Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 145, no 5
Vol. 145, No. 5
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, MARCH 2, 2011
OTTAWA, LE MERCREDI 2 MARS 2011
Statutory Instruments 2011
Textes réglementaires 2011
SOR/2011-31 to 50 and SI/2011-15, 16 and 18
DORS/2011-31 à 50 et TR/2011-15, 16 et 18
Pages 460 to 574
Pages 460 à 574
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 5, 2011, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Partie II de la Gazette du Canada est publiée en vertu de la Loi sur les
textes réglementaires le 5 janvier 2011, et au moins tous les deux mercredis
par la suite.
Part II of the Canada Gazette contains all “regulations” as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Partie II de la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to Publishing and Depository Services, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Partie II
de la Gazette du Canada est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $.
Pour les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes aux
Éditions et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable Document Format (PDF) and
in HyperText Mark-up Language (HTML) as the alternate format. The PDF
format of Part I, Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is
published simultaneously with the printed copy.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de document
portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme média substitut. Le
format PDF en direct de la Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel
depuis le 1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
For information regarding reproduction rights, please contact Public Works
and Government Services Canada, by telephone at 613-996-6886 or by email
at droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par courriel à l’adresse
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2011
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-31
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-31
Le 10 février 2011
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (Adverse Drug Reaction Reporting)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (rapports sur les réactions indésirables
aux drogues)
P.C. 2011-204
C.P. 2011-204
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 30(1)a of the Food and Drugs Actb, hereby makes the annexed Regulations Amending the Food and Drug Regulations
(Adverse Drug Reaction Reporting).
Sur recommandation de la ministre de la Santé et en vertu du
paragraphe 30(1)a de la Loi sur les aliments et droguesb, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement
modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (rapports sur
les réactions indésirables aux drogues), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FOOD AND
DRUG REGULATIONS (ADVERSE DRUG
REACTION REPORTING)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
ALIMENTS ET DROGUES (RAPPORTS SUR LES
RÉACTIONS INDÉSIRABLES AUX DROGUES)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The heading before section C.01.016 and sections C.01.016 and C.01.017 of the Food and Drug Regulations1 are replaced by the following:
1. L’intertitre précédant l’article C.01.016 et les articles C.01.016 et C.01.017 du Règlement sur les aliments et drogues1 sont remplacés par ce qui suit :
Prohibition
Interdiction
C.01.016. No manufacturer shall sell a drug unless the manufacturer complies with the conditions set out in sections C.01.017
to C.01.019.
C.01.016. Il est interdit à tout fabricant de vendre une drogue, à
moins qu’il se conforme aux conditions énoncées aux articles C.01.017 à C.01.019.
Serious Adverse Drug Reaction Reporting
Rapports sur les réactions indésirables graves aux drogues
C.01.017. The manufacturer shall submit to the Minister a
report of all information relating to the following serious adverse
drug reactions within 15 days after receiving or becoming aware
of the information, whichever occurs first:
(a) any serious adverse drug reaction that has occurred in Canada with respect to the drug; and
(b) any serious unexpected adverse drug reaction that has occurred outside Canada with respect to the drug.
C.01.017. Le fabricant, dans les quinze jours après avoir reçu
communication de renseignements concernant toute réaction indésirable grave à une drogue, ou après en avoir pris connaissance,
selon la première des deux éventualités à survenir, présente un
rapport faisant état de ces renseignements au ministre dans les cas
suivants :
a) il s’agit d’une réaction indésirable grave à la drogue survenue au Canada;
b) il s’agit d’une réaction indésirable grave et imprévue à la
drogue survenue à l’extérieur du Canada.
Annual Summary Report and Case Reports
Rapport de synthèse annuel et fiches d’observation
C.01.018. (1) The manufacturer shall prepare an annual summary report of all information relating to adverse drug reactions
and serious adverse drug reactions to the drug that it received or
became aware of during the previous 12 months.
(2) The annual summary report shall contain a concise, critical
analysis of the adverse drug reactions and serious adverse drug
reactions to the drug.
C.01.018. (1) Le fabricant prépare un rapport de synthèse annuel sur les renseignements concernant les réactions indésirables
à une drogue et les réactions indésirables graves à une drogue
dont il a reçu communication ou a eu connaissance au cours des
douze derniers mois.
(2) Le rapport de synthèse annuel comprend une analyse critique et concise des réactions indésirables à une drogue et des réactions indésirables graves à une drogue.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 42, s. 2
R.S., c. F-27
C.R.C., c. 870
460
b
1
L.C. 2005, ch. 42, art. 2
L.R., ch. F-27
C.R.C., ch. 870
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
(3) In preparing the annual summary report, the manufacturer
shall determine, on the basis of the analysis referred to in subsection (2), whether there has been a significant change in what is
known about the risks and benefits of the drug during the period
covered by the report and shall include its conclusions in this
regard in the summary report.
(4) If, in preparing the annual summary report, the manufacturer concludes that there has been a significant change, it shall
notify the Minister without delay, in writing, unless this has
already been done.
(5) The Minister may, for the purposes of assessing the safety
and effectiveness of the drug, request in writing that the manufacturer submit to the Minister one or both of the following:
(a) the annual summary reports;
(b) the case reports relating to the adverse drug reactions and
serious adverse drug reactions to the drug that are known to the
manufacturer.
(6) The Minister shall, after giving the manufacturer an opportunity to be heard, specify a period for the submission of the annual summary reports or case reports, or both, that is reasonable
in the circumstances, and the manufacturer shall submit the reports within that period.
(3) Dans le cadre de la préparation du rapport de synthèse annuel, le fabricant évalue, en se fondant sur l’analyse visée au paragraphe (2), si ce qui est connu à propos des risques et avantages
associés à la drogue a changé de façon importante durant la période visée par le rapport et fait état de ses conclusions à cet égard
dans son rapport.
(4) Lorsque, dans le cadre de la préparation du rapport de synthèse annuel, le fabricant conclut à un changement important, il
en informe sans tarder le ministre par écrit, si ce n’est déjà fait.
Issue-related Summary Report
Rapport de synthèse relatif à un sujet de préoccupation
C.01.019. (1) The Minister may, for the purposes of assessing
the safety and effectiveness of the drug, request in writing that the
manufacturer submit to the Minister an issue-related summary
report.
(2) The report shall contain a concise, critical analysis of the
adverse drug reactions and serious adverse drug reactions to the
drug, as well as case reports of all or specified adverse drug reactions and serious adverse drug reactions to the drug that are
known to the manufacturer in respect of the issue that the Minister directs the manufacturer to analyze in the report.
C.01.019. (1) Le ministre peut, aux fins d’évaluation de l’innocuité et de l’efficacité de la drogue, demander par écrit au fabricant de lui présenter un rapport de synthèse relatif à un sujet de
préoccupation.
(2) Le rapport comprend une analyse critique et concise des réactions indésirables à la drogue et des réactions indésirables graves à la drogue, ainsi que les fiches d’observation portant sur tout
ou partie des réactions indésirables à la drogue et réactions indésirables graves à la drogue connues du fabricant et associées au
sujet de préoccupation que le ministre a demandé à celui-ci d’analyser dans le rapport.
(3) Après avoir donné au fabricant la possibilité de se faire entendre, le ministre précise un délai raisonnable, selon les circonstances, pour la présentation du rapport. Ce délai peut être de
moins de trente jours si le ministre a besoin des renseignements
contenus dans le rapport pour établir si la drogue présente un risque grave et imminent pour la santé humaine.
(4) Le fabricant présente le rapport dans le délai imparti.
(3) The Minister shall, after giving the manufacturer an opportunity to be heard, specify a period for the submission of the report that is reasonable in the circumstances. The Minister may
specify a period that is shorter than 30 days if the Minister needs
the information in the report to determine whether the drug poses
a serious and imminent risk to human health.
(4) The manufacturer shall submit the report within the specified period.
(5) Afin d’évaluer l’innocuité de la drogue et son efficacité, le
ministre peut demander par écrit au fabricant de lui présenter l’un
ou l’autre des documents suivants, ou les deux :
a) les rapports de synthèse annuels;
b) les fiches d’observation relatives aux réactions indésirables à
la drogue et aux réactions indésirables graves à la drogue qui
sont connues du fabricant.
(6) Après avoir donné au fabricant la possibilité de se faire entendre, le ministre précise un délai raisonnable, selon les circonstances, pour la présentation des rapports de synthèse annuels ou
des fiches d’observation, ou des deux. Le fabricant présente les
documents dans le délai imparti.
Maintenance of Records
Tenue de dossiers
C.01.020. (1) The manufacturer shall maintain records of the
reports and case reports referred to in sections C.01.017 to
C.01.019.
(2) The manufacturer shall retain the records for 25 years after
the day on which they were created.
C.01.020. (1) Le fabricant tient les dossiers des rapports et fiches d’observations visés aux articles C.01.017 à C.01.019.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
(2) Il conserve les dossiers pendant vingt-cinq ans après la date
de leur création.
461
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Résumé
Issue: The current Adverse Drug Reaction (ADR) Reporting
section (C.01.016) of Part C of the Food and Drug Regulations (the Regulations) requires manufacturers to analyse adverse drug reaction data for safety concerns and prepare an
annual summary report. However, the Minister of Health has a
limited ability to require the results of this report to be provided to Health Canada (HC); this limitation does not support
HC’s role in protecting and promoting the health and safety of
Canadians.
Question : L’article en vigueur sur les rapports sur les réactions indésirables aux drogues (C.01.016), ou effets indésirables des médicaments, de la partie C du Règlement sur les aliments et drogues, oblige les fabricants à analyser les données
sur les effets indésirables des médicaments pour en dégager
des problèmes d’innocuité et à produire un rapport de synthèse
annuel. Le ministre de la Santé (le ministre) a toutefois une
capacité limitée d’exiger que les résultats de ce rapport soient
fournis à Santé Canada. Cette capacité limitée n’appuie pas le
rôle que Santé Canada doit jouer dans la protection et la
promotion de la santé et de la sécurité de la population
canadienne.
Description: Health Canada has determined that the best approach to correct and strengthen the ADR Reporting provisions is to require the manufacturer to notify the Minister of a
significant safety signal arising from their annual summary report; clarifying when the Minister can request case reports or
summary reports; and enabling the Minister to request these
reports when she considers it necessary to establish the safety
of the drug under the conditions of use recommended. Additional revisions have been made for clarity.
Description : Santé Canada a déterminé que la meilleure façon de corriger et de renforcer les dispositions de l’article en
question est d’obliger le fabricant à prévenir le ministre de
tout signal important sur le plan de l’innocuité découlant de la
production de son rapport de synthèse annuel. Il s’agit aussi de
préciser quand le ministre peut demander des fiches d’observation ou des rapports de synthèse et qu’il est en droit de les
demander s’il juge nécessaire d’évaluer l’innocuité d’un médicament suivant les conditions d’utilisation recommandées.
D’autres modifications ont été apportées à la réglementation
pour plus de clarté.
Cost-benefit statement: The amendments will impose minimal costs to industry and to Health Canada, and some manufacturers are already in voluntary compliance with this
amendment.
Énoncé des coûts et avantages : La modification imposera
des coûts minimes à l’industrie et à Santé Canada. Certains
fabricants respectent déjà de plein gré ses modalités.
This regulatory amendment is intended to result in a positive
impact on the health and safety of Canadians, as it will improve the Minister’s ability to effectively monitor the postmarket safety of drug products.
Cette modification réglementaire promet d’avoir des effets positifs sur la santé et la sécurité des Canadiens puisqu’elle améliorera la capacité du ministre de surveiller efficacement
l’innocuité des produits pharmaceutiques après leur mise en
marché.
Business and consumer impacts: The impact of the amendment will be minimal since manufacturers are already responsible for preparing these types of reports. However, providing
the Minister with increased access to drug safety information
will have a positive impact on the health and safety of Canadians. This regulatory amendment will not impact on employment or the labour force. Overall, there is support for this
amendment by industry.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : La
modification aura un effet minime, car le fabricant doit déjà
préparer les rapports exigés. Elle aura toutefois un effet positif
sur la santé et la sécurité des Canadiens en permettant au ministre d’avoir un meilleur accès à de l’information sur
l’innocuité des produits pharmaceutiques. Elle n’aura pas
d’effet sur l’embauche ou la main d’œuvre. Dans l’ensemble,
la modification reçoit l’appui de l’industrie.
Domestic and international coordination and cooperation: This amendment does not conflict with international
trade agreements; similar requirements already exist in other
regulatory jurisdictions. It is not anticipated that this
regulatory amendment will have an impact on international
competitiveness.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Cette modification n’entre pas en conflit avec les
accords commerciaux internationaux; d’autres organismes de
réglementation ont déjà des exigences semblables. Elle ne
devrait pas avoir d’effet sur la compétitivité à l’échelle
internationale.
462
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
Issue
Question
Under the Adverse Drug Reaction (ADR) Reporting section of
the Regulations [in particular subsections C.01.016(2) and (3)],
manufacturers are required to analyse adverse drug reaction data
and prepare annual summary reports. However, manufacturers
cannot presently be compelled to provide these reports unless the
Minister of Health (the Minister) first concludes the drug may not
be safe — even if the manufacturer may have identified a safety
issue. This limits the Minister’s ability to monitor post-market
safety issues.
En vertu de l’article du Règlement sur les aliments et drogues
(le Règlement) qui régit les rapports sur les effets indésirables des
médicaments (EIM), et plus particulièrement des paragraphes
C.01.016(2) et (3), les fabricants sont tenus d’analyser les données sur les effets indésirables des médicaments et de produire
des rapports de synthèse annuels. Il est toutefois actuellement
impossible d’obliger les fabricants à produire ces rapports, sauf si
le ministre conclut d’abord que le médicament pourrait ne pas
être sécuritaire — même si le fabricant peut avoir repéré un problème d’innocuité. Cela limite la capacité du ministre de surveiller les questions d’innocuité après la commercialisation.
Pour demander un rapport de synthèse annuel, le ministre de la
Santé (le ministre) doit d’abord avoir étudié les rapports d’effets
indésirables soumis par le fabricant et avoir décidé qu’il se peut
que le médicament ne soit pas sécuritaire lorsqu’il est utilisé dans
les conditions recommandées. Comme le fabricant analyse déjà
les EIM et tire déjà des conclusions au sujet du profil risquesavantages du médicament, il y aura des bénéfices pour la population canadienne si le fabricant est obligé de prévenir le ministre
de tout changement important du profil risques-avantages du
médicament.
Comme tous les médicaments comprennent des risques et des
avantages, l’article du Règlement qui régit les rapports sur les
EIM a été créé afin d’assurer la surveillance continue des EIM
après l’autorisation de la vente d’un médicament sur le marché
canadien. L’examen de l’innocuité et de l’efficacité d’un médicament avant sa mise en marché est limité à son usage au cours
d’essais cliniques. Ces premiers essais cliniques permettent toutefois de détecter surtout les EIM courants et fréquents. Il se peut
que des effets importants prennent énormément de temps à se
manifester et se produisent peu souvent. En outre, les conditions
contrôlées dans lesquelles les patients utilisent des médicaments
au cours d’essais cliniques (par exemple sous surveillance médicale directe et sans exposition importante à d’autres produits ou à
des maladies sous-jacentes) ne reflètent pas nécessairement la
façon dont le produit sera utilisé dans la vie réelle une fois commercialisé. C’est pourquoi il est essentiel de déclarer et d’évaluer
les EIM afin de maintenir un profil complet de l’innocuité et de
l’efficacité des médicaments mis à la disposition de la population
canadienne.
Pour qu’il soit applicable, ce genre de règlement doit préciser
une période de conservation des documents. C’est pourquoi cette
modification du Règlement précisera aussi que le fabricant doit
tenir des dossiers des rapports et des fiches d’observation pendant
25 ans à compter de la date de création du dossier. L’exigence de
25 ans concorde avec l’exigence relative à la conservation des
documents prévue dans le titre 5 (Essais cliniques) du Règlement,
avec la recommandation contenue dans le Document d’orientation à l’intention de l’industrie — Déclaration des effets indésirables des produits de santé commercialisés ainsi qu’avec l’avis
donné aux fabricants de médicaments vétérinaires par la Direction
des médicaments vétérinaires. La période de 25 ans devrait en
outre donner suffisamment de temps pour créer un profil
d’innocuité de la majorité des produits régis par ce règlement.
To request an annual summary report, the Minister must first
have reviewed the adverse reaction reports submitted by the
manufacturer and formed an opinion that the drug may not be safe
when used under the recommended conditions of use. As the
manufacturer is already analyzing the ADRs and drawing conclusions with respect to the risk-benefit profile of the drug, it would
benefit Canadians to require the manufacturer to notify the Minister should the manufacturer detect a significant change in the riskbenefit profile of the drug.
As all drugs are associated with risks and benefits, the ADR
reporting section of the Food and Drug Regulations (Regulations)
was created to provide continuous monitoring of ADRs once a
drug is authorized for sale on the Canadian market. Before a drug
is marketed, safety and efficacy experience is limited to its use in
clinical trials. However, these initial clinical trials mostly detect
common and frequent ADRs. Some important reactions may take
a long time to develop or occur infrequently. In addition, the controlled conditions under which patients use drugs in clinical trials
(e.g. under direct medical supervision and without significant
exposure to other products or underlying diseases) do not necessarily reflect the way in which the product will be used in “real
life” conditions once it is marketed. For these reasons, the reporting and assessment of ADRs is essential to maintain a comprehensive safety and effectiveness profile of drugs made available
to Canadians.
To address issues of enforceability, regulations of this nature
must require a retention period for record keeping. Thus, this
regulatory amendment will also include a provision requiring the
manufacturer to maintain records of the reports and case reports
for a period of 25 years from the date the record was created. The
25-year requirement aligns with the record retention requirement
in Division 5 (Clinical Trials) of the Regulations. It is also consistent with the advice provided by the Veterinary Drugs Directorate
for Veterinary Drug manufacturers, as well as the recommendation in the Guidance Document for Industry — Reporting Adverse
Reactions to Marketed Health Products. The 25-year requirement
should also provide sufficient time to develop a safety profile for
the majority of products which fall under these Regulations.
Objectives
Objectifs
The objective of this amendment is to strengthen the current
ADR Reporting section of the Regulations in a way that benefits
Canadians while also aligning with other regulatory jurisdictions.
This amendment will require manufacturers to notify the Minister
L’objectif de la modification est de renforcer l’article actuel du
Règlement qui régit les rapports sur les EIM pour le bénéfice des
Canadiens tout en s’alignant avec d’autres organismes de réglementation. Par cette modification, les fabricants seront obligés de
463
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
when there has been a significant change in a drug’s risk-benefit
profile. It will also permit the Minister to obtain manufacturers’
analyses that led to these conclusions. This will permit the Minister to better monitor the safety of drug products in Canada.
prévenir le ministre de tout changement important du profil
risques-avantages d’un médicament, ce qui permettra officiellement au ministre d’obtenir les analyses des fabricants à l’origine
de ces conclusions. Le changement devrait aussi permettre au
ministre de mieux surveiller l’innocuité des produits thérapeutiques au Canada.
Description
Description
These amendments pertain to drugs for human use, including
biologics and pharmaceuticals, as well as veterinary drugs. They
will require all drug manufacturers to notify the Minister if they
conclude from their annual summary report that there has been a
significant change in a drug’s risk-benefit profile. The amendments also permit the Minister to direct manufacturers to provide
summary reports or case reports whenever the Minister decides to
examine the safety and effectiveness of a drug. The Minister will
be able to impose a deadline of less than 30 days for submitting
these reports if a shorter deadline is necessary to respond to a
serious and imminent risk to health. Manufacturers will also be
required to maintain individual ADR reports, case reports, annual
summary reports, and issue-related summary reports over a specified 25-year (as opposed to an indefinite) retention period, and to
provide these records to the Minister upon request.
Ces modifications s’appliquent aux médicaments à usage humain, incluant les produits biologiques et pharmaceutiques, ainsi
que les médicaments vétérinaires. Elles obligeront tous les fabricants de médicaments à prévenir le ministre s’ils concluent, après
avoir établi leur rapport de synthèse annuel, qu’il y a eu un changement important du profil risques-avantages d’un médicament.
Les modifications permettront aussi au ministre d’ordonner aux
fabricants de fournir des rapports de synthèse ou des fiches
d’observation chaque fois qu’il décide d’examiner l’innocuité et
l’efficacité d’un médicament. Le ministre pourra imposer un délai
de moins de 30 jours pour présenter ces rapports si un délai plus
court s’impose afin de répondre à un risque grave et imminent
pour la santé. Les fabricants devront aussi garder les rapports
individuels sur les EIM, les fiches d’observation, les rapports de
synthèse annuels et les rapports de synthèse portant sur une question en particulier pendant une période de 25 ans (par opposition à
une durée indéterminée) et fournir ces dossiers au ministre sur
demande.
International context
Situation internationale
As described below, provisions similar to those in this submission either exist or are under development in other regulatory
jurisdictions. In each case, the manufacturer notifies the regulator
when it becomes aware of safety issues. This allows for the type
of information found in summary reports and case reports to be
requested at any point in time.
Des dispositions semblables existent, ou sont à l’état
d’ébauche, dans d’autres administrations, qui obligent le fabricant
à informer l’organisme de réglementation de tout problème
d’innocuité dont il a connaissance, ce qui permet de demander
n’importe quand le type de renseignements que l’on trouve dans
les rapports de synthèse et les fiches d’observation.
European Union
Union européenne
Volume 9A of the Rules Governing Medicinal Products in the
European Union, finalized in March 2007, states that “It is the
responsibility of the QPPV (Qualified Person Responsible for
Pharmacovigilance) to provide the Competent Authority with any
information relevant to the evaluation of benefits and risks
afforded by a medicinal product, including appropriate information on post-authorisation safety studies.” As well, section 2.3.3
on Change in the Evaluation of the Risk-Benefit Balance of a
Product states, “One of the key responsibilities of Marketing Authorisation Holders is to immediately notify the Competent Authorities of any change in the balance of risks and benefits of their
products. Any failure to do so may pose a significant threat to
public health. Any evidence of failure to notify such changes will
result in consideration of enforcement action by the Competent
Authorities.”
Dans le volume 9A des Rules Governing Medicinal Products in
the European Union, dont la version finale a été publiée en mars
2007, il est précisé qu’il incombe à la PQRP (personne qualifiée
responsable de la pharmacovigilance) de fournir à l’autorité compétente tout renseignement pertinent à l’évaluation des avantages
et des risques d’un produit médicinal, y compris les renseignements appropriés sur les études d’innocuité après l’autorisation.
Dans la section 2.3.3, Change in the Evaluation of the RiskBenefit Balance of a Product, on lit qu’une des responsabilités
clés des titulaires d’une autorisation de mise en marché consiste à
prévenir sur-le-champ les autorités compétentes de tout changement de l’équilibre risques-avantages de leurs produits. Toute
omission d’agir ainsi peut poser une menace importante à la santé
publique. L’autorité compétente envisagera des mesures
d’application s’il est démontré qu’on ne l’a pas prévenue de ces
changements.
Le Règlement (CE) no 726/2004 mentionne que « le titulaire de
l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament à usage
humain tient des rapports détaillés sur tous les effets indésirables
présumés, se produisant tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la
Communauté, qui lui sont signalés par des professionnels de santé. À moins que d’autres exigences n’aient été imposées comme
conditions d’octroi de l’autorisation de mise sur le marché par la
Communauté, ces rapports sont soumis à l’Agence et aux États
membres, sous la forme d’un rapport périodique actualisé relatif à
The Regulation (EC) No. 726/2004 requires that “The holder of
the marketing authorisation for a medicinal product for human
use shall maintain detailed records of all suspected adverse reactions within or outside the Community which are reported to him
by a health-care professional. Unless other requirements have
been laid down as a condition for the granting of the marketing
authorisation by the Community, these records shall be submitted,
in the form of a periodic safety update report, to the Agency and
Member States immediately upon request or at least every six
464
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
months after authorisation until the placing on the market. Periodic safety update reports shall be submitted immediately upon
request or at least every six months during the first two years
following the initial placing on the Community market and once a
year for the following two years. Thereafter, the reports shall be
submitted at three-yearly intervals, or immediately upon request.
These reports shall be accompanied by a scientific evaluation
particularly of the risk-benefit balance of the medicinal product.”
la sécurité, immédiatement sur demande ou au moins tous les six
mois depuis l’autorisation jusqu’à la mise sur le marché. Des
rapports périodiques actualisés relatifs à la sécurité sont également soumis immédiatement sur demande ou au moins tous les
six mois au cours des deux premières années suivant la première
mise sur le marché dans la Communauté, et annuellement les
deux années suivantes. Ensuite, ces rapports sont soumis tous les
trois ans, ou immédiatement sur demande. Ces rapports sont accompagnés d’une évaluation scientifique, portant notamment sur
le rapport bénéfice/risque du médicament. »
United States (U.S.) Food and Drug Administration (FDA)
Food and Drug Administration (É.-U.)
Section 314.81 under Title 21 of the Code of Federal Regulators (current regulation) requires that the manufacturer submit an
annual report which includes “A brief summary of significant
new information from the previous year that might affect the
safety, effectiveness, or labelling of the drug product.” The U.S.
therefore has the means to obtain safety information from the
manufacturer. Currently it is submitted with the manufacturer’s
annual report. In the U.S. FDA Proposed Rule on Safety Reporting Requirements for Human Drugs and Biological Products
(U.S. Federal Register; Friday, 2003-03-14, Docket OON-1484),
the U.S. is proposing to have it submitted more frequently, as the
manufacturer becomes aware of a safety finding.
L’article 314.81 du titre 21 du Code of Federal Regulators (règlement en vigueur) oblige le fabricant à soumettre un rapport
annuel qui inclut un bref résumé de nouveaux renseignements
importants produits au cours de l’année précédente qui pourraient
avoir une incidence sur l’innocuité, l’efficacité ou l’étiquetage du
produit pharmaceutique. Les États-Unis ont donc le moyen
d’obtenir du fabricant de l’information sur l’innocuité qu’il soumet actuellement avec son rapport annuel. Dans le document intitulé US FDA Proposed Rule on Safety Reporting Requirements
for Human Drugs and Biological Products (US Federal Register;
le vendredi 2003-03-14, dossier OON-1484), les États-Unis proposent d’exiger qu’on soumette cette information plus fréquemment, à mesure que le fabricant est mis au courant d’une information sur l’innocuité.
Australia New Zealand Therapeutic Products Authority
(ANZTPA)
Administration des produits thérapeutiques de l’Australie et
de la Nouvelle-Zélande (ANZTPA)
The Consultation paper, Product Vigilance in the Australia
New Zealand Therapeutic Products Authority (ANZTPA), written
in September 2006, states that, “Included as part of a Product
Vigilance System, all Product Licence Holders would be obligated to: Ensure all information that ANZTPA considers relevant
to the risk-benefit balance of a therapeutic product is reported to
the Agency fully and promptly.” The manner in which this information is reported is not indicated. The Therapeutic Goods Administration (TGA), in the “Australian regulatory guidelines for
OTC medicines,” requires that manufacturers: “Notify the TGA
of any changes in information that may have been relevant to a
decision to register the goods” (July 2003).1
Le document d’information intitulé Product Vigilance in the
Australia New Zealand Therapeutic Products Authority (ANZTPA), rédigé en septembre 2006, précise que dans le contexte
d’un système de pharmacovigilance, tous les titulaires d’une autorisation de mise en marché seraient tenus de veiller à ce qu’il soit
fait rapport à l’administration, intégralement et rapidement, de
tous les renseignements que l’ANZTPA juge pertinents à
l’équilibre risques-avantages d’un produit thérapeutique. La manière dont il est fait état de ces renseignements n’est pas indiquée.
Dans le document intitulé Australian regulatory guidelines for
OTC medicines, l’Administration des produits thérapeutiques
(TGA) exige que les fabricants préviennent la TGA de tout changement des renseignements qui ont pu être pertinents à une décision d’homologuer les produits (juillet 2003)1.
International best practices
Meilleures pratiques internationales
To the greatest extent possible, Health Canada aims to adopt
international best practices. With respect to requiring notification
from manufacturers when manufacturers receive information on
or conclude that there is a significant change to the risk-benefit
profile of a product, the European Union has a broader authority
than what is being brought forward by Health Canada, and the
U.S. FDA is also moving towards establishing broader authorities. Health Canada’s current amendment is limited to information related to case reports, summary reports or ADRs, whereas in
other jurisdictions, manufacturers are required to report all information related to the risk-benefit profile of a product to the regulator. Requiring the reporting of all information is outside the
scope of the current amendment. This regulatory amendment is
meant to provide the Minister with timely access to the results of
the critical analysis conducted by the manufacturer on an annual
Santé Canada vise, dans la mesure du possible, à adopter les
meilleures pratiques internationales. En ce qui concerne la possibilité d’obliger les fabricants à produire un avis lorsqu’ils reçoivent de l’information sur un changement important du profil
risques-avantages d’un produit ou qu’ils concluent qu’il y en a eu
un, l’Union européenne a un pouvoir plus étendu que celui que
présente Santé Canada. La FDA veut aussi établir des exigences
réglementaires plus étendues. La modification apportée par Santé
Canada se limite à l’information portant sur les fiches d’observation, les rapports de synthèse ou les EIM, tandis que dans d’autres
administrations, les fabricants sont tenus de faire rapport à
l’organisme de réglementation de tous les renseignements portant
sur le profil risques-avantages d’un produit. Exiger la production
de tous les renseignements dépasse la portée de la modification
à l’étude. Cette modification du Règlement vise à donner
———
———
1
1
www.tga.gov.au/docs/pdf/argom.pdf, accessed on August 28, 2007.
www.tga.gov.au/docs/pdf/argom.pdf, consulté le 28 août 2007.
465
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
basis, should the critical analysis reveal a change to the benefitrisk profile of the product.
rapidement au ministre, une fois par année, accès aux résultats de
l’analyse critique effectuée par le fabricant si celle-ci révèle que
le profil avantages-risques du produit a changé.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Option 1: Status quo
Option 1 : Statu quo
This option would have required manufacturers to submit case
reports and summary reports only upon the Minister’s request
after becoming aware of a safety occurrence. This option was
rejected because it failed to recognize that the Minister is not
always the first to be aware of safety issues. Adverse drug reaction information is available from a variety of sources and it is
primarily the manufacturer’s responsibility to initially compile
and analyze it. This places the manufacturer in the best position to
first identify new safety concerns. This option was also less consistent with the overall scheme of the Regulations, in which
manufacturers are primarily responsible for demonstrating to the
regulator that the anticipated benefits of a drug outweigh its risks
under the conditions of use for which it is recommended, and
providing the regulator with the data and analysis needed to independently assess this benefit-risk profile. While this option did
not provide any additional benefit or cost to the manufacturer,
there would have been a potential cost for the Minister in terms of
missing opportunities for international alignment and collaboration, and for improved post-market monitoring activities, which
would have led to improved patient safety.
Cette option aurait obligé les fabricants à soumettre des fiches
d’observation et des rapports de synthèse seulement à la demande
du ministre après qu’ils aient été informés d’un événement relié à
l’innocuité. Cette option a été rejetée parce qu’elle ne reconnaissait pas que le ministre n’est pas toujours le premier à être informé des problèmes d’innocuité. Les renseignements sur les effets
indésirables des médicaments proviennent de sources diverses et
il incombe d’abord au fabricant de les compiler et de les analyser.
Il est donc le mieux placé pour repérer de nouvelles préoccupations sur le plan de l’innocuité. Cette option concordait aussi
moins avec l’orientation d’ensemble du Règlement, selon laquelle
les fabricants doivent principalement démontrer à l’organisme de
réglementation que les avantages attendus d’un médicament
l’emportent sur les risques dans les conditions d’utilisation
recommandées, et fournir à l’organisme de réglementation les
données et l’analyse nécessaires pour lui permettre d’évaluer indépendamment ce profil avantages-risques. L’option 1 n’aurait
pas entraîné d’avantages ni de coûts supplémentaires pour le fabricant mais il y aurait eu un coût potentiel en termes d’opportunités manquées de favoriser la concordance des activités au
niveau international et d’améliorer les activités de surveillance
post-commercialisation et, par conséquent, de promouvoir la sécurité des patients.
Option 2: Amend C.01.016 to put the onus on the
manufacturer to submit all case reports and a summary
report upon identification of a significant change to a
product’s risk-benefit profile.
Option 2 : Modifier l’article C.01.016 pour obliger le
fabricant à soumettre toutes les fiches d’observation et un
rapport de synthèse lorsqu’il détermine qu’il y a eu un
changement important dans le profil risques-avantages d’un
produit.
In this option, C.01.016 would have been amended to require
manufacturers to always submit summary reports or case reports
when a significant safety issue triggers a shift in the benefits and
risks of a drug product.
Dans ce cas-ci, l’article C.01.016 aurait été modifié afin
d’obliger les fabricants à toujours soumettre des rapports de synthèse ou des fiches d’observation lorsqu’une question importante
d’innocuité aurait induit une modification des avantages et des
risques d’un produit pharmaceutique.
Cela aurait permis d’obtenir un avantage supplémentaire pour
le public, car le ministre aurait obtenu des renseignements supplémentaires qui pourraient servir à améliorer les activités de
surveillance post-commercialisation. Cette option aurait facilité
aussi la concordance des activités et la collaboration au niveau
international. Elle n’aurait pas imposé de coûts supplémentaires
importants aux fabricants, car ces derniers ont déjà mis en place
les processus nécessaires pour produire les rapports, et les aurait
obligé seulement à les soumettre au ministre. Le nombre de déclarations (fiches d’observation et rapports de synthèse) ou de renseignements pertinents sur le plan de l’innocuité qui découle de
ce changement est difficile à évaluer. Il aurait été nécessaire
d’affecter des ressources supplémentaires pour que les fabricants
fournissent des documents supplémentaires et pour que le ministre les étudie. Les avantages que présente l’imposition de ce
fardeau réglementaire supplémentaire, comparativement à un
règlement qui permet d’exiger la production de ces documents à
mesure que le ministre en a besoin, ne sont pas clairs. L’option 2
aurait aussi pu faire en sorte que le ministre utilise de façon moins
convergente ses capacités limitées en pharmacovigilance.
This would have provided additional benefit to the public by
providing the Minister with additional information that could be
used to improve post-marketing monitoring activities. The option
also would have facilitated international alignment and collaboration. It would not result in significant additional costs to manufacturers, as they already have the processes in place to prepare the
reports, and it would only require submitting them to the Minister. The number of submissions (case reports and summary reports) or relevant safety information this change could initiate is
difficult to estimate. It may have required supplemental resourcing for manufacturers to provide, and for the Minister to review
additional documents. The benefits of imposing this additional
regulatory burden, compared to a regulation that permits these
documents to be compelled, as needed by the Minister, are unclear. Option 2 also could have resulted in the less focussed use of
Health Canada’s limited post-market surveillance capacities.
466
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
This option was not recommended, due to the lack of clearly
identifiable benefits, given the potential costs of implementation.
Cette option n’a pas été recommandée parce qu’il n’y avait pas
d’avantages clairs étant donné les coûts possibles de la mise en
œuvre.
Option 3: Amend C.01.016 to require the manufacturer to
notify the Minister of a significant change in a product’s
risk-benefit profile, and provide the Minister with the
authority to request case reports or a summary report where
the Minister determines that an examination of the safety and
effectiveness of a drug is warranted (selected option).
Option 3 : Modifier l’article C.01.016 pour obliger le
fabricant à prévenir le ministre de tout changement
important du profil risques-avantages d’un produit et pour
donner au ministre le pouvoir de demander des fiches
d’observation ou un rapport de synthèse dans le but d’étudier
l’innocuité et l’efficacité d’un médicament lorsqu’il le juge
nécessaire (option retenue).
This option differs from Option 2 in several ways. First, the
trigger for notifying the Minister will be the manufacturer’s own
conclusion in preparing the summary report, which is required
under the current Regulations. A change in the risk-benefit profile
which is deemed significant by industry is triggered, for example,
by concerns arising from the nature, severity or frequency of the
ADRs being analysed (including the identification of a previously
unknown risk). Second, manufacturers will not automatically be
required to submit case reports and a summary report upon identification of a significant change in the risk-benefit profile. They
would instead submit only the overall safety evaluation of their
summary report in which the issue is identified. The Minister
would then determine if further documentation would be needed
to permit the Minister to evaluate the risks and benefits of the
drug. This option will also give the Minister, if she decides to
examine the safety and effectiveness of a drug, access to case
reports of all adverse drug reactions and serious adverse drug
reactions to that drug that are known to the manufacturer, and a
summary report. This will allow the Minister to engage the manufacturer in the examination of the risks and benefits of the drug in
a way that benefits Canadians and is consistent with other parts of
the Regulations.
Cette option diffère de l’option 2 à plusieurs égards. Tout
d’abord, le facteur déclencheur de la notification du ministre sera
la conclusion que le fabricant tirera lui-même au cours de la préparation du rapport de synthèse exigé en vertu du Règlement en
vigueur. Un changement du profil risques-avantages, jugé significatif par le fabricant, pourrait se produire advenant, par exemple,
des préoccupations découlant de la nature, de la gravité ou de la
fréquence des EIM analysés (y compris la découverte d’un nouveau risque). Deuxièmement, les fabricants ne seront pas tenus
automatiquement de soumettre des fiches d’observation et un
rapport de synthèse lorsqu’ils déterminent qu’il y a eu un changement important du profil risques-avantages. Ils soumettraient
plutôt seulement l’évaluation globale de l’innocuité de leur rapport de synthèse où le problème est défini. Le ministre déciderait
alors s’il faut d’autres documents pour permettre au ministre
d’évaluer les risques et les avantages du médicament. Cette option donnera aussi au ministre, s’il décide d’examiner l’innocuité
et l’efficacité d’un médicament, accès aux fiches d’observation
portant sur toutes les réactions indésirables à un médicament et
les réactions indésirables graves au médicament connues du fabricant, ainsi qu’au rapport de synthèse. Cela permettra au ministre de faire participer le fabricant à l’examen des risques et des
avantages du médicament d’une façon qui profite aux Canadiens
et qui soit conforme à d’autres éléments du Règlement.
Option 4: Produce a guidance document recommending that
the manufacturer notify the Minister of significant safety
issues.
Option 4 : Produire un document d’orientation
recommandant que le fabricant notifie le ministre d’enjeux
importants sur le plan de l’innocuité.
This option would have made the manufacturers aware of the
recommendation to notify the Minister if the manufacturer concluded (from the annual summary report) that there was a significant change in the risk-benefit profile of a drug relating to its safe
use. This would have provided a means for the Minister to be
notified of important safety considerations of which the manufacturer became aware. However, this option would not have had the
force of a regulation. It is uncertain if all manufacturers would
have voluntarily provided the notification to the Minister. Finally,
this option would have left Canada out of step with international
regulators.
Cette option aurait permis de sensibiliser les fabricants à la recommandation de notifier le ministre si, lorsqu’il produit le rapport de synthèse, le fabricant conclut qu’il y a eu un changement
important du profil risques-avantages d’un médicament de l’utilisation sécuritaire. Elle aurait donné au ministre un moyen d’être
prévenu de considérations importantes relatives à l’innocuité
connues du fabricant. Cette option n’avait toutefois pas la force
d’un règlement. Nous ne savons pas si tous les fabricants notifieraient volontairement le ministre. Finalement, cette option aurait
aussi laissé le Canada déphasé par rapport aux organismes de
réglementation internationaux.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The ADR Reporting section of the Regulations applies to a
substantial number of products. There are over 22 000 drug products for human use, 1 450 veterinary drug products, and 400 biologics currently being regulated and approved for sale in the
Canadian marketplace. Animal health products, including veterinary drugs, had sales of about $500 million in 2005. According
to the Canadian Institute for Health Information (CIHI), Canadians spent $22.5 billion on prescription and $4.4 billion on nonprescription drugs outside of hospitals in 2007. Pharmaceuticals,
including biologics, represent the second largest component of
overall health spending at 16.8%. The public sector funded 38.7%
La partie du Règlement traitant de la déclaration des réactions
indésirables s’applique à un grand nombre de produits. Il existe
plus de 22 000 produits pharmaceutiques à usage humain,
1 450 médicaments à usage vétérinaire et 400 produits biologiques qui sont présentement réglementés et autorisés à être commercialisés sur le marché canadien. Les produits de santé destinés
aux animaux, incluant les médicaments vétérinaires, ont enregistré des ventes d’environ 500 millions de dollars en 2005. Selon
l’Institut canadien d’information sur la santé, en 2007, les Canadiens ont dépensé 22,5 milliards de dollars en médicaments sur
ordonnance et 4,4 milliards de dollars en médicaments sans
467
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
of the expenditure in Canada, with the rest covered by patients
and private insurance plans.
ordonnance, hors des hôpitaux. Les produits pharmaceutiques,
incluant les produits biologiques, représentent la deuxième plus
large part des dépenses totales en santé, s’établissant à 16,8 %. Le
secteur public finance à 38,7 % ces dépenses au Canada tandis
que les patients et les assurances privées couvrent le reste.
The requirement in Option 3, for manufacturers to notify the
Minister if they conclude from their summary report that there is
a significant change in risk-benefit profile of a drug, is anticipated
to be low cost to the manufacturer since
1. these conclusions are not expected to occur with great frequency (it is estimated that 10 to 15 reports to the Minister
would occur per year);
2. the requirement requires notification of a significant change in
a product’s risk-benefit profile by way of submission of the
Overall Safety Evaluation section of the annual summary
report, not a new report for the manufacture to produce;
3. the majority of respondents during the consultation indicated
that they are already proactively informing the Minister of
significant safety issues that come to light when the manufacturer is preparing the summary report; and
4. the requirements for keeping these records would drop from
an indefinite interval to 25 years.
Selon l’exigence énoncée à l’option 3, le fabricant devrait prévenir le ministre s’il conclut, à la suite de son rapport de synthèse,
qu’il y a eu un changement important du profil risques-avantages
d’un médicament. Cette option n’entraînerait que de faibles coûts
pour le fabricant puisque :
1. l’on ne s’attend pas à ce que ces conclusions soient très fréquentes (on estime que le nombre de rapports au ministre
pourrait être entre 10 et 15 par année);
2. l’obligation porte sur l’avis d’un changement important du
profil risques-avantages d’un produit via la soumission du
rapport de synthèse annuel dans la section sur l’évaluation de
l’innocuité et n’impose pas au fabricant de produire un nouveau rapport;
3. la majorité des répondants aux consultations ont indiqué qu’ils
informent déjà proactivement le ministre de problèmes
d’innocuité importants cernés au cours de la préparation du
rapport de synthèse;
4. la période de conservation de ces dossiers passerait d’une
durée indéterminée à 25 ans.
The potential benefit would be that the Minister would be
promptly informed once a manufacturer had concluded that there
was a significant change in the risk-benefit profile of the drug and
could therefore take appropriate actions to mitigate risks. These
actions could range from discussions with manufacturers to issuing risk communications to health professionals or consumers or
to stopping the sale of the drug.
Avantage possible : le ministre serait informé rapidement lorsque le fabricant conclut qu’il y a eu un changement important du
profil risques-avantages du médicament et pourrait ainsi prendre
les mesures appropriées pour atténuer les risques. Ces mesures
peuvent être des discussions avec les fabricants, des documents
de communication des risques destinés aux professionnels de la
santé ou aux consommateurs, ou l’interdiction de la vente du
médicament.
As well, Health Canada would more closely align with international partners, including Australia, Europe and the U.S., who
have published regulations or guidance with similar objectives. In
recognition of the principles of the paperwork burden reduction
initiative, which aims to reduce the regulatory burden on Canadian industries, efforts were made to develop a reporting system
that provides the Minister with essential information while minimizing the burden on industry.
Les pratiques de Santé Canada s’accorderaient davantage avec
ses partenaires internationaux, incluant l’Australie, l’Europe et les
États-Unis, qui ont articulé les mêmes objectifs dans la réglementation ou dans des lignes directrices. En vue des principes de
l’Initiative d’allégement du fardeau de la paperasserie, qui vise à
réduire le fardeau réglementaire imposé à l’industrie canadienne,
des efforts ont été déployés afin de développer un système de
déclaration qui fournit au ministre l’information essentielle tout
en minimisant le fardeau imposé aux compagnies.
Further, it is anticipated that Option 3 will have minimal impacts on the government as it is not expected that a large number
of submissions will result from this requirement. The majority of
safety concerns are identified by other means, including ADR
reports submitted, international collaboration, and environmental
scanning.
De plus, l’option 3 aura sans doute un impact économique minimal sur le gouvernement étant donné qu’il n’est pas attendu
qu’un grand nombre de demandes découle de cette exigence. La
majorité des enjeux d’innocuité sont identifiés par d’autres
moyens incluant les rapports d’effets indésirables d’un médicament, la collaboration internationale et l’analyse de
l’environnement.
The second requirement in Option 3 provides the Minister with
the authority to require case reports or a summary report after
deciding to examine the safety and effectiveness of a drug. This
would provide additional information to the Minister to monitor
drugs once marketed, setting reasonable parameters for when
these reports could be required, i.e., when the Minister feels it is
necessary to evaluate the drug’s risks and benefits.
La deuxième exigence prévue à l’option 3 donne au ministre le
pouvoir d’exiger des fiches d’observation ou un rapport de synthèse après avoir décidé d’examiner l’innocuité et l’efficacité
d’un médicament. Ce pouvoir permettrait au ministre d’obtenir
des renseignements supplémentaires, ce qui l’aiderait à surveiller
les médicaments après leur mise en marché, à établir des paramètres raisonnables à l’égard des délais de production de ces rapports, c’est-à-dire quand le ministre juge nécessaire d’évaluer les
risques et les avantages du médicament en cause.
468
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
Rationale
Justification
Option 3, the selected option, is expected to benefit the health
and safety of the public with a limited burden to industry. It will
improve Health Canada’s capability to monitor manufacturer
compliance and will provide Health Canada with another mechanism to obtain important safety information.
L’option 3, l’option retenue, devrait être bénéfique pour la santé et la sécurité de la population tout en imposant un fardeau négligeable à l’industrie. Elle permettra d’améliorer la capacité de
Santé Canada de surveiller l’observation du Règlement par les
fabricants et donnera au Ministère un autre moyen d’obtenir de
l’information sur l’innocuité des produits.
Consultation
Consultation
The principle that the manufacturer should notify the Minister
should the manufacturer become aware of a safety concern was
consulted on in the Guidance Document for Industry — Reporting
Adverse Reactions to Marketed Health Products, which was
posted on the HC Web site for comment from January 16, 2008,
to March 16, 2008. The section on Summary Reports has the following voluntary provision:
In addition to complying with regulatory requirements to report
safety and efficacy information, Health Canada expects that
manufacturers inform MHPD if the manufacturer concludes
from the annual summary report that there is a significant
change in the risk-benefit profile of a product relating to its
safe use. Examples may include a significant change in the frequency or severity of a known risk or the identification of a
previously unknown risk.
Le principe selon lequel le fabricant devrait prévenir le ministre
s’il apprend l’existence d’un problème d’innocuité a fait l’objet
de consultations dans le Document d’orientation à l’intention de
l’industrie - Déclaration des effets indésirables des produits de
santé commercialisés que Santé Canada a affiché sur son site
Web pour commentaires du 16 janvier au 16 mars 2008. La section portant sur les rapports de synthèse comportait la disposition
d’application volontaire suivante :
En plus de demander aux détenteurs d’une autorisation de mise
en marché de respecter les exigences réglementaires concernant
la communication de renseignements sur l’innocuité et l’efficacité, Santé Canada s’attend à ce qu’ils informent la DPSC si,
suite au rapport annuel, un changement significatif dans le rapport risques-avantages de l’utilisation sécuritaire d’un produit
est détecté (par exemple changement important de la fréquence
ou de la gravité d’un risque connu ou découverte d’un nouveau
risque).
Des associations et des secteurs divers de l’industrie et des entreprises de différentes tailles ont transmis des commentaires importants au sujet du Document d’orientation à l’intention de
l’industrie - Déclaration des effets indésirables des produits de
santé commercialisés. Aucun commentaire sur cette section n’a
été reçu, ce qui suggère que les intervenants n’ont pas de préoccupations majeures à ce sujet.
Dans une lettre aux intervenants affichée sur son site Web
le 7 juillet 2008, Santé Canada informait les destinataires du
« Projet de modification du Règlement sur les aliments et drogues
relativement aux rapports de pharmacovigilance annuels ». Les
organisations étaient invitées à formuler des commentaires au
sujet de l’effet que cette modification du Règlement aurait sur
l’industrie et à faire part au ministre de toute autre considération.
La réponse a montré que les intervenants appuyaient unanimement la proposition visant à obliger le fabricant à informer le ministre si, à la suite du rapport de synthèse annuel, un changement
significatif dans le rapport risques-avantages de l’utilisation sécuritaire d’un produit était décelé. Les intervenants considéraient
qu’il s’agit d’une meilleure pratique internationale, et la plupart
des répondants ont indiqué que cette mesure était conforme à
leurs pratiques en vigueur. Les intervenants ont demandé plus de
clarification au sujet des attentes sur la proposition visant à autoriser explicitement le ministre à exiger que les fabricants lui fournissent un rapport de synthèse ou des fiches d’observation lorsqu’il décide d’évaluer l’innocuité et l’efficacité d’un médicament,
et à l’autoriser à demander ces documents dans un délai inférieur
à 30 jours s’il juge qu’un médicament constitue un risque grave et
imminent à la santé.
Les intervenants reconnaissent que le ministre doit pouvoir
demander rapidement de l’information afin de répondre à un risque sérieux et imminent pour la santé mais ils ont suggéré que,
lorsqu’il faut produire un nouveau rapport de synthèse face à un
Significant input and comments were received on the Guidance
for Industry - Reporting Adverse Reactions to Marketed Health
Products, from a variety of industry associations, sectors and
companies of various sizes. However, there were no comments
concerning this section, which suggests that stakeholders may not
have serious concerns about this topic.
As well, a letter to stakeholders was posted on the Health Canada Web site on July 7, 2008, advising of the “Proposal to Amend
the Food and Drug Regulations with respect to Annual Pharmacovigilance Reports.” The letter invited input from organizations
on the impact of this regulatory amendment on industry, and to
bring any specific considerations to the Minister’s awareness. The
response showed unanimous support for the proposal to require
the manufacturer to notify the Minister if the manufacturer concluded from the annual summary report that there was a significant change in the risk-benefit profile of a product relating to its
safe use. This was viewed as an international best practice and the
majority of respondents indicated that this was consistent with
their current practices. Stakeholders requested further clarification
around expectations for the proposal to clearly permit the Minister to request that manufacturers provide a summary report or
case reports, whenever the Minister decides to examine the safety
and effectiveness of a drug; and the Minister’s imposing a deadline shorter than 30 days for the submission of these reports, if the
Minister considered that a shorter deadline was necessary to
respond to a serious and imminent risk to health.
Stakeholders supported the need for the Minister to be able to
request information in a timely manner in order to respond to a
serious and imminent risk to health, but suggested that in the
situation where a new summary report needed to be created to
469
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
address a serious and imminent risk to health that timelines be
negotiated between the manufacturer and the Minister, or that
there be flexibility in the format of the information to be submitted. To address this, Health Canada has amended the wording of
the Regulations to provide flexibility regarding the time allowed
for the submission of the report and intends that the following
wording be included in guidance, “The adequacy of the content of
an issue-related summary report would normally be determined
by taking account of what the manufacturer can reasonably provide in the time frame set by the Minister. This would, as a minimum, typically include an analysis of the risk of the product
based on available data and conclusions regarding the safety of
the product as marketed in Canada.”
On June 13, 2009, the proposed Regulations were prepublished in the Canada Gazette, Part I, followed by a 75-day
comment period. Thirty-five specific comments were received
from 13 stakeholders, on subjects including alignment between
domestic and international regulations, clarification of terminology, time lines for reporting, flexibility, and enforcement issues.
In principle, stakeholders supported the proposed measures.
In response to stakeholder concerns that the timelines proposed
for providing the Issue-related summary report were not sufficiently flexible, the wording has been amended to allow the Minister to set a shorter or longer time frame, further to discussion
with manufacturers. Stakeholders who raised this issue were invited to comment on the new text and all those who responded
supported the intent and substance of the revisions. Two stakeholders supported the intent and offered variations in wording,
but since these variations were not substantively different from
the text proposed by Health Canada or from each other, the
revised Health Canada proposal will stand since it represents current drafting conventions. In response to other suggestions, some
confusing language has been removed from the original Regulatory Impact Analysis Statement and additional clarifications have
been added to the Guideline. The net result is that manufacturers
will be given an opportunity to be heard regarding the establishment of time frames for providing the required reports, and that
these time frames will be reasonable, given the circumstances and
the information required.
Manufacturers suggested that Health Canada amend the periodicity of summary reporting to align with those of other regulatory
authorities (e.g. in the European Union, Periodic Safety Update
Reports (PSURs) are required to be submitted every six months
for the first two years of commercialization, every year for the
next two years and then every three years). The suggestion to
align with the EU’s reporting schedule is outside the scope of this
project, which aims to align Health Canada with other regulatory
authorities’ capability to obtain all information related to the
benefit-risk of a product. However, it is timely to have obtained
this feedback from manufacturers as it will be useful in Health
Canada’s full implementation of ICH E2C and E2E (Pharmacovigilance Planning) Guidelines which together require periodic
review of a product’s risk-benefit profile.
470
risque sérieux et imminent pour la santé, le fabricant puisse négocier des délais avec Santé Canada ou que le format de l’information à présenter soit flexible. Pour répondre à cette préoccupation, Santé Canada a modifié le libellé de la réglementation afin
de donner de la flexibilité en ce qui a trait au délai de la présentation des rapports et prévoit inclure le texte suivant dans les directives : « Le caractère adéquat du contenu d’un rapport de synthèse
relatif à un sujet de préoccupation serait normalement déterminé
en tenant compte de l’information que le fabricant peut raisonnablement fournir dans le délai fixé par le ministre. Cela inclurait
habituellement au moins une analyse du risque posé par le produit
fondée sur les données disponibles et les conclusions relatives à
l’innocuité du produit commercialisé au Canada. »
Le 13 juin 2009, le texte réglementaire proposé a été publié
préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada, suivi
d’une période de consultation de 75 jours. Les commentaires, au
nombre de 35 de la part de 13 intervenants, traitaient de divers
sujets incluant la concordance entre la réglementation nationale et
internationale, la clarification de la terminologie, les délais accordés aux fins de déclaration, les enjeux de flexibilité et d’exécution. Les intervenants appuient en principe les mesures proposées.
En réponse aux préoccupations des intervenants concernant le
manque de flexibilité des délais proposés pour la présentation
d’un rapport de synthèse relatif à un sujet de préoccupation, le
texte a été modifié de façon à permettre au ministre d’imposer un
délai plus ou moins long, après discussion avec le fabricant. Les
intervenants qui ont soulevé cette question ont été invités à commenter le texte revu; tous les répondants ont appuyé l’intention et
le contenu des modifications. Deux intervenants étaient d’accord
avec l’intention du texte, mais proposaient d’apporter quelques
modifications au libellé. Toutefois, puisqu’il a été jugé que les
modifications proposées ne divergeaient pas suffisamment du
texte initial de Santé Canada, ni entre elles, le nouveau libellé
proposé par le Ministère sera maintenu étant donné qu’il respecte
les conventions de rédaction en vigueur. En ce qui a trait aux autres suggestions, certains mots qui causaient confusion ont été
retirés de la version initiale du Résumé de l’étude d’impact de la
réglementation et des clarifications additionnelles seront ajoutées
au Document d’orientation. En bout de ligne, les fabricants auront
l’occasion de se faire entendre auprès du ministre au sujet de
l’établissement des délais de présentation des rapports exigés, et
ces délais seront raisonnables, compte tenu des circonstances et
de l’information demandée.
Des fabricants ont suggéré que Santé Canada modifie la périodicité de la production des rapports de synthèse afin de l’harmoniser avec celle d’autres autorités de réglementation (par
exemple dans l’Union européenne, il faut présenter les rapports
périodiques de pharmacovigilance aux six mois pendant les deux
premières années de la commercialisation, une fois par année
pendant les deux années suivantes et aux trois ans par la suite). La
suggestion visant à aligner le calendrier de production des rapports avec celui de l’Union européenne dépasse la portée du présent projet, qui vise à faire concorder la capacité de Santé Canada
à obtenir tous les renseignements reliés aux avantages et aux risques d’un produit avec celle d’autres organismes de réglementation. Il est toutefois important d’avoir obtenu ces commentaires
des fabricants, car ils serviront dans la mise en œuvre complète
par Santé Canada des lignes directrices E2C et E2E (planification
de la pharmacovigilance) de la Conférence internationale sur
l’harmonisation (ICH) qui, ensemble, imposent l’examen périodique du profil risques-avantages d’un produit.
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
Manufacturers also suggested that further explanation of “significant change” be provided. The Guidance Document for Industry - Reporting Adverse Reactions to Marketed Health Products
provides examples of significant change (e.g. a significant change
in the frequency or severity of a known risk or the identification
of a previously unknown risk).
Following pre-publication in the Canada Gazette, Part I, some
stakeholders found the term “risk-benefit profile” to be unclear,
and this wording has now been dropped in favour of plainer language, i.e. “what the manufacturer knows about the risks and
benefits of the drug.”
Also as a result of stakeholder comments following prepublication, it came to light that a requirement already exists in
Division 8 of Part C of the Regulations for manufacturers to
notify the Minister of benefit-risk concerns for “new drugs” for
which a Notice of Compliance has been issued, and that the proposal as worded could have been duplicative for these products.
In response to this concern, the regulatory language has been
amended to the effect that manufacturers will not have to notify
the Minister twice regarding the same issue.
The Guidance Document for Industry - Reporting Adverse
Reactions to Marketed Health Products now includes the following wording to further interpret the Regulations: “In addition
to complying with regulatory requirements to report safety and
efficacy information, Health Canada expects that manufacturers
inform MHPD if the manufacturer concludes from the annual
summary report that there is a significant change in the riskbenefit profile of a product relating to its safe use. Examples may
include a significant change in the frequency or severity of a
known risk or the identification of a previously unknown risk.”
Following prepublication, one stakeholder raised the issue
of alignment between the Regulations and the Natural Health
Product Regulations (NHPR). The Natural Health Products Regulatory Review, conducted in March 2007 as part of Health Canada’s commitment to review the NHPR, gave stakeholders an
opportunity to provide feedback on their experiences with the
NHPR. This feedback is helping Health Canada to further refine
and improve its regulatory framework for natural health products,
while ensuring that Canadians have continued access to natural
health products that are safe, effective and of high quality. As part
of these refinements to the NHPR, Health Canada will consider
the need for revisions to the adverse reaction reporting provisions.
In the interim, differences between adverse reaction reporting
requirements in the Food and Drug Regulations and the NHPR
are mitigated in the 2009 Guidance Document for Industry - Reporting Adverse Reactions to Marketed Health Products, which
includes analogous provisions for natural health products within
its scope.
Des fabricants ont aussi suggéré que l’expression « changement important » soit mieux expliquée. Le Document d’orientation à l’intention de l’industrie - Déclaration des effets indésirables des produits de santé commercialisés présente des exemples
de changement important (par exemple changement important de
la fréquence ou de la gravité d’un risque connu ou découverte
d’un nouveau risque).
Suivant la publication préalable dans la Partie I de la Gazette
du Canada, certains intervenants ont indiqué que le terme « profil
des risques et des avantages » manquait de clarté. Il est donc
maintenant question de la connaissance du fabricant quant aux
risques et aux avantages de son produit.
De plus, suivant les commentaires d’intervenants formulés au
cours de la période de publication préalable, il a été soulevé qu’en
vertu du titre 8 de la partie C du Règlement sur les aliments et
drogues les fabricants étaient déjà tenus d’informer le ministre de
toute préoccupation quant aux risques et aux avantages de « drogues nouvelles » pour lesquelles un avis de conformité avait été
émis. Ainsi, la formulation initiale de la modification aurait été
redondante pour ces produits. Par conséquent, le libellé de la réglementation a été modifié pour indiquer que les fabricants ne
devaient pas informer deux fois le ministre au sujet d’une même
question.
Le Document d’orientation à l’intention de l’industrie - Déclaration des effets indésirables des produits de santé commercialisés comporte l’énoncé suivant qui facilite l’interprétation du
Règlement : « En plus de demander aux détenteurs d’une autorisation de mise en marché de respecter les exigences réglementaires concernant la communication de renseignements sur l’innocuité et l’efficacité, Santé Canada s’attend à ce qu’ils informent la
DPSC si, suite au rapport annuel, un changement significatif dans
le rapport risques-avantages de l’utilisation sécuritaire d’un produit est détecté (par exemple changement important de la fréquence ou de la gravité d’un risque connu ou découverte d’un
nouveau risque). »
Également pendant la période de publication préalable, un intervenant a fait part du manque de concordance entre le Règlement sur les aliments et drogues (RAD) et le Règlement sur les
produits de santé naturels (RPSN). L’examen réglementaire des
produits de santé naturels, réalisé en mars 2007 suivant l’engagement de Santé Canada à revoir le RPSN, a permis aux intervenants de fournir leurs commentaires au sujet de leur expérience
avec le règlement en question. Ces commentaires aident le Ministère à peaufiner et à améliorer son cadre de réglementation des
produits de santé naturels, tout en assurant aux Canadiens un accès continu à des produits de santé naturels sûrs, efficaces et de
qualité. Dans le cadre de l’amélioration du RPSN, Santé Canada
examinera le besoin de modifier les dispositions relatives aux
rapports sur les effets indésirables. Entre-temps, les divergences
entre les exigences pour la présentation de tels rapports dans le
RAD et le RPSN sont exposées dans le Document d’orientation à
l’intention de l’industrie - Déclaration des effets indésirables des
produits de santé commercialisés de 2009, qui contient des dispositions similaires sur les produits de santé naturels. Compte tenu
du fort appui montré par l’ensemble des intervenants, nous ne
voulons pas retarder l’ajout de cette importante amélioration au
RAD. Il serait toutefois inapproprié de publier dans la Partie II de
la Gazette du Canada une telle modification semblable au RPSN
sans d’abord avoir consulté les intervenants. Ce changement sera
plutôt intégré à une série de modifications ultérieures visant le
RPSN, ce qui permettra de tenir des consultations approfondies
dans un contexte propre aux produits de santé naturels.
471
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
Adverse reaction reporting requirements for blood and blood
components are addressed in the terms and conditions of their
respective establishment licences, and will not be substantively
affected by this amendment.
En ce qui a trait au sang et aux composants sanguins, les exigences sur les rapports sur les effets indésirables sont détaillées
dans les licences des établissements responsables; la présente
modification n’aura pas d’incidence importante à cet égard.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
At the time of publication of the regulatory amendment in the
Canada Gazette, Part II, a Notice will be posted on the Health
Canada Web site advising stakeholders of the regulatory change.
The process for manufacturers to notify the Minister will be clarified in guidance documents.
Au moment de la publication de la modification du Règlement
dans la Partie II de la Gazette du Canada, Santé Canada affichera
sur son site Web un avis pour informer les intervenants du changement apporté au Règlement. Des documents d’orientation préciseront le processus que les fabricants devront suivre pour prévenir le ministre.
Santé Canada a actuellement des procédures opératoires normalisées (PON) sur la réception et l’étude des fiches d’information et des rapports de synthèse. Il faudra les modifier pour permettre la réception de notifications de changements importants du
profil avantages-risques d’un médicament en ce qui a trait à son
utilisation sécuritaire et pour y introduire les changements apportés à la procédure de demande de ces rapports.
L’Inspectorat de la Direction générale des produits de santé et
des aliments de Santé Canada se chargera de la surveillance de la
conformité et des contrôles d’application. La surveillance de la
conformité en ce qui concerne la notification des préoccupations
importantes sur le plan de l’innocuité fera partie du programme
d’inspection de la conformité aux exigences de déclaration après
commercialisation (CEDAC). Lancé comme projet pilote en 2004
et mis en œuvre intégralement en 2005, ce programme permet de
vérifier dans quelle mesure les fabricants se conforment aux exigences de la réglementation qui ont trait au traitement de
l’information sur l’innocuité des médicaments et à la déclaration
des effets indésirables des médicaments, en particulier les articles
C.01.016, C.01.017, C.08.007 et C.08.008 du Règlement sur les
aliments et drogues. Ce programme d’inspection est exécuté par
l’Inspectorat en collaboration avec la Direction des produits de
santé commercialisés. Au cours des inspections relatives à la
CEDAC, les écarts observés par rapport au Règlement sur les
aliments et drogues sont notés et évalués en fonction du risque
qu’ils comportent, ainsi que de l’étendue et de la nature des écarts
notés.
Les méthodes de vérification de la conformité et d’application
ne changeront pas beaucoup à la suite de cette modification au
Règlement. Les rapports obligatoires produits en vertu de l’article C.01.016 en vigueur, comme les rapports d’effets indésirables
graves des médicaments, les rapports des effets indésirables graves et inattendus, les rapports de synthèse annuels et les fiches
d’observation, font déjà partie du programme d’inspection. La
modification au Règlement obligera à poursuivre la même activité, sauf que l’Inspectorat vérifiera aussi si le fabricant a prévenu
le ministre lorsqu’il a conclu, à la suite du rapport de synthèse
annuel, qu’il y a eu un changement important à sa connaissance
des risques et des avantages d’un médicament en ce qui concerne
son utilisation sécuritaire étant donné qu’il sera tenu d’indiquer
dans sa conclusion si un tel changement se produit. Cet article du
Règlement a été restructuré afin de préciser les responsabilités du
fabricant et de faciliter l’exécution du programme des inspections
relatives à la CEDAC. La modification précisera aussi quand le
ministre peut demander des rapports de synthèse annuels, des
fiches d’évaluation, des déclarations sur les effets indésirables des
médicaments et les effets indésirables graves des médicaments.
Ainsi, il est raisonnable d’ajouter la vérification de la conformité
du fabricant aux exigences de l’article C.01.016 modifié au programme des inspections relatives à la CEDAC.
HC Standard Operating Procedures (SOPs) currently exist for
receiving and reviewing case reports and summary reports. These
SOPs will require altering to allow the receipt of notifications of
significant changes in the benefit-risk profile of a drug relating to
its safe use, and to include the changes to requests for these
reports.
Compliance and enforcement will be conducted by Health
Canada’s Health Products and Food Branch Inspectorate (the
Inspectorate). Compliance monitoring for the notification of significant safety concerns will be part of the Post-Market Reporting Compliance (PMRC) inspection programme. This programme, implemented as a pilot in 2004 and fully implemented
in 2005, verifies manufacturer compliance with regulatory
requirements regarding handling of drug safety information
and reporting on adverse drug reactions, specifically sections C.01.016, C.01.017, C.08.007, and C.08.008 of the Food
and Drug Regulations. This inspection programme is carried out
by the Inspectorate in collaboration with the Marketed Health
Products Directorate. Observations of deviations from the Food
and Drug Regulations are noted during PMRC inspections and
are evaluated relative to their risk together with the extent and
nature of the deviations noted.
Methods of compliance verification and enforcement will not
change to a great extent as a result of this regulatory amendment.
Current C.01.016 report requirements, such as for serious adverse
drug reactions, serious unexpected adverse drug reactions, annual
summary reports, and case reports, are already part of the inspection programme. The regulatory amendment will require that this
same activity be continued, except that the Inspectorate will also
verify if the manufacturer has notified the Minister when they
conclude from the annual summary report that there is a significant change in what the manufacturer knows about the risks and
benefits of a drug relating to its safe use, as the manufacturer will
be required to record in their conclusion if such a change exists.
This section of the Regulations has been re-organized to clarify
the responsibilities for the manufacturer and facilitate the PMRC
inspection programme. As well, the amendment will clarify when
annual summary reports, case reports, adverse drug reactions, and
serious adverse drug reactions can be required by the Minister.
For this reason, the verification of a manufacturer’s compliance
with the amended C.01.016 regulatory requirements is a feasible
addition to the PMRC inspection programme.
472
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-31
Training for inspectors expected to monitor compliance of this
regulatory change will be required. However, as the regulatory
change would not greatly alter the current inspection programme
it is not anticipated that training would be onerous, and would
therefore not require the allocation of additional resources. Inspectors will be expected to monitor for compliance; to do so,
they will be provided with guidance on the expectations for this
requirement.
A similar regulatory requirement to the current C.01.016 exists
in the Natural Health Products Regulations. The Natural Health
Products Directorate will develop a suitable solution to promote
consistency between the regulations. As the Guidance Document
for Industry - Reporting Adverse Reactions to Marketed Health
Products includes natural health products within its scope, the
continuation of voluntary provisions found in the guidance can
serve as an interim measure.
Currently, the Guidance Document for Industry - Reporting
Adverse Reactions to Marketed Health Products states that “The
preferred format for annual summary reports prepared by manufacturers is the PSUR format ... manufacturers may also use an
annual summary report format.” Canada has not yet fully implemented a PSUR requirement but is doing so in a stepwise fashion,
starting with the harmonization of the Annual Summary Report
with the ICH E2C Guideline in the Guidance Document for
Industry - Reporting Adverse Reactions to Marketed Health Products. While PSURs were developed for newly marketed products,
the C.01.016 regulatory requirement is for all drugs. The
C.01.016 regulatory requirement will be compatible with future
work on PSUR.
Il faudra former les inspecteurs qui devront surveiller la conformité à cette modification au Règlement. Comme la modification n’entraînera pas de changement important au programme
d’inspection en vigueur, la formation nécessaire ne devrait pas
être onéreuse et elle n’exigera pas l’affectation de ressources supplémentaires. Les inspecteurs devront surveiller la conformité;
pour ce faire, ils auront en leur possession des lignes directrices
qui vont clarifier les attentes face à cette exigence.
Le Règlement sur les produits de santé naturels contient une
exigence semblable à celle de l’article C.01.016 en vigueur. La
Direction des produits de santé naturels produira une solution
convenable pour promouvoir l’uniformité entre les règlements.
Comme le Document d’orientation à l’intention de l’industrie Déclaration des effets indésirables des produits de santé commercialisés s’applique aussi aux produits de santé naturels, le
maintien des dispositions relatives à l’application volontaire qui
se trouvent dans le Document d’orientation peut servir de mesure
provisoire.
Dans la version actuelle du Document d’orientation à l’intention de l’industrie - Déclaration des effets indésirables des produits de santé commercialisés, il est précisé qu’« il est préférable
pour les détenteurs d’une autorisation de mise en marché de présenter leurs rapports de synthèse annuels sous la forme d’un rapport périodique de pharmacovigilance […]. Les détenteurs d’une
autorisation de mise en marché peuvent également utiliser le format de rapport de synthèse. » Le Canada n’a pas encore mis en
œuvre d’exigence sur la production de rapports périodiques de
pharmacovigilance, mais il le fait graduellement en commençant
par la concordance du rapport de synthèse annuel avec la ligne
directrice E2C de la ICH dans le Document d’orientation à
l’intention de l’industrie - Déclaration des effets indésirables des
produits de santé commercialisés. Les RPP ont été créés pour les
nouveaux produits commercialisés, mais l’exigence prévue à
l’article C.01.016 du Règlement s’applique à tous les médicaments. L’exigence de l’article C.01.016 du Règlement sera compatible avec les travaux à venir sur le RPP.
Contact
Personne-ressource
Bruce Wozny
Head, Unit 2
Policy and Regulatory Affairs
Therapeutic Effectiveness and Policy Bureau
Marketed Health Products Directorate
Address Locator: 0701C
Telephone: 613-941-8008
Bruce Wozny
Chef de l’unité 2
Politiques et affaires réglementaires
Bureau de l’efficacité thérapeutique et des politiques
Direction des produits de santé commercialisés
Indice de l’adresse : 0701C
Téléphone : 613-941-8008
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
473
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-32
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-32
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-32
Le 10 février 2011
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Regulations Amending the Income Tax
Regulations (2009 Livestock Deferral)
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur
le revenu (report au titre du bétail — 2009)
P.C. 2011-205
C.P. 2011-205
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 221a
of the Income Tax Actb, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Income Tax Regulations (2009 Livestock Deferral).
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 221a de la Loi de l’impôt sur le revenub, Son Excellence
le Gouverneur général en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement de l’impôt sur le revenu (report au titre du bétail —
2009), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE
INCOME TAX REGULATIONS
(2009 LIVESTOCK DEFERRAL)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE
L’IMPÔT SUR LE REVENU (REPORT AU
TITRE DU BÉTAIL — 2009)
1. Subparagraphs 7305(m)(i) to (iii) of the Income Tax
Regulations1 are replaced by the following:
(i) in Manitoba, the Rural Municipalities of Albert, Archie.
Arthur, Birtle, Brenda, Cameron, Clanwilliam, Edward,
Ellice, Harrison, Hillsburg, Miniota, Minitonas, Park,
Pipestone, Rossburn, Russell, Shellmouth-Boulton, Shell
River, Shoal Lake, Sifton, Silver Creek, Strathclair, Swan
River, Wallace, Winchester and Woodworth and Census
Division No. 20, Unorganized, South Part, as developed by
Statistics Canada for the 2006 Census,
(ii) in British Columbia, the Census Subdivisions BulkleyNechako B and E, Cariboo D, E, G, H and J to L, Central
Kootenay A to E, G, H, J and K, Central Okanagan, Central
Okanagan J, Columbia-Shuswap C to F, Kootenay Boundary
B to E, North Okanagan B and D to F, OkanaganSimilkameen A to H, Peace River C to E, Spallumcheen,
Squamish-Lillooet A to C and Thompson-Nicola A (Wells
Gray Country), B (Thompson Headwaters), E (Bonaparte
Plateau), I (Blue Sky Country), J (Copper Desert Country),
L, M, N, O (Lower North Thompson) and P (Rivers and the
Peaks), as these subdivisions were developed by Statistics
Canada for the 2006 Census,
(iii) in Saskatchewan, the Rural Municipalities of Aberdeen,
Antelope Park, Antler, Argyle, Arlington, Auvergne, Battle
River, Beaver River, Benson, Biggar, Blucher, Bone Creek,
Britannia, Brock, Browning, Buchanan, Buffalo, Calder,
Cana, Canaan, Chaplin, Chesterfield, Churchbridge, Clayton,
Clinworth, Coalfields, Corman Park, Cote, Coteau, Coulee,
Cut Knife, Deer Forks, Dundurn, Eagle Creek, Elcapo,
Eldon, Emerald, Enfield, Enniskillen, Estevan, Excelsior,
Eye Hill, Fertile Belt, Fertile Valley, Foam Lake, Fox
Valley, Frenchman Butte, Frontier, Garry, Glen Bain, Glen
McPherson, Glenside, Good Lake, Grandview, Grant, Grass
Lake, Grassy Creek, Gravelbourg, Grayson, Happyland,
Harris, Hazel Dell, Hazelwood, Heart’s Hill, Hillsdale,
Insinger, Invermay, Keys, Kindersley, King George,
Kingsley, Lacadena, Lac Pelletier, Lawtonia, Langenburg,
1. Les sous-alinéas 7305m)(i) à (iii) du Règlement de l’impôt
sur le revenu1 sont remplacés par ce qui suit :
(i) au Manitoba, les municipalités rurales de Albert, Archie,
Arthur, Birtle, Brenda, Cameron, Clanwilliam, Edward,
Ellice, Harrison, Hillsburg, Miniota, Minitonas, Park,
Pipestone, Rossburn, Russell, Shellmouth-Boulton, Shell
River, Shoal Lake, Sifton, Silver Creek, Strathclair, Swan
River, Wallace, Winchester et Woodworth et la division de
recensement no 20, non organisée, partie sud, créée par Statistique Canada pour les besoins du recensement de 2006,
(ii) en Colombie-Britannique, les subdivisions de recensement Bulkley-Nechako B et E, Cariboo D, E, G, H et J à L,
Central Kootenay A à E, G, H, J et K, Central Okanagan,
Central Okanagan J, Columbia-Shuswap C à F, Kootenay
Boundary B à E, North Okanagan B et D à F, OkanaganSimilkameen A à H, Peace River C à E, Spallumcheen,
Squamish-Lilloœt A à C et Thompson-Nicola A (Wells Gray
Country), B (Thompson Headwaters), E (Bonaparte Plateau),
I (Blue Sky Country), J (Copper Desert Country), L, M, N,
O (Lower North Thompson) et P (Rivers and the Peaks),
subdivisions créées par Statistique Canada pour les besoins
du recensement de 2006,
(iii) en Saskatchewan, les municipalités rurales de Aberdeen,
Antelope Park, Antler, Argyle, Arlington, Auvergne, Battle
River, Beaver River, Benson, Biggar, Blucher, Bone Creek,
Britannia, Brock, Browning, Buchanan, Buffalo, Calder,
Cana, Canaan, Chaplin, Chesterfield, Churchbridge, Clayton,
Clinworth, Coalfields, Corman Park, Cote, Coteau, Coulee,
Cut Knife, Deer Forks, Dundurn, Eagle Creek, Elcapo,
Eldon, Emerald, Enfield, Enniskillen, Estevan, Excelsior,
Eye Hill, Fertile Belt, Fertile Valley, Foam Lake, Fox
Valley, Frenchman Butte, Frontier, Garry, Glen Bain, Glen
McPherson, Glenside, Good Lake, Grandview, Grant, Grass
Lake, Grassy Creek, Gravelbourg, Grayson, Happyland,
Harris, Hazel Dell, Hazelwood, Heart’s Hill, Hillsdale,
Insinger, Invermay, Keys, Kindersley, King George,
Kingsley, Lacadena, Lac Pelletier, Lawtonia, Langenburg,
———
———
a
a
b
1
S.C. 2007, c. 35, s. 62
R.S., c. 1 (5th Supp.)
C.R.C., c. 945
474
b
1
L.C. 2007, ch. 35, art. 62
L.R., ch. 1 (5e suppl.)
C.R.C., ch. 945
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-32
Livingston, Lone Tree, Loon Lake, Loreburn, Manitou Lake,
Mankota, Maple Bush, Mariposa, Marriott, Martin,
Maryfield, Mayfield, McLeod, Meadow Lake, Meota,
Mervin, Milden, Milton, Miry Creek, Monet, Montrose,
Moose Creek, Moose Mountain, Moosomin, Morse,
Mountain View, Mount Pleasant, Newcombe, North
Battleford, Oakdale, Orkney, Parkdale, Paynton, Perdue,
Pinto Creek, Pittville, Pleasant Valley, Prairiedale,
Preeceville, Progress, Reciprocity, Reford, Reno, Riverside,
Rocanville, Rosedale, Rosemount, Round Valley, Rudy,
Saltcoats, Saskatchewan Landing, Senlac, Shamrock,
Silverwood, Sliding Hills, Snipe Lake, Spy Hill,
St. Andrews, St. Philips, Stanley, Storthoaks, Swift Current,
Tecumseh, Tramping Lake, Turtle River, Val Marie,
Vanscoy, Victory, Wallace, Walpole, Waverley, Wawken,
Webb, Whiska Creek, White Valley, Willowdale, Wilton,
Winslow, Wise Creek and Wood River, and
(iv) in Alberta, the Cities of Calgary and Edmonton, the
Counties of Athabasca, Barrhead, Beaver, Birch Hills,
Brazeau, Camrose, Clear Hills, Clearwater, Flagstaff,
Grande Prairie, Kneehill, Lac La Biche, Lacombe, Lac Ste.
Anne, Lamont, Leduc, Minburn, Mountain View, Northern
Sunrise, Paintearth, Parkland, Ponoka, Red Deer, Rocky
View, Saddle Hills, Smoky Lake, St. Paul, Starland, Stettler,
Strathcona, Sturgeon, Thorhild, Two Hills, Vermilion
River, Westlock, Wetaskiwin, Wheatland, Woodlands and
Yellowhead, Improvement District No. 13, the Municipal
Districts of Acadia, Big Lakes, Bonnyville, Fairview,
Greenview, Lesser Slave River, Northern Lights, Opportunity, Peace, Provost, Smoky River, Spirit River and
Wainwright, Special Areas No. 2, 3 and 4 and the Town of
Drumheller.
2. Paragraph 7305.02(1)(b) of the Regulations is replaced
by the following:
(b) in respect of the 2009 calendar year, in Manitoba, the rural
municipalities of Alexander, Alonsa, Armstrong, Bifrost,
Brokenead, Coldwell, Eriksdale, Fisher, Gimli, Grahamdale,
Lac du Bonnet, Lawrence, Mossey River, Reynolds,
Rockwood, St. Andrews, St. Clements, St. Laurent, Siglunes,
Whitemouth and Woodlands, and Census Division No. 18,
Unorganized, East and West Parts and No. 19, Unorganized, as
developed by Statistics Canada for the 2006 Census.
Livingston, Lone Tree, Loon Lake, Loreburn, Manitou Lake,
Mankota, Maple Bush, Mariposa, Marriott, Martin,
Maryfield, Mayfield, McLeod, Meadow Lake, Meota,
Mervin, Milden, Milton, Miry Creek, Monet, Montrose,
Moose Creek, Moose Mountain, Moosomin, Morse,
Mountain View, Mount Pleasant, Newcombe, North
Battleford, Oakdale, Orkney, Parkdale, Paynton, Perdue,
Pinto Creek, Pittville, Pleasant Valley, Prairiedale,
Preeceville, Progress, Reciprocity, Reford, Reno, Riverside,
Rocanville, Rosedale, Rosemount, Round Valley, Rudy,
Saltcoats, Saskatchewan Landing, Senlac, Shamrock,
Silverwood, Sliding Hills, Snipe Lake, Spy Hill,
St. Andrews, St. Philips, Stanley, Storthoaks, Swift Current,
Tecumseh, Tramping Lake, Turtle River, Val Marie,
Vanscoy, Victory, Wallace, Walpole, Waverley, Wawken,
Webb, Whiska Creek, White Valley, Willowdale, Wilton,
Winslow, Wise Creek et Wood River,
(iv) en Alberta, les villes de Calgary, Drumheller et
Edmonton, les comtés de Athabasca, Barrhead, Beaver,
Birch Hills, Brazeau, Camrose, Clear Hills, Clearwater,
Flagstaff, Grande Prairie, Kneehill, Lac La Biche, Lacombe,
Lac Ste. Anne, Lamont, Leduc, Minburn, Mountain View,
Northern Sunrise, Paintearth, Parkland, Ponoka, Red Deer,
Rocky View, Saddle Hills, Smoky Lake, St. Paul, Starland,
Stettler, Strathcona, Sturgeon, Thorild, Two Hills, Vermilion
River, Westlock, Wetaskiwin, Wheatland, Woodlands et
Yellowhead, le district d’amélioration no 13, les districts
municipaux de Acadia, Big Lakes, Bonnyville, Fairview,
Greenview, Lesser Slave River, Northern Lights, Opportunity, Peace, Provost, Smoky River, Spirit River et Wainwright
et les zones spéciales 2, 3 et 4.
2. L’alinéa 7305.02(1)b) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
b) l’année civile 2009, au Manitoba, les municipalités rurales
de Alexander, Alonsa, Armstrong, Bifrost, Brokenead,
Coldwell, Eriksdale, Fisher, Gimli, Grahamdale, Lac-duBonnet, Lawrence, Mossey River, Reynolds, Rockwood,
St. Andrews, St. Clements, Saint-Laurent, Siglunes,
Whitemouth et Woodlands et les divisions de recensement
no 18, non organisée, parties est et ouest et no 19, non organisée, créées par Statistique Canada pour les besoins du recensement de 2006.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Typically, the recommended list for prescription as drought and
flood/excess moisture regions for a given year is not finalized
until March of the following year, because complete information
regarding regions that have been significantly affected by drought
or flood/excess moisture in a given year is not available until the
end of that year.
An initial list of prescribed drought and flood/excess moisture
regions for 2009 was contained in the Economic Recovery Act
(stimulus), S.C. 2009, c. 51 (the “Act”), which received Royal
Assent on December 15, 2009. However, subsequent to the
D’ordinaire, la liste des collectivités désignées par règlement à
titre de régions frappées de sécheresse, d’inondations ou de
conditions d’humidité excessive pour une année donnée n’est
finalisée qu’en mars de l’année suivante puisque les renseignements complets concernant les régions touchées au cours d’une
année ne sont disponibles qu’en fin d’année.
Une première liste de régions frappées de sécheresse, d’inondations ou de conditions d’humidité excessive pour 2009 a été dressée dans la Loi sur la reprise économique (mesures incitatives),
L.C. 2009, ch. 51 (la Loi), qui a été sanctionnée le 15 décembre
475
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-32
passage and assent of the Act, and with complete information
regarding regions affected by drought or flood/excess moisture
conditions in 2009, it was determined that additional regions in
Alberta, British Columbia, Manitoba and Saskatchewan should be
prescribed. Therefore, it is necessary to prescribe these additional
regions under sections 7305 and 7305.02 of the Income Tax Regulations (the “Regulations”) as qualifying drought or flood/excess
moisture regions.
2009. Par la suite, il a été établi, d’après les renseignements complets concernant les régions frappées de sécheresse, d’inondations
ou de conditions d’humidité excessive en 2009, que d’autres régions en Alberta, en Colombie-Britannique, au Manitoba et en
Saskatchewan devaient être ajoutées à la liste. Il est donc nécessaire de modifier les articles 7305 et 7305.02 du Règlement de
l’impôt sur le revenu (le Règlement) afin que ces régions additionnelles soient désignées à titre de régions frappées de sécheresse, d’inondations ou de conditions d’humidité excessive.
Description and rationale
Description et justification
In circumstances where drought or flood/excess moisture conditions significantly affect forage yields, farmers may be forced to
sell breeding livestock because of the prohibitive costs of maintaining the herd. Normally, a farmer would replace breeding livestock if there were a forced sale, and the cost of the replacement
cattle would offset the income inclusion from the forced sale.
Farmers are unlikely to replace livestock while drought or
flood/excess moisture conditions persist. The Income Tax Act
permits farmers who dispose of breeding livestock, due to
drought or flood/excess moisture conditions existing in a prescribed region in a given year, to exclude a portion of the sale
proceeds from their taxable income until the following year, or
the year following a consecutive series of years where drought or
flood/excess moisture conditions persist, as the case may be. In
this way, the full proceeds of disposition will be available to fund
the acquisition of replacement cattle.
Lorsque la sécheresse, les inondations ou des conditions
d’humidité excessive ont des répercussions importantes sur le
rendement des cultures fourragères, les agriculteurs peuvent être
forcés de vendre une partie de leur troupeau reproducteur en raison des coûts élevés liés à son entretien. Habituellement,
l’agriculteur ainsi forcé de vendre ferait l’acquisition de bétail de
remplacement et le coût de celui-ci contrebalancerait la somme
incluse dans le revenu par suite de la vente. Or, il est peu probable
que les agriculteurs reconstituent leur troupeau lorsque la sécheresse, les inondations ou les conditions d’humidité excessive persistent. Aussi, la Loi de l’impôt sur le revenu permet-elle aux
agriculteurs qui vendent une partie de leur troupeau reproducteur
au cours d’une année donnée pour cause de sécheresse, d’inondations ou de conditions d’humidité excessive dans une région
visée par règlement d’exclure une partie du produit de la vente de
leur revenu imposable jusqu’à l’année suivante ou l’année suivant
la fin d’une série d’années consécutives de sécheresse, d’inondations ou de conditions d’humidité excessive. Les agriculteurs
disposeront ainsi de la totalité du produit de la vente pour faire
l’achat de bétail de remplacement.
Chaque année, Agriculture et Agroalimentaire Canada établit
les régions qui sont susceptibles d’être désignées par règlement
pour cause de sécheresse, d’inondations ou de conditions
d’humidité excessive. Le Règlement modifiant le Règlement de
l’impôt sur le revenu (report au titre du bétail — 2009) modifie
les articles 7305 et 7305.02 du Règlement afin de désigner les
régions admissibles additionnelles pour 2009.
Each year Agriculture and Agri-Food Canada determines
which regions may qualify as prescribed regions on the basis that
the region has experienced drought or flood/excess moisture conditions. The Regulations Amending the Income Tax Regulations
(2009 Livestock Deferral) enact amendments to sections 7305
and 7305.02 of the Regulations, prescribing additional regions
that are eligible because of drought or flood/excess moisture
in 2009.
The exact amounts of income deferred by farmers living in
drought or flood/excess moisture regions is difficult to quantify as
these amounts are not reported separately in farmers’ income
statements. However, using Statistics Canada data on farming
income, it is possible to estimate that the net benefits provided to
farmers through the measure are unlikely to reach or exceed
$1 million in total for the year for the government. These benefits
represent the time value of a one-year deferral of the tax liability
associated with the unreported taxable income. While these benefits may vary from year-to-year depending on the severity of the
drought conditions and the number of affected regions, they are
unlikely to reach or exceed $1 million annually.
This measure has a positive impact on the economy because it
provides stability to the farming industry when it is affected by
adverse, unpredictable weather conditions. This measure will not
increase the administrative burden of any stakeholders as the administrative requirements already exist. A strategic environmental
assessment concluded that these amendments would have minimal environmental effects.
476
Le montant exact de revenu reporté par les agriculteurs des régions désignées est difficile à quantifier puisqu’il ne figure pas
séparément dans la déclaration de revenu. Toutefois, il est possible d’estimer, d’après les données de Statistique Canada sur le
revenu agricole, que l’avantage net de cette mesure pour les agriculteurs n’atteindra vraisemblablement pas un million de dollars
pour l’année. Cet avantage représente la valeur temps d’un report
d’une année de l’impôt à payer sur le revenu imposable non déclaré. Bien que cet avantage varie d’année en année selon la gravité de la sécheresse, des inondations ou des conditions
d’humidité excessive et le nombre de régions touchées, il est
peu probable qu’il atteigne ou dépasse un million de dollars
annuellement.
Cette mesure a des répercussions positives sur l’économie
puisqu’elle procure la stabilité au secteur agricole lorsque sévissent des conditions climatiques défavorables et imprévisibles.
Elle n’est pas de nature à accroître le fardeau administratif des
intervenants puisque les exigences administratives existent déjà.
Par ailleurs, il ressort de l’évaluation environnementale stratégique que les modifications auraient un impact minimal sur
l’environnement.
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-32
Consultation
Consultation
The list of prescribed regions was developed through consultations held by the Department of Agriculture and Agri-Food with
various parties, including provincial agriculture and municipal
affairs departments, municipalities, farm associations and crop
insurers.
Canadians in general were given opportunities to comment on
these amendments following an announcement by the Department
of Agriculture and Agri-Food regarding the additional regions to
be recommended for prescription for 2009. The announcement
consisted of a news release issued on December 24, 2009, and an
update to the Department of Agriculture and Agri-Food’s Web
site on March 5, 2010. Information on these announcements is
available through Agriculture and Agri-Food Canada’s Web site
at www.agr.gc.ca.
La liste des régions visées par règlement a été établie au moyen
de consultations entre le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et diverses parties, dont les ministères provinciaux de
l’Agriculture et des Affaires municipales, les municipalités, les
associations agricoles et les assureurs de récoltes.
La population canadienne en général a eu l’occasion de commenter les modifications à la suite d’une annonce du ministère de
l’Agriculture et de l’Agroalimentaire au sujet des régions qu’il
était recommandé d’ajouter à la liste des régions visée par règlement pour 2009. Cette annonce a pris la forme d’un communiqué
publié le 24 décembre 2009 et d’une mise à jour du site Web du
ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire le 5 mars 2010.
On peut obtenir plus de renseignements sur ces annonces en
consultant le site Web d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à
l’adresse www.agr.gc.ca.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The drought and flood/excess moisture regions deferral must
be reported in the farmer’s income tax return. As such, the person
claiming the deferral will be subject to the compliance mechanisms available to the Minister of National Revenue. These
mechanisms allow the Minister of National Revenue to assess and
reassess tax payable, conduct audits and seize relevant records
and documents.
Le revenu reporté par les agriculteurs des régions frappées de
sécheresse, d’inondations ou de conditions d’humidité excessive
doit être indiqué dans leur déclaration de revenu. La personne qui
demande le report sera ainsi assujettie aux mécanismes dont le
ministre du Revenu national dispose pour assurer l’observation.
Ceux-ci lui permettent d’établir des cotisations et des nouvelles
cotisations d’impôt à payer, de faire des vérifications et de saisir
les documents utiles.
Contact
Personne-ressource
Tobias Witteveen
Tax Policy Officer
Tax Legislation Division
Department of Finance
L’Esplanade Laurier
140 O’Connor Street
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-992-4859
Tobias Witteveen
Agent de la politique de l’impôt
Division de la législation de l’impôt
Ministère des Finances
L’Esplanade Laurier
140, rue O’Connor
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-992-4859
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
477
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-33
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-33
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-33
Le 10 février 2011
AGRICULTURAL PRODUCTS MARKETING ACT
LOI SUR LA COMMERCIALISATION DES PRODUITS
AGRICOLES
British Columbia Cranberry Order
Décret sur les canneberges de la
Colombie-Britannique
P.C. 2011-206
C.P. 2011-206
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to section 2a of the Agricultural Products Marketing Actb,
hereby makes the annexed British Columbia Cranberry Order.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et en vertu de l’article 2a de la Loi sur la commercialisation des produits agricolesb, Son Excellence le Gouverneur
général en conseil prend le Décret sur les canneberges de la
Colombie-Britannique, ci-après.
BRITISH COLUMBIA CRANBERRY ORDER
DÉCRET SUR LES CANNEBERGES DE LA
COLOMBIE-BRITANNIQUE
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in this Order.
“Act” means the Natural Products Marketing (BC) Act, RSBC
1996, c. 330. (Loi)
“Commission” means the British Columbia Cranberry Marketing
Commission. (Commission)
“cranberries” means any variety of cranberries (vaccinium macrocarpon) grown in the area to which the Plan relates. (canneberge)
“Plan” means the British Columbia Cranberry Marketing
Scheme, 1968. (plan)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent décret.
« canneberge » Toute variété de canneberge (vaccinium macrocarpon) cultivée dans la région à laquelle s’applique le plan.
(cranberries)
« Commission » La Commission appelée British Columbia Cranberry Marketing Commission. (Commission)
« Loi » La loi de la Colombie-Britannique intitulée Natural Products Marketing (BC) Act (RSBC 1996, ch. 330). (Act)
« plan » Le plan intitulé British Columbia Cranberry Marketing
Scheme, 1968. (Plan)
INTERPROVINCIAL AND EXPORT TRADE
MARCHÉ INTERPROVINCIAL ET
COMMERCE D’EXPORTATION
2. The Commission is authorized to regulate the marketing of
cranberries in interprovincial and export trade, and for those purposes may, with respect to persons and property situated within
British Columbia, exercise all or any powers like the powers exercisable by it in relation to the marketing of cranberries locally
within that province under the Act and the Plan.
2. Les pouvoirs conférés à la Commission par la Loi et le
plan relativement à la commercialisation de la canneberge en
Colombie-Britannique, à l’égard des personnes et des biens
qui s’y trouvent, sont étendus aux marchés interprovincial et
international.
LEVIES AND CHARGES
TAXES ET PRÉLÈVEMENTS
3. The Commission may, in relation to the powers granted to it
by section 2,
(a) fix, impose and collect levies or charges from persons
within British Columbia who are engaged in the production or
marketing of cranberries or any part of cranberries and for that
purpose may classify those persons into groups and fix the levies or charges payable by the members of the different groups
in different amounts; and
(b) use the levies or charges for the purposes of the Commission, including the creation of reserves, the payment of expenses and losses resulting from the sale or disposal of cranberries and the equalization or adjustment among producers of
3. En ce qui concerne les pouvoirs qui lui sont conférés aux
termes de l’article 2, la Commission est habilitée :
a) à instituer et à percevoir des taxes ou prélèvements à payer
par les personnes qui se livrent, en Colombie-Britannique, à la
production ou à la commercialisation de la canneberge ou de
toute partie de ce produit et, à cette fin, à classer ces personnes
en groupes et à fixer les montants des taxes ou prélèvements à
payer par les membres des différents groupes;
b) à employer à son profit ces taxes ou prélèvements, notamment pour la création de réserves et le paiement des frais et
pertes résultant de la vente ou de l’aliénation des canneberges
et pour une meilleure répartition ou la péréquation, entre
———
———
a
a
b
S.C. 1991, c. 34, s. 2
R.S., c. A-6
478
b
L.C. 1991, ch. 34, art. 2
L.R., ch. A-6
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-33
cranberries of money realized from the sale of cranberries during any period that the Commission may determine.
producteurs de canneberges, des sommes rapportées par la vente
de canneberges durant toute période qu’elle peut déterminer.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
4. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The British Columbia Cranberry Marketing Commission
(“Commission”) is a provincial commodity marketing board with
the authority to promote, regulate and control in any and all respects, to the extent of the powers of the Province, the transportation, processing, packing, storing and marketing of cranberries.
The BC Cranberry Marketing Scheme was enacted by the Province of BC in 1968 by BC Regulation 259/68. It was updated in
2004 by BC Order in Council No. 1086.
La « British Columbia Cranberry Marketing Commission »
(ci-après la Commission) est un office de commercialisation provincial qui possède le pouvoir de promouvoir, de réglementer et
de contrôler, dans le cadre des compétences provinciales, tous les
aspects du transport, du traitement, de l’emballage, de l’entreposage et de la commercialisation des canneberges. La Province de
la C.-B. a adopté en 1968 le « BC Cranberry Marketing Scheme »
au moyen de son règlement 259/68 et l’a mis à jour en 2004 au
moyen de son décret 1086.
Comme plus de 90 % des canneberges produites en C.-B. sont
commercialisées sur les marchés interprovincial et international,
la Commission doit ainsi étendre à toutes les canneberges produites en C.-B. les pouvoirs d’imposition et de perception de ses
prélèvements qu’elle exerce déjà sur le marché provincial. Considérant que les prélèvements actuellement perçus sont versés sur
une base facultative par tous les producteurs sans exception, le
Décret rend officiel le régime actuel facultatif et ne comporte
donc aucune nouvelle charge.
Le Décret a pour objet :
• de renforcer et préciser les pouvoirs de la Commission;
• d’imposer et percevoir des prélèvements sur les canneberges
commercialisées sur les marchés interprovincial et international;
• d’utiliser les fonds tirés des prélèvements pour fournir des
services aux producteurs, notamment aux fins de recherche
sur la production, de recherche sur les effets bénéfiques pour
la santé et de promotion sur les marchés national et international de la canneberge.
As over 90% of the cranberries grown in British Columbia enter interprovincial and international trade, the Commission requires an extension of its provincial authority to impose and collect levies on all BC cranberry production. As these levies are
currently all being paid voluntarily by every affected grower
without exception, the Order is formalizing the current voluntary
system and has a neutral impact.
This Order
strengthens and clarifies the Commission’s authority;
imposes and allows for the collection of levies on cranberries
moving to interprovincial and international trade; and
• uses the funds generated by the levy to provide services to
growers, notably production research, health benefits research
and national and international promotion of cranberries.
•
•
Description and rationale
Description et justification
The Order ensures the fair and equitable distribution of the
costs of providing services to growers and administering the
Commission. The federal Order applies to all BC-grown cranberries moving to interprovincial and export trade. The levy is the
same as the levy imposed on growers marketing cranberries
within British Columbia. All levies are withheld by buyers (first
receivers) from funds otherwise due to growers and remitted directly to the Commission on behalf of those growers.
Le Décret assure la répartition juste et équitable des coûts associés à la prestation des services aux producteurs et au fonctionnement de la Commission. Le décret fédéral s’applique à toutes
les canneberges produites en C.-B. qui sont commercialisées sur
les marchés interprovincial et international. Le taux de prélèvement est identique au taux imposé aux producteurs qui commercialisent leurs canneberges sur le marché provincial. Tous les
prélèvements seront retenus par les acheteurs (les premiers intermédiaires) à même les fonds payables aux producteurs et seront
remis directement à la Commission au nom de ces producteurs.
Grâce à l’appui financier reçu d’Agriculture et Agroalimentaire
Canada et du « Ministry of Agriculture and Lands » de la C.-B.,
l’« Investment Agriculture Foundation » (IAF) de la province
accorde à son tour un appui financier aux programmes de recherche et de promotion de la Commission. Les prélèvements sont en
gros doublés pour financer les fonds de contrepartie fournis par
The BC Investment Agriculture Foundation (“IAF”), with
funding from Agriculture and Agri-Food Canada and the BC
Ministry of Agriculture and Lands, financially supports the
Commission’s research and promotion programs. Generally, IAF
matches producer levies for specific projects, meaning the producer levies are, in effect, doubled to fund grower services. The
479
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-33
Commission’s ability to receive grower levies takes on an added
importance.
Levies are only imposed and collected on BC cranberry growers; no other sector of the industry pays levies and no other commodity is subject to the Commission’s authority. Levies are currently $0.003/lb (3 tenths of 1 cent per pound) and, when applied
to an average annual BC cranberry crop of 80 000 000 lbs, yields
average annual revenues of $240,000. The annual cost of operating the Commission is approximately $100,000, leaving $140,000
for grower services, and when matched by IAF the total funds
available for services are approximately $280,000.
l’IAF des producteurs qui sont affectés aux projets de recherche.
L’habitude de la Commission à recevoir les redevances des producteurs prend encore plus d’importance.
Seuls les producteurs de canneberges de la C.-B. sont visés par
l’imposition et la perception des prélèvements. Aucun autre secteur de l’industrie ne verse quelque prélèvement à la Commission,
qui n’exerce de pouvoir pour aucune autre denrée. Les prélèvements sont actuellement établis à 0,003 $ la livre (3 dixièmes
de cent la livre). Pour une récolte annuelle moyenne de
80 000 000 livres en C.-B., cela signifie des recettes annuelles de
240 000 $. Le coût annuel de fonctionnement de la Commission
étant de quelque 100 000 $, il reste 140 000 $ pour les services
aux producteurs et, une fois ajoutés les fonds que verse l’IAF, le
montant total disponible pour la prestation de services atteint
quelque 280 000 $.
Consultation
Consultation
This federal order was supported unanimously by all BC cranberry growers at four successive Commission Annual General
Meetings (2006–09). Additionally, the support of the BC Cranberry Growers Association was given by formal motion of their
members.
The need for the BC Cranberry federal Order is also supported
by the British Columbia Ministry of Agriculture and Lands and
by the British Columbia Farm Industry Review Board.
The Order was published in the Canada Gazette, Part I, for
30 days and no representations were received.
L’application du décret fédéral a reçu l’appui unanime des producteurs de canneberges de la C.-B. lors des quatre dernières assemblées générales annuelles de la Commission (2006 à 2009).
En outre, les membres de la « BC Cranberry Growers Association » ont adopté une motion officielle en ce sens.
La demande d’un décret fédéral pour les canneberges de la
C.-B. aussi est appuyée par le « Ministry of Agriculture and
Lands » et par le « Farm Industry Review Board » de la province.
Le Décret a été publié dans la Partie I de la Gazette du Canada
pour 30 jours. Aucune observation au sujet du Décret n’a été
reçue.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
All growers and handlers of BC-grown cranberries must obtain
an annual license issued by the Commission. One requirement of
the licence is that the applicant must be and remain to be in good
standing with the Commission, meaning that in order for the applicant to renew a license, levies must be remitted to the Commission as required by the Commission’s General Order.
Tous les producteurs et autres intermédiaires qui commercialisent les canneberges produites en C.-B. doivent obtenir un permis
annuel délivré par la Commission. Une des conditions pour la
délivrance du permis est que le requérant soit et reste membre en
règle de la Commission, et ainsi le renouvellement du permis
nécessite le versement des prélèvements conformément au règlement général de la Commission.
La Commission rencontre annuellement chaque acheteur pour
examiner la situation et pour assurer l’observation de ses décrets.
Tous les acheteurs doivent présenter les registres indiquant le
nombre de livres commercialisées et les prélèvements perçus et
remis.
The British Columbia Cranberry Marketing Commission meets
annually with each buyer to review any issues and to ensure compliance with its Orders. All buyers are required to submit records
of pounds handled and of levies retained and submitted.
Contact
Personne-ressource
Claude Janelle
Executive Director
Farm Products Council of Canada
344 Slater Street
Ottawa, Ontario
K1R 7Y3
Telephone: 613-995-0682
Email: claude.janelle@agr.gc.ca
Claude Janelle
Directeur exécutif
Conseil des produits agricoles du Canada
344, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1R 7Y3
Téléphone: 613-995-0682
Courriel : claude.janelle@agr.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
480
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-34
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-34
Le 10 février 2011
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to
the Canadian Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)
P.C. 2011-207
C.P. 2011-207
February 10, 2011
Le 10 février 2011
Whereas, pursuant to subsection 332(1)a of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b, the Minister of the Environment published in the Canada Gazette, Part I, on October 3, 2009,
a copy of the proposed Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999, substantially in the form set out in the annexed Order, and persons
were given an opportunity to file comments with respect to the
proposed Order or to file a notice of objection requesting that a
board of review be established and stating the reasons for the
objection;
And whereas, pursuant to subsection 90(1) of that Act, the
Governor in Council is satisfied that the substances set out in the
annexed Order are toxic substances;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of the Environment and the
Minister of Health, pursuant to subsection 90(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999b, hereby makes the annexed
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian
Environmental Protection Act, 1999.
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, le ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du Canada
Partie I, le 3 octobre 2009, un projet de décret intitulé Décret
d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), conforme en
substance au texte ci-après, et que les intéressés ont ainsi eu la
possibilité de présenter leurs observations à cet égard ou un avis
d’opposition motivé demandant la constitution d’une commission
de révision;
Attendu que, conformément au paragraphe 90(1) de cette loi, le
gouverneur en conseil est convaincu que les substances visées par
le décret ci-après sont des substances toxiques,
À ces causes, sur recommandation du ministre de l’Environnement et de la ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 90(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil
prend le Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
ci-après.
ORDER ADDING TOXIC SUBSTANCES TO
SCHEDULE 1 TO THE CANADIAN
ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
DÉCRET D’INSCRIPTION DE SUBSTANCES TOXIQUES
À L’ANNEXE 1 DE LA LOI CANADIENNE SUR LA
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act,
19991 is amended by adding the following in numerical order:
108. Sulfuric acid, diethyl ester, which has the molecular formula C4H10O4S
109. Sulfuric acid, dimethyl ester, which has the molecular
formula C2H6O4S
110. Benzenamine, N-phenyl-, reaction products with styrene
and 2,4,4-trimethylpentene
1. L’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)1 est modifiée par adjonction, selon
l’ordre numérique, de ce qui suit :
108. Sulfate de diéthyle, dont la formule moléculaire est
C4H10O4S
109. Sulfate de diméthyle, dont la formule moléculaire est
C2H6O4S
110. N-phénylaniline, produits de réaction avec le styrène et le
2,4,4-triméthylpentène
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
S.C. 1999, c. 33
b
1
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
L.C. 1999, ch. 33
481
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Canadians depend on chemical substances that are used in the
manufacturing of hundreds of goods, from medicines to computers, fabrics and fuels. Unfortunately, some chemical substances can have detrimental effects on the environment and/or
human health when released in a certain quantity or concentration
or under certain conditions in the environment. Scientific assessments of the impact of human and environmental exposure have
determined that a number of these substances constitute or may
constitute a danger to human health and to the environment as per
the criteria set out under section 64 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999).
Les Canadiens dépendent des substances chimiques utilisées
dans la fabrication de millions de produits, des médicaments aux
ordinateurs, en passant par les tissus et les combustibles. Malheureusement, certaines substances chimiques peuvent avoir des effets nocifs sur l’environnement ou la santé humaine si elles sont
libérées dans l’environnement en certaines quantités, à certaines
concentrations ou dans certaines conditions. Des évaluations
scientifiques sur l’impact de l’exposition des humains et de
l’environnement à un certain nombre de ces substances constituent ou peuvent constituer un danger pour la santé humaine ou
l’environnement selon les critères énoncés à l’article 64 de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE
(1999)].
L’objectif du Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [nommé ci-après le Décret], établi en vertu du
paragraphe 90(1) de la LCPE (1999), est d’ajouter les substances
suivantes à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la
LCPE (1999) :
• L’acide sulfurique, ester de diéthyle (no CAS 64-67-5), ciaprès appelé « sulfate de diéthyle »;
• L’acide sulfurique, ester de diméthyle (no CAS 77-78-1), ciaprès appelé « sulfate de diméthyle »;
• N-Phénylaniline, produits de la réaction avec le styrène et le
2,4,4-triméthylpentène (n° CAS 68921-45-9), ci-après appelée
« BNST ».
Cet ajout de substances permet aux Ministres d’établir des règlements ou des instruments proposés afin de gérer les risques
pour la santé humaine et l’environnement que présentent ces
substances en vertu de la LCPE (1999). Les Ministres peuvent
également choisir d’établir des instruments non réglementaires
visant la gestion de ces risques.
The objective of the Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (hereinafter referred to as the Order), made pursuant to subsection 90(1) of CEPA 1999, is to add the following substances to
the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999:
• Sulfuric acid, diethyl ester (CAS RNo. 64-67-5), hereafter
referred to as “diethyl sulfate”;
• Sulfuric acid, dimethyl ester (CAS RNo. 77-78-1), hereafter
referred to as “dimethyl sulfate”; and
• Benzenamine, N-phenyl-, reaction products with styrene and
2,4,4-trimethylpentene (CAS No. 68921-45-9), hereafter referred to as “BNST.”
This addition enables the Ministers to develop proposed regulations or instruments to manage human health and environmental
risks posed by these substances under CEPA 1999. The Ministers
may also choose to develop non-regulatory instruments to manage these risks.
Description and rationale
Description et justification
Background
Contexte
Approximately 23 000 substances (often referred to as “existing” substances) were in use in Canada between January 1, 1984,
and December 31, 1986. These substances are found on the Domestic Substances List (DSL), but many of them have never been
assessed as to whether they meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999. Section 73 of the Act required that substances on the DSL be categorized to determine which of them
pose the greatest potential for exposure to the general population.
Categorization also determines which of these substances are
persistent or bioaccumulative in accordance with the Regulations
and inherently toxic to human beings or to non-human organisms.
Pursuant to section 74 of the Act, substances that were flagged
during the categorization process must undergo an assessment to
determine whether they meet any of the criteria set out in section 64. Assessments may also be conducted under section 68 of
the Act for substances identified as high priorities for action, but
that do not meet the categorization criteria set out under section 73 of the Act.
Environ 23 000 substances (souvent appelées substances
« existantes ») ont été utilisées au Canada entre le 1er janvier 1984
et le 31 décembre 1986. Ces substances se retrouvent sur la Liste
intérieure des substances (LIS), mais bon nombre d’entre elles
n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation, à savoir si elles répondent aux critères énoncés dans l’article 64 de la LCPE (1999).
Conformément à l’article 73 de la Loi, toutes les substances figurant sur la Liste intérieure des substances doivent faire l’objet
d’une catégorisation pour déterminer celles qui présentent le plus
fort risque d’exposition pour la population générale. La catégorisation permet également de déterminer les substances qui sont
jugées persistantes ou bioaccumulables conformément au Règlement et intrinsèquement toxiques pour les humains et les organismes non humains. Conformément à l’article 74 de la Loi, les
substances qui ont été signalées au cours du processus de catégorisation doivent subir une évaluation afin de déterminer si elles
répondent à l’un ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64.
Des évaluations peuvent également être réalisées conformément à
482
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
The Minister of the Environment and the Minister of Health
(the Ministers) completed the categorization exercise in September 2006. Of the approximately 23 000 substances on the DSL,
about 4 300 were identified as needing further attention.
As a result of categorization, the Chemicals Management Plan
(the Plan) was launched on December 8, 2006, with the objective
of improving the degree of protection from hazardous chemicals.
A key element of the Plan is the collection of information on
the properties and uses of approximately 200 substances identified as high priorities for action. This includes substances
• that were found to meet the categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms, and that are known to be in commerce, or
of commercial interest, in Canada; these substances are considered to be high priorities for assessment of ecological risk;
and/or
• that were found either to meet the categorization criteria for
greatest potential for exposure or to present an intermediate
potential for exposure, and were identified as posing a high
hazard to human health based on available evidence on carcinogenicity, mutagenicity, developmental toxicity or reproductive toxicity; these substances are considered to be priorities for assessment of risk to human health.
This information is being used to make decisions regarding the
best approaches to protect Canadians and their environment from
the risks these substances might pose. This information-gathering
initiative is known as the “Challenge.”
To facilitate the process, Environment Canada and Health Canada have organized the approximately 200 substances into
12 batches of approximately 15 substances. A batch is released
every three months, and stakeholders are required to report information such as quantities imported, manufactured or used in
Canada via a mandatory survey issued under section 71 of CEPA
1999. Affected parties are required to submit this information to
better inform decision making, including determining whether a
substance meets one or more of the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999 — that is to say, whether the substance is entering or
may enter the environment in a quantity or concentration or under
conditions that
• have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity;
• constitute or may constitute a danger to the environment on
which life depends; or
• constitute or may constitute a danger in Canada to human life
or health.
Based on the information received and other available information, screening assessments are conducted in order to assess
whether substances meet one or more of the criteria of section 64.
The screening assessments are peer-reviewed and additional
advice is also sought, as appropriate, through the Challenge
l’article 68 de la Loi pour les substances identifiées comme hautement prioritaires, mais qui ne satisfont pas aux critères de catégorisation énoncés à l’article 73 de ladite loi.
Les ministres de l’Environnement et de la Santé (« les Ministres ») ont complété le processus de catégorisation en septembre
2006. Parmi les quelque 23 000 substances retrouvées sur la Liste
intérieure des substances, environ 4 300 ont été identifiées
comme méritant une attention plus poussée.
Le 8 décembre 2006, par suite de ce travail de catégorisation, le
Plan de gestion des produits chimiques (le Plan) a été lancé en
vue d’améliorer la protection contre les substances chimiques
dangereuses.
Un élément clé du Plan consiste en la collecte de renseignements sur les propriétés et les utilisations des quelque 200 substances identifiées comme hautement prioritaires, à savoir celles
dont on a établi :
• qu’elles répondent à tous les critères environnementaux de la
catégorisation, notamment la persistance, le potentiel de bioaccumulation et la toxicité intrinsèque pour les organismes
non humains, et qui sont commercialisées ou présentent un intérêt commercial au Canada; ces substances sont considérées
comme d’intérêt prioritaire en vue d’une évaluation des risques écologiques;
• qu’elles répondent aux critères de la catégorisation pour le
plus fort risque d’exposition ou qui présentent un risque
d’exposition intermédiaire et qui ont été jugées particulièrement dangereuses pour la santé humaine à la lumière des renseignements obtenus concernant leur cancérogénicité, leur
mutagénicité ou leur toxicité pour le développement ou la reproduction; ces substances sont considérées comme d’intérêt
prioritaire en vue d’une évaluation des risques pour la santé
humaine.
Ces renseignements doivent servir à la prise de décisions
concernant la meilleure démarche à adopter pour protéger les
Canadiens et leur environnement face aux risques que peuvent
présenter ces substances. Cette initiative de collecte de données
s’appelle le « Défi ».
Afin de faciliter le processus, Environnement Canada et Santé
Canada ont réparti les quelque 200 substances en 12 lots
d’environ 15 substances chacun. Lorsqu’un lot de substances est
publié tous les trois mois, les parties intéressées sont alors tenues
de présenter des renseignements (comme les quantités importées,
fabriquées ou utilisées au Canada) en répondant à une enquête
lancée en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999). Les parties
intéressées doivent fournir les renseignements nécessaires à
l’amélioration de la prise de décisions pour ce qui est de déterminer si une substance répond à l’un ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999), c’est-à-dire si la substance
pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement dans une quantité
ou concentration ou dans des conditions de nature à :
• avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique;
• mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie;
• constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
Des évaluations préalables ont été faites en tenant compte des
renseignements reçus et d’autres données disponibles afin de déterminer si les substances répondent à un ou plusieurs des critères
de l’article 64. Les évaluations préalables sont soumises à un
examen par les pairs. D’autres avis relatifs à ces évaluations sont
483
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
Advisory Panel. The Panel, made up of experts from various
fields such as chemical policy, chemical production, economics
and environmental health, was formed to provide advice to Government on the application of precaution and weight of evidence
to screening assessments in the Challenge. These screening assessments are then published on the Chemical Substances Web
site at http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challengedefi/batch-lot-4/index-eng.php along with notices that are published in the Canada Gazette, Part I, that signal the Ministers’
intent with regard to further risk management.
The Minister of the Environment is required under section 91
of CEPA 1999 to publish in the Canada Gazette a proposed
regulation or instrument establishing preventive or control actions within two years of publishing a statement under paragraph 77(6)(b) of CEPA 1999 indicating that the measure the
Ministers propose to take, as confirmed or amended, is a recommendation that the substance be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999. Section 92 then requires
that the regulation or instrument be finalized and published within
18 months following the publication in the Canada Gazette,
Part I.
The addition of these substances on Schedule 1 of CEPA 1999
allows the Ministers to develop risk management instruments in
order to meet these obligations. The Act enables the development
of risk management instruments (such as regulations, guidelines
or codes of practice) to protect the environment and human
health. These instruments can be developed for any aspect of the
substance’s life cycle, from the research and development stage
through manufacture, use, storage, transport and ultimate disposal
or recycling. Proposed Risk Management Approach documents,
which provide an indication of where the Government will focus
its risk management activities, have been prepared for Batch 4
substances and are available on the Chemical Substances Web
site listed above.
The final screening assessments for the fourth batch of
the Challenge comprising 18 substances were published on
the Chemical Substances Web site (http://www.chemical
substanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-4/index-eng.
php), and the statements recommending addition to Schedule 1
were published in the Canada Gazette, Part I, on August 1, 2009.
It was concluded that three of the 18 substances meet one or
more of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999. Of these
three substances, two substances constitute or may constitute a
danger in Canada to human life or health and one substance has
or may have an immediate or long-term harmful effect on the
environment or its biological diversity.
A summary of the assessments and conclusions and an overview of the public comments received during the public comment
period on the draft assessment report and on the risk management scope documents for the substances are available from
the Chemical Substances Web site at this location: http://www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-4/
index-eng.php.
484
également obtenus, s’il y a lieu, par le truchement du Groupe
consultatif du Défi. Le Groupe a été créé pour conseiller le gouvernement sur l’application du principe de prudence et de la méthode du poids de la preuve dans les évaluations préalables réalisées dans le cadre du Défi. Il est composé d’experts de divers
domaines tels que la politique sur les produits chimiques, la fabrication de ces produits, l’économie et la santé de l’environnement.
Ces évaluations préalables sont ensuite publiées sur le site
Web portant sur les substances chimiques (http://www.chemical
substanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-4/index-fra.
php) en même temps que paraissent les avis dans la Partie I de la
Gazette du Canada qui précisent l’intention des Ministres de
prendre des mesures supplémentaires de gestion des risques.
Conformément à l’article 91 de la LCPE (1999), le ministre de
l’Environnement est tenu de publier, dans la Gazette du Canada,
un projet de texte — règlement ou instrument — portant sur les
mesures de prévention ou de contrôle dans les deux ans suivant la
publication d’un avis en vertu de l’alinéa 77(6)b) de la LCPE
(1999) indiquant que la mesure, confirmée ou modifiée, que proposent les Ministres, est une recommandation d’inscrire la substance sur la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la
LCPE (1999). L’article 92 les oblige ensuite à terminer le texte
dans les 18 mois suivant la publication dans Partie I de la Gazette
du Canada.
L’inscription de ces substances à l’annexe 1 de la LCPE (1999)
permet aux Ministres de mettre au point des outils de gestion des
risques afin de s’acquitter de ces obligations. La Loi permet
l’élaboration d’instruments de gestion des risques (comme des
règlements, des directives ou des codes de pratique) afin de protéger l’environnement et la santé des humains. Ces instruments
peuvent être élaborés en vue de contrôler tous les aspects du cycle
de vie d’une substance, depuis la recherche et le développement
jusqu’à l’élimination finale ou au recyclage, en passant par la
fabrication, l’utilisation, le stockage et le transport. Des documents proposant une approche de gestion des risques et indiquant
le centre de préoccupation des activités de gestion des risques du
gouvernement ont été préparés pour les substances du quatrième
lot et sont disponibles en ligne sur le site Web des substances
chimiques susmentionné.
Les évaluations préalables finales du quatrième lot du Défi visant 18 substances ont été publiées sur le site Web portant sur les
substances chimiques (http://www.chemicalsubstanceschimiques.
gc.ca/challenge-defi/batch-lot-4/index-fra.php), et les avis recommandant l’ajout à l’annexe 1 sont parus dans la Partie I de la
Gazette du Canada le 1er août 2009.
On a conclu que sur les 18 substances, trois substances répondent à un ou plusieurs des critères établis à l’article 64 de la
LCPE (1999). Parmi ces trois substances, deux substances constituent ou peuvent constituer un danger au Canada pour la vie ou la
santé humaines et une substance peut avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité
biologique.
Un résumé des évaluations et des conclusions ainsi qu’un aperçu des observations du public reçues au cours de la période de
commentaires du public sur le rapport d’évaluation préliminaire
et les documents sur le cadre de gestion des risques pour ces substances sont présentés sur le site Web des substances chimiques
à l’adresse suivante : http://www.chemicalsubstanceschimiques.
gc.ca/challenge-defi/batch-lot-4/index-fra.php.
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
Substances descriptions, assessment summaries and conclusions
for Batch 4 substances
Descriptions des substances, résumé des évaluations et
conclusions pour les substances du quatrième lot
1. Human health priority substances
1. Substances d’intérêt prioritaire pour la santé humaine
Diethyl sulfate, also known as “sulfuric acid, diethyl ester,” is a
man-made organic chemical. It has traditionally been used in the
manufacture of a wide variety of other chemicals used in dyes,
agricultural chemicals and pharmaceuticals. It is also used in the
production of certain kinds of salts which are in textile applications, detergents, dyes and pigments, hair products, sanitization
and disinfection products as well as in the manufacture of organically modified clays. In Canada, according to the information
received as a result of a notice issued under section 71 of CEPA
1999, diethyl sulfate is used as a processing aid in the manufacture of abrasive grinding tools and as a chemical intermediate,
especially in the paper industry. The substance can be found in
residual amounts in chemical additives that are used as fabric
softeners and as release technology aids to increase the absorbency of paper media. No companies in Canada reported manufacturing of diethyl sulfate in a quantity greater than 100 kg for
the 2006 calendar year, and only one import of approximately
1 000 kg was reported.
Le sulfate de diéthyle, aussi connu sous le nom de « acide sulfurique, ester de diéthyle », est une substance chimique organique
fabriquée par l’homme. Il est habituellement utilisé dans la fabrication d’une grande variété d’autres produits chimiques utilisés
dans les colorants et les produits chimiques agricoles et pharmaceutiques. Il est aussi utilisé dans la production de certains types
de sels qui se retrouvent dans les applications textiles, les détergents, les colorants et pigments, produits pour cheveux, produits
hygiéniques et désinfectants, ainsi que dans la fabrication d’argiles modifiées organiquement. Au Canada, d’après les renseignements présentés dans l’avis publié en vertu de l’article 71 de
la LCPE (1999), le sulfate de diéthyle est utilisé comme agent
technologique dans la fabrication d’outils de broyage abrasifs et
comme produit chimique intermédiaire, particulièrement dans
l’industrie papetière. Cette substance peut également se trouver en
quantité résiduelle dans des additifs chimiques employés comme
adoucisseurs de tissus et comme aides à la technologie de rejet
pour augmenter la capacité d’absorption du papier. Aucune entreprise canadienne n’a déclaré avoir fabriqué en 2006 du sulfate de
diéthyle en quantité égale ou supérieure à 100 kg et une seule
importation, équivalant à environ 1 000 kg, a été rapportée.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation du risque que
comporte le sulfate de diéthyle pour la santé des humains, puisqu’on a déterminé qu’il présentait un risque intermédiaire d’exposition à la population canadienne en plus d’être classé par
d’autres organismes en fonction de sa carcinogénicité et de sa
génotoxicité, notamment par :
• le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) —
classé comme substance « probablement cancérigène pour les
humains »;
• la Commission européenne — classé comme substance qui
« devrait être perçue comme cancérigène pour les humains »
et comme substance qui « devrait être perçue comme mutagène pour les humains »;
• le National Toxicology Program (NTP) aux États-Unis —
classé comme substance « dont on peut raisonnablement présumer qu’elle soit cancérogène pour l’homme ».
Le sulfate de diméthyle, aussi connu sous le nom de « acide
sulfurique, ester de diméthyle », est principalement utilisé dans
l’industrie chimique et pharmaceutique, et surtout dans la préparation des colorants, produits chimiques agricoles, médicaments
et autres produits de spécialité. D’après les renseignements reçus
à la suite de la publication d’un avis en vertu de l’article 71, le
sulfate de diméthyle est utilisé au Canada comme intermédiaire
pharmaceutique. Aucune entreprise canadienne n’a déclaré avoir
fabriqué en 2006 du sulfate de diméthyle en quantité égale ou
supérieure à 100 kg, mais une importation, équivalant à environ
1 000 kg, a été rapportée.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation du risque que
comporte le sulfate de diméthyle pour la santé des humains, puisqu’on a déterminé qu’il présentait un risque intermédiaire d’exposition à la population canadienne en plus d’être classé par
d’autres organismes en fonction de sa carcinogénicité et de sa
génotoxicité, notamment par :
• le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) —
classé comme substance « probablement cancérogène pour les
humains »;
Diethyl sulfate was considered a high priority for assessment of
risk to human health as it was determined to present intermediate
potential for exposure to individuals in Canada and had been classified by other agencies on the basis of carcinogenicity and
genotoxicity, including
• the International Agency for Research on Cancer (IARC) —
as a substance that is “probably carcinogenic to humans”;
• the European Commission — as a substance “which should be
regarded as carcinogenic to humans” and as a substance
“which should be regarded as if mutagenic to humans”; and
• the United States National Toxicology Program (NTP) — as a
substance that is “reasonably anticipated to be a human
carcinogen.”
Dimethyl sulfate, also known as “sulfuric acid, dimethyl ester,”
is mainly used in the chemical and pharmaceutical industry, particularly in the preparation of dyes, agricultural chemicals, drugs
and other specialty products. According to the information received as a result of a notice issued under section 71, dimethyl
sulfate is used in Canada as a pharmaceutical intermediate. No
companies in Canada reported manufacture in a quantity greater
than 100 kg for the 2006 calendar year, though importation of
approximately 1 000 kg was reported.
Dimethyl sulfate was considered a high priority for assessment
of risk to human health as it was determined to present intermediate potential for exposure to individuals in Canada and had been
classified by other agencies on the basis of carcinogenicity and
genotoxicity, including
• IARC — as a substance that is “probably carcinogenic to
humans”;
• European Commission — as a substance “which should be
regarded as carcinogenic to humans” and as a substance
485
2011-03-02
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
which “causes concern for humans owing to possible
mutagenic effects”;
United States Environmental Protection Agency — as a
“probable human carcinogen”; and
NTP — as a substance that is “reasonably anticipated to be a
human carcinogen.”
•
•
•
la Commission européenne — classé comme substance qui
« devrait être perçue comme cancérogène pour les humains »
et comme substance qui « devrait faire l’objet d’une attention
en raison de ses effets possiblement mutagènes pour les
humains »;
l’Environmental Protection Agency des États-Unis — classé
comme substance « probablement cancérogène pour
l’homme »;
le National Toxicology Program (NTP) aux États-Unis —
classé comme substance « dont on peut raisonnablement présumer qu’elle soit cancérogène pour l’homme ».
Final assessment conclusions on the health priority substances
Conclusions des évaluations finales sur les substances d’intérêt
prioritaire pour la santé humaine
On the basis of the carcinogenicity for which there is a probability of harm at any level of exposure, it is concluded that
diethyl sulfate and dimethyl sulfate may be entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or
health as set out in section 64 of CEPA 1999. These substances
are thus recommended for addition to Schedule 1 of CEPA 1999.
Compte tenu de la cancérogénicité des substances, pour lesquelles il pourrait exister une probabilité d’effets nocifs à tout
niveau d’exposition, le sulfate de diéthyle et le sulfate de diméthyle sont considérés comme des substances pouvant pénétrer
dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans
des conditions de nature à constituer un danger au Canada pour la
vie ou la santé humaines, et qu’elles remplissent ainsi les critères
de l’article 64 de la LCPE (1999). Par conséquent, il a été recommandé qu’on les ajoute à l’annexe 1 de la Loi.
2. Ecological priority substance
2. Substance d’intérêt prioritaire pour l’environnement
The substance BNST, also known as “Benzenamine, N-phenyl-,
reaction products with styrene and 2,4,4-trimethylpentene,” is
used in Canada in a number of products such as engine oil and
industrial lubricants. In 2006, between 100 000 and 1 000 000 kg
of the substance were imported into Canada and between
1 000 000 and 10 000 000 kg were manufactured. The quantity of
BNST manufactured and imported into Canada, along with the
potentially wide-ranging uses of this substance, indicate that it
could potentially be released in conditions that can have a detrimental effect on the Canadian environment.
La substance BNST, aussi connue sous le nom de « Nphénylaniline, produits de la réaction avec le styrène et le 2,4,4triméthylpentène », est utilisée au Canada dans un certain nombre
de produits comme les huiles à moteur et les lubrifiants industriels. En 2006, on a importé au Canada entre 100 000 kg et
1 000 000 kg de cette substance et entre 1 000 000 kg et
10 000 000 kg de cette substance ont été fabriqués. La quantité de
BNST fabriquée et importée au Canada, et la grande variété
d’utilisations possibles de cette substance, indiquent qu’elle pourrait potentiellement être libérée dans des conditions qui produisent des effets nocifs pour l’environnement au Canada.
En raison de ses propriétés physiques et chimiques, le BNST ne
se dégrade pas rapidement dans l’environnement. Il devrait donc
être persistant dans l’air, l’eau, le sol et les sédiments. La substance possède également la caractéristique de s’accumuler potentiellement dans les tissus des organismes vivants et ainsi
s’accumuler dans les tissus d’autres organismes de la chaîne alimentaire. Il a été déterminé que la substance répond au critère de
la persistance et de la bioaccumulation tel qu’il est défini dans le
Règlement sur la persistance et la bioaccumulation1 et, par conséquent, elle pourrait être nocive pour l’environnement.
The physical and chemical properties of BNST indicate that the
substance does not degrade quickly in the environment. It is
therefore expected to be persistent in water, soil and sediments.
The substance also has the potential to accumulate in the tissues
of living organisms and may further accumulate in the tissues
of other organisms along the food chain. The substance has
been determined to meet the persistence and bioaccumulation
criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations1 and therefore presents the potential to cause harm to the
environment.
Final assessment conclusions on the ecological priority substance
Conclusions des évaluations finales sur les substances d’intérêt
prioritaire pour l’environnement
Based on the information available, it is concluded that BNST
is entering or may enter the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity as defined under section 64 of CEPA 1999. This
substance is thus recommended for addition to Schedule 1 of
CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, on conclut que le
BNST pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une
quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à
avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, conformément à
l’article 64 de la LCPE (1999). Par conséquent, il a été recommandé qu’on l’ajoute à l’annexe 1 de la Loi.
———
———
1
1
The Persistence and Bioaccumulation Regulations set the criteria which are used
to determine if a substance is persistent or bioaccumulative for the purposes of
section 77.
486
Le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation établit le critère utilisé
pour déterminer si une substance est persistante ou bioaccumulable en vertu de
l’article 77.
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
In addition, the presence of BNST in the environment results
primarily from human activity and the available data regarding
persistence and bioaccumulation indicate that the substance meets
the criteria set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations, made under CEPA 1999. The substance thus meets the
criteria for implementation of virtual elimination of releases to the
environment as defined under subsection 77(4).
The final screening assessment reports, the proposed risk management approach documents and the complete responses to
comments received on both ecological and health priorities were
published on August 1, 2009, and may be obtained from the
Chemical Substances Web site at http://www.chemicalsubstances
chimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-4/index-eng.php or from
the Program Development and Engagement Division, Gatineau,
Quebec K1A 0H3, 819-953-7155 (fax), or by email at substances@ec.gc.ca.
De plus, la présence du BNST dans l’environnement résulte
surtout de l’activité humaine et les données disponibles sur la
persistance et la bioaccumulation indiquent que cette substance
répond au critère énoncé dans le Règlement sur la persistance et
la bioaccumulation de la LCPE (1999). Cette substance répond
donc au critère de mise en place de la quasi-élimination des rejets
dans l’environnement, conformément au paragraphe 77(4).
Les rapports finaux d’évaluation préalable, les documents proposant une méthode de gestion des risques et les réponses complètes aux commentaires reçus sur les priorités pour l’environnement et la santé ont été publiés le 1er août 2009 et peuvent être
obtenus à partir du site Web sur les substances chimiques à
l’adresse suivante : http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.
ca/challenge-defi/batch-lot-4/index-fra.php. Il est également possible d’en obtenir des exemplaires auprès de la Division de la
mobilisation et de l’élaboration de programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur), ou par courriel à
l’adresse : substances@ec.gc.ca.
Alternatives
Solutions envisagées
The following measures can be taken after a screening assessment is conducted under CEPA 1999:
• adding the substance to the Priority Substances List for further
assessment (when additional information is required to determine whether or not a substance meets the criteria in section 64);
• taking no further action in respect of the substance; or
• recommending that the substance be added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1 and, where applicable, recommending the implementation of virtual elimination.
It has been concluded in the final screening assessment reports
that diethyl sulfate and dimethyl sulfate are entering, or may enter, the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health as set out set out under paragraph 64(c) of
CEPA 1999.
In addition, the presence of BNST in the environment results
primarily from human activity. The substance is not a naturally
occurring radionuclide or inorganic substance and is persistent
and bioaccumulative, as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. Consequently, the Ministers must propose to follow the process specified in CEPA 1999 for substances
that meet the criteria for virtual elimination of releases to the
environment.
Après une évaluation préalable menée en vertu de la LCPE
(1999), il est possible de prendre l’une des mesures suivantes :
• inscrire la substance sur la Liste des substances d’intérêt prioritaire (lorsque des renseignements supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si une substance répond ou non aux
critères énoncés à l’article 64);
• ne rien faire à l’égard de la substance;
• recommander son inscription sur la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la Loi et, s’il y a lieu, mettre en œuvre
sa quasi-élimination.
Le ministre de la Santé et le ministre de l’Environnement ont
conclu, dans les rapports finaux d’évaluation préalable, que le
sulfate de diéthyle et le sulfate de diméthyle pénètrent ou peuvent
pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration
ou dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines, au sens de l’alinéa 64c) de la
LCPE (1999).
Les Ministères ont également conclu que le BNST pénètre ou
peut pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité
biologique au sens de l’alinéa 64a) de la LCPE (1999).
Il en découle que la meilleure option serait d’ajouter ces trois
substances à l’annexe 1, ce qui permettra de mettre en place la
réglementation proposée ou d’autres instruments de gestion des
risques.
En outre, la présence du BNST dans l’environnement est due
principalement à l’activité humaine. La substance n’est pas un
radionucléide ou une substance inorganique d’origine naturelle et
elle est persistante et bioaccumulable, tel qu’il est défini dans le
Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. Par conséquent, les Ministres doivent proposer de suivre le processus spécifié dans la LCPE (1999) pour les substances qui répondent au
critère de la quasi-élimination des rejets dans l’environnement.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Adding these substances to Schedule 1 enables the Ministers to
develop regulations to manage human health and environmental
risks posed by these substances. The Ministers may also choose to
develop non-regulatory instruments to manage these risks. The
L’inscription de ces substances à l’annexe 1 permet aux Ministres d’établir des règlements afin de gérer les risques pour la santé
humaine et l’environnement que présentent ces substances. Les
Ministres peuvent toutefois choisir d’établir des instruments non
It has also been concluded that BNST is entering, or may enter,
the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful
effect on the environment or its biological diversity as set out
under paragraph 64(a) of CEPA 1999.
Adding these three substances to Schedule 1, which will enable
the development of proposed regulations or other risk management instruments, is therefore the best option.
487
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
Ministers will undertake an assessment of the potential impacts,
including an economic analysis, and consult with the public and
other stakeholders during the development of these risk management proposals.
réglementaires pour gérer ces risques. Au cours de l’établissement
de ces mesures proposées, les Ministres feront une évaluation des
incidences potentielles, y compris des analyses économiques, et
ils consulteront le public et d’autres parties intéressées à ce sujet.
Consultation
Consultation
On January 24, 2009, the Ministers published a summary of the
scientific assessments for 18 substances of Batch 4 in the Canada
Gazette, Part I, for a 60-day public comment period. Risk management scope documents were also released on the same date,
outlining the preliminary options being examined for the management of the three substances proposed to be toxic under section 64 of CEPA 1999. Prior to this publication, Environment
Canada and Health Canada have informed the governments of the
provinces and territories through the CEPA National Advisory
Committee (NAC) of the release of the Screening Assessment
reports on the 18 substances, the risk management scope documents, and the public comment period mentioned above. No
comments were received from CEPA NAC.
Les Ministres ont publié, le 24 janvier 2009, dans la Partie I de
la Gazette du Canada un résumé des évaluations scientifiques
effectuées pour les 18 substances du quatrième lot, en vue d’une
période de commentaires publics de 60 jours. Le même jour ont
aussi été publiés les cadres de gestion des risques, où sont décrites
les options préliminaires examinées pour la gestion de ces trois
substances que l’on propose de considérer comme toxiques au
sens de l’article 64 de la LCPE (1999). Préalablement, Environnement Canada et Santé Canada avaient informé le gouvernement
des provinces et des territoires, par l’intermédiaire du Comité
consultatif national (CCN) de la LCPE, de la publication des évaluations préalables sur les 18 substances, des cadres de gestion
des risques et de la période de commentaires publics mentionnée
ci-dessus. Le Comité consultatif national de la LCPE n’a fait part
d’aucun commentaire.
Au cours de la période de commentaires publics de 60 jours,
5 intervenants de l’industrie, 2 associations du secteur et 3 organisations non gouvernementales ont fourni un total de 14 rétroactions sur les évaluations scientifiques et les cadres de gestion des
risques. Tous les commentaires ont été considérés dans l’élaboration des évaluations préalables finales.
Les commentaires sur les cadres de gestion des risques liés aux
substances ont été considérés dans l’élaboration des méthodes de
gestion des risques proposées, lesquelles feront aussi l’objet d’une
période de commentaires publics de 60 jours.
Figure ci-dessous un résumé des nouveaux commentaires reçus
sur les évaluations des substances du quatrième lot et des réponses concernant, de façon générale, le processus et l’approche
adoptés pour les commentaires. Dans le cas des commentaires
formulés concernant le fait qu’une substance satisfait ou non aux
critères de l’article 64 de la Loi, étant donné les incertitudes et le
manque d’information, le gouvernement prendra alors des mesures pour protéger les Canadiens et l’environnement. Il est possible
d’obtenir toutes les réponses aux commentaires reçus sur le site
Web, par la poste, par télécopieur ou par courriel, aux coordonnées ci-dessus.
During the 60-day public comment period, a total of 14 submissions were received from 5 industry stakeholders, 2 industry
associations and 3 non-governmental organizations, on the scientific assessment and risk management scope documents. All
comments were considered in developing the final screening assessments.
Comments received on the risk management scope regarding
the substances were considered when developing the proposed
risk management approach documents, which are also subject to a
60-day public comment period.
Below is a summary of comments received for the Batch 4 assessments and new comments relevant to the overall process, as
well as responses to these comments. In cases where comments
have been made concerning whether or not a substance meets the
criteria of section 64 of the Act due to uncertainty or lack of information, the Government will proceed to take action to protect
the health of Canadians and their environment. The complete
responses to comments received may be obtained at the Web site,
address, fax number or email address listed above.
Summary of general comments
• Some non-government environmental health organizations
commented that the screening assessments completed under
the Chemicals Management Plan have not been consistent in
their consideration of vulnerable populations, such as Aboriginal communities or people who live in areas of high
population.
Response: The screening assessments take into consideration
the available data and the various conservative exposure
scenarios used are considered to be protective of vulnerable
populations in Canada. However, if information suggests
that a specific sub-population would be particularly vulnerable, this information would be considered in the screening
assessment.
• Some non-government environmental health organizations
recommended that the Government improve its assessment
process to account for the exposure and release of substances
(including breakdown products) throughout their life cycle.
488
Résumé des commentaires principaux
• Certaines organisations non gouvernementales de l’environnement ont émis des commentaires disant que les évaluations
préalables complétées dans le cadre du Plan de gestion des
produits chimiques n’ont pas pris en considération les populations vulnérables, comme les communautés autochtones ou les
personnes vivant dans une région densément peuplée.
Réponse : Les évaluations préalables prennent en considération les données disponibles et les différents scénarios d’exposition prudents sont considérés comme offrant une protection pour les populations vulnérables au Canada. Toutefois, si
des renseignements laissent entendre qu’une sous-population
spécifique serait particulièrement vulnérable, ces renseignements seraient alors considérés dans l’évaluation préalable.
• Certaines organisations non gouvernementales de l’environnement recommandent que le gouvernement améliore son
processus d’évaluation pour tenir compte de l’exposition et
des rejets des substances (y compris les produits de dégradation) tout au long de leur cycle de vie.
2011-03-02
•
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
Response: Extensive data are required to conduct complete
life-cycle analysis, including assessment of the breakdown
products, and its collection is normally only a possibility for
very detailed risk assessments, such as those that may be conducted under the Priority Substance List program. In screening assessments, information obtained in response to the Challenge, as well as from a range of other sources, is used to
identify sources of exposure to a substance. Assessment of
risk then focuses on those sources that are most likely to be of
concern. Breakdown products are addressed in screening assessments conducted under the Challenge if sufficient information is available and there is indication these products are
hazardous.
Some non-government environmental health organizations
commented that to improve transparency in the screening assessments, the Government should clearly identify the toxicity
data that are new since categorization and that were considered in the assessment.
Response: The Ministers are committed to transparency in
conducting screening assessments. These are based on the collective information currently available for determination of
the critical health and ecological effects and could include
data collected under the section 71 surveys, publicly available
scientific data from a range of sources including published literature in scientific journals, as well as other international reviews. References are provided for data cited in the screening
assessment reports.
•
Réponse : Quantité de données sont requises pour mener une
analyse du cycle de vie complète, qui comprend l’évaluation
des produits de dégradation, et la collecte de ces données ne
se fait habituellement que pour des évaluations très détaillées
des risques, comme celles qui ont été menées dans le cadre du
programme de la Liste des substances prioritaires. Dans les
évaluations préalables, les renseignements obtenus en réponse
au Défi, de même que les renseignements provenant d’un
éventail d’autres sources, sont utilisés pour identifier les sources d’exposition à une substance. L’évaluation des risques
porte ensuite principalement sur ces sources qui sont le plus
susceptibles d’être sujettes à préoccupations. Les produits de
dégradation sont abordés dans les évaluations préalables effectuées dans le cadre du Défi s’il existe suffisamment
d’information et s’il y a indication que ces produits sont
dangereux.
Certaines organisations non gouvernementales de l’environnement ont émis le commentaire voulant que pour accroître la
transparence dans les évaluations préalables, le gouvernement
devrait identifier clairement les nouvelles données sur la toxicité depuis la catégorisation ayant été considérées dans
l’évaluation.
Réponse : Les Ministres s’engagent à effectuer les évaluations
préalables de façon transparente. Ces évaluations sont fondées
sur le recueil des renseignements disponibles dans le but de
déterminer les effets néfastes pour la santé et l’environnement. Ces renseignements peuvent comprendre les données
recueillies au moyen des enquêtes effectuées en vertu de
l’article 71, les données scientifiques disponibles au public et
provenant d’un éventail de sources, y compris la documentation publiée dans les revues scientifiques, de même que
d’autres données provenant d’analyses internationales. Toute
donnée citée dans les rapports d’évaluation préalable est fournie avec une référence.
Summary of comments on human health priority substances
Résumé des commentaires sur les substances d’intérêt prioritaire
pour la santé humaine
Diethyl sulfate
• Some non-government environmental health organizations
suggested that the assessment should consider exposure of
workers, because exposure in the workplace may be prolonged and concentrated.
Response: Exposure of the general population to chemicals
through environmental media (e.g. food, ambient air, soil,
consumer products) is taken into account in developing both
the screening assessment and risk management scope documents. Hazard information obtained from occupational settings, in particular data from epidemiological investigations,
is also considered in the risk assessment.
• A non-government environmental health organization suggested that exposure data should reflect combined exposure
from all potential sources, including consumer products.
Response: In the screening assessment, combined exposures
from multiple sources are considered in the estimation of exposure from environmental media (air, soil, water, etc.).
While risk from exposure to consumer products is calculated
for individual products, the effect of combined exposures may
be considered in determining the adequacy of the margin of
exposure. However, since diethyl sulfate is used mainly as an
intermediate in a closed system, emission to the environment
is likely to be very low; furthermore, the substance has no
Sulfate de diéthyle
• Certaines organisations non gouvernementales de l’environnement ont suggéré que l’évaluation considère l’exposition
des travailleurs, car l’exposition au travail pourrait être prolongée ou concentrée.
Réponse : L’exposition aux produits chimiques de la population générale par les milieux naturels (par exemple par
l’alimentation, l’air ambiant, le sol ou les produits de consommation) est prise en compte lors de la mise au point de
l’évaluation préalable et des documents relatifs à la portée de
la gestion des risques. Les renseignements sur les risques
fournis par divers milieux professionnels, et plus particulièrement les renseignements provenant de recherches épidémiologiques, sont pris en compte lors de l’évaluation des risques.
• Une organisation non gouvernementale de l’environnement a
suggéré que les données sur l’exposition devraient refléter
l’exposition combinée de toutes les sources potentielles, y
compris les produits de consommation.
Réponse : Dans les évaluations préalables, l’exposition combinée de sources multiples est considérée dans l’estimation de
l’exposition dans les milieux naturels (air, sol, eau, etc.). Bien
que le risque d’exposition avec les produits de consommation
soit calculé pour chacun des produits, les effets des expositions combinées peuvent être considérés pour déterminer
489
2011-03-02
•
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
direct use in consumer products. The combined exposure to
diethyl sulfate from all sources is therefore also likely to be
low.
A chemical manufacturer suggested that diethyl sulfate does
not meet the criteria of section 64 of CEPA 1999, as there
does not appear to be any exposure to Canadians.
Response: Based on the conservative estimates of exposure
presented in the screening assessment, Canadians’ exposure is
expected to be very low. However, in light of the carcinogenicity of the substance, for which there is a probability of
harm to human health at any level of exposure, the screening
assessment concluded that diethyl sulfate may be entering the
environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health, thereby meeting one of the criteria set
out in section 64 of CEPA 1999.
•
l’adéquation potentielle des marges d’exposition. Cependant,
comme le sulfate de diéthyle est surtout utilisé comme intermédiaire dans un système fermé, les émissions dans l’environnement risquent d’être très faibles et la substance n’a pas
d’utilisation directe dans les produits de consommation. L’exposition combinée au sulfate de diéthyle provenant de toutes
les sources est donc probablement faible.
Un fabricant de produits chimiques a suggéré que le sulfate de
diéthyle pourrait ne pas répondre aux critères établis dans
l’article 64 de la LCPE (1999), puisqu’il semble que les Canadiens ne sont pas exposés à cette substance.
Réponse : Selon les estimations conservatrices sur l’exposition présentées dans l’évaluation préalable, l’exposition des
Canadiens à cette substance serait en effet très faible. Cependant, compte tenu de la cancérogénicité de cette substance,
pour laquelle il pourrait exister une possibilité d’effets nocifs
pour la santé de l’homme à tout niveau d’exposition, on a
conclu dans l’évaluation préalable que le sulfate de diéthyle
pourrait pénétrer dans l’environnement en quantité, à des
concentrations ou dans des conditions qui constituent ou peuvent constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines, répondant ainsi aux critères établis dans l’article 64
de la LCPE (1999).
Dimethyl sulfate
• Some non-government environmental organizations suggested
that the assessment consider exposure of workers in industrial
facilities, wholesale operations, and trades, because exposure
in the workplace may be prolonged and concentrated.
Response: Exposure of the general population to chemicals
through environmental media (e.g. food, ambient air, soil,
consumer products) is taken into account in developing both
the screening assessment and risk management scope documents. Hazard information obtained from occupational settings, in particular data from epidemiological investigations,
is also considered in the risk assessment.
• Some non-government environmental organizations suggested
that exposure data should reflect cumulative exposure and include emissions from oil-fired power plants.
Response: There are currently no data available (in Canada or
otherwise) that would permit quantification of emissions from
oil-fired power plants. However, exposure of Canadians to
dimethyl sulfate from these sources is likely much lower than
levels reported several years ago in the United States, as
measures have been introduced since to significantly reduce
sulphur-based emissions. In addition, any dimethyl sulfate
present in the atmosphere would undergo rapid hydrolysis.
Sulfate de diméthyle
• Certaines organisations non gouvernementales de l’environnement ont suggéré que les évaluations tiennent compte de
l’exposition des travailleurs dans les installations industrielles,
les opérations de vente en gros et les échanges commerciaux,
car l’exposition sur les lieux de travail liés à ces activités peut
être prolongée et concentrée.
Réponse : L’exposition aux produits chimiques de la population générale par les milieux naturels (par exemple par
l’alimentation, l’air ambiant, le sol ou les produits de consommation) est prise en compte lors de la mise au point de
l’évaluation préalable et des documents relatifs à la portée de
la gestion des risques. Les renseignements sur les risques
fournis par divers milieux professionnels, et plus particulièrement les renseignements provenant de recherches épidémiologiques, sont pris en compte lors de l’évaluation des risques.
• Certaines organisations non gouvernementales de l’environnement ont suggéré que les données sur l’exposition devraient
refléter l’exposition cumulative et inclure les émissions des
centrales thermiques alimentées au mazout.
Réponse : À l’heure actuelle, il n’existe aucune donnée (au
Canada ou ailleurs) qui permettrait de quantifier les émissions
provenant des centrales thermiques alimentées au mazout.
Cependant, l’exposition des Canadiens au sulfate de diméthyle provenant de ces sources est probablement beaucoup
plus faible que celle rapportée il y a quelques années aux
États-Unis, puisque depuis ce temps, des mesures ont été introduites pour réduire de manière significative les émissions à
base de soufre. En outre, tout sulfate de diméthyle présent
dans l’atmosphère subit une hydrolyse rapide.
Summary of comments on the ecological priority substance
Résumé des commentaires sur les substances d’intérêt prioritaire
pour l’environnement
BNST
• A chemical manufacturer commented that given the low levels of BNST in the lubricating fluids, it is expected that the
toxicity characteristics would be dominated by the base oil.
BNST
• Un fabricant de produits chimiques a émis le commentaire
suivant voulant que comme les concentrations de BNST dans
les lubrifiants sont faibles, on peut s’attendre à ce que les
490
2011-03-02
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
Response: The base oil is the major component of lubricants;
however, even low percentages of lubricant additives may
have an effect on organisms in the environment.
A chemical manufacturer commented that the main use of
BNST is as an additive to a product that, at the end of its life
cycle, no longer contains BNST and that release of BNST to
the environment may not occur.
Response: Potential for releases to the environment and potential to cause detrimental effects to organisms, along with
evidence that a substance is persistent and bioaccumulative,
provides sufficient evidence of the substance’s potential to be
entering the environment under conditions that may have
harmful long-term ecological effects. Because of the use of
BNST as an additive in lubricating oils, there is a potential for
release of BNST to the environment due to spills, leaks and
disposal of lubricants that have not been depleted of BNST.
Some chemical manufacturers requested clarification on the
chemical structure of BNST used in the draft screening assessment report. They also submitted an alternate structure
and recommended that the report be revised accordingly.
Response: The range of structures that may represent BNST
has been examined. This examination resulted in a new representative structure being used to model parameters considered
in the final screening assessment for BNST.
•
•
caractéristiques de toxicité de ces produits soient dominées
par celles de l’huile de base utilisée.
Réponse : L’huile de base est le principal ingrédient dans les
lubrifiants; même en faibles proportions, les additifs dans les
lubrifiants peuvent avoir des effets sur les organismes dans
l’environnement.
Un fabricant de produits chimiques a émis le commentaire
suivant voulant que la principale utilisation du BNST est
comme additif dans un produit qui, à la fin de son cycle de
vie, ne contient plus de BNST. Il n’y aurait donc pas de rejets
de BNST dans l’environnement.
Réponse : La possibilité de rejet dans l’environnement et la
possibilité de causer des effets nocifs aux organismes, couplées aux preuves de persistance et de bioaccumulation de la
substance, fournissent suffisamment d’éléments pour prouver
que la substance peut pénétrer dans l’environnement dans des
conditions de nature à avoir des effets nocifs à long terme sur
l’environnement. En raison de la présence de BNST dans les
lubrifiants sous forme d’additif, il existe la possibilité de rejet
de cette substance dans l’environnement, soit par déversements, fuites ou élimination des lubrifiants n’ayant pas été vidés de leur contenu en BNST.
Certains fabricants de produits chimiques ont demandé que
l’on clarifie la structure chimique du BNST mentionné dans le
rapport provisoire d’évaluation préalable. Ils ont également
soumis une structure pour remplacer celle en place et ont recommandé que le rapport soit révisé en conséquence.
Réponse : Les différentes structures possibles du BNST ont
été examinées. Cet examen a entraîné une nouvelle structure
représentative qui sera utilisée pour modéliser les paramètres
considérés dans l’évaluation préalable finale du BNST.
Comments received following publication of the proposed Order
in the Canada Gazette, Part I
Commentaires reçus à la suite de la publication du décret proposé
dans la Partie I de la Gazette du Canada
On October 3, 2009, the Ministers published a proposed Order
Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999 in the Canada Gazette, Part I.
No comments were received during the 60-day public comment
period.
Les Ministres ont publié le 3 octobre 2009, dans la Partie I de
la Gazette du Canada, un projet de Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999). Aucun commentaire n’a été reçu
pendant la période de commentaires du public de 60 jours.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Order adds the three above-mentioned substances to
Schedule 1 of CEPA 1999, thereby allowing the Ministers to publish proposed regulations or instruments no later than August 1,
2011 and finalize them no later than February 1, 2013. Developing an implementation plan and a compliance strategy or establishing service standards are not considered necessary without
any specific risk management proposals. An appropriate assessment of implementation, compliance and enforcement will be
undertaken during the development of a proposed regulation or
control instrument(s) respecting preventive or control actions for
these substances.
Le Décret ajoute les trois substances mentionnées ci-dessus à
l’annexe 1 de la LCPE (1999), permettant ainsi aux Ministres de
publier les règlements ou autres instruments proposés au plus tard
le 1er août 2011, et de les mettre au point au plus tard le 1er février
2013. L’élaboration d’un plan de mise en œuvre ou d’une stratégie de conformité ou encore l’établissement de normes de service
ne sont pas considérés comme essentiels sans des propositions
particulières de gestion des risques. Le gouvernement entreprendra une évaluation appropriée de la mise en œuvre, de la conformité et de l’application pendant l’élaboration d’un projet de
règlement ou d’instruments de contrôle proposés qui s’appliquent
aux mesures de prévention ou de contrôle à l’égard de ces
substances.
Contacts
Personnes-ressources
David Morin
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Québec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-3091
Fax: 819-953-7155
Email: Existing.substances.existantes@ec.gc.ca
David Morin
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-3091
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : Existing.substances.existantes@ec.gc.ca
491
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Tina Green
Risk Management Bureau
Health Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-948-2585
Fax: 613-952-8857
Email: tina.green@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
492
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-34
Tina Green
Bureau de gestion du risque
Santé Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-948-2585
Télécopieur : 613-952-8857
Courriel : tina.green@hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-35
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-35
Le 10 février 2011
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to
the Canadian Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)
P.C. 2011-208
C.P. 2011-208
February 10, 2011
Le 10 février 2011
Whereas, pursuant to subsection 332(1)a of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b, the Minister of the Environment published in the Canada Gazette, Part I, on October 3, 2009,
a copy of the proposed Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999, substantially in the form set out in the annexed Order, and persons
were given an opportunity to file comments with respect to the
proposed Order or to file a notice of objection requesting that a
board of review be established and stating the reasons for the
objection;
And whereas, pursuant to subsection 90(1) of that Act, the
Governor in Council is satisfied that the substances set out in the
annexed Order are toxic substances;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of the Environment and the
Minister of Health, pursuant to subsection 90(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999b, hereby makes the annexed
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian
Environmental Protection Act, 1999.
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, le ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du Canada Partie I, le 3 octobre 2009, le projet de décret intitulé Décret
d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), conforme en
substance au texte ci-après, et que les intéressés ont ainsi eu la
possibilité de présenter leurs observations à cet égard ou un avis
d’opposition motivé demandant la constitution d’une commission
de révision;
Attendu que, conformément au paragraphe 90(1) de cette loi, le
gouverneur en conseil est convaincu que les substances visées par
le décret ci-après sont des substances toxiques,
À ces causes, sur recommandation du ministre de l’Environnement et de la ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 90(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999)b, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend
le Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
ci-après.
ORDER ADDING TOXIC SUBSTANCES
TO SCHEDULE 1 TO THE CANADIAN
ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
DÉCRET D’INSCRIPTION DE SUBSTANCES
TOXIQUES À L’ANNEXE 1 DE LA LOI
CANADIENNE SUR LA PROTECTION
DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act,
19991 is amended by adding the following in numerical order:
111. 2-Propenamide, which has the molecular formula C3H5NO
112. Ethanol, 2-chloro-, phosphate (3:1), which has the molecular formula C6H12Cl3O4P
1. L’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)1 est modifiée par adjonction, selon
l’ordre numérique, de ce qui suit :
111. Acrylamide, dont la formule moléculaire est C3H5NO
112. Phosphate de tris(2-chloroéthyle), dont la formule moléculaire est C6H12Cl3O4P
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
S.C. 1999, c. 33
b
1
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
L.C. 1999, ch. 33
493
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Canadians depend on chemical substances that are used in the
manufacturing of hundreds of goods, from medicines to computers, fabrics and fuels. Unfortunately, some chemical substances can have detrimental effects on the environment and/or
human health when released in a certain quantity or concentration
or under certain conditions in the environment. Scientific assessments of the impact of human and environmental exposure have
determined that a number of these substances constitute or may
constitute a danger to human health and to the environment as per
the criteria set out under section 64 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999).
Les Canadiens dépendent des substances chimiques utilisées
dans la fabrication de millions de produits, des médicaments aux
ordinateurs, en passant par les tissus et les combustibles. Malheureusement, certaines substances chimiques peuvent avoir des
effets nocifs sur l’environnement ou la santé humaine si elles sont
libérées dans l’environnement en certaines quantités, à certaines
concentrations ou dans certaines conditions. Des évaluations
scientifiques sur l’impact de l’exposition des humains et de
l’environnement à un certain nombre de ces substances constituent ou peuvent constituer un danger pour la santé humaine ou
l’environnement selon les critères énoncés à l’article 64 de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE
(1999)].
L’objectif du Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [nommé ci-après le Décret] établi en vertu du paragraphe 90(1) de la LCPE (1999), est d’ajouter les substances
suivantes à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la
LCPE (1999) :
• Le prop-2-énamide (n° CAS 79-06-1), ci-après appelé
« acrylamide »;
• Le phosphate de tris(2-chloroéthyle) [n° CAS 115-96-8], ciaprès appelé « PTCE ».
Cet ajout de substances permet aux Ministres d’établir des règlements ou des instruments proposés afin de gérer les risques
pour la santé humaine que présentent ces substances en vertu de
la LCPE (1999). Les Ministres peuvent également choisir d’établir des instruments non réglementaires visant la gestion de ces
risques.
The objective of the Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (hereinafter referred to as the Order), made pursuant to subsection 90(1) of CEPA 1999, is to add the following substances to
the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999:
• 2-Propenamide (CAS RN 79-06-1), hereafter referred to as
“acrylamide”; and
• Ethanol, 2-chloro-, phosphate (3:1) [CAS RN 115-96-8], hereafter referred to as “TCEP.”
This addition enables the Ministers to develop proposed regulations or instruments to manage human health risks posed by these
substances under CEPA 1999. The Ministers may also choose to
develop non-regulatory instruments to manage these risks.
Description and rationale
Description et justification
Background
Contexte
Approximately 23 000 substances (often referred to as “existing” substances) were in use in Canada between January 1, 1984,
and December 31, 1986. These substances are found on the Domestic Substances List (DSL), but many of them have never been
assessed as to whether they meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999. Section 73 of the Act required that substances on the DSL be categorized to determine which of them
pose the greatest potential for exposure to the general population.
Categorization also determines which of these substances are
persistent or bioaccumulative in accordance with the regulations
and inherently toxic to human beings or to non-human organisms.
Pursuant to section 74 of the Act, substances that were flagged
during the categorization process must undergo an assessment to
determine whether they meet any of the criteria set out in section 64. Assessments may also be conducted under section 68 of
the Act for substances identified as high priorities for action, but
that do not meet the categorization criteria set out under section 73 of the Act.
Environ 23 000 substances (souvent appelées substances
« existantes ») ont été utilisées au Canada entre le 1er janvier 1984
et le 31 décembre 1986. Ces substances se retrouvent sur la Liste
intérieure des substances (LIS), mais bon nombre d’entre elles
n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation, à savoir si elles répondent aux critères énoncés dans l’article 64 de la LCPE (1999).
Conformément à l’article 73 de la Loi, toutes les substances figurant sur la Liste intérieure des substances doivent faire l’objet
d’une catégorisation pour déterminer celles qui présentent le plus
fort risque d’exposition pour la population générale. La catégorisation permet également de déterminer les substances qui sont
jugées persistantes ou bioaccumulables conformément au règlement et intrinsèquement toxiques pour les humains et les organismes non humains. Conformément à l’article 74 de la Loi, les
substances qui ont été signalées au cours du processus de catégorisation doivent subir une évaluation afin de déterminer si elles
répondent à l’un ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64.
Des évaluations peuvent également être réalisées conformément à
l’article 68 de la Loi pour les substances identifiées comme hautement prioritaires, mais qui ne satisfont pas aux critères de catégorisation énoncés à l’article 73 de ladite loi.
494
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
The Minister of the Environment and the Minister of Health
(the Ministers) completed the categorization exercise in September 2006. Of the approximately 23 000 substances on the DSL,
about 4 300 were identified as needing further attention.
As a result of categorization, the Chemicals Management Plan
(the Plan) was launched on December 8, 2006, with the objective
of improving the degree of protection from hazardous chemicals.
A key element of the Plan is the collection of information on
the properties and uses of approximately 200 substances identified as high priorities for action. This includes substances
• that were found to meet the categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms, and that are known to be in commerce, or
of commercial interest, in Canada; these substances are considered to be high priorities for assessment of ecological risk;
and/or
• that were found either to meet the categorization criteria for
greatest potential for exposure or to present an intermediate
potential for exposure, and were identified as posing a high
hazard to human health based on available evidence on carcinogenicity, mutagenicity, developmental toxicity or reproductive toxicity; these substances are considered to be priorities for assessment of risk to human health.
This information is being used to make decisions regarding the
best approaches to protect Canadians and their environment from
the risks these substances might pose. This information-gathering
initiative is known as the “Challenge.”
To facilitate the process, Environment Canada and Health
Canada have organized the approximately 200 substances into
12 batches of approximately 15 substances. A batch is released
every three months, and stakeholders are required to report information such as quantities imported, manufactured or used in
Canada via a mandatory survey issued under section 71 of CEPA
1999. Affected parties are required to submit this information to
better inform decision making, including determining whether a
substance meets one or more of the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999 — that is to say, whether the substance is entering or
may enter the environment in a quantity or concentration or under
conditions that
• have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity;
• constitute or may constitute a danger to the environment on
which life depends; or
• constitute or may constitute a danger in Canada to human life
or health.
Based on the information received and other available information, screening assessments are conducted in order to assess
whether substances meet one or more of the criteria of section 64.
The screening assessments are peer-reviewed and additional advice is also sought, as appropriate, through the Challenge Advisory Panel. The Panel, made up of experts from various fields
such as chemical policy, chemical production, economics and
environmental health, was formed to provide advice to Government on the application of precaution and weight of evidence to
Les ministres de l’Environnement et de la Santé (« les Ministres ») ont complété le processus de catégorisation en septembre
2006. Parmi les quelque 23 000 substances retrouvées sur la Liste
intérieure des substances, environ 4 300 ont été identifiées
comme méritant une attention plus poussée.
Le 8 décembre 2006, par suite de ce travail de catégorisation, le
Plan de gestion des produits chimiques (le Plan) a été lancé en
vue d’améliorer la protection contre les substances chimiques
dangereuses.
Un élément clé du Plan consiste en la collecte de renseignements sur les propriétés et les utilisations des quelque 200 substances identifiées comme hautement prioritaires, à savoir celles
dont on a établi :
• qu’elles répondent à tous les critères environnementaux de la
catégorisation, notamment la persistance, le potentiel de bioaccumulation et la toxicité intrinsèque pour les organismes
non humains, et qui sont commercialisées ou présentent un intérêt commercial au Canada; ces substances sont considérées
comme d’intérêt prioritaire en vue d’une évaluation des risques écologiques;
• qu’elles répondent aux critères de la catégorisation pour le
plus fort risque d’exposition ou qui présentent un risque d’exposition intermédiaire et qui ont été jugées particulièrement
dangereuses pour la santé humaine à la lumière des renseignements obtenus concernant leur cancérogénicité, leur mutagénicité ou leur toxicité pour le développement ou la reproduction; ces substances sont considérées comme d’intérêt
prioritaire en vue d’une évaluation des risques pour la santé
humaine.
Ces renseignements doivent servir à la prise de décisions
concernant la meilleure démarche à adopter pour protéger les
Canadiens et leur environnement face aux risques que peuvent
présenter ces substances. Cette initiative de collecte de données
s’appelle le « Défi ».
Afin de faciliter le processus, Environnement Canada et Santé
Canada ont réparti les quelque 200 substances en 12 lots d’environ 15 substances chacun. Lorsqu’un lot de substances est publié
tous les trois mois, les parties intéressées sont alors tenues de
présenter des renseignements (comme les quantités importées,
fabriquées ou utilisées au Canada) en répondant à une enquête
lancée en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999). Les parties
intéressées doivent fournir les renseignements nécessaires à
l’amélioration de la prise de décisions pour ce qui est de déterminer si une substance répond à l’un ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999), c’est-à-dire si la substance
pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement dans une quantité
ou concentration ou dans des conditions de nature à :
• avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique;
• mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie;
• constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
Des évaluations préalables ont été faites en tenant compte des
renseignements reçus et d’autres données disponibles afin de déterminer si les substances répondent à un ou plusieurs des critères
de l’article 64. Les évaluations préalables sont soumises à un
examen par les pairs. D’autres avis relatifs à ces évaluations sont
également obtenus, s’il y a lieu, par le truchement du Groupe
consultatif du Défi. Le Groupe a été créé pour conseiller le gouvernement sur l’application du principe de prudence et de la
méthode du poids de la preuve dans les évaluations préalables
495
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
screening assessments in the Challenge. These screening assessments are then published on the Chemical Substances Web site
at www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batchlot-5/index-eng.php, along with notices that are published in the
Canada Gazette, Part I, that signal the Ministers’ intent with regard to further risk management.
The final screening assessments for the fifth batch of the Challenge comprising 19 substances were published on the Chemical
Substances Web site (www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/batch-lot-5/index-eng.php), and the statements
recommending addition to Schedule 1 were published in the Canada Gazette, Part I, on August 22, 2009.
It was concluded that two of the 19 substances meet one or
more of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999. These
two substances constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health.
A summary of the assessments and conclusions and an
overview of the public comments received during the public
comment period on the draft assessment report and on the risk
management scope documents for the substances are available
from the Chemical Substances Web site at this location: www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-5/
index-eng.php.
réalisées dans le cadre du Défi. Il est composé d’experts de divers
domaines tels que la politique sur les produits chimiques, la
fabrication de ces produits, l’économie et la santé de l’environnement. Ces évaluations préalables sont ensuite publiées sur
le site Web portant sur les substances chimiques (www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-5/
index-fra.php) en même temps que paraissent les avis dans la
Partie I de la Gazette du Canada qui précisent l’intention des
Ministres de prendre des mesures supplémentaires de gestion des
risques.
Conformément à l’article 91 de la LCPE (1999), le ministre de
l’Environnement est tenu de publier, dans la Gazette du Canada,
un projet de texte — règlement ou instrument — portant sur les
mesures de prévention ou de contrôle dans les deux ans suivant
la publication d’un avis en vertu de l’alinéa 77(6)b) de la
LCPE (1999) indiquant que la mesure, confirmée ou modifiée,
que proposent les Ministres, est une recommandation d’inscrire la
substance sur la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la
LCPE (1999). L’article 92 les oblige ensuite à terminer le texte
dans les 18 mois suivant la publication dans la Partie I de la Gazette du Canada.
L’inscription de ces substances à l’annexe 1 de la LCPE (1999)
permet aux Ministres de mettre au point des outils de gestion des
risques afin de s’acquitter de ces obligations. La Loi permet
l’élaboration d’instruments de gestion des risques (comme des
règlements, des directives ou des codes de pratique) afin de protéger l’environnement et la santé des humains. Ces instruments
peuvent être élaborés en vue de contrôler tous les aspects du cycle
de vie d’une substance, depuis la recherche et le développement
jusqu’à l’élimination finale ou au recyclage, en passant par la
fabrication, l’utilisation, le stockage et le transport. Des documents proposant une approche de gestion des risques et indiquant
le centre de préoccupation des activités de gestion des risques du
gouvernement ont été préparés pour les substances du cinquième
lot et sont disponibles en ligne sur le site Web des substances
chimiques susmentionné.
Les évaluations préalables finales du cinquième lot du Défi visant 19 substances ont été publiées sur le site Web portant sur les
substances chimiques (www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/batch-lot-5/index-fra.php), et les avis recommandant l’ajout à l’annexe 1 sont parus dans la Partie I de la Gazette
du Canada le 22 août 2009.
On a conclu que sur les 19 substances, deux substances répondent à un ou plusieurs des critères établis à l’article 64 de la
LCPE (1999). Ces deux substances constituent ou peuvent constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Un résumé des évaluations et des conclusions ainsi qu’un aperçu des observations du public reçues au cours de la période de
commentaires du public sur le rapport d’évaluation préliminaire
et les documents sur le cadre de gestion des risques pour ces substances sont présentés sur le site Web des substances chimiques
à l’adresse suivante : www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/batch-lot-5/index-fra.php.
Substance descriptions, assessment summaries and conclusions
for Batch 5 substances
Descriptions des substances, résumé des évaluations et
conclusions pour les substances du cinquième lot
Acrylamide, also known as “2-propenamide,” is largely used to
produce polymers such as polyacrylamide, which is used as a
binding, thickening or mixing agent in grout, cement, drinking
water and waste water treatment, pesticide formulations, cosmetics, food manufacturing and soil erosion prevention. Based on
L’acrylamide, aussi appelé « prop-2-énamide », est largement
utilisé dans la production de polymères comme le polyacrylamide, qui sert d’agent liant, épaississant ou de malaxage dans le
coulis, le ciment, le traitement de l’eau potable et des eaux usées,
les formulations de pesticides, les cosmétiques, la fabrication de
The Minister of the Environment is required under section 91
of CEPA 1999 to publish in the Canada Gazette a proposed regulation or instrument establishing preventive or control actions
within two years of publishing a statement under paragraph 77(6)(b) of CEPA 1999 indicating that the measure the
Ministers propose to take, as confirmed or amended, is a recommendation that the substance be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999. Section 92 then requires
that the regulation or instrument be finalized and published within
18 months following the publication in the Canada Gazette,
Part I.
The addition of these substances to Schedule 1 of CEPA 1999
allows the Ministers to develop risk management instruments in
order to meet these obligations. The Act enables the development
of risk management instruments (such as regulations, guidelines
or codes of practice) to protect the environment and human
health. These instruments can be developed for any aspect of the
substance’s life cycle, from the research and development stage
through manufacture, use, storage, transport and ultimate disposal
or recycling. Proposed Risk Management Approach documents,
which provide an indication of where the Government will focus
its risk management activities, have been prepared for Batch 5
substances and are available on the Chemical Substances Web
site listed above.
496
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
information received as a result of a Notice issued under section 71 of CEPA 1999, between 1 million and 10 million kilograms of acrylamide were imported into Canada in 2006, and
between 100 and 1 000 kg of the substance were manufactured in
Canada.
The greatest source of exposure of the general population to
acrylamide is from its formation from naturally occurring components of certain foods when cooked at high temperatures, such
as French fries and potato chips. Intake from environmental media, such as drinking water or air, and exposures during use of
consumer products are very low in comparison.
Acrylamide was considered a high priority for assessment of
risk to human health as it was determined to present high potential for exposure to Canadians and had been classified by international agencies on the basis of carcinogenicity, genotoxicity
and reproductive toxicity, including
• International Agency for Research on Cancer (IARC) — as a
substance that is “probably carcinogenic to humans”;
• United States Environmental Protection Agency — as a
“probable human carcinogen”;
• European Commission — as a substance that “may cause
cancer,” as a substance which “may cause heritable genetic
damage” and as a substance which “has a possible risk of impaired fertility”;
• United States National Toxicology Program (NTP) — as a
substance that is “reasonably anticipated to be a human
carcinogen”; and
• Commonwealth of Australia National Industrial Chemicals
Notification and Assessment Scheme (NICNAS) — as a substance that is a carcinogen and that “may cause heritable genetic damage.”
TCEP, also known as “Ethanol, 2-chloro-, phosphate,” is used
as a plasticizer and viscosity regulator with flame retardant properties in polyurethanes, polyester resins, polyacrylates and other
polymers. These polymers may be used in furniture, building
(e.g. roofing insulation) and textile industries (e.g. back-coatings
for carpets and upholstery), in some electronic products and in the
manufacture of cars. TCEP has been identified in indoor and outdoor air, dust, drinking water, surface water and groundwater, as
well as in various food products. It has also been detected in
polyurethane foam that may be found in furniture or mattresses in
Canadian homes. No Canadian companies reported manufacturing TCEP in a quantity greater than or equal to the 100 kg reporting threshold in 2006. However, results indicate that the total
quantity of TCEP imported into Canada ranged from 100 000
to 1 000 000 kg.
TCEP was considered a high priority for assessment of risk to
human health as it was determined to present intermediate potential for exposure to Canadians and had been classified by the
European Commission as a substance that “causes concern for
humans owing to possible carcinogenic effects.”
produits alimentaires et la prévention de l’érosion du sol. D’après
les renseignements reçus par suite de l’avis publié en vertu de
l’article 71 de la LCPE (1999), entre un et dix millions de kilogrammes d’acrylamide ont été importés au Canada en 2006, et
entre 100 et 1 000 kg de la substance ont été fabriqués au Canada.
La formation d’acrylamide qui découle de la production naturelle de composants de certains aliments lorsqu’ils sont cuits à des
températures élevées, comme les patates frites et les croustilles,
constitue la principale source d’exposition à l’acrylamide pour la
population. Par opposition, l’absorption à partir de sources environnementales comme l’eau potable ou l’air et l’exposition lors
de l’utilisation de produits de consommation sont des sources
d’exposition très faibles.
L’acrylamide a été considéré comme d’intérêt prioritaire en
vue d’une évaluation des risques pour la santé humaine, car on a
déterminé qu’il présentait un risque élevé d’exposition des Canadiens et il a été classifié par les organismes internationaux suivants en fonction de sa cancérogénicité, de sa génotoxicité et de
sa toxicité pour la reproduction :
• Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) —
classé comme substance « probablement cancérigène pour les
humains »;
• l’Environmental Protection Agency des États-Unis — classé
comme substance « probablement cancérogène pour
l’homme »;
• Commission européenne — classé comme substance « pouvant causer le cancer », comme une substance « pouvant causer des dommages génétiques héréditaires » et comme une
substance qui « constitue un risque possible pour la fertilité »;
• National Toxicology Program (NTP) aux États-Unis — classé
comme substance « dont on peut raisonnablement présumer
qu’elle soit cancérogène pour l’homme »;
• Commonwealth of Australia National Industrial Chemicals
Notification and Assessment Scheme (NICNAS) — classé
comme une substance cancérogène « pouvant causer des
dommages génétiques héréditaires ».
Le PTCE, aussi appelé « phosphate de tris(2-chloroéthyle) »,
est utilisé comme plastifiant et comme régulateur de viscosité
ayant des propriétés ignifugeantes dans les polyuréthannes, les
résines de polyester, les polyacrylates et d’autres polymères. Ces
polymères peuvent être utilisés dans les meubles, la construction
(par exemple isolants de toitures) et les industries textiles (par
exemple enductions d’envers pour les tapis et le rembourrage),
dans certains produits électriques et dans la fabrication d’automobiles. Du PTCE a été trouvé dans l’air intérieur et extérieur,
dans la poussière, dans l’eau potable, dans l’eau de surface et
souterraine ainsi que dans divers produits alimentaires. On en a
également détecté dans la mousse de polyuréthanne parfois présente dans les meubles ou les matelas des foyers canadiens. Aucune entreprise canadienne n’a déclaré avoir fabriqué du PTCE
en quantité supérieure ou égale au seuil de déclaration de 100 kg
en 2006. Toutefois, les résultats indiquent que la quantité
totale de PTCE importée au Canada se situait entre 100 000
et 1 000 000 kg.
Le PTCE a été identifié comme hautement prioritaire en vue
d’une évaluation des risques pour la santé humaine, car on a déterminé qu’il présentait un risque intermédiaire d’exposition des
Canadiens et il a été classifié par la Commission européenne
comme une substance « préoccupante pour les humains en raison
de ses possibles effets cancérigènes ».
497
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
Final assessment conclusions
Conclusions des évaluations finales
On the basis of the carcinogenicity for which there is a probability of harm at any level of exposure, as well as the potential
for other harmful effects, it is concluded that acrylamide and
TCEP may be entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a
danger in Canada to human life or health as set out in Section 64(c) of CEPA 1999. These substances are thus proposed for
addition to Schedule 1 of CEPA 1999.
Compte tenu de la cancérogénicité des substances, pour lesquelles il pourrait exister une probabilité d’effets nocifs à tout
niveau d’exposition, en plus du potentiel relatif à d’autres effets
nocifs éventuels, il a été conclu que l’acrylamide et le PTCE sont
des substances pouvant pénétrer dans l’environnement en une
quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à
constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines,
et qu’elles remplissent ainsi les critères de l’alinéa 64c) de la
LCPE (1999). Par conséquent, il a été proposé qu’on les ajoute à
l’annexe 1 de la Loi.
Les rapports finaux d’évaluation préalable, les documents proposant une méthode de gestion des risques et les réponses complètes aux commentaires reçus sur les substances d’intérêt prioritaire pour la santé humaine ont été publiés le 22 août 2009 et
peuvent être obtenus à partir du site Web portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca), ou auprès
de la Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
ou par courriel en écrivant à l’adresse suivante : substances
@ec.gc.ca.
The final screening assessment reports, the proposed risk management approach documents and the complete responses to
comments received on these health priorities were published on
August 22, 2009, and may be obtained from the Chemical Substances Web site at www.chemicalsubstances.gc.ca or from the
Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3; 819-953-7155 (fax); or by email at substances@
ec.gc.ca.
Alternatives
Solutions envisagées
The following measures can be taken after a screening assessment is conducted under CEPA 1999:
• adding the substance to the Priority Substances List for further
assessment (when additional information is required to determine whether or not a substance meets the criteria in section 64);
• taking no further action in respect of the substance; or
• recommending that the substance be added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1 and, where applicable, recommending the implementation of virtual elimination.
Après une évaluation préalable menée en vertu de la
LCPE (1999), il est possible de prendre l’une des mesures
suivantes :
• inscrire la substance sur la Liste des substances d’intérêt prioritaire (lorsque des renseignements supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si une substance répond ou non aux
critères énoncés à l’article 64);
• ne rien faire à l’égard de la substance;
• recommander son inscription sur la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la Loi et, s’il y a lieu, mettre en œuvre
sa quasi-élimination.
Le ministre de la Santé et le ministre de l’Environnement ont
conclu, dans les rapports finaux d’évaluation préalable, que
l’acrylamide et le PTCE pénètrent ou peuvent pénétrer dans
l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des
conditions de nature à constituer un danger au Canada pour la vie
ou la santé humaines, au sens de l’alinéa 64c) de la LCPE (1999).
Il en découle que la meilleure option serait d’ajouter ces substances à l’annexe 1, ce qui permettra de mettre en place la réglementation proposée ou d’autres instruments de gestion des
risques.
It has been concluded in the final screening assessment reports
that acrylamide and TCEP are entering, or may enter, the environment in a quantity or concentration or under conditions that
constitute or may constitute a danger in Canada to human life or
health as set out under paragraph 64(c) of CEPA 1999.
Adding these two substances to Schedule 1, which will enable
the development of proposed regulations or other risk management instruments, is therefore the best option.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Adding these substances to Schedule 1 enables the Ministers to
develop regulations to manage human health and environmental
risks posed by these substances. The Ministers may also choose to
develop non-regulatory instruments to manage these risks. The
Ministers will undertake an assessment of the potential impacts,
including an economic analysis, and consult with the public and
other stakeholders during the development of these risk management proposals.
L’inscription de ces substances à l’annexe 1 permet aux Ministres d’établir des règlements afin de gérer les risques pour la santé
humaine et l’environnement que présentent ces substances. Les
Ministres peuvent toutefois choisir d’établir des instruments non
réglementaires pour gérer ces risques. Au cours de l’établissement
de ces mesures proposées, les Ministres feront une évaluation des
incidences potentielles, y compris des analyses économiques, et
ils consulteront le public et d’autres parties intéressées à ce sujet.
Consultation
Consultation
On February 21, 2009, the Ministers published a summary of
the scientific assessments for 19 substances of Batch 5 in the
Canada Gazette, Part I, for a 60-day public comment period. Risk
management scope documents were also released on the same
Les Ministres ont publié, le 21 février 2009, dans la Partie I de
la Gazette du Canada un résumé des évaluations scientifiques
effectuées pour les 19 substances du cinquième lot, en vue d’une
période de commentaires publics de 60 jours. Le même jour ont
498
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
date, outlining the preliminary options being examined for the
management of the two substances proposed to be toxic under
section 64 of CEPA 1999. Prior to this publication, Environment
Canada and Health Canada informed the governments of the
provinces and territories through the CEPA National Advisory
Committee (NAC) of the release of the Screening Assessment
reports on the 19 substances, the risk management scope documents, and the public comment period mentioned above. No
comments were received from CEPA NAC.
During the 60-day public comment period, a total of 14 submissions were received from 3 industry stakeholders, 7 industry
associations and 3 non-governmental organisations, on the scientific assessment and risk management scope documents. All
comments were considered in developing the final screening
assessments.
Comments received on the risk management scope regarding
the substances were considered when developing the proposed
risk management approach documents, which are also subject to a
60-day public comment period.
Below is a summary of comments received for the Batch 5 assessments and new comments relevant to the overall process, as
well as responses to these comments. In cases where comments
have been made concerning whether or not a substance meets one
of the criteria of section 64 of the Act due to lack of information
or uncertainty, the Government will proceed to take action to
protect the health of Canadians and their environment. The complete responses to comments received may be obtained at the
Web site, address, fax number or email address listed above.
Summary of general comments
• An industry association commented that a re-evaluation assessment process should be included in the risk assessment
documents.
Response: All substances that have undergone assessment
remain subject to future evaluation if new, substantive information is identified that indicates that further consideration is
warranted. New information is reviewed and further evaluation activities, if warranted, are considered in keeping with
other assessment priorities.
• An industry association recommended that quality assurance
reporting (such as improved documentation, peer review and
stakeholder consultation) would improve the screening level
risk assessment documents.
Response: The Ministers are committed to maintaining open
and transparent assessment processes and documents. All assessments are subject to a comprehensive internal review by
government scientists. Areas of uncertainty identified during
the assessment process and internal review are used to help
focus external scientific reviews. The names and affiliations
of external peer reviewers have been listed in the final assessment reports only, but will not be included in the published draft reports. All comments provided to the Government of Canada by peer reviewers are considered in finalizing
assessment reports. In addition, stakeholder consultation occurs at several levels. For example, stakeholders are invited to
submit relevant data for consideration when a batch is initially
launched. Additionally, the 60-day public comment period
aussi été publiés les cadres de gestion des risques, où sont décrites
les options préliminaires examinées pour la gestion de ces deux
substances que l’on propose de considérer comme toxiques au
sens de l’article 64 de la LCPE (1999). Préalablement, Environnement Canada et Santé Canada avaient informé le gouvernement
des provinces et des territoires, par l’intermédiaire du Comité
consultatif national (CCN) de la LCPE, de la publication des évaluations préalables sur les 19 substances, des cadres de gestion
des risques et de la période de commentaires publics mentionnée
ci-dessus. Le Comité consultatif national de la LCPE n’a fait part
d’aucun commentaire.
Au cours de la période de commentaires publics de 60 jours,
3 intervenants de l’industrie, 7 associations du secteur et 3 organisations non gouvernementales ont fourni un total de 14 rétroactions sur les évaluations scientifiques et les cadres de gestion des
risques. Tous les commentaires ont été considérés dans l’élaboration des évaluations préalables finales.
Les commentaires sur les cadres de gestion des risques liés aux
substances ont été considérés dans l’élaboration des méthodes de
gestion des risques proposées, lesquelles feront aussi l’objet d’une
période de commentaires publics de 60 jours.
Figure ci-dessous un résumé des commentaires reçus sur les
évaluations des substances du cinquième lot et des nouveaux
commentaires concernant, de façon générale, le processus, ainsi
que les réponses à ces commentaires. Dans le cas des commentaires formulés concernant le fait qu’une substance satisfait ou non
les critères de l’article 64 de la Loi, étant donné les incertitudes et
le manque d’information, le gouvernement fait alors preuve de
prudence pour protéger les Canadiens et l’environnement. Il est
possible d’obtenir toutes les réponses aux commentaires reçus sur
le site Web, par la poste, par télécopieur ou par courriel, aux
coordonnées ci-dessus.
Résumé des commentaires généraux
• Une association du secteur a indiqué qu’un processus de réévaluation devrait être inclus dans les documents d’évaluation
des risques.
Réponse : Toutes les substances qui ont fait l’objet d’une évaluation demeurent assujetties à d’autres évaluations si de nouveaux renseignements significatifs sont recensés et indiquent
qu’une évaluation plus approfondie est justifiée. Les nouveaux renseignements sont examinés et d’autres activités
d’évaluation, si elles sont justifiées, sont considérées en même
temps que les autres priorités d’évaluation.
• Une association du secteur a recommandé que les rapports
d’assurance de la qualité (comme une documentation améliorée, l’examen par les pairs et la consultation des parties intéressées) amélioreraient les documents d’évaluation préalable
des risques.
Réponse : Les Ministres se sont engagés à garder les processus et les documents d’évaluation ouverts et transparents.
Toutes les évaluations sont assujetties à un examen complet à
l’interne par des scientifiques du gouvernement. Les éléments
incertains relevés durant l’évaluation et l’examen interne sont
utilisés afin de mettre l’accent sur les examens par les pairs
externes. Les noms et affiliations des pairs externes sont mentionnés uniquement dans les rapports d’évaluation finaux,
mais ne figureront pas dans les rapports préliminaires publiés.
Tous les commentaires fournis au gouvernement du Canada
par les pairs sont examinés dans la finalisation des rapports
d’évaluation. De plus, une consultation des parties intéressées
499
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
provides stakeholders with an opportunity to submit comments on the draft screening assessment reports. These comments are taken into consideration in the finalization of the
screening assessment reports. Summarized comments and responses are published at the same time as the release of the final assessment report.
a lieu à plusieurs niveaux. Par exemple, lorsqu’un lot est lancé, les parties intéressées sont invitées à soumettre des données pertinentes afin qu’elles soient examinées. De plus, la
période de commentaires du public de 60 jours donne aux parties intéressées l’occasion de présenter leurs commentaires sur
les rapports préliminaires d’évaluation préalable. Ces commentaires sont pris en compte dans la finalisation des rapports
d’évaluation préalable. Un sommaire des commentaires et des
réponses est publié en même temps que la publication du rapport final d’évaluation.
Summary of substance-specific comments
Sommaire des commentaires sur les substances
Acrylamide
• A consulting agency and an industry association expressed
concern that research currently in progress might have implications for both the outcome of the assessment and options for
risk management. Current research includes carcinogenicity
bioassays, genotoxicity studies and long-term developmental
neurotoxicity assessment. In addition, the WHO/FAO Joint
Expert Committee on Food Additives (JECFA) is meeting in
February 2010 to re-assess acrylamide.
Response: Health Canada and Environment Canada scientists
keep abreast of the most recent developments in the field, and
Challenge screening assessments use data that are available at
the time they are conducted. The confidence in the health effects dataset for acrylamide is high, as data were identified for
carcinogenicity, genotoxicity, reproductive/developmental toxicity, neurotoxicity and other endpoints.
• A consulting agency, a chemical manufacturer and an industry
association suggested that the level of discussion of some
elements of the health effects assessment, such as epidemiology, is inadequate.
Response: Challenge screening assessments are focussed assessments, balancing the need to identify, examine and transparently evaluate critical information versus summarizing all
available information. For many of the Challenge substances,
assessments published by recognized international or other
national agencies are used as starting points in preparation of
the screening assessment reports.
• A consulting agency suggested that the estimates of intake
were inflated.
Response: Screening assessments are intended to be conservative in approach. All available data were critically reviewed,
and some concentrations that were considered to be uncharacteristically high were not used in estimating intakes. There is
high confidence in the estimates of intake of acrylamide by
the general population, as they were based mainly upon recent
thorough analyses by Health Canada with supplementary data
reported by the US Food and Drug Administration and elsewhere. Furthermore, there was consistency between the concentrations of acrylamide in French fries and potato chips
(foods which contribute the greatest single source of intake)
reported by these two agencies.
Acrylamide
• Un organisme de consultation et une association du secteur
ont indiqué que la recherche actuellement en cours pourrait
avoir des répercussions sur le résultat de l’évaluation et les
options de gestion des risques. La recherche actuelle comprend des épreuves biologiques de la cancérogénicité, des
études sur la génotoxicité et l’évaluation de la neurotoxicité
développementale à long terme. De plus, le Comité mixte
FAO/OMS (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture/Organisation mondiale de la Santé) d’experts des additifs alimentaires (JECFA) se réunira en février
2010 afin de réévaluer l’acrylamide.
Réponse : Les scientifiques de Santé Canada et d’Environnement Canada se tiennent au fait des plus récents développements dans le secteur, et les évaluations préalables réalisées
dans le cadre du Défi utilisent des données qui sont disponibles au moment où elles ont lieu. Le coefficient de confiance
attribuable à l’ensemble des données des effets sur la santé de
l’acrylamide est élevé, car des données sur la cancérogénicité,
la génotoxicité, la toxicité de la reproduction et du développement, la neurotoxicité et d’autres effets ont été recueillies.
• Un organisme de consultation, un fabricant de produits chimiques et une association du secteur ont laissé entendre que le
niveau de discussion de certains éléments de l’évaluation des
effets sur la santé, comme l’épidémiologie, est inadéquat.
Réponse : Les évaluations préalables réalisées dans le cadre
du Défi sont ciblées et mettent en balance le besoin de déterminer, d’examiner et d’évaluer de façon transparente l’information critique, et la synthèse de toute l’information disponible. Pour de nombreuses substances visées par le Défi, les
évaluations publiées par des organismes reconnus à l’échelle
internationale ou d’autres organismes nationaux sont utilisées
comme points de départ dans la production de rapports
d’évaluation préalable.
• Un organisme de consultation a laissé entendre que les estimations de l’ingestion ont été exagérées.
Réponse : Les évaluations préalables sont censées être prudentes. Toutes les données disponibles ont été rigoureusement
examinées, et certaines concentrations qui étaient considérées
comme exceptionnellement élevées n’ont pas été utilisées
dans l’estimation des ingestions. Les estimations de l’ingestion d’acrylamide par la population générale sont très fiables,
car elles sont basées principalement sur des analyses rigoureuses et récentes de Santé Canada et sur des données additionnelles de la Food and Drug Administration des États-Unis et
d’autres organismes. De plus, les concentrations d’acrylamide
dans les patates frites et les croustilles (les aliments qui constituent la principale source d’absorption) déclarées par ces deux
organismes étaient compatibles.
500
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
TCEP
• A chemical manufacturer suggested that the declaration of
unacceptable risk based on the Margin of Exposure (MOE)
should be revisited as the MOE was too high.
Response: It was concluded that TCEP was toxic to human
health as set out in section 64 of CEPA 1999, based on carcinogenicity for which there is a probability of harm at any
level of exposure and because, for non-cancer effects, levels
of exposure are estimated to exceed critical effect levels (i.e.
the margin between estimated exposure and critical effect levels is potentially inadequate). This margin was determined to
be potentially inadequate based on a number of considerations, including uncertainties regarding potential toxicity at
low doses.
• A chemical manufacturer questioned that TCEP poses a significant cancer risk for humans as the EU classification for reproductive toxicity was more compelling than the EU classification for carcinogenicity.
Response: TCEP was considered as a high priority for assessment as it met the criteria for presenting an intermediate
potential for human exposure and had been identified as posing a high hazard to human health based on classifications by
other national or international agencies for carcinogenicity.
Although this classification helped to determine priority for
assessment, the conclusions regarding toxicity endpoints considered critical in the screening assessment (including reproductive toxicity) are those of the Government of Canada. As
indicated in the draft screening assessment, all available data
were considered in developing conclusions, including the data
which formed the basis for the EU classification.
PTCE
• Un fabricant de produits chimiques a suggéré que la déclaration des risques inacceptables fondés sur la marge d’exposition (ME) soit revue, car la marge d’exposition était trop
élevée.
Réponse : On a conclu que le PTCE est toxique pour la santé
humaine, aux termes de l’article 64 de la LCPE (1999),
d’après la cancérogénicité pour laquelle il y a une probabilité
de danger à tout niveau d’exposition et parce que, pour les effets non cancérogènes, on a estimé que les niveaux d’exposition dépassaient les niveaux d’effet critique (c’est-à-dire que
la marge entre l’exposition estimée et les niveaux d’effet critique est potentiellement inadéquate). Il a été déterminé que
cette marge était potentiellement inadéquate d’après plusieurs
facteurs, dont les incertitudes liées à la toxicité potentielle à
faibles doses.
• Un fabricant de produits chimiques a mis en cause le fait que
le PTCE représente un important risque de cancer pour les
humains, car la classification de l’Union européenne pour la
toxicité pour la reproduction était plus convaincante que la
classification de l’Union européenne pour la cancérogénicité.
Réponse : Le PTCE a été identifié comme hautement prioritaire en vue d’une évaluation, car il répond aux critères du potentiel intermédiaire pour l’exposition humaine et il représente
un risque élevé pour la santé humaine d’après les classifications d’autres organismes nationaux et internationaux pour la
cancérogénicité. Même si cette classification a aidé à déterminer la priorité des évaluations, les conclusions relatives aux
effets de la toxicité considérés comme critiques dans l’évaluation préalable (y compris la toxicité pour la reproduction) sont
celles du gouvernement du Canada. Comme il est indiqué
dans l’ébauche d’évaluation préalable, toutes les données disponibles ont été considérées dans l’établissement des conclusions, y compris les données qui ont constitué la base de la
classification de l’Union européenne.
Comments received following publication of the proposed Order
in the Canada Gazette, Part I
Commentaires reçus à la suite de la publication du décret proposé
dans la Partie I de la Gazette du Canada
On October 3, 2009, the Ministers published a proposed Order
Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999 in the Canada Gazette, Part I.
No comments were received during the 60-day public comment
period.
Les Ministres ont publié le 3 octobre 2009, dans la Partie I de
la Gazette du Canada, un projet de Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999). Aucun commentaire n’a été reçu
pendant la période de commentaires du public de 60 jours.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Order adds the two above-mentioned substances to Schedule 1 of CEPA 1999, thereby allowing the Ministers to publish
proposed regulations or instruments no later than August 22, 2011,
and finalize them no later than February 22, 2013. Developing an
implementation plan, a compliance strategy or establishing service standards is not considered necessary without any specific
risk management proposals. An appropriate assessment of implementation, compliance and enforcement will be undertaken
during the development of a proposed regulation or control instrument(s) respecting preventive or control actions for these
substances.
Le Décret ajoute les deux substances mentionnées ci-dessus à
l’annexe 1 de la LCPE (1999), permettant ainsi aux Ministres de
publier les règlements ou autres instruments proposés au plus tard
le 22 août 2011, et de les mettre au point au plus tard le 22 février
2013. L’élaboration d’un plan de mise en œuvre ou d’une stratégie de conformité ou encore l’établissement de normes de service
ne sont pas considérés comme essentiels sans des propositions
particulières de gestion des risques. Le gouvernement entreprendra une évaluation appropriée de la mise en œuvre, de la conformité et de l’application pendant l’élaboration d’un projet de
règlement ou d’instruments de contrôle proposés qui s’appliquent aux mesures de prévention ou de contrôle à l’égard de ces
substances.
501
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-35
Contacts
Personnes-ressources
David Morin
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Québec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-3091
Fax: 819-953-7155
Email: substances@ec.gc.ca
Tina Green
Risk Management Bureau
Health Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Phone: 613-948-2585
Fax: 613-952-8857
Email: tina.green@hc-sc.gc.ca
David Morin
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-3091
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : substances@ec.gc.ca
Tina Green
Bureau de gestion du risque
Santé Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-948-2585
Télécopieur : 613-952-8857
Courriel : tina.green@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
502
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-36
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-36
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-36
Le 10 février 2011
FIRST NATIONS GOODS AND SERVICES TAX ACT
LOI SUR LA TAXE SUR LES PRODUITS ET SERVICES DES
PREMIÈRES NATIONS
Order Amending Schedule 1 to the First Nations
Goods and Services Tax Act, No. 2010-2
Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur la taxe
sur les produits et services des premières nations,
no 2010-2
P.C. 2011-209
C.P. 2011-209
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 15a
of the First Nations Goods and Services Tax Actb, hereby makes
the annexed Order Amending Schedule 1 to the First Nations
Goods and Services Tax Act, No. 2010-2.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 15a de la Loi sur la taxe sur les produits et services des
premières nationsb, Son Excellence le Gouverneur général en
conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur la taxe
sur les produits et services des premières nations, no 2010-2,
ci-après.
ORDER AMENDING SCHEDULE 1 TO THE FIRST
NATIONS GOODS AND SERVICES
TAX ACT, NO. 2010-2
DÉCRET MODIFIANT L’ANNEXE 1 DE LA LOI SUR LA
TAXE SUR LES PRODUITS ET SERVICES DES
PREMIÈRES NATIONS, No 2010-2
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Schedule 1 to the First Nations Goods and Services Tax
Act1 is amended by replacing “Reserve of Bonaparte” in column 3 opposite “Bonaparte” in column 1 with the following:
Each reserve of Bonaparte that is not shared with another band
3. Schedule 1 to the Act is amended by replacing “Reserve
of Kahkewistahaw” in column 3 opposite “Kahkewistahaw”
in column 1 with the following:
Each reserve of Kahkewistahaw that is not shared with another
band
4. Schedule 1 to the Act is amended by replacing “Reserve
of Kamloops” in column 3 opposite “Kamloops” in column 1
with the following:
Each reserve of Kamloops that is not shared with another band
5. Schedule 1 to the Act is amended by replacing “Reserve
of Skeetchestn” in column 3 opposite “Skeetchestn” in column 1 with the following:
Each reserve of Skeetchestn that is not shared with another band
6. Schedule 1 to the Act is amended by replacing “Reserve
of the Tsawout First Nation” in column 3 opposite “Tsawout
First Nation” in column 1 with the following:
Each reserve of the Tsawout First Nation that is not shared with
another band
1. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la Loi sur la taxe sur
les produits et services des premières nations1, « Réserve de
Bonaparte », figurant en regard de « Bonaparte » dans la
colonne 1, est remplacé par ce qui suit :
Toute réserve de Bonaparte non partagée avec une autre bande
2. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la même loi, « Réserve
de Buffalo Point First Nation », figurant en regard de « Buffalo Point First Nation » dans la colonne 1, est remplacé par ce
qui suit :
Toute réserve de Buffalo Point First Nation non partagée avec
une autre bande
3. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la même loi, « Réserve
de Kahkewistahaw », figurant en regard de « Kahkewistahaw » dans la colonne 1, est remplacé par ce qui suit :
Toute réserve de Kahkewistahaw non partagée avec une autre
bande
4. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la même loi, « Réserve
de Kamloops », figurant en regard de « Kamloops » dans la
colonne 1, est remplacé par ce qui suit :
Toute réserve de Kamloops non partagée avec une autre bande
5. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la même loi, « Réserve
de Skeetchestn », figurant en regard de « Skeetchestn » dans
la colonne 1, est remplacé par ce qui suit :
Toute réserve de Skeetchestn non partagée avec une autre bande
6. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la même loi, « Réserve
de Tsawout First Nation », figurant en regard de « Tsawout
First Nation » dans la colonne 1, est remplacé par ce qui suit :
Toute réserve de Tsawout First Nation non partagée avec une
autre bande
———
———
a
a
2. Schedule 1 to the Act is amended by replacing “Reserve
of Buffalo Point First Nation” in column 3 opposite “Buffalo
Point First Nation” in column 1 with the following:
Each reserve of the Buffalo Point First Nation that is not shared
with another band
b
1
S.C. 2005, c. 19, s. 9
S.C. 2003, c. 15, s. 67
S.C. 2003, c. 15, s. 67
b
1
L.C. 2005, ch. 19, art. 9
L.C. 2003, ch. 15, art. 67
L.C. 2003, ch. 15, art. 67
503
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-36
7. Schedule 1 to the Act is amended by replacing “Reserve
of Tzeachten” in column 3 opposite “Tzeachten” in column 1
with the following:
Each reserve of Tzeachten that is not shared with another band
7. Dans la colonne 3 de l’annexe 1 de la même loi, « Réserve
de Tzeachten », figurant en regard de « Tzeachten » dans la
colonne 1, est remplacé par ce qui suit :
Toute réserve de Tzeachten non partagée avec une autre bande
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
8. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Schedule 1 to the First Nations Goods and Services Tax Act
identifies First Nations that have a power to enact a law imposing
the First Nations Goods and Services Tax (FNGST) and with
which Canada may enter into a tax administration agreement for
the FNGST. Next to the names of the First Nations, Schedule 1
also shows the names of the First Nations’ governing bodies and
descriptions of the lands where their FNGST laws could apply.
L’annexe 1 de la Loi sur la taxe sur les produits et services des
premières nations (la Loi) dresse la liste des premières nations
qui ont le pouvoir d’édicter un texte législatif imposant la taxe sur
les produits et services des premières nations (TPSPN) et avec
lesquelles le Canada peut conclure un accord d’application
concernant cette taxe. Outre le nom de ces premières nations,
l’annexe contient le nom de leur corps dirigeant et une description
des terres où leur texte législatif concernant la TPSPN pourrait
s’appliquer.
Un examen récent de la Loi a permis d’établir que certaines des
premières nations figurant à l’annexe 1 partagent une ou plusieurs
de leurs réserves avec au moins une autre première nation. Le
décret porte sur le cas de sept de ces premières nations. À l’heure
actuelle, seulement l’une de celles-ci a mis en œuvre la TPSPN et
aucune activité taxable n’a lieu dans les réserves qu’elle partage
avec d’autres premières nations. Toutefois, l’existence de réserves
partagées signifie que plus d’une TPSPN pourrait s’appliquer
dans une réserve partagée et entraîne la possibilité que les contribuables y soient assujettis à un niveau de taxation plus élevé.
A recent review of the First Nations Goods and Services Tax
Act determined that some of the First Nations that are listed in
Schedule 1 share one or more of their reserves with at least one
other First Nation. This order addresses the circumstances of
seven such First Nations. Only one of the First Nations has implemented the FNGST at the present time and no taxable activity
is occurring within the reserves that it shares with other First Nations. However, the existence of shared reserves means that more
than one FNGST law could apply within a shared reserve and
creates the possibility of taxpayers experiencing higher levels of
taxation there.
The objective of the Order is to confine the application or
potential application of the FNGST laws of the seven First Nations so they have effect only within reserves that are set aside
uniquely for the taxing First Nations and not within any shared
reserves that are set aside for the use and benefit of other First
Nations in addition to the taxing First Nations.
Le Décret a pour objet de limiter l’application réelle ou éventuelle des textes législatifs imposant une TPSPN des sept premières nations aux réserves de chacune qui sont à son usage exclusif
et qui ne font pas partie de réserves partagées entre plusieurs
premières nations.
Description and rationale
Description et justification
This Order amends Schedule 1 to the First Nations Goods and
Services Tax Act by changing, for seven First Nations, the description in column 3 of the lands where each First Nation’s law
imposing the FNGST could apply. The seven First Nations are
• Bonaparte, which is situated near Cache Creek, British
Columbia;
• Buffalo Point, which is situated by Lake of the Woods in
Manitoba;
• Kahkewistahaw, which is situated near Regina,
Saskatchewan;
• Kamloops, which is situated near Kamloops, British
Columbia;
• Skeetchestn, which is situated near Kamloops, British
Columbia;
• Tsawout, which is situated near Victoria, British Columbia;
and
Le Décret modifie l’annexe 1 de la Loi. Les modifications
consistent à remplacer, dans le cas des sept premières nations ciaprès, la mention figurant dans la colonne 3 des terres où le texte
législatif de chacune imposant la TPSPN pourrait s’appliquer.
• Bonaparte, située près de Cache Creek en ColombieBritannique;
• Buffalo Point, située au lac des Bois au Manitoba;
• Kahkewistahaw, située près de Regina en Saskatchewan;
• Kamloops, située près de Kamloops en ColombieBritannique;
• Skeetchestn, située près de Kamloops en ColombieBritannique;
• Tsawout, située près de Victoria en Colombie-Britannique;
• Tzeachten, située près de Chilliwack en ColombieBritannique.
504
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-36
•
Tzeachten, which is situated near Chilliwack, British
Columbia.
Each of the seven First Nations currently shares one or more of
its reserves with at least one other First Nation. In the short term,
the amendment would prevent the FNGST laws of the seven First
Nations from applying within shared reserves. In the longer term,
however, in cases where the First Nations that share a reserve
agree that the FNGST law of a particular First Nation should apply within the shared reserve, the schedule could be amended
again to broaden the application of that First Nation’s tax power
to include the shared reserve.
Chacune de ces sept premières nations partage une ou plusieurs
de ses réserves avec au moins une autre première nation. À court
terme, le fait de modifier ainsi l’annexe 1 de la Loi évite que la
TPSPN de ces premières nations s’applique dans la réserve partagée. À plus long terme, si plusieurs premières nations partageant
une réserve sont d’accord pour qu’une d’elles y impose sa
TPSPN, l’annexe pourrait être modifiée de nouveau pour donner
à celle-ci le pouvoir d’imposer sa TPSPN dans la réserve
partagée.
Consultation
Consultation
Each of the seven affected First Nations was notified about the
shared reserves issue and the proposed amendments to Schedule 1
to the First Nations Goods and Services Tax Act. The order and
the related Regulatory Impact Analysis Statement were also prepublished in the Canada Gazette, Part I. No comments affecting
the amendments have been received in response to the notifications and prepublication.
Chacune des sept premières nations a été avisée du problème
que posent les réserves partagées et de la modification apportée à
l’annexe 1 de la Loi à son égard avant et après la publication préalable des modifications dans la Partie I de la Gazette du Canada.
Ces avis et cette publication préalable n’ont suscité aucun commentaire affectant ces modifications.
Contact
Personne-ressource
Ken Medd
Aboriginal Tax Policy Section
Department of Finance
140 O’Connor Street
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-996-2192
Ken Medd
Section de la politique fiscale autochtone
Ministère des Finances
140, rue O’Connor
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-996-2192
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
505
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-37
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-37
Le 10 février 2011
FAMILY ORDERS AND AGREEMENTS ENFORCEMENT
ASSISTANCE ACT
LOI D’AIDE À L’EXÉCUTION DES ORDONNANCES ET
DES ENTENTES FAMILIALES
Order Amending the Schedule to the Family
Orders and Agreements Enforcement Assistance
Act
Décret modifiant l’annexe de la Loi d’aide à
l’exécution des ordonnances et des ententes
familiales
P.C. 2011-210
C.P. 2011-210
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Justice, pursuant to section 63a of
the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Actb,
hereby makes the annexed Order Amending the Schedule to the
Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act.
Sur recommandation du ministre de la Justice et en vertu de
l’article 63a de la Loi d’aide à l’exécution des ordonnances et des
ententes familialesb, Son Excellence le Gouverneur général en
conseil prend le Décret modifiant l’annexe de la Loi d’aide à
l’exécution des ordonnances et des ententes familiales, ci-après.
ORDER AMENDING THE SCHEDULE TO THE
FAMILY ORDERS AND AGREEMENTS
ENFORCEMENT ASSISTANCE ACT
DÉCRET MODIFIANT L’ANNEXE DE LA LOI D’AIDE
À L’EXÉCUTION DES ORDONNANCES ET
DES ENTENTES FAMILIALES
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act1 is replaced by the schedule set out in
the schedule to these Regulations.
1. L’annexe de la Loi d’aide à l’exécution des ordonnances et
des ententes familiales1 est remplacée par l’annexe figurant à
l’annexe du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE
(Sections 62 and 63)
ANNEXE
(articles 62 et 63)
LICENCES
AUTORISATIONS
CANADIAN PASSPORT ORDER
DÉCRET SUR LES PASSEPORTS CANADIENS
Passport
Passeport
Passeport
Passport
AERONAUTICS ACT
LOI SUR L’AÉRONAUTIQUE
Air traffic controller
Contrôleur de la circulation aérienne
Aircraft maintenance engineer
Technicien d’entretien d’aéronefs
Airline transport pilot — aeroplane
Pilote de ligne — avion
Certificat médical
(Medical certificate)
Contrôleur de la circulation aérienne
(Air traffic controller)
Mécanicien navigant
(Flight engineer)
———
———
a
a
b
1
S.C. 1997, c. 1, s. 22
R.S., c. 4 (2nd Supp.)
R.S., c. 4 (2nd Supp.)
506
b
1
L.C. 1997, ch. 1, art. 22
L.R., ch. 4 (2e suppl.)
L.R., ch. 4 (2e suppl.)
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Airline transport pilot — helicopter
Pilote de ligne — hélicoptère
Balloon pilot
Pilote de ballon
Commercial pilot — aeroplane
Pilote professionnel — avion
Commercial pilot — helicopter
Pilote professionnel — hélicoptère
Flight engineer
Mécanicien navigant
Foreign licence validation
Validation de licence étrangère
Glider pilot
Pilote de planeur
Medical certificate
Certificat médical
Pilot — gyroplane
Pilote — autogire
Pilot — recreational — aeroplane
Pilote de loisir — avion
Pilot — recreational — helicopter
Pilote de loisir — hélicoptère
Pilot — ultra-light aeroplane
Pilote — avion ultra-léger
Private pilot — aeroplane
Pilote privé — avion
Private pilot — helicopter
Pilote privé — hélicoptère
CANADA SHIPPING ACT OR CANADA
SHIPPING ACT, 2001
Able seafarer
Navigant qualifié
Able seaman
Matelot qualifié
Air cushion vehicle (ACV) engineer, class I
Officier mécanicien d’aéroglisseur, classe I
Air cushion vehicle (ACV) engineer, class II
Officier mécanicien d’aéroglisseur, classe II
Air cushion vehicle (ACV) type rating
Qualification de type d’aéroglisseur
Ballast control operator
Opérateur des commandes de ballasts
Barge supervisor, MODU/inland
Surveillant de chaland, UMFM/eaux internes
Barge supervisor, MODU/self-elevating
Surveillant de chaland, UMFM/auto-élévatrice
Barge supervisor, MODU/surface
Surveillant de chaland, UMFM/surface
Barge supervisor, MOU/self-elevating
Superviseur de barge, UML/auto-élévatrice
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
Pilote — autogire
(Pilot — gyroplane)
Pilote — avion ultra-léger
(Pilot — ultra-light aeroplane)
Pilote de ballon
(Balloon pilot)
Pilote de ligne — avion
(Airline transport pilot — aeroplane)
Pilote de ligne — hélicoptère
(Airline transport pilot — helicopter)
Pilote de loisir — avion
(Pilot — recreational — aeroplane)
Pilote de loisir — hélicoptère
(Pilot — recreational — helicopter)
Pilote de planeur
(Glider pilot)
Pilote privé — avion
(Private pilot — aeroplane)
Pilote privé — hélicoptère
(Private pilot — helicopter)
Pilote professionnel — avion
(Commercial pilot — aeroplane)
Pilote professionnel — hélicoptère
(Commercial pilot — helicopter)
Technicien d’entretien d’aéronefs
(Aircraft maintenance engineer)
Validation de licence étrangère
(Foreign licence validation)
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA OU
LOI DE 2001 SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Adjoint de la salle des machines
(Engine-room assistant)
Aptitude à l’exploitation des bateaux de sauvetage et canots de
secours, autres que des canots de secours rapides
(Proficiency in survival craft and rescue boats other than fast
rescue boats)
Aptitude à l’exploitation des bateaux de sauvetage et canots
de secours, autres que des canots de secours rapides, avec
restrictions
(Restricted proficiency in survival craft and rescue boats other
than fast rescue boats)
Aptitude à l’exploitation des canots de secours rapides
(Proficiency in fast rescue boats)
Brevet de service de capitaine de bateau de pêche d’au plus
100 tonneaux de jauge brute
(Certificate of service as master of a fishing vessel of not more
than 100 tons, gross tonnage)
Brevet de service de capitaine de bâtiment de pêche, jauge brute
de moins de 60
(Certificate of service as master of a fishing vessel of less than
60 gross tonnage)
507
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
Barge supervisor, MOU/surface
Superviseur de barge, UML/surface
Bridge watch rating
Matelot de quart à la passerelle
Bridge watchman
Homme de quart à la passerelle
Certificate of service as master of a fishing vessel of less than
60 gross tonnage
Brevet de service de capitaine de bâtiment de pêche, jauge
brute de moins de 60
Certificate of service as master of a fishing vessel of not more
than 100 tons, gross tonnage
Brevet de service de capitaine de bateau de pêche d’au plus
100 tonneaux de jauge brute
Certificate of service as master of a ship of not more than
1 600 tons, gross tonnage
Brevet de service de capitaine de navire d’au plus 1 600 tonneaux de jauge brute
Certificate of service as master of a steamship of not more than
350 tons, gross tonnage
Brevet de service de capitaine de navire à vapeur d’au plus
350 tonneaux de jauge brute
Chief engineer, motor ship
Officier mécanicien en chef, navire à moteur
Chief engineer, motor-driven fishing vessel
Officier mécanicien en chef, navire de pêche à moteur
Chief engineer, steamship
Officier mécanicien en chef, navire à vapeur
Chief mate
Premier officier de pont
Chief mate 150 gross tonnage, domestic
Premier officier de pont, jauge brute de 150, navigation
intérieure
Chief mate 500 gross tonnage, domestic
Premier officier de pont, jauge brute de 500, navigation
intérieure
Chief mate, limited
Premier officier de pont, avec restrictions
Chief mate, near coastal
Premier officier de pont, à proximité du littoral
Compass adjuster
Expert en compensation de compas
Electrician
Électricien
Engine-room assistant
Adjoint de la salle des machines
Engine-room rating
Matelot de la salle des machines
First mate, inland waters
Premier lieutenant, eaux intérieures
First mate, intermediate run ferry
Premier lieutenant de transbordeur à trajet intermédiaire
First mate, intermediate voyage
Premier officier de pont, voyage intermédiaire
508
Brevet de service de capitaine de navire à vapeur d’au plus
350 tonneaux de jauge brute
(Certificate of service as master of a steamship of not more
than 350 tons, gross tonnage)
Brevet de service de capitaine de navire d’au plus 1 600 tonneaux
de jauge brute
(Certificate of service as master of a ship of not more than
1 600 tons, gross tonnage)
Capitaine, à proximité du littoral
(Master, near coastal)
Capitaine au long cours
(Master mariner)
Capitaine, avec restrictions
(Master, limited)
Capitaine de bateau de pêche
(Fishing master)
Capitaine de bateau de pêche, avec restrictions
(Fishing master, restricted)
Capitaine de bateau de pêche, deuxième classe
(Fishing master, second-class)
Capitaine de bateau de pêche, première classe
(Fishing master, first-class)
Capitaine de bateau de pêche, quatrième classe
(Fishing master, fourth-class)
Capitaine de bateau de pêche, troisième classe
(Fishing master, third-class)
Capitaine de bâtiment de pêche, deuxième classe
(Fishing master, second-class)
Capitaine de bâtiment de pêche, première classe
(Fishing master, first-class)
Capitaine de bâtiment de pêche, quatrième classe
(Fishing master, fourth-class)
Capitaine de bâtiment de pêche, troisième classe
(Fishing master, third-class)
Capitaine de transbordeur à trajet court
(Master, short run ferry)
Capitaine de transbordeur à trajet intermédiaire
(Master, intermediate run ferry)
Capitaine de transbordeur à trajet long
(Master, long run ferry)
Capitaine, eaux intérieures
(Master, inland waters)
Capitaine, jauge brute de 500, à proximité du littoral
(Master 500 gross tonnage, near coastal)
Capitaine, jauge brute de 3 000, à proximité du littoral
(Master 3 000 gross tonnage, near coastal)
Capitaine, jauge brute de 150, navigation intérieure
(Master 150 gross tonnage, domestic)
Capitaine, jauge brute de 500, navigation intérieure
(Master 500 gross tonnage, domestic)
Capitaine, jauge brute de 3 000, navigation intérieure
(Master 3 000 gross tonnage, domestic)
Capitaine, jauge brute de 3 000, navigation intérieure, limité aux
voyages à proximité du littoral, classe 2, s’il s’agit de voyages
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
First mate, limited
Premier officier de pont, avec restrictions
First mate, local voyage
Premier officier de pont, voyage local
First mate, long run ferry
Premier lieutenant de transbordeur à trajet long
First mate, short run ferry
Premier lieutenant de transbordeur à trajet court
First-class engineer, motor ship
Officier mécanicien de première classe, navire à moteur
First-class engineer, steamship
Officier mécanicien de première classe, navire à vapeur
Fishing master
Capitaine de bateau de pêche
Fishing master, first-class
Capitaine de bâtiment de pêche, première classe
Fishing master, first-class
Capitaine de bateau de pêche, première classe
Fishing master, fourth-class
Capitaine de bâtiment de pêche, quatrième classe
Fishing master, fourth-class
Capitaine de bateau de pêche, quatrième classe
Fishing master, restricted
Capitaine de bateau de pêche, avec restrictions
Fishing master, second-class
Capitaine de bâtiment de pêche, deuxième classe
Fishing master, second-class
Capitaine de bateau de pêche, deuxième classe
Fishing master, third-class
Capitaine de bâtiment de pêche, troisième classe
Fishing master, third-class
Capitaine de bateau de pêche, troisième classe
Fishing mate
Lieutenant de bateau de pêche
Fourth-class engineer, motor ship
Officier mécanicien de quatrième classe, navire à moteur
Fourth-class engineer, steamship
Officier mécanicien de quatrième classe, navire à vapeur
High-speed craft (HSC) type rating
Qualification de type d’engin à grande vitesse
Liquefied gas tanker familiarization
Familiarisation pour bâtiment-citerne pour gaz liquéfié
Maintenance supervisor, MODU/self-elevating
Surveillant de la maintenance, UMFM/auto-élévatrice
Maintenance supervisor, MODU/surface
Surveillant de la maintenance, UMFM/surface
Maintenance supervisor, MOU/self-elevating
Chef de l’entretien, UML/auto-élévatrice
Maintenance supervisor, MOU/surface
Chef de l’entretien, UML/surface
Master 150 gross tonnage, domestic
Capitaine, jauge brute de 150, navigation intérieure
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
en « eaux secondaires » au sens de la Loi sur la marine marchande du Canada, dans sa version en vigueur avant l’entrée
en vigueur de la Loi de 2001 sur la marine marchande du
Canada
(Master 3 000 gross tonnage, domestic limited to a near coastal voyage, class 2 if the voyage is a “minor waters voyage”
as defined in the Canada Shipping Act, in the version that
was in force immediately before the coming into force of the
Canada Shipping Act, 2001)
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou remorqueur, cabotage
(Master, ship of not more than 350 tons, gross tonnage, or tug,
home trade voyage)
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou remorqueur, cabotage ou eaux intérieures
(Master, ship of not more than 350 gross tonnage or tug, home
trade or inland waters)
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou remorqueur, eaux intérieures
(Master, ship of not more than 350 tons, gross tonnage, or tug,
inland waters voyage)
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou remorqueur, voyage local
(Master, ship of not more than 350 tons, gross tonnage, or tug,
local voyage)
Capitaine, voyage intermédiaire
(Master, intermediate voyage)
Capitaine, voyage local
(Master, local voyage)
Chef de l’entretien, UML/auto-élévatrice
(Maintenance supervisor, MOU/self-elevating)
Chef de l’entretien, UML/surface
(Maintenance supervisor, MOU/surface)
Chef de l’installation au large, UML/auto-élévatrice
(Offshore installation manager, MOU/self-elevating)
Chef de l’installation au large, UML/surface
(Offshore installation manager, MOU/surface)
Compétence en dérive du compas
(Proficiency in compass deviation)
Compétence en pétroliers
(Proficiency in oil tankers)
Compétence en transporteurs de gaz liquéfié
(Proficiency in liquefied gas tankers)
Compétence en transporteurs de produits chimiques
(Proficiency in chemical tankers)
Cuisinier de navire
(Ship’s cook)
Deuxième lieutenant, eaux intérieures
(Second mate, inland waters)
Directeur d’installation extracôtière, UMFM/auto-élévatrice
(Offshore installation manager, MODU/self-elevating)
Directeur d’installation extracôtière, UMFM/eaux internes
(Offshore installation manager, MODU/inland)
Directeur d’installation extracôtière, UMFM/surface
(Offshore installation manager, MODU/surface)
509
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
Master 500 gross tonnage, domestic
Capitaine, jauge brute de 500, navigation intérieure
Master 500 gross tonnage, near coastal
Capitaine, jauge brute de 500, à proximité du littoral
Master 3 000 gross tonnage, domestic
Capitaine, jauge brute de 3 000, navigation intérieure
Master 3 000 gross tonnage, domestic limited to a near coastal
voyage, class 2 if the voyage is a “minor waters voyage” as defined in the Canada Shipping Act, in the version that was in
force immediately before the coming into force of the Canada
Shipping Act, 2001
Capitaine, jauge brute de 3 000, navigation intérieure, limité
aux voyages à proximité du littoral, classe 2, s’il sagit de
voyages en « eaux secondaires » au sens de la Loi sur la marine marchande du Canada, dans sa version en vigueur
avant l’entrée en vigueur de la Loi de 2001 sur la marine
marchande du Canada
Master 3 000 gross tonnage, near coastal
Capitaine, jauge brute de 3 000, à proximité du littoral
Master mariner
Capitaine au long cours
Master, inland waters
Capitaine, eaux intérieures
Master, intermediate run ferry
Capitaine de transbordeur à trajet intermédiaire
Master, intermediate voyage
Capitaine, voyage intermédiaire
Master, limited
Capitaine, avec restrictions
Master, local voyage
Capitaine, voyage local
Master, long run ferry
Capitaine de transbordeur à trajet long
Master, near coastal
Capitaine, à proximité du littoral
Master, ship of not more than 350 gross tonnage or tug, home
trade or inland waters
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou
remorqueur, cabotage ou eaux intérieures
Master, ship of not more than 350 tons, gross tonnage, or tug,
home trade voyage
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou
remorqueur, cabotage
Master, ship of not more than 350 tons, gross tonnage, or tug,
inland waters voyage
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou
remorqueur, eaux intérieures
Master, ship of not more than 350 tons, gross tonnage, or tug,
local voyage
Capitaine, navire d’au plus 350 tonneaux de jauge brute ou
remorqueur, voyage local
Master, short run ferry
Capitaine de transbordeur à trajet court
MODU
UMFM
510
Électricien
(Electrician)
Expert en compensation de compas
(Compass adjuster)
Familiarisation pour bâtiment-citerne pour gaz liquéfié
(Liquefied gas tanker familiarization)
Familiarisation pour pétrolier et bâtiment-citerne pour produits
chimiques
(Oil and chemical tanker familiarization)
Gestion de la sécurité des passagers
(Passenger safety management)
Gestion spécialisée de la sécurité des passagers (bâtiments
rouliers)
(Specialized passenger safety management, ro-ro vessels)
Homme de quart à la passerelle
(Bridge watchman)
Lieutenant de bateau de pêche
(Fishing mate)
Lieutenant de quart de navire de pêche
(Watchkeeping mate fishing)
Matelot de la salle des machines
(Engine-room rating)
Matelot de quart à la passerelle
(Bridge watch rating)
Matelot qualifié
(Able seaman)
Navigant qualifié
(Able seafarer)
Navire roulier à passagers, niveau 1
(Ro-ro passenger, level 1)
Navire roulier à passagers, niveau 2
(Ro-ro passenger, level 2)
Officier de pont de quart
(Watchkeeping mate)
Officier de pont de quart, à proximité du littoral
(Watchkeeping mate, near coastal)
Officier de pont de quart de navire
(Watchkeeping mate, ship)
Officier de pont de quart de navire, avec restrictions
(Restricted watchkeeping mate, ship)
Officier de pont de quart, UMFM/auto-élévatrice
(Watchkeeping mate, MODU/self-elevating)
Officier de pont de quart, UMFM/eaux internes
(Watchkeeping mate, MODU/inland)
Officier de pont de quart, UMFM/surface
(Watchkeeping mate, MODU/surface)
Officier mécanicien, avec restrictions, navire à moteur
(Restricted engineer, motor ship)
Officier mécanicien d’aéroglisseur, classe I
(Air cushion vehicle (ACV) engineer, class I)
Officier mécanicien d’aéroglisseur, classe II
(Air cushion vehicle (ACV) engineer, class II)
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
Offshore installation manager, MODU/inland
Directeur d’installation extracôtière, UMFM/eaux internes
Offshore installation manager, MODU/self-elevating
Directeur d’installation extracôtière, UMFM/auto-élévatrice
Offshore installation manager, MODU/surface
Directeur d’installation extracôtière, UMFM/surface
Offshore installation manager, MOU/self-elevating
Chef de l’installation au large, UML/auto-élévatrice
Offshore installation manager, MOU/surface
Chef de l’installation au large, UML/surface
Oil and chemical tanker familiarization
Familiarisation pour pétrolier et bâtiment-citerne pour produits chimiques
Passenger safety management
Gestion de la sécurité des passagers
Proficiency in chemical tankers
Compétence en transporteurs de produits chimiques
Proficiency in compass deviation
Compétence en dérive du compas
Proficiency in fast rescue boats
Aptitude à l’exploitation des canots de secours rapides
Proficiency in liquefied gas tankers
Compétence en transporteurs de gaz liquéfié
Proficiency in oil tankers
Compétence en pétroliers
Proficiency in survival craft and rescue boats other than fast rescue boats
Aptitude à l’exploitation des bateaux de sauvetage et canots de
secours, autres que des canots de secours rapides
Restricted engineer, motor ship
Officier mécanicien, avec restrictions, navire à moteur
Restricted proficiency in survival craft and rescue boats other
than fast rescue boats
Aptitude à l’exploitation des bateaux de sauvetage et canots
de secours, autres que des canots de secours rapides, avec
restrictions
Restricted watchkeeping mate, ship
Officier de pont de quart de navire, avec restrictions
Ro-ro passenger, level 1
Navire roulier à passagers, niveau 1
Ro-ro passenger, level 2
Navire roulier à passagers, niveau 2
Second engineer, motor ship
Officier mécanicien en second, navire à moteur
Second engineer, steamship
Officier mécanicien en second, navire à vapeur
Second mate, inland waters
Deuxième lieutenant, eaux intérieures
Second-class engineer, motor ship
Officier mécanicien de deuxième classe, navire à moteur
Second-class engineer, steamship
Officier mécanicien de deuxième classe, navire à vapeur
Ship’s cook
Cuisinier de navire
Officier mécanicien de deuxième classe, navire à moteur
(Second-class engineer, motor ship)
Officier mécanicien de deuxième classe, navire à vapeur
(Second-class engineer, steamship)
Officier mécanicien de première classe, navire à moteur
(First-class engineer, motor ship)
Officier mécanicien de première classe, navire à vapeur
(First-class engineer, steamship)
Officier mécanicien de quart, bateau de pêche à moteur
(Watchkeeping engineer, motor-driven fishing vessel)
Officier mécanicien de quart, bâtiment de pêche à moteur
(Watchkeeping engineer, motor-driven fishing vessel)
Officier mécanicien de quatrième classe, navire à moteur
(Fourth-class engineer, motor ship)
Officier mécanicien de quatrième classe, navire à vapeur
(Fourth-class engineer, steamship)
Officier mécanicien de troisième classe, navire à moteur
(Third-class engineer, motor ship)
Officier mécanicien de troisième classe, navire à vapeur
(Third-class engineer, steamship)
Officier mécanicien en chef, navire à moteur
(Chief engineer, motor ship)
Officier mécanicien en chef, navire à vapeur
(Chief engineer, steamship)
Officier mécanicien en chef, navire de pêche à moteur
(Chief engineer, motor-driven fishing vessel)
Officier mécanicien en second, navire à moteur
(Second engineer, motor ship)
Officier mécanicien en second, navire à vapeur
(Second engineer, steamship)
Opérateur des commandes de ballasts
(Ballast control operator)
Opérateur des machines de petits bâtiments
(Small vessel machinery operator)
Premier lieutenant de transbordeur à trajet court
(First mate, short run ferry)
Premier lieutenant de transbordeur à trajet intermédiaire
(First mate, intermediate run ferry)
Premier lieutenant de transbordeur à trajet long
(First mate, long run ferry)
Premier lieutenant, eaux intérieures
(First mate, inland waters)
Premier officier de pont
(Chief mate)
Premier officier de pont, à proximité du littoral
(Chief mate, near coastal)
Premier officier de pont, avec restrictions
(First mate, limited)
Premier officier de pont, avec restrictions
(Chief mate, limited)
Premier officier de pont, jauge brute de 150, navigation intérieure
(Chief mate 150 gross tonnage, domestic)
511
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
Small vessel machinery operator
Opérateur des machines de petits bâtiments
Specialized passenger safety management (ro-ro vessels)
Gestion spécialisée de la sécurité des passagers (bâtiments
rouliers)
Supervisor of a chemical transfer operation
Surveillant d’opérations de transbordement de produits
chimiques
Supervisor of a liquefied gas transfer operation
Surveillant d’opérations de transbordement de gaz liquéfié
Supervisor of an oil transfer operation
Surveillant d’opérations de transbordement de pétrole
Supervisor of an oil transfer operation in Arctic waters (north of
60o N)
Surveillant d’opérations de transbordement de pétrole, eaux de
l’Arctique (au nord de 60o N.)
Third-class engineer, motor ship
Officier mécanicien de troisième classe, navire à moteur
Third-class engineer, steamship
Officier mécanicien de troisième classe, navire à vapeur
Watchkeeping engineer, motor-driven fishing vessel
Officier mécanicien de quart, bateau de pêche à moteur
Watchkeeping engineer, motor-driven fishing vessel
Officier mécanicien de quart, bâtiment de pêche à moteur
Watchkeeping mate
Officier de pont de quart
Watchkeeping mate fishing
Lieutenant de quart de navire de pêche
Watchkeeping mate, MODU/inland
Officier de pont de quart, UMFM/eaux internes
Watchkeeping mate, MODU/self-elevating
Officier de pont de quart, UMFM/auto-élévatrice
Watchkeeping mate, MODU/surface
Officier de pont de quart, UMFM/surface
Watchkeeping mate, near coastal
Officier de pont de quart, à proximité du littoral
Watchkeeping mate, ship
Officier de pont de quart de navire
Premier officier de pont, jauge brute de 500, navigation intérieure
(Chief mate 500 gross tonnage, domestic)
Premier officier de pont, voyage intermédiaire
(First mate, intermediate voyage)
Premier officier de pont, voyage local
(First mate, local voyage)
Qualification de type d’aéroglisseur
(Air cushion vehicle (ACV) type rating)
Qualification de type d’engin à grande vitesse
(High-speed craft (HSC) type rating)
Superviseur de barge, UML/auto-élévatrice
(Barge supervisor, MOU/self-elevating)
Superviseur de barge, UML/surface
(Barge supervisor, MOU/surface)
Surveillant de chaland, UMFM/auto-élévatrice
(Barge supervisor, MODU/self-elevating)
Surveillant de chaland, UMFM/eaux internes
(Barge supervisor, MODU/inland)
Surveillant de chaland, UMFM/surface
(Barge supervisor, MODU/surface)
Surveillant de la maintenance, UMFM/auto-élévatrice
(Maintenance supervisor, MODU/self-elevating)
Surveillant de la maintenance, UMFM/surface
(Maintenance supervisor, MODU/surface)
Surveillant d’opérations de transbordement de gaz liquéfié
(Supervisor of a liquefied gas transfer operation)
Surveillant d’opérations de transbordement de pétrole
(Supervisor of an oil transfer operation)
Surveillant d’opérations de transbordement de pétrole, eaux de
l’Arctique (au nord de 60o N.)
(Supervisor of an oil transfer operation in Arctic waters (north
of 60o N))
Surveillant d’opérations de transbordement de produits chimiques
(Supervisor of a chemical transfer operation)
UMFM
(MODU)
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The schedule to the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act (FOAEAA), which became effective on
May 1, 1997, lists the licences that the federal government can
suspend, deny or refuse to renew when an individual does not
fulfill his or her family support obligations.
As a result of changes made to the personnel marine licensing
program, references to certain marine licences in the schedule are
now inaccurate. These inaccuracies may result in not being able
to enforce the FOAEAA in relation to these licences.
L’annexe à la Loi d’aide à l’exécution des ordonnances et des
ententes familiales (LAEOEF), qui est entrée en vigueur le 1er mai
1997, prévoit les autorisations que le gouvernement fédéral peut
suspendre ou refuser d’émettre ou de renouveler à l’égard d’un
individu qui ne respecte pas ses obligations alimentaires.
En raison des modifications apportées au système d’octroi
d’autorisations liées au personnel maritime, les renvois à ces autorisations dans l’annexe ne sont plus exacts. Ceci pourrait avoir
pour effet que la LAEOEF ne soit pas exécutoire à l’égard de ces
autorisations.
512
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
The federal licence denial measure serves a number of purposes. For example, it fully supports the efforts of the provinces
and territories to enforce support obligations, augments the licence denial efforts of the provinces and territories, and provides
the Provincial Enforcement Services (PES) with another tool to
reach payors beyond their provincial borders. The amendments
maintain the effectiveness of the measure.
La mesure visant le refus d’autorisation fédérale permet d’atteindre divers objectifs. Par exemple, elle soutient pleinement les
efforts des provinces et territoires en ce qui concerne l’exécution
des ordonnances alimentaires, renforce les activités de refus
d’autorisation de celles-ci et fournit aux autorités provinciales
(AP) un autre outil leur permettant de joindre les débiteurs qui se
trouvent à l’extérieur de leurs frontières provinciales. Les modifications conservent l’efficacité de la mesure.
Description and rationale
Description et justification
The amendments update references to the marine licences
listed in the schedule to take into account changes to the licensing
scheme resulting from the coming into effect of the Marine Personnel Regulations (Regulations) under the Canada Shipping Act,
2001. The Order adds new certificates issued under the Regulations and deletes others that are no longer issued and are no
longer valid.
Since its beginning in 1997, the licence denial measure has
proven effective at different stages of the process in encouraging
debtors to initiate contact with the PES and in reducing support
arrears owing. Licence denial is one of many tools to enforce
family support obligations. In its decision in Caruso v. Canada
and Québec (A.G.),1 the Quebec Superior Court makes reference
to data from the PES of Quebec, Ontario, Alberta and British
Columbia, which account for 93% of all licence denial applications sent to the federal Department of Justice since May 1997.
For example, Ontario examined cases where a notice of intention
to apply for federal licence denial was sent between April and
October 2006, and found that 565 of 1 085 cases had reduced the
arrears owing by an average amount of $6,900. During the same
period, of 1 175 cases where a licence denial application was sent,
342 cases reduced their arrears by an average amount of $7,696.
Reduction of arrears is achieved by partial or total payment of
arrears, rescheduled payment of arrears, or by getting a new
judgment to change the amount of arrears. While these positive
outcomes could also be the result of any earlier enforcement
La modification met à jour les renvois aux autorisations maritimes figurant à l’annexe pour tenir compte de changements au
système d’octroi d’autorisations à la suite de l’entrée en vigueur
du Règlement sur le personnel maritime (le « Règlement »), pris
en application de la Loi de 2001 sur la marine marchande du
Canada. Le Décret ajoute de nouveaux brevets émis en vertu du
Règlement et en supprime d’autres qui ne sont plus émis et dont
plus aucun ne reste valide.
Le présent décret ne modifie pas l’inclusion du passeport et de
diverses autorisations aériennes.
Le programme fédéral de refus d’autorisation est un outil visant
à aider les provinces et territoires dans l’exécution des obligations
alimentaires. À la demande d’une AP, le gouvernement fédéral
peut suspendre, ou refuser d’émettre ou de renouveler, les autorisations figurant à l’annexe de la LAEOEF si l’individu n’a pas
respecté ses obligations alimentaires pour trois périodes de paiement ou a accumulé des arriérés d’au moins 3 000 $. Il s’agit
d’une mesure de dernier recours lorsque d’autres mesures
d’exécution prises par une AP n’ont pas donné de résultats. La
mesure vise les cas plus graves d’inobservation et a le potentiel de
contraindre à l’observation un groupe de débiteurs à l’encontre de
qui il est particulièrement difficile d’exécuter. Il s’agit d’un type
« indirect » d’exécution qui vise à attirer l’attention du débiteur
en lui interdisant une activité ou l’utilisation d’un bien s’il ne
communique pas avec l’AP pour régler les arriérés ou pour prendre les dispositions pour commencer à rembourser sa dette.
On ne s’attend pas à ce que ce décret entraîne des économies
ou des coûts supplémentaires au gouvernement, étant donné que
le programme de refus d’autorisation est déjà en place. Les activités actuelles se poursuivront à l’égard des autorisations figurant
déjà à l’annexe et celles ayant été ajoutées.
Depuis sa création en 1997, le refus d’autorisation s’est révélé
efficace à différentes étapes du processus en encourageant les
débiteurs à communiquer avec l’AP et en réduisant les dettes
relatives aux pensions alimentaires. Le refus d’autorisation est
l’un des nombreux outils pour l’exécution des obligations alimentaires. Dans sa décision Caruso c. Canada et Québec (P.G.)1, la
Cour supérieure du Québec fait référence à des données provenant des programmes d’exécution des ordonnances alimentaires
du Québec, de l’Ontario, de l’Alberta et de la ColombieBritannique, lesquelles comptent pour 93 % de toutes les demandes transmises au ministère de la Justice fédéral depuis mai 1997.
À titre d’exemple, l’Ontario a examiné des cas où une lettre
d’intention de faire une demande pour le refus d’autorisations
fédérales fut envoyée entre avril et octobre 2006, et a trouvé que
565 des 1 085 cas avaient diminué les arriérés d’en moyenne
6 900 $. Au cours de la même période, de 1 175 cas où une demande de refus d’autorisation a été envoyée, 342 cas ont réduit
les arriérés d’en moyenne 7 696 $. Une réduction est notée par un
paiement total ou partiel des arriérés, un rééchelonnement du
———
———
1
1
The inclusion of the passport and various aviation licences is
unchanged by this Order.
The federal licence denial program is a tool to help the provinces and territories to enforce family support. At the request of a
PES, the federal government can suspend, deny or refuse to renew licences listed in the schedule to the FOAEAA in cases
where an individual has failed to meet support obligations for
three payment periods or has accumulated arrears of at least
$3,000. It is a measure of last resort when other enforcement actions by a PES have not succeeded. The measure targets more
serious cases of default and has the potential to bring into compliance an especially difficult group of payors to enforce against. It
is an “indirect” type of enforcement aimed at attracting the attention of payors by inhibiting them from an activity or use of an
asset if they do not contact the PES to resolve outstanding arrears
or to make arrangements to begin paying down their support debt.
This Order is not expected to provide savings or additional
costs to the government as the licence denial program is already
in place. Current activities will continue with respect to licences
currently listed and those added.
(February 24, 2010), Montréal 500-17-023755-047 (Sup. Ct.).
(24 février 2010), Montréal 500-17-023755-047 (C.S.).
513
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-37
measure, or combination of enforcement measures, licence denial
has proven effective in getting the attention of payors, especially
those who have been out of contact with the PES for a considerable length of time. The measure has succeeded in producing
large payments from a selected set of payors, namely those payors
who have the ability to pay, but nonetheless evade payment
and/or stop contacting the PES.
paiement des arriérés, ou par l’obtention d’un nouveau jugement
qui modifie la somme des arriérés. Bien que ces résultats positifs
puissent également découler d’une mesure d’exécution antérieure ou de la combinaison de mesures d’exécution, le refus
d’autorisation s’est révélé efficace pour attirer l’attention des
débiteurs, principalement ceux qui n’ont pas communiqué avec
l’AP depuis longtemps. Cette mesure a réussi à ce qu’un groupe
précis de débiteurs, soit ceux qui ont la capacité de payer mais qui
ne le font pas ou arrêtent de communiquer avec l’AP, versent
d’importants paiements.
Consultation
Consultation
No public consultations were held as the amendments update
an existing legislative program by reflecting changes made to the
names of various marine licences and adding a few others to
the schedule. Consultations were held with the Department of
Transport Canada to ensure accuracy in the licences listed in the
schedule.
Aucune consultation publique n’a eu lieu étant donné que les
modifications mettent à jour un système législatif existant pour
tenir compte des changements apportés aux noms des diverses
autorisations maritimes et en ajoutant quelques autres à l’annexe.
Le ministère des Transports du Canada a été consulté pour veiller
à ce que les autorisations énoncées dans l’annexe soient exactes.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The public can find additional information on the federal licence denial program by accessing the FOAEAA, by contacting a
PES or the Family, Children and Youth Section of the Department of Justice Canada or by accessing their Web sites.
Le public peut trouver des renseignements supplémentaires
sur le système fédéral de refus d’autorisation en consultant la
LAEOEF, en communiquant avec une autorité provinciale ou
avec la Section de la famille, des enfants et des adolescents du
ministère de la Justice du Canada ou encore en visitant leurs sites
Web.
Les demandes de refus d’autorisation aux termes de la
LAEOEF sont présentées par une autorité provinciale. L’autorité
provinciale envoie un avis au débiteur pour l’aviser que s’il ne
prend pas des mesures afin de s’acquitter des arriérés dans les
40 jours, l’autorité provinciale fera une demande officielle en vue
que ses autorisations fédérales soient suspendues ou qu’il se voit
refuser une licence s’il en fait la demande dans le futur. Une fois
que la demande est traitée, un avis est envoyé au ministère des
Transports Canada et à Passeport Canada afin que ceux-ci prennent des mesures. Le nom du débiteur est également inscrit sur
une liste de « contrôle » pour refus d’autorisation fédérale future,
y compris un passeport s’il en demande un.
Licence denial applications under the FOAEAA are made by a
PES. A PES would send a notice to the debtor advising him or her
that if they do not make arrangements to deal with the support
arrears with the PES within 40 days, the PES will formally apply
to have their federal licences suspended or denied should they
apply for one in the future. Once the application is processed,
notice is sent to Transport Canada and Passport Canada to take
action. The payor’s name is also placed on a “control” list which
denies them a future federal licence, including a passport, should
they apply for one.
Contact
Personne-ressource
Sylviane Deslauriers
Legal Counsel
Support Enforcement Policy and Implementation
Family, Children and Youth Section
Department of Justice
Ottawa, Ontario
K1A 0H8
Fax: 613-952-9600
Email: sylviane.deslauriers@justice.gc.ca
Sylviane Deslauriers
Avocate
Mise en œuvre de la politique d’appui à l’exécution des
obligations alimentaires
Section de la famille, des enfants et des adolescents
Ministère de la Justice
Ottawa (Ontario)
K1A 0H8
Télécopieur : 613-952-9600
Courriel : sylviane.deslauriers@justice.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
514
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-38
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-38
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-38
Le 10 février 2011
FISHERIES ACT
LOI SUR LES PÊCHES
Regulations Amending the Pulp and Paper
Effluent Regulations (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement sur les
effluents des fabriques de pâtes et papiers
P.C. 2011-218
C.P. 2011-218
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Fisheries and Oceans, pursuant to
subsections 36(5) and 38(9) of the Fisheries Acta, hereby makes
the annexed Regulations Amending the Pulp and Paper Effluent
Regulations (Miscellaneous Program).
Sur recommandation du ministre des Pêches et des Océans et
en vertu des paragraphes 36(5) et 38(9) de la Loi sur les pêchesa,
Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement correctif visant le Règlement sur les effluents des fabriques
de pâtes et papiers, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE PULP AND
PAPER EFFLUENT REGULATIONS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE RÈGLEMENT
SUR LES EFFLUENTS DES FABRIQUES
DE PÂTES ET PAPIERS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) Paragraph 4(2)(b) of Schedule IV.1 to the French version of the Pulp and Paper Effluent Regulations1 is replaced by
the following:
b) la description détaillée des études à effectuer sur le terrain et
en laboratoire pour déterminer la cause de l’effet.
(2) Subsection 4(3) of Schedule IV.1 to the French version
of the Regulations is replaced by the following:
(3) Si le dernier rapport d’interprétation indique soit la cause de
l’effet sur la population de poissons, sur les tissus de poissons ou
sur la communauté d’invertébrés benthiques, soit le fait que les
solutions n’ont pu être trouvées, le plan d’étude comporte la description détaillée des études à effectuer pour dégager les solutions
qui permettraient d’éliminer cet effet.
2. Schedule V to the Regulations is replaced by the Schedule V set out in the schedule to these Regulations.
1. (1) L’alinéa 4(2)b) de l’annexe IV.1 de la version française du Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et
papiers1 est remplacé par ce qui suit :
b) la description détaillée des études à effectuer sur le terrain et
en laboratoire pour déterminer la cause de l’effet.
(2) Le paragraphe 4(3) de l’annexe IV.1 de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(3) Si le dernier rapport d’interprétation indique soit la cause de
l’effet sur la population de poissons, sur les tissus de poissons ou
sur la communauté d’invertébrés benthiques, soit le fait que les
solutions n’ont pu être trouvées, le plan d’étude comporte la description détaillée des études à effectuer pour dégager les solutions
qui permettraient d’éliminer cet effet.
2. L’annexe V du même règlement est remplacée par
l’annexe V figurant à l’annexe du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
1
R.S., c. F-14
SOR/92-269
1
L.R., ch. F-14
DORS/92-269
515
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-38
SCHEDULE
(Section 2)
ANNEXE
(article 2)
SCHEDULE V
(Section 2)
ANNEXE V
(article 2)
AUTHORIZATION OFFICERS
AGENTS D’AUTORISATION
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Item
Province
Authorization Officer
Article
Province
Agent d’autorisation
1.
Ontario
1.
Ontario
2.
Quebec
2.
Québec
3.
Nova Scotia
3.
Nouvelle-Écosse
4.
New Brunswick
4.
NouveauBrunswick
5.
Manitoba
5.
Manitoba
6.
British Columbia
6.
ColombieBritannique
7.
Saskatchewan
7.
Saskatchewan
8.
Alberta
8.
Alberta
9.
Newfoundland and
Labrador
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Ontario
Environment Canada
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Quebec
Environment Canada
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Atlantic
Environment Canada
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Atlantic
Environment Canada
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Prairie and Northern
Environment Canada
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Pacific and Yukon
Environment Canada
Manager, Uranium and Northern Operations
Environmental Protection and Audit Division —
Industrial Branch
Saskatchewan Ministry of Environment
District Approvals Manager
Northern Region
Alberta Ministry of Environment
Director
Environmental Protection Operations Directorate —
Atlantic
Environment Canada
9.
Terre-Neuve-etLabrador
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Ontario
Ministère de l’Environnement du Canada
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Québec
Ministère de l’Environnement du Canada
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Atlantique
Ministère de l’Environnement du Canada
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Atlantique
Ministère de l’Environnement du Canada
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Prairies et Nord
Ministère de l’Environnement du Canada
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Pacifique et Yukon
Ministère de l’Environnement du Canada
Manager, Uranium and Northern Operations
Environmental Protection and Audit Division —
Industrial Branch
Saskatchewan Ministry of Environment
District Approvals Manager
Northern Region
Alberta Ministry of Environment
Directeur
Direction des activités de protection de
l’environnement — Atlantique
Ministère de l’Environnement du Canada
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Schedule V of the Pulp and Paper Effluent Regulations (the
Regulations) prescribes the persons who may issue an authorization to deposit deleterious substances into water frequented by
fish. Currently, for pulp and paper mills and off-site treatment
facilities in the provinces of Quebec, Saskatchewan and Alberta,
the Regulations prescribe authorization officers based on whether
there is a written agreement in effect in respect of information
required to be submitted under these Regulations between the
Government of Canada and the respective province.
Question et objectifs
L’annexe V du Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers (le Règlement) désigne les personnes qui peuvent
délivrer une autorisation de rejeter des substances nocives dans
les eaux où vivent les poissons. À l’heure actuelle, pour les fabriques de pâtes et papiers ainsi que pour les installations extérieures
de traitement du Québec, de la Saskatchewan et de l’Alberta, le
Règlement désigne les agents d’autorisation s’il y a un accord
écrit en vigueur ou non relativement aux renseignements devant
être présentés en vertu de ce règlement entre le gouvernement du
Canada et la province respective.
516
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-38
If there is a written agreement in effect between the Government of Canada and the respective province, and the Minister has
notified all operators in the province of the agreement, the
authorization officer is either identified as an official of that province, or the responsibility is shared between the federal and provincial governments. In Alberta and Saskatchewan, the authorization officer is an official of the respective province. In Quebec,
the responsibilities of the authorization officer are shared between
federal and provincial officials.
In the absence of a written agreement, the Director, Environmental Protection Operations Division, Department of the Environment, is the authorization officer for the province. Therefore,
to improve the clarity in the identification of the authorization
officer, an amendment has been made.
In addition, the authorization officer’s title has been changed
requiring an update to the title in the regulatory text.
Finally, to improve on the uniformity of the French and English
versions of the regulatory text, an amendment to Schedule IV.1
has been made.
The objectives of the Regulations Amending Pulp and Paper
Effluent Regulations (Miscellaneous Program) [the Amendments]
are to improve clarity of the regulatory text by identifying a single
authorization officer for each province and to improve the consistency in wording between the French and English versions of
the regulatory text. The Amendments address comments made by
the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR).
S’il existe un accord écrit en vigueur entre le gouvernement du
Canada et la province respective, et que le ministre en a avisé tous
les exploitants dans la province, l’agent d’autorisation est soit un
fonctionnaire de la province ou la responsabilité est partagée entre
les gouvernements fédéral et provincial. En Alberta et en Saskatchewan, l’agent d’autorisation est un fonctionnaire de la province.
Au Québec, les responsabilités de l’agent d’autorisation sont partagées entre un fonctionnaire du gouvernement fédéral et un fonctionnaire du gouvernement provincial.
En l’absence d’un accord écrit, le directeur de la Division des
activités de protection de l’environnement, ministère de
l’Environnement du Canada est l’agent d’autorisation de la province. Une modification a été apportée pour rendre plus clair le
processus d’identification de l’agent d’autorisation.
Par ailleurs, le titre d’agent d’autorisation a été changé et le titre du texte réglementaire doit donc être mis à jour.
Enfin, pour améliorer l’uniformité des versions anglaise et
française du texte réglementaire, une modification à l’annexe IV.1 a été apportée.
Les objectifs du Règlement correctif visant le Règlement sur les
effluents des fabriques de pâtes et papiers (les modifications) sont
d’améliorer la clarté du texte réglementaire en identifiant un seul
agent d’autorisation pour chaque province et en améliorant
l’uniformité entre les versions anglaise et française du texte réglementaire. Les modifications donnent suite à des commentaires
formulés par le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation (CMPER).
Description and rationale
Description et justification
The Regulations currently prescribe authorization officers in
Quebec, Saskatchewan and Alberta based on whether there is a
written agreement in effect in respect of information required to
be submitted under these Regulations. The Minister has notified
all the operators in the provinces of the agreement. To improve
clarity in the identification of the authorization officer, the
Amendments will modify items 2, 7 and 8 of Schedule V of the
Regulations to identify a single authorization officer for each of
the provinces of Quebec, Saskatchewan and Alberta. The authorization officers will be named as follows:
• Quebec — Director, Environmental Protection Operations
Directorate — Quebec, Environment Canada
• Alberta — District Approvals Manager, Northern Region,
Alberta Ministry of Environment
• Saskatchewan — Manager, Uranium and Northern Operations, Environmental Protection and Audit Division — Industrial Branch, Saskatchewan Ministry of Environment
À l’heure actuelle, le Règlement désigne les agents d’autorisation compétents au Québec, en Saskatchewan et en Alberta s’il y
a un accord écrit ou non concernant les renseignements devant
être présentés en vertu de ce règlement en vigueur. Le ministre a
avisé tous les exploitants des provinces de l’accord. Afin de rendre plus clair le processus d’identification des agents d’autorisation, des modifications seront apportées aux articles 2, 7 et 8 de
l’annexe V du Règlement, de façon à ce qu’un seul agent d’autorisation soit désigné pour chacune des provinces du Québec, de la
Saskatchewan et de l’Alberta. Les agents d’autorisation seront
choisis comme suit :
• Québec — Directeur, Direction des activités de protection de
l’environnement — Québec, Ministère de l’Environnement du
Canada
• Alberta — District Approvals Manager, Northern Region,
Alberta Ministry of Environment
• Saskatchewan — Manager, Uranium and Northern Operations, Environmental Protection and Audit Division — Industrial Branch, Saskatchewan Ministry of Environment
En outre, une réorganisation structurelle d’Environnement Canada a occasionné un changement au titre d’agent d’autorisation.
C’est pourquoi les modifications auront pour effet de changer le
titre d’agent d’autorisation, en ce sens que le terme « division »
sera remplacé par « direction » pour les provinces sans accord
écrit dans l’annexe V.
Les modifications auront également un effet sur l’annexe IV.1,
où le terme « précisions voulues » sera remplacé par « description
détaillée » dans l’alinéa 4(2)b) et le paragraphe 4(3) de la version
française du Règlement pour accroître l’uniformité avec la version anglaise où l’expression « detailed description » est utilisée.
In addition, a structural reorganization of Environment Canada
has necessitated a change in the authorization officer’s title.
Therefore, the Amendments will modify the title of the authorization officer to replace the term “division” by “directorate” for the
provinces without a written agreement in Schedule V.
The Amendments will also modify Schedule IV.1 to replace
the term “précisions voulues” to “description détaillée” in paragraph 4(2)(b) and subsection 4(3) in the French version of the
Regulations in order to increase uniformity with the English
version where the wording “detailed description” is used.
517
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-38
Both amendments to Schedule V and IV.1 address comments
made by the SJCSR.
Overall, the Amendments will improve the clarity and consistency of the regulatory text. There will be no incremental costs
to the public, industry or governments associated with the
Amendments.
Les modifications à l’annexe V et IV.1 donnent suite à des
commentaires formulés par le CMPER.
Dans l’ensemble, les modifications permettront d’améliorer la
clarté et l’uniformité du texte réglementaire. La population,
l’industrie ou les gouvernements n’auront pas à engager des frais
additionnels dans le cadre de ces modifications.
Consultation
Consultation
Environment Canada confirmed with the provinces of Alberta,
Saskatchewan and Quebec the naming of the authorization officer
and their title. However, given that the Amendments are administrative in nature with no negative impacts and are not expected to
raise any concerns, no formal stakeholder consultations were
held.
Environnement Canada a confirmé auprès des provinces de
l’Alberta, de la Saskatchewan et du Québec l’identité de l’agent
d’autorisation et son titre. Cependant, étant donné que les modifications sont d’ordre administratif, qu’elles n’ont pas d’impacts
négatifs et qu’elles ne devraient pas soulever de préoccupations,
aucune consultation n’a eu lieu auprès des intervenants.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Since the Amendments are administrative in nature, they will
not result in the implementation of any new programs or activities. The Amendments do not alter the manner in which the
Regulations are implemented and enforced. Therefore, no
changes to the implementation plan, enforcement strategy or service standards for the Regulations are required as a result of the
Amendments.
Étant donné que les modifications sont d’ordre administratif,
elles n’entraîneront pas la mise en œuvre de nouveaux programmes ou activités. Les modifications ne changent pas la façon dont
le Règlement est mis en œuvre et appliqué. Ainsi, le plan de mise
en œuvre, la stratégie d’application de la loi ou les normes de
service pour le Règlement n’ont pas besoin d’être changés en
raison des modifications.
Contacts
Personnes-ressources
Matthew Hamilton
Head, Water and Land Issues
Forestry, Agriculture and Aquaculture Division
Environment Canada
351 St. Joseph Boulevard
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-3199
Fax: 819-994-9848
Email: matthew.hamilton@ec.gc.ca
Luis Leigh
Director
Regulatory Analysis and Valuation Division
Environment Canada
10 Wellington Street, 24th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-1170
Fax: 819-997-2769
Email: Luis.Leigh@ec.gc.ca
Matthew Hamilton
Sous-chef, Pâtes et papiers — Effluents et résidus
Direction des Foresterie, agriculture et aquaculture
Environnement Canada
351, boulevard Saint-Joseph
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-3199
Télécopieur : 819-994-9848
Courriel : matthew.hamilton@ec.gc.ca
Luis Leigh
Directeur
Division d’analyse réglementaire et Valorisation
Environnement Canada
10, rue Wellington, 24e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-1170
Télécopieur : 819-997-2769
Courriel : Luis.Leigh@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
518
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-39
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-39
Le 10 février 2011
FISHERIES ACT
OCEANS ACT
LOI SUR LES PÊCHES
LOI SUR LES OCÉANS
Regulations Amending Certain Department of
Fisheries and Oceans Regulations (Miscellaneous
Program)
Règlement correctif visant certains règlements
(Ministère des Pêches et des Océans)
P.C. 2011-219
C.P. 2011-219
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Fisheries and Oceans, hereby
makes the annexed Regulations Amending Certain Department of
Fisheries and Oceans Regulations (Miscellaneous Program),
pursuant to
(a) section 43a and subsection 87(2) of the Fisheries Actb; and
(b) subsection 35(3) of the Oceans Actc.
Sur recommandation de la ministre des Pêches et des Océans,
Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement correctif visant certains règlements (Ministère des Pêches et
des Océans), ci-après, en vertu :
a) de l’article 43a et du paragraphe 87(2) de la Loi sur les
pêchesb;
b) du paragraphe 35(3) de la Loi sur les océansc.
REGULATIONS AMENDING CERTAIN DEPARTMENT
OF FISHERIES AND OCEANS REGULATIONS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT CERTAINS
RÈGLEMENTS (MINISTÈRE DES
PÊCHES ET DES OCÉANS)
FISHERIES ACT
LOI SUR LES PÊCHES
ATLANTIC FISHERY REGULATIONS, 1985
RÈGLEMENT DE PÊCHE DE L’ATLANTIQUE DE 1985
1. Subsection 3(5) of the Atlantic Fishery Regulations, 19851
is replaced by the following:
(5) Sections 13 to 14, 17, 17.1, 39 to 45 and 46 to 50, subsection 51.3(1) and sections 51.4, 52, 54, 57, 61, 61.1, 63, 66, 68, 69,
70.1 to 72, 74, 77, 78, 80, 82, 83, 87, 90, 91, 99, 106, 106.1
and 108 to 115.1 do not apply with respect to fishing and related
activities carried out under the authority of a licence issued under
the Aboriginal Communal Fishing Licences Regulations.
1. Le paragraphe 3(5) du Règlement de pêche de l’Atlantique
de 19851 est remplacé par ce qui suit :
(5) Les articles 13 à 14, 17, 17.1, 39 à 45 et 46 à 50, le paragraphe 51.3(1) et les articles 51.4, 52, 54, 57, 61, 61.1, 63, 66, 68,
69, 70.1 à 72, 74, 77, 78, 80, 82, 83, 87, 90, 91, 99, 106, 106.1
et 108 à 115.1 ne s’appliquent ni à la pêche ni à toute activité
connexe pratiquées au titre d’un permis délivré en vertu du
Règlement sur les permis de pêche communautaires des
Autochtones.
2. L’article 45.1 du même règlement est abrogé.
3. L’article 45.3 du même règlement est abrogé.
4. L’article 93.2 du même règlement est abrogé.
5. L’article 103.1 du même règlement est abrogé.
2. Section 45.1 of the Regulations is repealed.
3. Section 45.3 of the Regulations is repealed.
4. Section 93.2 of the Regulations is repealed.
5. Section 103.1 of the Regulations and the heading before it
are repealed.
6. Item 3 of the table to subsection 106(2) of the Regulations
is repealed.
7. The portion of item 4 of Schedule X.1 to the Regulations
in column I is replaced by the following:
———
a
b
c
1
S.C. 1991, c. 1, s. 12
R.S., c. F-14
S.C. 1996, c. 31
SOR/86-21
6. L’article 3 du tableau du paragraphe 106(2) du même
règlement est abrogé.
7. Le passage de l’article 4 de l’annexe X.1 du même règlement figurant dans la colonne I est remplacé par ce qui suit :
———
a
b
c
1
L.C. 1991, ch. 1, art. 12
L.R., ch. F-14
L.C. 1996, ch. 31
DORS/86-21
519
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
Column I
Colonne I
Item
Waters
Article
Eaux
4.
The waters located around the
Magdalen Islands to a distance of
12 nautical miles of the nearest point
on the shore
4.
Les eaux situées autour des
Îles-de-la-Madeleine jusqu’à une
distance de douze milles marins du
point le plus rapproché sur la côte
MANITOBA FISHERY REGULATIONS, 1987
RÈGLEMENT DE PÊCHE DU MANITOBA DE 1987
8. Paragraph 16(2.1)(c) of the French version of the Manitoba Fishery Regulations, 19872 is replaced by the following:
c) a en sa possession des œufs de poisson et des poissons dans
le seul but d’effectuer de la recherche scientifique relativement
à leurs répercussions éventuelles sur les eaux du Manitoba, à
l’atténuation de ces répercussions et à la prévention ou au
contrôle de leur propagation.
9. Schedule IX to the Regulations is amended by replacing
“(Subsections 16(1) and (2) and subparagraph 25(1)(e)(ii))”
after the heading “SCHEDULE IX” with “(Subsections 16(1)
to (2.1) and subparagraph 25(1)(e)(ii))”.
8. L’alinéa 16(2.1)c) de la version française du Règlement de
pêche du Manitoba de 19872 est remplacé par ce qui suit :
c) a en sa possession des œufs de poisson et des poissons dans
le seul but d’effectuer de la recherche scientifique relativement
à leurs répercussions éventuelles sur les eaux du Manitoba, à
l’atténuation de ces répercussions et à la prévention ou au
contrôle de leur propagation.
9. La mention « (paragraphes 16(1) et (2) et sousalinéa 25(1)e)(ii)) » qui suit le titre ANNEXE IX, à l’annexe IX du même règlement, est remplacée par « (paragraphes 16(1) à (2.1) et sous-alinéa 25(1)e)(ii)) ».
FISHERY (GENERAL) REGULATIONS
RÈGLEMENT DE PÊCHE (DISPOSITIONS GÉNÉRALES)
3
10. Paragraph 7(1)(f) of the Fishery (General) Regulations
is replaced by the following:
(f) publishing the notice in the next issue of a sport fishing publication, published periodically by the applicable province or
by the Department.
10. L’alinéa 7(1)f) du Règlement de pêche (dispositions générales)3 est remplacé par ce qui suit :
f) un avis inséré dans le prochain numéro d’une publication sur
la pêche sportive publiée périodiquement par la province applicable ou le ministère.
MARITIME PROVINCES FISHERY REGULATIONS
RÈGLEMENT DE PÊCHE DES PROVINCES MARITIMES
11. The portion of item 96 of Schedule II to the Maritime
Provinces Fishery Regulations4 in column II is replaced by the
following:
11. Le passage de l’article 96 de l’annexe II du Règlement
de pêche des provinces maritimes4 figurant dans la colonne II
est remplacé par ce qui suit :
Column II
Colonne II
Item
Boundary or Reference Point
Article
Limite ou point de référence
96.
The Lochbroom Bridge on the
Alma Road.
96.
Le pont Lochbroom de la
route Alma.
12. The portion of item 172 of Schedule II to the Regulations in column II is replaced by the following:
12. Le passage de l’article 172 de l’annexe II du même règlement figurant dans la colonne II est remplacé par ce qui
suit :
Column II
Colonne II
Item
Boundary or Reference Point
Article
Limite ou point de référence
172.
Highway 10 bridges at Coles Island.
172.
Les ponts de la route 10 sur l’île
Coles.
MARINE MAMMAL REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES MAMMIFÈRES MARINS
13. Part IV of Schedule III to the Marine Mammal Regulations5 is replaced by the following:
13. La partie IV de l’annexe III du Règlement sur les mammifères marins5 est remplacée par ce qui suit :
———
———
2
3
4
5
SOR/87-509
SOR/93-53
SOR/93-55
SOR/93-56
520
2
3
4
5
DORS/87-509
DORS/93-53
DORS/93-55
DORS/93-56
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
PART IV/PARTIE IV
PACIFIC FISHERY MANAGEMENT AREA
REGULATIONS, 2007
RÈGLEMENT SUR LES SECTEURS D’EXPLOITATION
DES PÊCHERIES DU PACIFIQUE (2007)
14. Section 1 of Schedule 1 to the Pacific Fishery Management Area Regulations, 20076 is replaced by the following:
1. The first line
begins at ....................................................................................................
then to........................................................................................................
then following the shoreline of Vancouver Island to..................................
then to........................................................................................................
then following the shoreline of Vancouver Island to..................................
then true west to ........................................................................................
then to........................................................................................................
then to........................................................................................................
then to........................................................................................................
then following the shoreline of Vancouver Island to
then to........................................................................................................
then to........................................................................................................
then following the westerly shoreline of Vargas Island to .........................
then to........................................................................................................
———
6
48°29.607′N
48°35.732′N
48°40.026′N
48°40.132′N
48°47.188′N
48°47.188′N
48°49.906′N
48°52.182′N
48°55.268′N
49°05.680′N
49°06.625′N
49°09.564′N
49°09.983′N
49°10.727′N
124°43.635′W
124°43.063′W
124°50.983′W
124°51.349′W
125°12.719′W
125°12.932′W
125°19.504′W
125°25.008′W
125°32.470′W
125°53.375′W
125°55.412′W
126°01.094′W
126°01.368′W
126°03.835′W
[Bonilla Point Light]
[Whyac Point]
[Tsuquanah Point]
[Vancouver Island]
[Cape Beale Light]
[Amphitrite Point Light]
[Cox Point]
[Lennard Island Light]
[Vargas Island near Ahous Point]
[Ahous Point]
[Blunden Island]
———
SOR/2007-77
521
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
then to........................................................................................................ 49°17.022′N
then to........................................................................................................ 49°19.988′N
then to........................................................................................................ 49°24.813′N
then to........................................................................................................ 49°22.660′N
then following the shoreline of Vancouver Island to.................................. 49°32.067′N
then to........................................................................................................ 49°34.841′N
then following the shoreline of Nootka Island to ....................................... 49°43.472′N
then to........................................................................................................ 49°43.478′N
then following the westerly shoreline to .................................................... 49°44.891′N
then to........................................................................................................ 49°51.564′N
then to........................................................................................................ 49°59.860′N
then to........................................................................................................ 50°05.176′N
then to........................................................................................................ 50°07.853′N
then following the shoreline of Brooks Peninsula to.................................. 50°04.870′N
then to........................................................................................................ 50°06.554′N
then following the westerly shoreline to .................................................... 50°06.831′N
then to........................................................................................................ 50°19.514′N
then to........................................................................................................ 50°30.000′N
then to........................................................................................................ 50°32.428′N
then to........................................................................................................ 50°36.514′N
then to........................................................................................................ 50°39.685′N
then to........................................................................................................ 50°40.244′N
then following the shoreline to .................................................................. 50°41.519′N
then to........................................................................................................ 50°44.506′N
then to........................................................................................................ 50°45.998′N
then following the shoreline of Cape Scott to ............................................ 50°47.192′N
then to........................................................................................................ 50°52.622′N
then to........................................................................................................ 51°09.815′N
then to........................................................................................................ 51°15.000′N
then to........................................................................................................ 51°25.000′N
then to........................................................................................................ 51°28.815′N
then to........................................................................................................ 51°44.171′N
then to........................................................................................................ 51°51.090′N
then to........................................................................................................ 51°53.397′N
then to........................................................................................................ 52°00.252′N
then to........................................................................................................ 52°10.000′N
then to........................................................................................................ 52°15.688′N
then to........................................................................................................ 52°17.000′N
then to........................................................................................................ 52°23.333′N
then to........................................................................................................ 52°24.222′N
then to........................................................................................................ 52°27.215′N
then to........................................................................................................ 52°51.000′N
then to........................................................................................................ 52°51.437′N
then to........................................................................................................ 52°56.853′N
then to........................................................................................................ 53°09.675′N
then to........................................................................................................ 53°10.000′N
then to........................................................................................................ 53°23.289′N
then to........................................................................................................ 53°27.985′N
then following the westerly shoreline of Bonilla Island to......................... 53°29.954′N
then to........................................................................................................ 53°38.068′N
then to........................................................................................................ 53°50.849′N
then to........................................................................................................ 53°52.000′N
then to........................................................................................................ 53°59.983′N
then to........................................................................................................ 54°14.117′N
then to........................................................................................................ 54°26.900′N
then to........................................................................................................ 54°37.000′N
then true north to the international boundary between Canada and the United States.
522
126°13.833′W
126°15.605′W
126°24.483′W
126°28.483′W
126°34.250′W
126°40.230′W
126°57.263′W
126°57.303′W
126°58.920′W
127°09.127′W
127°27.334′W
127°36.454′W
127°41.047′W
127°48.856′W
127°56.354′W
127°56.432′W
127°58.598′W
128°10.406′W
128°13.140′W
128°18.215′W
128°22.060′W
128°21.775′W
128°22.739′W
128°25.039′W
128°25.146′W
128°25.862′W
128°03.181′W
128°04.137′W
128°04.426′W
128°04.982′W
128°05.194′W
128°20.511′W
128°27.413′W
128°29.601′W
128°36.105′W
128°45.352′W
128°50.748′W
128°51.992′W
128°58.000′W
128°59.048′W
129°02.577′W
129°30.622′W
129°31.137′W
129°37.523′W
129°57.272′W
129°57.946′W
130°25.506′W
130°35.246′W
130°38.055′W
130°41.830′W
130°47.775′W
130°48.311′W
130°52.025′W
130°58.600′W
131°05.589′W
131°11.000′W
[Rafael Point]
[in water]
[Hesquiat Point]
[Matlahaw Point]
[Escalante Point]
[Maquinna Point]
[Nootka Island]
[Ferrer Point]
[Tatchu Point]
[Lookout Island]
[Jackobson Point]
[Clerke Point]
[Solander Island]
[Solander Island]
[Lawn Point]
[Topknot Point]
[Cape Palmerston]
[Winifred Islands]
[Cape Russell]
[Cape Russell]
[Strange Rock]
[Cape Scott]
[Cape Scott]
[Cape Sutil]
[Herbert Point]
[Currie Islet Light]
[Nab Rock]
[Dewdney Island]
[Terror Point]
[Bonilla Island]
[Bonilla Island]
[Butterworth Rocks Light]
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
14. L’article 1 de l’annexe 1 du Règlement sur les secteurs d’exploitation des pêcheries du Pacifique (2007)6 est remplacé par ce
qui suit :
1. La première ligne
commençant à............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage de l’île de Vancouver jusqu’à .................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage de l’île de Vancouver jusqu’à .................................
de là, vers l’ouest vrai jusqu’à ...................................................................
de là, jusqu’à ............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage de l’île de Vancouver jusqu’à .................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage ouest de l’île Vargas jusqu’à...................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage de l’île de Vancouver jusqu’à .................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, le long du rivage de l’île Nootka jusqu’à..........................................
de là, jusqu’à ............................................................................................
puis le long du rivage ouest jusqu’à...........................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage de la péninsule Brooks jusqu’à ...............................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage ouest jusqu’à...........................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage jusqu’à ....................................................................
de là, jusqu’à ............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage du cap Scott jusqu’à................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
———
6
48°29,607′N
48°35,732′N
48°40,026′N
48°40,132′N
48°47,188′N
48°47,188′N
48°49,906′N
48°52,182′N
48°55,268′N
49°05,680′N
49°06,625′N
49°09,564′N
49°09,983′N
49°10,727′N
49°17,022′N
49°19,988′N
49°24,813′N
49°22,660′N
49°32,067′N
49°34,841′N
49°43,472′N
49°43,478′N
49°44,891′N
49°51,564′N
49°59,860′N
50°05,176′N
50°07,853′N
50°04,870′N
50°06,554′N
50°06,831′N
50°19,514′N
50°30,000′N
50°32,428′N
50°36,514′N
50°39,685′N
50°40,244′N
50°41,519′N
50°44,506′N
50°45,998′N
50°47,192′N
50°52,622′N
51°09,815′N
51°15,000′N
51°25,000′N
51°28,815′N
51°44,171′N
51°51,090′N
51°53,397′N
52°00,252′N
52°10,000′N
52°15,688′N
52°17,000′N
52°23,333′N
52°24,222′N
52°27,215′N
52°51,000′N
52°51,437′N
52°56,853′N
124°43,635′O;
124°43,063′O
124°50,983′O
124°51,349′O
125°12,719′O
125°12,932′O
125°19,504′O;
125°25,008′O;
125°32,470′O
125°53,375′O
125°55,412′O
126°01,094′O
126°01,368′O
126°03,835′O
126°13,833′O
126°15,605′O
126°24,483′O
126°28,483′O
126°34,250′O
126°40,230′O
126°57,263′O
126°57,303′O;
126°58,920′O
127°09,127′O
127°27,334′O
127°36,454′O;
127°41,047′O
127°48,856′O
127°56,354′O
127°56,432′O
127°58,598′O
128°10,406′O;
128°13,140′O
128°18,215′O
128°22,060′O
128°21,775′O
128°22,739′O
128°25,039′O
128°25,146′O
128°25,862′O
128°03,181′O
128°04,137′O;
128°04,426′O;
128°04,982′O;
128°05,194′O
128°20,511′O;
128°27,413′O
128°29,601′O;
128°36,105′O;
128°45,352′O;
128°50,748′O;
128°51,992′O;
128°58,000′O
128°59,048′O;
129°02,577′O;
129°30,622′O;
129°31,137′O;
129°37,523′O
[feu de la pointe Bonilla];
[pointe Whyac];
[pointe Tsuquanah];
[île de Vancouver];
[feu du cap Beale];
[feu de la pointe Amphitrite];
[pointe Cox];
[feu de l’île Lennard];
[île Vargas près de la pointe Ahous];
[pointe Ahous];
[île Blunden];
[pointe Rafael];
[en mer];
[pointe Hesquiat];
[pointe Matlahaw];
[pointe Escalante];
[pointe Maquinna];
[île Nootka];
[pointe Ferrer];
[pointe Tatchu];
[île Lookout];
[pointe Jackobson];
[pointe Clerke];
[île Solander];
[île Solander];
[pointe Lawn];
[pointe Topknot];
[cap Palmerston];
[îles Winifred];
[cap Russell];
[cap Russell];
[rocher Strange];
[cap Scott];
[cap Scott];
[cap Sutil];
[pointe Herbert];
[feu de l’îlot Currie];
[rocher Nab];
[île Dewdney];
———
DORS/2007-77
523
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°09,675′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°10,000′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°23,289′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°27,985′N
puis le long du rivage ouest de l’île Bonilla jusqu’à .................................. 53°29,954′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°38,068′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°50,849′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°52,000′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 53°59,983′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 54°14,117′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 54°26,900′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 54°37,000′N
de là, vers le nord vrai jusqu’à la frontière internationale entre le Canada et les États-Unis.
15. Paragraph 3(a) of Schedule 2 to the French version of
the Regulations is replaced by the following:
129°57,272′O
129°57,946′O;
130°25,506′O;
130°35,246′O
130°38,055′O
130°41,830′O;
130°47,775′O;
130°48,311′O;
130°52,025′O;
130°58,600′O
131°05,589′O;
131°11,000′O;
[pointe Terror];
[île Bonilla];
[île Bonilla];
[feu des rochers Butterworth];
15. L’alinéa 3a) de l’annexe 2 de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
3a) Secteur 3
Les eaux circonscrites par une ligne commençant à l’intersection de la frontière internationale entre les États-Unis et le Canada et du méridien passant par 134°11,000′O,
puis le long de la frontière internationale vers l’est en passant par le chenal Pearse et le chenal Portland jusqu’au point d’intersection de la frontière internationale et du
rivage à l’extrémité nord du chenal Portland, puis le long du continent autour du chenal Portland, du bras Observatory et des eaux adjacentes
jusqu’à....................................................................................................... 54°59,441′N
129°57,169′O
[quai du village de Kincolith];
de là, jusqu’à ............................................................................................. 54°57,732′N
129°56,920′O
[feu de la pointe Double Islet];
puis vers l’ouest le long du rivage jusqu’à................................................. 54°31,048′N
130°26,973′O
[pointe Redcliffe];
de là, jusqu’à ............................................................................................. 54°31,481′N
130°27,667′O
[pointe Duncan];
puis le long du rivage est de l’île Finlayson jusqu’à .................................. 54°34,016′N
130°28,826′O
[pointe Gordon];
de là, jusqu’à ............................................................................................ 54°34,113′N
130°42,525′O
[feu de l’île Green];
de là, jusqu’à ............................................................................................. 54°34,788′N
130°45,352′O
[île Dundas];
puis le long du rivage nord de l’île Dundas jusqu’à ................................... 54°28,116′N
130°56,949′O
[île Dundas];
de là, vers l’ouest vrai jusqu’à ................................................................... 54°28,116′N
130°57,126′O
[havre Edith]
puis le long du rivage nord jusqu’à............................................................ 54°27,447′N
130°57,513′O
[partie sud de l’île Dundas];
de là, vers l’ouest vrai jusqu’à ................................................................... 54°27,447′N
130°58,817′O
[île Prince Leboo];
puis le long des rivages nord et ouest de l’île Prince Leboo jusqu’à .......... 54°26,900′N
130°59,261′O
[île Prince Leboo];
de là, vers l’ouest vrai jusqu’à ................................................................... 54°26,900′N
131°05,589′O
[ligne de démarcation];
puis le long de la ligne de démarcation jusqu’au point d’origine.
16. The description of subarea 10-10 set out in paragraph 10(b) of Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Subarea 10-10
Those waters of Smith Inlet and adjacent waters lying easterly of a line that
begins at .................................................................................................... 51°19.464′N
then to........................................................................................................ 51°18.966′N
127°11.599′W
127°11.297′W
[.9 miles west of Burnt Island]
[entrance to Burnt Harbour]
16. La délimitation du sous-secteur 10-10 figurant à l’alinéa 10b) de l’annexe 2 du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
Sous-secteur 10-10
Les eaux du bras Smith et les eaux adjacentes qui s’étendent à l’est d’une ligne
allant de ..................................................................................................... 51°19,464′N
à................................................................................................................. 51°18,966′N
127°11,599′O
127°11,297′O
[à 0,9 mille à l’ouest de l’île Burnt];
[entrée du havre Burnt].
17. The description of subarea 16-6 set out in paragraph 16(b) of Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Subarea 16-6
Those waters of Sechelt Inlet inside a line that
begins at ....................................................................................................
then true east through Skookum Island Light to ........................................
then southerly following the shoreline to...................................................
then to........................................................................................................
then southerly following the shoreline to...................................................
then to........................................................................................................
then to........................................................................................................
then southerly following the shoreline to...................................................
then to .......................................................................................................
then northerly following the shoreline to the beginning point.
524
49°43.517′N
49°43.517′N
49°41.176′N
49°39.919′N
49°37.439′N
49°37.190′N
49°36.108′N
49°33.468′N
49°32.793′N
123°53.229′W
123°52.048′W
123°50.442′W
123°50.053′W
123°48.281′W
123°48.248′W
123°47.404′W
123°46.650′W
123°47.556′W
[true west of Skookum Island Light]
[true east of Skookum Island Light]
[Highland Point]
[Cawley Point]
[Kunechin Point]
[Kunechin Islets Light]
[Nine Mile Point]
[Tuwanek Point]
[Piper Point]
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
17. La délimitation du sous-secteur 16-6 figurant à l’alinéa 16b) de l’annexe 2 du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
Sous-secteur 16-6
Les eaux du bras Sechelt circonscrites par une ligne
commençant à............................................................................................
de là, vers l’est vrai en passant par le feu de l’île Skookum jusqu’à ..........
puis vers le sud le long du rivage jusqu’à ..................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis vers le sud le long du rivage jusqu’à ..................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis vers le sud le long du rivage jusqu’à ..................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis vers le nord le long du rivage jusqu’au point d’origine.
49°43,517′N
49°43,517′N
49°41,176′N
49°39,919′N
49°37,439′N
49°37,190′N
49°36,108′N
49°33,468′N
49°32,793′N
123°53,229′O
123°52,048′O
123°50,442′O
123°50,053′O
123°48,281′O
123°48,248′O
123°47,404′O
123°46,650′O
123°47,556′O
[à l’ouest vrai du feu de l’île Skookum];
[à l’est vrai du feu de l’île
[pointe Highland];
[pointe Cawley];
[pointe Kunechin];
[feu des îlots Kunechin];
[pointe Nine Mile];
[pointe Tuwanek];
[pointe Piper];
18. The description of subarea 19-6 set out in paragraph 19(b) of Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Subarea 19-6
Those waters inside a line that
begins at ....................................................................................................
then to........................................................................................................
then following the shoreline of Sidney Spit Marine Park to.......................
then to the beginning point.
48°39.192′N
48°38.652′N
48°38.268′N
123°20.666′W
123°20.018′W
123°20.382′W
[Sidney Spit]
[Sidney Island]
[Sidney Island]
18. La délimitation du sous-secteur 19-6 figurant à l’alinéa 19b) de l’annexe 2 du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
Sous-secteur 19-6
Les eaux circonscrites par une ligne
commençant à............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis le long du rivage du parc marin de la flèche Sidney jusqu’à...............
de là, jusqu’au point d’origine.
48°39,192′N
48°38,652′N
48°38,268′N
19. The description of subarea 27-9 set out in paragraph 27(b) of Schedule 2 to the French version of the Regulations is replaced by the following:
123°20,666′O
123°20,018′O
123°20,382′O
[flèche Sidney];
[île Sidney];
[île Sidney];
19. La délimitation du sous-secteur 27-9 figurant à l’alinéa 27b) de l’annexe 2 de la version française du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Sous-secteur 27-9
Les eaux du chenal Quatsino circonscrites par une ligne
commençant à............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis vers l’ouest le long du rivage jusqu’à.................................................
de là, jusqu’à .............................................................................................
puis vers l’est le long du rivage jusqu’au point d’origine.
50°33,539′N
50°33,367′N
50°33,311′N
50°31,530′N
50°32,120′N
20. The description of subarea 28-10 set out in paragraph 28(b) of Schedule 2 to the English version of the Regulations is replaced by the following:
127°33,726′O
127°33,317′O
127°33,015′O
127°36,417′O
127°37,587′O
[pointe Sorenson];
[feu de l’île Makwazniht];
[pointe Kultah];
[pointe Evenson];
[feu de la pointe Leeson];
20. La délimitation du sous-secteur 28-10 figurant à l’alinéa 28b) de l’annexe 2 de la version anglaise du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Subarea 28-10
Those waters of Burrard Inlet lying westerly of a line
from...........................................................................................................
to ...............................................................................................................
and easterly of a line
from...........................................................................................................
to ...............................................................................................................
49°19.023′N
49°18.796′N
123°08.230′W
123°08.440′W
[west side of the First Narrows Bridge – north]
[west side of the First Narrows Bridge – south]
49°17.959′N
49°17.561′N
123°01.590′W
123°01.582′W
[west side of the Second Narrows Bridge – north]
[west side of the Second Narrows Bridge – south].
21. The description of subarea 121-2 set out in paragraph 41(b) of Schedule 2 to the English version of the Regulations is replaced by the following:
21. La délimitation du sous-secteur 121-2 figurant à l’alinéa 41b) de l’annexe 2 de la version anglaise du même règlement est remplacée par ce qui suit :
525
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
Subarea 121-2
Those waters off the west coast of Vancouver Island inside a line that
begins at .................................................................................................... 48°37.407′N
125°13.000′W
[in water]
then to........................................................................................................ 48°43.327′N
125°05.855′W
[Pachena Point Light]
then to........................................................................................................ 48°40.709′N
124°58.000′W
[in water]
then true south to the intersection with the Fishing Zone No. 5 outer perimeter line, then westerly along that Fishing Zone No. 5 outer perimeter to the intersection with the
meridian passing through 125°13.000′W then to the beginning point.
22. The description of subarea 126-2 set out in paragraph 45(b) of Schedule 2 to the French version of the Regulations is replaced by the following:
22. La délimitation du sous-secteur 126-2 figurant à l’alinéa 45b) de l’annexe 2 de la version française du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Sous-secteur 126-2
Les eaux au large de la côte ouest de l’île de Vancouver circonscrites par une ligne
commençant à............................................................................................ 50°03,598′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 49°45,797′N
de là, jusqu’à ............................................................................................. 49°35,000′N
de là, vers l’ouest vrai jusqu’à ................................................................... 49°35,000′N
de là, jusqu’au point d’origine.
23. The description of subarea 130-2 set out in paragraph 47(b) of Schedule 2 to the English version of the Regulations is replaced by the following:
127°50,505′O
127°16,248′O
127°30,112′O
128°27,206′O
[en mer];
[en mer];
[en mer];
[en mer];
23. La délimitation du sous-secteur 130-2 figurant à l’alinéa 47b) de l’annexe 2 de la version anglaise du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Subarea 130-2
Those waters inside a line that begins at the intersection of the Fishing Zone No. 5 outer perimeter with the parallel passing through 51°39.333′N
then true east to.......................................................................................... 51°39.333′N
130°30.500′W
[in water]
then to........................................................................................................ 51°23.663′N
130°02.500′W
[in water]
then to........................................................................................................ 51°15.000′N
129°47.000′W
[in water]
then true west to the Fishing Zone No. 5 outer perimeter then following the Fishing Zone No. 5 outer perimeter to the beginning point.
OCEANS ACT
LOI SUR LES OCÉANS
ENDEAVOUR HYDROTHERMAL VENTS MARINE
PROTECTED AREA REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA ZONE DE PROTECTION MARINE
DU CHAMP HYDROTHERMAL ENDEAVOUR
24. Section 1 of the Endeavour Hydrothermal Vents Marine
Protected Area Regulations7 is replaced by the following:
24. L’article 1 du Règlement sur la zone de protection marine du champ hydrothermal Endeavour7 est remplacé par ce
qui suit :
1. Est désignée zone de protection marine et dénommée zone
de protection marine du champ hydrothermal Endeavour la région
suivante (ci-après la « zone ») : la région de l’océan Pacifique —
le fond marin, le sous-sol et les eaux surjacentes — délimitée par
une ligne tirée d’un point par 47°54′N. et 129°02′O., de là vers
l’ouest jusqu’à un point par 47°54′N. et 129°08′O., de là vers le
nord jusqu’à un point par 48°01′N. et 129°08′O., de là vers l’est
jusqu’à un point par 48°01′N. et 129°02′O., et de là vers le sud
jusqu’au point de départ. Dans le présent règlement, les coordonnées géographiques — latitude et longitude — sont exprimées selon le Système de référence géodésique de l’Amérique
du Nord 1983 (NAD83).
1. The area of the Pacific Ocean — the seabed, the subsoil and
the waters superjacent to the seabed — that is bounded by a line
drawn from a point at 47°54′N, 129°02′W, from there west to a
point at 47°54′N, 129°08′W, from there north to a point at
48°01′N, 129°08′W, from there east to a point at 48°01′N,
129°02′W, and from there south to the point of beginning, is
hereby designated as a marine protected area to be known as the
Endeavour Hydrothermal Vents Marine Protected Area (the
“Area”). In these Regulations, all geographical coordinates (latitude and longitude) are expressed in the North America Datum
1983 (NAD83) geodetic reference system.
MUSQUASH ESTUARY MARINE
PROTECTED AREA REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA ZONE DE PROTECTION
MARINE DE L’ESTUAIRE MUSQUASH
25. The definition “vessel” in subsection 1(1) of the
Musquash Estuary Marine Protected Area Regulations8 is replaced by the following:
“vessel” has the same meaning as in section 2 of the Canada
Shipping Act, 2001. (bâtiment)
25. La définition de « bâtiment », au paragraphe 1(1) du
Règlement sur la zone de protection marine de l’estuaire Musquash8, est remplacée par ce qui suit :
« bâtiment » S’entend au sens de l’article 2 de la Loi de 2001 sur
la marine marchande du Canada. (vessel)
———
———
7
8
SOR/2003-87
SOR/2006-354
526
7
8
DORS/2003-87
DORS/2006-354
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
26. Paragraph 4(d) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
d) dans la zone de gestion 2A, la construction d’une rampe de
mise à l’eau, l’entretien, la réparation ou l’enlèvement d’un
quai ou d’une rampe de mise à l’eau, ou l’entretien d’un chenal
navigable pour lequel aucun agrément, approbation ou autorisation n’est exigé en vertu de la loi du Nouveau-Brunswick
intitulée Loi sur l’assainissement de l’eau, L.N.-B. 1989, ch.
C-6.1, de la Loi sur la protection des eaux navigables ou de la
Loi sur les pêches, selon le cas, ou qui est effectué conformément à un tel agrément, approbation ou autorisation;
26. L’alinéa 4d) de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
d) dans la zone de gestion 2A, la construction d’une rampe de
mise à l’eau, l’entretien, la réparation ou l’enlèvement d’un
quai ou d’une rampe de mise à l’eau, ou l’entretien d’un chenal
navigable pour lequel aucun agrément, approbation ou autorisation n’est exigé en vertu de la loi du Nouveau-Brunswick
intitulée Loi sur l’assainissement de l’eau, L.N.-B. 1989, ch.
C-6.1, de la Loi sur la protection des eaux navigables ou de la
Loi sur les pêches, selon le cas, ou qui est effectué conformément à un tel agrément, approbation ou autorisation;
BOWIE SEAMOUNT MARINE PROTECTED
AREA REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA ZONE DE PROTECTION MARINE
DU MONT SOUS-MARIN BOWIE
27. (1) The portion of section 3 of the French version of the
Bowie Seamount Marine Protected Area Regulations9 before
paragraph (a) is replaced by the following:
4. Malgré l’article 3, il est permis d’exercer les activités ciaprès dans la zone :
(2) Paragraph 4(e) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
e) le déplacement des bâtiments étrangers conformément à la
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et le déplacement des navires étrangers conformément à la Loi sur le cabotage, ainsi qu’à leurs règlements;
29. Subparagraph 5(b)(v) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
(v) le cas échéant, le type de matériel qui sera utilisé pour
l’activité, notamment pour recueillir les données et, dans le
cas où le matériel sera ancré ou amarré dans la zone, la méthode d’ancrage ou d’amarrage,
30. Subparagraph 6(1)(a)(i) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
(i) pour comprendre l’écologie de la zone,
27. (1) Le passage de l’article 3 de la version française du
Règlement sur la zone de protection marine du mont sousmarin Bowie9 précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
3. Dans la zone, il est interdit :
(2) L’alinéa 3c) de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
c) de mener toute activité — notamment déposer, déverser ou
rejeter une substance ou faire déposer, déverser ou rejeter une
substance — susceptible de perturber, d’endommager, de détruire ou d’enlever un organisme marin vivant ou toute partie
de son habitat.
28. (1) Le passage de l’article 4 de la version française du
même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
4. Malgré l’article 3, il est permis d’exercer les activités ciaprès dans la zone :
(2) L’alinéa 4e) de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
e) le déplacement des bâtiments étrangers conformément à la
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et le déplacement des navires étrangers conformément à la Loi sur le cabotage, ainsi qu’à leurs règlements;
29. Le sous-alinéa 5b)(v) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(v) le cas échéant, le type de matériel qui sera utilisé pour
l’activité, notamment pour recueillir les données et, dans le
cas où le matériel sera ancré ou amarré dans la zone, la méthode d’ancrage ou d’amarrage,
30. Le sous-alinéa 6(1)a)(i) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(i) pour comprendre l’écologie de la zone,
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
31. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
31. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
3. Dans la zone, il est interdit :
(2) Paragraph 3(c) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
c) de mener toute activité — notamment déposer, déverser ou
rejeter une substance ou faire déposer, déverser ou rejeter une
substance — susceptible de perturber, d’endommager, de détruire ou d’enlever un organisme marin vivant ou toute partie
de son habitat.
28. (1) The portion of section 4 of the French version of the
Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
9
SOR/2008-124
9
DORS/2008-124
527
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
This regulatory amendment will provide more clear and concise regulations, which will minimize the possibility of misinterpretation of the affected provisions by correcting errors, omissions and inconsistencies. It will also address issues raised by the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR). Amendments will be made to certain regulations under
the Fisheries Act and Oceans Act.
La présente modification réglementaire a pour but d’adopter
des règlements plus clairs et concis qui permettront de réduire le
risque de mal interpréter les dispositions visées en corrigeant des
erreurs, des omissions et des incohérences et en se penchant sur
les enjeux soulevés par le Comité mixte permanent sur l’examen
de la réglementation (CMPER). Des modifications seront apportées à certains règlements au terme de la Loi sur les pêches et de
la Loi sur les océans.
Description and rationale
Description et justification
Under the Fisheries Act, minor corrections will be made to the
Pacific Fishery Management Area Regulations, 2007, Atlantic
Fishery Regulations, 1985, Maritime Provinces Fishery Regulations and the Marine Mammal Regulations to correct errors and
inconsistencies noted by Fisheries and Oceans Canada and the
SJCSR. Minor corrections will also be made to the Fisheries
(General) Regulations to better reflect the original intent.
En vertu de la Loi sur les pêches, des corrections mineures seront apportées au Règlement sur les secteurs d’exploitation des
pêcheries du Pacifique (2007), au Règlement de pêche de
l’Atlantique (1985), au Règlement de pêche des provinces maritimes et au Règlement sur les mammifères marins afin de corriger
des erreurs et des incohérences soulevées par Pêches et Océans
Canada et le CMPER. Des corrections mineures seront également
apportées au Règlement de pêche (dispositions générales) afin de
mieux traduire l’intention initiale.
En vertu de la Loi sur les océans, des corrections mineures seront apportées au Règlement sur la zone de protection marine du
mont sous-marin Bowie, au Règlement sur la zone de protection
marine de l’estuaire Musquash et au Règlement sur la zone de
protection marine du champ hydrothermal Endeavour en raison
du manque d’uniformité de la terminologie, des erreurs mineures
et des incohérences relevées par le Comité mixte permanent.
Les modifications apportées aux règlements sont les suivantes :
Under the Oceans Act, minor corrections will be made to the
Bowie Seamount Marine Protected Area Regulations, Musquash
Estuary Marine Protected Area Regulations and the Endeavour
Hydrothermal Vents Marine Protected Areas as a result of inconsistent terminology and minor errors, and inconsistencies noted
by the SJCSR.
The amendments being made to the regulations are as follows:
Fisheries Act
Loi sur les pêches
1. Pacific Fishery Management Area Regulations, 2007:
Amendments requested by the SJCSR, in a letter dated
July 10, 2008, are being addressed. The SJCSR found inconsistencies between the English and French versions of the
Regulations regarding descriptions of geographical features.
Changes will be made to the French version to reflect the
English Regulations. The SJCSR and the Department of Fisheries and Oceans (DFO) regional offices have also identified
amendments to ensure that certain geographical coordinates
for Schedule II, Management Area Boundary Descriptions are
described correctly.
1. Règlement sur les secteurs d’exploitation des pêcheries du
Pacifique (2007) : Les modifications demandées par le
CMPER, dans une lettre datée du 10 juillet 2008, sont apportées dans les règlements correctifs. Le CMPER a constaté des
incohérences entre les versions anglaise et française du Règlement se rapportant aux descriptions des caractéristiques
géographiques. Des modifications seront apportées à la version française pour correspondre à la version anglaise du Règlement. Le CMPER et les bureaux régionaux du ministère
des Pêches et des Océans (MPO) ont également relevé des
modifications à apporter pour décrire correctement certaines
coordonnées géographiques de l’Annexe II, Description des
limites des secteurs d’exploitation.
2. Règlement de pêche de l’Atlantique (1985) : Des modifications seront faites afin d’actualiser le Règlement en abrogeant
certaines dispositions qui ne sont plus pertinentes. Ces dispositions sont décrites à la Partie V : Espèces pélagiques, au paragraphe portant sur le Hareng, à la Partie VIII : Poissons de
fond, au paragraphe portant sur la prise et débarquement du
poisson de fond, et à la Partie X : Thon, au paragraphe portant
sur le débarquement des thons. Toutes ces dispositions font
référence à la permission de débarquement seulement lorsqu’un agent des pêches inspecte le bateau de pêche dans le but
de trouver la prise. Ces dispositions sont abrogées parce que
2. Atlantic Fishery Regulations, 1985: Amendments will be
made and will bring the Regulations up-to-date by repealing
provisions which are no longer applicable. These provisions
can be found in Part V: Pelagics, under the Herring section,
Part VIII: Groundfish under the Catching and Landing of
Groundfish section and Part X: Tuna, under the Landing of
Tuna section. All these provision make reference to permission of landing which can be made only if a fishery officer
inspects the fishing vessel for the catch. The provisions are
being repealed because the conditions stated have already
been accounted for through license conditions and dockside
528
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
monitors at the port of landing. As monitors are not employees or agents of the crown, they do not represent DFO, rendering the sections redundant because DFO uses other oversight
alternatives.
As well, an amendment requested by the SJCSR, in a letter
dated March 5, 2009, will be made to clarify a boundary description to ensure the Regulations, both English and French,
remain clear and concise to the public. Currently, the manner
in which the Regulations are written brings uncertainty to the
interpretation and may be reason to cause a boundary dispute.
3. Maritime Provinces Fishery Regulations (MPFR): The
amendment will change the description of inland water
boundary locations in Schedule II of the MPFR that have been
altered due to new highways having been built in the West
River of Pictou and Canaan River. The locations are exactly
the same, but the references to the roads have changed.
4. Marine Mammal Regulations: The amendment will correct a
typographical error on the map of Schedule III, Part IV, where
the fishing area should be labelled as Area 26 and not area 31.
The map had undergone an amendment in November 2004;
however, the error was never corrected.
5. Fishery (General) Regulations: Amendments requested by the
SJCSR, in a letter dated January 27, 2010, will replace wording in both the English and French versions, as the previous
text did not reflect the original intent. The intention was to ensure that where a variation order is made, notice of the variation shall be given to those persons who are affected. This will
be done by publishing the notice in the next available issue of
a sport fishing publication, rather than publishing the notice in
the current issue of a sport fishing publication.
les conditions qui y sont énoncées ont déjà été prises en
compte dans le cadre des modalités d’octroi de permis et par
les contrôleurs à quai au port de débarquement. Les contrôleurs ne représentent pas le Ministère puisqu’ils ne sont ni des
employés ni des mandataires de l’État; les articles sont donc
redondants, le Ministère ayant recours à d’autres solutions de
surveillance.
Par ailleurs, une modification demandée par le CMPER dans
une lettre datée du 5 mars 2009 sera apportée afin de préciser
la description de la limite et faire en sorte que le Règlement,
tant dans sa version anglaise que française, reste clair et
concis pour le grand public. À l’heure actuelle, le libellé du
Règlement soulève des doutes liés à son interprétation et
pourrait causer des conflits de limites maritimes.
3. Règlement de pêche des provinces maritimes (RPPM) : La
modification permettra de changer la description des emplacements des limites des eaux intérieures à l’annexe II du
RPPM, emplacements qui ont été modifiés en raison de la
construction de nouvelles routes donnant sur le pont qui enjambe la rivière de Pictou Ouest et la rivière Canaan. Les emplacements sont exactement les mêmes, mais les références
aux routes ont changé.
4. Règlement sur les mammifères marins : La modification permettra de corriger une erreur typographique sur la carte de
l’annexe III à la partie IV, où la zone de pêche devrait être appelée zone 26 plutôt que zone 31. En novembre 2004, on a
apporté des modifications à la carte, sans toutefois y corriger
l’erreur typographique.
5. Règlement de pêche (dispositions générales) : Des modifications demandées par le CMPER, dans une lettre datée du
27 janvier 2010, permettront de corriger le libellé dans les
versions anglaise et française, puisque le texte précédent ne
traduisait pas l’intention initiale. Les modifications permettront de s’assurer que lorsqu’un décret de dérogation est rendu, les intéressés en soient informés par la parution d’un avis
inséré dans le numéro suivant de la publication sur la pêche
sportive plutôt que dans le dernier numéro d’une publication
sur la pêche sportive.
Oceans Act
Loi sur les océans
6. Bowie Seamount Marine Protected Area Regulations:
Amendments requested by the SJCSR, in a letter dated November 12, 2008, involving inconsistent use of the term “living marine organism”, as well as improper use of the terms
“foreign vessel” vs. “foreign ship” between the English and
French versions of the Regulations. These changes will be
made to the French version of the Regulations, and will be
amended to more accurately reflect the English version. The
SJCSR also noted that the French version of the Regulations
needed to be more precise, and so the words “dans la zone”
will be added, where necessary, to sections 3, 4, 5 and 6 of the
French Regulations.
6. Règlement sur la zone de protection marine du mont sousmarin Bowie : On apportera les modifications demandées par
le CMPER dans une lettre datée du 12 novembre 2008 concernant l’utilisation irrégulière des termes « organisme marin vivant » [living marine organism] et l’utilisation inappropriée
des termes « navire étranger » [foreign vessel] par rapport à
« bâtiment étranger » [foreign ship] entre les versions anglaise
et française du Règlement. Ces changements toucheront le libellé de la version française du Règlement qui sera modifié
pour correspondre plus fidèlement à la version anglaise. De
plus, le CMPER a constaté que la version française du Règlement devrait être plus précise. Par conséquent, on ajoutera
les termes « dans la zone », au besoin, aux articles 3, 4, 5 et 6
de la version française du Règlement.
7. Règlement sur la zone de protection marine de l’estuaire
Musquash : On apportera les modifications demandées par le
CMPER dans une lettre datée du 10 septembre 2008 concernant une référence inadéquate au terme « bâtiment ». Les modifications toucheront les versions anglaise et française afin
de correspondre à la nouvelle définition de « bâtiment » en
vertu de la nouvelle Loi de 2001 sur la marine marchande du
7. Musquash Estuary Marine Protected Area Regulations:
Amendments requested by the SJCSR, in a letter dated September 10, 2008, involving inconsistent reference of the word
“vessel”. The English and French version will be amended to
reflect the new definition of “vessel” under the new Canada
Shipping Act, 2001. As well, amendments are being made to
ensure the appropriate use of the word “authorization”. Since
529
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-39
the English version appropriately uses the term, the French
version of the Regulations will be amended to reflect the English version more accurately.
8. Endeavour Hydrothermal Vents Marine Protected Area Regulations: The amendment will add statements to both the English and French versions of the Regulations to clarify how the
coordinates are expressed to reflect the North America Datum
1983 geodetic reference system. Currently, this reference is
missing in the Regulations.
The amendments are of a technical nature with many having
been brought to DFO’s attention by the SJCSR. The impact of the
proposed amendment is expected to be minimal to none, with the
intent that all changes will provide greater clarity for the end user.
Not making these changes would leave the regulations in an ambiguous state.
Canada. Par ailleurs, on apporte en outre ces modifications
pour assurer une utilisation adéquate du terme « authorization ». Puisque la version anglaise utilise ce terme de façon
appropriée, ces changements toucheront le libellé de la version française du Règlement afin qu’il corresponde plus fidèlement à la version anglaise.
8. Règlement sur la zone de protection marine du champ hydrothermal Endeavour : Cette modification vise à ajouter un
énoncé dans les versions anglaise et française du Règlement
pour préciser que les coordonnées sont exprimées selon le
Système de référence géodésique de l’Amérique du Nord
1983. Le Règlement n’y fait actuellement pas référence.
Les modifications apportées sont de nature technique. Le
CMPER a porté certaines d’entre elles à l’attention du Ministère.
Les conséquences des modifications proposées devraient être
minimes, voire inexistantes, puisque le but de toutes ces modifications est d’en améliorer la clarté pour les utilisateurs finaux. Ne
pas apporter ces modifications aurait pour effet de laisser une
certaine ambiguïté dans les règlements.
Consultation
Consultation
As the amendments to the regulations are minor and administrative in nature, it was determined that consultation was not
necessary.
Each of the sections noted by the SJCSR to be amended has
been addressed. As these amendments are strictly administrative
in nature, the impact to public and/or stakeholders is minimal.
Comme les modifications aux règlements sont mineures et
de nature administrative, des consultations ne sont pas jugées
nécessaires.
Tous les articles devant être modifiés à la demande du CMPER
l’ont été. Comme ces modifications sont strictement d’ordre administratif, l’impact sur le grand public et les intervenants est
minime.
Contact
Personne-ressource
Samia Hirani
Regulatory Analyst
Legislative and Regulatory Affairs
Fisheries and Oceans Canada
200 Kent Street
Ottawa, Ontario
K1A 0E6
Telephone: 613-991-9410
Email: samia.hirani@dfo-mpo.gc.ca
Samia Hirani
Analyste en réglementation
Affaires législatives et réglementaires
Ministère des Pêches et des Océans
200, rue Kent
Ottawa (Ontario)
K1A 0E6
Téléphone : 613-991-9410
Courriel : samia.hirani@dfo-mpo.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
530
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-40
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-40
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-40
Le 10 février 2011
FISHING AND RECREATIONAL HARBOURS ACT
LOI SUR LES PORTS DE PÊCHE ET DE PLAISANCE
Regulations Amending the Fishing and
Recreational Harbours Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les ports de
pêche et de plaisance
P.C. 2011-220
C.P. 2011-220
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Fisheries and Oceans, pursuant to
section 9 of the Fishing and Recreational Harbours Acta, hereby
makes the annexed Regulations Amending the Fishing and Recreational Harbours Regulations.
Sur recommandation du ministre des Pêches et des Océans et
en vertu de l’article 9 de la Loi sur les ports de pêche et de plaisancea, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le
Règlement modifiant le Règlement sur les ports de pêche et de
plaisance, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FISHING AND
RECREATIONAL HARBOURS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
PORTS DE PÊCHE ET DE PLAISANCE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The long title of the Fishing and Recreational Harbours
Regulations1 is replaced by the following:
FISHING AND RECREATIONAL HARBOURS
REGULATIONS
2. Section 1 of the Regulations and the heading before it are
repealed.
3. Items 14, 36, 54, 62, 85, 120, 150, 156, 162, 181, 186, 190,
195, 216, 225, 234, 241, 291, 294, 305, 313, 330, 332, 343, 357,
359, 390, 396, 398, 426, 430 432, 445, 461, 467, 473, 537, 559,
575, 583, 584, 604, 608, 640, 641, 658, 663, 672, 702, 706, 712,
714, 727, 768, 775, 804, 896, 915, 1014, 1036, 1050, 1072, 1222,
1258, 1267, 1268, 1287, 1294, 1298, 1301, 1309, 1318, 1322,
1323, 1324, 1327, 1331, 1334, 1340, 1341, 1342, 1345, 1346,
1351, 1355, 1356, 1357, 1364, 1365, 1372, 1373, 1381, 1382,
1383, 1387, 1391, 1404, 1405, 1408, 1409, 1410, 1411, 1417,
1419, 1427, 1429, 1441, 1443, 1458, 1461, 1500, 1504, 1515,
1517, 1534, 1565, 1589, 1591, 1598, 1616, 1631, 1664, 1670,
1714, 1748, 1806, 1827 and 1982 of Schedule I to the Regulations are repealed.
4. Item 518 of Schedule I to the Regulations is replaced by
the following:
1. Le titre intégral du Règlement sur les ports de pêche et de
plaisance1 est remplacé par ce qui suit :
RÈGLEMENT SUR LES PORTS DE PÊCHE ET DE
PLAISANCE
2. L’article 1 du même règlement et l’intertitre le précédant
sont abrogés.
3. Les articles 14, 36, 54, 62, 85, 120, 150, 156, 162, 181, 186,
190, 195, 216, 225, 234, 241, 291, 294, 305, 313, 330, 332, 343,
357, 359, 390, 396, 398, 426, 430, 432, 445, 461, 467, 473, 537,
559, 575, 583, 584, 604, 608, 640, 641, 658, 663, 672, 702, 706,
712, 714, 727, 768, 775, 804, 896, 915, 1014, 1036, 1050, 1072,
1222, 1258, 1267, 1268, 1287, 1294, 1298, 1301, 1309, 1318,
1322, 1323, 1324, 1327, 1331, 1334, 1340, 1341, 1342, 1345,
1346, 1351, 1355, 1356, 1357, 1364, 1365, 1372, 1373, 1381,
1382, 1383, 1387, 1391, 1404, 1405, 1408, 1409, 1410, 1411,
1417, 1419, 1427, 1429, 1441, 1443, 1458, 1461, 1500, 1504,
1515, 1517, 1534, 1565, 1589, 1591, 1598, 1616, 1631, 1664,
1670, 1714, 1748, 1806, 1827 et 1982 de l’annexe I du même
règlement sont abrogés.
4. L’article 518 de l’annexe 1 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
Item
Name of Location or Harbour
Article
Nom du port ou du lieu où il est
situé
518
Havre-Saint-Pierre
518
Havre-Saint-Pierre
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
5. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
1
R.S., c. F-24
SOR/78-767
1
L.R., ch. F-24
DORS/78-767
531
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-40
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
In February 1995, as part of the government-wide Program Review Exercise, the Minister of Fisheries and Oceans Canada
(DFO) announced that the entire inventory of DFO recreational
harbours would be divested to eliminate the costs associated with
operating and repairing these facilities. The Minister also announced that the number of DFO fishing harbours would be reduced to focus on those harbours that are most important to the
commercial fishing industry. The goal is to rationalize the small
craft harbour system from the 1995 inventory of approximately
2 150 fishing and recreational harbours down to approximately
750 core fishing harbours. Since the divestitures began in 1995,
approximately 46% of DFO’s harbours have been divested.
En février 1995, dans le cadre de l’Examen des programmes
réalisé à l’échelle gouvernementale, la ministre des Pêches et des
Océans (MPO) annonçait que le MPO se départirait de tout son
inventaire de ports de plaisance afin d’éliminer les coûts associés
à l’exploitation et aux réparations de ces installations. De plus, la
ministre du MPO annonçait que le nombre de ports de pêche du
MPO serait réduit afin de mettre l’accent sur les ports essentiels à
l’industrie de pêche commerciale. L’objectif est de rationaliser les
ports pour petits bateaux pour réduire le nombre de ports de pêche
et de plaisance répertoriés dans l’inventaire de 1995, environ
2 150, à 750 ports de pêche essentiels. Depuis le début de ces
cessions des ports, en 1995, environ 46 % des ports du MPO ont
été cédés.
La cession des ports de plaisance et des ports de pêche non
permanents vise à permettre au MPO de concentrer ses ressources
sur les ports de pêche essentiels en vue de répondre aux besoins
de l’industrie de pêche commerciale au Canada. La dernière étape
de ce processus de cession des ports est la modification du Règlement sur les ports de pêche et de plaisance (Règlement) afin
que les dispositions réglementaires tiennent compte du transfert
de propriété.
Le Règlement, en vertu de la Loi sur les ports de pêche et de
plaisance s’applique à tous les ports de pêche et de plaisance
énumérés dans l’annexe 1. Dans la pratique, l’annexe 1 fournit une
liste de ports pour petits bateaux sous le contrôle et l’administration du ministre du MPO. Une fois que la propriété du port a été
transférée à un tiers au moyen du processus de cession du MPO,
le Règlement, le MPO n’en est plus responsable et le Règlement
ne s’applique plus à ce port. L’objectif de cette modification réglementaire est de retirer 128 ports listés à l’annexe 1 du Règlement qui ont été cédés par le MPO et qui devraient être retirés à
des fins administratives.
The objective of the divestiture of recreational harbours and
non-core fishing harbours is to allow DFO to focus its resources
on essential fishing harbours for meeting the needs of Canada’s
commercial fishing industry. Amending the Fishing and Recreational Harbours Regulations (FRHR) to reflect a transfer of ownership is the final step in the divestiture process.
The FRHR, pursuant to the Fishing and Recreational Harbours
Act, apply to all of the fishing and recreational harbours named in
Schedule I. In practice, Schedule I provides a list of small craft
harbours that are under the control and administration of the Minister of DFO. After the harbour ownership has been transferred to
a third party through DFO’s divestiture process, the FRHR no
longer apply to the harbour. The purpose of this regulatory
amendment is to remove the names of 128 harbour locations in
Schedule I, of the FRHR that have already been divested by DFO
and should be removed for administrative purposes.
Description and rationale
Description et justification
The Regulations Amending the Fishing and Recreational Harbours Regulations (the Amendments) delete from Schedule I
the reference of 128 harbour locations that have been legally
transferred/divested to other organizations. The amendments will
also modify the name of one harbour.
Under the Small Craft Harbours (SCH) Divestiture Program,
DFO-SCH harbour facilities are offered at a nominal cost, first to
other federal departments, then to the province, municipality,
local non-profit organizations, or First Nations. A condition of
transfer in these situations is that eligible recipients assuming
ownership of harbours must operate them according to their
original purpose while keeping them safe and publicly accessible
for at least five years.
Le Règlement modifiant le Règlement sur les ports de pêche et
de plaisance (les Modifications) supprime de l’annexe 1 la référence à 128 ports légalement transférés ou cédés à d’autres organismes. Les modifications visent aussi à changer le nom de l’un
de ces ports.
Dans le cadre du Programme de dessaisissement des ports pour
petits bateaux, les installations portuaires du Programme des ports
pour petits bateaux du MPO sont offertes pour une somme nominale, tout d’abord à d’autres ministères fédéraux, puis aux provinces, aux municipalités, aux organismes sans but lucratif locaux,
ou aux Premières nations. Dans ces cas, une des conditions de la
cession est que les bénéficiaires admissibles qui deviennent propriétaires des ports doivent les exploiter conformément à leur
usage original et faire en sorte qu’ils demeurent sécuritaires et
accessibles au public pour au moins cinq ans.
Si aucune des parties susmentionnées ne démontre de l’intérêt,
le port est alors offert au secteur privé à la pleine valeur marchande au moyen d’un processus d’appel d’offres public. En dernier recours, si ce processus ne suscite aucun intérêt, les installations sont alors démolies ou retirées et le terrain sera remis au
propriétaire original.
Should there be no interest from the above parties, the harbour
is then offered to the private sector at full market value through a
public tendering process. If this solicits no interest, the facility is
then, as a last resort, demolished or removed and the land returned to the original owner.
532
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-40
The harbours being removed from Schedule I have already
been divested. In practice, Schedule I provides a list of small craft
harbours that are owned and administered by DFO. Once the harbour ownership has been transferred to a third party, DFO is no
longer liable, and the FRHR would no longer be applied to the
harbour. Amending the FRHR to remove the harbour from Schedule I is an administrative action to complete the divestiture process and update the harbour listing accordingly.
The Amendments will also change the name of one harbour,
located in the province of Quebec, from “Havre-St-Pierre Fishermen’s Section and Ramp” to “Havre-St-Pierre”. The
change is required to reflect the new shortened name.
Les ports retirés de l’annexe 1 ont déjà été cédés. Dans la pratique, l’annexe 1 fournit une liste de ports pour petits bateaux sous
le contrôle et l’administration du ministre des Pêches et des
Océans. Une fois que la propriété du port a été transférée à un
tiers au moyen du processus de cession du MPO, le MPO n’en est
plus responsable et le Règlement sur les ports de pêche et de plaisance ne s’applique plus à ce port. La modification apportée au
Règlement sur les ports de pêche et de plaisance en vue de retirer
le port de l’annexe 1 constitue une mesure administrative visant à
compléter le processus et à mettre à jour la liste des ports en
conséquence.
Les Modifications changeront également le nom du port
« Havre-St-Pierre - Section des pêcheurs et rampe » pour
« Havre-St-Pierre ». Le changement est nécessaire afin de représenter le nouveau nom, plus court.
Consultation
Consultation
The divestiture process involves extensive local consultations
by DFO regional staff. Before divesting any location, consultations are held with harbour users, local governments and community groups, provincial agencies, First Nations, local elected officials and other interested parties. The duration for this process is
commonly two years, allowing time for all interested parties to
consult with DFO. The consultation component of the divestiture
process is designed to ensure that all parties involved, including
those using the harbours, are satisfied with the final negotiated
result.
Le processus de cession comprend des consultations locales
menées par des employés régionaux du MPO. Avant la cession de
tout port, on mène des consultations auprès des utilisateurs, des
administrations locales, des groupes communautaires, des agences provinciales, des Premières nations, des élus locaux et des
autres parties intéressées. Le processus s’échelonne sur presque
deux ans, ce qui permet à tous les intéressés de donner leur avis
au MPO. Les consultations relatives au processus de cession sont
conçues de manière à ce que toutes les parties, notamment celles
qui utilisent les ports, soient satisfaites des résultats finaux des
négociations.
Cet aspect de la modification réglementaire ne devrait pas susciter de réaction défavorable puisque les 128 ports en question ont
déjà été cédés et toutes les collectivités touchées sont pleinement
conscientes de la situation. La modification du nom du port
n’entraînera pas de réaction défavorable puisque le nom reflète
mieux la nature du site du petit port pour petits bateaux dans cette
collectivité.
Amendments are not expected to cause negative public reaction
as the 128 harbours in question have already been divested, and
all affected communities are fully aware of the situation. The
modification to the harbour name will not cause any negative
public reaction as this name better reflects the nature of the small
craft harbour location in that community.
Contacts
Personnes-ressources
Samia Hirani
Regulatory Analyst
Legislative and Regulatory Affairs
Fisheries and Oceans Canada
200 Kent Street
Ottawa, Ontario
K1A 0E6
Telephone: 613-990-1297
Email: samia.hirani@dfo-mpo.gc.ca
Brian Graham
Senior Policy and Program Analyst
Harbour Policy and Program Planning
Fisheries and Oceans Canada
200 Kent Street
Ottawa, Ontario
Telephone: 613-991-0328
Email: Brian.Graham@dfo-mpo.gc.ca
Samia Hirani
Analyste en réglementation
Affaires législatives et réglementaires
Pêches et Océans Canada
200, rue Kent
Ottawa (Ontario)
K1A 0E6
Téléphone : 613-990-1297
Courriel : samia.hirani@dfo-mpo.gc.ca
Brian Graham
Conseiller principal, Programme et politique
Planification des programmes portuaires
Pêches et Océans Canada
200, rue Kent
Ottawa (Ontario)
Téléphone: 613-991-0328
Courriel : Brian.Graham@dfo-mpo.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
533
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-41
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-41
February 10, 2011
Enregistrement
DORS/2011-41
Le 10 février 2011
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Regulations Amending the Benzene in Gasoline
Regulations (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement sur le
benzène dans l’essence
P.C. 2011-221
C.P. 2011-221
February 10, 2011
Whereas, pursuant to subsection 332(1)a of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b, the Minister of the Environment published in the Canada Gazette, Part I, on August 8, 2009,
a copy of the proposed Regulations Amending the Benzene in
Gasoline Regulations (Miscellaneous Program), substantially in
the annexed form, and persons were given an opportunity to file
comments with respect to the proposed Regulations or to file a
notice of objection requesting that a board of review be established and stating the reasons for the objection;
Whereas, pursuant to subsection 93(3) of that Act, the National
Advisory Committee has been given an opportunity to provide its
advice under section 6c of that Act;
And whereas, in the opinion of the Governor in Council, pursuant to subsection 93(4) of that Act, the proposed Regulations do
not regulate an aspect of a substance that is regulated by or under
any other Act of Parliament in a manner that provides, in the
opinion of the Governor in Council, sufficient protection to the
environment and human health;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of the Environment and the
Minister of Health, pursuant to subsection 93(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999b, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Benzene in Gasoline Regulations (Miscellaneous Program).
Le 10 février 2011
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, le ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du Canada
Partie I, le 8 août 2009, le projet de règlement intitulé Règlement
correctif visant le Règlement sur le benzène dans l’essence,
conforme en substance au texte ci-après, et que les intéressés ont
ainsi eu la possibilité de présenter leurs observations à cet égard
ou un avis d’opposition motivé demandant la constitution d’une
commission de révision;
Attendu que, conformément au paragraphe 93(3) de cette loi, le
comité consultatif national s’est vu accorder la possibilité de formuler ses conseils dans le cadre de l’article 6c de celle-ci;
Attendu que le gouverneur en conseil est d’avis, aux termes du
paragraphe 93(4) de cette loi, que le projet de règlement ne vise
pas un point déjà réglementé sous le régime d’une autre loi fédérale de manière à offrir une protection suffisante pour l’environnement et la santé humaine,
À ces causes, sur recommandation du ministre de l’Environnement et de la ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 93(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b,
Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement correctif visant le Règlement sur le benzène dans l’essence,
ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE BENZENE IN
GASOLINE REGULATIONS (MISCELLANEOUS
PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE RÈGLEMENT
SUR LE BENZÈNE DANS L’ESSENCE
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Paragraph 19(8)(b) of the Benzene in Gasoline Regulations1 is replaced by the following:
(b) at least 1.7 L of the sample so that analysis for each model
parameter can be performed by the Minister.
1. L’alinéa 19(8)b) du Règlement sur le benzène dans
l’essence1 est remplacé par ce qui suit :
b) d’autre part, au moins 1,7 L de l’échantillon pour que le ministre puisse analyser tous les paramètres du modèle de
l’échantillon.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
c
1
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
S.C. 2002, c. 7, s. 124
SOR/97-493
534
b
c
1
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
L.C. 2002, ch. 7, art. 124
DORS/97-493
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-41
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Regulations Amending the Benzene in Gasoline Regulations (Miscellaneous Program) [hereinafter referred to as the
Amendments] made pursuant to subsection 93(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), were developed to address a recommendation made by the Standing Joint
Committee for the Scrutiny of Regulations. The objective of the
Amendments is to remove wording of a redundant nature in the
Benzene in Gasoline Regulations (hereinafter referred to as the
Regulations).
Le Règlement correctif visant le Règlement sur le benzène dans
l’essence (ci-après nommé les « Modifications ») en vertu du
paragraphe 93(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) [LCPE (1999)] a été élaboré afin de
prendre en compte les recommandations formulées par le Comité
mixte permanent d’examen de la réglementation. L’objectif des
modifications est d’éliminer les énoncés redondants présents dans
le Règlement sur le benzène dans l’essence (ci-après nommé le
Règlement).
Description and rationale
Description et justification
Paragraph 19(8)(b) of the Regulations stated that every gasoline importer and producer must retain in Canada
“a sufficient quantity, at least 1.7 L, of the sample so that
analysis for each model parameter can be performed by the
Minister.”
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
has found the wording “a sufficient quantity” to be of a redundant
nature. Given that the provisions of this paragraph already
state that the minimum amount of sample required to be retained
is at least 1.7 litres, the wording “a sufficient quantity” is not
necessary.
The Amendments, therefore, remove the following wording
from paragraph 19(8)(b) of the Regulations:
• “a sufficient quantity” from the English version; and
• “une quantité suffisante” from the French version.
The Amendments are of an administrative nature and improve
the clarity of the Regulations by removing wording of a redundant nature. The Amendments do not change the purpose or intent
of the Regulations.
L’alinéa 19(8)b) du Règlement stipule actuellement que
chaque producteur et importateur d’essence doit conserver au
Canada :
« d’autre part, une quantité suffisante — au moins 1,7 L — de
l’échantillon pour que le ministre puisse analyser tous les paramètres du modèle de l’échantillon. »
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a
trouvé le libellé « une quantité suffisante » comme étant redondant. Étant donné que les dispositions du présent alinéa stipulent
déjà que la quantité minimum de l’échantillon devant être conservée est d’au moins 1,7 litre, le libellé « une quantité suffisante »
n’est pas nécessaire.
Les modifications enlèveront donc le libellé suivant de l’alinéa 19(8)b) du Règlement :
• « a sufficient quantity » dans la version anglaise;
• « une quantité suffisante » dans la version française.
Les modifications sont de nature administrative, mais elles
amélioreront la clarté du Règlement en éliminant les énoncés
redondants. Les modifications ne changeront ni le but ni l’intention du Règlement.
Consultation
Consultation
The Minister of the Environment, on July 27, 2007, had provided the governments of the provinces and territories as well as
aboriginal representatives, through the CEPA National Advisory
Committee, an opportunity to advise and comment on a draft of
the proposed Amendments. No comments were received.
Le 27 juillet 2007, le ministre de l’Environnement a offert aux
gouvernements des provinces et des territoires ainsi qu’aux représentants autochtones, par l’entremise du Comité consultatif national de la LCPE, l’occasion de formuler des recommandations et
de fournir des commentaires sur l’ébauche des modifications proposées. Aucun commentaire n’a été reçu.
Comments received following publication of the proposed
Amendments in the Canada Gazette, Part I, on August 8, 2009
Commentaires reçus suivant la publication du projet de
règlement dans la Partie I de la Gazette du Canada
le 8 août 2010
The proposed Amendments were published in the Canada Gazette, Part I, on August 8, 2009, for a 60-day public comment period. No comments were received during that period.
Le projet de règlement a été publié dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 8 août 2010. Aucun commentaire n’a été reçu
durant la période de commentaires suivant la prépublication des
modifications.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Amendments being of an editorial nature, developing an
implementation plan, an enforcement strategy or service standards is not required.
Comme il s’agit de modifications de nature rédactionnelle, il
n’est pas nécessaire d’élaborer un plan de mise en oeuvre, une
stratégie d’application ou des normes de service.
535
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-41
Contacts
Personnes-ressources
Michelle Raizenne
Oil, Gas and Alternative Energy Division
Environment Canada
Gatineau, Québec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-5060
Fax: 819-953-8903
Email: Michelle.Raizenne@ec.gc.ca
Markes Cormier
Regulatory Analysis and Instrument Choice Division
Environment Canada
Gatineau, Québec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-5236
Fax: 819-997-2769
Email: Markes.Cormier@ec.gc.ca
Michelle Raizenne
Division du pétrole, du gaz et de l’énergie de remplacement
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-5060
Télécopieur : 819-953-8903
Courriel : Michelle.Raizenne@ec.gc.ca
Markes Cormier
Division de l’analyse réglementaire et du choix d’instrument
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-5236
Télécopieur : 819-997-2769
Courriel : Markes.Cormier@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
536
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-42
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-42
Enregistrement
DORS/2011-42
February 10, 2011
Le 10 février 2011
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending the Medical Devices
Regulations (1592 — Canada’s Access to
Medicines Regime)
Règlement modifiant le Règlement sur les
instruments médicaux (1592 — Régime canadien
d’accès aux médicaments)
P.C. 2011-222
C.P. 2011-222
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to section 30a of
the Food and Drugs Actb, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Medical Devices Regulations (1592 — Canada’s
Access to Medicines Regime).
Sur recommandation de la ministre de la Santé et en vertu de
l’article 30a de la Loi sur les aliments et droguesb, Son Excellence
le Gouverneur général en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement sur les instruments médicaux (1592 — Régime canadien d’accès aux médicaments), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE MEDICAL DEVICES
REGULATIONS (1592 — CANADA’S ACCESS
TO MEDICINES REGIME)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
INSTRUMENTS MÉDICAUX (1592 — RÉGIME
CANADIEN D’ACCÈS AUX MÉDICAMENTS)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 43.2 of the Medical Devices Regulations is replaced by the following:
43.2 Sections 43.3 to 43.6 apply, for the purposes of implementing the General Council Decision, to a medical device in
respect of which a manufacturer has applied to the Commissioner
of Patents for an authorization under section 21.04 of the Patent
Act.
1. L’article 43.2 du Règlement sur les instruments médicaux1
est remplacé par ce qui suit :
43.2 Les articles 43.3 à 43.6 s’appliquent, aux fins de mise en
œuvre de la décision du Conseil général, à l’instrument médical à
l’égard duquel le fabricant a présenté au commissaire aux brevets
une demande d’autorisation aux termes de l’article 21.04 de la Loi
sur les brevets.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1
Issue and objectives
Question et objectifs
The amendment to section 43.2 of the Medical Devices Regulations serves to clarify that sections 43.3 to 43.6 are in place to
enable the implementation of the General Council Decision, as
requested by the Standing Joint Committee for the Scrutiny of
Regulations.
La modification à l’article 43.2 du Règlement sur les instruments médicaux vise à préciser que les articles 43.3 à 43.6 sont là
pour permettre la mise en œuvre de la décision du Conseil général, comme le demande le Comité mixte permanent d’examen de
la réglementation.
Description and rationale
Description et justification
Currently, section 43.2 of the Medical Devices Regulations:
Medical Devices to Be Sold for the Purposes of Implementing the
General Council Decision — Application states:
“43.2 Sections 43.3 to 43.6 apply to a medical device in respect
of which a manufacturer has applied to the Commissioner of
Patents for an authorization under section 21.04 of the Patent
L’article 43.2 de la partie Vente d’instruments médicaux aux
fins de mise en œuvre de la décision du Conseil général — Application se lit actuellement comme suit :
« 43.2 Les articles 43.3 à 43.6 s’appliquent à l’instrument médical à l’égard duquel le fabricant a présenté au commissaire
aux brevets, aux termes de l’article 21.04 de la Loi sur les
———
———
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 42, s. 2
R.S., c. F-27
SOR/98-282
b
1
L.C. 2005, ch. 42, art. 2
L.R., ch. F-27
DORS/98-282
537
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-42
Act for the purposes of implementing the General Council
Decision.”
The provision concludes with “for the purposes of implementing the General Council Decision.” The structure of this provision
does not provide the proper context since, as written, it appears to
explain the requirements for an authorization application submitted by a manufacturer. However, the General Council Decision
applies to regulatory states which are members of the World
Trade Organization (WTO) and not to manufacturers in member
states. In reality, member regulatory states implement General
Council decisions through legislation. Then the manufacturer
applies for authorization in order to comply with domestic law.
However, the phrase “for the purposes of implementing the
General Council Decision” does serve to clarify that sections 43.3
to 43.6 are in place to enable the implementation of the General
Council Decision. Therefore, it should be moved to provide the
proper context, as follows:
“43.2 Sections 43.3 to 43.6 apply, for the purposes of implementing the General Council Decision, to a medical device in
respect of which a manufacturer has applied to the Commissioner of Patents for an authorization under section 21.04 of the
Patent Act.”
This is a low impact administrative change that will address the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations recommendation and will not have an impact on stakeholders.
brevets, une demande d’autorisation aux fins de mise en œuvre
de la décision du Conseil général. »
Le libellé de la disposition se termine par « aux fins de mise en
œuvre de la décision du Conseil général ». La structure de cette
disposition ne donne pas le bon contexte puisque, dans son libellé
actuel, elle semble expliquer pourquoi une demande d’autorisation est soumise par le fabricant. Toutefois, la décision du Conseil
général s’applique aux États membres de l’Organisation mondiale
du commerce (OMC) et non aux fabricants des États membres.
En fait, les États membres doivent mettre en œuvre les décisions
du Conseil général par voie législative. Ensuite, le fabricant soumet une demande d’autorisation en vue de se conformer au droit
interne.
Toutefois, l’expression «aux fins de mise en œuvre de la décision du Conseil général » a un rôle utile en expliquant que les
articles 43.3 à 43.6 sont là pour permettre la mise en œuvre de
la décision du Conseil général. Il y aurait donc lieu de déplacer
cette expression afin d’indiquer le bon contexte, de la manière
suivante :
« 43.2 Les articles 43.3 à 43.6 s’appliquent, aux fins de mise en
œuvre de la décision du Conseil général, à l’instrument médical
à l’égard duquel le fabricant a présenté au commissaire
aux brevets une demande d’autorisation aux termes de l’article 21.04 de la Loi sur les brevets. »
Ce changement d’ordre administratif à faible incidence fait
suite à la recommandation du Comité mixte permanent d’examen de la réglementation et n’aura aucun impact sur les parties
intéressées.
Consultation
Consultation
This amendment to section 43.2 of the Medical Devices Regulations is an administrative change that does not impact stakeholders; therefore, no consultation was conducted.
Cette modification à l’article 43.2 du Règlement sur les instruments médicaux est un changement administratif qui n’a aucun
impact pour les parties intéressées, de sorte qu’aucune consultation n’a été tenue.
Implementation, and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
This amendment will be implemented by notifying the general
public through publication in the Canada Gazette, Part II, and by
notifying both internal and external stakeholders via email.
Cette modification sera mise en œuvre par voie de notification
au grand public dans la Partie II de la Gazette du Canada et par
voie de notification aux parties intéressées internes et externes par
courrier électronique.
Cette modification ne modifie pas les mécanismes de conformité existants prévus aux termes des dispositions de la Loi sur les
aliments et drogues et du Règlement sur les instruments médicaux
qu’applique l’Inspectorat de la Direction générale des produits de
santé et des aliments.
This amendment does not alter existing compliance mechanisms under the provisions of the Food and Drugs Act and Medical Devices Regulations enforced by the Health Products and
Food Branch Inspectorate.
Contact
Personne-ressource
Refer to Project Number: 1592
Bureau of Policy, Science and International Programs
Therapeutic Products Directorate
Health Canada
Holland Cross
1600 Scott Street
Tower B, 2nd Floor
Address Locator: 3102C5
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-948-4623
Fax: 613-941-6458
Email: regaff-affreg@hc-sc.gc.ca
Veuillez mentionner le numéro de projet : 1592
Bureau des politiques, de la science et des programmes
internationaux
Direction des produits thérapeutiques
Santé Canada
Holland Cross
1600, rue Scott
Tour B, 2e étage
Indice de l’adresse : 3102C5
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-948-4623
Télécopieur : 613-941-6458
Courriel : regaff-affreg@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
538
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-43
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-43
February 10, 2010
Enregistrement
DORS/2011-43
Le 10 février 2010
GOVERNMENT PROPERTY TRAFFIC ACT
LOI RELATIVE À LA CIRCULATION SUR LES TERRAINS
DE L’ÉTAT
Regulations Amending the Government Property
Traffic Regulations (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement relatif à la
circulation sur les terrains du gouvernement
P.C. 2011-223
C.P. 2011-223
February 10, 2010
Le 10 février 2010
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Public Works and Government
Services, pursuant to subsection 2(1)a of the Government Property Traffic Actb, hereby makes the annexed Regulations Amending the Government Property Traffic Regulations (Miscellaneous
Program).
Sur recommandation du ministre des Travaux publics et des
Services gouvernementaux et en vertu du paragraphe 2(1)a de la
Loi relative à la circulation sur les terrains de l’Étatb, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement correctif visant le Règlement relatif à la circulation sur les terrains
du gouvernement, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE GOVERNMENT
PROPERTY TRAFFIC REGULATIONS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE RÈGLEMENT
RELATIF À LA CIRCULATION SUR LES
TERRAINS DU GOUVERNEMENT
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 19 of the Government Property Traffic Regulations1 is replaced by the following:
19. A constable who finds a vehicle parked in contravention of
these Regulations may, in addition or as an alternative to any
other action that may be taken under these Regulations, remove
the vehicle and, if the constable deems it necessary to protect the
vehicle or the interests of the owner, store the vehicle in a suitable
place.
1. L’article 19 du Règlement relatif à la circulation sur les
terrains du gouvernement1 est remplacé par ce qui suit :
19. L’agent de sûreté qui trouve un véhicule stationné en
contravention avec le présent règlement peut, en plus de toute
autre mesure qui peut être prise en vertu du présent règlement ou
en remplacement d’une telle mesure, enlever le véhicule et, s’il le
juge nécessaire pour la protection du véhicule ou des intérêts du
propriétaire, le remiser dans un endroit convenable.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR) indicated that section 19 of the Government Property
Traffic Regulations (the Regulations) is not supported in full by
the authorities in the Government Property Traffic Act (the Act).
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a
indiqué que l’article 19 du Règlement relatif à la circulation sur
les terrains du gouvernement (le Règlement) ne va pas tout à fait
dans le sens des autorisations de la Loi relative à la circulation
sur les terrains de l’État (la Loi).
La modification a pour objectif de supprimer l’élément de
phrase « aux frais du propriétaire » de l’article 19 du Règlement
qui, selon le Comité, dépasse les limites de la compétence de la
Loi.
The objective of the amendment is to delete the words “all at
the expense of the owner” from Section 19 of the Regulations,
which the SJCSR considers to be ultra vires of the Act.
———
———
a
a
b
1
S.C. 1996, c. 7, s. 38
R.S., c. G-6
C.R.C., c. 887
b
1
L.C. 1996, ch. 7, art. 38
L.R., ch. G-6
C.R.C., ch. 887
539
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-43
Description and rationale
Description et justification
Before this amendment, section 19 of the Regulations stated:
“A constable who finds a vehicle parked in contravention of these
Regulations may, in addition or as an alternative to any other
action that may be taken under these Regulations, remove the
vehicle and, where the constable deems it necessary to protect the
vehicle or the interests of the owner, store the vehicle in a suitable
place, all at the expense of the owner.”
Avant cette modification, l’article 19 du Règlement énonçait
que : « L’agent de sûreté qui trouve un véhicule stationné en
contravention avec le présent règlement peut, aux frais du propriétaire, en plus de toute autre mesure qui peut être prise en vertu
du présent règlement ou en remplacement d’une telle mesure,
enlever le véhicule et, s’il le juge nécessaire pour la protection du
véhicule ou des intérêts du propriétaire, le remiser dans un endroit
convenable. »
Le but de l’article 19 du Règlement est d’enlever les véhicules
stationnés illégalement afin d’empêcher tout entrave à la circulation, et le remisage de ces véhicules, une fois enlevés, est une
conséquence nécessaire.
La suppression de l’élément de phrase « aux frais du propriétaire » de l’article 19 du Règlement n’aura que peu de répercussions financières sur le Ministère. Le nombre de véhicules remorqués tous les ans n’a pas été documenté, car il est très faible. En
outre, on ne s’attend pas à ce que cela ait un effet négatif tangible
sur d’autres ministères, comme il est défini dans le Règlement.
Les ministères ont d’autres recours juridiques pour recouvrer les
coûts de déplacement et/ou de remisage des véhicules, par exemple des sociétés de remorquage et de remisage peuvent enregistrer
un privilège sur un véhicule jusqu’à ce que le paiement soit reçu.
The purpose of section 19 of the Regulations is to remove vehicles illegally parked to avoid traffic obstructions, and
the storage of these vehicles, once removed, is a necessary
consequence.
Removing the phrase “all at the expense of the owner,” from
section 19 of the Regulations will have little financial impact on
the Department. The number of vehicles towed on an annual basis
has not been documented, as it is very low. As well, it is not
expected to have a tangible negative effect on other departments,
as defined in the Regulations. There are other legal avenues available to them to recover the costs of moving and/or storing such
vehicles, for example towing and storage companies can place a
lien on a vehicle until payment is received.
Consultation
Consultation
In June 2008, Public Works and Government Services Canada
consulted affected custodial departments via the Treasury Board
Secretariat’s Advisory Committee on Real Property and received
no objections to the removal of the phrase.
En juin 2008, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada a consulté les ministères gardiens fédéraux touchés par
l’intermédiaire du Comité consultatif du Secrétariat du Conseil du
Trésor sur les biens immobiliers et il n’a reçu aucune objection à
la suppression de l’élément de la phrase.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Enforcement officers have been or will soon be made aware of
the amendment to the Regulations. No additional resources will
be required.
Les agents chargés de l’application de la loi ont été mis au courant de la modification au Règlement ou ils le seront bientôt. Aucune ressource supplémentaire ne sera nécessaire.
Contact
Personne-ressource
Stephen Twiss
Director General
Program Management Sector
Real Property Branch
Department of Public Works and Government Services Canada
Place du Portage III, Tower B, Room 10B3-104
11 Laurier Street
Gatineau, Quebec
K1A 0S5
Telephone: 819-956-6452
Fax: 819-934-0980
Email: stephen.twiss@tpsgc-pwgsc.gc.ca
Stephen Twiss
Directeur général
Secteur de la gestion des programmes
Direction générale des biens immobiliers
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Place du Portage III, tour B, Pièce 10B3-104
11, rue Laurier
Gatineau (Québec)
K1A 0S5
Téléphone : 819-956-6452
Télécopieur : 819-934-0980
Courriel : stephen.twiss@tpsgc-pwgsc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
540
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-44
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-44
February 16, 2011
Enregistrement
DORS/2011-44
Le 16 février 2011
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Regulations Amending the Canadian Chicken
Marketing Quota Regulations
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le
contingentement de la commercialisation des
poulets
Whereas the Governor in Council has, by the Chicken Farmers
of Canada Proclamationa, established Chicken Farmers of Canada (“CFC”) pursuant to subsection 16(1)b of the Farm Products
Agencies Actc;
Whereas CFC has been empowered to implement a marketing
plan pursuant to that Proclamation;
Whereas the process set out in the Operating Agreement, referred to in subsection 7(1)d of the schedule to that Proclamation,
for making changes to quota allocation has been followed;
Whereas the proposed Regulations Amending the Canadian
Chicken Marketing Quota Regulations are regulations of a class
to which paragraph 7(1)(d)e of that Act applies by reason of section 2 of the Agencies’ Orders and Regulations Approval Orderf,
and have been submitted to the National Farm Products Council
pursuant to paragraph 22(1)(f) of that Act;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par la
Proclamation visant Les Producteurs de poulet du Canadac, créé
l’office appelé Les Producteurs de poulet du Canada;
Attendu que l’office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que le processus établi dans l’entente opérationnelle —
visée au paragraphe 7(1)d de l’annexe de cette proclamation —
pour modifier l’allocation des contingents a été suivi;
Attendu que le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation des poulets, relève d’une catégorie à laquelle
s’applique l’alinéa 7(1)d)e de cette loi, conformément à l’article 2
de l’Ordonnance sur l’approbation des ordonnances et règlements des officesf, et a été soumis au Conseil national des produits
agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)e de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet de
règlement est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricoles et du paragraphe 6(1)d de l’annexe de
la Proclamation visant Les Producteurs de poulet du Canadac,
l’office appelé Les Producteurs de poulet du Canada prend le
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation des poulets, ci-après.
Ottawa, (Ontario), le 15 février 2011
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)e of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed
Regulations after being satisfied that they are necessary for the
implementation of the marketing plan that CFC is authorized to
implement;
Therefore, Chicken Farmers of Canada, pursuant to pararaph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and subsecion 6(1)d of the schedule to the Chicken Farmers of Canada Proclamationa, hereby makes the annexed Regulations Amending the
Canadian Chicken Marketing Quota Regulations.
Ottawa, Ontario, February 15, 2011
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN CHICKEN
MARKETING QUOTA REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
CANADIEN SUR LE CONTINGENTEMENT
DE LA COMMERCIALISATION
DES POULETS
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the Canadian Chicken Marketing Quota
Regulations1 is replaced by the schedule set out in the schedule to these Regulations.
1. L’annexe du Règlement canadien sur le contingentement
de la commercialisation des poulets1 est remplacée par l’annexe figurant à l’annexe du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on February 27, 2011.
2. Le présent règlement entre en vigueur le 27 février 2011.
———
———
a
a
b
c
d
e
f
1
SOR/79-158; SOR/98-244
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
R.S., c. F-4; S.C. 1993, c. 3, s. 2
SOR/2002-1
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/2002-36
b
c
d
e
f
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.R., ch. F-4; L.C. 1993, ch. 3, art. 2
DORS/79-158; DORS/98-244
DORS/2002-1
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/2002-36
541
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-44
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE
(Sections 1, 5 and 7 to 10)
ANNEXE
(articles 1, 5 et 7 à 10)
LIMITS FOR PRODUCTION AND MARKETING OF
CHICKEN FOR THE PERIOD BEGINNING ON
FEBRUARY 27, 2011 AND ENDING
ON APRIL 23, 2011
LIMITES DE PRODUCTION ET DE COMMERCIALISATION
DU POULET POUR LA PÉRIODE COMMENÇANT LE
27 FÉVRIER 2011 ET SE TERMINANT
LE 23 AVRIL 2011
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Province
Production assujettie
aux contingents
fédéraux et provinciaux
(en poids vif)
(kg)
Production assujettie
aux contingents
fédéraux et provinciaux
d’expansion du marché
(en poids vif)
(kg)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Total
Ont.
Qc
N.-É.
N.-B
Man.
C.-B
Î.-P.-É
Sask.
Alb.
T.-N.-L.
Column 3
Column 1
Column 2
Item
Province
Production Subject to
Production Subject to Federal and Provincial
Federal and Provincial Market Development
Quotas (in live weight) Quotas (in live weight)
(kg)
(kg)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Total
Ont.
Que.
N.S.
N.B
Man.
B.C
P.E.I
Sask.
Alta.
Nfld. and Lab.
66,730,783
55,231,367
7,345,244
5,855,954
8,790,241
29,963,173
783,584
7,337,366
19,097,363
2,880,976
204,016,051
2,680,000
4,818,000
0
0
450,000
2,585,000
0
1,027,231
800,000
0
12,360,231
66 730 783
55 231 367
7 345 244
5 855 954
8 790 241
29 963 173
783 584
7 337 366
19 097 363
2 880 976
204 016 051
2 680 000
4 818 000
0
0
450 000
2 585 000
0
1 027 231
800 000
0
12 360 231
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Regulations.)
(Cette note ne fait pas partie du Règlement.)
The amendment sets the limits for the production and marketing of chicken for the period beginning on February 27, 2011, and
ending on April 23, 2011.
La modification vise à fixer les limites de production et de
commercialisation du poulet pour la période commençant le
27 février 2011 et se terminant le 23 avril 2011.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
542
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-45
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
Enregistrement
DORS/2011-45
February 17, 2011
Le 17 février 2011
CANADA GRAIN ACT
LOI SUR LES GRAINS DU CANADA
Regulations Amending the Canada Grain
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les grains
du Canada
P.C. 2011-243
C.P. 2011-243
February 17, 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to subsection 116(1)a of the Canada Grain Actb, hereby
approves the making of the annexed Regulations Amending the
Canada Grain Regulations by the Canadian Grain Commission.
Le 17 février 2011
The Canadian Grain Commission, pursuant to subsection 116(1)a
of the Canada Grain Actb, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Canada Grain Regulations.
Winnipeg, Manitoba, January 18, 2011
ELWIN HERMANSON
Chief Commissioner of the
Canadian Grain Commission
JIM SMOLIK
Assistant Chief Commissioner of the
Canadian Grain Commission
MURDOCH MACKAY
Commissioner of the
Canadian Grain Commission
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de
l’Agroalimentaire et en vertu du paragraphe 116(1)a de la Loi sur
les grains du Canadab, Son Excellence le Gouverneur général en
conseil approuve la prise du Règlement modifiant le Règlement
sur les grains du Canada, ci-après, par la Commission canadienne des grains.
En vertu du paragraphe 116(1)a de la Loi sur les grains du Canadab, la Commission canadienne des grains prend le Règlement
modifiant le Règlement sur les grains du Canada, ci-après.
Winnipeg (Manitoba), le 18 janvier 2011
La commissaire en chef de la
Commission canadienne des grains
ELWIN HERMANSON
Le commissaire en chef adjoint de la
Commission canadienne des grains
JIM SMOLIK
Le commissaire de la
Commission canadienne des grains
MURDOCH MACKAY
REGULATIONS AMENDING THE CANADA
GRAIN REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES GRAINS DU CANADA
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 30 of the Canada Grain Regulations is replaced
by the following:
30. The maximum shrinkage allowance that may be made on
the delivery of grain to any licensed elevator is zero.
2. Paragraph 60(1)(b) of the Regulations is replaced by the
following:
(b) supply to the Commission a report of the results of the
completed weigh-over on the appropriate form supplied by the
Commission or in an electronic format acceptable to it.
3. Schedule 4 to the Regulations is amended by replacing
the reference “(Section 9, subsections 33(1) and 39(1), section 44, subsection 45(2), paragraph 57(a), subsection 58(1),
paragraph 60(1)(b) and subsection 68(1))” after the heading
“SCHEDULE 4” with the reference “(Section 9, subsections 33(1) and 39(1), section 44, subsection 45(2), paragraph 57(a) and subsections 58(1) and 68(1))”.
4. Form 8 of Schedule 4 to the Regulations is repealed.
1. L’article 30 du Règlement sur les grains du Canada1 est
remplacé par ce qui suit :
30. La marge maximale de perte de poids qui peut être déduite
du grain livré à toute installation agréée est de zéro.
2. L’alinéa 60(1)b) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) fournir ensuite à la Commission un rapport sur la pesée de
contrôle établi sur la formule appropriée fournie par la Commission ou sur tout support qui lui convient.
3. La mention « (article 9, paragraphes 33(1) et 39(1), article 44, paragraphe 45(2), alinéa 57a), paragraphe 58(1), alinéa 60(1)b) et paragraphe 68(1)) » qui suit le titre « ANNEXE 4 », à l’annexe 4 du même règlement, est remplacée
par « (article 9, paragraphes 33(1) et 39(1), article 44, paragraphe 45(2), alinéa 57a) et paragraphes 58(1) et 68(1)) ».
———
———
a
a
1
b
1
S.C. 2001, c. 4, s. 89
R.S., c. G-10
C.R.C., c. 889; SOR/2000-213
4. La formule 8 de l’annexe 4 du même règlement est
abrogée.
b
1
L.C. 2001, ch. 4, art. 89
L.R., ch. G-10
C.R.C., ch. 889; DORS/2000-213
543
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force 30 days after the day
on which they are registered.
5. Le présent règlement entre en vigueur trente jours après
la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Shrinkage is defined in the Canada Grain Act (the Act) as “the
loss in weight of grain that occurs in the handling or treating of
grain.” This gross weight loss can be due to several factors, including loss of grain and dust during handling, transportation, and
processing, and loss of moisture during handling, storage, and
drying.
Dans la Loi sur les grains du Canada (la Loi), on définit la
perte de poids totale comme la « perte de poids des grains occasionnée par leur manutention ou traitement ». Une telle perte de
poids brut est causée par plusieurs facteurs, notamment la perte de
grain et de poussières durant la manutention, le transport et le
traitement, et la perte d’humidité durant la manutention, le stockage et le séchage.
À l’heure actuelle, différents types de titulaires de licence de la
Commission canadienne des grains (silos à grains et négociants
en grains) peuvent refiler la facture des pertes de poids aux producteurs. La Commission canadienne des grains (CCG) a établi la
marge maximale de perte de poids pour seulement deux types de
silo à grains (les silos primaires et terminaux agréés) permettant
ainsi aux deux autres types de silo (les silos de transbordement et
de transformation agréés) et aux négociants en grains de calculer
différentes déductions pour perte de poids. Les titulaires de licence autorisés à déduire la perte de poids en raison d’une diminution de la teneur en eau n’en font généralement pas mention et,
par conséquent, la plupart des producteurs ignorent tout de cette
pratique. Cette situation peut semer la confusion chez les producteurs lorsqu’ils livrent leurs grains vers différents types de silos
agréés, puisque les prix varient d’un endroit à l’autre.
De plus, à l’heure actuelle, les exploitants de silos primaires
agréés doivent effectuer des pesées de contrôle et communiquer
leurs résultats à la CCG. Une pesée de contrôle consiste en la
pesée et l’inspection de tout le grain contenu dans un silo en vue
de déterminer la quantité de grains entreposés. La CCG permet
aux titulaires d’une licence d’exploiter un silo primaire de transmettre les résultats des pesées de contrôle par l’entremise du
portail en ligne ou du formulaire papier fourni par la CCG; cependant, le règlement actuel ne prévoit pas la transmission de
rapports en ligne.
Currently, different types of Canadian Grain Commission licensees (grain elevators and grain dealers) can charge producers
different deductions for shrinkage. The Canadian Grain Commission (CGC) has set a maximum shrinkage allowance for two
types of grain elevators (licensed primary and licensed terminal
elevators) only, thus allowing the remaining two types of elevators (licensed process and licensed transfer elevators) and grain
dealers to charge different deductions for shrinkage. Licensees
that are permitted to deduct for shrinkage usually do not publicize
their shrinkage deductions and therefore they are often not known
by producers. This can create confusion for producers when they
deliver their grain to different types of licensees because they end
up receiving different prices.
In addition, currently, licensed primary elevators are required
to conduct weigh-overs and report their results to the CGC. A
weigh-over is the weighing and inspection of all grain in an elevator to determine the amount of grain in stock. The CGC allows
primary elevator licensees to report weigh-overs via an online
portal or via a paper form as supplied by the CGC; however, the
current Regulations do not allow for online reporting.
Objectives
• Increase grain price transparency for producers.
• Address producer and stakeholder concerns of an uneven
regulatory framework by creating a more level playing field
at the national level relating to the ability of some grain elevators to charge producers any amount of shrinkage deduction,
whereas others have a regulated maximum shrinkage
allowance.
• Align weigh-over reporting requirements in the Canada Grain
Regulations (the Regulations) with currently used electronic
reporting practices, further the CGC’s paper burden reduction
initiative and reduce paperwork burden for primary elevators.
544
Objectifs
• Accroître la transparence des prix du grain pour les
producteurs.
• Réagir aux préoccupations des producteurs et des intervenants
quant à l’irrégularité du cadre de réglementation en élaborant
des règles plus équitables à l’échelle nationale relatives à la
capacité de certaines installations de manutention du grain à
facturer tous les frais liés aux déductions pour perte de poids
alors que d’autres ont recours à une marge maximale de perte
de poids réglementée.
• Aligner les exigences de déclaration sur les pesées de contrôle
stipulées dans le Règlement sur les grains du Canada (le Règlement) avec les pratiques courantes de communication électronique, participer davantage à l’initiative de la CCG en matière d’allègement du fardeau de la paperasserie, et réduire le
fardeau de la paperasserie des silos primaires.
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
Description and rationale
Description et justification
Section 30 of the Regulations regulates the maximum shrinkage allowance that may be made on the delivery of grain to a
licensed primary or licensed terminal elevator and fixes it at
zero. This regulatory amendment will ensure that the maximum
shrinkage allowance applied to grain is the same regardless of the
type of elevator to which the grain is delivered. The maximum
shrinkage allowance for all four types of grain elevators will be
regulated.
The regulatory amendment is intended to increase grain price
transparency for producers by eliminating charges that are not
included on the elevator receipt, cash purchase ticket or schedule
of elevator tariffs. As a result, producers will be able to more
easily determine their final grain price. Ensuring that maximum
shrinkage allowances are the same regardless of elevator type will
also address producer and stakeholder concerns of an uneven
regulatory framework relating to the ability of licensed process
and transfer elevators to deduct shrinkage from producers,
whereas licensed terminal and primary elevators cannot.
L’article 30 du Règlement régit la marge maximale de perte de
poids pouvant être déclarée au moment de la livraison du grain
aux silos primaires et terminaux agréés et l’établit à zéro. On garantirait ainsi que la marge maximale de perte de poids qui
s’applique au grain est la même pour tous, peu importe le type
d’installation où le grain est livré. La marge maximale de perte de
poids pour les quatre types de silo sera réglementée.
Regulating shrinkage at all classes of elevators will not address
inconsistency issues with respect to grain dealers. However,
shrinkage deductions and price transparency are less of an issue
since most grain dealers purchase and deal in grain, but do not
take physical possession of grain directly. Since grain is not
physically changing hands, shrinkage does not occur, and a
shrinkage deduction is not needed. Furthermore, the Act does not
give the CGC the authority to regulate shrinkage at grain dealers.
The costs of regulating shrinkage at licensed process and transfer elevators are expected to be minimal for process and transfer
elevators as well as for producers because it is anticipated that
elevators will shift their shrinkage assessment into their schedule
of tariffs so that their tariffs reflect all of their handling costs.
The evidence shows that this occurred when the CGC fixed the
maximum shrinkage allowance at primary elevators at zero on
August 1, 2003, as the estimated tariff at primary elevators increased by 10% between 2003 and 2008. As a result, grain prices
will become more transparent to producers, yet it will likely not
cost process and transfer elevators anything. The regulatory
amendment is not designed to change costs or savings for stakeholders but rather is proposed to increase price transparency for
producers and consistency amongst licensees.
In addition, the CGC is introducing a housekeeping amendment
to require elevator licensees to report the results of their weighovers on the appropriate form supplied by the Commission or in
an electronic format acceptable to it and eliminate the paper form
from the Regulations. This is consistent with current practice as
well as with the Government of Canada’s paper burden reduction
initiative. Currently, only 1 of 316 licensed primary elevators uses
the paper form.
The amendment to reduce the use of paper form for reporting
weigh-overs will have a minimal savings impact for licensed primary elevators because they will no longer be required to produce
paper forms and return them to the CGC by mail or fax.
La modification réglementaire a pour but d’accroître la transparence des prix du grain pour les producteurs en éliminant les frais
qui ne sont pas inscrits sur le récépissé, le bon de paiement ou le
barème des tarifs du silo. Ainsi, les producteurs seront en mesure
de déterminer avec plus de facilité le prix final de leur grain. En
s’assurant que les marges maximales de perte de poids sont les
mêmes peu importe le type d’installation, on peut également réagir aux préoccupations des producteurs et des intervenants quant
à l’irrégularité du cadre de réglementation se rapportant à la capacité des silos de transformation et de transbordement agréés de
facturer les pertes de poids aux producteurs alors que les silos
primaires et terminaux agréés ne peuvent le faire.
Une réglementation relative à la perte de poids qui s’adresse à
tous les types de silos ne résoudra pas les problèmes d’incohérence
qui se rapportent aux négociants en grains. Cependant, les déductions pour perte de poids et la transparence des prix sont moindres
puisque la plupart des négociants en grains effectuent des achats
et des négociations relatives au grain, mais ils ne prennent pas
possession de ces grains de façon concrète. Le grain n’étant pas
concrètement échangé, il n’y a donc aucune perte, et il n’est pas
nécessaire d’avoir recours aux déductions pour perte de poids. De
plus, la Loi ne permet pas à la CCG de réglementer la perte de
poids chez les négociants en grains.
Les frais relatifs à la réglementation sur la perte de poids aux
silos de transformation et de transbordement agréés devraient être
minimes pour ces silos de même que pour les producteurs; il est
prévu que les silos intégreront leur évaluation de perte de poids
dans leur barème des tarifs de façon à ce que leurs tarifs tiennent
compte de tous leurs frais de manutention. Il a été démontré que
cela s’est produit le 1er août 2003, lorsque la CCG a établi la perte
de poids aux silos primaires à zéro, alors que le tarif estimatif de
ces silos a augmenté de 10 % de 2003 à 2008. Par conséquent, les
prix des grains se voudront plus transparents pour les producteurs
sans pour autant accroître les frais encourus par les silos de transformation et de transbordement. La modification réglementaire ne
vise pas à changer les coûts ou les économies des intervenants,
mais plutôt à augmenter la transparence des prix pour les producteurs et à favoriser l’uniformité chez les titulaires de licence.
En outre, la CCG présente une modification de régie interne
pour que les silos agréés communiquent les résultats de leurs pesées de contrôle en utilisant le formulaire approprié fourni par la
Commission ou en ayant recours au format électronique acceptable et ainsi éliminer le formulaire papier du Règlement. Cette
modification est conforme aux pratiques actuelles de même qu’à
l’Initiative d’allègement du fardeau de la paperasserie du gouvernement du Canada. Actuellement, un seul des 316 silos primaires
agréés utilise le formulaire papier.
La modification visant à réduire l’utilisation de formulaires papier pour transmettre les résultats des pesées permettra aux silos
primaires agréés de réaliser de petites économies, puisqu’ils
n’auront plus à produire des formulaires papier et à les retourner à
la CCG par la poste ou par télécopieur.
545
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
Consultation
Consultation
Initial consultations
Consultations initiales
In July 2009, a consultation document regarding the proposal
to regulate the maximum shrinkage allowance to zero at licensed
process and transfer elevators was emailed to 59 stakeholder organizations and 180 CGC licensees. The consultation document
was also posted on the CGC’s external Web site as well as Service Canada’s consultation Web site. The CGC gave stakeholders
over 100 days to provide their comments regarding the proposal.
En juillet 2009, un document de consultation concernant la
proposition de fixer la marge maximale de perte de poids à zéro
aux silos de transformation et de transbordement agréés a été
envoyé par courriel à 59 organisations participantes et à 180 titulaires de licence de la CCG. Le document de consultation a aussi
été affiché sur le site Web externe de la CCG, de même que sur le
site Web de consultation de Service Canada. La CCG a accordé
plus de 100 jours aux intervenants pour présenter leurs commentaires au sujet de la proposition.
La CCG a reçu 28 réponses formelles de la part des intervenants (sept associations de producteurs, un producteur, 19 organisations œuvrant dans l’industrie céréalière et une administration
provinciale). Douze des 28 réponses soutenaient la proposition de
la CCG de fixer la marge maximale de perte de poids à zéro aux
silos de transformation et de transbordement agréés, et 16 s’y
opposaient. Bien que l’opposition soit majoritaire, la plupart des
intervenants qui ont opté pour le changement (essentiellement des
producteurs et des associations de producteurs) représentent des
milliers de producteurs chacun.
La majorité des producteurs et des associations de producteurs
ont présenté des commentaires indiquant leur accord avec les
changements proposés par la CCG. Ils soulignent que les producteurs ne devraient pas être tenus responsables des frais engagés
par la perte de poids à la suite de la livraison du grain à une installation puisqu’elle peut contrôler, dans une certaine mesure, le
montant des pertes occasionnées à la suite de la livraison en ayant
recours à des pratiques de manutention rigoureuses et à un équipement adéquat, alors que les producteurs ne peuvent contrôler
l’état du grain une fois livré. Toutefois, la plupart des acheteurs
de grains se sont opposés au fait d’établir la marge maximale pour
perte de poids à zéro; ils affirment que puisque la perte de poids
existe, ils devraient avoir le droit d’appliquer des déductions pour
perte de poids. La CCG s’entend pour dire que les pertes sont
réelles; toutefois, les installations peuvent, dans une certaine mesure, contrôler le volume des pertes du grain reçu alors que les
producteurs n’ont plus aucun contrôle.
Une seule association de producteurs n’était pas favorable aux
modifications proposées par la CCG et a suggéré que les marges
maximales pour perte de poids soient éliminées pour tous les types de silos afin de permettre aux producteurs d’évaluer les offres
concurrentielles des différents silos, y compris les déductions
pour perte de poids. Plusieurs acheteurs de grains, notamment les
titulaires de licence, ont également suggéré à la CCG de déréglementer les marges de perte de poids des silos. Cette proposition a
été vivement contestée par la grande majorité des producteurs. Au
fil des années, les producteurs ont indiqué à la CCG que si les
silos étaient autorisés à déduire les pertes de poids, il s’agirait
alors d’une norme de l’industrie et il leur serait très difficile de
négocier les déductions pour perte de poids avec les silos.
Un intervenant a suggéré que la CCG, en collaboration avec
l’industrie, devrait entreprendre une étude en vue de déterminer
les pertes réelles et ensuite établir des marges maximales de perte
de poids en conséquence. La CCG a mené de telles études en
1993 et en 2003 et a constaté que les résultats varient grandement
d’un silo à l’autre et, au fil du temps, les résultats peuvent même
varier au sein du même silo. C’est pourquoi il est difficile de produire des résultats concrets et solides.
The CGC received 28 formal responses from stakeholders
(seven producer organizations, one producer, 19 grain industry
organizations, and one provincial government). Twelve of the
28 responses were supportive of the CGC’s proposal to regulate
the maximum shrinkage allowance to zero at licensed process and
transfer elevators, and 16 of the responses were opposed. While
there were more responses from those opposed to the proposed
shrinkage change, most of those who supported the proposed
change (mainly producers and producer organizations) represented thousands of producers each.
The producer and producer organization comments were
mostly supportive of the CGC’s proposed changes. They submitted that producers should not be responsible for shrinkage costs
once they have delivered grain to an elevator because elevators
can control, to some degree, the amount of shrinkage that occurs
after delivery by using careful handling practices and efficient
equipment, while producers cannot control what happens to the
grain once they have delivered it. However, most grain buyers
opposed regulating maximum shrinkage allowances to zero because they think that since shrinkage exists, they should be allowed to apply deductions for shrinkage. The CGC does not dispute the fact that shrinkage occurs; however, once the grain has
been delivered to an elevator, the elevator can control some of
their shrinkage losses, whereas producers no longer control the
grain.
Only one producer organization was not supportive of the
CGC’s proposed changes and suggested that maximum shrinkage
allowances should be eliminated for all types of elevators because
producers could assess competitive bids from different elevators
including shrinkage deductions. Several grain buyers, including
licensees, also suggested that the CGC deregulate elevator shrinkage allowances. That proposal has been strongly opposed by the
vast majority of producers. The CGC has heard from producers
over the years that if elevators were permitted to deduct shrinkage
it would become an industry standard and would be very difficult
for them to negotiate shrinkage deductions with elevators.
One stakeholder suggested that the CGC should undertake a
study in collaboration with the industry to determine actual
shrinkage and set maximum shrinkage levels accordingly. The
CGC conducted these types of studies in 1993 and 2003 and
found that results often vary significantly from elevator to elevator and even within elevators over time, making it very difficult to
produce concrete, robust findings.
546
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
Some of the transfer elevators in Ontario were opposed to the
proposal because they operate in a different jurisdiction from their
primary elevator counterparts. Primary elevators in Ontario are
licensed under provincial legislation whereas terminal and transfer elevators across the country and primary and process elevators
in western Canada fall under federal jurisdiction (i.e. under the
Canada Grain Act). The transfer elevators in Ontario noted that
shrinkage is not regulated at primary elevators in Ontario. However, regulating shrinkage to zero at transfer elevators would
make the overall playing field more level at a national basis.
Upon stakeholder request, the CGC met with some of the grain
buyers to further discuss the CGC’s proposed changes to regulate
shrinkage to zero at process and transfer elevators. The grain buyers continued to favour either being allowed to deduct for shrinkage or having shrinkage deregulated. However, they acknowledged that if the CGC is going to regulate shrinkage, they prefer
that all types of elevators are treated equally.
The CGC carefully reviewed and considered all of the comments received regarding the proposed changes. The proposal to
regulate shrinkage to zero at all types of elevators would ensure a
more consistent, transparent industry by requiring that all federally licensed elevators be subject to the same regulations regarding shrinkage deductions. Therefore, no changes were made to the
regulatory amendment as a result of the comments received during consultations.
The amendment to require primary elevator licensees to report
the results of their weigh-overs on the appropriate form supplied
by the Commission or in an electronic format acceptable to it is
not anticipated to impact current practice. All but one primary
elevator have been submitting their weigh-over reports electronically since 2002. The amendment is administrative in nature and
will bring the Regulations in line with current practice; therefore,
the CGC did not consult on this administrative amendment.
En Ontario, certains silos de transbordement s’étaient opposés
à la proposition parce qu’ils opéraient dans des juridictions différentes de celles de leurs silos primaires homologues. Les silos
primaires de l’Ontario relèvent de la juridiction provinciale, alors
que les silos terminaux et de transbordement de l’ensemble du
pays et les silos primaires et de transformation de l’Ouest canadien relèvent de la juridiction fédérale (en vertu de la Loi sur les
grains du Canada). Les silos de transbordement de l’Ontario ont
noté que les pertes ne sont pas réglementées aux silos primaires
de l’Ontario. Cependant, le fait de réglementer à zéro la marge
maximale de perte de poids qui peut être déduite du grain livré à
un silo de transbordement rendrait l’ensemble des règles plus
équitables à l’échelle nationale.
À la demande des intervenants, la CCG a rencontré certains
acheteurs de grains pour discuter davantage de modifications
proposées qui visent à établir la marge maximale de perte de
poids aux silos de transformation et de transbordement à zéro. Les
acheteurs de grains sont toujours en faveur de l’imposition de
déductions pour la perte de poids ou pour la déréglementation des
pertes. Toutefois, ils ont reconnu que si la CCG décide de réglementer les pertes de poids, tous les types de silos devront être
traités équitablement.
La CCG a examiné attentivement les commentaires reçus au
sujet des changements proposés. La proposition visant à fixer à
zéro la perte de poids pour tous les types de silos permettrait de
garantir une plus grande cohérence et une plus grande transparence au sein de l’industrie en exigeant des silos agréés à l’échelle
fédérale de respecter le même règlement concernant les déductions pour perte de poids. Par conséquent, en raison des commentaires fournis dans le cadre des consultations, aucun changement
n’a été apporté à la modification réglementaire.
La modification visant à exiger aux exploitants de silos primaires agréés de communiquer les résultats de leurs pesées de
contrôle au moyen du formulaire approprié fourni par la Commission ou du format électronique acceptable ne devrait pas avoir de
conséquences sur la pratique actuelle. Depuis 2002, tous les silos
primaires, à l’exception d’un seul, soumettent leurs rapports de
pesée de contrôle au moyen du format électronique. Cette modification est d’ordre administratif et harmonisera le Règlement à la
pratique actuelle; par conséquent, la CCG n’a consulté personne
au sujet de cette modification administrative.
Pre-publication comments
Commentaires de publication préalable
This regulatory amendment was pre-published in the Canada
Gazette, Part I, on July 3, 2010, for 15 days and two submissions
were received. One of the submissions was from the Canadian
Canola Growers Association (CCGA), a producer organization
representing tens of thousands of farmers, and the other was from
the Western Grain Elevator Association (WGEA), an industry
organization representing seven grain companies operating in
Canada.
Cette modification réglementaire a été publiée préalablement
dans la Partie I de la Gazette du Canada du 3 juillet 2010, et ce,
pendant 15 jours. Deux soumissions ont été reçues. L’une d’entre
elles provenait de la Canadian Canola Growers Association
(CCGA), une association de producteurs représentant des dizaines
de milliers de producteurs agricoles, et l’autre provenait de la
Western Grain Elevator Association (WGEA), une organisation
de l’industrie représentant sept entreprises céréalières actives au
Canada.
La CCGA approuve la modification réglementaire de la CCG
visant à établir la marge maximale de perte de poids à zéro pour
tous les types de grain aux silos de transformation et aux silos de
transbordement. Elle a fait part de ses préoccupations concernant
le manque de cohérence des règlements relatifs à la perte de poids
aux silos primaires et aux silos de transformation et à la confusion
qui en découle. La CCGA a également noté que les producteurs
ne devraient pas être tenus responsables des pertes de poids une
fois qu’ils ont livré le grain puisqu’ils n’ont plus de contrôle sur
celui-ci. En conclusion, la CCGA incite la CCG à adopter la modification réglementaire le plus rapidement possible.
The CCGA supported the CGC’s regulatory amendment to set
the maximum shrinkage allowance for all types of grain at both
process and transfer elevators to zero. The CCGA expressed their
concern for the lack of consistency between shrinkage regulations
at primary and process elevators and the confusion that this
creates. The CCGA also noted that producers should not be responsible for shrinkage once they have delivered grain since they
cannot control what happens to it once delivered. The CCGA
concluded by urging the CGC to proceed with the regulatory
amendment as quickly as possible.
547
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
The WGEA opposed the regulatory amendment to regulate the
maximum shrinkage allowance to zero for licensed process and
transfer elevators. The WGEA stated that the regulation goes
beyond the CGC’s legal authority to regulate shrinkage allowances. The CGC maintains that the regulatory amendment and the
current regulation with respect to shrinkage allowance are within
the statutory authority provided by the Act.
The WGEA claimed that statements in the Regulatory Impact
Analysis Statement regarding “grain price transparency” were
inaccurate and misleading. The regulatory amendment is intended
to achieve greater grain price transparency. For greater clarity, the
reference to grain price transparency does not refer solely to the
price per tonne (or bushel). The reference to grain price transparency refers to how a shrinkage deduction will affect the ultimate
amount of money that the producer will receive for their entire
delivery of grain when taking into account the price per tonne,
tariffs, volume of grain paid for, and any other deduction, such as
shrinkage. Fixing the shrinkage allowance at zero improves grain
price transparency because producers will only need to consider
the price of the grain and the deducted tariffs to determine the
ultimate amount they will be paid for their entire delivery of grain.
With this amendment, non-advertised shrinkage deductions are
one less factor that producers consider when deciding where to
deliver their grain, thus making the transaction more transparent.
The WGEA suggested that the CGC is providing instructions to
include the shrinkage assessment in grain companies’ tariffs. The
CGC is not providing guidance to grain companies regarding
including shrinkage assessments in tariffs, nor is the CGC regulating maximum tariff levels. The CGC simply believes, based on
previous experience, that it is likely that licensed elevators will
adjust their schedules of tariffs and/or reduce their grain prices so
that their tariffs and grain prices reflect all of their handling costs.
As noted in the description and rationale sections above, evidence
suggests that this occurred for the shrinkage regulation enacted in
2003 where the estimated tariff at primary elevators increased by
10% between 2003 and 2008.
The WGEA reiterated that the CGC should conduct a study to
determine actual shrinkage levels. The CGC maintains that any
study to determine actual shrinkage levels at elevators would not
produce consistent, concrete, robust findings, due to the nature of
shrinkage. Shrinkage varies from elevator to elevator and also
varies from year to year in the same elevator.
The WGEA also raised concerns regarding whether the relevant regulatory requirements were properly followed. This regulatory amendment was developed following the Cabinet Directive
on Streamlining Regulations requirements.
The CGC has carefully considered all of the comments received and has also responded to stakeholders individually
through written response. The CGC has determined that no
changes to the regulatory amendments are warranted given that
they will increase grain price transparency and address producer
and stakeholder concerns of an uneven regulatory framework by
creating a more level playing field regarding the ability of some
548
La WGEA s’oppose à la modification réglementaire visant à
établir la marge maximale de perte de poids à zéro pour les silos
de transformation et de transbordement agréés. Elle affirme que la
réglementation va au-delà de l’autorisation légale de la CCG
concernant la réglementation des marges de perte de poids. La
CCG maintient que l’application de la modification réglementaire
et de la réglementation actuelle relativement à la marge de perte
de poids est un pouvoir qui lui est conféré par la Loi.
La WGEA mentionne que les énoncés présentés dans le REIR
concernant la « transparence des prix du grain » étaient inexacts
et trompeurs. La modification réglementaire a pour but d’atteindre
une plus grande transparence des prix du grain. Par souci de clarté, la référence à la transparence des prix du grain ne renvoie pas
seulement au prix par tonne (ou boisseau). Elle se rapporte à la
façon dont la déduction pour perte de poids influencera le montant final que le producteur recevra pour la livraison de son grain
en tenant compte du prix par tonne, des tarifs, du volume de grain
pour lequel le paiement a été effectué et de toute autre déduction
comme celle pour la perte de poids. L’établissement de la marge
de perte de poids à zéro accroît la transparence des prix du grain
parce que les producteurs devront seulement prendre en considération le prix du grain et les tarifs déduits en vue de déterminer le
montant total qu’ils recevront pour la livraison de leur grain.
Grâce à cette modification, les déductions pour perte de poids non
annoncées représentent un facteur de moins à considérer par les
producteurs lorsqu’ils décident de l’endroit où livrer leur grain,
rendant ainsi les transactions plus transparentes.
La WGEA suggère à la CCG de fournir des directives sur la façon d’inclure l’évaluation de perte de poids dans les tarifs des
entreprises céréalières. La CCG n’oriente pas les entreprises céréalières sur la façon d’inclure les évaluations de perte de poids
dans les tarifs puisqu’il s’agit des niveaux tarifaires maximums de
la CCG. Elle croit simplement, en s’appuyant sur les expériences
passées, qu’il est probable que les silos agréés ajouteront leur
évaluation de perte de poids dans leur barème de tarifs et qu’ils
réduiront le prix de leur grain pour qu’ainsi leurs tarifs et les prix
du grain tiennent compte de tous leurs frais de manutention. Tel
qu’il a été mentionné dans la section Description et justification
ci-dessus, les faits montrent que cette situation s’est produite pour
la réglementation sur la perte de poids décrétée en 2003 alors que
les tarifs estimatifs des silos primaires ont augmenté de 10 % de
2003 à 2008.
La WGEA a réitéré que la CCG devrait mener une étude afin
de déterminer quels sont les niveaux réels de perte de poids. La
CCG soutient que toute étude visant à déterminer les niveaux
réels de perte de poids aux silos ne pourrait fournir des conclusions cohérentes, concrètes et solides en raison de la nature des
pertes. Les pertes varient d’un silo à l’autre et aussi d’une année à
l’autre pour le même silo.
La WGEA a également fait part de ses préoccupations à savoir
si les modifications réglementaires pertinentes étaient appliquées
adéquatement. Cette modification réglementaire a été élaborée
conformément aux exigences de la Directive du Cabinet sur la
rationalisation de la réglementation.
La CGC a pris connaissance de tous les commentaires reçus et
a répondu par écrit aux intervenants de façon individuelle. Elle a
déterminé qu’aucun changement aux modifications réglementaires n’était justifié étant donné qu’elles accroîtront la transparence
des prix du grain et qu’elles répondront aux préoccupations des
producteurs et des intervenants quant à l’irrégularité du cadre de
réglementation en élaborant des règles plus équitables concernant
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-45
grain elevators to apply deductions of any amount for shrinkage,
whereas others have a regulated maximum shrinkage allowance.
la capacité de certains silos à appliquer les déductions de tout
montant pour perte de poids alors que d’autres ont recours à une
marge maximale de perte de poids réglementée.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The regulatory amendments limit the amount of shrinkage licensed process and transfer elevators can deduct from producers
at zero. The CGC anticipates that all process and transfer elevators will comply as licensed primary elevators did in 2003 when
the maximum shrinkage allowance was fixed at zero at primary
elevators. The CGC has a variety of means to enforce this regulatory change, including the power to suspend a licence in response
to failure to comply with the Act or Regulations.
Les modifications réglementaires limitent à zéro le montant
pour perte de poids que les exploitants de silos de transformation
et de silos de transbordement agréés peuvent déduire aux producteurs. La CCG s’attend à ce que tous les silos de transformation et
tous les silos de transbordement se conforment à ce règlement
comme l’ont fait les silos primaires agréés en 2003 lorsque la
marge maximale de perte de poids a été fixée à zéro. La CCG a
recours à une variété de moyens pour mettre à exécution cette
modification réglementaire, y compris le pouvoir de suspendre
une licence à la suite d’une omission de se conformer à la Loi ou
au Règlement.
Avec l’entrée en vigueur de la modification concernant la pesée
et la réduction des formalités administratives, les exploitants de
silos primaires agréés devront communiquer les résultats de leurs
pesées de contrôle au moyen du formulaire approprié fourni par la
Commission ou du format électronique.
Avant l’entrée en vigueur du Règlement, la CCG informera
tous les titulaires de licences et les intervenants de sa décision
d’établir la marge maximale de perte de poids aux silos de transformation et aux silos de transbordement agréés à zéro en communiquant directement par écrit avec les titulaires de licence et en
émettant un communiqué de presse à l’intention des intervenants.
La CCG examinera toutes les plaintes adressées par les producteurs au sujet des déductions pour perte de poids aux silos agréés
et celles-ci feront l’objet d’une enquête.
With the coming into force of the amendment regarding weighovers and paper burden reduction, primary elevator licensees will
be required to report the results of their weigh-overs on the appropriate form supplied by the CGC or in an electronic format
acceptable to it.
The CGC will notify all licensees and stakeholders of the
CGC’s decision to extend the maximum shrinkage allowance of
zero to licensed process and transfer elevators by issuing letters
directly to licensees and a news release to all stakeholders prior to
the Regulations’ coming into force. The CGC will review and
investigate any producer complaints received regarding shrinkage
deductions at licensed elevators.
Contact
Personne-ressource
Eve Froehlich
Policy Analyst
Corporate Services
Canadian Grain Commission
600-303 Main Street
Winnipeg, Manitoba
R3C 3G8
Telephone: 204-983-6394
Fax: 204-983-4654
Email: eve.froehlich@grainscanada.gc.ca
Eve Froehlich
Analyste de politiques
Services à l’organisme
Commission canadienne des grains
303, rue Main, bureau 600
Winnipeg (Manitoba)
R3C 3G8
Téléphone : 204-983-6394
Télécopieur : 204-983-4654
Courriel : eve.froehlich@grainscanada.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
549
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-46
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
February 17, 2011
Enregistrement
DORS/2011-46
Le 17 février 2011
PILOTAGE ACT
LOI SUR LE PILOTAGE
Regulations Amending the Atlantic Pilotage Tariff
Regulations, 1996
Règlement modifiant le Règlement sur le tarif de
l’Administration de pilotage de l’Atlantique, 1996
P.C. 2011-244
C.P. 2011-244
February 17, 2011
Le 17 février 2011
RESOLUTION
RÉSOLUTION
Whereas the Atlantic Pilotage Authority, pursuant to subsection 34(1)a of the Pilotage Actb, published a copy of the proposed
Regulations Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations,
1996, in the annexed form, in the Canada Gazette, Part I, on November 27, 2010;
Attendu que, conformément au paragraphe 34(1)a de la Loi sur
le pilotageb, l’Administration de pilotage de l’Atlantique a publié
dans la Gazette du Canada Partie I, le 27 novembre 2010, le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement sur le
tarif de l’Administration de pilotage de l’Atlantique, 1996, conforme au texte ci-après,
À ces causes, en vertu du paragraphe 33(1) de la Loi sur le pilotageb, l’Administration de pilotage de l’Atlantique prend le
Règlement modifiant le Règlement sur le tarif de l’Administration
de pilotage de l’Atlantique, 1996, ci-après.
Halifax, le 4 janvier 2011
Le premier dirigeant de l’Administration de
pilotage de l’Atlantique
CAPITAINE R. A. MCGUINNESS
Sur recommandation du ministre des Transports et en vertu du
paragraphe 33(1) de la Loi sur le pilotageb, Son Excellence le
Gouverneur général en conseil approuve le Règlement modifiant
le Règlement sur le tarif de l’Administration de pilotage de l’Atlantique, 1996, ci-après, pris par l’Administration de pilotage de
l’Atlantique.
Therefore, the Atlantic Pilotage Authority, pursuant to subsection 33(1) of the Pilotage Actb, hereby makes the annexed Regulations Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996.
Halifax, January 4, 2011
CAPTAIN R. A. MCGUINNESS
Chief Executive Officer
Atlantic Pilotage Authority
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, pursuant to subsection 33(1) of the Pilotage Actb, hereby approves the annexed
Regulations Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations,
1996, made by the Atlantic Pilotage Authority.
REGULATIONS AMENDING THE ATLANTIC
PILOTAGE TARIFF REGULATIONS, 1996
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LE TARIF DE L’ADMINISTRATION DE
PILOTAGE DE L’ATLANTIQUE, 1996
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 4.1 of the Atlantic Pilotage Tariff Regulations,
19961 is replaced by the following:
4.1 In addition to the charges payable under section 4, a pilot
boat replacement surcharge is payable until December 31, 2011 in
accordance with Schedules 2, 4 and 5.
1. L’article 4.1 du Règlement sur le tarif de l’Administration
de pilotage de l’Atlantique, 19961 est remplacé par ce qui suit :
4.1 Un droit supplémentaire pour le remplacement d’un bateaupilote est à payer jusqu’au 31 décembre 2011, conformément aux
annexes 2, 4 et 5 en plus des droits à payer en application de
l’article 4.
2. La division 5b)(ii)(A) du même règlement est remplacée
par ce qui suit :
(A) la plus élevée des valeurs suivantes, soit le produit de
l’unité de pilotage par le droit unitaire prévu à la colonne 3, soit le produit de la jauge brute par un droit de
tonnage de 0,01375 $ par jauge brute,
2. Clause 5(b)(ii)(A) of the Regulations is replaced by the
following:
(A) the greater of the product obtained by multiplying the
pilotage unit by the unit charge set out in column 3 of that
item, and the product obtained by multiplying the gross
tonnage by a tonnage charge of $0.01375 per gross ton,
and
———
———
a
a
b
1
S.C. 1998, c. 10, s. 150
R.S., c. P-14
SOR/95-586
550
b
1
L.C. 1998, ch. 10, art. 150
L.R., ch. P-14
DORS/95-586
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
3. Subclause 8(b)(ii)(B)(I) of the Regulations is replaced by
the following:
(I) the greater of the product obtained by multiplying the
pilotage unit by the unit charge set out in column 4 of that
item, and the product obtained by multiplying the gross
tonnage by a tonnage charge of $0.01375 per gross ton,
and
4. The portion of item 9 of Schedule 2 to the Regulations in
columns 2 to 4 is replaced by the following:
Item
9.
Column 2
Column 3
Column 4
Minimum Charge ($)
Unit Charge ($)
Basic Charge ($)
1,811.00
5.26
883.00
5. The portion of items 11 and 12 of Schedule 2 to the Regulations in columns 2 to 4 is replaced by the following:
3. La subdivision 8b)(ii)(B)(I) du même règlement est remplacée par ce qui suit :
(I) la plus élevée des valeurs suivantes, soit le produit
de l’unité de pilotage par le droit unitaire prévu à la colonne 4, soit le produit de la jauge brute par un droit de
tonnage de 0,01375 $ par jauge brute,
4. Le passage de l’article 9 de l’annexe 2 du même règlement figurant dans les colonnes 2 à 4 est remplacé par ce qui
suit :
Colonne 2
Article
9.
Colonne 3
Colonne 4
Droit minimum ($)
Droit unitaire ($)
Droit forfaitaire ($)
1 811,00
5,26
883,00
5. Le passage des articles 11 et 12 de l’annexe 2 du même
règlement figurant dans les colonnes 2 à 4 est remplacé par ce
qui suit :
Column 2
Column 3
Column 4
Item
Minimum Charge ($)
Unit Charge ($)
Basic Charge ($)
Article
Droit minimum ($)
Droit unitaire ($)
Droit forfaitaire ($)
11.
12.
1,230.00
1,181.00
3.05
2.25
986.00
477.00
11.
12.
1 230,00
1 181,00
3,05
2,25
986,00
477,00
6. The portion of item 2 of Schedule 3 to the Regulations in
column 3 is replaced by the following:
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
6. Le passage de l’article 2 de l’annexe 3 du même règlement figurant dans la colonne 3 est remplacé par ce qui suit :
Column 3
Colonne 3
Item
Flat Charge, Pilot Boat Used ($)
Article
Droit fixe avec bateau-pilote ($)
2.
1,516.00
2.
1 516,00
7. The portion of item 9 of Schedule 4 to the Regulations in
columns 3 to 7 is replaced by the following:
7. Le passage de l’article 9 de l’annexe 4 du même règlement figurant dans les colonnes 3 à 7 est remplacé par ce qui
suit :
Column 3
Column 4
Column 5
Column 6
Column 7
Colonne 3
Item
Minimum
Charge ($)
Unit
Charge,
No Pilot
Boat
Used ($)
Basic
Charge,
No Pilot
Boat
Used ($)
Unit
Charge,
Pilot Boat
Used ($)
Basic
Charge,
Pilot Boat
Used ($)
9.
1,630.00
4.21
706.00
4.73
795.00
8. The portion of items 11 and 12 of Schedule 4 to the Regulations in columns 3 to 7 is replaced by the following:
Colonne 5
Colonne 6
Colonne 7
Article
Droit
unitaire
sans
Droit
bateauminimum ($) pilote ($)
Droit
forfaitaire
sans
bateaupilote ($)
Droit
unitaire
avec
bateaupilote ($)
Droit
forfaitaire
avec
bateaupilote ($)
9.
1 630,00
706,00
4,73
795,00
4,21
8. Le passage des articles 11 et 12 de l’annexe 4 du même
règlement figurant dans les colonnes 3 à 7 est remplacé par ce
qui suit :
Colonne 5
Colonne 6
Colonne 7
Article
Droit
unitaire
sans
bateauDroit
minimum ($) pilote ($)
Droit
forfaitaire
sans
bateaupilote ($)
Droit
unitaire
avec
bateaupilote ($)
Droit
forfaitaire
avec
bateaupilote ($)
11.
12.
1 107,00
1 063,00
789,00
382,00
2,75
2,03
887,00
429,00
Column 3
Column 4
Column 5
Column 6
Column 7
Colonne 3
Item
Minimum
Charge ($)
Unit
Charge,
No Pilot
Boat
Used ($)
Basic
Charge,
No Pilot
Boat
Used ($)
Unit
Charge,
Pilot Boat
Used ($)
Basic
Charge,
Pilot Boat
Used ($)
11.
12.
1,107.00
1,063.00
2.44
1.80
789.00
382.00
2.75
2.03
887.00
429.00
9. Schedule 5 to the Regulations is replaced by the Schedule 5 set out in the schedule to these Regulations.
Colonne 4
Colonne 4
2,44
1,80
9. L’annexe 5 du même règlement est remplacée par l’annexe 5 figurant à l’annexe du présent règlement.
551
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
10. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
10. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 9)
SCHEDULE 5
(Sections 4.1 and 8)
SAINT JOHN COMPULSORY PILOTAGE AREA — TRIPS AND MOVAGES
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Column 5
Column 6
Column 7
Average Fuel
Consumption (litres)
75
75
n/a
n/a
Item
Trip or Movage
Flat Charge ($)
Minimum Charge ($) Unit Charge ($)
Basic Charge ($)
Pilot Boat
Replacement
Surcharge ($)
1.
2.
3.
4.
One-way trip
Movage with pilot boat
Movage without pilot boat
Trip through
n/a
n/a
n/a
918.00
1,071.00
964.00
964.00
n/a
483.00
435.00
386.00
n/a
100.00
100.00
n/a
100.00
3.36
3.02
2.69
n/a
ANNEXE
(article 9)
ANNEXE 5
(articles 4.1 et 8)
ZONE DE PILOTAGE OBLIGATOIRE DE SAINT JOHN — VOYAGES ET DÉPLACEMENTS
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Colonne 5
Colonne 6
Colonne 7
Consommation
moyenne de
carburant (litres)
Article
Voyage ou déplacement
Droit fixe ($)
Droit minimum ($)
Droit unitaire ($) Droit forfaitaire ($)
Droit
supplémentaire
pour le
remplacement d’un
bateau-pilote ($)
1.
2.
Voyage simple
Déplacement avec bateaupilote
Déplacement sans bateaupilote
Voyage via la zone de
pilotage obligatoire
S/O
S/O
1 071,00
964,00
3,36
3,02
483,00
435,00
100,00
100,00
75
75
S/O
964,00
2,69
386,00
S/O
S/O
918,00
S/O
S/O
S/O
100,00
S/O
3.
4.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Atlantic Pilotage Authority (the Authority) is responsible
for administering, in the interests of safety, an efficient pilotage
service within the Canadian waters in and around the Atlantic
Provinces. As required by the Pilotage Act, the Authority prescribes tariffs of pilotage charges that are fair and reasonable
and consistent with providing revenues sufficient to permit the
L’Administration de pilotage de l’Atlantique (l’Administration)
est chargée de gérer, dans l’intérêt de la sécurité, un service de
pilotage efficace dans les eaux canadiennes des provinces de
l’Atlantique et dans les eaux limitrophes. Comme l’exige la Loi
sur le pilotage, l’Administration prescrit des tarifs liés aux droits
de pilotage qui sont équitables et raisonnables et qui permettent
552
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
Authority to operate on a self-sustaining financial basis. In accordance with recommendations from the Canadian Transportation
Agency (the CTA) and its customers, the Authority strives to be
financially self-sufficient on a port-by-port basis, as well as for
the Authority as a whole. The Authority is responsible for
17 compulsory pilotage areas, and additional non-compulsory
areas in which a pilot may be provided at the request of a ship.
The objective of this regulatory amendment is to increase pilotage charges in certain compulsory areas in order to
• maintain the ability of the Authority to meet its mandate to
operate, in the interest of safety, an efficient pilotage service
within the Atlantic region;
• help ensure the long-term financial self-sustainability of the
Authority as a whole;
• help ensure the long-term financial self-sustainability of each
port individually; and
• be mindful of the economic realities of the region by ensuring that the tariff increases are within the ability of the shipping industry to absorb while allowing the ports to remain
competitive.
de tirer des revenus suffisants pour faire en sorte que l’Administration puisse mener ses activités en bénéficiant d’un financement
autonome. Conformément aux recommandations de l’Office des
transports du Canada (OTC) et de ses clients, l’Administration
s’efforce de mener ses activités par financement autonome dans
chacun des ports, ainsi que comme entité administrative. L’Administration gère 17 zones de pilotage obligatoire et d’autres zones
de pilotage non obligatoire dans lesquelles les services d’un pilote
peuvent être offerts à la demande d’un navire.
On observe une réduction des volumes de trafic dans la zone de
pilotage obligatoire du détroit de Canso depuis plusieurs années.
Cette zone a été touchée par le ralentissement économique et son
trafic a chuté d’un sommet récent de 1 485 affectations en 2007 à
1 146 affectations en 2010, selon les prévisions de l’Administration. Cela a donné lieu à une réduction des recettes de l’Administration. Cette dernière a consulté les clients de ces ports au sujet
des niveaux de dotation et de la mise en place des immobilisations, et ceux-ci ont demandé que les niveaux de service ne soient
pas réduits.
Dans les ports de Halifax et de Saint John, l’Administration a
investi de fortes sommes afin de répondre aux demandes des
clients liées aux niveaux de service adéquats. Le nombre de pilotes a récemment augmenté dans ces deux ports et la construction
d’un nouveau bateau-pilote pour chaque port devrait débuter en
2011. Le port de Sydney possède deux vieux bateaux-pilotes appartenant à l’Administration, lesquels devront assumer des coûts
d’amortissement plus élevés en raison de l’adoption des NIFF par
l’Administration en 2011.
La publication au préalable de cette modification dans la Partie I de la Gazette du Canada prévoyait une augmentation tarifaire pour la baie Placentia, Terre-Neuve-et-Labrador. En raison
de meilleurs résultats financiers que prévu, l’Administration a retiré la hausse dans cette zone
Les rajustements aux tarifs visent à permettre à l’Administration d’atténuer le risque d’interfinancement entre les ports, en
atténuant le risque de perte, en compensant les pressions inflationnistes, en compensant l’augmentation des coûts des immobilisations dans certains ports et en mettant à disposition un financement pour maintenir ou accroître les ressources rattachées aux
pilotes.
Cette modification a pour objectif d’augmenter les frais de pilotage dans certaines zones obligatoires, afin
• de maintenir la capacité de l’Administration de réaliser son
mandat qui consiste à exploiter, dans l’intérêt de la sécurité,
un service de pilotage efficace dans la région de l’Atlantique;
• de veiller à la capacité d’autonomie financière à long terme de
l’ensemble de l’Administration;
• d’assurer l’autonomie financière à long terme de chacun des
ports;
• de tenir compte des réalités économiques de la région, en veillant à ce que les augmentations de tarifs puissent être absorbées par l’industrie du transport maritime, tout en permettant
aux ports de demeurer concurrentiels.
Description and rationale
Description et justification
Compulsory Ports Regular Tariffs
Tarifs réguliers des ports situés dans une zone obligatoire
The Regulations will increase pilotage tariffs by the following
percentages:
Halifax
5.0%
Sydney
5.0%
Le Règlement fera augmenter les tarifs de pilotage des pourcentages suivants :
Halifax
5,0 %
Sydney
5,0 %
The compulsory pilotage area of the Strait of Canso has had
declining traffic levels over several years. This area has been hurt
by the economic slowdown and has had its traffic fall from a recent high of 1 485 assignments in 2007 to where the Authority is
projecting 1 146 assignments in 2010, leading to a decline in
revenue for the Authority. The Authority has consulted with the
customers in this port regarding staffing levels and they have
demanded service levels not be reduced.
In the ports of Halifax and Saint John, the Authority has invested heavily to meet the demands of customers regarding adequate service levels. Pilot numbers have been increased in both of
these ports recently and construction on a new pilot boat for each
port is scheduled to begin in 2011. The port of Sydney has two
older Authority-owned pilot boats in the port that will be absorbing higher amortization costs due to the requirement that the Authority implement International Financial Reporting Standards in
2011.
The pre-publication of this amendment in the Canada Gazette,
Part I, included a tariff increase for Placentia Bay, Newfoundland
and Labrador. The Authority has withdrawn this increase because
of better financial results in the area than anticipated.
The tariff adjustments are intended to allow the Authority to
reduce the risk of cross-subsidizations among ports by reducing
the risk of losses, offsetting inflationary pressures, offsetting the
increased costs of capital in some ports, and providing funding to
maintain or increase pilot resources.
553
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Strait of Canso
2.5%
Saint John
2.0%
The pilotage tariffs in the remaining 13 compulsory areas will
remain at their current levels.
Détroit de Canso
2,5 %
Saint John
2,0 %
Les tarifs de pilotage en vigueur dans les 13 autres zones obligatoires demeureront à leurs niveaux actuels.
New pilot boat surcharge
Nouveau droit supplémentaire imputé aux bateaux-pilotes
The original concept of the new pilot boat surcharge was that it
would remain in place until the new vessels were complete and
being put into service. This was originally scheduled to be in
2010, but delays due to the finances of the Authority have pushed
this date back to late in 2011 or early 2012. After consultation
with the customers in both Halifax and Saint John, they have
agreed that the surcharge should be extended to December 31,
2011, instead of expiring on June 30, 2011.
Le concept initial du nouveau droit supplémentaire imputé aux
bateaux-pilotes prévoyait que ce droit s’appliquerait jusqu’à ce
que les nouveaux bâtiments soient terminés et mis en service.
Initialement, cela devait se produire en 2010, mais des retards
attribuables aux finances de l’Administration ont repoussé cette
échéance à la fin de 2011 ou au début de 2012. À la suite d’une
consultation auprès des clients de Halifax et de Saint John, les
clients ont convenu du fait que le droit supplémentaire devrait
continuer de s’appliquer jusqu’au 31 décembre 2011 au lieu de
venir à expiration le 30 juin 2011.
Gross tonnage charge
Droit de jauge brute
The gross tonnage charge was established for 2010 as the Authority continued its initiative to address inequities that have developed over time in the tariff system. As new generations of
ships are built, some of the traditional measurements no longer
give a fair representation of the capacity of the ship to earn revenue. The Authority amended its variable charge to have the
greater of the unit charge or the gross tonnage charge apply to all
ships. By basing the variable charge on a formula that considers
the greater of the unit charge or a gross tonnage charge, the Authority is addressing anomalies in how newer vessels are measured. The Authority has consulted with industry regarding this
charge. As a direct result of this consultation, the gross tonnage
charge is being implemented in three stages. This amendment
represents the second stage of implementation, and will increase
the gross tonnage charge from $0.01000 per gross tonne to
$0.01375. While the charge applies to all ships in compulsory
areas, the level of this charge will still be at a rate such that it will
only affect a small number of vessels in Halifax and Saint John.
Le droit de jauge brute a été établi pour 2010, alors que
l’Administration poursuivait son initiative visant à remédier aux
inégalités qui s’étaient infiltrées dans le système de tarification,
au fil du temps. Au fur et à mesure que de nouvelles générations
de bâtiments sont construites, certaines des mesures traditionnelles ne représentent plus équitablement la capacité d’un bâtiment à
générer des revenus. L’Administration a modifié son droit variable pour faire en sorte que le montant le plus élevé entre les droits
unitaires ou les droits de jauge brute s’applique à tous les bâtiments. En fondant les droits variables sur une formule qui tient
compte du montant le plus élevé entre les droits unitaires ou les
droits de jauge brute, l’Administration s’attaque aux anomalies
liées à la façon dont les nouveaux bâtiments sont mesurés.
L’Administration a consulté les intervenants de l’industrie au
sujet de ce droit. À la suite de cette consultation, le droit de jauge
brute va être instauré en trois étapes. Cette modification constitue
la deuxième étape de mise en œuvre et fera passer le droit de
jauge brute de 0,01000 $ par jauge brute à 0,01375 $. Bien que le
droit soit imputé à tous les bâtiments exploités dans les zones
obligatoires, son niveau sera tout de même à un taux qui ne touchera qu’un petit nombre de bâtiments exploités à Halifax et à
Saint John.
Summary
Résumé
The following table indicates the current charges and the
amendments:
Le tableau suivant indique les frais en vigueur et les
modifications.
Basic
Charge
Strait of Canso, NS
Unit
Charge
Minimum
Charge
Cancellation
Charge
Estimated
Fuel Charge*
Cost for an
average ship**
2010
$962
$2.98
$1,200
$900
$ n/a
$2,644
2011
$986
$3.05
$1,230
$900
$ n/a
$2,707
**Based on a ship of 564.4 units for Strait of Canso
Halifax, NS
2010
$454
$2.14
$1,125
$454
$98
$1,485
2011
$477
$2.25
$1,181
$477
$100
$1,558
*The 2011 fuel charge is based on the 2010 average fuel price of $0.77 and 130 litres per trip
** Based on a ship of 436 units for Halifax
Saint John, NB
2010
$474
$3.29
$1,050
$474
$68
$1,744
2011
$483
$3.36
$1,071
$483
$73
$1,783
*The 2011 fuel charge is based on the 2010 average fuel price of $0.97 and 75 litres per trip
** Based on a ship of 365.25 units for Saint John
554
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Basic
Charge
Sydney, NS
Unit
Charge
Minimum
Charge
Cancellation
Charge
Estimated
Fuel Charge*
Cost for an
average ship**
2010
$841
$5.01
$1,725
$841
$ n/a
$3,014
2011
$883
$5.26
$1,811
$883
$ n/a
$3,164
** Based on a ship of 433.72 units for Sydney
The temporary pilot boat replacement surcharge will remain in place in Halifax and Saint John until December 31st, 2011.
Droit
forfaitaire
Droit
unitaire
Droit
minimal
Droit
d’annulation
Frais de
carburant
estimatifs*
Coût pour
un bâtiment
moyen**
Détroit de Canso
(N.-É.)
2010
962 $
2,98 $
1 200 $
900 $
–$
2 644 $
2011
986 $
3,05 $
1 230 $
900 $
–$
2 707 $
Halifax (N.-É.)
2010
454 $
2,14 $
1 125 $
454 $
98 $
1 485 $
2011
477 $
2,25 $
1 181 $
477 $
100 $
1 558 $
** Pour un bâtiment de 564,4 unités exploité dans le détroit de Canso
* Les frais de carburant de 2011 sont fondés sur le prix moyen du carburant de 2010 de 0,77 dollar et sur 130 litres par voyage
** Pour un bâtiment de 436 unités exploité à Halifax
Saint John
2010
474 $
3,29 $
1 050 $
474 $
68 $
1 744 $
2011
483 $
3,36 $
1 071 $
483 $
73 $
1 783 $
* Les frais de carburant de 2011 sont fondés sur le prix moyen du carburant de 2010 de 0,97 $ et sur 75 litres par voyage
** Pour un bâtiment de 365,25 unités exploité à Saint John
Sydney (N.-É.)
2010
841 $
5,01 $
1 725 $
841 $
–$
3 014 $
2011
883 $
5,26 $
1 811 $
883 $
–$
3 164 $
** Pour un bâtiment de 433,72 unités exploité à Sydney
Le droit supplémentaire de remplacement temporaire du bateau-pilote demeurera en vigueur à Halifax et à Saint John jusqu’au 31 décembre 2011.
The gross tonnage charge will be increased from $0.01
to $0.01375.
Les frais de jauge brute augmenteront de 0,01 dollar
à 0,01375 $.
Consultation
Consultation
Consultation in various forms has taken place with the parties
affected by these amendments. The parties consulted include the
Shipping Federation of Canada, which represents foreign vessels
and accounts for 70%–75% of the Authority’s activity and revenue, and the Canadian Shipowners Association. Local committees
representing stakeholders in each of the three provinces affected
were also consulted extensively. The consultation took the form
of meetings, as well as written, personal, and telephone communications with individuals. Alternatives to tariff increases were
presented, where applicable, and participation from the attendees
was encouraged. When meeting with customers, the Authority
provided an analysis of the situation and solicited responses.
Des consultations sous diverses formes ont été menées auprès
des parties visées par les modifications. Parmi les parties consultées, on trouve la Fédération maritime du Canada, qui représente
les bâtiments étrangers et entre 70 et 75 % de l’activité et des
revenus de l’Administration, et l’Association des armateurs canadiens. En outre, on a beaucoup consulté les comités locaux représentant les intervenants de chacune des trois provinces concernées. Les consultations auprès des personnes ont été menées sous
la forme de réunions, ainsi que de communications écrites, personnelles et téléphoniques. Des solutions de rechange aux augmentations tarifaires ont été présentées, le cas échéant, et les participants ont été invités à exprimer leur avis. Lors de ces réunions
avec les clients, l’Administration a présenté une analyse de la
situation et a demandé des commentaires.
Les intervenants ont constamment indiqué qu’ils ne souhaitent
pas de réduction des niveaux de service et la plupart de nos
clients conviennent du fait que les augmentations sont équitables
et raisonnables.
Ces modifications ont fait l’objet d’une publication au préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada du 27 novembre
2010, afin de solliciter des commentaires du public et d’offrir la
possibilité aux personnes touchées de formuler un avis
d’opposition auprès de l’Office des transports du Canada (OTC)
comme le permet le paragraphe 34(2) de la Loi sur le pilotage.
Aucune observation ni avis d’opposition n’ont été déposés.
Stakeholders have consistently expressed that they would not
like to see service levels reduced, and the majority of our customers accept that the increases are fair and reasonable.
These amendments were pre-published in the Canada Gazette,
Part I, on November 27, 2010, to provide interested persons with
the opportunity to make comments or to file a notice of objection
with the Canadian Transportation Agency (CTA) as allowed by
subsection 34(2) of the Pilotage Act. No comments were received
and no notices of objection were filed.
555
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-46
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Section 45 of the Pilotage Act provides an enforcement mechanism for these Regulations in that a Pilotage Authority can inform a customs officer at any port in Canada to withhold clearance from any ship for which pilotage charges are outstanding
and unpaid. Section 48 of the Pilotage Act stipulates that every
person who fails to comply with the Act or Regulations is guilty
of an offence and liable on summary conviction to a fine not exceeding $5,000.
L’article 45 de la Loi sur le pilotage prévoit un mécanisme
pour l’application de ce règlement. En effet, l’Administration
peut aviser un agent des douanes de service dans un port canadien
de ne pas donner congé à un navire lorsque des droits de pilotage
exigibles sont en souffrance et impayés. L’article 48 de la Loi sur
le pilotage prévoit que quiconque contrevient à la loi ou aux règlements connexes commet une infraction et s’expose à une
amende maximale de 5 000 $ par procédure sommaire.
Contact
Personne-ressource
Captain R. A. McGuinness
Chief Executive Officer
Atlantic Pilotage Authority
Cogswell Tower, Suite 910
2000 Barrington Street
Halifax, Nova Scotia
B3J 3K1
Telephone: 902-426-2550
Fax: 902-426-4004
Capitaine R. A. McGuinness
Premier dirigeant
Administration de pilotage de l’Atlantique
Tour Cogswell, pièce 910
2000, rue Barrington
Halifax (Nouvelle-Écosse)
B3J 3K1
Téléphone : 902-426-2550
Télécopieur : 902-426-4004
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
556
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-47
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-47
February 17, 2011
Enregistrement
DORS/2011-47
Le 17 février 2011
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Regulations Amending the Radiocommunication
Regulations (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement
sur la radiocommunication
P.C. 2011-249
C.P. 2011-249
February 17, 2011
Le 17 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Industry, pursuant to section 6a of
the Radiocommunication Actb, hereby makes the annexed Regulations Amending the Radiocommunication Regulations (Miscellaneous Program).
Sur recommandation du ministre de l’Industrie et en vertu de
l’article 6a de la Loi sur la radiocommunicationb, Son Excellence
le Gouverneur général en conseil prend le Règlement correctif
visant le Règlement sur la radiocommunication, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE
RADIOCOMMUNICATION REGULATIONS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT
LE RÈGLEMENT SUR LA
RADIOCOMMUNICATION
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The portion of section 6 of the Radiocommunication
Regulations1 before paragraph (a) is replaced by the
following:
6. Use of radio apparatus in the aeronautical service is restricted to communications relating to
1. Le passage de l’article 6 du Règlement sur la radiocommunication1 précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
6. L’utilisation d’un appareil radio autorisé aux fins du service
aéronautique se limite aux communications relatives à ce qui
suit :
2. Le passage de l’article 8 du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
8. L’utilisation d’un appareil radio autorisé aux fins du service
maritime se limite aux communications relatives à ce qui suit :
3. Le paragraphe 14(2) du même règlement est abrogé.
4. L’article 15 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
15. Tout appareil radio qui fait l’objet d’une norme figurant
dans la Liste des normes applicables au matériel radio exempté
de licence, octobre 2010, et qui satisfait à cette norme est soustrait à l’application du paragraphe 4(1) de la Loi en ce qui
concerne la licence radio.
5. L’alinéa 15.1(2)c) du même règlement est abrogé.
2. The portion of section 8 of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
8. Use of radio apparatus in the maritime service is restricted to
communications relating to
3. Subsection 14(2) of the Regulations is repealed.
4. Section 15 of the Regulations is replaced by the
following:
15. Radio apparatus that is set out in and meets a standard set
out in the Licence-exempt Radio Apparatus Standards List, October 2010 is exempt from the application of subsection 4(1) of the
Act in respect of a radio licence.
5. Subsection 15.1(2) of the Regulations is amended by adding “and” at the end of paragraph (a), by striking out “and”
at the end of paragraph (b) and by repealing paragraph (c).
6. Subsection 15.2(2) of the Regulations is amended by adding “and” at the end of paragraph (a), by striking out “and”
at the end of paragraph (b) and by repealing paragraph (c).
7. Sections 16 and 17 of the Regulations are replaced by the
following:
16. Radio apparatus that is set out in and meets a standard set
out in the Broadcasting Certificate-exempt Radio Apparatus List,
October 2010 is exempt from the application of subsection 4(1)
of the Act in respect of a broadcasting certificate.
———
a
S.C. 1989, c. 17, s. 4
b
R.S., c. R-2; S.C. 1989, c. 17, s. 2
1
SOR/96-484
6. L’alinéa 15.2(2)c) du même règlement est abrogé.
7. Les articles 16 et 17 du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
16. Tout appareil radio qui fait l’objet d’une norme figurant
dans la Liste des normes applicables aux appareils radio exemptés d’un certificat de radiodiffusion, octobre 2010, et qui satisfait
à cette norme est soustrait à l’application du paragraphe 4(1) de la
Loi en ce qui concerne le certificat de radiodiffusion.
———
a
L.C. 1989, ch. 17, art. 4
b
L.R., ch. R-2; L.C. 1989, ch. 17, art. 2
1
DORS/96-484
557
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-47
8. Subsections 24(4) and (5) of the Regulations are replaced
by the following:
(4) When the testing done under subsection (3) shows that the
Category I or Category II equipment tested does not comply with
the applicable standard, the Minister shall give notice of the test
results to those persons who are likely to be affected by them.
9. Section 29 of the Regulations and the heading before it
are repealed.
10. Section 30 of the Regulations is repealed.
11. Section 32 of the Regulations is repealed.
12. Schedule I to the Regulations is amended by replacing
“(Sections 26 and 28, subsection 29(1) and section 35)” after
the heading “SCHEDULE I” with “(Sections 26, 28 and 35)”.
13. The portion of item 1 of Schedule VI to the Regulations
in column IV is replaced by the following:
8. Les paragraphes 24(4) et (5) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(4) Lorsque l’essai effectué conformément au paragraphe (3)
démontre que le matériel de catégorie I ou de catégorie II n’est
pas conforme aux normes applicables, le ministre communique
les résultats de l’essai aux intéressés.
9. L’article 29 du même règlement et l’intertitre le précédant sont abrogés.
10. L’article 30 du même règlement est abrogé.
11. L’article 32 du même règlement est abrogé.
12. La mention « (articles 26 et 28, paragraphe 29(1) et article 35) », qui suit le titre « Annexe 1 » à l’annexe I du même
règlement, est remplacé par « (articles 26, 28 et 35) ».
13. Le passage de l’article 1 de l’annexe VI du même règlement figurant dans la colonne IV est remplacé par ce qui
suit :
Column IV
Geographical Coordinates
Colonne IV
Coordonnées géographiques
Item
North Lat.
West Long.
Article
Lat. nord
Long. ouest
1.
50°51′
113°50′
1.
50°51′
113°50′
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
14. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
14. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
A review by the Standing Joint Committee for the Scrutiny of
Regulations (the Committee) indicates that a number of sections
in the Radiocommunication Regulations (the Regulations) are
redundant to, or do not reflect the legislative intent of, the Radiocommunication Act (the Act). In addition, a provision of the
Regulations is, in the opinion of the Committee, inconsistent with
the terms of the Canadian Charter of Rights and Freedoms (the
Charter). Redundant regulations reduce the transparency of the
regulatory regime, while those inconsistent with the Act or the
Charter may be open to legal challenge. This regulatory initiative
addresses these concerns and, consistent with the terms of both
the Cabinet Directive on Streamlining Regulation and Advantage
Canada, will improve the regulatory regime. It will be more
transparent and effective, and will serve to foster a competitive
radiocommunications marketplace.
Un examen par le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation (le Comité) indique que plusieurs articles du Règlement sur la radiocommunication (le Règlement) reprennent, ou ne
reflètent pas, l’objet législatif de la Loi sur la radiocommunication (la Loi). De plus, une disposition du Règlement est, de l’avis
du Comité, incompatible avec les termes de la Charte canadienne
des droits et libertés (la Charte). Les articles redondants réduisent
la transparence du régime de réglementation, tandis que ceux
incompatibles avec la Loi ou la Charte peuvent être contestés sur
le plan juridique. Cette initiative en matière de réglementation
répond à ces préoccupations et, conformément aux modalités de
la Directive du Cabinet sur la rationalisation de la réglementation et d’Avantage Canada, améliorera le régime de réglementation. Celui-ci sera plus transparent et efficace, et favorisera la
concurrence sur le marché des radiocommunications.
Description and rationale
Description et justification
These amendments will repeal those sections of the Regulations identified as redundant, as well as the provision which is
considered to be inconsistent with the Charter. Also, sections
which do not reflect the legislative intent of the Act will be repealed or amended so as to conform to the authorities provided.
Ces modifications abrogeront les articles du Règlement considérés comme redondants, ainsi que la disposition qui est jugée
comme étant incompatible avec la Charte. De plus, les articles qui
ne reflètent pas l’objet législatif de la Loi seront abrogés ou modifiés pour qu’on se conforme aux autorisations fournies.
558
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-47
Specifically, the following items are repealed, as each is redundant to subsection 4(1) of the Act, which prohibits operation of
radio apparatus except under the terms of an authorization:
• Subsection 14(2) requiring a subscriber to a radiocommunication service to comply with the terms of an authorization;
• Section 17 requiring certain broadcasting undertakings to
comply with the terms of an authorization; and
• Section 30 stating that radio apparatus must be operated in
accordance with an authorization.
Additionally, the following items are repealed:
Paragraph 24(4)(b) and subsection 24(5), which require the
Minister to revoke a Technical Acceptance Certificate for
non-compliant radio apparatus. These sections are both inconsistent with the discretionary power of the Minister to suspend
or revoke an authorization provided for in subsection 5(2) of
the Act and redundant to these powers;
• Subsections 29(1) and (2), providing the Minister with the
power to suspend an operator’s certificate based on mental or
physical incapacity, as these powers are not provided for in
the Act;
• Section 32, which prohibits profane, obscene and superfluous
radio signals. This provision may be inconsistent with the
Charter; and
• Paragraphs 15.1(2)(c), 15.2(2)(c) providing that the exemption referred to in the section is conditional to compliance
with technical standards established by the Minister. These
conditions are redundant to other obligations to comply with
technical standards provided in the Act and Regulations.
•
Sections 15 and 16 are also amended. Both sections exempt the
operation of certain equipment, listed on various equipment lists
published by the Department of Industry, and amended under the
Minister’s authority, from requiring a licence. The power to provide exemptions from the provisions of the Act resides exclusively with the Governor-in-Council. It is the opinion of the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations that
providing an exemption based on a list that may be changed by
the Minister without the consent of the Governor-in-Council effectively sub-delegates this power to the Minister. Accordingly,
the proposal will amend sections 15 and 16 to reference a static,
rather than an ambulatory, list of equipment.
Finally, the initiative also takes the opportunity to make corrections and clarifications to the Regulations unrelated to the Committee’s concerns. Specifically, the initiative
• amends Schedule VI of the Regulations in order to correct a
typographical error in the indication of the North latitude of
the Geographical Coordinates set out in Column IV for Calgary, Alberta. This reference should read “50°51′”; and
• removes the word “licensed” from each of sections 6 and 8.
This amendment clarifies that all use of radio apparatus in the
aeronautical and maritime services, respectively, is restricted
as set out in those sections, whether the apparatus is authorized by a radio licence or exempted from this requirement.
En particulier, les articles suivants sont abrogés, car chacun est
redondant puisqu’il reprend le paragraphe 4(1) de la Loi, qui interdit de faire fonctionner un appareil radio sauf aux termes d’une
autorisation de radiocommunication :
• le paragraphe 14(2), qui exige qu’un abonné à un service de
radiocommunication se conforme aux conditions d’une autorisation de radiocommunication;
• l’article 17, qui exige que certaines entreprises de radiodiffusion soient conformes aux conditions d’une autorisation de
radiocommunication;
• l’article 30, qui précise qu’une personne doit faire fonctionner
un appareil radio conformément à une autorisation de
radiocommunication.
De plus, les articles suivants sont abrogés :
• l’alinéa 24(4)b) et le paragraphe 24(5), qui exigent du ministre
qu’il annule un certificat d’approbation technique pour un appareil radio non conforme. Ces articles sont tous les deux incompatibles avec le pouvoir discrétionnaire du ministre de
suspendre ou d’annuler une autorisation qui est prévue à
l’article 5(2) de la Loi et ils reprennent ce pouvoir, ce qui est
redondant;
• les paragraphes 29(1) et (2), qui confèrent au ministre le pouvoir de suspendre le certificat d’un opérateur en raison d’une
incapacité mentale ou physique, car ce pouvoir n’est pas prévu dans la Loi;
• l’article 32, qui interdit d’émettre un signal superflu ou un
signal contenant des radiocommunications blasphématoires ou
obscènes. Cette disposition peut être incompatible avec la
Charte;
• les alinéas 15.1(2)c), 15.2(2)c), qui prévoient que l’exemption
visée dans ces articles est conditionnelle au respect des normes techniques établies par le ministre. Ces conditions sont
redondantes puisqu’elles reprennent d’autres obligations de
respecter les normes techniques prévues dans la Loi et le
Règlement.
Les articles 15 et 16 sont également modifiés. Les deux articles
susmentionnés exemptent de l’obligation d’obtenir une licence
pour faire fonctionner certains appareils, énumérés sur diverses
listes d’appareils publiées par le ministère de l’Industrie, et modifiées selon l’autorisation du ministre. Le pouvoir d’octroyer des
exemptions des dispositions de la Loi est détenu exclusivement
par le gouverneur en conseil. Le Comité mixte permanent
d’examen de la réglementation estime que l’octroi d’une exemption en fonction d’une liste que le ministre peut modifier sans le
consentement du gouverneur en conseil constitue, en fait, une
subdélégation de ce pouvoir au ministre. Par conséquent, la proposition modifiera les articles 15 et 16 pour qu’ils renvoient à une
liste d’appareils qui est statique plutôt que changeante.
Enfin, l’initiative permet également d’apporter des corrections
et clarifications au Règlement non liées aux préoccupations du
Comité. Plus particulièrement, l’initiative permet de :
• modifier l’annexe VI du Règlement pour corriger une erreur
typographique dans l’indication dans la colonne IV de la latitude nord des coordonnées géographiques pour Calgary (Alberta). Cette référence devrait être « 50° 51′ »;
• supprimer le mot « licence » de chacun des articles 6 et 8.
Cette modification clarifie que toute utilisation d’un appareil
radio dans les services aéronautique et maritime, respectivement, est restreinte comme il est indiqué dans ces articles, que
l’appareil soit autorisé par une licence radio ou exemptée de
cette exigence.
559
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-47
Consultation
Consultation
The Department has corresponded extensively with the Standing Joint Committee in respect of their concerns. The amendments are of a strictly technical nature and are expected to have
no impact on the Canadian public. Therefore, no other consultation has been undertaken with respect to these amendments.
These amendments will come into force on the day on which
they are registered.
Le Ministère et le Comité mixte permanent se sont beaucoup
écrits au sujet de ces préoccupations. Les modifications sont de
nature purement technique et ne devraient pas avoir d’incidence
sur le public canadien. Elles ne font donc pas l’objet d’une autre
consultation.
Ces modifications entreront en vigueur le jour où elles seront
enregistrées.
Contact
Personne-ressource
Ms. Line Perron
Director
Regulatory and Program Planning
Spectrum Management Operations Branch
Industry Canada
300 Slater Street
Ottawa, Ontario
K1A 0C8
Telephone: 613-949-5679
Fax: 613-941-1219
Email: Line.Perron@ic.gc.ca
Madame Line Perron
Directrice
Réglementation et planification des programmes
Direction générale des opérations de gestion du spectre
Industrie Canada
300, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1A 0C8
Téléphone : 613-949-5679
Télécopieur : 613-941-1219
Courriel : Line.Perron@ic.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
560
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-48
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-48
February 17, 2011
Enregistrement
DORS/2011-48
Le 17 février 2011
CUSTOMS ACT
LOI SUR LES DOUANES
Regulations Amending the Reporting of Imported
Goods Regulations (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement sur la
déclaration des marchandises importées
P.C. 2011-250
C.P. 2011-250
February 17, 2011
Le 17 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness, pursuant to subsection 8.1(8)a, section 12b and subsection 164(1)c of the Customs Actd, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Reporting of Imported Goods Regulations (Miscellaneous Program).
Sur recommandation du ministre de la Sécurité publique et de
la Protection civile et en vertu du paragraphe 8.1(8)a, de l’article 12b et du paragraphe 164(1)c de la Loi sur les douanesd, Son
Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Règlement
correctif visant le Règlement sur la déclaration des marchandises
importées, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE REPORTING OF
IMPORTED GOODS REGULATIONS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE
RÈGLEMENT SUR LA DÉCLARATION
DES MARCHANDISES IMPORTÉES
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Paragraph 13.8(2)(b) of the Reporting of Imported Goods
Regulations1 is replaced by the following:
(b) the name of the country where the break-bulk goods come
from and a list of the break-bulk goods to be transported;
2. Section 13.83 of the Regulations is replaced by the
following:
13.83 The Minister shall suspend an exemption if the information in it is inaccurate or incomplete.
3. The portion of section 13.84 of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
13.84 The Minister shall cancel an exemption if
4. Section 13.85 of the Regulations is replaced by the
following:
13.85 If the Minister refuses to issue an exemption to a person
or suspends or cancels an exemption issued to a person, the Minister shall, as soon as feasible, send a written notice of, and the
reasons for, the refusal, suspension or cancellation to the person
at their latest known address.
5. Section 13.86 of the Regulations is replaced by the
following:
13.86 (1) A person whose application for an exemption is refused, or whose exemption is suspended or cancelled, may request a review of the decision by sending a written notice of their
request to the Minister within 30 days after the day on which their
application was refused or their exemption was suspended or
cancelled.
(2) The Minister shall review the decision and, as soon as feasible, send a written notice of its review with reasons to the person at their latest known address.
1. L’alinéa 13.8(2)b) du Règlement sur la déclaration des
marchandises importées1 est remplacé par ce qui suit :
b) le nom du pays d’où proviennent les marchandises diverses
et une liste des marchandises diverses qui seront transportées;
2. L’article 13.83 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
13.83 Le ministre suspend l’exemption si les renseignements
qui y sont mentionnés sont inexacts ou incomplets.
3. Le passage de l’article 13.84 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
13.84 Le ministre annule l’exemption si :
4. L’article 13.85 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
13.85 Si le ministre refuse d’accorder l’exemption ou la suspend ou l’annule, il doit, dans les meilleurs délais, envoyer par
écrit à l’intéressé, à sa dernière adresse connue, un avis motivé de
sa décision.
———
———
a
a
b
c
d
1
S.C. 2001, c. 25, s. 8(2)
S.C. 2001, c. 25, s. 12
S.C. 2009, c. 10, s. 16
R.S., c. 1 (2nd Supp.)
SOR/86-873
5. L’article 13.86 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
13.86 (1) Le demandeur peut, dans les trente jours suivant la
décision de refuser d’accorder l’exemption ou de la suspendre ou
de l’annuler, envoyer par écrit au ministre une demande de révision de la décision.
(2) Le ministre révise sa décision et envoie par écrit, dans les
meilleurs délais, un avis motivé de sa révision à la dernière
adresse connue du demandeur.
b
c
d
1
L.C. 2001, ch. 25, par. 8(2)
L.C. 2001, ch. 25, art. 12
L.C. 2009, ch. 10, art. 16
L.R., ch. 1 (2e suppl.)
DORS/86-873
561
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-48
6. Item 1 of Part 2 of Schedule 2 to the English version of
the Regulations is replaced by the following:
1. Numeric code that identifies the movement of the goods (also
known as the “customs procedure, coded” for air cargo)*
6. L’article 1 de la partie 2 de l’annexe 2 de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
1. Numeric code that identifies the movement of the goods (also
known as the “customs procedure, coded” for air cargo)*
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
7. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
7. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
These Regulations represent amendments of an administrative,
non-substantive nature to the Reporting of Imported Goods Regulations. They are made in response to a request from the Standing
Joint Committee on the Scrutiny for Regulations (SJCSR).
Ce règlement apporte des changements d’ordre administratif
non substantiels au Règlement sur la déclaration des marchandises importées afin de donner suite à la demande du Comité mixte
permanent sur l’examen de la réglementation (CMPER).
Description and rationale
Description et justification
The SJCSR is of the view that sections 13.83 and 13.84 set out
the specific circumstances in which a suspension or cancellation
of an exemption for break-bulk carriers to provide Advance
Commercial Information (ACI) to the Canada Border Services
Agency (CBSA) is required. To this end, the Minister does not
have the discretion to refuse to carry out a suspension or cancellation. Sections 13.83 and 13.84 will be amended by replacing
“may” with “shall” to reflect that the Minister does not have this
discretion.
Le CMPER est d’avis que les articles 13.83 et 13.84 énoncent
les circonstances particulières dans lesquelles la suspension ou
l’annulation d’une exemption pour les transporteurs de marchandises diverses de fournir de l’information préalable sur les expéditions commerciales (IPEC) à l’Agence des services frontaliers du
Canada (ASFC) est requise. À cette fin, le ministre n’a pas le
pouvoir discrétionnaire de refuser de procéder à une suspension
ou à une annulation. Les articles 13.83 et 13.84 seront modifiés
en remplaçant « peut » par « doit » pour refléter le fait que le ministre n’a pas ce pouvoir discrétionnaire.
Le CMPER est d’avis que l’article 13.86 permet qu’une personne dont la demande d’exemption a été refusée envoie une demande par écrit au ministre pour demander un examen de la décision de refuser, de suspendre ou d’annuler une exemption des
exigences du programme IPEC. Toutefois, la disposition omet de
mentionner que le ministre examinera la demande pour donner
une réponse à la personne. Par conséquent, l’article 13.86 est modifié pour indiquer que le ministre « doit » examiner une décision
et envoyer, dans les meilleurs délais, un avis écrit de la suspension ou de l’annulation d’une exemption des exigences du programme IPEC, ainsi que la raison du refus, à la personne.
L’article 13.85 est modifié pour replacer « dès qu’il lui est raisonnablement possible de le faire » par « dans les meilleurs délais » afin d’assurer l’uniformité avec la terminologie proposée
dans l’article 13.86.
En outre, l’alinéa 13.8(2)b) est modifié pour remplacer
« pays » par « le nom du pays » dans la version française pour
harmoniser les versions française et anglaise du Règlement.
L’article 1 de la partie 2 de l’annexe 2 est modifiée pour remplacer « air conveyance » dans la version anglaise par « air cargo » pour harmoniser les versions anglaise et française du
Règlement.
The SJCSR is of the view that section 13.86 allows a person
whose application for an exemption has been refused the right to
send a written request to the Minister asking for a review of the
decision to refuse, suspend or cancel an exemption from ACI
program requirements. However, the provision fails to mention
that the Minister will review the request and provide a response to
the person. Therefore, section 13.86 is being amended to indicate
that the Minister “shall” review a decision and send, as soon as
feasible, a written notice of, as well as the reason for the refusal,
suspension or cancellation of an exemption from the ACI program requirements to the person.
Section 13.85 is being amended to replace “as soon as is reasonably practical” with “as soon as feasible” to ensure consistency with phrasing proposed in section 13.86.
Further, subparagraph 13.8(2)(b) is being amended to replace
« pays » with « le nom du pays » in the French version to harmonize French and English versions of the Regulations.
Item 1 of Part 2 of Schedule 2 is being amended to replace “air
conveyance” in the English version with “air cargo” to harmonize
English and French versions of the Regulations.
Consultation
Consultation
Since the proposed changes are of an administrative nature and
do not modify the functioning or substance of the Regulations,
external consultations were not required. The CBSA has consulted internally.
Puisque les modifications suggérées sont strictement d’ordre
administratif, celles-ci n’influencent pas la teneur du Règlement.
En outre, des consultations externes n’ont pas été requises et
l’ASFC a procédé à des consultations internes.
562
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-48
There will be no additional costs to the CBSA or to stakeholders as a result of these technical amendments.
Il n’y aura pas de frais supplémentaires pour l’ASFC ou
les parties intéressées à la suite de ces modifications d’ordre
technique.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
These Regulations will come into force on the day they are
registered.
Ce règlement entrera en vigueur la journée de son
enregistrement.
Contact
Personne-ressource
Hélène Porter
Manager
Canada Border Services Agency
55 Bay Street North, 6th Floor
Hamilton, Ontario
L8R 3P7
Hélène Porter
Gestionnaire
Agence des services frontaliers du Canada
55, rue Bay Nord, 6e étage
Hamilton (Ontario)
L8R 3P7
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
563
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-49
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-49
February 18, 2011
Enregistrement
DORS/2011-49
Le 18 février 2011
INDIAN ACT
LOI SUR LES INDIENS
Order Amending the Indian Bands Council
Elections Order (Kahkewistahaw)
Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil
de bandes indiennes (Kahkewistahaw)
Whereas, by Order in Council P.C. 1952-3692 of August 6,
1952, it was declared that the council of the Kahkewistahaw
Band, in Saskatchewan, shall be selected by elections to be held
in accordance with the Indian Acta;
Whereas the band has developed its own election code and
a local community electoral system for selecting a chief and
councillors;
Whereas conversion to a local community electoral system
would better serve the needs of the band;
And whereas the Minister of Indian Affairs and Northern Development no longer deems it advisable for the good government
of the band that the council of that band be selected by elections
to be held in accordance with the Indian Acta;
Therefore, the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to subsection 74(1) of the Indian Acta,
hereby makes the annexed Order Amending the Indian Bands
Council Elections Order (Kahkewistahaw).
Gatineau, Quebec, February 17, 2011
JOHN DUNCAN
Minister of Indian Affairs and Northern Development
Attendu que, dans le décret C.P. 1952-3692 du 6 août 1952, il a
été déclaré que le conseil de la bande Kahkewistahaw, en Saskatchewan, serait constitué au moyen d’élections tenues selon la Loi
sur les Indiensa;
Attendu que la bande a établi ses propres règles électorales et
un système électoral communautaire pour l’élection du chef et des
conseillers;
Attendu que la conversion à un système électoral communautaire servirait mieux les intérêts de la bande;
Attendu que le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien ne juge plus utile à la bonne administration de la bande
que son conseil soit constitué au moyen d’élections tenues selon
la Loi sur les Indiensa,
À ces causes, en vertu du paragraphe 74(1) de la Loi sur les Indiensa, le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
prend l’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes (Kahkewistahaw), ci-après.
Gatineau (Québec), le 17 février 2011
Le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
JOHN DUNCAN
ORDER AMENDING THE INDIAN BANDS COUNCIL
ELECTIONS ORDER (KAHKEWISTAHAW)
ARRÊTÉ MODIFIANT L’ARRÊTÉ SUR L’ÉLECTION
DU CONSEIL DE BANDES INDIENNES
(KAHKEWISTAHAW)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Item 12 of Part III of Schedule I to the Indian Bands
Council Elections Order1 is repealed.
1. L’article 12 de la partie III de l’annexe I de l’Arrêté sur
l’élection du conseil de bandes indiennes1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day in which it is
registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The council of the Kahkewistahaw Band has requested,
through a Band Council Resolution, to be removed from the election provisions of the Indian Act. Further to the development of
its own election code and local community electoral system, the
Le conseil de la bande Kahkewistahaw a demandé, par
l’intermédiaire d’une résolution du conseil de bande, d’être retiré
de l’application des modalités électorales de la Loi sur les Indiens. À la suite du développement d’un code électoral et d’un
———
———
a
a
1
R.S., c. I-5
SOR/97-138
564
1
L.R., ch. I-5
DORS/97-138
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-49
band wishes to select its chief and councillors based on its own
custom leadership selection process.
Currently, a band holding elections under the Indian Act can
seek a change to its electoral system and a conversion to the use
of a community election code by requesting to the Minister
of Indian Affairs and Northern Development an amendment to
the Indian Bands Council Elections Order pursuant to subsection 74(1) of the Indian Act.
The Order Amending the Indian Bands Council Elections Order is of interest to and is limited to the Kahkewistahaw Band.
The conversion to a local community electoral system will serve
to build and strengthen the band’s governance autonomy and
better address the needs of the community.
système électoral propres à la bande, celle-ci désire élire son chef
et ses conseillers au moyen de son propre processus de sélection
selon la coutume.
Présentement, une bande tenant ses élections en vertu de la Loi
sur les Indiens peut demander un changement à son système électoral et une conversion vers un système électoral communautaire
en demandant une modification auprès du ministre des Affaires
indiennes et du Nord canadien à l’Arrêté sur l’élection du conseil
de bandes indiennes, pris conformément au paragraphe 74(1) de
la Loi sur les Indiens.
L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes
indiennes est dans l’intérêt de, et se limite à la bande Kahkewistahaw. La conversion vers un système électoral communautaire
permettra de développer et de renforcer l’autonomie de gouvernance de la bande et répondra plus adéquatement aux besoins de
la communauté.
Description and rationale
Description et justification
The Order Amending the Indian Bands Council Elections Order, made pursuant to subsection 74(1) of the Indian Act, purports
to remove the Kahkewistahaw Band from the application of the
election provisions of the Indian Act.
Indian and Northern Affairs Canada’s (INAC) Conversion to
Community Election System Policy allows a band holding elections under the Indian Act to request a change to its electoral system and convert to the use of a community election code. Indian
and Northern Affairs Canada must be satisfied that the band has
developed suitable election rules, and that the rules and the removal have received support of the community members.
L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes
indiennes, émis conformément au paragraphe 74(1) de la Loi sur
les Indiens, vise le retrait de la bande Kahkewistahaw de l’application des modalités électorales de la Loi sur les Indiens.
La Politique sur la conversion à un système électoral communautaire d’Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC) permet
à une bande tenant ses élections selon les dispositions de la Loi
sur les Indiens de demander un changement à son système électoral afin de le convertir en un système électoral communautaire.
Affaires indiennes et du Nord Canada doit avoir la certitude que
la bande a développé des règles électorales appropriées et que
celles-ci, tout comme la volonté de conversion, sont appuyées par
les membres de la communauté.
Le 26 mars 2009 et le 22 janvier 2010, le conseil de la bande
Kahkewistahaw a tenu des votes de ratification par bulletin secret
afin de mesurer l’appui majoritaire de ses électeurs au retrait de la
bande de l’application des modalités électorales de la Loi sur les
Indiens et à l’adoption du nouveau code électoral coutumier proposé. Les électeurs résidant à l’extérieur de la réserve ont été habilités à voter par bulletin postal. Il y avait au total 1 007 électeurs
éligibles. En tout, 483 votes ont été déposés, dont 409 en faveur
du code et 72 en défaveur alors que 2 votes ont été rejetés.
On March 26, 2009, and January 22, 2010, the council of the
Kahkewistahaw Band held ratification votes by secret ballot to
determine whether a majority of the electorate was in favour of
the band being removed from the application of the election provisions of the Indian Act and of adopting the proposed election
code. Electors residing off-reserve were allowed to cast their ballot through a mail-in ballot process. The total number of eligible
electors was 1 007. In total, 483 ballots were cast, 409 voted in
favour of the election code and 72 voted against the election code
and there were 2 rejected ballots.
On February 26, 2010, the council of the Kahkewistahaw Band
submitted a Band Council Resolution requesting that the Minister
of Indian Affairs and Northern Development issue an order revoking the application of section 74 of the Indian Act for the
band.
The election code of the Kahkewistahaw Band and the community ratification process that has taken place being compliant
with INAC’s Conversion to Community Election System Policy,
the Minister of Indian Affairs and Northern Development no
longer deems it advisable for the good governance of the band
that the chief and council be selected by elections to be held in
accordance with the Indian Act. Consequently, the Order Amending the Indian Bands Council Elections Order ensures that members of the Kahkewistahaw Band can conduct a leadership selection process according to their own values.
There is no cost consequence associated with the removal of
the Kahkewistahaw Band from the election provisions of the Indian Act. Henceforth, the Kahkewistahaw Band will assume full
responsibility for the conduct of the entire electoral process.
Le 26 février 2010, le conseil de la bande Kahkewistahaw a
soumis une résolution du conseil de bande demandant au ministre
des Affaires indiennes et du Nord canadien d’émettre un arrêté
visant à révoquer l’application de l’article 74 de la Loi sur les
Indiens pour la bande.
Le code électoral de la bande Kahkewistahaw et le processus
de ratification communautaire qui s’est tenu étant conformes à la
Politique sur la conversion à un système électoral communautaire d’AINC, le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien ne juge maintenant plus opportun que, pour la bonne gouvernance de la bande, l’élection du chef et du conseil se fasse
selon les modalités de la Loi sur les Indiens. L’Arrêté modifiant
l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes confirme le
droit à la bande Kahkewistahaw de tenir ses élections selon ses
propres valeurs.
Il n’y a aucun coût associé au retrait de la bande Kahkewistahaw des modalités électorales de la Loi sur les Indiens. Dorénavant, la bande Kahkewistahaw assumera la pleine responsabilité
de la conduite de l’ensemble du processus électoral.
565
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-49
Consultation
Consultation
The Order Amending the Indian Bands Council Elections Order is made at the request of the Kahkewistahaw Band and its
members. The community election code underwent a community
ratification process, wherein a majority of the votes cast by the
band’s electors were in favour of an amendment being brought to
the Indian Bands Council Elections Order and all future elections
being conducted in accordance with the aforementioned code.
Indian and Northern Affairs Canada provided assistance in the
development of the election code of the Kahkewistahaw Band,
which in turn fulfils Canada’s commitment to strengthen Aboriginal governance.
L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes
indiennes est pris à la demande de la bande Kahkewistahaw et de
ses membres. Le code électoral coutumier a subi un processus de
ratification communautaire dont une majorité des voix déposées
par les électeurs de la bande s’est avérée en faveur de la modification à l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes et de
la tenue des élections futures en vertu dudit code.
Affaires indiennes et du Nord Canada a fourni un appui lors de
l’élaboration du code électoral coutumier de la bande Kahkewistahaw, ce qui, par le fait même, respecte l’engagement du Canada
à renforcer la gouvernance des autochtones.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Compliance with its election code, the conduct of elections and
disputes arising therefrom is now the responsibility of the
Kahkewistahaw Band.
La bande Kahkewistahaw sera dorénavant responsable de la
conformité de ses élections, de même que des conflits en découlant, en vertu de son code électoral coutumier.
Contact
Personne-ressource
Nathalie Nepton
Director
Band Governance Directorate
Indian and Northern Affairs Canada
10 Wellington Street, Section 18A
Gatineau, Quebec
K1A 0H4
Telephone: 819-994-6735
Fax: 819-997-0034
Email: Nathalie.Nepton@ainc-inac.gc.ca
Nathalie Nepton
Directrice
Administration des bandes
Affaires indiennes et du Nord Canada
10, rue Wellington, Section 18A
Gatineau (Québec)
K1A 0H4
Téléphone : 819-994-6735
Télécopieur : 819-997-0034
Courriel : Nathalie.Nepton@ainc-inac.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
566
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SOR/2011-50
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-50
February 18, 2011
Enregistrement
DORS/2011-50
Le 18 février 2011
INDIAN ACT
LOI SUR LES INDIENS
Order Amending the Indian Bands Council
Elections Order (Sawridge)
Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil
de bandes indiennes (Sawridge)
Whereas, by Order in Council P.C. 1952-3692 of August 6,
1952, it was declared that the council of the Sawridge Band, in
Alberta, shall be selected by elections to be held in accordance
with the Indian Acta;
Whereas the band has developed its own election code and
a local community electoral system for selecting a chief and
councillors;
Whereas conversion to a local community electoral system
would better serve the needs of the band;
And whereas the Minister of Indian Affairs and Northern Development no longer deems it advisable for the good government
of the band that the council of that band be selected by elections
to be held in accordance with the Indian Acta;
Therefore, the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to subsection 74(1) of the Indian Acta,
hereby makes the annexed Order Amending the Indian Bands
Council Elections Order (Sawridge).
Gatineau, Quebec, February 16, 2011
JOHN DUNCAN
Minister of Indian Affairs and Northern Development
Attendu que, dans le décret C.P. 1952-3692 du 6 août 1952, il a
été déclaré que le conseil de la bande Sawridge, dans la province
d’Alberta, serait constitué au moyen d’élections tenues selon la
Loi sur les Indiensa;
Attendu que la bande a établi ses propres règles électorales et
un système électoral communautaire pour l’élection du chef et des
conseillers;
Attendu que la conversion à un système électoral communautaire servirait mieux les intérêts de la bande;
Attendu que le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien ne juge plus utile à la bonne administration de la bande
que son conseil soit constitué au moyen d’élections tenues selon
la Loi sur les Indiensa,
À ces causes, en vertu du paragraphe 74(1) de la Loi sur les Indiensa, le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
prend l’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes (Sawridge), ci-après.
Gatineau (Québec), le 16 février 2011
Le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
JOHN DUNCAN
ORDER AMENDING THE INDIAN BANDS COUNCIL
ELECTIONS ORDER (SAWRIDGE)
ARRÊTÉ MODIFIANT L’ARRÊTÉ SUR L’ÉLECTION DU
CONSEIL DE BANDES INDIENNES (SAWRIDGE)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Item 8 of Part II of Schedule I to the Indian Bands Council Elections Order1 is repealed.
1. L’article 8 de la partie II de l’annexe I de l’Arrêté sur
l’élection du conseil de bandes indiennes1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The council of the Sawridge Band has requested to be removed
from the election provisions of the Indian Act. Further to the development of its own election code and its local community electoral system, the band wishes to select its chief and councillors
based on its own custom leadership selection process.
Le conseil de la bande Sawridge a demandé d’être retiré de
l’application des modalités électorales de la Loi sur les Indiens. À
la suite du développement d’un code électoral et d’un système
électoral propres à la bande, celle-ci désire élire son chef et ses
conseillers au moyen de son propre processus de sélection selon
la coutume.
———
———
a
a
1
R.S., c. I-5
SOR/97-138
1
L.R., ch. I-5
SOR/97-138
567
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-50
Currently, a band holding elections under the Indian Act can
seek a change to its electoral system and a conversion to the use
of a community election code by requesting to the Minister of
Indian Affairs and Northern Development an amendment to the
Indian Bands Council Elections Order pursuant to subsection 74(1) of the Indian Act.
The Order Amending the Indian Bands Council Elections Order is of interest to and is limited to the Sawridge Band. The conversion to a local community electoral system will serve to build
and strengthen the band’s governance autonomy and better address the needs of the community.
Présentement, une bande tenant ses élections en vertu de la Loi
sur les Indiens peut demander un changement à son système électoral et une conversion vers un système électoral communautaire
en demandant une modification auprès du ministre des Affaires
indiennes et du Nord canadien à l’Arrêté sur l’élection du conseil
de bandes indiennes, pris conformément au paragraphe 74(1) de
la Loi sur les Indiens.
L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes
indiennes est dans l’intérêt de, et se limite à la bande Sawridge.
La conversion vers un système électoral communautaire permettra de développer et de renforcer l’autonomie de gouvernance
de la bande et répondra plus adéquatement aux besoins de la
communauté.
Description and rationale
Description et justification
The Order Amending the Indian Bands Council Elections Order, made pursuant to subsection 74(1) of the Indian Act, purports
to remove the Sawridge Band from the application of the election
provisions of the Indian Act.
Indian and Northern Affairs Canada’s (INAC) Conversion to
Community Election System Policy allows a band holding elections under the Indian Act to request a change to its electoral system and convert to the use of a community election code. Indian
and Northern Affairs Canada must be satisfied that the band has
developed suitable election rules, and that the rules and the removal have received support of the community members.
L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes
indiennes, émis conformément au paragraphe 74(1) de la Loi sur
les Indiens, vise le retrait de la bande Sawridge de l’application
des modalités électorales de la Loi sur les Indiens.
La Politique sur la conversion à un système électoral communautaire d’Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC) permet
à une bande tenant ses élections selon les dispositions de la Loi
sur les Indiens de demander un changement à son système électoral afin de le convertir en un système électoral communautaire.
Affaires indiennes et du Nord Canada doit avoir la certitude que
la bande a développé des règles électorales appropriées et que
celles-ci, tout comme la volonté de conversion, sont appuyées par
les membres de la communauté.
Le 24 août 2009, le conseil de la bande Sawridge a tenu un
vote de ratification par bulletin secret afin de mesurer l’appui
majoritaire de ses électeurs au retrait de la bande de l’application
des modalités électorales de la Loi sur les Indiens et à l’adoption
du nouveau code électoral coutumier proposé. Les électeurs
résidant à l’extérieur de la réserve ont été habilités à voter par
bulletin postal. Il y avait au total 40 électeurs éligibles. En tout,
26 votes ont été déposés, dont 22 en faveur du code et 1 en défaveur alors que 3 votes ont été rejetés.
Le 4 novembre 2010, le conseil de la bande Sawridge a demandé au ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
d’émettre un arrêté visant à révoquer l’application de l’article 74
de la Loi sur les Indiens pour la bande.
Le code électoral coutumier de la bande Sawridge et le processus de ratification communautaire qui s’est tenu étant conformes à
la Politique sur la conversion à un système électoral communautaire d’AINC, le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien ne juge plus opportun que, pour la bonne gouvernance de la
bande, l’élection du chef et du conseil se fasse selon les modalités
de la Loi sur les Indiens. L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes confirme le droit à la bande
Sawridge de tenir ses élections selon ses propres valeurs.
On August 24, 2009, the council of the Sawridge Band held
ratification votes by secret ballot to determine whether a majority
of the electorate was in favour of the band being removed from
the application of the election provisions of the Indian Act and of
adopting the proposed election code. Electors residing off-reserve
were allowed to cast their ballot through a mail-in ballot process.
The total number of eligible electors was 40. In total, 26 ballots
were cast, 22 voted in favour of the election code and 1 voted
against the election code and there were 3 rejected ballots.
On November 4, 2010, the council of the Sawridge Band requested that the Minister of Indian Affairs and Northern Development issue an order revoking the application of section 74 of
the Indian Act for the band.
The election code of the Sawridge Band and the community
ratification process that has taken place being compliant with
INAC’s Conversion to Community Election System Policy, the
Minister of Indian Affairs and Northern Development no longer
deems it advisable for the good governance of the band that the
chief and council be selected by elections to be held in accordance with the Indian Act. Consequently, the Order Amending
the Indian Bands Council Elections Order ensures that members
of the Sawridge Band can conduct a leadership selection process
according to their own values.
There is no cost consequence associated with the removal of
the Sawridge Band from the election provisions of the Indian Act.
Henceforth, the Sawridge Band will assume full responsibility for
the conduct of the entire electoral process.
Il n’y a aucun coût associé au retrait de la bande Sawridge des
modalités électorales de la Loi sur les Indiens. Dorénavant, la
bande Sawridge assumera la pleine responsabilité de la conduite
de l’ensemble du processus électoral.
Consultation
Consultation
The Order Amending the Indian Bands Council Elections Order is made at the request of the Sawridge Band and its members.
The community election code underwent a community ratification
L’Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes
indiennes est pris à la demande de la bande Sawridge et de ses
membres. Le code électoral coutumier a subi un processus de
568
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SOR/DORS/2011-50
process, wherein a majority of the votes cast by the band’s electors were in favour of an amendment being brought to the Indian
Bands Council Elections Order and all future elections being
conducted in accordance with the aforementioned code.
Indian and Northern Affairs Canada support the election code
of the Sawridge Band, which, in turn, fulfils Canada’s commitment to strengthen Aboriginal governance.
ratification communautaire dont une majorité des voix déposées
par les électeurs de la bande s’est avérée en faveur de la modification à l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes et de
la tenue des élections futures en vertu dudit code.
Affaires indiennes et du Nord Canada appuie le code électoral
coutumier de la bande Sawridge qui, par le fait même, respecte l’engagement du Canada à renforcer la gouvernance des
autochtones.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Compliance with its community election code, the conduct of
elections and disputes arising therefrom are now the responsibility of the Sawridge Band.
La bande Sawridge sera dorénavant responsable de la conformité de ses élections, de même que des conflits en découlant, en
vertu de son code électoral coutumier.
Contact
Personne-ressource
Nathalie Nepton
Director
Band Governance Directorate
Indian and Northern Affairs Canada
10 Wellington Street, Section 18A
Gatineau, Quebec
K1A 0H4
Telephone: 819-994-6735
Fax: 819-997-0034
Email: Nathalie.Nepton@ainc-inac.gc.ca
Nathalie Nepton
Directrice
Administration des bandes
Affaires indiennes et du Nord Canada
10, rue Wellington, Section 18A
Gatineau (Québec)
K1A 0H4
Téléphone : 819-994-6735
Télécopieur : 819-997-0034
Courriel : Nathalie.Nepton@ainc-inac.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
569
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SI/TR/2011-15
Registration
SI/2011-15 March 2, 2011
Enregistrement
TR/2011-15 Le 2 mars 2011
MAANULTH FIRST NATIONS FINAL AGREEMENT ACT
LOI SUR L’ACCORD DÉFINITIF CONCERNANT LES
PREMIÈRES NATIONS MAANULTHES
Order Fixing February 15, 2011 as the Day on
which Sections 10 and 11 of that Act Come into
Force
Décret fixant au 15 février 2011 la date d’entrée en
vigueur des articles 10 et 11 de cette Loi
P.C. 2011-213
C.P. 2011-213
February 10, 2011
Le 10 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to section 25 of the Maanulth First Nations
Final Agreement Act, chapter 18 of the Statutes of Canada, 2009,
hereby fixes February 15, 2011 as the day on which sections 10 and 11 of that Act come into force.
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
Nord canadien et en vertu de l’article 25 de la Loi sur l’accord
définitif concernant les premières nations maanulthes, chapitre 18
des Lois du Canada (2009), Son Excellence le Gouverneur général en conseil fixe au 15 février 2011 la date d’entrée en vigueur
des articles 10 et 11 de cette loi.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie du Décret.)
Proposal
Proposition
Order-in-Council P.C. 2009-1732 (October 8, 2009) fixed
April 1, 2011, as the day on which the Maanulth First Nations
Final Agreement Act (Act) comes into force (other than sections 10, 11 and 18 of the Act). This Order-in-Council fixes the
date of February 15, 2011, for sections 10 and 11 of the Act to
come into force. Section 18 of the Act came into force on Royal
Assent.
L’arrêté C.P. 2009-1732 (8 octobre 2009) a fixé au
1er avril 2011 la date d’entrée en vigueur de la Loi sur l’accord
définitif concernant les premières nations maanulthes (la Loi)
(à l’exception des articles 10, 11 et 18 de la Loi). Le présent arrêté fixe au 15 février 2011 la date d’entrée en vigueur des articles 10 et 11 de la Loi. L’article 18 de la Loi est entré en vigueur
avec la sanction royale.
Purpose
Objet
Sections 10 and 11 of the Act authorize the Minister of Fisheries and Oceans to enter into and implement the Maa-nulth Harvest Agreement on behalf of Her Majesty in right of Canada.
Les articles 10 et 11 de la Loi autorisent le ministre des Pêches
et des Océans à conclure et à mettre en œuvre l’accord sur la récolte des premières nations maanulthes pour le compte de Sa Majesté du chef du Canada.
Background
Contexte
Although the Maa-nulth First Nations Final Agreement was
signed and ratified by Canada, British Columbia and the Maanulth First Nations, neither the Maa-nulth First Nations Final
Agreement nor the provincial and federal enabling statutes established a date upon which the Maa-nulth First Nations Final
Agreement would come into effect. Rather, the parties needed to
assess how much work had to be done in advance of the Maanulth First Nations Final Agreement’s coming into effect and
agree on an effective date accordingly.
Upon recommendation, and subsequent to a request made
by the Department of Indian Affairs and Northern Development
and the Minister, Order-in-Council P.C. 2009-1732 fixed
April 1, 2011, as the day on which the Act will come into force
(other than sections 10, 11 and 18 of the Act).
Section 18 of the Act, which came into effect upon Royal
Assent, states that Chapter 26 (Eligibility and Enrolment) and
Chapter 28 (Ratification) of the Maa-nulth First Nations Final
Agreement were deemed to have come into effect as of
December 9, 2006.
Bien que l’accord définitif des premières nations maanulthes
ait été signé et ratifié par le Canada, la Colombie-Britannique et
les premières nations maanulthes, ni l’accord définitif ni les lois
habilitantes provinciale et fédérale n’ont fixé la date à laquelle
l’accord définitif entrerait en vigueur. Les parties devaient plutôt
évaluer le travail qu’il restait à accomplir avant que l’accord définitif n’entre en vigueur et, par conséquent, s’entendre sur une date
d’entrée en vigueur.
570
Sur recommandation du ministère des Affaires indiennes et du
Nord Canadien, et par suite d’une demande présentée par le ministre, l’arrêté C.P. 2009-1732 a fixé au 1er avril 2011 la date
d’entrée en vigueur de la Loi (à l’exception des articles 10, 11 et
18 de la Loi).
L’article 18 de la Loi, qui est entré en vigueur avec la sanction
royale, indique que les chapitres 26 (Admissibilité et inscription) et 28 (Ratification) de l’accord définitif des premières
nations maanulthes sont réputés être entrés en vigueur le
9 décembre 2006.
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Sections 10 and 11 of the Act will come into force on a date
determined by the parties by a separate Order-in-Council. Section 10 of the Act refers to the Maa-nulth Harvest Agreement and
authorizes the Minister of Fisheries and Oceans to enter into and
implement that Maa-nulth Harvest Agreement on behalf of Her
Majesty in right of Canada. Section 11 of the Act states that the
Maa-nulth Harvest Agreement does not form part of the Maanulth First Nations Final Agreement and is not a treaty or a lands
claim agreement within the meaning of sections 25 and 35 of the
Constitution Act, 1982.
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SI/TR/2011-15
This Order-in-Council fixes February 15, 2011, as the day on
which sections 10 and 11 of the Act come into force.
Les articles 10 et 11 de la Loi entreront en vigueur à une date
devant être fixée par les parties dans un arrêté distinct. L’article 10 de la Loi renvoie à l’accord sur la récolte des premières
nations maanulthes et autorise le ministre des Pêches et des
Océans à conclure et à mettre en œuvre l’accord sur la récolte
pour le compte de Sa Majesté du chef du Canada. L’article 11 de
la Loi précise que l’accord sur la récolte des premières nations
maanulthes ne fait pas partie de l’accord définitif des premières
nations maanulthes et ne constitue ni un traité ni un accord sur
des revendications territoriales au sens des articles 25 et 35 de la
Loi constitutionnelle de 1982.
Le présent arrêté fixe au 15 février 2011 la date d’entrée en vigueur des articles 10 et 11 de la Loi.
Financial implications
Incidences financières
Coming into force of sections 10 and 11 of the Act will have no
financial implications beyond those already identified under the
Act.
L’entrée en vigueur des articles 10 et 11 de la Loi n’aurait pas
d’incidences financières autres que celles déjà prévues dans la
Loi.
Consultations
Consultations
For the purposes of determining an effective date for sections 10 and 11 of the Act to come into force, the Department of
Indian Affairs and Northern Development has consulted internally with the Department of Fisheries and Oceans, and externally
with the Province of British Columbia and the Maa-nulth First
Nations.
Pour fixer la date d’entrée en vigueur des articles 10 et 11 de la
Loi, le ministère des Affaires indiennes et du Nord Canadien a
mené des consultations auprès du ministère des Pêches et des
Océans et, à l’externe, auprès de la province de la ColombieBritannique et des premières nations maanulthes.
Departmental contact
Personne-ressource du Ministère
For more information, please contact David Adams, Negotiator, at 604-775-5035.
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec David Adams, négociateur, au 604-775-5035.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
571
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SI/TR/2011-16
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Registration
SI/2011-16 March 2, 2011
Enregistrement
TR/2011-16 Le 2 mars 2011
PUBLIC SERVICE REARRANGEMENT AND TRANSFER OF
DUTIES ACT
LOI SUR LES RESTRUCTURATIONS ET LES TRANSFERTS
D’ATTRIBUTIONS DANS L’ADMINISTRATION PUBLIQUE
Order Transferring from the Minister of
Environment to the Minister of Indian Affairs and
Northern Development the Powers, Duties and
Functions of the Portion of the Federal Public
Administration of the Mackenzie Gas Project
Office
Décret transférant les attributions du ministre de
l’Environnement prévues à la Loi relative aux
répercussions du projet gazier Mackenzie au
ministre des Affaires indiennes et du Nord
canadien
P.C. 2011-236
C.P. 2011-236
February 14, 2011
Le 14 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Prime Minister, pursuant to paragraph 2(a)a
of the Public Service Rearrangement and Transfer of Duties Actb,
hereby
(a) transfers to the Minister of Indian Affairs and Northern Development the powers, duties and functions of the Minister of
the Environment
(i) under the Mackenzie Gas Project Impacts Actc in relation
to the Mackenzie gas project, and
(ii) under section 209 of the Budget Implementation
Act, 2006d; and
(b) transfers from the Department of the Environment to the
Department of Indian Affairs and Northern Development the
control and supervision of the portion of the federal public administration in the Department of the Environment known as
the Mackenzie Gas Project Office,
effective February 16, 2011.
Ces mesures prennent effet le 16 février 2011.
———
———
a
a
b
c
d
S.C. 2003, c. 22, s. 207
R.S., c. P-34
S.C. 2006, c. 4, s. 208
S.C. 2006, c. 4
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
572
Sur recommandation du premier ministre et en vertu de l’alinéa 2a)a de la Loi sur les restructurations et les transferts d’attributions dans l’administration publiqueb, Son Excellence le Gouverneur général en conseil :
a) transfère au ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien les attributions conférées au ministre de l’Environnement :
(i) en vertu de la Loi relative aux répercussions du projet gazier Mackenziec à l’égard du projet gazier Mackenzie,
(ii) en vertu de l’article 209 de la Loi d’exécution du budget
de 2006d;
b) transfère du ministère de l’Environnement au ministère des
Affaires indiennes et du Nord canadien la responsabilité à
l’égard du secteur de l’administration publique fédérale qui fait
partie du ministère de l’Environnement et qui est connu sous le
nom de Bureau du Projet gazier Mackenzie.
b
c
d
L.C. 2003, ch. 22, art. 207
L.R., ch. P-34
L.C. 2006, ch. 4, art. 208
L.C. 2006, ch. 4
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SI/TR/2011-18
Registration
SI/2011-18 March 2, 2011
Enregistrement
TR/2011-18 Le 2 mars 2011
FIRST NATIONS CERTAINTY OF LAND TITLE ACT
LOI SUR LA CERTITUDE DES TITRES FONCIERS DES
PREMIÈRES NATIONS
Order Fixing March 1, 2011 as the Day on which
that Act Comes into Force
Décret fixant au 1er mars 2011 la date d’entrée en
vigueur de cette loi
P.C. 2011-246
C.P. 2011-246
February 17, 2011
Le 17 février 2011
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to section 10 of the First Nations Certainty
of Land Title Act, chapter 6 of the Statutes of Canada, 2010,
hereby fixes March 1, 2011 as the day on which that Act comes
into force.
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
Nord canadien et en vertu de l’article 10 de la Loi sur la certitude
des titres fonciers des premières nations, chapitre 6 des Lois du
Canada (2010), Son Excellence le Gouverneur général en conseil
fixe au 1er mars 2011 la date d’entrée en vigueur de cette loi.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie du Décret.)
Purpose
Objet
The purpose of this submission is to establish March 1, 2011,
as the day on which the First Nations Certainty of Land Title Act
will come into force.
Cette présentation a pour objet de fixer au 1er mars 2011 la date
à laquelle entrera en vigueur la Loi sur la certitude des titres fonciers des premières nations.
Background
Contexte
The coming into force of the First Nations Certainty of Land
Title Act will allow interested First Nations to explore new economic development opportunities on reserve land. To date, commercial real estate projects have been hindered by lower values
for on-reserve properties due to differences in the property rights
regime on and off reserve land.
L’entrée en vigueur de la Loi sur la certitude des titres fonciers
des premières nations permettra aux Premières nations d’explorer
de nouvelles possibilités de développement économique sur des
terres de réserve. La réalisation de projets immobiliers commerciaux était jusqu’ici entravée par la moindre valeur attribuée
aux terrains dans les réserves à cause des différences entre le régime des droits de propriété dans les réserves et à l’extérieur de
celles-ci.
La Loi sur la certitude des titres fonciers des premières nations, qui a reçu la sanction royale le 29 juin 2010, modifie la Loi
sur le développement commercial et industriel des premières nations (LDCIPN), qui comble des écarts règlementaires entre les
terres de réserve et les terres à l’extérieur des réserves. Les projets
entrepris en vertu de la LDCIPN seront soumis aux mêmes règles
du jeu que les grands projets de développement réalisés à
l’extérieur des réserves.
La LDCIPN procure un mécanisme permettant au gouvernement fédéral de reproduire les règles et règlements provinciaux
qui régissent les grands projets commerciaux et industriels hors
réserve afin de régir les projets des Premières nations entrepris
sur des terres de réserve.
Un règlement fédéral ne peut être établi en vertu de la LDCIPN
qu’à la demande des Premières nations participantes, et tout règlement élaboré en vertu de cette loi s’applique seulement à la
parcelle de terre de réserve qui y est précisée. Si la réglementation
découlant de la LDCIPN était administrée et appliquée par des
agents provinciaux, un accord tripartite entre le Canada, la province et la Première nation concernée serait nécessaire à la réalisation d’un projet.
The First Nations Certainty of Land Title Act, which received
Royal Assent on June 29, 2010, amends the First Nations Commercial and Industrial Development Act (FNCIDA), which addresses regulatory gaps between on-reserve and off-reserve lands.
Projects developed under FNCIDA will operate on a level playing
field with off-reserve large-scale developments.
FNCIDA provides a mechanism to enable the federal government to replicate the provincial rules and regulations that govern
large-scale commercial and industrial projects off-reserve in order
to regulate First Nations projects on reserve lands.
Federal regulations are made under FNCIDA only at the request of participating First Nations, and regulations developed
under the Act apply only to specific parcels of reserve land identified in the regulations. Where regulations under FNCIDA will be
administered and enforced by provincial officials, a tripartite
agreement between Canada, the province, and the First Nation
involved is necessary for a project to proceed.
573
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
The new amendments will allow First Nations to request that
their on-reserve commercial real estate projects benefit from a
property rights regime identical to the provincial regime off the
reserve. The certainty of land title granted by such a regime
would increase investor confidence, making the value of the
property comparable with similar developments off the reserve.
The Government of Canada is committed to closing the gap in
socio-economic conditions between First Nations and other Canadians. The First Nations Certainty of Land Title Act is in line
with the Government’s agenda, as outlined in the Federal
Framework for Aboriginal Economic Development, to increase
Aboriginal participation in the Canadian economy through
partnership-based and opportunity-driven economic opportunities.
The Act will accomplish this by enabling the development of a
modern land registry regime for reserve lands, thereby enhancing
the value of Aboriginal assets.
Financial implications
None.
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5 SI/TR/2011-18
Les nouvelles modifications permettront aux Premières nations
de demander que leurs projets immobiliers commerciaux dans la
réserve soient soumis à un régime foncier identique au régime
provincial applicable hors réserve. La certitude du titre foncier
que procure un tel régime favoriserait la confiance des investisseurs, ce qui rendrait la valeur du terrain comparable à celle de
développements similaires hors réserve.
Le gouvernement du Canada est déterminé à combler l’écart
entre les conditions socioéconomiques des Premières nations et
celles des autres Canadiens. La Loi sur la certitude des titres fonciers des premières nations va dans le sens du programme
d’action du gouvernement énoncé dans le Cadre fédéral pour le
développement économique des Autochtones, en favorisant la
participation accrue des Autochtones à l’économie du Canada par
un développement économique fondé sur le partenariat et axé sur
les occasions. C’est ce qu’accomplira la Loi sur la certitude des
titres fonciers des premières nations en permettant l’élaboration
d’un registre moderne des terres de réserves, ce qui aura pour
effet d’augmenter la valeur des biens des Autochtones.
Répercussions financières
Aucune.
Consultations
Consultations
The First Nations Certainty of Land Title Act was supported by
the Squamish Nation, one of the five partnering First Nations that
actively engaged and promoted the development of the original
FNCIDA legislation. First Nations are closely monitoring the
Squamish Nation project, particularly in British Columbia,
Alberta and Saskatchewan.
La Loi sur la certitude des titres fonciers des premières nations
était appuyée par la Nation des Squamish, une des cinq Premières
nations partenaires qui ont participé activement à l’élaboration et
à la promotion de la LDCIPN initiale. Les Premières nations
surveillent de près l’évolution du projet de la Nation des Squamish, particulièrement en Colombie-Britannique, en Alberta et en
Saskatchewan.
Les provinces de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de
l’Ontario ont répondu favorablement à la participation à des projets dans le cadre de la LDCIPN, et on s’attend à ce que les répercussions des modifications apportées à la Loi suscitent un intérêt
accru chez les autres provinces lorsque les Premières nations et
leurs partenaires de l’industrie commenceront à réaliser des projets similaires dans leurs propres territoires.
The provinces of British Columbia, Alberta and Ontario have
responded favourably to participating in FNCIDA projects and it
is expected that other provinces will develop greater interest
in the impact of the amendments to the Act as First Nations
and industry partners begin to advance similar projects in their
jurisdictions.
Departmental contact
Personne-ressource du Ministère
For more information, please contact Kris Johnson, Associate
Director General, Lands Management Services, Lands and Economic Development, Indian Affairs and Northern Development,
at 819-994-7311, or by email at Kris.Johnson@ainc-inac.gc.ca.
Pour obtenir plus de renseignements, communiquer avec Kris
Johnson, directeur général adjoint, Services de la gestion des terres, Terres et développement économique, Affaires indiennes
et du Nord Canada, au 819-994-7311 ou, par courriel :
Kris.Johnson@ainc-inac.gc.ca.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
574
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
TABLE OF CONTENTS
SOR:
SI:
SOR/2011-31—50 SI/2011-15—16 and 18
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Registration
number
P.C.
number
Minister
Name of Statutory Instrument or Other Document
SOR/2011-31
2011-204
Health
Regulations Amending the Food and Drug Regulations (Adverse Drug
Reaction Reporting)......................................................................................
460
SOR/2011-32
2011-205
Finance
Regulations Amending the Income Tax Regulations (2009 Livestock
Deferral) .......................................................................................................
474
SOR/2011-33
2011-206
Agriculture and Agri-Food
British Columbia Cranberry Order ...............................................................
478
SOR/2011-34
2011-207
Environment
Health
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian
Environmental Protection Act, 1999.............................................................
481
SOR/2011-35
2011-208
Environment
Health
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian
Environmental Protection Act, 1999.............................................................
493
Page
SOR/2011-36
2011-209
Finance
Order Amending Schedule 1 to the First Nations Goods and Services
Tax Act, No. 2010-2 .....................................................................................
503
SOR/2011-37
2011-210
Justice
Order Amending the Schedule to the Family Orders and Agreements
Enforcement Assistance Act .........................................................................
506
SOR/2011-38
2011-218
Fisheries and Oceans
Regulations Amending the Pulp and Paper Effluent Regulations
(Miscellaneous Program)..............................................................................
515
SOR/2011-39
2011-219
Fisheries and Oceans
Regulations Amending Certain Department of Fisheries and Oceans
Regulations (Miscellaneous Program) ..........................................................
519
SOR/2011-40
2011-220
Fisheries and Oceans
Regulations Amending the Fishing and Recreational
Harbours Regulations ...................................................................................
531
SOR/2011-41
2011-221
Environment
Health
Regulations Amending the Benzene in Gasoline Regulations
(Miscellaneous Program)..............................................................................
534
SOR/2011-42
2011-222
Health
Regulations Amending the Medical Devices Regulations
(1592 — Canada’s Access to Medicines Regime) ........................................
537
SOR/2011-43
2011-223
Public Works and
Government Services
Regulations Amending the Government Property Traffic Regulations
(Miscellaneous Program)..............................................................................
539
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Canadian Chicken Marketing
Quota Regulations ........................................................................................
SOR/2011-44
541
SOR/2011-45
2011-243
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Canadian Grain Regulations ..............................
Canadian Grain Commission
543
SOR/2011-46
2011-244
Transport
Regulations Amending the Atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996 ........
550
SOR/2011-47
2011-249
Industry
Regulations Amending the Radiocommunication Regulations
(Miscellaneous Program)..............................................................................
557
SOR/2011-48
2011-250
Public Safety and Emergency Regulations Amending the Reporting of Imported Goods
Regulations (Miscellaneous Program) ..........................................................
Preparedness
Canada Border Services
Agency
561
SOR/2011-49
Indian Affairs and Northern
Development
Order Amending the Indian Bands Council Elections
Order (Kahkewistahaw)................................................................................
564
SOR/2011-50
Indian Affairs and Northern
Development
Order Amending the Indian Bands Council Elections Order (Sawridge)......
567
SI/2011-15
2011-213
Indian Affairs and Northern
Development
Order Fixing February 15, 2011 as the Day on which Sections 10 and 11
of the Maanulth First Nations Final Agreement Act Come into Force..........
570
SI/2011-16
2011-236
Prime Minister
Order Transferring from the Minister of Environment to the Minister
of Indian Affairs and Northern Development the Powers, Duties and
Functions of the Portion of the Federal Public Administration of the
Mackenzie Gas Project Office ......................................................................
572
SI/2011-18
2011-246
Indian Affairs and Northern
Development
Order Fixing March 1, 2011 as the Day on which the First Nations
Certainty of Land Title Act Comes into Force..............................................
573
i
2011-03-02
INDEX
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
SOR:
SI:
SOR/2011-31—50 SI/2011-15—16 and 18
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Name of Statutory Instrument or Other Document
Statutes
Registration
number
Date
Atlantic Pilotage Tariff Regulations, 1996 — Regulations Amending......................
Pilotage Act
SOR/2011-46
17/02/11
550
SOR/2011-41
10/02/11
534
British Columbia Cranberry Order ............................................................................
Agricultural Products Marketing Act
SOR/2011-33
10/02/11
478
Canada Grain Regulations — Regulations Amending ..............................................
Canada Grain Act
SOR/2011-45
17/02/11
543
Canadian Chicken Marketing Quota Regulations — Regulations Amending ...........
Farm Products Agencies Act
SOR/2011-44
16/02/11
541
SOR/2011-39
10/02/11
519
SOR/2011-40
10/02/11
531
Food and Drug Regulations (Adverse Drug Reaction Reporting) —
Regulations Amending ........................................................................................
Food and Drugs Act
SOR/2011-31
10/02/11
460
Government Property Traffic Regulations (Miscellaneous Program) —
Regulations Amending ........................................................................................
Government Property Traffic Act
SOR/2011-43
10/02/11
539
Income Tax Regulations (2009 Livestock Deferral) — Regulations Amending .......
Income Tax Act
SOR/2011-32
10/02/11
474
Indian Bands Council Elections Order (Kahkewistahaw) — Order Amending.........
Indian Act
SOR/2011-49
18/02/11
564
Indian Bands Council Elections Order (Sawridge) — Order Amending ...................
Indian Act
SOR/2011-50
18/02/11
567
Medical Devices Regulations (1592 — Canada’s Access to Medicines Regime) —
Regulations Amending ........................................................................................
Food and Drugs Act
SOR/2011-42
10/02/11
537
Order Fixing February 15, 2011 as the Day on which Sections 10 and 11 of that
Act Come into Force............................................................................................
Maanulth First Nations Final Agreement Act
SI/2011-15
02/03/11
570
n
SI/2011-18
02/03/11
573
n
Pulp and Paper Effluent Regulations (Miscellaneous Program) —
Regulations Amending ........................................................................................
Fisheries Act
SOR/2011-38
10/02/11
515
Radiocommunication Regulations (Miscellaneous Program) —
Regulations Amending ........................................................................................
Radiocommunication Act
SOR/2011-47
17/02/11
557
Reporting of Imported Goods Regulations (Miscellaneous Program) —
Regulations Amending .......................................................................................
Customs Act
SOR/2011-48
17/02/11
561
Schedule 1 to the First Nations Goods and Services Tax Act, No. 2010-2 —
Order Amending ..................................................................................................
First Nations Goods and Services Tax Act
SOR/2011-36
10/02/11
503
Schedule to the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act —
Order Amending ..................................................................................................
Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act
SOR/2011-37
10/02/11
506
Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 — Order Adding ................................................................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
SOR/2011-34
10/02/11
481
Benzene in Gasoline Regulations (Miscellaneous Program) —
Regulations Amending ........................................................................................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Certain Department of Fisheries and Oceans Regulations (Miscellaneous
Program) — Regulations Amending....................................................................
Fisheries Act
Oceans Act
Fishing and Recreational Harbours Regulations — Regulations Amending .............
Fishing and Recreational Harbours Act
Order Fixing March 1, 2011 as the Day on which that Act Comes into Force ..........
First Nations Certainty of Land Title Act
ii
Page
Comments
n
2011-03-02
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 5
SOR/2011-31—50 SI/2011-15—16 and 18
INDEX — Continued
Name of Statutory Instrument or Other Document
Statutes
Registration
number
Date
Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 — Order Adding ................................................................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
SOR/2011-35
10/02/11
493
SI/2011-16
02/03/11
572
Transferring from the Minister of Environment to the Minister of Indian Affairs
and Northern Development the Powers, Duties and Functions of the Portion of
the Federal Public Administration of the Mackenzie Gas Project Office —
Order....................................................................................................................
Public Service Rearrangement and Transfer of Duties Act
iii
Page
Comments
n
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5
TABLE DES MATIÈRES DORS :
TR :
DORS/2011-31—50 TR/2011-15—16 et 18
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Numéro
d’enregistrement
Numéro
de C.P.
Ministre
Titre du texte réglementaire ou autre document
DORS/2011-31
2011-204
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues
(rapports sur les réactions indésirables aux drogues) ....................................
460
DORS/2011-32
2011-205
Finances
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur le revenu (report
au titre du bétail — 2009) .............................................................................
474
DORS/2011-33
2011-206
Agriculture et
Agroalimentaire
Décret sur les canneberges de la Colombie-Britannique...............................
478
DORS/2011-34
2011-207
Environnement
Santé
Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) ..............................
481
DORS/2011-35
2011-208
Environnement
Santé
Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) ..............................
493
DORS/2011-36
2011-209
Finances
Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur la taxe sur les produits et
services des premières nations nº 2010-2......................................................
503
DORS/2011-37
2011-210
Justice
Décret modifiant l’annexe de la Loi d’aide à l’exécution des
ordonnances et des ententes familiales .........................................................
506
DORS/2011-38
2011-218
Pêches et Océans
Règlement correctif visant le Règlement sur les effluents des
fabriques de pâtes et papiers .........................................................................
515
DORS/2011-39
2011-219
Pêches et Océans
Règlement correctif visant certains règlements (Ministère des Pêches
et des Océans)...............................................................................................
519
DORS/2011-40
2011-220
Pêches et Océans
Règlement modifiant le Règlement sur les ports de pêche et de plaisance....
531
DORS/2011-41
2011-221
Environnement
Santé
Règlement correctif visant le Règlement sur le benzène dans l’essence .......
534
DORS/2011-42
2011-222
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les instruments médicaux
(1592 — Régime canadien d’accès aux médicaments) .................................
537
DORS/2011-43
2011-223
Travaux publics et
Services gouvernementaux
Règlement correctif visant le Règlement relatif à la circulation sur les
terrains du gouvernement..............................................................................
539
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement
de la commercialisation des poulets..............................................................
541
DORS/2011-44
Page
DORS/2011-45
2011-243
Agriculture et
Agroalimentaire
Commission canadienne
des grains
Règlement modifiant le Règlement sur les grains du Canada .......................
543
DORS/2011-46
2011-244
Transports
Règlement modifiant le Règlement sur le tarif de l’Administration
de pilotage de l’Atlantique, 1996..................................................................
550
DORS/2011-47
2011-249
Industrie
Règlement correctif visant le Règlement sur la radiocommunication ...........
557
DORS/2011-48
2011-250
Sécurité publique et
Protection civile
Agence des services
frontaliers du Canada
Règlement correctif visant le Règlement sur la déclaration des
marchandises importées................................................................................
561
DORS/2011-49
Affaires indiennes et du
Nord canadien
Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes
(Kahkewistahaw) ..........................................................................................
564
DORS/2011-50
Affaires indiennes et du
Nord canadien
Arrêté modifiant l’Arrêté sur l’élection du conseil de bandes indiennes
(Sawridge) ....................................................................................................
567
Affaires indiennes et du
Nord canadien
Décret fixant au 15 février 2011 la date d’entrée en vigueur des
articles 10 et 11 de la Loi sur l’accord définitif concernant les
premières nations maanulthes .......................................................................
570
TR/2011-15
2011-213
TR/2011-16
2011-236
Premier ministre
Décret transférant les attributions du ministre de l’Environnement
prévues à la Loi relative aux répercussions du projet gazier Mackenzie
au ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien ...............................
572
TR/2011-18
2011-246
Affaires indiennes et du
Nord canadien
Décret fixant au 1er mars 2011 la date d’entrée en vigueur de la Loi sur
la certitude des titres fonciers des premières nations ....................................
573
iv
2011-03-02
INDEX
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5
DORS :
TR :
DORS/2011-31—50 TR/2011-15—16 et 18
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — revise
a — abroge
Titre du texte réglementaire ou autre document
Lois
Numéro
d’enregistrement
Date
Aliments et drogues (rapports sur les réactions indésirables aux drogues) —
Règlement modifiant le Règlement .....................................................................
Aliments et drogues (Loi)
DORS/2011-31
10/02/11
460
Annexe 1 de la Loi sur la taxe sur les produits et services des premières nations,
nº 2010-2 — Décret modifiant.............................................................................
Taxe sur les produits et services des premières nations (Loi)
DORS/2011-36
10/02/11
503
Annexe de la Loi d’aide à l’exécution des ordonnances et des
ententes familiales — Décret modifiant...............................................................
Aide à l’exécution des ordonnances et des ententes familiales (Loi)
DORS/2011-37
10/02/11
506
Attributions du ministre de l’Environnement prévues à la Loi relative aux
répercussions du projet gazier Mackenzie au ministre des Affaires indiennes
et du Nord canadien — Décret transférant...........................................................
Restructurations et les transferts d’attributions dans l’administration
publique (Loi)
TR/2011-16
02/03/11
572
Benzène dans l’essence — Règlement correctif visant le Règlement........................
Protection de l’environnement (Loi canadienne) (1999)
DORS/2011-41
10/02/11
534
Canneberges de la Colombie-Britannique — Décret.................................................
Commercialisation des produits agricoles (Loi)
DORS/2011-33
10/02/11
478
DORS/2011-39
10/02/11
519
Circulation sur les terrains du gouvernement — Règlement correctif visant le
Règlement relatif .................................................................................................
Circulation sur les terrains de l’État (Loi relative)
DORS/2011-43
10/02/11
539
Contingentement de la commercialisation des poulets — Règlement modifiant
le Règlement canadien.........................................................................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2011-44
16/02/11
541
Déclaration des marchandises importées — Règlement correctif visant le
Règlement............................................................................................................
Douanes (Loi)
DORS/2011-48
17/02/11
561
Décret fixant au 15 février 2011 la date d’entrée en vigueur des articles 10 et 11
de cette loi ...........................................................................................................
Accord définitif concernant les premières nations maanulthes (Loi)
TR/2011-15
02/03/11
570
n
Décret fixant au 1er mars 2011 la date d’entrée en vigueur de cette loi .....................
Certitude des titres fonciers des premières nations (Loi)
TR/2011-18
02/03/11
573
n
Effluents des fabriques de pâtes et papiers — Règlement correctif visant
le Règlement........................................................................................................
Pêches (Loi)
DORS/2011-38
10/02/11
515
Élection du conseil de bandes indiennes (Kahkewistahaw) —
Arrêté modifiant l’Arrêté.....................................................................................
Indiens (Loi)
DORS/2011-49
18/02/11
564
Élection du conseil de bandes indiennes (Sawridge) — Arrêté modifiant l’Arrêté ...
Indiens (Loi)
DORS/2011-50
18/02/11
567
Grains du Canada — Règlement modifiant le Règlement .........................................
Grains du Canada (Loi)
DORS/2011-45
17/02/11
543
Impôt sur le revenu (report au titre du bétail — 2009) — Règlement modifiant
le Règlement........................................................................................................
Impôt sur le revenu (Loi)
DORS/2011-32
10/02/11
474
Instruments médicaux (1592 — Régime canadien d’accès aux médicaments) —
Règlement modifiant le Règlement .....................................................................
Aliments et drogues (Loi)
DORS/2011-42
10/02/11
537
DORS/2011-40
10/02/11
531
Certains règlements (Ministère des Pêches et des Océans) —
Règlement correctif visant ...................................................................................
Pêches (Loi)
Océans (Loi)
Ports de pêche et de plaisance — Règlement modifiant le Règlement ......................
Ports de pêche et de plaisance (Loi)
v
Page
Commentaires
n
n
2011-03-02
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 5
DORS/2011-31—50 TR/2011-15—16 et 18
INDEX (suite)
Titre du texte réglementaire ou autre document
Lois
Numéro
d’enregistrement
Date
Page
Radiocommunication — Règlement correctif visant le Règlement ...........................
Radiocommunication (Loi)
DORS/2011-47
17/02/11
557
Substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) — Décret d’inscription..................................................
Protection de l’environnement (Loi canadienne) (1999)
DORS/2011-34
10/02/11
481
Substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) — Décret d’inscription..................................................
Protection de l’environnement (Loi canadienne) (1999)
DORS/2011-35
10/02/11
493
Tarif de l’Administration de pilotage de l’Atlantique, 1996 —
Règlement modifiant le Règlement .....................................................................
Pilotage (Loi)
DORS/2011-46
17/02/11
550
vi
Commentaires
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising