Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 140, no 23
Vol. 140, No. 23
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, NOVEMBER 15, 2006
OTTAWA, LE MERCREDI 15 NOVEMBRE 2006
Statutory Instruments 2006
Textes réglementaires 2006
SOR/2006-258 to 275 and SI/2006-128 to 132
DORS/2006-258 à 275 et TR/2006-128 à 132
Pages 1618 to 1875
Pages 1618 à 1875
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 11, 2006, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Gazette du Canada Partie II est publiée en vertu de la Loi sur les textes
réglementaires le 11 janvier 2006, et au moins tous les deux mercredis par la
suite.
Part II of the Canada Gazette contains all ‘‘regulations’’ as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Gazette du Canada Partie II dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to: Government of Canada Publications, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Gazette
du Canada Partie II est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes à :
Publications du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://canadagazette.gc.ca. It is accessible in PDF (Portable Document
Format) and in HTML (HyperText Mark-up Language) as the alternate
format.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazetteducanada.gc.ca. La publication y est accessible en format PDF
(Portable Document Format) et en HTML (langage hypertexte) comme média
substitut.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues
officielles, pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue
Sparks, Ottawa, Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2006
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2006
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-258
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-258
Enregistrement
DORS/2006-258
October 26, 2006
Le 26 octobre 2006
FIREARMS ACT
LOI SUR LES ARMES À FEU
Regulations Amending the Public Agents Firearms
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les armes à
feu des agents publics
P.C. 2006-1134
C.P. 2006-1134
October 26, 2006
Le 26 octobre 2006
Whereas the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness is of the opinion that the changes made to the Public
Agents Firearms Regulationsa by the annexed Regulations
Amending the Public Agents Firearms Regulations are so immaterial and insubstantial that section 118 of the Firearms Actb
should not be applicable in the circumstances;
And whereas the Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness will, in accordance with subsection 119(4) of the
Firearms Actb, have a statement of the reasons why he formed
that opinion laid before each House of Parliament;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Public Safety and
Emergency Preparedness, pursuant to section 117c of the Firearms Actb, hereby makes the annexed Regulations Amending the
Public Agents Firearms Regulations.
Attendu que le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile estime que l’obligation de dépôt prévue à l’article 118
de la Loi sur les armes à feua ne s’applique pas au Règlement
modifiant le Règlement sur les armes à feu des agents publics, ciaprès, parce qu’il n’apporte pas de modification de fond notable
au Règlement sur les armes à feu des agents publicsb;
Attendu que, aux termes du paragraphe 119(4) de cette loi, le
ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile fera
déposer devant chaque chambre du Parlement une déclaration
énonçant les justificatifs sur lesquels il se fonde,
À ces causes, sur recommandation du ministre de la Sécurité
publique et de la Protection civile et en vertu de l’article 117c de
la Loi sur les armes à feua, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur les
armes à feu des agents publics, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE PUBLIC AGENTS
FIREARMS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
ARMES À FEU DES AGENTS PUBLICS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. The Public Agents Firearms Regulations are amended by
replacing the expression “October 31, 2006” with the expression “October 31, 2008” in the following provisions:
(a) subsections 8(1) and (1.1);
(b) subsection 9(1);
(c) subsection 10(1);
(d) subsection 16(3).
2. The Regulations are amended by replacing the expression “October 31, 2007” with the expression “October 31,
2009” in the following provisions:
(a) subsections 8(1) and (1.1);
(b) subsection 8.1(1); and
(c) subsection 16(3).
3. Subsection 18(2) of the Regulations is replaced by the following:
(2) Sections 8 to 10.2 and 12 to 16 come into force on October 31, 2008.
3. Le paragraphe 18(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Les articles 8 à 10.2 et 12 à 16 entrent en vigueur le 31 octobre 2008.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
4. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
c
1
SOR/98-203
S.C. 1995, c. 39
S.C. 2003, c. 22, par. 224(z.38)
SOR/98-203
1648
1. Dans les passages ci-après du Règlement sur les armes à
feu des agents publics1, « 31 octobre 2006 » est remplacé par
« 31 octobre 2008 » :
a) les paragraphes 8(1) et (1.1);
b) le paragraphe 9(1);
c) le paragraphe 10(1);
d) le paragraphe 16(3).
2. Dans les passages ci-après du même règlement, « 31 octobre 2007 » est remplacé par « 31 octobre 2009 » :
a) les paragraphes 8(1) et (1.1);
b) le paragraphe 8.1(1);
c) le paragraphe 16(3).
b
c
1
L.C. 1995, ch. 39
DORS/98-203
L.C. 2003, ch. 22, al. 224z.38)
DORS/98-203
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-258
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÈGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Regulations amend the coming into force date, from October 31, 2006 to October 31, 2008, of those sections of the Public
Agents Firearms Regulations, SOR/98-203 that require public
agencies to report their inventories of firearms to the Registrar.
Extensive substantive amendments were made to the Regulations
on November 29, 2004 (SOR/2004-265). In addition to the coming into force date, dates related to reporting are adjusted
throughout the Regulations, to insure that agencies have one year
to report the inventory they possess on the coming into force date.
Le règlement modifie la date d’entrée en vigueur du 31 octobre
2006 au 31 octobre 2008, des articles du Règlement sur les armes
à feu des agents publics, DORS/98-203 qui oblige les agences de
services publics à présenter au Directeur de l’enregistrement leur
inventaire d’armes à feu. Des modifications importantes au règlement ont été apportées le 29 novembre 2004 (DORS/2004-265).
En plus du changement à la date d’entrée en vigueur, les dates
concernant la présentation des inventaires doivent être ajustées
partout dans le règlement dans le but de s’assurer que les agences
de services publics ont un an pour présenter leur inventaire
d’armes à feu en leur possession et ce à compter de la date
d’entrée en vigueur du règlement.
Alternatives
Solutions envisagées
The alternative to deferring the coming into force date of these
Regulations is to bring the Regulations into force as planned
on October 31, 2006. Given the requirement for stakeholders to
be advised of the changes and their effect, and the need to provide
proper technological support to public agencies and to the Registrar, it is preferable to defer these Regulations at this time.
La seule solution autre solution au report de l’entrée en vigueur
de ce règlement serait de voir le règlement entrer en vigueur à la
date prévue, c’est-à-dire le 31 octobre 2006. Compte tenu de
l’obligation d’aviser les partenaires des changements et de leurs
conséquences et de l’obligation d’avoir un support technologique
adéquat pour appuyer les agences publics et le Directeur de
l’enregistrement, il est préférable, à ce moment-ci, de reporter
l’entrée en vigueur du règlement.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The deferral of the coming into force of the reporting requirements of the Public Agents Firearms Regulations is cost neutral
and will allow the RCMP to plan or request additional funding in
order to implement the Regulations. However, the delay should
provide a period of time during which systems may be adjusted
such that the Registrar will have a cost-effective, efficient process
for recording these firearms. Agencies that must report their inventories of firearms will also benefit from the delay, since it will
provide them with additional time to plan and implement the procedures required to meet the requirements under the Regulations
and allow them to become familiar with the amendments that
were made in 2004.
Le report de l’entrée en vigueur de l’obligation de présenter les
inventaires en vertu du Règlement sur les armes à feu des agents
publics n’entraîne pas de coûts et donnera du temps à la GRC de
planifier ou de demander des fonds additionnels dans le but de
mettre en œuvre le règlement. Cependant, ce délai devrait accorder une période de temps suffisante pour ajuster les systèmes et
pour permettre au Directeur de l’enregistrement de mettre sur
pied un processus rentable et efficace pour répertorier ces armes à
feu. Les agences qui doivent dresser et un inventaire de leurs armes à feu et la présenter au Directeur de l’enregistrement vont
également profiter de ce délai qui leur accordera plus de temps
pour planifier et mettre en œuvre des procédures qui leur permettront de rencontrer les obligations du règlement ainsi que de se
familiariser avec les modifications qui ont été apportées en 2004.
Consultation
Consultations
Consultations on these Regulations were undertaken with some
stakeholders, including Chief Firearm Officers and some police
agencies. The proposed deferral of the reporting requirements was
generally well received.
Des consultations sur ce règlement ont été menées auprès de
certains intervenants, comprenant les contrôleurs des armes à feu
des représentants de certaines forces policières. Le report propose
de l’obligation de présenter un inventaire a été généralement bien
accueilli.
De l’information sera envoyée aux intervenants qui seront les
plus susceptibles d’être touchés par le report, par exemple, les
agences de services publics. On mettra également à jour les renseignements figurant dans le site Web et ceux fournis par l’entremise de la ligne d’information sans frais. Les communications
avec les médias se feront de façon ponctuelle.
Information will be sent to groups most likely to be affected by
the deferral, for example, public agencies. Updated Website materials and information for distribution through the 1-800 public
inquiry line will also be prepared. Media relations will be handled
on a response basis.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
While the reporting requirements of the Public Agents Firearms Regulations will not come into force until October 31, 2009,
it is important to note that these Regulations only apply to
Même si l’obligation de présenter les inventaires en vertu du
Règlement sur les armes à feu des agents publics n’entrera pas en
vigueur avant le 31 octobre 2009, il est important de noter que ce
1649
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-258
firearms possessed by police and other public service agencies.
There is no impact on the requirements that apply to individuals
or businesses.
règlement ne s’applique qu’aux armes à feu possédées par les
forces policières et les autres agences de services publics. Il n’y a
pas d’impact sur les obligations qui s’appliquent aux particuliers
et aux entreprises.
Contact
Personne-ressource
Legal Services
Canadian Firearms Centre
Royal Canadian Mounted Police
Ottawa, Ontario
K1A 1M6
Telephone: 1-800-731-4000
FAX: (613) 941-1991
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1650
Services juridiques
Centre des armes à feu Canada
Gendarmerie Royale du Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 1M6
Téléphone : 1-800-731-4000
TÉLECOPIEUR : (613) 941-1991
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-259
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-259
October 26, 2006
Enregistrement
DORS/2006-259
Le 26 octobre 2006
EMPLOYMENT INSURANCE ACT
LOI SUR L’ASSURANCE-EMPLOI
Regulations Amending the Insurable Earnings and
Collection of Premiums Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la
rémunération assurable et la perception des
cotisations
The Minister of National Revenue, pursuant to paragraph 108(1)(g) of the Employment Insurance Acta, hereby makes
the annexed Regulations Amending the Insurable Earnings and
Collection of Premiums Regulations.
Ottawa, September 15, 2006
En vertu de l’alinéa 108(1)g) de la Loi sur l’assurance-emploia,
la ministre du Revenu national prend le Règlement modifiant le
Règlement sur la rémunération assurable et la perception des
cotisations, ci-après.
Ottawa, le 15 septembre 2006
P.C. 2006-1135
C.P. 2006-1135
October 26, 2006
Le 26 octobre 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of National Revenue, pursuant to
paragraph 108(1)(g) of the Employment Insurance Acta, hereby
approves the annexed Regulations Amending the Insurable Earnings and Collection of Premiums Regulations, made by the Minister of National Revenue.
Sur recommandation de la ministre du Revenu national et en
vertu de l’alinéa 108(1)g) de la Loi sur l’assurance-emploia, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil agrée le Règlement modifiant le Règlement sur la rémunération assurable et la
perception des cotisations, ci-après, pris par la ministre du Revenu national.
REGULATIONS AMENDING THE INSURABLE
EARNINGS AND COLLECTION OF
PREMIUMS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LA RÉMUNÉRATION ASSURABLE ET LA
PERCEPTION DES COTISATIONS
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Paragraph 2(3)(f) of the Insurable Earnings and Collection of Premiums Regulations1 is replaced by the following:
(f) a payment made to a person by the person’s employer
(i) to cover the waiting period referred to in section 13 of the
Act,
(ii) to increase the pregnancy, parental or compassionate care
benefits payable to the person under section 22, 23 or 23.1 of
the Act, to the extent that the payment meets the criteria set
out in section 38 of the Employment Insurance Regulations,
or
(iii) to increase the benefits payable to the person under a
provincial plan, as defined in section 76.01 of the Employment Insurance Regulations, to the extent that the payment
(A) when combined with the weekly amount of those
benefits, does not exceed the person’s normal weekly
earnings from employment by that employer, and
(B) does not reduce the person’s accumulated sick leave
or vacation leave credits, severance pay or any other accumulated credits from that employment.
1. L’alinéa 2(3)f) du Règlement sur la rémunération assurable et la perception des cotisations1 est remplacé par ce qui suit :
f) toute somme versée par l’employeur à une personne :
(i) pour couvrir le délai de carence visé à l’article 13 de la
Loi,
(ii) pour augmenter les prestations de grossesse, les prestations parentales ou les prestations de soignant à payer en vertu des articles 22, 23 ou 23.1 de la Loi, dans la mesure où
les conditions énoncées à l’article 38 du Règlement sur
l’assurance-emploi sont respectées,
(iii) pour augmenter les prestations à payer en vertu d’un régime provincial, au sens de l’article 76.01 du Règlement sur
l’assurance-emploi, dans la mesure où cette somme :
(A) d’une part, lorsqu’ajoutée à ces prestations hebdomadaires, n’excède pas la rémunération hebdomadaire normale provenant de cet emploi,
(B) d’autre part, ne réduit pas les crédits de congés de maladie non utilisés ou de vacances, l’indemnité de départ ou
tout autre crédit accumulé par la personne dans le cadre de
cet emploi.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
1
S.C. 1996, c. 23
SOR/97-33
1
L.C. 1996, ch. 23
DORS/97-33
1651
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-259
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The province of Quebec passed the Act Respecting Parental Insurance to create a provincial parental insurance plan that pays
eligible workers maternity benefits, paternity and parental benefits upon the birth of a child and adoption benefits for the adoption of a minor. The Quebec Parental Insurance Plan (QPIP) came
into force on January 1, 2006. It is administered by the province
of Quebec and replaces similar benefits that residents of Quebec
were receiving under the Employment Insurance Act (EI Act).
Beginning on January 1, 2006, eligible Quebec residents who
made claims for parental benefits received provincial benefits
instead of federal benefits.
La province de Québec a adopté la Loi sur l’assurance parentale pour créer un régime d’assurance parentale provincial qui
accorde à tout travailleur admissible des prestations de maternité,
des prestations de paternité et des prestations parentales lors de la
naissance d’un enfant, ainsi que des prestations d’adoption d’un
enfant mineur. Le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP)
est entré en vigueur le 1er janvier 2006. Il est administré par
la province de Québec et remplace les prestations semblables
que les résidents du Québec recevaient en vertu de la Loi sur
l’assurance-emploi. Depuis le 1er janvier 2006, les résidents du
Québec admissibles qui ont fait une demande de prestations parentales ont commencé à recevoir des prestations provinciales au
lieu de prestations fédérales.
En vertu de la Loi sur l’assurance-emploi, le Règlement sur la
rémunération assurable et la perception des cotisations (RRAPC)
fournit, entre autres, les règles suivies par l’Agence du revenu du
Canada (ARC) lors de la préparation des tables servant aux employeurs pour le calcul des cotisations d’assurance-emploi des
employés. Les cotisations d’assurance-emploi, jusqu’à un maximum annuel, sont basées sur la rémunération totale qu’une personne reçoit d’un emploi. Le paragraphe 2(3) du RRAPC exclut
certains paiements de la définition de rémunération, ce qui a pour
effet qu’aucune cotisation d’assurance-emploi n’est payable pour
ces paiements. Notamment, l’alinéa 2(3)f) du RRAPC exclut les
montants supplémentaires versés par l’employeur pour augmenter
les prestations de maternité et les prestations parentales payables
en vertu de la Loi sur l’assurance-emploi.
Une modification à l’alinéa 2(3)f) du RRAPC est nécessaire
suite à l’entrée en vigueur du régime provincial. Cette modification a pour but d’exclure de la rémunération assurable les montants supplémentaires versés par un employeur pour augmenter
les prestations d’un régime d’assurance parentale provincial.
Puisque les prestations provinciales payées selon le RQAP sont
de même nature que celles payées selon la Loi sur l’assuranceemploi, la modification vise à assurer que les montants supplémentaires versés par un employeur sont traités de la même façon
pour fins de détermination de la rémunération assurable. Ce
changement de nature technique fera en sorte que les résidents de
toutes les provinces et territoires du Canada continueront à être
traités de la même façon en ce qui a trait aux montants additionnels versés par les employeurs.
Under the EI Act, the Insurable Earnings and Collection of
Premiums Regulations (IECPR) provides, among other things, the
rules followed by the Canada Revenue Agency (CRA) in the
preparation of the tables used by employers to calculate the employment insurance premiums of their employees. Employment
insurance premiums are based on the total earnings that a person
receives from an employment, up to a yearly maximum. Subsection 2(3) of the IECPR excludes certain payments from the definition of earnings and, as a result, no employment insurance premiums are payable on these payments. In particular, paragraph 2(3)(f) of the IECPR excludes additional amounts paid by
the employer to increase maternity and parental benefits, payable
under the EI Act.
An amendment to paragraph 2(3)(f) of the IECPR is necessary
following the coming into force of the provincial plan. The purpose of this amendment is to exclude from insurable earnings, the
additional amounts paid by employers to increase benefits payable under a provincial parental insurance plan. Because the provincial benefits paid under the QPIP are similar to those paid
under the EI Act, this amendment guarantees that any additional
amounts paid by employers are treated the same way in the calculation of insurable earnings. This technical change to the regulations will maintain the same treatment for residents of every jurisdiction in Canada in regards to additional amounts paid by
employers.
Alternatives
Solutions envisagées
No alternatives were considered. This amendment is consequential to changes to the EI Act and the Employment Insurance
Regulations, which facilitate the implementation of the QPIP.
Aucune autre solution n’a été envisagée. Cette modification fait
suite aux modifications apportées à la Loi sur l’assurance-emploi
et au Règlement sur l’assurance-emploi qui facilitent l’entrée en
vigueur du RQAP.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
This amendment ensures that additional amounts paid by employers receive the same treatment in regards to insurable earnings, whether they are paid by Quebec employers or by employers
in other provinces or territories. No additional costs are expected
as a result of this amendment.
Cette modification fait en sorte que les montants supplémentaires versés par les employeurs sont traités de la même façon, aux
fins du calcul de la rémunération assurable, que les montants
soient payés par des employeurs du Québec ou par des employeurs d’une autre province ou territoire. Ce changement
n’entraîne aucun coût supplémentaire.
1652
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-259
Consultation
Consultations
There has been no consultation on this amendment since its
purpose is to maintain the same principles regarding the way additional amounts paid by employers are treated for the determination of insurable earnings. Representatives of Human Resources
and Skills Development Canada have expressed their concurrence
with this amendment.
Il n’y a pas eu de consultations concernant cette modification
puisque qu’elle ne vise qu’à assurer que les principes relatifs au
traitement des montants additionnels versés par les employeurs
aux fins du calcul de la rémunération assurable soient conservés.
Des représentants de Ressources humaines et Développement des
compétences Canada ont exprimé leur accord au sujet de cette
modification.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The CRA administers the rules relating to the determination of
insurable employment earnings under the EI Act. There are no
additional compliance or enforcement issues arising from this
amendment.
L’ARC administre les règles relatives à la détermination des
gains assurables en vertu de la Loi sur l’assurance-emploi. Il n’y
a pas de nouvelles questions concernant le respect et l’exécution
visées par cette modification.
Contact
Personne-ressource
Mr. Sylvain Lavoie
Legislative Policy Directorate
Place de Ville, Tower A, 22nd Floor
320 Queen Street
Ottawa, Ontario
K1A 0L5
Telephone: (613) 957-2066
FAX: (613) 941-5932
E-mail: sylvain.lavoie2@cra-arc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
M. Sylvain Lavoie
Direction de la politique législative
Place de Ville, Tour A, 22e étage
320, rue Queen
Ottawa (Ontario)
K1A 0L5
Téléphone : (613) 957-2066
TÉLÉCOPIEUR : (613) 941-5932
Courriel : sylvain.lavoie2@cra-arc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
1653
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-260
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
October 26, 2006
Enregistrement
DORS/2006-260
Le 26 octobre 2006
PEST CONTROL PRODUCTS ACT
LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES
Pest Control Products Incident Reporting
Regulations
Règlement sur les déclarations d’incident relatif
aux produits antiparasitaires
P.C. 2006-1136
C.P. 2006-1136
October 26, 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 67(1) of the Pest Control Products Acta, hereby makes the
annexed Pest Control Products Incident Reporting Regulations.
Definitions
“Act”
« Loi »
RÈGLEMENT SUR LES DÉCLARATIONS
D’INCIDENT RELATIF AUX PRODUITS
ANTIPARASITAIRES
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
1. (1) The following definitions apply in these
Regulations.
“Act” means the Pest Control Products Act.
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
« animal domestique » Animal dont l’existence est
contrôlée par les humains et qui dépend d’eux
pour sa survie.
“domestic animal” means an animal that is under
the control of humans and dependent on them for
its survival.
“incident”
« incident »
“incident” means an incident described in section 2
whose effects relate to the health or environmental risks or the value of a pest control product. It does not include an incident that results
from an act or activity that would constitute an
offence under the Criminal Code.
“incident report” means a report that contains the
information described in section 3 and that is received by the Minister from a registrant or an
applicant.
“individual of a species at risk” means an individual of a species set out in the List of Wildlife
Species at Risk in Schedule 1 to the Species at
Risk Act.
“individual of a
species at risk”
« individu
d’une espèce en
péril »
Application of
definition
“incident
report”
Categories
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 67(1) de la Loi sur les produits antiparasitairesa, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur les déclarations d’incident relatif aux produits antiparasitaires, ci-après.
PEST CONTROL PRODUCTS INCIDENT
REPORTING REGULATIONS
“domestic
animal”
« animal
domestique »
“incident
report”
« déclaration
d’incident »
Définitions
« animal
domestique »
“domestic
animal”
« déclaration d’incident » Déclaration qui comporte
les renseignements visés à l’article 3 et que le
ministre reçoit d’un titulaire ou d’un demandeur
d’homologation.
« incident » Incident visé à l’article 2 dont l’effet
touche à la valeur d’un produit antiparasitaire ou
aux risques sanitaires ou environnementaux qu’il
représente. La présente définition exclut les incidents qui sont la conséquence d’un acte ou d’une
activité qui constituerait une infraction prévue au
Code criminel.
« individu d’une espèce en péril » Individu d’une
espèce sauvage qui est inscrite sur la Liste des
espèces en péril figurant à l’annexe 1 de la Loi
sur les espèces en péril.
« déclaration
d’incident »
“incident
report”
« Loi » La Loi sur les produits antiparasitaires.
« Loi »
“Act”
(2) For the purpose of applying the definition
“incident report” in subsection (1), the information
need not be proved or substantiated by the registrant or applicant in order to be included in the report.
(2) Pour l’application de la définition de « déclaration d’incident » au paragraphe (1), il n’est pas
nécessaire que les renseignements soient justifiés
ou corroborés par le titulaire ou le demandeur
d’homologation pour faire l’objet d’une déclaration.
Définition de
« déclaration
d’incident »
CLASSIFICATION OF INCIDENTS
CLASSIFICATION DES INCIDENTS
2. Incidents are classified, according to the subject of the exposure to the pest control product and
the degree of severity of their effects, into the following categories:
2. Les incidents sont classés selon les catégories
ci-après, suivant le sujet ou l’objet de l’exposition
au produit antiparasitaire et le degré de gravité de
leurs effets :
———
———
a
a
S.C. 2002, c. 28
1654
Le 26 octobre 2006
L.C. 2002, ch. 28
« incident »
“incident”
« individu
d’une espèce en
péril »
“individual of a
species at risk”
Catégories
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
(a) in the case of a human being,
(i) an incident whose effect is a human death,
(ii) an incident that has a major effect on a
human, when an individual has or has had
symptoms that indicate a condition that could
be life-threatening or result in adverse reproductive or developmental effects or in chronic
disability,
(iii) an incident that has a moderate effect on a
human, when an individual has or has had
symptoms that are more pronounced, more
prolonged or of a more systemic nature than
minimally bothersome symptoms, and for
which some form of treatment is usually indicated, although the symptoms do not indicate a
life-threatening condition and the individual is
likely to return to their pre-exposure state of
health without any chronic disability, and
(iv) an incident that has a minor effect on a
human, when an individual has or has had
minimally bothersome symptoms that normally resolve rapidly, including skin rash,
itching, conjunctivitis, drowsiness, transient
cough, headache, joint pain, agitation, restlessness or mild gastro-intestinal symptoms
such as self-limited diarrhea, stomach cramps
or nausea;
(b) in the case of a domestic animal,
(i) an incident whose effect is a domestic animal death,
(ii) an incident that has a major effect on a
domestic animal, when a domestic animal has
or has had symptoms that indicate a condition
that could be life-threatening or result in adverse reproductive or developmental effects or
in chronic disability,
(iii) an incident that has a moderate effect on a
domestic animal, when a domestic animal has
or has had symptoms that are more pronounced, more prolonged or of a more systemic nature than minimally bothersome
symptoms, and for which some form of treatment is usually indicated, although the symptoms do not indicate a life-threatening condition and the animal is likely to return to its
pre-exposure state of health without any
chronic disability, and
(iv) an incident that has a minor effect on a
domestic animal, when a domestic animal has
or has had minimally bothersome symptoms,
such as skin, eye or respiratory irritation, that
normally resolve rapidly;
(c) in the case of the environment,
(i) an incident that has a major effect on the
environment, when
(A) the number of individuals of a group or
subgroup set out in column 1 or 2, respectively, of the schedule that die is at least the
number set out in column 3, or
a) dans le cas de l’être humain :
(i) l’incident dont l’effet est la mort de l’être
humain,
(ii) l’incident dont l’effet est majeur sur l’être
humain, incident dont l’effet se traduit par des
symptômes — présents ou passés — qui signalent des problèmes de santé pouvant entraîner la mort ou avoir des conséquences néfastes sur les plans de la reproduction ou du
développement, ou encore causer une invalidité chronique,
(iii) l’incident dont l’effet est modéré sur l’être
humain, incident dont l’effet se traduit par des
symptômes — présents ou passés — plus prononcés, plus prolongés ou d’une nature plus
systémique que dans le cas de symptômes bénins, un traitement médical étant indiqué sans
toutefois que les symptômes signalent des
problèmes de santé pouvant entraîner la mort
et l’état de santé étant censé revenir à ce qu’il
était avant l’exposition, sans invalidité chronique,
(iv) l’incident dont l’effet est mineur sur l’être
humain, incident dont l’effet se traduit par des
symptômes bénins — présents ou passés —
qui disparaissent habituellement rapidement,
notamment éruption cutanée, démangeaisons,
conjonctivite, somnolence, toux passagère,
maux de tête, douleurs articulaires, agitation,
nervosité ou symptômes gastro-intestinaux bénins, comme la diarrhée, les crampes
d’estomac ou la nausée spontanément résolutives;
b) dans le cas de l’animal domestique :
(i) l’incident dont l’effet est la mort de l’animal
domestique,
(ii) l’incident dont l’effet est majeur sur
l’animal domestique, incident dont l’effet se
traduit par des symptômes — présents ou passés — qui signalent des problèmes de santé
pouvant entraîner la mort ou avoir des conséquences néfastes sur les plans de la reproduction ou du développement, ou encore causer
une invalidité chronique,
(iii) l’incident dont l’effet est modéré sur
l’animal domestique, incident dont l’effet se
traduit par des symptômes — présents ou passés — plus prononcés, plus prolongés ou d’une
nature plus systémique que dans le cas de
symptômes bénins, un traitement étant indiqué
sans toutefois que les symptômes signalent des
problèmes de santé pouvant entraîner la mort et
l’état de santé étant censé revenir à ce qu’il était
avant l’exposition, sans invalidité chronique,
(iv) l’incident dont l’effet est mineur sur
l’animal domestique, incident dont l’effet se
traduit par des symptômes bénins — présents
ou passés — qui disparaissent habituellement
rapidement, notamment irritation des yeux, de
la peau ou du système respiratoire;
1655
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
(B) an individual of a species at risk has or
has had at least one of the symptoms set out
in column 6 of the schedule,
(ii) an incident that has a moderate effect on
the environment, when the number of individuals of a group or subgroup set out in column 1 or 2, respectively, of the schedule that
have or have had at least one of the symptoms
set out in column 6 is the number, or a number
within the range, set out in column 4, and
(iii) an incident that has a minor effect on the
environment, when the number of individuals
of a group or subgroup set out in column 1
or 2, respectively, of the schedule that have or
have had at least one of the symptoms set out
in column 6 is less than the number set out in
column 5;
(d) an incident whose effect is residues in food,
when a pest control product or one of its components or derivatives is detected in food in an
amount that would result in the sale of the food
being prohibited under section 4 of the Food and
Drugs Act;
(e) an incident of packaging failure, when packaging failure is observed that could result in the
exposure of humans to a pest control product or
in injury to humans; and
(f) an incident whose effects are identified in a scientific study, when the effects are observed during
a human epidemiological study or a scientific investigation, whether concluded, discontinued or
ongoing, and the study or investigation is sponsored by the registrant or applicant and indicates
(i) any new health or environmental hazard associated with a pest control product,
(ii) any health or environmental risk associated
with a pest control product that may be greater
than the risk determined at the time of registration, or
(iii) the presence of a previously undetected
component or derivative of a pest control
product.
Section 13 of
the Act
1656
c) dans le cas de l’environnement :
(i) l’incident dont l’effet est majeur sur l’environnement, incident qui a un effet selon lequel :
(A) soit le nombre de sujets d’un même
groupe ou sous-groupe — mentionné aux
colonnes 1 ou 2 de l’annexe, selon le cas —,
qui meurent est égal ou supérieur au nombre
indiqué à la colonne 3,
(B) soit un individu d’une espèce en péril présente ou a présenté au moins un des symptômes indiqués à la colonne 6 de l’annexe,
(ii) l’incident dont l’effet est modéré sur
l’environnement, incident qui a un effet selon
lequel le nombre de sujets d’un même groupe
ou sous-groupe — mentionné aux colonnes 1
ou 2 de l’annexe, selon le cas —, présentant
ou ayant présenté au moins un des symptômes
indiqués à la colonne 6 est le nombre visé à la
colonne 4 ou un nombre qui se situe dans
l’échelle prévue à celle-ci,
(iii) l’incident dont l’effet est mineur sur
l’environnement, incident qui a un effet selon
lequel le nombre de sujets d’un même groupe
ou sous-groupe — mentionné aux colonnes 1
ou 2 de l’annexe, selon le cas —, présentant
ou ayant présenté au moins un des symptômes
indiqués à la colonne 6 est inférieur au nombre
indiqué à la colonne 5;
d) l’incident dont l’effet est la présence de résidus
dans les aliments, incident dont l’effet se traduit
par la présence de résidus d’un produit antiparasitaire ou d’un de ses composants ou dérivés, décelés dans un aliment à une concentration entraînant,
aux termes de l’article 4 de la Loi sur les aliments
et drogues, l’interdiction de vendre l’aliment;
e) l’incident dont l’effet est la défectuosité de
l’emballage, incident dont l’effet se traduit par la
défectuosité de l’emballage, lequel entraînerait
pour les humains un risque d’exposition au produit antiparasitaire ou de blessure;
f) l’incident dont l’effet est révélé par des études
scientifiques, incident dont l’effet est noté lorsque des données — provenant d’études épidémiologiques chez l’humain ou de recherches
scientifiques, parrainées par le titulaire ou le demandeur d’homologation, que ces études ou recherches soient achevées, abandonnées ou en
cours — font état de l’un des constats suivants :
(i) nouveaux dangers pour la santé ou l’environnement, associés à un produit antiparasitaire,
(ii) risques sanitaires ou environnementaux,
associés à un produit antiparasitaire, supérieurs à ceux établis lors de son homologation,
(iii) présence d’un composant ou d’un dérivé
d’un produit antiparasitaire qui n’a jamais été
décelé antérieurement.
PRESCRIBED INFORMATION
RENSEIGNEMENTS
3. (1) The following information that is received
by a registrant or an applicant about an incident that
is associated with their pest control product or with
3. (1) Sont prévus, pour l’application de l’article 13 de la Loi, les renseignements ci-après — reçus
par le titulaire ou le demandeur d’homologation et
Article 13 de la
Loi
2006-11-15
Section 13 of
the Act
Reports
deemed
received
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
any pest control product that has the same active
ingredient, and that is required by sections 7, 8
and 16, is prescribed information for the purpose of
section 13 of the Act:
(a) contact information for the registrant or applicant;
(b) the date on which the incident occurred;
(c) the date on which the registrant or applicant
received the information about the incident;
(d) the city, province or state, and country where
the incident occurred;
(e) the identification of the pest control product;
(f) information about the application of the pest
control product, including the site, method and
date of its application;
(g) the category of the incident, determined in
accordance with section 2;
(h) information about the circumstances of the
exposure to the pest control product, including
the site, date, route of exposure, weather conditions, duration and subject information, which, in
the case of a human subject, is restricted to age,
gender and whether the subject is pregnant;
(i) information about the incident and its effects,
including the symptoms, duration and outcome;
and
(j) scientific test information, including information about the sample, the method of analysis and
the results.
(2) The following information about an incident
that is associated with the registrant’s or applicant’s
pest control product or with any pest control product that has the same active ingredient, and that is
required by section 9, is prescribed information for
the purpose of section 13 of the Act:
(a) contact information for the registrant or applicant;
(b) references to the scientific study;
(c) the identification of the pest control product;
(d) the category of the incident, determined in
accordance with section 2; and
(e) the type of study or scientific investigation, an
indication of which of subparagraphs 2(f)(i) to (iii)
is the reason for submitting it, information it reveals about the incident and its effects, and the test
data generated during the study or investigation.
exigés aux termes des articles 7, 8 et 16 — portant
sur les incidents associés à leur produit antiparasitaire ou à tout produit antiparasitaire dont le principe actif est le même que le leur :
a) les coordonnées du titulaire ou du demandeur;
b) la date à laquelle l’incident survient;
c) la date à laquelle le titulaire ou le demandeur
reçoit les renseignements concernant l’incident;
d) la ville, la province ou l’état et le pays où
l’incident survient;
e) l’identification du produit antiparasitaire;
f) les renseignements sur l’épandage du produit
antiparasitaire, y compris le lieu, la méthode et la
date d’épandage;
g) la catégorie à laquelle appartient l’incident selon l’article 2;
h) les circonstances entourant l’exposition au
produit antiparasitaire, y compris le lieu, la date,
la voie d’exposition, la durée, les conditions météorologiques et le sujet ou l’objet en cause, les
renseignements visant le sujet humain étant restreints à l’âge, au sexe et à la présence d’une
grossesse;
i) les renseignements sur l’incident et ses effets,
y compris les symptômes, la durée et le résultat
de l’effet;
j) les renseignements sur les essais scientifiques, y
compris l’échantillonnage, la méthode d’analyse
et les résultats.
(2) Sont prévus, pour l’application de l’article 13
de la Loi, les renseignements ci-après — exigés aux
termes de l’article 9 — portant sur les incidents associés au produit antiparasitaire du titulaire ou du demandeur d’homologation ou à tout produit antiparasitaire dont le principe actif est le même que le leur :
a) les coordonnées du titulaire ou du demandeur;
b) les références aux études scientifiques;
c) l’identification du produit antiparasitaire;
d) la catégorie à laquelle appartient l’incident selon l’article 2;
e) le type d’étude ou de recherche scientifique,
une indication du constat, parmi ceux prévus aux
sous-alinéas 2f)(i) à (iii), qui est à l’origine de
l’étude ou de la recherche, les renseignements afférents à l’incident et ses effets, de même que les
données d’essais qui en découlent.
GENERAL REQUIREMENTS
EXIGENCES GÉNÉRALES
4. (1) Subject to subsection (2), all information
about incidents and their effects that is required by
these Regulations is deemed to have been received
by the registrant or applicant on a certain date if it
is received on that date by
(a) an employee or agent of the registrant or applicant; or
(b) an employee or agent of a related corporation, within the meaning of the definition “related persons” in subsection 251(2) of the Income Tax Act, whether the related corporation is
located in or outside Canada.
4. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout renseignement portant sur les incidents et leurs effets exigé
par le présent règlement est réputé avoir été reçu par
le titulaire ou le demandeur d’homologation à la date
de sa réception par l’une des personnes suivantes :
a) l’employé ou le représentant d’un titulaire ou
d’un demandeur d’homologation;
b) l’employé ou le représentant d’une personne
morale qui a un lien, au sens de la définition de
« personnes liées » au paragraphe 251(2) de la
Loi de l’impôt sur le revenu, avec le titulaire ou
le demandeur, que cette personne morale soit située au Canada ou à l’étranger.
Article 13 de la
Loi
Date réputée de
réception
1657
2006-11-15
Exception
Transfers of
registration
Language of
reports
Translation
delays
Incidents in
Canada
Incidents in the
United States
Scientific
studies
Time limit —
15 days
1658
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
(2) In the case of an incident whose effects are
identified in a scientific study, if the information is
received by a person described in paragraph (1)(b),
the information is deemed to have been received by
the registrant or applicant one year after its receipt
by that person.
5. On the transfer of a registration, these Regulations continue to apply to the former registrant with
respect to information about incidents and their
effects that is received by them before the transfer
and for five years after it.
6. (1) Incident reports must be filed in English or
in French.
(2) In the case of a scientific study published in a
language other than English or French, if the translation of the study cannot be completed within the
prescribed time for filing the incident report, the
registrant or applicant must provide the Minister
with a summary of the study, in English or in
French, within the prescribed time limit and request
an extension of the time for filing the report.
(2) Dans le cas d’un incident dont l’effet est révélé par des études scientifiques, s’il s’agit d’une
personne visée à l’alinéa (1)b) qui reçoit le renseignement, il est réputé avoir été reçu par le titulaire
ou le demandeur d’homologation un an après avoir
été reçu par cette personne.
5. À partir du moment du transfert d’homologation, le présent règlement s’applique à l’ancien
titulaire en ce qui concerne les renseignements portant sur les incidents et leurs effets qu’il a reçus
avant le transfert et durant les cinq ans qui suivent
celui-ci.
6. (1) Les déclarations d’incident sont présentées
en français ou en anglais.
(2) Si une étude scientifique publiée dans une
langue autre que le français ou l’anglais ne peut
être traduite dans le délai imparti, le titulaire ou le
demandeur d’homologation présente au ministre un
résumé de l’étude, en français ou en anglais, dans
ce délai et lui demande une prorogation lui permettant de remplir son obligation de déclarer.
Exception
Transfert
d’homologation
Langues
officielles
Délai de
traduction
INCIDENT REPORTS
DÉCLARATIONS D’INCIDENT
7. The registrant of a pest control product or an
applicant for the registration of a pest control product must file with the Minister, in accordance with
the time limits specified in sections 10 to 14, a
complete and accurate report of any information set
out in subsection 3(1) that they receive about an
incident that occurs in Canada, in accordance with
the categories described in paragraphs 2(a) to (e).
8. The registrant of a pest control product or an
applicant for the registration of a pest control product must file with the Minister, in accordance with
the time limits specified in sections 10 to 12, a
complete and accurate report of any information set
out in subsection 3(1) that they receive about an
incident that occurs in the United States, if the incident fits within any of the following categories
described in section 2: an incident whose effect is a
human death, an incident that has a major effect on
a human, or an incident whose effect is a domestic
animal death.
9. The registrant of a pest control product or an
applicant for the registration of a pest control product must file with the Minister, in accordance with
the time limit specified in section 11, a complete
and accurate report of any information set out in
subsection 3(2) about an incident whose effects are
identified in a scientific study.
7. Le titulaire ou le demandeur de l’homologation d’un produit antiparasitaire doit, dans les
délais prévus aux articles 10 à 14, déclarer de façon
complète et exacte au ministre, selon la description
des catégories visées aux alinéas 2a) à e), tout renseignement mentionné au paragraphe 3(1) qu’il
reçoit relativement à tout incident qui survient au
Canada.
8. Le titulaire ou le demandeur de l’homologation d’un produit antiparasitaire doit, dans les
délais prévus aux articles 10 à 12, déclarer de façon
complète et exacte au ministre tout renseignement
prévu au paragraphe 3(1) qu’il reçoit relativement à
tout incident qui survient aux États-Unis, s’il appartient à l’une des catégories ci-après visées à l’article 2 : l’incident dont l’effet est la mort de l’être
humain, l’incident dont l’effet est majeur sur l’être
humain ou l’incident dont l’effet est la mort de
l’animal domestique.
Incident au
Canada
9. Le titulaire ou le demandeur de l’homologation d’un produit antiparasitaire doit, dans le
délai prévu à l’article 11, déclarer de façon complète et exacte au ministre tout renseignement mentionné au paragraphe 3(2) portant sur tout incident
dont l’effet est révélé par des études scientifiques.
Étude
scientifique
REPORTING TIME LIMITS
DÉLAIS DE PRÉSENTATION
10. Every registrant and applicant must file an
incident report within 15 days after the day on
which they receive information about any incident
in the following categories:
(a) an incident whose effect is a human death;
(b) an incident that occurs in Canada that has a
major effect on a human; and
10. Le titulaire ou le demandeur d’homologation
présente une déclaration d’incident au plus tard
quinze jours après avoir reçu des renseignements
portant sur tout incident appartenant à l’une des
catégories suivantes :
a) l’incident dont l’effet est la mort de l’être humain;
Incident aux
États-Unis
Échéance —
15 jours
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
(c) an incident that has a major effect on the environment.
Time limit —
one month
11. (1) Every registrant and applicant must accumulate the information that they receive in a
month about incidents in the following categories
and file the required incident reports before the end
of the next month:
(a) an incident that occurs in the United States
that has a major effect on a human;
(b) an incident that has a moderate effect on a
human;
(c) an incident that occurs in Canada whose effect is a domestic animal death;
(d) an incident that has a moderate effect on the
environment;
(e) an incident whose effect is residues in food;
(f) an incident of packaging failure; and
(g) an incident whose effects are identified in a
scientific study.
When study
already
submitted
(2) For the purpose of paragraph (1)(g), in the
case of a scientific study that has already been
submitted to the Minister, the registrant or applicant
may properly reference the study in their incident
report instead of resubmitting it.
12. Every registrant and applicant must accumulate the information that they receive in a reporting
period set out in column 1 of the table to this section about incidents in the following categories and
file the required incident reports on the date set out
in column 2:
(a) an incident that occurs in the United States
whose effect is a domestic animal death; and
(b) an incident that has a major effect on a domestic animal.
Time limit —
table
b) l’incident dont l’effet est majeur sur l’être
humain et qui survient au Canada;
c) l’incident dont l’effet est majeur sur l’environnement.
11. (1) Le titulaire ou le demandeur d’homologation accumule tous les renseignements qu’il reçoit, relativement aux incidents appartenant aux
catégories ci-après, au cours d’un mois donné et
présente les déclarations d’incident exigées avant la
fin du mois suivant :
a) l’incident dont l’effet est majeur sur l’être
humain et qui survient aux États-Unis;
b) l’incident dont l’effet est modéré sur l’être
humain;
c) l’incident dont l’effet est la mort d’un animal
domestique et qui survient au Canada;
d) l’incident dont l’effet est modéré sur l’environnement;
e) l’incident dont l’effet est la présence de résidus dans les aliments;
f) l’incident dont l’effet est la défectuosité de
l’emballage;
g) l’incident dont l’effet est révélé par des études
scientifiques.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)g), si l’étude
scientifique a déjà été présentée au ministre, le titulaire ou le demandeur d’homologation peut ne présenter que la déclaration d’incident faisant référence adéquatement à l’étude.
12. Le titulaire ou le demandeur d’homologation
accumule tous les renseignements qu’il reçoit, relativement aux incidents appartenant aux catégories
ci-après, au cours de la période d’accumulation de
renseignements visée à la colonne 1 du tableau du
présent article et présente, à la date visée à la colonne 2, les déclarations des incidents exigées :
a) l’incident dont l’effet est la mort d’un animal
domestique et qui survient aux États-Unis;
b) l’incident dont l’effet est majeur sur l’animal
domestique.
TABLE
Filing of 12month report
Échéance —
un mois
Étude déjà
présentée
Échéance —
tableau
TABLEAU
Column 1
Column 2
Item
Reporting Period
Filing Date
Article
1.
2.
3.
January 1 to March 31
April 1 to June 30
July 1 to September 30
May 31
August 31
November 30
1.
2.
3.
4.
October 1 to December 31 February 28, or
February 29 in the
case of a leap year
13. Subject to subsection 14(4), every registrant
and applicant must accumulate the information that
they receive in a 12-month period established in
accordance with section 14 about incidents in the
following categories and file the required incident
reports in accordance with that section:
Colonne 1
4.
Période d’accumulation
des renseignements
Du 1er janvier au 31 mars
Du 1er avril au 30 juin
Du 1er juillet au
30 septembre
Du 1er octobre au
31 décembre
Colonne 2
Date de présentation
Le 31 mai
Le 31 août
Le 30 novembre
Le 28 ou 29 février,
selon l’année
13. Sous réserve du paragraphe 14(4), le titulaire
ou le demandeur d’homologation accumule tous les
renseignements qu’il reçoit, relativement aux incidents appartenant aux catégories ci-après, au cours
de la période de douze mois établie conformément
à l’article 14 et présente les déclarations d’incident
exigées conformément à cet article :
Présentation de
la déclaration —
période de
douze mois
1659
2006-11-15
Time limit —
table
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
(a) an incident that has a minor effect on a human;
(b) an incident that has a moderate effect on a
domestic animal;
(c) an incident that has a minor effect on a domestic animal; and
(d) an incident that has a minor effect on the environment.
14. (1) Subject to subsections (2) to (4), every
registrant and applicant the first letter or number of
whose name is set out in column 1 of the table to
this subsection must file the incident reports described in section 13 and the annual summary described in section 15 within two months after the
end of the reporting period set out in column 2.
a) l’incident dont l’effet est mineur sur l’être humain;
b) l’incident dont l’effet est modéré sur l’animal
domestique;
c) l’incident dont l’effet est mineur sur l’animal
domestique;
d) l’incident dont l’effet est mineur sur l’environnement.
14. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4), le
titulaire ou le demandeur d’homologation présente
les déclarations d’incident visées à l’article 13 et le
sommaire récapitulatif annuel visé à l’article 15,
dans les deux mois suivant la fin de la période
d’accumulation de renseignements figurant à la
colonne 2 du tableau du présent article, en regard
de la première lettre de son nom ou de la première
lettre ou du premier nombre de sa dénomination
sociale à la colonne 1.
TABLE
TABLEAU
Column 1
Item
First letter or
number of registrant’s
or applicant’s name
1.
A or a number
2.
B
3.
C
4.
D
5.
6.
7.
8.
9.
10.
E, F or G
H, I or J
K or L
M
N
O, P, Q or R
11.
S
12.
T, U, V, W, X, Y or Z
Column 2
Colonne 1
Reporting period
Première lettre de son
nom ou première lettre ou
premier nombre de la
dénomination sociale du
titulaire ou du demandeur Période d’accumulation
d’homologation
de renseignements
December 1 to
November 30
January 1 to
December 31
February 1 to
January 31
March 1 to February 28, or
February 29 in the case of
a leap year
April 1 to March 31
May 1 to April 30
June 1 to May 31
July 1 to June 30
August 1 to July 31
September 1 to
August 31
October 1 to
September 30
November 1 to
October 31
Name change
(2) If a registrant or an applicant changes their
name after having filed a first incident report described in section 13 or a first annual summary
described in section 15, the time limit for filing
subsequent reports and summaries under those sections remains the time first established in accordance with subsection (1).
Amalgamation
(3) If two or more registrants or applicants amalgamate after one of them has filed a first incident
report described in section 13 or a first annual
summary described in section 15, the time limit for
the amalgamated registrant or applicant filing subsequent reports and summaries under those sections
is the earliest of their time limits first established in
accordance with subsection (1).
1660
Article
1.
Un nombre ou la lettre A
2.
B
3.
C
4.
D
5.
6.
7.
8.
9.
10.
E, F ou G
H, I ou J
K ou L
M
N
O, P, Q ou R
11.
S
12.
T, U, V, W, X, Y ou Z
Échéance —
tableau
Colonne 2
Du 1er décembre au
30 novembre
Du 1er janvier au
31 décembre
Du 1er février au
31 janvier
Du 1er mars au 28
ou 29 février, selon
l’année
Du 1er avril au 31 mars
Du 1er mai au 30 avril
Du 1er juin au 31 mai
Du 1er juillet au 30 juin
Du 1er août au 31 juillet
Du 1er septembre au
31 août
Du 1er octobre au
30 septembre
Du 1er novembre au
31 octobre
(2) Si le titulaire ou le demandeur d’homologation change son nom après avoir présenté une
première déclaration d’incident ou un premier
sommaire récapitulatif annuel aux termes des articles 13 et 15, respectivement, la période établie de
présentation des déclarations et sommaires subséquents demeure la même que celle établie conformément au paragraphe (1).
(3) En cas de fusion de titulaires ou de demandeurs d’homologation après que l’un d’eux a présenté une première déclaration d’incident ou un
premier sommaire récapitulatif annuel aux termes
des articles 13 et 15, respectivement, la période
établie de présentation des déclarations et sommaires subséquents du titulaire ou du demandeur issu
de la fusion est la première des périodes déjà
Changement de
nom
Fusion
2006-11-15
First report and
summary
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
(4) The first incident report described in section 13 and the first annual summary described in
section 15 that are filed in accordance with subsection (1) may be for a reporting period shorter
than 12 months.
établies conformément au paragraphe (1) à l’égard
des titulaires ou des demandeurs en cause.
(4) La première déclaration d’incident visée à
l’article 13 et le premier sommaire récapitulatif
annuel visé à l’article 15 sont présentés conformément au paragraphe (1) même si la période d’accumulation de renseignements s’en trouve raccourcie.
ANNUAL SUMMARY
SOMMAIRE RÉCAPITULATIF ANNUEL
When annual
summary
required
15. (1) A registrant must file an annual summary
with respect to an active ingredient in the following
circumstances:
(a) the active ingredient is a component of a pest
control product that is the subject of an incident
report filed by the registrant in the year; and
(b) the active ingredient is implicated in at
least 10 such reports in the same year.
Content
(2) The annual summary must contain the following information:
(a) with respect to each incident report referred
to in paragraph (1)(b), the category of incident
described in section 2; and
(b) a concise critical analysis of all the data relating to the active ingredient, including a comparison with analyses of past years and commentary
on any changes that arose in the year in the risk
profile of any pest control product of which the
active ingredient is a component.
Timing
(3) The annual summary must be filed at the
same time as the incident reports required by section 13.
15. (1) Le titulaire présente un sommaire récapitulatif annuel portant sur un principe actif dans les
circonstances suivantes :
a) le principe actif est un composant d’un produit
antiparasitaire pour lequel le titulaire a présenté
une déclaration d’incident pendant l’année;
b) le principe actif joue un rôle dans au moins
dix déclarations d’incident présentées par le titulaire pendant la même année.
(2) Le sommaire contient les renseignements
suivants :
a) à l’égard de chaque déclaration d’incident visée à l’alinéa (1)b), la catégorie d’incident selon
l’article 2;
b) une analyse critique concise de toutes les données se rapportant au principe actif, de même
qu’une comparaison avec les analyses des années
antérieures et des observations sur tout changement — qui s’est produit dans l’année — au profil des risques associés au produit antiparasitaire
dont le principe actif est un composant.
(3) Le sommaire est présenté en même temps que
les déclarations d’incident exigées à l’article 13.
Health or
environment
Keep and
submit on
request
Incident reports
and
supplemental
information
DANGEROUS SITUATIONS
SITUATION DANGEREUSE
16. Every registrant must provide the Minister
with all information set out in subsection 3(1) that
they receive and that has not already been reported,
within 24 hours after the Minister requests it for the
purpose of responding to a situation that endangers
human or domestic animal health or the environment.
16. Le titulaire fournit les renseignements prévus
au paragraphe 3(1) qu’il a reçus et qu’il n’a pas
déjà déclarés, au plus tard vingt-quatre heures après
que le ministre en fait la demande pour faire face à
une situation qui présente un danger pour la santé
humaine, la santé des animaux domestiques ou
l’environnement.
RECORDS
DOSSIERS
17. Every registrant and applicant must keep a
record of every completed incident report and any
information they have that relates to or is in connection with that report for six years after the day
on which the report is filed with the Minister. The
record must be provided to the Minister, on request,
for the purpose of making comparisons or a historical analysis of the incidents or to permit the Minister to exercise powers under the Act.
17. Le titulaire et le demandeur d’homologation
sont tenus de conserver, pendant les six ans qui
suivent la présentation au ministre de toute déclaration d’incident aux termes du présent règlement,
un dossier comprenant chacune des déclarations
d’incident et les renseignements afférents; ils fournissent le dossier au ministre, sur demande, lorsque
ce dernier en a besoin à des fins de comparaison ou
d’analyse chronologique des incidents ou pour lui
permettre d’exercer les pouvoirs qui lui sont conférés par la Loi.
PLACEMENT IN REGISTER
DÉPÔT AU REGISTRE
18. (1) Subject to subsection (2), the Minister
must place all incident reports that relate to registered pest control products in the Register, including
18. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le ministre verse au Registre les déclarations d’incident
portant sur tout incident dont l’effet est associé à un
Première
déclaration et
premier
sommaire
Obligation de
présenter un
sommaire
récapitulatif
annuel
Contenu
Moment de la
présentation
Santé ou
environnement
Tenue et
demande de
fourniture
Déclarations
d’incident et
renseignements
additionnels
1661
2006-11-15
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
any supplemental information in support of the
reports that is volunteered by the registrant or applicant, such as any relevant opinion or commentary.
Exclusion
Coming into
force
(2) The Minister must remove from the incident
reports, and from any supplemental information
provided in connection with them, all personal information as defined in section 3 of the Privacy
Act.
produit antiparasitaire homologué ainsi que tout
renseignement additionnel — notamment des avis
ou des observations utiles — fourni volontairement
par le titulaire ou le demandeur d’homologation à
l’appui des déclarations.
(2) Le ministre retire des déclarations d’incident
et des renseignements additionnels tout renseignement personnel au sens de l’article 3 de la Loi sur
la protection des renseignements personnels.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
19. These Regulations come into force six months
after the day on which they are registered.
19. Le présent règlement entre en vigueur six
mois après sa date d’enregistrement.
Exclusion
Entrée en
vigueur
SCHEDULE
(Paragraph 2(c))
INCIDENT EFFECTS IN THE ENVIRONMENT
Column 1
Column 2
Column 3
Item
Group
Subgroup
Major Effect
Moderate Effect
Minor Effect
Symptoms
1.
Birds
(a) Predatory birds
(a) 3
(a) 1 or more but fewer
than 3
(a) N/A
(b) Birds that flock,
except songbirds
(b) 150
(b) 50 or more but fewer
than 150
(b) 50
(c) Songbirds and all
other birds
(c) 30
(c) 10 or more but fewer
than 30
(c) 10
30
10 or more but fewer
than 30
10
(a) 10 or more but fewer
than 30
(a) 10
(b) 5 or more but fewer
than 15
(b) 5
10 or more but fewer
than 30
10
(a) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
(b) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
(c) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
(a) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
(b) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
(a) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
(b) Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
Death, impairment of health,
reproductive impairment or
congenital anomalies
2.
Amphibians
Adults
3.
Mammals
Column 4
Column 5
4.
Reptiles
(a) Small mammals
(a) 30
such as bats, rabbits,
squirrels and mice
(b) Large or solitary (b) 15
mammals such as
foxes, deer and moose
30
5.
Fish
(a) Schooling fish
(a) 1,500
(a) 500 or more but fewer (a) 500
than 1,500
(b) Non-schooling
fish
(b) 150
(b) 50 or more but fewer
than 150
(b) 50
600
200 or more but fewer
than 600
200
(a) 3,000 bees from
each of 5 or more
colonies, or 30% of the
bees in any one colony
(a) 1,000 or more but
(a) 10% of the bees in
fewer than 3,000 bees
any one colony
from each of 5 or more
colonies, or 10% or more
but less than 30% of the
bees in any one colony
(b) N/A
(b) Any number of
individuals
6.
7.
Large aquatic
invertebrates, such
as lobsters, mussels
and shrimp
Terrestrial
(a) Honey bees
invertebrates
(b) All other nontarget terrestrial
invertebrates,
including beneficial
insects used in
integrated pest
management
1662
(b) N/A
Column 6
(a) Death or abnormal behavioural
effects
(b) Death
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
SCHEDULE — Continued
INCIDENT EFFECTS IN THE ENVIRONMENT — Continued
Item
Column 1
Column 2
Group
Subgroup
Column 3
Column 4
Column 5
Column 6
Major Effect
Moderate Effect
Minor Effect
Symptoms
8.
Trees and shrubs
N/A
Any number of
non-target plants in a
single incident
9.
Herbaceous plants
N/A
25 or more non-target
plants in 5 or more
incidents that occur
within a calendar month
25% or more of
non-target plants
within the targeted
spray area or within
20 m of its edge in 5 or
more incidents that occur
within a calendar month
Aquatic plants
N/A
More than 25% of the tree or shrub
exhibits abnormal abscission or
abnormal leaf discolouration, or there
is a reduction in seed or fruit yield
Death; injury visible to the naked
eye: chlorosis, necrosis, bleaching,
vein discolouration or abnormal
abscission; terminal bud death;
stunted vegetative growth; reduced
seed or fruit yield; reduced
emergence; abnormal flower quality
or number; deformities, for example,
in tubers; and epinasty
Death, abnormal plant stance or
abnormal leaf discolouration
10.
25% or more of the nontarget plants in a body of
water in 5 or more
incidents that occur
within a calendar month
Any percentage of nontarget plants in a single
incident at any distance
from the targeted spray
area
Any percentage of the
non-target plants in a
body of water in a single
incident
ANNEXE
(alinéa 2c))
EFFETS DES INCIDENTS SUR L’ENVIRONNEMENT
Colonne 1
Article Groupe
1.
Oiseaux
Colonne 2
Colonne 3
Effet majeur
Effet modéré
Effet mineur
Symptômes
a) 3
a) 1 ou plus mais moins
de 3
a) s.o.
a) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
b) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
Amphibiens
Adultes
3.
Mammifères
a) Petits mammifères a) 30
(exemple : lièvre,
chauve-souris,
écureuil, souris)
b) Grands
b) 15
mammifères ou
mammifères solitaires
(exemple : renard,
cerf, orignal)
30
5.
Poissons
Colonne 6
Sous-groupe
2.
Reptiles
Colonne 5
a) Oiseauxde proie
b) Oiseaux qui
b) 150
vivent, voyagent ou
s’alimentent en
bande (à l’exception
des oiseaux chanteurs)
c) Oiseaux chanteurs c) 30
et tous autres oiseaux
4.
Colonne 4
30
b) 50 ou plus mais moins b) 50
de 150
c) 10 ou plus mais moins c) 10
de 30
10 ou plus mais moins
de 30
10
a) 10 ou plus mais moins a) 10
de 30
b) 5 ou plus mais moins
de 15
b) 5
10 ou plus mais moins de 10
30
a) Poissons vivant en
bancs
a) 1 500
a) 500 ou plus mais moins a) 500
de 1 500
b) Autres poissons
b) 150
b) 50 ou plus mais moins b) 50
de 150
c) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
Mort, détérioration de la santé, troubles
de la reproduction ou anomalies
congénitales
a) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
b) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
Mort, détérioration de la santé, troubles
de la reproduction ou anomalies
congénitales
a) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
b) Mort, détérioration de la santé,
troubles de la reproduction ou
anomalies congénitales
1663
2006-11-15
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
ANNEXE (suite)
EFFETS DES INCIDENTS SUR L’ENVIRONNEMENT (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Article Groupe
6.
7.
Sous-groupe
Grands invertébrés
aquatiques
(exemple : homards,
moules, crevettes)
Invertébrés
a) Abeilles
terrestres
domestiques
b) Autres invertébrés
terrestres non visés,
notamment les
insectes utiles
servant à la lutte
antiparasitaire
intégrée
Colonne 3
Colonne 4
Colonne 5
Colonne 6
Effet majeur
Effet modéré
Effet mineur
Symptômes
600
200 ou plus mais moins
de 600
200
Mort, détérioration de la santé, troubles
de la reproduction ou anomalies
congénitales
a) 3 000 abeilles par
colonie dans 5 colonies
ou plus ou 30 % des
abeilles d’une même
colonie
a) 1 000 ou plus mais
a) 10 % des abeilles
moins de 3 000 abeilles
d’une même colonie
par colonie dans
5 colonies ou plus
ou 10 % et plus mais
moins de 30 % des abeilles
d’une même colonie
b) s.o.
b) Tout nombre
b) s.o.
8.
Arbres et arbustes
s.o.
9.
Plantes herbacées
s.o.
10.
Plantes aquatiques
s.o.
a) Mort ou perturbation du
comportement
b) Mort
Abscission anormale ou décoloration
foliaire anormale de plus de 25 % de
chacun des arbres ou arbustes ou
réduction de la production de fruits ou
de semences
25 % ou plus des plantes Tout pourcentage des Mort; lésions visibles à l’oeil nu :
non visées dans le
plantes non visées lors chlorose, nécrose, blanchiment,
périmètre de la zone
d’un incident unique à abscission anormale ou décoloration
traitée ou dans une zone toute distance de la
des nervures; mort des bourgeons
s’étendant jusqu’à 20 m zone visée par la
terminaux; rabougrissement; réduction
au-delà du périmètre de pulvérisation
de la production de fruits ou de
la zone traitée lors
semences; levée réduite; qualité ou
de 5 incidents ou plus
nombre de fleurs anormaux;
qui se produisent au cours
malformations, notamment des
d’un mois civil
tubercules; épinastie
25 % ou plus des plantes Tout pourcentage des Mort, port anormal ou décoloration
non visées d’un plan
plantes non visées d’un foliaire anormale
d’eau lors de 5 incidents plan d’eau lors d’un
ou plus qui se produisent incident unique
au cours d’un mois civil
25 plantes non visées ou Tout nombre de plantes
plus lors de 5 incidents
non visées lors d’un
ou plus qui se produisent incident unique
au cours d’un mois civil
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Pest control products (pesticides) are regulated in Canada under
the federal Pest Control Products Act (PCPA). Health Canada’s
Pest Management Regulatory Agency (PMRA) administers the
PCPA and Pest Control Products Regulations (PCPR) on behalf
of the Minister of Health. A new PCPA was brought into force
with the PCPR on June 28, 2006.
Au Canada, les produits antiparasitaires (pesticides) sont réglementés en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA).
L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de
Santé Canada (SC) administre la LPA et le Règlement sur les produits antiparasitaires (RPA) au nom du ministre de la Santé. Une
nouvelle LPA est entrée en vigueur, ainsi que le RPA, le 28 juin
2006.
En vertu de la LPA, le ministre de la Santé doit homologuer un
pesticide avant qu’il puisse être utilisé au Canada. Un pesticide ne
peut être homologué ou ne peut maintenir son homologation que
si le ministre a jugé acceptables sa valeur et les risques qu’il présente pour la santé humaine et l’environnement. En vertu de
l’article 13 de la LPA, les titulaires, les sociétés au nom desquelles les pesticides sont homologués, et les demandeurs d’homologation de pesticides doivent maintenant déclarer des renseignements prescrits (tels que les incidents) sur ces produits.
Under the PCPA, pesticides must be registered by the Minister
of Health before they can be used in Canada. A pesticide may not
be registered or may not continue to be registered unless its health
and environmental risks and its value have been determined to be
acceptable by the Minister. Under the PCPA (section 13), registrants, a company in whose name a pesticide is registered, and
applicants for the registration of a pesticide, are now required to
report prescribed information (such as incidents) about their pesticides.
1664
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
The Pest Control Products Incident Reporting Regulations (IRR)
will enable PMRA to monitor adverse impacts on health and the
environment in a timely fashion. Incident information reported
will be evaluated and, if there are reasonable grounds to believe
that the risks or value of the pesticide are no longer acceptable,
appropriate measures, for example a special review, will be taken.
Such a review may result in amendment or cancellation of a registration.
The IRR prescribe the information received by registrants and
applicants that they are required to report and the time frames
within which they are to report. The IRR define “incidents” as
meaning an incident whose effects relate to the health or environmental risks or the value of a pest control product and that is
described in section 2 of the IRR. The IRR also include general
requirements about administration, such as the transfers of registration, language of reports, and record keeping.
The IRR require registrants and applicants to accurately report,
within the following specified time frames:
• human death; major incidents involving humans that occur in
Canada; and major incidents in the environment are to be reported within 15 days;
• major incidents involving humans that occur in the United
States (U.S.); moderate incidents involving humans; domestic
animal death that occurs in Canada; moderate incidents in the
environment; residues in food; packaging failure; and incidents whose effect are identified in scientific studies are to be
reported within one month after one month of accumulation;
• domestic animal death that occurs in the U.S.; and major incidents involving domestic animals are to be reported within
two months after three months of accumulation;
• minor incidents involving humans; moderate and minor incidents involving domestic animals; and minor incidents in the
environment are to be reported within two months following
a 12-month accumulation period.
Incident reports, including supplemental information volunteered by the registrant, will be placed in the Register of Pest
Control Products established under subsection 42(1) of the PCPA.
The public will have access to any information in the Register
that is not confidential or private. In addition, if as a result of an
incident report it is concluded that a pesticide poses a significant
risk, the PCPA requires that information to be actively disseminated to the public.
The form and manner by which the information is to be reported by registrants or applicants will be specified in supporting
guidance documentation. This documentation will provide examples of the various categories of incidents.
In addition to the mandatory reporting requirements for registrants and applicants, the medical and research community, government and non-governmental organizations and individuals will
also be able to report directly to PMRA through a voluntary incident reporting system. In some cases, for example potentially
Le Règlement sur les déclarations d’incident relatif aux produits antiparasitaires (RDI) permettra à l’ARLA de surveiller les
effets néfastes sur la santé et l’environnement de façon opportune.
L’Agence évaluera les renseignements déclarés sur les incidents
et, s’il existe des motifs raisonnables de croire que les risques
présentés par le pesticide ou sa valeur ne sont plus acceptables,
des mesures appropriées, par exemple un examen spécial, seront
prises. Un tel examen pourrait entraîner la modification ou la
révocation de l’homologation.
Le RDI prescrit les renseignements reçus par les titulaires et les
demandeurs d’homologation qu’ils doivent déclarer et les délais
dans lesquels ils doivent le faire. En fonction du RDI, un « incident » est celui dont l’effet touche à la valeur d’un produit antiparasitaire ou aux risques sanitaires ou environnementaux qu’il représente, et que l’article 2 du RDI décrit. Le RDI comporte également des exigences d’ordre général concernant les aspects administratifs tels que le transfert d’homologation, la langue utilisée
pour les déclarations et la conservation des dossiers.
Selon le RDI, les titulaires et les demandeurs d’homologation
sont tenus de déclarer les renseignements suivants avec précision
et dans les délais indiqués ci-après :
• la mort d’un être humain, les incidents majeurs concernant des
êtres humains se produisant au Canada et les incidents majeurs
survenus dans l’environnement doivent être déclarés dans un
délai de 15 jours;
• les incidents majeurs concernant des êtres humains se produisant aux États-Unis (É.-U.), les incidents modérés concernant
des êtres humains, la mort d’un animal domestique survenant
au Canada, les incidents modérés survenant dans l’environnement; la présence de résidus dans les aliments, la défectuosité d’emballage et les incidents dont les effets sont révélés
par des études scientifiques doivent être déclarés moins d’un
mois suivant la période d’accumulation d’un mois;
• la mort d’un animal domestique survenant aux É.-U. et les
incidents majeurs concernant des animaux domestiques doivent être déclarés moins de deux mois suivant la période
d’accumulation de trois mois;
• les incidents mineurs concernant des êtres humains, les incidents modérés et mineurs concernant des animaux domestiques et les incidents mineurs survenant dans l’environnement
doivent être déclarés moins de deux mois suivant la période
d’accumulation de 12 mois.
Les déclarations d’incident, comprenant les renseignements
supplémentaires fournis volontairement par le titulaire d’homologation, seront versées au Registre des produits antiparasitaires
établi en vertu du paragraphe 42(1) de la LPA. Le public aura
accès à tout renseignement du Registre, à l’exception des informations confidentielles et privées. De plus, si une déclaration
d’incident mène à la conclusion qu’un pesticide présente un risque important, la LPA exige que cette information soit diffusée
publiquement.
Le format et la manière dont les titulaires ou les demandeurs
d’homologation doivent déclarer l’information seront précisés
dans un document d’orientation d’appui. Ce document fournira
des exemples de diverses catégories d’incidents.
En plus des exigences de déclaration obligatoire pour les titulaires et les demandeurs d’homologation, les secteurs de la santé
et de la recherche, les organismes gouvernementaux et non gouvernementaux, et les particuliers pourront également soumettre
des déclarations directement à l’ARLA par le biais d’un système
1665
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
major incidents in the environment such as large bird or fish kills,
federal or provincial authorities may report directly to PMRA in
advance of the mandatory time frames for reporting by registrants. Although the voluntary reporting process is not formalized
in regulations it is currently being refined to make it more consistent with the mandatory incident reporting system.
The IRR are very similar to the proposal that was pre-published
for comment in the Canada Gazette, Part I, on October 23, 2004. In
response to comments received, the IRR have been modified from
the proposal in order to enhance efficiency and cost-effectiveness.
de déclaration d’incident volontaire. Dans certains cas, par exemple celui d’incidents potentiellement majeurs pour l’environnement, tels que la mort d’un grand nombre d’oiseaux ou de poissons, les instances fédérales ou provinciales peuvent les déclarer
directement à l’ARLA avant les délais obligatoires de déclaration
par les titulaires d’homologation. Malgré que le processus de
déclaration volontaire n’est pas officialisé dans un règlement, on
est actuellement en train de le raffiner afin de le rendre plus cohérent avec le système de déclaration obligatoire d’incidents.
Le RDI ressemble beaucoup à la proposition qui avait été publiée au préalable aux fins de commentaires dans la Gazette du
Canada Partie I du 23 octobre 2004. À la demande de commentaires reçus, le RDI a été modifié par rapport à la proposition pour
promouvoir le rendement et l’efficacité en fonction du coût.
Alternatives
Solutions envisagées
Section 13 of the PCPA cannot operate until the information to
be reported and time frames for reporting are prescribed by regulation, therefore, there is no alternative to making a regulation.
The IRR was designed to be consistent with other Canadian legislation (i.e., the Food and Drug Regulations and the new Species
at Risk Act) and to be harmonized with the U.S. Environmental
Protection Agency’s (EPA) program to the extent possible. When
more cost-effective alternative mechanisms were available, certain information (e.g., residues in water, efficacy failure, pest
resistance) were not made subject to mandatory reporting in
the IRR. This will contribute to increasing efficiency in reporting
of incidents throughout North America.
Benefits and Costs
L’article 13 de la LPA ne peut fonctionner tant que l’information à déclarer et les délais de déclaration ne sont pas prescrits par
règlement; il n’existe donc aucune solution de rechange à
l’établissement du règlement. Le RDI a été conçu de façon à être
cohérent avec les autres lois canadiennes (c.-à-d. le Règlement sur
les aliments et drogues et la nouvelle Loi sur les espèces en péril)
et à être harmonisé, dans la mesure du possible, avec le programme
de l’Environmental Protection Agency des États-Unis (EPA).
Lorsque des mécanismes de rechange plus économiques étaient
disponibles, le RDI n’a pas exigé la déclaration de certains renseignements (par ex., les résidus dans l’eau, le manque d’efficacité, la résistance aux pesticides); ce qui contribuera à accroître
l’efficacité des déclarations d’incidents partout en Amérique du
Nord.
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
The Minister of Health’s mandate under the PCPA is to prevent
unacceptable risks to people and the environment from the use of
pesticides. It is important that PMRA has access to timely postregistration information regarding incidents related to pesticides.
In order to ensure that the risks of registered pesticides continue
to be acceptable, PMRA must be aware of, and must evaluate,
new information that could cause their registration to be amended
or cancelled. The PCPA requires that a special review be initiated
where there are reasonable grounds for believing that the risks or
value of a product are no longer acceptable.
Costs to industry
En vertu de la LPA, le mandat du ministre de la Santé consiste
à éviter les risques inacceptables pour les personnes et pour
l’environnement associés à l’utilisation des pesticides. Il est impératif que l’ARLA ait accès, dans des délais opportuns, à des renseignements sur les incidents liés à l’utilisation de pesticides,
suite à leur homologation. Afin d’assurer que les risques des pesticides homologués maintiennent leur niveau d’acceptabilité,
l’ARLA doit disposer de toute nouvelle information qui pourrait
entraîner, après évaluation, la modification ou la révocation de
l’homologation. S’il existe des motifs raisonnables de croire que
les risques présentés par le pesticide ou sa valeur ne sont plus
acceptables, la LPA requiert qu’un examen spécial soit initié.
Les renseignements sur les incidents déclarés en vertu du RDI
permettront de déterminer les tendances des incidents en fonction
des produits, des usages et de la géographie; ce qui aidera l’ARLA
dans les domaines suivants : établir la priorité des réévaluations et
alimenter les examens; déterminer la nécessité d’améliorer les étiquettes des pesticides; et planifier des activités de prévention et de
sensibilisation en collaboration avec les consommateurs, les utilisateurs, la communauté médicale, les industries et les gouvernements.
Il a aussi été déterminé, par le biais d’une évaluation environnementale stratégique, que ce projet de réglementation pourrait avoir
des effets positifs sur l’environnement.
Coûts assumés par l’industrie
Based on cost statements of the U.S. program, the cost of the Canadian system was estimated to be approximately $4,900,000 CAD
in the first year and $3,800,000 CAD in subsequent years.
The cost estimate provided by industry in Canada in 2004
was $48 million annually.
En se fondant sur les énoncés de coût du programme américain,
on a évalué le coût du système canadien à environ 4 900 000 dollars CAN durant la première année et à 3 800 000 dollars CAN
durant les années suivantes. Le coût évalué par l’industrie au
Canada en 2004 était de 48 millions de dollars par année.
The information on incidents reported under the IRR will provide information that will permit the identification of trends in
relation to products, uses and geography. This will help PMRA
prioritize re-evaluations and feed into reviews; help identify the
need for improvements to pesticide labels; and help plan prevention and education activities in collaboration with consumers,
users, the medical community, industries and governments. It was
also determined through a strategic environmental assessment that
this regulatory initiative may result in positive environmental
impacts.
1666
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
Given the reduced requirements of the Canadian program, the
smaller number of Canadian registrants and registered products,
and the general comparability of other program aspects, the cost
estimate to Canadian industry is roughly one third of the calculated cost to the U.S. industry.
Aux É.-U., environ tous les trois ans, on doit préparer et faire approuver un énoncé du coût assumé par les titulaires en regard du
programme de déclaration des effets néfastes. L’énoncé américain
de 1997 évaluait les coûts assumés par les titulaires, pour la première année du programme, à un total de 15 668 232 dollars US
(257 760 dollars US pour les déclarations d’études, 2 778 552 dollars US pour les déclarations d’incidents, 11 439 750 dollars US
pour la formation). L’énoncé le plus récent, préparé en 2003, évaluait le coût annuel du programme permanent américain
à 12 039 547 dollars US (78 650 dollars US pour les déclarations
d’études, 7 341 600 dollars US pour les déclarations d’incidents,
4 619 297 dollars US pour la formation) ou une moyenne
de 6 414 dollars US pour chacun des 1 877 titulaires d’homologation aux É.-U.
Pour préciser le coût évalué du système canadien, on a tenu
compte des différences entre le programme américain et le système canadien et du nombre de déclarations d’incidents que recevrait le Canada comparativement aux É.-U. Ces différences comprennent : la portée d’information déclarable, les catégories
d’incidents survenant dans l’environnement, l’obligation de soumettre un sommaire annuel, les formulaires de déclaration, les
déclarations sous forme de sommaire, etc. On a évalué la différence entre le nombre de déclarations d’incidents aux É.-U. et au
Canada en comparant leur nombre de titulaires et de produits
homologués. Le Canada compte beaucoup moins de titulaires et
de produits homologués, soit 715 titulaires et 5 403 produits homologués, ce qui représente respectivement 38 % et 29 % du
nombre américain. On s’attend donc à ce que le nombre de déclarations d’incidents au Canada soit proportionnellement moindre.
Compte tenu des exigences réduites du programme canadien,
du plus petit nombre de titulaires canadiens et de produits homologués, et de la comparabilité générale d’autres aspects du programme, le coût évalué assumé par l’industrie canadienne est de
plus ou moins le tiers du coût assumé par l’industrie américaine.
Costs to Government
Coûts assumés par le gouvernement
The ongoing costs to Government to establish and maintain a
system and procedures for receiving and evaluating the information on incident reports have been estimated at $1.1 million annually. The PMRA has previously been allocated funds to address
this cost.
On évalue à 1,1 million de dollars par année les coûts permanents assumés par le gouvernement associés à l’établissement et
au maintien d’un système et de procédures pour la réception et
l’évaluation de l’information sur les déclarations d’incidents.
L’ARLA s’est déjà vu attribuer des fonds à cet effet.
Conclusion
Conclusion
The significant benefits of mandatory reporting of incidents in
enhancing the Government’s ability to prevent unacceptable risks
to people and the environment from the use of pesticides clearly
outweigh the costs to industry and Government of implementing
the IRR.
Les avantages importants de la déclaration obligatoire d’incident, en améliorant la capacité du gouvernement à prévenir que
l’utilisation de pesticides présente des risques inacceptables pour
la santé et pour l’environnement, compensent nettement les coûts
de mise en œuvre du RDI pour l’industrie et le gouvernement.
Evaluation
Évaluation
The design and continued relevance and cost-effectiveness of
the IRR will be evaluated periodically. Annual reports will be
made to the Parliament as required under the PCPA.
La conception, la pertinence permanente et le rapport coûtefficacité du RDI seront évalués périodiquement. Des rapports
annuels seront présentés au Parlement, tel que l’exige la LPA.
Consultation
Consultations
Extensive consultation on the subject was conducted during the
passage of the PCPA and the development of the IRR. Proposed
Regulations were pre-published for comment on PMRA’s website
on May 22, 2003, and in the Canada Gazette, Part I, on October 23, 2004. Discussions also took place at meetings of the Pest
Management Advisory Council (PMAC) in 2004 and 2005. Several other meetings were held with stakeholder associations.
Des consultations à grande échelle ont été effectuées sur le sujet durant l’adoption de la LPA et le développement du RDI.
Le 22 mai 2003, l’ARLA a affiché le règlement proposé sur son
site Web, aux fins de commentaires, et l’a publié au préalable
dans la Gazette du Canada Partie I le 23 octobre 2004. Des discussions ont également eu cours lors de réunions du Conseil
consultatif de la lutte antiparasitaire en 2004 et 2005. Plusieurs
In the U.S., a statement of the cost of the adverse effects reporting program to registrants must be prepared and approved approximately every three years. The 1997 U.S. statement estimated
the costs for registrants in the first year of the program to
total $15,668,232 US ($257,760 US for reporting studies,
$2,778,552 US for reporting incidents, $11,439,750 US for training). The most recent statement, prepared in 2003, calculated the
annual cost of the ongoing U.S. program to be $12,039,547 US
($78,650 US for reporting studies, $7,341,600 US for reporting
incidents, $4,619,297 US for training) or an average of $6,414 US
for each of the 1,877 U.S. registrants.
To refine the estimated cost of the Canadian system, the differences between the U.S. program and the Canadian system and the
difference in the number of incident reports that would be received in Canada compared to the U.S. were considered. Differences include: the scope of reportable information, the categories
of incidents in the environment, the requirement to submit an
annual summary, the report forms, aggregate reporting, etc. Differences in the number of incident reports between Canada
and U.S. were estimated by comparing the number of registrants
and registered products. Canada has far fewer registrants and
registered products. There are 715 registrants and the number of
registered products is 5,403, representing 38% and 29% of the
number in the U.S. respectively. The number of incidents reported in Canada is therefore expected to be correspondingly less.
1667
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
Respondents expressed general support for the proposed Regulations. Suggestions for improvements were incorporated, where
possible. The comments received, as well as changes made to the
proposed Regulations, are summarized below.
autres réunions ont eu lieu avec des associations d’intervenants.
En général, les répondants ont appuyé le règlement proposé. Là
où c’était possible, on a intégré leurs suggestions d’améliorations.
Les commentaires reçus, ainsi que les modifications apportées au
règlement proposé, sont résumés ci-après.
Title of the Regulations
Titre du règlement
Respondents expressed concerns regarding the perception that
causality is established during the reporting process, and that this
is reinforced by the earlier proposed title Pest Control Products
Adverse Effects Reporting Regulations. In response, the term “adverse effect” was replaced with “incident” throughout the regulations. The word incident more accurately expresses the type and
nature of the required reports. The title of the regulations has been
changed to IRR.
Les répondants ont exprimées des préoccupations en regard de
la perception que la causalité est établie pendant le processus de
déclaration, ceci étant renforcé par le premier titre proposé, Règlement sur les déclarations d’effets néfastes des produits antiparasitaires. En réponse, le terme « effet néfaste » a été remplacé
par « incident » dans toute la réglementation. Le mot incident
exprime plus précisément le type et la nature des rapports requis.
Le titre du règlement a été modifié pour celui de RDI.
Classification and Reporting Time Lines
Classification et délai de déclaration
Respondents requested that PMRA adopt the EPA’s classification for incidents to avoid confusion and inefficiency, and reduce
costs and risks of obtaining incomplete data collection, especially
for Canadian registrants that are also U.S. registrants. Others supported that harm to a species at risk be included in the definition
of an incident in the environment.
Les répondants ont demandé que l’ARLA adopte la classification d’incidents de l’EPA pour éviter toute confusion et inefficacité, et pour réduire les coûts et les risques de cueillette incomplète des données, surtout pour les titulaires canadiens détenant
également une homologation américaine. D’autres ont appuyé
l’idée que le tort causé à une espèce en péril soit inclus dans la
définition d’un incident survenant dans l’environnement.
En général, on a harmonisé la classification du RDI avec celle
de l’EPA, à quelques exceptions près (par ex., mort d’un animal
domestique et incidents survenant dans l’environnement).
Les catégories du RDI concernant la « mort d’un animal domestique » et « un incident ayant un effet néfaste majeur sur un
animal domestique » diffèrent de celles de l’EPA. Dans la catégorie de « mort d’un animal domestique », on a retiré du RDI la
référence à l’euthanasie, celle-ci ne constituant pas un incident en
soi, mais plutôt une conséquence de l’incident. On a considéré
plus approprié de classer l’incident en fonction des symptômes
présents avant l’euthanasie. On a révisé la catégorie d’« un incident ayant un effet néfaste majeur sur un animal domestique »
pour inclure les effets sur la reproduction et le développement, en
vue d’être cohérent avec la définition d’« un incident ayant un
effet néfaste majeur sur l’être humain ».
Le nombre de catégories d’incidents survenant dans l’environnement diffère également de celui de l’EPA. Le RDI définit trois
catégories d’incidents environnementaux, soit majeur, modéré et
mineur; ces catégories remplacent ce qui était proposé dans la
Gazette du Canada Partie I, pour qu’elles soient cohérentes avec
les catégories de déclaration concernant la santé humaine et les
animaux domestiques. Les règlements de l’EPA utilisent deux
catégories seulement : les incidents présentés individuellement
(majeurs) et sous forme sommaire (mineurs). Le maintien des
trois catégories permettra d’établir des délais de déclaration plus
précis. On a également révisé l’annexe pour y incorporer plus de
détails en vue d’améliorer la lisibilité du RDI en insérant des colonnes pour chaque catégorie d’incident environnemental. On a
également modifié certains déclencheurs (le nombre d’individus
d’un groupe ou d’un sous-groupe) pour qu’ils soient plus conformes à la dynamique des populations de certains groupes (par ex.,
les oiseaux de proie; il serait en effet inhabituel de retrouver trois
oiseaux morts ou plus en une seule fois.)
Les répondants ont également demandé que l’ARLA adopte le
programme de déclaration sommaire de l’EPA, surtout pour les
incidents se produisant aux É.-U. Dans ce pays, on permet les
déclarations sommaires pour certains incidents précis. D’autres
In general, the classification in the IRR was harmonized
with EPA’s, with some exceptions (e.g., domestic animal death
and incidents in the environment).
The categories of “domestic animal death” and “an incident
that has a major effect in a domestic animal” in the IRR differ
from EPA’s. The reference to euthanasia in the category of “domestic animal death” was removed from the IRR because euthanasia is not an incident in itself but rather a consequence of the
incident. It was felt more appropriate to classify the incident according to the symptoms presented before the euthanasia. The
category of “an incident that has a major effect in a domestic
animal” was revised to include reproductive and developmental
effects, in order to be consistent with the category of “an incident
that has a major effect in a human”.
The number of categories for incidents in the environment also
differ from EPA’s. The IRR define three categories for incidents
in the environment, i.e., major, moderate and minor; those categories replace what was proposed in the Canada Gazette, Part I, to
be consistent with the human health and domestic animal reporting categories. In EPA’s regulations, only two categories are
used: those incidents reportable on an individual basis (major)
and those reportable on an aggregate basis (minor). The retention
of the three categories will allow for more refined time lines for
reporting. The schedule was also revised to incorporate more
details to improve the readability of the IRR by inserting columns
for each category of incident in the environment. Certain triggers
(the number of individuals in a group or subgroup) were also
modified to be more in line with the population dynamics of certain groups (e.g., predatory birds for which it would be unusual to
recover 3 or more dead birds at one time).
Respondents also requested that PMRA adopt the EPA’s aggregate reporting program particularly for incidents that occur in
the U.S. In the U.S., aggregate reporting is permitted for certain
specified incidents. Others supported the reporting of incidents on
1668
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
an individual basis. In response, the requirement to report incidents individually was retained as consultations with other government officials indicated that aggregate reporting can lead to an
over-summarization of the effects associated with a particular
pesticide.
Respondents also requested that PMRA harmonize time lines
for reporting incidents with EPA’s. Others supported the shorter
time lines. In general, the reporting time lines in the IRR are harmonized with EPA’s, except for certain incidents. For major incidents involving humans, domestic animal death, and major incidents in the environment, the time lines are shorter in Canada to
allow for faster regulatory action, should this be warranted. Additionally, the time lines for reporting human death and major incidents involving humans are consistent with the time lines for reporting serious adverse drug reactions.
ont appuyé la déclaration d’incidents sur une base individuelle.
En réponse, on a retenu l’exigence de déclaration d’incidents sur
une base individuelle, des consultations avec d’autres fonctionnaires du gouvernement ayant indiqué que la déclaration sommaire peut mener à une réduction des données concernant les
effets associés à un pesticide particulier.
Les répondants ont également demandé que l’ARLA harmonise
les délais de déclaration d’incident avec ceux de l’EPA. D’autres
ont appuyé les délais de déclaration plus courts. En général, les
délais de déclaration du RDI sont harmonisés avec ceux de l’EPA,
sauf pour certains incidents. Pour les incidents majeurs concernant
des humains, la mort d’un animal domestique et les incidents environnementaux majeurs, les délais de déclaration sont plus courts au
Canada pour permettre l’instauration d’une mesure de réglementation plus rapide, si celle-ci s’avère justifiée. De plus, les délais de
déclaration d’une mort humaine et d’incidents majeurs concernant
des humains sont cohérents avec ceux des effets indésirables graves
d’un médicament.
Misuse and Label Notices
Mauvaise utilisation et risques d’utilisation mentionnés sur
l’étiquette
Respondents also requested that incidents of intentional misuse
not be excluded. The suggestion was accepted since it would be
difficult to differentiate between intentional and accidental misuse. The reporting form will include a question asking registrants
whether they believe the product was used according to label
directions.
Les répondants ont aussi demandé que les incidents causés par
une mauvaise utilisation intentionnelle ne soient pas exclus. Cette
suggestion a été retenue, car il serait difficile de différencier une
mauvaise utilisation intentionnelle d’une mauvaise utilisation
accidentelle. Le formulaire de déclaration comportera une question aux titulaires leur demandant s’ils croient que le produit a été
utilisé conformément aux directives de l’étiquette.
Les répondants ont aussi demandé que les incidents provoqués
par l’utilisation d’un pesticide, lorsque l’étiquette mentionne les
risques, soient exclus des exigences de déclaration. La suggestion
n’a pas été retenue. De tels incidents sont sujets à une déclaration
obligatoire. Ces déclarations aideront l’ARLA à déterminer si de
nouvelles initiatives sont nécessaires pour empêcher d’autres incidents de se produire.
Respondents also requested that incidents that result from use
of a pesticide, for which the label provides notice of the risk, be
excluded from the reporting requirements. The suggestion was
not accepted. Such incidents are subject to mandatory reporting.
The reports will help PMRA determine whether further action is
needed to prevent incidents from occurring.
Residues in water
Résidus dans l’eau
Respondents requested that residues in water not be reported.
Others supported maintaining such a requirement. In response,
the requirement to report residues in water was not included in
the IRR. Most of the water monitoring data in Canada are generated by provincial and federal departments. Requests for provincial monitoring data related to drinking water and drinking water
sources are done through the Water Quality Health Bureau, located in Healthy Environments and Consumer Safety, within
Health Canada. Through memoranda of understanding with federal departments and the federal/provincial/territorial committee
on pesticides, PMRA will receive most Canadian water monitoring data from these government sources.
Les répondants ont demandé que les résidus dans l’eau ne
soient pas déclarés. D’autres ont appuyé le maintien d’une telle
exigence. En réponse, on n’a pas retenu au RDI l’exigence de
déclarer les résidus dans l’eau. La plupart des données de surveillance des eaux au Canada sont générées par les ministères provinciaux et fédéraux. Les demandes de données de surveillance provinciales liées à l’eau potable et aux sources d’eau potable sont
effectuées par le biais du Bureau de la qualité de l’eau et de la
santé, Direction générale de la santé environnementale et de la
sécurité des consommateurs, SC. En vertu de protocoles d’entente
avec des ministères fédéraux et le comité fédéral, provincial et
territorial sur les pesticides, l’ARLA recevra la plupart des données de surveillance des eaux canadiennes de ces sources gouvernementales.
Packaging Failure
Défectuosité de l’emballage
Respondents requested clarification on the scope of “packaging
failure”. In response, the category “packaging failure” was modified to include incidents that could result in injury to humans. A
detailed guidance document will provide further clarification
about the kinds of incidents that must be reported.
Les répondants ont demandé une clarification de l’étendue de
la catégorie « défectuosité de l’emballage ». En réponse, cette
catégorie a été modifiée pour inclure les incidents qui pourraient
entraîner pour les humains des blessures. Un document d’orientation détaillé fournira de plus amples éclaircissements sur les
types d’incidents devant être déclarés.
1669
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
Pest Resistance and Efficacy Failure
Résistance des parasites et manque d’efficacité
Respondents requested that pest resistance and efficacy failure
not be reported as this would create undue burden to registrants
and data management issues within PMRA. Others supported
maintaining such requirements.
Les répondants ont demandé à ce qu’on ne déclare pas la résistance des parasites ni le manque d’efficacité, car cette exigence
serait un trop lourd fardeau pour les titulaires et créerait des problèmes de gestion des données au sein de l’ARLA. D’autres ont
appuyé le maintien de telles exigences.
En réponse, l’exigence ayant trait à la déclaration de résistance
des parasites n’a pas été maintenue. La résistance des parasites
peut n’être évidente qu’après une longue période et, par conséquent, elle peut être difficile à prouver. Ces déclarations devraient
être laissées aux universités, aux laboratoires de recherche et aux
organismes de diffusion. La quantité de renseignements utiles
qu’entraînerait une telle exigence serait limitée parce que la démonstration de la résistance des parasites exige des essais en laboratoire. De plus, l’occurrence de la résistance des parasites est
déjà surveillée par des organismes bien établis, par exemple
l’Herbicide Resistance Action Committee (HRAC), la Société
canadienne de malherbologie (SCM), le Fungicide Resistance
Action Committee (FRAC), la Société canadienne de phytopathologie (SCP), l’Insecticide Resistance Action Committee (IRAC)
et la Société d’entomologie du Canada. L’ARLA obtiendra des
renseignements sur la résistance des parasites directement des
chercheurs.
On n’a pas retenu non plus l’exigence de déclarer le manque
d’efficacité. L’ARLA sera plus rapidement informée des problèmes potentiels en travaillant directement avec les responsables de
la santé publique pour déterminer les incidents causés par le manque d’efficacité des produits.
In response, the requirement to report pest resistance was not
retained. Pest resistance may only be evident over an extended
period of time and may be difficult to prove, therefore, it should
be left to academic, research and extension organizations. The
amount of useful information that would result from such a requirement would be limited because demonstration of resistance
requires laboratory testing. In addition, occurrence of pest resistance is already monitored by well established organizations, for
example, the Herbicide Resistance Action Committee (HRAC),
the Canadian Weed Science Society (CWSS), the Fungicide Resistance Action Committee (FRAC), the Canadian Phytopathological Society, the Insecticide Resistance Action Committee (IRAC)
and the Canadian Entomological Society. The PMRA will obtain
information on pest resistance directly from researchers.
The requirement to report efficacy failure was also not retained. The PMRA will become aware of potential problems more
quickly by working directly with public health officials to identify
incidents of efficacy failure.
Scientific Studies
Études scientifiques
In response to comments suggesting that all scientific studies
be reported, not only those indicating new or increased risks, no
revisions were made as this would result in a large amount of
redundant information. Only incidents whose effects are identified in scientific studies sponsored by registrants or applicants are
required to be reported.
En réponse aux commentaires suggérant de déclarer toutes les
études scientifiques, et non seulement celles indiquant des risques
nouveaux ou accrus, on n’a apporté aucune modification, car
celle-ci provoquerait une grande quantité de renseignements redondants. On doit déclarer seulement les incidents dont les effets
sont identifiés dans des études scientifiques parrainées par des
titulaires ou des demandeurs d’homologation.
Scientific Literature
Articles scientifiques
In response to comments, the requirement to report information
from the referenced published scientific literature was not included since literature searches are routinely conducted by PMRA
staff.
En réponse aux commentaires, on a retiré l’exigence de déclarer les renseignements provenant d’articles scientifiques référencés publiés, les recherches documentaires étant couramment menées par le personnel de l’ARLA.
Related Corporations
Sociétés apparentées
Concerns were expressed about a proposed requirement for a
registrant to report information received by the employees and
agents of related corporations located in other countries as this
would be overly burdensome. In response, the IRR specify that
scientific studies are not deemed to have been received by the
registrant until one year after it was received by the related corporation. This is in consideration of the time required to compile
and analyse information about studies sent from a related corporation to a Canadian registrant. The registrants’ headquarters, many
of which are located outside Canada, would receive information
about registrant or applicant sponsored studies conducted anywhere in the world and it is important that this information be
reported. The requirement to report other information according
to specified time lines has been retained since the information
would be readily available.
On a exprimé des préoccupations concernant l’exigence proposée que les titulaires déclarent les renseignements reçus par les
employés et les représentants de sociétés apparentées situées dans
d’autres pays, ce qui constituerait un trop lourd fardeau. En réponse, le RDI précise que les études scientifiques ne sont pas
présumées avoir été reçues par le titulaire avant un an après
qu’elles ont été reçues par la société apparentée; cela en considération du temps requis pour compiler et analyser les renseignements concernant les études envoyées par une société apparentée
à un titulaire canadien. Les sièges sociaux des titulaires, dont
plusieurs sont situés à l’extérieur du Canada, recevraient des renseignements sur les études parrainées par le titulaire ou le demandeur menées n’importe où dans le monde, et il est important que
cette information soit déclarée. On a retenu l’exigence de déclarer
les autres renseignements en fonction de délais précis, ces renseignements étant aisément disponibles.
1670
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
Incidents that Occur Outside Canada
Incidents survenant à l’extérieur du Canada
Respondents requested that incidents that occur outside of
Canada not be included. Others supported that all incidents that
occur in the U.S. be reported. In response, the requirement to
report an incident whose effect is a human death, that has a major
effect in a human, or whose effect is a domestic animal death
occurring in the U.S., has been retained. However, the requirement to report major incidents in the environment that occur in
the U.S. has not been retained. PMRA will have access to the data
on environment through the U.S. Ecological Incident Information
System database. This will minimize the burden on registrants.
Les répondants ont demandé que les incidents survenant à
l’extérieur du Canada ne soient pas inclus dans le règlement.
D’autres ont appuyé la déclaration de tous les incidents survenant
aux É.-U. En réponse, on a retenu l’exigence de déclarer un incident provoquant la mort d’un être humain, ayant des effets néfastes majeurs sur un être humain ou causant la mort d’un animal
domestique aux É.-U. Toutefois, on n’a pas retenu l’exigence de
déclarer les incidents majeurs survenant dans l’environnement se
produisant aux É.-U. L’ARLA aura accès aux données sur
l’environnement par le biais de la base de données du système de
renseignements sur les incidents écologiques des É.-U. (U.S. Ecological Incident Information System). Cela réduira au minimum le
fardeau des titulaires.
Multiple Registrants of Same Active Ingredient
Titulaires multiples du même principe actif
In response to comments that duplication of reporting could
occur where an active ingredient has multiple registrants, no
changes were made. In most cases, incidents will be productspecific and in the few other cases, PMRA will sort the information to identify duplicate reports.
En réponse aux commentaires selon lesquels le chevauchement
des déclarations pourrait se produire lorsqu’il existe plusieurs
titulaires d’un même principe actif, aucun changement n’a été
apporté. Dans la plupart des cas, les incidents seront liés à un
produit précis et dans les quelques autres cas, l’ARLA triera
l’information pour déterminer les déclarations en double.
Annual Summary
Sommaire annuel
Respondents requested that it not be required for registrants to
provide a concise critical analysis annually since it would be too
costly. In response, the IRR only require an annual summary from
registrants who have submitted ten or more reports involving the
same active ingredient during the year. This will allow PMRA to
capture the most relevant annual summaries while reducing the
burden on registrants.
Les répondants ont demandé que les titulaires ne soient pas
obligés de fournir une analyse critique concise annuelle, car celleci serait trop dispendieuse. En réponse, le RDI exigera uniquement un sommaire annuel des titulaires ayant soumis durant
l’année dix déclarations ou plus concernant le même principe
actif. Cela permettra à l’ARLA de recevoir les sommaires annuels
les plus pertinents tout en réduisant le fardeau des titulaires.
Record Retention
Conservation des dossiers
Respondents suggested that the retention period be reduced to
three or five years. Others supported an indefinite retention period. In response, a period of six years has been retained to be
consistent with the maximum validity period for a pesticide registration.
Les répondants ont suggéré que la période de conservation soit
réduite à trois ou cinq ans. D’autres ont appuyé une période de
conservation indéfinie. En réponse, la période de six ans a été
retenue afin de correspondre à la période de validité maximale de
l’homologation d’un pesticide.
Coming Into Force
Entrée en vigueur
In response to comments, the IRR will come into force six
months from the date of registration of the regulations to allow
time for both industry and PMRA to prepare for implementing the
new requirements.
En réponse aux commentaires, le RDI entrera en vigueur six
mois après la date d’enregistrement du règlement afin de donner
le temps aux fabricants de pesticides et à l’ARLA de préparer la
mise en œuvre des nouvelles exigences.
Disclosure of Information
Divulgation des renseignements
Concerns were expressed that disclosing unverified, unresolved
incident reports may unfairly impact products and/or registrants,
particularly with false reports made by individuals. It was suggested that an offence for making a false report be included. Others suggested that incidents be reported by the public directly to
the PMRA, rather than through the registrant, to ensure that all
information is reported accurately.
On a exprimé des préoccupations quant à la divulgation de déclarations d’incidents non vérifiés et non résolus qui pourraient
avoir des répercussions injustes sur les produits et les titulaires, et
surtout de fausses déclarations faites par des particuliers. On a
suggéré d’inclure une infraction concernant les fausses déclarations. D’autres ont suggéré que le public déclare les incidents
directement à l’ARLA, plutôt que par le biais du titulaire, pour
s’assurer que tous les renseignements sont déclarés avec précision.
En réponse, les renseignements affichés sur le site Web de
l’ARLA seront accompagnés d’un énoncé stipulant que les incidents déclarés n’ont pas été vérifiés et n’indiquent pas la causalité. L’énoncé mentionnera que l’information a été déclarée par le
titulaire afin de se conformer au RDI et ne constitue pas une
conclusion fondée en droit voulant que le titulaire accepte la
In response, information on PMRA’s website will be accompanied by a statement to advise that reported incidents have not
been verified and do not indicate causality. The statement will
advise that the information was reported by the registrant in order
to comply with the IRR and carries no legal inference that the
registrant accepts causality or responsibility for the incident. Any
1671
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
supplemental information provided by the registrant, including
their opinions, will also be posted after removing any confidential
information.
An offence for an individual making a false report cannot be
added because the IRR apply only to registrants and applicants
and cannot be extended to apply to a third party. The EPA has
advised that they have not received any reported cases or complaints from industry about false reports in the seven years that
their program has been operating. Even if a false report is made, it
should be noted that it is very unlikely that a regulatory decision
would be made on the basis of only one report. Rather, all available information about the issue will be considered in evaluating
the risks posed by the product.
The obligation to report information also arises under the IRR
when the information comes into the registrant’s possession. The
registrant cannot legally avoid that obligation by entering into an
agreement with the information provider or anyone else. Since
information about incidents will be posted on the website, an
individual who has reported an incident to a registrant can check
the website and inform PMRA if it appears the report is missing
or incorrect. In addition to reporting incidents to registrants, individuals will also be able to report directly to PMRA.
The pro-active posting of incident reports will increase transparency and is consistent with the approach taken with adverse
drug reaction reports. It will reduce the need for submitting access
to information requests by pro-actively providing access to information to the public and medical community. Stakeholders
will be notified when the system is in place. In addition, a link to
a single window for reporting has been developed for the Health
Canada Web site home page http://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/
media/reaction/index_e.html.
causalité ni la responsabilité de l’incident. Tout renseignement
supplémentaire fourni par le titulaire, incluant ses opinions, sera
également affiché après qu’on aura retiré tout renseignement
confidentiel.
Une infraction concernant la fausse déclaration d’un particulier
ne peut être ajoutée, le RDI s’appliquant uniquement aux titulaires et aux demandeurs d’homologation et ne pouvant être modifié
pour s’appliquer à une tierce partie. L’EPA a mentionné n’avoir
reçu aucun cas ni aucune plainte de fabricants de pesticides
concernant de fausses déclarations pendant les sept années de
fonctionnement de son programme. Même si une fausse déclaration était faite, on doit remarquer qu’il est très improbable qu’une
décision en matière de réglementation soit prise sur la base d’une
seule déclaration. Plutôt, tous les renseignements disponibles
concernant la question seront pris en considération lors de
l’évaluation des risques présentés par le produit.
L’obligation de déclarer des renseignements surgit également
en vertu du RDI lorsque l’information entre en la possession du
titulaire. Le titulaire ne peut légalement éviter cette obligation en
concluant une entente avec le fournisseur de l’information ou
avec qui que ce soit d’autre. Puisque les renseignements sur les
incidents seront affichés sur le site Web, une personne ayant déclaré un incident à un titulaire peut vérifier le site Web et informer l’ARLA si la déclaration ne s’y trouve pas ou si elle est
inexacte. En plus de déclarer les incidents aux titulaires, les personnes pourront également les déclarer directement à l’ARLA.
L’affichage proactif des déclarations d’incidents améliorera la
transparence et est cohérent avec la démarche entreprise concernant les déclarations d’effets indésirables d’un médicament. Cela
réduira la nécessité de soumettre des demandes d’accès à
l’information en fournissant de manière proactive l’accès à
l’information au public et à la communauté médicale. On préviendra les intervenants lorsque le système sera en place. De plus,
un lien vers un guichet unique pour la déclaration d’incidents a
été inséré dans la page d’accueil du site Web de Santé Canada :
http://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/media/reaction/index_f.html.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The PMRA promotes, maintains and enforces compliance with
the PCPA through compliance promotion programs, inspections,
both monitoring and surveillance, and investigations. The programs aim to educate, facilitate and promote compliance as well
as to communicate regulatory information. Monitoring inspections are designed to determine the level of compliance of users,
distributors and registrants of pesticides with specific terms and
conditions of registration and re-evaluation and the provisions of
the PCPA and regulations.
L’ARLA encourage, maintient et applique la conformité avec
la LPA au moyen de programmes de promotion de la conformité,
d’inspections, de mesures de surveillance et de contrôle, et
d’enquêtes. Ces programmes visent à sensibiliser, à faciliter et à
promouvoir la conformité ainsi qu’à communiquer les renseignements sur la réglementation. Les inspections de surveillance sont
conçues pour déterminer le niveau de conformité des utilisateurs,
des distributeurs et des titulaires de pesticides aux conditions
particulières de l’homologation ou de la réévaluation, ainsi
qu’aux dispositions de la LPA et de la réglementation.
Les mesures pouvant être prises peuvent comprendre la sensibilisation (écrite ou orale), des sanctions administratives pécuniaires ou des mises en garde en vertu de la Loi sur les sanctions administratives pécuniaires en matière d’agriculture et d’agroalimentaire et des poursuites en vertu de la LPA. L’objectif de toute
mesure d’application est l’atteinte et le maintient de la conformité. Puisque la plupart des membres de la communauté réglementée se conformeront à la loi s’ils la comprennent et s’ils ont la
capacité de s’y conformer, bon nombre d’infractions sont traitées
et corrigées par le moyen de la sensibilisation afin de corriger les
comportements et les situations de non-conformité.
Enforcement response actions may include education (written
and oral), administrative monetary penalties or warning under the
Agriculture and Agri-Food Administrative Monetary Penalties
Act (AMPA) and prosecutions under the PCPA. The goal of any
enforcement response is to achieve and maintain compliance.
Since the majority of the regulated community will comply with
the law if they understand it and have the capacity to comply,
many violations are dealt with and corrected using education as a
means to address non-compliance situations and behaviour.
1672
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-260
The PMRA will follow an established compliance policy to
promote and enhance fair treatment of the regulated community.
The document is available on PMRA website at http://www.
pmra-arla.gc.ca.
En général, on fait respecter la conformité à la LPA et au règlement par un réseau d’agents et d’inspecteurs dans tout le
Canada. Le personnel régional de Santé Canada est aussi régi par
des ententes officielles qui fournissent la base pour collaborer
avec les autorités provinciales de réglementation des pesticides en
ce qui a trait aux enquêtes et à l’élaboration et à la prestation des
programmes.
L’ARLA suivra une politique de conformité établie pour promouvoir et améliorer le traitement équitable de la communauté
réglementée. Le document est affiché sur le site Web de l’ARLA
à l’adresse suivante : http://www.pmra-arla.gc.ca.
Contact
Personne-ressource
In general, compliance with the PCPA and regulations is
achieved through a network of officers and inspectors across
Canada. Health Canada regional staff also have formal agreements providing a basis to collaborate with provincial pesticide
regulatory officials in investigations and in the development and
delivery of programs.
Francine Brunet
Alternative Strategies and Regulatory Affairs Division
Pest Management Regulatory Agency
Health Canada
2720 Riverside Drive
Address Locator 6607D1
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: (613) 736-3678
FAX: (613) 736-3659
E-mail: pmra_regulatory_affairs-affaires_reglementaires_
arla@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Francine Brunet
Division des nouvelles stratégies et des affaires réglementaires
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
Santé Canada
2720, promenade Riverside
Indice de l’adresse 6607D1
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : (613) 736-3678
TÉLÉCOPIEUR : (613) 736-3659
Courriel : pmra_regulatory_affairs-affaires_reglementaires_arla@
hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
1673
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-261
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
October 26, 2006
Enregistrement
DORS/2006-261
Le 26 octobre 2006
PEST CONTROL PRODUCTS ACT
LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES
Pest Control Products Sales and Information
Reporting Regulations
Règlement concernant les rapports sur les
renseignements relatifs aux ventes de produits
antiparasitaires
P.C. 2006-1137
C.P. 2006-1137
October 26, 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 67(1) of the Pest Control Products Acta, hereby makes the
annexed Pest Control Products Sales Information Reporting
Regulations.
Meaning of
“Act”
Quantity sold
Contents
Calculation of
quantity of pest
control
products for
manufacture
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 67(1) de la Loi sur les produits antiparasitairesa, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement concernant les rapports sur les renseignements relatifs aux
ventes de produits antiparasitaires, ci-après.
PEST CONTROL PRODUCTS SALES
INFORMATION REPORTING
REGULATIONS
RÈGLEMENT CONCERNANT LES
RAPPORTS SUR LES RENSEIGNEMENTS
RELATIFS AUX VENTES DE PRODUITS
ANTIPARASITAIRES
INTERPRETATION
DÉFINITION ET INTERPRÉTATION
1. In these Regulations, “Act” means the Pest
Control Products Act.
2. For the purpose of interpreting these Regulations, a quantity of a pest control product sold by
the registrant includes any quantity that the registrant provides to a distributor for sale on the registrant’s behalf.
REPORT ON SALES
1. Dans le présent règlement, « Loi » s’entend de
la Loi sur les produits antiparasitaires.
2. Pour l’interprétation du présent règlement, est
assimilée à la quantité de produit antiparasitaire
vendue par le titulaire la quantité que celui-ci fournit à un distributeur à des fins de vente en son nom.
3. The registrant of a pest control product must
submit the report referred to in subsection 8(5) of
the Act annually and include in it all of the following information:
(a) the registrant’s name, postal address and telephone number;
(b) if a person other than the registrant makes the
report on the registrant’s behalf, that person’s
name, postal address and telephone number;
(c) the date of the report;
(d) the calendar year covered by the report;
(e) the name and registration number of the pest
control product; and
(f) the quantity of pest control product sold, expressed in the unit of measurement identified in
the declaration of net quantity on the product label in accordance with the Pest Control Products
Regulations.
4. For the purpose of paragraph 3(f), in the case
of a pest control product that is registered only for
use in the manufacture of a pest control product or
product regulated under the Feeds Act or the Fertilizers Act, the report must include the following
quantities:
3. Le rapport prévu au paragraphe 8(5) de la Loi
est présenté par le titulaire une fois l’an et mentionne les renseignements suivants :
a) les nom, adresse postale et numéro de téléphone du titulaire;
b) le cas échéant, les nom, adresse postale et numéro de téléphone de la personne qui a l’a rédigé
au nom du titulaire;
c) la date de son établissement;
d) l’année civile visée par le rapport;
e) le nom et le numéro d’homologation du produit antiparasitaire;
f) la quantité du produit antiparasitaire vendue,
exprimée selon l’unité de mesure indiquée dans
la déclaration du contenu net figurant sur
l’étiquette du produit conformément au Règlement sur les produits antiparasitaires.
Contenu
4. Pour l’application de l’alinéa 3f), dans le cas
d’un produit antiparasitaire dont l’homologation ne
vise que son utilisation dans la fabrication d’un
produit antiparasitaire ou d’un produit réglementé
par la Loi sur les engrais ou la Loi relative aux
aliments du bétail, le rapport mentionne les quantités suivantes :
Calcul de la
quantité des
produits
antiparasitaires
destinés à la
fabrication
———
a
a
S.C. 2002, c. 28
Définition de
Loi
Quantités
vendues
RAPPORT DE VENTES
———
1674
Le 26 octobre 2006
L.C. 2002, ch. 28
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
(a) the total of the quantities sold directly by the
registrant to manufacturers of products regulated
under the Feeds Act or the Fertilizers Act; and
(b) for each province, the total quantity of that
pest control product that is contained in products
regulated under the Feeds Act or the Fertilizers
Act that are made available for sale by vendors to
users.
Calculation of
quantity of
other pest
control
products
5. For the purpose of paragraph 3(f), in the case
of a pest control product other than one described
in section 4, the report must include all of the following quantities:
(a) for each province, the sum of all of the following quantities:
(i) the quantity sold by the registrant directly
to users, minus any returns from the users,
(ii) the quantity sold by the registrant directly
to vendors, minus any returns from the vendors, and
(iii) the quantity sold by the registrant directly
to distributors that sell to vendors and users in
only that province, minus any returns from the
distributors;
(b) for each province, the quantity sold by the
registrant directly to regional and national distributors, minus any returns from the distributors;
(c) for each province, the quantity made available for sale to users by the regional and national
distributors;
(d) the total of the quantities sold directly by the
registrant to manufacturers of treated seeds and
of products regulated under the Feeds Act or the
Fertilizers Act; and
(e) for each province, in respect of products
regulated under the Feeds Act or the Fertilizers
Act, or in respect of treated seeds, that were
made available for sale by vendors to users, the
total quantity of that pest control product that is
contained in those products or that is used to
treat those seeds.
Certification
6. The person who makes a report described in
section 3 or 8 must attach to it a signed statement
certifying that the information in the report is true
and complete to the best of their knowledge and
belief and is provided in good faith.
7. A report described in section 3 is for a period
of one calendar year and must be submitted on or
before June 1 of the year following the calendar
year covered by the report, beginning with the first
full calendar year after these Regulations come into
force.
Filing
Report on
Minister’s
request
a) la quantité totale vendue directement par le titulaire aux fabricants de produits réglementés par
la Loi sur les engrais ou la Loi relative aux aliments du bétail;
b) pour chaque province, la quantité totale du
produit antiparasitaire homologué qui est contenu dans des produits réglementés par la Loi sur
les engrais ou la Loi relative aux aliments du bétail qui sont offerts en vente par les vendeurs aux
utilisateurs.
5. Pour l’application de l’alinéa 3f), dans le cas
d’un produit antiparasitaire autre que le produit visé
par l’article 4, le rapport inclut chacune des quantités suivantes :
a) par province, la quantité correspondant à la
somme des éléments suivants :
(i) la différence entre la quantité vendue directement aux utilisateurs par le titulaire et celle
retournée par ceux-ci,
(ii) la différence entre la quantité vendue directement aux vendeurs par le titulaire et celle
retournée par ceux-ci,
(iii) la différence entre la quantité vendue directement par le titulaire aux distributeurs qui
vendent à des vendeurs et à des utilisateurs
dans cette seule province et celle retournée par
les distributeurs;
b) par province, la différence entre la quantité
vendue directement par le titulaire aux distributeurs régionaux et nationaux et celle retournée
par eux;
c) par province, la quantité offerte en vente aux
utilisateurs par les distributeurs régionaux et nationaux;
d) la quantité totale vendue directement par le titulaire aux fabricants de produits réglementés par
la Loi sur les engrais ou la Loi relative aux aliments de bétail et à ceux de semences traitées;
e) par province, à l’égard de produits réglementés par la Loi sur les engrais ou la Loi relative
aux aliments du bétail ou de semences traitées
qui ont été offerts en vente par les vendeurs aux
utilisateurs, la quantité totale du produit antiparasitaire qui est contenue dans ces produits ou utilisée pour traiter ces semences.
6. La personne qui prépare le rapport visé aux articles 3 ou 8 y joint une déclaration signée attestant
qu’à sa connaissance les renseignements contenus
dans le rapport sont exacts et complets et sont fournis en toute bonne foi.
7. Le rapport visé à l’article 3 porte sur toute année civile — à commencer par la première année
complète après l’entrée en vigueur du présent règlement — et est présenté au plus tard le 1er juin de
l’année qui suit l’année civile visée par le rapport.
INTERIM REPORTING
RAPPORT PROVISOIRE
8. The registrant of a pest control product must
provide the Minister with available sales information
8. Le titulaire fournit, à la demande du ministre
et dans un délai de quinze jours, les renseignements
Calcul de la
quantité
d’autres
produits
antiparasitaires
Attestation
Présentation
Rapport sur
demande du
ministre
1675
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
on the product within 15 days after the Minister
requests it for the purpose of responding to a situation that endangers human health or safety or the
environment or of making a decision under the Act.
disponibles concernant la vente d’un produit antiparasitaire qui sont nécessaires pour faire face à une
situation présentant un danger pour la santé ou la
sécurité humaines ou pour l’environnement ou pour
prendre une décision sous le régime de la Loi.
USE OF ESTIMATES
UTILISATION D’ESTIMATIONS
Estimates
9. A registrant may provide an estimate of the
quantities referred to in paragraphs 4(b) and 5(c)
and (e) if they
(a) are unable to obtain information on those
quantities;
(b) indicate that the quantities reported are an estimate;
(c) describe the methodology used to derive the
estimate; and
(d) explain the appropriateness of the methodology used.
9. Le titulaire peut fournir une estimation des
quantités visées aux alinéas 4b) ou 5c) ou e) si, à la
fois :
a) il ne peut obtenir de renseignements portant
sur ces quantités;
b) il mentionne qu’il s’agit d’une estimation;
c) il décrit la méthode utilisée pour calculer
l’estimation;
d) il démontre la justesse de cette méthode.
RECORDS
DOSSIERS
Keep records
and submit on
request
10. Registrants must keep all original records and
supporting data that relate to the sales information
included in a report under section 3 or 8, for six
years after the day on which the report is submitted
to the Minister, and must provide the records and
data to the Minister on request for verification and
auditing purposes.
11. (1) If the Minister believes on reasonable
grounds, on the basis of any information available
to the Minister, that the sales information submitted
in respect of a pest control product is not accurate
or complete, the Minister must require the registrant to submit the sales information for that product, within 60 days after the Minister requests it, in
a report prepared by an independent auditor qualified under the laws of a province.
(2) Subsection (1) does not apply to a report requested by the Minister under section 8.
10. Le titulaire conserve, pendant une période de
six ans à compter de la date de présentation du rapport, les dossiers originaux et les données justificatives relatifs aux renseignements sur les ventes
fournis au titre des articles 3 et 8. Il fournit les dossiers et les données au ministre à sa demande à des
fins de vérification.
11. (1) Dans le cas où le ministre a des motifs
raisonnables de croire, d’après les renseignements à
sa disposition, que les renseignements présentés à
l’égard des ventes d’un produit antiparasitaire sont
inexacts ou incomplets, il exige que le titulaire présente, dans les soixante jours suivant sa demande,
les renseignements dans un rapport préparé par un
vérificateur indépendant qualifié aux termes des
lois provinciales qui s’appliquent.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas au rapport demandé par le ministre aux termes de l’article 8.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
12. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
12. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
Audited sales
information
Exception —
interim reports
Coming into
force
Estimations
Rétention et
fourniture
Vérification
Exception —
rapport
provisoire
Entrée en
vigueur
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Pest control products (pesticides) are regulated in Canada
under the federal Pest Control Products Act (PCPA). Health
Canada’s Pest Management Regulatory Agency (PMRA) administers the PCPA and the Pest Control Products Regulations (PCPR)
on behalf of the Minister of Health. A new PCPA was brought
into force with the PCPR on June 28, 2006.
Au Canada, les produits antiparasitaires (pesticides) sont réglementés en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires
(LPA) du gouvernement fédéral. L’Agence de réglementation de
la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada administre
la LPA et le Règlement sur les produits antiparasitaires (RPA) au
nom du ministre de la Santé. Une nouvelle LPA est entrée en
vigueur, ainsi que le RPA, le 28 juin 2006.
1676
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
Under the PCPA, pesticides must be registered by the Minister
of Health before they can be used in Canada. A pesticide may not
be registered or may not continue to be registered unless its health
and environmental risks and its value have been determined to be
acceptable by the Minister. Under the PCPA (subsection 8(5)),
registrants, a company in whose name a pesticide is registered,
and applicants for the registration of a pesticide, are now required
to report prescribed information (such as sales) about their pesticides.
Aux termes de la LPA, un pesticide doit être homologué par le
ministre de la Santé avant qu’il ne puisse être utilisé au Canada.
Un pesticide ne peut être homologué ou ne peut maintenir son
homologation que si sa valeur et les risques qu’il présente pour la
santé humaine et l’environnement ont été jugés acceptables par le
ministre. En vertu de la LPA, les titulaires d’homologation, les
sociétés au nom desquelles les pesticides sont homologués, ainsi
que les demandeurs d’homologation de pesticides, doivent maintenant déclarer certains renseignements prescrits (telles que les
ventes) sur ces produits.
Reporting requirements
Exigences relatives à la déclaration
The Pest Control Products Sales Information Reporting Regulations (SIRR) require registrants of pesticides to submit an annual report to the Minister indicating the quantity of each of their
registered products, including emergency or conditional registrations, that was made available for sale to users in each province
and territory during the previous calendar year. Registrants of
end-use products, active ingredients and manufacturing concentrates that sell to manufacturers of fertilizer-pesticide or feedpesticide combination products or of treated seeds are also required to submit an annual report.
En vertu du Règlement concernant les rapports sur les renseignements relatifs aux ventes de produits antiparasitaires (le règlement), les titulaires sont tenus de soumettre au ministre un
rapport annuel indiquant la quantité de chacun des produits homologués, y compris les produits ayant obtenu une homologation
d’urgence ou conditionnelle, qui a été offerte en vente aux utilisateurs dans chaque province et territoire pendant l’année civile
précédente. Sont aussi tenus de soumettre un rapport annuel les
titulaires de préparations commerciales, de principes actifs et de
concentrés de fabrication, qui vendent à des fabricants de semences traitées ou de produits combinés (engrais-pesticides ou aliments pour bétail-pesticides).
Le titulaire qui n’aurait pas accès à des données réelles sur les
quantités de pesticides offerts en vente par les distributeurs régionaux et nationaux aux utilisateurs de chaque province et territoire
ou de pesticides vendus en combinaison avec des engrais ou des
aliments pour bétail ou encore sous forme de semences traitées
pourrait fournir une estimation de ces quantités s’il l’accompagne
d’une explication satisfaisante de la façon dont cette estimation a
été effectuée.
À des fins d’examen et de vérification, les titulaires sont tenus
de conserver, pendant six ans à partir de la date où les renseignements sur les ventes ont été soumis au ministre, les dossiers originaux et les données à l’appui des renseignements, et de fournir
ces dossiers à la demande du ministre.
Le rapport annuel portant sur l’année civile précédente doit être
soumis au plus tard le premier jour de juin de chaque année, à
partir de la première année civile complète suivant la mise en
vigueur de ce règlement.
Les titulaires sont également tenus de fournir les renseignements disponibles sur les ventes dans un délai de 15 jours à la
suite d’une demande du ministre en ce sens, lorsqu’il doit réagir à
une situation menaçant la santé ou la sécurité humaines ou
l’environnement, ou encore lorsqu’il doit prendre une décision
réglementaire.
A registrant who does not have access to the actual information
on quantities made available for sale to users in each province and
territory by regional and national distributors or in the form of
fertilizer-pesticide and feed-pesticide combination products and
treated seeds may provide an estimate of those quantities if a satisfactory explanation of how the estimate was derived is provided.
For verification and auditing purposes, registrants are required
to maintain original records and supporting data, in relation to the
sales information submitted, for six years from the date the information was submitted to the Minister, and to submit those
records to the Minister upon request.
The annual report for a calendar year is required to be submitted by the first day of June of the following year, beginning with
the first full calendar year after these Regulations are brought into
force.
The Regulations also require registrants to provide available
sales data within 15 days of a request from the Minister for the
purpose of responding to a situation that endangers human health
or safety or the environment or if needed in order to make a regulatory decision.
Disclosure of information
Divulgation des renseignements
Under the PCPA, the Minister must establish a Register of Pest
Control Products containing extensive information about pesticides, including sales information provided by registrants to the
Minister pursuant to subsection 8(5). The public does not have
access to any information in the Register that is recognized by the
Act as confidential business information (CBI). The definition
of CBI in the PCPA includes the monetary value of sales of pesticides.
En vertu de la LPA, le ministre doit créer un Registre des produits antiparasitaires renfermant des données approfondies sur
ces produits, y compris les renseignements relatifs aux ventes
fournis au ministre par les titulaires conformément au paragraphe 8(5). Le public n’a accès à aucune information contenue dans
le Registre qui est réputée être un renseignement commercial
confidentiel (RCC) aux termes de la LPA. La définition des RCC
aux termes de la LPA comprend la valeur pécuniaire des ventes
de pesticides.
Les dispositions pour prévenir la divulgation par inadvertance
des RCC sont traitées à la rubrique « Consultation » (Divulgation
des renseignements relatifs aux ventes des pesticides).
Provisions to prevent the inadvertent disclosure of CBI are discussed under “Consultation” (Disclosure of Pesticide Sales Information).
1677
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
The SIRR are very similar to the proposal that was prepublished for comment in the Canada Gazette, Part I, on March 27,
2004. In response to comments received, the SIRR have been
modified from the proposal in order to enhance efficiency and
cost-effectiveness.
Alternatives
Le règlement ressemble beaucoup à la proposition qui avait été
publiée au préalable aux fins de commentaires dans la Gazette du
Canada Partie I du 27 mars 2004. À la demande de commentaires
reçus, le règlement a été modifié par rapport à la proposition pour
promouvoir le rendement et l’efficacité en fonction du coût.
Solutions envisagées
As stated in subsection 8(5) of the PCPA, reporting of sales information is a condition of pesticide registration. The collection
of sales data cannot take place until the information to be reported
and time frames for reporting are prescribed by regulation.
Benefits and Costs
Conformément au paragraphe 8(5) de la LPA, la déclaration
des renseignements sur les ventes est une condition d’homologation des pesticides. La collecte de renseignements relatifs aux
ventes ne peut entrer en fonction avant qu’un règlement ne précise quels renseignements les titulaires doivent déclarer et quand
ils doivent les déclarer.
Dans le rapport de mai 2000 du Comité permanent de
l’environnement et du développement durable, il est recommandé
que, sous réserve des conditions de l’homologation, les titulaires
soient tenus de fournir à l’ARLA, sur une base continue, leurs
renseignements relatifs aux ventes. Le gouvernement fédéral a
réagi en appuyant les principes énoncés dans le rapport du Comité
permanent. En 2002, la Commissaire à l’environnement et au
développement durable a critiqué l’ARLA de ne pas avoir donné
suite à l’engagement du gouvernement datant de 1994 et, dans
son rapport de 2003, elle a recommandé que l’ARLA accélère et
achève la mise en œuvre de la base de données sur les ventes. La
base de données nationale sur les ventes de pesticides ne pouvait
pas être mise en œuvre jusqu’à ce que la LPA et le règlement
requis soient en vigueur.
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
The Minister of Health’s mandate under the PCPA is to prevent
unacceptable risks to people and the environment from the use of
pesticides. It is important that PMRA has access to timely postregistration information related to pesticides in order to ensure
that the risks of registered pesticides continue to be acceptable.
These risks are determined by evaluating both the hazard posed
by the pesticide and the extent to which people and the environment are exposed. Thus, in order to regulate pesticides appropriately and efficiently, there is a need for comprehensive information about the extent to which pesticides are sold and used once
they are registered.
En vertu de la LPA, le mandat du ministre de la Santé consiste
à éviter les risques inacceptables pour les personnes et pour
l’environnement associés à l’utilisation des pesticides. Il est impératif que l’ARLA ait accès, dans les plus brefs délais, à tous les
renseignements liés à l’utilisation de pesticides, suite à leur homologation afin d’assurer que les risques des pesticides homologués maintiennent leur niveau d’acceptabilité. Ces risques sont
déterminés au moyen d’une évaluation des dangers que présente
le pesticide et du degré d’exposition des gens et de l’environnement. Par conséquent, pour réglementer ces produits d’une
façon appropriée et efficace, il faut des renseignements exhaustifs
sur la quantité des ventes et l’utilisation de ces produits une fois
qu’ils ont été homologués.
À l’échelle internationale, l’importance des données sur les
ventes a été reconnue par le Groupe de travail technique sur les
pesticides de l’Organisation de coopération et de développement
économique (OCDE). Les pays membres conviennent que les
données sur l’utilisation des pesticides sont essentielles pour cibler les programmes de réduction des risques et en faire un suivi
et pour élaborer les indicateurs de risque associés à ces produits,
mais ils reconnaissent que la collecte de ces données est coûteuse
(voir « Coûts assumés par le gouvernement »). La plupart des
pays membres de l’OCDE utilisent les données sur les ventes
comme substitut raisonnable aux renseignements sur l’utilisation.
En outre, le Code international de conduite pour la distribution et
l’utilisation des pesticides de l’Organisation des Nations Unies
pour l’alimentation et l’agriculture, qui a été élaboré grâce à des
efforts communs d’experts du gouvernement et de représentants
d’organisations non gouvernementales, de l’industrie des pesticides et d’autres organismes des Nations Unies, recommande que
les fabricants de pesticides fournissent à leur gouvernement national des données claires et concises sur les ventes et les quantités de pesticides.
In its May 2000 report the Standing Committee on Environment and Sustainable Development recommended that, as a condition of registration, registrants be required to provide PMRA
with their sales data on an ongoing basis. In its response, the federal government endorsed the principles set out in the Standing
Committee report. In 2002, the Commissioner of the Environment
and Sustainable Development criticized PMRA for not acting on
the Government’s 1994 commitment and, in her 2003 report,
recommended that PMRA accelerate and promptly complete the
implementation of the sales database. The national pesticide sales
database could not be implemented until the PCPA and required
Regulations were in force.
Internationally, the importance of sales data reporting has been
recognized by the Working Group on Pesticides of the Organization for Economic Co-operation and Development (OECD).
Member countries agree that data on pesticide use are fundamental to target and track risk reduction programs and to develop
pesticide risk indicators, but recognize that the collection of use
data is expensive (see “Costs to government”). Most OECD countries collect sales data as a reasonable surrogate for use information. In addition, the International Code of Conduct on the Distribution and Use of Pesticides of the Food and Agriculture Organization of the United Nations, which was developed through the
joint effort of government experts, non-governmental organizations, the pesticide industry and other United Nations organizations, recommends that the pesticide industry provides to national
governments clear and concise data on sales and quantity of pesticides.
1678
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
The Regulations are an integral part of implementing the
strengthened health and environmental protection, increased
transparency and sustainable pest management supported by
the PCPA legislation.
It was also determined through a strategic environmental assessment that this regulatory initiative may result in positive environmental impacts.
Dans beaucoup de pays, la collecte de renseignements relatifs
aux ventes va de pair avec la collecte de données sur l’utilisation.
Par exemple, aux États-Unis, l’Environmental Protection Agency
(EPA) recueille de l’information touchant les ventes, la production et la distribution à même les titulaires, ainsi que des données
visant l’utilisation non agricole des pesticides au moyen de sondages spéciaux menées par des entrepreneurs de l’extérieur du
gouvernement, tandis que le Department of Agriculture recueille
des données sur l’utilisation agricole des pesticides. En outre,
bien des États recueillent des données détaillées sur l’utilisation
des pesticides, comme la Californie, dont le Pesticide Use Reporting System a été décrit comme étant le plus complet au monde.
Le U.S. National Center for Food and Agricultural Policy combine l’information recueillie par l’EPA à l’information tirée
des rapports des États, des sondages spéciaux et des opinions
des spécialistes, pour produire une base de données approfondie
sur l’utilisation des pesticides en production agricole touchant 200 principes actifs utilisés dans 87 cultures dans les 48 États
contigus.
Les rapports sur les renseignements relatifs aux ventes de pesticides est un élément critique dans la création d’un système intégré permettant d’obtenir de l’information approfondie sur
l’étendue de l’utilisation de ces produits au Canada et intéresse
tout particulièrement les autorités de réglementation provinciales
et territoriales. Les données sur les ventes obtenues des titulaires
et les renseignements relatifs à l’utilisation recueillis par les provinces et les territoires permettront d’établir un portrait plus révélateur et plus complet de l’utilisation des pesticides au Canada.
Ces renseignements aideront aussi l’ARLA, ainsi que les provinces et territoires, à établir leurs priorités, suivre les tendances
des ventes de pesticides à long terme, élaborer des indicateurs de
risques des pesticides et documenter les tendances à la réduction
des risques. Des renseignements exacts sur les ventes assureront
en outre l’accès aux meilleurs renseignements disponibles et à des
données uniformes. Ces derniers pourront être utilisés dans le
cadre d’activités visant les substances chimiques dangereuses aux
échelles régionale, nationale et internationale.
Le règlement fait partie intégrante de la mise en œuvre du renforcement de la protection de la santé et de l’environnement,
d’une transparence accrue et de la lutte antiparasitaire durable
qu’appuient les dispositions législatives de la LPA.
Il a aussi été déterminé, par le biais d’une évaluation environnementale stratégique, que ce projet de réglementation pourrait
avoir des effets positifs sur l’environnement.
Costs to industry
Les coûts assumés par l’industrie
The costs to registrants are expected to be minimal since it is
likely that the required information is already maintained during
the normal course of business. Registrants of about half of the
registered pesticides provided similar information in the 1980’s
and early 1990’s through the Pesticide Registrant Survey1 carried
out periodically by Environment Canada and Agriculture and
Agri-Food Canada. In addition, some registrants voluntarily provided sales information for the years 1999 and 2000 to PMRA, in
many instances providing the information by province and territory.
On s’attend à ce que les coûts assumés par les titulaires soient
minimes, puisqu’il semble que les renseignements exigés sont
déjà compilés dans le cours normal des affaires. Les titulaires
d’environ la moitié des pesticides homologués fournissaient des
renseignements similaires dans les années 80 et au début des années 90 dans le cadre du Sondage auprès des titulaires d’enregistrement des pesticides1 qui était réalisé périodiquement par Environnement Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada. De
plus, certains titulaires fournissaient volontairement des renseignements sur les ventes pour les années 1999 et 2000 à l’ARLA,
par province et territoire dans bon nombre de cas.
———
———
1
1
In many countries, the collection of sales data is complemented
by the collection of use data. For example, in the United States
(U.S.), the Environmental Protection Agency (EPA) collects
sales, production and distribution information from pesticide registrants, as well as non-agricultural pesticide use data through
special surveys conducted by contractors, while the Department
of Agriculture collects agricultural pesticide use data. In addition,
many states collect detailed data on pesticide use, such as
California whose Pesticide Use Reporting System has been described as the most comprehensive in the world. The U.S.
National Center for Food and Agricultural Policy combines information collected by the EPA with information from state reports, special surveys and expert opinions to produce a comprehensive database of pesticide use in agricultural production for
some 200 active ingredients used on 87 crops in the 48 contiguous states.
Reporting of pesticide sales information is a critical piece of an
integrated system for obtaining comprehensive information on the
extent of pesticide use in Canada and of particular interest to provincial and territorial regulators. The combination of sales information obtained from the registrants and use information garnered by the provinces and territories will result in a clearer and
more comprehensive picture of pesticide use in Canada.
The information will also support PMRA, and the provinces
and territories, in setting priorities, following trends of pesticide
sales over time, developing pesticide risk indicators and documenting risk reduction trends. Accurate sales information will
also ensure the provision of best available and consistent information for use in regional, national and international activities on
hazardous chemicals.
The Survey was discontinued in favour of the proposed regulations under
the PCPA
Le Sondage a été remplacé par la proposition de règlement sous le régime de
la LPA
1679
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
Environment Canada and PMRA have made arrangements to ensure that pesticide information collected under these Regulations
will not be collected in duplicate under Environment Canada’s
National Pollution Release Inventory. PMRA will be able to share
information with Environment Canada as required to support their
requirements. This arrangement will minimize the regulatory
burden on registrants.
Les titulaires devront avoir accès à un ordinateur et à Internet et
pourront avoir à assumer des coûts modestes pour préparer les
données dans le format précisé et pour les soumettre à l’ARLA.
Ces derniers coûts seront proportionnels au nombre de pesticides
homologués et au nombre de provinces et de territoires dans lesquels ils sont vendus. En 2002, un titulaire d’environ 30 produits
a testé le prototype d’un système électronique de saisie des données et a estimé qu’il faudra environ une journée à une journée et
demie par année à un employé pour saisir les données associées à
ses produits. L’ARLA réglemente environ 715 titulaires, qui vendent plus de 5 400 pesticides.
Dans ce qui précède, on ne tient pas compte du coût d’estimer
les quantités de pesticides offerts en vente aux utilisateurs de chaque province et territoire par l’entremise de distributeurs régionaux et nationaux ou sous la forme de combinés d’engraispesticides et d’aliments pour bétail-pesticides et de semences
traitées. Dans les commentaires des titulaires sur la publication
dans Partie I, les titulaires d’homologation ont affirmé que le coût
de fournir la quantité de ventes de pesticides par province et par
territoire s’élèverait de 0,16 à 3 p. 100 de leurs chiffres de vente
annuels, c’est-à-dire de 2 millions à 39 millions de dollars
par année. Toutefois, cette estimation du coût était basée sur
l’hypothèse incorrecte que toutes les ventes au détail aux utilisateurs devraient faire l’objet d’un suivi. Le règlement révisé exige
que les titulaires déclarent les quantités offertes en vente directement aux utilisateurs, aux vendeurs et aux distributeurs dans chaque province et territoire, ainsi que le total des quantités fournies
aux fabricants de combinés et de semences traitées au Canada, ce
qui simplifie les exigences jusqu’à la mesure du possible pour
accroître la faisabilité. La quantité offerte en vente aux utilisateurs est celle qui est entre les mains des vendeurs, et non la quantité vendue par les vendeurs aux utilisateurs.
Environnement Canada et l’ARLA ont pris des dispositions
pour éviter que les renseignements sur les pesticides recueillis
dans le cadre de ce règlement ne soient recueillis en double dans
l’Inventaire national des rejets de polluants d’Environnement
Canada. L’ARLA sera en mesure de partager ces renseignements
avec Environnement Canada de façon à respecter ces exigences.
Ces mesures minimiseront le fardeau réglementaire des titulaires.
Costs to government
Coûts assumés par le gouvernement
The costs to government will be for an electronic data entry
system and the database tables to capture and use the sales information and for ongoing activities to maintain and provide reports
on the information. In 2004, it was estimated that the development of the sales reporting module would cost approximately $100,000, significantly less than would be required to collect
information on pesticide use. For example, it has been estimated
that it would cost several hundred thousand dollars annually to
purchase all of the proprietary pesticide usage data in Canada and
this still would not cover all of the uses of pesticides in Canada.
Ongoing maintenance and reporting activities will be accomplished within existing resources.
Les coûts assumés par le gouvernement seront associés au système électronique de saisie des données et des fichiers de bases de
données servant à la collecte et au traitement des données sur les
ventes, ainsi qu’aux activités continues de maintien des données
et de préparation de rapports. Il a été prévu en 2004 que la création du module de rapports sur les ventes coûtera environ 100 000 $,
ce qui est beaucoup moins élevé que ce qui aurait été nécessaire
pour recueillir les renseignements relatifs à l’utilisation des pesticides. Par exemple, il a été prévu que le coût annuel d’acheter
toutes les données des propriétaires sur l’utilisation de ces produits au Canada s’élèverait à plusieurs centaines de milliers de
dollars et néanmoins, cela ne couvrirait pas toutes les utilisations
des pesticides au pays. Les activités de maintien des données et
préparation de rapports seront réalisées par les ressources existantes.
Conclusion
Conclusion
The significant benefits of collecting sales information in enhancing the Government’s ability to monitor pesticide sales
trends, clearly outweigh the costs to industry and Government of
implementing the Regulations.
Les avantages importants de la déclaration obligatoire de renseignements relatifs aux ventes de pesticides, en améliorant la
capacité du gouvernement à suivre les tendances sur les ventes de
pesticides, compensent nettement les coûts de mise en œuvre du
règlement pour l’industrie et le gouvernement.
Registrants will be required to have access to a computer and
the Internet and may incur modest costs to prepare the data in the
specified format and to submit the data to PMRA. The latter costs
will be proportional to the number of registered pesticides and the
number of provinces and territories in which they are sold.
In 2002, a registrant with approximately 30 products was involved in testing a prototype electronic data entry system and
estimated that it would take 1 to 1.5 person-days per year to complete the data entry for those products. PMRA regulates approximately 715 registrants selling more than 5,400 pesticides.
The foregoing does not take into account the cost of estimating
the quantities of pesticides made available for sale to users in
each province and territory by regional and national distributors
or in the form of fertilizer-pesticide and feed-pesticide combinations and treated seeds. In their comments on the Part I publication, pesticide registrants asserted that the cost of providing
the quantity of pesticide sales by province and territory would
be between 0.16 percent and 3 percent of total annual sales,
i.e., $2 million to $39 million per year. However, this cost estimate was based on the incorrect assumption that all retail sales to
users would have to be tracked. The revised Regulations require
registrants to report the quantities provided for sale directly to
users, vendors and distributors in each province and territory, and
the total of the quantities provided to manufacturers of combination products and treated seeds in Canada, which simplifies the
requirements to the extent possible to increase feasibility. The
quantity “made available for sale to users” is the quantity in the
hands of vendors, not the quantity sold by vendors to users.
1680
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
Evaluation
Évaluation
The design and continued relevance and cost-effectiveness of
the SIRR will be evaluated periodically. Annual reports will be
made to the Parliament as required under the PCPA.
La conception, la pertinence permanente et le rapport coûtefficacité du règlement seront évalués périodiquement. Des
rapports annuels seront présentés au Parlement, tel que l’exige
la LPA.
Consultation
Consultations
These Regulations have been developed after several years of
discussions with the Federal-Provincial-Territorial Committee on
Pest Management and Pesticides (FPT Committee) and its Working Group on the National Pesticide Sales Database. The Working
Group includes representatives from the two major pesticide industry associations (CropLife Canada and Canadian Consumer
Specialty Products Association), provincial members of the FPT
Committee (Alberta Environmental Protection, Québec Ministry
of Environment and Ontario Ministry of Agriculture, Food &
Rural Affairs), growers (Canadian Federation of Agriculture and
Canola Council of Canada) and consumer and environmental
non-governmental organizations (Consumers’ Association of
Canada and World Wildlife Fund). Both the FPT Committee and
the Working Group support the development of a single national
pesticide sales database.
Le règlement a été élaboré après plusieurs années de discussions tenues par le Comité fédéral, provincial et territorial sur la
lutte antiparasitaire et les pesticides (Comité FPT) et son Groupe
de travail sur la base de données nationales sur les ventes de
pesticides. Le Groupe de travail comprend des représentants
des deux plus importantes associations de l’industrie des pesticides (CropLife Canada et l’Association canadienne de produits
de consommation spécialisés), des membres provinciaux du Comité FPT (la Alberta Environmental Protection, le ministère de
l’Environnement du Québec et le ministère de l’Agriculture, de
l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario), des exploitants agricoles (la Fédération canadienne de l’agriculture et le
Conseil canadien du canola) ainsi que des organisations non gouvernementales de consommateurs et de l’environnement
(l’Association des consommateurs du Canada et le Fonds mondial
pour la nature). Le Comité FPT et le Groupe de travail appuient la
création d’une seule base de données nationale sur la vente des
pesticides.
En mai 2003, l’ARLA a publié un document de travail intitulé
Consultation préliminaire sur la proposition du règlement relatif
à la déclaration des renseignements sur les ventes sur le site Web
de l’ARLA et l’a aussi distribué aux membres du Conseil consultatif de la lutte antiparasitaire (CCLA), du Comité FPT, du Comité consultatif de gestion économique (CCGE), du Groupe de
travail technique de l’ALÉNA sur les pesticides, ainsi qu’à des
collègues à Santé Canada et d’autres ministères fédéraux.
Le Règlement concernant les rapports sur les renseignements
relatifs aux ventes de produits antiparasitaires proposé a été publié au préalable dans la Gazette du Partie I Canada en mars 2004
pendant une période de 75 jours à des fins de commentaires.
Treize répondants ont fourni des commentaires, y compris des
associations de l’industrie, des titulaires et des organisations environnementales non gouvernementales. La proposition a aussi fait
l’objet de discussions lors d’une réunion du CCLA, tenue en
mai 2004.
Dans leurs commentaires, des associations de l’industrie, des
titulaires et des organisations environnementales non gouvernementales ont réitéré leur soutien global à la collecte de renseignements relatifs à la vente de pesticides au Canada. Les questions soulevées en réaction à la publication au préalable dans la
Partie I, ainsi que les modifications apportées à la proposition de
règlement, sont résumées ci-après.
In May 2003, PMRA published a Discussion Document titled
Preliminary Consultation on Proposed Sales Reporting Regulation on PMRA Web site and distributed it to members of the Pest
Management Advisory Council (PMAC), the FPT Committee, the
Economic Management Advisory Committee (EMAC), the North
American Free Trade Agreement (NAFTA) Technical Working
Group on Pesticides and colleagues in Health Canada and other
federal departments.
The proposed Pest Control Products Sales Information Reporting Regulations were pre-published in the Canada Gazette, Part I,
in March 2004 for a 75-day comment period. Comments were
received from 13 respondents, comprising industry associations,
registrants and environmental non-governmental organizations.
The proposal was also discussed at a meeting of PMAC in
May 2004.
In their comments on the Part I publication, industry associations, registrants and environmental non-governmental organizations reiterated their general support for the collection of pesticide
sales information in Canada. The issues raised in response to the
Part I publication, as well as changes made to the proposed Regulations, are summarized below.
Use of Estimates
Utilisation des estimations
Providing estimates of the provincial/territorial sales when actual information is unavailable has received the support of the
pesticide industry and other members of the FPT Working Group.
Des représentants de l’industrie des pesticides et d’autres
membres du Groupe de travail FPT ont donné leur appui à la
prestation d’estimations sur les ventes provinciales et territoriales
lorsque les renseignements réels ne sont pas disponibles.
Les associations de l’industrie et les titulaires ont souligné que
l’obtention des renseignements relatifs aux ventes des pesticides
par province et territoire, alors que les produits sont vendus par
l’entremise de distributeurs régionaux ou nationaux est difficile. Ils
ont fait remarquer que les autres pays membres de l’OCDE ne recueillent pas des données aussi détaillées et que le gouvernement
Industry associations and registrants emphasized that obtaining
pesticide sales information by province and territory when products are sold through regional or national distributors is difficult
and pointed out that other OECD countries do not collect such
detailed information nor does the Canadian government with respect to other marketed products. These respondents indicated
1681
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
that many distributors keep information on their sales and distribution patterns confidential. As a result, some respondents questioned their ability to certify that information submitted to PMRA
was true and complete. Some respondents asserted that registrants
or distributors may withdraw products from the Canadian market
if they were compelled by regulation to obtain or disclose such
information, respectively.
Environmental non-governmental organizations supported the
collection of sales information by province and territory because
it facilitates tracking trends in sales, patterns, risk, etc., on a regional basis. These respondents agreed that estimates were necessary in certain circumstances but emphasized that estimated data
should not be mixed with accurate data.
The Regulations were revised to permit the use of estimates indefinitely rather than only for the first five years as was initially
proposed. Elements of the reporting requirements that can be
determined precisely are reported separately from elements that
may be estimated. Any reports and analyses based on sales information will acknowledge and take into account that some data are
estimated. If it is deemed necessary, the regulation, in consultation with the public, may be revised in the future to specify an
acceptable methodology of estimating sales data.
canadien ne le fait pas non plus à l’égard d’autres produits sur le
marché. Ces répondants ont indiqué que beaucoup de distributeurs tiennent l’information sur leurs ventes et leurs structures de
distribution sous le sceau de la confidentialité. Par conséquent,
certains répondants ont remis en question leur capacité de garantir
que les renseignements soumis à l’ARLA étaient véridiques et
complets. Des répondants ont aussi affirmé que les titulaires ou
les distributeurs pourraient retirer les produits du marché canadien s’ils étaient obligés en vertu d’un règlement d’obtenir ou de
divulguer de tels renseignements, respectivement.
Les organisations environnementales non gouvernementales
ont appuyé la collecte de renseignements relatifs aux ventes par
province et territoire parce qu’ainsi un suivi pourrait être établi
plus facilement quant aux tendances de ventes et de risques, etc. à
l’échelle régionale. Ces répondants étaient d’accord pour dire que
les estimations s’avéraient nécessaires dans certaines circonstances, mais ils insistaient sur le fait que les données estimées ne
devaient pas être mêlées aux chiffres exacts.
Le règlement a été révisé afin que l’utilisation d’estimations
soit permise indéfiniment plutôt que seulement pendant les cinq
premières années, comme il avait été proposé au début. Les éléments sujets à l’exigence de déclarations qui peuvent être déterminés avec exactitude seront déclarés séparément des éléments
qui peuvent faire l’objet d’estimations. Tous les rapports et toutes
les analyses basés sur les renseignements relatifs aux ventes feront reconnaître le fait, et en tiendront compte, que certaines données sont estimées. S’il s’avère nécessaire, il se peut que le règlement, à la suite d’une consultation auprès du public, soit révisé
dans l’avenir en vue de préciser une méthodologie acceptable
permettant d’estimer les renseignements relatifs aux ventes.
Combination products and treated seeds
Produits combinés et semences traitées
Industry associations and registrants commented on the Part I
publication stating that it would be difficult and costly to determine the distribution of combination products and treated seeds
made from their registered pesticides, especially since the manufacturers of these products may purchase the same pesticide from
more than one registrant.
Les associations de l’industrie et les titulaires ont fait le commentaire sur la publication au préalable dans la Partie I qu’il serait difficile et coûteux de déterminer la distribution des produits
combinés et des semences traitées qui a été faite à partir de leurs
produits homologués, et ce, parce que les fabricants de ces produits peuvent acheter le même pesticide de plus d’un seul titulaire.
Les organisations environnementales non gouvernementales
ont signalé que, sans ces données, bien des utilisations de pesticides ne seraient pas incluses. Elles s’entendent pour dire que les
estimations sont nécessaires dans certaines circonstances.
Pour réagir aux commentaires, le règlement a été révisé de telle
sorte que les titulaires sont tenus de déclarer uniquement le total
des quantités fournies aux fabricants de ces produits au Canada.
L’utilisation des estimations est permise indéfiniment quant aux
quantités offertes en vente aux utilisateurs dans chaque province
et territoire sous la forme de produits combinés et de semences
traitées. S’il s’avère nécessaire, il se peut que le règlement, à la
suite d’une consultation auprès du public, soit révisé dans l’avenir
en vue de préciser une méthodologie acceptable permettant
d’estimer les renseignements relatifs aux ventes.
Environmental non-governmental organizations pointed out
that, without these data, a significant amount of pesticide usage
would not be included and agreed that estimates were necessary
in certain circumstances.
To address the comments, the Regulations were revised such
that registrants are required to report only the total of the quantities provided to manufacturers of these products in Canada. The
use of estimates is permitted indefinitely regarding the quantities
made available for sale to users in each province and territory in
the form of combination products and treated seeds. If it is
deemed necessary, the regulation, in consultation with the public,
may be revised in the future to specify an acceptable methodology of estimating sales data.
Categories of pesticide sales data
Catégories de renseignements relatifs aux ventes de pesticides
Environmental non-governmental organizations suggested that
the Regulations be revised to require separate reporting and tracking of sales information for minor use products, formulants of
toxicological significance and microcontaminants that are persistent organic pollutants (POPs). They are concerned about active
ingredients that are first registered for “minor” uses but whose
Les organisations environnementales non gouvernementales
ont suggéré que le Règlement soit révisé de façon à exiger la séparation des déclarations et de l’établissement des suivis pour les
renseignements relatifs aux ventes de produits à usage limité, les
produits de formulation d’importance toxicologique et les microcontaminants qui sont des polluants organiques persistants (POP).
1682
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
registered uses expand over time to the point that they should be
considered “major” use products. They contend that information
on formulants would facilitate more accurate tracking of risk and
environmental and epidemiological research, and point out that
making an inventory of POPs microcontaminants is a requirement
of the Stockholm Convention.
No changes were made to the Regulations in response to this
comment. It will be possible to determine the quantity made
available for sale to users in each province and territory for individual active ingredients and other pesticide components using
the information on file with PMRA regarding product composition, along with information that is submitted pursuant to the
Regulations. With regard to minor use products, PMRA evaluates
the aggregate risk of all existing and proposed new uses whenever
an application to expand the registered uses of an active ingredient is received. The use expansion is not approved unless the total
health and environmental risks are determined to be acceptable.
Elles s’inquiètent des principes actifs qui sont homologués pour
des usages « limités » mais dont les utilisations homologuées sont
étendues à long terme jusqu’au point où ils doivent être considérés comme des produits à usage « important ». Elles prétendent
que les renseignements relatifs aux produits de formulation permettraient d’établir un suivi plus précis du risque et de la recherche environnementale et épidémiologique. Elles signalent en outre qu’un inventaire des microcontaminants qui sont des POP est
une exigence en vertu de la Convention de Stockholm.
Aucun changement n’a été apporté au règlement en réaction à
ce commentaire. Il sera possible de déterminer la quantité offerte
en vente aux utilisateurs dans chaque province et territoire pour
les principes actifs individuels et d’autres composantes des pesticides en utilisant les renseignements déjà fournis à l’ARLA relativement à la composition des produits, ainsi que les renseignements qui sont soumis en vertu du règlement. En ce qui concerne
les produits à usage limité, l’ARLA évalue le risque global de
toutes les utilisations existantes et des nouvelles utilisations proposées chaque fois qu’elle reçoit une demande d’étendre les utilisations homologuées d’un principe actif. L’expansion de l’utilisation n’est pas approuvée à moins que les risques pour la santé et
l’environnement totaux soient jugés acceptables.
Time period for annual reports
Période de temps pour les rapports annuels
In comments on the Part I publication, one registrant suggested
that the time period for annual reports be based on each registrant’s fiscal year in order to ensure that returns and stock movements are complete and records are available. This change was
not made because tracking of trends would be very difficult if
each registrant’s report were based on a different time period.
Parmi les commentaires sur la publication au préalable dans la
Partie I, un titulaire a suggéré que la période de temps pour les
rapports annuels soit basée sur l’exercice financier de chaque
titulaire afin que les chiffres visant les recettes et le déplacement
des stocks soient complets et que la documentation soit disponible. Ce changement n’a pas été apporté parce que l’établissement
d’un suivi sur les tendances serait très difficile si le rapport de
chaque titulaire était basé sur une période de temps différente.
Initial report
Déclaration initiale
The proposed Regulations pre-published in the Canada
Gazette, Part I included a requirement for registrants to report
available sales information that they may have compiled in the
calendar year before the coming into force of the Regulations.
The Regulations were revised to delete the requirement for an
initial report. The available information would likely have been
incomplete and potentially misleading since registrants could not
have been compelled to compile information retroactively. It was,
therefore, concluded that there would be no advantage to obtaining this information nor to making it available to the public and
that reporting will start only once the SIRR come into force. The
first sale reports are due by June 1 following the first calendar
year after which the SIRR come into force.
La proposition du règlement publiée au préalable dans la
Gazette du Canada Partie I, comprenait une exigence voulant que
les titulaires déclarent les renseignements relatifs aux ventes disponibles qu’ils pourraient avoir compilés au cours de l’année
civile précédant l’entrée en vigueur du règlement. L’exigence
d’un rapport initial n’a pas été retenue. Les renseignements disponibles auraient probablement été incomplets et auraient pu être
trompeurs, parce que les titulaires n’auraient pas pu être obligés
de compiler des renseignements rétroactivement. Il a donc été
conclu qu’il n’y aurait aucun avantage d’obtenir ces renseignements ou de les rendre accessibles au public. La soumission de
rapports commencera une fois que le règlement sera en vigueur.
Les premiers rapports de renseignements sur les ventes seront dûs
le 1er juin qui suit la première année civile complète où le règlement est en vigueur.
Retention of records
Conservation de dossiers
One industry association suggested that records should be permitted to be retained electronically rather than in hard copy. This
would be permissible as the Regulations do not specify the form
in which the records must be retained.
Une association de l’industrie a suggéré de permettre de
conserver les dossiers sous forme électronique plutôt que sous
forme imprimée. Cela pourrait être permis puisque le règlement
ne précise pas la forme sous laquelle les dossiers doivent être
conservés.
Reporting available information on request
Déclaration des renseignements disponibles sur demande
In comments on the Part I pre-publication, environmental nongovernment organizations suggested that the response time be
reduced to seven days. This change was not made since companies will require up to 15 days to gather accurate information.
Dans les commentaires sur la publication au préalable dans la
Partie I, certaines organisations environnementales non gouvernementales souhaitaient que le délai soit réduit à sept jours. Ce
changement n’a pas été fait, puisque les sociétés auront besoin
d’au moins 15 jours pour recueillir des renseignements exacts.
1683
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
The environmental non-government organizations also suggested that available information reported on request in an emergency situation be subject to audit if the Minister believes that the
information is not accurate or complete. This change was not
made. In these cases, the registrant is only required to provide
information that is available at the time of the request and it
would not be cost-effective to attempt to audit such information.
Nevertheless, the registrant must attach the certification that the
report is true and complete to the best of the person’s knowledge
and belief and that it is provided in good faith.
Les organisations environnementales non gouvernementales
ont aussi exprimé le souhait que les renseignements disponibles
déclarés sur demande en cas d’urgence fassent l’objet d’une vérification si le ministre pense que les renseignements ne sont pas
exacts ou complets. Ce changement n’a pas été fait. Dans ces cas,
le titulaire est seulement tenu de fournir des renseignements qui
sont disponibles au moment de la demande et il ne serait pas rentable de tenter une vérification de tels renseignements. Néanmoins, le titulaire doit accompagner la déclaration d’une attestation que cette déclaration est véridique et complète autant qu’il
sache et qu’elle est fournie de bonne foi.
Sales versus use information
Renseignements relatifs aux ventes plutôt qu’à l’utilisation
In comments on the Part I publication and in previous comments, environmental non-governmental organizations supported
the collection of sales data as a necessary first step but emphasized that pesticide sales are an inadequate surrogate for pesticide
use. These respondents cited a number of ways site-specific use
data would be useful, noted that the PCPA provides authority for
the collection of pesticide use data and described the California
Pesticide Use Reporting System as an example of a successful use
data collection system. They suggested that the Regulations be
revised to require collection of and reporting on pesticide use data
for the calendar year 2008. They also provided a model regulation
for collection of pesticide use data based on regulatory models in
other jurisdictions.
Dans leurs commentaires sur la publication au préalable dans la
Partie I et dans des commentaires antérieurs, des organisations environnementales non gouvernementales ont appuyé la collecte des
renseignements relatifs aux ventes à titre de première étape nécessaire, mais elles ont insisté sur le fait que ces renseignements sur la
vente des pesticides sont un remplacement inadéquat pour des renseignements concernant l’utilisation de ces produits. Ces répondants ont énuméré un certain nombre de façons dont les renseignements relatifs à l’utilisation dans certains lieux déterminés seraient
utiles, ont fait remarquer que la LPA accorde aux autorités le droit
de recueillir des données sur l’utilisation des pesticides et ont décrit
le California Pesticide Use Reporting System à titre d’exemple
d’un système de collecte des données sur l’utilisation qui a été couronné de succès. Ils souhaitaient une révision du Règlement de telle
sorte qu’il exige la collecte et la déclaration des données sur
l’utilisation des pesticides pour l’année civile 2008. Ils ont en outre
fourni un modèle de règlement qui autoriserait la collecte de données sur l’utilisation des pesticides, basé sur des modèles réglementaires utilisés dans d’autres territoires.
Les associations de l’industrie et les titulaires ont exprimé avec
acharnement le point de vue que l’utilisation des renseignements
relatifs aux ventes pour représenter le degré d’exposition est
trompeuse et incorrecte. Ces répondants ont mis l’accent sur le
fait que les renseignements relatifs aux ventes ne devraient pas
être utilisés dans le cadre d’une évaluation des risques ou à titre
d’indication de la réduction des risques.
Il est reconnu que ce sont les renseignements relatifs aux ventes et non à l’utilisation qui font l’objet de la collecte. Toutefois,
il est aussi reconnu qu’il y a nécessairement une corrélation très
marquée entre la quantité de pesticides vendus et la quantité utilisée. Comme il a été mentionné dans ce qui précède, les pays
de l’OCDE s’entendent pour dire que la collecte de données sur
l’utilisation est dispendieuse et par conséquent, la plupart de ces
pays recueillent des renseignements relatifs aux ventes à titre de
remplacement pour les données sur l’utilisation.
Une fois que la base de données sur les ventes aura été créée,
son efficacité sera évaluée. Des sondages ciblés sur l’utilisation
pourraient alors être menés au besoin pour compléter ou confirmer les renseignements relatifs aux ventes. Cependant, il serait
prématuré de rédiger des règlements sous le régime de la LPA
prévoyant la collecte de données sur l’utilisation des pesticides
avant que l’évolution des événements à l’échelle provinciale ne
soit claire.
Industry associations and registrants expressed their strongly
held view that the use of sales data to represent exposure is both
misleading and inaccurate. These respondents emphasized that
sales data should not be used in any risk assessments, nor as an
indication of risk reduction.
It is recognized that sales and not use information is being collected. However, it is also recognized that there is necessarily a
very strong correlation between the amount of a pesticide sold
and the amount used. As was noted previously, OECD countries
have agreed that the collection of use data is expensive and, as a
result, most collect sales information as a surrogate for use information.
Once the sales database has been established, its effectiveness
will be evaluated. Targeted use surveys could be conducted as
necessary to supplement or confirm the sales information. However, it would be premature to make regulations under the PCPA
to collect pesticide use data until developments at the provincial
level are clear.
Disclosure of pesticide sales information
Divulgation des renseignements relatifs aux ventes des pesticides
In comments on the Part I pre-publication and in previous comments, industry associations and registrants expressed concern
about the public disclosure of sales information both because the
information could be used to calculate the monetary value of sales
Dans leurs commentaires sur la publication au préalable dans la
Partie I et dans des commentaires antérieurs, les associations de
l’industrie et les titulaires ont exprimé leurs préoccupations quant
à la divulgation au public des renseignements relatifs aux ventes
1684
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
and because the information could create an erroneous perception
about the extent of pesticide use. These respondents were particularly concerned about cases of active ingredients that are found in
three or fewer end-use products and suggested that sales information be rolled up into groups of chemical families before being
disclosed. They also requested that report templates and parameters, and active ingredient groupings, be discussed with industry
before implementation and that registrants be allowed to review
reports prior to public release.
Environmental non-governmental organizations agreed that
sales information could be rolled up into groups of chemical
families but expressed concern that inappropriate groupings could
lead to an unnecessarily high number of active ingredients for
which individual sales information would not be publicly available. These respondents suggested that a methodology be developed to aggregate end-use product data where there are only a
few registrants per active ingredient. They further stipulated that
the methodology should ensure that no more than 2.5 percent of
end-use products are aggregated and should be statistically valid.
PMRA must ensure that the public is allowed access to information in the Register, such as sales information, while at the
same time preventing the monetary value of sales from being
disclosed. PMRA intends to roll up the sales information for enduse products containing active ingredients found in three or fewer
products into groups of products before it is placed in the Register
and thereby subject to public disclosure.
To address the concern regarding the possibility of erroneous
public perceptions about the extent of pesticide use, PMRA will
ensure that publicly released reports on pesticide sales clearly
state that the figures represent quantities “made available for sale
to users” only. PMRA will discuss report templates and parameters, and active ingredient groupings, with stakeholders before
implementation. Once this is done, it should not be necessary for
registrants to review each report prior to release.
One industry association and two registrants also expressed
concern about the possible disclosure of sales information for
active ingredients and manufacturing concentrates that are used to
manufacture end-use products. As well, these respondents expressed concern about sharing individual product sales information with other regulators or medical professionals and suggested
that any disclosure to these parties should be fully justified and
agreed to by the affected registrant and that disclosure should be
limited to legitimate and relevant regulatory agencies only.
With regard to sharing individual product sales information
with others, the PCPA specifies to whom and under what circumstances confidential information may be disclosed in confidence,
such as to respond to a situation that endangers human health or
parce que ces données pourraient être utilisées pour calculer la
valeur pécuniaire des ventes et parce que ces données pourraient
créer une perception erronée de l’étendue de l’utilisation des pesticides. Ces répondants étaient particulièrement inquiets au sujet
de cas où des principes actifs se retrouvent dans trois préparations
commerciales ou moins et ont suggéré que les renseignements
relatifs aux ventes soient regroupés par famille chimique avant
d’être divulgués. En outre, ils ont demandé que les tableaux et les
paramètres de déclaration, ainsi que les groupements de principes
actifs, fassent l’objet de discussions avec les représentants de
l’industrie avant d’être mis en œuvre, et que les titulaires aient le
droit d’examiner les rapports avant que ceux-ci soient divulgués
au public.
Les organisations environnementales non gouvernementales
convenaient que les renseignements relatifs aux ventes pourraient
être regroupés par famille chimique, mais elles s’inquiétaient du
fait que des groupements inadéquats pourraient mener, sans que
cela soit nécessaire, à un nombre trop élevé de principes actifs
pour lesquels les renseignements individuels relatifs aux ventes
ne seraient pas disponibles pour le public. Ces répondants ont
proposé d’élaborer une méthodologie pour combiner les données
visant les préparations commerciales lorsqu’il y a seulement
quelques titulaires correspondant à chaque principe actif. Aussi,
ils ont stipulé que la méthodologie doit assurer que pas plus
de 2,5 p. 100 des préparations commerciales ne soient regroupées
et que celle-ci soit statistiquement valide.
L’ARLA doit veiller à ce que le public ait accès à l’information
renfermée dans le Registre, comme les renseignements relatifs
aux ventes, tout en empêchant que la valeur pécuniaire des ventes
ne soit divulguée. L’ARLA a l’intention de combiner en groupes
de produits les renseignements relatifs aux ventes des préparations commerciales qui contiennent des principes actifs se retrouvant en trois produits ou moins, avant que ces renseignements ne
soient insérés dans le Registre et ne soient donc assujettis à la
divulgation au public.
Pour résoudre l’inquiétude touchant la possibilité de fausses
perceptions parmi le public au sujet de l’étendue de l’utilisation
des pesticides, l’ARLA s’assurera que les communiqués divulgués au public au sujet des ventes de ces produits affirment clairement que les nombres représentent seulement des quantités
« offertes en vente aux utilisateurs ». L’ARLA discutera des tableaux et des paramètres de déclaration, ainsi que des groupements de principes actifs, avec les intervenants avant qu’ils ne
soient mis en œuvre. Une fois cela accompli, les titulaires ne devraient pas juger nécessaire d’examiner chaque rapport avant sa
divulgation.
En outre, une association de l’industrie et deux titulaires ont
fait part de leur souci quant à la divulgation possible des renseignements relatifs aux ventes de principes actifs et des concentrés
de fabrication qui sont utilisés pour fabriquer des préparations
commerciales. Ces répondants ont aussi exprimé une inquiétude
au sujet du partage des renseignements individuels relatifs aux
ventes avec d’autres autorités de réglementation ou avec des professionnels de la santé et ils ont suggéré que toute divulgation de
données à ces parties devait être entièrement justifiée et autorisée
par le titulaire en question. Ils insistaient sur le fait que ces divulgations soient limitées seulement à des organismes légitimes de
réglementation pertinents.
En ce qui concerne le partage avec des tiers des renseignements
individuels relatifs aux ventes, la LPA prévoit précisément à qui
et dans quelles circonstances peuvent être divulgués des renseignements confidentiels, par exemple pour réagir à une situation
1685
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-261
safety or the environment or to make a medical diagnosis. Before
confidential information is disclosed to provincial regulators or
regulators in other countries, there must be an agreement in place
and the Minister must be satisfied that the other party can provide
protection from unfair commercial use or disclosure of the information. The PCPA prohibits the disclosure of confidential information obtained in this way and use of the information for any
purpose other than the purpose for which it was obtained. Any
person who contravenes these prohibitions is liable to severe punishment.
qui met en danger la santé ou la sécurité humaines ou l’environnement ou encore pour poser un diagnostic médical. Avant que
des renseignements confidentiels ne soient divulgués à des autorités de réglementation dans les provinces ou dans d’autres pays, il
faut qu’il y ait une entente en place et le ministre doit être assuré
que l’autre partie puisse fournir une protection contre l’utilisation
commerciale illégitime ou la divulgation des informations.
La LPA interdit la divulgation des renseignements confidentiels
obtenus de cette façon, ainsi que toute utilisation des renseignements à toutes autres fins que celle pour laquelle ils ont été obtenus. Quiconque enfreint cette interdiction est passible d’une punition sévère.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The PMRA promotes, maintains and enforces compliance with
the PCPA through compliance promotion programs, inspections,
both monitoring and surveillance, and investigations. The programs aim to educate, facilitate and promote compliance as well
as to communicate regulatory information. Monitoring inspections are designed to determine the level of compliance of users,
distributors and registrants of pesticides with specific terms and
conditions of registration and re-evaluation and the provisions of
the PCPA and regulations.
The PMRA will follow an established compliance policy to
promote and enhance fair treatment of the regulated community.
The document is available on the PMRA website at http://www.
pmra-arla.gc.ca.
L’ARLA encourage, maintient et applique la conformité à
la LPA au moyen de programmes de promotion de la conformité,
d’inspections, de mesures de surveillance et de contrôle, et
d’enquêtes. Ces programmes visent à sensibiliser, à faciliter et à
promouvoir la conformité ainsi qu’à communiquer les renseignements sur la réglementation. Les inspections de surveillance sont
conçues pour déterminer le niveau de conformité des utilisateurs,
des distributeurs et des titulaires des pesticides aux conditions
particulières de l’homologation ou de la réévaluation ainsi qu’aux
dispositions de la LPA et de la réglementation.
Les mesures d’application peuvent comprendre la sensibilisation (par écrit ou verbale), des sanctions administratives pécuniaires ou des mises en garde en vertu de la Loi sur les sanctions
administratives pécuniaires en matière d’agriculture et d’agroalimentaire et des poursuites en vertu de la LPA. L’objectif de
toute mesure d’application est l’atteinte et le maintien de la
conformité. Puisque la plupart des membres de la communauté
réglementée se conformeront à la loi s’ils la comprennent et s’ils
ont la capacité de s’y conformer, bon nombre d’infractions sont
traitées et corrigées par le moyen de la sensibilisation afin de
corriger les comportements et les situations de non-conformité.
En général, on fait respecter la conformité à la LPA et au règlement par un réseau d’agents et d’inspecteurs dans tout le
Canada. Le personnel régional de Santé Canada est aussi régi par
des ententes officielles qui fournissent la base pour collaborer
avec les autorités provinciales de réglementation des pesticides en
ce qui a trait aux enquêtes et à l’élaboration et à la prestation des
programmes.
L’ARLA suivra une politique de conformité établie pour promouvoir et améliorer le traitement équitable de la communauté
réglementée. Le document est affiché sur le site Web de l’ARLA
à l’adresse suivante : http://www.pmra-arla.gc.ca.
Contact
Personne-ressource
Enforcement response actions may include education (written
and oral), administrative monetary penalties or warning under the
Agriculture and Agri-Food Administrative Monetary Penalties
Act (AMPA) and prosecutions under the PCPA. The goal of any
enforcement response is to achieve and maintain compliance.
Since the majority of the regulated community will comply with
the law if they understand it and have the capacity to comply,
many violations are dealt with and corrected using education as a
means to address non-compliance situations and behaviour.
In general, compliance with the PCPA and regulations is
achieved through a network of officers and inspectors across
Canada. Health Canada regional staff also have formal agreements providing a basis to collaborate with provincial pesticide
regulatory officials in investigations and in the development and
delivery of programs.
Francine Brunet
Alternative Strategies and Regulatory Affairs Division
Pest Management Regulatory Agency
Health Canada
2720 Riverside Drive
Address Locator 6607D1
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: (613) 736-3678
FAX: (613) 736-3659
E-mail: pmra_regulatory_affairs-affaires_reglementaires_arla@
hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1686
Francine Brunet
Division des nouvelles stratégies et des affaires réglementaires
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
Santé Canada
2720, promenade Riverside
Indice de l’adresse 6607D1
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : (613) 736-3678
TÉLÉCOPIEUR : (613) 736-3659
Courriel : pmra_regulatory_affairs-affaires_reglementaires_arla@
hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-262
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-262
Enregistrement
DORS/2006-262
October 26, 2006
Le 26 octobre 2006
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Order Amending Schedule IV to the Financial
Administration Act
Décret modifiant l’annexe IV de la Loi sur la
gestion des finances publiques
P.C. 2006-1139
C.P. 2006-1139
October 26, 2006
Le 26 octobre 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Prime Minister, pursuant to subsection 3(7)a
of the Financial Administration Act, hereby makes the annexed
Order Amending Schedule IV to the Financial Administration Act.
Sur recommandation du premier ministre et en vertu du paragraphe 3(7)a de la Loi sur la gestion des finances publiques, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret
modifiant l’annexe IV de la Loi sur la gestion des finances publiques, ci-après.
ORDER AMENDING SCHEDULE IV TO THE
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
DÉCRET MODIFIANT L’ANNEXE IV DE LA LOI SUR
LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Schedule IV to the Financial Administration Act is
amended by adding the following in alphabetical order:
Assisted Human Reproduction Agency of Canada
Agence canadienne de contrôle de la procréation assistée
1. L’annexe IV de la Loi sur la gestion des finances publiques1 est modifiée par adjonction, selon l’ordre alphabétique,
de ce qui suit :
Agence canadienne de contrôle de la procréation assistée
Assisted Human Reproduction Agency of Canada
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son enregistrement.
———
———
a
a
1
S.C. 2003, c. 22, s. 3
R.S., c. F-11
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1
L.C. 2003, ch. 22, art. 3
L.R., ch. F-11
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
1687
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-263
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-263
October 26, 2006
Enregistrement
DORS/2006-263
Le 26 octobre 2006
CANADIAN WHEAT BOARD ACT
LOI SUR LA COMMISSION CANADIENNE DU BLÉ
Regulations Amending the Canadian Wheat Board
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la
Commission canadienne du blé
P.C. 2006-1140
C.P. 2006-1140
October 26, 2006
Le 26 octobre 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to subparagraph 32(1)(b)(i)a, subsection 47(2)b and section 61
of the Canadian Wheat Board Act, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Canadian Wheat Board Regulations.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et en vertu du sous-alinéa 32(1)b)(i)a, du paragraphe 47(2)b et de l’article 61 de la Loi sur la Commission canadienne du blé, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil
prend le Règlement modifiant le Règlement sur la Commission
canadienne du blé, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN WHEAT
BOARD REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
COMMISSION CANADIENNE DU BLÉ
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsections 26(1) to (4) of the Canadian Wheat Board
Regulations1 are replaced by the following:
26. (1) The sum certain that the Corporation is required to pay
producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) of the
Act in respect of the base grade of wheat sold and delivered to the
Corporation during the pool period ending on July 31, 2007 and
known as No. 1 Canada Western Red Spring (12.5% protein content) is
(a) $149 for straight wheat;
(b) $141 for tough wheat;
(c) $133.50 for damp wheat;
(d) $141 for straight wheat, rejected on account of stones;
(e) $133 for tough wheat, rejected on account of stones; and
(f) $125.50 for damp wheat, rejected on account of stones.
(2) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) of the Act in
respect of the base grade of wheat sold and delivered to the
Corporation during the pool period ending on July 31, 2007 and
known as No. 1 Canada Western Amber Durum (12.5% protein
content) is
(a) $140 for straight wheat;
(b) $132 for tough wheat;
(c) $124.50 for damp wheat;
(d) $132 for straight wheat, rejected on account of stones;
(e) $124 for tough wheat, rejected on account of stones; and
(f) $116.50 for damp wheat, rejected on account of stones.
(3) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) and section 47 of the Act in respect of the base grade of barley sold and
delivered to the Corporation during the pool period ending on
January 31, 2007 and known as No. 1 Canada Western is
1. Les paragraphes 26(1) à (4) du Règlement sur la Commission canadienne du blé1 sont remplacés par ce qui suit :
26. (1) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) de la Loi, de
payer aux producteurs pour le blé du grade de base Blé roux de
printemps no 1 de l’Ouest canadien (teneur en protéines de 12,5 %)
qui est vendu et livré à la Commission pendant la période de mise
en commun se terminant le 31 juillet 2007 est la suivante :
a) 149 $ s’il est à l’état sec;
b) 141 $ s’il est à l’état gourd;
c) 133,50 $ s’il est à l’état humide;
d) 141 $ s’il est à l’état sec, rejeté en raison de pierres;
e) 133 $ s’il est à l’état gourd, rejeté en raison de pierres;
f) 125,50 $ s’il est à l’état humide, rejeté en raison de pierres.
(2) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) de la Loi, de payer
aux producteurs pour le blé du grade de base Blé dur ambré no 1
de l’Ouest canadien (teneur en protéines de 12,5 %) qui est vendu
et livré à la Commission pendant la période de mise en commun
se terminant le 31 juillet 2007 est la suivante :
a) 140 $ s’il est à l’état sec;
b) 132 $ s’il est à l’état gourd;
c) 124,50 $ s’il est à l’état humide;
d) 132 $ s’il est à l’état sec, rejeté en raison de pierres;
e) 124 $ s’il est à l’état gourd, rejeté en raison de pierres;
f) 116,50 $ s’il est à l’état humide, rejeté en raison de pierres.
(3) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) et de l’article 47 de
la Loi, de payer aux producteurs pour l’orge du grade de base no 1 de
l’Ouest canadien qui est vendue et livrée à la Commission pendant
la période de mise en commun se terminant le 31 janvier 2007 est la
suivante :
———
———
a
a
b
1
S.C. 1995, c. 31, s. 2(1)
S.C. 1995, c. 31, s. 4
C.R.C., c. 397
1688
b
1
L.C. 1995, ch. 31, par. 2(1)
L.C. 1995, ch. 31, art. 4
C.R.C., ch. 397
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-263
(a) $84.50 for straight barley;
(b) $77.50 for tough barley;
(c) $71 for damp barley;
(d) $79.50 for straight barley, rejected on account of stones;
(e) $72.50 for tough barley, rejected on account of stones; and
(f) $66 for damp barley, rejected on account of stones.
(4) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) and section 47 of the Act in respect of the base grade of barley sold and
delivered to the Corporation during the pool period ending
on July 31, 2007 and known as Special Select Canada Western
Two-Row selected and accepted as pot barley or for use in the
malting or pearling process is
(a) $147 for straight barley;
(b) $140 for tough barley; and
(c) $133.50 for damp barley.
a) 84,50 $ si elle est à l’état sec;
b) 77,50 $ si elle est à l’état gourd;
c) 71 $ si elle est à l’état humide;
d) 79,50 $ si elle est à l’état sec, rejetée en raison de pierres;
e) 72,50 $ si elle est à l’état gourd, rejetée en raison de pierres;
f) 66 $ si elle est à l’état humide, rejetée en raison de pierres.
(4) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) et de l’article 47 de
la Loi, de payer aux producteurs pour l’orge du grade de base
Extra spéciale à deux rangs de l’Ouest canadien qui est choisie et
acceptée comme malt d’orge ou pour la production de l’orge
mondé ou perlé et qui est vendue et livrée à la Commission pendant la période de mise en commun se terminant le 31 juillet 2007
est la suivante :
a) 147 $ si elle est à l’état sec;
b) 140 $ si elle est à l’état gourd;
c) 133,50 $ si elle est à l’état humide.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the seventh day after the day on which they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur le septième jour
suivant la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Section 26 establishes in the Canadian Wheat Board Regulations
the initial payments to be paid upon delivery for grains delivered to
The Canadian Wheat Board. The amendment establishes a higher
initial payment for the base grades of wheat (an increase of $11.50
per tonne), amber durum wheat (an increase of $22 per tonne),
barley (an increase of $10.50 per tonne) and designated barley (an
increase of $30 per tonne) for the 2006-2007 pool period. The
Canadian Wheat Board advises that, upon review of the wheat,
amber durum wheat, barley and designated barley pool accounts,
increases in the initial payments are recommended.
L’article 26 du Règlement sur la Commission canadienne du
blé détermine les acomptes à la livraison à effectuer pour les
grains livrés à la Commission canadienne du blé. La modification
prévoit une augmentation des acomptes à la livraison pour les
grades de base de blé (une augmentation de 11,50 $ par tonne), de
blé dur ambré (une augmentation de 22 $ par tonne), d’orge (une
augmentation de 10,50 $ par tonne) et d’orge désignée (une augmentation de 30 $ par tonne) pour la période de mise en commun
de 2006-2007. Après avoir examiné les comptes de mise en
commun pour le blé, le blé dur ambré, l’orge et l’orge désignée,
les responsables de la Commission canadienne du blé recommandent une hausse des acomptes à la livraison.
Alternatives
Solutions envisagées
In addition to the increases, the option of retaining the existing
initial payments for wheat, amber durum wheat, barley and designated barley was considered. Maintaining the initial payments at
current levels is not in keeping with The Canadian Wheat Board’s
objective of putting money in producers’ hands as quickly as possible, when sales from pools are sufficient to allow this to be done
without risk, or when there has been an increase in international
prices for these grains. The Canadian Wheat Board has made
sufficient sales since June 2006 that it can recommend an increase
in the initial payment for the base grade in each pool account,
which is the primary reason for the recommended increase.
En plus de la mesure, on a envisagé le maintien des acomptes à
la livraison pour le blé, le blé dur ambré, l’orge et l’orge désignée
à leurs niveaux actuels. Le maintien des acomptes à la livraison à
leurs niveaux actuels ne va pas dans le même sens que l’objectif
de la Commission canadienne du blé, à savoir accroître les revenus des producteurs au plus vite, lorsque les ventes de mise en
commun sont suffisantes pour permettre une telle augmentation
sans risque ou lorsqu’il y a eu une augmentation des prix de ces
grains à l’étranger. La Commission canadienne du blé a enregistré
suffisamment de ventes depuis juin 2006 pour recommander une
augmentation des acomptes à la livraison pour le grade de base
dans chaque compte de mise en commun, la raison principale de
l’augmentation recommandée.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The higher initial payments will represent increased revenues to
wheat and barley producers for their deliveries to The Canadian
La majoration des acomptes à la livraison entraînera une hausse
de recettes des producteurs de blé et d’orge en ce qui touche leurs
1689
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-263
The initial payments established by this Regulation relate to the
returns anticipated from the market and thus transmit the appropriate market signals to producers. There is no environmental
impact of this amendment.
livraisons destinées à la Commission canadienne du blé. Si les
livraisons aux comptes de mise en commun s’établissent à 15,5 millions de tonnes de blé, 4,0 millions de tonnes de blé dur
ambré, 125 000 de tonnes d’orge et 2,2 million de tonnes d’orge
désignée au cours de la période de mise en commun de 2006-2007
comme prévu, l’ajustement des acomptes à la livraison se traduira
par des recettes additionnelles d’environ 310 millions de dollars
pour les producteurs de blé et d’orge. Les producteurs recevront ces
recettes additionnelles de deux manières. Pour les livraisons de
grains effectuées la journée de l’entrée en vigueur de l’augmentation, puis jusqu’à la fin de la période de mise en commun
le 31 janvier 2007 pour l’orge et puis jusqu’à la fin de la période de
mise en commun le 31 juillet 2007 pour le blé, le blé dur ambré et
l’orge désignée, les producteurs recevront l’acompte à la livraison
majoré. Pour les livraisons de grains effectuées durant la période
de mise en commun mais avant la date d’entrée en vigueur de
l’augmentation, les producteurs recevront un paiement de rajustement par tonne, équivalent à la différence entre l’acompte à la livraison avant l’augmentation et le nouvel acompte à la livraison.
Cette prévision de l’augmentation des recettes s’applique aux
augmentations des acomptes à la livraison pour tous les grades
dans chaque compte de mise en commun, et non seulement à
l’augmentation de l’acompte à la livraison pour le grade de base
dans chaque compte de mise en commun.
Les acomptes à livraison établis par ce règlement sont liés aux
profits anticipés des ventes de grain et, par conséquent, transmettent aux producteurs des signaux du marché appropriés. Cette
modification n’aura pas d’incidence sur l’environnement.
Consultation
Consultations
This amendment has been recommended by The Canadian
Wheat Board and discussed with the Department of Finance.
Les responsables de la Commission canadienne du blé ont recommandé cette modification et en ont discuté avec ceux du ministère des Finances.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There is no compliance and enforcement mechanism. This
Regulation governs payments made to grain producers for deliveries made under the Canadian Wheat Board Regulations governing delivery permits.
Il n’existe pas de mécanisme de conformité ni d’exécution. Ce
règlement détermine les paiements versés aux céréaliculteurs pour
les livraisons faites dans le cadre du Règlement sur la Commission canadienne du blé régissant les carnets de livraison.
Contact
Personne-ressource
Wheat Board. If producers deliver to the pool accounts 15.5 million
tonnes of wheat, 4.0 million tonnes of amber durum wheat, 125,000
tonnes of barley and 2.2 million tonnes of designated barley during
the 2006-2007 pool period as expected, then these initial payment
adjustments would represent about $310 million in additional grain
receipts for wheat and barley producers. Producers will receive
these additional receipts in one of two ways. For grain deliveries on
the day that the increase becomes effective and thereafter until the
end of the pool period on January 31, 2007 for barley and thereafter
until the end of the pool period on July 31, 2007 for wheat, amber
durum wheat and designated barley, producers will receive the
higher initial payment. For grain deliveries during the pool period,
but prior to this amendment coming into force, producers will receive an adjustment payment per tonne, equivalent to the difference
between the initial payment prior to the increase and the new initial
payment.
This forecast of the increase in receipts applies to the increases
in the initial payments for all the grades in each pool account, and
not just the increase in the initial payment for the base grade in
each pool account.
Craig Fulton
Senior Analyst
Grains and Oilseeds Division
Markets and Trade Team
Agriculture and Agri-Food Canada
Sir John Carling Building
930 Carling Avenue
Ottawa, Ontario
K1A 0C5
Telephone: (613) 759-7698
FAX: (613) 759-7476
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1690
Craig Fulton
Analyste principal
Division des céréales et des oléagineux
Équipe des marchés et du commerce
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Édifice Sir John Carling
930, avenue Carling
Ottawa (Ontario)
K1A 0C5
Téléphone : (613) 759-7698
TÉLÉCOPIEUR : (613) 759-7476
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-264
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-264
October 30, 2006
Enregistrement
DORS/2006-264
Le 30 octobre 2006
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Regulations Amending the Canadian Turkey
Marketing Quota Regulations, 1990
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le
contingentement de la commercialisation du
dindon (1990)
Whereas the Governor in Council has, by the Canadian Turkey
Marketing Agency Proclamationa, established the Canadian Turkey Marketing Agency pursuant to subsection 16(1)b of the Farm
Products Agencies Actc;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par la
Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des
dindonsc, créé l’Office canadien de commercialisation des dindons;
Attendu que l’Office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que l’Office a pris en considération les facteurs énumérés aux alinéas 4(1)c) à h) de la partie II de l’annexe de cette
proclamation;
Attendu que l’Office a la certitude que l’importance du marché
des dindons a sensiblement changé;
Attendu que le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation du dindon (1990) relève d’une catégorie à laquelle
s’applique l’alinéa 7(1)d)d de cette loi aux termes de l’article 2 de
l’Ordonnance sur l’approbation des ordonnances et règlements
des officese, et a été soumis au Conseil national des produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)d de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet de
règlement est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’Office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricolesb et de l’article 2 de la partie II de
l’annexe de la Proclamation visant l’Office canadien de commercialisation des dindonsc, l’Office canadien de commercialisation
des dindons prend le Règlement modifiant le Règlement canadien
sur le contingentement de la commercialisation du dindon (1990),
ci-après.
Mississauga (Ontario), le 27 octobre 2006
Whereas that Agency has been empowered to implement a
marketing plan pursuant to that Proclamation;
Whereas that Agency has taken into account the factors set out
in paragraphs 4(1)(c) to (h) of Part II of the schedule to that Proclamation;
Whereas that Agency is satisfied that the size of the market for
turkeys has changed significantly;
Whereas the proposed Regulations Amending the Canadian
Turkey Marketing Quota Regulations, 1990, are regulations of a
class to which paragraph 7(l)(d)d of that Act applies by reason of
section 2 of the Agencies’ Orders and Regulations Approval Ordere, and have been submitted to the National Farm Products
Council pursuant to paragraph 22(1)(f) of that Act;
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)d of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed
Regulations, after being satisfied that they are necessary for the
implementation of the marketing plan that that Agency is authorized to implement;
Therefore, the Canadian Turkey Marketing Agency, pursuant
to paragraph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and
section 2 of Part II of the schedule to the Canadian Turkey Marketing Agency Proclamationa, hereby makes the annexed Regulations Amending the Canadian Turkey Marketing Quota Regulations, 1990.
Mississauga, Ontario, October 27, 2006
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN TURKEY
MARKETING QUOTA REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
CANADIEN SUR LE CONTINGENTEMENT DE LA
COMMERCIALISATION DU DINDON (1990)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the Canada Turkey Marketing Quota
Regulations, 19901 is replaced by the schedule set out in the
schedule to these Regulations.
1. L’annexe du Règlement canadien sur le contingentement
de la commercialisation du dindon (1990)1 est remplacée par
l’annexe figurant à l’annexe du présent règlement.
———
———
a
a
b
c
d
e
1
C.R.C., c. 647
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
S.C. 1993, c. 3, s. 2
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/90-231
b
c
d
e
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.C. 1993, ch. 3, art. 2
C.R.C., ch. 647
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/90-231
1691
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-264
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE
(Subsections 5(2) and (3))
ANNEXE
(paragraphes 5(2) et (3))
CONTROL PERIOD BEGINNING ON APRIL 30, 2006
AND ENDING ON APRIL 28, 2007
PÉRIODE RÉGLEMENTÉE COMMENÇANT LE 30 AVRIL
2006 ET SE TERMINANT LE 28 AVRIL 2007
Column 1
Column 2
Item
Province
Pounds of Turkey
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
TOTAL
Ontario
Quebec
Nova Scotia
New Brunswick
Manitoba
British Columbia
Saskatchewan
Alberta
164,076,331
73,540,420
8,840,994
6,966,608
25,635,388
42,242,687
11,336,186
34,207,266
366,845,880
Colonne 1
Colonne 2
Article
Province
Livres de dindon
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
TOTAL
Ontario
Québec
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Manitoba
Colombie-Britannique
Saskatchewan
Alberta
164 076 331
73 540 420
8 840 994
6 966 608
25 635 388
42 242 687
11 336 186
34 207 266
366 845 880
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Regulations.)
(La présente note ne fait pas partie du règlement.)
This amendment revises the limitations to be applied when determining the market allotment of a producer or when issuing a
new market allotment within a province during the control period
beginning on April 30, 2006 and ending on April 28, 2007.
La modification vise à fixer les nouvelles limites dont il faut
tenir compte lors de la détermination des allocations de commercialisation des producteurs ou de l’attribution de nouvelles allocations de commercialisation dans une province au cours de la
période réglementée commençant le 30 avril 2006 et se terminant
le 28 avril 2007.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1692
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-265
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-265
October 31, 2006
Enregistrement
DORS/2006-265
Le 31 octobre 2006
EXPORT AND IMPORT PERMITS ACT
LOI SUR LES LICENCES D’EXPORTATION ET
D’IMPORTATION
Order Cancelling General Export Permit No. 39 —
Mass Market Cryptographic Software
Arrêté annulant la Licence générale d’exportation
no 39 — Logiciel de cryptographie de très grande
diffusion
The Minister of Foreign Affairs, pursuant to subsection 10(1)a
of the Export and Import Permits Act, hereby makes the annexed
Order Cancelling General Export Permit No. 39 — Mass Market
Cryptographic Software.
Ottawa, October 27, 2006
Peter G. MacKay
Minister of Foreign Affairs
En vertu du paragraphe 10(1)a de la Loi sur les licences
d’exportation et d’importation, le ministre des Affaires étrangères
prend l’Arrêté annulant la Licence générale d’exportation no 39 —
Logiciel de cryptographie de très grande diffusion, ci-après.
Ottawa, le 27 octobre 2006
Le ministre des Affaires étrangères,
Peter G. MacKay
ORDER CANCELLING GENERAL EXPORT
PERMIT NO. 39 — MASS MARKET
CRYPTOGRAPHIC SOFTWARE
ARRÊTÉ ANNULANT LA LICENCE GÉNÉRALE
D’EXPORTATION no 39 — LOGICIEL DE
CRYPTOGRAPHIE DE TRÈS
GRANDE DIFFUSION
CANCELLATION
ANNULATION
1. General Export Permit No. 39 — Mass Market Cryptographic Software1 is cancelled.
1. La Licence générale d’exportation no 39 — Logiciel de
cryptographie de très grande diffusion1 est annulée.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’arrêté.)
Description
Description
Canada is a participating state in the Wassenaar Arrangement
on Export Controls for Conventional Arms and Dual-Use Goods
and Technologies (Wassenaar Arrangement). In order to contribute to both regional and international security and stability, the
Wassenaar Arrangement requires that participating states promote
transparency and act responsibly regarding the export of conventional arms, and dual-use goods and technologies, including cryptographic software.
Le Canada est partie à l’Arrangement de Wassenaar sur le
contrôle des exportations d’armes classiques et de biens et technologies à double usage (Wassenaar Arrangement). Afin de
contribuer à la fois à la sécurité et à la stabilité régionales et internationales, l’arrangement de Wassenaar exige que les États parties fassent la promotion de la transparence et agissent de façon
responsable en ce qui a trait à l’exportation des armes classiques
ainsi que des biens et des technologies à double usage, y compris
les logiciels de cryptographie de très grande diffusion.
En décembre 1998, les États parties à l’arrangement de
Wassenaar ont convenu de supprimer l’exclusion visant les logiciels d’exploitation de cryptographie de très grande diffusion
contenant un algorithme symétrique utilisant une longueur de clé
supérieure à 64 bits.
In December 1998, the participating states of the Wassenaar
Arrangement agreed to remove the exclusion for mass market
cryptographic systems software with a symmetric algorithm employing a key length in excess of 64 bits.
———
———
a
a
1
S.C. 1994, c. 47, s. 111
SOR/99-238
1
L.C. 1994, ch. 47, art. 111
DORS/99-238
1693
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-265
On June 1, 1999, General Export Permits No. 39 (GEP 39) was
promulgated so that an individual export permit would not be
required under the Export and Import Permits Act (EIPA) for
mass market cryptographic software containing a symmetric algorithm not exceeding 128 bits.
In December 2000, the participating states of the Wassenaar
Arrangement agreed to remove the key length restriction of the
Decontrol Note concerning mass market cryptographic systems,
equipment, components and software.
On February 6, 2003, the 2002 Export Control List (ECL)
came into force. In the 2002 ECL, the Decontrol Note concerning
mass market cryptographic systems, equipment and software was
included for the first time. Since the goods covered by GEP 39
are no longer controlled by virtue of this new Decontrol Note,
GEP 39 is no longer needed.
Le 1er juin 1999, la Licence générale d’exportation no 39
(LGE 39) a été adoptée pour éviter qu’une licence d’exportation
individuelle ne soit exigée au titre de la Loi sur les licences
d’exportation et d’importation (LLEI) pour les logiciels de cryptographie de très grande diffusion ne contenant pas d’algorithme
symétrique utilisant une longueur de clé supérieure à 128 bits.
En décembre 2000, les États parties à l’arrangement de
Wassenaar ont convenu de supprimer la restriction relative à la
longueur de la clé dans la Note sur la suppression des mesures de
contrôle concernant les systèmes, le matériel, les composantes et
les logiciels de cryptographie de très grande diffusion.
Le 6 février 2003, la Liste des marchandises d’exportation
contrôlée (LMEC) de 2002 est entrée en vigueur. La Note sur la
suppression des mesures de contrôle concernant les systèmes, le
matériel, les composantes et les logiciels de cryptographie de très
grande diffusion a été incorporée pour la première fois à la LMEC
2002. Comme les marchandises visées par la LGE 39 ne sont plus
contrôlées au titre de la nouvelle Note sur la suppression des mesures de contrôle, la LGE 39 n’est donc plus nécessaire.
Alternatives
Solutions envisagées
There is no alternative as GEP 39 authorizes export of goods,
the export of which are no longer controlled.
Il n’existe pas de solution de rechange puisque la LGE 39 autorise l’exportation de marchandises dont l’exportation n’est plus
contrôlée.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The measure will eliminate an obsolete GEP 39. The costs associated with the cancellation of GEP 39 will be limited to the
administrative costs of the cancellation and its dissemination.
La présente mesure élimine la LGE 39, qui était obsolète. Les
coûts afférents à l’annulation de la LGE 39 se limiteront aux frais
administratifs d’annulation et de diffusion.
Consultation
Consultations
As is customary when dealing with potential changes to
Canada’s export controls, the Department of Foreign Affairs and
International Trade consulted with relevant stakeholders, including Industry Canada and the Communications Security Establishment.
Comme il le fait habituellement lorsqu’il s’agit d’éventuelles
modifications aux contrôles à l’exportation du Canada, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international a
consulté les intervenants concernés, notamment Industrie Canada
et le Centre de la sécurité des télécommunications.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Export permits requirements remain in force respecting for
controlled goods listed on the ECL, failure to obtain the appropriate export permits may result in prosecution under the EIPA. The
Canada Border Services Agency is responsible for the enforcement of export controls.
Les exigences liées à la licence d’exportation demeurent en vigueur en ce qui concerne les marchandises figurant à la LMEC.
Faute d’obtenir une licence d’exportation adéquate, les contrevenants seront passibles de poursuites au titre de la LLEI. L’Agence
des services frontaliers du Canada est responsable de l’application
des contrôles à l’exportation.
Contact
Personne-ressource
Judy Korecky
Deputy Director (Technology)
Export Controls Division (TIE)
Export and Import Controls Bureau
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
Telephone: (613) 944-2505
FAX: (613) 996-9933
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1694
Judy Korecky
Directrice adjointe (technologie)
Direction des contrôles à l’exportation et à l’importation
Direction générale des contrôles à l’exportation et à l’importation
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
Téléphone : (613) 944-2505
TÉLÉCOPIEUR : (613) 996-9933
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-266
Registration
SOR/2006-266 November 1, 2006
Enregistrement
DORS/2006-266 Le 1er novembre 2006
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2006-66-08-01 Amending the Domestic
Substances List
Arrêté 2006-66-08-01 modifiant la Liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment is satisfied that the
substance referred to in the annexed Order was, between January 1, 1984 and December 31, 1986, imported into Canada by a
person in a quantity of not less than 100 kg in any one calendar
year, meeting the requirement set out in paragraph 66(1)(a) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999a;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsection 66(3) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999a, hereby makes the annexed Order 2006-66-08-01 Amending the Domestic Substances List.
Ottawa, October 25, 2006
Rona Ambrose
Minister of the Environment
Attendu que la ministre de l’Environnement estime que la substance visée par l’arrêté ci-après a été, entre le 1er janvier 1984 et
le 31 décembre 1986, importée au Canada par une personne en
une quantité d’au moins 100 kg au cours d’une année civile et que
le critère fixé à l’alinéa 66(1)a) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a est ainsi rempli,
À ces causes, en vertu du paragraphe 66(3) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, la ministre
de l’Environnement prend l’Arrêté 2006-66-08-01 modifiant la
Liste intérieure, ci-après.
Ottawa, le 25 octobre 2006
La ministre de l’Environnement,
Rona Ambrose
ORDER 2006-66-08-01 AMENDING THE
DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2006-66-08-01 MODIFIANT
LA LISTE INTÉRIEURE
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Part 1 of the Domestic Substances List is amended by
adding the following in numerical order:
2174-16-5
1. La partie 1 de la Liste intérieure1 est modifiée par adjonction, selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
2174-16-5
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Orders.)
(Ce résumé ne fait pas partie des arrêtés.)
Description
Description
The purpose of this publication is to add substances to the Domestic Substances List (DSL) and make consequential deletions
from the Non-Domestic Substances List (NDSL).
Subsection 66(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999 (CEPA 1999) empowers the Minister of the Environment to compile a list of substances, to be known as the DSL,
which specifies “all substances that the Minister is satisfied were,
between January 1, 1984 and December 31, 1986, (a) manufactured in or imported into Canada by any person in a quantity of
not less than 100 kg in any one calendar year; or (b) in Canadian
commerce or used for commercial manufacturing purposes in
Canada”.
L’objectif de cette publication est d’ajouter des substances à la
Liste intérieure (LIS) et de les radier de la Liste extérieure (LES),
selon le cas.
Le paragraphe 66(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) [LCPE (1999)] stipule que le ministre de
l’Environnement doit établir une liste de substances appelée LIS
qui énumère toutes les « substances qu’il estime avoir été, entre
le 1er janvier 1984 et le 31 décembre 1986, a) soit fabriquées ou
importées au Canada par une personne en des quantités d’au
moins 100 kg au cours d’une année; b) soit commercialisées ou
utilisées à des fins de fabrication commerciale au Canada ».
———
———
a
a
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
1
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
1695
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-266
For the purposes of the Act, the DSL is the sole basis for determining whether a substance is “existing” or “new” to Canada.
Substances on the DSL are not subject to the requirements of the
New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers), made under section 89 of CEPA 1999. Substances that are
not on the DSL will require notification and assessment, as prescribed by these Regulations, before they can be manufactured in
or imported into Canada.
Au sens de la Loi, la LIS est le seul document qui permet de
déterminer si une substance est « existante » ou « nouvelle » au
Canada. Les substances inscrites sur la LIS ne sont pas assujetties
aux exigences du Règlement sur les renseignements concernant
les substances nouvelles (substances chimiques et polymères),
lequel fut pris sous le régime de l’article 89 de la LCPE (1999).
Les substances non énumérées à la LIS doivent faire l’objet d’un
préavis et d’une évaluation, et ce, avant leur fabrication ou leur
importation au Canada.
La LIS a été publiée dans la Gazette du Canada Partie II
en mai 1994. Cependant, la LIS n’est pas fixe dans le temps puisqu’elle peut faire l’objet d’ajouts, d’éliminations ou de corrections, qui sont publiés dans la Gazette du Canada.
Le paragraphe 87(1) de la LCPE (1999) exige que le ministre
ajoute une substance à la LIS lorsque : a) il a reçu des renseignements concernant la substance en application des articles 81
ou 82, ainsi que les renseignements complémentaires ou les résultats d’essais exigés en vertu du paragraphe 84(1); b) les ministres
sont convaincus qu’elle a été fabriquée ou importée par la personne qui a fourni les renseignements en une quantité supérieure,
selon le cas, à : (i) 1 000 kg au cours d’une année civile, (ii) un
total de 5 000 kg, (iii) la quantité fixée par règlement pour
l’application du présent article; c) le délai d’évaluation prévu à
l’article 83 est expiré; d) la substance n’est plus assujettie aux
conditions précisées au titre de l’alinéa 84(1)a).
Le paragraphe 87(5) de la LCPE (1999) exige que le ministre
ajoute une substance à la LIS lorsque : a) il a reçu des renseignements concernant la substance en application des paragraphes 81(1)
à (13) ou de l’article 82, les renseignements complémentaires ou
les résultats d’essais exigés en vertu du paragraphe 84(1), ainsi
que les renseignements réglementaire; b) le délai d’évaluation
prévu à l’article 83 est expiré; c) la substance n’est plus assujettie
aux conditions précisées au titre de l’alinéa 84(1)a).
The DSL was published in the Canada Gazette, Part II,
in May 1994. However, the DSL is not a static list and is subject,
from time to time, to additions, deletions or corrections that are
published in the Canada Gazette.
Subsection 87(1) of CEPA 1999 requires the Minister to add a
substance to the DSL where: (a) the Minister has been provided
with information in respect of the substance under section 81
or 82 and any additional information or test results required under
subsection 84(1); (b) the Ministers are satisfied that the substance
has been manufactured in or imported into Canada by the person
who provided the information in excess of (i) 1 000 kg in any
calendar year, (ii) an accumulated total of 5 000 kg, or (iii) the
quantity prescribed for the purposes of this section; (c) the period
for assessing the information under section 83 has expired;
and (d) no conditions specified under paragraph 84(1)(a) in respect of the substance remain in effect.
Subsection 87(5) of CEPA 1999 requires the Minister to add a
substance to the DSL where: (a) the Minister has been provided
with any information in respect of the substance under subsections 81(1) to (13) or section 82, any additional information or
test results required under subsection 84(1), and any other prescribed information; (b) the period for assessing the information
under section 83 has expired; and (c) no conditions specified under paragraph 84(1)(a) in respect of the substance remain in effect.
Substances added to the DSL, if they appear on the NDSL, are
deleted from that List as indicated under subsection 66(3), subsection 87(1) and subsection 87(5) of CEPA 1999.
Les substances ajoutées à la LIS, si elles figurent sur la LES, sont
radiées de celle-ci tel que prescrit en vertu du paragraphe 66(3), du
paragraphe 87(1) et du paragraphe 87(5) de la LCPE (1999).
Alternatives
Solutions envisagées
CEPA 1999 sets out a process for updating the DSL in accordance with strict timelines. Since the substances covered by this
Order have met the criteria for addition to the DSL, there is no
alternative to their addition.
La LCPE (1999) fait état d’un processus strict pour l’échéance
des mises à jour de la LIS. Étant donné que les substances qui
font l’objet de cet arrêté ont rempli les conditions pour l’ajout à
la LIS, il n’existe aucune autre solution de remplacement à leur
ajout.
Dans le même ordre d’idées, il n’existe aucune autre solution
de remplacement aux radiations de la LES puisqu’une substance
ne peut pas figurée sur la LIS et la LES en même temps.
Similarly, there is no alternative to the NDSL deletions, since a
substance cannot be on both the NDSL and the DSL.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
This amendment of the DSL will benefit the public, industry
and governments, by identifying additional substances and by
exempting them from all assessment and reporting requirements
under section 81 of CEPA 1999.
Cette modification à la LIS entraînera des avantages pour le
public, l’industrie et les gouvernements en identifiant les substances additionnelles et en les exemptant de toutes les exigences
reliées à l’article 81 de la LCPE (1999).
Costs
Coûts
There will be no incremental costs to the public, industry or
governments associated with this amendment of the DSL.
Aucun coût additionnel ne sera encouru par le public,
l’industrie et les gouvernements à la suite de cette modification à
la LIS.
1696
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-266
Competitiveness
Compétitivité
All nominated substances are added to the DSL if they have
been determined to be consistent with the eligibility criteria specified in CEPA 1999. Thus no manufacturer or importer is disadvantaged by this amendment of the DSL.
Toutes les substances désignées sont ajoutées à la LIS si elles
ont été identifiées comme respectant le critère d’admissibilité
mentionné à la LCPE (1999). Par conséquent, aucun manufacturier ou importateur n’est pénalisé par cette modification à la LIS.
Consultation
Consultations
As the content of the notices associated with this amendment
does not contain any information that would be subject to comment or objection by the general public, no consultation was required.
Étant donné que l’avis relié à cette modification énonce
qu’aucun renseignement ne fera l’objet de commentaire ou
d’objection de la part du public en général, aucune consultation
ne s’est avérée nécessaire.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The DSL identifies substances that, for the purposes of CEPA
1999, are not subject to the requirements of the New Substances
Notification Regulations (Chemicals and Polymers). There are no
compliance or enforcement requirements associated with the DSL
itself.
La LIS identifie, tel qu’il est requis par la LCPE (1999), les substances qui ne feront pas l’objet d’exigence en vertu du Règlement
sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères). Ainsi, il n’y a pas d’exigence de
mise en application associée à la LIS.
Contacts
Personnes-ressources
Gordon Stringer
Head
Notification Processing and Controls Unit
New Substances Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: (819) 953-9348
Peter Sol
Director
Impact Analysis and Instrument Choice Division
Strategic Analysis and Research Directorate
Strategic Policy Branch
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: (819) 994-4484
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Gordon Stringer
Chef
Unité des procédures de déclarations et des contrôles
Division des substances nouvelles
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 953-9348
Peter Sol
Directeur
Division de l’analyse d’impact et du choix d’instrument
Direction générale des analyses et recherches stratégiques
Direction de la politique stratégique
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 994-4484
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
1697
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-267
Registration
SOR/2006-267 November 1, 2006
Enregistrement
DORS/2006-267 Le 1er novembre 2006
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2006-87-08-01 Amending the Domestic
Substances List
Arrêté 2006-87-08-01 modifiant la Liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment has been provided
with information under either paragraph 87(1)(a) or (5)(a) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999a in respect of each
substance referred to in the annexed Order;
Whereas, in respect of the substances being added to the Domestic Substances List pursuant to subsection 87(1) of that Act,
the Minister of the Environment and the Minister of Health are
satisfied that those substances have been manufactured in or imported into Canada in excess of the quantity prescribed under the
New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers) by the person who provided the information;
Whereas the period for assessing the information under section 83 of that Act has expired;
And whereas no conditions under paragraph 84(1)(a) of that
Act in respect of the substances are in effect;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsections 87(1), (3) and (5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a, hereby makes the annexed Order 2006-87-08-01
Amending the Domestic Substances List.
Ottawa, October 25, 2006
Rona Ambrose
Minister of the Environment
Attendu que la ministre de l’Environnement a reçu les renseignements visés aux alinéas 87(1)a) ou (5)a) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)a concernant chaque
substance visée par l’arrêté ci-après;
Attendu que la ministre de l’Environnement et le ministre de la
Santé sont convaincus que celles de ces substances qui sont ajoutées à la Liste intérieure en vertu du paragraphe 87(1) de cette loi
ont été fabriquées ou importées au Canada, par la personne qui a
fourni les renseignements, en une quantité supérieure à celle prévue par le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères);
Attendu que le délai d’évaluation prévu à l’article 83 de cette
loi est expiré;
Attendu que les substances ne sont assujetties à aucune condition fixée aux termes de l’alinéa 84(1)a) de cette loi,
À ces causes, en vertu des paragraphes 87(1), (3) et (5) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, la
ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2006-87-08-01 modifiant la Liste intérieure, ci-après.
Ottawa, le 25 octobre 2006
La ministre de l’Environnement,
Rona Ambrose
ORDER 2006-87-08-01 AMENDING
THE DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2006-87-08-01 MODIFIANT
LA LISTE INTÉRIEURE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. (1) Part 1 of the Domestic Substances List is amended by
deleting the following:
1. (1) La partie 1 de la Liste intérieure1 est modifiée par radiation de ce qui suit :
189020-70-0 N-P
189020-70-0 N-P
(2) Part 1 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
(2) La partie 1 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
24980-61-8 N-P
68921-64-2 N-P
102782-98-9 N-P
115235-79-5 N-P
131459-39-7 N
24980-61-8 N-P
68921-64-2 N-P
102782-98-9 N-P
115235-79-5 N-P
131459-39-7 N
271779-25-0 N-P
436803-57-5 N
536754-81-1 N-P
869736-22-1 N
271779-25-0 N-P
436803-57-5 N
536754-81-1 N-P
869736-22-1 N
2. Part 3 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
2. La partie 3 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
———
———
a
a
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
1698
1
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
2006-11-15
11862-0 T
12000-3 N
15489-0 N-P
15490-1 N-P
15646-4 N-P
16925-5 N
16953-6 N-P
17338-4 N-P
17729-8 N
17742-3 N-P
17747-8 N-P
17748-0 N-P
17752-4 N-P
17753-5 N-P
17754-6 N-P
17755-7 N-P
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-267
Substituted bis-polybutenyl succinimide, arylphenol formaldehyde condensate
Substitué bis-polybutényl succinimide, condensé d’arylphénol et de formaldéhyde
Polymer of 2-alkenenitrile, polymer with alkyldiene, 1-substituted-1-alkyl-4-oxo-[[2-(1piperazinyl)alkyl]amino]alkyl-terminated, α-(oxiranylmethyl)-ω-(oxiranylmethoxy)poly(oxyalkane) polymer,
tert-butyl peroxy-2-hexanoate, acetic acid salt of
Sel d’acide acétique du polymère d’alcène-2-nitrile polymérisé avec un alkyldiène, 1-substitué-1-alkyl-4-oxo-{[2(piperazinyl)alkyl]amino}alkyl-terminé, le polymère d’α-(oxiranylméthyl)-ω-(oxiranylméthoxy)poly(oxyalcane),
peroxy-2-hexanoate de tert-butyle
Carbomonocycle, methylenebis[substituted-, polymer with carbomonocycledicarboxylic acid, 2,2-dimethyl-1,3propanediol, polyester polyol, 1,2-ethanediol, alkanedioic acid, alkanediol and 2-oxepanone
Méthylènebis[substitué]carbomonocycle polymérisé avec un acide carbomonocycledicarboxylique, le 2,2diméthylpropane-1,3-diol, un polyester polyol, l’éthane-1,2-diol, un acide alcanedioïque, un alcanediol et l’oxépan-2one
Carbomonocycle, methylenebis[substituted-, polymer with carbomonocycledicarboxylic acid, 2,2-dimethyl-1,3propanediol, polyester polyol, 1,2-ethanediol, alkanedioic acid, alkanediol and 2-oxepanone
Méthylènebis[substitué]carbomonocycle polymérisé avec l’acide carbomonocycledicarboxylique, le 2,2diméthylpropane-1,3-diol, un polyester polyol, l’éthane-1,2-diol, un acide alcanedioïque, un alcanediol et l’oxépan-2one
Alkenoic acid, substituted-, polymer with alkyl alkenoate and alkyl substitutedalkenoate, potassium salt
Acide substituéalcènoïque polymérisé avec un alcénoate d’alkyle, un substituéalcénoate d’alkyle, sel de potassium
Reaction products of carboxylic acid and tris(hydroxymethyl)aminomethane
Produits de réaction d’un acide carboxylique et le tris(hydroxyméthyl)aminométhane
2-Alkenoic acid, 2-methyl-, polymer with 2-ethylhexyl 2-alkenoate and methyl 2-alkenoate, potassium salt
Acide 2-méthyl-2-alcènoïque polymérisé avec le 2-alcénoate de 2-éthylhexyle et le 2-alcénoate de méthyle, sel de
potassium
Hexane, 1,6-diisocyanato-, homopolymer with carbocyclic carbonate, 1,6-hexanediol, hydrazine, 3-hydroxy-2(hydroxymethyl)-2-methylpropanoic acid, 5-isocyanato-1-(isocyanatomethyl)-1,3,3-trimethylcyclohexane compound
with N,N-diethylethanamine
1,6-Diisocyanatohexane homopolymérisé avec un carbonate carbocyclique, l’hexane-1,6-diol, l’hydrazine, l’acide 3hydroxy-2-(hydroxyméthyl)-2-méthylpropanoïque, le 5-isocyanato-1-(isocyanatométhyl)-1,3,3-triméthylcyclohexane
composé avec la N,N-diéthyléthanamine
Condensation product of 4-cyclohexene-1,2-dicarboxylic acid, 3-(7-carboxyheptyl)-6-hexyl with polyamines
Produit de condensation de l’acide 4-cyclohexène-1,2-dicarboxylique, 3-(7-carboxyheptyl)-6-hexyle avec des
polyamines
2-Propenoic acid, 2-methyl-, alkoxy ester, polymer with alkyl 2-propenoate, ethene, alkenylbenzene and 1-propene
2-Méthyl-2-propénoate d’alkoxy polymérisé avec le 2-propénoate d’alkyle, l’éthène, un alcénylbenzène et le prop-1ène
Hexanedioic acid, polymer with carbocyclic diamine adduct with bis(2-hydroxyethyl)carbamic acid and α-carboxy-ωmethoxypoly(oxy-1,2-ethanediyl) (1:1:1), 2,2-dimethyl-1,3-propanediol, 1,6-hexanediol, hydrazine, 3-hydroxy-2(hydroxymethyl)-2-methylpropanoic acid and 5-isocyanato-1-(isocyanatomethyl)-1,3,3-trimethylcyclohexane
Acide hexanedioïque polymérisé avec une diamine carbocyclique adduit avec l’acide bis(2-hydroxyéthyl)carbamique
et l’α-carboxy-ω-méthoxypoly(oxyéthane-1,2-diyl) (1:1:1), le 2,2-diméthylpropane-1,3-diol, l’hexane-1,6-diol,
l’hydrazine, l’acide 3-hydroxy-2-(hydroxyméthyl)-2-méthylpropanoïque et le 5-isocyanato-1-(isocyanatométhyl)1,3,3-triméthylcyclohexane
Alkanediols, polymer with aromatic polycarboxylic, polyalkylolalkane, carbomonocyclic anhydride and aliphatic
dicarboxylic acid
Alcanediols polymérisés avec un polycarboxylique aromatique, un polyalkylolalcane, un anhydride
carbomonocyclique et un acide dicarboxylique aliphatique
Silane, trimethoxy[2-(oxacarbopolycycle)ethyl]-, polymer with triethoxy(3-isocyanatopropyl)silane, hydrolyzed
Triméthoxy[2-(oxacarbopolycycle)éthyl]silane polymérisé avec le triéthoxy(3-isocyanatopropyl)silane, hydrolysé
Alkene, polymer with 1-dodecene, distillation residues, hydrogenated, Cx-y fraction
Alcène polymérisé avec le dodéc-1-ène, résidus de distillation d’une fraction hydrogénée en Cx-y
Alkene, polymer with 1-dodecene, distillation residues, hydrogenated, Cx-y fraction
Alcène polymérisé avec le dodéc-1-ène, résidus de distillation d’une fraction hydrogénée en Cx-y
Alkene, polymer with 1-dodecene, distillation residues, Cx-y fraction
Alcène polymérisé avec le dodéc-1-ène, résidus de distillation d’une fraction de Cx-y
1699
2006-11-15
17756-8 N-P
17757-0 N-P
17758-1 N-P
17759-2 N-P
17760-3 N
17765-8 N-P
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-267
Alkene, polymer with 1-dodecene, distillation residues, hydrogenated, Cx-y fraction
Alcène polymérisé avec le dodéc-1-ène, résidus de distillation d’une fraction hydrogénée en Cx-y
Alkene, polymer with 1-dodecene, distillation residues, hydrogenated, Cx-y fraction
Alcène polymérisé avec le dodéc-1-ène, résidus de distillation d’une fraction hydrogénée en Cx-y
Hexanedioic acid, polymer with alkyl polyamine, carbomonocyclic diisocyanate, 2,2-dimethyl-1,3-propanediol, 2ethyl-2-[(2-propenyloxy)methyl]-1,3-propanediol and 3-hydroxy-2-(hydroxymethyl)-2-methylpropanoic acid,
compound with N,N-diethylethanamine and 2,2′,2″-nitrilotris[ethanol]
Acide hexanedioïque polymérisé avec une alkylpolyamine, un diisocyanate carbomonocyclique, le 2,2diméthylpropane-1,3-diol, le 2-éthyl-2-[(2-propényloxy)méthyl]propane-1,3-diol et l’acide 3-hydroxy-2(hydroxyméthyl)-2-méthylpropanoïque, composé avec la N,N-diéthyléthanamine et le 2,2′,2″-nitrilotris[éthanol]
2-Propenoic acid, 2-methyl-, ethyl ester, polymer with siloxanes and silicones
2-Méthyl-2-propénoate d’éthyle polymérisé avec des siloxanes et des silicones
Mixed branched and linear alkylcarboxylic acids, mixed hexaesters with dipentaerythritol
Mélange d’acides alkylcarboxyliques linéaires et ramifiés mélangé avec des hexaesters avec le dipentaérythritol
Hydroxy alkanoic acid polymer with alkyl isocyanate, oxime-blocked, compounds with 2-(dimethylamino)ethanol
Acide hydroxyalcanoïque polymérisé avec un alkylisocyanate, bloqué par un oxime, composé avec le 2(diméthylamino)éthanol
3. Part 4 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
3. La partie 4 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
17743-4 N-S
Any activity involving the manufacture of
Perfluoroalkylhydroxyaminoazetidinium polymer or its
importation for any purpose other than for its use as an
oilsizing agent or as a component of a water and oil
repellent applied in industrial applications or in an
industrial setting by an industrial process.
17743-4 N-S
Toute activité relative à la fabrication de la substance
Polymère de perfluoroalkylhydroxyaminoazétidinium
et à son importation à des fins autres que pour son
utilisation comme une colle à l’huile ou comme
composante d’un agent hydrofuge et oléofuge
appliqué dans des applications industrielles ou
dans un milieu industriel par un procédé industriel.
The following information must be provided to the Minister
at least 90 days prior to the commencement of the proposed
new activity:
(a) a description of the proposed significant new activity in
relation to the substance;
(b) the information specified in Schedule 10 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers); and
(c) a 90-day inhalation study on rats with perfluorohexanoic
acid, in the case of the manufacture or importation for the
purposes of an application involving spraying or in-home
use.
Les renseignements ci-après doivent être fournis au ministre
au moins 90 jours avant le début de la nouvelle activité
proposée :
a) une description de la nouvelle activité proposée à l’égard
de la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 10 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères);
c) les données provenant d’un essai par inhalation
de 90 jours sur le rat avec l’acide perfluorohexanoïque,
dans le cas de la fabrication ou de l’importation à des
fins d’application par pulvérisation ou domestique.
The above information will be assessed within 90 days after
it is received by the Minister.
Les renseignements qui précèdent seront évalués dans
les 90 jours suivant leur réception par le ministre.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
4. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for this
Order appears at page 1695, following SOR/2006-266.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation
de cet arrêté se trouve à la page 1695, suite au
DORS/2006-266.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1700
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-268
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
November 2, 2006
Enregistrement
DORS/2006-268
Le 2 novembre 2006
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Regulations Amending the On-Road Vehicle and
Engine Emission Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les
émissions des véhicules routiers et de leurs moteurs
P.C. 2006-1267
C.P. 2006-1267
November 2, 2006
Le 2 novembre 2006
Whereas, pursuant to subsection 332(1)a of the Canadian Environmental Protection Act, 1999b, the Minister of the Environment
published in the Canada Gazette, Part I, onNovember 5, 2005, a
copy of the proposed Regulations Amending the On-Road Vehicle
and Engine Emission Regulations, substantially in the annexed
form, and persons were given an opportunity to file comments
with respect to the Regulations or to file a notice of objection
requesting that a board of review be established and stating the
reasons for the objection;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of the Environment, pursuant to section 160 of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999b, hereby makes the annexed Regulations Amending the
On-Road Vehicle and Engine Emission Regulations.
Attendu que, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, la ministre de l’Environnement a fait publier dans la Gazette du Canada
Partie I, le 5 novembre 2005, le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement sur les émissions des véhicules
routiers et de leurs moteurs, conforme en substance au texte ciaprès, et que les intéressés ont ainsi eu la possibilité de présenter
leurs observations à cet égard ou un avis d’opposition motivé
demandant la constitution d’une commission de révision,
À ces causes, sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu de l’article 160 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)b, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement sur les émissions des véhicules routiers et de leurs
moteurs, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE ON-ROAD
VEHICLE AND ENGINE EMISSION
REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LES ÉMISSIONS DES VÉHICULES ROUTIERS
ET DE LEURS MOTEURS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definition “motorcycle” in subsection 1(1) of the
On-Road Vehicle and Engine Emission Regulations1 is replaced by the following:
“motorcycle” means an on-road vehicle with a headlight, taillight
and stoplight that has two or three wheels and a curb weight
of 793 kg (1,749 pounds) or less. (motocyclette)
2. The Regulations are amended by adding the following after section 2:
1. (1) La définition de « motocyclette », au paragraphe 1(1)
du Règlement sur les émissions des véhicules routiers et de
leurs moteurs1, est remplacée par ce qui suit :
« motocyclette » Véhicule routier à deux ou trois roues qui est
muni d’un phare, d’un feu arrière et d’un feu de freinage et
dont la masse en état de marche est d’au plus 793 kg (1 749 livres). (motorcycle)
(2) Le paragraphe 1(1) du même règlement est modifié par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« HC+NOx » Somme des émissions de gaz d’échappement
d’hydrocarbures et d’oxydes d’azote. (HC+NOx)
« motocyclette de classe I » Motocyclette dont la cylindrée du
moteur est inférieure à 170 cm3. (Class I motorcycle)
« motocyclette de classe II » Motocyclette dont la cylindrée du
moteur est égale ou supérieure à 170 cm3 et inférieure à 280 cm3.
(Class II motorcycle)
« motocyclette de classe III » Motocyclette dont la cylindrée du
moteur est égale ou supérieure à 280 cm3. (Class III motorcycle)
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 2, de ce qui suit :
———
———
a
a
(2) Subsection 1(1) of the Regulations is amended by adding
the following in alphabetical order:
“Class I motorcycle” means a motorcycle having an engine displacement of less than 170 cm3. (motocyclette de classe I)
“Class II motorcycle” means a motorcycle having an engine displacement of 170 cm3 or more but less than 280 cm3. (motocyclette de classe II)
“Class III motorcycle” means a motorcycle having an engine displacement of 280 cm3 or more. (motocyclette de classe III)
“HC+NOx” means the sum of the hydrocarbon and oxides of nitrogen exhaust emissions. (HC+NOx)
b
1
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
SOR/2003-2
b
1
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
DORS/2003-2
1701
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
BACKGROUND
CONTEXTE
2.1 These Regulations set out
(a) prescribed classes of on-road vehicles and engines for the
purposes of section 149 of the Act;
(b) requirements respecting the conformity of on-road vehicles
and engines with emission standards for the purposes of sections 153 and 154 of the Act; and
(c) other requirements for carrying out the purposes of Division 5, Part 7 of the Act.
3. The portion of section 9 of the French version of the
Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
9. L’entreprise peut apposer la marque nationale sur les
véhicules ou moteurs dont l’assemblage principal ou la fabrication, selon le cas, a été terminé avant le 1er janvier 2004, si les
conditions suivantes sont réunies :
4. Paragraphs 11(1)(a) and (b) of the English version of the
Regulations are replaced by the following:
(a) in its operation, release a substance that causes air pollution
and that would not have been released if the system were not
installed; or
(b) in its operation or malfunction, make the vehicle unsafe or
endanger persons or property in or near the vehicle.
5. Section 17 of the Regulations is replaced by the following:
17. Subject to sections 17.1, 19 and 32.2, motorcycles of a specific model year
(a) shall conform to the exhaust and evaporative emission standards applicable to motorcycles of that model year set out in
section 410, subpart E, of the CFR; and
(b) shall not release any crankcase emissions.
2.1 Le présent règlement :
a) désigne des catégories de véhicules routiers et de moteurs
pour l’application de l’article 149 de la Loi;
b) énonce, pour l’application des articles 153 et 154 de la Loi,
des exigences visant la conformité des véhicules routiers et de
leurs moteurs aux normes d’émissions;
c) énonce d’autres exigences pour l’application de la section 5
de la partie 7 de la Loi.
3. Le passage de l’article 9 de la version française du même
règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
9. L’entreprise peut apposer la marque nationale sur les véhicules ou moteurs dont l’assemblage principal ou la fabrication, selon le cas, a été terminé avant le 1er janvier 2004, si les conditions
suivantes sont réunies :
4. Les alinéas 11(1)a) et b) de la version anglaise du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
(a) in its operation, release a substance that causes air pollution
and that would not have been released if the system were not
installed; or
(b) in its operation or malfunction, make the vehicle unsafe or
endanger persons or property in or near the vehicle.
5. L’article 17 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
17. Sous réserve des articles 17.1, 19 et 32.2, les motocyclettes
d’une année de modèle donnée :
a) doivent être conformes aux normes d’émissions de gaz
d’échappement et d’émissions de gaz d’évaporation applicables
aux motocyclettes de cette année de modèle qui sont prévues à
l’article 410 de la sous-partie E du CFR;
b) ne doivent pas produire d’émissions du carter.
17.1 (1) L’entreprise qui construit ou importe moins de deux
cents motocyclettes par an destinées à la vente au Canada et qui a
moins de cinq cents employés dans le monde est exemptée de
l’obligation de se conformer à la norme d’émission de HC+NOx
prévue à l’article du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a) pour
ses motocyclettes de classe III des années de modèle 2006 et 2007
qui sont conformes à la norme d’émission d’hydrocarbure applicable aux motocyclettes de l’année de modèle 2005 prévue à cet
article.
(2) L’entreprise qui construit ou importe moins de deux cents
motocyclettes par an destinées à la vente au Canada et qui a
moins de cinq cents employés dans le monde est exemptée de
l’obligation de se conformer à la norme d’émission de HC+NOx
prévue à l’article du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a) pour
ses motocyclettes de classe III des années de modèle 2010 et ultérieures qui sont conformes à la norme d’émission de HC+NOx
applicable aux motocyclettes de l’année de modèle 2009 prévue à
cet article.
(3) L’entreprise qui construit ou importe moins de deux cents
motocyclettes par an destinées à la vente au Canada et qui a
moins de cinq cents employés dans le monde est exemptée de
l’obligation de se conformer à la norme d’émission de gaz d’évaporation prévue à l’article du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a) pour ses motocyclettes des années de modèle 2008 et 2009.
6. L’intertitre « EXIGENCES POUR LES PARCS » précédant l’article 20 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
17.1 (1) A company that manufactures or imports fewer
than 200 motorcycles for sale in Canada per year and has fewer
than 500 employees worldwide is exempt from the requirement to
conform to the HC+NOx emission standard set out in the section
of the CFR that is referred to in paragraph 17(a) in respect of its
Class III motorcycles of the 2006 and 2007 model years that conform to the hydrocarbon emission standard referred to in that
section and applicable to 2005 model year motorcycles.
(2) A company that manufactures or imports fewer than 200
motorcycles for sale in Canada per year and has fewer than 500
employees worldwide is exempt from the requirement to conform
to the HC+NOx emission standard set out in the section of the CFR
that is referred to in paragraph 17(a) in respect of its Class III motorcycles of the 2010 and later model years that conform to
the HC+NOx emission standard referred to in that section and
applicable to 2009 model year motorcycles.
(3) A company that manufactures or imports fewer than 200
motorcycles for sale in Canada per year and having fewer
than 500 employees worldwide is exempt from the requirement to
conform to the applicable evaporative emission standards set out
in the section of the CFR that is referred to in paragraph 17(a) in
respect of its 2008 and 2009 model year motorcycles.
6. The heading “FLEET AVERAGING REQUIREMENTS” before
section 20 of the Regulations is replaced by the following:
1702
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
FLEET AVERAGING REQUIREMENTS FOR LIGHT-DUTY VEHICLES,
LIGHT-DUTY TRUCKS AND MEDIUM-DUTY PASSENGER VEHICLES
EXIGENCES POUR LES PARCS DE VÉHICULES LÉGERS, DE
CAMIONNETTES ET DE VÉHICULES MOYENS À PASSAGERS
7. Section 28 of the Regulations is replaced by the following:
28. Subject to section 31, if a company’s average NOx value in
respect of a fleet of a specific model year is higher than the fleet
average NOx standard for that model year, the company shall
calculate the negative number that is the value of a NOx emission
deficit incurred in that model year using the formula set out in
subsection 26(2).
8. (1) Subsection 31(1) of the Regulations is replaced by the
following:
31. (1) Subject to subsections (2), (3) and (8), a company may
elect to exclude the group of vehicles in a fleet that are covered
by an EPA certificate and that are sold concurrently in Canada
and the United States from the requirement to meet the standards
set out in section 21, 22 or 23, as the case may be, and from
the NOx emission deficit calculations in respect of a fleet under
section 28.
(2) The portion of subsection 31(7) of the French version of
the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(7) Si l’entreprise fait le choix prévu au paragraphe (1) et que
la valeur moyenne de NOx pour le groupe en cause, calculée en
application de l’alinéa (4)a), dépasse la norme moyenne de NOx
qui s’appliquerait au parc selon les articles 21, 22 ou 23 :
(3) Subsection 31(8) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
(8) L’entreprise ne peut faire le choix prévu au paragraphe (1)
pour une année de modèle au cours de laquelle elle a transféré des
points relatifs aux émissions de NOx à une autre entreprise si la
valeur moyenne de NOx pour le groupe, calculée en application
de l’alinéa (4)a), dépasse la norme moyenne de NOx qui s’appliquerait au parc selon les articles 21, 22 ou 23.
9. The Regulations are amended by adding the following after section 32:
7. L’article 28 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
28. Sous réserve de l’article 31, si la valeur moyenne de NOx
pour le parc de véhicules d’une année de modèle donnée d’une
entreprise dépasse la norme moyenne de NOx applicable à ce parc
pour cette année de modèle, l’entreprise établit la valeur de ce
déficit pour cette année de modèle selon la formule prévue au
paragraphe 26(2).
8. (1) Le paragraphe 31(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
31. (1) Sous réserve des paragraphes (2), (3) et (8), l’entreprise
peut choisir de ne pas assujettir le groupe des véhicules faisant
partie d’un parc qui sont visés par un certificat de l’EPA et vendus au Canada et aux États-Unis durant la même période aux
normes établies aux articles 21, 22 ou 23 et de l’exclure du calcul
du déficit relatif aux émissions de NOx du parc fait en application
de l’article 28.
(2) Le passage du paragraphe 31(7) de la version française
du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce
qui suit :
(7) Si l’entreprise fait le choix prévu au paragraphe (1) et que
la valeur moyenne de NOx pour le groupe en cause, calculée en
application de l’alinéa (4)a), dépasse la norme moyenne de NOx
qui s’appliquerait au parc selon les articles 21, 22 ou 23 :
(3) Le paragraphe 31(8) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(8) L’entreprise ne peut faire le choix prévu au paragraphe (1)
pour une année de modèle au cours de laquelle elle a transféré des
points relatifs aux émissions de NOx à une autre entreprise si la
valeur moyenne de NOx pour le groupe, calculée en application
de l’alinéa (4)a), dépasse la norme moyenne de NOx qui s’appliquerait au parc selon les articles 21, 22 ou 23.
9. Le présent règlement est modifié par adjonction, après
l’article 32, de ce qui suit :
SUBFLEET AVERAGING REQUIREMENTS FOR MOTORCYCLES
EXIGENCES RELATIVES AUX SOUS-PARCS DE MOTOCYCLETTES
General
Dispositions générales
32.1 The following definitions apply in this section and sections 32.2 to 32.7 and 37.1.
“engine family” means
(a) in respect of a company’s motorcycles that are covered
by an EPA certificate, the classification unit for which the EPA
certificate was issued; and
(b) in respect of any other of the company’s motorcycles, the
classification unit determined in accordance with section 420,
subpart E, of the CFR. (famille de moteurs)
“family emission limit” means the maximum emission level established by a company for an engine family for the purpose of
emissions averaging. (limite d’émissions de la famille de moteurs)
“fuel tank permeation emissions” means evaporative emissions
resulting from permeation of fuel through the fuel tank materials. (émissions par perméation du réservoir de carburant)
“subfleet” means motorcycles of a specific model year that have a
family emission limit and that a company manufactures in
32.1 Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article
et aux articles 32.2 à 32.7 et 37.1.
« émissions par perméation du réservoir de carburant » Émissions
de gaz d’évaporation résultant de la perméation du carburant à
travers les matériaux du réservoir de carburant. (fuel tank permeation emissions)
« famille de moteurs »
a) À l’égard des motocyclettes d’une entreprise qui sont visées par un certificat de l’EPA, l’unité de classification pour
laquelle le certificat de l’EPA a été délivré;
b) à l’égard de toute autre motocyclette de l’entreprise,
l’unité de classification établie conformément à l’article 420
de la sous-partie E du CFR. (engine family)
« limite d’émissions de la famille de moteurs » Niveau
d’émissions maximal établi par une entreprise pour une famille
de moteurs, pour l’application des exigences relatives aux
moyennes. (family emission limit)
1703
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Canada, or imports into Canada, for the purpose of sale to the
first retail purchaser. Each of the following groupings of motorcycles constitutes a subfleet for the purpose of emissions averaging:
(a) in respect of the applicable HC+NOx emission standard
for all Class I and Class II motorcycles;
(b) in respect of the applicable HC+NOx emission standard
for all Class III motorcycles;
(c) in respect of the fuel tank permeation emission standard
for all motorcycles with a non-metal fuel tank. (sous-parc)
32.2 (1) Subject to subsection (2), any motorcycle that does not
conform to the applicable HC+NOx emission standard or fuel tank
permeation emission standard set out in the section of the CFR
that is referred to in paragraph 17(a) shall conform, as the case
may be, to:
(a) the applicable family emission limit for HC+NOx emissions; or
(b) the family emission limit for fuel tank permeation emissions.
(2) In any model year, the HC+NOx family emission limit applicable to a motorcycle shall not exceed the applicable family
emission limit cap set out in section 449, subpart E, of the CFR.
(3) In any model year, a company’s subfleet may include motorcycles that conform to a family emission limit that is greater
than the applicable HC+NOx emission standard set out in the section of the CFR that is referred to in paragraph 17(a) or subsection 17.1(2) or the fuel tank permeation emission standard set out
in that section if
(a) each motorcycle of a subfleet is covered by an EPA certificate, each motorcycle conforms to the family emission limit referred to in the EPA certificate and belongs to an engine family
of which the total number of units sold in Canada does not exceed the total number of units sold in the United States; or
(b) in respect of a subfleet that contains motorcycles that do not
meet all of the criteria set out in paragraph (a), the average HC+NOx value or the average fuel tank permeation
value, as the case may be, does not exceed the applicable HC+NOx emission standard set out in the section of
the CFR that is referred to in paragraph 17(a) or subsection 17.1(2) or the fuel tank permeation emission standard set
out in that section, in respect of
(i) the subfleet, or
(ii) the group of motorcycles within the subfleet that do not
meet all of the criteria set out in paragraph (a).
Calculation of Subfleet Average Emission Values
32.3 (1) If a company’s subfleet includes one or more motorcycles that conform to a family emission limit that is greater than
the applicable HC+NOx emission standard set out in the section
of the CFR that is referred to in paragraph 17(a) or subsection 17.1(2), the company shall calculate the average HC+NOx
value for the subfleet using the following formula:
[Σ (A x B x C)] / [Σ (B x C)]
1704
« sous-parc » Motocyclettes d’une année de modèle donnée
qu’une entreprise construit ou importe au Canada, qui sont assujetties à une limite d’émissions de la famille de moteurs et
qui sont destinées à la vente au premier usager. Les groupes ciaprès de motocyclettes constituent des sous-parcs distincts pour
l’application des exigences relatives aux moyennes :
a) à l’égard de la norme d’émissions de HC+NOx applicable,
toutes les motocyclettes des classes I et II;
b) à l’égard de la norme d’émissions de HC+NOx applicable,
toutes les motocyclettes de classe III;
c) à l’égard de la norme d’émissions par perméation du réservoir de carburant, toutes les motocyclettes munies d’un
réservoir de carburant non métallique. (subfleet)
32.2 (1) Sous réserve du paragraphe (2), la motocyclette qui
n’est pas conforme à la norme d’émissions de HC+NOx applicable ou à la norme d’émissions par perméation du réservoir de
carburant qui sont prévues à l’article du CFR qui est mentionné à
l’alinéa 17a) doit respecter, selon le cas :
a) la limite d’émissions de la famille de moteurs applicable, en
ce qui a trait aux émissions de HC+NOx;
b) la limite d’émissions de la famille de moteurs, en ce qui a
trait aux émissions par perméation du réservoir de carburant.
(2) La limite d’émissions de la famille de moteurs applicable
aux émissions de HC+NOx d’une motocyclette d’une année de
modèle donnée ne peut dépasser la limite d’émissions maximale
applicable à la famille de moteurs prévue à l’article 449 de la
sous-partie E du CFR.
(3) Le sous-parc d’une entreprise peut comprendre des motocyclettes d’une année de modèle donnée qui respectent une limite
d’émissions de la famille de moteurs supérieure à la norme
d’émissions de HC+NOx applicable prévue à l’article du CFR qui
est mentionné à l’alinéa 17a) ou au paragraphe 17.1(2) ou à la
norme d’émissions par perméation du réservoir de carburant prévue à cet article, dans les cas suivants :
a) si toutes les motocyclettes du sous-parc sont visées par un
certificat de l’EPA, elles sont conformes à la limite d’émissions
de la famille de moteurs prévue dans le certificat et font partie
d’une famille de moteurs dont le nombre total de motocyclettes
vendues au Canada ne dépasse pas le nombre total de motocyclettes vendues aux États-Unis;
b) si toutes les motocyclettes du sous-parc ne satisfont pas à
toutes les conditions prévues à l’alinéa a), la valeur moyenne
de HC+NOx ou la valeur moyenne de perméation du réservoir
de carburant, selon le cas, ne dépasse pas la norme d’émissions
de HC+NOx applicable prévue à l’article du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a) ou prévue au paragraphe 17.1(2) ou la
norme d’émissions par perméation du réservoir de carburant
prévue à cet article en ce qui concerne :
(i) soit le sous-parc,
(ii) soit le groupe de motocyclettes du sous-parc qui ne satisfait pas à toutes les conditions prévues à l’alinéa a).
Calcul des valeurs moyennes des émissions pour les sous-parcs
32.3 (1) Si le sous-parc d’une entreprise comporte une ou plusieurs motocyclettes qui respectent une limite d’émissions de la
famille de moteurs supérieure à la norme d’émissions de HC+NOx
applicable prévue à l’article du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a) ou prévue au paragraphe 17.1(2), l’entreprise calcule la
valeur moyenne de HC+NOx pour le sous-parc selon la formule
suivante :
[Σ (A x B x C)] / [Σ (B x C)]
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
where
A
is the applicable family emission limit, expressed to the
same number of decimal places as the emission standard
it replaced;
B
is the useful life of the engine family expressed in years
or kilometres; and
C
is the number of motorcycles in the engine family.
(2) If a company’s subfleet includes one or more motorcycles
that conform to a family emission limit that is greater than the
fuel tank permeation emission standard set out in the section of
the CFR that is referred to in paragraph 17(a), the company shall
calculate the average fuel tank permeation value for its subfleet in
accordance with the following formula:
[Σ (A x B x C x 365.24)] / [Σ (B x C x 365.24)]
where
A
is the applicable family emission limit, expressed to the
same number of decimal places as the emission standard
it replaced;
B
is the useful life of the engine family expressed in years;
and
C
is the number of motorcycles in the engine family multiplied by the average internal surface area of the motorcycles’ fuel tanks, where the average internal surface area is
expressed in m2 to at least three decimal places.
(3) The average HC+NOx value and average fuel tank permeation value for a subfleet shall be expressed in g/km and g/m²/d,
respectively, and be rounded to one decimal place.
(4) When calculating the average HC+NOx value for a subfleet
of the 2006 model year, a company may include all of its motorcycles of that model year, including those manufactured before
the coming into force of this section.
où :
A
représente la limite d’émissions de la famille de moteurs
applicable, exprimée avec le même nombre de décimales
que la norme d’émissions qu’elle remplace;
B
la durée de vie utile de la famille de moteurs, exprimée en
kilomètres ou en années;
C
le nombre de motocyclettes dans la famille de moteurs.
(2) Si le sous-parc d’une entreprise comporte une ou plusieurs
motocyclettes qui respectent une limite d’émissions de la famille
de moteurs supérieure à la norme d’émissions par perméation du
réservoir de carburant prévue à l’article du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a), l’entreprise calcule la valeur moyenne de perméation du réservoir de carburant pour le sous-parc selon la formule suivante :
[Σ (A x B x C x 365,24)] / [Σ (B x C x 365,24)]
où :
A
représente la limite d’émissions de la famille de moteurs
applicable, exprimée avec le même nombre de décimales
que la norme d’émissions qu’elle remplace;
B
la durée de vie utile de la famille de moteurs, exprimée en
années;
C
le nombre de motocyclettes dans la famille de moteurs,
multiplié par la surface intérieure moyenne des réservoirs
de carburant de ces motocyclettes exprimée en m2 à au
moins trois décimales près.
(3) Les valeurs moyennes de HC+NOx et de perméation du réservoir de carburant d’un sous-parc sont exprimées, respectivement, en g/km et en g/m2/jour et arrondies à une décimale près.
(4) Lors du calcul de la valeur moyenne de HC+NOx pour un
sous-parc de l’année de modèle 2006, l’entreprise peut inclure
dans celui-ci toutes ses motocyclettes de cette année de modèle, y
compris celles construites avant l’entrée en vigueur du présent
article.
Emission Credits for Class III Motorcycles
Points relatifs aux émissions pour les motocyclettes de classe III
32.4 (1) A company shall obtain HC+NOx emission credits in
relation to a specific model year if
(a) the average HC+NOx value in respect of a subfleet of
Class III motorcycles of that model year is lower than the applicable HC+NOx emission standard for that class and model
year; and
(b) the company reports the credits in its end of model year report.
(2) The HC+NOx emission credits, expressed in units of vehicle-grams, shall be calculated using the following formula,
rounded to the nearest whole number:
32.4 (1) L’entreprise obtient des points relatifs aux émissions
de HC+NOx pour une année de modèle si :
a) d’une part, la valeur moyenne de HC+NOx pour un sousparc de motocyclettes de classe III de cette année de modèle est
inférieure à la norme d’émissions de HC+NOx applicable à
cette classe et à cette année de modèle;
b) d’autre part, l’entreprise inclut ces points dans son rapport
de fin d’année de modèle.
(2) Les points relatifs aux émissions de HC+NOx, exprimés en
nombre de véhicules-grammes, sont déterminés selon la formule
suivante et arrondis à l’unité :
(A - B) x C x D
where
A
is the applicable HC+NOx emission standard for the subfleet;
B
is the average HC+NOx value for the subfleet;
C
is the total number of motorcycles in the subfleet; and
D
is the useful life expressed in kilometres.
(A - B) x C x D
où :
A
B
C
D
représente la norme d’émissions de HC+NOx applicable
au sous-parc;
la valeur moyenne de HC+NOx obtenue pour le sous-parc;
le nombre total de motocyclettes dans le sous-parc;
la durée de vie utile, exprimée en kilomètres.
1705
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
(3) The HC+NOx emission credits for a specific model year are
credited on the last day of that model year and may only be used
by a company to offset an HC+NOx emission deficit that it incurred in the same model year as calculated in section 32.5.
(3) Les points relatifs aux émissions de HC+NOx pour une année de modèle donnée sont attribués le dernier jour de cette année
de modèle et ne peuvent être utilisés par l’entreprise que pour
compenser le déficit relatif aux émissions de HC+NOx qu’elle a
subi au cours de la même année de modèle, établi conformément
à l’article 32.5.
Emission Deficits for Class I and Class II Motorcycles
Déficits relatifs aux émissions pour les motocyclettes des
classes I et II
32.5 (1) If a company’s average HC+NOx value in respect of a
subfleet of Class I and Class II motorcycles of a model year is
higher than the applicable HC+NOx emission standard, the company shall calculate the value of the emission deficit it incurred in
that model year.
(2) The HC+NOx emission deficit for a subfleet of Class I and
Class II motorcycles of a model year is the sum of the credits or
deficits that would be generated for each class of motorcycle
within the subfleet calculated using the formula set out in subsection 32.4(2), with any necessary modifications.
32.5 (1) Si, pour une entreprise, la valeur moyenne de HC+NOx
pour un sous-parc de motocyclettes des classes I et II d’une année
de modèle donnée dépasse la norme d’émissions de HC+NOx
applicable, l’entreprise établit son déficit pour cette année.
32.6 (1) A company shall offset an HC+NOx emission deficit in
the model year in which the deficit was incurred, no later than the
day on which the company submits its end of model year report.
(2) A company shall offset an HC+NOx emission deficit with
an equivalent number of HC+NOx emission credits obtained in
the same model year in accordance with section 32.4.
(2) Le déficit relatif aux émissions de HC+NOx pour le sousparc de motocyclettes des classes I et II d’une année modèle donnée est égal à la somme des crédits ou déficits qui seraient calculés pour chacune de ces classes de motocyclettes à l’intérieur du
sous-parc selon la formule prévue au paragraphe 32.4(2), avec les
adaptations nécessaires.
32.6 (1) L’entreprise compense le déficit relatif aux émissions
de HC+NOx au plus tard à la date de présentation de son rapport
de fin d’année de modèle pour l’année où elle a subi le déficit.
(2) L’entreprise compense le déficit relatif aux émissions
de HC+NOx par une valeur équivalente de points relatifs aux
émissions de HC+NOx obtenus au cours de la même année de
modèle en application de l’article 32.4.
End of Model Year Reports
Rapports de fin d’année de modèle
32.7 (1) A company shall submit to the Minister an end of
model year report, signed by a person who is authorized to act on
behalf of the company, no later than May 1 after the end of each
model year.
(2) A company shall include in its end of model year report a
statement that
(a) each of Classes I, II and III motorcycles, as the case may
be, conforms to the applicable exhaust and evaporative emission standards set out in the section of the CFR that is referred
to in paragraph 17(a) or section 17.1; and
(b) in respect of each subfleet, as the case may be,
(i) each motorcycle in the subfleet meets all of the criteria set
out in paragraph 32.2(3)(a), or
(ii) the subfleet contains motorcycles that do not meet all of
the criteria set out in paragraph 32.2(3)(a), but the subfleet
conforms to the emissions averaging requirements set out in
paragraph 32.2(3)(b), or the group of motorcycles referred to
in subparagraph 32.2(3)(b)(ii) conforms to the emissions averaging requirements set out in paragraph 32.2(3)(b).
(3) In a model year during which any of the company’s subfleets includes one or more motorcycles that conform to a family
emission limit that is greater than the applicable HC+NOx emission standard set out in the section of the CFR that is referred to
in paragraph 17(a) or subsection 17.1(2) or the fuel tank permeation emission standard set out that section, the end of model year
report shall contain the following information in respect of each
subfleet:
(a) the applicable HC+NOx emission standard and the fuel tank
permeation emission standard;
(b) the average HC+NOx value and the average fuel tank permeation value;
32.7 (1) L’entreprise doit fournir au ministre, au plus tard
le 1er mai suivant la fin de chaque année de modèle, un rapport de
fin d’année de modèle signé par une personne autorisée à agir
pour son compte.
(2) Le rapport de fin d’année de modèle contient une déclaration portant que :
a) chaque motocyclette des classes I, II ou III, selon le cas, est
conforme aux normes d’émissions de gaz d’échappement et
d’émissions de gaz d’évaporation applicables visées à l’alinéa 17a) ou à l’article 17.1;
b) pour chaque sous-parc, selon le cas :
(i) chaque motocyclette du sous-parc satisfait à toutes les
conditions prévues à l’alinéa 32.2(3)a),
(ii) toutes les motocyclettes du sous-parc ne satisfont pas à
toutes les conditions prévues à l’alinéa 32.2(3)a), mais que le
sous-parc satisfait aux exigences relatives aux moyennes
prévues à l’alinéa 32.2(3)b) ou le groupe de motocyclettes
visé au sous-alinéa 32.2(3)b)(ii) satisfait aux exigences relatives aux moyennes prévues à l’alinéa 32.2(3)b).
(3) Si, dans une année de modèle l’un ou l’autre des sous-parcs
de l’entreprise comprend une ou plusieurs motocyclettes qui respectent une limite d’émissions de la famille de moteurs supérieure
à la norme d’émissions de HC+NOx applicable prévue à l’article
du CFR qui est mentionné à l’alinéa 17a) ou prévue au paragraphe 17.1(2) ou à la norme d’émissions par perméation du réservoir de carburant prévue à cet article, l’entreprise inclut, dans son
rapport de fin d’année de modèle, les renseignements suivants
pour chaque sous-parc en cause :
a) la norme d’émissions de HC+NOx applicable et la norme
d’émissions par perméation du réservoir de carburant;
1706
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
(c) for each model of motorcycle, the values used in calculating
the average HC+NOx value and the average fuel tank permeation value;
(d) the total number of motorcycles in the subfleet;
(e) the HC+NOx emission credits, if any, in that model year;
and
(f) the HC+NOx emission deficits, if any, in that model year.
(4) If the company’s end of model year report contains the
statement referred to in subparagraph (2)(b)(ii) in respect of a
group of motorcycles, the report shall also contain the information required under paragraphs (3)(a) to (d), with any necessary
modifications, with respect to the group of motorcycles described
in subparagraph 32.2(3)(b)(ii).
(5) A company that avails itself of an exemption referred to in
section 17.1 shall include in its end of model year report
(a) the number and class of motorcycles that it manufactured or
imported under each exemption;
(b) the total number of motorcycles that it manufactured or imported for sale in Canada during the model year; and
(c) the number of employees of the company worldwide.
10. (1) The portion of subsection 33(1) of the French version
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
33. (1) L’entreprise veille à ce que soient fournies au premier
usager de chaque véhicule des instructions écrites concernant
l’entretien relatif aux émissions qui sont conformes aux instructions d’entretien données pour l’année de modèle en question :
(2) Subsection 33(2) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
(2) Les instructions sont fournies en français, en anglais ou
dans les deux langues officielles, suivant la demande de l’usager.
11. Section 36 of the Regulations is replaced by the following:
36. (1) For the purpose of paragraph 153(1)(b) of the Act, a
company shall obtain and produce evidence of conformity for a
vehicle or engine other than one referred to in section 35 in a
form and manner satisfactory to the Minister instead of as specified in that section.
(2) For greater certainty, a company shall submit the evidence
of conformity to the Minister before importing a vehicle or engine
or applying a national emissions mark to it.
36.1 For greater certainty, a company that imports a vehicle or
engine or applies a national emissions mark to it under subsection 153(2) of the Act is not required to provide the evidence of
conformity referred to in subsection 36(1) to the Minister before
importing it or applying a national emissions mark to it, but must
provide that evidence in accordance with subsection 153(2) before the vehicle or engine leaves the possession or control of the
company and, in the case of a vehicle, before it is presented for
registration under the laws of a province or an aboriginal government.
b) les valeurs moyennes de HC+NOx et de perméation du réservoir de carburant;
c) pour chaque modèle de motocyclette, les valeurs utilisées
dans le calcul de la valeur moyenne de HC+NOx et la valeur
moyenne de perméation du réservoir de carburant;
d) le nombre total de motocyclettes dans le sous-parc;
e) le cas échéant, le nombre de points relatifs aux émissions
de HC+NOx obtenus pour l’année de modèle;
f) le cas échéant, le déficit relatif aux émissions de HC+NOx
établi pour l’année de modèle.
(4) Si le rapport de fin d’année de modèle d’une entreprise
contient la déclaration prévue au sous-alinéa (2)b)(ii) à l’égard
d’un groupe de motocyclettes, l’entreprise inclut dans celui-ci les
renseignements visés aux alinéas (3)a) à d) relatifs au groupe visé
au sous-alinéa 32.2(3)b)(ii), avec les adaptations nécessaires.
(5) L’entreprise qui se prévaut de l’une ou l’autre des exemptions prévue à l’article 17.1 inclut les renseignements ci-après
dans son rapport de fin d’année de modèle :
a) le nombre de motocyclettes de chaque classe qu’elle a fabriquées ou importées aux termes de ces exemptions;
b) le nombre total de motocyclettes destinées à la vente au
Canada qu’elle a fabriquées ou importées au cours de l’année
de modèle;
c) le nombre d’employés qu’elle a dans le monde.
10. (1) Le passage du paragraphe 33(1) de la version française du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
33. (1) L’entreprise veille à ce que soient fournies au premier
usager de chaque véhicule des instructions écrites concernant
l’entretien relatif aux émissions qui sont conformes aux instructions d’entretien données pour l’année de modèle en question :
(2) Le paragraphe 33(2) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Les instructions sont fournies en français, en anglais ou
dans les deux langues officielles, suivant la demande de l’usager.
11. L’article 36 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
36. (1) Pour l’application de l’alinéa 153(1)b) de la Loi à
l’égard d’une entreprise, dans le cas d’un véhicule ou d’un moteur
autre que ceux visés à l’article 35, celle-ci obtient et produit la
justification de la conformité selon les modalités que le ministre
juge satisfaisantes plutôt que conformément à cet article.
(2) Il est entendu que l’entreprise fournit la justification de la
conformité au ministre avant d’importer le véhicule ou le moteur
ou d’apposer la marque nationale sur ceux-ci.
36.1 Il est entendu que l’entreprise qui importe un véhicule ou
un moteur ou appose la marque nationale sur l’un de ceux-ci aux
termes du paragraphe 153(2) de la Loi n’est pas tenue de fournir
au préalable la justification de la conformité visée au paragraphe 36(1) au ministre, mais elle est tenue de le faire, en application du paragraphe 153(2) de la Loi, avant de se départir des véhicules ou des moteurs et avant la présentation des véhicules pour
immatriculation sous le régime des lois d’une province ou d’un
gouvernement autochtone.
1707
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
12. The heading before section 37 of the Regulations is replaced by the following:
12. L’intertitre précédant l’article 37 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
Fleet Average NOx Records for Light-Duty Vehicles, Light-Duty
Trucks and Medium-Duty Passenger Vehicles
Dossiers relatifs aux normes d’émissions moyennes de NOx pour
les véhicules légers, camionnettes et véhicules moyens à
passagers
13. The Regulations are amended by adding the following
after section 37:
13. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 37, de ce qui suit :
Records Concerning Subfleet Average Emission Values for
Motorcycles
Dossiers relatifs aux valeurs moyennes des émissions pour les
sous-parcs de motocyclettes
37.1 A company shall maintain records containing the following information for each of its subfleets of motorcycles:
(a) the model year;
(b) all values used in calculating the average HC+NOx values
and average fuel tank permeation values reported in its end of
model year report; and
(c) for each motorcycle in the subfleet,
(i) the model,
(ii) the name and street address of the plant where it was assembled,
(iii) its vehicle identification number, and
(iv) the name and street or mailing address of the first purchaser in Canada.
14. Subsection 38(1) of the Regulations is amended by striking out the word “and” at the end of paragraph (a) and by
replacing paragraph (b) with the following:
(b) for light-duty vehicles, light-duty trucks and medium-duty
passenger vehicles, in respect of each model year, the records
referred to in section 37 and a copy of its end of model year report under section 32, for a period of eight years after the end
of the model year; and
(c) for motorcycles, in respect of each model year, the records
referred to in section 37.1 and a copy of its end of model year
report under section 32.7, for a period of three years after the
due date of the end of model year report.
15. Subsection 44(1) of the Regulations is amended by adding the word “and” at the end of paragraph (e), by striking
out the word “and” at the end of paragraph (f) and by repealing paragraph (g).
37.1 L’entreprise tient des dossiers contenant les renseignements ci-après pour tous ses sous-parcs de motocyclettes :
a) l’année de modèle;
b) toutes les valeurs utilisées pour calculer les valeurs moyennes de HC+NOx et de perméation du réservoir de carburant indiquées dans le rapport de fin d’année de modèle;
c) pour chaque motocyclette du sous-parc :
(i) son modèle,
(ii) les nom et adresse municipale de l’usine où elle a été assemblée,
(iii) son numéro d’identification,
(iv) les nom et adresse municipale ou postale de son premier
acheteur au Canada.
14. L’alinéa 38(1)b) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) à l’égard de chaque année de modèle de véhicules légers, de
camionnettes et de véhicules moyens à passagers, les dossiers
prévus à l’article 37 et une copie du rapport de fin d’année de
modèle prévu à l’article 32, qu’elle conserve pendant huit ans
après la fin de l’année de modèle;
c) à l’égard de chaque année de modèle de motocyclettes, les
dossiers prévus à l’article 37.1 et une copie du rapport de fin
d’année de modèle prévu à l’article 32.7, qu’elle conserve pendant trois ans après la date limite de remise du rapport de fin
d’année de modèle.
15. L’alinéa 44(1)g) du même règlement est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
16. (1) Subject to subsection (2), these Regulations come
into force on the day on which they are registered.
(2) Subsection 1(1) comes into force on December 1, 2006.
16. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le présent règlement
entre en vigueur à la date de son enregistrement.
(2) Le paragraphe 1(1) entre en vigueur le 1er décembre
2006.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Regulations Amending the On-Road Vehicle and Engine
Emission Regulations (hereinafter referred to as the “amending
Regulations”) have the primary purpose of introducing new requirements for 2006 and later model year on-road motorcycles, to
Le Règlement modifiant le Règlement sur les émissions des véhicules routiers et de leurs moteurs (ci-après appelé le « Règlement modificatif ») a pour but premier d’introduire de nouvelles
exigences concernant les motocyclettes routières à compter
1708
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
maintain alignment with new rules of the United States Environmental Protection Agency (U.S. EPA).The amending Regulations
also include minor editorial changes to the existing On-Road Vehicle and Engine Emission Regulations1.
The On-Road Vehicle and Engine Emission Regulations (hereinafter referred to as the “parent Regulations”) under the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999) came into
effect on January 1, 2004. The parent Regulations contain standards for smog-forming emissions for various classes of on-road
vehicles and engines, including requirements for motorcycles of
the 2004 and later model years. The parent Regulations were designed to align Canadian requirements with corresponding federal
emission standards of the U.S. EPA. The amending Regulations
continue the approach of aligning with the federal emission standards of the U.S. EPA.
The combustion of fuels to power vehicles and engines contributes significantly to air pollution, which has major adverse
impacts on the environment and on the health of Canadians. The
amending Regulations will ensure that Canadian emission standards for on-road motorcycles remain aligned with more stringent
standards adopted by the U.S. EPA. Accordingly, the amendments will contribute to further reducing emissions of hydrocarbons (HCs), oxides of nitrogen (NOx) and certain air pollutants
that have been listed as “toxic substances” in Schedule 1 to CEPA
1999 (e.g. benzene, 1,3-butadiene, formaldehyde, acetaldehyde
and acrolein), and will thereby contribute to the protection of the
environment and health of Canadians.
The amending Regulations contain additional changes to ensure consistency between the English and French versions of the
parent Regulations. The changes correct minor errors that have
been identified and provide greater clarity to certain existing provisions. These amendments are of an editorial nature and do not
result in any changes in the application of the parent Regulations.
Finally, an amendment is made to remove an element of the information that companies must submit to the Minister when applying for an exemption from conformity with any standard prescribed under the amending Regulations. This change ensures
consistency with section 156 of the Act.
The amending Regulations will come into force in two phases.
First, the new provisions addressing compliance flexibilities, such
as emissions averaging and limited provisions for small-volume
manufacturers and importers for motorcycles that are already
subject to emission requirements, will come into force on the date
on which they are registered. Second, the new requirements for
motorcycles having an engine displacement of less than 50 cubic
centimetres (cc’s) will come into force on December 1, 2006, and
will apply to such motorcycles that are manufactured on or after
December 1, 2006. This date has been slightly extended from the
date proposed in the Canada Gazette, Part I publication (i.e. July 1,
2006) to reflect the date of publication of the amending Regulations and the need to provide adequate lead time.
de l’année de modèle 2006 afin d’harmoniser les règles canadiennes avec les nouvelles règles de l’Environmental Protection
Agency (EPA) des États-Unis (É.-U.). Le Règlement modificatif
apporte également de légères modifications de nature rédactionnelle au Règlement sur les émissions des véhicules routiers et de
leurs moteurs existant.
Le Règlement sur les émissions des véhicules routiers et de
leurs moteurs1 (ci-après appelé le « Règlement original »), pris en
vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999) [ci-après appelée la « LCPE (1999) »], est entré en vigueur
le 1er janvier 2004. Le Règlement original fixe les normes régissant les émissions génératrices de smog de différentes catégories
de véhicules routiers et de leurs moteurs, y compris les exigences
applicables aux motocyclettes à compter de l’année de modèle
2004. Le Règlement original vise à harmoniser les exigences
canadiennes avec les normes fédérales d’émissions de l’EPA des
É.-U. Le Règlement modificatif poursuit cette démarche d’harmonisation.
La combustion de carburants pour alimenter les moteurs des
véhicules routiers contribue dans une large mesure à la pollution
atmosphérique, laquelle a d’importants effets néfastes sur
l’environnement ainsi que sur la santé des Canadiens. Le Règlement modificatif garantit que les normes d’émissions canadiennes
visant les motocyclettes routières demeurent harmonisées avec les
normes plus strictes adoptées par l’EPA des É.-U. Par conséquent, ces modifications contribueront à réduire davantage les
émissions d’hydrocarbures (HC), d’oxydes d’azote (NOx) et de
certains polluants atmosphériques énumérés comme des « substances toxiques » à l’annexe 1 de la LCPE (1999) [le benzène, le
1,3-butadiène, le formaldéhyde, l’acétaldéhyde et l’acroléine] et
contribuent ainsi à protéger l’environnement et la santé de la population canadienne.
Le Règlement modificatif comporte d’autres mesures visant à
uniformiser les versions anglaise et française du Règlement original. Il corrige de petites erreurs qui ont été relevées et clarifie
davantage certaines dispositions existantes. Ces changements sont
de nature rédactionnelle et ne changent en rien l’application du
Règlement original. Finalement, une modification est apportée
afin d’enlever un élément d’information que les entreprises doivent fournir par écrit à la ministre lorsqu’elles demandent à être
dispensées de se conformer à l’une ou l’autre des normes prévues
par le Règlement modificatif. Cette modification assure
l’uniformité avec l’article 156 de la Loi.
Le Règlement modificatif entrera en vigueur en deux étapes.
Premièrement, les nouvelles dispositions traitant des mesures
d’assouplissement en matière d’observation, telles que la mise en
moyenne des émissions, et les dispositions restreintes axées sur
les constructeurs et les importateurs à faible volume de motocyclettes déjà soumises à des exigences en matière d’émissions
entreront en vigueur à la date de leur enregistrement. Deuxièmement, les nouvelles exigences concernant les motocyclettes dont
le moteur est d’une cylindrée inférieure à 50 cm³ entreront en
vigueur le 1er décembre 2006 et viseront les motocyclettes de
cette classe, construites à partir du 1er décembre 2006. Le délai
indiqué dans la Gazette du Canada Partie I, soit le 1er juillet 2006,
a été prolongé légèrement afin de refléter la date de publication
du Règlement modificatif et d’allouer une période d’adaptation
adéquate.
———
———
1
1
On-Road Vehicle and Engine Emission Regulations, Canada Gazette, Part II,
January 1, 2003, SOR/2003-2
Règlement sur les émissions des véhicules routiers et de leurs moteurs, Gazette
du Canada Partie II le 1er janvier 2003, DORS/2003-2
1709
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Background
Contexte
2
On January 15, 2004, the U.S. EPA published a final rule to
introduce more stringent emission standards for on-road motorcycles beginning in the 2006 model year. The parent Regulations
incorporate the U.S. technical emission standards by reference to
the U.S. Code of Federal Regulations for a given model year of
vehicle. This approach seeks, to the extent possible, to ensure that
the specified emission standards remain identical in both countries. Accordingly, the U.S. EPA’s new emission standards
for 2006 and later model year on-road motorcycles are automatically incorporated by reference under the parent Regulations.
Notwithstanding the above, the U.S. EPA rule also introduces
some new elements in both the application and structure of future
motorcycle emission standards that needed to be addressed in
order to maintain Canada/U.S. alignment. First, the scope of motorcycles subject to on-road emission standards is broadened to
include those with an engine displacement of less than 50 cc’s.
Second, the U.S. rules introduce new compliance-related flexibilities that are not addressed under the parent Regulations.
Le 15 janvier 2004, l’EPA des É.-U. a publié une règle définitive2 fixant des normes d’émissions plus strictes pour les motocyclettes routières à compter de l’année de modèle 2006. Le Règlement original incorpore les normes d’émissions techniques des É.-U.
par renvoi au Code of Federal Regulations des É.-U. pour une année de modèle de véhicule donnée. Cette démarche vise, dans la
mesure du possible, à assurer que les normes d’émissions spécifiées
demeurent identiques dans les deux pays. De ce fait, les nouvelles
normes d’émissions de l’EPA des É.-U. qui s’appliquent aux motocyclettes routières de l’année de modèle 2006 et des années suivantes sont automatiquement incorporées dans le Règlement original.
Indépendamment de ce qui précède, la règle de l’EPA des É.-U.
introduit aussi un certain nombre d’éléments nouveaux dans
l’application et dans la structure des futures normes d’émissions
concernant les motocyclettes aux É.-U. et dont il faut tenir compte
si l’on veut maintenir l’harmonisation entre le Canada et les É.-U.
D’abord, l’éventail des motocyclettes soumises aux normes
d’émissions routières est élargi de façon à englober celles dont la
cylindrée du moteur est inférieure à 50 cm³. Ensuite, les règles
des É.-U. introduisent de nouvelles mesures d’assouplissement en
matière d’observation qui ne sont pas comprises dans le Règlement
original.
A snapshot of the Canadian market for motorcycles
Aperçu du marché canadien de la motocyclette
In 2003, there were approximately 405,000 motorcycles
and 28,000 mopeds registered for use on Canadian roads. Annual
sales of new on-road motorcycles have increased steadily from
approximately 36,000 in 2000 to 54,000 in 20043. The motorcycle
industry had revenues of approximately $940 million at the retail
level in 2004 and sales of new motorcycles represented approximately 86 percent of this amount. Nonetheless, the market for onroad motorcycles remains small in comparison to the more
than 17 million cars and light-duty trucks operating in Canada.
En 2003, on dénombrait environ 405 000 motocyclettes
et 28 000 cyclomoteurs immatriculés circulant sur les routes canadiennes. Entre 2000 et 2004, les ventes annuelles de motocyclettes
routières neuves ont augmenté progressivement d’environ 36 000
à 54 0003. L’industrie de la motocyclette a généré des revenus
d’environ 940 millions de dollars au niveau de la vente au détail
en 2004 et les ventes de motocyclettes neuves représentaient environ 86 pour cent de ce montant. Néanmoins, le marché des motocyclettes routières demeure restreint comparativement au marché de
plus de 17 millions de voitures et de camionnettes utilisées au
Canada.
La grande majorité des motocyclettes neuves vendues au
Canada sont importées et distribuées par un nombre relativement
restreint d’entreprises, qui sont membres du Conseil de l’industrie
de la motocyclette et du cyclomoteur (CIMC). En 2003, les entreprises membres du CIMC ont réalisé plus de 99 pour cent des
ventes de motocyclettes neuves au Canada.
Les motocyclettes neuves importées au Canada proviennent
principalement du Japon, des É.-U., de Taïwan et de divers pays
de l’Union européenne. La Chine et l’Inde produisent toutes deux
plus de motocyclettes que n’importe quel autre pays, et elles en
exporteront vraisemblablement un jour en Amérique du Nord. Un
nombre très restreint de motocyclettes faites sur mesure sont fabriquées au Canada et y sont vendues de même qu’aux É.-U. La
plupart des modèles de nouvelles motocyclettes vendues au
Canada sont déjà couvertes par un certificat de conformité délivré
par l’EPA américaine, parce qu’elles sont également mises en
marché aux É.-U.
The vast majority of new motorcycles sold in Canada are imported and distributed by a relatively small number of companies
that are members of the Motorcycle & Moped Industry
Council (MMIC). In 2003, MMIC member companies accounted
for over 99 percent of new motorcycle sales in Canada.
The main sources of new motorcycles imported into Canada
are Japan, the U.S., Taiwan, and countries of the European Union.
China and India both produce more motorcycles than any other
country and are likely to export to North America in the future. A
very limited number of custom motorcycles are manufactured in
Canada for sale in both Canada and the U.S. Most models of new
motorcycles sold in Canada are already covered by a U.S. EPA
certificate, as they are also marketed in the U.S.
———
———
2
2
3
Control of Emissions from Highway Motorcycles; Final Rule, U.S. Environmental Protection Agency, Federal Register, January 15, 2004 (www.epa.gov/
fedrgstr/EPA-AIR/2004/January/Day-15/a006.htm)
Motorcycle and All-Terrain Vehicle Annual Industry Statistics, Motorcycle &
Moped Industry Council, 2004 (www.mmic.ca/newsite/content.asp?ContentId=1058)
1710
3
Control of Emissions from Highway Motorcycles (15 janvier 2004), Final Rule,
U.S. Environmental Protection Agency (EPA), Federal Register, www.epa.gov/
fedrgstr/EPA-AIR/2004/January/Day-15/a006.htm
« Statistiques annuelles de l’industrie de la motocyclette et du véhicule toutterrain », (2004) Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur,
www.mmic.ca/newsite/French/content.asp?ContentId=1089
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Contribution of on-road vehicles to air pollution in Canada
Contribution des véhicules routiers à la pollution atmosphérique
au Canada
The use of on-road vehicles is a large contributor of various air
pollutants, including volatile organic compounds (VOCs), oxides
of nitrogen (NOx), particulate matter (PM), carbon monoxide
(CO) and sulphur oxides (SOx), which are collectively referred to
as Criteria Air Contaminants (CACs). Both NOx and VOCs are
involved in a series of complex reactions that result in the formation of ground-level ozone, which is a respiratory irritant and one
of the major components of smog. Smog is a noxious mixture of
air pollutants, consisting primarily of ground-level ozone and PM,
that can often be seen as a haze over urban centres.
The estimated contribution of motorcycles to the total emissions from on-road vehicles is summarized in Table 1.
Les véhicules routiers contribuent dans une large mesure à
émettre divers polluants atmosphériques, dont les composés organiques volatils (COV), les oxydes d’azote (NOx), les particules, le
monoxyde de carbone (CO) et les oxydes de soufre (SOx), lesquels sont collectivement désignés sous le nom de « principaux
contaminants atmosphériques » (PCA). Les NOx et les COV interviennent tous deux dans une série de réactions complexes menant à la formation d’ozone troposphérique, qui est un irritant
respiratoire et l’un des principaux composants du smog. Ce dernier est un mélange nocif de polluants atmosphériques, formé
principalement d’ozone troposphérique et de particules, et il revêt
souvent la forme d’une brume recouvrant les centres urbains.
Le tableau 1 résume la contribution estimative des motocyclettes aux émissions totales attribuables aux véhicules routiers.
Table 1: Estimated emissions from on-road vehicles (2000)4
Tableau 1 : Émissions estimatives des véhicules routiers (2000)4
Pollutant
On-Road Vehicle
Class
Total Emissions
(kilotonnes)
Polluant
Catégorie de véhicules
routiers
Émissions totales
(kilotonnes)
VOCs
Heavy-Duty
Light-Duty
Motorcycles
31.9
371.9
1.3
COV
Lourds
Légers
Motocyclettes
31,9
371,9
1,3
CO
Heavy-Duty
Light-Duty
Motorcycles
259.7
5461.1
8.6
CO
Lourds
Légers
Motocyclettes
259,7
5461,1
8,6
NOx
Heavy-Duty
Light-Duty
Motorcycles
529.9
319.3
0.8
NOx
Lourds
Légers
Motocyclettes
529,9
319,3
0,8
Emission standards for on-road motorcycles have not changed
in many years. Without changes to emission standards, total emissions from motorcycles are projected to increase between 2004
and 2020, resulting from increased motorcycle population and
increased kilometres traveled by motorcycles. When combined
with projected decreases in emissions from light- and heavy-duty
vehicles and trucks resulting from cleaner vehicles being introduced to meet the more stringent regulations, the percentage contribution of motorcycles to emissions from on-road vehicles will
increase between 2000 and 2020, from 0.3 to 1.8 for VOCs, 0.2
to 0.5 for CO, and 0.1 to 0.8 for NOx.
While total emissions from motorcycles are expected to remain
considerably lower than the contribution of light- and heavy-duty
vehicles, motorcycle emissions can be an important source of air
pollution, given that these vehicles are often used in urban areas
during periods of warm weather associated with the formation of
ground-level ozone and smog.
Les normes d’émissions concernant les motocyclettes routières
n’ont pas changé depuis de nombreuses années. Si l’on ne modifie pas ces normes, les émissions totales attribuables aux motocyclettes devraient augmenter entre 2004 et 2020, et ce, en raison de
l’augmentation prévue du nombre des motocyclettes et de la distance parcourue par ces dernières. Si l’on combine ce fait aux
diminutions prévues des émissions dues aux véhicules et aux
camions légers et lourds à cause de l’introduction de véhicules
moins polluants en vue de satisfaire à des dispositions réglementaires plus strictes, la contribution, en pourcentage, des motocyclettes aux émissions imputables aux véhicules routiers passera,
entre 2000 et 2020, de 0,3 à 1,8 pour les COV, de 0,2 à 0,5 pour
le CO et de 0,1 à 0,8 pour les NOx.
Bien que l’on s’attende à ce que les émissions totales des motocyclettes demeurent considérablement inférieures à la contribution des véhicules légers et lourds, ces émissions peuvent être une
source importante de pollution atmosphérique parce que l’on
utilise souvent ces véhicules en milieu urbain lors des périodes de
temps chaud qui sont associées à la formation de l’ozone troposphérique et du smog.
Policy framework: alignment with U.S. standards
Cadre stratégique : harmonisation avec les normes des États-Unis
Air pollution is a serious problem in Canada, and the combustion of fuels to power on-road vehicles is a major contributor to
this problem, particularly in urban areas. Air pollution has major
impacts on the environment and the health of Canadians. Health
studies indicate that air pollution contributes to numerous adverse
health impacts, including premature mortality. While emissions of
La pollution atmosphérique est un grave problème au Canada,
et la combustion de carburants pour alimenter les moteurs des
véhicules routiers en est une cause importante, principalement
dans les régions urbaines. La pollution atmosphérique a d’importants effets sur l’environnement et sur la santé des Canadiens. Des
études sur la santé ont démontré que la pollution atmosphérique
———
———
4
4
Environment Canada’s “2000 Criteria Air Contaminants Emission Summary”,
available at www.ec.gc.ca/pdb/cac/cac_home_e.cfm
« Émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) du Canada pour
2000 », Environnement Canada, www.ec.gc.ca/pdb/cac/cac_home_f.cfm
1711
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
some pollutants have declined over the past two decades, air pollution continues to be one of Canada’s highest environmental
priorities and challenges.
There is a broad consensus that effective policies to reduce
emissions must consider vehicles/engines and fuels as an integrated system. In recent years, Environment Canada has implemented a series of regulations for on-road and off-road vehicles
and engines used in a broad range of applications, and the quality
of fuels, based on a policy of alignment with corresponding U.S.
regulatory requirements. This approach is founded on strong environmental and economic rationales and has been widely supported by stakeholders.
The amending Regulations continue the established policy of
aligning Canada’s emission requirements with those of the U.S.
contribue à d’importants effets nocifs sur la santé, dont la mortalité prématurée. Même si les émissions de certains polluants ont
diminué au cours des deux dernières décennies, la pollution atmosphérique demeure parmi les priorités et les défis les plus importants du Canada en matière d’environnement.
Il est généralement accepté que les politiques efficaces visant à
réduire les émissions doivent considérer les véhicules/moteurs et
les carburants comme un système intégré. Au cours des dernières
années, Environnement Canada a mis en œuvre une série de dispositions réglementaires sur les véhicules routiers et hors route et
leurs moteurs qui sont utilisés dans un vaste éventail d’applications et la qualité des carburants fondées sur une politique d’harmonisation avec les exigences réglementaires correspondantes
des É.-U. Cette démarche est étayée par de sérieuses justifications
environnementales et économiques, et bénéficie du vaste appui
des parties intéressées.
Le Règlement modificatif poursuit la politique établie, qui
consiste à harmoniser les exigences du Canada en matière
d’émissions avec celles des É.-U.
Changes to technical emission standards for motorcycles
Changements apportés aux normes d’émissions techniques visant
les motocyclettes
The following sections summarize the main elements of the
new U.S. rule and, where applicable, describe:
• the consequential automatic changes to the parent
Regulations resulting from existing incorporations by
reference to U.S. standards; and
• the new elements included in the amending Regulations to
maintain alignment with U.S. standards for 2006 and later
model year motorcycles.
Any reference to “standards” in the context of the Regulations
refers to regulatory standards and, for all purposes of interpretation or application of the U.S. rule referenced in the amending
Regulations, readers should consult the official publication in
the U.S. Federal Register5.
Les sections qui suivent résument les principaux aspects de la
nouvelle règle des É.-U. et, s’il y a lieu, décrivent ce qui suit :
• les changements automatiques apportés au Règlement
original en raison des éléments existants incorporés par
renvoi aux normes des É.-U.;
• les nouveaux points intégrés au Règlement modificatif servant
à assurer son harmonisation avec les normes des É.-U. qui
visent les motocyclettes de l’année de modèle 2006 et des
années suivantes.
Toute référence faite aux « normes », dans le contexte du Règlement modificatif, renvoie aux normes réglementaires et, pour
toute interprétation ou application de la règle des É.-U. dont il est
question dans ce règlement, le lecteur est prié de consulter le texte
officiel publié dans le U.S. Federal Register 5.
(1) New standards for exhaust, evaporative and crankcase
emissions
(1) Nouvelles normes pour les émissions des gaz d’échappement,
des gaz d’évaporation et du carter
The parent Regulations incorporate the U.S. technical emission
standards by reference to the U.S. Code of Federal Regulations
for a given model year of vehicle. Accordingly, the U.S. EPA’s
new exhaust, evaporative and crankcase emission standards
for 2006 and later model year on-road motorcycles for the existing scope of Class I to III motorcycles are automatically incorporated under the parent Regulations.
Le Règlement original incorpore les normes d’émissions techniques des É.-U. par renvoi au U.S. Code of Federal Regulations
pour une année de modèle donnée de véhicules. Par conséquent,
les nouvelles normes de l’EPA des É.-U. en matière d’émissions
de gaz d’échappement, de gaz d’évaporation et du carter qui
s’appliquent aux motocyclettes routières des classes I à III de
l’année de modèle 2006 et des années suivantes sont automatiquement incorporées au Règlement original.
À l’heure actuelle, les motocyclettes sont tenues de se conformer à ces normes d’émissions pendant une période définie, appelée « durée totale de vie utile ». La durée de vie utile est précisée
sous forme d’années ainsi que sous forme de kilométrage accumulé, selon la première occurrence, et elle varie selon la classe de
motocyclettes. Aux termes du Règlement original, la durée de vie
utile des motocyclettes est basée sur la cylindrée du moteur et est
divisée en trois classe, dotées chacune d’une « durée de vie utile »
différente, comme l’illustre le tableau 2.
Motorcycles are currently required to comply with these emission standards for a defined “full useful life” period. The useful
life is specified in years and as accumulated mileage, whichever
comes first, and varies depending on the class of motorcycle.
Under the parent Regulations, the useful life for motorcycles is
based on engine displacement and is divided into three classes,
with each class having a different “useful life” as outlined in Table 2.
———
———
5
5
Control of Emissions from Highway Motorcycles, Final Rule, U.S. EPA, Federal
Register, January 15, 2004 (www.epa.gov/fedrgstr/EPA-AIR/2004/January/
Day-15/a006.htm)
1712
Control of Emissions from Highway Motorcycles; Final Rule (15 janvier 2004),
U.S. EPA, Federal Register, www.epa.gov/fedrgstr/EPA-AIR/2004/January/
Day-15/a006.htm
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Table 2: Current on-road motorcycle displacement classes
and useful life
Motorcycle
Class
Engine Displacement
(cc)
Useful Life
Tableau 2 : Classes actuelles de cylindrée des motocyclettes
routières et durée de vie utile
Classes de
motocyclettes
Cylindrée du moteur
(cm³)
Durée de vie utile
5 ans ou 12 000 km
I
50 - 169
5.0 years or 12 000 km
I
50 - 169
II
170 - 279
5.0 years or 18 000 km
II
170 - 279
5 ans ou 18 000 km
III
280 +
5.0 years or 30 000 km
III
280 +
5 ans ou 30 000 km
Under the U.S. rule, current Class I motorcycles (i.e. 50 169 cc’s) will be renamed “Class IB” and will retain the same
useful life of 5 years or 12 000 km. This name change is automatically incorporated into the parent Regulations. The useful life
for Classes II and III will remain unchanged.
Under the parent Regulations, the exhaust emission limits for
total HC and CO from motorcycles are 5.0 grams/kilometre
(g/km) and 12.0 g/km, respectively, which are aligned with current U.S. federal rules for pre-2006 motorcycles. Table 3 summarizes the new U.S. on-road motorcycle exhaust emission standards and implementation schedules. These more stringent emission standards will automatically apply to all current classes of
on-road motorcycles (i.e. Class IB to III).
Table 3: New on-road motorcycle exhaust emission standards
Implementation
Model Year
Motorcycle
Engine
Displacement
Class
(cc’s)
D’après la règle des É.-U., la classe I actuelle (motocyclettes
d’une cylindrée de 50 cm³ à 169 cm³) sera rebaptisée « classe IB »
et conservera la même durée de vie utile de 5 ans ou 12 000 km.
Ce changement de nom est incorporé automatiquement au Règlement original de par la définition de la durée de vie utile. Les
durées de vie utile prévues pour les classes II et III ne changeront
pas.
Selon le Règlement original, les limites d’émissions de gaz
d’échappement, pour les émissions totales de HC et de CO, provenant des motocyclettes sont de 5,0 grammes par kilomètre
(g/km) et de 12,0 g/km, respectivement, ce qui est conforme aux
règles fédérales actuellement en vigueur aux É.-U. pour les motocyclettes qui datent d’avant 2006. Le tableau 3 résume les nouvelles normes d’émissions des É.-U. concernant les gaz d’échappement des motocyclettes routières, de même que les calendriers
de mise en œuvre. Ces normes plus strictes s’appliqueront automatiquement à toutes les classes actuelles de motocyclettes routières (c’est-à-dire de la classe IB à la classe III).
Tableau 3 : Nouvelles normes d’émissions de gaz
d’échappement pour les motocyclettes routières
HC
(g/km)
HC + NOx
(g/km)
CO
(g/km)
Année-modèle de
mise en œuvre
Classe de
motocyclette
Cylindrée du
moteur (cm³)
CO
HC
HC + NOx
(g/km)
(g/km)
(g/km)
2006 and later
IB
< 170
1.0
1.4*
12.0
À compter de 2006
inclusivement
IB
< 170
1,0
1,4*
12,0
2006 and later
II
170-279
1.0
1.4*
12.0
À compter de 2006
inclusivement
II
170-279
1,0
1,4*
12,0
2006-2009
(Tier 1)
III
280 +
--
1.4
12.0
De 2006 à 2009
(« Tier 1 »)
III
280 +
--
1,4
12,0
--
0.8
12.0
À compter de 2010
inclusivement
(« Tier 2 »)
--
0,8
12,0
2010 and later
(Tier 2)
* Companies have the option of meeting a combined HC+NOx standard for Class I
and II motorcycles instead of the HC standard. Companies may use optional
emission averaging to demonstrate compliance with HC+NOx standards.
Compliance with optional emission averaging for Class I and Class II motorcycles
is demonstrated on the basis of the combined fleet of Class I and Class II
motorcycles that are certified to the optional HC+NOx standard (i.e. certified to
Family Emission Limit or “FEL”).
* Les entreprises ont le choix de satisfaire à une norme HC+NOx combinée pour les
motocyclettes de classes I et II, plutôt qu’à la norme HC. Les entreprises peuvent
recourir à la mise en moyenne facultative des émissions afin de démontrer leur
conformité aux normes relatives aux émissions de HC+NOx. On peut démontrer
l’utilisation de la mise en moyenne facultative des émissions pour les motocyclettes
de classes I et II en fonction d’un parc combiné de motocyclettes de classes I et II
respectant la norme optionnelle HC+NOx (homologuée selon la norme LEF).
The parent Regulations do not establish limits to control evaporative emissions6 from on-road motorcycles. Beginning in
the 2008 model year, the new U.S. rule requires that fuel tanks
and fuel hoses on on-road motorcycles meet permeation emission7
standards. These standards limit fuel tank permeation to 1.5 grams
per square metre per day (g/m2/day) based on the inside area of
the tank, and limit fuel hose permeation to 15 g/m2/day based on
the inside area of the hose. These new permeation emission standards for 2008 and later model year motorcycles are automatically incorporated by reference into the parent Regulations.
Le Règlement original ne fixe pas de limites pour les émissions
de gaz d’évaporation6 des motocyclettes routières. La nouvelle
règle des É.-U. exige qu’à compter de l’année de modèle 2008, les
réservoirs d’essence et les tuyaux d’alimentation en essence des
motocyclettes routières devront satisfaire aux normes d’émissions
par perméation7. Ces dernières limitent la perméation du réservoir
d’essence à 1,5 gramme par mètre carré par jour (g/m2/jour) selon
la surface intérieure du réservoir, et celle des tuyaux d’alimentation
en essence à 15 g/m2/jour selon la surface intérieure du tuyau. Ces
nouvelles normes d’émissions qui visent les motocyclettes de
l’année de modèle 2008 et des années suivantes sont automatiquement incorporées par renvoi au Règlement original.
———
———
6
6
7
“Evaporative emissions” refers to HC emissions that result from the evaporation
of fuel
“Permeation emissions” refers to evaporative emissions that result from the
permeation of fuel through the fuel system materials
7
Les « émissions de gaz d’évaporation » désignent les émissions d’hydrocarbures
résultant de l’évaporation du carburant
Les « émissions par perméation » désignent les émissions résultant de la perméation du carburant passant au travers des matières du système de carburant
1713
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
New test procedures to measure evaporative emissions resulting from permeation losses and changes to test fuel specifications
(i.e. lower sulphur content) are automatically incorporated
through existing references to U.S. test procedures.
De nouvelles méthodes d’essai de contrôle, permettant de mesurer les émissions de gaz d’évaporation attribuables aux pertes
par perméation, ainsi que les changements apportés aux spécifications des carburants d’essai (c’est-à-dire la réduction de la teneur
en soufre), sont automatiquement incorporées par les renvois
existants aux méthodes d’essai de contrôle des É.-U.
(2) Regulation of low-displacement motorcycles (less than 50 cc’s)
(2) Règlement sur les motocyclettes de petite cylindrée de moteur
(moins de 50 cm³)
For the first time, the U.S. EPA’s new emission rules establish
emission standards for on-road motorcycles having an engine
displacement of less than 50 cc’s, beginning with the 2006 model
year. In addition, motorcycles that “cannot start from a dead stop
using only the engine” will no longer be excluded from having to
comply with emission standards for on-road motorcycles.
Pour la première fois, les nouvelles règles de l’EPA des É.-U. en
matière d’émissions fixeront des normes axées sur les motocyclettes routières dont la cylindrée du moteur est inférieure à 50 cm³ à
compter de l’année de modèle 2006. De plus, les motocyclettes ne
pouvant pas « démarrer à partir du point mort à l’aide du moteur
seulement » devront dorénavant satisfaire aux normes d’émissions
applicables aux motocyclettes routières.
Le Règlement modificatif modifie la définition d’une « motocyclette », afin d’enlever les exclusions applicables aux véhicules
dont la cylindrée du moteur est inférieure à 50 cm³ et aux véhicules qui ne peuvent pas démarrer à partir du point mort à l’aide du
moteur seulement. Cette mesure garantira que l’éventail des motocyclettes routières soumises aux normes d’émissions continuera
d’être harmonisé avec les normes des É.-U. Toute motocyclette
incapable de dépasser une vitesse maximale de 40 km/h (25 milles à l’heure) sur une surface pavée et de niveau ne sera toujours
pas considérée comme un « véhicule routier » aux termes du Règlement, ni assujettie aux normes d’émissions concernant les
motocyclettes routières, ce qui est compatible avec les exigences
des É.-U. En général, n’importe quel véhicule de type « motocyclette » qui n’est pas considéré comme un véhicule routier doit
faire partie de la catégorie des « véhicules récréatifs hors route »
et être assujetti à sa propre série de normes d’émissions. Le ministère met actuellement au point des dispositions réglementaires
axées sur les émissions des véhicules récréatifs hors route.
Conformément à la nouvelle règle des É.-U., les véhicules dont
le moteur est d’une cylindrée de moins de 50 cm³ seront considérés comme des motocyclettes de la « classe IA » et ayant une
durée de vie utile de 5 ans ou de 6 000 km, selon la première occurrence.
Le Règlement modificatif comprend de nouvelles normes
concernant les émissions de gaz d’échappement, de gaz d’évaporation et du carter pour les motocyclettes de la classe IA, ce qui
s’accorde avec les nouvelles règles fédérales des É.-U. qui visent
les motocyclettes de l’année de modèle 2006 et des années
suivantes. Les nouvelles limites d’émissions de gaz d’échappement pour les émissions totales de HC et de CO sont
de 1,0 g/km et de 12,0 g/km, respectivement. Toujours en accord
avec la règle des É.-U., les entreprises auront le choix de démontrer qu’elles se conforment à une limite d’émissions HC+NOx
de 1,4 g/km, plutôt qu’à la limite fixée pour les HC. La norme
proposée pour les gaz d’évaporation est la même que celle qui
s’appliquera aux motocyclettes des classes IB à III à compter de
l’année de modèle 2008 (des limites d’émissions par perméation
de 1,5 g/m²/jour pour les réservoirs d’essence et de 15 g/m²/jour
pour les tuyaux d’alimentation en essence). L’interdiction actuelle
concernant les émissions du carter s’étendra aux motocyclettes de
la classe IA.
La règle finale des É.-U. comporte des dispositions prévoyant
que, dans certaines conditions restreintes, les motocyclettes routières de classe IA peuvent être munies d’un moteur d’une cylindrée inférieure à 50 cm³, homologué pour une utilisation hors
route. Ces moteurs seraient homologués pour être utilisés dans
The amending Regulations change the definition of “motorcycle” to remove the existing exclusions for vehicles that have an
engine displacement of less than 50 cc’s and vehicles that cannot
start from a dead stop using only the engine. This ensures that the
scope of on-road motorcycles subject to emission standards continues to be aligned with the U.S. Any motorcycle that cannot
exceed a maximum speed of 40 km/hr (25 mph) over a paved
level surface will continue to be considered not to be an “on-road
vehicle” under the Regulations and will continue to not be subject
to the emission standards for on-road motorcycles, which is consistent with U.S. requirements. Generally, any “motorcycle-type”
vehicle that is considered not to be an on-road vehicle is deemed
to be an “off-road recreational vehicle” and will be subject to its
own set of emission standards. The Department is currently developing emission regulations for off-road recreational vehicles.
Consistent with the new U.S. rule, vehicles with a displacement
of less than 50 cc’s will be considered to be “Class IA” motorcycles with a useful life of 5 years or 6 000 km, whichever comes
first.
The amending Regulations include new exhaust, evaporative
and crankcase emission standards for Class IA motorcycles, consistent with the new U.S. federal rules for 2006 and later model
year motorcycles. The new exhaust emission limits for total HC
and CO are 1.0 g/km and 12.0 g/km, respectively. Also consistent
with the U.S. rule, companies have the option to demonstrate
compliance with an HC+NOx exhaust emission limit of 1.4 g/km
in lieu of the HC limit. The evaporative standard is the same as
that being applied to Classes IB to III motorcycles beginning
in the 2008 model year (i.e. permeation emission limits
of 1.5 g/m²/day for fuel tanks and 15 g/m²/day for fuel system
hoses). As well, the existing prohibition on the release of crankcase emissions is extended to apply to Class IA motorcycles.
The U.S. final rule sets out provisions that, under certain limited conditions, on-road Class IA motorcycles can be equipped
with less than 50-cc-displacement engines certified for off-road
use. These engines would be certified for use in off-road motorcycles, snowmobiles, and all-terrain vehicles, or certified as
1714
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
off-road small spark-ignition engines at or below 19 kilowatts for
use in lawn mowers, snow blowers, chainsaws, etc. The amendments make allowances for a similar approach in Canada.
Also consistent with U.S. rules, the amending Regulations introduce new exhaust emission test procedures for Class IA motorcycles (incorporated by reference). The new test procedure specifies that a modified version of the existing Class I driving cycle
be applied to Class IA motorcycles having a top speed of less
than 58.7 km/hr (36.5 mph). The new test procedure is modified
by adjusting each speed point of the driving cycle by the ratio of
the top speed of the motorcycle to 58.7 km/hr (36.5 mph), which
is the top speed of the existing Class I drive cycle. The “vehicle
top speed” is the highest sustainable speed on a flat paved surface
with a rider weighing 80 kg (176 lbs). The modified cycle is intended to ensure that these motorcycles are tested within their
operational limits. Any Class IA motorcycle with a top speed at
or greater than 58.7 km/hr (36.5 mph) is required to be tested
using the existing and unmodified Class I driving cycle.
The vast majority of motorcycles imported into Canada are
sold concurrently in the U.S. and are certified as compliant with
U.S. EPA emission standards. Nonetheless, Environment Canada
recognizes that the timing to adjust to the new requirements can
be a challenge, particularly for small importers of lowdisplacement motorcycles. Accordingly, in order to provide companies with sufficient lead time, it is required that motorcycles
with an engine displacement of less than 50 cc’s, that are manufactured on or after December 1, 2006, comply with the new
emission standards.
(3) Optional corporate emissions averaging
The new U.S. rule introduces the option for companies to meet
certain emission standards (i.e. exhaust HC+NOx and fuel tank
permeation) on a corporate fleet average basis. Companies can
opt to certify some motorcycles at specified emission levels
(FELs) above the prescribed emission standard and certify other
motorcycles to FELs below the standard, provided that the calculated sales-weighted average emissions level of such motorcycles
in a company’s new motorcycle fleet of a given model year does
not exceed the applicable emission standard. The formula used
for calculating a company’s average HC+NOx exhaust emission
level for a given model year is:
Average Emission Level =

 

 ∑i ( FEL )i × (UL )i × ( Production )i   ∑i ( Production )i × (UL )i 
where,
FELi = the family emission limit applicable to the engine family;
ULi = the useful life of the engine family; and
Productioni = the number of vehicles in the engine family.
des motocyclettes hors route, des motoneiges et des véhicules
tout-terrain, ou homologués à titre de petits moteurs hors route à
allumage commandé d’une puissance de 19 kilowatts ou moins
utilisés dans les tondeuses à gazon, les souffleuses à neige, les
tronçonneuses, etc. Les modifications prévoient l’adoption d’une
approche similaire au Canada.
Toujours en accord avec les règles des É.-U., le Règlement
modificatif introduit de nouvelles méthodes d’essai de contrôle
des émissions de gaz d’échappement pour les motocyclettes de la
classe IA (méthode incorporée par renvoi). La nouvelle méthode
d’essai de contrôle précise qu’une version modifiée du cycle actuel de conduite prévu pour la classe I doit être appliquée aux
motocyclettes de la classe IA ayant une vitesse maximale de
moins de 58,7 km/h (36,5 milles à l’heure). La nouvelle méthode
d’essai de contrôle est modifiée en rajustant chaque point de vitesse du cycle de conduite en fonction du rapport entre la vitesse
maximale de la motocyclette et la vitesse soutenable maximale du
cycle de conduite existant pour les motocyclettes de la classe I,
soit 58,7 km/h (36,5 milles à l’heure). La « vitesse maximale du
véhicule » est la vitesse la plus élevée que maintient un motocycliste pesant 80 kg (176 lb) sur une surface pavée et de niveau.
L’objectif du cycle modifié est d’assurer que ces motocyclettes
soient contrôlées à l’intérieur de leurs limites opérationnelles.
Toute motocyclette de la classe IA dont la vitesse maximale est
de 58,7 km/h (36,5 milles à l’heure) ou plus doit être contrôlée
selon le cycle de conduite existant et non modifié de la classe I.
La grande majorité des motocyclettes importées au Canada
sont aussi vendues aux É.-U. et homologuées comme étant
conformes aux normes d’émissions de l’EPA des É.-U. Environnement Canada reconnaît toutefois que le temps nécessaire pour
s’adapter aux nouvelles exigences peut poser des difficultés, surtout pour les petits importateurs de motocyclettes de faible cylindrée. Par conséquent, afin d’accorder aux entreprises un délai
suffisant, seulement les motocyclettes d’une cylindrée inférieure
à 50 cm³ construites à partir du 1er décembre 2006 doivent être
conformes aux nouvelles normes d’émissions.
(3) Possibilité de satisfaire à la norme moyenne pour le parc
d’une entreprise
La nouvelle règle des É.-U. offre aux entreprises la possibilité de
satisfaire à certaines normes d’émissions (par exemple, HC+NOx
pour les gaz d’échappement et perméation des réservoirs
d’essence) qui s’appliquent aux émissions moyennes d’un parc
d’entreprise. Les entreprises peuvent choisir d’homologuer
certaines motocyclettes selon des niveaux d’émissions précisés
(LEF) supérieurs à la norme d’émissions prescrite et d’homologuer d’autres motocyclettes selon une LEF inférieure à la
norme, pourvu que le niveau d’émissions calculé selon la
moyenne pondérée des ventes du parc de nouvelles motocyclettes
d’une année de modèle donnée appartenant à l’entreprise ne dépasse pas la norme applicable. La formule utilisée pour calculer le
niveau moyen d’émissions HC+NOx du parc d’une entreprise
pour une année de modèle donnée est la suivante :
Niveau moyen d’émission =

 

∑i ( LEF )i × ( DV )i × ( Production)i  ∑i ( Production)i × ( DV )i 
où :
LEFi = la limite d’émissions par famille pertinente à la famille de
moteurs;
DVi = la durée de vie utile de la famille de moteurs;
Productioni = le nombre de véhicules dans la famille de moteurs.
1715
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
A company may use emissions averaging as the basis for demonstrating compliance with the Tier 1 and Tier 2 “HC+NOx” exhaust emission standards for Class III motorcycles, with a maximum allowable FEL of 5.0 g/km for the 2006-2009 model years
and 2.5 g/km for 2010 and beyond. Companies that certify Class I
and Class II motorcycles to the optional HC+NOx emission standard can establish a separate averaging program for those classes
with a maximum allowable FEL of 5.0 g/km for the 2006 model
year and beyond.
Emission credits8 generated by a company’s Class III fleet of a
model year may be used to offset a deficit in its Class I and II
fleet in the same model year (credits are adjusted to account for
different useful life).
Similarly, a company may use emissions averaging as the basis
for demonstrating compliance with the permeation emission standards for non-metal fuel tanks for the 2008 and later model year
motorcycles. The formula used for calculating a company’s average fuel tank permeation emission level for a given model year is
similar to the one for the HC+NOx exhaust emission level, where:
FELi = the family emission limit applicable to the engine family;
ULi = the useful life of the engine family in years; and
Productioni = the number of vehicles in the engine family
multiplied by the average internal surface area of the vehicles’
fuel tanks.
While the U.S. rule includes permeation emissions averaging
provisions, it does not specify a maximum allowable FEL and
does not explicitly incorporate provisions for the banking or trading of emissions.
The amending Regulations allow companies to meet the applicable 2006 and later model year emission standards in Canada on
the basis of Canadian corporate fleet average emissions. While
the averaging provisions are based on those of the U.S., there are
differences aimed at specifically recognizing U.S.-certified vehicles that are sold concurrently in both countries. A company’s
fleet of new motorcycles manufactured or imported for sale in
Canada may include motorcycles that are certified to an FEL that
is above the applicable emission standard as long as (1) the motorcycles comply with the FEL referred to in the U.S. EPA certificate of conformity and belong to an engine family of which the
total number of units sold in Canada does not exceed the total
number of units sold in the U.S.; or (2) if a company’s fleet includes motorcycles not meeting these criteria, the company conforms with the applicable emission standards on the basis of the
average emissions of all its motorcycles that are certified to
an FEL, or only of those motorcycles that do not meet the specified criteria.
Une entreprise peut utiliser la moyenne des émissions pour
démontrer la conformité des motocyclettes de classe III aux normes d’émissions combinées HC+NOx « Tier 1 » et « Tier 2 »,
fondée sur une LEF maximale acceptable de 5,0 g/km pour les
années de modèles 2006 à 2009 et de 2,5 g/km à compter de
l’année de modèle 2010. Les entreprises qui homologuent des
motocyclettes de classe I et de classe II selon la norme
d’émissions combinée optionnelle HC+NOx peuvent établir un
programme distinct de mise en moyenne des émissions pour ces
classes, en prenant pour base une LEF acceptable maximale
de 5,0 g/km à compter de l’année de modèle 2006.
Les points relatifs8 aux émissions générés par le parc de motocyclettes de classe III d’une entreprise peuvent servir à compenser
le déficit relatif aux émissions du parc de motocyclettes de classes I
et II de la même année de modèle (les points sont rajustés en vue
de tenir compte des durées de vie utile différentes).
Parallèlement, une entreprise peut recourir à la mise en
moyenne des émissions comme base pour montrer qu’elle satisfait à la norme d’émissions par perméation qui vise les réservoirs
d’essence non métalliques des motocyclettes de l’année de modèle 2008 et des années suivantes. La formule utilisée pour calculer le niveau moyen des émissions par perméation des réservoirs
d’essence pour une année de modèle donnée est similaire à celle
qui s’applique au niveau d’émissions HC+NOx où :
LEFi = la limite d’émissions par famille qui s’applique à la
famille de moteurs;
DVi = la durée de vie utile de la famille de moteurs, exprimée en
années;
Productioni = le nombre de véhicules dans la famille de moteurs,
multiplié par la surface interne moyenne des réservoirs d’essence
des véhicules.
Bien que la règle des É.-U. comprenne des dispositions relatives à la mise en moyenne des émissions par perméation, elle ne
précise pas de LEF admissible maximale et n’incorpore pas expressément de dispositions pour accumuler ou échanger des crédits relatifs aux émissions.
Le Règlement modificatif permet aux entreprises de satisfaire
aux normes d’émissions applicables à l’année de modèle 2006 et
aux années suivantes au Canada, en prenant pour base les émissions moyennes d’un parc d’entreprise canadien. Tandis que les
dispositions de mise en moyenne s’inspirent de celles des É.-U., il
y a tout de même des différences qui visent à reconnaître expressément les véhicules homologués aux É.-U. qui sont vendus des
deux côtés de la frontière. Le parc de motocyclettes neuves construites ou importées en vue de leur vente au Canada que possède
une entreprise peut inclure des motocyclettes qui sont homologuées en fonction d’une LEF supérieure à la norme d’émissions
applicable, dans la mesure où : (1) les motocyclettes sont conformes à la LEF mentionnée dans le certificat de conformité
de l’EPA des É.-U. et appartiennent à une famille de moteurs dont
le nombre total d’unités vendues au Canada n’excède pas le nombre total d’unités vendues aux États É.-U.; ou (2) si le parc d’une
entreprise comprend des motocyclettes qui ne satisfont pas à ces
critères, l’entreprise se conforme aux normes d’émissions applicables en prenant pour base les émissions moyennes de toutes ses
motocyclettes homologuées en fonction d’une LEF, ou uniquement celles qui ne satisfont pas aux critères précisés.
———
———
8
8
Emission credits are generated when a company’s fleet average emissions value
in a model year is lower than the prescribed standard for the class; an emission
deficit is incurred when a company’s fleet average emissions value in a model
year exceeds the prescribed standard for the class
1716
Les crédits relatifs aux émissions sont générés lorsque la valeur des émissions
moyennes du parc d’une entreprise pour une année-modèle donnée est inférieure
à la norme prescrite pour la classe; un déficit relatif aux émissions se produit
lorsque la valeur des émissions moyennes du parc d’une entreprise pour une
année-modèle donnée est supérieure à la norme prescrite pour la classe
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
The amending Regulations require that companies manufacturing or importing motorcycles for sale in Canada submit an endof-model-year report to Environment Canada. In any model year
where a company’s fleet of new motorcycles includes motorcycles certified to an FEL that exceeds the applicable emission
standard, the company’s report must contain specific information
related to their fleet average emission values for the model year.
The reporting requirements will allow the Department to monitor
the fleet average emission performance of companies.
Le Règlement modificatif exige que les entreprises qui construisent des motocyclettes ou en importent en vue de leur vente au
Canada soumettent à Environnement Canada un rapport de fin
d’année de modèle. Pour toute année de modèle où le parc de
nouvelles motocyclettes d’une entreprise comprend des motocyclettes homologuées selon une LEF qui excède la norme
d’émissions applicable, le rapport soumis par l’entreprise doit
contenir des renseignements précis sur les valeurs d’émissions
moyennes de son parc pour l’année de modèle en question.
L’obligation de produire un rapport permettra au ministère de
surveiller le rendement des entreprises concernant les émissions
moyennes de leur parc.
(4) Flexibility for small-volume manufacturers
(4) Mesures d’assouplissement pour les constructeurs à faible
volume
The U.S. rules provide new compliance flexibilities for “smallvolume manufacturers,”9 which are manufacturers and importers
with fewer than 500 employees worldwide and fewer than 3,000
U.S. motorcycle sales per year. Small-volume manufacturers are
required to comply with the Tier 1 standards for Class III motorcycles beginning in the 2008 model year, two years later than for
larger companies. In addition, small-volume manufacturers are
not required to comply with the Tier 2 standards for Class III
motorcycles10. The types of classic and custom motorcycles typically built by small-volume manufacturers tend to make the addition of new technologies a uniquely resource-intensive prospect.
The Tier 2 standards are not being applied by the U.S. to smallvolume manufacturers at this time, as they represent a significant
technological challenge and are potentially infeasible for these
small manufacturers. The U.S. EPA is also delaying the implementation date for evaporative standards for all classes of motorcycles from small-volume manufacturers to 2010. The general
intent of the U.S. special provisions for small-volume manufacturers was stated by the U.S. EPA as “to reduce the burden while
ensuring the vast majority of the program is implemented to ensure timely emission reductions.”
Les règles des É.-U. prévoient de nouvelles mesures
d’assouplissement en matière de conformité qui visent les « constructeurs à faible volume »9, c’est-à-dire les constructeurs et les
importateurs comptant moins de 500 employés à l’échelle mondiale et vendant moins de 3 000 motocyclettes aux É.-U. par année. Les constructeurs à faible volume sont tenus de respecter les
normes « Tier 1 » pour les motocyclettes de classe III à compter
de l’année de modèle 2008, soit deux ans plus tard que les entreprises de plus grande envergure. En outre, les constructeurs à
faible volume ne sont pas tenus de respecter les normes « Tier 2 »
qui visent les motocyclettes de classe III10. Les types de motocyclettes classiques et faites sur mesure que fabriquent habituellement les constructeurs à faible volume ont tendance à incorporer
de nouvelles technologies exigeantes en termes de ressources. À
ce stade-ci, les É.-U. n’appliquent pas les normes « Tier 2 » aux
constructeurs à faible volume, car ces dernières représentent
un défi technologique de taille et peuvent s’avérer impossibles à
appliquer pour ces constructeurs. L’EPA des É.-U. a aussi retardé
l’application des normes pour les émissions de gaz d’évaporation
pour toutes les catégories de motocyclettes des constructeurs
à faible volume jusqu’à l’année de modèle 2010. L’EPA
des É.-U. a indiqué que l’objectif général des dispositions spéciales des É.-U. concernant les constructeurs à faible volume est le
suivant : « alléger le fardeau tout en veillant à ce que la majeure
partie du programme soit mise en œuvre afin de réduire les émissions en temps opportun ».
Selon le Règlement original, les motocyclettes vendues aux É.-U.
dans le cadre des dispositions relatives aux constructeurs à faible
volume pourraient être vendues au Canada si le certificat de
conformité de l’EPA est accepté en tant que preuve de conformité
aux normes d’émissions correspondantes du Canada. Compte
tenu de la politique établie d’harmonisation, Environnement
Canada prévoit aussi que les motocyclettes de classe III qui sont
construites ou importées au Canada par une entreprise à faible
volume de motocyclettes non visées par l’homologation des É.-U.
soient assujetties à des normes d’émissions équivalant à celles
des É.-U. Des dispositions analogues ont donc été incluses dans le
Règlement modificatif, mais la limite connexe qui est imposée au
volume annuel des ventes est réduite à un nombre maximal
de 200 motocyclettes afin de refléter la taille proportionnelle du
marché canadien (c’est-à-dire, environ huit pour cent).
Under the parent Regulations, motorcycles sold in the U.S. under small-volume manufacturer provisions would be eligible for
sale in Canada through the acceptance of the U.S. EPA certificate
of conformity as evidence of conformity with Canada’s corresponding emission standards. Given the established policy of
alignment, Environment Canada also intends that Class III motorcycles manufactured in, or imported into, Canada by a company
dealing in small volumes of motorcycles that are not covered
by U.S. certification be subject to emission standards equivalent
to those of the U.S. Accordingly, similar provisions have been
included in the amending Regulations, but with the associated
limit on annual sales volume reduced to a maximum of 200 motorcycles to reflect the proportional size of the Canadian market
(i.e. about 8 percent).
———
9
10
This would also include importers of motorcycles
The U.S. EPA indicated its intent to participate in a review planned by California in 2006 to evaluate progress in meeting the Tier 2 standards, which may include a re-evaluation of whether the Tier 2 standards should be applied to smallvolume manufacturers in the future
———
9
10
Cela comprendrait également les importateurs de motocyclettes
L’USEPA a fait part de son intention de participer à l’examen que la Californie
prévoit effectuer en 2006 pour évaluer les progrès réalisés en vue de satisfaire
aux normes « Tier 2 », ce qui pourrait comprendre une réévaluation dans le but
de déterminer la pertinence de l’application future des normes « Tier 2 » aux
constructeurs à faible volume
1717
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Alternatives
Solutions envisagées
Status quo
Statu quo
At the time the parent Regulations were finalized and published
(January 2003), Environment Canada was aware that the U.S. EPA
had initiated a rule-making process to develop new, more stringent emission standards for on-road motorcycles starting in
the 2006 model year. This was acknowledged in the Regulatory
Impact Analysis Statement (RIAS) that accompanied the publication of the parent Regulations. The RIAS further stated that once
the new U.S. motorcycle emission standards were finalized, the
Department “plans to review the final U.S. rule and take any necessary steps to ensure appropriate alignment with U.S. standards.
This could include proposing amendments to the Regulations”.
The option of retaining the current standards does not take advantage of the opportunity for continued reductions in motorcycle
emissions and would not be fully consistent with the policy of
aligning Canada’s emission standards with those of the U.S. programs.
Au moment de finaliser le Règlement original et de le publier
(janvier 2003), Environnement Canada savait que l’EPA des É.-U.
avait lancé un processus d’élaboration de règle en vue de fixer de
nouvelles normes d’émissions plus strictes pour les motocyclettes
routières à compter de l’année de modèle 2006. Ce fait est reconnu dans le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation (RÉIR)
qui accompagnait la publication du Règlement original. On pouvait aussi lire dans le RÉIR qu’une fois que les nouvelles normes
d’émissions américaines pour les motocyclettes seraient fixées, le
ministère prévoyait « examiner la règle définitive des É.-U. et
prendre les mesures nécessaires pour assurer une bonne harmonisation avec les normes américaines. Cela pourrait prendre la
forme de propositions de modification du Règlement ».
Le Règlement original permet à une entreprise de produire le
certificat émis par l’EPA des É.-U. comme preuve de conformité
au Règlement. Comme la majorité des motocyclettes mises en
marché au Canada entrent dans cette catégorie, la structure du
Règlement original ne devrait pas avoir une forte incidence sur la
possibilité de commercialiser des motocyclettes au Canada. Toutefois, s’il n’est pas modifié, le Règlement original :
• permettrait aux motocyclettes dotées d’un moteur d’une
cylindrée de moins de 50 cm³ de n’être toujours pas
réglementées au Canada, tandis qu’elles seraient soumises à
la réglementation des É.-U. à compter de l’année de modèle
2006;
• n’inclurait pas certaines mesures d’assouplissement qui,
parfois, donneraient lieu à des exigences plus restrictives
pour des modèles de motocyclettes pouvant être vendus au
Canada mais non aux É.-U.
L’option qui consiste à conserver les normes actuellement en
vigueur ne tire pas avantage de l’occasion de continuer de réduire
les émissions des motocyclettes et ne serait pas tout à fait
conforme avec la politique d’harmonisation des normes d’émissions du Canada avec celles des programmes des É.-U.
Voluntary vs. regulatory approach
Démarche volontaire contre démarche réglementaire
On-road vehicles and engines continue to be major contributors
to air pollution despite the reductions in vehicle emissions
achieved over the last three decades. Many Canadians live in areas where air pollution from vehicle use has adverse impacts on
their health. Given the importance of environmental protection
and improving air quality, the federal government determined that
a regulatory framework is appropriate for controlling emissions
from on-road vehicles and engines, through publication of the
parent Regulations in January 2003.
Les véhicules routiers et leurs moteurs continuent de contribuer
dans une large mesure à la pollution atmosphérique, et ce, malgré
les réductions des émissions de véhicules réalisées depuis les
trente dernières années. Bien des Canadiens vivent dans des régions où la pollution atmosphérique imputable à l’utilisation de
véhicules a une incidence néfaste sur leur santé. Vu l’importance
de la protection de l’environnement et de l’amélioration de la
qualité de l’air, le gouvernement fédéral a décidé qu’il convenait
de créer un cadre réglementaire pour limiter les émissions attribuables aux véhicules routiers et à leurs moteurs en publiant, en
janvier 2003, le Règlement original.
Le Règlement modificatif continue d’assurer la souplesse dont
les constructeurs ont besoin pour réaliser leurs activités dans un
marché nord-américain concurrentiel, de pair avec le caractère
exécutoire qui s’impose pour offrir aux Canadiens un degré élevé
de protection environnementale. Les modifications en question
garantissent qu’aucune entreprise n’est autorisée à s’écarter des
normes fixées et n’exerce sur d’autres entreprises des pressions de
nature concurrentielle pour en faire de même.
The parent Regulations enable a company to base its evidence
of conformity with the Regulations on the certificate of conformity issued by the U.S. EPA. Given that the majority of motorcycles marketed in Canada fall into this category, the structure of
the parent Regulations is not expected to have a major effect on
the marketability of motorcycles in Canada. However, if not
amended, the parent Regulations would:
• allow motorcycles having an engine displacement of less
than 50 cc’s to continue to be unregulated in Canada, while
they would be subject to regulations in the U.S. beginning
with the 2006 model year; and
• not include certain flexibilities that could, in some cases,
result in more restrictive requirements for models of
motorcycles that may be sold in Canada but not in the U.S.
The amending Regulations continue to provide the flexibility
necessary for manufacturers to operate in a competitive North
American market, together with an enforceability that offers a
high level of environmental protection for Canadians. The
amendments ensure that no single company is allowed to deviate
from established standards and put other companies under competitive pressure to do likewise.
1718
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Regulations with unique Canadian standards
Un règlement contenant des normes canadiennes uniques
There are strong environmental and economic rationales for
Canada to continue to align its emission standards with those of
the U.S. The basis for this policy is described in the RIAS supporting the publication of the parent Regulations. Accordingly,
the option of adopting standards that are different from U.S. federal emission standards was rejected.
Il y a de fortes justifications d’ordre environnemental et économique au fait que le Canada continue d’harmoniser ses normes
d’émissions avec celles des É.-U. Le fondement de cette politique
est décrit dans le RÉIR de la réglementation qui accompagnait la
publication du Règlement original. Par conséquent, l’option
d’adopter des normes différentes des normes d’émissions fédérales des É.-U. a donc été rejetée.
Regulations aligned with U.S. rules
Un règlement harmonisé avec les règles des États-Unis
Given the progressive nature of U.S. federal emission standards
and the highly integrated nature of the North American vehicle
manufacturing industry, there has been broad stakeholder support
for the policy of Canada/U.S. alignment of emission standards.
This support has been evidenced throughout the consultation
processes associated with the development of various regulations
addressing on-road and off-road vehicle and engine emissions and
fuels. Aligning with U.S. rules allows for comparable emission
performance between the two countries and is cost-effective for
companies and consumers. The amending Regulations therefore
continue to align with the U.S. EPA emission standards, which
are generally harmonized with those of the California Air Resources Board11.
Vu le caractère progressif de la mise en œuvre des normes
d’émissions fédérales aux É.-U. et la nature hautement intégrée de
l’industrie automobile en Amérique du Nord, la politique
d’harmonisation des normes d’émissions au Canada et aux É.-U.
a reçu un large appui de la part des différentes parties intéressées.
Cet appui s’est manifesté au cours des processus de consultation
qui ont mené à l’élaboration des différents règlements régissant
les émissions de véhicules routiers et hors route et de leurs moteurs, et les carburants. L’harmonisation permet d’obtenir un rendement comparable au point de vue des émissions entre les deux
pays et s’avère une initiative rentable à la fois pour les entreprises
et pour les consommateurs. Le Règlement modificatif continue
donc d’être harmonisé avec les normes d’émissions de l’EPA
des É.-U., lesquelles sont généralement harmonisées avec celles
de la California Air Resources Board11.
La grande majorité des motocyclettes vendues au Canada sont
des véhicules conçus pour les É.-U., où ils seront également
commercialisés. Les ventes au Canada représentent environ huit
pour cent du marché canado-américain. Le ministère croit que les
motocyclettes conçues pour répondre à la norme moyenne du parc
d’une entreprise des É.-U., lorsqu’elles sont vendues en même
temps au Canada, produiront au Canada un résultat similaire,
mais non identique. En conséquence, la valeur des émissions
moyennes du parc d’une entreprise au Canada, en ce qui concerne
les motocyclettes qu’elle vend dans les deux pays, sera « arrimée »
à la valeur moyenne du parc américain et il ne devrait pas être
nécessaire d’établir une restriction canadienne distincte. Les
modifications reconnaissent précisément les motocyclettes homologuées aux É.-U. qui sont vendues à la fois dans les deux pays et
permettent aux entreprises d’exclure d’une manière effective ces
motocyclettes de la norme facultative moyenne du parc d’une
entreprise. Le ministère croit que les dispositions de mise en
moyenne du parc d’une entreprise sont structurées de façon à
donner lieu à des émissions moyennes comparables à celles
des É.-U., tout en minimisant le fardeau réglementaire imposé
aux entreprises et en permettant à ces dernières de mettre en marché des véhicules au Canada indépendamment des É.-U. La démarche adoptée pour la mise en moyenne des normes du parc de
motocyclettes cadre avec la démarche que prévoit le Règlement
original pour les véhicules légers.
Environnement Canada croit qu’il est nécessaire d’appliquer un
cadre réglementaire approprié afin d’éliminer l’occasion qu’ont
des entreprises de vendre systématiquement au Canada un nombre élevé de motocyclettes plus polluantes qu’on ne le permettrait
aux É.-U. Il est important d’assurer un rendement environnemental à long terme du parc canadien comparable à celui des É.-U.
The vast majority of motorcycles sold in Canada are vehicles
designed for and marketed in the U.S., and Canada represents
approximately 8 percent of the Canada/U.S. market. The Department believes that motorcycles designed to meet the U.S. fleet
average standard will, when sold concurrently in Canada, yield a
similar but not identical result in Canada. Accordingly, a company’s fleet average value in Canada, in respect of the motorcycles that it sells concurrently in both countries, will be “anchored”
to the U.S. fleet average value and there should be no need for an
independent Canadian restriction. The amendments specifically
recognize U.S.-certified motorcycles that are sold concurrently in
both countries and allow companies to exclude these motorcycles
effectively from the optional fleet average standard. The Department believes that the fleet averaging provisions are structured in
a manner that will deliver fleet average emissions comparable to
the U.S. while minimizing the regulatory burden on companies
and allowing companies to market vehicles in Canada independently from the U.S. The approach retained for the motorcycle
fleet averaging standards is consistent with the approach for lightduty vehicles under the parent Regulations.
Environment Canada believes that an appropriate regulatory
framework is necessary to remove the opportunity for individual
companies to systematically sell a significant number of higheremitting motorcycles in Canada than would be allowed in
the U.S. This is important to provide assurance that the long-term
environmental performance of the Canadian fleet will be comparable with that of the U.S.
———
———
11
11
With the exception of the new U.S. EPA emission standards for motorcycles
with an engine displacement of less than 50 cc’s. California did not have emission standards in effect for these motorcycles
À l’exception des nouvelles normes d’émission de l’USEPA visant les motocyclettes dont la cylindrée du moteur est inférieure à 50 cm³. La Californie ne disposait pas de normes relatives aux émissions pour ces motocyclettes
1719
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
The amending Regulations contain provisions that act as safeguards towards ensuring a Canadian fleet emission performance
comparable to the U.S. For example, any motorcycle that is sold
in Canada and the U.S. must meet the same emission standards
(i.e. be certified to the same FEL) in Canada as in the U.S. A
company cannot exclude motorcycles certified to an FEL above
the applicable emission standard from compliance with a fleet
average standard if the total number of equivalent vehicles sold in
Canada exceeds the total number of such vehicles sold in the U.S.
This ensures that a company cannot exclude motorcycles that are
certified to higher emission limits from being subject to a fleet
average standard in Canada by selling an insignificant number of
such vehicles in the U.S. A company must also include all eligible
motorcycles in the group that is excluded from the fleet average
value. Thus, a company could not choose to exclude only a portion of its motorcycles that are certified to an FEL while allowing
others to remain in the portion of their fleet subject to the averaging requirements.
There are reasons for a company to market motorcycles
uniquely in Canada and, from time to time, there are motorcycle
models sold in Canada but not in the U.S. The amending Regulations contain provisions to ensure that “Canada-unique” motorcycles do not adversely affect the environmental performance of a
company’s fleet relative to the applicable emission standards.
Environment Canada did not retain provisions for the early
banking of emission credits for Class III motorcycles, as permitted by the U.S. EPA. It was believed that the added complexity of
such provisions was not warranted. Given the flexibility of the
overall approach to the Canada fleet averaging provisions, companies are not expected to be disadvantaged by not being able to
generate early emission credits.
The amending Regulations do not include any new requirements based on the U.S. provisions regarding temporary exemptions for reasons of financial hardship or hardship due to unusual
circumstances, or for volume-limited compliance exemptions
including those for motorcycle kits (maximum one per individual
per lifetime of the provisions) and custom motorcycles used
solely for display purposes (maximum 24 per company per year).
The framework for granting exemptions and the importation
of “non-complying” vehicles for the purposes of exhibition, demonstration, evaluation and testing is contained directly in the
CEPA, 1999, and these issues are generally addressed on a caseby-case basis.
Le Règlement modificatif comporte des dispositions qui agissent comme mécanismes de sauvegarde en vue d’assurer que la
performance du parc canadien en termes de réduction d’émissions
soit comparable à celui des É.-U. Par exemple, n’importe quelle
motocyclette vendue à la fois au Canada et aux É.-U. doit satisfaire aux mêmes normes d’émissions (c’est-à-dire, être homologuée selon la même LEF), au Canada comme aux É.-U. Une entreprise ne peut empêcher des motocyclettes homologuées selon
une LEF supérieure à la norme d’émissions applicable d’être
conformes à une norme moyenne d’un parc si le nombre total de
véhicules équivalents vendus au Canada est supérieur au nombre
total des mêmes véhicules vendus aux É.-U. Cette mesure garantit
qu’une entreprise ne peut empêcher que des motocyclettes homologuées selon des LEF supérieures soient soumises à une norme
moyenne d’un parc au Canada en vendant un nombre peu élevé
de ces mêmes véhicules aux É.-U. Une entreprise doit également
inclure toutes les motocyclettes admissibles dans le groupe qui est
exclu de la valeur moyenne du parc. Ainsi, une entreprise ne
pourrait pas décider d’exclure une partie seulement des motocyclettes respectant la norme LEF tout en permettant que d’autres
demeurent dans la partie de son parc qui est assujettie aux exigences en matière de mise en moyenne.
Il y a des raisons pour lesquelles une entreprise vend des motocyclettes uniquement au Canada, et il arrive que des modèles de
motocyclettes soient parfois vendus au Canada mais pas aux É.-U.
Le Règlement modificatif contient des dispositions qui permettent
d’assurer que les motocyclettes strictement canadiennes n’ont pas
d’effets néfastes sur le rendement environnemental du parc d’une
entreprise, par rapport aux normes d’émissions applicables.
Environnement Canada n’a pas de dispositions relatives à
l’accumulation anticipée de points relatifs aux émissions pour les
motocyclettes de classe III, comme le permet l’EPA des É.-U. On
croyait que la complexité supplémentaire qu’ajoutent ces dispositions était injustifiée. Vu la souplesse de l’approche globale quant
aux dispositions régissant les émissions moyennes d’un parc canadien, les entreprises ne devraient pas être désavantagées si elles
ne sont pas en mesure de générer des points anticipés.
Le Règlement modificatif ne comprend pas de nouvelles exigences fondées sur les dispositions des É.-U. concernant les
exemptions temporaires pour difficultés d’ordre financier ou de
difficultés liées à des circonstances inhabituelles ou pour des
exemptions à volume limité, y compris les motocyclettes prêtes à
monter (maximum d’une motocyclette par personne pendant la
vie utile des dispositions) et les motocyclettes fabriquées sur mesure utilisées uniquement à des fins d’exposition (maximum
de 24 motocyclettes par entreprise par année). Le cadre régissant
l’octroi d’exemptions et l’importation de véhicules « non conformes » à des fins d’exposition, de démonstration, d’évaluation et
d’essai, figure directement dans la LCPE (1999) et ces questions
sont généralement traitées au cas par cas.
Regulations aligned with the Worldwide Motorcycle Emission
Test Cycle and Standards
Règlement harmonisé avec le Cycle d’essais de contrôle
d’émissions harmonisé à l’échelle internationale et normes
connexes
Canada is a signatory to the Agreement Concerning the Establishing of Global Technical Regulations for Wheeled Vehicles,
Equipment and Parts which can be Fitted and/or Used on
Wheeled Vehicles, under the auspices of the United Nations. A
primary objective of this agreement is to establish a global process by which Contracting Parties from all regions of the world
can jointly develop global technical regulations regarding the
safety, environmental protection, energy efficiency, and anti-theft
performance of motor vehicles.
Le Canada est signataire de l’« Accord concernant l’établissement de règlements techniques mondiaux applicables aux véhicules à roues, ainsi qu’aux équipements et pièces qui peuvent être
montés et/ou utilisés sur les véhicules à roues » sous la direction
de l’Organisation des Nations Unies. Un objectif important de cet
instrument consiste en la création d’un processus mondial qui
permettrait aux parties contractantes de toutes les régions du
globe de travailler conjointement à l’élaboration de règlements
techniques mondiaux en matière de sécurité, de protection de
1720
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
In June 2005, the United Nations’ World Forum for Harmonization of Vehicle Regulations approved a new global test cycle
for the measurement of motorcycle emissions that better reflects
in-use operating conditions. The focus is now shifting to the development of appropriate motorcycle emission limits under the
new test cycle, known as the Worldwide Motorcycle Test Cycle
(WMTC). Ultimately, the objective is to integrate this new test
cycle into the emission regulations of nations around the world,
including Canada. In the longer term, this approach will result in
both improved emission testing and efficiencies for motorcycle
manufacturers, through the harmonization of emission certification test procedures worldwide. Consistent with the commitments
under the Agreement and with the expected action of the U.S.,
Environment Canada intends to propose the acceptance of motorcycles certified to appropriate emission limits on the basis of
the WMTC through a future regulatory process. However, at this
time, the amending Regulations maintain alignment with U.S. EPA
test procedures used in the emission certification of on-road motorcycles.
l’environnement, d’efficacité énergétique et de rendement des
dispositions antivol de véhicules automobiles.
En juin 2005, le Forum mondial de l’harmonisation des règlements concernant les véhicules des Nations Unies a approuvé,
pour la mesure des émissions des motocyclettes, un nouveau cycle d’essais mondial qui reflète mieux les conditions de fonctionnement en cours d’utilisation. L’accent est maintenant mis sur
l’élaboration de limites d’émissions appropriées pour les motocyclettes, dans le cadre du nouveau cycle d’essais, appelé « Worldwide Motorcycle Test Cycle », ou « WMTC ». L’objectif ultime
consiste à intégrer ce nouveau cycle d’essais aux règlements régissant les émissions des pays du monde entier, dont le Canada. À
long terme, cette approche permettra d’améliorer à la fois les essais de contrôle d’émissions et les efficacités pour les constructeurs de motocyclettes, grâce à l’harmonisation mondiale des
procédures d’homologation relatives aux essais de contrôle
d’émissions. Conformément aux engagements pris en vertu de
l’Accord et aux mesures que prendront vraisemblablement les É.-U.,
Environnement Canada entend proposer, dans le cadre d’un processus réglementaire futur, l’acceptation des motocyclettes homologuées selon des limites d’émissions appropriées qui sont fondées sur le WMTC. Cependant, à ce stade-ci, le Règlement modificatif maintient l’harmonisation avec les méthodes d’essai de
contrôle de l’EPA des É.-U. qui sont utilisées pour l’homologation des motocyclettes routières concernant les émissions.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
Emission reductions
Réduction des émissions
Continuing to align with U.S. emission standards introduces
more stringent emission standards for on-road motorcycles. For
example, on a per-vehicle basis, the allowable levels of smogforming emissions, such as HCs, from new Class I and II motorcycles will be reduced by 80 percent, relative to current regulated
limits.
Le maintien de l’harmonisation avec les normes d’émissions
des É.-U. mène à des normes d’émissions plus strictes pour les
motocyclettes routières. Par exemple, par véhicule, les niveaux
admissibles des émissions génératrices de smog, comme les hydrocarbures provenant des nouvelles motocyclettes des classes I
et II, seront réduites de 80 pour cent par rapport aux limites actuellement réglementées.
À mesure que les nouvelles motocyclettes moins polluantes feront leur apparition sur le marché canadien et représenteront une
part croissante du parc de motocyclettes en service, les normes
d’émissions plus strictes mèneront à de nettes réductions des polluants atmosphériques émis par le parc en service de motocyclettes routières. Environnement Canada a estimé les réductions des
émissions des principaux contaminants atmosphériques.
Selon les estimations des émissions, le Règlement modificatif
mènera à des réductions annuelles progressivement supérieures des
émissions au cours de la période de 2006 à 2020. Pour l’année 2020,
les réductions connexes de NOx et de COV (y compris les émissions d’hydrocarbures dans les gaz d’échappement et par perméation), par rapport au scénario de référence, sont résumées au tableau 4.
As the new, cleaner motorcycles enter the Canadian market and
account for an increasing portion of the in-use fleet, the more
stringent emission standards will result in considerable reductions
of air pollutants emitted from the in-use fleet of on-road motorcycles. The reductions in emissions of CACs were estimated by
Environment Canada.
The emission estimates indicate that the amending Regulations
will result in progressively greater annual emission reductions
during the 2006 to 2020 period. For 2020, the associated emission
reductions in NOx and VOCs (includes HC exhaust and permeation emissions) relative to the base case are summarized in Table 4.
Table 4: Emission reductions of NOx and VOCs in 2020
Pollutant
Emissions in 2020
Percentage
Base Case
with new
Reduction in 2020
Emissions in 2020
standards
(with new
(kilotonnes)
standards vs.
(kilotonnes)
Base Case)
Tableau 4 : Réduction des émissions de NOx et de COV en 2020
Polluants
Émissions du
scénario de
référence en 2020
(kilotonnes)
Émissions en 2020
Pourcentage de
avec les nouvelles réduction en 2020
normes
(avec les nouvelles
normes contre le
(kilotonnes)
scénario de
référence)
NOx
2.1
0.9
59
NOx
2,1
0,9
59
VOCs
3.6
2.0
45
COV
3,6
2,0
45
1721
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
On-road motorcycles are contributors to mobile-source air pollution and can produce more smog-forming emissions per kilometre than a car or a light truck. It is estimated that motorcycles currently account for 0.3 percent of on-road source VOC emissions
and 0.1 percent of on-road source NOx emissions. Given the more
stringent emission standards that have been put in place for other
classes of on-road vehicles, not having tighter regulations for
motorcycles would mean that the contribution of on-road motorcycles would increase to 1.8 percent of on-road source VOCs
and 0.8 percent of on-road source NOx by 2020.
It is recognized that the parent Regulations automatically incorporate the new standards for Class IB to III motorcycles and
that most motorcycles having an engine displacement of less
than 50 cc’s would be designed to meet the new requirements as a
result of the similar Canada and U.S. markets for motorcycles.
Accordingly, the magnitude of the emission-reduction benefits
directly attributable to the amending Regulations are expected to
be smaller than those presented above. Nonetheless, the amendments provide a framework to ensure that Canada will achieve
significant emission reductions from motorcycles and associated
reductions in health and environmental impacts.
Les motocyclettes routières contribuent à la pollution atmosphérique attribuable aux sources dites mobiles et peuvent produire, par mille, plus d’émissions génératrices de smog qu’une
automobile ou une camionnette. On estime que les motocyclettes
sont actuellement la cause de 0,3 pour cent des émissions de COV
et de 0,1 pour cent des émissions de NOx produites par des sources routières. Compte tenu des normes d’émissions plus strictes
qui ont été fixées pour d’autres catégories de véhicules routiers, si
l’on ne resserrait pas la réglementation relative aux motocyclettes,
la contribution des motocyclettes routières passerait à 1,8 pour
cent des émissions de COV et à 0,8 pour cent des émissions
de NOx produites par des sources routières d’ici 2020.
Il est reconnu que le Règlement original incorpore automatiquement les nouvelles normes concernant les motocyclettes des
classes IB à III et que la plupart des motocyclettes dont la cylindrée du moteur est inférieure à 50 cm³ seraient conçues pour répondre aux nouvelles exigences à cause de la similitude du marché de motocyclettes au Canada et aux É.-U. De ce fait, les avantages, du point de vue de la réduction des émissions, que l’on peut
attribuer directement au Règlement modificatif sont censés être
inférieurs à ceux qui sont présentés ci-dessus. Quoi qu’il en soit,
les modifications créent un cadre qui permet de veiller à ce que le
Canada réduise de manière significative les émissions que produisent les motocyclettes et, par la même occasion, les effets sur la
santé et l’environnement.
Health and environmental benefits
Avantages pour la santé et pour l’environnement
The emission reductions described in the previous sections will
generate multiple health and environmental benefits. Health benefits can be described in terms of damages or health effects
avoided. Table 5 summarizes a selection of health effects and
their associated pollutants12.
Les réductions d’émissions décrites dans les sections précédentes généreront de multiples avantages du point de vue de la santé
et de l’environnement. Les avantages pour la santé peuvent être
décrits sous la forme des dommages ou des effets sur la santé qui
sont évités. Le tableau 5 résume quelques effets sur la santé et les
polluants qui les causent12.
Table 5: Selected health effects and their associated air
pollutants
Tableau 5 : Quelques effets de certains polluants
atmosphériques sur la santé
Health Effects
Pollutant
Effets sur la santé
Polluants
Premature mortality
Hospital admissions
PM
Mortalité prématurée
P
PM, VOCs + NOx
Hospitalisations
P, COV + NOx
Emergency room visits
PM, VOCs + NOx
Soins d’urgence
P, COV + NOx
New cases of chronic bronchitis
PM
Nouveaux cas de bronchite chronique
P
Respiratory illness in children
PM
Maladies respiratoires chez les enfants
P
Asthma symptom days
PM
Jours de crises d’asthme
P
Restricted activity days
PM, VOCs + NOx
Jours d’activités restreintes
P, COV + NOx
Acute respiratory symptoms
PM, VOCs + NOx
Symptômes respiratoires aigus
P, COV + NOx
The above list is not exhaustive. The combination of PM,
VOCs, NOx and CO also results in adverse health effects, but the
valuation of the benefits from reducing these pollutants in combination is very difficult. There are also direct health benefits from
reductions in toxic substances (e.g. benzene, 1,3-butadiene,
formaldehyde, acetaldehyde, acrolein).
La liste qui précède n’est pas exhaustive. La combinaison de particules P, de COV, de NOx et de CO a des effets néfastes sur la
santé, mais il est fort difficile d’évaluer les avantages qu’apporterait
la réduction combinée de ces polluants. La diminution des niveaux
de substances toxiques (par exemple, le benzène, le 1,3-butadiène,
le formaldéhyde, l’acétaldéhyde, l’acroléine) a également des effets
directs sur la santé.
———
———
12
12
The selection of health effects is similar to the categories of health effects used
by the 1998 Government Working Group on Setting a Sulphur Level for Sulphur in Gasoline and Diesel. The combination of VOCs and NOx in the table is
a proxy for ozone
1722
Le choix des effets pour la santé est semblable aux catégories d’effets utilisées
par le Groupe de travail gouvernemental sur le soufre dans l’essence et le carburant diesel dans son rapport de 1998. La combinaison de COV et de NOx dans le
tableau se substitue à l’ozone
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
The emission reductions associated with the adoption of the
tighter standards help reduce the public’s exposure to these emissions and smog, especially since motorcycles are typically used
during the summer months, when smog-related health problems
are more prevalent. The new standards are also expected to help
reduce exposure to airborne toxic substances for persons who
operate or work with, or who are otherwise active in close proximity to, motorcycles. Finally, the amending Regulations will
help address other environmental problems associated with these
sources, such as reduced visibility.
Les réductions d’émissions qui sont associées à l’adoption des
normes plus strictes contribuent à réduire l’exposition du public à
ces émissions et au smog, d’autant plus qu’on circule habituellement à motocyclette durant les mois d’été, lorsque les problèmes
de santé liés au smog sont plus fréquents. Les nouvelles normes
sont également censées aider à réduire l’exposition aux substances toxiques aéroportées pour les personnes qui circulent à motocyclette, ou pour celles qui travaillent sur des motocyclettes ou
exercent des activités à proximité de ces dernières. Enfin, le Règlement modificatif aidera à aborder d’autres problèmes environnementaux que l’on associe à ces sources, tels que la réduction de
la visibilité.
Other benefits
Autres avantages
In its rule-making documents, the U.S. EPA indicated that the
technological improvements associated with meeting the more
stringent standards are expected to provide the additional benefits
of improving the performance and reliability of motorcycles, and
of reducing fuel consumption and associated carbon dioxide
emissions linked to climate change.
The minor editorial changes will contribute to improved clarity
and consistency between the French and English versions of the
parent Regulations and will not have any adverse impact on the
regulated community.
Dans les documents concernant l’établissement des règles,
l’EPA des É.-U. a indiqué que les améliorations technologiques
que l’on associe au fait de satisfaire aux normes plus strictes sont
censées avoir pour avantages additionnels d’améliorer le rendement et la fiabilité des motocyclettes et de réduire la consommation d’essence et les émissions de dioxyde de carbone connexes
qui sont liées aux changements climatiques.
Les petits changements rédactionnels contribueront à améliorer
la clarté et l’uniformité des versions française et anglaise du Règlement original et n’auront pas d’incidence négative sur le milieu réglementé.
Costs
Coûts
The U.S. EPA estimates that compliance with the new emission
standards for 2006 and later model year motorcycles is technologically feasible, although it is recognized that there will be
technical challenges in meeting the Tier 2 standards (2010 and
later) for Class III motorcycles. The additional costs to manufacturers to meet the more stringent emission standards has been
estimated by the U.S. EPA in their regulatory impact analysis for
their final rule to control emissions from highway motorcycles.
The cost of compliance will vary between individual models of
motorcycles and will depend on the type of control technologies
used, the manufacturing processes, the size of the manufacturer,
and other factors. On average, the cost for Class III motorcycles
was estimated to be approximately US$30 per motorcycle for
the 2006–2009 model year standards, with an additional incremental cost of US$45 for the 2010 model year standards.
L’EPA des É.-U. estime qu’il est techniquement faisable de se
conformer aux nouvelles normes d’émissions axées sur les motocyclettes de l’année de modèle 2006 et des années suivantes, même
s’il est admis que satisfaire aux normes « Tier 2 » (année 2010 et
années suivantes) pour les motocyclettes de la classe III posera
des défis techniques. L’EPA américaine a estimé les coûts additionnels aux constructeurs pour répondre aux normes d’émissions
plus strictes dans son analyse de l’impact de la réglementation
concernant sa règle définitive liée à la limitation des émissions
attribuables aux motocyclettes routières. Le coût d’observation
variera suivant les différents modèles de motocyclette et dépendra
du type de techniques de contrôle antipollution utilisées, des procédés de fabrication, de la taille du constructeur et d’autres facteurs. En moyenne, on estime que le coût pour les motocyclettes
de la classe III sera d’environ 30 dollars américains par motocyclette pour des normes applicables aux années de modèles 2006
à 2009, avec un coût additionnel de 45 dollars américains pour les
normes applicables à l’année de modèle 2010.
Comme le Règlement original incorpore automatiquement des
normes plus strictes pour les motocyclettes des classes IB à III, le
coût différentiel qu’aura à payer l’industrie pour satisfaire aux
normes adoptées sera très faible.
Selon les projections de l’EPA des É.-U., le coût moyen associé aux nouvelles normes pour les motocyclettes d’une cylindrée
inférieure à 50 cm³ serait de 44 dollars américains par motocyclette. Au Canada, les coûts réels seraient faibles parce que ce
secteur représente un pourcentage fort minime du marché de la
motocyclette et que les normes sont harmonisées avec celles
des É.-U. En outre, les normes pour cette classe de motocyclettes
sont aussi strictes que dans d’autres parties du monde où ce mode
de déplacement est nettement plus répandu (par exemple, en Europe et en Asie). Donc, les produits conformes aux normes seraient disponibles en vue d’être importés au Canada.
As the parent Regulations automatically incorporate tighter
standards for Class IB to III, the incremental cost for industry to
meet the adopted standards is expected to be very low.
The U.S. EPA projects that the average cost associated with the
new standards for motorcycles with an engine displacement of
less than 50 cc’s would be US$44 per motorcycle. In Canada, the
actual costs are expected to be low, as this sector accounts for a
very small percentage of the motorcycle market and the standards
are aligned with those of the U.S. In addition, the standards for
this class of motorcycles are of similar stringency as other parts of
the world where they are much more popular (e.g. Europe and
Asia). Therefore, compliant products are expected to be available
for importation into Canada.
1723
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
There will also be some incremental administrative cost to industry, associated with the preparation of reports related to the
fleet average emission standards.
Incremental costs to the Government are expected to be of an
administrative nature and are mainly associated with the review
of fleet average reports by manufacturers. While there will be
increased costs associated with monitoring compliance associated
with the new requirements for low-displacement motorcycles,
incremental costs are not expected to be significant, as compliance will be monitored and enforced consistently with the parent
Regulations.
Benefit/Cost
Il faudra compter aussi sur certains frais administratifs additionnels que l’industrie aura à encourir pour la préparation des
rapports liés aux normes d’émissions moyennes du parc de motocyclettes.
Les frais additionnels à payer par le gouvernement sont de nature administrative et sont principalement associés à l’examen des
rapports produits par les constructeurs au sujet des émissions
moyennes du parc canadien. Même si les coûts liés à l’observation des normes en ce qui a trait aux nouvelles exigences relatives aux motocyclettes de petite cylindrée augmenteront, les coûts
additionnels ne devraient pas être élevés, car les mesures d’observation des normes seront surveillées et appliquées d’une manière
conforme au Règlement original.
Coûts/avantages
13
Given the highly integrated nature of the U.S. and Canadian
industry for motorcycles and the fact that the incremental costs
associated with the provisions of the amending Regulations are
low, the Canadian amendments are anticipated to yield similar
cost efficiencies.
Dans le document d’appui13 à la règle final visant les motocyclettes, l’EPA des É.-U. a affirmé que le rapport coût-efficacité
des normes comprises dans la règle (par ex., 2 200 $US/tonne)
était comparable aux valeurs du coût par tonne d’autres règles sur
les sources mobiles de véhicules routiers, soit de 300 à 2 600
dollars américains la tonne. De plus, l’EPA a comparé le rapport
coût-efficacité de la règle visant les motocyclettes au coût moyen
de différentes technologies futures éventuelles qui permettraient
de réduire les émissions au niveau des normes nationales afférentes à la qualité de l’air ambiant (NNQAA), dans le cadre d’analyses de l’impact de la réglementation pour les particules (PM) et
l’ozone, et la règle régionale relative à la brume sèche,
soit 5 000 dollars américains la tonne. L’Agence a conclu que les
stratégies de lutte contre les émissions futures requises pour respecter les NNQAA seraient probablement plus coûteuses que la
règle visant les motocyclettes.
Vu la nature fortement intégrée des industries américaine et canadienne de la motocyclette et le fait que les coûts additionnels
associés aux dispositions du Règlement modificatif sont peu élevés, les avantages des modifications canadiennes devraient offrir
un ratio coût-efficacité semblable.
Competitiveness implications
Incidences sur la compétitivité
The Canadian motorcycle industry is dominated by imported
products (i.e. 99 percent of new motorcycles sold in Canada are
imported), and the vast majority of models are sold concurrently
in the U.S. There are a few small companies that assemble a very
limited volume of custom motorcycles in Canada with a target
market of both Canada and the U.S. Accordingly, their motorcycles are generally certified to meet U.S. emission standards.
L’industrie canadienne de la motocyclette est dominée par les
produits importés (c’est-à-dire que 99 pour cent des motocyclettes
neuves vendues au Canada sont importées), et la vaste majorité
des modèles sont vendus également aux É.-U. Il existe quelques
petites entreprises qui assemblent un nombre très restreint de
motocyclettes fabriquées sur mesure au Canada et qui visent à la
fois le marché canadien et le marché américain. De ce fait, ces
motocyclettes sont généralement homologuées pour répondre aux
normes d’émissions des É.-U.
Étant donné que les modifications harmonisent davantage les
exigences du Canada en matière d’émissions attribuables aux
motocyclettes avec celles qui sont en vigueur aux É.-U., les règles
de jeu équitables concernant les entreprises situées des deux côtés
de la frontière seront maintenues, et l’on ne s’attend pas à ce qu’il
y ait, pour le secteur canadien de la motocyclette dans son ensemble, des changements concurrentiels à long terme qui résulteront directement des modifications.
In the support document for its final rule for motorcycles,
the U.S. EPA reported that the cost-effectiveness of the standards
for the rule (i.e., US$2,200/ton) was comparable to the cost per
ton values of other recent mobile source rules for on-road vehicles (i.e. ranging from US$300 to US $2,600/ton). Furthermore,
the U.S. EPA compared the cost-effectiveness of the rule for motorcycles to the average cost of various potential future technologies that were identified to achieve the emission reductions needed
to meet National Ambient Air Quality Standards (NAAQS) as part
of a regulatory impact analysis for the PM and ozone NAAQS
and regional haze rule (i.e. US$5,000/ton). The U.S. EPA concluded that future emission-control strategies necessary to meet
the NAAQS are likely to be more expensive than the rule for motorcycles.
Since the amendments further align Canadian emission requirements for motorcycles with those of the U.S., a level playing
field for companies in Canada and the U.S. will be maintained,
and no long-term competitive changes to the Canadian motorcycle sector as a whole are expected to arise as a direct result of the
amendments.
Consultation
Consultations
The amending Regulations have been developed in a process that
builds on a long history of consultation on motor vehicle emissions,
Le Règlement modificatif est le fruit d’un processus qui tire
parti d’une longue suite de consultations sur les émissions des
———
———
13
13
Final Regulatory Support Document: Control of Emissions from Highway
Motorcycles, U.S. EPA, EPA420-R-03-015, December 2003
1724
Final Regulatory Support Document: Control of Emissions from Highway
Motorcycles, U.S. EPA, EPA420-R-03-015, décembre 2003
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
as outlined in the RIAS for the parent Regulations. Previous examples are the 1995 Canadian Council of Ministers of the Environment Task Force on Cleaner Vehicles and Fuels, the 1998 promulgation of new regulations under the Motor Vehicle Safety Act, the
passage of CEPA 1999 with its Part 7, Division 5, addressing
vehicle and engine emissions, the development of the Federal
Agenda on Cleaner Vehicles, Engines and Fuels in 2001, and the
promulgation of the parent Regulations.
Consultations during each of these processes revealed a broad
consensus that Canada’s emission standards for smog-forming
pollutants from on-road vehicles and engines should be based on
alignment with corresponding U.S. federal programs. Commenters recognize that the highly integrated nature of the North
American automotive manufacturing industry, together with the
alignment with aggressive U.S. EPA programs to reduce vehicle
emissions, allows Canada to achieve significant reduction in
smog-forming emissions in a cost-effective manner.
véhicules automobiles, lesquelles sont décrites dans le RÉIR qui
se rapporte au Règlement original. Des exemples précédents sont
le Groupe de travail sur les véhicules et les carburants moins polluants (1995) du Conseil canadien des ministres de l’environnement, l’adoption en 1998 de nouvelles dispositions réglementaires prises en vertu de la Loi sur la sécurité automobile,
l’adoption en 1999 de la LCPE, dont la section 5 de la partie 7
porte sur les émissions des véhicules et des moteurs, l’élaboration
du Programme fédéral pour des véhicules, des moteurs et des
carburants moins polluants en 2001, de même que la promulgation du Règlement original.
Les consultations menées au cours de chacun de ces processus
ont fait ressortir un vaste consensus : les normes d’émissions du
Canada concernant les polluants générateurs de smog attribuables
aux véhicules routiers et à leurs moteurs devraient être fondées sur
une harmonisation avec les programmes fédéraux correspondants
des É.-U. Les commentateurs reconnaissent que l’industrie hautement intégrée de la fabrication d’automobiles en Amérique du
Nord, de même que l’harmonisation avec les programmes rigoureux qu’applique l’EPA des É.-U. en vue de réduire les émissions
des véhicules, permettent au Canada de réaliser de façon rentable
une réduction notable des émissions génératrices de smog.
Additional Pre-Canada Gazette consultations
Consultations additionelles précédant la publication dans la
Gazette du Canada
In September 2004, Environment Canada distributed a discussion document on the planned amendments to the parent Regulations, to stakeholders and the provinces and territories through
the CEPA National Advisory Committee. The discussion document was also posted on Environment Canada’s CEPA Registry
website to ensure its wide availability. Comments were received
from the governments of Nova Scotia and Ontario and from
the MMIC. All commenters supported the proposed approach of
maintaining alignment of Canadian emission standards with those
of the U.S. EPA. As part of the consultation process, a meeting
was held in November 2004 with the MMIC and representatives
from member companies to consider and clarify aspects of the
proposed amendments.
En septembre 2004, Environnement Canada a distribué aux
parties intéressées ainsi qu’aux provinces et aux territoires, par
l’entremise du Comité consultatif national de la LCPE (1999), un
document de travail portant sur les modifications prévues au Règlement original. Ce document a également été affiché sur le site
Internet du registre de la LCPE (1999) d’Environnement Canada
afin d’en assurer une large diffusion. Le ministère a reçu des
commentaires des gouvernements de la Nouvelle-Écosse et de
l’Ontario, ainsi que du Conseil de l’industrie de la motocyclette et
du cyclomoteur (CIMC). Tous les commentateurs ont exprimé
leur appui à l’égard de la proposition de maintenir l’harmonisation des normes d’émissions canadiennes avec celles de l’EPA
des É.-U. Dans le cadre du processus de consultation, une réunion
a été tenue en novembre 2004 avec le CIMC et des représentants
des entreprises membres dans le but d’examiner et de clarifier
certains aspects des modifications proposées.
Outre le processus de consultation officiel, le ministère a reçu
des commentaires ultérieurs d’une entreprise qui importe des
motocyclettes dont la cylindrée du moteur est inférieure à 50 cm³.
Cette entreprise a fait savoir que la date d’entrée en vigueur
du 1er janvier 2006, qui est mentionnée dans le document de travail, ne lui donnerait pas assez de temps pour apporter les changements nécessaires à ses lignes de produits. Étant donné que les
nouvelles normes sont harmonisées avec celles des É.-U. et
qu’elles sont aussi strictes que dans d’autres parties du monde où
ces motocyclettes à faible cylindrée sont nettement plus répandues, on s’attend à ce qu’il soit possible d’importer au Canada des
produits conformes. Cependant, comme le délai nécessaire pour
s’ajuster aux nouvelles exigences peut causer des difficultés particulières aux petits importateurs de motocyclettes de faible cylindrée, le ministère a proposé, dans la Gazette du Canada Partie I,
que seules les motocyclettes de faible cylindrée construites après
le 1er juillet 2006 inclusivement soient tenues d’être conformes
aux nouvelles normes d’émissions de manière à ce que les entreprises bénéficient d’un délai d’exécution additionnel.
In addition to the formal consultation process, the Department
received subsequent comments from a company that imports motorcycles having an engine displacement of less than 50 cc’s. The
company expressed concern that the coming into force date of
January 1, 2006, which was mentioned in the discussion document, would not provide sufficient time to make the necessary
changes to its product lines. Given that the new standards are
aligned with those of the U.S. and are of a similar stringency as
other parts of the world where these low-displacement motorcycles are much more popular, compliant products are expected to
be available for importation into Canada. Nonetheless, in recognizing that the timing to adjust to the new requirements can be a
particular challenge for small importers of low-displacement motorcycles, the Department proposed in the Canada Gazette, Part I
that only those low-displacement motorcycles that are manufactured on or after July 1, 2006, be required to comply with the new
emission standards, in order to provide companies with additional
lead time.
1725
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Consultations following pre-publication in the Canada Gazette,
Part I
Consultations suivant la prépublication dans la Gazette du
Canada Partie I
Pre-publication of the proposed Regulations Amending the OnRoad Vehicle and Engine Emission Regulations in the Canada
Gazette, Part I, on November 5, 2005, initiated a 60-day public
consultation period where stakeholders were invited to submit
their views on the proposed Regulations. The Department received comments from 5 interested parties. Once again, the comments indicated broad support among stakeholders for the policy
of aligning Canada’s emission standards with those of the U.S.
Suite à la prépublication du projet de Règlement modifiant le
règlement sur les émissions des véhicules et moteurs routiers dans
la Gazette du Canada Partie I, le 5 novembre 2005, une période
de consultation publique de 60 jours s’est ouverte. Les intervenants étaient invités à présenter leur point de vue sur le projet de
règlement. Le ministère a reçu des commentaires de la part de 5
parties intéressées. Encore une fois, les commentaires ont montré
un appui général de la part des intervenants, à l’égard de la politique permettant d’harmoniser les normes d’émissions canadiennes
à celles des É.-U.
L’Association des fabricants internationaux d’automobiles du
Canada (AFIAC), l’Association canadienne des constructeurs de
véhicules (ACCV) et le CIMC étaient préoccupés par le fait
qu’un des changements rédactionnels proposés pourrait être interprété d’une manière visant à imposer de nouvelles exigences qui
pourraient avoir des répercussions sur la date à laquelle l’industrie
devra se conformer au règlement et la manière de s’y conformer.
Ces organismes ont indiqué que la modification proposée au paragraphe 36(2) pourrait annuler l’effet du paragraphe 153(2) de
la LCPE (1999) qui propose aux entreprises une certaine souplesse pour adapter les véhicules à différentes étapes du processus
de fabrication. Le nouveau paragraphe 36(2) proposé clarifie que,
dans le cas d’un véhicule ou d’un moteur ne disposant pas d’un
certificat de l’EPA des É.-U. et vendu au Canada et aux É.-U.,
conformément à l’article 35 (par ex., un véhicule strictement
canadien), les entreprises doivent obtenir un certificat de conformité et prouver sa conformité d’une manière et dans un format
acceptable pour le ministère, avant d’apposer une marque nationale
aux véhicules ou aux moteurs, ou d’importer des véhicules ou des
moteurs. La modification proposée n’impose pas de nouvelles
conditions aux entreprises. Elle clarifie plutôt les conditions existantes lorsqu’elles sont lues en conjonction avec l’alinéa 153(1)b)
de la LCPE (1999). Malgré tout, le texte de l’article 36 a été modifié. On a ajouté un nouvel article 36.1 au règlement, afin de
s’assurer que le paragraphe 153(2) de la LCPE (1999) s’applique
aussi dans le cas de la justification de la conformité.
L’entreprise Dow Chemical Canada Inc. a indiqué être préoccupée par le niveau d’analyse effectué dans le RÉIR. Même si
elle appuie, en général, les modifications proposées, l’entreprise a
déclaré que l’évaluation des coûts et des avantages devrait se
fonder sur un nombre supérieur de faits et d’analyses que ceux
proposés dans le RÉIR. Au Canada, la politique de réglementation reconnaît que la portée des analyses des coûts et des avantages peut varier, et qu’elle doit être proportionnelle à l’importance
et à l’impact du règlement. En raison de la nature hautement intégrée de l’industrie automobile en Amérique du Nord et du fait que
les modifications continuent d’être harmonisées avec les normes
américaines, l’impact du Règlement modificatif devrait être minime. C’est pourquoi le ministère croit qu’une évaluation qualitative des coûts et des avantages suffira pour conclure que les avantages liés à la réduction des émissions des motocyclettes pour
l’environnement et la santé dépasseront les coûts liés au respect du
règlement canadien. Même si l’analyse ne tient compte que des
impacts liés aux modifications canadiennes, on a ajouté au RÉIR de
l’information quantitative sur le coût par tonne pour respecter la
règle finale américaine visant les motocyclettes, afin d’offrir un
contexte à l’impact coûts-avantage du Règlement modificatif.
The Association of International Automobile Manufacturers of
Canada (AIAMC), the Canadian Vehicle Manufacturers’ Association (CVMA) and the MMIC expressed concerns that one of the
proposed editorial changes may be interpreted to impose new
requirements having the potential to impact the time and manner
of compliance for the industry. The AIAMC, CVMA and MMIC
indicated that the proposed amendment to subsection 36(2) may
override subsection 153(2) of CEPA 1999, which provides companies with some flexibility to accommodate vehicles in various
stages of the manufacturing process. The new subsection 36(2)
was proposed to clarify that, in the case of a vehicle or engine that
is not covered by a U.S. EPA certificate and sold concurrently in
Canada and the U.S. as per section 35 (i.e. Canada-unique vehicle), companies were required to obtain and produce evidence of
conformity in a form and manner that is satisfactory to the Minister before affixing a national emissions mark to the vehicle or
engine, or importing the vehicle or engine. The proposed amendment did not impose new requirements on companies, but, rather,
clarified existing requirements when read in conjunction with
paragraph 153(1)(b) of CEPA 1999. Nonetheless, the wording of
section 36 has been modified and a new section 36.1 has been
added to the Regulations to provide greater certainty that subsection 153(2) of CEPA 1999 also applies in the case of the evidence
of conformity.
Dow Chemical Canada Inc. expressed concerns with the level
of analysis performed in the RIAS. While supporting the proposed amendment in principle, the company indicated that the
assessment of costs and benefits should be based on a greater
level of facts and analysis than was provided in the RIAS.
Canada’s regulatory policy recognizes that the extent of cost and
benefit analyses can vary and should be proportional to the significance and impact of the Regulations. In view of the highly
integrated nature of the North American vehicle manufacturing
industry and the fact that the amendments continue to be aligned
with those of the U.S., the impact of the amending Regulations is
considered to be minimal. Accordingly, the Department believes
that a qualitative assessment of costs and benefits is sufficient to
conclude that the health and environmental benefit of reducing
motorcycle emissions will exceed the costs of meeting the Canadian Regulations. While the analysis only considers those impacts
associated with the Canadian amendments, the RIAS has been
supplemented with quantitative information on the cost per ton
for meeting the U.S. final rule for motorcycles, in order to provide more context on the cost-benefit impacts of the amending
Regulations.
1726
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
Minor changes of a technical and editorial nature were also
made to ensure alignment with provisions of the U.S. rules, and to
provide greater clarity in the amending Regulations, including:
• Based on an inquiry from a company that imports various
classes of motorcycles in Canada, it was discovered that the
wording of section 32.5 differed from the requirement of
the U.S. EPA. Accordingly, the wording of section 32.5
was modified to better align the regulated procedures for the
calculation of credits/deficits with those of the U.S. EPA.
• Subsequent to the final rule of January 15, 2004, additional
flexibilities on evaporative requirements for small-volume
manufacturers were added as part of a new final rule issued
by the U.S. EPA on July 13, 200514. In this more recent
final rule, the U.S. EPA is delaying the implementation date
for evaporative standards for all classes of motorcycles
from small-volume manufacturers to 2010. Subsection 17.1(3) was added to the amending Regulations to
ensure a company dealing in small volumes of motorcycles
that are not covered by U.S. certification be subject to
emission standards equivalent to those of the U.S.
• Miscellaneous changes were made to provide greater clarity
to certain existing provisions and to ensure consistency
between the English and French versions. These modifications are of an editorial nature and do not result in any
changes in the application of the amending Regulations.
In addition to other prescribed information, paragraph 44(1)(g)
of the parent Regulations specifically required a company to
submit, in writing to the Minister, the reasons why the granting of
an exemption by the Governor in Council would be in the public
interest, and consistent with the objectives of the Act when applying for an exemption from conformity with any standard prescribed under the parent Regulations pursuant to section 156 of
the Act. Paragraph 44(1)(g) of the parent Regulations is repealed
by the amending Regulations based on recommendation of the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations concerning similar provision in regulations for off-road vehicles and
engines, to ensure consistency with the provisions of section 156
of the Act.
Finally, the coming into force date for the provisions affecting
motorcycles having an engine displacement of less than 50 cc’s
has been slightly extended from the date proposed in the Canada
Gazette, Part I publication (July 1, 2006), to reflect the date of
publication of the amending Regulations and the need to provide
adequate lead time. The new requirements for motorcycles having
an engine displacement of less than 50 cc’s will now come into
force on December 1, 2006, and will apply to such motorcycles
that are manufactured on or after December 1, 2006.
De légères modifications de nature technique et rédactionnelle
ont aussi été apportées pour harmoniser les provisions canadiennes avec la règle de l’EPA des É.-U. et pour clarifier davantage le
Règlement modificatif, y compris :
• Une requête d’une entreprise qui importe diverses catégories de motocyclette au Canada a permis de déterminer que
le texte de l’article 32.5 était différent des provisions de
l’EPA. Par conséquent, le texte de l’article 32.5 a été modifié
afin d’harmoniser la procédure réglementaire pour le calcul
des points/déficits relatifs aux émissions avec celle de l’EPA.
• À la suite de la règle finale du 15 janvier 2004, l’EPA
des É.-U. a publié une nouvelle règle finale le 13 juillet
200514 contenant des mesures d’assouplissement supplémentaires pour les émissions de gaz d’évaporation applicables aux constructeurs à faible volume. Dans cette plus récente règle, l’EPA retarde l’application des normes de gaz
d’évaporation de toutes les catégories de motocyclettes
pour les constructeurs à faible volume jusqu’à l’année
de modèle 2010. Le paragraphe 17.1(3) a été ajouté au Règlement modificatif pour assurer que les motocyclettes
d’une entreprise à faible volume qui ne sont pas couvertes
par un certificat de l’EPA soient soumises à des normes
d’émissions équivalentes.
• Diverses modifications ont été apportées pour clarifier davantage certaines dispositions existantes et pour uniformiser les versions anglaise et française. Ces changements sont
de nature rédactionnelle et ne changent en rien l’application
du Règlement modificatif.
En plus des autres renseignements prévus, l’alinéa 44(1)g) du
Règlement original exigeait qu’une entreprise fournisse par écrit à
la ministre les raisons pour lesquelles l’octroi de la dispense par la
gouverneur en conseil serait d’intérêt public et conforme aux objets de la Loi lors d’une demande de dispense de se conformer à
l’une ou l’autre des normes prévues par le Règlement original et
en vertu de l’article 156 de la Loi. L’alinéa 44(1)g) du Règlement
original est abrogé par le Règlement modificatif selon une recommandation du Comité mixte permanent d’examen de la réglementation relative à une disposition similaire pour la réglementation de véhicules et moteurs hors-route. Ce changement
assure l’uniformité avec les dispositions de l’article 156 de la Loi.
Finalement, pour refléter la date de publication du Règlement
modificatif et le besoin d’allouer une période d’adaptation adéquate, on a repoussé la date d’entrée en vigueur des dispositions
visant les motocyclettes de moins de 50 cm3 proposée dans la
Gazette du Canada Partie I, qui était le 1er juillet 2006. Les nouvelles dispositions pour les motocyclettes de moins de 50 cm3
entreront en vigueur le 1er décembre 2006. Elles s’appliqueront
aux motocyclettes fabriquées dès le 1er décembre 2006.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Since the amendments are promulgated under CEPA 1999, enforcement officers will, when verifying compliance with the
Regulations, apply the Compliance and Enforcement Policy
for CEPA 1999. The policy also sets out the range of possible
responses to alleged violations: warnings, directions, environmental protection compliance orders, ticketing, ministerial orders,
Puisque les modifications seront apportées en vertu de la LCPE
(1999), les agents de l’autorité appliqueront, lorsqu’ils vérifieront
la conformité avec les règlements, la politique d’observation et
d’application mise en œuvre en vertu de la LCPE (1999). La politique décrit aussi toute une gamme de mesures à prendre en cas
d’infractions présumées : avertissements, ordres en cas de rejet,
———
———
14
14
Test Procedures for Testing Highway and Non-road Engines and Omnibus
Technical Amendments; Final Rule, U.S. EPA, Federal Register, July 13, 2005
(http://a257.g.akamaitech.net/7/257/2422/01jan20051800/edocket.access.gpo.gov/
2005/05-11534.htm)
Test Procedures for Testing Highway and Non-road Engines and Omnibus
Technical Amendments (July 13, 2005), Final Rule, U.S. Environmental Protection Agency, Federal Register, http://a257.g.akamaitech.net/7/257/2422/
01jan20051800/edocket.access.gpo.gov/2005/05-11534.htm
1727
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-268
injunctions, prosecution, and environmental protection alternative
measures (which are an alternative to a court trial after the laying
of charges for a CEPA 1999 violation). In addition, the policy
explains when Environment Canada will resort to civil suits by
the Crown for cost recovery.
When, following an inspection or an investigation, an enforcement officer discovers an alleged violation, the officer will
choose the appropriate enforcement action based on the following
factors:
• Nature of the alleged violation: This includes consideration
of the damage, the intent of the alleged violator, whether it
is a repeat violation, and whether an attempt has been made
to conceal information or otherwise subvert the objectives
and requirements of the Act.
• Effectiveness in achieving the desired result with the alleged violator: The desired result is compliance within the
shortest possible time with no further repetition of the violation. Factors to be considered include the violator’s history of compliance with the Act, willingness to co-operate
with enforcement officers, and evidence of corrective action already taken.
• Consistency: Enforcement officers will consider how similar situations have been handled in determining the measures to be taken to enforce the Act.
Contacts
ordres d’exécution en matière de protection de l’environnement,
contraventions, ordres ministériels, injonctions, poursuites pénales et mesures de rechange en matière de protection de
l’environnement [lesquelles peuvent remplacer une poursuite
pénale, une fois que des accusations ont été portées pour une infraction présumée à la LCPE (1999)]. De plus, la politique explique quand Environnement Canada aura recours à des poursuites
civiles intentées par la Couronne pour recouvrer ses frais.
Lorsqu’un agent de l’autorité arrivera à la conclusion qu’il y a
eu infraction présumée à la suite d’une inspection ou d’une enquête, l’agent se basera sur les critères suivants pour décider de la
mesure à prendre :
• La nature de l’infraction présumée : Il convient notamment
de déterminer la gravité des dommages, s’il y a eu action
délibérée de la part du contrevenant, s’il s’agit d’une récidive et s’il y a eu tentative de dissimuler de l’information
ou de contourner, d’une façon ou d’une autre, les objectifs
ou exigences de la Loi.
• L’efficacité du moyen employé pour obliger le contrevenant à obtempérer : Le but visé est de faire respecter la Loi
dans les meilleurs délais tout en empêchant les récidives.
On tiendra compte, notamment, du dossier du contrevenant
pour l’observation de la Loi, de sa volonté de coopérer avec
les agents de l’autorité et de la preuve que des correctifs ont
été apportés.
• La cohérence dans l’application : Les agents de l’autorité
tiendront compte de ce qui a été fait dans des cas semblables pour décider de la mesure à prendre pour appliquer la
Loi.
Personnes-ressources
Mr. Ed Crupi
Chief
Regulatory Development
Transportation Division
Clean Air Directorate
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: (819) 994-2230
FAX: (819) 953-7815
E-mail: ed.crupi@ec.gc.ca
M. Ed Crupi
Chef
Développement réglementaire
Direction des systèmes de transport
Direction générale de l’air pur
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 994-2230
TÉLÉCOPIEUR : (819) 953-7815
Courriel : ed.crupi@ec.gc.ca
Mr. Markes Cormier
A/Senior Economist
Impact Analysis and Instrument Choice Division
Strategic Analysis and Research
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: (819) 953-5236
FAX: (819) 997-2769
E-mail: markes.cormier@ec.gc.ca
M. Markes Cormier
Économiste principal intérimaire
Division de l’analyse des impacts et du choix des instruments
Direction générale des analyses et recherches stratégiques
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 953-5236
TÉLÉCOPIEUR : (819) 997-2769
Courriel : markes.cormier@ec.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
1728
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-269
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
November 2, 2006
Enregistrement
DORS/2006-269
Le 2 novembre 2006
MARINE TRANSPORTATION SECURITY ACT
LOI SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
Regulations Amending the Marine Transportation
Security Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la sûreté du
transport maritime
P.C. 2006-1269
C.P. 2006-1269
November 2, 2006
Le 2 novembre 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to subsection 5(1)a of the Marine Transportation Security Actb, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Marine Transportation Security Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 5(1)a de la
Loi sur la sûreté du transport maritimeb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement sur la sûreté du transport maritime, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE MARINE
TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definition “cruise ship terminal” in section 1 of
the Marine Transportation Security Regulations1 is replaced by
the following:
“cruise ship terminal” means a marine facility that interfaces with
cruise ships. (terminal pour navires de croisière)
1. (1) La définition de « terminal de navire de croisière », à
l’article 1du Règlement sur la sûreté du transport maritime1, est
remplacée par ce qui suit :
« terminal pour navires de croisière » Installation maritime qui a
une interface avec des navires de croisière. (cruise ship terminal)
(2) La définition de « laissez-passer de zone réglementée »,
à l’article 1 de la version française du même règlement est
remplacée par ce qui suit :
« laissez-passer de zone réglementée » Document délivré par
l’exploitant d’une installation maritime ou d’un bâtiment ou
par un organisme portuaire qui permet au titulaire d’avoir accès
à des zones réglementées précises dans des bâtiments ou des
installations maritimes durant une période donnée. (restricted
area pass)
(3) L’article 1 du même règlement est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« conteneur » Structure servant au transport de marchandises
par camion, wagon ou bâtiment qui est conforme aux exigences
de la Loi de la convention sur la sécurité des conteneurs.
(container)
« habilitation de sécurité » Habilitation de sécurité accordée par le
ministre en vertu de l’article 509. (security clearance)
« terminal pour conteneurs » Toute installation maritime qui
accepte des conteneurs à des fins de transport. (container terminal)
2. L’article 11 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
11. L’exploitant d’un bâtiment auquel s’applique la partie 2,
l’exploitant d’une installation maritime ou l’organisme portuaire
auxquels s’applique la partie 3 maintient en permanence le niveau MARSEC 1, sauf si un niveau MARSEC supérieur est exigé
par une mesure de sûreté établie par le ministre en vertu de
l’article 7 de la Loi.
(2) The definition “laissez-passer de zone réglementée” in
section 1 of the French version of the Regulations is replaced
by the following:
« laissez-passer de zone réglementée » Document délivré par
l’exploitant d’une installation maritime ou d’un bâtiment ou
par un organisme portuaire qui permet au titulaire d’avoir accès
à des zones réglementées précises dans des bâtiments ou des
installations maritimes durant une période donnée. (restricted
area pass)
(3) Section 1 of the Regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“container” means a structure for transporting commodities on
trucks, railcars or vessels that meets the requirements set out in
the Safe Containers Convention Act. (conteneur)
“container terminal” means any marine facility that accepts containers for transport. (terminal pour conteneurs)
“security clearance” means a security clearance granted by the
Minister under section 509. (habilitation de sécurité)
2. Section 11 of the Regulations is replaced by the following:
11. An operator of a vessel to which Part 2 applies, or a marine
facility operator or port administration to which Part 3 applies, shall
maintain MARSEC level 1 at all times unless a higher MARSEC
level is required by a security measure formulated by the Minister
under section 7 of the Act.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2001, c. 29, s. 56
S.C. 1994, c. 40
SOR/2004-144
b
1
L.C. 2001, ch. 29, art. 56
L.C. 1994, ch. 40
DORS/2004-144
1729
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
3. Paragraph 218(1)(g) of the Regulations is replaced by the
following:
(g) in the case of a SOLAS ship, a continuous synopsis record
issued by the Minister;
4. The portion of subsection 221(2) of the French version of
the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) Les renseignements exigés au préalable à l’égard d’un bâtiment comprennent les éléments suivants :
5. The French version of the Regulations is amended by
adding the following after section 221:
3. L’alinéa 218(1)g) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
g) dans le cas d’un navire ressortissant à SOLAS, la fiche synoptique continue délivrée par le ministre;
4. Le passage du paragraphe 221(2) de la version française
du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce
qui suit :
(2) Les renseignements exigés au préalable à l’égard d’un bâtiment comprennent les éléments suivants :
5. La version française du même règlement est modifiée par
adjonction, après l’article 221, de ce qui suit :
Système d’alerte de sûreté du bâtiment
Système d’alerte de sûreté du bâtiment
6. (1) The portion of subsection 240(2) of the English version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
(2) Restricted areas shall be established for the following areas:
(2) Paragraph 240(2)(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) spaces containing the central controls for security and surveillance equipment and systems and spaces that contain the
central lighting system controls;
7. Subsection 263(1) of the Regulations is replaced by the
following:
263. (1) A cruise ship operator shall remove from duty a
screening officer who does not conduct an authorized screening in
accordance with any security measures that may be formulated
under section 7 of the Act and shall not allow the screening officer to conduct any authorized screening before the screening officer is retrained to meet the standards described in the measures.
8. Subsection 312(1) of the Regulations is amended by striking out the word “and” at the end of paragraph (m), by adding the word “and” at the end of paragraph (n) and by adding
the following after paragraph (n):
(o) an up-to-date list, by name and position, of the holders of
security clearances, except in a case where a port administration keeps the list.
9. (1) Subparagraph 323(e)(i) of the Regulations is replaced
by the following:
(i) ensuring the security of information in the marine facility
security plan and keeping the records referred to in section 312,
(2) Section 323 of the Regulations is amended by striking
out the word “and” at the end of paragraph (f), by adding the
word “and” at the end of paragraph (g) and by adding the
following after paragraph (g):
(h) the identification of positions for which a security clearance
is required.
10. (1) Subsection 329(2) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
(2) Le plan comprend des procédures de sûreté pour veiller à ce
que des avis soient affichés en conformité avec l’article 21 de la
Loi.
(2) Paragraph 329(3)(c) of the Regulations is replaced by
the following:
(c) areas containing the central controls for security and surveillance equipment and systems and areas that contain the
central lighting system controls;
6. (1) Le passage du paragraphe 240(2) de la version anglaise du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
(2) Restricted areas shall be established for the following areas:
(2) L’alinéa 240(2)b) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) les locaux contenant les commandes centrales pour le matériel et les systèmes de surveillance et de sûreté et les locaux
contenant les commandes du système central d’éclairage;
7. Le paragraphe 263(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
263. (1) L’exploitant d’un navire de croisière relève de ses
fonctions un agent de contrôle qui n’effectue pas un contrôle
conformément à toute mesure de sûreté qui peut être établie en
vertu de l’article 7 de la Loi et ne peut lui permettre d’effectuer
des contrôles avant qu’il ait suivi de nouveau la formation afin de
se conformer aux normes énoncées dans celle-ci.
8. Le paragraphe 312(1) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa n), de ce qui suit :
o) une liste à jour, selon le nom et le poste, de chaque titulaire
d’une habilitation de sécurité, sauf dans le cas où l’organisme
portuaire s’en charge.
1730
9. (1) Le sous-alinéa 323e)(i) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(i) la protection des renseignements contenus dans le plan de
sûreté de l’installation maritime et la tenue des registres
mentionnés à l’article 312,
(2) L’article 323 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa g), de ce qui suit :
h) l’identification des postes qui exigent une habilitation de sécurité.
10. (1) Le paragraphe 329(2) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Le plan comprend des procédures de sûreté pour veiller à ce
que des avis soient affichés en conformité avec l’article 21 de la
Loi.
(2) L’alinéa 329(3)c) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
c) les zones où se trouvent les commandes centrales pour le
matériel et les systèmes de surveillance et de sûreté et les zones
où se trouvent les commandes du système central d’éclairage;
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(3) Section 329 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (3):
(4) The following areas shall be established as restricted area
two:
(a) areas in the marine facilities set out in Part 1 of Schedule 1
that contain the central controls for security and surveillance
equipment and systems and areas that contain the central lighting system controls; and
(b) areas that are designated for the loading or unloading of
cargo and ships’ stores at the cruise ship terminals set out in
Part 1 of Schedule 1 and land areas adjacent to vessels interfacing with those cruise ship terminals.
11. Paragraph 356(1)(c) of the Regulations is replaced by
the following:
(c) delegate tasks required by section 358.
12. (1) Section 373 of the Regulations is amended by adding
the following after paragraph (c):
(c.1) in the case of a port set out in Part 2 or 3 of Schedule 1,
the identification of those areas containing the central controls
for security and surveillance equipment and systems and areas
that contain the central lighting system controls as restricted
area two;
(2) Section 373 of the Regulations is amended by striking
out the word “and” at the end of paragraph (e), by adding the
word “and” at the end of paragraph (f) and by adding the
following after paragraph (f):
(g) the identification of positions for which a security clearance
is required.
13. Subsection 375(1) of the Regulations is amended by
striking out the word “and” at the end of paragraph (k), by
adding the word “and” at the end of paragraph (l) and by
adding the following after paragraph (l):
(m) an up-to-date list, by name and position, of the holders of
security clearances.
14. (1) Section 380 of the Regulations is renumbered as subsection 380(1).
(2) Paragraphs 380(1)(a) and (b) of the Regulations are replaced by the following:
(a) the holder of a restricted area pass issued under section 384
for that restricted area;
(b) a person who does not ordinarily work at the marine facility
or port and who is being escorted by a holder of a restricted
area pass;
(3) Paragraph 380(1)(d) of the Regulations is amended by
adding the word “or” at the end of subparagraph (ii) and by
replacing subparagraphs (iii) and (iv) with the following:
(iii) the Canadian Forces within the meaning of those words
in Part II of the National Defence Act;
(4) Subsection 380(1) of the Regulations is amended by adding the word “or” at the end of paragraph (e) and by adding
the following after paragraph (e):
(f) a member of the complement of the vessel in the performance of their duties and in compliance with the vessel security
plan and the marine facility security plan.
(3) L’article 329 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (3), de ce qui suit :
(4) Les zones ci-après sont établies en tant que zones réglementées deux :
a) dans les installations maritimes qui figurent à la partie 1 de
l’annexe 1, les zones où se trouvent les commandes centrales
pour le matériel et les systèmes de surveillance et de sûreté et
les zones où se trouvent les commandes du système central
d’éclairage;
b) les zones désignées pour le chargement ou le déchargement
des cargaisons et provisions de bord dans les terminaux pour
navires de croisière qui figurent à la partie 1 de l’annexe 1 et
les zones côté terre adjacentes aux bâtiments qui sont en interface avec ces terminaux.
11. L’alinéa 356(1)c) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
c) déléguer des tâches exigées par l’article 358.
12. (1) L’article 373 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa c), de ce qui suit :
c.1) dans le cas d’un port qui figure aux parties 2 ou 3 de
l’annexe 1, l’identification en tant que zones réglementées deux
des zones où se trouvent les commandes centrales pour le matériel et les systèmes de surveillance et de sûreté et des zones
où se trouvent les commandes du système central d’éclairage;
(2) L’article 373 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa f), de ce qui suit :
g) l’identification des postes qui exigent une habilitation de sécurité.
13. Le paragraphe 375(1) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa l), de ce qui suit :
m) une liste à jour, selon le nom et le poste, de chaque titulaire
d’une habilitation de sécurité.
14. (1) L’article 380 du même règlement devient le paragraphe 380(1).
(2) Les alinéas 380(1)a) et b) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) un titulaire de laissez-passer de zone réglementée délivré en
vertu de l’article 384 pour cette zone;
b) une personne qui ne travaille pas habituellement à l’installation maritime ou au port et qui est escortée par le titulaire d’un
laissez-passer de zone réglementée;
(3) Les sous-alinéas 380(1)d)(iii) et (iv) du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
(iii) les Forces canadiennes au sens attribué à ces mots dans
la partie II de la Loi sur la défense nationale.
(4) Le paragraphe 380(1) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa e), de ce qui suit :
f) un membre de l’effectif du bâtiment qui agit dans le cadre de
ses fonctions et conformément au plan de sûreté du bâtiment et
au plan de sûreté de l’installation maritime.
1731
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(5) Section 380 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (1):
(2) A commercial truck driver who is required to enter a restricted area two at a marine facility or port as part of their commercial activities may enter and remain in the area to carry out
the activities if
(a) the driver holds a valid FAST/EXPRES card issued under
the Free and Secure Trade (FAST) program by the Canada
Border Services Agency or the U.S. Customs and Border Protection;
(b) the operator of the marine facility or port administration informs the driver of all applicable procedures and requirements,
as identified and approved in the marine facility security plan,
and ensures that the driver meets the procedures and requirements; and
(c) the driver follows the procedures and requirements identified by the operator of the marine facility or port administration.
(3) A passenger of a cruise ship may transit a restricted area
two if the passenger uses a passageway that
(a) is demarcated for use by passengers in accordance with the
marine facility security plan; and
(b) is supervised by a person who has a security clearance.
15. Section 381 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (2):
(3) In the case of a restricted area two, no person shall escort
more than 10 persons or one vehicle at one time.
16. Sections 383 to 385 of the Regulations are replaced by
the following:
383. The holder of a restricted area pass shall, when they enter
or remain in a restricted area, display the pass on their outer clothing and above their waist with, except in the case of a temporary
restricted area pass, their photograph or other facial image visible
at all times.
(5) L’article 380 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(2) Le conducteur d’un camion commercial qui, dans le cadre
de l’exécution de ses activités commerciales, doit entrer dans une
zone réglementée deux d’une installation maritime ou d’un port
peut entrer dans cette zone et y demeurer pour exécuter ses activités si les conditions suivantes sont réunies :
a) le conducteur est titulaire d’une carte FAST/EXPRES valide
délivrée en vertu du programme Expéditions rapides et sécuritaires (EXPRES) par l’Agence des services frontaliers du
Canada ou par le U.S. Customs and Border Protection;
b) l’exploitant de l’installation maritime ou l’organisme portuaire informe le conducteur de la procédure et des exigences
applicables, lesquelles figurent et sont approuvées dans le plan
de sûreté de l’installation maritime, et veille à ce que le conducteur satisfasse à la procédure et aux exigences;
c) le conducteur se conforme à la procédure et aux exigences
identifiées par l’exploitant de l’installation maritime ou l’organisme portuaire.
(3) Tout passager d’un navire de croisière peut traverser une
zone réglementée deux s’il le fait en empruntant un passage qui
satisfait aux conditions suivantes :
a) il est délimité pour l’usage des passagers conformément au
plan de sûreté de l’installation maritime;
b) il est supervisé par le titulaire d’une habilitation de sécurité.
15. L’article 381 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :
(3) Dans le cas d’une zone réglementée deux, il est interdit
d’escorter plus de 10 personnes ou plus d’un véhicule à la fois.
16. Les articles 383 à 385 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
383. Tout titulaire d’un laissez-passer de zone réglementée est
tenu de le porter sur son vêtement extérieur et au-dessus de la
taille et, sauf dans le cas d’un laissez-passer de zone réglementée
temporaire, de manière que sa photo ou une autre image de son
visage soit visible en tout temps lorsqu’il entre dans une zone
réglementée ou y demeure.
Restricted Area Passes or Keys
Laissez-passer de zone réglementée ou clés
Issuance
Délivrance
384. (1) Subject to subsection (2), a port administration or an
operator of a marine facility may issue a restricted area pass or a
key only to a person who requires access to a specific restricted
area in the performance of their duties and, in the case of a restricted area two, who ordinarily works at the port or marine facility or who requires access to the restricted area on an occasional
basis.
384. (1) Sous réserve du paragraphe (2), l’organisme portuaire
ou l’exploitant d’une installation maritime ne peut délivrer un
laissez-passer de zone réglementée ou remettre une clé qu’à une
personne qui, dans l’exercice de ses fonctions, a besoin d’avoir
accès à une zone réglementée précise et, dans le cas d’une zone
réglementée deux, qui travaille habituellement au port ou à l’installation maritime ou qui a besoin d’avoir occasionnellement accès à cette zone.
(2) L’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime ne peut délivrer un laissez-passer de zone réglementée
temporaire qu’à une personne qui, selon le cas :
a) dans le cas d’une zone réglementée qui n’est pas une zone
réglementée deux, est en attente d’un laissez-passer de zone réglementée dont elle a fait la demande;
b) est titulaire d’un laissez-passer de zone réglementée et qui se
trouve dans l’une des circonstances suivantes :
(i) elle a oublié son laissez-passer de zone réglementée,
(ii) elle a perdu son laissez-passer de zone réglementée ou
il a été détruit accidentellement et elle est en attente d’un
(2) A port administration or an operator of a marine facility
may only issue a temporary restricted area pass to a person who
(a) in the case of a restricted area other than a restricted area
two, is waiting for a restricted area pass that has been requested;
(b) is a holder of a restricted area pass and is in one of the following circumstances:
(i) they have forgotten their restricted area pass, or
(ii) they have lost their restricted area pass or it was accidentally destroyed and they are waiting for a replacement restricted area pass for which they have made a request; or
1732
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(c) does not ordinarily work at the port or marine facility and
who, in the performance of their duties, requires temporary access to a restricted area other than a restricted area two.
(5) The port administration or operator of the marine facility
shall confirm the period during which access to the restricted area
is required by way of documentation that sets out an expiry date
or other relevant information.
(6) The port administration or operator of the marine facility
shall issue restricted area passes that comply with the requirements of sections 392 and 394, as applicable.
laissez-passer de zone réglementée de remplacement dont
elle a fait la demande;
c) ne travaille pas habituellement au port ou à l’installation maritime et qui, dans l’exercice de ses fonctions, a besoin d’avoir
temporairement accès à une zone réglementée qui n’est pas une
zone réglementée deux.
(3) Avant de délivrer un laissez-passer de zone réglementée,
l’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime
confirme l’identité de la personne de la manière suivante :
a) dans le cas d’un laissez-passer de zone réglementée qui sera
délivré à une personne qui est titulaire d’une habilitation de sécurité, par une pièce d’identité avec photo valide délivrée, selon le cas :
(i) par l’administration fédérale ou l’administration d’une
province ou d’un territoire ou une municipalité au Canada,
(ii) par un employeur que connaît l’organisme portuaire ou
l’exploitant de l’installation maritime;
b) dans le cas d’un laissez-passer qui sera délivré à toute autre
personne, selon le cas :
(i) par l’une des pièces d’identité visées à l’alinéa a),
(ii) par d’autres documents qui contiennent suffisamment de
renseignements pour permettre l’identification de la personne.
(4) Avant de délivrer un laissez-passer de zone réglementée
pour une zone réglementée deux, l’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime vérifie auprès du ministre si
l’habilitation de sécurité a été délivrée à la personne comme
l’exige l’article 503.
(5) L’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime confirme la période pour laquelle l’accès à la zone réglementée est exigée au moyen de documents qui indiquent une date
d’expiration ou d’autres renseignements pertinents.
(6) L’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime délivre un laissez-passer de zone réglementée qui satisfait
aux exigences des articles 392 et 394, s’il y a lieu.
General
Généralités
385. (1) A holder of a restricted area pass or key that has been
lost or stolen shall immediately report its loss or theft to the port
administration or the operator of the marine facility.
385. (1) Tout titulaire d’un laissez-passer de zone réglementée
ou d’une clé qui perd ou se fait voler le laissez-passer ou la clé en
avise immédiatement l’organisme portuaire ou l’exploitant de
l’installation maritime.
(2) L’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime annule immédiatement tout laissez-passer de zone réglementée et toute clé associée au laissez-passer dès qu’il a été avisé
de la perte ou du vol.
17. L’alinéa 386(1)a) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
a) le nombre de laissez-passer de zone réglementée délivrés et
de clés remises et, pour chaque laissez-passer ou chaque clé, le
nom du titulaire, le numéro du laissez-passer ou de la clé, la
date de délivrance, la période de validité et, le cas échéant, la
date de suspension ou de révocation;
18. (1) Le passage du paragraphe 389(1) de la version française du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
389. (1) Le titulaire d’un laissez-passer de zone réglementée ou
d’une clé les rend à l’exploitant de l’installation maritime ou à la
personne qui les lui a délivrés au moment :
(3) Prior to issuing a restricted area pass, the port administration or operator of a marine facility shall confirm the identity of
the person in the following manner:
(a) in the case of a restricted area pass to be issued to a person
who holds a security clearance, by valid photo-bearing identification issued by
(i) the Government of Canada or the government of any
province, territory or municipality in Canada, or
(ii) an employer known to the port administration or operator
of the marine facility; or
(b) in the case of a restricted area pass to be issued to any other
person, by
(i) one of the means of identification referred to in paragraph (a), or
(ii) other documentation containing sufficient information to
enable identification of the person.
(4) Prior to issuing a restricted area pass for a restricted area
two, the port administration or operator of the marine facility
shall verify with the Minister that the person has been issued a
security clearance as required by section 503.
(2) The port administration or operator of the marine facility
shall immediately cancel a restricted area pass and any associated
key upon being notified of its loss or theft.
17. Paragraph 386(1)(a) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
a) le nombre de laissez-passer de zone réglementée délivrés et
de clés remises et, pour chaque laissez-passer ou chaque clé, le
nom du titulaire, le numéro du laissez-passer ou de la clé, la
date de délivrance, la période de validité et, le cas échéant, la
date de suspension ou de révocation;
18. (1) The portion of subsection 389(1) of the French version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
389. (1) Le titulaire d’un laissez-passer de zone réglementée ou
d’une clé les rend à l’exploitant de l’installation maritime ou à la
personne qui les lui a délivrés au moment :
1733
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(2) Paragraph 389(1)(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) the holder otherwise ceases to require the restricted area
pass or the key.
19. Section 392 of the Regulations is replaced by the following:
392. (1) Subject to subsection (2), a restricted area pass shall
show the name, height and eye colour of the person to whom the
pass has been issued, a clear photograph of the person’s head and
shoulders or other facial image and an expiry date that is not later
than five years after the date of issue or, in the case of a restricted
area pass issued to a person who holds a security clearance, that is
not later than the expiry date of the security clearance.
21. The reference “[394 to 399 reserved]” after section 393
of the Regulations is replaced by the following:
(2) L’alinéa 389(1)b) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) où il cesse de quelque autre façon d’avoir besoin du laissezpasser de zone réglementée ou de la clé.
19. L’article 392 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
392. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le laissez-passer de
zone réglementée indique le nom, la taille et la couleur des yeux
de la personne à qui il est délivré et comporte une photo nette de
la tête et des épaules de la personne ou une autre image de son
visage et une date d’expiration qui suit d’au plus cinq ans la date
de délivrance ou, dans le cas d’un laissez-passer de zone réglementée délivrée à une personne qui est titulaire d’une habilitation
de sécurité, une date d’expiration qui n’est pas ultérieure à celle
de l’habilitation de sécurité.
(2) Le laissez-passer de zone réglementée temporaire n’a pas à
être conforme aux exigences du paragraphe (1), mais il doit porter
une marque qui le distingue nettement comme laissez-passer de
zone réglementée temporaire.
20. Le paragraphe 393(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
393. (1) L’organisme portuaire peut délivrer des laissez-passer
de zone réglementée et remettre des clés, et tenir à jour une liste,
selon le nom et le poste, de chaque personne qui est titulaire
d’une habilitation de sécurité, au nom d’exploitants d’installation
maritime dans le port.
21. La mention « [394 à 399 réservés] » qui suit l’article 393
du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Distinctive Mark — Security Clearances
Marque distinctive — Habilitations de sécurité
394. Every restricted area pass issued to a holder of a security
clearance shall bear a mark that clearly distinguishes it from restricted area passes issued to persons who are not security clearance holders.
[395 to 399 reserved]
22. Part 4 of the Regulations is replaced by the following:
394. Tout laissez-passer de zone réglementée délivré à un titulaire d’habilitation de sécurité porte une marque qui le distingue
nettement des laissez-passer de zone réglementée délivrés aux
personnes qui ne sont pas titulaires d’une habilitation de sécurité.
[395 à 399 réservés]
22. La partie 4 du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
PART 4 — [RESERVED]
PARTIE 4 — [RÉSERVÉE]
PART 5
PARTIE 5
SECURITY CLEARANCE
HABILITATIONS DE SÉCURITÉ
(2) A temporary restricted area pass need not meet the requirements of subsection (1), but it shall bear a mark that clearly
distinguishes it as a temporary pass.
20. Subsection 393(1) of the Regulations is replaced by the
following:
393. (1) A port administration may issue keys and restricted
area passes, and keep an up-to-date list, by name and position, of
the holders of security clearances, on behalf of marine facility
operators in the port.
[500 reserved]
[500 réservé]
Application
Application
501. (1) This Part applies to the marine facilities set out in
Part 1 of Schedule 1 and to the port administrations for the ports
at which the marine facilities are located.
(2) This Part also applies to every licensed ship’s pilot, as defined in section 2 of the Pilotage Act, having the conduct of a
vessel that interfaces with a marine facility set out in Part 1 of
Schedule 1 or of a vessel in the waters of a port set out in Part 2
or 3 of that Schedule.
501. (1) La présente partie s’applique aux installations maritimes qui figurent à la partie 1 de l’annexe 1 et aux organismes
portuaires des ports dans lesquels ces installations sont situées.
(2) La présente partie s’applique également à tout pilote breveté de navire, au sens de l’article 2 de la Loi sur le pilotage, qui a
la conduite d’un bâtiment qui a une interface avec une installation
maritime figurant à la partie 1 de l’annexe 1 ou d’un bâtiment qui
se trouve dans les eaux d’un port figurant aux parties 2 ou 3.
Operator of a Marine Facility
Exploitant d’une installation maritime
502. The operator of a marine facility and the port administration shall ensure that the requirements of this Part are met.
502. L’exploitant d’une installation maritime et l’organisme
portuaire veillent à ce que les exigences de la présente partie
soient respectées.
1734
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Security Clearance
Habilitation de sécurité
503. Every person shall be a holder of a security clearance if
they
(a) require access to a restricted area two and cannot enter the
area under any of paragraphs 380(1)(b) to (f) or subsection 380(2) or (3);
(b) are a licensed ship’s pilot;
(c) are a harbour master or wharfinger appointed under subsection 69(1) of the Canada Marine Act;
(d) have security responsibilities, including authorized screening and security guard functions;
(e) take applications for security clearances and the applicants’
fingerprints and facial images, which functions are performed
on behalf of the Minister and for the purposes of this Part;
(f) have access to a cruise ship that is interfacing with a restricted area two to provide services, supplies or equipment to
the cruise ship or a member of the complement of the cruise
ship;
(g) could cause the failure of a preventive measure, delay the
response to a security incident or adversely affect the recovery
from a security incident as a result of being assigned or performing any of the following duties, responsibilities or functions:
(i) access to security information at the marine facility or
port,
(ii) the supervision of marine facility operations,
(iii) the creation, alteration, control or maintenance of cargo
documentation or crew or passenger lists by a person who
(A) is present at the marine facility or port, or
(B) has advance access to the documentation or lists, or
(iv) the planning or directing of the movement of cargo or
containers at a container terminal, including their loading
and unloading into and from vessels; or
(h) are a seafarer who has submitted an application for a Seafarer’s Identification Document.
503. Les personnes ci-après sont tenues d’être titulaires d’une
habilitation de sécurité :
a) celles qui ont besoin d’avoir accès à une zone réglementée
deux et qui ne peuvent y entrer en vertu de l’un des alinéas 380(1)b) à f) ou des paragraphes 380(2) ou (3);
b) celles qui sont des pilotes brevetés de navire;
c) celles qui sont des directeurs de port ou des gardiens de quai
nommés en vertu du paragraphe 69(1) de la Loi maritime du
Canada;
d) celles qui ont des responsabilités en matière de sûreté, y
compris le contrôle et les fonctions d’agent de sécurité;
e) celles qui reçoivent des demandes d’habilitation de sécurité
et prennent les empreintes digitales et les images du visage des
demandeurs, lesquelles fonctions sont exercées au nom du ministre et pour l’application de la présente partie;
f) celles qui ont accès à un navire de croisière qui est en interface avec une zone réglementée deux pour fournir des services,
des provisions ou de l’équipement à celui-ci ou à un membre
de son effectif;
g) celles qui pourraient entraîner l’échec d’une mesure préventive, retarder la réaction à un incident de sûreté ou nuire à tout
rétablissement à la suite de cet incident, en raison des attributions ci-après qui leurs ont été confiées ou qu’elles exercent :
(i) l’accès à des renseignements de sûreté à l’installation maritime ou au port,
(ii) la supervision des opérations de l’installation maritime,
(iii) l’établissement, la tenue à jour, le contrôle ou la modification des documents relatifs aux cargaisons ou des listes de
passagers ou de membres d’équipage par une personne qui,
selon le cas :
(A) se trouve à l’installation maritime ou au port,
(B) a accès au préalable à ces documents ou à ces listes,
(iv) dans un terminal pour conteneurs, la planification ou la
direction des mouvements des cargaisons ou des conteneurs
ou leur acheminement, y compris leur chargement à bord de
bâtiments et leur déchargement;
h) celles qui sont des navigants qui ont présenté une demande
visant à obtenir un Document d’identité des gens de mer.
504. Le titulaire d’une habilitation de sécurité à qui est délivré
un laissez-passer de zone réglementée est tenu de le porter sur son
vêtement extérieur et au-dessus de la taille de manière que sa
photo ou une autre image de son visage soit visible en tout temps,
dans les cas suivants :
a) il exerce les responsabilités, fonctions ou tâches pour lesquelles une habilitation de sécurité est requise;
b) il entre dans une zone réglementée deux ou y demeure.
504. The holder of a security clearance who has been issued a
restricted area pass shall display the pass on their outer clothing
and above their waist, with their photograph or other facial image
visible at all times when they
(a) perform the responsibilities, duties or functions for which a
security clearance is required; or
(b) enter or remain in a restricted area two.
Eligibility
Admissibilité
505. The following persons may submit an application for a security clearance:
(a) any person who is required to obtain a security clearance
under these Regulations;
(b) any person applying for a job for which a security clearance
would be required under these Regulations; and
(c) any seafarer who wishes to voluntarily submit an application for a security clearance.
505. Les personnes suivantes peuvent présenter une demande
d’habilitation de sécurité :
a) toute personne dont l’emploi exige une telle habilitation en
vertu du présent règlement;
b) toute personne postulant un emploi pour lequel une habilitation de sécurité serait exigée en vertu du présent règlement;
c) out navigant qui désire volontairement présenter une demande d’habilitation de sécurité.
1735
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Application Requirements
Exigences relatives à la demande
506. (1) In this section, “common-law partner” means any person who is cohabiting with the applicant in a relationship of a
conjugal nature and has done so for a period of at least one year.
(2) An application for a security clearance shall include the following information and documentation, to be used only for the
purposes of sections 508 and 509:
(a) the applicant’s usual given name used, other given names,
surname, all other names used and details of any name
changes;
(b) the applicant’s date of birth, gender, height, weight, and eye
and hair colour;
(c) if the applicant was born in Canada, the number and province of issue of their birth certificate, as well as the original of
that certificate;
(d) if the applicant was born outside Canada, their place of
birth, the port and date of entry, and, in the case of a naturalized Canadian or permanent resident, the number and the original of the applicable certificate issued under the Citizenship Act
or the Immigration and Refugee Protection Act;
(e) in the case of a foreign national, the original of any document that is evidence of their status;
(f) the applicant’s passport number, including the country of issue and expiry date, or an indication that the applicant does not
have a passport;
(g) the addresses of all locations at which the applicant resided
during the five years preceding the application;
(h) an identification of the applicant’s activities during the five
years preceding the application, including the names and street
addresses of the applicant’s employers and any post-secondary
educational institutions attended;
(i) the dates, destination and purpose of any travel of more than
90 days outside Canada or the United States, excluding travel
for government business, during the five years preceding the
application;
(j) the information referred to in subsection (3) respecting the
applicant’s spouse or common-law partner, any former spouses
or common-law partners;
(k) the applicant’s fingerprints, taken by or on behalf of the
Minister;
(l) a facial image of the applicant for identification purposes,
taken by or on behalf of the Minister;
(m) a statement signed by the marine facility operator or port
administration certifying that the applicant requires or will require a security clearance and specifying the reasons for that
requirement; and
(n) a statement signed by the person responsible for taking
the fingerprints of the applicant certifying that they have confirmed the identity of the applicant in accordance with paragraph 384(3)(a) at the time of the taking of the fingerprints.
506. (1) Dans le présent article, « conjoint de fait » s’entend de
toute personne qui vit avec le demandeur dans une union de type
conjugal depuis au moins un an.
(2) La demande d’habilitation de sécurité comprend les renseignements et documents suivants à utiliser exclusivement pour
l’application des articles 508 et 509 :
a) le prénom usuel, les autres prénoms, le nom de famille, les
autres noms utilisés et le détail de tout changement de nom du
demandeur;
b) la date de naissance, le sexe, la taille, le poids et la couleur
des cheveux et des yeux du demandeur;
c) si le demandeur est né au Canada, le numéro et la province
d’émission de son certificat de naissance, ainsi que l’original
de ce certificat;
d) si le demandeur est né à l’extérieur du Canada, le lieu de
naissance, le point d’entrée et la date d’arrivée au Canada et,
dans le cas d’un citoyen naturalisé canadien ou d’un résident
permanent, le numéro et l’original du certificat applicable délivré aux termes de la Loi sur la citoyenneté ou de la Loi sur
l’immigration et la protection des réfugiés et sa date de délivrance;
e) dans le cas d’un étranger, l’original de tout document attestant son statut;
f) le numéro du passeport du demandeur, y compris le pays de
délivrance et la date d’expiration, ou une mention indiquant
qu’il n’a pas de passeport;
g) les adresses des endroits où le demandeur a demeuré au
cours des cinq années précédant la date de la demande;
h) la mention des activités du demandeur durant les cinq années précédant la date de la demande, y compris le nom et
l’adresse municipale de ses employeurs et des établissements
d’enseignement post-secondaire fréquentés par le demandeur;
i) les dates, la destination et le but de tout voyage de plus
de 90 jours à l’extérieur du Canada ou des États-Unis, à l’exclusion des voyages pour affaires officielles, durant les cinq
années précédant la date de la demande;
j) les renseignements visés au paragraphe (3) en ce qui concerne l’époux ou le conjoint de fait du demandeur et, le cas
échéant, les ex-époux ou les anciens conjoints de fait du demandeur;
k) les empreintes digitales du demandeur, prises par le ministre
ou une personne agissant en son nom;
l) une image du visage du demandeur aux fins d’établissement
de son identité, prise par le ministre ou une personne agissant
en son nom;
m) une déclaration signée par l’exploitant de l’installation maritime ou l’organisme portuaire attestant que le demandeur est
tenu ou sera tenu d’avoir une habilitation de sécurité et précisant les raisons à l’appui de cette exigence;
n) une déclaration signée par la personne chargée de prendre
les empreintes digitales du demandeur attestant qu’elle a confirmé, conformément à l’alinéa 384(3)a), l’identité de ce dernier au moment de la prise.
(3) Les renseignements exigés à l’égard des personnes visées à
l’alinéa (2)j) sont :
a) dans le cas de l’époux ou du conjoint de fait du demandeur,
les renseignements suivants :
(3) The information required with respect to any of the persons
referred to in paragraph (2)(j) shall be
(a) in the case of the spouse or common-law partner of the applicant, the following information:
1736
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(i) their gender, full given name, surname and, if applicable,
maiden name,
(ii) their date and place of birth and, if applicable, date of
death,
(iii) if born in Canada, the number and province of issue of
their birth certificate,
(iv) if born outside Canada, their place of birth, their nationality and the port and date of entry into Canada, and
(v) their present address, if known; and
(b) in the case of former spouses and common-law partners
with whom the relationship ended within the preceding five
years, the information referred to in subparagraphs (a)(i), (ii)
and (v).
(4) The application for a security clearance shall be valid only
if signed by the applicant or, in the case of an applicant who is a
minor under the laws of the province where they reside, by a parent or guardian or tutor.
(5) Personal information that is provided in the application for
the security clearance and that resulting from the checks and verifications shall not, without the written consent of the individual to
whom it relates, be disclosed by the Minister to the government
of a foreign state except
(a) where, in the opinion of the Minister, the public interest in
disclosure clearly outweighs any invasion of privacy that could
result from the disclosure; or
(b) for the purpose of complying with a subpoena or warrant issued or order made by a court, person or body with jurisdiction
to compel the production of information or for the purpose of
complying with rules of court relating to the production of information.
(i) le sexe, les prénoms au complet, le nom de famille et, le
cas échéant, le nom de jeune fille,
(ii) la date et le lieu de naissance et, le cas échéant, la date du
décès,
(iii) si la personne est née au Canada, le numéro et la province d’émission de son certificat de naissance,
(iv) si la personne est née à l’extérieur du Canada, le lieu de
naissance, la nationalité et le point d’entrée et la date
d’arrivée au Canada,
(v) son adresse actuelle, si elle est connue;
b) dans le cas des ex-époux et des conjoints de fait avec lesquels la relation a pris fin au cours des cinq dernières années,
les renseignements visés aux sous-alinéas a)(i), (ii) et (v).
(4) La demande d’habilitation de sécurité n’est valide que si
elle est signée par le demandeur ou, dans le cas d’un demandeur
qui est mineur en vertu du droit de la province où il réside, par
son père, sa mère ou son tuteur.
(5) Sauf avec le consentement écrit de l’individu qu’ils concernent, les renseignements personnels inclus dans une demande
d’habilitation de sécurité et ceux recueillis lors des vérifications
reliées au traitement d’une telle demande ne seront communiqués
par le ministre au gouvernement d’un État étranger :
a) d’une part, que si, de l’avis du ministre, des raisons d’intérêt
public justifient nettement une éventuelle violation de la vie
privée;
b) d’autre part, que si leur communication est exigée par subpoena, mandat ou ordonnance d’un tribunal, d’une personne ou
d’un organisme ayant le pouvoir de contraindre à la production
de renseignements ou exigée par des règles de procédure se
rapportant à la production de renseignements.
Submission of Application
Présentation d’une demande
507. (1) Subject to subsection (2), every application for a security clearance shall be submitted on the form supplied by the Minister to the port administration at the port where the applicant
works or is a candidate for work or to which the applicant otherwise requires access.
(2) If the port administration is not able to transmit the application in accordance with subsection (3), the application shall be
submitted to an official of an office
(a) managed by or for an airport authority and that is responsible for the control of the airport’s passes, where the airport authority is able to transmit the application in accordance with a
document that evidences the understanding to that effect with
the Minister; or
(b) operated by the Department of Transport.
(3) The port administration or official shall collect the applicant’s information on behalf of the Minister and shall transmit it
to the Minister in accordance with the document that evidences
the understanding to that effect with the Minister.
507. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la demande d’habilitation de sécurité est présentée sur le formulaire fourni par le ministre à l’organisme portuaire du port où le demandeur travaille ou a
postulé un emploi, ou auquel il a besoin d’avoir accès pour une
autre raison.
(2) Si l’organisme portuaire n’est pas en mesure de transmettre
la demande conformément au paragraphe (3), la demande est
présentée à un représentant d’un bureau qui, selon le cas :
a) est géré par ou pour une autorité aéroportuaire et responsable d’effectuer le contrôle des laissez-passer de l’aéroport,
lorsque cette autorité aéroportuaire est en mesure de transmettre la demande conformément à tout document qui témoigne de
l’arrangement à cet égard avec le ministre;
b) est exploité par le ministère des Transports.
(3) L’organisme portuaire ou le représentant recueille les renseignements concernant le demandeur au nom du ministre et les lui
transmet conformément au document qui témoigne de l’arrangement à cet égard avec le ministre.
Clearance Process
Traitement de la demande
Checks and Verifications
Vérifications
508. On receipt of a fully completed application for a security
clearance, the Minister shall conduct the following checks and
verifications for the purpose of assessing whether an applicant
poses a risk to the security of marine transportation:
508. Sur réception d’une demande d’habilitation de sécurité
dûment remplie, le ministre effectue les vérifications ci-après
pour établir si le demandeur ne pose pas de risque pour la sûreté
du transport maritime :
1737
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(a) a criminal record check;
(b) a check of the relevant files of law enforcement agencies,
including intelligence gathered for law enforcement purposes;
(c) a Canadian Security Intelligence Service indices check and,
if necessary, a Canadian Security Intelligence Service security
assessment; and
(d) a check of the applicant’s immigration and citizenship status.
a) une vérification pour savoir s’il a un casier judiciaire;
b) une vérification des dossiers pertinents des organismes chargés de faire respecter la Loi, y compris les renseignements recueillis dans le cadre de l’application de la Loi;
c) une vérification des fichiers du Service canadien du renseignement de sécurité et, au besoin, une évaluation de sécurité
effectuée par le Service;
d) une vérification de son statut d’immigrant et de citoyen.
Minister’s Decision
Décision du ministre
509. The Minister may grant a security clearance if, in the
opinion of the Minister, the information provided by the applicant
and that resulting from the checks and verifications is verifiable
and reliable and is sufficient for the Minister to determine, by an
evaluation of the following factors, to what extent the applicant
poses a risk to the security of marine transportation:
(a) the relevance of any criminal convictions to the security of
marine transportation, including a consideration of the type,
circumstances and seriousness of the offence, the number and
frequency of convictions, the length of time between offences,
the date of the last offence and the sentence or disposition;
(b) whether it is known or there are reasonable grounds to suspect that the applicant
(i) is or has been involved in, or contributes or has contributed to, activities directed toward or in support of the misuse
of the transportation infrastructure to commit criminal offences or the use of acts of violence against persons or property, taking into account the relevance of those activities to
the security of marine transportation,
(ii) is or has been a member of a terrorist group within the
meaning of subsection 83.01(1) of the Criminal Code, or is
or has been involved in, or contributes or has contributed to,
the activities of such a group,
(iii) is or has been a member of a criminal organization as
defined in subsection 467.1(1) of the Criminal Code, or participates or has participated in, or contributes or has contributed to, the activities of such a group as referred to in subsection 467.11(1) of the Criminal Code taking into account
the relevance of these factors to the security of marine transportation,
(iv) is or has been a member of an organization that is
known to be involved in or to contribute to — or in respect
of which there are reasonable grounds to suspect involvement in or contribution to — activities directed toward or in
support of the threat of or the use of, acts of violence against
persons or property, or is or has been involved in, or is contributing to or has contributed to, the activities of such a
group, taking into account the relevance of those factors to
the security of marine transportation, or
(v) is or has been associated with an individual who is
known to be involved in or to contribute to — or in respect
of whom there are reasonable grounds to suspect involvement in or contribution to — activities referred to in subparagraph (i), or is a member of an organization or group
referred to in any of subparagraphs (ii) to (iv), taking into
account the relevance of those factors to the security of marine transportation;
(c) whether there are reasonable grounds to suspect that the applicant is in a position in which there is a risk that they be suborned to commit an act or to assist or abet any person to commit an act that might constitute a risk to marine transportation
security;
509. Le ministre peut accorder une habilitation de sécurité si,
de l’avis du ministre, les renseignements fournis par le demandeur et ceux obtenus par les vérifications sont vérifiables et fiables et s’ils sont suffisants pour lui permettre d’établir, par une
évaluation des facteurs ci-après, dans quelle mesure le demandeur
pose un risque pour la sûreté du transport maritime :
a) la pertinence de toute condamnation criminelle du demandeur par rapport à la sûreté du transport maritime, y compris la
prise en compte du type, de la gravité et des circonstances de
l’infraction, le nombre et la fréquence des condamnations, le
temps écoulé entre les infractions, la date de la dernière infraction et la peine ou la décision;
b) s’il est connu ou qu’il y a des motifs raisonnables de soupçonner que le demandeur :
(i) participe ou contribue, ou a participé ou a contribué, à des
activités visant ou soutenant une utilisation malveillante de
l’infrastructure de transport afin de commettre des crimes ou
l’exécution d’actes de violence contre des personnes ou des
biens et la pertinence de ces activités, compte tenu de la pertinence de ces facteurs par rapport à la sûreté du transport
maritime,
(ii) est ou a été membre d’un groupe terroriste au sens du
paragraphe 83.01(1) du Code criminel, ou participe ou contribue, ou a participé ou a contribué, à des activités d’un tel
groupe,
(iii) est ou a été membre d’une organisation criminelle au
sens du paragraphe 467.1(1) du Code criminel ou participe
ou contribue, ou a participé ou a contribué, aux activités
d’un tel groupe tel qu’il est mentionné au paragraphe 467.11(1) du Code criminel, compte tenu de la pertinence de ces facteurs par rapport à la sûreté du transport maritime,
(iv) est ou a été un membre d’une organisation qui est
connue pour sa participation ou sa contribution — ou à
l’égard de laquelle il y a des motifs raisonnables de soupçonner sa participation ou sa contribution — à des activités
qui visent ou favorisent la menace ou l’exécution d’actes de
violence contre des personnes ou des biens, ou participe ou
contribue, ou a participé ou a contribué, aux activités d’une
telle organisation, compte tenu de la pertinence de ces facteurs par rapport à la sûreté du transport maritime,
(v) est ou a été associé à un individu qui est connu pour sa
participation ou sa contribution — ou à l’égard duquel il y a
des motifs raisonnables de soupçonner sa participation ou sa
contribution — à des activités visées au sous-alinéa (i), ou
est membre d’un groupe ou d’une organisation visés à l’un
des sous-alinéas (ii) à (iv), compte tenu de la pertinence de
ces facteurs par rapport à la sûreté du transport maritime;
c) s’il y a des motifs raisonnables de soupçonner que le demandeur est dans une position où il risque d’être suborné afin de
commettre un acte ou d’aider ou d’encourager toute personne à
commettre un acte qui pourrait poser un risque pour la sûreté
du transport maritime;
1738
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(d) whether the applicant has had a restricted area pass for a
marine facility, port or aerodrome removed for cause; and
(e) whether the applicant has filed fraudulent, false or misleading information relating to their application for a security clearance.
510. If a criminal charge is outstanding against the applicant
that could, if the applicant were convicted, be considered by the
Minister under paragraph 509(a), the Minister may decline to
process the application until the charge has been disposed of by
the courts, in which case the Minister shall advise the applicant in
writing.
511. (1) If the Minister intends to refuse to grant a security
clearance, the Minister shall advise the applicant in writing to that
effect.
(2) The notice shall set out the basis for the Minister’s intention
and fix a period of time for the applicant to make written representations to the Minister, which period of time shall start on the
day on which the notice is served or sent and shall be not less
than 20 days from that day.
(3) The Minister shall not refuse to grant a security clearance
until the written representations have been received and considered or before the period of time fixed in the notice has expired,
whichever comes first. The Minister shall advise the applicant in
writing of any refusal.
d) le demandeur s’est vu retirer pour motifs valables un laissezpasser de zone réglementée pour une installation maritime, un
port ou un aérodrome;
e) le demandeur a présenté une demande comportant des renseignements frauduleux, faux ou trompeurs en vue d’obtenir
une habilitation de sécurité.
510. Le ministre peut refuser de traiter la demande si des accusations criminelles — qui pourraient être considérées par le ministre en vertu de l’alinéa 509a) si le demandeur en était reconnu
coupable — ont été portées contre le demandeur jusqu’à ce que
les tribunaux aient tranché, auquel cas le ministre en avise par
écrit le demandeur.
511. (1) Le ministre avise par écrit le demandeur de son intention de refuser d’accorder l’habilitation de sécurité.
(2) L’avis indique les motifs de son intention et le délai dans
lequel le demandeur peut présenter par écrit au ministre des observations, lequel délai commence le jour au cours duquel l’avis
est signifié ou acheminé et ne peut être inférieur à 20 jours suivant ce jour.
(3) Le ministre ne peut refuser d’accorder l’habilitation de sécurité avant la réception et la prise en considération des observations écrites ou avant que ne soit écoulé le délai indiqué dans
l’avis, selon la première de ces éventualités à survenir. Le ministre avise par écrit le demandeur dans le cas d’un refus.
Validity of Clearances
Validité des habilitations
512. (1) The Minister shall establish a period of validity for a
security clearance in accordance with the level of risk posed by
the applicant determined under section 509, but the period shall
not exceed five years.
(2) If the validity period is less than five years, the Minister
may extend the period to a total of five years if the Minister determines under section 509 that the holder does not pose a risk to
the security of marine transportation.
(3) If a security clearance is suspended and subsequently reinstated, the end of the validity period remains the same as that
established at the time of issuance.
512. (1) Le ministre établit la période de validité d’une habilitation de sécurité en fonction du niveau de risque que pose le demandeur et qui est déterminé en application de l’article 509, mais
cette période ne peut dépasser cinq ans.
(2) Si la période de validité est inférieure à cinq ans, le ministre
peut la prolonger pour un total de cinq ans s’il établit, en application de l’article 509, que le titulaire ne pose pas de risque pour la
sûreté du transport maritime.
(3) Si une habilitation de sécurité est suspendue puis rétablie, la
fin de la période de validité demeure la même que celle qui a été
établie au moment de la délivrance.
Suspension, Reinstatement or Cancellation of Clearances
Suspension, rétablissement ou annulation des habilitations
513. A marine facility operator or port administration shall
immediately notify the Minister in writing when the holder of a
security clearance is no longer required by these Regulations to
be the holder of a security clearance.
514. A marine facility operator or port administration shall
immediately notify the Minister in writing when they suspend or
cancel, for security reasons, a restricted area pass issued to a
holder of a security clearance.
515. (1) The Minister may suspend a security clearance on receipt of information that could change the Minister’s determination made under section 509.
(2) Immediately after suspending a security clearance, the Minister shall advise the holder in writing of the suspension.
(3) The notice shall set out the basis for the suspension and
shall fix a period of time for the holder to make written representations to the Minister, which period of time shall start on the
day on which the notice is served or sent and shall be not less
than 20 days from that day.
513. L’exploitant d’une installation maritime ou l’organisme
portuaire avise immédiatement le ministre par écrit lorsque le titulaire d’une habilitation de sécurité n’est plus tenu d’être titulaire
d’une habilitation de sécurité sous le régime du présent règlement.
514. L’exploitant d’une installation maritime ou l’organisme
portuaire avise immédiatement le ministre par écrit lorsqu’il suspend ou annule pour des raisons de sûreté un laissez-passer de zone
réglementée délivré au titulaire d’une habilitation de sécurité.
515. (1) Le ministre peut suspendre une habilitation de sécurité
lorsqu’il reçoit des renseignements qui pourraient modifier sa
décision prise en application de l’article 509.
(2) Immédiatement après avoir suspendu l’habilitation de sécurité, le ministre en avise par écrit le titulaire.
(3) L’avis indique les motifs de la suspension et le délai dans
lequel le titulaire peut présenter par écrit au ministre des observations, lequel délai commence le jour au cours duquel l’avis est
signifié ou acheminé et ne peut être inférieur à 20 jours suivant ce
jour.
1739
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(4) The Minister may reinstate the security clearance if the
Minister determines under section 509 that the holder does not
pose a risk to marine transportation security.
(5) The Minister may cancel the security clearance if the Minister determines under section 509 that the holder may pose a risk
to marine transportation security or that the security clearance is
no longer required. The Minister shall advise the holder in writing
of any cancellation.
(6) The Minister shall not cancel a security clearance until the
written representations have been received and considered or
before the time period fixed in the notice has expired, whichever
comes first.
(4) Le ministre peut rétablir l’habilitation de sécurité s’il établit, en application de l’article 509, que le titulaire de l’habilitation ne pose pas de risque pour la sûreté du transport maritime.
(5) Le ministre peut annuler l’habilitation de sécurité s’il établit, en application de l’article 509, que le titulaire de l’habilitation de sécurité peut poser un risque pour la sûreté du transport
maritime ou que l’habilitation n’est plus exigée. Il avise par écrit
le titulaire dans le cas d’une annulation.
(6) Le ministre ne peut annuler l’habilitation de sécurité avant
la réception et la prise en considération des observations écrites
ou avant que ne soit écoulé le délai indiqué dans l’avis, selon le
premier de ces événements à survenir.
New Applications
Nouvelles demandes
516. If the Minister refuses to grant or cancels a security clearance, an applicant may submit a new application only if
(a) a period of five years has elapsed after the day of the refusal
or cancellation; or
(b) a change has occurred in the circumstances that led to the
refusal or cancellation.
516. Si le ministre lui refuse ou annule une habilitation de sécurité, le demandeur ne peut présenter une nouvelle demande que
dans les cas suivants :
a) une période de cinq ans s’est écoulée après le jour du refus
ou de l’annulation;
b) un changement est survenu dans les circonstances qui
avaient entraîné le refus ou l’annulation.
Reconsideration
Réexamen
517. (1) An applicant or a holder may request that the Minister
reconsider a decision to refuse to grant or to cancel a security
clearance within 30 days after the day of the service or sending of
the notice advising them of the decision.
(2) The request shall be in writing and shall set out the following:
(a) the decision that is the subject of the request;
(b) the grounds for the request, including any new information
that the applicant or holder wishes the Minister to consider; and
(c) the name, address, and telephone and facsimile numbers of
the applicant or holder.
(3) On receipt of a request made in accordance with this section, the Minister, in order to determine the matter in a fair, informal and expeditious manner, shall give the applicant or holder
(a) where the situation warrants, the opportunity to make representations orally or in any other manner; and
(b) in any other case, a reasonable opportunity to make written
representations.
(4) After representations have been made or a reasonable opportunity to do so has been provided, the Minister shall reconsider
the decision in accordance with section 509 and shall subsequently confirm or change the decision.
(5) The Minister may engage the services of persons with appropriate expertise in security matters to advise the Minister.
517. (1) Tout demandeur ou tout titulaire peut demander au
ministre de réexaminer une décision de refuser ou d’annuler une
habilitation de sécurité dans les 30 jours suivant le jour de la signification ou de l’envoi de l’avis l’informant de la décision.
(2) La demande est présentée par écrit et comprend ce qui suit :
a) la décision qui fait l’objet de la demande;
b) les motifs de la demande, y compris tout nouveau renseignement qu’il désire que le ministre examine;
c) le nom, l’adresse et les numéros de téléphone et de télécopieur du demandeur ou du titulaire.
(6) The Minister shall advise the applicant or holder in writing
of the decision made following the reconsideration.
(3) Sur réception de la demande présentée conformément au
présent article, le ministre accorde au demandeur ou au titulaire,
de manière à trancher les questions de façon équitable, informelle
et rapide, la possibilité :
a) lorsque les circonstances le justifient, de présenter des observations oralement ou de toute autre manière;
b) dans tout autre cas, de lui présenter par écrit des observations.
(4) Après que des observations ont été présentées ou que la
possibilité de le faire a été accordée, le ministre réexamine la
décision conformément à l’article 509 et, par la suite, confirme ou
modifie la décision.
(5) Le ministre peut retenir les services de personnes qui possèdent la compétence pertinente en matière de sûreté pour le
conseiller.
(6) Le ministre avise par écrit le demandeur ou le titulaire de sa
décision à la suite du réexamen.
Notices
Avis
518. The Minister shall send to the person at their last known
address, by personal service or registered mail, any notices to be
given under this Part.
518. Le ministre expédie à la dernière adresse connue de la personne, par courrier recommandé ou par signification à personne,
tout avis qu’il doit donner en application de la présente partie.
False Applications
Demandes frauduleuses
519. No person shall knowingly file with the Minister a fraudulent application or an application containing false or misleading
information in order to obtain a security clearance.
[520 to 599 reserved]
519. Il est interdit de présenter sciemment au ministre une demande frauduleuse ou comportant des renseignements faux ou
trompeurs en vue d’obtenir une habilitation de sécurité.
[520 à 599 réservés]
1740
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
SCHEDULE 1
(Subsection 329(4), paragraph 373(c.1), section 501
and subparagraph 503(1)(d)(vi))
ANNEXE 1
(paragraphe 329(4), alinéa 373c.1), article 501
et sous-alinéa 503(1)d)(vi))
PART 1
PARTIE 1
MARINE FACILITIES
INSTALLATIONS MARITIMES
1. Cruise ship terminals located at the ports set out in Parts 2
and 3
2. Container terminals that are located at the ports set out in
Parts 2 and 3
3. Marine Traffic Control Centres and Operations Centres of
The St. Lawrence Seaway Management Corporation
1. Terminaux pour navires de croisière situés dans les ports
énumérés aux parties 2 et 3
2. Terminaux pour conteneurs qui sont situés dans des ports qui
figurent aux parties 2 ou 3
3. Centres de contrôle de la circulation maritime et centres des
opérations de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du
Saint-Laurent
PART 2
PARTIE 2
PHASE 1 PORTS
PORTS DE LA PHASE 1
1. Halifax
2. Montréal
3. Vancouver
4. Fraser River
5. North Fraser
1. Halifax
2. Montréal
3. Vancouver
4. Fleuve Fraser
5. North-Fraser
PART 3
PARTIE 3
PHASE 2 PORTS
PORTS DE LA PHASE 2
1. St. John’s
2. Saint John
3. Quebec
4. Toronto
5. Hamilton
6. Windsor
7. Prince Rupert
8. Victoria
23. In the following provisions of the French version of the
Regulations, the words “détenteur” and “détenteurs” are replaced by the words “titulaire” and “titulaires”, respectively,
with any modifications that the circumstances require:
(a) paragraph 330(b); and
(b) subsection 381(2).
1. St. John’s
2. Saint John
3. Québec
4. Toronto
5. Hamilton
6. Windsor
7. Prince Rupert
8. Victoria
23. Dans les passages suivants de la version française du
même règlement, « détenteur » et « détenteurs » sont respectivement remplacés par « titulaire » et « titulaires », avec les
adaptations nécessaires :
a) l’alinéa 330b);
b) le paragraphe 381(2).
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
24. (1) Subject to subsection (2), these Regulations come
into force on the day on which they are registered.
(2) Sections 8 and 9, subsection 10(3), sections 12 to 16
and 19 to 21 of these Regulations, and sections 501 to 504, and
Schedule 1 to the Marine Transportation Security Regulations,
as enacted by section 22 of these Regulations, come into force
on
(a) December 15, 2007,
(i) with respect to marine traffic control centres and
operations centres of The St. Lawrence Seaway Management Corporation set out in item 3 of Part 1 of Schedule 1, and
(ii) the ports set out in Part 2 of Schedule 1; and
24. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le présent règlement
entre en vigueur à la date de son enregistrement.
(2) Les articles 8 et 9, le paragraphe 10(3), les articles 12
à 16 et 19 à 21 du présent règlement, et les articles 501 à 504
ainsi que l’annexe 1 du Règlement sur la sûreté du transport
maritime, édictés par l’article 22 du présent règlement, entrent en vigueur :
a) le 15 décembre 2007 :
(i) relativement aux centres de contrôle de la circulation
maritime et aux centres des opérations de la Corporation
de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent qui figurent à l’article 3 de la partie 1 de l’annexe 1,
1741
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
(b) December 15, 2008, with respect to the ports set out in
Part 3 of Schedule 1.
(ii) relativement aux ports qui figurent à la partie 2 de
l’annexe 1;
b) le 15 décembre 2008, relativement aux ports qui figurent
à la partie 3 de l’annexe 1.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Background
Contexte
In December 2002, in response to the events of September 11, 2001, the International Maritime Organization adopted the
International Ship and Port Facility Security Code (ISPS Code)
and amendments to the International Convention for the Safety
of Life at Sea, 1974. Canada, an IMO Contracting Government,
implemented these documents through the Marine Transportation
Security Regulations (the Regulations). These were passed under
the authority of section 5 of the Marine Transportation Security
Act (MTSA) and came into force on July 1, 2004.
En décembre 2002, en réponse aux événements du 11 septembre 2001, l’Organisation maritime internationale (OMI) adoptait
le Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (Code ISPS) et des modifications à la Convention
internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en
mer. Le Canada, un gouvernement contractant de l’OMI, a assuré
l’entrée en vigueur de ces documents par l’entremise du Règlement sur la sûreté du transport maritime (le règlement). Celui-ci
a été pris en vertu de l’article 5 de la Loi sur la sûreté du transport maritime (LSTM) et est entré en vigueur le 1er juillet 2004.
Des modifications importantes sont maintenant apportées pour
ajouter les nouvelles parties 5, 6 et 7 au règlement, corriger certaines erreurs mineures et incohérences insérées par inadvertance
dans le règlement et clarifier le fait que certaines dispositions
actuelles sont obligatoires. La partie 5 instaure un programme
d’habilitation de sécurité pour les travailleurs de l’industrie maritime, nommé Programme d’habilitation de sécurité en matière de
transport maritime (PHSTM); la partie 6 institue un régime d’application de sanctions administratives pécuniaires (SAP) et la partie 7 prévoit les exigences en matière d’avis et de signification
applicables à ce régime.
Amendments now add substantive new Parts 5, 6, and 7 to the
Regulations and to correct certain minor errors and inconsistencies that were inadvertently included in the Regulations and to
clarify that certain existing provisions are mandatory. Part 5 implements a marine workers’ security clearance program, hereafter
referred to as the Marine Transportation Security Clearance Program (MTSCP), Part 6 would implement an administrative monetary penalty (AMP) enforcement scheme and Part 7 implements
the notice and service requirements applicable to that enforcement scheme.
Contents of the Amendments
Contenu des modifications
Part 5 — MTSCP
Partie 5 — PHSTM
Background and Purpose
Contexte et objet
The MTSCP was announced in 2003 with the commitment to
introduce background checks of workers at marine facilities and
ports. It was one of the early marine security priorities supported
by the over $900M to date dedicated to Marine Security enhancement. The purpose of the MTSCP is to enhance the security
of the marine transportation system, benefiting the public, passengers, marine workers, and operators of vessels, ports and marine facilities. The MTSCP is not a new program. Rather, it is an
expansion of the existing Security Clearance Program, which has
been in place in Canada’s airports since the 1980s.
Le PHSTM, annoncé en 2003, se voulait un engagement à effectuer une vérification des antécédents des travailleurs des installations maritimes et des ports. Il s’agissait d’une des premières
priorités en matière de sûreté maritime soutenues grâce aux quelque 900 millions de dollars que le gouvernement du Canada a
réservés à ce jour pour la sûreté maritime. Le but du PHSTM est
de renforcer la sûreté du réseau de transport maritime, pour le
bien du public, des passagers, des travailleurs de l’industrie maritime et des exploitants de bâtiments, de ports et d’installations
maritimes. Le PHSTM n’est pas un concept nouveau. Il se veut
plutôt un prolongement de l’actuel programme d’autorisation de
sécurité en matière de transport, en vigueur dans les aéroports
canadiens depuis les années 1980.
La partie 5 du règlement constitue le cadre réglementaire
du PHSTM. Outre la partie 5, les modifications engendrent un
certain nombre de modifications corrélatives à la partie 3 du règlement. Ces modifications précisent les zones réglementées auxquelles on ne peut accéder qu’en étant titulaire d’une habilitation
de sécurité.
Part 5 of the Regulations provide the regulatory framework for
the MTSCP. In addition to Part 5, the amendments introduce a
number of consequential amendments to Part 3 of the Regulations. These amendments specify restricted areas for which a security clearance is required for access.
1742
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Application of the MTSCP
Application du PHSTM
The MTSCP applies to persons who work in a restricted area
two (R2) and persons who perform certain designated duties.
Le PHSTM s’applique aux personnes qui travaillent dans des
zones réglementées deux (R2) et à celles qui exécutent certaines
fonctions désignées.
Les zones réglementées deux (R2) sont les suivantes :
a) dans les installations maritimes qui figurent à la partie 1 de
l’annexe 1, les zones où se trouvent les commandes centrales
pour le matériel et les systèmes de surveillance et de sûreté
et les zones où se trouvent les commandes du système central
d’éclairage;
b) les zones désignées pour le chargement ou le déchargement
des cargaisons et provisions de bord dans les terminaux pour
navires de croisière qui figurent à la partie 1 de l’annexe 1 et
les zones côté terre adjacentes aux bâtiments qui sont en interface avec ces terminaux pour navires de croisière.
Les fonctions désignées aux terminaux de conteneurs situés
dans les installations maritimes et les ports qui figurent aux parties 2 et 3 de l’annexe 1 et dans les centres de contrôle de la circulation maritime et les centres des opérations de la Corporation de
gestion de la voie maritime du Saint-Laurent seront identifiées
suite à un examen de chacune des fonctions qui pourraient être
visées par l’alinéa 503g).
En vertu du PHSTM, les personnes ci-après sont tenues d’être
titulaires d’une habilitation de sécurité :
a) celles qui ont besoin d’avoir accès à une zone réglementée
deux;
b) celles qui sont des pilotes brevetés de navire;
c) celles qui sont des directeurs de port ou des gardiens de quai
nommés en vertu du paragraphe 69(1) de la Loi maritime du
Canada;
d) celles qui ont des responsabilités en matière de sûreté, y
compris le contrôle et les fonctions d’agent de sécurité;
e) celles qui reçoivent des demandes d’habilitation de sécurité
et prennent les empreintes digitales et les images du visage des
demandeurs;
f) celles qui ont accès à un navire de croisière qui est en interface avec une zone réglementée deux pour fournir des services,
des provisions ou de l’équipement à celui-ci ou à un membre
de son effectif;
g) celles qui pourraient entraîner l’échec d’une mesure préventive, retarder la réaction à un incident de sûreté ou nuire à tout
rétablissement à la suite de cet incident, en raison des attributions, responsabilités ou fonctions ci-après qui leurs ont été
confiées ou qu’elles exercent :
(i) l’accès à des renseignements de sûreté à l’installation maritime ou au port,
(ii) la supervision des opérations de l’installation maritime,
(iii) l’établissement, la tenue à jour, le contrôle ou la modification des documents relatifs aux cargaisons ou des listes de
passagers ou de membres d’équipage par une personne qui,
selon le cas :
(A) se trouve à l’installation maritime ou au port,
(B) a accès au préalable à ces documents ou à ces listes,
(iv) dans un terminal pour conteneurs la planification ou la
direction des mouvements des cargaisons ou des conteneurs
ou leur acheminement, y compris leur chargement à bord de
bâtiments et leur déchargement;
h) celles qui sont des navigants qui ont présenté une demande
visant à obtenir un Document d’identité des gens de mer.
Restricted area twos (R2s) are identified as:
(a) areas in the marine facilities set out in Part 1 of Schedule 1
that contain the central controls for security and surveillance
equipment and systems and areas that contain the central lighting system controls; and
(b) areas that are designated for the loading or unloading of
cargo and ships’ stores at the cruise ship terminals set out in
Part 1 of Schedule 1 and land areas adjacent to vessels interfacing with those cruise ship terminals.
Designated duties at container terminals located in the marine
facilities and ports set out in Parts 2 and 3 of Schedule 1 and
at the Marine Traffic Control Centres and Operations Centres of
The St. Lawrence Seaway Management Corporation will be identified through an examination of the functions that may be performed under paragraph 503(g) of the Regulations.
Under the MTSCP, persons are required to hold a security
clearance if they:
(a) require access to a restricted area two;
(b) are a licensed ship’s pilot;
(c) are a harbour master or wharfinger appointed under subsection 69(1) of the Canada Marine Act;
(d) have security responsibilities, including authorized screening and security guard functions;
(e) take applications for security clearances and the applicants’
fingerprints and facial images;
(f) have access to a cruise ship that is interfacing with a restricted area two to provide services, supplies or equipment to
the cruise ship or a member of the complement of the cruise
ship;
(g) could cause the failure of a preventive measure, delay the
response to a security incident or adversely affect the recovery
from a security incident as a result of being assigned or performing the following duties, responsibilities or functions:
(i) access to security information at the marine facility or
port,
(ii) the supervision of marine facility operations,
(iii) the creation, alteration, control or maintenance of cargo
documentation or crew or passenger lists by a person who:
(A) is present at the marine facility or port, or
(B) has advance access to the documentation or lists, or
(iv) the planning or directing of the movement of cargo or
containers at a container terminal, including their loading
and unloading into and from vessels; or
(h) are a seafarer who has submitted an application for a Seafarer’s Identification Document.
1743
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
The Marine Transportation Security Clearance Process
The amendments to the Regulations establish the process for
submitting and evaluating applications for security clearances.
This process was built on experience gained from Canada’s program of background security checks for airport personnel.
The assessment of whether to grant a security clearance will be
based on a global evaluation of information obtained from the
applicant to determine if the applicant poses a risk to marine
transportation security. Where all the required checks are successfully completed and there are no concerns, the Minister or an
official with delegated authority may grant a security clearance.
Where, as a result of the assessment process, there is information concerning the applicant that could lead to a recommendation
to refuse to grant a security clearance, notice providing a summary of the concerns and of the applicant’s ability to make written representations to Transport Canada will be sent to the applicant. The applicant is allowed no less than 20 days to make
written submissions, after which the application will be assessed
and a decision made.
Recourse Mechanisms
If a security clearance is refused, cancelled, or suspended, the
applicant will be informed of the decision.
An applicant whose application is denied may request a reconsideration of the Minister’s decision. The Minister’s reconsideration will be conducted in a manner independent of the initial
decision. Apart from reconsideration, a person whose security
clearance has been refused or cancelled may reapply for a security clearance where there has been a change in the applicant’s
circumstances or, in any case, after five years.
If a person is refused a clearance or his or her clearance has
been cancelled on the basis of information received from the Canadian Security Intelligence Service, the applicant, in some circumstances, may file a complaint with the Security Intelligence
Review Committee.
If all avenues of recourse are exhausted, a person whose clearance has been refused or cancelled may file a request for judicial
review by the Federal Court.
Processus d’habilitation de sécurité en matière de transport
maritime
Les modifications au règlement déterminent le processus à suivre lors de la présentation et de l’évaluation des demandes d’habilitation de sécurité. Ce processus mise sur l’expérience acquise
depuis la mise en œuvre du programme canadien de vérification
des antécédents des employés d’aéroports.
L’évaluation menant à la délivrance d’une habilitation de sécurité serait fondée sur une analyse globale de l’information obtenue
du demandeur en vue de déterminer si ce dernier représente un
risque à la sûreté du transport maritime. Lorsque toutes les vérifications ont été complétées sans qu’aucun problème n’ait été détecté, le ministre ou un délégué peut accorder une habilitation de
sécurité.
Lorsqu’à la suite d’une évaluation on découvre des renseignements sur le demandeur qui pourraient donner lieu à la recommandation de refuser d’accorder une habilitation de sécurité, le
demandeur recevrait un avis dans lequel serait fourni un sommaire des préoccupations sur lesquelles se fonderait la recommandation et des possibilités à sa disposition pour soumettre par
écrit des observations à l’intention de Transports Canada. Le demandeur dispose alors d’un délai d’au moins 20 jours pour déposer ses observations, après quoi la demande sera évaluée et une
décision sera prise.
Mécanismes de recours
Si une habilitation de sécurité est refusée, suspendue ou annulée, le demandeur sera informé de la décision.
Un demandeur dont la demande est rejetée pourra demander au
ministre de reconsidérer sa décision. Il s’agit alors d’un processus
indépendant de la décision de départ. Outre le réexamen de la
décision, la personne dont l’habilitation de sécurité est refusée ou
annulée pourra présenter une nouvelle demande dans les cas où sa
situation aurait changé ou, dans tout autre cas, après cinq ans.
Si une personne se voit refuser une habilitation, ou si celle-ci a
été annulée à la suite de renseignements reçus du Service canadien du renseignement de sécurité qui justifiaient une telle décision, le demandeur pourrait, dans certaines circonstances, déposer
une plainte auprès du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité.
Une fois toutes les possibilités de recours épuisées, une personne qui se serait vue refuser une habilitation ou dont l’habilitation sera annulée pourra présenter une demande de revue judiciaire à la Cour fédérale.
Coming into Force and Implementation
Entrée en vigueur et application
Part 5:
Phase 1 Ports: Vancouver, Montreal, Halifax, Fraser River, North
Fraser, and Marine Traffic Control Centres and Operations Centres of the St. Lawrence Seaway Management Corporation.
Partie 5 :
Ports et installations maritimes de la Phase 1 : Vancouver,
Montréal, Halifax, Fraser River, North-Fraser, les centres de
contrôle de la circulation maritime et les centres des opérations de
la Corporation de gestion de la voie maritime du Saint-Laurent;
Ports de la Phase 2 : Victoria, Prince Rupert, Québec, Saint-Jean,
Toronto, Hamilton, Windsor et St. John’s.
Les modifications concernant une personne devant se munir
d’une habilitation de sécurité entrent en vigueur le 15 décembre 2007 dans le cas des ports de la phase 1, et le 15 décembre 2008 dans le cas des ports de la phase 2. Les travailleurs maritimes devant accéder à ces zones disposeront ainsi d’un délai
raisonnable pour obtenir leur habilitation de sécurité.
Phase 2 Ports: Victoria, Prince Rupert, Québec, Saint John,
Toronto, Hamilton, Windsor, and St. John’s.
The amendments for anyone requiring a security clearance
come into force on December 15, 2007, for Phase 1 ports, and
December 15, 2008 for Phase 2 ports. This will allow reasonable
time for marine workers who need access to these areas to obtain
a security clearance.
1744
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Other ports and marine facilities may be added to the program
in the future, on the basis of marine transportation security risk
and threat assessments and ongoing evaluation of the program.
Any such expansion of the MTSCP would require amendments to
the Regulations. It is the long-term goal that this program be in
place at other Canadian ports.
D’autres ports et installations maritimes pourront s’ajouter au
programme plus tard, à la suite d’évaluations des menaces et des
risques touchant la sûreté du transport maritime et sous réserve de
l’évaluation continue du programme. Toute expansion de ce genre
du PHSTM nécessiterait des modifications au règlement. On s’est
fixé comme objectif à long terme d’instaurer le programme dans
d’autres ports canadiens.
Parts 6 and 7:
Parties 6 et 7 :
Parts 6 and 7 of the Regulations come into force one year after
the registration of the amendments to give vessel and marine facility operators time to become familiar with their responsibilities
under the Regulations.
Les parties 6 et 7 du règlement entreront en vigueur un an après
l’enregistrement des modifications, de manière à laisser aux exploitants de bâtiments et d’installations maritimes le temps de se
familiariser avec leurs responsabilités en vertu du règlement.
Part 6 — Provisions Designated as Violations
Partie 6 — Dispositions dont la contravention est qualifiée de
violation
Background and Purpose
Contexte et objet
The MTSA was amended in 2001 to include sections 32 to 51,
which introduce two new tools into the MTSA compliance and
enforcement scheme: assurances of compliance and administrative monetary penalties (AMPs).
Administrative enforcement action is considered preferable, in
most instances, to instituting criminal proceedings for regulatory
infractions as it is typically more expedient and economical than
criminal proceedings.
The main purpose of the new Part 6 of the Regulations is to enable the implementation of assurances of compliance and AMPs.
La LSTM a été modifiée en 2001 afin d’insérer les articles 32
à 51, qui ajoutaient deux nouveaux outils à son régime de respect
et d’exécution : les transactions de conformité et les sanctions
administratives pécuniaires (SAP).
On estime que les mesures administratives sont, dans la plupart
des cas, préférables à des poursuites criminelles pour des infractions à des règlements et s’avèrent plus rapides et économiques.
Application of AMPs
Application des SAP
Section 32 of the MTSA requires the designation in regulations
of those provisions of the legislation that will be subject to the
new AMPs scheme. Contraventions of the designated provisions
are called “violations” under the MTSA.
Designation of a legislative provision as subject to the AMPs
scheme does not preclude its prosecution. Where prosecuting a
case is not considered necessary, the violation may be dealt with
either by entering into an assurance of compliance with the individual or company or by the assessment of a monetary penalty.
Assurances of compliance are written agreements under which
the individual or company acknowledges that they committed the
violation and undertakes to bring themselves into compliance
within a certain period of time.
L’article 32 de la LSTM exige la désignation, dans la réglementation, des dispositions de la Loi qui seront assujetties au
nouveau régime de SAP. Une contravention aux dispositions désignées est appelée « violation » aux termes de la LSTM.
La désignation d’une disposition législative telle qu’elle est
assujettie au régime des SAP n’empêche pas une poursuite. Lorsqu’on ne juge pas nécessaire d’entamer des poursuites, la violation peut être réglée par la négociation d’une transaction de conformité avec la partie fautive ou punie par l’imposition d’une
sanction pécuniaire au particulier ou à l’entreprise fautifs. Les
transactions de conformité sont des ententes écrites en vertu desquelles un particulier ou une entreprise reconnaît avoir commis
l’infraction et s’engage à se conformer à la loi à l’intérieur d’une
période donnée.
Le Tribunal d’appel des transports du Canada (TATC) tranchera les litiges entre Transports Canada et la communauté maritime
relativement à des SAP ou à la mise en vigueur des transactions
de conformité. Le TATC, organisme indépendant et quasijudiciaire, a été établi en 2001 en vertu de la Loi sur le Tribunal
d’appel des transports du Canada. Le TATC statue à l’heure
actuelle sur certaines mesures administratives prises en vertu de la
Loi sur l’aéronautique, de la Loi sur les transports au Canada et
de la Loi sur la sécurité ferroviaire. Il aura une compétence similaire en vertu de la LSTM lorsque les dispositions de la LSTM sur
les SAP et les présentes modifications au règlement entreront en
vigueur.
The Transportation Appeal Tribunal of Canada (TATC) will
adjudicate disputes between Transport Canada and the marine
community related to AMPs and assurances of compliance.
The TATC is an independent, quasi-judicial body that was established in 2001 under the Transportation Appeal Tribunal of
Canada Act. The TATC currently adjudicates certain administrative enforcement decisions made under the Aeronautics Act,
Canada Transportation Act and Railway Safety Act. It will assume a similar jurisdiction under the MTSA when the AMPs provisions of the MTSA and these regulatory amendments enter into
force.
L’objectif premier de la nouvelle partie 6 du règlement est de
permettre l’instauration des transactions de conformité et des SAP.
Penalty Ranges
Barèmes de sanction
Under the amendments, many of the offence-creating provisions that are potentially the subject of enforcement action
by Transport Canada Marine Security have been designated as
En vertu des modifications apportées, la plupart des dispositions de la LSTM et du règlement créent des infractions qui pourraient potentiellement être visées par des mesures d’application
1745
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
violations. It is possible to levy administrative penalties to both
individuals and corporate or business entities.
The provisions designated as violations are set out in two
schedules to the Regulations. The schedules prescribe the range
of penalty amounts for individuals and corporations. Some violations are identified as “continuing violations” where an action or
omission continues on more than one day. This would constitute a
separate violation for each day. The penalty range for each violation has been established based on a characterization of the violation as being of a low, medium or high risk threat level as follows:
prises par la Direction générale de la sûreté maritime de Transports Canada, sont désignées comme susceptibles de donner lieu à
des violations. Il est possible d’imposer des pénalités administratives à des particuliers ou à des personnes morales.
Les dispositions désignées dont le non-respect constituera une
violation sont établies dans deux annexes du règlement. Les annexes prescrivent les divers montants des sanctions pour les particuliers et les personnes morales. Certaines violations sont considérées comme des « violations continues » et constituent une
violation distincte pour chacun des jours au cours desquels se
commet ou se continue la violation. Il est alors compté une violation distincte pour chacun des jours. Le barème de sanctions a été
établi par une caractérisation de chaque violation, selon que le
niveau de risque ou de menace qui en résulte est faible, moyen ou
élevé, de la façon suivante :
Risk/Threat level
Individuals
Corporations
Niveau de risque/menace
Particuliers
Personnes morales
Low
$250 - $1,000
$1,000 - $5,000
Faible
250 $-1 000 $
1 000 $-5 000 $
Medium
$600 - $2,400
$3,000 - $12,000
Moyen
600 $-2 400 $
3 000 $-12 000 $
High
$1,250 - $5,000
$6,000 - $25,000
Élevé
1 250 $-5 000 $
6 000 $-25 000 $
The range of penalties established for various violations are, to
the extent possible, set out in a manner and amount consistent
with the penalty levels under other legislation within the mandate
of Transport Canada, particularly the Canada Shipping Act, 2001.
Le barème des pénalités établi pour les différentes violations a,
dans la mesure du possible, été établi de manière à inclure des
montants qui correspondent aux niveaux de sanction imposés en
vertu d’autres lois dont Transports Canada est responsable, notamment la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada.
Part 7 — Notice and Service of Documents
Partie 7 — Signification ou notification de documents
Purpose
Objet
The purpose of the new Part 7 of the Regulations is to specify
how notices must be served under the new Part 6 of the Regulations. Part 7 provides maximum flexibility to the Minister of
Transport and is consistent with current and emerging court practices.
Cette nouvelle partie 7 du règlement vise à préciser comment
les avis doivent être signifiés en vertu de la nouvelle partie 6. La
partie 7 accorde un maximum de latitude au ministre des Transports et est conforme aux procédures judiciaires actuelles et nouvelles.
Serving of Documents
Signification de documents
The Regulations provide for the personal service of documents,
service by registered mail and by courier, and service by facsimile. Documents served by registered mail are deemed to be served
on the fourth day after the day on which they were mailed and
documents served by facsimile are deemed to be served on the
day after they were sent.
Le règlement prévoit la signification de documents à personne,
par courrier recommandé, par messager ou par télécopieur. Les
documents signifiés par courrier recommandé soient réputés être
signifiés le quatrième jour suivant celui de leur mise à la poste et
ceux signifiés par télécopieur, soient réputés être signifiés le jour
suivant leur envoi.
Coming into Force and Implementation
Entrée en vigueur et exécution
Parts 6 and 7 of the Regulations come into force one year after
the registration of the amendments to give vessel and marine facility operators time to become familiar with their new responsibilities under the Regulations.
Les parties 6 et 7 du règlement entreront en vigueur un an après
l’enregistrement des modifications afin de donner le temps aux
exploitants de bâtiments et d’installations maritimes de se familiariser avec leurs nouvelles responsabilités en vertu du règlement.
Miscellaneous Amendments
Modifications diverses
In addition to adding new Parts 5, 6 and 7, amendments are
made to the Regulations to correct minor errors and inconsistencies that were inadvertently included when the Regulations were
initially made. These include changes made to ensure that English
and French texts have exactly the same meaning, changes made to
clarify which person is responsible for ensuring that particular
requirements are met, and changes to clarify that particular requirements are mandatory. Notable changes are listed below.
En plus de l’ajout des nouvelles parties 5, 6 et 7, on modifie le
règlement en vue d’y corriger des erreurs mineures et des incohérences insérées par inadvertance lors de la prise du règlement. Les
dispositions visées ici englobent des changements pour faire en
sorte que les textes anglais et français aient la même signification,
pour clarifier qui devrait s’assurer que les exigences particulières
soient respectées et pour établir le caractère obligatoire de telles
exigences. Voici les changements notables.
1746
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
MARSEC Level: Section 11 of the Regulations is amended to
clarify that the normal operating level for vessels, marine facilities or ports is MARSEC (Marine Security) Level 1 and that they
remain at that level unless the Minister of Transport issues a
measure under section 7 of the MTSA, raising the MARSEC
level. If the operator of a vessel, port or marine facility believes
there is cause to increase the entity’s MARSEC level, Transport
Canada Marine Security should then be contacted.
Authorized Screening of Cruise Ships: Section 263 is amended
to clarify that authorized screening at cruise ship terminals is to
be conducted in accordance with any applicable security measures issued under section 7 of the MTSA.
Restricted Areas: In addition to the changes to the restricted
area provisions to specify certain restricted areas as restricted
area two for which a security clearance are required for access,
other changes to the restricted area provisions in Parts 2 and 3
of the Regulations have also been made. For example, paragraphs 240(2)(b) and 329(3)(c) are amended by adding the word
“central” before the word “controls”, since not all areas where
there might be some localised control of security and surveillance
equipment and lighting systems (such as light switches or camera
monitors) are intended to be restricted areas.
Restricted Area Passes: Section 384 is amended to permit persons who do not work at a port or marine facility, but who require
occasional access on a long-term basis to a restricted area, to obtain a restricted area pass.
Temporary Restricted Area Passes: Section 384 is also amended
to permit marine facility operators and port administrations to
issue temporary restricted area passes to persons who do not ordinarily work at the marine facility or port, but who require temporary access to a restricted area. There is an exception: temporary
restricted area passes are not available to access restricted areas
for which a security clearance is required for access.
Niveau MARSEC : L’article 11 du règlement est modifié pour
clarifier que le niveau d’exploitation normal pour les bâtiments,
les installations maritimes ou les ports est le MARSEC 1 sauf
dans les cas où un niveau MARSEC supérieur est exigé par une
mesure de sûreté établie par le ministre en vertu de l’article 7 de
la LSTM. Si l’exploitant d’un bâtiment, d’un port ou d’une installation maritime juge que le niveau MARSEC devrait être relevé,
il devrait alors communiquer avec la Direction générale de la
sûreté maritime de Transports Canada.
Contrôle des navires de croisière : L’article 263 est modifié
afin de préciser que le contrôle aux terminaux pour navires de
croisière se déroule conformément aux mesures de sûreté applicables prévues à l’article 7 de la LSTM.
Zones réglementées : Un premier groupe de modifications aux
dispositions sur les zones réglementées visent à désigner certaines
d’entre elles comme des zones réglementées deux dont l’accès
est réservé à ceux qui ont une habilitation de sécurité. D’autres
modifications à ces dispositions dans les parties 2 et 3 du règlement sont également proposées. Par exemple, les alinéas 240(2)b)
et 329(3)c), sont modifiés pour ajouter le mot « centrales » pour
qualifier le mot « commandes », puisqu’on n’entend pas réglementer tous les endroits où il pourrait y avoir soit des systèmes
localisés de surveillance et de sûreté et leurs commandes, soit des
systèmes d’éclairage (comme les interrupteurs pour l’éclairage ou
les écrans témoins).
Laissez-passer de zone réglementée : L’article 384 est modifié
de façon à permettre aux personnes qui ne travaillent pas dans un
port ou une installation maritime, mais qui, à long terme, doivent
y avoir occasionnellement accès, d’obtenir un laissez-passer de
zone réglementée.
Laissez-passer de zone réglementée temporaire : L’article 384
est également modifié pour permettre aux exploitants d’une installation maritime ou aux administrations portuaires de délivrer
un laissez-passer temporaire de zone réglementée aux personnes
qui ne travaillent pas habituellement au port ou à l’installation
maritime, mais qui doivent y avoir temporairement accès. Il y a
toutefois une exception : aucun laissez-passer temporaire ne sera
délivré pour permettre l’accès aux zones réglementées où une
habilitation de sécurité est exigée.
Alternatives
Solutions envisagées
Alternatives to Part 5 — MTSCP
Solutions de rechange à la partie 5 — PHSTM
Option 1: Status Quo
Option 1 : statu quo
The advantages of the status quo are that it would minimize
operational impacts in ports and at marine facilities and it would
imply no additional cost to Transport Canada or industry. The
disadvantages are that it would not increase the security of
Canada’s marine transportation system in a manner consistent
with the aviation transportation sector, as well as with Canada’s
largest trading partner, the United States, and other like-minded
countries such as Australia. The United States are introducing a
clearance program, known as the Transportation Worker Identification Credential (TWIC). For all these reasons, this option was
rejected.
Le statu quo aurait pour avantage de minimiser les répercussions opérationnelles dans les ports et aux installations maritimes
et n’impliquerait pas de coûts supplémentaires pour Transports
Canada ou l’industrie. En ce qui concerne les inconvénients, la
sûreté dans le réseau de transport maritime canadien ne serait pas
accrûe autant que dans le secteur de l’aviation; de plus, les efforts
déployés dans le secteur maritime canadien ne correspondraient
pas à ceux du plus important partenaire commercial du Canada, à
savoir les États-Unis, ni aux efforts d’autres pays partageant les
mêmes intérêts, comme l’Australie. Les États-Unis instaurent
actuellement un programme d’habilitation intitulé Transportation
Worker Identification Credential (TWIC). Pour ces raisons, cette
option a été rejetée.
1747
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Option 2: Security Clearances for All Port and Marine Facility
Workers Requiring Access to Restricted Areas
Option 2 : Habilitation de sécurité pour tous les travailleurs des
ports et des installations maritimes qui doivent avoir accès à des
zones réglementées
The advantages of this option are that it would meet the commitment and that it would be consistent with the security clearance at Canada’s airports and with the security efforts of a
number of Canada’s main trading partners. In addition, it is anticipated that any security clearance program would increase public and industry confidence in the security of the marine transportation system. This is expected to generate long-term benefits for
Canada’s maritime trade.
National consultations and stakeholder input through the working groups has established that the main disadvantage of this option is that a broad program of security clearances would require
more work due to the complexity of marine operations and the
mobility of the workforce. It would require larger expenditures on
new security personnel and changes in operations, rendering, for
the time being, such a scheme slightly more expensive and not
quite as efficient. Accordingly, this option was reserved for now
but could be revisited in the future.
Cette option aurait l’avantage de respecter l’engagement et
s’alignerait sur le Programme d’habilitation de sécurité en vigueur dans les aéroports canadiens et sur les efforts de sûreté déployés par plusieurs des principaux partenaires commerciaux du
Canada. Un programme d’habilitation de sécurité rehausserait la
confiance du public et de l’industrie quant à la sûreté du réseau de
transport maritime. On croit que cette mesure générerait des avantages à long terme pour le commerce maritime au Canada.
Les consultations nationales et les commentaires fournis par
des intervenants, par l’entremise de groupes de travail, ont permis
de conclure que le principal désavantage de cette option serait
qu’un programme global d’habilitations de sécurité exigerait plus
d’efforts en raison de la complexité des opérations maritimes et
de la mobilité de la main-d’œuvre. Il faudrait réaliser des dépenses plus grandes pour engager du nouveau personnel de sûreté et
effectuer des changements dans les opérations, rendant pour le
moment le projet un peu plus coûteux et moins efficace. Par
conséquent, cette option a été mise en veilleuse pour l’instant,
mais elle sera peut-être réexaminée dans l’avenir.
Option 3: Security Clearances for Port and Marine Facility
Workers Requiring Access to Certain Restricted Areas or Having
Designated Duties
Option 3 : Habilitation de sécurité pour tous les travailleurs des
ports et des installations maritimes qui doivent avoir accès à
certaines zones réglementées ou qui ont des attributions désignées
The advantages of this option are that it also meets the Government of Canada’s commitment that it would also be consistent
with the security efforts of a number of Canada’s main trading
partners.
This approach is a risk-based approach, requiring security
clearances for persons who are likely to be able to affect security
of the marine transportation system as a consequence of their
duties, responsibilities or functions, or areas they access, at those
facilities determined to be most at risk. This minimizes regulatory
burden and is consistent with the Government of Canada’s Smart
Regulations policy. It is also anticipated that the introduction of
the MTSCP would increase public and industry confidence in the
security of the marine transportation system.
Cette option a l’avantage de respecter l’engagement du gouvernement du Canada et d’être alignée sur les efforts de sûreté
déployés par un certain nombre des principaux partenaires commerciaux du Canada.
Il s’agit d’une approche axée sur le risque. On y exige une habilitation de sécurité pour les personnes susceptibles d’affecter la
sûreté du réseau de transport maritime, en raison de leurs attributions, de leurs responsabilités ou de leurs fonctions et la sûreté
des zones où elles pénètrent, dans les installations jugées les plus
à risque. Cette mesure minimise le fardeau réglementaire et est
conforme à la politique du gouvernement du Canada en matière
de réglementation intelligente. On prévoit en outre qu’un PHSTM
rehausserait la confiance du public et de l’industrie quant à la
sûreté du réseau de transport maritime.
Le désavantage de cette option est qu’il y aurait des répercussions sur les travailleurs et les opérations du transport maritime et
que des coûts y seraient rattachés. Comme on ne croit pas que ces
répercussions seront importantes et, compte tenu qu’une analyse a
permis de déterminer que les avantages l’emportaient largement
sur les coûts, c’est l’option préférée à retenir.
The disadvantages of this option are that there will be some
costs to, and impacts on, marine transportation workers and operations. As these impacts are not expected to be significant, and
analysis has determined that the benefits of this option far outweigh the costs, this is the preferred option to be adopted.
Reconsideration Mechanisms
Mécanismes de réexamen des décisions
With respect to reconsideration mechanisms, some stakeholders proposed that applicants who have a security clearance
refused or cancelled be given the right to appeal to the TATC. As
this is not possible under the MTSA at present, the Office of Reconsideration within Transport Canada has been developed as an
alternative. This issue may be revisited at a later date.
En ce qui a trait aux mécanismes de réexamen des décisions,
certains intervenants ont suggéré que les demandeurs dont l’habilitation de sécurité serait refusée ou annulée, aient le droit d’en
appeler de la décision auprès du TATC. Puisque la LSTM ne
nous permet pas présentement d’offrir cette option, nous avons
mis sur pied à titre de solution de rechange un bureau de réexamen des décisions au sein de Transports Canada. Cette question
pourra être réexaminée à une date ultérieure.
Alternatives to Parts 6 and 7 — AMPs
Solutions de rechange aux parties 6 et 7 — SAP
With respect to the new Parts 6 and 7 of the Regulations, there
are no viable alternatives. The MTSA requires the making of
regulations to give effect to the AMPs scheme. Without the new
En ce qui a trait aux nouvelles parties 6 et 7 du règlement, il
n’existe aucune autre solution viable. La LSTM prévoit que soit
pris un règlement qui instaure un régime de SAP. Sans les présentes
1748
2006-11-15
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
amendments, Transport Canada would be limited in its enforcement program to prosecuting contraventions of the MTSA and
Regulations in criminal court.
modifications, Transports Canada serait limité, dans son programme
d’application, à poursuivre devant les tribunaux de droit criminel
toute contravention à la LSTM ou à son règlement.
Alternatives to Miscellaneous Amendments
Solutions de rechange aux modifications diverses
There are no viable alternatives regarding the miscellaneous
amendments. The amendments are intended to ensure that the
Regulations are internally more consistent and technically and
linguistically correct in both official languages. In addition, these
amendments address operational problems generated by the
Regulations that came into force on July 1, 2004.
Il n’existe aucune solution de rechange viable portant sur les
diverses modifications diverses apportées. Ces modifications visent à rendre le règlement plus cohérent et correct d’un point de
vue technique et linguistique dans les deux langues officielles. De
plus, ces modifications règlent des problèmes opérationnels engendrés par le règlement qui est entré en vigueur le 1er juillet 2004.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Part 5 — MTSCP
Partie 5 — PHSTM
Benefits
Avantages
The benefits of the amendments are expected to be a reduction
in the likelihood of security incidents at marine facilities and
ports and in the consequences of such incidents, such as fatalities,
injuries, and property damage, as well as disrupting and bringing
into disrepute the marine transportation system.
Les avantages des modifications apportées sont la réduction
d’une part, de la probabilité que se produisent des incidents de
sûreté à des installations maritimes et à des ports et, d’autre part,
de la gravité des conséquences connexes à ces incidents, comme
les décès, les blessures, les dommages à la propriété, ou encore la
perturbation du réseau de transport maritime, ou le discrédit dont
il pourrait faire l’objet.
Estimates were developed of current long run average annual
losses to Canada associated with possible marine security incidents for which the risk would be reduced if the MTSCP were in
place. The difference in the losses provides an estimate of the
benefits of the amendments to the Regulations. The estimates of
the consequences of the possible incidents do not include indirect
and induced impacts or the impact of potential long-term trade
restrictions.
On a réalisé des estimations des pertes annuelles moyennes à
long terme pour le Canada qui pourraient résulter, d’incidents de
sûreté maritime possibles dont les risques seraient réduits suite à
la mise en place du PHSTM. La différence dans les pertes comprend une estimation des avantages des modifications proposées
au règlement. L’estimation des conséquences des incidents possibles n’englobe pas les répercussions indirectes et induites, ni l’incidence des restrictions potentielles à long terme en matière commerciale.
The current long run average annual losses to Canada associated with marine security incidents are shown in the table below.
Pour le Canada, les pertes annuelles moyennes à long terme associées aux incidents de sûreté maritime sont indiquées dans le
tableau ci-dessous.
Avantage annuel :
Courant
(millions $)
Avec le
PHSTM
(millions $)
Écart
(millions $)
1
Blessures et décès
3
2
1
0
Dommage à la propriété
1
1
0
Fermetures de ports
287
183
104
Influence sur l’industrie des
croisières
27
16
10
Total
317
202
116
Current
($ millions)
With MTSCP
($ millions)
Difference
($ millions)
Injuries and Fatalities
3
2
Property Damage
1
1
Port Closure
287
183
104
Cruise Industry Impact
27
16
10
Total
317
202
116
Annual Benefit:
Costs
Coûts
The costs of implementing MTSCP will be borne by both government and affected port administrations and marine facility
operators.
Les coûts de mise en œuvre du PHSTM seront absorbés par le
gouvernement, les administrations portuaires et les exploitants
d’installations maritimes touchés.
The cost to government includes the cost to Transport
Canada, CSIS and the RCMP of activities required to process
requests for clearances, compliance and enforcement activities
including inspections at the affected ports, the cost of Automated
Fingerprint Identification System (AFIS) equipment to be used
for transmission of the applicant’s information to Transport
Canada headquarters, staff training, regulatory development and
Le gouvernement assume les coûts de Transports Canada, du
Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et de la
Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour les activités liées au
traitement des demandes d’habilitation de sécurité et celles liées
au respect et à l’exécution des dispositions législatives, par exemple les inspections aux ports touchés, les coûts de l’équipement
du système informatisé de dactyloscopie dont on se sert pour
1749
2006-11-15
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
inspection and compliance activities. No new funding is required,
as resources for these estimated costs have already been allocated.
Industry costs would include time and material required to collect and forward the information necessary for Transport Canada
to process applications for clearances, as well as the cost of controlling access to restricted areas requiring a security clearance. Industry costs were estimated by comparing the MTSCP
with the clearance program currently in place at Canada’s airports, assuming 10,000 clearance requests per year. Costs include
time required to verify information submitted on security clearance applications, input information in the required format, collect fingerprints and photograph, send and receive information
to/from Transport Canada, issue new identification cards showing
that a security clearance has been granted, train and employ personnel on AFIS equipment, as well as the cost of additional space
required. Costs associated with the requirements of the Regulations that came into force on July 1, 2004, are not included.
Estimated costs are shown below. Costs after year 4 are estimated at $3.9 million annually.
transmettre les renseignements du demandeur à l’Administration
centrale de Transports Canada, la formation des employés, l’élaboration des règlements ainsi que les activités consacrées aux
inspections et à la conformité. Aucun nouveau financement ne
s’avérera nécessaire, car les ressources prévues pour ces coûts
estimatifs ont déjà été affectées.
Les coûts pour l’industrie comprennent le temps et le matériel
nécessaires pour recueillir et transmettre les renseignements que
doit obtenir Transports Canada pour traiter les demandes d’habilitation. Ils comprennent également le coût des contrôles d’accès
aux zones réglementées où est exigée une habilitation de sécurité.
Ces coûts ont été estimés en comparant le PHSTM avec le programme d’habilitation actuellement en place aux aéroports canadiens, en présumant qu’on reçoive 10 000 demandes par année.
Les coûts englobent le temps qu’il faut pour vérifier les renseignements inscrits sur les demandes d’habilitation de sécurité, la
saisie des données dans le format qui convient, la collecte des
empreintes digitales et la prise de photographies, la réception de
renseignements par Transports Canada et l’envoi de renseignements à ce dernier, la délivrance de nouvelles cartes d’identité
indiquant qu’une habilitation de sécurité a été accordée, l’embauche du personnel et la formation sur le système de dactyloscopie, ainsi que les coûts de l’espace supplémentaire requis. Les
coûts liés aux exigences du règlement entré en vigueur le 1er juillet 2004 ne sont pas comptabilisés.
Les coûts estimés figurent ci-dessous. Les coûts après la quatrième année sont estimés à 3,9 millions de dollars annuellement.
Year 1
Year 2
Year 3
Year 4
1ère année
2e année
3e année
4e année
Government
$5.9
$3.5
$4.4
$3.7
Gouvernement
5,9 $
3,5 $
4,4 $
3,7 $
Industry
$0.2
$0.2
$0.2
$0.2
Industrie
0,2 $
0,2 $
0,2 $
0,2 $
Total
$6.1
$3.7
$4.6
$3.9
Total
6,1 $
3,7 $
4,6 $
3,9 $
Cost-Benefit Comparison
Comparaison des coûts-avantages
As shown in the table below, the benefits of the amendments
significantly exceed the costs, even when the impact of port closures is excluded from the analysis:
Comme le montre le tableau ci-après, les avantages des modifications dépassent de beaucoup les coûts, même lorsque l’on supprime de l’analyse les répercussions liées à la fermeture de ports :
Year 1
($ millions)
Year 2
($ millions)
Year 3
($ millions)
Year 4 and
beyond
($ millions)
Benefits including
the impact of port
closures
116.0
116.0
116.0
116.0
Benefits excluding
the impact of port
closures
12.0
12.0
12.0
12.0
6.1
3.7
4.6
3.9
Costs
Given that with the risk managed approach there will be significantly less than 10,000 clearances issued per year at the five
key ports, it is expected that costs will not change appreciably
with the expansion to other ports. The benefits of increasing security at the other eight ports in Phase 2 will be substantial but to
provide additional conservatism to the cost-benefit analysis, we
have decided to leave it unchanged.
1750
1ère année
(millions $)
2e année
(millions $)
3e année
(millions $)
4e année
et +
(millions $)
Avantages, avec
répercussions liées à
la fermeture de ports
116,0
116,0
116,0
116,0
Avantages, sans
répercussions liées à
la fermeture de ports
12,0
12,0
12,0
12,0
6,1
3,7
4,6
3,9
Coûts
Compte tenu de l’approche axée sur la gestion des risques, il y
aura beaucoup moins de 10 000 habilitations de sécurité délivrées
par année aux cinq ports clés. On s’attend donc à ce que les coûts
restent sensiblement les mêmes lorsque le programme sera étendu
aux autres ports. Les avantages de l’augmentation de la sûreté aux
huit autres ports de la phase 2 seront substantiels, mais pour ajouter un peu au conservatisme de l’analyse coûts-avantages, nous
avons décidé de ne rien changer.
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Parts 6 and 7 — AMPs and Notice and Service Provisions
Parties 6 et 7 — Dispositions sur les SAP, les avis et les
significations
Benefits
Avantages
The benefits of Part 6 of the Regulations relate to the benefits
of enforcing regulatory requirements by administrative rather than
judicial proceedings. If the Part 6 amendments to the Regulations
were not made, all contraventions would have to be prosecuted
through the criminal courts, often at considerable cost.
La partie 6 du règlement présente comme avantage l’application des exigences réglementaires par des procédures administratives plutôt que judiciaires. Si les modifications à la partie 6 du
règlement n’avaient pas été apportées, toutes les contraventions
devraient être jugées, souvent à des coûts considérables, en cour
criminelle.
Les particuliers et les personnes morales auxquels une sanction
pécuniaire serait imposée auraient le droit d’interjeter appel auprès du TATC. Les membres du Tribunal qui entendent les causes
en vertu de la LSTM auront une expertise en matière maritime,
s’assurant ainsi que toutes les questions techniques sont entièrement et correctement considérées.
Les avantages de la partie 7 du règlement reposent sur le fait
que l’on disposera dorénavant d’un plus grand éventail de procédés pour assurer la signification d’avis et de documents en vertu
de la LSTM. Par le fait même, les coûts liés à la gestion du règlement seront minimisés.
Individuals and companies against whom a monetary penalty is
assessed would have the right to apply to the TATC. Tribunal
members hearing cases under the MTSA will have expertise in
marine matters, thus ensuring the full and proper consideration of
all technical issues.
The benefits of Part 7 of the Regulations lie in the fact that
there will be more procedures provided to ensure that notices are
given and documents served under the MTSA and in so doing
minimize the costs for administering the Regulations.
Costs
Coûts
The amendments will not affect the costs that Transport
Canada Marine Security will incur for monitoring compliance
with the MTSA and Regulations. The costs to the Government of
presenting cases before the TATC, however, will be lower than
having the case heard by the criminal courts, since the TATC
process is generally much quicker and less likely to involve Government legal counsel. Experience in other transport modes has
shown that Transport Canada inspectors and program personnel,
as opposed to legal counsel, can usually present cases heard by
the TATC.
Les modifications n’affecteront pas les coûts que doit supporter
la Direction générale de la sûreté maritime de Transports Canada
pour assurer l’observation de la LSTM et du règlement. Les coûts
qu’aura à assumer le Gouvernement s’il présente des causes devant le TATC seront toutefois moins importants que si ces mêmes causes étaient instruites en cour criminelle, car le processus
du TATC est en général beaucoup plus rapide et moins susceptible d’impliquer un avocat du Gouvernement. L’expérience acquise dans d’autres modes de transport a démontré que les causes
instruites par le TATC pouvaient habituellement être présentées
par le personnel du programme et les inspecteurs de Transports
Canada plutôt que par un avocat.
Les autres coûts du Gouvernement sont ceux qui relèveront directement du TATC. Les frais par audience s’élèvent, à l’heure
actuelle, à environ 5 000 $, ce qui comprend les coûts de location
des locaux où se tient l’audience, les dispositions relatives à
un sténographe, la transcription des procédures, les dépenses
liées aux déplacements, les indemnités quotidiennes des membres
du TATC et la publication de la décision du TATC dans les deux
langues officielles. Ces coûts se comparent favorablement à ceux
à débourser par la cour criminelle pour instruire une cause et rendre sa décision.
Quant aux coûts que doivent supporter les membres de la communauté maritime réglementée, seuls les particuliers et les entreprises contre lesquels la Direction générale de la sûreté maritime
de Transports Canada aura pris des mesures administratives seront touchés. Le particulier ou l’entreprise pourrait choisir d’admettre ses torts et de payer la sanction pécuniaire imposée ou
décider d’en appeler de la décision devant le TATC. Les coûts du
particulier ou de l’entreprise liés à la révision par le TATC ne
seront pas plus élevés que si Transports Canada poursuivait en
cour criminelle et, dans la plupart des cas, ces coûts pourront
même s’avérer moindres.
Tout l’argent reçu de la communauté réglementaire en matière
maritime par suite de l’imposition d’une SAP sera versé au Trésor. Il ne sera pas réaffecté à la Direction générale de la sûreté
maritime de Transports Canada.
Other Government costs are those that will be incurred directly
by the TATC. Tribunal costs per hearing currently average approximately $5,000, including the costs of renting hearing facilities, arranging for a court reporter, preparing the transcript of
proceedings, paying the travel and per diem fees of the TATC
members, and publishing the TATC decision in both official languages. These costs compare very favourably with the costs that
would be incurred by the criminal courts to hear and decide a
case.
Regarding costs incurred by members of the regulated marine
community, only those individuals and companies against whom
administrative enforcement action is taken will be affected. The
individual or company may choose to admit the contravention and
pay the monetary penalty assessed. Alternatively, they may
choose to challenge the decision before the TATC. The costs to
the individual or company related to the TATC review will not be
more than the costs that would be incurred if the case were prosecuted by Transport Canada in criminal court and, in most cases,
may be considerably less.
All monies paid by the regulated marine community as a result
of the assessment of an AMP would be deposited into the Government’s consolidated revenue fund. The monies would not be
attributed back to Transport Canada Marine Security.
1751
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Miscellaneous Amendments
Modifications diverses
These amendments do not provide any specific benefits, other
than those related to the internal consistency of the Regulations.
There are no costs.
Ces modifications n’apporteront aucun avantage particulier,
outre les avantages liés à l’amélioration de la cohérence à l’intérieur même du règlement. Aucun coût n’en résulte.
Environmental Impacts
Impacts environnementaux
The amendments to the Regulations will not have significant
environmental impacts, either positive or negative, requiring a
detailed environmental assessment. Both Parts 5 and 6 will have
indirect positive outcomes for the environment: Part 5 by improving maritime security and reducing the likelihood of terrorist acts
with significant consequences for the environment, and Part 6 by
virtue of introducing effective compliance and enforcement
mechanisms that are anticipated to result in increased levels of
regulatory compliance.
Les modifications au règlement n’auront pas d’impacts environnementaux importants, ni positifs ni négatifs, qui nécessiteraient une évaluation environnementale approfondie. Les parties 5
et 6 auront indirectement des répercussions positives sur l’environnement : la partie 5 favorisera l’accroissement de la sûreté
maritime et la réduction des probabilités d’actes terroristes ayant
des conséquences notables pour l’environnement et la partie 6
instituera des mécanismes efficaces pour assurer le respect et
l’exécution des règlements et pourrait ainsi rehausser davantage
le degré de conformité aux règlements.
Privacy Impacts
Impacts sur la protection des renseignements personnels
Part 5 — MTSCP
Partie 5 — PHSTM
In accordance with the Privacy Impact Assessment Policy of
the Treasury Board of Canada, a privacy impact assessment was
conducted to identify the privacy and security related risks associated with the operation of the MTSCP and to find ways to
eliminate those risks. More specifically, the privacy impact assessment is aimed at ensuring that privacy provisions are fully
integrated into all operational aspects of the security clearance
program, that the activities related to its administration and operation are conducted in compliance with the requirements of the
Privacy Act and that Transport Canada can adequately answer
questions from interested parties about the impact of the program
on the privacy of the individuals whose personal information is
collected for security clearance purposes. The Office of the Privacy Commissioner of Canada was kept informed during the privacy impact assessment process throughout the development of
these amendments.
Conformément aux exigences contenues dans la Politique d’évaluation des facteurs relatifs à la vie privée (ÉFVP) établie par le
Secrétariat du Conseil du Trésor, une telle évaluation a été menée
en vue de définir les risques en matière de protection des renseignements personnels et de sûreté associés à la prestation
du PHSTM et de trouver des façons de les éliminer. Plus particulièrement, l’ÉFVP visait à ce que les questions de protection des
renseignements personnels soient entièrement intégrées aux aspects opérationnels du programme d’habilitation de sécurité, que
les activités liées à son administration et à sa mise en œuvre
soient menées conformément aux exigences de la Loi sur la protection des renseignements personnels et que Transports Canada
puisse répondre adéquatement aux questions posées par les parties intéressées à propos de l’impact du programme sur la protection des renseignements personnels des personnes dont les renseignements sont recueillis aux fins de l’habilitation de sécurité.
Tout au long de l’élaboration des présentes modifications, le
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a été tenu
au courant de l’évolution du processus de l’évaluation des facteurs relatifs à la vie privée.
L’examen a permis de déterminer que le programme est établi
en conformité avec les prescriptions de la Loi sur la protection
des renseignements personnels et les principes généralement reconnus. Tous les champs de renseignements personnels recueillis
sont nécessaires aux fins du processus de demande d’habilitation
de sécurité. Transports Canada possède également un cadre clair
sur l’utilisation et la divulgation des renseignements personnels
recueillis afin que soient respectées les prescriptions des articles 7
et 8 de la Loi sur la protection des renseignements personnels.
The review established that the program has been developed in
compliance with the requirements of the Privacy Act and generally accepted privacy principles. All fields of personal information collected are required for the security clearance application
process. Transport Canada also has a framework for the use and
disclosure of personal information that is collected to ensure that
it would only be used in accordance with the requirements of
sections 7 and 8 of the Privacy Act.
Parts 6 and 7 — AMPs, and Miscellaneous Amendments
Parties 6 et 7 — SAP et modifications diverses
The Parts 6 and 7 amendments and the miscellaneous amendments do not raise privacy issues.
Les modifications ajoutant les parties 6 et 7 et les modifications
diverses ne soulèvent aucune question en matière de protection
des renseignements personnels.
Regulatory Burden
Fardeau réglementaire
The amendments to the Regulations are consistent with the
principles of Smart Regulation in minimizing the regulatory burden on Canadians as much as possible while reducing the risk of
threats to the marine transportation system. Part 5 uses a riskbased approach, requiring security clearances only for persons
likely to be able to affect security of the marine transportation
Les modifications au règlement sont alignées sur les principes
de réglementation intelligente du fait qu’elles minimisent le plus
possible le fardeau réglementaire des Canadiens, et diminuent les
risques de menace au réseau de transport maritime. La partie 5
prévoit une approche axée sur le risque, exigeant une habilitation
de sécurité seulement pour les personnes susceptibles d’affecter le
1752
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
system in those facilities determined to be most at risk. Part 6 of
the Regulations allows for assurances of compliance, AMPs and a
process that ensures that enforcement is independent, fair, consistent and expeditious.
réseau de transport maritime dans les installations jugées les plus
à risque. La partie 6 du règlement prévoit des transactions de conformité, des SAP et un processus pour faire en sorte que l’application des règlements se fasse de manière indépendante, juste,
cohérente et rapide.
Consultation
Consultations
Consultations on this regulatory amendment package have been
ongoing with stakeholders since January 2003. Originally included in the Regulations that came into force on July 1, 2004,
these regulatory amendments were held in reserve to allow further
consultation and policy development.
Des consultations au sujet de l’ensemble de ces modifications à la réglementation se poursuivent depuis janvier 2003.
D’abord incluses dans le projet de modifications entré en vigueur
le 1er juillet 2004, ces propositions de réglementation ont été par
la suite gardées en réserve afin de permettre des consultations
plus poussées et l’élaboration supplémentaire de la politique sousjacente.
Par suite de la publication au préalable de ces modifications au
Règlement sur la sûreté du transport maritime (RSTM) dans
l’édition du 1er juillet 2006 dans la Gazette du Canada Partie I,
Transports Canada a reçu dix-sept soumissions écrites des parties
suivantes : six groupes syndicaux, cinq organismes de transport,
trois administrations portuaires et trois groupes de l’industrie
maritime. D’ordre général, le soutien à l’endroit du PHSTM est
excellent bien que certains groupes représentant la main-d’œuvre
en questionnent toujours la raison-d’être. Néanmoins, certaines
questions ont été soulevées dans ces soumissions écrites qui exigent certains éclaircissements.
Les parties intéressées recommandent qu’on clarifie les exigences qui font que les habilitations de sécurité et/ou ont le contrôle
de celle-ci s’appliquent aux personnes qui ont accès à la documentation ou peuvent la contrôler, qu’elles travaillent ou non à
l’installation. Bien qu’on reconnaisse le bien-fondé de cette approche, on a soulevé des inquiétudes au sujet de la mise en œuvre
et de l’applicabilité de cette mesure. Transports Canada est
confiant que la clarification du libellé de la disposition va permettre de résoudre les difficultés de mise en œuvre.
Dans un même ordre d’idée, plusieurs parties intéressées ont
recommandé qu’on clarifie l’exigence d’une habilitation de sécurité pour les personnes qui montent à bord d’un navire de croisière en interface avec une zone réglementée de classe II, y compris celles qui sont directement en interface avec un tel navire
côté eau, pour fournir le soutage et d’autres services. Cette recommandation a été acceptée et le libellé a été clarifié.
Following pre-publication of these amendments to the Marine
Transportation Security Regulations (MTSRs) in the Canada
Gazette, Part I, July 1, 2006, Transport Canada received seventeen written submissions from the following: six labour groups;
five shipping organizations; three port authorities; and three marine industry groups. Overall, there is widespread support for
the MTSCP, although some labour groups still question the rationale. Nevertheless, some questions were raised in the written
submissions, so further clarification is provided on these issues
and concerns.
Stakeholders recommended clarification that requirements for
security clearances apply to those who access and/or control
documentation, whether working on or off the facitility. While
there was recognition of the rationale for this approach, concerns
regarding implementation and manageability were identified. TC
is confident that the clarified wording of the provision addresses
the implementation concerns.
In a similar vein, several stakeholders recommended clarification that a security clearance be required for those who board a
cruise ship interfacing with a restricted area two, including those
who directly interface with such a vessel on the waterside, as for
example, to provide bunkering and other services. This recommendation was accepted and wording clarified.
Delay the Publication in the Canada Gazette, Part II
Retarder la publication dans la Gazette du Canada Partie II
It was suggested by some labour groups to delay the publication of the Regulations until all pilot projects and the process
mapping has been completed for both cruise ship and container
terminals. These ongoing projects are intended to assist in developing guidelines to facilitate implementation. Since these will
continue throughout the thirteen month implementation period of
the amendments, and have no effect on the Regulations, a delay in
publication is not warranted.
Certains groupes syndicaux ont suggéré de retarder la publication du règlement proposé jusqu’à ce que tous les projets pilotes
et l’établissement du processus soient terminés tant pour les gares
de navires de croisière que pour les terminaux pour conteneurs.
Les projets pilotes en cours visent à aider à l’élaboration de lignes
directrices pour faciliter la mise en œuvre. Étant donné que ces
activités se poursuivront au cours des treize mois de la période de
mise en œuvre des présentes modifications, ces questions n’ont
aucune répercussion sur ces modifications et il n’est pas justifié
d’en retarder la publication.
Certains intervenants s’inquiétaient du court délai accordé aux
travailleurs pour obtenir leurs habilitations de sécurité avant l’entrée en vigueur du règlement. L’approche de mise en œuvre progressive des présentes modifications tient compte de cette question. Les ports faisant partie de la phase 1 devront se conformer
au règlement proposé à partir du 15 décembre 2007, soit dans
plus d’un an, et les ports de la phase 2 jouiront d’un délai d’un
an de plus (15 décembre 2008). Par conséquent, les particuliers
Some stakeholders were concerned about the lack of time for
workers to obtain their security clearances prior to the regulations
coming into force. The phased-in implementation approach of the
Regulations addresses this issue. Phase 1 ports will need to comply with the Regulations by December 15, 2007, over a year
away, and Phase 2 ports will be given an additional year (December 15, 2008). Therefore, ample time will be given for individuals
to apply for their security clearances, including all full-time
1753
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
employees, occasional employees, and seasonal employees. TC
will work closely with all parties to facilitate the enrolment
process.
Labour also cited the technology problems that the United
States is currently experiencing with the Transportation Worker
Identification Credential (TWIC) program as a reason for delaying publication of the amendments, however TC is not proposing
new technology for the port pass issuance or access control.
auront amplement de temps pour demander leurs habilitations
de sécurité, qu’il s’agisse d’employés à temps plein, d’employés
occasionnels ou d’employés saisonniers. Transports Canada collaborera de près avec toutes les parties afin de faciliter le processus d’inscription.
Les syndicats ont aussi cités les problèmes technologiques que
vivent présentement les États-Unis dans leur programme Transportation Worker Identification Credential (TWIC) comme raison
de retarder la publication des présentes modifications. Toutefois,
Transports Canada ne propose pas la mise en place d’une nouvelle technologie pour l’émission des laissez-passer portuaires ou
le contrôle des accès.
The Reconsideration Mechanism and the Office of
Reconsideration (OOR)
Le mécanisme de réexamen et le Bureau de réexamen (BRE)
With respect to a reconsideration mechanism, it was requested
that individuals who have a security clearance refused or cancelled be given the right to appeal to the TATC, or alternatively,
to an organization or entity wholly independent from Transport
Canada. In order for the TATC to perform the reconsideration
function, amendments to several acts of Parliament would be
required. This can be a lengthy process, and this option will be
explored in the future. In any case, the TATC does not have the
legislated authority to overturn a Minister’s decision, nor to recommend that the Minister reconsider a decision. Likewise, any
outside organization or agency also lacks the legislated authority
to overturn a Minister’s decision, or to recommend that the Minister reconsider a decision. However, the applicant still has the option of filing an appeal with the Federal Court.
In order to provide an expedited review of any negative decision, the Office of Reconsideration was developed. Transport
Canada is currently establishing the OOR in Ottawa, and it will
operate under the Assistant Deputy Minister of Corporate Services. It is, therefore, completely independent from the Safety and
Security ADM, and the original decision-maker. The OOR will be
administered by a Director who will hire, on a contractual basis,
independent advisors to review the applications for reconsideration. When review of the application is complete, the OOR will
make a recommendation to the Minister to either confirm or reconsider the original decision on the file. The Office of Reconsideration is a review process, not an appeal process.
Extensive information was requested on the Office of Reconsideration, the independent review mechanism to which individuals may apply for reconsideration within thirty days of having a
security clearance refused or cancelled. Specifically, stakeholders
questioned if the OOR will have a quasi-judicial process that includes hearings, appeals, stays, witnesses, affidavits, evidence,
standards of proof, regional offices, etc. The OOR is intended to
provide an expedited and inexpensive process. The timely nature
of the process was a key consideration throughout the regulatory
development.
Information requests on how to apply to the OOR: The OOR
will soon have a website and an operational 1-800-number to
provide complete information to the public. As well, the OOR
will supply information pamphlets at the enrolment sites where
they can be readily available to individuals when applying for a
security clearance.
En ce qui a trait au mécanisme de réexamen, on a demandé que
les particuliers dont l’habilitation de sécurité serait refusée ou
annulée aient le droit d’en appeler au TATC ou à un organisme
ou une entité entièrement indépendants de Transports Canada.
Pour que le TATC puisse exercer cette fonction de réexamen, des
modifications à plusieurs lois adoptées par le Parlement seraient
requises. Ce processus pourrait prendre beaucoup de temps et
pourrait être envisagé à l’avenir. Le TATC n’a pas le pouvoir
législatif de renverser la décision d’un ministre ou de recommander que le ministre réexamine sa décision. De plus, aucun autre
organisme ou aucune agence externe ne possède le pouvoir législatif de renverser la décision d’un ministre ou de recommander
que le ministre réexamine sa décision. Le candidat conserve l’option d’interjeter appel en Cour fédérale.
Afin de fournir une revue expéditive de toute décision négative, le Bureau de réexamen a été mis sur pied. Transports Canada
établit présentement le BRE à Ottawa sous la direction du sousministre adjoint des Services généraux. Il est donc entièrement
indépendant du SMA, Sécurité et Sûreté et du décideur original.
Le BRE sera administré par un directeur qui embauchera à contrat
des conseillers indépendants chargés d’étudier les demandes de
réexamen. Lorsque l’examen de la demande sera terminé, le BRE
soumettra une recommandation au ministre, afin de confirmer ou
de réexaminer la décision originale au dossier. Le Bureau de réexamen est un processus de revue et non un processus d’appel.
1754
On a demandé beaucoup de renseignements au sujet du Bureau
de réexamen, du mécanisme de revue indépendant auxquels les
particuliers peuvent faire appel en vue d’un réexamen dans les
trente jours du refus ou de l’annulation d’une habilitation de
sécurité. Plus particulièrement, les intervenants ont demandé si
le BRE disposera d’un processus quasi judiciaire comprenant des
audiences, appels, arrêtés, témoins, affidavits, preuves, normes de
preuve, bureaux régionaux, etc. Le BRE vise à fournir un processus expéditif et économique. La nature ponctuelle du processus a
été la clé de la formule envisagée tout au long de l’élaboration.
Demandes de renseignements au sujet du processus de présentation d’une demande au BRE : Le BRE aura bientôt un numéro
d’appel 1-800 et un site Web fournissant des renseignements détaillés au public. De plus, le BRE rendra disponibles, sur les sites
de présentation des demandes, des brochures d’information à la
disposition des personnes qui présentent une habilitation de sécurité.
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Recognition of Security Clearances — Air and Marine
Reconnaissance des habilitations de sécurité — secteur aérien et
maritime
Stakeholders asked if security clearances in the air mode would
be recognized in the marine mode. The MTSCP is an expansion
of Transport Canada’s existing Security Clearance Program,
which has been in place at Canadian airports since 1985. There is
only one Security Clearance Program; therefore, it will now serve
two industries, the air industry and the marine industry. A security clearance issued to an individual under this program is
equally valid in Canadian airports, marine ports and facilities;
however, the individual still requires a port or airport pass specific to their place(s) of employment. For example, if an individual with a valid security clearance works at Pearson International
Airport in Toronto, then moves to Vancouver and wishes to work
at the Port of Vancouver, his security clearance is valid in
Vancouver, and he will only need to apply for a port pass.
Les parties intéressées ont demandé si les habilitations de sécurité obtenues dans le secteur aérien seraient reconnues dans le
secteur maritime. Le PHSTM est un élargissement du programme
existant d’habilitation de sécurité de Transports Canada qui est en
place dans les aéroports canadiens depuis 1985. Il n’existe qu’un
seul programme d’habilitation de sécurité des transports; par
conséquent, le programme desservira maintenant deux industries,
l’industrie aérienne et l’industrie maritime. Une habilitation de
sécurité délivrée à un particulier en vertu de ce programme est
également valide dans les aéroports canadiens et les ports et installations maritimes; cependant, le particulier doit obtenir également un laissez-passer de port ou d’aéroport spécifique à son(ses)
lieu(x) de travail. Par exemple, si un particulier possédant une
habilitation de sécurité valide travaillant à l’aéroport international
Pearson de Toronto déménage à Vancouver et désire travailler
au Port de Vancouver, son habilitation de sécurité sera valide à
Vancouver et il n’aura qu’à présenter une demande de laissezpasser au port.
MTSCP and Risk Management
Le PHSTM et la gestion du risque
Some stakeholders questioned if the MTSCP would effectively
address all possible security risks in the marine industry. The
Security Clearance Program is a proven success in Canada’s air
industry, and by now extending it to the marine sector, Transport
Canada takes an important step forward to further enhance security at Canadian ports. The MTSCP is one of many risk management strategies that the Government of Canada is using to
address the modern threat environment, and to protect Canadians
and Canadian industry.
Certains intervenants ont dit s’interroger à savoir si le PHSTM
sera en mesure de résoudre efficacement tous les risques possibles
dans l’industrie maritime. Le Programme d’habilitation de sécurité est un succès éprouvé dans l’industrie aérienne du Canada et,
en l’étendant maintenant au secteur maritime, Transports Canada
applique une mesure importante pour rehausser la sûreté dans les
ports canadiens. Le PHSTM est l’une des nombreuses stratégies
de gestion du risque que le gouvernement du Canada utilise pour
répondre efficacement au climat actuel de menaces contre la sûreté et pour protéger les Canadiens et les Canadiennes, ainsi que
l’industrie canadienne.
Extent of Personal Information Collected
Portée des renseignements personnels recueillis
Some stakeholders required clarification on the depth of personal information required by Transport Canada to perform background checks. Since the RCMP, CSIS, and CIC perform these
background checks for Transport Canada, only the necessary personal information, as specified by these departments and agencies, is requested from the applicant for the purpose of performing
these background checks.
Certains intervenants ont demandé des précisions quant à la
portée des renseignements personnels requis par Transports
Canada pour l’exécution de vérifications des antécédents. Étant
donné que la GRC, SCRS et CIC effectuent ces vérifications pour
Transports Canada, seuls les renseignements personnels nécessaires, tels que précisés par ces ministères et organismes, sont demandés des candidats aux fins de l’exécution de ces vérifications
des antécédents.
Background Checks with Foreign States
Vérifications des antécédents auprès d’États étrangers
There were questions about background checks and sharing
of information with foreign governments or agencies. Subsection 506(5) states that information will not be shared with a foreign government without the written consent of the applicant.
When an applicant has resided outside of Canada during the fiveyear period under review, there may be a requirement for Transport Canada to conduct verifications of the applicant’s information from an authority in a state in which the person lived during
the five-year period.
The Minister must have verifiable information in order to conduct appropriate background checks. In keeping with the spirit of
the Privacy Act, Transport Canada will not exchange information
with foreign governments without the written consent of the applicant.
On s’est interrogé sur les vérifications des antécédents et le
partage d’informations avec des gouvernements ou organismes
étrangers. Le paragraphe 506(5) précise que les renseignements
ne seront pas partagés avec un gouvernement étranger sans le
consentement écrit du demandeur. Lorsqu’un demandeur a résidé
à l’extérieur du Canada au cours de la période visée de cinq ans,
Transports Canada peut être tenu de faire des vérifications des
renseignements fournis par le demandeur auprès des autorités de
tout État où le demandeur a vécu au cours de cette période.
Le ministre doit disposer de renseignements vérifiables afin de
pouvoir effectuer des vérifications des antécédents pertinentes.
Conformément à l’esprit de la Loi sur les renseignements personnels, Transports Canada n’échangera pas de renseignements avec
des gouvernements étrangers sans le consentement écrit du demandeur.
1755
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Recognition of the (Free and Secure Trade) FAST and
Transportation Worker Identification Credential (TWIC)
Programs
Reconnaissance des programmes Expéditions rapides et
sécuritaires (EXPRES) et Transportation Worker Identification
Credential (TWIC)
Stakeholders asked if Canada would recognize the FAST
and TWIC programs. Commercial truck drivers bearing a
valid FAST card will be allowed to enter a restricted area two as
long as they follow the procedures and requirements identified in
the approved marine security facility plan. Since the TWIC program is currently under development, it is anticipated that discussions on possible reciprocity will take place in the future.
Les parties intéressées ont demandé si le Canada avait l’intention de reconnaître les programmes EXPRES et TWIC. Les camionneurs commerciaux porteurs d’une carte EXPRES valide
pourront entrer dans une zone réglementée deux à condition qu’ils
se conforment à la procédure et aux exigences dans le plan de
sûreté approuvée de l’installation maritime. Étant donné que le
programme TWIC est présentement en cours d’élaboration, on
s’attend à ce que des discussions au sujet de sa réciprocité puissent avoir lieu dans le futur.
Original Documents Required for Application
Documents originaux requis pour les demandes
Stakeholders expressed concerns about Transport Canada requiring their original identification documents for the application
process. All original identification will be verified and documented at the enrolment site at the time of application and returned to the applicant. Transport Canada will not retain the applicant’s original identification documents.
Les parties intéressées ont exprimé leurs inquiétudes à l’effet
que Transports Canada exigera des documents originaux d’identification pour le processus de demande. Tous les originaux seront
vérifiés et documentés au site d’inscription et remis au demandeur. Transports Canada ne conservera pas les originaux des documents d’identification des demandeurs.
Responsibilities of Port Administrations and Marine Facilities
Responsabilités des administrations portuaires et des installations
maritimes
Several stakeholders requested clarification on the roles and responsibilities of the port administrations and the marine facilities
under the MTSCP. The roles and responsibilities are clearly defined in sections 501 and 502.
Plusieurs parties intéressées ont demandé des précisions au sujet des rôles et responsabilités des administrations portuaires et
des installations maritimes en vertu du PHSTM. Les rôles et responsabilités sont clairement définis aux articles 501 et 502.
Phase 1 and 2 Implementation
Mise en œuvre des phases 1 et 2
In response to stakeholder concerns, Fraser River and North
Fraser have been included in Phase 1 implementation of
the MTSCP. Also added to Phase 2 are Hamilton, Toronto and
Windsor (based on further risk assessment).
Seafarer’s Identification Document (SID) — Stakeholders
raised the need for a nationally accepted identification document
for seafarers or ships’ pilots who must access many different marine facilities and ports. Under the MTSCP, a security clearance
is valid across Canada, and since the security clearance will be
an integral component of a SID, marine facilities, ports or the
St. Lawrence Seaway Management Corporation could choose to
amend their security plans to include the SID documents as part
of their access control procedures.
En réponse aux préoccupations des parties intéressées, les ports
de Fraser River et North-Fraser ont été inclus dans la mise en
œuvre de la phase 1 du PHSTM. On a aussi ajouté les ports de
Hamilton, Toronto et Windsor à la phase 2.
Document d’identité des gens de mer (DIGM) — Les parties
intéressées ont soulevé la nécessité de prévoir un document d’identification accepté au plan national pour les gens de mer et les pilotes brevetés de navire qui doivent avoir accès à de nombreuses
installations maritimes et portuaires. En vertu du PHSTM, une
habilitation de sécurité est valide partout au Canada et, puisque
l’habilitation de sécurité fera partie intégrante d’un DIGM, les
installations maritimes, les administrations portuaires et la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent pourraient
choisir de modifier leurs plans de sûreté de manière à inclure
les DIGM comme partie de leurs procédures de contrôle des accès.
Certaines parties intéressées ont aussi demandé que les DIGM
soient reconnus mutuellement aux États-Unis et au Canada afin
de permettre aux gens de mer de débarquer des navires aux installations maritimes réciproques. Une fois que le TWIC et le DIGM
seront en place, Transports Canada sera en mesure d’entreprendre
des pourparlers à cet effet avec les États-Unis.
Some stakeholders also requested that SID be mutually recognized in the United States and Canada to enable seafarers to get
off the vessels in each other’s marine facilities. Once the TWIC
and SID are in place, it will allow Transport Canada to enter into
discussions with the United States.
Administrative Monetary Penalties (AMPs)
Sanctions administratives pécuniaires (SAP)
Some stakeholders were concerned about the AMPs penalties. AMPs is a graduated system whereby the penalty is matched
to the severity of the offence.
In addition, other minor changes requested were made to the
proposed Regulations.
Certaines parties intéressées s’inquiétaient des sanctions SAP.
Les SAP constituent un programme échelonné en vertu duquel les
sanctions correspondent à la gravité des infractions.
Quelques autres changements mineurs demandés ont été apportés au règlement proposé.
1756
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-269
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The Transport Canada Marine Security enforcement approach
is based on five governing principles: transparency, fairness,
timeliness, consistency and confidentiality. The “fairness” principle refers to striking the right balance between voluntary compliance with the MTSA and Regulations, and the taking of harsher
enforcement measures (either administrative or judicial) when
circumstances warrant it.
L’approche de la Direction générale de la sûreté maritime de
Transports Canada au chapitre de l’application est fondée sur les
cinq principes directeurs suivants : transparence, équité, moment
opportun, uniformité et confidentialité. Le principe « d’équité »
vise à l’établissement d’un juste équilibre entre la conformité
volontaire à la Loi sur la sûreté du transport maritime et ses
règlements et la prise de mesures d’application plus rigoureuses
(de nature administrative ou judiciaire), lorsque les circonstances
l’exigent.
La transaction de conformité repose sur l’acceptation par la
partie qui a commis l’infraction de respecter toutes les prescriptions législatives et réglementaires dans l’avenir. Dans d’autres
cas, les infractions à la législation feront l’objet de mesures
d’application administratives, selon la nature de l’infraction, et les
circonstances dans lesquelles elle a été commise. La rigueur des
mesures d’application prises par la Direction générale de la sûreté
maritime de Transports Canada augmentera en fonction de la
gravité des répercussions de la non-conformité et des récidives et
sera fondée sur la détermination des mesures requises pour assurer la conformité et la dissuasion.
Les SAP seront imposées dans le cas où aucune transaction
de conformité ne peut être conclue, généralement lorsqu’il s’agit
d’infractions plus graves ou d’infractions pouvant avoir des répercussions plus graves ou encore, dans les cas où les infractions
sont commises délibérément ou de façon répétée.
Afin de promouvoir la conformité volontaire, la Direction générale de la sûreté maritime de Transports Canada mène des activités de promotion, d’éducation et de sensibilisation conçues de
manière à ce que la communauté de réglementation soit consciente de ses responsabilités aux termes de la Loi et du règlement
et qu’elles les comprennent. On s’attend à ce que les membres de
la communauté maritime assument ces responsabilités en vue de
déterminer tout écart et d’instituer des mesures correctives de leur
propre chef.
Par ailleurs, les inspecteurs de Sûreté maritime seront informés
de leurs nouvelles attributions qui seront insérées dans le projet
de manuel d’inspection et d’application de Transports Canada,
dans lequel seront également établies les politiques et procédures
d’application de Transports Canada et des renseignements sur les
meilleures façons d’intervenir en cas de non-conformité.
An assurance of compliance is based on the agreement of the
party who committed the contravention to comply with all legislative and regulatory requirements in the future. In other cases,
contraventions of the law will be subject to either administrative
enforcement action based on the nature of the contravention and
the circumstances under which it was committed. The enforcement response by Transport Canada Marine Security will increase
in severity in relation to the severity of the consequences of noncompliance, any recurrence of non-compliance, and will be based
on a determination of what action is required to achieve both
compliance and deterrence.
AMPs will be assessed when no assurance of compliance can
be agreed on, generally, to deal with more serious violations or
those with more serious or potentially serious consequences, and
contraventions that are committed deliberately or on a repetitive
basis.
To promote voluntary compliance, Transport Canada Marine
Security conducts promotional, educational and awareness activities designed to ensure that the regulated community understands
and is aware of its responsibilities under the Act and Regulations.
Members of the marine community are expected to carry out
these responsibilities, to identify any shortcomings and to institute
corrective action on their own initiative.
In addition, marine security inspectors will be informed of their
new duties through Transport Canada’s proposed Inspection and
Enforcement Manual, setting out Transport Canada’s enforcement
policy and procedures and information on how best to respond to
non-compliant behaviour.
Contact
Joanne St-Onge
Director
Marine Security Regulatory Affairs (ABMA)
Marine Security
Transport Canada
Place de Ville, Tower B, 14th Floor
112 Kent Street
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: (613) 949-0655
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Personne-ressource
Joanne St-Onge
Directrice
Affaires réglementaires de la sûreté maritime (ABMA)
Direction générale de la sûreté maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour B, 14e étage
112, rue Kent
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : (613) 949-0655
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
1757
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-270
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
November 2, 2006
Enregistrement
DORS/2006-270
Le 2 novembre 2006
MARINE TRANSPORTATION SECURITY ACT
LOI SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
Regulations Amending the Marine Transportation
Security Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la sûreté du
transport maritime
P.C. 2006-1270
C.P. 2006-1270
November 2, 2006
Le 2 novembre 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to subsection 5(1)a and sections 6a and 51b
of the Marine Transportation Security Actc, hereby makes the
annexed Regulations Amending the Marine Transportation Security Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 5(1)a et des
articles 6a et 51b de la Loi sur la sûreté du transport maritimec,
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le
Règlement modifiant le Règlement sur la sûreté du transport maritime, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE MARINE
TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The reference “[13 to 199 reserved]” after section 12 of
the Marine Transportation Security Regulations1 is replaced by
the following:
13. For the purposes of subsection 47(1) of the Act, the prescribed grounds are those that exist when a decision is made in
consideration of the possibility of an immediate risk to the security of marine transportation.
[14 to 199 reserved]
2. (1) Subsection 218(2) of the Regulations is replaced by
the following:
(2) If records respecting equipment that is not used exclusively
for security are kept separately from records respecting equipment that is used exclusively for security, the vessel security officer shall
(a) document, in written or electronic form, their existence, location and the name or position of the person responsible for
keeping them; and
(b) ensure that the records are accessible.
(2) Subsections 218(4) and (5) of the Regulations are replaced by the following:
(4) The vessel security officer shall ensure that the records are
protected from unauthorized access or disclosure.
(5) The vessel security officer shall ensure that any records
kept in electronic format are protected from deletion, destruction
and revision.
3. The portion of subsection 221(2) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) The master of a vessel shall ensure that the following prearrival information in respect of the vessel is reported under subsection (1):
1. La mention « [13 à 199 réservés] » qui suit l’article 12 du
Règlement sur la sûreté du transport maritime1 est remplacée
par ce qui suit :
13. Pour l’application du paragraphe 47(1) de la Loi, les motifs
réglementaires sont ceux qui existent lorsqu’une décision est prise
en raison de la possibilité d’un risque immédiat pour la sûreté du
transport maritime.
[14 à 199 réservés]
2. (1) Le paragraphe 218(2) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Lorsque les registres concernant le matériel qui n’est pas
utilisé exclusivement à des fins de sûreté sont tenus séparément
des registres concernant le matériel utilisé exclusivement à des
fins de sûreté, l’agent de sûreté du bâtiment doit :
a) documenter, par écrit ou sous forme électronique, leur existence, l’endroit où ils se trouvent et le nom ou le poste de la
personne qui est responsable de leur tenue;
b) veiller à ce qu’ils soient accessibles.
(2) Les paragraphes 218(4) et (5) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(4) L’agent de sûreté du bâtiment veille à ce que les registres
soient protégés contre tout accès ou toute divulgation non autorisés.
(5) L’agent de sûreté du bâtiment veille à ce que les registres
qui sont conservés sous forme électronique soient protégés pour
en empêcher la suppression, la destruction et la modification.
3. Le passage du paragraphe 221(2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) Le capitaine d’un bâtiment veille à ce que soient transmis
au préalable, à l’égard de celui-ci, les renseignements suivants en
application du paragraphe (1) :
———
———
a
a
b
c
1
S.C. 2001, c. 29, s. 56
S.C. 2001, c. 29, s. 59
S.C. 1994, c. 40
DORS/2004-144
1758
b
c
1
L.C. 2001, ch. 29, art. 56
L.C. 2001, ch. 29, art. 59
L.C. 1994, ch. 40
DORS/2004-144
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
4. The portion of section 264 of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
264. At all MARSEC levels, the cruise ship operator shall establish the following security procedures to control access to the
cruise ship:
5. The heading before section 312 of the Regulations is replaced by the following:
4. Le passage de l’article 264 du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
264. L’exploitant d’un navire de croisière établit les procédures
de sûreté ci-après pour contrôler l’accès à bord du navire, à tous
les niveaux MARSEC, pour :
5. L’intertitre précédant l’article 312 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
Record Keeping
Tenue des registres
6. (1) Subsection 312(2) of the Regulations is replaced by
the following:
(2) If records respecting equipment that is not used exclusively
for security are kept separately from records respecting equipment that is used exclusively for security, the marine facility security officer shall
(a) document, in written or electronic form, their existence, location and the name or position of the person responsible for
keeping them; and
(b) ensure that the records are accessible.
(2) Subsections 312(4) and (5) of the Regulations are replaced by the following:
(4) The marine facility security officer shall ensure that the records are protected from unauthorized access or disclosure.
6. (1) Le paragraphe 312(2) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Lorsque les registres concernant le matériel qui n’est pas
utilisé exclusivement à des fins de sûreté sont tenus séparément
des registres concernant le matériel utilisé exclusivement à des
fins de sûreté, l’agent de sûreté de l’installation maritime doit :
a) documenter, par écrit ou sous forme électronique, leur existence, l’endroit où ils se trouvent et le nom ou le poste de la
personne qui est responsable de leur tenue;
b) veiller à ce qu’ils soient accessibles.
(2) Les paragraphes 312(4) et (5) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(4) L’agent de sûreté de l’installation maritime veille à ce que
les registres soient protégés contre tout accès ou toute divulgation
non autorisés.
(5) L’agent de sûreté de l’installation maritime veille à ce que
les registres qui sont conservés sous forme électronique soient
protégés pour en empêcher la suppression, la destruction et la
modification.
7. L’alinéa 362g) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
g) veille à ce que les exigences des articles 363 à 375, 384 à 386
et 392, du paragraphe 393(2) et de l’article 394 soient respectées;
(5) The marine facility security officer shall ensure that any records kept in electronic format are protected from deletion, destruction and revision.
7. Paragraph 362(g) of the Regulations is replaced by the
following:
(g) ensure that the requirements of sections 363 to 375, 384
to 386 and 392, subsection 393(2) and section 394 are fulfilled;
and
8. Subsection 386(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) The port administration or operator of a marine facility
shall ensure that the records referred to in subsection (1) are:
(a) kept for at least two years after the date they are made; and
(b) available to the Minister on request.
9. The Regulations are amended by adding the following after the reference “[520 to 599 reserved]”:
8. Le paragraphe 386(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) L’organisme portuaire ou l’exploitant d’une installation maritime veille à ce que les registres visés au paragraphe (1) :
a) d’une part, soient conservés pendant au moins deux ans
après la date à laquelle ils sont établis;
b) d’autre part, soient mis à la disposition du ministre sur demande de celui-ci.
9. Le même règlement est modifié par adjonction, après la
mention [520 à 599 réservés], de ce qui suit :
PART 6
PARTIE 6
CONTRAVENTION OF PROVISIONS
DESIGNATED AS VIOLATIONS
DISPOSITIONS DONT LA CONTRAVENTION
EST QUALIFIÉE DE VIOLATION
[600 reserved]
[600 réservé]
Violations
Violations
601. (1) The contravention of a provision of the Act set out in
column 1 of an item of Schedule 2 is designated a violation that
may be proceeded with in accordance with sections 33 to 46, 49
and 50 of the Act.
601. (1) La contravention à une disposition de la Loi qui figure
à la colonne 1 de l’annexe 2 du présent règlement est qualifiée de
violation punissable au titre des articles 33 à 46, 49 et 50 de la
Loi.
1759
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
(2) For each violation designated under subsection (1)
(a) the penalty or range of penalties for
(i) an individual is set out in column 2, and
(ii) a corporation is set out in column 3; and
(b) if an “X” appears in column 4, the violation constitutes a
separate violation for each day on which it is continued.
602. (1) The contravention of a provision of these Regulations
set out in column 1 of an item of Schedule 3 is designated a violation that may be proceeded with in accordance with sections 33
to 46, 49 and 50 of the Act.
(2) For each violation designated under subsection (1),
(a) the penalty or range of penalties for
(i) an individual is set out in column 2, and
(ii) a corporation is set out in column 3; and
(b) if an “X” appears in column 4, the violation constitutes a
separate violation for each day on which it is continued.
PART 7
PARTIE 7
NOTICE AND SERVICE OF DOCUMENTS
SIGNIFICATION OU NOTIFICATION DE DOCUMENTS
[700 reserved]
[700 réservé]
Service of Documents
701. (1) This section applies to the following documents:
(a) a notice of violation referred to in paragraph 33(1)(b) of the
Act;
(b) a notice of compliance referred to in section 35 of the Act;
and
(c) a notice of default referred to in subsection 36(1) of the Act.
(2) A document may be served on an individual by
(a) giving a copy to the individual;
(b) giving a copy to someone who appears to be an adult member of the same household at the last known address or usual
place of residence of the individual; or
(c) sending a copy by registered mail or courier to the last
known address or usual place of residence of the individual or
by facsimile transmission to the last facsimile number provided.
(3) A document may be served on a person other than an individual by
(a) giving a copy to one of the person’s officers or agents at the
person’s head office or place of business; or
(b) sending a copy by registered mail or courier to the head office or place of business of the person or their agent or by facsimile transmission to the last facsimile number provided.
1760
(2) Pour chaque violation désignée aux termes du paragraphe (1) :
a) le montant de la sanction ou le barème des montants de
celle-ci est :
(i) dans le cas des personnes physiques, celui qui figure à la
colonne 2,
(ii) dans le cas des personnes morales, celui qui figure à la
colonne 3;
b) si la mention « X » figure à la colonne 4, il est compté une
violation distincte pour chacun des jours aux cours desquels la
violation se continue.
602. (1) La contravention à une disposition du présent règlement qui figure à la colonne 1 de l’annexe 3 du présent règlement
est désignée comme violation punissable au titre des articles 33
à 46, 49 et 50 de la Loi.
(2) Pour chaque violation désignée aux termes du paragraphe (1) :
a) le montant de la sanction ou le barème des montants de
celle-ci est :
(i) dans le cas des personnes physiques, celui qui figure à la
colonne 2,
(ii) dans le cas des personnes morales, celui qui figure à la
colonne 3;
b) si la mention « X » figure à la colonne 4, il est compté une
violation distincte pour chacun des jours aux cours desquels la
violation se continue.
Signification de documents
701. (1) Le présent article s’applique aux documents suivants :
a) le procès-verbal visé à l’alinéa 33(1)b) de la Loi;
b) l’avis d’exécution visé à l’article 35 de la Loi;
c) l’avis de défaut d’exécution visé au paragraphe 36(1) de la
Loi.
(2) La signification d’un document à une personne physique
peut se faire selon l’une des méthodes suivantes :
a) par remise d’une copie à la personne;
b) par remise d’une copie à quiconque semble être un membre
adulte du même ménage à la dernière adresse connue ou au lieu
de résidence habituel de la personne;
c) par envoi d’une copie par courrier recommandé ou par messagerie à la dernière adresse connue ou au lieu de résidence habituel de la personne ou par télécopieur au dernier numéro de
télécopieur fourni.
(3) La signification d’un document à une personne qui n’est
pas une personne physique peut se faire selon l’une des méthodes
suivantes :
a) par remise d’une copie à un dirigeant ou à un mandataire de
la personne à son siège social ou à son établissement;
b) par envoi d’une copie par courrier recommandé ou par messagerie au siège social ou à l’établissement de la personne ou
de son mandataire ou par télécopieur au dernier numéro de télécopieur fourni.
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
(4) A document that is served by facsimile transmission shall
include a cover page setting out
(a) the name and address and telephone and facsimile numbers
of the sender;
(b) the date and time of transmission;
(c) the total number of pages transmitted, including the cover
page; and
(d) the name and telephone number of a person to contact in
the event of transmission problems, if they differ from those
provided for the sender.
(5) A document that is served by
(a) registered mail is deemed to have been served on the fourth
day after the day on which it was sent; and
(b) facsimile transmission is deemed to have been served on
the day after the day on which it was sent.
(6) Proof of service of a document may be made by showing
(a) in the case of a document transmitted by facsimile, a proof
of transmission produced by the facsimile machine that sets out
the date and time of transmission; or
(b) in any other case, an acknowledgement of service signed by
or on behalf of the person served, specifying the date and place
of service.
(4) Tout document signifié par télécopieur doit être accompagné d’une page couverture sur laquelle figurent :
a) les nom, adresse et numéro de téléphone et numéro de télécopieur de l’expéditeur;
b) la date et l’heure de la transmission;
c) le nombre total de pages transmises, y compris la page couverture;
d) les nom et numéro de téléphone de la personne à joindre en
cas de problème de transmission, s’ils diffèrent de ceux fournis
au sujet de l’expéditeur.
(5) Tout document qui est signifié :
a) par courrier recommandé est réputé l’avoir été le quatrième
jour qui suit celui de l’envoi;
b) par télécopieur est réputé l’avoir été le jour qui suit celui de
l’envoi.
(6) La preuve de la signification d’un document peut être établie par la production de l’un des documents suivants :
a) dans le cas d’un document transmis par télécopieur, une
preuve de transmission qui est produite par celui-ci et qui précise la date et l’heure de la transmission;
b) dans tous les autres cas, un accusé de réception de la signification qui est signé par la personne à laquelle le document a
été signifié ou en son nom, et qui précise la date et le lieu de la
signification.
10. The Regulations are amended by adding the following after Schedule 1:
SCHEDULE 2
(Section 601)
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY ACT
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Act
Individual ($)
Corporation ($)
Continuing violation
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Section 9
Section 11
Subsection 13(1)
Section 17
Subsection 20(4)
Subsection 20(5)
Subsection 21(1)
Subsection 21(2)
Subsection 25(1)
Subsection 25(2)
Paragraph 25(3)(a)
Paragraph 25(3)(b)
Paragraph 25(3)(c)
Paragraph 25(3)(d)
Paragraph 25(3)(e)
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
250 to 1,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
X
X
X
X
1761
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3
(Section 602)
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION
Column 1
Item
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
1762
Column 2
Column 3
Column 4
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
Continuing violation
Section 11
Section 12
Subsection 203(1) and paragraph 204(1)(a)
Subsection 203(1) and paragraph 204(1)(b)
Subsection 203(1) and paragraph 204(1)(c)
Subsection 203(1) and paragraph 204(1)(d)
Subsection 203(1) and paragraph 204(1)(e)
Subsections 203(1) and 206(2)
Subsections 203(1) and 206(3)
Subsections 203(1) and 206(4)
Subsection 203(1) and section 208
Subsection 203(1) and paragraph 209(a)
Subsection 203(1) and paragraph 209(b)
Subsection 203(1) and paragraph 209(c)
Subsection 203(1) and paragraph 209(d)
Subsection 203(1) and paragraph 209(e)
Subsection 203(1) and paragraph 209(f)
Subsection 203(1) and paragraph 209(g)
Subsection 203(1) and paragraph 209(h)
Subsection 203(1) and paragraph 209(i)
Subsection 203(1) and paragraph 209(j)
Subsection 203(1) and paragraph 209(k)
Subsection 203(1) and paragraph 209(l)
Subsection 203(1) and paragraph 209(m)
Subsection 203(1) and paragraph 209(n)
Subsection 203(1) and paragraph 209(o)
Subsection 203(1) and paragraph 210(1)(a)
Subsection 203(1) and paragraph 210(1)(e)
Subsection 203(1) and section 211
Subsection 203(1) and paragraph 212(a)
Subsection 203(1) and paragraph 212(b)
Subsection 203(1) and paragraph 212(c)
Subsection 203(1) and paragraph 212(d)
Subsection 203(1) and paragraph 212(e)
Subsection 203(1) and paragraph 212(f)
Subsection 203(1) and paragraph 212(g)
Subsection 203(1) and paragraph 212(h)
Subsection 203(1) and paragraph 212(i)
Subsection 203(1) and paragraph 212(j)
Subsection 203(1) and paragraph 212(k)
Subsection 203(1) and paragraph 212(l)
Subsection 203(1) and section 213
Subsection 203(1) and section 214
Subsection 203(1) and section 215
Subsections 203(1) and 216(1)
Subsections 203(1) and 216(2)
Subsections 203(1) and 216(4)
Subsection 203(1) and paragraph 217(1)(a)
Subsection 203(1) and paragraph 217(1)(d)
Subsections 203(1) and 217(2)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(a)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(b)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(c)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(d)
250 to 5,000
250 to 1,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
1,000 to 25,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
65.
66.
67.
68.
69.
70.
71.
72.
73.
74.
75.
76.
77.
78.
79.
80.
81.
82.
83.
84.
85.
86.
87.
88.
89.
90.
91.
92.
93.
94.
95.
96.
97.
98.
99.
100.
101.
102.
103.
104.
105.
106.
107.
108.
109.
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(e)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(f)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(g)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(h)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(i)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(j)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(k)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(l)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(m)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(n)
Subsection 203(1) and paragraph 218(1)(o)
Subsections 203(1) and 218(2)
Subsections 203(1) and 218(3)
Subsections 203(1) and 218(4)
Subsections 203(1) and 218(5)
Subsections 203(1) and 218(6)
Subsections 203(1) and 219(2)
Subsections 203(1) and 219(3)
Subsections 203(1) and 220(1)
Subsections 203(1) and 220(2)
Subsections 203(1) and 220(3)
Subsections 203(1) and 221(1)
Subsections 203(1) and 221(2)
Subsections 203(1) and 221(3)
Subsections 203(1) and 223(1)
Subsection 203(1) and section 224
Subsections 203(1) and 225(1)
Subsections 203(1) and 225(2)
Subsections 203(1) and 228(1)
Subsections 203(1) and 228(2)
Subsections 203(1) and 228(3)
Subsections 203(1) and 228(4)
Subsections 203(1) and 228(7)
Subsections 203(1) and 257(1)
Subsections 203(1) and 258(1)
Subsections 203(1) and 258(2)
Subsections 203(1) and 258(3)
Subsections 203(1) and 258(4)
Subsections 203(1) and 259(1)
Subsections 203(1) and 260(2)
Subsections 203(1) and 261(1)
Subsection 203(1) and section 265
Subsection 203(2) and paragraph 204(1)(a)
Subsection 203(2) and paragraph 204(1)(b)
Subsection 203(2) and paragraph 204(1)(c)
Subsection 203(2) and paragraph 204(1)(d)
Subsection 203(2) and paragraph 204(1)(e)
Subsections 203(2) and 206(2)
Subsections 203(2) and 206(3)
Subsections 203(2) and 206(4)
Subsection 203(2) and section 208
Subsection 203(2) and paragraph 209(a)
Subsection 203(2) and paragraph 209(b)
Subsection 203(2) and paragraph 209(c)
Subsection 203(2) and paragraph 209(d)
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
X
1763
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
Continuing violation
110.
111.
112.
113.
114.
115.
116.
117.
118.
119.
120.
121.
122.
123.
124.
125.
126.
127.
128.
129.
130.
131.
132.
133.
134.
135.
136.
137.
138.
139.
140.
141.
142.
143.
144.
145.
146.
147.
148.
149.
150.
151.
152.
153.
154.
155.
156.
157.
158.
159.
160.
161.
162.
163.
164.
Subsection 203(2) and paragraph 209(e)
Subsection 203(2) and paragraph 209(f)
Subsection 203(2) and paragraph 209(g)
Subsection 203(2) and paragraph 209(h)
Subsection 203(2) and paragraph 209(i)
Subsection 203(2) and paragraph 209(j)
Subsection 203(2) and paragraph 209(k)
Subsection 203(2) and paragraph 209(l)
Subsection 203(2) and paragraph 209(m)
Subsection 203(2) and paragraph 209(n)
Subsection 203(2) and paragraph 209(o)
Subsection 203(2) and paragraph 210(1)(a)
Subsection 203(2) and paragraph 210(1)(e)
Subsection 203(2) and section 211
Subsection 203(2) and paragraph 212(a)
Subsection 203(2) and paragraph 212(b)
Subsection 203(2) and paragraph 212(c)
Subsection 203(2) and paragraph 212(d)
Subsection 203(2) and paragraph 212(e)
Subsection 203(2) and paragraph 212(f)
Subsection 203(2) and paragraph 212(g)
Subsection 203(2) and paragraph 212(h)
Subsection 203(2) and paragraph 212(i)
Subsection 203(2) and paragraph 212(j)
Subsection 203(2) and paragraph 212(k)
Subsection 203(2) and paragraph 212(l)
Subsection 203(2) and section 213
Subsection 203(2) and section 214
Subsection 203(2) and section 215
Subsections 203(2) and 216(1)
Subsections 203(2) and 216(2)
Subsections 203(2) and 216(4)
Subsection 203(2) and paragraph 217(1)(a)
Subsection 203(2) and paragraph 217(1)(d)
Subsections 203(2) and 217(2)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(a)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(b)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(c)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(d)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(e)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(f)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(h)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(i)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(j)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(k)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(l)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(m)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(n)
Subsection 203(2) and paragraph 218(1)(o)
Subsections 203(2) and 218(2)
Subsections 203(2) and 218(3)
Subsections 203(2) and 218(4)
Subsections 203(2) and 218(5)
Subsections 203(2) and 218(6)
Subsections 203(2) and 219(2)
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
1,250 to 5,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
6,000 to 25,000
X
1764
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
165.
166.
167.
168.
169.
170.
171.
172.
173.
174.
175.
176.
177.
178.
179.
180.
181.
182.
183.
184.
185.
186.
187.
188.
189.
190.
191.
192.
193.
194.
195.
196.
197.
198.
199.
200.
201.
202.
203.
204.
205.
206.
207.
208.
209.
210.
211.
212.
213.
214.
215.
216.
217.
218.
219.
Subsections 203(2) and 219(3)
Subsections 203(2) and 220(1)
Subsections 203(2) and 220(2)
Subsections 203(2) and 220(3)
Subsections 203(2) and 221(1)
Subsections 203(2) and 221(2)
Subsections 203(2) and 221(3)
Subsections 203(2) and 228(1)
Subsections 203(2) and 228(2)
Subsections 203(2) and 228(3)
Subsections 203(2) and 228(4)
Subsections 203(2) and 228(7)
Subsections 203(2) and 257(1)
Subsections 203(2) and 258(1)
Subsections 203(2) and 258(2)
Subsections 203(2) and 258(3)
Subsections 203(2) and 258(4)
Subsections 203(2) and 259(1)
Subsections 203(2) and 260(2)
Subsections 203(2) and 261(1)
Subsection 203(2) and section 265
Subsection 203(3) and paragraph 204(1)(a)
Subsection 203(3) and paragraph 204(1)(b)
Subsection 203(3) and paragraph 204(1)(c)
Subsection 203(3) and paragraph 204(1)(d)
Subsection 203(3) and paragraph 204(1)(e)
Subsections 203(3) and 206(2)
Subsections 203(3) and 206(3)
Subsections 203(3) and 206(4)
Subsections 203(3) and 219(2)
Subsections 203(3) and 219(3)
Subsections 203(3) and 221(1)
Subsections 203(3) and 221(2)
Subsections 203(3) and 221(3)
Subsections 203(3) and 228(1)
Subsections 203(3) and 228(2)
Subsections 203(3) and 228(3)
Subsections 203(3) and 228(4)
Subsections 203(3) and 228(7)
Subsections 203(3) and 260(2)
Subsections 203(3) and 261(1)
Subsection 203(3) and section 265
Subsection 203(4) and paragraph 204(1)(a)
Subsection 203(4) and paragraph 204(1)(b)
Subsection 203(4) and paragraph 204(1)(c)
Subsection 203(4) and paragraph 204(1)(d)
Subsection 203(4) and paragraph 204(1)(e)
Subsections 203(4) and 206(2)
Subsections 203(4) and 206(3)
Subsections 203(4) and 206(4)
Subsections 203(4) and 219(2)
Subsections 203(4) and 219(3)
Subsections 203(4) and 221(1)
Subsections 203(4) and 221(2)
Subsections 203(4) and 221(3)
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
X
X
1765
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
220.
221.
222.
223.
224.
225.
226.
227.
228.
229.
230.
231.
232.
233.
234.
235.
236.
237.
238.
239.
240.
241.
242.
243.
244.
245.
246.
247.
248.
249.
250.
251.
252.
253.
254.
255.
256.
257.
258.
259.
260.
261.
262.
263.
264.
265.
266.
267.
268.
269.
270.
271.
272.
273.
274.
Subsections 203(4) and 228(1)
Subsections 203(4) and 228(2)
Subsections 203(4) and 228(3)
Subsections 203(4) and 228(4)
Subsections 203(4) and 228(7)
Subsections 203(4) and 260(2)
Subsections 203(4) and 261(1)
Subsection 203(4) and section 265
Paragraph 205(a)
Paragraph 205(b)
Paragraph 205(c)
Paragraph 205(d)
Paragraph 205(e)
Paragraph 205(f)
Paragraph 205(g)
Subsection 206(2)
Subsection 206(3)
Subsection 206(4)
Section 208
Paragraph 209(a)
Paragraph 209(b)
Paragraph 209(c)
Paragraph 209(d)
Paragraph 209(e)
Paragraph 209(f)
Paragraph 209(g)
Paragraph 209(h)
Paragraph 209(i)
Paragraph 209(j)
Paragraph 209(k)
Paragraph 209(l)
Paragraph 209(m)
Paragraph 209(n)
Paragraph 209(o)
Paragraph 210(1)(a)
Paragraph 210(1)(e)
Section 211
Paragraph 212(a)
Paragraph 212(b)
Paragraph 212(c)
Paragraph 212(d)
Paragraph 212(e)
Paragraph 212(f)
Paragraph 212(g)
Paragraph 212(h)
Paragraph 212(i)
Paragraph 212(j)
Paragraph 212(k)
Paragraph 212(l)
Section 213
Paragraph 218(1)(a)
Paragraph 218(1)(b)
Paragraph 218(1)(c)
Paragraph 218(1)(d)
Paragraph 218(1)(e)
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
1766
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Corporation ($)
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
275.
276.
277.
278.
279.
280.
281.
282.
283.
284.
285.
286.
287.
288.
289.
290.
291.
292.
293.
294.
295.
296.
297.
298.
299.
300.
301.
302.
303.
304.
305.
306.
307.
308.
309.
310.
311.
312.
313.
314.
315.
316.
317.
318.
319.
320.
321.
322.
323.
324.
325.
326.
327.
328.
329.
Paragraph 218(1)(f)
Paragraph 218(1)(g)
Paragraph 218(1)(h)
Paragraph 218(1)(i)
Paragraph 218(1)(j)
Paragraph 218(1)(k)
Paragraph 218(1)(l)
Paragraph 218(1)(m)
Paragraph 218(1)(n)
Paragraph 218(1)(o)
Subsection 218(2)
Subsection 218(3)
Subsection 218(4)
Subsection 218(5)
Subsection 218(6)
Subsection 219(1)
Subsection 219(2)
Subsection 219(3)
Subsection 220(1)
Subsection 221(1)
Subsection 221(3)
Subsection 222(2)
Subsection 228(4)
Subsection 257(1)
Subsection 258(1)
Subsection 258(2)
Subsection 258(3)
Subsection 258(4)
Subsection 259(1)
Subsection 259(2)
Subsection 259(3)
Subsection 260(2)
Subsection 261(1)
Subsection 261(4)
Paragraph 262(a)
Paragraph 262(b)
Paragraph 262(c)
Subsection 263(1)
Subsection 263(2)
Section 264
Section 265
Subsection 302(1) and section 305
Subsection 302(1) and paragraph 306(a)
Subsection 302(1) and paragraph 306(b)
Subsection 302(1) and paragraph 306(c)
Subsection 302(1) and paragraph 306(d)
Subsection 302(1) and paragraph 306(e)
Subsection 302(1) and paragraph 306(f)
Subsection 302(1) and paragraph 306(g)
Subsection 302(1) and paragraph 306(h)
Subsection 302(1) and paragraph 306(i)
Subsection 302(1) and paragraph 306(j)
Subsection 302(1) and paragraph 306(k)
Subsection 302(1) and paragraph 306(l)
Subsection 302(1) and paragraph 306(m)
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
3,000 to 25,000
1,000 to 25,000
X
X
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1767
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
330.
331.
332.
333.
334.
335.
336.
337.
338.
339.
340.
341.
342.
343.
344.
345.
346.
347.
348.
349.
350.
351.
352.
353.
354.
355.
356.
357.
358.
359.
360.
361.
362.
363.
364.
365.
366.
367.
368.
369.
370.
371.
372.
373.
374.
375.
376.
377.
378.
379.
380.
381.
382.
383.
384.
Subsection 302(1) and paragraph 306(n)
Subsection 302(1) and paragraph 306(o)
Subsection 302(1) and paragraph 306(p)
Subsection 302(1) and section 307
Subsection 302(1) and section 308
Subsection 302(1) and section 309
Subsections 302(1) and 310(1)
Subsections 302(1) and 310(2)
Subsection 302(1) and paragraph 311(1)(a)
Subsection 302(1) and paragraph 311(1)(d)
Subsections 302(1) and 311(2)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(a)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(b)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(c)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(d)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(e)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(f)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(g)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(h)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(i)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(j)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(k)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(l)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(m)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(n)
Subsection 302(1) and paragraph 312(1)(o)
Subsections 302(1) and 312(2)
Subsections 302(1) and 312(3)
Subsections 302(1) and 312(4)
Subsections 302(1) and 312(5)
Subsections 302(1) and 312(6)
Subsections 302(1) and 313(1)
Subsections 302(1) and 313(2)
Subsections 302(1) and 313(3)
Subsections 302(1) and 315(1)
Subsections 302(1) and 315(2)
Subsections 302(1) and 315(3)
Subsections 302(1) and 315(4)
Subsections 302(1) and 315(7)
Subsections 302(1) and 351(1)
Subsections 302(1) and 351(2)
Subsections 302(1) and 351(3)
Subsections 302(1) and 351(4)
Subsections 302(1) and 351(8)
Subsection 302(1) and section 357
Subsection 302(1) and paragraph 358(a)
Subsection 302(1) and paragraph 358(b)
Subsection 302(1) and paragraph 358(c)
Subsection 302(1) and paragraph 358(d)
Subsection 302(1) and paragraph 358(e)
Subsection 302(1) and paragraph 358(f)
Subsection 302(1) and section 380
Subsections 302(1) and 381(1)
Subsections 302(1) and 381(2)
Subsection 302(1) and section 382
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
1768
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
385.
386.
387.
388.
389.
390.
391.
392.
393.
394.
395.
396.
397.
398.
399.
400.
401.
402.
403.
404.
405.
406.
407.
408.
409.
410.
411.
412.
413.
414.
415.
416.
417.
418.
419.
420.
421.
422.
423.
424.
425.
426.
427.
428.
429.
430.
431.
432.
433.
434.
435.
436.
437.
438.
439.
Subsection 302(1) and section 383
Subsections 302(1) and 384(1)
Subsections 302(1) and 386(2)
Subsection 302(1) and section 388
Subsections 302(1) and 392(1)
Subsections 302(1) and 392(2)
Subsection 302(1) and section 394
Subsections 302(2) and 315(1)
Subsections 302(2) and 315(2)
Subsections 302(2) and 315(3)
Subsections 302(2) and 315(4)
Subsections 302(2) and 315(7)
Subsection 302(2) and section 357
Subsection 302(2) and paragraph 358(a)
Subsection 302(2) and paragraph 358(b)
Subsection 302(2) and paragraph 358(c)
Subsection 302(2) and paragraph 358(d)
Subsection 302(2) and paragraph 358(e)
Subsection 302(2) and paragraph 358(f)
Paragraph 303(a)
Paragraph 303(b)
Paragraph 303(c)
Paragraph 303(d)
Paragraph 303(e)
Paragraph 303(f)
Paragraph 303(g)
Paragraph 303(h)
Paragraph 303(i)
Paragraph 303(j)
Section 305
Paragraph 306(a)
Paragraph 306(b)
Paragraph 306(c)
Paragraph 306(d)
Paragraph 306(e)
Paragraph 306(f)
Paragraph 306(g)
Paragraph 306(h)
Paragraph 306(i)
Paragraph 306(j)
Paragraph 306(k)
Paragraph 306(l)
Paragraph 306(m)
Paragraph 306(n)
Paragraph 306(o)
Paragraph 306(p)
Section 307
Paragraph 312(1)(a)
Paragraph 312(1)(b)
Paragraph 312(1)(c)
Paragraph 312(1)(d)
Paragraph 312(1)(e)
Paragraph 312(1)(f)
Paragraph 312(1)(g)
Paragraph 312(1)(h)
250 to 1,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
1,000 to 4,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
X
1769
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Corporation ($)
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
440.
441.
442.
443.
444.
445.
446.
447.
448.
449.
450.
451.
452.
453.
454.
455.
456.
457.
458.
459.
460.
461.
462.
463.
464.
465.
466.
467.
468.
469.
470.
471.
472.
473.
474.
475.
476.
477.
478.
479.
480.
481.
482.
483.
484.
485.
486.
487.
488.
489.
490.
491.
492.
493.
494.
Paragraph 312(1)(i)
Paragraph 312(1)(j)
Paragraph 312(1)(k)
Paragraph 312(1)(l)
Paragraph 312(1)(m)
Paragraph 312(1)(n)
Paragraph 312(1)(o)
Subsection 312(2)
Subsection 312(3)
Subsection 312(4)
Subsection 312(5)
Subsection 312(6)
Subsection 313(1)
Section 314
Subsection 351(3)
Subsection 351(4)
Subsection 351(5)
Subsection 351(6)
Subsection 351(8)
Paragraph 355(a)
Paragraph 355(b)
Paragraph 355(c)
Paragraph 355(d)
Paragraph 355(e)
Paragraph 355(f)
Section 357
Paragraph 358(a)
Paragraph 358(b)
Paragraph 358(c)
Paragraph 358(d)
Paragraph 358(e)
Paragraph 358(f)
Paragraph 362(a)
Paragraph 362(b)
Paragraph 362(e)
Paragraph 362(f)
Paragraph 362(g) and section 363
Paragraph 362(g) and section 364
Paragraphs 362(g) and 366(d)
Paragraphs 362(g) and 366(e)
Paragraphs 362(g) and 374(1)(a)
Paragraphs 362(g) and 374(1)(c)
Paragraph 362(g) and subsection 374(2)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(a)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(b)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(c)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(d)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(e)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(f)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(g)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(h)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(i)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(j)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(k)
Paragraphs 362(g) and 375(1)(l)
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
1770
3,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
Continuing violation
495.
496.
497.
498.
499.
500.
501.
502.
503.
504.
505.
506.
507.
508.
509.
510.
511.
512.
513.
514.
515.
516.
517.
518.
519.
520.
521.
522.
523.
524.
525.
526.
527.
528.
529.
530.
531.
532.
533.
534.
535.
536.
537.
538.
539.
540.
541.
542.
543.
544.
545.
546.
547.
548.
549.
Paragraph 362(g) and 375(1)(m)
Paragraph 362(g) and subsection 375(2)
Paragraph 362(g) and subsection 375(3)
Paragraph 362(g) and subsection 375(4)
Paragraph 362(g) and subsection 375(5)
Paragraph 362(g) and subsection 375(6)
Paragraph 362(h)
Section 363
Paragraph 375(1)(a)
Paragraph 375(1)(b)
Paragraph 375(1)(c)
Paragraph 375(1)(d)
Paragraph 375(1)(e)
Paragraph 375(1)(f)
Paragraph 375(1)(g)
Paragraph 375(1)(h)
Paragraph 375(1)(i)
Paragraph 375(1)(j)
Paragraph 375(1)(k)
Paragraph 375(1)(l)
Paragraph 375(1)(m)
Subsection 375(2)
Subsection 375(3)
Subsection 375(4)
Subsection 375(5)
Subsection 375(6)
Paragraph 380(1)(f)
Subsection 380(2)
Subsection 381(1)
Subsection 381(2)
Subsection 381(3)
Section 382
Section 383
Subsection 384(1)
Subsection 384(2)
Subsection 384(3)
Subsection 384(4)
Subsection 384(5)
Subsection 384(6)
Subsection 385(1)
Subsection 385(2)
Subsection 386(1)
Subsection 386(2)
Section 387
Section 388
Subsection 389(1)
Subsection 389(2)
Section 390
Paragraph 391(a)
Paragraph 391(b)
Paragraph 391(c)
Paragraph 391(d)
Paragraph 391(e)
Subsection 393(2)
Sections 502 and 503
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
250 to 1,000
1,250 to 5,000
250 to 1,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
1,250 to 5,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 2,400
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 5,000
600 to 2,400
1,250 to 5,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
1,000 to 25,000
X
3,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
1,000 to 4,000
6,000 to 25,000
1,000 to 4,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 25,000
3,000 to 12,000
6,000 to 25,000
1771
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
SCHEDULE 3 — Continued
PROVISIONS OF THE MARINE TRANSPORTATION SECURITY REGULATIONS
WHOSE CONTRAVENTION IS DESIGNATED A VIOLATION — Continued
Column 1
Column 2
Column 3
Column 4
Continuing violation
Item
Provision of the Marine Transportation
Security Regulations
Individual ($)
Corporation ($)
550.
551.
552.
553.
554.
555.
Sections 502 and 504
Section 503
Section 504
Section 513
Section 514
Section 519
250 to 1,000
1,250 to 5,000
250 to 1,000
600 to 2,400
600 to 2,400
1,250 to 5,000
1,000 to 4,000
3,000 to 12,000
3,000 to 12,000
10. Le même règlement est modifié par adjonction, après l’annexe 1, de ce qui suit :
ANNEXE 2
(article 601)
DISPOSITIONS DE LA LOI SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Article
Disposition de
la Loi sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
Violation continue
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Article 9
Article 11
Paragraphe 13(1)
Article 17
Paragraphe 20(4)
Paragraphe 20(5)
Paragraphe 21(1)
Paragraphe 21(2)
Paragraphe 25(1)
Paragraphe 25(2)
Alinéa 25(3)a)
Alinéa 25(3)b)
Alinéa 25(3)c)
Alinéa 25(3)d)
Alinéa 25(3)e)
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
X
X
X
X
ANNEXE 3
(article 602)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION
Colonne 1
Article
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
1772
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
Violation continue
Article 11
Article 12
Paragraphe 203(1) et alinéa 204(1)a)
Paragraphe 203(1) et alinéa 204(1)b)
Paragraphe 203(1) et alinéa 204(1)c)
Paragraphe 203(1) et alinéa 204(1)d)
Paragraphe 203(1) et alinéa 204(1)e)
Paragraphes 203(1) et 206(2)
Paragraphes 203(1) et 206(3)
de 250 à 5 000
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
Paragraphes 203(1) et 206(4)
Paragraphe 203(1) et article 208
Paragraphe 203(1) et alinéa 209a)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209b)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209c)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209d)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209e)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209f)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209g)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209h)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209i)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209j)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209k)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209l)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209m)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209n)
Paragraphe 203(1) et alinéa 209o)
Paragraphe 203(1) et alinéa 210(1)a)
Paragraphe 203(1) et alinéa 210(1)e)
Paragraphe 203(1) et article 211
Paragraphe 203(1) et alinéa 212a)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212b)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212c)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212d)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212e)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212f)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212g)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212h)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212i)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212j)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212k)
Paragraphe 203(1) et alinéa 212l)
Paragraphe 203(1) et article 213
Paragraphe 203(1) et article 214
Paragraphe 203(1) et article 215
Paragraphes 203(1) et 216(1)
Paragraphes 203(1) et 216(2)
Paragraphes 203(1) et 216(4)
Paragraphe 203(1) et alinéa 217(1)a)
Paragraphe 203(1) et alinéa 217(1)d)
Paragraphes 203(1) et 217(2)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)a)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)b)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)c)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)d)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)e)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)f)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)g)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)h)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)i)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)j)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)k)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)l)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)m)
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)n)
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
1773
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
65.
66.
67.
68.
69.
70.
71.
72.
73.
74.
75.
76.
77.
78.
79.
80.
81.
82.
83.
84.
85.
86.
87.
88.
89.
90.
91.
92.
93.
94.
95.
96.
97.
98.
99.
100.
101.
102.
103.
104.
105.
106.
107.
108.
109.
110.
111.
112.
113.
114.
115.
116.
117.
118.
119.
Paragraphe 203(1) et alinéa 218(1)o)
Paragraphes 203(1) et 218(2)
Paragraphes 203(1) et 218(3)
Paragraphes 203(1) et 218(4)
Paragraphes 203(1) et 218(5)
Paragraphes 203(1) et 218(6)
Paragraphes 203(1) et 219(2)
Paragraphes 203(1) et 219(3)
Paragraphes 203(1) et 220(1)
Paragraphes 203(1) et 220(2)
Paragraphes 203(1) et 220(3)
Paragraphes 203(1) et 221(1)
Paragraphes 203(1) et 221(2)
Paragraphes 203(1) et 221(3)
Paragraphes 203(1) et 223(1)
Paragraphe 203(1) et article 224
Paragraphes 203(1) et 225(1)
Paragraphes 203(1) et 225(2)
Paragraphes 203(1) et 228(1)
Paragraphes 203(1) et 228(2)
Paragraphes 203(1) et 228(3)
Paragraphes 203(1) et 228(4)
Paragraphes 203(1) et 228(7)
Paragraphes 203(1) et 257(1)
Paragraphes 203(1) et 258(1)
Paragraphes 203(1) et 258(2)
Paragraphes 203(1) et 258(3)
Paragraphes 203(1) et 258(4)
Paragraphes 203(1) et 259(1)
Paragraphes 203(1) et 260(2)
Paragraphes 203(1) et 261(1)
Paragraphe 203(1) et article 265
Paragraphe 203(2) et alinéa 204(1)a)
Paragraphe 203(2) et alinéa 204(1)b)
Paragraphe 203(2) et alinéa 204(1)c)
Paragraphe 203(2) et alinéa 204(1)d)
Paragraphe 203(2) et alinéa 204(1)e)
Paragraphes 203(2) et 206(2)
Paragraphes 203(2) et 206(3)
Paragraphes 203(2) et 206(4)
Paragraphe 203(2) et article 208
Paragraphe 203(2) et alinéa 209a)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209b)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209c)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209d)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209e)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209f)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209g)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209h)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209i)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209j)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209k)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209l)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209m)
Paragraphe 203(2) et alinéa 209n)
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
1774
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
120.
121.
122.
123.
124.
125.
126.
127.
128.
129.
130.
131.
132.
133.
134.
135.
136.
137.
138.
139.
140.
141.
142.
143.
144.
145.
146.
147.
148.
149.
150.
151.
152.
153.
154.
155.
156.
157.
158.
159.
160.
161.
162.
163.
164.
165.
166.
167.
168.
169.
170.
171.
172.
173.
174.
Paragraphe 203(2) et alinéa 209o)
Paragraphe 203(2) et alinéa 210(1)a)
Paragraphe 203(2) et alinéa 210(1)e)
Paragraphe 203(2) et article 211
Paragraphe 203(2) et alinéa 212a)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212b)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212c)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212d)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212e)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212f)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212g)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212h)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212i)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212j)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212k)
Paragraphe 203(2) et alinéa 212l)
Paragraphe 203(2) et article 213
Paragraphe 203(2) et article 214
Paragraphe 203(2) et article 215
Paragraphes 203(2) et 216(1)
Paragraphes 203(2) et 216(2)
Paragraphes 203(2) et 216(4)
Paragraphe 203(2) et alinéa 217(1)a)
Paragraphe 203(2) et alinéa 217(1)d)
Paragraphes 203(2) et 217(2)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)a)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)b)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)c)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)d)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)e)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)f)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)h)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)i)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)j)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)k)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)l)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)m)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)n)
Paragraphe 203(2) et alinéa 218(1)o)
Paragraphes 203(2) et 218(2)
Paragraphes 203(2) et 218(3)
Paragraphes 203(2) et 218(4)
Paragraphes 203(2) et 218(5)
Paragraphes 203(2) et 218(6)
Paragraphes 203(2) et 219(2)
Paragraphes 203(2) et 219(3)
Paragraphes 203(2) et 220(1)
Paragraphes 203(2) et 220(2)
Paragraphes 203(2) et 220(3)
Paragraphes 203(2) et 221(1)
Paragraphes 203(2) et 221(2)
Paragraphes 203(2) et 221(3)
Paragraphes 203(2) et 228(1)
Paragraphes 203(2) et 228(2)
Paragraphes 203(2) et 228(3)
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
X
1775
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
175.
176.
177.
178.
179.
180.
181.
182.
183.
184.
185.
186.
187.
188.
189.
190.
191.
192.
193.
194.
195.
196.
197.
198.
199.
200.
201.
202.
203.
204.
205.
206.
207.
208.
209.
210.
211.
212.
213.
214.
215.
216.
217.
218.
219.
220.
221.
222.
223.
224.
225.
226.
227.
228.
229.
Paragraphes 203(2) et 228(4)
Paragraphes 203(2) et 228(7)
Paragraphes 203(2) et 257(1)
Paragraphes 203(2) et 258(1)
Paragraphes 203(2) et 258(2)
Paragraphes 203(2) et 258(3)
Paragraphes 203(2) et 258(4)
Paragraphes 203(2) et 259(1)
Paragraphes 203(2) et 260(2)
Paragraphes 203(2) et 261(1)
Paragraphe 203(2) et article 265
Paragraphe 203(3) et alinéa 204(1)a)
Paragraphe 203(3) et alinéa 204(1)b)
Paragraphe 203(3) et alinéa 204(1)c)
Paragraphe 203(3) et alinéa 204(1)d)
Paragraphe 203(3) et alinéa 204(1)e)
Paragraphes 203(3) et 206(2)
Paragraphes 203(3) et 206(3)
Paragraphes 203(3) et 206(4)
Paragraphes 203(3) et 219(2)
Paragraphes 203(3) et 219(3)
Paragraphes 203(3) et 221(1)
Paragraphes 203(3) et 221(2)
Paragraphes 203(3) et 221(3)
Paragraphes 203(3) et 228(1)
Paragraphes 203(3) et 228(2)
Paragraphes 203(3) et 228(3)
Paragraphes 203(3) et 228(4)
Paragraphes 203(3) et 228(7)
Paragraphes 203(3) et 260(2)
Paragraphes 203(3) et 261(1)
Paragraphe 203(3) et article 265
Paragraphe 203(4) et alinéa 204(1)a)
Paragraphe 203(4) et alinéa 204(1)b)
Paragraphe 203(4) et alinéa 204(1)c)
Paragraphe 203(4) et alinéa 204(1)d)
Paragraphe 203(4) et alinéa 204(1)e)
Paragraphes 203(4) et 206(2)
Paragraphes 203(4) et 206(3)
Paragraphes 203(4) et 206(4)
Paragraphes 203(4) et 219(2)
Paragraphes 203(4) et 219(3)
Paragraphes 203(4) et 221(1)
Paragraphes 203(4) et 221(2)
Paragraphes 203(4) et 221(3)
Paragraphes 203(4) et 228(1)
Paragraphes 203(4) et 228(2)
Paragraphes 203(4) et 228(3)
Paragraphes 203(4) et 228(4)
Paragraphes 203(4) et 228(7)
Paragraphes 203(4) et 260(2)
Paragraphes 203(4) et 261(1)
Paragraphe 203(4) et article 265
Alinéa 205a)
Alinéa 205b)
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
1776
X
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
230.
231.
232.
233.
234.
235.
236.
237.
238.
239.
240.
241.
242.
243.
244.
245.
246.
247.
248.
249.
250.
251.
252.
253.
254.
255.
256.
257.
258.
259.
260.
261.
262.
263.
264.
265.
266.
267.
268.
269.
270.
271.
272.
273.
274.
275.
276.
277.
278.
279.
280.
281.
282.
283.
284.
Alinéa 205c)
Alinéa 205d)
Alinéa 205e)
Alinéa 205f)
Alinéa 205g)
Paragraphe 206(2)
Paragraphe 206(3)
Paragraphe 206(4)
Article 208
Alinéa 209a)
Alinéa 209b)
Alinéa 209c)
Alinéa 209d)
Alinéa 209e)
Alinéa 209f)
Alinéa 209g)
Alinéa 209h)
Alinéa 209i)
Alinéa 209j)
Alinéa 209k)
Alinéa 209l)
Alinéa 209m)
Alinéa 209n)
Alinéa 209o)
Alinéa 210(1)a)
Alinéa 210(1)e)
Article 211
Alinéa 212a)
Alinéa 212b)
Alinéa 212c)
Alinéa 212d)
Alinéa 212e)
Alinéa 212f)
Alinéa 212g)
Alinéa 212h)
Alinéa 212i)
Alinéa 212j)
Alinéa 212k)
Alinéa 212l)
Article 213
Alinéa 218(1)a)
Alinéa 218(1)b)
Alinéa 218(1)c)
Alinéa 218(1)d)
Alinéa 218(1)e)
Alinéa 218(1)f)
Alinéa 218(1)g)
Alinéa 218(1)h)
Alinéa 218(1)i)
Alinéa 218(1)j)
Alinéa 218(1)k)
Alinéa 218(1)l)
Alinéa 218(1)m)
Alinéa 218(1)n)
Alinéa 218(1)o)
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
X
1777
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Personne morale ($)
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
285.
286.
287.
288.
289.
290.
291.
292.
293.
294.
295.
296.
297.
298.
299.
300.
301.
302.
303.
304.
305.
306.
307.
308.
309.
310.
311.
312.
313.
314.
315.
316.
317.
318.
319.
320.
321.
322.
323.
324.
325.
326.
327.
328.
329.
330.
331.
332.
333.
334.
335.
336.
337.
338.
339.
Paragraphe 218(2)
Paragraphe 218(3)
Paragraphe 218(4)
Paragraphe 218(5)
Paragraphe 218(6)
Paragraphe 219(1)
Paragraphe 219(2)
Paragraphe 219(3)
Paragraphe 220(1)
Paragraphe 221(1)
Paragraphe 221(3)
Paragraphe 222(2)
Paragraphe 228(4)
Paragraphe 257(1)
Paragraphe 258(1)
Paragraphe 258(2)
Paragraphe 258(3)
Paragraphe 258(4)
Paragraphe 259(1)
Paragraphe 259(2)
Paragraphe 259(3)
Paragraphe 260(2)
Paragraphe 261(1)
Paragraphe 261(4)
Alinéa 262a)
Alinéa 262b)
Alinéa 262c)
Paragraphe 263(1)
Paragraphe 263(2)
Article 264
Article 265
Paragraphe 302(1) et article 305
Paragraphe 302(1) et alinéa 306a)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306b)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306c)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306d)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306e)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306f)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306g)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306h)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306i)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306j)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306k)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306l)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306m)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306n)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306o)
Paragraphe 302(1) et alinéa 306p)
Paragraphe 302(1) et article 307
Paragraphe 302(1) et article 308
Paragraphe 302(1) et article 309
Paragraphes 302(1) et 310(1)
Paragraphes 302(1) et 310(2)
Paragraphe 302(1) et alinéa 311(1)a)
Paragraphe 302(1) et alinéa 311(1)d)
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
1778
de 3 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
X
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
340.
341.
342.
343.
344.
345.
346.
347.
348.
349.
350.
351.
352.
353.
354.
355.
356.
357.
358.
359.
360.
361.
362.
363.
364.
365.
366.
367.
368.
369.
370.
371.
372.
373.
374.
375.
376.
377.
378.
379.
380.
381.
382.
383.
384.
385.
386.
387.
388.
389.
390.
391.
392.
393.
394.
Paragraphes 302(1) et 311(2)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)a)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)b)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)c)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)d)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)e)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)f)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)g)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)h)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)i)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)j)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)k)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)l)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)m)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)n)
Paragraphe 302(1) et alinéa 312(1)o)
Paragraphes 302(1) et 312(2)
Paragraphes 302(1) et 312(3)
Paragraphes 302(1) et 312(4)
Paragraphes 302(1) et 312(5)
Paragraphes 302(1) et 312(6)
Paragraphes 302(1) et 313(1)
Paragraphes 302(1) et 313(2)
Paragraphes 302(1) et 313(3)
Paragraphes 302(1) et 315(1)
Paragraphes 302(1) et 315(2)
Paragraphes 302(1) et 315(3)
Paragraphes 302(1) et 315(4)
Paragraphes 302(1) et 315(7)
Paragraphes 302(1) et 351(1)
Paragraphes 302(1) et 351(2)
Paragraphes 302(1) et 351(3)
Paragraphes 302(1) et 351(4)
Paragraphes 302(1) et 351(8)
Paragraphe 302(1) et article 357
Paragraphe 302(1) et alinéa 358a)
Paragraphe 302(1) et alinéa 358b)
Paragraphe 302(1) et alinéa 358c)
Paragraphe 302(1) et alinéa 358d)
Paragraphe 302(1) et alinéa 358e)
Paragraphe 302(1) et alinéa 358f)
Paragraphe 302(1) et article 380
Paragraphes 302(1) et 381(1)
Paragraphes 302(1) et 381(2)
Paragraphe 302(1) et article 382
Paragraphe 302(1) et article 383
Paragraphes 302(1) et 384(1)
Paragraphes 302(1) et 386(2)
Paragraphe 302(1) et article 388
Paragraphes 302(1) et 392(1)
Paragraphes 302(1) et 392(2)
Paragraphe 302(1) et article 394
Paragraphes 302(2) et 315(1)
Paragraphes 302(2) et 315(2)
Paragraphes 302(2) et 315(3)
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 250 à 1 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 1 000 à 4 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
1779
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
Personne morale ($)
395.
396.
397.
398.
399.
400.
401.
402.
403.
404.
405.
406.
407.
408.
409.
410.
411.
412.
413.
414.
415.
416.
417.
418.
419.
420.
421.
422.
423.
424.
425.
426.
427.
428.
429.
430.
431.
432.
433.
434.
435.
436.
437.
438.
439.
440.
441.
442.
443.
444.
445.
446.
447.
448.
449.
Paragraphes 302(2) et 315(4)
Paragraphes 302(2) et 315(7)
Paragraphe 302(2) et article 357
Paragraphe 302(2) et alinéa 358a)
Paragraphe 302(2) et alinéa 358b)
Paragraphe 302(2) et alinéa 358c)
Paragraphe 302(2) et alinéa 358d)
Paragraphe 302(2) et alinéa 358e)
Paragraphe 302(2) et alinéa 358f)
Alinéa 303a)
Alinéa 303b)
Alinéa 303c)
Alinéa 303d)
Alinéa 303e)
Alinéa 303f)
Alinéa 303g)
Alinéa 303h)
Alinéa 303i)
Alinéa 303j)
Article 305
Alinéa 306a)
Alinéa 306b)
Alinéa 306c)
Alinéa 306d)
Alinéa 306e)
Alinéa 306f)
Alinéa 306g)
Alinéa 306h)
Alinéa 306i)
Alinéa 306j)
Alinéa 306k)
Alinéa 306l)
Alinéa 306m)
Alinéa 306n)
Alinéa 306o)
Alinéa 306p)
Article 307
Alinéa 312(1)a)
Alinéa 312(1)b)
Alinéa 312(1)c)
Alinéa 312(1)d)
Alinéa 312(1)e)
Alinéa 312(1)f)
Alinéa 312(1)g)
Alinéa 312(1)h)
Alinéa 312(1)i)
Alinéa 312(1)j)
Alinéa 312(1)k)
Alinéa 312(1)l)
Alinéa 312(1)m)
Alinéa 312(1)n)
Alinéa 312(1)o)
Paragraphe 312(2)
Paragraphe 312(3)
Paragraphe 312(4)
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
1780
X
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Personne morale ($)
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
450.
451.
452.
453.
454.
455.
456.
457.
458.
459.
460.
461.
462.
463.
464.
465.
466.
467.
468.
469.
470.
471.
472.
473.
474.
475.
476.
477.
478.
479.
480.
481.
482.
483.
484.
485.
486.
487.
488.
489.
490.
491.
492.
493.
494.
495.
496.
497.
498.
499.
500.
501.
502.
503.
504.
Paragraphe 312(5)
Paragraphe 312(6)
Paragraphe 313(1)
Article 314
Paragraphe 351(3)
Paragraphe 351(4)
Paragraphe 351(5)
Paragraphe 351(6)
Paragraphe 351(8)
Alinéa 355a)
Alinéa 355b)
Alinéa 355c)
Alinéa 355d)
Alinéa 355e)
Alinéa 355f)
Article 357
Alinéa 358a)
Alinéa 358b)
Alinéa 358c)
Alinéa 358d)
Alinéa 358e)
Alinéa 358f)
Alinéa 362a)
Alinéa 362b)
Alinéa 362e)
Alinéa 362f)
Alinéa 362g) et article 363
Alinéa 362g) et article 364
Alinéas 362g) et 366d)
Alinéas 362g) et 366e)
Alinéas 362g) et 374(1)a)
Alinéas 362g) et 374(1)c)
Alinéa 362g) et paragraphe 374(2)
Alinéas 362g) et 375(1)a)
Alinéas 362g) et 375(1)b)
Alinéas 362g) et 375(1)c)
Alinéas 362g) et 375(1)d)
Alinéas 362g) et 375(1)e)
Alinéas 362g) et 375(1)f)
Alinéas 362g) et 375(1)g)
Alinéas 362g) et 375(1)h)
Alinéas 362g) et 375(1)i)
Alinéas 362g) et 375(1)j)
Alinéas 362g) et 375(1)k)
Alinéas 362g) et 375(1)l)
Alinéas 362g) et 375(1)m)
Alinéa 362g) et paragraphe 375(2)
Alinéa 362g) et paragraphe 375(3)
Alinéa 362g) et paragraphe 375(4)
Alinéa 362g) et paragraphe 375(5)
Alinéa 362g) et paragraphe 375(6)
Alinéa 362h)
Article 363
Alinéa 375(1)a)
Alinéa 375(1)b)
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 1 000 à 25 000
X
1781
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
ANNEXE 3 (suite)
DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA SÛRETÉ DU TRANSPORT MARITIME
DONT LA CONTRAVENTION EST QUALIFIÉE DE VIOLATION (suite)
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Personne morale ($)
Violation continue
Article
Disposition du Règlement sur la sûreté
du transport maritime
Personne physique ($)
505.
506.
507.
508.
509.
510.
511.
512.
513.
514.
515.
516.
517.
518.
519.
520.
521.
522.
523.
524.
525.
526.
527.
528.
529.
530.
531.
532.
533.
534.
535.
536.
537.
538.
539.
540.
541.
542.
543.
544.
545.
546.
547.
548.
549.
550.
551.
552.
553.
554.
555.
Alinéa 375(1)c)
Alinéa 375(1)d)
Alinéa 375(1)e)
Alinéa 375(1)f)
Alinéa 375(1)g)
Alinéa 375(1)h)
Alinéa 375(1)i)
Alinéa 375(1)j)
Alinéa 375(1)k)
Alinéa 375(1)l)
Alinéa 375(1)m)
Paragraphe 375(2)
Paragraphe 375(3)
Paragraphe 375(4)
Paragraphe 375(5)
Paragraphe 375(6)
Alinéa 380(1)f)
Paragraphe 380(2)
Paragraphe 381(1)
Paragraphe 381(2)
Paragraphe 381(3)
Article 382
Article 383
Paragraphe 384(1)
Paragraphe 384(2)
Paragraphe 384(3)
Paragraphe 384(4)
Paragraphe 384(5)
Paragraphe 384(6)
Paragraphe 385(1)
Paragraphe 385(2)
Paragraphe 386(1)
Paragraphe 386(2)
Article 387
Article 388
Paragraphe 389(1)
Paragraphe 389(2)
Article 390
Alinéa 391a)
Alinéa 391b)
Alinéa 391c)
Alinéa 391d)
Alinéa 391e)
Paragraphe 393(2)
Articles 502 et 503
Articles 502 et 504
Article 503
Article 504
Article 513
Article 514
Article 519
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 250 à 1 000
de 1 250 à 5 000
de 250 à 1 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 5 000
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
de 250 à 1 000
de 1 250 à 5 000
de 250 à 1 000
de 600 à 2 400
de 600 à 2 400
de 1 250 à 5 000
1782
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 1 000 à 4 000
de 6 000 à 25 000
de 1 000 à 4 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 25 000
de 3 000 à 12 000
de 6 000 à 25 000
de 1 000 à 4 000
de 3 000 à 12 000
de 3 000 à 12 000
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-270
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
11. These Regulations come into force one year after the
day on which they are registered.
11. Le présent règlement entre en vigueur un an après la
date de son enregistrement.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 1742, following
SOR/2006-269.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 1742, suite au
DORS/2006-269.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
1783
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Registration
SOR/2006-271
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
November 2, 2006
Enregistrement
DORS/2006-271
Le 2 novembre 2006
ENERGY EFFICIENCY ACT
LOI SUR L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
Regulations Amending the Energy Efficiency
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur l’efficacité
énergétique
P.C. 2006-1275
C.P. 2006-1275
November 2, 2006
Le 2 novembre 2006
Whereas, pursuant to section 26 of the Energy Efficiency Act a,
a copy of the proposed Regulations Amending the Energy Efficiency Regulations, substantially in the form set out in the annexed regulations, was published in the Canada Gazette, Part I,
on May 6, 2006, and a reasonable opportunity was given to interested persons to make representations to the Minister of Natural
Resources with respect to the proposed regulations;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Natural Resources,
pursuant to sections 20 and 25 of the Energy Efficiency Act a,
hereby makes the annexed Regulations Amending the Energy
Efficiency Regulations.
Attendu que, en vertu de l’article 26 de la Loi sur l’efficacité
énergétiquea, le projet de règlement intitulé Règlement modifiant
le Règlement sur l’efficacité énergétique, conforme en substance
au texte ci-après, a été publié dans la Gazette du Canada Partie I,
le 6 mai 2006, et que les personnes intéressées ont ainsi eu la
possibilité de présenter leurs observations à cet égard au ministre
des Ressources naturelles,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Ressources
naturelles et en vertu des articles 20 et 25 de la Loi sur l’efficacité
énergétiquea, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil
prend le Règlement modifiant le Règlement sur l’efficacité énergétique, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE ENERGY
EFFICIENCY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definitions “CSA C273.3”, “CSA C656”, “refrigerator or combination refrigerator-freezer”, “10 CFR Appendix C”, “10 CFR 430.23” and “wall-mounted” in subsection 2(1) of the Energy Efficiency Regulations1 are repealed.
(2) The definitions “CSA C300-00”, “dishwasher”, “drytype transformer”, “electric water heater”, “fluorescent lamp
ballast”, “large air-conditioner”, “large condensing unit”,
“large heat pump” and “sealed transformer” in subsection 2(1) of the Regulations are replaced by the following:
“CSA C300-00” means the CSA standard CAN/CSA-C300-00
entitled Energy Performance and Capacity of Household Refrigerators, Refrigerator-Freezers, and Freezers; (CSA C300-00)
“dishwasher” means an electrically operated automatic household
dishwasher; (lave-vaisselle)
“dry-type transformer” means a transformer, including one that is
incorporated into any other product, in which the core and
windings are in a gaseous or dry compound insulating medium
and that
(a) is either single-phase with a nominal power of 15
to 833 kVA or three-phase with a nominal power of 15
to 7 500 kVA,
(b) has a nominal frequency of 60 Hz, and
(c) has a high voltage winding of 35 kV or less,
but does not include
(d) an autotransformer,
(e) a drive (isolation) transformer with two or more output windings or a nominal low-voltage line current greater
than 1 500 A,
1.(1) Les définitions de « CSA C273.3 », « CSA C656 »,
« 10 CFR appendice C », « 10 CFR 430.23 », « mural » et
« réfrigérateur ou réfrigérateur-congélateur », au paragraphe 2(1) du Règlement sur l’efficacité énergétique1, sont abrogées.
(2) Les définitions de « ballast pour lampe fluorescente »,
« chauffe-eau électrique », « climatiseur de grande puissance », « CSA C300-00 », « groupe compresseur-condenseur de
grande puissance », « lave-vaisselle », « thermopompe de
grande puissance », « transformateur à sec » et « transformateur hermétique », au paragraphe 2(1) du même règlement,
sont respectivement remplacées par ce qui suit :
« ballast pour lampe fluorescente » Dispositif qui, à la fois :
a) permet l’amorçage et l’allumage de lampes fluorescentes :
(i) en assurant une tension et un courant d’amorçage,
(ii) en limitant le courant dans les conditions normales
d’exploitation,
(iii) en assurant au besoin, pour en faciliter le fonctionnement, le courant de chauffe des cathodes;
b) conçu pour une alimentation de 120, 277 ou 347 volts;
c) destiné à des lampes fluorescentes à allumage instantané
de type F32T8, F34T12, F40T10 ou F40T12, ou à des lampes fluorescentes de type F96T12ES, F96T12IS, F96T12HO
ou F96T12HO ES.
Sont exclus de la présente définition :
d) le ballast conçu pour être utilisé dans une enseigne extérieure et pouvant fonctionner avec une lampe fluorescente de
type F96T12HO, à des températures ambiantes de -28,9 °C
ou moins;
———
———
a
a
1
S.C. 1992, c. 36
SOR/94-651
1784
1
L.C. 1992, ch. 36
DORS/94-651
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
(f) an instrument transformer,
(g) a rectifier transformer,
(h) a sealed transformer,
(i) a non-ventilated transformer,
(j) a testing transformer,
(k) a furnace transformer,
(l) a welding transformer,
(m) an encapsulated transformer, or
(n) a transformer with a nominal low-voltage line current
of 4 000 A or more; (transformateur à sec)
“electric water heater” means a stationary electric storage tank
water heater with a capacity of not less than 50 L (11 imperial
gallons) and not more than 454 L (100 imperial gallons) that is
intended for use on a pressure system; (chauffe-eau électrique)
“fluorescent lamp ballast” means a device that is
(a) used to start and operate fluorescent lamps by
(i) providing starting voltage and current,
(ii) limiting the current during normal operation, and
(iii) if necessary to facilitate lamp operation, providing
cathode heating,
(b) designed for input of 120, 227 or 347 volts, and
(c) designed to operate with an F32T8, F34T12, F40T10
or F40T12 rapid start fluorescent lamp or an F96T12ES,
F96T12IS, F96T12HO or F96T12HO ES fluorescent lamp,
but does not include
(d) a ballast that is designed to be used in an outdoor sign
and that is capable of operating with an F96T12HO fluorescent lamp in ambient temperatures at or below -28.9°C, or
(e) a ballast that, by means of an integrated dimming capability, can reduce the output of the fluorescent lamp by 50%
or more; (ballast pour lampe fluorescente)
“large air-conditioner” means a commercial or industrial unitary
air-conditioner with a cooling capacity of at least 19 kW
(65 000 Btu/h) but no greater than 70 kW (240 000 Btu/h);
(climatiseur de grande puissance)
“large condensing unit” means a commercial or industrial condensing unit intended for air-conditioning applications with a
cooling capacity of at least 19 kW (65 000 Btu/h) but no
greater than 70 kW (240 000 Btu/h); (groupe compresseurcondenseur de grande puissance)
“large heat pump” means a commercial or industrial unitary heat
pump intended for air-conditioning and space-heating applications with a cooling capacity of at least 19 kW (65 000 Btu/h)
but no greater than 70 kW (240 000 Btu/h); (thermopompe de
grande puissance)
“sealed transformer” means a transformer that is designed to remain hermetically sealed in a gas under gauge pressures other
than zero and under specified conditions of temperature;
(transformateur hermétique)
(3) The definitions “climatiseur individuel”, “climatiseur
terminal autonome”, “CSA C361”, “CSA C802.2”, “intégré”,
“laveuse”, “laveuse-sécheuse”, “non encastré”, “ordinaire”
e) le ballast qui, par une capacité intégrée de gradation, peut
réduire l’intensité de la lampe fluorescente de 50 % ou plus.
(fluorescent lamp ballast)
« chauffe-eau électrique » Réservoir d’eau fixe chauffé à l’électricité et ayant une capacité d’au moins 50 L (11 gallons imp.) et
d’au plus 454 L (100 gallons imp.), conçu pour être raccordé à
une alimentation d’eau sous pression. (electric water heater)
« climatiseur de grande puissance » Climatiseur autonome
pour usage commercial ou industriel ayant une capacité de
refroidissement d’au moins 19 kW (65 000 Btu/h) et d’au
plus 70 kW (240 000 Btu/h). (large air-conditioner)
« CSA C300-00 » La norme CAN/CSA-C300-00 de la CSA
intitulée Performance énergétique et capacité des réfrigérateurs, réfrigérateurs-congélateurs et congélateurs ménagers.
(CSA C300-00)
« groupe compresseur-condenseur de grande puissance » Groupe
compresseur-condenseur pour usage commercial ou industriel qui est destiné à la climatisation et dont la capacité de
refroidissement est d’au moins 19 kW (65 000 Btu/h) et d’au
plus 70 kW (240 000 Btu/h). (large condensing unit)
« lave-vaisselle » Lave-vaisselle domestique alimenté à l’électricité et fonctionnant automatiquement. (dishwasher)
« thermopompe de grande puissance » Thermopompe autonome
pour usage commercial ou industriel qui est destinée à la climatisation et au chauffage des locaux et qui a une capacité
de refroidissement d’au moins 19 kW (65 000 Btu/h) et d’au
plus 70 kW (240 000 Btu/h). (large heat pump)
« transformateur à sec » Transformateur — y compris celui qui
est incorporé à un autre produit — dont les noyaux et les enroulements sont dans un milieu isolant fait d’un composé gazeux ou sec et qui, à la fois :
a) est monophasé et possède une puissance nominale de 15
à 833 kVA ou est triphasé et possède une puissance nominale de 15 à 7 500 kVA;
b) possède une fréquence nominale de 60 Hz;
c) possède un enroulement haute tension de 35 kV ou moins.
Ne sont pas visés les transformateurs suivants :
d) l’autotransformateur;
e) le transformateur de commande (d’isolation) doté de deux
ou plusieurs enroulements de sortie ou dont la basse tension
nominale est supérieure à 1 500 A;
f) le transformateur de mesure;
g) le transformateur redresseur;
h) le transformateur hermétique;
i) le transformateur non ventilé;
j) le transformateur de contrôle;
k) le transformateur de fourneau;
l) le transformateur de soudage;
m) le transformateur encapsulé;
n) le transformateur qui a une basse tension nominale
de 4 000 A et plus. (dry-type transformer)
« transformateur hermétique » Transformateur conçu pour demeurer scellé hermétiquement dans un gaz, dans des conditions
données de température et à une pression manométrique autre
que zéro. (sealed transformer)
(3) Les définitions de « climatiseur individuel », « climatiseur terminal autonome », « CSA C361 », « CSA C802.2 »,
« intégré », « laveuse », « laveuse-sécheuse », « non encastré »,
1785
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
and “thermopompe terminale autonome” in subsection 2(1) of
the French version of the Regulations are replaced by the
following:
« climatiseur individuel » Climatiseur individuel à alimentation
électrique monophasée, à l’exception de tout climatiseur terminal autonome, dont la capacité de refroidissement n’excède pas
10,55 kW (36 000 Btu/h). (room air-conditioner)
« climatiseur terminal autonome » Climatiseur terminal autonome
assemblé en usine qui, selon le cas :
a) est constitué d’un manchon mural et d’un dispositif de refroidissement distinct non contenu dans un boîtier et est destiné à refroidir une seule pièce ou zone;
b) est constitué d’un manchon mural et d’une combinaison
distincte de dispositifs de chauffage et de refroidissement
non contenus dans un boîtier et est destiné à chauffer et à
refroidir une seule pièce ou zone. (packaged terminal airconditioner)
« CSA C361 » La norme CAN/CSA-C361-92 de la CSA intitulée
Détermination de la capacité du tambour et méthodes d’essai
de la consommation d’énergie des sécheuses électrodomestiques à séchage par culbutage. (CSA C361)
« CSA C802.2 » La norme CAN/CSA-C802.2-00 de la CSA intitulée Valeurs minimales de rendement pour les transformateurs
à sec. (CSA C802.2)
« intégré » Se dit de ce qui est soutenu par un plan de travail horizontal. (counter-mounted)
« laveuse » Laveuse à linge domestique alimentée à l’électricité,
de modèle ordinaire ou compact, à chargement vertical ou frontal, comportant un système interne de commande qui règle la
température de l’eau sans que l’utilisateur ait à intervenir après
la mise en marche de l’appareil. (clothes washer)
« laveuse-sécheuse » Appareil domestique qui consiste en une
laveuse et une sécheuse superposées ou côte à côte, alimentées
par une seule source d’alimentation, et dont le panneau de
commande est monté sur l’une des deux. Les laveusessécheuses combinées sont également visées par la présente définition. (integrated clothes washer-dryer)
« non encastré » Se dit de ce qui n’est pas soutenu par de la menuiserie, par un ou plusieurs murs ou par d’autres constructions
semblables. (freestanding)
« ordinaire » S’entend, s’il s’agit de la catégorie de grosseur :
a) dans le cas des sécheuses, de celles dont le tambour a une
capacité d’au moins 125 L (4,4 pieds cubes);
b) dans le cas des laveuses, de celles dont la cuve a une capacité d’au moins 45 L (1,6 pied cube);
c) dans le cas des lave-vaisselle, de ceux ayant une capacité
d’au moins huit couverts plus six pièces de service, au sens
de la norme ANSI/AHAM DW-1;
d) dans le cas des laveuses-sécheuses, autres que des
laveuses-sécheuses combinées, de celles dont le tambour de
la sécheuse a une capacité d’au moins 125 L (4,4 pieds
cubes) et dont la cuve de la laveuse a une capacité d’au
moins 45 L (1,6 pied cube);
e) dans le cas des laveuses-sécheuses combinées, de celles
dont le tambour a une capacité d’au moins 45 L (1,6 pied
cube). (standard)
« thermopompe terminale autonome » Thermopompe terminale
autonome assemblée en usine, qui est constituée d’un système
frigorifique distinct non contenu dans un boîtier et qui fait appel à un cycle de réfrigération inversé comme source de chaleur primaire. (packaged terminal heat pump)
1786
« ordinaire » et « thermopompe terminale autonome », au
paragraphe 2(1) de la version française du même règlement,
sont respectivement remplacées par ce qui suit :
« climatiseur individuel » Climatiseur individuel à alimentation
électrique monophasée, à l’exception de tout climatiseur terminal autonome, dont la capacité de refroidissement n’excède
pas 10,55 kW (36 000 Btu/h). (room air-conditioner)
« climatiseur terminal autonome » Climatiseur terminal autonome
assemblé en usine qui, selon le cas :
a) est constitué d’un manchon mural et d’un dispositif de refroidissement distinct non contenu dans un boîtier et est destiné à refroidir une seule pièce ou zone;
b) est constitué d’un manchon mural et d’une combinaison
distincte de dispositifs de chauffage et de refroidissement
non contenus dans un boîtier et est destiné à chauffer et à
refroidir une seule pièce ou zone. (packaged terminal airconditioner)
« CSA C361 » La norme CAN/CSA-C361-92 de la CSA intitulée
Détermination de la capacité du tambour et méthodes d’essai
de la consommation d’énergie des sécheuses électrodomestiques à séchage par culbutage. (CSA C361)
« CSA C802.2 » La norme CAN/CSA-C802.2-00 de la CSA intitulée Valeurs minimales de rendement pour les transformateurs
à sec. (CSA C802.2)
« intégré » Se dit de ce qui est soutenu par un plan de travail horizontal. (counter-mounted)
« laveuse » Laveuse à linge domestique alimentée à l’électricité,
de modèle ordinaire ou compact, à chargement vertical ou frontal, comportant un système interne de commande qui règle la
température de l’eau sans que l’utilisateur ait à intervenir après
la mise en marche de l’appareil. (clothes washer)
« laveuse-sécheuse » Appareil domestique qui consiste en une
laveuse et une sécheuse superposées ou côte à côte, alimentées par une seule source d’alimentation, et dont le panneau
de commande est monté sur l’une des deux. Les laveusessécheuses combinées sont également visées par la présente définition. (integrated clothes washer-dryer)
« non encastré » Se dit de ce qui n’est pas soutenu par de la menuiserie, par un ou plusieurs murs ou par d’autres constructions
semblables. (freestanding)
« ordinaire » S’entend, s’il s’agit de la catégorie de grosseur :
a) dans le cas des sécheuses, de celles dont le tambour a une
capacité d’au moins 125 L (4,4 pieds cubes);
b) dans le cas des laveuses, de celles dont la cuve a une capacité d’au moins 45 L (1,6 pied cube);
c) dans le cas des lave-vaisselle, de ceux ayant une capacité
d’au moins huit couverts plus six pièces de service, au sens
de la norme ANSI/AHAM DW-1;
d) dans le cas des laveuses-sécheuses, autres que des
laveuses-sécheuses combinées, de celles dont le tambour de
la sécheuse a une capacité d’au moins 125 L (4,4 pieds
cubes) et dont la cuve de la laveuse a une capacité d’au
moins 45 L (1,6 pied cube);
e) dans le cas des laveuses-sécheuses combinées, de celles
dont le tambour a une capacité d’au moins 45 L (1,6 pied
cube). (standard)
« thermopompe terminale autonome » Thermopompe terminale
autonome assemblée en usine, qui est constituée d’un système
frigorifique distinct non contenu dans un boîtier et qui fait appel à un cycle de réfrigération inversé comme source de chaleur primaire. (packaged terminal heat pump)
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
(4) Paragraphs (a) and (b) of the definition “annual energy
consumption” in subsection 2(1) of the Regulations are replaced by the following:
(a) dishwashers, the estimated annual energy use as calculated in accordance with CSA C373-04,
(b) clothes washers, the value as calculated in CSA C360-03,
(5) Subparagraph (d)(ii) of the definition “type” in subsection 2(1) of the Regulations is replaced by the following:
(ii) on or after July 1, 2001, one described in any of
the product types (8) to (10) and (16) to (18) of Table 1
to CSA C300-00 or a Type 10A chest freezer,
(6) Subparagraph (e)(ii) of the definition “type” in subsection 2(1) of the Regulations is replaced by the following:
(ii) on or after July 1, 2001, one described in any of
the product types (1) to (7) and (11) to (15) of Table 1
to CSA C300-00 or a Type 5A combination refrigeratorfreezer,
(7) The definition “V” in subsection 2(1) of the Regulations
is amended by striking out the word “and” at the end of
paragraph (f), by adding the word “and” at the end of paragraph (g) and by adding the following after paragraph (g):
(h) self-contained commercial refrigerators and self-contained
commercial freezers, the volume of the refrigerator compartment or freezer compartment, as the case may be, in litres as calculated in accordance with sections 4 and 5 of
the AHAM standard ANSI/AHAM HRF-1-2004 entitled Energy Performance and Capacity of Household Refrigerators,
Refrigerator-Freezers and Freezers; (V)
(8) The portion of the definition “cuisinière électrique” in
subsection 2(1) of the French version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
« cuisinière électrique » Cuisinière domestique alimentée à l’électricité, de l’un des types suivants :
(9) Paragraph (b) of the definition “encastré” in subsection 2(1) of the French version of the Regulations is replaced
by the following:
b) dans le cas d’une cuisinière électrique ou à gaz, de celle
qui est soutenue par de la menuiserie, par un ou plusieurs
murs ou par d’autres constructions semblables. (built-in)
(10) Paragraph (a) of the definition “lampe-réflecteur à incandescence standard” in subsection 2(1) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
a) la forme d’une ampoule de type R ou PAR ou d’une ampoule semblable qui n’est pas de type ER ou BR, selon la
description prévue à la norme ANSI C79.1;
(11) The portion of the definition “laveuse-sécheuse combinée” in subsection 2(1) of the French version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
« laveuse-sécheuse combinée » Appareil domestique doté :
(12) Subsection 2(1) of the Regulations is amended by adding the following in alphabetical order:
“ASHRAE” means the American Society of Heating, Refrigerating and Air Conditioning Engineers, Inc.; (ASHRAE)
(4) Les alinéas a) et b) de la définition de « consommation
annuelle d’énergie », au paragraphe 2(1) du même règlement,
sont remplacés par ce qui suit :
a) Dans le cas des lave-vaisselle, la valeur de la consommation annuelle d’énergie estimative calculée conformément à
la norme CSA C373-04;
b) dans le cas des laveuses, la valeur calculée selon la norme C360-03 de la CSA;
(5) Le sous-alinéa d)(ii) de la définition de « type », au paragraphe 2(1) du même règlement, est remplacé par ce qui
suit :
(ii) le 1er juillet 2001 ou après cette date, de l’un des types
appartenant à l’une des catégories de produits (8) à (10)
et (16) à (18) du tableau 1 de la norme CSA C300-00 ou
d’un congélateur coffre de type 10A;
(6) Le sous-alinéa e)(ii) de la définition de « type », au paragraphe 2(1) du même règlement, est remplacé par ce qui
suit :
(ii) le 1er juillet 2001 ou après cette date, de l’un des types appartenant à l’une des catégories de produits (1) à (7)
et (11) à (15) du tableau 1 de la norme CSA C300-00 ou
d’un réfrigérateur-congélateur de type 5A;
(7) La définition de « V », au paragraphe 2(1) du même règlement, est modifié par adjonction, après l’alinéa g), de ce
qui suit :
h) en ce qui concerne les réfrigérateurs commerciaux autonomes et les congélateurs commerciaux autonomes, le volume du compartiment de réfrigération ou de congélation, selon le cas, en litres, calculé conformément aux articles 4 et 5
de la norme ANSI/AHAM HRF-1-2004 de l’AHAM intitulée Energy Performance and Capacity of Household Refrigerators, Refrigerator-Freezers and Freezers. (V)
(8) Le passage de la définition de « cuisinière électrique »,
précédant l’alinéa a), au paragraphe 2(1) de la version française du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
« cuisinière électrique » Cuisinière domestique alimentée à l’électricité, de l’un des types suivants :
(9) L’alinéa b) de la définition de « encastré », au paragraphe 2(1) de la version française du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
b) dans le cas d’une cuisinière électrique ou à gaz, de celle
qui est soutenue par de la menuiserie, par un ou plusieurs
murs ou par d’autres constructions semblables. (built-in)
(10) L’alinéa a) de la définition de « lampe-réflecteur à incandescence standard », au paragraphe 2(1) de la version
française du même règlement, est remplacé par ce qui suit :
a) la forme d’une ampoule de type R ou PAR ou d’une ampoule semblable qui n’est pas de type ER ou BR, selon la
description prévue à la norme ANSI C79.1;
(11) Le passage de la définition de « laveuse-sécheuse combinée », précédant l’alinéa a), au paragraphe 2(1) de la version française du même règlement, est remplacé par ce qui
suit :
« laveuse-sécheuse combinée » Appareil domestique doté :
(12) Le paragraphe 2(1) du même règlement est modifié par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« à grand débit et petits conduits » Se dit du climatiseur central
bibloc ou de la thermopompe bibloc possédant un aérofrigorifère qui, à la fois :
1787
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
“ASHRAE 32.1” means the ASHRAE standard 32.1-2004 entitled Methods of Testing for Rating Vending Machines for Bottled, Canned, and Other Sealed Beverages; (ASHRAE 32.1)
“ASHRAE 72” means the ANSI/ASHRAE standard 72-1998
entitled Method of Testing Open Refrigerators; (ASHRAE 72)
“ASHRAE 117” means the ANSI/ASHRAE standard 117-1992
entitled Method of Testing Closed Refrigerators; (ASHRAE 117)
“AV” means, with respect to self-contained commercial refrigeratorfreezers, the adjusted volume of the product in litres calculated as follows:
AV = the refrigerator volume in litres + 1.63 × the freezer
volume in litres; (VC)
“compressor-cycled automatic defrost system” means a defrost
system in which the defrosting action for refrigerated surfaces
occurs using the natural warming of the evaporator when the
compressor is cycled on and that is initiated and terminated
automatically; (dispositif de dégivrage automatique à cycle du
compresseur)
“CSA C191-04” means the CSA standard CAN/CSA C191-04
entitled Performance of Electric Storage Tank Water Heaters
for Domestic Hot Water Service; (CSA C191-04)
“CSA C373-04” means the CSA standard CAN/CSA C373-04
entitled Energy Consumption Test Methods and Limits for
Household Dishwashers; (CSA C373-04)
“CSA C656-05” means the CSA standard CSA C656-05 entitled
Performance Standard for Split-System and Single-Package
Central Air Conditioners and Heat Pumps; (CSA C656-05)
“CSA C744-04” means the joint CSA and Air-Conditioning and
Refrigeration Institute standard ARI 310/380-2004/CAN/CSA
C744-04 entitled Standard for Packaged Terminal Air Conditioners and Heat Pumps; (CSA C744-04)
“CSA C13256-1” means the CSA standard CAN/CSA-C13256-1-01
entitled Water-Source Heat Pumps — Testing and Rating for
Performance — Part 1: Water-to-Air and Brine-to-Air Heat
Pumps; (CSA C13256-1)
“Edaily” means, with respect to a product referred to in any of
paragraphs 3(1)(y) to (z.3), the daily energy consumption of the
product expressed in kilowatt hours per day; (Equot)
“encapsulated transformer” means a transformer that is designed
to have its core and windings encapsulated in a solid medium;
(transformateur encapsulé)
“furnace transformer” means a three-phase step-down transformer
that is designed to be connected to an electric-arc furnace and
that is equipped with a delta-wye switching arrangement and
high voltage taps that change the level of low voltage supplied
to the furnace; (transformateur de fourneau)
“low power mode” means, in respect of a beverage vending machine or a snack and refrigerated beverage vending machine, a
mode — into which the machine automatically enters during a
period of extended inactivity — that is capable of reducing the
energy consumption of the machine by means of the following
power states:
(a) a lighting power state in which the machine’s lights are
turned off,
(b) a refrigeration power state in which the average temperature
of the refrigerated beverages is allowed to rise to 4.4°C, and
(c) a machine power state in which the lighting and refrigeration power states are both in operation; (mode de veille)
“non-ventilated transformer” means a transformer that is designed
to prevent external air circulation through the windings when it
operates at zero gauge pressure; (transformateur non ventilé)
1788
a) produit au moins 300 Pa (1,2 pouces d’eau) de pression
statique externe lorsqu’il fonctionne à un taux de volume
d’air de 104-165 L/s (220-350 pieds cube par minute) par
tonne nominale de refroidissement;
b) est doté de bouches de retour d’air produisant des vitesses
supérieures à 5 m/s (1000 pi/m) et ayant chacune moins de
39 cm2 (six pouces au carré) de surface. (small-duct and
high-velocity)
« ASHRAE » L’American Society of Heating, Refrigerating and
Air-Conditioning Engineers, Inc. (ASHRAE)
« ASHRAE 32.1 » La norme 32.1-2004 de l’ASHRAE intitulée
Methods of Testing for Rating Vending Machines for Bottled,
Canned, and Other Sealed Beverages. (ASHRAE 32.1)
« ASHRAE 72 » La norme ANSI/ASHRAE 72-1998 intitulée
Method of Testing Open Refrigerators. (ASHRAE 72)
« ASHRAE 117 » La norme ANSI/ASHRAE 117-1992 intitulée
Method of Testing Closed Refrigerators. (ASHRAE 117)
« ballast de remplacement pour lampe fluorescente » Ballast pour
lampe fluorescente qui, à la fois :
a) est expressément commercialisé pour remplacer le ballast
d’un luminaire fluorescent existant;
b) porte la mention « UTILISER POUR REMPLACEMENT
SEULEMENT »;
c) possède des cordons de sortie dont la longueur totale,
lorsqu’ils sont complètement étendus, est inférieure à la longueur de la lampe fluorescente à laquelle le ballast est destiné;
d) est vendu par un fournisseur par paquets contenant au plus
dix ballasts. (replacement fluorescent lamp ballast)
« capacité de vente » À l’égard d’un distributeur automatique de
boissons réfrigérées ou d’un distributeur automatique de boissons réfrigérées et de collations, la quantité maximale de produits qui, selon les recommandations du fabricant, peut être
distribuée par le distributeur automatique rempli à capacité.
(vendible capacity)
« congélateur coffre de type 10A » Congélateur coffre fabriqué
le 31 décembre 2003 ou après cette date, accessible par le
dessus et muni d’un dispositif de dégivrage automatique.
(Type 10A chest freezer)
« congélateur commercial autonome » Congélateur commercial,
autre qu’un congélateur commercial de type chambre, dont tous
les compartiments sont conçus pour la congélation et l’entreposage des aliments, des boissons ou de la glace et qui est doté
d’une source de réfrigération autonome qui nécessite une alimentation énergétique. (self-contained commercial freezer)
« CSA C191-04 » La norme CAN/CSA-C191-04 de la CSA intitulée Fonctionnement des chauffe-eau électriques à accumulation pour usage domestique. (CSA C191-04)
« CSA C373-04 » La norme CAN/CSA-C373-04 de la CSA intitulée Consommation d’énergie des lave-vaisselle électroménagers : Méthodes d’essai et limites. (CSA C373-04)
« CSA C656-05 » La norme CSA C656-05 de la CSA intitulée
Évaluation des performances des climatiseurs centraux et des
thermopompes biblocs et monoblocs. (CSA C656-05)
« CSA C744-04 » La norme conjointe ARI 310/380-2004/CAN/
CSA C744-04 de la CSA et de l’Air-Conditioning and Refrigeration Institute intitulée Norme sur les conditionneurs d’air et
les thermopompes monoblocs. (CSA C744-04)
« CSA C13256-1 » La norme CAN/CSA-C13256-1-01 de la CSA
intitulée Pompes à chaleur à eau — Essais et détermination
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
“refrigerated beverage vending machine” means a self-contained
system designed to accept consumer payments and dispense
only bottled, canned or other sealed beverages; (distributeur
automatique de boissons réfrigérées)
“refrigerated buffet table” means a commercial refrigerator that
(a) is designed to function as a table or counter for receiving
and refrigerating food and from which persons can serve
themselves, and
(b) uses a mechanical refrigeration system; (table de buffet
réfrigérée)
“refrigerated preparation table” means a commercial refrigerator
the top of which is a work surface on which food can be
prepared, displayed and kept refrigerated at temperatures between 1°C and 5°C; (table de préparation réfrigérée)
“refrigerator” or “combination refrigerator-freezer” means a
household refrigerator or a household combination refrigeratorfreezer, as the case may be, that has a defrost system — including a compressor-cycled automatic defrost system — and
a capacity of 1 100 L (39 cubic feet) or less, but does not include a household wine chiller or a refrigerator that uses an absorption refrigeration system; (réfrigérateur ou réfrigérateurcongélateur)
“replacement fluorescent lamp ballast” means a fluorescent lamp
ballast that
(a) is specifically marketed for use as a replacement lamp
ballast for an existing fluorescent luminaire installation,
(b) is marked with the words “FOR REPLACEMENT USE
ONLY”,
(c) has output leads that, when fully extended, are shorter
than the length of the fluorescent lamp with which it is intended to operate, and
(d) is sold by a dealer in a package that contains not more
than 10 ballasts; (ballast de remplacement pour lampe fluorescente)
“replacement unit” means, with respect to packaged terminal
air-conditioners and packaged terminal heat pumps, units
with wall sleeves less than 0.41 m (16 inches) high or less
than 1.07 m (42 inches) wide; (unité de remplacement)
“self-contained commercial freezer” means a commercial freezer
all the compartments of which are designed for the freezing
and storage of food, beverages or ice and that has a selfcontained refrigeration system that requires energy input, but
does not include a walk-in commercial freezer; (congélateur
commercial autonome)
“self-contained commercial refrigerator”
(a) means a commercial refrigerator that
(i) has at least one compartment for the storage of food
and beverages at temperatures above 0°C,
(ii) has no more than one compartment for the freezing
and storage of food and beverages at temperatures between 0°C and -13.3°C, and
(iii) has a self-contained refrigeration system that requires
energy input, but
(b) does not include
(i) a refrigerated buffet table,
(ii) a refrigerated preparation table, or
(iii) a walk-in commercial refrigerator; (réfrigérateur
commercial autonome)
des caractéristiques de performance — Partie 1: Pompes à
chaleur eau-air et eau glycolée-air. (CSA C13256-1)
« dispositif de dégivrage automatique à cycle du compresseur »
Système de dégivrage dans lequel le dégivrage des espaces réfrigérés survient par le réchauffement naturel de l’évaporateur
au moment où le cycle du compresseur se met en marche et
s’arrête automatiquement. (compressor-cycled automatic defrost system)
« distributeur automatique de boissons réfrigérées » Appareil
autonome conçu pour distribuer, en échange d’argent, uniquement des boissons en bouteille, en cannette ou dans d’autres
types de contenants étanches. (refrigerated beverage vending
machine)
« distributeur automatique de boissons réfrigérées et de collations » Appareil autonome qui, à la fois :
a) est conçu pour distribuer, en échange d’argent, des emballages d’aliments solides non réfrigérés de même que des
bouteilles, des cannettes ou d’autres contenants hermétiques
de boissons réfrigérées;
b) possède une capacité de vente d’au plus cent de ces boissons. (snack and refrigerated beverage vending machine)
« Equot » Se dit, à l’égard de tout produit mentionné aux alinéas 3(1)y) à z.3), de la consommation d’énergie quotidienne
du produit exprimée en kWh par jour. (Edaily)
« mural » Se dit du climatiseur central monobloc ou de la thermopompe monobloc dont la capacité de refroidissement est inférieure ou égale à 30 000 Btu/h et qui est conçu pour être installé dans un mur extérieur. (through-the-wall)
« mode de veille » En ce qui concerne un distributeur automatique de boissons réfrigérées ou un distributeur automatique de
boissons réfrigérées et de collations, l’un ou l’autre des modes
ci-après dans lequel entre automatiquement l’appareil durant
une période d’inactivité prolongée et qui permet de diminuer la
consommation énergétique de l’appareil :
a) mode d’éclairage dans lequel les lumières de l’appareil
sont éteintes;
b) mode de réfrigération dans lequel la température moyenne
des boissons réfrigérées peut atteindre 4,4 °C;
c) mode de fonctionnement de l’appareil dans lequel l’éclairage est fermé et la réfrigération, réduite. (low power mode)
« réfrigérateur commercial autonome »
a) S’entend du réfrigérateur commercial qui, à la fois :
(i) est muni d’au moins un compartiment servant à l’entreposage des aliments et des boissons à des températures
supérieures à 0 °C,
(ii) ne possède pas plus d’un compartiment servant à la
congélation et l’entreposage d’aliments et de boissons à
des températures se situant entre 0 °C et -13,3 °C,
(iii) est doté d’une source de réfrigération autonome qui
nécessite une alimentation énergétique;
b) sont exclus de la présente définition :
(i) la table de buffet réfrigérée,
(ii) la table de préparation réfrigérée,
(iii) le réfrigérateur commercial de type chambre. (selfcontained commercial refrigerator)
« réfrigérateur-congélateur commercial autonome » Réfrigérateurcongélateur commercial, autre qu’un réfrigérateur-congélateur
commercial de type chambre, qui, à la fois :
1789
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
“self-contained commercial refrigerator-freezer” means a commercial refrigerator-freezer, other than a walk-in commercial
refrigerator-freezer, that
(a) has two or more compartments, at least one of which
is for the storage of food and beverages at temperatures
above 0°C and at least one other of which is for the freezing and storage of food and beverages at temperatures below -13.3°C, and
(b) has a self-contained refrigeration system that requires energy input; (réfrigérateur-congélateur commercial autonome)
“small-duct and high-velocity” means, with respect to splitsystem central air-conditioners and split-system heat pumps,
those having an indoor blower and coil combination that
(a) produces at least 300 pascals (1.2 inches of water) external static pressure when operated at an air volume rate
of 104-165 L/s (220-350 cf/m) per rated ton of cooling, and
(b) uses room outlets that produce velocities greater
than 5 m/s (1000 f/m) and that each have less than 39 cm2
(six square inches) of area; (à grand débit et petits conduits)
“snack and refrigerated beverage vending machine” means a selfcontained system that
(a) is designed to accept consumer payments and dispense
packages of solid non-refrigerated food and bottled, canned
or other sealed refrigerated beverages, and
(b) has a vendible capacity of no more than 100 of those
beverages; (distributeur automatique de boissons réfrigérées
et de collations)
“through-the-wall” means, with respect to single-package central
air-conditioners and single-package heat pumps, those with
cooling capacities less than or equal to 30 000 Btu/h and that
are designed to be installed through an exterior wall; (mural)
“Type 5A combination refrigerator-freezer” means a combination
refrigerator-freezer — the manufacturing process of which is
completed on or after December 31, 2005 — that is capable of
dispensing ice through the cabinet door and that is equipped
with a bottom-mounted freezer and an automatic defrost system; (réfrigérateur-congélateur de type 5A)
“Type 10A chest freezer” means a chest freezer manufactured on
or after December 31, 2003 that is accessible from the top and
equipped with an automatic defrost system; (congélateur coffre
de type 10A)
“vendible capacity” means, in respect of a refrigerated beverage
vending machine or a snack and refrigerated beverage vending
machine, the maximum quantity of product that is recommended by the manufacturer to be dispensed from one full
loading of the machine; (capacité de vente)
2. (1) The portion of subsection 3(1) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
3. (1) Subject to subsections (2) to (19), the following products
are prescribed as energy-using products:
1790
a) possède deux ou plusieurs compartiments dont au moins
un sert à l’entreposage d’aliments et de boissons à des températures supérieures à 0 °C et au moins un autre sert à la
congélation et à l’entreposage d’aliments et de boissons à
des températures en dessous de -13,3 °C;
b) est doté d’une source de réfrigération autonome qui nécessite une alimentation énergétique. (self-contained commercial refrigerator-freezer)
« réfrigérateur-congélateur de type 5A » Réfrigérateurcongélateur — dont la fabrication est achevée le 31 décembre 2005 ou après cette date — pouvant distribuer des glaçons
à travers la porte et muni d’un compartiment de congélation dans le bas et d’un dispositif de dégivrage automatique.
(Type 5A combination refrigerator-freezer)
« réfrigérateur » ou « réfrigérateur-congélateur » Réfrigérateur
domestique ou réfrigérateur-congélateur domestique, selon le
cas, muni d’un système de dégivrage — y compris un dispositif
de dégivrage automatique à cycle du compresseur — et d’une
capacité d’au plus 1 100 L (39 pieds cubes). Sont exclus de la
présente définition, le réfrigérant à vin domestique et le réfrigérateur muni d’un système de refroidissement par absorption.
(refrigerator or combination refrigerator-freezer)
« table de buffet réfrigérée » Réfrigérateur commercial qui, à la
fois :
a) est conçu pour servir de table ou de comptoir pour recevoir des aliments et les réfrigérer et d’où les personnes peuvent se servir;
b) utilise un système de réfrigération mécanique. (refrigerated buffet table)
« table de préparation réfrigérée » Réfrigérateur commercial doté
d’une surface de travail sur le dessus pour préparer des aliments, les étaler et les garder réfrigérés à des températures entre 1 °C et 5 °C. (refrigerated preparation table)
« transformateur de fourneau » Transformateur triphasé, abaisseur, devant être relié à un fourneau électrique à arc, muni d’un
dispositif de mise sous-tension triangle-étoile et de prises de
réglage de haute tension permettant de modifier le niveau de la
tension minimale d’alimentation du fourneau. (furnace transformer)
« transformateur encapsulé » Transformateur conçu de manière à
ce que le noyau et les enroulements soient encapsulés dans un
milieu solide. (encapsulated transformer)
« transformateur non ventilé » Transformateur conçu pour empêcher la circulation de l’air externe dans ses enroulements lorsqu’il est en fonction à une pression manométrique nulle. (nonventilated transformer)
« unité de remplacement » En ce qui concerne les climatiseurs terminaux autonomes ou les thermopompes terminales
autonomes, unité comportant des manchons muraux de moins
de 0,41 m (16 pouces) de hauteur ou de moins de 1,07 m
(42 pouces) de largeur. (replacement unit)
« VC » S’entend, en ce qui concerne les réfrigérateurscongélateurs commerciaux autonomes, du volume corrigé en
litres du produit, calculé comme suit :
VC = volume du réfrigérateur en litres + 1,63 × le volume du
congélateur en litres. (AV)
2. (1) Le passage du paragraphe 3(1) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
3. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (19), les matériels
suivants sont désignés comme matériels consommateurs d’énergie :
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
(2) Subsection 3(1) of the Regulations is amended by striking out the word “and” at the end of paragraph (w) and by
adding the following after paragraph (x):
(y) self-contained commercial freezers;
(z) self-contained commercial refrigerator-freezers;
(z.1) self-contained commercial refrigerators;
(z.2) refrigerated beverage vending machines; and
(z.3) snack and refrigerated beverage vending machines.
(3) Subsection 3(2) of the Regulations is replaced by the following:
(2) Subject to subsection (6), for the purposes of Parts II to V,
a product referred to in any of paragraphs (1)(a), (b), (c)
to (g), (h.1), (i), (j), (k), (l), (m), (n), (o) and (p) to (s) shall not be
considered to be an energy-using product unless its manufacturing process is completed on or after February 3, 1995.
(4) Subsections 3(3) and (4) of the Regulations are repealed.
(5) Subsection 3(12) of the Regulations is replaced by the
following:
(12) A product referred to in paragraph (1)(h.2) shall not be
considered to be an energy-using product
(a) for the purposes of Part II; or
(b) for the purposes of Parts III to VI, unless its manufacturing
process is completed on or after June 1, 2003.
(6) Subsection 3(14) of the Regulations is replaced by the
following:
(14) For the purposes of Part IV, a product referred to in paragraph (1)(x) shall not be considered to be an energy-using product
unless its manufacturing process is completed on or after November 1, 2004.
(15) A product referred to in paragraph (1)(y) shall not be considered to be an energy-using product
(a) for the purposes of Parts II and III, unless it has cabinet
doors and its manufacturing process is completed on or after
April 1, 2007; or
(b) for the purposes of Parts IV and V, unless its manufacturing
process is completed on or after April 1, 2007.
(16) For the purposes of Parts II to V, a product referred to in
paragraph (1)(z) shall not be considered to be an energy-using
product unless its manufacturing process is completed on or after
April 1, 2007.
(17) A product referred to in paragraph (1)(z.1) shall not be
considered to be an energy-using product
(a) for the purposes of Parts II and III, unless it has cabinet
doors or opaque cabinet drawers and its manufacturing process
is completed on or after April 1, 2007; or
(b) for the purposes of Parts IV and V, unless its manufacturing
process is completed on or after April 1, 2007.
(18) For the purposes of Parts II to V, a product referred to in
paragraph (1)(z.2) shall not be considered to be an energy-using
product unless its manufacturing process is completed on or after
January 1, 2007.
(19) For the purposes of Parts II to V, a product referred to in
paragraph (1)(z.3) shall not be considered to be an energy-using
product unless its manufacturing process is completed on or after
January 1, 2007.
(2) Le paragraphe 3(1) du même règlement est modifié par
adjonction, après l’alinéa x), de ce qui suit :
y) congélateurs commerciaux autonomes;
z) réfrigérateurs-congélateurs commerciaux autonomes;
z.1) réfrigérateurs commerciaux autonomes;
z.2) distributeurs automatiques de boissons réfrigérées;
z.3) distributeurs automatiques de boissons réfrigérées et de
collations.
(3) Le paragraphe 3(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Sous réserve du paragraphe (6), pour l’application des
parties II à V, les matériels visés aux alinéas (1)a), b), c)
à g), h.1), i), j), k), l), m), n), o) et p) à s) ne sont considérés
comme des matériels consommateurs d’énergie que si leur fabrication est achevée le 3 février 1995 ou après cette date.
(4) Les paragraphes 3(3) et (4) du même règlement sont
abrogés.
(5) Le paragraphe 3(12) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(12) Les matériels visés à l’alinéa (1)h.2) ne sont pas considérés comme des matériels consommateurs d’énergie :
a) pour l’application de la partie II;
b) pour l’application des parties III à VI, à moins que leur fabrication soit achevée le 1er juin 2003 ou après cette date.
(6) Le paragraphe 3(14) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(14) Pour l’application de la partie IV, les matériels visés à
l’alinéa (1)x) ne sont considérés comme des matériels consommateurs d’énergie que si leur fabrication est achevée le 1er novembre 2004 ou après cette date.
(15) Les matériels visés à l’alinéa (1)y) ne sont pas considérés
comme des matériels consommateurs d’énergie :
a) pour l’application des parties II et III, à moins d’être munis
de portes d’armoires et que leur fabrication soit achevée
le 1er avril 2007 ou après cette date;
b) pour l’application des parties IV et V, à moins que leur fabrication soit achevée le 1er avril 2007 ou après cette date;
(16) Pour l’application des parties II à V, les matériels visés aux alinéas (1)z) ne sont considérés comme des matériels consommateurs d’énergie que si leur fabrication est achevée
le 1er avril 2007 ou après cette date.
(17) Les matériels visés à l’alinéa (1)z.1) ne sont pas considérés
comme des matériels consommateurs d’énergie :
a) pour l’application des parties II et III, à moins d’être munis
de tiroirs opaques ou de portes d’armoires et que leur fabrication soit achevée le 1er avril 2007 ou après cette date;
b) pour l’application des parties IV et V, à moins que leur fabrication soit achevée le 1er avril 2007 ou après cette date.
(18) Pour l’application des parties II à V, les matériels visés à
l’alinéa (1)z.2) ne sont considérés comme des matériels consommateurs d’énergie que si leur fabrication est achevée le 1er janvier 2007 ou après cette date.
(19) Pour l’application des parties II à V, les matériels visés à
l’alinéa (1)z.3) ne sont considérés comme des matériels consommateurs d’énergie que si leur fabrication est achevée le 1er janvier 2007 ou après cette date.
1791
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
3. (1) The portion of subsection 4(1) of the Regulations before paragraph (c) is replaced by the following:
4. (1) Subject to subsection (1.1),
(a) for an energy-using product referred to in any of paragraphs 3(1)(a) to (h.1), (i), (j), (j.3) to (m.3), (n.1) to (s), (v), (w)
and (y) to (z.3), an energy efficiency standard set out in column III of an item of Part 1 of Schedule I applies to the product
set out in column I of that item if the manufacturing process of
the product is completed during the period set out in column IV
of that item;
(b) for an energy-using product referred to in any of paragraphs 3(1)(j.1), (j.2), (t), (u) and (x), an energy efficiency
standard set out in column III of an item of Part 1 of Schedule I
applies to the product set out in column I of that item; and
(2) Subsection 4(1.1) of the Regulations is replaced by the
following:
(1.1) During the period beginning on April 1, 2005 and ending
on March 31, 2010, if an energy-using product referred to in
paragraph 3(1)(f) is a replacement fluorescent lamp ballast, and
its manufacturing process is completed during that period, the
energy efficiency standard applicable to the product is the following:
Power factor = 90% and CSA C654, clause 4.1, fourth column.
(3) Subsection 4(4) of the Regulations is replaced by the following:
(4) A reference to a CSA standard set out in column III of
Part 1 of Schedule I shall be read as a reference to that standard as
it read on December 31, 2005.
4. The Regulations are amended by adding the following after section 4:
4.1 In respect of an energy-using product referred to in any
of paragraphs 3(1)(y) to (z.1), compliance with the energy efficiency standard referred to in subsection 4(1) shall be determined in accordance with the testing procedures established
by ASHRAE 117 that are applicable to the product as defined in
these Regulations, except that
(a) the liquid used in the test packages may be either a solution
of salt and water (H2O and 6% ± 0.5% NaCl by mass) or a mixture that, by volume, is equal parts propylene glycol and distilled water;
(b) if the product features a roll-through or pass-through cabinet, the testing shall be conducted with the rear doors of the
cabinet in the closed position; and
(c) testing to determine the Edaily shall be conducted
(i) with the goods in each refrigerator compartment at a
temperature of 3.3°C ± 1.1°C, but if a refrigerator compartment is designed solely for the cooling and storage of wine,
the goods in that compartment shall be at a temperature
of 7.2°C ± 1.1°C, and
(ii) with the goods in each freezer compartment of a product
referred to in paragraph 3(1)(y) or (z) at a temperature
of -17.8°C ± 1.1°C, but if a freezer compartment is designed
solely for the storage or dispensing of ice cream or similar
foods, the goods in that compartment shall be at a temperature of -20.6°C ± 1.1°C.
1792
3. (1) Le passage du paragraphe 4(1) du même règlement
précédant l’alinéa c) est remplacé par ce qui suit :
4. (1) Sous réserve du paragraphe (1.1) :
a) dans le cas des matériels consommateurs d’énergie visés aux
alinéas 3(1)a) à h.1), i), j), j.3 à m.3), n.1) à s), v), w) et y)
à z.3), la norme d’efficacité énergétique prévue à la colonne III
de la partie 1 de l’annexe I s’applique au matériel mentionné à
la colonne I si la fabrication de ce matériel est achevée pendant
la période visée à la colonne IV;
b) dans le cas des matériels consommateurs d’énergie visés aux
alinéas 3(1)j.1), j.2), t), u) et x), la norme d’efficacité énergétique prévue à la colonne III de la partie 1 de l’annexe I s’applique au matériel mentionné à la colonne I;
(2) Le paragraphe 4(1.1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(1.1) Au cours de la période débutant le 1er avril 2005 et
se terminant le 31 mars 2010, si les matériels consommateurs
d’énergie visés à l’alinéa 3(1)f) sont des ballasts de remplacement
pour lampes fluorescentes et que leur fabrication est achevée pendant cette période, la norme d’efficacité énergétique qui s’applique à ces matériels est la suivante :
coefficient de puissance = 90 % et la norme CSA C654, article 4.1, quatrième colonne.
(3) Le paragraphe 4(4) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(4) Dans la colonne III de la partie 1 de l’annexe I, toute
mention d’une norme CSA constitue un renvoi à sa version
du 31 décembre 2005.
4. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 4, de ce qui suit :
4.1 La conformité à la norme d’efficacité énergétique visée au
paragraphe 4(1) des matériels consommateurs d’énergie visés aux
alinéas 3(1)y) à z.1) est déterminée selon les méthodes d’essai
établies dans la norme ASHRAE 117 qui s’appliquent aux matériels définis dans le présent règlement, sauf que :
a) le liquide utilisé dans les essais peut être soit une solution de
sel et d’eau (H2O et 6 % ± 0.5 % NaCl par masse), soit un mélange de propylène glycol et d’eau distillée en proportions égales, par volume;
b) dans le cas de matériel muni d’une armoire traversable ou
d’une armoire à chariots traversable, l’essai s’effectue de sorte
que les portes arrières de l’armoire soient en position fermée;
c) l’essai visant à déterminer la Equot du matériel doit être réalisé dans les conditions suivantes, selon le cas :
(i) les produits dans chaque compartiment de réfrigération
sont à une température de 3,3 °C ± 1,1 °C, mais, s’agissant
d’un compartiment conçu uniquement pour le refroidissement et l’entreposage du vin, les produits dans ce compartiment doivent être à une température de 7,2 °C ± 1,1 °C,
(ii) les produits dans chaque compartiment de congélation
d’un matériel visé aux alinéas 3(1)y) ou z) sont à une
température de -17,8 °C ± 1,1 °C, mais, s’agissant d’un
compartiment conçu uniquement pour l’entreposage ou la
distribution de crème glacée ou d’aliments semblables, les
produits dans ce compartiment doivent être à une température de -20,6 °C ± 1,1 °C.
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
4.2 In respect of an energy-using product referred to in paragraph 3(1)(z.2), compliance with the energy efficiency standard
referred to in subsection 4(1) shall be determined in accordance
with the testing procedures established by sections 1 to 7.2
of ASHRAE 32.1 that are applicable to the product as defined in
these Regulations, except that testing to determine the Edaily shall
be conducted under the following temperature and humidity conditions:
(a) in the case of a product that is designed to display and
dispense more than 20 discrete types of beverages, at an ambient temperature of 23.9°C ± 1°C and a relative humidity
of 45% ± 5%; and
(b) in any other case, at an ambient temperature of 32.2°C ± 1°C
and a relative humidity of 65% ± 5%.
4.3 In respect of an energy-using product referred to in paragraph 3(1)(z.3), compliance with the energy efficiency standard
referred to in subsection 4(1) shall be determined in accordance with the testing procedures established by sections 1 to 7.2
of ASHRAE 32.1 that are applicable to the product as defined in
these Regulations, except that testing to determine the Edaily shall
be conducted at an ambient temperature of 23.9°C ± 1°C and a
relative humidity of 45% ± 5%.
5. The headings before section 5 of the Regulations are replaced by the following:
4.3 La conformité à la norme d’efficacité énergétique visée
au paragraphe 4(1) des matériels consommateurs d’énergie visés à l’alinéa 3(1)z.3) est déterminée selon les méthodes d’essai établies aux articles 1 à 7.2 de la norme ASHRAE 32.1
qui s’appliquent aux matériels définis dans le présent règlement
sauf que l’essai visant à déterminer la Equot s’effectue à une température ambiante de 23,9 °C ± 1 °C et une humidité relative
de 45 % ± 5 %.
5. Les intertitres précédant l’article 5 du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
PART III
PARTIE III
ENERGY EFFICIENCY LABELLING
ÉTIQUETAGE D’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
6. The heading before section 6 of the Regulations is repealed.
7. Section 11 of the Regulations and the headings before it
are replaced by the following:
6. L’intertitre précédant l’article 6 du même règlement est
abrogé.
7. L’article 11 du même règlement et les intertitres le précédant sont remplacés par ce qui suit :
PART IV
PARTIE IV
VERIFICATION MARK LABELLING
ÉTIQUETTE DE MARQUE DE VÉRIFICATION
11. (1) The following definitions apply in this Part.
“certification body” means a body accredited by the Standards
Council of Canada as an energy efficiency certification body in
respect of any of the following classes of products or their
equivalent:
(a) electrical or electronic products;
(b) fuel-burning equipment; or
(c) gas-fired appliances and equipment. (organisme de certification)
“verification mark” means, in respect of an energy-using product,
a mark
(a) issued by a certification body to signify that the body
has, by means of an energy performance verification program,
(i) determined that the product is in compliance with the
energy efficiency standard for that product referred to in
section 4, or
(ii) tested and verified the energy performance of the
product; or
(b) issued by a province to signify that the product is in
compliance with the province’s energy efficiency standard
for the product. (marque de vérification)
11. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente
partie.
« organisme de certification » Organisme accrédité par le Conseil
canadien des normes à titre d’organisme de certification de
l’efficacité énergétique pour les catégories de matériel suivantes ou leur équivalent :
a) les produits électriques ou électroniques;
b) le matériel fonctionnant au combustible;
c) le matériel et les appareils alimentés au gaz. (certification
body)
« marque de vérification » En ce qui a trait au matériel consommateur d’énergie, marque qui :
a) est établie par un organisme de certification et atteste que
l’organisme, dans le cadre d’un programme de vérification
du rendement énergétique, a, selon le cas :
(i) conclu que le matériel est conforme à la norme d’efficacité énergétique applicable visée à l’article 4,
(ii) mis à l’essai et vérifié la performance énergétique du
matériel;
b) est établie par une province et atteste que le matériel est
conforme à la norme d’efficacité énergétique de cette province pour ce matériel. (verification mark)
4.2 La conformité à la norme d’efficacité énergétique visée au
paragraphe 4(1) des matériels consommateurs d’énergie visés à
l’alinéa 3(1)z.2) est déterminée selon les méthodes d’essai établies aux articles 1 à 7.2 de la norme ASHRAE 32.1 qui s’appliquent aux matériels définis dans le présent règlement, sauf que
l’essai visant à déterminer la Equot s’effectue dans les conditions
de température et d’humidité suivantes :
a) dans le cas d’un matériel qui est conçu pour montrer et distribuer plus de vingt différents types de boissons, à une température ambiante de 23,9 °C ± 1 °C et une humidité relative
de 45 % ± 5 %;
b) dans tout autre cas, à une température ambiante de 32,2 °C
± 1 °C et une humidité relative de 65 % ± 5 %.
1793
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
(2) Every energy-using product shipped or imported as described in subsection 4(1) of the Act shall be labelled with at least
one of the following:
(a) a verification mark issued by a certification body that is accredited in respect of the class of products to which the product
belongs; or
(b) a verification mark issued by a province whose provincial
energy efficiency standard for the product is equivalent to or
exceeds the energy efficiency standard for the product referred
to in section 4 of these Regulations.
(2) Tout matériel consommateur d’énergie expédié ou importé
aux termes du paragraphe 4(1) de la Loi doit porter au moins une
des étiquettes suivantes :
a) une marque de vérification établie par un organisme de certification accrédité pour la catégorie de matériel en cause;
b) une marque de vérification établie par une province dont la
norme provinciale d’efficacité énergétique pour ce matériel est
équivalente ou dépasse la norme d’efficacité énergétique applicable visée à l’article 4 du présent règlement.
(3) The verification mark shall be affixed to a surface of the
energy-using product such that the mark is readily visible. However, in the case of an energy-using product referred to in any of
paragraphs 3(1)(j.1) to (j.4), the verification mark may be affixed
to the exterior of the product’s package.
8. Paragraph 12(2)(e) of the English version of the Regulations is replaced by the following:
(e) the name of the body or province whose verification mark
will be affixed to the product in accordance with Part IV; and
9. Sections 16 and 16.1 of the Regulations are replaced by
the following:
16. A dealer is exempt from the application of sections 4 and 5
of the Act with respect to the shipment or importation of an
energy-using product that is to be incorporated into any other
product that is to be exported from Canada.
(3) La marque de vérification est apposée sur toute surface du
matériel consommateur d’énergie de façon à être bien visible.
Cependant, dans le cas des matériels consommateurs d’énergie
visés aux alinéas 3(1)j.1) à j.4), la marque de vérification peut
être apposée sur l’extérieur de l’emballage du matériel.
8. L’alinéa 12(2)e) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(e) the name of the body or province whose verification mark
will be affixed to the product in accordance with Part IV; and
9. Les articles 16 et 16.1 du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
16. Le fournisseur est exempté de l’application des articles 4
et 5 de la Loi pour ce qui est de l’exportation ou de l’importation
du matériel consommateur d’énergie qui doit être intégré à un
autre matériel destiné à l’exportation.
10. Part 1 of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
PART 1
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/Legislative
Provision
Energy Efficiency Standard
Completion Period
1.
Clothes dryers
CSA C361
E = 0.3 V + 59
2.
Clothes dryers
CSA C361
3.
Clothes washers
CSA C360
CSA C361
Table 8.1
E = 1.5 V + 30.5
on or after February 3, 1995 until
April 30, 1995
on or after May 1, 1995
4.
Clothes washers
CSA C360
5.
Clothes washers
CSA C360-98
6.
Clothes washers
CSA C360-03
7.
Clothes washers
CSA C360-03
8.
Dehumidifiers
CSA C749
9.
Dishwashers
CSA C373
10.
Dishwashers
CSA C373-04
11.
Electric ranges that are free-standing or built-in appliances
with one or more surface elements and one or more ovens
Electric ranges that are free-standing or built-in appliances
with one or more surface elements and one or more ovens
Electric ranges that are free-standing or built-in appliances
with one or more surface elements and one or more ovens
Electric ranges that are built-in or wall-mounted appliances
with one or more ovens and no surface elements
CSA C358
CSA C360
clause 8.4
CSA C360-98
clause 7.5
CSA C360-03
Table 9
CSA C360-03
Table 10
CSA C749
clause 4.2
CSA C373
Table 7.1
CSA C373-04
Table 2
E = 0.93 V + 14.3
CSA C358-95
E = 0.93 V + 14.3
CSA C358-03
CSA C358-03
clause 8(a)
E = 38
Item
12.
13.
14.
1794
CSA C358
Column III
Column IV
on or after February 3, 1993 until
April 30, 1995
on or after May 1, 1995 until
December 30, 1998
on or after December 31, 1998
until December 31, 2003
on or after January 1, 2004 until
December 31, 2006
on or after January 1, 2007
on or after December 31, 1998
on or after February 3, 1995 until
December 31, 2003
on or after January 1, 2004
on or after February 3, 1995 until
December 31, 1999
on or after January 1, 2000 until
July 31, 2003
on or after August 1, 2003
on or after February 3, 1995 until
December 31, 1999
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PART 1 — Continued
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/Legislative
Provision
Energy Efficiency Standard
Completion Period
CSA C358-95
E = 38
CSA C358-03
CSA C358
CSA C358-03
clause 8(c)
E = 34
on or after January 1, 2000 until
July 31, 2003
on or after August 1, 2003
CSA C358-95
E = 34
on or after January 1, 2000 until
July 31, 2003
CSA C358
E = 43
on or after February 3, 1995 until
December 31, 1999
CSA C358-95
E = 43
on or after January 1, 2000 until
July 31, 2003
CSA C358-03
23.
Electric water heaters
CSA C191-04
24.
CSA C654
34.
Fluorescent lamp ballasts, other than those designed
to operate F34T12 rapid start fluorescent lamps or
an F96T12ES or F96T12HO ES fluorescent lamp or those
designed for input of 120 volts and to operate F32T8 rapid
start fluorescent lamps that have a colour rendering index
greater than 75
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 120
or 277 volts and to operate one F34T12 rapid start
fluorescent lamp
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 347 volts and
to operate one F34T12 rapid start fluorescent lamp
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 120
or 277 volts and to operate two or more F34T12 rapid start
fluorescent lamps
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 347 volts and
to operate two or more F34T12 rapid start fluorescent lamps
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 120
or 277 volts and to operate two or more F96T12ES
fluorescent lamps
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 347 volts and
to operate two or more F96T12ES fluorescent lamps
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 120
or 277 volts and to operate two or more F96T12HO ES
fluorescent lamps
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 347 volts and
to operate two or more F96T12HO ES fluorescent lamps
Fluorescent lamp ballasts designed for input of 120 volts and
to operate F32T8 rapid start fluorescent lamps that have a
colour rendering index greater than 75
Freezers
CSA C358-03
clause 8(b)
CSA C191.1
clause 5
maximum standby loss in W =
(a) for tanks with bottom inlet:
(i) 40 + 0.2 V for tanks
with V ≥ 50 L and ≤ 270 L
(ii) 0.472 V - 33.5 for tanks
with V > 270 L and ≤ 454 L
(b) for tanks with top inlet:
(i) 35 + 0.2 V for tanks
with V ≥ 50 L and ≤ 270 L
(ii) 0.472 V - 38.5 for tanks
with V > 270 L and ≤ 454 L
power factor = 0.9
and CSA C654
clause 4.1, fifth column
on or after August 1, 2003
22.
Electric ranges that are built-in or wall-mounted appliances
with one or more ovens and no surface elements
Electric ranges that are built-in or wall-mounted appliances
with one or more ovens and no surface elements
Electric ranges that are counter-mounted appliances without
ovens and with one or more surface elements on a
conventional cooking top
Electric ranges that are counter-mounted appliances without
ovens and with one or more surface elements on a
conventional cooking top
Electric ranges that are counter-mounted appliances without
ovens and with one or more surface elements on a modular
cooking top
Electric ranges that are counter-mounted appliances without
ovens and with one or more surface elements on a modular
cooking top
Electric ranges that are counter-mounted appliances without
ovens and with one or more surface elements
Electric water heaters
CSA C300
35.
Freezers other than Type 10A chest freezers
CSA C300-00
36.
Type 10A chest freezers
CSA C300-00
Item
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
CSA C191.1
Column III
Column IV
on or after February 3, 1995 until
December 31, 1999
on or after February 3, 1995 until
June 30, 2004
on or after July 1, 2004
on or after February 3, 1995
CSA C654
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 2.61
CSA C654
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 2.53
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 1.35
CSA C654
CSA C654
CSA C654
CSA C654
CSA C654
CSA C654
CSA C654
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 1.29
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 0.77
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 0.76
power factor = 0.9 and a ballast on or after February 3, 1995
efficacy factor of 0.42
power factor = 0.9 and a ballast
efficacy factor of 0.41
power factor = 0.5
and CSA C654
clause 4.1, fifth column
CSA C300
Table 9.1
CSA C300-00
Table 1, column B
annual energy consumption =
(0.52 × adjusted volume) + 211.5
on or after February 3, 1995
on or after February 3, 1995
on or after February 3, 1995 until
June 30, 2001
on or after July 1, 2001
on or after December 31, 2003
1795
2006-11-15
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
PART 1 — Continued
Item
37.
Column I
Column II
Column III
Column IV
Energy-using Product
Standard/Legislative
Provision
Energy Efficiency Standard
Completion Period
on or after February 3, 1995 until
February 28, 2003
on or after March 1, 2003
Gas furnaces with an input rate no greater than 65.92 kW
(225 000 Btu/h) that use single-phase electric current
Gas furnaces with an input rate no greater than 65.92 kW
(225 000 Btu/h) that use single-phase electric current
Gas furnaces with an input rate no greater than 65.92 kW
(225 000 Btu/h) that use three-phase electric current
CGA 2.3
40.
Gas furnaces with an input rate no greater than 65.92 kW
(225 000 Btu/h) that use three-phase electric current
CSA 2.3
41.
CGA 2.3
CSA 2.3
thermal efficiency ≥ 80%
on or after March 1, 2003
43.
Gas furnaces with an input rate greater than 65.92 kW
(225 000 Btu/h) but not greater than 117.23 kW
(400 000 Btu/h)
Gas furnaces with an input rate greater than 65.92 kW
(225 000 Btu/h) but not greater than 117.23 kW
(400 000 Btu/h)
Gas ranges
annual fuel utilization
efficiency ≥ 78%
annual fuel utilization
efficiency ≥ 78%
annual fuel utilization
efficiency ≥ 78% or thermal
efficiency ≥ 80%
annual fuel utilization
efficiency ≥ 78% or thermal
efficiency ≥ 80%
thermal efficiency ≥ 80%
N/A
on or after February 3, 1995
44.
Gas water heaters
CGA 4.1
no continuously burning pilot
light
EF = 0.62 - 0.0005 V
45.
46.
Gas water heaters
Gas boilers intended for low pressure steam systems
CSA P.3-04
CGA P.2
47.
Gas boilers intended for hot water systems
CGA P.2
48.
CSA C819
57.
General service fluorescent lamps that are rapid-start
straight-shaped fluorescent lamps with a nominal overall
length of 1 200 mm (48 inches), a medium bi-pin base and a
nominal power greater than 35 W
General service fluorescent lamps that are rapid-start
straight-shaped fluorescent lamps with a nominal overall
length of 1 200 mm (48 inches), a medium bi-pin base and a
nominal power no greater than 35 W
General service fluorescent lamps that are rapid-start
straight-shaped fluorescent lamps with a nominal overall
length of 2 400 mm (96 inches), a recessed double contact
base, a nominal power greater than 100 W and a nominal
current of 0.8 A
General service fluorescent lamps that are rapid-start
straight-shaped fluorescent lamps with a nominal overall
length of 2 400 mm (96 inches), a recessed double contact
base, a nominal power no greater than 100 W and a nominal
current of 0.8 A
General service fluorescent lamps that are rapid-start Ushaped fluorescent lamps with a nominal overall length of
not less than 560 mm (22 inches) but not more than 635 mm
(25 inches), a medium bi-pin base and a nominal power
greater than 35 W
General service fluorescent lamps that are rapid-start Ushaped fluorescent lamps with a nominal overall length of
not less than 560 mm (22 inches) but not more than 635 mm
(25 inches), a medium bi-pin base and a nominal power no
greater than 35 W
General service fluorescent lamps that are instant-start
straight-shaped fluorescent lamps with a nominal overall
length of 2 400 mm (96 inches), a single-pin base and a
nominal power greater than 65 W
General service fluorescent lamps that are instant-start
straight-shaped fluorescent lamps with a nominal overall
length of 2 400 mm (96 inches), a single-pin base and a
nominal power no greater than 65 W
ER lamps other than ER lamps with a nominal power
of 50, 75 or 120 W
ER lamps with a nominal power of 50, 75 or 120 W
CSA C862-01
58.
BR lamps
CSA C862-01
38.
39.
42.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
1796
CSA 2.3
CGA 2.3
EF = 0.67 - 0.0005 V
annual fuel utilization
efficiency ≥ 75%
annual fuel utilization
efficiency ≥ 80%
average lamp efficacy
≥ 75 lm/W and average colour
rendering index ≥ 69
on or after February 3, 1995 until
February 28, 2003
on or after March 1, 2003
on or after February 3, 1995 until
February 28, 2003
on or after February 3, 1995 until
June 30, 2004
on or after July 1, 2004
on or after December 31, 1998
on or after December 31, 1998
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 75 lm/W and average colour
rendering index ≥ 45
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 80 lm/W and average colour
rendering index ≥ 69
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 80 lm/W and average colour
rendering index ≥ 45
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 68 lm/W and average colour
rendering index ≥ 69
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 64 lm/W and average colour
rendering index ≥ 45
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 80 lm/W and average colour
rendering index ≥ 69
N/A
CSA C819
average lamp efficacy
≥ 80 lm/W and average colour
rendering index ≥ 45
N/A
CSA C862-01
CSA C862-01 Table 1
second column
CSA C862-01 Table 2
second column
CSA C862-01 Table 1
second column
on or after January 1, 2003
on or after January 1, 2003
on or after January 1, 2003
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PART 1 — Continued
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/Legislative
Provision
59.
General service incandescent reflector lamps
CSA C862-01
60.
Ground-source heat pumps
CSA C446
61.
Ground-source heat pumps
CSA C446-94
62.
Ground-source heat pumps
CSA C13256-1
63.
Ice-makers
CSA C742
64.
Ice-makers
CSA C742-98
65.
Integrated clothes washer-dryers
66.
Integrated clothes washer-dryers
67.
Integrated clothes washer-dryers
68.
Integrated clothes washer-dryers
69.
Integrated clothes washer-dryers
70.
Internal water loop heat pumps
CSA C360 for the
clothes washer function
and
CSA C361 for the
clothes dryer function
CSA C360 for the
clothes washer function
and
CSA C361 for the
clothes dryer function
CSA C360-98 for the
clothes washer function
and
CSA C361 for the
clothes dryer function
CSA C360-03 for the
clothes washer function
and
CSA C361 for the
clothes dryer function
CSA C360-03 for the
clothes washer function
and
CSA C361 for the
clothes dryer function
CSA C655
71.
Internal water loop heat pumps with a cooling
capacity < 5 kW
CSA C13256-1
72.
Internal water loop heat pumps with a cooling
capacity ≥ 5 kW and ≤ 40 kW
CSA C13256-1
73.
Large air-conditioners
CSA C746
74.
Large air-conditioners that are cooled by air, have a cooling
capacity ≥ 19 kW and < 40 kW and either no heating section
or an electric heating section
Large air-conditioners that are cooled by air, have a cooling
capacity ≥ 40 kW and ≤ 70 kW and either no heating section
or an electric heating section
Large air-conditioners that are cooled by air, have a cooling
capacity ≥ 19 kW and < 40 kW and a heating section other
than an electric heating section
Item
75.
76.
Column III
Column IV
Energy Efficiency Standard
Completion Period
N/A
CSA C746
CSA C862-01 Table 1
second column
CSA C446
Table 2
CSA C446-94
Table 2
CSA C13256-1
Table 10A, first row, for the
open-loop system, if any
and
CSA C13256-1
Table 10A, second row, for the
closed-loop system, if any
CSA C742
Table 1
CSA C742-98
Table 2
E = 1.5 V + 30.5 for the clothes
washer function
and
E = 0.3 V + 59 for the clothes
dryer function
CSA C360, clause 8.4, for the
clothes washer function
and
CSA C361, Table 8.1, for the
clothes dryer function
CSA C360-98, clause 7.5, for
the clothes washer function
and
CSA C361, Table 8.1, for the
clothes dryer function
CSA C360-03, Table 9, for the
clothes washer function
and
CSA C361, Table 8.1, for the
clothes dryer function
CSA C360-03, Table 10, for
the clothes washer function
and
CSA C361, Table 8.1, for the
clothes dryer function
CSA C655
Table 2
cooling coefficient of
performance ≥ 3.28 with 30°C
inlet water
and
heating coefficient of
performance ≥ 4.2 with 20°C
inlet water
cooling coefficient of
performance ≥ 3.52 with 30°C
inlet water
and
heating coefficient of
performance ≥ 4.2 with 20°C
inlet water
CSA C746
Table 6
energy efficiency ratio = 10.3
CSA C746
energy efficiency ratio = 9.7
on or after September 1, 2005
CSA C746
energy efficiency ratio = 10.1
on or after September 1, 2005
on or after February 3, 1995 until
December 30, 1998
on or after December 31, 1998
until May 31, 2006
on or after June 1, 2006
on or after December 31, 1998
until December 31, 1999
on or after January 1, 2000
on or after February 3, 1995 until
April 30, 1995
on or after May 1, 1995 until
December 30, 1998
on or after December 31, 1998
until December 31, 2003
on or after January 1, 2004 until
December 31, 2006
on or after January 1, 2007
on or after February 3, 1995 until
August 31, 2005
on or after September 1, 2005
on or after September 1, 2005
on or after December 31, 1998
until August 31, 2005
on or after September 1, 2005
1797
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PART 1 — Continued
Column I
Item
77.
78.
79.
80.
81.
82.
83.
84.
Energy-using Product
Large air-conditioners that are cooled by air, have a cooling
capacity ≥ 40 kW and ≤ 70 kW and a heating section other
than an electric heating section
Large air-conditioners that are cooled by water or
evaporation, have a cooling capacity ≥ 19 kW and < 40 kW
and either no heating section or an electric heating section
Large air-conditioners that are cooled by water or
evaporation, have a cooling capacity ≥ 40 kW and ≤ 70 kW
and either no heating section or an electric heating section
Large air-conditioners that are cooled by water or
evaporation, have a cooling capacity ≥ 19 kW and < 40 kW
and a heating section other than an electric heating section
Large air-conditioners that are cooled by water or
evaporation, have a cooling capacity ≥ 40 kW and ≤ 70 kW
and a heating section other than an electric heating section
Large condensing units
Column II
Column III
Column IV
Standard/Legislative
Provision
CSA C746
Energy Efficiency Standard
energy efficiency ratio = 9.5
Completion Period
on or after September 1, 2005
CSA C746
energy efficiency ratio = 11.5
on or after September 1, 2005
CSA C746
energy efficiency ratio = 11.0
on or after September 1, 2005
CSA C746
energy efficiency ratio = 11.3
on or after September 1, 2005
CSA C746
energy efficiency ratio = 10.8
on or after September 1, 2005
CSA C746
CSA C746
Table 6
energy efficiency ratio = 10.1
energy efficiency ratio = 13.1
on or after December 31, 1998
until August 31, 2005
on or after September 1, 2005
on or after September 1, 2005
CSA C746
Table 6
energy efficiency ratio = 10.1,
heating coefficient of
performance ≥ 3.2 with 8.3°C
inlet air and ≥ 2.2 with -8.3°C
inlet air
energy efficiency ratio = 9.3,
heating coefficient of
performance ≥ 3.1 with 8.3°C
inlet air and ≥ 2.0 with -8.3°C
inlet air
energy efficiency ratio = 9.9,
heating coefficient of
performance ≥ 3.2 with 8.3°C
inlet air and ≥ 2.2 with -8.3°C
inlet air
energy efficiency ratio = 9.1,
heating coefficient of
performance ≥ 3.1 with 8.3°C
inlet air and ≥ 2.0 with -8.3°C
inlet air
seasonal energy utilization
efficiency ≥ 80%
seasonal energy utilization
efficiency ≥ 78%
CSA B211,
clause 7
EF = 0.59 - 0.0005 V
CSA C744
Table 2
CSA C744-04
Table 2
CSA C744
Table 2
CSA C744-04
Table 2
CSA C300
Table 9.1
CSA C300-00
Table 1,
column A
CSA C300-00
Table 1,
column B
on or after December 31, 1998
until August 31, 2005
on or after September 1, 2005
Large condensing units that are cooled by air
Large condensing units that are cooled by water or
evaporation
Large heat pumps
CSA C746
CSA C746
86.
Large heat pumps that have a cooling capacity of ≥ 19 kW
and < 40 kW and either no heating section or an electric
heating section
CSA C746
87.
Large heat pumps that have a cooling capacity of ≥ 40 kW
and ≤ 70 kW and either no heating section or an electric
heating section
CSA C746
88.
Large heat pumps that have a cooling capacity of ≥ 19 kW
and < 40 kW and a heating section other than an electric
heating section
CSA C746
89.
Large heat pumps that have a cooling capacity of ≥ 40 kW
and ≤ 70 kW and a heating section other than an electric
heating section
CSA C746
90.
Oil-fired boilers
CSA B212
91.
Oil-fired furnaces
CSA B212
92.
Oil-fired water heaters
CSA B211
93.
94.
Oil-fired water heaters
Packaged terminal air-conditioners
CSA B211-00
CSA C744
95.
Packaged terminal air-conditioners
CSA C744-04
96.
Packaged terminal heat pumps
CSA C744
97.
Packaged terminal heat pumps
CSA C744-04
98.
Refrigerators or combination refrigerator-freezers
CSA C300
99.
Type 3 combination refrigerator-freezers with a total
CSA C300-00
refrigerated volume ≥ 410.65 L and ≤ 521.10 L (≥ 14.5 cu. ft.
and ≤ 18.4 cu. ft.)
Type 3 combination refrigerator-freezers with a total
CSA C300-00
refrigerated volume ≥ 410.65 L and ≤ 521.10 L (≥ 14.5 cu. ft.
and ≤ 18.4 cu. ft.)
85.
100.
1798
CSA C746
on or after September 1, 2005
on or after September 1, 2005
on or after September 1, 2005
on or after December 31, 1998
on or after December 31, 1998
on or after February 3, 1995 until
June 30, 2004
on or after July 1, 2004
on or after December 31, 1998
until August 31, 2005
on or after September 1, 2005
on or after December 31, 1998
until August 31, 2005
on or after September 1, 2005
on or after February 3, 1995 until
June 30, 2001
on or after July 1, 2001 until
December 30, 2002
on or after December 31, 2002
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PART 1 — Continued
Item
101.
102.
Column I
Column II
Energy-using Product
Type 5A combination refrigerator-freezers
Standard/Legislative
Provision
CSA C300-00
103.
Refrigerators or combination refrigerator-freezers, other than CSA C300-00
Type 3 combination refrigerator-freezers with a total
refrigerated volume ≥ 410.65 L and ≤ 521.10 L (≥ 14.5 cu. ft.
and ≤ 18.4 cu. ft.) or Type 5A combination refrigeratorfreezers
Room air-conditioners
CSA C368.1
104.
Room air-conditioners
CSA C368.1
105.
Single package central air-conditioners, other than those
that are through-the-wall
Single package central air-conditioners that are
through-the-wall
Single package central air-conditioners that are
through-the-wall
Split-system central air-conditioners, other than those that
are small-duct and high-velocity
Split-system central air-conditioners that are small-duct and
high-velocity
Single package heat pumps, other than those that are
through-the-wall
CSA C656-05
106.
107.
108.
109.
110.
CSA C656-05
CSA C656-05
CSA C656-05
CSA C656-05
CSA C656-05
111.
Single package heat pumps that are through-the-wall
CSA C656-05
112.
Single package heat pumps that are through-the-wall
CSA C656-05
113.
Split-system heat pumps, other than those that are small-duct
and high-velocity
CSA C656-05
114.
Split-system heat pumps that are small-duct and
high-velocity
CSA C656-05
115.
Dry-type transformers, single-phase, 1.2 kV class
CSA C802.2
116.
Dry-type transformers, single phase, BIL 20-150 kV
CSA C802.2
117.
Dry-type transformers, three-phase, 1.2 kV class
CSA C802.2
118.
Dry-type transformers, three phase, BIL 20-150 kV
CSA C802.2
119.
Chillers
CSA C743
120.
Exit signs
CSA C860
121.
Refrigerated beverage vending machines, other than those
that display and dispense 20 or more discrete types of
beverages
Section 4.2
Column III
Column IV
Energy Efficiency Standard
Completion Period
annual energy consumption =
on or after December 31, 2005
(0.18 × adjusted volume) + 539
CSA C300-00
on or after July 1, 2001
Table 1,
column B
CSA C368.1
Table 1,
third column
CSA C368.1
Table 2,
second column
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 13.0
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 10.6
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 12.0
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 13.0
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 11.0
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 13.0 and heating
seasonal performance factor
(Region V) ≥ 6.7
seasonal energy efficiency ratio
≥ 10.6 and heating seasonal
performance factor (Region V)
≥ 6.1
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 12.0 and heating
seasonal performance factor
(Region V) ≥ 6.4
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 13.0 and heating
seasonal performance factor
(Region V) ≥ 6.7
seasonal energy efficiency
ratio ≥ 11.0 and heating
seasonal performance factor
(Region V) ≥ 5.9
CSA C802.2
Table 1,
third column
CSA C802.2
Table 1,
fourth column
CSA C802.2, clause 8 and
Table 1,
seventh column
CSA C802.2, clause 8 and
Table 1,
eighth column
CSA C743
Tables 9 to 15
maximum wattage =
5 × (number of legends), for
Type 1 and Type 2 exit signs
and
5 × (number of legends) + 5,
for Type 3 exit signs
Edaily = 55%(8.66 + 0.009 ×
vendible capacity) and must be
capable of operating in low
power mode
on or after February 3, 1995 until
December 31, 2002
on or after January 1, 2003
on or after February 3, 1995
on or after February 3, 1995 until
January 22, 2010
on or after January 23, 2010
N/A
N/A
on or after February 3, 1995
on or after February 3, 1995 until
January 22, 2010
on or after January 23, 2010
N/A
N/A
on or after January 1, 2005
on or after January 1, 2005
on or after January 1, 2005
on or after January 1, 2005
on or after October 28, 2004
N/A
on or after January 1, 2007 until
December 31, 2007
1799
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PART 1 — Continued
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/Legislative
Provision
122.
Refrigerated beverage vending machines, other than those
that display and dispense 20 or more discrete types of
beverages
Section 4.2
123.
Refrigerated beverage vending machines that display and
dispense 20 or more discrete types of beverages
Section 4.2
124.
Snack and refrigerated beverage vending machines
Section 4.3
125.
Self-contained commercial refrigerators with opaque cabinet
doors or opaque cabinet drawers
Self-contained commercial refrigerators with opaque cabinet
doors or opaque cabinet drawers
Self-contained commercial refrigerators with transparent
cabinet doors
Self-contained commercial refrigerators with transparent
cabinet doors
Self-contained commercial freezers with opaque cabinet
doors and a volume < 340 L
Self-contained commercial freezers with opaque cabinet
doors and a volume ≥ 340 L
Self-contained commercial freezers with opaque cabinet
doors and a volume < 340 L
Self-contained commercial freezers with opaque cabinet
doors and a volume ≥ 340 L
Self-contained commercial freezers with transparent cabinet
doors
Self-contained commercial refrigerator-freezers with opaque
cabinet doors
Self-contained commercial refrigerator-freezers with opaque
cabinet doors
126.
127.
128.
129.
130.
131.
132.
133.
134.
135.
Column III
Column IV
Energy Efficiency Standard
Completion Period
on or after January 1, 2008
Section 4.1
Edaily = 45%(8.66 + 0.009 ×
vendible capacity) and must be
capable of operating in low
power mode
Edaily = 55%(8.66 + 0.009 ×
vendible capacity) and must be
capable of operating in low
power mode
Edaily = 55%(8.66 + 0.009 ×
vendible capacity) and must be
capable of operating in low
power mode
Edaily = 0.00441 V + 4.22
Section 4.1
Edaily = 0.00441 V + 2.76
Section 4.1
Edaily = 0.00607 V + 5.78
Section 4.1
Edaily = 0.00607 V + 4.77
Section 4.1
Edaily = 7.62
Section 4.1
Edaily = 0.0141 V + 2.83
Section 4.1
Edaily = 7.07
on or after April 1, 2007 until
December 31, 2007
on or after April 1, 2007 until
December 31, 2007
on or after January 1, 2008
Section 4.1
Edaily = 0.0141 V + 2.28
on or after January 1, 2008
Section 4.1
Edaily = 0.0332 V + 5.10
on or after April 1, 2007
Section 4.1
Edaily = 0.00964 AV + 2.63
Section 4.1
Edaily = 0.00964 AV + 1.65
on or after April 1, 2007 until
December 31, 2007
on or after January 1, 2008
on or after January 1, 2007
on or after January 1, 2007
on or after April 1, 2007 until
December 31, 2007
on or after January 1, 2008
on or after April 1, 2007 until
December 31, 2007
on or after January 1, 2008
10. La partie I de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
PARTIE I
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
1.
2.
Sécheuses
Sécheuses
CSA C361
CSA C361
Du 3 février 1995 au 30 avril 1995
À partir du 1er mai 1995
3.
4.
Laveuses
Laveuses
CSA C360
CSA C360
5.
Laveuses
CSA C360-98
6.
Laveuses
CSA C360-03
7.
Laveuses
CSA C360-03
8.
Déshumidificateurs
CSA C749
9.
Lave-vaisselle
CSA C373
10.
Lave-vaisselle
CSA C373-04
E = 0,3 V + 59
CSA C361
tableau 8.1
E = 1,5 V + 30,5
CSA C360
article 8.4
CSA C360-98
article 7.5
CSA C360-03
tableau 9
CSA C360-03
tableau 10
CSA C749
article 4.2
CSA C373
tableau 7.1
CSA C373-04
tableau 2
Article
1800
Du 3 février 1993 au 30 avril 1995
Du 1er mai 1995
au 30 décembre 1998
Du 31 décembre 1998
au 31 décembre 2003
Du 1er janvier 2004 au
31 décembre 2006
À partir du 1er janvier 2007
À partir du 31 décembre 1998
Du 3 février 1995
au 31 décembre 2003
À partir du 1er janvier 2004
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Article
11.
Colonne I
Colonne II
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
CSA C358
E = 0,93 V + 14,3
Du 3 février 1995
au 31 décembre 1999
CSA C358-95
E = 0,93 V +14,3
Du 1er janvier 2000
au 31 juillet 2003
CSA C358-03
CSA C358-03
article 8a)
À partir du 1er août 2003
CSA C358
E = 38
Du 3 février 1995
au 31 décembre 1999
CSA C358-95
E = 38
Du 1er janvier 2000
au 31 juillet 2003
CSA C358-03
CSA C358-03
article 8c)
À partir du 1er août 2003
CSA C358
E = 34
Du 3 février 1995
au 31 décembre 1999
CSA C358-95
E = 34
Du 1er janvier 2000
au 31 juillet 2003
CSA C358
E = 43
Du 3 février 1995
au 31 décembre 1999
CSA C358-95
E = 43
Du 1er janvier 2000
au 31 juillet 2003
CSA C358-03
CSA C358-03
article 8b)
CSA C191.1
article 5
Perte thermique maximale en
mode d’attente en watts =
a) pour des réservoirs avec
entrée inférieure :
(i) 40 + 0,2 V pour des
réservoirs dont V ≥ 50 L
et ≤ 270 L,
(ii) 0,472 V - 33,5 pour des
réservoirs dont V > 270 L
et ≤ 454 L;
b) pour des réservoirs avec
entrée supérieure :
(i) 35 + 0,2 V pour des
réservoirs dont V ≥ 50 L
et ≤ 270 L,
(ii) 0,472 V - 38,5 pour des
réservoirs dont V > 270 L
et ≤ 454 L
Coefficient de puissance = 0,9
et CSA C654
article 4.1
cinquième colonne
À partir du 1er août 2003
22.
Cuisinières électriques encastrées ou non encastrées
comportant au moins un élément de surface et un ou
plusieurs fours
Cuisinières électriques encastrées ou non encastrées
comportant au moins un élément de surface et un ou
plusieurs fours
Cuisinières électriques encastrées ou non encastrées
comportant au moins un élément de surface et un ou
plusieurs fours
Cuisinières électriques encastrées ou fixées au mur
comportant un ou plusieurs fours, mais aucun élément de
surface
Cuisinières électriques encastrées ou fixées au mur
comportant un ou plusieurs fours, mais aucun élément de
surface
Cuisinières électriques encastrées ou fixées au mur
comportant un ou plusieurs fours, mais aucun élément de
surface
Cuisinières électriques intégrées comportant au moins un
élément de surface sur une table de cuisson traditionnelle,
mais aucun four
Cuisinières électriques intégrées comportant au moins un
élément de surface sur une table de cuisson traditionnelle,
mais aucun four
Cuisinières électriques intégrées comportant au moins un
élément de surface sur une table de cuisson modulaire, mais
aucun four
Cuisinières électriques intégrées comportant au moins un
élément de surface sur une table de cuisson modulaire, mais
aucun four
Cuisinières électriques intégrées comportant au moins un
élément de surface, mais aucun four
Chauffe-eau électriques
CSA C191.1
23.
Chauffe-eau électriques
CSA C191-04
24.
Ballasts pour lampe fluorescente, autres que ceux destinés à
une lampe fluorescente à allumage instantané F34T12 ou une
lampe fluorescente F96T12ES ou F96T12HO ES ou encore
ceux conçus pour une alimentation de 120 volts et pour
fonctionner avec des lampes fluorescentes à allumage
instantané F32T8 munies d’un indice de rendu des couleurs
supérieur à 75
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 120 ou 277 volts et pour fonctionner avec
une lampe fluorescente à allumage instantané F34T12
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 347 volts et pour fonctionner avec une lampe
fluorescente à allumage instantané F34T12
CSA C654
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
25.
26.
CSA C654
CSA C654
Colonne III
Colonne IV
Du 3 février 1995 au 30 juin 2004
À partir du 1er juillet 2004
À partir du 3 février 1995
Coefficient de puissance = 0,9 À partir du 3 février 1995
et facteur d’efficacité du ballast
de 2,61
Coefficient de puissance = 0,9 À partir du 3 février 1995
et facteur d’efficacité du ballast
de 2,53
1801
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Article
27.
Colonne I
Colonne II
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
34.
35.
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 120 ou 277 volts et pour fonctionner avec
deux lampes fluorescentes à allumage instantané F34T12 ou
plus
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 347 volts et pour fonctionner avec deux
lampes fluorescentes à allumage instantané F34T12 ou plus
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 120 ou 277 volts et pour fonctionner avec
deux lampes fluorescentes F96T12ES ou plus
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 347 volts et pour fonctionner avec deux
lampes fluorescentes F96T12ES ou plus
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 120 ou 277 volts et pour fonctionner avec
deux lampes fluorescentes F96T12HO ES ou plus
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 347 volts et pour fonctionner avec deux
lampes fluorescentes F96T12HO ES ou plus
Ballasts pour lampe fluorescente conçus pour une
alimentation de 120 volts et pour fonctionner avec des
lampes fluorescentes à allumage instantané F32T8 munies
d’un indice de rendu des couleurs supérieur à 75
Congélateurs
Congélateurs autres que les congélateurs coffre de type 10A
CSA C300
CSA C300-00
36.
Congélateurs coffre de type 10A
CSA C300-00
37.
Générateurs d’air chaud à gaz ayant un débit calorifique d’au
plus 65,92 kW (225 000 Btu/h) et fonctionnant au courant
monophasé
Générateurs d’air chaud à gaz ayant un débit calorifique d’au
plus 65,92 kW (225 000 Btu/h) et fonctionnant au courant
monophasé
Générateurs d’air chaud à gaz ayant un débit calorifique d’au
plus 65,92 kW (225 000 Btu/h) et fonctionnant au courant
triphasé
Générateurs d’air chaud à gaz ayant un débit calorifique d’au
plus 65,92 kW (225 000 Btu/h) et fonctionnant au courant
triphasé
Générateurs d’air chaud à gaz ayant un débit calorifique de
plus de 65,92 kW (225 000 Btu/h) et d’au plus 117,23 kW
(400 000 Btu/h)
Générateurs d’air chaud à gaz ayant un débit calorifique de
plus de 65,92 kW (225 000 Btu/h) et d’au plus 117,23 kW
(400 000 Btu/h)
Cuisinières à gaz
Chauffe-eau à gaz
Chauffe-eau à gaz
Chaudières à gaz destinées à des systèmes à vapeur basse
pression
Chaudières à gaz destinées à des systèmes à eau chaude
CGA 2.3
28.
29.
30.
31.
32.
33.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
1802
Lampes fluorescentes standard rectilignes à allumage rapide,
d’une longueur nominale hors tout de 1 200 mm (48 pouces),
à culot moyen à deux broches et d’une puissance nominale
supérieure à 35 W
Lampes fluorescentes standard rectilignes à allumage rapide,
d’une longueur nominale hors tout de 1 200 mm (48 pouces),
à culot moyen à deux broches et d’une puissance nominale
maximale de 35 W
Lampes fluorescentes standard rectilignes à allumage rapide,
d’une longueur nominale hors tout de 2 400 mm (96 pouces),
à culot à deux plots en retrait, d’une puissance nominale
supérieure à 100 W et à courant nominal de 0,8 A
Colonne III
Colonne IV
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
CSA C654
Coefficient de puissance = 0,9 À partir du 3 février 1995
et facteur d’efficacité du ballast
de 1,35
CSA C654
Coefficient de puissance = 0,9
et facteur d’efficacité du ballast
de 1,29
Coefficient de puissance = 0,9
et facteur d’efficacité du ballast
de 0,77
Coefficient de puissance = 0,9
et facteur d’efficacité du ballast
de 0,76
Coefficient de puissance = 0,9
et facteur d’efficacité du ballast
de 0,42
Coefficient de puissance = 0,9
et facteur d’efficacité du ballast
de 0,41
Coefficient de puissance = 0,5
et CSA C654 article 4.1,
cinquième colonne
À partir du 3 février 1995
CSA C300 tableau 9.1
CSA C300-00 tableau 1,
colonne B
Consommation annuelle
d’énergie = (0,52 × volume
corrigé) + 211,5
Efficacité de l’utilisation
annuelle de combustible ≥ 78 %
Du 3 février 1995 au 30 juin 2001
À partir du 1er juillet 2001
CSA C654
CSA C654
CSA C654
CSA C654
CSA C654
À partir du 3 février 1995
À partir du 3 février 1995
À partir du 3 février 1995
À partir du 3 février 1995
À partir du 3 février 1995
À partir du 31 décembre 2003
Du 3 février 1995
au 28 février 2003
CSA 2.3
Efficacité de l’utilisation
À partir du 1er mars 2003
annuelle de combustible ≥ 78 %
CGA 2.3
CGA 2.3
Efficacité de l’utilisation
annuelle de combustible ≥ 78 %
ou rendement thermique ≥ 80 %
Efficacité de l’utilisation
annuelle de combustible ≥ 78 %
ou rendement thermique ≥ 80 %
Rendement thermique ≥ 80 %
CSA 2.3
Rendement thermique ≥ 80 %
À partir du 1er mars 2003
S/O
CGA 4.1
CSA P.3-04
CGA P.2
Sans veilleuse permanente
FE = 0,62 - 0,0005 V
FE = 0,67 - 0,0005 V
Efficacité de l’utilisation
annuelle de combustible ≥ 75 %
Efficacité de l’utilisation
annuelle de combustible ≥ 80 %
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 75 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 69
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 75 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 45
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 80 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 69
À partir du 3 février 1995
Du 3 février 1995 au 30 juin 2004
À partir du 1er juillet 2004
À partir du 31 décembre 1998
CSA 2.3
CGA P.2
CSA C819
CSA C819
CSA C819
Du 3 février 1995 au 28 février
2003
À partir du 1er mars 2003
Du 3 février 1995
au 28 février 2003
À partir du 31 décembre 1998
S/O
S/O
S/O
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Article
51.
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 80 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 45
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 68 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 69
S/O
CSA C819
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 64 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 45
S/O
CSA C819
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 80 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 69
Efficacité lumineuse
moyenne ≥ 80 lm/W et
indice moyen de rendu des
couleurs ≥ 45
CSA C862-01
tableau 1, deuxième colonne
CSA C862-01
tableau 2, deuxième colonne
CSA C862-01
tableau 1, deuxième colonne
CSA C862-01
tableau 1, deuxième colonne
CSA C446
tableau 2
CSA 446
tableau 2
CSA C13256-1 tableau 10A,
première rangée pour le
circuit ouvert, s’il y a lieu,
et CSA C13256-1
tableau 10A, deuxième
rangée pour le circuit
fermé, s’il y a lieu
CSA C742
tableau 1
CSA C742-98
tableau 2
E = 1,5 V + 30,5 pour
la fonction de lavage
et E = 0,3 V + 59 pour la
fonction de séchage
CSA C360 article 8.4
pour la fonction de lavage
et CSA C361, tableau 8.1
pour la fonction de séchage
CSA C360-98, article 7.5
pour la fonction de lavage
et CSA C361
tableau 8.1 pour la fonction
de séchage
CSA C360-03
tableau 9 pour la fonction
de lavage et CSA C361
tableau 8.1 pour la fonction
de séchage
CSA C360-03, tableau 10
pour la fonction de lavage
et CSA C361
tableau 8.1 pour la fonction
de séchage
S/O
57.
Lampes fluorescentes standard rectilignes à allumage rapide,
d’une longueur nominale hors tout de 2 400 mm (96 pouces),
à culot à deux plots en retrait, d’une puissance nominale
maximale de 100 W et à courant nominal de 0,8 A
Lampes fluorescentes standard en U à allumage rapide,
d’une longueur nominale hors tout d’au moins 560 mm
(22 pouces), mais ne dépassant pas 635 mm (25 pouces), à
culot moyen à deux broches et d’une puissance nominale
supérieure à 35 W
Lampes fluorescentes standard en U à allumage rapide,
d’une longueur nominale hors tout d’au moins 560 mm
(22 pouces), mais ne dépassant pas 635 mm (25 pouces), à
culot moyen à deux broches et d’une puissance nominale
maximale de 35 W
Lampes fluorescentes standard rectilignes à allumage
instantané, d’une longueur nominale hors tout de 2 400 mm
(96 pouces), à culot à une broche et d’une puissance
nominale supérieure à 65 W
Lampes fluorescentes standard rectilignes à allumage
instantané, d’une longueur nominale hors tout de 2 400 mm
(96 pouces), à culot à une broche et d’une puissance
nominale maximale de 65 W
Lampes ER sauf les lampes ER à puissance nominale
de 50, 75 ou 120 W
Lampes ER à puissance nominale de 50, 75 ou 120 W
CSA C862-01
58.
Lampes BR
CSA C862-01
59.
Lampes-réflecteurs à incandescence standard
CSA C862-01
60.
Thermopompes géothermiques
CSA C446
61.
Thermopompes géothermiques
CSA C446-94
62.
Thermopompes géothermiques
CSA C13256-1
63.
Machines à glaçons
CSA C742
64.
Machines à glaçons
CSA C742-98
65.
Laveuses-sécheuses
66.
Laveuses-sécheuses
67.
Laveuses-sécheuses
CSA C360 pour la
fonction de lavage
et CSA C361 pour la
fonction de séchage
CSA C360 pour la
fonction de lavage
et CSA C361 pour la
fonction de séchage
CSA C360-98 pour la
fonction de lavage
et CSA C361 pour la
fonction de séchage
68.
Laveuses-sécheuses
CSA C360-03 pour la
fonction de lavage
et CSA C361 pour la
fonction de séchage
69.
Laveuses-sécheuses
CSA C360-03 pour la
fonction de lavage
et CSA C361 pour la
fonction de séchage
52.
53.
54.
55.
56.
CSA C819
CSA C819
CSA C819
CSA C862-01
Colonne IV
S/O
S/O
À partir du 1er janvier 2003
À partir du 1er janvier 2003
À partir du 1er janvier 2003
S/O
Du 3 février 1995
au 30 décembre 1998
Du 31 décembre 1998 au 31 mai
2006
À partir du 1er juin 2006
Du 31 décembre 1998
au 31 décembre 1999
À partir du 1er janvier 2000
Du 3 février 1995 au 30 avril 1995
Du 1er mai 1995
au 30 décembre 1998
Du 31 décembre 1998
au 31 décembre 2003
Du 1er janvier 2004
au 31 décembre 2006
À partir du 1er janvier 2007
1803
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Colonne I
Colonne II
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
70.
Thermopompes à circuit d’eau interne
CSA C655
71.
Thermopompes à circuit d’eau interne ayant une capacité de
refroidissement < 5 kW
CSA C13256-1
72.
Thermopompes à circuit d’eau interne ayant une capacité de
refroidissement ≥ 5 kW et ≤ 40 kW
CSA C13256-1
73.
Climatiseurs de grande puissance
CSA C746
74.
Climatiseurs de grande puissance refroidis par air ayant une
capacité de refroidissement ≥ 19 kW et < 40 kW, sans unité
de chauffage ou avec unité de chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par air ayant une
capacité de refroidissement ≥ 40 kW et ≤ 70 kW, sans unité
de chauffage ou avec unité de chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par air ayant une
capacité de refroidissement ≥ 19 kW et < 40 kW et une unité
de chauffage autre qu’une unité de chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par air ayant une
capacité de refroidissement ≥ 40 kW et ≤ 70 kW et une unité
de chauffage autre qu’une unité de chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par eau ou
évaporation ayant une capacité de refroidissement ≥ 19 kW
et < 40 kW, sans unité de chauffage ou avec unité de
chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par eau ou
évaporation ayant une capacité de refroidissement ≥ 40 kW
et ≤ 70 kW, sans unité de chauffage ou avec unité de
chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par eau ou
évaporation ayant une capacité de refroidissement ≥ 19 kW
et < 40 kW et une unité de chauffage autre qu’une unité de
chauffage électrique
Climatiseurs de grande puissance refroidis par eau ou
évaporation ayant une capacité de refroidissement ≥ 40 kW
et ≤ 70 kW et une unité de chauffage autre qu’une unité de
chauffage électrique
Groupes compresseur-condenseur de grande puissance
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 10,3
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 9,7
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 10,1
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 9,5
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 11,5
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 11,0
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 11,3
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
Taux d’efficacité
énergétique = 10,8
À partir du 1er septembre 2005
CSA C746
CSA C746
tableau 6
Taux d’efficacité
énergétique = 10,1
Taux d’efficacité
énergétique = 13,1
CSA C746
tableau 6
Taux d’efficacité
énergétique = 10,1,
coefficient de performance
de chauffage ≥ 3,2 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de 8,3 °C et ≥ 2,2 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de -8,3 °C
Du 31 décembre 1998
au 31 août 2005
À partir du 1er septembre 2005
Article
75.
76.
77.
78.
79.
80.
81.
82.
83.
84.
85.
86.
1804
Groupes compresseur-condenseur de grande puissance
refroidis par air
Groupes compresseur-condenseur de grande puissance
refroidis par eau ou évaporation
Thermopompes de grande puissance
Thermopompes de grande puissance ayant une capacité de
refroidissement ≥ 19 kW et < 40 kW, sans unité de chauffage
ou avec unité de chauffage électrique
CSA C746
CSA C746
CSA C746
CSA C746
Colonne III
Colonne IV
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
CSA C655
tableau 2
Coefficient de performance de
refroidissement ≥ 3,28 pour
une température de l’eau
entrant dans l’échangeur
extérieur de 30 °C et
coefficient de performance de
chauffage ≥ 4,2 pour une
température de l’eau entrant
dans l’échangeur extérieur
de 20 °C
Coefficient de performance de
refroidissement ≥ 3,52 pour
une température de l’eau
entrant dans l’échangeur
extérieur de 30 °C et
coefficient de performance de
chauffage ≥ 4,2 pour une
température de l’eau entrant
dans l’échangeur extérieur
de 20 °C
CSA C746 tableau 6
Du 3 février 1995 au 31 août 2005
À partir du 1er septembre 2005
À partir du 1er septembre 2005
Du 31 décembre 1998
au 31 août 2005
À partir du 1er septembre 2005
À partir du 1er septembre 2005
Du 31 décembre 1998
au 31 août 2005
À partir du 1er septembre 2005
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Article
Colonne I
Colonne II
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
87.
Thermopompes de grande puissance ayant une capacité de
refroidissement ≥ 40 kW et ≤ 70 kW, sans unité de chauffage
ou avec unité de chauffage électrique
CSA C746
88.
Thermopompes de grande puissance ayant une capacité de
refroidissement ≥ 19 kW et < 40 kW et une unité de
chauffage autre qu’une unité de chauffage électrique
CSA C746
89.
Thermopompes de grande puissance ayant une capacité de
refroidissement ≥ 40 kW et ≤ 70 kW et une unité de
chauffage autre qu’une unité de chauffage électrique
CSA C746
90.
Chaudières à mazout
CSA B212
91.
Générateurs d’air chaud à mazout
CSA B212
92.
93.
94.
Chauffe-eau à mazout
Chauffe-eau à mazout
Climatiseurs terminaux autonomes
CSA B211
CSA B211-00
CSA C744
95.
Climatiseurs terminaux autonomes
CSA C744-04
96.
Thermopompes terminales autonomes
CSA C744
97.
Thermopompes terminales autonomes
CSA C744-04
98.
Réfrigérateurs ou réfrigérateurs-congélateurs
CSA C300
99.
Réfrigérateurs-congélateurs de type 3 ayant un volume
réfrigéré total ≥ 410,65 L et ≤ 521,10 L (≥ 14,5 pi3
et ≤ 18,4 pi3)
Réfrigérateurs-congélateurs de type 3 ayant un volume
réfrigéré total ≥ 410,65 L et ≤ 521,10 L (≥ 14,5 pi3
et ≤ 18,4 pi3)
Réfrigérateurs-congélateurs de type 5A
CSA C300-00
100.
101.
102.
Colonne III
Colonne IV
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
Taux d’efficacité
énergétique = 9,3,
coefficient de performance
de chauffage ≥ 3,1 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de 8,3 °C et ≥ 2,0 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de -8,3 °C
Taux d’efficacité
énergétique = 9,9,
coefficient de performance
de chauffage ≥ 3,2 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de 8,3 °C et ≥ 2,2 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de -8,3 °C
Taux d’efficacité
énergétique = 9,1,
coefficient de performance
de chauffage ≥ 3,1 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de 8,3 °C et ≥ 2,0 pour une
température de l’air entrant
dans l’échangeur extérieur
de -8,3 °C
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 80 %
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 78 %
CSA B211, article 7
FE = 0,59 - 0,0005 V
CSA C744
tableau 2
CSA C744-04
tableau 2
CSA C744
tableau 2
CSA C744-04
tableau 2
CSA C300
tableau 9.1
CSA C300-00
tableau 1, colonne A
À partir du 1er septembre 2005
À partir du 1er septembre 2005
À partir du 1er septembre 2005
À partir du 31 décembre 1998
À partir du 31 décembre 1998
Du 3 février 1995 au 30 juin 2004
À partir du 1er juillet 2004
Du 31 décembre 1998
au 31 août 2005
À partir du 1er septembre 2005
Du 31 décembre 1998
au 31 août 2005
À partir du 1er septembre 2005
Du 3 février 1995 au 30 juin 2001
Du 1er juillet 2001
au 30 décembre 2002
CSA C300-00
CSA C300-00
tableau 1, colonne B
À partir du 31 décembre 2002
CSA C300-00
Consommation annuelle
d’énergie = (0,18 × volume
corrigé) + 539
CSA C300-00
tableau 1, colonne B
À partir du 31 décembre 2005
CSA C368.1
tableau 1, troisième colonne
CSA C368.1
tableau 2, deuxième colonne
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 13,0
Du 3 février 1995
au 31 décembre 2002
À partir du 1er janvier 2003
103.
Réfrigérateurs ou réfrigérateurs-congélateurs, autres que les
réfrigérateurs-congélateurs de type 3 ayant un volume
réfrigéré total ≥ 410,65 L et ≤ 521,10 L (≥ 14,5 pi3
et ≤ 18,4 pi3) ou ceux de type 5A
Climatiseurs individuels
CSA C368.1
104.
Climatiseurs individuels
CSA C368.1
105.
Climatiseurs centraux monoblocs, autres que muraux
CSA C656-05
CSA C300-00
À partir du 1er juillet 2001
À partir du 3 février 1995
1805
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Colonne I
Colonne II
Article
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
106.
Climatiseurs centraux monoblocs muraux
CSA C656-05
107.
Climatiseurs centraux monoblocs muraux
CSA C656-05
108.
CSA C656-05
109.
Climatiseurs centraux biblocs autres que ceux qui sont à
grand débit et petits conduits
Climatiseurs centraux biblocs à grand débit et petits conduits
CSA C656-05
110.
Thermopompes monoblocs autres que murales
CSA C656-05
111.
Thermopompes monoblocs murales
CSA C656-05
112.
Thermopompes monoblocs murales
CSA C656-05
113.
Thermopompes biblocs, autres que celles à grand débit et
petits conduits
CSA C656-05
114.
Thermopompes biblocs à grand débit et petits conduits
CSA C656-05
115.
Transformateurs à sec, monophasés, classe 1,2 kV
CSA C802.2
116.
Transformateurs à sec, monophasés, TTC 20-150 kV
CSA C802.2
117.
Transformateurs à sec, triphasés, classe 1,2 kV
CSA C802.2
118.
Transformateurs à sec, triphasés, TTC 20-150 kV
CSA C802.2
119.
Refroidisseurs
CSA C743
120.
Enseignes de sortie
CSA C860
121.
Distributeurs automatiques de boissons réfrigérées autres que
ceux qui montrent et distribuent vingt différents types de
boissons ou plus
Article 4.2
122.
Distributeurs automatiques de boissons réfrigérées autres que
ceux qui montrent et distribuent vingt différents types de
boissons
Article 4.2
123.
Distributeurs automatiques de boissons réfrigérées qui
montrent et distribuent vingt différents types de boissons ou
plus
Article 4.2
124.
Distributeurs automatiques de boissons réfrigérées et de
collations
Article 4.3
125.
Réfrigérateurs commerciaux autonomes munis de tiroirs
opaques ou de portes opaques
Réfrigérateurs commerciaux autonomes munis de tiroirs
opaques ou de portes opaques
126.
1806
Colonne III
Colonne IV
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
Du 3 février 1995
au 22 janvier 2010
À partir du 23 janvier 2010
Article 4.1
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 10,6
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 12,0
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 13,0
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 11,0
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 13,0 et coefficient
de performance en période de
chauffe (région V) ≥ 6,7
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 10,6 et coefficient
de performance en période de
chauffe (région V) ≥ 6,1
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 12,0 et coefficient
de performance en période de
chauffe (région V) ≥ 6,4
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 13,0 et coefficient
de performance en période de
chauffe (région V) ≥ 6,7
Rendement énergétique
saisonnier ≥ 11,0 et coefficient
de performance en période de
chauffe (région V) ≥ 5,9
CSA C802.2
tableau 1, troisième colonne
CSA C802.2
tableau 1, quatrième colonne
CSA C802.2, chapitre 8 et
tableau 1, septième colonne
CSA C802.2, chapitre 8 et
tableau 1, huitième colonne
CSA C743
tableaux 9 à 15
Puissance maximale en
watts = 5 × (nombre de
légendes), pour les enseignes
de sortie de type 1 et 2,
et 5 × (nombre de
légendes) + 5, pour les
enseignes de sortie de type 3
Equot = 55 %(8,66 + 0,009 ×
capacité de vente) et capacité
de fonctionner en mode de
veille
Equot = 45 %(8,66 + 0,009 x
capacité de vente) et capacité
de fonctionner en mode de
veille
Equot = 55 %(8,66 + 0,009 ×
capacité de vente) et capacité
de fonctionner en mode de
veille
Equot = 55 %(8,66 + 0,009 ×
capacité de vente) et capacité
de fonctionner en mode de
veille
Equot = 0,00441 V + 4,22
Article 4.1
Equot = 0,00441 V + 2,76
S/O
S/O
À partir du 3 février 1995
Du 3 février 1995
au 22 janvier 2010
À partir du 23 janvier 2010
S/O
S/O
À partir du 1er janvier 2005
À partir du 1er janvier 2005
À partir du 1er janvier 2005
À partir du 1er janvier 2005
À partir du 28 octobre 2004
S/O
Du 1er janvier 2007 au
31 décembre 2007
À partir du 1er janvier 2008
À partir du 1er janvier 2007
À partir du 1er janvier 2007
Du 1er avril 2007
au 31 décembre 2007
À partir du 1er janvier 2008
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
PARTIE I (suite)
Colonne I
Colonne II
Article
Matériel consommateur d’énergie
Norme ou disposition
législative
Norme d’efficacité énergétique
Période visée
127.
Réfrigérateurs commerciaux autonomes à portes
transparentes
Réfrigérateurs commerciaux autonomes à portes
transparentes
Congélateurs commerciaux autonomes à portes opaques et un
volume < 340 L
Congélateurs commerciaux autonomes à portes opaques et un
volume ≥ 340 L
Congélateurs commerciaux autonomes à portes opaques et un
volume < 340 L
Congélateurs commerciaux autonomes à portes opaques et un
volume ≥ 340 L
Congélateurs commerciaux autonomes à portes transparentes
Réfrigérateurs-congélateurs commerciaux autonomes à
portes opaques
Réfrigérateurs-congélateurs commerciaux autonomes à
portes opaques
Article 4.1
Equot = 0,00607 V + 5,78
Article 4.1
Equot = 0,00607 V + 4,77
Du 1er avril 2007
au 31 décembre 2007
À partir du 1er janvier 2008
Article 4.1
Equot = 7,62
Article 4.1
Equot = 0,0141 V + 2,83
Article 4.1
Equot = 7,07
Du 1er avril 2007
au 31 décembre 2007
Du 1er avril 2007
au 31 décembre 2007
À partir du 1er janvier 2008
Article 4.1
Equot = 0,0141 V + 2,28
À partir du 1er janvier 2008
Article 4.1
Article 4.1
Equot = 0,0332 V + 5,10
Equot = 0,00964 VC + 2,63
Article 4.1
Equot = 0,00964 VC + 1,65
À partir du 1er avril 2007
Du 1er avril 2007
au 31 décembre 2007
À partir du 1er janvier 2008
128.
129.
130.
131.
132.
133.
134.
135.
11. The portion of item 4.01 of Schedule IV to the Regulations in column II is replaced by the following:
Colonne III
11. Le passage de l’article 4.01 de l’annexe IV du même règlement figurant dans la colonne II est remplacé par ce qui
suit :
Column II
Colonne II
Item
Standard/Legislative Provision
Article
Norme ou disposition législative
4.01
CSA C373-04
4.01
CSA C373-04
12. The portion of item 4.1 of Schedule IV to the Regulations in column III is amended by striking out the word “and”
at the end of paragraph (f), by adding the word “and” at the
end of paragraph (g) and by adding the following after paragraph (g):
12. Le passage de l’article 4.1 de l’annexe IV du même règlement figurant dans la colonne III est modifié par adjonction, après l’alinéa g), de ce qui suit :
Column III
Colonne III
Item
Information
Article
Renseignements
4.1
(h) whether it is three-phase with
high-voltage windings and a
voltage ratio that, between the
highest and lowest of their
rated voltages, is other
than 2:1.
4.1
h) triphasé avec enroulements à
tension élevée, dont le rapport
de tension, entre la plus haute
et la plus basse de leurs
tensions nominales, est autre
que 2 pour 1, ou non
13. Paragraph 5(d) of Schedule IV to the Regulations is replaced by the following:
13. L’alinéa 5d) de l’annexe IV du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
Column III
Colonne III
Item
Information
Article
Renseignements
5.
(d) which of the following cooking
tops the product uses:
(i) conventional, or
(ii) modular; and
5.
d) genre de table de cuisson dont est
équipé le matériel :
(i) table de cuisson traditionnelle,
(ii) table de cuisson modulaire;
14. Items 5.1 and 5.2 of Schedule IV to the Regulations are
replaced by the following:
Colonne IV
14. Les articles 5.1 et 5.2 de l’annexe IV du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
1807
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
5.1
Electric ranges that are
free-standing or built-in
appliances with one or
more surface elements
and one or more ovens,
manufactured on or after
January 1, 2000 and
before August 1, 2003
5.2
Electric ranges that are
free-standing or built-in
appliances with one or
more surface elements
and one or more ovens,
manufactured on or after
August 1, 2003
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Colonne II
Standard/
Legislative
Provision
Information
Article
Matériel consommateur
d’énergie
Norme ou
disposition
législative
CSA C358-95
(a) test group;
5.1
CSA C358-03
(b) volume, in litres, of
usable oven space;
(c) annual energy
consumption in kWh;
(d) which of the following
cooking tops the
product uses:
(i) conventional,
or
(ii) modular;
and
(e) whether the product is
free-standing or built-in.
(a) test group;
5.2
Cuisinières électriques
CSA C358-95
encastrées ou non encastrées
comportant au moins un
élément de surface et un ou
plusieurs fours, fabriquées
le 1er janvier 2000 ou
après cette date, mais
avant le 1er août 2003
Cuisinières électriques
CSA C358-03
encastrées ou non encastrées
comportant au moins un
élément de surface et un ou
plusieurs fours, fabriquées
le 1er août 2003 ou après
cette date
Colonne III
Renseignements
a) groupe d’essai;
b) volume en litres de
l’espace utile du four;
c) consommation annuelle
d’énergie en kWh;
d) genre de table de
cuisson dont est équipé
le matériel :
(i) table de cuisson
traditionnelle,
(ii) table de cuisson
modulaire;
e) modèle encastré ou non
encastré.
a) groupe d’essai;
(b) volume, in litres, of
usable oven space;
(c) annual energy
consumption in kWh;
(d) whether the product
features a single oven or
a double oven;
(e) whether the baking
mode of the product is
normal bake or normal
bake with forced
convection;
(f) whether the product is
free-standing or built-in;
and
(g) the annual clock energy
consumption in kWh.
b) volume en litres de
l’espace utile du four;
c) consommation annuelle
d’énergie en kWh;
d) genre de four dont est
muni le matériel :
simple ou double;
e) modes de cuisson
au four : normale
ou normale avec
convection forcée;
15. The portion of item 6.1 of Schedule IV to the Regulations in column I is replaced by the following:
15. Le passage de l’article 6.1 de l’annexe IV du même règlement figurant dans la colonne I est remplacé par ce qui
suit :
f) modèle encastré
ou non encastré;
g) consommation annuelle
d’énergie de l’horloge
en kWh.
Column I
Colonne I
Item
Energy-using Product
Article
Matériel consommateur d’énergie
6.1
Electric ranges that are built-in
or wall-mounted appliances with
one or more ovens and no surface
elements, manufactured on or
after January 1, 2000 and before
August 1, 2003
6.1
Cuisinières électriques encastrées
ou fixées au mur comportant un
ou plusieurs fours, mais aucun
élément de surface, fabriquées
le 1er janvier 2000 ou après cette
date, mais avant le 1er août 2003
16. Paragraph 7(b) of Schedule IV to the Regulations is replaced by the following:
16. L’alinéa 7b) de l’annexe IV du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
Column III
Colonne III
Item
Information
Article
Renseignements
7.
(b) which of the following cooking
tops the product uses:
(i) conventional, or
(ii) modular.
7.
b) genre de table de cuisson dont est
équipé le matériel :
(i) table de cuisson traditionnelle,
(ii) table de cuisson modulaire.
1808
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
17. Items 7.1 and 7.2 of Schedule IV to the Regulations are
replaced by the following:
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
7.1
Electric ranges that
are counter-mounted
appliances with one or
more surface elements
and no ovens,
manufactured on or
after January 1, 2000 and
before August 1, 2003
CSA C358-95
17. Les articles 7.1 et 7.2 de l’annexe IV du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
Column III
Colonne I
Colonne II
Information
Article
Matériel consommateur
d’énergie
Norme ou
disposition
législative
(a) annual energy
consumption in kWh;
and
7.1
Cuisinières électriques
intégrées comportant
au moins un élément
de surface, mais aucun
four, fabriquées
le 1er janvier 2000 ou
après cette date, mais
avant le 1er août 2003
CSA C358-95
(b) which of the following
cooking tops the
product features:
(i) conventional, or
(ii) modular.
7.2
CSA C358-03
Electric ranges that are
counter-mounted
appliances with one or
more surface elements and
no ovens, manufactured
on or after August 1, 2003
(a) annual energy
consumption in kWh;
7.2
Cuisinières électriques
intégrées comportant au
moins un élément de
surface, mais aucun four,
fabriquées le 1er août 2003
ou après cette date
CSA C358-03
(b) width, in inches; and
(c) the annual clock energy
consumption in kWh.
18. Paragraph 11(b) of Schedule IV to the Regulations is
replaced by the following:
Colonne III
Renseignements
a) consommation annuelle
d’énergie en kWh;
b) genre de table de
cuisson dont est équipé
le matériel :
(i) table de cuisson
traditionnelle,
(ii) table de cuisson
modulaire.
a) consommation annuelle
d’énergie en kWh;
b) largeur en pouces;
c) consommation annuelle
d’énergie de l’horloge
en kWh.
18. L’alinéa 11b) de l’annexe IV du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
Colonne III
Column III
Item
Information
Article
Renseignements
11.
(b) annual fuel utilization efficiency;
and
11.
b) efficacité de l’utilisation annuelle
de combustible;
19. Paragraph 12(b) of Schedule IV to the French version of
the Regulations is replaced by the following:
19. L’alinéa 12b) de l’annexe IV de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
Colonne III
Colonne III
Article
Renseignements
Article
Renseignements
12.
b) efficacité de l’utilisation annuelle
de combustible ou rendement
thermique;
12.
b) efficacité de l’utilisation annuelle
de combustible ou rendement
thermique;
20. Items 15.1 and 15.2 of Schedule IV to the Regulations
are replaced by the following:
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
15.1
General service
fluorescent lamps
CSA C819
20. Les articles 15.1 et 15.2 de l’annexe IV du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
Column III
Colonne I
Colonne II
Information
Article
Matériel consommateur
d’énergie
Norme ou
disposition
législative
(a) nominal power;
(b) which one of the
following shapes the
product features:
(i) straight-shape, or
(ii) U-shape;
(c) nominal overall length;
(d) diameter;
(e) which one of the
following bases the
product features:
(i) a single-pin base,
(ii) a medium bi-pin
base, or
(iii) a recessed double
contact base;
15.1
Lampes fluorescentes
standard
CSA C819
Colonne III
Renseignements
a) puissance nominale;
b) forme du matériel :
(i) rectiligne,
(ii) en U;
c) longueur nominale
globale;
d) diamètre;
e) culot du matériel :
(i) culot à une broche,
(ii) culot moyen à
deux broches,
(iii) culot à deux plots
en retrait;
1809
2006-11-15
Item
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Colonne II
Information
Matériel consommateur
d’énergie
Norme ou
disposition
législative
Article
(f) abbreviation under
the designation system
in ANSI C78.1,
Annex A;
(g) correlated colour
temperature;
(h) average colourrendering index; and
(i) average lamp efficacy.
21. The portion of item 16 of Schedule IV to the Regulations in Column III is replaced by the following:
21. Le passage de l’article 16 de l’annexe IV du même règlement figurant dans la colonne III est remplacé par ce qui
suit :
Colonne III
Item
Information
Article
Renseignements
16.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) heating capacity
in kW (Btu/h);
(d) energy efficiency ratio;
(e) heating coefficient of
performance; and
(f) which of the following categories
applies to the product:
(i) open-loop,
(ii) closed-loop, or
(iii) both open-loop and
closed-loop.
16.
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
d) taux d’efficacité énergétique;
e) coefficient de performance de
chauffage;
f) catégorie à laquelle appartient le
matériel :
(i) circuit ouvert,
(ii) circuit fermé,
(iii) circuits ouvert et fermé.
22. Item 16.1 of Schedule IV to the Regulations is replaced
by the following:
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
16.1
Ground-source heat pumps CSA C446-94
manufactured on or after
December 31, 1998 and
before June 1, 2006
1810
Renseignements
f) abréviation selon
le système de
classification
ANSI C78.1,
annexe A;
g) température de
couleur proximale;
h) indice moyen de
rendu des couleurs;
i) efficacité lumineuse
moyenne.
Column III
16.11
Colonne III
22. L’article 16.1 de l’annexe IV du même règlement est
remplacé par ce qui suit :
Column III
Colonne I
Information
Article
Norme ou
Matériel consommateur disposition
législative
d’énergie
(a) Air-Conditioning
and Refrigeration
Institute
classification;
16.1
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) heating capacity
in kW (Btu/h);
(d) energy efficiency
ratio;
(e) heating coefficient
of performance;
and
(f) which of the following
categories applies to
the product:
(i) open-loop,
(ii) closed-loop, or
(iii) both open-loop
and closed-loop.
Ground-source heat pumps CSA C13256-1 (a) Air-Conditioning
and Refrigeration
manufactured on or after
Institute
June 1, 2006
classification;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
16.11
Colonne II
Colonne III
Renseignements
Thermopompes
CSA C446-94 a) classification de
géothermiques fabriquées
l’Air-Conditioning
and Refrigeration
le 31 décembre 1998 ou
Institute;
après cette date, mais
er
avant le 1 juin 2006
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
d) taux d’efficacité
énergétique;
e) coefficient de
performance de
chauffage;
f) catégorie à laquelle
appartient le
matériel :
(i) circuit ouvert,
(ii) circuit fermé,
(iii) circuits ouvert et
fermé.
Thermopompes
CSA C13256-1 a) classification de
géothermiques fabriquées
l’Air-Conditioning
er
le 1 juin 2006 ou après
and Refrigeration
Institute;
cette date
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
2006-11-15
Item
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Information
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
Article
Colonne II
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
18.
Internal water loop heat
CSA C655
pumps manufactured on or
after February 3, 1995 and
before September 1, 2005
18.1
23. Les articles 18 à 18.3 de l’annexe IV du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
Column III
Colonne I
Information
Article
Norme ou
Matériel consommateur disposition
législative
d’énergie
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
18.
(b) voltage;
(c) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(d) heating capacity
in kW (Btu/h);
(e) energy efficiency ratio;
and
(f) heating coefficient of
performance.
Internal water loop heat
CSA C13256-1 (a) Air-Conditioning and
pumps manufactured on or
Refrigeration Institute
after September 1, 2005
classification;
18.1
Colonne II
Thermopompes à circuit CSA C655
d’eau interne fabriquées
le 3 février 1995 ou après
cette date, mais avant
le 1er septembre 2005
Thermopompes à circuit
d’eau interne fabriquées
le 1er septembre 2005 ou
après cette date
18.3
Large air-conditioners
manufactured on or after
December 31, 1998 and
before September 1, 2005
Large air-conditioners
manufactured on or after
September 1, 2005
CSA C746
CSA C746
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) energy efficiency ratio;
and
(d) integrated part-load
value.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
18.2
18.3
Climatiseurs de grande
CSA C746
puissance fabriqués
le 31 décembre 1998 ou
après cette date, mais
avant le 1er septembre 2005
Climatiseurs de grande
puissance fabriqués
le 1er septembre 2005 ou
après cette date
Colonne III
Renseignements
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) tension;
c) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
d) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
e) taux d’efficacité
énergétique;
f) coefficient de performance
de chauffage.
CSA C13256-1 a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
(b) voltage;
(c) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(d) heating capacity
in kW (Btu/h);
(e) cooling coefficient
of performance
with 30°C inlet
water; and
(f) heating coefficient
of performance
with 20°C inlet
water.
18.2
Renseignements
c) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
d) coefficient de performance
de refroidissement;
e) coefficient de performance
de chauffage;
f) catégorie à laquelle
appartient le
matériel :
(i) circuit ouvert,
(ii) circuit fermé,
(iii) circuits ouvert et
fermé.
(c) heating capacity
in kW (Btu/h);
(d) cooling coefficient of
performance;
(e) heating coefficient of
performance; and
(f) which of the following
categories applies to
the product:
(i) open-loop,
(ii) closed-loop, or
(iii) both open-loop
and closed-loop.
23. Items 18 to 18.3 of Schedule IV to the Regulations are
replaced by the following:
Colonne III
CSA C746
b) tension;
c) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
d) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
e) coefficient de performance
de refroidissement pour
une température de l’eau
entrant dans l’échangeur
extérieur de 30 °C;
f) coefficient de performance
de chauffage pour une
température de l’eau
entrant dans l’échangeur
extérieur de 20 °C.
a) classification de
l’Air- Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) taux d’efficacité
énergétique;
d) valeur intégrée à charge
partielle.
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
1811
2006-11-15
Item
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Information
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
Article
Colonne II
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h); and
(c) energy efficiency ratio.
18.4
18.5
18.6
18.7
Large condensing units
manufactured on or after
December 31, 1998 and
before September 1, 2005
Large condensing units
manufactured on or after
September 1, 2005
Large heat pumps
manufactured on or after
December 31, 1998 and
before September 1, 2005
Large heat pumps
manufactured on or after
September 1, 2005
CSA C746
CSA C746
CSA C746
CSA C746
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) energy efficiency ratio;
and
(d) integrated part-load
value.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h); and
(c) energy efficiency
ratio.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) heating capacity
in kW (Btu/h);
(d) energy efficiency
ratio;
(e) heating coefficient of
performance; and
(f) integrated part-load
value.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
18.4
18.5
18.6
18.7
CSA C746
Groupes
compresseur-condenseur
de grande puissance
fabriqués le 31 décembre
1998 ou après cette
date, mais avant
le 1er septembre 2005
Groupes
CSA C746
compresseur-condenseur
de grande puissance
fabriqués le 1er septembre
2005 ou après cette date
CSA C746
Thermopompes de
grande puissance
fabriquées le 31 décembre
1998 ou après cette date,
mais avant le 1er septembre
2005
Thermopompes de
CSA C746
grande puissance
er
fabriquées le 1 septembre
2005 ou après cette date
Colonne III
Renseignements
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) taux d’efficacité
énergétique.
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) taux d’efficacité
énergétique;
d) valeur intégrée à charge
partielle.
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) taux d’efficacité
énergétique.
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
d) taux d’efficacité
énergétique;
e) coefficient de performance
de chauffage;
f) valeur intégrée à charge
partielle.
a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) heating capacity
in kW (Btu/h);
(d) energy efficiency
ratio;
(e) heating coefficient of
performance at 8.3°C;
(f) heating coefficient of
performance at -8.3°C;
and
(g) which of the following
heating sections, if any,
the product features:
(i) electric, or
(ii) gas.
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
d) taux d’efficacité
énergétique;
e) coefficient de performance
de chauffage à 8,3 °C;
f) coefficient de
performance de
chauffage à -8,3 °C;
g) type d’unité de
chauffage, s’il y a
lieu :
(i) électrique,
(ii) au gaz.
24. Items 20.1 and 20.2 of Schedule IV to the Regulations
are replaced by the following:
24. Les articles 20.1 et 20.2 de l’annexe IV du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
1812
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
20.1
Packaged terminal
air-conditioners
manufactured on or after
December 31, 1998 and
before September 1, 2005
CSA C744
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Information
Article
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
(a) cooling capacity
in kW (Btu/h); and
20.1
Climatiseurs terminaux
autonomes fabriqués
le 31 décembre 1998 ou
après cette date, mais
avant le 1er septembre
2005
(b) energy efficiency ratio.
20.2
20.3
20.4
Packaged terminal
air-conditioners
manufactured on or after
September 1, 2005
CSA C744-04
Packaged terminal heat
CSA C744
pumps manufactured on or
after December 31, 1998
and before September 1,
2005
CSA C744-04
Packaged terminal heat
pumps manufactured on or
after September 1, 2005
(a) whether the product is
a replacement unit;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h); and
(c) energy efficiency
ratio.
(a) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(b) heating capacity
in kW (Btu/h);
(c) energy efficiency ratio;
and
(d) heating coefficient of
performance.
(a) whether the product is
a replacement unit;
20.2
20.3
20.4
Climatiseurs terminaux
autonomes fabriqués
le 1er septembre 2005 ou
après cette date
Colonne II
CSA C744
Renseignements
a) capacité de
refroidissement
en kW (Btu/h);
b) taux d’efficacité
énergétique.
CSA C744-04 a) le matériel est une unité
de remplacement ou non;
Thermopompes
CSA C744
terminales autonomes
fabriquées le 31 décembre
1998 ou après cette
date, mais avant
le 1er septembre 2005
Thermopompes
terminales autonomes
fabriquées le 1er septembre
2005 ou après cette date
Colonne III
b) capacité de refroidissement
en kW(Btu/h);
c) taux d’efficacité
énergétique.
a) capacité de
refroidissement
en kW (Btu/h);
b) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
c) taux d’efficacité
énergétique;
d) coefficient de performance
de chauffage.
CSA C744-04 a) le matériel est une unité
de remplacement ou non;
(b) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(c) heating capacity
in kW (Btu/h);
(d) energy efficiency ratio;
and
(e) heating coefficient of
performance.
b) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
c) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
d) taux d’efficacité
énergétique;
e) coefficient de performance
de chauffage.
25. Items 23 to 26 of Schedule IV to the Regulations are replaced by the following:
25. Les articles 23 à 26 de l’annexe IV du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
23.
Single package central
air-conditioners
24.
Single package heat
pumps
CSA C656-05
CSA C656-05
Column III
Colonne I
Information
Article
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) phase of electric
current the product
uses;
(c) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(d) whether the product is
through-the-wall; and
(e) seasonal energy
efficiency ratio.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) phase of electric
current the product
uses;
(c) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(d) heating capacity
in kW (Btu/h);
23.
24.
Climatiseurs centraux
monoblocs
Thermopompes
monoblocs
Colonne II
Colonne III
Renseignements
CSA C656-05 a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) phase de courant
électrique pour laquelle le
matériel est conçu;
c) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
d) matériel mural ou non;
e) rendement énergétique
saisonnier.
CSA C656-05 a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) phase de courant
électrique pour laquelle le
matériel est conçu;
c) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
d) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
1813
2006-11-15
Item
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
25.
Split-system central
air-conditioners
CSA C656-05
26.
Split-system heat pumps
CSA C656-05
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Information
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
(e) whether the product is
through-the-wall;
(f) seasonal energy
efficiency ratio; and
(g) heating seasonal
performance factor and
the region for the
factor.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) phase of electric
current the product
uses;
(c) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(d) whether the product is
small-duct and highvelocity;
(e) which of the following
systems the product
uses:
(i) mini-split,
(ii) multi-split, or
(iii) ducted; and
(f) seasonal energy
efficiency ratio.
(a) Air-Conditioning and
Refrigeration Institute
classification;
(b) phase of electric
current the product
uses;
(c) cooling capacity
in kW (Btu/h);
(d) heating capacity
in kW (Btu/h);
(e) whether the product
is small-duct and
high-velocity;
(f) which of the following
systems the product
uses:
(i) mini-split,
(ii) multi-split, or
(iii) ducted;
(g) seasonal energy
efficiency ratio; and
(h) heating seasonal
performance factor
and the region for the
factor.
26. Schedule IV to the Regulations is amended by adding
the following after item 27:
Column I
Column II
Item
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
28.
Refrigerated beverage
vending machines
1814
Section 4.2
Article
25.
Climatiseurs centraux
biblocs
26.
Thermopompes biblocs
Colonne II
Colonne III
Renseignements
e) matériel mural ou
non;
f) rendement énergétique
saisonnier;
g) coefficient de
performance en période de
chauffe et région du
coefficient.
CSA C656-05 a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) phase de courant
électrique pour laquelle le
matériel est conçu;
c) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
d) matériel à grand débit
et petits conduits, ou
non;
e) genre de système
dont est équipé le
matériel :
(i) petit climatiseur bibloc,
(ii) multi-bibloc,
(iii) avec conduits d’air;
f) rendement énergétique
saisonnier.
CSA C656-05 a) classification de
l’Air-Conditioning and
Refrigeration Institute;
b) phase de courant
électrique pour laquelle le
matériel est conçu;
c) capacité de refroidissement
en kW (Btu/h);
d) capacité de chauffage
en kW (Btu/h);
e) matériel à grand débit
et petits conduits, ou
non;
f) genre de système
dont est équipé le
matériel:
(i) petit climatiseur bibloc,
(ii) multi-bibloc,
(iii) avec conduits d’air;
g) rendement énergétique
saisonnier;
h) coefficient de
performance en période
de chauffe et région du
coefficient.
26. L’annexe IV du même règlement est modifiée par adjonction, après l’article 27, de ce qui suit :
Column III
Colonne I
Information
Article
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
(a) which of the following
uses the product is
intended for:
(i) indoor use, or
(ii) outdoor use;
(b) Edaily;
(c) which of the following
configurations the product
features:
28.
Distributeurs
automatiques de
boissons réfrigérées
Colonne II
Article 4.2
Colonne III
Renseignements
a) utilisation pour
laquelle le produit
est destiné :
(i) usage intérieur,
(ii) usage extérieur;
b) Equot;
c) genre de devanture
dont est équipé le
matériel :
2006-11-15
Item
29.
30.
31.
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
Snack and refrigerated
beverage vending
machines
Section 4.3
Self-contained
Section 4.1
commercial refrigerators
with cabinet drawers or
cabinet doors
Self-contained
ASHRAE 72
commercial refrigerators
without cabinet drawers
or cabinet doors
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Information
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
(i) an opaque front, or
(ii) a transparent front;
(d) ambient Edaily test
temperature in degrees
Celsius;
(e) the product’s vendible
capacity; and
(f) the number of discrete
types of beverages that
can be displayed and
dispensed.
(a) which of the following
uses the product is
intended for:
(i) indoor use, or
(ii) outdoor use;
(b) Edaily;
(c) which of the following
configurations the product
features:
(i) an opaque front, or
(ii) a transparent front;
(d) ambient Edaily test
temperature in degrees
Celsius; and
(e) the product’s vendible
capacity.
(a) Edaily;
(b) which of the following
cabinet styles the product
features:
(i) reach-in,
(ii) pass-through,
(iii) roll-through, or
(iv) roll-in;
(c) whether the product has a
worktop surface;
(d) whether the product is
designed for installation
under a counter;
(e) whether the product is
designed for the cooling
and storage of wine;
(f) in litres, the total
refrigerated volume; and
(g) which of the following
designs the cabinet features:
(i) opaque drawers or
opaque doors, or
(ii) transparent drawers or
transparent doors.
(a) Edaily of the product
determined when goods in
the refrigerator compartment
are at a temperature
of 3.3°C ± 1.1°C;
(b) which of the following
cabinet styles the product
features:
(i) reach-in,
(ii) pass-through,
(iii) roll-through, or
(iv) roll-in;
(c) whether the product has a
worktop surface;
(d) whether the product is
designed for installation
under a counter; and
Article
Colonne II
Colonne III
Renseignements
d)
e)
f)
29.
Distributeurs
Article 4.3
automatiques de boissons
réfrigérées et de collations
a)
b)
c)
d)
e)
30.
31.
Réfrigérateurs
commerciaux autonomes
munis de portes ou de
tiroirs
Réfrigérateurs
commerciaux autonomes
non munis de portes ou
de tiroirs
Article 4.1
ASHRAE 72
a)
(i) opaque,
(ii) transparente;
température d’essai
ambiante de l’Equot en
degrés Celsius;
capacité de vente du
matériel;
nombre de boissons
différentes pouvant
être montrées et
distribuées.
utilisation pour
laquelle le produit
est destiné :
(i) usage intérieur,
(ii) usage extérieur;
Equot;
genre de devanture
dont est équipé le
matériel :
(i) opaque,
(ii) transparente;
température d’essai
ambiante de l’Equot en
degrés Celsius;
capacité de vente du
matériel.
Equot;
b) style d’armoire
dont est équipé le
matériel :
(i) d’étalage,
(ii) traversable,
(iii) à chariots traversable,
(iv) à chariots;
c) appareil avec surface de
travail ou non;
d) appareil conçu ou non
pour être installé sous un
comptoir;
e) appareil conçu ou non
pour le refroidissement
et l’entreposage du vin;
f) volume réfrigéré total,
en litres;
g) conception du
matériel :
(i) à tiroirs opaques ou à
portes opaques,
(ii) à tiroirs transparents
ou à portes transparentes.
a) Equot du matériel lorsque
la température des
produits dans le
compartiment se situe
à 3,3 °C ± 1,1 °C;
b) style d’armoire
dont est équipé
le matériel :
(i) d’étalage,
(ii) traversable,
(iii) à chariots traversable,
(iv) à chariots;
c) appareil avec surface de
travail ou non;
d) appareil conçu ou non
pour être installé sous un
comptoir;
1815
2006-11-15
Item
32.
33.
34.
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Column I
Column II
Energy-using Product
Standard/
Legislative
Provision
Self-contained
Section 4.1
commercial freezers with
cabinet doors
Self-contained
commercial freezers
without cabinet doors
Self-contained
commercial
refrigerator-freezers
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Column III
Colonne I
Information
Norme ou
Matériel consommateur disposition
d’énergie
législative
(e) in litres, the total
refrigerated volume.
(a) Edaily;
ASHRAE 72
(b) which of the following
cabinet styles the product
features:
(i) reach-in,
(ii) pass-through,
(iii) roll-through, or
(iv) roll-in;
(c) whether the product has a
worktop surface;
(d) whether the product is
designed for installation
under a counter;
(e) whether the product is
designed for the storage
of ice cream or similar
foods;
(f) in litres, the total
refrigerated volume; and
(g) which of the following
designs the cabinet features:
(i) opaque doors, or
(ii) transparent doors.
(a) Edaily;
Section 4.1
(b) which of the following
cabinet styles the product
features:
(i) reach-in,
(ii) pass-through,
(iii) roll-through, or
(iv) roll-in;
(c) whether the product has a
worktop surface;
(d) whether the product is
designed for installation
under a counter;
(e) whether the product is
designed for the storage of
ice cream or similar foods;
and
(f) in litres, the total
refrigerated volume.
(a) Edaily;
(b) which of the following
cabinet styles the product
features:
(i) reach-in,
(ii) pass-through,
(iii) roll-through, or
(iv) roll-in;
(c) whether the product has a
worktop surface;
(d) whether the product is
designed for installation
under a counter;
(e) in litres, the total
refrigerated volume;
(f) the AV of the product; and
(g) which of the following
designs the cabinet features:
(i) opaque doors,
(ii) transparent doors, or
(iii) no doors.
1816
Article
32.
33.
34.
Congélateurs
commerciaux autonomes
munis de portes
Congélateurs
commerciaux autonomes
non munis de portes
Réfrigérateurscongélateurs
commerciaux autonomes
Colonne II
Colonne III
Renseignements
Article 4.1
e) volume réfrigéré total, en
litres.
a) Equot;
ASHRAE 72
b) style d’armoire
dont est équipé le
matériel :
(i) d’étalage,
(ii) traversable,
(iii) à chariots traversable,
(iv) à chariots;
c) appareil avec surface de
travail ou non;
d) appareil conçu ou non
pour être installé sous un
comptoir;
e) appareil conçu ou non
pour l’entreposage de la
crème glacée ou
d’aliments semblables;
f) volume réfrigéré total, en
litres;
g) conception du
matériel :
(i) à portes opaques,
(ii) à portes transparentes.
a) Equot;
Article 4.1
b) style d’armoire
dont est équipé le
matériel :
(i) d’étalage,
(ii) traversable,
(iii) à chariots traversable,
(iv) à chariots;
c) appareil avec surface de
travail ou non;
d) appareil conçu ou non
pour être installé sous un
comptoir;
e) appareil conçu ou non
pour l’entreposage de la
crème glacée ou
d’aliments semblables;
f) volume réfrigéré total, en
litres.
a) Equot;
b) style d’armoire
dont est équipé le
matériel :
(i) d’étalage,
(ii) traversable,
(iii) à chariots traversable,
(iv) à chariots;
c) appareil avec surface de
travail ou non;
d) appareil conçu ou non
pour être installé sous un
comptoir;
e) volume réfrigéré total, en
litres;
f) VC du matériel;
g) conception du
matériel :
(i) à portes opaques,
(ii) à portes transparentes,
(iii) aucune porte.
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
27. The French version of the Regulations is amended by
replacing the word “mural” with the words “fixé au mur” in
the following provisions:
(a) paragraph (d) of the definition “cuisinière électrique” in
subsection 2(1);
(b) paragraph 6(d) of Schedule IV;
(c) paragraph 6.1(d) of Schedule IV; and
(d) paragraph 6.2(g) of Schedule IV.
28. The French version of the Regulations is amended by
replacing the word “murales” with the words “fixées au mur”
in the following provisions:
(a) the portion of item 6 of Schedule IV in column I; and
(b) the portion of item 6.2 of Schedule IV in column I.
27. Dans les passages ci-après de la version française du
même règlement, « mural » est remplacé par « fixé au mur » :
a) l’alinéa d) de la définition de « cuisinière électrique » au
paragraphe 2(1);
b) l’alinéa 6d) de l’annexe IV;
c) l’alinéa 6.1d) de l’annexe IV;
d) l’alinéa 6.2g) de l’annexe IV.
28. Dans les passages ci-après de la version française du
même règlement, « murales » est remplacé par « fixées au
mur » :
a) le passage de l’article 6 de l’annexe IV figurant dans la
colonne I;
b) le passage de l’article 6.2 de l’annexe IV figurant dans la
colonne I.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
29. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
29. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Pursuant to the Energy Efficiency Act, the Energy Efficiency
Regulations are designed to encourage the efficient use of energy
on an economic basis and contribute to the competitiveness of
Canada’s economy. The Regulations also help Canada reduce
harmful atmospheric emissions associated with the use of energy.
En vertu de la Loi sur l’efficacité énergétique, le Règlement sur
l’efficacité énergétique est conçu pour encourager une utilisation
efficace de l’énergie sur une base économique et contribue à la
compétitivité de l’économie canadienne. Le règlement aide aussi
le Canada à réduire les émissions atmosphériques néfastes associées à la consommation de l’énergie.
Les concentrations de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère terrestre augmentent. L’accumulation de ces gaz entraîne
une hausse de la température moyenne dans la basse atmosphère.
Même si l’envergure, le rythme et les effets du réchauffement de
la planète sont encore mal connus, les données recueillies à ce
jour et la menace éventuelle pour l’environnement motivent
l’adoption de mesures préventives. Par conséquent, le gouvernement fédéral s’est engagé à réduire les émissions de GES et les
autres types d’émissions néfastes dans l’atmosphère au Canada.
Le dioxyde de carbone (CO2), un sous-produit de la combustion des combustibles fossiles, a été identifié comme le GES le
plus important. Étant donné la hausse de la demande de combustibles fossiles par suite de l’augmentation de l’activité humaine
qui entraîne une utilisation d’énergie, les émissions de CO2 ont
augmenté. Comme il ne sera guère possible de passer à court
terme des combustibles fossiles aux sources d’énergie de remplacement, la principale approche en vue de limiter les émissions
de CO2 dues à la consommation de combustibles fossiles consiste
à améliorer l’efficacité énergétique.
Ce Règlement modifiant le Règlement sur l’efficacité énergétique (la « modification »)
• traitera des recommandations formulées par le Comité mixte
permanent d’examen de la réglementation;
• portera aussi sur des questions soulevées par le ministère de la
Justice concernant l’article 11, Marque de vérification, du
règlement;
Concentrations of greenhouse gases (GHGs) are increasing in
the earth’s atmosphere. The accumulation of these gases cause a
rise in the average temperature of the lower atmosphere. Although uncertainty remains as to the extent, timing and effects of
global warming, evidence collected to date and the potential environmental threat support the implementation of precautionary
measures. Therefore, the Government of Canada is committed to
reducing Canada’s GHG emissions and other types of harmful
emissions to the atmosphere.
Carbon dioxide (CO2), a by-product of fossil fuel consumption,
has been identified as the most significant GHG. Due to greater
demand for fossil fuel because of expanding human activities
involving energy use, emissions of CO2 have increased. Because
there is limited short-term prospect for switching from fossil fuels
to alternative energy sources, the main approach to limiting CO2
emissions resulting from fossil fuel consumption is to improve
energy efficiency.
These Regulations Amending the Energy Efficiency Regulations (the “amendment”)
• address recommendations raised by the Standing Joint
Committee for the Scrutiny of Regulations;
• update section 11, Verification Mark of the Regulations;
1817
2006-11-15
•
•
•
•
•
•
•
•
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
introduce minimum energy performance standards and
associated regulatory requirements for beverage vending
machines and commercial reach-in refrigeration;
increase the stringency of existing minimum performance
requirements for three types of air conditioners used in the
commercial/institutional sector. Packaged terminal air conditioners and heat pumps are heating and cooling assemblies
mounted through the wall and are often found in motel and
hotel rooms. Large air conditioners and heat pumps and
internal water loop heat pumps are used for heating and
cooling of large commercial buildings;
update the test method and increase the stringency of energy
performance requirements for central air-conditioners and
heat pumps less than 19 kW (65 000 Btu/h). There are
about 250 000 central air conditioners and heat pumps of this
size sold in Canada per year;
introduce requirements for two new types of appliances: chest
freezers with automatic defrost, Type 10A and automatic
defrost refrigerator-freezer, with bottom mounted freezer and
through-the-door-ice service, Type 5A. The amendment also
modifies the definition of automatic defrost system to include
the normal compressor cycle as automatic defrost. The
amendment will ensure that minimum standard requirements
and labelling are harmonized in Canada and the U.S. for these
products;
repeal the effective date for internally-lighted exit signs. This
change will broaden the coverage of the requirement to
include all exit signs regardless of the date of manufacture;
repeal the effective date for fluorescent lamp ballasts and
introduce ballasts efficacy factors for energy saving lamps. It
will also modify specific exclusion criteria for certain ballasts,
such as ambient temperature of operation and dimming
capabilities. The amendment will also allow for ballasts that
operate a small subset of F32T8 lamps to operate at a lower
power factor than specified in the current Regulations;
eliminate the tap range exemptions for dry-type transformers;
update references to the newly available French version of
certain CSA standards, as well as update the reference for the
dishwasher test method. The amendment will update the
numbering system of items included in Part I of Schedule I of
the Regulations.
•
•
•
•
•
•
•
•
introduira des exigences réglementaires pour les distributeurs
automatiques de boissons et les réfrigérateurs commerciaux.
rendra les normes minimales de rendement actuelles plus
rigoureuses relativement aux trois types de climatiseurs
utilisés dans les secteurs commercial et industriel. Les thermopompes et les climatiseurs terminaux autonomes sont des
dispositifs de chauffage et de climatisation muraux que l’on
trouve souvent dans les chambres d’hôtels et de motels. Les
thermopompes et les climatiseurs de grande puissance, ainsi
que les thermopompes à circuit d’eau interne, sont utilisés
pour le chauffage et la climatisation de gros immeubles
commerciaux;
permettra de mettre à jour la méthode d’essai et de rendre plus
rigoureuses les exigences relatives au rendement énergétique
des climatiseurs et des thermopompes d’une puissance inférieure à 19 kW (65 000 Btu/h). Au Canada, on vend annuellement environ 250 000 climatiseurs et thermopompes de
cette puissance;
introduira des exigences pour deux nouveaux types d’appareils : les congélateurs coffres à dégivrage automatique,
type 10A et les réfrigérateurs-congélateurs à dégivrage automatique avec compartiment congélateur au bas et distributeur
de glaçons, type 5A. La modification modifiera aussi la
définition de dégivrage automatique afin d’inclure le cycle
naturel du compresseur. Cette modification garantira l’uniformisation des exigences par rapport aux niveaux minimums
de performance et de l’étiquetage de ces produits, entre le
Canada et les États-Unis;
éliminera la date d’entrée en vigueur relative aux enseignes de
sortie à éclairage interne. Ce changement élargira le champ
d’application du règlement par rapport aux enseignes de
sortie, peu importe la date de fabrication;
éliminera également la date d’entrée en vigueur visant les
ballasts de lampe fluorescente, et ajoutent à la réglementation
des facteurs d’efficacité qui visent les lampes économisant
l’énergie. Elle modifie également des critères précis qui
exemptent certains ballasts du règlement, comme la température d’utilisation ambiante et l’atténuation. En outre, elle
permet aux ballasts qui alimentent les lampes de type F32T8
d’être utilisés à un facteur de puissance plus bas que le permet
actuellement la réglementation;
éliminera l’exemption relative à la prise de charge des
transformateurs à sec;
mettra à jour le règlement grâce à l’ajout de renvois à la
version française nouvellement offerte de certaines normes de
la CSA, ainsi que par la mise à jour du renvoi à la méthode
d’essai relative aux lave-vaisselle. La modification mettra à
jour le système de numérotation des items faisant partie de la
partie I de l’annexe I du règlement.
Alternatives
Solutions envisagées
Maintaining the status quo
Maintien du statu quo
If the amendment is not implemented, Canada will lose an opportunity to reduce its GHG emissions and other atmospheric
emissions, such as smog pre-cursors associated with energy use.
Si la modification n’est pas mise en œuvre, le Canada perdra
une occasion de réduire ses émissions de GES et d’autres polluants atmosphériques, comme les précurseurs du smog qui sont
associés à la consommation d’énergie.
Si le Canada devait avoir des exigences d’efficacité moins
strictes que celles des États-Unis, nos ménages et nos entreprises
seraient privés de futures économies d’énergie qui sont reconnues
comme rentables.
If Canada were to have lower efficiency requirements compared to the United States, Canadian households and businesses
would miss out on future savings in energy which are known to
be cost effective.
1818
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Energy efficiency improvements are occurring at a rapid pace
in Canada’s trading partners. The standards contained in this
amendment will help maintain and improve Canada’s competitive
position in supplying products to international and domestic markets.
Without the national standards contained in the amendment and
complementary provincial requirements where authorized under
provincial legislation, inefficient energy-using equipment could
be dumped into provinces or territories that do not have performance requirements. This would hinder the federal government’s
objectives of reducing CO2 emissions and achieving cost savings
for energy users.
Les améliorations de l’efficacité énergétique se font jour à un
rythme rapide chez les partenaires commerciaux du Canada. Les
normes contenues dans la modification contribueraient à protéger
et à améliorer la position concurrentielle du Canada en tant que
fournisseur de produits aux marchés internationaux et intérieurs.
Sans les normes nationales contenues dans la modification et
les exigences provinciales complémentaires, lorsqu’elles sont
autorisées en vertu d’une loi provinciale, le matériel énergivore
pourrait être écoulé dans des provinces ou territoires qui n’ont pas
d’exigences en matière de rendement énergétique. Cela nuirait
aux objectifs du gouvernement fédéral en vue de réduire les émissions de CO2 et de réaliser des économies pour les consommateurs d’énergie.
Voluntary program
Programme volontaire
Without the amendment, cooperation from all industry members could not be guaranteed, especially in the case of imported
goods which come from a variety of foreign sources.
In order to manufacture product that meets the performance
levels of the standards, firms will have to make substantial investments in their production facilities. Product markets are increasingly global in nature and profit margins are often claimed to
be small. Consequently, firms generally support the use of standards in these cases so that there is a level playing field.
Sans la modification, la collaboration de tous les membres de
l’industrie ne pourrait être assurée, en particulier dans le cas de
produits importés provenant de diverses sources étrangères.
Afin de fabriquer des produits qui répondent aux niveaux de
rendement de la norme, les sociétés devront faire des investissements considérables dans leurs installations de production. Le
marché des biens est de plus en plus un marché mondial et les
marges de profit sont souvent faibles. Par conséquent, les sociétés
favorisent généralement dans ce cas l’utilisation de normes afin
de rendre les règles du jeu équitables.
RNCan fait appel à des programmes volontaires de haut rendement énergétique, comme ENERGY STAR, en vue d’orienter
le marché vers du matériel éconergétique. Lorsque le matériel
éconergétique augmente sa part de marché, les normes minimales
de rendement énergétique permettent d’éliminer efficacement les
produits les moins éconergétiques.
NRCan utilizes voluntary high efficiency programs such as
ENERGY STAR to transform the market toward energy efficient equipment. As efficient products increase their market
share, minimum energy performance standards can effectively
eliminate the least efficient products.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The benefits and costs of increasing the minimum energy performance standards for reach-in refrigeration, vending machines,
large air conditioning equipment, water-source heat pumps and
ground-source heat pumps, package terminal air conditioners and
package terminal heat pumps, and residential air conditioners are
evaluated in two parts:
• benefits and costs to society — a quantitative analysis
measuring the economic attractiveness to society was
conducted for the products specified in the amendment to
the Regulations; and
• energy/GHG analysis — a description of the analysis
of aggregate energy savings and associated reductions
in GHG emissions, resulting from the amendment to the
Regulations.
Les avantages et coûts de la hausse des normes minimales de
rendement énergétique pour les réfrigérateurs commerciaux, les
distributeurs automatiques, les climatiseurs de grande puissance,
les pompes géothermiques et les thermopompes à eau, les thermopompes et climatiseurs terminaux autonomes, ainsi que les
climatiseurs résidentiels, sont évalués selon deux aspects :
• avantages et coûts pour la société — une analyse quantitative a été effectuée pour mesurer l’attrait économique
pour la société du matériel précisé dans la modification
du règlement;
• analyse énergie/GES — une description de l’analyse des
économies d’énergie totales et des réductions correspondantes d’émissions de GES découlant de la modification du règlement.
Benefits and costs to society
Avantages et coûts pour la société
A quantitative analysis of the net benefits to society was undertaken to determine the economic attractiveness of improving the
energy efficiency of reach-in refrigeration, vending machines,
large air conditioning equipment, water-source heat pumps and
ground-source heat pumps, packaged terminal air conditioners
and packaged terminal heat pumps, and residential air conditioners. The analysis was conducted for units that would not meet the
proposed minimum energy performance standard and that are
considered to be the least efficient of their class.
Une analyse quantitative des avantages nets pour la société a
été effectuée afin de déterminer l’attrait économique de l’amélioration de l’efficacité énergétique des réfrigérateurs commerciaux, des distributeurs automatiques, des climatiseurs de grande
puissance, des pompes géothermiques et des thermopompes à
eau, des thermopompes et climatiseurs terminaux autonomes et
des climatiseurs résidentiels. L’analyse a été faite pour les produits qui ne respecteraient pas la norme de rendement énergétique
minimal proposée et qui sont considérés comme les moins éconergétiques de leur catégorie.
1819
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Methodology and assumptions
Méthodologie et hypothèses
The economic attractiveness of the minimum energy performance standards was analyzed within a cost-benefit analysis
framework, using the incremental cost and energy savings data
associated with the different technologies that increase the energy
efficiency of the benchmark products. Benchmark products are
often characterized as the least efficient products available for
sale in Canada.
Using a cost-benefit analysis framework allows for the net present value of a stream of costs and benefits to be the indicator of
economic attractiveness. The net present value is calculated by
subtracting the present value of incremental costs from the present value of incremental benefits, over the useful life of the
product. The incremental costs are differentials between a
benchmark product price, and the cost of that product with levels
of efficiency that meet or exceed those for federal regulation. The
incremental benefits are the present value of energy savings associated with the efficiency improvement.
A negative net present value indicates the efficiency improvement is not economically attractive (costs exceed benefits),
whereas a net present value greater than zero indicates the efficiency improvement is economically attractive (benefits exceed
costs). A net present value equal to zero indicates that society
would be indifferent.
L’attrait économique des normes de rendement énergétique
minimal a été analysé dans le cadre d’une analyse coûtsavantages en utilisant les données sur les coûts et les économies
d’énergie supplémentaires des différentes technologies qui permettent d’augmenter l’efficacité énergétique des produits de référence. Ces derniers sont souvent définis comme les produits les
moins efficaces en vente au Canada.
Le cadre d’analyse coûts-avantages permet d’utiliser la valeur
actualisée nette d’un flux de coûts et d’avantages comme indicateur de l’attrait économique. Cette valeur actualisée nette est calculée en soustrayant la valeur actualisée du coût supplémentaire
de la valeur actualisée des avantages supplémentaires sur la durée
de vie utile du produit. Le coût supplémentaire est l’écart entre le
prix d’un produit de référence et le coût de ce produit lorsque son
efficacité énergétique est égale ou supérieure à celle prévue dans
le règlement fédéral. L’avantage supplémentaire est la valeur
actualisée des économies d’énergie correspondant à l’efficacité
énergétique accrue.
Une valeur actualisée nette négative indique que l’amélioration
de l’efficacité n’est pas économiquement intéressante (les coûts
sont plus importants que les avantages), tandis qu’une valeur actualisée nette supérieure à zéro indique le contraire (les avantages
sont plus importants que les coûts). Une valeur actualisée nette
égale à zéro indique qu’il n’y aurait aucun effet sur la société.
Assumptions for base case analysis
Hypothèses formulées lors de l’analyse du cas de base
The economic analysis involved a base case analysis and a sensitivity analysis. The key assumptions for the base case scenario
include the following:
Analytical assumptions
• benefits and costs are measured in real 2000 dollars;
• a 7% real discount rate;
• canadian average energy prices, based on the National Energy Board (Canada’s Energy Future 2003); and
• valuation of the GHG emissions where incorporated in the
analysis at $15/ton.
Les analyses économiques comportaient une analyse du cas de
base et une analyse de sensibilité. Les hypothèses clés du cas de
base comprenaient ce qui suit :
Hypothèses relatives à l’analyse
• Les avantages et les coûts sont mesurés en dollars réels de
2000.
• Un taux d’escompte réel de 7 %.
• Les prix moyens de l’énergie au Canada, selon l’Office national de l’énergie (Perspectives énergétiques du
Canada, 2003).
• La valeur des émissions de GES a été intégrée dans
l’analyse au coût de 15 $ la tonne.
Product-specific assumptions
Reach-in refrigeration
• reach-in refrigerators are assumed to have service life
of 8.5 years;
• reach-in freezers and reach-in refrigerator/freezers have a
useful life of 9 years;
• the 2007 baseline models used in the analysis were a twodoor refrigerator solid door (48 cu. ft.) consuming 4 321 kWh
per year, a one-door freezer solid door (24 cu. ft.) consuming 5 198 kWh per year and one-door beverage merchandiser
(24 cu. ft.) consuming 3 923 kWh per year;
• the 2008 baseline models used in the analysis were a twodoor refrigerator solid door (48 cu. ft.) consuming 3 649 kWh
per year, a one-door freezer solid door (24 cu. ft.) consuming 4 367 kWh per year and one-door beverage merchandiser (24 cu. ft.) consuming 3 588 kWh per year;
• a cross-over effect of 37% was assumed for all reach-in appliances.
Hypothèses relatives au produit
Réfrigérateurs commerciaux
• On suppose que les réfrigérateurs commerciaux ont une durée de vie utile de 8,5 ans.
• Les congélateurs et les réfrigérateurs-congélateurs commerciaux ont une durée de vie utile de 9 ans.
• Les modèles de base 2007 utilisés dans l’analyse étaient
un réfrigérateur à deux portes pleines (48 pi3) qui consomme 4 321 kWh par année, un congélateur à une porte
pleine (24 pi3) qui consomme 5 198 kWh par année et un
distributeur automatique de boissons à une porte pleine
(24 pi3) qui consomme 3 923 kWh par année.
• Les modèles de base 2008 utilisés dans l’analyse étaient
un réfrigérateur à deux portes pleines (48 pi3) qui consomme 3 649 kWh par année, un congélateur à une porte
pleine (24 pi3) qui consomme 4 367 kWh par année et
un distributeur automatique de boissons à une porte pleine
(24 pi3) qui consomme 3 588 kWh par année.
• On suppose un effet de croisement de 37 % pour tous les
appareils commerciaux.
1820
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Vending machines
• vending machines are assumed to have service life
of 10 years;
• the proposed standard in 2007 will have a technology standard (low power mode);
• the proposed standard in 2008 will have an energy consumption standard. Models will be tested on the energy consumption standard without the low power mode operating;
• the baseline used for the 2007 proposed technology standard
was a Type A1 600-can capacity vending machine consuming 1 953 kWh per year for 2007 and 1 550 kWh per year
for 2008 onwards;
• the baseline model used for the proposed energy standard
in 2008 was a Type A1 600-can capacity vending machine
consuming 1 953 kWh per year since models will be tested
without the low power mode operating.
Large air conditioning equipment
• air-cooled unitary conditioners, water-cooled unitary air
conditioners, air-cooled unitary heat pumps are assumed to
have service life of 15 years;
• air-cooled condensing units are assumed to have a useful
life of 20 years;
• the baseline models used in the analysis were
• Air-cooled unitary air conditioners
• with a capacity of 8.0 tons and an energy efficiency ratio (EER) of 8.9,
• with a capacity of 15.0 tons and an EER of 8.5
for Table I and 9.0 for Table II;
• Water-cooled unitary air conditioners
• with a capacity of 8. tons with an EER of 10.6,
• with a capacity of 15 tons and an EER of 10.0;
• Air-cooled unitary heat pumps
• with a capacity of 8 tons and an EER of 8.9,
• with a capacity of 15 tons and an EER of 8.5;
and
• Air-cooled condensing units
• with a capacity of 8 tons and an EER of 11.3,
• with a capacity of 15 tons and an EER of 9.9.
Water-source heat pumps and ground-source heat pumps
• Water-source heat pumps — water loop, ground-loop,
ground-water — are assumed to have service life of 19 years;
• The baseline models used in the analysis were
• Water loop heat pumps
• with a capacity of 12 000 Btu/h and EER
10/COP 3.2 for Table I,
• with a capacity of 12 000 Btu/h and EER
11/COP 3.9 for Table II,
• with a capacity of 36 000 Btu/h and EER
10.4/COP 3.2 for Table I,
• with a capacity of 36 000 Btu/h and EER
11/COP 3.9 for Table II,
• with a capacity of 65 000 Btu/h and EER
10.8/COP 3.2 for Table I,
Distributeurs automatiques
• On suppose que les distributeurs automatiques ont une durée
de vie utile de 10 ans.
• La norme proposée pour 2007 aura une norme technologique (mode faible puissance).
• La norme proposée pour 2008 aura une norme de consommation d’énergie. Les modèles seront testés selon la norme
de consommation d’énergie sans l’exploitation en mode faible puissance.
• Le modèle de base utilisé pour la norme technologique proposée pour 2007 était un distributeur automatique de canettes de type A1 pouvant contenir jusqu’à 600 cannettes, qui
consomme 1 953 kWh par année pour 2007 et 1 550 kWh
par année pour 2008 et après.
• Le modèle de base utilisé pour la norme énergétique proposée pour 2008 était un distributeur automatique de canettes
de type A1 pouvant contenir jusqu’à 600 cannettes, qui
consomme 1 953 kWh par année, puisque les modèles seront testés sans l’exploitation en mode faible puissance.
Climatiseurs autonomes de grande puissance
• On suppose que les climatiseurs autonomes à refroidissement par air, les climatiseurs autonomes à refroidissement
par eau et les thermopompes autonomes à refroidissement
par air ont une durée de vie utile de 15 ans.
• On suppose que les compresseurs-condenseurs à refroidissement par air ont une durée de vie utile de 20 ans.
• Les modèles de base utilisés pour l’analyse étaient les suivants :
• Climatiseurs autonomes à refroidissement par air
• capacité de 8,0 tonnes et taux de rendement
énergétique (EER) de 8,9;
• capacité de 15,0 tonnes et EER de 8,5 pour le
tableau I et de 9,0 pour le tableau II.
• Climatiseurs autonomes à refroidissement par eau
• capacité de 8,0 tonnes et EER de 10,6;
• capacité de 15,0 tonnes et EER de 10,0.
• Thermopompes autonomes à refroidissement par air
• capacité de 8,0 tonnes et EER de 8,9;
• capacité de 15,0 tonnes et EER de 8,5.
• Compresseurs-condenseurs à refroidissement par air
• capacité de 8,0 tonnes et EER de 11,3;
• capacité de 15,0 tonnes et EER de 9,9.
Thermopompes à eau et pompes géothermiques
• On suppose que les thermopompes à eau à boucle d’eau, à
source terrestre et à eau souterraine ont une durée de vie
utile de 19 ans.
• Les modèles de base utilisés pour l’analyse étaient les suivants :
• Thermopompes à boucle d’eau
• capacité de 12 000 Btu/h et EER de 10/COP
de 3,2 pour le tableau I;
• capacité de 12 000 Btu/h et EER de 11/COP
de 3,9 pour le tableau II;
• capacité de 36 000 Btu/h et EER de 10,4/COP
de 3,2 pour le tableau I;
• capacité de 36 000 Btu/h et EER de 11/COP
de 3,9 pour le tableau II;
1821
2006-11-15
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 23
•
•
•
with a capacity of 65 000
11.8/COP 3.9 for Table II;
Ground-loop heat pump
• with a capacity of 36 000
10.8/COP 2.7 for Table I,
• with a capacity of 36 000
13.3/COP 3 for Table II; and
Groundwater heat pumps
• with a capacity of 36 000
12.2/COP 3.1 for Table I,
• with a capacity of 36 000
16.0/COP 3.4 for Table II .
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 23 SOR/DORS/2006-271
Btu/h and EER
Btu/h and EER
Btu/h and EER
Btu/h and EER
Btu/h and EER
Packaged terminal air conditioners and packaged terminal heat
pumps
• Packaged terminal air conditioners and packaged terminal
heat pumps are assumed to have service life of 10 years.
• The baseline models used in the analysis were
• Packaged terminal heat pumps
• with capacity of 9 000 Btu/h and EER 9.5,
• with capacity of 12 000 Btu/h and EER 9.1;
• Packaged terminal air conditioners
• with capacity of 9 000 Btu/h and EER 9.8,
• with capacity of 10 100 Btu/h and EER 8.9,
• with capacity of 12 000 Btu/h and EER 9.2,
• with capacity of 14 000 Btu/h and EER 8.9.
Residential air conditioners (less than 65 000 Btu/h)
Split-system air conditioners, single-package air conditioners,
split-system heat pumps and single-package heat pumps are assumed to have a service life of 18.4 years
• The baseline models used in the analysis were
• Split-system air conditioners
• with a capacity of 2 tons and SEER 10 for
Table I,
• with a capacity of 2 tons and SEER 12 for
Table II,
• with a capacity of 3 tons and SEER 10 for
Table I,
• with a capacity of 3 tons and SEER 12 for
Table II,
• with a capacity of 4 tons and SEER 10 for
Table I,
• with a capacity of 4 tons and SEER 10.5 for
Table II;
• Single-package air conditioners
• with a capacity of 2 tons and SEER 9.7 for
Table I,
• with a capacity of 2 tons and SEER 10 for
Table II,
• with a capacity of 3 tons and SEER 9.7 for
Table I,
• with a capacity of 3 tons and SEER 10 for
Table II,
• with a capacity of 5 tons and SEER 9.7 for
Table I,
1822
•
capacité de 65 000 Btu/h et EER de 10,8/COP
de 3,2 pour le tableau I;
• capacité de 65 000 Btu/h et EER de 11,8/COP
de 3,9 pour le tableau II.
• Thermopompes à boucle souterraine
• capacité de 36 000 Btu/h et EER de 10,8/COP
de 2,7 pour le tableau I;
• capacité de 36 000 Btu/h et EER de 13,3/COP
de 3 pour le tableau II.
• Thermopompes à eau souterraine
• capacité de 36 000 Btu/h et EER de 12,2/COP
de 3,1 pour le tableau I;
• capacité de 36 000 Btu/h et EER de 16,0/COP
de 3,4 pour le tableau II.
Climatiseurs et thermopompes terminaux autonomes
• On suppose que les climatiseurs et thermopompes terminaux
autonomes ont une durée de vie utile de 10 ans.
• Les modèles de base utilisés pour l’analyse étaient les suivants :
• Thermopompes terminales autonomes
• capacité de 9 000 Btu/h et EER de 9,5;
• ca