Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 141, no 26
Vol. 141, No. 26
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, DECEMBER 26, 2007
OTTAWA, LE MERCREDI 26 DÉCEMBRE 2007
Statutory Instruments 2007
Textes réglementaires 2007
SOR/2007-275 to 307 and SI/2007-114 to 117
DORS/2007-275 à 307 et TR/2007-114 à 117
Pages 2520 to 2919
Pages 2520 à 2919
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 10, 2007, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Gazette du Canada Partie II est publiée en vertu de la Loi sur les textes
réglementaires le 10 janvier 2007, et au moins tous les deux mercredis par la
suite.
Part II of the Canada Gazette contains all ‘‘regulations’’ as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Gazette du Canada Partie II dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to: Government of Canada Publications, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Gazette
du Canada Partie II est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes à :
Publications du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://canadagazette.gc.ca. It is accessible in PDF (Portable Document
Format) and in HTML (HyperText Mark-up Language) as the alternate
format.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazetteducanada.gc.ca. La publication y est accessible en format PDF
(Portable Document Format) et en HTML (langage hypertexte) comme média
substitut.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues officielles,
pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue Sparks,
Ottawa, Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2007
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2007
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-275
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
December 6, 2007
Enregistrement
DORS/2007-275
Le 6 décembre 2007
MARINE TRANSPORTATION SECURITY ACT
LOI SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
Regulations Amending the Marine Transportation
Security Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la sûreté du
transport maritime
P.C. 2007-1873
C.P. 2007-1873
December 6, 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to subsection 5(1)a and section 6a of the
Marine Transportation Security Actb, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Marine Transportation Security
Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 5(1)a et de
l’article 6a de la Loi sur la sûreté du transport maritimeb, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur la sûreté du transport maritime,
ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE MARINE
TRANSPORTATION SECURITY
REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE
RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ
DU TRANSPORT MARITIME
AMENDMENTS
1. The definitions “fishing vessel”, “passenger” and “pleasure craft” in section 1 of the
Marine Transportation Security Regulations1 are
replaced by the following:
“fishing vessel” has the meaning assigned by subsection 1(1) of the Marine Personnel Regulations. (bâtiment de pêche)
“passenger” has the meaning assigned by section 2
of the Canada Shipping Act, 2001. (passager)
“pleasure craft” has the meaning assigned by section 2 of the Canada Shipping Act, 2001. (embarcation de plaisance)
MODIFICATIONS
1. Les définitions de « bâtiment de pêche »,
« embarcation de plaisance » et « passager », à
l’article 1 du Règlement sur la sûreté du transport
maritime1, sont respectivement remplacées par
ce qui suit :
« bâtiment de pêche » S’entend au sens du paragraphe 1(1) du Règlement sur le personnel maritime. (fishing vessel)
« embarcation de plaisance » S’entend au sens de
l’article 2 de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada. (pleasure craft)
« passager » S’entend au sens de l’article 2 de la
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada. (passenger)
2. Les paragraphes 203(3) et (4) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
(3) L’exploitant d’un navire ressortissant à SOLAS
qui est autorisé à battre pavillon d’un État étranger
veille à ce que les exigences des dispositions suivantes soient respectées :
a) l’article 204, l’alinéa 205e), l’article 206, le
paragraphe 211(1), l’alinéa 211(3)b) et les articles 219, 221, 228 et 260 à 265;
b) les sections 7 et 9 à 13 de la partie A du Code
ISPS, à l’exception des sections 7.8, 7.9 et 9.2.
(4) L’exploitant d’un navire non ressortissant à
SOLAS qui est autorisé à battre pavillon d’un État
étranger veille à ce que les exigences des dispositions suivantes soient respectées :
a) l’article 204, l’alinéa 205e), l’article 206, les
paragraphes 211(1) et (2) et les articles 219, 221,
228 et 260 à 265;
2. Subsections 203(3) and (4) of the Regulations are replaced by the following:
(3) The operator of a SOLAS ship that is entitled
to fly the flag of a foreign state shall ensure that the
requirements of the following are met:
(a) section 204, paragraph 205(e), section 206,
subsection 211(1), paragraph 211(3)(b) and sections 219, 221, 228 and 260 to 265; and
(b) sections 7 and 9 to 13, other than sections 7.8,
7.9 and 9.2, of Part A of the ISPS Code.
(4) The operator of a non-SOLAS ship that is entitled to fly the flag of a foreign state shall ensure
that the requirements of the following are met:
(a) section 204, paragraph 205(e), section 206,
subsections 211(1) and (2) and sections 219, 221,
228 and 260 to 265; and
———
———
a
a
b
1
S.C. 2001, c. 29, s. 56
S.C. 1994, c. 40
SOR/2004-144
2520
Le 6 décembre 2007
b
1
L.C. 2001, ch. 29, art. 56
L.C. 1994, ch. 40
DORS/2004-144
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
(b) sections 7 and 9 to 13, other than sections 7.8,
7.9, 9.2 and 9.4.16, of Part A of the ISPS Code.
(5) In the event of any conflict between the requirements of the ISPS Code and the provisions of
these Regulations, the provisions of these Regulations prevail to the extent of the conflict.
3. Section 204 of the Regulations is amended
by adding the following after subsection (2):
(3) If a vessel security officer on a SOLAS ship
is required to hold a certificate of proficiency as a
ship security officer, the vessel’s master shall ensure that the certificate is carried on board.
4. Paragraph 210(1)(a) of the Regulations is
replaced by the following:
(a) shall be the master or a member of the crew;
5. Section 211 of the Regulations is replaced
by the following:
211. (1) A vessel security officer shall have
knowledge of
(a) the layout of the vessel; and
(b) the vessel security plan and its requirements.
(2) A non-SOLAS ship’s vessel security officer
shall have, by training or job experience, knowledge and competence that are relevant to the industry in which the vessel operates and are in the
following areas:
(a) those set out for a company security officer in
paragraphs 208(a) to (m) and (o) to (s);
(b) crowd management and control techniques;
and
(c) the operation, testing, calibration and maintenance of security equipment and systems.
(3) Subject to subsections (4) to (6), a SOLAS
ship’s vessel security officer shall hold
(a) in the case of a SOLAS ship that is entitled to
fly the Canadian flag, a certificate of proficiency
as a ship security officer issued under Part 8; and
(b) in the case of a SOLAS ship that is entitled to
fly the flag of a foreign state, a certificate of proficiency as a ship security officer issued by the
contracting government of that state.
(4) Until July 1, 2009, a vessel security officer
on a SOLAS ship that is entitled to fly the Canadian
flag is not required to hold a certificate of proficiency as a ship security officer if they have proof
that before January 1, 2008 they successfully completed vessel security officer training at one of the
training institutions listed in Schedule 0.1.
b) les sections 7 et 9 à 13 de la partie A du Code
ISPS, à l’exception des sections 7.8, 7.9, 9.2 et
9.4.16.
(5) Les dispositions du présent règlement l’emportent sur les sections incompatibles du Code
ISPS.
3. L’article 204 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce
qui suit :
(3) Si un agent de sûreté du bâtiment à bord d’un
navire ressortissant à SOLAS est titulaire d’un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du
navire, le capitaine du bâtiment veille à ce que le
certificat soit à bord.
4. L’alinéa 210(1)a) du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
a) est le capitaine ou un membre d’équipage;
5. L’article 211 du même règlement est remplacé par ce qui suit :
211. (1) L’agent de sûreté du bâtiment possède
des connaissances sur les éléments suivants :
a) l’agencement du bâtiment;
b) le plan de sûreté du bâtiment et ses exigences.
(2) L’agent de sûreté du bâtiment d’un navire
non ressortissant à SOLAS possède, par formation
ou expérience de travail, dans les domaines ciaprès, les connaissances et la compétence qui sont
afférentes à l’industrie dans laquelle le bâtiment est
exploité :
a) ceux prévus aux alinéas 208a) à m) et o) à s)
pour un agent de sûreté de la compagnie;
b) les techniques de maîtrise des foules;
c) le fonctionnement, la mise à l’essai, l’étalonnage et l’entretien du matériel et des systèmes de
sûreté.
(3) Sous réserve des paragraphes (4) à (6), l’agent
de sûreté du bâtiment d’un navire ressortissant à
SOLAS doit être titulaire :
a) dans le cas d’un navire qui est autorisé à battre
pavillon canadien, d’un certificat d’aptitude aux
fonctions d’agent de sûreté du navire délivré
sous le régime de la partie 8;
b) dans le cas d’un navire qui est autorisé à battre
pavillon d’un État étranger, d’un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire
délivré par le gouvernement contractant de cet
État.
(4) Jusqu’au 1er juillet 2009, l’agent de sûreté du
bâtiment à bord d’un navire ressortissant à SOLAS
qui est autorisé à battre pavillon canadien n’est pas
tenu d’être titulaire d’un certificat d’aptitude aux
fonctions d’agent de sûreté du navire s’il a la preuve
qu’il a terminé avec succès, avant le 1er janvier
2008, la formation relative aux fonctions d’agent de
sûreté du bâtiment à l’un des établissements d’enseignement énumérés à l’annexe 0.1.
2521
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
6. The Regulations are amended by adding the
following after Part 7:
(5) Jusqu’au 1er juillet 2009, l’agent de sûreté du
bâtiment à bord d’un navire ressortissant à SOLAS
qui est autorisé à battre pavillon d’un État étranger
n’est pas tenu d’être titulaire d’un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire s’il
est titulaire de qualifications lui permettant de s’acquitter des responsabilités d’agent de sûreté du bâtiment ou peut les documenter d’une autre façon.
(6) Si des circonstances exceptionnelles l’exigent,
lorsqu’une personne qui est titulaire d’un certificat
d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire
est temporairement indisponible pour exercer ses
fonctions d’agent de sûreté du bâtiment à bord d’un
navire ressortissant à SOLAS, l’Administration
peut autoriser tout membre du personnel du bâtiment ayant des responsabilités en matière de sûreté
du bâtiment et connaissant le plan de sûreté du bâtiment à exercer ces fonctions jusqu’à ce que le
bâtiment arrive au port d’escale suivant ou pendant
une période maximale de 30 jours. Ce membre agit
à ce titre, tel qu’il est autorisé par l’Administration,
et le capitaine du bâtiment est tenu d’informer dès
que possible les autorités maritimes compétentes
des ports d’escale suivants des dispositions ainsi
prises.
(7) Pour l’application du paragraphe (6), « Administration » s’entend :
a) à l’égard d’un navire ressortissant à SOLAS
qui est autorisé à battre pavillon canadien, du
ministre;
b) à l’égard d’un navire ressortissant à SOLAS
qui est autorisé à battre pavillon d’un État étranger, du gouvernement contractant de cet État.
6. Le même règlement est modifié par adjonction, après la partie 7, de ce qui suit :
PART 8
PARTIE 8
CERTIFICATION OF SECURITY OFFICERS
CERTIFICATION DES AGENTS DE SÛRETÉ
(5) Until July 1, 2009, a vessel security officer
on a SOLAS ship that is entitled to fly the flag of a
foreign state is not required to hold a certificate of
proficiency as a ship security officer if the officer
holds or can otherwise document qualifications to
fulfil the responsibilities of a vessel security officer.
(6) In circumstances of exceptional necessity,
when a person who holds a certificate of proficiency as a ship security officer is temporarily unavailable to serve as vessel security officer on a
SOLAS ship, the Administration may permit a
member of the vessel’s personnel who has responsibilities respecting the security of the vessel and an
understanding of the vessel security plan to serve as
vessel security officer on the vessel until it arrives
at the next port of call or for a period not exceeding
30 days. That member shall serve as the vessel security officer as permitted by the Administration,
and the vessel’s master shall, as soon as possible,
inform the relevant maritime authorities of the next
ports of call of the arrangements in place.
(7) For the purposes of subsection (6), “Administration” means
(a) in respect of a SOLAS ship that is entitled to
fly the Canadian flag, the Minister; and
(b) in respect of a SOLAS ship that is entitled to
fly the flag of a foreign state, the contracting
government of that state.
Definitions
2522
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
800. (1) The following definitions apply in this
Part.
“approved training course” means a course that has
been approved in accordance with section 803
and is given by a recognized institution. (cours
de formation approuvé)
“recognized institution” means a training institution, designated by the Minister, that administers,
in accordance with the established practices and
requirements of the international marine industry, approved training courses for the purpose of
providing the training necessary to obtain a certificate of proficiency as a ship security officer.
(établissement reconnu)
“STCW Code” means the Seafarers’ Training,
Certification and Watchkeeping Code, as amended
from time to time. (Code STCW)
800. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent
à la présente partie.
« Code STCW » Le Code de formation des gens de
mer, de délivrance des brevets et de veille, avec
ses modifications successives. (STCW Code)
« cours de formation approuvé » Cours approuvé
conformément à l’article 803 et offert par un établissement reconnu. (approved training course)
« établissement reconnu » Établissement d’enseignement qui est désigné par le ministre et qui
administre, conformément aux pratiques établies
et aux exigences de l’industrie maritime à l’échelle
internationale, des cours de formation approuvés
pour permettre aux candidats d’acquérir la formation nécessaire en vue de l’obtention d’un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté
du navire. (recognized institution)
Définitions
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
References in
STCW Code
(2) For the purpose of interpreting table A-VI/5
of the STCW Code,
(a) “ship” shall be read to mean “vessel”;
(b) “measures and procedures” shall be read to
mean “requirements and procedures”;
(c) “port facility” shall be read to mean “marine
facility”;
(d) “ship/port interface” shall be read to mean
“vessel/marine facility interface”; and
(e) “designating and monitoring restricted areas”
shall be read to mean “establishing and monitoring restricted areas”.
References in
French version
of STCW Code
(3) For the purpose of interpreting table A-VI/5
of the French version of the STCW Code,
(a) “audits” shall be read to mean “vérifications”; and
(b) “zones d’accès restreints” shall be read to
mean “zones réglementées”.
Requirements
References to
“qualifying
service”
Alternative
before July 1,
2009
Refusal to issue
ISSUANCE OF A CERTIFICATE OF PROFICIENCY AS A
SHIP SECURITY OFFICER
801. (1) The Minister shall issue a certificate of
proficiency as a ship security officer to a person if
(a) the Minister receives certification from a recognized institution that the person has successfully completed an approved training course;
(b) the person has at least 12 months of sea service when calculated in accordance with sections 115, 116 and 118 of the Marine Personnel
Regulations;
(c) the person is at least 18 years of age; and
(d) the person is a Canadian citizen or a permanent resident within the meaning of subsection 2(1) of the Immigration and Refugee Protection Act.
(2) For the purpose of paragraph (1)(b), the
references in subsection 115(3) and section 116 of
the Marine Personnel Regulations to “qualifying
service” shall be read as references to “sea service”.
(3) The Minister shall issue a certificate of proficiency as a ship security officer to a person if the
person
(a) provides the Minister before July 1, 2009
with proof that they successfully completed vessel security officer training at one of the training
institutions listed in Schedule 0.1 before January 1, 2008; and
(b) is a Canadian citizen or a permanent resident
within the meaning of subsection 2(1) of the Immigration and Refugee Protection Act.
802. (1) Despite section 801, the Minister shall
refuse to issue a certificate of proficiency as a ship
security officer to a person if
(2) Pour l’interprétation du tableau A-VI/5 du
Code STCW :
a) toute mention de « navire » vaut mention de
« bâtiment »;
b) toute mention de « prescriptions et des procédures » vaut mention de « exigences et
procédures »;
c) toute mention de « installation portuaire » vaut
mention de « installation maritime »;
d) toute mention de « interface navire/port » vaut
mention de « interface bâtiment/installation
maritime »;
e) toute mention de « la désignation et la surveillance des zones d’accès restreints » vaut mention
de « l’établissement et la surveillance des zones
réglementées ».
(3) Pour l’interprétation de la version française
du tableau A-VI/5 du Code STCW :
a) toute mention de « audits » vaut mention de
« vérifications »;
b) toute mention de « zones d’accès restreints »
vaut mention de « zones réglementées ».
DÉLIVRANCE D’UN CERTIFICAT D’APTITUDE AUX
FONCTIONS D’AGENT DE SÛRETÉ DU NAVIRE
801. (1) Le ministre délivre un certificat d’aptitude
aux fonctions d’agent de sûreté du navire à une
personne si les conditions suivantes sont respectées :
a) le ministre a reçu l’attestation d’un établissement reconnu indiquant qu’elle a terminé avec
succès un cours de formation approuvé;
b) elle a accumulé un minimum de 12 mois de
service en mer, selon le calcul effectué conformément aux articles 115, 116 et 118 du Règlement sur le personnel maritime;
c) elle est âgée d’au moins 18 ans;
d) elle est un citoyen canadien ou résident permanent au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur
l’immigration et la protection des réfugiés.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)b), la mention
de « service admissible », au paragraphe 115(3) et à
l’article 116 du Règlement sur le personnel maritime, vaut mention de « service en mer ».
(3) Le ministre délivre un certificat d’aptitude
aux fonctions d’agent de sûreté du navire à la personne qui satisfait aux exigences suivantes :
a) elle lui fournit, avant le 1er juillet 2009, la
preuve qu’elle a terminé avec succès, avant le
1er janvier 2008, la formation relative aux fonctions d’agent de sûreté du bâtiment à l’un des
établissements d’enseignement énumérés à l’annexe 0.1;
b) elle est un citoyen canadien ou résident permanent au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur
l’immigration et la protection des réfugiés.
802. (1) Malgré l’article 801, le ministre refuse
de délivrer à une personne un certificat d’aptitude
aux fonctions d’agent de sûreté du navire dans les
cas suivants :
Mentions dans
le Code STCW
Mentions dans
la version
française du
Code STCW
Exigences
Mention de
« service
admissible »
Option avant le
1er juillet 2009
Refus de
délivrer
2523
2007-12-26
Notice of
refusal to issue
Approval by
Minister
Revocation
Suspension and
cancellation
Cancellation
2524
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
(a) the person has not met the requirements for
the issuance of the certificate; or
(b) the Minister has reasonable grounds to believe that
(i) the person has acted fraudulently or improperly or has misrepresented a material fact,
or
(ii) the public interest and, in particular, the
record of the person warrant it.
(2) If the Minister refuses to issue a certificate of
proficiency as a ship security officer to a person,
the Minister shall notify the person of the refusal.
The notice shall include
(a) the grounds for the refusal; and
(b) the address at which, and the date, being
30 days after the day on which the notice is given,
on or before which, the person may file a request
for a review of the refusal.
a) la personne ne satisfait pas aux exigences de
délivrance du certificat;
b) le ministre a des motifs raisonnables de croire
que :
(i) la personne a utilisé des moyens frauduleux
ou irréguliers ou a donné une fausse indication
sur un fait important,
(ii) l’intérêt public le requiert, en raison notamment des antécédents de la personne.
(2) S’il refuse de délivrer un certificat d’aptitude
aux fonctions d’agent de sûreté du navire, le ministre en avise l’intéressé. Sont notamment indiqués
dans l’avis :
a) les motifs du refus;
b) le lieu et la date limite, à savoir 30 jours après
l’envoi de l’avis, du dépôt d’une éventuelle requête en révision.
APPROVED TRAINING COURSE
COURS DE FORMATION APPROUVÉ
803. (1) The Minister shall approve a course as
an approved training course if the Minister determines that it
(a) provides training to participants to undertake
the tasks, duties and responsibilities listed in column 1 of table A-VI/5 of the STCW Code and
the knowledge listed in column 2 of that table;
and
(b) uses the criteria listed in column 4 of table
A-VI/5 of the STCW Code to evaluate the participants’ competence to undertake the tasks, duties
and responsibilities referred to in paragraph (a).
(2) The Minister shall revoke the approval of a
course as an approved training course if, after the
results of an independent evaluation made in accordance with section A-I/8.3 of the STCW Code are
brought to the attention of the recognized institution that is providing the course, timely action is
not taken to correct any deficiencies.
803. (1) S’il établit que le cours est conforme
aux critères ci-après, le ministre l’approuve en tant
que cours de formation approuvé :
a) il fournit aux participants la formation pour
s’acquitter des tâches et responsabilités mentionnées à la colonne 1 du tableau A-VI/5 du Code
STCW et acquérir les connaissances qui figurent
à la colonne 2;
b) il utilise les critères d’évaluation prévus à la
colonne 4 pour vérifier la compétence des participants à s’acquitter des tâches et responsabilités
visées à l’alinéa a).
(2) Le ministre révoque l’approbation du cours
en tant que cours de formation approuvé si, après
que les résultats d’une évaluation indépendante
effectuée conformément à la section A-I/8.3 du
Code STCW sont portés à l’attention de l’établissement reconnu qui le donne, des mesures ne sont
pas prises en temps opportun pour rectifier toute
lacune.
SUSPENSION AND CANCELLATION
SUSPENSION ET ANNULATION
804. (1) The Minister shall suspend or cancel a
person’s certificate of proficiency as a ship security
officer if the Minister has reasonable grounds to
believe that
(a) the certificate was obtained by any fraudulent
or improper means or a misrepresentation of any
material fact;
(b) the public interest and, in particular, the record of the person warrant it; or
(c) the exercise by the person of the functions of
a vessel security officer constitutes, or is likely to
constitute, an immediate threat to marine transportation security.
(2) The Minister shall cancel a person’s certificate of proficiency as a ship security officer if the
Minister determines that the person is no longer a
804. (1) Le ministre suspend ou annule un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du
navire s’il a des motifs raisonnables de croire que :
a) le document a été obtenu de façon frauduleuse
ou irrégulière ou présente une déclaration trompeuse d’un fait important;
b) l’intérêt public le requiert, en raison notamment des antécédents du titulaire du certificat;
c) l’exercice des fonctions d’agent de sûreté du
bâtiment par le titulaire du certificat constitue un
danger immédiat, ou est susceptible de constituer
un tel danger, pour la sûreté du transport
maritime.
(2) Le ministre annule un certificat d’aptitude
aux fonctions d’agent de sûreté du navire s’il établit
que le titulaire du document n’est plus un citoyen
Avis de refus
de délivrer
Approbation du
ministre
Révocation
Suspension ou
annulation
Annulation
2007-12-26
Notice of
suspension or
cancellation
When effective
When notice is
considered
received
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
Canadian citizen or a permanent resident within the
meaning of subsection 2(1) of the Immigration and
Refugee Protection Act.
805. (1) If the Minister suspends or cancels a
person’s certificate of proficiency as a ship security
officer, the Minister shall notify the person of the
suspension or cancellation. The notice shall include
(a) the grounds for the suspension or cancellation; and
(b) the address at which, and the date, being
30 days after the day on which the notice is given,
on or before which, the person may file a request
for a review of the suspension or cancellation.
(2) The suspension or cancellation shall not be
effective earlier than
(a) in the case of a suspension or cancellation on
the grounds referred to in paragraph 804(1)(a)
or (b), the 30th day after the day on which the
person receives the notice; and
(b) in the case of a suspension or cancellation on
the grounds referred to in paragraph 804(1)(c) or
subsection 804(2), when the person receives the
notice.
(3) Notice is considered to be received on the
earlier of
(a) when the person receives the notice, and
(b) when any vessel of which the person is the
master or a crew member receives the notice.
canadien ou résident permanent au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.
805. (1) S’il suspend ou annule un certificat
d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire, le ministre en avise l’intéressé. Sont notamment indiqués dans l’avis :
a) les motifs de la suspension ou de l’annulation;
b) le lieu et la date limite, à savoir 30 jours après
l’envoi de l’avis, du dépôt d’une éventuelle requête en révision.
(2) La prise d’effet de la suspension ou de l’annulation ne peut être antérieure :
a) si celle-ci est prononcée aux motifs des alinéas 804(1)a) ou b), au trentième jour suivant la
réception de l’avis;
b) si celle-ci est prononcée aux motifs de l’alinéa 804(1)c) ou du paragraphe 804(2), à la réception de l’avis.
Prise d’effet
(3) L’avis est réputé être reçu à la première des
éventualités suivantes :
a) lorsque l’intéressé reçoit l’avis;
b) lorsque le bâtiment à bord duquel l’intéressé
est capitaine ou membre d’équipage reçoit l’avis.
Avis réputé être
reçu
REVIEWS AND APPEALS
RÉVISIONS ET APPELS
Jurisdiction of
Tribunal
806. The Tribunal has jurisdiction in respect of
reviews and appeals under sections 807 to 810.
Request for
review
807. (1) A person who is notified under subsection 802(2) or 805(1) may, on or before the date
specified in the notice or within any further time
that the Tribunal on application allows, file with the
Tribunal a written request for a review of the refusal, suspension or cancellation.
Effect of
request
(2) A request for a review does not operate as a
stay of the refusal, suspension or cancellation.
Exception
(3) On application in writing by a person whose
certificate of proficiency as a ship security officer
was suspended or cancelled on the grounds referred
to in paragraph 804(1)(c) or subsection 804(2), a
member of the Tribunal assigned for the purpose
may, after giving notice to the Minister and after
considering any representations made by the parties, grant a stay of the suspension or cancellation
until the review is completed if he or she determines that granting a stay would not constitute a
threat to marine transportation security.
808. (1) On receipt of a request filed under section 807, the Tribunal shall appoint a time and
place for the review and shall notify the Minister
and the person who filed the request of the time and
place in writing.
806. Le Tribunal a compétence pour connaître
des requêtes en révision et des appels présentés au
titre des articles 807 à 810.
807. (1) Le destinataire de l’avis figurant aux paragraphes 802(2) ou 805(1) peut faire réviser le
refus, la suspension ou l’annulation en déposant
une requête auprès du Tribunal, au plus tard à la
date limite qui est indiquée à l’avis ou dans le délai
supérieur éventuellement accordé à sa demande par
le Tribunal.
(2) Le dépôt d’une requête en révision n’a pas
pour effet de suspendre le refus, la suspension ou
l’annulation.
(3) Sur demande écrite de la personne dont le
certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté
du navire est suspendu ou annulé pour l’un des
motifs énoncés à l’alinéa 804(1)c) ou au paragraphe 804(2), le conseiller commis à l’affaire peut,
après avoir donné au ministre un préavis et avoir
entendu les observations des parties, prononcer la
suspension de la mesure jusqu’à ce qu’il ait été
statué sur la requête en révision s’il établit que cela
ne constituerait pas un danger pour la sûreté du
transport maritime.
808. (1) Le Tribunal, sur réception de la requête
déposée au titre de l’article 807, fixe la date,
l’heure et le lieu de l’audience et en avise par écrit
le ministre et l’intéressé.
Time and place
for review
Avis de
suspension ou
d’annulation
Compétence du
Tribunal
Requête en
révision
Effet de la
requête
Exception
Audience
2525
2007-12-26
Determination
Right of appeal
Loss of right of
appeal
Disposition of
appeal
Decision to
remain in
effect
pending
reconsideration
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
(2) The assigned member of the Tribunal shall
confirm the refusal, suspension or cancellation
or refer the matter back to the Minister for
reconsideration.
809. (1) Within 30 days after the day on which a
determination is made under subsection 808(2), the
affected person may appeal it to the Tribunal.
(2) A party who does not appear at a review
hearing is not entitled to appeal a determination
unless they establish that there was sufficient reason to justify their absence.
(3) The appeal panel of the Tribunal assigned to
hear the appeal shall dismiss it or refer the matter
back to the Minister for reconsideration.
810. If a matter is referred back to the Minister
for reconsideration under subsection 808(2) or
809(3), a suspension or cancellation remains in
effect until the reconsideration is concluded. However, the member who made the determination or
the appeal panel, after considering any representations made by the parties, may grant a stay of the
suspension or cancellation until the reconsideration
is concluded if the member or panel determines that
granting a stay would not constitute a threat to marine transportation security.
(2) Le conseiller commis à l’affaire confirme le
refus, la suspension ou l’annulation prononcé par le
ministre ou lui renvoie l’affaire pour réexamen.
Décision
809. (1) L’intéressé peut porter en appel devant
le Tribunal la décision rendue au titre du paragraphe 808(2), dans les 30 jours suivant la décision.
(2) La partie qui ne se présente pas à l’audience
portant sur la requête en révision perd le droit de
porter la décision en appel, à moins qu’elle ne fasse
valoir des motifs valables justifiant son absence.
(3) Le comité du Tribunal rejette l’appel ou renvoie l’affaire au ministre pour réexamen.
Appel
810. (1) En cas de renvoi de l’affaire au ministre
au titre des paragraphes 808(2) ou 809(3), la suspension ou l’annulation continue d’avoir effet. Toutefois, le conseiller ou le comité peut, après avoir
entendu les observations des parties et s’il établit
que cela ne constituerait pas un danger pour la sûreté du transport maritime, prononcer la suspension
de la mesure jusqu’à ce que le ministre ait réexaminé sa décision.
Maintien de la
décision en cas
de renvoi au
ministre
GENERAL
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
Possession of
certificate
811. No person other than the person to whom it
was issued, or their representative, shall possess a
certificate of proficiency as a ship security officer.
Production of
certificate
812. Every holder of a certificate of proficiency
as a ship security officer shall produce it to the
Minister on demand.
813. If a certificate of proficiency as a ship security officer is suspended or cancelled, the person who
held it shall return it on demand to the Minister.
[814 to 899 reserved]
7. The Regulations are amended by adding,
before Schedule 1, the Schedule 0.1 set out in the
schedule to these Regulations.
811. Il est interdit à toute personne de posséder
un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de
sûreté du navire, à l’exception de celle à qui il a été
délivré ou de son représentant.
812. Le titulaire d’un certificat d’aptitude aux
fonctions d’agent de sûreté du navire le produit sur
demande du ministre.
813. Si son certificat d’aptitude aux fonctions
d’agent de sûreté du navire est suspendu ou annulé,
la personne qui en est le titulaire doit le rendre, sur
demande, au ministre.
[814 à 899 réservés]
7. Le même règlement est modifié par adjonction, avant l’annexe 1, de l’annexe 0.1 figurant à
l’annexe du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on January 1, 2008.
8. Le présent règlement entre en vigueur le
1er janvier 2008.
Return of
certificate
Décision sur
l’appel
Possession du
certificat
Production du
certificat
Remise du
certificat
SCHEDULE
(Section 7)
ANNEXE
(article 7)
SCHEDULE 0.1
(Subsection 211(4) and paragraph 801(3)a))
ANNEXE 0.1
(paragraphe 211(4) et alinéa 801(3)a))
TRAINING INSTITUTIONS
LISTE DES ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT
1. ABS Consulting Inc. – Risk Consulting Division
2. BC Institute of Technology Marine Campus
2526
Perte du droit
d’appel
1. ABS Consulting Inc. – Risk Consulting Division
2. BC Institute of Technology Marine Campus
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
3. Camosun College
4. Evolutionary Security Management Inc.
5. Ferriby Marine Canada
6. Georgian College Great Lakes International Marine Training
Centre
7. Institut maritime du Québec
8. Lloyd’s Register North America, Inc.
9. MacDonnell Group
10. Maritime & Underwater Security Consultants
11. NSCC Nautical Institute
12. School of Maritime Studies, Marine Institute, Memorial University of Newfoundland
13. Seagull America Inc.
14. Seagull Marine Information Technology Inc.
15. Secunda Marine Services Limited
16. V-Ships Canada Inc. & SeaTec Safety Systems Ltd.
17. Canadian Coast Guard
3. Camosun College
4. Evolutionary Security Management Inc.
5. Ferriby Marine Canada
6. Georgian College Great Lakes International Marine Training
Centre
7. Institut maritime du Québec
8. Lloyd’s Register North America, Inc.
9. MacDonnell Group
10. Maritime & Underwater Security Consultants
11. NSCC Nautical Institute
12. School of Maritime Studies, Marine Institute, Memorial University of Newfoundland
13. Seagull America Inc.
14. Seagull Marine Information Technology Inc.
15. Secunda Marine Services Limited
16. V-Ships Canada Inc. & SeaTec Safety Systems Ltd.
17. La garde côtière canadienne
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The amendments to the Marine Transportation Security Regulations (MTSR) are made under the authority of sections 5 and 6
of the Marine Transportation Security Act (MTSA). The MTSR
aim at preventing unlawful interference with marine transportation and ensure that appropriate action is taken where that interference occurs or could occur.
The amendments implement changes made to the International
Convention on Standards of Training, Certification and Watchkeeping for Seafarers (STCW), 1978, adopted at its 81st Maritime
Safety Committee meeting, held at the International Maritime
Organization (IMO) in May 2006, as well as minor miscellaneous
amendments.
Les modifications au Règlement sur la sûreté du transport maritime (RSTM) sont effectuées en vertu des articles 5 et 6 de la
Loi sur la sûreté du transport maritime (LSTM). Ce règlement
vise à prévenir les atteintes illicites au transport maritime et, lorsque de telles atteintes surviennent ou risquent de survenir, à faire
en sorte que des mesures efficaces soient prises pour y parer.
Les modifications visent à mettre en œuvre des modifications
apportées à la « Convention internationale de 1978 sur les normes
de formation des gens de mer, de délivrance des brevets et de
veille » (Convention STCW), telles qu’elles ont été adoptées à la
81e réunion du Comité de la sécurité maritime, tenue lors de la
session de mai 2006 de l’Organisation maritime international
(OMI). Diverses modifications mineures sont également apportées au Règlement.
Afin de répondre à leurs obligations internationales, tous les
gouvernements contractants de l’OMI doivent avoir des règlements en place qui exigent que l’agent de sûreté du navire sur
certains navires qui effectuent un voyage international [navire
ressortissant à la Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS)] possède un certificat
d’aptitude d’ici le 1er janvier 2008. Les gouvernements contractants, incluant le Canada, qui omettraient de satisfaire à cette exigence s’exposeraient ainsi à plusieurs répercussions négatives,
par exemple, la possibilité que ses bâtiments ne soient pas admis
dans les eaux d’autres pays ou qu’ils soient détenus ou inspectés
rigoureusement lors de leur arrivée dans le port d’un autre pays.
Les retards qui s’ensuivraient pourraient nuire sérieusement aux
activités commerciales, réduire la compétitivité du transport maritime canadien et causer des frais de dizaines de milliers de dollars
par jour. Au Canada, les fonctions des agents de sûreté du navire
sont exécutées par les agents de sûreté du bâtiment (ASB). Ce
In order to meet its international obligations, all IMO contracting governments must have regulations in place requiring the
Ship Security Officer (SSO) on certain ships engaged on certain
international voyages [Safety of Life at Sea (SOLAS)] ships to
hold a proficiency certificate by January 1, 2008. Contracting
governments, including Canada, that do not comply could face
several negative impacts. For instance, vessels could be denied
entry, detained or inspected vigorously when entering another
country’s port. The resulting delays could be serious impediments
to business operations, reducing the competitiveness of Canadian
shipping and costing tens of thousands of dollars a day in operating costs. In Canada, duties of SSOs are performed by Vessel
Security Officers (VSOs). This latter title is consistent with the
term “vessel” used in the Canada Shipping Act, 2001. However,
the STCW Convention specifically requires contracting governments to refer to the proficiency certificate as “certificate of proficiency as a ship security officer” to ensure international consistency.
2527
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
Currently, the MTSR contain provisions that require individuals who carry out VSO duties to have, by training or job experience, relevant knowledge and competence in particular areas.
However, the MTSR do not require them to be certified nor do
they establish a means to ensure that their qualifications are internationally recognized. The current Regulations are therefore insufficient to meet Canada’s international obligations.
The amendments will add a new Part 8 to the Regulations and
include mandatory certification requirements for VSOs on
SOLAS ships, provisions for the issuance of certificates of proficiency as a ship security officer, course approvals, suspension and
cancellation of certificates, and the process for reviews and appeals. In addition, the amendments serve to fulfill Canada’s obligations at the international level.
To be eligible for certification, candidates will need to successfully complete an approved training course and will require a
minimum of 12 months sea service. Training will be conducted
by Transport Canada recognized institutions.
Vessel security officers that provide proof that they successfully completed VSO training at a Transport Canada recognized
training organization before January 1, 2008, will be eligible for
issuance of a certificate of proficiency as a ship security officer
until July 1, 2009. After January 1, 2008, vessel security officers
will be issued a Certificate of Proficiency as a Ship Security Officer if they meet all the requirements of section 801 of the
amendments.
These amendments will ensure that VSOs receive the proper
training in order to effectively carry out their duties. These Regulations will also enhance security by reducing the likelihood of a
marine security incident through ensuring high standards are in
place for the maintenance and implementation of the vessel security plan, vessel security assessments, vessel security inspections,
security equipment maintenance, and the promotion of vessel
security awareness and vigilance on board.
dernier titre va de pair avec le terme « bâtiment » utilisé dans la
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada. Toutefois, la
Convention STCW exige particulièrement que les gouvernements
contractants désignent le certificat d’aptitude comme un « certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire » afin
d’assurer l’uniformité internationale.
Le RSTM, dans sa version actuelle, exige que les personnes qui
exercent les fonctions d’agent de sûreté du bâtiment aient acquis,
par formation ou expérience de travail, les connaissances et la
compétence pertinentes dans des domaines particuliers. Toutefois,
le RSTM n’exige pas que ces personnes soient accréditées et
n’établit pas de moyen permettant de s’assurer que leurs compétences sont internationalement reconnues. Le règlement actuel est
donc insuffisant pour que le Canada puisse s’acquitter de ses
obligations internationales.
Les modifications consistent à ajouter une nouvelle partie 8 au
Règlement et comprennent des exigences relatives à la délivrance
obligatoire de certificats pour les ASB sur les bâtiments ressortissant à SOLAS ainsi que des dispositions sur la délivrance de
certificats d’aptitude pour les agents de sûreté du navire, l’approbation des cours, la suspension et l’annulation des brevets et des
certificats et sur le processus des révisions et appels. Les modifications permettront également au Canada de s’acquitter de ses
obligations à l’échelle internationale.
Afin d’obtenir leur certificat, les candidats devront réussir un
cours de formation approuvé et effectuer un service en mer pendant au moins 12 mois. La formation sera offerte par des établissements reconnus par Transports Canada.
Les agents de sûreté du bâtiment qui fournissent la preuve
qu’ils ont terminé avec succès une formation d’ASB dans un organisme de formation reconnu par Transports Canada avant le
1er janvier 2008 seraient admissibles à la délivrance d’un certificat
d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire jusqu’au
1er juillet 2009. Après le 1er janvier 2008, un certificat d’aptitude
aux fonctions d’agent de sûreté du navire sera délivré aux agents
de sûreté du navire s’ils respectent toutes les exigences de l’article 801 des modifications.
Ces modifications permettront de s’assurer que les ASB reçoivent la formation appropriée pour exécuter leurs fonctions. Le
présent projet de règlement améliorera également la sécurité en
réduisant le risque d’incident lié à la sûreté maritime en assurant
que des normes élevées sont en place pour le maintien et la mise
en œuvre du plan de sûreté du navire, des évaluations de la sûreté
du navire, des inspections de la sûreté du navire, de l’entretien de
l’équipement de sûreté et de la promotion de la sensibilisation à la
sûreté du navire et à la vigilance à bord.
Alternatives
Solutions envisagées
Option 1: Status Quo
Option 1 : Statu quo
Maintaining status quo would not only fail to increase the security of Canada’s marine transportation system, but it would also be
inconsistent with Canada’s major trading partners and would
mean Canada would not be meeting its international obligations
under IMO. This would seriously limit the ability of Canadian
flagged SOLAS ships to trade; consequently, the status quo was
dismissed as an alternative.
Le maintien du statu quo n’accroîtrait pas la sûreté du réseau de
transport maritime du Canada, irait à l’inverse des principaux
partenaires commerciaux du Canada et empêcherait le Canada de
s’acquitter d’obligations internationales découlant de l’OMI. Cette
situation limiterait sérieusement les activités commerciales des
bâtiments ressortissant à SOLAS qui sont autorisés à battre pavillon canadien et c’est pourquoi le maintien du statu quo a été rejeté.
Option 2: Voluntary measures by industry
Option 2 : Mesures volontaires de l’industrie
Any advantages offered by using voluntary measures are negated by Canada’s IMO commitments requiring that Canada, as a
N’importe quel avantage propre aux mesures volontaires serait
neutralisé si le Canada, en tant qu’État membre de l’OMI, omettait
2528
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
Contracting State, issue Ship Security Officer Proficiency Certificates. Voluntary measures would not meet this commitment and
Canada could be considered non-compliant, resulting in Canadianflagged SOLAS ships being unable to engage freely in international voyages.
de respecter ses engagements envers l’OMI et de délivrer les certificats d’aptitude aux fonctions d’ASB que les gouvernements
contractants de l’OMI doivent délivrer. Des mesures volontaires
ne permettraient pas au Canada de s’acquitter de cet engagement
et il pourrait être considéré comme n’étant pas conforme, ce qui
empêcherait les navires ressortissant à SOLAS qui sont autorisés
à battre pavillon canadien d’effectuer des voyages internationaux
librement.
Option 3: Mandatory certification of Vessel Security Officers
Option 3 : Certification obligatoire des ASB
Mandatory certification for those VSOs engaged on SOLAS
ships will standardize the level of security training for VSOs,
ensure Canada’s compliance with international agreements and
provide VSO with an internationally recognized document. The
industry is widely supportive of these amendments, as they will
ensure that Canada’s approach is consistent with its major trading
partners.
Some minimal costs to, and impacts on, seafarers, marine
transportation operations and institutions are not expected to be
significant. The analysis has determined that the benefits of this
option far outweigh the costs, resulting in this being the preferred
option to be adopted.
La certification obligatoire des ASB en service à bord des navires ressortissant à SOLAS présenterait l’avantage de normaliser le
niveau de formation en sûreté des ASB, de garantir la conformité
du Canada aux accords internationaux ainsi que d’offrir aux ASB
un document reconnu internationalement. De plus, l’industrie est
largement en faveur des modifications réglementaires, car cellesci permettront de s’assurer que l’attitude du Canada est harmonisée avec celle de ses principaux partenaires commerciaux.
Les coûts engendrés et les incidences sur les marins et sur les
activités et les institutions de transport maritime ne devraient pas
être importants. L’analyse a déterminé que les avantages de cette
option l’emportent de loin sur les coûts, raison pour laquelle la
préférence est donnée à cette option.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
These amendments will strengthen Canada’s marine security
environment by ensuring that the training meets all the required
specifications standards of proficiency of SSOs, as stipulated by
the STCW Convention, including the requirement for 12 months
of sea time. As well, these amendments contain a quality assurance provision, as per the STCW Convention, to ensure high
standards are in place in respect of the training for the certification.
Les modifications renforceront la scène de la sûreté maritime
du Canada en veillant à ce que la formation respecte toutes les
normes spécifiques de compétence requise pour les agents de
sûreté du navire, tel qu’il est stipulé dans la Convention STCW, y
compris l’exigence relative aux douze mois de service en mer. De
plus, les modifications comptent une disposition relative à l’assurance de la qualité conformément à la Convention STCW, afin de
veiller à ce que les normes élevées soient en place en matière de
formation pour l’accréditation.
Le nouveau certificat d’aptitude aux fonctions d’agent de sûreté du navire apporte la preuve que les marins canadiens satisfont
aux normes internationales et que les navires aux drapeaux canadiens ressortissant à SOLAS sont conformes à ceux de nos partenaires commerciaux internationaux. Sans un tel document, les
navires aux drapeaux canadiens ressortissant à SOLAS pourraient
être retenus à un port ou faire l’objet de vigoureuses inspections
par l’état du port ou simplement se voir refuser l’entrée.
Une étude récente sur l’incidence économique du secteur du
transport maritime du Canada a permis d’estimer qu’environ 60 %
des produits provenant du commerce international du Canada sont
transportés par bateau. De plus, les bâtiments qui battent pavillon
canadien transportent 50 % du fret maritime entre le Canada et
son partenaire commercial le plus important, les États-Unis.
The new certificate of proficiency as a ship security officer
provides proof that Canadian seafarers meet the international
standards and Canadian-flagged SOLAS ships are compliant with
our international trading partners. Without such a document,
Canadian-flagged SOLAS ships could be subject to detention or
vigorous inspection by port States or simply denied entry.
A recent study on the economic impact of the Canadian marine
transportation industry estimated that approximately 60% of
Canada’s international trade is carried by vessels. In addition,
Canadian-flagged vessels transport 50% of the marine cargo between Canada and its largest trading partner, the United States.
Costs
Coûts
There are currently approximately 73 Canadian-flagged
SOLAS ships and most of their VSOs are expected to be granted
the new certification based on their current training or certification. Vessel security officers who have not yet received training
will require to successfully complete an approved training course
of 2-3 days at a recognized institution and the costs would remain
similar to the current system. Based on available information
from current course providers, course costs are estimated at an
average of $700 per individual.
On compte actuellement environ 73 bâtiments canadiens ressortissant à SOLAS et la plupart des ASB de ces bâtiments pourront recevoir une nouvelle certification fondée sur leur formation
ou certification actuelle. Les ASB devront terminer avec succès
un cours de formation approuvé de deux ou trois jours dans un
établissement reconnu et les coûts seraient semblables à ceux du
régime de formation déjà en place. Compte tenu de l’information
obtenue auprès des fournisseurs des cours actuels, le coût moyen
de ces cours est de 700 $.
2529
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
Costs for issuing the certificates will be borne by government
and be covered under existing funds. Preliminary estimates on the
yearly costs to government for auditing the approved courses will
also be covered under existing funds and have been estimated at
approximately $40,000.
Enforcement costs will not change, as it will form part of the
current inspection regime.
Thus, the costs associated with these amendments are easily
outweighed by the benefits of preventing costly interruptions to
the shipping industry and improving security in the marine
environment.
Le coût de la délivrance des brevets et des certificats sera assumé par le gouvernement au moyen de fonds existants. La vérification des cours approuvés représentera chaque année un coût
estimatif de 40 000 $ pour le gouvernement, et ce coût sera lui
aussi réglé au moyen de fonds existants.
Les coûts de l’exécution de la loi ne changeront pas, car ils feront partie du régime d’inspection déjà en place.
Il s’ensuit que les coûts associés aux modifications sont amplement dépassés par les avantages que sont la prévention d’interruptions coûteuses d’activités maritimes et l’amélioration de la
sûreté du secteur maritime.
Strategic Environmental Assessment
Évaluation environnementale stratégique
A preliminary scan of these amendments has been done in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement — March 2001 and
concluded that a detailed analysis is not necessary.
L’analyse préliminaire des aspects environnementaux de ces
modifications a été effectuée selon les critères de l’Énoncé de
politique de Transports Canada sur l’évaluation environnementale stratégique — mars 2001. L’analyse préliminaire a permis de
conclure qu’une analyse détaillée n’était pas nécessaire.
D’un point de vue environnemental, les modifications pourraient avoir des incidences positives indirectes, puisque des ASB
mieux formés et accrédités pourraient aider à prévenir des incidents liés à la sûreté ainsi que les dommages environnementaux
connexes.
From the environmental perspective, these amendments could
have indirect positive impacts, as better-trained and certified
VSOs could contribute to preventing security incidents and the
environmental damage associated with them.
Consultation
Consultations
Consultations with industry have been ongoing. The amendments were pre-published in the Canada Gazette, Part I, on October 13, 2007, for a 30-day comment period. A total of two
comments were received from industry and they were both addressed with the parties in question. The first comment consisted
of requesting that this amendment reside in the Marine Personnel
Regulations under the Canada Shipping Act instead of the MTSR.
However, since it is a security requirement, it was decided for
accountability and enforcement purposes to have this amendment
reside in the MTSR. The second comment was concerning the
applicability requirement of the certification process. The Members of the National Canadian Marine Advisory Council (CMAC)
have been updated on these international requirements since
2005. The CMAC Standing Committee on Marine Security provided a forum for Canadian shipowners and seafarers to discuss
their views and ensure that their input could be reflected in the
amendments. In June 2007, stakeholders were also sent a copy of
the revised discussion document for their consideration and
feedback.
There is a high level of support from stakeholders to have these
amendments in place for the international implementation date of
January 1, 2008. Failure to do so would result in Canada being
non-compliant with IMO agreements, which would have negative
consequences on Canadian seafarers and Canadian flagged vessels economically and on Canada’s reputation for honouring its
international agreements.
L’industrie a été consultée. Les modifications ont fait l’objet
d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 13 octobre 2007, pour une période de commentaires de
30 jours. En tout, deux commentaires ont été reçus de l’industrie;
ils ont été traités avec les parties en cause. La première observation était une demande faite dans le but de placer cette modification dans le Règlement sur le personnel maritime pris en vertu de
la Loi sur la marine marchande du Canada, et non dans le
RSTM. Toutefois, vu qu’il s’agit d’une exigence en matière de
sûreté, il a été décidé que la modification serait placée dans le
RSTM pour des raisons de responsabilisation et d’application. La
deuxième observation concernait l’exigence relative à l’applicabilité dans le contexte de la délivrance des brevets et des certificats.
Les membres du Conseil consultatif maritime canadien (CCMC)
national sont tenus au courant des exigences internationales imminentes depuis 2005. Le Comité permanent du CCMC sur la
sûreté maritime a joué le rôle d’un forum pour que les armateurs
canadiens et les navigants puissent échanger leurs avis et pour
s’assurer que leur contribution entre en ligne de compte dans les
modifications. En juin 2007, le document de travail révisé a été
communiqué aux intervenants pour qu’ils le prennent en considération et expriment leurs observations.
Les intervenants sont très en faveur de l’adoption de ces modifications afin que le délai international du 1er janvier 2008 soit
respecté. S’il n’adopte pas ces modifications, le Canada ne sera
pas conforme aux ententes avec l’OMI, ce qui aurait de mauvaises répercussions économiques sur les navigants canadiens et
sur les bâtiments canadiens et entacherait l’image du Canada au
chapitre des accords internationaux.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The enforcement of these amendments will be done through the
compliance and enforcement regime set out in the MTSA and
MTSR. This regime includes the monitoring of non-compliance
by security inspectors under paragraph 23(2)(b) of the MTSA,
whereby security inspectors can require any person to produce for
Les modifications seront appliquées au moyen du régime de
conformité et d’exécution prévue par la LSTM et le RSTM. Ce
régime confie la surveillance de la conformité à des inspecteurs
agissant en vertu de l’alinéa 23(2)b) de la LSTM, qui autorise un
inspecteur à exiger, pour examen ou reproduction, la communication
2530
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-275
inspection and copying documents that contain any information
relevant to the administration of the MTSA or MTSR.
Sanctions for non-compliance will be administered under
subsection 25(4) of the MTSA and Part 6 of the MTSR. The administrative monetary penalties (AMPs) ranging from $600 to
$5,000 will generally be applied in cases where non-compliance
occurs. The AMP may also be doubled for a recurring violation,
and the Minister may also choose to suspend or cancel a certificate of proficiency as a ship security officer.
Transport Canada Marine Security also conducts education and
awareness activities with stakeholders in order to encourage comprehension of the Regulations and ensure individual responsibilities are understood, thereby promoting voluntary compliance.
In addition, security inspectors will be informed of their new
duties through Transport Canada’s proposed Inspection and Enforcement Manual, setting out Transport Canada’s enforcement
policy and procedures and how best to respond to non-compliant
behaviour.
These amendments will not require additional resources and
monitoring to ensure compliance, as security inspectors will
monitor compliance as part of the current inspection regime.
de tout document qui, à son avis, contient de l’information relative à l’application de la LSTM ou du RSTM.
Des sanctions pour non-conformité seront administrées en vertu du paragraphe 25(4) de la LSTM et de la Partie 6 du RSTM.
Des sanctions administratives pécuniaires (SAP) allant de 600 $ à
5 000 $ seront généralement appliquées dans les cas de nonconformité. La SAP peut aussi être doublée dans le cas d’une
infraction qui se répète, et le ministre peut aussi décider de suspendre ou d’annuler un certificat d’aptitude aux fonctions d’agent
de sûreté du navire.
La Direction générale de la sûreté maritime de Transports
Canada mène également des activités d’éducation et de sensibilisation auprès des intervenants pour les encourager à mieux connaître le Règlement et à mieux assumer leurs responsabilités individuelles, ce qui équivaut à promouvoir la conformité volontaire.
Notons également que les inspecteurs seront informés de leurs
nouvelles fonctions au moyen du « manuel d’inspection et d’exécution » proposé par Transports Canada et destiné à faire connaître sa politique et ses procédures d’exécution et la meilleure façon
de réagir à des cas de non-conformité.
Il ne sera pas nécessaire d’accroître les ressources et la surveillance consacrées au maintien de la conformité pour ces modifications, car les inspecteurs en surveilleront la conformité dans le
cadre du régime d’inspection déjà en place.
Contact
Personne-ressource
Joanne St-Onge
Director of Marine Security Regulatory Affairs
Transport Canada
Place de Ville, Tower B, 14th Floor,
112 Kent Street
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-949-0655
Fax: 613-949-3906
Joanne St-Onge
Directrice
Affaires réglementaires, Sûreté maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour B, 14e étage
112, rue Kent
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-949-0655
Télécopieur : 613-949-3906
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2531
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-276
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-276
December 6, 2007
Enregistrement
DORS/2007-276
Le 6 décembre 2007
FIRST NATIONS FISCAL AND STATISTICAL
MANAGEMENT ACT
LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE ET STATISTIQUE DES
PREMIÈRES NATIONS
Order Amending the Schedule to the First Nations
Fiscal and Statistical Management Act
Décret modifiant l’annexe de la Loi sur la gestion
financière et statistique des premières nations
P.C. 2007-1874
C.P. 2007-1874
December 6, 2007
Le 6 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to paragraph 2(3)(a) of the First Nations
Fiscal and Statistical Management Acta, hereby makes the annexed Order Amending the Schedule to the First Nations Fiscal
and Statistical Management Act.
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
Nord canadien et en vertu de l’alinéa 2(3)a) de la Loi sur la gestion financière et statistique des premières nationsa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant l’annexe de la Loi sur la gestion financière et statistique des
premières nations, ci-après.
ORDER AMENDING THE SCHEDULE TO THE
FIRST NATIONS FISCAL AND STATISTICAL
MANAGEMENT ACT
DÉCRET MODIFIANT L’ANNEXE DE LA LOI SUR
LA GESTION FINANCIÈRE ET STATISTIQUE
DES PREMIÈRES NATIONS
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the First Nations Fiscal and Statistical
Management Act1 is amended by adding the following:
Adams Lake Indian Band
?Akisq’nuk First Nation
Alexander First Nation
Chehalis Indian Band
Chemainus First Nation
Chippewas of Georgina Island First Nation
Chippewas of Kettle and Stony Point First Nation
Kamloops Indian Band
Kitselas First Nation
Lequ’á:mel First Nation
Lower Kootenay Indian Band
Lower Nicola Indian Band
Metepenagiag Mi’kmaq Nation
Moricetown Indian Band
Muskeg Lake Cree Nation
Nanoose First Nation
Osoyoos Indian Band
Seabird Island Band
Shuswap First Nation
Shxwhá:y Village First Nation
Simpcw First Nation
Skeetchestn Indian Band
Sliammon First Nation
Songhees First Nation
St. Mary’s First Nation
Tla-o-qui-aht First Nations
1. L’annexe de la Loi sur la gestion financière et statistique
des premières nations1 est modifiée par adjonction de ce qui
suit :
Bande indienne Adams Lake
Première nation ?Akisq’nuk
Première nation Alexander
Bande indienne Chehalis
Pemière nation Chemainus
Première nation Chippewas de Georgina Island
Première nation Chippewas de Kettle et Stony Point
Bande indienne Kamloops
Première nation Kitselas
Première nation Lequ’á:mel
Bande indienne Lower Kootenay
Bande indienne Lower Nicola
Nation Metepenagiag Mi’kmaq
Bande indienne Moricetown
Nation crie Muskeg Lake
Première nation Nanoose
Bande indienne Osoyoos
Bande Seabird Island
Première nation Shuswap
Première nation Shxwhá:y Village
Première nation Simpcw
Bande indienne Skeetchestn
Première nation Sliammon
Première nation Songhees
Première nation St. Mary’s
Premières nations Tla-o-qui-aht
———
———
a
a
1
S.C. 2005, c. 9
S.C. 2005, c. 9
2532
1
L.C. 2005, ch. 9
L.C. 2005, ch. 9
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-276
Tobacco Plains Indian Band
Tobique First Nation
Tsawout First Nation
Tsawwassen First Nation
Tzeachten First Nation
We Wai Kai Nation
White Bear First Nation
Bande indienne Tobacco Plains
Première nation Tobique
Première nation Tsawout
Première Nation Tsawwassen
Première nation Tzeachten
Nation We Wai Kai
Première nation White Bear
COMING INTO FORCE
2. This Order comes into force January 1, 2008.
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. Le présent décret entre en vigueur le 1er janvier 2008.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order nor the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du décret ni des Règlements.)
Introduction
Introduction
Background/Overview
Contexte / aperçu
A core group of First Nations led the development of the First
Nations Fiscal and Statistical Management Act (the Act) which
came into force on April 1, 2006. The Act establishes four institutions: (1) the First Nations Tax Commission; (2) the First Nations
Finance Authority; (3) the First Nations Financial Management
Board; and (4) the First Nations Statistical Institute.
Un groupe de premières nations a dirigé l’élaboration de la Loi
sur la gestion financière et statistique des premières nations (la
Loi), qui est entrée en vigueur le 1er avril 2006. La Loi établit
quatre organismes : (1) la Commission de la fiscalité des premières nations, (2) l’Administration financière des premières
nations, (3) le Conseil de gestion financière des premières nations
et (4) l’Institut de la statistique des premières nations.
La réglementation proposée comprend l’annexe de la Loi sur la
gestion financière et statistique des premières nations, le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières des premières nations (emprises de chemin de fer) et le Règlement modifiant le
Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de
chemin de fer).
Afin de pouvoir administrer un régime d’imposition foncière à
travers les organismes inscrits en vertu de la Loi sur la gestion
financière et statistique des premières nations, une première nation
doit figurer à l’annexe de la Loi. Trente-trois premières nations
ont demandé à ce que leur nom soit ajouté lors de cette première
modification de l’annexe.
Les premières nations de Seabird Island et de Lequ’á:mel sont
2 des 33 premières nations à avoir demandé l’ajout de leur nom à
l’annexe. Le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières
des premières nations (emprises de chemin de fer) est établi aux
termes de la Loi sur la gestion financière et statistique des premières nations dans le but de s’assurer que les pratiques d’imposition des deux premières nations respectent l’accord conclu avec
le Chemin de fer Canadien Pacifique Limitée (CFCP) en matière
de droits de passage, au moment de passer du régime d’imposition foncière de la Loi sur les Indiens à celui de la Loi sur la gestion financière et statistique des premières nations.
Le Règlement modifiant le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer) est nécessaire afin
d’effacer toute référence aux premières nations de Seabird Island
et de Lequ’á:mel dans le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer) actuel, établi en vertu
de la Loi sur les Indiens.
L’annexe, le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières des premières nations (emprises de chemin de fer) et le
This current regulatory proposal includes the Schedule to the
First Nations Fiscal and Statistical Management Act, the First
Nations Property Assessment and Taxation (Railway Rights-ofWay) Regulations and the Regulations Amending the Property
Assessment and Taxation (Railway Right-of-Way).
In order to operate property tax systems, through the institutions set up under the First Nations Fiscal and Statistical Management Act, a First Nation must be listed in the Schedule to the
Act. Thirty-three First Nations have submitted requests to be included in this first iteration of the Schedule.
Seabird Island Indian Band and Lequ’á:mel First Nation are
2 of the 33 First Nations that have requested to be added to the
Schedule. The First Nations Property Assessment and Taxation
(Railway Rights-of-Way) Regulations are being created under the
First Nations Fiscal and Statistical Management Act to ensure
that the tax practices of these two First Nations respect the
agreement made with the Canadian Pacific Railway Company
(CPR) in respect of rights of way as they transfer their property
tax regimes from the Indian Act to the First Nations Fiscal and
Statistical Management Act.
The Regulations Amending the Property Assessment and Taxation (Railway Right-of-Way) are required to delete reference to
Seabird Island Indian Band and Lequ’á:mel First Nation from the
existing Property Assessment and Taxation (Railway Right-ofWay) Regulations made under the Indian Act.
Further details on the Schedule, the First Nations Property Assessment and Taxation (Railway Rights-of-Way) Regulations and
2533
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-276
the Regulations Amending the Property Assessment and Taxation
(Railway Right of-Way) are found in the following sections.
Règlement modifiant le Règlement sur l’évaluation et l’imposition
foncières (emprises de chemin de fer) sont décrits en détail dans
les sections ci-après.
Consultation
Consultations
Given that this Order implements requests by First Nations to
come under the Act, it was not considered appropriate or necessary for the government of Canada to undertake consultations in
respect of this Order over and above those already conducted by
the First Nations in question with the residents of their reserves.
Along with its request to be added to the Schedule, each band
council has submitted an associated resolution of that council.
Puisque ce décret satisfait à la demande des premières nations
d’être visées par la Loi, il a été jugé inopportun et non nécessaire
pour le gouvernement du Canada de mener d’autres consultations
en plus de celles déjà menées par les premières nations concernées auprès des résidants des réserves. Chaque conseil de bande a
présenté une résolution, en même temps que la demande d’ajout à
l’annexe.
Costs and benefits
Coûts et avantages
There are no implementation and ongoing costs which can be
directly associated with either the establishment of the Schedule
or the creation of the First Nations Property Assessment and
Taxation (Railway Rights-of-Way) Regulations and the Regulations Amending the Property Assessment and Taxation (Railway
Right-of-Way).
With respect to the implementation of the First Nations Property Assessment and Taxation (Railway Right-of-Way) Regulations and the Regulations Amending the Property Assessment and
Taxation (Railway Right-of-Way) under the terms of settlement
agreements, as ensured through the new and amended regulations,
CPR is provided with levels of property taxation that are predictable and comparable to existing levels of property taxation under
provincial laws. This provides CPR with tax fairness and equity
relative to its competitors, and assists in maintaining its competitive position relative to other railways and forms of transportation
as well as its ongoing economic viability. This proposal is cost
neutral to CPR.
Aucun coût de mise en œuvre ou coût permanent ne peut être
associé directement à l’adoption de l’annexe ou à la création du
Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières des premières nations (emprises de chemin de fer) et du Règlement modifiant le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer).
En ce qui concerne la mise en œuvre du Règlement sur
l’évaluation et l’imposition foncières des premières nations (emprises de chemin de fer) et du Règlement modifiant le Règlement
sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de
fer), en vertu des dispositions des accords de règlement garantis
par les règlements modifiés et la constitution de nouveaux règlements, le CFCP reçoit des impôts fonciers dont le niveau est
comparable à ceux en vigueur ailleurs en vertu des lois provinciales. Cela confère au CFCP une équité fiscale semblable à celle
de ses compétiteurs, l’aide à faire concurrence aux autres chemins
de fer et sociétés de transport et lui permet d’assurer sa viabilité
économique à long terme. Cette proposition n’entraîne aucun coût
pour le CFCP.
Schedule
Annexe
Description
Description
In order to participate in the property tax regime established by
the First Nations Fiscal and Statistical Management Act, the
name of a First Nation must appear in the Schedule to the Act.
Pursuant to subsection 2(3) of the First Nations Fiscal and Statistical Management Act, the Governor in Council may, at the request of that council of a First Nation, modify the Schedule by
adding, modifying or deleting the name of that First Nation. Only
First Nations that are currently bands pursuant to the Indian Act
may make such a request.
Pour participer au régime d’imposition foncière établi par la
Loi sur la gestion financière et statistique des premières nations,
le nom de la première nation doit figurer à l’annexe de la Loi. En
vertu du paragraphe 2(3) de la Loi sur la gestion financière et
statistique des premières nations, le gouverneur en conseil peut, à
la demande du conseil d’une première nation, modifier l’annexe
en ajoutant, en modifiant ou en supprimant le nom de cette première nation. Seules les premières nations qui constituent actuellement des bandes en vertu de la Loi sur les Indiens peuvent présenter une telle demande.
Les premières nations sont inscrites à l’annexe de la Loi pour la
première fois. Les 33 premières nations suivantes ont soumis
leurs demandes relatives à l’ajout à l’annexe : Première nation de
?Akisq’nuk (connue également sous le nom de Première nation de
?Akisqnuk), Bande d’Adams Lake, Première nation Alexander,
Bande de Chehalis, Première nation de Chemainus, Première
nation de Chippewas of Georgina Island, Première nation de
Chippewas of Kettle and Stony Point, Première nation de Kitselas, Bande de Kamloops, Première nation de Lequ’á:mel (connue
également sous le nom de Première nation de Lequamel), Bande
de Lower Kootenay, Bande de Lower Nicola, nation de Metepenagiag Mi’kmaq, Bande de Moricetown, Nation Crie Muskeg
Lake, Première nation Nanoose (connue également sous le nom
de Première nation Snaw-Naw-AS), Bande d’Osoyoos, Bande de
Seabird Island, Bande de Shuswap, Village de Shxwhá:y (connu
First Nations are being added to the Schedule for the first time.
The following 33 First Nations have submitted their requests to
be added to the Schedule: ?Akisq’nuk First Nation (also known as
?Akisqnuk First Nation), Adams Lake Indian Band, Alexander
First Nation, Chehalis Indian Band, Chemainus First Nation,
Chippewas of Georgina Island First Nation, Chippewas of Kettle
and Stony Point First Nation, Kitselas First Nation, Kamloops
Indian Band, Lequ’á:mel First Nation (also known as Lequamel
First Nation), Lower Kootenay Indian Band, Lower Nicola Indian
Band, Metepenagiag Mi’kmaq Nation, Moricetown Indian Band,
Muskeg Lake Cree Nation, Nanoose First Nation (also known as
Snaw Naw As First Nation), Osoyoos Indian Band, Seabird Island
Band, Shuswap Indian Band, Shxwhá:y Village First Nation (also
known as Sqay Village First Nation), Simpcw First Nation,
Skeetchestn First Nation, Sliammon First Nation, Songhees First
2534
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-276
Nation, St. Mary’s First Nation, Tla-o-qui-aht First Nations (also
known as Clayoquot First Nations), Tobacco Plains Indian Band,
Tobique First Nation, Tsawout First Nation, Tsawwassen First
Nation, Tzeachten First Nation, We Wai Kai Nation, White Bear
First Nation.
également sous le nom de Première nation du Village de Sqay),
Première nation Simpcw, Première nation Skeetchestn, Première
nation de Sliammon, Première nation de Songhees, Première nation de St. Mary’s, Première nation de Tla-o-qui-aht (connue également sous le nom de Première nation Clayoquot), Bande indienne de Tobacco Plains, Première nation de Tobique, Première
nation de Tsawout, Première nation de Tsawwassen, Première
nation de Tzeachten, nation We Wai Kai, Première nation White
Bear.
Alternatives
Solutions envisagées
A First Nation can operate a property tax regime under the Act
only if it is included in the Schedule to the Act. It is only through
an Order that a First Nation can be added to the Schedule to the
Act. Therefore, there are no alternatives to the Order establishing
the Schedule.
Une première nation peut administrer un régime d’imposition
foncière sous la Loi seulement si elle est inscrite à l’annexe de la
Loi. Une première nation ne peut être ajoutée à l’annexe de la Loi
que par le truchement d’un décret. Par conséquent, il n’existe
aucun autre moyen que le décret pour établir l’annexe.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement requirements associated with this Order.
Il n’existe aucune exigence en matière de respect et d’exécution associée à ce décret.
The First Nations Property Assessment and Taxation
(Railway Rights-of-Way) Regulations and the Regulations
Amending the Property Assessment and Taxation (Railway
Right-of-Way)
Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières des
premières nations (emprises de chemin de fer) et Règlement
modifiant le Règlement sur l’évaluation et l’imposition
foncières (emprises de chemin de fer)
Description
Description
The existing Property Assessment and Taxation (Railway
Right-of-Way) Regulations were made under subsection 83(5) of
the Indian Act in November 2001 to provide the necessary
framework to implement the 2001 settlement agreement and bring
closure to the dispute between CPR and the Matsqui, Seabird
Island, Boothroyd, Cook’s Ferry and Skuppah First Nations.
These Regulations were amended in 2003 to include the Chawathil, Kanaka Bar, Little Shuswap and Nicomen First Nations
and in 2004 to include the Adams Lake, Lequ’á:mel, Neskonlith
and Siska First Nations following the ratification of their settlement agreements with CPR.
Le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer) actuel a été établi aux termes du paragraphe 83(5) de la Loi sur les Indiens en novembre 2001 afin d’offrir
le cadre nécessaire à la mise en œuvre de l’accord de règlement
de 2001 et de résoudre le litige entre le CFCP et les premières
nations de Matsqui, de Seabird Island, de Boothroyd, de Cook’s
Ferry et de Skuppah. Ce règlement a été modifié, en 2003, pour
inclure les premières nations de Chawathil, de Kanaka Bar, de
Little Shuswap et de Nicomen et, en 2004, pour inclure les premières nations d’Adams Lake, de Lequ’á:mel, de Neskonlith et de
Siska, par suite de la ratification de l’accord de règlement conclu
avec le CFPC.
Le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer), établi aux termes de la Loi sur les Indiens,
régit les calculs de la valeur déterminée de la propriété, les taux
d’imposition initiaux et futurs sur la valeur imposable des intérêts
immobiliers retenus par le CFCP et les détenteurs de licence de
services publics dans les emprises de chemin de fer de la première nation. Les taux d’imposition établis par les premières nations aux termes du Règlement sont harmonisés avec ceux qui
s’appliquent au CFCP hors réserve dans le cadre du règlement
provincial.
Les premières nations de Seabird Island et de Lequ’á:mel sont
2 des 33 premières nations qui ont fait une demande d’ajout de
leur nom à l’annexe de la Loi sur la gestion financière et statistique des premières nations. Une fois l’annexe en vigueur, le fonctionnement des régimes d’imposition foncière de ces premières
nations passera de la Loi sur les Indiens à la Loi sur la gestion
financière et statistique des premières nations et le Règlement
établi aux termes de la Loi sur les Indiens cessera d’être en vigueur.
Dans le but d’assurer les mesures existantes entre le CFCP et
les premières nations de Seabird Island et de Lequ’á:mel, il est
nécessaire d’établir un nouveau Règlement sur l’évaluation et
l’imposition foncières des premières nations (emprises de chemin
The Property Assessment and Taxation (Railway Right-ofWay) Regulations, made under the Indian Act, govern the determination of assessed values, initial tax rates and future tax rates
on the assessed value of real property interests held by CPR and
utility licensees in the First Nation right-of-way areas. The tax
rates to be established by First Nations under these Regulations
are harmonized with those applying to CPR off reserve under
provincial regulations.
Seabird Island Indian Band and Lequ’á:mel First Nation are
2 of the 33 First Nations that have requested to be added to the
Schedule to the First Nations Fiscal and Statistical Management
Act. Once the Schedule comes into effect, the operation of property tax regimes of these First Nations will transfer from the Indian Act to the First Nations Fiscal and Statistical Management
Act and the Regulations made under the Indian Act will cease to
have effect.
In order to continue the existing arrangements between CPR
and Seabird Island Indian Band and Lequ’á:mel First Nation, it
is necessary to make the new First Nations Property Assessment and Taxation (Railway Rights-of-Way) Regulations under
2535
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-276
paragraph 36(1)(d) of the First Nations Fiscal and Statistical
Management Act. The new Regulations will contain the similar
provisions to the existing Regulations made under the Indian Act.
The application of these new Regulations will be limited to the
reserve lands of Seabird Island Indian Band and Lequ’á:mel First
Nation.
The Regulations Amending the Property Assessment and Taxation (Railway Right-of-Way, made under subsection 83(5) of the
Indian Act, amend the existing Property Assessment and Taxation
(Railway Right-of-Way) Regulations to remove reference to Seabird Island First Nation and Lequ’á:mel First Nation. These Regulations also amend section 3 of the existing Property Assessment
and Taxation (Railway Right-of-Way) Regulations to change the
reference from the Indian Taxation Advisory Board to its successor organization, the First Nations Tax Commission.
de fer), aux termes de l’alinéa 36(1)d) de la Loi sur la gestion
financière et statistique des premières nations. Le nouveau règlement comprendra des dispositions semblables à celles du règlement existant en vertu de la Loi sur les Indiens. L’application
du nouveau règlement sera limitée aux terres des réserves de la
première nation de Seabird Island et de la première nation de
Lequ’á:mel.
Le Règlement modifiant le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer), établi aux termes
du paragraphe 83(5) de la Loi sur les Indiens, modifie le Règlement sur l’évaluation et l’imposition financières (emprises de
chemin de fer) actuel en retirant toute référence aux premières
nations de Seabird Island et de Lequ’á:mel. Ce règlement modifie
également l’article 3 du Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer) actuel pour faire référence à la Commission de la fiscalité des premières nations plutôt
qu’à sa prédécesseure, la Commission consultative de la fiscalité
indienne.
Alternatives
Solutions envisagées
The establishment of new First Nations Property Assessment
and Taxation (Railway Rights-of-Way) Regulations under the
First Nations Fiscal and Statistical Management Act and the
amendment to the existing Property Assessment and Taxation
(Railway Right-of-Way) Regulations made under the Indian Act
offers no available alternative. The new Regulations and the proposed amendment to the existing Regulations are a necessary
component of the implementation of the First Nations Fiscal and
Statistical Management Act and its associated property tax
provisions.
L’établissement du nouveau Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières des premières nations (emprises de chemin de
fer), en vertu de la Loi sur la gestion financière et statistique des
premières nations et de la modification apportée au Règlement
sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de
fer) actuel, aux termes de la Loi sur les Indiens, n’offre aucune
solution de rechange. Le nouveau règlement et la modification
proposée au règlement actuel sont nécessaires à la mise en œuvre
de la Loi sur la gestion financière et statistique des premières
nations et des dispositions connexes relatives à l’imposition
foncière.
Consultation
Consultations
These Regulations were developed in close collaboration with
the Indian Taxation Advisory Board which represented the interests of the First Nations Tax Commission.
Consultations have been undertaken with CPR and with the
Seabird Island Indian Band and Lequ’á:mel First Nation. As the
application of these Regulations is limited to those parties, no
additional general consultations have been required.
Ce règlement a été élaboré en étroite collaboration avec la
Commission consultative de la fiscalité indienne qui représentait
les intérêts de la Commission de la fiscalité des premières nations.
Des consultations ont été menées avec le CFCP et les premières nations de Seabird Island et de Lequ’á:mel. Puisque ce
règlement a une application limitée, aucune consultation générale
n’est nécessaire.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The First Nations Tax Commission, through the Act, is mandated to examine and approve property tax laws drafted by First
Nations. The First Nations Tax Commission, in its review and
assessment of these laws, will ensure that they conform with the
Act and regulations.
Par la Loi, la Commission de la fiscalité des premières nations
est mandatée pour examiner et approuver les lois sur l’imposition
foncière établies par les premières nations. Dans le cadre de son
examen et de son évaluation de ces lois, la Commission de la
fiscalité des premières nations s’assurera qu’elles sont conformes
à la Loi et aux règlements.
Contacts
Personnes-ressources
For the First Nations Tax Commission
Wayne Haimila
Senior Counsel
First Nations Tax Commission
321–345 Yellowhead Highway
Kamloops, British Columbia
V2H 1H1
Telephone: 250-828-9857
Fax: 250-828-9858
Pour la Commission de la fiscalité des premières nations
Wayne Haimila
Avocat-conseil
Commission consultative de la fiscalité indienne
345, autoroute Yellowhead, Pièce 321
Kamloops (Colombie-Britannique)
V2H 1H1
Téléphone : 250-828-9857
Télécopieur : 250-828-9858
2536
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
For Indian and Northern Affairs Canada
Hannah Rogers
Manager
Institutional Development
Lands and Trust Services
10 Wellington Street, 18th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H4
Telephone: 819-953-6230
Fax: 819-997-0034
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-276
Pour Affaires indiennes et du Nord Canada
Hannah Rogers
Gestionnaire
Développement institutionnel
Services fonciers et fiduciaires
10, rue Wellington, 18e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H4
Téléphone : 819-953-6230
Télécopieur : 819-997-0034
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2537
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-277
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-277
December 6, 2007
Enregistrement
DORS/2007-277
Le 6 décembre 2007
FIRST NATIONS FISCAL AND STATISTICAL
MANAGEMENT ACT
LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE ET STATISTIQUE DES
PREMIÈRES NATIONS
First Nations Property Assessment and Taxation
(Railway Rights-of-Way) Regulations
Règlement sur l’évaluation et l’imposition
foncières des emprises de chemin de fer des
premières nations
P.C. 2007-1875
C.P. 2007-1875
December 6, 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to paragraph 36(1)(d) of the First Nations
Fiscal and Statistical Management Acta, hereby makes the annexed First Nations Property Assessment and Taxation (Railway
Rights-of-Way) Regulations.
Definitions
“adjacent area”
« zone
adjacente »
“adjustment
factor”
« facteur de
rajustement »
“fibre optic
improvements”
« équipement
de fibres
optiques »
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
Nord canadien et en vertu de l’alinéa 36(1)d) de la Loi sur la gestion financière et statistique des premières nationsa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur
l’évaluation et l’imposition foncières des emprises de chemin de
fer des premières nations, ci-après.
FIRST NATIONS PROPERTY ASSESSMENT
AND TAXATION (RAILWAY RIGHTS-OFWAY) REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR L’ÉVALUATION ET
L’IMPOSITION FONCIÈRES DES
EMPRISES DE CHEMIN DE FER DES
PREMIÈRES NATIONS
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these
Regulations.
“adjacent area” in respect of a first nation set out in
Schedule 1, means the incorporated or unincorporated area bordering a majority of those
reserves of the first nation that contain rightof-way areas.
“adjustment factor” means the adjustment factor set
out in the Adjustment Factors Relating to the
Valuation of Railway Corporation Property
Regulation, B.C. Reg. 324/96, as amended from
time to time.
“fibre optic improvements” means fibre optic fibres,
sheaths, wrapping, conduits, cables and other related improvements.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
« équipement de fibres optiques » Fibres optiques,
gaines, emballages, conduits et câbles, ainsi que
les améliorations afférentes.
Définitions
« facteur de rajustement » Facteur de rajustement
prévu par le règlement intitulé Adjustment Factors Relating to the Valuation of Railway Corporation Property Regulation, B.C. Reg. 324/96,
avec ses modifications successives.
« lois fiscales provinciales » Les lois et règlements
de la province de la Colombie-Britannique concernant les impôts fonciers, notamment ceux intitulés Assessment Act, Adjustment Factors Relating to the Valuation of Railway Corporation
Property Regulation, Hospital District Act,
School Act, Local Government Act et Taxation
(Rural Area) Act, avec leurs modifications
successives.
« propriété » Emprise ou tout autre droit sur les
immeubles ou améliorations sur ceux-ci.
« voie ferrée existante » S’entend au sens de « track
in place of a railway corporation » au paragraphe 21(15) de la loi de la Colombie-Britannique
intitulée Assessment Act.
« zone adjacente » À l’égard d’une première nation,
la zone, constituée ou non, qui borde la majorité
des réserves de cette première nation et qui comprend des zones d’emprise.
« facteur de
rajustement »
“adjustment
factor”
“incorporated
area”
« zone
constituée »
“incorporated area” means an area incorporated as
a municipality under the Local Government Act
of British Columbia.
“property”
« propriété »
“property” means a right-of-way, any other right or
interest in lands, or improvements.
“provincial taxation laws” means the laws and
regulations of the Province of British Columbia
respecting property taxation — including the Assessment Act, the Adjustment Factors Relating to
the Valuation of Railway Corporation Property
Regulation, the Hospital District Act, the School
Act, the Local Government Act and the Taxation
(Rural Area) Act, as amended from time to time.
“provincial
taxation laws”
« lois fiscales
provinciales »
———
———
a
a
S.C. 2005, c. 9
2538
Le 6 décembre 2007
L.C. 2005, ch. 9
« équipement
de fibres
optiques »
“fibre optic
improvements”
« lois fiscales
provinciales »
“provincial
taxation laws”
« propriété »
“property”
« voie ferrée
existante »
“track in place”
« zone
adjacente »
“adjacent
area”
2007-12-26
“right-of-way
area”
« zone
d’emprise »
“track in place”
« voie ferrée
existante »
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-277
“right-of-way area” in respect of a first nation set
out in column 1 of Schedule 1, means the lands
described in column 2.
“track in place” has the same meaning as “track in
place of a railway corporation” in subsection 21(15) of the Assessment Act of British
Columbia.
« zone constituée » Zone érigée en municipalité sous
le régime de la loi de la Colombie-Britannique intitulée Local Government Act.
« zone d’emprise » Terres dont la description figure à
la colonne 2 de l’annexe 1, situées dans les réserves de la première nation figurant à la colonne 1.
APPLICATION
CHAMP D’APPLICATION
2. These Regulations apply to property taxation
laws made by the council of a first nation set out in
Schedule 1 in respect of taxation of property in a
right-of-way area.
2. Le présent règlement s’applique à tout texte
législatif relatif à l’imposition foncière des propriétés situées dans une zone d’emprise, pris par le
conseil d’une première nation figurant à l’annexe 1.
PROPERTY TAXATION LAWS
TEXTES LÉGISLATIFS RELATIFS À
L’IMPOSITION FONCIÈRE
Determination
of assessable
value
3. (1) Subject to subsection (2), a property taxation law in respect of taxation of property in a rightof-way area shall provide that an assessor must
determine the assessable value of the following
types of property using the assessment rates, adjustments, exceptions, inclusions and exclusions
that would be applied if the property were subject
to provincial taxation laws:
(a) track in place of a railway company, including fibre optic improvements;
(b) rights-of-way for track referred to in paragraph (a);
(c) bridges of a railway company;
(d) fibre optic improvements of a non-railway
company;
(e) utility systems of a non-railway company, including pipeline, cable, telephone, power, sewer,
gas and related facilities; and
(f) other improvements lawfully located in a
right-of-way area.
Adjustment
factors
(2) Adjustment factors do not apply to the determination of assessable values of property under a
property taxation law.
Maximum tax
rates for
railway
companies
4. (1) Subject to subsection (3), the tax rate for a
taxation year established under a property taxation
law enacted by a first nation set out in column 1 of
Schedule 2 in respect of property of a railway company in a right-of-way area shall not exceed the rate
equal to the sum of the products, determined for
each of the tax bases set out in column 2, of
A×B
where
A is the tax rate established for that taxation year
under provincial taxation laws for that tax base;
and
B is the adjustment factor for that tax base.
3. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout texte
législatif relatif à l’imposition foncière des propriétés situées dans une zone d’emprise doit prévoir
que l’évaluateur détermine la valeur imposable des
types de propriétés ci-après en tenant compte des
taux d’évaluation, rajustements, exceptions, inclusions et exclusions qui s’appliqueraient si ces
propriétés étaient assujetties aux lois fiscales
provinciales :
a) la voie ferrée existante d’une société ferroviaire, y compris l’équipement de fibres
optiques;
b) l’emprise de la voie ferrée visée à l’alinéa a);
c) les ponts d’une société ferroviaire;
d) l’équipement de fibres optiques d’une société
non ferroviaire;
e) les équipements d’une société non ferroviaire
pour la fourniture de services publics, notamment pour le transport par pipeline, le câble, le
téléphone, l’électricité, les égouts et le gaz naturel, y compris les installations afférentes;
f) les autres améliorations légalement situées
dans une zone d’emprise.
(2) Les facteurs de rajustement ne s’appliquent
pas à la détermination de la valeur imposable d’une
propriété effectuée en application d’un texte législatif relatif à l’imposition foncière.
4. (1) Sous réserve du paragraphe (3), le taux
d’imposition établi, pour une année d’imposition,
au titre d’un texte législatif relatif à l’imposition
foncière pris par la première nation figurant à la
colonne 1 de l’annexe 2 à l’égard de la propriété
d’une société ferroviaire dans un zone d’emprise,
ne peut être supérieur au taux équivalant à la
somme du produit obtenu pour chaque assiette fiscale énumérée à la colonne 2 selon la formule
suivante :
A×B
où :
A représente le taux d’imposition établi pour cette
année d’imposition par les lois fiscales provinciales pour l’assiette fiscale en question,
B le facteur de rajustement pour cette assiette
fiscale.
Application
« zone
constituée »
“incorporated
area”
« zone
d’emprise »
“right-of-way
area”
Champ
d’application
Détermination
de la valeur
imposable
Facteurs de
rajustement
Taux
d’imposition
maximal —
société
ferroviaire
2539
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-277
Maximum tax
rates for nonrailway
companies
(2) Subject to subsection (3), the tax rate for a
taxation year established under a property taxation
law enacted by a first nation set out in column 1 of
Schedule 2 in respect of improvements of a company other than a railway company in a right-ofway area shall not exceed the rate equal to the sum
of the tax rates, established for that taxation year
under provincial taxation laws, for the tax bases set
out in column 2.
Exemptions
and inclusions
(3) A tax rate referred to in subsection (1) or (2)
shall incorporate the same exemptions, exceptions,
inclusions and exclusions that would be applicable
to the property if the property were subject to the
provincial taxation laws applicable to the adjacent
area.
(4) For the purposes of subsection (1), the adjustment factors applicable to the determination of
tax rates shall be
(a) in respect of the Leq’a:mel First Nation, the
adjustment factors that apply to property in incorporated areas; and
(b) in respect of the Seabird Island Indian Band,
the adjustment factors that apply in the District
of Kent.
Adjustment
factors
Coming into
force date
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on January 1, 2008.
5. Le présent règlement entre en vigueur le
1er janvier 2008.
SCHEDULE 1
(Sections 1 and 2)
ANNEXE 1
(articles 1 et 2)
RIGHT-OF-WAY AREAS
ZONES D’EMPRISE
Column 1
Column 2
Item
First Nation
Description of Right-of-way Area
1.
Leq’a:mel First Nation
(a) In the Province of British Columbia
In New Westminster District
All of those lands within Lakahahmen
Indian Reserve No. 11 shown as Lots 18,
19 and 20 on Plan RSBC 3690R recorded
in the Canada Lands Surveys Records in
Ottawa.
Containing about 2.66 ha (6.59 acres).
(b) In the Province of British Columbia
In New Westminster District
All those lands within Holachten Indian
Reserve No. 8 shown as the Canadian
Pacific Railway Main Line Right of Way
on Plans RR2009 and RR1473A recorded
in the Canada Lands Surveys Records in
Ottawa. Copies of those plans are
deposited in the New Westminster Land
Title Office under numbers 908 and 2887.
Containing about 8.40 ha (20.76 acres).
2540
(2) Sous réserve du paragraphe (3), le taux
d’imposition établi, pour une année d’imposition,
au titre d’un texte législatif relatif à l’imposition
foncière pris par la première nation figurant à la
colonne 1 de l’annexe 2, à l’égard des améliorations, dans la zone d’emprise, d’une société non
ferroviaire, ne peut être supérieur au taux équivalant à la somme des taux d’imposition, pour cette
année d’imposition, établis par les lois fiscales provinciales à l’égard des assiettes fiscales énumérées
à la colonne 2 de l’annexe.
(3) Le taux d’imposition visé aux paragraphes (1)
ou (2) tient compte des mêmes exemptions, exceptions, inclusions et exclusions qui s’appliqueraient
à la propriété si celle-ci était assujettie aux lois
fiscales provinciales applicables à la zone
adjacente.
(4) Pour l’application du paragraphe (1), les facteurs de rajustement applicables, dans le calcul des
taux d’imposition, sont les suivants :
a) à l’égard de la première nation Leq’a:mel,
ceux qui s’appliquent aux propriétés comprises
dans les zones constituées;
b) à l’égard de la bande indienne de l’île Seabird,
ceux qui s’appliquent dans le district de Kent.
Taux
d’imposition
maximal —
société non
ferroviaire
Exemptions et
inclusions
Facteurs de
rajustement
Date d’entrée
en vigueur
Colonne 1
Colonne 2
Article
Première nation
Description de la zone d’emprise
1.
Première nation Leq’a:mel
a) En Colombie-Britannique,
dans le district de New Westminster :
Toutes les terres situées dans la réserve
indienne de Lakahahmen no 11 constituant
les lots 18, 19 et 20 sur le plan RSBC
3690R déposé aux Archives d’arpentage
des terres du Canada à Ottawa.
D’une superficie d’environ 2,66 ha
(6,59 acres).
b) En Colombie-Britannique,
dans le district de New Westminster :
Toutes les terres situées dans la réserve
indienne de Holactchen no 8 constituant
l’emprise de la ligne principale du chemin
de fer du Canadien Pacifique sur les plans
RR2009 et RR1473A déposés aux
Archives d’arpentage des terres du Canada
à Ottawa sous les numéros 908 et 2887.
D’une superficie d’environ 8,40 ha
(20,76 acres).
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-277
SCHEDULE 1 — Continued
ANNEXE 1 (suite)
RIGHT-OF-WAY AREAS — Continued
ZONES D’EMPRISE (suite)
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Item
First Nation
Description of Right-of-way Area
Article
Première nation
Description de la zone d’emprise
2.
Seabird Island Indian Band
In the Province of British Columbia
In the Yale Division of Yale District
In Seabird Island Indian Reserve
All those lands shown as Lot 258 on a
Registration Plan of Railway Right of Way
Area prepared by Mr. D. George Fenning
C.L.S., B.C.L.S. in May 2001 and recorded
in the Canada Lands Surveys Records in
Ottawa under number RSBC 3316R.
Containing about 25.6 ha, save and except
all mines and minerals, whether precious
or base, solid, liquid or gaseous.
2.
Bande indienne de l’île
Seabird
En Colombie-Britannique,
dans la division de Yale du district de
Yale,
dans la réserve indienne de l’île Seabird :
Toutes les terres constituant le lot 258 sur
le plan d’enregistrement d’emprise de
chemin de fer préparé par M. D. George
Fenning, A.T.C., B.C.L.S., en mai 2001
et déposé aux Archives d’arpentage des
terres du Canada à Ottawa sous le
numéro RSBC 3316R.
D’une superficie d’environ 25,6 ha, à
l’exclusion des mines et minéraux, qu’ils
soient précieux ou communs, à l’état
solide, liquide ou gazeux.
SCHEDULE 2
(Section 4)
ANNEXE 2
(article 4)
DETERMINATION OF FIRST NATIONS’ TAX RATES FOR
PROPERTY IN RIGHT-OF-WAY AREAS
DÉTERMINATION DES TAUX D’IMPOSITION DES
PREMIÈRES NATIONS À L’ÉGARD DES PROPRIÉTÉS
SITUÉES DANS DES ZONES D’EMPRISE
Column 1
Column 2
Item
First Nation
Tax Base for Adjacent Area
1.
Leq’a:mel First Nation
(a) Basic School
(b) Provincial Rural
(c) Fraser Valley Hospital
(d) Area “G” Fraser Valley Regional
District
(e) B.C. Assessment
(f) Municipal Finance Authority
(g) North Fraser Fire Protection
2.
Seabird Island Indian Band
(a) Basic School
(b) District of Kent General
Municipal Purpose
(c) Fraser-Cheam Regional District
(d) Fraser-Cheam Regional Hospital
(e) B.C. Assessment
(f) Municipal Finance Authority
2.
Bande indienne de l’île Seabird
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 2533, following
SOR/2007-276.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Colonne 1
Colonne 2
Article
Première nation
Assiette fiscale de la zone adjacente
1.
Première nation Leq’a:mel
a) scolaire de base
b) rurale provinciale
c) hôpital régional de Fraser Valley
d) district régional de Fraser Valley,
zone «G»
e) évaluation de la C.-B.
f) administration financière
municipale
g) service de protection contre
l’incendie, North Fraser
a) scolaire de base
b) fins municipales générales,
district de Kent
c) district régional de Fraser-Cheam
d) hôpital régional de Fraser-Cheam
e) évaluation de la C.-B.
f) administration financière
municipale
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 2533, à la suite du
DORS/2007-276.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2541
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-278
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-278
December 6, 2007
Enregistrement
DORS/2007-278
Le 6 décembre 2007
INDIAN ACT
LOI SUR LES INDIENS
Regulations Amending the Property Assessment
and Taxation (Railway Right-of-Way) Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur l’évaluation
et l’imposition foncières (emprises de chemin
de fer)
P.C. 2007-1876
C.P. 2007-1876
December 6, 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Indian Affairs and Northern Development, pursuant to subsection 83(5)a of the Indian Act,
hereby makes the annexed Regulations Amending the Property
Assessment and Taxation (Railway Right-of-Way) Regulations.
First Nations
Tax
Commission
review
Adjustment
factors
Sur recommandation du ministre des Affaires indiennes et du
Nord canadien et en vertu du paragraphe 83(5)a de la Loi sur les
Indiens, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend
le Règlement modifiant le Règlement sur l’évaluation et l’imposition foncières (emprises de chemin de fer), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE
PROPERTY ASSESSMENT AND
TAXATION (RAILWAY
RIGHT-OF-WAY) REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE
RÈGLEMENT SUR L’ÉVALUATION ET
L’IMPOSITION FONCIÈRES (EMPRISES
DE CHEMIN DE FER)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 3 of the Property Assessment and
Taxation (Railway Right-of-Way) Regulations1 is
replaced by the following:
3. A band council shall refer a draft of each bylaw proposed to be made in respect of taxation of
property in a right-of-way area to the First Nations
Tax Commission for review and recommendations
prior to making the by-law.
1. L’article 3 du Règlement sur l’évaluation et
l’imposition foncières (emprises de chemin de
fer)1 est remplacé par ce qui suit :
3. Avant la prise d’un règlement administratif
portant sur l’imposition de la propriété dans une
zone d’emprise, le conseil de bande soumet une
ébauche de celui-ci pour examen et recommandations à la Commission de la fiscalité des premières
nations.
2. L’alinéa 4(1)e) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
e) les équipements d’une société non ferroviaire
pour la fourniture de services publics — notamment pour le transport par pipeline, le câble, le
téléphone, l’électricité, les égouts et le gaz naturel —, y compris les installations afférentes;
3. Le paragraphe 5(4) du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
(4) Pour l’application du paragraphe (1), les facteurs de rajustement applicables à la détermination
des taux d’imposition à l’égard de la Bande indienne Adams Lake, la Bande indienne de Boothroyd, la Bande indienne de Chawathil, la Bande
indienne de Cook’s Ferry, la Bande indienne de
Kanaka Bar, la Bande indienne de Little Shuswap
Lake, la Bande indienne de Matsqui, la Bande indienne Neskonlith, la Bande indienne de Nicomen,
la Bande indienne Siska et la Bande indienne de
Skuppah sont les facteurs de rajustement applicables aux propriétés comprises dans les zones
constituées.
2. Paragraph 4(1)(e) of the French version of
the Regulations is replaced by the following:
e) les équipements d’une société non ferroviaire
pour la fourniture de services publics — notamment pour le transport par pipeline, le câble, le
téléphone, l’électricité, les égouts et le gaz naturel —, y compris les installations afférentes;
3. Subsection 5(4) of the Regulations is replaced by the following:
(4) For the purposes of subsection (1), the adjustment factors applicable to the determination of
tax rates for the Adams Lake Indian Band, Boothroyd Indian Band, Chawathil Indian Band, Cook’s
Ferry Indian Band, Kanaka Bar Indian Band, Little
Shuswap Lake Indian Band, Matsqui Indian Band,
Neskonlith Indian Band, Nicomen Indian Band,
Siska Indian Band and Skuppah Indian Band shall
be the adjustment factors that apply to property in
incorporated areas.
———
———
a
a
1
R.S., c. 17 (4th Supp.), s. 10(3)
SOR/2001-493
2542
Le 6 décembre 2007
1
L.R., ch. 17 (4e suppl.), par. 10(3)
DORS/2001-493
Examen par la
Commission de
la fiscalité des
premières
nations
Facteurs de
rajustement
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-278
4. The portion of item 2 of Schedule 1 to the
English version of the Regulations in column 1 is
replaced by the following:
4. Le passage de l’article 2 de l’annexe 1 de la
version anglaise du même règlement figurant
dans la colonne 1 est remplacé par ce qui suit :
Column 1
Column 1
Item
First Nation
Item
First Nation
2.
Cook’s Ferry
Indian Band
2.
Cook’s Ferry
Indian Band
5. Item 2.11 of Schedule 1 to the Regulations is
repealed.
6. Item 4 of Schedule 1 to the Regulations is
repealed.
7. The portion of item 2 of Schedule 2 to the
English version of the Regulations in column 1 is
replaced by the following:
5. L’article 2.11 de l’annexe 1 du même règlement est abrogé.
6. L’article 4 de l’annexe 1 du même règlement est abrogé.
7. Le passage de l’article 2 de l’annexe 2 de la
version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
Column 1
Column 1
Item
First Nation
Item
First Nation
2.
Cook’s Ferry
Indian Band
2.
Cook’s Ferry
Indian Band
8. Item 2.11 of Schedule 2 to the Regulations is
repealed.
9. Item 4 of Schedule 2 to the Regulations is
repealed.
8. L’article 2.11 de l’annexe 2 du même règlement est abrogé.
9. L’article 4 de l’annexe 2 du même règlement est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
10. These Regulations come into force on
January 1, 2008.
10. Le présent règlement entre en vigueur le
1er janvier 2008.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement
for these Regulations appears at page 2533,
following SOR/2007-276.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de ce règlement se trouve à la
page 2533, à la suite du DORS/2007-276.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2543
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-279
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
December 6, 2007
Enregistrement
DORS/2007-279
Le 6 décembre 2007
LEGISLATIVE INSTRUMENTS RE-ENACTMENT ACT
LOI SUR LA RÉÉDICTION DE TEXTES LÉGISLATIFS
Legislative Instruments Re-enactment Regulations,
No. 1
Règlement sur la réédiction de textes législatifs,
no 1
P.C. 2007-1877
C.P. 2007-1877
December 6, 2007
Le 6 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Justice, pursuant to section 4 of
the Legislative Instruments Re-enactment Acta, hereby makes the
annexed Legislative Instruments Re-enactment Regulations, No. 1.
Sur recommandation du ministre de la Justice et en vertu de
l’article 4 de la Loi sur la réédiction de textes législatifsa, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur la réédiction de textes législatifs, no 1, ci-après.
LEGISLATIVE INSTRUMENTS RE-ENACTMENT
REGULATIONS, NO. 1
RÈGLEMENT SUR LA RÉÉDICTION DE
TEXTES LÉGISLATIFS, No 1
1. (1) The legislative instruments set out in Schedule 1 are repealed and are re-enacted as set out in Schedule 2.
(2) The provisions of a re-enacted legislative instrument set out
in Schedule 2 are retroactive to, and are deemed to have come
into force on, the day or days on which the corresponding provisions of the legislative instrument it replaces came into force.
2. These Regulations come into force on the day on which they
are registered.
1. (1) Les textes législatifs mentionnés à l’annexe 1 sont abrogés et sont réédictés conformément à l’annexe 2.
(2) Les dispositions du texte législatif réédicté conformément à
l’annexe 2 sont réputées avoir pris effet à la date d’entrée en vigueur des dispositions correspondantes du texte législatif qu’il
remplace.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE 1
(Section 1)
ANNEXE 1
(article 1)
LEGISLATIVE INSTRUMENTS REPEALED
TEXTES LÉGISLATIFS ABROGÉS
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
1. Order in Council, March 16, 1901
2. Order in Council, October 22, 1901
3. Order in Council, December 12, 1902
4. Order in Council, June 9, 1903
5. Order in Council, September 7, 1903
6. Second Order in Council, September 7, 1903
7. Order in Council, January 12, 1904
8. Order in Council, January 6, 1905
9. Second Order in Council, January 6, 1905
10. Order in Council, April 20, 1905
11. Order in Council, July 20, 1905
12. Order in Council, May 1, 1911
13. Order in Council, March 29, 1930
1. Order in Council, March 16, 1901
2. Order in Council, October 22, 1901
3. Order in Council, December 12, 1902
4. Order in Council, June 9, 1903
5. Order in Council, September 7, 1903
6. Second Order in Council, September 7, 1903
7. Order in Council, January 12, 1904
8. Order in Council, January 6, 1905
9. Second Order in Council, January 6, 1905
10. Order in Council, April 20, 1905
11. Order in Council, July 20, 1905
12. Order in Council, May 1, 1911
13. Order in Council, March 29, 1930
———
———
a
a
S.C. 2002, c. 20
2544
L.C. 2002, ch. 20
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
SCHEDULE 2
(Subsection 1(1))
ANNEXE 2
(paragraphe 1(1))
LEGISLATIVE INSTRUMENTS RE-ENACTED
TEXTES LÉGISLATIFS RÉÉDICTÉS
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
1. Order in Council, March 16, 1901
1. Décret du 16 mars 1901
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Saturday, the 16th day of March, 1901.
Le samedi 16 mars 1901
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
On a Report dated 8th March, 1901, from the Minister of the
Interior, stating that application has been made by the Comptroller of the North-west Mounted Police for the formal reservation
of the North-west quarter of Section 20, Township 9, Range 29,
west of the 4th Meridian, for Mounted Police purposes, the police
having, for several years, been in occupation of the quartersection in connection with the pasturing of police horses.
Dans un rapport en date du 8 mars 1901, émanant du ministre
de l’Intérieur, il est indiqué qu’une demande a été faite par le
contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest pour
que soit réservé officiellement le quart nord-ouest de la section 20,
canton 9, rang 29, à l’ouest du 4e méridien, pour les besoins de la
Royale gendarmerie à cheval, la police occupant ce quart de section depuis plusieurs années relativement au pâturage de ses
chevaux.
Le Ministre recommande qu’il soit autorisé à réserver la terre
qui fait l’objet de la demande, celle-ci étant vacante selon les
registres du ministère de l’Intérieur, pour les besoins de la Royale
gendarmerie à cheval.
Le Comité soumet la présente recommandation à l’approbation
de Son Excellence.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
The Minister recommends, the land applied for being vacant in
the records of the Department of the Interior, that he be authorized to reserve it for Mounted Police purposes.
The Committee submit the same for His Excellency’s approval.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
2. Order in Council, October 22, 1901
2. Décret du 22 octobre 1901
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Tuesday, the 22th day of October, 1901.
Le mardi 22 octobre 1901
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
On a Memorandum dated 2nd October, 1901, from the Minister
of the Interior, stating that application has been made by the
Comptroller of the North-west Mounted Police for certain piece
of land, being the broken portion of the North-west quarter of
Section 7, in Township 22, Range 22 west of the 4th Meridian, in
connection with the Mounted Police stationed at Gleichen.
Dans une note en date du 2 octobre 1901, émanant du ministère
de l’Intérieur, il est indiqué qu’une demande a été faite par le
contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest en
vue d’avoir une certaine parcelle de terre, à savoir la partie irrégulière du quart nord-ouest de la section 7, canton 22, rang 22, à
l’ouest du 4e méridien, relativement à la Royale gendarmerie à
cheval stationnée à Gleichen.
La terre en cause fait partie du fonds octroyé par la Canadian
Pacific Railway Company, mais la compagnie a consenti à abandonner la terre en échange d’une superficie équivalente.
The land in question forms part of the land grant of the Canadian Pacific Railway Company, but the company has signified
its consent to relinquish the land in consideration of receiving an
equal area in exchange therefor.
2545
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
The Minister, therefore, recommends that the land above described, which contains an area, after deducting the right of way
already patented to the Canadian Pacific Railway Company, of
29•07 acres, be reserved for Mounted Police purposes, and that
the Canadian Pacific Railway Company be granted an equal area
in exchange therefor.
The Committee submit the same for His Excellency’s approval.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
3. Order in Council, December 12, 1902
Le Ministre recommande en conséquence que la terre désignée
ci-dessus, qui comprend, après déduction de l’emprise déjà concédée par patente à la Canadian Pacific Railway Company, une
superficie de 29•07 acres, soit réservée pour les besoins de la
Royale gendarmerie à cheval et que la Canadian Pacific Railway
Company se voie octroyer une superficie équivalente en échange
de celle-ci.
Le Comité soumet la présente recommandation à l’approbation
de Son Excellence.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
3. Décret du 12 décembre 1902
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Friday, the 12th day of December, 1902.
Le vendredi 12 décembre 1902
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
On a Memorandum dated 28th November, 1902, from the Minister of the Interior, stating that application has been made by the
Comptroller of the North-west Mounted Police for a formal reservation of the South-west quarter of Section Thirty-one, Township
Six, Range Twenty-four west of the third Meridian for Mounted
Police purposes.
The Minister recommends, as the land applied for is vacant in
the records of the Department of the Interior, that he be authorized to reserve it during the pleasure of the Governor General in
Council for Mounted Police purposes.
Dans une note en date du 28 novembre 1902, émanant du ministre de l’Intérieur, il est indiqué qu’une demande a été faite par
le contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest
pour que soit réservé officiellement le quart sud-ouest de la section 31, canton 6, rang 24, à l’ouest du 3e méridien, pour les besoins de la Royale gendarmerie à cheval.
Le Ministre recommande que, comme la terre qui a fait l’objet
de la demande est vacante selon les registres du ministère de
l’Intérieur, il soit autorisé à la réserver selon le bon plaisir du
Gouverneur général en Conseil pour les besoins de la Royale
gendarmerie à cheval.
Le Comité soumet la présente recommandation pour approbation.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
The Committee submit the same for approval.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
4. Order in Council, June 9, 1903
4. Décret du 9 juin 1903
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Tuesday, the 9th day of June, 1903.
Le mardi 9 juin 1903
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
Whereas under authority of an Order in Council dated
19th March, 1887, the following lands were reserved for Northwest Mounted Police purposes at Fort McLeod :- The north
halves of Legal Subdivisions 9, 10, 11 and 12 and all of Legal
Subdivisions 13, 14, 15 and 16 of Section 1 ; all of Section 12 ;
that portion of section 13 lying south of Old Man’s River which
forms the townsite of Fort McLeod ; also all of section 11 lying
south of Old Man’s River ; the north-west quarter of Section 2 ;
all of Section 3 ; Legal Subdivisions 1, 2, 3 and 4 of Section 10 ;
all in Township 9, Range 26 west of the 4th Principal Meridian.
Attendu que, en vertu d’un décret en date du 19 mars 1887, les
terres ci-après ont été réservées pour les besoins de la Royale
gendarmerie à cheval du Nord-Ouest à Fort McLeod : Les moitiés
nord des subdivisions légales 9, 10, 11 et 12 et toutes les subdivisions légales 13, 14, 15 et 16 de la section 1, toute la section 12,
la partie de la section 13 située au sud de la rivière Old Man qui
forme le lotissement urbain de Fort McLeod, et aussi toute la
section 11 qui se trouve au sud de la rivière Old Man, le quart
nord-ouest de la section 2, toute la section 3, les subdivisions
légales 1, 2, 3 et 4 de la section 10, tout le canton 9, rang 26, à
l’ouest du 4e méridien principal.
2546
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
And whereas the Comptroller of the North-west Mounted Police has advised that Messrs. Maunsell Bros., of McLeod, Alberta,
have applied to him for permission to either purchase or lease a
portion of the South-west quarter of Section 3, Township 9,
Range 26, west of the 4th Meridian and that the south half of this
Section 3 is no longer required for Police purposes : Therefore the
Governor General in Council is pleased to authorize the Minister
of the Interior to withdraw the south half of Section 3, Township 9,
Range 26, west of the 4th Meridian from the Mounted Police
Reserve.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
Attendu que le contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval
du Nord-Ouest a indiqué que MM. Maunsell frères, de MacLeod
(Alberta) lui ont demandé d’être autorisés à acheter ou à louer une
partie du quart sud-ouest de la section 3, canton 9, rang 26, à
l’ouest du 4e méridien et que la moitié sud de cette section 3 n’est
plus nécessaire pour les besoins de la police. À ces causes, il plaît
au Gouverneur général en Conseil d’autoriser le ministre de l’Intérieur à retirer la moitié sud de la section 3, canton 9, rang 26, à
l’ouest du 4e méridien, de la réserve de la Royale gendarmerie à
cheval.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
5. Order in Council, September 7, 1903
5. Décret du 7 septembre 1903
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Monday, the 7th day of September, 1903.
Le lundi 7 septembre 1903
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
The Governor General in Council is pleased to order and doth
order that the following tract of land containing forty acres on the
right limit of the Stewart River at its junction with the Mayo
River and immediately above the said Mayo River, and which is
more particularly described as Lot 3, Group 12, Yukon Territory,
as shown on the tracing of the plan by R. Rinfret, Dominion Land
Surveyor, hereto attached, shall be and the same is hereby reserved and set apart for the use and purposes of the North West
Mounted Police.
Il plaît au Gouverneur général en Conseil d’ordonner, et il ordonne effectivement, que le lopin de terre ci-après, d’une superficie de 40 acres, situé sur la limite droite de la rivière Stewart, à sa
jonction avec la rivière Mayo et juste au-dessus de la rivière
Mayo, plus particulièrement décrit comme étant le lot 3, groupe 12,
Territoire du Yukon, comme il est indiqué dans le tracé du plan
d’arpentage ci-joint, fait par R. Rinfret, arpenteur des terres fédérales, est par les présentes réservé et mis de côté pour être utilisé
par la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest et pour les
besoins de celle-ci.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
6. Second Order in Council, September 7, 1903
6. Second décret du 7 septembre 1903
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Monday, the 7th day of September, 1903.
Le lundi 7 septembre 1903
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
On a Memorandum dated 22nd August, 1903, from the Minister
of the Interior, submitting that Lots 1, 2, 3, 4, 5 and 6, in Block 35,
and Lots 1, 2, 3, 4, 5 and 6 in Block 45 in the Townsite of White
Horse, are the property of the British Yukon Land Company,
which that company has transferred to the Government of Canada
for purposes of the North-west Mounted Police, and have agreed
to accept in lieu thereof the following lots, viz. :-Lots 4 and 5 in
Block 4, and Lots 3, 5, 6, 7, 8 and 10 in Block 18 in the said
Townsite.
The Minister recommends that this exchange be approved and
that authority be granted for the issue of a patent to the said company for the latter mentioned lots.
Dans une note en date du 22 août 1903, émanant du ministre de
l’Intérieur, il est indiqué que les lots 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du bloc 35 et
les lots 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du bloc 45 dans le lotissement urbain de
White Horse sont la propriété de la British Yukon Land Company, que cette compagnie les a transférés au gouvernement du
Canada pour les besoins de la Royale gendarmerie à cheval du
Nord-Ouest et qu’il a été convenu d’accepter en échange les lots
suivants, à savoir : les lots 4 et 5 du bloc 4 et les lots 3, 5, 6, 7, 8
et 10 du bloc 18 dans le lotissement urbain.
Le Ministre recommande que cet échange soit approuvé et que
soit accordé le pouvoir d’émettre une patente à la compagnie pour
les lots mentionnés ci-dessus.
2547
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
The Minister also recommends that Lots 1, 2, 3, 4, 5 and 6 in
Block 35, and Lots 1, 2, 3, 4, 5 and 6 Block 45, and Blocks 34
and 44 all in the said Townsite of White Horse now in occupation
by the North-west Mounted Police be set aside and appropriated
for purposes of that force.
The Committee submit the same for approval.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
Le Ministre recommande aussi que les lots 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du
bloc 35, les lots 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du bloc 45 et les blocs 34 et 44,
tous dans le lotissement urbain de White Horse et maintenant
occupés par la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest,
soient réservés et affectés pour les besoins de cette police.
Le Comité soumet la présente recommandation pour approbation.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
7. Order in Council, January 12, 1904
7. Décret du 12 janvier 1904
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Tuesday, the 12th day of January, 1904.
Le mardi 12 janvier 1904
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
On a Memorandum dated 28th December, 1903, from the Minister of the Interior, stating that a communication has been received from the Comptroller of the North-west Mounted Police in
which he asks that the North-west quarter of Section 29, and the
South-west quarter of Section 32, both in Township 6, Range 21,
west of the Third Principal Meridian, may be formally reserved
for the purposes of the Mounted Police.
Dans une note en date du 28 décembre 1903, émanant du ministre de l’Intérieur, il est indiqué qu’une communication a été
reçue du contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval du NordOuest dans laquelle il demande que le quart nord-ouest de la section 29 et le quart sud-ouest de la section 32, tous les deux du
canton 6, rang 21, à l’ouest du 3e méridien principal, soient formellement réservés pour les besoins de la Royale gendarmerie à
cheval.
Le Ministre recommande que, comme les terres qui font l’objet
de la demande, c’est-à-dire le quart nord-ouest de la section 29 et
le quart sud-ouest de la section 32, canton 6, rang 21, à l’ouest du
3e méridien principal, sont à la disposition du ministère de
l’Intérieur, elles soient mises de côté officiellement pour les besoins de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest selon bon
plaisir.
Le Comité soumet la présente recommandation pour approbation.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
The Minister recommends that as the lands applied are at the
disposal of the Department of the Interior, they be formally set
apart for the purposes of the North-west Mounted Police during
pleasure – that is to say the North-west quarter of Section 29 and
the South-west quarter of Section 32, in Township 6, Range 21
west of the Third Principal Meridian.
The Committee submit the same for approval.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
8. Order in Council, January 6, 1905
8. Décret du 6 janvier 1905
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Friday, the 6th day of January, 1905.
Le vendredi 6 janvier 1905
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
Whereas by an Order in Council dated 2nd March, 1887, Sections 17, 18, 19 and 20 in Township 4, Range 3, west of the
3rd Meridian were reserved from sale and settlement and from the
operation of grazing leases for the purposes of the Royal Northwest Mounted Police ;
And whereas the Comptroller of the Royal North-west
Mounted Police now intimates that the said Sections 17, 18 and
19 and the South-west ¼ of the said Section 20, Township 4,
Attendu que par un décret en date du 2 mars 1887, les sections 17,
18, 19 et 20, canton 4, rang 3, à l’ouest du 3e méridien, ont été
soustraites à la vente et à l’établissement et à l’exploitation de
baux fonciers aux fins de pâturage pour les besoins de la Royale
gendarmerie à cheval du Nord-Ouest;
Attendu que le contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval
du Nord-Ouest déclare maintenant que les sections 17, 18 et 19 et
le quart sud-ouest de la section 20, canton 4, rang 3, à l’ouest du
2548
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
Range 3, west of the 3rd Meridian are no longer required for the
purposes mentioned,Therefore the Governor General in Council is pleased to order
that the said Order in Council of the 2nd March, 1887, shall be
and the same is hereby rescinded in so far as it relates to these
lands, and that they be withdrawn from the reservation, leaving in
possession of the Police the North ½ and the South-east ¼ of Section 20, Township 4, Range 3, west of the 3rd Meridian.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
3e méridien, ne sont plus nécessaires aux fins mentionnées
ci-dessus,
À ces causes, il plaît au Gouverneur général en Conseil d’ordonner que le décret du 2 mars 1887 soit abrogé dans la mesure
où il porte sur ces terres et que celles-ci soient retirées de la réserve, laissant en possession de la police la moitié nord et le quart
sud-est de la section 20, canton 4, rang 3, à l’ouest du 3e méridien.
9. Second Order in Council, January 6, 1905
9. Second décret du 6 janvier 1905
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Friday, the 6th day of January, 1905.
Le vendredi 6 janvier 1905
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
Whereas the Comptroller of the North-west Mounted Police
has made application for the reservation for Police purposes of
the South-east ¼ of Section 9, Township 8, Range 5, west
5th Meridian in the Provisional District of Alberta, North-west
Territories, on which buildings were erected and used from time
to time as the requirements of the Force demanded;
And whereas these buildings were recently destroyed by fire,
but the Comptroller of the Force represents the desirability of
continuing for the present the said South-east ¼ of Section 9 for
Police Reserve, it being near the boundary line between the
North-west Territories and British Columbia on the Crows Nest
Railway.
Therefore the Governor General is pleased to order that the
above mentioned quarter-section be reserved, and the land withdrawn from sale and settlement and set aside for Police purposes.
Attendu que le contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval
du Nord-Ouest a demandé que soit réservé, pour les besoins de la
police, le quart sud-est de la section 9, canton 8, rang 5, à l’ouest
du 5e méridien dans le district provisoire de l’Alberta, Territoires
du Nord-Ouest, sur lequel des bâtiments ont été construits et utilisés à l’occasion pour les besoins de la force de police;
Attendu que ces bâtiments ont récemment été détruits par le
feu, mais que le contrôleur de la force de police croit qu’il est
souhaitable de maintenir actuellement le quart sud-est de la section 9 pour la réserve de police, celui-ci se trouvant près de la
limite entre les Territoires du Nord-Ouest et la ColombieBritannique sur le Crows Nest Railway,
À ces causes, le Gouverneur général ordonne que le quart de la
section mentionnée ci-dessus soit réservée et que les terres soient
soustraites à la vente et à l’établissement et mises de côté pour les
besoins de la police.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
10. Order in Council, April 20, 1905
10. Décret du 20 avril 1905
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Thursday, the 20th day of April, 1905.
Le jeudi 20 avril 1905
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
The Governor General in Council is pleased, in virtue of the
provisions of section 31 of the Dominion Lands Act, chapter 54
of the Revised Statutes of Canada, to order that the lands hereinafter described which formed part of the reservation set apart for
the purposes of the Royal North West Mounted Police by the
Order in Council of the 19th March, 1887, shall be and the same
Il plaît au Gouverneur général en Conseil, en vertu des dispositions de l’article 31 de l’Acte des terres fédérales, chapitre 54 des
Statuts revisés du Canada, d’ordonner que les terres ci-après désignées, qui faisaient partie de la réserve mise de côté pour les
besoins de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest par
le décret du 19 mars 1887, soient soustraites à l’application de
2549
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
are hereby withdrawn from the operation of the said Order in
Council, and granted to the Canadian Pacific and Calgary and
Edmonton Railways as right of way, station grounds and extra
land, namely :
Firstly. All that portion of the north west quarter of Section two
of Township 9, Range 26, west of the 4th Meridian which lies to
the south of a line drawn parallel with, and nine hundred and one
feet perpendicularly distant northerly from the south boundary of
the said quarter-section.
Secondly. All that portion of Section three of the said Township 9, Range 26, west of the 4th Meridian, which lies between
two lines parallel with and each said line being one hundred feet
perpendicularly distant on opposite sides from the centre line of
the Crow’s Nest Pass Branch of the Canadian Pacific Railway as
the same is now constructed across said land and land adjoining
the same, and all that portion of the north half of said Section
three which lies to the South of the southern limit of the land
taken for the right of way as above described all as shown on a
plan of survey of said railway, signed by L. C. Charlesworth,
Dominion Land Surveyor, on the 13th January, A.D. 1904, and of
record in the Department of the Interior under number 10078, a
duplicate whereof is on file in the Land Titles Office for the
South Alberta Land Registration District at Calgary as Number
Railway 31, and
Thirdly. All that portion of the north west quarter of the said
Section three which is bounded towards the north by the northern
limit of the land taken for right of way of the Extension of the
Calgary and Edmonton Railway, as the same is now constructed
across the said land and lands adjoining the same, and as shown
upon a plan of the said railway, signed by B.J. Saunders, Dominion Land Surveyor, on the 3rd day of December, A.D. 1898, and
of record in the Department of the Interior under Number 10700,
a duplicate whereof is on file in the Land Titles Office for Land
Registration District of South Alberta, under No. Ry. 5, towards
the west by the west boundary of the said quarter-section and
towards the south by the northern limit of the land taken for right
of way, of the Crow’s Nest Pass Branch of the Canadian Pacific
Railway, as above mentioned. All the lands hereinbefore described, containing by admeasurement, together, eighty-eight and
two hundredths (88.02) acres, more or less.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
11. Order in Council, July 20, 1905
ce décret et concédées à la Canadian Pacific et à la Calgary and
Edmonton Railways, à titre d’emprise, de terrains de gare et de
terrains supplémentaires, à savoir :
Premièrement. Toute la partie du quart nord-ouest de la section 2,
canton 9, rang 26, à l’ouest du 4e méridien, située au sud d’une
ligne tracée en parallèle et à une distance de 901 pieds perpendiculairement au nord de la limite sud de ce quart de section.
Deuxièmement. Toute la partie de la section trois, canton 9,
rang 26, à l’ouest du 4e méridien, située entre deux lignes parallèles à la ligne médiane de l’embranchement de la Passe du Nid-deCorbeau de la Canadian Pacific Railway, et chaque ligne étant à
une distance de 100 pieds perpendiculairement de chaque côté de
cette ligne, la voie étant maintenant construite sur cette terre et les
terres adjacentes, et toute cette partie de la moitié nord de la section trois qui se trouve au sud de la limite sud de la terre utilisée
pour l’emprise désignée ci-dessus, le tout comme il est indiqué
sur un plan d’arpentage du chemin de fer, signé par L.C. Charlesworth, arpenteur des terres fédérales, le 13 janvier 1904, et
comme il est inscrit au registre du ministère de l’Intérieur sous le
numéro 10078, dont copie se trouve au bureau d’enregistrement
des titres fonciers de la circonscription d’enregistrement foncier
du sud de l’Alberta, à Calgary, sous le numéro de chemin de fer 31.
Troisièmement. Toute la partie du quart nord-ouest de la section trois, qui est délimitée au nord par la limite nord de la terre
utilisée à titre d’emprise pour le prolongement du Calgary and
Edmonton Railway dont la voie est maintenant construite sur la
terre et les terres adjacentes, comme il est indiqué sur le plan du
chemin de fer signé par B.J. Saunders, arpenteur des terres fédérales, le 3 décembre 1898, et comme il est inscrit au registre du
ministère de l’Intérieur sous le numéro 10700, dont copie se
trouve au bureau d’enregistrement des titres fonciers de la circonscription d’enregistrement foncier du sud de l’Alberta sous le
numéro de chemin de fer 5, à l’ouest par la limite ouest de ce
quart de section et au sud par la limite nord de la terre utilisée à
titre d’emprise, de l’embranchement de la Passe du Nid-deCorbeau de la Canadian Pacific Railway, comme il a été mentionné ci-dessus. Toutes les terres désignées ci-dessus faisant au
total une superficie de quatre-vingt-huit acres et deux centièmes,
plus ou moins.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
11. Décret du 20 juillet 1905
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Thursday, the 20th day of July, 1905.
Le jeudi 20 juillet 1905
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
On a Report, dated 11th July, 1905, from the Minister of the Interior, stating that the Royal North-west Mounted Police have
been for some time in occupation of the North-East quarter of
Section 20, and the south half of Section 29, in Township 5,
Range 27, west of the forth meridian ; that they have fenced in
Dans un rapport en date du 11 juillet 1905, émanant du ministre de l’Intérieur, il est indiqué que la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest a pendant un certain temps occupé le quart
nord-est de la section 20 et la moitié sud de la section 29, canton 5,
rang 27, à l’ouest du 4e méridien, et qu’elle a clôturé environ
2550
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
about 50 acres of the former and about 60 acres of the latter for
the purpose of the “Police Kootenai Detachment” and that the
police buildings are located upon the N.E. ¼ of Section 20.]
The Minister further states that the Comptroller of the Royal
North-west Mounted Police has advised the Department of the
Interior that for police requirements it will be sufficient to reserve
that portion of the N. ½ of Section 20, Township 5, Range 27,
west of the forth meridian, lying north of the Watertown River
and containing an area of 64 acres.
The Minister recommends that that portion of the N. ½ of said
Section 20 be reserved from sale and settlement and set apart for
police purposes.
The Committee submit the same for approval.
JOHN McGEE
Clerk of the Privy Council
50 acres du premier terrain et environ 60 acres du deuxième terrain pour les besoins du détachement de police Koutenai et que
les édifices de la police sont situés sur le quart nord-est de la section 20.
Le Ministre déclare par ailleurs que le contrôleur de la Royale
gendarmerie à cheval du Nord-Ouest a avisé le ministère de l’Intérieur que, pour les besoins de la police, il serait suffisant de réserver la partie de la moitié nord de la section 20, canton 5, rang 27, à
l’ouest du 4e méridien, qui est située au nord de la rivière Watertown et qui a une superficie de 64 acres.
Le Ministre recommande que cette partie de la moitié nord de
la section 20 soit soustraite à la vente et à l’établissement et
qu’elle soit réservée pour les besoins de la police.
Le Comité soumet la présente recommandation pour approbation.
JOHN J. McGEE
Greffier du Conseil privé
12. Order in Council, May 1, 1911
12. Décret du 1er mai 1911
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Monday, the 1th day of May, 1911.
Le lundi 1er mai 1911
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
Whereas the Comptroller of the Royal North West Mounted
Police has made application for the reservation for Police purposes of Villa Lots 4, 5, 6 and 7 comprised in the N. ½ of Section
14, Township 24, Range 1, west of the Fifth Meridian, and shown
outlined in red on the accompanying sketch.
And whereas the lauds in question are available according to
the records of the Department of the Interior, and the Minister of
the Interior is of the opinion that the application should receive
favourable consideration,Therefore His Excellency in Council is pleased to reserve Villa
Lots 4, 5, 6 and 7 comprised in the N. ½ of Section 14, Township 24, Range 1, west of the Fifth Meridian, and containing
18.75 acres for the purpose of the Royal North West Mounted
Police, and the same are thereby reserved, during pleasure,
accordingly.
RODOLPHE BOUDREAU
Clerk of the Privy Council
Attendu que le contrôleur de la Royale gendarmerie à cheval
du Nord-Ouest a demandé que soient réservés, pour les besoins de
la police, les lots de villa 4, 5, 6 et 7 compris dans la moitié nord
de la section 14, canton 24, rang 1, à l’ouest du 5e méridien et
délimité en rouge sur le croquis ci-joint;
Attendu que les terres en cause sont disponibles d’après les registres du ministère de l’Intérieur et que le ministre de l’Intérieur
estime que la demande devrait recevoir une réponse favorable,
13. Order in Council, March 29, 1930
13. Décret du 29 mars 1930
À ces causes, il plaît à Son Excellence en Conseil de réserver
les lots de villa 4, 5, 6 et 7 compris dans la moitié nord de la section 14, canton 24, rang 1, à l’ouest du 5e méridien, d’une superficie de 18,75 acres, pour les besoins de la Royale gendarmerie à
cheval du Nord-Ouest, et ces lots sont donc réservés par les présentes selon bon plaisir, en conséquence.
RODOLPHE BOUDREAU
Greffier du Conseil privé
AT THE GOVERNMENT HOUSE AT OTTAWA
HÔTEL DU GOUVERNEMENT, OTTAWA
Saturday, the 29th day of March, 1930.
Le samedi 29 mars 1930
PRESENT :
PRÉSENT :
HIS EXCELLENCY THE GOVERNOR
GENERAL IN COUNCIL.
L’ADJOINT DE SON EXCELLENCE LE GOUVERNEUR
GÉNÉRAL EN CONSEIL
Whereas the Commissioner of the Royal Canadian Mounted
Police has represented that the Royal Canadian Mounted Police
Attendu que le commissaire de la Royale gendarmerie à cheval
du Canada a déclaré que la réserve de la Royale gendarmerie à
2551
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
Reserve at St. Albert, Alberta, consisting of lots sixty-seven,
sixty-eight and sixty-nine, block four, according to a plan of subdivision of part of river lot fifty-two, St. Albert Settlement, of
record in the Land Titles Office for the North Alberta Land Registration District as plan “G”, is no longer required for police purposes and has recommended that the land comprising the said
Reserve be transferred for disposal to the Department of the
Interior ;
Therefore, the Deputy of His Excellency the Governor General
in Council, on the joint recommendation of the Minister of Justice
and the Minister of the Interior, is pleased to order that the said
land be, and it is thereby transferred to the Department of the
Interior, accordingly.
E. J. LEMAIRE
Clerk of the Privy Council
cheval du Canada à St. Albert (Alberta), comprenant les lots 67,
68 et 69, bloc 4, d’après un plan de subdivision d’une partie du lot
riverain 52, St. Albert Settlement, inscrit au registre du bureau de
publicité des droits du district d’enregistrement du nord de
l’Alberta sous la cote plan « G » n’est plus nécessaire pour les
besoins de la police et qu’il a recommandé que la terre qui comprend la réserve soit transférée au ministère de l’Intérieur pour
qu’il en soit disposé,
À ces causes, il plaît à l’adjoint de Son Excellence le Gouverneur général en Conseil, sur la recommandation conjointe du ministre de la Justice et du ministre de l’Intérieur, d’ordonner que la
terre soit transférée par les présentes au ministère de l’Intérieur et
elle l’est en conséquence.
E. J. LEMAIRE
Greffier du Conseil privé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
These are omnibus Regulations made under subsection 4(1) of
the Legislative Instruments Re-enactment Act, S.C. 2002, c. 20
(the “Act”). The Act, which came into force on June 13, 2002, reenacts, or provides for the re-enactment of, certain instruments of
a legislative nature that were originally enacted in only one official language in order to resolve any uncertainty with respect to
their legal validity.
Legislative instruments that were enacted in one official language but published in both official languages are automatically
and retroactively re-enacted in both languages by section 3 of the
Act. Section 4 of the Act confers regulation-making powers on
the Governor in Council to retroactively re-enact, in both official
languages, legislative instruments that were enacted in only one
official language and either published in that language only or
exempted by law from the requirement to be published in a government publication.
Il s’agit d’un règlement de portée générale pris en application
du paragraphe 4(1) de la Loi sur la réédiction de textes législatifs,
L.C. 2002, ch. 20 (la « Loi »). La Loi, qui est entrée en vigueur le
13 juin 2002, prévoit ou autorise la réédiction de certains textes
de nature législative qui n’ont été édictés à l’origine que dans une
langue officielle, et ce afin de dissiper tout doute quant à leur
validité juridique.
Les textes législatifs qui n’ont été édictés que dans une langue
officielle, mais qui ont néanmoins été publiés dans les deux langues officielles, sont automatiquement réédictés rétroactivement
dans les deux langues par l’article 3 de la Loi. L’article 4 de la
Loi confère au gouverneur en conseil le pouvoir réglementaire de
réédicter rétroactivement dans les deux langues officielles les
textes législatifs qui n’ont été édictés que dans une langue officielle et qui soit n’ont été publiés que dans cette langue, soit étaient
soustraits par une règle de droit à l’obligation d’être publié dans
une publication gouvernementale.
Un texte législatif réédicté énoncé en annexe est réputé être et
avoir toujours été le texte législatif qu’il remplace et, quoiqu’il
puisse également être cité par son titre dans l’une ou l’autre des
langues officielles, le texte législatif réédicté doit être cité de la
même manière que le texte législatif qu’il remplace.
A re-enacted legislative instrument set out in the schedule is
deemed to be, and to have always been, the legislative instrument
it replaces and, although it may also be referred to by its title in
either official language, the re-enacted legislative instrument shall
be cited in the same manner as the legislative instrument it
replaces.
A re-enacted legislative instrument set out in the schedule that
was repealed or that otherwise ceased to have effect prior to the
coming into force of these Regulations is not by virtue of these
Regulations revived in respect to any period subsequent to its
repeal or ceasing to have effect.
The re-enacted legislative instruments set out in the schedule
are now deemed to have been validated for purposes of language
enactment requirements under section 133 of the Constitution Act,
1867.
The Act requires that the Minister of Justice submit a report on
the review of the implementation and operation of section 4 of the
Act to each House of Parliament by June 13, 2008, or such further
time as may be authorized by both Houses of Parliament.
2552
Un texte législatif réédicté énoncé en annexe qui a été abrogé
ou qui a d’une autre façon cessé d’avoir effet avant la date
d’entrée en vigueur de ce règlement n’est pas rétabli, en vertu de
ce règlement, à l’égard de toute période postérieure à son abrogation ou à sa cessation d’effet.
Les textes législatifs réédictés énoncés en annexe sont maintenant réputés avoir été validés aux fins des exigences linguistiques
d’édiction prévues à l’article 133 de la Loi constitutionnelle de
1867.
La Loi exige que le ministre de la Justice remette son rapport
d’examen de la mise en œuvre et de l’application de l’article 4 à
chacune des chambres du Parlement d’ici le 13 juin 2008, ou dans
le délai supérieur que les deux chambres peuvent lui accorder.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-279
These Regulations deal with instruments under the responsibility of specific departments or agencies. One or more regulations
will follow to deal with instruments of other federal departments
or agencies.
Ce règlement porte sur les textes qui relèvent de certains ministères ou organismes. Suivront un ou plusieurs autres règlements
qui traiteront des textes d’autres ministères et organismes fédéraux.
Alternatives
Solutions envisagées
There are no other practical alternatives. The Act was enacted
expressly to address the issue of unilingually enacted legislative
instruments. Pursuant to subsection 4(7) of the Act, upon the expiration of six years after the coming into force of the Act, any
unilingual legislative instrument that has not been re-enacted in
both official languages is repealed.
Il n’y a pas d’autres solutions pratiques. La Loi a été expressément édictée pour régler la question des textes législatifs édictés
en une seule langue. En vertu du paragraphe 4(7) de la Loi, tout
texte législatif édicté dans une seule langue qui n’est pas réédicté
dans les deux langues officielles dans les six ans suivant l’entrée
en vigueur de la Loi est abrogé.
Consultation
Consultations
During the course of completing a review of the implementation and operation of section 4 of the Act, extensive consultation
was held with affected stakeholders. Each government department and agency was responsible for researching and identifying
any instruments under its administration that were likely to be
affected by the Act. Educational sessions were offered by the
Department of Justice. Guidance and research was also provided
in response to legal issues raised during the course of the research
conducted.
Pendant l’examen de la mise en œuvre et de l’application de
l’article 4 de la Loi, des consultations exhaustives avec les intervenants touchés ont eu lieu. Chacun des ministères et organismes
du gouvernement était chargé d’effectuer des recherches et
d’identifier tout texte relevant de leur portefeuille qui était susceptible d’être touché par la Loi. Des séances de formation ont été
offertes par le ministère de la Justice. Des conseils ont été donnés
et de la recherche a également été faite en réaction aux problèmes
juridiques soulevés pendant la recherche.
Contact
Personne-ressource
Pierre-Gilles Bélanger
Justice Canada
Legislative Instruments Re-enactment Team
350 Albert Street, Suite 305
Ottawa, Ontario
K1A 0H8
Telephone: 613-957-0007
Fax: 613-948-1987
Email: pbelange@justice.gc.ca
Pierre-Gilles Bélanger
Justice Canada
Équipe sur la réédiction de textes législatifs
350, rue Albert, Bureau 305
Ottawa (Ontario)
K1A 0H8
Téléphone : 613-957-0007
Télécopieur : 613-948-1987
Courriel : pbelange@justice.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2553
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-280
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-280
December 6, 2007
Enregistrement
DORS/2007-280
Le 6 décembre 2007
AERONAUTICS ACT
LOI SUR L’AÉRONAUTIQUE
Regulations Amending the Canadian Aviation
Regulations (Part VI) (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement de
l’aviation canadien (Partie VI)
P.C. 2007-1879
C.P. 2007-1879
December 6, 2007
Le 6 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to section 4.9a of the Aeronautics Act,
hereby makes the annexed Regulations Amending the Canadian
Aviation Regulations (Part VI) (Miscellaneous Program).
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu de l’article 4.9a de la Loi
sur l’aéronautique, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil prend le Règlement correctif visant le Règlement de
l’aviation canadien (Partie VI), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN
AVIATION REGULATIONS (PART VI)
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE RÈGLEMENT
DE L’AVIATION CANADIEN PARTIE VI
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsection 602.13(4) of the French version of the Canadian Aviation Regulations1 is replaced by the following:
(4) Il est permis d’effectuer l’atterrissage d’un ballon à l’intérieur d’une zone bâtie à un endroit qui n’est pas situé à un aéroport, à un héliport ou à un aérodrome militaire, lorsque les conditions suivantes sont réunies :
a) l’atterrissage est nécessaire pour ne pas compromettre la sécurité des personnes à bord;
b) le commandant de bord établit une communication avec
l’unité de contrôle de la circulation aérienne ou la station d’information de vol compétentes, avant l’atterrissage ou dès que
possible après l’atterrissage et transmet les renseignements
suivants :
(i) les marques de nationalité et d’immatriculation du ballon,
(ii) l’heure et le lieu de l’atterrissage prévus ou réels, selon le
cas,
(iii) les motifs qui laissent croire que la sécurité des personnes à bord est ou était en danger.
1. Le paragraphe 602.13(4) de la version française du Règlement de l’aviation canadien1 est remplacé par ce qui suit :
(4) Il est permis d’effectuer l’atterrissage d’un ballon à l’intérieur d’une zone bâtie à un endroit qui n’est pas situé à un aéroport, à un héliport ou à un aérodrome militaire, lorsque les conditions suivantes sont réunies :
a) l’atterrissage est nécessaire pour ne pas compromettre la sécurité des personnes à bord;
b) le commandant de bord établit une communication avec
l’unité de contrôle de la circulation aérienne ou la station d’information de vol compétentes, avant l’atterrissage ou dès que
possible après l’atterrissage et transmet les renseignements
suivants :
(i) les marques de nationalité et d’immatriculation du ballon,
(ii) l’heure et le lieu de l’atterrissage prévus ou réels, selon le
cas,
(iii) les motifs qui laissent croire que la sécurité des personnes à bord est ou était en danger.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The Canadian Aviation Regulations are being amended to
correct an editorial error and a discrepancy between the French
Le Règlement de l’aviation canadien est modifié pour corriger
une erreur de forme et une divergence entre les versions française
———
———
a
a
1
S.C. 1992, c. 4, s. 7
SOR/96-433
2554
1
L.C. 1992, ch. 4, art. 7
DORS/96-433
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-280
and English versions of the amending formula 10(3) of the Regulations Amending Canadian Aviation Regulations published
under SOR/2007-87 on May 15, 2007. In the French version, the
amending formula indicated to replace subsection 602.13(4) by a
new text. However, since the text is an opening statement for
conditions of application, the amending formula should have indicated to replace a portion of the text as it is indicated in the
English version.
The Regulations correct this error and reinstate the full text of
subsection 602.13(4).
et anglaise de la formule d’encadrement 10(3) du Règlement modifiant le Règlement de l’aviation canadien publié le 15 mai 2007
sous le DORS/2007-87. La version française de la formule d’encadrement indique le remplacement du paragraphe 602.13(4) par
un nouveau texte. Cependant, puisque le texte est une introduction visant les conditions d’application, la formule d’encadrement
aurait dû indiquer le remplacement d’un passage du texte comme
c’est le cas dans la version anglaise.
Le Règlement corrige cette erreur et rétablit le texte complet du
paragraphe 602.13(4).
Contact
Personne-ressource
Chief
Regulatory Affairs, AARBH
Safety and Security
Transport Canada
Place de Ville, Tower C
Ottawa, Ontario
K1A 0N8
Telephone: 613-993-7284 or 1-800-305-2059
Fax: 613-990-1198
Internet Address: www.tc.gc.ca.
Chef
Affaires réglementaires, AARBH
Sécurité et sûreté
Transports Canada
Place de Ville, Tour C
Ottawa (Ontario)
K1A 0N8
Téléphone : 613-993-7284 ou 1-800-305-2059
Télécopieur : 613-990-1198
Adresse Internet : www.tc.gc.ca.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2555
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-281
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
Enregistrement
DORS/2007-281
December 6, 2007
Le 6 décembre 2007
CITIZENSHIP ACT
LOI SUR LA CITOYENNETÉ
Regulations Amending the Citizenship
Regulations, 1993
Règlement modifiant le Règlement sur la
citoyenneté, 1993
P.C. 2007-1884
C.P. 2007-1884
December 6, 2007
Le 6 décembre 2007
Whereas, pursuant to subsection 27.1(1)a of the Citizenship Act,
the Minister of Citizenship and Immigration has caused a copy of
the proposed Regulations Amending the Citizenship Regulations,
1993 to be laid before each House of Parliament, substantially in
the annexed form;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Citizenship and Immigration, pursuant to section 27b of the Citizenship Act, hereby
makes the annexed Regulations Amending the Citizenship Regulations, 1993.
Attendu que la ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration,
conformément au paragraphe 27.1(1)a de la Loi sur la citoyenneté,
a fait déposer le projet de règlement intitulé Règlement modifiant
le Règlement sur la citoyenneté, 1993, conforme en substance au
texte ci-après, devant chaque chambre du Parlement,
À ces causes, sur recommandation de la ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration et en vertu de l’article 27b de la Loi sur
la citoyenneté, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur la citoyenneté,
1993, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE CITIZENSHIP
REGULATIONS, 1993
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LA CITOYENNETÉ, 1993
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Section 2 of the Citizenship Regulations, 1993 is amended
by adding the following in alphabetical order:
“Hague Convention on Adoption” means the Convention on the
Protection of Children and Co-operation in respect of InterCountry Adoption that was concluded on May 29, 1993 and
came into force on May 1, 1995; (Convention sur l’adoption)
2. The Regulations are amended by adding the following
after section 5:
5.1 (1) An application made under subsection 5.1(1) of the Act
in respect of a person who is a minor on the date of the application shall be
(a) made to the Minister in the prescribed form and signed by
(i) a citizen who is a parent of the person, or
(ii) a non-citizen parent, or a legal guardian, of the person;
(b) countersigned by the person if he or she has attained the age
of 14 years on or before the date of the application and is not
prevented from understanding the significance of the application because of a mental disability; and
(c) filed, together with the materials described in subsection (2), with the Registrar.
(2) For the purposes of paragraph (1)(c), the materials required
by this section are
(a) a birth certificate or, if unobtainable, other evidence that establishes the person’s date and place of birth;
(b) evidence that establishes that a parent of the person was a
citizen at the time of the adoption;
1. L’article 2 du Règlement sur la citoyenneté, 19931 est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« Convention sur l’adoption » La Convention sur la protection
des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, conclue à La Haye le 29 mai 1993 et entrée en vigueur le
1er mai 1995. (Hague Convention on Adoption)
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 5, de ce qui suit :
5.1 (1) La demande présentée en vertu du paragraphe 5.1(1) de
la Loi relative à une personne qui est un enfant mineur à la date
de la présentation de la demande doit :
a) être faite à l’intention du ministre, selon la formule prescrite
et signée :
(i) soit par un citoyen qui est un parent de la personne,
(ii) soit par un parent non citoyen, ou le tuteur légal, de la
personne;
b) être contresignée par la personne, si elle a quatorze ans révolus à la date de la présentation de la demande et si elle n’est pas
incapable de saisir la portée de la demande en raison d’une déficience mentale;
c) être déposée, accompagnée des documents prévus au paragraphe (2), auprès du greffier.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)c), les documents d’accompagnement sont les suivants :
a) le certificat de naissance ou, s’il est impossible de l’obtenir,
une autre preuve établissant la date et le lieu de naissance de la
personne;
b) une preuve établissant qu’un parent de la personne était un
citoyen au moment de l’adoption;
———
———
a
a
b
1
S.C. 2007, c. 24, s. 3.1
S.C. 2007, c. 24, s. 3
SOR/93-246
2556
b
1
L.C. 2007, ch. 24, art. 3.1
L.C. 2007, ch. 24, art. 3
DORS/93-246
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
(c) in the case of an application made by a non-citizen parent or
a legal guardian, a certified copy of an order of a court of competent jurisdiction, or other evidence, that establishes that the
applicant is a parent or legal guardian of the person;
(d) in the case of a person who has attained the age of 14 years
on or before the date of the application but has not countersigned the application, evidence that establishes that the person
is prevented from understanding the significance of the application because of a mental disability;
(e) evidence that establishes that the adoption took place after
February 14, 1977 and while the person was a minor; and
(f) two photographs of the person of the size and type shown on
a form prescribed under section 28 of the Act and signed by the
person if he or she has attained the age of 14 years on or before
the date of the application.
(3) The following factors are to be considered in determining
whether the requirements of subsection 5.1(1) of the Act have
been met in respect of the adoption of a person referred to in subsection (1):
(a) whether, in the case of a person who has been adopted by a
citizen who resided in Canada at the time of the adoption,
(i) a competent authority of the province in which the citizen
resides has stated in writing that it does not object to the
adoption, and
(ii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption;
(b) whether, in the case of a person who has been adopted outside Canada in a country that is a party to the Hague Convention on Adoption and whose intended destination at the time of
the adoption is a province,
(i) the competent authority of the country and of the province of the person’s intended destination have stated in writing that they approve the adoption as conforming to that
Convention,
(ii) a competent authority of the province — in which the
citizen who is a parent of the person resided at the time of
the adoption — has stated in writing that it does not object to
the adoption, and
(iii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption; and
(c) whether, in all other cases,
(i) a competent authority has conducted or approved a home
study of the parent or parents, as the case may be,
(ii) before the adoption, the person’s parent or parents, as the
case may be, gave their free and informed consent to the
adoption,
(iii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption, and
(iv) there is no evidence that the adoption was for the purpose of child trafficking or undue gain within the meaning of
the Hague Convention on Adoption.
5.2 (1) An application made under subsection 5.1(1) of the Act
in respect of a person who is 18 years of age or more on the date
of the application shall be
(a) made to the Minister in the prescribed form and signed by
the person; and
(b) filed, together with the materials described in subsection (2), with the Registrar.
c) dans le cas d’une demande présentée par un parent non citoyen ou le tuteur légal, une copie certifiée de l’ordonnance
émanant d’un tribunal compétent, ou autre preuve établissant
qu’il est le parent ou le tuteur légal de la personne;
d) si la personne a quatorze ans révolus à la date de la présentation de la demande et qu’elle ne l’a pas contresignée, une
preuve établissant qu’elle est incapable d’en saisir la portée en
raison d’une déficience mentale;
e) une preuve établissant que l’adoption a été faite après le
14 février 1977 lorsque la personne était un enfant mineur;
f) deux photographies de la personne, signées par elle, si elle a
quatorze ans révolus à la date de la présentation de la demande,
et correspondant au format et aux indications figurant dans la
formule prescrite en application de l’article 28 de la Loi.
(3) Les facteurs ci-après sont considérés pour établir si les conditions prévues au paragraphe 5.1(1) de la Loi sont remplies à
l’égard de l’adoption de la personne visée au paragraphe (1) :
a) dans le cas où la personne a été adoptée par un citoyen qui
résidait au Canada au moment de l’adoption:
(i) le fait que les autorités compétentes de la province de résidence du citoyen ont déclaré par écrit qu’elles ne s’opposent pas à l’adoption,
(ii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant;
b) dans le cas où la personne a été adoptée à l’étranger dans un
pays qui est partie à la Convention sur l’adoption et dont la
destination prévue au moment de l’adoption est une province :
(i) le fait que les autorités compétentes de ce pays et celles
de la province de destination de la personne ont déclaré par
écrit que l’adoption était conforme à cette convention,
(ii) le fait que les autorités compétentes de la province de résidence, au moment de l’adoption, du citoyen qui est le parent de la personne ont déclaré par écrit qu’elles ne s’opposent pas à l’adoption,
(iii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant;
c) dans les autres cas :
(i) le fait qu’une étude du milieu familial a été faite ou approuvée par les autorités compétentes,
(ii) le fait que le ou les parents, selon le cas, ont, avant
l’adoption, donné un consentement véritable et éclairé à
l’adoption,
(iii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant,
(iv) le fait que rien n’indique que l’adoption avait pour objet
la traite de la personne ou la réalisation d’un gain indu au
sens de la Convention sur l’adoption.
5.2 (1) La demande présentée en vertu du paragraphe 5.1(1) de
la Loi relative à une personne qui est âgée de dix-huit ans ou plus
à la date de la présentation de la demande doit :
a) être faite à l’intention du ministre, selon la formule prescrite
et signée par la personne;
b) être déposée, accompagnée des documents prévus au paragraphe (2), auprès du greffier.
2557
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
(2) For the purposes of paragraph (1)(b), the materials required
by this section are
(a) a birth certificate or, if unobtainable, other evidence that establishes the person’s date and place of birth;
(b) evidence that establishes that a parent of the person was a
citizen at the time of the adoption;
(c) evidence that establishes that the adoption took place after
February 14, 1977 and while the person was a minor; and
(d) two photographs of the person of the size and type shown
on a form prescribed under section 28 of the Act and signed by
the person.
(3) The following factors are to be considered in determining
whether the requirements of subsection 5.1(1) of the Act have
been met in respect of the adoption of a person referred to in subsection (1):
(a) whether, in the case of a person who has been adopted by a
citizen who resided in Canada at the time of the adoption,
(i) a competent authority of the province in which the citizen
resides has stated in writing that it does not object to the
adoption, and
(ii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption;
(b) whether, in the case of a person who has been adopted outside Canada in a country that is a party to the Hague Convention on Adoption and whose intended destination at the time of
the adoption is a province,
(i) the competent authority of the country and of the province of the person’s intended destination have stated in writing that they approve the adoption as conforming to that
Convention,
(ii) a competent authority of the province — in which the
citizen who is a parent of the person resided at the time of
the adoption — has stated in writing that it does not object to
the adoption, and
(iii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption; and
(c) whether, in all other cases,
(i) a competent authority has conducted or approved a home
study of the parent or parents, as the case may be,
(ii) before the adoption, the person’s parent or parents, as the
case may be, gave their free and informed consent to the
adoption,
(iii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption, and
(iv) there is no evidence that the adoption was for the purpose of child trafficking or undue gain within the meaning of
the Hague Convention on Adoption.
5.3 (1) An application made under subsection 5.1(2) of the Act
in respect of a person who was adopted while he or she was at
least 18 years of age shall be
(a) made to the Minister in the prescribed form and signed by
the person; and
(b) filed, together with the materials described in subsection (2),
with the Registrar.
(2) For the purposes of paragraph (1)(b), the materials required
by this section are
(a) a birth certificate or, if unobtainable, other evidence that establishes the person’s date and place of birth;
2558
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)b), les documents d’accompagnement sont les suivants :
a) le certificat de naissance ou, s’il est impossible de l’obtenir,
une autre preuve établissant la date et le lieu de naissance de la
personne;
b) une preuve établissant qu’un parent de la personne était un
citoyen au moment de l’adoption;
c) une preuve établissant que l’adoption a été faite après le
14 février 1977 lorsque la personne était un enfant mineur;
d) deux photographies de la personne, signées par elle, et correspondant au format et aux indications figurant dans la formule prescrite en application de l’article 28 de la Loi.
(3) Les facteurs ci-après sont considérés pour établir si les conditions prévues au paragraphe 5.1(1) de la Loi sont remplies à
l’égard de l’adoption de la personne visée au paragraphe (1) :
a) dans le cas où la personne a été adoptée par un citoyen qui
résidait au Canada au moment de l’adoption:
(i) le fait que les autorités compétentes de la province de résidence du citoyen ont déclaré par écrit qu’elles ne s’opposent pas à l’adoption,
(ii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant;
b) dans le cas où la personne a été adoptée à l’étranger dans un
pays qui est partie à la Convention sur l’adoption et dont la
destination prévue au moment de l’adoption est une province :
(i) le fait que les autorités compétentes de ce pays et celles
de la province de destination de la personne ont déclaré par
écrit que l’adoption était conforme à cette convention,
(ii) le fait que les autorités compétentes de la province de résidence, au moment de l’adoption, du citoyen qui est le parent de la personne ont déclaré par écrit qu’elles ne s’opposent pas à l’adoption,
(iii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant;
c) dans les autres cas :
(i) le fait qu’une étude du milieu familial a été faite ou approuvée par les autorités compétentes,
(ii) le fait que le ou les parents, selon le cas, ont, avant
l’adoption, donné un consentement véritable et éclairé à
l’adoption,
(iii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant,
(iv) le fait que rien n’indique que l’adoption avait pour objet
la traite de la personne ou la réalisation d’un gain indu au
sens de la Convention sur l’adoption.
5.3 (1) La demande présentée en vertu du paragraphe 5.1(2) de
la Loi relative à une personne qui était âgée de dix-huit ans ou
plus au moment de l’adoption doit :
a) être faite à l’intention du ministre, selon la formule prescrite
et signée par la personne;
b) être déposée, accompagnée des documents prévus au paragraphe (2), auprès du greffier.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)b), les documents d’accompagnement sont les suivants :
a) le certificat de naissance ou, s’il est impossible de l’obtenir,
une autre preuve établissant la date et le lieu de naissance de la
personne;
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
(b) evidence that establishes that a parent of the person was a
citizen at the time of the adoption;
(c) evidence that establishes that the adoption took place after
February 14, 1977 and while the person was 18 years of age or
older; and
(d) two photographs of the person of the size and type shown
on a form prescribed under section 28 of the Act and signed by
the person.
(3) The following factors are to be considered in determining
whether the requirements of subsection 5.1(2) of the Act have
been met in respect of the adoption of a person referred to in subsection (1):
(a) whether, in the case a person who has been adopted by a
citizen who resided in Canada at the time of the adoption,
(i) a competent authority of the province in which the citizen
resides has stated in writing that it does not object to the
adoption, and
(ii) the pre-existing legal parent-child relationship was permanently severed by the adoption; and
(b) whether, in all other cases, the pre-existing legal parentchild relationship was permanently severed by the adoption.
5.4 (1) An application made under subsection 5.1(3) of the Act
in respect of a person who is a minor on the date of the application shall be
(a) made to the Minister in the prescribed form and signed by
(i) a citizen who is a parent of the person, or
(ii) a non-citizen parent, or a legal guardian, of the person;
(b) countersigned by the person if he or she has attained the age
of 14 years on or before the date of the application and is not
prevented from understanding the significance of the application because of a mental disability; and
(c) filed, together with the materials described in subsection (2), with the Registrar.
(2) For the purposes of paragraph (1)(c), the materials required
by this section are
(a) a birth certificate or, if unobtainable, other evidence that establishes the person’s date and place of birth;
(b) evidence that establishes that a parent of the person was a
citizen at the time of the decision that was made abroad in respect of the adoption;
(c) in the case of an application made by a non-citizen parent or
a legal guardian, a certified copy of an order of a court of competent jurisdiction, or other evidence, that establishes that the
applicant is a parent or legal guardian of the person;
(d) in the case of a person who has attained the age of 14 years
on or before the date of the application but has not countersigned the application, evidence that establishes that the person
is prevented from understanding the significance of the application because of a mental disability;
(e) evidence that establishes that the decision that was made
abroad in respect of the adoption took place after February 14,
1977; and
(f) two photographs of the person of the size and type shown on
a form prescribed under section 28 of the Act and signed by the
person if he or she has attained the age of 14 years on or before
the date of the application.
b) une preuve établissant qu’un parent de la personne était un
citoyen au moment de l’adoption;
c) une preuve établissant que la personne a été adoptée après le
14 février 1977 lorsqu’elle avait dix-huit ans ou plus;
d) deux photographies de la personne, signées par elle, et correspondant au format et aux indications figurant dans la formule prescrite en application de l’article 28 de la Loi.
(3) Les facteurs ci-après sont considérés pour établir si les conditions prévues au paragraphe 5.1(2) de la Loi sont remplies à
l’égard de l’adoption de la personne visée au paragraphe (1) :
a) dans le cas où la personne a été adoptée par un citoyen qui
résidait au Canada au moment de l’adoption :
(i) le fait que les autorités compétentes de la province de résidence du citoyen ont déclaré par écrit qu’elles ne s’opposent pas à l’adoption,
(ii) le fait que l’adoption a définitivement rompu tout lien de
filiation préexistant;
b) dans les autres cas, le fait que l’adoption a définitivement
rompu tout lien de filiation préexistant.
5.4 (1) La demande présentée en vertu du paragraphe 5.1(3) de
la Loi relative à une personne qui est un enfant mineur à la date
de la présentation de la demande doit :
a) être faite à l’intention du ministre, selon la formule prescrite
et signée :
(i) soit par un citoyen qui est un parent de la personne,
(ii) soit par un parent non citoyen, ou le tuteur légal, de la
personne;
b) être contresignée par la personne, si elle a quatorze ans révolus à la date de la présentation de la demande et si elle n’est pas
incapable de saisir la portée de la demande en raison d’une déficience mentale;
c) être déposée, accompagnée des documents prévus au paragraphe (2), auprès du greffier.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)c), les documents d’accompagnement sont les suivants :
a) le certificat de naissance ou, s’il est impossible de l’obtenir,
une autre preuve établissant la date et le lieu de naissance de la
personne;
b) une preuve établissant qu’un parent de la personne était un
citoyen au moment où la décision prononçant l’adoption a été
rendue à l’étranger;
c) dans le cas d’une demande présentée par un parent non citoyen ou le tuteur légal, une copie certifiée de l’ordonnance
émanant d’un tribunal compétent ou d’une autre preuve établissant qu’il est un parent ou le tuteur légal de la personne;
d) si la personne a quatorze ans révolus à la date de la présentation de la demande et qu’elle ne l’a pas contresignée, une
preuve établissant qu’elle est incapable d’en saisir la portée en
raison d’une déficience mentale;
e) une preuve établissant que la décision prononçant l’adoption
a été rendue à l’étranger après le 14 février 1977;
f) deux photographies de la personne, signées par elle, si elle a
quatorze ans révolus à la date de la présentation de la demande,
et correspondant au format et aux indications figurant dans la
formule prescrite en application de l’article 28 de la Loi.
2559
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
5.5 (1) An application made under subsection 5.1(3) of the Act
in respect of a person who is 18 years of age or more on the date
of the application shall be
(a) made to the Minister in the prescribed form and signed by
the person; and
(b) filed, together with the materials described in subsection (2), with the Registrar.
(2) For the purposes of paragraph (1)(b), the materials required
by this section are
(a) a birth certificate or, if unobtainable, other evidence that establishes the person’s date and place of birth;
(b) evidence that establishes that
(i) the decision that was made abroad in respect of the adoption took place after February 14, 1977, and
(ii) a parent of the person was a citizen at the time of the decision that was made abroad in respect of the adoption; and
(c) two photographs of the person of the size and type shown
on a form prescribed under section 28 of the Act and signed by
the person.
3. Item 1 of the schedule to the Regulations in column I is
amended by adding the following after paragraph (c):
5.5 (1) La demande présentée en vertu du paragraphe 5.1(3) de
la Loi relative à une personne qui est âgée de dix-huit ans ou plus
à la date de la présentation de la demande doit :
a) être faite à l’intention du ministre, selon la formule prescrite,
et signée par la personne;
b) être déposée, accompagnée des documents prévus au paragraphe (2), auprès du greffier.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)b), les documents d’accompagnement sont les suivants :
a) le certificat de naissance ou, s’il est impossible de l’obtenir,
une autre preuve établissant la date et le lieu de naissance de la
personne;
b) une preuve établissant :
(i) que la décision prononçant l’adoption a été rendue à
l’étranger après le 14 février 1977,
(ii) qu’un parent de la personne était un citoyen au moment
où la décision prononçant l’adoption a été rendue à
l’étranger;
c) deux photographies de la personne, signées par elle, et correspondant au format et aux indications figurant dans la formule prescrite en application de l’article 28 de la Loi.
3. L’article 1 de l’annexe du même règlement est modifié
par adjonction, dans la colonne I, après l’alinéa c), de ce qui
suit :
Column I
Colonne I
Item
Application
Article
Demande
1.
(c.1) grant of citizenship under section 5.1, 5.2, 5.3, 5.4 or 5.5
1.
c.1) par attribution de la citoyenneté en vertu des articles 5.1, 5.2, 5.3,
5.4 ou 5.5
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. These Regulations come into force on the day on which
section 3 of An Act to amend the Citizenship Act (adoption),
chapter 24 of the Statutes of Canada, 2007, comes into force,
but if they are registered after that day, they come into force
on the day on which they are registered.
4. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée
en vigueur de l’article 3 de la Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté (adoption), chapitre 24 des Lois du Canada (2007),
ou, si elle est postérieure, à la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
On June 22, 2007, the Act to amend the Citizenship Act (Adoption) [“the Act”] received Royal Assent to reduce the distinction
in eligibility for citizenship that currently exists between foreignborn adopted children and children born abroad to Canadian
parents. Accordingly, the Citizenship Regulations (SOR/93-246)
[“the Regulations”] would allow for implementation of these new
provisions.
In 1998, the Federal Court of Appeal determined, in Canada
(Attorney General) v. McKenna, that the Citizenship Act contained a distinction between natural-born children and adopted
children in regard to the acquisition of citizenship. The Court
determined that the difference in treatment between natural born
children and children adopted by Canadians was not justifiable
Le 22 juin 2007, la sanction royale a été accordée à la Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté (adoption) [ci-après « la Loi »],
afin d’atténuer, dans les règles d’attribution de la citoyenneté, les
distinctions entre les enfants adoptés nés à l’étranger et les enfants nés à l’étranger de parents canadiens. Le projet de Règlement sur la citoyenneté (DORS/93-246) [« le Règlement »] permettrait donc de mettre en œuvre ces nouvelles dispositions.
En 1998, la Cour d’appel fédérale a statué, dans l’affaire Canada (procureur général) c. McKenna, que la Loi sur la citoyenneté
faisait une distinction entre les enfants naturels et les enfants
adoptés, pour les besoins de l’acquisition de la citoyenneté. La
Cour a établi qu’il était injustifié et discriminatoire de traiter différemment les enfants naturels et les enfants adoptés par des
2560
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
and was discriminatory. In response to this decision, the Government amended the provisions of the Citizenship Act, by developing a provision which allowed citizenship to be granted to
adopted children regardless of their place of residence. Bill C-14
amends the Citizenship Act to include a provision for the acquisition of citizenship of foreign-born adopted children by Canadians.
Bill C-14 and the Regulations will come into force on December 23, 2007.
Canadiens. Pour donner suite à cette décision, le gouvernement a
modifié la Loi sur la citoyenneté en adoptant une disposition qui
permet d’attribuer la citoyenneté aux enfants adoptés sans égard à
leur lieu de résidence. Le projet de loi C-14 modifie donc la Loi
sur la citoyenneté par l’adjonction d’une disposition prévoyant
l’attribution de la citoyenneté aux enfants nés à l’étranger adoptés
par des Canadiens. Le projet de loi C-14 et son règlement d’application entreront en vigueur le 23 décembre 2007.
What the Regulations do
Objet des dispositions réglementaires
The amendments to the Citizenship Act and the supporting
Regulations are designed to reduce the difference in treatment in
the acquisition of Canadian citizenship between children born to
Canadians abroad and foreign-born children adopted by Canadians abroad. Under current legislation, a child born outside Canada to a Canadian citizen parent after February 14, 1977, is a Canadian citizen by descent. The amendment to the Act will now
allow foreign-born children adopted by a Canadian citizen after
February 14, 1977, to acquire Canadian citizenship upon application without first having to become permanent residents under the
Immigration and Refugee Protection Act (R.S.C. 2001, c. 27).
These changes also mean that foreign-born adopted children will
no longer have to meet the admissibility requirement, including
criminality, security or health, under the Immigration and Refugee Protection Act.
Les modifications apportées à la Loi sur la citoyenneté ainsi
qu’à son règlement d’application visent à atténuer la différence de
traitement dont fait l’objet l’enfant né à l’étranger, aux fins de
l’acquisition de la citoyenneté, selon que l’intéressé est né d’un
parent canadien ou adopté par un Canadien à l’étranger. Selon la
Loi actuelle, un enfant né à l’étranger d’un parent canadien après
le 14 février 1977 est un citoyen canadien par filiation. La modification de la Loi permettra aux enfants nés à l’étranger et adoptés
par un citoyen canadien après le 14 février 1977 d’obtenir la citoyenneté canadienne sur demande, sans devoir préalablement
obtenir le statut de résident permanent en vertu de la Loi sur
l’immigration et la protection des réfugiés (L.C. 2001, ch. 27).
Du fait de ces modifications, les enfants adoptés nés à l’étranger
n’auront plus à satisfaire aux conditions d’entrée prévues par la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, notamment en
ce qui concerne la criminalité, la sécurité et la santé.
La Loi soustrait ainsi à l’exigence relative à la résidence permanente les enfants nés à l’étranger adoptés par un parent canadien, sauf si le parent décide de suivre la procédure d’immigration
ou que l’enfant doit être adopté au Canada. Il s’ensuit que les
enfants adoptés nés à l’étranger seront désormais dispensés de
l’obligation d’acquitter les frais de 150 $ exigés pour le droit de
résidence permanente (75 $ pour la demande de parrainage et
75 $ pour la demande de résidence permanente).
Comme dans le cas des dispositions de la Loi sur l’immigration
et la protection des réfugiés relatives au parrainage d’enfants
adoptés, les facteurs à considérer pour évaluer l’intérêt supérieur
de l’enfant, l’existence d’un véritable lien de filiation et l’adoption de complaisance ont été intégrés au Règlement.
Le Règlement a été conçu pour tenir compte des situations suivantes : enfant adopté et demandant la citoyenneté à titre de mineur; personne adoptée lorsqu’elle était mineure et demandant la
citoyenneté à titre d’adulte; personne adoptée et demandant la
citoyenneté à titre d’adulte; adoptions relevant du Québec (adoptions de mineurs et d’adultes); et autres cas, comme celui de la
personne adoptée résidant à l’étranger.
Le Règlement précise également les documents qui doivent accompagner la demande lors de son dépôt ainsi que les frais à acquitter. Le Règlement exige plus précisément du demandeur qu’il
présente des documents établissant que l’adoption a été faite et
que les conditions fixées sont remplies, notamment en ce qui
concerne la date et le lieu de naissance de la personne adoptée et
la citoyenneté du parent adoptif. Le Règlement précise les facteurs à considérer pour établir si les conditions prévues par la Loi
sont remplies. Ces facteurs comprennent une déclaration par écrit
des autorités compétentes (province ou territoire si la personne
envisage de s’établir au Canada) indiquant qu’elles ne s’opposent
pas à l’adoption et, dans le cas où la Convention sur l’adoption
(Convention de La Haye) s’applique, que l’adoption est conforme
à cette convention. Selon un autre facteur, l’adoption doit avoir
rompu en permanence tout lien de filiation préexistant. Le
The Act eliminates the permanent residence requirement for
foreign-born children adopted by a Canadian parent, unless the
parent chooses to go through the immigration process or the
adoption is to take place in Canada. As a result, foreign-born
adopted children will no longer need to submit the Permanent
Resident Fee of $150 (sponsorship fee $75 and permanent resident fee of $75).
Similar to the sponsorship provisions on adopted children in
the Immigration and Refugee Protection Act, factors to be considered to assess the “best interests of the child”, “genuine parentchild relationships” and “adoptions of convenience” have also
been built into the Regulations.
The Regulations are designed to take into consideration the following situations: children adopted and applying for citizenship
as minors; persons adopted as minors and applying for citizenship
as adults; persons adopted and applying for citizenship as adults;
Quebec adoptions (minor and adult adoptions) and other cases
such as adopted persons residing abroad.
The Regulations are also designed to provide the necessary
information as to what documentation is required when an application is submitted. The Regulations will provide clarification
regarding the documents, fees and materials that need to be submitted with the application. Specifically, the Regulations require
that documents be submitted establishing evidence of requirements including the date and place of birth of the adopted person,
the citizenship of the adoptive parent, evidence of the completion
of the adoption. The Regulations provide for factors that need to
be considered in the assessment of the statutory requirements.
These factors include a statement in writing from the competent
authority (province or territory for a person destined to Canada)
that there is no objection to the adoption; and, in cases where the
Hague Convention is applicable that the adoption complies with
the Convention. A separate factor establishes severance of any
2561
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
pre-existing legal parent-child relationship. The Regulations describe who can apply on behalf of the adopted person; the fees for
the grant of citizenship ($100 for minor applicants and $200 for
adult applicants), the need to include photographs for the issuance
of the certificate. The Regulations are a supplement to the requirements contained in the Citizenship Act.
Règlement précise par ailleurs qui peut présenter une demande au
nom de la personne adoptée ainsi que les droits à acquitter pour
obtenir la citoyenneté (100 $ dans le cas des mineurs et 200 $
dans celui des adultes). Il prévoit enfin que la demande doit être
accompagnée de photographies aux fins de la délivrance du certificat. Les exigences prévues par le Règlement complètent celles
imposées par la Loi sur la citoyenneté.
Fees
Frais
Adopted persons granted citizenship as minors will continue to
pay a citizenship processing fee of $100. Given that the adoption
provision of the Citizenship Act is retrospective to February 15,
1977, it is possible for persons adopted as minors to have now
reached adulthood. The fee for the grant to adults, therefore, are
similar to other adult grants of citizenship; namely the $100 for
the application processing fee and the additional $100 “Right of
Citizenship” fee (for a total of $200). This is similarly the case in
respect to persons adopted as adults by a Canadian parent who
stood as the person’s parent prior to that person attaining the age
of 18.
L’adopté qui obtient la citoyenneté à titre de mineur continuera
d’acquitter des frais de 100 $ pour le traitement de la demande de
citoyenneté. Comme la disposition sur l’adoption de la Loi sur la
citoyenneté est rétroactive au 15 février 1977, il est possible que
la personne ayant été adoptée lorsqu’elle était mineure ait maintenant atteint la majorité. Par conséquent, les frais exigibles pour
l’attribution de la citoyenneté à ces adultes sont les mêmes que
ceux que doivent payer les autres adultes, c’est-à-dire 100 $ pour
le traitement de la demande et une somme supplémentaire de
100 $ pour acquitter les frais exigés pour la citoyenneté (soit un
total de 200 $). Il en va de même pour la personne qui a été adoptée à l’âge adulte par un Canadien qui a tenu lieu de parent réel à
cette personne avant que celle-ci atteigne la majorité.
Alternatives
Solutions envisagées
There is no alternative to regulating in the area concerned. The
Regulations are necessary to provide for the implementation of
Bill C-14.
Il n’y a pas d’autre solution que de réglementer dans le domaine visé. Ce règlement est nécessaire pour mettre en œuvre le
projet de loi C-14.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The Regulations are required to support the amendment to the
Citizenship Act regarding foreign-born children adopted by Canadian citizens.
The legislative amendment and supporting regulations bring
social benefits by reducing the distinction in treatment between
persons born to and adopted by Canadian citizens for the acquisition of citizenship and will facilitate the process in respect to citizenship acquisition. There is no anticipated impact to groups
other than Canadian adoptive families.
Ce règlement est nécessaire pour appliquer la modification apportée à la Loi sur la citoyenneté au sujet des enfants nés à
l’étranger adoptés par des citoyens canadiens.
La modification apportée à la Loi ainsi qu’à son règlement
d’application sont bénéfiques sur le plan social puisqu’ils contribueront à atténuer la différence de traitement dont font l’objet,
lors de l’attribution de la citoyenneté, les personnes nées de citoyens canadiens et celles adoptées par des citoyens canadiens.
Ces mesures faciliteront par ailleurs le processus d’acquisition de
la citoyenneté. Aucune répercussion n’est prévue sur des groupes
autres que les familles canadiennes adoptives.
Les agents de citoyenneté vérifieront que l’adoption respecte
les conditions prévues par la Loi avant d’attribuer la citoyenneté à
un enfant adopté. Les agents des visas qui statuent actuellement
sur les demandes de résidence permanente obtiendront par délégation le pouvoir d’attribuer la citoyenneté en application du projet de loi C-14. Le document de délégation, qui sera modifié à la
lumière de la modification apportée à la Loi sur la citoyenneté au
sujet de l’adoption, fera état de la délégation de ces pouvoirs.
L’évaluation exécutée pour les besoins de l’attribution de la citoyenneté remplacera l’actuelle évaluation de la demande du visa
de résident permanent. Les ressources nécessaires pour le nouveau secteur de service lié à la citoyenneté seront donc neutralisées par les économies réalisées du fait qu’il ne sera plus nécessaire de traiter de demandes de parrainage.
Conséquence de ce nouveau secteur de service lié à la citoyenneté : un moins grand nombre de personnes acquitteront les frais
prévus pour le traitement de la demande de résidence permanente
si elles décident de demander directement la citoyenneté, c’est-àdire les frais exigés pour le traitement de la demande de parrainage (75 $) et les frais exigés pour le traitement de la demande
d’immigration (75 $). On estime que jusqu’aux trois quarts du
Citizenship officers will verify that the adoption meets the statutory requirements of the Act before granting Canadian citizenship
to an adopted child. Visa officers, who currently make decisions
on permanent residence applications, will be delegated to grant
citizenship for C-14. The delegation instrument will be amended
to include the amendment to the Citizenship Act regarding adoptions and will include these delegations. The assessment process
for the granting of citizenship will replace the current assessment
for a permanent resident visa; therefore, resources for the new
service line of citizenship will be off-set by the savings associated
with the elimination of the sponsorship processing requirement.
This new service line of citizenship will result in fewer individuals paying the applicable immigration processing fees for permanent residence if they chose to apply directly for citizenship,
i.e. Sponsorship Fee ($75) and Processing Fee for Immigration
($75). It is estimated that up to three quarters of the average number
of children obtaining permanent residence under the current immigration process will be able to apply directly for citizenship
2562
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
and will no longer be required to pay the Immigration Processing
Fees, i.e. 1 500 adopted children of an average 2 000 persons per
year will now be able to apply directly for a grant of citizenship.
It is further anticipated that up to 500 adopted persons per year
will be sponsored under the immigration process because the
adoptive parents are permanent residents; the adoption will only
be completed in Canada; or the Canadian citizen adoptive parents
chose to sponsor the child instead of applying directly for citizenship on behalf of the adopted child.
In addition to the approximately 1 500 adopted persons who
will be able to apply directly for citizenship, up to 500 adopted
persons who continue to reside abroad including persons adopted
as minors or adults, will apply for citizenship. In total, it is anticipated that approximately 2 000 persons will apply for citizenship
annually under the new process.
Citizenship Fees payable for a grant of citizenship will remain
the same. Currently, all persons applying for a grant of citizenship
pay a $100 Citizenship Processing Fee. Applicants 18 years of
age and older also pay a $100 Right to be a citizen fee. With the
elimination of the permanent resident requirement, applicants will
no longer pay any fees associated with the permanent resident
processing requirement.
nombre moyen d’enfants qui obtiennent la résidence permanente
dans le cadre de la procédure d’immigration actuelle pourront
demander directement la citoyenneté et ne seront ainsi plus tenus
d’acquitter des frais pour les services d’immigration. En d’autres
termes, 1 500 enfants adoptés sur une moyenne de 2 000 par année
pourront demander directement la citoyenneté. On prévoit de plus
que jusqu’à 500 personnes adoptées par année seront parrainées
dans le cadre de la procédure d’immigration, pour les raisons
suivantes : les parents adoptifs sont des résidents permanents; la
formalité d’adoption ne sera accomplie qu’au Canada; les parents
adoptifs sont des citoyens canadiens, mais ils ont décidé de parrainer l’enfant plutôt que de demander directement la citoyenneté
au nom de l’enfant adopté.
En plus des quelque 1 500 personnes adoptées qui pourront
demander directement la citoyenneté, jusqu’à 500 personnes
adoptées qui continuent de résider à l’étranger, y compris les personnes adoptées lorsqu’elles étaient mineures ou adultes, vont
demander la citoyenneté. On s’attend à ce qu’un total d’environ
2 000 personnes présentent annuellement une demande de citoyenneté dans le cadre de la nouvelle procédure.
Les droits exigés pour l’attribution de la citoyenneté ne changeront pas. À l’heure actuelle, les demandeurs de la citoyenneté
acquittent des droits de 100 $ pour le traitement de leur demande.
Les demandeurs de 18 ans et plus versent en outre 100 $ pour le
droit d’être citoyens. Par suite de l’élimination de l’exigence relative à la résidence permanente, les demandeurs n’auront plus de
frais à verser pour le traitement de leur demande de résidence
permanente.
Service standards
Normes de service
It is anticipated that the applications for citizenship will be
completed in a similar time frame as the immigration permanent
resident applications.
As Bill C-14 is only meant to reduce the difference in treatment
in the acquisition of Canadian citizenship between children born
to Canadians abroad and foreign-born children adopted by Canadians abroad by granting citizenship to adopted children without
them first having to become permanent residents, no impacts on
businesses are expected.
As this is a new service line for citizenship, service standards
are currently under development. Once developed, the service
standards will be published on our Web site as it is for our other
lines of business. These cases will be dealt with on a priority
basis.
On s’attend à ce que les demandes de citoyenneté soient traitées dans un délai analogue à celui prévu pour les demandes de
résidence permanente.
Le projet de loi C-14 vise uniquement à atténuer la différence
de traitement dont font l’objet, aux fins de l’attribution de la citoyenneté, les enfants nés à l’étranger selon qu’ils sont nés de
Canadiens à l’étranger ou adoptés par des Canadiens à l’étranger.
Or comme il permet, pour ce faire, d’attribuer la citoyenneté aux
enfants adoptés sans que ceux-ci doivent préalablement obtenir la
résidence permanente, on ne s’attend pas à ce que les activités se
ressentent de cette mesure.
Comme il s’agit d’un nouveau secteur de service pour la citoyenneté, des normes de service sont en voie d’être établies.
Lorsqu’elles seront prêtes, ces normes seront affichées sur notre
site Web, comme nos autres normes de service. Les demandes
seront par ailleurs traitées en priorité.
Gender-based analysis
Analyse comparative entre les sexes
The conditions for the granting of citizenship to foreign-born
adopted persons are clearly articulated in the Act and the Regulations and these conditions apply equally to females and males.
Ongoing monitoring of the application of these principles will be
required in consultation with provinces and territories, as adoption falls under their jurisdiction, to ensure their adherence.
Les conditions relatives à l’attribution de la citoyenneté aux
personnes adoptées nées à l’étranger sont clairement indiquées
dans la Loi et le Règlement, et ces conditions s’appliquent de la
même manière aux femmes et aux hommes. L’adoption étant une
compétence provinciale et territoriale, une surveillance continue
de l’application de ce principe devra être effectuée en collaboration avec les autorités compétentes pour s’assurer qu’elles s’y
conforment.
Consultation
Consultations
The Department conducted consultations over many years on
the issue of Canadian citizenship for adopted children. Consultations for Bill C-14 had been ongoing since the summer of 2006.
Le Ministère a mené, pendant de nombreuses années, des consultations sur l’attribution de la citoyenneté canadienne aux enfants adoptés. Le projet de loi C-14 fait l’objet de consultations
2563
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
CIC consulted with other government departments such as Human Resources and Social Development, Foreign Affairs and
International Trade, Public Safety, and all provinces and territories. CIC also consulted on the changes with the following stakeholders: the Canadian Bar Association, the Adoption Council of
Canada, the Adoption Council of Ontario, Adoptive Families Association of BC, and International Social Service Canada.
The policy to remove the permanent residence requirement for
foreign born persons adopted by a Canadian citizen is based on
many years of examination and consultation on the issue. It is
generally welcomed by the provinces and territories, Members of
Parliament and stakeholders alike. This change was also one of
the recommendations made in the October 2005 report of the
House Standing Committee on Citizenship and Immigration.
When Bill C-14 received Royal Assent, the provincial and territorial authorities responsible for adoption and for immigration
and multicultural issues as well as key stakeholders were informed by email. The Regulations and the coming into force of
the Act will be communicated to the public via Internet, on the
CIC Web site, via missions and consulates abroad.
The proposed regulations were pre-published on November 3,
2007, for 15 days for public comments. During this period which
ended on November 18, 2007, comments were received by provinces and territories, stakeholders such as the Adoption Council
of Canada, the International Social Services, UNICEF, Adoptive
Families Association of British Columbia, Hope Pregnancy and
Adoption Services Society, and individuals.
Comments received on the Regulations at the pre-publication
stage concern issues regarding medical examination of the adopted person; appeal process; accessibility of original documentation
and supporting documentation; headings; processing delays and
service standards; discretion of citizenship officer; adoption breakdown after grant of citizenship; abolishment of processing fees;
misrepresentation and transitional provisions; new evidence received after a decision has been made by a province; determination of adoption and residence of applicants.
depuis l’été 2006. CIC a consulté d’autres ministères, comme
Ressources humaines et Développement social Canada, Affaires
étrangères et Commerce international, Sécurité publique, ainsi
que l’ensemble des provinces et territoires. CIC a aussi consulté
les intervenants suivants au sujet des modifications proposées :
l’Association du Barreau canadien, le Conseil d’Adoption du Canada, l’Adoption Council of Ontario, l’Adoptive Families Association of BC, et Service social international Canada.
La décision de soustraire les personnes nées à l’étranger et
adoptées par un citoyen canadien à l’obligation d’obtenir la résidence permanente a été prise à la suite de nombreuses années
d’étude et de consultation. Elle est généralement bien accueillie
par les provinces et territoires, les députés et les intervenants.
Cette modification a également fait partie des recommandations
formulées par le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration dans son rapport d’octobre 2005.
Lorsque le projet de loi C-14 a reçu la sanction royale, les autorités provinciales et territoriales responsables de l’adoption, de
l’immigration et des questions multiculturelles ainsi que les principaux intervenants ont été informés par courriel. La population
sera informée du projet de règlement ainsi que de la date d’entrée
en vigueur de la Loi par Internet, sur le site Web de CIC, ainsi
que par l’intermédiaire des consulats et des ambassades à
l’étranger.
Les dispositions réglementaires proposées ont fait l’objet d’une
publication préalable du 3 novembre au 18 novembre 2007. Le
public a ainsi disposé d’une période de 15 jours pour faire connaître son opinion. Ont ainsi formulé des commentaires : les provinces et territoires, des particuliers, ainsi que divers intervenants,
dont le Conseil d’Adoption du Canada, Service social international, l’UNICEF, l’Adoptive Families Association of British Columbia, ainsi que la Hope Pregnancy and Adoption Services
Society.
Les commentaires formulés à l’étape de la publication préalable concernent l’examen médical de la personne adoptée; la
procédure d’appel; la possibilité d’avoir accès aux documents
originaux et aux documents à fournir à l’appui de la demande;
l’utilisation de titres; les retards dans le traitement et les normes
de service; le pouvoir discrétionnaire de l’agent de citoyenneté; la
dissolution de l’adoption après l’attribution de la citoyenneté; la
suppression des frais de traitement; les fausses déclarations et les
dispositions transitoires; l’obtention de nouveaux renseignements
après qu’une décision a été prise par la province; la détermination
de l’adoption et la résidence des demandeurs.
Medical assessment
Évaluation du dossier médical
Provinces, Territories and other stakeholders have commented
extensively on the issue of medical assessment. The provinces
and territories with the exception of Quebec recommend that the
adoptive parents seek a medical exam from a Designated Medical
Practitioner (DMP) as is currently done in the immigration process. As an alternative, it was suggested by the provinces that it
may be helpful if CIC could provide adoptive parents with information on obtaining an independent medical examination in the
child’s country of origin. Some stakeholders have requested that
the medical factor for adopted children be removed or be extensively amended. Others have requested that the adjectives “fully
and reliably” and the word “all” in all aspects of the child’s medical condition be removed. A concern has been expressed that it
would be difficult or impossible to obtain comprehensive and
reliable medical information in the child’s country of origin and
Les provinces, territoires et autres intervenants ont formulé
beaucoup de commentaires au sujet de l’examen médical. À l’exception du Québec, les provinces et territoires ont recommandé
que les parents adoptifs obtiennent qu’un médecin désigné effectue un examen médical, comme cela se fait actuellement dans le
cadre de la procédure d’immigration. Autre possibilité, les provinces ont suggéré qu’il pourrait être utile que CIC renseigne les
parents adoptifs sur la façon d’obtenir un examen médical indépendant dans le pays d’origine de l’enfant. Certains intervenants
ont demandé de supprimer ou de modifier en profondeur le facteur médical prévu pour les enfants adoptés. D’autres ont demandé de supprimer les adjectifs « complète et fiable » ainsi que le
mot « tous » dans « tous les aspects de la santé de l’enfant ». Certains ont indiqué craindre qu’il serait difficile, voire impossible,
d’obtenir des renseignements médicaux fiables et exhaustifs dans
2564
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
as a result, adoptive parents would not be able to confirm by way
of declaration that they meet this factor. Other concerns raised by
stakeholders are that the medical assessment falls within the
ambit of provincial jurisdiction and the sending country and should
not be included in the Citizenship Regulations particularly as
parents should be advised of risks and encouraged through the
adoption process, rather than as part of the Citizenship process, to
take steps to inform themselves of the medical condition of the
child they are adopting and some adoption agencies require that
the parents sign a medical declaration. Some stakeholders have
expressed that requesting a medical declaration is unreasonable
and discriminatory in the citizenship context and since there is no
authority for the Department to look behind a signed declaration
from the adoptive parents, the effectiveness of the declaration was
questioned. The proposed medical factor would not have applied
to the province of Quebec as there is a specific provision in the
Act dealing with Quebec adoptions. Quebec has stated that medical information should not be tied to the grant of citizenship.
After considering all comments it has been decided to remove
the medical factor in the assessment of the citizenship application.
le pays d’origine de l’enfant, et que les parents adoptifs ne seraient ainsi pas en mesure de confirmer dans une déclaration
qu’ils respectent ce facteur. D’autres intervenants ont aussi fait
valoir que l’évaluation du dossier médical est du ressort des provinces et du pays d’origine, et que cette question ne devrait pas
être abordée dans le Règlement sur la citoyenneté. Ils ont invoqué
à ce sujet l’argument que les parents devraient être au courant des
risques et être encouragés, dans le cadre du processus d’adoption,
plutôt que du processus d’acquisition de la citoyenneté, à se renseigner sur l’état de santé de l’enfant qu’ils adoptent. Ils ont de
plus mentionné que certaines agences d’adoption exigent des
parents qu’ils signent une déclaration médicale. Certains intervenants ont par ailleurs jugé déraisonnable et discriminatoire de
demander une déclaration médicale dans le contexte de la citoyenneté. Comme le Ministère n’est pas habilité à vérifier la
déclaration signée présentée par les parents adoptifs, l’efficacité
de la déclaration a été remise en cause. Le facteur médical proposé ne serait pas appliqué à la province de Québec, puisque la Loi
renferme une disposition qui s’applique spécifiquement aux adoptions du Québec. Le Québec a indiqué qu’il ne faudrait pas lier les
renseignements médicaux à l’attribution de la citoyenneté.
Après l’étude de tous les commentaires, il a été décidé de supprimer le facteur médical aux fins de l’évaluation de la demande
de citoyenneté.
Appeal process
Procédure d’appel
The second issue raised by some individuals and stakeholders
was a request to add a unique appeal process against a negative
decision to grant citizenship to foreign born adopted children.
This issue had already been addressed during the Parliamentary
review of C-14 at which time it was decided not to create a
unique appeal process for these cases. Accordingly, no such
unique appeal mechanism is included in the final Regulations.
Deuxièmement, certains particuliers et intervenants ont demandé de prévoir une procédure d’appel advenant le refus d’attribuer
la citoyenneté à l’enfant adopté né à l’étranger. Cette question
avait déjà été étudiée dans le cadre de l’examen parlementaire du
projet de loi C-14. Il avait alors été décidé de ne pas créer de procédure d’appel pour ces cas. Aussi la version définitive du Règlement ne prévoit-elle aucune procédure d’appel de ce type.
Original documentation
Documents originaux
The third concern raised by some stakeholders is a concern that
it may be difficult and at times impossible to obtain original documentation and that the Regulations should further comment on
this issue; and/ or list all supporting documents.
Le troisième point soulevé par certains intervenants est qu’il
peut être difficile, voire parfois impossible, d’obtenir des documents originaux, et que le Règlement devrait apporter d’autres
précisions à ce sujet ou énumérer tous les documents à présenter à
l’appui de la demande.
Le Ministère est conscient qu’il peut être difficile, dans certains
cas, d’obtenir des documents originaux. Le texte du Règlement
est toutefois suffisamment large pour permette la présentation de
preuves autres que des documents originaux lorsque ceux-ci ne
sont pas disponibles. Une liste de documents figurera dans la
trousse de demande. Il n’est donc pas nécessaire de modifier le
Règlement.
The Department is aware that it may be difficult, in certain
cases, to obtain original documents. The Regulations are broad
enough to permit the submission of other evidence in lieu of
original documents should original documents not be available. A
list of documents will be outlined in application kits. Therefore
amendments to the Regulations are not required.
Headings
Titres
Some stakeholders recommended the inclusion of headings for
the sake of clarity in the Regulations.
The Department considered this recommendation. However,
this is not possible in the current Regulations as it is necessary to
conform and harmonize with the format of the current Regulations which have no such headers. The Department will take this
suggestion into consideration in the future should a more comprehensive rewrite of the Regulations be undertaken.
Certains intervenants ont recommandé d’ajouter des titres dans
le Règlement par souci de clarté.
Le Ministère a étudié cette recommandation. Il n’est toutefois
pas possible d’y donner suite dans le texte actuel du Règlement,
puisque celui-ci ne comporte pas de titres. Les modifications doivent en effet se conformer et s’harmoniser à la façon dont le texte
est actuellement présenté. Le Ministère tiendra cependant compte
de cette suggestion dans l’avenir advenant une réécriture plus
générale du Règlement.
2565
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
Processing delays/service standards
Délais de traitement / normes de service
Some stakeholders request that the processing delays be set at a
maximum of four weeks, and that a “temporary citizenship” be
issued in order to accelerate the return to Canada.
A group of approximately 140 adoptive parents raised specific
concerns regarding processing delays for Ethiopian adoptions and
requested that service standards be set to a maximum of four
weeks in order to minimize the time spent by a child in institutionalized care. These submissions highlighted the undesirability
of such care when the alternative is being quickly welcomed in a
Canadian family. The processing of applications can be delayed
by the need for officers verifying that the province or territory in
Canada where the adoptive parents reside does not object to the
adoption; that the adoption severs all pre-existing ties with the
child’s family; and that it is in accordance with local law. In the
case of Ethiopian adoptions, local law can differ from region to
region adding to the time required to review some applications.
Citizenship applications under Bill C-14 will be processed with a
high priority. However, the citizenship officer must continue to
verify with that the adoption conforms to local legislation; that it
severs all pre-existing family ties and that it satisfies other Canadian statutory requirements.
The Department has considered this recommendation and has
identified applications for a grant of citizenship by adopted persons as a priority. Specific service standards for adoption cases
are under development. The Department will ensure that service
standards are created and processing times are minimized and
monitored.
Certains intervenants ont demandé de fixer le délai de traitement à un maximum de quatre semaines, et d’attribuer une citoyenneté temporaire afin d’accélérer le retour au Canada.
Un groupe d’environ 140 parents adoptifs ont soulevé des préoccupations au sujet du délai de traitement d’Éthiopiens adoptés.
Ils ont demandé d’établir des normes de service d’un maximum
de quatre semaines pour que l’enfant passe le moins de temps
possible en établissement. Ces personnes ont fait valoir que les
soins dispensés par les établissements étaient peu souhaitables
lorsqu’une famille canadienne pouvait accueillir rapidement l’intéressé. Le traitement des demandes peut être retardé du fait que
l’agent doit vérifier les points suivants : que la province ou le
territoire où résident les parents adoptifs au Canada ne s’opposent
pas à l’adoption; que tout lien de filiation préexistant est rompu;
que l’adoption respecte la loi du pays d’origine. Dans le cas des
Éthiopiens adoptés, la loi peut varier selon la région, ce qui
contribue à allonger le délai nécessaire pour étudier certaines
demandes. Les demandes de citoyenneté présentées en application du projet de loi C-14 recevront un degré de priorité élevé.
L’agent de citoyenneté doit toutefois continuer de vérifier que
l’adoption respecte la loi en vigueur dans le lieu d’origine; que
tout lien de filiation préexistant est rompu et que les autres exigences de la loi canadienne sont satisfaites.
Le Ministère a étudié cette recommandation et considère
comme prioritaires les demandes de citoyenneté présentées par
les personnes adoptées. Des normes de services sont en voie
d’être établies pour les cas d’adoption. Le Ministère veillera à
mettre en place des normes de service ainsi qu’à réduire le plus
possible les temps de traitement, et à en assurer le suivi.
Citizenship Officer’s discretion
Pouvoir discrétionnaire de l’agent de citoyenneté
Some individuals raised concerns that the process for obtaining
a proof of citizenship certificate for a Canadian born child is
“mechanical” whereas for a child adopted by a Canadian parent is
vague and subjective. Some individuals raised the issue that a
child born abroad to a Canadian parent can administratively apply
for a proof certificate whereas a foreign born child adopted by a
Canadian parent must be assessed in order to obtain citizenship.
The mechanism by which an adopted child becomes a Canadian
citizen is set out in Bill C-14 and therefore is not addressed in the
Regulations.
Certains se sont inquiétés du fait que la procédure à suivre pour
obtenir un certificat de citoyenneté est « automatique » dans le
cas d’un enfant né d’un parent canadien, mais vague et subjective
dans le cas d’un enfant adopté par un parent canadien. Certains
ont mentionné que l’enfant né à l’étranger d’un parent canadien
peut demander un certificat de citoyenneté par la voie administrative tandis que l’enfant né à l’étranger et adopté par un parent
canadien doit être évalué afin d’obtenir la citoyenneté. Comme le
mécanisme qui permet à un enfant adopté de devenir un citoyen
canadien est précisé dans le projet de loi C-14, il ne convient pas
d’aborder cette question dans le Règlement.
Adoption breakdown after grant of citizenship
Dissolution de l’adoption après l’attribution de la citoyenneté
Some stakeholders are concerned that a child may be left stateless if family and cultural ties are broken and the adoption breaks
down in non-Hague adoptions. The issue of rendering a child
stateless is a severe issue particularly since Canada is a signatory
to the International Convention on the Reduction of Statelessness.
The Regulations enable the child to apply for citizenship at any
point during his/her lifetime or for a guardian to apply on the
child’s behalf. A child would not be left stateless if a full adoption
is finalized and there is an adoption break-down thereafter without an annulment of the adoption.
Certains intervenants craignent que l’enfant ne soit rendu apatride par la rupture des liens familiaux et culturels et la dissolution
des adoptions non couvertes par la Convention sur l’adoption. Il
s’agit là d’une grave question, surtout que le Canada a signé la
Convention sur la réduction des cas d’apatridie.
En vertu du Règlement, l’enfant peut demander la citoyenneté
en tout temps; le tuteur peut aussi présenter une demande de citoyenneté au nom de l’enfant. Si une adoption plénière était finalisée et que l’adoption était par la suite dissoute sans être annulée,
l’enfant ne serait pas apatride.
Abolishment of fees
Suppression des frais
Some stakeholders suggest that to be consistent with the Convention on the Rights of the Child, no fee should be assessed in
processes that directly mediate the rights of children—whether in
education, in birth registration, or in citizenship. In particular,
Certains intervenants ont suggéré de se conformer à la Convention relative aux droits de l’enfant et de ne pas exiger de frais
pour les formalités qui concernent directement les droits de l’enfant, que ce soit dans le domaine de l’éducation, de l’enregistrement
2566
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
it was recommended that fees for the grant of citizenship for minors, whether the application is made by a minor or by an adult on
behalf of a minor, be abolished.
A change in the processing fees is beyond the scope of C-14.
de la naissance, ou de la citoyenneté. Il a été tout particulièrement
recommandé de supprimer les frais exigés pour attribuer la citoyenneté aux mineurs, que la demande ait été faite par le mineur
lui-même ou en son nom par un adulte.
La modification des frais de traitement ne relève pas du champ
d’application du projet de loi C-14.
Transitional provisions
Dispositions transitoires
Some stakeholders and individuals as well as the province of
Quebec raised concerns that there are no transitional provisions in
the Regulations to address cases where parents have started an
immigration sponsorship application for a child that will only be
named after the Regulations come into force on December 23,
2007.
The Department will provide general guidelines for transitional
procedures when C-14 is implemented.
Certains intervenants et particuliers ainsi que la province de
Québec se sont inquiétés du fait que le Règlement ne comporte
pas de dispositions transitoires au sujet du cas des parents ayant
présenté une demande afin de parrainer un enfant qui ne sera
nommé qu’après l’entrée en vigueur du Règlement, le 23 décembre 2007.
Lorsque le projet de loi C-14 entrera en vigueur, le Ministère
diffusera des directives générales au sujet de la procédure transitoire à appliquer.
Misrepresentation regarding provincial factors
Fausses déclarations au sujet de la province
The provinces raised concerns that parents living in Canada
could circumvent provincial/territorial requirements by claiming
not to be resident in Canada. Thus they could adopt a child outside Canada under a foreign domestic law and avoid the requirement to obtain a provincial home study.
The Department is conscious of this potential problem and will
endeavour to review the residency status of adoptive parents and
seek clarification from the province or territory concerned where
it is unclear whether the adoptive parents may have been considered resident in Canada in order to mitigate the concern.
Les provinces craignent que les parents vivant au Canada ne se
soustraient aux exigences des provinces et territoires en prétendant ne pas résider au Canada. Ils pourraient ainsi adopter un
enfant hors du Canada en vertu d’une loi nationale étrangère et se
soustraire à l’obligation relative à l’étude du milieu familial.
Le Ministère est conscient de ce problème éventuel. Pour atténuer cette préoccupation, il s’efforcera d’examiner le statut de
résident des parents adoptifs et sollicitera des précisions auprès de
la province ou du territoire visé lorsqu’il sera malaisé de déterminer si les parents adoptifs peuvent avoir été considérés comme
des résidents du Canada.
New evidence after the adoption decision rendered by the
provinces
Obtention de nouveaux renseignements après que les provinces
ont statué sur l’adoption
The province of Quebec has expressed a concern that citizenship officers may receive new information regarding the grant
application after the province has rendered a decision on the
adoption. The province has requested that the Regulations be
amended to include a provision for sharing new information received by the citizenship officer with Quebec. Such a regulatory
amendment would be out of scope of the present regulatory making authority in Bill C-14 but efforts will be made in the future to
rectify this concern.
La province de Québec se préoccupe de ce que les agents de citoyenneté peuvent obtenir de nouveaux renseignements sur la
demande de citoyenneté après que la province a statué sur l’adoption. Elle a demandé d’ajouter au Règlement une disposition prévoyant que l’agent de citoyenneté communiquera au Québec tout
nouveau renseignement reçu. Une telle modification ne relève
toutefois pas du pouvoir de réglementation actuellement conféré
par le projet de loi C-14, mais l’on s’efforcera de donner suite à
cette préoccupation à un moment ultérieur.
Determination of adoption
Détermination de l’adoption
The province of Quebec has requested that the Regulations
state explicitly that Quebec is responsible for determining if the
adoption is recognized. Such an amendment is not required as the
provisions of Bill C-14 are already sufficiently explicit.
La province de Québec a demandé que le Règlement indique
expressément qu’il incombe au Québec de déterminer si l’adoption est reconnue. Une telle modification n’est toutefois par nécessaire, puisque le projet de loi C-14 est déjà suffisamment
explicite.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
A National Quality Assurance Program (NQAP) is in place to
ensure the reliability of the information provided by applicants
and the quality of citizenship decision making by officials. Under
the program, a number of applicants randomly selected are asked
by citizenship officers to attend an interview to clarify any information respecting their application and to produce original documents. In addition, to maintain a high standard of decision making, a significant sample of processed applications are regularly
reviewed.
Un Programme national de l’assurance de la qualité (PNAQ) a
été mis en place pour assurer la fiabilité des renseignements fournis par les demandeurs et la qualité des décisions rendues par les
responsables en matière de citoyenneté. Dans le cadre de ce programme, il est souvent demandé aux intéressés de produire les
originaux de leurs documents ou de se présenter à une entrevue
pour éclaircir certains renseignements figurant à leur demande.
Par ailleurs, pour garantir la qualité des décisions rendues, nous
examinons régulièrement un nombre important de demandes traitées au cours de vérifications internes portant sur les demandes.
2567
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-281
Contact
Personne-ressource
Mark Davidson
Acting Director General, Citizenship Branch
Citizenship and Immigration Canada
300 Slater Street
Ottawa, Ontario
K1A 1L1
Telephone: 613-952-7273
Fax: 613-954-9144
Email: mark.davidson@cic.gc.ca
Mark Davidson
Directeur général par intérim, Citoyenneté
Citoyenneté et Immigration Canada
300, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1A 1L1
Téléphone : 613-952-7273
Télécopieur : 613-954-9144
Courriel : Mark.Davidson@cic.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
2568
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-282
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-282
December 10, 2007
Enregistrement
DORS/2007-282
Le 10 décembre 2007
NUCLEAR SAFETY AND CONTROL ACT
LOI SUR LA SÛRETÉ ET LA RÉGLEMENTATION
NUCLÉAIRES
Directive to the Canadian Nuclear Safety
Commission Regarding the Health of Canadians
Instructions données à la Commission canadienne
de sûreté nucléaire relativement à la santé des
Canadiens
P.C. 2007-1892
C.P. 2007-1892
December 10, 2007
Le 10 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Natural Resources, pursuant to
subsection 19(1) of the Nuclear Safety and Control Acta, hereby
makes the annexed Directive to the Canadian Nuclear Safety
Commission Regarding the Health of Canadians.
Sur recommandation du ministre des Ressources naturelles et
en vertu du paragraphe 19(1) de la Loi sur la sûreté et la réglementation nucléairesa, Son Excellence la Gouverneure générale
en conseil prend les Instructions données à la Commission canadienne de sûreté nucléaire relativement à la santé des Canadiens,
ci-après.
DIRECTIVE TO THE CANADIAN NUCLEAR SAFETY
COMMISSION REGARDING THE HEALTH OF
CANADIANS
INSTRUCTIONS DONNÉES À LA COMMISSION
CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE
RELATIVEMENT À LA SANTÉ DES CANADIENS
1. In regulating the production, possession and use of nuclear
substances in order to prevent unreasonable risk to the health of
persons, the Canadian Nuclear Safety Commission shall take into
account the health of Canadians who, for medical purposes, depend on nuclear substances produced by nuclear reactors.
2. This Directive comes into force on the day on which it is
registered.
1. Afin que le niveau de risque inhérent à la production, à la
possession et à l’utilisation des substances nucléaires demeure
acceptable pour la santé des personnes, la Commission canadienne de sûreté nucléaire doit, dans la réglementation de ces
activités, tenir compte de la santé des Canadiens qui, pour des
raisons médicales, ont besoin de substances nucléaires produites
par des réacteurs nucléaires.
2. Les présentes instructions entrent en vigueur à la date de leur
enregistrement.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Directive.)
(La présente note ne fait pas partie des Instructions.)
The Directive directs the Canadian Nuclear Safety Commission
to take into account the health of Canadians in regulating the production, possession and use of nuclear substances. It is necessary
to protect the health of Canadians at a time when a serious shortage of medical isotopes in Canada and around the world puts the
health of Canadians at risk.
Les Instructions ordonnent à la Commission canadienne de sûreté nucléaire de tenir compte de la santé des Canadiens dans la
réglementation de ses activités en matière de production, de possession et d’utilisation de substances nucléaires. Elles sont nécessaires pour protéger la santé des Canadiens au moment où une
grave pénurie d’isotopes médicaux, au Canada et ailleurs dans le
monde, constitue un risque pour la santé des Canadiens.
———
———
a
a
S.C. 1997, c. 9
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
L.C. 1997, ch. 9
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2569
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-283
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-283
December 12, 2007
Enregistrement
DORS/2007-283
Le 12 décembre 2007
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
SUPERANNUATION ACT
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA PENSION DE RETRAITE DE LA
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Regulations Amending the Royal Canadian
Mounted Police Superannuation Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la pension
de retraite de la Gendarmerie royale du Canada
T.B. 834028
C.T. 834028
December 6, 2007
Le 6 décembre 2007
The Treasury Board, on the recommendation of the Minister of
Public Safety and Emergency Preparedness, pursuant to section 26a and subsection 26.1(1)b of the Royal Canadian Mounted
Police Superannuation Act and paragraph 7(2)(d) of the Financial
Administration Act, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Royal Canadian Mounted Police Superannuation
Regulations.
Sur recommandation du ministre de la Sécurité publique et de
la Protection civile et en vertu de l’article 26a et du paragraphe 26.1(1)b de la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada et de l’alinéa 7(2)d) de la Loi sur la gestion
des finances publiques, le Conseil du Trésor prend le Règlement
modifiant le Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE ROYAL
CANADIAN MOUNTED POLICE
SUPERANNUATION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
PENSION DE RETRAITE DE LA GENDARMERIE
ROYALE DU CANADA
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 8.1 of the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Regulations1 is replaced by the following:
8.1 For the purposes of subsection 5(9) of the Act, the annual
rate of pay is equal to the amount determined by the following
formula and rounded to the next highest multiple of $100:
1. L’article 8.1 du Règlement sur la pension de retraite de la
Gendarmerie royale du Canada1 est remplacé par ce qui suit :
8.1 Pour l’application du paragraphe 5(9) de la Loi, le taux de
solde annuel correspond à la somme établie selon la formule ciaprès, arrondie à la centaine supérieure :
(
A − B× C
) +C
(
A − B× C
) +C
0.02
where
A is
(a) in respect of pay received by the person for 1995,
$1,722.22, and
(b) in respect of pay received by the person for any year after
1995, the amount of the defined benefit limit determined for
that year in accordance with the definition “defined benefit
limit” in subsection 8500(1) of the Income Tax Regulations;
B is
(a) in respect of pay received by the person for any year after
1994 and before 2008, 0.013, and
(b) in respect of pay received by the person for any year after
2007, 0.01375; and
C is the Year’s Maximum Pensionable Earnings determined for
that year in accordance with section 18 of the Canada Pension
Plan.
0.02
où :
A représente :
a) à l’égard de la solde que la personne a reçue pour l’année
1995, 1 722,22 $,
b) à l’égard de la solde qu’elle a reçue pour toute année postérieure à 1995, le montant du plafond des prestations déterminées pour l’année en cause, établi conformément à la définition de « plafond des prestations déterminées » qui figure
au paragraphe 8500(1) du Règlement de l’impôt sur le revenu;
B
a) à l’égard de la solde que la personne a reçue pour toute
année postérieure à 1994 et antérieure à 2008, 0,013,
b) à l’égard de la solde qu’elle a reçue pour toute année postérieure à 2007, 0,01375;
C le montant du maximum des gains annuels ouvrant droit à pension pour l’année en cause, établi conformément à l’article 18
du Régime de pensions du Canada.
———
———
a
a
b
1
S.C. 1999, c. 34, s. 193
S.C. 2003, c. 26, s. 62
C.R.C., c. 1393
2570
b
1
L.C. 1999, ch. 34, art. 193
L.C. 2003, ch. 26, art. 62
C.R.C., ch. 1393
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-283
2. (1) The description of B in the adapted version of subsection 10(1) of the Act, in section 17.2 of the Regulations, is replaced by the following:
B is the average annual pay during any period selected by or on
behalf of the contributor consisting of consecutive periods of
pensionable service totalling five years or those years of pensionable service that the contributor has if the contributor has
less, that pay being calculated, in respect of pensionable service credited to the contributor after December 15, 1994, without taking into account that part of the annual rate of pay
that exceeds the amount determined in accordance with section 8.1 of the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Regulations;
(2) The adapted version of subsection 10(2) of the Act , in
section 17.2 of the Regulations, is replaced by the following:
(2) In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, there shall be a deduction from the amount
of the annuity, if the contributor has reached the age of 65 years
or has become entitled to a disability pension under the Canada
Pension Plan or a provincial pension plan, determined in accordance with the following formula for each segment of the period
during which the value of variable “E” changes:
A×B×C
where
A is
(a) if the contributor was born before 1943, 0.007,
(b) if the contributor was born in 1943, 0.00685,
(c) if the contributor was born in 1944, 0.0067,
(d) if the contributor was born in 1945, 0.00655,
(e) if the contributor was born in 1946, 0.0064, or
(f) if the contributor was born after 1946, 0.00625;
B is the lesser of the number of years, credited to the contributor,
in the segment after 1965 or after the contributor has attained
the age of 18 years; and
C is the lesser of
(a) the average of the Year’s Maximum Pensionable Earnings, within the meaning of the Canada Pension Plan, for
five years consisting of the year in which the contributor
most recently ceased to be a member of the Force and the
four preceding years, and
(b) an amount determined in accordance with the following
formula:
D × E/F
where
D is the average annual pay referred to in variable “B” in subsection (1),
E is the weekly average of the hours of work, determined in accordance with section 5.3 of the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Regulations, for which the contributor was
engaged during the segment, and
F is the normal number of hours of work per week for full-time
members.
3. Paragraph 17.3(1)(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) on the day on which the contributor made the election, in
the case of any period of service or part of a period of service
2. (1) L’élément B de la formule figurant dans la version
adaptée du paragraphe 10(1) de la Loi, à l’article 17.2 du
même règlement, est remplacé par ce qui suit :
B la solde annuelle moyenne durant soit toute période, choisie par
le contributeur ou en son nom, composée de périodes consécutives de service ouvrant droit à pension formant un total de cinq
années, soit ses années de service ouvrant droit à pension s’il
en compte moins de cinq, cette solde étant calculée, à l’égard
du service ouvrant droit à pension porté à son crédit après le
15 décembre 1994, sans tenir compte de la partie de son taux
de solde annuel qui dépasse la somme établie conformément à
l’article 8.1 du Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada;
(2) La version adaptée du paragraphe 10(2) de la Loi, à
l’article 17.2 du même règlement, est remplacée par ce qui
suit :
(2) L’annuité du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension et qui soit a atteint soixante-cinq ans, soit a droit à
une pension d’invalidité aux termes du Régime de pensions du
Canada ou d’un régime provincial de pensions est réduite de la
somme calculée selon la formule ci-après pour chaque segment de
cette période pour lequel la valeur de l’élément E varie :
A×B×C
où :
A représente :
a) si le contributeur est né avant 1943, 0,007,
b) s’il est né en 1943, 0,00685,
c) s’il est né en 1944, 0,0067,
d) s’il est né en 1945, 0,00655,
e) s’il est né en 1946, 0,0064,
f) s’il est né après 1946, 0,00625;
B le nombre d’années comprises dans le segment qui ont été portées à son crédit soit après 1965, soit après son dix-huitième
anniversaire, le nombre le moins élevé étant à retenir;
C la moins élevée des sommes suivantes :
a) la moyenne du maximum des gains annuels ouvrant droit
à pension, au sens du Régime de pensions du Canada, des
cinq années constituées de l’année où il a cessé la dernière
fois d’être membre de la Gendarmerie et des quatre années
précédentes,
b) la somme calculée selon la formule suivante :
D × E/F
où :
D représente la solde annuelle moyenne visée à l’élément B de la
formule figurant au paragraphe (1),
E la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie conformément à l’article 5.3 du Règlement sur la pension de retraite
de la Gendarmerie royale du Canada, pour lesquelles le contributeur était engagé durant ce segment,
F le nombre normal d’heures de travail par semaine des membres
à plein temps.
3. L’alinéa 17.3(1)b) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) soit le jour où il a effectué le choix, dans le cas d’une période de service ou d’une fraction d’une période de service
2571
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-283
referred to in clause 6(b)(ii)(C), (D), (E), (G) or (N) of the Act
in respect of which the contributor has made an election under
clause 6(b)(ii)(J) of the Act, despite paragraph 10(4)(a) of the
Act;
4. (1) The description of B in subsection (1.1) in the adapted
version of section 13 of the Act, in section 17.5 of the Regulations, is replaced by the following:
B is the average annual pay during any period selected by or on
behalf of the contributor consisting of consecutive periods of
pensionable service totalling five years or those years of pensionable service that the contributor has if the contributor has
less, that pay being calculated, in respect of pensionable service credited to the contributor after December 15, 1994, without taking into account that part of the annual rate of pay
that exceeds the amount determined in accordance with section 8.1 of the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Regulations;
(2) Section 17.5 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (1.1) of the adapted version of
section 13 of the Act:
(1.2) For the purposes of variable “B” in subsection (1.1), the
pay of the contributor shall be determined in accordance with
section 17.3 of the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Regulations.
prévue aux divisions 6b)(ii)(C), (D), (E), (G) ou (N) de la Loi à
l’égard de laquelle le contributeur a effectué un choix en vertu
de la division 6b)(ii)(J) de la Loi, malgré l’alinéa 10(4)a) de la
Loi;
4. (1) L’élément B de la formule figurant dans le paragraphe (1.1) de la version adaptée de l’article 13 de la Loi, à
l’article 17.5 du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
B la solde annuelle moyenne durant soit toute période, choisie par
le contributeur ou en son nom, composée de périodes consécutives de service ouvrant droit à pension formant un total de cinq
années, soit ses années de service ouvrant droit à pension s’il
en compte moins de cinq, cette solde étant calculée, à l’égard
du service ouvrant droit à pension porté à son crédit après le
15 décembre 1994, sans tenir compte de la partie de son taux
de solde annuel qui dépasse la somme déterminée conformément à l’article 8.1 du Règlement sur la pension de retraite de
la Gendarmerie royale du Canada;
(2) L’article 17.5 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (1.1) de la version adaptée de
l’article 13 de la Loi, de ce qui suit :
(1.2) Pour l’application de l’élément B de la formule figurant
au paragraphe (1.1), la solde du contributeur est établie conformément à l’article 17.3 du Règlement sur la pension de retraite
de la Gendarmerie royale du Canada.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on January 1, 2008.
5. Le présent règlement entre en vigueur le 1er janvier 2008.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
These Regulations are consequential to an amendment made
to the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Act
(RCMPSA) under An Act to implement certain provisions of the
budget tabled in Parliament on May 2, 2006, which received
Royal Assent on June 22, 2006. The Act amendment will come
into force effective January 1, 2008.
The RCMPSA is coordinated with the Canada Pension Plan
(CPP) and the Quebec Pension Plan (QPP). Under coordination,
plan member benefits are reduced by a standard formula once the
pensioner reaches age 65, or immediately if he or she is entitled to
a CPP or QPP disability pension. The amendment to the Act
changes this reduction formula in a way that is favourable to plan
members. The pension reduction will be less for members who
reach age 65 or who become entitled to a CPP/QPP disability
pension in 2008 and later, as the reduction factor will be lowered
from the existing 0.7% to 0.625% by 2012. After 2012, the reduction factor remains unchanged.
Ce règlement découle directement de la modification apportée
à la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du
Canada (LPRGRC) par la Loi portant exécution de certaines
dispositions du budget déposé au Parlement le 2 mai 2006, sanctionnée le 22 juin 2006. La modification de la Loi entrera en vigueur le 1er janvier 2008.
La LPRGRC prévoit l’intégration au Régime de pensions du
Canada (RPC) et au Régime de rentes du Québec (RRQ). Par
l’effet de l’intégration, les prestations du membre du régime sont
réduites suivant une formule normalisée une fois que le retraité
atteint l’âge de 65 ans, ou immédiatement s’il a droit à une prestation d’invalidité du RPC ou du RRQ. La modification de la Loi
modifie la formule de réduction à l’avantage des membres du
régime. La réduction de la prestation sera moindre pour les membres qui atteindront l’âge de 65 ans ou qui commenceront à toucher une prestation d’invalidité du RPC ou RRQ à compter de
2008, puisque le facteur de réduction sera abaissé de l’actuel
0,7 % à 0,625 % en 2012, après quoi le facteur de réduction demeurera le même.
Cette formule de réduction des prestations est adaptée dans le
Règlement pour les membres qui ont du service à temps partiel
ouvrant droit à pension, et le Règlement est modifié pour rendre
compte du facteur de réduction rabaissé.
This pension reduction formula is adapted within the Regulations for members with part-time pensionable service. The Regulations are amended to reflect the lower reduction factor.
2572
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-283
A consequential amendment is also required to the formula
used to determine the maximum pensionable salary under the
RCMPSA. This formula is tied to the pension reduction factor
and is revised as a result.
Additionally, technical changes are made to the Regulations to
ensure proper operation of the existing provisions for members
with periods of part-time pensionable service.
Il faut aussi modifier en conséquence la formule utilisée pour
établir le salaire maximal ouvrant droit à pension en vertu de la
LPRGRC. La formule est liée au facteur de réduction de la pension et doit donc être rajustée en conséquence.
En outre, des modifications techniques sont apportées au Règlement afin d’assurer l’exécution correcte des dispositions actuelles pour les membres qui ont des périodes de service à temps
partiel ouvrant droit à pension.
Alternatives
Solutions envisagées
The provisions of the pension arrangements for persons covered by the RCMPSA have been specified in statute. There is no
alternative but to amend the Regulations.
Les dispositions des arrangements de pension pour les personnes visées par la LPRGRC ont été précisées dans la Loi. Il n’y a
pas d’autre solution que de modifier la réglementation.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The first amendment relates to plan members with pensionable
part-time service and resulted in an increase in the actuarial liability of the Royal Canadian Mounted Police Pension Plan by
$160,000. This increase was included in the costs that were done
for the change to the RCMPSA contained in the federal budget of
May 2006.
There are no costs associated with the third amendment which
deals with technical changes to ensure accurate application of the
existing provisions for members with periods of pensionable parttime service.
La première modification a trait aux membres du régime qui
ont du service à temps partiel ouvrant droit à pension et qui s’est
traduite par une augmentation de la provision actuarielle du Régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada de 160 000 $.
Cette augmentation a été reconnue et incluse dans les coûts liés au
changement apporté à la LPRGRC contenu dans le budget fédéral
de mai 2006.
La deuxième modification vient modifier la formule utilisée
pour établir le salaire maximal ouvrant droit à pension en vertu de
la LPRGRC. Elle donnera lieu à une augmentation nette de la
provision actuarielle de 120 000 $, essentiellement en raison du
traitement fiscal différent des instruments d’épargne-retraite en
vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu.
L’employeur n’a pas de coût supplémentaire à assumer et les
modifications n’ont aucun effet sur le coût des prestations pour
services courants.
La troisième modification, qui n’entraîne aucun coût, fait état
de modifications techniques ayant pour but d’assurer l’exécution
correcte des dispositions actuelles pour les membres qui ont des
périodes de service à temps partiel ouvrant droit à pension.
Consultation
Consultations
The Royal Canadian Mounted Police Pension Advisory Committee has been consulted and approved the changes to the
RCMPSA introduced under An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on May 2, 2006. This
committee has a statutory mandate to review matters respecting
the administration, design and funding of the RCMPSA and to
make recommendations to the Minister of Public Safety and
Emergency Preparedness about those matters. The committee
includes persons required to contribute to the Royal Canadian
Mounted Police Pension Fund who represent members serving in
the Force. External consultation took place with the Office of the
Superintendent of Financial Institutions and the Treasury Board
Secretariat.
Le Comité consultatif de la Gendarmerie royale du Canada sur
les pensions a été consulté et a approuvé les modifications à la
LPRGRC présentées dans la Loi portant exécution de certaines
dispositions du budget déposé au Parlement le 2 mai 2006. Ce
comité a pour mandat, conformément à la Loi, d’examiner toute
question concernant l’administration, la conception et le financement du régime prévu par la LPRGRC et de formuler des recommandations sur ces questions au ministre de la Sécurité publique
et de la Protection civile. Le comité se compose de personnes
tenues de contribuer au régime en vertu de la Caisse de retraite de
la Gendarmerie royale du Canada qui représentent les membres
de la Gendarmerie. Des consultations externes ont eu lieu avec le
Bureau du surintendant des institutions financières et le Secrétariat du Conseil du Trésor.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The normal legislative, regulatory and administrative compliance structures will apply, including internal audits, the usual
reports to Parliament and responses to enquiries received from
Members of Parliament, affected plan members and their
representatives.
Les structures d’observation législatives, réglementaires et administratives courantes s’appliqueront, y compris en matière de
vérification interne, de rapports au Parlement et de réponses aux
questions des parlementaires, des participants visés et de leurs
représentants.
The second amendment changes the formula used to determine
the maximum pensionable salary under the RCMPSA. It will
result in a net increase in actuarial liability of $120,000 mainly
due to the different tax treatment of retirement savings vehicles
under the Income Tax Act.
There are no additional employer costs and there is no change
in the current service cost as a result of these amendments.
2573
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-283
Contact
Personne-ressource
Julie Taylor
Director, Policy
National Compensation Services
Royal Canadian Mounted Police
1200 Vanier Parkway
Ottawa, Ontario
K1A 0R2
Telephone: 613-993-8804
Julie Taylor
Directrice, Politiques
Services nationaux de rémunération
Gendarmerie royale du Canada
1200, promenade Vanier
Ottawa (Ontario)
K1A 0R2
Téléphone : 613-993-8804
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
2574
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-284
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-284
Le 13 décembre 2007
SPECIES AT RISK ACT
LOI SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL
Order Amending Schedule 1 to the Species at Risk
Act
Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les
espèces en péril
P.C. 2007-1911
C.P. 2007-1911
December 13, 2007
Le 13 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of the Environment, pursuant to
section 27 of the Species at Risk Acta, hereby makes the annexed
Order Amending Schedule 1 to the Species at Risk Act.
Sur recommandation du ministre de l’Environnement et en vertu de l’article 27 de la Loi sur les espèces en périla, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.
ORDER AMENDING SCHEDULE 1 TO
THE SPECIES AT RISK ACT
DÉCRET MODIFIANT L’ANNEXE 1 DE LA
LOI SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Part 2 of Schedule 1 to the Species at Risk Act1 is amended by adding the following in alphabetical order under the
heading “MAMMALS”:
Kangaroo Rat, Ord’s (Dipodomys ordii)
Rat kangourou d’Ord
Shrew, Pacific Water (Sorex bendirii)
Musaraigne de Bendire
2. Part 2 of Schedule 1 to the Act is amended by adding the
following in alphabetical order under the heading “BIRDS”:
Sparrow affinis subspecies, Vesper (Pooecetes gramineus affinis)
Bruant vespéral de la sous-espèce affinis
5. Part 2 of Schedule 1 to the Act is amended by adding the
following in alphabetical order under the heading
“MOLLUSCS”:
Slug, Blue-grey Taildropper (Prophysaon coeruleum)
Limace-prophyse bleu-gris
1. La partie 2 de l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril1
est modifiée par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous
l’intertitre « MAMMIFÈRES », de ce qui suit :
Musaraigne de Bendire (Sorex bendirii)
Shrew, Pacific Water
Rat kangourou d’Ord (Dipodomys ordii)
Kangaroo Rat, Ord’s
2. La partie 2 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre « OISEAUX », de ce qui suit :
Bruant vespéral de la sous-espèce affinis (Pooecetes gramineus
affinis)
Sparrow affinis subspecies, Vesper
3. La partie 2 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« REPTILES », de ce qui suit :
Tortue peinte de l’Ouest (Chrysemys picta bellii) population de la
côte du Pacifique
Turtle, Western Painted Pacific Coast population
4. La partie 2 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« POISSONS », de ce qui suit :
Chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi)
Redhorse, Copper
Cisco à museau court (Coregonus reighardi)
Cisco, Shortnose
5. La partie 2 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« MOLLUSQUES », de ce qui suit :
Limace-prophyse bleu-gris (Prophysaon coeruleum)
Slug, Blue-grey Taildropper
———
———
a
a
3. Part 2 of Schedule 1 to the Act is amended by adding the
following in alphabetical order under the heading
“REPTILES”:
Turtle, Western Painted (Chrysemys picta bellii) Pacific Coast
population
Tortue peinte de l’Ouest, population de la côte du Pacifique
4. Part 2 of Schedule 1 to the Act is amended by adding the
following in alphabetical order under the heading “FISH”:
Cisco, Shortnose (Coregonus reighardi)
Cisco à museau court
Redhorse, Copper (Moxostoma hubbsi)
Chevalier cuivré
1
S.C. 2002 c. 29
S.C. 2002, c. 29
1
L.C. 2002, ch. 29
L.C. 2002, ch. 29
2575
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
6. Part 2 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“ARTHROPODS”:
Borer, Aweme (Papaipema aweme)
Perce-tige d’Aweme
Duskywing, Eastern Persius (Erynnis persius persius)
Hespérie Persius de l’Est
Gold-edged Gem (Schinia avemensis)
Héliotin d’Aweme
Hairstreak, Half-moon (Satyrium semiluna)
Porte-queue demi-lune
Moth, Five-spotted Bogus Yucca (Prodoxus quinquepunctellus)
Fausse-teigne à cinq points du yucca
Moth, Non-pollinating Yucca (Tegeticula corruptrix)
Teigne tricheuse du yucca
7. Part 2 of Schedule 1 to the Act is amended by adding the
following in alphabetical order under the heading
“PLANTS”:
Agalinis, Rough (Agalinis aspera)
Gérardie rude
Aster, Short-rayed Alkali (Symphyotrichum frondosum)
Aster feuillu
Birch, Cherry (Betula lenta)
Bouleau flexible
Columbo, American (Frasera caroliniensis)
Frasère de Caroline
Evening-primrose, Contorted-pod (Camissonia contorta)
Onagre à fruits tordus
Microseris, Coast (Microseris bigelovii)
Microséris de Bigelow
Spike-primrose, Brook (Epilobium torreyi)
Épilobe de Torrey
Woolly-heads, Dwarf (Psilocarphus brevissimus) Southern
Mountain population
Psilocarphe nain, population des montagnes du Sud
8. Part 3 of Schedule 1 to the Act is amended by striking
out the following under the heading “MAMMALS”:
Shrew, Pacific Water (Sorex bendirii)
Musaraigne de Bendire
9. Part 3 of Schedule 1 to the Act is amended by adding the
following in alphabetical order under the heading “BIRDS”:
Owl brooksi subspecies, Northern Saw-whet (Aegolius acadicus
brooksi)
Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi
Warbler, Golden-winged (Vermivora chrysoptera)
Paruline à ailes dorées
10. Part 3 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“PLANTS”:
Goosefoot, Smooth (Chenopodium subglabrum)
Chénopode glabre
Quillwort, Bolander’s (Isoetes bolanderi)
Isoète de Bolander
Willow, Green-scaled (Salix chlorolepis)
Saule à bractées vertes
2576
6. La partie 2 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre « ARTHROPODES », de ce qui suit :
Fausse-teigne à cinq points du yucca (Prodoxus quinquepunctellus)
Moth, Five-spotted Bogus Yucca
Héliotin d’Aweme (Schinia avemensis)
Gold-edged Gem
Hespérie Persius de l’Est (Erynnis persius persius)
Duskywing, Eastern Persius
Perce-tige d’Aweme (Papaipema aweme)
Borer, Aweme
Porte-queue demi-lune (Satyrium semiluna)
Hairstreak, Half-moon
Teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix)
Moth, Non-pollinating Yucca
7. La partie 2 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« PLANTES », de ce qui suit :
Aster feuillu (Symphyotrichum frondosum)
Aster, Short-rayed Alkali
Bouleau flexible (Betula lenta)
Birch, Cherry
Épilobe de Torrey (Epilobium torreyi)
Spike-primrose, Brook
Frasère de Caroline (Frasera caroliniensis)
Columbo, American
Gérardie rude (Agalinis aspera)
Agalinis, Rough
Microséris de Bigelow (Microseris bigelovii)
Microseris, Coast
Onagre à fruits tordus (Camissonia contorta)
Evening-primrose, Contorted-pod
Psilocarphe nain (Psilocarphus brevissimus) population des
montagnes du Sud
Woolly-heads, Dwarf Southern Mountain population
8. La partie 3 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
supression, sous l’intertitre « MAMMIFÈRES », de ce qui
suit :
Musaraigne de Bendire (Sorex bendirii)
Shrew, Pacific Water
9. La partie 3 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre « OISEAUX », de ce qui suit :
Paruline à ailes dorées (Vermivora chrysoptera)
Warbler, Golden-winged
Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi (Aegolius acadicus
brooksi)
Owl brooksi subspecies, Northern Saw-whet
10. La partie 3 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« PLANTES », de ce qui suit :
Chénopode glabre (Chenopodium subglabrum)
Goosefoot, Smooth
Isoète de Bolander (Isoetes bolanderi)
Quillwort, Bolander’s
Saule à bractées vertes (Salix chlorolepis)
Willow, Green-scaled
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
11. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« MAMMIFÈRES », de ce qui suit :
Baleine boréale (Balaena mysticetus) population des mers de
Béring, des Tchouktches et de Beaufort
Whale, Bowhead Bering-Chukchi-Beaufort population
Lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii (Sylvilagus nuttallii
nuttallii)
Cottontail nuttallii subspecies, Nuttall’s
11. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“MAMMALS”:
Cottontail nuttallii subspecies, Nuttall’s (Sylvilagus nuttallii
nuttallii)
Lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii
Whale, Bowhead (Balaena mysticetus) Bering-Chukchi-Beaufort
population
Baleine boréale, population des mers de Béring, des Tchouktches et de Beaufort
12. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“BIRDS”:
Longspur, McCown’s (Calcarius mccownii)
Bruant de McCown
Waterthrush, Louisiana (Seiurus motacilla)
Paruline hochequeue
13. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“REPTILES”:
Turtle, Western Painted (Chrysemys picta bellii) Intermountain Rocky Mountain population
Tortue peinte de l’Ouest, population intramontagnarde - des
Rocheuses
14. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“FISH”:
Kiyi, Upper Great Lakes (Coregonus kiyi kiyi)
Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs
Redhorse, River (Moxostoma carinatum)
Chevalier de rivière
Sculpin, Deepwater (Myoxocephalus thompsonii) Great Lakes Western St. Lawrence populations
Chabot de profondeur, populations des Grands Lacs - Ouest du
Saint-Laurent
15. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“ARTHROPODS”:
Skipper, Sonora (Polites sonora)
Hespérie du Sonora
16. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“PLANTS”:
Woolly-heads, Dwarf (Psilocarphus brevissimus) Prairie population
Psilocarphe nain, population des Prairies
17. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“LICHENS”:
Cryptic Paw (Nephroma occultum)
Lichen cryptique
12. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« OISEAUX », de ce qui suit :
Bruant de McCown (Calcarius mccownii)
Longspur, McCown’s
Paruline hochequeue (Seiurus motacilla)
Waterthrush, Louisiana
13. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« REPTILES », de ce qui suit :
Tortue peinte de l’Ouest (Chrysemys picta bellii) population intramontagnarde - des Rocheuses
Turtle, Western Painted Intermountain - Rocky Mountain
population
14. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« POISSONS », de ce qui suit :
Chabot de profondeur (Myoxocephalus thompsonii) populations
des Grands Lacs - Ouest du Saint-Laurent
Sculpin, Deepwater Great Lakes - Western St. Lawrence
populations
Chevalier de rivière (Moxostoma carinatum)
Redhorse, River
Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs (Coregonus kiyi kiyi)
Kiyi, Upper Great Lakes
15. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« ARTHROPODES », de ce qui suit :
Hespérie du Sonora (Polites sonora)
Skipper, Sonora
16. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« PLANTES », de ce qui suit :
Psilocarphe nain (Psilocarphus brevissimus) population des Prairies
Woolly-heads, Dwarf Prairie population
17. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« LICHENS », de ce qui suit :
Lichen cryptique (Nephroma occultum)
Cryptic Paw
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
18. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
18. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
2577
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Description
Description
Purpose
Objet
The purpose of the Order Amending Schedule 1 to the Species
at Risk Act is to add 36 species to Schedule 1, the List of Wildlife
Species at Risk, and reclassify one listed terrestrial species, pursuant to Section 27 of Species at Risk Act (SARA). This amendment is made on the recommendation of the Minister of the Environment based on scientific assessments by the Committee on the
Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) and on
consultations with governments, Aboriginal peoples, wildlife
management boards, stakeholders and the Canadian public. Addition of species to Schedule 1 invokes prohibitions to protect
species at risk of extinction or extirpation in Canada and requirements to develop recovery strategies, action plans and
management plans.
L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 36 espèces à l’annexe 1, la Liste des
espèces en péril, et de reclassifier une espèce terrestre inscrite, en
vertu de l’article 27 de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Cette
modification est apportée sur la recommandation du ministre de
l’Environnement en fonction des résultats des évaluations scientifiques réalisées par le Comité sur la situation des espèces en péril
au Canada (COSEPAC) et des résultats des consultations des gouvernements, des peuples autochtones, des conseils de gestion de
la faune, des intervenants et de la population canadienne. L’ajout
d’espèces à l’annexe 1 invoque des interdictions en vue de protéger les espèces qui sont menacées de disparition de la planète ou
du pays et des exigences d’élaboration de programmes de rétablissement, de plans d’action et de plans de gestion.
Background
Contexte
SARA received Royal Assent in December 2002, after extensive consultation with provincial and territorial governments,
Aboriginal peoples, wildlife management boards, environmental
organizations, industry and the general public. The purpose of
SARA is threefold: to prevent wildlife species from being extirpated or becoming extinct; to provide for the recovery of wildlife
species that are extirpated, endangered or threatened as a result of
human activity; and to manage species of special concern to prevent them from becoming endangered or threatened. SARA complements provincial and territorial laws as well as existing federal
legislation (e.g. the Canada National Parks Act, the Canada
Wildlife Act, the Fisheries Act, the Oceans Act, the Migratory
Birds Convention Act, 1994 and the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade
Act).
La LEP a reçu la sanction royale en décembre 2002, après
d’amples consultations auprès des gouvernements provinciaux et
territoriaux, des peuples autochtones, des conseils de gestion des
ressources fauniques, des organismes environnementaux, du secteur privé et du grand public. L’objet de la LEP comporte trois
éléments : empêcher la disparition, de la planète ou du pays, des
espèces sauvages; permettre le rétablissement des espèces sauvages qui, en conséquence de l’activité humaine, sont disparues du
pays, en voie de disparition ou menacées; favoriser la gestion des
espèces préoccupantes pour éviter qu’elles deviennent en voie de
disparition ou menacées. La LEP est le complément des lois provinciales et territoriales ainsi que des lois fédérales établies (par
exemple la Loi sur les parcs nationaux du Canada, la Loi sur les
espèces sauvages du Canada, la Loi sur les pêches, la Loi sur les
océans, la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux
migrateurs et la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial).
Au moment où la Loi a reçu la sanction royale, 233 espèces
étaient inscrites à l’annexe 1. Depuis 2002, et incluant le présent
décret, le gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre
de l’Environnement, y a ajouté 192 espèces, portant ainsi à 425 le
nombre d’espèces inscrites.
At the time of Royal Assent, 233 species were included in
Schedule 1. Since 2002 and including the present Order, the Governor in Council (GiC) has, on the recommendation of the Minister of the Environment, added 192 species to Schedule 1 thereby
bringing the total number of species currently listed on Schedule 1 to 425.
SARA established the Committee on the Status of Endangered
Wildlife in Canada (COSEWIC) as an independent, scientific advisory body on the status of species at risk. The Committee’s
primary function is to assess the level of risk to wildlife species
based on the best available information on the biological status of
a species, including scientific, Aboriginal traditional and community knowledge. Biological factors on which the assessments
are based, as well as the assessment criteria applied, are identified
in detailed status reports.
The degree of risk to a species is categorized according to the
terms extirpated, endangered, threatened and special concern. A
species is assessed by COSEWIC as extirpated when it no longer
2578
La LEP a établi le COSEPAC à titre d’organe scientifique indépendant de consultation sur la situation des espèces en péril. La
principale fonction du Comité consiste à évaluer le degré de risque pour les espèces sauvages en se fondant sur les meilleurs renseignements disponibles sur la situation biologique d’une espèce,
y compris les connaissances scientifiques, les connaissances traditionnelles autochtones et les connaissances des collectivités. Les
facteurs biologiques sur lesquels s’appuient les évaluations, de
même que les critères d’évaluation, sont décrits dans des rapports
de situation détaillés.
Le degré de risque pour une espèce est catégorisé selon les expressions « disparue du pays », « en voie de disparition », « menacée » et « préoccupante ». Une espèce est évaluée par le
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
exists in the wild in Canada, but still exists elsewhere in the wild.
It is endangered if it is facing imminent extirpation or extinction,
and threatened if the species is likely to become endangered if
nothing is done to reverse the threats. Special concern status is
given to a species if it may become threatened or endangered
because of a combination of biological characteristics and identified threats.
SARA has prohibitions that make it an offence to kill, harm,
harass, capture or take an individual of a wildlife species. SARA
also has prohibitions that make it an offence to possess, collect,
buy, sell or trade an individual of a wildlife species, and to damage or destroy the residence of one or more such individuals.
These prohibitions are provided for individuals of species listed
as extirpated, endangered or threatened on Schedule 1 of SARA.
The general prohibitions described above apply to aquatic species, and migratory birds protected by the Migratory Birds Convention Act, 1994, wherever they are found, and to individuals of
other wildlife species where they occur on federal lands in the
provinces or on lands under the authority of Environment Canada
or the Parks Canada Agency in the territories. Where other species are concerned, if the Minister is of the opinion that the laws
of a province or territory do not effectively protect them, the Minister must recommend that the GiC make an order applying the
prohibitions to non-federal lands in the province or territory. The
Minister must consult with the jurisdiction concerned and, where
appropriate, the wildlife management board before making a recommendation to the GiC. The GiC considers the recommendation
of the Minister and decides whether or not to invoke the prohibitions in SARA for the protection of species on non-federal lands.
Once a species is listed on Schedule 1 as extirpated, endangered or threatened, under section 37 of SARA, the competent
minister is required to prepare a strategy for its recovery. Recovery strategies and action plans must be developed to the extent
possible with people whom the competent minister considers to
be directly affected by the recovery strategy. Critical habitat can
be identified in a recovery strategy for a species listed as extirpated, endangered or threatened. Once a recovery strategy which
identifies critical habitat for a species is included in the public
registry, the Act provides for its protection under various circumstances. Action plans implement recovery strategies for listed
species by identifying measures to achieve the population objectives for the species; activities that would destroy the species’
critical habitat; unprotected portions of the species’ critical habitat; and methods to monitor the recovery of the species and its
long-term viability. An action plan also requires an evaluation of
the socio-economic costs of the action plan and the benefits to be
derived from its implementation. For those listed as species of
special concern, management plans must be prepared. Proposed
recovery strategies, action plans and management plans must be
included in the Public Registry within the timelines set out under
SARA.
COSEPAC comme étant disparue du pays quand elle n’existe
plus à l’état sauvage au Canada, mais existe encore à l’état sauvage ailleurs dans le monde. Elle est en voie de disparition si sa
disparition, du pays ou de la planète, est imminente et elle est
menacée si elle est susceptible de devenir en voie de disparition si
rien n’est fait pour contrer les menaces. Le statut d’espèce préoccupante est attribué à une espèce qui risque de devenir menacée
ou en voie de disparition en raison d’une combinaison de caractéristiques biologiques et de menaces reconnues.
La LEP comporte des interdictions qui rendent illégal le fait de
tuer un individu d’une espèce sauvage, de lui nuire, de le harceler,
de le capturer ou de le prendre. La LEP comporte aussi des interdictions contre la possession, la collection, l’achat, la vente ou
l’échange d’un individu d’une espèce sauvage, ainsi que l’endommagement ou la destruction de la résidence d’un ou de plusieurs
de ces individus. Ces interdictions sont prévues pour les individus
d’espèces inscrites à l’annexe 1 de la LEP comme étant disparues
du pays, en voie de disparition ou menacées. Les interdictions
générales décrites dans les lignes qui précèdent s’appliquent aux
espèces aquatiques et aux oiseaux migrateurs protégés par la Loi
de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, où
qu’ils soient, et aux individus d’autres espèces sauvages, où
qu’elles se trouvent sur le territoire domanial dans les provinces
ou sur les terres relevant de la compétence d’Environnement
Canada ou de l’Agence Parcs Canada. Aux endroits où d’autres
espèces sont préoccupantes, si le ministre estime que la législation d’une province ou d’un territoire ne les protège pas efficacement, il doit alors recommander au gouverneur en conseil de
prendre un décret appliquant les interdictions au territoire non
domanial dans la province ou le territoire. Avant de donner sa
recommandation au gouverneur en conseil, le ministre doit
consulter la juridiction impliquée et, si pertinent, le conseil de
gestion des ressources fauniques. Le gouverneur en conseil considère la recommandation du ministre et décide s’il veut avoir recours aux interdictions de la LEP pour la protection des espèces
sur le territoire non domanial.
Une fois qu’une espèce est inscrite à l’annexe 1 comme espèce
disparue du pays, en voie de disparition ou menacée en vertu de
l’article 37 de la LEP, le ministre compétent doit préparer un programme pour son rétablissement. Les programmes de rétablissement et les plans d’action doivent être élaborés dans la mesure du
possible avec les personnes que le ministre compétent juge directement touchées par le programme de rétablissement. L’habitat
essentiel peut être désigné dans un programme de rétablissement
pour toutes les espèces inscrites comme étant disparues du pays,
en voie de disparition ou menacées. Une fois qu’un programme
de rétablissement qui identifie l’habitat essentiel d’une espèce
figure dans le Registre public, la Loi prévoit sa protection dans
diverses circonstances. Les plans d’action mettent en œuvre les
programmes de rétablissement pour les espèces inscrites en déterminant : les mesures permettant d’atteindre les objectifs relatifs
à la population des espèces, les activités qui détruiraient l’habitat
essentiel des espèces, les portions non protégées de l’habitat essentiel des espèces, ainsi que les moyens de surveiller le rétablissement des espèces et leur viabilité à long terme. Un plan d’action
nécessite également l’évaluation des coûts socioéconomiques du
plan d’action et les avantages découlant de sa mise en œuvre. Des
plans de gestion doivent être préparés pour les espèces inscrites
comme étant préoccupantes. Les programmes de rétablissement,
les plans d’action et les plans de gestion proposés doivent être
versés au Registre public dans les délais prescrits par la LEP.
2579
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
The risk status, as assessed by COSEWIC, for each of the
36 listed species and one reclassified listed species is presented in
Appendix 1.
Le 26 avril 2007, le gouverneur en conseil a officiellement accusé réception des évaluations du COSEPAC concernant 40 espèces, déclenchant ainsi le calendrier de neuf mois à l’échéance
duquel le gouverneur en conseil devra décider d’ajouter ou non
ces 40 espèces à l’annexe 1 de la LEP ou de renvoyer les évaluations au COSEPAC pour réexamen ou renseignements
supplémentaires.
Sur ces 40 espèces, 32 sont des espèces terrestres qui relèvent
de la responsabilité du ministre de l’Environnement, alors que
huit sont des espèces aquatiques dont la responsabilité incombe
principalement au ministre des Pêches et des Océans. Le ministre
de l’Environnement, toutefois, partage la responsabilité pour deux
de ces huit espèces aquatiques, car certains individus de ces espèces se trouvent sur le territoire domanial administré par l’Agence
Parcs Canada et, par conséquent, relèvent de la compétence du
ministre1. Il s’agit du chevalier cuivré et du cisco à museau court.
Au moyen du présent décret, le gouverneur en conseil a décidé
d’ajouter 36 espèces en péril à l’annexe 1 de la LEP et de reclassifier une espèce inscrite. Des 36 espèces ajoutées à la liste, 30
sont des espèces terrestres et 6 sont des espèces aquatiques. Le
gouverneur en conseil a également décidé de ne pas ajouter
deux espèces, à savoir le cisco de l’Alaska et le chevalier noir, et
de renvoyer une espèce, à savoir le panache, au COSEPAC pour
réexamen.
Le statut de risque, tel qu’il est évalué par le COSEPAC pour
chacune des 36 espèces inscrites sur la liste et une espèce reclassifiée, est précisé à l’annexe 1.
Summary of the Order
Résumé du Décret
Terrestrial species
Espèces terrestres
Among the 31 terrestrial species listed, 19 are listed as endangered, 5 are listed as threatened, and 7 are listed as species of
special concern. One of the species, the Pacific Water Shrew, is
currently on Schedule 1 but its status is being changed from
“threatened” to “endangered.”
Parmi les 31 espèces terrestres inscrites sur la liste, 19 sont
considérées comme étant en voie de disparition, 5 comme étant
menacées et 7 comme étant préoccupantes. Une des espèces, la
musaraigne de Bendire, figure actuellement à l’annexe 1, mais
son statut de « menacée » est passé à celui de « en voie de
disparition ».
Bon nombre des espèces terrestres se trouvent en ColombieBritannique, en Alberta et en Ontario. Leurs habitats se trouvent
sur des terres provinciales, domaniales et privées. Le plus souvent, les provinces et les territoires ont leurs propres lois pour
protéger les espèces en péril sur les terres provinciales et privées.
Cependant, l’ajout d’une espèce à l’annexe 1 en tant qu’espèce en
voie de disparition ou menacée pourrait entraîner des coûts pour
les collectivités autochtones, les gouvernements fédéral et provinciaux et d’autres parties touchées. Ces coûts comprennent, sans
s’y limiter, les coûts associés à l’application de pratiques durables, aux efforts d’atténuation, à l’élaboration et à la mise en œuvre
de programmes de rétablissement, de plans d’action et de plans de
gestion, ainsi que les coûts d’application de la loi. Étant donné la
distribution limitée des espèces sur le territoire domanial, les
coûts sont prévus pour être bas ou modérés. Toutefois, ceux-ci
devraient être de faibles à modérés. Le coût total associé aux programmes de rétablissement, aux plans d’action, aux plans de gestion et à l’application de la loi est estimé être de l’ordre d’environ
4 à 5 millions de dollars par année, chacune des cinq premières
années.
On April 26, 2007, the GiC officially acknowledged receipt of
the COSEWIC assessments for 40 species. That action initiated a
nine-month timeline by the end of which the GiC decides whether
or not to add these 40 species to Schedule 1 of SARA, or to refer
the assessments back to COSEWIC for further consideration or
information.
Of the 40 species, 32 are terrestrial species for which the Minister of the Environment is responsible while eight are aquatic
species for which the Minister of Fisheries and Oceans has primary responsibility. The Minister of the Environment, however,
shares responsibility for two of these eight aquatic species as
some individuals of the species occur on federal lands administered by the Parks Canada Agency and are, as a result, under the
authority of the Minister.1 The two species are the Copper Redhorse and the Shortnose Cisco.
Through this Order, the GiC has decided to add 36 species at
risk to Schedule 1 of SARA and reclassify one listed species. Of
the 36 species added, 30 are terrestrial species and 6 are aquatic
species. The GiC has also decided not to add two species, namely
Bering Cisco and Black Redhorse, and to refer one species,
namely Ghost Antler Lichen, back to COSEWIC for further
consideration.
Many of the terrestrial species are found in British Columbia,
Alberta, and Ontario. Their habitats are on provincial, federal and
private lands. In most instances the provinces and territories have
their own legislation that protects species at risk on provincial and
private lands. However, adding a species as an endangered or
threatened species to Schedule 1 could lead to costs for Aboriginal communities, federal and provincial governments and other
affected parties. These costs include but are not limited to costs
associated with the use of sustainable practices, mitigation efforts,
developing and implementing recovery strategies, action plans,
management plans, and enforcement costs. Given the limited
distribution of the species on federal lands, the costs are, however, expected to be low to moderate. The total cost associated
with recovery strategies, action plans, management plans, and
enforcement is estimated to be about 4 to 5 million dollars per
year in each of the first five years.
———
———
1
1
The Minister of the Environment (through the Parks Canada Agency) is responsible for individuals of species at risk found in national parks, national historic
sites or other protected heritage areas.
2580
Le ministre de l’Environnement (par l’intermédiaire de l’Agence Parcs Canada)
est aussi responsable des individus d’espèces en péril trouvés dans les parcs
nationaux, les lieux historiques nationaux ou d’autres aires patrimoniales protégées.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
Aquatic species
Espèces aquatiques
Of the eight species for which listing recommendations had
been developed, six aquatic species are added to Schedule 1 of
SARA.
Among the six aquatic species added to Schedule 1 of SARA,
two are listed as endangered and four are listed as special concern. For species that are listed as special concern, no prohibitions
are in force upon adding the species to Schedule 1. There are
therefore no costs associated with related prohibitions. Costs will
rather result from the implementation of actions taken under the
Management Plan required to be developed for species listed as
special concern under SARA. For species listed as endangered,
the cost is expected to be minimal since the Copper Redhorse is
not targeted by recreational or commercial fisheries and the Shortnose Cisco is not likely to interfere with commercial activities.
Sur les huit espèces que l’on recommande d’inscrire sur la liste,
six espèces aquatiques sont ajoutées à l’annexe 1 de la LEP.
In addition to their intrinsic conservation value, protecting species at risk also brings benefits to Canadians in the form of conserving the natural habitat that provides essential services for
human existence. These services include water purification,
cleansing of the atmosphere, mitigation of greenhouse gas emissions, erosion control, pollination, pest control, flood prevention,
soil formation and retention, alternative recreation service and
more. Conserving natural habitat will benefit both current and
future generations of Canadians. The benefits associated with the
Order are expected to be significant.
Parmi les six espèces aquatiques ajoutées à l’annexe 1 de la
LEP, deux sont inscrites comme étant en voie de disparition et
quatre comme étant préoccupantes. Dans le cas des espèces inscrites comme étant préoccupantes, aucune interdiction n’est mise
en vigueur après leur ajout à l’annexe 1. Par conséquent, aucun
coût n’est associé aux interdictions connexes. Les coûts découleront plutôt de la mise en œuvre des mesures prises conformément
au plan de gestion qu’il faut élaborer pour les espèces préoccupantes inscrites en vertu de la LEP. Pour ce qui est des espèces
inscrites comme étant en voie de disparition, on prévoit que le
coût sera minimal, étant donné que le chevalier cuivré n’est pas
ciblé par les pêches récréatives et commerciales, et que le cisco à
museau court n’interférera probablement pas avec les activités
commerciales.
Outre leur valeur intrinsèque pour la conservation, la protection
des espèces en péril comporte aussi des avantages pour la population canadienne sous forme de conservation de l’habitat naturel
qui fournit des services essentiels à l’existence de l’être humain.
Ce sont les services de purification de l’eau, d’épuration de l’atmosphère, d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre
(GES), de contrôle de l’érosion, de pollinisation, de lutte contre
les ravageurs, de prévention des inondations, de formation et de
rétention du sol, les services récréatifs de rechange, et plus encore. La conservation de l’habitat naturel sera avantageuse tant
pour la génération actuelle de Canadiennes et de Canadiens que
pour celles à venir. Les avantages associés au Décret devraient
être importants.
Species descriptions
Descriptions des espèces
Under this subsection, descriptions of terrestrial and aquatic species are provided. Detailed information on each species
under consideration is available from the COSEWIC status reports, which can be found on the SARA Public Registry at
www.sararegistry.gc.ca.
Cette sous-section comporte des descriptions d’espèces terrestres et aquatiques. Les rapports de situation du COSEPAC, qui
se trouvent dans le Registre public de la LEP à l’adresse
www.registrelep.gc.ca, fournissent des renseignements détaillés à
propos de chaque espèce visée.
Terrestrial species
Espèces terrestres
Thirty terrestrial species are added to Schedule 1 of SARA.
These include mammals, birds, reptiles, arthropods, vascular
plants and lichens. In addition, the status of one mammal (Pacific
Water Shrew) already on Schedule 1 is changed.
Trente espèces terrestres sont ajoutées à l’annexe 1 de la LEP.
Ce sont des mammifères, des oiseaux, des reptiles, des arthropodes, des plantes vasculaires et des lichens. De plus, on a changé
le statut d’un mammifère (la musaraigne de Bendire), qui figure
déjà à l’annexe 1.
Birds
Oiseaux
Five bird species, namely the Vesper Sparrow affinis subspecies, Golden-winged Warbler, Northern Saw-whet Owl brooksi
subspecies, Louisiana Waterthrush and McCowan’s Longspur,
are added to Schedule 1. Except for the Northern Saw-whet Owl
brooksi subspecies, all are migratory birds under the Migratory
Birds Convention Act. As such, the nests and birds are already
protected under this Act. Adding these migratory bird species to
the List of Wildlife Species at Risk provides for the protection of
critical habitat and for specific species management plans.
Cinq espèces d’oiseaux sont ajoutées à l’annexe 1, à savoir le
bruant vespéral de la sous-espèce affinis, la paruline à ailes
dorées, la Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi, la paruline
hochequeue et le bruant de McCown. À l’exception de la Petite
Nyctale de la sous-espèce brooksi, tous sont des oiseaux migrateurs au sens de la Loi sur la convention concernant les oiseaux
migrateurs. Par conséquent, les nids et les oiseaux sont déjà protégés par la loi. L’ajout de ces espèces d’oiseaux migrateurs à la
Liste des espèces en péril permet la protection de l’habitat essentiel et l’élaboration de plans de gestion pour des espèces précises.
Le bruant vespéral de la sous-espèce affinis et la paruline hochequeue se reproduisent tous les deux au Canada à la limite extrême nord de leurs aires de répartition respectives. Le bruant
vespéral de la sous-espèce affinis a une aire de reproduction
The Vesper Sparrow affinis subspecies and the Louisiana
Waterthrush both breed in Canada at the extreme northern limits
of their respective ranges. The Vesper Sparrow affinis subspecies
has a disjunct and restricted breeding range along the west coast,
2581
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
or more specifically, west of the Cascade Mountains in the United
States and extending north into extreme southern British Columbia. It requires sparsely vegetated grasslands, a habitat that is extremely limited in Canada. The subspecies has disappeared from
some of its historic breeding locations, likely as a result of population declines over past decades that have been caused by habitat
loss due to urban development, modern agricultural practices,
habitat modification by invasive plants and increased predation
(e.g. cats) associated with urban areas. The subspecies is now rare
throughout its range. The Canadian population has been more or
less stable over the last 10 years but consists of only 10–20 mature individuals that breed at an airport on private land. The Vesper Sparrow affinis subspecies is added to Schedule 1 as an endangered species.
The Louisiana Waterthrush is a neotropical migrant that occupies a specialized breeding habitat (streams and wetlands in
large tracts of mature mixed deciduous forest) and feeds mostly
on aquatic invertebrates. The species is limited by the availability
of sufficiently large patches of suitable breeding habitat. It was
extirpated from some areas, likely as a result of historic habitat
loss or degradation. The overall Canadian population, most of it
in southern Ontario, is estimated at 100–200 breeding pairs and
has been more or less stable at this low level for the last 20 years,
but some local populations continue to decline while others are
increasing. Threats to the species include habitat loss, degradation
and fragmentation due to development, logging, agriculture and
recreation, reduction in water supply due to agricultural use, and
increased nest parasitism.
The Golden-winged Warbler breeds in early successional scrub
next to mature forests in northeastern North America. In the
United States, the species has experienced steep declines for at
least 30 years. In Canada, it had been expanding its breeding
range and showing population growth up until 10 years ago. In
the last 10 years, the Canadian breeding population has declined
by 79% and has started to disappear from the southern-most parts
of the country. This pattern is indicative of a species shifting its
breeding range northward as its core habitat is being lost. The
birds will eventually run out of appropriate habitat if they continue to be squeezed northward. Concurrent with this range shift,
the Golden-winged Warbler has come into contact with the closely related Blue-winged Warbler which is expanding its range.
Where the two species meet, they hybridize, and overtime, the
Golden-winged Warbler is lost through repeated mixing with the
more numerous Blue-winged Warbler. Past experience shows that
Golden-winged Warblers become extirpated within 50 years, and
sometimes much faster, after the arrival of Blue-winged Warblers
in an area. Areas with pure Golden-winged Warbler genetic stock
are few and primarily occur in Minnesota, Saskatchewan, Manitoba and Ontario. In addition, Golden-winged Warbler populations are heavily affected by nest parasitism and may also be exposed to additional threats along their migration routes and on
their wintering grounds.
2582
disjointe et limitée le long de la côte ouest, plus précisément à
l’ouest des monts Cascade aux États-Unis jusqu’au nord à l’extrême sud de la Colombie-Britannique. Il lui faut des prairies à la
végétation parsemée, un type d’habitat extrêmement limité au
Canada. La sous-espèce a disparu de certaines aires historiques de
reproduction, probablement en conséquence des baisses de population enregistrées au cours des dernières décennies, attribuables à
la perte d’habitat en raison de l’expansion urbaine, des pratiques
agricoles modernes, de la modification de l’habitat par les plantes
envahissantes et de la prédation accrue (par exemple les chats)
associées aux régions urbaines. La sous-espèce est maintenant
rare dans toute son aire. Sa population au Canada a été plus ou
moins stable au cours des dix dernières années, mais elle est
composée de seulement 10 à 20 individus adultes qui vivent à un
aéroport, sur des terres privées. Le bruant vespéral de la sousespèce affinis est ajouté à l’annexe 1 en tant qu’espèce en voie de
disparition.
La paruline hochequeue est un oiseau migrateur néotropical qui
occupe un habitat de reproduction spécialisé (ruisseaux et terres
humides dans de grandes parcelles de forêt caducifoliée mixte
mature) et se nourrit principalement d’invertébrés aquatiques.
L’espèce est limitée par la disponibilité de parcelles suffisamment
grandes d’habitat de reproduction adéquat. Elle est disparue de
certaines régions, probablement en raison de la perte ou de la
dégradation de l’habitat historique. On estime que la population
canadienne de cette espèce, dont la plus grande partie se trouve
dans le sud de l’Ontario, est de l’ordre de 100 à 200 couples
reproducteurs et qu’elle est plus ou moins stable à ce faible niveau depuis 20 ans, mais certaines populations locales continuent
de diminuer tandis que d’autres augmentent. Les menaces pesant
sur l’espèce sont notamment la perte, la dégradation et la fragmentation de l’habitat attribuables au développement, à l’exploitation forestière, à l’agriculture et aux activités récréatives, à la
réduction de l’approvisionnement d’eau causée par l’utilisation à
des fins agricoles, ainsi que le parasitisme accru des nids.
La paruline à ailes dorées se reproduit dans des zones de régénération arbustive précoce, près des forêts matures du nord-est de
l’Amérique du Nord. Aux États-Unis, l’espèce connaît d’importants déclins depuis au moins 30 ans. Au Canada, elle élargissait
son aire de reproduction et sa population était en hausse jusqu’à il
y a une dizaine d’années. Depuis dix ans, la population reproductrice canadienne a connu une baisse de 79 % et a commencé à
disparaître de l’extrême sud du pays. Ce phénomène est indicateur d’une espèce qui déplace son aire de reproduction vers le
nord à mesure qu’elle perd son habitat principal. Les oiseaux finiront par ne plus trouver d’habitat acceptable à mesure qu’ils
continueront d’être poussés vers le nord. En même temps que ce
déplacement d’aire, la paruline à ailes dorées est entrée en contact
avec sa proche parente, la paruline à ailes bleues, qui élargit son
aire de répartition. Lorsque ces deux espèces se rencontrent, elles
s’hybrident, et la paruline à ailes dorées finira par disparaître au
fil des reproductions avec la paruline à ailes bleues, plus nombreuses. L’expérience nous a montré que la paruline à ailes dorées
disparaît du pays en 50 ans, et parfois beaucoup plus rapidement,
après l’arrivée de la paruline à ailes bleues dans une région. Les
régions où l’on trouve des géniteurs purs de la paruline à ailes
dorées sont rares et se trouvent surtout au Minnesota, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario. De plus, les populations de
paruline à ailes dorées sont lourdement touchées par le parasitisme des nids et pourraient être exposées à des menaces additionnelles sur les routes de migration et dans leurs aires
d’hivernage.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
The non-migratory Northern Saw-whet Owl brooksi subspecies
is a Canadian endemic subspecies restricted to the Queen Charlotte Islands. It breeds in mature and old forests at lower elevations. Outside the breeding season, it shifts to coastal areas where
it feeds on marine crustaceans. The population has declined by
about 40% since the beginning of large-scale logging, with a
13% decline during the past 15 years. The main continuing threat
is the decline of contiguous, suitable mature and old forests due to
logging, particularly given that 75% of the landscape within its
range is available for logging. The current population is estimated
at about 1 850 birds and is expected to continue to decline as its
breeding habitat outside protected areas continues to be logged.
The portion of its range that is protected is likely not large enough
to support a viable population. The subspecies faces additional
threats from introduced species, especially nest predators, and
road mortality.
McCowan’s Longspur occurs only in arid, sparsely vegetated
native grasslands with patches of bare ground as found in shortgrass prairie or heavily grazed mixed-grass prairie. Just over
30% of the species’ breeding range occurs in Canada where in the
past the population has undergone severe population declines and
a substantial range contraction due to habitat loss and alteration.
The Canadian population is currently estimated at about 375 000 individuals. While the population has been relatively stable over the
last decade, habitat loss continues as grasslands are altered by
cultivation or lost to residential development, urban encroachment and resource extraction. The birds have been found on agricultural lands where they risk exposure to pesticides and their
productivity is likely poor.
La Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi non migratrice est
une sous-espèce endémique canadienne restreinte aux îles de la
Reine-Charlotte. Elle se reproduit dans les forêts matures et anciennes à de basses altitudes; cependant, en dehors de la saison de
reproduction, elle vit dans les zones côtières où elle se nourrit de
crustacés marins. Sa population a baissé d’environ 40 % depuis le
début de l’exploitation forestière à grande échelle, et de 13 % ces
15 dernières années. La principale menace continue est le déclin
des forêts matures et anciennes contiguës adéquates attribuable à
l’exploitation forestière, particulièrement compte tenu du fait que
75 % du paysage de son aire de répartition est ouvert à l’exploitation forestière. La population actuelle de l’espèce est estimée à
environ 1 850 oiseaux et devrait continuer de diminuer à mesure
que son habitat de reproduction en dehors des aires protégées
continue d’être exploité. La portion de son aire de répartition qui
est protégée n’est probablement pas assez vaste pour subvenir aux
besoins d’une population viable. La sous-espèce est exposée aux
menaces additionnelles sous la forme des espèces introduites,
particulièrement les prédateurs de nids, et de la mortalité sur les
routes.
Le bruant de McCown ne se trouve que dans les prairies arides
à la végétation indigène clairsemée, avec des parcelles de sol dénudé comme il s’en trouve dans les prairies à graminées courtes
ou les prairies mixtes intensivement pâturées. Un peu plus de
30 % de l’aire de reproduction de l’espèce se trouve au Canada où,
dans le passé, sa population a enregistré de fortes baisses de population et une restriction importante de l’aire de reproduction en
raison de la perte et de la modification de l’habitat. On estime que
la population de l’espèce au Canada est actuellement de l’ordre de
375 000 individus. Bien que la population ait été relativement
stable au cours des dix dernières années, la perte d’habitat se
poursuit à mesure que les prairies sont transformées à des fins
agricoles ou qu’elles sont perdues en faveur de l’expansion domiciliaire, de l’étalement urbain et de l’extraction des ressources.
Des oiseaux ont été trouvés sur des terres agricoles, où ils risquent l’exposition aux pesticides et où leur productivité est probablement faible.
Mammals
Mammifères
Three mammals are added to Schedule 1: the Pacific Water
Shrew, a terrestrial mammal which was listed as a Threatened
species on Schedule 1, is now listed as Endangered; the Ord’s
Kangaroo Rat is added to Schedule 1 as Endangered; and the Nuttall’s Cottontail nuttallii subspecies is added to Schedule 1 as
Special Concern. All three species occur in Canada at the northern extent of their North American ranges and their distribution is
likely limited by climate.
Trois mammifères sont ajoutés à l’annexe 1 : la musaraigne de
Bendire, un mammifère terrestre qui était inscrit comme espèce
menacée à l’annexe 1, figure maintenant dans la catégorie des
espèces en voie de disparition; le rat kangourou d’Ord est ajouté à
l’annexe 1 comme espèce en voie de disparition; le lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii est ajouté à l’annexe 1 en tant
qu’espèce préoccupante. Ces trois espèces se trouvent au Canada
à l’extrême nord de leurs aires de répartition en Amérique du
Nord, et leur répartition est vraisemblablement limitée par le climat.
La musaraigne de Bendire et le rat kangourou d’Ord ont des
aires de répartition très restreintes et sont menacés par la perte,
la dégradation et la fragmentation de l’habitat, qui font que les
populations sont génétiquement isolées les unes des autres et
qu’elles courent un plus grand risque de disparition à la suite de
phénomènes aléatoires. Une fois qu’une population isolée disparaît, il est peu probable que la parcelle d’habitat soit recolonisée.
La musaraigne de Bendire se trouve le long de la côte ouest des
États-Unis, et la limite extrême nord de son aire de répartition se
trouve dans la vallée du bas Fraser, à l’extrême sud-ouest de la
Colombie-Britannique. Un récent réexamen de l’espèce a mené à
la conclusion qu’elle est devenue extrêmement rare dans toute son
aire. La musaraigne de Bendire a besoin d’un habitat riverain ou
de terres humides principalement dans les forêts, et préfère les forêts
The Pacific Water Shrew and the Ord’s Kangaroo Rat have
very small ranges, and are at risk due to habitat loss, degradation
and fragmentation, which result in populations that are genetically
isolated from one another and at greater risk of extirpation from
random events. Once an isolated population disappears, it is unlikely that the habitat patch would be re-colonized.
The Pacific Water Shrew occurs along the west coast of the
United States and reaches its northern range limit in the Lower
Fraser Valley in extreme southwestern British Columbia. A recent
re-examination of the species shows that it has become extremely
rare throughout its range. The Pacific Water Shrew requires riparian or wetland habitats primarily in forests, and prefers older forests. The shrew’s very small current Canadian range coincides
2583
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
with heavy urbanization, logging, land drainage, agriculture, and
rapid housing, commercial, recreational and industrial development. Given the rate of human population growth in the area, continued habitat loss, alteration and fragmentation are expected to
continue and will undoubtedly have negative effects on the already small Pacific Water Shrew population.
The Canadian population of Ord’s Kangaroo Rat is a very
small, very disjunct northern outlier that occupies an extremely
restricted range confined to sandhill complexes near the Alberta/
Saskatchewan border. The Canadian population has been separated from the main range of the species in the United States for
about 6 000 years and has developed specific adaptations to its
northern habitat, including larger body size, earlier maturity and
the ability to enter winter dormancy. Nevertheless, winter survival is low and there are only 1 000 or fewer individuals alive at
the end of most winters. Although there are no data on population
trends, there is evidence that populations undergo large fluctuations which are aggravated by human influences on habitat. The
Ord’s Kangaroo Rat inhabits open sand dunes, a habitat that has
declined significantly over the long term due to dune stabilization. The rate of loss of active dunes is likely indicative of the rate
of decline in the Kangaroo Rat population. Active dunes have
declined at an average rate of 40% per decade since 1949, and
projections indicate that no active dunes will remain by 2014
should current trends continue. There has been an increase in
anthropogenic habitats (roads, trails, fireguards) occupied by the
Ord’s Kangaroo Rat; however, mortality rates in these habitats
are higher. Threats to the species include continuing loss of natural habitat, increases in anthropogenic habitats, and disturbance.
The Nuttall’s Cottontail nuttallii subspecies lives in shrubsteppe habitats with sagebrush and occurs in Canada in the
Okanagan Valley of south-central British Columbia. It has expanded its range in Canada in the past, but has likely reached the
maximum possible distribution. It is likely restricted by both limited habitat availability and winter temperatures. Its population
size is unknown (probably less than 3 500 individuals) and likely
fluctuates greatly depending on forage availability and cold winters. The most impending risk to this subspecies is continued
habitat loss. The human population within its range is increasing,
and more than 90% of the land has been altered. As vineyard and
urban development continue, more native habitat will disappear.
Although the species occurs on cultivated lands, it appears to be
rare in these altered habitats.
plus anciennes. L’aire de répartition actuellement très restreinte
de la musaraigne au Canada coïncide avec l’urbanisation intensive, l’exploitation forestière, le drainage des terres, l’agriculture
et le rapide développement résidentiel, commercial, récréatif et
industriel. Compte tenu du rythme de croissance de la population
humaine dans la région, l’on s’attend à ce que la perte, la modification et la fragmentation continues de l’habitat se poursuivent et
elles auront sans le moindre doute des répercussions négatives sur
la population déjà restreinte de la musaraigne de Bendire.
La population canadienne de rat kangourou d’Ord est très limitée, très isolée dans la partie nord et occupe une aire de répartition
extrêmement restreinte confinée aux complexes de dunes bordant
la frontière entre l’Alberta et la Saskatchewan. La population
canadienne de cette espèce est séparée de l’aire de répartition
principale de l’espèce aux États-Unis depuis environ 6 000 ans et
s’est particulièrement adaptée à son habitat du nord, y compris
par un corps plus large, une maturité plus précoce et une capacité
de dormance hivernale. Toutefois, la survie à l’hiver est faible et
il ne reste que 1 000 individus ou moins à la fin de la plupart des
hivers. On ne dispose d’aucune donnée sur les tendances de la
population, mais, selon les faits, les populations subissent de vastes fluctuations qui sont aggravées par les influences de l’être
humain sur l’habitat. Le rat kangourou d’Ord vit dans les dunes
de sable ouvertes, un habitat que la stabilisation des dunes a nettement réduit avec le temps. Le taux de perte de dunes actives est
probablement un indicateur du taux de déclin de la population du
rat kangourou. Les dunes actives connaissent un déclin à la cadence moyenne de 40 % par décennie depuis 1949 et, selon les
projections, il ne restera plus aucune dune active d’ici 2014, si la
tendance actuelle se maintient. Il y a eu une hausse des habitats
anthropiques (routes, pistes, allées coupe-feu) occupés par le rat
kangourou d’Ord. Cependant, le taux de mortalité est plus élevé
dans ces habitats. Les menaces qui pèsent sur l’espèce sont notamment la perte continue d’habitat naturel, l’augmentation des
habitats anthropiques et la perturbation.
Le lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii vit dans des habitats de steppe arbustive comportant de l’armoise et se trouve au
Canada dans la vallée de l’Okanagan, dans le centre-sud de la
Colombie-Britannique. Il a élargi son aire de répartition au Canada dans le passé, mais il a vraisemblablement atteint sa répartition
maximale possible. Il est probablement limité à la fois par la disponibilité restreinte de l’habitat et les températures hivernales. La
taille de sa population est inconnue (probablement moins de
3 500 individus) et fluctue vraisemblablement beaucoup, selon la
disponibilité des aliments et la froideur des hivers. Le risque le
plus imminent pour cette sous-espèce vient de la perte continue
d’habitat. La population humaine est en hausse dans son aire de
répartition, et plus de 90 % des terres ont été modifiées. L’habitat
indigène disparaîtra au fil de l’expansion des vignobles et des
villes. Bien que cette espèce se trouve sur les terres cultivées, elle
semble être rare dans ces habitats modifiés.
Reptiles
Reptiles
Two reptiles, namely the Western Painted Turtle (Pacific Coast
population) and the Western Painted Turtle (Intermountain-Rocky
Mountain population), are added to Schedule 1. Both populations
occur at the northern extent of their respective ranges.
Deux reptiles, à savoir la tortue peinte de l’Ouest (population
de la côte du Pacifique) et la tortue peinte de l’Ouest (population
intramontagnarde et des Rocheuses), sont ajoutés à l’annexe 1.
Ces deux populations sont présentes dans la partie nord de leur
aire de répartition respective.
Au Canada, la tortue peinte de l’Ouest est présente du nord du
lac Supérieur jusqu’à l’ouest de l’île de Vancouver. Elle a besoin
d’étangs et de lacs peu profonds ou de ruisseaux au débit lent
entourés d’une végétation émergente abondante. Les mâles
In Canada, the Western Painted Turtle ranges from north of
Lake Superior westward to Vancouver Island. It requires shallow
ponds and lakes or slow-moving streams with abundant emergent
vegetation. Males mature at 8–10 years of age, females at
2584
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
12–15 years, and individuals live for 50 years or more. Juveniles
are subject to high mortality. This late age of maturity and low
reproductive success make the species as a whole very sensitive
to increased juvenile and adult mortality.
The Pacific Coast population of the Western Painted Turtle is
isolated from other Canadian populations. It occurs in very small
numbers at few locations in a highly developed area where the
majority of natural wetland habitats has been lost or degraded due
to urbanization and conversion to agriculture. Roads near nesting
areas are causing high mortality among both breeding females
migrating to nesting areas and dispersing juveniles. The human
population within this turtle’s range is expected to continue growing, resulting in worsening conditions for the turtle.
The Intermountain-Rocky Mountain population of the Western
Painted Turtle is at risk due to wetland loss as well as increased
mortality and population isolation and fragmentation by expanding road networks. Much of its current range is largely agricultural, with urban centres dominant and growing along some lake
and river sections. Populations of the turtle are often small. Roads
intercepting nesting areas are causing high mortality. Wetland
degradation and loss, through urbanization and infilling for vineyards, are on the rise, and many of the remaining wetlands are
being degraded by various human activities.
parviennent à maturité quand ils sont âgés de 8 à 10 ans, les femelles quand elles ont entre 12 et 15 ans, et cette espèce a une
durée de vie de 50 ans ou plus. Le taux de mortalité est élevé chez
les jeunes. L’âge de maturité avancé et le peu de succès sur le
plan de la reproduction rendent l’espèce dans son ensemble sensible à la mortalité juvénile et adulte accrue.
La population de la côte du Pacifique de la tortue peinte de
l’Ouest est isolée des autres populations canadiennes. Elle est
présente en très petit nombre à quelques endroits dans des régions
très développées, où la plus grande partie de l’habitat de terre
humide a été perdue ou dégradée par l’urbanisation et la conversion à l’agriculture. Les routes proches des aires de nidification
sont la cause d’un taux de mortalité élevé parmi les femelles reproductrices en migration vers les aires de nidification et les juvéniles qui se dispersent. La population humaine dans l’aire de
répartition de cette tortue devrait continuer de croître, ce qui ne
fera qu’aggraver la situation pour la tortue.
La population intramontagnarde et des Rocheuses de la tortue
peinte de l’Ouest est en péril en raison de la perte de terres humides et de la mortalité accrue, ainsi que de l’isolement et de la
fragmentation de la population attribuables à l’expansion du réseau routier. La plus grande partie de son aire de répartition actuelle est largement agricole, avec des centres urbains dominants
et en croissance le long de parties de lacs et de rivières. Les populations de tortues sont souvent petites. Les routes traversant les
aires de nidification entraînent un taux élevé de mortalité. La dégradation et la perte des terres humides dues à l’urbanisation et au
remplissage pour les vignobles sont à la hausse, et bien des terres
humides restantes sont dégradées par diverses activités humaines.
Arthropods
Arthropodes
Seven species of arthropods are added to Schedule 1. These are
the Aweme Borer, Eastern Persius Duskywing, Five-spotted Bogus Yucca Moth, Non-pollinating Yucca Moth, Gold-edged Gem,
Half-moon Hairstreak and Sonora Skipper.
Sept espèces d’arthropodes sont ajoutées à l’annexe 1. Ce sont
le perce-tige d’Aweme, l’hespérie Persius de l’Est, la fausseteigne à cinq points du yucca, la teigne tricheuse du yucca,
l’héliotin d’Aweme, le porte-queue demi-lune et l’hespérie du
Sonora.
Le perce-tige d’Aweme est l’un des papillons de nuit les plus
rarement observés en Amérique du Nord. Il est connu dans seulement trois sites très espacés du sud du Canada et deux autres au
nord-est des États-Unis. Tous les sites de collecte sont situés le
long du littoral ancien ou actuel du lac glaciaire Agassiz ou de
l’un des Grands Lacs. Six des sept spécimens ont été collectés
entre 1905 et 1936, et on pensait l’espèce disparue jusqu’à ce
qu’un unique spécimen soit capturé en Ontario en 2005, près de
70 ans plus tard. Bien que les exigences précises en matière d’habitat de l’espèce soient inconnues, selon les renseignements disponibles, l’habitat de ce papillon de nuit se limite aux dunes de sable
et aux prairies-parcs de chênes, qui ont tous deux subi une fragmentation et des déclins importants. Apparemment, l’habitat adéquat dans tous les sites historiques a été perdu ou dégradé à tel point
que les experts croient que ce papillon de nuit est probablement
disparu de ces sites. Des recherches dirigées intensives dans les
environs de tous les sites historiques n’ont pas permis de trouver
des spécimens de l’espèce. Les parcelles restantes de prairie de
chênes à gros fruits existent à proximité du site de collecte de
2005 en Ontario, mais la plus grande partie de cet habitat a été
perdue dans le passé, et des activités poussées de collecte dans le
secteur depuis 20 ans n’ont permis de trouver aucun autre spécimen. Ce fait porte à croire que la population est très faible, et le
site canadien récemment découvert pourrait bien être le dernier où
l’espèce persiste.
The Aweme Borer is one of the most rarely sampled moths in
North America. It is known from only three widely separated sites
in southern Canada and another two in the northeastern United
States. All collection sites are located along the former or present
shores of glacial Lake Agassiz or one of the Great Lakes. Six of
the seven specimens were collected between 1905 and 1936, and
the species was thought to be extinct until a single specimen was
captured in Ontario in 2005, almost 70 years later. Although the
species’ precise habitat requirements are unknown, available information suggests that the moth is restricted to sand-dune and
oak-prairie habitats, both of which have undergone severe declines and fragmentation. Apparently suitable habitat at all historic sites has been lost or degraded to the extent that experts believe
that the moth has likely been extirpated from these sites. Intensive
directed searches in the vicinity of all the historic sites failed to
turn up the species. Remnant patches of burr oak prairie exist in
the vicinity of the 2005 collection site in Ontario, but much of this
habitat has been lost in the past and extensive collecting in the
area over the past 20 years has failed to locate additional specimens. This information points to very low population numbers,
and the recently discovered Canadian site may be the last location
where the species persists.
2585
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
The Eastern Persius Duskywing, Five-spotted Bogus Yucca
Moth, Non-pollination Yucca Moth and Sonora Skipper all occur
in Canada as isolated northern outlier populations. The distribution of all four species is likely limited by a combination of low
availability of suitable habitat and climate.
The Eastern Persius Duskywing is a habitat specialist restricted
to open oak savannahs, pine barrens and prairies where its larval
host plants are present. Suitable habitat has declined throughout
the butterfly’s range due to conversion to agriculture, resource
extraction, fire suppression, urbanization and other forms of development. The butterfly has declined significantly in much of its
North American range and has been extirpated from some areas.
Most remnant populations in the United States are small and considered to be highly at risk. Because suitable habitat for the Eastern Persius Duskywing has always been limited in the Canadian
portion of its range in southern Ontario, the butterfly was probably never widespread or common in that location. It has been
recorded from only two widely separated and isolated sites at the
extreme northern edge of its range. Much of its habitat in Canada
was rendered unsuitable when its host plant, wild lupine, disappeared or was reduced to small patches. Some suitable habitat
now exists as a result of restoration efforts, but the butterfly has
not been reported in Canada since 1987 despite considerable repeated and directed search efforts by competent lepidopterists.
Both the Five-spotted Bogus Yucca Moth and the Nonpollinating Yucca Moth are habitat specialists whose larvae develop only within the flower stalks or seeds of Soapweed. Because flower stalks are retained and seeds develop only after
pollination occurs, both moth species are completely dependent
on the co-existence of Soapweed, a Threatened plant, and its sole
pollinator, the Yucca Moth, which is also an Endangered species.
In Canada, both occur as only one or two populations which inhabit a very small, restricted area in southeastern Alberta, isolated
from the main range of the species in the United States. Soapweed in this area experiences high levels of deer and pronghorn
grazing which greatly reduces recruitment of all yucca moth species in some years. Several consecutive years of no recruitment
due to the removal of all flower stalks by grazing could cause the
extirpation of both yucca moth species. Other threats to Soapweed, such as grazing by cattle, use of herbicides, damage by offroad vehicles, and collection of plants for horticultural purposes,
all have detrimental effects on both moth species.
The Half-moon Hairstreak occurs in Canada as disjunct populations in two small, restricted areas, one on each side of the
continental divide, at the northern extent of the species’ range.
The Alberta population of the butterfly experiences extreme fluctuations and its habitat is at risk due to invasive plants as well as
measures used to control the invaders. The British Columbia population, which occurs in the Okanagan valley, has undergone declines in the past due to substantial habitat loss. Currently, the
butterfly occurs in an area that is under pressure from the expanding human population, conversion of native habitats to agriculture, and invasion of the natural habitat by the exotic plant
knapweed.
2586
L’hespérie Persius de l’Est, la fausse-teigne à cinq points du
yucca, la teigne tricheuse du yucca et l’hespérie du Sonora se
trouvent toutes au Canada en populations septentrionales périphériques isolées. La répartition des quatre espèces est vraisemblablement limitée par une combinaison de faible disponibilité
d’habitat adéquat et de climat.
L’hespérie Persius de l’Est est un spécialiste de l’habitat limité
aux savanes à chênes ouvertes, aux landes à pins et aux prairies
où se trouvent ses plantes hôtes. L’habitat adéquat a diminué dans
toute l’aire de répartition du papillon en raison de la conversion à
l’agriculture, de l’extraction de ressources, de la lutte contre les
incendies, de l’urbanisation et d’autres formes de développement.
Ce papillon a connu un déclin important dans la plus grande partie de son aire de répartition nord-américaine et il est disparu de
certaines régions. La plupart des populations restantes aux ÉtatsUnis sont petites et considérées comme en grand péril. Comme
l’habitat adéquat de l’hespérie Persius de l’Est a toujours été limité
dans la portion canadienne de son aire de répartition, dans le sud
de l’Ontario, le papillon n’a probablement jamais été très répandu
ou commun dans cet endroit. Il n’a été observé qu’en deux sites
très éloignés l’un de l’autre et isolés, à l’extrême nord de son aire.
Une grande partie de son habitat au Canada a été rendue inhabitable quand sa plante hôte, le lupin vivace, a disparu ou a été réduite à de petites parcelles. Il existe encore un habitat adéquat
grâce aux activités de rétablissement, mais le papillon n’a pas été
observé au Canada depuis 1987 en dépit des considérables efforts
de recherche répétés et dirigés des spécialistes des lépidoptères.
La fausse-teigne à cinq points du yucca et la teigne tricheuse du
yucca sont toutes deux des spécialistes de l’habitat, car leurs larves ne peuvent se développer que dans la tige de la fleur ou la
graine du yucca glauque. Puisque les tiges de fleurs sont retenues
et que les graines n’apparaissent qu’après la pollinisation, les
deux espèces de papillon de nuit sont entièrement tributaires de
leur coexistence avec le yucca glauque, une plante menacée, et
son unique agent de pollinisation, teigne du yucca, est lui aussi
une espèce en voie de disparition. Au Canada, on ne trouve
qu’une ou deux populations de ces deux papillons, qui habitent
une région très petite et restreinte du sud-est de l’Alberta, isolées
de l’aire de répartition principale de l’espèce aux États-Unis. Le
yucca glauque dans cette région fait l’objet de broutage massif
par les cerfs et les antilopes d’Amérique, ce qui réduit nettement
le recrutement de toutes les espèces de papillons du yucca certaines
années. L’absence de recrutement pendant plusieurs années
consécutives (en raison de l’élimination de toutes les tiges de
fleurs par le broutage) pourrait signifier la disparition des deux
espèces de papillon du yucca. D’autres menaces qui pèsent sur le
yucca glauque, telles que le broutage par le bétail, l’utilisation
d’herbicides, les dommages causés par les véhicules hors-route et
la cueillette de plantes à des fins horticoles, ont des effets négatifs
sur les deux espèces de papillon.
Le porte-queue demi-lune est présent au Canada dans des populations isolées dans deux régions petites et restreintes, des deux
côtés de la ligne continentale de partage des eaux, à l’extrémité
nord de l’aire de répartition de l’espèce. La population de l’Alberta de ce papillon connaît des fluctuations extrêmes, et son habitat est mis en péril par les plantes envahissantes et les mesures
prises pour contrôler leur invasion. La population de la ColombieBritannique, présente dans la vallée de l’Okanagan, a connu des
déclins dans le passé attribuables à une importante perte d’habitat.
Actuellement, le papillon est présent dans une région qui fait
l’objet de pressions exercées par l’expansion de la population
humaine, la conversion des habitats indigènes à l’agriculture et
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
The Sonora Skipper inhabits moist meadows in a small, restricted area in a landscape that is primarily forested. In Canada, it
is known to occur at six scattered sites, each with a small population. It may occur at additional locations within the known restricted range, but does not occupy all apparently suitable habitat.
Throughout its range, it is known to occur as small, patchily distributed populations. Canadian populations appear to be isolated
from each other and from the closest populations in the United
States. The butterfly is able to use some disturbed habitats, such
as grassy roadsides and logged areas but only if these habitats are
moist. As a result, these habitats only remain suitable for a limited
time. While natural succession of open areas to forests and the
aging of forestry plantations to closed-canopy forests impact the
Sonora Skipper’s population, it is also at risk due to the loss of
natural habitats from intensive livestock grazing, and fire control.
The rare Gold-edged Gem is known globally to exist in only
four locations, two of them in Canada. This moth is a habitat specialist confined to open sand dunes and blow-outs associated with
its larval host plant, a native sunflower. The large-scale decline in
the number of open sand areas over the past 100 years correlates
with a reduction in the moth’s population size. The average rate
of decline of active dunes since 1949 has been 40% per decade.
Open sand habitats now occur as small, scattered and isolated
remnant patches that may continue to decline. It is projected that
if current trends continue, there may be no active dunes left by
2014. The moth is at risk due to habitat loss as a result of sand
dune stabilization by both native and introduced vegetation and
by overgrazing of the moth’s larval host plant.
l’invasion de l’habitat naturel par de la plante exotique, centaurée
maculée.
L’hespérie du Sonora habite des prés humides dans une petite
région restreinte, dans un paysage principalement forestier. Au
Canada, sa présence est connue dans six sites dispersés, chacun
ayant une petite population. Il est possible qu’elle soit présente en
d’autres lieux dans l’aire de répartition restreinte connue, mais
elle n’occupe pas un habitat apparemment adéquat. Dans toute
son aire de répartition, elle est présente en populations petites et
éparses. Les populations canadiennes semblent isolées les unes
des autres et des populations les plus proches des États-Unis. Le
papillon est capable d’utiliser des habitats perturbés, comme les
bords de routes gazonnés et les régions où il y a eu de l’exploitation forestière, mais seulement si ces habitats sont humides. Par
conséquent, ces habitats ne restent adéquats qu’un certain temps.
Bien que la succession naturelle de régions ouvertes en forêts et le
vieillissement des plantations forestières devenant des forêts à
couvert fermé aient un impact sur la population d’hespérie du
Sonora, celle-ci est aussi mise en péril par la perte d’habitats naturels attribuable au broutage intensif du bétail et à la lutte contre
les incendies.
Dans le monde entier, la présence du rare héliotin d’Aweme
n’est connue qu’en quatre endroits, dont deux au Canada. Ce papillon est un spécialiste de l’habitat confiné aux dunes de sable
ouvertes et aux creux de déflation associés à la plante hôte, un
tournesol indigène. Le déclin marqué des régions de sable à
découvert depuis les 100 dernières années correspond à une réduction de la taille de la population de ce papillon. Le taux moyen
de déclin des dunes actives depuis 1949 a été de 40 % par décennie. Les habitats de sable dégagés sont désormais présents dans de
petites parcelles éparpillées et isolées dont le déclin pourrait se
poursuivre. On prévoit que si la tendance se maintient, il pourrait
ne plus rester de dune active d’ici 2014. Le papillon est en péril
en raison de la perte d’habitat découlant de la stabilisation des
dunes de sable, de la végétation indigène et introduite, ainsi que
du broutage excessif de la plante hôte de la chenille du papillon.
Molluscs
Mollusques
One mollusc, namely the Blue-grey Taildropper Slug, is added
to Schedule 1. This slug is associated with moist coniferous or
mixed forests in the northwestern United States and reaches the
extreme northern limit of its range on southern Vancouver Island
where it is known to exist in only five locations. All of the known
occurrences of the species are on federal land or on regional park
land, not currently threatened by development; however, the species may occur in unprotected habitat on private lands. The species is at risk from continuing habitat loss, fragmentation and
degradation through human activities, and land conversion and
effects of introduced plants. There is evidence to suggest that it is
also at risk due to competition with exotic invasive snails and
slugs.
Un mollusque, à savoir la limace-prophyse bleu-gris, est ajouté
à l’annexe 1. Cette limace est associée aux forêts de conifères humides ou mixtes du nord-ouest des États-Unis et atteint la limite
extrême nord de son aire de répartition dans le sud de l’île de
Vancouver, où sa présence n’est connue qu’à cinq endroits. L’espèce se manifeste sur le territoire domanial ou sur le terrain régional des parcs actuellement non menacé par le développement;
l’espèce peut être présente dans un habitat non protégé sur les
terres privées. L’espèce est en péril en raison de la perte, de la
fragmentation et de la dégradation continues de son habitat attribuables aux activités humaines et à la conversion des terres et aux
effets des plantes introduites. Les données recueillies laissent à
croire qu’elle est aussi en péril en raison de la concurrence avec
des escargots et des limaces exotiques envahissants.
Plants and Lichens
Plantes et lichens
Thirteen species of vascular plants and lichens are added to
Schedule 1. They are the American Columbo, Brook Spikeprimrose, Cherry Birch, Coast Microseris, Contorted-pod Eveningprimrose, Dwarf Woolly-heads (Southern Mountain population),
Dwarf Woolly-heads (Prairie population), Rough Agalinis, Shortrayed Alkali Aster, Bolander’s Quillwort, Green-scaled Willow,
Smooth Goosefoot, and Cryptic Paw lichen.
On propose d’ajouter treize espèces de plantes vasculaires et de
lichens à l’annexe 1. Ce sont la frasère de Caroline, l’épilobe de
Torrey, le bouleau flexible, le microséris de Bigelow, l’onagre à
fruits tordus, le psilocarphe nain (population des montagnes du
Sud), le psilocarphe nain (population des Prairies), la gérardie
rude, l’aster feuillu, l’isoète de Bolander, le saule à bractées vertes, le chénopode glabre et le lichen cryptique.
2587
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
Habitat loss is the most important threat to the majority of these
plants. Competition from introduced exotic plants, many of which
are invasive, is a further threat to many of these native species,
including Contorted-pod Evening-primrose, Smooth Goosefoot,
American Columbo, Coast Microseris and Short-rayed Alkali
Aster.
Except for three species (Smooth Goosefoot, Cryptic Paw Lichen, and Green-scaled Willow), all the plants have substantial
North American distributions but occur only in small, restricted
areas in southern Canada where they are at the northern limits of
their range. The southern parts of the country where these plant
species occur are also areas where human populations and their
impacts are greatest. As a result, most species are affected by
habitat loss, degradation and fragmentation resulting from a variety of human activities, such as urban and industrial development, oil and gas exploration, conversion of native habitats to
agriculture, extensive prairie burning, intensive grazing, herbicide
use, logging, alteration of lake levels, shoreline development, and
successional processes resulting from fire suppression.
Among the peripheral plant species, the Coast Microseris and
Contorted-pod Evening-primrose occur in Canada as small, disjunct, northern outlier populations, separated from the main part
of the species’ range in the United States by hundreds of kilometres. Both of these species occur on south-eastern Vancouver
Island and adjacent Gulf islands where their habitat is naturally
fragmented; however, the habitat fragmentation can be exacerbated by human activities. Both species are threatened by habitat
loss and degradation by urban development, recreational and
other human activities (such as trampling, landscaping and mowing, all-terrain vehicle use and golf courses) and invasive alien
plants. If either species disappears from a currently occupied
habitat patch, that patch is unlikely to be re-colonized by the
species.
The Green-scaled Willow, a Canadian endemic species, has an
extremely small global distribution. It occurs only on serpentine
outcrops on one mountain top on the Gaspé Peninsula. The entire
known global population is within a “maximum preservation
zone” in a provincial park. Despite that, a small number of plants
adjacent to a trail have been damaged by hikers. A random natural event could also have an impact on this species.
Bolander’s Quillwort is an aquatic plant known to exist in Canada only in one lake in a national park. The species inhabits cold,
upper subalpine, alkaline ponds and small lakes. It previously
occurred at two lakes in the same park but became extirpated
from one of them for unknown reasons although its habitat remains intact. The extant population is large and appears stable.
There are currently no known serious or impending risks to the
plant, but it could be affected by a random event, which is
thought to be the cause for extirpation of the species from the
other lake in which it previously occurred.
Another species with an extremely small extant range in Canada is the Cherry Birch. It is a Carolinian species that likely once
had a somewhat larger distribution in southern Ontario, but has
undergone severe habitat losses due to human activities. The
2588
La perte d’habitat est la plus grande menace qui pèse sur la majorité de ces plantes. La compétition des plantes exotiques introduites, dont bon nombre sont envahissantes, constitue une autre
menace pour un bon nombre de ces espèces indigènes, y compris
l’onagre à fruits tordus, le chénopode glabre, la frasère de Caroline, le microséris de Bigelow et l’aster feuillu.
À l’exception de trois espèces (le chénopode glabre, le lichen
cryptique et le saule à bractées vertes), toutes les plantes ont une
importante répartition en Amérique du Nord, mais elles ne se
trouvent que dans de petites zones restreintes du sud du Canada,
où elles sont à la limite extrême nord de leur aire de répartition.
Les parties sud du pays où ces espèces de plantes sont présentes
sont aussi des régions où les populations humaines et leurs répercussions sont les plus grandes. En conséquence, la plupart des
espèces sont touchées par la perte, la dégradation et la fragmentation de l’habitat qui découlent de diverses activités humaines,
telles que le développement urbain et industriel, l’exploration
pétrolière et gazière, la conversion des habitats indigènes à
l’agriculture, le brûlage massif de prairies, le broutage intensif,
l’utilisation d’herbicides, l’exploitation forestière, la modification
du niveau des lacs, le développement riverain et les processus
de succession découlant de la lutte contre les incendies.
Au nombre des espèces de plantes périphériques, le microséris
de Bigelow et l’onagre à fruits tordus sont présents au Canada en
petites populations isolées aux limites nord de leur aire, séparées
de la principale partie de l’aire de répartition de l’espèce aux
États-Unis par des centaines de kilomètres. Ces deux espèces sont
présentes dans le sud-est de l’île de Vancouver et sur les îles Gulf
adjacentes où leur habitat est naturellement fragmenté. Cependant, la fragmentation de l’habitat peut être exacerbée par les
activités humaines. Les deux espèces sont menacées par la perte
et la dégradation de l’habitat attribuables au développement urbain, aux activités récréatives et aux autres activités humaines
(comme le piétinement, l’aménagement paysager et la tonte,
l’utilisation de véhicules tout-terrain et les terrains de golf) et les
plantes exotiques envahissantes. Si l’une ou l’autre espèce disparaît de la parcelle d’habitat actuellement occupée, il est peu probable que cette parcelle puisse être recolonisée par l’espèce.
Le saule à bractées vertes, une espèce endémique du Canada, a
une répartition mondiale extrêmement restreinte. Il n’est présent
que sur les affleurements de serpentine sur la crête d’une montagne de la péninsule de Gaspé. L’intégralité de la population mondiale connue se trouve dans une « zone de préservation extrême »
d’un parc provincial. Malgré cela, un petit nombre de plantes
adjacentes à une piste a été endommagé par des randonneurs. Un
phénomène naturel aléatoire pourrait aussi avoir eu des répercussions sur l’espèce.
L’isoète de Bolander est une plante aquatique connue pour
n’exister au Canada que dans un lac d’un parc national. L’espèce
habite la froide région subalpine supérieure, les étangs alcalins et
les petits lacs. Elle a déjà été présente dans deux lacs du même
parc, mais elle est disparue de l’un deux pour des raisons inconnues, bien que son habitat soit resté intact. La population restante
est vaste et semble stable. Aucun risque imminent connu ne pèse
actuellement sur cette plante, mais elle pourrait être touchée par
un phénomène aléatoire, que l’on pense être la cause de la disparition de l’espèce de l’autre lac où elle existait auparavant.
Une autre espèce dont l’aire de répartition restante au Canada
est extrêmement réduite est le bouleau flexible. Il s’agit d’une
espèce de forêt carolinienne qui, vraisemblablement, a déjà été
plus largement distribuée au sud de l’Ontario, mais qui a connu
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
Cherry Birch is widespread in eastern North America, but in Canada, it occurs at only one site with fourteen mature trees and some
saplings. Although this population is not at risk by humans, it is
so small and occurs in such a restricted area that the trees are very
vulnerable to stochastic events, particularly severe storms blowing in off Lake Ontario, such as the one in 2004 that caused the
loss of some Cherry Birch trees.
The Smooth Goosefoot occurs only on stabilizing sand at the
edges of active dunes and blow-outs and along eroding sandy
river banks and coulees. The plant has undergone substantial declines in the past, commensurate with the steep decline in active
sand dunes. Its habitat is naturally patchy but has become increasingly fragmented with sand dune stabilization. Population size
fluctuates greatly, and current population trends are unknown.
Dune stabilization has levelled off somewhat in recent years, but
trends could reverse in the future. The major risks to the species
are continued habitat loss due to dune stabilization and invasive
species, oil and gas development, and recreational activities.
The Cryptic Paw Lichen is associated with humid coastal and
montane forests, in this case, the old-growth forests along the
west coast and in the Rocky Mountains. It has a patchy distribution and is intolerant to decreased humidity. It may have occurred
at numerous sites along the west coast, but because old-growth
forests are being logged at a fast rate, it has probably been lost
from many sites before it could be identified. Hemlock looper
infestations are also detrimental to this species as defoliation
lowers humidity levels. Global warming, which is expected to
increase temperatures, summer drought, looper infestations and
fires, is expected to exacerbate the overall habitat decline.
une grave perte d’habitat attribuable aux activités humaines. Le
bouleau flexible est répandu dans l’est de l’Amérique du Nord,
mais au Canada, il n’est présent qu’en un endroit, avec quatorze
arbres matures et quelques gaules. Bien que cette population ne
soit pas mise en péril par les êtres humains, elle est si limitée et
vit dans un secteur si restreint que les arbres sont très vulnérables
aux phénomènes stochastiques, particulièrement les orages violents en provenance du lac Ontario, comme celui survenu en 2004
qui a entraîné la perte de quelques bouleaux flexibles.
Le chénopode glabre n’est présent que sur le sable stabilisant
aux abords des dunes actives et des creux de déflation ainsi que le
long des rives érodées des rivières et des coulées. La plante a
connu d’importants déclins dans le passé, correspondant au déclin
rapide des dunes de sable actives. Son habitat est naturellement
clairsemé, mais il s’est de plus en plus fragmenté avec la stabilisation des dunes de sable. La taille de la population fluctue grandement, et les tendances actuelles de la population sont inconnues. La stabilisation des dunes s’est ralentie quelque peu ces
dernières années, mais la tendance pourrait s’inverser dans l’avenir. Les plus grands risques pour l’espèce sont la perte continue
d’habitat attribuable à la stabilisation des dunes et aux espèces
envahissantes, l’exploitation pétrolière et gazière et les activités
récréatives.
Le lichen cryptique est associé aux forêts côtières et alpestres
humides, dans ce cas-ci, les forêts anciennes de la côte Ouest et
des Rocheuses. Sa répartition est clairsemée et elle ne tolère pas la
baisse d’humidité. Elle peut avoir été présente en bien des lieux le
long de la côte Ouest, mais en raison de l’exploitation forestière
qui décime rapidement les forêts anciennes, elle a probablement
disparu de bon nombre de lieux avant d’être identifiée. Les infestations d’arpenteuse de la pruche sont aussi nocives pour cette
espèce, car la défoliation réduit l’humidité. L’on prévoit que le
réchauffement climatique, qui devrait augmenter les températures, les sécheresses en été, l’infestation de l’arpenteuse de la
pruche et les incendies, ne fera qu’exacerber le déclin généralisé
de l’habitat.
Aquatic species
Espèces aquatiques
Six aquatic species are added to Schedule 1 of SARA, including one marine mammal and five freshwater fish.
Six espèces aquatiques sont ajoutées à l’annexe 1 de la LEP, y
compris un mammifère marin et cinq poissons d’eau douce.
Marine mammals
Mammifères marins
The Bering-Chukchi-Beaufort Sea population of Bowhead
Whale is added to Schedule 1 of SARA.
The Bering-Chukchi-Beaufort Sea population of Bowhead
Whale is found in the Western Arctic Ocean and was formally
referred to as the Western Arctic population when the population
was previously assessed as Endangered by COSEWIC in 1986. In
2005, COSEWIC assessed this population as Special Concern,
based on the fact that the population is not yet secure and is potentially negatively affected by climate change, oil and gas development, increasing vessel traffic, and anthropogenic noise. COSEWIC
has recognized that this population has been increasing in size for
at least the last decade and that hunts in Russia, Alaska, and Canada are regulated such that it allows for continued recovery.
La population de baleines boréales des mers de Béring, des
Tchouktches et de Beaufort est ajoutée à l’annexe 1 de la LEP.
La population de baleines boréales des mers de Béring, des
Tchouktches et de Beaufort se trouve dans l’ouest de l’océan Arctique et on y référait officiellement comme la population de
l’ouest de l’Arctique lorsque la population a été évaluée comme
étant en voie de disparition par le COSEPAC en 1986. En 2005, le
COSEPAC a désigné cette population comme étant préoccupante,
puisque la population n’est pas encore protégée et qu’elle pourrait
être négativement touchée par les changements climatiques,
l’exploitation pétrolière et gazière, la hausse de la circulation maritime et le bruit de source anthropique. Le COSEPAC a reconnu
que cette population est à la hausse depuis au moins dix ans et que
la chasse en Russie, en Alaska et au Canada est réglementée de
façon à permettre un rétablissement continu.
Par le passé, la surexploitation par les baleiniers commerciaux
était la raison principale de la diminution du nombre de baleines
boréales. Avant le début de la pêche commerciale à la baleine en
1849, la population de baleines boréales des mers de Béring, des
Historically, over-exploitation by commercial whaling was the
major cause of the decline of Bowhead whales. Prior to the start
of commercial whaling in 1849, the Bering-Chukchi-Beaufort Sea
population in the western Arctic is estimated to have numbered
2589
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
between 10 400 and 23 000 whales. That number declined to approximately 3 000 by the time commercial whaling ended in 1914.
Surveys over the past two decades indicate that this population of Bowhead whales is recovering at an annual rate of 3.4 %,
and that the population in 2001 had reached approximately 10 500
animals. While the population appears to be sizeable and healthy,
increased interest in offshore developments in the Beaufort Sea,
and changes in ocean ice conditions resulting from climate change
may pose a threat to this population.
Tchouktches et de Beaufort dans l’ouest de l’Arctique était estimée entre 10 400 et 23 000 baleines. Ce nombre avait diminué
jusqu’à environ 3 000 quand la pêche commerciale à la baleine a
pris fin en 1914.
Des études menées au cours des vingt dernières années ont indiqué que cette population de baleines boréales se rétablissait à un
taux annuel de 3,4 p. 100 et, en 2001, la population se composait
d’approximativement 10 500 baleines. Bien que la population
semble être assez importante et en santé, l’intérêt accru pour le
développement des régions extracôtières dans la mer de Beaufort
et les changements aux conditions des glaces océaniques entraînés
par les changements climatiques pourraient représenter une menace pour cette population.
Fish
Poissons
The Copper Redhorse, Deepwater Sculpin (Great Lakes/
Western St. Lawrence population), River Redhorse, Shortnose
Cisco, and Kiyi (Upper Great Lakes population) are added to
Schedule 1 of SARA.
The Copper Redhorse is a large-scaled freshwater fish whose
range is limited to a few rivers in southwestern Quebec, including
the St. Lawrence River and some of its tributaries. The distribution and abundance of this species is in decline based on a number
of diverse threats including degradation of water quality, range
restrictions from dams, and the introduction of zebra mussels that
may be a source of contaminants and modification in benthic
communities. The species is rare throughout its range and the
population is both aging and in decline.
Le chevalier cuivré, le chabot de profondeur (population des
Grands Lacs - Ouest du Saint-Laurent), le chevalier de rivière, le
cisco à museau court et le kiyi (population du secteur supérieur
des Grands Lacs) sont ajoutés à l’annexe 1 de la LEP.
Le chevalier cuivré est un poisson d’eau douce à grandes écailles dont l’aire de répartition englobe seulement quelques rivières
du sud-ouest du Québec, y compris le fleuve Saint-Laurent et
certains de ses affluents. La répartition et l’abondance de cette
espèce sont à la baisse en raison de nombreuses menaces différentes, y compris la dégradation de la qualité de l’eau, les restrictions
de l’aire de répartition en raison des barrages, l’introduction des
moules zébrées qui pourraient être une source de contaminants et
la modification des communautés benthiques. Cette espèce est
rare dans l’ensemble de son aire de répartition et la population
vieillit et diminue.
Le chabot de profondeur est un poisson de fond qui habite généralement dans des profondeurs de 60 à 150 mètres. Au Canada,
la population des Grands Lacs - Ouest du haut Saint-Laurent se
trouve seulement dans dix lacs froids hautement oxygénés de
l’Ontario et du Québec. Cette espèce se nourrit principalement
d’insectes et est une importante composante de la diète de poissons comme le touladi et la lotte. Bien que peu de choses soient
connues au sujet de la biologie de cette espèce, le chabot de profondeur est probablement touché de façon négative par la diminution de sa source de nourriture, le zooplancton, et l’enrichissement des lacs avec des nutriments qui peuvent faire diminuer
les niveaux d’oxygène dans les eaux de fond. Il a également été
déterminé que la prédation par le gaspareau et l’éperlan est une
des causes du déclin de l’espèce dans les Grands Lacs.
Le chevalier de rivière est un gros suceur à maturation tardive
qui vit longtemps et qui a besoin de vastes habitats riverains interconnectés pour subvenir aux besoins de tous les stades biologiques. Le frai a lieu à la fin du printemps dans les secteurs où il y a
de l’eau au courant rapide et des fonds recouverts de gravier ou de
galets. Le chevalier de rivière se nourrit principalement d’invertébrés benthiques, y compris les mollusques, les larves d’insectes
et les écrevisses. Il habite dans la partie centrale et de l’est du
réseau fluvial du Mississippi, s’étendant vers le nord jusqu’au
bassin des Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent, et sa présence
est connue en Ontario et au Québec. Les menaces contre cette
espèce comprennent la dégradation de l’habitat en raison de la
pollution et de l’envasement, la régulation des cours d’eau qui a
une incidence sur le débit d’eau et la fragmentation de l’habitat.
Les barrages peuvent avoir des effets négatifs sur les populations
en modifiant les conditions des habitats en amont et en aval, en
limitant les mouvements des poissons individuels et en limitant le
flux génétique entre les populations.
The Deepwater Sculpin is a deep bottom-dwelling fish that
usually inhabit depths between 60 and 150 metres. In Canada, the
Great Lakes/Western St. Lawrence population is found in only ten
cold, highly oxygenated lakes in Ontario and Quebec. This species feeds mainly on insects and is an important component of the
diet of fish such as Lake Trout and Burbot. While little is known
regarding the biology of this species, the Deepwater Sculpin is
likely negatively impacted by declines in its zooplankton food
source and enrichment of lakes with nutrients that can result in
low oxygen levels in bottom waters. Predation by alewife and
smelt has also been identified as a cause of decline for this species
in the Great Lakes.
The River Redhorse is a late-maturing, long-lived, and large
sucker that requires large interconnected riverine habitats to fulfill
all life stages. Spawning occurs during late spring in areas with
fast flowing water and gravel or cobble bottoms. River Redhorse
feed primarily on benthic invertebrates including molluscs, insect
larvae, and crayfishes. The River Redhorse is found throughout
the central and eastern Mississippi River system, extending north
into the Great Lakes basin and St. Lawrence River and is known
from the provinces of Ontario and Quebec. Threats to this species
include habitat degradation from pollution and siltation, stream
regulation affecting water flow, and habitat fragmentation. Dams
can adversely affect populations by altering upstream and downstream habitat conditions, restricting movements of individual
fish, and limiting gene flow between populations.
2590
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
The Shortnose Cisco was historically found in Lakes Huron,
Michigan, and Ontario at depths ranging from 22 to 146 meters.
As it was last recorded from Lake Huron in 1985, Lake Michigan
in 1982, and Lake Ontario in 1964, it may be extinct. Declines of
Shortnose Cisco were likely the result of commercial over-fishing
of deepwater ciscoes that continues, to a limited degree, in the
Canadian waters of Lake Huron.
In Canada, the Kiyi were known from Lakes Huron, Ontario,
and Superior. It is currently believed to be extinct in Lake Ontario
and still in existence only in Lake Superior. It was last reported in
Lake Ontario in 1964 and in Lake Huron in 1973. The population
in Lake Superior appears to be relatively stable and does not appear to be affected by invasive species. Kiyi are not actively targeted by any current fishery although it may occur as bycatch in a
limited deepwater cisco (“chub”) fishery.
Par le passé, le cisco à museau court se retrouvait dans les lacs
Huron, Ontario et Supérieur à des profondeurs variant de 22 à
146 mètres. Comme il a été signalé pour la dernière fois en 1985
dans le lac Huron, en 1982 dans le lac Michigan et en 1964 dans
le lac Ontario, il se peut qu’il soit disparu. Le déclin du cisco à
museau court est probablement dû à la surpêche commerciale des
ciscos de profondeur qui se déroule toujours, à un degré limité,
dans les eaux canadiennes du lac Huron.
Au Canada, le kiyi était présent dans les lacs Huron, Ontario et
Supérieur. On le croit actuellement disparu du lac Ontario, mais il
est toujours présent dans le lac Supérieur uniquement. Il a été
signalé pour la dernière fois en 1964 dans le lac Ontario et en
1973 dans le lac Huron. La population dans le lac Supérieur semble être relativement stable et ne semble pas être touchée par des
espèces envahissantes. Le kiyi n’est pas activement ciblé par les
pêches actuelles, même s’il apparaît à titre de prise accessoire
dans une pêche limitée aux ciscos de fond (« chubs »).
Alternatives
Solutions envisagées
Under SARA, the GiC, within nine months of receiving an assessment of the status of a species by COSEWIC, may review that
assessment and may, on the recommendation of the Minister of
the Environment take one of the following three actions: (1) accept
the COSEWIC assessment and add the species to Schedule 1; (2)
decide not to add the species to Schedule 1; or (3) refer the assessment back to COSEWIC for further information or consideration. All three courses of action were considered when developing this Order.
En vertu de la LEP, le gouverneur en conseil, dans les neuf
mois qui suivent la réception d’une évaluation de la situation
d’une espèce par le COSEPAC, doit examiner cette évaluation et
peut, sur recommandation du ministre de l’Environnement, prendre l’une des trois mesures suivantes : 1) accepter l’évaluation
du COSEPAC et ajouter l’espèce à l’annexe 1; 2) décider de ne
pas ajouter l’espèce à l’annexe 1; 3) renvoyer l’évaluation au COSEPAC pour réexamen ou renseignements supplémentaires. Ces
trois possibilités ont été étudiées lors de l’élaboration du présent
décret.
Un plan d’action est d’accepter les évaluations du COSEPAC et
d’ajouter les espèces à l’annexe 1 de la LEP, ce qui assurerait la
protection de ces espèces conformément aux dispositions de la
LEP, y compris la planification obligatoire du rétablissement et de
la gestion. Le gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre de l’Environnement, ajoute 36 espèces à l’annexe 1 de la
LEP et change le statut de une espèce déjà inscrite sur la liste.
Un autre plan d’action est de ne pas ajouter les espèces à l’annexe 1. Bien qu’elles n’aient pas bénéficié des interdictions prévues dans la LEP ni des activités de rétablissement et de gestion
qui y sont prescrites, les espèces pourraient encore être protégées
par d’autres lois fédérales, provinciales ou territoriales. Le gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre de l’Environnement, a décidé de ne pas inscrire deux espèces à l’annexe 1 de la
LEP.
Un troisième plan d’action est de renvoyer l’évaluation au
COSEPAC pour réexamen ou renseignements supplémentaires. Il
conviendrait de renvoyer ainsi l’évaluation si, par exemple, de
nouveaux renseignements importants ont été reçus après l’évaluation de l’espèce par le COSEPAC. Pendant que le COSEPAC
examine les nouveaux renseignements et qu’il confirme ou modifie son évaluation, les espèces ne bénéficieraient pas des mesures
de protection et de protection et planification du rétablissement
offertes par la LEP, mais elles peuvent être gérées et protégées par
d’autres lois ou politiques. Le gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre de l’Environnement, a décidé de renvoyer
une espèce au COSEPAC pour réexamen et renseignements
supplémentaires.
One course of action is to accept the COSEWIC assessments
and to add the species to Schedule 1 of SARA, thereby ensuring
that these species receive protection in accordance with the provisions of SARA, including mandatory recovery and management
planning. The GiC, on the recommendation of the Minister of the
Environment, is adding 36 species to Schedule 1 of SARA and
changing the status of one species already on the list.
Another course of action is not to add the species to Schedule 1.
Although they would neither benefit from prohibitions afforded
by SARA nor the recovery/management activities required under
SARA, species may still be protected under other federal, provincial or territorial legislation. The GiC, on the recommendation of
the Minister of the Environment has decided to not list two species on Schedule 1 of SARA.
A third course of action is to refer the assessment back to
COSEWIC for further information or consideration. It would be
appropriate to send an assessment back if, for example, significant
new information became available after the species had been assessed by COSEWIC. During the time that COSEWIC reviews
the new information and confirms or modifies its assessment, the
species would not benefit from the protection and recovery planning measures afforded by SARA but may be managed and protected under other legislation or policies. The GiC, on the recommendation of the Minister of the Environment has decided to refer
one species back to COSEWIC for further consideration and
information.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Adding 36 species to Schedule 1 will entail both benefits and
costs in terms of social, economic and environmental considerations
L’ajout de 36 espèces à l’annexe 1 entraînera des avantages et des
coûts en ce qui concerne les considérations sociales, économiques et
2591
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
through the implementation of SARA’s immediate prohibitions
upon listing, and the recovery requirements. Some impacts can be
quantified in absolute terms, while others are more qualitative,
such as the intrinsic value of species or their contribution to the
biological diversity of the planet.
SARA provides a framework for actions across Canada to ensure the survival of wildlife species at risk, and the protection of
our natural heritage. Protecting species from the effects of pollution, overharvesting, alien invasive species and destruction of
habitat is essential. Ultimately, the success of SARA will depend
on the cooperation of the many different constituencies involved
in its implementation.
environnementales par la mise en œuvre des interdictions immédiates de la LEP, dès l’inscription des espèces, et des exigences en
matière de rétablissement. Certaines incidences peuvent être
quantifiées en termes absolus, tandis que d’autres sont plus qualitatives, telles que la valeur intrinsèque de l’espèce et sa contribution à la diversité biologique de la planète.
Le LEP fournit un cadre de mesures dans l’ensemble du Canada visant à assurer la survie des espèces sauvages en péril et la
protection de notre patrimoine naturel. Il est essentiel de protéger
les espèces des effets de la pollution, de la prise excessive, des
espèces exotiques envahissantes et de la destruction des habitats.
Au bout du compte, le succès de la LEP dépendra de la collaboration des nombreuses parties intéressées différentes qui participent
à sa mise en œuvre.
Benefits
Avantages
Upon being listed as extirpated, endangered, or threatened,
aquatic species, migratory birds, and other species where they
occur on federal land in the provinces or on land under the authority of Environment Canada or the Parks Canada Agency in the
territories benefit from immediate protection in the form of prohibitions against killing, harming, harassing, capturing or taking
individuals of species. This protection would bring forth benefits
such as the preservation of species for aesthetic appreciation.
Other benefits include increased opportunities for ecotourism,
enhanced sustainable development, and increased awareness of
conservation, particularly of species at risk. Raising awareness
could encourage private land owners to take voluntary measures
to protect habitat, including individual species at risk on their
lands. The above noted benefits are to be enjoyed by the current
generation as well as the future generations.
Species also have substantial non-economic or intrinsic value to
Canadian society. Canadians want to preserve species for future
generations to enjoy. Many derive value from knowing the species
Dès leur inscription en tant qu’espèces disparues du pays, en
voie de disparition ou menacées, les espèces aquatiques, les oiseaux migrateurs et d’autres espèces, où qu’elles se trouvent sur le
territoire domanial dans les provinces ou sur une terre relevant de
la compétence d’Environnement Canada ou de l’Agence Parcs
Canada dans les territoires, bénéficient d’une protection immédiate sous forme d’interdictions de tuer, de blesser, de harceler, de
capturer ou de prendre des individus. Cette protection comporterait des avantages, comme la conservation de l’espèce pour
l’appréciation esthétique. Au nombre des autres avantages, citons
les possibilités accrues d’écotourisme, le développement durable
accru et la prise de conscience relativement à la conservation, en
particulier les espèces en péril. La sensibilisation pourrait encourager les propriétaires de terres privées à adopter volontairement
des mesures pour protéger l’habitat, y compris celui des espèces
en péril particulières qui se trouvent sur leurs terres. Non seulement la génération actuelle, mais aussi les générations à venir
bénéficieraient de ces avantages.
Un des grands avantages de l’ajout d’une espèce à l’annexe 1
est la conservation de la diversité biologique2, génétique3 et écologique4. La composition génétique unique et l’histoire évolutive
des espèces en péril contribuent à la diversité biologique des ressources naturelles. La biodiversité augmente la productivité des
sols et fournit les ressources génétiques pour les espèces récoltées.
Elle protège contre les perturbations de l’écosystème et les épidémies de maladies et elle est une source essentielle d’agents de
biolutte. L’importance de la diversité biologique a été reconnue à
l’échelle internationale, car plus de 180 pays font maintenant partie de la Convention sur la diversité biologique, laquelle s’engage
à promouvoir la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité. L’ajout d’espèces à l’annexe 1 aidera également le Canada à respecter son récent engagement en vertu de la Convention à
réduire de façon importante le taux actuel de perte de biodiversité
d’ici 2010.
Les espèces ont aussi une grande valeur non économique ou intrinsèque pour la société canadienne. Les Canadiennes et les Canadiens veulent conserver les espèces au profit des générations à
———
———
2
2
A significant benefit of adding species to Schedule 1 is the conservation of biological,2 genetic3 and ecological4 diversity. The
unique genetic composition and evolutionary histories of species
at risk contribute to the biological diversity of natural resources.
Biodiversity enhances the productivity of soils and provides the
genetic resources for harvested species. It protects against ecosystem disruptions and disease outbreaks, and is an essential source
of bio-control agents. The importance of biological diversity has
been recognized internationally, as more than 180 countries have
become parties to the Convention on Biological Diversity, committing to promote the conservation and sustainable use of biodiversity. The addition of species to Schedule 1 will also help Canada meet its recent commitment under the Convention to achieve,
by 2010, a significant reduction in the current rate of biodiversity
loss.
3
4
Biological diversity, often referred to as biodiversity, includes both the amount
and variety of life forms at several levels of scale, for instance, individual, population, community, ecosystem, landscape or biome.
Genetic diversity refers to the number and abundance of gene types within a
population and is important for maintaining the health of individuals and populations over time.
Ecological diversity refers to the number and abundance of ecological types or
zones (e.g. ecosystems and landscape features).
2592
3
4
La diversité biologique, souvent appelée « biodiversité », comprend à la fois la
quantité et la variété des formes de vie à divers échelons, par exemple à ceux de
l’individu, de la population, de la communauté, de l’écosystème, du paysage ou du
biome.
La diversité génétique désigne le nombre et l’abondance de types de gènes dans
une population et est importante au maintien de la santé des individus et des populations au fil du temps.
La diversité écologique renvoie au nombre et à l’abondance de types ou de zones
écologiques (p. ex. les caractéristiques des écosystèmes et des paysages).
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
exist, even if they will never personally see or “use” them. There
is also value derived from retaining the option to observe or even
use the species at some future time.
venir. Beaucoup accordent une valeur au fait de savoir que ces espèces existent, même si ces personnes ne verront ni « n’utiliseront »
jamais personnellement ces espèces. Il y a aussi une valeur accordée à la conservation de la possibilité d’observer ou même d’utiliser les espèces à un certain moment dans l’avenir.
Terrestrial species
Espèces terrestres
Some economic benefits, such as the cultural value of a species,
are difficult to quantify. Willingness to pay is one measure used to
estimate the benefits associated with environmental initiatives. It
is the amount of money an individual is willing to pay, for example, to protect a species at risk, to improve environmental quality
and to preserve natural resources. If an environmental service or
good is being traded in a competitive market, market price will
provide the best estimate of the benefit.
Certains avantages économiques, comme la valeur culturelle
d’une espèce, sont difficiles à quantifier. La disposition à payer
est une mesure employée pour estimer les avantages associés aux
initiatives environnementales. C’est le montant d’argent qu’une
personne est prête à payer, par exemple, pour protéger une espèce
en péril, améliorer la qualité de l’environnement et préserver les
ressources naturelles. D’un autre côté, si un service ou un bien
environnemental est échangé sur un marché compétitif, le prix du
marché représenterait un meilleur estimé de l’avantage.
En l’absence de marchés, des approches non marchandes peuvent être utilisées pour estimer la volonté de payer en vue de protéger une espèce. L’approche qui consiste à utiliser de l’information provenant d’autres études qui ont fait usage de méthodes
de valorisation non marchande est appelée l’approche de transfert
d’avantages. Cette approche utilise la valeur d’un bien ou d’un service d’une étude comme une approximation de sa valeur marchande.
Une approche non marchande ou une approche de transfert
d’avantages peut être utilisée, comme cela a déjà été le cas, pour
estimer les avantages de l’inscription d’une espèce sauvage en
vertu de la Loi sur les espèces en péril. Toutefois, le manque de
renseignements sur certaines espèces, les coûts minimaux prévus
pour prendre des mesures de protection des espèces, le temps nécessaire pour effectuer la recherche et l’absence de grande préoccupation de la part des intervenants ne justifient pas l’emploi de
cette technique en ce moment.
L’un des grands avantages de l’ajout d’une espèce à l’annexe 1,
tel que mentionné ci-dessus, est la conservation de la diversité
biologique, génétique et écologique. Par conséquent, la protection
assurée par l’inscription d’une espèce terrestre pourrait aider à
protéger notre environnement et nos ressources naturels. Par
exemple, la limace-prophyse bleu-gris pourrait jouer un rôle écologique important en dispersant des spores de champignons mycorhiziens. À mesure que le champignon se répand dans le sol, il
aide les plantes en recueillant les nutriments comme le phosphore
et le nitrogène. La tortue peinte de l’Ouest est l’une des deux seules espèces indigènes restantes de tortues d’eau douce à l’ouest de
l’Ontario, ce qui en fait un élément important de la biodiversité
globale des provinces de l’Ouest, et elle joue peut-être un important rôle écologique dans certaines terres humides. La paruline à
ailes dorées suscite un vif intérêt parmi les scientifiques et le public depuis 30 ans et a un passé génétique unique, étant liée de
près à une seule autre espèce. Comme bien d’autres oiseaux reproducteurs aux habitats de régénération arbustive sont confrontés
à des baisses de population, leur conservation pourrait profiter à
d’autres espèces aviaires au Canada et à d’autres espèces tributaires de ce type d’habitat. Le bruant vespéral de la sous-espèce affinis habite un écosystème rare dont la protection pourrait être bénéfique à bien d’autres espèces moins connues.
La protection et la conservation des ressources naturelles par
l’amélioration de la biodiversité et de l’écologie augmenteraient la
valeur de nos ressources. Dans la documentation, de nombreux
auteurs ont fait une estimation de la valeur de la conservation ou de
la remise en état des ressources. Par exemple, ils ont estimé que la
In the absence of markets, non-market methods can be employed to estimate a willingness to pay to protect a species. The
approach that uses the information from existing studies that have
applied non-market methods of valuation is the benefit transfer
approach. This approach uses the value of a good or service in a
study as a proxy for market values.
A non-market or benefit transfer approach could be employed
to estimate the benefits of listing a wildlife species under the Species at Risk Act. However, lack of information on some species,
the minimal costs expected to arise with actions to protect the
species, the time required to conduct the research and the lack of
major concern of stakeholders, do not warrant the use of this
technique at this time.
A significant benefit of adding species to Schedule 1, as mentioned above, is the conservation of biological, genetic, and ecological diversity. Therefore, the protection realized by listing the
terrestrial species could help to protect our natural environment
and resources. For example, the Blue-grey Taildropper Slug may
play an important ecological role by dispersing spores of mycorrhizal fungi. As the fungus extends itself into the soil, it helps
plants by gathering nutrients such as phosphorus and nitrogen.
The Western Painted Turtle is one of only two extant, native
freshwater turtle species west of Ontario making it a significant
element in the overall biodiversity of the western provinces, and it
may play an important ecological role in some wetlands. The
Golden-winged Warbler has generated much scientific and public
interest over the last 30 years and has a unique genetic history,
being closely allied to only one other species. As many other successional scrub habitat breeding birds are facing population declines, its conservation may benefit additional avian species in
Canada and other species dependant on this habitat type. The
Vesper Sparrow affinis subspecies inhabits a rare ecosystem, protection of which could benefit other lesser known species.
Protecting and conserving natural resources through biodiversity and ecological enhancement would increase the value of our
resources. In the literature, many have estimated the value of conserving or restoring resources. For example, it has been estimated
that protecting natural capital in the Lower Fraser Valley may
2593
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
save society hundreds of millions to billions of Canadian dollars
per year. Goods and services provided by the Valley include food
harvests, recreational uses, flood protection by wetlands, wildlife
viewing, fishing, hunting and other intrinsic and aesthetic values.
Agricultural land case studies estimate the net value of conserving
or restoring natural areas at $220/ha/yr5 in the Grand River Watershed of Ontario, $70/ha/yr in the Upper Assiniboine River
Basin in eastern Saskatchewan and western Manitoba, and
$140/ha/yr in the Mill River Watershed in Prince Edward Island.6
Protecting species at risk brings forth other benefits that are difficult to monetize. For example, the sensitivity of Bolander’s
quillwort to environmental change may provide a valuable indicator of ecological integrity and the seeds of the Brook Spikeprimrose have been used by some First Nations cultures as a food.
These benefits are expected to be small.
Other species that are significant to the Aboriginal communities are the Northern Saw-Whet Owl brooksi subspecies and the
Cherry Birch. The Northern Saw-whet Owl brooksi subspecies is
a distinctive subspecies endemic to Canada and has a special significance to the Haida First Nations, also known as St’awaas
Xaaydgaay, meaning the Saw-whet Owl People. The Cherry
Birch has been used by First Nations for a number of curative and
ceremonial applications.
The benefit of protecting the Northern Saw-whet Owl has not
been quantified but a willingness to pay to protect other birds has
been demonstrated. For example, a study in Edmonton, Alberta
has estimated the willingness to pay by employing a non-market
valuation method for preserving the prairie grasslands habitat of
the Burrowing Owl at $35/household/year.7 Furthermore, ranches
can provide the necessary habitat for the Burrowing Owl, which
eats insects and small rodents often considered pests by land owners. About seven hundred land owners have voluntarily set aside
land for Burrowing Owls, conserving an area larger than the city
of Edmonton.8
protection du capital naturel de la vallée du bas-Fraser pourrait
épargner des centaines de millions, voire des milliards de dollars
canadiens par année. Entre autres biens et services que fournit la
vallée, citons les récoltes alimentaires, les loisirs, la protection
contre les inondations qu’offrent les terres humides, l’observation
des espèces sauvages, la pêche, la chasse et d’autres valeurs intrinsèques et esthétiques. Les études de cas portant sur les terres agricoles chiffrent la valeur nette de la conservation ou de la remise en
état des aires naturelles à 220 $/ha/année5 dans le bassin hydrographique de la rivière Grand en Ontario, à 70 $/ha/année dans le
bassin du cours supérieur de la rivière Assiniboine dans l’est de
la Saskatchewan et l’ouest du Manitoba et à 140 $/ha/année dans
le bassin hydrographique de la rivière Mill de l’Île-du-PrinceÉdouard6.
La protection des espèces en péril comporte d’autres avantages
dont il est difficile de déterminer la valeur monétaire. Par exemple, la sensibilité de l’isoète de Bolander aux changements environnementaux pourrait être un précieux indicateur de l’intégrité
écologique, et les graines de l’épilobe de Torrey ont été utilisées
dans certaines cultures des Premières Nations pour l’alimentation.
Ces avantages devraient être modestes.
D’autres espèces qui sont importantes pour les collectivités sont
la Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi et le bouleau flexible.
La Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi est une sous-espèce
distinctive endémique au Canada et revêt une importance particulière pour la Première Nation Haida, aussi connue sous l’appellation St’awaas Xaaydgaay, signifiant Peuple de la Petite Nyctale.
Le bouleau flexible a, pour les Premières Nations, de nombreuses
applications curatives et cérémoniales.
L’avantage de la protection de la Petite Nyctale n’a pas été
quantifié, mais la preuve a déjà été établie de la disposition à
payer pour protéger d’autres oiseaux. Par exemple, à la suite
d’une étude faite à Edmonton, l’Alberta a estimé la disposition à
payer au moyen d’une méthode valeur non marchande d’évaluation pour préserver l’habitat de la Chevêche des terriers dans
les terres herbeuses des Prairies à 35 $/foyer/année7. De plus, les
ranchs peuvent offrir l’habitat nécessaire à la Chevêche des terriers, qui se nourrit d’insectes et de petits rongeurs souvent considérés nuisibles par les propriétaires fonciers. Environ 700 propriétaires fonciers ont volontairement réservé de leurs terres pour la
Chevêche des terriers, conservant ainsi une superficie plus vaste
que la ville d’Edmonton8.
Aquatic species
Espèces aquatiques
Many of these species occupy an ecological niche as predators,
prey or symbionts, such that their recovery may contribute to
strengthening related predator/prey populations and ecosystems.
Conservation measures taken to protect species listed under
SARA may also prevent other species from becoming at risk.
Species provide various ecosystem services and serve as indicators of, and contributor to, environmental quality. Freshwater fish
are often indicators of good water quality in watersheds where
they occur. Many of these geographically and biologically distinct
Bon nombre de ces espèces occupent une niche écologique
comme prédateurs, proies ou symbiotes, de telle manière que leur
rétablissement peut contribuer au renforcement des populations de
prédateurs et de proies afférentes et des écosystèmes. Les mesures
de conservation prises afin de protéger les espèces inscrites à la
LEP peuvent aussi empêcher d’autres espèces de devenir en péril.
Les espèces fournissent divers services écosystémiques et servent d’indicateurs de la qualité de l’environnement et y contribuent. Les poissons d’eau douce sont souvent des indicateurs
d’une bonne qualité d’eau dans les bassins hydrographiques où ils
———
———
5
5
6
7
8
All values discussed in these studies were converted approximately to 2007
Canadian dollars.
Olewiler, N., “The Value of Natural Capital in Settled Areas of Canada,” Ducks
Unlimited Canada and the Nature Conservancy of Canada, 2004.
Atakelty, H., V. Adamowicz and P. Boxall, “Complements, Substitutes, Budget
Constraints and Valuation,” Environmental and Resource Economics 16, 51-68,
2000.
http://www.mb.ec.gc.ca/nature/endspecies/faq/db07s03.en.html.
2594
6
7
8
Tous les chiffres cités dans ces études ont été convertis approximativement en
dollars canadiens de 2007.
Olewiler, N. 2004. The Value of Natural Capital in Settled Areas of Canada, Canards Illimités Canada et la Société canadienne pour la conservation de la nature.
Atakelty, H., V. Adamowicz et P. Boxall. 2000. Complements, Substitutes,
Budget Constraints and Valuation, Environmental and Resource Economics,
vol.16, p. 51-68.
http://www.mb.ec.gc.ca/nature/endspecies/faq/db07s03.fr.html.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
species are of public and scientific interest due to their unique
genetic composition and evolutionary histories.
Industries such as forestry and fishing have recognized that sustainable use of the resource can result in the long-term viability of
the resource. The protection of marine mammals can provide increased opportunities to expand the ecotourism industry once the
species is recovered. For example, Bowhead Whales in Arctic
waters are of interest to whale-watchers; continuing to rebuild
these populations could benefit this industry. Other benefits are
expected as this population of Bowhead continues to increase,
including increased economic benefits and social and cultural
values from Aboriginal harvests, and the value that people place
on knowing that bowheads exist in growing numbers whether or
not there is any current use of the species. With respect to whale
watching, the total value of whale watching activities (all inclusive trips) in Alaskan waters, based on levels of use for 2004, is
estimated to generate $942,000 annually. In the eastern Canadian
Arctic, the total value of whale watching activities (all-inclusive
and non-inclusive trips) ranges from $503,000 to $548,000. As
well, currently there is a subsistence harvest of the BeringChukchi-Beaufort Sea population of Bowhead Whale by Alaskan
and Russian hunters but less so for Canadian Inuvialuit. Only two
Bowheads from this population have been harvested by Canadian
Inuvialuit since 1991. On the basis of Alaskan information, the
annual net value of a harvested Bowhead Whale is estimated to be
in excess of $580,000.
Canadians depend upon biodiversity for continued food
sources, new medicines and the natural resource economy. Ecosystem health and the sustainable use of our current natural resources may be the source of future economic and employment
opportunities. Many of these species are also valued by Aboriginal peoples for food, social, or ceremonial purposes.
se trouvent. Bon nombre de ces espèces géographiquement et
biologiquement distinctes sont d’intérêt public et scientifique,
étant donné leur composition génétique unique et leur histoire
évolutive.
Les industries telles que la foresterie et la pêche ont reconnu
que l’utilisation durable de la ressource peut mener à sa viabilité à
long terme. La protection des mammifères marins peut offrir des
occasions accrues d’élargir l’industrie de l’écotourisme lorsque
l’espèce est rétablie. Par exemple, la baleine boréale qui est présente dans les eaux arctiques suscite l’intérêt des observateurs de
baleines. Par conséquent, le rétablissement de ces populations profiterait à cette industrie. D’autres avantages sont prévus à mesure que
cette population de baleines boréales continue d’augmenter, y compris d’autres avantages économiques et valeurs sociales et culturelles aux prises des peuples autochtones, et la valeur que les gens
placent sur le fait de savoir que le nombre de baleines boréales est
en croissance, peu importe qu’il y ait une utilisation actuelle pour
cette espèce. En ce qui concerne l’observation des baleines, il est
estimé que toutes les activités d’observation de baleines (les
voyages tout compris) dans les eaux de l’Alaska, selon les niveaux d’utilisation de 2004, génèrent 942 000 $ par année. Dans
l’est de l’Arctique canadien, la valeur totale des activités
d’observation des baleines (voyages tout compris et limités) varie
entre 503 000 $ et 548 000 $. De plus, les chasseurs alaskiens et
russes pêchent actuellement des baleines boréales appartenant à la
population des mers de Béring, des Tchouktches et de Beaufort
aux fins de subsistance; les chasseurs inuvialuits le font aussi dans
une moindre mesure. Seuls deux baleines boréales de cette population ont été pêchées par les Inuvialuit du Canada depuis 1991.
Selon des renseignements de l’Alaska, la valeur annuelle nette
d’une baleine boréale est estimée à plus de 580 000 $.
Les Canadiennes et les Canadiens dépendent de la biodiversité
pour des sources alimentaires continues, des nouveaux médicaments et l’économie des ressources naturelles. La salubrité des
écosystèmes et l’utilisation durable de nos ressources naturelles
actuelles peuvent être la source d’occasions futures en matière
d’économie et d’emploi. Bon nombre de ces espèces sont aussi
valorisées par les peuples autochtones à des fins alimentaires,
sociales ou cérémoniales.
Costs
Coûts
Terrestrial species
Espèces terrestres
The addition of 23 terrestrial species at risk to Schedule 1 of
SARA as threatened or endangered and the change in status of
one species from threatened to endangered creates legal obligations to protect, manage, and recover these species populations
and habitats. These obligations may require individuals to take
precautionary measures to ensure the protection of the species.
For example, the main threat to the Western Painted Turtle,
Pacific Coast Population, is being killed on roads. As such raising
public awareness through compliance promotion could encourage
drivers to take precautionary measures when driving in areas in
which the turtles are often found. Some activities on federal lands
may also be modified, and recovery strategies and action plans
would be developed to provide concrete measures and a timeframe within which to achieve recovery goals. Costs arising from
these actions are expected to be low to moderate.
L’ajout de 23 espèces terrestres en péril à l’annexe 1 de la LEP
en tant qu’espèces menacées ou en voie de disparition, de même
que le changement de statut de une espèce, passant d’espèce menacée à espèce en voie de disparition, crée des obligations légales
de protéger, de gérer et de rétablir les populations et les habitats
de ces espèces. Ces obligations pourraient obliger des particuliers
à prendre des mesures de précaution pour assurer la protection des
espèces. Par exemple, la principale menace pesant sur la population de la côte du Pacifique de la tortue peinte de l’Ouest est
l’écrasement sur les routes. Ainsi, la sensibilisation du public, par
la promotion du respect, pourrait encourager les conducteurs à
prendre des mesures de précaution quand ils roulent dans des secteurs où se trouvent souvent de ces tortues. Certaines activités sur
les terres domaniales pourraient aussi être modifiées, et des programmes de rétablissement et des plans d’action pourraient être
formulés en vue de l’adoption de mesures concrètes et d’un échéancier pour l’atteinte des objectifs de rétablissement. Les coûts
qu’entraîneraient ces actions devraient être de faibles à modérés.
2595
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
Generally, costs are proportional to some key parameters such
as threats, population and distribution, and economic activities
surrounding the species. The range of some species is limited. For
example, the Northern Saw-whet Owl brooksi subspecies inhabits
only British Columbia and the Non-pollinating Yucca Moth inhabits only Alberta. Other species such as Green-scaled Willow,
Cherry Birch, American Columbo, and Dwarf Woolly-heads are
not currently known to occur on federal lands.
Other parameters affecting costs are additional research to fill
knowledge gaps, mitigation measures, and the current level of
protection provided under provincial or territorial legislation or by
voluntary measures. For example, most of the Coast Microseris habitat on Vancouver Island lies within the area already considered by the Garry Oak Ecosystem Recovery Team. Thirteen
percent of the Ord’s Kangaroo Rat habitat occurs in Canadian Forces Base Suffield, which includes the Suffield National
Wildlife Area. Oil and gas development continues to be subject to
environmental assessment and mitigation in the area. The birds
listed by this Order are protected under the Migratory Birds Convention Act, except for the Northern Saw-whet Owl brooksi subspecies which is not a migratory bird. The Pacific Water Shrew
inhabits about 44 distinct locations which cover a vast area, including four Department of National Defence properties and
about 62 Indian reserves.
This Order could affect public access to recreational areas. For
example, the listing of the Short-rayed Alkali Aster could affect
public access to Osoyoos Lake—a recreational beach in British
Columbia. The Short-rayed Alkalai Aster occurs along the shorelines of lakes in the southern Okanagan, and faces threats from
invasive plants, trampling, and future development. Protecting
this species may require some restrictions and a greater use of
sustainable practices. The Order could result in restrictions on
development or resource extraction. For example, the Vesper
Sparrow, the Northern Saw-whet Owl, and the Half-moon Hairstreak butterfly all occur in habitats potentially threatened by development. The only occurrence of the Vesper Sparrow in Canada
is at the Nanaimo airport. A proposed expansion of the runway
could affect the breeding habitat of this species. Mitigation or
modification of the proposal may be necessary. The Northern
Saw-whet Owl occurs in old growth forests of Haida Gwaii/
Queen Charlotte Islands. Approximately 75% of the potential
habitat for the species is subject to future logging. Protection of
the species may require modifications to forestry management
plans. The Half-moon Hairstreak butterfly occurs in sagebrush/bluebunch wheatgrass habitat with silky lupine in the
southern Okanagan. Protection of the habitat of this species may
pose restrictions to urban and agricultural development in the
area.
As SARA only came into full force in 2004, data and information about costs and benefits associated with recovery strategies
and action plans are limited. Based on some existing Canadian
recovery plans, it could cost approximately 2.5 to 3 million dollars per year in each of the first five years to develop and implement recovery strategies and action plans for all of the species
listed as threatened, endangered, or extirpated. There are risks to
this estimate being higher or lower, for example the filling of existing knowledge gaps may lead to higher or lower costs in the
2596
De manière générale, les coûts sont proportionnels à certains
paramètres clés tels que les menaces, la population et la répartition, ainsi que les activités économiques entourant les espèces.
L’aire de répartition de certaines espèces est limitée. Par exemple,
la Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi n’habite que la
Colombie-Britannique, et la teigne tricheuse du yucca ne se
trouve qu’en Alberta. D’autres espèces, telles que le saule à bractées vertes, le bouleau flexible, la frasère de Caroline et le psilocarphe nain, n’ont pas été observées sur des terres domaniales.
Les autres paramètres influant sur les coûts sont la recherche
additionnelle pour combler les lacunes en matière de connaissances, les mesures d’atténuation et le niveau actuel de protection
qu’assurent les lois provinciales ou territoriales ou les mesures
volontaires. Par exemple, la plus grande partie de l’habitat du
microséris de Bigelow sur l’île de Vancouver se trouve dans une
région déjà visée par l’Équipe de rétablissement des écosystèmes
du chêne de Garry. Treize pour cent de l’habitat du rat kangourou
d’Ord se trouve sur la base des Forces canadiennes de Suffield,
qui englobe la réserve nationale de faune de Suffield. L’exploitation pétrolière et gazière continue de faire l’objet d’évaluations
environnementales et de mesures d’atténuation dans la région. Les
oiseaux inscrits dans le cadre du présent décret sont protégés sous
le régime de la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, sauf la Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi, qui
n’est pas un oiseau migrateur. La musaraigne de Bendire habite
environ 44 endroits distincts qui couvrent une vaste région, dont
quatre propriétés du ministère de la Défense nationale et environ
62 réserves indiennes.
Le Décret pourrait avoir une incidence sur l’accès du public aux
secteurs récréatifs. Par exemple, l’inscription de l’aster feuillu pourrait avoir une influence sur l’accès du public au lac Osoyoos — une
plage récréative en Colombie britannique. L’aster feuillu, habite
le long des rivages des lacs dans l’Okanagan méridional, et est
menacée par les plantes envahissantes, le piétinement, et le développement futur. La protection de cette espèce pourrait exiger
certaines restrictions et un emploi accru des pratiques durables. Le
Décret pourrait avoir comme conséquence des restrictions sur le
développement et l’extraction des ressources. Par exemple, le
bruant vespéral, la Petite Nyctale, et la porte queue demi-lune
habitent tous des habitats potentiellement menacés par le développement. Au Canada, le bruant vespéral existe seulement à
l’aéroport de Nanaimo. Une expansion proposée de la piste
d’envol pourrait avoir une incidence sur la niche de cette espèce.
Une réduction ou une modification de la proposition pourrait être
nécessaire. La Petite Nyctale habite les forêts anciennes de l’île du
haida Gwaii et de l’île Queen Charlotte. Environ 75 % de l’habitat
potentiel est sujet à une exploitation future du bois. La protection
de l’espèce pourrait exiger des modifications aux plans de gestion
des forêts. La porte queue demi-lune habite l’habitat d’armoise et
d’agropyre à épi contenant du lupin soyeux dans l’Okanagan méridional. La protection de l’habitat de cette espèce pourrait imposer des restrictions sur le développement urbain et agricole de la
région.
Comme la LEP n’est pleinement entrée en vigueur qu’en 2004,
les données et les renseignements sur les coûts et les avantages
associés aux programmes de rétablissement et aux plans d’action
sont limités. D’après certains plans de rétablissement canadiens
existants, il pourrait en coûter environ 2,5 à 3 millions de dollars
par année, les cinq premières années, pour concevoir et mettre en
œuvre des programmes de rétablissement et des plans d’action
pour toutes les espèces inscrites comme étant en voie de disparition, menacée, ou disparue du pays. Il se peut que ces estimations
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
action plan phase. In addition, there may be costs related to the
identification and protection of critical habitat on federal lands.
These costs cannot be estimated until recovery strategies for the
species have been completed.
The incremental enforcement cost to Environment Canada associated with the automatic prohibitions in sections 32 and 33 of
SARA, that come into force with the listing of the 23 terrestrial
species on Schedule 1 as threatened or endangered, is estimated to
be about $2.7 million over the first five years. The cost estimate is
based on the activities of Environment Canada enforcement officers who are designated under SARA and who will be verifying
compliance with the prohibitions and taking measures to respond
to alleged violations of same. These activities would include
• patrolling the area where the species may be found and
where their residences are located, with such patrolling
being done for a selected number of species in each of the
five fiscal years following their listing on Schedule 1 of
SARA;
• detailed inspections to determine the lack of harm to the
species and the lack of damage or destruction of the residence, with those inspections being done on the same basis
as patrolling activities;
• inspections or investigations following any intelligence received from Wildlife intelligence officers with respect to
buying, collecting, trading or sale of any of the 23 species;
• investigations following a complaint received from a third
party with respect to any of the 23 species;
• court action (injunction and prosecution); and
• assistance in the negotiation of alternative measures under
section 108 of SARA and verifying compliance with those
measures.
The cost set out above applies to activities by enforcement officers on federal lands related to the prohibitions arising from listing. The amount does not include enforcement of sections 32 and
33 in cases where the Governor in Council has made an order
under subsection 34(2) in respect of a province that has not effectively protected a species among the 23 listed as threatened or endangered, or an order under subsection 35(1) in respect of a territory that has similarly not effectively protected one or more of the
23 species listed as threatened or endangered. Further, the amount
does not include enforcement of the terms, conditions and/or requirements of action plans developed under recovery strategies.
As no recovery strategies and action plans are in place for any of
the 23 species listed as threatened or endangered, it is not possible
to estimate the enforcement costs for the action plans.
soient plus élevées ou plus basses; par exemple, combler les lacunes en matière de connaissances pourrait entraîner des coûts plus
élevés ou plus faibles à l’étape du plan d’action. De plus, il pourrait y avoir des coûts liés à l’identification et à la protection
d’habitat essentiel sur des territoires domaniaux. Ces coûts ne
pourront être estimés que lorsque les programmes de rétablissement seront complétés.
On estime que le coût différentiel de l’application de la loi,
pour Environnement Canada, associé aux interdictions automatiques des articles 32 et 33 de la LEP qui entrent en vigueur avec
l’inscription de 23 espèces terrestres à l’annexe 1 en tant qu’espèces
menacées ou en voie de disparition, est de l’ordre de 2,7 millions
de dollars pour les cinq premières années. Le coût estimatif est
fondé sur les activités des agents d’application de la loi d’Environnement Canada, qui sont désignés en vertu de la LEP et qui vérifieront l’observation des interdictions et prendront des mesures
pour répondre aux présumées violations de celles-ci. Ces activités
comprendraient ce qui suit :
• une patrouille du secteur où pourraient se trouver les espèces
et où se situent leurs résidences, effectuée pour un nombre
déterminé d’espèces au cours de chacun des cinq exercices
suivant leur inscription à l’annexe 1 de la LEP;
• des inspections détaillées pour déterminer l’absence de nuisance envers les espèces et de dommage ou de destruction
de leur résidence, effectuées de la même manière que les
patrouilles;
• des inspections ou des enquêtes à la suite de renseignements
reçus d’agents de renseignement de la faune relativement à
l’achat, à la collecte, à l’échange ou à la vente de l’une ou
l’autre des 23 espèces;
• des enquêtes à la suite d’une plainte reçue d’une tierce partie
relativement à l’une ou l’autre des 23 espèces;
• des poursuites en justice (injonction et poursuites);
• de l’aide dans la négociation de mesures de rechange en vertu de l’article 108 de la LEP et une vérification de l’observation de ces mesures.
Les coûts décrits dans les lignes qui précèdent s’appliquent aux
activités des agents d’application de la loi sur les terres domaniales, relatives aux interdictions découlant de l’inscription à la liste.
Le montant ne comprend pas l’application des articles 32 et 33
dans les cas où le gouverneur en conseil établit un décret en vertu
du paragraphe 34(2) relativement à une province qui n’a pas protégé de façon efficace une des 23 espèces inscrites comme espèces menacées ou en voie de disparition, ou un décret en vertu du
paragraphe 35(1) visant un territoire qui n’a également pas protégé de façon efficace au moins une des 23 espèces menacées ou en
voie de disparition. De plus, le montant ne comprend pas l’application des modalités, des conditions ou des exigences des plans
d’action conçus dans le cadre des programmes de rétablissement.
Comme aucun programme de rétablissement ni plan d’action
n’existe pour l’une ou l’autre des 23 espèces inscrites comme
espèces menacées ou en voie de disparition, il n’est pas possible
de faire une estimation des coûts de l’application de la loi liés aux
plans d’action.
Aquatic species
Espèces aquatiques
Costs associated with the listing of one whale and five fish are
based on incremental changes to current activities, the potential
for implications to future human activities, and improving the
status of the species to the benefit of the environment. In some
Les coûts afférents à l’inscription d’une baleine et de cinq poissons sont fondés sur les changements cumulatifs aux activités
actuelles, sur les conséquences possibles sur les activités humaines futures et l’amélioration de la situation des espèces au profit
2597
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
cases, fishing and other human activities may need to be changed
in order for the listed species to be protected and recovered. In
other cases, for example where species are listed as special concern and SARA prohibitions are not in effect, management plans
may require that fishing activities or development be modified to
mitigate impacts on the species. However, there are often limited
socio-economic impacts as significant current and future impacts
are not anticipated and costs to government may be focused on
further scientific research. Nevertheless, a variety of direct management costs will result from adding a species to Schedule 1,
including developing and implementing recovery strategies, action plans and management plans, as well as conducting research,
consultation, negotiation, monitoring, enforcement and stewardship activities.
For future projects that are likely to affect a listed wildlife species and trigger a federal environmental assessment, SARA requires that the competent Minister be notified in writing of the
project. The person required to ensure that a federal environmental assessment is conducted must identify any adverse effects
on the listed wildlife species and its critical habitat, and, if the
project is carried out, ensure that measures are taken to avoid or
lessen those effects and to monitor them. These requirements may
lead to additional costs to the proponent in both preparing the
environmental assessment and fulfilling any mitigation and monitoring requirements.
Of the six species that are added to Schedule 1 of SARA, four
are listed as Special Concern. This means that for the Bowhead
Whale (Bering-Chukchi-Beaufort Sea population), Deepwater
Sculpin (Great Lakes/Western St. Lawrence population), River
Redhorse, and Upper Great Lakes Kiyi, the automatic prohibition
and recovery requirements under SARA do not apply. Therefore,
no costs would be associated with the prohibitions, but any incremental costs will rather result from the implementation of actions,
and compliance verification where necessary, taken under the
Management Plan that is required to be developed for species
listed as Special Concern under SARA.
For the Bering-Chukchi-Beaufort Sea population of Bowhead
Whale, the costs of adding this species to Schedule 1 will likely
be minimal given current management measures already in place,
an increasing population, and a low harvest rate. The Western
Bowhead Management Plan was developed in 1996, and will be
updated and brought into compliance with the Act. This revised
Management Plan will be prepared jointly with the Inuvialuit, and
will consider both Inuvialuit and scientific knowledge in developing management goals and objectives for this population. In addition to the costs of updating the current Management Plan, there
may also be costs associated with increased workload in conducting
environmental reviews for any future projects, as well as continued monitoring of harvesting activities.
The Deepwater Sculpin (Great Lakes/Western St. Lawrence
population), Kiyi (Upper Great Lakes population) and River Redhorse are being added to Schedule 1 as Special Concern. Similar
to the Bowhead Whale, it is anticipated that the costs of adding
these species will be minimal to Canadians. As prohibitions under
SARA are not in force for species listed as Special Concern, costs
from adding these species will be limited to the costs of developing
2598
de l’environnement. Dans certains cas, la pêche et d’autres activités humaines pourraient devoir être modifiées afin que l’espèce
inscrite soit protégée et rétablie. Dans d’autres cas, par exemple
lorsque les espèces sont inscrites à la catégorie « préoccupante »
et que les interdictions de la LEP ne sont pas en vigueur, des plans
de gestion peuvent exiger la modification d’activités de pêche ou
de développement de la pêche afin d’atténuer les impacts sur les
espèces. Cependant, il y a fréquemment des incidences socioéconomiques limitées, car les incidences considérables actuelles et
futures ne sont pas prévues et les coûts pour les gouvernements
peuvent être axés sur des recherches scientifiques plus poussées.
Néanmoins, divers coûts de gestion directe découleront de l’ajout
d’une espèce à l’annexe 1, notamment en ce qui a trait à
l’élaboration et à la mise en œuvre de stratégies de rétablissement,
de plans d’action et de plans de gestion, de même qu’à la réalisation d’activités de recherche, de consultation, de négociation,
d’application de la loi et d’intendance.
Pour ce qui est des projets futurs qui auront probablement une
incidence sur des espèces sauvages inscrites et qui déclencheront
probablement une évaluation environnementale fédérale, la LEP
exige qu’un ministre compétent soit informé du projet par écrit.
La personne qui doit s’assurer qu’une telle évaluation est réalisée
doit déterminer tout effet nuisible sur les espèces sauvages inscrites sur la liste, de même que sur leur habitat essentiel, et si le projet est réalisé, elle doit s’assurer que des mesures sont prises pour
éviter ou diminuer ces effets, et les surveiller. Ces exigences peuvent entraîner pour le promoteur des coûts supplémentaires liés à
la préparation de l’évaluation environnementale et le respect des
exigences en matière d’atténuation et de surveillance.
Des six espèces ajoutées à l’annexe 1 de la LEP, quatre ont le
statut d’espèce préoccupante. Cela signifie que pour la baleine
boréale (population des mers de Béring, des Tchouktches et de
Beaumont), le chabot de profondeur (population des Grands Lac Ouest du haut Saint-Laurent), le chevalier de rivière et le kiyi du
secteur supérieur des Grands Lacs, l’interdiction automatique et
les exigences de rétablissement en vertu de la LEP ne s’appliquent pas. Par conséquent, aucun coût ne sera associé aux interdictions, les coûts différentiels étant plutôt entraînés par la mise
en œuvre des mesures et la vérification de la conformité, au besoin, dans le cadre du plan de gestion qu’il faut élaborer pour les
espèces inscrites comme étant préoccupantes en vertu de la LEP.
En ce qui concerne la population de baleines boréales des mers
de Béring, des Tchouktches et de Beaumont, les coûts entraînés
par l’ajout de cette espèce à l’annexe 1 seront probablement minimaux, étant donné les mesures de gestion déjà en place, la population croissante et le faible taux de prise. Le plan de gestion des
baleines boréales de l’Ouest a été élaboré en 1996. On le mettra à
jour et on le conformera à la LEP. Le plan de gestion révisé sera
préparé en collaboration avec les Inuvialuit et tiendra compte des
connaissances inuvialuites et scientifiques afin d’établir des buts
et des objectifs de gestion pour cette population. En plus des coûts
liés à la mise à jour du plan de gestion actuel, il pourrait y avoir
des coûts associés à une charge de travail accrue pour mener des
examens environnementaux de tous les futurs projets, et assurer la
surveillance continue des activités de récolte.
Le chabot de profondeur (population des Grands Lacs - Ouest
du Saint-Laurent), le kiyi (population du secteur supérieur des
Grands Lacs) et le chevalier de rivière sont ajoutés à l’annexe 1 à
titre d’espèces préoccupantes. Tout comme pour la baleine boréale, il est prévu que le coût entraîné par l’ajout de ces espèces à
la liste sera minimal pour les Canadiennes et les Canadiens. Puisque
les interdictions en vertu de la LEP ne sont pas en vigueur pour
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
and implementing Management Plans. For these species, a priority will be placed on developing the management plans with affected Aboriginal groups, stakeholders, governments, and other
organizations to ensure that management measures are effective
and negative implications to Canadians are minimized.
The Copper Redhorse is being added to Schedule 1 of SARA as
Endangered. This will result in the protection of this species under
the prohibitions prescribed in SARA, and efforts to recover the
species through the mandatory recovery strategy and subsequent
action plan. It is anticipated that the socio-economic impacts from
listing this species will be minimal at this time. The Copper Redhorse is not a target species for recreational or commercial fishers,
although the species can be caught as bycatch. For all fisheries,
the bycatch is relatively small and there are requirements to release caught fish. In the future, increased costs may be associated
with the protection of critical habitat. At the same time, several
initiatives are already underway to protect and recover Copper
Redhorse. Quebec and Fisheries and Oceans Canada have collaborated to develop a revised recovery plan for this species, and
initiated a number of conservation measures, research studies, and
awareness activities.
The Shortnose Cisco is added to Schedule 1 of SARA as Endangered. Impacts to Canadians will be limited due to the remote
likelihood of encountering the species and its historical occurrence only in the deepest waters of the Great Lakes. Most industries such as hydro development, thermal electric generation, or
transportation (ports and dredging) will not be affected from listing the Shortnose Cisco since these industries do not impact deep
waters. Population declines of the Shortnose Cisco likely resulted
from of historical commercial over-fishing of deepwater ciscos.
While it is not clear whether Shortnose Cisco still exists, and the
commercial cisco (“chub”) fishery is currently inactive, there is a
remote possibility that adding this species to Schedule 1 could
negatively impact commercial fisheries if the fishery rebounds
over the next few years and if the Shortnose Cisco is found not to
be extinct. Similarly, Aboriginal fisheries could also be impacted
depending on conservation measures identified in the recovery
strategy, which will be developed in cooperation with directly
affected First Nations or Aboriginal organizations.
In summary, this Order is expected to protect and conserve
Canada’s natural resources by protecting and enhancing its biological, genetic, and ecological diversity. It also encourages sustainable development—development that meets the needs of the
current generation without compromising the ability of the future
generations to meet their needs. The costs associated with such
action, as described above, are expected to be low to moderate.
les espèces désignées préoccupantes, les coûts entraînés par
l’ajout de ces espèces se limiteront aux coûts d’élaboration et de
mise en œuvre des plans de gestion. Pour ces espèces, la priorité
sera accordée à l’élaboration des plans de gestion en collaboration
avec les groupes autochtones, les intervenants, les gouvernements
et d’autres organismes concernés afin de s’assurer que les mesures
de gestion sont efficaces et que les répercussions négatives pour la
population canadienne sont réduites au minimum.
Le chevalier cuivré est ajouté à l’annexe 1 de la LEP à titre
d’espèce en voie de disparition. Cet ajout se soldera par la protection de l’espèce en vertu des interdictions prescrites dans la LEP
et par des initiatives visant à rétablir l’espèce à l’aide d’un programme de rétablissement obligatoire et d’un plan d’action subséquent. Il est prévu que les impacts socioéconomiques provoqués
par l’inscription de l’espèce seront minimes pour l’instant. Le
chevalier cuivré n’est pas une espèce ciblée par la pêche sportive
ou commerciale, bien que l’espèce puisse être pêchée à titre de
prise accessoire. Pour tous les types de pêche, la prise accessoire
est relativement petite et il faut remettre à l’eau les poissons pêchés. À l’avenir, des coûts accrus pourraient être associés à la
protection de l’habitat essentiel. De plus, plusieurs initiatives sont
déjà en cours en vue de protéger et de rétablir le chevalier cuivré. Le
Québec et Pêches et Océans Canada ont collaboré à l’élaboration
d’un plan de rétablissement révisé pour cette espèce, et ils ont
entamé un certain nombre de mesures de conservation, d’études
de recherche et d’activités de sensibilisation.
Le cisco à museau court est ajouté à l’annexe 1 de la LEP à titre
d’espèce en voie de disparition. Les répercussions de cet ajout
pour les Canadiennes et les Canadiens seront limitées en raison de
la faible possibilité de retrouver l’espèce et de sa présence historique uniquement dans les eaux les plus profondes des Grands Lacs.
La majorité des industries, telles que l’aménagement hydroélectrique, la production d’énergie thermique ou les transports
(ports et dragage), ne seront pas touchées par l’inscription du cisco à museau court, puisque ces industries n’ont pas d’impacts sur
les eaux profondes. Le déclin de la population des ciscos à museau court est probablement attribuable à la pêche commerciale
excessive historique des ciscos de profondeur. Bien qu’il ne soit
pas clair si les ciscos à museau court existent toujours et que la
pêche commerciale aux ciscos (« chub ») est actuellement inactive, il existe une faible possibilité que l’ajout de cette espèce à
l’annexe 1 puisse avoir un impact négatif sur la pêche commerciale si les pêches se redressent au cours des prochaines années et
si l’on découvre que le cisco à museau court n’est pas disparu. De
plus, les pêches autochtones pourraient également être touchées
selon les mesures de conservation désignées dans le programme de
rétablissement, qui sera élaboré en collaboration avec les Premières
Nations ou les organisations autochtones directement concernées.
En résumé, il est prévu que le Décret protège et conserve les
ressources naturelles du Canada en protégeant et en améliorant sa
diversité biologique, génétique et écologique. Il encourage également le développement durable, un développement qui satisfait
aux besoins de la génération actuelle sans compromettre la capacité des générations à venir de satisfaire à leurs besoins. Il est prévu
que les coûts associés à ce type de mesure, comme cela est décrit
ci-dessus, soient faibles ou moyens.
Consultation
Consultations
Public consultation is an essential part of the regulatory process
of the Government of Canada. The SARA listing process was
designed to be both open and transparent. Under SARA, the scientific assessment of species status and the decision to place a
La consultation publique est un aspect essentiel du processus de
réglementation du gouvernement du Canada. Le processus
d’inscription des espèces en vertu de la LEP a été conçu pour être
à la fois ouvert et transparent. Sous le régime de la LEP,
2599
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
species on Schedule 1 of SARA involved two distinct processes.
This separation guarantees that scientists benefit from independence when conducting assessments of the biological status of
wildlife species and that Canadians have the opportunity to participate in the decision-making process in determining whether or
not species will be listed under SARA.
l’évaluation scientifique de la situation des espèces et la décision
de les inscrire à l’annexe 1 de la LEP comportent deux processus
distincts. Cette séparation garantit l’indépendance des scientifiques quand ils procèdent à l’évaluation de la situation biologique
d’espèces sauvages et offre à la population canadienne la possibilité de participer au processus décisionnel entourant l’inscription
des espèces en vertu de la LEP.
Consultation prior to pre-publication in Canada Gazette, Part I
Consultation avant la publication préalable dans la Partie I de la
Gazette du Canada
Consultations were conducted on the proposal to list species
under the responsibilities of the Minister of the Environment and
the Minister of Fisheries and Oceans. Environment Canada and
Fisheries and Oceans Canada are committed to work closely to
ensure that all affected stakeholders are consulted.
Des consultations ont eu lieu au sujet de la proposition d’inscrire des espèces relevant du ministre de l’Environnement et
du ministre des Pêches et des Océans. Environnement Canada
et Pêches et Océans Canada se sont engagés à collaborer étroitement afin de s’assurer que tous les intervenants concernés sont
consultés.
Terrestrial species
Espèces terrestres
On November 29, 2006, Environment Canada launched public
consultations on 32 terrestrial species with the publication of
Ministerial Response statements for the 40 species assessments
received by the Minister of the Environment from COSEWIC.
Canadians were invited to express their views on whether or not
to list the 32 terrestrial species on Schedule 1 of SARA.
Le 29 novembre 2006, Environnement Canada a entrepris des
consultations publiques au sujet de 32 espèces terrestres avec la
publication des réactions du Ministère pour les 40 évaluations
d’espèces transmises par le COSEPAC au ministre de l’Environnement. La population canadienne a été invitée à exprimer ses
points de vue sur la décision d’inscrire ou de ne pas inscrire les
32 espèces à l’annexe 1 de la LEP.
Les intervenants et le grand public ont été consultés au moyen
d’un document intitulé « Consultation sur la modification de la
liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : décembre
2006 ». Dans le document de consultation, lequel a été versé dans
le site Web du Registre public de la LEP, on décrivait les espèces
qu’il était envisagé d’inscrire à l’annexe 1. Le processus de
consultation consistait en outre en la distribution du document de
discussion et en la consultation directe d’intervenants particuliers,
y compris des gouvernements provinciaux et territoriaux, des
ministères et des organismes fédéraux, des collectivités et des
organisations autochtones et des conseils de gestion des ressources fauniques.
Pendant les consultations initiales, des commentaires ont été
reçus de dix ministères, trois groupes du secteur privé, six groupes autochtones, y compris l’Office des ressources renouvelables
sur le territoire gwich’in, l’Office des ressources renouvelables du
Sahtu et le Conseil consultatif de la gestion de la faune des Territoires du Nord-Ouest, et quatre organismes non gouvernementaux, y compris Nature Canada et le Sierra Club du Canada. La
majorité des commentaires reçus appuyaient les évaluations du
COSEPAC et demandaient que le ministre de l’Environnement
fasse la recommandation d’inclure les 30 espèces terrestres et
d’inscrire une espèce à une catégorie de risque plus élevé dans
l’annexe 1 de la LEP. Les lignes qui suivent font état des principales préoccupations des intervenants.
Le Sustainable Resource Development Department de l’Alberta
appuyait l’inscription de neuf des dix espèces visées par la consultation qui se trouvent en Alberta, et il s’opposait à l’inscription
de l’héliotin d’Aweme. Il a déclaré craindre que les données disponibles ne suffisent pas à évaluer la situation de l’espèce.
Comme une désignation de données insuffisantes ne déclenche
pas l’engagement pour un inventaire plus détaillé ou des mesures
supplémentaires de protection des espèces, il a suggéré que la
désignation d’une espèce pour laquelle les données sont insuffisantes devrait déclencher un processus de financement de travaux
d’études plus poussés. Le ministère a en outre déclaré qu’il aimerait collaborer avec Environnement Canada à l’augmentation des
Stakeholders and the general public were consulted by means
of a document entitled “Consultation on Amending the List of
Species under the Species at Risk Act: December 2006.” The consultation document, posted on the SARA Public Registry Web
site, outlined the species for which addition to Schedule 1 is being
considered. The consultation process also consisted of distribution of the discussion document and direct consultation with identified stakeholders, including provincial and territorial governments, federal departments and agencies, Aboriginal communities
and organizations, and wildlife management boards.
During initial consultations, comments were received from 10
government departments, 3 industry groups, 6 Aboriginal groups
including the Gwich’in Renewable Resource Board, the Sahtu
Renewable Resources Board, and the Wildlife Management Advisory Council of the Northwest Territories, and 4 nongovernmental organizations including Nature Canada and the
Sierra Club of Canada. The majority of comments received supported COSEWIC’s assessments and requested that the Minister
of the Environment proceed with recommending the inclusion of
the 30 terrestrial species and the up-listing of one species in
Schedule 1 of SARA. The major concerns of stakeholders are
presented below.
Alberta’s Sustainable Resource Development Department supported the listing of nine of the ten species under consultation that
occur in Alberta, and was opposed to the listing of the Goldedged Gem. They raised concerns that there were insufficient data
available to assess the status of this species. As a designation of
Data Deficient does not trigger commitment to additional inventory or protection for the species, they suggested that designation
of a species as Data Deficient should trigger a process for funding
additional survey work. The Department also indicated that they
would like to collaborate with Environment Canada on increasing
current knowledge of the distribution of this, and several other
species, including two species currently added to Schedule 1.
2600
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
The existing data for the Gold-edged Gem is well documented
and has allowed for solid projections of what constitutes suitable
habitat for this species. Most of the larger parcels of suitable habitats have been searched, and the moth was found to occur as two
disjunct populations at four sites in Canada and as a third population at three sites in Colorado. The maximum area of suitable
habitat in Canada is approximately 6 square kilometres. Even if
the moth were to be found at additional sites, it would still easily
qualify as an endangered species because of the extremely small
area of declining habitat and the severely fragmented moth population. It should be noted that there is a suite of other at risk species (plants, invertebrates, mammals) that also require active
dunes and are facing the same threats as the Golden-edged Gem.
Several of these species are already listed under SARA, and there
is some overlap in the locations where these species and the
Golden-edged Gem occur. Additionally, it should be noted that
species assessed by COSEWIC as data deficient are now eligible
to receive funding through the Endangered Species Recovery
Fund (ESRF). The ESRF is a collaborative effort led by Environment Canada and WWF-Canada and sponsors high-priority
conservation projects to assist the recovery and protection of
endangered Canadian wildlife and their natural habitats.
The Québec Ministry of Sustainable Development, Environment and Parks stated that they did not agree with listing the
Green-scaled Willow as Threatened and recommended a designation of Special Concern. The Ministry contended that inclusion of
the Exotic Rusty Tussock moth larvae as a threat to the population is unsubstantiated and indicated that the species was well
protected from anthropogenic threats. The Ministry further stated
that the species has been listed in the highest risk category under
the provincial Act Respecting Threatened or Vulnerable Species
since 1995 and as such receives sufficient protection.
In assessing the Green-scaled Willow as Threatened,
COSEWIC took into consideration the fact that the entire known
population of this plant occurs within the boundaries of a provincial park, that its habitat is protected, and that it is protected under
provincial law. As a result, Environment Canada is recommending
to that the Green-scaled Willow be listed as Threatened under
SARA.
The Ontario Ministry of Natural Resources supported the listing of all of the terrestrial species which occur within Ontario.
However, they raised concerns that the listing of the Goldenwinged Warbler as Threatened could have significant impacts.
They pointed out that the Golden-winged Warbler occurs on a
large number of private lands and that habitat protection could
affect many landowners in the province.
The listing of the Golden-winged Warbler was also of concern
to the aggregate industry. The industry expressed concern that
listing of the Golden-winged Warbler as Threatened could have
significant impacts on their operations in the province as a result
of future habitat protection for this species. The COSEWIC status
connaissances actuelles sur la répartition de cette espèce ainsi que
de plusieurs autres, y compris deux espèces qui sont actuellement
ajoutées à l’annexe 1.
Les données actuelles sur l’héliotin d’Aweme sont bien étayées
par la documentation et ont permis de faire de solides projections
de ce qui constitue un habitat adéquat pour cette espèce. La plus
grande partie des plus grandes parcelles d’habitat adéquat a fait
l’objet de recherches, et le papillon a été trouvé dans deux populations disjointes dans quatre sites au Canada et une troisième
population dans trois sites au Colorado. La superficie maximale
d’habitat adéquat au Canada est d’environ 6 kilomètres carrés.
Même si le papillon devait être trouvé dans d’autres sites, il serait
néanmoins facilement admissible au statut d’espèce en voie de
disparition en raison des zones extrêmement restreintes d’habitat
en déclin et de la grande fragmentation de la population de ce
papillon. Il convient de souligner qu’il existe une série d’autres
espèces en péril (plantes, invertébrés, mammifères) qui ont aussi
besoin de dunes actives et qui sont confrontées aux mêmes menaces que l’héliotin d’Aweme. Plusieurs de ces espèces sont déjà
inscrites en vertu de la LEP, et il y a un certain chevauchement
dans les endroits où vivent ces espèces et l’héliotin d’Aweme. En
outre, il convient de mentionner que les espèces évaluées par le
COSEPAC en tant qu’espèces pour lesquelles les données sont
insuffisantes sont maintenant admissibles au financement par le
truchement du Fonds de rétablissement des espèces en péril
(FREP). Le FREP est une initiative menée par Environnement
Canada en collaboration avec le Fonds mondial pour la nature
(Canada) et des commanditaires de projets de conservation de
grande priorité visant à faciliter le rétablissement et la protection
des espèces sauvages en péril du Canada et leurs habitats naturels.
Le ministère du Développement durable, de l’Environnement
et des Parcs du Québec a déclaré ne pas être d’accord avec
l’inscription du saule à bractées vertes comme espèce menacée et
a recommandé de le désigner espèce préoccupante. Le Ministère
soutient que l’inclusion de la larve de la chenille à houppes rousses exotique comme menace à la population n’est pas fondée et a
précisé que l’espèce est bien protégée contre les menaces anthropiques. Le Ministère a ajouté que l’espèce est inscrite dans la
catégorie du risque le plus élevé sous le régime de la Loi sur les
espèces menacées et vulnérables de la province depuis 1995 et
qu’elle jouit donc d’une protection suffisante.
En évaluant le saule à bractées vertes comme espèce menacée,
le COSEPAC a pris en compte le fait que l’intégralité de la population connue de cette plante se trouve dans les limites d’un parc
provincial, que cet habitat est protégé et que l’espèce est protégée
par la loi provinciale. En conséquence, Environnement Canada a
recommandé que le saule à bractées vertes soit inscrit en tant
qu’espèce menacée en vertu de la LEP.
Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a appuyé
l’inscription de toutes les espèces terrestres se trouvant en Ontario. Il a néanmoins soulevé la préoccupation selon laquelle l’inscription de la paruline à ailes dorées comme espèce menacée
pourrait avoir d’importantes répercussions. Il a fait remarquer que
la paruline à ailes dorées se trouve sur un grand nombre de terres
privées et que la protection de son habitat pourrait toucher bien
des propriétaires fonciers de la province.
L’inscription de la paruline à ailes dorées était aussi un sujet de
préoccupation pour l’industrie de l’agrégat. L’industrie a exprimé
la crainte que cette mesure pourrait avoir de vastes répercussions
sur ses activités dans la province en conséquence de mesures futures de protection de l’habitat de cette espèce. Le rapport de
2601
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
report identifies three threats: decreasing breeding habitat, hybridization with the Blue-winged Warbler and Cowbird parasitism. According to the industry, there is uncertainty as to the relative importance of each of these threats regarding decline of the
species. They requested that this species be more carefully assessed to clarify whether habitat loss is an important factor, and to
clarify the primary cause of population declines.
As a migratory bird, the Golden-winged Warbler is a federally
managed species, and individuals are already protected under the
Migratory Bird Convention Act. It is one of many successional
scrub breeding birds that are facing widespread population declines. It has been experiencing a global population decline for at
least 30 years and is currently one of the fastest declining songbird species in North America. In Canada, it has declined by 79%
over the last 10 years, which would easily qualify the species for
Endangered status under the criteria applied by COSEWIC. However, because this species is still numerous and widespread,
COSEWIC has assigned a status of Threatened, which denotes a
lower risk of extinction.
The situation for the Golden-winged Warbler is nevertheless
serious. This warbler was expanding its range in Canada up until
10 years ago, likely because of a northeastward shift from its
main range in the United States where population numbers were
simultaneously declining. This range shift was driven by habitat
loss or alteration within its core range. Most of the northward
range expansion is thought to have stopped as the species is running out of suitable habitat into which it can expand. Moreover,
the range of the warbler has now begun to contract in the southernmost portions of Ontario.
Habitat loss and alteration have driven the range shift and
population declines. Beginning in the 1840s, upwards of tens of
millions of acres of farmland was abandoned creating areas of
suitable habitat. Much of this land has now passed through oldfield-succession and has become reforested, leading to an overall
decrease in the availability of suitable breeding habitat in eastern
North America. This decrease in anthropogenically disturbed
habitat is a common thread in the declines of many bird species
that depend on early successional habitats.
Habitat alteration has also resulted in hybridization between the
Golden-winged Warbler and the closely related Blue-winged
Warbler. The ranges of the two species did not traditionally overlap, but these sister species came into geographic contact when
land clearing resulted in the expansion of Blue-winged Warblers
into the Golden-winged Warbler’s breeding range. The current
hybrid zone is rapidly moving northward and is causing local extirpation of the Golden-winged Warbler, usually within 50 years of
Blue-winged Warbler arrival, although replacement can occur
within as few as four or five years. Even Golden-winged Warbler
populations that were thought to be “safe havens” are now showing evidence of hybrid or Blue-winged Warbler arrival.
2602
situation du COSEPAC faisait état de trois menaces : la diminution de l’habitat de reproduction, l’hybridation avec la paruline à
ailes bleues et le parasitisme du Vacher à tête brune. Selon
l’industrie, l’incertitude règne quant à l’importance relative de
chacune de ces menaces en ce qui concerne le déclin de l’espèce.
Elle a demandé une évaluation plus poussée de l’espèce pour
clarifier si la perte d’habitat est un facteur important, et pour déterminer la principale cause du déclin de la population.
En tant qu’oiseau migrateur, la paruline à ailes dorées est une
espèce relevant du gouvernement fédéral, et les individus sont
déjà protégés par la Loi sur la convention concernant les oiseaux
migrateurs. C’est l’une de nombreuses espèces d’oiseaux reproducteurs des zones de régénération arbustive qui sont confrontées
à d’importants déclins de population. Sa population mondiale est
en baisse depuis au moins 30 ans et elle est l’une des espèces
d’oiseaux chanteurs dont la population diminue le plus rapidement en Amérique du Nord. Au Canada, elle a diminué de 79 %
depuis 10 ans, ce qui pourrait facilement qualifier l’espèce pour le
statut d’espèce en voie de disparition en vertu des critères
qu’applique le COSEPAC. Cependant, comme cette espèce est
encore nombreuse et très répandue, le COSEPAC lui a assigné
le statut d’espèce menacée, qui dénote un risque plus faible de
disparition.
La situation de la paruline à ailes dorées est néanmoins grave.
Cette espèce élargissait son aire de répartition jusqu’il y a une
dizaine d’année, vraisemblablement en raison d’un déplacement
vers le nord-est de son aire de répartition principale aux ÉtatsUnis, où sa population était elle aussi en baisse. Ce déplacement
de l’aire de répartition était catalysé par la perte ou la modification de l’habitat dans son aire centrale. On pense que la plus
grande partie de l’expansion de l’aire vers le nord s’est arrêtée à
mesure que l’espèce ne trouve plus d’habitat adéquat où elle peut
s’installer. De plus, l’aire de répartition de la paruline à ailes dorées a commencé à diminuer dans des parties de l’extrême sud de
l’Ontario.
Ce sont la perte et la modification de l’habitat qui ont provoqué
le déplacement de l’aire de répartition et les chutes de population.
Depuis les années 1840, des dizaines de millions d’acres de terres
agricoles ont été abandonnées, créant des aires d’habitat adéquat.
Une grande partie de ces terres ont maintenant dépassé le stade de
succession des champs et sont de nouveau envahies par la forêt,
ce qui a provoqué une réduction générale de la disponibilité
d’habitat de reproduction adéquat dans l’est de l’Amérique du
Nord. Cette réduction de l’habitat perturbé par les humains est
une tendance commune au déclin de bien des espèces d’oiseaux
qui dépendent d’un habitat de régénération précoce.
La modification de l’habitat a aussi entraîné l’hybridation entre
la paruline à ailes dorées et son parent proche, la paruline à ailes
bleues. Les aires de répartition des deux espèces ne se chevauchaient pas auparavant, mais les espèces parentes sont entrées en
contact géographique quand le défrichement a poussé la paruline
à ailes bleues vers l’aire de reproduction de la paruline à ailes
dorées. La zone hybride actuelle se déplace rapidement vers le
nord, ce qui entraîne la disparition locale de la paruline à ailes
dorées, généralement dans les 50 années qui suivent l’arrivée de
la paruline à ailes bleues, bien qu’un remplacement puisse se faire
en aussi peu que quatre ou cinq ans. Même les populations de
paruline à ailes dorées que l’on qualifiait jusqu’ici de refuges sûrs
affichent maintenant des signes de l’arrivée d’hybrides ou de parulines à ailes bleues.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
In addition, habitat alteration has resulted in an increase in
Brown-headed Cowbird populations because of an increase in
suitable habitat for this species. Because cowbirds are more numerous, it is reasonable to infer that they are successful in parasitizing more nests, including more Golden-winged Warbler nests.
In summary, because of the serious threats faced by the
Golden-winged Warbler, especially habitat loss, range contraction
and hybridization, a status of Threatened is considered appropriate. Further analysis of the threats facing the species during the
recovery planning stage will determine if recovery is possible and
identify what feasible actions can be taken to improve the status
of the species.
The Government of New Brunswick indicated their support for
the proposed listing of the 30 terrestrial species and the up-listing
of one species. They also notified Environment Canada that the
New Brunswick interdepartmental Species at Risk Committee had
conducted a review of the effects of listing the Ghost Antler under
SARA, and concluded that there would be very little or no impact. Additionally, they notified Environment Canada of the discovery of over a million individuals of the Ghost Antler Lichen,
and commented that this new information might warrant reconsideration of the status of this species by COSEWIC.
This discovery is new information that was not available at the
time of the species assessment by COSEWIC. The addition of one
new site with over a million individuals could make a difference
to COSEWIC’s assessment if the new site covered a large area
and there were no serious threats to the population. As a result,
the Ghost Antler lichen is referred back to COSEWIC for further
consideration.
Some environmental organizations suggested that the decision
to list a species under SARA should be made solely on the basis
of science as assessed by COSEWIC. One organization expressed
their concern that during the public consultation process equal
weight be given to the social and economic consequences of the
decision to not list a proposed species. They argued that the current process emphasizes the costs and benefits of listing a species
assessed as at risk by COSEWIC over those of not listing.
The Government of Canada is committed to protecting species
at risk. A decision not to list a proposed species may occur if the
data available for the species is extremely limited or if there is
substantial concern from Canadian citizens that the listing of the
species will have socio-economic consequences. In the case
where a proposed species is not recommended for listing, the
Government may use other regulatory tools to protect the species.
En outre, la modification de l’habitat a entraîné l’augmentation
des populations de vachers à tête brune en raison de l’élargissement de l’habitat qui convient à cette espèce. Comme les vachers sont plus nombreux, il est raisonnable d’en conclure qu’ils
réussissent à parasiter d’autres nids, y compris ceux de la paruline
à ailes dorées.
En résumé, en raison des graves menaces qui pèsent sur la paruline à ailes dorées, particulièrement la perte d’habitat, la contraction de l’aire de répartition et l’hybridation, il est jugé pertinent de lui attribuer le statut d’espèce menacée. Pendant l’étape
de la planification du rétablissement, une analyse supplémentaire
des menaces à lesquelles l’espèce fait face déterminera si le rétablissement est possible et identifiera quelles actions faisables
pourront être prises pour améliorer le statut de l’espèce.
Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a signifié son appui
à l’inscription de 30 espèces terrestres et à l’inscription d’une
espèce à une catégorie de risque plus élevé. Il a aussi fait savoir à
Environnement Canada que le comité interministériel sur les espèces en péril du Nouveau-Brunswick a procédé à l’examen des
effets de l’inscription du panache en vertu de la LEP et qu’il a
conclu que cela n’aurait que peu, voire pas d’incidence. De plus,
il a avisé Environnement Canada de la découverte de plus d’un
million d’individus du panache, et il a fait observer que ce nouveau renseignement pourrait justifier un réexamen de la situation
de cette espèce par le COSEPAC.
Cette découverte est un nouveau renseignement qui n’était pas
disponible au moment où le COSEPAC faisait l’évaluation des
espèces. L’ajout d’un nouveau site comportant plus d’un million
d’individus pourrait faire une différence dans l’évaluation du
COSEPAC, si le nouveau site en question couvre une vaste région
et si aucune menace sérieuse ne pèse sur la population. En conséquence, le panache est renvoyé au COSEPAC pour réexamen.
Certains organismes environnementaux ont suggéré que la décision d’inscrire une espèce en vertu de la LEP ne devrait être
prise qu’à la lumière des données scientifiques évaluées par le
COSEPAC. Un organisme a exprimé la préoccupation selon laquelle, lors du processus de consultation publique, un poids égal
soit accordé aux conséquences sociales et économiques de la décision de ne pas inscrire une espèce proposée. Il se dit d’avis que
le processus actuel met l’accent sur les coûts et les avantages de
l’inscription d’une espèce évaluée comme étant en péril par le
COSEPAC en comparaison avec ceux qu’il y aurait à ne pas faire
l’inscription.
Le gouvernement du Canada s’est engagé à protéger les espèces en péril. Il se pourrait qu’il décide de ne pas inscrire une
espèce proposée si les données disponibles pour cette espèce sont
extrêmement limitées ou si la population canadienne craint beaucoup que l’ajout de l’espèce à la liste entraîne des conséquences
socioéconomiques. Dans le cas où il n’est pas recommandé
d’inscrire une espèce proposée, le gouvernement peut utiliser
d’autres outils réglementaires pour protéger l’espèce.
Aquatic species
Espèces aquatiques
Public consultations were conducted by Fisheries and Oceans
Canada on the proposed listing of eight aquatic species. Consultations were facilitated through meetings, consultation workbooks,
and other supporting documents, which were made publicly
available on the SARA Public Registry and other government
Internet sites. These documents were also provided by mail to
Aboriginal peoples, other government departments, stakeholders,
and non-government organizations. Public sessions were conducted
Pêches et Océans Canada a mené des consultations publiques
au sujet des huit espèces aquatiques pour lesquelles l’inscription
est actuellement proposée. Les consultations ont été effectuées au
moyen de réunions, de guides de consultation et d’autres documents à l’appui qui ont été versés au Registre public de la LEP et
qui sont affichés sur d’autres sites Web gouvernementaux. Ces
documents ont aussi été transmis par courrier aux peuples autochtones, à d’autres ministères, aux intervenants et à des organismes
2603
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
in communities, and additional meetings were held with interested or potentially affected individuals, organizations, and Aboriginal peoples. As well, provincial and territorial governments
were provided the opportunity to provide their position on
whether the eight aquatic species should be added to Schedule 1.
Based on consultations with the Yukon Government, Aboriginal peoples and stakeholders, there is support for adding the
Bowhead Whale (Bering-Chukchi-Beaufort population) to Schedule 1 of SARA. Specifically, the Inuvialuit Game Council, the
wildlife management board that represents the resource management interests of all Inuvialuit within the Inuvialuit Settlement
Region, supports the listing of this population of Bowhead Whale.
The Inuvialuit Game Council has indicated that adding this population of Bowhead Whale to Schedule 1 will not impact the harvesting rights of Inuvialuit, and the Council recognizes the importance of monitoring and studying this population. The Yukon
Government has indicated that it has no comment on whether or
not this species should be added to Schedule 1.
In the case of the Bering Cisco, there is opposition to adding
the species to Schedule 1 of SARA. The Yukon Government does
not support listing Bering Cisco as Special Concern under SARA,
based on the adequacy of the available data. They have indicated
that there is insufficient data available for this species to determine its status, key information gaps with respect to distribution,
population size and trends, no demonstrable decline in population
size, and no known threats. Similarly, First Nations and the
Yukon Salmon Committee, a public advisory body, do not support listing this species.
Consultations on whether or not to list Copper Redhorse under
SARA were conducted with fishers, other industry sectors including agriculture and hydro, environmental organizations, First
Nations, and the public. Environmental organizations and the
public clearly support the addition of Copper Redhorse to Schedule 1 and further work to protect and recover this species. Mixed
reactions to listing this species were received from commercial,
recreational, and baitfish fishers. Some fishers supported listing
this species, based on the potential for long-term improvements
for the species and habitat. Others, however, have raised concerns
regarding the potential for future restrictions on their fishing activities. Hydro-Québec was consulted on whether Copper Redhorse should be added to Schedule 1, and supports listing. HydroQuébec has recognized the importance of Copper Redhorse, and
has already taken substantial actions to protect and recover the
species. The Province of Quebec is not opposed to listing the
Copper Redhorse under SARA.
For Black Redhorse, Deepwater Sculpin (Great Lakes/Western
St. Lawrence population), River Redhorse, Shortnose Cisco, and
Kiyi (Upper Great Lakes population), limited responses were
received regarding whether the species should be added to Schedule 1. Generally, there is support for listing these species under
SARA. For some species, First Nations have identified historical
interaction and use of the species and have raised some concern
regarding limits to their current and future activities. Development of recovery strategies, action plans, management plans, and
other actions taken under SARA for these species will be done in
2604
non gouvernementaux. Des séances publiques ont été tenues dans
les collectivités et d’autres réunions ont été organisées avec les
personnes, les organisations et les peuples autochtones intéressés
et éventuellement touchés. De plus, les gouvernements provinciaux et territoriaux ont eu l’occasion de préciser s’ils pensent que
les huit espèces aquatiques devraient être ajoutées à l’annexe 1.
Selon les consultations auprès du gouvernement du Yukon, des
peuples autochtones et des intervenants, il y a un certain appui
pour l’ajout de la baleine boréale (population des mers de Béring,
des Tchouktches et de Beaufort) à l’annexe 1 de la LEP. Plus
particulièrement, le Conseil de gestion du gibier, le conseil de
gestion des ressources fauniques qui représente les intérêts en
gestion des ressources de tous les Inuvialuit au sein de leur région
désignée, appuie l’inscription de cette population de baleines boréales. Le Conseil de gestion du gibier a fait remarquer que
l’ajout de cette population de baleines boréales à l’annexe 1
n’aura pas de répercussions sur les droits de récolte des Inuvialuit,
et il reconnaît l’importance de surveiller et d’étudier cette population. Le gouvernement du Yukon a mentionné qu’il n’a pas de
commentaires quant à l’ajout de cette espèce à l’annexe 1.
Dans le cas du cisco de l’Alaska, on s’oppose à l’ajout de cette
espèce à l’annexe 1 de la LEP. Le gouvernement du Yukon
n’appuie par l’inscription du cisco de l’Alaska à titre d’espèce
préoccupante en vertu de la LEP, selon le bien-fondé des données
disponibles. Il a précisé qu’il n’y a pas suffisamment de données
disponibles sur l’espèce pour en déterminer le statut, qu’il y a des
lacunes clés en matière de renseignements sur sa répartition, la
taille et les tendances de la population, qu’il n’y a aucune baisse
évidente de la taille de la population et qu’il n’y a pas de menaces
connues. De plus, les Premières Nations et le Comité du saumon
du Yukon, un organisme consultatif public, n’appuient pas l’inscription de l’espèce.
Des consultations visant à déterminer si le chevalier cuivré
devait être inscrit en vertu de la LEP ont été menées auprès de
pêcheurs, d’autres secteurs industriels, y compris les secteurs
agricoles et hydroélectriques, d’organismes environnementaux,
des Premières Nations et du public. Les organismes environnementaux et le public appuient clairement l’ajout du chevalier cuivré à l’annexe 1 et la réalisation d’autres travaux pour protéger et
rétablir cette espèce. Les pêcheurs commerciaux, sportifs et de
poissons-appâts ont eu des réactions mixtes quant à l’inscription
de l’espèce. Certains pêcheurs appuient l’inscription de l’espèce
en raison de la possibilité qu’il y ait des améliorations à long
terme au niveau de l’espèce et de l’habitat. Toutefois, d’autres
pêcheurs ont exprimé des préoccupations à propos de la possibilité qu’il ait de futures restrictions sur leurs activités de pêche. On
a demandé à Hydro-Québec s’il pensait que le chevalier cuivré
devrait être ajouté à l’annexe 1, et il appuie l’inscription. HydroQuébec a reconnu l’importance du chevalier cuivré et a déjà pris
d’importantes mesures pour le protéger et le rétablir. La province
de Québec ne s’oppose pas à l’inscription du chevalier cuivré en
vertu de la LEP.
En ce qui concerne le chevalier noir, le chabot de profondeur
(population des Grands Lacs - Ouest du haut Saint-Laurent), le
chevalier de rivière, le cisco à museau court et le kiyi (population
du secteur supérieur des Grands Lacs), on a reçu des réponses
limitées pour ce qui est de la pertinence d’inscrire les espèces à
l’annexe 1. En général, l’inscription de ces espèces en vertu de la
LEP est appuyée. Pour certaines espèces, les Premières Nations
ont identifié des interactions et des utilisations historiques de ces
espèces et ont précisé qu’elles étaient un peu préoccupées par les
limites à leurs activités actuelles et futures. L’élaboration de
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
cooperation with any directly affected First Nations or Aboriginal
organizations. Similarly, some of these species might be caught as
bycatch in fisheries or, in some cases, activities of other industries
may impact the species. Future actions taken to study, protect, or
recover these species will be done in cooperation with these industries, environmental organizations, governments, and interested citizens. The Province of Ontario supports the addition of
Shortnose Cisco, Black Redhorse, and River Redhorse to Schedule 1 of SARA. While the addition of the Upper Great Lakes Kiyi
is consistent with the species’ designation in Ontario, the Province has indicated that new information indicates the population
in Lake Superior is much larger than previously thought. In the
case of Deepwater Sculpin, Ontario disagrees with the identification of separate designatable units for the species and has indicated that the majority of the populations found in Ontario are
secure. The Province of Quebec does not oppose listing the River
Redhorse or the Deepwater Sculpin.
programmes de rétablissement, de plans d’action, de plans de
gestion et d’autres mesures prises en vertu de la LEP pour ces
espèces sera effectuée en collaboration avec des Premières Nations ou des organisations autochtones touchées directement. De
plus, quelques-unes de ces espèces pourraient faire l’objet de
prises accessoires dans le cadre des pêches ou, dans certains cas,
les activités d’autres industries pourraient avoir une incidence sur
les espèces. Les futures mesures visant à étudier, à protéger ou à
rétablir ces espèces seront prises en collaboration avec ces industries, les organismes environnementaux, les gouvernements et les
citoyens intéressés. La province d’Ontario appuie l’ajout du cisco
à museau court, du chevalier noir et du chevalier de rivière à
l’annexe 1 de la LEP. Bien que l’ajout du kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs se conforme à la désignation de l’espèce en
Ontario, la province a fait savoir que de nouveaux renseignements
révèlent que la population dans le lac Supérieur est beaucoup plus
grosse que l’on pensait précédemment. Dans le cas du chabot de
profondeur, l’Ontario n’est pas d’accord avec l’identification
d’unités désignables distinctes pour l’espèce et a précisé que la
majorité des populations se trouvant en Ontario sont protégées.
La province de Québec ne s’oppose pas à l’inscription du chevalier de rivière et du chabot de profondeur.
Pre-publication in Canada Gazette, Part I
Publication au préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada
Following consultations, the proposal to add species to Schedule 1 was published in the Canada Gazette, Part I, on August 11,
2007, for a final, 30-day period of public review and comment.
Après les préconsultations, la proposition d’ajouter des espèces
à l’annexe 1 a été publiée au préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 août 2007, pour une dernière consultation
publique de 30 jours.
Environnement Canada a reçu trois commentaires après la publication au préalable du projet de décret dans la Partie I de la
Gazette du Canada. Le ministère de la Défense nationale a fait
part de sa préoccupation au sujet de la proposition d’inscrire la
paruline à ailes dorées en tant qu’espèce menacée. En particulier,
le Ministère croyait que l’inscription de cette espèce pourrait restreindre la prestation de la formation miliaire sur ses terres, étant
donné qu’une grande partie de la base des Forces canadiennes de
Petawawa (Ontario) constitue un habitat de reproduction approprié et que la présence de cette espèce a été confirmée. L’inscription de la paruline à ailes dorées comme espèce menacée donnera
lieu à l’application des interdictions générales en vertu de la LEP
(aucune personne ne peut tuer, nuire, harceler, capturer, acheter,
vendre ou échanger un individu d’une espèce sauvage inscrite
comme espèce menacée, en voie de disparition, ou disparue du
pays) sur la base des Forces canadiennes de Petawawa. De plus, si
dans le futur un programme de rétablissement identifie l’habitat
essentiel comme étant sur la base des Forces canadiennes de Petawawa, cela pourra donner lieu à l’exigence d’un permis pour les
activités d’entraînement militaires en vertu de l’alinéa 73(2)c) de
la LEP. L’application des interdictions générales de la LEP ne
changera donc pas le niveau de protection de la paruline à ailes
dorées à la base des Forces canadiennes de Petawawa. Le ministère de la Défense nationale a aussi mis en doute le fondement
scientifique de l’évaluation de la situation de l’espèce. Ses préoccupations sont traitées aux pages 28 et 29.
L’Institut du développement urbain du Canada, région du Pacifique, a fait part de ses préoccupations au sujet du processus
d’inscription. Il souhaiterait un examen complet des impacts sociaux, économiques et environnementaux avant l’inscription d’une
espèce en vertu de la LEP. Il a aussi demandé des précisions
quant au retrait d’une espèce de la Liste des espèces en péril, et si
la situation d’une espèce à l’échelle mondiale était prise en considération dans la décision de l’inscrire à la liste de la LEP. L’Institut
Environment Canada received three comments following prepublication of the proposed Order in the Canada Gazette, Part I.
The Department of National Defense expressed their concern
regarding the proposal to list the Golden-winged Warbler as
threatened. In particular, the Department felt that listing of the
Golden-winged Warbler could impose restrictions on conducting
military training on their lands since suitable breeding habitat is
widespread at the Canadian Forces Base Petawawa (Ontario) and
the species’ presence there has been confirmed. Listing of the
Golden-winged Warbler as threatened will result in application of
the general prohibitions under SARA (no person shall kill, harm,
harass, capture, buy, sell, or trade an individual of a threatened,
endangered, or extirpated species nor shall a person damage or
destroy the residence of individuals of such a species) on Canadian Forces Base Petawawa. Furthermore, if in the future the
recovery strategy identifies critical habitat on Canadian Forces
Base Petawawa this may result in a need for permitting of some
military training activities under paragraph 73(2)(c) of SARA.
The Department of National Defense also questioned the scientific basis for the status assessment of the species. Their concerns
are addressed on pages 28 and 29 above.
The Urban Development Institute — Pacific region raised
concerns regarding the listing process. They would like to see a
complete review of the social, economic and environmental impacts before listing a species under the SARA. They also asked
for clarification on the removal of species from the List of Wildlife Species at Risk and whether or not the global status of a species is taken into account in a decision to list a species under
SARA. The Urban Development Institute also indicated their
2605
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
strong support for the recommendation to not list the Black Redhorse on Schedule 1.
During the listing process, incremental benefits and costs that
would result from the listing proposal are identified and estimated
to the extent possible in order to inform the Governor in Council
as it makes decisions to change the List of Wildlife Species at
Risk. For a species listed as threatened, endangered, or extirpated,
the general prohibitions apply to aquatic species and migratory
birds wherever they occur and to individuals of all other species
and their residences where they occur on federal lands in the
provinces or on lands under the authority of Environment Canada
or the Parks Canada Agency in the territories. In the case of private land, the analysis, therefore, includes the benefits and costs
of the application of the general prohibitions to aquatic species
and migratory birds only. The application of the prohibitions to
other species on private lands would only occur if the Governor in
Council, on the recommendation of the Minister, made an Order
under sections 34 or 35 of SARA that the prohibitions apply on
non-federal lands in a province or territory. Development of such
an Order would require an analysis of the socio-economic benefits and costs. Socio-economic analysis is also carried out during
development of the action plan in order to establish the benefits
and costs of recovery actions and the protection of critical habitat.
The SARA mandates an independent scientific body, the
Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada
(COSEWIC), to assess the status of species that may be at risk of
becoming extinct or extirpated from Canada. Decisions to list a
species are made with this goal in mind. In some cases, conservation of Canada’s biodiversity requires the inclusion of species that
are common in other areas of North America in the List of Wildlife Species at Risk in Canada. The global status of the species
would normally be taken into account at the recovery stage in
order to determine possible recovery strategies and to set priorities for recovery actions.
The SARA contains several measures to address changes in the
status of species at risk in Canada. Primary among these is the
requirement under the Act that COSEWIC re-evaluate the status
of species at risk at least once every 10 years. Re-evaluation may
occur more frequently if COSEWIC is made aware of changed
circumstances for the species and any person may request that
COSEWIC assess the status of a wildlife species. In the case
where the status of a species has improved or new information is
made available that suggests the species may no longer require
protection under the Act, the SARA provides a mechanism for the
removal of species from the list of species at risk. This process is
initiated by the re-assessment of a species by COSEWIC. Following re-assessment, the Committee may determine that a species
should no longer be considered at risk. Once such an assessment
is received by the government, the Governor in Council, on the
recommendation of the Minister, reviews the available information and makes a decision on whether or not to remove the species from the list.
The Assembly of First Nations indicated their concern that
meaningful consultation with affected First Nations was not undertaken in preparation of the regulatory proposal. Consultation
by Environment Canada primarily targeted First Nations in British
Columbia, the Prairie Provinces, and Ontario where the majority
of the species proposed for listing occur. While there was some
2606
du développement urbain a aussi indiqué son appui ferme de la recommandation de ne pas inscrire le chevalier noir sur l’annexe 1.
Pendant le processus d’inscription, on détermine et évalue,
dans la mesure du possible, les avantages et les coûts supplémentaires qui devraient découler de la proposition d’inscription afin
d’informer le gouverneur en conseil, étant donné que c’est lui qui
détermine s’il y a lieu de modifier la Liste des espèces en péril.
Dans le cas des espèces menacées, en voie de disparition ou disparues du pays, les interdictions générales s’appliquent aux espèces aquatiques et aux oiseaux migrateurs, où qu’ils se trouvent, et
aux individus de toute autre espèce et à leur résidence, où qu’ils
se trouvent sur le territoire domanial dans les provinces ou sur les
terres relevant de la compétence d’Environnement Canada ou de
l’Agence Parcs Canada dans les territoires. Dans le cas d’une
terre privée, l’analyse comprend uniquement les avantages et les
coûts de l’application des interdictions générales aux espèces
aquatiques et aux oiseaux migrateurs. Les interdictions s’appliqueraient à d’autres espèces qui se trouvent sur des terres privées
seulement si le gouverneur en conseil, sur recommandation du
ministre, a pris un décret en vertu des articles 34 ou 35 de la LEP
selon lequel les interdictions s’appliquent aux terres autres que le
territoire domanial dans une province ou un territoire. L’élaboration d’un tel décret exigerait une analyse des avantages et des
coûts socioéconomiques. On procède également à une analyse
socioéconomique pendant l’élaboration du plan d’action afin
d’établir les avantages et les coûts des mesures de rétablissement
ainsi que de la protection de l’habitat essentiel.
En vertu de la LEP, le COSEPAC, organisme scientifique indépendant, est chargé d’évaluer la situation d’une espèce qui risquerait de disparaître ou de disparaître du pays. Les décisions
d’inscrire une espèce sont prises dans cette optique. Dans certains
cas, la conservation de la biodiversité du Canada exige l’ajout
d’espèces qui se trouvent dans d’autres secteurs en Amérique du
Nord et qui figurent sur la Liste des espèces en péril. On tiendrait
normalement compte de la situation de l’espèce à l’échelle mondiale à l’étape du rétablissement afin de déterminer les stratégies
de rétablissement possibles et d’établir l’ordre de priorité des
mesures de rétablissement.
La LEP contient plusieurs mesures pour tenir compte des changements à la situation des espèces en péril au Canada. Le COSEPAC est entre autres légalement chargé de réévaluer la situation
d’une espèce en péril au moins tous les dix ans. Le COSEPAC
peut procéder à une réévaluation plus souvent s’il est informé de
changements visant une espèce et si quiconque lui demande
d’évaluer la situation d’une espèce sauvage. Dans le cas où la
situation d’une espèce s’est améliorée ou que de nouveaux renseignements semblent indiquer que l’espèce en question pourrait
ne plus nécessiter de protection en vertu de la Loi, la LEP prévoit
un mécanisme pour le retrait de l’espèce de la Liste des espèces
en péril. Ce processus est entrepris par la réévaluation d’une espèce par le COSEPAC. Après cette réévaluation, le Comité peut
déterminer de ne plus considérer une espèce comme étant en péril. Une fois cette évaluation reçue par le gouvernement, le gouverneur en conseil, sur la recommandation du ministre, examine
les renseignements disponibles et décide de retirer ou non
l’espèce de la liste.
L’Assemblée des Premières Nations s’est dite préoccupée par
le fait qu’il n’y a pas eu de consultation satisfaisante des Premières Nations touchées en prévision du projet de règlement. La
consultation tenue par Environnement Canada visait principalement les Premières Nations de la Colombie-Britannique, des provinces des Prairies et de l’Ontario, où se trouvent la plupart des
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
variation across the country, in each region, including Quebec and
Atlantic, letters were sent to regional and/or local First Nation
organizations to inform them of the proposed additions to Schedule 1, the comment period dates, and regional contact information. The letter also included a copy of the consultation document
“Consultation on Amending the List of Species at Risk under the
SARA” or indicated where the document could be accessed on
the Internet. In some cases, there was also direct communication
by phone, or in person. Environment Canada officials met with
one First Nation at their request. As a result of these consultations, Environment Canada received two letters of support. No
letters were received opposing the proposed additions nor was
new information brought forward regarding the species assessment or the socio-economic impacts of the additions to the list.
espèces que l’on propose d’inscrire sur la liste. Même si la situation varie dans chaque région au pays, dont au Québec et en
Atlantique, des lettres ont été envoyées à des organisations autochtones régionales, à des organisations autochtones locales ou à des
Premières Nations afin de les informer des projets d’ajouts
d’espèces à l’annexe 1 et des dates des périodes de consultation
ainsi que de leur donner des renseignements sur des contacts régionaux. La lettre était accompagnée d’une copie du document
traitant de la consultation sur la modification de la Liste des espèces en péril en vertu de la LEP ou indiquait où le document pouvait être consulté dans Internet. Dans certains cas, il y a aussi eu
une communication directe par téléphone ou en personne. Des
agents d’Environnement Canada ont rencontré les membres d’une
Première Nation, à leur demande. À la suite de ces consultations,
Environnement Canada a reçu deux lettres d’appui. Il n’a reçu
aucune lettre de personnes s’opposant aux projets d’ajouts, aucune nouvelle information au sujet de l’évaluation des espèces ou
encore au sujet des impacts socioéconomiques des ajouts à la
liste.
Strategic environmental assessment
Évaluation environnementale stratégique
A decision to list 40 of the species assessed as at risk by
COSEWIC would ensure that they would likely receive the full
benefits of the protection and recovery measures established in
the SARA. This would result in overall benefits to the environment both in terms of the actual species protected and in terms of
the conservation of Canada’s biological diversity.
A decision not to list species means that the prohibition and recovery measures under SARA will not apply. In some cases,
other existing tools, including legislation such as the Fisheries
Act, and non-legislative tools such as government programs and
actions by non-governmental organizations, industry, and Canadians will continue to protect and recover the species. Should
this species be found within the boundaries of national parks or
other lands administered by the Parks Canada Agency, it would
continue to be protected under the Canada National Parks Act or
through measures and management tools available to the Parks
Canada Agency under other legislation.
Une décision d’inscrire 40 des espèces évaluées comme étant
en péril par le COSEPAC ferait en sorte qu’elles puissent jouir du
plein bénéfice des mesures de protection et de rétablissement
décrites dans la LEP. Cela comporterait des avantages généraux
pour l’environnement, tant en terme de protection véritable des
espèces que de conservation de la diversité biologique du Canada.
Une décision de ne pas inscrire une espèce signifie que les mesures d’interdiction et de rétablissement prévues dans la LEP ne
lui seront pas appliquées. Dans certains cas, d’autres outils existants, y compris les lois comme la Loi sur les pêches, et les outils
non législatifs comme les programmes gouvernementaux et les
mesures adoptées par les organismes non gouvernementaux, le
secteur privé et la population canadienne continueront de protéger
et de rétablir l’espèce. Si cette espèce se trouvait dans les limites
des parcs nationaux ou d’autres terres administrées par l’Agence
Parcs Canada, elle serait encore protégée sous le régime de la Loi
sur les parcs nationaux du Canada ou par les mesures et les outils
de gestion mis à la disposition de l’Agence Parcs Canada en vertu
d’autres lois.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The SARA promotes protection and recovery of species at risk
by engaging Canadians in stewardship programs, and by giving
landowners, land users and other stakeholders the opportunity to
participate in the recovery process. Stewardship actions include
the wide range of voluntary actions Canadians are taking to monitor species at risk and their habitats, recovery actions to improve
the status of species at risk, and direct actions to protect species at
risk.
La LEP favorise la protection et le rétablissement des espèces
en péril en faisant participer la population canadienne à des programmes d’intendance et en offrant aux propriétaires fonciers,
aux utilisateurs des terres et aux autres intervenants la possibilité
de participer au processus de rétablissement. Les mesures d’intendance comprennent un large éventail de mesures volontaires
qu’adoptent les Canadiennes et les Canadiens pour surveiller les
espèces en péril et leurs habitats, des mesures de rétablissement
pour améliorer la situation des espèces en péril et des mesures
directes pour protéger ces dernières.
Environnement Canada et Pêches et Océans Canada facilitent
les activités d’intendance et font la promotion du respect de la
LEP en produisant du matériel de promotion et d’éducation ainsi
qu’en organisant des activités de sensibilisation. Citons, par exemple, le Registre public de la LEP, le bulletin d’information électronique, les affiches, les séances d’information, les activités d’apprentissage, les caractéristiques Web, les programmes et d’autres
projets de sensibilisation du public.
Au moment de l’inscription d’une espèce menacée, en voie de
disparition ou disparue, les interdictions automatiques de nuire
Environment Canada and Fisheries and Oceans Canada facilitate stewardship activities and promote compliance with SARA
by producing promotional and educational materials and organizing educational activities. These materials and activities include,
for example, the SARA Public Registry, an electronic information
bulletin, posters, information sessions, engaging learning activities, Web features, curricula and other public education projects.
At the time of listing species as threatened, endangered, or extirpated automatic prohibitions on the harming of individuals and
2607
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
their residences come into effect for aquatic species and migratory birds wherever they occur in Canada and for other species
where they occur on federal land, thus providing immediate and
direct protection. Subsequently, a recovery strategy and action
plan must be developed to promote and manage the recovery of
the species. The implementation of these plans may result in recommendations for further regulatory action for protection of this
species, or may draw on the provisions of other acts of Parliament, such as the Fisheries Act, to provide required protection.
SARA provides for penalties for contraventions to the Act, including liability for costs, fines or imprisonment, alternative
measures agreements, seizure and forfeiture of things seized or of
the proceeds of their disposition. SARA also provides for inspections and search and seizure operations by enforcement officers
designated under SARA. Under the penalty provisions of the Act,
a corporation found guilty of an offence punishable on summary
conviction is liable to a fine of not more than $300,000, a nonprofit corporation is liable to a fine of not more than $50,000, and
any other person is liable to a fine of not more than $50,000 or to
imprisonment for a term of not more than one year, or to both. A
corporation found guilty of an indictable offence is liable to a fine
of not more than $1,000,000, a non-profit corporation to a fine of
not more than $250,000, and any other person to a fine of not
more than $250,000 or to imprisonment for a term of not more
than five years, or to both.
Certain activities affecting a listed species will require permits.
In accordance with SARA, permits will be considered for scientific research relating to the conservation of a species that is conducted by qualified persons, for activities that benefit a listed
species or enhance its chances of survival in the wild, and for
activities that incidentally affect a listed species. These exceptions
can be made only when the competent minister is of the opinion
that all reasonable alternatives that would reduce the impact on
the species have been considered and the best solution has been
adopted, that all feasible measures will be taken to minimize the
impact of the activity on the species, its critical habitat or the
residences of its individuals, and that the activity will not jeopardize the survival or recovery of the species.
aux individus et à leur résidence entrent en vigueur pour les espèces aquatiques et les oiseaux migrateurs, où qu’ils se trouvent au
Canada, et pour d’autres espèces, où qu’elles se trouvent sur le
territoire, ce qui offre une protection immédiate et directe. Par la
suite, un programme de rétablissement et un plan d’action doivent
être formulés afin de promouvoir et de gérer le rétablissement de
l’espèce. La mise en œuvre de ces plans pourrait entraîner la formulation de recommandations d’autres mesures réglementaires
visant à protéger l’espèce ou pourrait s’inspirer de dispositions
d’autres lois du Parlement, telles que la Loi sur les pêches, pour
assurer une protection suffisante.
La LEP prévoit des pénalités pour les contraventions à la Loi, y
compris la responsabilité des coûts, des amendes ou des peines
d’emprisonnement, des ententes de mesures de rechange, une saisie
et l’abandon des objets saisis ou du produit de leur disposition. La
LEP prévoit en outre des inspections et des perquisitions ainsi que
la saisie par des agents de la loi désignés sous le régime de la LEP.
En vertu des dispositions relatives aux pénalités de la Loi, une personne morale déclarée coupable d’une infraction par procédure
sommaire est passible d’une amende maximale de 300 000 $, une
société sans but lucratif est passible d’une amende maximale
50 000 $ et toute autre personne est passible d’une amende
maximale de 50 000 $ ou d’une peine d’emprisonnement maximale d’un an, ou les deux. Une personne morale déclarée coupable d’infraction par mise en accusation est passible d’une amende
maximale de 1 000 000 $, une société sans but lucratif est passible
d’une amende maximale de 250 000 $ et toute autre personne est
passible d’une amende maximale de 250 000 $ ou d’une peine
d’emprisonnement maximale de cinq ans, ou les deux.
Certaines activités touchant une espèce inscrite exigent des
permis. Conformément à la LEP, les permis seront envisagés pour
la recherche scientifique portant sur la conservation d’une espèce,
qui est menée par des personnes qualifiées, pour des activités
profitables à une espèce inscrite ou qui augmentent ses chances
de survie à l’état sauvage, et pour des activités pouvant avoir une
incidence sur une espèce inscrite. Ces exceptions ne peuvent
s’appliquer que lorsque le ministre compétent est d’avis que toutes les autres solutions raisonnables qui réduiraient l’impact sur
l’espèce ont été envisagées et que la meilleure solution possible a
été adoptée, que toutes les mesures faisables seront prises pour
réduire au minimum l’impact de l’activité sur l’espèce, son habitat essentiel ou les résidences de ses individus et que l’activité ne
mettra pas en péril la survie ou le rétablissement de l’espèce.
Contacts
Personnes-ressources
Mary Taylor
Director
Conservation Service Delivery and Permitting
Canadian Wildlife Service
Environment Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0H3
Telephone: 819-953-9097
Brenda Tang
A/Senior Economist
Regulatory Analysis and Instrument Choice
Environment Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0H3
Telephone: 819-997-5755
Mary Taylor
Directrice
Prestation des services de conservation et permis
Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-9097
Brenda Tang
Économiste principale intérimaire
Analyse réglementaire et choix d’instruments
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3
Téléphone : 819-997-5755
2608
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
Jaclyn Shepherd
Regulatory Analyst
Legislative and Regulatory Affairs
Fisheries and Oceans Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0E6
Email: sararegistry@ec.gc.ca
Appendix 1: List of the 36 species added to Schedule 1,
List of Wildlife Species at Risk, of the Species
at Risk Act, and one species reclassified.
Classification
Taxon
Species
Jaclyn Shepherd
Analyste
Affaires législatives et réglementaires
Pêches et Océans Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0E6
Courriel : sararegistry@ec.gc.ca
Annexe 1 : Liste des 36 espèces ajoutées à l’annexe 1,
la Liste des espèces en péril, de la Loi sur les espèces
en péril, et une espèce reclassifée.
Classification
Taxon
Espèces
En voie de
disparition
Endangered
Mammals
Ord’s Kangaroo Rat
Mammifères
Rat kangourou d’Ord
Mammals
Pacific Water Shrew1
Mammifères
Musaraigne de Bendir1
Birds
Vesper Sparrow affinis subspecies
Oiseaux
Bruant vespéral de la sous-espèce affinis
Fish
Copper Redhorse
Poissons
Chevalier cuivré
Fish
Shortnose Cisco
Poissons
Cisco à museau court
Reptiles
Western Painted Turtle, Pacific Coast
population
Reptiles
Tortue peinte de l’Ouest, population de la
côte du Pacifique
Arthropods
Aweme Borer
Arthropodes
Perce-tige d’Aweme
Arthropods
Eastern Persius Duskywing
Arthropodes
Hespérie Persius de l’Est
Arthropods
Five-spotted Bogus Yucca Moth
Arthropodes
Fausse-teigne à cinq points du yucca
Arthropods
Gold-edged Gem
Arthropodes
Héliotin d’Aweme
Arthropods
Half-moon Hairstreak
Arthropodes
Porte-queue demi-lune
Arthropods
Non-pollinating Yucca Moth
Arthropodes
Teigne tricheuse du yucca
Molluscs
Blue-grey Taildropper Slug
Mollusques
Limace-prophyse bleu-gris
Plants
American Columbo
Plantes
Frasère de Caroline
Plants
Brook Spike-primrose
Plantes
Épilobe de Torrey
Plants
Cherry Birch
Plantes
Bouleau flexible
Plants
Coast Microseris
Plantes
Microséris de Bigelow
Plants
Contorted-pod Evening-primrose
Plantes
Onagre à fruits tordus
Plants
Dwarf Woolly-heads, Southern Mountain
population
Plantes
Psilocarphe nain, population des
montagnes du Sud
Plants
Rough Agalinis
Plantes
Gérardie rude
Plants
Short-rayed Alkali Aster
Plantes
Aster feuillu
Birds
Golden-winged Warbler
Oiseaux
Paruline à ailes dorées
Birds
Northern Saw-whet Owl brooksi
subspecies
Oiseaux
Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi
Plants
Bolander’s Quillwort
Plantes
Isoète de Bolander
Plants
Green-scaled Willow
Plantes
Saule à bractées vertes
Plants
Smooth Goosefoot
Plantes
Chénopode glabre
Threatened
Menacée
Special Concern
Préoccupante
Mammals
Bowhead Whale, Bering-ChukchiBeaufort Sea population
Mammifères
Baleine boréale, population des mers de
Béring, des Tchouktches et de Beaufort
Mammals
Nuttall’s Cottontail nuttallii subspecies
Mammifères
Lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii
Birds
Louisiana Waterthrush
Oiseaux
Paruline hochequeue
Birds
McCown’s Longspur
Oiseaux
Bruant de McCown
Fish
Deepwater Sculpin, Great Lakes - Western
St. Lawrence population
Poissons
Chabot de profondeur, population des
Grands Lacs – Ouest du Saint-Laurent
Fish
River Redhorse
Poissons
Chevalier de rivière
2609
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-284
Appendix 1 — Continued
Classification
Taxon
Annexe 1 (suite)
Species
Classification
Endangered
1
Espèces
Fish
Upper Great Lakes Kiyi
Poissons
Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs
Reptiles
Western Painted Turtle, IntermountainRocky Mountain population
Reptiles
Tortue peinte de l’Ouest, population
intramontagnarde et des Rocheuses
Arthropods
Sonora Skipper
Arthropodes
Hespérie du Sonora
Plants
Dwarf Woolly-heads, Prairie population
Plantes
Psilocarphe nain, population des Prairies
Lichens
Cryptic Paw
Lichens
Lichen cryptique
Reclassified from Threatened to Endangered.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
2610
Taxon
En voie de
disparition
1
La musaraigne de Bendire est actuellement inscrite à titre d’espèce menacée à
l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-285
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-285
Le 13 décembre 2007
SPECIAL ECONOMIC MEASURES ACT
LOI SUR LES MESURES ÉCONOMIQUES SPÉCIALES
Special Economic Measures (Burma) Regulations
Règlement sur les mesures économiques spéciales
visant la Birmanie
P.C. 2007-1913
C.P. 2007-1913
December 13, 2007
Whereas the Governor in Council is of the opinion that the
situation in Burma constitutes a grave breach of international
peace and security that has resulted or is likely to result in a serious international crisis;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Foreign Affairs, pursuant to subsections 4(1) to (3) of the Special Economic Measures
Acta, hereby makes the annexed Special Economic Measures
(Burma) Regulations.
Le 13 décembre 2007
Attendu que la gouverneure en conseil juge que la situation en
Birmanie constitue une rupture sérieuse de la paix et de la sécurité
internationales et est susceptible d’entraîner ou a entraîné une
grave crise internationale,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Affaires
étrangères et en vertu des paragraphes 4(1) à (3) de la Loi sur les
mesures économiques spécialesa, Son Excellence la Gouverneure
générale en conseil prend le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant la Birmanie, ci-après.
SPECIAL ECONOMIC MEASURES (BURMA)
REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES MESURES
ÉCONOMIQUES SPÉCIALES
VISANT LA BIRMANIE
INTERPRETATION
1. The following definitions apply in these
Regulations.
“Burma” means Myanmar, and includes
(a) any political subdivision of Myanmar;
(b) the government, and any department of
Myanmar or of a political subdivision of
Myanmar; and
(c) any agency of Myanmar or of a political
subdivision of Myanmar.
“controlling interest” means an ownership interest
of more than 50%.
DÉFINITIONS
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
« Birmanie » S’entend du Myanmar. Y sont
assimilés :
a) les subdivisions politiques du Myanmar;
b) le gouvernement du Myanmar, ses ministères ou ceux de ses subdivisions politiques;
c) les organismes du Myanmar ou ceux de ses
subdivisions politiques.
« intérêts majoritaires » Vise un titre de participation à plus de 50 %.
“designated
person”
« personne
designée »
“designated person” means a person whose name is
listed on the schedule in accordance with section 2.
« ministre » Le ministre des Affaires étrangères.
« ministre »
“Minister”
“Minister”
« ministre »
“Minister” means the Minister of Foreign Affairs.
« pension »
“pension”
“pension”
« pension »
“pension” means a benefit paid under the Old Age
Security Act, the Canada Pension Plan or an Act
respecting the Quebec Pension Plan, R.S.Q.
c. R-9, any superannuation, pension or benefit paid
under or in respect of any retirement savings plan
or under any retirement plan, any amount paid
under or in respect of the Garnishment, Attachment and Pension Diversion Act or the Pension
Benefits Division Act, and any other payment
made in respect of disability.
« pension » Toute prestation versée sous le régime
de la Loi sur la sécurité de la vieillesse, le Régime de pensions du Canada ou la Loi sur le régime des rentes du Québec, L.R.Q. ch. R-9, toute
pension, rente de retraite ou autre prestation versée conformément ou relativement à un régime
d’épargne-retraite ou à un régime de retraite et
toute somme versée conformément ou relativement à la Loi sur la saisie-arrêt et la distraction
de pensions, la Loi sur le partage des prestations
de retraite ou à l’égard d’une invalidité. (pension)
« personne désignée » Toute personne dont le nom
est inscrit sur la liste établie à l’annexe conformément à l’article 2.
“Burma”
« Birmanie »
“controlling
interest”
« intérêts
majoritaires »
———
———
a
a
S.C. 1992, c. 17
Définitions
« Birmanie »
“Burma”
« intérêts
majoritaires »
“controlling
interest”
« personne
désignée »
“designated
person”
L.C. 1992, ch. 17
2611
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
LIST
LISTE
2. A person whose name is listed in the schedule
is a person in respect of whom the Governor in
Council, on the recommendation of the Minister, is
satisfied that there are reasonable grounds to believe is
(a) a former or current senior official of the
Government of Burma, the State Peace and Development Council of Burma, the Union Solidarity and Development Association of Burma or a
successor to any of the foregoing;
(b) an associate or family member of a person set
out in paragraph (a);
(c) an entity owned, controlled or acting on behalf of a person set out in paragraphs (a) or (b);
or
(d) an entity owned or controlled or acting on
behalf of the Government of Burma, the State
Peace and Development Council of Burma, the
Union Solidarity and Development Association
of Burma or a successor to any of the foregoing.
2. Figure sur la liste à l’annexe le nom de toute
personne dont le gouverneur en conseil est convaincu, sur la recommandation du ministre, qu’il
existe des motifs raisonnables de croire qu’elle est
dans l’une ou l’autre des situations suivantes :
a) elle est ou était un haut fonctionnaire du Gouvernement de la Birmanie, du « State Peace and
Development Council of Burma », du « Union
Solidarity and Development Association of
Burma » ou un successeur de ceux-ci;
b) elle est un associé ou un membre de la famille
d’une personne visée à l’alinéa a);
c) elle est une entité appartenant, étant contrôlée
ou agissant pour le compte d’une personne visée
aux alinéas a) ou b);
d) elle est une entité appartenant, étant contrôlée
ou agissant pour le compte du Gouvernement de
la Birmanie, du « State Peace and Development
Council of Burma », du « Union Solidarity and
Development Association of Burma » ou un successeur de ceux-ci.
PROHIBITIONS
INTERDICTIONS
Export
3. Subject to section 18, no person in Canada
shall export, sell, supply or ship any goods, wherever situated, to Burma, to any person in Burma or
to any person for the purposes of any business carried on in or operated from Burma.
Import
4. Subject to section 18, no person in Canada
shall import, purchase, acquire, ship or tranship any
goods that are exported, supplied or shipped from
Burma after the date of the coming into force of
these Regulations, whether the goods originated in
Burma or elsewhere.
5. No person in Canada and no Canadian outside
Canada shall
(a) deal, directly or indirectly, in any property of
a designated person, including funds derived or
generated from property that is owned or controlled, directly or indirectly, by that person;
(b) enter into or facilitate, directly or indirectly,
any financial transaction related to a dealing referred to in paragraph (a);
(c) provide any financial or other related service
in respect of the property referred to in paragraph (a); or
(d) make any property or any financial or other
related service available, directly or indirectly,
for the benefit of a designated person.
3. Sous réserve de l’article 18, il est interdit à
toute personne au Canada d’exporter, de vendre, de
fournir ou d’envoyer des marchandises, indépendamment de leur situation, à la Birmanie, à toute
personne qui s’y trouve ou à toute personne dans le
cadre d’une transaction effectuée en Birmanie ou à
partir de la Birmanie.
4. Sous réserve de l’article 18, il est interdit à
toute personne au Canada d’importer, d’acheter,
d’acquérir, d’envoyer ou de transborder des marchandises qui ont été exportées de la Birmanie —
qu’elles en soient originaires ou non — après la
date d’entrée en vigueur du présent règlement.
5. Il est interdit à toute personne au Canada et à
tout Canadien à l’étranger :
a) d’effectuer, directement ou indirectement, une
opération portant sur un bien d’une personne désignée, y compris les fonds provenant d’un bien
appartenant à une telle personne ou étant contrôlé, directement ou indirectement, par elle;
b) de conclure, directement ou indirectement,
une opération relativement à une opération visée
à l’alinéa a) ou d’en faciliter, directement ou indirectement, la conclusion;
c) de fournir des services financiers ou des services connexes liés à des biens visés à l’alinéa a);
d) de mettre, directement ou indirectement, des
biens ou des services financiers ou services connexes à la disposition de toute personne désignée.
6. Il est interdit à toute personne au Canada de
transférer, fournir, ou communiquer, directement
ou indirectement, des données techniques à la Birmanie ou à une personne qui s’y trouve.
Designated
person
Assets Freeze
Technical data
2612
6. No person in Canada shall transfer, provide or
communicate, directly or indirectly, technical data
to Burma or any person in Burma.
Liste
Exportation
Importation
Gel des avoirs
Données
techniques
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
Investment —
property in
Burma held by
or on behalf of
Burma or
national of
Burma not
ordinarily
resident in
Canada
Investment —
property held
by or on behalf
of a person in
Burma
7. (1) No person in Canada and no Canadian outside Canada shall invest in property situated in
Burma and set out in subsection (3) held by or on
behalf of Burma or a national of Burma who does
not ordinarily reside in Canada.
7. (1) Il est interdit à toute personne au Canada et
à tout Canadien à l’étranger d’investir dans tout
bien visé au paragraphe (3) situé en Birmanie qui
est détenu par celle-ci ou en son nom ou par un de
ses nationaux qui ne réside pas habituellement au
Canada ou en leur nom.
Investissement
— bien détenu
par la Birmanie
ou un de ses
nationaux qui
ne réside pas
habituellement
au Canada ou
en leur nom
(2) No person in Canada and no Canadian outside Canada shall invest in property set out in subsection (3) held by or on behalf of a person in
Burma, including an entity carrying on business in
Burma other than a national of Burma, by
(a) acquiring a controlling interest in an entity
that invests in property situated in Burma and set
out in subsection (3);
(b) establishing, with a controlling interest, an
entity that invests in property situated in Burma
and set out in subsection (3); or
(c) holding a controlling interest in an entity that
invests, after the date of the coming into force of
the Regulations, in property situated in Burma
and set out in subsection (3).
Investissement
— bien détenu
par une
personne qui se
trouve en
Birmanie ou en
son nom
Property
(3) Subsections (1) and (2) apply in respect of
the following property:
(a) assets of an entity;
(b) equity in an entity;
(c) a debt security of an entity;
(d) a loan to an entity;
(e) an interest or a right in an entity that entitles
the owner to a share in income or profits of the
entity;
(f) an interest or a right in an entity that entitles
the owner to a share in the assets of that entity;
(g) property used or intended to be used for the
purpose of economic benefit or any other benefits; or
(h) interest or rights arising from the commitment of capital or other resources, including
(i) contracts involving an investor’s property,
turnkey construction contracts, and concessions including the right to search for and extract oil and other resources, and
(ii) contracts when the remuneration depends
substantially on the production, revenues or
profits of an entity.
Financial
services
8. Subject to section 19, no person in Canada or
Canadian outside Canada shall provide to or acquire financial services from Burma or any person
in Burma.
Docking —
ship registered
in Burma
9. No person shall dock in Canada or pass
through Canada a ship that is registered in Burma,
except if docking in Canada is necessary to safeguard human life.
(2) Il est interdit à toute personne au Canada et à
tout Canadien à l’étranger d’investir de l’une ou
l’autre des façons ci-après dans tout bien visé au
paragraphe (3) qui est détenu par une personne qui
se trouve en Birmanie ou en son nom, y compris
une entité qui y fait affaire, autre qu’un national de
la Birmanie :
a) en acquérant des intérêts majoritaires dans une
entité qui investit dans tout bien visé au paragraphe (3) situé en Birmanie;
b) en constituant, avec des intérêts majoritaires,
une entité qui investit dans tout bien visé au paragraphe (3) situé en Birmanie;
c) en détenant des intérêts majoritaires dans une
entité qui investit, après la date d’entrée en vigueur du présent règlement, dans tout bien visé
au paragraphe (3) situé en Birmanie.
(3) Les paragraphes (1) et (2) s’appliquent à
l’égard des biens suivants :
a) les actifs d’une entité;
b) ses titres de participation;
c) ses titres de créance;
d) les prêts à une entité;
e) les droits ou intérêts dans une entité qui permettent au propriétaire d’obtenir une part des revenus ou des bénéfices de celle-ci;
f) les droits ou intérêts dans une entité qui permettent au propriétaire d’obtenir une part des actifs de celle-ci à sa dissolution;
g) les biens qui fournissent ou dont on attend des
avantages économiques ou autres;
h) les droits ou intérêts découlant de l’engagement de capitaux ou d’autres ressources,
notamment :
(i) les contrats qui concernent les biens d’un
investisseur, les contrats de construction clés
en main et les concessions, y compris le droit
de rechercher et d’extraire du pétrole et du
gaz, ainsi que d’autres ressources naturelles,
(ii) les contrats où la rémunération dépend en
grande partie de la production, des revenus ou
des bénéfices d’une organisation.
8. Sous réserve de l’article 19, il est interdit à
toute personne au Canada et à tout Canadien à
l’étranger de fournir des services financiers à la
Birmanie ou à toute personne en Birmanie ou
d’acquérir de tels services de la Birmanie ou d’une
personne en Birmanie.
9. Il est interdit d’amarrer un navire immatriculé
en Birmanie au Canada ou d’y faire passer un tel
navire, sauf si l’amarrage est nécessaire à la sauvegarde de vies humaines.
Biens
Services
financiers
Amarrage —
navire
immatriculé en
Birmanie
2613
2007-12-26
Docking —
ship registered
under an Act
of Parliament
Landing in
Canada
Landing in
Burma
Prohibition
Determination
2614
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
10. No person shall dock in Burma a ship that is
registered or licensed, or for which an identification
number has been issued, pursuant to any Act of
Parliament, except if docking in Burma is necessary
to safeguard human life or to ensure access to humanitarian assistance.
11. No person shall land in Canada or fly over
Canada an aircraft that is registered in Burma, except if landing in Canada is necessary to safeguard
human life.
12. No person shall land in Burma an aircraft that
is registered in Canada or operated in connection
with a Canadian air operator’s certificate within the
meaning of subsection 101.01(1) of the Canadian
Aviation Regulations, except if landing in Burma is
necessary to safeguard human life or to ensure access to humanitarian assistance.
13. No person in Canada and no Canadian outside Canada shall do anything that causes, assists or
promotes, or is intended to cause, assist or promote,
any act or thing prohibited by sections 3 to 12.
10. Il est interdit d’amarrer en Birmanie un navire immatriculé ou auquel un permis ou un numéro
d’enregistrement a été accordé sous le régime d’une
loi fédérale, sauf si cela est nécessaire à la sauvegarde de vies humaines ou à la fourniture d’aide
humanitaire.
11. Il est interdit de survoler le Canada ou d’y atterrir à bord d’un aéronef immatriculé en Birmanie,
sauf si cela est nécessaire à la sauvegarde de vies
humaines.
12. Il est interdit d’atterrir en Birmanie à bord
d’un aéronef immatriculé au Canada ou exploité au
titre d’un certificat d’exploitation aérienne au sens
du paragraphe 101.01(1) du Règlement de l’aviation canadien, sauf si cela est nécessaire à la sauvegarde de vies humaines ou à la fourniture d’aide
humanitaire.
13. Il est interdit à toute personne au Canada et à
tout Canadien à l’étranger de faire quoi que ce soit
qui occasionne, facilite ou favorise la perpétration
de tout acte interdit par l’un des articles 3 à 12, ou
qui vise à le faire.
DUTY TO DETERMINE
OBLIGATION DE VÉRIFICATION
14. Each of the following entities must determine
on a continuing basis whether it is in possession or
control of property owned or controlled by or on
behalf of a designated person:
(a) authorized foreign banks, as defined in section 2 of the Bank Act, in respect of their business in Canada or banks to which that Act
applies;
(b) cooperative credit societies, savings and
credit unions and caisses populaires regulated by
a provincial Act and associations regulated by
the Cooperative Credit Associations Act;
(c) foreign companies, as defined in subsection 2(1) of the Insurance Companies Act, in respect of their insurance business in Canada;
(d) companies, provincial companies and societies, as those terms are defined in subsection 2(1) of the Insurance Companies Act;
(e) fraternal benefit societies regulated by a provincial Act in respect of their insurance activities
and insurance companies and other entities engaged in the business of insuring risks that are
regulated by a provincial Act;
(f) companies to which the Trust and Loan Companies Act applies;
(g) trust companies regulated by a provincial
Act;
(h) loan companies regulated by a provincial
Act; and
(i) entities authorized under provincial legislation
to engage in the business of dealing in securities,
or to provide portfolio management or investment counselling services.
14. Il incombe aux entités ci-après de vérifier de
façon continue l’existence de biens qui sont en leur
possession ou sous leur contrôle et qui appartiennent à toute personne désignée ou sont sous son
contrôle ou en son nom :
a) les banques régies par la Loi sur les banques
et les banques étrangères autorisées, au sens de
l’article 2 de cette loi, dans le cadre des activités
que ces dernières exercent au Canada;
b) les coopératives de crédit, caisses d’épargne et
de crédit et caisses populaires régies par une loi
provinciale et les associations régies par la Loi
sur les associations coopératives de crédit;
c) les sociétés étrangères au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur les sociétés d’assurances,
dans le cadre des activités d’assurance qu’elles
exercent au Canada;
d) les sociétés, les sociétés de secours et les sociétés provinciales au sens du paragraphe 2(1) de
la Loi sur les sociétés d’assurances;
e) les sociétés de secours mutuel régies par une
loi provinciale, dans le cadre de leurs activités
d’assurance, et les sociétés d’assurances et autres
entités régies par une loi provinciale qui exercent
le commerce de l’assurance;
f) les sociétés régies par la Loi sur les sociétés de
fiducie et de prêt;
g) les sociétés de fiducie régies par une loi
provinciale;
h) les sociétés de prêt régies par une loi
provinciale;
i) les entités autorisées en vertu de la législation
provinciale à se livrer au commerce des valeurs
mobilières ou à la fourniture de services de gestion de portefeuille ou de conseils en placement.
Amarrage —
navire
immatriculé
sous une loi
fédérale
Atterrissage
d’un aéronef au
Canada
Atterrissage
d’un aéronef en
Birmanie
Aide à
commettre un
acte interdit
Vérification
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
DISCLOSURE
COMMUNICATION
Report
15. (1) Every person in Canada and every Canadian outside Canada shall disclose without delay to
the Commissioner of the Royal Canadian Mounted
Police
(a) the existence of property in their possession
or control that they have reason to believe is
owned or controlled, directly or indirectly, by a
designated person or by an entity owned or controlled by a designated person; and
(b) information about a transaction or proposed
transaction in respect of property referred to in
paragraph (a).
Immunity
(2) No person contravenes subsection (1) by disclosing in good faith under that subsection.
15. (1) Toute personne au Canada et tout Canadien à l’étranger est tenu de communiquer sans
délai au commissaire de la Gendarmerie royale du
Canada :
a) l’existence des biens qui sont en sa possession
ou sous son contrôle et qu’il soupçonne d’être la
propriété ou d’être sous le contrôle, direct ou indirect, de toute personne désignée ou de toute entité appartenant à une personne désignée ou étant
contrôlée par une telle personne;
b) tout renseignement portant sur une opération,
réelle ou projetée, mettant en cause des biens visés à l’alinéa a).
(2) Nul ne contrevient au paragraphe (1) parce
qu’il a fait une communication de bonne foi au titre
de ce paragraphe.
Petition
Decision
Presumption
Notice
New
application
Immunité
APPLICATION TO NO LONGER BE A
DESIGNATED PERSON
DEMANDE DE RADIATION
16. (1) A designated person may apply to the
Minister in writing to have their name removed
from the schedule.
(2) On receipt of an application, the Minister
shall decide whether there are reasonable grounds
to recommend to the Governor in Council that the
applicant’s name be removed from the schedule.
(3) If the Minister does not make a decision on
the application within 60 days after the day on
which the application is received, the Minister is
deemed to have decided to recommend that the
applicant remain a designated person.
(4) The Minister shall give notice without delay
to the applicant of any decision taken or deemed to
have been taken.
(5) If there has been a material change in circumstances since the last petition was submitted, a person may submit another application under subsection (1).
16. (1) Toute personne désignée peut demander
par écrit au ministre que son nom soit radié de la
liste établie à l’annexe.
(2) Sur réception de la demande, le ministre décide s’il a des motifs raisonnables de recommander
au gouverneur en conseil de radier le nom du demandeur de la liste établie à l’annexe.
(3) S’il ne rend pas sa décision dans les soixante
jours suivant la réception de la demande, le ministre est réputé avoir décidé de ne pas recommander
la radiation.
Demande
(4) Le ministre donne sans délai au demandeur
un avis de la décision qu’il a rendue ou qu’il est
réputé avoir rendue relativement à la demande.
(5) Si la situation du demandeur a évolué de manière importante depuis la présentation de sa dernière demande, il peut en présenter une nouvelle.
Avis
APPLICATION FOR A CERTIFICATE
DEMANDE D’ATTESTATION
Mistaken
identity
17. (1) A person claiming not to be a designated
person may apply to the Minister for a certificate
stating that they are not the person who has been
designated under section 2.
Certificate —
time frame
(2) If it is established that the person is not a designated person, the Minister shall issue a certificate to the applicant within 15 days after the day on
which the application is received.
17. (1) Toute personne qui affirme ne pas être
une personne désignée peut demander au ministre
de lui délivrer une attestation portant qu’elle n’est
pas la personne qui a été désignée en vertu de l’article 2.
(2) S’il est établi que le demandeur n’est pas une
personne désignée, le ministre lui délivre l’attestation dans les quinze jours suivant la réception de la
demande.
EXCLUSIONS
EXCLUSIONS
18. Sections 3 and 4 do not apply in respect of
the following:
(a) goods consigned to the Canadian Embassy in
Bangkok, international organizations with diplomatic status, United Nations agencies, the
18. Les articles 3 et 4 ne s’appliquent pas à
l’égard :
a) des marchandises destinées à l’ambassade du
Canada en Bangkok, aux organisations internationales ayant un statut diplomatique, aux agences
Import and
export
Communication
Décision
Présomption
Nouvelle
demande
Erreur sur la
personne
Attestation —
délai
Exportation et
importation
2615
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
International Red Cross and Red Crescent Movement or non-governmental organizations that are
involved in humanitarian relief work in Burma,
provided that an export permit under the Export
and Import Permits Act has been granted for
goods exported from Canada to Burma;
(b) personal or settlers’ effects that are taken or
shipped by an individual leaving Canada or
Burma and that are solely for the use of the individual or the individual’s immediate family;
(c) supplies exported from Canada to Burma,
provided that an export permit under the Export
and Import Permits Act has been granted for
them, that no property referred to in section 5 is
used for their payment, and that those supplies
are
(i) intended strictly for medical purposes and
consigned to a medical facility such as a hospital or clinic, or
(ii) composed of foodstuffs intended for human consumption;
(d) informational materials, including books and
other publications, provided that an export permit under the Export and Import Permits Act has
been granted for those goods exported from Canada to Burma, that they do not contain technical
data and that no property referred to in section 5
is used for their payment; and
(e) personal correspondence including lettermail,
printed papers and postcards of a weight not exceeding 250g per item of correspondence.
Financial
services
2616
19. Section 8 does not apply in respect of
(a) any transaction in respect of the bank accounts of the Embassy of the Union of Myanmar
in Ottawa that are used for their regular business;
(b) non-commercial remittances of less than
$1000 sent to or from Burma or any person in
Burma, provided that the funds are not being sent
by, to or on behalf of a designated person and the
person providing the financial services keeps a
record of the transaction;
(c) any transaction to international organizations
with diplomatic status, United Nations agencies,
the International Red Cross and Red Crescent
Movement or Canadian non-governmental organizations who have entered into a grant or contribution agreement with the Canadian International Development Agency, for the purpose
of pursuing humanitarian relief work in Burma;
and
(d) any pension payable to a person in Burma
who is not a designated person.
des Nations Unies, au Mouvement international
de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ou
à des organisations non gouvernementales qui
fournissent de l’aide humanitaire en Birmanie,
pourvu qu’une licence d’exportation ait été délivrée en vertu de la Loi sur les licences d’exportation et d’importation à l’égard des biens exportés du Canada vers la Birmanie;
b) des effets personnels ou des effets d’immigrants qui sont emportés ou expédiés par une
personne physique qui quitte le Canada ou la
Birmanie et qui sont uniquement destinés à
son usage personnel ou à celui de sa famille
immédiate;
c) des fournitures exportées du Canada vers la
Birmanie pourvu qu’une licence d’exportation ait
été délivrée en vertu de la Loi sur les licences
d’exportation et d’importation, qu’aucun bien visé à l’article 5 ne soit utilisé pour leur paiement
et qu’elles soient :
(i) ou bien exportées strictement pour des raisons médicales et consignées dans une installation médicale, tel un hôpital ou une clinique,
(ii) ou bien des denrées alimentaires destinées
à la consommation humaine;
d) du matériel documentaire, y compris les livres
et autres publications, pourvu qu’une licence
d’exportation ait été délivrée en vertu de la Loi
sur les licences d’exportation et d’importation à
l’égard de ce matériel, qu’il ne contienne pas de
données techniques et qu’aucun bien visé à l’article 5 ne soit utilisé pour son paiement;
e) de la correspondance personnelle, notamment
les lettres, cartes postales et imprimés d’un poids
individuel n’excédant pas 250 g.
19. L’article 8 ne s’applique pas à l’égard :
a) de toute transaction relative aux comptes bancaires de l’ambassade de l’Union du Myanmar à
Ottawa et qui sont utilisés pour les affaires normales de l’ambassade;
b) des envois d’argent non commerciaux de
moins de 1000 $ en Birmanie ou en provenance
de celle-ci, pourvu que l’argent ne soit pas envoyé par une personne désignée ou en son nom
et que la personne qui fournit les services financiers tienne un dossier sur la transaction;
c) de toute transaction relative aux organisations
internationales ayant un statut diplomatique, aux
agences des Nations Unies, au Mouvement international de la Croix-Rouge et du CroissantRouge ou aux organisations canadiennes non
gouvernementales qui ont reçu une subvention de
l’Agence canadienne de développement international ou qui ont conclu un accord de contribution avec celle-ci dans le but de fournir de l’aide
humanitaire à la Birmanie;
d) de toute pension à verser à une personne en
Birmanie qui n’est pas une personne désignée.
Services
financiers
2007-12-26
Application
Registration
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
APPLICATION PRIOR TO PUBLICATION
ANTÉRIORITÉ DE LA PRISE D’EFFET
20. For the purpose of paragraph 11(2)(a) of the
Statutory Instruments Act, these Regulations apply
according to their terms before they are published
in the Canada Gazette.
20. Pour l’application de l’alinéa 11(2)a) de la
Loi sur les textes réglementaires, le présent règlement prend effet avant sa publication dans la Gazette du Canada.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
21. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
21. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
SCHEDULE
(Section 2)
1. Than Shwe, born February 2, 1933
2. Maung Aye, born December 25, 1937
3. Shwe Mann, born July 11, 1947
4. Khin Lay Thet, born June 19, 1947
5. Aung Thet Mann, born June 19, 1977 (also known among
other names as Shwe Mann Ko Ko)
6. Toe Naing Mann, born June 29, 1978
7. Zay Zin Latt, born March 24, 1981
8. Thein Sein, born April 20, 1945
9. Tin Aung Myint Oo, born May 27, 1950
10. Kyaw Win, born January 3, 1944
11. Ye Myint, born October 21, 1943
12. Tin Lin Myint, born January 25, 1947
13. Aung Htwe, born February 1, 1943
14. Maung Bo, born February 16, 1945
15. Tin Naing Thein, born 1955
16. Saw Tun, born May 8, 1935
17. Chan Nyein, born 1944 (also known among other names as
Chang Nyein)
18. Zaw Min, born January 10, 1949
19. Lun Thi, born July 18, 1940
20. Hla Tun, born July 11, 1951
21. Nyan Win, born January 22, 1953
22. Kyaw Myint, born 1940
23. Maung Oo, born 1952
24. Saw Lwin, born 1939
25. Soe Tha, born 1945
26. Thaung, born July 6, 1937
27. Thein Zaw, born October 20, 1951
28. Kyaw Thu, born August 15, 1949
29. Mya Oo, born January 25, 1940
30. Myint Swe, born May 24, 1951
31. Hsan Hsint, born 1951
32. Than Sein, born February 1, 1946
33. Tay Za, born July 8, 1964
Prise d’effet
Enregistrement
ANNEXE
(article 2)
1. Than Shwe, né le 2 février 1933
2. Maung Aye, né le 25 décembre 1937
3. Shwe Mann, né le 11 juillet 1947
4. Khin Lay Thet, née le 19 juin 1947
5. Aung Thet Mann, né le 19 juin 1977 (connu notamment sous
le nom de Shwe Mann Ko Ko)
6. Tœ Naing Mann, né le 29 juin 1978
7. Zay Zin Latt, née le 24 mars 1981
8. Thein Sein, né le 20 avril 1945
9. Tin Aung Myint Oo, né le 27 mai 1950
10. Kyaw Win, né le 3 janvier 1944
11. Ye Myint, né le 21 octobre 1943
12. Tin Lin Myint, née le 25 janvier 1947
13. Aung Htwe, né le 1er février 1943
14. Maung Bo, né le 16 février 1945
15. Tin Naing Thein, né en 1955
16. Saw Tun, né le 8 mai 1935
17. Chan Nyein, né en 1944 (connu notamment sous le nom de
Chang Nyein)
18. Zaw Min, né le 10 janvier 1949
19. Lun Thi, né le 18 juillet 1940
20. Hla Tun, né le 11 juillet 1951
21. Nyan Win, né le 22 janvier 1953
22. Kyaw Myint, né en 1940
23. Maung Oo, né en 1952
24. Saw Lwin, né en 1939
25. Sœ Tha, né en 1945
26. Thaung, né le 6 juillet 1937
27. Thein Zaw, né le 20 octobre 1951
28. Kyaw Thu, né le 15 août 1949
29. Mya Oo, né le 25 janvier 1940
30. Myint Swe, né le 24 mai 1951
31. Hsan Hsint, né en 1951
32. Than Sein, né le 1er février 1946
33. Tay Za, né le 8 juillet 1964
2617
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
SCHEDULE — Continued
ANNEXE (suite)
34. Thidar Zaw, born February 24, 1964
35. Pye Phyo Tay Za, born January 29, 1987
36. Thiha, born June 24, 1960
37. Khin Shwe, born January 21, 1952
38. Zay Thiha, born January 1, 1977
39. Khin Nyunt, born October 11, 1939
40. Khin Win Shwe, born October 6, 1940
41. Air Bagan (also known among other names as Air Bagan
Holdings Pte. Ltd. and Air Bagan Limited)
42. Bandoola Transportation Co. Ltd.
43. Berger Paint Manufacturing Co. Ltd.
44. Dagon Brewery
45. Granite Tile Factory (Kyaikto)
46. Hantha Waddy Golf Resort and Myodaw (City) Club Ltd.
47. Htoo Furniture (also known among other names as Htoo
Wood, Htoo Wood Products, Htoo Wood Products Pte.
Limited and Htoo Wood-Based Industry)
48. Htoo Group of Companies (also known among other names as
Htoo Trading Company Limited and Htoo Trading Group
Company)
49. Innwa Bank
50. MEC Disposable Syringe Factory
51. MEC Marble Mine
52. MEC Marble Tiles Factory
53. MEC Myanmar Cable Wire Factory
54. MEC Oxygen and Gases Factory
55. MEC Ship Breaking Service
56. MEC Steel Mills (Hmaw Bi/Pyi/Ywama)
57. MICB (also known among other names as Myanma
Investment and Commercial Bank and Myanmar Investment
and Commercial Bank)
58. Myaing Galay (Rhino Brand) Cement Factory
59. Myanma Economic Bank (also known among other names as
Myanmar Economic Bank)
60. Myanma Economic Corporation (MEC)
61. Myanma Foreign Trade Bank (also known among other
names as Myanmar Foreign Trade Bank)
62. Myanmar Ar (Power) Construction Services
63. Myanmar Brewery Ltd.
64. Myanmar Daewoo International
65. Myanmar Imperial Jade Co. Ltd.
66. Myanmar Nouveau Steel Co. Ltd.
67. Myanmar Posco Steel Co. Ltd.
68. Myanmar Rubber Wood Co. Ltd.
69. Myanmar Ruby Enterprise
70. Myanmar Segal International Ltd.
34. Thidar Zaw, née le 24 février 1964
35. Pye Phyo Tay Za, né le 29 janvier 1987
36. Thiha, né le 24 juin 1960
37. Khin Shwe, né le 21 janvier 1952
38. Zay Thiha, né le 1er janvier 1977
39. Khin Nyunt, né le 11 octobre 1939
40. Khin Win Shwe, née le 6 octobre 1940
41. Air Bagan (connu notamment sous les noms suivants : Air
Bagan Holdings Pte. Ltd. et Air Bagan Limited)
42. Bandoola Transportation Co. Ltd.
43. Berger Paint Manufacturing Co. Ltd.
44. Dagon Brewery
45. Granite Tile Factory (Kyaikto)
46. Hantha Waddy Golf Resort and Myodaw (City) Club Ltd.
47. Htoo Furniture (connu notamment sous les noms suivants :
Htoo Wood, Htoo Wood Products, Htoo Wood Products Pte.
Limited et Htoo Wood-Based Industry)
48. Htoo Group of Companies (connu notamment sous les noms
suivants : Htoo Trading Company Limited et Htoo Trading
Group Company)
49. Innwa Bank
50. MEC Disposable Syringe Factory
51. MEC Marble Mine
52. MEC Marble Tiles Factory
53. MEC Myanmar Cable Wire Factory
54. MEC Oxygen and Gases Factory
55. MEC Ship Breaking Service
56. MEC Steel Mills (Hmaw Bi/Pyi/Ywama)
57. MICB (connu notamment sous les noms suivants : Myanma
Investment and Commercial Bank et Myanmar Investment
and Commercial Bank)
58. Myaing Galay (Rhino Brand) Cement Factory
59. Myanma Economic Bank (connu notamment sous le nom de
Myanmar Economic Bank)
60. Myanma Economic Corporation (MEC)
61. Myanma Foreign Trade Bank (connu notamment sous le nom
de Myanmar Foreign Trade Bank)
62. Myanmar Ar (Power) Construction Services
63. Myanmar Brewery Ltd.
64. Myanmar Daewoo International
65. Myanmar Imperial Jade Co. Ltd.
66. Myanmar Nouveau Steel Co. Ltd.
67. Myanmar Posco Steel Co. Ltd.
68. Myanmar Rubber Wood Co. Ltd.
69. Myanmar Ruby Enterprise
70. Myanmar Segal International Ltd.
2618
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
SCHEDULE — Continued
ANNEXE (suite)
71. Myawaddy Bank Ltd.
72. Myawaddy Trading Ltd.
73. Myawaddy Travel Services
74. National Development Corp.
75. Nawaday Hotel and Travel Services
76. Ngwe Pin Le (Silver Sea) Livestock Breeding and Fishery Co.
77. Pavo Trading Pte. Ltd.
78. Rothman of Pall Mall Myanmar Private Ltd.
79. Sin Min (King Elephants) Cement Factory (Kyaukse)
80. Soap Factory (Paung)
81. The First Automotive Co. Ltd.
82. Union of Myanmar Economic Holding Ltd.
83. Yuzana Company Limited (also known among other names as
Yuzana Construction)
84. Zay Gabar Company (also known among other names as
Zaykabar Company)
71. Myawaddy Bank Ltd.
72. Myawaddy Trading Ltd.
73. Myawaddy Travel Services
74. National Development Corp.
75. Nawaday Hotel and Travel Services
76. Ngwe Pin Le (Silver Sea) Livestock Breeding and Fishery Co.
77. Pavo Trading Pte. Ltd.
78. Rothman of Pall Mall Myanmar Private Ltd.
79. Sin Min (King Elephants) Cement Factory (Kyaukse)
80. Soap Factory (Paung)
81. The First Automotive Co. Ltd.
82. Union of Myanmar Economic Holding Ltd.
83. Yuzana Company Limited (connu notamment sous le nom de
Yuzana Construction)
84. Zay Gabar Company (connu notamment sous le nom de
Zaykabar Company)
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Burma has been ruled by successive military-led governments
since the early 1960s. While none has protected human rights or
shown interest in advancing democracy, the current government
is the most regressive and repressive of them all. The Burmese
military regime has violently suppressed recent pro-democracy
demonstrations, resulting in a considerable number of deaths, the
arrest and detention of thousands of civilians. Forced relocation,
rape by the military, extra-judicial killings, forced labour, the use
of child soldiers and other human rights violations continue to be
perpetrated against the people of Burma. Over the years, the actions of the Burmese regime have resulted in large-scale displacement of the population and an outflow of refugees to Thailand and other neighbouring countries.
Description
Depuis le début des années 1960, la Birmanie est dirigée par
une succession de gouvernements militaires. Bien qu’aucun
d’entre eux n’ait protégé les droits de la personne ni manifesté
d’intérêt pour la promotion de la démocratie, le gouvernement
actuel est le plus régressif et répressif de tous. Le régime militaire
birman a réprimé violemment de récentes manifestations en faveur de la démocratie, ce qui a donné lieu à un nombre considérable de morts et conduit à l’arrestation ainsi qu’à la détention de
milliers de civils. La population birmane continue d’être victime
de violations des droits humains, y compris les réinstallations
forcées, les viols commis par les militaires, les exécutions extrajudiciaires, le travail forcé et l’utilisation d’enfants soldats. Au
cours des ans, les actions du régime birman ont donné lieu à des
déplacements massifs de population et à l’exode de nombreux
réfugiés vers la Thaïlande et d’autres pays voisins.
La situation en Birmanie est particulièrement dangereuse, car
les exactions du gouvernement non seulement oppriment le peuple, mais ont aussi des effets déstabilisateurs importants à
l’échelle transnationale. À ce titre, la situation menace la paix et
la sécurité dans toute la région et est préjudiciable à la liberté, à la
démocratie, au respect des droits humains ainsi qu’à la primauté
du droit. Face à la gravité de la situation, le gouvernement du
Canada a pris le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant la Birmanie. Le gouverneur en conseil estime que les
événements survenus en Birmanie constituent une rupture sérieuse de la paix et de la sécurité internationales, susceptible
d’entraîner ou ayant entraîné une importante crise internationale.
Les mesures prévues par le Règlement incluent :
• l’interdiction d’exporter en Birmanie des marchandises en
provenance du Canada, à l’exception des marchandises à vocation humanitaire;
The situation in Burma is particularly dangerous as the government’s actions not only oppress its own people, but also bring
substantial transnational destabilizing effects which threaten
peace and security in the entire region and undermine freedom,
democracy, human rights and the rule of law. The Government of
Canada made the Special Economic Measures (Burma) Regulations in order to respond to the gravity of the situation in Burma,
which in the Governor in Council’s opinion constitutes a grave
breach of international peace and security that has or is likely to
result in a serious international crisis.
•
The measures implemented by the Regulations include
a ban on all goods exported from Canada to Burma, excepting
only the export of humanitarian goods;
2619
2007-12-26
•
•
•
•
•
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
a ban on all goods imported from Burma into Canada;
a freeze on assets in Canada of any designated Burmese nationals connected with the Burmese State;
a ban on new investment in Burma by Canadian persons and
companies;
a prohibition on the provision of Canadian financial services
to and from Burma;
a prohibition on the export of any technical data to Burma;
a prohibition on Canadian-registered ships or aircraft from
docking or landing in Burma;
a prohibition on Burmese-registered ships or aircraft from
docking or landing in Canada and passing through Canada.
Under the Regulations, the Governor in Council may approve
and list on a schedule to the Regulations the names of persons for
whom there are reasonable grounds to believe that they are connected with the Burmese State. The Regulations provide a review
mechanism to remove names from the schedule upon receipt of
an application from a designated person. The Regulations have
been drafted to reduce, to the greatest extent possible, adverse
impact on Canadians of Burmese heritage, by incorporating specific exclusions from the export and import ban as well as from
the prohibition on financial services, including exclusions for
humanitarian activities in Burma and non-commercial remittances
of less than $1,000.
The measures implemented by the Regulations add to a series
of measures that Canada already had against Burma, including
• the requirement, since August 1997, for an export permit for
all exports to Burma under the Export and Import Permits
Act, which will only be granted for humanitarian goods;
• the withdrawal of preferential import tariffs;
• a visa ban on visits by high-level members of the Burmese
government and armed forces;
• the suspension of bilateral aid and commercial support;
• the exclusion from a market-access initiative to eliminate
most import duties and quotas;
• an in-Canada travel notification requirement imposed on
Ottawa-based Burmese diplomats; and
• regular official announcements discouraging Canadian tourism to Burma and urging the business community not to invest or enter into commercial ventures in Burma.
A separate Order made pursuant to subsection 4(4) of the Special Economic Measures Act authorizes the Minister of Foreign
Affairs to issue to any person in Canada and any Canadian outside Canada a permit to carry out a specified activity or transaction, or any class of activity or transaction, that is restricted or
prohibited pursuant to the Regulations.
•
l’interdiction d’importer au Canada des marchandises en provenance de la Birmanie;
• le gel, au Canada, des avoirs de ressortissants birmans désignés, qui entretiennent des liens avec l’État birman;
• l’interdiction, pour des entreprises et des citoyens canadiens,
d’effectuer de nouveaux investissements en Birmanie;
• l’interdiction de fournir des services financiers canadiens vers
la Birmanie ou depuis celle-ci;
• l’interdiction d’exporter des données techniques vers la
Birmanie;
• l’interdiction, pour les navires ou les aéronefs enregistrés au
Canada, de faire escale en Birmanie ou d’y atterrir;
• l’interdiction, pour les navires ou les aéronefs enregistrés en
Birmanie, de faire escale au Canada, d’y atterrir, ou d’y
transiter.
En vertu du Règlement, le gouverneur en conseil peut approuver et lister dans une annexe au Règlement le nom de toute personne au sujet de laquelle il existe des motifs raisonnables de
croire qu’elle soit associée à l’État de la Birmanie. Le Règlement
prévoit un mécanisme de révision qui permet de retirer des noms
placés à l’annexe suite à une demande d’une personne désignée.
Le Règlement a été rédigé afin de réduire, dans la mesure du possible, l’incidence nuisible sur les Canadiens d’origine birmane en
intégrant certaines exemptions aux interdictions relatives aux
importations et aux exportations ainsi qu’aux services financiers,
y compris des exemptions pour les activités humanitaires en Birmanie et pour les transferts de fonds de moins de 1 000 dollars à
des fins non commerciales.
Les mesures énoncées dans le Règlement s’ajoutent à celles qui
étaient déjà en place au Canada contre la Birmanie, notamment :
• l’obligation, depuis août 1997, d’obtenir une licence d’exportation pour toutes les exportations à destination de la Birmanie
en vertu de la Loi sur les licences d’exportation et d’importation, qui n’est accordée que pour des biens humanitaires;
• le retrait des tarifs préférentiels d’importation;
• l’interdiction relative aux visas pour les visites de dignitaires
du gouvernement birman et des forces armées;
• la suspension de l’aide bilatérale et du soutien commercial;
• l’exclusion de l’initiative d’accès au marché pour éliminer la
plupart des droits et des quotas à l’importation;
• l’imposition d’une exigence selon laquelle les diplomates
birmans au Canada doivent signaler tous leurs déplacements à
l’intérieur du Canada;
• la diffusion régulière de messages officiels visant à décourager les touristes canadiens de se rendre en Birmanie et exhortant le milieu des affaires à ne pas investir en Birmanie ou à
ne pas y faire affaire.
Un décret séparé, pris en vertu du paragraphe 4(4) de la Loi sur
les mesures économiques spéciales, confère au ministre des Affaires étrangères le pouvoir d’autoriser, par permis, toute personne se trouvant au Canada ou tout Canadien se trouvant à
l’étranger à procéder à une opération ou catégorie d’opérations
qui fait l’objet d’une interdiction ou d’une restriction au titre du
Règlement.
Alternatives
Solutions envisagées
The Special Economic Measures Act is the appropriate legislative authority for the implementation of these measures. The
adoption of the Regulations is necessary for Canada to respond to
this grave breach of international peace and security and to send a
La Loi sur les mesures économiques spéciales constitue le
moyen législatif adéquat pour l’application de ces mesures.
L’adoption du Règlement est nécessaire afin que le Canada puisse
répondre à la situation de rupture sérieuse de la paix et de la sécurité
2620
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-285
clear message to the Burmese government that Canada abhors the
current human rights and humanitarian situation in that country
and the failure of the Burmese government to enter into a genuine
dialogue with the democratic opposition.
internationales. Ce règlement permet de transmettre un message
clair au gouvernement birman que le Canada condamne, avec la
plus grande fermeté, la situation humanitaire et des droits humains dans ce pays, ainsi que le refus du gouvernement birman
d’entamer un dialogue sincère avec l’opposition démocratique.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Due to the minor scale of economic relations with Burma, impacts on Canadian businesses should be negligible.
Étant donné que les relations économiques du Canada avec la
Birmanie sont peu développées, les sanctions ne devraient avoir
qu’une incidence négligeable sur les entreprises canadiennes.
Consultation
Consultations
Foreign Affairs and International Trade Canada drafted the
Regulations in collaboration with the Department of Justice, the
Department of Finance, the Office of the Superintendent of Financial Institutions, the Royal Canadian Mounted Police, the
Canada Border Services Agency, the Canadian International Development Agency, Transport Canada, the Canadian Security
Intelligence Service, the Department of Human Resources and
Social Development, the Treasury Board, Veterans Affairs Canada and the Canadian Coast Guard.
Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada a rédigé le Règlement en collaboration avec le
ministère de la Justice, le ministère des Finances, le Bureau du
surintendant des institutions financières, la Gendarmerie royale
du Canada, l’Agence des services frontaliers du Canada, l’Agence
canadienne de développement international, Transports Canada,
le Service canadien du renseignement de sécurité, le ministère des
Ressources humaines et du Développement social, le Conseil
du Trésor, Anciens Combattants Canada et la Garde côtière
canadienne.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Compliance is ensured by the Royal Canadian Mounted Police
and the Canada Border Services Agency. Every person who contravenes provisions of the Regulations is liable, upon conviction,
to the punishments set out in section 8 of the Special Economic
Measures Act.
La Gendarmerie royale du Canada et l’Agence des services
frontaliers du Canada sont chargées de l’application du Règlement. Toute personne qui contrevient aux dispositions du Règlement est passible, si elle est reconnue coupable, des sanctions
pénales prévues à l’article 8 de la Loi sur les mesures économiques spéciales.
Contacts
Personnes-ressources
Chrystal Waddington
Political Officer – Burma, Thailand and Laos
Southeast Asia and Pacific Division
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-995-8649
Fax: 613-944-1604
Email: Chrystal.Waddington@international.gc.ca
Karina Boutin
Legal Officer
United Nations, Human Rights and Economic Law Division
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-995-1108
Fax: 613-992-2467
Email: Karina.Boutin@international.gc.ca
Sabine Nölke
Director
United Nations, Human Rights and Economic Law Division
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Telephone: 613-992-6296
Fax: 613-992-2467
Email: Sabine.Nolke@international.gc.ca
Chrystal Waddington
Agent politique — Birmanie, Thaïlande, Laos
Direction de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-995-8649
Télécopieur : 613-944-1604
Courriel : Chrystal.Waddington@international.gc.ca
Karina Boutin
Agent juridique
Direction du droit onusien, des droits de la personne et du droit
économique
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-995-1108
Télécopieur : 613-992-2467
Courriel : Karina.Boutin@international.gc.ca
Sabine Nölke
Directrice
Direction du droit onusien, du droit économique et des droits de
la personne
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Téléphone : 613-992-6296
Télécopieur : 613-992-2467
Courriel : Sabine.Nolke@international.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2621
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-286
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-286
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-286
Le 13 décembre 2007
SPECIAL ECONOMIC MEASURES ACT
LOI SUR LES MESURES ÉCONOMIQUES SPÉCIALES
Special Economic Measures (Burma) Permit
Authorization Order
Décret concernant l’autorisation, par permis, à
procéder à certaines opérations (mesures
économiques spéciales — Birmanie)
P.C. 2007-1914
C.P. 2007-1914
December 13, 2007
Le 13 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Foreign Affairs, pursuant to subsection 4(4) of the Special Economic Measures Acta, hereby authorizes the Minister of Foreign Affairs to issue to any person in
Canada or any Canadian outside Canada a permit to carry out a
specified activity or transaction, or any class of activity or transaction, that is restricted or prohibited pursuant to the Special Economic Measures (Burma) Regulations.
Sur recommandation du ministre des Affaires étrangères et en
vertu du paragraphe 4(4) de la Loi sur les mesures économiques
spécialesa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil
confère au ministre des Affaires étrangères le pouvoir d’autoriser,
par permis, toute personne se trouvant au Canada ou tout Canadien se trouvant à l’étranger à procéder à une opération ou catégorie d’opérations qui fait l’objet d’une interdiction ou d’une restriction au titre du Règlement sur les mesures économiques spéciales
visant la Birmanie.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for this
Order appears at page 2619, following SOR/2007-285.
N.B. Le résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce décret se trouve à la page 2619, à la suite du
DORS/2007-285.
———
———
a
a
S.C. 1992, c. 17
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
2622
L.C. 1992, ch. 17
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-287
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-287
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-287
Le 13 décembre 2007
PLANT PROTECTION ACT
LOI SUR LA PROTECTION DES VÉGÉTAUX
Regulations Amending the Phytophthora
Ramorum Compensation Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur
l’indemnisation relative au Phytophthora
ramorum
P.C. 2007-1915
C.P. 2007-1915
December 13, 2007
Le 13 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to paragraph 47(q) of the Plant Protection Acta, hereby
makes the annexed Regulations Amending the Phytophthora
Ramorum Compensation Regulations.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et en vertu de l’alinéa 47q) de la Loi sur la protection
des végétauxa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE PHYTOPHTHORA
RAMORUM COMPENSATION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR L’INDEMNISATION RELATIVE AU
PHYTOPHTHORA RAMORUM
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Paragraph 2(2)(a) of the Phytophthora Ramorum Compensation Regulations1 is replaced by the following:
(a) any program or measure under any federal or provincial law
for the purpose of compensating for losses resulting from the
presence of Phytophthora ramorum; or
1. L’alinéa 2(2)a) du Règlement sur l’indemnisation relative
au Phytophthora ramorum1 est remplacé par ce qui suit :
(a) soit de toute mesure ou de tout programme mis en œuvre
en vertu d’une loi fédérale ou provinciale aux fins d’indemnisation de pertes découlant de la présence de Phytophthora
ramorum;
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The purpose of the Plant Protection Act is to protect plant life
and the agricultural and forestry sectors of the Canadian economy
by preventing the importation, exportation and spread of plant
pests such as insects and diseases. Under the Act and its regulations, inspectors may order the treatment or disposition of plants
to control or eradicate plant pests in cases where there are reasonable grounds to believe that a thing is a pest, is or could be infested, or constitutes or could constitute a biological obstacle to
the control of a pest. The Act also permits the Minister of Agriculture and Agri-Food to order compensation to be paid from the
Consolidated Revenue Fund in respect of any treatment, storage
or disposition of a thing required under it or the Plant Protection Regulations. Finally, the Act permits the making of regulations, including those prescribing the terms and conditions on
which compensation may be ordered and the maximum levels of
compensation.
La Loi sur la protection des végétaux a pour objet de protéger
la vie végétale et les secteurs de l’agriculture et des forêts de
l’économie canadienne en empêchant l’importation, l’exportation
et la propagation de phytoparasites comme des insectes et des
agents pathogènes. Aux termes de la Loi et de son règlement
d’application, les inspecteurs peuvent ordonner le traitement ou
l’élimination de végétaux afin de contrôler ou d’éradiquer les
phytoparasites lorsqu’il existe des motifs raisonnables de penser
qu’une chose est un parasite, est parasitée ou est susceptible de
l’être ou encore constitue ou peut constituer un obstacle biologique à la lutte antiparasitaire. La Loi autorise également le ministre
de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire à ordonner de payer une
indemnité du Trésor pour tout traitement, entreposage ou élimination d’une chose exigée en vertu du Règlement sur la protection
des végétaux. Finalement, la Loi autorise la prise d’un règlement,
et notamment de dispositions prescrivant les conditions de versement d’indemnités et leur plafond.
———
———
a
a
1
S.C. 1990, c. 22
SOR/2007-135
1
L.R. 1990, ch. 22
DORS/2007-135
2623
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-287
Paragraph 2(2)(a) of the Phytophthora Ramorum Compensation Regulations was drafted in such a way as to require applicants for compensation to take advantage of any potential claims
that they may have under the Canadian Agriculture Income Stabilization (CAIS) Program before receiving compensation under the
Compensation Regulations. However, it was not known at that
time that the CAIS program would treat payments under the compensation program as income for the purposes of the CAIS program. This means that each program reduces its payments to take
into account the payments under the other program. From an administrative perspective, the combined practical effect of these
two requirements is that each program contemplates the other
program paying first.
This has made the Compensation Regulations very difficult to
administer. Affected businesses require compensation under the
Regulations to defray the costs they incur for eradication and
disposal. At the same time, these same businesses are under quarantine, and cannot make enough sales to cover these costs up
front. Many businesses have had to borrow funds in order to undertake the eradication efforts. Since most CAIS payments are made
after the end of the tax year, those eligible for CAIS payments
must wait for both the compensation under the Regulations and
the CAIS payments because of the sequencing. This situation
does not allow payment quickly and businesses are suffering due
to lack of cash flow. The Canadian Food Inspection Agency
(CFIA) cannot administer the Compensation Regulations on this
basis in time to alleviate serious financial difficulty on the part of
some of the applicants and in time to facilitate the completion of
the eradication program in order to prevent the spread of the pest.
The amendment would address that administrative hurdle by removing the requirement for CAIS payments to be taken into account before making payments under the Compensation Regulations. This will allow the compensation payments to be made
quickly in order to achieve the objectives of the compensation program. The CAIS program will take the compensation
payments into account in order to reduce the risk of double
indemnity.
L’alinéa 2(2)a) du Règlement sur l’indemnisation relative au
Phytophthora ramorum a été formulé de telle sorte que les
demandeurs doivent d’abord réclamer toute indemnité payable
dans le cadre du Programme canadien de stabilisation du revenu
agricole (PCSRA) avant de recevoir une indemnité en vertu du
programme d’indemnisation. Cependant, on ne savait pas à ce
moment-là que les paiements reçus en vertu du programme d’indemnisation seraient considérés comme un revenu aux fins du
PCSRA. Cela signifie que chaque programme réduit ses paiements pour tenir compte des paiements versés dans le cadre de
l’autre programme. Du point de vue administratif, l’effet combiné
de ces deux exigences est que chaque programme prévoit que
l’autre programme verse des paiements en premier.
Pour cette raison, il est très difficile d’appliquer le Règlement
sur l’indemnisation. Les entreprises touchées ont besoin des indemnités prévues au Règlement pour assumer les coûts d’éradication et d’élimination. Cependant, ces mêmes entreprises sont
en quarantaine et leurs ventes ne sont pas suffisantes pour couvrir
les coûts. De nombreuses entreprises ont dû emprunter des fonds
pour effectuer les travaux d’éradication. Puisque la plupart des
paiements du PCSRA sont versés après l’année d’imposition, les
entreprises qui ont droit à des paiements dans le cadre du PCSRA
doivent attendre non seulement les paiements du PCSRA, mais
aussi les indemnités accordées en vertu du Règlement en raison
de l’ordre des étapes. Par conséquent, les paiements ne sont pas
accordés rapidement et les entreprises en subissent les conséquences à cause d’un manque de fonds. L’Agence canadienne
d’inspection des aliments (ACIA) ne peut pas appliquer le Règlement sur l’indemnisation assez rapidement pour éviter que
certains demandeurs subissent de graves difficultés financières et
pour faciliter la réalisation du programme d’éradication afin
d’empêcher la propagation du ravageur. La modification proposée
surmonterait l’obstacle administratif en éliminant l’obligation de
tenir compte des paiements du PCSRA avant de verser des paiements en vertu du Règlement sur l’indemnisation. Cela permettra
de verser rapidement des indemnités afin d’atteindre les objectifs
du programme d’indemnisation. Le PCSRA tiendra compte des
indemnités déjà versées afin de réduire les paiements en double.
Background
Contexte
Phytophthora ramorum (P. ramorum) is the organism that
causes Sudden Oak Death (SOD), a serious disease of oaks and
other woody and herbaceous plants. Thousands of tan oaks and
other oak species have been killed by this disease in California
since the mid 1990’s. Mortality has also been reported in arbutus,
beech, rhododendron, Vaccinium and Viburnum. These plants and
others may also exhibit symptoms such as dieback, wilting, and
lesions and may play an important role in the spread of the pathogen, both by natural movement in the environment and by the
movement of infected plant material via the nursery trade.
Phytophthora ramorum (P. ramorum) est l’organisme responsable de l’encre des chênes rouges (ECR), grave maladie des
chênes et autres plantes ligneuses et herbacées. La maladie a tué
des milliers de chênes à tan et autres espèces de chênes en Californie depuis le milieu des années 1990. On a également signalé
des pertes d’arbousiers, d’hêtres américains, de rhododendron et
de plantes des genres Vaccinium et Viburnum. Ces plantes et d’autres peuvent également montrer des symptômes comme le dépérissement, la flétrissure et des lésions et peuvent contribuer grandement à la propagation de l’agent pathogène, par mouvement
naturel dans l’environnement et par le commerce de matériel végétal provenant de pépinières infectées.
L’ECR représente un lourd fardeau sur le plan financier pour
les pépinières et les entreprises paysagères des régions où cette
maladie s’est établie. Par exemple, le Canada a fermé son marché
à la plupart des cultures végétales des États de l’Oregon et de la
Californie en 2001. Si l’accès au marché n’est pas rétabli, les
pépinières de l’Oregon devraient à elles seules perdre des exportations au Canada d’une valeur de 15 à 20 millions de dollars.
La Section de l’évaluation des risques phytosanitaires de l’ACIA
a effectué une évaluation du risque phytosanitaire en mars 2002 et
l’a mise à jour en juin 2005. Cette évaluation a montré que si
SOD has caused great economic hardship for nursery and landscape businesses in those regions where it has become established. For example, in 2001, Canada closed its markets to most
plant crops from the states of Oregon and California. Without
reopened market access, Oregon nurseries alone faced losses in
sales to Canada of $15 to $20 million.
A pest risk assessment was completed by the Plant Health Risk
Assessment Unit of the CFIA in March of 2002 and updated in
June 2005. This assessment concluded that if P. ramorum were
2624
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-287
introduced, the disease could have a significant impact on Canada’s forest resources and landscape. The pest risk assessment
indicates that plants, plant parts, soil and growing media play a
role in the movement and dispersal of P. ramorum. Laboratory
studies have demonstrated that the disease has the capacity to
spread to many oak species, including those growing in Canada.
Oak and other related species are a significant component in the
Great Lakes-St. Lawrence and Acadian Forest Regions of Canada
and are valuable as shade trees in urban areas and parks and are a
critical habitat providing food and shelter for wildlife. Wood from
oak trees is an important resource for the production of furniture
and flooring for use both in Canada and overseas. Rhododendrons, azaleas, camellias, and other ornamental hosts are important landscape plants in Canada and represent a significant portion
of the total of the horticulture crops produced. The CFIA Pest
Risk Assessment identifies rhododendron, including Azalea,
Pieris, Viburnum, and Kalmia as high risk nursery host plants.
Other SOD host species are significant components of forest ecosystems, of commercial forestry seedling nurseries, of small fruit
and nut production, and of the lumber industry (both domestic
and export).
Plants and plant material have been found to be infected in certain locations in British Columbia. In those instances, the CFIA
has issued Notices to affected individuals to eradicate infected
plants and plant materials. The intent of the CFIA eradication
actions is to prevent the spread of SOD to other areas of the province and Canada and to eventually eliminate the disease in the
B.C. south coastal area. Eradication of this disease cannot be accomplished without destroying infected plant material and other
at-risk plants. If allowed to continue to spread, SOD would have a
devastating economic effect on the B.C. nursery industry and
would risk spreading to other regions of the province and Canada.
The value of the B.C. nursery and floriculture sectors is estimated
at $500 million, with approximately $170 million in export sales
to the United States. Additionally, there could be impacts on Canada’s conifer log exports to Asian countries. The value of export
sales of conifer logs to these markets was more than $150 million
in 2005.
P. ramorum était introduit, la maladie pourrait avoir une incidence importante sur les ressources forestières et le paysage du
Canada. L’évaluation phytosanitaire montre que les végétaux, les
parties de végétaux, le sol et les milieux de culture contribuent au
mouvement et à la dispersion de P. ramorum. Les études de laboratoire ont montré que la maladie peut se propager à de nombreuses espèces de chêne, et notamment celles qui poussent au Canada. Le chêne et les autres espèces connexes sont une composante
importante des régions forestières des Grands Lacs et du SaintLaurent ainsi que de la Forêt acadienne et sont très appréciés pour
leur ombre dans les régions urbaines et les parcs. De plus, ils
constituent un habitat déterminant pour la faune lui fournissant
aliments et abri. Le bois de chêne est une ressource précieuse
pour la production de meubles et de revêtement de sol au Canada
et à l’étranger. Les rhododendrons, les azalées, les camélias et
autres hôtes ornementaux sont des plantes paysagères prisées au
Canada et représentent une partie importante de l’ensemble des
cultures horticoles produites. L’Évaluation du risque phytosanitaire de l’ACIA a permis de déterminer que le rhododendron, et
notamment les azalées, Pieris, Viburnum et Kalmia sont des
plantes de pépinière à risque élevé. D’autres espèces hôtes de
l’ECR sont des composantes importantes des écosystèmes forestiers, des pépinières commerciales spécialisées dans la production
de plantules d’arbres forestiers, de petits fruits et de noix et de
l’industrie du bois d’œuvre (au pays et à l’étranger).
Des végétaux et du matériel végétal ont été déclarés infectés
dans certaines régions de la Colombie-Britannique. Dans ces cas,
l’ACIA a délivré des avis aux personnes touchées dans le but
d’éradiquer les végétaux et le matériel végétal infectés. En prenant ces mesures, l’ACIA vise à empêcher la propagation de
l’ECR à d’autres régions de la province et du Canada et à éliminer ultérieurement la maladie dans la région côtière du Sud de la
Colombie-Britannique. Pour éradiquer la maladie, il faut détruire
le matériel végétal infecté et les autres végétaux menacés. Si
l’encre des chênes rouges continue de se propager, elle aura des
répercussions économiques dévastatrices sur le secteur des pépinières de la Colombie-Britannique et elle risque d’infester
d’autres régions de la province et du Canada. La valeur des secteurs des pépinières et de la floriculture de la ColombieBritannique est estimée à 500 millions de dollars, dont environ
170 millions de dollars en exportations vers les États-Unis. De
surcroît, les exportations de billes de conifères du Canada vers les
pays asiatiques pourraient être touchées. La valeur des exportations de billes de conifères vers ces marchés était de plus de
150 millions de dollars en 2005.
Compensation Regulations
Règlement sur l’indemnisation
The Phytophthora Ramorum Compensation Regulations were
made in June 2007 to provide compensation for individuals and
companies affected by P. ramorum in the period from January 1,
2003, to December 31, 2008. The compensation program is similar to other plant health compensation programs, except that the
P. ramorum compensation program requires all other relevant
government compensation to be taken into account even if it is
not specifically for the same purpose. This difference was intended to require amounts payable under Canadian Agriculture
Income Stabilization Program (CAIS)/AgriStability to be taken
into account.
En juin 2007, le Règlement sur l’indemnisation relative au
Phytophthora ramorum a été adopté pour indemniser les personnes et entreprises touchées par P. ramorum entre le 1er janvier
2003 et le 31 décembre 2008. Le programme d’indemnisation est
semblable aux autres programmes d’indemnisation phytosanitaire. Toutefois, selon le programme d’indemnisation relatif à la
présence de P. ramorum, toutes les autres indemnités gouvernementales pertinentes doivent être prises en compte même si elles
ne ciblent pas directement la même fin. Cette particularité avait
pour objet de tenir compte des montants payables dans le cadre du
Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA)
et d’Agristabilité.
Le PCSRA et le programme Agristabilité offrent une stabilisation du revenu aux producteurs à titre de complément des revenus
qu’ils reçoivent pour la campagne agricole. Par conséquent, selon
The CAIS/AgriStability program provides income stabilization
to producers as an increment to any incomes received for the
production year. The CAIS/AgriStability program views any
2625
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-287
payments made under the Phytophthora Ramorum Compensation
Regulations as an income payment which should be included in
producer’s income statements before CAIS/AgriStability payments are made.
le PCSRA et Agristabilité, les paiements versés en vertu du Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum
sont un revenu et, à ce titre, ils devraient être inclus dans l’état
des revenus du producteur avant que des paiements du PCSRA et
d’Agristabilité soient versés.
The requirement for eligibility for payments under the CAIS/
AgriStability program to be taken into account before payments
can be made under the Phytophthora Ramorum Compensation
Regulations impedes the responsiveness of the compensation
under those Regulations. Making payments of compensation on a
timely basis is very important because the compensation assists
the recipients to complete the required eradication. Conducting
eradication measures are very costly to the producers, both in
direct costs for plant destruction and soil treatment, as well as in
loss of plant inventory. In the spring it was estimated that the
above costs to conduct the eradication work required in 2007 was
$8.5 million. Since then, other nurseries have been tested as positive which will also require eradication measures. For some
wholesale nurseries required to take such measures they have
been unable to get bank loans as their companies are insolvent.
Furthermore, even if an affected wholesale nursery can obtain a
bank loan, it is a significant burden for a nursery to cover such
costs for the months it takes to resolve their eligibility under the
CAIS/AgriStability program before payments can be made under
the Phytophthora Ramorum Compensation Regulations. Affected
retail nurseries are not eligible for the CAIS/AgriStability program, so can obtain payments immediately under the Phytophthora Ramorum Compensation Regulations.
Comme l’admissibilité aux paiements selon le PCSRA et
Agristabilité doit être évaluée avant que des versements puissent
être faits en vertu du Règlement sur l’indemnisation relative au
Phytophthora ramorum, il est très difficile de verser les indemnités en temps opportun en vertu de ce règlement. Pourtant, la rapidité de paiement est très importante parce que l’indemnité aide les
bénéficiaires à mener à bien l’éradication requise. Les mesures
d’éradication sont très coûteuses pour les producteurs, si l’on tient
compte des coûts directs liés à la destruction des végétaux et au
traitement du sol, ainsi que des coûts liés à la perte des stocks. Au
printemps, les coûts estimés pour mener à bien les travaux d’éradication en 2007 étaient de 8,5 millions de dollars. D’autres pépinières ont depuis donné des résultats positifs aux analyses de dépistage et devront prendre des mesures d’éradication. Certaines
pépinières en gros qui ont dû prendre de telles mesures n’ont pas
pu obtenir un prêt bancaire parce que leur entreprise était insolvable. De plus, même si une pépinière en gros touchée par l’ECR
pouvait obtenir un prêt bancaire, ce serait un lourd fardeau de
devoir couvrir les coûts pendant des mois en attendant qu’on détermine son admissibilité au PCSRA/Agristabilité avant de verser
des paiements en vertu du Règlement sur l’indemnisation relative
au Phytophthora ramorum. Les pépinières de détail touchées ne
sont pas admissibles au PCSRA/Agristabilité, alors elles peuvent
obtenir immédiatement des indemnités en vertu du Règlement sur
l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum.
The eradication program could be compromised if the Regulations were to continue to require eligibility for payments
under the CAIS/AgriStability program to be taken into account
before making compensation payments under the Regulations.
The amendments to the Regulations therefore remove that
requirement.
Si le Règlement continue d’exiger que l’admissibilité aux
paiements du PCSRA et d’Agristabilité soit prise en compte avant
de verser des indemnités en vertu du Règlement, le programme
d’éradication pourrait être compromis. Les modifications au Règlement retranchent donc cette exigence.
Alternatives
Solutions envisagées
1. Status quo
1. Maintenir le statu quo
If the amendment were not in place, B.C. producers would be
unable to continue eradication. This will be seen by industry associations as placing these efforts in serious jeopardy.
Si la modification n’est pas apportée, les producteurs en
Colombie-Britannique ne pourront pas poursuivre les activités
d’éradication. De plus, l’industrie estimera qu’on compromet les
efforts d’éradication.
2. Amend the current Compensation Regulations (preferred option)
2. Modifier la version du Règlement en vigueur (option privilégiée)
Amending the Phytophthora Ramorum Compensation Regulations to remove consideration of CAIS/AgriStability will result
in compensation being paid out under those regulations. However, double indemnification will be avoided because CAIS/
AgriStability will continue to take CFIA compensation into account when calculating program benefits, thereby minimizing the
risk of overpayment going forward.
Modifier le Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum pour en retrancher la prise en compte des indemnités du PCSRA et d’Agristabilité aurait pour effet de verser les
indemnités en vertu de ce règlement. En outre, le doublement des
indemnités serait évité parce que le PCSRA et Agristabilité continueront de tenir compte des indemnités versées par l’ACIA dans
le calcul des paiements à verser dans le cadre du programme,
minimisant ainsi le risque de trop-perçu.
3. Non-regulatory Option
3. Option non réglementaire
The CFIA pursued all administrative means to estimate
P. ramorum compensation payments to producers by factoring in
CAIS payments already made. However, this would only be a
stop-gap solution which might not free up sufficient funds for
businesses to implement CFIA’s eradication requirements. There
appears to be no ready solution to provide immediate compensation
L’ACIA a employé tous les moyens administratifs pour estimer
les indemnités qui seront versés aux producteurs touchés par
P. ramorum en se fondant sur les paiements qui ont déjà été versés dans le cadre du PCSRA. Cependant, ce ne serait qu’une solution bouche-trou qui ne libérerait peut-être pas suffisamment de
fonds pour permettre aux entreprises d’accomplir les travaux
2626
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-287
to newly infested other than to proceed immediately to change the
P. ramorum regulations as outlined above.
d’éradication requis par l’ACIA. Il ne semble pas y avoir de solution immédiate pour fournir des indemnités aux pépinières
nouvellement infestées, à part de procéder immédiatement à la
modification du Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum tel qu’il est décrit plus haut.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Costs
There are no costs associated with this amendment and the
costs of the program are not changing from the estimates of the
original proposal.
Benefits
The main benefit of the compensation is to support the implementation of the eradication measures by providing funds for the
disposal of host plants and plant material. Eradication of this disease cannot be accomplished without destroying infected plant
material and other at-risk plants. If allowed to continue to spread,
SOD would have a devastating economic effect on the B.C. nursery industry and would risk spreading to other regions of the
province and Canada. The value of the B.C. nursery and floriculture sectors is estimated at $500 million, with approximately
$170 million in export sales to the United States. Additionally,
there could be impacts on Canada’s conifer log exports to Asian
countries. The value of export sales of conifer logs to these markets was more than $150 million in 2005. Maintaining the status
quo could cause significant delays in the payment of compensation under the Phytophthora Ramorum Compensation Regulations and accordingly interim compensation would not be available to assist in the completion of the eradication program.
Coûts
Il n’y a pas de coûts associés à cette modification et les coûts
du programme n’ont pas changé depuis les estimations indiquées
dans la proposition originale.
Avantages
L’avantage premier de l’indemnisation est qu’elle appuie l’application des mesures d’éradication grâce aux fonds versés pour
l’élimination des végétaux et du matériel végétal hôtes. Pour éradiquer la maladie, il faut détruire le matériel végétal infecté et les
autres végétaux menacés. Si l’encre des chênes rouges continue
de se propager, elle aura des répercussions économiques dévastatrices sur le secteur des pépinières de la Colombie-Britannique et
elle risque d’infester d’autres régions de la province et du Canada.
La valeur des secteurs des pépinières et de la floriculture de la
Colombie-Britannique est estimée à 500 millions de dollars, dont
environ 170 millions de dollars en exportation vers les États-Unis.
De surcroît, les exportations de billes de conifères du Canada vers
les pays asiatiques pourraient être touchées. La valeur des exportations de billes de conifères vers ces marchés était de plus de
150 millions de dollars en 2005. Le maintien du statu quo pourrait
retarder sensiblement le paiement des indemnités en vertu du Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum
et, par conséquent, aucune indemnité provisoire ne serait disponible pour aider à mener à bien le programme d’éradication.
Consultation
Consultations
The British Columbia and Canadian Landscape and Nursery
Associations have recommended to the Agency that the two financial remuneration programs under the same Minister be harmonized to ensure timely support in accordance with the stated
goals. Producers and representative organizations have been raising the issue with CFIA staff since July 2007. The Task Force
met on August 30, 2007, during which the compensation problem
was a major topic. On September 29, 2007, the President of the
Canadian Landscape Nursery Association stated in a letter to the
President of the CFIA and to the Minister that this amendment is
needed on an urgent basis, and that not making it would jeopardize the eradication efforts completed thus far.
Les associations de paysagers et de pépiniéristes de la ColombieBritannique et du Canada ont recommandé à l’Agence que les
deux programmes d’aide financière relevant du même ministre
soient harmonisés, afin que l’aide financière soit versée en temps
opportun conformément aux objectifs fixés. Des producteurs et
des organisations représentant l’industrie soulèvent la question
auprès de l’ACIA depuis juillet 2007. Le Groupe de travail a tenu
une réunion le 30 août 2007, pendant laquelle on a beaucoup discuté de la question d’indemnisation. Le 29 septembre 2007, le
président de l’Association canadienne des pépiniéristes et des
paysagistes a indiqué dans une lettre adressée au président de
l’ACIA et au ministre que la modification doit être apportée au
Règlement de manière urgente et que le maintien du statu quo
compromettrait les travaux d’éradication déjà accomplis.
Les renseignements concernant la modification à la réglementation seront communiqués par le personnel régional qui communiquera directement avec les entreprises touchées et par un avis
général qui sera diffusé à l’industrie et aux partenaires provinciaux et territoriaux.
Information pertaining to the regulatory amendment will be
communicated by regional staff who will directly contact affected
businesses and by a general information release which will be
sent to industry and provincial/territorial partners.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Compliance will be obtained through a thorough review of applications received and recovery of funds if applicants are found
to be ineligible for compensation.
Le respect de la conformité sera garanti par un examen approfondi des demandes reçues et le recouvrement des fonds si les
demandeurs sont jugés ne pas être admissibles à l’indemnisation.
2627
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-287
Contact
Personne-ressource
Greg Stubbings
Director
Plant Health Division
Canadian Food Inspection Agency
59 Camelot Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0Y9
Telephone: 6l3-221-4316
Fax: 613-228-6606
Greg Stubbings
Directeur
Division de la protection des végétaux
Agence canadienne d’inspection des aliments
59, promenade Camelot
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-221-4316
Télécopieur : 613-228-6606
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
2628
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-288
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-288
Le 13 décembre 2007
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending Certain Regulations Made
under the Food and Drugs Act (Project 1539)
Règlement modifiant certains règlements pris
en vertu de la Loi sur les aliments et drogues
(projet 1539)
P.C. 2007-1916
C.P. 2007-1916
December 13, 2007
Le 13 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 30(1)a of the Food and Drugs Act, hereby makes the annexed
Regulations Amending Certain Regulations Made under the Food
and Drugs Act (Project 1539).
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 30(1)a de la Loi sur les aliments et drogues, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement
modifiant certains règlements pris en vertu de la Loi sur les aliments et drogues (projet 1539), ci-après.
REGULATIONS AMENDING CERTAIN REGULATIONS
MADE UNDER THE FOOD AND DRUGS ACT
(PROJECT 1539)
RÈGLEMENT MODIFIANT CERTAINS RÈGLEMENTS
PRIS EN VERTU DE LA LOI SUR LES ALIMENTS ET
DROGUES (PROJET 1539)
FOOD AND DRUG REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
1. The Food and Drug Regulations are amended by adding
the following after section A.01.065:
1. Le Règlement sur les aliments et drogues1 est modifié par
adjonction, après l’article A.01.065, de ce qui suit :
EXEMPTIONS
EXEMPTIONS
Application
Application
1
A.01.066. Sections A.01.067 and A.01.068 do not apply to
(a) a drug included in Schedule I, II, III, IV or V to the Controlled Drugs and Substances Act; or
(b) a drug that is listed or described in Schedule F, other than a
drug that is listed or described in Part II of that Schedule and
that is
(i) in a form not suitable for human use, or
(ii) labelled in the manner prescribed by paragraph C.01.046(b).
A.01.066. Les articles A.01.067 et A.01.068 ne s’appliquent
pas aux drogues suivantes :
a) toute drogue qui est inscrite aux annexes I, II, III, IV ou V
de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances;
b) toute drogue qui est énumérée ou décrite à l’annexe F, autre
qu’une drogue énumérée ou décrite à la partie II de cette annexe qui est :
(i) soit présentée sous une forme impropre à l’usage humain,
(ii) soit étiquetée de la façon prévue à l’alinéa C.01.046b).
Advertising
Publicité
A.01.067. A drug is exempt from subsection 3(1) of the Act
with respect to its advertisement to the general public as a preventative, but not as a treatment or cure, for any of the diseases, disorders or abnormal physical states referred to in Schedule A to the
Act.
A.01.067. Est exemptée de l’application du paragraphe 3(1) de
la Loi toute drogue dont la publicité est faite, auprès du grand
public, à titre de mesure préventive — mais non à titre de traitement ou de moyen de guérison — d’une maladie, d’un désordre
ou d’un état physique anormal énuméré à l’annexe A de la Loi.
Sale
Vente
A.01.068. A drug is exempt from subsection 3(2) of the Act
with respect to its sale by a person where the drug is represented
by label or is advertised by that person to the general public as a
preventative, but not as a treatment or cure, for any of the diseases, disorders or abnormal physical states referred to in Schedule A to the Act.
A.01.068. Est exemptée de l’application du paragraphe 3(2) de
la Loi, en ce qui concerne sa vente par une personne, à titre de
mesure préventive — mais non à titre de traitement ou de moyen
de guérison — d’une maladie, d’un désordre ou d’un état physique anormal énuméré à l’annexe A de la Loi, toute drogue qui est
représentée par une étiquette ou dont la publicité auprès du grand
public est faite par la personne en cause.
———
———
a
a
1
S.C. 1999, c. 33, s. 347
C.R.C., c. 870
1
L.C. 1999, ch. 33, art. 347
C.R.C., ch. 870
2629
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
NATURAL HEALTH PRODUCTS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES PRODUITS DE SANTÉ
NATURELS
2. The Natural Health Products Regulations2 are amended
by adding the following after section 103.1:
2. Le Règlement sur les produits de santé naturels2 est modifié par adjonction, après l’article 103.1, de ce qui suit :
EXEMPTIONS
EXEMPTIONS
Advertising
Publicité
103.2 A natural health product is exempt from subsection 3(1)
of the Act with respect to its advertisement to the general public
as a preventative, but not as a treatment or cure, for any of the
diseases, disorders or abnormal physical states referred to in Schedule A to the Act.
103.2 Est exempté de l’application du paragraphe 3(1) de la
Loi tout produit de santé naturel dont la publicité est faite, auprès
du grand public, à titre de mesure préventive — mais non à titre
de traitement ou de moyen de guérison — d’une maladie, d’un
désordre ou d’un état physique anormal énuméré à l’annexe A de
la Loi.
Sale
Vente
103.3 A natural health product is exempt from subsection 3(2)
of the Act with respect to its sale by a person where the natural
health product is represented by label or is advertised by that person to the general public as a preventative, but not as a treatment
or cure, for any of the diseases, disorders or abnormal physical
states referred to in Schedule A to the Act.
103.3 Est exempté de l’application du paragraphe 3(2) de la
Loi, en ce qui concerne sa vente par une personne, à titre de mesure préventive — mais non à titre de traitement ou de moyen de
guérison — d’une maladie, d’un désordre ou d’un état physique
anormal énuméré à l’annexe A de la Loi, tout produit de santé
naturel qui est représenté par une étiquette ou dont la publicité
auprès du grand public est faite par la personne en cause.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. Le présent règlement entre en vigueur le 1er juin 2008.
3. These Regulations come into force on June 1, 2008.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
I. Overview of the regulatory proposal
I. Aperçu de la proposition réglementaire
This regulatory amendment amends the Food and Drug Regulations (FDR), the Natural Health Products Regulations (NHPR),
and the Medical Devices Regulations (MDR). The amendment
(1) revises the list of Schedule A diseases;
(2) exempts natural health products (NHPs) and certain drugs
from the prohibition of preventative claims for the diseases
listed in Schedule A; and
(3) revises section 24(1) to replace the term “venereal disease”
with “sexually transmitted diseases.”
All other provisions of the Food and Drugs Act (FDA), the
Controlled Drugs and Substances Act (CDSA), and their regulations continue to apply.
La présente modification réglementaire vient modifier le Règlement sur les aliments et drogues (RAD), le Règlement sur les
produits de santé naturels (RPSN) et le Règlement sur les instruments médicaux (RIM). La modification
(1) révise la liste des maladies visées à l’annexe A;
(2) exempte les produits de santé naturels (PSN) et certains
médicaments de l’interdiction d’utiliser des allégations de prévention à l’égard des maladies visées à l’annexe A;
(3) révise le paragraphe 24(1) pour remplacer le terme « maladies vénériennes » par « maladies transmises sexuellement ».
Toutes les autres dispositions de la Loi sur les aliments et drogues (LAD), de la Loi réglementant certaines drogues et autres
substances (LRCDAS) et de leurs règlements continuent de
s’appliquer.
———
———
2
2
SOR/2003-196
2630
DORS/2003-196
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
(1) Revising the list of Schedule A diseases
(1) Révision de la liste des maladies de l’annexe A
Schedule A to the FDA is a list of diseases, disorders or abnormal physical states (hereafter referred to as diseases) for which
preventative, treatment, and cure claims are prohibited by subsections 3(1) and 3(2) of the FDA (hereafter referred to as section 3)
in the labelling and advertising to the general public of any food,
drug, cosmetic or medical device.
L’annexe A de la LAD est une liste de maladies, de désordres
ou d’états physiques anormaux (ci-après appelés maladies) pour
lesquels il est interdit d’utiliser des allégations de prévention, de
traitement et de guérison en vertu des paragraphes 3(1) et 3(2) de
la LAD (ci-après appelés l’article 3) dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand public de tout aliment, médicament, cosmétique ou instrument médical.
Les termes généraux « mesure préventive » et « traitement »
utilisés dans la LAD ont été interprétés respectivement par Santé
Canada comme englobant la « réduction du risque » et le « traitement symptomatique ». Par conséquent, les allégations relatives
à la prévention, à la réduction des risques, au traitement, au traitement symptomatique et à la guérison sont actuellement interdites dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand public des
maladies visées à l’annexe A.
Des exemples de maladies visées à l’annexe A sont le cancer,
l’appendicite, la goutte et les maladies du cœur. Aucune liste exhaustive de critères permettant d’ajouter des maladies à l’annexe A
ou d’en retirer n’a jamais été établie avant mars 2006. À ce
moment-là, un groupe consultatif scientifique (GCS) a été institué
et chargé de recommander la liste des critères. Ce groupe était
composé d’experts provenant de diverses branches du milieu de la
santé, notamment de l’homéopathie, de la naturopathie, de la médecine, de la pharmacie, de la nutrition, de la publicité et du secteur de la protection des droits des malades.
Le présent règlement révise l’annexe A conformément aux critères énoncés par le GCS. Ces critères sont maintenant utilisés
pour décider des maladies qui figureront à l’annexe A et sont
énoncés dans une politique, tout comme le sont les critères qui
servent à établir la liste de l’annexe F du Règlement sur les aliments et drogues. Les critères sont un mécanisme transparent
pour aider à assurer la constance dans les décisions qui sont prises
au sujet de l’ajout ou du retrait de maladies de l’annexe A. Si une
maladie ne répond à aucun des critères, elle sera supprimée de la
liste de l’annexe A. Une fois qu’une maladie a été retirée de l’annexe A, tous les produits auxquels s’applique l’article 3 (aliments,
médicaments, cosmétiques et matériels médicaux) ne sont plus
assujettis à l’interdiction d’utiliser des allégations de prévention,
de traitement et de guérison à l’égard de cette maladie. Toutes les
autres dispositions de la LAD, de la LRCDAS et leurs règlements
continuent de s’appliquer à ces produits, de sorte que toutes les
autres restrictions à l’étiquetage et à la publicité d’allégations ou
toutes les conditions régissant l’autorisation de mise sur le marché
de ces produits demeurent en vigueur.
The broad terms “preventative” and “treatment” that are used
in the FDA have always been interpreted by Health Canada to
include “risk reduction” and “symptomatic treatment, respectively. Therefore, preventative, risk reduction, treatment, symptomatic treatment, and cure claims are prohibited in the labelling
and advertising to the general public for diseases listed in Schedule A.
Examples of Schedule A diseases are cancer, appendicitis,
gout, and heart disease. No comprehensive list of criteria with
which to add or remove diseases from the Schedule A list was
ever established until March 2006. At that time, a Scientific Advisory Panel (SAP) was convened to recommend the list of criteria. This panel was composed of experts from a range of healthcare specialities, including homeopathy, naturopathy, medicine,
pharmacy, nutrition, advertising, and patient advocacy.
These Regulations revise Schedule A in accordance with the
criteria identified by the SAP. This criteria is now used to populate the Schedule A list and is outlined in policy as it is done with
the criteria used to populate the Schedule F list in the FDR. Criteria are a transparent mechanism to help ensure consistency in
decisions with respect to inclusion and exclusion of diseases in
Schedule A. If a disease does not meet any of the criteria, it will
be removed from the Schedule A list. When a disease is removed
from Schedule A, all products covered by section 3 (food, drugs,
cosmetics, and medical devices) would no longer be subject to the
preventative, treatment, and cure prohibitions for that disease. All
these products continue to be subject to all other provisions in the
FDA, the CDSA, and their regulations; therefore, any other restrictions on the labelling and advertising of claims or any conditions for market authorization of these products remain in place.
(2) Exempting NHPs and certain drugs from the preventative
prohibition for diseases remaining in Schedule A
Section 3 of the FDA contains the labelling and advertising
prohibitions for Schedule A diseases. Section 3 prohibits the advertising of any food, drug, cosmetic or medical device to the
general public as a preventative, treatment or cure for any of the
diseases referred to in Schedule A. Section 3 also prohibits the
sale of any food, drug, cosmetic or medical device that is labelled
or advertised to the general public as a preventative, treatment or
cure for any of the diseases referred to in Schedule A.
The regulatory amendment exempts NHPs and certain drugs
from the section 3 preventative prohibition for Schedule A diseases (preventative prohibition).
(2) Exemption des PSN et de certains médicaments de
l’interdiction d’utiliser des allégations de prévention à l’égard des
maladies qui continuent de figurer à l’annexe A
L’article 3 de la LAD énonce les interdictions en matière
d’étiquetage et de publicité qui s’appliquent aux maladies de
l’annexe A. Cet article interdit d’annoncer tout aliment, médicament, cosmétique ou matériel médical au grand public comme un
moyen de prévenir, de traiter ou de guérir toutes les maladies
énumérées à l’annexe A. Il interdit aussi la vente de tout aliment,
médicament, cosmétique ou matériel médical qui est étiqueté ou
annoncé au grand public comme un moyen de prévenir, de traiter
ou de guérir toutes les maladies énumérées à l’annexe A.
En vertu de la présente modification au Règlement, l’élément
prévention de l’article 3 ne s’applique pas aux PSN et à certains
médicaments pour les maladies énumérées à l’annexe A (interdiction relative à la prévention).
2631
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
Drugs not included in the exemption are
• those listed or described in Part I or II of Schedule F to the
FDR (prescription drugs), with the exception of veterinary-use
drugs listed in Part II to Schedule F, so long as the drug is in a
form not suitable for human use or is labelled for veterinary
use only; and
• drugs included in any of Schedules I through V to the CDSA.
Both categories of drugs exempted from the scope of this regulatory exemption are already subject to a high degree of regulatory rigour, including extensive restrictions on sale and advertising to the general public. Section C.01.044 of the FDR restricts
the advertising to the general public of Schedule F drugs (with the
exception of veterinary-use drugs listed in Part II to Schedule F,
so long as the drug is in a form not suitable for human use or is
labelled for veterinary use only) to only brand name, proper
name, common name, price, and quantity of the drug. The advertising to the general public of controlled drugs is prohibited by
section 70 of the Narcotic Control Regulations, section G.01.007
of the FDR, and section 3 of the Benzodiazepines and Other Targeted Substances Regulations.
NHPs and drugs that are subject to these Regulations are permitted to carry preventative claims in the labelling and advertising to the general public for diseases that remain in Schedule A.
For these NHPs and drugs, prevention of a Schedule A disease
generally does not require practitioner intervention, but treatment
or cure of a Schedule A disease would. It should be noted that
these products are subject to all other provisions in the FDA, the
CDSA, and their regulations, therefore, any other restrictions on
the labelling and advertising of claims or any conditions for the
market authorization of these products remain in place.
The Regulatory impact analysis statement (RIAS) uses the term
“certain drugs” instead of using the term “non-prescription drugs”
because some drugs that are regulated under the FDA and the
FDR as non-prescription drugs are also regulated as Class A precursors under the Precursor Control Regulations of the CDSA.
These drugs require a prescription when sold or provided in a
quantity, per transaction, exceeding the maximum quantity, expressed as an absolute quantity or per package, specified for the
precursor in the Precursor Control Regulations. Precursors are
frequently used in the clandestine production of illicit drugs. The
concept of “prescription” in this context is different than in the
context of a Schedule F prescription drug because the requirement
for a prescription for a Class A precursor is to monitor and control substances frequently used in the clandestine production of
illicit drugs. In the case of a precursor that requires a prescription,
there is no Pr or other symbol indicating “prescription” on the
label of the precursor.
2632
Les médicaments suivants ne sont pas visés par cette
exemption :
• ceux énumérés ou décrits dans la partie I ou II de l’annexe F
du RAD (médicaments d’ordonnance) à l’exception des médicaments d’usage vétérinaire énumérés dans la partie II de
l’annexe F, à condition que le médicament soit présenté sous
une forme impropre à l’usage humain ou qu’il porte sur son
étiquette une mention indiquant qu’il est exclusivement réservé à l’usage vétérinaire;
• les médicaments inclus dans n’importe laquelle des annexes I
à V de la LRCDAS.
Les deux catégories de médicaments non visées par l’exemption réglementaire sont déjà assujetties à une réglementation rigoureuse, y compris des restrictions importantes à la vente et à la
publicité destinée au grand-public. L’article C.01.044 du Règlement sur les aliments et drogues restreint la publicité destinée au
grand public des médicaments de l’annexe F (à l’exception des
médicaments d’usage vétérinaire énumérés dans la partie II de
l’annexe F, à condition qu’ils soient présentés sous une forme
impropre à l’usage humain ou qu’ils portent une mention indiquant qu’ils sont exclusivement réservés à l’usage vétérinaire). En
effet, seuls la marque nominative, le nom propre, le nom usuel, le
prix et la quantité peuvent être mentionnés dans l’annonce publicitaire. En ce qui concerne les drogues contrôlées, l’article 70 du
Règlement sur les stupéfiants, l’article G.01.007 de la LAD et
l’article 3 du Règlement sur les benzodiazépines et autres substances ciblées interdisent de faire de la publicité en faveur de ces
produits directement auprès du grand public.
Les PSN et les médicaments qui sont visés par le présent règlement peuvent afficher des allégations relatives à la prévention pour
les maladies demeurant dans l’annexe A. En ce qui concerne ces
PSN et ces médicaments, la prévention d’une maladie de l’annexe A n’exige habituellement pas l’intervention d’un praticien,
contrairement au traitement ou à la guérison d’une maladie de
l’annexe A. Il convient de mentionner que ces produits sont assujettis à toutes les autres dispositions de la LAD, de la LRCDAS et
de leurs règlements, de sorte que toutes les autres restrictions à
l’étiquetage et à la publicité d’allégations ou toutes les conditions
à l’autorisation de mise sur le marché de ces produits demeurent
en vigueur.
Dans le RÉIR, Santé Canada utilise l’expression « certains médicaments » plutôt que « médicaments en vente libre » parce que
certains médicaments réglementés aux termes de la LAD et du
RAD comme des médicaments en vente libre sont également réglementés comme des précurseurs de la catégorie A aux termes
du Règlement sur les précurseurs de la LRCDAS. Ces médicaments exigent une ordonnance lorsqu’ils sont vendus ou fournis
en une quantité, par transaction, qui dépasse la quantité maximale,
exprimée en quantité absolue ou par emballage, prévue pour le
précurseur dans le Règlement sur les précurseurs. Les précurseurs
entrent souvent dans la fabrication souterraine de drogues illicites.
Le concept d’« ordonnance » ici diffère de celui de médicament
d’ordonnance visé à l’annexe F, étant donné que l’obligation
d’une ordonnance pour un précurseur de la catégorie A a pour but
la surveillance et le contrôle des substances souvent employées
dans la production clandestine de drogues illicites. Dans le cas
d’un précurseur pour lequel une ordonnance est obligatoire, il n’y
a pas de symbole Pr ou un autre symbole indiquant qu’il s’agit
d’un produit d’« ordonnance » sur l’étiquette.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
II. Reason for the regulatory proposal
II. Raison de la proposition réglementaire
Schedule A and its accompanying prohibition section 6A, the
predecessor of section 3, were added to the FDA in 1934. Section 6A stated that
“No person shall import, offer for sale or sell any remedy represented by label or by advertisement to the general public as a
treatment for any of the diseases, disorders or abnormal physical states named or included in Schedule A to this Act or in
any amendment to such Schedule.”
L’annexe A et son article prohibitif 6A, le prédécesseur de
l’article 3, ont été ajoutés à la LAD en 1934. L’article 6A se lisait
comme suit :
« Nulle personne ne doit importer, offrir en vente, ni vendre
aucun remède représenté par étiquette ou par annonce au grand
public comme un traitement pour quelque maladie, malaise ou
état physique anormal mentionné ou compris dans l’annexe A
de la présente loi ou dans quelque modification apportée à ladite annexe. »
En 1946, l’article 6A a été révisé pour se lire comme suit :
« Nulle personne ne doit importer, offrir en vente, ni vendre
aucun aliment ou drogue représenté par étiquette ou par annonce au grand public comme un traitement pour quelque maladie, malaise ou état physique anormal mentionné ou compris
dans l’annexe A de la présente loi ou dans quelque modification apportée à ladite annexe. »
En 1952, l’article 6A est devenu l’article 7. En 1953, l’article 7
a été remplacé par l’article 3, qui se lisait comme suit :
« 3(1) Il est interdit de faire, auprès du grand public, la publicité
d’un aliment, d’une drogue, d’un cosmétique ou d’un instrument à titre de traitement ou de mesure préventive d’une maladie, d’un désordre ou d’un état physique anormal mentionnés à
l’annexe A ou à titre de moyen de guérison.
3(2) Il est interdit de vendre à titre de traitement ou de mesure
préventive d’une maladie, d’un désordre ou d’un état physique
anormal mentionnés à l’annexe A, ou à titre de moyen de guérison, un aliment, une drogue, un cosmétique ou un instrument :
a) représenté par une étiquette;
b) dont la publicité a été faite auprès du grand public par la
personne en cause. »
En 1934, le public canadien avait besoin des dispositions de protection de la santé de l’annexe A et de l’article 6A. Les buts de
l’article 6A étaient :
(1) de décourager l’autotraitement par le grand public, qui aurait
eu pour effet de retarder ou de remplacer le traitement médical
des maladies énumérées à l’annexe A;
(2) d’encourager le grand public à demander l’avis d’un médecin, ou d’un autre professionnel de la santé qualifié, avant
d’obtenir un traitement et une médication pour une maladie et/ou
un trouble de santé grave;
(3) de rendre inutile la preuve dans chaque cas qu’un aliment ou
un médicament était soit dangereux ou sans valeur pour le traitement des maladies ou troubles de santé graves énumérés à
l’annexe A.
En 1953, l’article 7 a été remplacé par l’article 3 parce que,
même si l’article 7 avait été utile et efficace, il avait fait l’objet
d’un débat à savoir si oui ou non certaines pratiques étaient clairement conformes à son esprit et à son libellé du moment. Une
des pratiques jugées conformes à l’esprit de la Loi sur les aliments et drogues de 1953 était l’interdiction de la publicité d’un
aliment ou d’un médicament destiné au grand public comme traitement de n’importe quelle des maladies de l’annexe A. Le paragraphe 3(1) a donc été ajouté comme interdiction distincte qui ne
liait pas la publicité d’un produit à sa vente. L’interdiction de la
vente au grand public a été renforcée par d’autres restrictions des
genres de représentations pouvant être faites au sujet de son efficacité potentielle. Alors qu’auparavant seulement l’étiquetage et
la publicité d’un produit particulier comme traitement étaient
In 1946, section 6A was revised to state
“No person shall import, offer for sale or sell any food or drug
represented by label or by advertisement to the general public
as a treatment for any of the diseases, disorders or abnormal
physical states named or included in Schedule A to this Act or
in any amendment to such Schedule.”
In 1952, section 6A was renumbered to section 7. In 1953, section 7 was replaced by section 3, which stated
“3(1) No person shall advertise any food, drug, cosmetic or device to the general public as a treatment, preventative or cure
for any of the diseases, disorders or abnormal physical states
mentioned in Schedule A.
3(2) No person shall sell any food, drug, cosmetic or device
(a) that is represented by label, or
(b) that he advertises to the general public
as a treatment, preventative or cure for any of the diseases, disorders or abnormal physical states mentioned in Schedule A.”
In 1934, the Canadian public needed the health protection provisions of Schedule A and section 6A. The purposes of section 6A were
(1) to discourage self-treatment by the general public, which
would delay or replace medical treatment for diseases listed in
Schedule A;
(2) to encourage the general public to seek the advice of a doctor, or some other qualified health professional, prior to obtaining treatment and medication for serious diseases and/or conditions; and
(3) to make unnecessary the proof in each case that a food or a
drug is either unsafe or valueless for the treatment of one of the
serious diseases or conditions listed in Schedule A.
In 1953, section 7 was replaced by section 3 because, while
section 7 had been useful and effective, it had been subject to
arguments as to whether or not certain practices were clearly
within its intent and were within its current language. One of the
practices considered to have been within the intent of the 1953
FDA was the prohibition against the advertising of a food or a
drug to the general public as a treatment for any of the Schedule A diseases. Subsection 3(1) was therefore added as a separate
prohibition that did not tie the advertising of a product to its sale.
The prohibitions against sale to the general public were strengthened by further restricting the kinds of representations that could
be made regarding efficacy. Whereas previously only the labelling and advertising of a specific product as a treatment was prohibited, the labelling and advertising of a specific product as a
2633
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
preventative or cure was also prohibited. Section 3 clarified the
type of products that could not be advertised to the general public,
nor sold to the general public if so labelled or advertised.
Whereas previously the FDA had referred to remedies and then to
food and drugs, section 3 referred to “any food, drug, cosmetic or
device” represented by label or advertised to the general public
as a treatment, preventative or cure for one of the Schedule A
diseases.
In 2007, the health care environment has changed substantially
from when Schedule A and section 3 were added to the FDA.
Medical science has advanced, pre-market review of drugs and
NHPs is required, a prescription drug regime exists, and publicly
funded health care is available. In addition, and as will be discussed in greater detail below, some of the original health protections afforded by Schedule A and section 3 are now addressed in
regulations. As well, information about diseases where self-help
is appropriate is increasingly available to the Canadian public
who thus have the opportunity to make more informed decisions
about their health. The public’s desire for this approach is reflected in an increasing emphasis on alternative health care and a
greater involvement of patients in their choice of treatment.
While some stakeholders oppose the restrictions of Schedule A
and section 3, others feel that they serve a useful purpose but need
to be modernized to reflect scientific and medical advances, and
to reflect the contemporary health care environment. From 2003
to 2004, Health Canada convened a Schedule A External Working Group (EWG) composed of external stakeholders to examine
Schedule A and section 3. In 2004, the EWG completed a majority report and minority report. In February 2005, Health Canada
made two commitments to the EWG.
Health Canada’s first commitment to the EWG was to propose
a regulatory amendment to remove some section 3 prohibitions
for Schedule A diseases. Health Canada fulfilled this commitment
in November 2005 by prepublishing in the Canada Gazette, Part I
(CG I), Project 1474, the proposed regulatory amendment to exempt non-prescription drugs and NHPs from the preventative and
treatment prohibitions of section 3. Because both majority and
minority reports recommended that experts review the diseases
listed in Schedule A, Health Canada’s second commitment to the
EWG was to convene an expert scientific panel to develop criteria
and review Schedule A diseases in order to reflect current scientific and medical knowledge. Health Canada fulfilled this commitment by convening a SAP in September 2005. The SAP was
tasked (1) to recommend criteria by which diseases could be
added to or removed from Schedule A, and (2) to recommend
revisions of Schedule A using those criteria. The final recommendations of the SAP were completed and posted on the Health
Canada Web site in March 2006.
In considering the recommendations made by the SAP to revise
Schedule A, it became evident that such revisions should take
place before or at the same time that any section 3 prohibitions
were lifted. Therefore, Health Canada modified its approach with
these Regulations (Project 1539) that achieve the original intent
of Project 1474 by revising the list of Schedule A diseases and by
2634
interdits, son étiquetage et sa publicité comme moyen de prévention ou de guérison le devenaient aussi. L’article 3 a clarifié le
type de produits qui ne pouvaient pas être annoncés au grand public ni vendus au grand public s’ils étaient ainsi étiquetés ou annoncés. Alors qu’auparavant la LAD parlait de remèdes et ensuite
d’aliments et de drogues, l’article 3 parlait de « quelque aliment,
drogue, cosmétique ou instrument » présenté par étiquette ou annoncé au grand public comme moyen de traiter, de prévenir ou de
guérir une maladie de l’annexe A.
En 2007, le contexte des soins de santé est loin d’être ce qu’il
était lorsque l’annexe A et l’article 3 ont été ajoutés à la LAD. La
science médicale a évolué, les médicaments et les PSN doivent
faire l’objet d’un examen avant de pouvoir être mis sur le marché,
un régime de médicaments d’ordonnance existe, et les soins de
santé sont financés par l’État. De plus, comme il en sera question
plus en détail plus loin, certaines des protections de la santé
qu’offraient initialement l’annexe A et l’article 3 sont aujourd’hui
prévues par règlement. Enfin, l’information sur des maladies où
l’initiative personnelle a sa place est de plus en plus accessible au
public canadien, qui est donc en mesure de prendre des décisions
plus éclairées au sujet de sa santé. La faveur du public pour une
approche du genre se reflète dans l’attention de plus en plus
grande qu’il accorde aux médecines parallèles et le rôle accru que
jouent les patients dans le choix du traitement.
Alors que certains intervenants s’opposent aux restrictions de
l’annexe A et de l’article 3, d’autres estiment qu’elles jouent un
rôle utile, mais doivent être modernisées afin de tenir compte des
avancées scientifiques et médicales, ainsi que du contexte actuel
des soins de santé. De 2003 à 2004, Santé Canada a fait appel à
un groupe de travail externe (GTE) sur l’annexe A, composé
d’intervenants externes, pour examiner l’annexe A et l’article 3.
En 2004, le GTE a produit un rapport majoritaire et un rapport
minoritaire. En février 2005, Santé Canada a pris deux engagements à l’égard du GTE.
Le premier engagement de Santé Canada envers le GTE était
de proposer une modification réglementaire afin de supprimer certaines interdictions de l’article 3 pour les maladies de l’annexe A.
Santé Canada s’est acquitté de cet engagement en novembre 2005
par la publication préalable, dans la Partie I de la Gazette du Canada (GC I), du projet 1474, la modification réglementaire proposée pour que les interdictions relatives à la prévention et au traitement de l’article 3 cessent de s’appliquer aux médicaments en
vente libre et aux PSN. Parce que les rapports majoritaire et minoritaire recommandaient que des experts revoient les maladies
énumérées à l’annexe A, Santé Canada a également promis au
GTE (son deuxième engagement) de former un groupe scientifique d’experts qui serait chargé d’établir des critères et de revoir la
liste des maladies de l’annexe A à la lumière des connaissances
scientifiques et médicales actuelles. Santé Canada s’est acquitté
de cet engagement en formant un GCS en septembre 2005. Ce
groupe a été chargé : (1) de recommander des critères suivant
lesquels des maladies seraient ajoutées à l’annexe A ou en seraient retirées; (2) de recommander des révisions de l’annexe A
selon ces critères. Les recommandations du GCS ont été finalisées
et affichées sur le site Web de Santé Canada en mars 2006.
Lors de l’examen des recommandations du GCS de réviser
l’annexe A, il est devenu évident que les révisions devaient être
effectuées avant toute levée des interdictions de l’article 3, ou du
moins en même temps. Par conséquent, Santé Canada a modifié
son approche en proposant ce règlement (projet 1539) qui atteint le
but original du projet 1474 en révisant la liste des maladies de
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
removing the preventative prohibitions with respect to NHPs and
certain drugs for diseases remaining in Schedule A.
Project 1474 was withdrawn in CG I at the same time that these
Regulations were prepublished in CG I.
These Regulations are a one-step regulatory approach and
maintain Health Canada’s long held policy position that direct-toconsumer advertising should not be allowed for prescription
drugs, nor drugs that treat or cure serious diseases as prohibited
by section 3.
l’annexe A et en éliminant les interdictions des allégations relatives à la prévention des maladies qui restent énumérées à l’annexe A pour les PSN et certains médicaments.
Le projet 1474 a été retiré de la GC I en même temps que le
présent règlement y a été prépublié.
Le présent règlement est une approche réglementaire en une
seule étape et maintient la position de longue date de Santé Canada voulant qu’aucune publicité s’adressant directement aux
consommateurs ne soit autorisée dans le cas des médicaments
d’ordonnance ou des autres médicaments utilisés pour le traitement ou la guérison de maladies graves, comme l’interdit l’article 3.
III. Details about the regulatory amendment
III. Détails de la proposition réglementaire
A. The criteria to revise Schedule A
A. Les critères pour réviser l’annexe A
The following are the criteria used to revise Schedule A:
1. The condition or disease results in serious risks to individuals and generally requires diagnosis, treatment, and management by a health professional.
2. The disease is likely to be spread within the population and
may be a risk to public health without appropriate treatment.
3. There is an emergency situation where self-care is inappropriate or not possible.
4. The severity of the disease limits the person’s ability to
make health decisions.
5. The disease state has only recently been recognized by medical science and it is unclear whether or not self-treatment is
appropriate.
6. The disease or condition is one which renders individuals
especially vulnerable to harm (e.g. pregnancy).
Les critères suivants ont été utilisés pour réviser l’annexe A :
1. La pathologie ou la maladie présente de graves risques pour
les personnes et exige généralement un diagnostic, un traitement et une prise en charge par un professionnel de la santé.
2. La maladie est susceptible de se propager au sein de la population et pourrait constituer un risque pour la santé publique en
l’absence d’un traitement approprié.
3. Une situation d’urgence existe pour laquelle l’autotraitement
ne convient pas ou est impossible.
4. La gravité de la maladie limite la capacité de la personne de
prendre des décisions relatives à sa santé.
5. L’état morbide n’a été reconnu que récemment par la médecine et on ne sait pas si l’autotraitement est approprié.
6. La maladie ou la pathologie rend la personne particulièrement vulnérable aux effets nuisibles (par exemple la
grossesse).
B. The revision of the Schedule A list using the criteria
B. La révision de la liste de l’annexe A selon les critères
The SAP used the above criteria to recommend the following
revisions to Schedule A:
1. Delete the following 17 diseases, disorders, and abnormal
physical states:
• Alopecia (except hereditary androgenetic alopecia)
• Bladder disease
• Disease of the prostate
• Disorder of menstrual flow
• Dysentery
• Edematous state
• Epilepsy
• Gall bladder disease
• Gout
• Hypotension
• Impetigo
• Kidney disease
• Leukemia
• Liver disease (except hepatitis)
• Pleurisy
• Sexual impotence
• Tumor
Le GCS s’est servi des critères ci-dessus pour recommander
les révisions suivantes à l’annexe A :
1. Supprimer les 17 maladies, désordres et états physiques anormaux suivants :
• Alopécie (sauf l’alopécie androgénogénétique)
• Dysenterie
• Épilepsie
• Foie (maladies sauf l’hépatite)
• Goutte
• Hypotension
• Impétigo
• Impuissance sexuelle
• Leucémie
• Œdème
• Pleurésie
• Prostate (maladies)
• Reins (maladies)
• Troubles du flot menstruel
• Tumeurs
• Vésicule biliaire (maladies)
• Vessie (maladies)
2635
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
2. Add the following 6 diseases, disorders and abnormal physical states:
• Acute infectious respiratory syndromes
• Acute psychotic conditions
• Addiction, except nicotine addiction
• Dementia
• Haematologic bleeding disorders
• Hepatitis
3. Make the following 6 replacements:
Replace the reference to
• Alcoholism
with
• Acute alcoholism
Replace the reference to
• Anxiety state
with
• Acute anxiety state
Replace the reference to
• Arthritis
with
• Acute, inflammatory and debilitating arthritis
Replace the reference to
• Heart disease
with
• Congestive heart failure
Replace the reference to
• Hernia
with
• Strangulated hernia
Replace the reference to
• Venereal disease
with
• Sexually transmitted diseases
2. Ajouter les 6 maladies, désordres et états physiques anormaux suivants :
• Affections hématologiques hémorragiques
• Démence
• Dépendance, sauf toxicomanie à la nicotine
• Hépatite
• Syndromes respiratoires infectieux aigus
• Troubles psychotiques aigus
3. Faire les 6 substitutions suivantes :
Remplacer :
• Alcoolisme
par :
• Alcoolisme aigu
Remplacer :
• Arthrite
par :
• Arthrite aiguë, inflammatoire et débilitante
Remplacer :
• Cœur (maladies)
par :
• Insuffisance cardiaque congestive
Remplacer :
• États d’angoisse
par :
• État anxieux aigu
Remplacer :
• Hernie
par :
• Hernie étranglée
Remplacer :
• Maladies vénériennes
par :
• Maladies transmises sexuellement
Each criterion used by the SAP to rationalize each disease listing is indicated after the disease name in the following revised
list. The numbers 1 to 6 refer to the six criteria listed earlier under
section “A. The proposed criteria to revise Schedule A.” This
information is posted on the Health Canada Web site.
Acute alcoholism (1, 3)
Acute anxiety state (3)
Acute infectious respiratory syndromes (2, 5)
Acute psychotic conditions (3, 4)
Acute, inflammatory and debilitating arthritis (1)
Addiction, except nicotine addiction (1)
Appendicitis (3)
Arteriosclerosis (1)
Asthma (1, 3)
Cancer (1, 3)
Congestive heart failure (1, 3)
Convulsions (3)
Dementia (4)
Chaque critère utilisé par le GCS pour rationaliser chaque maladie énumérée est indiqué après le nom de la maladie dans la
liste révisée suivante. Les chiffres 1 à 6 renvoient aux six critères
énumérés à l’article « A. Les critères proposés pour réviser l’annexe A » ci-dessus. Cette information se trouve sur le site Web de
Santé Canada :
Affections hématologiques hémorragiques (1)
Alcoolisme aigu (1, 3)
Appendicite (3)
Artériosclérose (1)
Arthrite aiguë, inflammatoire et débilitante (1)
Asthme (1, 3)
Cancer (1, 3)
Convulsions (3)
Démence (4)
Dépendance (1)
Dépression (1)
Diabète (1)
2636
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
Depression (1)
Diabetes (1)
Gangrene (3)
Glaucoma (1)
Haematologic bleeding disorders (1)
Hepatitis (1, 2, 3)
Hypertension (1)
Nausea and vomiting of pregnancy (6)
Obesity (1)
Rheumatic fever (3)
Septicaemia (3)
Sexually transmitted diseases (2)
Strangulated hernia (3)
Thrombotic and embolic disorders (1, 3)
Thyroid disease (1)
Ulcer of the gastro-intestinal tract (1, 3)
État anxieux aigu (3)
Fièvre rhumatismale (3)
Gangrène (3)
Glaucome (1)
Hépatite (1, 2, 3)
Hernie étranglée (3)
Hypertension (1)
Insuffisance cardiaque congestive (1, 3)
Maladie thyroïdienne (1)
Maladies thrombotiques et embolies (1, 3)
Maladies transmissibles sexuellement (2)
Nausées et vomissements liés à la grossesse (6)
Obésité (1)
Septicémie (3)
Syndromes respiratoires infectieux aigus (2, 5)
Troubles psychotiques aigus (3, 4)
Ulcères des voies gastro-intestinales (1, 3)
The qualifier, “except nicotine addiction,” was not inserted following the listing “addiction” in Schedule A of the proposed
regulatory amendment which was prepublished in the CG I, on
June 16, 2007.
Le qualificatif « sauf toxicomanie à la nicotine » n’était pas inséré suivant la liste de « toxicomanie » à l’annexe A de la modification réglementaire proposée qui a été publiée préalablement
dans la GC I, le 16 juin 2007.
Nicotine addiction, if not exempted from the modified Schedule A, would be captured by the listing of “addiction” in Schedule A. Section 3 of the FDA prohibits the labelling and advertising of any food, drug, cosmetic or medical device to the general
public for the prevention, treatment and cure for diseases listed on
Schedule A. This omission would result in an inconsistency with
the Schedule F (prescription drugs) listing for nicotine, which
allows nicotine replacement therapies (NRTs) that have been
approved by Health Canada for use in smoking cessation therapy
to be labelled and sold without prescription, provided that the
NRTs meet the form and concentration requirements listed in
Schedule F. These products which have been approved by Health
Canada have been on the market for some time.
This omission has been corrected, and the words “except nicotine addiction” have been added to qualify the listing of “addiction” in Schedule A.
La toxicomanie à la nicotine, si elle n’est pas exemptée de la
liste modifié de l’annexe A, serait corrigée par l’énumération de
« toxicomanie » dans l’annexe A. L’article 3 de la LAD interdit
l’étiquetage et la publicité de toute drogue et tout aliment, cosmétique et instrument médical au grand public pour la prévention, le
traitement et la guérison de maladies énumérées à l’annexe A. Cet
oubli résulterait en une inconsistance avec la liste (médicaments
sur ordonnance) pour la nicotine, qui permet des thérapies de
remplacement pour la nicotine (TRN) qui ont été approuvées par
Santé Canada pour utilisation comme thérapie pour cesser de
fumer pour être étiqueté et vendu sans prescription pourvu que les
TRN rencontrent les exigences pour la forme et la concentration
énumérées à l’annexe F. Ces produits qui ont été approuvés par
Santé Canada sont sur le marché depuis un certain temps.
Cet oubli a été corrigé et les mots « sauf toxicomanie à la nicotine » ont été ajoutés pour qualifier la liste de « toxicomanie à
l’annexe A ».
C. The effect of the Schedule A revision on all products referred
to in section 3 of the FDA
C. L’effet de la révision de l’annexe A sur tous les produits visés
par l’article 3 de la LAD
1. For a disease removed from Schedule A, the prohibitions in
section 3 for labelling and advertising to the general public no
longer apply to food, drugs, cosmetics, and medical devices.
However, all other provisions of the FDA, the CDSA, and their
regulations that already apply to these products continue to apply.
For example, as explained earlier, section C.01.044 of the FDR
continues to place advertising restrictions on Schedule F prescription drugs regardless of the disease for which the drug is claimed
to prevent, treat or cure.
1. Pour une maladie retirée de l’annexe A, les interdictions de
l’article 3 concernant l’étiquetage et la publicité destinée au grand
public ne s’appliqueraient plus aux aliments, aux médicaments,
aux cosmétiques et aux matériels médicaux. Toutefois, toutes les
autres dispositions de la LAD, la LRCDAS et leurs règlements
qui s’appliquent déjà à ces produits demeureraient en vigueur. Par
exemple, comme il a été expliqué plus tôt, l’article C.01.044 du
RAD continue de limiter la publicité des médicaments d’ordonnance de l’annexe F, peu importe la maladie qu’ils sont censés
prévenir, traiter ou guérir.
2. Pour une maladie ajoutée à l’annexe A, les interdictions de
l’article 3 concernant l’étiquetage et la publicité destinée au grand
public s’appliqueraient aux aliments, aux médicaments, aux cosmétiques et aux matériels médicaux. De même, toutes les autres dispositions pertinentes de la Loi en matière d’étiquetage et de publicité
2. For a disease added to Schedule A, the prohibitions in section 3 for labelling and advertising to the general public apply to
food, drugs, cosmetics, and medical devices. As well, all other
relevant labelling and advertising provisions of the FDA, the
CDSA, and their regulations continue to apply.
2637
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
ainsi que tous les règlements pris en vertu de la LAD, la LRCDAS,
et leurs règlements continueraient de s’appliquer.
D. Food, medical devices, and cosmetics also continue to be
prohibited from carrying preventative claims in the labelling
and advertising to the general public for diseases remaining in
Schedule A (unless otherwise permitted in other provisions in
the FDA or its regulations)
D. Les allégations relatives à la prévention des maladies toujours
énumérées à l’annexe A demeurent aussi interdites dans
l’étiquetage et la publicité destinée au grand public des
aliments, des matériels médicaux et des cosmétiques (à moins
que d’autres dispositions de la LAD ou des règlements ne les
permettent)
1. Food
1. Aliments
Food is not included in the preventative exemption for several
reasons. First, the representation of a food for the “prevention,
treatment or cure” of a disease, disorder or abnormal physical
state brings it into the definition of a drug and this would then
make it subject to the drug regulations. Second, section B.01.601
of the FDR already provides that a food with a label or advertisement that carries a statement or claim set out in the table following section B.01.603 is exempt from the provisions of the
FDA, including section 3, and the FDR with respect to drugs.
Finally, in order to help inform the Canadian public about the role
that certain foods may play in reducing the risk of certain diseases, Health Canada announced in the fall 2005 Smart Regulation Report on Actions and Plans (RAP) that it intends to develop
new regulations for the use of food labels and advertising as a
means of delivering this health information to the public. It is
anticipated that Health Canada will engage in stakeholder consultation regarding these new regulations in 2007.
Les aliments ne sont pas visés par l’exemption relative à la
prévention pour plusieurs raisons. Premièrement, la présentation
d’un aliment pour la prévention, le traitement ou la guérison
d’une maladie, d’un désordre ou d’un état physique anormal ferait
de cet aliment une drogue et celui-ci est donc assujetti aux règlements sur les drogues. Deuxièmement, selon l’article B.01.601 du
RAD, un aliment dont l’étiquette ou l’annonce comporte une
mention ou une allégation figurant dans le tableau suivant l’article B.01.603 est exempté de l’application des dispositions de la
Loi, y compris la section 3, et de ses règlements, relatives aux
drogues. Finalement, pour aider à renseigner le public canadien
sur le rôle que certains aliments peuvent jouer dans la réduction
du risque de certaines maladies, Santé Canada a annoncé à
l’automne 2005, dans La réglementation intelligente : rapport sur
les initiatives et les projets, son intention d’élaborer de nouveaux
règlements pour régir l’utilisation de l’étiquetage et de la publicité
des aliments comme moyen de communiquer cette information en
matière de santé au public. Santé Canada est censé entreprendre
des consultations au sujet de ces nouveaux règlements auprès des
parties intéressées en 2007.
2. Medical devices
2. Matériels médicaux
Medical devices are not included in the preventative exemption
since Class I and II medical devices do not undergo pre-market
review, nor are their claims approved by Health Canada. Class I
medical devices do not have a licence requirement and are not
subject to pre-market review. Class II medical devices do have a
licence requirement, but are licensed by attestation of safety and
effectiveness by the manufacturer. Class III and IV medical devices undergo pre-market review, but generally require the intervention of a practitioner. Some in-vitro diagnostic devices are
designated Class III for home use but, since their use is as a diagnostic (not as a preventative, treatment, nor cure), they were never
subject to the section 3 prohibition.
Condoms are exempt from section 3 pursuant to subsection 24(1) of the Medical Devices Regulations (MDR) and may
be advertised and sold to the general public for the purpose of
preventing the transmission of sexually transmitted diseases if the
advertisement and the label of the condom claim only that the
condom reduces the risk of transmitting sexually transmitted
diseases.
Les matériels médicaux ne sont pas exemptés des interdictions
relatives aux allégations de propriétés préventives parce que les
matériels de classe I et II ne font pas l’objet d’un examen préalable à leur mise sur le marché et les allégations à leur égard ne sont
pas approuvées par Santé Canada. Les matériels de classe I n’ont
pas besoin d’être homologués ni de faire l’objet d’un examen
préalable à leur mise sur le marché. Les matériels de classe II
doivent être homologués, mais ils le sont sur attestation de sécurité et d’efficacité de la part du fabricant. Les matériels médicaux
de classe III et IV doivent faire l’objet d’un examen avant de
pouvoir être mis sur le marché, mais l’intervention d’un praticien
est généralement nécessaire. Certains matériels de diagnostic in
vitro pour utilisation à domicile entrent dans la classe III, mais
comme ils servent au diagnostic (et ne pas sont présentés comme
un moyen de prévention, de traitement ou de guérison), ils n’ont
jamais été visés par l’interdiction de l’article 3.
Les condoms sont exemptés de l’article 3 conformément au paragraphe 24(1) du Règlement sur les instruments médicaux et on
en permet la vente au grand public — ou d’en faire la publicité
auprès de celui-ci afin de prévenir la transmission de maladies
transmises sexuellement à la condition que la publicité et le libellé de l’étiquette du condom indiquent seulement que celui-ci réduit le risque de transmission de maladies transmises sexuellement.
3. Cosmetics
3. Cosmétiques
Cosmetics are defined in the FDA as “any substance or mixture
of substances manufactured, sold or represented for use in cleansing, improving or altering the complexion, skin, hair or teeth, and
includes deodorants and perfumes.” Cosmetics are not permitted
Les cosmétiques sont définis dans la LAD comme « les substances ou mélanges de substances fabriqués, vendus ou présentés
comme pouvant servir à embellir, purifier ou modifier le teint, la
peau, les cheveux ou les dents, y compris les désodorisants et les
2638
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
to carry drug claims; therefore, cosmetics are not included in the
preventative exemption. If they carry drug claims, the product is
either regulated as a drug or an NHP, as explained in sections 2.1
and 2.2 of the Guidelines for Cosmetic Advertising and Labelling
Claims posted on the Health Canada Web site, and as explained
in the Guidelines for Cosmetics Manufacturers, Importers and
Distributors also posted on the Health Canada Web site.
parfums ». Des allégations de propriétés médicamenteuses ne
peuvent être faites dans le cas des cosmétiques, de sorte qu’ils ne
sont pas visés par l’exemption relative à la prévention. Si des
allégations de propriétés médicamenteuses sont faites, le produit
est réglementé, soit comme médicament, soit comme PSN, tel
qu’il est expliqué aux sections 2.1 et 2.2 des Lignes directrices :
allégations acceptables pour la publicité et l’étiquetage des cosmétiques qui sont affichées sur le site Web de Santé Canada et
dans les Lignes directrices à l’intention des fabricants, importateurs et distributeurs de cosmétiques, également affichées sur le
site Web de Santé Canada.
IV. Important components to the health protection afforded by
legislation other than Schedule A and section 3
IV. Importants éléments de protection de la santé assurés par
d’autres dispositions législatives que l’annexe A et l’article 3
1. Section 9 of the FDA
1. Article 9 de la LAD
Section 9 of the FDA prohibits false, misleading or deceptive
labelling and advertising of drugs. Furthermore, this section mandates that a drug be labelled as required by the Regulations.
L’article 9 de la LAD interdit d’étiqueter un médicament ou
d’en faire la publicité d’une manière fausse, trompeuse ou mensongère. De plus, cet article exige qu’un médicament soit étiqueté
conformément au Règlement.
2. Article C.01.044 du RAD
L’article C.01.044 du RAD limite la publicité des médicaments
d’ordonnance de l’annexe F destinée au grand public à la marque
nominative, au nom propre, au nom usuel, au prix et à la quantité
de médicament. Cette disposition vise en partie à encourager les
patients à consulter un médecin en cas de maladie grave.
Le Comité chargé d’examiner le statut des médicaments de
Santé Canada détermine le statut d’un médicament après le dépôt
d’une présentation pertinente et sur la recommandation du bureau
d’examen clinique. Cette évaluation est faite sur la base de facteurs établis et publiquement accessibles qui incluent, par exemple, les préoccupations relatives au profil pharmacodynamique,
pharmacocinétique et/ou toxicologique du médicament ainsi que
la nature de l’usage ou des usages thérapeutiques proposés.
La liste des facteurs utilisés par Santé Canada pour déterminer
le statut de l’annexe d’un médicament figure ci-dessous. Les médicaments doivent figurer à l’annexe F si l’une ou l’autre des
conditions suivantes s’applique (la liste se trouve sur le site Web
de Santé Canada) :
a) un mode d’emploi individualisé et/ou la supervision directe
d’un praticien qualifié de la santé, un traitement auxiliaire à
l’aide de médicaments d’ordonnance inscrits à l’annexe ou la
supervision en laboratoire sont nécessaires;
b) il existe une mince marge de sécurité entre les dosages thérapeutiques et toxiques, en particulier dans le cas des personnes
âgées, des enfants, des femmes enceintes et des mères qui
allaitent;
c) il existe des effets secondaires indésirables ou graves connus
ou potentiels lorsque ces médicaments sont pris suivant la posologie thérapeutique normale;
d) des expériences ont démontré que ces médicaments ont des
effets toxiques chez les animaux, mais ils ne font pas l’objet
d’une utilisation clinique depuis assez longtemps pour qu’il
soit possible d’établir les caractéristiques ou la fréquence de
leurs effets toxiques à long terme chez les êtres humains;
e) ces médicaments sont indiqués pour les maladies graves souvent mal diagnostiquées par le public;
f) leur utilisation peut camoufler d’autres malaises;
2. Section C.01.044 of the FDR
Section C.01.044 of the FDR restricts advertising to the general
public of Schedule F prescription drugs to only brand name,
proper name, common name, price, and quantity of the drug. The
provision is in part intended to encourage patients to seek medical
attention for serious diseases.
The determination of drug status is made by Health Canada’s
Drug Schedule Status Committee subsequent to the filing of an
appropriate submission and at the recommendation of the clinical
review bureau. This assessment is made on the basis of established and publicly available factors which include, but are not
limited to, concerns related to the pharmacodynamic, pharmacokinetic and/or toxicological profile of the drug and the nature of
the proposed therapeutic uses.
The following are the factors used by Health Canada to determine the drug schedule status for a particular drug. Drugs will be
listed in Schedule F if any of the following apply (posted on the
Health Canada Web site):
(a) individualized instructions and/or direct practitioner supervision, adjunctive therapy with scheduled drugs or routine
laboratory monitoring are required;
(b) there is a narrow margin of safety between the therapeutic
and toxic doses, especially in populations such as geriatrics,
children and pregnant or nursing mothers;
(c) there are potential or known undesirable or severe side effects at normal therapeutic dosage levels;
(d) they are known by experimental data to induce toxicity in
animals but have not been in clinical use long enough to establish the pattern or frequency of long-term toxic effects in
humans;
(e) they are used in the treatment of a serious disease easily
misdiagnosed by the public;
(f) their use may mask other ailments;
(g) they have contributed to, or are likely to contribute to, the
development of resistant strains of micro-organisms in humans;
(h) they possess a dependence or abuse potential that is likely
to lead to harmful non-medical use;
(i) they possess a high level of risk relative to expected benefits; or
2639
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
(j) they have a therapeutic effect based on recently elucidated
pharmacological concepts, the consequences of which have not
been established.
Exceptions will be considered for drugs if any of the following
apply:
(a) are required to be readily available under emergency circumstances where it is not practical to obtain a prescription
(such as adrenalin in insect bite kits);
(b) are rarely used without a practitioner’s supervision, and
where the need for free availability outweighs the need for protection under Schedule F (such as insulin and nitroglycerin); or
(c) have potential to produce dangerous interactions with other
drugs or food constituents but effective labelling can minimize
the risk.
In its review of veterinary-use drugs, the Department also considers if any one of the above-mentioned factors or any one of the
following factors are present. If so, drugs used in animals will be
listed on Part I of Schedule F:
• there exists a narrow margin of safety between the therapeutic
and toxic dosages when used in animals;
• they are known by experimental data to induce toxicity in
animals but have not been in clinical use for a sufficient period of time to establish the pattern or the frequency of longterm toxic effects in humans;
• they are known to be liable to be diverted to humans;
• it is not possible to write directions for use that could be easily
followed by a layperson;
• they may be hazardous to the handler or administrator;
• they have contributed to or may contribute to the development
of resistant strains of micro-organisms in humans and to dissemination of antimicrobial resistance genes;
• they are new antibiotics for veterinary use that may be used in
human medicine or that may lead to cross-resistance to antibiotics used in human medicine;
• they possess the potential for an adverse impact on the environment as it relates to public health at therapeutic dosage
rates; or
• their misuse may lead to potential “moderate to high levels”
of risk from residues in food of animal origin.
g) ils ont contribué ou sont susceptibles de contribuer au développement de souches résistantes de micro-organismes chez les
êtres humains;
h) ils peuvent entraîner de la dépendance ou des abus qui sont
susceptibles de provoquer un usage non médical préjudiciable;
i) ils présentent un risque potentiellement élevé par rapport aux
avantages attendus;
j) ils ont un effet thérapeutique reposant sur des concepts pharmacologiques récemment élucidés, dont les conséquences n’ont
pas encore été établies.
Des exceptions seront considérées pour les médicaments si
l’une ou l’autre des conditions suivantes s’appliquent :
a) [les médicaments] doivent être facilement accessibles en situation d’urgence lorsqu’il n’est pas possible d’obtenir une ordonnance (comme c’est le cas de l’adrénaline dans les trousses
de secours pour piqûres d’insectes);
b) [les médicaments] sont rarement utilisés sans la supervision
d’un praticien qualifié de la santé, et leur libre accessibilité
l’emporte sur le besoin d’assurer la protection (comme c’est le
cas de l’insuline et de la nitroglycérine);
c) [les médicaments] peuvent entraîner des interactions dangereuses avec d’autres médicaments ou constituants alimentaires,
mais un étiquetage efficace peut réduire ce risque.
Dans son examen des médicaments à usage vétérinaire, le Ministère tient également compte de l’existence de l’un ou l’autre
des facteurs ci-dessus ou de l’un ou l’autre des facteurs suivants.
Le cas échéant, les médicaments destinés aux animaux figureront
dans la partie I de l’annexe F :
• il existe une mince marge de sécurité entre les dosages thérapeutiques et toxiques lorsque le médicament est administré
aux animaux;
• des expériences ont démontré que ces médicaments ont des
effets toxiques chez les animaux, mais ils ne font pas l’objet
d’une utilisation clinique depuis assez longtemps pour qu’il
soit possible d’établir les caractéristiques ou la fréquence de
leurs effets toxiques à long terme chez les êtres humains;
• leur usage est réputé susceptible d’être détourné vers les
êtres humains;
• il est impossible de rédiger un mode d’emploi qui pourrait
facilement être suivi par un profane;
• ils peuvent être dangereux pour la personne qui les manipule
ou les administre;
• ils ont contribué ou sont susceptibles de contribuer au développement chez les êtres humains de souches résistantes de
micro-organismes et à la dissémination de gènes de résistance
antimicrobiens;
• il s’agit de nouveaux antibiotiques à usage vétérinaire qui
peuvent être utilisés en médecine pour le traitement d’êtres
humains, ou ils peuvent entraîner une résistance croisée aux
antibiotiques utilisés pour le traitement d’êtres humains;
• aux doses thérapeutiques, ils peuvent avoir un effet indésirable sur l’environnement, dans la mesure où la santé publique
est concernée;
• leur mauvaise utilisation peut entraîner des risques « modérés
à élevés » de résidus dans les aliments d’origine animale.
3. Controlled Drugs and Substances Act
3. Loi réglementant certaines drogues et autres substances
Section 70 of the Narcotic Control Regulations, section G.01.007 of the FDR, and section 3 of the Benzodiazepines
En ce qui concerne les drogues contrôlées, il est indiqué à
l’article 70 du Règlement sur les stupéfiants, à l’article G.01.007
2640
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
and Other Targeted Substances Regulations prohibit the advertising of controlled drugs to the general public.
A substance that can alter mental processes and that may produce harm to health and to society when distributed or used without supervision may be added to a schedule to the CDSA. When
determining in which schedule to the CDSA a substance should
be listed, Health Canada considers several factors, including international requirements, the dependence potential and likelihood of
abuse of the substance, the extent of its abuse in Canada, the danger it represents to the safety of the public, and the usefulness of
the substance as a therapeutic agent.
de la LAD et à l’article 3 du Règlement sur les benzodiazépines et
autres substances ciblées qu’il est interdit d’adresser au grand
public de la publicité sur ces produits.
Une substance qui peut altérer les processus mentaux et nuire à
la santé des individus et à la société si elle est distribuée ou utilisée sans supervision peut être ajoutée à l’annexe de la LRCDAS.
Pour déterminer l’annexe de la LRCDAS à laquelle devrait être
inscrite une substance, Santé Canada prend en considération plusieurs facteurs, notamment : les exigences internationales, les
risques de dépendance et d’abus de la substance, la mesure dans
laquelle celle-ci fait l’objet d’un abus au Canada, le danger pour
la sécurité publique et l’utilité de la substance en tant qu’agent
thérapeutique.
4. Pre-market review
4. Examen préalable à la mise sur le marché
To help protect the Canadian public from unsafe and/or ineffective health products, the FDR and the NHPR require that all
drugs and NHPs undergo a submission review by Health Canada
prior to being granted market authorization. The review is based
on all the scientific data available to Health Canada on the safety
of the product, its efficacy according to scientific and other types
of evidence, as appropriate for the recommended use (e.g. evidence from references to traditional use or homeopathic pharmacopoeias, as permitted by the NHPR and guidance documents),
and evidence that the product is of high quality. This evidence for
safety, efficacy, and quality must be included in a submission to
Health Canada for market authorization. Furthermore, claims or
indications made on the label must be supported by the scientific
evidence provided in the submission. The pre-market review requirements are found in sections C.01.014, C.08.002, C.08.002.1,
and C.08.003 of the FDR, for drugs and, in sections 4 and 5 of the
NHPR, for NHPs.
Pour aider à protéger le public canadien contre les produits de
santé inefficaces et/ou dangereux, le RAD et le RPSN exigent que
Santé Canada procède à un examen de tous les médicaments
avant d’autoriser leur mise sur le marché. L’examen est basé sur
toutes les données scientifiques dont dispose Santé Canada sur
l’innocuité du produit, son efficacité potentielle selon des preuves
scientifiques et d’autres types, en fonction de ce qui convient pour
l’usage recommandé (par exemple des preuves sous la forme de
référence à un usage traditionnel ou à des pharmacopées homéopathiques sont permises selon le RPSN et les lignes directrices),
ainsi que sur des preuves de la haute qualité du produit. Ces preuves de l’innocuité, de l’efficacité potentielle et de la qualité doivent être incluses dans une demande d’autorisation de mise sur
le marché présentée à Santé Canada. De plus, les allégations ou
les indications qui figurent sur l’étiquette doivent être justifiées
par les preuves scientifiques fournies dans la demande. Les exigences applicables à l’examen préalable à la mise sur le marché
sont spécifiées aux articles C.01.014, C.08.002, C.08.002.1 et
C.08.003 du RAD pour les médicaments, et aux articles 4 et 5 du
RPSN pour les PSN.
En ce qui concerne l’examen avant la mise sur le marché de
médicaments pour lesquels des allégations relatives aux maladies
de l’annexe A sont faites, la norme de preuve appliquée dépendra
du niveau de risque pour l’innocuité inhérente du produit et de la
nature de l’allégation à l’égard d’une maladie de l’annexe A.
Comme l’annexe A est plutôt considérée comme étant une liste de
maladies graves, Santé Canada s’attendra à des preuves qui dépassent les références à une « utilisation traditionnelle » pour les
PSN, c’est-à-dire l’utilisation d’un ingrédient médicinal à l’intérieur d’un système de croyances propre à une culture ou d’un
paradigme de santé depuis au moins 50 années consécutives, ou
des preuves allant au-delà de références à des allégations d’autres
paradigmes de guérison non fondés sur la pharmacologie classique (comme l’homéopathie). En tant que telles, ces preuves ne
sont pas une norme de preuve suffisante pour les allégations relatives à la prévention des maladies de l’annexe A et d’autres maladies graves. Par conséquent, des preuves cliniques de l’innocuité
et de l’efficacité potentielle chez les êtres humains seraient
nécessaires.
Si, au moment de l’examen d’une demande de numéro d’identification du médicament (DIN), de numéro de produit de santé
naturel (NPN) ou de numéro de médicament homéopathique
(DIN-HM), il semble que l’un ou l’autre des facteurs justifiant
l’inscription à l’annexe F pourrait s’appliquer et que les risques
pour la santé soulevés ne pourraient être atténués (par exemple
par une mise en garde appropriée sur l’étiquette), le produit sera
examiné comme un médicament d’ordonnance de l’annexe F
With respect to the pre-market review of submissions with
Schedule A claims, the standard of evidence applied will depend
upon the level of risk associated with the inherent safety of the
product and the nature of the Schedule A claim being made. As
Schedule A is generally characterized as a list of serious diseases,
Health Canada will expect evidence beyond references to “traditional use” for NHPs, meaning the use of a medicinal ingredient
within a cultural belief system or healing paradigm for at least
50 consecutive years, or evidence beyond references to claims
from other healing paradigms not based on conventional pharmacology (such as homeopathy). These on their own are not a sufficient standard of evidence for Schedule A or other serious disease
preventative claims, thus supporting human clinical evidence of
efficacy and safety would be required.
If, in the review of a submission for either a Drug Identification
Number (DIN), a Natural Product Number (NPN) or a Homeopathic Medicine Number (DIN-HM), it appears that any of the
factors for Schedule F designation could apply and that any health
risk thus identified cannot be mitigated (e.g. through appropriate
cautionary labelling), then the product would be reviewed as a
potential Schedule F prescription drug under Division 8 of the
FDR or the submission applicant may withdraw the submission.
2641
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
In the case of the former, where the drug is added to Schedule F
but is not a veterinary-use drug listed in Part II of Schedule F, the
advertising restrictions of section C.01.044 of the FDR apply.
However, if there is conclusive scientific evidence to support a
preventative claim for a Schedule A disease, then Health Canada
may issue a market authorization for the product. Only after the
issuance of a DIN, an NPN or a DIN-HM are manufacturers then
permitted to label for and advertise to the general public the authorized preventative claims about Schedule A diseases for NHPs
and drugs subject to these Regulations.
5. Natural Health Products Regulations
Although NHPs fall within the definition of drug in the FDA, it
was recognized that these products would benefit from a regulatory framework more suitable to their generally relatively low
risk. On January 1, 2004, the NHPR came into force. The NHPR
are a comprehensive framework and include site licensing, good
manufacturing practices, and product licensing (i.e. an NPN or a
DIN-HM is issued). Provisions for clinical trials, adverse reaction
reporting, labelling, and packaging are also included.
Although the NHPR came into force in 2004, transition provisions were developed in consultation with stakeholders to provide
for the staged implementation of these NHPR. This allows time
for training, education, and public awareness to help stakeholders
comply with the NHPR.
The provisions set out a two-year transition period for site licensing, from January 1, 2004, to December 31, 2005, for manufacturers, packagers, labellers, and importers of NHPs conducting
activities in Canada under the FDR.
There is a six-year transition period for product licensing, from
January 1, 2004, to December 31, 2009, for NHPs with DINs
issued under the FDR. The applicable provisions of the FDR continue to apply for products with a DIN until they are licensed
under the NHPR, or until the application is withdrawn. From
January 1, 2004, all products not previously on the market that fit
the NHP definition must comply with the NHPR immediately and
must be subject to the full licence application process in order to
be sold in Canada.
The Compliance Policy for Natural Health Products, posted on
the Health Canada Web site, explains the compliance approach
with respect to NHPs which have not received market authorization by way of a DIN, an NPN or a DIN-HM.
6. Advertising and terms of market authorization
Health Canada is the national regulatory authority for health
product advertisement and bears the responsibility for enforcing
the FDA, the FDR, the NHPR, and the CDSA and its regulations.
More specifically, Health Canada
• develops guidance documents and policies for the interpretation of the regulatory framework for marketed health products; and
• oversees regulated advertising activities.
2642
potentiel en vertu du titre 8 du RAD, ou le promoteur aura le
choix de retirer sa demande. Dans le premier cas, c’est-à-dire si le
médicament est ajouté à l’annexe F, mais n’est pas un médicament à usage vétérinaire énuméré dans la partie II de l’annexe F,
les restrictions à la publicité de l’article C.01.044 du RAD
s’appliqueront.
Toutefois, s’il existe des preuves scientifiques concluantes qui
peuvent justifier une allégation relative à la prévention d’une maladie de l’annexe A, Santé Canada pourrait délivrer une autorisation de mise sur le marché pour le produit. Ce n’est qu’après la
délivrance d’un DIN, d’un NPN ou d’un DIN-HM que les fabricants sont autorisés à étiqueter et à annoncer au grand public leurs
PSN et les médicaments visés par ce règlement comme moyen de
prévention de maladies de l’annexe A.
5. Règlement sur les produits de santé naturels
Même si les PSN correspondent à la définition de médicament
au sens de la LAD, il a été reconnu que ces produits profiteraient
de l’adoption d’un cadre réglementaire qui convient davantage au
risque relativement faible qu’ils présentent en général. Le RPSN
est entré en vigueur le 1er janvier 2004. Le RPSN est un cadre
complet et s’applique à la délivrance de licences d’exploitation,
aux bonnes pratiques de fabrication et à l’homologation des produits (c’est-à-dire la délivrance d’un NPN ou d’un DIN-HM). Des
dispositions concernant les essais cliniques, le signalement des
réactions indésirables, l’étiquetage et le conditionnement sont
également incluses.
Même si le RPSN est entré en vigueur en 2004, des dispositions de transition ont été élaborées en consultation avec les intervenants pour assurer la mise en œuvre progressive du Règlement.
Ceci a permis de prendre le temps de mener des activités de formation, d’éducation et de sensibilisation du public pour aider les
intervenants à se conformer au RPSN.
Les dispositions prévoyaient une période de transition de deux
ans, du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2005, pour la délivrance
des licences d’exploitation aux fabricants, aux emballeurs, aux
étiqueteurs et aux importateurs de PSN qui mènent des activités
au Canada en vertu du RAD.
Une période de transition de six ans est également prévue, du
1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, pour l’homologation des
PSN ayant un DIN émis en vertu du RAD. Les dispositions applicables du RAD continuent à s’appliquer aux produits ayant un
DIN jusqu’à leur homologation en vertu du RPSN ou jusqu’au
retrait de la demande. Depuis le 1er janvier 2004, tous les produits
non commercialisés avant cette date qui correspondent à la définition de PSN doivent se conformer immédiatement au RPSN et
doivent faire l’objet du processus complet de demande d’homologation pour pouvoir être vendus au Canada.
La Politique de conformité concernant les produits de santé
naturels, affichée sur le site Web de Santé Canada, explique l’approche de vérification de la conformité relative aux PSN qui n’ont
pas obtenu l’autorisation de mise sur le marché par l’entremise
d’un DIN, d’un NPN ou d’un DIN-HM.
6. Publicité et conditions de l’autorisation sur la mise en marché
Santé Canada est l’organisme national de réglementation de la
publicité des produits de santé et assume la responsabilité de l’application de la LAD, du RAD, du RPSN de la LRCDAS et de
leurs règlements. En particulier, Santé Canada :
• élabore des lignes directrices et des politiques pour interpréter
le cadre réglementaire des produits de santé commercialisés;
• supervise les activités de réglementation de la publicité.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
When permitted, advertising for drugs, including those subject
to these Regulations, and NHPs should always be consistent with
the terms of the product’s market authorization or the authorized
labelling material. Any changes in the terms of market authorization may have an impact on what is permitted to be advertised.
Section A.5 of the Consumer Advertising Guidelines for Marketed Health Products (for Nonprescription Drugs including
Natural Health Products), which is posted on the Health Canada
Web site, states that advertising must respect subsection 9(1) of
the FDA and that advertising should clearly communicate the
intended use of the product in a manner that is consistent with the
terms of market authorization. Section 1.1 of this guideline further states that therapeutic claims for NHPs must be consistent
with their terms of market authorization, which is the product
licence, and that therapeutic claims for non-prescription drugs
must be consistent with their terms of market authorization,
which are the Labelling Standards, Category IV Monographs,
Product Monographs or Authorized Labelling. Furthermore, section 1.4.1 of the Guidance for Industry: Product Monograph, also
posted on the Health Canada Web site, states that the product
monograph serves as a standard against which all promotional
material, or advertising distributed or sponsored by the sponsor
about a non-prescription drug which falls under Division 8 of the
FDR can be compared. The product monograph establishes the
parameters for all advertising, representations, and promotional or
information material distributed or otherwise sponsored by the
sponsor. It contains all the representations to be made in respect
of the new drug, as set out in paragraphs C.08.002(2)(k) and
C.08.003(2)(h) of the FDR.
With respect to drugs for human use, advertising preclearance
agencies review and preclear advertising material in order to help
industry ensure compliance with the regulatory provisions of the
FDA, the FDR, the NHPR, and the CDSA and its regulations, and
to help industry ensure consistency with the various Health Canada guidance documents and codes of advertising. The agencies
also offer independent mechanisms to resolve complaints on advertising for authorized health products. This voluntary system of
preclearance is carried out in conjunction with the compliance
and enforcement powers of Health Canada.
Lorsqu’elle est permise, la publicité sur les médicaments, y
compris ceux visés par ce règlement, et les PSN devrait toujours
être conforme aux conditions de l’autorisation de mise sur le marché ou du matériel d’étiquetage autorisé. Tout changement apporté aux conditions de mise sur le marché peut avoir une incidence
sur les affirmations admissibles dans une publicité. La section A.5
des Lignes directrices sur la publicité des produits de santé commercialisés destinée aux consommateurs (pour les médicaments
en vente libre incluant les produits de santé naturels), qui est
affichée sur le site Web de Santé Canada, stipule que la publicité
doit être conforme au paragraphe 9(1) de la LAD et que la publicité devrait indiquer clairement l’usage auquel le produit est destiné, d’une manière conforme à l’autorisation de mise sur le marché. La section 1.1 de ces lignes directrices stipule également que
les allégations thérapeutiques concernant les PSN doivent être
conformes à l’autorisation de mise sur le marché, ce qui correspond à la licence de mise en marché, et que les allégations thérapeutiques concernant les médicaments en vente libre doivent être
conformes à l’autorisation de mise sur le marché, soit les normes
d’étiquetage, les monographies de la catégorie IV, les monographies de produit ou l’étiquetage autorisé. De plus, la section 1.4.1
des Lignes directrices à l’intention de l’industrie : Monographies
de produits, également affichée sur le site Web de Santé Canada,
stipule que la monographie de produit sert de document de référence auquel seront comparés tous les documents promotionnels
ou publicitaires distribués ou commandités par le promoteur au
sujet d’un médicament en vente libre visé par le titre 8 du RAD.
La monographie détermine les paramètres pour tous les documents de publicité, de recommandation, de promotion ou d’information distribués ou autrement commandités par le promoteur.
Elle comprend toutes les recommandations qui doivent être faites
en ce qui concerne le nouveau médicament formulées aux alinéas C.08.002(2)k) et C.08.003(2)h) du RAD.
En ce qui concerne les médicaments à l’usage des êtres humains, les organismes de préapprobation de la publicité examinent et préapprouvent le matériel publicitaire afin d’aider
l’industrie à veiller au respect des dispositions de la Loi sur les
aliments et drogues, du RAD, du RPSN de la LRCDAS, et de
leurs règlements et à assurer l’uniformité des diverses lignes directrices et des divers codes sur la publicité de Santé Canada. Les
organismes disposent également de mécanismes indépendants qui
leur permettent de traiter les plaintes concernant la publicité des
produits de santé autorisés. Ce système volontaire de préapprobation est exécuté avec le concours des autorités de vérification de la conformité et d’application de la loi de Santé Canada.
7. Post-market surveillance
7. Surveillance après la mise sur le marché
Finally, post-market surveillance is another mechanism to protect the health of the Canadian public by monitoring the safety,
efficacy, and quality of health products after they have reached
the marketplace. Health Canada undertakes compliance and enforcement activities to ensure that claims carried by marketed
products are consistent with the market authorization granted
under the FDA, the FDR, and the NHPR. Health Canada is prepared for the implementation of these amendments to the Regulations by increasing the number of inspectors and by providing the
inspectors with access to databases that carry the exact wording
of authorized Schedule A claims for use in compliance and enforcement activities. NHPs and drugs subject to these Regulations
carrying claims which have not been reviewed by Health Canada,
and NHPs and drugs subject to these Regulations carrying claims
which differ from those which were approved are in violation of
the FDA and the FDR or the NHPR, respectively.
Finalement, la surveillance après la mise sur le marché est un
autre mécanisme utilisé pour protéger la santé de la population
canadienne en surveillant l’innocuité, l’efficacité et la qualité des
produits de santé après leur commercialisation. Santé Canada entreprend des activités de surveillance de la conformité et d’application de la loi pour veiller à ce que les allégations concernant les
produits commercialisés soient conformes à l’autorisation de mise
sur le marché accordée en vertu de la LAD, du RAD et du RPSN.
Santé Canada est prêt à mettre en œuvre cette modification à la
réglementation en augmentant le nombre d’inspecteurs et en permettant aux inspecteurs d’accéder à des bases de données qui
contiennent le libellé exact des allégations autorisées relatives aux
maladies de l’annexe A dans le cadre des activités de surveillance
de la conformité et d’application de la loi. Les PSN et les médicaments visés par ce règlement portant des allégations qui n’ont
pas été examinées par Santé Canada ou qui diffèrent des allégations
2643
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
qui ont été approuvées contreviennent à la Loi et au RAD ou au
RPSN, respectivement.
V. The future of Schedule A and section 3 — Health Protection
Legislative Renewal
Health Canada is currently reviewing its health protection legislation, with a view to preparing new legislation and regulations,
that will address the needs of the Canadian public today and in
the future.
V. L’avenir de l’annexe A et de l’article 3 — Refonte de la
législation sur la protection de la santé
Santé Canada procède actuellement à l’examen de ses lois sur
la protection de la santé, dans le but d’élaborer une nouvelle législation et de nouveaux règlements qui permettront d’aborder les
besoins actuels et futurs du public canadien.
Alternatives
Six options were considered in the development of these Regulations. The following summary table (Table A) indicates the
mechanisms used in each option to permit claims currently prohibited by the FDA. Both mechanisms are described after the
table. Option 6 is the chosen option.
Solutions envisagées
Six options ont été envisagées dans le cadre de l’élaboration de
ce règlement. Le tableau récapitulatif suivant (tableau A) indique
les mécanismes utilisés dans chaque option pour permettre les
allégations actuellement interdites par la LAD. Une description
des deux mécanismes est fournie après le tableau. L’option 6 est
l’option recommandée.
Table A
Tableau A
Mechanism to permit claims
Option — General description
1
Maintain the status quo
2
Permit risk reduction and
symptomatic treatment claims
Revision to
Schedule A
no
no
Exemption from
section 3
no
yes
1
2
3
Permit preventative and treatment
claims
no
yes
3
4
Revise Schedule A with criteria in
regulations
yes
no
4
5
Revise Schedule A with criteria in
policy
yes
no
5
6
Revise Schedule A with criteria in
policy and permit preventative
claims
yes
yes
6
In reference to Table A — Explanation for how claims are
permitted using the mechanism “Revision to Schedule A”
When the criteria are applied to Schedule A and a disease does
not meet any of the criteria, that disease is removed from the list.
The labelling and advertising prohibitions in section 3 no longer
apply to the claims for that disease. This means that preventative,
treatment or cure claims are permitted in labelling and advertising
to the general public. Products continue to be subject to all other
provisions in the FDA, the CDSA, and their regulations, therefore
any other restrictions on the labelling and advertising of claims or
any conditions for market authorization remain in place.
In reference to Table A — Explanation for how claims are
permitted using the mechanism “Exemption from section 3”
NHPs and drugs subject to these Regulations are exempt from
the preventative prohibition, which means that they are permitted
2644
Option — Description générale
Maintenir le statu quo
Permettre les allégations de
réduction des risques et de
traitements symptomatiques
Permettre les allégations de
propriétés préventives et
thérapeutiques
Réviser l’annexe A en fonction
des critères établis dans la
réglementation
Réviser l’annexe A en fonction
des critères établis dans la
politique
Réviser l’annexe A en fonction
des critères établis dans la
politique et permettre les
allégations de propriétés
préventives
Mécanisme pour permettre les
allégations
Exemption aux
Révision de
dispositions de
l’annexe A
l’article 3
non
non
non
oui
non
oui
oui
non
oui
non
oui
oui
En référence au tableau A — Explication de la façon de
permettre les allégations au moyen du mécanisme « Révision
de l’annexe A »
Lorsque les critères sont appliqués à l’annexe A et qu’une maladie ne satisfait à aucun des critères, cette maladie est retirée de
la liste. Les interdictions prévues à l’article 3 en matière d’étiquetage et de publicité ne s’appliquent plus aux allégations concernant cette maladie, ce qui signifie que les allégations de prévention, de traitement ou de guérison sont permises dans l’étiquetage
et la publicité destinée au grand public. Les produits continuent
d’être assujettis à toutes les autres dispositions de la LAD, de la
LRCDAS et de leurs règlements, de sorte que toutes les autres
restrictions concernant les allégations dans l’étiquetage et la publicité ou toutes les conditions concernant l’autorisation de mise
sur le marché restent en vigueur.
En référence au tableau A — Explication de la façon de permettre
les allégations au moyen du mécanisme « Exemptions aux
dispositions de l’article 3 »
Les PSN et les médicaments visés par ce règlement sont
exemptés de l’interdiction de présenter des allégations de propriétés
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
to carry preventative claims in labelling and advertising to the
general public. These products continue to be subject to all other
provisions in the FDA, the CDSA, and their regulations, therefore
any other restrictions on the labelling and advertising of claims or
any conditions for market authorization of these products remain
in place.
préventives, ce qui signifie qu’ils sont autorisés à faire l’objet
d’allégations de propriétés préventives dans l’étiquetage et la
publicité destinée au grand public. Ces produits continuent d’être
assujettis à toutes les autres dispositions de la LAD, de la
LRCDAS et de leurs règlements, de sorte que toutes les autres
restrictions concernant les allégations dans l’étiquetage et la publicité ou toutes les conditions concernant l’autorisation de mise
sur le marché de ces produits restent en vigueur.
Option 1: Maintain the status quo
Option 1 : Maintenir le statu quo
Mechanism used to permit claims: none
With the exception of section B.01.601 of the FDR, as explained earlier in the RIAS, section 3 of the FDA continues to
prohibit preventative, treatment, and cure claims in the labelling
and advertising to the general public for the diseases currently
listed in Schedule A.
Mécanisme utilisé pour permettre les allégations : aucun
À l’exception du paragraphe B.01.601 du RAD, comme il a été
expliqué précédemment dans le RÉIR, l’article 3 de la LAD
continue à interdire les allégations de prévention, de traitement et
de guérison dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand
public concernant les maladies figurant actuellement dans la liste
de l’annexe A.
Pros
• No regulatory changes are required, therefore no resources
would be spent in implementing a regulatory amendment.
Cons
• The Schedule A list currently contains some diseases which
no longer require the high level of regulatory rigour provided
by section 3.
• Manufacturers who provide Health Canada with adequate
evidence of the safety, quality and efficacy of their products
are prohibited from labelling and advertising that their products prevent, treat or cure a Schedule A disease, even if they
receive market authorization for such.
• The ability of the Canadian public to make informed decisions
about their health is limited because products available to the
general public are not permitted to be labelled as a preventative, treatment or cure for any Schedule A disease when there
is evidence for such.
Pour
• Puisqu’aucune modification ne doit être apportée à la réglementation, il ne serait pas nécessaire d’affecter des ressources
à la mise en œuvre d’une modification réglementaire.
Contre
• À l’heure actuelle, la liste de l’annexe A contient des maladies
pour lesquelles le niveau élevé de rigueur réglementaire prévu
à l’article 3 n’est plus nécessaire.
• Il n’est pas permis aux fabricants qui ont fourni à Santé Canada des preuves suffisantes de l’innocuité, de la qualité et de
l’efficacité potentielle de leurs produits de les étiqueter et d’en
faire la promotion en alléguant qu’ils permettent de prévenir,
de traiter ou de guérir une maladie figurant dans la liste de
l’annexe A, même s’ils reçoivent une autorisation de mise sur
le marché à cet égard.
• La capacité du public canadien de prendre des décisions
éclairées en ce qui concerne leur santé est limitée parce qu’il
n’est pas permis d’indiquer sur l’étiquette des produits en
vente libre des allégations de prévention, de traitement ou de
guérison des maladies énoncées à l’annexe A, même si ces
propriétés ont été démontrées.
Conclusion: Option 1 is rejected.
Conclusion : L’option 1 est rejetée.
Option 2: Exempt drugs from the section 3 prohibitions on risk
reduction and symptomatic treatment claims for Schedule A
diseases
Option 2 : Exempter les médicaments de l’interdiction établie à
l’article 3 de présenter des allégations de réduction des risques ou
de traitement symptomatique relativement aux maladies énoncées
à l’annexe A
Mechanism used to permit claims: Exemption from section 3
Mécanisme utilisé pour permettre les allégations : Exemption aux
dispositions de l’article 3
L’option 2 permettrait que les allégations de réduction des risques et de traitement symptomatique soient faites pour les maladies énoncées à l’annexe A dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand public de tous les médicaments et PSN qui ont fait
l’objet d’un examen préalable à la mise sur le marché et qui ont
obtenu une autorisation de mise sur le marché pour ces allégations, à moins d’autres restrictions formulées dans un règlement,
comme dans le cas des médicaments d’ordonnance de l’annexe F
et des substances contrôlées inscrites dans la LRCDAS.
Pour
• Les fabricants pourraient dorénavant présenter des allégations
dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand public lorsqu’il y a des preuves de l’efficacité des PSN et de certains
Option 2 would permit risk reduction and symptomatic treatment claims to be made about Schedule A diseases in the labelling and advertising to the general public for all drugs and all
NHPs that have undergone pre-market review and have been
granted market authorization for those claims, unless otherwise
restricted in regulation, such as in the case of Schedule F prescription drugs and controlled substances scheduled under the
CDSA.
Pros
• Manufacturers would no longer be prohibited from labelling
and advertising to the general public when there is evidence
for risk reduction and symptomatic treatment claims about
Schedule A diseases for NHPs and certain drugs.
2645
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
•
The ability of the Canadian public to make informed decisions
about their health is increased because products available to
the general public are permitted to be labelled for risk reduction or symptomatic treatment for any Schedule A disease
when there is evidence for such.
Cons
• The terms “risk reduction” and “symptomatic treatment” are
not defined in the FDA, the FDR, nor the NHPR. They are
difficult to define in regulation.
• The Schedule A list contains some diseases which no longer
require the high level of regulatory rigour provided by section 3. It limits the Canadian public’s access to labelling information that could serve to maintain or improve their health.
Conclusion: Option 2 is rejected.
médicaments pour réduire les risques et traiter les symptômes
liés aux maladies énoncées à l’annexe A.
• La capacité du public canadien de prendre des décisions éclairées en ce qui concerne leur santé est renforcée parce que
l’étiquette des produits en vente libre peut présenter des allégations de réduction des risques ou de traitement symptomatique pour l’une ou l’autre des maladies énoncées à l’annexe A
lorsque ceci a été démontré.
Contre
• Les termes « réduction des risques » et « traitement symptomatique » ne sont pas définis dans la LAD, le RAD ni le
RPSN. Ils sont difficiles à définir dans la réglementation.
• La liste de l’annexe A contient des maladies pour lesquelles le
niveau élevé de rigueur réglementaire prévu à l’article 3 n’est
plus nécessaire. Elle limite l’accès du public canadien aux
renseignements sur l’étiquetage qui pourraient l’aider à maintenir ou à améliorer sa santé.
Conclusion : L’option 2 est rejetée.
Option 3: Exempt non-prescription drugs and NHPs from the
section 3 prohibitions on preventative and treatment claims for
Schedule A diseases
Option 3 : Exempter les médicaments en vente libre et les PSN
des dispositions de l’article 3 interdisant la présentation
d’allégations de prévention et de traitement relativement aux
maladies énoncées à l’annexe A
Mechanism used to permit claims: Exemption from section 3
Mécanisme utilisé pour permettre les allégations : Exemption aux
dispositions de l’article 3
Option 3 would permit preventative, risk reduction, treatment,
and symptomatic treatment claims to be made for Schedule A
diseases in the labelling and advertising to the general public for
non-prescription drugs and NHPs that have undergone pre-market
review and have been granted market authorization for those
claims.
L’option 3 permettrait que les allégations de prévention, de réduction des risques, de traitement et de traitement symptomatique
soient faites pour les maladies énoncées à l’annexe A dans
l’étiquetage et la publicité destinée au grand public de tous les
médicaments en vente libre et des PSN qui ont fait l’objet d’un
examen préalable à la mise sur le marché et qui ont obtenu une
autorisation de mise sur le marché pour ces allégations.
Pour
• Les termes généraux « mesure préventive » et « traitement »
sont utilisés dans la LAD et, selon l’interprétation de Santé
Canada, englobent la « réduction des risques » et le « traitement symptomatique », respectivement.
• Les exemptions générales accordées autoriseraient l’étiquetage et la publicité destinée au grand public des allégations de
prévention, de réduction des risques, de traitement ou de traitement symptomatique relativement aux médicaments en
vente libre et aux PSN.
• La capacité du public canadien de prendre des décisions éclairées en ce qui concerne sa santé est renforcée parce que
l’étiquette des PSN et de certains médicaments visés par ce
règlement peut présenter des allégations de prévention, de réduction des risques, de traitement ou de traitement symptomatique pour l’une ou l’autre des maladies énoncées à l’annexe A lorsque ceci a été démontré, parce qu’il ne serait plus
interdit de présenter ces allégations dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand public.
Contre
• La liste de l’annexe A contient des maladies pour lesquelles le
niveau élevé de rigueur réglementaire prévu à l’article 3 n’est
plus nécessaire. Elle limite l’accès du public canadien aux
renseignements sur l’étiquetage qui pourraient l’aider à maintenir ou à améliorer sa santé.
Conclusion : L’option 3 est rejetée.
Pros
• The broad terms “preventative” and “treatment” are terms
used in the FDA and have been interpreted by Health Canada
to encompass “risk reduction” and “symptomatic treatment,”
respectively.
• The broad exemptions of preventative and treatment would
permit the the labelling and advertising to the general public
of preventative, risk reduction, treatment or symptomatic
treatment claims for non-prescription drugs and NHPs.
• The ability of the Canadian public to make informed decisions
about their health is increased because NHPs and certain
drugs would be permitted to be labelled to the general public
for preventative, risk reduction, treatment or symptomatic
treatment for any Schedule A disease when there is evidence
for such because the claims would no longer be prohibited in
labelling and advertising to the general public.
Cons
• The Schedule A list contains some diseases which no longer
require the high level of regulatory rigour provided by section 3. It limits the Canadian public’s access to labelling information that could serve to maintain or improve their health.
Conclusion: Option 3 is rejected.
2646
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
Option 4: Amend Schedule A and include Schedule A criteria in
regulation
Option 4 : Modifier l’annexe A et inclure dans la réglementation
les critères d’inclusion des maladies dans la liste de l’annexe A
Mechanism used to permit claims: Revision to Schedule A
Mécanisme utilisé pour permettre les allégations : Révision de
l’annexe A
Pros
• The revised Schedule A list contains diseases which require
the high level of regulatory rigour provided by section 3.
• Criteria will improve predictability and consistency in Schedule A listings and enhance Health Canada’s accountability,
openness and transparency to stakeholders and the public.
Cons
• With Schedule A criteria in regulation, it is more difficult to
keep the criteria responsive to current medical needs in the
ever-changing health products and food environment because
amending regulations in order to modify criteria takes a relatively longer time than revising a policy in order to modify
criteria.
• There are preventative claims for diseases remaining in
Schedule A which are appropriate for NHPs and certain drugs
to carry in labelling and advertising, but which are prohibited
by section 3.
Conclusion: Option 4 is rejected.
Pour
• La liste révisée de l’annexe A contient des maladies qui exigent le niveau élevé de rigueur réglementaire prévu à l’article 3.
• Les critères permettront de rendre plus prévisible et uniforme
le processus d’inscription des maladies sur la liste de l’annexe A et d’améliorer la responsabilisation, l’ouverture et la
transparence de Santé Canada à l’égard des intervenants et du
public.
Contre
• Étant donné que les critères d’inclusion des maladies dans la
liste de l’annexe A sont établis dans la réglementation, il
est plus difficile d’adapter les critères pour tenir compte des
besoins médicaux actuels dans un environnement de produits
de santé et d’aliments en constante évolution, puisque la modification de la réglementation dans le but de changer les critères prend relativement plus de temps que la révision d’une
politique dans le but de modifier les critères.
• Certaines allégations de prévention relativement aux maladies
qui figurent toujours dans la liste de l’annexe A sont appropriées dans l’étiquetage et la publicité des PSN et de certains
médicaments, mais sont interdites par l’article 3.
Conclusion : L’option 4 est rejetée.
Option 5: Amend Schedule A and include Schedule A criteria in
policy
Option 5 : Modifier l’annexe A et inclure dans la politique les
critères d’inclusion des maladies dans la liste de l’annexe A
Mechanism used to permit claims: Revision to Schedule A
Mécanisme utilisé pour permettre les allégations : Révision de
l’annexe A
Pros
• The revised Schedule A list contains diseases which require
the high level of regulatory rigour provided by section 3.
• With Schedule A criteria in policy, it is easier to keep the
criteria responsive to current medical needs in the everchanging health products and food environment. Revising a
policy in order to modify criteria takes less time than amending regulations in order to modify criteria.
• Criteria will improve predictability and consistency in Schedule A listings and enhance Health Canada’s accountability,
openness and transparency to stakeholders and the public.
Cons
• There are preventative claims for diseases remaining in
Schedule A which are appropriate for NHPs and certain drugs
to carry in labelling and advertising, but which are prohibited
by section 3.
Conclusion: Option 5 is rejected.
Pour
• La liste révisée de l’annexe A contient des maladies qui exigent le niveau élevé de rigueur réglementaire prévu à l’article 3.
• Étant donné que les critères d’inclusion des maladies dans la
liste de l’annexe A sont établis dans la politique, il est plus facile d’adapter les critères pour tenir compte des besoins médicaux actuels dans un environnement de produits de santé et
d’aliments en constante évolution. La révision d’une politique
dans le but de modifier les critères prend moins de temps que
la modification de la réglementation dans le but de changer les
critères.
• Les critères permettront de rendre plus prévisible et uniforme
le processus d’inscription des maladies sur la liste de l’annexe A et d’améliorer la responsabilisation, l’ouverture et la
transparence de Santé Canada à l’égard des intervenants et du
public.
Contre
• Certaines allégations de prévention relativement aux maladies
qui figurent toujours dans la liste de l’annexe A sont appropriées dans l’étiquetage et la publicité des PSN et de certains
médicaments, mais sont interdites par l’article 3.
Conclusion : L’option 5 est rejetée.
2647
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
Option 6: Amend Schedule A by including criteria in policy and
exempt NHPs and certain drugs from the preventative prohibition
for Schedule A diseases
Option 6 : Modifier l’annexe A en incluant les critères établis
dans la politique et exempter les PSN et certains médicaments
des dispositions qui interdisent les allégations de prévention
relativement aux maladies énoncées à l’annexe A
Mechanism used to permit claims: Revision to Schedule A and
exemption to section 3
Mécanisme utilisé pour permettre les allégations : Révision de
l’annexe A et exemption aux dispositions de l’article 3
Option 6 was chosen because
The revised Schedule A list contains diseases which require
the high level of regulatory rigour provided by section 3.
• With Schedule A criteria in policy, it is easier to keep the
criteria responsive to current medical needs in the everchanging health products and food environment. Revising a
policy in order to modify criteria takes less time than amending regulations in order to modify criteria.
• Criteria will improve predictability and consistency in Schedule A listings and enhance Health Canada’s accountability,
openness and transparency to stakeholders and the public.
• There are preventative claims for diseases remaining in
Schedule A which are appropriate for NHPs and certain drugs
to carry in labelling and advertising, and which are no longer
prohibited by the preventative exemption to section 3.
•
Option 6 reflects the current health care context of a comprehensive regulatory system and a publicly funded health care system, and allows consumers to be made aware of substantiated,
evidence-based labelling that previously was inaccessible due to
the section 3 prohibition.
L’option 6 a été retenue pour les raisons suivantes :
La liste révisée de l’annexe A contient des maladies qui exigent le niveau élevé de rigueur réglementaire prévu à l’article 3.
• Étant donné que les critères d’inclusion des maladies dans la
liste de l’annexe A sont établis dans la politique, il est plus facile d’adapter les critères pour tenir compte des besoins médicaux actuels dans un environnement de produits de santé et
d’aliments en constante évolution. La révision d’une politique
dans le but de modifier les critères prend moins de temps que
la modification de la réglementation dans le but de changer les
critères.
• Les critères permettront de rendre plus prévisible et uniforme
le processus d’inscription des maladies sur la liste de l’annexe A et d’améliorer la responsabilisation, l’ouverture et la
transparence de Santé Canada à l’égard des intervenants et du
public.
• Certaines allégations de prévention relativement aux maladies
qui figurent toujours dans la liste de l’annexe A sont appropriées dans l’étiquetage et la publicité des PSN et de certains
médicaments et ne sont plus interdites en raison de l’exemption aux dispositions de l’article 3 concernant les allégations
de prévention.
L’option 6 tient compte du contexte actuel des soins de santé
d’un système réglementaire global et d’un système de santé public et permet aux consommateurs d’obtenir sur les étiquettes des
données corroborées et fondées sur des preuves auxquelles ils
n’avaient pas accès auparavant en raison de l’interdiction en vertu
de l’article 3.
•
Benefits and costs
Avantages et coûts
The following benefits and costs are associated with these
Regulations.
Les avantages et les coûts suivants sont associés à ce
règlement.
Public
Public
Benefits
• Consumers would have greater access to evidence-based
information in labelling for NHPs and drugs subject to these
Regulations. Authorized claims for marketed products are
shared with the Canadian public through labelling. This
increases the ability of consumers to make informed choices
about their health, which satisfies the Canadian public’s desire
to participate in their health care.
• These Regulations are consistent with the following guiding
principles outlined in the EWG’s majority report on Schedule A
and section 3, as posted on the Health Canada Web site:
optimize health outcomes, improve access to validated health
information and facilitate responsible self-care.
• These Regulations are consistent with a position of the
EWG’s minority report on Schedule A and section 3, as
posted on the Health Canada Web site. The report supported
labelling of products that is consistent with authorized product
information.
Avantages
• Les consommateurs ont plus d’accès à des données fondées
sur des preuves dans l’étiquetage des PSN et des médicaments
visés par ce règlement. Le public canadien serait mis au
courant par l’étiquetage des allégations autorisées concernant
les produits mis sur le marché. Ainsi, les consommateurs
seront davantage en mesure de faire des choix éclairés à
propos de leur santé, ce qui satisfait le désir de la population
canadienne de participer aux soins de santé.
• Ce règlement correspond aux principes directeurs suivants qui
sont énoncés dans le rapport majoritaire du GTE portant sur
l’annexe A et l’article 3, tel qu’il a été affiché sur le site Web
de Santé Canada : optimiser les résultats de santé, améliorer
l’accès à des renseignements validés sur la santé et faciliter
des autosoins responsables.
• Ce règlement correspond à un point de vue énoncé dans le
rapport minoritaire du GTE portant sur l’annexe A et l’article 3, tel qu’il a été affiché sur le site Web de Santé Canada.
2648
2007-12-26
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
These Regulations are consistent with both majority and
minority reports, which recommend that experts review the
diseases listed in Schedule A.
A Canadian public, better informed about NHPs and drugs
subject to these Regulations, may have less need to use the
health care system.
•
•
Le rapport appuyait un étiquetage conforme aux renseignements autorisés sur les produits.
Ce règlement correspond aux conclusions des rapports
majoritaire et minoritaire qui recommandent que des experts
examinent les maladies énumérées à l’annexe A.
Un public canadien qui est mieux renseigné à propos des PSN
et des médicaments visés par ce règlement pourrait avoir à
utiliser le système de soins de santé moins fréquemment.
Costs
• There may be an increase in non-compliant labelling and
advertising of Schedule A diseases for NHPs and drugs subject to these Regulations, which is disadvantageous to the
consumer.
Coûts
• Il pourrait y avoir une hausse du nombre d’étiquettes et de
publicités non conformes sur les PSN et les médicaments
visés par ce règlement relativement à des maladies énoncées à
l’annexe A, ce qui est désavantageux pour le consommateur.
Government
Gouvernement
Benefits
• These Regulations may result in less strain being placed on
provincial health care plans because the Canadian public may
be more aware of the benefits of NHPs and drugs subject to
these Regulations.
Avantages
• Ce règlement pourrait atténuer les pressions sur les régimes de
soins de santé provinciaux puisque le public canadien serait
plus au fait des avantages des PSN et des médicaments visés
par ce règlement.
Costs
Coûts
The start-up costs to Government for implementation of these
Regulations proposal are anticipated to be approximately
$500,000 (plus departmental overhead). Annual ongoing costs to
Government for implementation of these Regulations are anticipated to be $3,000,000 (plus departmental overhead). Government costs are anticipated to be
• an increase in the number of reviewers (6.5 persons) at Health
Canada to address the projected increase in submissions;
• an increase in the number of inspectors (9 persons) at Health
Canada to monitor compliance and adherence to guidelines,
and to address the potential increase in investigations of
whether manufacturers’ claims exceed what is permitted by
the terms of market authorization;
• an increase in the number of regulatory advertising officers
(1.5 person ) at Health Canada to deal with the potential
increase in advertising complaints;
• the updating of databases holding authorized Schedule A
claims, used by the inspectors and regulatory advertising
officers;
• the revisions of existing consumer advertising guidance documents, revisions of standard operating procedures (SOPs),
revisions of forms, and training required for inspectors to implement the change in regulations; and
• the evaluation of the impact of these Regulations.
Les coûts initiaux pour le Gouvernement associés à la mise
en œuvre de ce règlement sont évalués à environ 500 000 $ (plus
les frais généraux du Ministère). Les coûts permanents annuels
pour le Gouvernement associés à la mise en œuvre du règlement
sont évalués à 3 000 000 $ (plus les frais généraux du Ministère).
Les coûts pour le Gouvernement seraient attribuables aux facteurs
suivants :
• une augmentation du nombre d’examinateurs (6,5 personnes)
à Santé Canada pour composer avec la hausse projetée des
demandes;
• une augmentation du nombre d’inspecteurs (9 personnes) à
Santé Canada pour surveiller la conformité et assurer le respect des lignes directrices et pour composer avec la hausse
potentielle du nombre d’enquêtes visant à déterminer si les
allégations des fabricants dépassent ce qui est permis en vertu
de l’autorisation de mise sur le marché;
• une augmentation du nombre d’agents de réglementation de la
publicité (1,5 personne) à Santé Canada pour composer avec
la hausse potentielle du nombre de plaintes liées à la publicité;
• la mise à jour des bases de données contenant les allégations
autorisées s’appliquant à l’annexe A, utilisées par les inspecteurs et les agents de réglementation de la publicité;
• la révision des lignes directrices existantes sur la publicité
destinée aux consommateurs, la révision des procédures opératoires normalisées (PON), la révision des formulaires et la
formation à donner aux inspecteurs relativement à la mise en
œuvre des modifications réglementaires;
• l’évaluation de l’incidence de ce règlement.
Industry
Industrie
Benefits
• Industry may benefit from a potential increase in sales of
authorized NHPs and drugs subject to these Regulations due
to an increase in claims in labelling and advertising.
Avantages
• L’industrie pourrait tirer avantage d’une augmentation potentielle des ventes de PSN autorisés et de médicaments autorisés
visés par ce règlement attribuable à une hausse du nombre
d’allégations présentées dans l’étiquetage et la publicité.
2649
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
Costs
• There may be a cost to manufacturers of promoting a product
in a market environment which is made more competitive by
the partial lifting of an advertising prohibition.
In summary, the benefits that would be derived from these
Regulations outweigh their costs.
Consultation
2002–2003: In 2002, Health Canada convened an internal working group on Schedule A. In February 2003, the group produced
the Schedule A and Section 3: Guidance Document in order to
clarify to stakeholders the intent and Health Canada’s interpretation of the statute. This Guidance Document was posted on the
Health Canada Web site.
2003–2004: In 2003, Health Canada convened an EWG on
Schedule A, comprised of representatives from government and
regulatory groups, professional associations, consumer/advocacy
groups, advertising/media organizations, and food, health products and medical devices industries. The EWG was mandated (1)
to develop criteria for determining Schedule A diseases; (2) to
review Schedule A diseases; and (3) to recommend modifications
to or elimination of Schedule A and section 3. The EWG submitted a majority report and a minority report in January 2004, and
both were posted on the Health Canada Web site. The recommendations of the two EWG reports were considered when drafting
these Regulations.
In February 2005, Health Canada met with the EWG and
committed to convening a SAP to develop criteria for revising
Schedule A and to propose revisions to Schedule A using these
criteria. At the same time, Health Canada committed to proposing
a regulatory amendment to permit risk reduction and symptomatic
treatment claims for diseases listed in Schedule A, as per Option 2
explained earlier.
On September 21, 2005, the SAP was convened. It was composed of experts from a range of health care specialities, including homeopathy, naturopathy, medicine, pharmacy, nutrition, advertising and patient advocacy. In addition to the work outlined
above, it was also tasked with examining the reasons for subsections 3(1) and 3(2) and Schedule A to determine what other options were now available in regulations to fulfill the intent behind
the legislation.
On November 19, 2005, Project 1474 was pre-published in the
CG I, for a 75-day comment period. During this time, 25 representations were received. Sixteen representations were in support
of the proposal, eight representations were against the proposal,
and one representation was neutral, meaning that no position was
taken when providing comments.
Those stakeholders in support of Project 1474 were drug manufacturers, NHP manufacturers, medical devices manufacturers,
media organizations, consultants and academics. Stakeholders
against the proposal consisted of government ministries, health
care associations, advocacy groups, and individuals.
2650
Coûts
• Les fabricants pourraient devoir assumer le coût lié à la promotion d’un produit sur un marché rendu plus concurrentiel
à la suite de la levée partielle d’une interdiction visant la
publicité.
Somme toute, les avantages issus de ce règlement l’emportent
sur ses coûts.
Consultations
2002-2003 : En 2002, Santé Canada a mis sur pied un groupe
de travail interne sur l’annexe A. En février 2003, le groupe a
diffusé le document intitulé Annexe A et article 3 : Document
d’orientation afin de préciser aux intervenants l’intention et l’interprétation de Santé Canada envers la législation. Le document
d’orientation a été affiché sur le site Web de Santé Canada.
2003-2004 : En 2003, Santé Canada a mis sur pied un GTE sur
l’annexe A, composé de représentants du gouvernement et de
groupes de réglementation, d’associations professionnelles, de
groupes de défense des consommateurs et de revendication, du
monde publicitaire, des médias, de l’industrie des aliments, de l’industrie des produits de santé et de l’industrie des matériels médicaux. Le GTE avait pour mandat : (1) d’élaborer des critères afin de
déterminer les maladies de l’annexe A; (2) de passer en revue les
maladies énoncées à l’annexe A; (3) de recommander des modifications à l’annexe A et à l’article 3 ou d’éliminer tous deux l’annexe A et l’article 3. Le GTE a déposé un rapport majoritaire et un
rapport minoritaire en janvier 2004. Les deux rapports du GTE ont
été affichés sur le site Web de Santé Canada. Les recommandations
des deux rapports ont été prises en compte dans le cadre de la rédaction du présent règlement.
En février 2005, Santé Canada a rencontré le GTE et s’est engagé à convoquer un GCS afin d’élaborer des critères à utiliser
pour réviser l’annexe A et de proposer des révisions à l’annexe A
à partir de ces critères. Parallèlement, Santé Canada s’est engagé
à proposer une modification à la réglementation afin de permettre
les allégations relatives à la réduction des risques et au traitement
symptomatique pour les maladies énumérées à l’annexe A, conformément à l’option 2 présentée plus tôt.
Le GCS a été convoqué le 21 septembre 2005. Il était composé
d’experts provenant d’une vaste gamme de spécialités en soins
de santé, y compris l’homéopathie, la naturopathie, la médecine,
la pharmacie, la nutrition, la publicité et la défense des droits
des patients. En plus du mandat décrit ci-dessus, le GCS a également reçu la tâche d’examiner l’intention des paragraphes 3(1)
et 3(2) et l’annexe A afin de déterminer les autres options disponibles dans la réglementation en vue de répondre à l’esprit de la
législation.
Le 19 novembre 2005, le projet 1474 a fait l’objet d’une publication préalable dans la GC I pour une période de commentaires
de 75 jours. Durant cette période, 25 observations ont été reçues.
Seize observations étaient en faveur de la proposition, huit étaient
contre la proposition et une était neutre, ce qui signifie qu’aucune
position n’a été adoptée au moment de fournir des commentaires.
Les intervenants en faveur du projet 1474 étaient les fabricants
de médicaments, les fabricants de PSN, les fabricants de matériels
médicaux, les médias, les consultants et les universitaires. Les
intervenants contre la proposition regroupaient les ministères
gouvernementaux, les associations de soins de santé, les groupes
de défense des droits et les individus.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
Project 1474 and these Regulations both permit NPHs and certain drugs claims which are currently prohibited by section 3 in
the labelling and advertising to the general public. However, the
mechanism used in Project 1474 and these Regulations to achieve
this objective is different. In Project 1474, exemptions to section 3 were used without any revisions to the list of Schedule A
diseases. These Regulations achieve the original intent of Project 1474 by revising the list of Schedule A diseases and by permitting preventative claims for diseases remaining in Schedule A.
The following relationships can be drawn between Project 1474’s CG I comments and these Regulations.
The following comments were received during the comment
period for Project 1474. They were included in this RIAS as they
are relevant to these Regulations (Project 1539):
Comments in support of Project 1474: Both projects 1474 and
these Regulations (Project 1539) address that the Schedule A
and section 3 provisions are out of date. Both acknowledge that
there are NHPs and certain drugs which have scientific evidence for Schedule A claims. Both allow manufacturers to
promote approved claims which would be currently prohibited
in labelling and advertising to the general public.
Comments expressing concerns about Project 1474: The following stakeholder comments and the Department’s responses
are also applicable to these Regulations (Project 1539).
— Comment: Stakeholders stated that consumers would be
confused that there are different rules for the labelling and advertising for prescription drugs versus NHPs/non-prescription
drugs.
— Response: There are currently different rules for the labelling and advertising of prescription drugs and NHPs/nonprescription drugs. This is due to the difference between the
higher-risk profile of prescription drugs and the lower-risk profile of NHPs/non-prescription drugs, and due to the difference
in how the consumer accesses these products — the former are
mediated through a physician and a pharmacist, and the latter
are not.
— Comment: Stakeholders stated that NHPs should not carry
Schedule A claims because the standards of evidence for the
review of NHPs are inferior to those used for non-prescription
and prescription drugs; therefore NHPs carrying Schedule A
claims may increase the health risk to the Canadian public.
Furthermore, stakeholders stated that the backlog of NHP submissions would result in non-compliant NHPs being on the
market with Schedule A claims for years.
— Response: The standards of evidence for NHPs provide for
a range of evidence appropriate to the safety risk inherent in the
NHPs and the claim being made. Higher standards of evidence
are required for higher-risk products; therefore, traditional references would not be considered a sufficient standard of evidence on their own for claims to prevent Schedule A or other
serious diseases. There is no intent to accept different standards
of evidence for NHPs as opposed to pharmaceuticals when accessing prevention claims of Schedule A diseases. For example, human clinical evidence will be required for NHPs advertising and labelling prevention claims for Schedule A diseases.
Finally, products that present a significant risk to consumer
health, including products that make unauthorized claims with
respect to serious diseases, are targeted for compliance actions.
Any backlog in assessment of NHP product licence applications is outside the scope of the risk-based approach to
compliance.
Le projet 1474 et ce règlement permettent tous deux de présenter dans l’étiquetage et la publicité destinée au grand public des
allégations relatives aux PSN et à certains médicaments qui sont
actuellement interdits en vertu des dispositions de l’article 3. Toutefois, le mécanisme utilisé dans le projet 1474 et ce règlement
pour atteindre cet objectif est différent. Dans le projet 1474, des
exemptions aux dispositions de l’article 3 ont été utilisées sans
modifications à la liste des maladies de l’annexe A. Le présent
règlement réalise l’intention originale du projet 1474 en révisant la
liste des maladies énoncées à l’annexe A et en permettant les allégations de prévention relativement aux maladies qui demeurent à
l’annexe A.
Les relations suivantes peuvent être établies entre les observations sur le projet 1474 reçues à la suite de sa publication préalable dans la GC I et le présent règlement.
Les observations suivantes ont été reçues au cours de la période
de commentaires prévue pour le projet 1474. Nous les présentons
ici étant donné qu’elles se rapportent au présent règlement
(projet 1539) :
Observations en faveur du projet 1474 : Le projet 1474 et le
présent règlement (projet 1539) font valoir que les dispositions
de l’annexe A et de l’article 3 sont désuètes. Les deux reconnaissent que des preuves scientifiques appuient les allégations
de certains médicaments et PSN relativement aux maladies
énoncées à l’annexe A. Les deux permettent aux fabricants de
promouvoir des allégations autorisées qu’il serait interdit à
l’heure actuelle de présenter dans l’étiquetage ou la publicité
destinée au grand public.
Observations exprimant des préoccupations au sujet du projet 1474 : Les observations suivantes formulées par les intervenants et les réponses du Ministère s’appliquent également au
présent règlement (projet 1539).
— Observation : Les intervenants ont mentionné le risque de
confusion pour les consommateurs que pourrait créer l’application de règles d’étiquetage et de publicité différentes pour les
médicaments sur ordonnance et les PSN/médicaments en vente
libre.
— Réponse : Il y a actuellement des règles d’étiquetage et de
publicité différentes qui s’appliquent aux médicaments sur ordonnance et aux PSN/médicaments en vente libre. Cela s’explique par la différence entre le profil de risque plus élevé des
médicaments sur ordonnance et le profil de risque moins élevé
des PSN/médicaments en vente libre, ainsi que par la différence d’accessibilité de ces produits pour le consommateur —
les médicaments sur ordonnance sont fournis par l’entremise d’un médecin et d’un pharmacien, ce qui n’est pas le cas
des PSN/médicaments en vente libre.
— Observation : Les intervenants ont mentionné que les PSN
ne devraient pas faire l’objet d’allégations relatives aux maladies de l’annexe A parce que les normes de preuve applicables
à l’examen des PSN sont inférieures à celles qui régissent
l’examen des médicaments sur ordonnance et des médicaments
en vente libre. Par conséquent, les PSN qui font l’objet d’allégations relatives aux maladies de l’annexe A peuvent augmenter le risque pour la santé du public canadien. De plus, les intervenants ont indiqué qu’en raison de l’arriéré des demandes
d’homologation des PSN, des PSN non conformes qui font
l’objet d’allégations relatives à des maladies de l’annexe A se
retrouveraient sur le marché pendant des années.
— Réponse : Les normes de preuve des PSN fournissent une
gamme de preuves appropriées en fonction du risque pour la
sécurité inhérent aux PSN et à l’allégation présentée. Des normes de preuve plus rigoureuses sont nécessaires pour les produits qui présentent un risque plus élevé; ainsi, les références
traditionnelles ne seraient pas considérées une norme de preuve
2651
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
The following is different between projects 1474 and these
Regulations (Project 1539)
— Comment: In the Project 1474 consultation period, stakeholders stated that the Record of Proceedings (RoP) from the
SAP should be available for consultation.
— Response: The recommendations of the SAP, which are in
the RoP, were open for comment during these Regulations’
(Project 1539) 75-day CG I consultation period.
— Comment: In the Project 1474 consultation period, stakeholders stated that the principle behind Schedule A is relevant
today, therefore, changes should be made to Schedule A itself.
— Response: Revisions to Schedule A are included in these
Regulations (Project 1539).
— Comment: In the Project 1474 consultation period, stakeholders stated that issues raised by the EWG should be
addressed.
— Response: The EWG recommended that revisions be
made to Schedule A, these Regulations (Project 1539) respond
to this recommendation.
On March 29, 2006, the recommendations by the SAP were
finalized in a RoP and were posted on the Health Canada Web
site.
Comments received during these Regulations’ (Project 1539)
comment period for Canada Gazette, Part I
On June 16, 2007, Project 1539 was prepublished in the CG I
with a 75-day comment period. Twenty-six representations were
received.
Fourteen of the twenty-six representations commented on the
Schedule A amendment.Ten representations were in support and
four expressed concerns. Twelve stakeholders did not comment
on this aspect of the amendment.
Twenty-four of the twenty-six representations commented on
the section 3 amendment. Twenty-two representations were in
support and two expressed concerns. Two stakeholders did not
comment on this aspect of the amendment.
Those stakeholders in support of the amendments included
members of the following: professional health care associations,
industry associations, NHP and drug manufacturers, public
health/patient interest groups, advertising and marketing groups
2652
suffisante en tant que telle pour les allégations de prévention
des maladies énoncées à l’annexe A ou d’autres maladies graves. Il n’est pas question d’accepter pour les PSN des normes
de preuve différentes de celles exigées pour les médicaments
lorsque l’on évalue les allégations de prévention à l’égard de
maladies de l’annexe A. Par exemple, des preuves cliniques obtenues sur des sujets humains seront exigées dans le cas des allégations de prévention mentionnées dans la publicité et
l’étiquetage des PSN à l’égard de maladies de l’annexe A. Finalement, les produits qui présentent un risque important pour
la santé des consommateurs, y compris les produits pour lesquels des allégations non autorisées sont présentées relativement à des maladies graves, sont visés par les mesures de surveillance de la conformité. Tout retard dans l’évaluation des
demandes d’homologation des PSN déborde le cadre de cette
approche de la surveillance de la conformité fondée sur les
risques.
Les observations et réponses suivantes sont différentes pour le
projet 1474 et le présent règlement (projet 1539) :
— Observation : Au cours de la période de consultation du
projet 1474, des intervenants ont indiqué que le compte rendu
des délibérations du GCS devrait être accessible aux fins de
consultation.
— Réponse : Les recommandations du GCS, présentées dans le
compte rendu des délibérations, ont été soumises aux intéressés
aux fins de commentaires pendant la période de consultation de
75 jours prévue lors de la publication du présent règlement
(projet 1539) dans la GC I.
— Observation : Au cours de la période de consultation du
projet 1474, des intervenants ont indiqué que puisque le principe de l’annexe A est toujours pertinent à l’heure actuelle, des
modifications devraient être apportées à l’annexe A elle-même.
— Réponse : Les révisions à l’annexe A sont présentées dans le
présent règlement (projet 1539).
— Observation : Au cours de la période de consultation du
projet 1474, des intervenants ont indiqué que les questions soulevées par le GTE devraient être abordées.
— Réponse : Le GTE a recommandé que des révisions soient
apportées à l’annexe A, et le présent règlement (projet 1539)
donne suite à cette recommandation.
Le 29 mars 2006, les recommandations du GCS ont été achevées et regroupées dans un compte rendu des délibérations et ont
été affichées sur le site Web de Santé Canada.
Observations reçues au cours de la période de commentaires
prévue pour le présent règlement (projet 1539) lors de sa
publication dans la partie I de la Gazette du Canada :
Le 16 juin 2007, le projet 1539 a été publié préalablement dans
la GC I pour une période de 75 jours afin de permettre aux intéressés de formuler des commentaires. Vingt-six réponses ont été
reçues.
Quatorze des vingt-six réponses traitaient de la révision de
l’annexe A. Dix réponses étaient favorables et quatre ont exprimé
des préoccupations. Douze intervenants n’ont pas formulé de
commentaires sur cet aspect de la modification.
Vingt-quatre des vingt-six réponses traitaient de la modification de l’article 3. Vingt-deux réponses étaient favorables et
deux ont exprimé des préoccupations. Deux intervenants n’ont
pas formulé de commentaires sur cet aspect de la modification
réglementaire.
Les intervenants favorables aux modifications appartenaient
aux catégories suivantes : associations de professionnels de la
santé, associations manufacturières, fabricants de produits de santé
naturels (PSN) et de médicaments, groupes d’intérêts représentant
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
and individuals. Stakeholders who raised concerns about the
amendments included members of the following: food industry
consultants, consumer advocacy associations, NHP manufacturers
and associations, and naturopathic health care associations.
Various issues were raised during the CG I comment period.
Those issues that pertain to this amendment are addressed below.
Some expressed concerns related to the NHP standards of evidence and are explained in previous sections of this RIAS. Issues
that are broader than this amendment, such as these Regulations’
implementation, are not addressed in the RIAS but have been
forwarded to the affected areas in Health Canada.
la santé publique ou des malades, groupes des domaines de la
publicité et du marketing, ainsi que des particuliers. Les intervenants qui ont soulevé des préoccupations à propos des modifications appartenaient aux catégories suivantes : consultants auprès
de l’industrie alimentaire, associations de défense des droits des
consommateurs, fabricants et associations de fabricants de PSN,
ainsi qu’associations de soins de santé naturopathiques.
Diverses questions ont été soulevées au cours de la période de
consultation prévue dans la partie I de la GC. Les questions qui
ont trait à la modification sont présentées ci-dessous. Certains
répondants ont exprimé des réserves quant aux normes de preuve
relatives aux PSN, lesquelles sont expliquées dans les paragraphes précédents du présent document. Les questions qui débordent le cadre de la modification, comme la mise en œuvre du Règlement, ne sont pas présentées dans le présent document, mais
elles ont été transmises aux secteurs compétents de Santé Canada.
Schedule A Revision
The four stakeholders who raised concerns about the revisions to
Schedule A commented as follows:
Révision de l’annexe A
Les quatre répondants qui ont soulevé des préoccupations à propos des révisions à l’annexe A ont formulé les observations
suivantes :
Comment 1:
Observation 1 :
Why were certain diseases deleted from Schedule A?
Pourquoi certaines maladies sont-elles supprimées de l’annexe A?
Response 1:
Réponse 1 :
Schedule A is populated with diseases that meet one or more
Schedule A criteria outlined in Part III of this RIAS. This modernization generally includes life-threatening diseases and acute
forms of specific diseases. Alopecia, dysentery, gout, hypotension,
impetigo, pleurisy, and sexual impotence were not considered to
be an acutely serious condition, nor did they meet any other
Schedule A criteria, and were therefore removed from Schedule A.
All-encompassing listings were also removed from Schedule A
and replaced with more specific forms of the disease that are most
serious. Therefore, heart disease was replaced with congestive
heart failure, anxiety state was replaced with acute anxiety state,
hernia was replaced with strangulated hernia, liver disease was
replaced with hepatitis, and arthritis was replaced with acute,
inflammatory, debilitating arthritis.
Schedule A was revised to include specific diseases, thus general diseases of the major organs such as bladder disease, disease
of the prostate, gall bladder disease, and kidney disease were
removed.
L’annexe A contient des maladies qui satisfont à un ou plusieurs des critères décrits à la partie III de ce RÉIR. Cette modernisation inclut généralement des maladies mettant la vie en danger et des formes aiguës de maladies particulières. L’alopécie, la
dysenterie, la goutte, l’hypotension, l’impétigo, la pleurésie et
l’impuissance sexuelle n’ont pas été considérés comme des pathologies très graves, ni ne satisfont à aucun des autres critères de
l’annexe A, de sorte qu’ils ont été retirés de l’annexe A.
Les mentions à caractère générique ont été également retirées
de l’annexe A pour être remplacées par des formes précises plus
graves de la maladie. Ainsi, les maladies du cœur ont été remplacées par l’insuffisance cardiaque congestive, les états anxieux par
l’état anxieux aigu, la hernie par la hernie étranglée, les maladies
du foie par l’hépatite, et l’arthrite par l’arthrite aiguë, inflammatoire et débilitante.
Nous avons modifié l’annexe A afin d’y inclure des maladies
déterminées. Ainsi, les maladies génériques des principaux organes comme les maladies de la vessie, les maladies de la prostate,
les maladies de la vésicule biliaire et les maladies du rein ont été
retirées.
L’annexe A a été également modifiée pour ne plus comporter
de maladies symptomatiques comme les troubles du flux menstruel et l’œdème.
Enfin, nous avons retiré les mentions répétitives de l’annexe A
afin de la simplifier. L’épilepsie, la leucémie et les tumeurs malignes sont maintenant groupées dans les catégories « convulsions »,
« cancer » et « cancer » respectivement. Les tumeurs bénignes ont
été retirées étant donné qu’elles ne satisfont à aucun des critères
de l’annexe A. L’alcoolisme a été retiré étant donné qu’il est
maintenant groupé dans la catégorie « toxicomanies »; « l’alcoolisme aigu » ne désigne pas le degré/stade d’alcoolisme et demeure sur la liste, étant donné qu’il désigne l’état d’ébriété.
D’autre part, l’annexe A fera l’objet de mises à jour périodiques en fonction de la réflexion et de la recherche scientifiques
courantes et des questions de fond auxquelles pourraient donner
Schedule A was additionally revised to remove symptomatic
illnesses such as disorder of menstrual flow and edematous state.
Lastly, repetitive listings were removed in order to streamline
Schedule A. Epilepsy, leukemia, and malignant tumors now fall
under “convulsions,” “cancer,” and “cancer,” respectively. Benign tumors were removed as they do not meet any Schedule A
criteria. Alcoholism was removed since it now falls under “addiction;” “acute alcoholism” does not refer to the degree/stage of
alcohol addiction and remains on the list as it refers to the state of
inebriation.
Furthermore, Schedule A will undergo periodic updates to reflect the evolving scientific opinion/research and any rising issues
stemming from these amendments. An updated Guidance Document
2653
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
will also clarify the amendments to Schedule A and section 3 (i.e.,
updated definitions and synonyms).
lieu les présentes modifications. Un document d’orientation actualisé clarifiera également les modifications apportées à l’annexe A
et à l’article 3 (définitions actualisées et synonymes).
Comment 2:
There was concern as to how the revised Schedule A diseases
would be interpreted by Health Canada during the review of a
submission.
Observation 2 :
Des réserves ont été faites quant à la façon dont les maladies de
l’annexe A révisée seraient interprétées par Santé Canada au
cours de l’examen d’une demande.
Response 2:
Health Canada will assess whether the applicant has provided
sufficient evidence to support the product’s quality, safety, and
efficacy on a case-by-case basis. Health Canada will also ensure
that interpretations for the diseases remaining in Schedule A are
consistent throughout the Department in order to determine
whether or not specific claims are in violation of section 3 of the
FDA.
A monograph is a written description of particular elements on
an identified topic. The NHPD allows applicants to reference a
NHPD monograph in support of the safety and efficacy of the
NHP as part of their product licence application. This process is
efficient for both applicants and Health Canada, since there is no
need to evaluate the safety and efficacy of NHP ingredients that
are already known to be safe and efficacious when used under the
conditions specified in the NHPD monograph. It should be noted
that some monographic claims may now be considered to be a
Schedule A claim. All licensees using that claim would be contacted in order to make a label change and to update the
monograph.
An updated synonym list and definitions for Schedule A diseases will be provided in the revised “Schedule A and Section 3:
Guidance Document.”
Réponse 2 :
Santé Canada évaluera si le demandeur a fourni suffisamment
de preuves de la qualité, de l’innocuité et de l’efficacité du produit en fonction de chaque cas. Santé Canada veillera également à
ce que les interprétations des maladies demeurant à l’annexe A
soient uniformes et homogènes dans l’ensemble du Ministère afin
de déterminer si des allégations particulières contreviennent à
l’article 3 de la LAD.
Une monographie est une description écrite d’éléments particuliers sur un sujet déterminé. La Direction des produits de santé
naturels (DPSN) autorise les demandeurs à citer en référence une
monographie de la DPSN dans leur demande de licence de mise
en marché afin d’étayer l’innocuité et la qualité du PSN. Ce processus est efficient tant pour le demandeur que pour Santé Canada, étant donné qu’il n’est pas nécessaire d’évaluer l’innocuité et
l’efficacité d’ingrédients de produits de santé naturels dont l’innocuité et l’efficacité sont déjà connues lorsque les ingrédients en
question sont utilisés conformément aux conditions spécifiées
dans la monographie de la DPSN. Il convient de mentionner que
certaines allégations monographiques pourraient dorénavant être
considérées comme des allégations visées à l’annexe A. Tous les
titulaires de licence qui utiliseraient de telles allégations seraient
contactés afin de leur permettre d’apporter le changement nécessaire à l’étiquetage et de mettre à jour la monographie.
Une liste actualisée de synonymes et des définitions des maladies de l’annexe A sera prévue dans la version révisée du document « Annexe A et article 3 : Document d’orientation ».
Comment 3:
Schedule A is not reduced enough and should be eliminated
entirely.
Observation 3 :
L’annexe A n’est pas assez réduite et devrait être éliminée dans
son intégralité.
Response 3:
Revision of Schedule A was guided by the Schedule A criteria,
outlined earlier in the RIAS. Schedule A will undergo periodic
revisions to reflect evolving scientific research and any issues
which stem from these regulations.
Réponse 3 :
La révision de l’annexe A a été guidée par les critères de l’annexe A,
décrits précédemment dans le RÉIR. L’annexe A subira des révisions périodiques qui tiendront compte de l’évolution de la recherche scientifique et de toute question de fond émanant de l’application des présents règlements.
Section 3 Amendment
The two stakeholders who raised concerns about the section 3
amendment commented as follows:
Modification de l’article 3
Les deux répondants qui ont soulevé des préoccupations à propos
de la modification de l’article 3 ont formulé les observations
suivantes :
Comment 1:
These Regulations should exempt treatment as well as prevention
claims from the prohibition contained in section 3.
Observation 1 :
Le Règlement devrait exempter les allégations de traitement et les
allégations de prévention de l’interdiction prévue à l’article 3.
Response 1:
Schedule A has been revised to include diseases which meet one
or more Schedule A criteria. The exemption for treatment claims
is no longer required since the diseases which have been removed
from Schedule A are no longer subject to the prohibition in
Réponse 1 :
L’annexe A a été révisée pour inclure des maladies qui rencontrent un ou plusieurs des critères de l’annexe A. L’exemption
pour les allégations de traitement n’est plus nécessaire étant donné que les maladies qui ont été retirées de l’annexe A ne sont plus
2654
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
section 3. Consequently, products for these diseases would be
permitted to carry approved treatment, prevention and cure
claims.
assujetties à l’interdiction prévue à l’article 3. Par conséquent, les
produits proposés pour ces maladies pourraient porter des mentions approuvées alléguant des propriétés thérapeutiques, préventives ou curatives.
Comment 2:
It will be difficult to distinguish between prevention claims and
treatment claims since the terms are difficult to define and would
therefore result in consumer confusion.
Observation 2 :
Il sera difficile de faire la distinction entre les allégations de prévention et les allégations de traitement, puisque les deux expressions sont difficiles à définir et créeraient, de ce fait, de la confusion chez les consommateurs.
Response 2:
Health Canada currently makes the distinction between treatment
and prevention claims during pre-market review for health products. Health Canada reviews the content of the label during the
review process to ensure that the label clearly reflects the approved conditions of use.
Réponse 2 :
Santé Canada fait actuellement la distinction entre les mentions
alléguant des propriétés thérapeutiques et celles alléguant des propriétés préventives au cours de l’examen des produits de santé
préalable à la mise sur le marché. Santé Canada examine le contenu de l’étiquette pendant le processus d’examen afin de faire en
sorte que l’étiquette reflète clairement les conditions d’emploi
approuvées.
Comment 3:
There is concern that non-prescription drugs and NHPs will be
labelled and advertised for the purpose of preventing, treating and
curing the diseases that were removed from Schedule A.
Observation 3 :
Il se pourrait que des médicaments en vente libre et des PSN
soient étiquetés et annoncés dans un but de prévention, de traitement et de guérison de maladies qui ont été retirées de l’annexe A.
Response 3:
This amendment to remove restrictions to labelling and advertising does not in any way remove any other requirements contained in
the FDA, the CDSA, and their regulations. All products that make
claims for diseases removed from Schedule A must undergo premarket review, and only approved claims will be permitted to be
labelled and advertised on non-prescription drugs and NHPs. All
non-prescription drugs and NHPs continue to be subject to all
other provisions in the FDA, the CDSA, and their regulations,
including any other restrictions on labelling and advertising
of claims or any conditions for market authorization for these
products.
Réponse 3 :
Le présent règlement qui supprime les restrictions à l’étiquetage
et à la publicité ne supprime d’aucune façon les autres exigences
prévues dans la LAD, la LRCDAS et dans leurs règlements. Tous
les produits auxquels sont associées des allégations à l’égard de
maladies retirées de l’annexe A doivent faire l’objet d’un examen
préalable à la mise sur le marché, et seules les allégations approuvées pourront figurer sur les étiquettes et dans la publicité concernant les médicaments en vente libre et les PSN. Tous les médicaments en vente libre et tous les PSN demeurent assujettis à
toutes les autres dispositions de la LAD, de la LRCDAS et de
leurs règlements, y compris à toute autre restriction à l’étiquetage
et à la publicité des allégations ou à toute condition régissant
l’autorisation de mise sur le marché de ces produits.
Si, au cours de l’examen d’un produit préalable à la mise sur le
marché, il apparaît que pourrait s’appliquer l’un des facteurs justifiant l’inscription du produit à l’annexe F, alors le produit sera
examiné comme un médicament d’ordonnance potentiel visé à
l’annexe F, en vertu du titre 8 du Règlement sur les aliments et
drogues; ou encore, le demandeur pourra retirer sa demande.
If during pre-market review it appears that any of the factors
for Schedule F designation could apply, then the product would
be reviewed as a potential Schedule F prescription drug under
Division 8 of the FDR, or the applicant may withdraw the
submission.
Comment 4:
It is premature to further limit the regulatory oversight of NHPs
while the vast majority now on the market are unlicensed and
while NHPD is conducting the first formal review of its regulatory approach.
Observation 4 :
Il est prématuré de limiter davantage la surveillance réglementaire
des PSN pendant que la vaste majorité de ces produits présents
sur le marché ne sont pas homologués, et alors que la DPSN est
en train de réaliser le premier examen formel de son approche en
matière de réglementation.
Response 4:
Products that present a significant risk to consumer health, including products that make unauthorized Schedule A claims with
respect to serious diseases, are targeted for compliance actions.
Nine new inspectors have been allocated to address any compliance and enforcement issues with respect to Schedule A.
Réponse 4 :
Les produits qui présentent un risque important pour la santé
des consommateurs, y compris les produits auxquels sont rattachées des allégations non autorisées à l’égard de maladies graves
de l’annexe A, feront l’objet de mesures de réglementation. Neuf
nouveaux inspecteurs viendront s’ajouter à l’effectif afin de prendre en charge tout problème de conformité et de contrôle d’application qui pourrait être lié à l’annexe A.
2655
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-288
General Comment
Observation de portée générale
There was one general comment regarding the wording in the
RIAS:
Une observation de portée générale concernant le libellé du RÉIR
a été formulée.
Comment:
What does “certain drugs” mean in the RIAS?
Observation :
Que signifie l’expression « certains médicaments » employée
dans le RÉIR.
Response:
The RIAS uses the term “certain drugs” instead of using the
term “non-prescription drugs” because some drugs that are regulated under the FDA and the FDR as non-prescription drugs are
also regulated as Class A precursors under the Precursor Control
Regulations of the CDSA. These drugs require a prescription
when sold or provided in a quantity, per transaction, exceeding
the maximum quantity, expressed as an absolute quantity or per
package, specified for the precursor in the Precursor Control
Regulations. Precursors are frequently used in the clandestine
production of illicit drugs. The concept of “prescription” in this
context is different than in the context of a Schedule F prescription drug because the requirement for a prescription for a Class A
precursor is to monitor and control substances frequently used in
the clandestine production of illicit drugs. In the case of a precursor that requires a prescription, there is no Pr or other symbol
indicating “prescription” on the label of the precursor.
Réponse :
Dans le RÉIR, Santé Canada utilise l’expression « certains médicaments » plutôt que « médicaments en vente libre » parce que
certains médicaments réglementés aux termes de la LAD et du
RAD comme des médicaments en vente libre sont également réglementés comme des précurseurs de la catégorie A aux termes
du Règlement sur les précurseurs de la LRCDAS. Ces médicaments exigent une ordonnance lorsqu’ils sont vendus ou fournis
en une quantité, par transaction, qui dépasse la quantité maximale, exprimée en quantité absolue ou par emballage, prévue
pour le précurseur dans le Règlement sur les précurseurs. Les
précurseurs entrent souvent dans la fabrication souterraine de
drogues illicites. Le concept d’« ordonnance » ici diffère de celui
de médicament sur ordonnance visé à l’annexe F, étant donné que
l’obligation d’une ordonnance pour un précurseur de la catégorie A a pour but la surveillance et le contrôle des substances souvent employées dans la production clandestine de drogues illicites. Dans le cas d’un précurseur pour lequel une ordonnance est
obligatoire, il n’y a pas de symbole Pr ou un autre symbole indiquant qu’il s’agit d’un produit d’« ordonnance » sur l’étiquette.
Conclusion
As noted earlier, the only change made to the proposed Regulations that were prepublished in the CG I is that “addiction” was
changed to “addiction, except for nicotine addiction.” This
change removes any inconsistency with the Schedule F listing for
nicotine, which allows nicotine replacement therapies (NRTs)
that have been approved by Health Canada for use in smoking
cessation therapy to be labelled and sold without prescription,
provided that the NRTs meet the form and concentration requirements listed in Schedule F.
Conclusion
Tel qu’on l’a noté précédemment, un seul changement a été effectué à la réglementation proposée qui a été publiée préalablement
dans la GC I : « toxicomanie » a été changée par « toxicomanie,
sauf toxicomanie à la nicotine ». Ce changement enlève toute
inconsistance avec la liste à l’annexe F pour la nicotine, qui permet des thérapies de remplacement de la nicotine (TRN) qui ont
été approuvées par Santé Canada pour utilisation comme thérapie
pour cesser de fumer pour être étiquetée et vendue sans prescription, pourvu que les TRN rencontrent les exigences pour la forme
et la concentration énumérées à l’annexe F.
Compliance and enforcement
These Regulations do not alter existing compliance authorities
under the FDA and its Regulations enforced by the Health Products and Food Branch Inspectorate (HPFBI). It should be noted
that compliance and enforcement resources are being enhanced
for the implementation of this amendment.
Respect et exécution
Ce règlement ne change pas les pouvoirs de vérification de la
conformité existants prévus par la LAD et son règlement, appliqués par l’Inspectorat de la Direction générale des produits de
santé et des aliments (IDGPSA). Il convient de signaler que les
ressources consacrées à la surveillance de la conformité et à
l’application de la loi seront augmentées en prévision de la mise
en œuvre de cette modification.
Contact
Project 1539
Policy Division
Bureau of Policy, Science, and International Programs
Therapeutic Products Directorate
Holland Cross
Tower B, 2nd Floor
Address Locator 3102C5
1600 Scott Street
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-948-4623 (please refer to Project 1539)
Fax: 613-941-6458 (please refer to Project 1539)
Email: regaff-affreg@hc-sc.gc.ca
Personne-ressource
Projet 1539
Division des politiques
Bureau des politiques, de la science et des programmes
internationaux
Direction des produits thérapeutiques
Holland Cross
Tour B, 2e étage
Indice de l’adresse 3102C5
1600, rue Scott
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-948-4623 (veuillez indiquer le projet 1539)
Télécopieur : 613-941-6458 (veuillez indiquer le projet 1539)
Courriel : regaff-affreg@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
2656
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-289
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-289
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-289
Le 13 décembre 2007
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending Schedule A to the Food and
Drugs Act and the Medical Devices Regulations
(Project 1539)
Règlement modifiant l’annexe A de la Loi sur les
aliments et drogues et le Règlement sur les
instruments médicaux (projet 1539)
P.C. 2007-1917
C.P. 2007-1917
December 13, 2007
Le 13 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 30(1)a of the Food and Drugs Act, hereby makes the annexed
Regulations Amending Schedule A to the Food and Drugs Act and
the Medical Devices Regulations (Project 1539).
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 30(1)a de la Loi sur les aliments et drogues, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement
modifiant l’annexe A de la Loi sur les aliments et drogues et le
Règlement sur les instruments médicaux (projet 1539), ci-après.
REGULATIONS AMENDING SCHEDULE A TO THE
FOOD AND DRUGS ACT AND THE MEDICAL
DEVICES REGULATIONS (PROJECT 1539)
RÈGLEMENT MODIFIANT L’ANNEXE A DE LA LOI
SUR LES ALIMENTS ET DROGUES ET LE
RÈGLEMENT SUR LES INSTRUMENTS
MÉDICAUX (PROJET 1539)
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Alcoholism
Alcoolisme
Alopecia (except hereditary androgenetic alopecia)
Alopécie (sauf l’alopécie androgénogénétique)
Anxiety state
États d’angoisse
Arthritis
Arthrite
Bladder disease
Vessie (maladies)
Disease of the prostate
Prostate (maladies)
Disorder of menstrual flow
Troubles du flot menstruel
Dysentery
Dysenterie
Edematous state
Œdème
Epilepsy
Épilepsie
Gall bladder disease
Vésicule biliaire (maladies)
Gout
Goutte
Heart disease
Cœur (maladies)
1. Dans l’annexe A de la Loi sur les aliments et drogues1, les
mentions
Alcoolisme
Alcoholism
Alopécie (sauf l’alopécie androgénogénétique)
Alopecia (except hereditary androgenetic alopecia)
Arthrite
Arthritis
Cœur (maladies)
Heart disease
Dysenterie
Dysentery
Épilepsie
Epilepsy
États d’angoisse
Anxiety state
Foie (maladies sauf l’hépatite)
Liver disease (except hepatitis)
Goutte
Gout
Hernie
Hernia
Hypotension
Hypotension
Impétigo
Impetigo
Impuissance sexuelle
Sexual impotence
———
———
a
a
1. The references to
S.C. 1999, c. 33, s. 347
1
L.C. 1999, ch. 33, art. 347
L.R., ch. F-27
2657
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-289
Hernia
Hernie
Hypotension
Hypotension
Impetigo
Impétigo
Kidney disease
Reins (maladies)
Leukemia
Leucémie
Liver disease (except hepatitis)
Foie (maladies sauf l’hépatite)
Pleurisy
Pleurésie
Sexual impotence
Impuissance sexuelle
Tumor
Tumeurs
Venereal disease
Maladies vénériennes
in Schedule A to the Food and Drugs Act1 are repealed.
2. Schedule A to the Act is amended by adding the following in alphabetical order:
Acute alcoholism
Alcoolisme aigu
Acute anxiety state
État anxieux aigu
Acute infectious respiratory syndromes
Syndromes respiratoires infectieux aigus
Acute, inflammatory and debilitating arthritis
Arthrite aiguë, inflammatoire et débilitante
Acute psychotic conditions
Troubles psychotiques aigus
Addiction (except nicotine addiction)
Dépendance (sauf la dépendance à la nicotine)
Congestive heart failure
Insuffisance cardiaque congestive
Dementia
Démence
Haematologic bleeding disorders
Affections hématologiques hémorragiques
Hepatitis
Hépatite
Sexually transmitted diseases
Maladies transmises sexuellement
Strangulated hernia
Hernie étranglée
Leucémie
Leukemia
Maladies vénériennes
Venereal disease
Œdème
Edematous state
Pleurésie
Pleurisy
Prostate (maladies)
Disease of the prostate
Reins (maladies)
Kidney disease
Troubles du flot menstruel
Disorder of menstrual flow
Tumeurs
Tumor
Vésicule biliaire (maladies)
Gall bladder disease
Vessie (maladies)
Bladder disease
sont abrogées.
2. L’annexe A de la même loi est modifiée par adjonction,
selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
Affections hématologiques hémorragiques
Haematologic bleeding disorders
Alcoolisme aigu
Acute alcoholism
Arthrite aiguë, inflammatoire et débilitante
Acute, inflammatory and debilitating arthritis
Démence
Dementia
Dépendance (sauf la dépendance à la nicotine)
Addiction (except nicotine addiction)
État anxieux aigu
Acute anxiety state
Hépatite
Hepatitis
Hernie étranglée
Strangulated hernia
Insuffisance cardiaque congestive
Congestive heart failure
Maladies transmises sexuellement
Sexually transmitted diseases
Syndromes respiratoires infectieux aigus
Acute infectious respiratory syndromes
Troubles psychotiques aigus
Acute psychotic conditions
———
———
1
R.S., c. F-27
2658
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-289
MEDICAL DEVICES REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES INSTRUMENTS MÉDICAUX
3. Subsection 24(1) of the Medical Devices Regulations2 is
replaced by the following:
24. (1) For the purposes of subsections 3(1) and (2) of the Act
and subject to section 27, a condom may be advertised and sold to
the general public for the purpose of preventing the transmission
of sexually transmitted diseases if the advertisement and the label
of the condom claim only that the condom reduces the risk of
transmitting sexually transmitted diseases.
3. Le paragraphe 24(1) du Règlement sur les instruments
médicaux2 est remplacé par ce qui suit :
24. (1) Pour l’application des paragraphes 3(1) et (2) de la Loi
et sous réserve de l’article 27, il est permis de vendre des
condoms au grand public — ou d’en faire la publicité auprès de
celui-ci — afin de prévenir la transmission de maladies transmises sexuellement, à la condition que la publicité et le libellé de
l’étiquette du condom indiquent seulement que celui-ci réduit le
risque de transmission de maladies transmises sexuellement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. Le présent règlement entre en vigueur le 1er juin 2008.
4. These Regulations come into force on June 1, 2008.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 2630, following
SOR/2007-288.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 2630, à la suite du
DORS/2007-288.
———
———
2
2
SOR/98-282
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2007
DORS/98-282
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2007
2659
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Registration
SOR/2007-290
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
December 13, 2007
Enregistrement
DORS/2007-290
Le 13 décembre 2007
AERONAUTICS ACT
LOI SUR L’AÉRONAUTIQUE
Regulations Amending the Canadian Aviation
Regulations (Parts I, III and VIII)
Règlement modifiant le Règlement de l’aviation
canadien (Parties I, III, et VIII)
P.C. 2007-1918
C.P. 2007-1918
December 13, 2007
Le 13 décembre 2007
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to section 4.9a and subsections 6.71(3)b
and 7.6(1)c of the Aeronautics Actd, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Canadian Aviation Regulations
(Parts I, III and VIII).
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu de l’article 4.9a et des
paragraphes 6.71(3)b et 7.6(1)c de la Loi sur l’aéronautiqued, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement de l’aviation canadien (Parties I, III
et VIII), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN
AVIATION REGULATIONS
(PARTS I, III AND VIII)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
DE L’AVIATION CANADIEN
(PARTIES I, III ET VIII)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definition “ATS” or “air traffic services” in subsection 101.01(1) of the Canadian Aviation Regulations1 is replaced by the following:
“ATS” or “air traffic services” includes air traffic control services, advisory services and flight information services; (ATS
ou services de la circulation aérienne)
1. (1) La définition de « ATS » ou « services de la circulation aérienne », au paragraphe 101.01(1) du Règlement de
l’aviation canadien1, est remplacée par ce qui suit :
« ATS » ou « services de la circulation aérienne » Sont compris
parmi les services de la circulation aérienne les services du
contrôle de la circulation aérienne, les services consultatifs et
les services d’information de vol. (ATS or air traffic services)
(2) Le paragraphe 101.01(1) du même règlement est modifié
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« certificat d’exploitation des ATS » Certificat délivré en vertu de
la partie VIII qui autorise son titulaire à exploiter une unité de
contrôle de la circulation aérienne ou une station d’information
de vol. (ATS operations certificate)
2. L’article 103.12 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa g), de ce qui suit :
h) en ce qui concerne un aéroport :
(i) de toute personne qui est employée ou engagée à contrat
par son exploitant, à plein temps ou à temps partiel, comme
directeur d’aéroport, ou de toute personne occupant un poste
équivalent,
(ii) de toute personne qui exerce le contrôle de l’aéroport en
qualité de propriétaire,
(iii) du gestionnaire supérieur responsable nommé par son
exploitant en application de l’alinéa 106.02(1)a);
i) en ce qui concerne le fournisseur de services de la circulation
aérienne :
(i) de toute personne qui est employée ou engagée à contrat
par le fournisseur de services de la circulation aérienne, à
plein temps ou à temps partiel, comme gestionnaire des opérations, ou de toute personne occupant un poste équivalent,
(2) Subsection 101.01(1) of the Regulations is amended by
adding the following in alphabetical order:
“ATS operations certificate” means a certificate issued under
Part VIII that authorizes its holder to operate an air traffic
control unit or a flight service station; (certificat d’exploitation
des ATS)
2. Section 103.12 of the Regulations is amended by striking
out the word “and” at the end of paragraph (f) and by adding
the following after paragraph (g):
(h) in respect of an airport,
(i) any person who is employed or contracted by its operator
on a full- or part-time basis as the airport manager, or any
person who occupies an equivalent position,
(ii) any person who exercises control over the airport as an
owner, and
(iii) the accountable executive appointed by its operator
under paragraph 106.02(1)(a); and
(i) in respect of a provider of air traffic services,
(i) any person who is employed or contracted by the provider
of air traffic services on a full- or part-time basis as the operations manager, or any person who occupies an equivalent
position,
———
———
a
a
b
c
d
1
S.C. 1992, c. 4, s. 7
S.C. 2001, c. 29, s. 34
S.C. 2004, c. 15, s. 18
R.S., c. A-2
SOR/96-433
2660
b
c
d
1
L.C. 1992, ch. 4, art. 7
L.C. 2001, ch. 29, art. 34
L.C. 2004, ch. 15, art. 18
L.R., ch. A-2
DORS/96-433
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
(ii) any person who exercises control over the provider of air
traffic services as an owner, and
(iii) the accountable executive appointed by the provider of
air traffic services under paragraph 106.02(1)(a).
(ii) de toute personne qui exerce le contrôle du fournisseur
de services de la circulation aérienne en qualité de propriétaire,
(iii) du gestionnaire supérieur responsable nommé par le
fournisseur de services de la circulation aérienne en application de l’alinéa 106.02(1)a).
3. (1) Part III of Schedule II to Subpart 3 of Part I of the
Regulations is amended by adding the following after the reference “Section 302.308”:
3. (1) La partie III de l’annexe II de la sous-partie 3 de la
partie I du même règlement est modifiée par adjonction,
après la mention « Article 302.308 », de ce qui suit :
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Designated Provision
Maximum Amount of Penalty ($)
Individual
Corporation
Texte désigné
Montant maximal de l’amende ($)
Personne physique
Personne morale
Subsection 302.503(2)
Subsection 302.503(3)
Section 302.504
3,000
3,000
5,000
Paragraphe 302.503(2) 3 000
Paragraphe 302.503(3) 3 000
Article 302.504
5 000
15,000
15,000
25,000
15 000
15 000
25 000
(2) Subpart 5 of Part VIII of Schedule II to Subpart 3 of
Part I of the Regulations is replaced by the following:
(2) La sous-partie 5 de la partie VIII de l’annexe II de la
sous-partie 3 de la partie I du même règlement est remplacée
par ce qui suit :
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Designated Provision
Maximum Amount of Penalty ($)
Individual
Corporation
Texte désigné
Montant maximal de l’amende ($)
Personne physique
Personne morale
SUBPART 5 — SAFETY MANAGEMENT PROGRAM
Subsection 805.03(2)
3,000
15,000
Subsection 805.03(3)
3,000
15,000
Section 805.04
5,000
25,000
SOUS-PARTIE 5 — PROGRAMME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ
Paragraphe 805.03(2)
3 000
15 000
Paragraphe 805.03(3)
3 000
15 000
Article 805.04
5 000
25 000
4. Paragraphs 106.01(a) to (d) of the Regulations are replaced by the following:
(a) an airport certificate issued under section 302.03;
(b) a flight training unit operator certificate issued under section 406.11;
(c) a manufacturer certificate issued under section 561.03;
(d) an approved maintenance organization (AMO) certificate
issued under section 573.02;
(e) an air operator certificate issued under section 702.07,
703.07, 704.07 or 705.07; and
(f) an ATS operations certificate issued under section 801.05.
4. Les alinéas 106.01a) à d) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) le certificat d’aéroport délivré en vertu de l’article 302.03;
b) le certificat d’exploitation d’unité de formation au pilotage
délivré en vertu de l’article 406.11;
c) le certificat de constructeur délivré en vertu de l’article 561.03;
d) le certificat d’organisme de maintenance agréé (OMA) délivré en vertu de l’article 573.02;
e) un certificat d’exploitation aérienne délivré en vertu des articles 702.07, 703.07, 704.07 ou 705.07;
f) le certificat d’exploitation des ATS délivré en vertu de l’article 801.05.
5. Section 106.04 of the French version of the Regulations is
replaced by the following:
5. L’article 106.04 de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
106.04 Si le titulaire d’un certificat est titulaire de plus d’un
certificat visé à l’article 106.01, un seul gestionnaire supérieur
responsable qui sera chargé des opérations ou des activités autorisées en vertu des certificats est nommé en vertu de l’alinéa 106.02(1)a).
106.04 Si le titulaire d’un certificat est titulaire de plus d’un
certificat visé à l’article 106.01, un seul gestionnaire supérieur
responsable qui sera chargé des opérations ou des activités autorisées en vertu des certificats est nommé en vertu de l’alinéa 106.02(1)a).
6. (1) The portion of section 107.01 of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
6. (1) Le passage de l’article 107.01 du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
107.01 (1) This Subpart, except paragraph 107.03(g), applies to
an applicant for, or a holder of, one of the following certificates:
107.01 (1) La présente sous-partie, à l’exception de l’alinéa 107.03g), s’applique au demandeur ou au titulaire de l’un des
certificats suivants :
(2) Section 107.01 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (1):
(2) L’article 107.01 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
2661
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
(2) This Subpart applies to an applicant for, or a holder of, one
of the following certificates:
(a) an airport certificate issued under section 302.03; and
(b) an ATS operations certificate issued under section 801.05.
7. Paragraphs 107.03(g) and (h) of the Regulations are replaced by the following:
(g) a quality assurance program;
(h) a process for conducting periodic reviews or audits of the
safety management system and reviews or audits, for cause, of
the safety management system; and
(i) any additional requirements for the safety management system that are prescribed under these Regulations.
8. Subsection 302.07(1) of the Regulations is amended by
striking out the word “and” at the end of paragraph (e), by
adding the word “and” at the end of paragraph (f) and by
adding the following after paragraph (f):
(g) assign duties on the movement area and any other area set
aside for the safe operation of aircraft, including obstacle limitation surfaces, at the airport, which are described in the airport
operations manual, only to employees who have successfully
completed a safety-related initial training course on human and
organizational factors.
9. Subsection 302.08(4) of the Regulations is amended by
striking out the word “and” at the end of paragraph (d), by
adding the word “and” at the end of paragraph (e) and by
adding the following after paragraph (e):
(f) with respect to the safety management system required
under section 107.02,
(i) a description of the system’s components specified in section 302.502, and
(ii) a list of the titles, dates and locations of any documents
that are not in the airport operations manual and that describe how the operator is meeting its obligations with respect to the safety management system.
10. The Regulations are amended by adding the following
after the reference “[302.309 to 302.400 reserved]”:
DIVISION IV — RESERVED
[302.401 to 302.499 reserved]
DIVISION V — SAFETY MANAGEMENT SYSTEM
(2) La présente sous-partie s’applique au demandeur ou au titulaire de l’un des certificats suivants :
a) le certificat d’aéroport délivré en vertu de l’article 302.03;
b) le certificat d’exploitation des ATS délivré en vertu de l’article 801.05.
7. Les alinéas 107.03g) et h) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
g) un programme d’assurance de la qualité;
h) un processus qui permet d’effectuer des examens ou des vérifications périodiques du système de gestion de la sécurité et
des examens ou des vérifications du système de gestion de la
sécurité pour un motif valable;
i) toute exigence supplémentaire relative au système de gestion
de la sécurité qui est prévue par le présent règlement.
8. Le paragraphe 302.07(1) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa f), de ce qui suit :
g) n’attribuer de tâches sur l’aire de mouvement et toute autre
aire réservée pour l’utilisation sécuritaire des aéronefs, y compris les surfaces de limitation d’obstacles, à l’aéroport, lesquelles sont décrites dans le manuel d’exploitation de l’aéroport,
qu’aux employés qui ont terminé avec succès un cours de formation initiale en matière de sécurité portant sur les facteurs
humains et organisationnels.
9. Le paragraphe 302.08(4) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa e), de ce qui suit :
f) à l’égard du système de gestion de la sécurité exigé par l’article 107.02 :
(i) une description des éléments du système de gestion de la
sécurité qui figurent à l’article 302.502,
(ii) une liste des titres, des dates et des emplacements des
documents qui ne figurent pas dans le manuel d’exploitation d’aéroport et qui décrivent comment l’exploitant s’acquitte de ses obligations à l’égard du système de gestion de
la sécurité.
10. Le même règlement est modifié par adjonction, après la
mention « [302.309 à 302.400 réservés] », de ce qui suit :
SECTION IV — RÉSERVÉE
[302.401 à 302.499 réservés]
SECTION V — SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ
Application
Application
302.500 (1) This Division applies to an applicant for, or a holder of, an airport certificate issued under section 302.03 in respect
of the following airports:
(a) Calgary International;
(b) Edmonton International;
(c) Gander International;
(d) Halifax Robert L. Stanfield International;
(e) Montréal — Pierre Elliott Trudeau International;
(f) Ottawa Macdonald-Cartier International;
(g) St. John’s International;
(h) Toronto / Lester B. Pearson International;
302.500 (1) La présente section s’applique au demandeur ou au
titulaire d’un certificat d’aéroport délivré en vertu de l’article 302.03 à l’égard des aéroports suivants :
a) Calgary (aéroport international);
b) Edmonton (aéroport international);
c) Gander (aéroport international);
d) Halifax (aéroport international Robert L. Stanfield);
e) Montréal (aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de
Montréal);
f) Ottawa (aéroport international Macdonald-Cartier);
g) St. John’s (aéroport international);
2662
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
(i) Vancouver International; and
(j) Winnipeg James Armstrong Richardson International.
(2) On and after January 1, 2009, this Division applies to an
applicant for, or a holder of, an airport certificate issued under
section 302.03.
h) Toronto (aéroport international Lester B. Pearson);
i) Vancouver (aéroport international);
j) Winnipeg (aéroport international James Armstrong
Richardson).
(2) À compter du 1er janvier 2009, la présente section s’applique au demandeur ou au titulaire d’un certificat d’aéroport délivré
en vertu de l’article 302.03.
Requirements
Exigences
302.501 The safety management system required under section
107.02 in respect of an applicant for, or a holder of, an airport
certificate shall
(a) meet the requirements of Subpart 7 of Part I and section
302.502; and
(b) be under the control of the accountable executive appointed
under paragraph 106.02(1)(a).
302.501 Le système de gestion de la sécurité qui est exigé par
l’article 107.02 dans le cas du demandeur ou du titulaire d’un
certificat d’aéroport doit :
a) être conforme aux exigences de la sous-partie 7 de la partie I
et de l’article 302.502;
b) relever du gestionnaire supérieur responsable nommé en vertu de l’alinéa 106.02(1)a).
Components of the Safety Management System
Éléments du système de gestion de la sécurité
302.502 The safety management system shall include, among
others, the following components:
(a) a safety management plan that includes
(i) a safety policy that the accountable executive has approved and communicated to all employees,
(ii) the roles and responsibilities of personnel assigned duties
under the safety management system,
(iii) performance goals and a means of measuring attainment
of those goals,
(iv) a policy for the internal reporting of hazards, incidents
and accidents, including the conditions under which immunity from disciplinary action will be granted, and
(v) a process for reviewing the safety management system to
determine its effectiveness;
(b) procedures for reporting hazards, incidents and accidents to
the appropriate manager;
(c) procedures for the collection of data relating to hazards, incidents and accidents;
(d) procedures for the exchange of information in respect of
hazards, incidents and accidents among the operators of aircraft
and the provider of air traffic services at the airport and the airport operator;
(e) procedures for analysing data obtained under paragraph (c)
and during an audit conducted under a quality assurance program required under paragraph 107.03(g) and for taking corrective actions;
(f) training requirements for the person managing the safety
management system and for personnel assigned duties under
the safety management system;
(g) procedures for making progress reports to the accountable
executive at intervals determined by the accountable executive
and other reports as needed in urgent cases; and
(h) procedures for involving employees in the implementation
and ongoing development of the safety management system.
302.502 Le système de gestion de la sécurité comprend, notamment, les éléments suivants :
a) un plan de gestion de la sécurité qui comprend :
(i) une politique en matière de sécurité que le gestionnaire
supérieur responsable a approuvée et communiquée à tous
les employés,
(ii) les rôles et les responsabilités du personnel à qui des
fonctions ont été assignées dans le cadre du système de gestion de la sécurité,
(iii) des objectifs de performance et des moyens pour évaluer
dans quelle mesure les objectifs ont été atteints,
(iv) une politique qui permet de rendre compte à l’interne
des dangers, des incidents et des accidents, laquelle prévoit
les conditions selon lesquelles l’immunité à l’égard des mesures disciplinaires sera accordée,
(v) un processus d’examen du système de gestion de la sécurité pour en déterminer l’efficacité;
b) une marche à suivre visant la communication au gestionnaire
compétent des dangers, des incidents et des accidents;
c) une marche à suivre visant la collecte de données concernant
les dangers, les incidents et les accidents;
d) une marche à suivre visant l’échange de renseignements liés
aux dangers, aux incidents et aux accidents entre les utilisateurs
d’aéronefs et le fournisseur de services de la circulation aérienne à l’aéroport, et l’exploitant de l’aéroport;
e) une marche à suivre visant l’analyse des données recueillies
en application de l’alinéa c) et durant une vérification effectuée
en vertu du programme d’assurance de la qualité exigé par
l’alinéa 107.03g) et la prise de mesures correctives;
f) les exigences en matière de formation du gestionnaire du système de gestion de la sécurité et du personnel auquel des fonctions ont été attribuées dans le cadre du système de gestion de
la sécurité;
g) une marche à suivre visant la présentation de rapports
d’étape au gestionnaire supérieur responsable à des intervalles
déterminés par lui et, au besoin, d’autres rapports dans les cas
urgents;
h) une marche à suivre pour faire participer les employés au
processus de mise en œuvre et de développement continu du
système de gestion de la sécurité.
2663
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
Quality Assurance Program
Programme d’assurance de la qualité
302.503 (1) The quality assurance program required under
paragraph 107.03(g) in respect of an applicant for, or a holder of,
an airport certificate shall include a process for quality assurance
that includes periodic reviews or audits of the activities authorized under a certificate and reviews or audits, for cause, of those
activities.
302.503 (1) Le programme d’assurance de la qualité exigé par
l’alinéa 107.03g) dans le cas du demandeur ou du titulaire d’un
certificat d’aéroport comprend un processus d’assurance de la
qualité qui comprend des examens ou des vérifications périodiques des activités autorisées en vertu d’un certificat et des examens ou des vérifications pour un motif valable de ces activités.
(2) The holder of an airport certificate shall ensure that records
relating to the findings resulting from the quality assurance program are distributed to the appropriate manager for corrective
action and follow-up in accordance with the policies and procedures specified in the airport operations manual.
(2) Le titulaire d’un certificat d’aéroport doit veiller à ce que
les dossiers concernant les constatations qui découlent du programme d’assurance de la qualité soient distribués au gestionnaire
compétent pour que des mesures correctives soient prises et
que le suivi soit assuré conformément aux lignes de conduite et
aux marches à suivre précisées dans le manuel d’exploitation
d’aéroport.
(3) The holder of an airport certificate shall establish an audit
system in respect of the quality assurance program that consists of
the following:
(a) an initial audit conducted within 12 months after
(i) in the case of an airport specified in subsection 302.500(1), the later of January 1, 2008 and the day on
which the airport certificate is issued, and
(ii) in the case of any other airport, the later of January 1,
2009 and the day on which the airport certificate is issued;
(b) an audit of the entire quality assurance program carried out
every three years, calculated from the initial audit, in one of the
following ways:
(i) a complete audit, or
(ii) a series of audits conducted at intervals set out in the airport operations manual;
(c) checklists of all activities controlled by the airport operations manual;
(d) a record of each occurrence of compliance or noncompliance with the airport operations manual found during an
audit referred to in paragraph (a) or (b);
(e) procedures for ensuring that each finding of an audit is
communicated to the accountable executive;
(f) follow-up procedures for ensuring that corrective actions are
effective; and
(g) a system for recording the findings of an audit referred to in
paragraph (a) or (b), corrective actions and follow-ups.
(3) Le titulaire d’un certificat d’aéroport doit établir, pour le
programme d’assurance de la qualité, un système de vérification
qui comporte les éléments suivants :
a) une vérification initiale effectuée dans les 12 mois qui suivent :
(i) dans le cas d’un aéroport précisé au paragraphe 302.500(1), le 1er janvier 2008 ou, si elle est postérieure,
la date de délivrance du certificat d’aéroport,
(ii) dans le cas de tout autre aéroport, le 1er janvier 2009 ou,
si elle est postérieure, la date de délivrance du certificat
d’aéroport;
b) une vérification de l’ensemble du programme d’assurance de
la qualité qui est effectuée tous les trois ans, à compter de la
vérification initiale, et de l’une des façons suivantes :
(i) une vérification globale,
(ii) une série de vérifications effectuées à des intervalles indiqués dans le manuel d’exploitation d’aéroport;
c) des listes de contrôle de toutes les activités régies par le manuel d’exploitation d’aéroport;
d) une inscription de chaque cas de conformité ou de nonconformité avec le manuel d’exploitation d’aéroport qui est relevé au cours d’une vérification visée aux alinéas a) ou b);
e) une marche à suivre pour que chaque constatation qui découle d’une vérification soit communiquée au gestionnaire supérieur responsable;
f) des modalités de suivi pour faire en sorte que les mesures
correctives soient efficaces;
g) un système pour consigner les constatations qui découlent
des vérifications visées aux alinéas a) ou b), les mesures correctives et les mesures de suivi.
(4) The records resulting from a system required under paragraph (3)(g) shall be retained for the greater of
(a) two audit cycles, and
(b) two years.
(4) Les dossiers découlant du système exigé par l’alinéa (3)g)
sont conservés pendant la plus longue des périodes suivantes :
a) deux cycles de vérification;
b) deux ans.
(5) The duties related to the quality assurance program that involve specific tasks or activities among the activities of an airport
shall be fulfilled by persons who are not responsible for carrying
out those tasks or activities unless
(a) the size, nature and complexity of the operations and activities authorized under the airport certificate justify the fulfilling
of those duties by the person responsible for carrying out those
tasks or activities;
(b) the holder of the airport certificate demonstrates to the Minister, by means of a risk analysis, that the fulfilling of those duties
(5) Les fonctions relatives au programme d’assurance de la
qualité qui comportent des tâches ou des activités particulières
dans le cadre des activités de l’aéroport doivent être accomplies
par des personnes qui ne sont pas responsables de l’exécution de
ces tâches ou de ces activités, sauf si les conditions suivantes sont
réunies :
a) l’ampleur, la nature et la complexité des opérations et des
activités autorisées en vertu du certificat d’aéroport justifient
l’accomplissement de ces fonctions par la personne responsable
de l’exécution de ces tâches ou de ces activités;
2664
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
by the person responsible for carrying out those tasks or activities will not result in an unacceptable risk to aviation safety;
and
(c) the holder of the airport certificate provides the Minister,
in writing, with the information required under paragraphs (a)
and (b).
Duties of the Certificate Holder
302.504 The holder of an airport certificate shall
(a) ensure that corrective actions are taken in respect of any
findings resulting from the safety management system referred
to in section 302.501;
(b) appoint a person to manage the safety management system;
and
(c) ensure that the person managing the safety management
system performs the duties required under section 302.505.
b) le titulaire du certificat d’aéroport démontre au ministre, par
une analyse de risques, que l’accomplissement de ces fonctions
par la personne qui est responsable de l’exécution de ces tâches
ou de ces activités n’entraînera pas de risques inacceptables
pour la sécurité aérienne;
c) le titulaire du certificat d’aéroport fournit au ministre, par
écrit, les renseignements exigés par les alinéas a) et b).
Fonctions du titulaire d’un certificat
302.504 Le titulaire d’un certificat d’aéroport doit :
a) veiller à ce que des mesures correctives soient prises concernant toute constatation qui découle du système de gestion de la
sécurité visé à l’article 302.501;
b) nommer un gestionnaire du système de gestion de la sécurité;
c) veiller à ce que le gestionnaire du système de gestion de la
sécurité exerce les fonctions exigées par l’article 302.505.
Person Managing the Safety Management System
Gestionnaire du système de gestion de la sécurité
302.505 (1) The person managing the safety management system shall
(a) establish and maintain a reporting system to ensure the
timely collection of information related to hazards, incidents
and accidents that may adversely affect safety;
(b) identify hazards and carry out risk management analyses of
those hazards;
(c) investigate, analyze and identify the cause or probable
cause of all hazards, incidents and accidents identified under
the safety management system;
(d) establish and maintain a safety data system, by either electronic or other means, to monitor and analyze trends in hazards,
incidents and accidents;
(e) monitor and evaluate the results of corrective actions with
respect to hazards, incidents and accidents;
(f) monitor the concerns of the civil aviation industry in respect
of safety and their perceived effect on the holder of the airport
certificate; and
(g) determine the adequacy of the training required by paragraph 302.502(f).
302.505 (1) Le gestionnaire du système de gestion de la sécurité doit :
a) établir et maintenir un système de compte rendu pour assurer
la collecte en temps opportun de renseignements liés aux dangers, aux incidents et aux accidents qui peuvent avoir un effet
néfaste sur la sécurité;
b) déceler les dangers et faire des analyses de la gestion des
risques;
c) examiner, analyser et cerner la cause réelle ou probable des
dangers, des incidents et des accidents relevés dans le cadre du
système de gestion de la sécurité;
d) établir et maintenir un système de données sur la sécurité,
par moyen électronique ou autre, pour surveiller et analyser les
tendances concernant les dangers, les incidents et les accidents;
e) surveiller et évaluer les résultats des mesures correctives
concernant les dangers, les incidents et les accidents;
f) surveiller les préoccupations de l’industrie de l’aviation civile en matière de sécurité et leur effet perçu sur le titulaire du
certificat d’aéroport;
g) déterminer le caractère adéquat de la formation exigée par
l’alinéa 302.502f).
(2) The person managing the safety management system shall,
if a finding resulting from the safety management system referred
to in section 302.501 is reported to them,
(a) determine what, if any, corrective actions are required and
carry out those actions;
(b) keep a record of any determination made under paragraph (a) and the reason for it;
(c) if management functions have been assigned to another person under subsection (3), communicate any determination regarding a corrective action to that person; and
(d) notify the certificate holder of any systemic deficiency and
of the corrective action taken.
(2) Le gestionnaire du système de gestion de la sécurité doit,
lorsque lui est communiquée une constatation qui découle du
système de gestion de la sécurité visé à l’article 302.501 :
a) décider, le cas échéant, des mesures correctives requises et
les appliquer;
b) consigner toute décision prise en vertu de l’alinéa a) et la
raison à l’appui de celle-ci;
c) si les fonctions de gestion ont été attribuées à une autre personne en vertu du paragraphe (3), lui communiquer toute décision concernant une mesure corrective;
d) aviser le titulaire du certificat de tout manquement d’ordre
systémique et de la mesure corrective prise.
(3) The person managing the safety management system may
assign the management functions for the safety management system referred to in section 302.501 to another person if the assignment and its scope are described in the airport operations
manual.
(3) Le gestionnaire du système de gestion de la sécurité peut attribuer à une autre personne les fonctions de gestion visant le
système de gestion de la sécurité visé à l’article 302.501 si l’attribution des fonctions et ses limites sont prévues dans le manuel
d’exploitation d’aéroport.
2665
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
13. Subpart 5 of Part VIII of the Regulations is replaced by
the following:
(4) La personne à qui des fonctions de gestion ont été attribuées
en vertu du paragraphe (3) doit aviser le gestionnaire du système
de gestion de la sécurité de tout manquement d’ordre systémique
et de la mesure corrective prise.
(5) Ni la nomination d’un gestionnaire du système de gestion
de la sécurité en vertu de l’alinéa 302.504b) ni l’attribution à une
autre personne de fonctions de gestion en vertu du paragraphe (3)
ne portent atteinte à la responsabilité du gestionnaire supérieur
responsable.
11. La définition de « certificat d’exploitation des ATS », au
paragraphe 800.01(1) du même règlement, est abrogée.
12. L’alinéa 801.09(1)a) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
a) la personne a terminé avec succès :
(i) d’une part, la formation qui a été acceptée par le ministre
et qui porte sur l’exercice des fonctions d’un spécialiste de
l’information de vol,
(ii) d’autre part, un cours de formation initiale en matière de
sécurité portant sur les facteurs humains et organisationnels;
13. La sous-partie 5 de la partie VIII du même règlement
est remplacée par ce qui suit :
SUBPART 5 — SAFETY MANAGEMENT
SYSTEM
SOUS-PARTIE 5 — SYSTÈME DE GESTION
DE LA SÉCURITÉ
Requirements
805.01 The safety management system required under section 107.02 in respect of an applicant for, or a holder of, an ATS
operations certificate shall
(a) meet the requirements of Subpart 7 of Part I and section 805.02; and
(b) be under the control of the accountable executive appointed
under paragraph 106.02(1)(a).
Exigences
805.01 Le système de gestion de la sécurité qui est exigé par
l’article 107.02 dans le cas du demandeur ou du titulaire d’un
certificat d’exploitation des ATS doit :
a) être conforme aux exigences de la sous-partie 7 de la partie I
et de l’article 805.02;
b) relever du gestionnaire supérieur responsable nommé en vertu de l’alinéa 106.02(1)a).
(4) The person to whom management functions have been assigned under subsection (3) shall notify the person managing the
safety management system of any systemic deficiency and of the
corrective action taken.
(5) The responsibility of the accountable executive is not affected by the appointment of a person to manage the safety management system under paragraph 302.504(b) or the assignment of
management functions to another person under subsection (3).
11. The definition “ATS operations certificate” in subsection 800.01(1) of the Regulations is repealed.
12. Paragraph 801.09(1)(a) of the Regulations is replaced
by the following:
(a) has successfully completed
(i) training that has been accepted by the Minister in the performance of the functions of a flight service specialist, and
(ii) a safety-related initial training course on human and organizational factors; and
Components of the Safety Management System
Éléments du système de gestion de la sécurité
805.02 (1) The safety management system shall include,
among others, the following components:
(a) a safety management plan that includes
(i) a safety policy that the accountable executive has approved and communicated to all employees,
(ii) the roles and responsibilities of personnel assigned duties
under the safety management system,
(iii) performance goals and a means of measuring attainment
of those goals,
(iv) a policy for the internal reporting of hazards, incidents
and accidents, including the conditions under which immunity from disciplinary action will be granted, and
(v) a process for reviewing the safety management system to
determine its effectiveness;
(b) procedures for reporting hazards, incidents and accidents to
the appropriate manager;
(c) procedures for the collection of data relating to hazards, incidents and accidents;
(d) procedures for the exchange of information in respect of
hazards, incidents and accidents among the operators of aircraft
and the provider of air traffic services at an airport and the airport operator;
805.02 (1) Le système de gestion de la sécurité comprend, notamment, les éléments suivants :
a) un plan de gestion de la sécurité qui comprend :
(i) une politique en matière de sécurité que le gestionnaire
supérieur responsable a approuvée et communiquée à tous
les employés,
(ii) les rôles et les responsabilités du personnel à qui des
fonctions ont été assignées dans le cadre du système de gestion de la sécurité,
(iii) des objectifs de performance et des moyens pour évaluer
dans quelle mesure les objectifs ont été atteints,
(iv) une politique qui permet de rendre compte à l’interne
des dangers, des incidents et des accidents, laquelle prévoit
les conditions selon lesquelles l’immunité à l’égard des mesures disciplinaires sera accordée,
(v) un processus d’examen du système de gestion de la sécurité pour en déterminer l’efficacité;
b) une marche à suivre visant la communication au gestionnaire
compétent des dangers, des incidents et des accidents;
c) une marche à suivre visant la collecte de données concernant
les dangers, les incidents et les accidents;
d) une marche à suivre visant l’échange de renseignements liés
aux dangers, aux incidents et aux accidents entre les utilisateurs
2666
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
(e) procedures for analysing data obtained under paragraph (c)
and during an audit conducted under subsection 805.03(3) and
for taking corrective actions;
(f) training requirements for the accountable executive and for
personnel assigned duties under the safety management system;
(g) procedures for making progress reports to the accountable
executive at intervals determined by the accountable executive
and other reports as needed in urgent cases; and
(h) procedures for involving employees in the implementation
and ongoing development of the safety management system.
(2) The components specified in subsection (1) shall be set out
in a manual or another document established by the holder of the
ATS operations certificate that includes
(a) a record of any amendments to the manual or document;
(b) a description of the procedures for amending the manual or
document; and
(c) a statement, signed by the accountable executive, certifying
that the manual or document is complete and its content accurate.
(3) The Minister shall approve the manual or document if it contains the information and statement required under subsection (2).
d’aéronefs et le fournisseur de services de la circulation aérienne à un aéroport et l’exploitant de l’aéroport;
e) une marche à suivre visant l’analyse des données recueillies
en application de l’alinéa c) et durant une vérification effectuée
en application du paragraphe 805.03(3) et la prise de mesures
correctives;
f) les exigences en matière de formation du gestionnaire supérieur responsable et du personnel auquel des fonctions ont été
attribuées dans le cadre du système de gestion de la sécurité;
g) une marche à suivre visant la présentation de rapports
d’étape au gestionnaire supérieur responsable à des intervalles
déterminés par lui et, au besoin, d’autres rapports dans les cas
urgents;
h) une marche à suivre pour faire participer les employés au
processus de mise en œuvre et de développement continu du
système de gestion de la sécurité.
(2) Les éléments précisés au paragraphe (1) doivent figurer
dans un manuel ou un autre document qui est établi par le titulaire
du certificat d’exploitation des ATS et qui comprend :
a) une inscription de toute modification apportée au manuel ou
au document;
b) un énoncé de la marche à suivre pour apporter des modifications au manuel ou au document;
c) une déclaration signée par le gestionnaire supérieur responsable attestant que le manuel ou le document est complet et que
le contenu est exact.
(3) Le ministre approuve le manuel ou le document s’il
contient les renseignements et la déclaration exigés par le paragraphe (2).
Quality Assurance Program
Programme d’assurance de la qualité
805.03 (1) The quality assurance program required under paragraph 107.03(g) in respect of an applicant for, or a holder of, an
ATS operations certificate shall include a process for quality assurance that includes periodic reviews or audits of the activities
authorized under a certificate and reviews or audits, for cause, of
those activities.
(2) The holder of an ATS operations certificate shall ensure
that records relating to the findings resulting from the quality
assurance program are distributed to the appropriate manager for
corrective action and follow-up in accordance with the policies
and procedures specified in the manual or document established
under subsection 805.02(2).
805.03 (1) Le programme d’assurance de la qualité exigé par
l’alinéa 107.03g) dans le cas du demandeur ou du titulaire d’un
certificat d’exploitation des ATS comprend un processus d’assurance de la qualité qui comprend des examens ou des vérifications
périodiques des activités autorisées en vertu d’un certificat et des
examens ou des vérifications de ces activités pour un motif valable.
(2) Le titulaire du certificat d’exploitation des ATS doit veiller
à ce que les dossiers concernant les constatations qui découlent du
programme d’assurance de la qualité soient distribués au gestionnaire compétent pour que des mesures correctives soient prises et
que le suivi soit assuré conformément aux lignes de conduite et
aux marches à suivre précisées dans le manuel ou le document
établi en vertu du paragraphe 805.02(2).
(3) Le titulaire du certificat d’exploitation des ATS doit établir
un système de vérification pour le programme d’assurance de la
qualité qui comporte les éléments suivants :
a) une vérification initiale effectuée dans les 12 mois qui suivent la date de délivrance du certificat d’exploitation des ATS;
b) une vérification de l’ensemble du programme d’assurance
de la qualité effectuée tous les trois ans, laquelle période est
calculée :
(i) dans le cas d’un certificat d’exploitation des ATS délivré
avant le 1er janvier 2008, à compter de cette date,
(ii) dans le cas d’un certificat d’exploitation des ATS délivré
le 1er janvier 2008 ou après cette date, à compter de la date
de la vérification initiale;
c) des listes de contrôle de toutes les activités régies par le certificat d’exploitation des ATS;
(3) The holder of an ATS operations certificate shall establish
an audit system in respect of the quality assurance program that
consists of the following:
(a) an initial audit conducted within 12 months after the day on
which the ATS operations certificate is issued;
(b) an audit of the entire quality assurance program carried out
every three years, calculated
(i) in the case of an ATS operations certificate issued before
January 1, 2008, from that date, and
(ii) in the case of an ATS operations certificate issued on or
after January 1, 2008, from the date of the initial audit;
(c) checklists of all activities carried out under the certificate;
(d) a record of each occurrence of compliance or noncompliance with the checklists in respect of the activities
2667
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
carried out under the certificate that is found during an audit referred to in paragraph (a) or (b);
(e) procedures for ensuring that each finding of an audit is
communicated to the accountable executive;
(f) follow-up procedures for ensuring that corrective actions are
effective; and
(g) a system for recording the findings of an audit referred to in
paragraph (a) or (b), corrective actions and follow-ups.
d) une inscription de chaque cas de conformité ou de nonconformité avec les listes de contrôle à l’égard des activités régies par le certificat qui est relevé au cours d’une vérification
visée aux alinéas a) ou b);
e) une marche à suivre pour que chaque constatation qui découle d’une vérification soit communiquée au gestionnaire supérieur responsable;
f) des modalités de suivi pour faire en sorte que les mesures
correctives soient efficaces;
g) un système pour consigner les constatations qui découlent
des vérifications visées aux alinéas a) ou b), les mesures correctives et les mesures de suivi.
(4) The audit referred to in paragraph (3)(b) shall be carried out
in one of the following ways:
(a) as a complete audit, or
(b) as a series of audits conducted at intervals determined by
the holder of the ATS operations certificate and set out in the
manual or document established under subsection 805.02(2).
(4) La vérification visée à l’alinéa (3)b) est effectuée de l’une
des manières suivantes :
a) une vérification globale;
b) une série de vérifications effectuées à des intervalles indiqués par le titulaire du certificat d’exploitation des ATS dans
le manuel ou le document établi en vertu du paragraphe 805.02(2).
(5) The records resulting from a system required under paragraph (3)(g) shall be retained for the greater of
(a) two audit cycles, and
(b) two years.
(5) Les dossiers découlant du système exigé par l’alinéa (3)g)
sont conservés pendant la plus longue des périodes suivantes :
a) deux cycles de vérification;
b) deux ans.
(6) The duties related to the quality assurance program that involve specific tasks or activities among the activities of an ATS
operations certificate holder shall be fulfilled by persons who are
not responsible for carrying out those tasks or activities unless
(a) the size, nature and complexity of the operations and activities authorized under the ATS operations certificate justify the
fulfilling of those duties by the person responsible for carrying
out those tasks or activities;
(b) the holder of the ATS operations certificate demonstrates to
the Minister by means of a risk analysis, that the fulfilling of
those duties by the person responsible for carrying out those
tasks or activities will not result in an unacceptable risk to aviation safety; and
(c) the holder of the ATS operations certificate provides the
Minister, in writing, with the information required under paragraphs (a) and (b).
(6) Les fonctions relatives au programme d’assurance de la
qualité qui comportent des tâches ou des activités particulières
dans le cadre d’activités du titulaire du certificat d’exploitation
des ATS doivent être accomplies par des personnes qui ne sont
pas responsables de l’exécution de ces tâches ou de ces activités,
sauf si les conditions suivantes sont réunies :
a) l’ampleur, la nature et la complexité des opérations et des
activités autorisées en vertu du certificat d’exploitation des
ATS justifient l’accomplissement de ces fonctions par la personne responsable de l’exécution de ces tâches ou de ces activités;
b) le titulaire du certificat d’exploitation des ATS démontre au
ministre, par une analyse de risques, que l’accomplissement de
ces fonctions par la personne qui est responsable de l’exécution
de ces tâches ou de ces activités n’entraînera pas de risques
inacceptables pour la sécurité aérienne;
c) le titulaire du certificat d’exploitation des ATS fournit au
ministre, par écrit, les renseignements exigés par les alinéas a)
et b).
Duties of the Certificate Holder
Fonctions du titulaire d’un certificat
805.04 The holder of an ATS operations certificate shall ensure
that
(a) corrective actions are taken in respect of any findings resulting from the safety management system referred to in section 805.01; and
(b) the accountable executive performs the duties prescribed in
section 805.05.
805.04 Le titulaire d’un certificat d’exploitation des ATS doit
veiller à ce que :
a) des mesures correctives soient prises concernant toute constatation qui découle du système de gestion de la sécurité visé à
l’article 805.01;
b) le gestionnaire supérieur responsable exerce les fonctions
prévues à l’article 805.05.
Management of the Safety Management System
Gestion du système de gestion de la sécurité
805.05 (1) The accountable executive shall
(a) establish and maintain a reporting system to ensure the
timely collection of information related to hazards, incidents
and accidents that may adversely affect safety;
2668
805.05 (1) Le gestionnaire supérieur responsable doit :
a) établir et maintenir un système de compte rendu pour assurer
la collecte en temps opportun de renseignements liés aux dangers, aux incidents et aux accidents qui peuvent avoir un effet
néfaste sur la sécurité;
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
(5) The responsibility of the accountable executive is not affected by the assignment of management functions to another
person under subsection (3).
b) déceler les dangers et en faire une analyse de la gestion des
risques;
c) examiner, analyser et cerner la cause réelle ou probable des
dangers, des incidents et des accidents relevés dans le cadre du
système de gestion de la sécurité;
d) établir et maintenir un système de données sur la sécurité,
par moyen électronique ou autre, pour surveiller et analyser les
tendances concernant les dangers, les incidents et les accidents;
e) surveiller et évaluer les résultats des mesures correctives
concernant les dangers, les incidents et les accidents;
f) surveiller les préoccupations de l’industrie de l’aviation civile en matière de sécurité et leur effet perçu sur le titulaire du
certificat d’exploitation des ATS;
g) déterminer le caractère adéquat de la formation exigée par
l’alinéa 805.02(1)f).
(2) Le gestionnaire supérieur responsable doit, lorsque lui est
communiquée une constatation qui découle du programme d’assurance de la qualité visé au paragraphe 805.03(1) ou du système
de gestion de la sécurité visé à l’article 805.01 :
a) décider, le cas échéant, des mesures correctives requises et
les appliquer;
b) consigner toute décision prise en vertu de l’alinéa a) et la
raison à l’appui de celle-ci;
c) si les fonctions de gestion ont été attribuées à une autre personne en vertu du paragraphe (3), lui communiquer toute décision concernant une mesure corrective;
d) aviser le titulaire du certificat de tout manquement d’ordre
systémique et de la mesure corrective prise.
(3) Le gestionnaire supérieur responsable peut attribuer à une
autre personne les fonctions de gestion visant le système de gestion de la sécurité visé à l’article 805.01 si l’attribution des fonctions et ses limites sont prévues dans le manuel ou le document
visé au paragraphe 805.02(2).
(4) La personne à qui des fonctions de gestion ont été attribuées
en vertu du paragraphe (3) doit aviser le gestionnaire supérieur
responsable de tout manquement d’ordre systémique et de la mesure corrective prise.
(5) L’attribution à une autre personne de fonctions de gestion
en vertu du paragraphe (3) ne porte pas atteinte à la responsabilité
du gestionnaire supérieur responsable.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
14. These Regulations come into force on January 1, 2008.
14. Le présent règlement entre en vigueur le 1er janvier
2008.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
(b) identify hazards and carry out risk management analyses of
those hazards;
(c) investigate, analyze and identify the cause or probable
cause of all hazards, incidents and accidents identified under
the safety management system;
(d) establish and maintain a safety data system, by either electronic or other means, to monitor and analyze trends in hazards,
incidents and accidents;
(e) monitor and evaluate the results of corrective actions with
respect to hazards, incidents and accidents;
(f) monitor the concerns of the civil aviation industry in respect
of safety and their perceived effect on the holder of the ATS
operations certificate; and
(g) determine the adequacy of the training required by paragraph 805.02(1)(f).
(2) The accountable executive shall, if a finding resulting from
a quality assurance program referred to in subsection 805.03(1) or
a safety management system referred to in section 805.01 is reported to them,
(a) determine what, if any, corrective actions are required and
carry out those actions;
(b) keep a record of any determination made under paragraph (a) and the reason for it;
(c) if management functions have been assigned to another person under subsection (3), communicate any determination regarding a corrective action to that person; and
(d) notify the certificate holder of any systemic deficiency and
of the corrective action taken.
(3) The accountable executive may assign the management
functions of the safety management system referred to in section
805.01 to another person if the assignment and its scope are
described in the manual or document referred to in subsection 805.02(2).
(4) The person to whom management functions have been assigned under subsection (3) shall notify the accountable executive
of any systemic deficiency and of the corrective action taken.
Description
Description
These Regulations Amending the Canadian Aviation Regulations (Parts I, III and VIII) introduce requirements for a holder of
an airport certificate, a manufacturer certificate or an ATS operations certificate1 to appoint an accountable executive and for a
Le Règlement modifiant le Règlement de l’aviation canadien
(Parties I, III et VIII) introduit des exigences en vertu desquelles
le titulaire d’un certificat d’aéroport, d’un certificat de constructeur ou d’un certificat d’exploitation des ATS1 sera tenu de nommer
———
———
1
1
A certificate that authorizes the holder to operate an air traffic control unit or a
flight service station.
Certificat qui autorise son titulaire à exploiter une unité de contrôle de la circulation aérienne ou une station d’information de vol.
2669
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
holder of an airport certificate or of an ATS operations certificate
to institute a safety management system (SMS).2 Additional
changes to the Canadian Aviation Regulations (CARs) necessary
to implement these requirements are also part of this initiative.
The additions to Part I General Provisions add holders of airport certificates, manufacturer certificates or ATS operations certificates to those certificate holders to whom the provisions of
Subpart 106 Accountable Executive apply and holders of airport
certificates or ATS operations certificates to those certificate
holders to whom the provisions of Subpart 107 Safety Management System Requirements apply. Subpart 106 specifies the certificate holders who must appoint an accountable executive and
the conditions applicable to all accountable executive appointees.
Subpart 107 specifies the certificate holders who must institute a
safety management system and the conditions applicable to all
safety management systems required under this Subpart.
The amendments to Part III Aerodromes and Airports and
Part VIII Air Navigation Services introduce changes, specific to
organizations certified under these Parts, which are necessary for
the appointment of an accountable executive or for the implementation of a safety management system.
These amendments are necessary steps in initiating a new regulatory approach for Transport Canada that will strengthen partnerships with industry and assist the Department in meeting the
safety challenges posed by new technology and increased global
interconnectedness. In March 2005, the Department introduced
requirements for a holder of a flight training unit operator certificate, of an approved maintenance organization (AMO) certificate
or of an air operator certificate issued under section 702.07,
703.07, 704.07 or 705.07 to appoint an accountable executive and
for a holder of an AMO certificate or of an air operator certificate
issued under section 705.07 to institute a safety management
system.
The two concepts, “accountable executive” and “safety management system”, are necessary components of the proactive
regulatory approach being instituted by Transport Canada. This
new approach anticipates the need for aviation organizations to
adapt to new technology and increased global interconnectedness
in the twenty-first century while maintaining the high level of
safety of the Canadian civil aviation system. As aviation traffic
increases both in Canada and globally, regulatory authorities face
the challenge of improving already high levels of aviation safety
by reducing the number of accidents which occur annually.
Transport Canada has identified in Flight 2005: A Civil Aviation
Safety Framework for Canada the principal adjustments that are
needed in pursuit of this challenge. The concepts of accountable
executive and safety management system are cornerstones of
implementing these adjustments.
———
2
The certificates referred to are Canadian aviation documents issued by the Minister which authorize their holders to provide various services or products necessary for the conduct of civil aviation operations.
2670
un gestionnaire supérieur responsable et en vertu desquelles le
titulaire d’un certificat d’aéroport ou d’un certificat d’exploitation des ATS sera tenu d’instaurer un système de gestion de la
sécurité (SGS)2. Les modifications additionnelles devant être
apportées au Règlement de l’aviation canadien (RAC) afin de
pouvoir mettre en œuvre ces exigences figurent également dans la
présente initiative.
Les ajouts à la partie I, Dispositions générales, ajoutent les titulaires de certificat d’aéroport, de certificat de constructeur ou de
certificat d’exploitation des ATS aux titulaires de certificat assujettis aux dispositions de la sous-partie 106, Gestionnaire supérieur responsable, ainsi que les titulaires de certificat d’aéroport
ou de certificat d’exploitation des ATS aux titulaires de certificat
assujettis aux dispositions de la sous-partie 107, Exigences relatives au système de gestion de la sécurité. La sous-partie 106 précise quels sont les titulaires de certificat qui sont tenus de nommer
un gestionnaire supérieur responsable ainsi que les conditions
applicables à toute personne nommée gestionnaire supérieur responsable. Quant à la sous-partie 107, elle précise les titulaires de
certificat qui sont tenus d’instaurer un système de gestion de la
sécurité ainsi que les conditions applicables à tout système de
gestion de la sécurité exigé en vertu de ladite sous-partie.
Les modifications à la partie III, Aérodromes et aéroports, et à
la partie VIII, Services de la navigation aérienne, introduisent les
modifications, propres aux organismes certifiés en vertu de ces
parties, qui sont nécessaires à la nomination d’un gestionnaire
supérieur responsable et à l’instauration d’un système de gestion
de la sécurité.
Les modifications constituent le premier pas vers une nouvelle
approche réglementaire de Transports Canada qui va consolider le
partenariat avec l’industrie et aider le Ministère à relever les défis
en matière de sécurité inhérents aux nouvelles technologies et à
l’accroissement de l’interconnectivité mondiale. En mars 2005, le
Ministère a présenté des exigences voulant que le titulaire d’un
certificat d’exploitation d’unité de formation au pilotage, d’un
certificat d’organisme de maintenance agréé (OMA) ou d’un certificat d’exploitation aérienne délivré en vertu de l’article 702.07,
703.07, 704.07 ou 705.07, nomme un gestionnaire supérieur responsable et que le titulaire d’un certificat d’OMA ou d’un certificat d’exploitation aérienne délivré en vertu de l’article 705.07
instaure un système de gestion de la sécurité.
Les deux concepts de « gestionnaire supérieur responsable » et
de « système de gestion de la sécurité » sont des composantes
indispensables à l’approche réglementaire proactive que Transports Canada est en train d’adopter. Cette nouvelle approche prévoit le besoin qu’éprouveront les organismes aéronautiques à
s’adapter à la nouvelle technologie et à l’accroissement de
l’interconnectivité mondiale dans le courant du vingt et unième
siècle sans pour autant remettre en cause le haut niveau de sécurité du système canadien de l’aviation civile. À mesure que la circulation aérienne augmente tant au Canada que dans le reste du
monde, les autorités réglementaires doivent relever le défi qui
consiste à améliorer le niveau déjà élevé de la sécurité aérienne en
réduisant le nombre d’accidents qui surviennent chaque année.
Dans le document intitulé Vol 2005 — Un cadre de sécurité de
l’aviation civile pour le Canada, Transports Canada a établi les
principaux correctifs à apporter pour relever ce défi. Et les
concepts de gestionnaire supérieur responsable et de système de
———
2
Les certificats dont il est question sont des documents d’aviation canadiens délivrés par le ministre qui autorisent leurs titulaires à offrir divers produits ou services nécessaires à la conduite des opérations de l’aviation civile.
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
It is generally accepted by experts in the field of organizational
safety that most accidents are the result of a sequence of decisions
where a human is only the last link in a chain that led to the accident. The term “organizational accident” was coined to acknowledge that most of the links in the accident chain are under the
control of an organization. Therefore, making a system safer requires action by the organization. Transport Canada has identified
two components as necessary to initiate such action: firstly, a
clearly identifiable individual must be designated as responsible
for corporate decisions affecting aviation safety and compliance
with the CARs, i.e. an accountable executive; secondly, a systems
approach to safety management must be instituted.
An “accountable executive” is a person with financial and executive control over an entity that is the holder of a certificate
issued in accordance with the provisions of the CARs. The appointment of an accountable executive is intended to ensure the
organization is represented by a person who has sufficient authority to ensure compliance with the CARs and who has formally
accepted his or her responsibility for the organization’s compliance.
A safety management system is a “documented process for
managing risks that integrates operations and technical systems
with the management of financial and human resources to ensure
aviation safety or the safety of the public3” which is woven into
the fabric of an organization and becomes part of the way people
do their jobs. Within the organization it will still be individuals
making choices but the purpose of SMS is to set up a process to
lead these individuals to recognize the potential impact of their
choices upon the safety of operations even when the choice appears to be removed from operational outcomes or to have little or
no impact upon them. The SMS makes everyone accountable for
safety in the areas for which they have responsibility. This accountability will be integrated with their accountability for their
own technical or operational responsibilities. The aim is to break
down communication barriers between different areas of an organization and to establish links between such areas of responsibility as marketing, maintenance and operations in order to facilitate the recognition that a decision in any part has an impact on all
other parts and may create an unintended safety hazard.
Safety management systems are based on the fact that there
will always be hazards and risks, therefore proactive management
is needed to identify and control these threats to safety before
they lead to mishaps. The expected result of this initiative is the
fostering of stronger safety cultures within the civil aviation
industry and, as a consequence, the improvement of safety
practices.
gestion de la sécurité représentent les pierres angulaires dans la
mise en œuvre de ces correctifs.
Les experts s’entendent généralement pour dire que, dans le
domaine de la sécurité organisationnelle, la plupart des accidents
sont le résultat d’une séquence de décisions où l’être humain représente le dernier maillon de la chaîne à l’origine de l’accident.
L’expression « accident lié à l’organisme » a été créée pour reconnaître le fait que l’organisme a la maîtrise de la plupart des
maillons de la chaîne d’un accident. Par conséquent, c’est à
l’organisme de prendre les mesures qui s’imposent pour rendre le
système plus sécuritaire. Transports Canada a identifié deux composantes indispensables au déclenchement de telles mesures : en
premier lieu, une personne identifiable doit être désignée responsable des décisions d’affaires touchant la sécurité aérienne et le
respect du RAC, à savoir un gestionnaire supérieur responsable;
en second lieu, une approche systémique en matière de gestion de
la sécurité doit être adoptée.
Un « gestionnaire supérieur responsable » est une personne
exerçant un contrôle financier et exécutif sur un établissement
titulaire d’un certificat délivré conformément aux dispositions du
RAC. La nomination d’un gestionnaire supérieur responsable a
pour objet de veiller à ce que l’organisme soit représenté par une
personne ayant l’autorité nécessaire pour voir au respect du RAC
et ayant accepté formellement ses responsabilités en la matière.
Un système de gestion de la sécurité est un « processus documenté de gestion des risques qui intègre des systèmes d’exploitation et des systèmes techniques à la gestion des ressources financières et humaines pour assurer la sécurité aérienne ou la sécurité
du public »3 qui est imbriqué dans le tissu d’un organisme et qui
devient partie intégrante de la manière dont les personnes s’acquittent de leur travail. Il y aura toujours des personnes qui feront
des choix au sein d’un organisme, mais le but d’un SGS consiste
à élaborer un processus permettant à ces personnes de reconnaître
l’impact potentiel de leurs choix sur la sécurité des opérations,
quand bien même ces choix sembleraient exempts de conséquences opérationnelles ou n’avoir que peu ou pas d’impact sur cellesci. En vertu du SGS, toute personne est responsable de la sécurité
dans les domaines à l’intérieur desquels elle exerce des responsabilités. Cette responsabilisation sera intégrée à ses propres responsabilités techniques et opérationnelles. Le but visé est de faire
tomber toutes les barrières qui bloquent les communications entre
les différents domaines d’un organisme et d’établir des liens entre
des sphères de responsabilité comme le marketing, la maintenance et les opérations, afin de faire reconnaître plus facilement
qu’une décision prise dans un secteur peut avoir un impact sur
tous les autres secteurs et peut ainsi créer un danger imprévu.
Les systèmes de gestion de la sécurité se basent sur le fait qu’il
y aura toujours des dangers et des risques et qu’il faut donc recourir à une gestion proactive pour reconnaître et juguler ces
menaces à la sécurité avant qu’elles n’aient des conséquences
néfastes. De par son résultat attendu, la présente initiative vise à
favoriser un renforcement de la culture de la sécurité au sein de
l’industrie de l’aviation civile et, par voie de conséquence, à améliorer les pratiques en matière de sécurité.
Part I - General Provisions
Partie I - Dispositions générales
Part I of the CARs contains definitions affecting more than one
part of the CARs and administrative provisions applicable to all
parts of the CARs.
La partie I du RAC renferme des définitions qui visent plus
d’une partie du RAC ainsi que des dispositions administratives
qui s’appliquent à toutes les parties du RAC.
———
———
3
3
Canadian Aviation Regulations, Part I, Section 101.01, Department of Transport,
Ottawa, Canada.
Règlement de l’aviation canadien, Partie I, Article 101.01, le ministère des
Transports, Ottawa, Canada.
2671
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
The amendments to Part I include amendments to section 101.01
Interpretation and an amendment to the definition of “principal”
in section 103.12 Definition of “Principal”.
To assist in the interpretation of these new provisions, a new
definition added to section 101.01 is “ATS operations certificate”
meaning “a certificate issued under Part VIII that authorizes its
holder to operate an air traffic control unit or a flight service
station”.
The existing definition of “ATS” or “air traffic services” in
section 101.01 is replaced by a definition which adds flight information services to the list of ATS which, previously, comprised solely air traffic control services and advisory services.
An amendment to section 103.12 Definition of “Principal”
adds those persons in respect of an airport and those persons in
respect of a provider of air traffic services who have been appointed as accountable executives to the list of those who are
considered principals. Section 103.12 of the CARs defines the
term “principal” for the purposes of subsection 6.71(1) and paragraph 7.1(1)(c) of the Aeronautics Act. “Principals” are persons
who occupy vital positions and are responsible for key elements
within their respective aviation organizations. The Minister is
given broad discretion in exercising his authority regarding decisions involving the performance of individuals defined as “principals.” The Minister has the authority to refuse to issue or to
amend a Canadian aviation document if, in his opinion, the aviation record of any principal of the applicant warrants such a refusal. He or she also has the authority to decide to suspend, cancel
or refuse to renew a Canadian aviation document on the same
grounds. These persons, as accountable executives, occupy a vital
position and are responsible for key elements within the organization and, therefore, should be included with other principals with
respect to Ministerial discretion.
As noted earlier, holders of airport certificates, manufacturer
certificates or ATS operations certificates are added to those certificate holders to whom the provisions of Subpart 106 Accountable Executive apply and holders of airport certificates or ATS
operations certificates, to those certificate holders to whom the
provisions of Subpart 107 Safety Management System Requirements apply. The provisions for accountable executives and safety
management systems in Part I represent elements of these concepts which are common to all operational activities governed by
the CARs. Each activity may also be subject to specific requirements which take into account the individual circumstances of the
environment within which that activity takes place. These specific
requirements are presented in the Part of the CARs where the
relevant requirements for the individual activity may be found.
An additional provision in section 107.03 which applies to both
an applicant for or a holder of an airport certificate and an ATS
operations certificate requires the SMS to be established by such
an entity to have a quality assurance program. The requirement
for this type of a program to ensure quality is already in place for
other organizations in which an SMS is required, although the
2672
Les modifications à la partie I incluent des modifications de
l’article 101.01, Définitions, ainsi qu’une modification de la définition du mot « dirigeant » à l’article 103.12, Définition de
« dirigeant ».
Pour aider à l’interprétation de ces nouvelles dispositions, la
nouvelle définition suivante est ajoutée à l’article 101.01 : « certificat d’exploitation des ATS » « Certificat délivré en vertu de la
partie VIII qui autorise son titulaire à exploiter une unité de
contrôle de la circulation aérienne ou une station d’information de
vol. »
La définition actuelle de « ATS » ou de « services de la circulation aérienne » qui figure à l’article 101.01 est remplacée par une
définition qui ajoute les services d’information de vol à la liste
des ATS qui, auparavant, ne comprenait que les services du
contrôle de la circulation aérienne et les services consultatifs de la
circulation aérienne.
Une modification à l’article 103.12, Définition de « dirigeant »,
ajoute, dans le cas d’un aéroport comme dans celui d’un fournisseur de services de la circulation aérienne, les personnes ayant été
nommées gestionnaires supérieurs responsables à la liste des personnes considérées comme des dirigeants. L’article 103.12 du
RAC définit le mot « dirigeant » pour l’application du paragraphe 6.71(1) et de l’alinéa 7.1(1)c) de la Loi sur l’aéronautique.
Par « dirigeants », on entend les personnes qui occupent des
postes vitaux et qui sont responsables d’éléments clés au sein de
leurs organismes aéronautiques respectifs. Le ministre a une
grande latitude dans l’exercice de ses pouvoirs en ce qui a trait
aux décisions visant le rendement de toute personne comprise
dans la définition du mot « dirigeant ». Le ministre a le pouvoir
de refuser de délivrer ou de modifier un document d’aviation
canadien s’il est d’avis que les antécédents aériens d’un dirigeant
justifient un tel refus. Il a également le pouvoir de décider de suspendre, d’annuler ou de refuser de renouveler un document
d’aviation canadien pour les mêmes motifs. À titre de gestionnaires supérieurs responsables, ces personnes occupent un poste vital
et sont responsables d’éléments clés au sein de l’organisme, ce
qui veut dire qu’elles devraient être elles aussi assujetties, comme
les autres dirigeants, au pouvoir discrétionnaire du ministre.
Tel qu’il est indiqué plus haut, les titulaires de certificat d’aéroport, de certificat de constructeur ou de certificat des opérations ATS
sont ajoutés aux titulaires de certificat pour qui les dispositions de
la sous-partie 106, Gestionnaire supérieur responsable, s’appliquent, les titulaires de certificat d’aéroport ou de certificat des
opérations ATS étant de plus ajoutés aux titulaires de certificat
pour qui les dispositions de la sous-partie 107, Exigences relatives au système de gestion de la sécurité, s’appliquent. Les dispositions relatives aux gestionnaires supérieurs responsables et
aux systèmes de gestion de la sécurité de la partie I représentent
les éléments des concepts qui sont communs à toutes les activités
opérationnelles régies par le RAC. Chaque activité peut aussi être
assujettie à des exigences particulières tenant compte des circonstances individuelles propres au milieu dans lequel elle se déroule.
Ces exigences particulières seront présentées dans la partie du
RAC où se trouvent les exigences pertinentes à cette activité prise
individuellement.
Une disposition additionnelle à l’article 107.03 qui s’applique
tant au demandeur qu’au titulaire d’un certificat d’aéroport ou
d’un certificat des opérations ATS exige que cette personne mette
en place un SGS afin de pouvoir disposer d’un programme
d’assurance de la qualité. L’exigence visant la présence d’un tel
programme capable d’assurer la qualité s’applique déjà dans les
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
designation of the program as “quality assurance” is introduced in
this initiative.
Changes to Schedule II Designated Provisions which is attached to Subpart 103 Administration and Compliance make adjustments to allow for the renumbering of existing provisions and
introduce maximum penalties which may be assessed for noncompliance with new sections introduced in this amendment to
the CARs.
Part III - Aerodromes and Airports
Part III Aerodromes and Airports of the CARs comprises rules
governing the operation of civilian aerodromes and airports in
Canada.
Section 302.07 Obligations of Operator, requires the airport
operator to assign duties on any area set aside for the safe operation of aircraft on the ground only to employees who have successfully completed a safety-related initial training course on
human and organizational factors. This requirement standardizes
the training requirements for airport employees with those in
place for employees of other organizations at which an SMS has
been introduced.
Section 302.08 Airport Operations Manual contains
(1) requirements as to the distribution of copies of the airport
operations manual after it has been approved,
(2) provisions specifying that any amendment to an airport operations manual must be treated in the same fashion as the making of an airport operations manual, and
(3) the contents which must be in an airport operations manual.
Section 302.08 is amended to add that information with respect
to a safety management system is required to be included in an
airport operations manual.
A new Division V Safety Management System is added to Subpart 302 Airports. The provisions in this new division apply upon
their coming into force to those ten airports, such as Toronto/
Lester B. Pearson International and Vancouver International, which
are listed in subsection 302.500(1). These ten airports are the
airports at which the majority of international flights arrive or
depart. The provisions apply to the remaining certified airports in
Canada on and after January 1, 2009. The remaining sections of
Division V contain
(1) the requirements which an SMS must satisfy including that
it must be under the control of the accountable executive,
(2) the components of the SMS,
(3) the requirements which a quality assurance program must
satisfy,
(4) the duties of the certificate holder, and
(5) the duties of the person managing the SMS.
A provision included in section 302.505 Person Managing the
Safety Management System ensures that the appointment of a
person to manage the safety management system or the assignment of management functions to another person does not relieve
the accountable executive of his or her responsibilities.
Part VIII - Air Navigation Services
Part VIII deals with the rules that apply to the provision of air
traffic services, aeronautical telecommunications, aeronautical
information services and aviation weather services.
autres organismes pour lesquels un SGS est exigé, bien que le fait
d’appeler ce programme « assurance de la qualité » soit introduit
par la présente initiative.
Les modifications à l’annexe II, Textes désignés, laquelle est
jointe à la sous-partie 103, Administration et application, permettent de faire les ajustements nécessaires à la renumérotation des
dispositions actuelles et d’indiquer les amendes maximales qui
peuvent être imposées en cas de non-respect des nouveaux articles intégrés dans la présente modification apportée au RAC.
Partie III - Aérodromes et aéroports
La partie III du RAC, Aérodromes et aéroports, contient les règles qui régissent l’exploitation des aérodromes et des aéroports
civils au Canada.
L’article 302.07, Obligations de l’exploitant, exige que l’exploitant d’aéroport attribue des tâches dans n’importe quelle zone
réservée à l’exploitation sûre d’aéronefs au sol seulement aux
employés ayant réussi un cours de formation initiale en matière
de sécurité portant sur les facteurs humains et organisationnels.
Cette exigence permet d’uniformiser les exigences de formation
des employés d’aéroport avec celles qui existent déjà dans le cas
des employés d’autres organismes au sein desquels un SGS a été
mis en place.
L’article 302.08, Manuel d’exploitation d’aéroport, énonce :
(1) les exigences relatives à la distribution d’exemplaires dudit
manuel après que celui-ci a été approuvé,
(2) les dispositions indiquant que toute modification apportée
audit manuel doit être traitée de la même façon que s’il s’agissait de l’élaboration initiale du manuel,
(3) ce que doit contenir ledit manuel.
L’article 302.08 est modifié afin d’ajouter que les renseignements portant sur le système de gestion de la sécurité proposé
doivent être inclus dans le manuel d’exploitation d’aéroport.
Une nouvelle section V, Système de gestion de la sécurité, est
ajoutée à la sous-partie 302 Aéroports. Au moment de leur entrée
en vigueur, les dispositions de cette nouvelle section s’appliquent
aux dix aéroports, comme l’aéroport international Lester B. Pearson de Toronto et l’aéroport international de Vancouver, qui sont
énumérés au paragraphe 302.500(1). Ces dix aéroports sont ceux
où arrive et d’où part la majorité des vols internationaux. Ces
dispositions s’appliquent aux autres aéroports certifiés du Canada
à partir du 1er janvier 2009 et après. Les autres articles de la section V énoncent :
(1) les exigences que devra respecter un SGS, y compris le fait
qu’il devra relever du gestionnaire supérieur responsable,
(2) les éléments du SGS,
(3) les exigences que devra respecter le programme d’assurance de la qualité,
(4) les fonctions du titulaire du certificat,
(5) les fonctions du gestionnaire du SGS.
Une disposition incluse à l’article 302.505, Gestionnaire du
système de gestion de la sécurité, permet d’assurer que le fait de
nommer un gestionnaire du système de gestion de la sécurité ou
d’attribuer des fonctions de gestion à une autre personne ne libérera pas le gestionnaire supérieur responsable de ses responsabilités.
Partie VIII - Services de la navigation aérienne
La partie VIII contient les règles qui s’appliquent à la fourniture des services de la circulation aérienne, aux télécommunications aéronautiques, aux services d’information aéronautique et
aux services de météorologie aéronautique.
2673
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
A previously existing definition in section 800.01 Interpretation of “ATS operations certificate” is repealed.
In section 801.09 Training and Competency of Flight Service
Specialists, an addition requires a flight service specialist to have
successfully completed a safety-related initial training course on
human and organizational factors before acting as a flight service
specialist. This requirement standardizes the training requirements for flight service specialists with those in place for air traffic controllers and for employees of other organizations at which
an SMS has been introduced.
The previous Subpart 805 Safety Management Program required simply the establishment of a safety management program
that provided for an internal oversight system but did not detail
the requirements of such a program. This requirement has been
replaced by a new Subpart titled Safety Management System that
includes five sections that set forth
(1) the requirements of an SMS including that it must be under
the control of the accountable executive,
(2) the components of the SMS,
(3) the requirements of a quality assurance program,
(4) the duties of the certificate holder, and
(5) management of the SMS.
A provision included in section 805.05 Management of the
Safety Management System ensures that the assignment of management functions to another person does not relieve the accountable executive of his or her responsibilities.
Alternatives
These Regulations Amending the Canadian Aviation Regulations are part of a significant change in regulatory approach for
Transport Canada’s Civil Aviation program. They follow the
introduction of the concepts of “accountable executive” and
“safety management system” which were brought into the CARs
with the amendments of Parts I General Provisions, IV Personnel
Licensing and Training, V Airworthiness and VII Commercial
Air Services as published in the Canada Gazette, Part II in May
2005.
These initiatives build upon the work of leading safety experts
and international bodies such as the International Civil Aviation
Organization (ICAO) that have been advocating that greater attention be paid to managing safety at the organizational level.
Also, they acknowledge that achieving the department’s mission
of developing and administering policies, regulations and programs for a safe, efficient and environmentally responsible transportation system is a shared responsibility between the regulator
and the regulatees. These changing roles and consequential shifting responsibilities have necessitated an overhaul and modernizing of the legislative and regulatory framework. The consequences of not acknowledging the need for addressing these
changing roles and responsibilities would leave Canadian civil
aviation facing an increased risk of incidents and accidents intrinsic in today’s environment of rapid technological changes and
increased globalization without appropriate regulatory support to
alleviate the risk. There is no alternative to regulatory action that
would accomplish the necessary changes.
2674
La définition précédente de « certificat d’exploitation des ATS »
qui figure actuellement à l’article 800.01, Définitions et interprétation, est abrogée.
Un ajout à l’article 801.09, Formation et compétence des spécialistes de l’information de vol, exige qu’un spécialiste de l’information de vol réussisse à un cours de formation initiale en
matière de sécurité portant sur les facteurs humains et organisationnels avant de pouvoir agir à titre de spécialiste de l’information de vol. Cette exigence permet d’uniformiser les exigences de
formation des spécialistes de l’information de vol avec celles des
contrôleurs de la circulation aérienne et des employés d’autres
organismes chez qui un SGS a déjà été mis en place.
La sous-partie 805 précédente, Programme de gestion de la sécurité, exigeait simplement la mise en place d’un programme de
gestion de la sécurité prévoyant un système interne de surveillance mais ne donnait aucun détail sur un tel programme. Cette
exigence a été remplacée par la nouvelle sous-partie qui s’intitule
Système de gestion de la sécurité, laquelle comprend cinq articles
qui traitent :
(1) des exigences applicables à un SGS, y compris du fait qu’il
devra relever du gestionnaire supérieur responsable,
(2) des éléments du SGS,
(3) des exigences propres à un programme d’assurance de la
qualité,
(4) des fonctions du titulaire du certificat,
(5) de la gestion du SGS.
Une disposition incluse à l’article 805.05, Gestion du système
de gestion de la sécurité, permet d’assurer que l’attribution de
fonctions de gestion à une autre personne ne libère pas le gestionnaire supérieur responsable de ses responsabilités.
Solutions envisagées
Le Règlement modifiant le Règlement de l’aviation canadien
fait partie de l’importante modification de l’approche réglementaire adoptée dans le programme de l’aviation civile de Transports
Canada. Il fait suite à l’introduction des concepts de « gestionnaire supérieur responsable » et de « système de gestion de la
sécurité » qui sont apparus dans le RAC lorsque les modifications
apportées à la partie I, Dispositions générales, à la partie IV, Délivrance des licences et formation du personnel, à la partie V,
Navigabilité aérienne, et à la partie VII, Services aériens commerciaux, ont été publiées à la Partie II de la Gazette du Canada
en mai 2005.
Ces initiatives se fondent sur le travail effectué par des experts
en matière de sécurité et des instances internationales de premier
plan, comme l’Organisation de l’aviation civile internationale
(OACI), lesquels font valoir que la gestion de la sécurité devrait
faire l’objet d’une plus grande attention au niveau des organismes. Ces propositions reconnaissent également que la mission
que s’est fixée le Ministère, à savoir établir et administrer des
politiques, des règlements et des programmes pour assurer un
réseau de transport sécuritaire, efficace et respectueux de l’environnement, est une responsabilité partagée entre l’instance de
réglementation et les personnes réglementées. Ces nouveaux rôles
ainsi que le transfert de responsabilités qui en découle ont nécessité un remaniement et une modernisation du cadre législatif et
réglementaire. Le fait de ne pas reconnaître la nécessité de tenir
compte de l’évolution actuelle de ces rôles et responsabilités aurait eu pour conséquence de laisser l’aviation civile canadienne
exposée à des risques accrus d’incidents et d’accidents intrinsèques à l’environnement actuel fait de changements technologiques rapides et d’une mondialisation sans cesse croissante, sans
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
aucune aide réglementaire pertinente pour atténuer ces risques. Il
n’existe aucune solution autre que réglementaire pour apporter les
modifications nécessaires.
Strategic Environmental Assessment
Évaluation environnementale stratégique
A preliminary scan of this initiative has been done in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement – March 2001. It is concluded from the preliminary scan that a detailed analysis is not
necessary. Further assessments or studies regarding environmental effects of this initiative are not likely to yield a different
determination.
Un premier examen sommaire de cette initiative a été effectué
conformément aux critères de l’Énoncé de politique sur l’évaluation environnementale stratégique de Transports Canada de mars
2001. Ce premier examen a permis de conclure qu’une analyse
détaillée n’était pas nécessaire. Il est en effet peu probable que
d’autres évaluations ou études sur les effets environnementaux de
la présente initiative en arrivent à des conclusions différentes.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Accountable Executive
Gestionnaire supérieur responsable
The new requirement for an applicant for or for a holder of a
certificate as introduced in these amendments to designate an
accountable executive and for the person designated to acknowledge, in writing, his or her acceptance of the responsibilities of
this position is unlikely to impose any immediate costs upon the
aviation industry.
The concept of the accountable executive is intended to support
the creation and nurturing of a safety culture within an organization by emphasizing the responsibility of a senior manager for
such a culture and its results. The dissemination of the concept
throughout civil aviation is one of the foundations of the implementation of safety management systems in aviation industry
organizations and, thereby, will be a major contributor to the
maintenance and enhancement of civil aviation safety.
La nouvelle exigence voulant que, en vertu des modifications
qui sont mises en place ici, le demandeur ou le titulaire d’un certificat désigne un gestionnaire supérieur responsable et que la personne ainsi désignée reconnaisse par écrit qu’elle accepte les responsabilités de ce poste, ne devrait se traduire par aucun coût
immédiat pour le milieu de l’aviation.
Le concept du gestionnaire supérieur responsable devrait aider
à la création et au maintien d’une culture de sécurité au sein d’un
organisme, et ce, grâce à l’accent mis sur les responsabilités d’un
haut gestionnaire en ce qui a trait à une telle culture et à ses résultats. La dissémination de ce concept dans toute l’aviation civile
est l’un des fondements de la mise en œuvre de systèmes de gestion de la sécurité dans les organismes du milieu de l’aviation et
constituera, par conséquent, un élément contributif majeur au
maintien et à l’amélioration de la sécurité de l’aviation civile.
Les organismes n’auront pas à créer un nouveau poste de gestionnaire supérieur responsable. Il leur suffira simplement d’obtenir une acceptation écrite des responsabilités à l’intérieur des
postes actuels de hauts gestionnaires. Par conséquent, l’introduction du concept du gestionnaire supérieur responsable n’entraînera aucun coût additionnel pour l’industrie ou pour l’économie
canadienne. Si les avantages au niveau du soutien et de l’augmentation de la sécurité aérienne sont impossibles à quantifier, on
s’attend tout de même à ce qu’ils soient positifs.
Organizations will not need to establish a new position for the
accountable executive. Rather, an acknowledgement in writing of
responsibilities congruent with existing senior positions will be
required. As a result, there will be no additional cost to the industry or to the Canadian economy from the introduction of the accountable executive concept. The benefits in terms of supported
and increased aviation safety are unquantifiable but are expected
to be positive.
Safety Management Systems
Systèmes de gestion de la sécurité
The amendments to Part III and Part VIII deal with specific
provisions which differ in detail rather than in essentials from
many procedures already in place in well-managed organizations.
Some costs are likely to be incurred in individual organizations
by setting up new systems. However, individual organizations can
expect to benefit from the reduced occurrence of incidents and
accidents along with the costs that such events generate.
Les modifications aux parties III et VIII portent sur des dispositions précises qui diffèrent plutôt sur la forme que sur le fond
pour ce qui est de nombreuses procédures déjà en place dans des
organismes bien gérés. Il est probable que la mise sur pied de ces
nouveaux systèmes va entraîner des coûts au niveau des organismes pris individuellement. Toutefois, ces mêmes organismes
peuvent s’attendre à tirer avantage du nombre réduit d’incidents
et d’accidents et, par le fait, de la réduction des coûts inhérente à
la diminution de tels événements.
Compte tenu de la grande variété de taille et de complexité que
présentent les organismes qui sont concernés par l’introduction de
systèmes de gestion de la sécurité, une estimation moyenne ou
médiane des coûts ne saurait représenter les coûts d’un organisme
actuel. De plus, plusieurs de ces organismes ont déjà instauré, en
tout ou en partie, des composantes qui ressemblent de très près à
celles qui sont exigées en vertu de la présente initiative. Par conséquent, aucune tentative visant à estimer les coûts de mise en
œuvre des systèmes de gestion de la sécurité n’a été faite. Toutefois, quelques exemples concrets sont présentés ci-dessous.
Because of the range in size and complexity of the organizations to which the introduction of safety management systems
applies, an average or midpoint cost estimate is unlikely to represent any existing organization’s costs. Also, many of these organizations have already instituted some or all components which
are very similar to those which are required under this initiative.
Therefore, cost estimates have not been attempted for the implementation of safety management systems. However, anecdotal
evidence is available as follows.
2675
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
Moncton Flight College
Moncton Flight College
In support of SMS, Mr. Mike Doiron, CEO and Principal of the
Moncton Flight College,4 has stated that his experience after implementation of a company-wide safety management system at
his organization has demonstrated without doubt that the cost
savings (i.e. the financial benefits) from SMS have outweighed
the costs of its implementation and operation. Mr. Doiron estimated that his company has saved from prevented incidents approximately $25,000 per year as a result of SMS. In addition,
Moncton Flight College’s ability to show their improved incident
history over the five years in which SMS had been in effect enabled them to negotiate a reduction in their insurance premiums
for 2005 of 22%, a one-year saving of $48,000.
Mr. Doiron emphasized that the benefits from an SMS can only
be reaped from an organizational culture change. He stressed that
the way the individuals, including the CEO, think must change.
SMS cannot be just a paperwork exercise for this effect to be
seen.
À l’appui du SGS, M. Mike Doiron, PDG et principal du
Moncton Flight College4, a fait savoir que, de par l’expérience
qu’il a acquise à la suite de la mise en œuvre d’un système de
gestion de la sécurité à la grandeur de son entreprise, il ne faisait
aucun doute que les économies (autrement dit, les avantages financiers) découlant du SGS avaient surpassé les coûts de mise en
œuvre et de fonctionnement d’un tel système. D’après les estimations de M. Doiron, le SGS a fait économiser à son entreprise
quelque 25 000 $ par année en coûts d’incidents évités. De plus,
le fait que le Moncton Flight College ait pu montrer que le nombre des incidents avait baissé au cours des cinq années de fonctionnement du SGS lui a permis de négocier une réduction de ses
primes d’assurance de 22 % pour 2005, soit une économie annuelle de 48 000 $.
Parmi les avantages non quantifiables dont le Moncton Flight
College a pu bénéficier à la suite de la mise en œuvre d’un SGS,
il est permis de mentionner un dossier excellent au niveau des
vérifications effectuées par Transports Canada. Les cinq vérifications des opérations de formation au pilotage qui ont eu lieu depuis 1999, année de la mise en place d’un SGS à l’école de pilotage, ne se sont traduites au total que par quatre constatations
mineures. Quant aux cinq vérifications de l’OMA effectuées pendant cette même période, elles ont abouti aux mêmes résultats. Un
SGS a été instauré en 2003 dans la division des vols d’affrètement
du Moncton Flight College. Depuis cette date, Transports Canada
a effectué deux vérifications, lesquelles n’ont donné lieu au total
qu’à une seule constatation. Avant 2003, une vérification avait
résulté en six constatations. Pour M. Doiron, c’est l’excellent
profil de sécurité de son entreprise matérialisé par les résultats des
vérifications et par la réduction des primes d’assurance qui a
permis au Moncton Flight College de remporter récemment deux
contrats « relativement importants ». D’après l’estimation fournie
par M. Doiron, les coûts d’exploitation d’un SGS sont de l’ordre
de 20 000 $ par année.
M. Doiron a insisté sur le fait que les avantages d’un SGS ne
peuvent provenir que d’un changement de la culture organisationnelle. Il a tenu à dire que la façon de penser des divers intervenants, PDG compris, devait changer. Pour en voir les effets, il
ne faut pas considérer le SGS comme un simple exercice théorique.
Logan International Airport, Boston, MA, U.S.A.
Aéroport international Logan de Boston (Mass., États-Unis)
In a similar initiative to SMS which has been developed at
Logan International Airport in Boston,5 MA, U.S.A., an Airside
Safety Working Group has been formed to create a safer work
environment at this airport. The working group is a grassroots
effort that brings together baggage handlers, fuel operators, airline and freight representatives, staff from the Federal Aviation
Administration (FAA), Logan Operations, State Police, Fire Rescue and others familiar with the airport. Each month the members
of this group meet to identify potential hazards from their daily
experience and to brainstorm about ways to neutralize those potential dangers. In the nomination of this program for the Flight
Safety Foundation, 2005 Airport Safety Award, over a six-month
period the initiative was credited with a 50% reduction in motor
vehicle accidents on the ramp and a 20% reduction in the total
number of fuel spills at Logan International Airport.
Dans le cadre d’un projet similaire au SGS qui a été lancé à
l’aéroport international Logan de Boston (Mass., États-Unis)5, un
groupe de travail portant sur la sécurité côté piste a été constitué
afin de créer un environnement de travail plus sécuritaire à cet
aéroport. Ce groupe de travail est la manifestation de l’effort de
base qui permet aux bagagistes, aux préposés au carburant, aux
représentants des compagnies aériennes et des compagnies de
fret, au personnel de la Federal Aviation Administration (FAA),
des opérations de l’aéroport de Logan, de la police d’État, des
services de sauvetage et de lutte contre les incendies et aux autres
personnes connaissant bien l’aéroport, de se rencontrer. Chaque
mois, les membres de ce groupe se réunissent afin de signaler les
dangers potentiels tirés de leur expérience quotidienne et de discuter des façons de les neutraliser. En décernant à ce programme
le prix 2005 de la sécurité aéroportuaire (2005 Airport Safety
———
———
4
4
Intangible benefits which Moncton Flight College have experienced as a result of their implementation of SMS include a consistently successful record on Transport Canada audits. Five audits of the flight training operation since 1999, when the SMS
was instituted in this operation, have resulted in only four minor
findings in total. The five AMO audits over the same period have
resulted in the same record. SMS was instituted in the charter
operation at Moncton Flight College in 2003. Since that time, two
Transport Canada audits have been conducted with only one finding in total. Prior to 2003, one audit had six findings as a result.
Mr. Doiron attributes to the excellence of his company’s safety
profile as demonstrated by the audit results and the reduction in
insurance premiums two “fairly large” contracts which his company has recently won. He has estimated his cost of operating an
SMS to be $20,000 per year.
5
Telecon between Mr. Doiron and Transport Canada, Civil Aviation, Regulatory
Services on September 27, 2006.
Email from Deputy Fire Chief Jack Kreckie, Chief of Operations, Massport Fire
Rescue Department, Logan International Airport, Boston, MA.
2676
5
Téléconférence du 27 septembre 2006 entre M. Doiron et les Services réglementaires de l’Aviation civile de Transports Canada.
Courriel du chef-adjoint du service d’incendie, Jack Kreckie, chef des opérations
du service de sauvetage et de lutte contre les incendies du Massport, aéroport international Logan de Boston (Mass.).
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
Award), la Flight Safety Foundation a tenu à souligner que, sur
une période de six mois, cette initiative s’était traduite par une
réduction de 50 % des accidents de véhicules à moteur sur l’aire
de trafic et par une diminution de 20 % du nombre total de déversements accidentels de carburant à l’aéroport international Logan.
Air Transat
Air Transat
The experience of Air Transat, as presented at the 2004 Canadian Aviation Safety Seminar by Captain Michael R. Dilollo, Director of Flight Safety at Air Transat, where a safety management
system was voluntarily initiated in 2002, demonstrates that the
benefits from such a system are likely to outweigh the costs for
the organization over time. Captain Dilollo reiterated this position
in his presentation at the Canadian Aviation Executives’ Safety
Network (CAESN) in April 2007.
L’expérience d’Air Transat, telle qu’elle a été présentée lors du
Séminaire sur la sécurité aérienne au Canada de 2004 par le
commandant Michael R. Dilollo, directeur de la sécurité des vols
chez Air Transat, compagnie au sein de laquelle un système de
gestion de la sécurité a été mis en place volontairement en 2002,
démontre qu’il y a tout lieu de croire qu’avec le temps, les avantages d’un tel système vont surpasser les coûts devant être assumés par les organismes. Le commandant Dilollo a réitéré cette
position dans sa présentation devant le Réseau des cadres supérieurs sur la sécurité aérienne au Canada (RCSSAC) en avril
2007.
Overall Improvement of Aviation Safety
Amélioration générale de la sécurité aérienne
The overall improvement of aviation safety resulting from the
interaction of many organizations where there is an SMS will
generate benefits for aviation safety and the safety of the public as
a whole. The prevention of one accident can preserve an aircraft
valued at several million dollars as well as protecting passengers
and crew from injury. The magnitude of possible benefits associated with prevention or reduction in the likelihood of less catastrophic events can be evaluated using the cost of incidents such as
an in-flight shut down of an engine which has been estimated to
cost over $480,000 Canadian.6 There were 104 incidents of engine failure or shut down as a precautionary measure involving
Canadian-registered aircraft reported to the Transportation Safety
Board of Canada in 2003. Other potentially costly incidents include flight cancellations (over $48,000 Canadian per event), or
one-hour flight delays (over $9,600 Canadian per event). Prevention of such events or reduction in the likelihood of their occurrence would benefit the organizations concerned and the industry
as a whole by generating substantial savings. The introduction of
an SMS requirement into the aviation environment is expected to
have a positive net benefit-cost impact.
L’amélioration générale de la sécurité aérienne résultant de
l’interaction entre plusieurs organismes ayant un SGS va se traduire par des avantages tant au niveau de la sécurité aérienne
qu’au niveau de la sécurité du public en général. Le fait d’éviter
un accident peut permettre de sauvegarder un aéronef valant plusieurs millions de dollars tout en évitant des blessures aux passagers et à l’équipage. Il est possible d’évaluer l’importance des
avantages associés au fait d’éviter des événements moins catastrophiques ou d’en réduire la probabilité, en se servant des coûts
d’un incident comme un arrêt moteur en vol, lesquels ont été estimés à plus de 480 000 dollars canadiens6. En 2003, 104 incidents faisant état d’une panne moteur ou d’un arrêt moteur par
mesure de précaution à bord d’aéronefs immatriculés au Canada
ont été signalés au Bureau de la sécurité des transports du Canada.
Parmi d’autres incidents potentiellement onéreux, on peut citer une
annulation de vol (plus de 48 000 dollars canadiens à chaque fois)
ou un vol retardé d’une heure (plus de 9 600 dollars canadiens à
chaque fois). La prévention de tels événements ou la réduction de
la probabilité qu’ils surviennent vont profiter aux organismes
concernés et à l’industrie dans son ensemble, car de substantielles
économies vont en résulter. Il faut donc s’attendre à ce que l’introduction d’une exigence rendant obligatoire la présence d’un
SGS dans le milieu de l’aviation ait un impact net positif en matière d’avantages par rapport aux coûts.
Summary of Benefit-Cost Analysis
Résumé de l’analyse des avantages par rapport aux coûts
The cumulative impact of the introduction of the concepts of
accountable executive and safety management systems into the
CARs and, thus, into the operating environment of Canadian civil
aviation is expected to produce a beneficial consequence for aviation safety and the safety of the public as a whole. This positive
result is anticipated to outweigh any costs associated with their
introduction. Therefore, the net benefit-cost impact will be positive and will justify these amendments.
L’introduction des concepts de « gestionnaire supérieur responsable » et de « systèmes de gestion de la sécurité » dans le RAC
et, par voie de conséquence, dans le milieu opérationnel de l’aviation civile canadienne, devrait avoir des conséquences bénéfiques,
tant au niveau de la sécurité aérienne qu’au niveau de la sécurité
du public dans son ensemble. On s’attend à ce que ces résultats
positifs l’emportent sur les coûts inhérents à l’introduction de tels
concepts. En conclusion, l’impact net en matière d’avantages par
rapport aux coûts sera positif et justifiera ces modifications.
Consultation
Consultations
These Regulations Amending the Canadian Aviation Regulations (Parts I, III and VIII) were pre-published in the Canada
Le présent Règlement modifiant le Règlement de l’aviation canadien (Parties I, III et VIII) a été publié au préalable dans la
———
———
6
6
These costs are based on 1996 estimates by the Boeing Aircraft Corporation of
$500,000 U.S. for the in-flight shutdown of an engine, $50,000 U.S. for a flight
cancellation and $10,000 U.S. per hour for a flight delay.
Ces coûts se basent sur des estimations faites en 1996 par Boeing Aircraft Corporation, à savoir, en dollars américains : 500 000 $ pour un arrêt moteur en vol,
50 000 $ pour une annulation de vol et 10 000 $ par heure de retard d’un vol.
2677
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
Gazette, Part I on July 7, 2007. Five comments were received.
The comments and the response to each comment can be obtained
by requesting the Disposition of Comments from the Canadian
Aviation Regulation Advisory Council (CARAC) Secretariat.
CARAC was established to increase public access and participation in the rule-making process; to discuss and debate issues
from various viewpoints; to bring the various rule-making proposals to the notice of senior management at an earlier stage;
and to facilitate harmonization with other national aviation
jurisdictions.
CARAC includes Technical Committees, representing each
Part of the Canadian Aviation Regulations (CARs), whose role is
to review and analyze assigned issues and make regulatory recommendations. These Technical Committees consist of representatives from Transport Canada Civil Aviation, the aviation community and other interested parties. As well, CARAC includes the
Civil Aviation Regulatory Committee (CARC), composed of the
respective Senior Departmental Executives, whose role and responsibility it is to recommend final regulatory proposals to the
Minister.
Should a CARAC member request it, their objection will be
formally added to the record as a dissent that will ultimately be
presented to CARC. CARC will review the dissent relative to the
issue and decide on the course of action to be taken. The Executive Director or the Secretariat, as appropriate, will also ensure
that the dissenter is advised of the CARC decision.
Gazette du Canada, Partie I le 7 juillet 2007. Cinq commentaires
ont été reçus. On peut obtenir les commentaires et la réponse à
chacun d’eux en demandant le Suivi des commentaires auprès du
Secrétariat du Conseil consultatif sur la réglementation aérienne
canadienne (CCRAC).
Le CCRAC a été créé pour améliorer l’accès et la participation
du public au processus d’élaboration de la réglementation, discuter et débattre des enjeux à partir de différents points de vue, porter diverses propositions d’élaboration de la réglementation à
l’attention de la haute direction tôt dans le processus, et faciliter
l’harmonisation avec d’autres juridictions aéronautiques nationales.
Le CCRAC comprend des comités techniques, représentant
chaque partie du Règlement de l’aviation canadien (RAC), dont
le rôle est de revoir et d’analyser les enjeux qui leur sont attribués
et de formuler des recommandations en matière de réglementation. Ces comités techniques sont composés de représentants de
Transports Canada, Aviation civile, du milieu de l’aviation et
d’autres parties intéressées. Le CCRAC comprend aussi le Comité réglementaire de l’aviation civile (CRAC), composé de cadres
de la haute direction du ministère, dont le rôle et la responsabilité
consistent à recommander des propositions réglementaires finales
au ministre.
Si un membre du CCRAC le demande, son objection est officiellement ajoutée au dossier à titre de position dissidente qui sera
finalement présentée au CRAC. Le CRAC examine la position
dissidente par rapport à l’enjeu et décide de la ligne de conduite à
suivre. Le directeur administratif du Secrétariat, le cas échéant,
s’assure aussi que la personne dissidente soit avisée de la décision
du CRAC.
Comments Following Pre-publication
Commentaires suivant la publication préalable
The main concerns received after pre-publication related to issues of cost to smaller airports, the definition of “airside” which
was felt to conflict with a subsequently consulted proposed definition, a proposed requirement that the person managing the SMS
and the accountable executive not be the same individual, and a
proposal that the requirement for information in respect of hazards, incidents and accidents be shared with the Minister.
Les principales préoccupations reçues après la publication préalable avaient trait aux enjeux relatifs au coût pour les petits aéroports, à la définition de « côté piste », qui entrait en conflit avec
une proposition de définition consultée subséquemment, à une
proposition exigeant que la personne gérant le SGS et le gestionnaire supérieur responsable ne soient pas la même personne, et à
la proposition selon laquelle l’information sur les dangers, les
incidents et les accidents soit partagée avec le ministre.
L’enjeu du coût pour les petits aéroports est traité par l’adoption d’un calendrier de mise en œuvre graduelle. Cette approche
reconnaît que les organisations de plus grande taille et plus complexes disposent des ressources et des moyens techniques pour
mettre en œuvre un SGS de façon efficace, tandis que les petites
organisations, qui pourraient ne pas disposer des mêmes ressources, pourraient tirer profit de l’expérience acquise par les gros
aéroports. Une approche de mise en œuvre graduelle donnera plus
de temps au ministre et aux petits aéroports pour cerner des solutions sur mesure qui conviendront mieux à ces petites compagnies.
La définition pré-publiée de « côté piste » ne fait pas partie des
modifications finales du Règlement parce qu’elle semblait trop
générale et qu’elle étendait la responsabilité de l’exploitant
d’aéroport d’appliquer la mise en œuvre du SGS à des activités
sur lesquelles il n’avait aucun contrôle. Une nouvelle définition,
qui a été rédigée dans le cadre du processus réglementaire habituel du CCRAC, y compris la consultation de toutes les parties
intéressées visées, fera partie d’une révision ultérieure du RAC.
NAV CANADA a fait part de ses préoccupations en indiquant
que l’exigence pour une personne de gérer le SGS mènerait à la
création d’un « bureau de la sécurité », ce qui serait contraire à
l’intention avouée d’intégrer le SGS à même une organisation et
The issue of cost for smaller airports is being addressed by the
adoption of a phased-in implementation schedule. This recognizes
that the larger and more complex organizations have the resources
and sophistication to implement SMS effectively while allowing
time for smaller organizations, which may not have the same resources, to benefit from the experience gained by larger airports.
A phased-in approach will also provide the Minister and smaller
airports with more time to identify scaled down solutions more
appropriate to the smaller companies.
The pre-published definition of “airside” is not included in the
final amendments of the Regulations because it appeared too allencompassing and to extend the airport operator’s responsibility
for implementing SMS to activities over which it has no control.
A new definition which has been developed through the usual
CARAC regulatory process, including consultation with all affected stakeholders, will be incorporated in a later revision to the
CARs.
NAV CANADA expressed concern that the requirement for a
person to manage the SMS would lead to the creation of a “safety
office,” which would be contrary to the expressed intention that
SMS should be woven into the fabric of an organization and
2678
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
become part of the way people do their jobs. As well, the resource
impact of centralizing the management of the SMS would impose
a massive cost upon NAV CANADA. Section 805.05 Management of the Safety Management System has been changed to clarify that the “accountable executive” is accountable for the management of the SMS but may assign management functions of the
SMS to other individuals. This change respects the principles of
SMS expressed in other Parts of the CARs by retaining the accountable executive’s overall responsibilities while respecting
NAV CANADA’s current organizational structure, thus addressing the issue of cost raised by NAV CANADA.
Stakeholders felt the requirement to exchange information in
respect of hazards, incidents and accidents with the Minister
might inhibit the voluntary flow of confidential reports within the
SMS. The text has been modified to eliminate from that provision
the requirement for the exchange of such information with the
Minister. However, the Minister will retain the authority to request such information, with a corresponding obligation upon the
organization to provide it, as the analysis of the information may
require Ministerial action in the context of the Minister’s oversight duties.
The introduction of the concepts of “accountable executive”
and “safety management system” to the CARs has been extensively consulted and discussed through the Canadian Aviation
Regulation Advisory Council (CARAC). Starting with the meeting of the Aircraft Maintenance and Manufacturing (M&M)
Technical Committee (Part V) in February of 2000 at which the
concept of “accountable executive” was introduced to the committee members, meetings of the Personnel Licensing and Training (PL&T) Technical Committee (Part IV), the M&M Technical
Committee and the Commercial Air Service Operations (CASO)
Technical Committee (Part VII) were held over the period from
2000 to 2004. In addition, members of the General Technical
Committee (Part I) were briefed on the status of the safety management system provisions at their meeting of October 22, 2002
and discussed the provisions for the introduction of requirements
for accountable executives and for safety management systems at
their meeting of April 3, 2003. Any member of any Technical
Committee is automatically also a member of the General Technical Committee (Part I). As well as receiving notification of the
topics to be consulted at forthcoming meetings of the Part I Technical Committee and attending those meetings at their discretion,
members regularly are notified of and attend meetings of those
Technical Committees dealing with individual Parts of the CARs
specific to their areas of concern.
At various stages, concern was expressed by stakeholders that
there appeared to be inconsistencies among the provisions for
different Parts of the CARs. These concerns were addressed by
the insertion of generic provisions in Part I to recognize that a
safety management system must be commensurate with the size,
nature and complexity of the operations, activities, hazards and
risks of the operation.
Prior to pre-publication, those proposals specific to Part III and
Part VIII as presented in this RIAS were discussed at Special
Joint Parts I, III, IV and VIII Technical Committee meetings in
d’en faire une partie intégrale de la façon de faire des gens au sein
de cette organisation. Le fait de centraliser la gestion des SGS
aurait des répercussions sur le plan des ressources et serait très
coûteux pour NAV CANADA. L’article 805.05, Gestion du système de gestion de la sécurité, a été modifié pour clarifier que le
« gestionnaire supérieur responsable » est responsable de la gestion du SGS, mais qu’il peut attribuer des fonctions de gestion du
SGS à d’autres personnes. Cette modification respecte les principes du SGS exprimés dans d’autres parties du RAC en retenant
les responsabilités générales du gestionnaire supérieur responsable tout en respectant la structure organisationnelle actuelle de
NAV CANADA et en répondant aux préoccupations de NAV
CANADA quant aux coûts.
Les parties intéressées ont exprimé la crainte que l’exigence
d’échanger de l’information relative aux dangers, aux incidents et
aux accidents avec le ministre puisse nuire à la communication
volontaire de rapports confidentiels au sein du SGS. Le texte a été
modifié afin d’éliminer cette disposition. Par contre, le ministre
conservera l’autorité de demander cette information si nécessaire,
assortie d’une obligation correspondante de l’organisation de la
fournir, puisque l’analyse de cette information pourrait nécessiter
une intervention du ministre, dans le contexte de ses responsabilités en matière de surveillance.
L’introduction, dans le RAC, des concepts de « gestionnaire
supérieur responsable » et de « système de gestion de la sécurité »
a fait l’objet d’intenses consultations et discussions au sein du
Conseil consultatif sur la réglementation aérienne canadienne
(CCRAC). Le tout a débuté par la réunion de février 2000 du
Comité technique de la partie V sur la maintenance et la construction des aéronefs (M & C) au cours de laquelle le concept du
« gestionnaire supérieur responsable » a été présenté pour la première fois aux membres du Comité, puis d’autres réunions du
Comité technique de la partie IV sur la délivrance des licences et
la formation du personnel (DL & FP), du Comité technique sur la
maintenance et la construction des aéronefs et du Comité technique de la partie VII sur l’utilisation d’aéronefs dans le cadre d’un
service aérien commercial (UDASAC) ont eu lieu au cours de la
période allant de 2000 à 2004. De plus, les membres du Comité
technique de la partie I sur les dispositions générales ont été mis
au courant de la situation des propositions entourant le système de
gestion de la sécurité au cours de leur réunion du 22 octobre 2002
et ont discuté des propositions relatives à l’introduction des
exigences propres aux gestionnaires supérieurs responsables et
aux systèmes de gestion de la sécurité au cours de leur réunion du
3 avril 2003. Tous les membres d’un Comité technique sont membres d’office du Comité technique de la partie I sur les dispositions générales. En plus de recevoir des avis sur les sujets devant
être abordés aux futures réunions du Comité technique de la partie I et de pouvoir assister à ces réunions s’ils le souhaitaient, les
membres sont régulièrement informés des réunions des Comités
techniques portant sur les parties du RAC qui tombent dans leur
champ de compétences et assistent aux dites réunions.
À différentes étapes, des parties intéressées se sont inquiétées
de ce qu’elles considéraient être des incohérences parmi les propositions visant différentes parties du RAC. Pour remédier à ces
inquiétudes, il a été décidé d’insérer des propositions générales à
la Partie I visant à reconnaître l’idée qu’un système de gestion de
la sécurité doit être adapté à la taille, à la nature et à la complexité
des opérations, des activités, des dangers et des risques.
Avant la publication préalable, les propositions propres aux
parties III et VIII qui figurent dans le présent RÉIR ont été discutées pendant les réunions du Comité technique spécial conjoint
2679
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
June and September 2005. All members of these Technical
Committees received mail-outs containing the agenda and the
background information on Notices of Proposed Amendments
(NPAs) to be discussed at these meetings thirty days before the
meeting dates.
Active membership of both the Part III and Part VIII Technical
Committees includes representatives from operators of airports
(such as Aéroports de Montréal, Airport Management Conference
of Ontario, Canadian Airports Council, and Edmonton Regional
Airports Authority), aeronautical associations (such as Air Transport Association of Canada, Alberta Aviation Council, Association des Gens de l’Air du Québec, Association québécoise des
transporteurs aériens inc., Canadian Business Aviation Association, Canadian Owners and Pilots Association, NAV CANADA,
and Northern Air Transport Association), public interest organizations (such as the Advisory Committee on Accessible Transportation, Air Passenger Safety Group, and Canadian Association of
Fire Chiefs), representatives of provincial and municipal governments, organizations of industry employees (such as Air Line
Pilots Association, Canadian Air Traffic Control Association,
Canadian Union of Public Employees (CUPE), International Association of Fire Fighters, and Union of Canadian Transport Employees) and federal government departments.
Following the Special Joint Technical Committee meetings in
June and September 2005, dissents on these proposals were received from NAV CANADA, the Canadian Airports Council, the
Airports Division, Government of the Northwest Territories, Ministry of Transportation and Government Services of Manitoba,
and Service du transport aérien, Ministère des Transports du
Québec.
A special Civil Aviation Regulatory Committee (CARC) meeting was held on January 23, 2006 at which the members of CARC
reviewed the NPAs and the associated dissents. CARC is composed of senior managers within the Civil Aviation Directorate of
Transport Canada. The dissents and Transport Canada’s responses are summarized as follows.
des parties I, III, IV et VIII qui ont été tenues en juin et septembre
2005. Trente jours avant chacune de ces réunions, tous les membres de ces Comités techniques ont reçu un envoi postal contenant
l’ordre du jour et le contexte entourant les Avis de Proposition de
Modification (APM) devant faire l’objet de discussions au cours
de ces réunions.
Les comités techniques de la Partie III et de la Partie VIII sont
composés de représentants des exploitants d’aéroport (comme
Aéroports de Montréal, Airport Management Conference of Ontario, Conseil des aéroports du Canada et l’autorité des aéroports
régionaux d’Edmonton), d’associations aéronautiques (comme
l’Association du transport aérien du Canada, l’Alberta Aviation
Council, l’Association des Gens de l’Air du Québec, l’Association
québécoise des transporteurs aériens inc., l’Association canadienne de l’aviation d’affaires, la Canadian Owners and Pilots
Association, NAV CANADA et la Northern Air Transport Association), d’organisations d’intérêt public (comme le Comité
consultatif sur le transport accessible, l’Air Passenger Safety
Group et l’Association canadienne des chefs de pompiers), des
représentants des gouvernements provinciaux et municipaux, des
organisations d’employés de l’industrie (comme l’Air Line Pilots
Association, l’Association canadienne du contrôle du trafic aérien, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP),
l’Association internationale des pompiers et l’Union canadienne
des employés des transports) et de ministères du gouvernement
fédéral.
Après les réunions de juin et septembre 2005 du Comité technique spécial conjoint, des opinions divergentes à ces propositions ont été reçues de NAV CANADA, du Conseil des aéroports
du Canada (CAC), de la Division des aéroports du gouvernement
des Territoires du Nord-Ouest, du ministère des Transports et des
Services gouvernementaux du Manitoba ainsi que du Service du
transport aérien du ministère des Transports du Québec.
Une réunion spéciale du Comité réglementaire de l’Aviation
civile (CRAC) a eu lieu le 23 janvier 2006, réunion au cours de
laquelle les membres du CRAC ont examiné les APM et les opinions divergentes s’y rapportant. Le CRAC est composé de hauts
responsables de la direction générale de l’Aviation civile de
Transports Canada. Voici un résumé des opinions divergentes et
des réponses fournies par Transports Canada.
(1) Insufficient Consultation
(1) Consultations insuffisantes
NAV CANADA, CAC and the Ministry of Transportation and
Government Services of Manitoba expressed concerns with respect to the consultation process followed for introducing the
SMS requirements into the different Parts of the CARs. They
stated that these proposals had been drafted in isolation from the
aviation community and, therefore, the language is inappropriate
and restricts the ability of an SMS to appropriately and effectively
manage safety risks. Also, they stated that, while appreciating the
difficulty of consulting SMS amendments with all Parts at the
same meeting, the Part III and VIII representatives felt that Part V
and, to a lesser extent, Part VII representatives had been determinate in formulating the provisions and there had been little opportunity for the representatives of other Parts to effect modifications.
NAV CANADA, le CAC ainsi que le ministère des Transports
et des Services gouvernementaux du Manitoba se sont inquiétés
du processus de consultation ayant entouré la mise en place des
exigences relatives au SGS dans les diverses parties du RAC. Ils
étaient d’avis que ces propositions avaient été rédigées à l’écart
de la communauté aéronautique et que, de ce fait, leur formulation était inappropriée et limitait les capacités d’un SGS à gérer
efficacement les risques pour la sécurité. Ils affirmaient également que, tout en reconnaissant la difficulté à tenir des consultations sur les modifications à apporter au SGS avec toutes les parties au cours d’une même réunion, les représentants des parties III
et VIII avaient eu l’impression que les représentants de la partie V
et, à un degré moindre, ceux de la partie VII avaient fait preuve
de détermination dans la formulation des dispositions, laissant
peu d’occasions aux représentants des autres parties d’apporter
des modifications.
Dans sa réponse, Transports Canada a fait savoir que les dispositions relatives au SGS étaient là pour offrir un cadre permettant de
développer un système de gestion de la sécurité défini simplement
Transport Canada’s response was that the SMS provisions
would provide the framework for the development of a safety
management system which would be broadly defined. How an
2680
2007-12-26
Canada Gazette Part II, Vol. 141, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 141, no 26 SOR/DORS/2007-290
organization builds the components that comprise their SMS will
depend on the size and complexity of the organization and should
be tailored to the organization. The requirements in Part I are
performance-based and flexible enough to allow for organizationspecific development.
All the CARAC membership was originally consulted on SMS
through the review of the generic Part I SMS requirements. As a
result of the extensive consultations that have taken place, Transport Canada believes that industry has been allowed to have a
good expectation of the relative standardization sought among the
various Parts of the CARs. SMS has formed the subject of various
consultation meetings for over three years using the CARAC
process and including the 2004 Canadian Aviation Safety Seminar.
dans ses grandes lignes. La façon dont un organisme élaborera les
éléments constitutifs de son SGS sera fonction de la taille et de la
complexité de l’organisme, opération qui devrait être adaptée aux
besoins de l’organisme. Les exigences de la partie I sont des éléments axés sur les résultats qui offrent suffisamment de flexibilité
pour pouvoir être élaborés en tenant compte des besoins propres à
un organisme.
Tous les membres du CCRAC ont été consultés à l’origine sur
le SGS au moyen d’un examen des exigences relatives au SGS
visant les dispositions générales de la partie I. Compte tenu des
consultations intenses qui avaient été organisées, Transports Canada était d’avis que l’industrie devait savoir plutôt bien à quoi
s’attendre quant à la relative uniformisation recherchée dans les
diverses parties du RAC. Pendant plus de trois ans, le SGS a été
l’objet de diverses réunions consultatives, que ce soit dans le cadre du processus suivi par le CCRAC ou lors du Séminaire sur la
sécurité aérienne au Canada de 2004.
(2) Objection to Inclusion of Employee Representatives
(2) Objection à l’inclusion de représentants des employés
CAC, the Ministry of Transportation and Government Services
of Manitoba, and Service du transport aérien, Ministère des
Transports du Québec raised the issue of the proposed inclusion
of employee representatives as parties to the consultation with
respect to the implementation and continuing development of an
SMS culture within an organization. They queried whether this
would mean the necessity of including union representatives in
such consultations and Transport Canada’s right to impose such a
regulatory requirement.
Transport Canada agreed that such a requirement to include union representatives was outside their purview and withdrew the
terminology “and their representatives” from the provisions.
These dissents were upheld.
Le CAC, le ministère des Transports et des Services gouvernementaux du Manitoba et le Service du transport aérien du ministère des Transports du Québec ont soulevé la question de
l’inclusion proposée de représentants des employés à titre de parties prenantes pendant les consultations sur la mise en œuvre et
l’élaboration continue d’une culture propre au SGS à l’intérieur
d’un organisme. Ils se demandaient si cela voulait dire qu’il leur
faudrait inclure des représentants syndicaux pendant lesdites
consultations et si Transports Canada avait le droit d’imposer une
telle exigence.
Transports Canada a reconnu qu’une telle exigence visant à inclure des représentants syndicaux ne relevait pas de sa compétence et a retiré les mots « et leurs représentants » des dispositions. Cette opinion divergente a donc été accueillie.
(3) Objection to Quality Assurance Requirements
(3) Objection aux exigences d’assurance de la qualité
NAV CANADA and the Airports Division, Government of the
Northwest Territories expressed concern regarding the inclusion
of requirements for a quality assurance process within the SMS
provisions. Their concerns were based on previous experience
that the quality assurance process focuses upon compliance with
regulatory requirements and has the finding of culpability tied to
it whereas SMS is non-punitive except for cases in which negligent or criminal activity has occurred. They felt that the inclusion
of a quality assurance requirement could lead to an emphasis on
regulatory compliance without supplying comprehensive safety
overview by all of those involved within the operation.
NAV CANADA et la Division des aéroports du gouvernement
des Territoires du Nord-Ouest se sont inquiétés de l’inclusion,
dans les dispositions relatives au SGS, de l’obligation de disposer
d’un processus d’assurance de la qualité. Leur inquiétude se basait sur l’expérience antérieure voulant que le processus d’assurance de la qualité se concentre sur le respect des exigences
réglementaires et véhicule une certaine notion de culpabilité, alors
que le SGS est un processus exempt de sanction, sauf en cas de
négligence ou d’activité criminelle. Ils étaient d’avis que l’inclusion d’une exigence relative à l’assurance de la qualité risquait de
mettre l’accent sur la conformité à la réglementation sans offrir un
examen approfondi de la sécurité de la part de tous les intéressés.
Transp