Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 145, no 1
Vol. 145, No. 1
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, JANUARY 5, 2011
OTTAWA, LE MERCREDI 5 JANVIER 2011
Statutory Instruments 2011
Textes réglementaires 2011
SOR/2010-306 to 315
DORS/2010-306 à 315
Pages 2 to 41
Pages 2 à 41
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 5, 2011, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Partie II de la Gazette du Canada est publiée en vertu de la Loi sur les
textes réglementaires le 5 janvier 2011, et au moins tous les deux mercredis
par la suite.
Part II of the Canada Gazette contains all “regulations” as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Partie II de la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to Publishing and Depository Services, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Partie II
de la Gazette du Canada est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $.
Pour les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes aux
Éditions et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable Document Format (PDF) and
in HyperText Mark-up Language (HTML) as the alternate format. The PDF
format of Part I, Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is
published simultaneously with the printed copy.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de document
portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme média substitut. Le
format PDF en direct de la Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel
depuis le 1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
For information regarding reproduction rights, please contact Public Works
and Government Services Canada, by telephone at 613-996-6886 or by email
at droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par courriel à l’adresse
droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2011
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-306
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
December 15, 2010
Enregistrement
DORS/2010-306
Le 15 décembre 2010
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Order Amending the Pardon Services Fees Order
Arrêté modifiant l’Arrêté sur le prix à payer pour
des services en vue d’une réhabilitation
Whereas section 4 of the User Fees Acta has been complied
with in respect of the fees fixed in the annexed Order;
Attendu que les conditions prévues à l’article 4 de la Loi sur les
frais d’utilisationa ont été remplies à l’égard des droits fixés par
l’arrêté ci-après,
À ces causes, en vertu du décret C.P. 1995-698 du 26 avril
1995b et de l’alinéa 19(1)b)c de la Loi sur la gestion des finances
publiquesd, le ministre de la Sécurité publique prend l’Arrêté modifiant l’Arrêté sur le prix à payer pour des services en vue d’une
réhabilitation, ci-après.
Ottawa, le 14 décembre 2010
Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
VIC TOEWS
Therefore, the Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness, pursuant to Order in Council P.C. 1995-698 of
April 26, 1995b and paragraph 19(1)(b)c of the Financial Administration Actd, hereby makes the annexed Order Amending the
Pardon Services Fees Order.
Ottawa, December 14, 2010
VIC TOEWS
Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
ORDER AMENDING THE PARDON
SERVICES FEES ORDER
ARRÊTÉ MODIFIANT L’ARRÊTÉ SUR LE PRIX À
PAYER POUR DES SERVICES EN VUE
D’UNE RÉHABILITATION
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 3 of the Pardon Services Fees Order1 is replaced
by the following:
3. Any person referred to in subsection 3(1) of the Criminal
Records Act who applies to the National Parole Board for a pardon pursuant to that Act shall pay for all pardon services provided
by the National Parole Board a fee of $150 to be paid to the order
of the Receiver General.
1. L’article 3 de l’Arrêté sur le prix à payer pour des services
en vue d’une réhabilitation1 est remplacé par ce qui suit :
3. Toute personne visée au paragraphe 3(1) de la Loi sur le casier judiciaire qui présente une demande de réhabilitation à la
Commission nationale des libérations conditionnelles en vertu de
cette loi doit payer la somme de 150 $ à l’ordre du receveur général pour la prestation de services en vue d’une réhabilitation par la
Commission nationale des libérations conditionnelles.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force 14 days after the day on the
day on which it is registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur quatorze jours après
la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
Executive summary
Résumé
Question : La Loi sur le casier judiciaire (LCJ) autorise la
Commission des libérations conditionnelles du Canada (la
Commission) à octroyer, refuser ou révoquer la réhabilitation
Issue: The Criminal Records Act (CRA) authorizes the Parole
Board of Canada (hereafter referred to as the Board) to grant,
deny or revoke pardons for offences under federal acts or
———
———
a
a
b
c
d
1
2
S.C. 2004, c. 6
SI/95-59
S.C. 1991, c. 24, s. 6
R.S., c. F-11
SOR/95-210
b
c
d
1
L.C. 2004, ch. 6
TR/95-59
L.C. 1991, ch. 24, art. 6
L.R., ch. F-11
DORS/95-210
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
regulations. Over the past five years, annual volumes of pardon applications received by the Board have doubled, increasing from 18 000 to almost 36 000. The $50 fee for processing
a pardon application was introduced in 1994/95 and has remained unchanged. Without the increase to this user fee, the
Board’s capacity to meet its legislated mandate would be
jeopardized.
Description: The $50 fee for processing a pardon application
was introduced in 1994/95 and has remained unchanged. This
user fee is shared between the Board ($35) and the RCMP
($15) and was based on the distribution of work needed by
each organization to process a pardon.
The Board is proposing to increase the fee of a pardon application from $50 to $150, which includes an increase of $100
in the Board component of the fee. The RCMP declined to
proceed with an increase in its component of the fee (i.e. $15)
at this time.
Cost-benefit statement: Over a 10-year period, the proposed
fee change would incur additional costs on pardon applicants.
While costs are significant, the cost-benefit analysis generally
demonstrates that the benefits of the proposed fee increase,
when compared to the alternative of the pardon system being
unsustainable, outweigh the costs by a significant degree and
over a number of possible scenarios.
Performance measurement and evaluation plan: Following
the implementation of the new user fee, the Board will monitor its impacts and effects on the pardons program. The results
of this work will be provided in annual Departmental Performance Reports to Parliament.
(ci-après « pardon ») à toute personne condamnée pour une
infraction à une loi fédérale ou à ses règlements. Au cours des
cinq dernières années, le nombre annuel de demandes de pardon reçues par la Commission a pratiquement doublé, passant
ainsi de 18 000 à près de 36 000. Les frais de 50 $ exigés pour
le traitement d’une demande de pardon ont été fixés en 19941995 et n’ont jamais changé depuis. Sans l’augmentation de
ces frais de service, la capacité de la Commission à traiter les
demandes en conformité avec son mandat prescrit par la loi
serait menacée.
Description : Les frais de 50 $ exigés pour le traitement d’une
demande de pardon ont été fixés en 1994-1995 et n’ont jamais
changé depuis. La répartition de ces frais d’utilisation entre la
Commission (35 $) et la Gendarmerie royale du Canada
(GRC) [15 $] est fondée sur la quantité de travail nécessaire à
chaque organisation pour traiter une demande.
La Commission propose de faire passer le montant exigé pour
une demande de pardon de 50 $ à 150 $, ce qui inclut une
augmentation de 100 $ de la part de la Commission. Jusqu’à
présent, la GRC a refusé d’augmenter sa part des frais de 15 $.
Énoncé des coûts et avantages : Sur une période de 10 ans,
l’augmentation des frais et les nouvelles normes de service
proposées entraîneraient pour les demandeurs de pardon des
frais additionnels.
Bien qu’il s’agisse là de coûts importants, l’analyse coûtsavantages révèle de manière générale que, si on la compare à
la non-viabilité du système de traitement des demandes de
pardon, la majoration proposée entraînerait des avantages nettement supérieurs aux coûts, et ce, suivant plusieurs scénarios.
Mesures de rendement et plan d’évaluation : Après l’adoption des nouveaux frais de service, la Commission surveillera
les impacts et effets de ces frais sur le programme de pardon.
Les résultats de l’augmentation provisoire seraient fournis au
Parlement par la voie de rapports ministériels annuels sur le
rendement.
Issue
Question
The Criminal Records Act (CRA) authorizes the Parole Board
of Canada (or the Board) to grant, deny or revoke pardons for
offences under federal acts or regulations. The Board is also responsible, under the Corrections and Conditional Release Act
(CCRA), for making conditional release decisions for all federal
offenders and for provincial offenders in the eight provinces and
three territories that do not have their own parole boards.
La Loi sur le casier judiciaire (LCJ) autorise la Commission à
octroyer, refuser ou révoquer la réhabilitation (ci-après « pardon ») à toute personne condamnée pour une infraction à une loi
fédérale ou à ses règlements. La Commission est aussi responsable, au sens de la Loi sur le système correctionnel et la mise en
liberté sous condition (LSCMLC), des mises en liberté sous condition de tous les délinquants sous responsabilité fédérale ainsi
que les délinquants sous responsabilité provinciale dans les huit
provinces et les trois territoires qui n’ont pas leur propre commission des libérations conditionnelles.
Le projet de loi C-23A est entré en vigueur le 29 juin 2010,
modifiant la LCJ de façon à :
• allonger la période d’inadmissibilité au pardon pour certaines
infractions;
• conférer à la Commission le pouvoir de mener des enquêtes
relativement aux demandes de pardon, et ce, peu importe
l’infraction;
• donner à la Commission la possibilité de tenir compte, à sa
discrétion, de facteurs additionnels pour rendre des décisions
relativement à des pardons;
On June 29, 2010, Bill C-23A came into force, amending the
CRA to
• increase the ineligibility period for a pardon for certain
offences;
• ensure that the Board has the authority to make inquiries with
regard to pardon applications for all types of offences;
• ensure that the Board has the discretion to consider additional
factors in the decision-making process for pardons; and
3
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
•
establish factors the Board may consider in determining
whether the grant of the pardon would bring the administration of justice into disrepute.
A pardon allows people who were convicted of a criminal offence, but have completed their sentence and demonstrated they
are law-abiding citizens for a prescribed number of years, to have
their judicial record kept separate and apart from other criminal
records so that it no longer reflects adversely on them. A pardon
removes any disqualification under federal legislation resulting
from the conviction. A pardon does not erase the fact that a person was convicted of an offence. For example, a pardon does not
guarantee entry into, or visa privileges from another country. It
can be a necessary step for obtaining entry to certain countries,
such as the United States.
Over 3 million Canadians have criminal records, approximately
1.5 million are eligible to apply for a pardon, and the number of
people eligible grows by approximately 60 000 ever year (although most eligible people do not apply for a pardon). Over the
past five years, the annual volume of pardon applications received
by the Board has doubled, increasing from 18 000 to almost
36 000.
The $50 fee for processing a pardon application was introduced
in 1994/95 and has remained unchanged. This user fee is shared
between the Board ($35) and the RCMP ($15) and was based on
the distribution of work needed by each organization to process a
pardon.
Without the increase to the user fee, the Board’s capacity to
meet its legislated responsibilities would be jeopardized. Costs for
the processing of pardon applications have increased substantially. As well, given the substantial increase in applications received during the past years, the workload in the pardons program
has added to the challenge in the Board’s ability to manage its
legislated responsibilities in an effective manner.
N.B. In accordance with the User Fee Act (UFA), the proposal
to increase the user fee to $150 was tabled in both Houses. The
proposal was adopted by the House of Commons on October 20,
2010. On November 24, 2010, the Senate also adopted the proposal, however, noted that the Senate Standing Committee on
Legal and Constitutional Affairs issued a report with observations
including those with respect to future consultation for the full cost
recovery proposal.
•
prévoir des facteurs que la Commission pourra examiner afin
de déterminer si le fait d’octroyer le pardon serait susceptible
de déconsidérer l’administration de la justice.
Le pardon permet aux personnes qui ont été déclarées coupables d’une infraction criminelle, qui ont fini de purger leur peine
et qui ont démontré qu’elles sont depuis un nombre d’années
prescrit des citoyens respectueux des lois, que leur casier judiciaire soit gardé à part des autres casiers judiciaires, et ce, dans le
but de ne plus ternir leur réputation. Le pardon fait cesser toute
incapacité que la condamnation pouvait entraîner aux termes
d’une loi fédérale. Il n’efface toutefois pas le fait qu’une personne
a été condamnée pour une infraction. Par exemple, le pardon ne
garantit pas l’entrée dans un autre pays ou l’obtention d’un visa.
Le pardon peut être une étape nécessaire à faciliter l’entrée dans
certains pays, notamment aux États-Unis.
Plus de trois millions de Canadiens ont un casier judiciaire et
environ 1,5 million d’entre eux sont admissibles à présenter une
demande de pardon. Ce nombre connaît une croissance d’environ
60 000 personnes par année, quoique la plupart des personnes qui
peuvent présenter une demande de pardon ne le fassent pas. Au
cours des cinq dernières années, le nombre annuel de demandes
de pardon reçues par la Commission a pratiquement doublé, passant ainsi de 18 000 à près de 36 000.
Les frais de 50 $ exigés pour le traitement d’une demande de
pardon ont été adoptés en 1994-1995 et n’ont jamais changé
depuis. La répartition des frais de service entre la Commission
(35 $) et la GRC (15 $) est fondée sur la quantité de travail nécessaire à chaque organisation pour traiter une demande.
Sans l’augmentation des frais de service, la capacité de la
Commission à traiter les demandes, en conformité avec son mandat prescrit par la loi, serait menacée. Étant donné que le nombre
de demandes et les coûts de traitement de celles-ci ont considérablement augmenté au cours des dernières années, la charge de
travail accrue liée au programme de pardon fait en sorte que la
Commission a de la difficulté à remplir les responsabilités que lui
confère la loi.
N.B. Conformément à la Loi sur les frais d’utilisation (LFU),
la proposition de majorer les frais à 150 $ a été déposée devant les
deux chambres du Parlement. Elle a été adoptée par la Chambre
des communes le 20 octobre 2010. Le Sénat l’a adoptée à son tour
le 24 novembre; il a toutefois signalé que le Comité sénatorial
permanent des affaires juridiques et constitutionnelles a publié un
rapport contenant des observations qui portaient notamment sur
une consultation future au sujet de la proposition de recouvrement
complet des coûts.
Objectives
Objectifs
This proposal seeks to increase the fee for a pardon application
from $50 to $150. This proposed fee increase represents the first
step in the Government’s plan to move to full cost-recovery for
the pardons program. The increase to $150 is based on a partial
cost-recovery approach linked to the direct cost for processing a
pardon application prior to implementation of Bill C-23A. This is
an interim measure designed to provide the Board with increased
capacity to manage heavy and ongoing pardon workloads, while
addressing important changes in the pardon process as a result of
Bill C-23A, and preparing for implementation for a full costrecovery approach for pardons.
Cette proposition vise l’augmentation du droit de services actuel de 50 $ d’une demande de pardon à celui de 150 $. Elle est la
première étape du plan du gouvernement en vue de la majoration
des coûts aux coûts totaux de l’administration du programme des
pardons. L’augmentation des frais de services à 150 $ est basée
sur une récupération partielle des coûts reliés au traitement d’une
demande de pardon, et ceci, avant la mise en œuvre du projet de
loi C-23A. Il s’agit ici d’une mesure provisoire qui permet à la
Commission de traiter avec une plus grande efficacité une charge
de travail toujours grandissante de demandes de pardon jusqu’à ce
qu’elle se penche sur les répercussions du projet de loi C-23A sur
son programme des pardons, et jusqu’à l’introduction de la récupération des coûts réels du traitement des demandes de pardon.
4
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
The $50 fee for processing a pardon application introduced in
1994–95 is shared between the Board ($35) and the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) [$15]. The distribution of this fee
is based on the distribution of the work required by each organization to process a pardon. While the $50 fee has never been
raised, the costs of processing a pardon application and the number of applications received annually have risen significantly over
the past 15 years. At the current $50 fee, the pardons program is
unsustainable, which jeopardizes the Board’s ability to meet its
legislated mandate.
Les frais de 50 $ exigés pour le traitement d’une demande de
pardon adoptés en 1994-1995 sont répartis entre la Commission
(35 $) et la GRC (15 $). Cette répartition est fondée sur la quantité de travail nécessaire à chaque organisation pour traiter une
demande. Bien que le droit de services n’ait jamais été majoré, les
coûts de traitement des demandes de pardon et le nombre de demandes de pardon reçu à chaque année ont augmenté considérablement au cours des 15 dernières années. Les frais actuels de
50 $ ne soutiennent plus le programme de pardon et porte atteinte
au mandat de la Commission que lui confère la loi.
Description
Description
The Board is proposing to increase its fee for a pardon application from $50 to $150, including an increase of $100 in the
Board’s component of the fee. The RCMP declined to proceed
with an increase in its component of the fee (i.e. $15) at this time.
La Commission souhaite faire passer le montant exigé pour une
demande de pardon de 50 $ à 150 $, ce qui inclut une augmentation de 100 $ de la part de la CNLC. Jusqu’à présent, la GRC a
refusé d’augmenter sa part des frais de 15 $.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
The Board considered numerous approaches, both regulatory
and non-regulatory, to strengthen capacity for managing workloads associated with the processing of pardon applications. Initially, the Board developed measures to enhance productivity
such as process streamlining, policy refinement and improvements to the automated system used to support application processing. These improvements were necessary and beneficial, but
fall far short of providing capacity for managing current workload
levels that approach 36 000 applications per year.
La Commission a pris en compte de nombreuses options, tant
réglementaires que non réglementaires, afin de renforcer sa capacité à gérer la charge de travail liée au traitement des demandes
de pardon. En premier lieu, la Commission a développé des mesures pour accroître sa productivité telles que la rationalisation du
processus, la revue et l’amélioration des directives et la modernisation du système automatisé de traitement des demandes. Ces
améliorations essentielles ont été bénéfiques, mais elles ont été
nettement insuffisantes à procurer à la Commission les moyens
de traiter la charge de travail qui frôle les 36 000 demandes par
année.
Finalement, la Commission a pris en compte trois options lors
de l’élaboration de la proposition d’augmentation des frais :
• Statu quo
• Réaffectation interne des ressources
• Augmentation des frais (partielle ou totale)
Finally, the Board considered three options in developing a
proposal for a fee increase:
• Status quo
• Internal re-allocation of resources
• Fee increases (partial or full increase)
Status quo: fee of $50.00, including $35.00 for the Board and
$15.00 for the RCMP. This option was rejected because it was not
feasible from a resource or operational perspective. The Board
does not have the resources to manage the existing workload. As
a result, backlogs of applications would be permanent. Process
times for pardon applications would lengthen considerably. Public credibility would be adversely affected and the effectiveness
of the pardons program would be undermined.
Statu quo : Droit de service de 50 $, représentant 35 $ à la
Commission et 15 $ à la GRC. Cette option a été rejetée puisqu’elle ne tient pas compte des ressources humaines et financières. La Commission n’a pas les moyens de maintenir la charge de
travail existante; il en résulte donc un arriéré du traitement des
demandes qui deviendrait permanent. Le temps de traitement des
demandes de pardon augmenterait considérablement et ainsi engendrerait une opinion publique négative qui porterait atteinte à la
réputation du programme de pardon et minerait son efficacité.
Internal re-allocation of resources: to address the backlog in
applications in recent years, the Board re-allocated funds from its
conditional release program. While this measure addressed the
backlog, it is not sustainable and would jeopardize the Board’s
ability to meet its legislated responsibilities in the conditional
release program.
Réaffectation interne des ressources : au cours des dernières
années, la Commission a réattribué une partie des fonds destinés à
son programme de mise en liberté sous condition au programme
des pardons dans le but de supprimer l’arriéré des demandes de
pardon. Bien que cette solution se soit avérée efficace à court
terme, elle ne peut pas être préconisée à long terme, car elle risquerait de mettre en péril la responsabilité de la Commission à se
conformer aux exigences que lui confère la loi.
Partial or Full-cost recovery: Post Bill C-23A, the Government
plans to move to full cost-recovery for the pardons program. The
increase to $150 is based on a partial cost-recovery approach
linked to the direct cost for processing a pardon application prior
to implementation of Bill C-23A. This is an interim measure designed to provide the Board with increased capacity to manage
heavy and ongoing pardon workloads, while addressing important
changes in the pardon process as a result of Bill C-23A, and
Augmentation des frais (partielle ou totale) : à la suite du projet
de loi C-23A, le gouvernement compte percevoir les coûts totaux
du traitement d’une demande de pardon. L’augmentation des frais
à 150 $ ne représente qu’une partie des coûts réels au traitement
d’une demande de pardon. Il s’agit là d’une mesure provisoire
permettant à la Commission de gérer efficacement un nombre
toujours grandissant de demandes de pardon, jusqu’à ce qu’elle
ait évalué les répercussions de la mise en œuvre du projet de
5
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
preparing for implementation for a full cost-recovery approach
for pardons.
loi C-23A, et ainsi dans le but de se préparer à exiger un montant
qui représenterait les coûts réels du traitement d’une demande de
pardon.
Costs and revenue estimates
Estimation des coûts et des recettes
In preparation for development of the proposal to increase the
pardons user fee, the Board carried-out a comprehensive exercise
to identify the costs for processing an application, using the
methodology developed by the Treasury Board and endorsed by
the Office of the Auditor General. This costing exercise, completed prior to the implementation of Bill C-23A, identified total
direct costs for the Board of $135 for processing a pardon application. The tasks specifically linked to moving an application
from start to finish through the process, are outlined below:
En vue de l’élaboration de la proposition d’augmenter les frais
d’utilisation des services de pardon, la Commission a répertorié
l’ensemble des coûts rattachés au traitement d’une demande en se
servant de la méthode conçue par le Conseil du Trésor et entérinée par le Bureau du vérificateur général. Cet exercice d’établissement des coûts, qui a été effectué avant l’entrée en vigueur
du projet de loi C-23A, a permis de déterminer que le traitement
d’une demande de pardon, c’est-à-dire les tâches à accomplir du
début à la fin du processus, occasionnait à la Commission des
coûts directs de 135 $ au total :
TASK
• Screening, investigation, preparation of
cases for decision-making, issuing
pardons, and notification of pardons
awarded (Pardons Division)
DIRECT
COST ($)
$120.00
TÂCHE
• Examen préliminaire, enquête,
préparation du dossier aux fins de la prise
de décision, délivrance du pardon et
notification à la personne concernée
(Division des pardons)
COÛT
DIRECT ($)
120 $
•
Decisions by Board members to grant,
deny or revoke pardons
(Appeal Division)
$3.00
•
Décision, prise par un ou des
commissaires, d’octroyer, de refuser ou
de révoquer le pardon (Section d’appel)
3$
•
Mail services, postage and management
of records associated with pardon
applications (Information Management)
$10.00
•
Services du courrier, affranchissement et
gestion des documents liés à la demande
(Gestion de l’information)
10 $
•
Receipt of payments for user fees,
deposit in Consolidated Revenue Fund,
refunds (Financial Services)
$2.00
•
Réception du paiement des frais et
versement au Trésor ou remboursement
(Services financiers)
2$
$135.00
TOTAL
TOTAL
The following table provides estimates of costs for processing
pardon applications in the fiscal year 2010–11. To determine estimates of applications received and processed, the Board considered trends in application volumes in recent years and the anticipated impact of introduction of the higher fee in the short and
long term. Based on this assessment, the Board anticipates that
there will be an increase in applications in the period between
announcement of the new fee and its implementation as applicants attempt to have their application considered under the $50
fee scheme.
It should be noted that the Board only collects the user fee
when applications are processed in their entirety. On average,
each year 20–25% of applications received are not processed because they are incomplete, the applicant is ineligible to apply or
the user fee is not included with the application. As a result, while
work is done on these applications, the fee is not collected.
6
135 $
Le tableau suivant présente une estimation des coûts engendrés
par le traitement des demandes de pardon au cours de l’exercice
2010-2011. Pour évaluer le nombre de demandes reçues et traitées, la Commission a tenu compte des tendances observées ces
dernières années à cet égard et de l’effet prévu de la hausse des
frais d’utilisation, à court et à long terme. Selon cette évaluation,
la Commission prévoit qu’il y aura une augmentation du nombre
de demandes durant l’intervalle entre l’annonce du nouveau montant des frais d’utilisation et son entrée en vigueur, car les demandeurs tenteront de faire examiner leur cas pendant que les frais
sont encore de 50 $.
Il convient de mentionner que la Commission encaisse le paiement des frais exigés seulement quand la demande est traitée dans
sa totalité. En moyenne, chaque année, de 20 à 25 % des demandes reçues ne sont pas traitées parce qu’elles sont incomplètes,
que les demandeurs ne sont pas admissibles ou qu’elles ne sont
pas accompagnées du paiement des frais. Ainsi, même si le personnel consacre un certain temps à ces demandes, les frais ne sont
pas perçus.
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Parole Board of Canada Cost Elements*
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
2010/2011
Éléments de coût de la Commission des libérations
conditionnelles du Canada*
2010-2011
Applications Received (1)
30 000
Demandes reçues (1)
30 000
Applications Processed (2)
24 000
Demandes traitées (2)
24 000
Direct Costs
•
Application Processing
•
Pardon Decision-Making
•
Records Management
•
Fee Administration
Sub-total Direct costs
Coûts directs
$2,880,000.00
•
Traitement des demandes
$72,000.00
•
Décisions relatives au pardon
$240,000.00
•
Gestion des documents
$48,000.00
•
Administration des frais perçus
$3,240,000.00
Sous-total — coûts directs
2 880 000 $
72 000 $
240 000 $
48 000 $
3 240 000 $
Indirect Costs (3)
$2,376,000.00
Coûts indirects (3)
2 376 000 $
Total Costs (4)
$5,616,000.00
Total des coûts directs (4)
5 616 000 $
*Please note that this does not include the RCMP.
(1) Projections based on recent trends and anticipated impact of introduction of the
new fee.
(2) 80% of applications received.
(3) Indirect cost elements include policy development and advice; communications
and public information; human resource services; legal services; security services; audit and evaluation services; performance measurement; and corporate
management.
(4) Bill C-23A will introduce greater complexity to the processing of pardon applications. Costs are expected to increase accordingly.
Board Revenue Elements
•
Pardon User Fee (1)
2010/2011
$1,640,000.00
*Veuillez noter que ceci n’inclut pas la GRC.
(1) Les projections sont fondées sur les récentes tendances et sur l’incidence prévue
de l’introduction des nouveaux frais.
(2) 80 % des demandes reçues.
(3) Les coûts indirects comprennent : élaboration de politiques et conseils, communication et information au public, services de ressources humaines, services juridiques, services de sécurité, services liés aux vérifications et à l’évaluation,
mesure du rendement et gestion ministérielle.
(4) Avec l’entrée en vigueur du projet de loi C-23A, il deviendra plus complexe de
traiter les demandes de pardon. On s’attend donc à ce que les coûts augmentent
en conséquence.
Éléments de recette de la Commission
•
Frais exigés des demandeurs de
pardon (1)
2010-2011
1 640 000 $.00
(1) The revenues of the user fees required from the pardon applicants are equal to
the direct costs for processing pardon applications, and represent 58% of the full
costs
(1) Les recettes issues des frais exigés des demandeurs de pardon sont égales aux
coûts directs de traitement des demandes de pardon, et elles représentent 58 %
des coûts totaux.
In 2010–11, revenues are lower than direct costs because implementation of the user fee increase to $150 is not expected until
December 2010.
En 2010-2011, les recettes sont plus basses que les coûts directs puisque l’augmentation des frais d’utilisation à 150 $ ne
devrait pas être appliquée avant décembre 2010.
Benefits and costs
A full cost-benefit analysis of the proposed increase to the pardons user fee was conducted in 2009. The cost-benefit analysis at
that time supported the partial cost recovery model as a viable
option, based on the argument that the granting of pardons provides both private benefits to the applicant and public benefits to
Canadian society.
The cost-benefit analysis generally demonstrates that the benefits of the proposed fee increase, compared to the alternative (the
pardon granting system remaining unsustainable), significantly
outweigh the costs. It also benefits Canadians as a whole by contributing to a greater reintegration of individuals with a criminal
record to full participation in society. In 2010, the Government
directed the Board to pursue a full cost-recovery approach for
pardons. Detailed costing and analyses are now underway to assess the impacts of this approach, particularly in terms of the
changes to the pardons process as a result of Bill C-23A. Costs
(direct and indirect) outlined in this report, however, remain valid
for the purposes of partial cost-recovery.
Avantages et coûts
En 2009, on a réalisé une analyse coûts-avantages complète du
projet d’augmenter les frais exigés des demandeurs de pardon.
Cette analyse avait validé le choix du modèle de recouvrement
partiel des coûts comme une option viable, l’argument étant que
l’octroi de pardons procure à la fois des avantages personnels aux
demandeurs et des avantages collectifs à la société canadienne.
De façon générale, l’analyse coûts-avantages démontre que les
effets bénéfiques de la hausse proposée des frais d’utilisation,
comparativement à l’autre option (ne rien faire pour assurer la
viabilité du système d’octroi de pardons), dépassent considérablement les coûts. Cette augmentation profiterait aussi à la population canadienne dans son ensemble en favorisant la réinsertion
d’un plus grand nombre de personnes ayant un casier judiciaire
qui pourraient ainsi apporter leur pleine contribution à la société.
En 2010, le gouvernement a demandé à la Commission d’adopter
une démarche visant à recouvrer pleinement les coûts du programme de pardon. Des évaluations et des analyses détaillées des
coûts ont été entreprises afin d’étudier les répercussions de cette
démarche, en particulier en ce qui a trait aux changements sur le
processus de pardon qui découlent de l’application du projet de
loi C-23A. Toutefois, les coûts (directs et indirects) donnés dans
ce rapport demeurent valides pour les besoins du recouvrement
partiel des coûts.
7
2011-01-05
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
A. Monetizable Impacts — millions ($2002 CAD)
Stakeholder
Description
PV Costs
PV
Benefits
First Year
(2010)
Last Year
(2019)
Average
$64.03
$5.19
$14.19
$9.46
Pardon
Applicants
Applicants who receive pardons will benefit from more
travel and work opportunities.
Pardon
Applicants
Increased fee will cost applicants more.
$25.34
$3.20
$3.93
$3.55
Implementation of new service standards and anticipated
continued growth in pardon applications combined with
increasing costs to assess applications will potentially cause
budgetary shortfalls.
$3.40
-$0.61
$2.24
$0.67
THE
BOARD
Total
$28.74
Net Present
Value (PV)
(8% discount rate)
$35.29
$64.03
B. Quantifiable Impacts
Stakeholder
Description
Total
First Year
Last Year
Average
Pardon
Applicants
Number of additional applications processed under the new policy.
265 272
16 224
37 227
26 527
Pardon
Applicants
Number of additional pardons under the proposal.
209 917
12 838
29 458
20 992
C. Qualitative Impacts
Stakeholder
Description
THE BOARD
The Board’s capacity to respond as per acceptable service standards would be jeopardized without an increase. Given the substantial increase in
the number of applications received, and their costs, during the past years, the workload in the pardons program has added to the challenge in the
Board’s ability to manage its legislated responsibilities in an effective manner.
Families of
applicants
RCMP
Canadian Public
Families and friends of individuals who receive pardons will benefit, as those who receive a pardon have increased opportunities (e.g. for
employment and housing).
There should not be an impact on the RCMP.
The provision of a pardon ensures careful consideration is given to issues of public safety while assisting individuals’ reintegration into society,
which decreases the probability of re-offending.
A pardon provides an opportunity for recipients to contribute to their communities as law-abiding citizens. Most individuals (over 96%) who
receive a pardon remain crime free, demonstrating the value of a pardon as a long-term measure for community reintegration.
A. Impacts monnayables (en millions $CAN de 2002)
Intervenant
Demandeurs
de pardon
Demandeurs de
pardon
CNLC
Description
VA des coûts
Obtenir un pardon améliore les possibilités d’emploi et de
voyage.
VA des
avantages
Première
année (2010)
Dernière
année (2019)
Moyenne
64,03 $
5,19 $
14,19 $
9,46 $
L’augmentation des frais se traduira par une hausse des
coûts pour les demandeurs.
25,34 $
3,20 $
3,93 $
3,55 $
La mise en place des nouvelles normes de service,
l’augmentation constante prévue du nombre de demandes de
pardon ainsi que la hausse des coûts liés au traitement des
demandes occasionneront possiblement un déficit
budgétaire.
3,40 $
-0,61 $
2,24 $
0,67 $
Total
28,74 $
Valeur actualisée
nette (VA) (taux
d’actualisation de
8 %)
35,29 $
64,03 $
B. Impacts quantifiables
8
Intervenant
Description
Total
Première
année
Dernière
année
Moyenne
Demandeurs de
pardon
Nombre de demandes additionnelles traitées suivant la nouvelle politique.
265 272
16 224
37 227
26 527
Demandeurs de
pardon
Nombre de pardons additionnels suivant la nouvelle proposition.
209 917
12 838
29 458
20 992
2011-01-05
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
C. Impacts qualitatifs
Intervenant
Description
Commission
S’il n’y a pas d’augmentation des frais d’utilisation, la capacité de la Commission de remplir son mandat défini par la loi sera compromise. Étant
donné que le nombre de demandes reçues et les coûts de traitement de celles-ci ont considérablement augmenté au cours des dernières années, la
charge de travail engendrée par le programme de pardon fait en sorte qu’il est encore plus difficile pour la Commission de s’acquitter
efficacement des responsabilités que lui attribue la loi.
Famille des
candidats
Il y aura des effets bénéfiques pour la famille et les amis des personnes qui obtiennent un pardon, car celles-ci auront de meilleures possibilités
(par exemple en matière d’emploi et de logement).
GRC
Population
canadienne
Il ne devrait pas y avoir d’incidence sur la GRC.
Le processus d’octroi d’un pardon assure une prise en compte rigoureuse des questions de sécurité publique tout en favorisant la réintégration des
personnes dans la société, ce qui diminue la probabilité de récidive.
Un pardon donne à la personne concernée la possibilité d’apporter sa contribution à sa collectivité en tant que citoyen respectueux des lois. La
plupart des personnes qui obtiennent un pardon (plus de 96 %) ne récidivent pas, ce qui démontre la valeur du pardon comme mesure de
réinsertion sociale à long terme.
Compliance with the User Fees Act
Conformité à la Loi sur les frais d’utilisation
(A) Consultations with primary partner (prior to Bill C-23A)
(A) Consultations auprès du principal partenaire (avant l’entrée
en vigueur du projet de loi C-23A)
In fall 2008, consultations were held with the RCMP to discuss
the Board’s plans to increase the fee to $150 and to determine
whether or not the RCMP would also seek an increase in its component of the pardons user fee. RCMP representatives indicated
that they were not ready to proceed with proposals for an increase
in their component at this time.
À l’automne 2008, des consultations ont été menées auprès de
la GRC en vue d’examiner la proposition de la CNLC d’augmenter les frais à 150 $ et de déterminer si la GRC hausserait également la portion des frais qu’elle perçoit des utilisateurs du système de pardon. Les représentants de la GRC ne souhaitent pas
augmenter leur portion des frais pour l’instant.
(B) Consultations with external stakeholders (prior to
Bill C-23A)
(B) Consultations auprès des intervenants externes (avant l’entrée
en vigueur du projet de loi C-23A)
Previous attempts by the Board to consult directly with pardon
recipients or potential pardon applicants have proven unsuccessful as these groups have generally been unwilling to come forward to participate. By definition, users of pardons services have
criminal records, and many have not revealed their records to
family and friends.
La CNLC a précédemment tenté de mener des consultations directes auprès des personnes ayant obtenu leur pardon et des candidats potentiels au pardon, mais ces tentatives ont échoué, car
ces groupes ne sont généralement pas disposés à participer au
processus. Par définition, les personnes qui utilisent ce service ont
un casier judiciaire, et plusieurs n’ont pas révélé à leur famille et
amis qu’ils détiennent un casier judiciaire.
Conséquemment, la Commission a rencontré des représentants
des Associations nationales intéressées à la justice criminelle
(ANIJC) qui représentent des groupes de défense des délinquants
provenant de partout au pays, afin qu’elles examinent la hausse
proposée des frais et l’incidence de cette augmentation sur les
demandeurs de pardon.
Les consultations ont principalement porté sur les trois thèmes
suivants : la nécessité de traiter les demandes de pardon dans un
délai raisonnable; la simplification du processus de demande de
pardon pour les demandeurs. Les demandes en ligne ont aussi été
identifiées comme un moyen d’améliorer le processus. La simplification du processus de demande de pardon a été considérée
comme une mesure importante pour faire en sorte que bon nombre de demandeurs n’aient plus à recourir aux services d’une
tierce partie pour demander un pardon. Les candidats qui font
affaire avec des entreprises privées qui se spécialisent dans les
demandes de pardon paient beaucoup plus au bout du compte, car
celles-ci exigent des frais pour les aider à monter leur dossier de
demande. Finalement, le troisième thème porte sur les façons
d’améliorer la qualité et l’accessibilité de l’information offerte à
la population au sujet des pardons et de la responsabilité de la
CNLC en matière de traitement des demandes de pardon.
La Commission a déjà pris des mesures pour tirer parti de ces
suggestions. L’exercice en vue du recouvrement des frais réels
comportera également l’élaboration des normes de service. La
Given this reality, the Board chose to meet with members of
the National Associations Active in Criminal Justice (NAACJ),
which includes, among its membership, representatives of offender advocacy groups from across the country.
Three main themes emerged during the consultations. The first
involved the need to ensure that pardon applications are processed
in reasonable time frames. The second called for simplification of
the pardon process for applicants. On-line application was also
identified as a measure for process improvement. Process simplification was considered important because it would reduce the
need for many applicants to seek third party assistance in applying for a pardon. The use of various pardon companies adds significant costs for pardon applicants. The third area for improvement focused on measures to enhance the quality and visibility of
public information about pardons, and Board responsibility for
processing pardon applications.
The Board has taken action to address some of these suggestions. Service standards will be established as part of the full-cost
recovery exercise. The Board has also begun work to simplify the
9
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
pardon process for pardon applicants. The pardon application kit
(Pardon Application Guide and Forms), as well as print and electronic information about the pardons program itself, were revised
and updated to ensure that plain language was used and clear instructions were provided. Offender advocacy groups were informally consulted for these initiatives. The Board is also considering the possibility of introducing online applications for pardons
in the future. Progress is being made, but there are significant
security and privacy issues, as well as cost factors, that must be
resolved before online applications could be introduced. The
Board is also working with offender advocacy groups to enhance
the dissemination of public information about pardons and the
pardon program. These efforts will be accompanied by work with
the Board’s criminal justice partners and community groups.
Commission a aussi entrepris des démarches afin de simplifier le
processus de demande de pardon pour les demandeurs. La trousse
de demande de pardon (Guide de demande de pardon et formulaires), en plus de l’information sur papier ou électronique sur le
programme des pardons lui-même, ont été révisés et mis à jour
afin d’assurer un langage et des instructions clairs à tout le
monde. La Commission a également tenu des consultations informelles avec des groupes de défenseurs des délinquants sur ces
initiatives. La Commission se propose d’introduire la possibilité
de formuler sa demande de pardon par Internet. Il y a déjà des
progrès à cet égard, mais des questions de sécurité et de vie privée
demeurent, en plus des facteurs des coûts qui sont à considérer.
La Commission travaille également avec ces groupes afin
d’améliorer la connaissance du public en général sur les pardons
ainsi que sur le programme des pardons. Ces efforts seront
accompagnés également d’un travail avec les partenaires du
système de justice pénale de la Commission et des groupes
communautaires.
(C) Consultations with other governmental departments (prior to
Bill C-23A)
(C) Consultations auprès d’autres ministères (avant l’entrée en
vigueur du projet de loi C-23A)
The Board met with stakeholders from other federal departments and agencies. Participants included representatives from
the RCMP, the Correctional Service of Canada, National Defence
(DND), Status of Women Canada, Service Canada, the Treasury
Board Secretariat, and the Office of the Comptroller General.
Feedback from this session indicated that all participants acknowledged the need for the Board to proceed with the proposal
for the increase in the pardon user fee, given the workload pressures that it faces in the pardons area and the need to maintain
sufficient resources to manage its responsibilities for conditional
release.
La Commission a également rencontré des intervenants
d’autres ministères et organismes fédéraux. Au nombre des participants figuraient des représentants de la GRC, du Service correctionnel Canada, du Ministère de la Défense nationale (MDN), de
Condition féminine Canada, de Service Canada, du Secrétariat du
Conseil du Trésor et du Bureau du contrôleur général. À la lumière des commentaires recueillis, tous les participants reconnaissent la nécessité pour la Commission de proposer une augmentation des frais de traitement des demandes de pardon, et
ce, en raison de l’augmentation de sa charge de travail liée à
l’octroi des pardons, et parce qu’elle doit maintenir des ressources
suffisantes pour accomplir ses activités liées aux libérations
conditionnelles.
(D) On-line consultation (prior to Bill C-23A)
(D) Consultation en ligne (avant l’entrée en vigueur du projet de
loi C-23A)
Consistent with the requirements of the User Fees Act (UFA),
the Board hosted an online consultation in April 2009. A notice of
the proposed increase was posted on the Board’s Web site, along
with information on the proposed increase, to allow members of
the public to submit comments or complaints.
Only three comments from the public were received during this
period. Each received an individualized response and no further
correspondence was received (therefore it was not deemed necessary to convene an independent advisory panel tasked with addressing complaints under the UFA).
One comment suggested a waiver of the fee in some cases.
This idea, along with varying fee structures based on type of offence or on the extent of investigations required for application
processing, has been discussed in the past and is not possible.
Costs for administration of these approaches would be prohibitive
and the complexities of administration could add significant time
to application processing.
Two of the respondents felt that the fee increase should be
lower. It was explained that the fee had not been increased since
its introduction over 15 years ago, and that the proposed increase
is a necessary adjustment that takes into account inflation, higher
processing costs, improved service standards, and the significant
growth in pardon applications in recent years.
Conformément aux dispositions de la Loi sur les frais d’utilisation, la Commission a mené une consultation en ligne au mois
d’avril 2009. En vue de permettre à la population de soumettre
des commentaires ou des plaintes, la CNLC a affiché sur son site
Web un avis faisant état de l’augmentation proposée.
Au cours de la période de consultation, la Commission n’a reçu
que trois commentaires auxquels elle a répondu individuellement
et pour lesquels elle n’a reçu aucune autre correspondance (c’est
pourquoi il a été jugé qu’il n’y avait pas lieu de mettre sur pied un
comité de révision interne).
Un des commentaires suggérait de renoncer au droit de services
dans certaines circonstances. Cette idée, en plus d’un droit de
service variant sur le type d’offenses ou sur le genre d’enquête
requise pour le traitement des demandes, a été discuté par le passé
et est impossible. Les coûts administratifs de ces approches seraient indéfendables et compliqueraient de façon significative le
traitement des demandes de pardon.
Deux des correspondants étaient d’avis que l’augmentation des
frais devrait être moindre. La Commission leur a répondu qu’il
n’y avait pas eu de hausse des frais depuis plus de 15 ans, et que
l’augmentation proposée était un ajustement nécessaire tenant
compte de l’inflation, de l’accroissement des coûts de traitement
des demandes, de l’amélioration des normes de service et de
l’augmentation considérable du nombre de demandes de pardon
reçues ces dernières années.
10
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
The third respondent, from a private firm providing assistance
to pardons applicants, was supportive of the increase as it would
ensure service standards are met and would quicken response
time.
Quant au troisième correspondant, un employé d’une entreprise
qui fournit de l’aide aux demandeurs de pardon, il appuyait
l’augmentation proposée, car celle-ci assurerait que la Commission respecte les normes de service et améliore le temps de
réponse.
(E) International comparisons
(E) Comparaisons internationales
A review of international practice (including the Unites States,
the United Kingdom, Australia, New Zealand, and other European jurisdictions) indicates that while many jurisdictions have
schemes to provide for relief from having to disclose a past
criminal record, no jurisdiction could be identified that could
provide a meaningful comparison in terms of the nature of the
pardon program or the extent of pardon services provided in return for the user fee charged for service. The vast majority of
jurisdictions provide pardons by way of executive decision (e.g.
gubernatorial or presidential). In jurisdictions where pardons are
provided by way of government organization, (e.g. parole board)
the processes differ considerably from the Canadian model, often
involving public hearings. In the jurisdictions where fees were
charged for applying for a pardon, applicants were also responsible for paying for legal representation and/or court costs.
L’examen des pratiques à l’étranger (dont celles des ÉtatsUnis, du Royaume-Uni, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et
d’autres pays européens) a révélé que, malgré les mécanismes de
divers pays visant à assouplir la nécessité de divulguer l’existence
d’un casier judiciaire, aucun État n’est doté d’un programme de
pardon convenablement comparable en ce qui concerne la nature
du programme lui-même ou l’ampleur des services de pardon
fournis en échange des frais de services. Dans la vaste majorité
des pays, les pardons sont octroyés en vertu d’une décision de
haute instance (par exemple d’un gouverneur ou d’un président).
La grande majorité des États qui accordent des pardons le font par
l’entremise de décision exécutive (par exemple du gouverneur ou
du président). Dans les États où les pardons sont accordés par une
organisation gouvernementale (par exemple une commission des
libérations conditionnelles), les processus diffèrent grandement
du modèle canadien et font souvent intervenir des audiences publiques. Quant aux États où des frais sont exigés des demandeurs
de pardon, ces derniers doivent également assumer les frais
d’avocats et les frais judiciaires.
(F) Dispute resolution
(F) Règlement des différends
(a) Consultation process
a) Processus de consultation
Consistent with the requirements of the UFA and the principles
of fairness, openness and accountability, the Board was ready to
form an independent advisory panel had it been needed to examine questions and complaints raised with respect to the proposed
user fee increase. Ultimately, only three comments were received
from the public consultation period, and none of these comments
was significant. The Director of Pardons responded directly to
each of the three commentators, and no further comments were
received; therefore, a panel did not need to convene.
Conformément aux exigences de la Loi sur les frais d’utilisation
et aux principes d’équité, de transparence et de responsabilité, la
Commission était prête à mettre sur pied un comité consultatif
indépendant, si cela avait été nécessaire, pour examiner les questions et les plaintes formulées relativement au projet d’augmentation des frais de service. En fin de compte, seulement trois commentaires ont été reçus au cours de la période de consultation
publique et aucun de ces commentaires n’était d’une grande
importance. La directrice de la Division de la clémence et des
pardons a répondu directement à chacune des trois personnes, et
aucun autre commentaire n’a été reçu, de sorte qu’il n’a pas été
nécessaire d’établir le comité.
(b) Pardon revocation/denial
b) Révocation ou refus du pardon
When determining whether to revoke a pardon on the grounds
that the individual to whom the pardon was granted or issued is
subsequently convicted of an offence punishable on summary
conviction under a federal act or its regulations, decisions will be
made by one Board member (unless the applicant has been convicted of a sex offence prosecuted by way of indictment, in which
case two Board members will make the decision). Board members who propose to deny, revoke, or cease a pardon, will set out
in writing the reasons for the proposal to deny, revoke or cease.
Lorsqu’il s’agit de déterminer s’il y a lieu de révoquer un pardon parce que la personne à qui il a été octroyé ou délivré a été
déclarée coupable d’une nouvelle infraction à une loi fédérale ou
aux règlements connexes qui est punissable par procédure sommaire, la décision est prise par un seul commissaire (sauf si le
demandeur avait été condamné pour une infraction d’ordre sexuel
poursuivie par voie de mise en accusation, auquel cas deux commissaires rendent la décision). Les commissaires qui se proposent
de refuser, de révoquer ou de déclarer sans effet un pardon mettent par écrit les motifs de la décision qu’ils ont l’intention de
prendre.
Si des observations sont reçues, la décision finale quant au refus, à la révocation ou à l’annulation du pardon est prise par
d’autres commissaires, qui en exposent les motifs par écrit.
If representations are received, the final decision as to whether
or not to refuse to grant a pardon, to revoke a pardon, or to cease
a pardon, will be made by different Board members who will set
out in writing the reasons for the decision.
In all cases requiring two votes, both members must be in
agreement. If agreement cannot be reached, the case will be referred to two new Board members.
Dans tous les cas où la décision doit être prise par deux commissaires, ceux-ci doivent être d’accord. S’ils n’arrivent pas à
s’entendre, le cas doit être renvoyé à deux autres commissaires.
11
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
If the Board proposes either to refuse to grant, to revoke a pardon or to cease a pardon, the review will not proceed for at least
60 days following notification to the applicant, unless representations are received at an earlier date. If the Board authorizes that
representations may be made orally, the representations may be
heard by way of an in-person hearing in the national office of the
Board or in one of the Board’s regional offices.
The Board may conduct a review by way of a hearing, if the
Vice-Chairperson, Appeals Division, believes it is desirable to do
so based on an assessment of any relevant factor, including:
• where there is information that suggests that the applicant has
had involvement with the police since the last conviction; or
• where it is necessary to clarify information provided by the
applicant.
Si la Commission se propose de refuser l’octroi d’un pardon,
de révoquer un pardon ou de l’annuler, elle ne passe pas à
l’exécution avant qu’il se soit écoulé au moins 60 jours après
qu’elle eut avisé le demandeur, à moins que les observations ne
soient reçues avant la fin de cette période. Si la Commission permet que les observations soient présentées oralement, elles peuvent être entendues dans le cadre d’une audience à son bureau
national ou à l’un de ses bureaux régionaux.
La Commission procède à un examen par voie d’audience si le
vice-président de la Section d’appel conclut à l’opportunité d’une
telle audience après évaluation de tout facteur pertinent, y compris les suivants :
• lorsque des renseignements révèlent que le demandeur a eu
des démêlés avec la police depuis sa dernière condamnation;
ou
• lorsqu’il est nécessaire de clarifier les renseignements fournis
par le demandeur.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
During the planning phases for the introduction of an increase
to the pardons user fee, the Board decided that the fee increase
should be accompanied by greater benefits for pardon applicants.
In subsequent consultations, offender advocacy groups reinforced
the importance of improving benefits for applicants. The Board’s
commitment to greater benefits for pardon applicants will be
achieved through improvements in two areas:
À l’étape de la planification de l’augmentation des frais exigés
pour le traitement d’une demande de pardon, la Commission a
décidé que la hausse s’accompagnerait d’un accroissement des
avantages pour les demandeurs. Lors des consultations menées
par la suite, les groupes de défense des droits des délinquants ont
insisté sur l’importance d’améliorer ces avantages. La Commission respectera son engagement d’offrir un meilleur service aux
demandeurs en améliorant deux aspects.
D’abord, elle établira des normes de service officielles suivant
lesquelles les demandes seront traitées plus rapidement
qu’auparavant. Les normes de service demeurent valides pour les
demandes de pardon reçues avant l’entrée en vigueur du projet de
loi C-23A, mais pas pour les demandes reçues après, étant donné
que les modifications législatives introduites par ce projet de
loi ajoutent à la complexité du processus de pardon et pourraient entraîner une augmentation des délais de traitement des
demandes.
La prestation du service sera régie par les principes suivants, qui ne changeront pas avec l’entrée en vigueur du projet de
loi C-23A :
• fiabilité et rapidité — la Commission répond sans tarder aux
personnes désireuses d’obtenir de l’information sur les pardons et le processus de pardon, et ce, dans la langue officielle
de leur choix. Les demandes de pardon sont traitées en
conformité avec la loi et les normes de service applicables.
• équité et respect — la Commission a une attitude juste et
courtoise envers toutes les personnes demandant un pardon,
reconnaissant que chacune a une situation et des besoins qui
lui sont propres. Elle prend ses décisions sur les pardons
conformément à la LCJ, en se souciant des droits des demandeurs et du caractère confidentiel des renseignements les
concernant, de même que de la sécurité publique.
• transparence et reddition de comptes — la Commission
explique les services qui sont fournis aux demandeurs de pardon et ce qu’ils coûtent aux contribuables. Elle donne de l’information sur les dispositions législatives qui régissent les décisions touchant le pardon et sur les résultats des décisions du
point de vue de la sécurité publique et de l’efficacité de la
Commission au regard des normes de service établies pour le
traitement des demandes. La Commission fournit également
de l’information détaillée sur les coûts du traitement des
The first involves formal service standards that will provide
more timely application processing than was previously available.
The service standards are valid for pardon applications received
by the Board prior to the implementation of Bill C-23A. They are
not valid, however, for applications received after the Bill came
into force as the legislative changes introduced by the Bill add
complexity to the pardon process and could lengthen application
processing times.
Provision of service prior to Bill C-23A and in the future was
governed and will be governed by the following principles:
• dependability and timeliness — The Board will respond
promptly and in the official language of choice to those who
seek information about pardons and the pardon process. Pardon applications will be processed in accordance with the law
and the service standards established for the pardon program.
• fairness and respect — The Board will treat all those who
apply for a pardon courteously and fairly, recognizing their
unique needs and circumstances. In making pardon decisions,
the Board will act in accordance with the CRA, respecting the
rights and privacy of applicants and concerns for public
safety.
• openness and accountability — The Board will explain the
services that are provided for pardon applicants and their costs
to taxpayers. Information will be provided on the legislative
provisions governing pardon decision-making, the results of
pardon decisions vis-à-vis public safety and effectiveness in
terms of the service standards established for processing pardon applications. Detailed information will also be provided
on the costs of processing pardon applications and revenues
earned from pardon user fees.
• commitment to improvement — The Board will consult
periodically with stakeholders and partners to identify
12
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-306
elements of the pardon program that are working effectively
and those elements that require improvement.
Through the internal reallocation of funds for the Conditional
Release Program, the Board has been informally meeting these
standards, but is unable to do so in the future without the increase
to the user fee.
The second initiative to increase benefits involves measures to
simplify the pardon process for applicants. The Pardon Application Guide and related information was simplified with an emphasis on plain language. It is expected that this initiative will reduce
the need for applicants to pay for the services of private sector
organizations offering assistance with pardon applications.
Through pardon services, the public, the community and pardon applicants should expect to receive timely and relevant information and assistance in the official language of their choice,
provided in an open manner, consistent with the law and the principle of value for money. Pardon applicants should expect to have
their applications processed in this manner, although quality service does not mean that all applications will result in a pardon.
demandes et les recettes générées par l’imposition de frais
d’utilisation.
• volonté de s’améliorer — la Commission consultera périodiquement les intervenants et les partenaires afin de déterminer
les éléments du programme de pardon qui marchent bien et
ceux qui doivent être améliorés.
Grâce à la réaffectation interne de fonds initialement destinés
au programme de mise en liberté sous condition, la Commission
est parvenue à satisfaire à ces normes de façon informelle, mais
elle ne pourra continuer de le faire sans augmenter les frais
d’utilisation.
La seconde initiative visant à accroître les avantages consiste à
simplifier le processus de pardon que doivent suivre les demandeurs. On simplifiera donc le Guide de demande de pardon et les
renseignements connexes, en veillant tout particulièrement à ce
qu’ils soient rédigés dans un langage clair. Ainsi, il devrait y
avoir moins de demandeurs qui auront besoin de payer les services d’organismes du secteur privé qui offrent de l’aide pour remplir les demandes de pardon.
Dans le cadre des services relatifs au programme de pardon, le
public, la collectivité et les demandeurs de pardon devraient escompter recevoir en temps utile des informations pertinentes et de
l’aide, fournies dans la langue officielle de leur choix, d’une manière transparente ainsi que dans le respect de la loi et du principe
d’une bonne utilisation des fonds publics. Les demandeurs devraient s’attendre à ce que leur demande soit traitée de cette façon, tout en étant conscients qu’offrir un service de qualité ne
signifie pas nécessairement accorder le pardon.
Coming into force
Entrée en vigueur
This Order comes into force 14 days after the day on which it is
registered.
Le présent arrêté entre en vigueur quatorze jours après la date
de son enregistrement.
Contact
Personne-ressource
Parole Board of Canada
410 Laurier Avenue West
Ottawa, Ontario
K1A 0R1
Attention: Pardon User Fee Increase
Pardons INFO line: 1-800-874-2652
Emails:
frais_pardon@npb-cnlc.gc.ca
pardon_fee@npb-cnlc.gc.ca
Commission des libérations conditionnelles du Canada
410, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 0R1
Objet : Augmentation des frais de service exigés des demandeurs
de pardon
Ligne-Info pour les pardons : 1-800-874-2652
Courriels :
frais_pardon@npb-cnlc.gc.ca
pardon_fee@npb-cnlc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
13
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-307
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
December 15, 2010
Enregistrement
DORS/2010-307
Le 15 décembre 2010
CANADA DEPOSIT INSURANCE CORPORATION ACT
LOI SUR LA SOCIÉTÉ D’ASSURANCE-DÉPÔTS DU
CANADA
By-law Amending the Canada Deposit Insurance
Corporation Differential Premiums By-law
Règlement administratif modifiant le Règlement
administratif de la Société d’assurance-dépôts du
Canada sur les primes différentielles
The Minister of Finance, pursuant to subsection 21(3)a of the
Canada Deposit Insurance Corporation Actb, hereby approves the
annexed By-law Amending the Canada Deposit Insurance Corporation Differential Premiums By-law, made by the Board of
Directors of the Canada Deposit Insurance Corporation.
En vertu du paragraphe 21(3)a de la Loi sur la Société
d’assurance-dépôts du Canadab, le ministre des Finances agrée le
Règlement administratif modifiant le Règlement administratif de
la Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles, ci-après, pris par le conseil d’administration de la Société
d’assurance-dépôts du Canada.
Ottawa, le 14 décembre 2010
Le ministre des Finances
JAMES M. FLAHERTY
En vertu de l’alinéa 11(2)g)c et du paragraphe 21(2)a de la Loi
sur la Société d’assurance-dépôts du Canadab, le conseil d’administration de la Société d’assurance-dépôts du Canada prend le
Règlement administratif modifiant le Règlement administratif de
la Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles, ci-après.
Ottawa, le 8 décembre 2010
Ottawa, December 14, 2010
JAMES M. FLAHERTY
Minister of Finance
The Board of Directors of the Canada Deposit Insurance Corporation, pursuant to paragraph 11(2)(g)c and subsection 21(2)a of
the Canada Deposit Insurance Corporation Actb, hereby makes
the annexed By-law Amending the Canada Deposit Insurance
Corporation Differential Premiums By-law.
Ottawa, December 8, 2010
BY-LAW AMENDING THE CANADA DEPOSIT
INSURANCE CORPORATION DIFFERENTIAL
PREMIUMS BY-LAW
RÈGLEMENT ADMINISTRATIF MODIFIANT LE
RÈGLEMENT ADMINISTRATIF DE LA SOCIÉTÉ
D’ASSURANCE-DÉPÔTS DU CANADA SUR
LES PRIMES DIFFÉRENTIELLES
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subsection 1(1) of the Canada Deposit Insurance Corporation Differential Premiums By-law1 is amended by adding
the following in alphabetical order:
“Data Requirements By-law” means the Canada Deposit Insurance Corporation Data and System Requirements By-law.
(Règlement administratif sur les exigences en matière de
données)
1. Le paragraphe 1(1) du Règlement administratif de la Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles1 est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de
ce qui suit :
« Règlement administratif sur les exigences en matière de données » Le Règlement administratif de la Société d’assurancedépôts du Canada sur les exigences en matière de données et de
systèmes. (Data Requirements By-law)
2. Le même règlement administratif est modifié par adjonction, après l’article 4, de ce qui suit :
RAJUSTEMENT — EXIGENCES EN
MATIÈRE DE DONNÉES
4.1 La mention de « A × B × C » à l’alinéa 4(1)b) vaut mention
de « (A × B × C) – (B × 0,015 %) » pour l’exercice comptable des
primes commençant le 1er mai 2012 si l’institution membre :
a) selon le cas :
(i) atteste, dans le formulaire de déclaration pour l’année de
déclaration 2012, qu’elle se conforme aux paragraphes 3(1)
et 4(1), (3), (4) et (5) du Règlement administratif sur les exigences en matière de données;
2. The By-law is amended by adding the following after section 4:
DATA REQUIREMENTS ADJUSTMENT
4.1 The reference to “A × B × C” in paragraph 4(1)(b) shall be
read as a reference to “(A × B × C) – (B × 0.015%)” for the premium year beginning on May 1, 2012 in respect of a member
institution
(a) that
(i) certifies in the Reporting Form for the 2012 filing year
that it complies with subsections 3(1) and 4(1), (3), (4)
and (5) of the Data Requirements By-law, or
———
———
a
a
b
c
1
S.C. 1996, c. 6, s. 27
R.S., c. C-3
R.S., c. 18 (3rd Supp.), s. 51
SOR/99-120
14
b
c
1
L.C. 1996, ch. 6, art. 27
L.R., ch. C-3
L.R., ch. 18 (3e suppl.), art. 51
DORS/99-120
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
(ii) provides the Corporation with a declaration not later than
June 30, 2012 that it complies with those provisions of that
By-law; and
(b) provides or makes available to the Corporation the standardized data or the evidence referred to in subsection 5(1) of
the Data Requirements By-law, or both, as requested by the
Corporation.
3. Section 7 of the By-law is amended by adding the following after subsection (3):
(4) Despite subsection (1), a member institution referred to in
that subsection shall be classified in premium category 2 as set
out in column 1 of Schedule 1 if it is not in compliance with the
Data Requirements By-law within 18 months after the day on
which it becomes a member institution.
4. The By-law is amended by adding the following after section 8:
8.1 (1) Subject to subsections 8.2(2) and (3), for any premium
year that begins after 2013, a member institution, other than one
classified in accordance with section 7, that was not in compliance with the Data Requirements By-law as of April 30 of the
preceding premium year shall
(a) if it would otherwise be classified in premium category 1
for the premium year in question, be classified in premium
category 2;
(b) if it would otherwise be classified in premium category 2
for the premium year in question, be classified in premium
category 3; and
(c) if it would otherwise be classified in premium category 3 or
4 for the premium year in question, be classified in premium
category 4.
(2) Subject to subsection 8.2(3), for any premium year that
begins after 2014, a member institution, other than one classified
in accordance with section 7, that was not in compliance with the
Data Requirements By-law as of April 30 of each of the two preceding premium years shall
(a) if it would otherwise be classified in premium category 1
for the premium year in question, be classified in premium
category 3; and
(b) if it would otherwise be classified in premium category 2, 3
or 4 for the premium year in question, be classified in premium
category 4.
(3) For any premium year that begins after 2015, a member
institution, other than one classified in accordance with section 7,
that was not in compliance with the Data Requirements By-law as
of April 30 of each of the three preceding premium years shall be
classified in premium category 4, and, for each subsequent premium year during which it is not in compliance with that By-law,
it shall also be classified in premium category 4.
8.2 (1) For the premium year that begins in 2013, a member
institution, other than one classified in accordance with section 7,
that was not in compliance with the Data Requirements By-law as
of June 30, 2013 shall
(a) if it would otherwise be classified in premium category 1
for that premium year, be classified in premium category 2;
(b) if it would otherwise be classified in premium category 2
for that premium year, be classified in premium category 3; and
(ii) transmet à la Société au plus tard le 30 juin 2012, une
déclaration attestant qu’elle se conforme à ces paragraphes;
b) transmet à la Société ou met à sa disposition, sur demande,
les données standardisées ou la preuve — ou les deux — visées
au paragraphe 5(1) du Règlement administratif sur les exigences en matière de données.
3. L’article 7 du même règlement administratif est modifié
par adjonction, après le paragraphe (3), de ce qui suit :
(4) Malgré le paragraphe (1), l’institution membre visée à ce
paragraphe qui ne se conforme pas au Règlement administratif sur
les exigences en matière de données dans les dix-huit mois suivant le jour où elle devient une institution membre est classée
dans la catégorie 2 figurant à la colonne 1 de l’annexe 1.
4. Le même règlement administratif est modifié par adjonction, après l’article 8, de ce qui suit :
8.1 (1) Sous réserve des paragraphes 8.2(2) et (3), pour tout
exercice comptable des primes commençant après 2013, l’institution membre — sauf celle classée selon l’article 7 — qui ne
s’est pas conformée au Règlement administratif sur les exigences
en matière de données au 30 avril de l’exercice comptable des
primes précédent est classée :
a) dans la catégorie 2, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans la catégorie 1 pour l’exercice en question;
b) dans la catégorie 3, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans la catégorie 2 pour l’exercice en question;
c) dans la catégorie 4, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans les catégories 3 ou 4 pour l’exercice en question.
(2) Sous réserve du paragraphe 8.2(3), pour tout exercice
comptable des primes commençant après 2014, l’institution
membre — sauf celle classée selon l’article 7 — qui ne s’est pas
conformée au Règlement administratif sur les exigences en matière de données au 30 avril de chacun des deux exercices comptables des primes précédents est classée :
a) dans la catégorie 3, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans la catégorie 1 pour l’exercice en question;
b) dans la catégorie 4, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans les catégories 2, 3 ou 4 pour l’exercice en
question.
(3) Pour tout exercice comptable des primes commençant après
2015, l’institution membre — sauf celle classée selon l’article 7 — qui ne s’est pas conformée au Règlement administratif
sur les exigences en matière de données au 30 avril de chacun des
trois exercices comptables des primes précédents est classée dans
la catégorie 4; il en va de même pour chaque exercice comptable
subséquent durant lequel elle ne se conforme pas à ce règlement
administratif.
8.2 (1) Pour l’exercice comptable des primes commençant en
2013, l’institution membre — sauf celle classée selon l’article 7 — qui ne s’est pas conformée au Règlement administratif
sur les exigences en matière de données au 30 juin 2013 est classée :
a) dans la catégorie 2, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans la catégorie 1 pour l’exercice;
b) dans la catégorie 3, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans la catégorie 2 pour l’exercice;
15
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
(c) if it would otherwise be classified in premium category 3
or 4 for that premium year, be classified in premium category 4.
(2) For the premium year that begins in 2014, a member institution, other than one classified in accordance with section 7, that
was not in compliance with the Data Requirements By-law as of
June 30, 2013 and April 30, 2014 shall
(a) if it would otherwise be classified in premium category 1
for that premium year, be classified in premium category 3; and
(b) if it would otherwise be classified in premium category 2, 3
or 4 for that premium year, be classified in premium category 4.
(3) For the premium year that begins in 2015, a member institution, other than one classified in accordance with section 7, that
was not in compliance with the Data Requirements By-law as of
June 30, 2013, April 30, 2014 and April 30, 2015 shall be classified in premium category 4, and, for each subsequent premium
year during which it is not in compliance with that By-law, it
shall also be classified in premium category 4.
5. Subsection 14(2) of the By-law is replaced by the
following:
(2) If the Corporation reviews the classification of a member
institution based on information in respect of the institution that
has come to its attention, including new or supplementary information submitted by the institution, and, as a result of that review,
classifies the institution in a different premium category, the Corporation shall as soon as feasible notify the institution of that
change.
(3) If the Corporation reviews the adjusted formula that applies
in respect of a member institution referred to in section 4.1 based
on information in respect of the institution that has come to its
attention, including new or supplementary information submitted
by the institution, and, as a result of that review, concludes that
the applicable formula is the one referred to in section 4, the Corporation shall as soon as feasible notify the institution of that
change.
6. The portion of section 17 of the By-law before paragraph (a) is replaced by the following:
17. Except with respect to the Certification Relating to the
Canada Deposit Insurance Corporation Data and System Requirements By-law set out at the end of the Reporting Form, section 15 does not apply to a member institution
7. Element 6.3 of item 6 of the Reporting Form set out in
Part 2 of Schedule 2 to the By-law is replaced by the
following:
c) dans la catégorie 4, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans les catégories 3 ou 4 pour l’exercice.
(2) Pour l’exercice comptable des primes commençant en
2014, l’institution membre — sauf celle classée selon l’article 7 — qui ne s’est pas conformée au Règlement administratif
sur les exigences en matière de données au 30 juin 2013 et
au 30 avril 2014 est classée :
a) dans la catégorie 3, dans le cas où elle aurait été par ailleurs
classée dans la catégorie 1 pour l’exercice;
b) dans la catégorie 4, dans le cas où elle aurait par ailleurs été
classée dans les catégories 2, 3 ou 4 pour l’exercice.
(3) Pour l’exercice comptable des primes commençant en 2015,
l’institution membre — sauf celle classée selon l’article 7 — qui
ne s’est pas conformée au Règlement administratif sur les exigences en matière de données au 30 juin 2013, au 30 avril 2014 et au
30 avril 2015 est classée dans la catégorie 4; il en va de même
pour chaque exercice comptable des primes subséquent durant
lequel elle ne se conforme pas à ce règlement administratif.
5. Le paragraphe 14(2) du même règlement administratif
est remplacé par ce qui suit :
(2) Lorsque la Société revoit le classement d’une institution
membre en se fondant sur tout renseignement dont elle a connaissance concernant l’institution membre — notamment des renseignements nouveaux ou supplémentaires transmis par celle-ci —
et, par la suite, la classe dans une catégorie différente, elle l’avise
du changement dans les meilleurs délais.
(3) Lorsque la Société revoit la formule rajustée applicable à
l’institution membre qui est visée à l’article 4.1 en se fondant sur
tout renseignement dont elle a connaissance concernant l’institution membre — notamment des renseignements nouveaux ou
supplémentaires transmis par celle-ci — et conclut que la formule
applicable est celle prévue à l’article 4, elle l’avise du changement dans les meilleurs délais.
6. Le passage de l’article 17 du même règlement administratif précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
17. Sauf en ce qui a trait à la Déclaration concernant le Règlement administratif de la Société d’assurance-dépôts du Canada
sur les exigences en matière de données et de systèmes figurant à
la fin du formulaire de déclaration, l’article 15 ne s’applique pas
aux institutions membres suivantes :
7. L’élément 6.3, à la section 6 du formulaire de déclaration
figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement administratif, est remplacé par ce qui suit :
6.3 Unrealized Losses on Securities
Indicate the unrealized losses on investment book securities set out in the column
“Total” for item 6 (Unrealized gain/loss on investment book securities) of
Section I — Memo Items of the Consolidated Monthly Balance Sheet. If the result
is a gain, report “zero”.
6.3 Pertes non réalisées sur valeurs mobilières
Inscrire le montant des pertes non réalisées dans les portefeuilles de placements
sur les valeurs mobilières inscrit au poste 6 (Gain (perte) non réalisé(e) dans des
portefeuilles de placements dans les valeurs mobilières) dans la colonne « Total »
de la section I – Postes pour mémoire du Bilan mensuel consolidé. Si le résultat
obtenu est un gain, inscrire « 0 ».
8. The portions of the second and third items of Table 6A of
item 6 of the Reporting Form set out in Part 2 of Schedule 2
to the English version of the By-law are amended by replacing
“contingents” with “contingencies”.
8. Dans le passage des deuxième et troisième éléments du
relevé 6A, à la section 6 du formulaire de déclaration figurant
à la partie 2 de l’annexe 2 de la version anglaise du même
règlement administratif, « contingents » est remplacé par
« contingencies ».
16
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
9. (1) The portion of item 7 of the Reporting Form set out in
Part 2 of Schedule 2 to the By-law under the heading “Assets
for Years 1 to 4” is amended by replacing the expression “For
fiscal years ending in 2009 or later, the total of” before the
third paragraph (a) with the following:
For fiscal years ending in 2009, the total of
(2) The portion of item 7 of the Reporting Form set out in
Part 2 of Schedule 2 to the By-law under the heading “Assets
for Years 1 to 4” is amended by adding the following before
the reference to “Year 1:”:
For fiscal years ending in 2010 or later, the total of
(a) the amount of net on- and off-balance sheet assets set out
for item “O” of Schedule 1 – Ratio and Assets to Capital Multiple Calculations of the BCAR form;
(b) the total of the amounts set out in the column “Total” for
items 1(a)(i)(A)(I) to (IX) (Securitized Assets — Unrecognized — Institution’s own assets — Traditional securitizations)
of Section I — Memo Items of the Consolidated Monthly Balance Sheet; and
(c) if applicable, the value of assets, acquired by the member
institution in the fiscal year ending in the year preceding the filing year as a result of a merger or acquisition referred to in the
fourth paragraph under the heading “THREE-YEAR MOVING
AVERAGE ASSET GROWTH (%)”, for years 1, 2 and 3
below, where the value of those assets on the date of their acquisition exceeds 10% of the value of the consolidated assets of
the member institution immediately before that merger or
acquisition.
10. Paragraphs (a) and (b) under the heading “Real Estate
Under Power of Sale or Foreclosed Properties” in item 8 of
the Reporting Form set out in Part 2 of Schedule 2 to the Bylaw are replaced by the following:
(a) for foreclosed properties located in Canada, the amount set
out in the column “Total” for item 3(a) (Foreclosed long-lived
assets acquired in the liquidation of a loan — held for sale) of
Section I — Memo Items of the Consolidated Monthly Balance
Sheet; and
(b) for real estate under power of sale, the amount set out in the
column “Total” for item 4 (Power of Sale Loans related to Real
Estate) of Section I — Memo Items of the Consolidated
Monthly Balance Sheet.
11. The Reporting Form set out in Part 2 of Schedule 2 to
the By-law is amended by adding the following after the Certification set out at the end of the Reporting Form:
9. (1) Dans le passage de la section 7 du formulaire de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement administratif qui suit l’intertitre « Actif des années 1
à 4 », la mention « Le total des montants ci-après pour les
exercices clos en 2009 ou après », qui figure avant le troisième
alinéa a), est remplacée par ce qui suit :
Le total des montants ci-après pour les exercices clos en 2009 :
(2) Le passage de la section 7 du formulaire de déclaration
figurant à la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement administratif qui suit l’intertitre « Actif des années 1 à 4 » est modifié par adjonction, avant la mention « Année 1 : », de ce qui
suit :
Le total des montants ci-après pour les exercices clos en 2010
ou après :
a) le montant du poste « actifs nets au bilan et hors bilan » inscrit à la ligne O du tableau 1 du RNFPB intitulé Calcul des ratios, dont le ratio actifs/fonds propres;
b) le total des montants inscrits aux postes 1a)i)A)I) à IX)
(Éléments d’actif titrisés – Non comptabilisés – Éléments
d’actif de l’institution – Titrisations classiques) dans la colonne
« Total » de la section I – Postes pour mémoire du Bilan mensuel consolidé;
c) la valeur des éléments d’actif acquis par l’institution membre
au cours de l’exercice clos durant l’année précédant l’année de
déclaration, à la suite de la fusion ou de l’acquisition visées au
quatrième paragraphe sous l’intertitre « CROISSANCE DE
L’ACTIF BASÉ SUR UNE MOYENNE MOBILE DE TROIS
ANS (%) », pour chacune des années 1, 2 et 3 ci-après, si la valeur de ces éléments d’actif à la date de leur acquisition excède
10 % de la valeur de son actif consolidé juste avant la fusion ou
l’acquisition.
10. Les alinéas a) et b) figurant sous l’intertitre « Immeubles repris à vendre et propriétés saisies », à la section 8 du
formulaire de déclaration figurant à la partie 2 de l’annexe 2
du même règlement administratif, sont remplacés par ce qui
suit :
a) pour les immeubles saisis au Canada, le montant inscrit au
poste 3a) (Biens à long terme saisis, acquis dans le cadre de la
liquidation d’un prêt — destinés à être vendus), dans la colonne
« Total » de la section I — Postes pour mémoire du Bilan mensuel consolidé;
b) pour les immeubles repris à vendre, le montant inscrit au
poste 4 (Prêts de pouvoir de vente reliés aux biens immobiliers), dans la colonne « Total » de la section I – Postes pour
mémoire du Bilan mensuel consolidé.
11. Le formulaire de déclaration figurant à la partie 2 de
l’annexe 2 du même règlement administratif est modifié par
adjonction, après la Déclaration figurant à la fin du formulaire, de ce qui suit :
Certification Relating to the Canada Deposit Insurance Corporation Data and System Requirements By-law
, an authorized officer of
Name of Individual
Name of Member Institution
hereby certifies that the Member Institution, on or before the filing date of this Reporting Form,
_____________ meets
_____________ does not meet
the requirements of subsections 3(1) and 4(1), (3), (4) and (5) of the Canada Deposit Insurance Corporation Data and System
Requirements By-law.
17
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
Déclaration concernant le Règlement administratif de la Société d’assurance-dépôts du Canada sur les exigences en matière de
données et de systèmes
dirigeant autorisé de
Nom du particulier
Nom de l’institution membre
atteste que l’institution membre, au plus tard à la date de la transmission du présent formulaire de déclaration,
________ se conforme
________ ne se conforme pas
aux exigences des paragraphes 3(1) et 4(1), (3), (4) et (5) du Règlement administratif de la Société d’assurance-dépôts du Canada sur
les exigences en matière de données et de systèmes.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
12. This By-law comes into force on January 1, 2011, but if
it is registered after that day, it comes into force on the day on
which it is registered.
12. Le présent règlement administratif entre en vigueur
le 1er janvier 2011 ou, si elle est postérieure, à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the By-law.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement administratif.)
Description
Description
The Board of Directors of the Canada Deposit Insurance
Corporation (“CDIC”) made the Differential Premiums By-law
on March 3, 1999, pursuant to subsection 21(2) and paragraph 11(2)(g) of the Canada Deposit Insurance Corporation Act
(CDIC Act). Subsection 21(2) of the CDIC Act authorizes the
CDIC Board of Directors to make by-laws establishing a system
of classifying member institutions into different categories, setting out the criteria or factors CDIC will consider in classifying
members into categories, establishing the procedures CDIC will
follow in classifying members, and fixing the amount of, or providing a manner of determining the amount of, the annual premium applicable to each category. The CDIC Board of Directors
has amended the Differential Premiums By-law on January 12
and December 6, 2000, July 26, 2001, March 7, 2002, March 3,
2004, February 9 and April 15, 2005, February 8, 2006, December 6, 2006, December 3, 2008, and December 2, 2009.
Le conseil d’administration de la Société d’assurance-dépôts du
Canada (SADC) a pris le Règlement administratif de la Société
d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles
le 3 mars 1999, conformément au paragraphe 21(2) et à l’alinéa 11(2)g) de la Loi sur la Société d’assurance-dépôts du Canada (la Loi sur la SADC). Le paragraphe 21(2) de la Loi sur la
SADC autorise le conseil d’administration de la SADC à prendre
des règlements administratifs en vue d’établir un système pour
regrouper les institutions membres en catégories de tarification,
de définir les critères ou facteurs dont la SADC tiendra compte
pour déterminer l’appartenance à chaque catégorie, de prévoir la
procédure à suivre par la SADC pour le classement des institutions membres et de fixer la prime annuelle pour chaque catégorie
ou prévoir la méthode pour ce faire. Le conseil d’administration
de la SADC a modifié le Règlement administratif sur les primes
différentielles le 12 janvier et le 6 décembre 2000, le 26 juillet
2001, le 7 mars 2002, le 3 mars 2004, le 9 février et le 15 avril
2005, le 8 février et le 6 décembre 2006, le 3 décembre 2008 et
le 2 décembre 2009.
Conformément aux modifications apportées récemment à la
Loi sur la SADC, la Société exigera de ses institutions membres
qu’elles mettent en œuvre une méthode pour identifier, recenser,
regrouper et produire des données sur leurs obligations sous
forme de dépôts, de même que des fonctions servant à bloquer et
à rétablir l’accès aux dépôts. Les exigences sont énoncées dans le
Règlement administratif de la Société d’assurance-dépôts du
Canada sur les exigences en matière de données et de systèmes
(le Règlement administratif sur les exigences en matière de données), règlement pris par le conseil d’administration de la SADC
le 8 décembre 2010. Les exigences énoncées dans le Règlement
administratif sur les exigences en matière de données doivent être
mises en œuvre le ou avant le 30 juin 2013. Le Règlement administratif modifiant le Règlement administratif de la Société
d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles (le
Pursuant to recent amendments to the CDIC Act, CDIC will
require member institutions to implement methods of identifying,
capturing, organizing and producing deposit liability data, including certain functionality with respect to limiting and resuming
access to deposit liabilities. The requirements are contained in the
Canada Deposit Insurance Corporation Data and System Requirements By-law (Data Requirements By-law) that was made
by the CDIC Board of Directors on December 8, 2010. The Data
Requirements must be in place no later than June 30, 2013. The
By-law Amending the Canada Deposit Insurance Corporation
Differential Premiums By-law (Amending By-law), also made by
the CDIC Board of Directors on December 8, 2010, introduces a
premium reduction for those member institutions that implement
the requirements of the Data Requirements By-law on or before
June 30, 2012. The Amending By-law also provides that after
18
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
June 30, 2013, where a member institution is not in compliance
with the Data Requirements By-law, the member will be classified in a worse category under the Differential Premiums By-law.
Members already in the worst category will not be affected.
In addition, CDIC annually reviews the Differential Premiums
By-law to ensure that it remains up-to-date. As a result of the
review, technical amendments needed to be made to Schedule 2
Part 2 Reporting Form (Reporting Form) to reflect changes to
regulatory forms. The changes are reflected in the Amending
By-law.
The following table provides more detail about the amendments and highlights the differences between the Amending Bylaw and the proposed Amending By-law pre-published on October 16, 2010, in the Canada Gazette, Part I:
AMENDING
BY-LAW
SECTION(S)
EXPLANATION
Règlement modificatif), pris lui aussi le 8 décembre 2010 par le
conseil d’administration de la SADC, institue une réduction de
prime pour les institutions membres qui satisferont aux exigences
du Règlement administratif sur les exigences en matière de données le ou avant le 30 juin 2012. Le Règlement modificatif stipule
également que, après le 30 juin 2013, les institutions membres qui
ne respecteront pas le Règlement administratif sur les exigences
en matière de données seront classées dans une catégorie moins
favorable en vertu du Règlement administratif sur les primes différentielles. Les institutions membres faisant déjà partie de la
dernière catégorie ne seront pas touchées par cette disposition.
Par ailleurs, la SADC revoit chaque année le Règlement administratif sur les primes différentielles afin de le tenir à jour.
L’examen s’est traduit par des modifications de forme à l’annexe 2, partie 2 du formulaire de déclaration pour tenir compte
des modifications apportées aux relevés utilisés par l’autorité de
réglementation. Ces modifications figurent dans le Règlement
modificatif.
Le tableau suivant explique plus en détail les modifications en
question. Y sont soulignées les différences entre le Règlement
modificatif et le projet de Règlement modificatif ayant fait l’objet
d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 16 octobre 2010.
ARTICLE(S) DU
RÈGLEMENT
MODIFICATIF
By-law
EXPLICATION
Règlement administratif
1
Substantive: Adds definition for “Data and
System Requirements By-law”.
1
De fond : Ajout de la définition « Règlement
administratif sur les exigences en matière de
données et de systèmes ».
2
Substantive: Adds new Section 4.1. This
section alters the formula for calculation of
premiums payable such that the premiums in
2012 are reduced by 1.5 basis points of insured
deposits if the institution implements the data
requirements by June 30, 2012. [Change from
pre-publication: Date extended from April 30 to
June 30.]
2
De fond : Ajout de l’article 4.1. Cet article
modifie la formule de calcul des primes
exigibles, de sorte que les primes sont réduites
de 1,5 point de base du total des dépôts assurés
en 2012 si l’institution met en œuvre les
exigences en matière de données le ou avant
le 30 juin 2012. [Différence par rapport à la
publication préalable : l’échéance passe
du 30 avril au 30 juin.]
3
Substantive: Adds new subsection 7(3) to
clarify that new member institutions will be
classified in a worse category if they do not
implement the data requirements within
18 months of becoming a member institution.
[Change from pre-publication: This is a new
provision.]
3
De fond : Ajout du paragraphe 7(3). Ce
paragraphe stipule que toute nouvelle institution
membre sera classée dans une catégorie de
tarification inférieure si elle n’a pas mis en
œuvre les exigences en matière de données dans
les 18 mois qui suivent son adhésion.
[Différence par rapport à la publication
préalable : Il s’agit d’une nouvelle disposition.]
4
Substantive: Adds new sections 8.1 and 8.2.
Section 8.1 puts in place the general rule that
after June 30, 2013, if a member is not in
compliance with the Data and System
Requirements By-law, its classification will be
altered to a worse category (e.g. otherwise
category 1 will be classified in category 2). If
the member is in non-compliance with the Data
and System Requirements By-law for two
consecutive years after 2013, it will be
reclassified by two categories (otherwise
category 1 will be classified in category 3). The
same approach is used for three or more
consecutive years of non-compliance. For those
members already classified in category 4 (the
worst category), there is no impact. Section 8.2
applies the same process of classification as
section 8.1 but deems non-compliance with the
Data and System Requirements By-law as of
June 30, 2013 as non-compliance for purposes
4
De fond : Ajout des articles 8.1 et 8.2.
L’article 8.1 met en place une règle générale qui
s’applique après le 30 juin 2013. Selon cette
règle, les institutions membres qui ne
respecteront pas le Règlement administratif sur
les exigences en matière de données et de
systèmes seront déclassées d’une catégorie (de
la catégorie 1 à la catégorie 2, par exemple). Si
une institution membre ne respecte pas le
Règlement administratif sur les exigences en
matière de données et de systèmes deux années
de suite, elle sera déclassée de deux catégories
(de la catégorie 1 à la catégorie 3, par exemple).
Le même raisonnement s’appliquera en cas de
non-respect pendant trois années consécutives
ou plus. Si une institution membre fait déjà
partie de la catégorie 4 (la moins avantageuse),
le non-respect du Règlement administratif sur
les normes de données n’aura aucune incidence
sur son classement. L’article 8.2 applique la
19
2011-01-05
AMENDING
BY-LAW
SECTION(S)
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
EXPLANATION
ARTICLE(S) DU
RÈGLEMENT
MODIFICATIF
EXPLICATION
même règle de classification que l’article 8.1,
mais considère le non-respect au 30 juin 2013
comme non-respect du Règlement pour la
classification de l’exercice comptable des
primes commençant en 2013. [Différences par
rapport à la publication préalable : Le titre
« Règlement administratif sur les exigences en
matière de données et de systèmes » remplace
l’ancien partout. Les articles 8.1 et 8.2 ne
s’appliquent pas aux nouvelles institutions
membres; le déclassement des nouveaux
membres est visé par le paragraphe 7(3).]
of the 2013 premium year classification.
[Change from pre-publication: the name of the
Data and System Requirements By-law was
changed throughout, and new member
institutions were excluded from the
application of sections 8.1 and 8.2 since the new
section 7(3) addresses new member
reclassification.]
5
Technical: Amends subsection 14(2) by
replacing the word “Where” with “If” and the
word “practicable” with the word “feasible”.
Substantive: Adds new subsection 14(3). In the
event that information comes to the attention of
CDIC that permits it to conclude that the
certification that the member is compliant with
the Data and System Requirements By-law is
incorrect, the new subsection permits CDIC to
reverse the premium reduction permitted under
the new section 4.1.
5
De forme : Au paragraphe 14(2) les mots « dès
qu’il est en pratique possible de le faire » sont
remplacés par les mots « dans les meilleurs
délais ».
De fond : Ajout du paragraphe 14(3). Si la
SADC obtenait des renseignements lui
permettant de conclure que l’attestation du
respect du Règlement administratif sur les
exigences en matière de données et de systèmes
par l’institution membre est erronée, ce nouveau
paragraphe permettrait à la SADC d’annuler la
réduction de prime prévue à l’article 4.1.
6
Substantive: Amends section 17 to clarify that
each member institution (i.e. parent and
subsidiary) can certify as to compliance with the
Data and System Requirements By-law in the
Reporting Form, not only the member institution
required to file the Reporting Form (i.e. parent).
[Change from pre-publication: This is a new
provision.]
6
De fond : Modification de l’article 17. Selon
cette modification, chaque institution membre
(c’est-à-dire la société mère ainsi que ses
filiales) peut attester de sa conformité au
Règlement administratif sur les exigences en
matière de données et de systèmes dans le
formulaire de déclaration des dépôts assurés, pas
seulement l’institution membre tenue d’envoyer
la déclaration. [Différence par rapport à la
publication préalable : Il s’agit d’une nouvelle
disposition.]
Schedule 2, Part 2, REPORTING FORM
Annexe 2, partie 2 du FORMULAIRE
DE DÉCLARATION
7
Technical: Element 6.3 of Item Net Impaired
Assets.
• Line reference in the Consolidated
Statement of Income, Retained Earnings
and AOCI (Income Statement) to
Unrealized gain/loss on investment book
securities has changed.
7
De forme : Élément 6.3 du poste Actif ayant
subi une moins-value.
• Dans l’État consolidé des revenus,
bénéfices non répartis et AERE (État des
résultats), le renvoi à Gain (perte) non
réalisé(e) dans des portefeuilles de
placements dans les valeurs mobilières a
été modifié.
8
Technical: Table 6A of item 6, English version
only:
• Word “contingents” replaced by the word
“contingencies”.
8
De forme : Relevé 6A du poste 6 (version
anglaise seulement) :
• Le mot « contingents » est remplacé par
le mot « contingencies ».
9
Technical: Elements of Item 7 Three-Year
Moving Average Asset Growth (%).
• References to the Capital Adequacy
Reports (CAR) forms are maintained for
this element but are only applicable to
2007.
• Since this element uses four years of asset
data, the measure has been modified such
that for 2007, the data is taken from the
CAR forms whereas for the years 2008
and later, the data is taken from the Basel
Capital Adequacy Reports (BCAR) forms
in effect for the specific year. In order to
accommodate 2010, a new description
needed to be introduced.
9
De forme : Éléments de la section 7 —
Croissance de l’actif basée sur une moyenne
mobile de trois ans (%).
• Les renvois aux normes de fonds propres
(NFP) restent les mêmes pour cet
élément, mais ils ne concernent que
l’exercice 2007.
• Cet élément exigeant quatre années de
données sur l’actif, le calcul a été modifié
ainsi : dans le cas de l’exercice 2007, les
données doivent provenir des NFP, et
dans le cas des exercices à compter
de 2008, les données doivent provenir du
Relevé des normes de fonds propres
(Bâle II) [RNFPB] de l’exercice en
question. Il fallait ajouter une nouvelle
description pour tenir compte de 2010.
20
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
AMENDING
BY-LAW
SECTION(S)
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
EXPLANATION
ARTICLE(S) DU
RÈGLEMENT
MODIFICATIF
EXPLICATION
10
Technical: Paragraphs (a) and (b) under the
heading “Real Estate Under Power of Sale or
Foreclosed Properties” in Item 8 Real Estate
Asset Concentration.
• Line references in the Consolidated
Monthly Balance Sheet (Balance Sheet)
changed for: foreclosed long-lived assets
acquired in the liquidation of a loan —
held for sale; and power of sale loans
related to real estate.
10
De forme : Alinéas a) et b) sous l’en-tête
« Immeubles repris à vendre et propriétés
saisies » à la section 8 – Concentration de l’actif
dans le secteur immobilier.
• Dans le Bilan mensuel consolidé (le
Bilan), le renvoi aux lignes qui suivent a
changé : biens à long terme saisis, acquis
dans le cadre de la liquidation d’un
prêt — destinés à être vendus; prêts de
pouvoir de vente reliés aux biens
immobiliers.
11
Substantive: introduces a separate certification
by an authorized signing officer of the member
institution with respect to the implementation of
the Data and System Requirements By-law.
11
De fond : Ajout d’une attestation distincte faite
par un signataire autorisé de l’institution
membre quant à l’application du Règlement
administratif sur les exigences en matière de
données et de systèmes.
Alternatives
Solutions envisagées
There are no available alternatives. The CDIC Act specifically
provides that the criteria or factors to be taken into account in
determining the category in which a member institution is classified and fixing or establishing the method of determining the
amount of the annual premium applicable to each category may
only be made by by-law.
Il n’y a pas d’autres solutions, car la Loi sur la SADC stipule
que les critères et facteurs servant à établir la catégorie d’une
institution membre et à fixer ou prévoir la manière de déterminer
la prime annuelle pour chaque catégorie soient définis par voie de
règlement administratif.
Benefits and costs
Avantages et coûts
No additional costs should be attributed directly to these
changes.
Ces modifications ne devraient donner lieu à aucuns frais
supplémentaires.
Consultation
Consultations
Consultation has been extensive over the last year with member
institutions and the Canadian Bankers Association with respect to
the introduction of the Data and System Requirements By-law.
The substantive changes being made to the Differential Premiums
By-law relate directly to that consultative process, including
the reduction in premiums for early implementation on or before
June 30, 2012. Member institutions were notified directly about
the proposed changes to the Differential Premiums By-law. Prepublication took place on October 16, 2010, providing for a
30-day comment period. This was the final consultative step being taken. The change made to extend the early implementation
period to June 30, 2012 from April 30, 2012 to benefit from a
premium reduction was in response to comments received. No
other changes were deemed necessary as a result of the comments
received. With respect to the changes that are technical in nature,
only consultation through pre-publication in the Canada Gazette,
Part I, was necessary and no comments were received with respect to the technical changes.
La Société a longuement consulté les institutions membres et
l’Association des banquiers canadiens depuis un an au sujet de la
prise du Règlement administratif sur les exigences en matière de
données et de systèmes. Les changements importants apportés au
Règlement administratif sur les primes différentielles découlent
directement de ces consultations, y compris la réduction de prime
en cas de mise en œuvre le ou avant le 30 juin 2012. Les institutions membres ont été avisées directement des changements envisagés au Règlement administratif sur les primes différentielles. La
publication préalable a eu lieu le 16 octobre 2010; les intéressés
avaient 30 jours pour adresser leurs commentaires. Il s’agissait de
l’étape finale des consultations. La date de mise en œuvre anticipée des exigences en matière de données et de systèmes afin de
bénéficier de la réduction de prime a été repoussée du 30 avril
2012 au 30 juin 2012 en réponse aux commentaires reçus. Aucun
autre changement ne fut jugé nécessaire. En ce qui a trait aux
modifications de forme, la consultation a pu se faire simplement
en procédant à leur publication préalable dans la Partie I de la
Gazette du Canada; les modifications de forme n’ont donné lieu à
aucun commentaire.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement issues other than
members will be required to annually report to CDIC compliance
with the Data and System Requirements By-law.
Aucun mécanisme visant à assurer le respect du Règlement
n’est requis, si ce n’est que les institutions membres devront faire
rapport annuellement à la SADC de leur respect du Règlement
administratif sur les exigences en matière de données et de
systèmes.
21
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-307
Contact
Personne-ressource
Sandra Chisholm
Director, Insurance
Canada Deposit Insurance Corporation
50 O’Connor Street, 17th Floor
Ottawa, Ontario
K1P 5W5
Telephone: 613-943-1976
Fax: 613-992-8219
Email: schisholm@cdic.ca
Sandra Chisholm
Directrice de l’Assurance
Société d’assurance-dépôts du Canada
50, rue O’Connor, 17e étage
Ottawa (Ontario)
K1P 5W5
Téléphone : 613-943-1976
Télécopieur : 613-992-8219
Courriel : schisholm@sadc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
22
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-308
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-308
December 21, 2010
Enregistrement
DORS/2010-308
Le 21 décembre 2010
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Order Amending the Canada Turkey Marketing
Producers Levy Order
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les
redevances à payer par les producteurs pour la
commercialisation des dindons du Canada
Whereas the Governor in Council has, by the Canadian Turkey
Marketing Agency Proclamationa, established the Canadian Turkey Marketing Agency pursuant to subsection 16(1)b of the Farm
Products Agencies Actc;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par
la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation
des dindonsc, créé l’Office canadien de commercialisation des
dindons;
Attendu que l’Office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que le projet d’ordonnance intitulé Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer par les producteurs pour la commercialisation des dindons du Canada relève
d’une catégorie à laquelle s’applique l’alinéa 7(1)d)d de cette loi,
conformément à l’article 2 de l’Ordonnance sur l’approbation
des ordonnances et règlements des officese, et a été soumis au
Conseil national des produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet
d’ordonnance est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’Office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu des alinéas 22(1)f) et g) de la Loi sur les
offices des produits agricolesb et de l’article 10 de la partie II de
l’annexe de la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des dindonsc, l’Office canadien de commercialisation
des dindons prend l’Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les
redevances à payer par les producteurs pour la commercialisation des dindons du Canada, ci-après.
Mississauga (Ontario), le 20 décembre 2010
Whereas that Agency has been empowered to implement a
marketing plan pursuant to that Proclamation;
Whereas the proposed Order Amending the Canada Turkey
Marketing Producers Levy Order is an order of a class to which
paragraph 7(1)(d)d of that Act applies by reason of section 2 of
the Agencies’ Orders and Regulations Approval Ordere, and has
been submitted to the National Farm Products Council pursuant to
paragraph 22(1)(f) of that Act;
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)d of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed Order
after being satisfied that it is necessary for the implementation of
the marketing plan that that Agency is authorized to implement;
Therefore, the Canadian Turkey Marketing Agency, pursuant
to paragraphs 22(1)(f) and (g) of the Farm Products Agencies Actc
and section 10 of Part II of the schedule to the Canadian Turkey
Marketing Agency Proclamationa, hereby makes the annexed
Order Amending the Canada Turkey Marketing Producers Levy
Order.
Mississauga, Ontario, December 20, 2010
ORDER AMENDING THE CANADA TURKEY
MARKETING PRODUCERS LEVY ORDER
ORDONNANCE MODIFIANT L’ORDONNANCE SUR LES
REDEVANCES À PAYER PAR LES PRODUCTEURS
POUR LA COMMERCIALISATION DES
DINDONS DU CANADA
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsection 2(5) of the Canada Turkey Marketing Producers Levy Order1 is replaced by the following:
(5) Subsection (1) ceases to have effect on December 31, 2011.
1. Le paragraphe 2(5) de l’Ordonnance sur les redevances à
payer par les producteurs pour la commercialisation des dindons du Canada1 est remplacé par ce qui suit :
(5) Le paragraphe (1) cesse d’avoir effet le 31 décembre 2011.
———
———
a
a
b
c
d
e
1
C.R.C., c. 647
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
R.S., c. F-4; S.C. 1993, c. 3, s. 2
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/2002-142
b
c
d
e
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.R., ch. F-4; L.C. 1993, ch. 3, art. 2
C.R.C., ch. 647
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/2002-142
23
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-308
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. La présente ordonnance entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie de l’Ordonnance.)
The amendment establishes December 31, 2011 as the day on
which subsection 2(1) of the Order ceases to have effect.
La modification vise à fixer au 31 décembre 2011 la date de
cessation d’effet du paragraphe 2(1) de l’Ordonnance.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
24
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-309
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-309
December 21, 2010
Enregistrement
DORS/2010-309
Le 21 décembre 2010
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Regulations Amending the Canadian Turkey
Marketing Quota Regulations, 1990
Règlement modifiant le Règlement canadien sur
le contingentement de la commercialisation du
dindon (1990)
Whereas the Governor in Council has, by the Canadian Turkey
Marketing Agency Proclamationa, established the Canadian Turkey Marketing Agency pursuant to subsection 16(1)b of the Farm
Products Agencies Actc;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par
la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation
des dindonsc, créé l’Office canadien de commercialisation des
dindons;
Attendu que l’Office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que l’Office a pris en considération les facteurs énumérés aux alinéas 4(1)c) à h) de la partie II de l’annexe de cette
proclamation;
Attendu que l’Office a la certitude que l’importance du marché
des dindons a sensiblement changé;
Attendu que le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation du dindon (1990) relève d’une catégorie à laquelle
s’applique l’alinéa 7(1)d)d de cette loi aux termes de l’article 2
de l’Ordonnance sur l’approbation des ordonnances et règlements des officese, et a été soumis au Conseil national des produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet de
règlement est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’Office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricolesb et de l’article 2 de la partie II de
l’annexe de la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des dindonsc, l’Office canadien de commercialisation
des dindons prend le Règlement modifiant le Règlement canadien
sur le contingentement de la commercialisation du dindon (1990),
ci-après.
Mississauga (Ontario), le 20 décembre 2010
Whereas that Agency has been empowered to implement a
marketing plan pursuant to that Proclamation;
Whereas that Agency has taken into account the factors set
out in paragraphs 4(1)(c) to (h) of Part II of the schedule to that
Proclamation;
Whereas that Agency is satisfied that the size of the market for
turkeys has changed significantly;
Whereas the proposed Regulations Amending the Canadian
Turkey Marketing Quota Regulations, 1990 are regulations of a
class to which paragraph 7(l)(d)d of that Act applies by reason of
section 2 of the Agencies’ Orders and Regulations Approval Ordere, and have been submitted to the National Farm Products
Council pursuant to paragraph 22(1)(f) of that Act;
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)d of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed
Regulations after being satisfied that they are necessary for the
implementation of the marketing plan that that Agency is authorized to implement;
Therefore, the Canadian Turkey Marketing Agency, pursuant
to paragraph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and
section 2 of Part II of the schedule to the Canadian Turkey Marketing Agency Proclamationa, hereby makes the annexed Regulations Amending the Canadian Turkey Marketing Quota Regulations, 1990.
Mississauga, Ontario, December 20, 2010
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN TURKEY
MARKETING QUOTA REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
CANADIEN SUR LE CONTINGENTEMENT
DE LA COMMERCIALISATION
DU DINDON (1990)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the Canadian Turkey Marketing Quota
Regulations, 19901 is replaced by the schedule set out in the
schedule to these Regulations.
1. L’annexe du Règlement canadien sur le contingentement
de la commercialisation du dindon (1990)1 est remplacée par
l’annexe figurant à l’annexe du présent règlement.
———
———
a
a
b
c
d
e
1
C.R.C., c. 647
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
R.S., c. F-4; S.C. 1993, c. 3, s. 2
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/90-231
b
c
d
e
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.R., ch. F-4; L.C. 1993, ch. 3, art. 2
C.R.C., ch. 647
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/90-231
25
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-309
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE
(Subsections 5(2) and (3))
ANNEXE
(paragraphes 5(2) et (3))
CONTROL PERIOD BEGINNING ON APRIL 25, 2010
AND ENDING ON APRIL 30, 2011
PÉRIODE RÉGLEMENTÉE COMMENÇANT LE
25 AVRIL 2010 ET SE TERMINANT LE 30 AVRIL 2011
Column 1
Column 2
Item
Province
Pounds of Turkey
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Ontario
Quebec
Nova Scotia
New Brunswick
Manitoba
British Columbia
Saskatchewan
Alberta
TOTAL
Colonne 1
Colonne 2
Livres de dindon
Article
Province
162,201,915
74,128,928
9,472,477
7,563,650
28,749,992
45,839,719
12,279,538
33,043,665
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Ontario
Québec
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Manitoba
Colombie-Britannique
Saskatchewan
Alberta
373,279,884
TOTAL
162 201 915
74 128 928
9 472 477
7 563 650
28 749 992
45 839 719
12 279 538
33 043 665
373 279 884
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Regulations.)
(Cette note ne fait pas partie du Règlement.)
This amendment revises the limitations to be applied when determining the market allotment of a producer or when issuing a
new market allotment within a province during the control period
beginning on April 25, 2010 and ending on April 30, 2011.
La modification vise à fixer les nouvelles limites dont il faut
tenir compte lors de la détermination des allocations de commercialisation des producteurs ou de l’attribution de nouvelles allocations de commercialisation dans une province au cours de la période réglementée commençant le 25 avril 2010 et se terminant le
30 avril 2011.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
26
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-310
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
December 21, 2010
Enregistrement
DORS/2010-310
Le 21 décembre 2010
HEALTH OF ANIMALS ACT
LOI SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
Regulations Amending the Reportable Diseases
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les maladies
déclarables
The Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to subsection 2(2) of the Health of Animals Acta, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Reportable Diseases Regulations.
En vertu du paragraphe 2(2) de la Loi sur la santé des animauxa, le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire prend
le Règlement modifiant le Règlement sur les maladies déclarables, ci-après.
Ottawa, le 21 décembre 2010
Le ministre de l’Agriculture et
de l’Agroalimentaire
GERRY RITZ
Ottawa, December 21, 2010
GERRY RITZ
Minister of Agriculture and Agri-Food
REGULATIONS AMENDING THE REPORTABLE
DISEASES REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LES MALADIES DÉCLARABLES
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the Reportable Diseases Regulations1
is replaced by the schedule set out in the schedule to these
Regulations.
1. L’annexe du Règlement sur les maladies déclarables1
est remplacée par l’annexe figurant à l’annexe du présent
règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE
(Section 2)
ANNEXE
(article 2)
REPORTABLE DISEASES
African horse sickness
peste équine
African swine fever
peste porcine africaine
anaplasmosis
anaplasmose
anthrax
fièvre charbonneuse
bluetongue (serotypes not listed in item 6.1 of Schedule VII to the
Health of Animals Regulations)
fièvre catarrhale du mouton (sérotypes qui ne figurent pas à
l’article 14.1 de l’annexe VII du Règlement sur la santé des
animaux)
Bonamia ostreae
Bonamia ostreae
MALADIES DÉCLARABLES
anaplasmose
anaplasmosis
anémie infestieuse des équidés
equine infectious anaemia
anémie infestieuse du saumon
infectious salmon anaemia
Bonamia ostreae
Bonamia ostreae
brucellose
brucellosis
cératomyxose (Ceratomyxa shasta)
ceratomyxosis (Ceratomyxa shasta)
clavelée ou variole caprine
sheep and goat pox
cysticercose
cysticercosis
———
———
a
a
1
S.C. 1990, c. 21
SOR/91-2
1
L.C. 1990, ch. 21
SOR/91-2
27
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
bovine spongiform encephalopathy
encéphalopathie spongiforme bovine
bovine tuberculosis (M. bovis)
tuberculose bovine (M. bovis)
brucellosis
brucellose
ceratomyxosis (Ceratomyxa shasta)
cératomyxose (Ceratomyxa shasta)
chronic wasting disease of cervids
maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés
classical swine fever (hog cholera)
peste porcine classique (hog cholera)
contagious bovine pleuropneumonia
péripneumonie contagieuse bovine
contagious equine metritis
métrite contagieuse équine
cysticercosis
cysticercose
epizootic haematopoietic necrosis
nécrose hématopoïétique épizootique
equine infectious anaemia
anémie infestieuse des équidés
equine piroplasmosis (B. equi and B. caballi)
piroplasmose équine (babésiose) (B. equi et B. caballi)
foot and mouth disease (FMD)
fièvre aphteuse
fowl typhoid (Salmonella gallinarum)
typhose aviaire (Salmonella gallinarum)
Haplosporidium nelsoni
Haplosporidium nelsoni
highly pathogenic avian influenza
influenza aviaire hautement pathogène
infectious haematopoietic necrosis
nécrose hématopoïétique infectieuse
infectious pancreatic necrosis
nécrose pancréatique infectieuse
infectious salmon anaemia
anémie infestieuse du saumon
koi herpesvirus disease
herpèsvirose de la carpe koï
lumpy skin disease
dermatose nodulaire contagieuse
Marteilia refringens
Marteilia refringens
Marteiliodes chungmuensis
Marteiliodes chungmuensis
Mikrocytos mackini
Mikrocytos mackini
Newcastle disease
maladie de Newcastle
Perkinsus marinus
Perkinsus marinus
Perkinsus olseni
Perkinsus olseni
peste des petits ruminants
peste des petits ruminants
pseudorabies (Aujeszky’s disease)
maladie d’Aujeszky
28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
dermatose nodulaire contagieuse
lumpy skin disease
encéphalomyélite équine vénézuelienne
Venezuelan equine encephalomyelitis
encéphalopathie spongiforme bovine
bovine spongiform encephalopathy
fièvre aphteuse
foot and mouth disease (FMD)
fièvre catarrhale du mouton (sérotypes qui ne figurent pas à
l’article 14.1 de l’annexe VII du Règlement sur la santé des
animaux)
bluetongue (serotypes not listed in item 6.1 of Schedule VII to
the Health of Animals Regulations)
fièvre charbonneuse
anthrax
fièvre de la Vallée du Rift
Rift Valley fever
Haplosporidium nelsoni
Haplosporidium nelsoni
herpèsvirose de la carpe koï
koi herpesvirus disease
influenza aviaire hautement pathogène
highly pathogenic avian influenza
iridovirose de l’esturgeon blanc
white sturgeon iridoviral disease
maladie d’Aujeszky
pseudorabies (Aujeszky’s disease)
maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés
chronic wasting disease of cervids
maladie de la tête jaune
yellow head disease
maladie de Newcastle
Newcastle disease
maladie des points blancs
white spot disease
maladie vésiculeuse du porc
swine vesicular disease
Marteilia refringens
Marteilia refringens
Marteiliodes chungmuensis
Marteiliodes chungmuensis
métrite contagieuse équine
contagious equine metritis
Mikrocytos mackini
Mikrocytos mackini
nécrose hématopoïétique épizootique
epizootic haematopoietic necrosis
nécrose hématopoïétique infectieuse
infectious haematopoietic necrosis
nécrose pancréatique infectieuse
infectious pancreatic necrosis
péripneumonie contagieuse bovine
contagious bovine pleuropneumonia
peste bovine
rinderpest
peste des petits ruminants
peste des petits ruminants
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
pullorum disease (S. pullorum)
pullorose (S. pullorum)
rabies
rage
Rift Valley fever
fièvre de la Vallée du Rift
rinderpest
peste bovine
scrapie
tremblante
sheep and goat pox
clavelée ou variole caprine
spring viraemia of carp
virémie printanière de la carpe
swine vesicular disease
maladie vésiculeuse du porc
Taura syndrome
syndrome de Taura
trichinellosis
trichinellose
Venezuelan equine encephalomyelitis
encéphalomyélite équine vénézuelienne
vesicular stomatitis
stomatite vésiculeuse
viral haemorrhagic septicaemia
septicémie hémorragique virale
whirling disease (Myxobolus cerebralis)
tournis des truites (Myxobolus cerebralis)
white spot disease
maladie des points blancs
white sturgeon iridoviral disease
iridovirose de l’esturgeon blanc
yellow head disease
maladie de la tête jaune
peste équine
African horse sickness
peste porcine africaine
African swine fever
peste porcine classique (hog cholera)
classical swine fever (hog cholera)
Perkinsus marinus
Perkinsus marinus
Perkinsus olseni
Perkinsus olseni
piroplasmose équine (babésiose) (B. equi et B. caballi)
equine piroplasmosis (B. equi and B. caballi)
pullorose (S. pullorum)
pullorum disease (S. pullorum)
rage
rabies
septicémie hémorragique virale
viral haemorrhagic septicaemia
stomatite vésiculeuse
vesicular stomatitis
syndrome de Taura
Taura syndrome
tournis des truites (Myxobolus cerebralis)
whirling disease (Myxobolus cerebralis)
tremblante
scrapie
trichinellose
trichinellosis
tuberculose bovine (M. bovis)
bovine tuberculosis (M. bovis)
typhose aviaire (Salmonella gallinarum)
fowl typhoid (Salmonella gallinarum)
virémie printanière de la carpe
spring viraemia of carp
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Disease is a significant threat to sustainable farmed and wild
aquatic stocks world-wide. The diseases proposed for control
under the National Aquatic Animal Health Program (NAAHP)
can result in high mortality, produce significant negative impacts
on aquatic animal populations and interfere with trade.
À l’échelle internationale, la maladie est une menace importante pour la viabilité des stocks d’animaux aquatiques sauvages
et d’élevage. Les maladies ciblées par les mesures de lutte du
Programme national sur la santé des animaux aquatiques
(PNSAA) peuvent entraîner un taux élevé de mortalité, avoir des
répercussions négatives importantes sur les populations d’animaux aquatiques et interférer avec le commerce.
Une modification simultanée du Règlement sur la santé des
animaux fournira au Canada un cadre de réglementation régissant
le signalement des maladies exotiques au Canada ainsi que les
programmes de surveillance des déplacements. La modification
étayera le Règlement sur les maladies déclarables, c’est-à-dire
l’annexe sur les maladies des poissons à nageoires, des mollusques et des crustacés dont l’introduction ou la propagation au
Canada peut avoir une incidence importante sur les ressources
aquatiques.
A concurrent amendment to the Health of Animals Regulations
will provide Canada with a regulatory framework governing the
reporting of diseases exotic to Canada and for movement control
programs. This amendment will add to the Schedule to the Reportable Diseases Regulations diseases of finfish, molluscs and
crustaceans that can have a serious impact on aquatic resources if
introduced or spread within Canada.
29
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
The Regulations are being made for the purpose of implementing the National Aquatic Animal Health Program (NAAHP). The
program is essential to meet international obligations and facilitate trade by addressing trading partner concerns with control of
serious aquatic animal diseases. The objectives are to prevent the
introduction into, and spread within, Canada of serious diseases
of aquatic animals; to facilitate the export of Canadian aquatic
animals and seafood by ensuring Canada is able to meet the international standards; and to protect aquatic animal resources in
Canada by preventing disease introduction and spread. The program will enhance the economic competitiveness of Canadian
fisheries and aquaculture businesses, and safeguard our environment and recreational fisheries.
Les modifications sont effectuées aux fins de la mise en œuvre
du PNSAA. Le programme est nécessaire au respect des obligations internationales et à la facilitation des échanges commerciaux
puisqu’il répond aux préoccupations des partenaires commerciaux
en matière de surveillance des maladies graves menaçant les animaux aquatiques. Les objectifs du PNSAA sont les suivants :
prévenir l’introduction et la propagation au Canada de maladies
graves affectant les animaux aquatiques; faciliter l’exportation
d’animaux aquatiques et de poissons et fruits de mer canadiens en
optimisant notre capacité à respecter les normes internationales;
protéger les populations d’animaux aquatiques du Canada en prévenant l’introduction et la propagation des maladies. Le programme permettra de renforcer la position concurrentielle, sur le
plan économique, des secteurs canadiens des pêches et de l’aquaculture, tout en protégeant l’environnement et la pêche récréative.
Description and rationale
Description et justification
These Regulations are modelled after Canada’s internationally
recognized terrestrial animal health program and is consistent
with the international standards of the OIE. The Health of Animals Act (the Act) and its regulations were established to control
and eradicate diseases of animals. The Act and its Regulations are
recognized as providing Canada with a solid basis for meeting
domestic and import disease control requirements for animals,
thus allowing Canada to comply with the export demands of our
trading partners. Canada, as a certifying “competent authority”
recognized by the OIE, is expected to have in place the regulatory
infrastructure to control imports, the requirement to report regulated diseases and the ability to respond to an animal health
disease. These Regulations put in place the second of these requirements. The remaining elements are in place by virtue of the
Act applying to aquatics as animals and through the concurrent
amendment to the Health of Animals Regulations. This amendment adds diseases of aquatic animals to the Schedule to the Reportable Diseases Regulations.
Le Règlement s’inspire du programme national pour la santé
des animaux terrestres, qui est reconnu à l’échelle internationale,
et est conforme aux normes internationales de l’OIE. Le Canada a
mis en place la Loi sur la santé des animaux (la Loi) et son règlement d’application pour lutter contre les maladies qui affectent
les animaux et éradiquer celles-ci. Il est reconnu que la Loi et son
règlement d’application fournissent au Canada un fondement
solide qui lui permet de répondre aux exigences relatives à la lutte
contre les maladies visant les déplacements à l’intérieur du pays
et les importations et de se conformer aux exigences relatives à
l’exportation de ses partenaires commerciaux. Le Canada, à titre
d’« autorité compétente » de certification reconnue par l’OIE,
doit disposer d’un régime de réglementation permettant de surveiller les importations, doit signaler les maladies réglementées et
doit avoir la capacité d’intervenir en cas de foyer de maladie animale. La modification réglementaire permettrait d’assurer le respect de la deuxième exigence susmentionnée; les deux autres
exigences étant déjà respectées grâce aux dispositions sur la santé
des animaux aquatiques de la Loi et à la modification simultanée
du Règlement sur la santé des animaux. La modification permet
d’ajouter des maladies des animaux aquatiques à l’annexe du
Règlement sur les maladies déclarables.
These diseases are difficult to control because they occur
within Canada, can easily spread and will impact Canada’s
aquatic resources; if introduced or spread, they can result in large
die-offs, and are not controlled by treatment. Management practices are difficult and expensive to implement and can easily fail.
They would be subject to import restrictions and domestic disease
controls. Under the Health of Animals Act, anyone who owns or
has the possession, care or control of an animal with a reportable
disease is required to report the presence of the disease.
La lutte contre ces maladies est difficile car elles sévissent au
Canada, elles se propagent facilement et elles ont des répercussions sur les ressources aquatiques. Leur introduction et leur propagation peuvent causer des épizooties massives et elles ne sont
pas contrôlées par des traitements. La mise en œuvre des pratiques de gestion est également difficile et dispendieuse et souvent
vouée à l’échec. En vertu de la modification proposée, ces maladies seraient visées par des restrictions à l’importation et des mesures de lutte contre les maladies au Canada. Selon la Loi sur la
santé des animaux, le propriétaire d’un animal ou toute personne
ayant la possession, la responsabilité ou la charge des soins d’un
animal atteint d’une maladie déclarable est tenu de signaler la
présence de cette maladie.
This amendment will add 20 diseases to the Reportable Diseases Regulations, complementing the proposed changes to the
Health of Animals Regulations’ Immediately Notifiable list
(Schedule VII) and the Annually Notifiable list (Schedule VIII).
The list of proposed Reportable Diseases includes diseases listed
by the OIE as requiring control due to their potential significant
impact on aquatic animals. Some of these occur within Canada;
thus this amendment will also allow for demonstration of Canada’s control of diseases known to occur within its territory and
La présente modification permettra d’ajouter 20 maladies au
Règlement sur les maladies déclarables, complémentant ainsi le
changement proposé à la Liste des maladies à notification immédiate (Annexe VII) et la Liste des maladies à notification annuelle
(Annexe VIII) du Règlement sur la santé des animaux. La liste
des maladies déclarables proposées comprend des maladies que
l’OIE considère comme nécessitant le déploiement de mesures de
lutte en raison de leur incidence potentielle grave sur la santé
des animaux aquatiques. Certaines de ces maladies sévissent au
30
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
for the gathering of information on these diseases in order to prevent their spread. Demonstrating control of OIE listed disease
occurrence within Canada is of vital importance to allow continued export of Canada’s $4.1 billion fish and seafood export
trade.
Given the potentially devastating losses that would result from
an outbreak of a serious disease in aquatic animal populations,
and that would affect the Canadians who depend on those fishery
and aquaculture sectors, it is important that steps be taken to
address this risk. It is also important that the proposal meet the
standards set by the OIE to preserve Canada’s export markets
for aquatic animals and products derived from them. Regulatory amendments instituting import restrictions and domestic
control measures for aquatic animals are necessary to reach these
objectives.
The most effective way to implement these requirements is to
develop a similar program as that for terrestrial animals to control
diseases and meet international trade requirements. The Canadian
terrestrial program has been recognized around the world as having achieved one of the world’s highest heath statuses in terrestrial animals. These measures build on Canada’s successes with
the terrestrial animal program and would also include measures to
deal with the specific risks associated with Canada’s waters.
Canada is an active member at the world and regional levels,
working to ensure the OIE standards are developed on a scientific
basis and are reasonable in assessing the risk posed by trade.
Canada currently works with the United States, the United Kingdom, Australia, New Zealand and Mexico, along with many other
countries, to coordinate disease control programs for terrestrial
animals, and is now embarking upon similar efforts with respect
to aquatic animals.
Canada; la modification permettra donc également au Canada de
démontrer qu’il déploie des mesures de lutte contre les maladies
qui sévissent au pays et qu’il recueille des renseignements sur ces
maladies afin de prévenir leur propagation. La démonstration du
contrôle des maladies de la liste de l’OIE qui sévissent au Canada
est essentielle pour assurer la continuité des exportations de poissons et de fruits de mer du Canada, qui s’élèvent à 4,1 milliards
de dollars.
Un foyer de maladie grave affectant les animaux aquatiques
peut causer des pertes dévastatrices pour les populations d’animaux aquatiques et les Canadiens qui dépendent de la pêche et de
l’aquaculture; c’est pourquoi il est important de déployer les
mesures nécessaires d’atténuation des risques. Il est également
important que la proposition réponde à l’exigence de l’OIE de
préserver les marchés canadiens d’exportation des animaux aquatiques et des produits qui en sont dérivés. L’adoption de modifications réglementaires qui instituent des restrictions en matière d’importation et des mesures de contrôle nationales
s’appliquant aux animaux aquatiques est nécessaire à l’atteinte
de ces objectifs.
La manière la plus efficace de répondre à ces exigences est
d’élaborer un programme semblable au programme pour la santé
des animaux terrestres afin de lutter contre les maladies et de répondre aux exigences du commerce international. Le programme
canadien pour la santé des animaux terrestres est reconnu de par
le monde comme ayant permis d’atteindre l’un des niveaux les
plus élevés au chapitre de l’état sanitaire des animaux terrestres.
Les mesures se fondent sur les réussites canadiennes obtenues
grâce au programme pour la santé des animaux terrestres; elles
incluent également des mesures pour gérer les risques précis associés aux eaux canadiennes.
Le Canada, qui est un acteur actif sur la scène régionale et internationale, s’emploie à s’assurer du fondement scientifique des
normes de l’OIE et de leur caractère raisonnable du point de vue
de l’évaluation du risque posé par les échanges commerciaux. Le
Canada collabore actuellement avec les États-Unis, le RoyaumeUni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Mexique et de nombreux
autres pays à la coordination des programmes de lutte contre les
maladies des animaux terrestres. Le Canada veut maintenant déployer des efforts semblables à l’égard des animaux aquatiques.
Consultation
Consultation
The need for a uniform national program to control disease in
aquatic animals was discussed for many years by the provinces,
the federal government and stakeholders such as the Canadian
Veterinary Medical Association, the Fisheries Council of Canada
and the Canadian Aquaculture Industry Alliance.
Les provinces, le gouvernement fédéral et des intervenants tels
que l’Association canadienne des médecins vétérinaires, le
Conseil canadien des pêches et l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquiculture discutent depuis de nombreuses années de
la nécessité de mettre en œuvre un programme national uniforme
de lutte contre les maladies qui affectent les animaux aquatiques.
Après l’annonce de la création du PNSAA en 2005, l’ACIA et
le MPO ont mis sur pied le Comité de la santé des animaux aquatiques pour discuter des questions liées au PNSAA, y compris des
exigences possibles en matière de réglementation. Le Comité
comptait parmi ses membres des représentants des gouvernements
provinciaux, de l’industrie de l’aquaculture et des pêches,
d’usines de transformation et de groupes autochtones ainsi que
des vétérinaires et des universitaires. En raison du manque
d’uniformité réglementaire au Canada, il a été conclu que
l’adoption d’un cadre réglementaire national s’imposait.
En mars 2007, les consultations ont débuté auprès des ministères fédéraux s’intéressant aux animaux aquatiques et à leurs maladies ainsi qu’auprès de ceux qui pourraient être affectés par la
After the announcement of the NAAHP in 2005, CFIA and
DFO formed an Aquatic Animal Health Committee to discuss
NAAHP issues including possible regulatory requirements. The
committee included representatives of provincial governments,
veterinarians, aquaculture, fisheries, processors, academia and
aboriginal peoples. Due to the lack of regulatory consistency
across Canada, it was determined that a national regulatory
framework was required.
Consultation began in March 2007 with federal departments
with an interest in aquatic animals and their diseases and those
that would be affected by the implementation of the NAAHP.
31
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
Information was also provided to affected groups such as the Introduction and Transfers Committees (ITC) which are currently
responsible for advising DFO on the issuance of licences for fish
being released into fish habitat or transferred to rearing facilities.
mise en œuvre du PNSAA. De l’information a également été présentée aux groupes concernés, comme les comités sur
l’implantation et le transfert d’espèces, qui conseillent le MPO
sur la délivrance des permis pour les poissons remis à l’eau dans
un habitat du poisson ou transférés dans des installations
d’élevage.
In September 2007, a request to consult was sent to Provincial
Deputy Ministers and Assistant Deputy Ministers responsible for
programs associated with commercial fisheries, aquaculture, recreational fisheries and wildlife. At the same time, stakeholders,
DFO and NAAHP provincial contacts were contacted requesting
the opportunity to discuss the proposed regulatory amendments.
In addition, workbooks were distributed to allow an opportunity
for more specific comments.
En septembre 2007, une demande de consultation a été
envoyée aux sous-ministres et aux sous-ministres adjoints provinciaux responsables des programmes liés aux pêches commerciales, à l’aquaculture, aux pêches récréatives et à la faune. Parallèlement, on a communiqué avec les intervenants, le MPO et les
personnes-ressources du PNSAA à l’échelon provincial pour leur
demander s’il était possible de discuter de la modification réglementaire proposée. Des cahiers de consultation ont été distribués
pour donner aux intervenants l’occasion de présenter des commentaires plus précis.
Meetings were held to discuss the impact of the proposed
amendments and the proposed plan for the NAAHP with federal
and provincial government staff, industry and other stakeholders.
Additional meetings were held with fishery harvesters and processing groups in Atlantic Canada. National organizations including the Pet Industry Joint Advisory Council of Canada, the Canadian Wildlife Federation, the Canadian Aquaculture Industry
Alliance, the Fisheries Council of Canada and the National Seafood Sector Council attended meetings held in Ottawa. Discussions were held with several Aboriginal groups, including a presentation to the Assembly of First Nations National Fisheries
Committee.
On a également tenu des réunions afin de discuter de
l’incidence des modifications et du plan proposés pour le PNSAA
avec le personnel des gouvernements fédéral et provinciaux,
l’industrie et d’autres intervenants. Des réunions additionnelles
ont aussi été tenues avec des pêcheurs et des groupes d’entreprises de transformation du Canada atlantique. Des organismes
nationaux, y compris le Conseil consultatif mixte de l’industrie
des animaux de compagnie du Canada, la Fédération canadienne
de la faune, l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquiculture,
le Conseil canadien des pêches et le Conseil national du secteur
des produits de la mer, ont participé à des réunions qui ont eu lieu
à Ottawa. Des discussions ont été tenues avec plusieurs groupes
autochtones, et une présentation a été faite devant le Comité national des pêches de l’Assemblée des Premières nations.
In total, more than 225 individuals and organizations participated in the consultation process. The consensus of opinion was
that this proposed amendment, along with the concurrent amendment to the Reportable Diseases Regulations, was acceptable and
necessary to ensure the continued health and sustainability of
aquatic animals in Canada.
Au total, plus de 225 personnes et organismes ont participé au
processus de consultation. La majorité des participants étaient
d’avis qu’il était acceptable et nécessaire d’adopter la modification proposée ainsi que la modification simultanée au Règlement
sur les maladies déclarables pour préserver la santé des animaux
aquatiques et la viabilité du secteur au Canada.
The stakeholders and provinces expressed their desire for continued consultation on the development and implementation of
the domestic disease control programs including emergency response. Between January and March 2009, follow-up face-to-face
meetings were held with the same stakeholders as well as additional representatives from the wild fisheries sectors.
Les intervenants et les provinces ont exprimé le désir de poursuivre la consultation sur l’élaboration et la mise en œuvre de
programmes nationaux de lutte contre les maladies incluant des
mesures d’intervention en cas d’urgence. Entre janvier et mars
2009, des rencontres individuelles de suivi ont eu lieu avec les
intervenants ainsi qu’avec d’autres représentants des secteurs de
la pêche sauvage.
Specific concerns expressed during the consultation included
the delivery of the program, compensation for loss of animals to
disease, the impact of the program on individuals, the control of
effluent from processing plants and the number of diseases and
whether they were Reportable, Immediately Notifiable or Annually Notifiable.
Les inquiétudes exprimées durant les consultations portaient
notamment sur la prestation du programme, l’indemnisation en
cas de pertes d’animaux attribuables à des maladies, l’incidence
du programme sur les individus, les mesures de lutte contre la
pollution des effluents provenant des usines de transformation, le
nombre de maladies et la détermination de ces dernières à titre de
maladies à déclaration obligatoire ou à notification immédiate ou
annuelle.
Multiple changes have been made as a result of the discussions
and feedback during consultation. Several changes were made to
the initial lists of Reportable Diseases and susceptible animals
presented during consultation.
De multiples changements ont été apportés à la suite des discussions tenues et des commentaires formulés au cours des
consultations. Plusieurs modifications ont été apportées aux listes
initiales de maladies déclarables et d’espèces d’animaux sensibles
présentées durant les consultations.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The requirements for Reportable Diseases come into force on
the day on which the Regulations are registered. At that point,
Les exigences relatives aux maladies déclarables entreront en
vigueur le jour de l’enregistrement du Règlement. À partir de ce
32
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-310
anyone who owns or who has possession, care or control of an
affected animal must report the presence of these diseases.
There has been communication of the requirements to Canadians who are involved in the aquatic animal industry. The CFIA
has taken steps in conjunction with provincial governments and
other stakeholder groups to notify those affected.
Section 65 of the Act provides for punishment on conviction of
refusing or neglecting to perform a duty imposed by the Act or
the Regulations. Summary conviction of an offence under the Act
or a regulation made under the Act carries a fine of up to $50,000.
Where violations are discovered, compensation can be withheld
from owners of animals or things ordered destroyed or treated,
and imports can be ordered removed from Canada or destroyed
without compensation.
Section 5 of the Health of Animals Act requires reporting of the
appearance of a Reportable Disease. Failure to report is an offence under the Act.
Determination of failure to report a Reportable Disease would
be by investigation of disease outbreaks or the reporting of the
results of diagnostic samples by laboratories from facilities that
have not reported disease. Similarly, testing for disease by other
countries may detect disease that has not been reported.
moment, le propriétaire d’un animal ou toute personne ayant la
possession, la responsabilité ou la charge des soins d’un animal
atteint d’une maladie déclarable sera tenu de signaler la présence
de cette maladie.
Les exigences ont été communiquées aux Canadiens qui prennent part aux activités de l’industrie des animaux aquatiques.
L’ACIA a également pris, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et d’autres groupes d’intervenants, des mesures permettant d’aviser les parties concernées.
L’article 65 de la Loi prévoit l’imposition de peines, sur déclaration de culpabilité, à quiconque refuse ou néglige d’accomplir
une obligation imposée par la Loi ou son règlement d’application.
L’amende maximale prévue pour une déclaration de culpabilité
par procédure sommaire en vertu de la Loi ou de son règlement
d’application s’élève à 50 000 $. En cas d’infraction, l’indemnité
qui devait être payée aux propriétaires d’animaux ou de choses
dont on a ordonné la destruction ou le traitement peut être retenue. Le Canada peut également ordonner le renvoi ou la destruction des importations, sans indemnisation.
L’article 5 de la Loi exige le signalement de tout symptôme de
maladie déclarable. L’omission de déclarer constitue une infraction aux termes de la Loi.
La mise en application en cas d’omission de déclarer une maladie déclarable reposerait sur la réalisation d’enquêtes sur les
foyers de maladie ou sur la présentation, par des laboratoires, des
résultats des analyses d’échantillons de diagnostic provenant
d’installations qui n’ont pas déclaré la maladie. De même, les
épreuves de dépistage réalisées à l’étranger pourraient permettre
de détecter des maladies qui n’ont pas été déclarées.
Contact
Personne-ressource
Ms. Annie Champagne
Director
Aquatic Animal Health Division
Canadian Food Inspection Agency
8 Colonnade Road
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Telephone: 613-221-3779
Fax: 613-221-3173
Email: Annie.R.Champagne@inspection.gc.ca
Madame Annie Champagne
Directrice
Division de la santé des animaux aquatiques
Agence canadienne d’inspection des aliments
8, chemin Colonnade
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-221-3779
Télécopieur : 613-221-3173
Courriel : Annie.R.Champagne@inspection.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
33
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-311
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-311
December 21, 2010
Enregistrement
DORS/2010-311
Le 21 décembre 2010
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Order Amending the Canadian Chicken
Marketing Levies Order
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les
redevances à payer pour la commercialisation des
poulets au Canada
Whereas the Governor in Council has, by the Chicken Farmers
of Canada Proclamationa, established Chicken Farmers of Canada (“CFC”) pursuant to subsection 16(1)b of the Farm Products
Agencies Actc;
Whereas CFC has been empowered to implement a marketing
plan pursuant to that Proclamation;
Whereas the proposed Order Amending the Canadian Chicken
Marketing Levies Order is an order of a class to which paragraph 7(1)(d)d of that Act applies by reason of section 2 of the
Agencies’ Orders and Regulations Approval Ordere, and has been
submitted to the National Farm Products Council pursuant to
paragraph 22(1)(f) of that Act;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par la
Proclamation visant Les Producteurs de poulet du Canadac, créé
l’office appelé Les Producteurs de poulet du Canada;
Attendu que l’office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que le projet d’ordonnance intitulé Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la commercialisation des poulets au Canada relève d’une catégorie à laquelle s’applique l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, conformément à
l’article 2 de l’Ordonnance sur l’approbation des ordonnances et
règlements des officese, et a été soumis au Conseil national des
produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet
d’ordonnance est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricolesb et de l’article 12f de l’annexe de la
Proclamation visant les Producteurs de poulet du Canadac, l’office
appelé Les Producteurs de poulet du Canada prend l’Ordonnance
modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la commercialisation des poulets au Canada, ci-après.
Ottawa (Ontario), le 21 décembre 2010
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)d of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed Order, after being satisfied that it is necessary for the implementation of the marketing plan that CFC is authorized to implement;
Therefore, Chicken Farmers of Canada, pursuant to paragraph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and section 12f
of the schedule to the Chicken Farmers of Canada Proclamationa,
hereby makes the annexed Order Amending the Canadian Chicken
Marketing Levies Order.
Ottawa, Ontario, December 21, 2010
ORDER AMENDING THE CANADIAN CHICKEN
MARKETING LEVIES ORDER
ORDONNANCE MODIFIANT L’ORDONNANCE SUR
LES REDEVANCES À PAYER POUR LA
COMMERCIALISATION DES
POULETS AU CANADA
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsection 3(2) of the Canadian Chicken Marketing Levies Order1 is replaced by the following:
1. Paragraphe 3(2) de l’Ordonnance sur les redevances à
payer pour la commercialisation des poulets au Canada1 est
remplacé par ce qui suit :
(2) Le paragraphe (1) cesse d’avoir effet le 31 décembre 2011.
(2) Subsection (1) ceases to have effect on December 31, 2011.
COMING INTO FORCE
2. This Order comes into force on January 1, 2011.
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. La présente ordonnance entre en vigueur le 1 janvier
2011.
———
———
a
a
b
c
d
e
f
1
SOR/79-158; SOR/98-244
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
R.S., c. F-4; S.C. 1993, c. 3, s. 2
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/2002-1
SOR/2002-35
34
b
c
d
e
f
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.R., ch. F-4; L.C. 1993, ch. 3, art. 2
DORS/79-158; DORS/98-244
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/2002-1
DORS/2002-35
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-311
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie de l’Ordonnance.)
The amendment sets out December 31, 2011 as the date on
which the levies cease to have effect.
La modification vise à reporter au 31 décembre 2011 la date de
cessation d’application des redevances.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
35
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-312
Registration
SOR/2010-312 December 23, 2010
Enregistrement
DORS/2010-312 Le 23 décembre 2010
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Regulations Amending the Regulations
Establishing a List of Entities
Règlement modifiant le Règlement établissant une
liste d’entités
P.C. 2010-1637
C.P. 2010-1637
December 23, 2010
(PUBLISHED AS AN EXTRA
ON DECEMBER 23, 2010)
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
36
Le 23 décembre 2010
(PUBLIÉ EN ÉDITION SPÉCIALE
LE 23 DÉCEMBRE 2010)
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-313
Registration
SOR/2010-313 December 23, 2010
Enregistrement
DORS/2010-313 Le 23 décembre 2010
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Regulations Amending the Regulations
Establishing a List of Entities
Règlement modifiant le Règlement établissant une
liste d’entités
P.C. 2010-1638
C.P. 2010-1638
December 23, 2010
(PUBLISHED AS AN EXTRA
ON DECEMBER 23, 2010)
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Le 23 décembre 2010
(PUBLIÉ EN ÉDITION SPÉCIALE
LE 23 DÉCEMBRE 2010)
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
37
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-314
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-314
December 23, 2010
Enregistrement
DORS/2010-314
Le 23 décembre 2010
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Regulations Amending the Canadian Egg
Marketing Agency Quota Regulations, 1986
Règlement modifiant le Règlement de 1986 de
l’Office canadien de commercialisation des œufs
sur le contingentement
Whereas the Governor in Council has, by the Canadian Egg
Marketing Agency Proclamationa, established the Canadian Egg
Marketing Agency pursuant to subsection 16(1)b of the Farm
Products Agencies Actc;
Whereas that Agency has been empowered to implement a
marketing plan pursuant to that Proclamation;
Whereas that Agency has complied with the requirements of
section 4d of Part II of the schedule to that Proclamation;
Whereas the proposed Regulations Amending the Canadian
Egg Marketing Agency Quota Regulations, 1986 are regulations
of a class to which paragraph 7(1)(d)e of that Act applies by reason of section 2 of the Agencies’ Orders and Regulations Approval Orderf, and have been submitted to the National Farm
Products Council pursuant to paragraph 22(1)(f) of that Act;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par la
Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des
œufsc, créé l’Office canadien de commercialisation des œufs;
Attendu que l’Office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que l’Office s’est conformé aux exigences de l’article 4d de la partie II de l’annexe de cette proclamation;
Attendu que le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement de 1986 de l’Office canadien de commercialisation des œufs sur le contingentement, ci-après, relève d’une
catégorie à laquelle s’applique l’alinéa 7(1)d)e de cette loi,
conformément à l’article 2 de l’Ordonnance sur l’approbation
des ordonnances et règlements des officesf et a été soumis au
Conseil national des produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)e de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet de
règlement est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’Office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricolesb et de l’article 2 de la partie II de
l’annexe de la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des œufsc, l’Office canadien de commercialisation des
œufs prend le Règlement modifiant le Règlement de 1986 de
l’Office canadien de commercialisation des œufs sur le contingentement, ci-après.
Ottawa (Ontario), le 22 décembre 2010
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)e of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed
Regulations, after being satisfied that they are necessary for the
implementation of the marketing plan that that Agency is authorized to implement;
Therefore, the Canadian Egg Marketing Agency, pursuant to
paragraph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and section 2 of Part II of the schedule to the Canadian Egg Marketing
Agency Proclamationa, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Canadian Egg Marketing Agency Quota Regulations, 1986.
Ottawa, Ontario, December 22, 2010
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN EGG
MARKETING AGENCY QUOTA
REGULATIONS, 1986
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE 1986
DE L’OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION
DES ŒUFS SUR LE CONTINGENTEMENT
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Egg Marketing Agency Quota
Regulations, 19861 is replaced by Schedule 1 set out in the
schedule to these Regulations.
1. L’annexe 1 du Règlement de 1986 de l’Office canadien
de commercialisation des œufs sur le contingentement1 est
remplacée par l’annexe 1 figurant à l’annexe du présent
règlement.
———
———
a
a
b
c
d
e
f
1
C.R.C., c. 646
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
R.S., c. F-4; S.C. 1993, c. 3, s. 2
SOR/99-186
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/86-8; SOR/86-411
38
b
c
d
e
f
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.R., ch. F-4; L.C. 1993, ch. 3, art. 2
C.R.C., ch. 646
DORS/99-186
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/86-8; DORS/86-411
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-314
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on December 26, 2010.
2. Le présent règlement entre en vigueur le 26 décembre 2010.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE 1
(Sections 2 and 6, subsections 7(1) and 7.1(1) and section 7.2)
ANNEXE 1
(articles 2 et 6, paragraphes 7(1) et 7.1(1) et article 7.2)
LIMITS TO QUOTAS FOR THE PERIOD BEGINNING ON
DECEMBER 26, 2010 AND ENDING ON
DECEMBER 31, 2011
LIMITES DES CONTINGENTS POUR LA PÉRIODE
COMMENÇANT LE 26 DÉCEMBRE 2010 ET SE
TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2011
Column 1
Column 2
Column 3
Province
Limits to Federal
Quotas (Number
of Dozens
of Eggs)
Limits to Eggs for
Processing Quotas
(Number of
Dozens of Eggs)
Ontario
Quebec
Nova Scotia
New Brunswick
218,359,971
109,893,495
21,301,174
12,166,006
18,150,462
2,592,923
Manitoba
British Columbia
62,089,558
71,818,998
10,371,692
2,592,923
Prince Edward
Island
Saskatchewan
Alberta
Newfoundland
and Labrador
Northwest
Territories
Column 4
Limits to Export
Market
Development
Quotas (Number of
Dozens of Eggs)
12,964,615
3,528,252
26,570,961
52,744,155
9,457,642
5,185,846
648,231
3,086,331
Colonne 2
Colonne 1
Province
Ontario
Québec
Nouvelle-Écosse
NouveauBrunswick
Manitoba
ColombieBritannique
Île-du-PrinceÉdouard
Saskatchewan
Alberta
Terre-Neuve-etLabrador
Territoires du
Nord-Ouest
Colonne 3
Colonne 4
Limite des
contingents
fédéraux (nombre
de douzaines
d’œufs)
Limite des
contingents de
transformation
(nombre de
douzaines d’œufs)
Limite des
contingents pour le
développement du
marché
d’exportation
(nombre de
douzaines d’œufs)
218 359 971
109 893 495
21 301 174
12 166 006
18 150 462
2 592 923
62 089 558
71 818 998
10 371 692
2 592 923
12 964 615
3 528 252
26 570 961
52 744 155
9 457 642
5 185 846
648 231
3 086 331
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Regulations.)
(Cette note ne fait pas partie du Règlement.)
The amendment establishes the number of dozens of eggs that
producers may market during the period beginning on December 26, 2010 and ending on December 31, 2011.
La modification vise à fixer le nombre de douzaine d’œufs que
les producteurs peuvent commercialiser au cours de la période
commençant le 26 décembre 2010 et se terminant le 31 décembre
2011.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
39
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Registration
SOR/2010-315
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-315
December 23, 2010
Enregistrement
DORS/2010-315
Le 23 décembre 2010
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Order Amending the Canadian Egg Marketing
Levies Order
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les
redevances à payer pour la commercialisation des
œufs au Canada
Whereas the Governor in Council has, by the Canadian Egg
Marketing Agency Proclamationa, established the Canadian Egg
Marketing Agency pursuant to subsection 16(1)b of the Farm
Products Agencies Actc;
Whereas that Agency has been empowered to implement a
marketing plan pursuant to that Proclamation;
Whereas the proposed Order Amending the Canadian Egg
Marketing Levies Order is an order of a class to which paragraph 7(1)(d)d of that Act applies by reason of section 2 of the
Agencies’ Orders and Regulations Approval Ordere, and has been
submitted to the National Farm Products Council pursuant to
paragraph 22(1)(f) of that Act;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par la
Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des
œufsc, créé l’Office canadien de commercialisation des œufs;
Attendu que l’Office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que le projet d’ordonnance intitulé Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la commercialisation des œufs au Canada relève d’une catégorie à laquelle
s’applique l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, conformément à l’article 2
de l’Ordonnance sur l’approbation des ordonnances et règlements des officese, et a été soumis au Conseil national des produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet
d’ordonnance est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’Office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricolesb et de l’article 10 de la partie II de
l’annexe de la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des œufsc, l’Office canadien de commercialisation des
œufs prend l’Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la commercialisation des œufs au Canada,
ci-après.
Ottawa (Ontario), le 22 décembre 2010
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)d of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed Order
after being satisfied that it is necessary for the implementation of
the marketing plan that the Canadian Egg Marketing Agency is
authorized to implement;
Therefore, the Canadian Egg Marketing Agency, pursuant to
paragraph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and section 10 of Part II of the schedule to the Canadian Egg Marketing
Agency Proclamationa, hereby makes the annexed Order Amending the Canadian Egg Marketing Levies Order.
Ottawa, Ontario, December 22, 2010
ORDER AMENDING THE CANADIAN EGG
MARKETING LEVIES ORDER
ORDONNANCE MODIFIANT L’ORDONNANCE SUR
LES REDEVANCES À PAYER POUR LA
COMMERCIALISATION DES
ŒUFS AU CANADA
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) Paragraphs 3(1)(a) to (k) of the Canadian Egg Marketing Levies Order1 are replaced by the following:
(a) in the Province of Ontario, $0.3925;
(b) in the Province of Quebec, $0.3710;
(c) in the Province of Nova Scotia, $0.3925;
(d) in the Province of New Brunswick, $0.3875;
(e) in the Province of Manitoba, $0.3675;
(f) in the Province of British Columbia, $0.4250;
1. (1) Les alinéas 3(1)a) à k) de l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la commercialisation des œufs au Canada1
sont remplacés par ce qui suit :
a) dans la province d’Ontario, 0,3925 $;
b) dans la province de Québec, 0,3710 $;
c) dans la province de la Nouvelle-Écosse, 0,3925 $;
d) dans la province du Nouveau-Brunswick, 0,3875 $;
e) dans la province du Manitoba, 0,3675 $;
———
———
a
a
b
c
d
e
1
C.R.C., c. 646
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
R.S., c. F-4; S.C. 1993, c. 3, s. 2
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/2003-75
40
b
c
d
e
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.R., ch. F-4; L.C. 1993, ch. 3, art. 2
C.R.C., ch. 646
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/2003-75
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1 SOR/DORS/2010-315
(2) Subsection 3(2) of the Order is replaced by the
following:
(2) Subsection (1) ceases to have effect on March 30, 2012.
f) dans la province de la Colombie-Britannique, 0,4250 $;
g) dans la province de l’Île-du-Prince-Édouard, 0,3775 $;
h) dans la province de la Saskatchewan, 0,3925 $;
i) dans la province d’Alberta, 0,3645 $;
j) dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador, 0,3825 $;
k) dans les Territoires du Nord-Ouest, 0,4015 $.
(2) Le paragraph 3(2) de la même ordonnance est remplacé
par ce qui suit :
(2) Le paragraph (1) cesse d’avoir effet le 30 mars 2012.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
(g) in the Province of Prince Edward Island, $0.3775;
(h) in the Province of Saskatchewan, $0.3925;
(i) in the Province of Alberta, $0.3645;
(j) in the Province of Newfoundland and Labrador, $0.3825;
and
(k) in the Northwest Territories, $0.4015.
2. This Order comes into force on the January 23, 2011.
2. La présente ordonnance entre en vigueur le 23 janvier
2011.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie de l’Ordonnance.)
The amendments provide for the levy rate to be paid by producers for the periods ending on March 30, 2012.
Les modifications prévoient le taux des redevances à payer par
les producteurs pour la période se terminant le 30 mars 2012.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
41
2011-01-05
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
TABLE OF CONTENTS
Registration
number
P.C.
number
SOR:
SI:
SOR/2010-306—315
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Minister
Name of Statutory Instrument or Other Document
Page
SOR/2010-306
Public Safety and
Emergency Preparedness
Order Amending the Pardon Services Fees Order ........................................
2
SOR/2010-307
Finance
Canada Deposit Insurance
Corporation
By-law Amending the Canada Deposit Insurance Corporation Differential
Premiums By-law .........................................................................................
14
23
SOR/2010-308
Agriculture and Agri-Food
Order Amending the Canada Turkey Marketing Producers Levy Order.......
SOR/2010-309
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Canadian Turkey Marketing Quota
Regulations, 1990 .........................................................................................
25
SOR/2010-310
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Reportable Diseases Regulations.......................
27
SOR/2010-311
Agriculture and Agri-Food
Order Amending the Canadian Chicken Marketing Levies Order ................
34
SOR/2010-312
2010-1637
Public Safety and
Emergency Preparedness
Regulations Amending the Regulations Establishing a List of Entities ........
36
SOR/2010-313
2010-1638
Public Safety and
Emergency Preparedness
Regulations Amending the Regulations Establishing a List of Entities ........
37
SOR/2010-314
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Canadian Egg Marketing Agency Quota
Regulations, 1986 .........................................................................................
38
SOR/2010-315
Agriculture and Agri-Food
Order Amending the Canadian Egg Marketing Levies Order .......................
40
i
2011-01-05
INDEX
Canada Gazette Part II, Vol. 145, No. 1
SOR:
SI:
SOR/2010-306—315
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Name of Statutory Instrument or Other Document
Statutes
Registration
number
Date
Canada Deposit Insurance Corporation Differential Premiums By-law —
By-law Amending................................................................................................
Canada Deposit Insurance Corporation Act
SOR/2010-307
15/12/10
14
Canada Turkey Marketing Producers Levy Order — Order Amending ....................
Farm Products Agencies Act
SOR/2010-308
21/12/10
23
Canadian Chicken Marketing Levies Order — Order Amending..............................
Farm Products Agencies Act
SOR/2010-311
21/12/10
34
Canadian Turkey Marketing Quota Regulations, 1990 — Regulations Amending ...
Farm Products Agencies Act
SOR/2010-309
21/12/10
25
SOR/2010-314
23/12/10
38
Canadian Egg Marketing Levies Order — Order Amending ....................................
Farm Products Agencies Act
SOR/2010-315
23/12/10
40
List of Entities — Regulations Amending the Regulations Establishing ..................
Criminal Code
SOR/2010-312
23/12/10
36
List of Entities — Regulations Amending the Regulations Establishing ..................
Criminal Code
SOR/2010-313
23/12/10
37
Pardon Services Fees Order — Order Amending......................................................
Financial Administration Act
SOR/2010-306
15/12/10
2
Reportable Diseases Regulations — Regulations Amending ....................................
Health of Animals Act
SOR/2010-310
21/12/10
27
Canadian Egg Marketing Agency Quota Regulations, 1986 — Regulations
Amending ............................................................................................................
Farm Products Agencies Act
ii
Page
Comments
2011-01-05
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, nº 1
TABLE DES MATIÈRES DORS :
TR :
Numéro
d’enregistrement
Numéro
de C.P.
DORS/2010-306—315
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Ministre
Titre du texte réglementaire ou autre document
Page
DORS/2010-306
Sécurité publique et
Protection civile
Arrêté modifiant l’Arrêté sur le prix à payer pour des services en vue
d’une réhabilitation.......................................................................................
2
DORS/2010-307
Finances
Société d’assurance-dépôt
du Canada
Règlement administratif modifiant le Règlement administratif de la
Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles............
14
DORS/2010-308
Agriculture et
Agroalimentaire
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer par les
producteurs pour la commercialisation des dindons du Canada....................
23
DORS/2010-309
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la
commercialisation du dindon (1990) ............................................................
25
DORS/2010-310
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement sur les maladies déclarables..................
27
DORS/2010-311
Agriculture et
Agroalimentaire
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la
commercialisation des poulets au Canada.....................................................
34
DORS/2010-312
2010-1637
Sécurité publique et
Protection civile
Règlement modifiant le Règlement établissant une liste d’entités ................
36
DORS/2010-313
2010-1638
Sécurité publique et
Protection civile
Règlement modifiant le Règlement établissant une liste d’entités ................
37
DORS/2010-314
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement de 1986 de l’Office canadien de
commercialisation des œufs sur le contingentement .....................................
38
DORS/2010-315
Agriculture et
Agroalimentaire
Ordonnance modifiant l’Ordonnance sur les redevances à payer pour la
commercialisation des œufs au Canada ........................................................
40
iii
2011-01-05
INDEX
Gazette du Canada Partie II, Vol. 145, no 1
DORS :
TR :
DORS/2010-306—315
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — revise
a — abroge
Titre du texte réglementaire ou autre document
Lois
Numéro
d’enregistrement
Date
Contingentement de la commercialisation du dindon (1990) — Règlement
modifiant le Règlement canadien.........................................................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2010-309
21/12/10
25
Liste d’entités — Règlement modifiant le Règlement établissant .............................
Code criminel
DORS/2010-312
23/12/10
36
Liste d’entités — Règlement modifiant le Règlement établissant .............................
Code criminel
DORS/2010-313
23/12/10
37
Maladies déclarables — Règlement modifiant le Règlement ....................................
Santé des animaux (Loi)
DORS/2010-310
21/12/10
27
Office canadien de commercialisation des œufs sur le contingentement —
Règlement modifiant le Règlement de 1986 ........................................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2010-314
23/12/10
38
Prix à payer pour des services en vue d’une réhabilitation — Arrêté modifiant
l’Arrêté ................................................................................................................
Gestion des finances publiques (Loi)
DORS/2010-306
15/12/10
2
Redevances à payer par les producteurs pour la commercialisation des dindons
du Canada — Ordonnance modifiant l’Ordonnance............................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2010-308
21/12/10
23
Redevances à payer pour la commercialisation des œufs au Canada —
Ordonnance modifiant l’Ordonnance...................................................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2010-315
23/12/10
40
Redevances à payer pour la commercialisation des poulets au Canada —
Ordonnance modifiant l’Ordonnance...................................................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2010-311
21/12/10
34
Société d’assurance-dépôts du Canada sur les primes différentielles — Règlement
administratif modifiant le Règlement administratif .............................................
Société d’assurance-dépôts du Canada (Loi)
DORS/2010-307
15/12/10
14
iv
Page
Commentaires
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising