Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 147, no 11
Vol. 147, No. 11
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, Wednesday, May 22, 2013
OTTAWA, LE mercredi 22 mai 2013
Statutory Instruments 2013
Textes réglementaires 2013
SOR/2013-86 to 97 and SI/2013-56 to 57
DORS/2013-86 à 97 et TR/2013-56 à 57
Pages 1304 to 1381
Pages 1304 à 1381
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette, Part II, is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 2, 2013, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Partie II de la Gazette du Canada est publiée en vertu de la Loi sur les
textes réglementaires le 2 janvier 2013, et au moins tous les deux mercredis par
la suite.
Part II of the Canada Gazette contains all “regulations” as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments and
documents required to be published therein. However, certain regulations and
classes of regulations are exempted from publication by section 15 of
the Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de textes
réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier. Cependant,
certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la publication
par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi en vertu de
l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette, Part II, is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Partie II de la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette, Part II, is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to Publishing and Depository Services, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Partie II de
la Gazette du Canada est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et le prix
d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes aux Éditions
et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable Document Format (PDF) and in
HyperText Mark-up Language (HTML) as the alternate format. The PDF
format of Part I, Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is
published simultaneously with the printed copy.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de document
portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme média substitut. Le
format PDF en direct de la Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel
depuis le 1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la pièce 418 de l’édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
For information regarding reproduction rights, please contact Public Works
and Government Services Canada, by telephone at 613-996-6886 or by email at
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par courriel à l’adresse
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2013
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-86
Registration
SOR/2013-86 April 30, 2013
Enregistrement
DORS/2013-86 Le 30 avril 2013
AGRICULTURAL PRODUCTS MARKETING ACT
LOI SUR LA COMMERCIALISATION DES PRODUITS
AGRICOLES
Order Amending the Ontario Hog Charges
(Interprovincial and Export) Order
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les droits
de commercialisation des porcs de l’Ontario sur les
marchés interprovincial et international
The Ontario Pork Producers’ Marketing Board, pursuant to section 31a and paragraph 4(a)a of the Ontario Pork Producers’ Marketing Order2b, makes the annexed Order Amending the Ontario Hog
Charges (Interprovincial and Export) Order.
En vertu de l’article 31a et de l’alinéa 4a)a du Décret sur la commercialisation des porcs de l’Ontario2b, la Commission ontarienne
de commercialisation du porc prend l’Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les droits de commercialisation des porcs de l’Ontario sur les marchés interprovincial et international, ci-après.
Guelph (Ontario), le 25 avril 2013
Guelph, Ontario, April 25, 2013
ORDER AMENDING THE ONTARIO HOG CHARGES
(INTERPROVINCIAL AND EXPORT) ORDER
ORDONNANCE MODIFIANT L’ORDONNANCE SUR
LES DROITS DE COMMERCIALISATION DES
PORCS DE L’ONTARIO SUR LES MARCHÉS
INTERPROVINCIAL ET INTERNATIONAL
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 1 of the Ontario Hog Charges (Interprovincial and
Export) Order31 is amended by adding the following in alphabetical order:
“weanling hogs” means hogs that have a weight of less than
56 kilograms. (porcelets sevrés)
5. Each producer shall pay to the Commodity Board the following charge for each hog marketed in interprovincial or export trade
by or on behalf of the producer:
(a) $0.20 for a weanling hog; and
(b) $1.00 for any other hog.
1. L’article 1 de l’Ordonnance sur les droits de commercialisation des porcs de l’Ontario sur les marchés interprovincial et
international31 est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« porcelets sevrés » Porcs d’un poids de moins de 56 kilogrammes.
(weanling hogs)
2. L’article 2 de la même ordonnance est remplacé par ce qui
suit :
2. Sous réserve de l’article 3, la présente ordonnance s’applique
à la commercialisation, sur les marchés interprovincial et international, par des personnes se trouvant en Ontario, des porcelets
sevrés et non commercialisés pour la boucherie et des autres porcs
commercialisés pour la boucherie.
3. L’article 4 de la même ordonnance est abrogé.
4. L’article 5 de la même ordonnance est remplacé par ce qui
suit :
5. Le producteur paie à l’Office les droits ci-après pour chaque
porc commercialisé par lui ou pour son compte sur les marchés
interprovincial ou international :
a) 0,20 $ par porcelet sevré;
b) 1,00 $ par porc qui n’est pas un porcelet sevré.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
5. La présente ordonnance entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
a
a
b
b
2. Section 2 of the Order is replaced by the following:
2. Subject to section 3, this Order applies to the marketing, in
interprovincial and export trade by persons in Ontario, of weanling
hogs that are not marketed for the purpose of slaughter and all
other hogs that are marketed for the purpose of slaughter.
3. Section 4 of the Order is repealed.
4. Section 5 of the Order is replaced by the following:
SOR/86-240
SOR/79-418
1
SOR/96-440
1304
SOR/86-240
DORS/79-418
DORS/96-440
1
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-86
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie de l’Ordonnance.)
The Order amends sections 1, 2, 4 and 5 of the Ontario Hog
Charges (Interprovincial and Export) Order to add the definition
of weanling hog, to provide that weanling hogs marketed for
slaughter are not subject to the charge, and to specify the amount of
the charge for each weanling hog that is not marketed for slaughter
by or on behalf of the producer in interprovincial or export trade.
L’Ordonnance modifie les articles 1, 2, 4 et 5 de l’Ordonnance
sur les droits de commercialisation des porcs de l’Ontario sur les
marchés interprovincial et international pour ajouter la définition
de porcelet sevré, afin de spécifier que les porcelets sevrés commercialisés pour la boucherie ne sont pas assujettis au montant des
droits à payer et afin de définir le montant des droits à payer pour
chacun des porcelets sevrés qui n’est pas commercialisé pour la
boucherie sur les marchés interprovincial et international par le
producteur ou pour son compte.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1305
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-87
Registration
SOR/2013-87 May 2, 2013
Enregistrement
DORS/2013-87 Le 2 mai 2013
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Marketing Authorization for Maximum Residue
Limits for Veterinary Drugs in Foods
Autorisation de mise en marché – limites
maximales de résidus de drogues pour usage
vétérinaire dans les aliments
The Minister of Health, pursuant to subsections 30.3(1)1a and
30.5(1)a of the Food and Drugs Act2b, issues the annexed Marketing
Authorization for Maximum Residue Limits for Veterinary Drugs
in Foods.
Ottawa, May 1, 2013
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
En vertu des paragraphes 30.3(1)1a et 30.5(1)a de la Loi sur les
aliments et drogues2b, la ministre de la Santé délivre l’Autorisation
de mise en marché – limites maximales de résidus de drogues pour
usage vétérinaire dans les aliments, ci-après.
Ottawa, le 1er mai 2013
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
Definition of
“List”
Same meaning
Food
Registration
MARKETING AUTHORIZATION FOR
MAXIMUM RESIDUE LIMITS FOR
VETERINARY DRUGS IN FOODS
AUTORISATION DE MISE EN MARCHÉ –
LIMITES MAXIMALES DE RÉSIDUS DE
DROGUES POUR USAGE VÉTÉRINAIRE
DANS LES ALIMENTS
INTERPRETATION
DÉFINITION ET INTERPRÉTATION
1. (1) In this Marketing Authorization, “List”
means the List of Maximum Residue Limits (MRLs)
for Veterinary Drugs in Foods published by the
Department of Health on its website, as amended
from time to time.
(2) Words and expressions used in the List have
the same meaning as in Part B of the Food and Drug
Regulations.
1. (1) Dans la présente autorisation, « Liste » s’entend de la Liste des limites maximales de résidus
(LMR) de drogues pour usage vétérinaire dans les
aliments, publiée par le ministère de la Santé sur son
site Web, avec ses modifications successives.
(2) Les termes utilisés dans la Liste s’entendent au
sens de la partie B du Règlement sur les aliments et
drogues.
EXEMPTIONS
EXEMPTIONS
2. When a veterinary drug that is set out in column I of the List or one of its metabolites — and that
is analysed as being the substance named in column II — is present in a food that is set out in column III, the food is exempt from the application of
paragraphs 4(1)(a) and (d) of the Food and Drugs
Act in respect of the drug and its metabolites, if the
amount of the substance present in the food does not
exceed the maximum residue limit that is set out in
column IV for that food and if any other condition
that is set out in that column is met.
2. Dans le cas où une drogue pour usage vétérinaire figurant à la colonne I de la Liste ou un de ses
métabolites — correspondant après analyse à une
substance mentionnée à la colonne II — est présent
dans un aliment figurant à la colonne III, l’aliment
est soustrait à l’application des alinéas 4(1)a) et d)
de la Loi sur les aliments et drogues, en ce qui
concerne cette drogue et ses métabolites, si la substance est présente dans l’aliment en une quantité ne
dépassant pas la limite maximale de résidu figurant
à la colonne IV pour cet aliment et si toute autre
condition figurant à cette colonne est respectée.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Marketing Authorization comes into force
on the day on which it is registered.
3. La présente autorisation entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
a
a
b
b
S.C. 2012, c. 19, s. 416
R.S., c. F-27
1306
L.C. 2012, ch. 19, art. 416
L.R., ch. F-27
Définition de
« Liste »
Terminologie
Aliment
Enregistrement
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-87
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Marketing Authorization.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Autorisation
de mise en marché.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Recent updates to the Food and Drugs Act that were introduced
in sections 30.1 to 30.5 as part of the Jobs, Growth and Long-term
Prosperity Act, 2012 (Bill C-38), give the Minister of Health the
power to issue Marketing Authorizations and incorporate documents by reference.
Des mises à jour récentes apportées à la Loi sur les aliments et
drogues (articles 30.1 à 30.5) dans le cadre de la Loi sur l’emploi,
la croissance et la prospérité durable, 2012 (projet de loi C-38),
accordent au ministre de la Santé le pouvoir de délivrer des autorisations de mise en marché et d’y incorporer des documents par
renvoi.
Une autorisation de mise en marché (AMM) à l’égard des limites
maximales de résidus des drogues vétérinaires est nécessaire pour
concrétiser les gains d’efficacité prévus dans le projet de loi C-38.
Cette autorisation permettra au ministère de la Santé de donner
suite de manière plus efficace aux nouveaux renseignements scientifiques qui ont des répercussions sur la santé et la sécurité des
Canadiens.
L’AMM :
—— exonère certaines substances approuvées comme médicaments
vétérinaires qui pourraient être présentes dans certains produits
alimentaires jusqu’à des teneurs correspondant aux limites établies, substances dont la vente serait, autrement, interdite par la
Loi sur les aliments et drogues et le Règlement sur les aliments
et drogues;
—— permet l’incorporation par renvoi de la Liste des limites maximales de résidus des drogues pour usage vétérinaire dans les
aliments (la liste). Cette liste est fondée sur le tableau III actuel
des limites maximales de résidus des drogues vétérinaires de la
partie B, titre 15, du Règlement sur les aliments et drogues.
A Marketing Authorization (MA) for veterinary drug maximum
residue limits is needed to realize the efficiencies from Bill C-38. It
will permit the Department of Health to respond more efficiently to
new scientific information that impacts the health and safety of
Canadians.
The MA
—— Exempts certain substances approved as veterinary drugs that
could be present in certain foods up to established residue limits, which would otherwise be prohibited from sale in the Food
and Drugs Act and the Food and Drug Regulations; and
—— Allows for the incorporation by reference of the List of Maximum Residue Limits for Veterinary Drugs in Foods (List). This
List is based upon the existing Table III of veterinary drug maximum residue limits of Part B, Division 15 of the Food and
Drug Regulations.
Description and rationale
Description et justification
A maximum residue limit (MRL) is an amount of drug residue
that — if present in the tissue of a food animal or a food product
derived from a food-producing animal that has been treated with a
veterinary drug — will not pose an unacceptable risk to the safety
of the food. This residue, at this level, is considered to pose no
adverse health effects if ingested daily by humans over a lifetime.
Une limite maximale de résidu (LMR) est une quantité de résidu
de médicament qui — si elle est présente dans les tissus d’un animal de consommation ou dans un produit alimentaire provenant
d’un animal destiné à l’alimentation traité à l’aide d’un médicament vétérinaire — ne présente pas un risque inacceptable pour la
salubrité de l’aliment. Le résidu, lorsqu’il est présent en ladite
concentration, est jugé inoffensif pour la santé s’il est absorbé quotidiennement par les êtres humains durant toute leur vie.
Une autorisation de mise en marché est une disposition réglementaire prise par le ministre de la Santé qui permet la vente de
produits alimentaires qui contiennent des teneurs déterminées de
substances déterminées. Les autorisations de mise en marché ont
une portée restreinte; elles ne font qu’exonérer le produit alimentaire de l’application d’une interdiction déjà présente dans la Loi
sur les aliments et drogues ou le Règlement sur les aliments et drogues. Le ministre peut fixer des conditions à l’exonération et incorporer des documents par renvoi. Les documents ainsi incorporés
ont force de loi et sont exécutoires.
L’autorisation de mise en marché à l’égard des limites maximales de résidus de drogues vétérinaire dans les aliments :
•• Définira ce qui est visé par l’AMM pour que la portée de
l’AMM corresponde à celle du « tableau III » actuel des limites
maximales de résidus des drogues d’usage vétérinaire que l’on
trouve à la partie B, titre 15 du Règlement sur les aliments et
drogues.
•• Exonérera de l’application des alinéas 4.(1)a) et d) de la Loi sur
les aliments et drogues les produits alimentaires contenant des
A Marketing Authorization is a regulation made by the Minister
of Health that permits the sale of foods that contain specified substances at specified levels. Marketing Authorizations are limited in
what they can do; they only exempt a food from an existing prohibition in the Food and Drugs Act or in the Food and Drug Regulations. Conditions of the exemption may be set by the Minister
and documents may be incorporated by reference. Incorporated
documents have the force of law and are enforceable.
The Marketing Authorization for veterinary drug maximum residue limits will
•• Define what is covered by the MA to match the existing
“Table III” of maximum residue limits for veterinary drugs
found in Part B, Division 15 of the Food and Drug
Regulations.
•• Exempt the food containing substances at or below specified
levels from paragraphs 4.(1)(a) and (d) of the Food and Drugs
Act.
1307
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-87
•• Exempt the MRL from section B.15.003 of the Food and Drug
Regulations.
•• Incorporate by reference the List of Maximum Residue Limits
for Veterinary Drugs in Foods as a document published by the
Department of Health on its Web site as amended from time to
time. This list will be incorporated by reference into and form
part of the Marketing Authorization regulation. The entries in
this list will be included based on assessments of applications
for veterinary drugs, new scientific information, or housekeeping. The initial List will reflect the existing “Table III” found in
the Food and Drug Regulations.
After this MA comes into force, subsequent changes to the List
will be made by updating and publishing an amended list on Health
Canada’s Web site. The requirements for the supporting scientific
information and the review and consultation process to maintain
and amend these lists will be described in a guidance document
made available on the Health Canada Web site. The rigour of the
scientific assessment of safety will not change. Further to this
“reset” of the MRL process, Governor in Council regulations are
planned to be prepublished at a later date in order to repeal the
existing “Table III” in Part B, Division 15 of the Food and Drug
Regulations.
substances en quantité égale ou inférieure aux teneurs
déterminées.
•• Exonérera la LMR de l’application de l’article B.15.003 du
Règlement sur les aliments et drogues.
•• Incorporera par renvoi la Liste des limites maximales de résidus
des drogues pour usage vétérinaire dans les aliments sous la
forme d’un document publié par le ministère de la Santé sur
son site Web, avec ses modifications successives. Cette liste
sera incorporée par renvoi dans la disposition réglementaire
relative à l’autorisation de mise en marché et en fera partie intégrante. Les entrées de cette liste se feront après évaluation des
applications du médicament vétérinaire, examen de nouveaux
renseignements scientifiques ou dans le cadre de modifications
d’ordre administratif. La liste initiale reproduira le
« tableau III » actuel du Règlement sur les aliments et
drogues.
Après l’entrée en vigueur de l’AMM, les modifications qui
seront apportées ultérieurement à la liste le seront par le biais de
mises à jour de la liste et de sa publication sur le site Web de Santé
Canada. Les renseignements scientifiques qui devront être soumis
à titre justificatif et le processus de tenue à jour et de modification
de la liste seront expliqués dans une ligne directrice à être publiée
sur le site Web de Santé Canada. L’évaluation scientifique de l’innocuité demeurera tout aussi rigoureuse. À la suite de cette « remise
à plat » du processus des LMR, le gouverneur en conseil prendra
un règlement en vue d’abroger le « tableau III » actuel de la partie B, titre 15 du Règlement sur les aliments et drogues.
Consultation
Consultation
The introduction of the Jobs, Growth and Long-term Prosperity
Act has proactively streamlined the process for food additives, and
the Department is looking to make the same improvements for efficiencies and burden reduction in the context of veterinary drug
MRLs.
Going forward, any proposed changes (e.g. new, revised or
removed MRLs) would be the subject of consultation, and the List
would then be updated administratively and available on Health
Canada’s Web site.
L’introduction de la Loi sur l’emploi, la croissance et la prospérité durable a permis de simplifier de manière proactive le processus relatif aux additifs alimentaires. Le ministère aimerait obtenir
des améliorations du même ordre s’agissant de l’établissement de
LMR pour les médicaments vétérinaires en accroissant l’efficacité
du processus et en allégeant le fardeau administratif.
Les renseignements concernant cette proposition ont été publiés
dans un avis aux parties intéressées (le 2 février 2013 pour une
période de commentaires de 60 jours) et cette proposition est attendue par les intervenants. Il n’y a pas eu de commentaires ou d’inquiétudes soulevés. Il n’a pas été jugé nécessaire d’entreprendre
d’autres consultations puisque l’AMM et la liste connexe reproduisent les LMR actuelles, lesquelles ont déjà fait l’objet de
consultations publiques et sont affichées sur le site Web du
ministère.
À l’avenir, toute modification proposée (par exemple des LMR
nouvelles, révisées ou supprimées) ferait l’objet d’une consultation, et la liste sera ensuite mise à jour sur le plan administratif et
affichée sur le
​​ site Web de Santé Canada.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal as there
is no change in administrative costs on business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à la présente proposition, puisque les frais administratifs demeurent les mêmes pour
les entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs (or insignificant costs) on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à la proposition, puisque les coûts sont inexistants (ou négligeables) pour les
petites entreprises.
Information about this proposal was published in a Notice of
Intent (February 2, 2013, for a 60-day comment period) to interested parties, and it is anticipated by stakeholders. No comments or
concerns have been raised. Further consultation is not considered
necessary at this time, as the MA and associated List reproduce
existing veterinary drug MRLs that have previously undergone
public consultation and are already available on the Department’s
Web site.
1308
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-87
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de services
As part of the implementation, Health Canada will make available the List of Maximum Residue Limits for Veterinary Drugs in
Foods and guidance on its Web site. Administrative procedures for
maintaining and amending the List will also include the ability to
track changes over time such that the List as it existed at any
specific time can be reproduced. Timelines for all activities will be
included in the guidance to allow the Department to monitor and
maintain a performance standard when amending the List.
Dans le cadre de la mise en œuvre de la proposition, Santé
Canada publiera sur son site Web la Liste des limites maximales de
résidus des drogues pour usage vétérinaire dans les aliments ainsi
que la ligne directrice connexe. La procédure d’administration de
la liste permettra d’enregistrer les différentes modifications apportées à la liste au fil des ans, de sorte qu’il sera possible en tout
temps de reproduire la liste dans l’état où elle était à un moment
quelconque. Les délais impartis pour chaque activité seront indiqués dans la ligne directrice afin de permettre au ministère d’assurer l’application et le contrôle d’une norme de rendement lorsqu’il
modifiera la liste.
La présente proposition ne modifie pas les mécanismes de
conformité actuels appliqués par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).
This amendment does not alter existing compliance mechanisms
enforced by the Canadian Food Inspection Agency (CFIA).
Contact
Personne-ressource
Dino Covone
Policy, Planning and International Affairs Directorate
Health Products and Food Branch
Health Canada
Holland Cross, Tower B, 5th Floor
1600 Scott Street
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Fax: 613-941-7104
Email: LRM_MLR_consultations@hc-sc.gc.ca
Dino Covone
Direction de la politique, de la planification et des affaires
internationales
Direction générale des produits de santé et des aliments
Santé Canada
Holland Cross, tour B, 5e étage
1600, rue Scott
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Télécopieur : 613-941-7104
Courriel : LRM_MLR_consultations@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1309
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
Registration
SOR/2013-88 May 2, 2013
Enregistrement
DORS/2013-88 Le 2 mai 2013
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Export of Substances on the Export Control List
Regulations
Règlement sur l’exportation des substances
figurant à la Liste des substances d’exportation
contrôlée
P.C. 2013-523 May 2, 2013
C.P. 2013-523 Le 2 mai 2013
Whereas, pursuant to subsection 332(1)1a of the Canadian
Environmental Protection Act, 19992b, the Minister of the Environment published in the Canada Gazette, Part I, on August 6, 2011, a
copy of the proposed Export of Substances on the Export Control
List Regulations, substantially in the annexed form, and persons
were given an opportunity to file comments with respect to the
Regulations or to file a notice of objection requesting that a board
of review be established and stating the reasons for the objection;
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)1a, de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)2b, le
ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du
Canada Partie I, le 6 août 2011, le projet de règlement intitulé
Règlement sur l’exportation des substances figurant à la Liste des
substances d’exportation contrôlée, conforme en substance au
texte ci-après, et que les intéressés ont ainsi eu la possibilité de
présenter leurs observations à cet égard ou un avis d’opposition
motivé demandant la constitution d’une commission de révision,
À ces causes, sur recommandation du ministre de l’Environnement et de la ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 102(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b,
Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement sur l’exportation des substances figurant à la Liste des substances d’exportation contrôlée, ci-après.
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of the Environment and the
Minister of Health, pursuant to subsection 102(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999b, makes the annexed Export of
Substances on the Export Control List Regulations.
Definitions
“Act”
« Loi »
“CAS registry
number”
« numéro
d’enregistrement CAS »
“designated
national
authority”
« autorité
nationale
désignée »
“Export Control
List”
« Liste des
substances
d’exportation
contrôlée »
“pesticide”
« produit
antiparasitaire »
EXPORT OF SUBSTANCES ON THE
EXPORT CONTROL LIST
REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR L’EXPORTATION DES
SUBSTANCES FIGURANT À LA LISTE DES
SUBSTANCES D’EXPORTATION
CONTRÔLÉE
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these
Regulations.
“Act” means the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
“CAS registry number” means the identification
number assigned to a chemical substance by the
Chemical Abstracts Service Division of the American Chemical Society.
“designated national authority” means an authority
designated by a Rotterdam Party under Article 4 of
the Rotterdam Convention to act on its behalf in the
performance of the administrative functions required
by the Rotterdam Convention.
“Export Control List” means the Export Control List
in Schedule 3 to the Act.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent règlement.
« autorité nationale désignée » L’autorité désignée,
en application de l’article 4 de la Convention de Rotterdam, par une Partie à la Convention de Rotterdam
pour agir en son nom dans l’exercice des fonctions
administratives fixées par la Convention de
Rotterdam.
« Circulaire PIC » Document publié par le Secrétariat de Rotterdam et contenant notamment une compilation des réponses des Parties à la Convention de
Rotterdam, remises en application de l’article 10 de
la Convention de Rotterdam, quant à l’importation
des substances ainsi que la liste des substances soumises à la procédure de consentement préalable.
« Convention de Rotterdam » La Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable
en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font
l’objet d’un commerce international, avec ses modifications successives.
“pesticide” means a pest control product as defined
in subsection 2(1) of the Pest Control Products Act.
a
a
b
b
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
1310
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
Définitions
« autorité
nationale
désignée »
“designated
national
authority”
« Circulaire
PIC »
“PIC Circular”
« Convention
de Rotterdam »
“Rotterdam
Convention”
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
“PIC Circular”
« Circulaire
PIC »
“Rotterdam
Convention”
« Convention
de Rotterdam »
“Rotterdam
Party”
« Partie à la
Convention de
Rotterdam »
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
“PIC Circular” means the circular that is published
by the Rotterdam Secretariat and that contains a
compilation of import responses from Rotterdam
Parties, provided in accordance with Article 10 of
the Rotterdam Convention, and a list of the substances subject to the prior informed consent procedure.
“Rotterdam Convention” means the Rotterdam Convention on the Prior Informed Consent Procedure for
Certain Hazardous Chemicals and Pesticides in
International Trade, as amended from time to time.
“Rotterdam Party” means a State or regional economic integration organization for which the Rotterdam Convention is in force.
“Rotterdam
Secretariat”
« Secrétariat de
Rotterdam »
“Rotterdam Secretariat” means the Secretariat for
the Rotterdam Convention established under Article 19 of that Convention.
“Stockholm
Convention”
« Convention
de Stockholm »
“Stockholm Convention” means the Stockholm
Convention on Persistent Organic Pollutants, as
amended from time to time.
“Stockholm
Party”
« Partie à la
Convention de
Stockholm »
“Stockholm Party” means a State or regional economic integration organization for which the Stockholm Convention is in force.
“substance
subject to the
prior informed
consent
procedure”
« substance
soumise à la
procédure de
consentement
préalable »
“substance subject to the prior informed consent
procedure” means a substance specified in Annex III
of the Rotterdam Convention that is destined for use
in the category specified in that Annex.
Purpose
Notice
Conditions of
export
« Convention de Stockholm » La Convention de
Stockholm sur les polluants organiques persistants,
avec ses modifications successives.
« Convention
de Stockholm »
“Stockholm
Convention”
« Liste des substances d’exportation contrôlée » La
Liste des substances d’exportation contrôlée figurant à l’annexe 3 de la Loi.
« Liste des
substances
d’exportation
contrôlée »
“Export Control
List”
« Loi » La Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
« numéro d’enregistrement CAS » Le numéro
d’identification attribué à une substance chimique
par la Chemical Abstracts Service Division de
l’American Chemical Society.
« Loi »
“Act”
« Partie à la Convention de Rotterdam » État ou
organisation régionale d’intégration économique
pour lequel la Convention de Rotterdam est en
vigueur.
« Partie à la Convention de Stockholm » État ou
organisation régionale d’intégration économique
pour lequel la Convention de Stockholm est en
vigueur.
« produit antiparasitaire » S’entend au sens du
paragraphe 2(1) de la Loi sur les produits
antiparasitaires.
« Secrétariat de Rotterdam » Le Secrétariat de la
Convention institué aux termes de l’article 19 de la
Convention de Rotterdam.
« Partie à la
Convention de
Rotterdam »
“Rotterdam
Party”
« substance soumise à la procédure de consentement
préalable » Substance figurant à l’Annexe III de la
Convention de Rotterdam qui est destinée à la catégorie d’utilisation prévue à cette annexe.
« substance
soumise à la
procédure de
consentement
préalable »
“substance
subject to the
prior informed
consent
procedure”
PURPOSE
OBJET
2. The purpose of these Regulations is to establish
regulatory conditions applicable to the export of
substances specified in the Export Control List and
to implement the Stockholm Convention and Rotterdam Convention in relation to the export of those
substances.
2. Le présent règlement a pour objet d’établir les
conditions réglementaires applicables à l’exportation des substances figurant à la Liste des substances
d’exportation contrôlée et de mettre en œuvre des
dispositions de la Convention de Stockholm et de la
Convention de Rotterdam relatives à l’exportation
de ces substances.
BACKGROUND
CONTEXTE
3. (1) These Regulations set out the content of the
notice of proposed export that is required under subsection 101(1) of the Act for substances specified in
Schedule 3 to the Act, and the period within which
and manner in which the notice must be provided.
(2) These Regulations also set out
(a) for the purposes of subsection 101(3) of the
Act, the conditions applicable to the export of a
substance that is specified in Part 2 or 3 of Schedule 3 to the Act and that is also targeted by the
Stockholm Convention; and
3. (1) Le présent règlement prévoit la forme, le
contenu et le délai de présentation du préavis d’exportation exigé par le paragraphe 101(1) de la Loi
pour l’exportation des substances visées à l’annexe 3
de la Loi.
(2) Il établit également :
a) pour l’application du paragraphe 101(3) de la
Loi, les conditions applicables aux exportations
de substances visées aux parties 2 et 3 de l’annexe 3 de la Loi qui sont aussi visées par la
Convention de Stockholm;
« numéro
d’enregistrement CAS »
“CAS registry
number”
« Partie à la
Convention de
Stockholm »
“Stockholm
Party”
« produit
antiparasitaire »
“pesticide”
« Secrétariat de
Rotterdam »
“Rotterdam
Secretariat”
Objet
Préavis
Conditions
d’exportation
1311
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
(b) for the purposes of subsections 101(2) and (3)
of the Act, the conditions applicable to the export
of a substance that is specified in Schedule 3 to
the Act to a Rotterdam Party, including permit,
liability insurance and labelling requirements.
Application
Thirty days
Effective date
Content of
notice
Electronic or
paper
submission
Notification of
changes
Persistent
organic
pollutant
POP specified
in Part 2 or 3 of
Schedule 3 to
Act
1312
b) pour l’application des paragraphes 101(2) et (3)
de la Loi, les conditions applicables aux exportations de substances visées à l’annexe 3 de la Loi à
destination d’une Partie à la Convention de Rotterdam, notamment la nécessité de détenir un permis et de se conformer à des exigences en matière
d’assurance-responsabilité et d’étiquetage.
APPLICATION
CHAMP D’APPLICATION
4. These Regulations apply to the export of substances specified in the Export Control List.
4. Le présent règlement s’applique à l’exportation
des substances inscrites à la Liste des substances
d’exportation contrôlée.
NOTICE OF PROPOSED EXPORT
PRÉAVIS D’EXPORTATION
5. (1) The notice of proposed export required
under subsection 101(1) of the Act must be provided
to the Minister by the person proposing the export of
a substance at least 30 days before the export.
(2) The notice is considered to be provided to the
Minister
(a) on the day on which it is delivered, if it is
delivered personally;
(b) on the day on which it is postmarked, if it is
sent by mail; or
(c) on the date that is indicated by the sending
apparatus, if it is sent by electronic mail or by
facsimile.
(3) The notice of proposed export must
(a) provide the information set out in Schedule 1;
and
(b) be accompanied by a certification, dated and
signed by the person proposing the export, or by
their duly authorized representative, stating that
the information provided in the notice is accurate
and complete.
(4) The notice of proposed export and the certification may be submitted either in writing or in an
electronic format that is compatible with the one that
is used by the Minister and the documents must bear
the signature of the person proposing the export or
their duly authorized representative.
(5) The exporter must notify the Minister in writing of any change to the information provided in a
notice of proposed export within 30 days after learning of it.
5. (1) Le préavis d’exportation visé au paragraphe 101(1) de la Loi est donné, par la personne qui
prévoit d’exporter une substance, au moins trente
jours avant l’exportation.
(2) Le préavis est réputé avoir été donné :
a) le jour de sa livraison, s’il est remis en mains
propres;
b) à la date du cachet postal, s’il est envoyé par la
poste;
c) à la date indiquée par l’appareil de transmission, s’il est envoyé par courrier électronique ou
par télécopieur.
Trente jours
(3) Le préavis d’exportation :
a) comporte les renseignements prévus à l’annexe 1;
b) est accompagné d’une attestation, datée et
signée par la personne qui prévoit d’exporter la
substance ou son représentant dûment autorisé,
portant que les renseignements contenus dans le
préavis sont complets et exacts.
(4) Le préavis d’exportation et l’attestation
peuvent être présentés sur un support papier ou sur
un support électronique compatible avec celui utilisé
par le ministre et portent la signature de la personne
qui prévoit d’exporter une substance ou de son
représentant dûment autorisé.
(5) L’exportateur communique au ministre tout
changement aux renseignements fournis dans un
préavis d’exportation au plus tard trente jours après
en avoir pris connaissance.
Contenu
CONDITIONS RELATIVE TO THE
STOCKHOLM CONVENTION
CONDITIONS RELATIVES À LA
CONVENTION DE STOCKHOLM
6. (1) In this section, “persistent organic pollutant” means a substance listed in Annex A or B of the
Stockholm Convention, other than one added to that
Convention by an amendment that is not in force for
Canada.
(2) A person that has provided a notice of proposed export under subsection 101(1) of the Act may
export a persistent organic pollutant that is specified
in Part 2 or 3 of the Export Control List under the
following conditions, unless the export of that
6. (1) Au présent article, « polluant organique persistant » s’entend de toute substance inscrite à l’annexe A ou B de la Convention de Stockholm, sauf
celle inscrite au moyen d’un amendement qui n’est
pas en vigueur pour le Canada.
(2) La personne qui a donné un préavis d’exportation en application du paragraphe 101(1) de la Loi
peut exporter un polluant organique persistant inscrit
aux parties 2 ou 3 de la Liste des substances d’exportation contrôlée dans l’un ou l’autre des cas ci-après,
Application
Date d’effet
Support de
présentation
Communication
de changements
Polluant
organique
persistant
POP inscrit aux
parties 2 ou 3
de l’annexe 3
de la Loi
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
persistent organic pollutant is prohibited by any
other regulation made under the Act:
(a) if a specific exemption or acceptable purpose
is listed in Annex A or B of the Stockholm Convention for that persistent organic pollutant and
the export is to a Stockholm Party,
(i) that Party has registered a specific exemption or acceptable purpose in the relevant
Register established under the Stockholm Convention and the export complies with the terms
of that specific exemption or acceptable
purpose,
(ii) in the case of a persistent organic pollutant
added to the Stockholm Convention by an
amendment that is not in force for that Party, an
annual certification for the year in question
regarding that Party that is in accordance with
paragraph 2 (b) (iii) of Article 3 of the Stockholm Convention has been transmitted by Canada to the Secretariat established under that
Convention, and the export complies with the
terms of the specific exemption or acceptable
purpose listed in those Annexes;
(b) if a specific exemption or acceptable purpose
is listed in Annex A or B of the Stockholm Convention for that persistent organic pollutant and
the export is to a State or regional economic integration organization that is not a party to the
Stockholm Convention, an annual certification for
the year in question regarding that State or organization that is in accordance with paragraph 2 (b) (iii) of Article 3 of the Stockholm
Convention has been transmitted by Canada to the
Secretariat established under that Convention, and
the export complies with the terms of the specific
exemption or acceptable purpose listed in those
Annexes;
(c) the persistent organic pollutant is exported in
accordance with paragraph 1 (d) of Article 6 of
the Stockholm Convention;
(d) the persistent organic pollutant is exported for
use in a laboratory for analysis, in scientific
research or as a laboratory analytical standard and
the total quantity exported by the person does not
exceed 10 kg per calendar year;
(e) the persistent organic pollutant is incidentally
present in trace amounts in the product that is
being exported; or
(f) the persistent organic pollutant is contained in
a product
(i) that was manufactured on or before the entry
into force for Canada of a provision of the
Stockholm Convention prohibiting, under
Annex A, or restricting, under Annex B, the
production or use of that persistent organic pollutant, and
(ii) in respect of which a notification has been
provided by Canada in accordance with
note (ii) to Annex A or B of the Stockholm
Convention and the notification has been made
publicly available in accordance with that note
sauf si l’exportation du polluant est interdite aux
termes d’un autre règlement pris en vertu de la Loi :
a) si une dérogation spécifique ou un but acceptable figurent à l’annexe A ou B de la Convention
de Stockholm à l’égard de ce polluant, et si l’exportation se fait à destination d’une Partie à la
Convention de Stockholm :
(i) la Partie a enregistré une dérogation spécifique ou un but acceptable dans le Registre établi à cette fin aux termes de la Convention et
l’exportation est conforme à cette dérogation
spécifique ou à ce but acceptable,
(ii) s’agissant d’un polluant organique persistant qui a été ajouté à la Convention de Stockholm au moyen d’un amendement non en
vigueur pour cette Partie, le Canada a, conformément au point iii) de l’alinéa b) du paragraphe 2 de l’article 3 de cette Convention,
transmis au Secrétariat institué aux termes de
celle-ci une certification annuelle pour l’année
en cause à l’égard de cette Partie, et l’exportation est conforme à la dérogation spécifique ou
au but acceptable en question;
b) si une dérogation spécifique ou un but acceptable figurent à l’annexe A ou B de la Convention
de Stockholm à l’égard de ce polluant, et si l’exportation se fait à destination d’un État ou d’une
organisation régionale d’intégration économique
non Partie à la Convention de Stockholm, le
Canada a, conformément au point iii) de l’alinéa b) du paragraphe 2 de l’article 3 de cette
Convention, transmis au Secrétariat institué aux
termes de celle-ci une certification annuelle pour
l’année en cause à l’égard de l’État ou de l’organisation, et l’exportation est conforme à la dérogation spécifique ou au but acceptable en question;
c) le polluant organique persistant est exporté en
conformité avec l’alinéa d) du paragraphe 1 de
l’article 6 de la Convention de Stockholm;
d) le polluant organique persistant est destiné à
être utilisé pour des analyses en laboratoire, pour
la recherche scientifique ou en tant qu’étalon analytique de laboratoire et la quantité totale exportée
par elle par année civile n’excède pas 10 kg;
e) le polluant organique persistant est présent fortuitement et en une quantité minime dans le produit exporté;
f) le polluant organique persistant est contenu
dans un produit :
(i) qui a été fabriqué au plus tard à l’entrée en
vigueur pour le Canada d’une disposition de la
Convention interdisant, aux termes de l’annexe A, ou restreignant, aux termes de l’annexe B, sa production ou son utilisation,
(ii) qui a fait l’objet d’une notification par le
Canada aux termes de la note ii) de l’annexe A
ou B de la Convention de Stockholm qui a été
mise à la disposition du public en application
de cette note, par le Secrétariat institué aux
termes de la Convention.
1313
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
by the Secretariat established under the terms
of that Convention.
Nonapplication
(3) Subsection (2) does not apply to a persistent
organic pollutant that is, or is contained in, a hazardous waste or hazardous recyclable material regulated
by the Export and Import of Hazardous Waste and
Hazardous Recyclable Material Regulations.
(3) Le paragraphe (2) ne s’applique pas au polluant organique persistant qui est un déchet dangereux ou une matière recyclable dangereuse régis par
le Règlement sur l’exportation et l’importation de
déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses, ou qui est contenu dans un tel déchet ou une
telle matière.
CONDITIONS RELATIVE TO THE
ROTTERDAM CONVENTION
CONDITIONS RELATIVES À LA
CONVENTION DE ROTTERDAM
General Provisions
Dispositions générales
Application
7. (1) Sections 8 to 22 set out the additional conditions applicable to the export of a substance specified in the Export Control List if that export is to a
Rotterdam Party.
Nonapplication
(2) Sections 8 to 22 do not apply to a substance
that
(a) is contained in a manufactured item that during manufacture is formed into a specific physical
shape or design and has for its final use a function
or functions wholly or partly dependent on its
shape or design;
(b) is, or is contained in, a hazardous waste or hazardous recyclable material regulated by the Export
and Import of Hazardous Waste and Hazardous
Recyclable Material Regulations;
(c) is, or is contained in, a controlled substance as
defined in subsection 2(1) of the Controlled Drugs
and Substances Act;
(d) is, or is contained in, a nuclear substance as
defined in section 2 of the Nuclear Safety and
Control Act;
(e) is, or is contained in, a chemical weapon as
defined by the Convention on the Prohibition of
the Development, Production, Stockpiling and
Use of Chemical Weapons and on Their Destruction, signed at Paris, France, on January 13, 1993,
as amended from time to time;
(f) is, or is contained in, a food or drug as defined
in section 2 of the Food and Drugs Act or a food
additive as defined in Part B of the Food and Drug
Regulations;
(g) is contained in a product at a concentration of
less than 0.1% by weight;
(h) is exported by or to an individual for that individual’s personal use, if the total quantity exported
by the exporter does not exceed 10 kg per calendar year; or
(i) is exported for use in a laboratory for analysis,
in scientific research, or as a laboratory analytical
standard, if the total quantity exported does not
exceed 10 kg per exporter per calendar year.
7. (1) Les articles 8 à 22 prévoient les conditions
additionnelles qui s’appliquent aux exportations de
substances inscrites à la Liste des substances d’exportation contrôlée lorsque celles-ci sont destinées à
une Partie à la Convention de Rotterdam.
(2) Les articles 8 à 22 ne s’appliquent pas aux
substances suivantes :
a) celle qui est contenue dans un article manufacturé doté d’une forme ou de caractéristiques matérielles précises pendant sa fabrication et qui a,
pour son utilisation finale, une ou plusieurs fonctions dépendant en tout ou en partie de cette forme
ou de ces caractéristiques;
b) celle qui est un déchet dangereux ou une
matière recyclable dangereuse régis par le Règlement sur l’exportation et l’importation de déchets
dangereux et de matières recyclables dangereuses, ou qui est contenue dans un tel déchet ou
une telle matière;
c) celle qui est une substance désignée, au sens du
paragraphe 2(1) de la Loi réglementant certaines
drogues et autres substances, ou qui est contenue
dans une telle substance;
d) celle qui est une substance nucléaire, au sens de
l’article 2 de la Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires, ou qui est contenue dans une telle
substance;
e) celle qui est une arme chimique, au sens de la
Convention sur l’interdiction de la mise au point,
de la fabrication, du stockage et de l’emploi des
armes chimiques et sur leur destruction, signée à
Paris (France) le 13 janvier 1993, avec ses modifications successives, ou qui est contenue dans une
telle arme;
f) celle qui est un aliment ou une drogue, au sens
de l’article 2 de la Loi sur les aliments et drogues,
ou qui est contenue dans un tel aliment ou drogue,
ou celle qui est un additif alimentaire au sens de la
partie B du Règlement sur les aliments et
drogues;
g) celle qui est présente dans un produit en une
concentration inférieure, en poids, à 0,1 %;
h) celle qui est destinée à l’usage personnel de la
personne physique qui l’exporte ou à celui d’un
tiers, pourvu que la quantité totale exportée par lui
par année civile n’excède pas 10 kg;
1314
Nonapplication
Application
Nonapplication
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
i) celle qui est destinée à être utilisée pour des
analyses en laboratoire, pour la recherche scientifique ou en tant qu’étalon analytique de laboratoire, pourvu que la quantité totale exportée par un
exportateur par année civile n’excède pas 10 kg.
Exports Not Requiring a Permit
Exportations sans permis
Substances not
subject to prior
informed
consent
procedure
8. A person that has provided a notice of proposed
export under subsection 101(1) of the Act may
export a substance — other than a substance specified in Part 1 or 3 of the Export Control List — that
is specified in Annex III of the Rotterdam Convention, but that is destined for use in a category other
than the category specified for that substance in that
Annex, if
(a) that person is a resident of Canada or, in the
case of a corporation, has a place of business in
Canada; and
(b) that person meets the requirements of sections 20 to 22.
Direction
issued by
Minister
9. If a person is required to export a substance
specified in Part 1 of the Export Control List in compliance with a direction issued by the Minister under
subparagraph 99(b)(iii) of the Act, that person must
meet the requirements of sections 20 to 22 in addition to providing the notice of proposed export
required under subsection 101(1) of the Act.
8. Toute personne qui a donné son préavis d’exportation en application du paragraphe 101(1) de la
Loi peut exporter une substance inscrite à l’Annexe III de la Convention de Rotterdam — autre
qu’une substance inscrite à la partie 1 ou 3 de la
Liste des substances d’exportation contrôlée —, qui
n’est pas destinée à être employée dans une catégorie prévue à cette annexe, si les conditions suivantes
sont réunies :
a) elle est un résident du Canada ou, s’il s’agit
d’une personne morale, a un établissement au
Canada;
b) elle se conforme aux exigences des articles 20
à 22.
9. La personne qui exporte une substance inscrite
à la partie 1 de la Liste des substances d’exportation
contrôlée en application d’un ordre donné par le
ministre aux termes du sous-alinéa 99b)(iii) de la
Loi doit, en plus de donner le préavis d’exportation
requis en application du paragraphe 101(1) de la
Loi, respecter les conditions prévues aux articles 20
à 22.
Exports Requiring a Permit
Exportations assujetties à un permis
Conditions of Export
Conditions d’exportation
Substances
subject to prior
informed
consent
procedure and
other
substances
10. (1) Subject to section 9, any person proposing
to export any of the following substances must hold
an export permit:
(a) a substance that is specified in Part 2 of the
Export Control List and Annex III of the Rotterdam Convention and that is destined for use in the
category specified for that substance in that
Annex; or
(b) a substance that is specified in Part 1 or 3 of
the Export Control List whether or not it is specified in Annex III of the Rotterdam Convention.
Additional
conditions
(2) Any person referred to in subsection (1) that
has provided the Minister with a notice of proposed
export under subsection 101(1) of the Act must
(a) be a resident of Canada or, in the case of a
corporation, have a place of business in Canada;
(b) meet the requirements of sections 20 to 22;
and
(c) include a copy of the export permit with each
shipment of the substance.
10. (1) Sous réserve de l’article 9, doit être titulaire d’un permis d’exportation toute personne qui
entend exporter l’une ou l’autre des substances
suivantes :
a) une substance inscrite à la partie 2 de la Liste
des substances d’exportation contrôlée, qui figure
à l’Annexe III de la Convention de Rotterdam et
qui est destinée à être employée dans une catégorie prévue à cette annexe;
b) une substance inscrite à la partie 1 ou 3 de la
Liste des substances d’exportation contrôlée,
figurant ou non à l’Annexe III de la Convention de
Rotterdam.
(2) Toute personne visée au paragraphe (1) qui a
donné son préavis d’exportation en application du
paragraphe 101(1) de la Loi est tenue de se conformer aux conditions suivantes :
a) être un résident du Canada ou, s’il s’agit d’une
personne morale, avoir un établissement au
Canada;
b) respecter les exigences des articles 20 à 22;
c) joindre à chaque envoi une copie du permis
d’exportation.
Substances non
soumises à la
procédure de
consentement
préalable
Ordre du
ministre
Substances
soumises à la
procédure de
consentement
préalable et
autres
substances
Conditions
supplémentaires
1315
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Permit
application
Content of
application
Certification
Electronic or
paper
submission
Signature
Combined
notice and
permit
application
Substances
subject to prior
informed
consent
procedure
1316
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
Permit Application
Demande de permis d’exportation
11. (1) The application for an export permit must
be submitted to the Minister before the export takes
place.
(2) The application must include the information
listed in Schedule 2 and be accompanied by
(a) a written undertaking dated and signed by the
exporter, or by their duly authorized representative, stating that the exporter assumes responsibility for the removal of the substance from the
country of destination and any related costs,
including the transportation, care, control and
storage of the substance, in the event that the
exporter exports the substance in contravention of
any conditions set out in the export permit or if the
export takes place after the export permit has
expired or been cancelled;
(b) in the case referred to in subparagraph 12(1)(c)(iii), documentation confirming
that the substance has been used in or imported
into the country of destination in the last 10 years;
and
(c) in the case referred to in subparagraph 12(1)(c)(iv), the written consent of the
designated national authority of the country of
destination to the import of the substance.
(3) The application must be accompanied by a
certification dated and signed by the exporter, or by
their duly authorized representative, stating that the
information provided in the application is accurate
and complete.
(4) The application, the documents referred to in
paragraphs (2)(a) to (c) and the certification may be
submitted either in writing or in an electronic format
that is compatible with the one that is used by the
Minister.
(5) The application, the written undertaking
referred to in paragraph (2)(a) and the certification
must bear the signature of the exporter or their duly
authorized representative.
(6) If the notice of proposed export and the application for an export permit in relation to a particular
substance are provided to the Minister at the same
time, the exporter does not need to provide the information referred to in items 1, 2 and 4 to 8 of Schedule 2 if that information is provided in the notice.
11. (1) La demande de permis d’exportation est
présentée au ministre avant l’exportation d’une
substance.
(2) La demande comporte les renseignements prévus à l’annexe 2 et est accompagnée des documents
suivants :
a) une déclaration, datée et signée par l’exportateur ou son représentant dûment autorisé, portant
que l’exportateur s’engage à assumer toute responsabilité à l’égard de l’enlèvement de la substance du territoire du pays de destination, notamment le transport, la garde et le stockage, ainsi que
les frais connexes si l’exportation n’est pas effectuée conformément aux conditions énoncées dans
le permis ou si elle a lieu après l’annulation ou
l’expiration de celui-ci;
b) dans le cas prévu au sous-alinéa 12(1)c)(iii), les
documents établissant que la substance a été utilisée ou importée dans le pays de destination au
cours des dix dernières années;
c) dans le cas prévu au sous-alinéa 12(1)c)(iv), le
consentement écrit de l’autorité nationale désignée du pays de destination à l’égard de l’importation de la substance.
Modalités de
présentation
(3) La demande est accompagnée d’une attestation, datée et signée par l’exportateur ou son représentant dûment autorisé, portant que les renseignements contenus dans la demande sont complets et
exacts.
(4) La demande, les documents visés aux alinéas (2)a) à c) et l’attestation peuvent être présentés
sur un support papier ou sur un support électronique
compatible avec celui utilisé par le ministre.
Attestation
(5) La demande, la déclaration visée à l’alinéa (2)a) et l’attestation portent la signature de l’exportateur ou de son représentant autorisé.
Signature
(6) La demande de permis d’exportation peut être
combinée avec le préavis d’exportation si les deux
sont présentés au même moment. Dans ce cas, la
demande n’a pas à comporter les renseignements
mentionnés aux articles 1, 2 et 4 à 8 de l’annexe 2,
s’ils sont déjà fournis dans le préavis.
Préavis et
demande de
permis
combinés
Issuance of Export Permits
Délivrance des permis d’exportation
12. (1) Subject to section 16, in the case of an
export of a substance subject to the prior informed
consent procedure that is specified in Part 1 of the
Export Control List and destined for destruction or
that is specified in Part 2 of that List, the Minister
must issue an export permit if
(a) the permit application is received before the
Rotterdam Secretariat has first informed the Rotterdam Parties through the PIC Circular of the
country of destination’s response with respect to
12. (1) Sous réserve de l’article 16, dans le cas de
l’exportation d’une substance soumise à la procédure de consentement préalable qui est inscrite à la
partie 1 de la Liste des substances d’exportation
contrôlée et exportée en vue de sa destruction ou qui
est inscrite à la partie 2 de cette liste, le ministre
délivre un permis d’exportation si, selon le cas :
a) la demande de permis est reçue avant que le
Secrétariat de Rotterdam n’ait, par le truchement
de la Circulaire PIC, informé pour la première
Contenu
Support de
présentation
Substances
soumises à la
procédure de
consentement
préalable
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
the import of the substance or of its failure to
transmit that response;
(b) the permit application is received after the
Rotterdam Secretariat has first informed the Rotterdam Parties through the PIC Circular that the
country of destination has given consent to the
import of the substance; or
(c) the permit application is received after the Rotterdam Secretariat has first informed the Rotterdam Parties through the PIC Circular that the
country of destination has failed to transmit a
response with respect to the import of the substance and
(i) the permit application is received before the
end of the six-month period that begins on the
date of publication of that PIC Circular,
(ii) the permit application is received after the
end of the 18-month period that begins on the
date of publication of that PIC Circular,
(iii) no regulatory action has been taken by the
country of destination to prohibit the use of the
substance and the substance has been used in or
imported into the country of destination in the
last 10 years, or
(iv) the designated national authority of the
country of destination has given written consent to the import of the substance.
fois les Parties à la Convention de Rotterdam de la
réponse du pays de destination, quant à l’importation de la substance, ou de son défaut de communiquer cette réponse;
b) la demande de permis est reçue après que le
Secrétariat de Rotterdam ait, par le truchement de
la Circulaire PIC, informé pour la première fois
les Parties à la Convention de Rotterdam du
consentement du pays de destination quant à l’importation de la substance;
c) la demande de permis est reçue après que le
Secrétariat de Rotterdam ait, par le truchement de
la Circulaire PIC, informé pour la première fois
les Parties à la Convention de Rotterdam du défaut
du pays de destination de communiquer une
réponse quant à l’importation de la substance, et
que l’une ou l’autre des conditions suivantes est
remplie :
(i) la demande est reçue avant la date d’expiration de la période de six mois débutant à la date
de publication de cette circulaire,
(ii) la demande est reçue après la date d’expiration de la période de dix-huit mois débutant à la
date de publication de cette circulaire,
(iii) aucune mesure réglementaire n’a été prise
par le pays de destination pour interdire l’utilisation de la substance et celle-ci y a été utilisée
ou importée au cours des dix dernières années,
(iv) l’autorité nationale désignée du pays de
destination a donné son consentement écrit à
l’importation de la substance.
(2) Le permis d’exportation délivré aux termes du
paragraphe (1) énonce les conditions d’importation
imposées par le pays de destination qui figurent dans
la Circulaire PIC ou celles prévues dans le consentement écrit de l’autorité nationale désignée, le cas
échéant.
13. Sous réserve de l’article 16, dans le cas de
l’exportation, en vue de sa destruction, d’une substance — autre qu’une substance soumise à la procédure de consentement préalable — inscrite à la
partie 1 de la Liste des substances d’exportation
contrôlée, le ministre délivre un permis d’exportation dès réception d’une demande de permis à cette
fin.
14. Sous réserve de l’article 16, le ministre délivre
un permis d’exportation d’une substance inscrite à la
partie 3 de la Liste des substances d’exportation
contrôlée dès réception d’une demande de permis à
cette fin.
Conditions of
import
(2) An export permit issued under subsection (1)
must specify the conditions of import imposed by
the country of destination as set out in the PIC Circular or as may be specified in the designated
national authority’s written consent, if applicable.
Other
substances —
Part 1 of Export
Control List
13. Subject to section 16, in the case of an export
for destruction of a substance — other than a substance subject to the prior informed consent procedure — specified in Part 1 of the Export Control List,
the Minister must issue an export permit on receipt
of the permit application.
Other
substances —
Part 3 of Export
Control List
14. Subject to section 16, the Minister must issue
an export permit for the export of a substance specified in Part 3 of the Export Control List on receipt of
the permit application.
Expiry of
permit
15. An export permit expires at the end of the calendar year for which it is issued.
15. Le permis d’exportation expire à la fin de l’année civile pour laquelle il est délivré.
Refusal to Issue Permit
Refus de délivrer un permis
16. The Minister must refuse to issue an export
permit if the Minister believes on reasonable grounds
that
(a) the exporter is not able to export the substance
in compliance with the Act, these Regulations or
16. Le ministre refuse de délivrer le permis d’exportation s’il a des motifs raisonnables de croire que,
selon le cas :
a) l’exportateur n’est pas en mesure d’exporter la
substance conformément à la Loi, au présent
Reasonable
grounds
Conditions
d’importation
Autres
substances —
partie 1 de la
Liste des
substances
d’exportation
contrôlée
Autres
substances —
partie 3 de la
Liste des
substances
d’exportation
contrôlée
Durée de
validité du
permis
Motifs
raisonnables
1317
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
the conditions imposed by the country of
destination;
(b) the export would contravene the Act, any regulations made under the Act or any other measure
taken under the Act; or
(c) the exporter provided false or misleading
information in the notice of proposed export, in
the permit application or in any document provided under paragraph 11(2)(b) or (c).
règlement ou aux conditions imposées par le pays
de destination;
b) l’exportation contreviendrait à la Loi ou à ses
règlements ou à d’autres mesures d’application de
la Loi;
c) l’exportateur a fourni des renseignements faux
ou trompeurs dans le préavis d’exportation, la
demande de permis ou les documents visés aux
alinéas 11(2)b) ou c).
Cancellation, Amendment or Suspension of Permit
Annulation, modification et suspension de permis
Consent for
import not
provided
17. (1) If the Rotterdam Secretariat advises the
Rotterdam Parties through the PIC Circular that a
country of destination does not consent to the import
of a substance for which an export permit has been
issued, the Minister must cancel the permit and the
cancellation takes effect on the day that is six months
after the date of publication of that PIC Circular.
Consentement à
l’importation
non accordé
Revocation of
consent
(2) If a designated national authority advises the
Minister that it revokes its written consent to the
import of a substance for which an export permit has
been issued, the Minister must cancel the permit and
the cancellation takes effect on the day that is
30 days after the day on which the Minister is
advised of the revocation.
(3) If the Rotterdam Secretariat advises the Rotterdam Parties for the first time through the PIC Circular that a country of destination has failed to transmit a response with respect to the import of a
substance for which an export permit has been
issued under paragraph 12(1)(a) or subparagraph 12(1)(c)(i), the Minister must cancel the permit and the cancellation takes effect on the day that
is six months after the date of publication of that PIC
Circular.
(4) If the Rotterdam Secretariat advises the Rotterdam Parties through the PIC Circular that a country of destination has modified the conditions of
import of a substance for which an export permit has
been issued, the Minister must amend the permit in
accordance with the new conditions and the amendment takes effect on the day that is six months after
the date of publication of that PIC Circular.
17. (1) Si le Secrétariat de Rotterdam informe les
Parties à la Convention de Rotterdam par le truchement de la Circulaire PIC qu’un pays de destination
ne consent pas à l’importation d’une substance pour
laquelle un permis d’exportation a déjà été délivré,
le ministre annule le permis; l’annulation prend effet
six mois après la date de publication de cette
circulaire.
(2) Si une autorité nationale désignée informe le
ministre qu’elle révoque son consentement écrit à
l’importation d’une substance pour laquelle un permis d’exportation a déjà été délivré, celui-ci annule
le permis; l’annulation prend effet trente jours après
que le ministre a été informé de la révocation.
(3) Si le Secrétariat de Rotterdam informe pour la
première fois les Parties à la Convention de Rotterdam, par le truchement de la Circulaire PIC, qu’un
pays de destination a fait défaut de communiquer
une réponse quant à l’importation d’une substance
pour laquelle un permis d’exportation a déjà été délivré aux termes de l’alinéa 12(1)a) ou du sousalinéa 12(1)c)(i), le ministre annule le permis;
l’annulation prend effet six mois après la date de
publication de cette circulaire.
(4) Si le Secrétariat de Rotterdam informe les Parties à la Convention de Rotterdam par le truchement
de la Circulaire PIC qu’un pays de destination a
modifié les conditions d’importation d’une substance pour laquelle un permis d’exportation a déjà
été délivré, le ministre modifie le permis selon les
nouvelles conditions; la modification prend effet
six mois après la date de publication de cette
circulaire.
(5) Si une autorité nationale désignée informe le
ministre qu’elle a modifié les conditions d’importation d’une substance pour laquelle un permis d’exportation a déjà été délivré, celui-ci modifie le permis selon les nouvelles conditions; la modification
prend effet trente jours après que le ministre a été
informé des modifications.
(6) Le ministre ne peut annuler ou modifier le permis d’exportation aux termes du présent article sans
avoir fait parvenir à l’exportateur par la poste, par
courrier électronique ou par télécopieur, un avis
motivé de l’annulation ou de la modification.
Réponse non
communiquée
Failure to
transmit
response
Modification of
conditions of
import — PIC
Circular
Modification of
conditions of
import —
designated
national
authority
Obligations of
Minister
1318
(5) If a designated national authority advises the
Minister that it has modified the conditions of import
of a substance for which an export permit has been
issued, the Minister must amend the permit in
accordance with the new conditions and the amendment takes effect 30 days after the day on which the
Minister is advised of the modifications.
(6) The Minister may cancel or amend an export
permit under this section only if a notice giving reasons for the amendment or cancellation has been
sent to the exporter by mail, electronic mail or
facsimile.
Consentement
révoqué
Modification
des conditions
d’importation —
circulaire PIC
Modification
des conditions
d’importation — autorité
nationale
Obligation du
ministre
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
Reasonable
grounds
18. (1) The Minister must cancel an export permit
if the Minister believes on reasonable grounds that
(a) the exporter is not able to export the substance
in compliance with the Act, these Regulations or
the conditions set out in the export permit;
(b) the export contravenes the Act, any regulations
made under the Act or any other measure taken
under the Act;
(c) the exporter failed to comply with a condition
set out in the export permit;
(d) the exporter failed to comply with the undertaking provided under paragraph 11(2)(a); or
(e) the exporter provided false or misleading
information in the notice of proposed export or in
any document provided under paragraph 11(2)(b)
or (c).
Notice of
proposed
cancellation
(2) The Minister must, before cancelling an export
permit under this section, notify the exporter of the
proposed cancellation by mail, electronic mail or
facsimile.
Content of
notice
(3) The notice of proposed cancellation must
(a) indicate the reasons for the proposed
cancellation;
(b) inform the exporter of the interim suspension
of the permit; and
(c) inform the exporter that it may make written
representations concerning the proposed
cancellation.
(4) The export permit is suspended for the period
beginning on the day on which the notice of the proposed cancellation is received and ending on the day
on which the Minister makes a decision respecting
the proposed cancellation.
(5) The exporter may, within 15 days after the day
on which the notice is received, make written representations concerning the proposed cancellation.
(6) The notice of proposed cancellation is considered to have been received by the exporter
(a) on the day on which it is delivered, if it is
delivered personally;
(b) on the 10th day after the day on which it is
postmarked, if it is sent by mail; or
(c) on the date that is indicated by the sending
apparatus, if it is sent by electronic mail or by
facsimile.
Interim
suspension of
permit
Written
representations
Date of receipt
Period of
retention
18. (1) Le ministre annule le permis d’exportation
s’il a des motifs raisonnables de croire que, selon le
cas :
a) l’exportateur n’est pas en mesure d’exporter la
substance conformément à la Loi, au présent
règlement ou aux conditions énoncées dans le
permis;
b) l’exportation contrevient à la Loi ou à ses règlements ou à d’autres mesures d’application de la
Loi;
c) l’exportateur n’a pas respecté l’une des conditions énoncées dans le permis;
d) l’exportateur n’a pas respecté l’engagement
qu’il a donné en application de l’alinéa 11(2)a);
e) l’exportateur a fourni des renseignements faux
ou trompeurs dans le préavis d’exportation ou
dans les documents visés aux alinéas 11(2)b)
ou c).
(2) Le ministre ne peut annuler le permis d’exportation aux termes du présent article sans avoir fait
parvenir à l’exportateur par la poste, par courrier
électronique ou par télécopieur, un avis quant à l’annulation projetée.
(3) L’avis d’annulation :
a) invoque les motifs de l’annulation projetée;
b) informe l’exportateur de la suspension provisoire du permis;
c) informe l’exportateur de la possibilité pour lui
de formuler des observations écrites.
Motifs
raisonnables
(4) Le permis d’exportation est suspendu à compter de la date de réception de l’avis d’annulation par
l’exportateur jusqu’à la date de la prise de décision
du ministre quant à l’annulation.
Suspension
provisoire
(5) L’exportateur peut, dans les quinze jours suivant la réception de l’avis, formuler des observations
écrites sur l’annulation projetée.
(6) L’avis d’annulation est réputé reçu par
l’exportateur :
a) le jour de sa livraison, s’il est remis en mains
propres;
b) le dixième jour suivant la date indiquée par le
cachet postal, s’il est envoyé par la poste;
c) à la date indiquée par l’appareil de transmission, s’il est envoyé par courrier électronique ou
par télécopieur.
Observations
écrites
Retention of Records
Conservation de documents
19. An exporter must keep at the exporter’s principal place of business in Canada, for a period of five
years after the end of the calendar year for which the
export permit is issued,
(a) the export permit;
(b) a copy of the application for the export permit
and the documents required under subsections 11(2) and (3) if the originals were submitted
19. L’exportateur conserve à son principal établissement au Canada, pendant une période de cinq ans
suivant la fin de l’année civile pour laquelle le permis d’exportation est délivré, les documents ci-après
relatifs aux exportations effectuées aux termes du
permis :
a) le permis d’exportation;
Avis
d’annulation
proposée
Contenu de
l’avis
d’annulation
Date de
réception
Durée de
conservation
1319
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
to the Minister or, if copies were submitted to the
Minister, the original of the application and
documents;
(c) for each export of a substance, proof of liability insurance coverage as required under section 20;
(d) for each export of a substance, a copy of the
label referred to in section 21 and the safety data
sheet referred to in section 22; and
(e) any shipping documents or any other documents that substantiate the date of the export and
the exact quantity of the substance that was
exported.
Amount
b) une copie de la demande de permis d’exportation et des documents visés aux paragraphes 11(2)
et (3) qui étaient joints à la demande, dans le cas
où les originaux ont été présentés et, dans le cas
contraire, l’exemplaire original de la demande et
des documents;
c) la preuve d’assurance-responsabilité visée à
l’article 20 pour chaque exportation de la
substance;
d) pour chaque exportation, une copie de l’étiquette prévue à l’article 21 et de la fiche signalétique prévue à l’article 22;
e) le document d’expédition ou tout autre document indiquant la date de l’exportation et la quantité exacte de la substance qui a été exportée.
Liability Insurance
Assurance-responsabilité
20. The exporter must have liability insurance in
an amount of not less than $5,000,000 for each
export in respect of
(a) any damages arising from the export for which
the exporter could become liable; and
(b) any costs that could be imposed on the exporter
under the applicable laws for cleaning up the
environment as a result of the substance being
released into the environment during export.
20. L’exportateur est tenu de détenir, pour chaque
exportation, une assurance-responsabilité pour une
somme d’au moins 5 000 000 $ couvrant :
a) d’une part, les dommages susceptibles de survenir pendant l’exportation et dont il pourrait être
tenu responsable;
b) d’autre part, les frais qui pourraient être imposés, aux termes des lois applicables, pour le nettoyage en cas de rejet de la substance dans l’environnement lors de l’exportation.
Labelling
Étiquetage
Information to
appear on label
21. (1) An exporter must affix to any container in
which a substance is exported a label that includes
the following information in either or both official
languages and, as far as practicable, at least one of
the official languages of the country of destination:
(a) the name of the substance as it appears on the
Export Control List and the commodity code of
the substance as it is identified in the Harmonized
Commodity Description and Coding System;
(b) a description of the hazards to the environment
or human health that can arise from the nature of
the substance or, if applicable, the product that
contains it; and
(c) the precautionary measures to be followed
when handling, using or being exposed to the substance or, if applicable, the product that contains
it, and the first aid measures to be administered in
case of exposure.
Bulk shipment
(2) In the case of a bulk shipment, the exporter
must either affix a label in accordance with subsection (1) or include with each shipment a label or a
document that contains the information required to
be included on the label.
(3) For the purposes of subsection (2), “bulk shipment” means the shipment of a substance without
any packaging or containment other than containment in
(a) a vessel having a water capacity of more than
454 L;
21. (1) L’exportateur appose sur le contenant dans
lequel la substance est exportée une étiquette comportant les renseignements ci-après dans l’une ou
l’autre des langues officielles, ou les deux, et, dans la
mesure du possible, dans au moins une des langues
officielles du pays de destination :
a) le nom de la substance tel qu’il est inscrit sur la
Liste des substances d’exportation contrôlée et
son numéro de code selon le Système harmonisé
de désignation et de codification des
marchandises;
b) un énoncé du danger pour l’environnement ou
pour la santé humaine que présente la substance
ou, le cas échéant, le produit qui la contient;
c) les précautions à prendre pendant la manutention ou l’utilisation de la substance ou, le cas
échéant, du produit qui la contient ou de l’exposition à la substance ou au produit, et, s’il y a lieu,
les premiers soins à administrer en cas
d’exposition.
(2) Dans le cas d’un envoi en vrac, l’exportateur
soit appose l’étiquette conformément au paragraphe (1), soit joint à chaque envoi l’étiquette ou un
document contenant les renseignements qu’elle doit
comporter.
(3) Pour l’application du paragraphe (2), « envoi
en vrac » s’entend de l’envoi de la substance sans
conditionnement, avec pour seul moyen de confinement l’un des moyens suivants :
a) un récipient ayant une capacité en eau de plus
de 454 l;
Definition of
“bulk
shipment”
1320
Montant
Renseignements figurant
sur l’étiquette
Envoi en vrac
« Envoi en
vrac » —
définition
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
(b) a freight container or a portable tank;
(c) a road vehicle or a railway vehicle; or
(d) the hold of a ship.
b) un conteneur de fret ou une citerne mobile;
c) un véhicule routier ou un véhicule ferroviaire;
d) la cale d’un navire.
Material Safety Data Sheet
Fiche signalétique
22. The exporter must include with each export of
the substance, in either or both official languages
and, as far as practicable, at least one of the official
languages of the country of destination, a material
safety data sheet as defined in subsection 11(1) of
the Hazardous Products Act in respect of the substance or, if applicable, the product that contains it.
22. L’exportateur est tenu de joindre à chaque
envoi une fiche signalétique au sens du paragraphe 11(1) de la Loi sur les produits dangereux, pour
la substance ou, le cas échéant, pour le produit qui la
contient, dans l’une ou l’autre des langues officielles, ou les deux, et, dans la mesure du possible,
dans au moins une des langues officielles du pays de
destination.
TRANSITIONAL PROVISIONS
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
Notice of
proposed export
23. (1) A notice of proposed export of a substance provided in accordance with the Export
Control List Notification Regulations before the
coming into force of these Regulations is deemed
to have been provided in accordance with these
Regulations in respect of those proposed exports.
Export permit
(2) An export permit that is issued under the
Export of Substances Under the Rotterdam Convention Regulations, other than one issued for the
export of a substance specified in Part 2 or Part 3
of the Export Control List and also listed in
Annex A or B of the Stockholm Convention, is
deemed to have been issued under these
Regulations.
Persistent
organic
pollutant
(3) An export permit that is issued under the
Export of Substances Under the Rotterdam Convention Regulations for the export of a substance
specified in Part 2 or Part 3 of the Export Control
List and also listed in Annex A or B of the Stockholm Convention is revoked on the day on which
these Regulations come into force.
23. (1) Le préavis d’exportation donné, avant
l’entrée en vigueur du présent règlement, à
l’égard des exportations projetées d’une substance aux termes du Règlement sur le préavis
d’exportation (substances d’exportation contrôlée)
est réputé avoir été donné conformément au présent règlement à l’égard de ces exportations.
(2) Tout permis d’exportation délivré en vertu
du Règlement sur l’exportation de substances aux
termes de la Convention de Rotterdam, à l’exception d’un permis pour l’exportation d’une substance inscrite à la partie 2 ou 3 de la Liste des
substances d’exportation contrôlée et à l’annexe A ou B de la Convention de Stockholm, est
réputé avoir été délivré en vertu du présent
règlement.
(3) Tout permis d’exportation délivré en vertu
du Règlement sur l’exportation de substances aux
termes de la Convention de Rotterdam pour l’exportation d’une substance inscrite à la partie 2 ou
3 de la Liste des substances d’exportation contrôlée et à l’annexe A ou B de la Convention de
Stockholm est annulé à la date de l’entrée en
vigueur du présent règlement.
Information
required
Registration
REPEALS
ABROGATIONS
24. The Export Control List Notification Regulations31 are repealed.
25. The Export of Substances Under the Rotterdam Convention Regulations42 are repealed.
24. Le Règlement sur le préavis d’exportation
(substances d’exportation contrôlée)31 est abrogé.
25. Le Règlement sur l’exportation de substances aux termes de la Convention de Rotterdam42
est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
26. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
26. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
1
1
2
2
SOR/2000-108
SOR/2002-317
Renseignements exigés
Préavis
d’exportation
Permis
d’exportation
Polluant
organique
persistant
Enregistrement
DORS/2000-108
DORS/2002-317
1321
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
SCHEDULE 1
(Subsection 5(3))
ANNEXE 1
(paragraphe 5(3))
INFORMATION TO BE PROVIDED IN
NOTICE OF PROPOSED EXPORT
RENSEIGNEMENTS À FOURNIR DANS
LE PRÉAVIS D’EXPORTATION
1. The name, civic and postal addresses, telephone number and,
if any, fax number and email address, in Canada, of the person
proposing to export a substance.
2. The name, title, civic and postal addresses, telephone number
and, if any, fax number and email address of the duly authorized
representative, if applicable.
3. For each substance exported, by country of destination,
(a) the name of the substance as it appears on the Export Control
List;
(b) the country of destination;
(c) the expected date or dates of export;
(d) the estimated quantity of the substance to be exported;
(e) an indication
(i) that the export is for the purpose of destroying the substance, or
(ii) that the substance is intended for either industrial, pesticidal or another use;
(f) an indication of whether the substance is exported under the
Export and Import of Hazardous Waste and Hazardous Recyclable Material Regulations, if applicable; and
(g) in the case of a substance specified in Part 2 or 3 of the
Export Control List and also listed in Annex A or B of the Stockholm Convention,
(i) an indication, if applicable, of the specific exemption or
acceptable purpose that applies to the substance that is being
exported,
(ii) an indication, if applicable, of whether the substance is
exported under paragraph 6(2)(c), the name and civic address
of the facility at which the disposal or recycling will take
place and the method that will be used to dispose of or recycle
the substance,
(iii) an indication, if applicable, of whether the substance is
exported for use in a laboratory for analysis, in scientific
research, or as a laboratory analytical standard,
(iv) an indication, if applicable, of whether the substance is
incidentally present in trace amounts in the product that is
being exported, and
(v) an indication, if applicable, of whether the product containing the substance was manufactured on or before the coming into force for Canada of a provision of the Stockholm
Convention prohibiting, under Annex A, or restricting, under
Annex B, the production or use of that substance, as well as
the date of manufacture of the product, if known.
1. Les nom, adresses municipale et postale, numéro de téléphone
et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse électronique au
Canada de la personne qui prévoit exporter une substance.
2. Les nom, titre, adresses municipale et postale, numéro de téléphone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse électronique du représentant dûment autorisé, s’il y a lieu.
3. Pour chaque substance exportée, par pays de destination :
a) le nom de la substance inscrite sur la Liste des substances
d’exportation contrôlée;
b) le pays de destination;
c) les dates d’exportation prévues;
d) la quantité approximative de substance qu’il est prévu
d’exporter;
e) une mention portant que la substance est exportée :
(i) soit en vue de sa destruction,
(ii) soit en vue de son utilisation à des fins industrielles, antiparasitaires ou autres;
f) s’il y a lieu, la mention portant qu’il s’agit d’une substance
exportée aux termes du Règlement sur l’exportation et l’importation de déchets dangereux et de matières recyclables
dangereuses;
g) s’il s’agit d’une substance inscrite à la partie 2 ou 3 de la Liste
des substances d’exportation contrôlée et à l’annexe A ou B de
la Convention de Stockholm :
(i) la dérogation spécifique applicable à l’exportation ou le but
acceptable mentionné pour celle-ci, le cas échéant,
(ii) une indication précisant, le cas échéant, si la substance est
exportée aux termes de l’alinéa 6(2)c), le nom et l’adresse
municipale de l’installation où cette activité aura lieu et la
méthode d’élimination ou de recyclage qui sera utilisée,
(iii) une indication précisant, le cas échéant, si la substance est
destinée à être utilisée pour des analyses en laboratoire, pour
la recherche scientifique ou en tant qu’étalon analytique de
laboratoire,
(iv) une indication précisant, le cas échéant, si la substance est
présente fortuitement et en une quantité minime,
(v) une indication précisant, le cas échéant, si le produit qui
contient la substance a été fabriqué au plus tard à l’entrée en
vigueur pour le Canada d’une disposition de la Convention
interdisant, aux termes de l’annexe A, ou restreignant, aux
termes de l’annexe B, la production ou l’utilisation de la substance, ainsi que la date de fabrication du produit, si elle est
connue.
SCHEDULE 2
(Subsections 11(2) and (6))
ANNEXE 2
(paragraphes 11(2) et (6))
INFORMATION TO BE PROVIDED IN
APPLICATION FOR EXPORT PERMIT
RENSEIGNEMENTS À FOURNIR DANS LA
DEMANDE DE PERMIS D’EXPORTATION
1. The name, civic and postal addresses, telephone number and,
if any, fax number and email address, in Canada, of the exporter.
1. Les nom, adresses municipale et postale, numéro de téléphone
et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse électronique au
Canada de l’exportateur de la substance.
1322
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
2. The name, title, civic and postal addresses, telephone number
and, if any, fax number and email address of the duly authorized
representative, if applicable.
3. The name, civic and postal addresses, telephone number and,
if any, fax number and email address of the importer.
4. The name of the substance as it appears on the Export Control
List.
5. The expected date or dates of export.
6. The estimated quantity of the substance to be exported.
7. The country of destination.
8. An indication
(a) that the export is for the purpose of destroying the substance;
or
(b) that the substance is intended for either industrial, pesticidal
or another use.
9. The common name and trade name of the substance, if
applicable.
10. The CAS registry number of the substance, if applicable.
11. The commodity code for the substance set out in the Harmonized Commodity Description and Coding System prepared by
the World Customs Organization, as amended from time to time, if
applicable.
12. If the substance is contained in a product,
(a) the name of the product; and
(b) the concentration of the substance in the product.
13. The following information respecting the export:
(a) the customs office through which it is expected to be exported
from Canada, if known;
(b) the countries through which the substance will transit, if
known; and
(c) the proposed number of exports for the calendar year, if
applicable.
2. Les nom, titre, adresses municipale et postale, numéro de téléphone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse électronique du représentant dûment autorisé, s’il y a lieu.
3. Les nom, adresses municipale et postale, numéro de téléphone
et, le cas échéant, numéro de télécopieur et adresse électronique de
l’importateur.
4. Le nom de la substance inscrite sur la Liste des substances
d’exportation contrôlée.
5. Les dates d’exportation prévues.
6. La quantité approximative de substance qu’il est prévu
d’exporter.
7. Le pays de destination.
8. Une mention portant que la substance est exportée :
a) soit en vue de sa destruction;
b) soit en vue de son utilisation à des fins industrielles, antiparasitaires ou autres.
14. The material safety data sheet for the substance or, if applicable, for the product that contains the substance.
9. Les appellations courante et commerciale de la substance, le
cas échéant.
10. Le numéro d’enregistrement CAS, le cas échéant.
11. Le cas échéant, le code de la substance selon le Système
harmonisé de désignation et de codification des marchandises établi par l’Organisation mondiale des douanes, avec ses modifications successives.
12. Si la substance est contenue dans un produit :
a) le nom du produit;
b) sa concentration dans le produit.
13. Les renseignements suivants concernant l’exportation
prévue :
a) le bureau de douanes à partir duquel les substances quitteront
le Canada, s’il est connu;
b) les pays par lesquels la substance transitera avant d’atteindre
sa destination finale, s’ils sont connus;
c) le nombre prévu d’exportations pour l’année civile, le cas
échéant.
14. La fiche signalétique de la substance ou, le cas échéant, du
produit qui la contient.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1. Background
1. Contexte
The Export Control List (ECL) in Schedule 3 of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999) is a list of substances to which export controls apply in Canada. The ECL is subject, from time to time, to amendments that are published in the
Canada Gazette. This List consists of three parts:
•• Part 1 includes substances whose use is prohibited in Canada.
These substances may only be exported under very limited circumstances (such as for destruction).
•• Part 2 includes substances for which notification or consent of
the country of destination is required before the substance is
La Liste des substances d’exportation contrôlée de l’annexe 3
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[LCPE (1999)] est une liste des substances pour lesquelles des
mesures de contrôle de l’exportation s’appliquent au Canada. La
Liste des substances d’exportation contrôlée est assujettie, de
temps à autre, à des modifications qui sont publiées dans la Gazette
du Canada. Cette liste est divisée en trois parties :
•• La partie 1 comprend les substances dont l’utilisation est interdite au Canada. Ces substances ne peuvent être exportées que
dans des circonstances très particulières (par exemple en vue de
leur destruction).
1323
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
exported from Canada, pursuant to an international agreement.
An example of these substances is lindane.
•• Part 3 includes substances whose use is restricted in Canada.
An example of these substances is tributyltetradecylphosphonium chloride.
Exports of substances on the ECL were previously required to
comply with the following regulations:
•• The Export Control List Notification Regulations (ECLN
Regulations) described the manner in which to notify of exports
of all substances listed on the ECL.
•• The Export of Substances Under the Rotterdam Convention
Regulations (ESURC Regulations) applied to exports of substances on the ECL destined to a Party to the Rotterdam Convention. These Regulations ensured that exporters supplied
information (through permit applications) so that Canada could
meet its obligations under the Rotterdam Convention.51
•• La partie 2 comprend les substances pour lesquelles le préavis
ou le consentement du pays de destination est requis avant que
la substance soit exportée du Canada, en vertu d’un accord
international. Un exemple de ces substances est le lindane.
•• La partie 3 comprend les substances dont l’utilisation est restreinte au Canada. Un exemple de ces substances est le chlorure
de tributyltétradécylphosphonium.
Les exportations de substances figurant sur la Liste des substances d’importation contrôlée devaient se conformer aux règlements suivants :
•• Le Règlement sur le préavis d’exportation (substances d’exportation contrôlée) décrivait la manière de signaler les exportations de substances répertoriées dans la Liste des substances
d’exportation contrôlée.
•• Le Règlement sur l’exportation de substances aux termes de la
Convention de Rotterdam s’appliquait à l’exportation de substances figurant sur la Liste des substances d’exportation contrôlée à destination d’un pays signataire de la Convention de Rotterdam. Ce règlement veillait à ce que les exportateurs
fournissent des renseignements (par l’entremise du processus
de demande de permis) afin que le Canada respecte ses obligations en vertu de la Convention de Rotterdam51.
International context
Contexte international
Canada is a party to both the Rotterdam Convention and the
Stockholm Convention.62 These conventions are mutually supportive and promote shared responsibility and cooperative efforts
amongst Parties in addressing exports of chemicals and/or
pesticides.
The Rotterdam Convention covers substances that have been
banned or severely restricted by Parties for health or environmental
reasons. This Convention facilitates information exchange between
Parties and has provisions to ensure that exports of certain substances are only sent to Parties who have consented to imports of the
substance in question. Parties are also obligated to send information and notification to the Designated National Authority of the
importing Party when exporting a substance subject to a domestic
ban or severe restriction on use.
Le Canada est signataire de la Convention de Rotterdam et de la
Convention de Stockholm62. Ces conventions se renforcent mutuellement et font la promotion de la responsabilité partagée et des
efforts de coopération entre les parties dans le dossier des exportations de produits chimiques et de pesticides.
La Convention de Rotterdam porte sur les substances dont l’utilisation a été interdite ou sévèrement restreinte par les parties pour
des raisons de santé ou de protection de l’environnement. Cette
convention facilite l’échange de renseignements entre les parties et
comporte des dispositions visant à veiller à ce que certaines substances soient uniquement exportées vers les parties qui ont
consenti à leur importation. Les parties sont également tenues de
fournir de l’information et une déclaration à l’autorité nationale
désignée de la partie importatrice lorsqu’elles exportent des substances qui ont été interdites ou dont l’usage est strictement restreint
par des lois nationales.
Alors que la Convention de Rotterdam a choisi l’approche de
partage d’information, la Convention de Stockholm impose des
restrictions aux exportations à destination des pays signataires
comme non signataires qui ne permettent l’exportation de polluants organiques persistant que dans des circonstances très
particulières.
While the Rotterdam Convention has taken the information
sharing approach, the Stockholm Convention restricts exports to
Parties as well as non-Parties, allowing exports of the persistent
organic pollutants under very select circumstances.
2. Issues and objectives
2. Enjeux/problèmes
Environment Canada has identified overlapping reporting and
notification requirements within Canada’s system of export controls for substances listed to the ECL. These overlapping requirements relate to Canada’s international obligations under the Rotterdam Convention, which controls the global trade in chemical
substances. A need was also identified to introduce new requirements which relate to Canada’s obligations under the Stockholm
Convention.
Environnement Canada a identifié des exigences en matière de
déclaration et de production de rapports qui se chevauchent au sein
des mesures de contrôle des exportations du Canada pour les substances inscrites à la Liste des substances d’exportation contrôlée.
Ces exigences qui se chevauchent sont liées aux obligations internationales du Canada en vertu de la Convention de Rotterdam qui
contrôle le commerce international des substances chimiques. Un
besoin de mettre en place de nouvelles exigences en ce qui concerne
1
1
The full title of the convention is the Rotterdam Convention on the Prior Informed
Consent Procedure for Certain Hazardous Chemicals and Pesticides in International Trade.
2
The full title of the convention is the Stockholm Convention on Persistent Organic
Pollutants.
1324
Le titre complet de la convention est la Convention de Rotterdam sur la procédure
de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits
chimiques et pesticides dangereux qui font l’objet d’un commerce international.
2
Le titre complet de la convention est la Convention de Stockholm sur les polluants
organiques persistants.
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
les obligations du Canada en vertu de la Convention de Stockholm
a également été identifié.
The objectives of the Export of Substances on the Export Control List Regulations (the Regulations) are to reduce regulatory
burden and streamline Canada’s system of export controls for ECL
substances. The Regulations repeal and replace the Export Control
List Notification Regulations (ECLN Regulations) and the Export
of Substances Under the Rotterdam Convention Regulations
(ESURC Regulations), and include additional provisions that
enable Canada to effectively adhere to its export obligations under
the Stockholm Convention now and in the future.
Les objectifs du Règlement sur l’exportation des substances
figurant à la Liste des substances d’exportation contrôlée (le
Règlement) sont de réduire le fardeau réglementaire et de simplifier les mesures de contrôle des exportations du Canada pour les
substances figurant à la Liste des substances d’exportation contrôlée. Le Règlement abroge et remplace le Règlement sur le préavis
d’exportation (substances d’exportation contrôlée) et le Règlement
sur l’exportation de substances aux termes de la Convention de
Rotterdam et il comprend des dispositions supplémentaires qui
permettent au Canada de se conformer efficacement, maintenant et
à l’avenir, à ses obligations en matière d’exportation en vertu de la
Convention de Stockholm.
3. Description
3. Description
The Regulations merge the ECLN Regulations and the ESURC
Regulations. These Regulations prescribe the content and manner
of notification requirements under CEPA 1999, as well as requirements relating to compliance with the Stockholm and Rotterdam
conventions. The Stockholm Convention requirements may restrict
or prohibit exports of substances on the ECL. Where there is no
prohibition on export under the Stockholm Convention, there may
still be additional conditions under the Rotterdam Convention
provisions.
Le Règlement sur le préavis d’exportation (substances d’exportation contrôlée) et le Règlement sur l’exportation de substances
aux termes de la Convention de Rotterdam ont été fusionnés. Ce
règlement prévoit le contenu et les exigences relatives à la déclaration en vertu de la LCPE (1999), de même que les exigences relatives à la conformité au titre des conventions de Stockholm et de
Rotterdam. Les exigences de la Convention de Stockholm peuvent
restreindre ou interdire l’exportation des substances inscrites à la
Liste des substances d’exportation contrôlée. Dans les cas où il
n’existe aucune interdiction d’exportation en vertu de la Convention de Stockholm, il pourrait quand même y avoir des conditions
supplémentaires aux termes des dispositions de la Convention de
Rotterdam.
Les principales modifications portent sur les aspects suivants :
The main changes pertain to the following:
Conditions relative to the Stockholm Convention
Conditions relatives à la Convention de Stockholm
The Regulations will apply new export controls to substances
listed to Part 2 or Part 3 of the ECL that are also listed to Annex A
or Annex B of the Stockholm Convention. These new requirements
are introduced so that Canada can ensure that the exports of these
substances are permissible under that Convention. Under the Regulations, export of these substances must meet at least one of the
following conditions:
•• the substance is present in a product manufactured on or before
the coming into force of obligations for that substance under
the Stockholm Convention, provided that Canada has notified
the Secretariat of the Stockholm Convention that the product
was in use within Canada;
•• the substance is exported for purposes in accordance with paragraph 1(d) of Article 6 of the Stockholm Convention. Paragraph 1(d) outlines measures to ensure that Stockholm substances, upon becoming wastes, are managed in a manner that is
protective of human health and the environment;
•• the substance is exported for an acceptable purpose or specific
exemption identified by the Stockholm Convention for that
substance and to a Party that has registered for that purpose or
exemption;
•• the substance is exported to a non-Party that has provided an
annual certification acceptable under the terms of the Stockholm Convention;
•• the substance is exported for laboratory use in a quantity that
does not exceed 10 kg per calendar year; or
•• the substance is incidentally present in trace amounts in a
product.
Le Règlement appliquera de nouvelles mesures de contrôle aux
substances inscrites à la partie 2 ou à la partie 3 de la Liste des
substances d’exportation contrôlée qui sont également inscrites à
l’annexe A ou à l’annexe B de la Convention de Stockholm. Ces
nouvelles obligations sont ajoutées pour que le Canada puisse s’assurer que l’exportation de ces substances soit autorisée en vertu de
cette convention. Le Règlement exige que l’exportation de ces
substances doit satisfaire à au moins une des conditions
suivantes :
•• la substance doit être présente dans un produit fabriqué avant
l’entrée en vigueur des obligations relatives à cette substance
en vertu de la Convention de Stockholm, à condition que le
Canada ait avisé le Secrétariat de la Convention de Stockholm
que le produit a été utilisé au Canada;
•• la substance doit être exportée à des fins qui sont conformes à
l’alinéa (1)d) de l’article 6 de la Convention de Stockholm.
L’alinéa (1)d) donne un aperçu des mesures prévues visant à
vérifier que les substances assujetties à la Convention de Stockholm, une fois considérées comme déchets, sont gérées d’une
manière qui assure la protection de la santé humaine et de
l’environnement;
•• la substance doit être exportée pour une utilisation acceptable
ou en vertu d’une dérogation spécifique définie par la Convention de Stockholm pour cette substance et à une partie qui s’est
inscrite pour cette utilisation ou cette dérogation;
•• la substance doit être exportée vers un pays non signataire
ayant fourni une certification annuelle acceptable au sens de la
Convention de Stockholm;
1325
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
Where an export of a substance listed to Part 2 or Part 3 of the
ECL and also listed to Annex A or Annex B of the Stockholm Convention does not meet one or more of these conditions, the export
is prohibited unless
(a) the substance has been added to the Stockholm Convention
by an amendment that is not in force in Canada; or
(b) if the substance is regulated as hazardous waste or hazardous
recyclable material under the Export and Import of Hazardous
Waste and Hazardous Recyclable Material Regulations
(EIHWHRM Regulations).
•• la substance doit être exportée pour utilisation en laboratoire en
une quantité qui ne dépasse pas 10 kg par année civile;
•• la substance doit être présente fortuitement à l’état de traces
dans un produit.
Lorsque l’exportation d’une substance inscrite à la partie 2 ou à
la partie 3 de la Liste des substances d’exportation contrôlée et
inscrite à l’annexe A ou l’annexe B de la Convention de Stockholm
n’est pas conforme à l’une ou plusieurs de ces conditions, l’exportation est interdite, sauf si :
a) La substance a été ajoutée à la Convention de Stockholm par
une modification qui n’est pas en vigueur au Canada;
b) La substance est réglementée à titre de déchets dangereux ou
de matières recyclables dangereuses en vertu du Règlement sur
l’exportation et l’importation de déchets dangereux et de
matières recyclables dangereuses.
Prior notice and export to Rotterdam Parties
Préavis d’exportation et exportation vers les parties à la
Convention de Rotterdam
The Regulations generally maintain the requirements of the
ECLN Regulations and the ESURC Regulations, including the
exemptions under the ESURC Regulations. However, some changes have been made to avoid duplication. The Regulations will
allow exporters to submit a combined submission which contains
the notice of proposed export and the export permit application.
This streamlines the process by removing the duplication of effort.
Le Règlement maintient de façon générale les exigences du
Règlement sur le préavis d’exportation (substances d’exportation
contrôlée) et du Règlement sur l’exportation de substances aux
termes de la Convention de Rotterdam, y compris les exemptions
en vertu du Règlement sur l’exportation de substances aux termes
de la Convention de Rotterdam. Cependant, des modifications ont
été apportées afin d’éviter le dédoublement. Le Règlement permettra aux exportateurs d’effectuer une présentation combinée qui
contient l’avis de projet d’exportation et la demande de permis
d’exportation. Ceci simplifie le processus en supprimant le dédoublement des efforts.
No annual report
Élimination de l’exigence de rapport annuel
The Regulations remove the obligation to provide an annual
summary report of all exports reported in the preceding calendar
year. This information is available to Environment Canada through
the prior notice of export.
Le Règlement élimine l’obligation de fournir un rapport sommaire annuel de toutes les exportations signalées dans l’année
civile précédente. Environnement Canada dispose déjà de cette
information grâce aux préavis d’exportation.
Labelling requirements
Exigences en matière d’étiquetage
Labelling requirements are slightly expanded to better align with
the requirements of the Rotterdam Convention. For those exports
that fall within the scope of that Convention, exporters are to, as far
as practicable, provide safety information in a language used by the
importing country.
Les exigences en matière d’étiquetage sont légèrement élargies
afin de les harmoniser avec les exigences de la Convention de Rotterdam. Pour les exportations qui tombent sous le coup de la
Convention, les exportateurs doivent, autant que possible, fournir
les renseignements sur la sécurité dans une langue utilisée par le
pays importateur.
Publications and databases pertaining to the Rotterdam and
Stockholm conventions
Publications et bases de données liées aux conventions de
Rotterdam et de Stockholm
The Regulations incorporate by reference the annexes and registers kept by the respective Secretariats established under the Rotterdam and Stockholm conventions.
Le Règlement intègre par renvoi les annexes et les registres
gérés par les secrétariats respectifs établis en vertu des conventions
de Rotterdam et de Stockholm.
Administrative changes
Changements administratifs
Some administrative issues have been raised by the Standing
Joint Committee for the Scrutiny of Regulations (SJCSR) following the implementation of the ESURC Regulations. Environment
Canada addressed these issues by making changes that pertain to
non-substantive and administrative matters, and better alignment
of the English and French versions of the regulatory text.
Plusieurs questions administratives ont été soulevées par le
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation après la
mise en œuvre du Règlement sur l’exportation de substances aux
termes de la Convention de Rotterdam. Environnement Canada a
examiné ces questions en apportant des changements mineurs et
administratifs, et en effectuant une meilleure harmonisation des
versions anglaise et française du texte réglementaire.
1326
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
Changes made post-publication in the Canada Gazette, Part I
Changements apportés après la publication dans la Partie I de la
Gazette du Canada
To avoid duplication and maintain consistency with the ESURC
Regulations, the Regulations will exempt “hazardous recyclable
material” from the provisions relative to the Stockholm Convention and the Rotterdam Convention as they are regulated under the
Export and Import of the Hazardous Waste and Hazardous Recyclable Materials Regulations (EIHWHRM Regulations). This
exemption is included because these exports fall under the scope of
the Basel Convention on the Control of Transboundary Movements
of Hazardous Wastes and Their Disposal which is implemented
domestically by the EIHWHRM Regulations.
Further precision has been added to the Conditions relative to
the Stockholm Convention to make it clear that paragraph 1(d) of
Article 6 of the Stockholm Convention is incorporated by reference
in its entirety. Exporters will also need to provide the name and
address of the facility to which the waste is exported and identify
the method of disposal or recycling that will be used. This will
provide a means of confirming that the export will comply with the
Stockholm Convention.
Transitional clauses have been added to the Regulations to
ensure that certain export notifications and permits issued under
the current regulations that would otherwise be repealed by this
new instrument are valid until their expiry date. This will avoid an
unnecessary administrative burden.
Afin d’éviter le dédoublement et de maintenir l’uniformité avec
le Règlement sur l’exportation de substances aux termes de la
Convention de Rotterdam, le Règlement exemptera les « matières
recyclables dangereuses » des dispositions relatives à la Convention de Stockholm et à la Convention de Rotterdam puisqu’elles
sont réglementées en vertu du Règlement sur l’exportation et l’importation de déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses. Cette exemption est ajoutée puisque ces exportations sont
assujetties à la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements
transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination qui est
mise en œuvre à l’échelle nationale en vertu du Règlement sur
l’exportation et l’importation de déchets dangereux et de matières
recyclables dangereuses.
De plus amples précisions ont été ajoutées aux conditions relatives à la Convention de Stockholm afin qu’il soit clair que l’alinéa (1)d) de l’article 6 de la Convention de Stockholm est incorporé par renvoi dans son intégralité. Les exportateurs devront
également indiquer le nom et l’adresse de l’installation où les
déchets sont exportés et préciser la méthode d’élimination ou de
recyclage qui sera utilisée. Ceci fournira un moyen de confirmer
que l’exportation respectera la Convention de Stockholm.
Des dispositions transitoires ont été ajoutées au Règlement pour
veiller à ce que certains préavis et permis délivrés en vertu du
règlement actuel qui, autrement, seraient abrogés par ce nouvel
instrument soient valides jusqu’à leur date d’expiration. Ceci permettra d’éviter un fardeau administratif inutile.
4. Consultation
4. Consultation
Consultation prior to prepublication in the Canada Gazette, Part I
Consultation avant la publication préalable dans la Partie I de la
Gazette du Canada
In 2006, an online 30-day consultation was conducted in which
a draft regulatory text was posted to solicit comments from stakeholders. That draft regulatory text was a consolidation of the ECLN
Regulations and the ESURC Regulations which did not include
provisions relating to the Stockholm Convention. In 2010, stakeholders were made aware of the Stockholm Convention provisions
during a consultation pursuant to a Notice of Intent to develop
export controls for some substances added to that Convention.73 A
consultation document proposing the addition of substances to the
Export Control List, some of which are listed in the Stockholm
Convention, was also posted for comment in 2010 and has subsequently undergone a 75-day consultation period after prepublication in the Canada Gazette, Part I.84
En 2006, une période de consultation en ligne de 30 jours a été
tenue dans laquelle une ébauche du projet de règlement a été
publiée afin d’obtenir des commentaires de la part des intervenants. Cette ébauche du projet de règlement était une version
consolidée du Règlement sur le préavis d’exportation (substances
d’exportation contrôlée) et du Règlement sur l’exportation de
substances aux termes de la Convention de Rotterdam qui n’incluait pas de dispositions relatives à la Convention de Stockholm.
En 2010, les intervenants ont été informés des dispositions de la
Convention de Stockholm pendant une consultation portant sur un
avis d’intention d’élaborer certaines mesures de contrôle pour certaines des substances ajoutées à cette Convention73. Un document
de consultation proposant l’ajout de substances à la Liste de substances d’exportation contrôlée, dont certaines sont inscrites dans
la Convention de Stockholm, a également été publié aux fins de
commentaires en 2010 et a par la suite fait l’objet d’une période de
consultation de 75 jours après sa publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada84.
3
3
Notice of intent to recommend that export controls for perfluorooctane sulfonate, its
salts and certain other compounds that contain the C8F17SO2, C8F17SO3 or
C8F17SO2N groups and lindane be developed under the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, Canada Gazette, Part I, Vol. 144, No. 37, September 11, 2010,
http://gazette.gc.ca/rp-pr/p1/2010/2010-09-11/html/notice-avis-eng.html.
4
Order Amending Schedule 3 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
Canada Gazette, Part I, Vol. 145, No. 31, July 30, 2011, http://gazette.gc.ca/rp-pr/
p1/2011/2011-07-30/html/reg1-eng.html.
Avis d’intention de recommander l’élaboration de mesures de contrôle des exportations pour le sulfonate de perfluorooctane, ses sels et certains autres composés qui
contiennent les groupements C8F17SO2, C8F17SO3 ou C8F17SO2N et pour le lindane
en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), Partie I
de la Gazette du Canada, vol. 144, no 37, 11 septembre 2010, http://gazette.gc.ca/
rp-pr/p1/2010/2010-09-11/html/notice-avis-fra.html.
4
Décret modifiant l’annexe 3 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999). Partie I de la Gazette du Canada, vol. 145, no 31, 30 juillet 2011. http://
gazette.gc.ca/rp-pr/p1/2011/2011-07-30/html/reg1-fra.html.
1327
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
Comments received in 2006 were considered in the drafting of
these Regulations. Comments from stakeholders included some
suggested modifications to the regulatory text. For example,
Environment Canada incorporated the suggestion that the Regulations allow notification of export at the end of a calendar year for
exports that are projected for the start of the next calendar year.
Further changes were made to incorporate feedback regarding the
streamlining of information requirements under the Regulations.
Another suggestion that was incorporated was an increase from
7 days to 30 days for the prior notification of export.
Les commentaires reçus en 2006 ont été pris en compte dans la
rédaction de ce règlement. Certains commentaires des intervenants
proposaient des modifications au texte réglementaire. Par exemple,
Environnement Canada a intégré une suggestion selon laquelle le
Règlement autorise le préavis d’exportation à la fin d’une année
civile pour les exportations qui sont prévues pour le début de la
prochaine année civile. D’autres changements ont été apportés
pour intégrer les commentaires concernant la rationalisation des
exigences en matière de renseignements en vertu du Règlement.
Environnement Canada a aussi intégré une suggestion visant à porter de 7 à 30 jours le préavis d’exportation.
Comments received following prepublication in the Canada
Gazette, Part I
Commentaires reçus à la suite de la publication préalable dans la
Partie I de la Gazette du Canada
Only two responses were received during the 75-day comment
period following prepublication in the Canada Gazette, Part I, on
August 6, 2011. One response was received from an industry
respondent which was supportive of the reduced administrative
burden. A second response was received from an environmental
non-governmental organization which sought a higher level of
oversight and control of exports such as including a process for
obtaining consent from the importing country and prohibiting
exports of some substances subject to the Stockholm Convention.
Environment Canada responds that the Regulations take into
account the requirements as agreed to by the international community in the Rotterdam and Stockholm conventions which are
intended to protect human health and the environment. The Regulations will apply the Prior Informed Consent Procedure where it is
required by the Rotterdam Convention, and will prohibit exports
that would contravene international obligations under the Rotterdam Convention or Stockholm Convention.
Seulement deux réponses ont été reçues au cours de la période
de commentaires de 75 jours suivant la publication préalable dans
la Partie I de la Gazette du Canada le 6 août 2011. Une réponse
reçue d’un répondant de l’industrie était en faveur de la réduction
du fardeau administratif. Une deuxième réponse reçue d’une organisation non gouvernementale de l’environnement recherchait un
niveau plus élevé de supervision et de contrôle, comme l’inclusion
d’un processus pour obtenir le consentement du pays importateur
et l’interdiction d’exporter certaines substances assujetties à la
Convention de Stockholm. Environnement Canada répond que le
Règlement tient compte des exigences comme il a été convenu par
la communauté internationale dans les Conventions de Rotterdam
et de Stockholm qui visent à protéger la santé humaine et l’environnement. Le Règlement appliquera la procédure de consentement préalable en connaissance de cause, lorsqu’elle est requise en
vertu de la Convention de Rotterdam, et interdira les exportations
qui pourraient contrevenir aux obligations internationales en vertu
de la Convention de Rotterdam ou de la Convention de
Stockholm.
5. “One-for-One” Rule
5. Règle du « un pour un »
The federal government has implemented a “One-for-One” Rule
to reduce administrative burden (i.e. the time and resources spent
by business to show compliance with government regulations). The
“One-for-One” Rule requires that regulatory changes that increase
administrative burden be offset by equal administrative burden
reductions.
Le gouvernement fédéral a mis en œuvre une règle du « un pour
un » afin de réduire le fardeau administratif (à savoir le temps passé
et les ressources dépensées par les entreprises pour démontrer leur
conformité avec les règlements du gouvernement). La règle du
« un pour un » exige que les modifications réglementaires qui
accroissent le fardeau administratif soient compensées par des
réductions du fardeau administratif d’un niveau équivalent.
Le Règlement est considéré comme une « SUPPRESSION »
sous la règle puisqu’il abroge deux règlements et représente une
nette diminution du fardeau administratif des entreprises. Le
Règlement maintient un certain nombre d’exigences administratives obligatoires qui se trouvaient dans le Règlement sur le préavis
d’exportation (substances d’exportation contrôlée) et le Règlement
sur l’exportation de substances aux termes de la Convention de
Rotterdam, comme le préavis d’exportation au ministre de l’Environnement, la demande de permis, les exigences relatives à la certification et des dispositions relatives à la tenue des dossiers.
Progressivement, cependant, tel qu’il est prévu dans la section
« Justification », le Règlement permettra de réduire le fardeau
administratif en éliminant les exigences de déclaration annuelle et
en fusionnant les dispositions de notification en double du Règlement sur le préavis d’exportation (substances d’exportation
contrôlée) et du Règlement sur l’exportation de substances aux
termes de la Convention de Rotterdam.
The Regulations are considered an “OUT” under the rule as they
repeal two regulations and represent a net decrease in administrative burden on business. The Regulations maintain a number of
mandatory administrative requirements included in the ECLN and
ESURC regulations such as notification of export to the Minister of
Environment, application for permit, certification requirements
and record keeping provisions.
Incrementally, however, as discussed in the “Rationale” section,
the Regulations reduce overall administrative burden by removing
annual reporting requirements and merging the duplicative notification provisions of the ECLN and ESURC regulations.
1328
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
These Regulations are estimated to result in a small annualized
reduction of administration burden in present value terms of around
$1,600 (2012 dollars), or around $120 per business.95
Il est prévu que ce règlement entraînera une légère réduction
annualisée du fardeau administratif d’environ 1 600 $ (en dollars
de 2012) en valeurs actuelles, ou environ 120 $ par entreprise95.
6. Small business lens
6. Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal given
that the Regulations are expected to result in small annual reductions in administrative burden upon firms. Environment Canada
estimates that there are very few small businesses which are currently exporting any of the substances listed to the ECL.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à cette proposition étant donné que le Règlement devrait fournir de petites
réductions annuelles dans le fardeau administratif sur les entreprises. Environnement Canada estime qu’il y a très peu de petites
entreprises qui font actuellement l’exportation de substances inscrites à la Liste des substances d’exportation contrôlée.
7. Rationale
7. Justification
The Regulations create a consistent, effective, and efficient
approach to export controls by removing regulatory duplication
and streamlining the process. The Regulations are expected to
result in reduced administrative costs to industry, and benefits for
the Government and Canadians.
Le Règlement crée une approche uniforme, efficace et efficiente
des contrôles d’exportation en retirant le dédoublement réglementaire et en simplifiant le processus. Il est attendu que le Règlement
entraîne une réduction des coûts administratifs pour l’industrie et
des avantages pour le gouvernement et les Canadiens.
Industry
Industrie
The Regulations reduce administrative burden upon firms that
were reporting under the ECLN and ESURC regulations. Rather
than complying with two separate regulations governing the export
of substances listed to the ECL, businesses can now fulfill the
requirements under a single regulation. The Regulations also eliminate the need for exporters to submit an annual report, and will
facilitate exports by allowing the issue of export permits in the
absence of a response by the importing Party regarding consent
under the Rotterdam Convention.
Le Règlement réduit le fardeau administratif sur les entreprises
qui produisent des rapports en vertu du Règlement sur le préavis
d’exportation (substances d’exportation contrôlée) et le Règlement
sur l’exportation de substances aux termes de la Convention de
Rotterdam. Au lieu de devoir se conformer à deux règlements distincts régissant l’exportation des substances figurant à la Liste des
substances d’exportation contrôlée, les entreprises peuvent satisfaire aux exigences d’un seul règlement. Ce règlement permet
aussi d’enrayer la nécessité, pour les exportateurs, de présenter un
rapport annuel, et facilitera les exportations en permettant de délivrer des permis d’exportation en l’absence d’une réponse de la partie importatrice au sujet du consentement en vertu de la Convention
de Rotterdam.
Les nouvelles dispositions relatives à la Convention de Stockholm ne devraient pas se traduire par des répercussions importantes. Certaines des substances récemment ajoutées à la Convention de Stockholm sont toujours commercialisées au Canada.
Toutefois, selon des consultations avec l’industrie avant l’ajout de
substances à la Convention, il ne semble pas y avoir d’exportations
en provenance du Canada, ou elles le sont en vue d’une élimination
écologiquement rationnelle qui est conforme à la Convention. Des
stocks de ces substances au Canada pourraient être exportés de
manière à s’harmoniser avec les dispositions de la Convention de
Stockholm.
The new conditions relative to the Stockholm Convention are
not expected to result in significant impacts. Some of the substances recently added to the Stockholm Convention are still in commerce in Canada. However, based on consultations with industry
prior to the addition of the respective substances to the Convention,
exports from Canada are not believed to occur, or are for environmentally sound disposal which is in compliance with the Convention. Stockpiles of these substances in Canada could be exported,
but those exports would be controlled in a manner that aligns with
the provisions of the Stockholm Convention.
Government
Gouvernement
The Regulations are expected to enhance the application of Canada’s export controls and improve the efficiency of the regulatory
structure. As the permitting and notification processes are simplified for both industry and the Government, it is anticipated that
costs for enforcement, compliance promotion and administration
of the Regulations will either remain the same or slightly decrease
for the Government.
The additional provisions relating to the Stockholm Convention
are not expected to add to the Government’s administrative burden.
The Regulations ensure the continued compliance of Canadian
Le Règlement devrait améliorer l’application des contrôles d’exportation du Canada et l’efficacité de la structure réglementaire.
Comme les processus de délivrance des permis et de notification
sont simplifiés pour l’industrie et le gouvernement, on s’attend à ce
que les coûts liés à l’application de la loi, à la promotion de la
conformité et à l’administration du Règlement demeurent les
mêmes ou diminuent légèrement pour le gouvernement.
Les dispositions supplémentaires liées à la Convention de Stockholm ne devraient pas ajouter au fardeau administratif du gouvernement. Le Règlement assure le respect continu des exportations
5
5
The Regulatory Cost Calculator estimates for these reductions are $1,631 and $117
respectively. These estimates are annualized values calculated using a 7% discount
rate and a 10-year time period with a 2012 present value base year.
Les estimations du Calculateur des coûts réglementaires pour ces réductions sont
respectivement de 1 631 $ et de 117 $. Ces estimations sont des valeurs annualisées
calculées avec un taux d’actualisation de 7 % et sur une période de 10 ans avec 2012
comme année de base de la valeur actualisée.
1329
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
exports as substances still used in Canada are added to the Stockholm Convention and the ECL.
canadiennes étant donné que les substances encore utilisées au
Canada sont ajoutées à la Convention de Stockholm et à la Liste
des substances d’exportation contrôlée.
Canadians
Canadiens
The Regulations benefit Canadians by supporting Canada’s
international export commitments under the Rotterdam Convention and Stockholm Convention. Canada’s participation in these
international conventions provides benefits to Canadians by ensuring that chemicals in international trade are used in an environmentally sound manner which reduces damage to the global and
domestic environment and ecosystems.
Le Règlement présente un avantage pour les Canadiens en
appuyant les engagements internationaux du Canada en matière
d’exportation en vertu de la Convention de Rotterdam et de la
Convention de Stockholm. La participation du Canada à ces
conventions internationales est avantageuse pour les Canadiens
puisqu’elle permet de s’assurer que les produits chimiques faisant
l’objet du commerce international sont utilisés selon des pratiques
respectueuses de l’environnement, qui réduisent les dommages
causés à l’environnement et aux écosystèmes à l’échelle mondiale
et nationale.
8. Implementation, enforcement and service standards
8. Mise en œuvre, application et normes de services
Since the Regulations are made under CEPA 1999, enforcement
officers will, when verifying compliance with the Regulations,
apply the Compliance and Enforcement Policy for CEPA 1999.
The policy also sets out the range of possible responses to alleged
violations: warnings, directions, environmental protection compliance orders, ticketing, ministerial orders, injunctions, prosecution,
and environmental protection alternative measures (which are an
alternative to a court trial after the laying of charges for a
CEPA 1999 violation). In addition, the policy explains when
Environment Canada will resort to civil suits by the Crown for
costs recovery.
Comme le Règlement est élaboré selon la LCPE (1999), lorsque
les agents d’exécution de la loi en contrôleront l’observation, ils
suivront la Politique de conformité et d’application de la LCPE
(1999), qui énonce différentes mesures pouvant être prises en cas
d’infraction présumée : avertissements, directives, ordres d’exécution en matière de protection de l’environnement, émission de
contraventions, arrêtés ministériels, injonctions, poursuites et
mesures de rechange en matière de protection de l’environnement
[qui peuvent remplacer un procès, une fois que des accusations ont
été portées pour une infraction à la LCPE (1999)]. De plus, la Politique explique dans quelles situations Environnement Canada aura
recours à des poursuites civiles intentées par la Couronne pour le
recouvrement des frais.
Si, au terme d’une inspection ou d’une enquête, l’agent de l’application de la loi découvre une infraction présumée, il doit choisir
la mesure d’exécution appropriée en fonction des facteurs
suivants :
•• Nature de l’infraction présumée : il convient notamment de
déterminer la gravité des dommages réels ou potentiels causés
à l’environnement, s’il y a eu action délibérée de la part du
contrevenant, s’il s’agit d’une récidive et s’il y a eu tentative de
dissimuler de l’information ou de contourner, d’une façon ou
d’une autre, les objectifs et les exigences de la Loi.
•• L’efficacité du moyen employé pour obliger le contrevenant
présumé à obtempérer : le but est de faire respecter la Loi dans
les meilleurs délais tout en empêchant les récidives. Il faut
entre autres tenir compte du dossier du contrevenant concernant l’observation de la Loi, de la volonté du contrevenant à
coopérer avec les agents d’application de la loi ainsi que de la
preuve que des mesures correctives ont été prises.
•• Uniformité dans l’application : les agents d’application de la
loi tiendront compte de ce qui a été fait dans des cas semblables
pour décider des mesures à prendre afin de faire appliquer la
Loi.
Lorsque les conditions nécessaires sont satisfaites, un exportateur doit s’attendre à ce que le permis d’exportation en vertu de ce
règlement soit approuvé et délivré dans un délai d’une à deux
semaines après réception de la demande de permis dûment
remplie.
When, following an inspection or an investigation, an enforcement officer discovers an alleged violation, the officer will choose
the appropriate enforcement action based on the following
factors:
•• Nature of the alleged violation: This includes consideration of
the damage, the intent of the alleged violator, whether it is a
repeat violation, and whether an attempt has been made to conceal information or otherwise subvert the objectives and
requirements of the Act.
•• Effectiveness in achieving the desired result with the alleged
violator: The desired result is compliance within the shortest
possible time and with no further repetition of the violation.
Factors to be considered include the violator’s history of compliance with the Act, willingness to cooperate with enforcement officers, and evidence of corrective action already taken.
•• Consistency: Enforcement officers will consider how similar
situations have been handled in determining the measures to be
taken to enforce the Act.
Where the necessary conditions are met, an exporter should
expect approval and issuance of an export permit under these
Regulations within one to two weeks of the receipt of the completed permit application.
1330
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-88
9. Contacts
9. Personnes-ressources
Bernard Madé
Director
Chemical Production Division
Environment Canada
351 St. Joseph Boulevard, 11th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-994-4404
Fax: 819-994-5030
Email: Bernard.Made@ec.gc.ca
Yves Bourassa
Director
Regulatory Analysis and Valuation Division
Environment Canada
10 Wellington Street, 25th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-7651
Fax: 819-953-3241
Email: Yves.Bourassa@ec.gc.ca
Bernard Madé
Directeur
Division de la production des produits chimiques
Environnement Canada
351, boulevard Saint-Joseph, 11e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-994-4404
Télécopieur : 819-994-5030
Courriel : Bernard.Made@ec.gc.ca
Yves Bourassa
Directeur
Division de l’analyse réglementaire et du choix d’instrument
Environnement Canada
10, rue Wellington, 25e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-7651
Télécopieur : 819-953-3241
Courriel : Yves.Bourassa@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1331
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-89
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Registration
SOR/2013-89 May 2, 2013
Enregistrement
DORS/2013-89 Le 2 mai 2013
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1431 — Schedule F)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1431 — annexe F)
P.C. 2013-524 May 2, 2013
C.P. 2013-524 Le 2 mai 2013
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 30(1)1a
of the Food and Drugs Act2b, makes the annexed Regulations
Amending the Food and Drug Regulations (1431 — Schedule F).
Sur recommandation de la ministre de la Santé et en vertu du
paragraphe 30(1)1a de la Loi sur les aliments et drogues2b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (1431 — annexe F),
ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FOOD AND DRUG
REGULATIONS (1431 — SCHEDULE F)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
ALIMENTS ET DROGUES (1431 — ANNEXE F)
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Part I of Schedule F to the Food and Drug Regulations3 is
amended by adding the following in alphabetical order:
Quinine and its salts and derivatives, except when sold in oral dosage form that provides 50 mg or less of quinine base per dosage
unit or per daily dose
Quinine, ses sels et dérivés, sauf lorsque vendus en unité posologique orale fournissant 50 mg ou moins de quinine basique
par unité posologique ou par dose quotidienne
1. La partie I de l’annexe F du Règlement sur les aliments et
drogues31 est modifiée par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
Quinine, ses sels et dérivés, sauf lorsque vendus en unité posologique orale fournissant 50 mg ou moins de quinine basique par
unité posologique ou par dose quotidienne
Quinine and its salts and derivatives, except when sold in oral
dosage form that provides 50 mg or less of quinine base per
dosage unit or per daily dose
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force six months after the
day on which they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur six mois après la
date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Background
Contexte
Before a drug can be sold in Canada, Health Canada assesses its
safety, efficacy and quality as required by the Food and Drugs Act
and associated regulations. Sections C.01.041 to C.01.049 of the
Food and Drug Regulations control the sale of medicinal ingredients that are listed in Schedule F. Schedule F designates prescription drug status, and contains two Parts: Part I of Schedule F lists
medicinal ingredients that require a prescription for human and
veterinary use, and Part II of Schedule F lists medicinal ingredients
that require a prescription for human use.
Pour qu’un médicament puisse être vendu au Canada, Santé
Canada en établit l’innocuité, l’efficacité et la qualité aux termes
de la Loi sur les aliments et drogues et des règlements connexes.
Les articles C.01.041 à C.01.049 du Règlement sur les aliments et
drogues régissent la vente des ingrédients médicinaux dont la liste
figure à l’annexe F du Règlement. L’annexe F établit le statut de
médicament vendu sur ordonnance, et elle contient deux parties : la
partie I de l’annexe F énumère les ingrédients médicinaux qui
exigent une ordonnance pour l’utilisation par les humains et pour
l’utilisation à des fins vétérinaires, et la partie II de l’annexe F présente la liste des ingrédients médicinaux qui exigent une ordonnance pour l’utilisation par les humains.
a
a
b
b
S.C. 2012, c. 19, s. 414(2)
R.S., c. F-27
1
C.R.C., c. 870
1332
L.C. 2012, ch. 19, par. 414(2)
L.R., ch. F-27
C.R.C., ch. 870
1
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-89
Determining the prescription status of a medicinal ingredient (or
classes of drugs) depends upon the risk factors associated with
their use; any revisions to prescription status listings are also based
on the risk factors and a scientific assessment. Health Canada’s
Drug Schedule Status Committee (DSSC) makes recommendations for prescription status and bases the scientific assessment of
each medicinal ingredient against established and publicly available risk factors, such as the need for direct practitioner supervision, the toxicity profile, the pharmacological properties and
therapeutic uses of the medicinal ingredients. A complete list of the
factors may be accessed at www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/
applic-demande/pol/schf_annf_fact_pol-eng.php.
Other countries, such as the United States, the United Kingdom
and Australia, consider quinine as a prescription medicinal ingredient. In addition, currently in Canada, medicines containing quinine
are already dispensed by pharmacists only upon receipt of a
prescription.
La détermination du statut de médicament sur ordonnance d’un
ingrédient médicinal (ou d’une catégorie de médicaments) dépend
des facteurs de risque liés à son utilisation; toute modification
apportée aux listes indiquant le statut de médicament sur ordonnance est également fondée sur les facteurs de risque et sur une
évaluation scientifique. Le Sous-comité chargé d’examiner le statut des médicaments (SCSM) de Santé Canada formule des recommandations quant au statut de médicament sur ordonnance et fonde
l’examen de chaque ingrédient médicinal sur des facteurs de risque
établis et publics, comme la nécessité de la surveillance directe
d’un praticien, la toxicité, les propriétés pharmacologiques et les
usages thérapeutiques des ingrédients. Une liste complète des facteurs est accessible à l’adresse suivante : www.hc-sc.gc.ca/dhpmps/prodpharma/applic-demande/pol/schf_annf_fact_pol-fra.php.
La quinine est un ingrédient médicinal d’origine naturelle qui
était auparavant extrait de l’écorce de plusieurs espèces de cinchone et qui a été utilisé pendant des siècles comme traitement
principal contre le paludisme (la malaria). L’utilisation de la quinine comme traitement contre le paludisme a diminué au cours des
années, car de nouveaux dérivés synthétiques du médicament
(comme la chloroquine et la méfloquine) ont été mis au point et ont
commencé à être utilisés. Toutefois, la venue de souches de paludisme de plus en plus résistantes au médicament a renouvelé l’intérêt à l’égard de l’utilisation de la quinine pour traiter le paludisme.
Cette substance est maintenant utilisée avec d’autres médicaments,
par exemple avec des antibiotiques, pour traiter les formes non
sévères d’infection palustre causées par certains organismes qui
sont résistants aux autres médicaments antipaludéens.
À l’heure actuelle, les produits contenant de la quinine sont en
vente libre et sont régis par le Règlement sur les produits de santé
naturels; cependant, la quinine est réglementée par les provinces
en tant que médicament sur ordonnance. Le SCSM de Santé
Canada recommande pour cet ingrédient médicinal le statut de
médicament sur ordonnance assorti d’une dose maximale, de façon
à ce que les produits contenant une dose supérieure et exigeant la
surveillance et le suivi directs d’un praticien soient vendus sur
ordonnance et que les produits contenant une dose inférieure à la
dose maximale puissent être vendus sans ordonnance et considérés
comme étant des produits de santé naturels aux termes du Règlement sur les produits de santé naturels du Canada.
D’autres pays, par exemple les États-Unis, le Royaume-Uni et
l’Australie, considèrent la quinine comme un ingrédient médicinal
d’ordonnance. En outre, des remèdes contenant de la quinine sont
seulement dispensés par les pharmaciens au Canada sur présentation d’une ordonnance à l’heure actuelle.
Issues and objectives
Questions et objectifs
The use of quinine to treat malaria is already designated prescription status provincially, as it is associated with a number of
risk factors that support direct practitioner supervision. However,
at a federal level, the Food and Drug Regulations currently permit
oral dosage forms of quinine to be sold without a prescription
regardless of level. This broad permission does not reflect the
DSSC recommendation for prescription status at certain dosages.
L’utilisation de la quinine pour traiter le paludisme est déjà
considérée comme étant un médicament sur ordonnance à l’échelon provincial, car cette utilisation est liée à un certain nombre de
facteurs de risque qui justifient la surveillance directe d’un praticien. Toutefois, à l’échelon fédéral, le Règlement sur les aliments
et drogues permet actuellement la vente libre de quinine sous
forme posologique orale, peu importe la dose. Cette autorisation ne
reflète pas la recommandation du SCSM concernant le statut de
médicament sur ordonnance à certaines doses.
L’objectif de la proposition est d’ajouter la quinine à l’annexe F
avec une concentration maximale établie pour la forme posologique orale. Il a été déterminé que la dose en question offrait une
marge de sécurité adéquate et que l’intervention d’un praticien
n’était pas nécessaire pour permettre la vente libre des produits
sous forme posologique orale en deçà de cette dose (c’est-à-dire
Quinine is a naturally sourced medicinal ingredient that was originally made from the bark of several species of the cinchona tree
and was used for centuries as the primary treatment for malaria.
The use of quinine as a malaria treatment has declined over the
years, as new synthetic derivatives of the drug (such as chloroquine
and mefloquine) were developed and used. However, with increasingly drug-resistant strains of malaria appearing, there has been
renewed interest in the use of quinine to treat malaria. Quinine is
now being used in combination with other drugs such as antibiotics
to treat non-severe malaria infections caused by specific organisms
that are resistant to other anti-malarial drugs.
Currently, quinine products are available without a prescription
as natural health products under the Natural Health Products
Regulations; however, quinine is regulated provincially as a prescription drug. Health Canada’s DSSC recommends prescription
status for this medicinal ingredient with a threshold limit, such that
products over the limit that need direct practitioner oversight and
monitoring would require a prescription while products under the
limit could be sold without a prescription and considered as natural
health products under Canada’s Natural Health Products
Regulations.
The objective of this proposal is to add quinine to Schedule F
with a specific strength threshold for oral dosage forms. This level
has been assessed to be an appropriate margin of safety and practitioner intervention is not required to allow products in oral dosage
form under this safe limit (i.e. of 50 mg or less per dosage unit or
per daily dose) to be available without a prescription. The
1333
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-89
amendment would enable those products that fall under the limit
to be licensed as natural health products and not require a
prescription.
50 mg ou moins par unité posologique ou par dose quotidienne).
La modification permettrait que les produits dont la teneur est inférieure à la dose maximale fassent l’objet d’un permis de vente de
produits de santé naturels et que leur vente n’exige pas
d’ordonnance.
Any potential safety concerns associated with quinine when
used as a natural health product would be mitigated by the threshold limit of 50 mg per dosage unit or per daily dose. All other
aspects related to safety, efficacy and quality would be considered
during the premarket review process under the Natural Health
Products Regulations. It would also ensure that any risk associated
with higher dosages would have consistent requirements for practitioner oversight, through prescription status.
Toute préoccupation éventuelle concernant l’innocuité de la quinine utilisée comme produit de santé naturel pourrait être atténuée
par la limite inférieure de 50 mg par unité posologique ou par dose
quotidienne. Tous les autres aspects liés à l’innocuité, à l’efficacité
et à la qualité seraient envisagés dans le cadre du processus d’examen préalable à la commercialisation prévu par le Règlement sur
les produits de santé naturels. L’établissement de la dose maximale
garantirait également que tout risque lié à des doses plus élevées
entraînerait la surveillance obligatoire par un praticien, puisque le
médicament aurait le statut de médicament sur ordonnance.
Description
Description
This regulatory amendment adds quinine, its salts and derivatives (except in oral dosage form that provides 50 mg or less of
quinine base per dosage unit or per daily dose) to Part I of Schedule F to the Food and Drug Regulations.
La modification réglementaire vise à ajouter la quinine, ses sels
et ses dérivés (sauf sous forme de posologie orale contenant 50 mg
ou moins de quinine basique par unité posologique ou par dose
quotidienne) à la partie I de l’annexe F du Règlement sur les aliments et drogues.
Les produits pour administration par voie orale contenant 50 mg
de quinine ou moins par unité posologique ou par dose quotidienne
n’exigeront pas d’ordonnance, mais seront plutôt régis par le
Règlement sur les produits de santé naturels. Les aliments contenant de la quinine utilisée comme agent aromatisant ne sont visés
ni par l’annexe F du Règlement sur les aliments et drogues ni par le
Règlement sur les produits de santé naturels, et ne sont donc pas
touchés par la modification réglementaire.
Products for oral use containing 50 mg or less of quinine per
dosage unit or per daily dose will not require a prescription but
instead be regulated as a natural health product under the Natural
Health Product Regulations. Foods containing quinine as a food
flavouring agent are not subject to Schedule F of the Food and
Drug Regulations or the Natural Health Products Regulations, and
are therefore not affected by this regulatory change.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal as there
is no change in administrative costs on business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à la présente proposition, puisque les frais administratifs demeurent les mêmes pour
les entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs (or insignificant costs) on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à la proposition, puisque les coûts sont inexistants (ou négligeables) pour les
petites entreprises.
Consultation
Consultation
Advance notice of the proposed change in regulatory status was
communicated through notices of intent (NOIs) in 2004, 2006 and
2011. This advance notice plus a 90-day transition period is
intended to provide manufacturers of affected products with sufficient time to transition and obtain approval of their Drug Identification Number (DIN) submission. In addition, guidance and draft
labelling information has been sent to manufacturers of products
affected by this regulatory amendment to assist in preparing the
required prescription labelling.
La modification proposée du statut réglementaire a été communiquée à l’avance au moyen d’avis d’intention en 2004, 2006 et
2011. L’avis préalable et la période de transition de 90 jours visent
à offrir aux fabricants des produits touchés suffisamment de temps
pour effectuer la transition et obtenir l’approbation de leur demande
de numéro d’identification du médicament (DIN). En outre, de
l’information d’orientation et concernant la rédaction des étiquettes a été envoyée aux fabricants des produits touchés par la
modification réglementaire pour les aider à rédiger les étiquettes
d’ordonnance obligatoires.
Une première lettre aux intervenants publiée le 25 octobre 2004
et suivie par une période de commentaires de 30 jours a suscité six
réponses de la part des intervenants, et il y était proposé d’ajouter
la quinine à l’annexe F sans précision ni dose maximale : trois
répondants ont dit être d’accord avec la modification; deux répondants ont soulevé des questions concernant l’utilisation de la quinine comme agent aromatisant dans les produits alimentaires
comme le soda tonique, et un répondant était contre la modification
telle qu’elle avait été rédigée, et il exprimait une préoccupation
The initial Letter to Stakeholders published on October 25,
2004, followed by a 30-day comment period resulted in six
responses from stakeholders, and proposed adding quinine to
Schedule F with no qualifiers or threshold: three respondents
expressed support for the amendment; two respondents raised
questions regarding the use of quinine as a flavouring in food products such as tonic water; and one respondent objected to the amendment as worded, expressing concern about the ability of naturopathic doctors to treat patients with quinine.
1334
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-89
concernant la capacité des naturopathes de traiter les patients avec
de la quinine.
The second Letter to Stakeholders published on May 30, 2006,
followed by a 75-day comment period also proposed adding quinine to Schedule F with no qualifiers or tolerance limits, and resulted
in four responses from stakeholders: three respondents supported
the proposal, and one respondent requested that there be an exemption provided in the listing that would allow naturopathic doctors to
continue to treat patients with quinine. The latter request led to
further review of information on quinine and a revised proposal to
include a threshold limit (i.e. exemption from prescription status
for oral dosage forms that provide 50 mg or less of quinine base per
dosage unit or per daily dose).
A revised Notice of Intent (NOI) regarding this regulatory proposal was provided to provincial and territorial ministries of health,
medical and pharmacy licensing bodies, and industry, consumer
and professional associations. The NOI was published in the Canada Gazette, Part I, on March 26, 2011, and was sent subsequently
to stakeholders on May 20, 2011, followed by a 75-day comment
period. This initiative was also posted on the Health Canada and
Consulting with Canadians Web sites. Four comments were
received from stakeholders: two respondents expressed support for
the proposal, and two respondents opposed the regulatory
proposal.
La deuxième lettre aux intervenants, publiée le 30 mai 2006 et
suivie d’une période de commentaires de 75 jours, proposait également l’ajout de la quinine à l’annexe F sans précision ni dose maximale, et elle a donné lieu à quatre réponses de la part des intervenants : trois répondants étaient d’accord avec la proposition et un
répondant a demandé à ce qu’une exemption permette aux naturopathes de continuer de traiter les patients avec de la quinine. Cette
dernière requête a mené à un examen approfondi de l’information
disponible sur la quinine et à la modification de la proposition afin
qu’elle comporte une dose maximale (c’est-à-dire l’exemption du
statut de médicament sur ordonnance pour les formes de posologie
orale contenant 50 mg ou moins de quinine basique par unité posologique ou par dose quotidienne).
Un avis d’intention modifié concernant la proposition réglementaire a été envoyé aux ministères de la Santé des provinces et des
territoires, aux organismes de délivrance de permis dans les
domaines médical et pharmaceutique et aux associations professionnelles, de consommateurs et de l’industrie. L’avis d’intention a
été publié dans la Partie I de la Gazette du Canada le 26 mars 2011
et a été envoyé par la suite aux intervenants le 20 mai 2011 et a été
suivi d’une période de commentaires de 75 jours. L’information a
également été affichée sur le site Web de Santé Canada et sur le site
Consultation auprès des Canadiens. Quatre commentaires ont été
reçus de la part des intervenants : deux répondants ont exprimé leur
appui à l’égard de la proposition et deux répondants ont déclaré
qu’ils étaient contre la proposition réglementaire.
Comment
Commentaire
The two respondents opposing the regulatory proposal expressed
concern that the regulatory proposal would result in a prescription
being required to sell quinine-containing foods such as “tonic
water.”
Les deux répondants qui étaient contre la proposition réglementaire ont exprimé la préoccupation selon laquelle elle rendrait l’ordonnance obligatoire pour la vente d’aliments contenant de la quinine comme le « soda tonique ».
Response
Réponse
To clarify the respondents’ misunderstanding, the regulatory
proposal only pertains to drugs, and not to any foods or food substances under Health Canada’s food framework. While quinine is
present in both drugs and food, the addition of quinine, its salts and
derivatives (except in oral dosage form that provides 50 mg or less
of quinine base per dosage unit or per daily dose) to Schedule F
only applies to drugs; quinine used as a flavouring agent in foods is
only subject to the food provisions of the Food and Drug
Regulations.
Pour dissiper la confusion chez les répondants, la proposition
réglementaire ne vise que les médicaments, et non les aliments et
les substances alimentaires relevant du cadre alimentaire de Santé
Canada. Il y a des médicaments et des aliments qui contiennent de
la quinine, mais l’ajout de la quinine, de ses sels et de ses dérivés
(sauf sous forme de posologie orale contenant 50 mg ou moins de
quinine basique par unité posologique ou par dose quotidienne) à
l’annexe F ne s’applique qu’aux médicaments; la quinine utilisée
comme agent aromatisant dans les aliments n’est visée que par les
dispositions concernant les aliments du Règlement sur les aliments
et drogues.
Rationale
Justification
This amendment to add quinine with a qualifier to Schedule F
listing is based on Health Canada’s scientific assessment and recommendation, given the potential benefits, harms and uncertainties
related to its use at different strengths and dosages. Stakeholders
have been provided extensive notification and opportunity to comment. This proposal will permit the sale of drugs containing quinine above the specified threshold while ensuring that appropriate
safety measures are in place.
La modification visant à ajouter la quinine avec une précision à
la liste de l’annexe F est fondée sur l’évaluation scientifique et la
recommandation de Santé Canada, compte tenu des effets positifs
et négatifs potentiels et des incertitudes liées à son utilisation à
différentes concentrations et doses. Les intervenants ont reçu un
avis adéquat et ont eu l’occasion de formuler des commentaires. La
proposition permettra la vente de médicaments contenant plus de la
quantité maximale établie de quinine, tout en garantissant que des
mesures de sécurité adéquates sont en place.
Les répercussions sur le plan des effets bénéfiques et des coûts
prévus sont les suivantes.
The impacts in terms of expected benefits and costs are as
follows.
1335
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-89
Public
Public
Accessing this medicinal ingredient through a prescription from
a practitioner will benefit Canadians by decreasing the risks of
improper use, and by ensuring the guidance and care of a health
professional. In addition, medicinal ingredients listed in Schedule F may be covered by both provincial and private health care
plans.
L’accès à l’ingrédient médicinal en question sur ordonnance
d’un praticien sera bénéfique pour les Canadiens, car il fera diminuer les risques d’usage inadéquat et garantira qu’un professionnel
de la santé fournira des conseils et des soins aux patients. En outre,
les ingrédients médicinaux de l’annexe F pourraient être couverts
par les régimes de soins de santé provinciaux et privés.
Health insurance plans
Régimes d’assurance-maladie
Drug products for human use containing medicinal ingredients
listed in Schedule F may be a cost covered by both provincial and
private health care plans.
Les médicaments pour usage humain contenant les ingrédients
médicinaux de l’annexe F pourraient être couverts par les régimes
de soins de santé provinciaux et privés.
Provincial health care services
Services de soins de santé provinciaux
Potential additional costs for health care services should be minimal since it is already current practice for pharmacists to dispense
only upon receipt of a prescription.
Les coûts supplémentaires que pourraient devoir assumer les
services de soins de santé devraient être minimes, puisque les pharmaciens dispensent déjà les médicaments en question sur présentation d’une ordonnance.
Manufacturers
Fabricants
Going forward, drugs containing quinine, its salts and derivatives (except in oral dosage form that provides 50 mg or less of
quinine base per dosage unit or per daily dose) will require a valid
Drug Identification Number (DIN) and prescription labelling.
Notice of the impending change in regulatory status was communicated to the pharmaceutical industry through the Notice of Intent,
and additional guidance has been provided to assist in meeting the
requirements for this transition. The advanced notice, in addition to
a delayed coming into force, is intended to provide manufacturers
of affected products with sufficient time to transition.
À l’avenir, les médicaments contenant de la quinine, ses sels et
ses dérivés (sauf sous forme de posologie orale contenant 50 mg ou
moins de quinine basique par unité posologique ou par dose quotidienne) exigeront un numéro d’identification du médicament
(DIN) et une étiquette d’ordonnance. La modification imminente
du statut réglementaire a été communiquée à l’industrie pharmaceutique au moyen d’un avis d’intention, et de l’information
d’orientation supplémentaire a été fournie aux intervenants pour
les aider à respecter les exigences pour cette transition. L’avis préalable et le report de l’entrée en vigueur visent à offrir aux fabricants des produits touchés suffisamment de temps pour effectuer la
transition.
Implementation and enforcement
Mise en œuvre et application
This amendment will come into force six months after publication in the Canada Gazette, Part II.
This amendment does not alter existing compliance mechanisms
under the provisions of the Food and Drugs Act and the Food and
Drug Regulations and the Natural Health Products Regulations
enforced by the Health Products and Food Branch Inspectorate.
La modification entrera en vigueur six mois après la publication
dans la Partie II de la Gazette du Canada.
Elle ne changera en rien les mécanismes actuels d’application de
la Loi sur les aliments et drogues, du Règlement sur les aliments et
drogues et du Règlement sur les produits de santé naturels par
l’Inspectorat de la Direction générale des produits de santé et des
aliments.
Contact
Personne-ressource
Brian Fuerst
Refer to Project Number: 1431
Office of Legislative and Regulatory Modernization
Policy, Planning and International Affairs Directorate
Health Canada
Holland Cross, Tower B, 5th Floor
1600 Scott Street
Address Locator: 3105A
Telephone: 613-946-7268
Fax: 613-941-7104
Email: lrm-mlr@hc-sc.gc.ca
Brian Fuerst
Mentionner le projet numéro : 1431
Bureau de la modernisation des lois et des règlements
Direction des politiques, de la planification et des affaires
internationales
Santé Canada
Holland Cross, tour B, 5e étage
1600, rue Scott
Indice de l’adresse : 3105A
Téléphone : 613-946-7268
Télécopieur : 613-941-7104
Courriel : lrm-mlr@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1336
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Registration
SOR/2013-90 May 2, 2013
Enregistrement
DORS/2013-90 Le 2 mai 2013
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1663 — Schedule F)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1663 — annexe F)
P.C. 2013-525 May 2, 2013
C.P. 2013-525 Le 2 mai 2013
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 30(1)1a
of the Food and Drugs Act2b, makes the annexed Regulations
Amending the Food and Drug Regulations (1663 — Schedule F).
Sur recommandation de la ministre de la Santé et en vertu du
paragraphe 30(1)1a de la Loi sur les aliments et drogues2b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (1663 — annexe F),
ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FOOD AND DRUG
REGULATIONS (1663 — SCHEDULE F)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
ALIMENTS ET DROGUES (1663 — ANNEXE F)
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Part I of Schedule F to the Food and Drug Regulations3 is
amended by adding the following in alphabetical order:
Pancreatic extracts, when sold in a dosage form that provides more
than 20 000 USP units of lipase activity per dosage unit or indicated for the treatment of pancreatic exocrine insufficiency
Extraits pancréatiques, lorsque vendus sous forme posologique
fournissant plus de 20 000 unités USP d’activité lipasique par
unité posologique ou indiqués pour le traitement de l’insuffisance pancréatique exocrine
Pancreatin, when sold in a dosage form that provides more than
20 000 USP units of lipase activity per dosage unit or indicated
for the treatment of pancreatic exocrine insufficiency
Pancréatine, lorsque vendue sous forme posologique fournissant plus de 20 000 unités USP d’activité lipasique par unité
posologique ou indiquée pour le traitement de l’insuffisance
pancréatique exocrine
Pancrelipase, when sold in a dosage form that provides more than
20 000 USP units of lipase activity per dosage unit or indicated
for the treatment of pancreatic exocrine insufficiency
Pancrélipase, lorsque vendue sous forme posologique fournissant plus de 20 000 unités USP d’activité lipasique par unité
posologique ou indiquée pour le traitement de l’insuffisance
pancréatique exocrine
1. La partie I de l’annexe F du Règlement sur les aliments et
drogues31 est modifiée par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
Extraits pancréatiques, lorsque vendus sous forme posologique
fournissant plus de 20 000 unités USP d’activité lipasique par
unité posologique ou indiqués pour le traitement de l’insuffisance pancréatique exocrine
Pancreatic extracts, when sold in a dosage form that provides
more than 20 000 USP units of lipase activity per dosage unit
or indicated for the treatment of pancreatic exocrine
insufficiency
Pancréatine, lorsque vendue sous forme posologique fournissant
plus de 20 000 unités USP d’activité lipasique par unité posologique ou indiquée pour le traitement de l’insuffisance pancréatique exocrine
Pancreatin, when sold in a dosage form that provides more than
20 000 USP units of lipase activity per dosage unit or indicated for the treatment of pancreatic exocrine insufficiency
Pancrélipase, lorsque vendue sous forme posologique fournissant plus de 20 000 unités USP d’activité lipasique par unité posologique ou indiquée pour le traitement de l’insuffisance pancréatique exocrine
Pancrelipase, when sold in a dosage form that provides more
than 20 000 USP units of lipase activity per dosage unit or
indicated for the treatment of pancreatic exocrine
insufficiency
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force six months after the
day on which they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur six mois après la
date de son enregistrement.
a
a
b
b
S.C. 2012, c. 19, s. 414(2)
R.S., c. F-27
1
C.R.C., c. 870
L.C. 2012, ch. 19, par. 414(2)
L.R., ch. F-27
C.R.C., ch. 870
1
1337
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Background
Contexte
Before a drug can be sold in Canada, Health Canada assesses its
safety, efficacy and quality as required by the Food and Drugs Act
and associated regulations. Sections C.01.041 to C.01.049 of the
Food and Drug Regulations control the sale of medicinal ingredients that are listed in Schedule F. Schedule F designates prescription drug status, and contains two Parts: Part I of Schedule F lists
medicinal ingredients that require a prescription for human and
veterinary use, and Part II of Schedule F lists medicinal ingredients
that require a prescription for human use.
Pour qu’un médicament puisse être vendu au Canada, Santé
Canada en établit l’innocuité, l’efficacité et la qualité aux termes
de la Loi sur les aliments et drogues et des règlements connexes.
Les articles C.01.041 à C.01.049 du Règlement sur les aliments et
drogues régissent la vente des ingrédients médicinaux dont la liste
figure à l’annexe F du Règlement. L’annexe F établit le statut de
médicament vendu sur ordonnance, et elle contient deux parties : la
partie I de l’annexe F contient la liste des ingrédients médicinaux
qui exigent une ordonnance pour l’utilisation par les humains et
pour l’utilisation à des fins vétérinaires, et la partie II de l’annexe F
présente la liste des ingrédients médicinaux qui exigent une ordonnance pour l’utilisation par les humains.
La détermination du statut de médicament sur ordonnance d’un
ingrédient médicinal (ou d’une catégorie de médicaments) dépend
des facteurs de risque liés à son utilisation; toute modification
apportée au statut de médicament sur ordonnance d’après la liste
est également fondée sur les facteurs de risque et sur une évaluation scientifique. Le Sous-comité chargé d’examiner le statut des
médicaments (SCSM) de Santé Canada formule des recommandations quant au statut de médicament sur ordonnance et fonde l’examen de chaque ingrédient médicinal sur des facteurs de risque établis et publics, comme la nécessité de la surveillance directe d’un
praticien, la toxicité, les propriétés pharmacologiques et les usages
thérapeutiques des ingrédients. Une liste complète des facteurs est
accessible à l’adresse suivante : www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/
prodpharma/applic-demande/pol/schf_annf_fact_pol-fra.php.
Les enzymes pancréatiques jouent un rôle important dans l’absorption adéquate des lipides, des protéines et, dans une moindre
mesure, des glucides fournis par les aliments. Lorsque le pancréas
ne peut sécréter et fournir suffisamment d’enzymes au tube digestif, les aliments ne peuvent être digérés de façon adéquate, ce qu’on
appelle par ailleurs l’insuffisance pancréatique exocrine (IPE).
Plusieurs affections peuvent être à l’origine de ce déficit en
enzymes, notamment la fibrose kystique, l’inflammation chronique du pancréas ou l’obstruction des canaux pancréatiques.
À l’heure actuelle, des produits contenants des enzymes pancréatiques sont accessibles en vente libre à titre de produits de
santé naturels régis par le Règlement sur les produits de santé naturels; toutefois, certaines enzymes pancréatiques (c’est-à-dire la
pancrélipase, la pancréatine et les extraits pancréatiques) pour le
traitement de l’insuffisance pancréatique établie sont considérées
comme étant des médicaments sur ordonnance par les provinces
depuis 1999. Le SCSM de Santé Canada recommande le statut de
médicament sur ordonnance pour cet ingrédient médicinal, avec
précisions concernant la concentration et la posologie. À certaines
doses ou lorsqu’ils sont utilisés pour traiter certaines affections, la
surveillance d’un praticien est nécessaire pour garantir que l’information pertinente concernant les risques et les bénéfices est prise
en compte avant que les médicaments contenant cet ingrédient
médicinal ne soient administrés et pour garantir que la pharmacothérapie fait l’objet d’un suivi adéquat.
Aux États-Unis, les produits contenant de la pancrélipase administrés par voie orale pour le traitement de l’IPE sont considérés
comme étant des médicaments sur ordonnance. En Australie,
toutes les enzymes pancréatiques sont considérées comme des
Determining the prescription status of a medicinal ingredient (or
classes of drugs) depends upon the risk factors associated with
their use; any revisions to prescription status listings are also based
on the risk factors and a scientific assessment. Health Canada’s
Drug Schedule Status Committee (DSSC) makes recommendations for prescription status and bases the scientific assessment of
each medicinal ingredient against established and publicly available risk factors, such as the need for direct practitioner supervision, the toxicity profile, the pharmacological properties and
therapeutic uses of the medicinal ingredients. A complete list of the
factors may be accessed at www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/
applic-demande/pol/schf_annf_fact_pol-eng.php.
Pancreatic enzymes are important for the adequate absorption of
fat, proteins, and, to a lesser extent, carbohydrates from the diet.
Failure of the pancreas to secrete and deliver an adequate level of
enzymes to the digestive tract results in the inability to properly
digest food, otherwise known as pancreatic exocrine insufficiency
(PEI). Several medical conditions can cause this lack of enzymes,
including cystic fibrosis, chronic inflammation of the pancreas, or
blockage of the pancreatic duct(s).
Currently, pancreatic enzyme products are available without a
prescription as natural health products under the Natural Health
Products Regulations; however, certain pancreatic enzymes
(i.e. pancrelipase, pancreatin and pancreatic extracts) for the treatment of established pancreatic insufficiency have been regulated
provincially as prescription drugs since 1999. Health Canada’s
DSSC recommends prescription status for this medicinal ingredient with qualifications as to strength and indication. At certain levels or when used to treat certain medical conditions, oversight by a
practitioner is necessary to ensure that appropriate risk/benefit
information is considered before drugs containing this medicinal
ingredient are administered and that the drug therapy is properly
monitored.
In the United States, pancrelipase products for oral administration for the treatment of PEI are registered as prescription drugs. In
Australia, all pancreatic enzymes are considered to be “prescription only medicines” for the treatment of any condition unless they
1338
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
are contained in a preparation containing 20 000 British Pharmacopoeia (BP41) units or less of lipase activity per dosage unit. In the
United Kingdom, pancreatin (pancrelipase is not defined as a separate drug) is regulated as a “prescription only medicine” unless
the product has a maximum strength of 25 000 European Pharmacopoeia (Ph. Eur.) units of lipase per gram of powder.
médicaments d’ordonnance pour le traitement d’un problème de
santé, sauf s’ils sont contenus dans une préparation renfermant
20 000 unités BP41 ou moins d’activité lipasique par unité posologique. Au Royaume-Uni, la pancréatine (la pancrélipase n’est pas
définie comme étant un médicament distinct) est considérée
comme étant un « médicament sur ordonnance seulement » à
moins que le produit ne contienne 25 000 unités de la Pharmacopée
européenne (Ph. Eur) de lipase par gramme de poudre.
Issues and objectives
Enjeux et objectifs
When used in the treatment of cystic fibrosis or PEI, pancreatic
enzyme products are designated prescription status provincially, as
they are associated with a number of risk factors which support the
need for direct practitioner supervision. However, at a federal level,
the Food and Drug Regulations currently permit pancreatic
enzymes to be sold without a prescription regardless of level or
indication for use. This broad permission does not reflect the DSSC
recommendation for prescription status at certain dosages or when
used to treat a serious medical condition.
Quand ils sont utilisés pour le traitement de la fibrose kystique
ou de l’IPE, les produits contenant des enzymes pancréatiques sont
désignés comme ayant le statut de médicament sur ordonnance à
l’échelon provincial, car ils sont liés à un certain nombre de facteurs de risque qui justifient la surveillance directe d’un praticien.
Toutefois, à l’échelon fédéral, le Règlement sur les aliments et drogues permet actuellement la vente libre d’enzymes pancréatiques
peu importe la dose ou l’indication. Cette autorisation générale ne
reflète pas la recommandation du SCSM concernant l’état des
médicaments d’ordonnance à certaines doses ou lorsque le médicament est utilisé pour traiter une affection grave.
L’objectif de la présente proposition est d’ajouter les enzymes
pancréatiques à l’annexe F à partir d’une certaine concentration
pour permettre que les produits dont la dose est inférieure à la dose
maximale puissent faire l’objet d’un permis de vente de produit de
santé naturel (PSN) et puissent être vendus sans ordonnance. Il a
été déterminé que la dose en question permet une marge de sécurité
adéquate et que l’intervention d’un praticien n’est pas nécessaire
en deçà de la dose sécuritaire pour la vente sans ordonnance (par
exemple lorsque les enzymes sont utilisées pour favoriser la
digestion).
Toute préoccupation éventuelle concernant l’innocuité des produits en question lorsqu’ils sont utilisés comme PSN serait atténuée par la dose limite de 20 000 USP52 d’activité lipasique. Tous
les autres aspects liés à l’innocuité, à l’efficacité et à la qualité
seraient examinés durant un processus d’examen préalable à la
mise en marché ou prévu par le Règlement sur les produits de santé
naturels. Cette proposition garantit également que tout risque lié à
une dose plus élevée ou à l’utilisation pour le traitement d’une
affection grave exigerait la surveillance d’un praticien dans le
cadre du statut de médicament sur ordonnance.
The objective of this proposal is to add pancreatic enzymes to
Schedule F at a specific strength threshold to enable those products
that fall under the limit to be licensed as natural health products
(NHPs) and not require a prescription. This level has been assessed
to be an appropriate margin of safety and practitioner intervention
is not required to allow products under this safe limit to be available without a prescription (e.g. when used as a digestive aid).
Any potential safety concerns associated with these products
when used as an NHP would be mitigated by the threshold limit of
less than 20 000 USP52 units of lipase activity. All other aspects
related to safety, efficacy and quality would be considered during
the premarket review process under the Natural Health Products
Regulations. This amendment also ensures that any risks associated with higher dosages or when used in the treatment of a serious
medical condition would have consistent requirements for practitioner oversight through prescription status.
Description
Description
This regulatory amendment adds pancrelipase, pancreatin and
pancreatic extracts where the strength per dosage unit exceeds
20 000 USP units of lipase activity, or when indicated for the treatment of pancreatic exocrine insufficiency to Part I of Schedule F to
the Food and Drug Regulations to designate its prescription status.
La modification réglementaire consiste en l’ajout de la pancrélipase, la pancréatine et des extraits pancréatiques, lorsque la
concentration par unité posologique dépasse 20 000 USP d’activité
lipasique, ou lorsque le médicament est indiqué pour le traitement
de l’insuffisance pancréatique exocrine, à la partie I de l’annexe F
du Règlement sur les aliments et drogues afin que ces médicaments
aient le statut de médicament sur ordonnance.
1
1
A unit used in Britain to measure the potency of a vitamin or drug, that is, its
expected biological effects. For each substance to which this unit applies, the British
Pharmacopoeia Commission has determined the biological effect associated with a
dose of 1 BP unit. Other quantities of the substance can then be expressed in terms
of this standard unit. In many cases, the BP unit is equal to the international
unit (IU). Since the British Pharmacopoeia includes the standards of the European
Pharmacopoeia, BP units are equivalent to the “Ph. Eur.” units for those substances
covered by both sets of standards.
2
Pharmacopoeia is a book issued by an officially recognized authority to serve as a
standard for describing drugs, chemicals, and medicinal preparations. Examples
include the United States Pharmacopoeia (USP), Chinese Pharmacopoeia (ChP),
BP, and Ph. Eur.
Unité utilisée au Royaume-Uni pour mesurer la puissance d’une vitamine ou d’un
médicament, c’est-à-dire ses effets biologiques prévus. Pour chaque substance à
laquelle cette unité s’applique, la British Pharmacopoeia Commission a déterminé
l’effet biologique lié à une dose d’une unité BP. Les autres quantités de substance
peuvent donc être exprimées à partir de cette unité standard. Dans bien des cas,
l’unité BP est égale à l’unité internationale (UI). Comme la pharmacopée britannique intègre les normes de la pharmacopée européenne, les unités BP sont équivalentes aux unités « Ph. Eur. » pour les substances couvertes par les deux ensembles
de normes.
2
La pharmacopée est un livre publié par les autorités officiellement reconnues qui
établit la norme pour ce qui est de la description des médicaments, des produits
chimiques et des préparations médicinales. Le Royaume-Uni, la Chine, les ÉtatsUnis et l’Europe ont une pharmacopée.
1339
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
Products for the treatment of PEI or above this strength threshold will require a prescription for their sale, and the sale of products under this threshold or for other indications will still be regulated as natural health products under the Natural Health Products
Regulations.
Les produits utilisés pour le traitement de l’IPE ou dont la
concentration dépasse la limite prévue seront vendus sur ordonnance, et la vente des produits dont la dose est inférieure à la limite
ou utilisés pour d’autres indications continuera d’être assujettie au
Règlement sur les produits de santé naturels.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal as there
is no change in administrative costs on business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à la présente proposition, puisque les frais administratifs demeurent les mêmes pour
les entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à la présente
proposition, car il n’y a pas de frais relativement aux petites
entreprises.
Consultation
Consultation
Advance notice of this regulatory proposal was communicated
to provincial and territorial ministries of health, medical and pharmacy licensing bodies, and industry, consumer and professional
associations through a Notice of Intent (NOI). The NOI was published in the Canada Gazette, Part I, on February 11, 2012, and
sent directly to stakeholders on February 15, 2012, followed by a
75-day comment period. This initiative was also posted on the
Health Canada and Consulting with Canadians Web sites on February 13, 2012.
La proposition réglementaire a été annoncée à l’avance aux
ministères provinciaux et territoriaux de la Santé, aux organismes
de délivrance de permis dans les domaines médical et pharmaceutique et aux associations professionnelles, de consommateurs et de
l’industrie au moyen d’un avis d’intention. Cet avis d’intention a
été publié dans la Partie I de la Gazette du Canada le 11 février
2012, et il a été envoyé directement aux intervenants concernés le
15 février 2012, après une période de commentaires de 75 jours.
L’information a également été affichée sur le site Web de Santé
Canada et sur le site Consultation auprès des Canadiens le
13 février 2012.
Ce préavis, et l’entrée en vigueur d’une période de six mois permettra d’offrir aux fabricants des produits touchés suffisamment de
temps pour effectuer la transition et obtenir l’approbation de leur
demande de numéro d’identification du médicament pour les produits biologiques (DIN-B). En outre, de l’information d’orientation et de l’information concernant la rédaction des étiquettes ont
été envoyées (le 27 août 2012) aux fabricants des produits touchés
par la modification réglementaire afin de les aider à rédiger l’étiquette d’ordonnance obligatoire.
Des commentaires ont été reçus de la part de 10 organisations :
3 associations professionnelles de la santé; 3 particuliers et 4 entreprises liées à la fabrication et à la commercialisation de produits de
santé.
Six répondants ont dit être d’accord avec la modification apportée à l’annexe F, non sans remarquer que la pancrélipase, la pancréatine et les extraits pancréatiques pour le traitement d’une insuffisance pancréatique établie sont déjà considérés comme étant des
médicaments sur ordonnance par les provinces depuis 1999. Quatre
répondants n’appuient pas la modification, et ils ont fait remarquer
que les produits en question sont accessibles depuis des décennies
et n’ont pas d’effets secondaires graves.
En réaction aux préoccupations pour assurer une plus grande
transparence, Santé Canada a fait parvenir son évaluation scientifique en format électronique à tous les intervenants concernés
(le 13 avril 2012), et aucune modification n’a été apportée à la dose
maximale initialement proposée, pas plus que la mention « par
kilogramme de masse corporelle par jour ou par repas » n’a été
ajoutée, puisque chaque patient est unique, et son professionnel de
la santé déterminera la dose adéquate par jour ou par repas, en
fonction de la masse corporelle. Les préoccupations et les problèmes soulevés par les répondants sont résumés ci-dessous, avec
les commentaires de Santé Canada.
This advance notice, plus a six-month coming into force, is
intended to provide manufacturers of affected products with sufficient time to transition and obtain approval of their Drug Identification Number for biologics (DIN-B) submission. In addition,
guidance and draft labelling information has been sent (August 27,
2012) to manufacturers of products affected by this regulatory
amendment to assist in preparing the required prescription
labelling.
Comments were received from 10 respondents: 3 associations of
health professionals; 3 individuals; and 4 companies associated
with the manufacturing and marketing of health products.
Six respondents expressed support for this amendment to Schedule F, noting that pancrelipase, pancreatin and pancreatic extracts
for the treatment of established pancreatic insufficiency have
already been regulated provincially as prescription drugs since
1999. Four respondents did not support the amendment, noting that
these products have been available for decades without serious
adverse effects.
In response to concerns and for increased transparency, an electronic copy of Health Canada’s science assessment was sent to all
stakeholders (April 13, 2012), and no changes have been made to
the dosage threshold originally proposed and no reference to “per
kilogram body weight per day or meal” has been added since each
patient is unique and their health professional will determine the
correct balance between a dose per day or per meal, adjusted for
body weight. The issues and concerns raised by respondents are
summarized below with Health Canada’s responses.
1340
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
Comment
Commentaire
Three respondents questioned the need for this amendment or
risks posed to users, and noted that these products have been available for decades without serious adverse effects and that Health
Canada’s current monograph for pancreatic enzymes allows
5 000–10 000 USP units of lipase activity per dosage unit (e.g. per
capsule), one to four times per day.
Trois répondants ont remis en question le fait que la modification soit nécessaire ou les risques pour les utilisateurs, en faisant
remarquer que les produits en question sont accessibles depuis des
décennies et n’ont pas d’effets secondaires graves, ainsi que le fait
que la monographie en vigueur de Santé Canada pour les enzymes
pancréatiques permet de 5 000 à 10 000 USP d’activité lipasique
par unité posologique (par exemple par capsule), d’une à quatre
fois par jour.
Response
Réponse
As noted above and as further explained in Health Canada’s science assessment that was sent to stakeholders, the risk factors associated with the use of these products, at or above the established
dosage threshold and for the serious health conditions identified,
justify its prescription status. They align with the existing provincial requirement for a prescription, and with their prescription
status in other countries. When used to treat a serious condition
(such as PEI) patients typically receive 25 000 to 40 000 USP units
of lipase activity for each meal or snack, or 700 000 USP units per
day. At these levels, the safe use of these products requires direct
practitioner supervision and routine laboratory monitoring. For
example, there are potential or known undesirable or severe side
effects, such as scarring of the large intestine, at excessive or even
normal PEI therapeutic dosage levels that would need to be managed by a practitioner, to determine and maintain the optimum
dose, as the response to these ingredients varies greatly from one
patient to another. Testing is needed to determine the level at which
these ingredients are effective as the risk of the potential serious
adverse effects increases if the dose is excessive.
Comme on l’a mentionné ci-dessus et comme l’explique de
façon plus approfondie l’évaluation scientifique de Santé Canada
qui a été envoyée aux intervenants, les facteurs de risque liés à
l’utilisation des produits en question à la dose maximale établie ou
à une dose supérieure et pour le traitement des affections graves
indiquées justifient son statut de médicament sur ordonnance. Ces
facteurs correspondent à l’exigence d’ordonnance à l’échelon provincial, ainsi qu’au statut de médicament sur ordonnance des produits en question dans d’autres pays. Lorsque ces médicaments
sont utilisés pour le traitement d’une affection grave (par exemple
l’IPE), les patients reçoivent habituellement de 25 000 à
40 000 USP d’activité lipasique pour chaque repas ou collation, ou
encore 700 000 USP par jour. À ces doses, l’utilisation sécuritaire
des produits en question exige la surveillance directe d’un praticien
et un suivi régulier en laboratoire. Il y a par exemple des effets
secondaires indésirables ou graves qui pourraient se faire sentir ou
qui sont connus, notamment la cicatrisation du gros intestin, à des
doses excessives ou même à la dose normale pour le traitement de
l’IPE, effet qui exige la supervision d’un praticien afin de déterminer et maintenir la dose optimale, car la réaction aux ingrédients en
question varie grandement d’un patient à l’autre. Il est nécessaire
de procéder à des essais pour déterminer la dose à laquelle les
ingrédients sont efficaces, car le risque d’effets secondaires graves
augmente si la dose est excessive.
Comment
Commentaire
One respondent expressed concern that this amendment would
limit Canadians’ access to digestive enzymes.
Un répondant a exprimé une préoccupation selon laquelle la
modification limiterait l’accès des Canadiens aux enzymes
digestives.
Response
Réponse
To clarify the respondents’ misunderstanding, the regulatory
proposal pertains to medicinal ingredients that are already regulated as prescription drugs provincially, and access to digestive
enzymes in general will not be affected as lower doses for nonprescription purposes, such as digestive aids, will continue to be
available as authorized natural health products.
Pour dissiper la confusion chez les répondants, la proposition
réglementaire a trait à des ingrédients médicinaux qui sont déjà
régis à titre de médicament sur ordonnance à l’échelon provincial,
et l’accès aux enzymes digestives en général ne sera pas touché, car
les médicaments à faible dose utilisés à des fins autres que celles
visées par les ordonnances, par exemple pour favoriser la digestion, continueront d’être accessibles sous forme de produits de
santé naturels autorisés.
Rationale
Justification
This amendment to add certain pancreatic enzyme products with
qualifiers to Schedule F listing is based on Health Canada’s scientific assessment and recommendation, given the potential benefits,
harms and uncertainties related to its use at different strengths and
dosages. Stakeholders have been provided extensive notification
and opportunity to comment, and have received guidance on how
to transition any affected products. This proposal will permit the
sale of these products while ensuring that appropriate safety measures are in place.
La modification visant à ajouter certains produits contenant des
enzymes pancréatiques à la liste de l’annexe F sous réserve de certaines précisions est fondée sur l’évaluation scientifique menée par
Santé Canada et sur sa recommandation, vu les effets positifs et
négatifs potentiels et les incertitudes liés à l’utilisation de ces produits à différentes concentrations et doses. Les intervenants ont
reçu un avis adéquat et ont eu l’occasion de formuler des commentaires, et ils ont reçu de l’information d’orientation concernant la
transition pour tout produit touché. La proposition permettra la
1341
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
vente de ces produits tout en garantissant que des mesures de sécurité adéquates sont en place.
The impacts in terms of expected benefits and costs are as
follows.
Les répercussions sur le plan des effets bénéfiques et des coûts
prévus sont les suivantes.
Public
Public
Accessing these medicinal ingredients under these conditions
through a prescription from a practitioner will benefit Canadians
by decreasing the risks of improper use, and by ensuring the guidance and care of a health professional. The addition of the threshold limit provides an appropriate margin of safety whereby products under this limit would be available to Canadians without a
prescription as natural health products. In addition, medicinal
ingredients listed in Schedule F may be covered by both provincial
and private health care plans.
L’accès aux ingrédients médicinaux en question sous réserve des
conditions décrites dans le contexte d’une ordonnance délivrée par
un praticien profitera aux Canadiens, car elle fera diminuer les
risques d’utilisation inadéquate et garantira qu’un professionnel de
la santé offrira des conseils et des soins aux patients. L’ajout de la
dose maximale offre une marge de sécurité appropriée permettant
aux Canadiens d’accéder à des produits de santé naturels en vente
libre contenant une dose inférieure à cette dose maximale. En
outre, les ingrédients médicinaux figurant à l’annexe F pourraient
être couverts par les régimes de soins de santé provinciaux et
privés.
Health insurance plans
Régimes d’assurance-maladie
The cost of drug products for human use containing medicinal
ingredients listed in Schedule F may be cost covered by both provincial and private health care plans.
Le coût des médicaments pour usage humain contenant les
ingrédients médicinaux figurant à l’annexe F pourrait être couvert
par les régimes de soins de santé provinciaux et privés.
Provincial health care services
Services de soins de santé provinciaux
Potential additional costs for health care services should be minimal since it is already current practice for pharmacists to dispense
only upon receipt of a prescription.
Les coûts supplémentaires que pourraient devoir assumer les
services de soins de santé devraient être minimes, puisque les pharmaciens ne dispensent actuellement les médicaments en question
que sur ordonnance.
Manufacturers
Fabricants
Going forward, pancrelipase, pancreatin and pancreatic extracts
where the strength per dosage unit exceeds 20 000 USP units of
lipase activity, or when indicated for the treatment of pancreatic
exocrine insufficiency will require a valid Drug Identification
Number (DIN) and prescription labelling. Notice of the impending
change in regulatory status was communicated to the pharmaceutical industry through the Notice of Intent, and additional guidance
has been provided to assist in meeting the requirements for this
transition. The advanced notice, in addition to a delayed coming
into force, is intended to provide manufacturers of affected products with sufficient time for the transition.
À l’avenir, la pancrélipase, la pancréatine et les extraits pancréatiques dont la concentration par unité posologique dépasse
20 000 USP d’activité lipasique ou utilisés pour le traitement de
l’insuffisance pancréatique exocrine exigeront un numéro d’identification du médicament (DIN) et une étiquette d’ordonnance. La
modification imminente du statut réglementaire a été communiquée à l’industrie pharmaceutique au moyen d’un avis d’intention,
et de l’information d’orientation supplémentaire a été fournie aux
intervenants pour les aider à respecter les exigences pour cette transition. L’avis préalable et le report de l’entrée en vigueur visent à
offrir aux fabricants des produits touchés suffisamment de temps
pour effectuer la transition.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de services
This amendment will come into force six months after publication in the Canada Gazette, Part II.
This amendment does not alter existing compliance mechanisms
under the provisions of the Food and Drugs Act, the Food and Drug
Regulations and the Natural Health Products Regulations enforced
by the Health Products and Food Branch Inspectorate.
La modification entrera en vigueur six mois après la publication
dans la Partie II de la Gazette du Canada.
Elle ne changera en rien les mécanismes actuels d’application de
la Loi sur les aliments et drogues, du Règlement sur les aliments et
drogues et du Règlement sur les produits de santé naturels par
l’Inspectorat de la Direction générale des produits de santé et des
aliments.
1342
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-90
Contact
Personne-ressource
Brian Fuerst
Refer to Project Number: 1663
Office of Legislative and Regulatory Modernization
Policy, Planning and International Affairs Directorate
Health Canada
Holland Cross, Tower B, 5th Floor
1600 Scott Street
Address Locator: 3105A
Telephone: 613-946-7268
Fax: 613-941-7104
Email: lrm-mlr@hc-sc.gc.ca
Brian Fuerst
Mentionner le projet numéro : 1663
Bureau de la modernisation des lois et des règlements
Direction des politiques, de la planification et des affaires
internationales
Santé Canada
Holland Cross, tour B, 5e étage
1600, rue Scott
Indice de l’adresse : 3105A
Téléphone : 613-946-7268
Télécopieur : 613-941-7104
Courriel : lrm-mlr@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1343
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-91
Registration
SOR/2013-91 May 2, 2013
Enregistrement
DORS/2013-91 Le 2 mai 2013
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
EXPORT AND IMPORT PERMITS ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
LOI SUR LES LICENCES D’EXPORTATION ET
D’IMPORTATION
Order Amending the Export and Import Permits
and Certificates Fees Order
Arrêté modifiant l’Arrêté sur le prix des licences et
des certificats en matière d’importation et
d’exportation
The Minister of Foreign Affairs, pursuant to Order in Council
P.C. 1995-783 of May 16, 19951a, makes the annexed Order Amending the Export and Import Permits and Certificates Fees Order.
En vertu du décret C.P. 1995-783 du 16 mai 19951a, le ministre
des Affaires étrangères prend l’Arrêté modifiant l’Arrêté sur le prix
des licences et des certificats en matière d’importation et d’exportation, ci-après.
Ottawa, le 24 avril 2013
Le ministre des Affaires étrangères
JOHN BAIRD
Ottawa, April 24, 2013
JOHN BAIRD
Minister of Foreign Affairs
ORDER AMENDING THE EXPORT AND IMPORT
PERMITS AND CERTIFICATES FEES ORDER
ARRÊTÉ MODIFIANT L’ARRÊTÉ SUR LE PRIX DES
LICENCES ET DES CERTIFICATS EN MATIÈRE
D’IMPORTATION ET D’EXPORTATION
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The portion of subsection 3(1) of the Export and Import
Permits and Certificates Fees Order21 before paragraph (a) is
replaced by the following:
3. (1) Subject to subsections (1.1), (2) and (3), the fee to be paid
by a person to whom the Minister issues
1. Le passage du paragraphe 3(1) de l’Arrêté sur le prix des
licences et des certificats en matière d’importation et d’exportation21 précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
3. (1) Sous réserve des paragraphes (1.1), (2) et (3), le prix à
payer par un bénéficiaire à qui le ministre délivre :
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
1. Background
1. Contexte
Normally, a fee is charged for the issuance of permits related to
the import of goods under the authority of the Export and Import
Permits Act. The Order Amending the Export and Import Permits
and Certificates Fees Order (the Order), which came into force on
November 8, 2010, eliminated the fees for permits related to the
importation of Item 80 — Carbon Steel and Item 81 — Specialty
Steel of the Import Control List as a cost-saving measure for
industry.
Normalement, des droits doivent être acquittés pour la délivrance de licences pour l’importation de marchandises sous l’autorité de la Loi sur les licences d’exportation et d’importation. L’Arrêté sur le prix des licences et des certificats en matière
d’exportation et d’importation (l’Arrêté) entré en vigueur le
8 novembre 2010 a éliminé les droits pour les licences reliées à
l’importation des marchandises visées à l’article 80 — Acier ordinaire et l’article 81 — Produits en acier spécialisé de la Liste des
marchandises d’importation contrôlée comme mesure permettant
des économies à l’industrie.
a
a
1
1
SI/95-66
SOR/95-245
1344
TR/95-66
DORS/95-245
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-91
2. Issue
2. Enjeux/problèmes
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
requested an amendment to the Order.
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a
demandé un amendement à l’Arrêté.
3. Objectives
3. Objectifs
Ensure that there is no ambiguity with respect to the absence of
import permit fees for goods included in items 80 (carbon steel
products) and 81 (specialty steel products) of the Import Control
List.
Veiller à ce qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés en ce qui a trait à l’élimination des droits pour la délivrance des licences d’importation
pour les marchandises visées à l’article 80 (produits d’acier ordinaire) et l’article 81 (produits en acier spécialisé) de la Liste des
marchandises d’importation contrôlée.
4. Description
4. Description
This amendment is a housekeeping amendment of a technical
nature. This amendment will
—— amend subsection 3(1) of the Order to take into account subsection (1.1) of section 3 which was recently introduced in the
Order; and
—— provide a greater degree of clarity in connection with subsection 3(1) of the Order.
Cet amendement n’est qu’une modification de nature administrative et technique. L’amendement :
—— modifiera le paragraphe 3(1) de l’Arrêté pour tenir compte du
paragraphe (1.1) de l’article 3 nouvellement introduit;
—— fournira un plus grand degré de clarté au paragraphe 3(1) de
l’Arrêté.
5. Consultation
5. Consultation
This amendment is the result of a recommendation of the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations. Justice Canada officials agreed with the recommendation. No other consultations were necessary given the housekeeping and technical nature
of the amendment.
Cet amendement est le résultat d’une recommandation du
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation. Les
représentants de Justice Canada appuient la recommandation.
Aucune autre consultation n’est nécessaire étant donné la nature
administrative et technique de l’amendement.
6. Small business lens
6. Lentille des petites entreprises
The amendment will be neutral in terms of the administrative
burden for small businesses in Canada given its housekeeping and
technical nature.
Étant donné sa nature administrative et technique, l’amendement aura un effet neutre sur le fardeau administratif pour les
petites entreprises canadiennes.
7. Rationale
7. Justification
This housekeeping amendment is technical in nature and will
ensure that there is no ambiguity with respect to the absence of
import permit fees for goods included in items 80 (carbon steel
products) and 81 (specialty steel products) of the Import Control
List.
There will not be any additional costs as a result of this amendment. It is expected that this amendment will have virtually no
impact on the administration of the Order.
Cet amendement veillera à ce qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés en
ce qui a trait à l’élimination des droits pour la délivrance des
licences d’importation pour les marchandises visées à l’article 80
(produits d’acier ordinaire) et l’article 81 (produits en acier spécialisé) de la Liste des marchandises d’importation contrôlée.
Il n’y aura aucun coût additionnel résultant de cet amendement.
On s’attend à ce que cet amendement n’ait pratiquement aucun
impact sur l’administration de l’Arrêté.
8. Implementation, enforcement and service standards
8. Mise en œuvre, application et normes de services
N/A
S.O.
9. Contact
9. Personne-ressource
Louis Gionet
Trade Controls Policy Division (TIC)
Trade Controls and Technical Barriers Bureau
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-995-8367
Fax: 613-995-0282
Louis Gionet
Direction de la politique sur la réglementation commerciale (TIC)
Direction générale de la réglementation commerciale et des
obstacles techniques
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-995-8367
Télécopieur : 613-995-0282
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1345
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
Registration
SOR/2013-92 May 6, 2013
Enregistrement
DORS/2013-92 Le 6 mai 2013
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2013-87-03-01 Amending the Domestic
Substances List
Arrêté 2013-87-03-01 modifiant la Liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment has been provided
with information under either paragraph 87(1)(a) or (5)(a) of the
Canadian Environmental Protection Act, 19991a in respect of each
substance referred to in the annexed Order;
Whereas, in respect of the substances being added to the Domestic Substances List2b pursuant to subsection 87(1) of that Act, the
Minister of the Environment and the Minister of Health are satisfied that those substances have been manufactured in or imported
into Canada, by the person who provided the information, in excess
of the quantity prescribed under the New Substances Notification
Regulations (Chemicals and Polymers)3c;
Whereas the period for assessing the information under section 83 of that Act has expired;
And whereas no conditions under paragraph 84(1)(a) of that Act
in respect of the substances are in effect;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsections 87(1), (3) and (5) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999a, makes the annexed Order 2013-87-03-01 Amending the
Domestic Substances List.
Gatineau, April 26, 2013
PETER KENT
Minister of the Environment
Attendu que le ministre de l’Environnement a reçu les renseignements visés aux alinéas 87(1)a) ou (5)a) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)1a concernant chaque
substance visée par l’arrêté ci-après;
Attendu que le ministre de l’Environnement et la ministre de la
Santé sont convaincus que celles de ces substances qui sont ajoutées à la Liste intérieure2b en vertu du paragraphe 87(1) de cette loi
ont été fabriquées ou importées au Canada, par la personne qui a
fourni les renseignements, en une quantité supérieure à celle prévue par le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères)3c;
Attendu que le délai d’évaluation prévu à l’article 83 de cette loi
est expiré;
Attendu que les substances ne sont assujetties à aucune condition fixée aux termes de l’alinéa 84(1)a) de cette loi,
À ces causes, en vertu des paragraphes 87(1), (3) et (5) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, le
ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2013-87-03-01 modifiant la Liste intérieure, ci-après.
Gatineau, le 26 avril 2013
Le ministre de l’Environnement
PETER KENT
ORDER 2013-87-03-01 AMENDING THE
DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2013-87-03-01 MODIFIANT
LA LISTE INTÉRIEURE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Part 1 of the Domestic Substances List4 is amended by adding the following in numerical order:
77226-90-5 N
710292-85-6 N
2. Part 2 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
1. La partie 1 de la Liste intérieure41 est modifiée par adjonction, selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
77226-90-5 N
710292-85-6 N
2. La partie 2 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
1310-53-8 N-S
1. Any activity involving, in any one calendar year, the use of
more than a total of 100 kg of the substance germanium dioxide
engineered to contain particles of a size ranging from 1 to 100 nm
in one or more dimensions.
1310-53-8 N-S
a
a
b
b
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
c
SOR/2005-247
1
SOR/94-311
1346
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
l’utilisation, en une quantité totale supérieure à 100 kg, de la
substance dioxyde de germanium conçue pour contenir des
particules dont la taille se situe entre 1 et 100 nm dans au moins
une dimension.
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
DORS/2005-247
1
DORS/94-311
c
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
2. For each proposed significant new activity, the following
information must be provided to the Minister at least 90 days
before the day on which that activity begins:
(a) a description of the significant new activity in relation to the
substance;
(b) the anticipated annual quantity of the substance to be used;
(c) the information specified in Schedule 4 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers);
(d) the analytical information used to determine the size of the
primary and secondary particles;
(e) all other information or test data in respect of the substance
that are in the possession of the person proposing the significant
new activity, or to which they have access, and that are relevant
to identifying hazards of the substance to the environment and
human health and the degree of environmental and public
exposure to the substance; and
(f) the identification of every other government agency, either
outside or within Canada, that has been notified of the
significant new activity by the person proposing it and, if known,
the agency’s file number and the outcome of the assessment and,
if any, the risk management actions in relation to the substance
imposed by the agency.
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
3. Part 3 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
18275-5 N-P
18548-8 N
18551-2 N-P
18553-4 N-P
18554-5 N-P
18555-6 N-P
18556-7 N-P
18557-8 N-P
2. Pour chaque nouvelle activité proposée, les renseignements
ci-après sont fournis au ministre au moins quatre-vingt-dix jours
avant le début de celle-ci :
a) la description de la nouvelle activité à l’égard de la substance;
b) la quantité annuelle prévue de la substance devant être
utilisée;
c) les renseignements prévus à l’annexe 4 du Règlement sur les
renseignements concernant les substances nouvelles (substances
chimiques et polymères);
d) les données d’analyse ayant servis de déterminer la taille des
particules primaires et secondaires;
e) tous autres renseignements ou données d’essai à l’égard de la
substance dont dispose la personne proposant la nouvelle
activité, ou auxquels elle a accès, et qui sont utiles pour
déterminer les dangers que présente la substance pour
l’environnement et la santé humaine de même que le degré
d’exposition de l’environnement et du public à la substance;
f) le nom de tout autre organisme public, à l’étranger ou au
Canada, ayant été avisé de la nouvelle activité par la personne la
proposant, le numéro de dossier fourni par l’organisme et les
résultats de l’évaluation, s’ils sont connus, et, le cas échéant, les
mesures de gestion des risques imposées par l’organisme à
l’égard de la substance.
3. Les renseignements précédents sont évalués dans les
quatre-vingt-dix jours suivant leur réception par le ministre.
3. La partie 3 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
1,3-Benzenedicarboxylic acid, polymer with alkanediol, 2,2-dimethyl-1,3-propanediol, 2-ethyl-2-(hydroxymethyl)1,3-propanediol, hexanedioic acid and 1,3-isobenzofurandione
Acide isophtalique polymérisé avec un alcanediol, du néopentanediol, du 2-éthyl-2-(hydroxyméthyl)propane-1,3-diol,
de l’acide adipique et de l’isobenzofurane-1,3-dione
Phenol, 4,4′-(1-methylethylidene)bis-, polymer with diisocyanatoalkane and substituted, substituted-polyoxyalkyldiyl
4,4′-(Propane-2-ylidène)bisphénol polymérisé avec un diisocyanatoalcane et un poly(oxyalcane-diyle) substitué
1,4-Benzenedicarboxylic acid, polymer with alkanedioic acid and alkanediamine
Acide téréphtalique polymérisé avec un acide alcanedioïque et une alcanediamine
2-Propenoic acid, 2-methyl-, polymer with ethyl 2-alkenoate and α-(2-methyl-1-oxo-2-propen-1-yl)-ω-[2,4,6-tris(1phenylethyl)phenoxy]poly(oxy-1,2-ethanediyl) and α-(2-methyl-1-oxo-2-propen-1-yl)-ω-[hydroxy-, alkyl ethers]
poly(oxy-1,2-ethanediyl)
Acide méthacrylique polymérisé avec un alc-2-ènoate d’éthyle, de l’α-(2-méthylprop-2-énoyl)-ω-[2,4,6-tris(1phényléthyl)phénoxy]poly(oxyéthane-1,2-diyle) et de l’α-(2-méthylprop-2-énoyl)-ω-[hydroxyalcoxy]
poly(oxyéthane-1,2-diyle)
1,4-Benzenedicarboxylic acid, polymer with alkanedioic acid and alkanediamine
Acide téréphtalique polymérisé avec un acide alcanedioïque et une alcanediamine
2-Propenoic acid, 2-methyl-, 2-substitutedalkyl ester, polymer with hexadecyl 2-propenoate, octadecyl 2-propenoate
and polyfluoroalkyl 2-methyl-2-propenoate
Méthacrylate d’un alkyle substitué en position 2, polymérisé avec de l’acrylate d’hexadécyle, de l’acrylate d’octadécyle
et un méthacrylate de polyfluoroalkyle
1,3-Benzenedicarboxylic acid, polymer with 1,3-bis(1-isocyanato-1-methylethyl)benzene, substituted carbomonocycle,
2,2-dimethyl-1,3-propanediol, hexanedioic acid, 1,6-hexanediol, 3-hydroxy-2-(hydroxymethyl)-2-methylpropanoic
acid and 2,2′-oxybis(ethanol), diethanolamine-blocked, compds. with 2-(dimethylamino)ethanol
Acide isophtalique polymérisé avec du 1,3-bis(2-isocyanatopropane-2-yl)benzène, un carbomonocycle substitué, du
néopentanediol, de l’acide adipique, de l’hexane-1,6-diol, de l’acide 2,2-bis(hydroxyméthyl)propanoïque et du
2,2′-oxybis(éthanol), séquencé avec du 2,2′-azanediylbiséthanol, composés avec du 2-(diméthylamino)éthanol
Aromatic dicarboxylic acid, dimethyl ester, polymer with aliphatic diol, aliphatic diisocyanate, dioic acid and alkane
diol
Ester diméthylique d’un acide aromatique dicarboxylique polymérisé avec un diol aliphatique, un diisocyanate
aliphatique et un alcanediol
1347
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
18558-0 N
18559-1 N
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
Cyclohexanedicarboxaldehyde
Cyclohexanedicarbaldéhyde
Cyclohexanedicarboxaldehyde
Cyclohexanedicarbaldéhyde
4. (1) Part 4 of the List is amended by deleting substance “18309-3 N-P-S” in column 1 and the Significant New
Activity in column 2 opposite the reference to that substance.
(2) Part 4 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
4. (1) La partie 4 de la même liste est modifiée par radiation
de la substance « 18309-3 N-P-S » figurant dans la colonne 1 et
du passage de la colonne 2 figurant en regard de cette
substance.
(2) La partie 4 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject
to subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est
assujettie au paragraphe 81(3) de la Loi
18309-3 N-P-S
1. Any activity involving the use of the substance
2-Propenoic acid, 2-methyl-, alkyl ester, polymer with
perfluoroalkylethyl 2-methyl-2-propenoate and vinyl
chloride in aerosol or spray-applied products intended to
be applied in a location other than an industrial setting.
2. For each proposed significant new activity, the
following information must be provided to the Minister at
least 90 days before the day on which that activity begins:
(a) a description of the significant new activity in
relation to the substance;
(b) the information specified in Schedule 9 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers);
(c) the information specified in item 5 of Schedule 10 to
those Regulations;
(d) the test data and test report from the subchronic
inhalation toxicity study, in relation to the substance in
rats, on 6:2 Fluorotelomer alcohol, conducted according
to the methodology described in the Organisation for
Economic Co-operation and Development (“OECD”)
Test Guideline for the Testing of Chemicals No. 413
(“Test Guideline”), entitled Subchronic Inhalation
Toxicity: 90-day Study, that is current at the time of the
test, and in conformity with the laboratory practices
described in the “OECD Principles of Good Laboratory
Practice” (“Principles of GLP”) set out in Annex II of
the Decision of the Council Concerning the Mutual
Acceptance of Data in the Assessment of Chemicals,
adopted by the OECD on May 12, 1981, that is current
at the time of the test, or from any other similar study or
information that will permit assessment of the
subchronic inhalation toxicity of 6:2 Fluorotelomer
alcohol; and
(e) a summary of all other information or test data in
respect of the substance that are in the possession of the
person proposing the significant new activity, or to
which they have access, and that are relevant to
identifying hazards of the substance to the environment
and human health and the degree of environmental and
public exposure to the substance.
3. The above information will be assessed within
90 days after the day on which it is received by the
Minister.
18309-3 N-P-S
1. Toute activité mettant en cause l’utilisation de la
substance méthacrylate d’alkyle polymérisé avec du
méthacrylate de perfluoroalkyléthyle et du chlorure de
vinyle, dans des produits en aérosol appliqués en
pulvérisation qui sont destinés à être utilisés ailleurs qu’en
milieu industriel.
2. Pour chaque nouvelle activité proposée, les
renseignements ci-après sont fournis au ministre au moins
quatre-vingt-dix jours avant le début de celle-ci :
a) la description de la nouvelle activité à l’égard de la
substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 9 du Règlement
sur les renseignements concernant les substances
nouvelles (substances chimiques et polymères);
c) les renseignements prévus à l’article 5 de l’annexe 10
de ce règlement;
d) les données et rapport d’un essai de toxicité
subchronique par inhalation à l’égard de la substance,
sur des rats, de l’alcool 6:2 du fluorotélomère, effectué
selon la méthode décrite dans la ligne directrice 413 de
l’Organisation de coopération et de développement
économiques (OCDE) pour les essais de produits
chimiques, intitulée Toxicité subchronique par
inhalation : étude sur 90 jours et réalisé suivant des
pratiques de laboratoires conformes à celles énoncées
dans les Principes de l’OCDE relatifs aux bonnes
pratiques de laboratoire , figurant à l’annexe II de la
Décision du Conseil relative à l’acceptation mutuelle
des données pour l’évaluation des produits chimiques
adoptée par l’OCDE le 12 mai 1981, dans la version à
jour à la fois de la ligne directrice et des principes au
moment de l’essai, ou toute autre étude ou tout autre
renseignement équivalent permettant d’évaluer la
toxicité par inhalation subchronique de l’alcool 6:2 du
fluorotélomère;
e) un résumé de tous les autres renseignements ou
données d’essai à l’égard de la substance dont dispose
la personne proposant la nouvelle activité, ou auxquels
elle a accès, et qui sont utiles pour déterminer les
dangers que présente la substance pour l’environnement
et la santé humaine de même que le degré d’exposition
de l’environnement et du public à la substance.
3. Les renseignements précédents sont évalués dans les
quatre-vingt-dix jours suivant leur réception par le
ministre.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
5. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
1348
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
1. Background
1. Contexte
The Domestic Substances List
La Liste intérieure
The Domestic Substances List (DSL) is a list of substances or
living organisms that are considered “existing” for the purposes of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999).
“New” substances or living organisms, which are not on the DSL,
are subject to notification and assessment requirements before they
can be manufactured in or imported into Canada. These requirements are set out in section 81 of CEPA 1999 and the New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers) for substances and in section 106 of CEPA 1999 and the New Substances
Notification Regulations (Organisms) for living organisms.
La Liste intérieure (LI) est une liste de substances ou d’organismes vivants qui sont considérés comme « existants » selon la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[LCPE (1999)]. Les substances ou organismes vivants « nouveaux », c’est-à-dire ne figurant pas sur la Liste intérieure, doivent
faire l’objet d’une déclaration et d’une évaluation avant leur fabrication ou leur importation au Canada. Ces exigences sont exprimées aux articles 81 et 106 de la LCPE (1999), ainsi que dans le
Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères) dans le cas des substances et dans le Règlement sur les renseignements concernant les
substances nouvelles (organismes) dans le cas des organismes
vivants.
La Liste intérieure a été publiée dans la Partie II de la Gazette du
Canada en mai 1994. Cette liste est régulièrement modifiée de
façon à ajouter ou à radier des substances, ou pour y faire des corrections, en moyenne 10 fois par année. Les substances et organismes vivants sont groupés sur la Liste intérieure en fonction de
certains critères51.
The DSL was published in the Canada Gazette, Part II, in May
1994. The DSL is amended to add or remove substances or to make
corrections 10 times a year on average. Substances or living organisms on the DSL are categorized based on certain criteria.51
The Non-domestic Substances List
La Liste extérieure
The Non-domestic Substances List (NDSL) is a list of substances subject to notification and assessment requirements when
manufactured in or imported into Canada in quantities above
1 000 kg per year. Compared to the reporting requirements for a
substance not listed on the DSL or the NDSL, there are fewer
requirements for substances listed on the NDSL.
The NDSL is updated semi-annually based on amendments to
the United States Toxic Substances Control Act Inventory. Furthermore, the NDSL only applies to chemicals and polymers.
La Liste extérieure (LE) est une liste de substances assujetties
aux exigences de déclaration et d’évaluation lorsque la quantité
fabriquée ou importée au Canada dépasse 1 000 kg par année. Les
exigences pour une substance qui est sur la Liste extérieure sont
moindres que celles relatives aux substances ne figurant ni sur la
Liste intérieure ni sur la Liste extérieure.
La Liste extérieure est mise à jour semestriellement selon les
modifications apportées à l’inventaire de la Toxic Substances
Control Act des États-Unis. De plus, seules des substances
chimiques et des polymères figurent sur la Liste extérieure.
2. Issue
2. Enjeu
Thirteen substances to be added to the DSL and one substance to
be added to the NDSL have met the necessary conditions for addition. These substances are currently considered “new” and are
therefore subject to reporting requirements before they can be
manufactured in or imported into Canada above threshold quantities. This places unnecessary burden on the importers and manufacturers of the substance since sufficient information has been
collected for these substances to be listed.
Treize substances destinées à être ajoutées à la LI et une substance destinée à être ajoutée à la LE ont rempli les conditions
nécessaires pour l’addition. Ces substances sont présentement
considérées comme « nouvelles » et sont donc assujetties aux exigences de déclaration avant d’être fabriquées ou importées au
Canada en quantités dépassant le seuil établi. Cette situation
impose un fardeau inutile aux importateurs et fabricants de la substance étant donné que suffisamment de renseignements ont été
recueillis sur ces substances afin de les ajouter à la LI.
En outre, une précision grammaticale est apportée au libellé de
la nouvelle activité (NAc) relative à une substance publiée le
11 avril 2012 dans l’Arrêté 2011-87-12-02 modifiant la Liste
intérieure.
Furthermore, one substance, already specified on the DSL, is
being modified to improve the grammatical accuracy of the significant new activity (SNAc) previously published on April 11, 2012,
in the Order 2011-87-12-02 Amending the Domestic Substances
List.
1
The Order 2001-87-04-01 Amending the Domestic Substances List (SOR/2001214), published in the Canada Gazette, Part II, in July 2001, establishes the structure of the DSL. For more information, please visit www.gazette.gc.ca/archives/
p2/2001/2001-07-04/pdf/g2-13514.pdf.
1
L’Arrêté 2001-87-04-01 modifiant la Liste intérieure (DORS/2001-214), publié
dans la Partie II de la Gazette du Canada en juillet 2001, établit la structure de la
Liste intérieure. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le document suivant : www.gazette.gc.ca/archives/p2/2001/2001-07-04/pdf/g2-13514.pdf.
1349
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
3. Objectives
3. Objectifs
The objectives of the Order 2013-87-03-01 Amending the
Domestic Substances List and the Order 2013-87-03-02 Amending
the Non-Domestic Substances List (hereafter referred to as “the
Orders”) are to remove the unnecessary reporting burden associated with the import or manufacture of 15 substances, to make the
DSL and NDSL more accurate and to comply with the requirements of CEPA 1999.
L’Arrêté 2013-87-03-01 modifiant la Liste intérieure et l’Arrêté
2013-87-03-02 modifiant la Liste extérieure (ci-après dénommés
« les arrêtés ») visent à éliminer le fardeau inutile associé aux
déclarations relatives à l’importation ou la fabrication des 15 substances, à rendre la Liste intérieure et la Liste extérieure plus précises et à se conformer aux exigences de la LCPE (1999).
4. Description
4. Description
The Orders add 13 substances to the DSL, including one with a
SNAc notice; modify the wording of a SNAc notice for a substance
already on the DSL; and add one substance to the NDSL. To protect confidential business information, 10 of the 13 substances
being added to the DSL will have their chemical names masked.
Les arrêtés ajoutent 13 substances à la LI, dont une avec des
nouvelles activités, modifient le libellé de l’avis de nouvelle activité d’une substance déjà sur la LI et ajoutent une substance à la
Liste extérieure. Pour protéger l’information commerciale à caractère confidentiel, 10 des 13 substances qui sont ajoutées à la Liste
intérieure auront une dénomination chimique maquillée.
Puisqu’une substance ne peut être inscrite à la fois sur la Liste
intérieure et la Liste extérieure, l’Arrêté 2013-87-02-02 radie trois
substances de la Liste extérieure pour qu’elles soient ajoutées à la
Liste intérieure.
As substances cannot be on both the DSL and the NDSL, the
proposed Order 2013-87-03-02 would delete three substances from
the NDSL that are being added to the DSL.
Additions to the Domestic Substances List
Ajouts à la Liste intérieure
The Orders add 13 substances to the DSL including one with a
SNAc notice. Substances must be added to the DSL under section 66 of CEPA if they were, between January 1, 1984, and
December 31, 1986, manufactured or imported by any person in a
quantity greater than 100 kg in any one calendar year or if they
were in Canadian commerce, or used for commercial manufacturing purposes in Canada. Substances added under section 87 of
CEPA 1999 must be added to the DSL within 120 days once all of
the following conditions are met:
•• the Minister has been provided with the most comprehensive
package of information regarding the substance;62
•• the Minister of the Environment and the Minister of Health are
satisfied that the substances have already been manufactured in
or imported into Canada by the person who provided the information in a quantity beyond that set out in section 87 of
CEPA 1999, or that all prescribed information has been provided to the Minister of the Environment, irrespective of the
quantities;
•• the period prescribed for the assessment of the submitted information for the substances has expired; and
•• the substance is not subject to any conditions imposed on the
import or manufacture of the substance.
Furthermore, significant new activities (SNAcs) may be added
to the DSL in relation to a substance to require further information
before such activities begin. In this case, one substance is being
added to the DSL with SNAcs to ensure further assessment is conducted prior to the commencement of any use of the substance
when engineered to contain particles ranging in size from 1 to
100 nanometers in one or more dimensions.
Les arrêtés ajoutent 13 substances à la LI, dont une avec des
nouvelles activités. L’article 66 de la LCPE (1999) exige qu’une
substance soit inscrite à la Liste intérieure si, entre le 1er janvier
1984 et le 31 décembre 1986, elle a été fabriquée ou importée au
Canada par une personne en une quantité de plus de 100 kg au
cours d’une année civile ou elle a été commercialisée ou été utilisée à des fins commerciales au Canada. L’article 87 de la
LCPE (1999) exige pour sa part qu’une substance soit ajoutée à la
Liste intérieure dans les 120 jours suivant la réalisation des conditions suivantes :
•• le ministre a reçu un dossier complet de renseignements concernant la substance62;
•• la substance a été fabriquée ou importée au Canada par une
personne en une quantité supérieure aux quantités mentionnées
à l’article 87 de la LCPE (1999), ou toute l’information prescrite a été fournie au ministre de l’Environnement, quelle que
soit la quantité importée ou fabriquée;
•• la période prescrite pour l’évaluation de l’information soumise
relativement à la substance est terminée;
•• la substance n’est assujettie à aucune condition relativement à
son importation ou à sa fabrication.
Modifications to the Domestic Substances List
Modification apportée à la Liste intérieure
The Orders modify the SNAc wording for one substance in
Part 4 of the DSL to improve grammatical accuracy.
Les arrêtés modifient le libellé de la nouvelle activité pour une
substance à la partie 4 de la LI afin d’en améliorer la précision
grammaticale.
2
2
The New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers) under
CEPA 1999 set out the most comprehensive package of information requirements.
1350
De plus, le ministre de l’Environnement peut préciser que des
nouvelles activités s’appliquent à l’égard d’une substance inscrite
sur la Liste intérieure. Dans ce cas-ci, une substance est ajoutée à
la LI avec des nouvelles activités pour assurer une évaluation plus
poussée avant le début de toute activité mettant en cause la substance lorsqu’elle contient des particules dont la taille se situe
entre 1 et 100 nanomètres dans au moins une dimension.
Le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères) de la LCPE (1999) décrit tous les renseignements
à fournir pour former un dossier complet.
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
Addition to the Non-domestic Substances List
Ajout à la Liste extérieure
The Orders add one substance to Part I of the NDSL to reflect
the removal of the substance from the DSL.
Les arrêtés ajoutent une substance à la partie I de la LE afin de
refléter la radiation de cette substance de la LI.
Publication of masked names
Publication des dénominations maquillées
The Orders mask the chemical names for 10 of the 13 substances
being added to the DSL. Masked names are required by CEPA
1999 if the publication of the explicit chemical or biological name
of a substance would result in the release of confidential business
information in contravention of CEPA 1999. The procedure to be
followed for creating a masked name is set out in the Masked Name
Regulations. Anyone who wishes to determine if a substance is on
the confidential portion of the DSL must file a Notice of Bona Fide
Intent to Manufacture or Import with the New Substances
Program.
Les arrêtés maquillent la dénomination chimique de 10 des
13 substances ajoutées à la Liste intérieure. Les dénominations
maquillées sont requises par la LCPE (1999) lorsque la publication
de la dénomination chimique ou biologique de la substance dévoilerait de l’information commerciale à caractère confidentiel en
contravention de la LCPE (1999). Les étapes à suivre pour créer
une dénomination maquillée sont décrites dans le Règlement sur
les dénominations maquillées. Quiconque désire savoir si une
substance est inscrite à la partie confidentielle de la Liste intérieure
doit soumettre un avis d’intention véritable pour la fabrication ou
l’importation au Programme des substances nouvelles.
5. Consultation
5. Consultation
As the Orders are administrative in nature and do not contain
any information that would be subject to comment or objection by
the general public, no consultation was required.
Puisque les arrêtés sont de nature administrative et ne contiennent
aucune information qui pourrait faire l’objet de commentaires ou
d’objections du grand public, aucune consultation n’était
nécessaire.
6. Rationale
6. Justification
Thirteen substances to be added to the DSL and one substance to
be added to the NDSL have met the necessary conditions for addition. The Orders add 13 substances to the DSL that will be exempt
from further reporting requirements under subsection 81(1) of
CEPA 1999 and two substances that are subject to a SNAc notice
remain subject to subsection 81(3) of CEPA 1999 because SNAcs
are added.
CEPA 1999 sets out a process for updating the DSL in accordance with strict timelines. Since the 13 substances covered by the
Orders meet the criteria for addition to the DSL, no alternatives to
their addition have been considered. Similarly, there is no alternative to the proposed NDSL amendments, since a substance name
cannot be on both the DSL and the NDSL.
The Orders will benefit the public and governments by identifying additional substances that are in commerce in Canada. Also,
they will benefit the industry by exempting these substances from
assessment and reporting requirements under subsection 81(1) of
CEPA 1999. There will be no incremental costs to the public,
industry or governments associated with the Orders.
Treize substances destinées à être ajoutées à la LI et une substance destinée à être ajoutée à la LE ont rempli les conditions
nécessaires pour l’addition. Les arrêtés ajoutent 13 substances à la
LI qui seront exemptées des exigences de déclaration du paragraphe 81(1) de la LCPE (1999) et deux substances qui seront
assujetties aux exigences de déclaration du paragraphe 81(3) de la
LCPE (1999) car des nouvelles activités s’appliqueront.
La LCPE (1999) établit un processus de mise à jour de la Liste
intérieure qui exige des limites de temps strictes. Puisque les
13 substances concernées par les arrêtés sont admissibles à la Liste
intérieure, aucune autre alternative n’a été considérée. Pareillement, aucune alternative ne peut être envisagée concernant les
modifications proposées à la Liste extérieure, puisqu’une substance ne peut être inscrite à la fois sur la Liste intérieure et la Liste
extérieure.
Les arrêtés aident le public et les gouvernements en identifiant
des substances additionnelles commercialisées au Canada. Les
arrêtés aideront aussi l’industrie en exemptant ces substances des
exigences de déclaration et d’évaluation établies dans le paragraphe 81(1) de la LCPE (1999). Il n’y aura aucun coût pour le public,
l’industrie ou les gouvernements associé à ces arrêtés.
7. Implementation, enforcement and service standards
7. Mise en œuvre, mise en application et normes de services
The DSL identifies substances that, for the purposes of
CEPA 1999, are not subject to the requirements of the New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers).
Furthermore, as the Orders only add substances to the DSL,
developing an implementation plan or a compliance strategy or
establishing a service standard is not required.
La Liste intérieure recense les substances qui ne sont pas assujetties aux exigences du Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères).
De plus, puisque les arrêtés ne font qu’ajouter des substances à la
Liste intérieure, il n’est pas nécessaire d’établir de plan de mise en
œuvre, ni de stratégie de conformité, ni de normes de service.
1351
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-92
8. Contact
8. Personne-ressource
Greg Carreau
Executive Director
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Substances Management Information Line:
1-800-567-1999 (toll-free in Canada)
819-953-7156 (outside of Canada)
Fax: 819-953-7155
Email: substances@ec.gc.ca
Greg Carreau
Directeur exécutif
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Ligne d’information sur la gestion des substances :
1-800-567-1999 (sans frais au Canada)
819-953-7156 (à l’extérieur du Canada)
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : substances@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1352
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-93
Registration
SOR/2013-93 May 9, 2013
Enregistrement
DORS/2013-93 Le 9 mai 2013
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Regulations Amending the Regulations
Establishing a List of Entities
Règlement modifiant le Règlement établissant une
liste d’entités
P.C. 2013-543 May 9, 2013
C.P. 2013-543 Le 9 mai 2013
Whereas the Governor in Council, on the recommendation of the
Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, is satisfied
that there are reasonable grounds to believe that each entity referred
to in the annexed Regulations Amending the Regulations Establishing a List of Entities has knowingly carried out, attempted to carry
out, participated in or facilitated a terrorist activity or is knowingly
acting on behalf of, at the direction of or in association with such
an entity;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, pursuant to subsection 83.05(1)1a of the Criminal Code2b, makes the annexed Regulations Amending the Regulations Establishing a List of Entities.
Attendu que le gouverneur en conseil est convaincu, sur recommandation du ministre de la Sécurité publique et de la Protection
civile, qu’il existe des motifs raisonnables de croire que chacune
des entités visées dans le Règlement modifiant le Règlement établissant une liste d’entités, ci-après, est une entité qui, sciemment,
s’est livrée ou a tenté de se livrer à une activité terroriste, y a participé ou l’a facilitée, ou qui, sciemment, agit au nom d’une telle
entité, sous sa direction ou en collaboration avec elle,
À ces causes, sur recommandation du ministre de la Sécurité
publique et de la Protection civile et en vertu du paragraphe 83.05(1)1a du Code criminel2b, Son Excellence le Gouverneur
général en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement établissant une liste d’entités, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE REGULATIONS
ESTABLISHING A LIST OF ENTITIES
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
ÉTABLISSANT UNE LISTE D’ENTITÉS
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Section 1 of the Regulations Establishing a List of Entities3
is amended by adding the following at the end of that section:
Haqqani Network
Taliban (also known among other names as Taleban, Islamic Movement of the Taliban (De Talebano Islami Ghurdzang or Tehrik) and
Islamic Emirate of Afghanistan (De Afghanistan Islami Emarat))
1. L’article 1 du Règlement établissant une liste d’entités31 est
modifié par adjonction, à la fin de la liste qui y figure, de ce qui
suit :
Réseau Haqqani
Les talibans [connus notamment sous les noms suivants : les talebans, les taleban, les Talebans, les Taleban, les taliban, les Taliban,
le Taleban, Mouvement islamique des talibans (De Talebano Islami
Ghurdzang ou Tehrik) et Émirat islamique d’Afghanistan (De
Afghanistan Islami Emarat)]
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue
Question
The Regulations support the Government of Canada’s efforts to
protect Canadians against the threat of terrorism. The listing of terrorist entities facilitates the prosecution of perpetrators and
La réglementation appuie les efforts que le gouvernement du
Canada déploie pour protéger les Canadiens contre la menace que
constitue le terrorisme. La liste des entités terroristes facilite les
a
a
b
b
S.C. 2005, c. 10, subpar. 34(1)(f)(iii)
R.S., c. C-46
1
SOR/2002-284
L.C. 2005, ch. 10, s.-al. 34(1)f)(iii)
L.R., ch. C-46
DORS/2002-284
1
1353
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-93
supporters of terrorism and plays a key role in countering terrorist
financing.
poursuites contre les auteurs d’actes de terrorisme et ceux qui
appuient de tels actes et joue un rôle important dans la lutte contre
le financement du terrorisme.
Background
Contexte
On December 18, 2001, Bill C-36, the Anti-terrorism Act,
received Royal Assent. The Anti-terrorism Act provides the Government of Canada with the ability to create a list of entities. Under
the Criminal Code, the Governor in Council may, on the recommendation of the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, establish a list of entities if the Governor in Council is
satisfied that there are reasonable grounds to believe that the entity
has knowingly carried out, attempted to carry out, participated in or
facilitated a terrorist activity; or is knowingly acting on behalf of,
at the direction of or in association with an entity that has knowingly carried out, attempted to carry out, participated in or facilitated a terrorist activity.
An entity is defined in the Criminal Code as a person, group,
trust, partnership or fund or an unincorporated association or
organization. A listed entity is included in the definition of terrorist
group in the Criminal Code so offences applicable to terrorist
groups apply to these entities. However, unlike terrorist groups that
are not listed, a prosecution related to a listed entity does not
require the Crown to demonstrate that the entity has, as one of its
purposes or activities, facilitated or carried out a terrorist activity.
Le 18 décembre 2001, le projet de loi C-36, la Loi antiterroriste,
a reçu la sanction royale. La Loi antiterroriste habilite le gouvernement du Canada à créer une liste d’entités terroristes. En vertu du
Code criminel, le gouverneur en conseil peut, sur la recommandation du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile,
établir une liste d’entités dont il est convaincu qu’il existe des
motifs raisonnables de croire que, sciemment, elles se sont livrées
ou ont tenté de se livrer à une activité terroriste, y ont participé ou
l’ont facilitée ou que, sciemment, elles agissent au nom de, sous la
direction de ou en collaboration avec une entité qui s’est sciemment livrée ou a tenté de se livrer à une activité terroriste, d’y participer ou de la faciliter.
Une entité est définie dans le Code criminel comme une personne, un groupe, une fiducie, une société de personnes ou fonds,
ou une organisation ou association non dotée de la personnalité
morale. Les entités inscrites sont comprises dans la définition de
« groupe terroriste » du Code criminel; ainsi, les infractions applicables à des groupes terroristes s’appliquent à ces entités. Cependant, contrairement aux poursuites liées aux groupes terroristes qui
ne sont pas inscrits, les poursuites liées à une entité inscrite ne
nécessitent pas que la Couronne démontre que l’entité a comme
objectif ou activité de mener ou de faciliter une activité terroriste.
En vertu du Code criminel, commet une infraction, entre autres :
•• quiconque, sciemment, participe à une activité d’un groupe terroriste, ou y contribue, directement ou non, dans le but d’accroître la capacité de tout groupe terroriste de se livrer à une
activité terroriste ou de la faciliter;
•• quiconque, sciemment, informe, directement ou non, une personne pour qu’elle réalise une activité au profit ou sous la
direction d’un groupe terroriste, ou en association avec lui dans
le but d’accroître la capacité de tout groupe terroriste de se
livrer à une activité terroriste ou de la faciliter.
Le Code criminel prévoit un mécanisme rigoureux et équitable
d’examen de l’inscription d’une entité sur la liste. Ces entités
peuvent demander au ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile d’être retirées de la liste. Dans de tels cas, le ministre
de la Sécurité publique et de la Protection civile détermine s’il
existe des motifs raisonnables de recommander au gouverneur en
conseil la radiation de l’inscription de l’entité. L’entité peut demander la révision de sa décision par la Cour fédérale.
The Criminal Code makes it an offence, among others, to
knowingly
•• participate in or contribute to, directly or indirectly, any activity
of a terrorist group for the purpose of enhancing the ability of
any terrorist group to facilitate or carry out a terrorist activity;
or
•• instruct, directly or indirectly, any person to carry out any activity for the benefit of, at the direction of or in association with a
terrorist group for the purpose of enhancing the ability of any
terrorist group to facilitate or carry out a terrorist activity.
The Criminal Code provides for a thorough and fair mechanism
for reviewing the listing of an entity. A listed entity may apply to
the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
requesting that it no longer be a listed entity. In such cases, the
Minister of Public Safety and Emergency Preparedness would
determine whether there are reasonable grounds to recommend to
the Governor in Council that the applicant no longer be a listed
entity. The entity may have the decision reviewed by the Federal
Court.
Objectives
Objectifs
The listing of an entity means that the entity’s property can be
the subject of seizure/restraint and/or forfeiture. In addition, institutions, such as banks and brokerages, are subject to reporting
requirements with respect to an entity’s property and must not
allow those entities to access the property nor may these institutions deal or otherwise dispose of the property.
Une entité inscrite sur la liste peut voir ses biens saisis, bloqués
ou confisqués. De plus, les établissements comme les banques et
les services de courtage doivent respecter des exigences en matière
de rapport en ce qui concerne les biens de ces entités. Ils ne peuvent
pas laisser ces entités toucher à leurs biens, les échanger ou s’en
départir autrement.
Description
Description
Section 1 of the Regulations Establishing a List of Entities is
amended by
•• Adding Haqqani Network to the list of terrorist entities;
•• Adding Taliban and its aliases Taleban, Islamic Movement of
the Taliban (De Talebano Islami Ghurdzang or Tehrik) and
L’article 1 du Règlement établissant une liste d’entités est modifié ainsi :
•• ajouter le réseau Haqqani à la liste des entités terroristes;
•• ajouter les talibans et ses pseudonymes : les talebans, les taleban, les Talebans, les Taleban, les taliban, les Taliban, le
1354
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-93
Islamic Emirate of Afghanistan (De Afghanistan Islami
Emarat) to the list of terrorist entities.
Taleban, Mouvement islamique des talibans (De Talebano
Islami Ghurdzang ou Tehrik) et Émirat islamique d’Afghanistan (De Afghanistan Islami Emarat) à la liste des entités
terroristes.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal, as
there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à cette proposition,
car les frais administratifs demeurent les mêmes pour les
entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs (or insignificant costs) on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à cette proposition, car les coûts sont inexistants (ou négligeables) pour les
petites entreprises.
Consultation
Consultation
All concerned departments have been consulted through the
Interdepartmental Coordinating Committee on Listings.
Les ministères concernés ont été consultés par le biais du Comité
interministériel de coordination sur les listes.
Rationale
Justification
The listing of entities under the Criminal Code enhances Canada’s national security, strengthens the Government’s ability to
take action against terrorists and gives effect to international obligations including the implementation of the United Nations International Convention for the Suppression of the Financing of Terrorism and United Nations Security Council resolution 1373. In
addition, the listing of an entity is a means for the Government to
inform Canadians of the Government’s position with regard to a
particular entity.
L’inscription d’entités en vertu du Code criminel augmente la
sécurité nationale du Canada, renforce la capacité du gouvernement à prendre des mesures de lutte contre les terroristes et donne
suite aux obligations internationales telles que la mise en œuvre de
la Convention internationale sur la répression du financement du
terrorisme et la résolution 1373 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies. De plus, il s’agit d’un moyen pour le
gouvernement d’informer la population de sa position à l’égard
d’une entité en particulier.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de services
Compliance is ensured by criminal law sanctions. For instance,
everyone who knowingly participates in or contributes to any activity of a terrorist group for the purpose of enhancing the ability of
any terrorist group to facilitate or carry out a terrorist activity is
guilty of an indictable offence and liable to imprisonment. The definition of terrorist group includes a listed entity.
Le respect du Règlement est assuré par des sanctions criminelles. Par exemple, quiconque, sciemment, participe à une activité
d’un groupe terroriste, ou y contribue, directement ou non, dans le
but d’accroître la capacité de tout groupe terroriste de se livrer à
une activité terroriste ou de la faciliter est coupable d’un acte criminel passible d’une peine d’emprisonnement. La définition de
groupe terroriste comprend les entités inscrites sur la liste.
L’inscription des entités terroristes à la liste entraîne l’obligation
pour toute personne de dénoncer les transactions suspectes de
financement du terrorisme et d’informer la Gendarmerie royale du
Canada et le Service canadien du renseignement de sécurité de
l’existence de tout bien en sa possession ou sous son contrôle
qu’elle sait appartenir à un groupe terroriste ou être à sa disposition. Comme il a été mentionné plus tôt, la définition de groupe
terroriste comprend les entités inscrites sur la liste.
En outre, les organisations visées par la Loi sur le recyclage des
produits de la criminalité et le financement des activités terroristes
doivent également communiquer ces renseignements au Centre
d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada.
Les coûts subis par les banques, les institutions financières et les
particuliers pour respecter ces exigences ne sont pas importants,
principalement en raison de l’existence de systèmes bancaires électroniques, alors que les avantages de la réglementation pour la
sécurité du Canada et de sa population sont importants.
Listing a terrorist entity sets in motion requirements for reporting
suspicious terrorist financing transactions and requires anyone to
disclose to the Royal Canadian Mounted Police and the Canadian
Security Intelligence Service the existence of any property in his or
her possession or control that he or she knows is owned or controlled by or on behalf of a terrorist group. As noted previously, the
definition of a terrorist includes a listed entity.
In addition, bodies that are subject to the Proceeds of Crime
(Money Laundering) and Terrorist Financing Act must also report
the information to the Financial Transactions and Reports Analysis
Centre of Canada. The costs to banks, financial institutions, and
individuals in meeting these requirements are not significant due in
large part to the existence of electronic banking systems while
there are significant benefits of the Regulations for the security of
Canada and Canadians.
1355
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-93
Contact
Personne-ressource
Public Safety Canada
269 Laurier Avenue W
Ottawa, Ontario
K1A 0P8
Telephone: 613-944-4875 or 1-800-830-3118
Fax: 613-954-5186
Sécurité publique Canada
269, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 0P8
Téléphone : 613-944-4875 ou 1-800-830-3118
Télécopieur : 613-954-5186
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1356
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-94
Registration
SOR/2013-94 May 9, 2013
Enregistrement
DORS/2013-94 Le 9 mai 2013
EMPLOYMENT EQUITY ACT
LOI SUR L’ÉQUITÉ EN MATIÈRE D’EMPLOI
Regulations Amending the Regulations Adapting
the Employment Equity Act in respect of the
Canadian Security Intelligence Service
(Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement
adaptant la Loi sur l’équité en matière d’emploi
à l’égard du Service canadien du renseignement
de sécurité
P.C. 2013-544 May 9, 2013
C.P. 2013-544 Le 9 mai 2013
Whereas the Governor in Council, taking into account the operational effectiveness of the Canadian Security Intelligence Service,
considers it necessary to adapt the Employment Equity Act1a to
accommodate the Service;
And whereas, pursuant to subsection 41(6)2b of that Act, the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness has been consulted on the annexed Regulations;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Treasury Board and the Minister of
Labour, pursuant to subsection 41(5) of the Employment Equity
Acta, makes the annexed Regulations Amending the Regulations
Adapting the Employment Equity Act in respect of the Canadian
Security Intelligence Service (Miscellaneous Program).
Attendu que le gouverneur en conseil juge nécessaire d’adapter
la Loi sur l’équité en matière d’emploi1a à l’égard du Service canadien du renseignement de sécurité, en tenant compte de la nécessité
de son efficacité opérationnelle;
Attendu que, conformément au paragraphe 41(6)2b de cette loi, le
ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a été
consulté sur le projet de règlement, ci-après,
À ces causes, sur recommandation du Conseil du Trésor et de la
ministre du Travail et en vertu du paragraphe 41(5) de la Loi sur
l’équité en matière d’emploia, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement correctif visant le Règlement
adaptant la Loi sur l’équité en matière d’emploi à l’égard du Service canadien du renseignement de sécurité, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE REGULATIONS
ADAPTING THE EMPLOYMENT EQUITY
ACT IN RESPECT OF THE CANADIAN
SECURITY INTELLIGENCE SERVICE
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE RÈGLEMENT
ADAPTANT LA LOI SUR L’ÉQUITÉ EN MATIÈRE
D’EMPLOI À L’ÉGARD DU SERVICE CANADIEN
DU RENSEIGNEMENT DE SÉCURITÉ
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 2 of the Regulations Adapting the Employment
Equity Act in respect of the Canadian Security Intelligence Service31 is amended by replacing the definitions “secure room”
and “security container” in the section 21.1 that it enacts with
the following:
“secure room” has the meaning assigned by section 7.6.7 of the
Operational Security Standard on Physical Security, as amended
from time to time, published by the Treasury Board of Canada Secretariat. (pièce sécuritaire)
“security container” has the same meaning as in Appendix A of the
Operational Security Standard on Physical Security, as amended
from time to time, published by the Treasury Board of Canada Secretariat. (coffre de sécurité)
2. Section 3 of the Regulations is amended by replacing the
subsection 23(7) that it enacts with the following:
(7) If the Director makes a declaration with respect to information contained in a document examined under subsection (5), the
portion of the public service or public sector that was provided
with the document shall ensure that the national security information is removed forthwith from the document.
1. L’article 2 du Règlement adaptant la Loi sur l’équité en
matière d’emploi à l’égard du Service canadien du renseignement de sécurité31 est modifié par remplacement des définitions
de « coffre de sécurité » et « pièce sécuritaire », dans l’article 21.1 qui y est édicté, par ce qui suit :
« coffre de sécurité » S’entend au sens de l’appendice A de la
Norme opérationnelle sur la sécurité matérielle, avec ses modifications successives, publiée par le Secrétariat du Conseil du Trésor
du Canada. (security container)
« pièce sécuritaire » S’entend au sens de la section 7.6.7 de la
Norme opérationnelle sur la sécurité matérielle, avec ses modifications successives, publiée par le Secrétariat du Conseil du Trésor
du Canada. (secure room)
2. L’article 3 du même règlement est modifié par remplacement du paragraphe 23(7) qui y est édicté par ce qui suit :
(7) Si le directeur fait une telle déclaration au sujet de renseignements que renferme un document visé au paragraphe (5), il incombe
au secteur de l’administration publique fédérale visé ou à l’autre
élément du secteur public qui a reçu le document de prendre les
mesures voulues pour que ces renseignements soient enlevés sans
délai du document.
a
a
b
b
S.C. 1995, c. 44
S.C. 2005, c. 10, par. 34(1)(i)
1
SOR/2002-423
L.C. 1995, ch. 44
L.C. 2005, ch. 10, al. 34(1)i)
DORS/2002-423
1
1357
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-94
3. Section 7 of the Regulations is amended by replacing the
subsections 34.2(1) and (2) that it enacts with the following:
34.2 (1) A Tribunal shall surrender to the Service, within 30 days
after the day on which an order of a Tribunal in respect of special
proceedings is made, all documents that form part of the public
record of the proceedings and the Service shall retain the documents for two years.
(2) The Tribunal shall place all other documents of the special
proceedings in a sealed envelope bearing the appropriate security
classification and shall, within the period referred to in subsection (1), surrender the envelope to the Service for destruction.
(2.1) Subsections (1) and (2) apply when there is no application
for judicial review.
4. The English version of the Regulations is amended by
replacing “secure container” with “security container” in the
following sections:
(a) section 3, in the subsection 23(2.2) that it enacts; and
(b) section 5, in the section 28.6 that it enacts.
5. The Regulations are amended by replacing “conclusive
proof” with “evidence” in the following sections:
(a) section 3, in the subsections 23(2.4) and (6) that it enacts;
(b) section 4, in the subsection 24.2(3) that it enacts;
(c) section 5, in the section 28.2 that it enacts; and
(d) section 6, in the section 29.2 that it enacts.
3. L’article 7 du même règlement est modifié par remplacement des paragraphes 34.2(1) et (2) qui y sont édictés par ce
qui suit :
34.2 (1) Dans les trente jours suivant le prononcé d’une ordonnance concernant les délibérations spéciales du tribunal, tous les
documents qui font partie du procès-verbal des parties publiques
des délibérations sont remis au Service pour conservation pendant
deux ans.
(2) Tous les autres documents relatifs à ces délibérations doivent être placés dans une enveloppe scellée portant la cote de
sécurité appropriée et remis, dans le même délai, au Service pour
destruction.
(2.1) Les paragraphes (1) et (2) ne s’appliquent qu’à défaut de
demande d’examen judiciaire.
4. Dans les articles ci-après de la version anglaise du même
règlement, « secure container » est remplacé par security
container :
a) l’article 3, dans le paragraphe 23(2.2) qui y est édicté;
b) l’article 5, dans l’article 28.6 qui y est édicté.
5. Dans les articles ci-après du même règlement, « preuve
concluante » est remplacé par « preuve » :
a) l’article 3, dans les paragraphes 23(2.4) et (6) qui y sont
édictés;
b) l’article 4, dans le paragraphe 24.2(3) qui y est édicté;
c) l’article 5, dans l’article 28.2 qui y est édicté;
d) l’article 6, dans l’article 29.2 qui y est édicté.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
6. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
6. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue
Enjeux
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR) has identified issues with the Regulations Adapting the
Employment Equity Act in respect of the Canadian Security Intelligence Service (the Regulations) that require the attention of
Human Resources and Skills Development Canada (HRSDC) —
Labour. These include discrepancies between the French and English versions of some provisions, outdated references within the
Regulations, and the lack of clarity of certain provisions. Also, the
SJCSR asked that the authority of the Director of the Canadian
Security Intelligence Service (CSIS) to declare when information
involves national security be clarified to ensure that it is within the
intended scope of the Employment Equity Act (the Act). These
regulatory amendments correct the inconsistencies and follow up
on the concerns expressed by the SJCSR.
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
(CMPER) a soulevé des questions relatives au Règlement adaptant
la Loi sur l’équité en matière d’emploi à l’égard du Service canadien du renseignement de sécurité (le Règlement) qui nécessitent
l’attention du Programme du travail de Ressources humaines et
Développement des compétences Canada. Elles portent, entre
autres, sur des écarts entre les versions française et anglaise de certaines dispositions, des références périmées au Règlement et un
manque de clarté de certaines dispositions. Le CMPER a également demandé que le pouvoir du directeur du Service canadien du
renseignement de sécurité (SCRS) de déclarer que les renseignements touchent à la sécurité nationale soit précisé afin d’assurer
qu’il respecte la portée prévue de la Loi sur l’équité en matière
d’emploi (la Loi). Ces modifications réglementaires corrigent les
incohérences et tiennent compte des préoccupations indiquées par
le CMPER.
Objectives
Objectifs
The objectives of this regulatory amendment are to ensure that
all language in the Regulations is consistent in both official
Les objectifs de ces modifications réglementaires sont d’assurer
que le Règlement est cohérent dans les deux langues officielles et
1358
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-94
languages and in line with current definitions and nomenclature,
and to follow up on the concerns expressed by the SJCSR.
qu’il concorde avec la nomenclature et les définitions actuelles, et
de donner suite aux préoccupations exprimées par le CMPER.
Description
Description
The changes include the following:
•• In section 21.1, the definition of “security container” now references the current “Operations Security Standard on Physical
Security” rather than the outdated “Security Policy.”
•• In subsection 23(2.2) and section 28.6, the term “secure container” in the English version has been changed to “security
container,” which is consistent with the French “coffre de
sécurité.”
•• Previously, the Regulations stated that a declaration of the Director that proceedings are likely to involve national security
information or that information is national security information
or that a decision of Tribunal contains national security information “is conclusive proof of the fact.” The SJCSR asserted
that the effect of these provisions is to exclude the jurisdiction
of the courts by removing their ability to make findings of fact
and that express statutory authority is required to exclude the
jurisdiction of the courts in these matters, and the Act does not
contain such authority. The SJCSR therefore found these provisions to be ultra vires.
•• The amended Regulations replace the term “is conclusive proof
of the fact” with “is evidence of the fact,” to follow up on the
concerns expressed by the SJCSR.
Les changements comprennent les suivants :
•• À l’article 21.1, la définition de « coffre de sécurité » fait maintenant référence à la « Norme opérationnelle sur la sécurité
matérielle » plutôt qu’à la « Politique sur la sécurité » qui est
périmée.
•• Au paragraphe 23(2.2) et à l’article 28.6, l’expression « secure
container » dans la version anglaise a été changée pour « security container », ce qui correspond à « coffre de sécurité » en
français.
•• Le Règlement indiquait déjà qu’une déclaration du directeur
selon laquelle les délibérations feront probablement appel à de
l’information touchant la sécurité nationale, ou que l’information est une information touchant la sécurité nationale, ou
qu’une décision du tribunal contient des renseignements touchant la sécurité nationale « est une preuve concluante du fait ».
Le CMPER a fait valoir que l’effet de ces dispositions est d’éliminer la compétence des tribunaux en leur enlevant la capacité
de faire des constatations des faits, et qu’une disposition législative habilitante expresse est requise pour exclure la compétence des tribunaux de ces questions, et la Loi ne contient pas
une telle disposition. Par conséquent, le CMPER conclut que
ces dispositions sont ultra vires.
•• Le Règlement modifié remplace l’expression « est une preuve
concluante du fait » par « est une preuve du fait » pour donner
suite à la préoccupation exprimée par le CMPER.
Cette modification n’aura pas de répercussion juridique ou sur
les politiques pour les raisons suivantes :
•• Au paragraphe 23(7), l’expression « sans délai » a été ajoutée
aux mesures de conformité que l’agent doit prendre pour que
les renseignements soient enlevés du document pour ce qui est
du secteur de l’administration publique fédérale visé ou de
l’autre élément du secteur public en cause au paragraphe 23(7).
Cette modification verra à ce que le Règlement soit compatible
avec les articles et les paragraphes suivants :
•• L’alinéa 34.1c) exige la remise de documents par un agent
d’application 30 jours « après le prononcé d’une ordonnance
du tribunal », alors que les paragraphes 34.2(1) et (2) exigent
que le tribunal remette les documents 30 jours « suivant la fin
des délibérations spéciales ». Afin d’atténuer toute confusion,
l’article 34.2 sera modifié afin qu’il fasse référence à une
ordonnance du tribunal pour ce qui est des délibérations
spéciales.
•• L’article 34.2 contient trois paragraphes et traite de la conservation des documents relatifs aux délibérations spéciales. L’article 34.2 est modifié afin de préciser que les paragraphes (1) et
(2) s’appliquent lorsqu’il n’y a pas d’examen judiciaire et que
le paragraphe (3) s’applique lorsqu’il y a examen judiciaire.
This amendment will have no legal or policy impact because
•• In subsection 23(7), the word “forthwith” has been added to the
duty of the compliance officer to remove the information with
respect to a portion of the federal public service or public sector
under subsection 23(7).
This amendment will ensure the consistency of the Regulations:
•• Paragraph 34.1(c) requires the surrender of documents by a
compliance officer 30 days “after the making of an order of the
Tribunal,” while subsections 34.2(1) and (2) require surrender
of documents by a Tribunal 30 days “after the end of special
proceedings.” To alleviate any confusion, section 34.2 will be
amended so that it also refers to an order of the Tribunal in
respect of special proceedings.
•• Section 34.2 contains three subsections and deals with retaining documents of special proceedings. Section 34.2 is amended
to clarify that subsections (1) and (2) apply when there is no
judicial review and that subsection (3) applies when there is a
judicial review.
Consultation
Consultation
The Canadian Security Intelligence Service has been consulted
and concurs with the amendments to the Regulations.
Le SCRS a été consulté et approuve les modifications du
Règlement.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to these amendments as
there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas au Règlement, car
il n’y a aucun changement des coûts administratifs imposés aux
entreprises. 1359
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-94
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to these amendments, as
there are no costs on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, car la proposition n’entraîne aucun coût (ou que des coûts minimes) pour les
petites entreprises. Rationale
Justification
The amendments will reduce legal and compliance risk by
reducing ambiguity about the authority of the Director of CSIS to
declare when information involves national security. It also will
ensure clarity of language by replacing outdated terms, removing
discrepancies between the English and French and improving the
consistency of the Regulations.
Les modifications vont réduire les risques juridiques et de
conformité en réduisant l’ambiguïté en ce qui a trait à l’autorité
du directeur du SCRS de déclarer si l’information concerne la
sécurité nationale. De plus, les modifications serviront à clarifier
le texte en remplaçant les termes périmés, corriger les inexactitudes entre l’anglais et le français et améliorer la cohérence du
Règlement.
Contact
Personne-ressource
Gert Zagler
Director
Federal Programs, Compliance Operations and Program
Development Branch
Labour Program
Human Resources and Skills Development Canada
165 De l’Hôtel-de-Ville Street, Phase II
Gatineau, Quebec
K1A 0J2
Telephone: 819-997-9270
Fax: 819-953-8883
Email: gert.zagler@labour-travail.gc.ca
Gert Zagler
Directrice
Programmes fédéraux, Conformité, Opérations et Développement
des programmes
Programme du travail
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
165, rue de l’Hôtel-de-Ville, Phase II
Gatineau (Québec)
K1A 0J2
Téléphone : 819-997-9270
Télécopieur : 819-953-8883
Courriel : gert.zagler@labour-travail.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1360
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
Registration
SOR/2013-95 May 9, 2013
Enregistrement
DORS/2013-95 Le 9 mai 2013
FIREARMS ACT
LOI SUR LES ARMES À FEU
Regulations Amending the Firearms Licences
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les permis
d’armes à feu
P.C. 2013-550 May 9, 2013
C.P. 2013-550 Le 9 mai 2013
Whereas the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness is of the opinion that the changes made to the Firearms
Licences Regulations1a by the annexed Regulations Amending the
Firearms Licences Regulations are so immaterial and insubstantial
that section 118 of the Firearms Act2b should not be applicable in
the circumstances;
And whereas that Minister will, in accordance with subsection 119(4) of that Act, have a statement of the reasons why he
formed that opinion laid before each House of Parliament;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, pursuant to paragraph 117(a) of the Firearms
Actb, makes the annexed Regulations Amending the Firearms
Licences Regulations.
Attendu que le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile estime que l’obligation de dépôt prévue à l’article 118
de la Loi sur les armes à feu1a ne s’applique pas au Règlement modifiant le Règlement sur les permis d’armes à feu, ci-après, parce que
lui-ci n’apporte pas de modification de fond notable au Règlement
sur les permis d’armes à feu2b;
Attendu que, conformément au paragraphe 119(4) de cette loi, le
ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile fera déposer devant chaque chambre du Parlement une déclaration énonçant
les justificatifs sur lesquels il se fonde,
À ces causes, sur recommandation du ministre de la Sécurité
publique et de la Protection civile et en vertu de l’alinéa 117a) de
la Loi sur les armes à feua, Son Excellence le Gouverneur général
en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur les permis d’armes à feu, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FIREARMS
LICENCES REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES PERMIS D’ARMES À FEU
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) Paragraph 7(1)(b) of the Firearms Licences Regulations31 is replaced by the following:
(b) the individual held a licence to possess firearms that was first
applied for before January 1, 2001, which has expired, and subsequently applies for a licence to possess firearms before
May 17, 2014.
(2) Subsection 7(4) of the Regulations is replaced by the
following:
(4) For the purposes of subsections (2) and (3), an individual
remains eligible to hold a possession licence despite the expiry,
before May 17, 2014, of a possession licence held by the
individual.
1. (1) L’alinéa 7(1)b) du Règlement sur les permis d’armes à
feu31 est remplacé par ce qui suit :
b) il était titulaire d’un tel permis, pour lequel il avait présenté
une demande pour la première fois avant le 1er janvier 2001, la
période de validité de ce permis a expiré et il présente une
demande subséquente pour un tel permis avant le 17 mai 2014.
(2) Le paragraphe 7(4) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
(4) Pour l’application des paragraphes (2) et (3), le particulier
demeure admissible au permis de possession d’armes à feu malgré
l’expiration, avant le 17 mai 2014, de la période de validité du permis de possession d’armes à feu dont il était titulaire.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
a
a
b
b
SOR/98-199
S.C. 1995, c. 39
1
SOR/98-199
L.C. 1995, ch. 39
DORS/98-199
DORS/98-199
1
1361
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations or the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement ou du Décret.)
Issue
Enjeux
The amendments extend two firearms compliance measures
until May 16, 2014: the Regulations Amending the Firearms
Licences Regulations (i.e. the Possession Only Licence renewal
measure) and the Order Declaring an Amnesty Period (2006)
which, collectively, help to maintain and increase compliance with
federal firearms legislation. Not extending these measures could
have deterred some firearms owners from becoming compliant
with federal firearms legislation and thereby undermined public
safety. The firearms licence fee waiver has not been extended.
Les modifications ont pour but de prolonger jusqu’au 16 mai
2014 deux mesures visant à encourager le respect de la législation
relatives aux armes à feu, soit le Règlement modifiant le Règlement
sur les permis d’armes à feu (c’est-à-dire la mesure de renouvellement du permis de possession simple) et le Décret fixant une
période d’amnistie (2006), qui, ensemble, contribuent à maintenir
et à augmenter la conformité aux dispositions législatives fédérales
concernant les armes à feu. Le défaut de reconduire ces mesures
auraient pu dissuader certains propriétaires d’armes à feu de se
mettre en règle avec les dispositions législatives fédérales en
matière d’armes à feu, ce qui aurait miné la sécurité publique. La
dispense des droits pour les permis d’armes à feu n’a pas été
prolongée.
Background
Contexte
The amendments to the Firearms Licences Regulations and the
Order Declaring an Amnesty Period (2006) renew measures
intended to maintain and increase compliance with the Firearms
Act and the Criminal Code.
On May 17, 2006, the Government introduced a two-year licence
renewal fee waiver, so that individuals applying to renew or
upgrade (e.g. from non-restricted to restricted) their firearms
licences were not charged any fees (SOR/2006-96). Also in 2006,
a one-year Amnesty Order was introduced (SOR/2006-95). The
effect of the amnesty was that non-restricted firearms owners who
did not meet registration or licensing requirements, and who were
taking steps to comply with these requirements, were protected
from criminal liability.
Les modifications apportées au Règlement sur les permis
d’armes à feu et au Décret fixant une période d’amnistie (2006)
reconduisent des mesures visant à maintenir et à accroître la
conformité à la Loi sur les armes à feu et au Code criminel.
Le 17 mai 2006, le gouvernement a accordé une dispense de
droits de deux ans aux particuliers qui renouvellent leur permis ou
le reclassent au niveau supérieur (par exemple en passant de sans
restriction à utilisation restreinte) [DORS/2006-96]. Une période
d’amnistie d’un an a également été mise en place en 2006
(DORS/2006-95). L’amnistie avait pour effet de protéger des poursuites pénales les propriétaires d’armes à feu sans restriction qui ne
remplissaient pas les exigences relatives à l’obtention d’un permis
et à l’enregistrement des armes à feu, qui prenaient des mesures
pour se conformer aux exigences.
Le 10 mai 2007, la période d’amnistie a été prolongée jusqu’au
16 mai 2008 (DORS/2007-101).
Le 8 mai 2008, le gouvernement a reconduit pour un an, jusqu’à
mai 2009, la dispense des droits et la période d’amnistie
(DORS/2008-145; DORS/2008-147).
Le 8 mai 2008, le gouvernement a présenté des modifications
réglementaires à la Loi sur les armes à feu permettant aux particuliers dont le permis de possession simple (PPS) était expiré de
demander un nouveau PPS (DORS/2008-146) dans le délai prescrit. Avant la mise en place de la mesure de renouvellement du
PPS, les propriétaires d’armes à feu pouvaient uniquement renouveler leur permis avant la date d’expiration. Autrement, pour
conserver légalement leurs armes à feu, les propriétaires devaient
payer et réussir le Cours canadien de sécurité dans le maniement
des armes à feu comme préalable à l’obtention d’un permis de possession et d’acquisition (PPA), autorisant le titulaire à posséder et
à acquérir des armes à feu. La mesure de renouvellement du PPS
devait prendre fin le 17 mai 2009.
Le 7 mai 2009, les trois mesures d’incitation à la conformité
ont été prolongées jusqu’au 16 mai 2010 (DORS/2009-137;
DORS/2009-138; DORS/2009-139), et le 13 mai 2010, elles ont
été prolongées jusqu’au 16 mai 2011 (DORS/2010-102;
DORS/2010-103; DORS/2010-104).
Le 25 mars 2011, la mesure de renouvellement du PPS et la
période d’amnistie ont été prolongées de deux ans, jusqu’au
On May 10, 2007, the Amnesty Order was extended until
May 16, 2008 (SOR/2007-101).
On May 8, 2008, the Government extended, for one year,
until May 2009, both the fee waiver and the Amnesty Order
(SOR/2008-145; SOR/2008-147).
On May 8, 2008, the Government introduced a Firearms Act
regulatory amendment to enable individuals with expired Possession Only Licences (POLs) to apply for new POLs (SOR/2008146) for a limited period of time. Prior to the introduction of the
POL renewal measure, firearms owners could only renew their
POLs if they had not expired. Otherwise, to legally retain their firearms, they were required to pay for and complete the Canadian
Firearms Safety Course as a prerequisite to obtaining a Possession
and Acquisition Licence (PAL), which authorizes both possession
and acquisition of firearms. This POL renewal measure was set to
expire on May 17, 2009.
On May 7, 2009, the three compliance measures were extended
until May 16, 2010 (SOR/2009-137; SOR/2009-138;
SOR/2009-139), and on May 13, 2010, the compliance measures
were extended until May 16, 2011 (SOR/2010-102; SOR/2010103; SOR/2010-104).
On March 25, 2011, the POL renewal and Amnesty Order were
extended for two years, until May 16, 2013 (SOR/2011-102;
1362
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
SOR/2011-103), while on May 16, 2011, the licence fee waiver
was extended only one year, until May 16, 2012 (SOR/2011-111).
16 mai 2013 (DORS/2011-102; DORS/2011-103), tandis que le
16 mai 2011, la dispense des droits applicables aux permis n’a été
prolongée que d’un an, jusqu’au 16 mai 2012 (DORS/2011-111).
On May 11, 2012, the fee waiver for licences with restricted and
prohibited privileges was extended until September 17, 2012,
while the fee waiver for licences with non-restricted privileges
only was extended to May 16, 2013 (SOR/2012-101).
Le 11 mai 2012, la dispense des droits applicables aux permis
visant des armes à feu prohibées et à utilisation restreinte a été
prolongée jusqu’au 17 septembre 2012, tandis que la dispense des
droits applicables aux permis visant uniquement des armes à feu
sans restriction a été prolongée jusqu’au 16 mai 2013
(DORS/2012-101).
Les trois mesures d’incitation à la conformité (soit le renouvellement du PPS, la période d’amnistie et la dispense des droits),
mises en place temporairement dans le but d’inciter les particuliers
à se conformer aux dispositions législatives concernant les armes à
feu, doivent prendre fin le 16 mai 2013. Depuis leur entrée en
vigueur, le taux de conformité en matière de permis (c’est-à-dire le
nombre de particuliers dont le permis vient bientôt à échéance qui
continuent à posséder au moins une arme à feu et qui prennent des
mesures pour renouveler leur permis) est passé de 82 % en 2006 à
86 % en 2012.
Les titulaires de PPS sont principalement des propriétaires
d’armes à feu expérimentés, qui habitent souvent dans une région
rurale ou éloignée où il y a moins de possibilités de prendre un
cours. Les propriétaires d’armes à feu et les défenseurs des armes
à feu soutiennent que nous dissuadons les propriétaires d’armes à
feu expérimentés de se conformer en leur demandant de suivre un
cours, et d’en payer les frais, pour obtenir un permis d’armes à feu.
Il est peu probable que les propriétaires d’armes à feu qui ne respectent pas les dispositions législatives fédérales prennent des
mesures pour s’y conformer si on ne fait rien pour les y inciter. En
2008, le PPS d’environ 197 000 personnes était échu. Entre
mai 2008, moment où la mesure a été mise en place, et avril 2012,
50 500 personnes avaient tiré avantage de cette mesure.
La période d’amnistie vise à protéger de poursuites pénales les
particuliers possédant des armes à feu sans restriction qui prennent
des mesures pour respecter les exigences en matière de licences ou
d’enregistrement prévues par la loi. Depuis l’entrée en vigueur du
projet de loi C-19, Loi sur l’abolition du registre des armes
d’épaule, le 5 avril 2012, il n’est plus requis d’enregistrer les armes
sans restriction, et les sanctions associées à l’infraction ont été
abrogées. À la suite de l’entrée en vigueur du projet de loi C-19, et
en raison de la décision subséquente de la Cour supérieure du Québec rendue le 10 septembre 2012, le gouvernement fédéral doit
maintenir l’enregistrement des armes à feu sans restriction au Québec, et les particuliers doivent être en possession d’un certificat
d’enregistrement pour transférer une arme à feu sans restriction. Le
procureur général du Canada a interjeté appel de la décision de la
Cour supérieure du Québec.
Par conséquent, la prolongation de la période d’amnistie encourage la conformité des propriétaires d’armes à feu sans restriction
aux exigences en matière de permis partout au Canada et, au Québec, en matière d’enregistrement des armes à feu sans restriction.
La mesure de renouvellement du PPS a un effet d’allégement et,
de concert avec la période d’amnistie, qui protège les particuliers
qui prennent des mesures pour se conformer aux dispositions législatives fédérales relatives aux armes à feu de façon à éviter les
poursuites, elle contribue à maintenir des conditions favorables qui
incitent les particuliers à se conformer aux dispositions de la Loi
sur les armes à feu concernant l’obtention d’un permis et
l’enregistrement.
La dispense des droits permettait aux titulaires de renouveler
leur permis sans frais. En septembre 2012, le gouvernement a
The three compliance measures (i.e. the POL renewal measure,
the Amnesty Order and the licence fee waiver), introduced as temporary incentives for individuals to come into compliance with
firearms legislation, are scheduled to expire on May 16, 2013.
Since they have been in effect, licence compliance rates (i.e. individuals whose licence is scheduled to expire, and who continue to
possess at least one firearm, and who are taking steps to renew their
licence) have increased from 82%, in 2006, to 86% in 2012.
Possession Only Licence holders are mostly experienced firearms owners often living in rural or remote regions where access to
training is limited. Having these individuals pay for and complete
the firearms safety training course to obtain a firearms licence has
been described by firearms owners and advocates as a disincentive
to compliance. Firearms owners who are currently not in compliance with federal firearms legislation are unlikely to return to compliance without steps being taken to encourage their doing so. In
2008, there were approximately 197 000 individuals with expired
POLs. Between May 2008, when this measure was introduced, and
April 2012, 50 500 individuals took advantage of this measure.
The purpose of the Amnesty Order has been to protect noncompliant owners of non-restricted firearms from criminal liability
while they are taking steps to comply with the legal requirements
for licensing or registration. With the coming into force of
Bill C-19, the Ending the Long-gun Registry Act, on April 5, 2012,
the requirement to register non-restricted firearms and the associated penalties for failing to do so have been repealed. Following
the coming into force of Bill C-19, and pursuant to a decision of the
Quebec Superior Court on September 10, 2012, the federal government is required to maintain registration of non-restricted firearms
in Quebec and individuals are required to have a registration certificate in order to transfer a non-restricted firearm. The Attorney
General of Canada appealed the Quebec Superior Court decision.
Accordingly, the extension of the Amnesty Order encourages
compliance by non-restricted firearms owners with the licensing
requirements across Canada, and in Quebec, with the registration
of non-restricted firearms.
The POL renewal measure is relieving in nature and, together
with the Amnesty Order which protects individuals who are taking
steps to comply with federal firearms legislation from prosecution,
helps maintain favourable conditions to encourage compliance
with the licensing and registration requirements of the Firearms
Act.
The fee waiver allowed licensees to renew their licence at no
cost. In September 2012, the Government started phasing back the
1363
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
fee waiver for restricted and prohibited licences as part of Canada’s
Economic Action Plan (www.actionplan.gc.ca). Continuing the
current fee waiver for licences with only non-restricted privileges
for an additional year would have cost approximately $18 million
in foregone revenue. The Government did not renew the current fee
waiver in the current climate of fiscal restraint. The cost of renewing
a licence with non-restricted privileges only is $60, while the cost
of renewing a licence with restricted/prohibited privileges is $80.
commencé à réintroduire graduellement les droits applicables aux
permis visant les armes prohibées et à utilisation restreinte dans le
cadre du Plan d’action économique du Canada (www.plandaction.
gc.ca). Le fait de prolonger d’un an la dispense des droits applicables aux permis visant des armes à feu sans restriction aurait
entraîné des recettes cédées d’environ 18 millions de dollars. Le
gouvernement n’a pas renouvelé cette dispense dans le contexte
actuel de restrictions budgétaires. Les titulaires de permis d’armes
à feu devront débourser 60 $ pour les permis visant les armes sans
restriction, et 80 $ pour les permis visant les armes prohibées ou à
utilisation restreinte.
Objectives
Objectifs
The objectives of the Regulations and the Order are to extend
two of the three compliance measures — the POL renewal and
amnesty — for one more year, until May 16, 2014.
L’objectif des modifications réglementaires et du décret proposés est de prolonger deux des trois mesures d’incitation à la conformité — le renouvellement du PPS et l’amnistie — d’un an, soit
jusqu’au 16 mai 2014.
Les modifications vont dans le même sens que l’objectif principal du Programme canadien des armes à feu (PCAF) de la Gendarmerie royale du Canada, à savoir accroître la sécurité publique.
L’objectif est en partie atteint en augmentant le nombre de propriétaires d’armes à feu qui respectent les dispositions de la Loi sur les
armes à feu et du Code criminel relatives à l’obtention d’un permis
et à l’enregistrement. Ces titulaires font l’objet d’une vérification
continue de l’admissibilité, une condition dont est assorti leur permis d’armes à feu.
La vérification continue de l’admissibilité, une condition de la
possession d’un permis d’armes à feu, permet de tenir compte du
fait que la situation du titulaire de permis peut changer, y compris
sous l’angle de la pertinence de continuer à posséder des armes à
feu. Par une telle vérification, on fait en sorte que certaines interactions avec des représentants des forces de l’ordre de la part d’un
propriétaire d’armes à feu en règle sont signalées aux contrôleurs
des armes à feu, si ces interactions sont inscrites dans le Centre
d’information de la police canadienne. Ainsi, les autorités peuvent
prendre des mesures qui s’imposent, au besoin, comme révoquer le
permis et saisir l’arme à feu. Si un propriétaire d’armes à feu n’est
plus en règle (c’est-à-dire s’il ne renouvelle pas son permis), il
n’est plus du ressort du PCAF. Par conséquent, les dispositions de
la Loi sur la protection des renseignements personnels, entre autres
dispositions législatives, empêchent la Gendarmerie royale du
Canada (GRC) de procéder à la vérification continue de l’admissibilité de ce particulier, ce qui prive le PCAF d’un outil qui lui permet de prendre des mesures proactives à l’égard de propriétaires
d’armes à feu qui présentent un risque élevé.
The proposal is consistent with the main objective of the Royal
Canadian Mounted Police (RCMP) Canadian Firearms Program
(CFP), which is to enhance public safety. This is achieved, in part,
by maximizing the number of firearms owners who comply with
the licensing and registration requirements set out in the Firearms
Act and the Criminal Code. Such individuals are subject to continuous eligibility screening as a condition of possessing a firearms
licence.
Continuous eligibility screening, which is a part of firearms
licensing, recognizes that an individual’s circumstances, including
the appropriateness of ongoing firearms possession, change over
time. Such screening ensures that certain interactions with law
enforcement on the part of lawful firearms owners are brought to
the attention of chief firearms officers, if they are recorded in the
Canadian Police Information Centre. This allows the authorities to
take appropriate action, as required, including the revocation of a
licence and seizure of a firearm. When a firearms owner becomes
non-compliant (i.e. does not renew a licence), they are no longer
within the ambit of the CFP’s jurisdiction. As a result, the Privacy
Act, among other legislation, prevents the RCMP from conducting
further continuous eligibility screening, thereby withdrawing a
meaningful tool enabling the CFP to take pre-emptive measures in
dealing with higher-risk firearms owners.
Description
Description
The regulatory amendments and the Order extend, for one year,
until May 16, 2014,
(i) the POL renewal measure, thereby removing the requirement
for previous holders of these licences to take the firearms safety
training course and obtain a PAL; and
(ii) the Amnesty Order which protects non-compliant owners of
non-restricted firearms from criminal liability while they are
taking steps to comply with the registration requirements (in
Quebec only due to the decision of the Quebec Superior Court)
and the licensing requirements, across Canada, of the Firearms
Act and the Criminal Code.
Les modifications réglementaires et le Décret prolongent d’un
an, soit jusqu’au 16 mai 2014 :
(i) la mesure de renouvellement du PPS, qui élimine l’exigence
forçant les anciens titulaires de permis à suivre le cours de sécurité dans le maniement des armes à feu et à obtenir un PPA;
(ii) la période d’amnistie, qui protège d’une poursuite pénale les
propriétaires d’armes à feu sans restriction qui prennent des
mesures pour respecter les dispositions de la Loi sur les armes à
feu et du Code criminel relatives à l’obtention d’un permis (partout au Canada) et à l’enregistrement des armes à feu (uniquement au Québec, en raison d’une décision de la Cour supérieure
du Québec).
1364
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to these measures, as
there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à ces modifications,
puisque ces dernières n’apportent aucun changement aux coûts
administratifs imposés aux entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to these measures, as
there are no costs on small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à ces modifications, puisque ces dernières n’entraînent pas de coûts pour les
petites entreprises.
Consultation
Consultation
On April 13, 2013, regulatory amendments to extend the POL
renewal and the Amnesty Order were prepublished in the Canada
Gazette, Part I, followed by a 15-day public comment period. During this period, 13 comments were received from 9 individuals and
4 organizations (i.e. various chief medical officers, the Coalition
for Gun Control). Of those who responded, all opposed a further
extension of the Amnesty Order given concerns that the amnesty
could compromise the accuracy and reliability of licence information. Other comments suggested that the continuance of the
amnesty could serve as a disincentive for some firearms owners to
comply with existing legal requirements as there are no consequences for failing to do so. While there were no comments
received regarding the POL renewal measure, some expressed concern that allowing the fee waiver to expire could serve as a disincentive to complying with federal licensing requirements. The
Government considered the views of these stakeholders; however,
given the importance of advancing these measures from a public
safety perspective (e.g. increase licence compliance), the Government elected to move forward with the regulatory amendments.
Le 13 avril 2013, les modifications réglementaires visant à prolonger le renouvellement du PPS et la période d’amnistie ont été
publiées préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada
afin de permettre aux membres du public de formuler des commentaires au cours d’une période de 15 jours. Au cours de cette période,
13 commentaires ont été formulés par 9 particuliers et 4 organisations (c’est-à-dire divers médecins chefs, la Coalition pour le
contrôle des armes). Tous les répondants se sont opposés à la prolongation de l’amnistie parce qu’ils craignent que la précision et la
fiabilité des renseignements sur les permis soient compromises.
Selon d’autres commentaires formulés, le maintien de l’amnistie
pourrait dissuader des propriétaires d’armes à feu de se conformer
aux exigences juridiques en vigueur puisqu’il n’y aurait aucune
conséquence en cas de non-­conformité. Même si aucun commentaire n’a été formulé concernant la mesure de renouvellement du
PPS, certains répondants ont dit craindre que le fait de mettre fin à
la dispense des droits puisse aussi dissuader des particuliers de se
conformer aux exigences fédérales en matière de permis. Le gouvernement a examiné les points de vue de ces intervenants, mais il
a décidé d’aller de l’avant avec les modifications réglementaires en
raison de leur importance du point de vue de la sécurité publique
(par exemple accroître la conformité en matière de permis).
Le 9 avril 2011, les modifications réglementaires visant à prolonger la dispense des droits de renouvellement de permis d’armes
à feu ont été publiées préalablement dans la Partie I de la Gazette
du Canada afin de permettre aux membres du public de formuler
des commentaires au cours d’une période de 15 jours. Aucun commentaire n’a été reçu pendant cette période.
Les consultations menées antérieurement par le gouvernement
ont porté sur les trois mesures d’incitation à la conformité (renouvellement du PPS, période d’amnistie et dispense des droits). Voici
un résumé des commentaires reçus lors des consultations précédentes à cet égard.
Le 20 mars 2010, les modifications réglementaires précédentes
visant la reconduction de cet ensemble de mesures ont été publiées
préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada afin de
permettre aux membres du public de formuler des commentaires
au cours d’une période de 15 jours. Au cours de cette période,
15 commentaires ont été reçus, soit 12 de la part de particuliers et
3 de la part d’organisations, dont la Coalition pour le contrôle des
armes, le Conseil national des femmes et la Coalition spéciale pour
l’égalité des femmes et les droits de la personne. Les auteurs de
tous les commentaires s’opposaient à la prolongation de l’amnistie,
craignant que celle-ci mine l’efficacité du Registre des armes à feu
et confère l’immunité aux propriétaires d’armes d’épaule qui ne
respectent pas les dispositions législatives fédérales en matière
d’armes à feu. Aucun commentaire ne concernait directement la
dispense des droits. Le gouvernement a examiné l’avis de ces intervenants, mais il a choisi de mettre en place les modifications
On April 9, 2011, regulatory amendments to extend the firearms
licence renewal fee waiver were prepublished in Part I of the Canada Gazette, followed by a 15-day public comment period. There
were no comments received.
Previous consultations undertaken by the Government have
focused on all three compliance measures (POL renewal, Amnesty
Order and fee waiver). A summary of the comments received in
previous consultations on compliance measures is as follows.
On March 20, 2010, the previous regulatory amendments to
extend the suite of measures to increase compliance were prepublished in the Canada Gazette, Part I, followed by a 15-day public
comment period. During this period, 15 comments were received
from 12 individuals and 3 organizations, including the Coalition
for Gun Control, the National Council of Women and the Ad Hoc
Coalition for Women’s Equality and Human Rights. Of the
respondents, all opposed the extension of the Amnesty Order,
expressing concern that it was reducing the effectiveness of the
firearms registry and providing immunity to long-gun owners from
complying with federal firearms legislation. There were no comments directed towards the fee waiver. The Government considered
the views of these stakeholders but elected to move forward with
the regulatory amendments and the Order, given their importance
from a public safety perspective.
1365
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
réglementaires et le Décret en raison de leur importance du point
de vue de la sécurité publique.
On March 28, 2009, the regulatory amendments were prepublished in the Canada Gazette, Part I, followed by a 30-day public
comment period. During this period, four comments were received,
two from organizations and two from individuals. Of the respondents, two supported the proposed extension of the firearms compliance measures, while two opposed the extension of the Amnesty
Order. Those who supported the proposed Regulations and Order
expressed their belief that these measures were part of the Government’s commitment to repeal the long-gun registry, while opponents expressed concern that the amnesty was reducing the effectiveness of the firearms registry and providing immunity to long-gun
owners from complying with federal firearms legislation.
On March 1, 2008, the regulatory amendments were prepublished in Part I of the Canada Gazette, followed by a 30-day public
comment period. During the prepublication period between
March 1 and 31, 2008, 131 comments were received via email, fax,
telephone message, and letters concerning the proposed implementation of the compliance measures. Almost all of the input on the
two regulations and the Order came from individuals rather than
organizations: 126 individuals, 4 organizations and 1 provincial
government commented on the proposal. Overall, support for the
regulatory amendments and the Order was high, with some of the
respondents indicating that they thought the initiatives were a positive compliance incentive. The majority of those in favour also
noted their belief that there is a need to focus legislative measures
to control firearms on criminals rather than otherwise law-abiding
Canadians, while also expressing concern over the amount of
money they believe has been spent on the CFP.
Nine respondents (one province, four organizations and four
individuals) who did not support the combined initiatives in 2008
expressed specific concern towards the Amnesty Order extension.
The Attorney General of Ontario was of the opinion that repeated
extensions to the Amnesty Order are leading to a deterioration of
the data currently available to police in the Canadian Firearms
Information System. Other opponents also felt that individuals
have had sufficient time (since 1995) to familiarize themselves
with the requirements of the law and expressed views critical
of how the Government is handling the CFP. Those who selfidentified as being licensed owners with registered firearms, who
are currently in compliance with the law, were concerned that noncompliant individuals are being given too many opportunities to
comply when information has been readily available for so long.
Le 28 mars 2009, les modifications réglementaires ont été
publiées préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada, et
le public a pu formuler ses commentaires pendant une période de
30 jours. Au cours de cette période, quatre commentaires ont été
reçus, soit deux de la part d’organisations et deux de la part de
particuliers. De ces répondants, deux appuyaient la reconduction
proposée des mesures visant à accroître la conformité à la législation en matière d’armes à feu, et deux s’opposaient à la prolongation de la période d’amnistie. Ceux qui ont appuyé les modifications réglementaires et l’amnistie proposées se sont dits d’avis que
ces mesures faisaient partie de l’engagement du gouvernement à
abroger le Registre des armes d’épaule, tandis que les opposants
s’inquiétaient que l’amnistie aurait pour effet de réduire l’efficacité
du Registre des armes à feu et d’accorder l’impunité aux propriétaires d’armes d’épaule qui ne se conforment pas aux dispositions
législatives fédérales en matière d’armes à feu.
Le 1er mars 2008, les modifications réglementaires ont été
publiées préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada et
le public a pu formuler ses commentaires pendant une période de
30 jours. Au cours de la période de publication préalable du 1er au
31 mars 2008, nous avons reçu 131 commentaires par courriel,
télécopie, message téléphonique et courrier concernant la mise en
œuvre proposée des mesures d’incitation à la conformité. Presque
tous les commentaires provenaient de particuliers et non d’organisations; 126 personnes, 4 organisations et 1 gouvernement provincial se sont prononcés sur la proposition. De façon générale, les
modifications réglementaires et le Décret jouissaient d’un solide
appui, et certains des répondants ont indiqué que, selon eux, ces
mesures constituent d’excellents moyens d’inciter les gens à se
conformer à la loi. Selon une majorité de personnes en faveur des
modifications, les mesures législatives devraient principalement
viser les armes à feu des criminels plutôt que celles des Canadiens
qui sont, par ailleurs, respectueux des lois. Ces mêmes personnes
s’inquiétaient aussi de l’ampleur des fonds publics qui, selon elles,
ont été dépensés pour le Programme canadien des armes à feu.
Neuf répondants (une province, quatre organismes et quatre particuliers) qui n’appuyaient pas les initiatives en 2008 se sont dits
préoccupés par la prolongation de la période d’amnistie. Le procureur général de l’Ontario était d’avis que des prolongations répétées de la période d’amnistie entraînaient une détérioration des
données auxquelles ont accès les policiers dans le Système canadien d’information relative aux armes à feu. D’autres opposants
étaient également d’avis que les particuliers avaient eu suffisamment de temps pour se familiariser avec les exigences de la loi
(depuis 1995) et ils ont critiqué la manière dont le gouvernement
gère le Programme canadien des armes à feu. D’autres, qui se sont
présentés comme des titulaires de permis d’armes à feu et des propriétaires d’armes à feu enregistrées conformément à la loi, ont
exprimé leurs préoccupations face au fait que les particuliers qui ne
sont pas en règle avec la loi se voient offrir trop d’occasions de se
mettre en règle, étant donné que l’information est disponible depuis
longtemps déjà.
Rationale
Justification
Public safety is enhanced by this proposal, in part by maximizing the number of firearms owners who comply with the licensing
and registration requirements set out in the Firearms Act and the
Criminal Code. Such individuals are subject to continuous eligibility screening as a condition of possessing a firearms licence.
Les modifications renforcent la sécurité publique, en partie, en
augmentant le nombre de propriétaires d’armes à feu qui respectent
les dispositions de la Loi sur les armes à feu et du Code criminel
relatives à l’obtention d’un permis et à l’enregistrement. Ces titulaires font l’objet d’une vérification continue de l’admissibilité,
une condition dont est assorti leur permis d’armes à feu.
1366
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-95
Mise en œuvre, application et normes de service
Implementation, enforcement and service standards
Communication efforts will focus on who can avail themselves
of these measures, how to do so, and the period during which these
measures will be in effect. In an effort to increase voluntary compliance, communication efforts emphasize the Government’s commitment to improving public safety through effective gun control
and tackling the criminal use of firearms, while reducing unnecessary administrative requirements on firearms owners.
Under federal firearms legislation currently in force, to be in
lawful possession of a firearm, an individual must hold a licence
issued under the Firearms Act and, in the case of a restricted or
prohibited firearm, a registration certificate. In Quebec, individuals
must also hold a registration certificate for non-restricted
firearms.
Owners are expected to take positive steps to comply as set out
in the Order Declaring an Amnesty Period (2006), with the Firearms Act and the Criminal Code.
Contacts
Ryan Doyle
Manager
Law Enforcement and Policing Branch
Public Safety Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0P8
Telephone (general inquiries): 1-800-830-3118 or 613-944-4875
Fax: 613-993-5252
Email: firearms@ps.gc.ca
Paula Clarke
Counsel
Criminal Law Policy Section
Department of Justice
Ottawa, Ontario
K1A 0H8
Telephone: 613-957-4728
Fax: 613-941-9310
Email: paula.clarke@justice.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Les messages précisent qui peut profiter de ces mesures, la façon
dont ils peuvent le faire et la durée de l’offre. En vue d’augmenter
le taux de conformité volontaire, les messages mettent l’accent sur
l’engagement du gouvernement à améliorer la sécurité publique au
moyen de mesures de contrôle efficaces des armes à feu et de lutte
contre l’utilisation d’armes à feu à des fins criminelles, et ce, tout
en réduisant le fardeau administratif inutile imposé aux propriétaires d’armes à feu.
Aux termes des dispositions législatives fédérales en matière
d’armes à feu, pour être en possession légitime d’une arme à feu,
un particulier doit détenir un permis délivré en application de la Loi
sur les armes à feu et, dans le cas des armes à feu prohibées ou à
utilisation restreinte, un certificat d’enregistrement. Au Québec, les
particuliers doivent également détenir un certificat d’enregistrement pour les armes à feu sans restriction.
On s’attend à ce que les propriétaires d’armes à feu prennent des
mesures concrètes, prévues dans le Décret fixant une période
d’amnistie (2006), pour se conformer à la Loi sur les armes à feu et
au Code criminel.
Personnes-ressources
Ryan Doyle
Gestionnaire
Secteur de la police et de l’application de la loi
Sécurité publique Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0P8
Téléphone (renseignements généraux) : 1-800-830-3118 ou
613-944-4875
Télécopieur : 613-993-5252
Courriel : armesafeu@sp.gc.ca
Paula Clarke
Avocate
Section de la politique en matière de droit pénal
Ministère de la Justice
Ottawa (Ontario)
K1A 0H8
Téléphone : 613-957-4728
Télécopieur : 613-941-9310
Courriel : paula.clarke@justice.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1367
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-96
Registration
SOR/2013-96 May 9, 2013
Enregistrement
DORS/2013-96 Le 9 mai 2013
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Order Amending the Order Declaring an Amnesty
Period (2006)
Décret modifiant le Décret fixant une période
d’amnistie (2006)
P.C. 2013-551 May 9, 2013
C.P. 2013-551 Le 9 mai 2013
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Justice, pursuant to subsection 117.14(1)1a of the Criminal Code2b, makes the annexed Order
Amending the Order Declaring an Amnesty Period (2006).
Sur recommandation du ministre de la Justice et en vertu du
paragraphe 117.14(1)1a du Code criminel2b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant le Décret
fixant une période d’amnistie (2006), ci-après.
ORDER AMENDING THE ORDER DECLARING
AN AMNESTY PERIOD (2006)
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET FIXANT
UNE PÉRIODE D’AMNISTIE (2006)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) Subparagraph 2(1)(b)(ii) of the Order Declaring an
Amnesty Period (2006)31 is replaced by the following:
(ii) that will have expired during the period beginning on
May 17, 2006 and ending on May 16, 2014.
(2) Subsection 2(3) of the Order is replaced by the
following:
(3) The amnesty period begins on May 17, 2006 and ends on
May 16, 2014.
1. (1) Le sous-alinéa 2(1)b)(ii) du Décret fixant une période
d’amnistie (2006)31 est remplacé par ce qui suit :
(ii) aura expiré pendant la période commençant le 17 mai
2006 et se terminant le 16 mai 2014.
(2) Le paragraphe 2(3) du même décret est remplacé par ce
qui suit :
(3) La période d’amnistie commence le 17 mai 2006 et se termine le 16 mai 2014.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
N.B.The Regulatory Impact Analysis Statement for this
Order appears at page 1362, following SOR/2013-95.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce décret se trouve à la page 1362, à la suite du
DORS/2013-95.
a
a
b
b
S.C. 1995, c. 39, s. 139
R.S., c. C-46
1
SOR/2006-95
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1368
L.C. 1995, ch. 39, art. 139
L.R., ch. C-46
DORS/2006-95
1
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
Registration
SOR/2013-97 May 10, 2013
Enregistrement
DORS/2013-97 Le 10 mai 2013
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2012-87-06-02 Amending the Domestic
Substances List
Arrêté 2012-87-06-02 modifiant la Liste intérieure
Whereas the substances set out in the annexed Order are specified on the Domestic Substances List1a;
Whereas the Minister of the Environment and the Minister of
Health have conducted a screening assessment of each of those
substances under section 68 or 74 of the Canadian Environmental
Protection Act, 19992b;
Whereas the Ministers are satisfied that those substances are not
being manufactured in or imported into Canada by any person in a
quantity of more than 100 kg in any one calendar year;
And whereas the Ministers suspect that a significant new activity
in relation to any of those substances may result in the substance
becoming toxic within the meaning of section 64 of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999b;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsection 87(3) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b,
makes the annexed Order 2012-87-06-02 Amending the Domestic
Substances List.
Gatineau, May 6, 2013
PETER KENT
Minister of the Environment
Attendu que les substances figurant dans l’arrêté ci-après sont
inscrites sur la Liste intérieure1a;
Attendu que les ministres de l’Environnement et de la Santé ont
effectué une évaluation préalable de chacune de ces substances en
application de l’article 68 ou 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)2b;
Attendu que ces ministres sont convaincus que, au cours d’une
année civile, ces substances ne sont ni fabriquées ni importées au
Canada par une personne en une quantité supérieure à 100 kg;
Attendu que ces ministres soupçonnent qu’une nouvelle activité
relative à l’une de ces substances peut rendre celle-ci toxique au
sens de l’article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b,
À ces causes, en vertu du paragraphe 87(3) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)b, le ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2012-87-06-02 modifiant la Liste intérieure, ci-après.
Gatineau, le 6 mai 2013
Le ministre de l’Environnement
PETER KENT
ORDER 2012-87-06-02 AMENDING THE
DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2012-87-06-02 MODIFIANT
LA LISTE INTÉRIEURE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Part 1 of the Domestic Substances List3 is amended by
deleting the following:
55-18-5 59-88-1
60-35-5 62-50-0
62-55-5
66-27-3
75-25-2
76-01-7 78-88-6
79-00-5
79-16-3
94-58-6
96-09-3
96-18-4
100-63-0 101-61-1
106-87-6
110-88-3
115-28-6
116-14-3
122-60-1 123-39-7
123-73-9
131-18-0
131-52-2
135-20-6
136-35-6
1. La partie 1 de la Liste intérieure31 est modifiée par radiation de ce qui suit :
141-90-2
331-39-5
492-80-8
569-61-9
591-78-6
593-60-2
606-20-2
615-28-1
823-40-5
a
a
b
b
SOR/94-311
S.C. 1999, c. 33
1
SOR/94-311
1120-71-4
1694-09-3
3296-90-0
4170-30-3
10034-93-2
10046-00-1
13463-39-3
13840-56-7
15545-48-9
24602-86-6
25321-14-6
25376-45-8
26447-14-3
39156-41-7
55290-64-7
103122-66-3
DORS/94-311
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
1
1369
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
2. Part 2 of the List is amended by adding the following after
the substance “Group A*”:
2. La partie 2 de la même liste est modifiée par adjonction,
après la mention de la substance « Groupe A* », de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject
to subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est
assujettie au paragraphe 81(3) de la Loi
Group B*
1. Any activity involving, in any one calendar year,
more than 100 kg of any Group B substance, other than an
activity related to
(a) its use as a drug;
(b) its use as a component of a drug; or
(c) its use in the manufacture of a drug as defined in the
Food and Drugs Act.
2. For each proposed significant new activity, the
following information must be provided to the Minister at
least 90 days before the day on which the quantity of the
substance exceeds 100 kg in any one calendar year:
(a) a description of the significant new activity in
relation to the substance;
(b) the anticipated annual quantity of the substance to be
used in relation to the significant new activity;
(c) if known, the three sites in Canada where the
greatest quantity of the substance, in relation to the
significant new activity, is anticipated to be used or
processed and the estimated quantity by site;
(d) the information specified in Schedule 6 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers);
(e) a summary of all other information or test data
concerning the substance that are in the possession of
the person proposing the significant new activity, or to
which they have access, and that are relevant to
identifying hazards to the environment and human
health and the degree of environmental and public
exposure to the substance;
(f) the identification of every other government agency,
either outside or within Canada, that the person
proposing the significant new activity has notified of the
substance and, if known, the agency’s file number and
the outcome of the assessment and, if any, the risk
management actions in relation to the substance
imposed by the agency;
(g) the name, civic and postal addresses, telephone
number and, if any, fax number and email address of the
person proposing the significant new activity and, if any,
the person authorized to act on behalf of that person;
and
(h) a certification stating that the information is accurate
and complete, dated and signed by the person proposing
the significant new activity, if they are resident in
Canada or, if not, by the person authorized to act on
their behalf.
3. The above information will be assessed within
90 days after the day on which it is received by the
Minister.
*Group B: 55-18-5 S′, 59-88-1 S′, 60-35-5 S′, 62-50-0 S′, 62-55-5 S′, 66-27-3
75-25-2 S′, 76-01-7 S′, 78-88-6 S′, 79-00-5 S′, 79-16-3 S′, 94-58-6 S′, 96-09-3
96-18-4 S′, 100-63-0 S′, 101-61-1 S′, 106-87-6 S′, 110-88-3 S′, 115-28-6
116-14-3 S′, 122-60-1 S′, 123-39-7 S′, 123-73-9 S′, 131-18-0 S′, 131-52-2
135-20-6 S′, 136-35-6 S′, 141-90-2 S′, 331-39-5 S′, 492-80-8 S′, 569-61-9
591-78-6 S′, 593-60-2 S′, 606-20-2 S′, 615-28-1 S′, 823-40-5 S′, 1120-71-4
1694-09-3 S′, 3296-90-0 S′, 4170-30-3 S′, 10034-93-2 S′, 10046-00-1
13463-39-3 S′, 13840-56-7 S′, 15545-48-9 S′, 24602-86-6 S′, 25321-14-6
25376-45-8 S′, 26447-14-3 S′, 39156-41-7 S′, 55290-64-7 S′, 103122-66-3 S′.
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
Groupe B*
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année
civile, plus de 100 kg de toute substance du groupe B, autre
qu’une activité liée à :
a) son utilisation comme drogue;
b) son utilisation comme composant d’une drogue;
c) son utilisation dans la fabrication d’une drogue, au
sens de la Loi sur les aliments et drogues.
2. Pour chaque nouvelle activité proposée, les
renseignements ci-après sont fournis au ministre au moins
90 jours avant que la quantité de la substance n’excède
100 kg au cours d’une année civile :
a) la description de la nouvelle activité à l’égard de la
substance;
b) la quantité annuelle prévue de substance devant être
utilisée pour la nouvelle activité;
c) s’ils sont connus, les trois sites au Canada où la plus
grande quantité de la substance devrait, pour la nouvelle
activité, être utilisée ou traitée, et la quantité estimée par
site;
d) les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement
sur les renseignements concernant les substances
nouvelles (substances chimiques et polymères);
e) un résumé de tous les autres renseignements ou
données d’essai à l’égard de la substance dont dispose la
personne proposant la nouvelle activité, ou auxquels elle
a accès, et qui permettent d’identifier les dangers que
présente la substance pour l’environnement et la santé
humaine et le degré d’exposition de l’environnement et
du public à la substance;
f) le nom des autres organismes publics, à l’étranger et
au Canada, à qui ont été communiqués des
renseignements relatifs à la substance par la personne
proposant la nouvelle activité et, s’ils sont connus, le
numéro de dossier fourni par l’organisme et les résultats
de l’évaluation et, le cas échéant, les mesures de gestion
des risques imposées à l’égard de la substance par ces
organismes;
g) les nom, adresses municipale et postale, numéro de
téléphone et, le cas échéant, numéro de télécopieur et
adresse de courriel de la personne proposant la nouvelle
activité et, le cas échéant, de la personne autorisée à agir
en son nom;
h) une attestation portant que les renseignements sont
exacts et complets, datée et signée par la personne
proposant la nouvelle activité si elle réside au Canada
ou, sinon, par la personne autorisée à agir en son nom.
3. Les renseignements précédents sont évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
*Groupe B : 55-18-5 S′, 59-88-1 S′, 60-35-5 S′, 62-50-0 S′, 62-55-5 S′, 66-27-3
75-25-2 S′, 76-01-7 S′, 78-88-6 S′, 79-00-5 S′, 79-16-3 S′, 94-58-6 S′, 96-09-3
96-18-4 S′, 100-63-0 S′, 101-61-1 S′, 106-87-6 S′, 110-88-3 S′, 115-28-6
116-14-3 S′, 122-60-1 S′, 123-39-7 S′, 123-73-9 S′, 131-18-0 S′, 131-52-2
135-20-6 S′, 136-35-6 S′, 141-90-2 S′, 331-39-5 S′, 492-80-8 S′, 569-61-9
591-78-6 S′, 593-60-2 S′, 606-20-2 S′, 615-28-1 S′, 823-40-5 S′, 1120-71-4
1694-09-3 S′, 3296-90-0 S′, 4170-30-3 S′, 10034-93-2 S′, 10046-00-1
13463-39-3 S′, 13840-56-7 S′, 15545-48-9 S′, 24602-86-6 S′, 25321-14-6
25376-45-8 S′, 26447-14-3 S′, 39156-41-7 S′, 55290-64-7 S′, 103122-66-3 S′.
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
S′,
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
1370
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
Background
Contexte
Based on information obtained through the categorization process as required by the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (CEPA 1999), 53 chemical substances of which 52 are listed
in the Order 2012-87-06-02 Amending the Domestic Substances
List (the Order)41 had been identified as posing a high hazard to
human health based on carcinogenicity, genotoxicity, developmental toxicity or reproductive toxicity.52 Furthermore, 15 of the
52 substances were determined to meet the categorization criteria
for persistence or bioaccumulation, and inherent toxicity to human
or non-human organisms.63 Therefore, the 52 substances were identified as priorities for further assessment. These 52 substances are
subject to this Order.
Health Canada and Environment Canada conducted a screening
assessment for the 52 substances to determine whether they are
harmful to the environment or human health as defined under section 64 of CEPA 1999.74 Based on available information, it was
concluded in the final screening assessment that the 52 substances
Selon l’information obtenue dans le cadre de la catégorisation
tel que requis par la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], 53 substances chimiques dont 52
sont énumérées dans l’Arrêté 2012-87-06-02 modifiant la Liste
intérieure (l’Arrêté)41 ont été déterminées comme posant un risque
élevé pour la santé humaine, concernant leur cancérogénicité, leur
génotoxicité ou leur toxicité pour le développement ou pour la
reproduction52. Il a également été établi que 15 de ces 52 substances
répondent aux critères de catégorisation quant à leur persistance ou
à leur bioaccumulation, et quant à leur toxicité intrinsèque pour les
humains ou les organismes non humains63. Par conséquent, les
52 substances ont été déterminées comme devant faire l’objet
d’une évaluation plus poussée. Ces 52 substances font l’objet du
présent arrêté. Pour déterminer si certaines substances ont été manufacturées
ou importées au Canada, deux avis ont été publiés en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999) en 2006 et en 2009. Les résultats de ces
deux enquêtes n’ont révélé aucune déclaration d’activités industrielles (importation ou fabrication) relative aux 52 substances
dépassant le seuil de déclaration de 100 kg pendant les années de
déclaration de 2005 et 2008. Par conséquent, ces substances sont
donc considérées comme « non commercialisées » au Canada au
seuil de déclaration.
Afin de déterminer le potentiel d’exposition directe à la population générale, une recherche d’information sur les rejets et les
sources des 52 substances a été effectuée jusqu’à l’année 2010
dans les bases de données pertinentes. Aucune information n’a été
trouvée sur les utilisations actuelles ou les rejets de ces substances
au Canada. Par conséquent, la probabilité d’exposition à ces substances au Canada résultant de l’activité commerciale est faible, et
donc le potentiel de risque pour la santé humaine ou l’environnement est considéré comme faible.
Santé Canada et Environnement Canada ont effectué une évaluation préalable pour les 52 substances afin de déterminer si elles
sont nocives pour l’environnement ou la santé humaine aux termes
de l’article 64 de la LCPE (1999)74. D’après l’information disponible, l’évaluation préalable finale a révélé que les 52 substances
1
1
To establish whether certain substances were being manufactured in or imported into Canada, two notices were published under
the authority of section 71 of CEPA 1999 in 2006 and 2009. The
results from the two surveys revealed no reports of industrial activities (import or manufacture) of the 52 substances above the
reporting threshold of 100 kg for the reporting years of 2005 and
2008. Therefore, these substances are considered to be “not in
commerce” in Canada at the reporting threshold.
To identify direct exposure potential to the general population,
information searches for releases and sources of the 52 substances
in relevant databases were conducted up to the year 2010. No information was found indicating that current uses or releases of the
52 substances exceed the reporting threshold in Canada. Therefore,
the likelihood of exposure to these substances in Canada resulting
from commercial activity is low, hence the potential risks to human
health or the environment are considered to be low.
Following the receipt of additional information, substance thiophanate-methyl
(Chemical Abstracts Service [CAS] Registry Number 23564-05-8), which was proposed for inclusion in the significant new activity (SNAc) at the Notice of Intent
stage, was removed from the Order. The Domestic Substances List listing for this
substance will not be amended at this time. Additional action may be taken on this
substance at a later date and in concert with other, similar substances, following
additional risk assessment.
2
The classification for carcinogenicity, genotoxicity, developmental toxicity or
reproductive toxicity was completed by other national or international agencies,
such as the International Agency for Research on Cancer, U.S. National Toxicology
Program, or U.S. Environmental Protection Agency.
3
The 15 substances are listed in Appendices A and B of the final screening assessment report.
4
A substance is toxic under section 64 of CEPA 1999 if it is entering or may enter the
environment in a quantity or concentration or under conditions that
(a) have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity;
(b) constitute or may constitute a danger to the environment on which life
depends; or
(c) constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health.
À la suite de la réception de nouvelles informations, la substance thiophanateméthyl (numéro de registre du Chemical Abstracts Service [CAS] 23564-05-8), que
l’on proposait d’inclure à l’étape de l’avis d’intention, a été enlevée de l’Arrêté.
L’entrée de la Liste intérieure pour cette substance ne sera pas modifiée pour l’instant. Une autre initiative pourrait avoir lieu plus tard pour cette substance, qui sera
regroupée avec d’autres substances similaires, à la suite d’une nouvelle évaluation
de risques.
2
La classification pour la cancérogénicité, la génotoxicité, et la toxicité pour le développement ou la reproduction a été complétée par d’autres organismes nationaux ou
internationaux, tels que le Centre international de Recherche sur le Cancer, le National Toxicology Program des États-Unis et l’Environmental Protection Agency des
États-Unis.
3
Les 15 substances figurent dans les annexes A et B du rapport final d’évaluation
préalable.
4
Une substance est toxique au sens de l’article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) si elle pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à :
a) avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou
sur la diversité biologique;
b) mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie;
c) constituer ou pouvoir constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaine.
1371
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
did not meet any of the criteria in section 64 of CEPA 1999 due to
the low probability of exposure since they are considered “not in
commerce.” The final screening assessment on the 52 substances
was published on the Chemical Substances Web site along with a
notice that was published in the Canada Gazette, Part I.85
ne répondent à aucun des critères de l’article 64 de la LCPE (1999)
en raison d’une faible probabilité d’exposition de ces substances,
celles-ci étant considérées comme « non commercialisées ». L’évaluation préalable finale des 52 substances a été publiée sur le site
Web des substances chimiques avec un avis qui a été publié dans la
Partie I de la Gazette du Canada85.
Significant new activity (SNAc) provisions of CEPA 1999
Les dispositions relatives à une nouvelle activité (NAc) de la
LCPE (1999)
Given that the 52 substances are listed on the Domestic Substances List (DSL), new activities associated with these substances in
Canada can be conducted by industry without any obligation to
notify the Government of Canada. When the Government of Canada is concerned that any significant new activity in relation to a
substance may result in harmful effects to human health or the
environment, the Minister of the Environment (Minister) may
impose notification requirements upon the new activity.
Étant donné que les 52 substances sont inscrites sur la Liste intérieure, les nouvelles activités qui leur sont associées peuvent être
actuellement effectuées par l’industrie sans aucune obligation
d’aviser le gouvernement du Canada. Lorsque le gouvernement du
Canada est préoccupé par le fait qu’une nouvelle activité relative à
une substance pourrait entraîner des effets néfastes pour la santé
humaine ou l’environnement, le ministre de l’Environnement (le
ministre) peut imposer des exigences en matière de déclaration sur
la nouvelle activité.
Compte tenu du potentiel de risque élevé que représentent les
52 substances pour la santé humaine, il y a une préoccupation
concernant la possibilité que de nouvelles activités associées à
l’une ou l’autre de ces 52 substances puissent faire en sorte que ces
substances répondent aux critères énoncés à l’article 64 de la
LCPE (1999). Par conséquent, le ministre a publié un avis d’intention le 2 juillet 2011, dans la Partie I de la Gazette du Canada, pour
indiquer son intention d’appliquer les dispositions relatives aux
nouvelles activités pour 53 substances en vertu de la LCPE (1999).
Cependant, l’Arrêté ne comprend que 52 substances car la substance thiophanate-méthyl (numéro de registre du Chemical Abstracts Service [CAS] 23564-05-8), laquelle avait été incluse dans
l’avis d’intention, a été retirée de l’Arrêté.
Given the potential high hazard to human health of all 52 substances, there is concern that new activities associated with the
52 substances could lead to the substances meeting the criteria set
out in section 64 of CEPA 1999. Therefore, the Minister published
a Notice of Intent on July 2, 2011, in the Canada Gazette, Part I, to
indicate his intention to apply the SNAc provisions of CEPA 1999
to 53 substances. However, the Order lists only 52 substances since
the substance thiophanate-methyl (Chemical Abstracts Service
[CAS] Registry Number 23564-05-8), which was included in the
notice of intent, has been removed from the Order.
Issues and objectives
Enjeux et objectifs
According to the conclusion of the screening assessment, the
52 substances do not currently pose a risk to the environment or
human health because it was determined that the substances are
considered to be currently not in commerce above the reporting
threshold in Canada. However, new activities involving the 52 substances, which have not been identified or assessed under
CEPA 1999, could increase the potential for exposure and may
lead to these substances meeting the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999 due to the potential high hazard to human health.
The objective of the Order is to contribute to the protection of
human health and the environment by collecting information on
significant new activities associated with the 52 substances before
such activities are undertaken. To achieve this, the Order subjects
the 52 substances to the SNAc provisions of CEPA 1999, requiring
Selon la conclusion de l’évaluation préalable, les 52 substances
ne posent présentement pas de risques pour l’environnement ou la
santé humaine parce qu’elles sont actuellement considérées comme
« non commercialisées » au-dessus du seuil de déclaration au
Canada. Toutefois, des nouvelles activités liées aux 52 substances
qui n’ont pas été définies ou évaluées en vertu de la LCPE (1999)
pourraient accroître le risque d’exposition et risqueraient de faire
en sorte que ces substances répondent aux critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999) en raison de leur potentiel de risque
élevé pour la santé humaine.
Étant donné ces préoccupations, les dispositions relatives aux
NAc de la LCPE (1999) sont mises en application pour exiger la
déclaration de toute nouvelle activité au Canada associée à l’une ou
l’autre des 52 substances dépassant la quantité seuil établie de
100 kg, afin que le gouvernement puisse faire une évaluation des
risques pour l’environnement et la santé humaine pour déterminer
si cette activité pose un risque accru pour la santé humaine ou
l’environnement.
L’objectif de l’Arrêté est de contribuer à la protection de la santé
humaine et de l’environnement en recueillant des informations sur
les nouvelles activités associées à l’une ou l’autre des 52 substances avant que de telles activités ne soient entreprises. Pour ce
faire, l’Arrêté assujettit les 52 substances aux dispositions relatives
5
5
Given these concerns, SNAc provisions under CEPA 1999 are
implemented to require that any new activities in Canada associated with the 52 substances in quantities above the 100 kg threshold be reported, so that the Government can undertake ecological
and human health risk assessments to determine if these activities
pose an increased risk to human or environmental health.
The final screening assessment report can be found at www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/plan/approach-approche/nics53-eng.php.
1372
L’évaluation préalable finale peut être consultée à l’adresse suivante : www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/plan/approach-approche/nics53-fra.php.
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
notification to the Minister prior to any new activities associated
with the substances. aux NAc de la LCPE (1999), exigeant l’envoi d’une déclaration de
nouvelle activité au ministre avant le début d’une nouvelle activité
associée aux substances.
Description
Description
The Order deletes the 52 substances from Part 1 of the DSL by
removing their Chemical Abstract Service (CAS) Registry Numbers, and adds them to Part 2 of the DSL. The addition of the letter
S′ following their CAS Registry Numbers indicates that the 52 substances are subject to the SNAc provisions set out in subsection 81(3) of CEPA 1999.
The SNAc provisions require any person that intends to start any
significant new activity related to one of these 52 substances to
provide, 90 days in advance, a notice to the Minister. The Order
defines the new activity and outlines the details of the information
requirements such as a description of the new activity, quantity and
sites of the substance to be used for the new activity, and information specified in Schedule 6 to the New Substances Notification
Regulations (Chemicals and Polymers).
L’Arrêté radie les 52 substances de la partie 1 de la Liste intérieure en retirant leur numéro de registre CAS, et les inscrit à la
partie 2 de cette liste. L’ajout de la lettre « S′ » à la suite des numéros de registre CAS signifie que les 52 substances sont assujetties
aux dispositions relatives à une NAc énoncées au paragraphe 81(3)
de la LCPE (1999).
Les dispositions relatives aux NAc exigent que quiconque souhaite entreprendre une nouvelle activité en lien avec l’une des
52 substances en cause doit en informer le ministre au moins
90 jours avant le début de l’activité prévue. L’Arrêté décrit la nouvelle activité et énonce les exigences en matière de renseignements,
notamment la description de la nouvelle activité, la quantité utilisée et les sites où la substance sera utilisée pour la nouvelle activité, et les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères).
L’information soumise permettra à Environnement Canada et à
Santé Canada d’évaluer les risques potentiels pour la santé humaine
et l’environnement que pourrait présenter la nouvelle activité associée à l’une des 52 substances dans les 90 jours suivant sa
réception.
L’Arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement.
The submitted information will allow Environment Canada and
Health Canada to assess the potential environmental and human
health risks associated with the new activity in relation to any of
the 52 substances within 90 days after it is received.
The Order comes into force on the day on which it is
registered.
Consultation
Consultation
On July 2, 2011, a notice of intent to amend the DSL was published to propose that the SNAc provisions of CEPA 1999 be
applied to the 52 substances and another substance.96 The notice
announcing the publication of the draft screening assessment
report on the Chemical Substances Web site was also published on
that day in the Canada Gazette, Part I, for a 60-day public comment period.
Le 2 juillet 2011, un avis d’intention de modifier la Liste intérieure a été publié afin de proposer l’application des dispositions
relatives aux NAc de la LCPE (1999) aux 52 substances ainsi qu’à
une substance additionnelle96. L’avis annonçant la publication de
l’ébauche du rapport d’évaluation préalable sur le site Web des
substances chimiques a également été publié le même jour dans la
Partie I de la Gazette du Canada pour une période de commentaires publics de 60 jours.
Une soumission a été reçue de la part d’un intervenant de l’industrie à l’appui de l’application des dispositions relatives aux
nouvelles activités pour gérer les 52 substances.
Environnement Canada et Santé Canada ont également informé
les gouvernements provinciaux et territoriaux de l’Arrêté au moyen
d’une lettre envoyée au Comité consultatif national de la
LCPE (1999), tout en leur offrant la possibilité de soumettre des
commentaires. Aucun commentaire n’a été reçu de la part du
Comité.
One submission was received from an industry stakeholder in
support of the application of the SNAc provisions to manage the
52 substances.
Environment Canada and Health Canada have also informed the
governments of the provinces and territories through the National
Advisory Committee under CEPA 1999 (CEPA NAC) about the
Order via a letter, with an opportunity to comment. There were no
comments from CEPA NAC.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to the Order as there is
no expected administrative burden on industry. There are no Canadian companies that reported using the 52 substances above the
threshold. Furthermore, there is no indication that industry’s current activity pattern associated with these substances may change
in the future.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à l’Arrêté puisqu’aucun fardeau supplémentaire n’est prévu pour l’industrie. Aucune
compagnie canadienne n’utilise l’une ou l’autre des 52 substances
au-dessus du seuil de déclaration. En outre, rien n’indique non plus
que les présents types d’activités des compagnies canadiennes en
lien avec ces substances changeront à l’avenir.
6
6
See footnote 1 for the reason why the Order includes 52 substances when the Notice
of Intent published in July 2011 included 53 substances.
La raison pour laquelle l’Arrêté contient 52 substances tandis que l’avis d’intention
publié en juillet 2011 en contenait 53 est donnée dans la première note de bas de
page.
1373
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to the Order as there are
no expected impacts on industry or small business. There are currently no activities involving the 52 substances above the reporting
threshold and no indication that industry’s current activity pattern
associated with these substances may change in the future.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à l’Arrêté
puisque l’on ne prévoit pas de répercussions sur l’industrie ou les
petites entreprises. Aucune activité impliquant l’une ou l’autre de
ces 52 substances au-dessus du seuil de déclaration n’est menée
actuellement et rien n’indique que les types d’activités des compagnies canadiennes en lien avec ces substances pourraient changer à
l’avenir.
Rationale
Justification
Since no information was found indicating that current activities
associated with the 52 substances exceed the reporting threshold in
Canada, it was determined that the substances are “not in commerce” in Canada. However, given the potential high hazard of the
52 substances, significant new activities may increase exposure
and may pose potential risks to human health. Therefore, the new
activities associated with the 52 substances which have not been
assessed may lead to these substances meeting the criteria set out
in section 64 of CEPA 1999.
Étant donné qu’aucune information n’a été trouvée indiquant
que les activités actuelles en lien avec ces 52 substances dépassent
le seuil de déclaration au Canada, ces substances sont considérées
comme « non commercialisées » au Canada. Toutefois, compte
tenu de leur potentiel de risque élevé pour la santé humaine, de
nouvelles activités pourraient accroître l’exposition et ainsi poser
un risque potentiel pour la santé humaine. Par conséquent, les nouvelles activités associées aux 52 substances, qui n’ont pas été évaluées, pourraient faire en sorte que ces substances répondent aux
critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999).
Puisque les 52 substances ne sont actuellement pas commercialisées au-dessus du seuil de déclaration, on suppose qu’il n’y a
aucun risque associé à ces substances en ce moment. Toutefois,
puisque les 52 substances sont actuellement inscrites à la partie 1
de la Liste intérieure, elles pourraient être utilisées pour toute activité, en toute quantité, sans être visées par une exigence de déclaration au ministre. Compte tenu de la nature dangereuse de ces
substances, les activités futures qui n’ont pas été évaluées pourraient poser un risque pour la santé humaine et pour l’environnement et les risques associés à ces activités ne seraient pas gérés de
façon appropriée. Par conséquent, l’option de maintenir le statu
quo n’a pas été retenue.
L’application des dispositions relatives aux nouvelles activités
permet au gouvernement d’être informé des nouvelles activités
relatives aux 52 substances. Les renseignements fournis aideront le
gouvernement dans le cadre de l’évaluation des risques en ce qui a
trait à ces activités et au risque que ces substances aient des répercussions sur l’environnement et la santé des Canadiens. Par conséquent, l’application des dispositions relatives aux nouvelles activités dans les cas des 52 substances est l’option privilégiée.
L’Arrêté contribue à la protection de la santé humaine et de l’environnement en veillant à ce qu’aucune activité associée à l’une
des 52 substances dépassant la quantité seuil établie ne puisse être
entreprise sans que le ministre en soit informé. Il est ainsi possible
d’évaluer les risques potentiels pour la santé humaine et pour l’environnement associés à ces nouvelles activités avant que les
52 substances ne soient utilisées à des fins commerciales au Canada
afin de veiller à que ces nouvelles activités ne présentent pas de
risques pour la santé humaine ou l’environnement.
Étant donné que les 52 substances ne sont actuellement pas commercialisées au Canada, l’Arrêté ne devrait pas avoir de répercussions négatives sur l’industrie. Si une nouvelle activité associée à
l’une ou l’autre des 52 substances dépassant la quantité seuil spécifiée a lieu, des coûts liés à la communication d’information exigée
par l’Arrêté devront être engagés. Toutefois, il est actuellement
impossible de déterminer avec précision la fréquence d’éventuelles
activités futures. Il n’est donc pas possible pour le moment de fournir à l’industrie une estimation totale des coûts associés à la satisfaction des exigences en matière de déclaration.
En cas de déclaration d’une nouvelle activité, le gouvernement
devra assumer des coûts pour le traitement de l’information à
As the 52 substances are currently not in commerce above the
reporting threshold, it is assumed that there are no current risks
associated with the 52 substances. However, since the 52 substances are currently listed on Part 1 of the DSL, they could be used for
any activity and in any quantity without any requirement to report
to the Minister. Given the hazardous nature of these substances,
future activities that have not been assessed may pose a risk to
human health and the environment and the risks associated with
these activities would not be managed appropriately. Therefore,
maintaining the status quo has been rejected.
Applying SNAc provisions allows the Government to be
informed of new activities associated with the 52 substances. The
submitted information will assist the Government in conducting a
risk assessment in relation to these activities and the potential for
these substances to impact the environment and health of Canadians. Therefore, applying SNAc provisions to the 52 substances
is the preferred option.
The Order contributes to the protection of human health and the
environment by ensuring that no activities above the defined
threshold in relation to any of the 52 substances can occur without
notification to the Minister. This allows for the evaluation of the
potential human and environmental risks associated with these new
activities prior to the 52 substances being used commercially in
Canada.
As the 52 substances are currently not in commerce in Canada,
the Order is not expected to have any negative impact on industry. Should a new activity with the 52 substances occur above the
specified threshold, costs associated with supplying information as
required by the Order would be incurred. However, it is not possible at this time to accurately estimate the occurrence of any future
activities. As a result, providing a total estimate of the cost to
industry to meet the notification requirements is not possible at this
time.
In the event of notification of a new activity, the Government
will incur costs for processing the information in relation to the
1374
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
SNAc and for assessing potential health and environmental risks.
The Government will also incur costs related to compliance promotion and enforcement activities. Annual costs associated with
these activities are expected to be low, but cannot be accurately
estimated given the lack of information regarding potential future
activities.
l’égard de la nouvelle activité et pour l’évaluation des risques
potentiels pour la santé et l’environnement. Le gouvernement
devra aussi assumer les coûts liés aux activités de promotion de la
conformité et d’application de la loi. Les coûts supplémentaires
annuels associés à ces activités devraient être faibles, mais ceux-ci
ne peuvent pas être estimés de manière précise en raison du manque
de renseignements concernant les utilisations futures éventuelles.
In conclusion, although it was not possible to quantitatively estimate the benefits, they are expected to exceed the costs in the long
term.
En conclusion, bien qu’il n’ait pas été possible d’estimer les
avantages de façon quantitative, on s’attend à ce qu’ils surpassent
les coûts à long terme.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Implementation
Mise en œuvre
The Order comes into force on the day on which it is registered.
The compliance promotion activities to be conducted as part of the
implementation of the Order will include developing and distributing promotional material, responding to inquiries from stakeholders and undertaking activities to raise industry stakeholders’ awareness of the requirements of the Order.
L’Arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement. Les
activités de promotion de la conformité qui doivent être exécutées
dans le cadre de la mise en œuvre de l’Arrêté comprendront l’élaboration et la distribution de matériel promotionnel, les réponses
aux demandes de la part des intervenants et la réalisation d’activités visant à accroître la sensibilisation des intervenants de l’industrie à l’égard des exigences de l’Arrêté.
Enforcement
Application de la loi
The Order is made under the authority of CEPA 1999. When
verifying compliance with the Order, enforcement officers will
apply the Compliance and Enforcement Policy implemented under
CEPA 1999. The Compliance and Enforcement Policy sets out the
range of possible responses to alleged violations, including warnings, directions, environmental protection compliance orders,
ticketing, ministerial orders, injunctions, prosecution, and environmental protection alternative measures (which are an alternative to
a court trial after the laying of charges for a CEPA 1999 violation).
In addition, the Policy explains when Environment Canada will
resort to civil suits by the Crown for costs recovery.107
L’Arrêté est émis en vertu de la LCPE (1999). Lorsque les agents
de l’autorité vérifieront la conformité aux exigences de l’Arrêté, ils
appliqueront la Politique d’observation et d’application mise en
œuvre aux termes de la LCPE (1999). La Politique d’observation et
d’application établit l’éventail des interventions qui pourront être
faites en cas d’infractions présumées : les avertissements, les directives, les ordres d’exécution en matière de protection de l’environnement, les contraventions, les arrêtés ministériels, les injonctions,
les poursuites et les autres mesures de protection de l’environnement [qui peuvent remplacer un procès, une fois que des accusations ont été portées pour une infraction présumée à la LCPE
(1999)]. De plus, la Politique décrit les circonstances dans lesquelles Environnement Canada peut recourir à des poursuites au
civil intentées par la Couronne pour le recouvrement de certains
frais107.
Si, après une inspection ou une enquête, un agent de l’autorité a
des motifs raisonnables de croire qu’une infraction a été commise,
l’agent choisira la mesure appropriée à prendre en fonction des
critères suivants :
•• Nature de l’infraction présumée : Il convient notamment de
déterminer la gravité des dommages, s’il y a eu action délibérée
de la part du contrevenant, s’il s’agit d’une récidive et s’il y a
eu tentative de dissimuler de l’information ou de contourner,
d’une façon ou d’une autre, les objectifs et les exigences de la
LCPE (1999).
•• Efficacité du moyen employé pour obliger le présumé contrevenant à obtempérer : Le but est de faire respecter la loi dans les
meilleurs délais tout en empêchant les récidives. Il faut entre
autres tenir compte du dossier du contrevenant concernant
l’observation de la LCPE (1999), de la volonté du contrevenant
à coopérer avec les agents d’application de la loi ainsi que de la
preuve que des mesures correctives ont été prises.
•• Uniformité dans l’application : Les agents de l’autorité tiendront compte de ce qui a été fait dans des cas semblables pour
When an enforcement officer discovers an alleged violation following an inspection or an investigation, the officer will choose the
appropriate enforcement action based on the following factors:
•• Nature of the alleged violation: This includes consideration of
the damage, the intent of the alleged violator, whether it is a
repeat violation, and whether an attempt has been made to conceal information or otherwise subvert the objectives and
requirements of CEPA 1999.
•• Effectiveness in achieving the desired result with the alleged
violator: The desired result is compliance within the shortest
possible time and with no further repetition of the violation.
Factors to be considered include the violator’s history of compliance with CEPA 1999, willingness to co-operate with
enforcement officers, and evidence of corrective action already
taken.
•• Consistency: Enforcement officers will consider how similar
situations have been handled in determining the measures to be
taken to enforce CEPA 1999.
7
A copy of the Policy may be obtained from the following Web site: www.ec.gc.ca/
CEPARegistry/documents/policies/candepolicy/toc.cfm.
7
La politique peut être consultée à l’adresse suivante : www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/
default.asp?lang=Fr&n=5082BFBE-1.
1375
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SOR/DORS/2013-97
Service standards
The Government will assess all information submitted as part of
SNAc notification and will communicate the result to the notifier
90 days after the complete information is received.
Contacts
Greg Carreau
Executive Director
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Substances Management Information Line:
1-800-567-1999 (toll-free in Canada)
819-953-7156 (outside of Canada)
Fax: 819-953-7155
Email: substances@ec.gc.ca
Michael Donohue
Manager
Risk Management Bureau
Health Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-957-8166
Fax: 613-952-8857
Email: michael.donohue@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1376
décider des mesures à prendre afin de faire appliquer la LCPE
(1999).
Normes de service
Le gouvernement évaluera tous les renseignements présentés
dans le cadre des avis de nouvelle activité et communiquera les
résultats au déclarant 90 jours après la réception de tous les renseignements requis.
Personnes-ressources
Greg Carreau
Directeur exécutif
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Ligne d’information de la gestion des substances :
1-800-567-1999 (sans frais au Canada)
819-953-7156 (extérieur du Canada)
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : substances@ec.gc.ca
Michael Donohue
Gestionnaire
Bureau de gestion du risque
Santé Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-957-8166
Télécopieur : 613-952-8857
Courriel : michael.donohue@hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SI/TR/2013-56
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Registration
SI/2013-56 May 22, 2013
Enregistrement
TR/2013-56 Le 22 mai 2013
PUBLIC SERVICE REARRANGEMENT AND TRANSFER OF
DUTIES ACT
LOI SUR LES RESTRUCTURATIONS ET LES TRANSFERTS
D’ATTRIBUTIONS DANS L’ADMINISTRATION PUBLIQUE
Order Transferring the Control and Supervision of
Certain Portions of the Federal Public
Administration in Passport Canada from the
Department of Foreign Affairs and International
Trade to the Department of Citizenship and
Immigration and to the Department of Human
Resources and Skills Development
Décret transférant au ministère de la Citoyenneté
et de l’Immigration et au ministère des Ressources
humaines et du Développement des compétences la
responsabilité à l’égard de certains secteurs de
l’administration fédérale de Passeport Canada qui
font partie du ministère des Affaires étrangères et
du Commerce international
P.C. 2013-540 May 7, 2013
C.P. 2013-540 Le 7 mai 2013
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Prime Minister, pursuant to paragraph 2(a)1a of the
Public Service Rearrangement and Transfer of Duties Act2b, effective July 2, 2013,
(a) transfers to the Department of Citizenship and Immigration
from the Department of Foreign Affairs and International Trade
the control and supervision of those portions of the federal public administration in Passport Canada within the Department of
Foreign Affairs and International Trade known as
(i) the Office of the Chief Executive Officer,
(ii) the Strategic Initiatives Division of the Operations
Bureau,
(iii) the e-Passport project team in the Operations Bureau,
(iv) the Policy, Research and Communications Bureau,
(v) the Corporate Services and Human Resources Bureau,
except for the regional Human Resources Units,
(vi) the Security Bureau,
(vii) the Business Information and Technology Bureau, except
for the regional Information Technology Units,
(viii) the Enterprise Alignment and Innovation Bureau,
(ix) the Administrative Support unit of the Departmental
Legal Services Unit,
(x) the Official Travel Section of the Central Operations Division of the Operations Bureau,
(xi) the Certificate of Identity Section of the Central Operations Division of the Operations Bureau, and
(xii) the Complex Case Management Units of the Operations
Bureau; and
(b) transfers to the Department of Human Resources and Skills
Development from the Department of Foreign Affairs and International Trade the control and supervision of those portions of
the federal public administration in Passport Canada within the
Department of Foreign Affairs and International Trade known as
(i) the Office of the Chief Operating Officer,
(ii) the Strategic Operations Division of the Operations
Bureau,
(iii) the Functional Services Division of the Operations
Bureau,
Sur recommandation du premier ministre et en vertu de l’alinéa 2a)1a de la Loi sur les restructurations et les transferts d’attributions dans l’administration publique2b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil :
a) transfère au ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration la
responsabilité à l’égard des secteurs de l’administration publique
fédérale de Passeport Canada qui font partie du ministère des
Affaires étrangères et du Commerce international et sont connus
sous les noms suivants :
(i) le Bureau du président-directeur général,
(ii) la Division des initiatives stratégiques de la Direction
générale des opérations,
(iii) l’équipe du projet du passeport électronique de la Direction générale des opérations,
(iv) la Direction générale des politiques, de la recherche et des
communications,
(v) la Direction générale des services généraux et des ressources humaines, sauf les Unités régionales de ressources
humaines,
(vi) la Direction générale de la sécurité,
(vii) la Direction générale de l’information opérationnelle et
de la technologie, sauf les Unités régionales de l’information
et de la technologie,
(viii) la Direction générale de l’harmonisation et de
l’innovation,
(ix) l’Unité de soutien administratif à l’Unité des services
juridiques ministériels,
(x) la Section des voyages officiels à la Division des opérations centrales de la Direction générale des opérations,
(xi) la Section des certificats d’identité à la Division des opérations centrales de la Direction générale des opérations,
(xii) les Unités de traitement des cas complexes de la Direction générale des opérations;
b) transfère au ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences la responsabilité à l’égard des secteurs de l’administration publique fédérale de Passeport Canada
qui font partie du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international et sont connus sous les noms suivants :
(i) le Bureau du chef de l’exploitation,
a
a
b
b
S.C. 2003, c. 22, s. 207
R.S., c. P-34
L.C. 2003, ch. 22, art. 207
L.R., ch. P-34
1377
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
(iv) the Western Operations Division of the Operations
Bureau,
(v) the Eastern Operations Division of the Operations
Bureau,
(vi) the Ontario Operations Division of the Operations
Bureau,
(vii) the Central Operations Division of the Operations Bureau, except for the Official Travel Section and the Certificate
of Identity Section,
(viii) the regional Human Resources Units of the Corporate
Services and Human Resources Bureau, and
(ix) the regional Information Technology Units of the Business Information and Technology Bureau.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
1378
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SI/TR/2013-56
(ii) la Division des opérations stratégiques de la Direction
générale des opérations,
(iii) la Division des services fonctionnels de la Direction
générale des opérations,
(iv) la Division des opérations de l’Ouest de la Direction
générale des opérations,
(v) la Division des opérations de l’Est de la Direction générale
des opérations,
(vi) la Division des opérations de l’Ontario de la Direction
générale des opérations,
(vii) la Division des opérations centrales de la Direction générale des opérations, sauf la Section des voyages officiels et la
Section des certificats d’identité,
(viii) les Unités régionales de ressources humaines de la
Direction générale des services généraux et des ressources
humaines,
(ix) les Unités régionales de l’information et de la technologie
de la Direction générale de l’information opérationnelle et de
la technologie.
Ces mesures prennent effet le 2 juillet 2013.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SI/TR/2013-57
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Registration
SI/2013-57 May 22, 2013
Enregistrement
TR/2013-57 Le 22 mai 2013
OTHER THAN STATUTORY AUTHORITY
AUTORITÉ AUTRE QUE STATUTAIRE
Order Amending the Canadian Passport Order
Décret modifiant le Décret sur les passeports
canadiens
P.C. 2013-541 May 7, 2013
C.P. 2013-541 Le 7 mai 2013
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Prime Minister, makes the annexed Order Amending the Canadian Passport Order.
Sur recommandation du premier ministre, Son Excellence le
Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant le Décret
sur les passeports canadiens, ci-après.
ORDER AMENDING THE CANADIAN
PASSPORT ORDER
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET SUR LES
PASSEPORTS CANADIENS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. The long title of the Canadian Passport Order1 is replaced
by the following:
CANADIAN PASSPORT ORDER
2. Section 1 of the Order and the heading before it are
replaced by the following:
1. Le titre intégral du Décret sur les passeports canadiens11 est
remplacé par ce qui suit :
DÉCRET SUR LES PASSEPORTS CANADIENS
2. L’article 1 du même décret et l’intertitre le précédant sont
remplacés par ce qui suit :
ADMINISTRATION
APPLICATION
1. The Minister is responsible for the administration of this
Order.
3. (1) The definitions “Passport Canada” and “point of service” in section 2 of the Order are repealed.
(2) The definition “Minister” in section 2 of the Order is
replaced by the following:
“Minister” means the Minister of Citizenship and Immigration;
(ministre)
4. The Order is amended by adding the following after section 3:
3.1 For the purposes of paragraph 3(b), a passport that contains
a reference to the Minister of Foreign Affairs is deemed to have
been issued in the name of the Minister.
5. (1) The portion of section 9 of the Order before paragraph (a) is replaced by the following:
9. Without limiting the generality of subsections 4(3) and (4) and
for greater certainty, the Minister may refuse to issue a passport to
an applicant who
(2) The portion of paragraph 9(a) of the English version of
the Order before subparagraph (i) is replaced by the
following:
(a) fails to provide the Minister with a duly completed application for a passport or with the information and material that is
required or requested
6. (1) Subsection 10(1) of the Order is replaced by the
following:
10. (1) Without limiting the generality of subsections 4(3) and
(4) and for the greater certainty, the Minister may revoke a passport
1
SI/81-86
1. Le ministre est chargé de l’application du présent décret.
3. (1) Les définitions de « Passeport Canada » et de « point de
service », à l’article 2 du même décret, sont abrogées.
(2) La définition de « ministre », à l’article 2 du même décret,
est remplacée par ce qui suit :
« ministre » Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration.
(Minister)
4. Le même décret est modifié par adjonction, après l’article 3, de ce qui suit :
3.1 Pour l’application de l’alinéa 3b), le passeport comportant la
mention du ministre des Affaires étrangères est réputé avoir été
délivré au nom du ministre.
5. (1) Le passage de l’article 9 du même décret précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
9. Sans que soit limitée la généralité des paragraphes 4(3) et (4),
il est entendu que le ministre peut refuser de délivrer un passeport
au requérant qui :
(2) Le passage de l’alinéa 9a) de la version anglaise du même
décret précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
(a) fails to provide the Minister with a duly completed application for a passport or with the information and material that is
required or requested
6. (1) Le paragraphe 10(1) du même décret est remplacé par
ce qui suit :
10. (1) Sans que soit limitée la généralité des paragraphes 4(3) et
(4), il est entendu que le ministre peut révoquer un passeport pour
1
TR/81-86
1379
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SI/TR/2013-57
on the same grounds on which he or she may refuse to issue a
passport.
les mêmes motifs que ceux qu’il invoque pour refuser d’en délivrer
un.
(2) The portion of subsection 10(2) of the English version of
the Order before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) In addition, the Minister may revoke the passport of a person
who
7. Sections 10.3 and 11 of the Order are replaced by the
following:
10.3 If a passport that is issued to a person has expired but could
have been revoked under any of the grounds set out in sections 10
and 10.1 had it not expired, the Minister may impose a period of
refusal of passport services on those same grounds, except for the
grounds set out in paragraph 9(g), if the facts that could otherwise
have led to the revocation of the passport occurred before its expiry
date.
11. When a person has been advised by the Minister that a passport in their possession is required to be returned to the Minister,
the person shall return it without delay.
8. Section 12 of the Order is replaced by the following:
12. (1) Subject to subsection (2), the Minister may authorize the
Minister of Human Resources and Skills Development to exercise
any of the following functions:
(a) providing information on the passport program to the public,
including but not limited to information on application requirements and processes;
(b) collecting, and capturing by electronic means, passport
applications and information, materials and declarations that are
provided in support of those applications, including converting
information and photographs pursuant to section 8.1;
(c) determining whether all the required information has been
provided on the application forms, and checking it against the
materials and declarations required;
(d) verifying the information provided on the application forms,
materials and declaration submitted by the applicant, including
verifying, with the issuing authority, the documentary evidence
of citizenship;
(e) requesting and collecting, and capturing by electronic means,
further information, material and declarations pursuant to section 8;
(f) verifying that any documentary evidence of citizenship that is
submitted with a passport application is valid and regular on its
face, and returning the originals of documentary evidence of citizenship to applicants;
(g) collecting and cancelling any valid or expired passports;
(h) collecting the applicable passport and consular fees and issuing a receipt to applicants;
(i) forwarding, including by electronic means, passport applications and all accompanying materials and declarations collected
or created in relation to passport applications to the Minister,
including original documents;
(j) processing passport applications;
(k) withholding and recovering a passport that was issued to an
applicant;
(l) producing passports; and
(m) delivering passports to applicants whose passport applications are complete or to their authorized delegates.
(2) Le passage du paragraphe 10(2) de la version anglaise du
même décret précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) In addition, the Minister may revoke the passport of a person
who
7. Les articles 10.3 et 11 du même décret sont remplacés par
ce qui suit :
10.3 Dans le cas où un passeport aurait pu être révoqué pour l’un
des motifs visés aux articles 10 et 10.1 — à l’exception du motif
prévu à l’alinéa 9g) — s’il n’avait pas été expiré, le ministre peut
imposer une période de refus de services de passeport pour le
même motif si les faits qui auraient autrement pu mener à la révocation se sont produits avant la date d’expiration.
1380
11. Toute personne avisée par le ministre qu’elle doit lui retourner un passeport en sa possession doit le faire sans délai.
8. L’article 12 du même décret est remplacé par ce qui suit :
12. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le ministre peut autoriser
le ministre des Ressources humaines et du Développement des
compétences à exercer les fonctions suivantes :
a) communiquer au public des renseignements sur le programme
des passeports, notamment des renseignements sur les exigences
liées aux demandes de passeport et au processus applicable;
b) recueillir et saisir par voie électronique les demandes de
passeport et les renseignements, documents et déclarations à
l’appui, notamment convertir, en vertu de l’article 8.1, tout renseignement et toute photographie;
c) vérifier si tous les renseignements requis ont été fournis sur le
formulaire de demande et s’ils concordent avec les documents et
déclarations exigés;
d) vérifier les renseignements fournis par le requérant sur le formulaire de demande, les documents et les déclarations, notamment vérifier tout document établissant la citoyenneté auprès de
l’autorité l’ayant délivré;
e) demander, recueillir et saisir par voie électronique les renseignements, documents et déclarations supplémentaires en vertu
de l’article 8;
f) vérifier que tout document établissant la citoyenneté soumis
avec une demande de passeport est valide et régulier à première
vue, puis retourner l’original au requérant;
g) recueillir et annuler les passeports valides ou expirés;
h) percevoir les droits de passeport et les droits consulaires
applicables et remettre un reçu au requérant;
i) transmettre au ministre, notamment par voie électronique, les
demandes de passeport et les documents et déclarations à l’appui
recueillis ou créés relativement à ces demandes, y compris les
originaux;
j) traiter les demandes de passeports;
k) retenir et récupérer des passeports délivrés à des requérants;
l) produire les passeports;
m) délivrer les passeports aux requérants dont les demandes sont
complètes ou à leurs représentants autorisés.
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
(2) The Minister may specify the circumstances in which the
Minister of Human Resources and Skills Development may or may
not exercise a function referred to in subsection (1).
13. (1) Subject to subsection (2), the Minister may authorize the
Minister of Foreign Affairs to exercise any of the functions set out
in subsection 12(1) in respect of passport applications made
abroad.
(2) The Minister may specify the circumstances in which the
Minister of Foreign Affairs may or may not exercise a function
referred to in subsection (1).
9. Section 10 of the schedule to the Order is replaced by the
following:
10. (1) An applicant who is taking delivery of a passport may be
required to produce a document establishing their identity.
(2) If a representative of an applicant is taking delivery of the
passport issued to the applicant, the representative may be required
to produce a letter of consent from the applicant to accept delivery
as well as a document establishing the representative’s identity.
10. The Order is amended by replacing “Passport Canada”
with “the Minister”, with any necessary modifications, in the
following provisions:
(a) section 6;
(b) subsection 8(1); and
(c) section 8.1.
11. The English version of the Order is amended by replacing
“Passport Canada” with “the Minister”, with any necessary
modifications, in the following provisions:
(a) paragraph 3(d);
(b) section 5; and
(c) subsection 7(4).
12. The French version of the Order is amended by replacing
“à Passeport Canada” with “au ministre” in the following
provisions:
(a) paragraph 3(d);
(b) section 5; and
(c) subsection 7(4).
COMING INTO FORCE
13. This Order comes into force on July 2, 2013.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2013
Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, n o 11 SI/TR/2013-57
(2) Le ministre peut préciser les circonstances dans lesquelles le
ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences peut ou ne peut pas exercer les fonctions prévues au
paragraphe (1).
13. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le ministre peut autoriser
le ministre des Affaires étrangères à exercer les fonctions prévues
au paragraphe 12(1) à l’égard des demandes de passeports faites à
l’étranger.
(2) Le ministre peut préciser les circonstances dans lesquelles le
ministre des Affaires étrangères peut ou ne peut pas exercer les
fonctions prévues au paragraphe (1).
9. L’article 10 de l’annexe du même décret est remplacé par
ce qui suit :
10. (1) Le requérant qui prend livraison d’un passeport peut être
tenu de produire un document établissant son identité.
(2) Si le représentant du requérant prend livraison d’un passeport, il peut être tenu de produire une lettre du requérant l’autorisant à ce faire ainsi qu’un document établissant son identité.
10. Dans les passages ci-après du même décret, « Passeport
Canada » est remplacé par « le ministre », avec les adaptations
nécessaires :
a) l’article 6;
b) le paragraphe 8(1);
c) l’article 8.1.
11. Dans les passages ci-après de la version anglaise du
même décret, « Passport Canada » est remplacé par « the
Minister » :
a) l’alinéa 3d);
b) l’article 5;
c) le paragraphe 7(4).
12. Dans les passages ci-après de la version française du
même décret, « à Passeport Canada » est remplacé par « au
ministre » :
a) l’alinéa 3d);
b) l’article 5;
c) le paragraphe 7(4).
ENTRÉE EN VIGUEUR
13. Le présent décret entre en vigueur le 2 juillet 2013.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2013
1381
SOR/2013-86—97 SI/2013-56—57
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
TABLE OF CONTENTSSOR:Statutory Instruments (Regulations)
SI:Statutory Instruments (Other than Regulations) and Other Documents
Registration
number
P.C.
number
Minister
Name of Statutory Instrument or Other Document
Page
SOR/2013-86
Agriculture and Agri-Food
Order Amending the Ontario Hog Charges (Interprovincial and Export)
Order.............................................................................................................
1304
SOR/2013-87
Health
Marketing Authorization for Maximum Residue Limits for Veterinary
Drugs in Foods..............................................................................................
1306
SOR/2013-88
2013-523
Environment
Health
Export of Substances on the Export Control List Regulations.....................
1310
SOR/2013-89
2013-524
Health
Regulations Amending the Food and Drug Regulations (1431 —
Schedule F)...................................................................................................
1332
SOR/2013-90
2013-525
Health
Regulations Amending the Food and Drug Regulations (1663 —
Schedule F)...................................................................................................
1337
SOR/2013-91
Foreign Affairs
Order Amending the Export and Import Permits and Certificates Fees
Order.............................................................................................................
1344
SOR/2013-92
Environment
Order 2013-87-03-01 Amending the Domestic Substances List..................
1346
SOR/2013-93
2013-543
Public Safety and
Emergency Preparedness
Regulations Amending the Regulations Establishing a List of Entities........
1353
SOR/2013-94
2013-544
Human Resources and
Skills Development
Treasury Board
Regulations Amending the Regulations Adapting the Employment Equity
Act in respect of the Canadian Security Intelligence Service
(Miscellaneous Program)..............................................................................
1357
SOR/2013-95
2013-550
Public Safety and
Emergency Preparedness
Regulations Amending the Firearms Licences Regulations.........................
1361
SOR/2013-96
2013-551
Justice
Order Amending the Order Declaring an Amnesty Period (2006)...............
1368
Environment
Order 2012-87-06-02 Amending the Domestic Substances List..................
1369
Prime Minister
Order Transferring the Control and Supervision of Certain Portions of the
Federal Public Administration in Passport Canada from the Department
of Foreign Affairs and International Trade to the Department of
Citizenship and Immigration and to the Department of Human Resources
and Skills Development................................................................................
1377
Order Amending the Canadian Passport Order.............................................
1379
SOR/2013-97
SI/2013-56
SI/2013-57
2013-540
2013-541
Prime Minister
i
SOR/2013-86—97 SI/2013-56—57
2013-05-22 Canada Gazette Part II, Vol. 147, No. 11
INDEXSOR:Statutory Instruments (Regulations)
SI:Statutory Instruments (Other than Regulations) and Other Documents
Abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Name of Statutory Instrument or Other Document
Statutes
Registration
number
Date
Page
Canadian Passport Order — Order Amending..........................................................
Other Than Statutory Authority
Control and Supervision of Certain Portions of the Federal Public Administration
in Passport Canada from the Department of Foreign Affairs and International
Trade to the Department of Citizenship and Immigration and to the
Department of Human Resources and Skills Development — Order
Transferring.........................................................................................................
Public Service Rearrangement and Transfer of Duties Act
Domestic Substances List — Order 2012-87-06-02 Amending...............................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Domestic Substances List — Order 2013-87-03-01 Amending...............................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Employment Equity Act in respect of the Canadian Security Intelligence Service
(Miscellaneous Program) — Regulations Amending the Regulations
Adapting..............................................................................................................
Employment Equity Act
Establishing a List of Entities — Regulations Amending the Regulations...............
Criminal Code
Export and Import Permits and Certificates Fees Order — Order Amending..........
Financial Administration Act
Export and Import Permits Act
Export of Substances on the Export Control List Regulations.................................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Firearms Licences Regulations — Regulations Amending......................................
Firearms Act
Food and Drug Regulations (1431 — Schedule F) — Regulations Amending........
Food and Drugs Act
Food and Drug Regulations (1663 — Schedule F) — Regulations Amending........
Food and Drugs Act
Maximum Residue Limits for Veterinary Drugs in Foods — Marketing
Authorization.......................................................................................................
Food and Drugs Act
Ontario Hog Charges (Interprovincial and Export) Order — Order Amending.......
Agricultural Products Marketing Act
Order Declaring an Amnesty Period (2006) — Order Amending............................
Criminal Code
SI/2013-57
22/05/13
1379
SI/2013-56
22/05/13
1377
SOR/2013-97
10/05/13
1369
SOR/2013-92
06/05/13
1346
SOR/2013-94
09/05/13
1357
SOR/2013-93
09/05/13
1353
SOR/2013-91
02/05/13
1344
SOR/2013-88
02/05/13
1310
SOR/2013-95
09/05/13
1361
SOR/2013-89
02/05/13
1332
SOR/2013-90
02/05/13
1337
SOR/2013-87
02/05/13
1306
SOR/2013-86
30/04/13
1304
SOR/2013-96
09/05/13
1368
ii
Comments
n
n
n
2013-05-22 Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 11
DORS/2013-86—97 TR/2013-56—57
TABLE DES MATIÈRESDORS : Textes réglementaires (Règlements)
TR : Textes réglementaires (autres que les Règlements) et autres documents
Numéro
d’enregistrement
Numéro
de C.P.
Ministre
Titre du texte réglementaire ou autre document
Page
DORS/2013-86
Agriculture et
Agroalimentaire
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les droits de commercialisation
des porcs de l’Ontario sur les marchés interprovincial et international........
1304
DORS/2013-87
Santé
Autorisation de mise en marché — limites maximales de résidus de
drogues pour usage vétérinaire dans les aliments.........................................
1306
DORS/2013-88
2013-523
Environnement
Santé
Règlement sur l’exportation des substances figurant à la Liste des
substances d’exportation contrôlée...............................................................
1310
DORS/2013-89
2013-524
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (1431 —
annexe F).......................................................................................................
1332
DORS/2013-90
2013-525
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (1663 —
annexe F).......................................................................................................
1337
DORS/2013-91
Affaires étrangères
Arrêté modifiant l’Arrêté sur le prix des licences et des certificats en
matière d’importation et d’exportation.........................................................
1344
DORS/2013-92
Environnement
Arrêté 2013-87-03-01 modifiant la Liste intérieure......................................
1346
DORS/2013-93
2013-543
Sécurité publique et
Protection civile
Règlement modifiant le Règlement établissant une liste d’entités...............
1353
DORS/2013-94
2013-544
Ressources humaines et
Développement des
compétences
Conseil du Trésor
Règlement correctif visant le Règlement adaptant la Loi sur l’équité en
matière d’emploi à l’égard du Service canadien du renseignement de
sécurité..........................................................................................................
1357
DORS/2013-95
2013-550
Sécurité publique et
Protection civile
Règlement modifiant le Règlement sur les permis d’armes à feu................
1361
DORS/2013-96
2013-551
Justice
Décret modifiant le Décret fixant une période d’amnistie (2006)................
1368
Environnement
Arrêté 2012-87-06-02 modifiant la Liste intérieure......................................
1369
DORS/2013-97
TR/2013-56
2013-540
Premier ministre
Décret transférant au ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration et au
ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences
la responsabilité à l’égard de certains secteurs de l’administration fédérale
de Passeport Canada qui font partie du ministère des Affaires étrangères et
du Commerce international...........................................................................
1377
TR/2013-57
2013-541
Premier ministre
Décret modifiant le Décret sur les passeports canadiens..............................
1379
iii
2013-05-22 Gazette du Canada Partie II, Vol. 147, no 11
INDEXDORS :
TR :
DORS/2013-86—97 TR/2013-56—57
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires (autres que les Règlements) et autres documents
Abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — révise
a — abroge
Titre du texte réglementaire ou autre document
Lois
Numéro
d’enregistrement
Date
Page
Aliments et drogues (1431 — annexe F) — Règlement modifiant le Règlement....
Aliments et drogues (Loi)
Aliments et drogues (1663 — annexe F) — Règlement modifiant le Règlement....
Aliments et drogues (Loi)
Droits de commercialisation des porcs de l’Ontario sur les marchés
interprovincial et international — Ordonnance modifiant l’Ordonnance...........
Commercialisation des produits agricoles (Loi)
Exportation des substances figurant à la Liste des substances d’exportation
contrôlée — Règlement.......................................................................................
Protection de l’environnement (1999) (Loi canadienne)
Limites maximales de résidus de drogues pour usage vétérinaire dans les
aliments — Autorisation de mise en marché.......................................................
Aliments et drogues (Loi)
Liste d’entités — Règlement modifiant le Règlement établissant............................
Code criminel
Liste intérieure — Arrêté 2012-87-06-02 modifiant.................................................
Protection de l’environnement (1999) (Loi canadienne)
Liste intérieure — Arrêté 2013-87-03-01 modifiant.................................................
Protection de l’environnement (1999) (Loi canadienne)
Loi sur l’équité en matière d’emploi à l’égard du Service canadien du renseignement
de sécurité — Règlement correctif visant le Règlement adaptant......................
Équité en matière d’emploi (Loi)
Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration et au ministère des Ressources
humaines et du Développement des compétences la responsabilité à l’égard
de certains secteurs de l’administration fédérale de Passeport Canada qui font
partie du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international —
Décret transférant au...........................................................................................
Restructurations et les transferts d’attributions dans l’administration
publique (Loi)
Passeports canadiens — Décret modifiant le Décret................................................
Autorité autre que statutaire
Période d’amnistie (2006) — Décret modifiant le Décret fixant..............................
Code criminel
Permis d’armes à feu — Règlement modifiant le Règlement...................................
Armes à feu (Loi)
Prix des licences et des certificats en matière d’importation et d’exportation —
Arrêté modifiant l’Arrêté.....................................................................................
Gestion des finances publiques (Loi)
Licences d’exportation et d’importation (Loi)
DORS/2013-89
02/05/13
1332
DORS/2013-90
02/05/13
1337
DORS/2013-86
30/04/13
1304
DORS/2013-88
02/05/13
1310
n
DORS/2013-87
02/05/13
1306
n
DORS/2013-93
09/05/13
1353
DORS/2013-97
10/05/13
1369
DORS/2013-92
06/05/13
1346
DORS/2013-94
09/05/13
1357
TR/2013-56
22/05/13
1377
TR/2013-57
22/05/13
1379
DORS/2013-96
09/05/13
1368
DORS/2013-95
09/05/13
1361
DORS/2013-91
02/05/13
1344
iv
Commentaires
n
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising