nonapplication
Default
option —
prescribed
period
Default option
14. Sections 9 to 13 do not apply in respect of
(a) investments in a corporation that are held by,
or on behalf of, a pRpp as a result of an arrange­
ment, within the meaning of subsection 192(1) of
the Canada Business Corporations Act, for the
reorganization or liquidation of the corporation or
for the amalgamation of the corporation with
another corporation, if the investments are to be
exchanged for shares or debt obligations; or
(b) assets that are acquired by, or on behalf of, a
pRpp through the realization of a security interest
or a hypothec held by, or on behalf of, the pRpp
and that are held for a period not exceeding two
years after the day on which the assets were
acquired.
SOR/DORS/2012-294
13. (1) L’administrateur d’un Rpac peut recourir
aux services d’un apparenté pour la gestion ou
le fonctionnement du Rpac à des conditions —
notamment en matière de prix, loyer ou taux d’inté­
rêt — au moins aussi favorables que celles qui sont
normales pour une transaction semblable sur un
marché libre dans les conditions nécessaires à
une transaction équitable entre des parties sans lien
de dépendance qui agissent prudemment, en toute
liberté et en pleine connaissance de cause.
(2) L’administrateur d’un Rpac peut investir dans
les valeurs mobilières d’un apparenté dans l’un ou
l’autre des cas suivants :
a) elles sont détenues dans un fonds commun, une
caisse commune ou un fonds distinct qui, à la
fois :
(i) satisfait aux exigences applicables à un
Rpac prévues à l’article 10,
(ii) est offert aux investisseurs autres que l’ad­
ministrateur et les entités faisant partie de son
groupe et dans lequel d’autres investisseurs ont
des placements;
b) elles sont détenues dans un fonds dont la com­
position reproduit celle d’un indice généralement
reconnu comptant une vaste gamme de titres
négociés sur un marché;
c) elles sont émises ou entièrement garanties par
le gouvernement du canada ou d’une province ou
par un de ses organismes.
14. Les articles 9 à 13 ne s’appliquent pas :
a) aux placements dans une personne morale qui
sont détenus par un Rpac ou pour son compte
dans le cadre d’un arrangement — au sens du
paragraphe 192(1) de la Loi canadienne sur les
sociétés par actions — de réorganisation ou de
liquidation de la personne morale ou d’une
convention de fusion de la personne morale avec
une autre, s’ils doivent être échangés contre des
actions ou des titres de créance;
b) aux éléments d’actif qui sont acquis par le
Rpac ou pour son compte par l’effet de la réalisa­
tion d’une sûreté détenue par le Rpac ou pour son
compte, et qui sont détenus pendant une période
maximale de deux ans suivant la date de leur
acquisition.
Exception :
services d’un
apparenté
Exception :
valeurs
mobilières d’un
apparenté
Exceptions
inVEStmEnt cHOicES
cHOiX DE pLacEmEnt
15. for the purposes of subsection 23(3) of the
act, if a member does not make an investment
choice referred to in subsection 23(1) of the act
within 60 days after the day on which the notice
referred to in paragraph 41(2)(a) of the act is
received, the investment option chosen by the
administrator as the default option will apply to the
member’s account.
16. (1) an administrator of a pRpp must offer the
same default option for all of the pRpps that it
administers.
15. L’option de placement applicable par défaut
visée au paragraphe 23(3) de la Loi s’applique à
l’égard du compte de tout participant n’ayant pas
exercé le choix visé au paragraphe 23(1) de la Loi
dans les soixante jours suivant la date de réception
de l’avis prévu à l’alinéa 41(2)a) de la Loi.
Option de
placement
applicable par
défaut — délai
16. (1) L’option de placement applicable par
défaut est la même pour tous les Rpac gérés par un
même administrateur.
Option de
placement
applicable par
défaut
151
2013-01-02
Default
option —
investments
investment
options
notice —
option no
longer available
Default options
no fee, charge
or levy
content of
notice
permitted
inducements
criteria
152
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(2) the default option must be
(a) a balanced fund; or
(b) a portfolio of investments that takes into
account a member’s age.
17. the administrator of a pRpp must provide
(a) no more than six investment options including
the default option in the pRpp; and
(b) the same investment options to all members of
the pRpp.
18. (1) the administrator of a pRpp must notify a
member in writing as soon as feasible after the
administrator becomes aware that the member’s
investment option will no longer be available.
(2) if the member does not choose another invest­
ment option within 60 days after the day on which
the notice is received, the administrator must invest
the member’s funds in an option that is similar to the
previous option or in the default option.
(3) there must be no fee, charge or other levy
associated with the transfer of the funds in a mem­
ber’s account into a new investment option under
this section.
(4) the notice must
(a) for each investment option that is still avail­
able, include the description required under para­
graph 23(c);
(b) indicate that the member has 60 days after the
day on which the notice is received to choose
another option; and
(c) indicate the administrator’s obligations under
subsection (2) if the member does not choose
another option within that period.
SOR/DORS/2012-294
caractéristiques
(2) Elle prévoit :
de l’option de
a) soit un fonds équilibré;
placement
par
b) soit un portefeuille de placements tenant applicable
défaut
compte de l’âge du participant.
choix d’options
17. L’administrateur d’un Rpac offre :
de placement
a) au plus six options de placement, dont l’option
de placement applicable par défaut;
b) les mêmes options de placement à tous les
participants.
18. (1) L’administrateur d’un Rpac avise le parti­ abandon
de
cipant par écrit dès que possible après qu’il a con­ d’option
placement
naissance du fait que l’une de ses options de place­
ment ne sera plus offerte.
(2) Si le participant ne choisit pas de nouvelle Option de
par
option de placement dans les soixante jours suivant placement
défaut
la date de réception de l’avis, l’administrateur place
ses fonds dans une option semblable à l’option ini­
tiale ou dans l’option de placement applicable par
défaut.
(3) Le transfert de fonds du compte du participant transfert de
dans une nouvelle option de placement ne peut fonds
faire l’objet d’aucuns frais, prélèvements ni autres
dépenses.
teneur de l’avis
(4) L’avis :
a) donne les renseignements visés à l’alinéa 23c) à l’égard des autres options de placement toujours
offertes;
b) indique que le participant dispose d’un délai de
soixante jours suivant la date de réception de
l’avis pour choisir une autre option;
c) fait état de l’obligation de l’administrateur au titre du paragraphe (2) dans le cas où le membre ne fait pas de choix dans ce délai.
pERmittED inDucEmEntS
incitatifS autORiSéS
19. an administrator may give, offer or agree to
give or offer to an employer and an employer may
demand, accept or offer or agree to accept from an
administrator, as an inducement to enter into a con­
tract with the administrator in respect of a pRpp
(a) a product or a service on more favourable
terms or conditions than the administrator would
otherwise offer if the inducement is for the equal
benefit of the employees of that employer who are
eligible to be members of the pRpp; or
(b) in relation to a transfer of assets into the pRpp
administered by the administrator, an amount no
greater than the employer’s costs associated with
the transfer of assets into that pRpp.
19. L’administrateur d’un Rpac peut donner,
offrir ou convenir de donner ou d’offrir à un em­
ployeur, et celui-ci peut exiger, accepter ou convenir
ou offrir d’accepter de celui-là, à titre d’incitatif
pour conclure un contrat en vue d’offrir un Rpac :
a) un produit ou un service plus avantageux que
ce que l’administrateur offrirait sans la conclusion
du contrat, à la condition que l’avantage soit le
même pour tout employé admissible au Rpac;
b) s’agissant du transfert d’actifs dans le Rpac
géré par l’administrateur, une somme ne dépas­
sant pas les coûts, pour l’employeur du transfert.
LOW-cOSt pLan
RégimE pEu cOÛtEuX
20. the following criteria must be used to deter­
mine whether a pRpp is being provided to its mem­
bers at low cost:
(a) costs are to be at or below those incurred by
members of defined contribution plans that pro­
vide investment options to groups of 500 or more
members; and
20. Les critères ci-après servent à décider si un
Rpac offert aux participants est peu coûteux :
a) les coûts sont égaux ou inférieurs à ceux des
régimes à cotisations déterminées visant cinq
cents personnes ou plus et offrant des choix de
placement;
incitatifs
autorisés
critères
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(b) costs are to be the same for all members of a
pRpp.
SOR/DORS/2012-294
b) les coûts sont les mêmes pour tous les
participants.
0% cOntRiButiOn RatE
tauX DE cOtiSatiOn À 0 %
condition
21. (1) a member may set a contribution rate of
0% if 12 months have elapsed since the member’s
contributions to the pRpp began.
21. (1) Le participant qui cotise à un Rpac depuis
plus de douze mois peut établir le taux de ses cotisa­
tions à 0 %.
condition
Duration
(2) the rate may be set at 0% for a period of 3 to
60 months. there is no limit on the number of times
that the rate may be set at 0%.
période
contents of
notice
(3) the notice to be provided to the administrator
under subsection 45(2) of the act must be in writing
and include
(a) the member’s name and contact information
and the name of the member’s employer; and
(b) the period for which the contribution rate is to
be set at 0%.
(2) Le taux de cotisation peut être établi à 0 %
pour une période de trois à soixante mois et aucune
limite n’est fixée quant au nombre de fois qu’il peut
en être ainsi.
(3) L’avis visé au paragraphe 45(2) de la Loi, est
donné par écrit et indique :
a) les nom et coordonnées du participant et le nom
de l’employeur;
b) la période pendant laquelle s’applique le taux
de cotisation à 0 %.
(4) L’administrateur du Rpac prend les mesures
suivantes :
a) dans les soixante jours suivant l’avis donné à
l’administrateur au titre du paragraphe 45(2) de la
Loi :
(i) il transmet au participant une attestation de
la date à laquelle les cotisations seront établies
à 0 % et de celle à laquelle elles seront
rétablies,
(ii) il veille à ce que l’employeur établisse le
taux de cotisation à 0 %;
b) au moins quatre-vingt-dix jours précédant la
date du rétablissement des cotisations, il transmet
au participant un avis indiquant la date de leur
rétablissement et leur taux.
Obligations de
l’administrateur
Duties of
administrator
(4) the administrator must
(a) no more than 60 days after the day on which
the administrator is notified under subsec­
tion 45(2) of the act
(i) provide the member with written confirma­
tion of when the contribution rate will be set
at 0% and when contributions will resume, and
(ii) ensure that the member’s contribution rate
is set at 0%; and
(b) no fewer than 90 days before the day on which
contributions are to resume, provide the member
with written notice of the day of resumption and
the contribution rate on resumption.
teneur de l’avis
gEnERaL REQuiREmEntS
OBLigatiOnS généRaLES
advance notice
to employees
22. the notice required under subsection 41(1) of
the act must include the expected effective date of
the contract and
(a) inform the employees that once the employer
enters into the contract with the administrator the
employees will be automatically enrolled and
become members of the pRpp;
(b) inform the employees of the notice require­
ment under subsection 41(2) of the act and who
will send the notice;
(c) inform the employees of a member’s right to
terminate their membership in the pRpp by noti­
fying the employer within 60 days after the day on
which the notice that is referred to in subsec­
tion 41(2) of the act is received; and
(d) inform the employees of the existence of any
deposit accounts, loans, letters of credit or insur­
ance policies that are held by the employer with
the administrator.
22. L’avis visé au paragraphe 41(1) de la Loi
indique la date prévue de prise d’effet du contrat et
précise :
a) qu’une fois le contrat conclu, les salariés sont
inscrits d’office et deviennent participants au
Rpac;
b) qu’un avis sera donné aux salariés conformé­
ment au paragraphe 41(2) de la Loi et lequel, de
l’employeur ou de l’administrateur, le donnera;
c) que les salariés ont la possibilité de mettre fin à
leur participation au Rpac en avisant l’employeur
dans les soixante jours suivant la date de réception
de l’avis visé au paragraphe 41(2) de la Loi;
d) le cas échéant, que l’employeur détient des
comptes de dépôt auprès de l’administrateur ou a
souscrit auprès de lui des prêts, lettres de crédit ou
polices d’assurance.
préavis aux
salariés
notice of plan
membership
23. for the purposes of paragraph 41(2)(b) of the
act, the notice must
(a) inform the employee of the notice require­
ments set out in section 29 and include a form that
23. pour l’application de l’alinéa 41(2)b) de la
Loi, l’avis :
a) fait état des exigences prévues à l’article 29 et
renferme le formulaire qui, une fois rempli par le
salarié, répondrait à ces exigences;
avis aux
salariés —
participation au
régime
153
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
would meet those requirements if completed by
the employee;
(b) indicate that, if an administrator offers invest­
ment options and a member has not communi­
cated an investment choice within 60 days after
receiving the notice, the default option will apply;
(c) include a description of each investment option
that indicates
(i) its investment objective,
(ii) the type of investments and the degree of
risk associated with it,
(iii) its top ten holdings by market value,
(iv) its performance history,
(v) that its past performance is not necessarily
an indication of its future performance,
(vi) the name and a description of the bench­
mark that best reflects the composition of the
investment option,
(vii) the cost associated with the investment
option, expressed as a percentage or a fixed
amount, and
(viii) its target asset allocation;
(d) indicate the contribution rates offered to
members;
(e) indicate the default contribution rate if a mem­
ber does not make a choice;
(f) indicate the employer’s contribution rate;
(g) indicate the date when contributions will begin
to be deducted;
(h) explain the members’ right to set their contri­
bution rate to zero;
(i) explain how the contributions may be adjusted;
(j) include a list of any fees, levies and other char­
ges that would be triggered by a member’s actions;
(k) list any other costs, expressed as a percentage
or a fixed amount;
(l) explain the locking-in provisions of the pRpp;
(m) provide the address of the financial con­
sumer agency of canada’s web page pertaining to
the cost of pRpps;
(n) explain an employee’s right to opt back into
the pRpp; and
(o) explain how to obtain more information about
the pRpp.
Explanation of
pRpp
information to
be provided
154
24. a pRpp must provide that the explanation
referred to in subparagraph 57(1)(a)(i) of the act
shall be provided on a website and, on request, dir­
ectly to the member.
25. for the purposes of subparagraph 57(1)(a)(ii)
of the act, a pRpp must provide
(a) that each member and each employer shall be
given on a website and, on request, directly to the
member, a description of
SOR/DORS/2012-294
b) indique que, si l’administrateur offre des op­
tions de placement et que le participant ne lui a
pas communiqué son choix dans les soixante jours
suivant la date de réception de l’avis, l’option de
placement applicable par défaut s’applique;
c) fournit une explication de chaque option de pla­
cement offerte et indique :
(i) l’objectif de placement,
(ii) le type de placements et le niveau de risque
que présente l’option,
(iii) les dix placements les plus importants com­
pris dans l’option, selon leur valeur marchande,
(iv) le rendement antérieur de l’option de
placement,
(v) le fait que le rendement antérieur de l’op­
tion n’est pas nécessairement une indication de
son rendement futur,
(vi) le nom et l’explication de l’indice de réfé­
rence qui reflète le mieux le contenu de l’option
de placement,
(vii) le coût relatif à l’option, exprimé en pour­
centage ou en une somme déterminée,
(viii) les cibles de répartition des actifs de
l’option;
d) indique les taux de cotisation offerts aux participants;
e) indique le taux de cotisation qui s’applique si le participant ne fait pas de choix;
f) indique le taux de cotisation de l’employeur;
g) indique la date du début de la déduction des cotisations;
h) indique que les participants ont le droit d’éta­
blir leur taux de contribution à zéro;
i) fournit un énoncé expliquant comment les coti­
sations peuvent être ajustées;
j) indique les frais, prélèvements et autres dépenses attribuables aux décisions prises par le participant;
k) indique tout autre coût, exprimé en pourcentage ou en une somme déterminée;
l) fournit une explication des dispositions d’im­
mobilisation du Rpac;
m) indique l’adresse de la page Web de l’agence de la consommation en matière financière du canada relative au coût des Rpac;
n) fournit un énoncé expliquant que le salarié a le droit de redevenir participant au Rpac;
o) indique la manière d’obtenir plus de renseigne­
ments au sujet du Rpac.
24. Le Rpac prévoit que l’explication visée au Explications du
sous-alinéa 57(1)a)(i) de la Loi est affichée sur un régime
site Web et, à la demande du participant, lui est four­
nie directement.
25. pour l’application du sous-alinéa 57(1)a)(ii) Renseignements
à fournir
de la Loi, le Rpac prévoit :
a) que les renseignements ci-après sont fournis
au participant et à l’employeur participant sur
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(i) each investment option in accordance with
paragraph 23(c),
(ii) the transfer options available to the member
and the costs associated with those options, and
(iii) any fees, levies and other charges that
would be triggered by the member’s actions;
(b) that each member shall, if the pRpp provides
for variable payments, be given a statement no
more than 18 months before and no fewer than
6 months before the day on which the member
reaches 55 years of age, that indicates
(i) the member’s right to elect to receive vari­
able payments starting at 55 years of age, and
(ii) how more information in relation to vari­
able payments may be obtained; and
(c) that each member will be given, on request, the
details of any transactions that have occurred in
the member’s account, including any fees, levies
and other charges incurred.
prescribed
information —
written
statement
26. for the purposes of subparagraph 57(1)(b) of
the act, the written statement must show
(a) the member’s investment option;
(b) for the year, the opening balance, any contri­
butions, the change in the investments’ value —
net of costs — and the closing balance;
(c) for a member who elects to receive variable
payments,
(i) the date of birth used to determine the min­
imum variable payment,
(ii) the date the variable payment began to be
paid,
(iii) the minimum and maximum allowable
variable payments as well as the variable pay­
ment that the member is to receive,
(iv) the investment options from which the vari­
able payments were made and in what propor­
tion they were made from each option,
(v) the payment frequency over the year,
(vi) an indication of how the member may
change their election regarding the amount to
be paid during the year and from which invest­
ment option the amount is to be paid, and
(vii) a list of the transfer options available under
subsection 50(1) of the act;
(d) a summary of any transactions in the year;
(e) the name and a description of the benchmark
that best reflects the composition of the member’s
investment option as well as an explanation of the
choice of that benchmark;
(f) the performance history of the member’s
investment option over 1, 3, 5 and 10 years com­
pared to that of the benchmark;
(g) the degree of risk associated with the invest­
ment option;
SOR/DORS/2012-294
un site Web ou, à la demande du participant, personnellement :
(i) une explication, conforme à l’alinéa 23c), de
chaque option de placement,
(ii) une explication des options de transfert
d’actifs offertes et des coûts liés à chacune
d’elles,
(iii) un énoncé des frais, prélèvements et autres
dépenses attribuables aux décisions prises par
le participant;
b) que le participant reçoit, si le Rpac permet des paiements variables, au plus dix-huit mois mais au moins six mois avant la date à laquelle il atteint l’âge de 55 ans, un relevé indiquant :
(i) qu’il a le droit de choisir de recevoir des
paiements variables à partir de 55 ans,
(ii) quelle est la manière d’obtenir plus de ren­
seignements au sujet des paiements variables;
c) que, sur demande du participant, celui-ci reçoit les détails de toute transaction réalisée dans son compte, y compris les frais, prélèvements et autres dépenses.
26. pour l’application de l’alinéa 57(1)b) de la teneur du
relevé
Loi, le relevé contient :
a) l’option de placement du participant;
b) pour l’année, le solde d’ouverture du compte, les cotisations, la variation dans la valeur des pla­
cements — déduction faite des coûts — et le solde de fermeture;
c) si le participant a choisi de recevoir des paie­
ments variables :
(i) la date de naissance utilisée pour calculer le
montant minimal du paiement variable,
(ii) la date à laquelle le versement du paiement
variable a débuté,
(iii) le paiement variable minimal et le paie­
ment variable maximum qui peuvent être ver­
sés, ainsi que le paiement variable que le parti­
cipant recevra,
(iv) les options de placement sur lesquelles les
paiements variables ont été faits et leur réparti­
tion entre les options,
(v) la fréquence des paiements au cours de
l’année,
(vi) la manière dont le participant peut modifier
son choix au sujet du montant à verser pendant
l’année et des options de placement sur les­
quelles ce montant doit être prélevé,
(vii) la liste des options de transfert disponibles
au titre du paragraphe 50(1) de la Loi;
d) le résumé des transactions effectuées dans l’année;
e) le nom et l’explication de l’indice de référence qui reflète le mieux le contenu de l’option de pla­
cement du participant ainsi qu’une explication du choix de cet indice;
f) le rendement antérieur de l’option de placement du participant pour une, trois, cinq et dix années, comparativement à celui de l’indice de référence;
155
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(h) a statement that the investment option’s past
performance is not necessarily an indication of its
future performance;
(i) any costs, expressed as a percentage or a fixed
amount;
(j) any fees, levies and other charges triggered by
the member’s actions;
(k) the member’s and employer’s contributions;
and
(l) the name of the member’s spouse or commonlaw partner or designated beneficiary, if any.
information
return —
prescribed
information
27. for the purposes of subsection 58(1) of the
act, an information return of a pRpp must contain
(a) a list of the investment options offered by the
administrator that identifies the default option;
(b) the performance history of each investment
option;
(c) any costs, expressed as a percentage or a fixed
amount;
(d) a list of any fees, levies and other charges trig­
gered by a member’s actions;
(e) a statement of the pRpp’s total assets and of
the amounts held in each investment option;
(f) a statement of the asset allocation in each
investment option and a list of the investments
held in each investment option;
(g) the default contribution rate set by the
administrator;
(h) a list of the employers who are participating in
the pRpp;
(i) the number of members in the pRpp;
(j) an auditor’s report on the pRpp’s assets; and
(k) a certificate of the administrator or of any per­
son who prepared, compiled or filed any informa­
tion on their behalf that certifies that the informa­
tion provided to the Superintendent is accurate.
notice —
termination by
employer
28. the notice required under section 19 of the
act is to be provided no more than 180 days and no
less than 30 days before the effective date of termin­
ation of participation in the pRpp.
29. the notice required under subsection 41(5) of
the act is to be in writing and shall include
(a) the date of the notice and the employee’s date
of birth and signature; and
(b) a statement that the employee has decided to
terminate their membership in the pRpp.
30. for the purposes of paragraphs 57(1)(d) and
(e) of the act, the statement must provide
(a) for the current year, the opening balance, the
contributions, the change in the investments’
value — net of costs — and the closing balance on
the date of the termination or death;
(b) the amount of any variable payments made
from the account during that year;
notice —
termination by
employee
Statement on
termination or
death
156
SOR/DORS/2012-294
g) le niveau de risque que présente l’option de placement;
h) la déclaration selon laquelle le rendement anté­
rieur de l’option de placement n’est pas nécessai­
rement une indication de son rendement futur;
i) les coûts, exprimés en pourcentage ou en une somme déterminée;
j) les frais, prélèvements et autres dépenses attri­
buables aux décisions prises par le participant;
k) les cotisations du participant et de l’employeur;
l) le nom de l’époux ou du conjoint de fait du par­
ticipant ou de tout bénéficiaire désigné.
27. pour l’application du paragraphe 58(1) de la Renseignements — état
Loi, l’état relatif au Rpac contient :
relatif au Rpac
a) la liste des options de placement offertes par
l’administrateur, laquelle précise quelle option
s’applique par défaut;
b) le rendement antérieur de chaque option de placement;
c) les coûts, exprimés en pourcentage ou en une somme déterminée;
d) les frais, prélèvements et autres dépenses attri­
buables aux décisions prises par le participant;
e) le montant total de l’actif du Rpac et sa répar­
tition dans chacune des options de placement;
f) l’énoncé de la répartition de l’actif de chacune des options et la liste des placements effectués au titre de chacune d’elles;
g) le taux de cotisation applicable par défaut établi par l’administrateur du Rpac;
h) la liste des employeurs qui participent au Rpac;
i) le nombre de participants au Rpac;
j) le rapport d’un vérificateur relativement à l’actif du Rpac;
k) l’attestation de l’administrateur, ou de toute personne ayant préparé, compilé ou produit des
renseignements pour son compte, selon laquelle
les renseignements fournis au surintendant sont
exacts.
28. L’avis visé à l’article 19 de la Loi est donné au avis au
—
plus cent quatre-vingts jours mais au moins trente surintendant
fin de la
jours avant la date à laquelle la participation au participation de
Rpac prend fin.
l’employeur
29. L’avis exigé au paragraphe 41(5) de la Loi est
donné par écrit; y figurent :
a) la date de l’avis, la date du naissance du salarié
et sa signature;
b) la déclaration du salarié selon laquelle il a
choisi de mettre fin à sa participation au Rpac.
30. pour l’application des alinéas 57(1)d) et e) de
la Loi, le relevé contient :
a) pour l’année en cours, le solde d’ouverture du
compte, les cotisations, la variation dans la valeur
des placements — déduction faite des coûts — et
le solde de fermeture à la date à laquelle la parti­
cipation a pris fin ou à celle du décès;
avis du
salarié — fin de
la participation
avis —
cessation et
décès
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(c) a statement that the balance on the date of ter­
mination or death is not final and may change;
(d) a summary of any transactions in that year;
and
(e) the transfer options available and information
on how to transfer the funds.
Employee
contributions
Employer
contributions
notice —
breach of
contract
SOR/DORS/2012-294
b) le montant de tout paiement variable fait à par­
tir du compte pendant l’année;
c) l’énoncé selon lequel le solde à la date à laquelle la participation a pris fin ou à celle du décès n’est pas définitif et pourrait varier;
d) le sommaire de toute transaction faite dans
l’année;
e) les options de transfert offertes et la manière de transférer les fonds.
REmittancES
VERSEmEnt DES cOtiSatiOnS
31. an employer must remit employee contribu­
tions to the administrator no later than 30 days after
the end of the period in respect of which the contri­
butions were deducted.
32. an employer must remit employer contribu­
tions to the administrator at least monthly and no
more than 30 days after the end of the period in
respect of which the amount is required to be paid
under the pRpp.
33. the notice required under section 18 of the
act is to be provided no more than 60 days after the
day on which the employer fails to comply with the
provisions of the contract respecting the remittance
of contributions.
31. L’employeur verse les cotisations du salarié à
l’administrateur au plus tard trente jours après la fin
de la période à l’égard de laquelle elles ont été
déduites.
32. L’employeur verse ses propres cotisations à
l’administrateur au moins mensuellement et au plus
tard trente jours après la fin de la période à l’égard de
laquelle elles doivent être payées aux termes du
Rpac.
33. L’avis visé à l’article 18 de la Loi est donné
dans les soixante jours suivant la date de l’omission
de l’employeur de respecter les conditions du contrat
relatives au versement des cotisations.
LOcKing-in
immOBiLiSatiOn DES cOtiSatiOnS
Exceptions —
s. 47 of the act
34. the provisions of a pRpp that are required by
section 47 of the act do not apply to
(a) an account if the member who holds the
account has ceased to be a resident of canada for
at least two years and is no longer employed by an
employer that is participating in the pRpp; and
(b) an amount withdrawn from a member’s
account where the withdrawal is required
(i) to reduce the amount of tax that would other­
wise be payable by the member under part X.1
of the Income Tax Act to the extent that the
reduction cannot be achieved by a withdrawal
from a registered retirement savings plan; or
(ii) to avoid the revocation of the registration of
the pRpp under the Income Tax Act.
Disability
35. for the purposes of paragraph 47(2)(a) of the
act, “disability” means a mental or physical condi­
tion that a physician has certified as being likely to
shorten considerably the life expectancy of a
member.
34. Les dispositions que doit prévoir le Rpac aux
termes de l’article 47 de la Loi ne s’appliquent pas :
a) au compte du participant qui ne réside plus au
canada depuis plus de deux années et qui n’est
plus au service d’un employeur qui participe à ce
Rpac;
b) au retrait du compte d’un participant lorsque ce
retrait est nécessaire :
(i) soit pour réduire l’impôt que le participant
serait autrement tenu de payer en vertu de la
partie X.1 de la Loi de l’impôt sur le revenu,
dans la mesure où la réduction ne peut être réa­
lisée par un retrait d’un régime enregistré
d’épargne-retraite,
(ii) soit pour éviter la révocation de l’agrément
du Rpac en vertu de cette loi.
35. pour l’application de l’alinéa 47(2)a) de la
Loi, « invalidité » s’entend d’une incapacité mentale
ou physique qui, selon la certification d’un médecin,
abrégera vraisemblablement de manière considé­
rable l’espérance de vie du participant.
VaRiaBLE paYmEntS
paiEmEntS VaRiaBLES
36. the age of 55 years is prescribed for the pur­
poses of section 48 of the act as the age at which a
member may elect to receive variable payments
from the funds in their account.
37. (1) a member who has elected to receive vari­
able payments may decide the amount that they are
to receive as a variable payment for any calendar
year.
36. pour l’application de l’article 48 de la Loi,
l’âge auquel le participant peut choisir de recevoir
des paiements variables sur les fonds qu’il détient
dans son compte est fixé à 55 ans.
37. (1) Le participant qui a choisi de recevoir des
paiements variables peut choisir la somme à recevoir
à titre de paiement variable pour toute année civile.
prescribed age
payment
amount
cotisations du
salarié
cotisations de
l’employeur
avis au
surindentant —
omission de
l’employeur
nonapplication
invalidité
Âge
d’admissibilité
Somme à
recevoir
157
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
Parameters
(2) The payment is to be not less than the min­
imum amount required under subsection 8506(5) of
the Income Tax Regulations and, for any calendar
year before the year in which the member reaches
90 years of age, not more than the amount deter­
mined by the formula
A×B
where
A is, for the first calendar year, the balance in the
member’s account on the day on which the vari­
able payment arrangement is entered into and,
for every subsequent calendar year, that balance
at the beginning of the calendar year; and
B is
(a) for each of the first 15 years, not more than
the monthly average yield on Government of
Canada marketable bonds of maturity over
10 years, as published by the Bank of Canada,
for the month of November before the begin­
ning of each calendar year, and
(b) for any subsequent year, not more than 6%.
Default amount
(3) If a member has not notified the administrator
of the amount to be paid as a variable payment for a
calendar year within 90 days after the day on which
the statement required under paragraph 57(1)(b) of
the Act is received, the minimum amount deter­
mined under subsection 8506(5) of the Income Tax
Regulations is to be paid as a variable payment for
that year.
(4) For the calendar year in which the variable
payment is established, the amount to be paid is
multiplied by the number of months remaining in
that year and then divided by 12, with any part of an
incomplete month counting as one month.
Initial year
TRANSFER OF FUNDS AND PURCHASE
OF LIFE ANNUITIES
Prescribed
locked-in RRSP
158
38. (1) A locked-in RRSP is prescribed for
the purposes of 50(1)(b) and (3)(b), 53(4)(b) and
54(2)(b) of the Act if it
(a) provides that the funds may only be
(i) transferred to another locked-in RRSP,
(ii) transferred to a pension plan if the pension
plan permits such a transfer and if the pension
plan administers the benefit attributed to the
transferred funds as if the benefit were that of a
pension plan member,
(iii) transferred to a PRPP,
(iv) used to purchase an immediate life annuity
or a deferred life annuity, or
(v) transferred to a life income fund or to a
restricted life income fund;
(b) provides that, on the death of the holder of the
locked-in RRSP, the funds shall be paid to the
holder’s survivor by
(i) transferring the funds to another locked-in
RRSP,
SOR/DORS/2012-294
(2) Le paiement n’est pas inférieur au minimum
déterminé selon le paragraphe 8506(5) du Règle­
ment de l’impôt sur le revenu et, pour toute année
civile avant l’année où le participant atteint l’âge de
90 ans, n’est pas supérieur à la somme calculée selon
la formule suivante :
A×B
où :
A représente, pour la première année civile, le
solde du compte du participant au moment où
l’arrangement visant les paiements variables est
conclu et, pour les années civiles subséquentes,
le solde au début de l’année civile;
B un taux qui :
a) pour les quinze premières années, est infé­
rieur ou égal au rendement mensuel moyen,
publié par la Banque du Canada, des obliga­
tions négociables du gouvernement du Canada
d’un terme de plus de 10 ans pour le mois de
novembre précédant le début de l’année civile,
b) pour toute année subséquente, est d’au plus
6 %.
(3) Si, dans les quatre-vingt-dix jours suivant la
date de la réception du relevé exigé à l’alinéa 57(1)b)
de la Loi, le participant n’avise pas l’administrateur
du montant du paiement variable à payer pour une
année civile, ce montant correspond au montant
minimum déterminé selon le paragraphe 8506(5) du
Règlement de l’impôt sur le revenu.
Minimums et
maximums
(4) Pour l’année civile au cours de laquelle le
paiement variable est établi, la somme à payer est
multipliée par le quotient du nombre de mois non
encore écoulés dans l’année par douze, toute partie
d’un mois comptant pour un mois.
Première année
Montant
déterminé par
défaut
TRANSFERT DES FONDS ET ACHAT DE PRESTATIONS VIAGÈRES
38. (1) Pour l’application des alinéas 50(1)b) et
(3)b), 53(4)b) et 54(2)b) de la Loi, est un régime
d’épargne-retraite le RÉER immobilisé qui prévoit :
a) que les fonds ne peuvent être que :
(i) transférés à un autre REÉR immobilisé,
(ii) transférés à un régime de pension, pourvu
que celui-ci permette un tel transfert et consi­
dère les prestations attribuables aux fonds
transférés comme celles d’un participant au
régime,
(iii) transférés à un RPAC,
(iv) utilisés pour l’achat d’une prestation via­
gère immédiate ou d’une prestation viagère
différée,
(v) transférés à un fonds de revenu viager ou à
un fonds de revenu viager restreint;
b) que, au décès du détenteur du REÉR, les fonds
sont versés à son survivant :
(i) soit par leur transfert à un autre REÉR
immobilisé,
REÉR
immobilisé
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(ii) transferring the funds to a pension plan if
the pension plan permits such a transfer and if
the pension plan administers the benefit attrib­
uted to the transferred funds as if the benefit
were that of a pension plan member,
(iii) transferring the funds to a PRPP,
(iv) using the funds to purchase an immediate
life annuity or a deferred life annuity, or
(v) transferring the funds to a life income fund
or to a restricted life income fund;
(c) provides that, subject to subsection 53(3) of
the Act, the funds, or any interest or right in those
funds, shall not be transferred, charged, attached,
anticipated or given as security and that any trans­
action appearing to do so is void or, in Quebec,
null;
(d) sets out the method of determining the value of
the locked-in RRSP, including the valuation
method used to establish its value on the death of
the holder or on a transfer of assets; and
(e) provides that the holder of the locked-in RRSP
may withdraw an amount from that plan up to the
lesser of the amount determined by the formula
set out in subsection (2) and 50% of the Year’s
Maximum Pensionable Earnings minus any
amount withdrawn in the calendar year under
this paragraph or paragraph 39(1)(f), 40(1)(k) or
41(1)(k)
(i) if the holder certifies that they have not made
a withdrawal in the calendar year under this
paragraph or paragraph 39(1)(f), 40(1)(k) or
41(1)(k) other than within the last 30 days
before the day on which the certification is
made,
(ii) if,
(A) in the event that the value determined for
M in subsection (2) is greater than zero,
(I) the holder certifies that they expect to
make expenditures on a medical or
disability-related treatment or adaptive
technology during the calendar year in
excess of 20% of their expected income
for that calendar year determined in
accordance with the Income Tax Act, other
than any amount withdrawn in the calen­
dar year under this paragraph or para­
graph 39(1)(f), 40(1)(k) or 41(1)(k), and
(II) a physician certifies that the medical
or disability-related treatment or adaptive
technology is required, or
(B) the holder’s expected income for the cal­
endar year determined in accordance with
the Income Tax Act — other than any amount
withdrawn under this paragraph or para­
graph 39(1)(f), 40(1)(k) or 41(1)(k) other
than within the last 30 days before the day on
which the certification is made — is less than
75% of the Year’s Maximum Pensionable
Earnings, and
(iii) if the holder obtains the consent of their
spouse or common law partner, if any and
SOR/DORS/2012-294
(ii) soit par leur transfert à un régime de pen­
sion, pourvu que celui-ci permette un tel trans­
fert et considère les prestations attribuables aux
fonds transférés comme celles d’un participant
au régime,
(iii) soit par leur transfert à un RPAC,
(iv) soit par leur utilisation pour l’achat d’une
prestation viagère immédiate ou d’une presta­
tion viagère différée,
(v) soit par leur transfert à un fonds de revenu
viager ou à un fonds de revenu viager
restreint;
c) que, sauf dans les cas prévus au para­
graphe 53(3) de la Loi, les fonds — y compris les
droits ou intérêts afférents — ne peuvent être
transférés, grevés, saisis, ni donnés en garantie, ni
faire l’objet d’un droit pouvant être exercé par
anticipation, et que toute opération en ce sens est
nulle;
d) quelle est la méthode à utiliser pour établir la
valeur du REÉR immobilisé, notamment au
moment du décès du détenteur ou du transfert
d’actifs;
e) que le détenteur du REÉR immobilisé peut reti­
rer de celui-ci au plus le moindre de la somme
calculée selon la formule figurant au paragra­
phe (2) et de celle représentant 50 % du maximum
des gains annuels ouvrant droit à pension, dimi­
nuée dans ce dernier cas des sommes retirées pen­
dant l’année civile au titre du présent alinéa ou des
alinéas 39(1)f), 40(1)k) ou 41(1)k), si les condi­
tions ci-après sont réunies :
(i) il certifie qu’il n’a fait de retrait ni au titre du
présent alinéa, ni au titre des alinéas 39(1)f),
40(1)k) ou 41(1)k), pendant l’année civile, sauf
au cours des trente jours précédant la date de la
certification,
(ii) selon le cas :
(A) la valeur de l’élément « M » de la formule figurant au paragraphe (2) étant supé­
rieure à zéro :
(I) il certifie que, pendant l’année civile, il
prévoit d’engager, pour un traitement
médical, un traitement relié à une invali­
dité ou une technologie d’adaptation, des
dépenses supérieures à 20 % du revenu
qu’il prévoit de toucher pour l’année
civile, calculé conformément à la Loi de
l’impôt sur le revenu sans tenir compte des
sommes retirées au cours de cette année
au titre du présent alinéa ou des ali­
néas 39(1)f), 40(1)k) ou 41(1)k),
(II) un médecin certifie que le traitement
ou la technologie d’adaptation est
nécessaire,
(B) le revenu que le détenteur prévoit de tou­
cher pour l’année civile, calculé conformé­
ment à la Loi de l’impôt sur le revenu sans
tenir compte des sommes retirées au titre du
présent alinéa ou des alinéas 39(1)f), 40(1)k)
ou 41(1)k) au cours des trente jours
159
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
completes and gives a copy of Form 1 and
Form 2 of the schedule to the financial institu­
tion with whom the contract or arrangement for
the locked-in RRSP was entered into.
Amount
(2) The relevant amount for the purposes of para­
graph (1)(e), 39(1)(f), 40(1)(k) or 41(1)(k) is the
amount determined by the formula
M+N
where
M is the total amount of the expenditures that
the holder expects to make on the medical or
disability-related treatment or adaptive tech­
nology during the calendar year; and
N is the greater of zero and the amount deter­
mined by the formula
P–Q
where
P
is 50% of the Year’s Maximum Pension­
able Earnings, and
Q is two-thirds of the holder’s total expected
income for the calendar year determined
in accordance with the Income Tax Act,
other than any amount withdrawn in the
calendar year under paragraph (1)(e),
39(1)(f), 40(1)(k) or 41(1)(k).
Lump sum
(3) The locked-in RRSP may provide that the
funds may be paid to the holder in a lump sum if a
physician certifies that, owing to mental or physical
disability, the holder’s life expectancy is likely to be
considerably shortened.
Prescribed
restricted
locked-in
savings plan
39. (1) A restricted locked-in savings plan is pre­
scribed for the purposes of paragraphs 50(1)(b) and
(3)(b), 53(4)(b) and 54(2)(b) of the Act if it
(a) provides that the funds may only be
(i) transferred to another restricted locked-in
savings plan,
(ii) transferred to a pension plan if the plan per­
mits such a transfer and if the pension plan
administers the benefit attributed to the trans­
ferred funds as if the benefit were that of a pen­
sion plan member,
(iii) transferred to a PRPP,
(iv) used to purchase an immediate life annuity
or a deferred life annuity, or
(v) transferred to a restricted life income fund;
(b) provides that, on the death of the holder of the
restricted locked-in savings plan, the funds shall
be paid to the holder’s survivor by
(i) transferring the funds to another restricted
locked-in savings plan or to a locked-in RRSP,
160
SOR/DORS/2012-294
précédant la date de la certification, est infé­
rieur aux trois quarts du maximum des gains
annuels ouvrant droit à pension,
(iii) il obtient le consentement de son époux ou
conjoint de fait, le cas échéant, et remet à l’ins­
titution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement établissant le REÉR immobilisé
les formules 1 et 2 de l’annexe.
(2) La somme visée aux alinéas (1)e), 39(1)f),
40(1)k) et 41(1)k) est calculée selon la formule
suivante :
M+N
où :
M représente le total des dépenses que le déten­
teur prévoit d’engager pour le traitement médi­
cal, le traitement relié à une invalidité ou la
technologie d’adaptation pendant l’année
civile;
N zéro ou, s’il est plus élevé, le résultat de la formule suivante :
P–Q
où :
P
représente 50 % du maximum des gains
annuels ouvrant droit à pension,
Q les deux tiers du revenu total que le déten­
teur prévoit de toucher pour l’année
civile, calculé conformément à la Loi de
l’impôt sur le revenu sans tenir compte
des sommes retirées au cours de cette
année au titre des alinéas (1)e), 39(1)f),
40(1)k) et 41(1)k).
(3) Le REÉR immobilisé peut prévoir que, si un
médecin certifie que l’espérance de vie du détenteur
sera vraisemblablement abrégée d’une manière con­
sidérable en raison d’une incapacité mentale ou phy­
sique, les fonds peuvent être versés au détenteur en
une somme globale.
39. (1) Pour l’application des alinéas 50(1)b) et
(3)b), 53(4)b) et 54(2)b) de la Loi, est un régime
d’épargne-retraite le régime d’épargne immobilisé
restreint qui prévoit :
a) que les fonds ne peuvent être que :
(i) transférés à un autre régime d’épargne
immobilisé restreint,
(ii) transférés à un régime de pension, pourvu
que celui-ci permette un tel transfert et consi­
dère les prestations attribuables aux fonds trans­
férés comme celles d’un participant au régime,
(iii) transférés à un RPAC,
(iv) utilisés pour l’achat d’une prestation via­
gère immédiate ou d’une prestation viagère
différée,
(v) transférés à un fonds de revenu viager
restreint;
b) que, au décès du détenteur du régime d’épargne
immobilisé restreint, les fonds sont versés à son
survivant :
Somme
Somme globale
Régime
d’épargne
immobilisé
restreint
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(ii) transferring the funds to a pension plan if
the pension plan permits such a transfer and if
the pension plan administers the benefit attrib­
uted to the transferred funds as if the benefit
were that of a pension plan member,
(iii) transferring the funds to a PRPP,
(iv) using the funds to purchase an immediate
life annuity or a deferred life annuity, or
(v) transferring the funds to a life income fund
or to a restricted life income fund;
(c) provides that, subject to subsection 53(3) of
the Act, the funds, or any interest or right in those
funds, shall not be transferred, charged, attached,
anticipated or given as security and that any trans­
action appearing to do so is void or, in Quebec,
null;
(d) sets out the method of determining the value of
the restricted locked-in savings plan, including
the valuation method used to establish its value on
the death of the holder or on a transfer of assets;
(e) provides that, in the calendar year in which the
holder of the restricted locked-in savings plan
reaches 55 years of age or in any subsequent cal­
endar year, the funds may be paid to the holder in
a lump sum if the holder
(i) certifies that the total value of all assets in all
locked-in RRSPs, life income funds, restricted
locked-in savings plans and restricted life
income funds that were created as a result of
the transfer, a transfer under the Pension Bene­
fits Standards Act, 1985 or a transfer from
another PRPP is not more than 50% of the
Year’s Maximum Pensionable Earnings, and
(ii) obtains the consent of their spouse or com­
mon law partner, if any and completes and
gives a copy of Form 2 and Form 3 of the
schedule to the financial institution with whom
the contract or arrangement for the restricted
locked-in savings plan was entered into; and
(f) provides that the holder of the restricted
locked-in savings plan may withdraw an amount
from that plan up to the lesser of the amount deter­
mined by the formula set out in subsection 38(2)
and 50% of the Year’s Maximum Pensionable
Earnings minus any amount withdrawn in the
calendar year under this paragraph or para­
graph 38(1)(e), 40(1)(k) or 41(1)(k)
(i) if the holder certifies that they have not made
a withdrawal in the calendar year under this
paragraph or paragraph 38(1)(e), 40(1)(k) or
41(1)(k) other than within the last 30 days
before the day on which the certification is
made,
(ii) if,
(A) in the event that the value determined for
M in subsection 38(2) is greater than zero,
(I) the holder certifies that they expect
to make expenditures on a medical or
disability-related treatment or adaptive
technology during the calendar year in
excess of 20% of their expected income
SOR/DORS/2012-294
(i) soit par leur transfert à un autre régime
d’épargne immobilisé restreint ou à un REÉR
immobilisé,
(ii) soit par leur transfert à un régime de pen­
sion, pourvu que celui-ci permette un tel trans­
fert et considère les prestations attribuables aux
fonds transférés comme celles d’un participant
au régime,
(iii) soit par leur transfert à un RPAC,
(iv) soit par leur utilisation pour l’achat d’une
prestation viagère immédiate ou d’une presta­
tion viagère différée,
(v) soit par leur transfert à un fonds de revenu
viager ou à un fonds de revenu viager
restreint;
c) que, sauf dans les cas prévus au paragra­
phe 53(3) de la Loi, les fonds — y compris les
droits ou intérêts afférents — ne peuvent être
transférés, grevés, saisis, ni donnés en garantie, ni
faire l’objet d’un droit pouvant être exercé par
anticipation, et que toute opération en ce sens est
nulle;
d) quelle est la méthode à utiliser pour établir la
valeur du régime d’épargne immobilisé restreint,
notamment au moment du décès du détenteur ou
du transfert d’actifs;
e) que, pendant l’année civile au cours de laquelle
le détenteur du régime d’épargne immobilisé res­
treint atteint l’âge de 55 ans ou toute année civile
subséquente, les fonds peuvent lui être versés en
une somme globale si les conditions ci-après sont
réunies :
(i) il certifie que la valeur totale de l’actif de
tous les REÉR immobilisés, fonds de revenu
viager, régimes d’épargne immobilisé restreints
et fonds de revenu viager restreints créés en rai­
son du transfert, d’un transfert en vertu de la
Loi de 1985 sur les normes de prestation de
pension ou d’un transfert d’un autre RPAC
représente au plus 50 % du maximum des gains
annuels ouvrant droit à pension,
(ii) il obtient le consentement de son époux ou
conjoint de fait, le cas échéant, et remet à l’ins­
titution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement établissant le régime d’épargne
immobilisé restreint les formules 2 et 3 de
l’annexe;
f) que le détenteur du régime d’épargne immobi­
lisé restreint peut retirer de celui-ci au plus le
moindre de la somme calculée selon la formule
figurant au paragraphe 38(2) et de celle représen­
tant 50 % du maximum des gains annuels ouvrant
droit à pension, diminuée dans ce dernier cas des
sommes retirées pendant l’année civile au titre du
présent alinéa ou des alinéas 38(1)e), 40(1)k) ou
41(1)k), si les conditions ci-après sont réunies :
(i) il certifie qu’il n’a fait de retrait ni au titre du
présent alinéa, ni au titre des alinéas 38(1)e),
40(1)k) ou 41(1)k), pendant l’année civile, sauf
au cours des trente jours précédant la date de la
certification,
161
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
for that calendar year determined in
accordance with the Income Tax Act, other
than any amount withdrawn in the calen­
dar year under this paragraph or para­
graph 38(1)(e), 40(1)(k) or 41(1)(k), and
(II) a physician certifies that the medical
or disability-related treatment or adaptive
technology is required, or
(B) the holder’s expected income for the cal­
endar year determined in accordance with
the Income Tax Act — other than any amount
withdrawn under this paragraph or para­
graph 38(1)(e), 40(1)(k) or 41(1)(k) within
the last 30 days before the day on which the
certification is made — is less than 75% of
the Year’s Maximum Pensionable Earnings,
and
(iii) if the holder obtains the consent of their
spouse or common law partner, if any, and
completes and gives a copy of Form 1 and
Form 2 of the schedule to the financial institu­
tion with whom the contract or arrangement for
the restricted locked-in savings plan was
entered into.
Lump sum
(2) The restricted locked-in savings plan may pro­
vide that the funds may be paid to the holder in a
lump sum if a physician certifies that, owing to men­
tal or physical disability, the holder’s life expectancy
is likely to be considerably shortened.
Prescribed
restricted life
income fund
40. (1) A restricted life income fund is prescribed
for the purposes of paragraphs 50(1)(b) and (3)(b),
53(4)(b) and 54(2)(b) of the Act if it
(a) sets out the method of determining the value of
the restricted life income fund, including the valu­
ation method used to establish its value on the
death of the holder or on a transfer of assets;
(b) provides that the holder of the restricted life
income fund shall, at the beginning of each calen­
dar year or at any other time agreed to by the
financial institution with whom the contract or
arrangement was entered into, decide the amount
to be paid out of the fund in that year;
(c) provides that in the event that the holder of the
restricted life income fund does not notify the
financial institution with whom the contract or
arrangement for the restricted life income fund
was entered into of the amount to be paid out of
the fund in a calendar year the minimum amount
determined in accordance with the Income Tax Act
shall be paid out in that year;
162
SOR/DORS/2012-294
(ii) selon le cas :
(A) la valeur de l’élément « M » de la formule figurant au paragraphe 38(2) étant
supérieure à zéro :
(I) il certifie que, pendant l’année civile, il
prévoit d’engager, pour un traitement
médical, un traitement relié à une invali­
dité ou une technologie d’adaptation, des
dépenses supérieures à 20 % du revenu
qu’il prévoit de toucher pour l’année
civile, calculé conformément à la Loi de
l’impôt sur le revenu sans tenir compte des
sommes retirées au cours de cette année
au titre du présent alinéa ou des ali­
néas 38(1)e), 40(1)k) ou 41(1)k),
(II) un médecin certifie que le traite­
ment ou la technologie d’adaptation est
nécessaire,
(B) le revenu que le détenteur prévoit de tou­
cher pour l’année civile, calculé conformé­
ment à la Loi de l’impôt sur le revenu sans
tenir compte des sommes retirées au titre du
présent alinéa ou des alinéas 38(1)e), 40(1)k)
ou 41(1)k) au cours des trente jours précé­
dant la date de la certification, est inférieur
aux trois quarts du maximum des gains
annuels ouvrant droit à pension,
(iii) il obtient le consentement de son époux ou
conjoint de fait, le cas échéant, et remet à l’ins­
titution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement établissant le régime d’épargne
immobilisé restreint les formules 1 et 2 de
l’annexe.
(2) Le régime d’épargne immobilisé restreint peut
prévoir que, si un médecin certifie que l’espérance
de vie du détenteur sera vraisemblablement abrégée
d’une manière considérable en raison d’une incapa­
cité mentale ou physique, les fonds peuvent être ver­
sés au détenteur en une somme globale.
40. (1) Pour l’application des alinéas 50(1)b) et
(3)b), 53(4)b) et 54(2)b) de la Loi, est un régime
d’épargne-retraite le fonds de revenu viager restreint
qui prévoit :
a) quelle est la méthode à utiliser pour établir la
valeur du fonds, notamment au moment du décès
du détenteur ou du transfert d’actifs;
b) que le détenteur du fonds doit décider soit au
début de chaque année civile, soit à un autre
moment convenu avec l’institution financière qui
est partie au contrat ou à l’arrangement, de la
somme qui sera prélevée sur le fonds au cours de
l’année;
c) que, si le détenteur du fonds n’avise pas l’insti­
tution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement de cette somme, la somme minimale déterminée aux termes de la Loi de l’impôt
sur le revenu sera prélevée sur le fonds au cours
de l’année;
d) que le montant du revenu prélevé sur le fonds
pour de toute année civile précédant celle où le
détenteur du fonds atteint l’âge de 90 ans ne peut
Somme globale
Fonds de
revenu viager
restreint
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(d) provides that for any calendar year before the
calendar year in which the holder of the restricted
life income fund reaches 90 years of age the
amount of income paid out of the life income fund
shall not exceed the amount determined by the
formula
A×B
where
A is, for the first calendar year, the balance in
the member’s account on the day on which
the initial amount was transferred into the
restricted life income fund and, for every
subsequent calendar year, that balance at the
beginning of the calendar year, and
B is
(a) for each of the first 15 years, not more
than the monthly average yield on Govern­
ment of Canada marketable bonds of
maturity over 10 years, as published by the
Bank of Canada, for the month of Novem­
ber before the beginning of each calendar
year, and
(b) for any subsequent year, not more than
6%;
(e) provides that, for the calendar year in which
the contract or arrangement was entered into, the
amount determined under paragraph (d) shall be
multiplied by the number of months remaining in
that year and then divided by 12, with any part of
an incomplete month counting as one month;
(f) provides that if on the day on which the
restricted life income fund was established part of
the fund was composed of funds that had been
held in another restricted life income fund of the
holder earlier in the calendar year in which the
fund was established, the amount determined
under paragraph (d) is deemed to be zero in
respect of that part of the fund for that calendar
year;
(g) provides that the funds in the restricted life
income fund may only be
(i) transferred to another restricted life income
fund,
(ii) transferred to a restricted locked-in savings
plan, or
(iii) used to purchase an immediate life annuity
or a deferred life annuity;
(h) provides that, on the death of the holder of the
restricted life income fund, the funds shall be paid
to the holder’s survivor by
(i) transferring the funds to another restricted
life income fund or to a life income fund,
(ii) transferring the funds to a locked-in RRSP
or to a restricted locked-in savings plan, or
(iii) using the funds to purchase an immediate
life annuity or a deferred life annuity;
(i) provides that, subject to subsection 53(3) of the
Act, the funds, or any interest or right in those
funds, shall not be transferred, charged, attached,
anticipated or given as security and that any
SOR/DORS/2012-294
dépasser la somme calculée selon la formule
suivante :
A×B
où :
A représente, pour la première année civile, le
solde du compte du participant à la date à
laquelle la somme initiale a été transférée au
fonds et, pour les années civiles subsé­
quentes, le solde au début de l’année,
B un taux qui :
a) pour les quinze premières années, est
inférieur ou égal au rendement mensuel
moyen, publié par la Banque du Canada,
des obligations négociables du gouverne­
ment du Canada d’un terme de plus de 10
ans pour le mois de novembre précédant le
début de l’année civile,
b) pour toute année subséquente, est d’au
plus 6 %;
e) que, pour l’année civile initiale du contrat ou de
l’arrangement, le montant déterminé selon l’ali­
néa d) est multiplié par le quotient du nombre de
mois non encore écoulés dans l’année par douze,
toute partie d’un mois comptant pour un mois;
f) que si, au moment où le fonds a été constitué, il
a été composé en partie de sommes qui, plus tôt
dans l’année civile en cause, étaient détenues dans
un autre fonds de revenu viager restreint du déten­
teur du fonds, le montant déterminé selon l’ali­
néa d) est réputé, pour cette année, égal à zéro à
l’égard de la partie provenant de cet autre fonds;
g) que les fonds ne peuvent être que :
(i) transférés à un autre fonds de revenu viager
restreint,
(ii) transférés à un régime d’épargne immobi­
lisé restreint,
(iii) utilisés pour l’achat d’une prestation via­
gère immédiate ou d’une prestation viagère
différée;
h) que, au décès du détenteur du fonds, les fonds
sont versées à son survivant :
(i) soit par leur transfert à un autre fonds de
revenu viager restreint ou à un fonds de revenu
viager,
(ii) soit par leur transfert à un REÉR immobi­
lisé ou à un régime d’épargne immobilisé
restreint,
(iii) soit par leur utilisation pour l’achat d’une
prestation viagère immédiate ou d’une presta­
tion viagère différée;
i) que, sauf dans les cas prévus au paragra­
phe 53(3) de la Loi, les fonds — y compris les
droits ou intérêts afférents — ne peuvent être
transférés, grevés, saisis, ni donnés en garantie, ni
faire l’objet d’un droit pouvant être exercé par
anticipation, et que toute opération en ce sens est
nulle;
j) que, pendant l’année civile au cours de laquelle
le détenteur du fonds atteint l’âge de 55 ans ou
toute année civile subséquente, les fonds peuvent
163
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
transaction appearing to do so is void or, in Que­
bec, null;
(j) provides that, in the calendar year in which the
holder of the restricted life income fund reaches
55 years of age or in any subsequent calendar
year, the funds may be paid to the holder in a lump
sum if the holder
(i) certifies that the total value of all assets in all
locked-in RRSPs, life income funds, restricted
locked-in savings plans and restricted life
income funds that were created as a result of
the transfer, a transfer under the Pension Bene­
fits Standards Act, 1985 or a transfer from
another PRPP is not more than 50% of the
Year’s Maximum Pensionable Earnings, and
(ii) obtains the consent of their spouse or com­
mon law partner, if any, and completes and
gives a copy of Form 2 and Form 3 of the
schedule to the financial institution with whom
the contract or arrangement for the restricted
life income fund was entered into;
(k) provides that the holder of the restricted life
income fund may withdraw an amount from that
fund up to the lesser of the amount determined by
the formula set out in subsection 38(2) and 50%
of the Year’s Maximum Pensionable Earnings
minus any amount withdrawn in the calendar year
under this paragraph or paragraph 38(1)(e),
39(1)(f) or 41(1)(k)
(i) if the holder certifies that they have not made
a withdrawal in the calendar year under this
paragraph or paragraph 38(1)(e), 39(1)(f) or
41(1)(k) other than within the last 30 days
before the day on which the certification is
made,
(ii) if,
(A) in the event that the value determined for
M in subsection 38(2) is greater than zero,
(I) the holder certifies that they expect
to make expenditures on a medical or
disability-related treatment or adaptive
technology during the calendar year in
excess of 20% of the holder’s expected
income for that calendar year determined
in accordance with the Income Tax Act,
other than any amount withdrawn in the
calendar year under this paragraph or para­
graph 38(1)(e), 39(1)(f) or 41(1)(k), and
(II) a physician certifies that the medical
or disability-related treatment or adaptive
technology is required, or
(B) the holder’s expected income for the cal­
endar year determined in accordance with
the Income Tax Act — other than any amount
withdrawn under this paragraph or para­
graph 38(1)(e), 39(1)(f) or 41(1)(k) within
the last 30 days before the day on which the
certification is made — is less than 75% of
the Year’s Maximum Pensionable Earnings,
and
164
SOR/DORS/2012-294
lui être versés en une somme globale si les condi­
tions ci-après sont réunies :
(i) il certifie que la valeur totale de l’actif de
tous les REÉR immobilisés, fonds de revenu
viager, régimes d’épargne immobilisé restreints
et fonds de revenu viager restreints créés en rai­
son du transfert, d’un transfert en vertu de la
Loi de 1985 sur les normes de prestation de
pension ou d’un transfert d’un autre RPAC
représente au plus 50 % du maximum des gains
annuels ouvrant droit à pension,
(ii) il obtient le consentement de son époux ou
conjoint de fait, le cas échéant, et remet à l’ins­
titution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement établissant le fonds les formules 2 et 3 de l’annexe;
k) que le détenteur du fonds peut retirer de celui-ci
au plus le moindre de la somme calculée selon la
formule figurant au paragraphe 38(2) et de celle
représentant 50 % du maximum des gains annuels
ouvrant droit à pension, diminuée dans ce dernier
cas des sommes retirées pendant l’année civile au
titre du présent alinéa ou des alinéas 38(1)e),
39(1)f) ou 41(1)k), si les conditions ci-après sont
réunies :
(i) il certifie qu’il n’a fait de retrait ni au titre du
présent alinéa, ni au titre des alinéas 38(1)e),
39(1)f) ou 41(1)k), pendant l’année civile, sauf
au cours des trente jours précédant la date de la
certification,
(ii) selon le cas :
(A) la valeur de l’élément « M » de la formule figurant au paragraphe 38(2) étant
supérieure à zéro :
(I) il certifie que, pendant l’année civile, il
prévoit d’engager, pour un traitement
médical, un traitement relié à une invali­
dité ou une technologie d’adaptation, des
dépenses supérieures à 20 % du revenu
qu’il prévoit de toucher pour l’année
civile, calculé conformément à la Loi de
l’impôt sur le revenu sans tenir compte des
sommes retirées au cours de cette année
au titre du présent alinéa ou des ali­
néas 38(1)e), 39(1)f) ou 41(1)k),
(II) un médecin certifie que le traite­
ment ou la technologie d’adaptation est
nécessaire,
(B) le revenu que le détenteur prévoit de tou­
cher pour l’année civile, calculé conformé­
ment à la Loi de l’impôt sur le revenu sans
tenir compte des sommes retirées au titre du
présent alinéa ou des alinéas 38(1)e), 39(1)f)
ou 41(1)k) au cours des trente jours précé­
dant la date de la certification, est inférieur
aux trois quarts du maximum des gains
annuels ouvrant droit à pension,
(iii) il obtient le consentement de son époux ou
conjoint de fait, le cas échéant, et remet à l’ins­
titution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement établissant le fonds les formules 1 et 2 de l’annexe;
2013-01-02
Lump sum
Prescribed life
income fund
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
(iii) if the holder obtains the consent of their
spouse or common law partner, if any, and
completes and gives a copy of Form 1 and
Form 2 of the schedule to the financial institu­
tion with whom the contract or arrangement for
the restricted life income fund was entered into;
and
(l) provides that, if the restricted life income fund
is established in the calendar year in which the
holder of the fund reaches 55 years of age or in
any subsequent calendar year, the holder of the
fund may transfer 50% of the funds in that fund to
a registered retirement savings plan or a registered
retirement income fund within 60 days after the
day on which the restricted life income fund is
established if
(i) the restricted life income fund was created
as the result of the transfer, a transfer under the
Pension Benefits Standards Act, 1985, a trans­
fer from another PRPP or a transfer from a
locked-in RRSP or a life income fund, and
(ii) the holder obtains the consent of their
spouse or common law partner, if any, and
completes and gives a copy of Form 2 of the
schedule to the financial institution with whom
the contract or arrangement for the restricted
life income fund was entered into.
(2) The restricted life income fund may provide
that the funds may be paid to the holder in a lump
sum if a physician certifies that, owing to mental or
physical disability, the holder’s life expectancy is
likely to be considerably shortened.
41. (1) A life income fund is prescribed for the
purposes of paragraphs 50(1)(b) and (3)(b), 53(4)(b)
and 54(2)(b) of the Act if it
(a) sets out the method of determining the value of
the life income fund, including the valuation
method used to establish its value on the death of
the holder or on a transfer of assets;
(b) provides that the holder of the life income fund
shall, at the beginning of each calendar year or at
any other time agreed to by the financial institu­
tion with whom the contract or arrangement was
entered into, decide the amount to be paid out of
the life income fund in that year;
(c) provides that in the event that the holder of the
life income fund does not notify the financial
institution with whom the contract or arrangement
for the life income fund was entered into of the
amount to be paid out of the life income fund in a
calendar year, the minimum amount determined
in accordance with the Income Tax Act shall be
paid out of the life income fund in that year;
(d) provides that, for any calendar year before the
calendar year in which the holder of the life
income fund reaches 90 years of age, the amount
of income paid out of the life income fund shall
not exceed the amount determined by the
formula
A×B
SOR/DORS/2012-294
l) que si le fonds est établi pendant l’année civile
au cours de laquelle son détenteur atteint l’âge de
55 ans ou toute année civile subséquente, celui-ci
peut transférer 50 % des fonds dans un régime
enregistré d’épargne-retraite ou dans un fonds
enregistré de revenu de retraite dans les soixante
jours suivant la date de l’établissement du fonds
de revenu viager restreint, si les conditions ci­
après sont réunies :
(i) le fonds de revenu viager restreint a été créé
en raison du transfert, d’un transfert en vertu de
la Loi de 1985 sur les normes de prestation de
pension ou d’un transfert d’un autre RPAC,
d’un REÉR immobilisé ou d’un fonds de
revenu viager,
(ii) le détenteur obtient le consentement de son
époux ou conjoint de fait, le cas échéant, et
remet à l’institution financière qui est partie au
contrat ou à l’arrangement établissant le fonds
la formule 2 de l’annexe.
(2) Le fonds de revenu viager restreint peut pré­
voir que, si un médecin certifie que l’espérance de
vie du détenteur sera vraisemblablement abrégée
d’une manière considérable en raison d’une incapa­
cité mentale ou physique, les fonds peuvent être ver­
sés au détenteur en une somme globale.
41. (1) Pour l’application des alinéas 50(1)b) et
(3)b), 53(4)b) et 54(2)b) de la Loi, est un régime
d’épargne-retraite le fonds de revenu viager qui
prévoit :
a) quelle est la méthode utilisée pour établir la
valeur du fonds, notamment au moment du décès
du détenteur ou du transfert d’actifs;
b) que le détenteur du fonds doit décider soit au
début de chaque année civile, soit à un autre
moment convenu avec l’institution financière qui
est partie au contrat ou à l’arrangement, de la
somme qui sera prélevée sur le fonds au cours de
l’année;
c) que, si le détenteur du fonds n’avise pas l’insti­
tution financière qui est partie au contrat ou à
l’arrangement de cette somme, la somme minimale déterminée aux termes de la Loi de l’impôt
sur le revenu sera prélevée sur le fonds au cours
de l’année;
d) que le montant du revenu prélevé sur le fonds
pour toute année civile précédant celle où le dé­
tenteur du fonds atteint l’âge de 90 ans ne peut dé­
passer la somme calculée selon la formule
suivante :
A×B
où :
A représente, pour la première année, le solde
du compte du participant à la date à laquelle
Somme globale
Fonds de
revenu viager
165
2013-01-02
Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 1
where
A is, for the first calendar year, the balance in
the member’s account on the day on which
the initial amount was transferred into the
life income fund and, for every subsequent
calendar year, the balance at the beginning of
the calendar year, and
B is
(a) for each of the first 15 years, not more
than the monthly average yield on Gov­
ernment of Canada marketable bonds of
maturity over 10 years, as published by the
Bank of Canada, for the month of Novem­
ber before the beginning of each calendar
year, and
(b) for any subsequent year, not more than
6%;
(e) provides that, for the calendar year in which
the contract or arrangement was entered into, the
amount determined under paragraph (d) shall be
multiplied by the number of months remaining in
that year and then divided by 12, with any part of
an incomplete month counting as one month;
(f) provides that if on the day on which the life
income fund was established part of the life
income fund was composed of funds that had
been held in another life income fund of the holder
earlier in the calendar year in which the fund was
established, the amount determined under para­
graph (d) is deemed to be zero in respect of that
part of the life income fund for that calendar year;
(g) provides that the funds in the life income fund
may only be
(i) transferred to another life income fund or to
a restricted life income fund,
(ii) transferred to a locked-in RRSP, or
(iii) used to purchase an immediate life annuity
or a deferred life annuity;
(h) provides that, on the death of the holder of the
life income fund, the funds shall be paid to the
holder’s survivor by
(i) transferring the funds to another life income
fund or to a restricted life income fund,
(ii) transferring the funds to a locked-in RRSP,
or
(iii) using the funds to purchase an immediate
life annuity or a deferred life annuity;
(i) provides that, subject to subsection 53(3) of the
Act, the funds or any interest or right in those
funds, shall not be transferred, charged, attached,
anticipated or given as security and that any trans­
action appearing to do so is void or, in Quebec,
null;
(j) provides that, in the calendar year in which the
holder of the life income fund reaches 55 years of
age or in any subsequent calendar year, the funds
may be paid to the holder in a lump sum if the
holder
(i) certifies that the total value of all assets in all
locked-in RRSPs, life