Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 143, no 17
Vol. 143, No. 17
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, AUGUST 19, 2009
OTTAWA, LE MERCREDI 19 AOÛT 2009
Statutory Instruments 2009
Textes réglementaires 2009
SOR/2009-212 to 239 and SI/2009-66 to 73
DORS/2009-212 à 239 et TR/2009-66 à 73
Pages 1490 to 1719
Pages 1490 à 1719
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 7, 2009, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Partie II de la Gazette du Canada est publiée en vertu de la Loi sur les
textes réglementaires le 7 janvier 2009, et au moins tous les deux mercredis
par la suite.
Part II of the Canada Gazette contains all “regulations” as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Partie II de la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to Government of Canada Publications, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Partie II
de la Gazette du Canada est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $.
Pour les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes à :
Publications du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable Document Format (PDF) and
in HyperText Mark-up Language (HTML) as the alternate format. The PDF
format of Part I, Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is
published simultaneously with the printed copy.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de document
portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme média substitut. Le
format PDF en direct de la Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel
depuis le 1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2009
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-212
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
July 30, 2009
CANADA STUDENT FINANCIAL ASSISTANCE ACT
Enregistrement
DORS/2009-212
Le 30 juillet 2009
CANADA STUDENT LOANS ACT
LOI FÉDÉRALE SUR L’AIDE FINANCIÈRE
AUX ÉTUDIANTS
LOI FÉDÉRALE SUR LES PRÊTS AUX ÉTUDIANTS
Regulations Amending the Canada Student
Financial Assistance Regulations and the
Canada Student Loans Regulations
Règlement modifiant le Règlement fédéral sur
l’aide financière aux étudiants et le Règlement
fédéral sur les prêts aux étudiants
P.C. 2009-1200
C.P. 2009-1200
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Human Resources and Skills
Development, hereby makes the annexed Regulations Amending
the Canada Student Financial Assistance Regulations and the
Canada Student Loans Regulations, pursuant to
(a) section 15a of the Canada Student Financial Assistance
Actb; and
(b) section 17c of the Canada Student Loans Actd.
Sur recommandation de la ministre des Ressources humaines et
du Développement des compétences, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants et le Règlement
fédéral sur les prêts aux étudiants, ci-après, en vertu :
a) de l’article 15a de la Loi fédérale sur l’aide financière aux
étudiantsb;
b) de l’article 17c de la Loi fédérale sur les prêts aux étudiantsd.
REGULATIONS AMENDING THE CANADA STUDENT
FINANCIAL ASSISTANCE REGULATIONS AND THE
CANADA STUDENT LOANS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT FÉDÉRAL
SUR L’AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDIANTS
ET LE RÈGLEMENT FÉDÉRAL SUR
LES PRÊTS AUX ÉTUDIANTS
CANADA STUDENT FINANCIAL
ASSISTANCE REGULATIONS
RÈGLEMENT FÉDÉRAL SUR L’AIDE
FINANCIÈRE AUX ÉTUDIANTS
1. Subsection 2(1) of the Canada Student Financial Assistance Regulations1 is amended by adding the following in
alphabetical order:
“severe permanent disability” means a functional limitation caused
by a physical or mental impairment that prevents a borrower
from performing the daily activities necessary to participate in
studies at a post-secondary school level and in the labour force
and is expected to remain with the person for their expected
life; (invalidité grave et permanente)
2. (1) Paragraph 15(1)(i) of the Regulations is replaced by
the following:
(i) if the borrower fails to comply with subsection 19.1(1) or
20.1(1), section 20.3 or subsection 24(3), the 30th day after the
end of the applicable repayment assistance period or after the
day of the notice, as the case may be;
1. Le paragraphe 2(1) du Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants1 est modifié par adjonction, selon l’ordre
alphabétique, de ce qui suit :
« invalidité grave et permanente » Limitation fonctionnelle causée par un état d’incapacité physique ou mentale qui empêche
l’emprunteur d’exercer les activités quotidiennes nécessaires
pour participer à des études de niveau postsecondaire et au
marché du travail et dont la durée prévue est la durée de vie
probable de celui-ci. (severe permanent disability)
2. (1) L’alinéa 15(1)i) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
i) lorsque l’emprunteur omet de se conformer aux paragraphes 19.1(1) ou 20.1(1), à l’article 20.3 ou au paragraphe 24(3),
le trentième jour suivant le dernier jour de la période d’aide au
remboursement applicable ou suivant la date de l’avis, le cas
échéant;
(2) L’alinéa 15(1)k) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
k) lorsqu’est accordée à l’emprunteur une aide au remboursement au titre de l’article 20 ou une réduction du principal impayé au titre des articles 42 ou 42.1 ou au titre de l’article 30.1
du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants, dans leur version antérieure à l’entrée en vigueur du présent alinéa, le premier en date du jour de la réduction et des jours suivants :
(2) Subsection 15(1) of the Regulations is amended by striking out “or” at the end of paragraph (j) and by replacing
paragraph (k) with the following:
(k) if the borrower has been granted repayment assistance
under section 20 or a reduction of outstanding principal under
section 42 or 42.1 or section 30.1 of the Canada Student Loans
Regulations, as they read immediately before the coming into
force of this paragraph, the earlier of, as the case may be, the
day of the reduction or
———
———
a
a
b
c
d
1
S.C. 2008, c. 28, s. 108
S.C. 1994, c. 28
S.C. 2008, c. 28, s. 113
R.S., c. S-23
SOR/95-329
1490
b
c
d
1
L.C. 2008, ch. 28, art. 108
L.C. 1994, ch. 28
L.C. 2008, ch. 28, art. 113
L.R., ch. S-23
DORS/95-329
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
(i) in the case of a borrower who has a permanent disability,
the day that is 60 months after
(A) in respect of the loans referred to in paragraph 19(1)(b)(i), the day on which the borrower most recently ceased to be a full-time student under section 8 or,
in the case of a borrower to whom only guaranteed student
loans have been made, section 4.1 of the Canada Student
Loans Regulations, and
(B) in respect of the loans referred to in paragraph 19(1)(b)(ii), the day on which the borrower most recently ceased to be a full-time student under section 8 or a
part-time student under section 12.3, as the case may be,
and
(ii) in any other case, the day on which the assistance begins;
or
(l) the day on which, as the case may be, the obligations referred to in section 11 of the Act or the rights referred to in section 11.1 of the Act or section 13 of the Canada Student Loans
Act, are terminated.
(3) Subsections 15(2) to (4) of the Regulations are replaced
by the following:
(2) Subject to subsections (5), (6) and (9),
(a) if an event referred to in any of paragraphs (1)(a) to (l) occurs the Minister shall, effective on the applicable day referred
to in that paragraph,
(i) deny a borrower a new certificate of eligibility for any
student loan, and
(ii) if a certificate of eligibility has been issued to a borrower, deny the borrower a new student loan; and
(b) if an event referred to in any of paragraphs (1)(a) to (j) occurs, the Minister shall terminate, effective on the applicable
day referred to in that paragraph,
(i) in respect of all outstanding student loans made to the
borrower as a full-time student, an interest-free period, and
(ii) in respect of an outstanding student loan made to the borrower as a part-time student, the period during which no
amount on account of principal or interest is required to be
paid by the borrower.
(3) If an event referred to in paragraph (1)(a) or (b) occurs and
the Minister pays a claim for loss in respect of the borrower’s
guaranteed student loans, the Minister shall refuse to grant to the
borrower repayment assistance under section 19 or 20.
(4) If an event referred to in paragraph (1)(h) or (i) occurs, the
Minister shall terminate repayment assistance granted under section 19 or 20 and refuse to grant to the borrower further repayment assistance.
(4) Paragraph 15(5)(b) of the Regulations is replaced by the
following:
(b) the measure referred to in paragraph (2)(b) shall take effect
on the last day of the period of studies for which the certificate
of eligibility was issued.
(5) Paragraph 15(6)(b) of the Regulations is replaced by the
following:
(b) the measure referred to in paragraph (2)(b) shall take effect
at the end of the period of studies for which the certificate of
eligibility was issued.
(i) dans le cas où l’emprunteur a une invalidité permanente,
le jour où se termine le soixantième mois suivant :
(A) le jour où il a cessé la dernière fois d’être étudiant à
temps plein soit aux termes de l’article 8 à l’égard des
prêts visés au sous-alinéa 19(1)b)(i), soit aux termes de
l’article 4.1 du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants s’il n’a reçu que des prêts garantis,
(B) le jour où il a cessé la dernière fois d’être étudiant à
temps plein aux termes de l’article 8 ou, s’il est postérieur,
le jour où il a cessé la dernière fois d’être étudiant à temps
partiel aux termes de l’article 12.3, à l’égard des prêts visés au sous-alinéa 19(1)b)(ii),
(ii) dans les autres cas, le jour où commence l’aide au
remboursement;
l) le jour où, selon le cas, s’éteignent les obligations visées à
l’article 11 de la Loi ou les droits visés à l’article 11.1 de la Loi
ou à l’article 13 de la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants.
(3) Les paragraphes 15(2) à (4) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(2) Sous réserve des paragraphes (5), (6) et (9) :
a) lorsque survient un événement visé à l’un des alinéas (1)a)
à l), le ministre prend les mesures ci-après, lesquelles prennent
effet le jour applicable visé à l’alinéa en cause :
(i) refuser de délivrer à l’emprunteur un nouveau certificat
d’admissibilité pour tout prêt d’études,
(ii) si un certificat d’admissibilité lui a déjà été délivré, refuser de lui consentir un nouveau prêt d’études;
b) lorsque survient un événement visé à l’un des alinéas (1)a)
à j), le ministre prend les mesures ci-après, lesquelles prennent
effet le jour applicable visé à l’alinéa en cause :
(i) annuler la période d’exemption d’intérêts, à l’égard de
tous les prêts d’études impayés qui ont été consentis à l’emprunteur à titre d’étudiant à temps plein,
(ii) annuler la période pendant laquelle le paiement du principal et des intérêts est différé à l’égard de tout prêt d’études
impayé qui lui a été consenti à titre d’étudiant à temps
partiel.
(3) Lorsque survient un événement visé aux alinéas (1)a) ou b)
et que le ministre indemnise le prêteur de la perte que les prêts
garantis de l’emprunteur lui ont occasionnée, le ministre refuse
d’accorder à l’emprunteur toute aide au remboursement visée aux
articles 19 ou 20.
(4) Lorsque survient un événement visé aux alinéas (1)h) ou i),
le ministre annule l’aide au remboursement accordée au titre des
articles 19 ou 20 à l’emprunteur et refuse de lui accorder toute
nouvelle aide à ce titre.
(4) L’alinéa 15(5)b) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) la mesure prévue à l’alinéa (2)b) prend effet le dernier jour
de la période d’études à l’égard de laquelle le certificat d’admissibilité a été délivré.
(5) L’alinéa 15(6)b) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) la mesure prévue à l’alinéa (2)b) prend effet à la fin de la période d’études à l’égard de laquelle le certificat d’admissibilité
a été délivré.
1491
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
3. The portion of subsection 16(1) of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
16. (1) Subject to subsection (5), where a borrower is subject
to a measure taken in accordance with subsection 15(2), (3) or
(4) due to the occurrence of an event referred to in paragraph 15(1)(a), (b) or (i), the borrower is entitled to a new student
loan, a new certificate of eligibility, another interest-free period
and further repayment assistance under section 19 or 20 if
4. The headings before section 19 and sections 19 to 24 of
the Regulations are replaced by the following:
3. Le passage du paragraphe 16(1) du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
16. (1) Sous réserve du paragraphe (5), lorsque l’emprunteur
fait l’objet d’une mesure prévue aux paragraphes 15(2), (3) ou
(4) en raison de la survenance d’un événement visé à l’un des alinéas 15(1)a), b) et i), il a le droit d’obtenir un nouveau prêt
d’études ou un nouveau certificat d’admissibilité ou de bénéficier
d’une nouvelle période d’exemption d’intérêts ou de toute nouvelle aide au remboursement visée aux articles 19 ou 20, si les
conditions suivantes sont réunies :
4. Les intertitres précédant l’article 19 et les articles 19 à 24
du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
PART V
PARTIE V
REPAYMENT ASSISTANCE PLAN
PROGRAMME D’AIDE AU REMBOURSEMENT
FIRST STAGE
PREMIER VOLET
19. (1) Subject to section 15 and section 9 of the Canada Student Loans Regulations, the Minister may, on application in the
prescribed form containing the prescribed information, provide
the first stage of a repayment assistance plan to a borrower for a
period of six months if
(a) the borrower resides in Canada;
(b) the borrower has signed, in respect of
(i) risk-shared loans, guaranteed student loans or direct loans
made to the borrower as a full-time student, a consolidated
risk-shared loan agreement, a consolidated guaranteed student loan agreement or a consolidated direct loan agreement,
as the case may be, and
(ii) risk-shared loans or direct loans made to the borrower as
a part-time student, a student loan agreement or a direct student loan agreement, as the case may be;
(c) all of the risk-shared loan agreements and guaranteed student loan agreements referred to in paragraph (b) are held by
a lender, or, in the case where an event referred to in any of
paragraphs 15(1)(c) to (g) or paragraphs 9(1)(c) to (g) of the
Canada Student Loans Regulations has occurred, by the Minister or a lender;
(d) no more than 120 months have elapsed
(i) in respect of the loans referred to in paragraph (b)(i),
since the day on which the borrower most recently ceased to
be a full-time student under section 8 or, in the case of a borrower to whom only guaranteed student loans have been
made, section 4.1 of the Canada Student Loans Regulations,
and
(ii) in respect of the loans referred to in paragraph (b)(ii),
since the day on which the borrower most recently ceased to
be a full-time student under section 8 or a part-time student
under section 12.3, as the case may be; and
(e) the borrower’s monthly affordable payment calculated
under subsection (2) is less than their monthly required payment calculated under subsection (3).
19. (1) Sous réserve de l’article 15 et de l’article 9 du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants, le ministre peut, sur demande présentée sur le formulaire qu’il a établi, accorder une aide
au titre du premier volet du programme d’aide au remboursement,
pour une période de six mois, à l’emprunteur qui remplit les
conditions suivantes :
a) il réside au Canada;
b) il a signé :
(i) lorsque des prêts à risque partagé, des prêts garantis ou
des prêts directs lui ont été consentis à titre d’étudiant à
temps plein, un contrat de prêt à risque partagé consolidé, un
contrat de prêt garanti consolidé ou un contrat de prêt direct
consolidé, selon le cas,
(ii) lorsque des prêts à risque partagé ou des prêts directs lui
ont été consentis à titre d’étudiant à temps partiel, un contrat
de prêt simple ou un contrat de prêt direct simple, selon le
cas;
c) le créancier de tous les contrats de prêt à risque partagé et de
tous les contrats de prêt garanti visés à l’alinéa b) est un prêteur, ou, dans le cas où est survenu un événement visé à l’un
des alinéas 15(1)c) à g) ou à l’un des alinéas 9(1)c) à g) du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants, le créancier est le
ministre ou un prêteur;
d) au plus cent vingt mois se sont écoulés :
(i) depuis la date où il a cessé pour la dernière fois d’être
étudiant à temps plein soit aux termes de l’article 8 à l’égard
de tout prêt visé au sous-alinéa b)(i) soit aux termes de
l’article 4.1 du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants
s’il n’a reçu que des prêts garantis,
(ii) depuis la date où pour la dernière fois il a cessé d’être
étudiant à temps plein aux termes de l’article 8 ou, si elle est
postérieure, depuis celle où il a cessé pour la dernière fois
d’être étudiant à temps partiel aux termes de l’article 12.3 à
l’égard de tout prêt visé au sous-alinéa b)(ii);
e) le versement mensuel adapté à son revenu établi conformément au paragraphe (2) est inférieur au versement mensuel exigé établi conformément au paragraphe (3).
1492
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
(2) The monthly affordable payment is equal to
(a) $0, if the borrower’s monthly family income is no more
than the minimum monthly income threshold for their family
size determined in accordance with Schedule 1; or
(b) the borrower’s monthly family income multiplied by the
lesser of the amounts determined by the following formulae
0.2A
(X − Y )
1.5[
+ 0.01]A
100Z
where
A is the ratio, in relation to all loans referred to in paragraph (1)(b) and provincial student loans, of the borrower’s
outstanding principal to the borrower’s outstanding principal plus the outstanding principal of those loans for which
instalments are due for any spouse or common-law partner
of the borrower,
X is the borrower’s monthly family income,
Y is the monthly income threshold for the borrower’s family
size determined in accordance with Schedule 1,
Z is the monthly increment for the borrower’s family size determined in accordance with Schedule 1.
(3) The monthly required payment is equal to
(a) the outstanding principal of the loans referred to in subparagraph (1)(b)(i) and provincial student loans, amortized
over a period of the greater of
(i) six months, and
(ii) 120 months minus the number of months that have
elapsed since the day referred to in subparagraph (1)(d)(i)
plus the number of months since that day during which the
borrower benefited from any special interest-free periods
under section 19 or 20 or section 17 or 18 of the Canada
Student Loans Regulations, as they read immediately before
the coming into force of this section, or repayment assistance
under this section; and
(b) the outstanding principal of the loans referred to in subparagraph (1)(b)(ii), amortized over a period of the greater of
(i) six months, and
(ii) 120 months minus the number of months that have
elapsed since the day referred to in subparagraph (1)(d)(ii),
plus the number of months since that day during which the
borrower benefited from any special interest-free periods
under section 19 or 20 as they read immediately before the
coming into force of this section, or repayment assistance
under this section.
(4) A borrower shall receive no more than 60 months, in the
aggregate, of special interest-free periods granted under section 19 or 20 or section 17 or 18 of the Canada Student Loans
Regulations, as they read immediately before the coming into
force of this section, and repayment assistance under this section
(a) in respect of any loan referred to in subparagraph (1)(b)(i),
since the day referred to in subparagraph (1)(d)(i); and
(b) in respect of any loan referred to in subparagraph (1)(b)(ii),
since the day referred to in subparagraph (1)(d)(ii).
(2) Le versement mensuel adapté au revenu de l’emprunteur est
égal :
a) soit à zéro, si son revenu familial mensuel est égal ou inférieur au seuil de revenu mensuel minimal correspondant au
nombre de personnes au sein de sa famille selon le tableau de
l’annexe 1;
b) soit au revenu familial mensuel multiplié par le plus petit résultat de l’une des formules suivantes :
0,2A
(X − Y)
1,5[
+ 0,01]A
100Z
où :
A représente le principal impayé de l’emprunteur à l’égard des
prêts visés à l’alinéa (1)b) et des prêts d’études provinciaux
divisé par le total de cette somme et du principal impayé de
son époux ou conjoint de fait à l’égard des mêmes types de
prêts pour lequel des versements sont exigibles,
X le revenu familial mensuel de l’emprunteur,
Y le seuil de revenu mensuel correspondant au nombre de personnes au sein de la famille de l’emprunteur selon le tableau
de l’annexe 1,
Z le facteur d’accroissement mensuel correspondant au nombre de personnes au sein de la famille de l’emprunteur selon
le tableau de l’annexe 1.
(3) Le versement mensuel exigé est égal :
a) au principal impayé des prêts visés au sous-alinéa (1)b)(i) et
des prêts d’études provinciaux amorti sur la plus longue des périodes suivantes :
(i) six mois,
(ii) cent vingt mois moins le nombre de mois qui se sont
écoulés depuis la date visée au sous-alinéa (1)d)(i) plus le
nombre de mois pendant lesquels l’emprunteur a bénéficié
depuis cette date de toute période spéciale d’exemption
d’intérêts au titre des articles 19 ou 20 ou au titre des articles 17 ou 18 du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants, dans leur version antérieure à l’entrée en vigueur du
présent article, ou de toute aide au remboursement visée par
le présent article;
b) au principal impayé des prêts visés au sous-alinéa (1)b)(ii)
amorti sur la plus longue des périodes suivantes :
(i) six mois,
(ii) cent vingt mois moins le nombre de mois qui se sont
écoulés depuis la date visée au sous-alinéa (1)d)(ii) plus le
nombre de mois pendant lesquels l’emprunteur a bénéficié
depuis cette date de toute période spéciale d’exemption
d’intérêts au titre des articles 19 ou 20 dans leur version antérieure à l’entrée en vigueur du présent article ou de toute
aide au remboursement visée par le présent article.
(4) Ne peuvent excéder soixante mois au total les périodes spéciales d’exemption d’intérêts accordées au titre des articles 19 ou
20 ou au titre des articles 17 ou 18 du Règlement fédéral sur les
prêts aux étudiants, dans leur version antérieure à l’entrée en vigueur du présent article, ou de l’aide au remboursement visée au
présent article :
a) à l’égard des prêts visés au sous-alinéa (1)b)(i), depuis la
date visée au sous-alinéa (1)d)(i);
b) à l’égard des prêts visés au sous-alinéa (1)b)(ii), depuis la
date visée au sous-alinéa (1)d)(ii).
1493
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
19.1 (1) A borrower shall, no later than the day that is 30 days
after a repayment assistance period ends, pay to the lender or the
Minister, as the case may be, the federal portion of the monthly
affordable payments calculated under subsection 19(2) in respect
of that period.
(2) The amount of interest payable by the borrower for a month
during a repayment assistance period on the outstanding principal
shall be reduced by the lender or the Minister, as the case may be,
by the federal portion of the difference between the monthly
required payment calculated under subsection 19(3) and the
monthly affordable payment calculated under subsection 19(2).
That reduction shall only be made in relation to the months for
which the borrower complies with subsection (1).
(3) If the reduction referred to in subsection (2) is made by the
lender, the Minister, on being notified of the reduction by the
lender in the prescribed form, shall pay to the lender the amount
of the reduction.
(4) In this section, “federal portion” means the ratio of outstanding principal of the loans referred to in paragraph 19(1)(b) to
the outstanding principal of the loans referred to in that paragraph
and any provincial student loans.
(5) Payments made under this section shall be attributed in
proportion to the outstanding principal of each loan referred to in
paragraph 19(1)(b).
19.1 (1) L’emprunteur verse au prêteur ou au ministre, selon le
cas, au plus tard le trentième jour suivant la fin de la période
d’aide au remboursement, la fraction fédérale des versements
mensuels adaptés à son revenu établis conformément au paragraphe 19(2) à l’égard de cette période.
(2) Le montant des intérêts mensuels sur le principal impayé
que l’emprunteur est tenu de rembourser pendant une période
d’aide au remboursement est réduit, selon le cas, par le ministre
ou par le prêteur, de la fraction fédérale de la différence entre
le versement mensuel exigé établi conformément au paragraphe 19(3) et le versement mensuel adapté à son revenu établi
conformément au paragraphe 19(2). Ce montant n’est réduit qu’à
l’égard des mois pendant lesquels l’emprunteur satisfait à
l’obligation prévue au paragraphe (1).
(3) Lorsque le prêteur opère la réduction visée au paragraphe (2), le ministre lui en rembourse le montant sur réception de
l’avis présenté sur le formulaire qu’il a établi.
(4) Pour l’application du présent article, « fraction fédérale »
s’entend de la fraction dont le numérateur est le principal impayé
des prêts visés à l’alinéa 19(1)b) et le dénominateur, le principal impayé des prêts visés à cet alinéa et des prêts d’études
provinciaux.
(5) Les versements prévus au présent article sont répartis proportionnellement au principal impayé de chacun des prêts visés à
l’alinéa 19(1)b).
SECOND STAGE
SECOND VOLET
20. (1) Subject to section 15 and section 9 of the Canada Student Loans Regulations, the Minister may, on application in the
prescribed form, provide the second stage of a repayment assistance plan to a borrower for a period of six months if
(a) the borrower meets the conditions set out in paragraphs 19(1)(a) to (c);
(b) the borrower
(i) has a permanent disability, or
(ii) has received 60 months, in the aggregate, of the periods
referred to in subsection 19(4) or at least 120 months has
elapsed,
(A) in respect of the loans referred to in subparagraph 19(1)(b)(i), since the day referred to in subparagraph 19(1)(d)(i), and
(B) in respect of the loans referred to in subparagraph 19(1)(b)(ii), since the day referred to in subparagraph 19(1)(d)(ii); and
(c) the borrower’s monthly affordable payment calculated
under subsection (2) is less than their monthly required payment calculated under subsection (3).
(2) The monthly affordable payment is equal to
(a) in the case of a borrower who has a permanent disability
(i) $0, if the borrower’s monthly family income, less their
monthly disability-related expenses not covered by their
public health care or private insurance, is no more than the
monthly income threshold for their family size determined in
accordance with Schedule 1; and
(ii) the borrower’s monthly family income multiplied by the
lesser of the amounts determined by the following formulae:
20. (1) Sous réserve de l’article 15 et de l’article 9 du Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants, le ministre peut, sur demande présentée sur le formulaire qu’il a établi, accorder une aide
au titre du second volet du programme d’aide au remboursement,
pour une période de six mois, à l’emprunteur qui remplit les
conditions suivantes :
a) il remplit les conditions visées aux alinéas 19(1)a) à c);
b) il remplit l’une ou l’autre des conditions suivantes :
(i) il a une invalidité permanente,
(ii) depuis l’une ou l’autre des dates ci-après, il a bénéficié,
pendant soixante mois au total, des périodes mentionnées
au paragraphe 19(4) ou au moins cent vingt mois se sont
écoulés :
(A) depuis la date visée au sous-alinéa 19(1)d)(i), dans le
cas de tout prêt visé au sous-alinéa 19(1)b)(i),
(B) depuis la date visée au sous-alinéa 19(1)d)(ii), dans le
cas de tout prêt visé au sous-alinéa 19(1)b)(ii);
c) le versement mensuel adapté à son revenu établi conformément au paragraphe (2) est inférieur au versement mensuel exigé établi conformément au paragraphe (3).
(2) Le versement mensuel adapté au revenu de l’emprunteur est
égal :
a) dans le cas de l’emprunteur qui a une invalidité permanente :
(i) soit à zéro, si son revenu familial mensuel moins les dépenses mensuelles qu’occasionnent son invalidité et qui ne
sont pas couvertes par le régime de soins de santé de sa province ou par son régime d’assurances privé est égal ou inférieur au seuil de revenu mensuel minimal correspondant au
nombre de personnes au sein de sa famille selon le tableau
de l’annexe 1,
1494
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
0.2A
(W − Y)
1.5[
+ 0.01]A
100Z
where
A is the ratio, in relation to all loans referred to in paragraph 19(1)(b) and provincial student loans, of the borrower’s outstanding principal to the borrower’s outstanding
principal plus the outstanding principal of those loans for
which instalments are due for any spouse or common-law
partner of the borrower,
W is the borrower’s monthly family income less their monthly
disability-related expenses not covered by their public
health care or private insurance,
Y is the monthly income threshold for the borrower’s family
size determined in accordance with Schedule 1;
Z is the monthly increment for the borrower’s family size determined in accordance with Schedule 1;
(b) in any other case, the amount referred to in subsection 19(2).
(3) The monthly required payment is equal to
(a) the outstanding principal of the loans referred to in paragraph 19(1)(b)(i) and provincial student loans, amortized over a
period of the greater of six months and
(i) in the case of a borrower who has a permanent disability,
120 months minus the number of months that have elapsed
since the day referred to in subparagraph 19(1)(d)(i); and
(ii) in any other case, 180 months minus the number of
months that have elapsed since the day referred to in subparagraph 19(1)(d)(i); and
(b) the outstanding principal of the loans referred to in subparagraph 19(1)(b)(ii) amortized over a period of the greater of
six months and
(i) in the case of a borrower who has a permanent disability,
120 months minus the number of months that have elapsed
since the day referred to in subparagraph 19(1)(d)(ii), and
(ii) in any other case, 180 months minus the number of
months that have elapsed since the day referred to in subparagraph 19(1)(d)(ii).
20.1 (1) A borrower shall, no later than the day that is 30 days
after a repayment assistance period ends, pay to the lender or the
Minister, as the case may be, the federal portion of the monthly
affordable payments calculated under subsection 20(2) in respect
of that period.
(2) The amount owing as outstanding principal and interest for
a month during a repayment assistance period by a borrower in
respect of the loans referred to in paragraph 19(1)(b) shall be reduced by the lender or Minister, as the case may be, by the federal
portion of the difference between the monthly required payment
calculated under subsection 20(3) and the monthly affordable
payment calculated under subsection 20(2). That reduction shall
only be made in relation to the months for which the borrower
complies with subsection (1).
(ii) soit au revenu familial multiplié par le plus petit résultat
de l’une des formules suivantes :
0,2A
( W − Y)
1,5[
+ 0,01]A
100Z
où :
A représente le principal impayé de l’emprunteur à l’égard des
prêts visés à l’alinéa 19(1)b) et des prêts d’études provinciaux divisé par le total de cette somme et du principal impayé de son époux ou conjoint de fait à l’égard des mêmes
types de prêts pour lequel des versements sont exigibles,
W le revenu familial mensuel de l’emprunteur moins les dépenses mensuelles qu’occasionnent son invalidité permanente et qui ne sont pas couvertes par le régime de soins de
santé de sa province ou par son régime d’assurances privé,
Y le seuil de revenu mensuel correspondant au nombre de personnes au sein de la famille de l’emprunteur selon le tableau
de l’annexe 1,
Z le facteur d’accroissement mensuel correspondant au nombre de personnes au sein de la famille de l’emprunteur selon
le tableau de l’annexe 1;
b) dans les autres cas, à celui calculé conformément au paragraphe 19(2).
(3) Le versement mensuel exigé est égal :
a) au principal impayé des prêts visés au sous-alinéa 19(1)b)(i)
et des prêts d’études provinciaux, amorti sur six mois ou une
des périodes ci-après, si elle est plus longue :
(i) dans le cas de l’emprunteur ayant une invalidité permanente, cent vingt mois moins le nombre de mois qui se sont
écoulés depuis la date visée au sous-alinéa 19(1)d)(i),
(ii) dans les autres cas, cent quatre-vingts mois moins le
nombre de mois qui se sont écoulés depuis la date visée au
sous-alinéa 19(1)d)(i);
b) au principal impayé des prêts visés au sous-alinéa 19(1)b)(ii)
amorti sur six mois ou une des périodes ci-après, si elle est plus
longue :
(i) dans le cas d’un emprunteur ayant une invalidité permanente, cent vingt mois moins le nombre de mois qui se sont
écoulés depuis la date visée au sous-alinéa 19(1)d)(ii),
(ii) dans les autres cas, cent quatre-vingts mois moins le
nombre de mois qui se sont écoulés depuis la date visée au
sous-alinéa 19(1)d)(ii).
20.1 (1) L’emprunteur verse au prêteur ou au ministre, selon le
cas, au plus tard le trentième jour suivant la fin de la période
d’aide au remboursement, la fraction fédérale des versements
mensuels adaptés à son revenu établis conformément au paragraphe 20(2) à l’égard de cette période.
(2) Le montant du principal impayé et des intérêts mensuels
que l’emprunteur est tenu de rembourser à l’égard de ses prêts
visés à l’alinéa 19(1)b) pendant une période d’aide au remboursement est réduit par le ministre ou par le prêteur, selon le cas, de
la fraction fédérale de la différence entre le versement mensuel
exigé établi conformément au paragraphe 20(3) et le versement
mensuel adapté à son revenu établi conformément au paragraphe 20(2). Ce montant n’est réduit qu’à l’égard des mois pendant
lesquels l’emprunteur satisfait à l’obligation prévue au paragraphe (1).
1495
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
(3) If the reduction referred to in subsection (2) is made by the
lender, the Minister, on being notified of the reduction by the
lender in the prescribed form, shall reimburse the lender the
amount of the reduction.
(4) In this section, “federal portion” means the ratio of outstanding principal of the loans referred to in paragraph 19(1)(b) to
the outstanding principal of the loans referred to in that paragraph
and any provincial student loans.
(3) Lorsque le prêteur opère la réduction visée au paragraphe (2), le ministre lui en rembourse le montant sur réception de
l’avis présenté sur le formulaire qu’il a établi.
(5) Payments made under this section shall be attributed in
proportion to the outstanding principal of each loan referred to in
paragraph 19(1)(b).
(4) Pour l’application du présent article, « fraction fédérale »
s’entend de la fraction dont le numérateur est le principal impayé
des prêts visés à l’alinéa 19(1)b) et le dénominateur, le principal
impayé des prêts visés à cet alinéa et des prêts d’études
provinciaux.
(5) Les versements prévus au présent article sont répartis proportionnellement au principal impayé de chacun des prêts visés à
l’alinéa 19(1)b).
COMMENCEMENT OF REPAYMENT ASSISTANCE PERIOD
COMMENCEMENT DE LA PÉRIODE D’AIDE AU REMBOURSEMENT
20.2 A repayment assistance period shall begin no earlier than
the later of
(a) the first day of the month that is six months before the day
on which the borrower applies for the assistance,
(b) the day on which the principal amount and any interest
commence to be payable by the borrower, and
(c) the day on which these regulations come into force.
20.2 La date de commencement d’une période d’aide au remboursement ne peut être antérieure au dernier en date des jours
suivants :
a) le premier jour du sixième mois précédant celui où
l’emprunteur présente une demande;
b) le jour où l’emprunteur commence à payer le principal et les
intérêts;
c) le jour de l’entrée en vigueur du présent règlement.
CONDITION
CONDITION
20.3 If any accrued interest remains unpaid on the day on
which repayment assistance begins, the borrower shall, on or
before the day that is 30 days after the repayment assistance
period ends,
(a) pay to the lender or the Minister, as the case may be, the
unpaid accrued interest; or
(b) if they have not already done so, enter into a revised agreement for the payment of a period of up to three months of the
unpaid accrued interest and pay to the lender or the Minister, as
the case may be, any remaining unpaid accrued interest.
20.3 Si les intérêts courus demeurent impayés à la date de
commencement de toute période d’aide au remboursement, l’emprunteur doit, dans les trente jours suivant l’expiration de cette
période :
a) soit verser ces intérêts au prêteur ou au ministre, selon le
cas;
b) soit, si ce n’est déjà fait, conclure un contrat de prêt révisé
pour verser les intérêts courus sur une période d’au plus trois
mois et verser au prêteur ou au ministre, selon le cas, le reste
des intérêts courus.
ADMINISTRATION
GESTION
21. (1) With the written authorization of the Minister, a lender
(a) who holds a borrower’s risk-shared loan agreement may
exercise the powers given to the Minister under subsections 15(3) and (4) and sections 19 and 20; and
(b) who holds a borrower’s guaranteed student loan agreement
may exercise the powers given to the Minister under sections 19 and 20 and subsections 9(4) and (5) of the Canada
Student Loans Regulations.
(2) The Minister shall provide the lender any information that
is necessary to enable the lender to act under subsection (1).
22. (1) If an application is made for repayment assistance,
notice of a decision in respect of that application shall be given to
the borrower and the lender or, if the lender is acting under subsection 21(1), to the borrower and the Minister.
(2) The notice shall set out
(a) the day on which the repayment assistance begins and ends;
(b) the amount of the payment required under subsection 19.1(1) or 20.1(1); and
(c) the fact that the decision to grant repayment assistance is
subject to the condition set out in section 20.3.
1496
21. (1) Avec l’autorisation écrite du ministre, le prêteur à qui
l’emprunteur est redevable :
a) aux termes d’un contrat de prêt à risque partagé, peut prendre les mesures et exercer les pouvoirs accordés au ministre en
vertu des paragraphes 15(3) et (4) et des articles 19 et 20;
b) aux termes d’un contrat de prêt garanti, peut prendre les mesures et exercer les pouvoirs accordés au ministre en vertu des
articles 19 et 20 et des paragraphes 9(4) et 9(5) du Règlement
fédéral sur les prêts aux étudiants.
(2) Le ministre fournit au prêteur les renseignements lui permettant d’agir au titre du paragraphe (1).
22. (1) La décision prise à l’égard de toute demande d’aide au
remboursement est transmise à l’emprunteur et au prêteur ou, si
ce dernier agit au titre du paragraphe 21(1), à l’emprunteur et au
ministre.
(2) L’avis comporte les renseignements suivants :
a) la date de commencement et d’expiration de la période
d’aide au remboursement;
b) la somme à verser au titre des paragraphes 19.1(1) ou
20.1(1);
c) la mention que la décision d’accorder l’aide au remboursement est subordonnée aux conditions prévues à l’article 20.3.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
RECONSIDERATION
RÉEXAMEN
23. (1) The Minister may, on the written request of the
borrower and based on documentary evidence provided by the
borrower, reconsider a borrower’s application for repayment
assistance if
(a) the borrower’s application has been rejected for the sole
reason that the borrower did not meet the criterion set out in
paragraph 19(1)(e) or 20(1)(c); and
(b) unforeseen and unavoidable circumstances beyond the control of the borrower or their spouse or common-law partner
have led to the borrower incurring extraordinary expenses.
(2) The Minister shall provide a notice of the determination to
the borrower in the case of a direct loan and to the borrower and
the lender in all other cases.
23. (1) Le ministre peut réexaminer, sur demande de l’emprunteur présentée par écrit et selon la preuve documentaire qu’il a
fournie, toute demande d’aide au remboursement si les conditions
suivantes sont réunies :
a) la demande a été rejetée au seul motif que l’emprunteur ne
remplit pas la condition visée aux alinéas 19(1)e) ou 20(1)c);
b) des circonstances imprévues et incontournables, indépendantes de sa volonté et, le cas échéant, de celle de son époux ou
conjoint de fait, lui ont occasionné des dépenses exceptionnelles.
MISTAKE
ERREUR COMMISE PAR L’EMPRUNTEUR
24. (1) If repayment assistance is granted because of an error
by the borrower in their application, the Minister may cancel or
reduce the assistance.
(2) The Minister shall provide a notice of the cancellation or
reduction to the borrower, in the case of a direct loan, and to the
borrower and the lender, in all other cases, specifying
(a) the date of the notice; and
(b) the day on which the repayment assistance is to be cancelled or reduced.
(3) A borrower shall, within 30 days after the date of the
notice,
(a) repay to the Minister or the lender, as the case may be, the
amount of repayment assistance that the borrower was not entitled to receive; or
(b) enter into a revised agreement for the repayment of that
amount.
(4) A lender shall, without delay after the date of the notice,
repay to the Minister any amount paid by the Minister as a result
of the error.
5. Section 26 of the Regulations is replaced by the
following:
26. If a repayment assistance period has been granted to a borrower, the provisions of any loan agreement or guaranteed student
loan agreement that was in effect between the borrower and the
lender or between the borrower and the Minister, as the case may
be, on the day on which the borrower applied for that period shall
be suspended until the earliest of
(a) the day on which repayment assistance is terminated in
accordance with subsection 15(4),
(b) the end of that repayment assistance period, and
(c) in respect of the borrower’s consolidated student loan
agreement or consolidated guaranteed student loan agreement,
if any, the day on which the borrower again becomes a fulltime student in accordance with subsection 6(2) or 7(2).
6. The heading before section 42 and sections 42 to 43 of the
Regulations are repealed.
7. Schedules 1 and 2 to the Regulations are replaced by the
Schedule 1 set out in the schedule to these Regulations.
24. (1) Lorsque l’aide au remboursement est accordée par suite
d’une erreur commise par l’emprunteur dans sa demande, le ministre peut annuler cette aide ou en réduire le montant.
(2) Le ministre transmet un avis de sa décision — précisant les
renseignements ci-après — soit à l’emprunteur dans le cas où
celle-ci vise un prêt direct, soit à l’emprunteur et au prêteur, dans
les autres cas :
a) la date de l’avis;
b) la date de l’annulation ou de la réduction.
(3) Dans les trente jours suivant la date de l’avis, l’emprunteur
doit :
a) rembourser au ministre ou au prêteur, selon le cas, les sommes auxquelles il n’avait pas droit;
b) conclure un contrat de prêt révisé visant le remboursement
des sommes versées en trop.
(2) Le ministre transmet un avis de sa décision soit à l’emprunteur, dans le cas où celle-ci vise un prêt direct, soit à l’emprunteur
et au prêteur, dans les autres cas.
(4) Dans les plus brefs délais suivant la date de l’avis, le prêteur rembourse au ministre toute somme qu’il a versée en trop à
l’emprunteur en raison de cette erreur.
5. L’article 26 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
26. Lorsqu’une aide au remboursement est accordée à l’emprunteur, tout contrat de prêt ou contrat de prêt garanti le liant au
prêteur ou au ministre, selon le cas, à la date à laquelle il a demandé cette aide est suspendu jusqu’au premier en date des jours
suivants :
a) le jour de l’annulation de l’aide aux termes du paragraphe 15(4);
b) le jour de l’expiration de la période de cette aide;
c) à l’égard de son contrat de prêt consolidé ou de son contrat
de prêt garanti consolidé, le cas échéant, le jour où il redevient
étudiant à temps plein au titre des paragraphes 6(2) ou 7(2).
6. L’intertitre précédant l’article 42 et les articles 42 à 43
du même règlement sont abrogés.
7. Les annexes 1 et 2 du même règlement sont remplacées
par l’annexe 1 figurant à l’annexe du présent règlement.
1497
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
CANADA STUDENT LOANS REGULATIONS
RÈGLEMENT FÉDÉRAL SUR LES
PRÊTS AUX ÉTUDIANTS
8. The portion of subsection 8(3) of the Canada Student
Loans Regulations2 before paragraph (a) is replaced by the
following:
(3) A period of repayment,
9. (1) Paragraph 9(1)(i) of the Regulations is replaced by
the following:
(i) if the borrower fails to comply with subsection 19.1(1) or
20.1(1), section 20.3 or subsection 24(3) of the Canada Student
Financial Assistance Regulations, on the 30th day after the end
of the applicable repayment assistance period or after the day
of the notice, as the case may be;
(2) Paragraph 9(3)(d) of the Regulations is replaced by the
following:
(d) refuse to grant the borrower repayment assistance referred
to in section 19 or 20 of the Canada Student Financial Assistance Regulations.
(3) Subsections 9(4) and (5) of the Regulations are replaced
by the following:
(4) Subject to subsection (8), when the outstanding balance of
the principal amount of a guaranteed student loan and any accrued interest become payable under any of paragraphs (1)(c) to
(i), the Minister shall, effective on the day referred to in that
paragraph, terminate an interest-free period in respect of all of the
borrower’s outstanding full-time guaranteed loans.
(5) When the outstanding balance of the principal amount of a
guaranteed student loan and any accrued interest become payable
under paragraph (1)(h) or (i), the Minister shall, in addition to the
measures taken under subsections (3) and (4), terminate any
repayment assistance granted to the borrower under section 19 or
20 of the Canada Student Financial Assistance Regulations and
refuse to grant further repayment assistance.
10. (1) The portion of subsection 10(1) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
10. (1) A borrower who has been the subject of a measure
taken in accordance with subsection 9(3), (4) or (5) is entitled to
an interest-free period or repayment assistance under section 19
or 20 of the Canada Student Financial Assistance Regulations if,
on or after the earlier of the day referred to in paragraph 9(1)(a),
(b) or (i) and the day on which the measure was taken,
(2) Subsection 10(3) of the Regulations is repealed.
11. Subsection 13(4) of the Regulations is replaced by the
following:
(4) Subject to subsection 14(4), the annual rate of interest applicable in any period for which the borrower or the Minister is
liable to pay interest to a lender on a guaranteed student loan shall
be calculated using simple interest.
12. The heading before section 16.6 and section 16.6 of the
Regulations are replaced by the following:
8. Le passage du paragraphe 8(3) du Règlement fédéral sur
les prêts aux étudiants2 précédant l’alinéa a) est remplacé par
ce qui suit :
(3) Le délai de remboursement :
9. (1) L’alinéa 9(1)i) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
i) lorsque l’emprunteur omet de se conformer aux paragraphes 19.1(1) et 20.1(1), à l’article 20.3 ou au paragraphe 24(3)
du Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants, le
trentième jour suivant le dernier jour de la période visée à la
disposition applicable;
(2) L’alinéa 9(3)d) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
d) refuser d’accorder à l’emprunteur toute aide au remboursement visée aux articles 19 ou 20 du Règlement fédéral sur
l’aide financière aux étudiants.
(3) Les paragraphes 9(4) et (5) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(4) Sous réserve du paragraphe (8), lorsque le principal impayé
d’un prêt garanti et les intérêts courus deviennent exigibles en
application de l’un des alinéas (1)c) à i), le ministre annule la
période d’exemption d’intérêts à l’égard de tous les prêts garantis
à temps plein impayés de l’emprunteur, laquelle mesure prend
effet le jour visé à l’alinéa applicable.
(5) Lorsque le principal impayé d’un prêt garanti et les intérêts
courus deviennent exigibles en application des alinéas (1)h) ou i),
le ministre, en plus des mesures prévues aux paragraphes (3) et
(4), annule l’aide au remboursement accordée au titre des articles 19 ou 20 du Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants à l’emprunteur et refuse de lui accorder toute nouvelle aide
à ce titre.
10. (1) Le passage du paragraphe 10(1) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
10. (1) L’emprunteur qui a fait l’objet d’une mesure prévue aux
paragraphes 9(3), (4) ou (5) a le droit de bénéficier d’une période
d’exemption d’intérêts ou de toute aide au remboursement visée
aux articles 19 ou 20 du Règlement fédéral sur l’aide financière
aux étudiants si, depuis le jour visé aux alinéas 9(1)a), b) ou i) ou,
s’il est antérieur, le jour où cette mesure a été prise :
(2) Le paragraphe 10(3) du même règlement est abrogé.
11. Le paragraphe 13(4) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(4) Sous réserve du paragraphe 14(4), le taux d’intérêt annuel
applicable à toute période pour laquelle l’emprunteur ou le ministre est tenu de payer des intérêts au prêteur à l’égard d’un prêt
garanti est calculé sur la base d’intérêts simples.
12. L’article 16.6 du même règlement et l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
REPAYMENT ASSISTANCE PLAN
PROGRAMME D’AIDE AU REMBOURSEMENT
16.6 Sections 19 to 26 of the Canada Student Financial Assistance Regulations apply to borrowers and lenders.
16.6 Les articles 19 à 26 du Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants s’appliquent à l’emprunteur et au prêteur.
———
———
2
2
SOR/93-392
1498
DORS/93-392
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
13. Sections 17 to 21.2 of the Regulations are repealed.
14. The heading after section 24 of the Regulations is replaced by the following:
13. Les articles 17 à 21.2 du même règlement sont abrogés.
14. L’intertitre suivant l’article 24 du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
PAYMENT ON SEVERE PERMANENT DISABILITY
PAIEMENT EN CAS D’INVALIDITÉ
GRAVE ET PERMANENTE
25. For the purposes of subsection 13(1) of the Act, “severe
permanent disability” means a functional limitation caused by a
physical or mental impairment that prevents a borrower from
performing the daily activities necessary to participate in studies
at a post-secondary school level and the labour force and is
expected to remain with the person for their expected life.
25. Pour l’application du paragraphe 13(1) de la Loi, « invalidité grave et permanente » s’entend de la limitation fonctionnelle
causée par un état d’incapacité physique ou mentale qui empêche
un emprunteur d’exercer les activités quotidiennes nécessaires
pour participer à des études de niveau postsecondaire et au marché du travail et dont la durée prévue est la durée de vie probable
de celui-ci.
15. Les alinéas 26b) et c) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
b) une déclaration signée par un médecin qualifié, attestant que
l’emprunteur souffre d’une invalidité grave et permanente;
c) une déclaration, signée par l’emprunteur ou en son nom, indiquant son revenu.
16. Le passage de l’article 27 du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
27. Lorsque, conformément au paragraphe 13(1) de la Loi, le
ministre est convaincu que l’emprunteur, en raison d’une invalidité grave et permanente, ne peut et ne pourra jamais rembourser un
prêt garanti, il envoie un avis à cet effet :
17. L’alinéa 28(1)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) sous réserve des paragraphes (2) et (3), lorsqu’il y a défaut
de la part de l’emprunteur d’effectuer un paiement, de conclure
un contrat de prêt garanti consolidé comme le prévoient les paragraphes 7(1) ou (2) ou de se conformer aux exigences du paragraphe 24(3) du Règlement fédéral sur l’aide financière aux
étudiants, au cours de la période commençant le jour qui suit
de trois mois le premier jour de défaut et se terminant le cent
quatre-vingtième jour suivant le premier jour de défaut;
15. Paragraphs 26(b) and (c) of the Regulations are replaced by the following:
(b) a statement signed by a qualified medical practitioner that
the borrower suffers from a severe permanent disability; and
(c) a statement signed by or on behalf of the borrower setting
out the borrower’s income.
16. The portion of section 27 of the Regulation before paragraph (a) is replaced by the following:
27. If, pursuant to subsection 13(1) of the Act, the Minister is
satisfied that a borrower, by reason of a severe permanent disability, is or will never be able to repay a guaranteed student loan, the
Minister shall notify
17. Paragraph 28(1)(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) subject to subsections (2) and (3), if the borrower is in
default in the payment of an instalment, fails to enter into a
consolidated guaranteed student loan agreement as required by
subsection 7(1) or (2) or fails to comply with subsection 24(3)
of the Canada Student Financial Assistance Regulations,
within the period beginning on the day that is three months
after the day on which the default or failure began and ending
180 days after the day on which the default or failure began;
and
18. The heading before section 30.1 and sections 30.1 and
30.2 of the Regulations are repealed.
18. L’intertitre précédant l’article 30.1 et les articles 30.1 et
30.2 du même règlement sont abrogés.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
19. These Regulations come into force on August 1, 2009.
19. Le présent règlement entre en vigueur le 1er août 2009.
SCHEDULE
(Section 7)
ANNEXE
(article 7)
SCHEDULE 1
(Subsections 19(2) and 20(2))
ANNEXE 1
(paragraphes 19(2) et 20(2))
MONTHLY INCOME THRESHOLDS AND INCREMENTS
TABLEAU DES SEUILS DE REVENU MENSUEL ET DES
FACTEURS D’ACCROISSEMENT MENSUELS
Family Size
Monthly Income
Threshold
Monthly Increment
Nombre de personnes au
sein de la famille
Seuil de revenu mensuel
Facteur d’accroissement
mensuel
1
$1,684
$250
1
1 684 $
250 $
2
$2,631
$350
2
2 631 $
350 $
3
$3,399
$425
3
3 399 $
425 $
4
$4,009
$500
4
4 009 $
500 $
5 and over
$4,569
$575
5 et plus
4 569 $
575 $
1499
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issue: The debt management measures of the Canada Student
Loans Program (CSLP), as provided for by the Canada Student Loans Regulations (CSLR) and the Canada Student
Financial Assistance Regulations (CSFAR) are not adequately
meeting the needs of those who require assistance in the repayment of their student loans. The shortcomings in the current debt management measures, i.e. Interest Relief (IR) and
Debt Reduction in Repayment (DRR), include inconsistent
and complex eligibility criteria and inadequate assistance.
Currently, IR is provided on an “all-or-nothing” basis; those
who qualify receive full benefits while those who fail to qualify at the margin receive no benefits.
Description: This proposal would restructure financial assistance to students by improving the optional debt management
programs that are available for borrowers experiencing difficulty in repaying their student loans given under the CSLR
and CSFAR for the following items:
• Repayment Assistance Plan (RAP) — This new plan
would replace the current debt management measures of
the CSLP. The new measure would provide two stages of
assistance based on an affordable payment that takes into
consideration the borrower’s family size, student loan debt
and family income level. The assistance provided under
RAP is non-repayable. Under Stage 1, the Government
would cover the interest for borrowers undergoing temporary financial difficulties for up to five years. Under
Stage 2, borrowers with persistent financial difficulty
would continue to make payments that are affordable to
them, and the Government would cover any remaining interest and principal amount that is required. Under this
plan, all of the payments would be made in full and the
loan would be fully paid off no later than 15 years from
the time borrowers leave studies. The plan would provide
for seamless assistance for borrowers experiencing difficulty in repayment with benefits gradually decreasing as
income increases.
• Permanent Disability Benefit (PDB) — These amendments would clarify that the forgiveness of loans under the
PDB would be limited to those with a severe permanent
disability who demonstrate that they cannot repay their
loans and would never be able to do so. Borrowers who
are eligible for this benefit would have their loan immediately repaid in full. Borrowers with a permanent disability
who do not qualify under this new plan may be eligible for
the Repayment Assistance Plan for Borrowers with a
Permanent Disability (RAP-PD) depending on their income.
• Repayment Assistance Plan for Borrowers with Permanent
Disabilities (RAP-PD) — This plan would enable borrowers with permanent disabilities who are able to participate
in the workforce and who are not eligible for the PDB to
access repayment assistance based on their income. This
plan would provide for a gradual reduction of the loan.
1500
Résumé
Question : Les mesures de gestion de la dette du Programme
canadien des prêts aux étudiants (PCPE) figurant dans le Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants (RFPE) et le Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants (RFAFE)
ne répondent pas adéquatement aux besoins des clients ayant
besoin d’aide pour rembourser leurs prêts étudiants. Parmi les
lacunes des mesures de gestion de la dette que sont
l’exemption d’intérêts (EI) et la Réduction de la dette en cours
de remboursement (RDCR), on note l’incohérence des critères
d’admissibilité et l’inefficacité de l’aide apportée. À l’heure
actuelle, l’EI est offerte selon le principe du « tout ou rien » :
les personnes admissibles reçoivent le maximum de prestations, tandis que les autres, même si elles ne sont qu’à quelques dollars près d’y avoir droit, ne touchent aucune aide.
Description : La présente proposition vise à restructurer l’aide
financière apportée aux étudiants en améliorant les programmes facultatifs de gestion de la dette qui sont offerts aux emprunteurs ayant de la difficulté à rembourser les prêts étudiants qui leur ont été consentis en vertu du RFPE et le
RFAFE :
• Programme d’aide au remboursement (PAR) — Ce nouveau programme remplacerait les mesures de gestion de la
dette contenues dans le PCPE. Les nouvelles mesures offriraient deux volets d’aide, selon des versements abordables qui tiendraient compte de la taille de la famille de
l’emprunteur, de sa dette d’études et du revenu familial.
Les sommes accordées dans le cadre du PAR n’ont pas à
être remboursées. Au volet 1, le gouvernement paierait les
intérêts dus par les emprunteurs aux prises avec des difficultés financières temporaires pour une période maximale
de cinq ans. Au volet 2, les emprunteurs dont les problèmes financiers perdurent devraient continuer à faire des
versements raisonnables, tandis que le gouvernement acquitterait les intérêts et le capital restant. En vertu de ce
plan, tous les versements seraient effectués en totalité, et le
prêt serait remboursé au complet au plus tard 15 ans après
que l’emprunteur ait terminé ses études. Les emprunteurs
ayant de la difficulté à rembourser leur dette bénéficieraient ainsi d’une transition en douceur, les prestations diminuant graduellement au fur et à mesure que le revenu
augmente.
• Disposition applicable aux étudiants ayant une invalidité
permanente (DEIP) — Les modifications préciseraient que
l’exonération du remboursement d’un prêt en vertu de la
DEIP se limite aux emprunteurs souffrant d’une invalidité
permanente grave, qui ne peuvent, en ce moment, rembourser leur dette, et qui démontrent qu’ils ne seront jamais en mesure de le faire. Cette disposition permettrait
aux emprunteurs admissibles de voir leur prêt radié au
complet. Les emprunteurs qui ont une invalidité permanente, mais qui ne sont pas admissibles à ce nouveau régime, pourraient toutefois être admissibles au Programme
d’aide au remboursement pour les emprunteurs ayant une
invalidité permanente, en fonction de leur revenu.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
Additional expenses related to costs that permanently disabled borrowers face would be accounted for in the income calculation and the borrower would proceed directly
to Stage 2 of RAP, thereby shortening the repayment period to 10 years after which point no debt would remain.
Cost-benefit statement: The costs to the government for RAP
are estimated to be $21 million in 2009-2010 decreasing to
$9.3 million in 2012-2013 for the implementation of RAP.
This is in part due to one time costs for initial implementation
and increased eligibility for debt management measures. The
costs for RAP-PD are estimated to be $11.9 million in 20092010 decreasing to $2.9 million per year in 2012-2013.
The RAP is expected to provide benefits for an additional
22 500 people per year over and above the roughly 120 000
currently benefiting debt management programs with no borrower being negatively affected. Under these new measures,
any payments made by the borrower would first go towards
paying down their principal, thereby reducing their outstanding debt more rapidly. It is estimated that approximately
1 000 new borrowers with permanent disabilities would benefit from the introduction of RAP-PD.
Business and consumer impacts: This proposal is expected
to assist the economic circumstances of low and middle
income persons. The provision of repayment assistance for
those experiencing difficulty in repayment is expected to
lower the incidence of default on student loans. This assistance is also designed to ensure that a minimal standard of
living is ensured and that borrowers do not experience undue
hardship due to student loans. With student loan repayment
rates capped at 20% of gross income, increased eligibility to
mortgage loans and ability to cover other living expenses is
expected.
Domestic and international coordination and cooperation:
Post-secondary education is a provincial responsibility. Ten
provinces and territories (all but Quebec, the Northwest Territories and Nunavut) participate in the CSLP and the CSLP
Review that led to the Budget 2008 initiatives. Extensive consultations were conducted with the stakeholders of financial
assistance to students, which include student groups, the provinces/territories, consultative committees and working groups.
Provinces/territories that participate in the CSLP support the
concept and several have the opportunity to implement RAP
for provincial/territorial loans (although not all are expected to
• Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs
ayant une invalidité permanente — Ce programme permettrait
aux emprunteurs souffrant d’une invalidité permanente qui
sont en mesure d’intégrer le marché du travail et qui ne sont
pas admissibles à la DEIP de bénéficier d’une aide au remboursement adaptée à leur revenu, de sorte que leur prêt soit
réduit de manière progressive, plutôt qu’annulé d’un seul
coup. Les frais supplémentaires devant être assumés par les
personnes souffrant d’une invalidité permanente attribuable à
leur état de santé seront pris en considération dans le calcul du
revenu, et l’emprunteur passerait directement au volet 2 du
PAR, la période de remboursement de la totalité du prêt étant
alors automatiquement réduite à 10 ans.
Énoncé des coûts et avantages : Les dépenses engagées par
le gouvernement pour la mise en œuvre du PAR devraient
s’élever à 21 millions de dollars en 2009-2010, et diminuer
progressivement jusqu’en 2012-2013, où ils atteindront
9,3 millions de dollars. Cette situation est en partie attribuable
aux frais uniques associés à la mise en œuvre initiale et à la
hausse du nombre de candidats admissibles aux mesures de
gestion de la dette. Les dépenses liées au Programme d’aide
au remboursement pour les emprunteurs ayant une invalidité
permanente sont estimées à 11,9 millions de dollars pour
l’année 2009-2010 et devraient passer à 2,9 millions de dollars
par année en 2012-2013.
Le PAR devrait permettre annuellement à 22 500 personnes
supplémentaires de toucher des prestations, en plus des
120 000 bénéficiant déjà des programmes de gestion de la
dette, et ce, sans conséquences néfastes pour les emprunteurs.
En vertu de ces nouvelles mesures, les paiements effectués par
les emprunteurs serviraient d’abord et avant tout à rembourser
le capital, réduisant leur dette plus rapidement. On prévoit
qu’environ un millier d’emprunteurs atteints d’une invalidité
permanente pourraient profiter des nouvelles mesures mises
de l’avant dans le cadre du Programme d’aide au remboursement pour les emprunteurs ayant une invalidité permanente.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : La
proposition devrait permettre à des personnes à moyen et à faible revenu d’améliorer leur situation financière. L’offre d’aide
au remboursement aux emprunteurs aux prises avec des problèmes à ce chapitre devrait permettre de réduire le nombre de
prêts étudiants en souffrance. Le programme vise aussi à assurer une certaine qualité de vie aux emprunteurs et à les protéger des difficultés excessives pouvant être causées par le remboursement de leurs prêts. Avec les taux de remboursement
des prêts étudiants qui ne sont pas supérieurs à 20 % du revenu
brut, les emprunteurs devraient être davantage admissibles aux
prêts hypothécaires et être en mesure d’assurer leur subsistance plus facilement.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : La formation postsecondaire est une responsabilité
provinciale. Dix provinces et territoires (à l’exception du Québec, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut) participent
au PCPE et ont contribué à l’examen du PCPE qui a mené aux
initiatives prises dans le cadre du budget de 2008. Des consultations exhaustives ont été tenues auprès d’intervenants du milieu de l’aide financière aux étudiants, dont des représentants
de groupes étudiants, des gouvernements provinciaux et territoriaux, de comités consultatifs et de groupes de travail. Les
provinces et les territoires participant au PCPE appuient ce
1501
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
match in the first year). The plan has been designed to ensure
a smooth and gradual transition if provinces/territories choose
to align their debt management measures with RAP.
Performance measurement and evaluation plan: As part of
the overarching evaluation and measurement of CSLP, RAP
effectiveness in lowering default rates will be evaluated
through econometric analysis of default rates in 2009 and
again in 2012. These evaluations would be done as an addition
to the CSLP’s Results-based Management and Accountability
Framework (RMAF) and Risk-based Audit Framework
(RBAF).
programme, et plusieurs de ces administrations ont l’occasion
d’appliquer le PAR aux prêts qu’elles offrent (bien qu’ils ne
seront pas tous uniformes dès la première année). Le programme a été conçu avec une période de transition simple et
graduelle de manière à ce que les administrations qui décident
de mettre le PAR en œuvre puissent le faire sans trop de
complications.
Mesures de rendement et plan d’évaluation : Dans le cadre
de l’évaluation et de la mesure du PCPE, l’efficacité du PAR
en matière de réduction du nombre de prêts en souffrance sera
évaluée par l’entremise d’une analyse économétrique des taux
de non-remboursement des prêts pour 2009, exercice qui sera
répété en 2012. Ces évaluations seront effectuées en plus du
cadre de gestion et de responsabilisation axé sur les résultats
(CGRR) et du cadre de vérification axé sur les risques
(CVAR) du PCPE.
Issue
Question
Educational attainment is a key driver for economic growth,
and is critical to Canada’s continued prosperity. Advantage Canada, the Government’s long-term economic plan, recognized that
Canada must put in place the elements that would enable individuals and businesses to compete effectively in a global market
with the best in the world. This means ensuring that Canada has
access to the right skills, ideas and assets to thrive in a
knowledge-based global economy.
Le niveau d’instruction est l’un des principaux moteurs de la
croissance économique, en plus d’être essentiel à la prospérité du
Canada. Avantage Canada, le plan économique à long terme du
gouvernement, affirme que le Canada doit fournir aux personnes
et aux entreprises les moyens de lutter à armes égales avec ses
concurrents sur les marchés internationaux, ce qui signifie qu’il
faut s’assurer que le Canada peut avoir accès aux compétences,
aux outils et aux biens qui lui permettront de prospérer dans une
économie mondiale fondée sur le savoir.
La hausse des coûts associés à la formation postsecondaire a
entraîné une augmentation du niveau d’endettement des étudiants
qui optent pour l’enseignement supérieur. En raison du rôle joué
par le Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE) dans le
perfectionnement des compétences des Canadiens, soit de faciliter
l’accès aux études postsecondaires, le gouvernement a procédé à
l’examen du PCPE en 2007. Lors de cet examen, il a été déterminé que les mesures de gestion de la dette de ce Programme ne
répondaient pas aux besoins des personnes éprouvant des difficultés à rembourser leur dette d’études. Parmi les problèmes cités,
on trouve l’admissibilité sans nuances de type « tout ou rien », les
rapports dette-revenu des emprunteurs sur le marché du travail qui
augmentent trop rapidement pour que ceux-ci puissent être admissibles au programme de l’exemption d’intérêts, le faible taux de
participation par rapport à l’admissibilité, et la présence de lacunes opérationnelles lors de la prestation, lesquelles entraînent des
manquements aux obligations.
Qui plus est, les critères d’admissibilité aux deux programmes
distincts en vigueur à l’heure actuelle, à savoir l’exemption d’intérêts (EI) et la Réduction de la dette en cours de remboursement,
ne sont pas les mêmes. Par conséquent, il existe une certaine
confusion chez les emprunteurs admissibles à l’EI, mais ne pouvant bénéficier du programme de Réduction de la dette en cours
de remboursement, et ce, même si leur situation économique ne
s’est pas améliorée.
À la suite de cet examen, et pour démontrer sa volonté de se
pencher sur la question, le gouvernement a annoncé, dans le cadre
de son budget de 2008, différentes réformes du PCPE qui visent à
régler les problèmes mentionnés précédemment tout en offrant un
meilleur soutien aux étudiants canadiens. La mise en œuvre de la
plupart de ces initiatives devrait avoir lieu à temps pour le début
de la prochaine année scolaire (d’ici le 1er août 2009).
The rising cost of post-secondary education has increased the
debt level of those pursuing higher education. Given the role of
the Canada Student Loans Program (CSLP) in helping Canadians
develop these skills by facilitating access to post-secondary education, the Government launched a review of the CSLP in 2007.
During this review, it was determined that the CSLP debt management measures do not currently meet the needs of those experiencing repayment difficulties. The shortcomings identified
include the all-or-nothing eligibility, borrowers in the workforce
are experiencing debt-to-income ratios that increase too quickly
for them to qualify for the Interest Relief program, low uptake
relative to eligibility, and operational gaps in delivery leading to
default.
Furthermore, the two separate programs that currently exist,
i.e. Interest Relief (IR) and Debt Reduction in Repayment (DRR),
possess differing eligibility criteria. Thus, there is confusion
among borrowers who may have been eligible for IR but may be
ineligible for DRR even though their economic situation may not
have improved.
As a result of this review, and to confirm its commitment, the
Government announced in its Budget Plan 2008 a number of reforms to the CSLP to address many of the above-noted issues and
to better support Canadian students. Implementation of the majority of these initiatives is targeted for the beginning of the next
academic year (by August 1, 2009).
1502
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
Objectives
Objectifs
The measures are designed to effectively mitigate the identified
issues and shortcomings of the current debt management measures. Both repayment plans (RAP and RAP-PD) and the amended
criteria for the PDB would take into consideration the ability of
borrowers to repay their loans and would provide more comprehensive, graduated support for student borrowers experiencing
difficulty in repayment. These measures are intended to
• reflect more accurately the capacity of borrowers in financial
difficulty to repay their loans by assessing it with a single criterion, the debt payments-to-income ratio;
• ensure that no payments are required from borrowers with
very low incomes;
• ensure that no borrower is required to make student loan payments above affordable levels; and
• ensure that no repayment period exceeds 15 years from the
latest Post Secondary End Date (PSED).
Ces propositions sont conçues de manière à régler efficacement
les problèmes des mesures de gestion de la dette actuelles. Les
deux plans de remboursement et les critères modifiés de la DEIP
tiennent compte de la capacité des emprunteurs à rembourser leurs
prêts et leur assurent un soutien progressif et plus complet s’ils
éprouvent des difficultés à rembourser leur dette. Ces mesures ont
pour objectif de :
• Témoigner plus adéquatement de la capacité de payer des
emprunteurs aux prises avec des difficultés de remboursement
en l’évaluant à l’aide d’un seul critère : le rapport versementsrevenu;
• Veiller à ce que les emprunteurs à très faible revenu ne soient
pas tenus d’effectuer des versements;
• Veiller à ce que les emprunteurs n’aient pas à effectuer de
versements supérieurs à leur capacité de payer;
• Veiller à ce que la durée de la période de remboursement ne
soit pas supérieure à 15 ans après la date de fin de la période
d’études (DFPE) postsecondaires.
Les modifications auraient pour but de simplifier et de moderniser l’aide au remboursement, du point de vue de l’emprunteur,
en lui présentant un programme d’aide complet aux critères
d’admissibilité clairs qui lui offre, au besoin, un soutien continu.
The amendments would streamline, modernize and simplify
repayment assistance from the borrower’s perspective by presenting and promoting a comprehensive assistance program with
clear eligibility criteria that provides continuous assistance as
necessary.
Description
Description
Recent research by Statistics Canada suggests that the main determinant of student-loan default is not debt per se, but rather
post-study income. In order to lower the default rate, RAP would
increase access to eligibility and increase uptake of repayment
assistance through the general attractiveness of its design; its future online application feature; promotion; and dissemination of
RAP information at federal, provincial and institutional levels. It
would also allow for the possibility of a provincial RAP-like plan
alongside the federal program and likewise provide for the inclusion of RAP benefits in borrower loans held by financial
institutions.
The CSLP operates under two sets of acts and regulations: the
Canada Student Loans Act (CSLA) and the Canada Student
Loans Regulations (CSLR), which govern the guaranteed loan
regime (loans disbursed prior to 1995), and the Canada Student
Financial Assistance Act (CSFAA) and the Canada Student Financial Assistance Regulations (CSFAR), which govern the riskshared (loans disbursed between 1995 and 2000) and direct loan
(loans disbursed since 2000) regimes, respectively. Loans disbursed prior to 2000 are administered by individual financial institutions. Loans disbursed since 2000 are administered by the Government of Canada.
All borrowers with loans under any regime (guaranteed, riskshared and direct loans) would be eligible for repayment
assistance1.
Des recherches menées récemment par Statistique Canada suggèrent que la principale cause de non-remboursement des prêts
étudiants n’est pas la dette en tant que telle, mais plutôt le revenu
touché une fois les études terminées. Afin de réduire le taux de
non-remboursement, le PAR devrait faciliter l’admissibilité et
améliorer le taux de participation au Programme en tirant profit
du pouvoir d’attraction de sa conception; de la mise en œuvre
future du processus de demande en ligne; de la publicité; de la
diffusion de l’information sur le PAR au niveau du gouvernement
fédéral, des gouvernements provinciaux et des établissements.
Ainsi, un plan provincial similaire au PAR pourrait voir le jour
aux côtés du programme fédéral, et les prestations du PAR pourraient être intégrées aux prêts contractés auprès des institutions
financières.
Le PCPE est placé sous l’égide de deux ensembles de lois et
règlements, à savoir la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants
(LFPE) et le Règlement fédéral sur les prêts aux étudiants
(RFPE), qui régissent le régime de prêts garantis (prêts consentis
avant 1995), de même que la Loi fédérale sur l’aide financière
aux étudiants et le Règlement fédéral sur l’aide financière aux
étudiants (RFAFE), qui font de même avec les prêts à risques
partagés (consentis entre 1995 et 2000) et les prêts directs (prêts
consentis depuis 2000). Les prêts consentis avant 2000 sont gérés
par les institutions financières. Les prêts versés depuis 2000 sont
gérés par le gouvernement du Canada.
Tous les emprunteurs seraient admissibles à l’aide au remboursement, sans égard à leur régime de prêts (prêts garantis, prêts à
risques partagés et prêts directs)1.
———
———
1
1
There are no RAP provisions for part-time guaranteed loans, since these loans are
no longer in existence. They were last disbursed in 1995 and were required to be
repaid within 24 months under the current CSLR.
Il n’existe aucune disposition du PAR pour les prêts garantis à temps partiel, ces
prêts n’étant plus offerts. Ils ont été disponibles pour la dernière fois en 1995, et
devaient être remboursés en 24 mois, en vertu du RFPE actuel.
1503
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
In addition to these federal student loans, students may also
have provincial/territorial student loans, which also require repayment. If the province offers a program similar to the RAP,
results can be easily harmonized, but in either case, the presence
of provincial loans would be considered when assessing the need
for assistance.
The following are the key elements of the proposed changes:
En plus des prêts étudiants fédéraux, des prêts étudiants provinciaux et territoriaux doivent aussi être remboursés. Si une province met en œuvre un programme similaire au PAR, les deux
programmes peuvent facilement être harmonisés, mais de toute
façon, les prestations provinciales sont prises en considération
dans le calcul pour l’aide au remboursement.
Ce qui suit regroupe les éléments clés des changements
proposés :
Repayment Assistance Plan (RAP)
Programme d’aide au remboursement (PAR)
A borrower would be eligible to benefit from the RAP once
they enter repayment on their student loans, i.e. six months following the end of their full-time or part-time studies. A two-stage
RAP approach based on a borrower’s ability to repay would provide consistent eligibility criteria available under both stages of
the plan.
A borrower is deemed eligible for RAP for a period of six
months if their Affordable Payment (AP) is less than their required monthly payment. The AP is based on income that is above
an established standard of living threshold. Borrowers with incomes above the minimum threshold are required to make a
monthly payment based on income and family size. The affordable payment made by the borrower will be less than the actual
payment and the required monthly payment.
Un emprunteur serait admissible au PAR après avoir commencé à rembourser ses prêts étudiants, par exemple six mois après la
fin de ses études à temps plein ou à temps partiel. Une approche à
deux volets tenant compte de la capacité de remboursement de
l’emprunteur permettrait de mettre en place des critères
d’admissibilité cohérents pour les deux volets du Programme.
Un emprunteur est jugé admissible au PAR pendant une
période de six mois si le paiement abordable est inférieur au paiement exigé. Le paiement abordable est calculé à partir d’un revenu discrétionnaire considéré supérieur à un niveau de vie minimum préalablement défini. Les emprunteurs dont le revenu se
situe au-dessus de ce seuil doivent effectuer un paiement abordable, déterminé d’après leur revenu et la taille de leur famille. Le
paiement abordable effectué par l’emprunteur sera inférieur au
versement régulier et au versement mensuel exigé.
Le versement mensuel qu’un emprunteur doit effectuer est calculé en amortissant son capital consolidé sur une période de
120 mois à partir de la fin de ses études à temps plein ou à temps
partiel. Le versement mensuel exigé tiendrait compte de tous les
soldes des prêts étudiants que l’emprunteur doit rembourser, tant
au fédéral qu’au provincial, ainsi que ceux de son conjoint, si
cette personne doit également rembourser un prêt.
Le paiement abordable serait calculé à partir d’un pourcentage
de revenu commençant à 1 % pour les emprunteurs dont le revenu
est tout juste au-dessus du seuil minimum, pour atteindre un
maximum de 20 %, tant sur les prêts fédéraux que provinciaux, au
fur et à mesure que le revenu de l’emprunteur augmente. Le
paiement sera égal à zéro pour les emprunteurs avec un revenu
familial qui est inférieure au seuil minimum fixé en fonction de la
taille de leur famille.
L’aide au remboursement est en deux volets. Pour chaque volet, les emprunteurs dont le revenu est supérieur au seuil minimum sont tenus d’effectuer un paiement mensuel abordable qui
sert d’abord à rembourser le capital, et ensuite les intérêts. Le
gouvernement ne verserait les sommes auxquelles un emprunteur
a droit en fonction des deux volets que si celui-ci effectue tous les
paiements abordables exigés pendant la période approuvée. S’il
ne verse pas les sommes requises, il est privé de son admissibilité
au PAR.
Au volet 1, l’aide gouvernementale est limitée aux intérêts
mensuels sur les prêts fédéraux garantis, à risques partagés et
directs qui ne peuvent pas être remboursés au moyen du paiement
abordable versé par l’emprunteur. À ce stade, le gouvernement ne
finance pas la réduction du capital. Le volet 1 pourrait demeurer
en vigueur pendant une période maximale de cinq ans divisée en
sous-périodes cumulatives de six mois, au terme desquelles il
faudrait remplir une nouvelle demande d’admissibilité. Cette période de cinq ans serait réinitialisée si l’emprunteur retournait aux
études, et ce dernier pourrait bénéficier d’aide financière supplémentaire en tout temps pendant sa participation au volet 1 du
PAR, que ce soit sous forme de prêts, de bourses ou d’exemption
d’intérêts.
A borrower’s required monthly payment is determined by
amortizing their consolidated principal amount over 120 months
since they last ceased to be a full-time or part-time student. This
payment would take into consideration all federal and provincial
student loan balances of the borrower and of their spouse if the
latter are in repayment and making payments on their loans.
This AP would be based on a percentage of income that starts
at 1% for those just above the minimum threshold, increasing to a
maximum of 20% on both federal and provincial loans as the
borrower’s income climbs. It could be equal to zero for borrowers
with a monthly family income under an established minimum
threshold for their family size.
The assistance provided at this point is in two stages. In both
stages, borrowers with income above the minimum thresholds are
required to make a monthly affordable payment that is applied to
the principal portion of the loan payment first, and any excess
amount would be applied to the interest payment. The Government would only pay the amounts established under both stages if
the borrower makes all the affordable payments required for the
approved period. If the borrower fails to make these payments
they will not qualify for further assistance.
In Stage 1, Government assistance is limited to covering the
monthly interest payment amount on federal guaranteed, riskshared and direct loans that could not be met by the borrower’s
AP. In this stage, there is no Government reduction of the principal amount of the loan. Stage 1 would last for a maximum of five
years in cumulative periods of six months with reapplication required for each period. This five year maximum would be reset if
the borrower returns to studies, and the borrower would be eligible for further financial assistance at any time during Stage 1 of
RAP, including loans, grants and interest-free status.
1504
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
Stage 2 would begin after Stage 1 is exhausted (10 periods of
6 months have been taken), or if the borrower has been in repayment for over 10 years since they last ceased to be a full-time or
part-time student. Upon first qualifying for Stage 2, the principal
outstanding at the time of application is re-amortized between the
date of application and the date 15 years after they ceased to be a
full-time or part-time student. This results in a new repayment
schedule and a new required payment. If the eligibility requirements are still met, the borrower would continue to make their
affordable payment and the Government would cover the remainder of the required payment, which could include both interest
and principal amounts on federal guaranteed, risk-shared and
direct loans. As a result, by the end of the 15-year period, the
borrower’s loans would be repaid in full.
Once a borrower is approved for assistance under Stage 2 of
RAP they would no longer be eligible for loans and grants until
the remaining outstanding loan balance is paid in full. However,
borrowers would still be eligible for interest-free status if they
choose to return to full-time studies.
Unlike under the current IR and DRR programs, under the new
regulations, once a borrower has been approved for RAP they
would be eligible for both stages using the same income thresholds. A borrower who has used up their eligibility for Stage 1
would be eligible for Stage 2 based on exactly the same criteria.
This would eliminate one of the major discrepancies of the current IR and DRR measures.
Le volet 2 débuterait une fois que la période maximale du volet 1
est atteinte (soit 10 périodes de 6 mois), ou si l’emprunteur rembourse un prêt depuis plus de 10 ans depuis la fin de ses études à
temps plein ou à temps partiel. Après une première période
d’admissibilité au volet 2, le capital à verser au moment de la
demande est de nouveau amorti pour la période débutant à la date
de présentation de la demande et se terminant 15 ans après la fin
des études à temps plein ou à temps partiel. Ainsi, un nouveau
calendrier de remboursement et un nouveau paiement exigé est
calculé. Si les critères d’admissibilité sont toujours respectés,
l’emprunteur peut continuer à verser son paiement mensuel abordable, et le gouvernement s’acquittera du reste du versement, ce
qui peut comprendre le capital et les intérêts de prêts fédéraux
garantis, à risques partagés et directs. Donc, grâce au PAR, la
dette d’études de l’emprunteur serait remboursée au complet à la
fin de la période de 15 ans.
Une fois que le dossier d’un emprunteur est approuvé et qu’il a
accès au volet 2 du PAR, il ne peut toucher de prêts ou de bourses
jusqu’à ce que sa dette soit entièrement remboursée. Cependant,
les emprunteurs seraient toujours admissibles à une exemption
d’intérêts s’ils décidaient de retourner aux études à temps plein.
En vertu du nouveau règlement, une fois qu’un emprunteur aurait droit au PAR, son admissibilité aux deux volets serait déterminée au moyen des mêmes seuils de revenu, contrairement au
système d’EI et de RDCR actuellement en vigueur. Ainsi, un
emprunteur ayant écoulé sa période d’admissibilité au volet 1
serait admissible au volet 2 en vertu des mêmes critères, ce qui
éliminerait par le fait même une des principales lacunes des mesures existantes.
Permanent Disability Benefit (PDB)
Disposition applicable aux étudiants ayant une invalidité
permanente (DEIP)
The 2008 Budget includes measures and financial supports that
are more comprehensive for students with disabilities who are
experiencing difficulty in debt repayment. The 2008 Budget Implementation Act introduced a new legislative authority to reduce
the confusion regarding the eligibility criteria for the PDB versus
grants for persons with permanent disabilities.
Le budget de 2008 comprend des mesures de soutien financier
plus complètes à l’intention des étudiants handicapés ayant de la
difficulté à rembourser leur dette. Une nouvelle compétence législative a été introduite dans le cadre de la Loi d’exécution du budget de 2008 afin de réduire la confusion entre les critères
d’admissibilité à la DEIP et les subventions accordées aux personnes atteintes d’une invalidité permanente.
À l’heure actuelle, les droits des prêteurs, en vertu de l’article 11 de la Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants
(LFAFE) et les obligations des emprunteurs en vertu de l’article 11.1 de cette loi s’éteigne si l’emprunteur est atteint d’une
« invalidité permanente » et éprouve des difficultés financières.
Avec l’entrée en vigueur de la législation, les modifications à la
DEIP devront être en vigueur à compter du 1er août 2009. La portée de la DEIP sera limitée aux emprunteurs qui, en raison d’une
« invalidité permanente grave », ne peuvent rembourser leur
dette, et qui démontrent qu’ils ne seront jamais en mesure de le
faire.
La notion d’« invalidité permanente grave », selon la définition
proposée, serait une limitation fonctionnelle causée par un état
d’incapacité physique ou mentale qui empêche l’emprunteur
d’exercer les activités quotidiennes nécessaires pour participer à
des études de niveau postsecondaire et au marché du travail et
dont la durée prévue est la durée de vie probable de celui-ci.
En raison de modifications apportées à la LFAFE et à la LFPE,
le Règlement abolit les tests relatifs aux difficultés financières
exceptionnelles et aux seuils de revenu familial, et misera désormais sur la manière dont le problème physique ou mental empêche l’emprunteur de participer au marché du travail et de poursuivre des études postsecondaires.
Currently, the lenders rights under section 11 of the Canada
Student Financial Assistance Act (CSFAA) and borrower’s obligations under section 11.1 of the CSFAA in respect of a student
loan terminate if a borrower meets the definition of “permanent
disability” and demonstrates financial hardship. With the proposed coming into force of the legislation, amendments to the
PDB are expected to be in effect on August 1, 2009. Eligibility
would be limited to borrowers who, due to their “severe permanent disability,” are unable to pay their loans and will never be
able to repay them.
The proposed definition of “severe permanent disability”
means a functional limitation caused by a physical or mental impairment that prevents a borrower from performing the daily activities necessary to participate in studies at a post-secondary
school level and the labour force and is expected to remain with
the person for their expected life.
As a result of changes to the CSFAA and the CSLA, the Regulations have removed the tests for exceptional hardship and family income thresholds. It would now focus on the degree to which
the physical or mental condition prevents the borrower from engaging in the labour force and post-secondary studies as a result
of their condition.
1505
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
As an operational policy requirement, the CSLP would continue to rely on a medical practitioner’s perspective to determine
if a disability qualifies for special consideration. The assessment
would no longer emphasize that a permanent disability is
“restricting” a borrower from working or from participating in
post-secondary education, but that a severe permanent disability
“completely prevents” a borrower from seeking any remunerative
employment. Borrowers who are able to participate in any form
of sheltered employment or any form of post-secondary education
would not be eligible for the PDB.
Although the criteria for eligibility for PDB would be more
stringent, borrowers with a permanent disability who do not qualify for the PDB would be eligible for the Repayment Assistance
Plan for Borrowers with a Permanent Disability (RAP-PD) depending on their income. This plan is described more fully in the
following section. Once an individual is approved for PDB, based
on their inability to participate in the labour force or postsecondary education, they will no longer be eligible to receive
any further assistance from the CSLP (i.e. further loans or grants).
En guise d’exigence opérationnelle stratégique, le PCPE continuerait de promouvoir l’approche médicale pour déterminer si
une invalidité mérite une attention particulière. L’évaluation
n’insisterait cependant plus sur le caractère « limitant » d’une
invalidité permanente pour un emprunteur désireux de se trouver
un emploi ou de poursuivre des études postsecondaires, mais plutôt sur le fait qu’une « invalidité permanente grave » « empêche »
un emprunteur de se trouver quelque emploi rémunéré que ce soit.
Les emprunteurs capables d’occuper un emploi protégé ou de
suivre une formation postsecondaire ne seraient pas admissibles à
la DEIP.
Bien que les critères d’admissibilité à la DEIP soient resserrés,
les emprunteurs atteints d’une invalidité permanente qui ne sont
pas admissibles à la DEIP pourraient participer au Programme
d’aide au remboursement pour les emprunteurs ayant une invalidité permanente, selon leur revenu. Ce programme est décrit plus
en détail dans la section qui suit. Une fois qu’une demande
d’adhésion à la DEIP est approuvée, en fonction de l’incapacité
du demandeur à se trouver un emploi ou à poursuivre des études
postsecondaires, celui-ci ne pourra plus toucher d’autres prestations offertes dans le cadre du PCPE (prêts ou bourses
supplémentaires).
Repayment Assistance Plan for Borrowers with Permanent
Disabilities (RAP-PD)
Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs ayant une
invalidité permanente
There is conclusive evidence that borrowers with disabilities
graduate with higher debt loads than non-disabled students who
study in similar programs. Persons with permanent disabilities
tend to earn less, are more likely to live in a family with low
income than other Canadians, and are more likely to stay in this
economic state. While borrowers with a permanent disability
receive special financial assistance to help them address the barriers they face accessing post-secondary education, there is currently no enhanced repayment assistance program that takes into
consideration their particular situation. Student loan debt presents
greater challenges for Canadians with disabilities and may discourage them from pursuing post-secondary education.
Il existe des preuves tangibles selon lesquelles les emprunteurs
handicapés terminent leurs études avec une dette plus élevée que
les autres étudiants diplômés des mêmes programmes. Les personnes atteintes d’une invalidité permanente gagnent généralement moins, elles sont plus susceptibles d’appartenir à une famille à faible revenu que le reste de la population du Canada, et
elles sont également plus à risque de demeurer dans cette situation économique. Bien que ces emprunteurs bénéficient d’une
aide spéciale pour les aider à surmonter les obstacles auxquels ils
doivent faire face pour poursuivre des études postsecondaires, ils
ne disposent pas d’un programme d’aide au remboursement adapté à leur situation particulière. Les dettes étudiantes posent des
problèmes plus importants aux personnes handicapées du pays, ce
qui peut les inciter à ne pas suivre de formation postsecondaire.
Bien que les prestations de gestion de la dette, dont celles des
programmes d’exemption d’intérêts (EI) et de Réduction de la
dette en cours de remboursement, soient offertes à tous les emprunteurs, y compris ceux atteints d’une invalidité, il n’existe
aucune mesure s’adressant directement à ce segment de la population, en dépit du fait que ceux-ci sont plus susceptibles d’éprouver
des difficultés financières pendant une période prolongée. L’instauration du Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs ayant une invalidité permanente permettrait aux emprunteurs handicapés de bénéficier d’une version améliorée du PAR,
et viendrait compléter la DEIP pour ceux et celles qui ne sont pas
considérés comme ayant une « invalidité permanente grave ».
La version accélérée du Programme d’aide au remboursement
pour emprunteurs ayant une invalidité permanente permettrait aux
emprunteurs de voir leur prêt radié plus rapidement que les autres
emprunteurs admissibles au PAR (10 ans au lieu de 15) en les
faisant passer directement au volet 2 de ce programme, dans le
cadre duquel le gouvernement assume l’ensemble du versement
(capital et intérêt, au besoin) qui n’est pas couvert par le paiement
abordable versé.
Les statistiques démontrent qu’une proportion plus importante
d’emprunteurs admissibles au Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs ayant une invalidité permanente éprouveraient des difficultés plus persistantes pour rembourser leur dette,
Although current debt management benefits, including the
Interest Relief and Debt Reduction in Repayment programs, are
made available to all borrowers including those with disabilities,
no specifically targeted measures are available, despite evidence
that the latter are more likely to experience persistent financial
problems over a longer period of time. The introduction of
RAP-PD would provide an enhanced version of RAP to borrowers with permanent disabilities and would complement the PDB
for those who do not qualify at having a “severe permanent
disability.”
The accelerated RAP-PD would enable individuals to have
their loans written off faster than non-disabled borrowers who
qualify for RAP (i.e. 10 years instead of 15) by allowing them to
proceed directly to the Stage 2 of RAP, where the Government
would cover the remainder of the monthly payment (both principal and interest, if required) that is not covered by the borrower’s
affordable payment.
Statistics have shown that a higher proportion of RAP-PD
eligible borrowers would have more persistent difficulties in
repayment as they have higher than average debt loads, their employment and earning rates are lower than average. Therefore, it
1506
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
becomes more cost effective to apply the gradual reduction of
debt provided by Stage 2 rules immediately for these borrowers,
rather than covering the interest shortfall and deferring the
remaining principal balance for up to five years per Stage 1, as
the interest costs to Government of carrying the outstanding loans
would be reduced.
The same affordable payment formula for RAP would be used
for RAP-PD, but allowable uninsured medical and other expenses
related to the cost of accommodation of permanent disability
would be deducted from the gross family income used in the debtto-income ratio calculation before evaluating the affordable
payment.
puisqu’ils doivent composer avec un niveau d’endettement plus
élevé, et un taux d’activité et un revenu inférieurs à la moyenne.
Par conséquent, il devient plus rentable d’appliquer immédiatement la réduction progressive de la dette telle qu’elle est présentée dans le volet 2 du Programme pour ces emprunteurs, plutôt
que de ne couvrir que la portion manquante des intérêts et de reporter de cinq ans tout au plus le paiement du reste du capital, tel
qu’il est stipulé dans le volet 1, puisque les frais en intérêts absorbés par le gouvernement pour le report du prêt seraient moins
élevés.
La formule du paiement abordable utilisée dans le cadre du
PAR serait aussi appliquée au Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs ayant une invalidité permanente, mais les
frais médicaux et autres dépenses non assurables déductibles se
rattachant au coût des mesures d’adaptation de la personne atteinte d’une invalidité permanente seraient déduits du revenu
familial brut servant au calcul du rapport dette-revenu avant de
déterminer le montant des paiements abordables.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
The regulatory amendments are in response to legislative
changes to the Canada Student Financial Assistance Act
(CSFAA) and the Canada Student Loans Act (CSLA) included in
the Budget Implementation Act, 2008 and are required to support
the implementation of these new debt management measures.
Les modifications réglementaires répondent aux modifications
législatives apportées à la Loi fédérale sur l’aide financière aux
étudiants (LFAFE) et à la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants
(LFPE) inscrites dans la Loi d’exécution du budget de 2008, et
elles sont nécessaires à la mise en œuvre des nouvelles mesures
de gestion de dette.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Costs
Coûts
The costs to the Government for the amendments to create the
RAP under the Canada Student Financial Assistance Regulations
(CSFAR) are estimated to be $21 million in 2009-2010, decreasing to $9.3 million in 2012-2013. This is in part due to one time
costs for initial implementation and increased eligibility for debt
management measures.
Les frais engagés par le gouvernement pour assurer la mise en
œuvre du PAR, dans le cadre du Règlement fédéral sur l’aide
financière aux étudiants (RFAFE), devraient s’élever à 21 millions de dollars en 2009-2010, et diminuer progressivement jusqu’en 2012-2013, où ils atteindraient 9,3 millions de dollars.
Cette situation est en partie attribuable aux frais uniques associés
à la mise en œuvre initiale et à la hausse du nombre de candidats
admissibles aux mesures de gestion de la dette.
Les modifications apportées à la DEIP ne devraient pas occasionner de frais supplémentaires.
Les dépenses liées aux modifications nécessaires pour élaborer
le Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs ayant
une invalidité permanente sont estimées à 11,9 millions de dollars
pour l’année 2009-2010, et devraient passer à 2,9 millions de
dollars par année en 2012-2013.
There are no costs for the changes to the PDB.
The costs for the amendment to create the RAP-PD are estimated to be $11.9 million in 2009-2010, decreasing to $2.9 million per year in 2012-2013.
Benefits
Avantages
The federal amount of a student loan is typically at least 60%
of an individual’s Government student loans. The RAP would
provide benefits for an additional 22 500 people per year with no
borrower being negatively affected. Currently, borrowers are not
required to make any payments while they are on the Interest
Relief program, and any payments made between Debt Reduction
in Repayment program approvals are applied to interest first.
Under these amendments, RAP payments would first go towards
re-paying the principal of their loan. This would reduce the
amount of interest paid by the borrower over the lifespan of the
loan as the amount outstanding is reduced with each payment, and
would enable the loan to be repaid in a shorter period of time,
thus alleviating the burden on borrowers.
Le montant d’un prêt étudiant fédéral représente généralement
au moins 60 % du montant emprunté pour un prêt étudiant du
Gouvernement. Le PAR permettrait à 22 500 personnes supplémentaires par année de toucher des prestations, et ce, sans retombées négatives pour les étudiants ayant déjà reçu un prêt. En vertu
des programmes de gestion de la dette en vigueur, les emprunteurs ne sont pas tenus d’effectuer de versements lorsqu’ils sont
admissibles au programme d’exemption d’intérêts, et tout paiement effectué entre des périodes d’adhésion au programme de
Réduction de la dette en cours de remboursement sert d’abord à
rembourser les intérêts. Les personnes devant effectuer des paiements abordables dans le cadre du PAR bénéficieraient de cette
situation puisque leurs versements serviraient tout d’abord à rembourser le capital, ce qui aura pour effet de réduire les intérêts
payés pendant la durée du prêt, la somme due étant ainsi réduite à
chaque nouveau versement.
1507
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
Increasing access and completion rates of post-secondary education for these under-represented groups would assist in increasing the income level of some marginalized groups and begin to
break the cycle of poverty. As well, an increase in the number of
individuals with post-secondary education in the labour market
would assist in reducing the shortage of skilled labour, thus helping to sustain the economic growth and prosperity that Canada
has achieved.
Les étudiants de niveau postsecondaire doivent composer avec
la hausse des frais et, du coup, avec une augmentation de leur
dette une fois leur formation terminée. Les difficultés de remboursement constituent l’une des principales préoccupations des
intervenants concernés par le PCPE. Le PAR, en proposant
l’octroi d’aide en fonction du revenu et des besoins, permettrait
de calmer ces inquiétudes. Cette aide sera particulièrement utile à
ceux dont la situation financière est plus précaire, notamment les
nouveaux diplômés ayant de la difficulté à se trouver un emploi.
La modification améliorerait les prestations offertes aux emprunteurs ayant une invalidité permanente ou une invalidité permanente grave en leur offrant une aide au remboursement calculée en fonction de leur capacité de payer. Bon nombre d’étudiants
handicapés hésitent encore à suivre une formation postsecondaire
en raison des sommes importantes qu’ils devront débourser. Ces
dépenses ne se limitent pas à l’éducation (interprètes, traducteurs,
équipement technique, etc.), mais englobent également les frais
de subsistance. Ces étudiants prennent souvent plus de temps
pour compléter leur formation et il leur est plus difficile de financer ces études de manière autonome, par exemple en obtenant un
emploi d’été ou un emploi à temps partiel pendant l’année scolaire. Le Programme d’aide au remboursement pour emprunteurs
ayant une invalidité permanente viendrait en aide à ces personnes,
par l’entremise d’une période de remboursement garantie et
d’allocations servant à couvrir les frais supplémentaires assumés.
Améliorer l’accès aux études postsecondaires et les taux de diplomation de ces groupes sous-représentés aurait pour effet
d’accroître leur revenu et de briser le cycle de pauvreté duquel ils
sont prisonniers. De plus, une hausse du nombre de diplômés de
programmes postsecondaires sur le marché du travail contribuerait à régler le problème de la pénurie de travailleurs qualifiés, et
permettrait au Canada de poursuivre sa croissance économique et
d’assurer sa prospérité.
Rationale
Justification
Canada is facing shortages in the supply of skilled labour in
key sectors and in certain regions. With an aging labour force,
long-term wealth and prosperity must now depend on sustained
productivity growth, an area in which Canada lags behind several
trading partners (including the United States).
Le Canada est aux prises avec la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans des secteurs clés et dans certaines régions. En raison
de la main-d’œuvre vieillissante, la santé et la prospérité à long
terme sont maintenant tributaires de la croissance soutenue de la
productivité, un domaine dans lequel le Canada accuse un retard
sur plusieurs partenaires commerciaux (dont les États-Unis).
L’introduction du PAR permettra d’atténuer les effets des récentes augmentations du niveau d’endettement des diplômés de
niveau postsecondaire attribuables à une hausse des droits de scolarité pour les étudiants universitaires de premier cycle. De plus,
la situation économique actuelle cause des problèmes aux emprunteurs désireux de se trouver un emploi, ceux-ci se faisant plus
rares. Un programme d’aide au remboursement plus solide permettra aux nouveaux diplômés de régler leur dette plus facilement
en bénéficiant d’un soutien financier temporaire.
Le taux d’activité sur le marché du travail des personnes atteintes d’une invalidité permanente diminue en fonction de la gravité
de leur handicap. En atténuant les risques inhérents au remboursement des prêts étudiants, un plus grand nombre de personnes
atteintes d’une invalidité permanente pourraient être intéressées à
emprunter de l’argent afin de suivre et de compléter une formation postsecondaire. Par conséquent, un programme d’aide au
remboursement spécialement adapté aux besoins des emprunteurs
atteints d’une invalidité permanente inciterait ceux-ci à entreprendre et à terminer des études postsecondaires, et à améliorer
du coup leurs perspectives d’emploi.
Post-secondary education students are facing increased costs
and hence are carrying ever-increasing debt-loads upon completion. Difficulties in repayment are one of the major concerns of
stakeholders of the CSLP. RAP would help alleviate these concerns by targeting assistance based on income and need, and by
providing assistance commensurate with the level of need. During
times of economic difficulties, this assistance is especially beneficial for those newly graduated and experiencing difficulty in
obtaining employment.
The amendments would also enhance the benefits to borrowers
with a permanent disability or a severe permanent disability by
offering them improved repayment assistance based on their ability to repay. Many students with disabilities are still deterred from
participating in post-secondary education due to the greater
expenses they incur. These expenses are not limited to educationrelated costs such as interpreters, translators and technical equipment, but also include living expenses. Many students with
disabilities take a longer amount of time than students without
disabilities to complete their post-secondary education and are
generally less able to generate funds to finance their education
(e.g. obtain summer employment or work part-time during the
school year). RAP-PD would provide assistance for these borrowers with a guaranteed repayment period and allowances for
the extra expenses that these individuals experience.
The introduction of the RAP would help mitigate the recent
increases in average student loan debt by post-secondary education graduates that has been brought on by increases in average
undergraduate tuition fees. In addition, the current economic
situation has resulted in increased difficulties by borrowers in
obtaining suitable employment. Enhanced repayment assistance
will help alleviate temporary repayment difficulties that recent
graduates may be experiencing.
Labour market participation rates of individuals with permanent disabilities decreases with the severity of their disability. By
reducing the risks associated with the repayment of student loan
debt, more individuals with permanent disabilities may be motivated to borrow money in order to attend and complete postsecondary education. Therefore, repayment assistance tailored to
borrowers with permanent disabilities would provide incentives
for more individuals with a permanent disability to undertake and
complete their post-secondary education, thereby enhancing their
participation in the labour market.
1508
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
The CSLP Review was based on an extensive analysis of
financial assistance to students validated by all stakeholders.
L’examen du PCPE est fondé sur une analyse détaillée de
l’aide financière offerte aux étudiants qui a été validée par tous
les intervenants concernés.
Consultation
Consultation
Human Resources and Skills Development Canada conducted
extensive diagnostic and consultative activities from the spring to
the fall of 2007.
A diagnostic was developed based on an internal analysis of
the CSLP to develop broad policy directions for federal financial
assistance to students. Conclusions were shared with provincial/territorial officials as well as selected experts, which validated the diagnostic’s findings. Following these consultations, it
was agreed that the diagnostic had correctly captured the successes and the challenges of federal financial assistance to
students.
Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) a entrepris de vastes activités de diagnostic et de
consultation du printemps à l’automne 2007.
Un diagnostic inspiré d’une analyse interne du PCPE a été élaboré afin d’établir des orientations politiques générales pour
l’aide financière aux étudiants offerte par le gouvernement fédéral. Les conclusions de cette étude ont été communiquées aux
représentants des provinces et des territoires ainsi qu’à certains
spécialistes, lesquels ont validé les résultats du diagnostic. À la
suite de ces consultations, il a été convenu que le diagnostic a
correctement cerné les points forts et les points faibles de l’aide
financière aux étudiants offerte par le gouvernement fédéral.
En septembre 2007, RHDCC a également tenu des séances de
consultation en ligne qui ont permis à des Canadiens et à des
groupes d’intervenants de faire valoir leur point de vue, et qui ont
rendu possible la présentation de mémoires supplémentaires indépendamment de ce processus de consultation électronique. Il faut
notamment souligner la contribution de membres importants du
Groupe consultatif national sur l’aide financière aux étudiants, qui
regroupe entre autres l’Alliance canadienne des associations étudiantes, la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, des
responsables provinciaux du milieu de la formation postsecondaire ainsi que des responsables de l’aide financière aux étudiants. Le Groupe consultatif organise régulièrement des réunions
en compagnie de responsables de RHDCC.
Les représentants des étudiants en médecine ont fait part de
certaines réserves quant au bien-fondé de ces nouvelles mesures
pour les membres de leur association. Ils avancent que ces mesures seraient insuffisantes pour les aider à rembourser leurs dettes,
qui sont généralement très élevées. Ils affirment également que le
revenu touché pendant leur résidence peut les rendre inadmissibles au PAR.
Les homologues provinciaux et territoriaux ont été consultés de
manière exhaustive, et la solution retenue, à savoir le PAR, recueille l’appui de la majorité d’entre eux. Des provinces et territoires devraient mettre en œuvre des mesures similaires pour
l’aide financière consentie aux étudiants en 2009-2010, et
d’autres devraient leur emboîter le pas au cours des prochaines
années.
Human Resources and Skills Development Canada also conducted an online consultation in September 2007, which yielded
responses from individual Canadians, stakeholder groups, and
additional submissions presented outside of the online process. Of
note, comments were received from key members of the National
Advisory Group on Student Financial Assistance (NAGSFA),
whose members include the Canadian Alliance of Student Associations, the Canadian Federation of Students, provincial postsecondary officials and Student Financial Aid administrators.
NAGSFA meets on a regular basis with officials from Human
Resources and Skills Development Canada.
One group of stakeholders that expressed hesitation regarding
the value of the measures for their membership was those representing medical students. They argued that the measures to be
introduced would not go far enough to assist them with their high
debt loads and repayment. They also noted that, due to the income
received while in residency, they may be ineligible for RAP.
Provincial/territorial counterparts have been extensively consulted and the final solution of RAP has the support of the majority of these individuals. Some are expected to implement similar
measures on provincial/territorial loans in 2009-2010, and more
may join in subsequent years.
Pre-publication
Prépublication
The proposed regulatory amendments to the Canada Student
Financial Assistance Regulations and Canada Student Loans
Regulations pursuant to Budget 2008 (Repayment Assistance)
were published in Part I of the Canada Gazette on June 13, 2009,
for a consultation period of 15 days. Several comments were
received regarding commitments made vis-à-vis flexibility to
correct administrative errors and allowing deferral of loan
payments upon reaching the maximum weeks of assistance; particularly why these changes were not apparent in the proposed
Regulations. The amendments included in this publication only
consider changes to debt management provisions that include the
Repayment Assistance Plan (RAP). Legislative amendments to
allow flexibility to correct administrative errors have already been
brought into force, and further regulatory changes to repayment
requirements for students who have exceeded the maximum
Les changements réglementaires proposés au Règlement fédéral sur l’aide financière aux étudiants et au Règlement fédéral sur
les prêts aux étudiants conformément au Budget 2008 (aide au
remboursement) ont été publiés dans la Partie I de la Gazette du
Canada le 13 juin 2009, pour une période de consultation de
15 jours. Plusieurs commentaires ont été reçus concernant des
engagements pris vis-à-vis de la flexibilité de corriger les erreurs
administratives et de permettre des paiements déférés dès
l’accumulation du nombre maximal de semaines de l’aide. Les
commentaires portent en particulier sur la question de savoir
pourquoi ces changements n’étaient pas évidents dans les règlements proposés. Les amendements inclus dans cette publication
considèrent seulement les changements aux mesures de gestion de
la dette qui incluent le Programme d’aide au remboursement
(PAR). Les changements législatifs permettant la possibilité de
1509
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
amount of time to receive financial assistance were published in
the Canada Gazette, Part II, on July 8, 2009, to come into force
on August 1, 2009.
Of the few other comments received during the consultation
process, the main issue raised was that the new RAP and RAP-PD
will not be made available to borrowers who have defaulted on
their student loans (i.e. are nine or more months in arrears, over
which time attempts would have been made to contact them to
inform them of their options if they were in financial difficulty).
RAP is a repayment assistance measure that is designed to prevent borrowers from defaulting on their Canada Student Loan. In
addition to flexibility in terms of allowing for backdating of RAP
applications for those in arrears, the CSLP has a rehabilitation
process to bring borrowers who are in default back into good
standing such that they would be eligible to apply for RAP. These
rehabilitation measures are intended to preserve the integrity of
the CSLP and protection of taxpayer dollars, and to mitigate
against the potential adverse incentives associated with allowing
access to CSLP benefits regardless of the standing of the borrower’s loan obligations.
corriger les erreurs administratives sont déjà en vigueur, et
d’autres changements réglementaires quant aux conditions de
remboursement pour les étudiants qui ont dépassé le nombre de
semaines maximum pour recevoir l’aide financière ont été publiés
dans la Partie II de la Gazette du Canada le 8 juillet 2009, pour
entrer en vigueur le 1er août 2009.
Parmi les quelques commentaires reçus pendant le processus de
consultation, le thème principal était que le nouveau PAR et le
PAR pour emprunteurs ayant une invalidité permanente ne seront
pas rendus disponibles aux emprunteurs en défaut sur leur prêt
d’étude (par exemple, ils ont neuf mois ou plus des arrérages, audessus desquels des tentatives auraient été faites d’entrer en
contact avec eux pour les informer de leurs options s’ils étaient en
difficulté financière). Le PAR est une mesure d’aide conçue pour
empêcher les emprunteurs d’être en défaut sur leur prêt d’étude.
En plus de la flexibilité permise aux demandes d’application pour
couvrir les périodes en arrérages, le PCPE a un processus de réadaptation pour amener les emprunteurs qui sont en défaut sur le
remboursement de leur prêt d’étude dans la position d’être éligibles pour solliciter le PAR. Ces mesures de réadaptation sont
prévues pour préserver l’intégrité du PCPE, protéger l’argent du
contribuable, et atténuer les effets potentiels défavorables liés à
l’accès aux bénéfices du PCPE sans distinction de l’état du prêt
de l’emprunteur.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
These measures are expected to be available for the 2009-2010
academic year. Borrowers who have finished studies in
April 2009 would be entering their repayment period November 1, 2009. This initial repayment period is the time when borrowers typically begin to experience repayment difficulties.
Les nouvelles mesures de gestion devraient être disponibles
pour l’année scolaire 2009-2010. Les emprunteurs qui ont terminé
leurs études en avril 2009 seraient tenus de commencer à rembourser leur dette à partir du 1er novembre 2009. C’est généralement lors de cette période de remboursement initiale que les emprunteurs commencent à éprouver des difficultés à effectuer des
versements.
Le PAR et le Programme d’aide au remboursement pour les
emprunteurs ayant une invalidité permanente seraient offerts soit
par les institutions financières, soit par le Centre de service national de prêts aux étudiants (CSNPE), selon le type de prêt contracté. Le CSNPE est l’organisme mandaté pour l’administration des
prêts étudiants et des mesures de gestion de la dette au nom du
Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE).
Le PAR serait offert par l’entremise du CSNPE au moyen du
processus existant pour les mesures de gestion de la dette. Le
CSNPE serait chargé d’élaborer l’architecture du système par
lequel le PAR serait offert aux titulaires de prêts directs, ou d’une
combinaison de prêt direct et de prêt à risques partagés ou de prêt
garanti. Le programme serait proposé à toutes les personnes qui
bénéficient d’une aide financière fédérale pour étudiants, peu
importe leur province ou territoire de résidence, pourvu qu’elles
participent au PCPE. Le PAR serait offert aux personnes ayant
contracté uniquement des prêts à risques partagés ou des prêts
garantis par l’entremise de l’institution financière ayant consenti
ces prêts.
Pour les provinces qui ont intégré leurs programmes d’aide financière aux étudiants au PCPE, les prêts comprendraient à tout
le moins les prêts fédéraux admissibles au PAR. Considérant que
le niveau de revenu sous lequel l’emprunteur n’a pas à effectuer
de paiement correspond au seuil d’exemption d’intérêts actuel, la
plupart des bénéficiaires ne seraient pas pénalisés si les provinces
choisissaient de ne pas appliquer immédiatement le PAR.
RAP and RAP-PD would be delivered through either the
Financial Institutions or the National Student Loans Service Centre (NSLSC) depending on the type of loans involved. The
NSLSC is the contracted corporation that delivers student loans
and debt management measures on behalf of the Government of
Canada.
RAP would be delivered through the NSLSC and through the
process already in place for current debt management measures.
The NSLSC would create the systems architecture to provide the
RAP to individuals in possession of Direct Loans or a combination of a Direct Loan and a Risk-shared or Guaranteed Loan. This
program would be available to all individuals with federal financial assistance to students from all jurisdictions that participate in
the CSLP. The framework for the provision of RAP to individuals
with Risk-shared and Guaranteed loans only would be provided
through the financial institution providing the loan.
For those provinces that have integrated their provincial financial assistance to students programs with the CSLP, these loans
would have at minimum the federal loan eligible for RAP. With
the zero-payment income level set at the current Interest Relief
threshold, most borrowers would not be disadvantaged if provinces do not initially implement RAP.
1510
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-212
Performance measurement and evaluation
Mesures de rendement et évaluation
The improvements to the CSLP would be monitored, assessed
and reported by HRSDC against the CSLP’s Results-based Management and Accountability Framework (RMAF), which includes
considerations for client-centric service quality, service delivery
efficiency and portfolio performance. The RMAF would be expanded to include the new Canada Student Grant Program.
RHDCC suivra et évaluera les améliorations apportées au
PCPE et en rendra compte conformément au Cadre de gestion et
de responsabilisation axé sur les résultats (CGRR) du Programme,
lequel comprend des points d’examen pour la qualité des services
axés sur les clients, l’efficacité de la prestation du service et le
rendement des portefeuilles. La portée du CGRR sera élargie de
façon à englober le nouveau PCSE.
À titre de document d’accompagnement du CGRR du Programme, le PCPE a élaboré un cadre de vérification axé sur les
risques (CVAR) afin de documenter les principaux risques liés au
Programme et de déterminer un plan d’action comportant des
stratégies de vérification et d’examen qui permettront d’atténuer
ces risques.
Le CGRR et le CVAR sont mis à jour et fusionnés en un document intégré. Le nouveau CGRR/CVAR intégré tiendra compte
des changements annoncés dans le budget de 2008 et de ceux
proposés dans cette présentation et sera terminé d’ici la fin de
l’exercice de 2009-2010. Dans le cadre de cette initiative,
l’ébauche d’un cadre de mesure du rendement (CMR) fait actuellement l’objet d’un processus d’examen et de consultation et ce
dernier tiendra compte des changements susmentionnés une fois
achevé. Ce processus prévoit l’examen et la consultation de représentants des ministères, des organismes centraux et de divers
autres partenaires et intervenants.
En 2006-2007, le PCPE a entamé un cadre d’évaluation sommative quinquennal. Au cours de la dernière année de ce cadre,
un plan d’évaluation supplémentaire sera entrepris afin d’évaluer
les changements annoncés dans le budget de 2008.
Le plan d’évaluation supplémentaire inclura une évaluation
économétrique du PAR en 2009-2010 et encore en 2012-2013
pour déterminer l’effet du PAR sur les taux de défaut d’emprunteurs du PCPE. D’autres mesures de rendement seront aussi
considérées, mais puisque le rendement a tendance à être affecté
par les conditions économiques, l’évaluation sera faite avec un
modèle qui atténuera les changements économiques comme
facteur.
En raison de la grandeur et de la complexité du PCPE, une approche quinquennale a été adoptée pour l’évaluation sommative
de ce programme, conformément à celles utilisées pour d’autres
programmes ministériels importants, tels que l’assurance-emploi
et le Régime de pensions du Canada.
Un sondage exhaustif sera réalisé auprès des étudiants qui ont
entamé leurs études postsecondaires en 2008-2009 afin d’obtenir
un point de référence sur la situation antérieure au budget de
2008. Des sondages de suivi seront ensuite réalisés à compter de
2011-2012 afin de commencer à mesurer l’efficacité des initiatives prévues au budget de 2008. Le rapport de l’évaluation sommative sera rendu public en 2015-2016 afin d’évaluer l’efficacité
des changements apportés au Programme.
As a companion document to the Program’s RMAF, the CSLP
has developed a Risk-based Audit Framework (RBAF) to document the key risks faced by the Program and to identify an action
plan of audit and review strategies that would mitigate these risks.
The RMAF and RBAF are being updated and unified into an
integrated document. The new integrated RMAF/RBAF would
reflect the proposed changes and would be finalized by the end of
the 2009-2010 fiscal year. As part of this, a draft Performance
Measurement Framework (PMF) is undergoing a review and consultation process and would be finalized to reflect the proposed
changes. This process would include consultation and review
among departmental officials, central agencies and various other
partners and stakeholders.
In 2006-2007, the CSLP began a five-year Summative Evaluation Framework Plan. In the final year of this plan, a supplementary evaluation plan would begin, in order to evaluate proposed
changes to the program announced in Budget 2008.
The Supplementary Evaluation Plan will include econometric
evaluation of RAP in 2009-2010 and again in 2012-2013 to
determine the effect of RAP on default rates of CSLP borrowers.
Other performance measures will be considered as well, but since
performance tends to be affected extensively by economic conditions, the evaluation will be done with a model that will mitigate
economic changes as a factor.
Given the size and complexity of the CSLP, a five-year
approach to evaluation work, consistent with that used in other
large departmental programs such as Employment Insurance and
Canada Pension Plan, was adopted for the summative evaluation
of CSLP.
There will be an extensive survey of post-secondary education
entrants in 2008-2009 to act as a baseline for pre-Budget 2008
measurements. There will be follow-up surveys beginning in
2011-2012 to begin to measure the effectiveness of the Budget
2008 initiatives. The summative evaluation report will be complete in 2015-2016 to evaluate the effectiveness of the program
changes.
Contact
Personne-ressource
Barbara Glover
Director General
Canada Student Loans Program
Human Resources and Skills Development Canada
200 Montcalm Street, Tower II, 1st Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0J9
Telephone: 819-997-1094
Fax: 819-953-9591
Barbara Glover
Directrice générale
Programme canadien de prêts aux étudiants
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
200, rue Montcalm, Tour II, 1er étage
Gatineau (Québec)
K1A 0J9
Téléphone : 819-997-1094
Télécopieur : 819-953-9591
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1511
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-213
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Enregistrement
DORS/2009-213
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
CANADA SHIPPING ACT, 2001
LOI DE 2001 SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Regulations Amending the Vessel Operation
Restriction Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les
restrictions visant l’utilisation des bâtiments
P.C. 2009-1201
C.P. 2009-1201
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to subsection 136(1)a of the Canada Shipping Act, 2001b, hereby makes the annexed Regulations Amending the Vessel Operation Restriction Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 136(1)a de
la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canadab, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement
modifiant le Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des
bâtiments, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE VESSEL
OPERATION RESTRICTION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES RESTRICTIONS VISANT
L’UTILISATION DES BÂTIMENTS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The table to section 16 of the Vessel Operation Restriction
Regulations1 is amended by adding the following after
item 20:
1. Le tableau de l’article 16 du Règlement sur les restrictions
visant l’utilisation des bâtiments1 est modifié par adjonction,
après l’article 20, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Item
Persons or classes of persons
Geographic
location, if
applicable
21.
A park ranger appointed under the British Columbia
Park Act, R.S.B.C. 1996, c. 344
2. Part 2 of Schedule 2 to the Regulations is amended by
adding the following after item 99:
Column 1
Item
100.
Column 2
Name Given by
the Gazetteer of
Canada or
Description
Local Name
The waters of
Columbia
the Columbia
Wetlands
River and its
tributaries lying
within the flood
plain of the
Columbia River
north of
50º21′10″ N
(approximately
1.6 km
northwest of
Fairmont Hot
Springs) and
south and east of
Colonne 1
Colonne 2
Article
Personnes ou catégories de personnes
Lieu
géographique,
le cas échéant
21.
Garde de parc nommé en vertu de la Park Act, R.S.B.C.
1996, ch. 344, de la Colombie-Britannique
2. La partie 2 de l’annexe 2 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 99, de ce qui suit :
Column 3
Column 4
Colonne 1
General
Location
Location
Reference
(Gazetteer of
Canada
Reference
System)
Nom indiqué
dans le
Répertoire
géographique
du Canada ou
description
Fairmont Hot
Springs to
Golden
48°59′59″ N
117°37′59″ W
Article
100.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 29, s. 18
S.C. 2001, c. 26
SOR/2008-120
1512
b
1
Colonne 2
Nom local
Columbia
Les eaux du
fleuve Columbia Wetlands
et ses tributaires
se trouvant dans
la plaine
inondable du
fleuve Columbia
au nord de la
latitude
50°21′10″ N.
(à environ
1,6 km au nordouest de
Fairmont Hot
Springs) et au
L.C. 2005, ch. 29, art. 18
L.C. 2001, ch. 26
DORS/2008-120
Colonne 3
Colonne 4
Lieu
approximatif
Coordonnées
géographiques
(système de
référence du
Répertoire
géographique
du Canada)
De Fairmont Hot 48°59′59″ N.
Springs à
117°37′59″ O.
Golden
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Item
Column 2
Name Given by
the Gazetteer of
Canada or
Description
Local Name
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Column 3
Column 4
Colonne 1
General
Location
Location
Reference
(Gazetteer of
Canada
Reference
System)
Nom indiqué
dans le
Répertoire
géographique
du Canada ou
description
Article
a point at
51º28′48″ N
117º09′33″ W,
on the
northernmost tip
of a small island,
approximately
1.8 km south of
the Trans
Canada Highway
bridge at
Donald, British
Columbia, but
excluding the
waters of
Windermere
Lake and the
main channel of
the Columbia
River and its
tributaries (see
Note 3)
Colonne 2
Nom local
Colonne 3
Colonne 4
Lieu
approximatif
Coordonnées
géographiques
(système de
référence du
Répertoire
géographique
du Canada)
sud et à l’est
d’un point situé
par 51°28′48″ N.
117°09′33″ O.,
sur la pointe la
plus au nord
d’une petite île,
à environ 1,8 km
au sud du
pont de la
Transcanadienne
à Donald
(ColombieBritannique), à
l’exclusion des
eaux du lac
Windermere et
du chenal
principal du
fleuve Columbia
et de ses
tributaires (voir
note 3)
3. Note 3 to Part 2 of Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Note 3: The prohibition does not apply to a person engaged in
commercial trapping activities who holds a permit issued by the
Province of British Columbia to engage in those activities or to a
person engaged in subsistence hunting or trapping.
4. The portion of item 13 of Part 3 of Schedule 2 to the
Regulations in column 1 is replaced by the following:
3. La note 3 de la partie 2 de l’annexe 2 du même règlement
est remplacée par ce qui suit :
Note 3 : L’interdiction ne s’applique ni à la personne qui
s’adonne au trappage commercial et qui est titulaire d’un permis
délivré par la province de la Colombie-Britannique pour l’exercice de cette activité ni à la personne qui pratique la chasse ou le
trappage de subsistance.
4. Le passage de l’article 13 de la partie 3 de l’annexe 2 du
même règlement figurant dans la colonne 1 est remplacé par
ce qui suit :
Column 1
Colonne 1
Item
Name Given by the Gazetteer of Canada or Description
Article
Nom indiqué dans le Répertoire géographique du Canada
ou description
13.
Joselin Lake, Seguin Twp, Parry Sound District (see Note 1)
13.
Lac Joselin, canton de Seguin, district de Parry Sound (voir note 1)
5. Part 3 of Schedule 2 to the Regulations is amended by
adding the following after item 16:
Column 1
Item
17.
Name Given by the
Gazetteer of Canada
or Description
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, adjacent to
Centennial Beach,
between the shore and
a line drawn from a
point at coordinates
44°22′45.30″ N
79°41′20.42″ W to
44°22′45.84″ N
Column 2
Specific Location
5. La partie 3 de l’annexe 2 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 16, de ce qui suit :
Column 3
Colonne 1
Location Reference
(Gazetteer of Canada
Reference System)
Nom indiqué
dans le Répertoire
géographique du
Canada ou
description
44°23′24″ N
79°36′21″ W
Article
17.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, adjacente à la
plage Centennial, entre
la rive et une ligne
tracée à partir d’un
point situé par
44°22′45,30″ N.
79°41′20,42″ O.
jusqu’à
Colonne 2
Colonne 3
Endroit précis
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
géographique
du Canada)
44°23′24″ N.
79°36′21″ O
1513
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Item
Name Given by the
Gazetteer of Canada
or Description
Column 2
Specific Location
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Column 3
Colonne 1
Location Reference
(Gazetteer of Canada
Reference System)
Nom indiqué
dans le Répertoire
géographique du
Canada ou
description
Article
79°41′17.16″ W,
thence to
44°22′57.00″ N
79°41′17.88″ W
and thence to
44°22′56.41″ N
79°41′22.39″ W
18.
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, adjacent to
Johnson Beach,
between the shore and
a line drawn from a
point at coordinates
44°23′34.65″ N
79°39′26.35″ W to
44°23′33.36″ N,
79°39′26.64″ W,
thence to
44°23′35.16″ N
79°39′30.60″ W
and thence to
44°23′36.42″ N
79°39′30.56″ W
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, near the Tiffin
Street boat launch,
within 30 m of the
dive buoy at
44°22′40.08″ N
79°41′11.76″ W
(see Note 2)
44°23′24″ N
79°36′21″ W
18.
44°23′24″ N
79°36′21″ W
19.
20.
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, adjacent to
Minet’s Point Beach,
between the shore and
a line drawn from a
point at coordinates
44°22′35.37″ N
79°40′04.75″ W to
44°22′36.48″ N
79°40′06.96″ W,
thence to
44°22′33.96″ N
79°40′08.76″ W
and thence to
44°22′33.42″ N
79°40′07.35″ W
44°23′24″ N
79°36′21″ W
20.
21.
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, known locally
as the Gables property,
between the shore and
a line drawn from a
point at coordinates
44°22′30.2″ N
79°39′28.46″ W to
44°22′33.31″ N
79°39′29.16″ W,
thence to
44°22′33.96″ N
79°39′39.19″ W
44°23′24″ N
79°36′21″ W
21.
19.
1514
44°22′45,84″ N.
79°41′17,16″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′57,00″ N.
79°41′17,88″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′56,41″ N.
79°41′22,39″ O.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, adjacente à la
plage Johnson, entre la
rive et une ligne tracée
à partir d’un point situé
par 44°23′34,65″ N.
79°39′26,35″ O.
jusqu’à
44°23′33,36″ N.
79°39′26,64″ O.; de là,
jusqu’à
44°23′35,16″ N.
79°39′30,60″ O.; de là,
jusqu’à
44°23′36,42″ N.
79°39′30,56″ O.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, située près de
la rampe de mise à
l’eau de la rue Tiffin, à
30 m ou moins de la
bouée de plongée
située par
44°22′40,08″ N.
79°41′11,76″ O.
(voir note 2)
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, adjacente à la
plage de la pointe de
Minet, entre la rive et
une ligne tracée à partir
d’un point situé par
44°22′35,37″ N.
79°40′04,75″ O.
jusqu’à
44°22′36,48″ N.
79°40′06,96″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′33,96″ N.
79°40′08,76″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′33,42″ N.
79°40′07,35″ O.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcœ, connue dans la
région sous le nom de
propriété Gables,
située entre la rive et
une ligne tracée à partir
d’un point situé par
44°22′30,2″ N.
79°39′28,46″ O.
jusqu’à
44°22′33,31″ N.
79°39′29,16″ O.; de là,
jusqu’à
Colonne 2
Colonne 3
Endroit précis
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
géographique
du Canada)
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Item
Name Given by the
Gazetteer of Canada
or Description
Column 2
Specific Location
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Column 3
Colonne 1
Location Reference
(Gazetteer of Canada
Reference System)
Nom indiqué
dans le Répertoire
géographique du
Canada ou
description
Article
and thence to
44°22′31.04″ N
79°39′38.42″ W
22.
23.
24.
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, adjacent to
Tyndale Beach,
between the shore and
a line drawn from a
point at coordinates
44°22′26.88″ N
79°38′33.96″ W to
44°22′28.20″ N
79°38′32.28″ W,
thence to
44°22′29.64″ N
79°38′34.44″ W
and thence to
44°22′28.48″ N
79°38′36.05″ W
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, in the vicinity
of Dock Road, between
the shore and a line
drawn from a point at
coordinates
44°22′17.04″ N,
79°38′21.21″ W to
44°22′17.40″ N,
79°38′19.68″ W,
then to
44°22′18.48″ N,
79°38′20.04″ W and
then to
44°22′18.27″ N,
79°38′21.52″ W
That part of
Kempenfelt Bay, Lake
Simcoe, adjacent to
Hewitt’s Beach and
Wilkins Beach,
between the shore and
a line drawn from a
point at coordinates
44°22′11.88″ N
79°37′57.05″ W to
44°22′13.80″ N
79°37′57.36″ W,
thence to
44°22′12.36″ N
79°38′01.68″ W
and thence to
44°22′10.52″ N
79°38′01.18″ W
44°23′24″ N
79°36′21″ W
22.
44°23′24″ N
79°36′21″ W
23.
44°23′24″ N
79°36′21″ W
24.
6. The note to Part 3 of Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Note 1: The prohibition applies during the period beginning on
June 15 and ending on September 1.
Note 2: Item 19 does not apply in respect of vessels assisting
divers.
44°22′33,96″ N.
79°39′39,19″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′31,04″ N.
79°39′38,42″ O.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, adjacente à la
plage Tyndale, entre la
rive et une ligne tracée
à partir d’un point situé
par 44°22′26,88″ N.
79°38′33,96″ O.
jusqu’à
44°22′28,20″ N.
79°38′32,28″ O.; de là
jusqu’à
44°22′29,64″ N.
79°38′34,44″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′28,48″ N.
79°38′36,05″ O.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, située à
proximité de la route
Dock, entre la rive et
une ligne tracée à partir
d’un point situé par
44°22′17,04″ N.
79°38′21,21″ O.
jusqu’à
44°22′17,40″ N.
79°38′19,68″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′18,48″ N.
79°38′20,04″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′18,27″ N.
79°38′21,52″ O.
La partie de la baie de
Kempenfelt, au lac
Simcoe, adjacente
aux plages Hewitt’s et
Wilkins, entre la rive et
une ligne tracée à partir
d’un point situé par
44°22′11,88″ N.
79°37′57,05″ O.
jusqu’à
44°22′13,80″ N.
79°37′57,36″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′12,36″ N.
79°38′01,68″ O.; de là,
jusqu’à
44°22′10,52″ N.
79°38′01,18″ O.
Colonne 2
Colonne 3
Endroit précis
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
géographique
du Canada)
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
6. La note de la partie 3 de l’annexe 2 du même règlement
est remplacée par ce qui suit :
Note 1 : L’interdiction s’applique durant la période commençant
le 15 juin et se terminant le 1er septembre.
Note 2 : L’article 19 ne s’applique pas aux bâtiments qui aident
les plongeurs.
1515
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
7. The heading “Location Reference (Répertoire toponymique du Québec, Reference System)” of column 3 of Part 6 of
Schedule 2 to the English version of the Regulations is replaced by “Location Reference (Répertoire toponymique du
Québec Reference System)”.
8. Part 6 of Schedule 2 to the Regulations is amended by
adding the following after item 38:
Column 1
Item
39.
Name Given by
the Répertoire
toponymique du
Québec or
Description
Column 2
Column 3
Local Name
Location Reference
(Répertoire
toponymique du
Québec Reference
System)
Nairne Lake, between Lac Nairne
the shore and a line
drawn from a point
at coordinates
47°41.164′ N
70°20.085′ W to
47°41.133′ N
70°20.160′ W and
thence to 47°41.047′ N
70°20.108′ W
47°41′09″ N
70°20′57″ W
9. The heading “Location Reference (Répertoire toponymique du Québec, Reference System)” of column 3 of Part 5 of
Schedule 3 to the English version of the Regulations is
replaced by “Location Reference (Répertoire toponymique du
Québec Reference System)”.
10. Part 5 of Schedule 3 to the Regulations is amended by
adding the following after item 251:
Item
252.
Column 1
Column 2
Name Given by the
Répertoire toponymique du
Québec or Description
Location Reference
(Répertoire
toponymique
du Québec
Local Name Reference System)
Bleu Lake, within 20 m of the Lac Bleu
shore near the Club des familles
de demain, along a line drawn
between points at coordinates
45°53′05.20″ N
73°58′56.79″ W,
45°53′03.95″ N
73°58′57.76″ W and
45°53′03.13″ N
73°58′57.24″ W
Item
5.
1516
Column 2
Name Given by
the Gazetteer of
Canada or
Specific
Description
Location
That part of
Kempenfelt Bay,
Lake Simcoe,
adjacent to the
Colonne 1
Article
39.
45°53′08″ N
73°59′04″ W
Column 3
Location
Reference
(Gazetteer of
Canada
Reference
System)
44°23′24″ N
79°36′21″ W
Colonne 2
Colonne 3
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
toponymique
du Québec)
Nom indiqué
dans le Répertoire
toponymique du
Québec ou description Nom local
Lac Nairne, entre la
Lac Nairne
rive et une ligne tracée
à partir d’un point situé
par 47°41,164′ N.
70°20,085′ O. jusqu’à
47°41,133′ N.
70°20,160′ O.; de là,
jusqu’à 47°41,047′ N.
70°20,108′ O.
47°41′09″ N.
70°20′57″ O.
9. Le titre « Location Reference (Répertoire toponymique du
Québec, Reference System) » de la colonne 3 de la partie 5 de
l’annexe 3 de la version anglaise du même règlement est remplacé par « Location Reference (Répertoire toponymique du
Québec Reference System) ».
10. La partie 5 de l’annexe 3 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 251, de ce qui suit :
Column 3
11. Part 2 of Schedule 6 to the Regulations under the heading “Lake Simcoe and Surrounding Area” is amended by
adding the following after item 4:
Column 1
7. Le titre « Location Reference (Répertoire toponymique du
Québec, Reference System) » de la colonne 3 de la partie 6 de
l’annexe 2 de la version anglaise du même règlement est remplacé par « Location Reference (Répertoire toponymique du
Québec Reference System) ».
8. La partie 6 de l’annexe 2 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 38, de ce qui suit :
Colonne 1
Article
252.
Nom indiqué dans le
Répertoire toponymique du
Québec ou description
Lac Bleu, à 20 m ou moins de
la rive près du Club des
familles de demain, le long
d’une ligne tracée joignant les
points situés par
45°53′05,20″ N.
73°58′56,79″ O.,
45°53′03,95″ N.
73°58′57,76″ O. et
45°53′03,13″ N.
73°58′57,24″ O.
Colonne 2
Colonne 3
Nom local
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
toponymique du Québec)
Lac Bleu
45°53′08″ N.
73°59′04″ O.
11. La partie 2 de l’annexe 6 du même règlement, sous la
rubrique « Lac Simcoe et les régions avoisinantes », est modifiée par adjonction, après l’article 4, de ce qui suit :
Column 4
Colonne 1
Maximum Speed
in km/h Over the
Ground
Article
Nom indiqué
dans le
Répertoire
géographique du
Canada ou
description
Lieu précis
10
5.
La partie de la
baie de
Kempenfelt, au
lac Simcoe,
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Coordonnées
géographiques
(système de
référence du
Répertoire
géographique
du Canada)
Vitesse
maximale sur
le fond (km/h)
44°23′24″ N.
79°36′21″ O.
10
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Item
Column 2
Name Given by
the Gazetteer of
Canada or
Specific
Description
Location
Column 3
Location
Reference
(Gazetteer of
Canada
Reference
System)
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Column 4
Colonne 1
Maximum Speed
in km/h Over the
Ground
Nom indiqué
dans le
Répertoire
géographique du
Canada ou
description
Lieu précis
Article
Tiffin Street boat
launch, between
the shore and a
line drawn from a
point at
coordinates
44°22′31.08″ N
79°41′06.72″ W to
44°22′42.96″ N
79°41′15.36″ W
Item
256.
Colonne 3
Colonne 4
Coordonnées
géographiques
(système de
référence du
Répertoire
géographique
du Canada)
Vitesse
maximale sur
le fond (km/h)
adjacente à la
rampe de mise à
l’eau de la rue
Tiffin, entre la
rive et une ligne
tracée à partir
d’un point situé
par
44°22′31,08″ N.
79°41′06,72″ O.
jusqu’à
44°22′42,96″ N.
79°41′15,36″ O.
12. Part 3 of Schedule 6 to the Regulations is amended by
adding the following after item 255:
Column 1
Colonne 2
Column 2
Name Given by
the Répertoire
toponymique du
Québec or
Description
Local Name
Column 3
Column 4
Location
Reference
(Répertoire
toponymique du
Québec
Maximum Speed
Reference
in km/h Over the
System)
Ground
Saint-François- Lac Saint45°52′53″ N
Xavier Lake in
François-Xavier 74°21′32″ W
the following
areas:
(a) that portion of
the lake northeast
of a line drawn
through a point
near Montfort
Beach at
coordinates
45°53′06.3″ N
74°20′41.7″ W
and a point near
the opposite
shore at
coordinates
45°53′07.4″ N
74°20′42.6″ W;
(b) the central
portion of the
lake, bounded on
the northeast by a
line drawn
through a point
near Blueberry
Point at
coordinates
45°52′53.5″ N
74°21′14.8″ W
and a point near
the opposite
shore at
coordinates
45°52′55.9″ N
74°21′16.8″ W
and bounded on
the southwest by
a line drawn
through a point
near Newaygo at
12. La partie 3 de l’annexe 6 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 255, de ce qui suit :
10
Colonne 1
Article
256.
Colonne 2
Nom indiqué
dans le
Répertoire
toponymique du
Québec ou
Nom local
description
Colonne 3
Colonne 4
Coordonnées
géographiques
(système de
référence du
Vitesse
Répertoire
toponymique du maximale sur le
Québec)
fond (km/h)
Lac Saint45°52′53″ N.
Lac SaintFrançois-Xavier François-Xavier 74°21′32″ O.
dans les secteurs
suivants :
a) la partie du lac
au nord-est d’une
ligne passant par
un point près de
la plage Montfort
situé par
45°53′06,3″ N.
74°20′41,7″ O. et
un point situé
près de la rive
opposée par
45°53′07,4″ N.
74°20′42,6″ O.;
b) la partie
centrale du lac,
délimitée au
nord-est par une
ligne passant par
un point près de
la pointe
Blueberry situé
par
45°52′53,5″ N.
74°21′14,8″ O. et
un point situé
près de la rive
opposée par
45°52′55,9″ N.
74°21′16,8″ O. et
au sud-ouest par
une ligne passant
par un point près
de Newaygo situé
par
45°52′51,3″ N.
74°21′40,8″ O. et
un point près de
10
1517
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Item
257.
258.
Column 2
Name Given by
the Répertoire
toponymique du
Québec or
Description
Local Name
coordinates
45°52′51.3″ N
74°21′40.8″ W,
and a point near
the opposite
shore at
coordinates
45°52′53.5″ N
74°21′43.4″ W;
(c) that portion of
the lake
southwest of a
line drawn
through a point at
coordinates
45°52′24.1″ N
74°22′27.6″ W
and a point near
the opposite
shore at
coordinates
45°52′28.2″ N
74°22′33.0″ W;
and
(d) within 30 m
of the shore
Those portions of Lac SaintSaint-François- François-Xavier
Xavier Lake not
included in
item 256 during
the following
periods:
(a) between
midnight and
1:30 p.m.;
(b) between
5:00 p.m. and
6:30 p.m.; and
(c) between
7:30 p.m. and
midnight
Bleu Lake,
Lac Bleu
within 20 m of
the shore except
where powerdriven vessels are
prohibited in
accordance with
item 252 of
Part 5 of
Schedule 3 (see
Note 4)
Column 3
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Location
Reference
(Répertoire
toponymique du
Québec
Maximum Speed
Reference
in km/h Over the
Ground
System)
Article
Colonne 2
Nom indiqué
dans le
Répertoire
toponymique du
Québec ou
description
Nom local
Colonne 3
Colonne 4
Coordonnées
géographiques
(système de
référence du
Répertoire
Vitesse
toponymique du maximale sur le
Québec)
fond (km/h)
la rive opposée
situé par
45°52′53,5″ N.
74°21′43,4″ O.;
c) la partie du lac
au sud-ouest
d’une ligne
passant par un
point situé par
45°52′24,1″ N.
74°22′27,6″ O. et
par un point près
de la rive
opposée situé par
45°52′28,2″ N.
74°22′33,0″ O.;
d) à 30 m ou
moins de la rive
45°52′53″ N
74°21′32″ W
40
257.
45°52′53″ N.
Les parties du lac Lac SaintSaint-François- François-Xavier 74°21′32″ O.
Xavier, autres
que celles
énumérées à
l’article 256,
durant les
périodes
suivantes :
a) entre 0 h et
13 h 30;
b) entre 17 h et
18 h 30;
c) entre 19 h 30
et 0 h
40
45°53′08″ N
73°59′04″ W
5
258.
Lac Bleu, à 20 m Lac Bleu
ou moins de la
rive, sauf à
l’endroit où les
bâtiments à
propulsion
mécanique sont
interdits par
l’article 252 de la
partie 5 de
l’annexe 3 (voir
note 4)
5
13. Part 3 of Schedule 6 to the Regulations is amended by
adding the following after Note 3:
Note 4: This restriction does not apply to a vessel moving perpendicularly away from the shore while it is being used to tow a
person on water-skis, on a surfboard, or on any other similar
equipment.
14. Part 2 of Schedule 7 to the Regulations is amended by
adding the following after item 9:
1518
Colonne 1
Column 4
45°53′08″ N.
73°59′04″ O.
13. La partie 3 de l’annexe 6 du même règlement est modifiée par adjonction, après la note 3, de ce qui suit :
Note 4 : La restriction ne s’applique pas à un bâtiment qui tire une
personne sur skis nautiques, aquaplane ou autre équipement semblable et qui s’éloigne perpendiculairement de la rive.
14. La partie 2 de l’annexe 7 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 9, de ce qui suit :
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Item
10.
Column 2
Name Given by the
Gazetteer of Canada
or Description
General Location
The waters of the
Columbia River main
Columbia River and its channel
tributaries lying within
the flood plain of the
Columbia River north
of 50º21′10″ N
(approximately 1.6 km
northwest of Fairmont
Hot Springs) and south
and east of a point at
51º28′48″ N
117º09′33″ W, on the
northernmost tip of a
small island,
approximately 1.8 km
south of the Trans
Canada Highway
bridge at Donald,
British Columbia, but
excluding the waters of
Windermere Lake
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Column 3
Colonne 1
Location Reference
(Gazetteer of Canada
Reference System)
Nom indiqué dans le
Répertoire
géographique du
Canada ou
description
48°59′59″ N
117°37′59″ W
15. Part 5 of Schedule 7 to the Regulations is amended by
adding the following after item 65:
Column 1
Item
66.
Name Given by the
Répertoire
toponymique du
Québec or
Description
Article
10.
Colonne 3
Lieu approximatif
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
géographique du
Canada)
Les eaux du fleuve
Chenal principal du
Columbia et ses
fleuve Columbia
tributaires se trouvant
dans la plaine
inondable du fleuve
Columbia au nord de la
latitude 50º21′10″ N. (à
environ 1,6 km au
nord-ouest de Fairmont
Hot Springs) et au sud
et à l’est d’un point
situé par 51º28′48″ N.
117º09′33″ O., sur la
pointe la plus au nord
d’une petite île, à
environ 1,8 km au sud
du pont de la
Transcanadienne à
Donald (ColombieBritannique), à
l’exclusion des eaux du
lac Windermere
48°59′59″ N.
117°37′59″ O.
15. La partie 5 de l’annexe 7 du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 65, de ce qui suit :
Column 2
Column 3
Colonne 1
Permitted Hours
Location Reference
(Répertoire
toponymique du
Québec Reference
System)
Nom indiqué dans le
Répertoire
toponymique du
Québec ou
description
Those portions of
From 1:30 p.m. to
45°52′53″ N
Saint-François-Xavier 5:00 p.m. and from
74°21′32″ W
Lake not included in
6:30 p.m. to 7:30 p.m.
item 256 of Part 3 of
Schedule 6
Colonne 2
Article
66.
Colonne 2
Colonne 3
Heures autorisées
Coordonnées
géographiques
(système de référence
du Répertoire
toponymique du
Québec)
Les parties du lac
De 13 h 30 à 17 h et de 45°52′53″ N.
Saint-François-Xavier 18 h 30 à 19 h 30
74°21′32″ O.
autres que celles
énumérées à
l’article 256 de la
partie 3 de l’annexe 6
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
16. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
16. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issue: Each year, conflicts between waterway users create
risks to the safety of Canadians. Since the regulation of navigation and shipping is a federal responsibility, local authorities
must apply to Transport Canada (TC) for restrictions on navigation to be made under the Vessel Operation Restriction
Résumé
Question : Chaque année, les conflits opposant les usagers
des voies navigables créent des risques pour la sécurité des
Canadiens. Puisque la réglementation de la navigation de plaisance et de la navigation commerciale est de compétence fédérale, les autorités locales doivent présenter une demande à
1519
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Regulations (the Regulations), in order to enhance the safety
of local waterways or to protect the environment or the public
interest.
Description: The Regulations Amending the Vessel Operation
Restriction Regulations include restrictions on the speed of
vessels or prohibitions on the operation of power-driven vessels in a number of waterways in Quebec and Ontario for
safety reasons. Speed limits proposed for Des Becs-Scie Lake
in Quebec have been withdrawn from this package of regulatory proposals in order for the applicant to resolve issues relating to the impact of the proposed speed limits on the
neighbouring municipality.
The amendments to the Regulations contain a year-round prohibition on recreational towing activities for the main channel
of the upper Columbia River, in British Columbia, and a yearround prohibition on the operation of power-driven vessels in
the Columbia River Wetlands, in order to protect these unique
wetlands of international importance. The prohibition on the
operation of power-driven vessels provides exceptions for
provincially licensed or subsistence hunting and trapping activities. A seasonal prohibition on the operation of powerdriven vessels on the main channel of the river has been withdrawn from this package of regulatory proposals in order to
ensure full assessment of stakeholder issues raised very late in
the regulatory process.
Cost-benefit statement: The restrictions and prohibitions in
Ontario and Quebec will have virtually no costs to consumers
or business, but will enhance safety and reduce the risk of injury, death, or property damage for waterway users.
The restrictions and prohibitions on the Columbia River and
its wetlands (the Columbia Wetlands complex) will have a
negligible impact on users or commercial interests, but will
provide significant levels of protection to migratory birds and
other species that depend on the wetlands environment for
their life processes and will protect the natural levees on
which the wetlands depend for their continued integrity.
The restriction will clearly demonstrate Canada’s commitment
to the protection of sensitive wetlands under the Ramsar Convention on Wetlands (Ramsar Convention) to which Canada is
a signatory.
Business and consumer impacts: There are no significant
impacts to businesses or consumers. The restrictions to navigation in the Columbia Wetlands complex have been crafted
so as to avoid impacts on existing small business interests, or
subsistence-type activities.
Domestic and international coordination and cooperation:
The amendments to the Regulations are the result of extensive
cooperation between TC and local governments (including
1520
Transports Canada (TC) pour ce qui touche aux restrictions en
matière de navigation à mettre en œuvre en vertu du Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments (le
Règlement), pour améliorer la sécurité des voies navigables
locales ou pour protéger l’environnement ou l’intérêt public.
Description : Le Règlement modifiant le Règlement sur les
restrictions visant l’utilisation des bâtiments inclut des restrictions à l’égard de la vitesse des bâtiments ou des interdictions
visant l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique sur un
certain nombre de voies navigables du Québec et de l’Ontario,
pour des raisons de sécurité. Les limites de vitesse proposées
pour le lac des Becs-Scie au Québec ont été retirées de la proposition réglementaire afin de permettre au requérant de résoudre les questions relatives à leur incidence sur la municipalité voisine.
Les modifications au Règlement contiennent une interdiction à
l’année en ce qui a trait aux activités de remorquage de plaisance sur le chenal principal de la partie supérieure du fleuve
Columbia en Colombie-Britannique, et une interdiction à
l’année en ce qui a trait à l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans les marécages du fleuve Columbia, afin
de protéger ces marécages uniques et d’importance internationale. L’interdiction visant l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique comporte des exceptions pour les activités de
chasse et de trappage de subsistance ou autorisées en vertu
d’un permis provincial. Une interdiction saisonnière sur
l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique sur le chenal
principal du fleuve a été retirée de cet ensemble de propositions réglementaires afin d’assurer une évaluation complète
des questions soulevées par les intervenants très tard dans le
processus de réglementation.
Énoncé des coûts et avantages : Les restrictions et les interdictions en Ontario et au Québec n’entraîneront pratiquement
aucun coût pour les consommateurs et les entreprises, mais auront pour effet d’améliorer la sécurité et d’atténuer les risques
de blessure, de décès ou de dommages des biens pour les usagers des voies navigables.
Les restrictions et les interdictions sur le fleuve Columbia et
dans ses marécages (le complexe humide du fleuve Columbia)
n’auront qu’un effet négligeable sur les usagers et les intérêts
commerciaux, mais offriront un niveau de protection élevé
aux oiseaux migrateurs ainsi qu’aux autres espèces dont les
processus vitaux dépendent du milieu marécageux, et protégeront les digues naturelles nécessaires aux fins de l’intégrité
continue des marécages.
Les restrictions illustreront clairement l’engagement du Canada à l’égard de la protection des marécages vulnérables en vertu de la Convention de Ramsar relative aux zones humides
(Convention de Ramsar), dont le Canada est signataire.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : Il n’y
aura aucune incidence importante sur les entreprises ou les
consommateurs. Les restrictions à la navigation visant le complexe humide du fleuve Columbia ont été rédigées de façon à
éviter les effets sur les intérêts des petites entreprises existantes ou sur les activités de subsistance.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Les modifications au Règlement résultent d’une
collaboration étroite entre TC et les gouvernements locaux
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
provincial and municipal governments) in order to address local safety and environmental issues in the context of federal
regulations.
The Columbia Wetlands complex is one of only three wetlands in British Columbia to be recognized as internationally
significant wetlands under the Ramsar Convention. The Federal Wetlands Policy, which is in part a response to Canada’s
signing of the Ramsar Convention, clearly commits federal
departments to a precautionary approach when considering actions that could impact upon Canada’s remaining wetlands.
Performance measurement and evaluation plan: With respect to the Columbia Wetlands complex, a specific long-term
performance evaluation plan is being established by the Columbia Wetlands Stewardship Partnership (a multi-agency
body) to evaluate the efficacy of the vessel operation restrictions and collect data on the levels of vessel impacts on the
environment.
(incluant les gouvernements provinciaux et les administrations
municipales), aux fins du règlement des questions locales de
sécurité et environnementales dans le contexte des règlements
fédéraux.
Le complexe humide du fleuve Columbia est l’un des trois
seuls marécages de la Colombie-Britannique reconnus comme
étant d’importance internationale en vertu de la Convention de
Ramsar. Aux termes de la Politique fédérale sur la conservation des terres humides, qui constitue en partie une réponse à
la signature de la Convention de Ramsar par le Canada, les
ministères fédéraux s’engagent clairement à adopter une approche de précaution au moment d’envisager des mesures susceptibles d’avoir une incidence sur les autres marécages du
Canada.
Mesures de rendement et plan d’évaluation : En ce qui a
trait au complexe humide du fleuve Columbia, le Columbia
Wetlands Stewardship Partnership (organisme multipartite)
met actuellement en place un plan précis d’évaluation du rendement à long terme, afin d’évaluer l’efficacité des restrictions
visant l’utilisation des bâtiments, et de recueillir des données
sur la portée des effets qu’ont les navires sur l’environnement.
Issue
Question
Amendments proposed for Ontario and Quebec
Modifications proposées pour l’Ontario et le Québec
Increased water activities due to population growth and the
technical evolution of vessels have resulted in increased conflicts
between waterway users and, as a consequence, an increased
safety risk to users. Each year TC receives a number of applications from local authorities to impose restrictions on navigation in
order to protect public safety, the public interest and the near
shore environment, and to ensure the safe and efficient navigation
of vessels. In 2007, a number of local authorities in Ontario and
Quebec made applications to TC for such restrictions in local
waters.
L’augmentation des activités nautiques attribuable à la croissance de la population et à l’évolution technique des bâtiments a
entraîné une augmentation des conflits entre les usagers des voies
navigables et, par conséquent, une augmentation du risque pour la
sécurité des usagers. Chaque année, TC reçoit de la part des autorités locales un certain nombre de demandes en vue de l’imposition de restrictions en matière de navigation pour protéger la
sécurité du public, l’intérêt public et l’environnement près de la
rive, ainsi que pour assurer la navigation sûre et efficace des bâtiments. En 2007, un certain nombre d’autorités locales de l’Ontario et du Québec ont demandé à TC de mettre de telles restrictions en œuvre dans les eaux locales.
The Columbia Wetlands complex
Le complexe humide du fleuve Columbia
In addition to the proposed amendments respecting waterways
in Ontario and Quebec, in 2006, the British Columbia Ministry of
Environment, and Wildsight, an environmental organization, finalized their application for restrictions to navigation in the Columbia Wetlands complex between Fairmont Hot Springs and
Donald Station in southeastern British Columbia, in order to protect the environment.
Les modifications proposées concernant les voies navigables de
l’Ontario et du Québec ne sont pas les seules initiatives prévues
dans ce dossier. En effet, en 2006, afin de protéger l’environnement, le ministère de l’Environnement de la ColombieBritannique et l’organisme environnemental Wildsight ont mis au
point leur demande de restrictions visant les activités de navigation à l’intérieur du complexe humide du fleuve Columbia, entre
Fairmont Hot Springs et Donald Station, dans le sud-est de la
Colombie-Britannique.
En 2006, TC a demandé l’aide d’Environnement Canada pour
évaluer les demandes des requérants concernant la nécessité
d’une intervention réglementaire, ainsi que la mise en application
du principe de précaution.
En juillet 2007, Environnement Canada a présenté son rapport
intitulé The Conservation Rationale for Regulating the Use of
Navigable Waters in British Columbia’s Columbia Wetlands. Ce
rapport met en lumière des arguments très convaincants pour faire
valoir que le complexe humide du fleuve Columbia nécessite une
intervention réglementaire aux fins de la protection des valeurs
sensibles de l’environnement, et que les conséquences auxquelles
In 2006, TC requested the assistance of Environment Canada to
evaluate the applicants’ claims with respect to the need for regulatory intervention and for the application of the precautionary
principle.
In July 2007, Environment Canada provided its report The
Conservation Rationale for Regulating the Use of Navigable Waters in British Columbia’s Columbia Wetlands. The report makes a
very strong case that the Columbia Wetlands complex requires
regulatory intervention to protect sensitive environmental values
and that the consequences of failing to provide protection justify a
precautionary approach to ecosystem protection.
1521
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
The report concludes that “Although non-motorized watercraft
may also have impacts on wildlife, the impacts of motorized vessels are demonstrably greater. Motor-boating traffic has been well
demonstrated to have negative effects on birds and other wildlife
via disturbance, direct impacts (e.g. nest flooding, brood separation and collisions) and pollution. In addition, recreational motorboating also poses ecosystem risks, primarily by increasing the
likelihood of the introduction of invasive exotic plant or animal
species and by increasing the risk of levee failure.”
The report further states that failure to invoke the precautionary
principle may result in the area becoming a boating destination:
“If this occurs the introduction of an aggressive invasive species
is almost certain. The consequences of such an introduction could
be profound, and could result in significant ecological and likely
economic, costs.”
on s’expose si une telle protection n’est pas mise en œuvre justifient une approche de précaution à l’égard de la protection de
l’écosystème.
Le rapport tire la conclusion suivante : « Bien que les embarcations non motorisées puissent avoir des incidences sur la faune,
les effets des bâtiments motorisés sont manifestement plus substantiels. La circulation des embarcations motorisées est reconnue
comme ayant des effets négatifs sur les oiseaux et d’autres animaux sauvages, par suite des perturbations qu’elle entraîne, de ses
répercussions directes (par exemple, inondation des nids, séparation des couvées et collisions) et de la pollution. De plus, l’utilisation récréative des bâtiments à moteur représente une menace
pour l’écosystème, d’abord et avant tout parce qu’il accroît le
risque d’introduction d’espèces végétales ou animales exotiques
envahissantes, ainsi que le risque d’effondrement des digues. »
Le rapport soutient en outre que si le principe de précaution
n’est pas invoqué, le secteur pourrait devenir une destination de
choix pour les amateurs de navigation de plaisance : « Si cela se
produit, l’introduction d’une espèce envahissante agressive ne fait
presque aucun doute. Les conséquences d’une telle introduction
pourraient se révéler profondes, et entraîner des coûts substantiels
au chapitre de l’environnement et, probablement, de
l’économie. »
Objectives
Objectifs
The purpose of the regulatory intervention is twofold:
• To enhance the safety of navigation, both commercial and
recreational, by restricting or prohibiting the type of vessel,
speed of vessels or prohibiting water-skiing activities in certain waters in, thus resolving the conflicts between waterway
users that give rise to safety risks. This is expected to have a
medium impact on public safety.
• To minimize threats to the ecosystem of the Columbia Wetlands complex in southeastern British Columbia, caused by
the operation of power-driven vessels. The scientific literature
is clear that the operation of motor vessels in wetlands can
have profoundly negative effects on individual organisms,
vulnerable species, and ecological integrity. The amendments
related to the Columbia Wetlands complex will have a medium positive impact on the environment.
Le but de l’intervention réglementaire comporte deux volets :
• Améliorer la sécurité de la navigation commerciale et récréative par suite de l’établissement de restrictions ou d’interdictions visant le type et la vitesse des bâtiments ou d’interdictions à l’égard des activités de ski nautique sur certains
plans d’eau de l’Ontario et du Québec, et régler ainsi les conflits entre usagers des eaux navigables qui entraînent des risques pour la sécurité. On s’attend à ce que de telles mesures
aient un effet moyen sur la sécurité publique.
• Atténuer les menaces qui pèsent sur l’écosystème du complexe humide du fleuve Columbia du sud-est de la ColombieBritannique et qui résultent de l’exploitation des bâtiments à
propulsion mécanique. Selon les ouvrages scientifiques, il ne
fait aucun doute que l’utilisation de bâtiments motorisés dans
les marécages peut avoir des effets extrêmement néfastes sur
des organismes particuliers, sur les espèces vulnérables et sur
l’intégrité écologique. Les modifications rattachées au complexe humide du fleuve Columbia auront des répercussions
positives moyennes sur l’environnement.
Description
Description
Amendments proposed for Ontario and Quebec
Modifications proposées pour l’Ontario et le Québec
The amendments to the schedules to the Regulations contain
new restrictions and prohibitions as a result of requests made by a
number of local authorities to address safety concerns in local
waters. The measures include prohibitions, in the province of
Quebec, on the operation of power-driven vessels in certain portions of Nairne Lake in the municipality of Saint-Aimé-des-Lacs
and on the operation of power-driven vessels (not including electrically propelled vessels) in portions of Bleu Lake in the municipality of Saint-Hippolyte; and speed limits and restrictions on
water-skiing in portions of Saint-François-Xavier Lake in the
municipality of Wentworth-Nord.
Les modifications aux annexes du Règlement renferment de
nouvelles restrictions et interdictions qui reflètent des demandes
faites par des autorités locales pour régler les problèmes de sécurité observés sur les eaux locales. Parmi les mesures, mentionnons
des interdictions à mettre en pratique dans la province de Québec,
visant entre autres l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans certaines parties du lac Nairne, dans la municipalité de
Saint-Aimé-des-Lacs, l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique (à l’exclusion des bâtiments à propulsion électrique) dans
certaines parties du lac Bleu, dans la municipalité de SaintHippolyte et des limites de vitesse et des restrictions à l’égard du
ski nautique dans certaines parties du lac Saint-François-Xavier,
dans la municipalité de Wentworth-Nord.
1522
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
In the province of Ontario in Kempenfelt Bay, Lake Simcoe, a
speed limit is established near the Tiffin Street boat launch, and
prohibitions on the operation of power-driven vessels and electrically propelled vessels are established in the vicinity of certain
swimming beaches and near a wreck that is a popular recreational
diving attraction.
The new restrictions and prohibitions will enhance safety by
resolving the conflicts between waterway users, thus reducing the
risk of harmful interactions between vessels or between vessels
and other waterway users. When waterways reach a certain level
of congestion, incidents that create a risk of injury, death, or
property damage are inevitable. Consequently, local authorities
have recommended these vessel operation restrictions where it
was not possible to resolve conflicts between vessels or user
groups in any other manner.
Pour ce qui touche au lac Simcoe, dans la baie de Kempenfelt,
dans la province d’Ontario, une limite de vitesse a été fixée près
de la rampe de mise à l’eau de la rue Tiffin. On a aussi établi des
interdictions à l’égard de l’utilisation de bâtiments à propulsion
mécanique et de bâtiments à propulsion électrique dans les environs de certaines plages de baignade et près d’une épave qui constitue une attraction populaire auprès des amateurs de plongée
sous-marine.
Les nouvelles restrictions et interdictions établies favoriseront
l’amélioration de la sécurité en permettant de régler les conflits
entre les usagers des voies navigables. Ainsi, le risque d’interactions dangereuses entre des bâtiments ou entre des bâtiments et
d’autres usagers des voies navigables sera réduit. Lorsque la
congestion des voies navigables atteint un certain niveau, les incidents présentant un risque de blessure, de décès ou de dommages à la propriété sont inévitables. Par conséquent, les autorités
locales ont recommandé ces restrictions visant l’utilisation des
bâtiments dans les cas où il n’est pas possible de régler autrement
les conflits entre les bâtiments ou les groupes d’usagers.
The Columbia Wetlands complex
Le complexe humide du fleuve Columbia
The 2 044-kilometre-long Columbia River is the largest river in
volume flowing into the Pacific Ocean in the western hemisphere
and the second largest river by volume in North America (after
the Mississippi River). It is the largest hydroelectric producing
river in North America and has a watershed area of 415 211 km2,
approximately 25% of which is within Canada.
Le fleuve Columbia, d’une longueur de 2 044 km, est le fleuve
le plus important en volume de l’hémisphère occidental s’écoulant dans l’océan Pacifique, ainsi que le deuxième plus grand
fleuve en volume de l’Amérique du Nord (après le fleuve Mississippi). Il constitue aussi le plus important cours d’eau producteur
d’hydroélectricité de l’Amérique du Nord et compte un bassin
hydrographique de 415 211 km2, dont environ 25 % est situé au
Canada.
Les 180 km de la partie supérieure du fleuve Columbia, de
l’extrémité sud du réservoir Kinbasket jusqu’aux eaux en amont
du lac Columbia, constituent le seul segment du fleuve qui n’a
pas encore été touché par d’importantes structures hydroélectriques et de contrôle des crues et leurs réservoirs. Interrompue que
par le lac Windermere, cette partie du réseau fluvial est une zone
humide continue qui englobe le plus important complexe humide
contigu de l’intérieur sud de la Colombie-Britannique et l’un des
plus importants de l’ouest de l’Amérique du Nord.
Le complexe humide du fleuve Columbia se distingue avant
tout comme lieu d’escale et d’habitat de nidification et de grossissement pour les oiseaux migrateurs, mais est aussi très important
pour la population mammifère de la région et d’autres espèces, en
plus de constituer un habitat crucial pour plusieurs espèces fédérales en péril, notamment la tortue peinte, ainsi que pour la grenouille léopard et l’esturgeon blanc, qui apparemment sont disparues de la partie supérieure du fleuve Columbia.
Au début des années 1990, le gouvernement de la ColombieBritannique a entrepris une série de consultations publiques dans
l’ensemble de la province concernant les ressources et l’environnement. Le rapport final du comité sur les ressources et l’environnement, c’est-à-dire le rapport CORE, renfermait des recommandations portant sur l’établissement de l’aire de gestion de la faune
des zones humides du fleuve Columbia.
L’aire de gestion de la faune des zones humides du fleuve
Columbia englobe toutes les terres de compétence provinciale des
plaines inondables du fleuve Columbia et s’étend sur plus de
17 924 hectares (environ 60 % de l’ensemble du complexe humide du fleuve Columbia).
The upper 180 km of the Columbia River, from the southern
end of the Kinbasket Reservoir to the headwaters at Columbia
Lake, is the only remaining portion of the river that has not been
impacted by major hydroelectric and flood control structures and
their reservoirs. This segment of the river system is a continuous
wetland, interrupted only by Windermere Lake, and comprises
the largest contiguous wetland complex in the southern interior of
British Columbia and one of the largest in western North
America.
The Columbia Wetlands complex is most significant as a stopover, nesting and rearing habitat for migratory birds, but is also of
great importance to regional mammal populations and other species, and is also an important habitat for several federal species at
risk including the Painted Turtle, and the Northern Leopard Frog
and the White Sturgeon, which have apparently been extirpated
from the upper Columbia River.
In the early 1990s, the British Columbia Government initiated
a series of public consultations throughout the province regarding
resources and the environment. The final report, the CORE report, from the Committee on Resources and the Environment,
made recommendations regarding the establishment of the
Columbia Wetlands Wildlife Management Area.
The Columbia Wetlands Wildlife Management Area encompasses all lands under provincial jurisdiction in the Columbia
River floodplain and covers more than 17 924 hectares (about
60% of the total Columbia Wetlands complex).
1523
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
In order to protect the environment and wildlife in the Columbia Wetlands Wildlife Management Area, the British Columbia
Ministry of Environment, Lands and Parks made an order under
the British Columbia Wildlife Act restricting all motorized conveyances in the area to a maximum of 7.5 kilowatts. This restriction was made in response to concerns about the potential negative impact snowmobiles and power-driven vessels would have
on wildlife and the environment. The provincial order applied
equally to motorized conveyances (snowmobiles or all-terrain
vehicles) on land and to vessels on the water.
The order was subsequently challenged in court and the
Appeals Court of British Columbia struck down the provincial
order as it applied to vessels operating in navigable waters, but
not as it relates to motorized conveyances on land (R. v. Kupchanko). As a result, two environmental organizations, the East
Kootenay Environmental Society (subsequently known as Wildsight) and the Friends of the Columbia Wetlands made joint application for a restriction on the operation of vessels in the Columbia Wetlands complex. Since that time, local stakeholders,
domestic and international environmental organizations, and local
and provincial levels of governments have been consistent in
urging the federal government to enact regulations to protect environmental values in the Columbia Wetlands complex.
The amendments to the Regulations contain two provisions
with respect to the Columbia Wetlands complex, which apply to
the area from Fairmont Hot Springs in the south to Donald Station
in the north, but not to Lake Windermere, a popular recreational
destination that is bounded to the north and south by the wetlands.
These provisions are the following:
1. A prohibition on the operation of power-driven vessels and
vessels driven by electrical propulsion in the wetlands of the
Columbia River.
2. A prohibition on towing persons on water skis, surfboards, or
other similar equipment in the main channel of the Columbia
River, at any time.
An exception has been made for trappers holding a provincial
licence who require access to the wetlands year round and to the
main channel during the seasonal closure. These persons operate
small boats with small motors and their industry association is
intensively aware of wildlife issues in the area. An exception has
also been made for persons engaged in subsistence hunting and
trapping.
Afin de protéger l’environnement et la faune dans l’aire de gestion de la faune des zones humides du fleuve Columbia, le Ministry of Environment, Lands and Parks de la Colombie-Britannique
a rendu, en vertu de la Wildlife Act de la Colombie-Britannique,
une ordonnance limitant à 7,5 kilowatts la puissance de tous les
véhicules motorisés présents dans ce secteur. L’établissement de
cette restriction faisait suite aux préoccupations formulées relativement aux effets négatifs que les motoneiges et les bâtiments à
propulsion mécanique risquaient d’avoir sur la faune et
l’environnement. L’ordonnance provinciale visait aussi bien les
véhicules motorisés terrestres (motoneiges ou véhicules toutterrain) que les bâtiments sur l’eau.
L’ordonnance provinciale fut subséquemment contestée en
cour, et le tribunal d’appel de la Colombie-Britannique l’invalida
en ce qui a trait aux bâtiments utilisés dans les eaux navigables,
mais non pour ce qui est des véhicules motorisés terrestres (R. c.
Kupchanko). Par conséquent, deux organismes environnementaux, c’est-à-dire l’East Kootenay Environmental Society (subséquemment connue sous le nom de Wildsight) et les Friends of the
Columbia Wetlands ont présenté une demande conjointe de restriction à l’égard de l’utilisation de bâtiments dans le complexe
humide du fleuve Columbia. Depuis, des intervenants locaux, des
organismes environnementaux nationaux et internationaux, ainsi
que les paliers de gouvernement locaux et provinciaux n’ont cessé
de demander avec instance au gouvernement fédéral d’adopter un
règlement pour protéger les valeurs environnementales du complexe humide du fleuve Columbia.
Les modifications au Règlement renferment deux dispositions
concernant le complexe humide du fleuve Columbia et visant le
secteur allant de Fairmont Hot Springs jusqu’au sud de Donald
Station dans le nord, mais non jusqu’au lac Windermere, qui
constitue une destination récréative populaire délimitée au nord et
au sud par les terres humides. Ces dispositions sont les suivantes :
1. Interdiction à l’égard de l’utilisation de bâtiments à propulsion
mécanique et à propulsion électrique dans les marécages du
fleuve Columbia.
2. Interdiction visant les activités de remorquage, à savoir l’utilisation de skis nautiques, d’aquaplanes ou d’autres équipements semblables sur le chenal principal du fleuve Columbia,
à n’importe quel moment.
Une exception a été prévue pour les trappeurs qui détiennent un
permis provincial et qui doivent avoir accès aux marécages pendant toute l’année, ainsi qu’au chenal principal pendant la période
de fermeture saisonnière. Ces personnes utilisent de petites embarcations dotées de petits moteurs et leur association industrielle
est tout à fait consciente des enjeux relatifs à la faune de ce secteur. Une exception a aussi été faite pour les personnes qui pratiquent la chasse et le trappage de subsistance.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Matters of navigation and shipping lie exclusively within federal jurisdiction. The Regulations are the only regulatory mechanism available to local authorities to resolve conflicts between
user groups that are not resolvable through voluntary strategies,
such as the voluntary separation of user groups engaged in incompatible activities.
La navigation de plaisance et la navigation commerciale sont
exclusivement de compétence fédérale. Le Règlement est le seul
mécanisme de réglementation dont disposent les autorités locales
pour régler les conflits entre groupes d’usagers qui ne pourraient
être réglés par le biais de stratégies volontaires, telles que la séparation volontaire de groupes d’usagers pratiquant des activités
incompatibles.
Lorsqu’elles font une demande de restriction, les autorités locales sont guidées par la publication intitulée Guide des administrations locales sur les restrictions à la conduite des bateaux. Cette
publication fixe la norme qui doit être respectée par les autorités
When applying for a restriction, local authorities are guided by
the publication Local Authorities’ Guide to Boating Restrictions.
This publication sets the standard to be met by local authorities in
order to meet the requirements of the Cabinet Directive on
1524
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Streamlining Regulation. TC’s Office of Boating Safety provides
guidance and expertise in meeting the Cabinet Directive and other
federal government policies.
In order to demonstrate that a restriction on navigation is justified, local authorities applying to TC for a vessel operation restriction must demonstrate that they have attempted alternative
strategies and that these strategies have not been effective. In
most cases, education and voluntary compliance with local safety
strategies are the best alternatives to regulating the operation of
vessels. These strategies are not always effective in reducing risk
to acceptable levels, but the success rate is very high; only about
5% of the safety issues brought to the Office of Boating Safety
cannot be resolved through alternate means.
The new restrictions and prohibitions in Ontario and Quebec
are regulatory responses to those remaining conflicts for which
non-regulatory alternatives have been attempted and shown to be
ineffective. At Bleu Lake and Nairne Lake, voluntary strategies
designed to separate power-driven vessels from swimmers and
human powered vessels were not adequate to resolve conflicts
and therefore the Local Authorities have applied for regulatory
solutions. In Kempenfelt Bay in Lake Simcoe, Ontario, a shipwreck that is a popular recreational diving attraction lies very
close to the path frequented by power-driven vessels on their way
to and from the Tiffin Street boat launch, resulting in a safety
concern for divers. A buoy located over the wreck failed to keep
power driven vessels away. Consequently, the imposition of an
enforceable regulation is seen as the only reasonable method of
ensuring diver safety.
In addition to attempting non-regulatory alternatives, local authorities are required to examine other regulatory options to demonstrate that a proposed restriction is the best regulatory option.
locales afin de satisfaire aux exigences de la Directive du Cabinet
sur la rationalisation de la réglementation. Le Bureau de la sécurité nautique de TC offre des conseils et des services spécialisés
pour aider les gens à respecter la Directive du Cabinet et les autres politiques du gouvernement fédéral.
Afin d’illustrer le bien-fondé d’une restriction en matière de
navigation, les autorités locales qui présentent à TC une demande
de restriction doivent démontrer qu’elles ont eu recours à des
stratégies de rechange et que ces dernières n’ont pas été efficaces.
Dans la plupart des cas, l’éducation et la conformité volontaire
aux stratégies de sécurité locales constituent le meilleur substitut
à la réglementation de l’utilisation des bâtiments. Ces stratégies
ne permettent pas toujours de ramener les risques à un niveau
acceptable, mais le taux de succès est très élevé; seulement environ 5 % des problèmes de sécurité portés à l’attention du Bureau
de la sécurité nautique ne peuvent être réglés au moyen de mécanismes de rechange.
Les nouvelles restrictions et interdictions établies pour l’Ontario et le Québec sont une solution réglementaire aux conflits qui
perdurent après que l’on ait eu recours à des solutions de rechange non réglementaires et que celles-ci se soient révélées inefficaces. Au lac Bleu et au lac Nairne, des stratégies volontaires visant
à séparer les bâtiments à propulsion mécanique des nageurs et des
embarcations à propulsion humaine n’ont pas suffi à régler les
conflits; par conséquent, les autorités locales ont demandé l’application de solutions réglementaires. Dans la baie de Kempenfelt
sur le lac Simcoe, en Ontario, une épave, qui est un attrait populaire pour les plongeurs récréatifs, est située à proximité du trajet
emprunté par les bâtiments à propulsion mécanique pour se rendre à la rampe de mise à l’eau de la rue Tiffin, ce qui constitue
une menace à la sécurité des plongeurs. La bouée placée pour
indiquer l’emplacement de l’épave n’a pas suffi à tenir éloignés
les bâtiments à propulsion mécanique. Par conséquent, la mise en
place d’un règlement exécutoire est considérée comme étant la
seule méthode raisonnable pour assurer la sécurité des plongeurs.
En plus d’avoir recours à des solutions de rechange non réglementaires, les autorités locales doivent examiner d’autres options
réglementaires afin de démontrer qu’une restriction proposée
constitue la meilleure option réglementaire.
The Columbia Wetlands complex
Le complexe humide du fleuve Columbia
The initial proposal for regulating navigation in the Columbia
Wetlands complex was for a 7.5 kilowatt engine power limitation.
This regulatory solution would have been consistent with the
7.5 kilowatt limit under the provincial order, which still applies to
motorized conveyances on the adjacent land. However, further
analysis of this proposed option revealed its flaws.
La proposition initiale concernant la réglementation de la navigation dans le complexe humide du fleuve Columbia visait à limiter la puissance des moteurs à 7,5 kilowatts. Cette solution réglementaire aurait été conforme à la limite de 7,5 kilowatts stipulée
dans l’ordonnance provinciale et qui s’applique encore aux véhicules motorisés sur les terres adjacentes. Toutefois, une analyse
plus poussée a fait ressortir les lacunes de cette option proposée.
Bon nombre des effets négatifs des bâtiments à propulsion mécanique sur la faune sont proportionnels à l’importance du sillage
de ces bâtiments. Toutefois, l’importance du sillage n’est que
partiellement reliée à la puissance du moteur. En fait, un bâtiment
muni d’un moteur de faible puissance produit un sillage très important si ou quand ledit moteur n’est pas en mesure de propulser
le navire à une vitesse suffisamment élevée pour aller au-delà du
tirant d’eau de ce dernier. Par conséquent, il était fort possible
qu’une limite à la puissance des moteurs n’offre pas le niveau de
protection nécessaire pour l’écosystème.
Many of the negative effects of power-driven vessels on wildlife are proportional to the size of a vessels’ wake, but the size of
the wake is only partially dependent on engine power. In fact, a
vessel fitted with a low-power engine may generate a very large
wake if, or when, it is unable to propel the vessel fast enough to
operate beyond displacement mode. Therefore, there was a significant possibility that an engine power limit would not have
provided the necessary level of protection to the ecosystem.
1525
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Analysis of the specific environmental issues revealed that the
wetlands environment would be best protected by a year-round
prohibition on the operation of power-driven vessels in the wetlands areas. A proposal for restricting the operation of powerdriven vessels in the main channel of the Columbia River was
incorporated in the proposed Regulations when they were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on June 28, 2008. This
proposal is still under consideration but does not form part of this
regulatory submission.
Une analyse des enjeux environnementaux particuliers a révélé
qu’une interdiction à l’année de l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans les marécages constituerait la meilleure
mesure de protection de cet environnement. Une proposition visant la restriction de l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans le chenal principal du fleuve Columbia a été incorporée à la réglementation proposée lors de sa publication dans la
Partie I de la Gazette du Canada le 28 juin 2008. Cette proposition est encore à l’étude et ne fait pas partie de la présente proposition réglementaire.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The new vessel restrictions being introduced to the Regulations
will result in minimal costs to industry, recreational users, and
government. Government costs are related to the enforcement and
implementation of the restrictions (e.g. erecting signs). Once the
local authority has erected signage, no additional resources are
required except for the maintenance of the signs and enforcement.
Les nouvelles restrictions à l’égard des bâtiments apportées au
Règlement n’entraîneront que des coûts minimes pour l’industrie,
les plaisanciers et le gouvernement. Les coûts du gouvernement
sont liés à l’application et à la mise en œuvre des restrictions (par
exemple installation de pancartes). Lorsque les autorités locales
auront installé les pancartes, elles n’auront plus aucun frais à assumer à l’exception de l’entretien de ces pancartes et de l’application des restrictions.
Amendments proposed for Ontario and Quebec
Modifications proposées pour l’Ontario et le Québec
New vessel restrictions and prohibitions in Ontario and Quebec
will enhance the safety of navigation, both commercial and recreational, by restricting or prohibiting the types of activities that
give rise to safety risks in the first place.
Les nouvelles restrictions et interdictions à l’égard des bâtiments applicables en Ontario et au Québec auront pour effet
d’améliorer la sécurité de la navigation commerciale et récréative,
car elles viseront le genre d’activités qui présente des risques pour
la sécurité en premier lieu.
Les nouvelles restrictions à l’égard des bâtiments applicables
en Ontario et au Québec ont pour but de régler un certain nombre
de questions :
• Les limites de vitesse réduiront la fréquence et la gravité des
interactions entre les bâtiments à propulsion mécanique, les
bâtiments non motorisés et les nageurs, et feront en sorte que
les conducteurs de bâtiment disposent de plus de temps pour
éviter les incidents.
• Chaque année, de nombreux bâtiments à propulsion mécanique causent des blessures aux nageurs lorsqu’ils circulent
dans les zones où se trouvent ces derniers. L’expérience démontre que lorsque la densité des nageurs et le nombre de bâtiments à propulsion mécanique atteignent un point critique,
les conflits et les blessures qui en résultent sont inévitables.
Les interdictions visant l’utilisation de bâtiments à propulsion
mécanique à proximité des plages permettent de tenir les bâtiments éloignés des nageurs et d’atténuer les risques de blessures et de décès.
• Les interdictions visant l’utilisation de bâtiments à propulsion
mécanique près de l’épave de la baie Kempenfelt, au lac Simcoe, auront pour effet de supprimer les risques de blessures
que présentent les hélices des bâtiments motorisés pour les
nageurs.
Comme elles permettront de réduire l’érosion des rives (avantage collatéral des limites de vitesse et des interdictions à l’égard
des bâtiments à propulsion mécanique), certaines des nouvelles
restrictions pourraient aussi contribuer à la protection du milieu
riverain.
The new vessel restrictions in Ontario and Quebec are intended
to address a number of issues:
• Speed limits will reduce the frequency and severity of interactions between power-driven vessels and non-power driven
vessels and swimmers and will provide more time for vessel
operators to avoid incidents.
• There are numerous instances every year of power-driven
vessels causing injury to swimmers when they operate in the
same area. Once the density of swimmers and the number of
power-driven vessels reaches a critical point, experience has
shown that conflicts and associated injury are inevitable. Prohibitions on the operation of power-driven vessels near beach
areas are effective in separating vessels from swimmers and
reducing the possibility of injury and death.
• Prohibitions on the operation of power-driven vessels near the
wreck in Kempenfelt Bay, Lake Simcoe, will eliminate the
risk of serious injury to divers from the propellers of motorized vessels.
By reducing shoreline erosion (a collateral benefit of speed
limits and prohibitions on power-driven vessels) some of the new
restrictions may also contribute to the protection of the riparian
environment.
The Columbia Wetlands complex
Le complexe humide du fleuve Columbia
The Columbia Wetlands complex is one of only three wetlands
in British Columbia to be listed as a Wetland of International
Importance under the Ramsar Convention, to which Canada is a
signatory. By signing the Ramsar Convention, Canada agreed to
formulate and implement planning for the conservation of the
Le complexe humide du fleuve Columbia est l’un des trois
seuls marécages considérés comme étant d’importance internationale en vertu de la Convention de Ramsar, dont le Canada est
signataire. En signant la Convention de Ramsar, le Canada a accepté de formuler et de mettre en œuvre une planification pour la
1526
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
listed wetlands. The Federal Policy on Wetlands Conservation,
which is in part a response to Canada’s signing of the Ramsar
Convention, clearly commits federal departments to a precautionary approach when considering actions that could impact upon
Canada’s remaining wetlands. The stated objective of the Federal
Policy on Wetlands Conservation is to “promote the conservation
of Canada’s wetlands, and to sustain their ecological and socioeconomic functions, now and in the future.”
Both the Federal Policy on Wetlands Conservation and the
Species at Risk Act justify the invocation of the Precautionary
Principle in relation to the Columbia Wetlands complex. The new
restrictions and prohibitions are consistent with the Government
of Canada’s commitment to protecting unique, highly productive
ecosystems and the integration of sustainable development in its
plans, policies, and programs.
The Columbia Wetlands complex is a vital habitat for migratory waterfowl traveling the Rocky Mountain leg of the Pacific
Flyway, for nesting waterfowl and water birds. Also found in the
Columbia Wetlands complex are a number of species listed as
Species of Special Concern under the Species at Risk Act, such as
Lewis’ Woodpecker, Long-billed Curlew, Peregrine Falcon,
Short-eared Owl, and Painted Turtle. In addition, two endangered
species, the Northern Leopard Frog and the White Sturgeon, are
apparently extirpated from the upper Columbia River.
The Northern Leopard Frog has recently been successfully reintroduced to the Bummers Flats Conservation Area, approximately 60 km south of the Fairmont Hot Springs, and the Columbia Wetlands complex is likely next in line for reintroduction
efforts under the draft recovery strategy for the species.
The restrictions and prohibitions on the operation of vessels in
the Columbia Wetlands complex are not currently part of the recovery strategies for these species, but detailed measures such as
these are more typically expected to appear in action plans and
management plans, which are still under development.
With a colony of more than 300 pairs, the Columbia Wetlands
complex is home to the second largest concentration of Great
Blue Herons in western Canada and accounts for nearly 50% of
all known, active heron nests in the Kootenay region of British
Columbia. This sub-species has been identified by the British
Columbia Conservation Data Centre as “Blue” listed (sub-species
deemed to be at risk provincially) and is considered to be of conservation concern, particularly because these populations have
very low reproductive success. Herons have been found to be
sensitive to boating activities and even low rates of nest abandonment in response to approaching boats could have detrimental
effects on the overall breeding success of Great Blue Heron in the
east of Kootenay.
More than 15 000 waterfowl have been counted in a single day
in autumn and more than 1 000 tundra swans have been counted
in the spring. Other birds sharing the wetlands include rare Trumpeter Swans, loons, grebes, gulls, terns, rails, bitterns, hawks,
conservation des terres humides inscrites sur la liste. Aux termes
de la Politique fédérale sur la conservation des terres humides,
qui constitue en partie une réponse à la signature de la Convention de Ramsar par le Canada, les ministères fédéraux s’engagent
clairement à adopter une approche de précaution au moment
d’envisager des mesures susceptibles d’avoir une incidence sur
les autres marécages du Canada. La Politique fédérale sur la conservation des terres humides a pour objectif de favoriser la
conservation des terres humides du Canada, et d’assurer le maintien de leurs fonctions écologiques et socio-économiques, maintenant et à l’avenir.
La Politique fédérale sur la conservation des terres humides et
la Loi sur les espèces en péril justifient toutes les deux le recours
au principe de précaution pour le complexe humide du fleuve
Columbia. Les nouvelles restrictions et interdictions sont conformes à l’engagement du Canada en ce qui concerne la protection
des écosystèmes particuliers et hautement productifs, ainsi qu’à
l’intégration du développement durable à ses plans, à ses politiques et à ses programmes.
Le complexe humide du fleuve Columbia constitue un habitat
vital pour les sauvagines migratrices qui empruntent le chemin
des montagnes Rocheuses sur la route de migration du Pacifique,
ainsi que pour la sauvagine en nidification et les oiseaux aquatiques. On trouve aussi dans le complexe humide du fleuve Columbia un certain nombre d’espèces inscrites à la rubrique des espèces préoccupantes de la Loi sur les espèces en péril, telles que le
pic de Lewis, le courlis à long bec, le faucon pèlerin, le hibou des
marais et la tortue peinte. De plus, deux espèces en danger de
disparition, à savoir la grenouille léopard et l’esturgeon blanc, ont
apparemment disparu de la région supérieure du fleuve Columbia.
La grenouille léopard a récemment été réintroduite avec succès
dans l’aire de conservation de Bummers Flats, à environ 60 km au
sud de Fairmont Hot Springs, et le complexe humide du fleuve
Columbia est probablement le prochain site en vue pour les efforts de réintroduction menés en vertu de la stratégie provisoire
de rétablissement des espèces.
Pour le moment, les restrictions et les interdictions concernant l’utilisation de bâtiments dans le complexe humide du fleuve
Columbia ne font pas partie des stratégies de rétablissement de
ces espèces, mais en règle générale, de telles mesures détaillées
sont davantage appelées à apparaître dans les plans d’action et
dans les plans de gestion, qui sont encore en cours de mise au
point.
Compte tenu de la colonie de plus de 300 couples qu’on y
trouve, le complexe humide du fleuve Columbia se distingue par
la deuxième plus forte concentration de grands hérons de l’ouest
du Canada et compte pour près de 50 % de l’ensemble des nids
de hérons connus de la région de Kootenay de la ColombieBritannique. Cette sous-espèce, que le Conservation Data Centre
de la Colombie-Britannique a inscrite sur la liste bleue (sousespèces jugées menacées à l’échelle provinciale), est considérée
comme préoccupante du point de vue de la conservation, notamment parce que ces populations ont beaucoup de difficulté à se
reproduire. On a découvert que les hérons étaient sensibles aux
activités nautiques, et que même les faibles taux d’abandons de
nids en réaction aux embarcations en cours d’approche pourraient
avoir des effets adverses sur le succès général du processus
d’accouplement des grands hérons dans l’est de Kootenay.
Plus de 15 000 sauvagines ont été dénombrées en une seule
journée à l’automne et plus de 1 000 cygnes siffleurs ont été dénombrés au printemps. Mentionnons parmi les autres oiseaux se
partageant les terres humides les rares cygnes trompettes, les
1527
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Bald Eagles, ospreys and over 100 species of song birds. Elk,
White Tailed Deer, and Moose also depend on these wetlands for
winter survival.
Due to its proximity to a major metropolitan centre, the area is
under intense development pressure. The Columbia River and its
associated wetlands, tributaries, and lakes are approximately a
three-hour drive from Calgary, a city of more than one million
people. In 2004, over 450 persons per day were engaged in river
rafting activities on the Kicking Horse River, adjacent to the Columbia River Complex, near Golden, British Columbia, representing a significant increase over the previous few years.
A 2005 survey found that 47.9% of recreational users of Lake
Windermere resided in Calgary and only 33% were from Invermere. Population statistics for the three incorporated municipalities in the area, Golden, Invermere and Radium Hot Springs,
indicate 5%, 9% and 30% population growth respectively between
2000 and 2005. Although the overall numbers are modest, there is
a steady upward trend in population growth, mainly due to recreational opportunities.
The prohibition of power-driven or electrically propelled vessels from the Columbia Wetlands will provide protection for plant
communities, dramatically reduce harmful interference with the
life processes of wildlife, and will specifically protect the nesting
and rearing sites of nesting waterfowl. The prohibition will also
reduce the likelihood of invasive species introduction.
The threats to this ecosystem posed by power-driven vessels
are significant. The scientific literature shows that the operation
of power-driven vessels in wetlands can have profoundly negative
effects on individual organisms, vulnerable species, and ecological integrity. Although non-powered vessels such as canoes and
kayaks may also negatively impact wildlife, the impacts of motorized vessels are demonstrably greater. The negative effects of
power-driven vessels on birds and other wildlife are realized both
through disturbances and direct impacts (e.g. nest flooding and
brood separation). Other ecosystem risks relate to the disturbance
of fish habitat during spawning periods, localized hydrocarbon
pollution, the increased risk of invasive species introduction and
the increased risk of levee failure due to vessel wakes.
The prohibition on water-skiing and other water sports on the
main channel of the river will reduce the potential for high-speed
interactions with wildlife and will mitigate threats to the integrity
of the levees.
Commercial trapping operations are exempted from the application of the prohibition in the Columbia Wetlands. These trappers belong to a Commercial Trappers Association, which is intensively aware of environmental issues within the wetlands and
typically use small horsepower vessels (10 to 20 hp) to place,
monitor, and harvest traps.
1528
huards, les grèbes, les goélands, les sternes, les râles, les butors,
les éperviers, les pygargues à tête blanche, les balbuzards pêcheurs et plus de 100 espèces d’oiseaux chanteurs. Ces marécages
sont aussi essentiels à la survie en hiver des élans, des cerfs de
Virginie et des orignaux.
Comme il se trouve à proximité d’un grand centre métropolitain, le secteur est soumis à d’intenses pressions d’aménagement.
Le fleuve Columbia et les marécages, les affluents et les lacs qui
y sont rattachés sont à environ trois heures de route de Calgary,
ville comptant plus d’un million d’habitants. En 2004, plus de
450 personnes par jour s’adonnaient à la descente en radeau
pneumatique de la rivière Kicking Horse, adjacente au complexe
du fleuve Columbia, près de Golden (Colombie-Britannique), ce
qui représente une augmentation importante par rapport aux années précédentes.
Un sondage mené en 2005 a permis de déterminer qu’à cette
époque, 47,9 % des usagers du lac Windermere habitaient à Calgary, et que seulement 33 % étaient d’Invermere. Les statistiques
démographiques concernant les trois municipalités de la région
constituées en corporation, à savoir, Golden, Invermere et Radium Hot Springs, indiquent une croissance de la population de
5 %, 9 % et 30 % respectivement entre 2000 et 2005. Globalement, ces chiffres sont peu élevés, mais ils font quand même ressortir une croissance régulière de la population, attribuable avant
tout aux possibilités de loisirs.
L’interdiction visant l’utilisation des bâtiments à propulsion
mécanique ou électrique dans les marécages du fleuve Columbia
assurera la protection des associations végétales, atténuera de
beaucoup l’interférence nocive avec les processus vitaux de la
faune et protégera tout particulièrement les sites de nidification et
de grossissement des sauvagines en nidification. L’interdiction
aura aussi pour effet de réduire les risques d’introduction d’espèces envahissantes.
Les menaces que présentent les bâtiments à propulsion mécanique pour cet écosystème sont substantielles. Des ouvrages
scientifiques démontrent que l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans les marécages peut avoir des effets profondément néfastes sur certains organismes, sur les espèces vulnérables et sur l’intégrité écologique. Bien que les embarcations non
motorisées telles que les canoës et les kayaks puissent aussi avoir
une incidence négative sur la faune, les répercussions des bâtiments motorisés sont manifestement plus élevées. Les effets négatifs des bâtiments à propulsion mécanique sur les oiseaux et
d’autres animaux sauvages résultent des perturbations et des impacts directs (par exemple inondation des nids et séparation des
couvées). Les autres risques pour l’écosystème se rapportent à la
perturbation de l’habitat du poisson pendant les périodes de frai,
la pollution par les hydrocarbures localisée, le risque accru
d’introduction d’espèces envahissantes et le risque accru d’effondrement des digues en raison du sillage des bâtiments.
L’interdiction visant le ski nautique et d’autres sports nautiques
sur le chenal principal du fleuve permettra de réduire le risque
d’interactions à grande vitesse avec la faune et atténuera les menaces à l’intégrité des digues.
Les activités de trappage commerciales sont exemptées de
l’application de l’interdiction dans les marécages du fleuve Columbia. Ces trappeurs font partie d’une association de trappeurs
commerciaux qui est tout à fait consciente des problèmes environnementaux touchant les terres humides et qui utilise habituellement de petites embarcations propulsées par des moteurs de 10
à 20 cv pour installer, surveiller et récupérer les pièges.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Costs to consumers will be negligible, as most users of the wetlands currently use non-powered vessels and wish to continue to
do so.
There will be a continuing cost related to the erection of signage and for enforcement-related activities. The Ministry of Environment, Province of British Columbia, has committed to be
responsible for these costs.
Ces exceptions n’auront qu’un effet négligeable sur les valeurs
environnementales, mais atténueront l’incidence des modifications sur les petites entreprises. Si, en raison de ces exceptions, le
volume de trafic maritime augmente, le partenariat multipartite
(Columbia Wetlands Stewardship Partnership) assurera une surveillance et une évaluation de la situation et présentera une demande de modification des restrictions, le cas échéant.
Le complexe humide du fleuve Columbia est accessible à partir
de différents endroits, est très visible et offre de nombreuses possibilités de loisirs telles que le kayak, le canotage et l’observation
d’oiseaux. L’écotourisme est une industrie importante de ce secteur et assure la subsistance d’environ 10 entreprises. Des consultations avec l’industrie ont permis de déterminer qu’il n’y aura
aucun effet négatif sur les activités commerciales actuelles.
Les restrictions à l’égard des sports nautiques n’auront qu’une
faible incidence sur les activités commerciales, prévoit-on. Les
agences marines de location de bâtiments de la région dissuadent
leurs clients d’exercer leurs activités dans le complexe humide du
fleuve Columbia, en raison des risques de dommage. Toutefois,
en dépit de ces restrictions volontaires, on rapporte souvent la
présence de motomarines et d’autres bâtiments dans le secteur.
Depuis toujours, on exploite des clubs de chasse et de pêche
dans le complexe humide du fleuve Columbia, mais ces groupes
appuient les restrictions proposées qui, selon eux, n’auront aucun
effet ou peu d’effets sur les pratiques de chasse. Récemment cependant, le club Golden Rod and Gun est revenu sur sa position
en la matière, pour ce qui concerne les modifications pour le chenal principal du fleuve, faisant valoir que l’interdiction nuira de
façon importante aux occasions de pêche récréative.
Le complexe humide du fleuve Columbia ne renferme aucune
infrastructure de soutien de la navigation de plaisance telle que
des rampes publiques de lancement pour embarcations, des marinas ou des quais de ravitaillement en combustible.
Pour autant qu’on sache, il n’existe aucune entreprise intéressée à la pêche commerciale dans le complexe humide du fleuve
Columbia, et il n’y aura donc aucun effet à cet égard.
Les coûts que devront assumer les consommateurs seront négligeables, puisque la plupart des usagers des marécages utilisent
des bâtiments non motorisés et souhaitent continuer de le faire.
Des coûts permanents sont à prévoir en ce qui concerne l’installation des pancartes et les activités d’application des règlements. Le ministère de l’Environnement de la province de la
Colombie-Britannique s’est engagé à assumer ces coûts.
Strategic environmental analysis
Analyse environnementale stratégique
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement — March
2001. The preliminary scan has led to the conclusion that for the
amendments respecting the waters in Ontario and Quebec, there is
no need for a detailed environmental analysis and that for the
Columbia Wetlands complex, the Environment Canada report
entitled The Conservation Rationale for Regulating the Use of
Navigable Waters in British Columbia’s Columbia Wetlands is
equivalent to a detailed environmental analysis and, therefore, a
detailed analysis itself is not necessary. Further assessments or
studies regarding environmental effects of this initiative are not
likely to yield a different determination.
Une analyse préliminaire de l’incidence sur l’environnement a
été entreprise conformément aux critères de l’Énoncé de politique
de Transports Canada sur l’évaluation environnementale stratégique — mars 2001. L’analyse préliminaire a permis de conclure
qu’en ce qui a trait aux modifications concernant les eaux de
l’Ontario et du Québec, il n’est pas nécessaire d’exécuter une
analyse environnementale détaillée et qu’en ce qui concerne le
complexe humide du fleuve Columbia, le rapport d’Environnement Canada intitulé The Conservation Rationale for Regulating
the Use of Navigable Waters in British Columbia’s Columbia
Wetlands équivaut à une analyse environnementale détaillée et
que, par conséquent, une analyse détaillée n’est pas nécessaire en
tant que telle. Il est peu probable que d’autres évaluations ou
d’autres études concernant les effets de cette initiative sur
l’environnement en arrivent à une conclusion différente.
These exceptions will have a negligible negative effect on environmental values, but will mitigate the impact of the amendments on small business. Should the exceptions cause the volume
of operations to increase, the Columbia Wetlands Stewardship
Partnership will monitor and evaluate the situation and apply for
amended restrictions, if necessary.
The Columbia Wetlands complex is accessible from various
locations and is highly visible, and provides numerous recreational opportunities such as kayaking, canoeing, and bird watching. Eco-tourism is an important industry in the area and supports
approximately 10 businesses. Consultation with the industry has
shown that there will be no negative impact on current commercial operations.
The restriction on water sports activities is expected to have
minimal impact on any commercial activity. The marine rental
operations in the area discourage renters from operating in the
Columbia Wetlands complex due to the risk of damage. However,
in spite of this voluntary limitation, there are continued reports of
personal watercraft and other vessels operating in the area.
Rod and Gun Clubs have historically operated in the Columbia
Wetlands complex, but these groups have supported these amendments and have stated that they will have very limited or no impact on current hunting practices. Recently, however, the Golden
Rod and Gun Club has reversed its position on this subject with
respect to the amendments for the main channel of the river,
claiming that the prohibition will significantly affect recreational
fishing opportunities.
Within the Columbia Wetlands complex, there is no recreational boating supporting infrastructure or services, such as public
boat launches, marinas, or fuel docks.
There is no known commercial fishing interest in the area of
the Columbia Wetlands complex and therefore no impact.
1529
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Consultation
Consultation
Consultations regarding the new restrictions in the Regulations
have been conducted by the applicants, which are generally municipalities. In the case of the Columbia Wetlands complex, consultations were conducted by a broad-based stewardship partnership and the co-applicants, the East Kootenay Environmental
Society (now Wildsight) and the British Columbia Ministry of
Environment.
Les requérants, habituellement des municipalités, ont mené des
consultations concernant les nouvelles restrictions énoncées dans
le Règlement. Dans le cas du complexe humide du fleuve Columbia, les consultations ont été effectuées par un vaste partenariat de
gérance de l’environnement et les deux requérants, c’est-à-dire la
East Kootenay Environmental Society (maintenant connue sous le
nom de Wildsight) et le ministère de l’Environnement de la
Colombie-Britannique.
Amendments for British Columbia, Ontario, and Quebec
Modifications visant la Colombie-Britannique, l’Ontario et le
Québec
Under the provisions of a Memorandum of Understanding between the federal government and the provinces, applicants for
restrictions (generally municipalities) are responsible for ensuring
that full consultation with local stakeholders has taken place for
each proposed restriction, in accordance with the standards set out
in the Local Authorities’ Guide to Boating Restrictions. The guide
identifies a list of stakeholders to be consulted, including, but not
limited to, the following groups:
• cottagers;
• pleasure craft users;
• cottage associations;
• pleasure craft rental agencies;
• marine safety organizations;
• First Nations, Inuits and Métis communities;
• marine industry representatives; and
• pleasure craft organizations.
En vertu des dispositions d’un protocole d’entente entre le gouvernement fédéral et les provinces, les requérants de restrictions,
généralement des municipalités, ont la responsabilité de s’assurer
que des consultations complètes ont été effectuées auprès des
intervenants locaux pour chaque restriction proposée conformément aux normes établies dans le Guide des administrations locales sur les restrictions à la conduite des bateaux. Le guide dresse
une liste des intervenants qui doivent être consultés, y compris,
sans s’y limiter, les groupes suivants :
• les propriétaires de chalets;
• les conducteurs d’embarcations de plaisance;
• les associations de propriétaires de chalets;
• les agences de location d’embarcations de plaisance;
• les organisations de sécurité maritime;
• les collectivités inuites, les Métis et les Premières Nations;
• les représentants de l’industrie maritime;
• les organisations d’embarcations de plaisance.
Le processus de consultation publique peut faire appel à des
annonces dans les journaux locaux, à l’affichage de pancartes sur
le site indiquant les restrictions proposées envisagées et à la distribution de dépliants dans le secteur touché lors de la période
estivale lorsque les intervenants sont dans la région. Le tout est
généralement suivi d’une réunion de type « assemblée publique
locale » et, dans certaines circonstances, de lettres directes à certains intervenants précis. Ces processus ont garanti que les personnes touchées par les modifications proposées au Règlement
ont été directement consultées par les administrations locales et
qu’elles ont eu l’occasion de fournir des commentaires et de suggérer des changements.
The public consultation process may include advertisement in
local newspapers, posting of signs at the site indicating proposed
restrictions being considered, and leaflet distribution in the areas
concerned during the summer period when stakeholders are in the
area. This is often followed by a “town hall”-type meeting and, in
certain circumstances, direct written correspondence to specific
stakeholders. These processes ensure that persons affected by the
proposed amendments to the Regulations are directly consulted
by local authorities and that they have the opportunity to provide
comments and request changes.
The Columbia Wetlands complex (British Columbia)
Le complexe humide du fleuve Columbia (Colombie-Britannique)
The restriction of navigation in the Columbia Wetlands complex has been a subject of controversy for a number of years.
Once the Appeal Court of British Columbia struck down the
Provincial Order limiting motorized conveyances on the water to
7.5 kilowatts, local stakeholders, environmental organizations,
local and provincial levels of governments, members of the Legislative Assembly, and federal members of Parliament have maintained a high level of interest and support for federal regulations
restricting navigation in the Columbia Wetlands complex. Consultation conducted by Wildsight (the co-applicant) between 2001
and 2003 revealed that 82% of stakeholders supported some form
of restriction on the operation of vessels in the Columbia River
and its wetlands, while many sought a complete prohibition on
the operation of motorized vessels. Consultations included newspaper articles, town hall meetings, interviews with industry organizations, and broad-based mailings. TC staff were present at
many of these meetings in order to answer questions about the
Les restrictions à la navigation dans les terres humides du
fleuve Columbia suscitent la controverse depuis un certain
nombre d’années. Après que la cour d’appel de la ColombieBritannique eut invalidé l’ordonnance provinciale limitant à
7,5 kilowatts la puissance des embarcations motorisées sur ces
eaux, les intervenants locaux, des organismes environnementaux,
les paliers de gouvernement locaux et provinciaux, les membres
de l’assemblée législative et les députés fédéraux ont maintenu un
vif intérêt et un solide soutien à l’égard des restrictions réglementaires fédérales visant la navigation dans le complexe humide
du fleuve Columbia. Les consultations menées par la société
Wildsight (l’un des deux requérants) entre 2001 et 2003 ont révélé que 82 % des intervenants étaient en faveur d’une quelconque
restriction à l’égard de l’utilisation de bâtiments sur le fleuve
Columbia et dans ses marécages, alors que beaucoup d’autres
souhaitaient l’interdiction complète de l’utilisation des bâtiments
motorisés. Ces consultations ont donné lieu à la publication
1530
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
regulatory process and to witness the consultations. Since 1997,
Wildsight has published over 80 articles in local newspapers,
most recently in the Golden Star on January 30 and April 9, 2008.
The applicants posted signs near boat launches and erected information kiosks to educate users to the sensitivity of the area and to
inform users of the proposed restriction.
However, a small but vocal opposition group, the Columbia
Valley Protection Society (CVPS) challenged the need for a boating restriction and conducted a review of the environmental literature. This report, by Iris Environmental Systems of Calgary, Alberta, questioned the need for a restriction, partly on the basis that
there was minimal use of the area by motorized vessels. The Columbia Valley Protection Society established a voluntary log
book in which users would register when entering the wetlands
from Invermere. Another log book station was subsequently established at Golden, British Columbia. These log books supported
the CVPS position that usage was minimal. However, due to their
location and voluntary nature, the log books failed to capture a
large number of users of the wetlands. TC continues to receive
reports of motorized vessels, especially shallow draft jet-driven
vessels, operating in the wetlands, especially in the vicinity of
Fairmont Hot Springs and Golden.
Polling conducted in 2006 sponsored by the East Kootenay
Conservation Program, of which both Environment Canada and
the British Columbia Ministry of Environment are part, indicates
that residents of East Kootenay continue to be strongly in favour
of environmental protection activities and further put protection
of the environment ahead of economic development.
The two regional districts and three incorporated municipalities
in the area were consulted through presentations directly to council by Wildsight. The District of Invermere and the Town of
Radium were both in favour of a vessel restriction, as was the
Regional District of East Kootenay.
In 2007, Wildsight presented the current proposal to the Columbia Wetlands Stewardship Partnership, a management group
with a membership of over 35 stakeholder groups, including all of
the federal and provincial agencies concerned with the Columbia
Wetlands complex, all of the local non-governmental organizations with an interest in the river and wetlands, and representatives (councillors, mayors and regional district representatives)
from each of the communities along the wetlands. The Columbia
Wetlands Stewardship Partnership is now one of the main forums
for stakeholder consultation, under the sponsorship of the British
Columbia Ministry of Environment, through which all local governments have now demonstrated their support for these amendments to the Regulations.
d’articles dans les journaux, à des assemblées publiques locales, à
des entrevues avec des organismes industriels et à des envois
postaux à grande échelle. Du personnel de TC a participé à plusieurs de ces réunions afin de répondre aux questions sur le processus réglementaire et d’assister aux consultations. Depuis 1997,
la société Wildsight a publié plus de 80 articles dans les journaux
locaux. Ainsi, les articles les plus récents sont parus dans le Golden Star le 30 janvier et le 9 avril 2008. Les requérants ont affiché des pancartes d’information près des rampes de lancement
pour embarcations et installé des comptoirs d’information pour
sensibiliser les usagers à la vulnérabilité du secteur et pour les
mettre au courant de la restriction proposée.
Toutefois, un groupe d’opposition de taille modeste, mais fort
dynamique, à savoir la Columbia Valley Protection Society
(CVPS), a contesté la nécessité d’une restriction à la conduite des
bateaux et procédé à l’examen des ouvrages environnementaux.
Ainsi, le rapport de la société Iris Environmental Systems, de
Calgary (Alberta), met en doute la nécessité d’une restriction, en
partie sous prétexte que les bâtiments motorisés sont peu utilisés
dans le secteur. La CVPS a établi un registre volontaire afin que
les usagers s’y inscrivent au moment d’accéder aux marécages à
partir d’Invermere. On a établi subséquemment un autre poste de
registre à Golden (Colombie-Britannique). Ces registres ont eu
pour effet de corroborer la position de la Columbia Valley Protection Society, selon laquelle l’usage de bâtiments motorisés était
minimal. Toutefois, en raison de l’emplacement et de la nature
volontaire de ces registres, de nombreux usagers ne se sont jamais
inscrits, et TC continue de recevoir des comptes rendus concernant la présence de bâtiments motorisés, notamment des bâtiments à turbine à faible tirant d’eau, dans les marécages, surtout
dans les environs de Fairmont Hot Springs et de Golden.
Selon un sondage mené en 2006 et parrainé par l’East Kootenay Conservation Program, dont font partie Environnement
Canada et le ministère de l’Environnement de la ColombieBritannique, les résidents d’East Kootenay demeurent fortement
en faveur des activités de protection de l’environnement et jugent
en outre que la protection de l’environnement est plus importante
que le développement économique.
Les deux districts régionaux et les trois municipalités constituées en corporation du secteur ont été consultés par l’entremise
d’exposés que la société Wildsight a présentés directement au
conseil. Le district d’Invermere et la ville de Radium étaient en
faveur d’une restriction relative aux bâtiments, tout comme l’était
le district régional d’East Kootenay.
En 2007, la société Wildsight a présenté la proposition actuelle
au Columbia Wetlands Stewardship Partnership, groupe de gestion composé de plus de 35 groupes d’intervenants, y compris
tous les organismes fédéraux et provinciaux concernés par le
complexe humide du fleuve Columbia, tous les organismes non
gouvernementaux locaux s’intéressant au fleuve et aux marécages, ainsi que des représentants (conseillers, maires et représentants des districts régionaux) de chacune des collectivités situées
en bordure des marécages. Le Columbia Wetlands Stewardship
Partnership constitue désormais l’une des principales tribunes
pour les consultations avec les intervenants menées sous l’égide
du ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique, et
c’est au moyen de ce partenariat que toutes les administrations
locales ont exprimé leur appui aux modifications apportées au
Règlement.
1531
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Between 2005 and 2007, the co-applicants consulted over
45 different stakeholder groups through town hall meetings and
meetings with stakeholder groups and individuals. The general
consensus was that a problem existed and that action needed to be
taken to mitigate the environmental risks and impacts on the area
by vessel operation. It was also agreed that the risks were increasing due to demographic changes in the Columbia Valley.
Stakeholders agreed with the prohibition of power-driven vessels from the sensitive wetlands and from water-skiing and other
high-speed water sports and the seasonal closure of the main
channel, but there is some disagreement over the date that the
main channel should re-open to motorized traffic. The Columbia
Valley Protection Society and the recently formed Residents of
the Upper Columbia River are strongly opposed to any interference with free navigation on the main channel of the Columbia
River. The environmental analysis indicates a late closure (to
July 15) is necessary and that opening the main channel to motorized traffic at an earlier date would jeopardize the very environmental values that the amendments to the Regulations are designed to protect. This position is strongly supported by the
Columbia Wetlands Stewardship Partnership and by the coapplicants, the British Columbia Ministry of Environment and
Wildsight.
Aboriginal consultation with respect to the Columbia Wetlands
complex (British Columbia)
There are two First Nations that assert claims within the affected area: the Shuswap Band and the Akisqnuk Band (formerly
the Columbia Lake Band, part of the Ktunaxa Nation), both of
which have been regularly consulted throughout the process and
both of which support the amendments to the Regulations.
The Akisqnuk Band identified the Columbia Wetlands complex
as central to their traditional territory and has cited the reappearance of trumpeter swans in the wetlands and the presence of peregrine falcons as an attestation to the value of restricting boating
traffic. The Akisqnuk Band has consistently expressed a preference that only canoes and other non-powered vessels be permitted
in the wetlands. The Ktunaxa Nation is currently involved in
treaty negotiations with the British Columbia Treaty Commission.
The Shuswap Band was initially opposed to a vessel operation
restriction. This opposition was related to their plan for a potential
marina development and boat launch on the margins of the wetlands. The marina and boat launch would provide vessel storage
and access to Windermere Lake through a short portion (1.5 km)
of the Columbia River. Since the proposal for a seasonal prohibition on the operation of power-driven vessels no longer forms
part of this submission, the amendments to the Regulations have
no impact on the Shuswap Band’s plans. The Band recognizes
that being positioned at the gateway to the Columbia Wetlands
complex can significantly contribute to the protection strategy.
Like the Ktunaxa Nation, the Shuswap Band is also engaged in
treaty negotiations with the British Columbia Treaty Commission.
1532
De 2005 à 2007, les deux requérants ont consulté plus de
45 groupes d’intervenants différents par le biais d’assemblées
publiques locales et de réunions avec ces groupes et des particuliers. Ainsi, les gens se sont entendus généralement pour dire
qu’un problème existait et qu’il fallait prendre des mesures pour
atténuer les risques environnementaux que présente l’utilisation
des bâtiments, ainsi que l’incidence de ces derniers sur l’environnement. On a aussi convenu que les risques allaient en augmentant compte tenu des changements démographiques observés
dans la Columbia Valley.
Les intervenants étaient d’accord avec l’interdiction visant
l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans les marécages vulnérables, le ski nautique et les autres sports aquatiques à
vitesse élevée et la fermeture saisonnière du chenal principal,
mais on éprouve de la difficulté à s’entendre sur la date à laquelle
le chenal principal doit être rouvert à la circulation motorisée. La
Columbia Valley Protection Society et l’association Residents of
the Upper Columbia River récemment constituée s’opposent fortement à toute interférence avec la libre navigation sur le chenal
principal du fleuve Columbia. L’analyse environnementale indique qu’une fermeture tardive (jusqu’au 15 juillet) est nécessaire et
que le fait d’ouvrir le chenal principal à la circulation motorisée à
une date antérieure mettrait en péril les valeurs environnementales que les modifications apportées au Règlement visent à protéger. Le Columbia Wetlands Stewardship Partnership, ainsi que les
deux requérants, c’est-à-dire le ministère de l’Environnement de
la Colombie-Britannique et la société Wildsight, appuient fortement cette position.
Consultations avec les Autochtones concernant le complexe
humide du fleuve Columbia (Colombie-Britannique)
Deux Premières Nations émettent des revendications à l’égard
du secteur visé par le Règlement. Il s’agit de la Bande de Shuswap et de la Bande d’Akisqnuk (anciennement la Bande de Columbia, qui faisait partie de la nation Ktunaxa), lesquelles ont été
consultées régulièrement pendant toute la durée du processus, et
lesquelles appuient les modifications au Règlement.
La Bande d’Akisqnuk a fait savoir que le complexe humide du
fleuve Columbia constituait un élément essentiel de son territoire
traditionnel et a cité la réapparition du cygne trompette dans les
marécages ainsi que la présence du faucon pèlerin pour faire valoir le bien-fondé de l’interdiction visant l’utilisation des bâtiments. La Bande d’Akisqnuk a toujours déclaré qu’elle préférait
que seuls les canoës et d’autres bâtiments non motorisés soient
autorisés dans les marécages. La nation Ktunaxa participe actuellement à la négociation d’un traité avec la Commission des traités
de la Colombie-Britannique.
Au départ, la Bande de Shuswap s’opposait à une restriction
visant l’utilisation des bâtiments. Cette opposition découlait du
fait qu’elle nourrissait certains projets en vue de l’aménagement
d’une marina et d’une rampe de mise à l’eau des embarcations en
bordure des marécages. La marina et la rampe de mise à l’eau
permettraient l’entreposage des bâtiments et fourniraient un accès
au lac Windermere sur une courte portion (1,5 km) du fleuve Columbia. Étant donné que la présente proposition ne comporte plus
d’interdiction saisonnière sur l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique, les modifications au Règlement n’auront aucune
incidence sur les plans de la Bande de Shuswap. Cette dernière
reconnaît que l’emplacement de la marina à la porte d’entrée du
complexe humide du fleuve Columbia peut contribuer dans une
large mesure à la stratégie de protection. Tout comme la nation
Ktunaxa, la Bande de Shuswap participe actuellement à la
négociation d’un traité avec la Commission des traités de la
Colombie-Britannique.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Pre-publication
Publication préalable
The proposed amendments were pre-published in the Canada
Gazette, Part I, on June 28, 2008, with a 60-day public comment
period. A large number of comments were received which have
been addressed, as necessary, in a number of different ways.
Les modifications proposées ont été publiées au préalable dans
la Partie I de la Gazette du Canada le 28 juin 2008, et une période
de 60 jours a été allouée au public pour qu’il fasse des commentaires. Beaucoup de commentaires ont été reçus et ont été traités
de façon appropriée, selon le cas.
Des Becs-Scie Lake
Lac des Becs-Scie
The proposed amendments contained a proposal for speed limits in a portion of Des Becs-Scie Lake in the province of Quebec.
This proposal elicited much response, including a letter from the
mayor of the neighbouring municipality, which expressed concern about the impact of the regulatory proposal on waters within
its boundaries. Therefore, in order to permit the applicant more
time to resolve issues respecting the impact of the regulatory proposal on the waters within the neighbouring municipality, the
proposal has been removed from this package of amendments to
the Regulations.
Les modifications proposées contenaient une proposition visant
à imposer une limite de vitesse sur une partie du lac des BecsScie, située dans la province de Québec. La proposition a suscité
beaucoup de commentaires, dont une lettre provenant du maire
d’une municipalité voisine, dans laquelle il a exprimé ses préoccupations sur l’incidence de la proposition réglementaire sur les
eaux situées à l’intérieur des limites de la municipalité. Par
conséquent, afin de laisser plus de temps au requérant pour résoudre les questions relatives à l’incidence de la proposition sur les
eaux situées dans les limites de la municipalité voisine, on a retiré
la limite de vitesse de l’ensemble de modifications proposées au
Règlement.
Kempenfelt Bay
Baie de Kempenfelt
One respondent holds waterfront property and a water lease
that falls within a portion of Kempenfelt Bay, Lake Simcoe, that
would be subject to a prohibition on the operation of vessels in
order to protect an adjacent swimming beach. Since the regulatory proposal would have prohibited water access to their property, the respondent requested that the boundaries of the prohibited area be amended to exclude the waters immediately adjacent to the respondent’s property.
The City of Barrie (the applicant) was consulted on this request
and agreed that this would be the preferred option and would not
impact the safety of swimmers, as the area in question is some
distance from the actual swimming beach. Therefore, the boundaries of the prohibited area have been amended in the Regulations.
Un répondant mentionne qu’il possède une propriété sur le
bord de l’eau et une concession d’eau dans la baie de Kempenfelt
du lac Simcoe, qui seraient assujetties à une interdiction visant
l’utilisation des bâtiments afin de protéger une plage adjacente.
Étant donné que la proposition réglementaire l’empêcherait
d’accéder à sa propriété par voie navigable, le répondant a demandé que les limites de la zone d’interdiction soient modifiées
pour exclure les eaux adjacentes à sa propriété.
On a consulté la ville de Barrie (le requérant) concernant cette
demande, et celle-ci a convenu que cette option serait préférable,
car elle n’y aurait aucune incidence sur la sécurité des baigneurs,
étant donné que la zone en question est assez éloignée de la
plage. Donc, les limites d’interdiction ont été modifiées dans le
Règlement.
Columbia Wetlands complex
Complexe humide du fleuve Columbia
One hundred and forty-one stakeholder comments were received with respect to the proposals for the Columbia Wetlands
complex. Of these, 97 were in favour of the proposal, one third of
whom expressed a preference for a year-round prohibition on the
operation of power-driven vessels in the main channel of the
river. There appeared to be very little concern about the closure of
the wetlands adjacent to the main channel to power-driven vessels
or to the prohibition on water-skiing. Forty-one respondents were
opposed to the seasonal prohibition of power-driven vessels in the
main channel and three respondents provided a neutral opinion. In
addition, the Columbia Valley Protection Society submitted a
large document challenging many of the statements made in the
Regulatory Impact Analysis Statement with respect to environmental issues in the main channel.
Cent quarante et un intervenants ont envoyé leurs commentaires concernant les propositions relatives au milieu humide du
fleuve Columbia. Parmi ces réponses, 97 répondants étaient en
faveur de la proposition, et un tiers préférait que l’utilisation de
bâtiments à propulsion mécanique soit interdite toute l’année dans
le chenal principal du fleuve. Très peu de personnes ont exprimé
des préoccupations à l’égard de l’interdiction de l’accès aux terres
humides adjacentes au chenal principal aux bâtiments à propulsion mécanique, ou de l’interdiction de pratiquer le ski nautique.
Quarante et un répondants se sont opposés à l’interdiction saisonnière de l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique dans le
chenal principal et trois répondants ont fourni une opinion neutre.
De plus, la Columbia Valley Protection Society a soumis un document volumineux réfutant bon nombre d’énoncés du Résumé
de l’étude d’impact de la réglementation concernant les questions
environnementales liées au chenal principal.
Les répondants s’opposant à la proposition ont exprimé les préoccupations suivantes :
• l’apparence d’un manque de consultations;
• la perte d’accès par voie navigable à leur propriété;
• les objections relatives à l’influence de groupes d’intérêts
dans l’élaboration des modifications au Règlement;
Concerns expressed by respondents against the proposal included the following:
• a perceived lack of consultation;
• concerns regarding loss of water access to property;
• objections to the influence of special interest groups in the
development of the amendments to the Regulations;
1533
2009-08-19
•
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
the effect of the regulatory proposal on commercial
operations;
failure to focus on environmental issues of greater impact;
challenges to claims made with respect to the environmental
benefits of the proposed amendments and specifically that:
¾ there are no nesting birds present in the main channel of
the Columbia River;
¾ the natural levees are robust and not subject to erosion, or
that erosion caused by wind-waves is of greater impact
than erosion caused by vessels;
¾ the number of power-driven vessels using the main channel of the river is very small, and thus there is no concern
for environmental values;
¾ the seasonal prohibition of power-driven vessels continues
for too long and should end on June 1 of each year; and
¾ during the high-water season, the water is turbid due to
natural processes and therefore the operation of powerdriven vessels does not significantly contribute to the
natural turbidity.
With respect to concerns regarding water access to property,
the Regulations provide that a person who is unable to access
their waterfront property by road may use a vessel to do so. Thus,
the Regulations provide an alternative for those who are most
directly impacted.
Over the last several years, the applicant has conducted numerous consultation sessions and has ensured that regular updates on
the progress of the regulatory proposal have been published in
local newspapers.
Even though the comment period ended on August 27, 2008, a
number of stakeholders recently came forward in opposition to
the proposed restriction to navigation on the main channel of the
river and indicated they were unaware of the proposal until the
very end of the pre-publication comment period. They have therefore requested additional time in order to make their case.
Special interest groups have played a role on both sides of this
regulatory issue and their input has been valuable. Wildsight, the
co-applicant for this regulatory proposal, has done extensive research to support the proposal, and the well-organized opposition
to the regulatory proposal forced the re-evaluation of the precise
mechanism for regulation. Environment Canada has evaluated all
the arguments put forward by proponents and opponents of the
pre-publication in the Canada Gazette, Part I, and has validated
the environmental basis of the justification for regulatory
intervention.
However, the recent appearance of these stakeholders may represent a significant body of stakeholders whose concerns may not
have been taken into full consideration up to this point. There is
concern within the community that the result of proceeding with
the restriction on the main channel of the river, as part of this
regulatory submission, may be to seed discord within the community and therefore the proposal for seasonal prohibition of
power-driven vessels from the main channel of the river has been
withdrawn without prejudice.
1534
•
les répercussions de la proposition réglementaire sur les activités commerciales;
• le fait de ne pas insister sur des questions environnementales
ayant une plus grande incidence;
• les allégations relatives aux avantages des modifications proposées sur l’environnement ont été contestées, particulièrement au moyen des arguments suivants :
¾ il n’y a pas d’oiseaux nicheurs dans le chenal principal du
fleuve;
¾ les digues naturelles sont robustes et ne subissent pas
d’érosion, ou l’érosion causée par les vagues de vent ont
une plus grande répercussion que l’érosion causée par les
bâtiments;
¾ le nombre de bâtiments à propulsion mécanique qui empruntent le chenal principal est très faible, et il n’y a pas
de préoccupation quant à la valeur environnementale;
¾ l’interdiction saisonnière de l’utilisation de bâtiments à
propulsion mécanique est trop longue et devrait se terminer chaque année le 1er juin;
¾ durant la saison de crue des eaux, l’eau est trouble en raison de processus naturels et, par conséquent, l’utilisation
de bâtiments à propulsion mécanique contribue peu à la
turbidité naturelle.
Pour ce qui concerne l’accès par l’eau aux propriétés, le Règlement prévoit que si une personne ne peut accéder à sa propriété riveraine par la route, elle peut y accéder au moyen d’un bâtiment. Ainsi, le Règlement donne une solution de rechange à ceux
qui sont le plus directement touchés.
Au cours des dernières années, le requérant a mené plusieurs
séances de consultation et a publié régulièrement dans les journaux locaux de l’information à jour sur l’avancement de la proposition réglementaire.
Malgré le fait que la période de commentaire s’est terminée le
27 août 2008, un certain nombre d’intervenants ont récemment
exprimé leur opposition à la restriction proposée à la navigation
sur le canal principal du fleuve et fait valoir qu’ils n’avaient eu
connaissance de la proposition qu’à la toute fin de la période de
commentaire avant publication. Ils ont donc demandé plus de
temps pour pouvoir présenter leurs arguments.
Les groupes d’intérêt ont défendu les deux côtés de cet enjeu
réglementaire, et leur contribution a été utile. La société Wildsight, co-requérante de la proposition réglementaire, a effectué
des recherches approfondies pour appuyer la proposition, et un
groupe bien organisé d’opposants à la proposition ont forcé la
réévaluation du mécanisme précis d’élaboration de règlement.
Environnement Canada a évalué tous les arguments présentés par
les promoteurs et les opposants au Règlement qui a été publié au
préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada et a validé les
assises environnementales utilisées pour justifier l’intervention
réglementaire.
Cependant, l’apparition récente de ces intervenants peut signifier qu’il en existe un groupe important dont les préoccupations
n’ont peut-être pas été prises en considération jusqu’à présent. La
collectivité s’inquiète de ce que l’imposition de la restriction sur
le chenal principal du fleuve dans le cadre de la présente proposition réglementaire ait pour résultat de semer la discorde au sein de
la collectivité et c’est pourquoi la proposition d’interdiction saisonnière visant l’utilisation de bâtiments à propulsion mécanique
sur le chenal principal du fleuve a été retirée sans préjudice.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Canada Shipping Act, 2001 (CSA 2001) provides for maximum fines upon summary conviction of $100,000 or one year in
prison, or both, for violations of regulations made under Part 5 of
the Act, which includes these Regulations. Enforcement is by way
of summary conviction or ticketing under the Contraventions Act.
The Contraventions Regulations, made pursuant to the Contraventions Act, set out prescribed fine amounts for contraventions to
regulations made under the CSA 2001. The Regulations specify
the classes of persons who are entitled to enforce the Regulations
and include the Royal Canadian Mounted Police (RCMP), provincial and municipal police forces, as well as other groups such as
special constables, conservation officers, wildlife officers and
marine safety inspectors.
La Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada (LMMC
2001) prévoit une amende maximale de 100 000 $ à la suite d’une
déclaration de culpabilité par procédure sommaire, ou une peine
d’emprisonnement d’un an, ou les deux, pour les infractions aux
règlements pris en vertu de la Partie 5 de la Loi, dont le Règlement fait partie. L’application des règlements se fait par procédure sommaire ou par le biais d’une contravention en vertu de la
Loi sur les contraventions. Le Règlement sur les contraventions,
pris aux termes de la Loi sur les contraventions, précise les montants réglementaires des amendes pour les infractions aux règlements en vertu de la LMMC 2001. Le Règlement indique les
groupes de personnes autorisées à faire respecter le Règlement.
La Gendarmerie royale du Canada (GRC), les services de police
provinciaux et municipaux, ainsi que d’autres personnes telles
que les agents de police spéciaux, les agents de conservation, les
agents de protection de la faune et les inspecteurs de la sécurité
maritime, figurent parmi ces groupes.
Les autorités locales qui ont présenté à TC une demande concernant les restrictions à la navigation sont responsables de l’application des restrictions et ont garanti qu’elles s’acquitteraient
des mesures d’exécution et assureraient l’entretien des pancartes
nécessaires. On ne prévoit aucune augmentation des coûts d’exécution pour le gouvernement fédéral. En règle générale, les organismes d’exécution locaux s’acquittent des mesures d’exécution
parallèlement à leurs autres tâches. Par conséquent, les administrations locales ne subissent pas non plus une hausse importante
des coûts d’exécution.
Étant donné que les questions relatives à la navigation de plaisance et à la navigation commerciale sont de compétence fédérale, le Règlement constitue un mécanisme auquel les autorités
locales peuvent avoir recours pour intervenir face à des problèmes
de sécurité locaux et à des menaces pour l’environnement ou
l’intérêt public, en s’associant avec le gouvernement fédéral pour
adopter des règlements en vertu de la LMMC 2001. Comme la
philosophie sous-jacente au Règlement est axée sur le partenariat
entre le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et
les administrations municipales, dans le cadre d’un programme
déjà en place, le personnel de TC offre des séances d’information
sur la réglementation et d’autres services de soutien pour aider les
organismes d’exécution locaux (y compris maintenant les gardes
de parc de la Colombie-Britannique) à s’acquitter de leurs fonctions d’exécution.
The local authorities that have applied to TC for restrictions to
navigation are responsible for the enforcement of those restrictions and have guaranteed that they will conduct the enforcement
and maintain the required signage. No increase in the cost of enforcement to the federal government is expected. Local enforcement agencies normally conduct enforcement incidental to their
other duties and therefore there is no significant increase of enforcement costs to local governments either.
As matters pertaining to navigation and shipping are under the
jurisdiction of the federal government, the Regulations provide a
mechanism whereby local authorities can respond to local safety
situations and threats to the environment or the public interest, by
partnering with the federal government to enact regulations under
the CSA 2001. Since the philosophy behind the Regulations is
one of partnership between federal, provincial and municipal
governments through an existing program, TC staff provide regulatory briefings and other support to assist local enforcement
agencies (now including British Columbia Park Rangers) in their
enforcement functions.
The Columbia Wetlands complex (British Columbia)
Le complexe humide du fleuve Columbia (Colombie-Britannique)
With respect to the Columbia Wetlands complex, the province
of British Columbia has formally guaranteed enforcement of the
amendments to the Regulations. The British Columbia Conservation Officer Service was previously appointed to enforce regulations relating to small vessels under the CSA 2001. However, the
province has now requested that the amendments to the Regulations include a new appointment of British Columbia Park Rangers as enforcement officers, specifically to support the enforcement of the new restrictions and prohibitions in the Columbia
Wetlands complex. British Columbia Park Rangers are trained in
enforcement and natural resources management and are prepared
to carry out enforcement of the Regulations, not just in the
Columbia Wetlands complex but also elsewhere in British
Columbia.
En ce qui a trait au complexe humide du fleuve Columbia,
la province de la Colombie-Britannique a officiellement garanti
l’application des modifications qui seront apportées au Règlement. Le Conservation Officer Service de la ColombieBritannique était précédemment chargé de mettre en application
les règlements de la LMMC 2001 en rapport avec les petits bâtiments. Toutefois, la province demande maintenant que des gardes
de parc de la Colombie-Britannique soient nommés agents
d’exécution, notamment pour appuyer la mise en application des
nouvelles restrictions et interdictions imposées pour le complexe
humide du fleuve Columbia. Les gardes de parc de la ColombieBritannique ont reçu une formation en exécution et en gestion
des ressources naturelles et sont prêts à assurer l’application
du Règlement, non seulement dans le complexe humide du
fleuve Columbia, mais aussi dans d’autres secteurs de la
Colombie-Britannique.
1535
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Performance measurement and evaluation
Mesure du rendement et évaluation
The Regulations provide a specific mechanism for advising
stakeholders when a new restriction is brought into force. Once an
amendment to the Regulations is published in the Canada Gazette, Part II, the local authority responsible for a particular restriction is authorized by the Minister of Transport to erect signs. The
signs are of a standard appearance, as set out in Schedule 9 to the
Regulations, and they must be maintained by the local authority
responsible for the restriction and may not be removed without
authorization from the Minister of Transport.
Le Règlement prévoit un mécanisme précis pour informer les
intervenants du moment où une nouvelle restriction entre en vigueur. À la suite de la publication d’une modification au Règlement dans la Partie II de la Gazette du Canada, l’autorité locale
responsable de la restriction en cause est autorisée par le ministre
des Transports à installer des pancartes. Ces dernières doivent
être d’apparence normale, tel qu’il est indiqué à l’annexe 9 du
Règlement, doivent être entretenues par l’autorité locale responsable de la restriction, et ne peuvent être retirées sans l’autorisation du ministre des Transports.
Les bureaux régionaux de la sécurité nautique de TC tiennent
des dossiers concernant les demandes de restrictions visant l’utilisation des bâtiments et communiquent directement et régulièrement avec les autorités locales responsables de la surveillance
des effets des restrictions. Lorsqu’une autorité locale détermine
qu’une restriction n’est plus nécessaire ou doit être modifiée, le
bureau régional de la sécurité nautique l’invite à présenter une
demande de modification additionnelle au Règlement pour invalider ou modifier la restriction en question.
TC regional Offices of Boating Safety maintain records with
respect to the applications for vessel operation restrictions and are
in continued direct contact with local authorities, who are responsible for monitoring the effects of the restrictions. When a local
authority identifies that a restriction is no longer needed or
requires modification, the regional Office of Boating Safety
will advise the authority to apply for a further amendment to the
Regulations to repeal or modify the specific restriction.
The Columbia Wetlands complex (British Columbia)
Le complexe humide du fleuve Columbia (Colombie-Britannique)
With respect to the Columbia Wetlands complex, a specific
long-term performance evaluation plan is being established by the
Columbia Wetlands Stewardship Partnership. The partnership
consists of representatives from 35 separate organizations, including federal, provincial, and municipal/regional governments, First
Nations and stakeholder groups. The stated purposes of the Columbia Wetlands Stewardship Partnership are to:
• evaluate the efficacy of the vessel operation restrictions
and collect data on the levels of vessel impacts on the
environment;
• develop strategies for enforcement and compliance with
the proposed amendments to the Regulations and other
legislation;
• ensure that the management of the wetlands is founded on a
solid scientific basis; and
• evaluate long-term issues respecting water flows into the wetlands and the impacts of potential climate change.
En ce qui a trait au complexe humide du fleuve Columbia, le
Columbia Wetlands Stewardship Partnership travaille présentement à l’établissement d’un plan d’évaluation du rendement à
long terme particulier. Ce partenariat se compose de représentants
de 35 organismes distincts, dont les gouvernements fédéral et
provinciaux, les administrations municipales ou régionales, les
Premières Nations et des groupes d’intervenants. Les objectifs
que s’est fixés le Columbia Wetlands Stewardship Partnership
sont les suivants :
• évaluer l’efficacité des restrictions visant l’utilisation des bâtiments et recueillir des données sur les niveaux d’incidence
des bâtiments sur l’environnement;
• élaborer des stratégies d’application et de conformité pour les
modifications proposées au Règlement et d’autres textes de
loi;
• veiller à ce que la gestion des marécages soit fondée sur de
solides données scientifiques;
• évaluer les problèmes à long terme concernant les débits
d’eau dans les marécages et les répercussions des changements climatiques possibles.
Le Columbia Wetlands Stewardship Partnership évaluera les
effets des restrictions visant l’utilisation des bâtiments et devra
déterminer si, ultérieurement, des modifications additionnelles au
régime de réglementation se révéleront nécessaires pour la protection de l’environnement.
De concert avec l’Université de la Colombie-Britannique, TC a
établi un projet pilote pour le dénombrement des bâtiments éloignés et un système de surveillance des sillages sur le fleuve Columbia. Ce projet permettra au Columbia Wetlands Stewardship
Partnership de surveiller les conditions préalables et postérieures
à la réglementation, ainsi que l’efficacité des stratégies d’éducation, de conformité et d’exécution.
The Columbia Wetlands Stewardship Partnership will evaluate
the impacts of the vessel operation restrictions and will be responsible to identify if, in the future, further amendments to
the regulatory regime may be necessary for the protection of the
environment.
In partnership with the University of British Columbia, TC has
established a pilot project for a remote vessel count and wake
monitoring system on the Columbia River. This will allow the
Columbia Wetlands Stewardship Partnership to monitor both preand post-regulation conditions and the effectiveness of education,
compliance and enforcement strategies.
Contacts
Personnes-ressources
Transport Canada
Kevin Monahan
Project Manager
Regulatory Services and Quality Assurance (AMSX)
Transports Canada
Kevin Monahan
Gestionnaire de projets
Services de réglementation et assurance de la qualité (AMSX)
1536
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Marine Safety
Transport Canada
Place de Ville, Tower C, 11th Floor
330 Sparks Street
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-998-8207
Fax: 613-991-5670
Email: kevin.monahan@tc.gc.ca
Environment Canada with respect to the Columbia Wetlands
complex
Andrée Mailloux
Habitat Conservation Policy Analyst
Canadian Wildlife Service
351 St. Joseph Blvd.
Gatineau, Québec
K1A 0H3
Telephone: 819-934-8021
Fax: 819-994-4445
Email: andree.mailloux@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-213
Sécurité maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour C, 11e étage
330, rue Sparks
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-998-8207
Télécopieur : 613-991-5670
Courriel : kevin.monahan@tc.gc.ca
Environnement Canada pour les questions relatives au complexe
humide du fleuve Columbia
Andrée Mailloux
Analyste des politiques de conservation des habitats
Service canadien de la faune
351, boulevard Saint-Joseph
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-934-8021
Télécopieur : 819-994-4445
Courriel : andree.mailloux@ec.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1537
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-214
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-214
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-214
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
CPFTA Rules of Origin Regulations
Règlement sur les règles d’origine (ALÉCP)
P.C. 2009-1203
C.P. 2009-1203
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to subsection 16(2)a of the Customs Tariffb, hereby makes the annexed
CPFTA Rules of Origin Regulations.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu du
paragraphe 16(2)a du Tarif des douanesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur les règles
d’origine (ALÉCP), ci-après.
CPFTA RULES OF ORIGIN REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES RÈGLES D’ORIGINE (ALÉCP)
RULES OF ORIGIN
RÈGLES D’ORIGINE
1. The following provisions of the Free Trade Agreement between Canada and the Republic of Peru, signed on May 29, 2008,
have the force of law in Canada:
(a) Articles 301 to 305;
(b) Article 306, paragraphs 1 and 2;
(c) Articles 307 to 315;
(d) Article 318; and
(e) Annex 301.
1. Les dispositions ci-après de l’Accord de libre-échange entre
le Canada et la République du Pérou, dans sa version au 29 mai
2008, ont force de loi au Canada :
a) les articles 301 à 305;
b) les paragraphes 1 et 2 de l’article 306;
c) les articles 307 à 315;
d) l’article 318;
e) l’annexe 301.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which section 36 of the Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act, chapter 16 of the Statutes of Canada, 2009, comes into
force.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’article 36 de la Loi de mise en œuvre de l’Accord de
libre-échange Canada-Pérou, chapitre 16 des Lois du Canada
(2009).
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the regulations or the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie des règlements ou du Décret.)
Executive summary
Résumé
Issue: The Canada-Peru Free Trade Agreement (CPFTA) was
signed on May 29, 2008 and the Canada-Peru Free Trade
Agreement Implementation Act (Bill C-24) received Royal
Assent on June 18, 2009. Regulations and an Order are also
necessary to fully implement the CPFTA in Canada.
Question : L’Accord de libre-échange Canada-Pérou
(ALÉCP) a été signé le 29 mai 2008, et la Loi de mise en œuvre de l’Accord de libre-échange Canada-Pérou (projet de
loi C-24) a reçu la sanction royale le 18 juin 2009. Des règlements et un décret sont requis pour que l’ALÉCP puisse être
complètement mis en œuvre au Canada.
Description : Ces règlements doivent être pris pour que le
Canada puisse s’acquitter de ses obligations aux termes de
l’ALÉCP. Ils établissent un lien entre le régime tarifaire préférentiel prévu à l’ALÉCP, et intégré au Tarif des douanes par le
projet de loi C-24, et les règles d’origine qui permettent de
Description: These regulations are required to fully implement Canada’s obligations under the CPFTA. They link the
preferential tariff treatment provided for under the CPFTA,
and implemented in the Customs Tariff by Bill C-24, with the
rules of origin necessary to determine whether goods qualify
———
———
a
a
b
S.C. 2001, c. 28, s. 34(1)
S.C. 1997, c. 36
1538
b
L.C. 2001, ch. 28, par. 34(1)
L.C. 1997, ch. 36
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-214
for that preferential tariff treatment. The Order is required to
set out the annual quantities for the refined sugar tariff rate
quota provided for in the CPFTA and implemented in the Customs Tariff by Bill C-24.
Cost-benefit statement: Based on current trading patterns, it
is estimated that, under the CPFTA, the annual duties foregone by the Government would be approximately $5 million.
These duties foregone represent a benefit, in the form of lower
customs duties paid by Canadian importers of Peru-originating
products. The CPFTA will provide Canadian exporters with
increased access to the Peruvian market.
Business and consumer impacts: The CPFTA is expected to
result in increased trade flows between Canada and Peru.
Removal of tariffs in Canada will lower costs to Canadian
importers.
Domestic and international coordination and cooperation:
These regulations and Order implement the CPFTA in Canada
signed on May 29, 2008 and coming into force on August 1,
2009.
déterminer si les marchandises donnent droit à ce régime tarifaire préférentiel. Le Décret doit être pris pour établir les
quantités annuelles pour le contingent tarifaire visant du sucre
raffiné prévu à l’ALÉCP et intégré au Tarif des douanes par le
projet de loi C-24.
Énoncé des coûts et avantages : Compte tenu des actuelles
tendances en matière de commerce, les droits de douane annuels auxquels le gouvernement renoncera en application de
l’ALÉCP sont évalués à environ 5 millions de dollars. Ces
droits de douane renoncés représentent un avantage, sous la
forme des droits de douane réduits pour les importateurs canadiens des produits originaires de Pérou. L’ALÉCP fournira
aux exportateurs canadiens un meilleur accès au marché du
Pérou.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs :
L’ALÉCP devrait entraîner une augmentation des flux commerciaux entre le Canada et le Pérou. L’abolition des droits de
douane au Canada réduira les coûts pour les importateurs
canadiens.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Ces règlements et ce décret contribuent à mettre
en vigueur au Canada l’ALÉCP qui a été signé le 29 mai 2008
et entrera en vigueur le 1er août 2009.
Issue
Question
The Canada-Peru Free Trade Agreement (CPFTA) was signed
on May 29, 2008 and the Canada-Peru Free Trade Agreement
Implementation Act (Bill C-24) received Royal Assent on
June 18, 2009. Regulations and an Order are also necessary to
fully implement the CPFTA in Canada. The Agreement will come
into force on August 1, 2009.
L’Accord de libre-échange Canada-Pérou (ALÉCP) a été signé
le 29 mai 2008, et la Loi de mise en œuvre de l’Accord de libreéchange Canada-Pérou (projet de loi C-24) a reçu la sanction
royale le 18 juin 2009. Des règlements et un Décret sont requis
pour que l’ALÉCP puisse être mis en œuvre au Canada. L’Accord
entrera en vigueur le 1er août 2009.
Objectives
Objectifs
When implementing free trade agreements in Canada, a Bill
and associated regulations and orders are necessary to implement
commitments into the Canadian legal framework. As such, these
regulations and Order are required to fully implement Canada’s
obligations under the CPFTA.
Lors de la mise en œuvre d’accords de libre-échange au Canada, un projet de loi et des règlements et des décrets connexes doivent être adoptés pour que les engagements puissent être intégrés
dans le cadre juridique du Canada. Ainsi, ces règlements et ce
décret doivent être pris pour que le Canada puisse s’acquitter de
ses obligations aux termes de l’ALÉCP.
Description
Description
The CPFTA Rules of Origin Regulations implement, in Canada, the rules of origin negotiated by Canada and Peru, which will
be used to determine when goods have undergone sufficient production to qualify for preferential tariff treatment under the
CPFTA. Preferential tariff treatment under the CPFTA, which
reflects the actual reduction in specific rates of duty, has been
implemented in the Customs Tariff through Bill C-24.
Le Règlement sur les règles d’origine (ALÉCP) instaure, au
Canada, les règles d’origine que le Canada a négociées avec le
Pérou et qui serviront à déterminer à quel moment la production
de marchandises est suffisamment avancée pour donner droit au
régime tarifaire préférentiel aux termes de l’ALÉCP. Le régime
tarifaire préférentiel prévu à l’ALÉCP, qui tient compte de la
réduction des taux de droits de douane précis, a été intégré au
Tarif des douanes grâce au projet de loi C-24.
Le Règlement sur les règles d’origine des marchandises occasionnelles (ALÉCP) énonce les règles d’origine applicables aux
livraisons de faible valeur et aux marchandises importées par les
voyageurs pour assurer l’admissibilité des marchandises sans
devoir appliquer de fastidieuses exigences documentaires.
Le Règlement sur la préférence tarifaire (ALÉCP) fait en sorte
que les marchandises admissibles qui ne sont pas expédiées directement entre le Pérou et le Canada demeurent admissibles à des
taux de droits préférentiels si elles demeurent sous contrôle douanier pendant leur présence sur le territoire de pays tiers.
The CPFTA Rules of Origin for Casual Goods Regulations set
out the origin requirements for low-value shipments and for
goods imported by travelers to ensure that eligible goods qualify
without onerous documentation requirements.
The CPFTA Tariff Preference Regulations allow eligible goods
that are not shipped directly between Peru and Canada to retain
their eligibility for preferential tariff rates provided that they
remain under customs control in third countries.
1539
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-214
The CPFTA Sugar Aggregate Quantity Limit Order sets out
annual quantities of refined sugar imported from Peru that can
benefit from the preferential rate under the CPFTA. A tariff rate
quota was established under the CPFTA that will allow
3 000 metric tonnes of refined sugar to be imported duty-free into
Canada starting on year 6 following the entry into force of the
Agreement. This quantity will gradually increase to 4 654 metric
tonnes by year 10 following the entry into force of the CPFTA
and remain at this level thereafter. The authority for the tariff rate
quota and the applicable tariff items were introduced into the
Customs Tariff by Bill C-24.
Le Décret limitant la quantité globale des sucres (ALÉCP) établit les quantités annuelles de sucre raffiné importé du Pérou qui
peuvent profiter du taux de droits de douane préférentiel aux termes de l’ALÉCP. Un contingent tarifaire a été établi aux termes
de l’ALÉCP qui permettra 3 000 tonnes métriques de sucre raffiné d’être importées sans droits de douane au Canada commençant
l’année 6 suivant l’entrée en vigueur de l’Accord. Cette quantité
grandira graduellement jusqu’aux 4 654 tonnes métriques par
l’année 10 suivant l’entrée en vigueur de l’ALÉCP et restera par
la suite à ce niveau. L’autorité pour le contingent tarifaire et les
numéros tarifaires applicables ont été introduits au Tarif des
douanes grâce au projet de loi C-24.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Implementation of these regulations and Order is necessary to
fulfill Canada’s obligations under CPFTA. There are no other
practical alternatives. Regulations made pursuant to subsection 16(2) and an Order made pursuant to subsection 49.5(9) of
the Customs Tariff are the appropriate mechanisms.
Ces règlements et ce décret doivent être mis en œuvre afin que
le Canada puisse s’acquitter de ses obligations aux termes de
l’ALÉCP. Il s’agit de la seule solution pratique. La prise de règlements en vertu du paragraphe 16(2) et de décret en vertu du
paragraphe 49.5(9) du Tarif des douanes représente le mécanisme
qui convient le mieux.
Benefits and costs
Avantages et coûts
These regulations and Order are necessary to fully implement
Canada’s commitments under the CPFTA. Peru is an established
and growing commercial partner for Canada. Canada’s merchandise trade with Peru has expanded significantly in the past several
years, with two-way trade amounting to $2.8 billion in 2008. The
value of Canadian exports to Peru was $390 million for 2008,
representing an increase of 18% over the previous year. Imports
totalled $2.5 billion in 2008. Major Canadian exports to Peru
include cereals, pulses, paper, technical instruments and machinery. Major imports from Peru consist of gold, zinc, copper and
petroleum oil.
Ces règlements et ce décret doivent être pris pour que le Canada puisse s’acquitter intégralement de ses engagements en vertu
de l’ALÉCP. Le Pérou est un partenaire commercial solide et de
plus en plus important pour le Canada. Le commerce entre le
Canada et le Pérou a augmenté considérablement au cours des
dernières années, avec des échanges bilatéraux totalisant 2,8 milliards de dollars en 2008. Le montant des exportations canadiennes vers le Pérou s’est établi à 390 millions de dollars en 2008,
enregistrant ainsi une progression de 18 % par rapport à l’année
dernière. Les importations ont totalisé 2,5 milliards de dollars en
2008. Les principales exportations canadiennes au Pérou comprennent des céréales, de légumineuses, du papier, du matériel
technique et de la machinerie. Les principales importations du
Pérou se composent de minerai d’or, de zinc et de cuivre et de
pétrole.
Compte tenu des tendances actuelles en matière de commerce,
les droits de douane annuels auxquels le gouvernement renoncera
en application de l’ALÉCP sont évalués à environ 5 millions de
dollars. Ces droits de douane renoncés représentent un avantage
sous la forme des droits de douane réduits pour les importateurs
canadiens des produits originaires du Pérou. L’abolition des droits
de douane au Canada pourrait entraîner une hausse des importations du Pérou, ce qui pourrait entraîner une plus grande économie de droits de douane pour les importateurs canadiens. De plus,
l’abolition des droits de douane dans le marché du Pérou devrait
permettre une plus grande pénétration de ce marché par les exportateurs canadiens, ce qui pourrait se traduire par une hausse des
exportations. La réduction des droits du Pérou sur les exportations
canadiennes contribuera à accroître la compétitivité des marchandises canadiennes dans un éventail de secteurs, dont ceux de
l’exploitation minière, de la fabrication et de l’agriculture et des
produits agroalimentaires.
Based on current trading patterns, it is estimated that, under the
CPFTA, the annual duties foregone by the Government would be
approximately $5 million. These duties foregone represent a
benefit in the form of lower customs duties paid by Canadian
importers of Peru-originating products. With the removal of tariffs in Canada, increased imports from Peru could be expected,
thus potentially leading to enhanced customs duty savings by
Canadian importers. Moreover, the removal of tariffs in the Peruvian market should help Canadian exporters further penetrate that
market, potentially leading to increased exports. Reduction of
Peruvian tariffs on Canadian goods would help make Canadian
exporters more competitive in a range on sectors, including mining, manufacturing and agriculture.
Rationale
Justification
These regulations and Order are necessary to fully implement
Canada’s commitments under the CPFTA. The CPFTA was
signed on May 29, 2008 and Bill C-24 implementing the CPFTA
in Canada received Royal Assent on June 18, 2009. More specifically, the regulations link the preferential tariff treatment provided for under the CPFTA, and implemented in the Customs
Ces règlements et ce décret doivent être pris pour que le Canada puisse s’acquitter intégralement de ses engagements en vertu
de l’ALÉCP. L’ALÉCP a été signé le 29 mai 2008, et le projet de
loi C-24 qui met en œuvre l’Accord au Canada a reçu la sanction
royale le 18 juin 2009. Plus précisément, les règlements établissent un lien entre le régime tarifaire préférentiel prévu à
1540
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-214
Canada has already implemented similar regulations for purposes of its other bilateral and regional free trade agreements
(FTAs), including the North American Free Trade Agreement, the
Canada-Chile FTA, the Canada-Israel FTA and the Canada-Costa
Rica FTA.
l’ALÉCP, et intégré au Tarif des douanes par le projet de loi
C-24, et les règles d’origine qui permettent de déterminer si les
marchandises donnent droit à ce régime tarifaire préférentiel. Le
Décret doit être pris pour établir les quantités annuelles pour le
contingent tarifaire et les numéros tarifaires prévus à l’ALÉCP et
intégrés au Tarif des douanes par le projet de loi C-24.
Le Canada a déjà mis en œuvre des règlements semblables relatifs à d’autres accords de libre-échange bilatéraux et régionaux,
dont l’Accord de libre-échange nord-américain, l’Accord de libreéchange Canada-Chili, l’Accord de libre-échange Canada-Israël
et l’Accord de libre-échange Canada-Costa Rica.
Consultation
Consultation
In August 2002, the Government of Canada announced exploratory discussions with the Andean countries and, on June 7,
2007, announced the launch of free trade negotiations with Peru.
Canadian manufacturers, importers and exporters were consulted
extensively and kept informed of developments throughout the
negotiations, including on issues concerning rules of origin and
refined sugar imports. The CPFTA was signed on May 29, 2008,
and is supported by a broad cross-section of Canadian
stakeholders.
En août 2002, le gouvernement du Canada annonçait le début
de discussions exploratoires avec les pays andins et, le 7 juin
2007, des négociations de libre-échange avec le Pérou furent lancées. Les fabricants, importateurs et exportateurs canadiens ont
été consultés et tenus informés de l’évolution de la situation tout
au long des négociations, y compris en ce qui touche les questions
liées aux règles d’origine et aux importations de sucre raffiné.
L’ALÉCP a été signé le 29 mai 2008 et a l’appui d’un large éventail d’intervenants.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Canada Border Services Agency (CBSA) will monitor
compliance with the terms and conditions of these regulations and
Order in the normal course of its administration of customs and
tariff-related legislation and regulations. As in the case of previous free trade agreements, the CBSA will update its systems to
account for the implementation in Canada of the CPFTA and will
inform importers of all relevant CPFTA-related issues pertaining
to these regulations and Order.
Les fonctionnaires de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) veilleront au respect des modalités des règlements
et du Décret dans le cours normal de l’application des lois et règlements régissant les douanes et les tarifs douaniers. Comme elle
l’a fait pour d’autres accords de libre-échange, l’ASFC mettra à
jour ses systèmes afin qu’ils tiennent compte de la mise en œuvre
au Canada de l’ALÉCP et informera les importateurs de toutes les
questions liées à l’ALÉCP qui ont trait à ces règlements et à ce
décret.
Tariff by Bill C-24, with the rules of origin necessary to determine whether goods qualify for that preferential tariff treatment.
The Order is necessary to set out the annual quantities for the
tariff rate quota and tariff items provided for in the CPFTA and
implemented in the Customs Tariff by Bill C-24.
Contact
Personne-ressource
Colleen Brock
International Trade Policy Division
Department of Finance
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-996-5470
Colleen Brock
Division de la politique commerciale internationale
Ministère des Finances
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-996-5470
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1541
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-215
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-215
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-215
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
CPFTA Rules of Origin for Casual Goods
Regulations
Règlement sur les règles d’origine des
marchandises occasionnelles (ALÉCP)
P.C. 2009-1204
C.P. 2009-1204
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to subsection 16(2)a of the Customs Tariffb, hereby makes the annexed
CPFTA Rules of Origin for Casual Goods Regulations.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu du
paragraphe 16(2)a du Tarif des douanesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur les règles
d’origine des marchandises occasionnelles (ALÉCP), ci-après.
CPFTA RULES OF ORIGIN FOR
CASUAL GOODS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES RÈGLES D’ORIGINE DES
MARCHANDISES OCCASIONNELLES (ALÉCP)
INTERPRETATION
DÉFINITION
1. In these Regulations, “casual goods” means goods other than
goods imported for sale or for an industrial, occupational, commercial or institutional or other like use.
1. Dans le présent règlement, « marchandises occasionnelles »
s’entend des marchandises autres que celles importées en vue de
leur vente ou d’usages industriels, professionnels, commerciaux
ou collectifs, ou à d’autres fins analogues.
CASUAL GOODS
MARCHANDISES OCCASIONNELLES
2. Casual goods that are acquired in Peru are considered to
originate in that country and are entitled to the benefit of the Peru
Tariff if
(a) the marking of the goods is in accordance with the marking
laws of Peru and indicates that the goods are the product of
Peru or Canada; or
(b) the goods do not bear a mark and there is no indication that
the goods are not the product of Peru or Canada.
2. Les marchandises occasionnelles acquises au Pérou sont
considérées comme originaires de ce pays et bénéficient du tarif
du Pérou dans l’un ou l’autre des cas suivants :
a) leur marquage est conforme aux lois sur le marquage du Pérou et indique qu’elles sont des produits du Pérou ou du
Canada;
b) elles ne portent pas de marque et rien n’indique qu’elles ne
sont pas des produits du Pérou ou du Canada.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which section 36 of the Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act, chapter 16 of the Statutes of Canada, 2009, comes into
force.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’article 36 de la Loi de mise en œuvre de l’Accord de
libre-échange Canada-Pérou, chapitre 16 des Lois du Canada
(2009).
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 1538, following
SOR/2009-214.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 1538, à la suite du
DORS/2009-214.
———
———
a
b
S.C. 2001, c. 28, s. 34(1)
S.C. 1997, c. 36
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
1542
a
b
L.C. 2001, ch. 28, par. 34(1)
L.C. 1997, ch. 36
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-216
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-216
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-216
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
CPFTA Tariff Preference Regulations
Règlement sur la préférence tarifaire (ALÉCP)
P.C. 2009-1205
C.P. 2009-1205
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to subsection 16(2)a of the Customs Tariffb, hereby makes the annexed
CPFTA Tariff Preference Regulations.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu du
paragraphe 16(2)a du Tarif des douanesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur la préférence
tarifaire (ALÉCP), ci-après.
CPFTA TARIFF PREFERENCE REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA PRÉFÉRENCE
TARIFAIRE (ALÉCP)
INTERPRETATION
DÉFINITION
1. In these Regulations, “originating” means qualifying as
originating in the territory of a Party under the rules of origin set
out in Chapter Three (Rules of Origin) of the Canada-Peru Free
Trade Agreement, signed on May 29, 2008.
1. Dans le présent règlement, « originaire » se dit de la marchandise qui constitue un produit d’origine du territoire d’une
partie au titre des règles d’origine du chapitre trois (Règles d’origine) de l’Accord de libre-échange Canada-Pérou, signé le 29 mai
2008.
GENERAL
DISPOSITION GÉNÉRALE
2. For the purposes of paragraph 24(1)(b) of the Customs Tariff, originating goods exported from Peru are entitled to the benefit of the Peru Tariff if
(a) the goods are shipped to Canada without shipment through
another country either
(i) on a through bill of lading, or
(ii) without a through bill of lading if the importer provides,
when requested by an officer, documentary evidence that indicates the shipping route and all points of shipment and
transhipment prior to the importation of the goods; or
(b) the goods are shipped to Canada through another country
and the importer provides, when requested by an officer,
(i) documentary evidence that indicates the shipping route
and all points of shipment and transhipment prior to the importation of the goods, and
(ii) a copy of the customs control documents that establish
that the goods remained under customs control while in that
other country.
2. Pour l’application de l’alinéa 24(1)b) du Tarif des douanes,
les marchandises originaires bénéficient du tarif du Pérou si elles
sont expédiées au Canada à partir du Pérou et si les conditions
suivantes sont réunies :
a) dans le cas où elles ne transitent pas par un autre pays :
(i) soit elles sont expédiées sous le couvert d’un connaissement direct,
(ii) soit elles sont expédiées sans connaissement direct et
l’importateur fournit, à la demande de l’agent des douanes,
des preuves documentaires faisant état de l’itinéraire et de
tous les points d’expédition et de transbordement avant leur
importation;
b) dans le cas où elles transitent par un autre pays, l’importateur fournit, à la demande de l’agent des douanes :
(i) des preuves documentaires faisant état de l’itinéraire et de
tous les points d’expédition et de transbordement avant leur
importation,
(ii) une copie des documents de contrôle douanier établissant
qu’elles sont demeurées sous contrôle douanier pendant leur
transit dans l’autre pays.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which section 42 of the Canada-Peru Trade Agreement Implementation
Act, chapter 16 of the Statutes of Canada 2009, comes into force.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’article 42 de la Loi de mise en œuvre de l’Accord de
libre-échange Canada-Pérou, chapitre 16 des Lois du Canada
(2009).
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 1538, following
SOR/2009-214.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 1538, à la suite du
DORS/2009-214.
———
———
a
a
b
S.C. 2001, c. 28, s. 34(1)
S.C. 1997, c. 36
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
b
L.C. 2001, ch. 28, par. 34(1)
L.C. 1997, ch. 36
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1543
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-217
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-217
Enregistrement
DORS/2009-217
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
CPFTA Sugar Aggregate Quantity Limit Order
Décret limitant la quantité globale des sucres –
ALÉCP
P.C. 2009-1206
C.P. 2009-1206
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to subsection 49.5(9)a of the Customs Tariffb, hereby makes the annexed
CPFTA Sugar Aggregate Quantity Limit Order.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu du
paragraphe 49.5(9)a du Tarif des douanesb, Son Excellence la
Gouverneure générale en conseil prend le Décret limitant la
quantité globale des sucres – ALÉCP, ci-après.
CPFTA SUGAR AGGREGATE
QUANTITY LIMIT ORDER
DÉCRET LIMITANT LA QUANTITÉ
GLOBALE DES SUCRES – ALÉCP
TARIFF RATE QUOTA
CONTINGENT TARIFAIRE
1. The aggregate quantity limit of goods referred to in tariff
item Nos. 1701.91.10, 1701.99.10, 1702.90.21, 1702.90.61,
1702.90.70 and 1702.90.81 that are entitled to the Peru Tariff, for
the period set out in column 1 of the schedule, is the applicable
aggregate quantity limit set out in column 2.
1. La quantité globale des marchandises des nos tarifaires
1701.91.10, 1701.99.10, 1702.90.21, 1702.90.61, 1702.90.70 et
1702.90.81 qui bénéficient du tarif du Pérou est limitée, pour la
période indiquée dans la colonne 1 de l’annexe, à la quantité prévue dans la colonne 2.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which section 42
of the Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act,
chapter 16 of the Statutes of Canada 2009, comes into force.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date d’entrée en vigueur de l’article 42 de la Loi de mise en œuvre de l’Accord de
libre-échange Canada-Pérou, chapitre 16 des Lois du Canada
(2009).
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
AGGREGATE QUANTITY LIMIT OF GOODS REFERRED
TO IN TARIFF ITEM NOS. 1701.91.10, 1701.99.10,
1702.90.21, 1702.90.61, 1702.90.70 and 1702.90.81
QUANTITÉS GLOBALES LIMITES DES MARCHANDISES
VISÉES PAR LES NUMÉROS TARIFAIRES 1701.91.10,
1701.99.10, 1702.90.21, 1702.90.61, 1702.90.70 et 1702.90.81
Column 1
Item
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Period
Day on which this Order comes into force to
December 31, 2009
January 1, 2010 to December 31, 2010
January 1, 2011 to December 31, 2011
January 1, 2012 to December 31, 2012
January 1, 2013 to December 31, 2013
January 1, 2014 to December 31, 2014
January 1, 2015 to December 31, 2015
January 1, 2016 to December 31, 2016
January 1, 2017 to December 31, 2017
January 1, 2018 to December 31, 2018 and
each subsequent calendar year
———
a
b
S.C. 2009, c. 16, s. 42
S.C. 1997, c. 36
1544
Column 2
Aggregate Quantity
Limit (Tonnes)
Colonne 1
Article
0
0
0
0
0
3,000
3,413
3,827
4,240
4,654
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Période
De l’entrée en vigueur du présent décret au
31 décembre 2009
Du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2010
Du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2011
Du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2012
Du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013
Du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014
Du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2015
Du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2016
Du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2017
Du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018 et
pour chaque nouvelle année civile suivante
———
a
b
L.C. 2009, ch. 16, art. 42
L.C. 1997, ch. 36
Colonne 2
Quantité globale limite
en tonnes métriques
0
0
0
0
0
3 000
3 413
3 827
4 240
4 654
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-217
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for this
Order appears at page 1538, following SOR/2009-214.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce décret se trouve à la page 1538, à la suite du
DORS/2009-214.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1545
2009-08-19
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-218
Enregistrement
DORS/2009-218
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
BANKRUPTCY AND INSOLVENCY ACT
LOI SUR LA FAILLITE ET L’INSOLVABILITÉ
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite
et l’insolvabilité
P.C. 2009-1208
C.P. 2009-1208
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Industry, pursuant to subsection 209(1) of the Bankruptcy and Insolvency Acta, hereby makes
the annexed Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules.
Sur recommandation du ministre de l’Industrie et en vertu du
paragraphe 209(1) de la Loi sur la faillite et l’insolvabilitéa, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil établit les Règles
modifiant les Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité,
ci-après.
RULES AMENDING THE BANKRUPTCY AND
INSOLVENCY GENERAL RULES
RÈGLES MODIFIANT LES RÈGLES GÉNÉRALES SUR
LA FAILLITE ET L’INSOLVABILITÉ
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. The Bankruptcy and Insolvency General Rules are
amended by adding the following after section 1:
1.1 A stock exchange that is regulated by an Act of Parliament
or of the legislature of a province is prescribed for the purposes of
the definition “income trust” in section 2 of the Act.
2. Section 18 of the Rules is replaced by the following:
18. All bills of costs for legal services – other than those that
do not exceed $2,500 in aggregate, excluding applicable federal
and provincial taxes – must be taxed by the taxing officer.
3. Paragraph 20(a) of the Rules is repealed.
4. Section 26 of the Rules is repealed.
5. Subsection 58(4) of the Rules is amended by replacing
“108(3)” with “108(2)”.
6. The Rules are amended by adding the following after
section 58:
58.1 (1) For the purposes of section 156.1 of the Act, the
amount required to be paid under the agreement must not be more
than $1,800.
(2) Subject to section 136 of the Act, money from the estate of
the bankrupt shall be applied to satisfy the amount to be paid
under the agreement.
(3) The trustee shall provide the Superintendent and the bankrupt with a signed copy of the agreement immediately after it is
entered into.
7. Paragraph 61(2)(c) of the Rules is repealed.
8. Paragraph 62 of the Rules is amended by adding “and”
at the end of paragraph (a) and by repealing paragraph (c).
9. Paragraph 65(3)(a) of the Rules is repealed.
———
a
R.S., c. B-3; S.C. 1992, c. 27, s. 2
1
C.R.C., c. 368; SOR/98-240
1546
1. Les Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité1 sont
modifiées par adjonction, après l’article 1, de ce qui suit :
1.1 Pour l’application de la définition de « fiducie de revenu »
à l’article 2 de la Loi, est visée toute bourse de valeurs mobilières
régie par une loi fédérale ou provinciale.
2. L’article 18 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
18. Les mémoires de frais pour services juridiques, sauf ceux
dont le montant total ne dépasse pas 2 500 $ — abstraction faite
des taxes fédérales et provinciales applicables — sont taxés par le
fonctionnaire taxateur.
3. L’alinéa 20a) des mêmes règles est abrogé.
4. L’article 26 des mêmes règles est abrogé.
5. Au paragraphe 58(4) des mêmes règles, « 108(3) » est
remplacé par « 108(2) ».
6. Les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 58, de ce qui suit :
58.1 (1) Pour l’application de l’article 156.1 de la Loi, la
somme dont l’accord prévoit le paiement n’excède pas 1 800 $.
(2) Sous réserve de l’article 136 de la Loi, les sommes qui se
trouvent à l’actif de la faillite sont appliquées au paiement de la
somme prévue à l’accord.
(3) Le syndic transmet au surintendant et au failli une copie signée de l’accord dès sa conclusion.
7. L’alinéa 61(2)c) des mêmes règles est abrogé.
8. L’alinéa 62c) des mêmes règles est abrogé.
9. L’alinéa 65(3)a) des mêmes règles est abrogé.
———
a
1
L.R., ch. B-3; L.C. 1992, ch. 27, art. 2
C.R.C., ch. 368; DORS/98-240
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
10. Subsection 70(2) of the Rules is replaced by the
following:
(2) After service of an application in accordance with this section, a copy of that application must immediately be filed at the
office of the registrar.
11. Section 77 of the Rules is repealed.
12. Section 87 of the Rules is replaced by the following:
87. The court may order the trustee to file with the court, before or immediately after the first meeting of the creditors, a copy
of the following documents:
(a) the assignment that was filed with the official receiver;
(b) the statement of affairs that was filed with the official receiver; and
(c) the minutes of the first meeting of creditors.
13. The portion of section 94 of the Rules before paragraph (a) is replaced by the following:
94. If an official receiver, under paragraph 57(b.1) or
61(2)(b.1) or subsection 63(6) of the Act, issues a certificate of
assignment, the official receiver shall immediately
14. Section 95 of the Rules is replaced by the following:
10. Le paragraphe 70(2) des mêmes règles est remplacé par
ce qui suit :
(2) Une fois la requête signifiée conformément au présent article, une copie en est déposée sans délai au bureau du registraire.
11. L’article 77 des mêmes règles est abrogé.
12. L’article 87 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
87. Le tribunal peut ordonner au syndic de déposer auprès du
tribunal, avant la première assemblée des créanciers ou aussitôt
après celle-ci, une copie des documents suivants :
a) la cession déposée auprès du séquestre officiel;
b) le bilan déposé auprès du séquestre officiel;
c) le procès-verbal de la première assemblée des créanciers.
94.1 The notice to disclaim or resiliate an agreement that is
given by the debtor under subsection 65.11(1) of the Act must be
served or be sent by registered mail, by courier or, if the recipient
agrees, by electronic transmission.
95. The notice to disclaim or resiliate a lease that is given by an
insolvent person under subsection 65.2(1) of the Act must be
served or be sent by registered mail, by courier or, if the recipient
agrees, by electronic transmission.
15. Paragraph 101(3)(a) of the Rules is repealed.
16. The Rules are amended by adding the following after
section 103:
13. Le passage de l’article 94 des mêmes règles précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
94. Le séquestre officiel qui, conformément aux alinéas 57b.1)
ou 61(2)b.1) ou au paragraphe 63(6) de la Loi, délivre un certificat de cession :
14. L’article 95 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
94.1 Le préavis de résiliation de contrat que donne le débiteur
conformément au paragraphe 65.11(1) de la Loi est soit signifié,
soit envoyé par courrier recommandé, par service de messagerie
ou, si le destinataire y consent, par voie électronique.
95. Le préavis de résiliation du bail que donne la personne insolvable conformément au paragraphe 65.2(1) de la Loi est soit
signifié, soit envoyé par courrier recommandé, par service de
messagerie ou, si le destinataire y consent, par voie électronique.
15. L’alinéa 101(3)a) des mêmes règles est abrogé.
16. Les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 103, de ce qui suit :
PRESCRIBED REGULATORY BODY
ORGANISMES ADMINISTRATIFS
103.1 A stock exchange that is regulated by an Act of Parliament or of the legislature of a province, the Investment Industry
Regulatory Organization of Canada and the Mutual Fund Dealers
Association of Canada are prescribed for the purposes of section 69.6 of the Act.
17. (1) Subsection 105(1) of the Rules is amended by replacing “170.1(6)” with “170.1(2)”.
(2) Section 105 of the Rules is amended by replacing
“170.1(5)” with “170.1(1)” in the following provisions:
(a) paragraph (2)(c);
(b) subsection (4);
(c) paragraphs (9)(b) and (d);
(d) paragraphs (12)(d) and (f); and
(e) subsection (20).
103.1 Pour l’application de l’article 69.6 de la Loi, sont des organismes administratifs l’Organisme canadien de réglementation
du commerce des valeurs mobilières, l’Association canadienne
des courtiers de fonds mutuels et toute bourse de valeurs mobilières régie par une loi fédérale ou provinciale.
17. (1) Au paragraphe 105(1) des mêmes règles, « 170.1(6) »
est remplacé par « 170.1(2) ».
(2) Dans les passages ci-après de l’article 105 des mêmes
règles, « 170.1(5) » est remplacé par « 170.1(1) » :
a) l’alinéa (2)c);
b) le paragraphe (4);
c) les alinéas (9)b) et d);
d) les alinéas (12)d) et f);
e) le paragraphe (20).
(3) Section 105 of the Rules is amended by replacing
“170.1(7)” with “170.1(3)” in the following provisions:
(a) paragraph 105(14)(b); and
(b) subsection 105(15).
(3) Dans les passages ci-après de l’article 105 des mêmes
règles, « 170.1(7) » est remplacé par « 170.1(3) » :
a) l’alinéa 105(14)b);
b) le paragraphe 105(15).
1547
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
18. The heading before section 107 of the Rules is replaced
by the following:
18. L’intertitre précédant l’article 107 des mêmes règles est
remplacé par ce qui suit :
PREFERENCES AND TRANSFERS AT UNDERVALUE
TRAITEMENT PRÉFÉRENTIEL ET
OPÉRATIONS SOUS-ÉVALUÉES
19. Paragraphs 107(a) and (b) of the Rules are amended by
replacing “100” with “99”.
20. (1) Subsections 108(1) and (2) of the Rules are replaced
by the following:
108. (1) For the purposes of paragraph 155(d.1) of the Act, the
notice of the first meeting of creditors must be sent to the persons
referred to in subsection 102(1) of the Act at least 10 days before
the day of the meeting.
(2) Subsection 108(3) of the Rules is renumbered as subsection 108(2).
21. The Rules are amended by adding the following after
section 121:
19. Aux alinéas 107a) et b) des mêmes règles, « 100 » est
remplacé par « 99 ».
20. (1) Les paragraphes 108(1) et (2) des mêmes règles sont
remplacés par ce qui suit :
108. (1) Pour l’application de l’alinéa 155d.1) de la Loi, l’avis
de la première assemblée des créanciers est envoyé aux personnes
visées au paragraphe 102(1) de la Loi au moins dix jours avant la
date de l’assemblée.
(2) Le paragraphe 108(3) des mêmes règles devient le paragraphe 108(2).
21. Les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 121, de ce qui suit :
TRUSTEE REPORT
RAPPORT DU SYNDIC
121.1 (1) For the purposes of subsection 170(1) of the Act, the
circumstances in which the trustee shall prepare a report are the
following:
(a) the bankrupt has surplus income;
(b) an opposition to the discharge of the bankrupt has been
made;
(c) the bankrupt has been bankrupt on a previous occasion
under the laws of Canada or any prescribed jurisdiction; or
(d) a court hearing of the discharge is required.
(2) The report shall be prepared
(a) in the case of an individual who is eligible for an automatic
discharge and who has never before been bankrupt under the
laws of Canada or any prescribed jurisdiction,
(i) during the eighth month after the date of the bankruptcy,
or
(ii) during the twentieth month after the date of the bankruptcy, if the individual is required to make payments under
section 68 of the Act;
(b) in the case of an individual who is eligible for an automatic
discharge and who has been bankrupt once before under the
laws of Canada or any prescribed jurisdiction,
(i) during the twenty-third month after the date of the bankruptcy, or
(ii) during the thirty-fifth month after the date of the bankruptcy, if the individual is required to make payments under
section 68 of the Act; and
(c) in the case of an individual who is not eligible for an automatic discharge, not less than 10 days and not more than
60 days before the date of the hearing of the application for
discharge.
22. Section 130 of the Rules is replaced by the following:
121.1 (1) Pour l’application du paragraphe 170(1) de la Loi, les
circonstances dans lesquelles le syndic prépare un rapport sont les
suivantes :
a) le failli dispose d’un revenu excédentaire;
b) il y a eu opposition à la libération du failli;
c) le failli a déjà fait faillite sous le régime du droit canadien ou
de tout pays prescrit;
d) le tribunal doit tenir une audience sur la libération.
130. For the purposes of subsections 49(6) and (8) of the Act,
the amount is $15,000.
23. The Rules are amended by adding the following after
section 137:
1548
(2) Le rapport est préparé :
a) s’il vise un particulier admissible à une libération d’office
qui fait faillite pour la première fois sous le régime du droit canadien ou de tout pays prescrit :
(i) soit au cours du huitième mois qui suit la date de la
faillite,
(ii) soit au cours du vingtième mois qui suit la date de la faillite, s’il est tenu de faire des versements au titre de l’article 68 de la Loi;
b) s’il vise un particulier admissible à une libération d’office
qui a déjà fait faillite une fois sous le régime du droit canadien
ou de tout pays prescrit :
(i) soit au cours du vingt-troisième mois qui suit la date de la
faillite,
(ii) soit au cours du trente-cinquième mois qui suit la date de
la faillite, s’il est tenu de faire des versements au titre de
l’article 68 de la Loi;
c) s’il vise un particulier qui n’est pas admissible à une libération d’office, au plus tôt le soixantième jour et au plus tard le
dixième jour qui précède la date d’audition de la demande de
libération.
22. L’article 130 des mêmes règles est remplacé par ce qui
suit :
130. Pour l’application des paragraphes 49(6) et (8) de la Loi,
le montant est de 15 000 $.
23. Les mêmes règles sont modifiées par adjonction, après
l’article 137, de ce qui suit :
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
NOTICE RELATED TO FOREIGN PROCEEDING
AVIS CONCERNANT LA RECONNAISSANCE D’UNE
INSTANCE ÉTRANGÈRE
138. For the purposes of paragraph 276(b) of the Act, the notice must contain the following information:
(a) the name and contact information of the foreign
representative;
(b) the name of the debtor and the name under which the debtor
carries on business in Canada, if any;
(c) the following information respecting the order, namely
(i) the name of the court that made it,
(ii) the legislative provision under which it was made, and
(iii) the date on which it was made;
(d) the country in which the foreign proceeding is filed;
(e) whether the proceeding is a foreign main or foreign nonmain proceeding; and
(f) the name and contact information of legal counsel for the
foreign representative.
138. Pour l’application de l’alinéa 276b) de la Loi, les renseignements que doit contenir l’avis sont les suivants :
a) le nom et les coordonnées du représentant étranger;
b) le nom du débiteur et, s’il y a lieu, le nom sous lequel il fait
affaires au Canada;
c) relativement à l’ordonnance :
(i) le nom du tribunal qui l’a rendue,
(ii) la disposition législative en vertu de laquelle elle a été
rendue,
(iii) la date à laquelle elle a été rendue;
d) le pays dans lequel l’instance étrangère est déposée;
e) une indication du caractère principal ou secondaire de
l’instance étrangère;
f) le nom et les coordonnées du conseiller juridique du représentant étranger.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
24. (1) Except for section 16, these Rules come into force on
the day on which section 2 of An Act to establish the Wage
Earner Protection Program Act, to amend the Bankruptcy and
Insolvency Act and the Companies’ Creditors Arrangement Act
and to make consequential amendments to other Acts, chapter 47 of the Statutes of Canada, 2005, comes into force, but if
these Rules are registered after that day, they come into force
on the day on which they are registered.
(2) Section 16 of these Rules comes into force on the day on
which section 37 of An Act to amend the Bankruptcy and Insolvency Act, the Companies’ Creditors Arrangement Act, the
Wage Earner Protection Program Act and chapter 47 of the
Statutes of Canada, 2005, chapter 36 of the Statutes of Canada, 2007, comes into force, but if these Rules are registered
after that day, section 16 comes into force on the day on which
they are registered.
24. (1) Les présentes règles, à l’exception de l’article 16, entrent en vigueur à la date d’entrée en vigueur de l’article 2 de
la Loi édictant la Loi sur le Programme de protection des salariés et modifiant la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, la Loi sur
les arrangements avec les créanciers des compagnies et d’autres
lois en conséquence, chapitre 47 des Lois du Canada (2005),
ou, si elle est postérieure, à la date de leur enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Rules.)
(Ce résumé ne fait pas partie des Règles.)
(2) L’article 16 entre en vigueur à la date d’entrée en vigueur de l’article 37 de la Loi modifiant la Loi sur la faillite et
l’insolvabilité, la Loi sur les arrangements avec les créanciers
des compagnies, la Loi sur le Programme de protection des salariés et le chapitre 47 des Lois du Canada (2005), chapitre 36
des Lois du Canada (2007), ou, si elle est postérieure, à la date
de l’enregistrement des présentes règles.
Issue and objectives
Question et objectifs
Amendments to the Bankruptcy and Insolvency General Rules
and new Companies’ Creditors Arrangement Regulations have
been made with regard to two initiatives. The first initiative is a
comprehensive legislative reform package that requires corresponding regulatory amendments in order to give effect to the
legislative amendments. The second initiative is the Government
of Canada’s commitment to reduce the paper burden by 20% as
included in Advantage Canada, the 2007 Fall Economic Statement and the 2008 Budget.
Des modifications ont été apportées aux Règles générales sur
la faillite et l’insolvabilité et le nouveau Règlement sur les arrangements avec les créanciers des compagnies a été élaboré relativement à deux initiatives. La première concerne un programme
complet de réformes législatives qui nécessite les modifications
réglementaires correspondantes afin de donner effet aux modifications législatives. La seconde se rapporte à l’engagement du
gouvernement du Canada à réduire la paperasserie de 20 %, tel
qu’il est prévu dans Avantage Canada, dans l’énoncé économique
de l’automne 2007 ainsi que dans le budget de 2008.
1549
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
Description and rationale
Description et justification
These regulatory amendments and new regulations provide certainty and clarity for stakeholders with respect to recent amendments to insolvency legislation by adding definitions and standardizing information to be provided under the Bankruptcy and
Insolvency Act. They also streamline the administrative burden
particularly for trustees in bankruptcy.
Ces modifications réglementaires et ce nouveau règlement apportent plus de certitude et de précisions aux intervenants quant
aux récentes modifications législatives en matière d’insolvabilité,
grâce à l’ajout de définitions et à la normalisation des renseignements devant être fournis en vertu de la Loi sur la faillite et
l’insolvabilité. Elles rationalisent également les formalités administratives, notamment pour les syndics de faillite.
1. Legislative reform
1. Réformes législatives
In 2005, a comprehensive insolvency reform package was
introduced in Parliament in the form of Bill C-55 to modernize
the Bankruptcy and Insolvency Act (BIA) and the Companies’
Creditors Arrangement Act (CCAA), as well as to create the
legislative framework for the Wage Earner Protection Program
(WEPP). The Bill received Royal Assent on November 25, 2005,
thereby becoming chapter 47 of the Statutes of Canada, 2005
(Chapter 47). Certain technical amendments were required to be
made to Chapter 47 before it could be brought into force. Those
technical amendments were contained in Bill C-12, An Act to
amend the Bankruptcy and Insolvency Act, the Companies’ Creditors Arrangement Act, the Wage Earner Protection Program Act
and chapter 47 of the Statutes of Canada, 2005 (Bill C-12).
Bill C-12 received Royal Assent on December 14, 2007, thereby
becoming chapter 36 of the Statutes of Canada, 2007 (Chapter 36).
En 2005, une refonte complète du système d’insolvabilité, soit
le projet de loi C-55, a été présentée au Parlement en vue de moderniser la Loi sur la faillite et l’insolvabilité (LFI) et la Loi sur
les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC),
ainsi que de créer un cadre législatif pour le Programme de protection des salariés (PPS). Le projet de loi a reçu la sanction
royale le 25 novembre 2005, devenant ainsi le chapitre 47 des
Lois du Canada (2005) [ci-après le chapitre 47]. Certaines modifications de forme devaient être apportées au chapitre 47 avant
qu’il n’entre en vigueur. Ces modifications de forme font partie
du projet de loi C-12, la Loi modifiant la Loi sur la faillite et
l’insolvabilité, la Loi sur les arrangements avec les créanciers
des compagnies, la Loi sur le Programme de protection des salariés et le chapitre 47 des Lois du Canada (2005) [projet de
loi C-12]. Le projet de loi C-12 a reçu la sanction royale le
14 décembre 2007, devenant ainsi le chapitre 36 des Lois du Canada (2007) [ci-après le chapitre 36].
Les Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité sont modifiées afin de donner effet aux nouvelles dispositions législatives.
En outre, le Bureau du surintendant des faillites (BSF) a un nouveau mandat au titre de la LACC. Ainsi, un nouveau règlement
était nécessaire au titre de la LACC afin que le surintendant exécute son nouveau mandat et mette en œuvre les modifications
législatives. Les Règles modifiées de la LFI et le Règlement sur
les arrangements avec les créanciers des compagnies sont de la
nature suivante :
(A) Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité
• Une règle prescrivant certaines bourses de valeurs mobilières
et certains organismes de réglementation aux fins de la Loi;
• Une augmentation de la limite des avoirs réalisables du failli
de 10 000 $ à 15 000 $ pour l’administration sommaire des
actifs de la faillite, afin que plus de faillis aient droit à un processus simplifié d’administration des actifs en matière de
faillite;
• Une règle prescrivant la forme et la manière d’envoyer un avis
pour résilier un contrat en vue d’accroître l’uniformité de ce
processus;
• Une règle relative au montant maximum prescrit (1 800 $)
pour les accords de paiement après la libération entre le syndic de faillite et le failli, afin que les personnes qui n’auraient
pas autrement les moyens d’accéder au système d’insolvabilité puissent y accéder;
• Une règle énonçant les circonstances et les délais prescrits
dans lesquels le syndic est obligé de préparer un rapport au titre de l’article 170 de la LFI, afin de rationaliser l’administration des actifs de faillite et de diminuer les formalités réglementaires incombant aux syndics;
• Une règle décrivant l’information qu’un représentant étranger
doit inclure à un avis relatif à l’ordonnance reconnaissant une
instance étrangère, qui devra être publié dans un journal
au Canada, aux fins d’uniformité, de prévisibilité et de
transparence;
The Bankruptcy and Insolvency General Rules are amended in
order to give effect to the new provisions in the legislation. In
addition, the Office of the Superintendent of Bankruptcy (OSB)
has a new mandate under the CCAA. Therefore, new regulations
were required under the CCAA in order for the Superintendent to
carry out the new mandate and to implement the changes to the
legislation. The nature of the amended BIA Rules and the Companies’ Creditors Arrangement Regulations are as follows:
(A) Bankruptcy and Insolvency General Rules
• Rule that prescribes certain stock exchanges and regulatory
bodies for the purpose of the Act;
• Increase to the asset limit for summary administration
bankruptcy estates from $10,000 to $15,000 to allow more
bankrupts to qualify for this more streamlined and simplified
process of administration of a bankruptcy estate;
• Rule prescribing the form and manner to send a notice to disclaim or resiliate an agreement in order to increase consistency in this process;
• Rule regarding the maximum prescribed amount ($1,800) for
post-discharge payment agreements between the trustee in
bankruptcy and the bankrupt in order to ensure individuals
who need access to the insolvency system are able to do so;
• Rule outlining the prescribed circumstances and times under
which the trustee is obliged to prepare a report under section 170 of the BIA in order to streamline the administration
of a bankruptcy estate and to decrease the regulatory burden
on trustees;
• Rule describing the information that a foreign representative
must include in a notice of the order recognizing a foreign
proceeding, which is to be published in a newspaper in Canada, in order to provide consistency, predictability and transparency; and
1550
2009-08-19
•
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
Updates to section references in the legislation that have
changed as a result of the legislative amendments.
•
Des mises à jour des références aux articles de la législation
ayant changé à la suite des modifications législatives.
(B) Companies’ Creditors Arrangement Regulations
(B) Règlement sur les arrangements avec les créanciers des
compagnies
The CCAA permits debtor companies with debts exceeding
$5 million to make compromises or arrangements with their
creditors in order to avoid bankruptcy. The Superintendent of
Bankruptcy has a new mandate to create a registry of CCAA
filings and to oversee the monitors in CCAA filings. Specifically,
the Superintendent is required to keep a public record of filings
under the CCAA; may apply to the court to review the appointment or the conduct of a monitor; keeps a record of all complaints
regarding the conduct of the monitor; and may make, or cause to
be made, any inquiry or investigation regarding the conduct of
monitors that he or she considers appropriate. This new role of
overseeing the monitor provides increased transparency to the
proceedings under the CCAA and protects the integrity of Canada’s insolvency system. Additionally, the monitor, who did not
have to be a licensed trustee in bankruptcy prior to the legislative
amendments, must now be a trustee licensed by the Superintendent thereby increasing the level of oversight. The new Regulations provide:
• Regulation that prescribes certain stock exchanges and regulatory bodies for the purpose of the Act;
• Regulation outlining what prescribed representations are to be
included in the report regarding the preparation of the debtor
company’s cash-flow statement that must accompany the initial application under the CCAA;
• Regulation outlining the prescribed manner for giving notice
to the monitor of the delegation by the Superintendent under
the CCAA;
• Regulation outlining the prescribed information to be contained in the notice of the order made on the initial application
in respect of a debtor company;
• Regulation outlining the prescribed manner in which the order
made on the initial application and a list of creditors are to be
made publicly available;
• Regulation outlining the documents to be filed with the Superintendent of Bankruptcy;
• Regulation outlining the prescribed documents that the monitor is to make publicly available including the manner and
time in which the monitor is to make the documents publicly
available;
• Regulation outlining the prescribed information to be contained in the public record and the prescribed period for keeping the public record;
• Regulation prescribing the manner in which the notice to disclaim or resiliate an agreement is to be sent; and
• Regulation describing the information that the foreign representative must include in a notice of the order recognizing a
foreign proceeding, which is to be published in a newspaper
in Canada, in order to provide consistency, predictability and
transparency.
La LACC permet aux compagnies débitrices ayant des dettes
supérieures à 5 millions de dollars de conclure des transactions ou
des arrangements avec leurs créanciers évitant ainsi la faillite. Le
surintendant des faillites a un nouveau mandat visant à établir un
registre des procédures intentées et à surveiller les contrôleurs
nommés en vertu de la LACC. Plus particulièrement, le surintendant doit tenir un registre public des procédures intentées sous le
régime de la LACC, il peut demander au tribunal d’examiner la
nomination ou la conduite d’un contrôleur, il conserve un dossier
de toutes les plaintes afférentes à la conduite du contrôleur et il
effectue ou fait effectuer au sujet de la conduite du contrôleur les
investigations ou les enquêtes qu’il estime indiquées. Cette nouvelle fonction de surveillance accroît la transparence des procédures menées en vertu de la LACC et protège l’intégrité du système
d’insolvabilité du Canada. De plus, le contrôleur, qui n’avait pas à
être un syndic de faillite avant les modifications législatives, doit
maintenant détenir une licence de syndic émise par le Surintendant, ce qui renforce la surveillance. Ce nouveau règlement
prévoit :
• Une règle prescrivant certaines bourses de valeurs mobilières
et certains organismes de réglementation aux fins de la Loi;
• Une règle énonçant les observations prescrites devant être
contenues dans le rapport relativement à l’établissement de
l’état portant sur l’évolution de l’encaisse de la compagnie
débitrice, qui doit accompagner la demande initiale en vertu
de la LACC;
• Une règle énonçant la manière d’aviser le contrôleur de la
délégation par le surintendant des attributions que lui confère
la LACC;
• Une règle énonçant les renseignements devant figurer dans
l’avis relatif à l’ordonnance rendue à l’égard de la demande
initiale visant une compagnie débitrice;
• Une règle prévoyant les modalités selon lesquelles l’ordonnance rendue à l’égard de la demande initiale visant une compagnie débitrice et la liste des créanciers sont rendues
publiques;
• Une règle indiquant les documents à déposer auprès du surintendant des faillites;
• Une règle énonçant les modalités selon lesquelles certains
documents sont rendus publics par le contrôleur;
• Une règle indiquant quels renseignements doivent figurer
dans le registre public et la période pendant laquelle le registre
public doit être conservé;
• Une règle prescrivant les modalités d’envoi du préavis de
résiliation d’un contrat par la compagnie débitrice;
• Une règle décrivant les renseignements devant figurer dans
l’avis que le représentant étranger doit publier après le prononcé de l’ordonnance reconnaissant l’instance étrangère,
dans un journal au Canada, aux fins d’uniformité, de prévisibilité et de transparence.
2. Paper burden reduction initiative
2. Initiative de réduction de la paperasserie
The Government of Canada’s commitment to reduce the paper
burden by 20% was included in Advantage Canada, the 2007 Fall
Economic Statement and the 2008 Budget.
L’engagement du gouvernement du Canada à réduire la paperasserie de 20 % était prévu dans Avantage Canada, l’énoncé
économique de l’automne 2007 et le budget de 2008.
1551
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
The goal of the initiative is to reduce the administrative burden
borne by businesses, by implementing a 20% reduction of the
number of federal administrative requirements and information
obligations set out in the consolidated statutes and the associated
regulations, policies, guidelines and forms for which key federal
departments and agencies are responsible.
In keeping with the initiative, certain Bankruptcy and Insolvency General Rules were amended in order to streamline some
of the administrative steps in an insolvency file with a view to
eliminating unnecessary administrative requirements and information obligations.
These amendments to the Bankruptcy and Insolvency General
Rules are the following:
• Increase from $1,000 to $2,500 the existing cap on the amount
that the trustee may pay for legal services without first obtaining court approval. This will streamline administrative steps;
• Repeal certain rules that are repetitive;
• Eliminate the circumstances under which the OSB receives
copies of the same document from separate stakeholders; and
• Eliminate any unnecessary filing of documents with the court
where no court appearance is required.
Le but de l’initiative est d’alléger le fardeau administratif des
entreprises en réduisant de 20 % le nombre d’exigences administratives et de renseignements obligatoires au niveau fédéral par
les lois et les règlements codifiés du Canada ainsi que par les
politiques, les lignes directrices et les formulaires dont les principaux ministères et organismes fédéraux sont responsables.
Afin de respecter l’initiative, certaines règles des Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité ont été modifiées pour rationaliser quelques étapes administratives concernant un dossier
d’insolvabilité, dans le but d’éliminer les exigences administratives et les obligations inutiles en matière de renseignements.
Ces modifications aux Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité sont les suivantes :
• L’augmentation de 1 000 $ à 2 500 $ du plafond actuel concernant le montant que le syndic peut payer pour des services
juridiques sans au préalable obtenir l’approbation de la Cour.
Cette modification rationalisera les étapes administratives;
• L’annulation de certaines règles redondantes;
• La suppression des circonstances sous lesquelles le BSF reçoit
plusieurs copies de mêmes documents de la part d’intervenants distincts;
• L’élimination de tout dépôt inutile de documents auprès du
tribunal lorsqu’aucune comparution devant le tribunal n’est
nécessaire.
Consultation
Consultation
Both the legislative and regulatory amendments take into
account the recommendations of the Senate Committee on Banking, Trade and Commerce which issued a report entitled Debtors
and Creditors Sharing the Burden: A Review of the Bankruptcy
and Insolvency Act and the Companies’ Creditors Arrangement
Act in November 2003. The Report made recommendations on a
full range of consumer and commercial insolvency issues as well
as on administrative and procedural issues. The Report reflects
the input received from a broad spectrum of stakeholders: insolvency practitioners, representatives of the financial and business
communities, labour groups, consumers associations and members of the academic community.
Les modifications législatives et réglementaires tiennent
compte des recommandations du Comité sénatorial permanent des
banques et du commerce qui a publié, en novembre 2003, un rapport intitulé Les débiteurs et les créanciers doivent se partager le
fardeau : Examen de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité et de la
Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Le
rapport du Comité contenait une foule de recommandations sur
l’insolvabilité des particuliers et des entreprises ainsi que des
questions d’ordre administratif et procédural. Le rapport reflète
les commentaires reçus par un large éventail d’intervenants, notamment : les professionnels de l’insolvabilité, les représentants
des milieux des affaires et des finances, les syndicats, les associations de consommateurs et les gens du milieu universitaire.
Les modifications proposées aux Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité et au Règlement sur les arrangements avec
les créanciers des compagnies ont été publiées dans la Partie I de
la Gazette du Canada, pendant une période d’observation publique de 30 jours. Durant cette période, l’Association canadienne
des professionnels de l’insolvabilité et de la réorganisation
(ACPIR), des membres de l’exécutif de la Section nationale de la
faillite et de l’insolvabilité de l’Association du Barreau canadien,
l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et l’Association canadienne des
courtiers de fonds mutuels (ACCFM) ont soumis des présentations. Les intervenants ont généralement bien accueilli les modifications. Aucun autre ministère ou organisme provincial ou fédéral
n’a présenté de commentaires.
Les modifications suivantes tiennent compte des commentaires
reçus durant la publication préalable des Règles générales sur la
faillite et l’insolvabilité et du Règlement sur les arrangements
avec les créanciers des compagnies dans la Partie I de la Gazette
du Canada :
The proposed amendments to the Bankruptcy and Insolvency
General Rules and Companies’ Creditors Arrangement Regulations were published in the Canada Gazette, Part I, on June 21,
2008, for a 30-day public comment period. During this period,
submissions were received from the Canadian Association of
Insolvency and Restructuring Professionals (CAIRP), members of
the Executive of the Canadian Bar Association’s National Insolvency Section, the Investment Industry Regulatory Organization
of Canada (IIROC) and the Mutual Fund Dealers Association of
Canada (MFDA). In general, the stakeholders have expressed
their support for the amendments. No comments were received
from other federal or provincial government departments or
agencies.
The following address the comments received during the prepublication of the Bankruptcy and Insolvency General Rules and
the Companies’ Creditors Arrangement Regulations in the Canada Gazette, Part I:
1552
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
(A) Bankruptcy and Insolvency General Rules
A) Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité
Section 2, which replaces section 18 of the Rules — The
wording of this Rule has been amended to clarify that bills of cost
for legal services in amounts greater than $2,500 must obtain
court approval.
Article 2, qui prévoit le remplacement de l’article 18 des
Règles — Le libellé de cette disposition a été modifié afin de
préciser que les mémoires de frais pour services juridiques dont le
montant est supérieur à 2 500 $ doivent obtenir l’approbation de
la Cour.
Article 16, qui prévoit l’ajout d’un titre et de l’article 103.1
— Cette disposition a été modifiée de sorte qu’elle fait plutôt
référence à l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (l’OCRCVM) au lieu des Services
de réglementation du marché Inc., étant donné qu’à partir du
1er juin 2008, l’OCRCVM s’est chargé de toutes les opérations
et obligations contractuelles liées à la réglementation du marché.
L’Association canadienne des courtiers de fonds mutuels
(ACCFM) est également visée par la disposition.
Article 21, qui prévoit l’ajout d’un titre et de l’article 121.1
— Des intervenants ont suggéré que le libellé utilisé pour introduire les sous-alinéas 121.1(2)a)(i) et (ii) et 121.1(2)b)(i) et (ii)
qui stipulent « au cours du... » soit remplacé par « avant la fin
de... » Cette recommandation n’a pas été retenue puisque
l’intention du législateur est de préciser le délai durant lequel le
rapport doit être préparé afin que les renseignements qu’il
contient soient actuels.
L’alinéa 121.1(2)c) est modifié afin de remplacer « quarantième jour » par « soixantième jour ». Cette prolongation correspond davantage aux délais des processus judiciaires, sans toutefois trop allonger le délai de sorte que les renseignements ne
soient plus actuels ni pertinents.
Article 23, qui prévoit l’ajout d’un titre et de l’article 138
— L’alinéa 138a) a été modifié afin d’ajouter à l’avis les coordonnées du représentant de l’instance étrangère. Les intervenants
pourront ainsi communiquer directement avec le représentant
étranger quand les circonstances l’exigent.
Section 16, which adds a heading and Rule 103.1 — This
Rule has been amended so that it now makes reference to the
Investment Industry Regulatory Organization of Canada (IIROC)
instead of Market Regulation Services Inc. because, as of June 1,
2008, all of the market regulation operations and liabilities have
been assumed by IIROC. The Mutual Fund Dealers Association
of Canada (MFDA) is also prescribed.
Section 21, which adds a heading and Rule 121.1 — Stakeholders have suggested that the language prefacing BIA
Rules 121.1(2)(a)(i) and (ii) and 121.1(2)(b)(i) and (ii) that states
“during the...” should be amended to “before the end of the...”.
This recommendation was not adopted because the policy intent
is to specify a time frame during which the report is to be prepared so that the information contained in the report is timely.
Rule 121.1(2)(c) is amended to change “40 days” to “60 days.”
This increased time frame is more reflective of court processes
without increasing it so much that the information would no
longer be timely and relevant.
Section 23, which adds a heading and Rule 138 —
Rule 138(a) has been amended to add the contact information for
the representative of the foreign proceedings. This will allow
stakeholders to contact the foreign representative directly in appropriate circumstances.
(B) CCAA Regulations
B) Règlement sur les arrangements avec les créanciers des
compagnies
Section 4 — The text in the table has been amended at paragraph “3” to amend the phrase “a set of probable and hypothetical
assumptions” such that the provision simply reads, “using the
probable and hypothetical assumptions set out in the Notes...”
This wording is clearer and more precise because it refers directly
to the probable and hypothetical assumptions as referenced in
paragraph 1 of the table.
Section 5 — This Rule has been amended so that it now makes
reference to the Investment Industry Regulatory Organization of
Canada (IIROC) instead of Market Regulation Services Inc.
because, as of June 1, 2008, all of the market regulation operations and liabilities have been assumed by IIROC. The Mutual
Fund Dealers Association of Canada (MFDA) is also prescribed.
Article 4 du Règlement — Le texte du tableau est modifié au
paragraphe 3 afin que la phrase « à partir d’un ensemble
d’hypothèses probables et conjecturales… » se lise tout simplement ainsi : « à partir des hypothèses probables et conjecturales
énoncées dans les notes... ». Ce libellé est plus clair et plus précis
puisqu’il renvoie directement aux hypothèses probables et conjecturales dont il est question au paragraphe 1 du tableau.
Article 5 du Règlement — Cette disposition a été modifiée de
sorte qu’elle fait plutôt référence à l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (l’OCRCVM)
au lieu des Services de réglementation du marché Inc., étant donné qu’à partir du 1er juin 2008, l’OCRCVM s’est chargé de toutes
les opérations et obligations contractuelles liées à la réglementation du marché. L’Association canadienne des courtiers de fonds
mutuels (ACCFM) est également visée par la disposition.
Article 9 du Règlement — L’alinéa 9a) a été modifié afin de
changer l’exigence selon laquelle le contrôleur doit déposer le
formulaire 1 « dans les huit heures »; il devra plutôt le faire « le
jour ouvrable suivant ». Ce délai est plus pratique pour les contrôleurs et tient compte du fait que l’heure ne figure pas sur les ordonnances aux fins de vérification. L’objectif de la loi vise à ce
que les documents soient fournis le plus tôt possible, et le libellé
« le jour ouvrable suivant » respecte cet objectif.
Section 9 — Regulation 9(a) has been amended to change the
requirement for the monitor to file Form 1 from “within eight
hours” to “within one business day.” This deadline is more practical for monitors and takes into consideration that the orders are
not time-stamped for verification purposes. The policy intent is to
have these documents as soon as possible and “within one business day” is reflective of that intent.
1553
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
Stakeholders have suggested amending Regulation 9(d) and (e)
to link the time when the monitor is to provide certain documents
to the OSB to the order of discharge of the monitor or the monitor’s filing of a certificate of compliance with the court. This suggestion was not adopted so that the timing of filing the documents
with the OSB is standard across the country (i.e. linked to the
order of discharge only) and to reflect best practices. Thus, the
reference to the “order discharging the monitor” remains. In addition, this standard time frame enables the OSB to collect relevant
information for statistical and policy development purposes. It
also takes into consideration the concern of stakeholders that the
disclosure of post-sanction hearing financial information is undesirable as it may affect the debtor’s competitiveness.
Section 10 — The English version of Regulation 10(1)(a) has
been amended for clarification.
Section 14 — Regulation 14(a) has been amended to add the
contact information for the representative of the foreign proceedings. This will allow stakeholders to contact the foreign representative directly in appropriate circumstances.
Finally, some technical amendments were made to the prescribed forms. For example, Form 2 is amended to add to item 3
“other corporation to which the CCAA applies” in order to make
the item more complete by covering all categories. Also, on
Form 3, an item was added to indicate whether the financial
statements were audited or unaudited and to include the name of
the auditor. Formatting changes were also made to Form 3 to
group together all the questions on the financial statements in
order to avoid repetition.
All of these amendments to the Regulations since publication
in the Canada Gazette, Part I, are minor and do not substantially
impact the policy. Therefore, no further consultations are deemed
necessary.
Other comments and suggestions received from stakeholders
require further analysis and consultation and cannot be dealt with
at this time. They are in the nature of:
• The classification of creditors, including fragmentation in the
CCAA. This issue has not been previously identified in consultations and are not within the scope of this regulatory
change.
• Prescribing the content and/or form of certain CCAA reports.
The reports are tailored to the particular circumstances of the
file, and the monitor is best placed to determine the content of
the report depending on the circumstances pertaining to the
particular file.
• Other documents that the monitor may be required to make
publicly available. The documents prescribed in the Regulations are standard documents for any CCAA file. Best practices are that monitors provide additional documents depending on the particular circumstances of a CCAA file.
Implementation, enforcement and service standards
The OSB does not anticipate the requirement for any significant increases to human or financial resources, based on a stable
regulatory environment. Only a small number of stakeholders will
be subject to the new requirements. The existing compliance and
enforcement mechanisms are sufficient and will be applied.
1554
Des intervenants ont suggéré de modifier les alinéas 9 d) et e)
du Règlement afin de lier le moment où le contrôleur doit fournir
certains documents au BSF soit avec le moment où l’ordonnance
de libération du contrôleur est délivrée, soit avec le moment où le
contrôleur dépose un certificat de conformité auprès de la cour.
Cette suggestion n’a pas été retenue afin de normaliser partout au
pays le moment du dépôt des documents auprès du BSF (c’est-àdire, n’établir un lien qu’avec l’ordre de libération) et de respecter
les pratiques exemplaires. Ainsi, la mention « l’ordonnance de
libération du contrôleur » demeure. En outre, la normalisation du
délai permet au BSF de recueillir des renseignements pertinents
qui servent à établir des statistiques et à élaborer les politiques. Le
délai tient également compte des préoccupations des intervenants
qui craignent que la divulgation de renseignements financiers
après l’audience sur la sanction puisse nuire à la compétitivité du
débiteur.
Article 10 du Règlement — La version anglaise de l’alinéa 10(1)a) a été modifiée pour rendre le texte plus précis.
Article 14 du Règlement — L’alinéa 14a) a été modifié afin
d’ajouter à l’avis les coordonnées du représentant de l’instance
étrangère. Les intervenants pourront ainsi communiquer directement avec le représentant étranger quand les circonstances
l’exigent.
Finalement, des modifications de forme ont été apportées aux
formulaires prescrits par la loi. Par exemple le formulaire 2 a été
modifié afin d’ajouter à l’article 3 « autres personnes morales
visées par la LACC » afin qu’il s’applique à toutes les catégories.
Dans le formulaire 3, un article a aussi été ajouté en vue de préciser si les états financiers étaient vérifiés et, le cas échéant,
d’inscrire le nom du vérificateur. Par ailleurs, des changements
ont été apportés à la mise en page dans le but de regrouper toutes
les questions portant sur les états financiers et d’éviter ainsi la
répétition.
Les modifications qui ont été apportées aux règlements proposés, depuis leur parution dans la Gazette du Canada, Partie I,
n’ont pas une incidence importante ou réelle sur la politique. Par
conséquent, d’autres consultations ne sont pas jugées nécessaires.
D’autres commentaires et suggestions des intervenants nécessitent une analyse et des consultations plus poussées et ne peuvent
donc pas être pris en considération dès maintenant. Ils sont de la
nature suivante :
• Classification des créanciers, notamment la fragmentation
dans la LACC. Cette question n’a pas été mentionnée précédemment dans les consultations et n’est pas visée par le
champ d’application de l’actuelle modification réglementaire.
• Prescription du contenu et/ou de la présentation des rapports
de la LACC. Ces rapports sont adaptés selon les circonstances
particulières du dossier, et le contrôleur est le mieux placé
pour déterminer le contenu du rapport en fonction de ces
circonstances.
• Autres documents que le contrôleur pourrait avoir à rendre
publics. Les documents visés par le règlement sont les mêmes
pour tous les dossiers sous le régime de la LACC. Selon les
pratiques exemplaires, les contrôleurs fournissent des documents additionnels selon les circonstances propres au dossier.
Mise en œuvre, application et normes de service
Le BSF ne prévoit pas la nécessité d’une augmentation significative au niveau des ressources financières et humaines, en fonction d’un milieu de réglementation stable. Un petit groupe d’intervenants seulement seront visés par les nouvelles exigences. Les
mécanismes actuels de conformité et d’exécution de la loi sont
suffisants et ils seront appliqués.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-218
Contact
Personne-ressource
Sheila Robin, MBA
National Manager
Regulatory Affairs and Parliamentary Review
Office of the Superintendent of Bankruptcy
Industry Canada
Heritage Place
155 Queen St., 4th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0H5
Telephone: 613-948-5006
Fax: 613-948-4080
Email: robin.sheila@ic.gc.ca
Sheila Robin, MBA
Gestionnaire nationale
Affaires réglementaires et révision parlementaire
Bureau du surintendant des faillites
Industrie Canada
Place Héritage
155, rue Queen, 4e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0H5
Téléphone : 613-948-5006
Télécopieur : 613-948-4080
Courriel : robin.sheila@ic.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1555
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-219
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-219
Le 30 juillet 2009
COMPANIES’ CREDITORS ARRANGEMENT ACT
LOI SUR LES ARRANGEMENTS AVEC LES CRÉANCIERS
DES COMPAGNIES
Companies’ Creditors Arrangement Regulations
Règlement sur les arrangements avec les créanciers
des compagnies
P.C. 2009-1209
C.P. 2009-1209
July 30, 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Industry, pursuant to section 62a
of the Companies’ Creditors Arrangement Actb, hereby makes the
annexed Companies’ Creditors Arrangement Regulations.
Interpretation
“Act”
« Loi »
“initial order”
« ordonnance
initiale »
Stock exchange
Pension plan
Representations
Sur recommandation du ministre de l’Industrie et en vertu de
l’article 62a de la Loi sur les arrangements avec les créanciers
des compagniesb, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil prend le Règlement sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, ci-après.
COMPANIES’ CREDITORS
ARRANGEMENT REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ARRANGEMENTS
AVEC LES CRÉANCIERS
DES COMPAGNIES
1. The following definitions apply in these
Regulations.
“Act” means the Companies’ Creditors Arrangement Act.
“initial order” means an order that is made on the
initial application in respect of a debtor
company.
2. A stock exchange that is regulated by an Act
of Parliament or of the legislature of a province is
prescribed for the purposes of the definition “income trust” in subsection 2(1) of the Act.
3. A pension plan that is regulated by an Act of
Parliament or of the legislature of a province is
prescribed for the purposes of subsection 6(6) of
the Act.
4. The representations set out in the table to this
section are prescribed for the purposes of paragraph 10(2)(b) of the Act.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
« Loi » La Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.
« ordonnance initiale » Ordonnance rendue à
l’égard de la demande initiale visant une compagnie débitrice.
2. Pour l’application de la définition de « fiducie
de revenu » au paragraphe 2(1) de la Loi, est visée
toute bourse de valeurs mobilières régie par une loi
fédérale ou provinciale.
3. Pour l’application du paragraphe 6(6) de la
Loi, est un régime de pension réglementaire tout
régime de pension régi par une loi fédérale ou
provinciale.
4. (1) Pour l’application de l’alinéa 10(2)b) de la
Loi, les observations que doit contenir le rapport
sont celles prévues au tableau du présent article.
TABLE
TABLEAU
Item
Representation
Article
Observations
1.
The hypothetical assumptions are reasonable and
consistent with the purpose of the projections described
in Note ..., and the probable assumptions are suitably
supported and consistent with the plans of the debtor
company and provide a reasonable basis for the
projections. All such assumptions are disclosed in
Notes ....
Since the projections are based on assumptions
regarding future events, actual results will vary from
the information presented, and the variations may be
material.
The projections have been prepared solely for the
purpose described in Note ..., using the probable and
hypothetical assumptions set out in Notes ....
Consequently, readers are cautioned that it may not be
appropriate for other purposes.
1.
Les hypothèses conjecturales utilisées sont raisonnables
et cadrent avec l’objet des projections mentionné dans
la note..., et les hypothèses probables sont
convenablement étayées, cadrent avec les projets de la
compagnie débitrice et constituent un fondement
raisonnable pour les projections. Toutes ces hypothèses
sont énoncées dans les notes...
Puisque les projections sont fondées sur des hypothèses
concernant des événements à venir, les résultats réels
différeront des renseignements présentés, et les écarts
peuvent être importants.
Les projections ont été établies exclusivement aux fins
mentionnées dans la note..., à partir des hypothèses
probables et conjecturales énoncées dans les notes...
En conséquence, il est à signaler que les projections
peuvent ne pas convenir à d’autres fins.
2.
3.
2.
3.
———
———
a
a
b
S.C. 2007, c. 36, s. 82
R.S., c. C-36
1556
Le 30 juillet 2009
b
L.C. 2007, ch. 36, art. 82
L.R., ch. C-36
Définitions
« Loi »
“Act”
« ordonnance
initiale »
“initial order”
Bourse de
valeurs
mobilières
Régime de
pension
réglementaire
Observations
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
Regulatory
bodies
5. A stock exchange that is regulated by an Act
of Parliament or of the legislature of a province, the
Investment Industry Regulatory Organization of
Canada and the Mutual Fund Dealers Association
of Canada are prescribed for the purposes of subsection 11.1(1) of the Act.
Information to
be published in
newspapers
6. The following information is prescribed for
the purposes of subparagraph 23(1)(a)(i) of the Act:
(a) the name of each applicant and the name
under which the applicant carries on business, if
any;
(b) the name and judicial district of the court that
made the initial order;
(c) the court file number for the proceedings;
(d) the date on which the initial order was made;
and
(e) the name and contact information of the
monitor, including its Web site address.
7. For the purposes of clauses 23(1)(a)(ii)(A) and
(C) of the Act, the prescribed manner for making
the initial order and list publicly available is by
posting them on a Web page created by the monitor
for the proceedings.
8. For the purposes of clause 23(1)(a)(ii)(B) of
the Act, the prescribed manner of sending the notice is by personal service, mail, courier, facsimile
or other electronic transmission.
9. The following paragraphs set out the documents that are specified for the purposes of paragraph 23(1)(f) of the Act and the prescribed manner
and time for filing them:
(a) Form 1 of the schedule, entitled “Information
Pertaining to Initial Order”, to be filed by facsimile or other electronic transmission within one
business day after the day on which the initial
order is made;
(b) the initial application, the initial order and
any amendments to that order, to be filed by facsimile or other electronic transmission within
two business days after the day on which the
monitor receives them;
(c) Form 2 of the schedule, entitled “Debtor
Company Information Summary (Commencement of Proceedings)”, to be filed by facsimile or
other electronic transmission within five business
days after the day on which the monitor receives
the initial order;
(d) Form 3 of the schedule, entitled “Debtor
Company Information Summary (Following the
Order Discharging the Monitor)”, to be filed by
facsimile or other electronic transmission within
five business days after the day on which the
court makes an order discharging the monitor;
and
(e) the documents posted on the Web page created by the monitor under section 7, to be filed
by submitting them on a compact disc, digital
versatile disc or other data storage medium
within 30 days after the day on which the court
makes an order discharging the monitor.
Making initial
order and list of
creditors
publicly
available
Notice that
initial order is
publicly
available
Paragraph 23(1)(f)
of the Act
5. Pour l’application du paragraphe 11.1(1) de la
Loi, sont des organismes administratifs l’Organisme canadien de réglementation du commerce
des valeurs mobilières, l’Association canadienne
des courtiers de fonds mutuels et toute bourse de
valeurs mobilières régie par une loi fédérale ou
provinciale.
6. Pour l’application du sous-alinéa 23(1)a)(i) de
la Loi, les renseignements que doit contenir l’avis
sont les suivants :
a) le nom de chaque demandeur et, le cas
échéant, le nom sous lequel il fait affaires;
b) les nom et district judiciaire du tribunal ayant
rendu l’ordonnance initiale;
c) le numéro de dossier du greffe pour la
procédure;
d) la date de l’ordonnance initiale;
e) le nom et les coordonnées du contrôleur, y
compris l’adresse de son site Web.
7. Pour l’application des divisions 23(1)a)(ii)(A)
et (C) de la Loi, l’ordonnance initiale et la liste des
créanciers sont rendues publiques par affichage sur
la page Web créée par le contrôleur pour la
procédure.
8. Pour l’application de la division 23(1)a)(ii)(B)
de la Loi, l’avis est soit signifié à personne, soit
envoyé par courrier, service de messagerie, télécopieur ou autre voie électronique.
9. Pour l’application de l’alinéa 23(1)f) de la Loi,
les documents et les modalités de dépôt sont les
suivants :
a) le formulaire 1 figurant à l’annexe, intitulé
« Renseignements concernant l’ordonnance initiale », lequel est déposé par télécopieur ou autre
voie électronique le jour ouvrable suivant le jour
du prononcé de l’ordonnance initiale;
b) la demande initiale, l’ordonnance initiale et
toute ordonnance modifiant celle-ci, lesquelles
sont déposées par télécopieur ou autre voie électronique, dans les deux jours ouvrables suivant la
date de leur réception par le contrôleur;
c) le formulaire 2 figurant à l’annexe, intitulé
« Fiche de renseignements concernant la compagnie débitrice (début de la procédure) », lequel
est déposé par télécopieur ou autre voie électronique dans les cinq jours ouvrables suivant la
date de réception de l’ordonnance initiale par le
contrôleur;
d) le formulaire 3 figurant à l’annexe, intitulé
« Fiche de renseignements concernant la compagnie débitrice (à la suite de l’ordonnance de libération du contrôleur) », lequel est déposé par télécopieur ou autre voie électronique dans les cinq
jours ouvrables suivant le jour du prononcé de
l’ordonnance de libération du contrôleur;
e) les documents affichés sur la page Web créée
par le contrôleur aux termes de l’article 7, lesquels sont déposés, par transmission sur disque
compact, disque numérique polyvalent ou autre
support de données dans les trente jours suivant
le jour du prononcé de l’ordonnance de libération
du contrôleur.
Organismes
administratifs
Renseignements
à publier dans
les journaux
Publicité de
l’ordonnance
initiale et de la
liste des
créanciers
Avis de la
publicité de
l’ordonnance
initiale
Alinéa 23(1)f)
de la Loi
1557
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
Documents to
be publicly
available
10. (1) The following documents are prescribed
for the purposes of paragraph 23(1)(j) of the Act:
(a) reports of the monitor, including exhibits, and
cash-flow statements that are filed with the court,
other than those – or any part of them – that are
subject to a court order prohibiting their release
to the public;
(b) proposed compromises or arrangements that
are filed with the court, including amendments to
them;
(c) court orders; and
(d) written communications and notifications that
the monitor sends to all creditors.
Posting on Web
page
(2) The prescribed manner for making the documents publicly available is by posting them on the
Web page created by the monitor under section 7.
(3) The prescribed time for posting the documents is, in respect of the documents referred to in
paragraphs (1)(a) and (b), within two business days
after the day on which they are filed, in respect of
the documents referred to in paragraph (1)(c),
within two business days after the day on which the
monitor receives them and, in respect of the documents referred to in paragraph (1)(d), within two
business days after the day on which they are sent.
11. (1) For the purposes of subsection 26(1) of
the Act, the prescribed information is the information set out on Form 1 of the schedule, and the prescribed period is 10 years after the day on which
the information is received by the Superintendent
of Bankruptcy.
(2) For the purposes of subsection 26(2) of the
Act, the prescribed period is 10 years after the day
on which the record is received by the Superintendent of Bankruptcy.
12. For the purposes of subsection 31(2) of the
Act, the prescribed manner of giving notice of the
delegation is by personal service, mail, courier,
facsimile or other electronic transmission.
13. For the purposes of subsection 32(1) of the
Act, Form 4 of the schedule, entitled “Notice by
Debtor Company to Disclaim or Resiliate an
Agreement”, is prescribed and the prescribed manner of giving notice is by personal service, registered mail or courier or, if the recipient agrees, by
facsimile or other electronic transmission.
Time limit for
posting
Public record
Other records
Notice of
delegation
Notice to
disclaim or
resiliate
Information to
be published in
newspapers
1558
14. For the purposes of paragraph 53(b) of the
Act, the prescribed information is the following:
(a) the name and contact information of the foreign representative;
(b) the name of the debtor company and the
name under which it carries on business in
Canada;
(c) the following information respecting the order, namely,
(i) the name of the court that made it,
10. (1) Pour l’application de l’alinéa 23(1)j) de la
Loi, les documents visés sont les suivants :
a) les rapports du contrôleur, y compris les pièces à l’appui, et les états de l’évolution de l’encaisse déposés auprès du tribunal, sauf ceux de
ces documents — ou toute partie de ceux-ci —
qui sont visés par une ordonnance interdisant
leur communication au public;
b) les propositions de transaction ou d’arrangement déposées auprès du tribunal, y compris
les modifications qui leur ont été apportées;
c) les ordonnances du tribunal;
d) les communications et avis écrits transmis à
tous les créanciers par le contrôleur.
(2) Les documents sont rendus publics par affichage sur la page Web créée par le contrôleur aux
termes de l’article 7.
(3) Les documents visés aux alinéas (1)a) et b)
sont affichés dans les deux jours ouvrables suivant
la date de leur dépôt, les ordonnances visées à
l’alinéa (1)c), dans les deux jours ouvrables suivant
la date de leur réception par le contrôleur et les
documents visés à l’alinéa (1)d), dans les deux
jours ouvrables suivant la date de leur transmission.
Documents à
rendre publics
11. (1) Pour l’application du paragraphe 26(1) de
la Loi, les renseignements à conserver sont ceux
fournis dans le formulaire 1 figurant à l’annexe, et
la période applicable est de dix ans après la date de
réception des renseignements par le surintendant
des faillites.
(2) Pour l’application du paragraphe 26(2) de la
Loi, la période de conservation est de dix ans après
la date de réception du dossier par le surintendant
des faillites.
12. Pour l’application du paragraphe 31(2) de la
Loi, l’avis de délégation est soit signifié à personne,
soit envoyé par courrier, service de messagerie,
télécopieur ou autre voie électronique.
13. Pour l’application du paragraphe 32(1) de la
Loi, le formulaire à utiliser est le formulaire 4 figurant à l’annexe, intitulé « Préavis de résiliation de
contrat par la compagnie débitrice », lequel est soit
signifié à personne, soit envoyé par courrier recommandé ou service de messagerie ou, si le destinataire y consent, par télécopieur ou autre voie
électronique.
14. Pour l’application de l’alinéa 53b) de la Loi,
les renseignements que doit contenir l’avis sont les
suivants :
a) le nom et les coordonnées du représentant
étranger;
b) le nom de la compagnie débitrice et le nom
sous lequel elle fait affaires au Canada;
c) relativement à l’ordonnance :
(i) le nom du tribunal qui l’a rendue,
(ii) la disposition législative en vertu de laquelle elle a été rendue,
Registre public
Affichage sur
la page Web
Délais pour
afficher
Autres dossiers
Avis de
délégation
Préavis de
résiliation
Renseignements
à publier dans
les journaux
2009-08-19
Coming into
force
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
(ii) the legislative provision under which it
was made, and
(iii) the date on which it was made;
(d) the country in which the foreign proceeding
is filed;
(e) whether the proceeding is a foreign main or
foreign non-main proceeding; and
(f) the name and contact information of legal
counsel for the foreign representative.
15. These Regulations come into force on the
day on which section 124 of An Act to establish the
Wage Earner Protection Program Act, to amend
the Bankruptcy and Insolvency Act and the Companies’ Creditors Arrangement Act and to make consequential amendments to other Acts, chapter 47 of
the Statutes of Canada, 2005, comes into force, but
if they are registered after that day, they come into
force on the day on which they are registered.
(iii) la date à laquelle elle a été rendue;
d) le pays dans lequel l’instance étrangère est
déposée;
e) une indication du caractère principal ou secondaire de l’instance étrangère;
f) le nom et les coordonnées du conseiller juridique du représentant étranger.
15. Le présent règlement entre en vigueur à la
date d’entrée en vigueur de l’article 124 de la Loi
édictant la Loi sur le Programme de protection des
salariés et modifiant la Loi sur la faillite et
l’insolvabilité, la Loi sur les arrangements avec les
créanciers des compagnies et d’autres lois en
conséquence, chapitre 47 des Lois du Canada
(2005), ou, si elle est postérieure, à la date de son
enregistrement.
Entrée en
vigueur
1559
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
SCHEDULE
(Section 9, subsection 11(1) and section 13)
FORM 1
INFORMATION PERTAINING TO INITIAL ORDER
(To be filed with the Superintendent of Bankruptcy under paragraph 23(1)(f)
of the Companies’ Creditors Arrangement Act)
The following information pertains to the order made on the initial application in respect of ___________________________________
(name of debtor company):
1.
Name of court, judicial district and court file number:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
2.
Date on which order is made: ____________________________________________________________________________
3.
Debtor company’s head office address, telephone number and Web site address, if any:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
4.
Names under which debtor company carries on business, if different from name set out above:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
5.
Name and Web site address of monitor:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
6.
Name, address, telephone number and e-mail address of monitor’s representative responsible for the proceedings:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
7.
Web page address created for the proceedings, if any:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
Dated at ____________________, ____________, on _____________, 20______.
__________________________________
Monitor’s representative
responsible for the proceedings
1560
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
ANNEXE
(article 9, paragraphe 11(1) et article 13)
FORMULAIRE 1
RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L’ORDONNANCE INITIALE
(À déposer auprès du surintendant des faillites en conformité avec l’alinéa 23(1)f) de la Loi sur
les arrangements avec les créanciers des compagnies)
Les renseignements ci-après concernent l’ordonnance rendue à l’égard de la demande initiale visant ____________________________
(nom de la compagnie débitrice) :
1.
Nom du tribunal, district judiciaire et numéro de dossier du greffe :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
2.
Date du prononcé de l’ordonnance : _______________________________________________________________________
3.
Numéro de téléphone de la compagnie débitrice, adresse de son siège social et adresse de son site Web, s’il y a lieu :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
4.
Noms de la compagnie débitrice, si elle fait affaires sous d’autres noms que celui donné ci-dessus :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
5.
Nom du contrôleur et adresse de son site Web :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
6.
Nom, adresse, numéro de téléphone et adresse de courrier électronique du représentant du contrôleur responsable de la procédure :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
7.
Adresse de la page Web créée pour la procédure, s’il y a lieu :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
Fait à _________________ (__________________), le _______________ 20______.
__________________________________
Représentant du contrôleur
responsable de la procédure
1561
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
FORM 2
DEBTOR COMPANY INFORMATION SUMMARY
(COMMENCEMENT OF PROCEEDINGS)
(To be filed with the Superintendent of Bankruptcy under paragraph 23(1)(f)
of the Companies’ Creditors Arrangement Act)
PART 1 – INFORMATION RESPECTING DEBTOR COMPANY
1.
Name, including names under which the debtor company carries on business, if any:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
2.
Debtor company’s head office address, telephone number and Web site address, if any:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
3.
The debtor company is
□ a not-for-profit body corporate,
□ an income trust, or
□ other (Specify: __________________)
4.
Industry type code using the North American Industry Classification System:
____________________________________________________________________________________________________
5.
Names and titles of directors and officers:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
6.
Any other names used by the debtor company during the 24-month period before the making of the order on the initial application, including names under which the company carried on business:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
7.
Previous proceedings:
•
under the Bankruptcy and Insolvency Act: □ yes □ no
If yes, estate number: _______________________________________________________________________________
•
under the Companies’ Creditors Arrangement Act: □ yes □ no
If yes, name of court, judicial district and court file number:
_________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________
1562
2009-08-19
•
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
foreign proceedings: □ yes □ no
If yes, country, name of court, judicial district and court file number:
_________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________
8.
Are debtor company’s shares or units publicly traded?
□ yes □ no
If yes, index symbol: ______________________________________ country: ______________________________________
9.
Incorporation number, if applicable: _______________________________________________________________________
□ Federal
□ Provincial (Specify: _________________)
□ Other
(Specify: _________________)
10.
Are there companies that are affiliated with or subsidiaries of the debtor company?
□ yes □ no
If yes, names of affiliated and subsidiary companies:
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
11.
Date of the most recent consolidated financial statements of debtor company:
_____/______/______ (YYYY/MM/DD)
12.
The statements referred to in item 11 are:
□ audited (Name of auditor: __________________________________________________)
□ unaudited
13.
Book values for the debtor company set out in the statements referred to in item 11:
• Book value of total assets:
• Book value of total liabilities:
$______________________________________
$______________________________________
• secured:
$__________________
• unsecured: $__________________
• trust claims: $__________________
• Book value of total liabilities that are contingent: $_______________________
14.
Does the debtor company participate in any prescribed pension plans for the benefit of its employees? □ yes □ no
If yes, give name of each plan and indicate whether it is a defined benefit or defined contribution plan:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
15.
Name, address, telephone number and e-mail address of debtor company’s legal counsel:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
1563
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
PART 2 – INFORMATION RESPECTING MONITOR
16.
Monitor’s toll-free number for the proceedings, if any: _____________________________________________________
Monitor’s Web page created for the proceedings, if any: _____________________________________________________
17.
Name, address, telephone number and e-mail address of monitor’s legal counsel:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
PART 3 – TO BE COMPLETED IF THERE IS A FOREIGN PROCEEDING
18.
Name of foreign representative: __________________________________________________________________________
19.
Country, name of court, judicial district and court file number:
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
20.
Indicate whether the proceeding is
□ a foreign main proceeding, or
□ a foreign non-main proceeding.
21.
Date of first order in foreign proceeding: ____/_____/____ (YYYY/MM/DD)
Dated at ____________________, ____________, on _____________, 20______.
__________________________________
Monitor’s representative
responsible for the proceedings
1564
2009-08-19
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
FORMULAIRE 2
FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA COMPAGNIE DÉBITRICE
(DÉBUT DE LA PROCÉDURE)
(À déposer auprès du surintendant des faillites en conformité avec l’alinéa 23(1)f) de la Loi sur
les arrangements avec les créanciers des compagnies)
PARTIE 1 – RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA COMPAGNIE DÉBITRICE
1.
Nom, y compris les noms sous lesquels elle fait affaires, s’il y a lieu :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
2.
Numéro de téléphone de la compagnie débitrice, adresse de son siège social et adresse de son site Web, s’il y a lieu :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
3.
La compagnie débitrice est :
□ une personne morale sans but lucratif
□ une fiducie de revenu
□ autre (Préciser : ____________________)
4.
Code type d’industrie selon le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord : ________________________
5.
Noms et titres des administrateurs et dirigeants :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
6.
Autres noms utilisés par la compagnie débitrice pendant la période de vingt-quatre mois précédant le prononcé de l’ordonnance à l’égard de la demande initiale, y compris tout autre nom sous lequel elle a fait affaires :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
7.
Procédures antérieures :
•
En vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité : □ Oui □ Non
Dans l’affirmative, numéro de l’actif : ______________________________________________________________________
•
En vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies : □ Oui □ Non
Dans l’affirmative, nom du tribunal, district judiciaire et numéro de dossier du greffe :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
•
Instance étrangère : □ Oui □ Non
1565
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
Dans l’affirmative, pays, nom du tribunal, district judiciaire et numéro de dossier du greffe :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
8.
Les actions et parts de la compagnie débitrice sont-elles cotées en bourse?
□ Oui □ Non
Dans l’affirmative : Symbole d’indice : _______________________________ pays : ________________________________
9.
Numéro de constitution, s’il y a lieu : ______________________________________________________________________
□ Fédéral
□ Provincial (Préciser : ____________________)
□ autre (Préciser :____________________)
10.
Y a-t-il des compagnies qui appartiennent au même groupe que la compagnie débitrice ou qui sont des filiales de celle-ci?
□ Oui □ Non
Dans l’affirmative, noms des compagnies du même groupe ou des filiales :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
11.
Date des derniers états financiers consolidés de la compagnie débitrice : ________/________/______ (AAAA/MM/JJ)
12.
Les états financiers visés à l’article 11 sont :
□ vérifiés (Nom du vérificateur : ____________________)
□ non vérifiés
13.
14.
Valeurs comptables de la compagnie débitrice selon les états financiers visés à l’article 11 :
•
Valeur comptable totale de l’actif : __________________________________ $
•
Valeur comptable totale du passif : __________________________________ $
• Créances garanties : ______________ $
• Créances non garanties : ___________ $
• Créances de fiducie : ______________ $
•
Valeur comptable totale des créances qui sont des créances éventuelles : ________________ $
La compagnie débitrice participe-t-elle à des régimes de pension réglementaires pour ses employés? □ Oui □ Non
Dans l’affirmative, préciser le nom de chaque régime et indiquer s’il s’agit d’un régime à prestations déterminées ou à
cotisations déterminées :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
15.
Nom, adresse, numéro de téléphone et adresse de courrier électronique du conseiller juridique de la compagnie débitrice :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
1566
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
PARTIE 2 – RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE CONTRÔLEUR
16.
Numéro de téléphone sans frais du contrôleur pour la procédure, s’il y a lieu : ___________________________________
Page Web créée pour la procédure, s’il y a lieu : ___________________________________________________________
17.
Nom, adresse, numéro de téléphone et adresse de courrier électronique du conseiller juridique du contrôleur :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
PARTIE 3 – À REMPLIR S’IL Y A UNE INSTANCE ÉTRANGÈRE
18.
Nom du représentant étranger : ___________________________________________________________________________
19.
Pays, nom du tribunal, district judiciaire et numéro de dossier du greffe :
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
20.
Il s’agit :
□ d’une instance principale
□ d’une instance secondaire
21.
Date de la première ordonnance dans le cadre de l’instance étrangère : ______/______/______ (AAAA/MM/JJ)
Fait à _________________ (__________________), le _______________ 20______.
__________________________________
Représentant du contrôleur
responsable de la procédure
1567
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
FORM 3
DEBTOR COMPANY INFORMATION SUMMARY (FOLLOWING
THE ORDER DISCHARGING THE MONITOR)
(To be filed with the Superintendent of Bankruptcy under paragraph 23(1)(f)
of the Companies’ Creditors Arrangement Act)
PART 1 – INFORMATION RESPECTING DEBTOR COMPANY
1.
Name of debtor company: _______________________________________________________________________________
2.
File number assigned by the Superintendent of Bankruptcy: ____________________________________________________
3.
Date of the most recent consolidated financial statements for debtor company:
__________/_________/_________ (YYYY/MM/DD)
4.
The statements referred to in item 3 are:
□ audited (Name of auditor: __________________________________________ )
□ unaudited
5.
Book values for the debtor company set out in the statements referred to in item 3:
•
•
•
6.
Book value of total assets: $______________________________________________
Book value of total liabilities: $___________________________________________
• secured:
$________________
• unsecured: $________________
• trust claims: $________________
Book value of total liabilities that are contingent: $___________________________
Does the debtor company participate in any prescribed pension plan for the benefit of its employees? □ yes □ no
If yes, give name of each plan and indicate whether it is a defined benefit or defined contribution plan:
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
PART 2 – INFORMATION RESPECTING PROCEEDINGS
7.
Was interim financing granted by court order under section 11.2 of the Act? □ yes □ no
If yes,
•
•
8.
Was a compromise or arrangement sanctioned by the court? □ yes □ no
If yes,
•
•
•
1568
amount of interim financing granted by court order: $_____________________________________________
amount drawn: $___________________________________________________________________________
Date on which the compromise or arrangement was sanctioned by the court: ______/_____/______
(YYYY/MM/DD)
Was the compromise or arrangement approved by the creditors before the initial application was made?
□ yes □ no
Was the compromise or arrangement completed? □ yes □ no
2009-08-19
9.
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
Name of debtor company at time of monitor’s discharge:
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
PART 3 – TO BE COMPLETED IF THERE IS A FOREIGN PROCEEDING
10.
Name of foreign representative: ____________________________________________
11.
Country, name of court, judicial district and court file number:
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
12.
Indicate if the proceeding is a
□ a foreign main proceeding, or
□ a foreign non-main proceeding.
13.
Date of first order in foreign proceeding: _______/____/______ (YYYY/MM/DD)
Dated at ____________________, ____________, on _____________, 20______.
__________________________________
Monitor’s representative
responsible for the proceedings
1569
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
FORMULAIRE 3
FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA COMPAGNIE DÉBITRICE
(À LA SUITE DE L’ORDONNANCE DE LIBÉRATION DU CONTRÔLEUR)
(À déposer auprès du surintendant des faillites en conformité avec l’alinéa 23(1)f)
de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies)
PARTIE 1 – RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA COMPAGNIE DÉBITRICE
1.
Nom de la compagnie débitrice : __________________________________________________________________________
2.
Numéro de dossier attribué par le surintendant des faillites :
_____________________________________________________________________________________________________
3.
Date des derniers états financiers consolidés de la compagnie débitrice : ________/________/______ (AAAA/MM/JJ)
4.
Les états financiers visés à l’article 3 sont :
□ vérifiés (Nom du vérificateur : ____________________)
□ non vérifiés
5.
Valeurs comptables de la compagnie débitrice selon les états financiers visés à l’article 3 :
•
•
•
6.
Valeur comptable totale de l’actif : __________________________________ $
Valeur comptable totale du passif : __________________________________ $
• Créances garanties : ______________ $
• Créances non garanties : ___________$
• Créances de fiducie : ______________$
Valeur comptable totale des créances qui sont des créances éventuelles : _____________$
La compagnie débitrice participe-t-elle à des régimes de pension réglementaires pour ses employés? □ Oui □ Non
Dans l’affirmative, préciser le nom de chaque régime et indiquer s’il s’agit d’un régime à prestations déterminées ou à cotisations déterminées :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
PARTIE 2 – RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA PROCÉDURE
7.
Le tribunal a-t-il, en vertu de l’article 11.2 de la Loi, consenti par ordonnance un financement temporaire? □ Oui □ Non
Dans l’affirmative :
• Montant du financement temporaire consenti : ____________________ $
• Montant utilisé : ____________________________________________ $
8.
Le tribunal a-t-il homologué une transaction ou un arrangement? Oui □ Non
Dans l’affirmative :
• Date d’homologation de la transaction ou de l’arrangement : ______/____/_____ (AAAA/MM/JJ)
• Les créanciers ont-ils accepté la transaction ou l’arrangement avant que la demande initiale ne soit faite? □ Oui □ Non
• La transaction ou l’arrangement a-t-il été réalisé? □ Oui □ Non
9.
1570
Nom de la compagnie débitrice au moment de la libération du contrôleur :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
PARTIE 3 – À REMPLIR S’IL Y A UNE INSTANCE ÉTRANGÈRE
10.
Nom du représentant étranger : ___________________________________________
11.
Pays, nom du tribunal, district judiciaire et numéro de dossier du greffe :
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
12.
Il s’agit :
□ d’une instance principale
□ d’une instance secondaire
13.
Date de la première ordonnance dans le cadre de l’instance étrangère : ______/______/______ (AAAA/MM/JJ)
Fait à _________________ (__________________), le _______________ 20______.
__________________________________
Représentant du contrôleur
responsable de la procédure
1571
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
FORM 4
NOTICE BY DEBTOR COMPANY TO DISCLAIM OR RESILIATE AN AGREEMENT
To ________________________, (monitor and parties to the agreement)
Take notice that
1. Proceedings under the Companies’ Creditors Arrangement Act (“the Act”) in respect of _____________ (name of debtor company)
were commenced on the ___ day of _______, 20____.
2. In accordance with subsection 32(1) of the Act, the debtor company gives you notice of its intention to disclaim or resiliate the following agreement (provide sufficient details of the agreement to enable it to be identified):
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
3. In accordance with subsection 32(2) of the Act, any party to the agreement may, within 15 days after the day on which this notice is
given and with notice to the other parties to the agreement and to the monitor, apply to court for an order that the agreement is not to be
disclaimed or resiliated.
4. In accordance with paragraph 32(5)(a) of the Act, if no application for an order is made in accordance with subsection 32(2) of the
Act, the agreement is disclaimed or resiliated on the ______ day of ________, 20____, being 30 days after the day on which this notice
has been given.
Dated at ______________, _____________, on _______________, 20______.
____________________________________
Debtor Company
The monitor approves the proposed disclaimer or resiliation.
Dated at _______________, __________, on __________, 20_______.
________________________________
Monitor’s representative
responsible for the proceedings
1572
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-219
FORMULAIRE 4
PRÉAVIS DE RÉSILIATION DE CONTRAT PAR LA COMPAGNIE DÉBITRICE
À l’attention de ________________________ (contrôleur et parties au contrat),
Sachez que :
1. Une procédure visant _________________________ (nom de la compagnie débitrice) a été intentée sous le régime de la Loi sur les
arrangements avec les créanciers des compagnies (la Loi) le ____________ 20____.
2. En vertu du paragraphe 32(1) de la Loi, la compagnie débitrice donne préavis de son intention de résilier le contrat suivant (donner
suffisamment de détails concernant le contrat pour permettre de l’identifier) :
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
3. En vertu du paragraphe 32(2) de la Loi, toute partie au contrat peut, sur préavis aux autres parties au contrat et au contrôleur, dans
les quinze jours suivant la date du présent avis, demander au tribunal d’ordonner que le contrat ne soit pas résilié.
4. En vertu de l’alinéa 32(5)a) de la Loi, si aucune demande n’est présentée en vertu du paragraphe 32(2) de la Loi, le contrat est résilié
le _____________ 20___, soit trente jours après la date du présent préavis.
Fait à _______________ (____________), le ___________________ 20______.
__________________________________
Compagnie débitrice
Le contrôleur acquiesce au projet de résiliation.
Fait à _______________ (____________), le ___________________ 20_____.
_______________________________
Représentant du contrôleur
responsable de la procédure
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 1549, following
SOR/2009-218.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 1549, à la suite du
DORS/2009-218.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1573
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-220
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-220
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-220
Le 30 juillet 2009
FEEDS ACT
HEALTH OF ANIMALS ACT
MEAT INSPECTION ACT
LOI RELATIVE AUX ALIMENTS DU BÉTAIL
LOI SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
LOI SUR L’INSPECTION DES VIANDES
Regulations Amending Certain Canadian Food
Inspection Agency Regulations
Règlement modifiant certains règlements
(Agence canadienne d’inspection des aliments)
P.C. 2009-1210
C.P. 2009-1210
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, hereby makes the annexed Regulations Amending Certain Canadian
Food Inspection Agency Regulations, pursuant to
(a) section 5a of the Feeds Actb;
(b) subsection 64(1)c of the Health of Animals Actd; and
(c) section 20e of the Meat Inspection Actf.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de
l’Agroalimentaire, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil prend le Règlement modifiant certains règlements (Agence
canadienne d’inspection des aliments), ci-après, en vertu :
a) de l’article 5a de la Loi relative aux aliments du bétailb;
b) du paragraphe 64(1)c de la Loi sur la santé des animauxd;
c) de l’article 20e de la Loi sur l’inspection des viandesf.
REGULATIONS AMENDING CERTAIN CANADIAN
FOOD INSPECTION AGENCY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT CERTAINS
RÈGLEMENTS (AGENCE CANADIENNE
D’INSPECTION DES ALIMENTS)
FEEDS ACT
LOI RELATIVE AUX ALIMENTS DU BÉTAIL
FEEDS REGULATIONS, 1983
RÈGLEMENT DE 1983 SUR LES ALIMENTS DU BÉTAIL
1. (1) The portion of section 11 of the French version of the
Feeds Regulations, 19831 before paragraph (a) is replaced by
the following:
11. Le directeur refuse d’enregistrer l’aliment si, après évaluation de la demande d’enregistrement, il existe des motifs raisonnables de croire, selon le cas :
(2) Paragraph 11(e) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
e) que l’aliment ne répond pas aux normes applicables fixées
par le présent règlement;
2. Subsection 26(1) of the Regulations is amended by adding the following after paragraph (i):
(j) in the case of a feed that is required to comply with the
guarantees set out in item 7 of Table 3 of Schedule I, the name
of each ingredient in the feed;
(j.1) in the case of a feed, other than a feed referred to in paragraph (j), the name of each ingredient in the feed or the statement “A list of the ingredients used in this feed may be
obtained from the manufacturer or registrant./La liste des ingrédients de cet aliment peut être obtenue du fabricant ou du
titulaire de l’enregistrement.”;
1. (1) Le passage de l’article 11 de la version française du
Règlement de 1983 sur les aliments du bétail1 précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
11. Le directeur refuse d’enregistrer l’aliment si, après évaluation de la demande d’enregistrement, il existe des motifs raisonnables de croire, selon le cas :
(2) L’alinéa 11e) de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
e) que l’aliment ne répond pas aux normes applicables fixées
par le présent règlement;
2. Le paragraphe 26(1) du même règlement est modifié par
adjonction, après l’alinéa i), de ce qui suit :
j) dans le cas d’un aliment qui doit être conforme aux garanties
prévues à l’article 7 du tableau 3 de l’annexe I, le nom de chaque ingrédient de l’aliment;
j.1) dans le cas d’un aliment autre que celui visé à l’alinéa j), le
nom de chaque ingrédient de l’aliment ou l’énoncé suivant :
« La liste des ingrédients de cet aliment peut être obtenue du
fabricant ou du titulaire de l’enregistrement. / A list of the ingredients used in this feed may be obtained from the manufacturer or registrant. »;
———
———
a
b
c
d
e
f
1
S.C. 2002, c. 28, s. 83
R.S., c. F-9
S.C. 1993, c. 34, s. 76
S.C. 1990, c. 21
S.C. 1993, c. 44, s. 184
R.S., c. 25 (1st Supp.)
SOR/83-593
1574
a
b
c
d
e
f
1
L.C. 2002, ch. 28, art. 83
L.R., ch. F-9
L.C. 1993, ch. 34, art. 76
L.C. 1990, ch. 21
L.C. 1993, ch. 44, art. 18
L.R., ch. 25 (1er suppl.)
DORS/83-593
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-220
HEALTH OF ANIMALS ACT
LOI SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
HEALTH OF ANIMALS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
3. (1) The portion of subsection 6.21(2) of the Health of
Animals Regulations2 before paragraph (c) is replaced by the
following:
(2) Subsection (1) does not apply in respect of
(a) cattle that are slaughtered, cut up or deboned on a farm or
ranch, as defined in section 172, if the specified risk material
from the carcasses of those cattle is not removed from the farm
or ranch except for submission to a level 2 containment
laboratory;
(b) cattle that are slaughtered, cut up or deboned at an abattoir
if no parts of the carcass of any animal are removed from the
premises of the abattoir, other than those parts that are for human consumption as food or samples that are submitted to a
level 2 containment laboratory; or
(2) Paragraph 6.21(2)(c) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
c) aux échantillons de matériel à risque spécifié ou aux carcasses — ou parties de carcasse — de bœuf dont le matériel à risque spécifié n’a pas été retiré, qui sont envoyés à un laboratoire
de niveau de confinement 2.
4. Section 167 of the Regulations is replaced by the
following:
167. No person who imports or has the possession, care or control of a product of a rendering plant shall sell or distribute the
product unless the documentation required by these Regulations
relating to the product and any label on any packaging or container containing the product is marked conspicuously, legibly
and indelibly with the statement referred to in subsection 165(4).
3. (1) Le passage du paragraphe 6.21(2) du Règlement sur la
santé des animaux2 précédant l’alinéa c) est remplacé par ce
qui suit :
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas :
a) au bœuf qui est abattu, découpé ou désossé dans une ferme
ou un ranch, au sens de l’article 172, si le matériel à risque spécifié provenant de sa carcasse ne sort pas de la ferme ou du
ranch, sauf pour être envoyé à un laboratoire de niveau de
confinement 2;
b) au bœuf qui est abattu, découpé ou désossé dans un abattoir,
dans le cas où aucune partie de la carcasse de quelque animal
que ce soit, sauf les parties qui sont destinées à l’alimentation
humaine ou les échantillons qui sont envoyés à un laboratoire
de niveau de confinement 2, ne sort du site de l’abattoir;
(2) L’alinéa 6.21(2)c) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
c) aux échantillons de matériel à risque spécifié ou aux carcasses — ou parties de carcasse — de bœuf dont le matériel à risque spécifié n’a pas été retiré, qui sont envoyés à un laboratoire
de niveau de confinement 2.
4. L’article 167 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
167. Il est interdit à quiconque importe un produit d’une usine
de traitement ou à quiconque en a la possession, la responsabilité
ou la charge des soins, de distribuer ou de vendre le produit, à
moins que la documentation relative au produit exigée par le présent règlement et l’étiquette sur tout emballage ou contenant renfermant le produit ne portent la mention indélébile visée au paragraphe 165(4), inscrite lisiblement et bien en vue.
MEAT INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DES VIANDES
MEAT INSPECTION REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT DE 1990 SUR L’INSPECTION DES VIANDES
5. The definition “étiquette officielle” in subsection 2(1) of
the French version of the Meat Inspection Regulations, 19903
is replaced by the following:
« étiquette officielle » Marque, empreinte, estampille, sceau, étiquette ou autre marque d’identification, y compris une étiquette
de rétention, utilisé par l’inspecteur pour indiquer qu’un animal, un produit de viande ou une autre chose a été détenu, retenu ou condamné par l’inspecteur. (official tag)
6. Subsection 45(2) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
(2) La carcasse d’un animal de l’espèce Bos taurus ou Bos indicus mort avant d’avoir été abattu et dont le matériel à risque
spécifié n’a pas été retiré doit être envoyée dans une zone désignée de l’aire des produits incomestibles, afin qu’elle soit badigeonnée d’une teinture et qu’il en soit disposé conformément au
Règlement sur la santé des animaux.
7. Subsections 54(1.1) and (1.2) of the French version of the
Regulations are replaced by the following:
(1.1) Les alinéas (1)a) à f) ne s’appliquent pas au produit de
viande qui est du matériel à risque spécifié ou qui en contient ou
en provient, sous quelque forme que ce soit.
5. La définition de « étiquette officielle », au paragraphe 2(1) de la version française du Règlement de 1990 sur
l’inspection des viandes3, est remplacée par ce qui suit :
« étiquette officielle » Marque, empreinte, estampille, sceau, étiquette ou autre marque d’identification, y compris une étiquette
de rétention, utilisé par l’inspecteur pour indiquer qu’un animal, un produit de viande ou une autre chose a été détenu, retenu ou condamné par l’inspecteur. (official tag)
6. Le paragraphe 45(2) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) La carcasse d’un animal de l’espèce Bos taurus ou Bos indicus mort avant d’avoir été abattu et dont le matériel à risque
spécifié n’a pas été retiré doit être envoyée dans une zone désignée de l’aire des produits incomestibles, afin qu’elle soit badigeonnée d’une teinture et qu’il en soit disposé conformément au
Règlement sur la santé des animaux.
7. Les paragraphes 54(1.1) et (1.2) de la version française
du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
(1.1) Les alinéas (1)a) à f) ne s’appliquent pas au produit de
viande qui est du matériel à risque spécifié ou qui en contient ou
en provient, sous quelque forme que ce soit.
———
———
2
3
C.R.C., c. 296; SOR/91-525
SOR/90-288
2
3
C.R.C., ch. 296; DORS/91-525
DORS/90-288
1575
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-220
(1.2) Le produit de viande qui est du matériel à risque spécifié
ou qui en contient ou en provient, sous quelque forme que ce soit,
doit être entreposé dans une zone désignée de l’aire des produits
incomestibles, afin qu’il soit badigeonné d’une teinture, mis dans
un contenant désigné et qu’il en soit disposé conformément au
Règlement sur la santé des animaux.
(1.2) Le produit de viande qui est du matériel à risque spécifié
ou qui en contient ou en provient, sous quelque forme que ce soit,
doit être entreposé dans une zone désignée de l’aire des produits
incomestibles, afin qu’il soit badigeonné d’une teinture, mis dans
un contenant désigné et qu’il en soit disposé conformément au
Règlement sur la santé des animaux.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
8. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
This regulatory initiative corrects translation errors and inadvertent omissions made in recent amendments to the Feeds
Regulations, 1983, the Meat Inspection Regulations, 1990, and
the Health of Animals Regulations.
La présente initiative réglementaire corrige des erreurs de traduction et des omissions involontaires qui se sont glissées lors des
récentes modifications au Règlement de 1983 sur les aliments du
bétail, au Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes et au
Règlement sur la santé des animaux.
Description and rationale
Description et justification
This regulatory initiative involves minor amendments to the
Feeds Regulations, 1983, the Health of Animals Regulations and
the Meat Inspection Regulations, 1990. The amendments will
allow for correction of inadvertent omissions and clerical errors
made in the drafting of the Regulations Amending Certain Regulations Administered and Enforced by the Canadian Food Inspection Agency (SOR/2006-147 June 23, 2006), which were aimed at
giving Canada stronger protection against bovine spongiform
encephalopathy.
La présente initiative réglementaire comporte des modifications mineures au Règlement de 1983 sur les aliments du bétail,
au Règlement sur la santé des animaux et au Règlement de 1990
sur l’inspection des viandes. Ces modifications permettront de
corriger quelques omissions ou erreurs de rédaction qui se sont
glissées lors de la rédaction du Règlement modifiant certains règlements dont l’Agence canadienne d’inspection des aliments est
chargée d’assurer ou de contrôler l’application, pris le 23 juin
2006 (DORS/2006-147), qui visait à renforcer la protection du
Canada contre l’encéphalopathie spongiforme bovine.
Règlement de 1983 sur les aliments du bétail : En premier lieu,
la version française de l’alinéa 11e) est modifiée pour supprimer
le mot « ou ». Deuxièmement, les exigences prévues aux alinéas 26(1)j) et 26(1)j.1) sont réintroduites, puisqu’elles ont été
supprimées par inadvertance par le règlement DORS/2006-147. À
l’alinéa 26(1)j), on exige que l’étiquette comporte la liste de tous
les ingrédients qui composent l’aliment si celui-ci doit être conforme aux garanties stipulées à l’article 7 du tableau 3 de l’annexe I. À l’alinéa 26(1)j.1), on exige, pour les aliments non visés
à l’alinéa j), que l’étiquette comporte la liste de tous les ingrédients qui composent l’aliment ou un énoncé expliquant que la
liste des ingrédients peut être obtenue auprès du fabricant ou du
détenteur d’homologation.
Règlement sur la santé des animaux : Le paragraphe 6.21(2) a
besoin de clarifications. Le passage introductif est modifié pour
être plus précis; les mots « except for submission to a level 2
containment laboratory » et « sauf pour être envoyés à un laboratoire de niveau de confinement 2 » sont ajoutés à la fin des alinéas
a) et b) et l’expression « des échantillons » figurant à la version
française de l’alinéa 6.21(2)c) est remplacée par « aux échantillons ». Enfin, la rédaction de l’article 167 est améliorée par souci
d’uniformité.
Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes : La version
française de la définition de « étiquette officielle » à l’article 2 et
la version française du paragraphe 45(2) et de l’article 54 sont
modifiées de manière à correspondre plus précisément au texte
anglais.
Feeds Regulations, 1983: Firstly, the French version of paragraph 11(e) is amended to remove the word “ou.” Secondly, the
requirements in paragraph 26(1)(j) and subparagraph 26(1)(j.1)
are reinserted, as they were inadvertently omitted by SOR/2006147. Paragraph 26(1)(j) requires that the label list each of the
ingredients in the feed if the feed must comply with the guarantees stipulated in Item 7 of Table 3 of Schedule I. Paragraph 26(1)(j.1) requires, for feed not included under paragraph (j), that the label list each ingredient in the feed or contain a
statement that the list of ingredients may be obtained from the
manufacturer or registrant.
Health of Animals Regulations: Subsection 6.21(2) needs clarification. The opening portion is amended for greater precision;
the words “except for submission to a level 2 containment laboratory” and “sauf pour être envoyés à un laboratoire de niveau de
confinement 2” are added to the end of each of paragraphs (a) and
(b) and the phrase “des échantillons” in paragraph 6.21(2)(c) of
the French version is replaced with “aux échantillons.” Finally,
the wording of section 167 is amended for greater uniformity.
Meat Inspection Regulations, 1990: The French version of the
definition “étiquette officielle” in section 2 and the French version of subsection 45(2) and section 54 are amended to more accurately reflect the English version of these provisions.
1576
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-220
Consultation
Consultation
Because of the minor nature of the changes, consultation was
not undertaken.
Comme il s’agit de modifications mineures, aucune consultation n’a été entreprise.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The amendments will have no impact on the current regulatory
enforcement process.
Les modifications n’auront aucune incidence sur le processus
actuel d’application des règlements.
Contact
Personne-ressource
Alan Goldrosen
Canadian Food Inspection Agency
1400 Merivale Road, Tower 2
Ottawa, Ontario
K1A 0Y9
Telephone: 613-773-5884
Fax: 613-773-5960
Email: alan.goldrosen@inspection.gc.ca
Alan Goldrosen
Agence canadienne d’inspection des aliments
1400, chemin Merivale, Tour 2
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-773-5884
Télécopieur : 613-773-5960
Courriel : alan.goldrosen@inspection.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1577
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-221
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-221
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-221
Le 30 juillet 2009
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Regulations Amending the Federal Halocarbon
Regulations, 2003
Règlement modifiant le Règlement fédéral sur les
halocarbures (2003)
P.C. 2009-1211
C.P. 2009-1211
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Whereas, pursuant to subsection 332(1)a of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b, the Minister of the Environment published in the Canada Gazette, Part I, on July 5, 2008, a
copy of the proposed Regulations Amending the Federal Halocarbon Regulations, 2003, substantially in the annexed form, and
persons were given an opportunity to file comments with respect
to the proposed Regulations or to file a notice of objection requesting that a board of review be established and stating the
reasons for the objection;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of the Environment, pursuant to subsection 209(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Federal Halocarbon Regulations, 2003.
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, le ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du Canada Partie I, le 5 juillet 2008, le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement fédéral sur les halocarbures
(2003), conforme en substance au texte ci-après, et que les intéressés ont ainsi eu la possibilité de présenter leurs observations à
cet égard ou un avis d’opposition motivé demandant la constitution d’une commission de révision,
À ces causes, sur recommandation du ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 209(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)b, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement fédéral sur les halocarbures (2003), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FEDERAL
HALOCARBON REGULATIONS, 2003
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT FÉDÉRAL
SUR LES HALOCARBURES (2003)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The definition “small refrigeration system” in section 1
of the Federal Halocarbon Regulations, 20031 is replaced by
the following:
“small refrigeration system” means a refrigeration system, other
than one that is installed in, that is attached to or that normally
operates in conjunction with a means of transportation, that has
a refrigeration capacity of less than 19 kW as rated by the
manufacturer. (petit système de réfrigération)
2. Subsection 6(1) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
6. (1) Il est interdit d’entreposer, de transporter ou d’acheter un
halocarbure qui n’est pas dans un contenant conçu et fabriqué
pour être réutilisé et pour contenir le type d’halocarbure en cause.
3. (1) Subsection 7(1) of the English version of the Regulations is replaced by the following:
7. (1) Subject to subsection (2), a person who installs, services,
leak tests or charges a refrigeration system, an air-conditioning
system or a fire-extinguishing system, or who does any other
work on any of those systems that may result in the release of a
halocarbon, shall recover, into a container designed and manufactured to be refilled and to contain that specific type of halocarbon,
any halocarbon that would otherwise be released during those
procedures.
1. La définition de « petit système de réfrigération », à
l’article 1 du Règlement fédéral sur les halocarbures (2003)1,
est remplacée par ce qui suit :
« petit système de réfrigération » Système de réfrigération —
autre que celui qui est installé dans un moyen de transport, est
fixé à celui-ci ou est normalement utilisé avec lui — qui a une
puissance frigorifique nominale de moins de 19 kW. (small
refrigeration system)
2. Le paragraphe 6(1) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
6. (1) Il est interdit d’entreposer, de transporter ou d’acheter un
halocarbure qui n’est pas dans un contenant conçu et fabriqué
pour être réutilisé et pour contenir le type d’halocarbure en cause.
3. (1) Le paragraphe 7(1) de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
7. (1) Subject to subsection (2), a person who installs, services,
leak tests or charges a refrigeration system, an air-conditioning
system or a fire-extinguishing system, or who does any other
work on any of those systems that may result in the release of a
halocarbon, shall recover, into a container designed and manufactured to be refilled and to contain that specific type of halocarbon,
any halocarbon that would otherwise be released during those
procedures.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
SOR/2003-289
1578
b
1
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
DORS/2003-289
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-221
(2) Subsection 7(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) A person who recovers halocarbons from a fireextinguishing system shall use recovery equipment with a transfer
efficiency of at least 99% as referred to in the publication
ULC/ORD-C1058.5-2004, of the Underwriters’ Laboratories of
Canada, entitled Halon and Halocarbon Clean Agent Recovery
and Reconditioning Equipment.
4. Section 16 of the Regulations is replaced by the
following:
16. Effective 90 days after the day on which these Regulations
come into force, no person shall charge a refrigeration system that
is installed in, that is attached to, or that normally operates in
conjunction with a means of transportation, other than a refrigeration system for use on a military ship or a chiller, with a halocarbon listed in any of items 1 to 9 of Schedule 1.
5. Subsection 22(1) of the Regulations is replaced by the
following:
22. (1) Except in accordance with the standards set out in the
publication ULC/ORD-C1058.18-2004, of the Underwriters’
Laboratories of Canada, entitled The Servicing of Halon and
Clean Agent Extinguishing Systems, no person shall install, service, leak-test or charge a fire-extinguishing system, or do any
other work on the system that may result in the release of a
halocarbon.
6. Subsection 30(3) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
(3) Le propriétaire d’un système visé au paragraphe (2) fournit
au ministre un avis écrit comportant les renseignements prévus à
la colonne 3 de l’article 4 de l’annexe 2 dans les quatorze jours
suivant le chargement.
7. Section 36 of the French version of the Regulations and
the heading before it are replaced by the following:
(2) Le paragraphe 7(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Le matériel de récupération à utiliser, pour la récupération
d’un halocarbure d’un système d’extinction d’incendie, doit avoir
une efficacité de transfert d’au moins 99 % selon la publication
ULC/ADR-C1058.5-2004 des Laboratoires des assureurs du Canada intitulée Matériel de récupération et de remise en état des
agents propres à l’halocarbure et au halon.
4. L’article 16 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
16. À compter du quatre-vingt-dixième jour suivant l’entrée en
vigueur du présent règlement, il est interdit de charger un halocarbure figurant à l’un des articles 1 à 9 de l’annexe 1 dans un
système de réfrigération qui est installé dans un moyen de transport, est fixé à celui-ci ou est normalement utilisé avec lui, exception faite du système de réfrigération utilisé dans un navire militaire et d’un refroidisseur.
5. Le paragraphe 22(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
22. (1) Il est interdit d’installer, d’entretenir ou de charger un
système d’extinction d’incendie, d’effectuer des essais de détection des fuites ou d’exécuter tout autre travail sur lui pouvant
entraîner le rejet d’un halocarbure, sauf en conformité avec les
normes énoncées dans la publication ULC/ADR-C1058.18-2004
des Laboratoires des assureurs du Canada intitulée Entretien des
systèmes d’extinction au halon et aux agents propres.
6. Le paragraphe 30(3) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(3) Le propriétaire d’un système visé au paragraphe (2) fournit
au ministre un avis écrit comportant les renseignements prévus à
la colonne 3 de l’article 4 de l’annexe 2 dans les quatorze jours
suivant le chargement.
7. L’article 36 de la version française du même règlement et
l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
AVIS, COMPTES RENDUS, DOCUMENTS,
RAPPORTS ET REGISTRES
AVIS, COMPTES RENDUS, DOCUMENTS,
RAPPORTS ET REGISTRES
36. (1) Le propriétaire conserve les avis, comptes rendus, documents, rapports et registres exigés par le présent règlement au
Canada pendant au moins cinq ans suivant la date de leur établissement ou de leur présentation, selon le cas.
(2) Sous réserve des paragraphes (3) et (4), un exemplaire des
avis, comptes rendus, documents, rapports et registres est conservé dans le lieu où se trouve le système visé.
(3) Un exemplaire des avis, comptes rendus, documents, rapports et registres afférents à tout système se trouvant dans un moyen de transport est conservé dans un même et unique lieu occupé
par le propriétaire.
(4) Dans le cas d’un système situé dans un lieu inoccupé, le
propriétaire:
a) conserve, dans un même et unique lieu occupé par lui, une
copie des avis, comptes rendus, documents, rapports et registres afférents au système et exigés par le présent règlement;
b) présente au ministre un rapport comportant les renseignements prévus à la colonne 3 de l’article 11 de l’annexe 2 au
plus tard le 1er janvier 2004;
c) présente au ministre tout changement aux renseignements
visés à l’alinéa b) dans les trente jours du changement.
36. (1) Le propriétaire conserve les avis, comptes rendus, documents, rapports et registres exigés par le présent règlement au
Canada pendant au moins cinq ans suivant la date de leur établissement ou de leur présentation, selon le cas.
(2) Sous réserve des paragraphes (3) et (4), un exemplaire des
avis, comptes rendus, documents, rapports et registres est conservé dans le lieu où se trouve le système visé.
(3) Un exemplaire des avis, comptes rendus, documents, rapports et registres afférents à tout système se trouvant dans un
moyen de transport est conservé dans un même et unique lieu
occupé par le propriétaire.
(4) Dans le cas d’un système situé dans un lieu inoccupé, le
propriétaire :
a) conserve, dans un même et unique lieu occupé par lui, une
copie des avis, comptes rendus, documents, rapports et registres afférents au système et exigés par le présent règlement;
b) présente au ministre un rapport comportant les renseignements prévus à la colonne 3 de l’article 11 de l’annexe 2 au
plus tard le 1er janvier 2004;
c) présente au ministre tout changement aux renseignements
visés à l’alinéa b) dans les trente jours du changement.
1579
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-221
8. The heading “Nature du formulaire” of Column 2 of
Schedule 2 to the French version of the Regulations is
replaced by “Nature du document”.
9. Paragraph 1(d) of Schedule 2 to the French version of the
Regulations in Column 3 is replaced by the following:
d) description du système
8. Le titre « Nature du formulaire » de la colonne 2 de
l’annexe 2 de la version française du même règlement est
remplacé par « Nature du document ».
9. L’alinéa 1d) de l’annexe 2 de la version française du
même règlement, dans la colonne 3, est remplacé par ce qui
suit :
d) description du système
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
10. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
10. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Since the Federal Halocarbon Regulations, 2003 (FHR 2003)
came into force, the Standing Joint Committee for the Scrutiny of
Regulations (SJCSR) has reviewed the FHR 2003 and made some
comments and recommendations to improve the regulatory text.
In addition, the two Underwriters’ Laboratories of Canada (ULC)
standards referenced in the FHR 2003 have been revised and
some minor editorial oversights have been identified.
Depuis l’entrée en vigueur du Règlement fédéral sur les halocarbures (2003) [RFH (2003)], le Comité mixte permanent
d’examen de la réglementation (CMPER) a examiné le RFH
(2003) et a formulé un certain nombre de commentaires et de
recommandations visant à améliorer le texte réglementaire. De
plus, les deux normes des Laboratoires des assureurs du Canada
(ULC) auxquelles le RFH (2003) fait référence ont été révisées, et
quelques omissions d’ordre rédactionnel ont été trouvées.
Par conséquent, le Règlement modifiant le Règlement fédéral
sur les Halocarbures (2003) (les Modifications) visent à :
• donner suite aux commentaires et aux recommandations du
CMPER;
• mettre à jour les références aux deux normes de l’ULC qui ont
été révisées et traduites en 2004;
• corriger les omissions d’ordre rédactionnel qui ont été détectées dans le RFH (2003).
Les Modifications ne modifient pas l’intention ou la portée du
RFH (2003) et entrent en vigueur le jour de leur enregistrement.
Accordingly, the objectives of the Regulations Amending the
Federal Halocarbon Regulations, 2003 (the Amendments) are to
• address the comments and recommendations of the SJCSR;
• update the references to two ULC standards that were revised
and translated in 2004; and
• correct editorial oversights that have been identified in the
FHR 2003.
The Amendments do not change the intent or scope of the FHR
2003, and come into force on the day on which they are
registered.
Description and rationale
Description et justification
Background
Contexte
In 1999, Environment Canada published the Federal Halocarbon Regulations with the purpose of reducing and preventing
emissions of ozone-depleting substances (ODS) and emissions of
their halocarbon alternatives, namely hydrofluorocarbons (HFCs)
and perfluorocarbons (PFCs). The Federal Halocarbon Regulations applied to halocarbons used in refrigeration, air conditioning, fire extinguishing and solvent cleaning systems, as well as
any associated containers or devices that were part of a federal
work or undertaking or that were located on federal land or aboriginal land.
In 2003, the FHR 2003 replaced the Federal Halocarbon Regulations. The FHR 2003, which were essentially similar to the Federal Halocarbon Regulations, introduced new initiatives under
Canada’s Ozone Layer Protection Program.1 The purpose of the
FHR 2003 was to implement regulatory measures to achieve an
En 1999, Environnement Canada a publié le Règlement fédéral
sur les halocarbures dans le but de réduire et de prévenir les
émissions de substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO)
et de leurs halocarbures de remplacement, à savoir les hydrofluorocarbures (HFC) ou les perfluorocarbures (PFC). Le Règlement
fédéral sur les halocarbures s’appliquait aux halocarbures utilisés
pour la réfrigération, la climatisation, l’extinction des incendies,
les systèmes de nettoyage par solvants et les contenants ou appareils complémentaires faisant partie d’une entreprise ou d’un ouvrage fédéral ou situés sur un territoire domanial ou autochtone.
En 2003, le RFH (2003) a remplacé le Règlement fédéral sur
les halocarbures. Le RFH (2003), qui était sensiblement similaire
au Règlement fédéral sur les halocarbures, a introduit de nouvelles initiatives dans le cadre du Programme canadien de protection
de la couche d’ozone1. L’objectif du RFH (2003) était de mettre
———
———
1
1
For further information visit the Web site at www.ec.gc.ca/ozone/EN/init/
index.cfm?intCat=43.
1580
Pour de plus amples renseignements, voir le site www.ec.gc.ca/ozone/FR/init/
index.cfm?intCat=43.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-221
In May 2005, after reviewing the FHR 2003, the SJCSR recommended to Environment Canada changes that would ensure
consistency and clarity in the regulatory text.
en œuvre des mesures réglementaires pour assurer une transition
méthodique des CFC et des halons à des substances et des technologies de remplacement, conformément à la Stratégie canadienne
pour accélérer l’élimination progressive des utilisations de CFC
et de halons et pour éliminer les stocks excédentaires2.
En 2002, Environnement Canada a demandé à ULC de mettre à
jour les deux normes mentionnées dans le RFH (2003). En 2004,
après avoir tenu des consultations avec le secteur des services,
ULC a publié une version mise à jour et bilingue des deux
normes.
En mai 2005, après avoir examiné le RFH (2003), le CMPER a
recommandé à Environnement Canada des modifications qui assureraient la cohérence et la clarté du texte réglementaire.
The Amendments
Les Modifications
SJCSR recommended revisions
Révisions recommandées par le CMPER
The following changes address the comments and recommendations of the SJCSR:
• a discrepancy was identified in the French and English versions of the FHR 2003 in the definition of “small refrigeration
system” and the use of this definition in section 16. Both versions of the FHR 2003 have been revised to harmonize the
definition and wording of section 16;
• align the French and English versions of subsection 6(1) by
replacing the wording “… un type spécifique d’halocarbure”
with “… le type d’halocarbure en cause” in the French version
of the subsection;
• align the French and English version of subsection 22(1) by
replacing the wording “Toute personne qui installe, entretient
ou charge un système d’extinction d’incendie, … with “Il est
interdit d’installer, d’entretenir ou de charger un système
d’extinction d’incendie, …” in the French version of the
subsection;
• the wording of section 36 and its heading of the French version have been revised, where applicable, to change from singular to plural in order to harmonize with the English version
of the section; and
• align the French heading for column 2 of Schedule 2 with the
English one by replacing the wording “Nature du formulaire”
with the more generic term “Nature du document.”
Les modifications suivantes donnent suite aux commentaires et
aux recommandations du CMPER :
• On a remarqué une divergence entre les versions française et
anglaise du RFH (2003) concernant la définition de « petits
systèmes de réfrigération » et l’utilisation de cette définition à
l’article 16. Les deux versions du RFH (2003) ont été révisées
pour assurer la concordance de la définition et du libellé de
l’article 16;
• harmoniser les versions française et anglaise du paragraphe 6(1) en remplaçant, dans la version française, la formulation « … un type spécifique d’halocarbure » par « … le type
d’halocarbure en cause »;
• harmoniser les versions française et anglaise du paragraphe 22(1) en remplaçant, dans la version française, la formulation « Toute personne qui installe, entretient ou charge un
système d’extinction d’incendie, … » par « Il est interdit
d’installer, d’entretenir ou de charger un système d’extinction
d’incendie, … »;
• le libellé et le titre de l’article 36 de la version française ont
été révisés, au besoin, de manière à utiliser le pluriel plutôt
que le singulier, comme dans la version anglaise;
• harmoniser le titre de la deuxième colonne de l’annexe 2 entre
les versions française et anglaise en remplaçant, dans la version française, la formulation « Nature du formulaire » par
« Nature du document », qui est plus générale.
ULC standards reference update
Le point sur les références aux normes de ULC
The FHR 2003 makes reference in subsections 7(2) and 22(1)
to two standards developed by the ULC:
1. Halon Recovery and Reconditioning Equipment (ULC/
ORD-C 1058.5-1993); and
2. The Servicing of Halon Extinguishing Systems (ULC/
ORD-C 1058.18-1993).
In 2004, the ULC updated the two standards in order to widen
their application by adding halocarbon clean agents to halons and
by introducing a French version of the two standards.
The Amendments reflect the new titles and document numbers
by replacing the title:
Le RFH (2003) fait référence, dans les paragraphes 7(2) et
22(1), à deux normes élaborées par ULC :
1. Halon Recovery and Reconditioning Equipment (ULC/
ORD-C 1058.5-1993);
2. The Servicing of Halon Extinguishing Systems (ULC/
ORD-C 1058.18-1993).
En 2004, ULC a mis à jour les deux normes pour en élargir
l’application : il a ajouté les agents propres à l’halocarbure (il
n’était plus uniquement question des halons) et a introduit une
version française des deux normes.
Pour que les Modifications reflètent les nouveaux titres et numéros de document, on a remplacé le titre :
———
2
For further information visit the Web site at www.ccme.ca/assets/pdf/cfc_
halons_dspslstrtgy_e.pdf.
———
2
Pour de plus amples renseignements, voir le site www.ccme.ca/assets/pdf/cfc_
halons_dspslstrtgy_f.pdf.
orderly transition from CFCs and halons to alternative substances
and technologies as per Canada’s Strategy to Accelerate the
Phase-Out of CFC and Halon Uses and to Dispose of the Surplus
Stocks.2
In 2002, Environment Canada requested the ULC to update the
two standards referenced in the FHR 2003. After consultations
with the service industry, the ULC published an updated and
bilingual version of the two standards in 2004.
1581
2009-08-19
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-221
“Halon Recovery and Reconditioning Equipment (ULC/
ORD-C 1058.5-1993)” in subsection 7(2) with “Halon and
Halocarbon Clean Agent Recovery and Reconditioning
Equipment (ULC/ORD-C 1058.5-2004)”; and
“The Servicing of Halon Extinguishing Systems (ULC/
ORD-C 1058.18-1993)” in subsection 22(1) with “The Servicing of Halon and Clean Agent Extinguishing Systems
(ULC/ORD-C 1058.18-2004)”.
•
•
« Halon Recovery and Reconditioning Equipment (ULC/
ORD-C 1058.5-1993) » du paragraphe 7(2) par « Matériel de
récupération et de remise en état des agents propres à
l’halocarbure et au halon (ULC/ORD-C 1058.5-2004) »;
« The Servicing of Halon Extinguishing Systems (ULC/ORDC 1058.18-1993) » du paragraphe 22(1) par « Entretien des
systèmes d’extinction au halon et aux agents propres
(ULC/ORD-C 1058.18-2004) ».
Other administrative changes
Autres changements administratifs
The Amendments also include minor administrative changes,
specifically:
• a minor editorial correction is made to the English version of
subsection 7(2); and
• the French version of subsection 30(3) has been revised to
align with the English version by correctly referencing item 4
of Schedule 2 of the FHR 2003 instead of item 3; item 4 provides the nature of information to be submitted to the
Minister.
These Amendments to the FHR 2003 are necessary to address
the recommendations made by the SJCSR as well as some minor
administrative changes that provide clarity and consistency to the
regulatory text.
Les Modifications comprennent également des changements
administratifs mineurs, à savoir :
• Une correction d’ordre rédactionnel a été apportée à la version
anglaise du paragraphe 7(2);
• La version française du paragraphe 30(3) a été révisée, aux
fins d’harmonisation avec la version anglaise, afin qu’elle
fasse bien référence au point 4 de l’annexe 2, et non au
point 3; le point 4 donne la nature des renseignements qui
doivent être présentés au ministre.
Ces Modifications au RFH (2003) sont nécessaires pour tenir
compte des recommandations faites par le CMPER et des changements administratifs mineurs qui apportent clarté et cohérence
au texte réglementaire.
Costs and benefits
Coûts et avantages
The Amendments are administrative in nature and do not include any new requirements to be met by industry. In addition,
the service industry has already adopted new service standards
which are incorporated in the updated ULC standards. Hence, the
Amendments would not result in any incremental costs to
industry.
The Amendments would not affect the compliance and
enforcement regime that is already in place for the FHR 2003.
Therefore, no incremental costs would be incurred by the
Government.
The legal and technical refinements would add clarity and consistency to the FHR 2003. Referencing the most recent versions
of the ULC documents ensures that the FHR 2003 remains up-todate.
Les Modifications sont de nature administrative et ne présentent pas de nouvelles exigences pour l’industrie. De plus, le secteur des services a déjà adopté de nouvelles normes de service,
qui sont intégrées dans les nouvelles normes de l’ULC. Par
conséquent, les Modifications n’entraîneront pas de coûts supplémentaires pour le secteur.
Les Modifications ne toucheraient pas le régime d’assurance de
la conformité et de mise en application de la loi déjà instauré pour
le RFH (2003). Par conséquent, le gouvernement n’aurait à assumer aucun coût supplémentaire.
Les améliorations juridiques et techniques ajouteraient de la
clarté et de la cohérence au RFH (2003). En faisant référence aux
plus récentes versions des documents de l’ULC, on s’assure que
le RFH (2003) demeure à jour.
Consultation
Consultation
Since the Amendments are administrative in nature and are not
expected to result in any impact to industry, Government or the
public, no consultations were deemed necessary.
Puisque les Modifications sont de nature administrative et
qu’on ne s’attend pas à ce qu’elles aient un impact sur l’industrie,
le gouvernement ou le public, on a jugé qu’il n’était pas nécessaire de tenir des consultations.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Amendments will not alter the manner in which the FHR
2003 are implemented or enforced.
Les Modifications ne modifieront pas la manière dont le RFH
(2003) est mis en œuvre ou appliqué.
Contacts
Personnes-ressources
Nancy Seymour
Head
Ozone Protection Programs
Chemicals Management
Environment Canada
351 St. Joseph Boulevard, 17th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-994-1109
Fax: 819-994-0007
Email: Nancy.Seymour@ec.gc.ca
Nancy Seymour
Chef
Programmes de protection de l’ozone
Gestion des substances chimiques
Environnement Canada
351, boulevard St-Joseph, 17e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-994-1109
Télécopieur : 819-994-0007
Courriel : Nancy.Seymour@ec.gc.ca
1582
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Markes Cormier
Senior Economist
Regulatory Analysis & Instrument Choice Division
Environment Canada
10 Wellington Street, 24th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-5236
Fax: 819-997-2769
Email: Markes.Cormier@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-221
Markes Cormier
Économiste principal
Analyse réglementaire et choix d’instruments
Environnement Canada
10, rue Wellington, 24e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-5236
Télécopieur : 819-997-2769
Courriel : Markes.Cormier@ec.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1583
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-222
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-222
Le 30 juillet 2009
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Regulations Amending the Income Tax
Regulations (Securities Held by Financial
Institutions)
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur
le revenu (titres détenus par les institutions
financières)
P.C. 2009-1212
C.P. 2009-1212
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 221a
of the Income Tax Actb, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Income Tax Regulations (Securities Held by Financial Institutions).
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 221a de la Loi de l’impôt sur le revenub, Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant
le Règlement de l’impôt sur le revenu (titres détenus par les institutions financières), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE INCOME TAX
REGULATIONS (SECURITIES HELD BY
FINANCIAL INSTITUTIONS)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE
L’IMPÔT SUR LE REVENU (TITRES DÉTENUS
PAR LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subparagraph 304(1)(c)(ii) of the Income Tax Regulations1 is replaced by the following:
(ii) issued by any one of the following (referred to in this
section as the “issuer”):
(A) a life insurance corporation,
(B) a registered charity,
(C) a corporation referred to in any of paragraphs (a)
to (c) of the definition “specified financial institution” in
subsection 248(1) of the Act,
(D) a corporation referred to in subparagraph (b)(ii) of the
definition “retirement savings plan” in subsection 146(1)
of the Act, and
(E) a corporation (other than a mutual fund corporation or
a mortgage investment corporation) the principal business
of which is the making of loans,
2. (1) Section 2402 of the Regulations is amended by adding
the following after paragraph (a):
(a.1) there shall be included the amount determined by the
formula
(A + B) × C/D
where
A is the amount required by subsection 142.5(5) of the Act to
be included in computing the insurer’s income for the year,
B is the amount deemed by subsection 142.5(7) of the Act to
be a taxable capital gain of the insurer for the year from the
disposition of property,
C is the amount determined under subparagraph (a)(i) for the
taxation year of the insurer that includes October 31, 1994,
and
D is the amount determined under subparagraph (a)(ii) for the
taxation year of the insurer that includes October 31, 1994;
1. Le sous-alinéa 304(1)c)(ii) du Règlement de l’impôt sur le
revenu1 est remplacé par ce qui suit :
(ii) émis par l’une des personnes suivantes (appelée « émetteur » au présent article) :
(A) une compagnie d’assurance-vie,
(B) un organisme de bienfaisance enregistré,
(C) une société visée à l’un des alinéas a) à c) de la définition de « institution financière déterminée » au paragraphe 248(1) de la Loi,
(D) une société visée au sous-alinéa b)(ii) de la définition
de « régime d’épargne-retraite » au paragraphe 146(1) de
la Loi,
(E) une société, sauf une société de placement à capital
variable ou une société de placement hypothécaire, dont
l’activité principale consiste à consentir des prêts,
2. (1) L’article 2402 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa a), de ce qui suit :
a.1) inclure la somme obtenue par la formule suivante :
(A + B) × C/D
où :
A représente la somme à inclure en application du paragraphe 142.5(5) de la Loi dans le calcul de son revenu pour
l’année,
B la somme qui est réputée, en vertu du paragraphe 142.5(7)
de la Loi, être son gain en capital imposable pour l’année
provenant de la disposition d’un bien,
C le total déterminé selon le sous-alinéa a)(i) pour son année
d’imposition qui comprend le 31 octobre 1994,
D le total déterminé selon le sous-alinéa a)(ii) pour son année
d’imposition qui comprend le 31 octobre 1994;
———
———
a
b
1
S.C. 2007, c. 35, s. 62
R.S., c. 1 (5th Supp.)
C.R.C., c. 945
1584
a
b
1
L.C. 2007, ch. 35, art. 62
L.R., ch. 1 (5e suppl.)
C.R.C., ch. 945
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(2) Paragraph 2402(b) of the Regulations is amended by
adding “and” at the end of subparagraph (ii), by striking out
“and” at the end of subparagraph (iii) and by repealing subparagraph (iv).
(3) Paragraph 2402(e) of the Regulations is replaced by the
following:
(e) except as provided in paragraph (a), there shall not be included any amount that was included in determining the insurer’s gross Canadian life investment income for the year;
(4) Section 2402 of the Regulations is amended by adding
the following after paragraph (e):
(e.1) except as provided in paragraph (a.1), there shall not be
included the amounts referred to in the descriptions of A and B
in that paragraph;
(e.2) if the year includes October 31, 1994, there shall be deducted the amount determined by the formula
(A + B) × C/D
where
A is the amount deducted under subsection 142.5(4) of the
Act in computing the insurer’s income for the year,
B is the amount deemed by subsection 142.5(6) of the Act to
be an allowable capital loss of the insurer for the year from
the disposition of property,
C is the amount determined under subparagraph (a)(i) for the
year, and
D is the amount determined under subparagraph (a)(ii) for the
year;
(5) Paragraph 2402(f) of the Regulations is amended by
adding “and” at the end of subparagraph (i), by striking out
“and” at the end of subparagraph (ii) and by repealing subparagraph (iii).
(6) Paragraph 2402(h) of the Regulations is replaced by the
following:
(h) except as provided in paragraph (a), no deduction shall be
made in respect of
(i) any amount taken into account in determining the insurer’s gross Canadian life investment income for the year,
or
(ii) any amount deductible under paragraph 20(1)(l) of the
Act in computing the insurer’s income for the year;
(7) Section 2402 of the Regulations is amended by adding
the following after paragraph (h):
(h.1) except as provided in paragraph (e.2), no deduction shall
be made in respect of the amounts referred to in the descriptions of A and B in that paragraph;
3. (1) Paragraph (a) of the definition “gross Canadian life
investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations
is replaced by the following:
(a) the insurer’s gross investment revenue for the year, to the
extent that the revenue is from Canadian business property of
the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance
business,
(2) Paragraphs (c) and (d) of the definition “gross Canadian
life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations are replaced by the following:
(2) Le sous-alinéa 2402b)(iv) du même règlement est
abrogé.
(3) L’alinéa 2402e) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
e) sauf disposition contraire énoncée à l’alinéa a), n’inclure aucune somme qu’il a incluse dans le calcul de ses revenus bruts
de placements en assurance-vie au Canada pour l’année;
(4) L’article 2402 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa e), de ce qui suit :
e.1) sauf disposition contraire énoncée à l’alinéa a.1), n’inclure
aucune des sommes représentées par les éléments A et B de la
formule figurant à cet alinéa;
e.2) si l’année comprend le 31 octobre 1994, déduire la somme
obtenue par la formule suivante :
(A + B) × C/D
où :
A représente la somme déduite en application du paragraphe 142.5(4) de la Loi dans le calcul de son revenu pour
l’année,
B la somme qui est réputée, en vertu du paragraphe 142.5(6)
de la Loi, être sa perte en capital déductible pour l’année
résultant de la disposition d’un bien,
C le total déterminé selon le sous-alinéa a)(i) pour l’année,
D le total déterminé selon le sous-alinéa a)(ii) pour l’année;
(5) Le sous-alinéa 2402f)(iii) du même règlement est abrogé.
(6) L’alinéa 2402h) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
h) sauf disposition contraire énoncée à l’alinéa a), n’opérer aucune déduction au titre des sommes suivantes :
(i) une somme prise en compte dans le calcul de ses revenus
bruts de placements en assurance-vie au Canada pour
l’année,
(ii) une somme déductible en application de l’alinéa 20(1)l)
de la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année;
(7) L’article 2402 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa h), de ce qui suit :
h.1) sauf disposition contraire énoncée à l’alinéa e.2), n’opérer
aucune déduction au titre des sommes représentées par les éléments A et B de la formule figurant à cet alinéa;
3. (1) L’alinéa a) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3) du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
a) ses revenus bruts de placements pour l’année, dans la mesure où ils proviennent de ses biens d’entreprise canadiens pour
l’année relativement à son entreprise d’assurance-vie,
(2) Les alinéas c) et d) de la définition de « revenus bruts de
placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3) du même règlement, sont remplacés par ce qui
suit :
1585
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(d) the portion of the amount deducted under paragraph 20(1)(l) of the Act in computing the insurer’s income for
the preceding taxation year that was in respect of Canadian
business property of the insurer for that year in respect of the
insurer’s life insurance business,
(3) Paragraph (e) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
replaced by the following:
(d.1) the total of all amounts each of which is an amount included under section 142.4 of the Act in the insurer’s income
for the year in respect of a property disposed of by the insurer
that was, in the taxation year of disposition, a Canadian business property of the insurer for that year in respect of the insurer’s life insurance business,
(e) the total of all amounts each of which is the insurer’s gain
for the year from the disposition of a Canadian business property of the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance business, other than a capital property or a property in
respect of which section 142.4 of the Act applies, and
(4) Paragraph (f) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
replaced by the following:
(f) the total of all amounts each of which is the insurer’s taxable capital gain for the year from the disposition of a Canadian
business property of the insurer for the year in respect of the
insurer’s life insurance business,
(5) Paragraph (g) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
repealed.
(6) Paragraph (h) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
repealed.
(7) Paragraph (i) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
replaced by the following:
(i) the portion of the amount deducted under paragraph 20(1)(l)
of the Act in computing the insurer’s income for the year that is
in respect of debt obligations that are Canadian business property of the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance business,
(8) Paragraph (j) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
replaced by the following:
(i.1) the total of all amounts each of which is an amount deductible under section 142.4 of the Act in computing the insurer’s income for the year in respect of a property disposed of
by the insurer that was, in the taxation year of disposition, a
Canadian business property of the insurer for that year in respect of the insurer’s life insurance business,
(j) the total of all amounts each of which is the insurer’s loss
for the year from the disposition of a Canadian business property of the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance business, other than a capital property or a property in
respect of which section 142.4 of the Act applies, and
(9) Paragraph (k) of the definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations is
replaced by the following:
(k) the total of all amounts each of which is the insurer’s allowable capital loss for the year from the disposition of a Canadian
business property of the insurer for the year in respect of the
insurer’s life insurance business;
1586
d) la partie de la somme déduite en application de l’alinéa 20(1)l) de la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année
d’imposition précédente au titre de ses biens d’entreprise canadiens pour cette année relativement à son entreprise
d’assurance-vie,
(3) L’alinéa e) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
d.1) le total des sommes représentant chacune une somme incluse en application de l’article 142.4 de la Loi dans son revenu
pour l’année au titre d’un bien dont il a disposé et qui, au cours
de l’année d’imposition de la disposition, faisait partie de ses
biens d’entreprise canadiens pour cette année relativement à
son entreprise d’assurance-vie,
e) le total des sommes représentant chacune son gain pour
l’année provenant de la disposition d’un de ses biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son entreprise
d’assurance-vie, à l’exception d’une immobilisation et d’un
bien auquel s’applique l’article 142.4 de la Loi,
(4) L’alinéa f) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
f) le total des sommes représentant chacune son gain en capital
imposable pour l’année provenant de la disposition d’un de ses
biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son
entreprise d’assurance-vie,
(5) L’alinéa g) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est abrogé.
(6) L’alinéa h) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est abrogé.
(7) L’alinéa i) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
i) la partie de la somme déduite en application de l’alinéa 20(1)l) de la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année
relativement à des titres de créance qui font partie de ses biens
d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son entreprise d’assurance-vie,
(8) L’alinéa j) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
i.1) le total des sommes représentant chacune une somme déductible en application de l’article 142.4 de la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année relativement à un bien dont il a
disposé et qui, au cours de l’année d’imposition de la disposition, faisait partie de ses biens d’entreprise canadiens pour cette
année relativement à son entreprise d’assurance-vie,
j) le total des sommes représentant chacune sa perte pour
l’année résultant de la disposition d’un de ses biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son entreprise
d’assurance-vie, à l’exception d’une immobilisation et d’un
bien auquel s’applique l’article 142.4 de la Loi,
(9) L’alinéa k) de la définition de « revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada », au paragraphe 2405(3)
du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
k) le total des sommes représentant chacune sa perte en capital
déductible pour l’année résultant de la disposition d’un de ses
biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son
entreprise d’assurance-vie.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(10) Subsection 2405(3) of the Regulations is amended by
adding the following in alphabetical order:
“Canadian business property” of an insurer for a taxation year in
respect of an insurance business means
(a) if the insurer was resident in Canada throughout the year
and either did not carry on a life insurance business in the year
or did not carry on an insurance business outside Canada in the
year, the property used or held by it in the year in the course of
carrying on the business in Canada, and
(b) in any other case, the property designated under subsection 2400(1) for the year in respect of the business; (bien
d’entreprise canadien)
(11) Section 2405 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (4):
(5) For the purposes of subsection (3), the cost of a property
shall be determined without regard to subsection 142.5(2) of the
Act.
4. (1) The description of A.1 in subsection 2411(3) of the
English version of the Regulations is replaced by the
following:
A.1 is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4.1) in respect of Canadian investment property (other
than Canadian equity property) disposed of by the insurer in
the year or a preceding taxation year;
(2) Paragraph (b) of the description of A in subsection 2411(4) of the Regulations is repealed.
(3) Paragraph (d) of the description of A in subsection 2411(4) of the Regulations is replaced by the following:
(c.1) all amounts that were or would be included under paragraph 142.4(5)(e) of the Act in respect of the property in computing the insurer’s income for the year,
(d) all amounts that were or would be included in computing
the insurer’s income for the year as gains from the disposition
of such of the property as is not capital property or a specified
debt obligation (as defined in subsection 142.2(1) of the Act),
(4) Paragraph (i) of the description of A in subsection 2411(4) of the Regulations is replaced by the following:
(i) all other amounts that were or would be included in computing the insurer’s income for the year in respect of the property
otherwise than because of subsection 142.4(4) of the Act; and
(5) The portion of the description of B in subsection 2411(4)
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
B is the total of the following amounts determined in respect of
the property for the year, or that would be determined in respect of the property for the year if it were insurance property
of the insurer for the year in respect of an insurance business
in Canada and if it had been insurance property of the insurer
in respect of an insurance business in Canada for each preceding taxation year in which it was held by the insurer:
(6) The portion of the description of B in subsection 2411(4)
of the Regulations before paragraph (a), as enacted by subsection (5), is replaced by the following:
(10) Le paragraphe 2405(3) du même règlement est modifié
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« bien d’entreprise canadien » Est un bien d’entreprise canadien
d’un assureur pour une année d’imposition relativement à une
entreprise d’assurance :
a) le bien qu’il utilise ou détient pendant l’année dans le cadre
de l’exploitation de l’entreprise au Canada, s’il a résidé au Canada tout au long de l’année sans exploiter d’entreprise
d’assurance-vie au cours de l’année et sans exploiter d’entreprise d’assurance à l’étranger au cours de l’année;
b) le bien désigné en application du paragraphe 2400(1) pour
l’année relativement à l’entreprise, dans les autres cas. (Canadian business property)
(11) L’article 2405 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (4), de ce qui suit :
(5) Pour l’application du paragraphe (3), le coût d’un bien est
déterminé compte non tenu du paragraphe 142.5(2) de la Loi.
4. (1) L’élément A.1 de la formule figurant au paragraphe 2411(3) de la version anglaise du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
A.1 is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4.1) in respect of Canadian investment property (other
than Canadian equity property) disposed of by the insurer in
the year or a preceding taxation year;
(2) L’alinéa b) de l’élément A de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement est abrogé.
(3) L’alinéa d) de l’élément A de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
c.1) les sommes qui sont ou seraient incluses en application de
l’alinéa 142.4(5)e) de la Loi au titre du bien dans le calcul du
revenu de l’assureur pour l’année,
d) les sommes qui sont ou seraient incluses dans le calcul du
revenu de l’assureur pour l’année au titre des gains provenant
de la disposition du bien, sauf s’il s’agit d’une immobilisation
ou d’un titre de créance déterminé, au sens du paragraphe 142.2(1) de la Loi,
(4) L’alinéa i) de l’élément A de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
i) les autres sommes qui sont ou seraient incluses dans le calcul
du revenu de l’assureur pour l’année au titre du bien, autrement
que par l’effet du paragraphe 142.4(4) de la Loi;
(5) Le passage de l’élément B de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement précédant l’alinéa a) est
remplacé par ce qui suit :
B le total des sommes ci-après qui sont calculées relativement
au bien pour l’année ou qui le seraient si le bien était un bien
d’assurance de l’assureur pour l’année relativement à une entreprise d’assurance au Canada et s’il avait été un bien d’assurance de l’assureur relativement à une telle entreprise pour
chaque année d’imposition antérieure pendant laquelle il l’a
détenu :
(6) Le passage de l’élément B de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement précédant l’alinéa a),
édicté par le paragraphe (5), est remplacé par ce qui suit :
1587
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
B is the total of the following amounts determined in respect of
the property for the year, or that would be determined in respect of the property for the year if the property were designated insurance property of the insurer in respect of an insurance business in Canada for each taxation year in which the
property was held by the insurer:
(7) Paragraph (b) of the description of B in subsection 2411(4) of the Regulations is replaced by the following:
(a.1) all amounts that were or would be deductible under paragraph 142.4(5)(f) of the Act in respect of the property in computing the insurer’s income for the year,
(b) all amounts that were or would be deductible in computing
the insurer’s income for the year as losses from the disposition
of such of the property as is not capital property or a specified
debt obligation (as defined in subsection 142.2(1) of the Act),
(8) Paragraph (c) of the description of B in subsection 2411(4) of the Regulations is repealed.
(9) Subsection 2411(5) of the Regulations is repealed.
5. (1) The portion of paragraph 6209(b) of the French version of the Regulations before subparagraph (i) is replaced by
the following:
b) est un bien visé pour une année d’imposition le bien qui, selon le cas :
(2) Subparagraphs 6209(b)(i) and (ii) of the Regulations are
replaced by the following:
(i) the security is a mark-to-market property (as defined in
subsection 142.2(1) of the Act) for the year of a financial institution (as defined in subsection 142.2(1) of the Act), or
(ii) the security is at any time in the year a property described in an inventory of a taxpayer.
(3) The English version of paragraph 6209(b) of the Regulations is amended by striking out “or” at the end of subparagraph (i) and by adding “or” at the end of subparagraph (ii).
6. The Regulations are amended by adding the following
after section 8101:
B le total des sommes ci-après qui sont calculées relativement
au bien pour l’année ou qui le seraient si le bien était un bien
d’assurance désigné de l’assureur relativement à une entreprise d’assurance au Canada pour chaque année d’imposition
pendant laquelle il l’a détenu :
(7) L’alinéa b) de l’élément B de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
a.1) les sommes qui sont ou seraient déductibles en application
de l’alinéa 142.4(5)f) de la Loi au titre du bien dans le calcul du
revenu de l’assureur pour l’année,
b) les sommes qui sont ou seraient déductibles dans le calcul du
revenu de l’assureur pour l’année au titre des pertes résultant
de la disposition du bien, sauf s’il s’agit d’une immobilisation
ou d’un titre de créance déterminé, au sens du paragraphe 142.2(1) de la Loi,
(8) L’alinéa c) de l’élément B de la formule figurant au paragraphe 2411(4) du même règlement est abrogé.
(9) Le paragraphe 2411(5) du même règlement est abrogé.
5. (1) Le passage de l’alinéa 6209b) de la version française
du même règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé
par ce qui suit :
b) est un bien visé pour une année d’imposition le bien qui, selon le cas :
(2) Les sous-alinéas 6209b)(i) et (ii) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(i) est un bien évalué à la valeur du marché, au sens du paragraphe 142.2(1) de la Loi, pour l’année appartenant à une
institution financière, au sens de ce paragraphe,
(ii) est un bien figurant à l’un des inventaires d’un contribuable au cours de l’année,
(3) L’alinéa 6209b) de la version anglaise du même règlement est modifié par suppression du mot « or » à la fin du
sous-alinéa (i) et par adjonction de ce mot à la fin du sousalinéa (ii).
6. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 8101, de ce qui suit :
MARK-TO-MARKET — TRANSITION DEDUCTION
ÉVALUATION À LA VALEUR DU MARCHÉ —
DÉDUCTION TRANSITOIRE
8102. (1) In this section, “excluded property”, of a taxpayer,
means a mark-to-market property used in a business of the taxpayer in its taxation year that includes October 31, 1994 where it
is reasonable to expect that the property would have been valued
at its fair market value for the purpose of computing the taxpayer’s income from the business for the year if
(a) the Act were read without reference to subsection 142.5(2);
and
(b) the property were held at the end of the year.
(2) For the purpose of subsection 142.5(4) of the Act, the prescribed amount for a taxpayer’s taxation year that includes October 31, 1994 is the amount, if any, by which
(a) the total of all amounts each of which is the taxpayer’s
profit from the disposition in the year, because of subsection 142.5(2) of the Act, of a property other than a capital
property or an excluded property
8102. (1) Pour l’application du présent article, « bien exclu »,
quant à un contribuable, s’entend de tout bien évalué à la valeur
du marché qu’il utilise dans le cadre de son entreprise au cours de
son année d’imposition qui comprend le 31 octobre 1994, dans le
cas où le bien serait vraisemblablement évalué à sa juste valeur
marchande en vue du calcul du revenu du contribuable tiré de
l’entreprise pour l’année si, à la fois :
a) il n’était pas tenu compte du paragraphe 142.5(2) de la Loi;
b) le bien était détenu à la fin de l’année.
(2) Pour l’application du paragraphe 142.5(4) de la Loi, le
montant à déterminer pour l’année d’imposition d’un contribuable
qui comprend le 31 octobre 1994 correspond à l’excédent de la
somme visée à l’alinéa a) sur le total des sommes visées aux alinéas b) et c) :
a) le total des sommes représentant chacune le bénéfice du
contribuable provenant de la disposition d’un bien, sauf une
immobilisation ou un bien exclu, dont il est réputé, en vertu du
paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir disposé au cours de
l’année;
1588
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
exceeds the total of
(b) the total of all amounts each of which is the taxpayer’s loss
from the disposition in the year, because of subsection 142.5(2)
of the Act, of a property other than a capital property or an excluded property, and
(c) the amount, if any, by which
(i) the total of all amounts each of which is the taxpayer’s
loss from the disposition in the year of a mark-to-market
property (other than a capital property, an excluded property
or a property disposed of because of subsection 142.5(2) of
the Act)
exceeds
(ii) the total of all amounts each of which is the taxpayer’s
profit from the disposition in the year of a mark-to-market
property (other than a capital property, an excluded property
or a property disposed of because of subsection 142.5(2) of
the Act).
b) le total des sommes représentant chacune la perte du contribuable résultant de la disposition d’un bien, sauf une immobilisation ou un bien exclu, dont il est réputé, en vertu du paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir disposé au cours de l’année;
c) l’excédent du total visé au sous-alinéa (i) sur le total visé au
sous-alinéa (ii) :
(i) le total des sommes représentant chacune la perte du
contribuable résultant de la disposition, effectuée au cours de
l’année, d’un bien évalué à la valeur du marché, à l’exception d’une immobilisation, d’un bien exclu et d’un bien dont
il est réputé, en vertu du paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir
disposé,
(ii) le total des sommes représentant chacune le bénéfice du
contribuable provenant de la disposition, effectuée au cours
de l’année, d’un bien évalué à la valeur du marché, à l’exception d’une immobilisation, d’un bien exclu et d’un bien
dont il est réputé, en vertu du paragraphe 142.5(2) de la Loi,
avoir disposé.
MARK-TO-MARKET — TRANSITION INCLUSION
ÉVALUATION À LA VALEUR DU MARCHÉ —
INCLUSION TRANSITOIRE
8103. (1) In this section, “transition deduction”, of a taxpayer,
means the amount deducted under subsection 142.5(4) of the Act
in computing the taxpayer’s income for its taxation year that includes October 31, 1994.
8103. (1) Pour l’application du présent article, « déduction
transitoire », quant à un contribuable, s’entend du montant qu’il
déduit en application du paragraphe 142.5(4) de la Loi dans le
calcul de son revenu pour son année d’imposition qui comprend
le 31 octobre 1994.
(2) Sous réserve des paragraphes (3), (5) et (7), le montant à
déterminer, pour l’application du paragraphe 142.5(5) de la Loi,
relativement à un contribuable pour une année d’imposition qui se
termine après le 30 octobre 1994 correspond à la somme obtenue
par la formule suivante :
A × B/1825
où :
A représente le nombre de jours de l’année, exception faite du
29 février, antérieurs au jour qui suit de cinq ans le premier
jour de l’année d’imposition du contribuable qui comprend le
31 octobre 1994;
B la déduction transitoire du contribuable moins la somme à
soustraire en application du paragraphe (4) ou de l’alinéa (6)b).
(3) Dans le cas où le paragraphe 88(1) de la Loi s’applique à la
liquidation d’un contribuable (appelé « filiale » au présent paragraphe), les règles suivantes s’appliquent :
a) la valeur de l’élément A de la formule figurant au paragraphe (2) est déterminée relativement à la filiale compte non tenu
des jours postérieurs au jour où ses actifs sont passés à sa société mère lors de la liquidation;
b) le montant à déterminer pour l’application du paragraphe 142.5(5) de la Loi relativement à la société mère pour son
année d’imposition qui comprend le jour visé à l’alinéa a) correspond au total des sommes suivantes :
(i) la somme qui serait déterminée selon le paragraphe (2) relativement à la société mère pour l’année si sa déduction
transitoire ne comprenait pas celle de la filiale,
(ii) la somme qui serait déterminée selon le paragraphe (2)
relativement à la société mère pour l’année si, à la fois :
(A) la valeur de l’élément A de la formule figurant à ce
paragraphe était déterminée compte non tenu du jour visé
à l’alinéa a) et des jours qui lui sont antérieurs,
(2) Subject to subsections (3), (5) and (7), there is prescribed
for the purpose of subsection 142.5(5) of the Act in respect of a
taxpayer for a taxation year that ends after October 30, 1994 the
amount determined by the formula
A × B/1825
where
A is the number of days (other than February 29) in the year that
are before the day that is five years after the first day of the
taxation year of the taxpayer that includes October 31, 1994;
and
B is the taxpayer’s transition deduction minus the amount, if
any, required by subsection (4) or paragraph (6)(b) to be
subtracted.
(3) If subsection 88(1) of the Act has applied to the winding-up
of a taxpayer (in this subsection referred to as the “subsidiary”),
(a) the value of A in subsection (2) shall be determined in
respect of the subsidiary without including any days that are
after the day on which the subsidiary’s assets were distributed
to its parent on the winding-up; and
(b) there is prescribed for the purpose of subsection 142.5(5) of
the Act in respect of the parent for its taxation year that includes the day referred to in paragraph (a) the total of
(i) the amount that would be determined under subsection (2)
in respect of the parent for the year if the parent’s transition
deduction did not include the subsidiary’s transition deduction, and
(ii) the amount that would be determined under subsection (2) in respect of the parent for the year if
(A) the value of A in that subsection were determined
without including the day referred to in paragraph (a) and
any days before that day, and
(B) the value of B in that subsection were equal to the
subsidiary’s transition deduction.
1589
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(4) If subsection 138(11.5) or (11.94) of the Act has applied to
the transfer of an insurance business by an insurer, there shall be
subtracted, in determining the value of B in subsection (2) in respect of the insurer for a taxation year that ends after the insurer
ceased to carry on all or substantially all of the business, the part
of the insurer’s transition deduction that is included, because of
paragraph 138(11.5)(k) of the Act, in the transition deduction of
the person to whom the business was transferred.
(5) If subsection 98(6) of the Act deems a partnership (in this
subsection referred to as the “new partnership”) to be a continuation of another partnership (in this subsection referred to as the
“predecessor partnership”),
(a) the value of A in subsection (2) shall be determined in respect of the predecessor partnership without including any days
that are after the day on which the predecessor partnership’s
property was transferred to the new partnership; and
(b) there is prescribed for the purpose of subsection 142.5(5) of
the Act in respect of the new partnership for its taxation year
that includes the day referred to in paragraph (a) the total of
(i) the amount that would be determined under subsection (2)
in respect of the new partnership for the year if its transition
deduction did not include the predecessor partnership’s transition deduction, and
(ii) the amount that would be determined under subsection (2) in respect of the new partnership for the year if
(A) the value of A in that subsection were determined
without including the day referred to in paragraph (a) and
any days before that day, and
(B) the value of B in that subsection were equal to the
predecessor partnership’s transition deduction.
(6) If a taxpayer ceases to carry on all or substantially all of a
business, otherwise than as a result of a merger to which subsection 87(2) of the Act applies, a winding-up to which subsection 88(1) of the Act applies or a transfer of the business to which
subsection 98(6) or 138(11.5) or (11.94) of the Act applies,
(a) there is prescribed for the purpose of subsection 142.5(5) of
the Act in respect of the taxpayer for its taxation year in which
the cessation of business occurs, in addition to the amount prescribed by subsection (2), the amount, if any, by which
(i) the part of the taxpayer’s transition deduction that can
reasonably be attributed to the business
exceeds
(ii) that part of the total of the amounts included under subsection 142.5(5) of the Act in computing the income of the
taxpayer for preceding taxation years that can reasonably be
considered to be in respect of the amount determined under
subparagraph (i); and
(b) there shall be subtracted, in determining the value of B in
subsection (2) in respect of the taxpayer for the year or a subsequent taxation year, the amount determined under subparagraph (a)(i).
1590
(B) la valeur de l’élément B de la formule figurant à ce
paragraphe correspondait à la déduction transitoire de la
filiale.
(4) Dans le cas où le paragraphe 138(11.5) ou (11.94) de la Loi
s’est appliqué au transfert d’une entreprise d’assurance par un
assureur, est à soustraire, dans le calcul de la valeur de l’élément B de la formule figurant au paragraphe (2) relativement à
l’assureur pour une année d’imposition qui se termine après qu’il
a cessé d’exploiter la totalité ou la presque totalité de l’entreprise,
la partie de sa déduction transitoire qui est incluse, par l’effet de
l’alinéa 138(11.5)k) de la Loi, dans la déduction transitoire du
bénéficiaire du transfert.
(5) Dans le cas où une société de personnes (appelée « nouvelle
société de personnes » au présent paragraphe) est réputée, en vertu du paragraphe 98(6) de la Loi, être la continuation d’une autre
société de personnes (appelée « société de personnes remplacée »
au présent paragraphe), les règles suivantes s’appliquent :
a) la valeur de l’élément A de la formule figurant au paragraphe (2) est déterminée relativement à la société de personnes
remplacée compte non tenu des jours postérieurs au jour où ses
biens sont transférés à la nouvelle société de personnes;
b) le montant à déterminer en application du paragraphe 142.5(5) de la Loi relativement à la nouvelle société de
personnes pour son année d’imposition qui comprend le jour
visé à l’alinéa a) correspond au total des sommes suivantes :
(i) la somme qui serait déterminée selon le paragraphe (2) relativement à la nouvelle société de personnes pour l’année si
sa déduction transitoire ne comprenait pas celle de la société
de personnes remplacée,
(ii) la somme qui serait déterminée selon le paragraphe (2)
relativement à la nouvelle société de personnes pour l’année
si, à la fois :
(A) la valeur de l’élément A de la formule figurant à ce
paragraphe était déterminée compte non tenu du jour visé
à l’alinéa a) et des jours qui lui sont antérieurs,
(B) la valeur de l’élément B de la formule figurant à ce
paragraphe correspondait à la déduction transitoire de la
société de personnes remplacée.
(6) Dans le cas où un contribuable cesse d’exploiter la totalité
ou la presque totalité d’une entreprise autrement que par suite
d’une unification à laquelle s’applique le paragraphe 87(2) de la
Loi, d’une liquidation à laquelle s’applique le paragraphe 88(1)
de la Loi ou d’un transfert de l’entreprise auquel s’appliquent les
paragraphes 98(6) ou 138(11.5) ou (11.94) de la Loi, les règles
suivantes s’appliquent :
a) outre la somme visée au paragraphe (2), est à déterminer
pour l’application du paragraphe 142.5(5) de la Loi relativement au contribuable pour son année d’imposition au cours de
laquelle il cesse d’exploiter l’entreprise l’excédent de la somme
visée au sous-alinéa (i) sur la somme visée au sous-alinéa (ii) :
(i) la partie de la déduction transitoire du contribuable qu’il
est raisonnable d’attribuer à l’entreprise,
(ii) la partie du total des sommes incluses en application du
paragraphe 142.5(5) de la Loi dans le calcul du revenu du
contribuable pour les années d’imposition antérieures qu’il
est raisonnable de considérer comme se rapportant à la
somme déterminée selon le sous-alinéa (i);
b) la somme déterminée selon le sous-alinéa a)(i) est à soustraire dans le calcul de la valeur de l’élément B de la formule
figurant au paragraphe (2) relativement au contribuable pour
l’année ou pour une année d’imposition postérieure.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(7) If a taxpayer ceases at any time to be a financial institution
otherwise than because it ceases to carry on a business,
(a) there is prescribed for the purpose of subsection 142.5(5) of
the Act in respect of the taxpayer for its taxation year that
ended immediately before that time, the amount, if any, by
which
(i) the taxpayer’s transition deduction
exceeds
(ii) the total of the amounts included under subsection 142.5(5) of the Act in computing the taxpayer’s income
for preceding taxation years; and
(b) the amount prescribed for the purpose of subsection 142.5(5) of the Act in respect of the taxpayer for taxation
years after the taxation year referred to in paragraph (a) is nil.
(7) Dans le cas où un contribuable cesse d’être une institution
financière à un moment donné autrement que pour avoir cessé
d’exploiter une entreprise, les règles suivantes s’appliquent :
a) le montant à déterminer pour l’application du paragraphe 142.5(5) de la Loi relativement au contribuable pour son
année d’imposition qui a pris fin immédiatement avant ce moment correspond à l’excédent de la somme visée au sousalinéa (i) sur le total visé au sous-alinéa (ii) :
(i) la déduction transitoire du contribuable,
(ii) le total des sommes incluses en application du paragraphe 142.5(5) de la Loi dans le calcul du revenu du contribuable pour les années d’imposition antérieures;
b) le montant à déterminer pour l’application du paragraphe 142.5(5) de la Loi relativement au contribuable pour les
années d’imposition postérieures à l’année d’imposition visée à
l’alinéa a) est nul.
MARK-TO-MARKET — TRANSITION CAPITAL LOSS
ÉVALUATION À LA VALEUR DU MARCHÉ — PERTE
EN CAPITAL TRANSITOIRE
8104. (1) In this section, “excluded property”, of a taxpayer,
means a mark-to-market property of the taxpayer for its taxation
year that includes October 31, 1994 if
(a) the taxpayer had a taxable capital gain or an allowable capital loss for the year from the disposition of the property to
which section 142 of the Act applied; or
(b) in the case of a taxpayer that was non-resident in the year,
the property was a capital property other than a taxable Canadian property.
(2) For the purpose of subsection 142.5(6) of the Act, the prescribed amount for a taxpayer’s taxation year that includes October 31, 1994 is the amount, if any, by which
(a) the total of all amounts each of which is the taxable capital
gain of the taxpayer for the year from the disposition, because
of subsection 142.5(2) of the Act, of a property other than an
excluded property
exceeds the total of
(b) the total of all amounts each of which is the allowable capital loss of the taxpayer for the year from the disposition, because of subsection 142.5(2) of the Act, of a property other
than an excluded property, and
(c) the amount, if any, by which
(i) the total of all amounts each of which is the allowable
capital loss of the taxpayer for the year from the disposition
of a mark-to-market property (other than an excluded property or a property disposed of because of subsection 142.5(2)
of the Act)
exceeds
(ii) the total of all amounts each of which is the taxable capital gain of the taxpayer for the year from the disposition of a
mark-to-market property (other than an excluded property or
a property disposed of because of subsection 142.5(2) of the
Act).
8104. (1) Pour l’application du présent article, « bien exclu »,
quant à un contribuable, s’entend de tout bien évalué à la valeur
du marché du contribuable pour son année d’imposition qui comprend le 31 octobre 1994 si, selon le cas :
a) le contribuable avait un gain en capital imposable ou une
perte en capital déductible pour l’année provenant de la disposition des biens auxquels s’applique l’article 142 de la Loi;
b) le contribuable est un non-résident au cours de l’année et le
bien est une immobilisation autre qu’un bien canadien
imposable.
(2) Pour l’application du paragraphe 142.5(6) de la Loi, le
montant à déterminer pour l’année d’imposition d’un contribuable
qui comprend le 31 octobre 1994 correspond à l’excédent de la
somme visée à l’alinéa a) sur le total des sommes visées aux alinéas b) et c) :
a) le total des sommes représentant chacune le gain en capital
imposable du contribuable pour l’année provenant de la disposition d’un bien, sauf un bien exclu, dont il est réputé, en vertu
du paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir disposé;
b) le total des sommes représentant chacune la perte en capital
déductible du contribuable pour l’année résultant de la disposition d’un bien, sauf un bien exclu, dont il est réputé, en vertu
du paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir disposé;
c) l’excédent du total visé au sous-alinéa (i) sur le total visé au
sous-alinéa (ii) :
(i) le total des sommes représentant chacune la perte en capital déductible du contribuable pour l’année résultant de la
disposition d’un bien évalué à la valeur du marché, à l’exception d’un bien exclu et d’un bien dont il est réputé, en
vertu du paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir disposé,
(ii) le total des sommes représentant chacune le gain en capital imposable du contribuable pour l’année provenant de la
disposition d’un bien évalué à la valeur du marché, à l’exception d’un bien exclu et d’un bien dont il est réputé, en
vertu du paragraphe 142.5(2) de la Loi, avoir disposé.
MARK-TO-MARKET — TRANSITION CAPITAL GAINS
ÉVALUATION À LA VALEUR DU MARCHÉ — GAIN
EN CAPITAL TRANSITOIRE
8105. (1) In this section, “transition loss”, of a taxpayer, means
the amount elected by the taxpayer under subsection 142.5(6) of
the Act to be an allowable capital loss of the taxpayer for its taxation year that includes October 31, 1994.
8105. (1) Pour l’application du présent article, « perte transitoire », quant à un contribuable, s’entend du montant qui, en raison du choix qu’il fait en application du paragraphe 142.5(6) de la
Loi, constitue sa perte en capital déductible pour son année d’imposition qui comprend le 31 octobre 1994.
1591
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(2) There is prescribed for the purpose of subsection 142.5(7)
of the Act in respect of a taxpayer for a taxation year that ends
after October 30, 1994 the amounts that would be prescribed in
respect of the taxpayer for the year by section 8103 if the references in subsections 8103(2) to (7) to
(a) “subsection 142.5(5)” were read as “subsection 142.5(7)”;
and
(b) “transition deduction” were read as “transition loss (as defined in subsection 8105(1))”.
7. (1) The Regulations are amended by adding the following
after Part XC:
Definitions
1592
(2) Pour l’application du paragraphe 142.5(7) de la Loi, sont à
déterminer relativement à un contribuable pour une année d’imposition qui prend fin après le 30 octobre 1994 les sommes qui
seraient déterminées à son égard pour l’année selon l’article 8103
si, à la fois :
a) les renvois au paragraphe 142.5(5) de la Loi, figurant aux
paragraphes 8103(2) à (7), étaient remplacés par des renvois au
paragraphe 142.5(7) de la Loi;
b) le terme « déduction transitoire », aux paragraphes 8103(2) à
(7), était remplacé par « perte transitoire, au sens du paragraphe 8105(1), ».
7. (1) Le même règlement est modifié par adjonction, après
la partie XC, de ce qui suit :
PART XCI
PARTIE XCI
FINANCIAL INSTITUTIONS — INCOME
FROM SPECIFIED DEBT OBLIGATIONS
INSTITUTIONS FINANCIÈRES — REVENU
PROVENANT DE TITRES DE
CRÉANCE DÉTERMINÉS
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
9100. The following definitions apply in this
Part.
“fixed payment obligation”, of a taxpayer, means a
specified debt obligation under which
(a) the amount and timing of each payment
(other than a fee or similar payment or an
amount payable because of a default by the
debtor) to be made by the debtor were fixed
when the taxpayer acquired the obligation and
have not been changed; and
(b) all payments are to be made in the same
currency. (titre à paiements fixes)
“primary currency”, of a specified debt obligation,
means
(a) the currency with which the obligation is
primarily connected; and
(b) if there is no such currency, Canadian currency. (monnaie principale)
“tax basis”, of a specified debt obligation at any
time to a taxpayer, has the meaning assigned by
subsection 142.4(1) of the Act. (montant de
base)
“total return”, of a taxpayer from a fixed payment
obligation, means the amount, measured in the
primary currency of the obligation, by which
(a) the total of all amounts each of which is
the amount of a payment (other than a fee or
similar payment) required to be made by the
debtor under the obligation after its acquisition
by the taxpayer
exceeds
(b) the cost to the taxpayer of the obligation.
(rendement total)
9100. Les définitions qui suivent s’appliquent à
la présente partie.
« monnaie principale » Quant à un titre de créance
déterminé :
a) monnaie à laquelle le titre est principalement rattaché;
b) à défaut, le dollar canadien. (primary
currency)
« montant de base » Quant à un titre de créance
déterminé pour un contribuable à un moment
donné, s’entend au sens du paragraphe 142.4(1)
de la Loi. (tax basis)
« rendement total » Le rendement total d’un titre à
paiements fixes pour un contribuable correspond
à l’excédent, exprimé dans la monnaie principale
du titre, du total visé à l’alinéa a) sur la somme
visée à l’alinéa b) :
a) le total des sommes représentant chacune
un paiement (exception faite des frais et paiements semblables) que le débiteur est tenu de
faire dans le cadre du titre après son acquisition par le contribuable;
b) le coût du titre pour le contribuable. (total
return)
« titre à paiements fixes » Titre de créance déterminé d’un contribuable dans le cadre duquel, à la
fois :
a) le montant et l’échéance de chaque paiement (exception faite des frais et paiements
semblables et des sommes à payer en raison
d’un manquement du débiteur) que le débiteur
est tenu de faire ont été fixés au moment où le
contribuable a acquis le titre et n’ont pas été
changés;
b) tous les paiements doivent être faits dans la
même monnaie. (fixed payment obligation)
Définitions
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
PRESCRIBED INCLUSIONS AND DEDUCTIONS
SOMMES À INCLURE OU À DÉDUIRE DANS
LE CALCUL DU REVENU
Inclusion
Deduction
Fixed payment
obligation not
in default
9101. (1) For the purpose of paragraph 142.3(1)(a)
of the Act, where a taxpayer holds a specified debt
obligation at any time in a taxation year, the
amount prescribed in respect of the obligation for
the year is the total of
(a) the taxpayer’s accrued return from the obligation for the year,
(b) if the taxpayer’s accrual adjustment determined under section 9102 in respect of the obligation for the year is greater than nil, the amount
of the adjustment, and
(c) if a foreign exchange adjustment is determined under section 9104 in respect of the obligation for the year and is greater than nil, the
amount of the adjustment.
(2) For the purpose of paragraph 142.3(1)(b) of
the Act, where a taxpayer holds a specified debt
obligation at any time in a taxation year, the
amount prescribed in respect of the obligation is the
total of
(a) if the taxpayer’s accrual adjustment determined under section 9102 in respect of the obligation for the year is less than nil, the absolute
value of the amount of the adjustment, and
(b) if a foreign exchange adjustment is determined under section 9104 in respect of the obligation for the year and is less than nil, the absolute value of the amount of the adjustment.
9101. (1) Pour l’application de l’alinéa 142.3(1)a)
de la Loi, le montant à déterminer pour une année
d’imposition relativement au titre de créance déterminé qu’un contribuable détient au cours de
l’année correspond au total des sommes suivantes :
a) le rendement couru du titre pour l’année relativement au contribuable;
b) si le montant de régularisation du contribuable, déterminé selon l’article 9102 relativement
au titre pour l’année, est positif, ce montant;
c) si un montant d’ajustement sur change est déterminé selon l’article 9104 relativement au titre
pour l’année et est positif, ce montant.
Inclusions
(2) Pour l’application de l’alinéa 142.3(1)b) de la
Loi, le montant à déterminer relativement au titre
de créance déterminé qu’un contribuable détient au
cours d’une année d’imposition correspond au total
des sommes suivantes :
a) si le montant de régularisation du contribuable, déterminé selon l’article 9102 relativement
au titre pour l’année, est négatif, la valeur absolue de ce montant;
b) si un montant d’ajustement sur change est déterminé selon l’article 9104 relativement au titre
pour l’année et est négatif, la valeur absolue de
ce montant.
Déductions
GENERAL ACCRUAL RULES
RÈGLES GÉNÉRALES DE RÉGULARISATION
9102. (1) For the purpose of paragraph 9101(1)(a),
a taxpayer’s accrued return for a taxation year from
a fixed payment obligation, under which each payment required to be made before the end of the year
was made by the debtor when it was required to be
made, shall be determined in accordance with the
following rules:
(a) determine, in the primary currency of the
obligation, the portion of the taxpayer’s total return from the obligation that is allocated to each
day in the year using
(i) the level-yield method described in subsection (2), or
(ii) any other reasonable method that is substantially similar to the level-yield method;
(b) if the primary currency of the obligation is
not Canadian currency, translate to Canadian
currency the amount allocated to each day in the
year, using a reasonable method of translation;
and
(c) determine the total of all amounts each of
which is the Canadian currency amount allocated
to a day, in the year, at the beginning of which
the taxpayer holds the obligation.
9102. (1) Pour l’application de l’alinéa 9101(1)a),
le rendement couru, pour une année d’imposition
relativement à un contribuable, d’un titre à paiements fixes dans le cadre duquel chaque paiement à
faire avant la fin de l’année a été fait par le débiteur
à l’échéance est déterminé selon les règles
suivantes :
a) la partie du rendement total du titre pour le
contribuable qui est attribuée à chaque jour de
l’année, exprimée dans la monnaie principale du
titre, est déterminée selon l’une des méthodes
suivantes :
(i) la méthode du rendement nivelé visée au
paragraphe (2),
(ii) toute autre méthode raisonnable qui est
semblable, quant à ses éléments essentiels, à la
méthode du rendement nivelé;
b) si la monnaie principale du titre n’est pas le
dollar canadien, la somme attribuée à chaque
jour de l’année est convertie en dollars canadiens
selon une méthode raisonnable de conversion;
c) le total des sommes représentant chacune la
somme en dollars canadiens qui est attribuée à un
jour de l’année au début duquel le contribuable
détient le titre est déterminé.
Titres à
paiements fixes
non échus
1593
2009-08-19
Level-yield
method
Other
specified debt
obligations
Accrual
adjustment nil
1594
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(2) For the purpose of subsection (1), the levelyield method for allocating a taxpayer’s total return
from a fixed payment obligation is the method that
allocates, to each particular day in the period that
begins on the day following the day on which the
taxpayer acquired the obligation and that ends on
the day on which the obligation matures, the
amount determined by the formula
(A + B - C) × D
where
A is the cost of the obligation to the taxpayer
(expressed in the primary currency of the
obligation);
B is the total of all amounts each of which is the
portion of the taxpayer’s total return from the
obligation that is allocated to a day before the
particular day;
C is the total of all payments required to be made
under the obligation after it was acquired by the
taxpayer and before the particular day; and
D is the rate of interest per day that, if used in
computing the present value (as of the end of
the day on which the taxpayer acquired the
obligation and based on daily compounding) of
all payments to be made under the obligation
after it was acquired by the taxpayer, produces a
present value equal to the cost to the taxpayer of
the obligation (expressed in the primary currency of the obligation).
(3) For the purpose of paragraph 9101(1)(a), a
taxpayer’s accrued return for a taxation year from a
specified debt obligation, other than an obligation
to which subsection (1) applies, shall be determined
(a) using a reasonable method that,
(i) taking into account the extent to which the
obligation differs from fixed payment obligations, is consistent with the principles implicit
in the methods that can be used under subsection (1) for fixed payment obligations, and
(ii) is in accordance with generally accepted
accounting practice for the measurement of
profit from debt obligations; and
(b) on the basis of reasonable assumptions with
respect to the timing and amount of any payments to be made by the debtor under the obligation that are not fixed in their timing or amount
(expressed in the primary currency of the
obligation).
(4) For the purposes of paragraphs 9101(1)(b)
and (2)(a), if subsection 142.3(1) of the Act applies
to a taxpayer for a particular taxation year in respect of a specified debt obligation and either the
subsection did not apply in respect of the obligation
for the taxpayer’s immediately preceding taxation
year or the taxpayer did not own the obligation at
the end of that immediately preceding taxation
year, the taxpayer’s accrual adjustment in respect of
the obligation for the particular taxation year is nil.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), la méthode du rendement nivelé qui sert à l’attribution du
rendement total d’un titre à paiements fixes pour un
contribuable est la méthode par laquelle la somme
obtenue par la formule ci-après est attribuée à chaque jour donné de la période commençant le lendemain du jour où le contribuable a acquis le titre et
se terminant le jour de l’échéance du titre :
(A + B - C) × D
où :
A représente le coût du titre pour le contribuable,
exprimé dans la monnaie principale du titre;
B le total des sommes représentant chacune la partie du rendement total du titre pour le contribuable qui est attribuée à un jour antérieur au
jour donné;
C le total des paiements à faire dans le cadre du
titre après son acquisition par le contribuable et
avant le jour donné;
D le taux d’intérêt quotidien qui, s’il entre dans le
calcul de la valeur actualisée (déterminée à la
fin du jour où le contribuable a acquis le titre et
fondée sur la capitalisation quotidienne) de
l’ensemble des paiements à faire dans le cadre
du titre après son acquisition par le contribuable, produit une valeur actualisée égale au coût
du titre pour le contribuable, exprimé dans la
monnaie principale du titre.
Méthode du
rendement
nivelé
(3) Pour l’application de l’alinéa 9101(1)a), le
rendement couru d’un titre de créance déterminé
pour une année d’imposition relativement à un contribuable, à l’exception d’un titre auquel s’applique
le paragraphe (1), est déterminé, à la fois :
a) selon une méthode raisonnable qui est conforme aux principes et pratiques suivants :
(i) compte tenu de la mesure dans laquelle le
titre diffère d’un titre à paiements fixes, les
principes implicites aux méthodes que le paragraphe (1) permet d’appliquer aux titres à
paiements fixes,
(ii) les pratiques comptables généralement reconnues applicables au calcul des bénéfices
provenant de titres de créance;
b) selon des hypothèses raisonnables concernant
l’échéance et le montant des paiements à faire
par le débiteur dans le cadre du titre, mais dont
l’échéance ou le montant (exprimé dans la monnaie principale du titre) n’est pas fixe.
(4) Pour l’application des alinéas 9101(1)b) et
(2)a), si le paragraphe 142.3(1) de la Loi s’applique
à un contribuable pour une année d’imposition
donnée relativement à un titre de créance déterminé, et que, selon le cas, ce paragraphe ne s’appliquait pas relativement au titre pour l’année d’imposition précédente du contribuable ou le titre
n’appartenait pas au contribuable à la fin de cette
année précédente, le montant de régularisation du
contribuable relativement au titre pour l’année donnée est nul.
Autres titres
Montant de
régularisation
nul
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
Accrual
adjustment
(5) For the purposes of paragraphs 9101(1)(b)
and (2)(a), if subsection (4) does not apply to determine a taxpayer’s accrual adjustment in respect
of a specified debt obligation for a particular taxation year, the taxpayer’s accrual adjustment is the
positive or negative amount determined by the
formula
A-B
where
A is the total of all amounts each of which is the
amount that would be the taxpayer’s accrued
return from the obligation for a taxation year,
before the particular taxation year, for which
subsection 142.3(1) of the Act applied to the
taxpayer in respect of the obligation if the accrued return were redetermined on the basis of
(a) the information available at the end of the
particular taxation year, and
(b) the assumptions, if any, with respect to the
timing and amount of payments to be made
under the obligation after the particular taxation year that were used for the purpose of determining the taxpayer’s accrued return from
the obligation for the particular taxation year;
and
B is the total of
(a) the amount included under paragraph 9101(1)(a) as the taxpayer’s accrued return from the obligation for the taxation year
immediately preceding the particular taxation
year, and
(b) if the taxpayer’s accrual adjustment in respect of the obligation for that immediately
preceding taxation year was determined under
this subsection, the value of A for the purpose
of determining that accrual adjustment.
Special cases
and transition
(6) The rules in this section for determining accrued returns and accrual adjustments are subject to
section 9103.
Convertible
obligation
(5) Pour l’application des alinéas 9101(1)b) et
(2)a), si le paragraphe (4) ne s’applique pas au calcul du montant de régularisation d’un contribuable
relativement à un titre de créance déterminé pour
une année d’imposition donnée, le montant de régularisation du contribuable correspond à la somme
positive ou négative obtenue par la formule
suivante :
A-B
où :
A représente le total des sommes représentant
chacune la somme qui correspondrait au rendement couru du titre, relativement au contribuable, pour une année d’imposition qui est antérieure à l’année donnée et pour laquelle le
paragraphe 142.3(1) de la Loi s’est appliqué au
contribuable relativement au titre, si ce rendement était déterminé de nouveau en fonction de
ce qui suit :
a) les données disponibles à la fin de l’année
donnée;
b) les hypothèses concernant l’échéance et le
montant des paiements à faire dans le cadre du
titre après l’année donnée, qui ont servi à déterminer le rendement couru du titre pour
l’année donnée relativement au contribuable;
B le total des sommes suivantes :
a) la somme visée à l’alinéa 9101(1)a) qui représente le rendement couru du titre, relativement au contribuable, pour l’année d’imposition précédant l’année donnée;
b) si le montant de régularisation du contribuable relativement au titre pour l’année d’imposition précédente visée à l’alinéa a) est déterminé selon le présent paragraphe, la valeur
de l’élément A pour ce qui est du calcul de ce
montant de régularisation.
(6) Les règles énoncées au présent article concernant le calcul du rendement couru et du montant
de régularisation s’appliquent sous réserve de
l’article 9103.
ACCRUAL RULES — SPECIAL CASES
AND TRANSITION
RÈGLES DE RÉGULARISATION — CAS SPÉCIAUX
9103. (1) For the purposes of section 9102, if the
terms of a specified debt obligation of a taxpayer
give the taxpayer the right to exchange the obligation for shares of the debtor or of a corporation
related to the debtor
(a) subject to paragraph (b), the right shall be
disregarded (whether it has been exercised or
not); and
(b) if 5% or more of the cost of the obligation to
the taxpayer is attributable to the right, the cost is
deemed to equal the amount by which the cost
exceeds the portion of the cost attributable to the
right.
9103. (1) Pour l’application de l’article 9102, si
les modalités d’un titre de créance déterminé d’un
contribuable confèrent à celui-ci le droit d’échanger
le titre contre des actions du débiteur ou d’une société liée à ce dernier, les règles suivantes
s’appliquent :
a) sous réserve de l’alinéa b), il n’est pas tenu
compte du droit, qu’il ait été exercé ou non;
b) si au moins 5 % du coût du titre pour le contribuable est attribuable au droit, ce coût est réputé
être égal à l’excédent du coût sur sa partie qui est
attribuable au droit.
Montant de
régularisation
Cas spéciaux et
transition
ET TRANSITION
Titre
convertible
1595
2009-08-19
Default by
debtor
Amendment of
obligation
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(2) For the purposes of section 9102, in determining amounts in respect of a specified debt obligation, no reduction shall be made on account of
the possible or actual failure of the debtor to make
any payments under the obligation.
(3) If the terms of a specified debt obligation of a
taxpayer are amended at any time in a taxation year
of the taxpayer to change the timing or amount of
any payment to be made, at or after that time, under
the obligation, the taxpayer’s accrued returns for
the taxation year and for each subsequent taxation
year are to be redetermined under section 9102
using a reasonable method that fully gives effect, in
those accrued returns, to the alteration to the payments under the obligation.
Obligations
acquired before
financial
institution rules
apply
(4) If a taxpayer held a specified debt obligation
at the beginning of the taxpayer’s first taxation year
(in this subsection referred to as the “initial year”)
for which subsection 142.3(1) of the Act applied to
the taxpayer in respect of the obligation, the following rules apply:
(a) the taxpayer’s accrued return from the obligation for the initial year or a subsequent taxation
year shall not include an amount to the extent
that the amount was included in computing the
taxpayer’s income for a taxation year preceding
the initial year; and
(b) if interest on the obligation in respect of a
period before the initial year becomes receivable
or is received by the taxpayer in a particular
taxation year that is the initial year or a subsequent taxation year, and all or part of the interest
would not, but for this paragraph, be included in
computing the taxpayer’s income for any taxation year, there shall be included in determining
the taxpayer’s accrued return from the obligation
for the particular taxation year the amount, if
any, by which
(i) the portion of the interest that would not
otherwise be included in computing the taxpayer’s income for any taxation year
exceeds
(ii) the portion of the cost of the obligation to
the taxpayer that is reasonably attributable to
that portion of the interest.
Prepaid
interest —
transition rule
(5) If, before November 1994 and in a taxation
year that ended after February 22, 1994, a taxpayer
received an amount under a specified debt obligation in satisfaction, in whole or in part, of the
debtor’s obligation to pay interest in respect of a
period after the taxation year,
(a) the amount may, at the election of the taxpayer, be included in determining the taxpayer’s
accrued return for the taxation year from the obligation; and
1596
(2) Pour l’application de l’article 9102, aucune
réduction pour le manquement éventuel ou réel
du débiteur de faire des paiements dans le cadre
d’un titre de créance déterminé n’est opérée dans
le calcul de sommes relatives au titre.
(3) Si les modalités d’un titre de créance déterminé d’un contribuable sont modifiées à un moment donné d’une année d’imposition en vue de
changer l’échéance ou le montant d’un paiement à
faire dans le cadre du titre à ce moment ou par la
suite, les rendements courus, relativement au contribuable, pour l’année et pour chacune des années
d’imposition postérieures sont déterminés de nouveau en vertu de l’article 9102 au moyen d’une
méthode raisonnable qui tient pleinement compte,
dans le calcul de ces rendements, de tout changement apporté aux paiements à faire dans le cadre du
titre.
(4) Dans le cas où un contribuable détenait un titre de créance déterminé au début de sa première
année d’imposition (appelée « année initiale » au
présent paragraphe) pour laquelle le paragraphe 142.3(1) de la Loi s’est appliqué à lui relativement au titre, les règles suivantes s’appliquent :
a) le rendement couru du titre, relativement au
contribuable, pour l’année initiale ou pour une
année d’imposition postérieure ne comprend pas
une somme dans la mesure où elle a été incluse
dans le calcul du revenu du contribuable pour
une année d’imposition antérieure à l’année
initiale;
b) dans le cas où des intérêts sur le titre pour une
période antérieure à l’année initiale deviennent à
recevoir ou sont reçus par le contribuable au
cours d’une année d’imposition donnée qui correspond à l’année initiale ou à une année d’imposition postérieure et où tout ou partie de ces
intérêts ne seraient pas inclus dans le calcul du
revenu du contribuable pour une année d’imposition en l’absence du présent alinéa, l’excédent de la somme visée au sous-alinéa (i) sur
celle visée au sous-alinéa (ii) est inclus dans le
calcul du rendement couru du titre pour l’année
donnée relativement au contribuable :
(i) la partie des intérêts qui ne serait pas incluse par ailleurs dans le calcul du revenu du
contribuable pour une année d’imposition,
(ii) la partie du coût du titre pour le contribuable qu’il est raisonnable d’attribuer à la partie
d’intérêts visée au sous-alinéa (i).
(5) Dans le cas où, avant novembre 1994 et au
cours d’une année d’imposition s’étant terminée
après le 22 février 1994, un contribuable a reçu une
somme dans le cadre d’un titre de créance déterminé en règlement total ou partiel de l’obligation du
débiteur de verser des intérêts pour une période
postérieure à l’année, les règles suivantes
s’appliquent :
a) la somme peut, au choix du contribuable, être
incluse dans le calcul du rendement couru du titre pour l’année relativement au contribuable;
Manquement
du débiteur
Modification
du titre
Titres acquis
avant
l’application
des règles sur
les institutions
financières
Intérêts payés
d’avance —
règle transitoire
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(b) if the amount is so included, the taxpayer’s
accrued returns for subsequent taxation years
from the obligation shall not include any amount
in respect of interest that, because of the payment
of the amount, the debtor is no longer required to
pay.
Obligations
held at end of
taxation year
Disposition of
obligation
Disposition of
obligation
before 1996
b) si la somme est ainsi incluse, les rendements
courus du titre pour les années d’imposition postérieures relativement au contribuable ne comprennent aucun montant au titre des intérêts que
le débiteur n’est plus tenu de payer en raison du
paiement de la somme.
FOREIGN EXCHANGE ADJUSTMENT
MONTANT D’AJUSTEMENT SUR CHANGE
9104. (1) For the purposes of paragraphs 9101(1)(c) and (2)(b), if, at the end of a
taxation year, a taxpayer holds a specified debt
obligation the primary currency of which is not
Canadian currency, the taxpayer’s foreign exchange
adjustment in respect of the obligation for the taxation year is the positive or negative amount determined by the formula
(A × B) - C
where
A is the amount that would be the tax basis of the
obligation to the taxpayer at the end of the year
if
(a) the tax basis were determined using the
primary currency of the obligation as the currency in which all amounts are expressed,
(b) the definition “tax basis” in subsection 142.4(1) of the Act were read without reference to paragraphs (f), (h), (o) and (q), and
(c) the taxpayer’s foreign exchange adjustment
in respect of the obligation for each year were
nil;
B is the rate of exchange at the end of the year of
the primary currency of the obligation into Canadian currency; and
C is the amount that would be the tax basis of the
obligation to the taxpayer at the end of the year
if
(a) the definition “tax basis” in subsection 142.4(1) of the Act were read without reference to paragraphs (h) and (q), and
(b) the taxpayer’s foreign exchange adjustment in respect of the obligation for the year
were nil.
(2) If a taxpayer disposes of a specified debt
obligation the primary currency of which is not
Canadian currency, the taxpayer’s foreign exchange
adjustment in respect of the obligation for the taxation year in which the disposition occurs is the
amount that would be the foreign exchange adjustment if the taxation year had ended immediately
before the disposition.
(3) At the election of a taxpayer, subsection (2)
does not apply to specified debt obligations disposed of by the taxpayer before 1996.
9104. (1) Pour l’application des alinéas 9101(1)c)
et (2)b), si, à la fin d’une année d’imposition, un
contribuable détient un titre de créance déterminé
dont la monnaie principale n’est pas le dollar canadien, le montant d’ajustement sur change du contribuable relativement au titre pour l’année correspond à la somme positive ou négative obtenue par
la formule suivante :
(A × B) - C
où :
A représente la somme qui constituerait le montant de base du titre pour le contribuable à la fin
de l’année si, à la fois :
a) les sommes qui entrent dans le calcul du
montant de base étaient déterminées dans la
monnaie principale du titre;
b) il n’était pas tenu compte des alinéas f), h),
o) et q) de la définition de « montant de base »
au paragraphe 142.4(1) de la Loi;
c) le montant d’ajustement sur change du
contribuable relativement au titre pour chaque
année était nul;
B le taux de change, à la fin de l’année, de la
monnaie principale du titre par rapport au dollar
canadien;
C la somme qui constituerait le montant de base
du titre pour le contribuable à la fin de l’année
si, à la fois :
a) il n’était pas tenu compte des alinéas h) et
q) de la définition de « montant de base » au
paragraphe 142.4(1) de la Loi;
b) le montant d’ajustement sur change du
contribuable relativement au titre pour l’année
était nul.
(2) Dans le cas où un contribuable dispose d’un
titre de créance déterminé dont la monnaie principale n’est pas le dollar canadien, le montant d’ajustement sur change du contribuable relativement au
titre pour l’année d’imposition de la disposition
correspond à la somme qui serait son montant
d’ajustement sur change si l’année s’était terminée
immédiatement avant la disposition.
(3) Un contribuable peut faire un choix pour que
le paragraphe (2) ne s’applique pas aux titres de
créance déterminés dont il a disposé avant 1996.
Obligations
détenues à la
fin d’une année
d’imposition
Disposition
d’un titre
Disposition
d’un titre avant
1996
1597
2009-08-19
Definitions
Amortization
date
1598
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
PART XCII
PARTIE XCII
FINANCIAL INSTITUTIONS — DISPOSITION
OF SPECIFIED DEBT OBLIGATIONS
INSTITUTIONS FINANCIÈRES —
DISPOSITION DE TITRES DE
CRÉANCE DÉTERMINÉS
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
9200. (1) The following definitions apply in this
Part.
“gain”, of a taxpayer from the disposition of
a specified debt obligation, means the gain
from the disposition determined under paragraph 142.4(6)(a) of the Act. (gain)
“loss”, of a taxpayer from the disposition of
a specified debt obligation, means the loss
from the disposition determined under paragraph 142.4(6)(b) of the Act. (perte)
“residual portion”, of a taxpayer’s gain or loss from
the disposition of a specified debt obligation,
means the amount determined under subsection 142.4(8) of the Act in respect of the disposition. (partie résiduelle)
(2) For the purposes of this Part, the amortization
date for a specified debt obligation disposed of by a
taxpayer is the day determined as follows:
(a) subject to paragraphs (b) to (d), the amortization date is the later of the day of disposition and
the day on which the debtor is required to make
the final payment under the obligation, determined without regard to any option respecting
the timing of payments under the obligation
(other than an option that was exercised before
the disposition);
(b) subject to paragraphs (c) and (d), the amortization date is the day of disposition if the day on
which the debtor is required to make the final
payment under the obligation is not determinable
for the purpose of paragraph (a);
(c) subject to paragraph (d), the amortization date
is the first day, if any, after the disposition on
which the interest rate could change, if the obligation is one in respect of which the following
conditions are satisfied:
(i) the obligation provides for stipulated interest payments,
(ii) the rate of interest for one or more periods
after the issuance of the obligation was not
fixed on the day of issue, and
(iii) when the obligation was issued, it was
reasonable to expect that the interest rate for
each period would equal or approximate a reasonable market rate of interest for that period;
and
(d) if, for purposes of its financial statements, the
taxpayer had a gain or loss from the disposition
that is being amortized to profit, the amortization
date is the last day of the amortization period.
9200. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent
à la présente partie.
« gain » Gain d’un contribuable résultant de la disposition d’un titre de créance déterminé, calculé
selon l’alinéa 142.4(6)a) de la Loi. (gain)
« partie résiduelle » Quant au gain ou à la perte
d’un contribuable résultant de la disposition d’un
titre de créance déterminé, somme calculée selon
le paragraphe 142.4(8) de la Loi relativement à la
disposition. (residual portion)
« perte » Perte d’un contribuable résultant de la
disposition d’un titre de créance déterminé, calculée selon l’alinéa 142.4(6)b) de la Loi. (loss)
Définitions
(2) Pour l’application de la présente partie, la
date d’amortissement applicable à un titre de
créance déterminé dont un contribuable a disposé
correspond à celui des jours suivants qui est
applicable :
a) sous réserve des alinéas b) à d), le jour de la
disposition ou, s’il est postérieur, le jour où le
débiteur est tenu de faire le dernier paiement
prévu par le titre, déterminé compte non tenu
d’une option relative à l’échéance des paiements
prévus par le titre, à l’exception d’une option qui
a été exercée avant la disposition;
b) sous réserve des alinéas c) et d), le jour de la
disposition si le jour où le débiteur est tenu de
faire le dernier paiement prévu par le titre ne
peut être déterminé pour l’application de l’alinéa a);
c) sous réserve de l’alinéa d), le premier jour
postérieur à la disposition où le taux d’intérêt
pourrait changer, s’il s’agit d’un titre à l’égard
duquel les conditions suivantes sont réunies :
(i) le titre prévoit des paiements d’intérêts
stipulés,
(ii) le taux d’intérêt pour une ou plusieurs périodes postérieures à l’émission du titre n’était
pas fixé le jour de l’émission,
(iii) au moment de l’émission du titre, il était
raisonnable de s’attendre à ce que le taux
d’intérêt pour chaque période soit égal ou à
peu près égal à un taux d’intérêt raisonnable
du marché pour cette période;
d) si le contribuable avait un gain ou une perte
résultant de la disposition qui est amorti sur les
bénéfices dans les états financiers, le dernier jour
de la période d’amortissement.
Date
d’amortissement
2009-08-19
Transition
amount
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
9201. For the purpose of subsection 142.4(1) of
the Act, “transition amount”, of a taxpayer in respect of the disposition of a specified debt obligation, means,
(a) if neither paragraph (b) nor (c) applies, nil;
(b) if
(i) the taxpayer acquired the obligation before
its taxation year that includes February 23,
1994,
(ii) neither paragraph 7000(2)(a) nor (b) has
applied to the obligation, and
(iii) the principal amount of the obligation exceeds the cost of the obligation to the taxpayer
(which excess is referred to in this paragraph
as the “discount”),
the amount determined by the formula
A-B
where
A is the total of all amounts each of which is
the amount included in respect of the discount in computing the taxpayer’s profit for a
taxation year that ended before February 23,
1994, and
B is the total of all amounts each of which is
the amount included in respect of the discount in computing the taxpayer’s income for
a taxation year that ended before February 23, 1994; and
(c) where
(i) the conditions in subparagraphs (b)(i) and
(ii) are satisfied, and
(ii) the cost of the obligation to the taxpayer
exceeds the principal amount of the obligation
(which excess is referred to in this paragraph
as the “premium”),
the negative of the amount determined by the
formula
9201. Pour l’application du paragraphe 142.4(1)
de la Loi, le montant de transition d’un contribuable relativement à la disposition d’un titre de
créance déterminé correspond à celle des sommes
suivantes qui est applicable :
a) si ni l’alinéa b) ni l’alinéa c) ne s’appliquent,
zéro;
b) si les conditions ci-après sont réunies, la
somme obtenue par la formule ci-après :
(i) le contribuable a acquis le titre avant son
année d’imposition qui comprend le 23 février
1994,
(ii) les alinéas 7000(2)a) et b) ne se sont pas
appliqués au titre,
(iii) le principal du titre excède son coût pour
le contribuable, lequel excédent est appelé
« escompte » au présent alinéa,
A-B
où :
A représente le total des sommes représentant
chacune la somme incluse au titre de l’escompte dans le calcul du bénéfice du contribuable pour une année d’imposition s’étant
terminée avant le 23 février 1994;
B le total des sommes représentant chacune la
somme incluse au titre de l’escompte dans le
calcul du revenu du contribuable pour une
année d’imposition s’étant terminée avant le
23 février 1994;
c) si les conditions ci-après sont réunies, le montant négatif de la somme obtenue par la formule
ci-après :
(i) les conditions énoncées aux sousalinéas b)(i) et (ii) sont remplies,
(ii) le coût du titre pour le contribuable excède
son principal, lequel excédent est appelé
« prime » au présent alinéa,
A-B
A-B
Application of
related election
Montant de
transition
where
où :
A is the total of all amounts each of which is
the amount deducted in respect of the premium in computing the taxpayer’s profit for
a taxation year that ended before February 23, 1994, and
A représente le total des sommes représentant
chacune la somme déduite au titre de la
prime dans le calcul du bénéfice du contribuable pour une année d’imposition s’étant
terminée avant le 23 février 1994;
B is the total of all amounts each of which is
the amount deducted in respect of the premium in computing the taxpayer’s income
for a taxation year that ended before February 23, 1994.
B le total des sommes représentant chacune la
somme déduite au titre de la prime dans le
calcul du revenu du contribuable pour une
année d’imposition s’étant terminée avant le
23 février 1994.
PRESCRIBED DEBT OBLIGATIONS
TITRES DE CRÉANCE VISÉS
9202. (1) The following rules apply with respect
to an election made under subsection (3) or (4) by a
taxpayer:
(a) the election applies only if
(i) it is in writing,
9202. (1) Les règles ci-après s’appliquent au
choix qu’un contribuable fait en application des
paragraphes (3) ou (4) :
a) le choix n’est valable que s’il remplit les
conditions suivantes :
Validité et
application
du choix
1599
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(ii) it specifies the first taxation year (in this
subsection referred to as the “initial year”) of
the taxpayer to which it is to apply, and
(iii) either it is received by the Minister within
six months after the end of the initial year, or
the Minister has expressly accepted the later
filing of the election;
(b) subject to paragraph (c), the election applies
to dispositions of specified debt obligations in
the initial year and subsequent taxation years;
and
(c) if the Minister has approved, on written application by the taxpayer, the revocation of the
election, the election does not apply to dispositions of specified debt obligations in the taxation
year specified in the application and in subsequent taxation years.
Prescribed
specified debt
obligation
Prescribed
specified debt
obligation —
exception
Prescribed
specified debt
obligation
(2) For the purpose of subparagraph 142.4(5)(a)(ii)
of the Act, a specified debt obligation disposed of
by a taxpayer in a taxation year is prescribed in
respect of the taxpayer if the amortization date for
the obligation is not more than two years after the
end of the taxation year.
(3) Subsection (2) does not apply in respect of a
taxpayer for a taxation year if
(a) generally accepted accounting principles require that the taxpayer’s gains and losses arising
on the disposition of a class of debt obligations
be amortized to profit for the purpose of the taxpayer’s financial statements;
(b) the taxpayer has elected not to have subsection (2) apply; and
(c) the election applies to dispositions in the
year.
(4) For the purpose of subparagraph 142.4(5)(a)(ii)
of the Act, a specified debt obligation disposed of
by a taxpayer in a taxation year is prescribed in
respect of the taxpayer if
(a) the taxpayer has elected to have this subsection apply;
(b) the election applies to dispositions in the
year; and
(c) the absolute value of the positive or negative
amount determined by the formula (A - B) does
not exceed the lesser of $5,000 and the amount,
if any, specified in the election, where
A is the total of all amounts each of which is
the residual portion of the taxpayer’s gain
from the disposition of the obligation or any
other specified debt obligation disposed of in
the same transaction, and
B is the total of all amounts each of which is
the residual portion of the taxpayer’s loss
from the disposition of the obligation or any
other specified debt obligation disposed of in
the same transaction.
1600
(i) il est fait par écrit,
(ii) l’écrit le concernant précise la première
année d’imposition (appelée « année initiale »
au présent paragraphe) du contribuable à laquelle le choix s’applique,
(iii) le ministre reçoit l’écrit le concernant
dans les six mois suivant la fin de l’année initiale ou accepte expressément que cet écrit soit
produit à un moment ultérieur;
b) sous réserve de l’alinéa c), le choix s’applique
aux dispositions de titres de créance déterminés
effectuées au cours de l’année initiale et des années d’imposition postérieures;
c) si le ministre a approuvé la révocation du
choix sur demande écrite du contribuable, le
choix ne s’applique pas aux dispositions de titres
de créance déterminés effectuées au cours de
l’année d’imposition précisée dans la demande et
des années d’imposition postérieures.
(2) Pour l’application du sous-alinéa 142.4(5)a)(ii)
de la Loi, le titre de créance déterminé dont un
contribuable a disposé au cours d’une année
d’imposition est un titre de créance visé quant au
contribuable si la date d’amortissement applicable
au titre suit d’au plus deux ans la fin de l’année.
(3) Le paragraphe (2) ne s’applique pas à un
contribuable pour une année d’imposition si, à la
fois :
a) selon les principes comptables généralement
reconnus, les gains et les pertes du contribuable
résultant de la disposition d’une catégorie de titres de créance doivent être amortis sur les bénéfices dans les états financiers;
b) le contribuable a choisi de ne pas se prévaloir
du paragraphe (2);
c) le choix s’applique aux dispositions effectuées
au cours de l’année.
(4) Pour l’application du sous-alinéa 142.4(5)a)(ii)
de la Loi, le titre de créance déterminé dont un
contribuable a disposé au cours d’une année d’imposition est un titre de créance visé quant au contribuable si, à la fois :
a) le contribuable a choisi de se prévaloir du présent paragraphe;
b) le choix s’applique aux dispositions effectuées
au cours de l’année;
c) la valeur absolue de la somme positive ou négative obtenue par la formule ci-après ne dépasse
pas 5 000 $ ou, si elle est moins élevée, la
somme précisée dans l’écrit concernant le choix :
A-B
où :
A représente le total des sommes représentant
chacune la partie résiduelle du gain du contribuable résultant de la disposition du titre
ou d’un autre titre de créance déterminé dont
il a été disposé dans le cadre de la même
opération,
Titre de
créance visé
Titre de
créance visé —
exception
Titre de
créance visé
2009-08-19
Prescribed
specified debt
obligation
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(5) For the purpose of subparagraph 142.4(5)(a)(ii)
of the Act, a specified debt obligation disposed of
by a taxpayer in a taxation year is prescribed in
respect of the taxpayer if
(a) the disposition resulted in an extinguishment
of the obligation, other than an extinguishment
that occurred because of a purchase of the obligation by the debtor in the open market;
(b) the taxpayer had the right to require the obligation to be settled at any time; or
(c) the debtor had the right to settle the obligation at any time.
B le total des sommes représentant chacune la
partie résiduelle de la perte du contribuable
résultant de la disposition du titre ou d’un autre titre de créance déterminé dont il a été
disposé dans le cadre de la même opération.
(5) Pour l’application du sous-alinéa 142.4(5)a)(ii)
de la Loi, le titre de créance déterminé dont un
contribuable a disposé au cours d’une année d’imposition est un titre de créance visé quant au contribuable si, selon le cas :
a) la disposition a entraîné l’extinction de l’obligation constatée par le titre, sauf si l’extinction
fait suite à l’achat du titre par le débiteur sur le
marché libre;
b) le contribuable avait le droit d’exiger le règlement du titre en tout temps;
c) le débiteur avait le droit de régler le titre en
tout temps.
RESIDUAL PORTION OF GAIN OR LOSS
PARTIE RÉSIDUELLE D’UN GAIN OU D’UNE PERTE
Allocation of
residual portion
9203. (1) Subject to section 9204, if subsection 142.4(4) of the Act applies to the disposition of
a specified debt obligation by a taxpayer, the
amount allocated to each taxation year in respect of
the residual portion of the gain or loss from the
disposition shall be determined, for the purpose of
that subsection,
(a) by a method that complies with, or is substantially similar to a method that complies with,
subsection (2); or
(b) if gains and losses from the disposition of
debt obligations are amortized to profit for the
purpose of the taxpayer’s financial statements,
by the method used for the purpose of the taxpayer’s financial statements.
Proration
method
(2) For the purpose of subsection (1), a method
for allocating to taxation years the residual portion
of a taxpayer’s gain or loss from the disposition of
a specified debt obligation complies with this subsection if the amount allocated to each taxation year
is determined by the formula
9203. (1) Sous réserve de l’article 9204, si le paragraphe 142.4(4) de la Loi s’applique à la disposition d’un titre de créance déterminé par un contribuable, la somme attribuée à chaque année
d’imposition au titre de la partie résiduelle du gain
ou de la perte résultant de la disposition est déterminée, pour l’application de ce paragraphe, selon
l’une des méthodes suivantes :
a) une méthode conforme au paragraphe (2) ou
semblable, quant à ses éléments essentiels, à
cette méthode;
b) si les gains et les pertes résultant de la disposition de titres de créance sont amortis sur les bénéfices dans les états financiers du contribuable,
la méthode utilisée par le contribuable dans
l’établissement de ses états financiers.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), une méthode d’attribution à des années d’imposition de la
partie résiduelle du gain ou de la perte d’un contribuable résultant de la disposition d’un titre de
créance déterminé est conforme au présent paragraphe si la somme attribuée à chaque année d’imposition est déterminée selon la formule suivante :
A × B/C
B is the number of days in the taxation year that
are in the period referred to in the description of
C; and
C is the number of days in the period that,
(a) where subsection (3) applies in respect of
the obligation, is determined under that subsection, and
(b) in any other case,
(i) begins on the day on which the taxpayer
disposed of the obligation, and
Attribution
de la partie
résiduelle
Méthode de
l’attribution
proportionnelle
A × B/C
where
A is the residual portion of the taxpayer’s gain or
loss;
Titre de
créance visé
où :
A représente la partie résiduelle du gain ou de la
perte du contribuable;
B le nombre de jours de l’année qui font partie de
la période visée à l’élément C;
C le nombre de jours de celle des périodes suivantes qui est applicable :
a) si le paragraphe (3) s’applique au titre, la
période déterminée selon ce paragraphe;
b) sinon, la période qui, à la fois :
(i) commence le jour où le contribuable a
disposé du titre,
1601
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(ii) prend fin au premier en date des jours
suivants :
(ii) ends on the earlier of
(A) the amortization date for the obligation, and
Single
proration
period
Weighted
average
amortization
date
(B) the day that is 20 years after the day
on which the taxpayer disposed of the
obligation.
(3) This subsection applies in respect of specified
debt obligations disposed of by a taxpayer in a
transaction in a taxation year, and the period determined under this subsection in respect of the obligations is the period that begins on the day of
disposition and ends on the weighted average amortization date for those obligations so disposed of to
which subsection 142.4(4) of the Act applies, if
(a) the taxpayer has elected in its return of income for the taxation year to have this subsection
apply in respect of the obligations so disposed of;
(b) all the obligations so disposed of were disposed of at the same time; and
(c) the number of the obligations so disposed of
to which subsection 142.4(4) of the Act applies
is at least 50.
(4) For the purpose of subsection (3), the weighted average amortization date for a group of specified debt obligations disposed of on the same day
by a taxpayer is,
(a) if paragraph (b) does not apply, the day that
is the number of days after the day of disposition
equal to the total of the number of days determined in respect of each obligation by the
formula
(A) la date d’amortissement applicable
au titre,
(B) le jour qui suit de 20 ans le jour où
le contribuable a disposé du titre.
(3) Le présent paragraphe s’applique relativement aux titres de créance déterminés dont un contribuable dispose dans le cadre d’une opération
conclue au cours d’une année d’imposition et la
période déterminée selon le présent paragraphe
relativement aux titres correspond à la période
commençant à la date de la disposition et se terminant à la date d’amortissement pondérée applicable
aux titres dont il a été ainsi disposé et auxquels
s’applique le paragraphe 142.4(4) de la Loi, si les
conditions suivantes sont réunies :
a) le contribuable a fait, dans sa déclaration de
revenu pour l’année, un choix pour que le présent paragraphe s’applique aux titres dont il a été
ainsi disposé;
b) il a été disposé des titres en cause au même
moment;
c) le nombre de titres dont il a été ainsi disposé et
auxquels s’applique le paragraphe 142.4(4) de la
Loi s’élève à au moins 50.
(4) Pour l’application du paragraphe (3), la date
d’amortissement pondérée applicable à un groupe
de titres de créance déterminés dont un contribuable a disposé le même jour correspond à celui des
jours suivants qui est applicable :
a) si l’alinéa b) ne s’applique pas, le jour qui suit
le jour de la disposition d’un nombre de jours
égal au total du nombre de jours déterminé selon
la formule suivante relativement à chaque titre :
1602
Date
d’amortissement
pondérée
A × B/C
A × B/C
Application
Période
d’attribution
proportionnelle
unique
where
où :
A is the number of days from the day of disposition to the amortization date for the
obligation,
A représente le nombre de jours allant du jour
de la disposition jusqu’à la date d’amortissement applicable au titre;
B is the residual portion of the gain or loss from
the disposition of the obligation, and
B la partie résiduelle du gain ou de la perte résultant de la disposition du titre;
C is the total of all amounts each of which is
the residual portion of the gain or loss from
the disposition of an obligation in the group;
and
(b) the day that the taxpayer determines using a
reasonable method for estimating the day determined under paragraph (a).
C le total des sommes représentant chacune la
partie résiduelle du gain ou de la perte résultant de la disposition d’un titre du groupe;
b) le jour que le contribuable détermine au
moyen d’une méthode raisonnable d’estimation
du jour déterminé selon l’alinéa a).
SPECIAL RULES FOR RESIDUAL PORTION
OF GAIN OR LOSS
RÈGLES SPÉCIALES APPLICABLES À LA PARTIE
RÉSIDUELLE D’UN GAIN OU D’UNE PERTE
9204. (1) This section applies for the purposes of
subparagraphs 142.4(4)(c)(ii) and (d)(ii) of the Act.
9204. (1) Le présent article s’applique dans le
cadre des sous-alinéas 142.4(4)c)(ii) et d)(ii) de la
Loi.
Champ
d’application
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
Winding-up
(2) If subsection 88(1) of the Act has applied to
the winding-up of a taxpayer (in this subsection
referred to as the “subsidiary”), the following rules
apply in respect of the residual portion of a gain
or loss of the subsidiary from the disposition of
a specified debt obligation to which subsection 142.4(4) of the Act applies:
(a) the amount of that residual portion allocated
to the taxation year of the subsidiary in which
its assets were distributed to its parent on the
winding-up shall be determined on the assumption that the taxation year ended when the assets
were distributed to its parent;
(b) no amount shall be allocated in respect of that
residual portion to any taxation year of the subsidiary after its taxation year in which its assets
were distributed to its parent; and
(c) the amount of that residual portion allocated
to the taxation year of the parent in which the
subsidiary’s assets were distributed to it shall be
determined on the assumption that the taxation
year began when the assets were distributed to it.
Transfer of
an insurance
business
(3) No amount in respect of the residual portion
of a gain or loss of an insurer from the disposition
of a specified debt obligation to which subsection 142.4(4) of the Act applies shall be allocated to
any taxation year of the insurer that ends after the
insurer ceased to carry on all or substantially all of
an insurance business, if
(a) subsection 138(11.5) or (11.94) of the Act
has applied to the transfer of that business; and
(b) the person to whom that business was
transferred is considered, because of paragraph 138(11.5)(k) of the Act, to be the same
person as the insurer in respect of that residual
portion.
(4) If subsection 98(6) of the Act deems a partnership (in this subsection referred to as the “new
partnership”) to be a continuation of another partnership (in this subsection referred to as the “predecessor partnership”), the following rules apply in
respect of the residual portion of a gain or loss of
the predecessor partnership from the disposition of
a specified debt obligation to which subsection 142.4(4) of the Act applies:
(a) the amount of that residual portion allocated
to the taxation year of the predecessor partnership in which its property was transferred to the
new partnership shall be determined on the assumption that the taxation year ended when the
property was transferred;
(b) no amount shall be allocated in respect of that
residual portion to any taxation year of the
predecessor partnership after its taxation year in
which its property was transferred to the new
partnership; and
(c) the amount of that residual portion allocated
to the taxation year of the new partnership in
which the predecessor partnership’s property was
Transfer to new
partnership
(2) Dans le cas où le paragraphe 88(1) de la Loi
s’applique à la liquidation d’un contribuable (appelé « filiale » au présent paragraphe), les règles ciaprès s’appliquent à la partie résiduelle d’un gain
ou d’une perte de la filiale résultant de la disposition d’un titre de créance déterminé auquel s’applique le paragraphe 142.4(4) de la Loi :
a) la fraction de la partie résiduelle qui est attribuée à l’année d’imposition de la filiale au cours
de laquelle ses actifs sont passés à sa société
mère lors de la liquidation est déterminée selon
l’hypothèse que cette année d’imposition s’est
terminée au moment de ce passage;
b) aucune somme relative à la partie résiduelle
n’est attribuée à une année d’imposition de la filiale qui est postérieure à son année d’imposition
au cours de laquelle ses actifs sont passés à sa
société mère;
c) la fraction de la partie résiduelle qui est attribuée à l’année d’imposition de la société mère de
la filiale au cours de laquelle les actifs de cette
dernière sont passés à la société mère est déterminée selon l’hypothèse que cette année d’imposition a commencé au moment de ce passage.
(3) Aucune somme relative à la partie résiduelle
d’un gain ou d’une perte d’un assureur résultant de
la disposition d’un titre de créance déterminé auquel s’applique le paragraphe 142.4(4) de la Loi
n’est attribuée à une année d’imposition de l’assureur se terminant après qu’il a cessé d’exploiter la
totalité ou la presque totalité d’une entreprise d’assurance, si les conditions suivantes sont réunies :
a) les paragraphes 138(11.5) ou (11.94) de la Loi
s’appliquent au transfert de l’entreprise;
b) le bénéficiaire du transfert est réputé, par
l’effet de l’alinéa 138(11.5)k) de la Loi, être la
même personne que l’assureur pour ce qui est de
la partie résiduelle.
(4) Dans le cas où une société de personnes (appelée « nouvelle société de personnes » au présent
paragraphe) est réputée, en vertu du paragraphe 98(6) de la Loi, être la continuation d’une autre
société de personnes (appelée « société de personnes remplacée » au présent paragraphe), les règles
ci-après s’appliquent à la partie résiduelle d’un gain
ou d’une perte de la société de personnes remplacée
résultant de la disposition d’un titre de créance déterminé auquel s’applique le paragraphe 142.4(4)
de la Loi :
a) la fraction de la partie résiduelle qui est attribuée à l’année d’imposition de la société de personnes remplacée au cours de laquelle ses biens
ont été transférés à la nouvelle société de personnes est déterminée selon l’hypothèse que cette
année d’imposition s’est terminée au moment de
ce transfert;
b) aucune somme relative à la partie résiduelle
n’est attribuée à une année d’imposition de la société de personnes remplacée qui est postérieure
à son année d’imposition au cours de laquelle ses
biens ont été transférés à la nouvelle société de
personnes;
Liquidation
Transfert d’une
entreprise
d’assurance
Transfert à
une nouvelle
société de
personnes
1603
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
transferred to it shall be determined on the assumption that the taxation year began when the
property was transferred to it.
Ceasing to
carry on
business
(5) There shall be allocated to a particular taxation year of a taxpayer the part, if any, of the residual portion of the taxpayer’s gain or loss that is
from a disposition of a specified debt obligation to
which subsection 142.4(4) of the Act applies and
that was not allocated to a preceding taxation year,
if
(a) at any time in the particular taxation year the
taxpayer ceases to carry on all or substantially all
of a business, otherwise than as a result of a
merger to which subsection 87(2) of the Act applies, a winding-up to which subsection 88(1) of
the Act applies or a transfer of the business to
which subsection 98(6) or 138(11.5) or (11.94)
of the Act applies;
(b) the disposition occurred before that time; and
(c) the specified debt obligation was property
used in the business.
Ceasing to be
a financial
institution
(6) There shall be allocated to a particular taxation year of a taxpayer the part, if any, of the residual portion of the taxpayer’s gain or loss that is
from a disposition of a specified debt obligation to
which subsection 142.4(4) of the Act applies and
that was not allocated to a preceding taxation year,
if
(a) the particular taxation year ends immediately
before the time at which the taxpayer ceases to
be a financial institution, otherwise than because
it has ceased to carry on a business; and
(b) the disposition occurred before that time.
(2) Subsection 9103(2) of the Regulations, as
enacted by subsection (1), is repealed.
c) la fraction de la partie résiduelle qui est attribuée à l’année d’imposition de la nouvelle société de personnes au cours de laquelle les biens de
la société de personnes remplacée lui ont été
transférés est déterminée selon l’hypothèse que
cette année d’imposition a commencé au moment
de ce transfert.
(5) Est attribuée à l’année d’imposition donnée
d’un contribuable la fraction éventuelle de la partie
résiduelle de son gain ou de sa perte résultant de la
disposition d’un titre de créance déterminée auquel
s’applique le paragraphe 142.4(4) de la Loi et qui
n’a pas été attribuée à une année d’imposition antérieure, si les conditions suivantes sont réunies :
a) au cours de l’année donnée, le contribuable
cesse d’exploiter une entreprise en totalité ou en
presque totalité, autrement que par suite d’une
fusion à laquelle s’applique le paragraphe 87(2)
de la Loi, d’une liquidation à laquelle s’applique
le paragraphe 88(1) de la Loi ou d’un transfert
de l’entreprise auquel s’appliquent les paragraphes 98(6) ou 138(11.5) ou (11.94) de la Loi;
b) la disposition a été effectuée avant la
cessation;
c) le titre était un bien utilisé dans le cadre de
l’entreprise.
(6) Est attribuée à l’année d’imposition donnée
d’un contribuable la fraction éventuelle de la partie
résiduelle de son gain ou de sa perte résultant de la
disposition d’un titre de créance déterminée auquel
s’applique le paragraphe 142.4(4) de la Loi et qui
n’a pas été attribuée à une année d’imposition précédente, si les conditions suivantes sont réunies :
a) l’année donnée prend fin immédiatement
avant le moment auquel le contribuable cesse
d’être une institution financière autrement que
pour avoir cessé d’exploiter une entreprise;
b) la disposition a été effectuée avant la
cessation.
(2) Le paragraphe 9103(2) du même règlement, édicté par le paragraphe (1), est abrogé.
Contribuable
qui cesse
d’exploiter
une entreprise
Contribuable
qui cesse d’être
une institution
financière
APPLICATION
APPLICATION
8. Section 1 applies after February 22, 1994.
9. (1) Subsections 2(1), (4) and (7) apply to taxation years
that end after October 30, 1994.
(2) Subsections 2(2) and (5) apply to taxation years that
begin after 1992.
(3) Subsections 2(3) and (6) apply to taxation years that end
after February 22, 1994.
10. (1) Subsection 3(1) applies to taxation years that end
after June 1, 1995 and before 1999.
(2) Subsections 3(2), (5) and (6) apply to taxation years that
begin after February 22, 1994 and end before 1999.
8. L’article 1 s’applique à compter du 23 février 1994.
9. (1) Les paragraphes 2(1), (4) et (7) s’appliquent aux années d’imposition se terminant après le 30 octobre 1994.
(2) Les paragraphes 2(2) et (5) s’appliquent aux années
d’imposition commençant après 1992.
(3) Les paragraphes 2(3) et (6) s’appliquent aux années
d’imposition se terminant après le 22 février 1994.
10. (1) Le paragraphe 3(1) s’applique aux années d’imposition se terminant après le 1er juin 1995 et avant 1999.
(2) Les paragraphes 3(2), (5) et (6) s’appliquent aux années
d’imposition commençant après le 22 février 1994 et se terminant avant 1999.
(3) Les paragraphes 3(3) et (8) s’appliquent aux dispositions de biens effectuées après le 22 février 1994 au cours de
toute année d’imposition se terminant avant 1999. Toutefois :
(3) Subsections 3(3) and (8) apply to dispositions of property that occur after February 22, 1994 in taxation years that
end before 1999 except that,
1604
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(a) in its application to property disposed of in a taxation
year that ends before June 2, 1995, paragraph (e) of the
definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations, as enacted by subsection 3(3), is to be read as follows:
(e) the amount included in computing the insurer’s gains for
the year from the disposition of property (other than capital
property or property in respect of which section 142.4 of the
Act applies), and
and
(b) in its application to property disposed of in a taxation
year that ends before June 2, 1995, paragraph (j) of the
definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations, as enacted by subsection 3(8), is to be read as follows:
(j) the amount included in computing the insurer’s losses for
the year from the disposition of property (other than capital
property or property in respect of which section 142.4 of the
Act applies), and
(4) Subsections 3(4), (9) and (11) apply to taxation years
that end after October 30, 1994 and before 1999, except that
(a) in its application to property disposed of in a taxation
year that ends before June 2, 1995, paragraph (f) of the
definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations, as enacted by subsection 3(4), is to be read as follows:
(f) the amount included in computing the insurer’s taxable capital gains for the year from the disposition of property (other
than an amount included because of subsection 142.5(7) of the
Act),
and
(b) in its application to property disposed of in a taxation
year that ends before June 2, 1995, paragraph (k) of the
definition “gross Canadian life investment income” in subsection 2405(3) of the Regulations, as enacted by subsection 3(9), is to be read as follows:
(k) the amount included in computing the insurer’s allowable
capital losses for the year from the disposition of property
(other than an amount included because of subsection 142.5(6)
of the Act);
(5) Subsections 3(7) and (10) apply to taxation years that
end after February 22, 1994 and before 1999.
11. (1) Subsection 4(1) applies to the 1995 and subsequent
taxation years.
(2) Subsections 4(2), (8) and (9) apply to taxation years that
begin after February 22, 1994.
(3) Subsections 4(3) and (7) apply to dispositions of property that occur after February 22, 1994.
(4) Subsection 4(4) applies to taxation years that end after
February 22, 1994.
(5) Subsection 4(5) applies to taxation years that end after
June 1, 1995.
(6) Subsection 4(6) applies to the 1999 and subsequent taxation years.
12. (1) Subsections 5(1) and (2) apply to taxation years that
end after February 22, 1994.
a) pour son application aux biens dont il est disposé au
cours d’une année d’imposition se terminant avant le 2 juin
1995, l’alinéa e) de la définition de « revenus bruts de
placements en assurance-vie au Canada » au paragraphe 2405(3) du même règlement, édicté par le paragraphe 3(3), est réputé avoir le libellé suivant :
e) la somme incluse dans le calcul de ses gains pour l’année
provenant de la disposition de biens, à l’exception d’immobilisations et de biens auxquels s’applique l’article 142.4 de la
Loi,
b) pour son application aux biens dont il est disposé au
cours d’une année d’imposition se terminant avant le 2 juin
1995, l’alinéa j) de la définition de « revenus bruts de
placements en assurance-vie au Canada » au paragraphe 2405(3) du même règlement, édicté par le paragraphe
3(8), est réputé avoir le libellé suivant :
j) la somme incluse dans le calcul de ses pertes pour l’année résultant de la disposition de biens, à l’exception d’immobilisations et de biens auxquels s’applique l’article 142.4 de la Loi,
(4) Les paragraphes 3(4), (9) et (11) s’appliquent aux années d’imposition se terminant après le 30 octobre 1994 et
avant 1999. Toutefois :
a) pour son application aux biens dont il est disposé au
cours d’une année d’imposition se terminant avant le 2 juin
1995, l’alinéa f) de la définition de « revenus bruts de
placements en assurance-vie au Canada » au paragraphe 2405(3) du même règlement, édicté par le paragraphe 3(4), est réputé avoir le libellé suivant :
f) la somme incluse dans le calcul de ses gains en capital imposables pour l’année provenant de la disposition de biens, à
l’exception d’une somme incluse par l’effet du paragraphe 142.5(7) de la Loi,
b) pour son application aux biens dont il est disposé au
cours d’une année d’imposition se terminant avant le 2 juin
1995, l’alinéa k) de la définition de « revenus bruts de
placements en assurance-vie au Canada » au paragraphe 2405(3) du même règlement, édicté par le paragraphe 3(9), est réputé avoir le libellé suivant :
(k) la somme incluse dans le calcul de ses pertes en capital
déductibles pour l’année résultant de la disposition de biens,
à l’exception d’une somme incluse par l’effet du paragraphe 142.5(6) de la Loi,
(5) Les paragraphes 3(7) et (10) s’appliquent aux années
d’imposition se terminant après le 22 février 1994 et avant
1999.
11. (1) Le paragraphe 4(1) s’applique aux années d’imposition 1995 et suivantes.
(2) Les paragraphes 4(2), (8) et (9) s’appliquent aux années
d’imposition commençant après le 22 février 1994.
(3) Les paragraphes 4(3) et (7) s’appliquent aux dispositions de biens effectuées après le 22 février 1994.
(4) Le paragraphe 4(4) s’applique aux années d’imposition
se terminant après le 22 février 1994.
(5) Le paragraphe 4(5) s’applique aux années d’imposition
se terminant après le 1er juin 1995.
(6) Le paragraphe 4(6) s’applique aux années d’imposition
1999 et suivantes.
12. (1) Les paragraphes 5(1) et (2) s’appliquent aux années
d’imposition se terminant après le 22 février 1994.
1605
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
(2) Subsection 5(3) applies
(a) to taxation years that end after September 1997; and
(b) to a taxpayer’s taxation years that end after 1995 and
before October 1997 where the taxpayer has made an election under paragraph 81(11)(b) of the Income Tax Amendments Act, 1997, S.C. 1998, c. 19.
13. Section 6 applies to taxation years that end after October 30, 1994.
14. (1) Subsection 7(1) applies to taxation years that end
after February 22, 1994, except that in respect of taxation
years beginning before April 11, 2009, subsection 9103(3) of
the Regulations, as enacted by subsection 7(1), is to be read as
follows:
(3) For the purposes of determining accrued returns and accrual
adjustments under section 9102, if the terms of a specified debt
obligation of a taxpayer have been amended to change the timing
or amount of any payment to be made under the obligation, the
amendment shall be taken into account as if the obligation had
been acquired at the time the amendment was made.
(2) Subsection 7(2) applies
(a) to taxation years that end after September 1997; and
(b) to a taxpayer’s taxation years that end after 1995 and
before October 1997 where the taxpayer has made an election under paragraph 81(11)(b) of the Income Tax Amendment Act, 1997, S.C. 1998, c. 19.
(2) Le paragraphe 5(3) s’applique, à la fois :
a) aux années d’imposition se terminant après septembre
1997;
b) aux années d’imposition d’un contribuable se terminant
après 1995 et avant octobre 1997, si le contribuable a fait le
choix prévu à l’alinéa 81(11)b) de la Loi de 1997 modifiant
l’impôt sur le revenu, L.C. 1998, ch. 19.
13. L’article 6 s’applique aux années d’imposition se terminant après le 30 octobre 1994.
14. (1) Le paragraphe 7(1) s’applique aux années d’imposition se terminant après le 22 février 1994. Toutefois, pour ce
qui est des années d’imposition commençant avant le 11 avril
2009, le paragraphe 9103(3) du même règlement, édicté par le
paragraphe 7(1), est réputé avoir le libellé suivant :
(3) Pour déterminer le rendement couru et le montant de
régularisation selon l’article 9102, si les modalités d’un titre de
créance déterminé d’un contribuable ont été modifiées en vue de
changer l’échéance ou le montant d’un paiement à faire dans le
cadre du titre, la modification est prise en compte comme si
le titre avait été acquis au moment où la modification a été
effectuée.
(2) Le paragraphe 7(2) s’applique, à la fois :
a) aux années d’imposition se terminant après septembre
1997;
b) aux années d’imposition d’un contribuable se terminant
après 1995 et avant octobre 1997, si le contribuable a fait le
choix prévu à l’alinéa 81(11)(b) de la Loi de 1997 modifiant
la Loi de l’impôt sur le revenu, L.C. 1998, ch. 19.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issues and objectives
Question et objectifs
Prior to 1994, there was uncertainty as to whether profits and
losses on securities held by financial institutions were on income
account, and thus fully recognized in computing income, or on
capital account, and instead subject to capital gains treatment.
Securities of financial institutions acquired in the ordinary course
of business should be treated as being on income account because
investments in securities are an integral part of the financial
intermediation business. In addition to this issue concerning the
“character” of income or losses, additional concerns existed regarding the timing of when profits and losses on securities held
by financial institutions were to be recognized.
Avant 1994, un climat d’incertitude entourait la question de savoir si les bénéfices et les pertes découlant de titres détenus par
les institutions financières étaient imputables au revenu, auquel
cas ils doivent être entièrement pris en compte dans le calcul du
revenu, ou au capital, auquel cas ils sont assujettis au régime des
gains en capital. Or, les titres d’institutions financières acquis
dans le cours normal d’une entreprise devraient être imputables
au revenu, étant donné que les placements en valeurs mobilières
font partie intégrante des activités d’intermédiation financière.
Une autre source d’incertitude avait trait au moment de la constatation des bénéfices et des pertes découlant de titres détenus par
les institutions financières.
Description and rationale
Description et justification
To address these concerns, Budget 1994 proposed new rules
that required the profits and losses in respect of certain securities
held by financial institutions to be recognized in income. Further,
these proposals required that these securities be marked-tomarket, meaning that the appreciation or depreciation in their
value each taxation year would be recognized in the year. This
mark-to-market treatment was to apply to securities, such as
equity securities and debt securities, acquired in the ordinary
course of business of a financial institution. Transitional rules
were also proposed that would permit any net increase in income
Afin de répondre à ces préoccupations, de nouvelles règles,
proposées dans le budget de 1994, confirmaient que les bénéfices
et les pertes découlant de certains titres détenus par les institutions financières étaient imputables au revenu. Ces propositions
prévoyaient en outre que ces titres devaient être évalués à la valeur du marché. Ainsi, toute hausse ou perte de valeur dont ils
font l’objet au cours d’une année d’imposition serait constatée
pour l’année. Ce traitement devait s’appliquer aux titres, tels les
titres de participation et les titres d’emprunt, acquis dans le cours
normal des activités d’une institution financière. Des dispositions
1606
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
resulting from the change to a mark-to-market approach to be
spread over five years. These measures were to apply for taxation
years ending after February 22, 1994. The amendments to the
Income Tax Act (the “Act”) necessary to implement these budget
proposals were enacted in 1995 (the “1995 Amendments”).
The Regulations contain a number of main aspects generally
identified under the following headings:
transitoires ont également été prévues de sorte que toute hausse
nette du revenu découlant de la mise en place de la méthode
d’évaluation au marché puisse être étalée sur cinq ans. Ces mesures devaient s’appliquer aux années d’imposition se terminant
après le 22 février 1994. Les modifications apportées à la Loi de
l’impôt sur le revenu (la loi) en vue de la mise en œuvre de ces
propositions budgétaires ont été édictées en 1995 (les modifications de 1995).
Les modifications apportées au Règlement de l’impôt sur le revenu (le Règlement) ont pour but de donner pleinement effet aux
modifications de 1995. Elles ont été rendues publiques sous
forme d’avant-projet pour fins de consultation en juin 1995 et ont
fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 avril 2009. Puisque les modifications réglementaires sont le complément des modifications de 1995,
l’Agence du revenu du Canada les applique d’après le projet de
règlement rendu public en juin 1995.
Les dispositions qui font l’objet du présent résumé contiennent
certains changements par rapport au projet de juin 1995, lesquels
sont exposés ci-après.
Les dispositions portent sur des aspects précis qui peuvent être
regroupés sous les rubriques suivantes :
Transitional Rules
Dispositions transitoires
The 1995 Amendments provided transitional relief for financial
institutions in respect of property that, once the rules came into
effect (for taxation years ending after October 30, 1994), was
determined to be “mark-to-market property” (generally, shares or
certain debt obligations that the financial institution marks-tomarket in its financial statements). This relief was intended, generally, to allow financial institutions to bring in the income and
capital gains realized on the initial deemed disposition of such
property (as a result of it being marked-to-market) over a fiveyear period. Additions to Part LXXXI of the ITR provide the
rules that determine prescribed amounts for this purpose. Although the transition years are now past, these additions are necessary to validate the filings of taxpayers in respect of those
years.
Les modifications de 1995 accordent un allégement transitoire
à l’égard des biens d’institutions financières devenus, après l’entrée en vigueur des règles (lesquelles s’appliquent aux années
d’imposition se terminant après le 30 octobre 1994), des « biens
évalués à la valeur du marché », à savoir, en termes généraux, les
actions et certains titres de créance que l’institution financière évalue à la valeur du marché dans ses états financiers. Cet
allégement avait pour objet, de façon générale, de permettre aux
institutions financières d’étaler sur une période de cinq ans la
constatation du revenu et des gains en capital provenant de la
disposition réputée initiale de ces biens (en raison de leur évaluation à la valeur du marché). Les dispositions qui sont ajoutées à la
partie LXXXI du Règlement contiennent les règles sur le calcul
des montants à déterminer à cette fin. Bien que les années transitoires soient maintenant écoulées, il est nécessaire d’ajouter ces
dispositions afin de valider les sommes déclarées par les contribuables relativement à ces années.
Debt obligations held by financial institutions
Titres de créance détenus par les institutions financières
The 1995 Amendments set out that each year a financial institution must include or deduct an amount in computing income in
respect of certain debt obligations (“specified debt obligations”)
held by the financial institution. A “specified debt obligation” is,
generally, a taxpayer’s interest in a loan, bond, debenture, mortgage, note, agreement of sale or any other similar indebtedness, or
in any debt obligation purchased by the taxpayer. Part XCI of the
ITR sets out the rules that determine the amounts that will be
either included or deducted in computing income.
Selon les modifications de 1995, une institution financière est
tenue annuellement d’inclure ou de déduire une somme dans le
calcul de son revenu au titre de certains titres de créance, appelés
« titres de créance déterminés », qu’elle détient. En termes généraux, un titre de créance déterminé est un titre constatant le droit
d’un contribuable sur un prêt, une obligation, une créance hypothécaire, un billet, une convention de vente ou une autre dette
semblable, ou sur tout titre de créance qu’il a acheté. La partie XCI du Règlement prévoit les règles qui permettent de déterminer les sommes qui sont à inclure ou à déduire dans le calcul du
revenu.
Ces règles sont conçues de façon à tenir compte à la fois des intérêts et de la différence entre le prix d’acquisition du titre et sa
valeur nominale, c’est-à-dire le rendement économique total pour
le contribuable. La somme à inclure dans le revenu annuellement
correspond habituellement à la somme déterminée selon les principes comptables généralement reconnus. D’autres sommes peuvent être incluses ou déduites dans le calcul du revenu au titre
d’obligations libellées en monnaie étrangère et d’obligations comportant des paiements assujettis à certaines éventualités.
These amendments to the Income Tax Regulations (the “ITR”)
are intended to give full effect to the 1995 Amendments. They
were previously released in draft form for public consultation in
June of 1995, and pre-published in the Canada Gazette, Part I, on
April 11, 2009. Because these amendments are complementary to
the 1995 Amendments, the Canada Revenue Agency has been
administering those amendments taking into account the draft
Regulations released in June 1995.
This current package contains some amendments to the
June 1995 Regulations, which are outlined below.
These rules are designed to take into account both interest and
the difference between the acquisition price and the face amount
of the obligation — that is, the total economic return to the taxpayer. The amount to be included in income each year will usually correspond to the amount determined under generally
accepted accounting principles. Additional amounts may be included or deducted in computing income in respect of foreign
currency denominated obligations and obligations with payments
that are subject to contingencies.
1607
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
Disposition of debt obligations held by financial institutions
Disposition de titres de créance détenus par les institutions
financières
The 1995 Amendments set out a number of special rules that
apply when a financial institution disposes of a specified debt
obligation. Part XCII of the ITR provides supporting rules for
these provisions. These supporting rules have three main aspects.
Les modifications de 1995 prévoient certaines règles spéciales
qui s’appliquent dans le cas où une institution financière dispose
d’un titre de créance déterminé. La partie XCII du Règlement
prévoit des règles à l’appui de ces dispositions. Elles comportent
trois éléments principaux.
Le premier consiste à prévoir des règles en vue du calcul d’une
somme transitoire relativement aux titres qu’une institution financière détenait avant que les modifications de 1995 commencent à
s’appliquer.
Le deuxième élément consiste à prévoir des règles à l’appui des
modifications de 1995 prévoyant l’inclusion annuelle dans le
calcul du revenu d’une fraction de la « partie résiduelle » de tout
gain ou de toute perte découlant de la disposition d’un titre de
créance déterminé (c’est-à-dire la partie du gain ou de la perte qui
est sans rapport avec la capacité financière du débiteur), à compter de l’année de la disposition. La partie XCII permet que la partie résiduelle d’un gain soit amortie sur la durée à l’échéance du
titre.
Enfin, les modifications de 1995 prévoient que certains titres
de créance déterminés, y compris certains titres visés par règlement, ne sont pas assujettis à cette exigence d’amortissement. Le
gain ou la perte provenant de leur disposition doit plutôt être inclus en totalité dans le calcul du revenu de l’institution financière
pour l’année. Le fait d’exclure ces titres de l’exigence d’étalement des gains et des pertes facilite l’observation des modifications de 1995. Selon la partie XCII, sont compris parmi les titres
visés par règlement le titre qui a une durée à l’échéance de moins
de deux ans à compter de la fin de l’année d’imposition de sa
disposition, le titre dont la disposition entraîne l’extinction du
titre et le titre à l’égard duquel il est constaté que le gain net ou la
perte nette du contribuable découlant de la disposition du titre et
d’autres titres dont il est disposé dans le cadre de la même opération n’excède pas 5 000 $ (ou toute somme inférieure choisie par
le contribuable).
The first is to provide rules that calculate a transition amount in
respect of obligations held by a financial institution before the
1995 Amendments began to apply.
The second main aspect concerns rules supporting the 1995
Amendments’ requirement to include, in computing income each
year, part of a “residual portion” of any gain or loss from a disposition of a specified debt obligation (i.e. the portion of the gain
or loss that is not related to the credit-worthiness of the debtor),
starting in the year of disposition. Part XCII provides for the residual portion of a gain to be amortized over the remaining term
to maturity of the obligation.
Finally, the 1995 Amendments provide that certain specified
debt obligations, including certain prescribed obligations, are not
subject to this amortization requirement, instead requiring that the
entire gain or loss from the disposition be included in computing
the financial institution’s income for the year. Excluding such
obligations from the requirement to spread gains and losses facilitates compliance with the 1995 Amendments. Part XCII includes
as “prescribed obligations” any obligation that has less than two
years to maturity from the end of the taxation year in which it is
disposed of, any obligation whose disposition results in its extinguishment and any obligation if the taxpayer’s net gain or loss
from the disposition of the obligation and from other obligations
disposed of in the same transaction does not exceed $5,000 (or
such lower amount as the taxpayer elects).
Other Amendments
Autres modifications
Because insurance corporations are included as “financial institutions” under the 1995 Amendments, they are subject to the requirements imposed by these rules. As a result, Part XXIV of the
ITR affecting life insurance corporations is amended to take into
account their transition into and ongoing subjection to, the markto-market regime.
Étant donné que les compagnies d’assurance comptent parmi
les « institutions financières » selon les modifications de 1995,
elles sont assujetties aux exigences prévues par ces règles. Par
conséquent, la partie XXIV du Règlement est modifiée afin de
tenir compte du passage des sociétés d’assurance-vie au régime
d’évaluation à la valeur du marché et de leur assujettissement
continu à ce régime.
In addition, because the 1995 Amendments amended subsection 39(5) of the Act to replace several of its paragraphs by a
reference to “financial institutions” (as defined in subsection 142.2(1) of the Act), subparagraph 304(1)(c)(ii) of the ITR is
consequentially amended to refer to corporations referred to in
any of paragraphs (a) to (c) of the definition of “specified financial institution” in subsection 248(1) of the Act, which are the
same corporations as were referred to in paragraphs 39(5)(b) to
(d) of the Act.
En outre, étant donné que le paragraphe 39(5) de la loi a été
modifié, dans le cadre des modifications de 1995, de façon à remplacer plusieurs de ses alinéas par un alinéa renvoyant aux institutions financières au sens du paragraphe 142.2(1) de la loi, le sousalinéa 304(1)c)(ii) du Règlement est modifié en conséquence afin
qu’il y soit question des sociétés visées à l’un des alinéas a) à c)
de la définition de « institution financière déterminée » au paragraphe 248(1) de la loi, lesquelles sont les mêmes sociétés que
celles qui étaient visées aux alinéas 39(5)b) à d) de la loi.
Finally, Part LXII is amended to provide that a security is prescribed (and thus not a “lending asset”) if it is a mark-to-market
property or is included in a taxpayer’s inventory. As a consequence, a specified debt obligation held by a bank in its trading
Enfin, la partie LXII est modifiée de façon à prévoir qu’un titre
est exclu (et n’est donc pas un « titre de crédit ») s’il s’agit d’un
bien évalué à la valeur du marché ou d’un bien qui figure à
l’inventaire d’un contribuable. Par conséquent, le titre de créance
1608
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
account will be treated as a lending asset if it is not a mark-tomarket property. This observation applies, in particular, to the
debt obligations of a country that has been designated by the
Office of the Superintendent of Financial Institutions and to the
United Mexican States Collateralized Par or Discount Bonds Due
2019.
Changes to the 1995 Draft Regulations
The following changes have been made to the draft amendments that were released in June of 1995:
• The application provision for amendments to section 2405 of
the ITR has been amended to reflect that section 2405 does
not apply to the 1999 and subsequent taxation years.
• The amendment in Part XXIV of the ITR to subsection 2411(1), dealing with amounts required to be included in
income by multinational insurers, and the amendment adding
element G.1 in the formula in subsection 2411(3), which sets
out the minimum amount that an insurer must report as its net
investment revenue in a taxation year, are not in this package
as they were enacted in 2000.
• The amendment in Part XXIV of the ITR to the description of
element A.1 of the formula in subsection 2411(3) was enacted
in 2000, but remains in the package to clarify that the dispositions of Canadian investment property referred to in the description (other than dispositions of Canadian equity property)
may be in the year or any preceding taxation year.
• The amendment in Part XXIV of the ITR to element A in
subsection 2411(4), which sets out an insurer’s net investment
revenue from different classes of property, is not in this package as it was enacted in 2000 and element B in subsection 2411(4) is also amended for the 1999 and subsequent
taxation years as a consequence of the changes made in 2000
to Part XXIV of the ITR.
• The addition in Part XXIV of the ITR of subsection 2411(4.1), which contains rules that apply with respect to
the disposition of certain specified debt obligations by an insurer, is not in this package as it was enacted in 2000.
• The amendment in Part LI of the ITR to paragraph (c) of the
definition “eligible corporation” in subsection 5100(1) is not
in this package as it was enacted in 1999.
• The amendments in Part LXII of the ITR to subsections 6201(5) and (5.1) are not in this package as they were
enacted in 2007.
• The amendments in Part XC of the ITR are not in this package
as they have been enacted by section 118 of the Budget Implementation Act, 2009, S.C. 2009, c. 10.
• Subsection 9102(4) in Part XCI of the ITR, which provides
that no accrual adjustment is necessary in the first year a taxpayer owns a property as a specified debt obligation, has been
amended in order to clarify its operation.
• As previously announced in 1997, subsection 9103(2) in
Part XCI of the ITR is repealed. The repeal of subsection 9103(2) applies to taxation years that end after September 1997, and also to taxation years that end after 1995 and
before October 1997 where the taxpayer has elected to have
the amendments made to paragraph 20(1)(l) (which permits a
taxpayer who is an insurer or whose ordinary business includes the lending of money to claim a reserve in respect of
doubtful loans and lending assets) of the Act in 1998 apply to
those years.
déterminé détenu par une banque dans son compte de négociation
sera considéré comme un titre de crédit s’il n’est pas un bien évalué à la valeur du marché. Cette observation s’applique en particulier aux titres de créance d’un pays désigné par le Bureau du
surintendant des institutions financières ainsi qu’aux titres appelés
United Mexican States Collateralized Par Bonds ou Discount
Bonds échéant en 2019.
Modifications apportées au projet de règlement de 1995
L’avant-projet de règlement qui a été publié en juin 1995 a fait
l’objet des changements suivants :
• La disposition d’application des modifications apportées à
l’article 2405 du Règlement a été modifiée de façon à tenir
compte du fait que cet article ne s’applique pas aux années
d’imposition 1999 et suivantes.
• La modification apportée au paragraphe 2411(1) du Règlement, qui porte sur les sommes à inclure dans le revenu des
assureurs multinationaux, et la modification qui consiste à
ajouter l’élément G.1 à la formule figurant au paragraphe 2411(3), qui prévoit le montant minimal qu’un assureur
est tenu de déclarer à titre de revenu de placement net au
cours d’une année d’imposition, ont été retirées du règlement
modificatif puisqu’elles ont été édictées en 2000.
• La modification apportée à l’élément A.1 de la formule figurant au paragraphe 2411(3) du Règlement a été édictée en
2000, mais demeure dans le règlement modificatif. En effet, la
version anglaise de ce paragraphe est modifiée afin de préciser qu’un assureur peut disposer de biens de placement canadiens (à l’exception d’avoirs canadiens) au cours de l’année
en cause ou d’une année d’imposition antérieure.
• La modification apportée à l’élément A de la formule figurant
au paragraphe 2411(4) du Règlement, qui porte sur le revenu
de placement net d’un assureur provenant de différentes catégories de biens, ne figure plus dans le règlement modificatif
puisqu’elle a été édictée en 2000. Par ailleurs, l’élément B de
cette formule est modifié pour les années d’imposition 1999 et
suivantes par suite des changements apportés à la partie XXIV
du Règlement en 2000.
• La modification qui consiste à ajouter le paragraphe 2411(4.1)
au Règlement, lequel prévoit des règles qui s’appliquent relativement à la disposition par un assureur de certains titres de
créance déterminés, ne figure plus dans le règlement modificatif puisqu’elle a été édictée en 2000.
• La modification apportée à l’alinéa c) de la définition de
« société admissible » au paragraphe 5100(1) du Règlement a
été retirée du règlement modificatif puisqu’elle a été édictée
en 1999.
• Les modifications apportées aux paragraphes 6201(5) et (5.1)
du Règlement ont été retirées du règlement modificatif puisqu’elles ont été édictées en 2007.
• Les modifications touchant la partie XC du Règlement ont été
retirées du règlement modificatif puisqu’elles ont été édictées
par l’article 118 de la Loi d’exécution du budget de 2009,
L.C. 2009, ch. 10.
• Le paragraphe 9102(4) du Règlement, selon lequel le montant
de régularisation d’un contribuable est nul au cours de la première année où il est propriétaire d’un titre de créance déterminé, a été modifié afin d’en préciser l’application.
• Comme il a été annoncé en 1997, le paragraphe 9103(2) du
Règlement est abrogé pour les années d’imposition se terminant après septembre 1997 ainsi que pour les années d’imposition se terminant après 1995 et avant octobre 1997 si le
1609
2009-08-19
•
•
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-222
Subsection 9103(3) in Part XCI of the ITR, which provides
that amendments to the terms of a specified debt obligation
are to be taken into account in determining accrued returns
and adjustments, has been amended in order to clarify its
operation. The amended version is effective for taxation years
beginning on or after April 11, 2009.
The June 1995 draft amendments contained a number of definitions that specifically adopted the meaning of defined terms
in the Act. A number of these definitions are not included in
the current package because their meanings in the Act apply
automatically in the relevant regulations by virtue of the
Interpretation Act.
Certain headings have been removed and marginal notes have
been added to reflect current drafting practices and make the
amendments easier to read.
A number of style changes have been made to reflect current
practice; however, these changes do not change the meaning
of the provisions.
The 1994 Budget proposals (including the effects of the 1995
Amendments to the Act and these amendments to the ITR) were
projected to raise $60 million in each of the first three years of
application of the measures. As these Regulations are complementary to the changes made to the Act in 1995, the Canada
Revenue Agency has been administering the provisions taking
into account the draft Regulations as first released. As such, the
revenue implications from the actual promulgation of these Regulations should be minimal.
contribuable a fait un choix afin que les modifications apportées à l’alinéa 20(1)l) de la loi (qui permet au contribuable qui
est un assureur ou dont l’entreprise habituelle comprend le
prêt d’argent de déduire une provision pour prêts et titres de
crédit douteux) en 1998 s’appliquent à ces années.
• Le paragraphe 9103(3) du Règlement, selon lequel les modifications apportées aux modalités d’un titre de créance déterminé doivent être prises en compte dans le calcul des rendements
courus et des rajustements, a été modifié afin d’en préciser
l’application. La version modifiée de ce paragraphe s’applique
aux années d’imposition commençant après le 10 avril 2009.
• Le projet de modification rendu public en juin 1995 définissait certains termes au sens de la loi. Certains de ces termes ne
sont plus définis dans le Règlement puisque la Loi d’interprétation fait en sorte que leur sens selon la loi s’applique automatiquement aux dispositions réglementaires pertinentes.
• Certains intertitres ont été supprimés et des notes marginales
ont été ajoutées pour faciliter la lecture et tenir compte des
principes de rédaction en cours.
• Certains changements stylistiques — sans effet sur le fond —
ont été faits pour tenir compte des pratiques courantes.
D’après les projections, les propositions budgétaires de 1994 (y
compris les retombées des modifications de 1995 et les modifications réglementaires dont il est question ici) devaient permettre de
lever 60 millions de dollars au cours de chacune des trois premières années d’application des mesures. Puisque les dispositions
réglementaires sont le complément des modifications apportées à
la loi en 1995, l’Agence du revenu du Canada les administre telles qu’elles ont été rendues publiques initialement. Par conséquent, l’incidence de la promulgation des dispositions réglementaires sur les revenus de l’État devrait être négligeable.
Consultation
Consultation
The Canada Revenue Agency was consulted in the drafting of
these regulations. In addition, these Regulations were released in
draft form to the public in 1995 and any comments received were
duly considered. These Regulations were pre-published in the
Canada Gazette, Part I, on April 11, 2009. No comments were
received as a result of that prepublication.
L’Agence du revenu du Canada a été consultée lors de la rédaction du règlement modificatif. De plus, les dispositions réglementaires ont été rendues publiques sous forme d’avant-projet en
1995 et tous les commentaires reçus ont été pris en considération.
Le règlement modificatif a fait l’objet d’une publication préalable
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 avril 2009. Aucun
commentaire n’a été reçu à la suite de cette publication.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Act provides the necessary implementation and enforcement mechanisms. These mechanisms allow the Minister of National Revenue to issue forms on which taxpayers must calculate
their income tax, assess and reassess tax payable, conduct audits
and seize relevant records and documents.
Les mécanismes de mise en œuvre et d’exécution nécessaires
sont prévus par la loi. Ils permettent au ministre du Revenu national d’établir des formulaires pour le calcul de l’impôt sur le revenu des contribuables, d’établir des cotisations et des nouvelles
cotisations d’impôt à payer, de faire des vérifications et de saisir
les documents utiles.
Contact
Personne-ressource
Alex Johnstone
Tax Legislation Division
Department of Finance
L’Esplanade Laurier Building, East Tower
140 O’Connor Street
Ottawa Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-996-5155
Alex Johnstone
Division de la législation de l’impôt
Ministère des Finances
L’Esplanade Laurier, Tour Est
140, rue O’Connor
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-996-5155
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
1610
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-223
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-223
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-223
Le 30 juillet 2009
COMPANIES’ CREDITORS ARRANGEMENT ACT
LOI SUR LES ARRANGEMENTS AVEC LES CRÉANCIERS
DES COMPAGNIES
Regulations Amending the Eligible Financial
Contract General Rules (Companies’ Creditors
Arrangement Act) (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant les Règles générales
relatives aux contrats financiers admissibles
(Loi sur les arrangements avec les créanciers des
compagnies)
P.C. 2009-1213
C.P. 2009-1213
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Industry, pursuant to section 62a
of the Companies’ Creditors Arrangement Actb, hereby makes the
annexed Regulations Amending the Eligible Financial Contract
General Rules (Companies’ Creditors Arrangement Act) (Miscellaneous Program).
Sur recommandation du ministre de l’Industrie et en vertu de
l’article 62a de la Loi sur les arrangements avec les créanciers
des compagniesb, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil prend le Règlement correctif visant les Règles générales
relatives aux contrats financiers admissibles (Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE ELIGIBLE
FINANCIAL CONTRACT GENERAL RULES
(COMPANIES’ CREDITORS ARRANGEMENT ACT)
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LES RÈGLES
GÉNÉRALES RELATIVES AUX CONTRATS
FINANCIERS ADMISSIBLES (LOI SUR LES
ARRANGEMENTS AVEC LES CRÉANCIERS
DES COMPAGNIES)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The title of the Eligible Financial Contract General Rules
(Companies’ Creditors Arrangement Act)1 is replaced by the
following:
1. Le titre des Règles générales relatives aux contrats financiers admissibles (Loi sur les arrangements avec les créanciers
des compagnies)1 est remplacé par ce qui suit :
ELIGIBLE FINANCIAL CONTRACT REGULATIONS
(COMPANIES’ CREDITORS ARRANGEMENT ACT)
RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS FINANCIERS
ADMISSIBLES (LOI SUR LES ARRANGEMENTS
AVEC LES CRÉANCIERS DES COMPAGNIES)
2. The portion of section 1 of the Rules before the definition
“derivative agreement” is replaced by the following:
1. The following definitions apply in these Regulations.
2. Le passage de l’article 1 des mêmes règles précédant la
définition de « contrat dérivé » est remplacé par ce qui suit :
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
3. Le passage de l’article 2 des mêmes règles précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
2. Les contrats financiers ci-après sont des catégories réglementaires pour l’application de la définition de « contrat financier
admissible » au paragraphe 2(1) de la Loi sur les arrangements
avec les créanciers des compagnies :
4. L’article 3 des mêmes règles est abrogé.
3. The portion of section 2 of the Rules before paragraph (a) is replaced by the following:
2. The following kinds of financial agreements are prescribed
for the purpose of the definition “eligible financial contract” in
subsection 2(1) of the Companies’ Creditors Arrangement Act:
4. Section 3 of the Rules is repealed.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on the day on which
section 131 of An Act to establish the Wage Earner Protection
Program Act, to amend the Bankruptcy and Insolvency Act and
the Companies’ Creditors Arrangement Act and to make consequential amendments to other Acts, chapter 47 of the Statutes of Canada, 2005, comes into force, but if they are registered after that day, they come into force on the day on which
they are registered.
5. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée
en vigueur de l’article 131 de la Loi édictant la Loi sur le Programme de protection des salariés et modifiant la Loi sur la
faillite et l’insolvabilité, la Loi sur les arrangements avec les
créanciers des compagnies et d’autres lois en conséquence,
chapitre 47 des Lois du Canada (2005), ou, si elle est postérieure, à la date de son enregistrement.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 47, s. 131; S.C. 2007, c. 36, s. 82
R.S., c. C-36
SOR/2007-257
b
1
L.C. 2005, ch. 47, art. 131; L.C. 2007, ch. 36, art. 82
L.R., 1985, ch. C-36
DORS/2007-257
1611
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-223
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The purpose of this initiative is to amend the Eligible Financial
Contract General Rules (Companies’ Creditors Arrangement Act)
to effect minor miscellaneous technical corrections. The Eligible
Financial Contract General Rules (Companies’ Creditors Arrangement Act) were registered on November 15, 2007
(SOR/2007-257), published in the Canada Gazette, Part II, on
November 28, 2007, Vol. 141, No. 24 and came into force on
November 17, 2007. They prescribe the kinds of financial agreements for the purpose of the definition “eligible financial contract” (EFC) in section 2 of the Companies’ Creditors Arrangement Act (CCAA). The definition of EFC, commonly referred to
as “derivatives,” serves as the basis for determining which contracts are eligible for special treatment in insolvency, in particular
the termination of an EFC and the netting of financial obligations
between the insolvent party and the counterparties under such
contracts. These rights are not generally available to counterparties to contracts that do not fall within the definition of an EFC.
Because of these particular rights, determining which contracts
qualify under the definition is vitally important to the parties and
financial markets. This provides legal certainty to financial markets, financial institutions and other market participants and ensures that Canadian financial markets remain competitive vis-àvis other jurisdictions.
La présente initiative vise à modifier les Règles générales relatives aux contrats financiers admissibles (Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies) pour apporter diverses
corrections techniques mineures. Les Règles générales relatives
aux contrats financiers admissibles (Loi sur les arrangements
avec les créanciers des compagnies) ont été enregistrées le
15 novembre 2007 (DORS/2007-257), publiées dans la Gazette
du Canada, Partie II, le 28 novembre 2007, vol. 141, no 24 et sont
entrées en vigueur le 17 novembre 2007. Elles déterminent par
règlement quels contrats financiers s’appliquent à la définition
« contrat financier admissible » (CFA) dans l’article 2 de la Loi
sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (la
LACC). La définition de CFA, généralement appelés « produits
dérivés », servira de fondement pour déterminer quels contrats
peuvent bénéficier d’un traitement particulier en situation d’insolvabilité, en particulier pour mettre fin à un CFA et compenser
les obligations financières entre la partie insolvable et les contreparties en vertu de tels contrats. De façon générale, les contreparties à des contrats qui ne sont pas visés par la définition de CFA
ne bénéficient pas de ces droits. L’existence de ces droits particuliers fait qu’il est essentiel, pour les parties comme pour les marchés financiers, de déterminer quels contrats sont admissibles
dans la définition d’un CFA. Ceci conférerait une certitude juridique aux marchés financiers, aux institutions financières et aux
autres participants au marché et préserverait la compétitivité internationale des marchés financiers canadiens.
Description and rationale
Description et justification
These amendments are to make minor technical corrections to
the Eligible Financial Contract General Rules (Companies’
Creditors Arrangement Act) (the Rules). The corrections will
allow the Rules to be consistent with the enabling legislation, as
amended. Consequently, there is no alternative but to bring into
effect the amendments to the Rules.
The most significant amendment to the Eligible Financial Contract General Rules (Companies’ Creditors Arrangement Act) is
the substitution of the term “Rules” by “Regulations” to ensure
consistency with section 62 of the CCAA which authorizes the
making of “regulations” rather than “rules.”
A second amendment to the Eligible Financial Contract General Rules (Companies’ Creditors Arrangement Act) corrects a
cross reference in section 2 pertaining to the definition of an EFC
in the Act. The reference in section 2 of the Rules to section 2 of
the CCAA is imprecise. The cross reference should now be
updated to refer to subsection 2(1) of the Act, as amended. Therefore, the reference in section 2 should read “...for the purpose of
the definition “eligible financial contract” in subsection 2(1) of
the Companies’ Creditors Arrangement Act...” For greater clarity,
the reference is being amended by replacing it with the appropriate subsection.
The coming into force date in section 3 of the Rules refers to
the coming into force of the “Rules” on the day on which subsection 104(2) of the Budget Implementation Act, 2007, chapter 29 of
the Statutes of Canada, 2007, comes into force. The Rules will be
amended to refer to the coming into force of the “Regulations”
Ces modifications visent à apporter des corrections mineures
de nature technique aux Règles afin d’assurer leur conformité
avec la loi habilitante, tel que modifiée. Par conséquent, il n’y a
pas d’autre solution que de donner effet aux modifications apportées aux Règles.
1612
La modification la plus importante apportée est la substitution
du terme « règles » par « règlement » pour assurer la conformité
avec l’article 62 de la Loi qui autorise l’élaboration de « règlement » plutôt que de « règles ».
Une deuxième modification apportée aux Règles corrige un
renvoi à l’article 2 concernant la définition d’un CFA à l’article 2
de la Loi. Ce renvoi à l’article 2 de la Loi est imprécis. Il serait
plus précis de renvoyer au paragraphe 2(1) de la Loi, tel que modifiée. Ainsi, le renvoi à l’article 2 devrait se lire comme suit :
« ... pour l’application de la définition de « contrat financier admissible » au paragraphe 2(1) de la Loi sur les arrangements avec
les créanciers des compagnies... ». Par souci de précision, le renvoi est modifié en le remplaçant par le renvoi au paragraphe
approprié.
La date d’entrée en vigueur à l’article 3 des Règles renvoie à
l’entrée en vigueur des « Règles » le jour de l’entrée en vigueur
du paragraphe 104(2) de la Loi d’exécution du budget de 2007,
chapitre 29 des Lois du Canada, 2007. Le libellé sera donc modifié pour faire référence au « Règlement » plutôt qu’aux « Règles ».
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-223
instead of the “Rules.” Also, to avoid confusion, the coming into
force date will be modified in accordance with the enabling legislation to state: “These Regulations come into force on the day on
which section 131 of An Act to establish the Wage Earner Protection Program Act, to amend the Bankruptcy and Insolvency Act
and the Companies’ Creditors Arrangement Act and to make
consequential amendments to other Acts, chapter 47 of the Statutes of Canada, 2005, comes into force.”
The amendments do not add any new Government burden.
These minor corrections are of an uncontroversial nature. The
changes are considered to have a low impact on stakeholders.
De plus, pour éviter la confusion, la date d’entrée en vigueur sera
modifiée conformément à la loi habilitante : « Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée en vigueur de l’article 131 de la Loi édictant la Loi sur le Programme de protection
des salariés et modifiant la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, la
Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies et
d’autres lois en conséquence, chapitre 47 des Lois du Canada
(2005). ».
Les modifications n’imposent pas un nouveau fardeau au gouvernement. Ces corrections mineures ne sont pas controversées.
Elles auront une faible incidence sur les intervenants.
Consultation
Consultation
These amendments are of a technical nature and do not change
the intent of the Eligible Financial Contract General Rules
(Companies’ Creditors Arrangement Act). As a result, no further
consultation was deemed required. Once the amendments come
into force, a letter from the Superintendent of Bankruptcy explaining the changes and a copy of the amended Regulations will
be distributed to trustees in bankruptcy and registrars.
Ces modifications sont de nature technique et ne changent pas
l’intention des Règles. Ainsi, aucune autre consultation n’est jugée nécessaire. Après l’entrée en vigueur des modifications, une
lettre du surintendant des faillites expliquant les modifications et
une copie du règlement modifié seront distribués aux syndics de
faillite et aux registraires.
Contact
Personne-ressource
Josée Pilotte, LL.L
Senior Advisor
Regulatory Affairs and Parliamentary Review
Office of the Superintendent of Bankruptcy
Industry Canada
Heritage Place
155 Queen Street, 4th floor
Ottawa, Ontario
K1A 0H5
Telephone: 613-948-5007
Fax: 613-948-4080
Email: pilotte.josee@ic.gc.ca
Josée Pilotte, LL.L
Conseillère principale
Affaires réglementaires et examen parlementaire
Bureau du surintendant des faillites
Industrie Canada
Place Héritage
155, rue Queen, 4e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0H5
Téléphone : 613-948-5007
Télécopieur : 613-948-4080
Courriel : pilotte.josee@ic.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1613
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-224
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-224
Enregistrement
DORS/2009-224
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
PILOTAGE ACT
LOI SUR LE PILOTAGE
Regulations Amending the Pacific Pilotage Tariff
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de
l’Administration de pilotage du Pacifique
RESOLUTION
RÉSOLUTION
Whereas the Pacific Pilotage Authority, pursuant to subsection 34(1)a of the Pilotage Actb, published a copy of the proposed
Regulations Amending the Pacific Pilotage Tariff Regulations,
substantially in the annexed form, in the Canada Gazette, Part I,
on April 11, 2009;
Attendu que, conformément au paragraphe 34(1)a de la Loi sur
le pilotageb, l’Administration de pilotage du Pacifique a publié
dans la Gazette du Canada Partie I, le 11 avril 2009, le projet de
règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs
de l’Administration de pilotage du Pacifique, conforme en substance au texte ci-après,
À ces causes, en vertu du paragraphe 33(1) de la Loi sur le
pilotageb, l’Administration de pilotage du Pacifique prend le Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de l’Administration
de pilotage du Pacifique, ci-après.
Vancouver, le 15 mai 2009
Le premier dirigeant de l’Administration de
pilotage du Pacifique,
KEVIN OBERMEYER
Therefore, the Pacific Pilotage Authority, pursuant to subsection 33(1) of the Pilotage Actb, hereby makes the annexed Regulations Amending the Pacific Pilotage Tariff Regulations.
Vancouver, May 15, 2009
KEVIN OBERMEYER
Chief Executive Officer
Pacific Pilotage Authority
P.C. 2009-1214
July 30, 2009
C.P. 2009-1214
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to subsection 33(1) of the Pilotage Actb,
hereby approves the annexed Regulations Amending the Pacific
Pilotage Tariff Regulations, made by the Pacific Pilotage
Authority.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 33(1) de la
Loi sur le pilotageb, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil approuve le Règlement modifiant le Règlement sur les
tarifs de l’Administration de pilotage du Pacifique, ci-après, pris
par l’Administration de pilotage du Pacifique.
REGULATIONS AMENDING THE PACIFIC
PILOTAGE TARIFF REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES TARIFS DE L’ADMINISTRATION
DE PILOTAGE DU PACIFIQUE
AMENDMENT
1. Subsection 6(2) of the Pacific Pilotage Tariff Regulations
is replaced by the following:
MODIFICATION
1
(2) For an assignment to a ship that is 226 m or more in overall
length, the pilotage charge payable is the sum of
(a) $3.0029 multiplied by the pilotage unit, and
(b) $0.00878 multiplied by the gross tonnage of the ship.
1. Le paragraphe 6(2) du Règlement sur les tarifs de l’Administration de pilotage du Pacifique1 est remplacé par ce qui
suit :
(2) Pour toute affectation à un navire d’une longueur hors tout
de 226 m ou plus, le droit de pilotage à payer correspond à la
somme des éléments suivants :
a) 3,0029 $ multipliés par l’unité de pilotage;
b) 0,00878 $ multiplié par la jauge brute du navire.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
1
S.C. 1998, c. 10, s. 150
R.S., c. P-14
SOR/85-583
1614
b
1
L.C. 1998, ch. 10, art. 150
L.R., ch. P-14
DORS/85-583
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-224
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Pacific Pilotage Authority (the Authority) adjusts its general tariffs of pilotage charges relating to vessels 226 m in overall
length and greater. This amendment will adjust the unit calculation for these vessels by including an amount based on gross tonnage in the calculation of the tariff. The current Seymour Narrows
unit charge will be deleted from the tariff. This adjustment is
revenue neutral to the Authority because the new tariff will collect the same level of revenues from the Authority’s clients as the
Seymour Narrows unit charge. It is thus cost neutral to the shipping industry. Industry has requested this tariff adjustment as it
believes it is a fairer tariff model than the geographically based
Seymour Narrows unit charge.
L’Administration de pilotage du Pacifique (l’Administration)
modifie, dans son tarif général, les tarifs des droits de pilotage
applicables aux navires d’une longueur hors tout de 226 m ou
plus. Cette modification permettra de rajuster le calcul des droits
de pilotage applicables à ces navires en tenant compte du droit lié
à la jauge brute. Le droit de pilotage applicable dans le passage
Seymour sera enlevé du tarif. Ce changement tarifaire n’aura
aucune incidence sur les revenus de l’Administration, car il rapportera des revenus d’un niveau identique à celui des revenus
tirés des droits de pilotage imposés aux clients circulant dans le
passage Seymour. Par conséquent, le changement ne modifiera en
rien les coûts de l’industrie du transport maritime. Celle-ci a demandé ce changement tarifaire, car l’industrie est d’avis que le
modèle de tarif sera plus équitable que l’imposition d’un droit de
pilotage fondé sur le lieu géographique du passage Seymour.
Description and rationale
Description et justification
The Authority is responsible for operating, maintaining and
administering, in the interests of safety, an efficient pilotage service within all Canadian waters in and around the province of
British Columbia. Section 33 of the Pilotage Act allows the
Authority to prescribe tariffs of pilotage charges that are fair and
reasonable and permit the Authority to operate on a selfsustaining financial basis.
To provide a safe and efficient pilotage service, the Authority
has kept its cost to the minimum. Further reductions in operating
costs are not deemed to be an alternative since it could reduce the
quality of service provided.
L’Administration a pour mission de faire fonctionner, d’entretenir et de gérer, pour la sécurité de la navigation, un service de
pilotage efficace dans toutes les eaux canadiennes sises dans la
province de la Colombie-Britannique et ses eaux limitrophes. En
vertu de l’article 33 de la Loi sur le pilotage, l’Administration
fixe des tarifs des droits de pilotage équitables et raisonnables
pour permettre le financement autonome de ses opérations.
Afin de fournir des services de pilotage sécuritaires et efficaces, l’Administration a maintenu ses dépenses au plus faible niveau possible. De nouvelles réductions des coûts d’exploitation
ne sont pas envisagées, car la qualité des services fournis pourrait
en souffrir.
Le maintien du tarif actuel a également été étudié, mais l’Administration a rejeté l’option du statu quo parce que l’industrie
demande le changement tarifaire.
Le changement touchera tous les navires d’une longueur hors
tout de 226 m ou plus. Selon les données de 2008 relatives au
trafic, la modification aura une incidence sur 29 % des affectations de pilotage de l’Administration. L’Administration a effectué
11 600 affectations en 2008. Le droit de pilotage actuel est déterminé en fonction de la longueur du navire, multipliée par sa largeur et par son tirant d’eau. Ce calcul donne lieu à un droit plus
élevé dans le cas des navires à fort tirant d’eau chargés (par
exemple les navires de charge) et à un droit moins élevé dans le
cas des grands navires à faible tirant d’eau (par exemple les navires de croisière) et l’industrie est d’avis que le tirant d’eau a une
trop grande importance dans ce calcul. Pour en modérer l’importance, l’Administration applique un droit de pilotage qui inclura
un montant déterminé en fonction de la jauge brute. Le droit imposé aux navires de croisière sera plus élevé après l’entrée en
vigueur de la modification au tarif de droit de pilotage, mais ce
sont les exploitants des navires de croisière qui profiteront le plus
de l’enlèvement du droit applicable dans le passage Seymour; par
conséquent, l’incidence du changement sera neutre sur l’industrie.
Conformément à la Directive du Cabinet sur l’évaluation
environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes et à l’Énoncé de politique de Transports Canada sur
The retention of the existing tariff structure was considered as a
possible option. The status quo was rejected since industry is
requesting this tariff amendment.
This amendment will affect all vessels that are 226 m in overall
length or larger. Based upon 2008 traffic patterns, this amendment will affect 29% of the pilotage assignments performed by
the Authority. The Authority performed 11 600 assignments during 2008. The current tariff of pilotage charges is based on vessel
length, multiplied by breadth, multiplied by draught. This calculation results in higher charges for laden deep draught vessels
(e.g. cargo vessels) and lower charges for large shallow draught
vessels (e.g. cruise ships) and is seen by the shipping industry as
being too draught-dependent. The tariffs of pilotage charges will
include a gross tonnage charge that will moderate the draught
dependency aspect. While cruise ships will pay more under the
amended tariffs of pilotage charges, they will benefit the most
from the elimination of the geographic Seymour Narrows charge,
resulting in an overall neutral impact on industry.
In accordance with the Cabinet Directive on the Environmental Assessment of Policy, Plan and Program Proposals and the
Transport Canada Policy Statement on Strategic Environmental
1615
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-224
Assessment, a strategic environmental assessment (SEA) of these
amendments was conducted, in the form of a preliminary scan.
The SEA concluded that the amendments are not likely to have
important environmental effects.
l’évaluation environnementale stratégique, une évaluation environnementale stratégique (ÉES) a été consacrée à la modification,
sous la forme d’une exploration préliminaire. Selon les conclusions de l’ÉES, la modification n’aura aucune incidence importante sur l’environnement.
Consultation
Consultation
The Authority has committed to regular consultation with the
Chamber of Shipping (CS), which represents the shipping community on the west coast of British Columbia, along with other
shipping community members including the North West Cruiseship Association, agents, terminal operators and shipowners. This
consultation covers all aspects of the Authority’s operation, including financial, operational and regulatory matters.
L’Administration consulte périodiquement la Chamber of Shipping, qui représente le milieu du transport maritime de la côte
ouest de la Colombie-Britannique. Elle consulte également d’autres membres de la communauté maritime, notamment des membres de la North West Cruiseship Association, des agents, des
exploitants de terminal maritime et des armateurs. Ces consultations portent sur tous les aspects des activités de l’Administration,
y compris les aspects financiers, opérationnels et réglementaires.
La Chamber of Shipping a indiqué par lettre, datée du 2 mars
2009, qu’elle était en faveur du droit de pilotage rajusté. La North
West Cruiseship Association a exprimé elle aussi une réaction
favorable par lettre, datée du 3 mars 2009.
By way of a letter dated March 2, 2009, the CS indicated its
support of these adjusted tariffs of pilotage charges. By way of a
letter dated March 3, 2009, the North West Cruiseship Association also indicated its support of the adjusted tariffs of pilotage
charges.
The Authority published the proposed amendments to the
Regulations in the Canada Gazette, Part I on April 11, 2009, to
provide interested persons with the opportunity to make comments or to file a notice of objection. No notices of objection
were filed with the Canadian Transportation Agency.
Le 11 avril 2009, l’Administration a publié les modifications
proposées au Règlement dans la Partie I de la Gazette du Canada
afin de recueillir les observations des intéressés et leur permettre
de formuler un avis d’opposition. Aucun avis d’opposition motivé
n’a été déposé auprès de l’Office des transports du Canada.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Section 45 of the Pilotage Act provides that no customs officer
at any port in Canada shall grant a clearance to a ship if the officer is informed by the Authority that pilotage charges in respect
of the ship are outstanding and unpaid. Section 48 of the Act
stipulates that every person who fails to comply with the Act or
Regulations is guilty of an offence and liable on summary conviction to a fine not exceeding $5,000.
Selon l’article 45 de la Loi sur le pilotage, il est interdit à
l’agent des douanes qui est de service dans un port canadien de
donner congé à un navire s’il est informé par une Administration
que des droits de pilotage concernant le navire sont exigibles et
impayés. L’article 48 de la Loi prévoit que quiconque contrevient
à la Loi ou aux règlements connexes commet une infraction et est
exposé à une amende maximale de 5 000 $ sur déclaration de
culpabilité par procédure sommaire.
Contact
Personne-ressource
Mr. Kevin Obermeyer
President and Chief Executive Officer
Pacific Pilotage Authority
1130 West Pender Street, Suite 1000
Vancouver, British Columbia
V6E 4A4
Telephone: 604-666-6771
Fax: 604-666-1647
Email: oberkev@ppa.gc.ca
Monsieur Kevin Obermeyer
Président et premier dirigeant
Administration de pilotage du Pacifique
1130, rue West Pender, Bureau 1000
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6E 4A4
Téléphone : 604-666-6771
Télécopieur : 604-666-1647
Courriel : oberkev@ppa.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
1616
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-225
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
July 30, 2009
CANADIAN FORCES MEMBERS AND VETERANS REESTABLISHMENT AND COMPENSATION ACT
DEPARTMENT OF VETERANS AFFAIRS ACT
WAR VETERANS ALLOWANCE ACT
Enregistrement
DORS/2009-225
Le 30 juillet 2009
LOI SUR LES MESURES DE RÉINSERTION ET
D’INDEMNISATION DES MILITAIRES ET VÉTÉRANS DES
FORCES CANADIENNES
LOI SUR LE MINISTÈRE DES ANCIENS COMBATTANTS
LOI SUR LES ALLOCATIONS AUX ANCIENS
COMBATTANTS
Regulations Amending and Repealing Certain
Regulations Administered by the Minister of
Veterans Affairs (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant la modification et
l’abrogation de certains règlements (ministère des
Anciens Combattants)
P.C. 2009-1215
C.P. 2009-1215
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Veterans Affairs, hereby makes
the annexed Regulations Amending and Repealing Certain Regulations Administered by the Minister of Veterans Affairs (Miscellaneous Program), pursuant to
(a) subsection 23(4) and sections 41, 63 and 94 of the Canadian Forces Members and Veterans Re-establishment and
Compensation Acta;
(b) section 5b of the Department of Veterans Affairs Actc; and
(c) section 25d of the War Veterans Allowance Acte.
Sur recommandation du ministre des Anciens Combattants,
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement correctif visant la modification et l’abrogation de certains règlements (ministère des Anciens Combattants), ci-après,
en vertu :
a) du paragraphe 23(4) et des articles 41, 63 et 94 de la Loi sur
les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et
vétérans des Forces canadiennesa;
b) de l’article 5b de la Loi sur le ministère des Anciens
Combattantsc;
c) de l’article 25d de la Loi sur les allocations aux anciens
combattantse.
REGULATIONS AMENDING AND REPEALING
CERTAIN REGULATIONS ADMINISTERED BY
THE MINISTER OF VETERANS AFFAIRS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LA MODIFICATION
ET L’ABROGATION DE CERTAINS RÈGLEMENTS
(MINISTÈRE DES ANCIENS COMBATTANTS)
CANADIAN FORCES MEMBERS AND VETERANS
RE-ESTABLISHMENT AND COMPENSATION ACT
LOI SUR LES MESURES DE RÉINSERTION ET
D’INDEMNISATION DES MILITAIRES ET
VÉTÉRANS DES FORCES CANADIENNES
CANADIAN FORCES MEMBERS AND VETERANS
RE-ESTABLISHMENT AND COMPENSATION REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES MESURES DE RÉINSERTION ET
D’INDEMNISATION DES MILITAIRES ET VÉTÉRANS
DES FORCES CANADIENNES
1. The definition “suitable gainful employment” in section 6
of the English version of the Canadian Forces Members and
Veterans Re-establishment and Compensation Regulations1 is
replaced by the following:
“suitable gainful employment” means, in relation to a veteran,
employment for which the veteran is reasonably qualified by
reason of education, training and experience and that provides
a monthly rate of pay equal to at least 66 2/3% of the imputed
income of the veteran as referred to in subsection 19(1) of the
Act. (emploi rémunérateur et convenable)
1. La définition de « suitable gainful employment », à l’article 6 de la version anglaise du Règlement sur les mesures de
réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des
Forces canadiennes1 est remplacée par ce qui suit :
“suitable gainful employment” means, in relation to a veteran,
employment for which the veteran is reasonably qualified by
reason of education, training and experience and that provides
a monthly rate of pay equal to at least 66 2/3% of the imputed
income of the veteran as referred to in subsection 19(1) of the
Act. (emploi rémunérateur et convenable)
———
———
a
a
b
c
d
e
1
S.C. 2005, c. 21
S.C. 2005, c. 21, s. 100
R.S., c. V-1; S.C. 2000, c. 34, par. 95(a)
S.C. 2000, c. 34, s. 80
R.S., c. W-3
SOR/2006-50
b
c
d
e
1
L.C. 2005, ch. 21
L.C. 2005, ch. 21, art. 100
L.R., ch. V-1; L.C. 2000, ch. 34, al. 95a)
L.C. 2000, ch. 34, art. 80
L.R., ch. W-3
DORS/2006-50
1617
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
2. Paragraph 8(d) of the English version of the Regulations
is replaced by the following:
(d) that the services provided be focused on building the applicant’s education, skills, training and experience.
3. Paragraph 9(a) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
a) les probabilités que les habiletés physiques, psychologiques
et sociales du demandeur s’améliorent de même que ses aptitudes à l’emploi et sa qualité de vie;
4. (1) The portion of subsection 12(1) of the French version
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
12. (1) Le bénéficiaire des services de réadaptation ou de
l’assistance professionnelle doit, sur demande du ministre, communiquer les renseignements et documents suivants :
(2) Paragraph 12(1)(c) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
c) tout autre renseignement ou document dont le ministre a
besoin pour décider si le bénéficiaire continue d’y être
admissible.
5. Paragraph 14(1)(a) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
a) le bénéficiaire ne participe pas au programme de manière à
en atteindre pleinement les objectifs;
6. Subsection 15(2) of the English version of the Regulations
is replaced by the following:
(2) If a person receives rehabilitation services or vocational assistance in a country other than Canada, the costs referred to in
paragraph (1)(b) are payable at the same rates and subject to the
same conditions that are established for former members of the
armed forces of that country for similar costs, or, if no such rates
or conditions are established, at the rates and conditions that
would be payable if the person were resident in Canada.
7. (1) Subparagraph 20(b)(ii) of the English version of the
Regulations is replaced by the following:
(ii) at any time during Class C Reserve Service, the greater
of the monthly military salary of the member and the
monthly military salary for a senior private in the standard
pay group at that time, adjusted from the earlier of the date
of completion of the Class C Reserve Service and the date of
the member’s death until the benefit is payable,
(2) The portion of paragraph 20(d) of the French version of
the Regulations before subparagraph (i) is replaced by the
following:
d) dans le cas du vétéran décédé après avoir été libéré définitivement de la force de réserve, en raison soit d’une blessure ou
maladie liée au service, l’un des montants ci-après si, au
moment où il a contracté la maladie ou subi la blessure ou au
moment où la maladie ou la blessure s’est aggravée :
8. The portion of subsection 25(1) of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
25. (1) A person who is in receipt of an earnings loss benefit —
or would, but for their level of income, be in receipt of it — shall
9. Subsection 27(2) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
1618
2. L’alinéa 8d) de la version anglaise du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(d) that the services provided be focused on building the applicant’s education, skills, training and experience.
3. L’alinéa 9a) de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
a) les probabilités que les habiletés physiques, psychologiques
et sociales du demandeur s’améliorent de même que ses aptitudes à l’emploi et sa qualité de vie;
4. (1) Le passage du paragraphe 12(1) de la version française du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
12. (1) Le bénéficiaire des services de réadaptation ou de
l’assistance professionnelle doit, sur demande du ministre, communiquer les renseignements et documents suivants :
(2) L’alinéa 12(1)c) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
c) tout autre renseignement ou document dont le ministre a
besoin pour décider si le bénéficiaire continue d’y être
admissible.
5. L’alinéa 14(1)a) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
a) le bénéficiaire ne participe pas au programme de manière à
en atteindre pleinement les objectifs;
6. Le paragraphe 15(2) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) If a person receives rehabilitation services or vocational assistance in a country other than Canada, the costs referred to in
paragraph (1)(b) are payable at the same rates and subject to the
same conditions that are established for former members of the
armed forces of that country for similar costs, or, if no such rates
or conditions are established, at the rates and conditions that
would be payable if the person were resident in Canada.
7. (1) Le sous-alinéa 20b)(ii) de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(ii) at any time during Class C Reserve Service, the greater
of the monthly military salary of the member and the
monthly military salary for a senior private in the standard
pay group at that time, adjusted from the earlier of the date
of completion of the Class C Reserve Service and the date of
the member’s death until the benefit is payable,
(2) Le passage de l’alinéa 20d) de la version française du
même règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par
ce qui suit :
d) dans le cas du vétéran décédé après avoir été libéré définitivement de la force de réserve, en raison d’une blessure ou
d’une maladie liée au service, l’un des montants ci-après si, au
moment où il a contracté la maladie ou subi la blessure ou au
moment où la maladie ou la blessure s’est aggravée :
8. Le passage du paragraphe 25(1) du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
25. (1) Le bénéficiaire de l’allocation pour perte de revenu ou
toute personne qui pourrait en bénéficier n’eût été son revenu doit
communiquer au ministre les renseignements et documents
suivants :
9. Le paragraphe 27(2) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
(2) Sous réserve du paragraphe (3), la valeur de l’allocation visée au paragraphe 23(1) de la Loi et celle de toute somme exigible d’une source réglementaire visée au paragraphe 23(3) de la
Loi sont rajustées annuellement, le 1er janvier, en fonction de
l’augmentation annuelle en pourcentage de l’indice des prix à la
consommation arrondie au quart de pour cent supérieur et mesurée le 30 septembre de l’année précédente. L’augmentation ne
peut dépasser 2 %.
10. Paragraph 40(e) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
e) toute maladie mentale grave et permanente;
11. Subsection 45(2) of the English version of the Regulations is replaced by the following:
(2) The Minister may suspend the payment of a permanent impairment allowance to a person who fails to comply with subsection (1) until the information is provided.
12. Paragraph 48(b) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
b) sur demande du ministre, tout autre renseignement ou document dont il a besoin pour déterminer l’admissibilité du demandeur ou le montant de l’indemnisation.
13. Section 56 of the English version of the Regulations is
replaced by the following:
56. The presumptions set out in section 50 apply with any necessary modifications to applications for a death benefit.
14. Subsection 69(1) of the Regulations is replaced by the
following:
69. (1) An application for a review of a decision made under
subsection 68(3) must be made in writing no later than 60 days
after receiving notice of the decision unless circumstances beyond
the control of the applicant necessitate a longer period.
15. The portion of subsection 72(2) of the French version of
the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
(2) Lorsque le ministre rend une décision au titre de l’article 84
de la Loi, il informe l’intéressé de son droit de la faire réviser
par le Tribunal en vertu de l’article 85 de la Loi et d’y être
représenté :
(2) Sous réserve du paragraphe (3), la valeur de l’allocation visée au paragraphe 23(1) de la Loi et celle de toute somme exigible d’une source réglementaire visée au paragraphe 23(3) de la
Loi sont rajustées annuellement, le 1er janvier, en fonction de
l’augmentation annuelle en pourcentage de l’indice des prix à la
consommation arrondie au quart de pour cent supérieur et mesurée le 30 septembre de l’année précédente. L’augmentation ne
peut dépasser 2 %.
10. L’alinéa 40e) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
e) toute maladie mentale grave et permanente;
11. Le paragraphe 45(2) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) The Minister may suspend the payment of a permanent impairment allowance to a person who fails to comply with subsection (1) until the information is provided.
12. L’alinéa 48b) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
b) sur demande du ministre, tout autre renseignement ou document dont il a besoin pour déterminer l’admissibilité du demandeur ou le montant de l’indemnisation.
13. L’article 56 de la version anglaise du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
56. The presumptions set out in section 50 apply with any necessary modifications to applications for a death benefit.
14. Le paragraphe 69(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
69. (1) La demande de révision d’une décision prise par le ministre au titre du paragraphe 68(3) est présentée par écrit dans les
soixante jours suivant l’avis de la décision, sauf si des circonstances indépendantes de la volonté du demandeur nécessitent un
délai plus long.
15. Le passage du paragraphe 72(2) de la version française
du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce
qui suit :
(2) Lorsque le ministre rend une décision au titre de l’article 84
de la Loi, il informe l’intéressé de son droit de la faire réviser
par le Tribunal en vertu de l’article 85 de la Loi et d’y être
représenté :
DEPARTMENT OF VETERANS AFFAIRS ACT
LOI SUR LE MINISTÈRE DES
ANCIENS COMBATTANTS
VETERANS HEALTH CARE REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES SOINS DE SANTÉ POUR
ANCIENS COMBATTANTS
16. Subsection 15(1.11) of the French version of the Veterans Health Care Regulations2 is replaced by the following:
(1.11) L’ancien combattant pensionné et le pensionné civil dont
le total des degrés d’invalidité estimés au titre de la Loi sur les
pensions et de la Loi sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes est
égal ou supérieur à 48 % n’ont pas à remplir la condition prévue
au sous-alinéa (1)b)(i).
17. Subsection 36(2) of the Regulations is replaced by the
following:
16. Le paragraphe 15(1.11) de la version française du Règlement sur les soins de santé pour anciens combattants2 est
remplacé par ce qui suit :
(1.11) L’ancien combattant pensionné et le pensionné civil dont
le total des degrés d’invalidité estimés au titre de la Loi sur les
pensions et de la Loi sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes est
égal ou supérieur à 48 % n’ont pas à remplir la condition prévue
au sous-alinéa (1)b)(i).
17. Le paragraphe 36(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
———
———
2
2
SOR/90-594
DORS/90-594
1619
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
(2) Where a person is dissatisfied with the results of a review
referred to in subsection (1), the person may, within 60 days after
receiving notice of the decision on the review unless circumstances beyond the control of the applicant necessitate a longer
period, apply in writing to the Minister for a final decision to be
rendered by an official of the Department of Veterans Affairs
other than the official who made the original decision or who
reviewed it.
(2) La personne qui conteste les résultats de la révision visée au
paragraphe (1) peut, dans les soixante jours suivant la réception
de l’avis de la décision découlant de la révision ou, lorsque des
circonstances indépendantes de sa volonté nécessitent un délai
plus long, dans ce délai, présenter une demande par écrit au ministre en vue de la prise d’une décision définitive par un fonctionnaire du ministère des Anciens combattants autre que celui qui a
rendu la décision originale ou qui l’a révisée.
VETERANS BURIAL REGULATIONS, 2005
RÈGLEMENT DE 2005 SUR LES SÉPULTURES DES
ANCIENS COMBATTANTS
19. Subsection 8(3) of the French version of the Regulations
is replaced by the following:
(3) Le traitement de la demande d’aide pécuniaire présentée
pendant qu’une personne attend une décision concernant son droit
à une indemnité d’invalidité ou pendant qu’une demande de pension présentée en vertu des alinéas 21(1)b) ou (2)b) de la Loi sur
les pensions est en cours d’instance est suspendu jusqu’à ce qu’il
soit statué sur la demande de pension ou d’indemnité d’invalidité.
18. Le sous-alinéa 4(1)a)(vi) du Règlement de 2005 sur les
sépultures des anciens combattants3 est remplacé par ce qui
suit :
(vi) le cas échéant, une somme égale à la valeur marchande
du véhicule à moteur qui sert normalement de moyen de
transport à la famille de la personne décédée et qui est désigné par le demandeur de l’aide pécuniaire,
19. Le paragraphe 8(3) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(3) Le traitement de la demande d’aide pécuniaire présentée
pendant qu’une personne attend une décision concernant son droit
à une indemnité d’invalidité ou pendant qu’une demande de pension présentée en vertu des alinéas 21(1)b) ou (2)b) de la Loi sur
les pensions est en cours d’instance est suspendu jusqu’à ce qu’il
soit statué sur la demande de pension ou d’indemnité d’invalidité.
VETCRAFT SHOPS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ATELIERS D’ANCIENS COMBATTANTS
18. Subparagraph 4(1)(a)(vi) of the Veterans Burial Regulations, 20053 is replaced by the following:
(vi) if applicable, an amount equal to the market value of a
motor vehicle that is ordinarily used by the deceased person’s family as a mode of transportation and that is chosen
by the person making the application for financial assistance,
4
20. The Vetcraft Shops Regulations are repealed.
20. Le Règlement sur les ateliers d’anciens combattants4 est
abrogé.
WAR VETERANS ALLOWANCE ACT
LOI SUR LES ALLOCATIONS AUX
ANCIENS COMBATTANTS
VETERANS ALLOWANCE REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ALLOCATIONS AUX
ANCIENS COMBATTANTS
21. The portion of section 7 of the English version of the
Veterans Allowance Regulations5 before paragraph (a) is replaced by the following:
7. For the purpose of determining the applicant’s status as a
spouse or common-law partner, the Minister shall accept
22. Subsection 11(2) of the Regulations is repealed.
23. Subsection 14(1) of the English version of the Regulations is replaced by the following:
14. (1) Subject to subsection (2), where a veteran and the veteran’s spouse or common-law partner, or the veteran’s survivor or
orphan, as the case may be, has applied for or is in receipt of an
allowance and would also be eligible for an old age security benefit if they applied for one, the current monthly benefit deemed to
be payable, for the purposes of subparagraph 4(3)(c)(i) of the Act,
shall be the amount of the old age security benefit that they would
be eligible to receive, starting in the fourth month after the old
age security benefit became payable.
24. Paragraph 15(b) of the Regulations is replaced by the
following:
21. Le passage de l’article 7 de la version anglaise du Règlement sur les allocations aux anciens combattants5 précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
7. For the purpose of determining the applicant’s status as a
spouse or common-law partner, the Minister shall accept
22. Le paragraphe 11(2) du même règlement est abrogé.
23. Le paragraphe 14(1) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
14. (1) Subject to subsection (2), where a veteran and the veteran’s spouse or common-law partner, or the veteran’s survivor or
orphan, as the case may be, has applied for or is in receipt of an
allowance and would also be eligible for an old age security benefit if they applied for one, the current monthly benefit deemed to
be payable, for the purposes of subparagraph 4(3)(c)(i) of the Act,
shall be the amount of the old age security benefit that they would
be eligible to receive, starting in the fourth month after the old
age security benefit became payable.
24. L’alinéa 15b) de la version anglaise du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
———
———
3
3
4
5
SOR/2005-200
C.R.C., c. 1582
C.R.C., c. 1602
1620
4
5
DORS/2005-200
C.R.C., ch. 1582
C.R.C., ch. 1602
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
(b) the applicant or recipient and their spouse or common-law
partner are unable to reside together as the result of circumstances beyond their control and the couple has been classified
as recipients of any old age security benefit at the single rate.
(b) the applicant or recipient and their spouse or common-law
partner are unable to reside together as the result of circumstances beyond their control and the couple has been classified
as recipients of any old age security benefit at the single rate.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
25. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
25. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR) was established in 1971 to ensure that regulations and
statutory instruments created by government bodies were reviewed and scrutinized. It examines the legality and draftmanship
of regulations after their publication in the Canada Gazette.
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
(CMPER) a été créé en 1971 dans le but d’examiner et d’étudier
minutieusement les règlements et les textes réglementaires créés
par les organismes gouvernementaux, du point de vue de leur
légalité et de leur rédaction après qu’ils ont été publiés dans la
Gazette du Canada.
Si le Comité détermine qu’un règlement n’est pas conforme
aux critères énoncés, il communique avec l’organisme gouvernemental responsable du texte réglementaire.
Les modifications à apporter aux règlements sont indiquées
dans la récente correspondance qu’a adressée le CMPER à Anciens Combattants Canada (ACC). Dans la présente proposition,
ACC donne suite aux interventions du Comité; toutefois, pour le
moment, ACC s’en tient aux modifications ne nécessitant pas de
financement additionnel et pouvant être apportées rapidement
avec un minimum d’effort.
Les modifications réglementaires font suite aux recommandations du Comité découlant de l’examen du Règlement sur les mesures de réinsertion et d’indemnisation des militaires et vétérans
des Forces canadiennes (MRIMVFC) (DORS/2006-50), du Règlement sur les allocations aux anciens combattants (DORS/
2004-68), du Règlement sur les soins de santé pour anciens combattants et du Règlement de 2005 sur les sépultures des anciens
combattants (DORS/2005-200). La plupart des modifications
n’ont pas d’incidence sur l’intention de ces règlements car il
s’agit de corrections apportées à des erreurs d’orthographe, par
exemple l’omission d’une virgule, ou destinées à rétablir la
concordance entre la version anglaise et la version française des
documents.
Les articles, paragraphes et alinéas à modifier sont les
suivants :
• Règlement sur les MRIMVFC : 6, 8d), 9a), 12(1), 12(1)c),
14(1)a), 15(2), 20b)(ii), 25(1), 27(2), 36(2), 40e), 45(2), 48b),
56, 69(1), 72(2), 76(1), 76(4), 79, 87
• Règlement de 2005 sur les sépultures des anciens combattants : 4(1)a)(vi)
• Règlement sur les allocations aux anciens combattants : 7,
11(2), 14(1), 15b)
• Règlement sur les soins de santé pour anciens combattants :
36
When the Committee finds a regulation that does not comply
with a set of criteria, the Committee contacts the government
body responsible for the instrument.
Recent correspondence received by the Department of Veterans
Affairs (VAC) from the SJCSR indicates where amendments to
regulations are required. In this proposal, VAC has addressed
these concerns, but for the time being, only those not requiring
additional funding. Those concerns can be amended quickly and
with little effort.
The regulatory amendments present in this document are
the result of recommendations provided by the SJCSR following the review of the Canadian Forces Members and Veterans
Re-establishment Compensation (CFMVRC) Regulations
(SOR/2006-50), the Veterans Allowance Regulations (SOR/200468), the Veterans Health Care Regulations, and the Veterans Burial Regulations, 2005 (SOR/2005-200). The majority of the
amendments have no impact on the intent of these regulations as
they consist of typographical errors, such as the omission of a
comma, or a discrepancy between the French and the English
versions.
The sections and subsections to be amended are the following:
CFMVRC Regulations: 6, 8(d), 9(a), 12(1), 12(1)(c),
14(1)(a), 15(2), 20(b)(ii), 25(1), 27(2), 36(2), 40(e), 45(2),
48(b), 56, 69(1), 72(2), 76(1), 76(4), 79, 87.
• Veterans Burial Regulations, 2005: 4(1)(a)(vi), 10.
• Veterans Allowance Regulations: 7, 11(2), 14(1), 15(b).
• Veterans Health Care Regulations: 36
•
1621
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
One proposal, which was not raised as a SJCSR concern, is the
repeal of the Vetcraft Shops Regulations. The Vetcraft program
was established in 1919 after WWI. Vetcraft workshops were
sheltered employment workshops operated by the Minister of
Pensions and National Health and, since 1944, the Minister of
Veterans Affairs, in order to provide work and training for unemployed and disabled veterans. The last two workshops closed in
1995 and the program was discontinued at that time. The Regulations relate to the terms and conditions of employment for workers at workshops, which no longer exist and which are not slated
for re-establishment. A legal opinion obtained from the Department of Justice indicates that the Regulations are spent, i.e. in
relation to a program that no longer exists. It is, therefore, preferable to repeal the Regulations, which will as well allow the public
to see clearly the evolution (in this case, the repeal) of the
Regulations.
Another proposal not raised as a SJCSR concern, would see a
subsection of the Veterans Allowance Regulations being repealed
as the related governing provisions in the War Veterans Act no
longer exists.
L’une des propositions à ne pas avoir été avancées par le
Comité est l’abrogation du Règlement sur les ateliers d’anciens
combattants. Le programme d’ateliers a été mis sur pied en 1919,
au terme de la Première Guerre mondiale. Les ateliers d’anciens
combattants étaient des ateliers de travail protégés dirigés par le
ministre des Pensions et de la Sécurité nationale et, depuis 1944,
par le ministre des Anciens Combattants, en vue de fournir du
travail et une formation aux anciens combattants sans emploi et
atteints d’une déficience. Les deux derniers ateliers ont pris fin en
1995, et le programme a alors été abandonné. Le Règlement se
rapporte aux modalités d’emploi des travailleurs participant à des
ateliers qui n’existent plus et que l’on ne prévoit pas rétablir.
Suivant une opinion juridique obtenue du ministère de la Justice,
ce règlement est obsolète, c’est-à-dire qu’il se rapporte à un programme qui n’existe plus — et il est préférable de l’abroger pour
permettre au public de voir clairement ce qu’il est advenu du
Règlement.
Une autre proposition à ne pas avoir été avancée par le Comité
est l’abrogation d’un paragraphe du Règlement sur les allocations
aux anciens combattants étant donné que des dispositions applicables connexes prévues dans la Loi sur les anciens combattants
n’existent plus.
Description and rationale
Description et justification
These amendments consist of housekeeping changes and have
no financial impact or cost. The main benefit will be clearer, more
accurate and easier to use regulations. Most of the changes consist
of remedying existing discrepancies between the English and the
French versions, others are just typographical or grammatical
errors (e.g. deletion of a comma). Acting on these amendments
will ensure consistency between the two languages and will, in
one instance, simplify the existing wording.
Ces modifications sont d’ordre administratif et n’ont aucune
incidence sur le financement ou les coûts. Leur application
permettra d’obtenir des documents plus clairs, précis et faciles
d’usage. La plupart des modifications visent à corriger des erreurs
d’orthographe et de grammaire (par exemple la suppression d’une
virgule) et à éliminer les divergences entre la version anglaise et
la version française des documents. Ces modifications permettront d’assurer la concordance des textes dans les deux langues et,
dans un cas, de simplifier le libellé.
Aucune autre possibilité n’a été envisagée pour modifier les règlements puisque ces derniers doivent être amendés. Les modifications proposées visent à redresser un certain nombre d’écarts
dans les règlements, ces écarts ayant été soulevés par le Comité
au cours de l’examen.
En plus des types d’erreurs susmentionnés, d’autres changements sont proposés, également de nature administrative. Ces
changements sont les suivants :
No other alternatives to amending the regulations were considered because the regulations must be amended. The amendments
are designed to correct a number of deficiencies that have been
detected in the regulations by the SJCSR.
In addition to the amendments addressing typographical or
grammatical errors and discrepancies between the English and
the French versions, a number of other amendments are proposed;
they too are housekeeping in nature. They are described as
follows:
CFMVRC Regulations
Règlement sur les MRIMVFC
Subsection 25(1)
Paragraphe 25(1)
This section has to be amended so that it reflects the same
intent provided in subsections 20(1), 25(1) and 25(2) of the
CFMVRC Act which reads as follows:
20(1) The Minister may, for the purpose of determining whether a
veteran may continue to receive an earnings loss benefit, require
a veteran who, as a result of a determination of total and permanent incapacity, is in receipt of an earnings loss benefit under
section 18 — or would, but for their level of income, be in receipt
of it — to undergo a medical examination or an assessment by a
person specified by the Minister.
Eligibility – Veterans
25. (1) The Minister may, on application, pay a supplementary
retirement benefit to a veteran who has been in receipt of an
Cette disposition doit être modifiée de manière à ce qu’elle exprime la même intention que celle qui est exprimée aux paragraphes 20(1), 25(1) et 25(2) de la Loi sur les MRIMVFC, dont voici
le texte :
En anglais
20(1) The Minister may, for the purpose of determining whether a
veteran may continue to receive an earnings loss benefit, require
a veteran who, as a result of a determination of total and permanent incapacity, is in receipt of an earnings loss benefit under
section 18 — or would, but for their level of income, be in receipt
of it — to undergo a medical examination or an assessment by a
person specified by the Minister.
1622
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
earnings loss benefit in accordance with subsection 18(4) — or
would, but for their level of income, have been in receipt of
it — if the veteran is no longer entitled to that benefit.
Eligibility – Survivors
25. (2) The Minister may, on application, pay a supplementary
retirement benefit to a veteran’s survivor if
(a) the veteran, at the time of their death, was in receipt of
an earnings loss benefit in accordance with subsection 18(4)
or would, but for their level of income, have been in receipt
of it; and
(b) the survivor is not eligible to receive an earnings loss
benefit under section 22.
Currently, subsection 25(1) of the CFMVRC Regulations does
not include the statement “or would, but for their level of income,
have been in receipt of it.” Once this statement is added to the
Regulations, the provision will reflect the same intent provided in
the parent act. This will then ensure that clients do provide the
required information whether or not they are in receipt of Earnings Loss benefits. For example, a client may qualify for Earnings
Loss benefits, but not receive any money from VAC due to their
other income. However, when this is the case, the client is still
required to provide VAC with income information from time to
time.
Eligibility – Veterans
25. (1) The Minister may, on application, pay a supplementary
retirement benefit to a veteran who has been in receipt of an
earnings loss benefit in accordance with subsection 18(4) — or
would, but for their level of income, have been in receipt of
it — if the veteran is no longer entitled to that benefit.
Eligibility – Survivors
25. (2) The Minister may, on application, pay a supplementary
retirement benefit to a veteran’s survivor if
(a) the veteran, at the time of their death, was in receipt of
an earnings loss benefit in accordance with subsection 18(4)
or would, but for their level of income, have been in receipt
of it; and
(b) the survivor is not eligible to receive an earnings loss
benefit under section 22
En français
20. (1) Le ministre peut exiger du vétéran qui, en raison d’une
incapacité totale et permanente, reçoit — ou recevrait n’était le
niveau de son revenu — l’allocation pour perte de revenus au
titre de l’article 18 que celui-ci subisse un examen médical ou
une évaluation par la personne que le ministre précise dans le but
d’établir si le vétéran a encore droit au versement de l’allocation.
Admissibilité : vétéran
25. (1) Le ministre peut, sur demande, verser une prestation de
retraite supplémentaire au vétéran qui a reçu — ou aurait reçu
n’eût été le niveau de son revenu — l’allocation pour perte de
revenus au titre du paragraphe 18(4), si celui-ci n’a plus droit
à cette allocation.
Admissibilité : survivant
(2) Le ministre peut, sur demande, verser une prestation de retraite supplémentaire au survivant du vétéran qui, au moment
de son décès, recevait — ou aurait reçu n’eût été le niveau de
son revenu — l’allocation pour perte de revenus au titre du paragraphe 18(4), à la condition que le survivant n’ait pas luimême droit à cette allocation en vertu de l’article 22.
À l’heure actuelle, le paragraphe 25(1) du Règlement sur les
MRIMVFC ne comprend pas l’énoncé « or would, but for their
level of income, have been in receipt of it » (ou aurait reçu n’eût
été le niveau de son revenu. Une fois que cet énoncé sera ajouté,
la disposition traduira la même intention que la loi cadre. Ainsi,
les clients devront communiquer les renseignements demandés,
qu’ils reçoivent ou non une allocation pour perte de revenus. À
titre d’exemple, un client peut être admissible à une allocation
pour perte de revenus, mais ne toucher aucun montant d’argent de
notre part en raison d’un autre revenu; toutefois, lorsque tel est le
cas, le client doit quand même nous communiquer des renseignements sur son revenu de temps à autre.
Subsection 69(1) — Review
Paragraphe 69(1) — Révision
The limitation period wording in subsections 68(1) and 69(1)
of these Regulations was copied from subsections 36(1) and (2)
of the Veterans Health Care Regulations. The limitation period in
regard to a client requesting first level of review thereunder is
60 days, or, where circumstances beyond the control of the person
necessitate a longer period, the 60 days can be waived. The limitation period for the second level of review thereunder is also limited to 60 days. The approach to maintain the same limitation
Le libellé qui prescrit le délai aux paragraphes 68(1) et 69(1)
du Règlement a été tiré des paragraphes 36(1) et (2) du Règlement
sur les soins de santé pour anciens combattants. Le délai de prescription qui s’applique au premier palier de révision aux termes
de ces dispositions est de 60 jours, sauf s’il existe des circonstances indépendantes de la volonté du demandeur qui l’empêchent de
présenter sa demande dans ce délai. Le délai de prescription qui
s’applique à l’égard du deuxième palier de révision aux termes de
1623
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
periods for internal reviews was selected so as to ensure consistency and fairness across regulations. Therefore, the distinction
currently existing in the Regulations does appear to be without
merit.
ces dispositions est de 60 jours, sans plus. La décision de maintenir les délais de prescription aux fins des révisions internes découle de la volonté d’assurer l’uniformité entre les règlements.
Toutefois, la distinction paraît être sans fondement.
Veterans Burial Regulations, 2005
Règlement de 2005 sur les sépultures des anciens combattants
Subparagraph 4(1)(a)(vi)
Sous-alinéa 4(1)a)(vi)
Subparagraph 4(1)(a)(vii) of the Regulations as brought into
force on June 28, 2005, reflects that the person making the application for financial assistance has the right to choose the residence he or she wishes to be used for deduction from their net
assets when calculating insufficiency of funds. However, as an
oversight, this same right was not granted to the person making
application for financial assistance when considering automobiles. This amendment would reflect that person’s right to
choose the automobile he/she wishes to be used in calculating
insufficiency of funds.
Le sous-alinéa 4(1)a)(vii) du Règlement, tel qu’il est entré en
vigueur le 28 juin 2005, énonce que, dans le cas où un ancien
combattant a au moins deux résidences, le demandeur de l’aide
pécuniaire a le droit de choisir la résidence qu’il souhaite déduire
de l’actif net aux fins de calculer l’insuffisance de fonds. Or, par
mégarde, ce même droit n’a pas été accordé à l’auteur de la demande d’aide pécuniaire en ce qui concerne les automobiles. Le
Comité recommande de traiter les automobiles au même titre que
les résidences. Cette modification indiquerait que l’auteur de la
demande a le droit de choisir l’automobile qu’il souhaite déduire
pour calculer l’insuffisance de fonds.
Veterans Allowances Regulations
Règlement sur les allocations aux anciens combattants
Subsection 11(2)
Paragraphe 11(2)
In 2000, Bill C-41 repealed section 23 of the War Veterans
Allowance Act. The reason for this was that the Criminal Code
was now resorted to for enforcement purposes. Prior to being
repealed, section 23 read:
En 2000, le projet de loi C-41 a abrogé l’article 23 de la Loi sur
les allocations aux anciens combattants. Cette mesure découlait
du fait que l’on a maintenant recours au Code criminel aux fins de
l’application de la loi. Avant son abrogation, le texte était libellé
dans les termes suivants :
23(1) Toute personne qui, en vue d’obtenir une allocation soit
pour elle-même soit pour quelqu’un d’autre, sciemment, dans
une demande ou autrement, fait une déclaration fausse ou
trompeuse ou omet de révéler quelque fait essentiel, commet
une infraction et encourt, sur déclaration de culpabilité par
procédure sommaire, une amende de quinze cent dollars et un
emprisonnement maximal de trois mois, ou l’une de ces peines.
23.(1) Every person who, for the purpose of obtaining an
allowance either for himself or for any other person, knowingly, in any application or otherwise, makes a false or misleading statement or fails to disclose any material fact is guilty
of an offence and liable on summary conviction to a fine of not
less than fifteen dollars and not more than one hundred dollars
or to imprisonment for a term not exceeding three months or to
both.
23.(2) Any complaint or information in respect of an offence
under this Act or the regulations may be heard, tried or determined in the place in which the offence was committed or the
matter of the complaint or information arose or in any place in
which the accused is apprehended or happens to be.
23.(3) A prosecution for an offence under this Act or the regulations may be instituted at any time within but not later than
one year after the time when the subject-matter of the prosecution arose.
Given that the penalty provisions no longer exist in the War
Veterans Allowance Act, subsection 11(2) of the Veterans Allowance Regulations addressing the same issue is considered “spent”
and, therefore, should be repealed.
(2) la poursuite d’une infraction à la présente loi ou aux règlements peut être intentée, entendue ou jugée au lieu de la
perpétration de l’infraction, au lieu ou a pris naissance l’objet
de la poursuite, au lieu où l’accusé est appréhendé ou en tout
lieu où il se trouve.
(3) Les poursuites visant une infraction à la présente loi ou
aux règlements se prescrivent par un an à compter de sa
perpétration.
Comme les dispositions relatives à la pénalité n’existent plus
dans la Loi sur les allocations aux anciens combattants, le paragraphe 11(2) du Règlement sur les allocations aux anciens combattants devrait lui aussi être abrogé.
Veterans Health Care Regulations
Règlement sur les soins de santé pour anciens combattants
Section 36
Article 36
The limitation period wording for clients or their representatives to request a review or appeal of unfavourable or partly unfavourable decisions, as housed in subsections 68(1) and 69(1) of
the CFMVRC Regulations was copied from subsections 36(1)
and (2) of the Veterans Health Care Regulations. Now that we
are proposing to amend subsection 69(1) of the CFMVRC Regulations, consequently, we would need to amend subsection 36(2)
so that the same flexibility in limitation period as originally intended for the second level of review is accurately captured in the
Regulations.
Le libellé du délai de prescription pour un client ou son représentant qui demande une révision ou un appel d’une décision
défavorable ou partiellement défavorable aux termes des paragraphes 68(1) et 69(1) du Règlement sur les MRIMVFC a été tiré
des paragraphes 36(1) et (2) du Règlement sur les soins de santé
pour anciens combattants. Comme nous proposons de modifier le
paragraphe 69(1) du Règlement sur les MRIMVFC, nous devrons
aussi modifier le paragraphe 36(2) en conséquence, de manière à
ce que le délai de prescription applicable à l’égard du deuxième
palier de révision soit aussi souple aux fins des dispositions du
paragraphe 36(1) relatives au premier palier de révision.
1624
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-225
Vetcraft Shops Regulations
Règlement sur les ateliers d’anciens combattants
The objective of our action regarding the Vetcraft Shops Regulations is to repeal them as the workshops no longer exist and
there is no intention to reinstate them. As well, the public will be
able to clearly see that the spent Regulations has been repealed.
Notre but est d’abroger ce règlement obsolète car les ateliers
n’existent plus et que l’on n’envisage pas de les rétablir. Il est
donc préférable de l’abroger pour permettre au public de voir
clairement ce qu’il est advenu du Règlement.
Consultation
Consultation
As the content of the notices associated with these amendments
improves comprehension and does not contain any information
that would be subject to comment or objection by VAC’s clients
or the general public, consultations were not required.
Aucune consultation n’est requise puisque le texte des avis associés aux modifications améliore la compréhension des règlements et ne renferme aucune information qui pourrait susciter des
commentaires ou des objections de la part des clients d’ACC ou
du grand public.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
These regulations come into force on the day on which they are
registered.
Ce règlement entrera en vigueur le jour de son adoption.
Contact
Personne-ressource
Danielle Sonier
Acting Chief
Legislation (Regulations)
Cabinet and Legislative Affairs
Departmental Secretariat and Policy Coordination Division
Veterans Affairs Canada
Telephone: 902-566-8632
Email: danielle.sonier@vac-acc.gc.ca
Danielle Sonier
Chef par intérim
Législation (Règlements)
Affaires du Cabinet et législatives
Secrétariat du Ministère et Coordination des politiques
Anciens Combattants Canada
Téléphone : 902-566-8632
Courriel : danielle.sonier@vac-acc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1625
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-226
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-226
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-226
Le 30 juillet 2009
CANADIAN WHEAT BOARD ACT
LOI SUR LA COMMISSION CANADIENNE DU BLÉ
Regulations Amending the Canadian Wheat Board
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la
Commission canadienne du blé
P.C. 2009-1216
C.P. 2009-1216
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to subparagraph 32(1)(b)(i)a, subsection 47(2)b and section 61 of the Canadian Wheat Board Actc, hereby makes
the annexed Regulations Amending the Canadian Wheat Board
Regulations.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et en vertu du sous-alinéa 32(1)b)(i)a, du paragraphe 47(2)b et de l’article 61 de la Loi sur la Commission canadienne du bléc, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur la Commission canadienne du blé, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN
WHEAT BOARD REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LA COMMISSION CANADIENNE DU BLÉ
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsections 26(1) to (4) of the Canadian Wheat Board
Regulations1 are replaced by the following:
26. (1) The sum certain that the Corporation is required to pay
producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) of the
Act in respect of the base grade of wheat sold and delivered to the
Corporation during the pool period beginning on August 1, 2009
and ending on July 31, 2010 and known as No. 1 Canada Western
Red Spring (12.5% protein content) is
(a) $178.00 for straight wheat;
(b) $170.00 for tough wheat;
(c) $162.50 for damp wheat;
(d) $170.00 for straight wheat, rejected on account of stones;
(e) $162.00 for tough wheat, rejected on account of stones; and
(f) $154.50 for damp wheat, rejected on account of stones.
(3) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) and section 47 of the Act in respect of the base grade of barley sold and
1. Les paragraphes 26(1) à (4) du Règlement sur la Commission canadienne du blé1 sont remplacés par ce qui suit :
26. (1) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) de la Loi, de
payer aux producteurs pour le blé du grade de base Blé roux de
printemps no 1 de l’Ouest canadien (teneur en protéines de
12,5 %) qui est vendu et livré à la Commission pendant la période
de mise en commun commençant le 1er août 2009 et se terminant
le 31 juillet 2010 est la suivante :
a) 178,00 $ s’il est à l’état sec;
b) 170,00 $ s’il est à l’état gourd;
c) 162,50 $ s’il est à l’état humide;
d) 170,00 $ s’il est à l’état sec, rejeté en raison de pierres;
e) 162,00 $ s’il est à l’état gourd, rejeté en raison de pierres;
f) 154,50 $ s’il est à l’état humide, rejeté en raison de pierres.
(2) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) de la Loi, de payer
aux producteurs pour le blé du grade de base Blé dur ambré no 1
de l’Ouest canadien (teneur en protéines de 12,5 %) qui est vendu
et livré à la Commission pendant la période de mise en commun
commençant le 1er août 2009 et se terminant le 31 juillet 2010 est
la suivante :
a) 183,00 $ s’il est à l’état sec;
b) 175,00 $ s’il est à l’état gourd;
c) 167,50 $ s’il est à l’état humide;
d) 175,00 $ s’il est à l’état sec, rejeté en raison de pierres;
e) 167,00 $ s’il est à l’état gourd, rejeté en raison de pierres;
f) 159,50 $ s’il est à l’état humide, rejeté en raison de pierres.
(3) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) et de l’article 47 de
la Loi, de payer aux producteurs pour l’orge du grade de base no 1
———
———
a
a
(2) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) of the Act in
respect of the base grade of wheat sold and delivered to the Corporation during the pool period beginning on August 1, 2009 and
ending on July 31, 2010 and known as No. 1 Canada Western
Amber Durum (12.5% protein content) is
(a) $183.00 for straight wheat;
(b) $175.00 for tough wheat;
(c) $167.50 for damp wheat;
(d) $175.00 for straight wheat, rejected on account of stones;
(e) $167.00 for tough wheat, rejected on account of stones; and
(f) $159.50 for damp wheat, rejected on account of stones.
b
c
1
S.C. 1995, c. 31, s. 2(1)
S.C. 1995, c. 31, s. 4
R.S., c. C-24
C.R.C., c. 397
1626
b
c
1
L.C. 1995, ch. 31, par. 2(1)
L.C. 1995, ch. 31, art. 4
L.R., ch. C-24
C.R.C., ch. 397
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-226
delivered to the Corporation during the pool period beginning on
August 1, 2009 and ending on January 31, 2010 and known as
No. 1 Canada Western is
(a) $101.00 for straight barley;
(b) $94.00 for tough barley;
(c) $87.50 for damp barley;
(d) $96.00 for straight barley, rejected on account of stones;
(e) $89.00 for tough barley, rejected on account of stones; and
(f) $82.50 for damp barley, rejected on account of stones.
(4) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) and section 47 of the Act in respect of the base grade of barley sold and
delivered to the Corporation during the pool period beginning on
August 1, 2009 and ending on July 31, 2010 and known as Select
Canada Western Two-Row selected and accepted for use in the
production of barley flour, barley malt or pot or pearled barley is
(a) $160.00 for straight barley;
(b) $153.00 for tough barley; and
(c) $146.50 for damp barley.
COMING INTO FORCE
2. These Regulations come into force on August 1, 2009.
de l’Ouest canadien qui est vendue et livrée à la Commission
pendant la période de mise en commun commençant le 1er août
2009 et se terminant le 31 janvier 2010 est la suivante :
a) 101,00 $ si elle est à l’état sec;
b) 94,00 $ si elle est à l’état gourd;
c) 87,50 $ si elle est à l’état humide;
d) 96,00 $ si elle est à l’état sec, rejetée en raison de pierres;
e) 89,00 $ si elle est à l’état gourd, rejetée en raison de pierres;
f) 82,50 $ si elle est à l’état humide, rejetée en raison de
pierres.
(4) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) et de l’article 47 de
la Loi, de payer aux producteurs pour l’orge du grade de base
extra à deux rangs de l’Ouest canadien qui est choisie et acceptée
pour en faire du malt ou de la farine d’orge ou de l’orge mondé
ou perlé et qui est vendue et livrée à la Commission pendant la
période de mise en commun commençant le 1er août 2009 et se
terminant le 31 juillet 2010 est la suivante :
a) 160,00 $ si elle est à l’état sec;
b) 153,00 $ si elle est à l’état gourd;
c) 146,50 $ si elle est à l’état humide.
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. Le présent règlement entre en vigueur le 1er août 2009.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Pursuant to the Canadian Wheat Board Act, grain producers
receive an initial payment upon delivery of grain to the Canadian
Wheat Board (CWB) pool accounts. The amount per tonne of
these payments is set annually for wheat, amber durum wheat,
and designated barley, and semi-annually for barley. The current
crop period’s (i.e. 2008–2009) initial payment amounts will expire on July 31, 2009; therefore, new initial payments for each of
the pool accounts must be set for the 2009–2010 crop period,
which begins August 1, 2009.
Aux termes de la Loi sur la Commission canadienne du blé, les
producteurs de grains reçoivent un acompte à la livraison des
grains aux comptes de livraison en commun de la Commission
canadienne du blé (CCB). Le montant par tonne de ces acomptes
est fixé annuellement pour le blé, le blé dur ambré et l’orge désignée et semestriellement pour l’orge. Les montants de l’acompte
à la livraison de la campagne agricole actuelle (2008-2009) expireront le 31 juillet 2009; par conséquent, les nouveaux acomptes à
la livraison pour chacun des comptes de mise en commun doivent
être fixés pour la campagne agricole 2009-2010, qui débute le
1er août 2009.
Conformément à la Loi, la gouverneure en conseil établit par
règlement l’acompte à la livraison d’un grade « de base » pour
chacun des quatre comptes de mise en commun et approuve
l’acompte à la livraison des autres grades selon la recommandation de la CCB. Les acomptes à la livraison sont établis au début
de la période de mise en commun et sont rajustés au fil des ventes
additionnelles de la CCB et en fonction des prix du marché. Les
recommandations de la CCB se fondent sur les recettes de ventes
relatives attendues pour chaque grade pendant la période de mise
en commun.
Cette mesure réglementaire vise à établir les acomptes à la livraison des grades de base de blé, de blé dur ambré, d’orge et
d’orge désignée.
In accordance with the Act, the Governor in Council by regulation establishes the initial payment for a “base” grade for each of
the four pool accounts and approves the initial payment for other
grades as recommended by the CWB. The initial payments are set
at the beginning of the pool period and are adjusted throughout
the pool period as the CWB makes additional sales and as the
market prices dictate. The CWB’s recommendations are based on
relative market returns expected for each grade during the pool
period.
The objective of this regulatory action is to establish the initial
payment for the base grades of wheat, amber durum wheat, barley
and designated barley.
1627
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-226
Description and rationale
Description et justification
Section 26 of the Canadian Wheat Board Regulations establishes the initial payments to be paid upon delivery for grains
delivered to the CWB. The amendment establishes the initial
payments for the 2009–2010 pool period for the wheat, amber
durum wheat, barley and designated barley pool accounts. Revenues from the sale of grain are pooled by the CWB and any surplus over the initial payment minus marketing costs is distributed
to producers after the end of the pool period as a final payment.
The initial payment is guaranteed by the federal government and
any pool account deficits are paid by the federal government. The
CWB operates a pool account for each of four classes of grain for
which it has responsibility (wheat, amber durum wheat, barley
and designated barley).
The initial payments established by these Regulations relate to
the returns anticipated from the market and thus transmit the appropriate market signals to producers. There is no environmental
impact of this amendment.
L’article 26 du Règlement sur la Commission canadienne du
blé détermine les acomptes à la livraison à effectuer pour les
grains livrés à la CCB. La présente modification établit les
acomptes à la livraison du blé, du blé dur ambré, de l’orge et de
l’orge désignée pour la période de mise en commun de 20092010. Les responsables de la CCB mettent en commun les recettes provenant de la vente des céréales, et tout surplus accumulé
après l’acompte à la livraison moins les coûts de commercialisation est distribué aux producteurs à la fin de la période de livraison en commun en tant que paiement final. Le gouvernement
fédéral garantit le paiement de l’acompte à la livraison et comble
tout déficit des comptes de mise en commun. La CCB maintient
un compte de mise en commun pour chacune des quatre catégories de céréales dont elle assume la responsabilité (blé, blé durum
ambré, orge et orge désignée).
Les acomptes à la livraison pour 2009-2010 sont inférieurs à
ceux fixés il y a un an pour les quatre comptes de mise en commun (baisse de 35 $ la tonne pour le blé, de 67 $ la tonne pour le
blé dur ambré, de 49 $ la tonne pour l’orge et de 94 $ la tonne
pour l’orge désignée). Les acomptes à la livraison peuvent être
augmentés durant la période de mise en commun, en fonction des
prix et des conditions des marchés internationaux.
Les acomptes à la livraison établis par le présent règlement indiquent les recettes qu’on prévoit tirer du marché au début de juin
2009. Cela permet aux petits et aux grands producteurs de prendre
de meilleures décisions commerciales fondées sur les prévisions
de recettes de leurs exploitations.
Les acomptes à la livraison ne devraient poser aucun risque de
déficit pour les comptes de mise en commun. Une marge de sécurité d’au moins 35 % pour les grains sans prix a été utilisée pour
tenir compte de l’instabilité des marchés. Le risque réel assumé
par le gouvernement fédéral est négligeable.
Les acomptes à la livraison établis par ce règlement sont liés
aux profits anticipés des ventes de grain et, par conséquent, transmettent aux producteurs des signaux du marché appropriés. Cette
modification n’aura pas d’incidence sur l’environnement.
Consultation
Consultation
The initial payment levels have been recommended by the
CWB. The Department of Finance has been consulted and concurs with the recommendations.
Les responsables de la CCB ont recommandé cette modification et en ont discuté avec ceux du ministère des Finances. Ces
derniers acceptent les recommandations.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The schedules come into effect on August 1, 2009. There is no
compliance and enforcement mechanism. These Regulations govern payments made to grain producers for deliveries made under
the Canadian Wheat Board Regulations.
Les annexes entrent en vigueur le 1er août 2009. Il n’existe pas
de mécanisme de conformité ni d’exécution. Ce règlement détermine les paiements versés aux producteurs de grains pour les
livraisons faites dans le cadre du Règlement sur la Commission
canadienne du blé.
Contact
Personne-ressource
Marcia Armstrong
Crop Sector Policy Division
Agriculture and Agri-Food Canada
930 Carling Avenue
Ottawa, Ontario
K1A 0C5
Telephone: 613-759-7685
Marcia Armstrong
Division de la politique sur le secteur des cultures
Agriculture et Agroalimentaire Canada
930, avenue Carling
Ottawa (Ontario)
K1A OC5
Téléphone : 613-759-7685
Initial payments for 2009–2010 are lower for all four pools
than those set a year ago. Wheat is $35/tonne lower; amber durum
wheat is $67/tonne lower; barley is $49/tonne lower; and designated barley is $94/tonne lower. Initial payments can be increased
during the pool period, depending on international market prices
and conditions.
The initial payments established by these Regulations indicate
the returns anticipated from the market, as of early June 2009.
This allows both large and small producers to make their marketing decisions more efficiently based upon anticipated returns to
their individual farms.
The initial payments should not create the risk of a deficit in
the pool accounts. A minimum 35% safety factor for unpriced
grain has been used to account for market uncertainties. The actual risk to the federal government is minimal.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
1628
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-227
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-227
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-227
Le 30 juillet 2009
ROYAL CANADIAN MINT ACT
LOI SUR LA MONNAIE ROYALE CANADIENNE
Order Authorizing the Issue and Determining the
Composition, Dimensions and Designs of a
Twenty-five Cent Circulation Coin
Décret autorisant l’émission et fixant la
composition, les dimensions et les dessins d’une
pièce de monnaie de circulation de vingt-cinq cents
P.C. 2009-1222
C.P. 2009-1222
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, pursuant to sections 6.4a and 6.5a of the Royal Canadian Mint Actb, hereby
authorizes the issue of twenty-five cent circulation coins, the
characteristics of which shall be as specified in item 4.1c of Part 2
of the schedule to that Act and the diameter of which shall be
23.88 mm, and determines the design of the coins to be as follows, namely,
(a) a twenty-five cent coin
(i) the obverse impression of which shall depict the effigy of
Her Majesty Queen Elizabeth II by Susanna Blunt, with the
initials “SB” on the bottom left-hand corner of the neckline
and the inscriptions “ELIZABETH II”, “25 CENTS” and
“CANADA 2009” appearing to the left, at the top and to the
right of the effigy, respectively, and
(ii) the reverse impression of which shall depict a design of
two hockey teammates rushing towards each other in mutual
admiration of the win against a background of a coloured
maple leaf, the artist’s initials “JB” to the right of the design
and the words “2002 WOMEN’S HOCKEY FÉMININ” and
the Canadian Olympic Committee logo below the design;
(b) a twenty-five cent coin
(i) the obverse impression of which shall depict the effigy of
Her Majesty Queen Elizabeth II by Susanna Blunt, with the
initials “SB” on the bottom left-hand corner of the neckline
and the inscriptions “ELIZABETH II”, “25 CENTS” and
“CANADA 2009” appearing to the left, at the top and to the
right of the effigy, respectively, and
(ii) the reverse impression of which shall depict a design of a
goal scorer pumping his arms in the air against a background
of stylized arcs and a coloured maple leaf, the artist’s initials
“JB” to the right of the design and the words “2002 MEN’S
HOCKEY MASCULIN” and the Canadian Olympic Committee logo below the design;
(c) a twenty-five cent coin
(i) the obverse impression of which shall depict the effigy of
Her Majesty Queen Elizabeth II by Susanna Blunt, with the
initials “SB” on the bottom left-hand corner of the neckline
and the inscriptions “ELIZABETH II”, “25 CENTS” and
“CANADA 2009” appearing to the left, at the top and to the
right of the effigy, respectively, and
(ii) the reverse impression of which shall depict a design of a
speedskater surrounded by five bands against a background
of a coloured maple leaf, the artist’s initials “JB” to the right
of the design and the words “CINDY KLASSEN 2006” and
the Canadian Olympic Committee logo below the design;
Sur recommandation du ministre des Transports et en vertu des
articles 6.4a et 6.5a de la Loi sur la Monnaie royale canadienneb,
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil autorise
l’émission de pièces de monnaie de circulation de vingt-cinq
cents dont les caractéristiques sont précisées à l’article 4.1c de la
partie 2 de l’annexe de cette loi et dont le diamètre est de
23,88 mm et en fixe les dessins de la manière suivante :
a) une pièce de vingt-cinq cents :
(i) dont le dessin gravé à l’avers est l’effigie de Sa Majesté la
Reine Elizabeth II par Susanna Blunt, avec les initiales
« SB » dans le coin inférieur gauche, à côté de la ligne de
démarcation du cou, les inscriptions « ELIZABETH II »,
« 25 CENTS » et « CANADA 2009 » figurant à la gauche,
en haut et à la droite respectivement,
(ii) dont le dessin gravé au revers représente deux hockeyeuses se précipitant l’une vers l’autre pour savourer la victoire,
avec à l’arrière-plan une feuille d’érable colorée, à la droite
du dessin les initiales de l’artiste « JB » et en bas l’inscription « 2002 WOMEN’S HOCKEY FÉMININ » et le logo du
Comité olympique canadien;
b) une pièce de vingt-cinq cents :
(i) dont le dessin gravé à l’avers est l’effigie de Sa Majesté la
Reine Elizabeth II par Susanna Blunt, avec les initiales
« SB » dans le coin inférieur gauche, à côté de la ligne de
démarcation du cou, les inscriptions « ELIZABETH II »,
« 25 CENTS » et « CANADA 2009 » figurant à la gauche,
en haut et à la droite respectivement,
(ii) dont le dessin gravé au revers représente un hockeyeur
levant les bras au ciel après avoir marqué un but, avec à
l’arrière-plan des arcs stylisés et une feuille d’érable colorée,
à la droite du dessin les initiales de l’artiste « JB » et en bas
l’inscription « 2002 MEN’S HOCKEY MASCULIN » et le
logo du Comité olympique canadien;
c) une pièce de vingt-cinq cents :
(i) dont le dessin gravé à l’avers est l’effigie de Sa Majesté la
Reine Elizabeth II par Susanna Blunt, avec les initiales
« SB » dans le coin inférieur gauche, à côté de la ligne de
démarcation du cou, les inscriptions « ELIZABETH II »,
« 25 CENTS » et « CANADA 2009 » figurant à la gauche,
en haut et à la droite respectivement,
(ii) dont le dessin gravé au revers représente une patineuse
de vitesse, avec à l’arrière-plan cinq bandes stylisées et une
feuille d’érable colorée, à la droite du dessin les initiales de
l’artiste « JB » et en bas l’inscription « CINDY KLASSEN
2006 » et le logo du Comité olympique canadien;
———
———
a
a
b
c
S.C. 1999, c. 4, s. 3
R.S., c. R-9
SOR/2000-161, s. 2
b
c
L.C. 1999, ch. 4, art. 3
L.R., ch. R-9
DORS/2000-161, art. 2
1629
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-227
(d) a twenty-five cent coin
(i) the obverse impression of which shall depict the effigy of
Her Majesty Queen Elizabeth II by Susanna Blunt, with the
initials “SB” on the bottom left-hand corner of the neckline
and the inscriptions “ELIZABETH II”, “25 CENTS” and
“CANADA 2009” appearing to the left, at the top and to the
right of the effigy, respectively, and
(ii) the reverse impression of which shall depict a design of
two hockey teammates rushing towards each other in mutual
admiration of the win against a background of a maple leaf,
the artist’s initials “JB” to the right of the design and the
words “2002 WOMEN’S HOCKEY FÉMININ” and the
Canadian Olympic Committee logo below the design;
(e) a twenty-five cent coin
(i) the obverse impression of which shall depict the effigy of
Her Majesty Queen Elizabeth II by Susanna Blunt, with the
initials “SB” on the bottom left-hand corner of the neckline
and the inscriptions “ELIZABETH II”, “25 CENTS” and
“CANADA 2009” appearing to the left, at the top and to the
right of the effigy, respectively, and
(ii) the reverse impression of which shall depict a design of a
goal scorer pumping his arms in the air against a background
of stylized arcs and a maple leaf, the artist’s initials “JB” to
the right of the design and the words “2002 MEN’S
HOCKEY MASCULIN” and the Canadian Olympic Committee logo below the design;
(f) a twenty-five cent coin
(i) the obverse impression of which shall depict the effigy of
Her Majesty Queen Elizabeth II by Susanna Blunt, with the
initials “SB” on the bottom left-hand corner of the neckline
and the inscriptions “ELIZABETH II”, “25 CENTS” and
“CANADA 2009” appearing to the left, at the top and to the
right of the effigy, respectively, and
(ii) the reverse impression of which shall depict a design of a
speedskater surrounded by five bands against a background
of a maple leaf, the artist’s initials “JB” to the right of the
design and the words “CINDY KLASSEN 2006” and the
Canadian Olympic Committee logo below the design.
d) une pièce de vingt-cinq cents :
(i) dont le dessin gravé à l’avers est l’effigie de Sa Majesté la
Reine Elizabeth II par Susanna Blunt, avec les initiales
« SB » dans le coin inférieur gauche, à côté de la ligne de
démarcation du cou, les inscriptions « ELIZABETH II »,
« 25 CENTS » et « CANADA 2009 » figurant à la gauche,
en haut et à la droite respectivement,
(ii) dont le dessin gravé au revers représente deux hockeyeuses se précipitant l’une vers l’autre pour savourer la victoire,
avec à l’arrière-plan une feuille d’érable, à la droite du dessin les initiales de l’artiste « JB » et en bas l’inscription
« 2002 WOMEN’S HOCKEY FÉMININ » et le logo du
Comité olympique canadien;
e) une pièce de vingt-cinq cents :
(i) dont le dessin gravé à l’avers est l’effigie de Sa Majesté la
Reine Elizabeth II par Susanna Blunt, avec les initiales
« SB » dans le coin inférieur gauche, à côté de la ligne de
démarcation du cou, les inscriptions « ELIZABETH II »,
« 25 CENTS » et « CANADA 2009 » figurant à la gauche,
en haut et à la droite respectivement,
(ii) dont le dessin gravé au revers représente un hockeyeur
levant les bras au ciel après avoir marqué un but, avec à
l’arrière-plan des arcs stylisés et une feuille d’érable, à la
droite du dessin les initiales de l’artiste « JB » et en bas
l’inscription « 2002 MEN’S HOCKEY MASCULIN » et le
logo du Comité olympique canadien en bas;
f) une pièce de vingt-cinq cents :
(i) dont le dessin gravé à l’avers est l’effigie de Sa Majesté la
Reine Elizabeth II par Susanna Blunt, avec les initiales
« SB » dans le coin inférieur gauche, à côté de la ligne de
démarcation du cou, les inscriptions « ELIZABETH II »,
« 25 CENTS » et « CANADA 2009 » figurant à la gauche,
en haut et à la droite respectivement,
(ii) dont le dessin gravé au revers représente une patineuse
de vitesse, avec à l’arrière-plan cinq bandes stylisées et une
feuille d’érable, à la droite du dessin les initiales de l’artiste
« JB » et en bas l’inscription « CINDY KLASSEN 2006 » et
le logo du Comité olympique canadien.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Royal Canadian Mint (Mint) wishes to produce six coins
with denominations of twenty-five cents as part of the 2007–2010
Olympic Circulation Coin Program depicting the three most
popular Canadian Olympic Winter Moments as selected by Canadians from the Top 10 Canadian Olympic Winter Moments contest. The top three moments would be featured in two versions,
coloured and non-coloured, on twenty-five cent circulation coins.
However, at present the Royal Canadian Mint is not authorized to
produce coins with the proposed new Olympic designs.
La Monnaie royale canadienne (la « Monnaie ») désire produire six pièces de vingt-cinq cents dans le cadre du Programme
de pièces de circulation olympiques 2007-2010. Ces pièces représenteront les trois plus grands moments qui auront été sélectionnés par les Canadiennes et les Canadiens, dans le cadre du
concours des 10 meilleurs moments canadiens des Jeux olympiques d’hiver. Chacun des trois moments serait représenté en deux
versions, soit une version colorée et une version non colorée, sur
des pièces de circulation de vingt-cinq cents. La Monnaie royale
canadienne n’est toutefois pas autorisée pour le moment à fabriquer des pièces arborant les nouveaux motifs olympiques
proposés.
1630
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-227
Pursuant to Sections 6.4 and 6.5 of the Royal Canadian Mint
Act, the Governor in Council may, by order, authorize the issue of
circulation coins of a denomination listed in Part 2 of the schedule
and determine the design of any circulation coin to be issued.
Thus, the purpose of this Order is to obtain Governor in Council
approval to issue six twenty-five cent coins bearing Olympicthemed designs depicting the three most popular Olympic Winter
Moments.
The objectives of the Olympic Circulation Coin Program include providing Canadians with an exciting program to celebrate
the 2010 Vancouver Olympic Winter Games, and heighten their
interest in circulation coins. The use of circulation coinage to
commemorate, celebrate or promote events of national significance or interest has proven to be very popular with the general
public. Because these coins are available at face value and circulated widely, public demand is high with many coins being collected and taken out of circulation. Commemorative circulation
coin programs create important benefits by contributing to the
overall success of the event being celebrated as well as generating
additional seigniorage (revenues for the government).
En vertu des articles 6.4 et 6.5 de la Loi sur la Monnaie royale
canadienne, la gouverneure en conseil peut, par décret, autoriser
l’émission de pièces de monnaie de circulation d’une des valeurs
nominales énumérées à la partie 2 de l’annexe et fixer le motif de
la pièce de circulation. Par conséquent, l’objet du présent décret
est de faire autoriser, par la gouverneure en conseil, l’émission de
pièces de vingt-cinq cents arborant des motifs soulignant les trois
plus grands moments des Jeux olympiques d’hiver.
Au nombre des objectifs du Programme de pièces de circulation olympiques, citons la mise sur pied d’un plan destiné à promouvoir les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010 à
Vancouver auprès des Canadiennes et des Canadiens. Le programme vise également à accroître l’intérêt de la population à
l’égard des pièces de circulation. L’utilisation de pièces de circulation pour commémorer, célébrer et promouvoir des événements
nationaux d’importance et d’intérêt s’est révélée très populaire
auprès du grand public. Puisque ces pièces sont en vente à leur
valeur nominale et qu’elles circulent largement, la demande du
public est forte. Les gens collectionnent bon nombre de pièces, ce
qui a pour effet de les retirer de la circulation. Les programmes de
pièces de circulation commémoratives engendrent des retombées
importantes, car ils contribuent à la réussite globale de l’événement célébré et génèrent un seigneuriage supplémentaire (revenus
pour le gouvernement du Canada).
Description and rationale
The Mint and Canada’s Olympic Broadcast Media Consortium
partnered to execute a national multi-platform Olympic program
by selecting and celebrating Canada’s Canadian Olympic Winter
Moments. Canadians were encouraged to learn about the Canadian Olympic Winter Moments through an interactive experience by voting for their favourite moment on line at
CTVOlympics.ca and RDSolympiques.ca.
Description et justification
La Monnaie et le Consortium médiatique canadien de diffusion
olympique se sont associés pour mettre en place un programme
olympique multi-plateformes visant à choisir et à célébrer les
grands moments du Canada aux Jeux olympiques d’hiver. Les
Canadiennes et les Canadiens ont ainsi été invités à en apprendre
plus sur les grands moments du Canada aux Jeux olympiques
d’hiver, en participant à une expérience interactive et en votant
en ligne pour leur moment préféré sur RDSolympiques.ca et
CTVOlympics.ca.
Un groupe d’experts indépendants a sélectionné des moments
parmi une liste des 55 grands moments de l’histoire des Jeux
olympiques et paralympiques d’hiver au Canada. Le groupe
d’experts était formé d’athlètes et de représentants des médias, du
Comité international olympique (CIO), du Comité olympique
canadien (COC), du Comité d’organisation des Jeux olympiques
et paralympiques d’hiver de 2010 à Vancouver (COVAN) et du
Comité International Paralympique (CIP). Les membres du
groupe ont été choisis afin d’assurer une juste représentation des
sexes, des deux langues officielles et des diverses régions et
cultures du Canada, ainsi que des divers organismes canadiens et
internationaux régissant les Jeux olympiques et paralympiques
d’hiver.
Les moments sélectionnés incluent tous les grands moments du
Canada aux Jeux olympiques d’hiver, depuis les Jeux olympiques
d’hiver de 1924 à Chamonix en France et les Jeux paralympiques
d’hiver de 1976 à Örnsköldsvik en Suède. Pour être admissibles,
les moments devaient répondre aux critères suivants :
• refléter les idéaux et les valeurs olympiques et paralympiques;
• susciter la fierté canadienne;
• inspirer le pays et avoir eu lieu pendant les Jeux olympiques
et paralympiques d’hiver.
An independent voting panel selected the Olympic Moments
from a comprehensive list of 55 of the greatest moments from
Canada’s Olympic and Paralympic Winter Games history. The
voting panel consisted of media, athletes, and representatives
from the International Olympic Committee (IOC), Canadian
Olympic Committee (COC), Vancouver Organizing Committee
for the 2010 Olympic and Paralympic Winter Games (VANOC)
and International Paralympic Committee (IPC). Members were
chosen to ensure fair representation of gender, the two official
languages and the diverse regions and cultures of Canada, as well
as the various Canadian and International Olympic and Paralympic Winter Games governing organizations.
Nominations included all top Canadian Olympic and Paralympic Winter moments beginning with the 1924 Olympic Winter
Games in Chamonix, France and the 1976 Paralympic Winter
Games in Örnsköldsvik, Sweden. Eligible moments met the following criteria:
• A moment reflective of the Olympic and Paralympic ideals
and values;
• A moment that instilled Canadian pride;
• A moment that inspired the country and took place at Olympic
or Paralympic Winter Games.
Based on the criteria, the following ten moments were selected
by the voting panel:
• Gaétan Boucher: two gold medals, one bronze medal, long
track speed skating, Sarajevo 1984
En fonction de ces critères, les dix moments que voici ont été
sélectionnés par le groupe d’experts :
• Gaétan Boucher — deux médailles d’or et une médaille de
bronze, patinage de vitesse longue piste, Sarajevo 1984
1631
2009-08-19
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-227
Marc Gagnon: gold medal, short track speed skating, Salt
Lake City 2002
Nancy Greene: gold medal and silver medal, downhill skiing,
Grenoble 1968
Clara Hughes: gold medal, long track speed skating, Turin
2006
Cindy Klassen: one gold medal, two silver medals and two
bronze medals, Turin 2006
Catriona Le May Doan: gold medal, long track speed skating,
Salt Lake City 2002
Men’s Hockey Team: gold medal, Salt Lake City 2002
Jamie Salé and David Pelletier: gold medal, figure skating,
Salt Lake City 2002
Women’s Hockey Team: gold medal, Salt Lake City 2002
Beckie Scott: gold medal, cross-country skiing, Salt Lake City
2002
From the top ten Olympic moments, the top three most popular
Olympic moments would be featured on twenty-five cent coins,
each with a mintage of 22 million (3 million for coloured and
19 million for non-coloured) and each coin would enter into circulation beginning in the Fall of 2009, leading up to the Vancouver
Olympic Games in 2010. The coins would be distributed through
financial institutions and Olympic partners such as RBC and
Petro Canada.
The results of the Canadian Olympic Winter Moments Contest
would be revealed in a one-hour prime-time broadcast special, in
French and English, in September 2009 on CTV, TSN and RDS.
This broadcast would also be streamed online and would be available on-demand on CTVOlympics.ca and RDSolympiques.ca.
The selected Olympic moment coins would be produced in two
different versions, coloured and non-coloured. The first design,
representing the men’s hockey team win of a gold medal in Salt
Lake City in 2002, would depict a goal scorer pumping his arms
in the air against a background of stylized arcs and a maple leaf.
The second design, representing the women’s hockey team win of
a gold medal in Salt Lake City in 2002, would depict two female
hockey teammates in mutual admiration of the win against a
background of a maple leaf. The third design, representing Cindy
Klassen’s win of five medals in Turin in 2006, would depict a
silhouette of speed skater Cindy Klassen surrounded by five
bands illustrative of her five medals against a background of a
maple leaf.
The Olympic Coin Program is in direct support of the 2002
Multi-Party Agreement made by three levels of government, the
national Olympic and Paralympic Committees and the Bid Corporation. This agreement includes a Canadian government commitment to “cooperate … on matters relating to an Olympic Coin
Program which may be developed in Canada for the purpose of
celebrating the games.” A copy of the 2002 Multi-Party Agreement is available at the following site: www.canada2010.gc.ca/
role/gc/020102MPA-eng.cfm.
Based on the seigniorage that previous Olympic coin programs
have generated, this program is expected to produce approximately $600,000 in seigniorage. Additional products featuring the
circulation coin will also be launched and are expected to generate additional revenue for the Mint. Seigniorage is the revenue to
1632
•
Marc Gagnon — médaille d’or, patinage de vitesse courte
piste, Salt Lake City 2002
• Nancy Greene — médaille d’or et d’argent, ski alpin, Grenoble 1968
• Clara Hughes — médaille d’or, patinage de vitesse longue
piste, Turin 2006
• Cindy Klassen — une médaille d’or, deux médailles d’argent
et deux médailles de bronze, patinage de vitesse, Turin 2006
• Catriona Le May Doan — médaille d’or, patinage de vitesse
longue piste, Salt Lake City 2002
• Équipe masculine de hockey — médaille d’or, Salt Lake City
2002
• Jamie Salé et David Pelletier — médaille d’or, patinage artistique, Salt Lake City 2002
• Équipe féminine de hockey — médaille d’or, Salt Lake City
2002
• Beckie Scott — médaille d’or, ski de fond, Salt Lake City
2002
Parmi les dix grands moments olympiques, les trois plus populaires seraient représentés sur des pièces de vingt-cinq cents, chacune tirée à 22 millions d’exemplaires (3 millions de pièces colorées et 19 millions de pièces non colorées). Les pièces seraient
mises en circulation à l’automne 2009, juste avant les Jeux olympiques de 2010 à Vancouver. Elles seraient distribuées par l’intermédiaire d’établissements financiers et de partenaires olympiques, comme RBC Banque Royale et Petro-Canada.
Les résultats du concours sur les 10 meilleurs moments canadiens des Jeux olympiques d’hiver seraient révélés dans le cadre
d’une émission spéciale d’une heure, en français et en anglais,
diffusée en septembre 2009 à une heure de grande écoute sur les
réseaux RDS, CTV et TSN. L’émission serait également diffusée
en continu et disponible sur les sites RDSolympiques.ca et
CTVOlympics.ca.
Les pièces sur les moments olympiques sélectionnées seraient
produites en deux versions, soit colorée et non colorée. Le premier motif, représentant la médaille d’or de l’équipe de hockey
masculine à Salt Lake City en 2002, illustrerait un hockeyeur
levant les bras au ciel après avoir marqué un but avec à l’arrièreplan des arcs stylisés et une feuille d’érable. Le deuxième motif,
représentant la médaille d’or de l’équipe de hockey féminine à
Salt Lake City en 2002, illustrerait deux hockeyeuses se précipitant l’une vers l’autre pour savourer la victoire avec à l’arrièreplan une feuille d’érable. Le troisième motif, représentant les cinq
médailles de Cindy Klassen à Turin en 2006, présenterait la silhouette de la patineuse de vitesse entourée de cinq bandes évoquant ses médailles, avec une feuille d’érable en arrière-plan.
Le Programme de pièces olympiques soutient directement une
entente multipartite conclue en 2002 entre trois paliers gouvernementaux, les comités olympiques et paralympiques nationaux
et la Société de la candidature. Dans le cadre de cette entente, le
gouvernement canadien s’engage notamment à « collaborer […]
concernant les questions liées aux programmes de pièces olympiques qui pourraient être instaurés au Canada pour célébrer les
Jeux ». Il est possible de consulter l’entente multipartite de 2002 à
l’adresse : www.canada2010.gc.ca/role/gc/020102MPA-fra.cfm.
Selon le seigneuriage engendré par les programmes de pièces
olympiques antérieurs, ce programme devrait générer environ
600 000 $ en seigneuriage. Il y aura lancement d’autres produits
mettant en vedette les pièces de circulation olympiques, lesquels
devraient générer des revenus supplémentaires pour la Monnaie.
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-227
the Government of Canada from the issue of circulation coins and
is equal to the difference between the face value of the coins and
the cost to produce, distribute, advertise and promote them.
Le seigneuriage représente les recettes que tire le gouvernement
du Canada de l’émission de pièces de circulation et équivaut à la
différence entre la valeur nominale des pièces et le coût pour les
produire, les distribuer, les faire connaître et les promouvoir.
Consultation
Consultation
The form of consultation used in this program was via an independent voting panel who selected the list of Canada’s top 10
Olympic moments, and then via the Top 10 Canadian Olympic
Winter Moments contest which ran from February 12 to
March 25, 2009. The Royal Canadian Mint and Canada’s Olympic Broadcast Media Consortium invited Canadians to celebrate
Canada’s history at the Olympic Winter Games by voting on the
Top 10 Canadian Olympic Winter Moments of all time. From
these, the top three most popular moments were selected for depiction on coins.
Dans le cadre de ce programme, la consultation a débuté par la
sélection, par un groupe d’experts indépendants, de la liste des
10 grands moments de l’histoire du Canada aux Jeux olympiques
et paralympiques d’hiver. Un concours sur les 10 meilleurs moments canadiens des Jeux olympiques d’hiver s’est ensuite tenu
du 12 février au 25 mars 2009. La Monnaie royale canadienne et
le Consortium médiatique canadien de diffusion olympique ont
invité les Canadiennes et les Canadiens à célébrer l’histoire du
Canada aux Jeux olympiques d’hiver en votant pour les 10 grands
moments du Canada aux Jeux olympiques d’hiver de tous les
temps. Parmi ces moments, les trois plus populaires ont été sélectionnés pour être représentés sur des pièces de monnaie.
Le Consortium médiatique canadien de diffusion olympique est
le fruit d’une collaboration entre les conglomérats médiatiques
CTV Inc. et Rogers Media Inc. qui travaillent de concert pour
offrir aux consommateurs une couverture et un choix de programmation pour les Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver et les Jeux olympiques d’été de 2012 à Londres, en français,
en anglais et dans plusieurs autres langues, diffusés sur diverses
plateformes. Parmi les canaux de diffusion officiels des Jeux
olympiques, mentionnons CTV, TSN, RDS, RIS Info-Sports,
Rogers Sportsnet, OMNI, OLN, TQS, APTN, ATN, MuchMusic,
CTVOlympics.ca, RDSolympiques.ca et The Globe and Mail, de
même que certaines stations de radiodiffusion Rogers partout au
pays.
Canada’s Olympic Broadcast Media Consortium is a relationship between media conglomerates CTV Inc. and Rogers Media
Inc., which together will provide coverage and consumer choice
in English, French and multi-languages on multiple platforms for
the Vancouver 2010 Olympic Winter Games and the London
2012 Olympic Summer Games. Official brands include CTV,
TSN, RDS, RIS Info-Sports, Rogers Sportsnet, OMNI, OLN,
TQS, APTN, ATN, MuchMusic, CTVOlympics.ca, RDSolympiques.ca, The Globe and Mail and select Rogers radio stations
across the country.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Leading up to the Vancouver 2010 Olympic and Paralympic
Winter Games, the first coin would enter into circulation in September 2009, with the second and third coins being launched in
November and December 2009 respectively. The coins would be
distributed through financial institutions and Olympic partners
such as RBC and Petro Canada.
En vue des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010
à Vancouver, la première pièce serait mise en circulation en septembre 2009, la deuxième en novembre 2009 et la troisième en
décembre 2009. Elles seraient distribuées par l’intermédiaire
d’établissements financiers et de partenaires olympiques, comme
RBC Banque Royale et Petro-Canada.
Contact
Personne-ressource
Marguerite F. Nadeau, Q.C.
Vice-President
General Counsel & Corporate Secretary
Corporate and Legal Affairs
Royal Canadian Mint
320 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G8
Telephone: 613-993-1732
Fax: 613-990-4665
Email: nadeau@mint.ca
Marguerite F. Nadeau, c.r.
Vice-présidente
Avocate générale et secrétaire de la Société
Affaires générales et juridiques
Monnaie royale canadienne
320, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G8
Téléphone : 613-993-1732
Télécopieur : 613-990-4665
Courriel : nadeau@monnaie.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1633
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-228
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-228
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-228
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
Order Amending the CCRFTA Sugar Aggregate
Quantity Limit Order
Décret modifiant le Décret limitant la quantité
globale des sucres – ALÉCCR
P.C. 2009-1230
C.P. 2009-1230
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to subsection 49.3(1)a of the Customs Tariff b, hereby makes the annexed
Order Amending the CCRFTA Sugar Aggregate Quantity Limit
Order.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu du
paragraphe 49.3(1)a du Tarif des douanesb, Son Excellence la
Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant le
Décret limitant la quantité globale des sucres – ALÉCCR,
ci-après.
ORDER AMENDING THE CCRFTA SUGAR
AGGREGATE QUANTITY LIMIT ORDER
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET LIMITANT LA
QUANTITÉ GLOBALE DES SUCRES – ALÉCCR
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 1 of the CCRFTA Sugar Aggregate Quantity Limit
Order1 is replaced by the following:
1. The aggregate quantity limit of goods of tariff item
Nos. 1701.91.90, 1701.99.90, 1702.90.11, 1702.90.12,
1702.90.13, 1702.90.14, 1702.90.15, 1702.90.16, 1702.90.17,
1702.90.18 and 1702.90.89 that are entitled to the Costa Rica
Tariff, for the period set out in column 1 of the schedule, is the
applicable aggregate quantity limit set out in column 2.
1. L’article 1 du Décret limitant la quantité globale des
sucres – ALÉCCR1 est remplacé par ce qui suit :
1. La quantité globale des marchandises des nos tarifaires
1701.91.90, 1701.99.90, 1702.90.11, 1702.90.12, 1702.90.13,
1702.90.14, 1702.90.15, 1702.90.16, 1702.90.17, 1702.90.18 et
1702.90.89 qui bénéficient du tarif du Costa Rica est limitée, pour
la période indiquée dans la colonne 1 de l’annexe, à la quantité
prévue dans la colonne 2.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which section 41 of the Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act, chapter 16 of the Statutes of Canada, 2009, comes
into force.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’article 41 de la Loi de mise en œuvre de l’Accord
de libre-échange Canada-Pérou, chapitre 16 des Lois du Canada (2009).
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
As a result of certain tariff item numbering changes being
introduced in the Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act (Bill C-24), consequential technical amendments are
required to two orders which implement Canada’s commitment
under the Canada-Costa Rica Free Trade Agreement (CCRFTA).
These tariff item numbering changes must be reflected in these
two orders to maintain Canada’s obligations for sugar imported
from Costa Rica under the CCRFTA.
Par suite de la renumérotation de certains numéros tarifaires
découlant de l’adoption de la Loi de mise en œuvre de l’Accord de
libre-échange Canada-Pérou (projet de loi C-24), des modifications techniques et corrélatives doivent être apportées à deux décrets qui mettent en œuvre les engagements du Canada en vertu
de l’Accord de libre-échange Canada-Costa Rica (ALÉCCR).
Cette nouvelle numérotation doit être prise en compte dans ces
deux décrets afin de maintenir les obligations du Canada relatives
au sucre importé du Costa Rica en vertu de l’ALÉCCR.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2009, c. 16, s. 41
S.C. 1997, c. 36
SOR/2002-400
1634
b
1
L.C. 2009, ch. 16, art. 41
L.C. 1997, ch. 36
DORS/2002-400
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-228
Description and rationale
Description et justification
The Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act
(Bill C-24) received Royal Assent on June 18, 2009 and is scheduled to come into force on August 1, 2009. Bill C-24 will introduce some structural changes in Chapter 17 of the Schedule to the
Customs Tariff with respect to refined sugar to accommodate the
tariff rate quota negotiated for imports from Peru. These tariff
item numbering changes will affect the way Canada implemented
the tariff rate quota provided for under the CCRFTA for these
products. More specifically, changes are being made as follows:
La Loi de mise en œuvre de l’Accord de libre-échange CanadaPérou (projet de loi C-24) a reçu la sanction royale le 18 juin
2009 et doit prendre effet le 1er août 2009. Le projet de loi C-24
apportera certains changements structurels au chapitre 17 de
l’annexe du Tarif des douanes portant sur le sucre raffiné afin de
mettre en œuvre le contingent tarifaire négocié à l’égard des importations du Pérou. Cette renumérotation de numéros tarifaires
aura un impact sur la façon dont le Canada a mis en œuvre le
contingent tarifaire avec le Costa Rica concernant ces produits.
Plus précisément, les changements qui suivent doivent être faits :
(1) La numérotation de certains numéros tarifaires à l’article 1
du Décret limitant la quantité globale des sucres – ALÉCCR qui
établit les quantités annuelles de sucre importé du Costa Rica
pouvant tirer parti de l’ALÉCCR doit être changé par suite de
l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange entre le Canada
et le Pérou (ALÉCP).
(2) La numérotation de certains numéros tarifaires énumérés à
l’article 1 du Décret de remise concernant les quantités globales
limites de sucre – ALÉCCR qui porte sur la remise des droits de
douane payés ou payables sur certaines quantités de sucre raffiné
en provenance du Costa Rica doit être changé par suite de l’entrée
en vigueur de l’ALÉCP.
Le Décret modifiant le Décret limitant la quantité globale des
sucres – ALÉCCR et le Décret modifiant le Décret de remise
concernant les quantités globales limites de sucre – ALÉCCR
apportent les changements nécessaires à la numérotation de numéros tarifaires pour maintenir les obligations du Canada en vertu
de l’ALÉCCR. Ces modifications techniques n’entraînent aucun
coût car elles ne font que tenir compte des nouveaux numéros
tarifaires introduits à la suite de la mise en œuvre d’ALÉCP.
(1) The numbering of some tariff items in Section 1 of the
CCRFTA Sugar Aggregate Quantity Limit Order, which sets out
annual quantities of sugar imported from Costa Rica that can
benefit from the CCRFTA, needs to be changed with the coming
into force of the Canada-Peru Free Trade Agreement (CPFTA).
(2) The tariff items listed in the definition section of the
CCRFTA Sugar Aggregate Quantity Limit Remission Order,
which remits customs duties paid or payable on certain quantities
of refined sugar originating in Costa Rica, needs to be changed
with the coming into force of the CPFTA.
As such, the Order Amending the CCRFTA Sugar Aggregate
Quantity Limit Order and the Order Amending the CCRFTA
Sugar Aggregate Quantity Limit Remission Order make the tariff
item changes necessary to maintain Canada’s obligations under
the CCRFTA. There are no costs associated with these technical
amendments as they simply reflect new tariff item numbers introduced by the implementation of the CPFTA.
Consultation
Consultation
These are technical amendments resulting from certain tariff
item numbering changes being introduced in the Canada-Peru
Free Trade Agreement Implementation Act. No consultations
were necessary.
Il s’agit de modifications techniques découlant de la renumérotation de certains numéros tarifaires prévue dans la Loi de mise
en œuvre de l’Accord de libre-échange Canada-Pérou. Aucune
consultation n’a été nécessaire.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Compliance with the terms and conditions of these Orders, as
amended, will continue to be monitored by officials of the Canada
Border Services Agency in the normal course of their administration of customs and tariff-related legislation and regulations.
Les fonctionnaires de l’Agence des services frontaliers du Canada surveilleront le respect des modalités de ces décrets, ainsi
modifiés, dans le cours normal de l’application de la législation et
des règlements régissant les douanes et les tarifs douaniers.
Contact
Personne-ressource
Diane Kelloway
International Trade Policy Division
Department of Finance
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-996-6470
Diane Kelloway
Division de la politique commerciale internationale
Ministère des Finances
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-996-6470
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
1635
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-229
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-229
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-229
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
Order Amending the CCRFTA Sugar Aggregate
Quantity Limit Remission Order
Décret modifiant le Décret de remise concernant
les quantités globales limites de sucre – ALÉCCR
P.C. 2009-1231
C.P. 2009-1231
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 115a
of the Customs Tariff b, hereby makes the annexed Order Amending the CCRFTA Sugar Aggregate Quantity Limit Remission
Order.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 115a du Tarif des douanesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant le Décret de
remise concernant les quantités globales limites de sucre –
ALÉCCR, ci-après.
ORDER AMENDING THE CCRFTA SUGAR
AGGREGATE QUANTITY LIMIT
REMISSION ORDER
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET DE REMISE
CONCERNANT LES QUANTITÉS GLOBALES
LIMITES DE SUCRE – ALÉCCR
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 1 of the CCRFTA Sugar Aggregate Quantity Limit
Remission Order1 is amended by replacing the definition of
“goods” with the following:
“goods” means refined sugar of tariff item Nos. 1701.91.90,
1701.99.90, 1702.90.11, 1702.90.12, 1702.90.13, 1702.90.14,
1702.90.15, 1702.90.16, 1702.90.17, 1702.90.18 and
1702.90.89. (marchandises)
1. La définition de « marchandises », à l’article 1 du Décret
de remise concernant les quantités globales limites de sucre –
ALÉCCR1, est remplacée par ce qui suit :
« marchandises » Sucre raffiné des nos tarifaires 1701.91.90,
1701.99.90, 1702.90.11, 1702.90.12, 1702.90.13, 1702.90.14,
1702.90.15, 1702.90.16, 1702.90.17, 1702.90.18 et 1702.90.89.
(goods)
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which section 41 of the Canada-Peru Free Trade Agreement Implementation Act, chapter 16 of the Statutes of Canada, 2009, comes
into force.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’article 41 de la Loi de mise en œuvre de l’Accord
de libre-échange Canada-Pérou, chapitre 16 des Lois du Canada (2009).
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
this Order appears at page 1634, following
SOR/2009-228.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce décret se trouve à la page 1634, à la suite du
DORS/2009-228.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 38, par. 145(2)(j)
S.C. 1997, c. 36
SOR/2003-124
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
1636
b
1
L.C. 2005, ch. 38, al. 145(2)j)
L.C. 1997, ch. 36
DORS/2003-124
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-230
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-230
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-230
Le 30 juillet 2009
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
Order Repealing Certain Orders Made Under the
Customs Tariff (Paper Burden Reduction
Initiative)
Décret visant l’abrogation de certains décrets pris
en vertu du Tarif des douanes (initiative de
réduction de la paperasserie)
P.C. 2009-1232
C.P. 2009-1232
July 30, 2009
Le 30 juillet 2009
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 115a
of the Customs Tariff b, hereby makes the annexed Order Repealing Certain Orders Made Under the Customs Tariff (Paper Burden Reduction Initiative).
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 115a du Tarif des douanesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret visant l’abrogation de
certains décrets pris en vertu du Tarif des douanes (initiative de
réduction de la paperasserie), ci-après.
ORDER REPEALING CERTAIN ORDERS MADE UNDER
THE CUSTOMS TARIFF (PAPER BURDEN
REDUCTION INITIATIVE)
DÉCRET VISANT L’ABROGATION DE CERTAINS
DÉCRETS PRIS EN VERTU DU TARIF DES
DOUANES (INITIATIVE DE RÉDUCTION
DE LA PAPERASSERIE)
REPEALS
ABROGATIONS
1. The following Orders are repealed:
(a) the Non-alcoholic Wine Remission Order1;
(b) the Beer Originating in the United States Remission
Order, 19932;
(c) the British Preferential Tariff Direct Shipment Without
Transhipment Exemption Order – Hong Kong Special Administrative Region of the People’s Republic of China3;
(d) the Order Respecting the Remission of Anti-Dumping and
Countervailing Duties on Certain Specialty Sugar Products4;
(e) the Remission Order Respecting Imports of Goods Originating in Commonwealth Developing Countries5;
(f) the Woven Fabrics and Shells of Woven Fabrics Remission Order6; and
(g) the Set Top Boxes Remission Order7.
1. Les décrets ci-après sont abrogés :
a) le Décret de remise des droits de douane sur le vin non alcoolisé1;
b) le Décret de remise des droits de douane sur la bière originaire des États-Unis de 19932;
c) le Décret soustrayant les marchandises assujetties au tarif
de préférence britannique à la condition de transport direct
sans transbordement (région administrative spéciale de Hong
Kong de la République populaire de Chine)3;
d) le Décret de remise des droits antidumping et compensateurs sur certains produits du sucre de spécialité4;
e) le Décret de remise visant les importations de marchandises originaires des pays en voie de développement du Commonwealth5;
f) le Décret de remise concernant les tissus et les housses fabriquées à partir de tissus6;
g) le Décret de remise concernant les boîtiers décodeurs7.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
1
2
3
4
5
6
7
S.C. 2005, c. 38, par. 142(e) and 145(2)(j)
S.C. 1997, c. 36
SOR/90-610
SOR/93-418
SOR/97-155
SOR/97-479
SOR/98-30
SOR/2002-259
SOR/2006-195
b
1
2
3
4
5
6
7
L.C. 2005, ch. 38, al. 142e) et 145(2)j)
L.C. 1997, ch. 36
DORS/90-610
DORS/93-418
DORS/97-155
DORS/97-479
DORS/98-30
DORS/2002-259
DORS/2006-195
1637
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-230
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
In Budget 2007, the Government announced a plan to reduce
the administrative and paper burden on small business. This initiative required key federal regulatory departments and agencies
to establish an inventory of administrative requirements and information obligations with which business must comply and
achieve a 20% reduction of those requirements and obligations.
This Order revokes certain orders made under the Customs Tariff
which will aid in the reduction of the inventory established by the
Department.
Dans son budget de 2007, le gouvernement a annoncé un plan
destiné à alléger le fardeau administratif et de paperasserie des
petites entreprises. Cette initiative obligeait les principaux ministères et organismes fédéraux à vocation réglementaire à dresser
un inventaire des exigences administratives et documentaires
auxquelles les entreprises doivent se conformer, et à alléger de
20 % le fardeau de ces exigences et obligations. Ce décret abroge
certains décrets pris en vertu du Tarif des douanes qui facilitera la
réduction de l’inventaire établi par le ministère.
Description and rationale
Description et justification
The Department’s analysis of orders and regulations under the
Customs Tariff resulted in the identification of seven orders that
could be repealed as they are no longer in use or valid. This Order
repeals the following orders:
• Non-alcoholic Wine Remission Order
• Beer Originating in the United States Remission Order, 1993
• British Preferential Tariff Direct Shipment Without Transhipment Exemption Order — Hong Kong Special Administrative Region of the People’s Republic of China
• Order Respecting the Remission of Anti-Dumping and
Countervailing Duties on Certain Specialty Sugar Products
• Remission Order Respecting Imports of Goods Originating in
Commonwealth Developing Countries
• Woven Fabrics and Shells of Woven Fabrics Remission Order
• Set Top Boxes Remission Order
L’analyse des décrets et des règlements relevant du Tarif des
douanes effectuée par le Ministère a permis de recenser sept décrets qui pourraient être abrogés puisqu’ils ne sont plus en usage
ou valides. Le présent décret abroge les décrets suivants :
• Décret de remise des droits de douane sur le vin non alcoolisé
• Décret de remise des droits de douane sur la bière originaire
des États-Unis de 1993
• Décret soustrayant les marchandises assujetties au tarif de
préférence britannique à la condition de transport direct sans
transbordement (région administrative spéciale de Hong Kong
de la République populaire de Chine)
• Décret de remise des droits antidumping et compensateurs sur
certains produits du sucre de spécialité
• Décret de remise visant les importations de marchandises
originaires des pays en voie de développement du
Commonwealth
• Décret de remise concernant les tissues et les housses fabriquées à partir de tissus
• Décret de remise concernant les boîtiers décodeurs
Consultation
Consultation
The decision to repeal the orders was based on the outcome of
the Department’s review of administrative requirements and information obligations under the paper burden initiative. Internal
consultations confirmed that these orders were no longer in use or
no longer valid and therefore could be repealed. No further consultation is required.
La décision d’abroger ces décrets résulte de l’examen, par le
ministère, des exigences administratives et documentaires dans le
cadre de l’initiative de réduction de la paperasserie. Les consultations internes confirment que ces décrets ne sont plus valides ou
ne sont plus utilisés, et qu’ils peuvent donc être abrogés. Il n’y a
pas lieu de tenir d’autres consultations.
Contact
Personne-ressource
Diane Kelloway
International Trade Policy Division
Department of Finance
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-996-6470
Diane Kelloway
Division de la politique commerciale internationale
Ministère des finances
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-996-6470
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
1638
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Registration
SOR/2009-231
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
July 30, 2009
Enregistrement
DORS/2009-231
Le 30 juillet 2009
AERONAUTICS ACT
LOI SUR L’AÉRONAUTIQUE
Ottawa Macdonald-Cartier International Airport
Zoning Regulations
Règlement de zonage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa
P.C. 2009-1267
C.P. 2009-1267
July 30, 2009
Whereas, pursuant to subsection 5.5(1)a of the Aeronautics
Actb, a notice of the proposed Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Regulations, was published in two successive issues of the Canada Gazette, Part I, on March 15 and
March 22, 2008, and issues of the Ottawa Citizen and Le Droit on
March 26 and 29, 2008 and May 2 and 3, 2008, and a reasonable
opportunity was thereby afforded to interested persons to make
representations to the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities with respect to the proposed Regulations;
Whereas a purpose of the proposed Regulations is to prevent
lands adjacent to or in the vicinity of an airport or airport site
from being used or developed in a manner that is, in the opinion
of the Minister of Transport, Infrastructure and Communities,
incompatible with the safe operation of an airport or aircraft;
And whereas a purpose of the proposed Regulations is to prevent lands adjacent to or in the vicinity of facilities used to provide services relating to aeronautics from being used or developed
in a manner that would, in the opinion of the Minister of Transport, Infrastructure and Communities, cause interference with
signals or communications to and from aircraft or to and from
those facilities;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and Communities, pursuant to paragraphs 5.4(2)(b)a and (c)a
of the Aeronautics Actb, hereby makes the annexed Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Regulations.
Le 30 juillet 2009
Attendu que, conformément au paragraphe 5.5(1)a de la Loi sur
l’aéronautiqueb, un avis du projet de règlement intitulé Règlement
de zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier
d’Ottawa, a été publié dans deux numéros consécutifs de la Gazette du Canada Partie I les 15 et 22 mars 2008, ainsi que dans
deux numéros consécutifs du Le Droit et du Ottawa Citizen les 26
et 29 mars 2008 et les 2 et 3 mai 2008, et que les intéressés ont
ainsi eu la possibilité de présenter au ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations à cet égard;
Attendu que le projet de règlement vise à empêcher un usage
ou un aménagement des biens-fonds situés aux abords ou dans le
voisinage d’un aéroport ou d’une zone aéroportuaire, incompatible, selon le ministre des Transports, de l’Infrastructure et des
Collectivités, avec la sécurité d’utilisation des aéronefs ou
d’exploitation des aéroports;
Attendu que le projet de règlement vise à empêcher un usage
ou un aménagement des biens-fonds situés aux abords ou dans le
voisinage d’installations comportant des équipements destinés à
fournir des services liés à l’aéronautique, qui causerait, selon le
ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités,
des interférences dans les communications avec les aéronefs et les
installations,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu des alinéas 5.4(2)b)a et c)a de la Loi sur l’aéronautiqueb, Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement de zonage
de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa,
ci-après.
OTTAWA MACDONALD-CARTIER INTERNATIONAL
AIRPORT ZONING REGULATIONS
RÈGLEMENT DE ZONAGE DE L’AÉROPORT
INTERNATIONAL MACDONALD-CARTIER D’OTTAWA
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
1. (1) The following definitions apply in these Regulations.
“airport” means the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport, in the City of Ottawa, in the Province of Ontario.
(aéroport)
“airport reference point” means a point near the centre of the airport as described in Part 1 of the schedule. (point de référence
de l’aéroport)
“bird hazard zone” means the area in the immediate vicinity of
the airport as described in Part 7 of the schedule. (zone de péril
aviaire)
“outer surface” means the imaginary surface located above and in
the immediate vicinity of the airport as described in Part 3 of
the schedule. (surface extérieure)
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« aéroport » L’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa,
dans la ville d’Ottawa, dans la province d’Ontario. (airport)
« point de référence de l’aéroport » Point qui est situé à proximité
du centre de l’aéroport et dont la description figure à la partie 1
de l’annexe. (airport reference point)
« surface de bande » Surface imaginaire associée aux pistes de
l’aéroport, y compris les pistes ou les prolongements de piste
proposés, qui est aménagée pour le décollage et l’atterrissage
des aéronefs dans une direction donnée, et dont la description
figure à la partie 4 de l’annexe. (strip surface)
———
———
a
a
b
R.S., c. 33 (1st Supp.), s. 1
R.S., c. A-2
b
L.R., ch. 33 (1er suppl.), art. 1
L.R., ch. A-2
1639
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
“strip surface” means an imaginary surface associated with the
airport runways as described in Part 4 of the schedule, including proposed runways or runway extensions, prepared for the
take-off and landing of aircraft in a particular direction. (surface de bande)
“take-off/approach surface” means an imaginary inclined surface
as described in Part 2 of the schedule, that extends upward and
outward from each end of a strip surface. (surface de décollage/d’approche)
“transitional surface” means an imaginary inclined surface as
described in Part 5 of the schedule, that extends upward and
outward from the lateral limits of a strip surface and a takeoff/approach surface. (surface de transition)
(2) For the purposes of these Regulations, the assigned elevation of the airport reference points is 106.790 m above sea level,
Canadian Geodetic Vertical Datum — CGVD28.
« surface de décollage/d’approche » Surface inclinée imaginaire
qui s’élève vers l’extérieur à partir de chaque extrémité d’une
surface de bande et dont la description figure à la partie 2 de
l’annexe. (take-off/approach surface)
« surface de transition » Surface inclinée imaginaire qui s’élève
vers l’extérieur à partir des limites latérales d’une surface de
bande et d’une surface de décollage/d’approche, et dont la description figure à la partie 5 de l’annexe. (transitional surface)
« surface extérieure » Surface imaginaire qui est située au-dessus
et dans le voisinage immédiat de l’aéroport et dont la description figure à la partie 3 de l’annexe. (outer surface)
« zone de péril aviaire » La zone qui est située dans le voisinage
immédiat de l’aéroport et dont la description figure à la partie 7
de l’annexe. (bird hazard zone)
(2) Pour l’application du présent règlement, l’altitude attribué
des points de référence de l’aéroport est de 106,790 m au-dessus
du niveau de la mer, Système canadien de référence altimétrique
(CGVD28).
APPLICATION
APPLICATION
2. These Regulations apply in respect of all land, including
public road allowances, that is adjacent to or in the vicinity of the
airport, within the outer limit described in Part 6 of the schedule.
2. Le présent règlement s’applique aux biens-fonds, y compris
les emprises de voies publiques, situés aux abords ou dans le voisinage de l’aéroport, dans la limite extérieure décrite à la partie 6
de l’annexe.
BUILDING RESTRICTIONS
LIMITES DE CONSTRUCTIONS
3. No person shall erect or construct, on land in respect of
which these Regulations apply, a building, structure or object, or
an addition to an existing building, structure or object, any part of
which would, at the location of that part of the building, structure,
object or addition, exceed in elevation
(a) a take-off/approach surface;
(b) the outer surface;
(c) a transitional surface; or
(d) a strip surface.
3. Il est interdit, sur un bien-fonds visé par le présent règlement, d’ériger ou de construire un bâtiment, ouvrage ou objet, ou
un rajout à un bâtiment, ouvrage ou objet existant, dont une partie
serait plus élevée, à l’endroit où se trouve cette partie, que l’une
quelconque des surfaces suivantes :
a) les surfaces de décollage/d’approche;
b) la surface extérieure;
c) les surfaces de transition;
d) une surface de bande.
INTERFERENCE WITH COMMUNICATION
INTERFÉRENCE DANS LES COMMUNICATIONS
4. No owner or lessee of land within the limit of the outer surface shall permit any part of that land to be used or developed in a
manner that causes interference with any signal or communication to or from an aircraft or any facility used to provide services
relating to aeronautics.
4. Il est interdit au propriétaire ou au locataire d’un bien-fonds
visé par le présent règlement de permettre un usage ou un aménagement de toute partie de celui-ci qui cause des interférences dans
les communications avec les aéronefs ou les installations comportant des équipements destinés à fournir des services liés à
l’aéronautique.
NATURAL GROWTH
VÉGÉTATION
5. No owner or lessee of land in respect of which these Regulations apply shall permit any part of an object of natural growth
that is on the land to grow to a height that exceeds, at the location
of that part of the object, the elevation of any surface referred to
in section 3.
5. Il est interdit au propriétaire ou au locataire d’un bien-fonds
visé par le présent règlement de laisser croître toute partie de la
végétation au-delà de la hauteur, à l’endroit où se trouve cette
partie, de l’une quelconque des surfaces visées à l’article 3.
BIRD HAZARD
PÉRIL AVIAIRE
6. No owner or lessee of land within the limits of the bird hazard zone shall permit any part of that land to be used for activities
or uses attracting birds that create a hazard to aviation safety.
6. Il est interdit au propriétaire ou au locataire d’un bien-fonds
situé dans les limites de la zone de péril aviaire de permettre
l’utilisation de toute partie de celui-ci pour des activités ou des
usages qui attirent les oiseaux qui constituent un danger pour la
sécurité aéronautique.
1640
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
REPEAL
ABROGATION
7. The Ottawa International Airport Zoning Regulations1 are
repealed.
7. Le Règlement de zonage de l’aéroport international
d’Ottawa1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on the day on which
the requirements prescribed in subsection 5.6(2) of the Aeronautics Act are met.
8. Le présent règlement entre en vigueur à la date où les
exigences prévues au paragraphe 5.6(2) de la Loi sur l’aéronautique sont respectées.
SCHEDULE
(Subsection 1(1) and section 2)
ANNEXE
(paragraphe 1(1) et article 2)
In this schedule, all grid coordinates are in metres (m) and refer
to the 1927 North American Datum (1974 adjustment), Zone 18,
Universal Transverse Mercator (UTM) projection. Grid coordinates have been computed using a combined average scale factor
of 0.9996160.
Dans la présente annexe, toutes les coordonnées du quadrillage
sont en mètres (m) et font référence aux coordonnées de la projection universelle transverse de Mercator (UTM), zone 18, suivant
le Système de référence nord-américain de 1927 (compensation
de 1974). Elles ont été calculées à l’aide d’un facteur d’échelle
moyen combiné de 0,9996160.
Dans la présente annexe, toutes les valeurs d’altitude sont en
mètres (m), suivant le Système canadien de référence altimétrique
(CGVD28).
In this schedule, all elevation values are in metres (m) and refer
to the Canadian Geodetic Vertical Datum — CGVD28.
PART 1
PARTIE 1
DESCRIPTION OF THE AIRPORT REFERENCE POINTS
DESCRIPTION DES POINTS DE RÉFÉRENCE
DE L’AÉROPORT
The airport reference points A and B, shown on Ottawa
Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006
94-128, Sheet 13, dated February 20, 1996, are points that may be
located by:
For airport reference point A
commencing at the intersection of the centrelines of runways
07L-25R and 14-32, having grid coordinates of 447 841.99 E and
5 018 054.69 N;
thence northwesterly along the centreline of runway 14-32,
975.36 m to a point;
thence northeasterly and perpendicular to the centreline of runway 14-32, 304.80 m to the airport reference point A, having grid
coordinates of 447 243.76 E and 5 018 882.67 N.
Les points de référence A et B de l’aéroport, figurant sur le
plan de zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier
d’Ottawa no 06-006 94-128, feuille 13, daté du 20 février 1996,
sont des points qui peuvent être déterminés comme suit :
Pour le point de référence A de l’aéroport
Commençant à l’intersection des axes des pistes 07L-25R et
14-32, dont les données du quadrillage sont 447 841,99 E. et
5 018 054,69 N.;
de là en direction nord-ouest suivant l’axe de la piste 14-32, sur
une distance de 975,36 m jusqu’à un point;
de là en direction nord-est et perpendiculairement à l’axe de la
piste 14-32, sur une distance de 304,80 m jusqu’au point de référence A de l’aéroport, dont les coordonnées du quadrillage sont
447 243,76 E. et 5 018 882,67 N.
Pour le point de référence B de l’aéroport
Commençant à l’intersection des axes des pistes 07L-25R et
14-32, dont les données du quadrillage sont 447 841,99 E. et
5 018 054,69 N.;
de là en direction sud-est, suivant l’axe actuel et l’axe prévu de la
piste 14-32, sur une distance de 1 737,36 m jusqu’à un point;
de là en direction nord-est et perpendiculairement à l’axe prévu
de la piste 14-32, sur une distance de 304,80 m jusqu’au point de
référence B de l’aéroport, dont les coordonnées du quadrillage
sont 449 415,16 E. et 5 017 258,42 N.
For airport reference point B
commencing at the intersection of the centrelines of runways
07L-25R and 14-32, having grid coordinates of 447 841.99 E and
5 018 054.69 N;
thence southeasterly along the centreline and projected centreline
of runway 14-32, 1 737.36 m to a point;
thence northeasterly and perpendicular to the projected centreline
of runway 14-32, 304.80 m to the airport reference point B, having grid coordinates of 449 415.16 E and 5 017 258.42 N.
———
———
1
1
C.R.C., c. 100
C.R.C., ch. 100
1641
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
PART 2
PARTIE 2
DESCRIPTION OF THE TAKE-OFF/APPROACH SURFACES
DESCRIPTION DES SURFACES DE
DÉCOLLAGE/D’APPROCHE
The elevation of a take-off/approach surface at any point is
equal to the elevation of the nearest point on the centreline of that
take-off/approach surface.
The elevation of a take-off/approach surface centreline is calculated from the elevation of the abutting end of the strip surface,
increasing at the constant ratios as provided herein.
L’altitude d’une surface de décollage/d’approche est en tout
point égale à l’altitude du point le plus proche sur l’axe de la surface de décollage/d’approche.
L’altitude de l’axe d’une surface de décollage/d’approche est
calculée d’après l’altitude de l’extrémité de la surface de bande
attenante et augmente suivant les rapports constants indiqués dans
la présente partie.
Les surfaces de décollage/d’approche, figurant sur le plan de
zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa
no 06-006 94-128, feuilles 1 à 10, 12, 13, 14, 16 à 22 et 24 à 40,
daté du 20 février 1996, sont des surfaces attenantes à chacune
des extrémités des surfaces de bande associées aux pistes 07R25L, 07L-25R, 07C-25C, 14-32 et 04-22, et sont décrites comme
suit :
a) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la surface de bande associée à la piste 07R-25L
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la
verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à
partir de l’extrémité de la surface de bande; le bord extérieur
mesure 2 400,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe
et se trouve à 290,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité
de la surface de bande;
b) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la surface de bande associée à la piste 07R-25L
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la
verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
c) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la surface de bande associée à la piste 07L-25R
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la
verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
The take-off/approach surfaces, shown on Ottawa MacdonaldCartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128,
Sheets 1 to 10, 12, 13, 14, 16 to 22 and 24 to 40 dated February 20, 1996, are surfaces abutting each end of the strip surfaces
associated with runways 07R-25L, 07L-25R, 07C-25C, 14-32,
and 04-22. The take-off/approach surfaces are described as
follows:
(a) the take-off/approach surface abutting the 07R end of the
strip surface associated with runway 07R-25L, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(b) the take-off/approach surface abutting the 25L end of the
strip surface associated with runway 07R-25L, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(c) the take-off/approach surface abutting the 07L end of the
strip surface associated with runway 07L-25R, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
1642
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
(d) the take-off/approach surface abutting the 25R end of the
strip surface associated with runway 07L-25R, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(e) the take-off/approach surface abutting the 07C end of the
strip surface associated with runway 07C-25C, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 616.390 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(f) the take-off/approach surface abutting the 25C end of the
strip surface associated with runway 07C-25C, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 616.390 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(g) the take-off/approach surface abutting the 14 end of the
strip surface associated with runway 14-32, consisting of an inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to
60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the imaginary line drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface having a
length of 600.000 m on either side of the projected centreline
and a height of 50.000 m above the elevation at the end of the
strip surface; thence continuing upward at a ratio of 1.000 m
measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising
to the outer edge of the take-off/approach surface being the
boundary between the Province of Ontario and the Province of
Quebec lying between the intersections of the lateral limits of
the take-off/approach surface abutting the 14 end of the strip
surface associated with runway 14-32 with the boundary between the Province of Ontario and the Province of Quebec;
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
d) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la surface de bande associée à la piste 07L-25R
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la
verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
e) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C de la surface de bande associée à la piste 07C-25C
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la
verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 616,390 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
f) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de la surface de bande associée à la piste 07C-25C
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la
verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 616,390 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
g) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14
de la surface de bande associée à la piste 14-32 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne
imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant
l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de bande; la ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande mesure
600,000 m de chaque côté du prolongement et se trouve à
50,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité de la surface de
bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison de 1,000 m
1643
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
(h) the take-off/approach surface abutting the 32 end of the
strip surface associated with runway 14-32, consisting of an inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to
60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(i) the take-off/approach surface abutting the 04 end of the strip
surface associated with runway 04-22, consisting of an inclined
surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to
25.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the
take-off/approach surface drawn at right angles to the projected
centreline of the strip surface and distant 2 500.000 m measured horizontally from the end of the strip surface; the outer
edge having a length of 280.000 m on either side of the projected centreline and a height of 100.000 m above the elevation
at the end of the strip surface; and
(j) the take-off/approach surface abutting the 22 end of the strip
surface associated with runway 04-22, consisting of an inclined
surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to
25.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the
take-off/approach surface drawn at right angles to the projected
centreline of the strip surface and distant 2 500.000 m measured horizontally from the end of the strip surface; the outer
edge having a length of 280.000 m on either side of the projected centreline and a height of 100.000 m above the elevation
at the end of the strip surface.
suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche, qui
consiste en la limite entre les provinces d’Ontario et de Québec, située entre les intersections des limites latérales de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32 et de la limite entre
les provinces d’Ontario et de Québec;
h) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32
de la surface de bande associée à la piste 14-32 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne
imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant
l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison de
1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
i) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 04
de la surface de bande associée à la piste 04-22 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
25,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche tracée à angle droit
par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande et
à une distance suivant l’horizontale de 2 500,000 m à partir de
l’extrémité de la surface de bande; le bord extérieur mesure
280,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe et se
trouve à 100,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité de la
surface de bande;
j) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 22
de la surface de bande associée à la piste 04-22 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
25,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche tracée à angle droit
par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande et
à une distance suivant l’horizontale de 2 500,000 m à partir de
l’extrémité de la surface de bande; le bord extérieur mesure
280,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe et se
trouve à 100,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité de la
surface de bande.
PART 3
PARTIE 3
DESCRIPTION OF THE OUTER SURFACE
DESCRIPTION DE LA SURFACE EXTÉRIEURE
The outer surface, shown on Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, Sheets 1 to 4, 6
to 20 and 22 to 24, dated February 20, 1996, is an imaginary surface established at a constant elevation that is 45.000 m above the
assigned elevation of the airport reference points, except that,
where that surface is less than 9.000 m above the surface of the
ground, the outer surface is located at 9.000 m above the surface
of the ground. The limit of the outer surface is described as
follows:
All those lands situate in the City of Ottawa, formerly in the
Cities of Ottawa, Nepean and Gloucester;
La surface extérieure, figurant sur le plan de zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006 94128, feuilles 1 à 4, 6 à 20 et 22 à 24, daté du 20 février 1996, est
une surface imaginaire établie à une altitude constante qui est de
45,000 m au-dessus de l’altitude attribuée des points de référence de l’aéroport; cette surface extérieure est toutefois située à
9,000 m au-dessus de la surface du sol lorsque la surface décrite
ci-dessus est à moins de 9,000 m au-dessus de la surface du sol.
Les limites de la surface extérieure sont décrites comme suit :
Tous les biens-fonds situés dans les anciennes villes d’Ottawa,
de Nepean et de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
1644
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
commencing at the southeastern corner of Lot 27, Concession 4
Rideau Front, in the Geographic Township of Gloucester, now in
the City of Ottawa (see Sheet 20);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27 (see
Sheet 19);
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 27, Concession 4 Rideau Front, in a straight line across the
allowance for road between Concession 4 Rideau Front and
Concession 3 Rideau Front to the intersection with the western
limit of the allowance for road between Concession 4 Rideau
Front and Concession 3 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester (see Sheet 24);
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 4 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 3 Rideau
Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 3 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 3 Rideau Front;
thence southwesterly in a straight line across the allowance for
road between Concession 3 Rideau Front and the Gore Concession to the southeastern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Gore
Concession, to the southwestern corner of Lot 27, Gore
Concession;
thence southerly along the eastern boundary of Lot 27, in Concession 2 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 27,
Concession 2 Rideau Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester
(see Sheet 23);
thence northerly along the western boundaries of Lots 27 and 26,
Concession 2 Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 26,
Concession 2 Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 26 and 25, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 25, Concession 2 Rideau Front;
thence northerly along the western boundaries of Lots 25, 24, 23
and 22, Concession 2 Rideau Front, to the intersection with the
easterly production of the southern boundary of Lot 22, in Concession 1 Rideau Front;
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 22, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 1 Rideau
Front, to the southeastern corner of Lot 22, Concession 1 Rideau
Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 22,
Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the eastern
limit of Regional Road Number 19, also known as River Road
(see Sheet 22);
thence in a northerly direction along the eastern limit of Regional
Road Number 19, also known as River Road, to the intersection
with the southern boundary of Lot 16, Concession 1 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester (see Sheet 17);
Commençant à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession 4
donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 20);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot (voir la feuille 19);
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, en ligne
droite, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 4
donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau,
jusqu’à l’intersection de la limite ouest de cette emprise de voie
publique, dans le canton géographique de Gloucester (voir la
feuille 24);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 4 donnant sur la Rideau et la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est du
lot 27, dans la concession 3 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession;
de là en direction sud-ouest, en ligne droite, traversant l’emprise
de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession Gore;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce lot, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite est du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 23);
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 27 et 26,
dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 26, dans cette concession;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 26 et 25, dans la concession 2 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 25, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 25, 24,
23 et 22, dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection du prolongement est de la limite sud du lot 22, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 22, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 2 donnant sur la
Rideau et la concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
sud-est de ce lot, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite est de la route régionale n° 19, aussi connue sous le nom de
chemin River (voir la feuille 22);
de là en direction nord, le long de la limite est de la route
régionale no 19, aussi connue sous le nom de chemin River,
jusqu’à l’intersection de la limite sud du lot 16, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 17);
1645
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence westerly across Regional Road Number 19, also known as
River Road, along the southern boundary of Lot 16, Concession 1
Rideau Front, in the Geographic Township of Gloucester, to the
high water mark on the east bank of the Rideau River and Rideau
Canal;
thence westerly in a straight line across the Rideau River and
Rideau Canal to the intersection of the high water mark on the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal and the southern
boundary of Lot 15, Concession 1 Rideau Front, in the Geographic Township of Nepean, now in the City of Ottawa;
thence in a northerly direction along the high water mark on the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the northern boundary of Lot 15, Concession 1
Rideau Front, in the Geographic Township of Nepean;
thence westerly along the northern boundary of Lot 15, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the western limit
of Leikin Drive, according to a plan registered in the Land
Registry Office for the Land Titles Division of Ottawa-Carleton
(Number 4) as 4M-821;
thence southerly along the western limit of Leikin Drive to the
northern limit of Crestway Drive, as shown on registered
plan 4M-821;
thence westerly and southerly along the northern limit of Crestway Drive to the western boundary of registered plan 4M-821,
also being a point in the eastern boundary of a plan registered in
the Registry Office for the Land Titles Division of OttawaCarleton (Number 4) as 4M-905 (see Sheet 16);
thence northerly along the eastern boundary of registered plan
4M-905 to the northeast corner of registered plan 4M-905;
thence westerly along the northern boundary of registered plan
4M-905 to the northwest corner of registered plan 4M-905;
thence along the production westerly of the northern boundary of
registered plan 4M-905 to the intersection with the eastern limit
of the original allowance for road between Concession 1 Rideau
Front and Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Nepean;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 15 and 16, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 16, in Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 20, Concession 1
Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 20 and 21, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 21, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 25, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 11);
1646
de là en direction ouest, traversant la route régionale no 19, aussi
connue sous le nom de chemin River, le long de la limite sud du
lot 16, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester, jusqu’à la laisse des hautes eaux de
la rive est de la rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction ouest, en ligne droite, traversant la rivière
Rideau et le canal Rideau, jusqu’à l’intersection de la laisse des
hautes eaux de la rive ouest de cette rivière et de ce canal et de la
limite sud du lot 15, dans la concession 1 donnant sur la Rideau,
dans le canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville
d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite nord du lot 15, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Nepean;
de là en direction ouest, le long de la limite nord du lot 15, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite ouest de la promenade Leikin, selon le plan enregistré sous
le numéro 4M-821 au Bureau d’enregistrement de la Division
d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton
(no 4);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de la promenade
Leikin, jusqu’à la limite nord de la promenade Crestway, selon le
plan enregistré no 4M-821;
de là en direction ouest et sud, le long de la limite nord de la
promenade Crestway, jusqu’à la limite ouest du plan enregistré
no 4M-821, constituant également un point de la limite est du plan
enregistré sous le numéro no 4M-905, au Bureau d’enregistrement
immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers
d’Ottawa-Carleton (no 4) (voir la feuille 16);
de là en direction nord, le long de la limite est du plan enregistré
no 4M-905, jusqu’à l’angle nord-est de ce plan;
de là en direction ouest, le long de la limite nord du plan enregistré no 4M-905, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan;
de là, le long du prolongement ouest de la limite nord du plan
enregistré no 4M-905, jusqu’à l’intersection de la limite est de
l’emprise de voie publique initiale entre la concession 1 donnant
sur la Rideau et la concession 2 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Nepean;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 15 et 16, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 16, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 20, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 25, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 11);
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 25 and 26, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 26, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 27, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 6);
thence easterly along the northern boundary of Lot 27, in Concession 1 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 27,
Concession 1 Rideau Front;
thence easterly along the production of the northern boundary of
Lot 27, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the intersection with the eastern limit of the allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession A
Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the northwestern corner of Lot 30, Concession A Rideau
Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 30 and 31, in Concession A Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 31, Concession A Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the northwestern corner of Lot 32, Concession A Rideau
Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 1);
thence easterly along the northern boundary of Lot 32, Concession A Rideau Front, to a point in the western limit of Block B
as shown on a plan registered in the Land Registry Office for
the Registry Division of Ottawa-Carleton (Number 4) as
plan 521472;
thence northerly along the western limit of Blocks B and A in
registered plan 521472 to the northwesterly corner of Block A in
registered plan 521472, also being a point in the southeastern
limit of Meadowlands Drive;
thence northeasterly along the southeastern limit of Meadowlands
Drive, as shown on registered plan 521472, to the northeastern
corner of Block E in registered plan 521472;
thence southerly along the eastern limit of Block E in registered
plan 521472 to the most northern corner of Carleton Condominium Plan No. 5;
thence southerly along the eastern limit of Carleton Condominium Plan No. 5 to the northern limit of Carleton Condominium Plan No. 5;
thence easterly along the northern limit of Carleton Condominium
Plan No. 5, to the northeastern corner, also being a point on the
western limit of Chesterton Drive as shown on a plan registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plan 495960;
thence easterly in a straight line across Chesterton Drive to the
northwestern corner of Lot 29 in registered plan 495960;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 6);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 27, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre cette concession et la concession
A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite est de
cette emprise de voie publique;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest
du lot 30, dans la concession A donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 30 et 31, dans la concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 31, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest
du lot 32, dans la concession A donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Nepean (voir la feuille 1);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 32, dans la
concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à un point de la limite
ouest du bloc B, selon le plan enregistré sous le numéro 521472
au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4);
de là en direction nord, le long de la limite ouest des blocs B et A,
selon le plan enregistré no 521472, jusqu’à l’angle nord-ouest du
bloc A, selon ce plan, constituant également un point de la limite
sud-est de la promenade Meadowlands;
de là en direction nord-est, le long de la limite sud-est de la promenade Meadowlands, selon le plan enregistré no 521472, jusqu’à l’angle nord-est du bloc E, selon ce plan;
de là en direction sud, le long de la limite est du bloc E selon le
plan no 521472, jusqu’à l’angle le plus au nord du plan d’association condominicale no 5 de Carleton;
de là en direction sud, le long de la limite est du plan d’association condominicale no 5 de Carleton, jusqu’à la limite nord de ce
plan;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan d’association condominicale no 5 de Carleton, jusqu’à l’angle nord-est,
constituant également un point de la limite ouest de la promenade
Chesterton, selon le plan enregistré sous le numéro 495960, au
Bureau d’enregistrement des droits immobiliers de la Division
d’enregistrement d’Ottawa-Carleton (no 4);
de là en direction est, en ligne droite, traversant la promenade
Chesterton, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot 29, selon le plan
enregistré no 495960;
1647
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence easterly along the northern boundary of plans registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plans 495960, 495961 and 289002, to the
northeastern corner of registered plan 289002 (see Sheet 2);
thence easterly along the production of the northern boundary of
registered plan 289002 across the allowance for road between
Concession A Rideau Front and Concession B Rideau Front, also
known as Fisher Avenue, to a point in the western boundary of
registered plan 455, in the Geographic Township of Nepean, now
in the City of Ottawa;
thence northerly along the western boundary of registered
plan 455 to the northwestern corner of registered plan 455, also
being a point on the division line between Lots 33 and 34 in
Concession B Rideau Front;
thence easterly along the northern boundary of registered
plan 455, also being the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the northeastern corner of registered plan 455, also being a point in the western limit of King’s
Highway Number 16 also known as Prince of Wales Drive;
thence easterly in a straight line across King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive, to the northwestern
corner of registered plan 435, also being on the division line
between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, Geographic
Township of Nepean;
thence easterly along the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the intersection with the high
water mark of the west bank of the Rideau River and Rideau
Canal;
thence in a southerly direction along the high water mark of the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the production westerly of the northern boundary of
Lot A, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester, now in the City of Ottawa;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 2 Rideau Front, and its production westerly to the
northeastern corner of Lot A, Concession 2 Rideau Front;
thence easterly in a straight line across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the northwestern corner of Lot A, Concession 3 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 3 Rideau Front, to the northwestern corner of registered
plan M-24 (see Sheet 3);
thence southerly along the western limit of registered plan M-24
to the southwesterly corner of registered plan M-24, also being
the northwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly along the western limit of registered plan M-35
to the southwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly in a straight line to the most westerly corner of
Lot 1 in registered plan 198;
thence easterly and northerly along the northern and western limit
of Lot 1, registered plan 198, to the intersection with the southern
boundary of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester;
1648
de là en direction est, le long de la limite nord des plans
enregistrés sous les numéros 495960, 495961 et 289002 au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement
des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4), jusqu’à l’angle
nord-est du plan enregistré no 289002 (voir la feuille 2);
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du plan enregistré no 289002, traversant l’emprise de voie publique entre la concession A donnant sur la Rideau et la concession B donnant sur la Rideau, aussi connue sous le nom
d’avenue Fisher, jusqu’à un point de la limite ouest du plan enregistré no 455, dans le canton géographique de Nepean, maintenant
dans la ville d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la limite ouest du plan enregistré no 455, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan, constituant
également un point de la ligne de division entre les lots 33 et 34,
dans la concession B donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan enregistré
no 455, constituant également la ligne de division entre les lots 33
et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
nord-est de ce plan, constituant aussi un point de la limite ouest
de la route principale no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales;
de là en direction est, en ligne droite, traversant la route principale
no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales,
jusqu’à l’angle nord-ouest du plan enregistré no 435, constituant
aussi la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de
Nepean;
de là en direction est, le long de la ligne de division entre les lots
33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection de la laisse des hautes eaux de la rive ouest de la
rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction sud, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau et son prolongement ouest,
jusqu’à l’angle nord-est de ce lot, dans cette concession;
de là en direction est, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre la concession 2 donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot A,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du
plan enregistré no M-24 (voir la feuille 3);
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré
no M-24, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan, constituant également l’angle nord-ouest du plan enregistré no M-35;
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré
no M-35, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan;
de là en direction sud, en ligne droite, jusqu’à l’angle le plus à
l’ouest du lot 1, selon le plan enregistré no 198;
de là en direction est et nord, le long de la limite nord et ouest du
lot 1, selon le plan enregistré no 198, jusqu’à l’intersection de la
limite sud de ce lot, dans la concession 3 donnant sur la Rideau,
dans le canton géographique de Gloucester;
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence easterly along the southern boundary of Lot 1, in Concession 3 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 1,
Concession 3 Rideau Front, also being a point in the western limit
of the allowance for road between Concession 3 Rideau Front and
Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front to the intersection with the production westerly of the
southern boundary of the allowance for road between Lots 5 and
6, in Concession 4 Rideau Front;
thence easterly along the production across the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front and along the southern boundary of the allowance for road
between Lots 5 and 6, in Concession 4 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 6, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 4);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 10, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 10 and Lot 11, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 11, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 15, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 9);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 15 and Lot 16 in Concession 4 Rideau Front to the
northeastern corner of Lot 16, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 20, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheets 10 and 15);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 20 and Lot 21 in Concession 4 Rideau Front to the
northeastern corner of Lot 21, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 25, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 20);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 25 and Lot 26, in Concession 4 Rideau Front to the
northeastern corner of Lot 26, Concession 4 Rideau Front; and
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester, now in the city of Ottawa, being the
point of commencement.
de là en direction est, le long de la limite sud du lot 1, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession, constituant aussi un point de la limite
ouest de l’emprise de voie publique entre cette concession et la
concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection du
prolongement ouest de la limite sud de l’emprise de voie publique
entre les lots 5 et 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long du prolongement, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau
et la concession 4 donnant sur la Rideau, et le long de la limite
sud de l’emprise de voie publique entre les lots 5 et 6, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du
lot 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir la feuille 4);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 10, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 10 et 11, dans la concession 4 donnant sur
la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 11, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 15, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 9);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 15 et 16, dans la concession 4 donnant sur
la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 16, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 20, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 10 et 15);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 4 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 25, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 20);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 4 donnant sur
la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville
d’Ottawa, constituant le point de départ.
1649
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
PART 4
PARTIE 4
DESCRIPTION OF THE STRIP SURFACES
DESCRIPTION DES SURFACES DE BANDES
The elevation of a strip surface at any point is equal to the elevation of the nearest point on the centreline of that strip surface.
The elevation of the strip surface centreline between the strip
surface end and the closest strip surface threshold is equal to the
elevation of the strip surface end. The elevation of the strip surface centreline between the strip surface thresholds is calculated
using a constant ratio between the elevations of the strip surface
thresholds or between the elevations of the points along the runway centreline as provided herein.
The strip surfaces, shown on Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, Sheets 7, 8, 12,
13, 14 and 18, dated February 20, 1996, are imaginary surfaces
associated with an airport runway that are prepared for the takeoff and landing of aircraft in a particular direction. The strip surfaces are described as follows:
(a) the strip surface associated with proposed runway 07R-25L
is 300.000 m in total width, being 150.000 m on either side of
the centreline of the proposed runway. The strip surface commences 60.000 m to the southwest of threshold 07R and ends
60.000 m to the northeast of threshold 25L, having a total
length of 2 559.000 m. The 07R end of the strip surface has an
elevation of 100.000 m and the 25L end of the strip surface has
an elevation of 105.000 m. The azimuth of the centreline from
threshold 07R to threshold 25L is 57°56′36″. Threshold 07R
has grid coordinates of 447 897.32 E and 5 016 543.09 N and
threshold 25L has grid coordinates of 449 963.64 E and 5 017
837.10 N. There are no additional points between thresholds,
along proposed runway 07R-25L, that control the elevation of
the proposed runway centreline;
(b) the strip surface associated with proposed runway 07C-25C
is 732.780 m in total width, being 366.390 m on either side of
the centreline of the proposed runway. The strip surface commences 60.000 m to the southwest of threshold 07C and ends
60.000 m to the northeast of threshold 25C, having a total
length of 3 001.370 m. The 07C end of the strip surface has an
elevation of 100.000 m and the 25C end of the strip surface has
an elevation of 105.000 m. The azimuth of the centreline from
threshold 07C to threshold 25C is 57°56′36″. Threshold 07C
has grid coordinates of 447 545.67 E and 5 016 976.87 N and
threshold 25C has grid coordinates of 449 986.76 E and 5 018
505.59 N. The points between thresholds, along proposed runway 07C-25C, that control the elevation of the proposed runway centreline are:
L’altitude d’une surface de bande est en tout point égale à
l’altitude du point le plus proche sur l’axe de la surface de bande.
L’altitude de l’axe de la surface de bande entre l’extrémité de
la surface de bande et le seuil de surface de bande le plus proche
est égale à l’altitude de l’extrémité de la surface de bande.
L’altitude de l’axe de la surface de bande entre les seuils de surface de bande est calculée d’après un rapport constant entre les
altitudes des seuils de la surface de bande ou de points le long de
l’axe de la piste tels qu’ils figurent dans le présent règlement.
Les surfaces de bande, figurant sur le plan de zonage de
l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006
94-128, feuilles 7, 8, 12, 13, 14 et 18, daté du 20 février 1996,
sont des surfaces imaginaires associées à une piste de l’aéroport
qui sont aménagées pour le décollage et l’atterrissage d’aéronef
dans une direction particulière et sont décrites comme suit :
a) la surface de bande associée à la piste proposée 07R-25L est
d’une largeur totale de 300,000 m, soit de 150,000 m de chaque
côté de l’axe de la piste. La surface de bande commence à
60,000 m au sud-ouest du seuil 07R et se termine à 60,000 m
au nord-est du seuil 25L, et sa longueur totale est de
2 559,000 m. L’altitude de l’extrémité 07R de la surface de
bande est de 100,000 m et l’altitude de l’extrémité 25L de la
surface de bande est de 105,000 m. L’azimut de l’axe entre le
seuil 07R et le seuil 25L est de 57°56′36″. Les coordonnées du
quadrillage du seuil 07R sont 447 897,32 E. et 5 016 543,09 N.
et celles du seuil 25L sont 449 963,64 E. et 5 017 837,10 N. Il
n’existe aucun autre point entre les seuils, le long de la piste
proposée 07R-25L, où est déterminée l’altitude de l’axe de la
piste proposée.
b) la surface de bande associée à la piste proposée 07C-25C est
d’une largeur totale de 732,780 m, soit de 366,390 m de chaque
côté de l’axe de la piste. La surface de bande commence à
60,000 m au sud-ouest du seuil 07C et se termine à 60,000 m
au nord-est du seuil 25C, et sa longueur totale est de
3 001,370 m. L’altitude de l’extrémité 07C de la surface de
bande est de 100,000 m et l’altitude de l’extrémité 25C de la
surface de bande est de 105,000 m. L’azimut de l’axe entre le
seuil 07C et le seuil 25C est de 57°56′36″. Les coordonnées du
quadrillage du seuil 07C sont 447 545,67 E. et 5 016 976,87 N.
et celles du seuil 25C sont 449 986,76 E. et 5 018 505,59 N.
Les points entre les seuils, le long de la piste proposée 07C25C, où est déterminée l’altitude de l’axe de la piste proposée,
sont indiqués dans le tableau suivant :
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Distance from Threshold to
Point along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
Article
Numéro du
seuil
Distance entre le seuil et le
point le long de l’axe de la
piste (m)
Altitude du point (m)
1 116.12
112.20
1.
07C
1 116,12
112,20
Column 1
Column 2
Item
Threshold
Number
1.
07C
(c) the strip surface associated with existing and proposed runway 07L-25R is 300.000 m in total width, being 150.000 m on
either side of the centreline of the existing and proposed runway. The strip surface commences 60.000 m to the southwest
of threshold 07L and ends 60.000 m to the northeast of threshold 25R, having a total length of 3 167.540 m. The 07L end of
the strip surface has an elevation of 111.900 m and the 25R end
of the strip surface has an elevation of 108.900 m. The azimuth
1650
c) la surface de bande associée à la piste existante et proposée
07L-25R est d’une largeur totale de 300,000 m, soit de
150,000 m de chaque côté de l’axe de la piste. La surface de
bande commence à 60,000 m au sud-ouest du seuil 07L et se
termine à 60,000 m au nord-est du seuil 25R, et sa longueur totale est de 3 167,540 m. L’altitude de l’extrémité 07L de la surface de bande est de 111,900 m et celle de l’extrémité 25R de
la surface de bande est de 108,900 m. L’azimut de l’axe entre
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
le seuil 07L et le seuil 25R est de 57°56′36″. Les coordonnées
du quadrillage du seuil 07L sont 447 093,05 E. et 5 017 585,68 N.
et celles du seuil 25R sont 449 674,92 E. et 5 019 202,56 N.
Les points entre les seuils, le long de la piste existante et proposée 07L-25R, où est déterminée l’altitude de l’axe de la
piste, sont indiqués dans le tableau suivant :
of the centreline from threshold 07L to threshold 25R is
57°56′36″. Threshold 07L has grid coordinates of 447 093.05 E
and 5 017 585.68 N and threshold 25R has grid coordinates of
449 674.92 E and 5 019 202.56 N. The points between thresholds, along existing and proposed runway 07L-25R, that control the elevation of the existing and proposed runway centreline are:
Column 1
Column 2
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Item
Distance from Threshold
to Point along Runway
Threshold Number Centreline (m)
Elevation of Point (m)
Article
Numéro du seuil
Distance entre le seuil et
le point le long de l’axe
de la piste (m)
Altitude du point (m)
1.
2.
3.
4.
5.
07L
07L
07L
07L
07L
1.
2.
3.
4.
5.
07L
07L
07L
07L
07L
734,01
884,01
1 234,01
1 584,01
1 984,01
734.01
884.01
1 234.01
1 584.01
1 984.01
112.90
113.50
113.50
114.10
113.30
112,90
113,50
113,50
114,10
113,30
d) la surface de bande associée à la piste 14-32 est d’une largeur totale de 300,000 m, soit de 150,000 m de chaque côté de
l’axe de la piste. La surface de bande commence à 60,000 m au
nord-ouest du seuil 14 et se termine à 60,000 m au sud-est du
seuil 32, et sa longueur totale est de 3 167,870 m. L’altitude de
l’extrémité 14 de la surface de bande est de 107,000 m et
l’altitude de l’extrémité 32 de la surface de bande est de
111,700 m. L’azimut de l’axe entre le seuil 14 et le seuil 32 est
de 127°47′50″. Les coordonnées du quadrillage du seuil 14
sont 446 196,46 E. et 5 019 285,58 N. et celles du seuil 32 sont
448 636,14 E. et 5 017 460,65 N. Les points entre les seuils, le
long de la piste 14-32, où est déterminée l’altitude de l’axe de
la piste proposée, sont indiqués dans le tableau suivant :
(d) the strip surface associated with runway 14-32 is 300.000 m
in total width, being 150.000 m on either side of the centreline
of the runway. The strip surface commences 60.000 m to the
northwest of threshold 14 and ends 60.000 m to the southeast
of threshold 32, having a total length of 3 167.870 m. The 14
end of the strip surface has an elevation of 107.000 m and the
32 end of the strip surface has an elevation of 111.700 m. The
azimuth of the centreline from threshold 14 to threshold 32 is
127°47′50″. Threshold 14 has grid coordinates of 446 196.46 E
and 5 019 285.58 N and threshold 32 has grid coordinates of
448 636.14 E and 5 017 460.65 N. The points between thresholds, along proposed runway 14-32, that control the elevation
of the proposed runway centreline are:
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Distance from Threshold
to Point along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
Article
Numéro
du seuil
Distance entre le seuil et
le point le long de l’axe de
la piste (m)
Altitude du point (m)
155.74
1 205.74
1 405.74
1 805.74
2 055.74
2 205.74
2 866.86
107.50
113.50
114.00
113.50
113.50
113.10
112.20
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
14
14
14
14
14
14
14
155,74
1 205,74
1 405,74
1 805,74
2 055,74
2 205,74
2 866,86
107,50
113,50
114,00
113,50
113,50
113,10
112,20
Column 1
Column 2
Item
Threshold
Number
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
14
14
14
14
14
14
14
(e) the strip surface associated with runway 04-22 is 60.000 m
in total width, being 30.000 m on either side of the centreline
of the runway. The strip surface commences 60.000 m to the
south of threshold 04 and ends 60.000 m to the north of threshold 22, having a total length of 1 048.820 m. The 04 end of the
strip surface has an elevation of 105.800 m and the 22 end of
the strip surface has an elevation of 102.000 m. The azimuth of
the centreline from threshold 04 to threshold 22 is 25°51′38″.
Threshold 04 has grid coordinates of 445 977.19 E and
5 019 248.76 N and threshold 32 has grid coordinates of
446 382.17 E and 5 020 084.24 N. The points between thresholds, along proposed runway 04-22, that control the elevation
of the proposed runway centreline are:
e) la surface de bande associée à la piste 04-22 est d’une largeur totale de 60,000 m, soit de 30,000 m de chaque côté de
l’axe de la piste. La surface de bande commence à 60,000 m au
sud du seuil 04 et se termine à 60,000 m au nord du seuil 22, et
sa longueur totale est de 1 048,820 m. L’altitude de l’extrémité
04 de la surface de bande est de 105,800 m et l’altitude de
l’extrémité 22 de la surface de bande est de 102,000 m.
L’azimut de l’axe entre le seuil 04 et le seuil 22 est de
25°51′38″. Les coordonnées du quadrillage du seuil 04 sont
445 977,19 E. et 5 019 248,76 N. et celles du seuil 32 sont
446 382,17 E. et 5 020 084,24 N. Les points entre les seuils, le
long de la piste proposée 04-22, où est déterminée l’altitude de
l’axe de la piste proposée, sont indiqués dans le tableau
suivant :
1651
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Column 1
Column 2
Item
Threshold
Number
1.
2.
04
04
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Distance from Threshold
to Point along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
Article
Numéro
du seuil
Distance entre le seuil et
le point le long de l’axe de la
piste (m)
Altitude du point (m)
300.00
778.82
105.60
102.70
1.
2.
04
04
300,00
778,82
105,60
102,70
PART 5
PARTIE 5
DESCRIPTION OF THE TRANSITIONAL SURFACES
DESCRIPTION DES SURFACES DE TRANSITION
The elevation of a point on the lower edge of a transitional surface abutting a strip surface is equal to the elevation of the nearest
point on the centreline of the abutting strip surface.
The elevation of a point on the lower edge of a transitional surface abutting a take-off/approach surface is equal to the elevation
of the nearest point on the centreline of the abutting takeoff/approach surface.
The transitional surfaces associated with runways 07L-25R,
07R-25L, 07C-25C and 14-32, shown on Ottawa MacdonaldCartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128,
Sheets 7, 8, 9, 12, 13, 14, 17, 18 and 19, dated February 20, 1996,
are imaginary inclined surfaces that extend upward and outward
from the lateral limits of the abutting strip surface and the abutting take-off/approach surface rising at a ratio of 1.000 m measured vertically to 7.000 m measured horizontally and perpendicularly to the centreline of each strip surface and take-off/approach
surface, to an intersection with the outer surface or with the transitional surface of an adjoining strip.
L’altitude d’un point à l’extrémité inférieure d’une surface de
transition attenante à une surface de bande est égale à l’altitude du
point le plus proche sur l’axe de la surface de bande attenante.
L’altitude d’un point à l’extrémité inférieure d’une surface de
transition attenante à une surface de décollage/d’approche est
égale à l’altitude du point le plus proche sur l’axe de la surface de
décollage/d’approche attenante.
Les surfaces de transition associées aux pistes 07L-25R,
07R-25L, 07C-25C et 14-32, figurant sur le plan de zonage de
l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006
94-128, feuilles 7, 8, 9, 12, 13, 14, 17, 18 et 19, daté du 20 février
1996, sont des surfaces inclinées imaginaires s’élevant vers
l’extérieur à partir des limites latérales de la surface de bande
attenante et de la surface de décollage/d’approche attenante à
raison de 1,000 m suivant la verticale pour 7,000 m suivant
l’horizontale perpendiculairement à l’axe de chaque surface de
bande et de chaque surface de décollage/d’approche, jusqu’à
l’intersection avec la surface extérieure ou la surface de transition
d’une surface de bande adjacente.
Les surfaces de transition associées à la piste 04-22, figurant
sur le plan de zonage de l’aéroport international MacdonaldCartier d’Ottawa no 06-006 94-128, feuilles 7, 8 et 12, daté du
20 février 1996, sont des surfaces inclinées imaginaires s’élevant
vers l’extérieur à partir des limites latérales de la surface de bande
attenante et de la surface de décollage/d’approche attenante à
raison de 1,000 m suivant la verticale pour 7,000 m suivant
l’horizontale perpendiculairement à l’axe de chaque surface de
bande et de chaque surface de décollage/d’approche, jusqu’à
l’intersection avec la surface extérieure ou la surface de transition
d’une surface de bande adjacente.
The transitional surfaces for runway 04-22, shown on Ottawa
Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006
94-128, Sheets 7, 8 and 12, dated February 20, 1996, are imaginary inclined surfaces that extend upward and outward from
the lateral limits of the abutting strip surface and the abutting
take-off/approach surface rising at a ratio of 1.000 m measured
vertically to 7.000 m measured horizontally and perpendicularly
to the centreline of each strip surface and take-off/approach surface, to an intersection with the outer surface or with the transitional surface of an adjoining strip.
PART 6
PARTIE 6
DESCRIPTION OF THE OUTER LIMIT OF THE LAND IN
RESPECT OF WHICH THESE REGULATIONS APPLY
DESCRIPTION DE LA LIMITE EXTÉRIEURE DES BIENSFONDS VISÉS PAR LE PRÉSENT RÈGLEMENT
The outer limit of the land to which these Regulations apply,
shown on Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, sheets 1 to 40, dated February 20,
1996, is generally defined by the limit of the area covered by the
take-off/approach surfaces, bird hazard zone, outer surface, strip
surfaces and transitional surfaces, and is more particularly
described as follows:
La limite extérieure des biens-fonds visés par le présent règlement, figurant sur le plan de zonage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa n° 06-006 94-128, feuilles 1 à 40,
daté du 20 février 1996, correspond, de manière générale, à la
limite du secteur formé par les surfaces de décollage/d’approche,
la zone de péril aviaire, la surface extérieure, les surfaces de
bande et les surfaces de transition, et est plus particulièrement
décrite comme suit :
Les biens-fonds situés dans les anciennes villes d’Ottawa, de
Gloucester et de Nepean et les anciennes collectivités d’Osgoode
et de Goulbourne, maintenant dans la ville d’Ottawa, et décrits
comme suit :
All those lands situate in the City of Ottawa, formerly in the
Cities of Ottawa, Gloucester and Nepean, and formerly in the
Towns of Osgoode and Goulbourne, described as follows:
1652
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
commencing at the southeasterly corner of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, the Geographic Township of Gloucester,
now in the City of Ottawa (see Sheet 20);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the 32 end of
the strip surface associated with runway 14-32;
thence easterly along the northern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 118°15′59″, to the
northeasterly corner of the said take-off/approach surface, having
grid coordinates of 462 127.98 E and 5 010 364.50 N (see
Sheets 25, 26 and 27);
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 216°47′50″, to the
southeastern corner of the said take-off/approach surface, having
grid coordinates of 459 253.96 E and 5 006 522.32 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 315°19′41″, to the
intersection with the southern boundary of Lot 27, Concession 3
Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see
Sheets 26, 25 and 24);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 3 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 3 Rideau Front;
thence southwesterly in a straight line across the allowance for
road between Concession 3 Rideau Front and the Gore Concession to the southeastern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Gore
Concession, to the southwestern corner of Lot 27, Gore
Concession;
thence southerly along the eastern boundary of Lot 27, in Concession 2 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see
Sheet 23);
thence northerly along the western boundaries of Lots 27 and 26,
Concession 2 Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 26,
Concession 2 Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 26 and 25, Concession 2 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 25, Concession 2 Rideau Front;
thence northerly along the western boundaries of Lots 25, 24, 23
and 22, Concession 2 Rideau Front, to the intersection with the
easterly production of the southern boundary of Lot 22, in Concession 1 Rideau Front;
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 22, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 1 Rideau
Front, to the southeastern corner of Lot 22, Concession 1 Rideau
Front;
Commençant à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession 4
donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 20);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la
piste 14-32;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la
surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
118°15′59″, jusqu’à l’angle nord-est de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
462 127,98 E. et 5 010 364,50 N. (voir les feuilles 25, 26 et 27);
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la
surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
216°47′50″, jusqu’à l’angle sud-est de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
459 253,96 E. et 5 006 522,32 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
315°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite sud du lot 27, dans
la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 26, 25 et 24);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession;
de là en direction sud-ouest, en ligne droite, traversant l’emprise
de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-est du lot 27, dans la
concession Gore;
de là en direction ouest suivant la limite sud du lot 27, dans la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce lot, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite est du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 23);
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 27 et 26,
dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 26, dans cette concession;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 26 et 25, dans la concession 2 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 25, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 25, 24,
23 et 22, dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection du prolongement est de la limite sud du lot 22, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 22, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 2 donnant sur la
Rideau et la concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
sud-est de ce lot, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
1653
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence westerly along the southern boundary of Lot 22, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the eastern limit of
Regional Road Number 19, also known as River Road (see
Sheet 22);
thence in a northerly direction along the eastern limit of Regional
Road Number 19 to the intersection with the southerly lateral
limit of the take-off/approach surface abutting the 07R end of the
strip surface associated with runway 07R-25L (see Sheet 17);
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 07R end of the strip surface
associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 229°24′45″,
to the southwestern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 436 411.84 E and 5 006 519.68 N (see
Sheets 22, 21, 28 and 32);
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 07R end of the strip surface
associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 327°56′36″,
to the intersection with the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 07C end of the strip surface
associated with runway 07C-25C;
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 07C end of the strip surface
associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 229°24′45″,
to the southwestern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 436 175.00 E and 5 006 770.14 N;
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 07C end of the strip surface
associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 327°56′36″,
to the intersection with the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 07L end of the strip surface
associated with runway 07L-25R;
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 07L end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 229°24′45″,
to the southwestern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 435 607.57 E and 5 007 562.27 N;
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 07L end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 327°56′36″,
to the northwestern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 433 060.91 E and 5 011 628.82 N (see
Sheet 31);
thence easterly along the northern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 07L end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 66°28′27″, to
the intersection with the western boundary of Lot 20, Concession
1 Rideau Front, also being a point in the eastern limit of the original allowance for road between Concession 1 Rideau Front and
Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Nepean,
now in the City of Ottawa (see Sheets 30 and 16);
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 20, Concession 1
Rideau Front;
1654
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite est de la route régionale n° 19, aussi connue sous le nom de
chemin River (voir la feuille 22);
de là en direction nord, le long de la limite est de la route régionale no 19, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L (voir la feuille 17);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de
229°24′45″, jusqu’à l’angle sud-ouest de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
436 411,84 E. et 5 006 519,68 N. (voir les feuilles 22, 21, 28
et 32);
de là en direction nord, le long de la limite ouest (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R
de la surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de 327°56′36″, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C
de la surface de bande associée à la piste 07C-25C;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C de la
surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut de
229°24′45″, jusqu’à l’angle sud-ouest de ladite surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
436 175,00 E. et 5 006 770,14 N.;
de là en direction nord, le long de la limite ouest (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C
de la surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut de 327°56′36″, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L
de la surface de bande associée à la piste 07L-25R;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
229°24′45″, jusqu’à l’angle sud-ouest de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
435 607,57 E. et 5 007 562,27 N.;
de là en direction nord, le long de la limite ouest (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L
de la surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de 327°56′36″, jusqu’à l’angle nord-ouest de cette surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
433 060,91 E. et 5 011 628,82 N. (voir la feuille 31);
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
66°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest du lot 20, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau, constituant également un
point de la limite est de l’emprise de voie publique initiale entre
cette concession et la concession 2 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville
d’Ottawa (voir les feuilles 30 et 16);
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 20, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 20 and 21, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 21, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 25, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 11);
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 25 and 26, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 26, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 27, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 6);
thence easterly along the northern boundary of Lot 27, in Concession 1 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 27, Concession 1 Rideau Front;
thence easterly along the production of the northern boundary of
Lot 27, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the intersection with the eastern limit of the allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession A
Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front, in the Geographic Township of Nepean, to the intersection
with the southern lateral limit of the take-off/approach surface
abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32;
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 298°15′59″ to the
northwestern corner of the said take-off/approach surface, being
the intersection of the said southern lateral limit of the said takeoff/approach surface with the boundary between the Province of
Ontario and the Province of Quebec, situate within the Ottawa
River (see Sheets 1, 33, 34 and 35);
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32 and along the boundary between the
Province of Ontario and the Province of Quebec to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach
surface abutting the 14 end of the strip surface associated with
runway 14-32 (see Sheet 36);
thence easterly along the northern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 135°19′41″, to the
intersection with the northern boundary of a plan registered in the
Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plan 495961 (see Sheets 37 and 1);
thence easterly along the northern boundary of plans registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plans 495961 and 289002, to the northeastern corner of registered plan 289002 (see Sheet 2);
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 25, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 11);
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 6);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 27, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre cette concession et la concession
A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite est de
cette emprise de voie publique;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Nepean, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
298°15′59″, jusqu’à l’angle nord-ouest de cette surface de décollage/d’approche, constituant l’intersection de cette limite et de la
limite entre les provinces d’Ontario et de Québec, située dans la
rivière des Outaouais (voir les feuilles 1, 33, 34 et 35);
de là en direction nord suivant la limite ouest (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32 et suivant la limite entre les provinces d’Ontario et de Québec, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de cette surface de décollage/d’approche
(voir la feuille 36);
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
135°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite nord du plan enregistré sous le numéro 495961 au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers
d’Ottawa-Carleton (n° 4) (voir les feuilles 37 et 1);
de là en direction est, le long de la limite nord des plans enregistrés sous les numéros 495961 et 289002 au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4), jusqu’à l’angle nord-est du
plan n° 289002 (voir la feuille 2);
1655
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence easterly along the production of the northern boundary of
registered plan 289002 across the allowance for road between
Concession A Rideau Front and Concession B Rideau Front, also
known as Fisher Avenue, to a point in the western boundary of
registered plan 455, in the Geographic Township of Nepean, now
in the City of Ottawa;
thence northerly along the western boundary of registered
plan 455, to the northwestern corner of registered plan 455, also
being a point on the division line between Lots 33 and 34 in Concession B Rideau Front;
thence easterly along the northern boundary of registered plan
455, also being the division line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, to the northeastern corner of registered
plan 455, also being a point in the western limit of King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive;
thence easterly in a straight line across King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive, to the northwestern
corner of registered plan 435, also being on the division line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, Geographic
Township of Nepean;
thence easterly along the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the intersection with the high water mark of the west bank of the Rideau River and Rideau Canal;
thence in a southerly direction along the high water mark of the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the production westerly of the northern boundary of
Lot A, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester, now in the City of Ottawa;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 2 Rideau Front, and its production westerly to the northeastern corner of Lot A, Concession 2 Rideau Front;
thence easterly in a straight line across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the northwestern corner of Lot A, Concession 3 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 3 Rideau Front, to the northwestern corner of registered
plan M-24 (see Sheet 3);
thence southerly along the western limit of registered plan M-24
to the southwesterly corner of registered plan M-24, also being
the northwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly along the western limit of registered plan M-35
to the southwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly in a straight line to the most westerly corner of
Lot 1 in registered plan 198;
thence easterly and northerly along the northern and western limit
of Lot 1, registered plan 198, to the intersection with the southern
boundary of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester;
thence easterly along the southern boundary of Lot 1, in Concession 3 Rideau Front, to the southeasterly corner of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, also being a point in the western limit of the
allowance for road between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau Front;
1656
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du plan enregistré no 289002, traversant l’emprise de voie publique entre la concession A donnant sur la Rideau et la concession B donnant sur la Rideau, aussi connue sous le nom d’avenue
Fisher, jusqu’à un point de la limite ouest du plan enregistré
no 455, dans le canton géographique de Nepean, maintenant dans
la ville d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la limite ouest du plan enregistré no 455, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan, constituant également un point de la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans
la concession B donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan enregistré
no 455, constituant aussi la ligne de division entre les lots 33
et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
nord-est de ce plan, constituant aussi un point de la limite ouest
de la route principale n° 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales;
de là en direction est, en ligne droite, traversant la route principale
no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales,
jusqu’à l’angle nord-ouest du plan enregistré no 435, se trouvant
également sur la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans la
concession B donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Nepean;
de là en direction est, le long de la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection de la laisse des hautes eaux de la rive ouest de la
rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction sud, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau et son prolongement ouest,
jusqu’à l’angle nord-est de ce lot, dans cette concession;
de là en direction est, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre la concession 2 donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot A,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du
plan enregistré no M-24 (voir la feuille 3);
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré
no M-24, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan, constituant aussi
l’angle nord-ouest du plan enregistré no M-35;
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan no M-35,
jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan;
de là en direction sud, en ligne droite, jusqu’à l’angle le plus à
l’ouest du lot 1, figurant sur le plan enregistré no 198;
de là en direction est et nord, le long de la limite nord et ouest du
lot 1, selon le plan enregistré no 198, jusqu’à l’intersection de la
limite sud de ce lot, dans la concession 3 donnant sur la Rideau,
dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite sud du lot 1, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession, constituant également un point de la
limite ouest de l’emprise de voie publique entre cette concession
et la concession 4 donnant sur la Rideau;
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front to the intersection with the production westerly of the
southern boundary of the allowance for road between Lots 5
and 6, in Concession 4 Rideau Front;
thence easterly along the production across the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front and along the southern boundary of the allowance for road
between Lots 5 and 6, in Concession 4 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 6, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 4);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach
surface abutting the 25R end of the strip surface associated with
runway 07L-25R;
thence easterly along the northern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 25R end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 49°24′45″, to
the northeastern corner of the said take-off/approach surface, having grid coordinates of 461 160.41 E and 5 029 225.97 N (see
Sheets 5, 38 and 39);
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 25R end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 147°56′36″,
to the southeastern corner of take-off/approach surface 25R, having grid coordinates of 463 707.06 E and 5 025 159.41 N (see
Sheet 40);
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 25R end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 246°28′27″,
to the intersection with the eastern limit of the take-off/approach
surface abutting the 25C end of the strip surface associated with
runway 07C-25C;
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 25C end of the strip surface
associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 147°56′36″,
to the southeastern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 464 133.71 E and 5 024 279.12 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 25C end of the strip surface
associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 246°28′27″,
to the intersection with the eastern limit of the take-off/approach
surface abutting the 25L end of the strip surface associated with
runway 07R-25L;
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 25L end of the strip surface
associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 147°56′36″,
to the southeastern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 463 995.77 E and 5 023 793.96 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the takeoff/approach surface abutting the 25L end of the strip surface
associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 246°28′27″,
to the intersection with the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheets 38 and 10);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite sud de l’emprise de voie publique
entre les lots 5 et 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long du prolongement, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau
et la concession 4 donnant sur la Rideau, et le long de la limite
sud de l’emprise de voie publique entre les lots 5 et 6, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du
lot 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir la feuille 4);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche
attenante à l’extrémité 25R de la surface de bande associée à la
piste 07L-25R;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
49°24′45″, jusqu’à l’angle nord-est de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
461 160,41 E. et 5 029 225,97 N. (voir les feuilles 5, 38 et 39);
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de
la surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut
de 147°56′36″, jusqu’à l’angle sud-est de la surface de décollage/d’approche 25R, dont les coordonnées du quadrillage sont
463 707,06 E. et 5 025 159,41 N. (voir la feuille 40);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite est de la surface de
décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de la surface de
bande associée à la piste 07C-25C;
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de
la surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut
de 147°56′36″, jusqu’à l’angle sud-est de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
464 133,71 E. et 5 024 279,12 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de la
surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite est de la surface de
décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la surface de
bande associée à la piste 07R-25L;
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de
la surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut
de 147°56′36″, jusqu’à l’angle sud-est de cette surface de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
463 995,77 E. et 5 023 793,96 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest de l’emprise
de voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la
Rideau et la concession 5 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir les feuilles 38 et 10);
1657
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 20 in Concession 4 Rideau Front (see
Sheet 15);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 20 and Lot 21, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 21, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 25, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 20);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 25 and Lot 26, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 26, Concession 4 Rideau Front; and
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester, now in the city of Ottawa, being the
point of commencement.
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 20, dans la concession 4 donnant sur la Rideau (voir la
feuille 15);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 4 donnant sur
la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 25, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 20);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 4 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville
d’Ottawa, constituant le point de départ.
PART 7
PARTIE 7
DESCRIPTION OF THE BIRD HAZARD ZONE
DESCRIPTION DE LA ZONE DE PÉRIL AVIAIRE
The bird hazard zone, shown on Ottawa Macdonald-Cartier
International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, sheets 1 to
26, 28 to 30, 33 and 36 to 38, dated February 20, 1996, comprises
all lands, including public road allowances, adjacent to or in the
vicinity of the airport, described as follows:
La zone de péril aviaire, figurant sur le plan de zonage
de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06006 94-128, feuilles 1 à 26, 28 à 30, 33 et 36 à 38, daté du
20 février 1996, est constituée de tous les biens-fonds, y compris
les emprises de voies publiques, situés aux abords ou dans le voisinage de l’aéroport, lesquels sont décrits comme suit :
Tous les biens-fonds situés dans les anciennes villes d’Ottawa,
de Gloucester et de Nepean et les anciennes collectivités
d’Osgoode et de Goulbourne, maintenant dans la ville d’Ottawa,
et décrits comme suit :
Commençant à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession 4
donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 20);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans
la concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la
piste 14-32;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la
surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut
de 118°15′59″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure 8 000,000 m à partir du point de référence B de l’aéroport
décrit à la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont
456 434,00 E. et 5 013 426,09 N. (voir les feuilles 25 et 26);
de là en direction sud, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection
de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche
attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à
la piste 14-32, dont les coordonnées du quadrillage sont
454 632,03 E. et 5 011 197,47 N.;
All those lands situate in the City of Ottawa, formerly in the
Cities of Ottawa, Gloucester and Nepean, and formerly in the
Towns of Osgoode and Goulbourne, described as follows:
commencing at the southeasterly corner of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, the Geographic Township of Gloucester,
now in the City of Ottawa (see Sheet 20);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the 32 end of
the strip surface associated with runway 14-32;
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 118°15′59″, to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and centred on airport reference point B as described in Part 1, having
grid coordinates of 456 434.00 E and 5 013 426.09 N (see
Sheets 25 and 26);
thence southerly along the said arc to the intersection with the
southern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the
32 end of the strip surface associated with runway 14-32, having
grid coordinates of 454 632.03 E and 5 011 197.47 N;
1658
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 315°19′41″, to the
intersection with the southern boundary of Lot 27, Concession 3
Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see Sheets 25
and 24);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 3 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 3 Rideau Front;
thence southwesterly in a straight line across the allowance for
road between Concession 3 Rideau Front and the Gore Concession, to the southeastern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Gore
Concession, to the southwestern corner of Lot 27, Gore
Concession;
thence southerly along the eastern boundary of Lot 27, in Concession 2 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see
Sheet 23);
thence northerly along the western boundaries of Lots 27 and 26,
Concession 2 Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 26,
Concession 2 Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 26 and 25, Concession 2 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 25, Concession 2 Rideau Front;
thence northerly along the western boundaries of Lots 25, 24, 23
and 22, Concession 2 Rideau Front, to the intersection with the
easterly production of the southern boundary of Lot 22, in Concession 1 Rideau Front;
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 22, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 1 Rideau
Front, to the southeastern corner of Lot 22, Concession 1 Rideau
Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 22, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the eastern limit of
Regional Road Number 19, also known as River Road (see
Sheet 22);
thence in a northerly direction along the eastern limit of Regional
Road Number 19 to the intersection with the southerly lateral
limit of the take-off/approach surface abutting the 07R end of the
strip surface associated with runway 07R-25L (see Sheet 17);
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07R end of the strip surface associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 229°24′45″ to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and centred on airport reference point A as described in Part 1, having
grid coordinates of 442 960.16 E and 5 012 129.77 N (see
Sheets 21 and 22);
thence northerly along the said arc to the intersection with the
northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting
the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R,
having grid coordinates of 440 362.93 E and 5 014 807.74 N (see
Sheet 30);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la
surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut
de 315°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite sud du lot 27,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 25 et 24);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession;
de là en direction sud-ouest, en ligne droite, traversant l’emprise
de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-est du lot 27, dans la
concession Gore;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce lot, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite est du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 23);
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 27 et 26,
dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 26, dans cette concession;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 26 et 25, dans la concession 2 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 25, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 25, 24,
23 et 22, dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection du prolongement est de la limite sud du lot 22, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 22, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 2 donnant sur la
Rideau et la concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
sud-est de ce lot, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite est de la route régionale no 19, aussi connue sous le nom de
chemin River (voir la feuille 22);
de là en direction nord, le long de la limite est de la route régionale no 19, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L (voir la feuille 17);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut
de 229°24′45″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure 8 000,000 m à partir du point de référence A de l’aéroport
décrit à la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont
442 960,16 E. et 5 012 129,77 N. (voir les feuilles 21 et 22);
de là en direction nord, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection
de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche
attenante à l’extrémité 07L de la surface de bande associée à
la piste 07L-25R, dont les coordonnées du quadrillage sont
440 362,93 E. et 5 014 807,74 N. (voir la feuille 30);
1659
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 66°28′27″, to the
intersection with the western boundary of Lot 20, Concession 1
Rideau Front, also being a point in the eastern limit of the original
allowance for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Nepean, now in
the City of Ottawa (see Sheet 16);
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 20, Concession 1
Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 20 and 21, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 21, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 25, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 11);
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 25 and 26, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 26, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 27, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 6);
thence easterly along the northern boundary of Lot 27, in Concession 1 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 27, Concession 1 Rideau Front;
thence easterly along the production of the northern boundary of
Lot 27, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the intersection with the eastern limit of the allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession A
Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front, in the Geographic Township of Nepean, to the intersection
with the southern lateral limit of the take-off/approach surface
abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 298°15′59″, to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and centred on airport reference point A as described in Part 1, having
grid coordinates of 440 071.92 E and 5 022 420.41 N (see
Sheets 1 and 33);
thence northerly along the said arc to the intersection with the
northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting
the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, having grid coordinates of 441 397.02 E and 5 024 338.54 N (see
Sheets 1 and 37);
1660
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut
de 66°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest du lot 20,
dans la concession 1 donnant sur la Rideau, constituant aussi un
point de la limite est de l’emprise de voie publique initiale entre
la concession 1 donnant sur la Rideau et la concession 2 donnant
sur la Rideau, dans le canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 16);
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 20, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 25, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 11);
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 6);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 27, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 1 donnant sur la
Rideau et la concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite est de cette emprise de voie publique;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Nepean, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
298°15′59″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure
8 000,000 m à partir du point de référence « A » de l’aéroport
décrit à la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont
440 071,92 E. et 5 022 420,41 N. (voir les feuilles 1 et 33);
de là en direction nord, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection
de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche
attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à
la piste 14-32, dont les coordonnées du quadrillage sont
441 397,02 E. et 5 024 338,54 N. (voir les feuilles 1 et 37);
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 135°19′41″, to the
intersection with the northern boundary of a plan registered in the
Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as registered plan 495961 (see Sheets 37
and 1);
thence easterly along the northern boundary of plans registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plans 495961 and 289002, to the northeastern corner of registered plan 289002 (see Sheet 2);
thence easterly along the production of the northern boundary of
registered plan 289002, across the allowance for road between
Concession A Rideau Front and Concession B Rideau Front, also
known as Fisher Avenue, to a point in the western boundary of
registered plan 455, in the Geographic Township of Nepean, now
in the City of Ottawa;
thence northerly along the western boundary of registered
plan 455, to the northwestern corner of registered plan 455, also
being a point on the division line between Lots 33 and 34, in
Concession B Rideau Front;
thence easterly along the northern boundary of registered
plan 455, also being the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the northeasterly corner of registered plan 455, also being a point in the western limit of King’s
Highway Number 16 also known as Prince of Wales Drive;
thence easterly in a straight line across King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive, to the northwestern
corner of registered plan 435, also being a point on the division
line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, Geographic Township of Nepean;
thence easterly along the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the intersection with the high water mark of the west bank of the Rideau River and Rideau Canal;
thence in a southerly direction along the high water mark of the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the production westerly of the northern boundary of
Lot A, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester, now in the City of Ottawa;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 2 Rideau Front, and its production westerly to the northeastern corner of Lot A, Concession 2 Rideau Front;
thence easterly in a straight line across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the northwestern corner of Lot A, Concession 3 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 3 Rideau Front, to the northwestern corner of registered
plan M-24 (see Sheet 3);
thence southerly along the western limit of registered plan M-24
to the southwestern corner of registered plan M-24, also being the
northwesterly corner of registered plan M-35;
thence southerly along the western limit of registered plan M-35
to the southwestern corner of registered plan M-35;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut
de 135°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite nord du plan enregistré sous le numéro 495961, au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers
d’Ottawa-Carleton (no 4) (voir les feuilles 37 et 1);
de là en direction est, le long de la limite nord des plans enregistrés nos 495961 et 289002, déposés au Bureau d’enregistrement
immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers
d’Ottawa-Carleton (no 4), jusqu’à l’angle nord-est du plan
no 289002 (voir la feuille 2);
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du plan enregistré no 289002, traversant l’emprise de voie publique entre la concession A donnant sur la Rideau et la concession B donnant sur la Rideau, aussi connue sous le nom d’avenue
Fisher, jusqu’à un point de la limite ouest du plan no 455, dans
le canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville
d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la limite ouest du plan enregistré no 455, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan, constituant aussi
la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans la concession B
donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan enregistré
no 455, constituant aussi un point de la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’angle nord-est de ce plan, constituant également un point de la
limite ouest de la route principale no 16, aussi connue sous le nom
de promenade Prince of Wales;
de là en direction est, en ligne droite, traversant la route principale
no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales,
jusqu’à l’angle nord-ouest du plan enregistré no 435, constituant
également un point de la ligne de division entre les lots 33 et 34,
dans la concession B donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Nepean;
de là en direction est, le long de la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection de la laisse des hautes eaux de la rive ouest de la
rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction sud, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau et son prolongement ouest,
jusqu’à l’angle nord-est de ce lot, dans cette concession;
de là en direction est, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre la concession 2 donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot A,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du
plan enregistré no M-24 (voir la feuille 3);
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré
no M-24, jusqu’à l’angle sud-ouest dudit plan, constituant aussi
l’angle nord-ouest du plan enregistré no M-35;
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré
no M-35, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan;
1661
2009-08-19
Canada Gazette Part II, Vol. 143, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 143, no 17 SOR/DORS/2009-231
thence southerly in a straight line to the most westerly corner of
Lot 1 in registered plan 198;
thence easterly and northerly along the northern and western limit
of Lot 1, registered plan 198 to the intersection with the southern
boundary of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester;
thence easterly along the southern boundary of Lot 1, in Concession 3 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, also being a point in the western limit of the
allowance for road between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front to the intersection with the production westerly of the
southern boundary of the allowance for road between Lots 5
and 6, in Concession 4 Rideau Front;
thence easterly along the production across the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front and along the southern boundary of the allowance for road
between Lots 5 and 6, in Concession 4 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 6, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 4);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach
surface abutting the 25R end of the strip surface associated with
runway 07L-25R;
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25R end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 49°24′45″, to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and centred on airport reference point B as described in Part 1, having
the grid coordinates of 454 446.64 E and 5 023 474.13 N (see
Sheets 5 and 38);
thence southerly along the said arc to the intersection with the
southern lateral limit of the take-off/approach surface abutting
the 25L end of the strip surface associated with runway 07R-25L,
having grid coordinates of 456 676.92 E and 5 020 607.70 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25L end of the strip surface associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 246°28′27″, to the
intersection with the western limit of the original allowance for
road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 10);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 20, Concession 4 Rideau Front (see
Sheet 15);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 20 and Lot 21, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 21, Concession 4 Rideau Front;
1662
de là en direction sud, en ligne droite, jusqu’à l’angle le plus à
l