Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 140, no 13
Vol. 140, No. 13
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, JUNE 28, 2006
OTTAWA, LE MERCREDI 28 JUIN 2006
Statutory Instruments 2006
Textes réglementaires 2006
SOR/2006-124 to 142 and SI/2006-93 to 97
DORS/2006-124 à 142 et TR/2006-93 à 97
Pages 646 to 811
Pages 646 à 811
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 11, 2006, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Gazette du Canada Partie II est publiée en vertu de la Loi sur les textes
réglementaires le 11 janvier 2006, et au moins tous les deux mercredis par la
suite.
Part II of the Canada Gazette contains all ‘‘regulations’’ as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Gazette du Canada Partie II dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to: Government of Canada Publications, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Gazette
du Canada Partie II est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes à :
Publications du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://canadagazette.gc.ca. It is accessible in PDF (Portable Document
Format) and in HTML (HyperText Mark-up Language) as the alternate
format.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazetteducanada.gc.ca. La publication y est accessible en format PDF
(Portable Document Format) et en HTML (langage hypertexte) comme média
substitut.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues
officielles, pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue
Sparks, Ottawa, Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2006
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2006
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Registration
SOR/2006-124 June 6, 2006
Enregistrement
DORS/2006-124 Le 6 juin 2006
PEST CONTROL PRODUCTS ACT
LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES
Pest Control Products Regulations
Règlement sur les produits antiparasitaires
P.C. 2006-483
C.P. 2006-483
June 6, 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to section 67 of
the Pest Control Products Acta, hereby makes the annexed Pest
Control Products Regulations.
Definitions
“Act”
« Loi »
“antimicrobial
agent”
« agent
antimicrobien »
“approved
label”
« étiquette
approuvée »
“CAS registry
number”
« numéro
d’enregistrement CAS »
“common
chemical
name”
« nom chimique
commun »
“conditional
registration”
« homologation
conditionnelle »
“cooperator”
« collaborateur »
“device”
« dispositif »
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu de
l’article 67 de la Loi sur les produits antiparasitairesa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur
les produits antiparasitaires, ci-après.
PEST CONTROL PRODUCTS
REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES PRODUITS
ANTIPARASITAIRES
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. (1) The following definitions apply in these
Regulations.
“Act” means the Pest Control Products Act.
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
« agent antimicrobien » Produit antiparasitaire non
agricole qui est fabriqué, présenté, distribué ou
utilisé comme moyen de lutte direct ou indirect
contre les organismes ci-après, notamment par
destruction, lorsqu’ils infestent des objets inanimés, des composants de procédés et de circuits
industriels, des surfaces, l’eau et l’air :
a) les micro-organismes;
b) les organismes qui ne sont pas des plantes
vasculaires et qui causent l’encrassement.
« agent microbien » Produit antiparasitaire dont le
principe actif est un micro-organisme et qui
contient toutes toxines et tous métabolites produits par celui-ci.
« aire d’affichage » Partie de l’étiquette fixée sur le
récipient, l’empaquetage ou tout autre conditionnement contenant tout ou partie d’un produit antiparasitaire. La présente définition exclut toute
brochure ou tout dépliant accompagnant le produit.
« aire d’affichage principale » Partie de l’aire
d’affichage qui est visible dans les conditions
normales de présentation du produit pour la
vente.
« aire d’affichage secondaire » Partie de l’aire
d’affichage autre que l’aire d’affichage principale.
“antimicrobial agent” means a non-agricultural pest
control product that is manufactured, represented, distributed or used as a means to directly
or indirectly control or destroy the following on
or in inanimate objects, industrial processes and
systems, surfaces, water and air:
(a) micro-organisms; and
(b) organisms that are not vascular plants and
that cause fouling.
“approved label” means a label that meets the conditions of registration relating to the label as
specified by the Minister and that is placed in the
Register.
“CAS registry number” means the identification
number that is assigned to a chemical substance
by the Chemical Abstracts Service Division of
the American Chemical Society.
“common chemical name”, with respect to an
active ingredient of a pest control product,
means the name set out in International Standard ISO 1750-1981 (E/F), entitled Pesticides and
other agrochemicals — Common names, published by the International Organization for
Standardization, as amended from time to time.
“conditional registration” means a registration to
which section 14 applies.
“cooperator” means an individual, a corporation or
an unincorporated entity, or part of one, that
agrees to use or allows the use of a pest control
product for research purposes on a site owned or
operated by it.
“device” means an article, an instrument, an apparatus, a contrivance or a gadget.
« agent
antimicrobien »
“antimicrobial
agent”
« agent
microbien »
“microbial
agent”
« aire
d’affichage »
“display panel”
« aire
d’affichage
principale »
“principal
display panel”
« aire
d’affichage
secondaire »
“secondary
display panel”
« animal
domestique »
“domestic
animal”
« approvisionnement personnel » Quant au produit
étranger importé, le fait qu’il est importé par le
détenteur d’un certificat d’importation pour approvisionnement personnel ou en son nom, pour
ses propres besoins.
« approvisionnement
personnel »
“own use”
———
a
a
S.C. 2002, c. 28
Définitions
« animal domestique » Animal dont l’existence est
contrôlée par les humains et qui dépend d’eux
pour sa survie.
———
646
Le 6 juin 2006
L.C. 2002, ch. 28
2006-06-28
“display panel”
« aire
d’affichage »
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
“domestic
animal”
« animal
domestique »
“display panel” means the part of the label that is
affixed to the container, wrapping, covering or
holder in which a pest control product is wholly
or partly contained, placed or packed. It does not
include any brochure or leaflet that accompanies
the product.
“domestic animal” means an animal that is under
the control of humans and dependent on them for
its survival.
“equivalency
certificate”
« certificat
d’équivalence »
“equivalency certificate” means a certificate issued
under subsection 39(5) with respect to a foreign
product.
“experimental
label”
« étiquette de
stade
expérimental »
“experimental label” means a label that is for use
during research.
“foreign
product”
« produit
étranger »
“foreign product” means a pest control product that
is registered in a country other than Canada.
“marketplace
label”
« étiquette de
marché »
“marketplace label” means a label that matches the
approved label and that has added to it graphic
designs or symbols that relate to the pest control
product.
“metric unit” means a unit of measurement set out
in Schedule I to the Weights and Measures Act.
“metric unit”
« unité
métrique »
“microbial
agent”
« agent
microbien »
“own use”
« approvisionnement
personnel »
“own-use
import
certificate”
« certificat
d’importation
pour approvisionnement
personnel »
“pheromone”
« phéromone »
“principal
display panel”
« aire
d’affichage
principale »
“microbial agent” means a pest control product
whose active ingredient is a micro-organism. It
includes any metabolites and toxins produced by
the micro-organism.
“own use”, with respect to an imported foreign
product, means that the product is imported by or
on behalf of the holder of an own-use import certificate for the holder’s own use.
“own-use import certificate” means a certificate
issued under section 41.
“pheromone” means a semiochemical that is produced by an individual of a species and that affects the behaviour of other individuals of the
same species.
“principal display panel” means the part of the display panel that is visible under normal conditions
of display for sale.
“registration
certificate”
« certificat
d’homologation »
“registration certificate” means a certificate issued
under section 12 that states that the pest control
product named in it is registered under the Act.
“research”
« recherche »
“research” means tests that are carried out to generate test data in support of an application for registration of a pest control product or an application to amend a registration, using a pest control
product that contains an unregistered active ingredient, using an unregistered pest control product that contains a registered active ingredient or
« certificat d’autorisation de recherche » Certificat
délivré aux termes du paragraphe 50(2) portant
que le produit antiparasitaire qui y est mentionné
peut être utilisé à des fins de recherche.
« certificat
d’autorisation
de recherche »
“research
authorization
certificate”
« certificat d’avis de recherche » Certificat délivré
aux termes de l’article 54 confirmant que la recherche proposée est conforme aux critères
énoncés à l’article 53.
« certificat
d’avis de
recherche »
“research
notification
certificate”
« certificat d’équivalence » Certificat délivré aux
termes du paragraphe 39(5) à l’égard d’un produit étranger.
« certificat
d’équivalence »
“equivalency
certificate”
« certificat d’homologation » Certificat délivré aux
termes de l’article 12 portant que le produit antiparasitaire qui y est mentionné est homologué
sous le régime de la Loi.
« certificat d’importation pour approvisionnement
personnel » Certificat délivré aux termes de
l’article 41.
« certificat
d’homologation »
“registration
certificate”
« chercheur » Personne qui est employée par un
établissement de recherche ou dont les services
sont retenus par celui-ci et qui est chargée
d’utiliser un produit antiparasitaire ou d’en superviser l’utilisation à des fins de recherche.
« collaborateur » Particulier, personne morale ou
entité non dotée de la personnalité morale, ou
partie d’une personne morale ou d’une telle entité, qui accepte d’utiliser un produit antiparasitaire ou qui en autorise l’utilisation à des fins de
recherche en un lieu qui lui appartient ou qu’il
exploite.
« dispositif » Article, instrument, gadget, appareil
ou mécanisme.
« écomone » Substance chimique porteuse d’une
information produite par une plante ou par un
animal ou encore analogue synthétique de cette
substance, qui suscite une réponse comportementale chez des individus de même espèce ou
d’autres espèces.
« établissement de recherche » Particulier, personne
morale ou entité non dotée de la personnalité morale, ou partie d’une personne morale ou d’une
telle entité, qui effectue des recherches sur les
produits antiparasitaires.
« étiquette approuvée » Étiquette qui satisfait aux
conditions d’homologation établies par le ministre à son égard et qui figure au Registre.
« chercheur »
“researcher”
« étiquette de marché » Étiquette qui concorde avec
l’étiquette approuvée et à laquelle ont été ajoutés
les dessins ou symboles liés au produit antiparasitaire.
« étiquette de stade expérimental » Étiquette destinée à être utilisée à l’étape de la recherche.
« étiquette de
marché »
“marketplace
label”
« certificat
d’importation
pour approvisionnement
personnel »
“own-use
import
certificate”
« collaborateur »
“cooperator”
« dispositif »
“device”
« écomone »
“semiochemical”
« établissement
de recherche »
“research
establishment”
« étiquette
approuvée »
“approved
label”
« étiquette de
stade
expérimental »
“experimental
label”
647
2006-06-28
“research
authorization
certificate”
« certificat
d’autorisation
de recherche »
“researcher”
« chercheur »
“research
establishment”
« établissement
de recherche »
“research
notification
certificate”
« certificat
d’avis de
recherche »
“research site”
« site de
recherche »
“secondary
display panel”
« aire
d’affichage
secondaire »
“seed”
« semence »
“semiochemical”
« écomone »
“validity
period”
« période de
validité »
Definition of
“common
chemical
name”
Prescribing
648
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
« homologation conditionnelle » Homologation à
laquelle s’applique l’article 14.
« homologation
conditionnelle »
“conditional
registration”
« Loi » La Loi sur les produits antiparasitaires.
« Loi »
“Act”
« nom chimique commun » S’agissant du principe
actif d’un produit antiparasitaire, le nom qui figure dans la norme internationale ISO 1750-1981
(E/F) de l’Organisation internationale de normalisation intitulée Produits phytosanitaires et assimilés — Noms communs, avec ses modifications successives.
« numéro d’enregistrement CAS » Numéro
d’identification attribué à une substance chimique par la Chemical Abstracts Service Division
de l’American Chemical Society.
« période de validité » Période fixée aux termes de
l’alinéa 8(1)c) de la Loi.
« nom
chimique
commun »
“common
chemical
name”
« phéromone » Écomone qui est produite par un
individu d’une espèce et qui influe sur le comportement d’autres individus de même espèce.
« produit étranger » Produit antiparasitaire homologué à l’étranger.
« phéromone »
“pheromone”
« recherche » Ensemble d’essais faisant intervenir
des produits antiparasitaires dont le principe actif
n’est pas homologué, des produits antiparasitaires non homologués dont le principe actif est
homologué ou des produits antiparasitaires homologués mais utilisés d’une manière ou pour un
usage non visé par les conditions d’homologation, dans le but de produire des données
d’essai à l’appui d’une demande d’homologation
ou de modification d’homologation.
« semence » Toute partie génératrice d’une plante
utilisée pour sa propagation, y compris les véritables semences, les fruits jouant le rôle de semences, les bulbes, les tubercules et les cormus.
Sont exclues les plantes entières et les boutures.
« site de recherche » Zone traitée ou à traiter au
moyen d’un produit antiparasitaire à des fins de
recherche.
« unité métrique » Unité de mesure figurant à
l’annexe I de la Loi sur les poids et mesures.
« recherche »
“research”
(2) For the purpose of the application of the definition “common chemical name” in subsection (1),
the common chemical name “carboxin” is to be
read as “carbathiin” wherever it appears in the
Standard referred to in that definition.
(2) Pour l’application de la définition de « nom
chimique commun » au paragraphe (1), le nom
chimique commun « carboxine » vaut mention de
« carbathiine » chaque fois qu’il figure dans la
norme citée à cette définition.
Définition de
« nom
chimique
commun »
PRESCRIBED PEST CONTROL PRODUCTS
DÉSIGNATION À TITRE DE PRODUIT ANTIPARASITAIRE
2. For the purpose of paragraph (c) of the definition “pest control product” in subsection 2(1) of the
Act, the following are prescribed to be pest control
products:
(a) a device that is manufactured, represented,
distributed or used to directly or indirectly control, destroy, attract or repel a pest or to mitigate
2. Pour l’application de l’alinéa c) de la définition de « produit antiparasitaire » au paragraphe 2(1) de la Loi, sont désignés produits antiparasitaires :
a) le dispositif qui est fabriqué, présenté, distribué ou utilisé comme moyen de lutte direct ou
indirect contre les parasites par destruction,
using a registered pest control product in a manner or for a use that is not specified in the conditions of registration.
“research authorization certificate” means a certificate issued under subsection 50(2) that states that
the pest control product named in it may be used
in conducting research.
“researcher” means an individual who is employed
by or who provides service to a research establishment and who is responsible for using or
supervising the use of a pest control product for
research purposes.
“research establishment” means an individual, a
corporation or an unincorporated entity, or part
of one, that is engaged in research that pertains to
a pest control product.
“research notification certificate” means a certificate issued under section 54 that confirms that
proposed research meets the criteria set out in
section 53.
“research site” means an area that is treated or to be
treated with a pest control product for the purpose of conducting research.
“secondary display panel” means the part of the
display panel other than the principal display
panel.
“seed” means a generative part of a plant that is
used for propagation purposes. It includes true
seeds, seed-like fruits, bulbs, tubers and corms
but does not include whole plants or cuttings.
“semiochemical” means a message-bearing chemical that is produced by a plant or an animal, or a
synthetic analogue of such a chemical, that
evokes a behavioural response in individuals of
the same or another species.
“validity period” means the period specified under
paragraph 8(1)(c) of the Act.
« numéro
d’enregistrement CAS »
“CAS registry
number”
« période de
validité »
“validity
period”
« produit
étranger »
“foreign
product”
« semence »
“seed”
« site de
recherche »
“research site”
« unité
métrique »
“metric unit”
Désignation
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
or prevent the injurious, noxious or troublesome
effects of a pest; and
(b) a compound or substance that is not an ingredient of a pest control product described in paragraph (a) of that definition but is added to or
used with such a product to enhance or modify
its physical or chemical characteristics or to
modify an effect on host organisms in connection
with which the product is intended to be used.
Exemption
from
application of
Act
attraction ou répulsion, ou par atténuation ou prévention de leurs effets nuisibles, nocifs ou gênants;
b) le composé ou la substance, qui n’est pas un
ingrédient du produit antiparasitaire visé à l’alinéa a) de cette définition, mais qui est ajouté à
un tel produit ou qui est utilisé avec celui-ci pour
exalter ou modifier les caractéristiques physiques
ou chimiques du produit ou pour modifier tout
effet sur l’hôte du parasite en rapport avec lequel
le produit est destiné à être utilisé.
EXEMPTION OF CERTAIN PEST CONTROL
PRODUCTS
EXEMPTION DE CERTAINS PRODUITS
ANTIPARASITAIRES
3. (1) The following pest control products are
exempt from the application of the Act:
(a) a pest control product that is a device of a
type not described in Schedule 1;
(b) a pest control product that is subject to the
Food and Drugs Act and that is used only
(i) to control arthropods on or in humans or
animals, if the pest control product is to be
administered directly and not by topical application, or
(ii) during the cooking or processing of food
for humans to preserve the food;
(c) a pest control product that is used to control
viruses, bacteria or other micro-organisms in
premises in which food is manufactured, prepared or kept for sale;
(d) a pest control product that is used to destroy
or inactivate viruses, bacteria or other microorganisms in order to treat, mitigate or prevent
disease in humans or animals, except in respect
of its use in a swimming pool or spa;
(e) except in respect of its uses as a preservative
for wood or other material, as a slimicide or in a
swimming pool or spa, a pest control product
that is used both to
(i) destroy or inactivate viruses, bacteria or
other micro-organisms in order to treat, mitigate or prevent disease in humans or animals,
and
(ii) reduce the level of viruses, bacteria or
other micro-organisms that cause mould, mildew or odour, or disease in humans or animals; and
(f) a pest control product, other than an organism,
that is imported into Canada primarily for use
by the importer in or around the home, if the
quantity being imported is not more than 500 g
or 500 mL and the value of the quantity imported
is not more than $100.
3. (1) Les produits antiparasitaires ci-après sont
exemptés de l’application de la Loi :
a) le produit antiparasitaire qui est un dispositif
d’un type non mentionné à l’annexe 1;
b) le produit antiparasitaire qui est visé par la Loi
sur les aliments et drogues et qui est uniquement
utilisé :
(i) contre les arthropodes qui s’attaquent aux
humains ou aux animaux, s’il est destiné à être
administré directement et non par application
topique,
(ii) à des fins de conservation, au cours de la
cuisson ou de la transformation des aliments
destinés à la consommation humaine;
c) le produit antiparasitaire qui est utilisé pour la
lutte contre les virus, bactéries ou autres microorganismes dans les lieux où des aliments sont
fabriqués, préparés ou conservés à des fins de
vente;
d) le produit antiparasitaire qui est utilisé pour
détruire ou rendre inactifs des virus, bactéries ou
autres micro-organismes en vue du traitement, de
l’atténuation ou de la prévention des maladies
chez l’homme ou les animaux, sauf en ce qui
concerne son utilisation dans une piscine ou un
spa;
e) sauf en ce qui concerne son utilisation comme
agent de conservation du bois ou de toute autre
matière, comme myxobactéricide ou dans une
piscine ou un spa, le produit antiparasitaire qui
est utilisé à la fois :
(i) pour détruire ou rendre inactifs des virus,
bactéries ou autres micro-organismes en vue
du traitement, de l’atténuation ou de la prévention des maladies chez l’homme ou les animaux,
(ii) pour réduire les populations des virus, bactéries ou autres micro-organismes qui causent
soit des maladies chez l’homme ou les animaux, soit des moisissures, du mildiou ou des
odeurs;
f) le produit antiparasitaire — sauf un organisme — qui est importé au Canada principalement
pour l’usage de l’importateur dans des lieux
d’habitation ou autour de ceux-ci, dont la quantité n’excède pas 500 g ou 500 mL et dont la valeur ne dépasse pas 100 $.
Exemption de
l’application de
la Loi
649
2006-06-28
Exemption for
named uses
only
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(2) A pest control product that is exempt under
paragraph (1)(c), (d) or (e) is exempt only in respect of any use described in that paragraph.
(2) L’exemption d’un produit antiparasitaire aux
termes des alinéas (1)c), d) ou e) ne vise que les
utilisations qui y sont mentionnées.
EXEMPTION FROM REGISTRATION
EXEMPTION DE L’HOMOLOGATION
Exemption —
unregistered
pest control
products
4. (1) Subject to subsection (2), a pest control
product is exempt from the application of subsection 6(1) of the Act if it is
(a) an active ingredient that is used only in the
manufacture of a registered pest control product
that was registered on January 1, 1984, or was
registered after January 1, 1984 and the application for its registration was received by the Minister on or before that date, and the active ingredient meets the relevant conditions of registration
of the registered pest control product;
(b) a pest control product
(i) that is of a type described in Schedule 2 and
that meets the applicable conditions set out in
that Schedule, and
(ii) the active ingredient of which is registered
under the Act;
(c) a pest control product that is manufactured
only for export from Canada and that contains an
active ingredient that is registered in Canada;
(d) a pest control product that is imported under
an own-use import certificate; or
(e) a pest control product that is imported for the
purpose of conducting research in accordance
with sections 46 to 70.
No exemption
(2) A pest control product is not exempt from the
application of subsection 6(1) of the Act if it is an
active ingredient that is used in a pest control product of a type described in Schedule 2.
(3) A pest control product that is exempt from
registration under paragraph (1)(a) may not be used
for any purpose other than the manufacture of a
registered pest control product.
4. (1) Sous réserve du paragraphe (2), les produits antiparasitaires ci-après sont exemptés de
l’application du paragraphe 6(1) de la Loi :
a) le principe actif qui sert uniquement à la fabrication d’un produit antiparasitaire qui a été homologué au plus tard le 1er janvier 1984, ou qui a
été homologué après cette date et pour lequel la
demande d’homologation a été reçue par le ministre au plus tard à cette date, lequel principe actif est conforme aux conditions d’homologation
applicables du produit antiparasitaire homologué;
b) le produit antiparasitaire qui, à la fois :
(i) est d’un type mentionné à l’annexe 2 et
remplit les conditions qui y sont précisées,
(ii) contient un principe actif homologué sous
le régime de la Loi;
c) le produit antiparasitaire qui est fabriqué au
Canada uniquement à des fins d’exportation et
qui contient un principe actif homologué au
Canada;
d) le produit antiparasitaire qui est importé en
vertu d’un certificat d’importation pour approvisionnement personnel;
e) le produit antiparasitaire qui est importé uniquement à des fins de recherche conformément
aux articles 46 à 70.
(2) N’est pas exempté de l’application du paragraphe 6(1) de la Loi le produit antiparasitaire qui
est un principe actif utilisé dans un produit antiparasitaire d’un type mentionné à l’annexe 2.
(3) Le produit antiparasitaire exempté de l’homologation aux termes de l’alinéa (1)a) ne peut être
utilisé que pour la fabrication d’un produit antiparasitaire homologué.
Use in
manufacture
only
Designation
650
PRODUCT CLASSES
CATÉGORIES DE PRODUITS
5. The following are the classes of pest control
products:
(a) “DOMESTIC”, if the pest control product is
to be distributed primarily to the general public
for personal use in or around their homes;
(b) “COMMERCIAL”, if the pest control product is to be distributed for use in commercial activities that are specified on the label;
(c) “RESTRICTED”, if the pest control product
is one for which the Minister, out of concern for
its health or environmental risks, has set out additional information to be shown on the label
concerning essential conditions respecting the
display, distribution or limitations on use of, or
qualifications of persons who may use, the product; and
(d) “MANUFACTURING”, if the pest control
product is to be used only in the manufacture of a
5. Sont désignées les catégories de produits antiparasitaires suivantes :
a) la catégorie « DOMESTIQUE », lorsque le
produit est destiné à être principalement distribué
au grand public pour usage personnel dans des
lieux d’habitation et autour de ceux-ci;
b) la catégorie « COMMERCIALE », lorsque le
produit est destiné à être distribué pour usage
dans le cadre des activités commerciales qui sont
précisées sur l’étiquette;
c) la catégorie « RESTREINTE », lorsque le ministre, compte tenu des risques sanitaires ou environnementaux liés au produit, a prévu des renseignements supplémentaires à faire paraître sur
l’étiquette en ce qui concerne les conditions essentielles relatives à la présentation, à la distribution ou aux limites d’emploi du produit, ou aux
qualifications de ses utilisateurs;
Exemption —
utilisations
mentionnées
Exemption —
produits
antiparasitaires
non
homologués
Non-exemption
Utilisation pour
la fabrication
Désignation
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
pest control product or a product regulated under
the Feeds Act or the Fertilizers Act.
Contents
d) la catégorie « FABRICATION », lorsque le
produit est destiné à être utilisé seulement dans la
fabrication d’un produit antiparasitaire ou d’un
produit réglementé sous le régime de la Loi sur
les engrais ou de la Loi relative aux aliments du
bétail.
APPLICATION FOR REGISTRATION
DEMANDE D’HOMOLOGATION
6. (1) An application to register or amend the
registration of a pest control product must include
all of the following information:
(a) the applicant’s name, address and signature
or, if the application is made by a representative
of the applicant, both the representative’s and
applicant’s name and address and the representative’s signature;
(b) the name and address of the place of manufacture of the pest control product;
(c) the product name referred to in paragraph 26(1)(a);
(d) the product type referred to in paragraph 26(1)(b);
(e) the product’s physical form referred to in
paragraph 26(1)(c);
(f) the registration number referred to in paragraph 26(1)(i), if there is one;
(g) in the case of
(i) a chemical pest control product that is an
active ingredient, its chemical name, common
chemical name and CAS registry number, its
percentage of the total weight of the product in
which it is contained, the name of each contaminant and other impurity that it contains,
and the percentage of total weight of each contaminant and impurity,
(ii) a chemical pest control product other than
an active ingredient, the chemical name, common chemical name and CAS registry number
of each active ingredient in the product, each
active ingredient’s percentage of the total
weight of the product, and the registration
number of each active ingredient or other pest
control product used to manufacture the product, and
(iii) any other pest control product, any specifications that are relevant to its health or environmental risks or value;
(h) in the case of a pest control product that contains one or more formulants, the name of each
formulant, its CAS registry number, if there is
one, the name and address of the supplier of each
formulant, each formulant’s percentage of the total weight of the product, and the purpose of each
formulant in the product;
(i) the size, type and specifications of the package in which the pest control product is to be distributed; and
(j) the guarantee statement described in paragraph 26(1)(h).
6. (1) La demande d’homologation ou de modification d’homologation doit comporter les éléments
suivants :
a) les nom et adresse du demandeur et sa signature
ou, lorsque la demande est faite par un représentant du demandeur, outre les nom et adresse du
demandeur, les nom et adresse du représentant et
sa signature;
b) le nom de l’établissement de fabrication et son
adresse;
c) le nom commercial visé à l’alinéa 26(1)a);
d) le type de produit visé à l’alinéa 26(1)b);
e) la forme physique du produit visée à l’alinéa 26(1)c);
f) le numéro d’homologation du produit visé à
l’alinéa 26(1)i), s’il existe;
g) dans le cas :
(i) du produit antiparasitaire chimique qui est
un principe actif, son nom chimique, son nom
chimique commun et son numéro d’enregistrement CAS, son pourcentage par rapport au
poids total du produit qui le contient, le nom
de chaque contaminant et autre impureté qu’il
contient et le pourcentage de chaque contaminant et impureté par rapport au poids total du
produit,
(ii) du produit antiparasitaire chimique autre
qu’un principe actif, le nom chimique, le nom
chimique commun et le numéro d’enregistrement CAS de chaque principe actif qu’il contient, le pourcentage de chaque principe actif
par rapport au poids total du produit, ainsi que
le numéro d’homologation de chaque principe
actif ou autre produit antiparasitaire utilisé
pour le fabriquer,
(iii) de tout autre produit antiparasitaire, les
caractéristiques relatives aux risques sanitaires
ou environnementaux ou à la valeur du produit;
h) dans le cas du produit antiparasitaire qui contient un ou plusieurs formulants, quant à chaque
formulant : ses nom et numéro d’enregistrement CAS, s’il en a un, les nom et adresse de son
fournisseur, son pourcentage par rapport au poids
total du produit, et son rôle dans le produit;
i) les dimensions, le type et les caractéristiques
de l’emballage dans lequel le produit antiparasitaire doit être distribué;
j) l’énoncé de garantie visé à l’alinéa 26(1)h).
Contenu de la
demande
651
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Electronic copy
of label
(2) The applicant must include an electronic
copy of the proposed label with every application to
register a pest control product and with any application to amend the registration of a pest control
product that would result in a change to the label.
Certification
(3) The applicant must include with every application to register or amend the registration of a pest
control product a statement signed by the applicant
certifying that the information in the application is
accurate and complete.
7. If the Minister requests a registrant to amend
the registration of a pest control product, the registrant must make an application to amend the registration.
8. In addition to the information required by section 6, the applicant must provide the Minister with
any other information that the Minister may require
to evaluate the health and environmental risks and
the value of the pest control product, including, if
relevant to the product and its conditions or proposed conditions of registration, the results of scientific investigations respecting any of the following:
(a) the efficacy of the pest control product for its
intended purpose;
(b) the risks posed by the pest control product
and its derivatives to humans or animals that may
be exposed to it, including when it is manufactured, handled, stored, transported or distributed
or during or after its use or disposal, in accordance with its conditions or proposed conditions
of registration;
(c) the effect of the pest control product and its
derivatives on host organisms in connection with
which it is intended to be used;
(d) the effect of the pest control product and its
derivatives on representative species of organisms not targeted by its intended use;
(e) the degree of persistence, retention and movement of the pest control product and its derivatives in the environment, including the degree to
which the pest control product and its derivatives
may leach or dislodge from things treated with
the product;
(f) acceptable methods of analysis for detecting
the components and measuring the specifications
of the pest control product;
(g) acceptable methods of analysis for detecting
and determining the amount of the pest control
product and its derivatives in human food, animal feed and the environment when the product
is used in accordance with its conditions or proposed conditions of registration;
(h) appropriate methods for detoxifying or neutralizing the pest control product in water, air or
soil, or on any surface;
(i) appropriate methods for disposing of the pest
control product and its empty packages;
When Minister
requests
amendment
Additional
information
required
652
(2) Le demandeur joint à la demande d’homologation une copie électronique de l’étiquette proposée pour le produit antiparasitaire. Il fait de
même pour la demande de modification d’homologation, si celle-ci entraîne une modification de l’étiquette.
(3) Pour chaque demande d’homologation ou de
modification d’homologation, le demandeur joint à
la demande une attestation signée par lui portant
que les renseignements qui figurent dans la demande sont exacts et complets.
7. Le titulaire à qui le ministre demande de modifier une homologation doit présenter à ce dernier
une demande de modification.
Copie
électronique de
l’étiquette
8. Le demandeur doit fournir au ministre, en plus
des éléments visés à l’article 6, tous les autres renseignements exigés par celui-ci pour évaluer les
risques sanitaires et environnementaux et la valeur
du produit antiparasitaire. Ces renseignements comprennent, s’ils ont trait au produit et à ses conditions d’homologation proposées ou fixées, les résultats des recherches scientifiques effectuées sur
ce qui suit :
a) l’efficacité du produit par rapport à l’utilisation à laquelle il est destiné;
b) les risques présentés par le produit et ses dérivés pour les humains ou les animaux qui peuvent
y être exposés, notamment lors de la fabrication,
de la manipulation, du stockage, du transport ou
de la distribution, ou pendant ou après l’utilisation ou l’élimination, conformément aux conditions d’homologation proposées ou fixées;
c) l’effet du produit et de ses dérivés sur les organismes hôtes en rapport avec lesquels il est
destiné à être utilisé;
d) l’effet du produit et de ses dérivés sur des espèces représentatives d’organismes non visés par
l’utilisation à laquelle il est destiné;
e) le degré de persistance, de rétention et de déplacement du produit et de ses dérivés dans l’environnement, y compris la mesure dans laquelle
le produit et ses dérivés peuvent se lessiver ou se
détacher des choses traitées avec celui-ci;
f) les méthodes d’analyse acceptables pour déceler les composants du produit et vérifier ses caractéristiques;
g) les méthodes d’analyse acceptables pour déceler et déterminer la quantité de produit et de ses
dérivés dans les aliments destinés à la consommation humaine ou animale, ainsi que dans
l’environnement, lorsque le produit est utilisé
conformément à ses conditions d’homologation
proposées ou fixées;
h) les méthodes appropriées de détoxication ou
de neutralisation du produit dans le sol, l’eau, ou
l’air, ou sur toute surface;
i) les méthodes appropriées pour disposer du
produit et de ses emballages vides;
Autres
renseignements
Demande
exacte et
complète
Demande de
modification
obligatoire
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(j) the stability of the pest control product under
normal conditions of storage and display;
(k) the compatibility of the pest control product
with other pest control products with which it is
recommended to be, or is likely to be, mixed;
(l) the effect of mixing the pest control product
or using it simultaneously with other pest control
products on its value and the health and environmental risks associated with its use;
(m) the chemical and physical properties, or the
species or strain and biological properties, of the
pest control product, its composition, and specifications and processes for its manufacture, including quality control processes;
(n) the fate of the pest control product in humans
or animals exposed to it, including the identity
and quantity of all the major metabolites and
other derivatives that result from its use;
(o) the residues of the pest control product and
its derivatives that may remain in or on human
food or animal feed after its use in accordance
with its conditions or proposed conditions of registration;
(p) the risks posed to humans or animals exposed
to the pest control product or its derivatives
through their diet or drinking water when the
product is used in accordance with its conditions
or proposed conditions of registration;
(q) the effect of storing and processing, including
post-market processing, human food or animal
feed in relation to which the pest control product
was used on the dissipation or degradation of the
pest control product and any of its derivatives;
(r) the proposed maximum residue limits for the
pest control product and its derivatives in or on
human food; and
(s) the fate of the pest control product and its derivatives in subsequent crops of human food or
animal feed.
Additional
information —
affidavit and
contents
9. (1) When, in the context of an application for
registration or to amend a registration, the Minister
considers confidential information under paragraph 7(6)(b) of the Act, the applicant must be
given access to that information by the Minister for
the purpose of making representations under that
paragraph with respect to the information, if the
applicant submits to the Minister an affidavit made
under oath or a statutory declaration under the
Canada Evidence Act made before a commissioner
for oaths or for taking affidavits that
(a) identifies the information to which access is
given;
(b) acknowledges that the access is given only
for the purpose of enabling the applicant to make
representations to the Minister with respect to the
information;
j) la stabilité du produit dans les conditions normales de stockage et de présentation;
k) la compatibilité du produit avec d’autres produits antiparasitaires avec lesquels son mélange
est recommandé ou se fera vraisemblablement;
l) l’effet que cause le mélange ou l’utilisation
simultanée du produit avec d’autres produits antiparasitaires sur sa valeur et les risques sanitaires et environnementaux associés à son utilisation;
m) les caractéristiques chimiques et physiques du
produit, ou son espèce ou sa souche et ses caractéristiques biologiques, sa composition, ainsi que
ses spécifications et procédés de fabrication, y
compris les processus d’assurance de la qualité;
n) le devenir du produit chez les humains ou les
animaux qui y sont exposés, y compris l’identité
et la quantité de tous les principaux métabolites
et autres dérivés qui résultent de son utilisation;
o) les résidus du produit et de ses dérivés qui
peuvent rester dans les aliments destinés à la
consommation humaine ou animale ou sur ceuxci, à la suite de son utilisation conformément à
ses conditions d’homologation proposées ou
fixées;
p) lorsque le produit est utilisé conformément à
ses conditions d’homologation proposées ou
fixées, les risques présentés par celui-ci ou ses
dérivés pour les humains ou les animaux qui y
sont exposés par suite de l’ingestion d’aliments
ou d’eau potable;
q) l’effet du stockage et de la transformation, y
compris celle postérieure à la mise en marché,
des aliments destinés à la consommation humaine ou animale en rapport avec lesquels le
produit a été utilisé, sur la dissipation ou la dégradation de celui-ci et de ses dérivés;
r) les limites maximales de résidus proposées
pour le produit et ses dérivés dans les aliments
destinés à la consommation humaine ou sur
ceux-ci;
s) le devenir du produit et de ses dérivés dans des
cultures subséquentes d’aliments destinés à la
consommation humaine ou animale.
9. (1) Lors de l’examen d’une demande d’homologation ou de modification d’homologation, si le
ministre prend en compte, en application de l’alinéa 7(6)b) de la Loi, des renseignements confidentiels, le demandeur a accès à ces renseignements et
a la possibilité de présenter, aux termes de cet alinéa, ses observations à leur sujet en présentant au
ministre un affidavit ou une déclaration solennelle
faits aux termes de la Loi sur la preuve au Canada,
reçus devant tout commissaire compétent et comportant les éléments suivants :
a) l’indication des renseignements en cause;
b) la déclaration portant que l’accès aux renseignements est donné au demandeur uniquement
pour lui permettre de présenter au ministre ses
observations à leur sujet;
Tout autre
renseignement
— affidavit et
contenu
653
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(c) states that the applicant will not use the information or make it available to any person for
any other purpose; and
(d) states that the information and any copies of
it will be returned to the Minister when the stated
purpose has been achieved.
Copying or
other use
Return of
confidential
information
Reference in
Register
Samples on
request
Registration
certificate
(2) The applicant to whom access is given to
confidential information under subsection (1) may
not use the information or provide it to any person
for any purpose other than to make representations
under paragraph 7(6)(b) of the Act with respect to
the information.
(3) Confidential information to which access is
given under subsection (1) and any copies of it
must be returned to the Minister by the applicant
immediately after they have made their representations with respect to the information.
10. For the purpose of subsection 42(4) of the
Act, evaluation reports that are placed in the Register under paragraph 42(2)(f) of the Act must include
a reference to information placed in the Register
under paragraph 42(2)(e) of the Act.
11. On application to register or amend the registration of a pest control product, the applicant must,
if requested by the Minister, provide the Minister
with a sample of
(a) the pest control product;
(b) the technical grade of its active ingredient;
and
(c) the laboratory standard of its active ingredient.
12. When a pest control product is registered or a
registration is amended under section 8 of the Act,
the Minister must issue a registration certificate that
bears the registration number of the pest control
product and sets out any conditions of registration
specified by the Minister.
c) la déclaration portant qu’il n’utilisera pas les
renseignements ni ne les remettra à quiconque à
d’autres fins;
d) la déclaration portant que les renseignements,
ou toutes copies de ceux-ci, seront retournés au
ministre lorsque l’objet de la consultation aura
été atteint.
(2) Le demandeur ne peut utiliser les renseignements confidentiels auxquels il a accès en vertu du
paragraphe (1), ni les fournir à quiconque, que pour
présenter ses observations à leur sujet en application de l’alinéa 7(6)b) de la Loi.
(3) Il doit retourner les renseignements confidentiels au ministre, ainsi que toutes copies de ceux-ci,
dès qu’il lui a présenté ses observations à leur sujet.
Retour des
renseignements
confidentiels
10. Pour l’application du paragraphe 42(4) de la
Loi, les rapports d’évaluation figurant au Registre
aux termes de l’alinéa 42(2)f) de cette loi doivent
faire renvoi à tous les renseignements figurant au
Registre aux termes de l’alinéa 42(2)e) de la même
loi.
11. Lorsqu’il présente une demande d’homologation ou de modification de l’homologation, le demandeur doit, à la demande du ministre, lui fournir
les échantillons suivants :
a) un échantillon du produit antiparasitaire;
b) un échantillon de qualité technique du principe actif;
c) un échantillon du produit étalon de laboratoire
correspondant au principe actif.
12. Lorsqu’il homologue un produit antiparasitaire ou en modifie l’homologation en vertu de
l’article 8 de la Loi, le ministre délivre un certificat
d’homologation portant le numéro d’homologation
du produit et énonçant les conditions d’homologation qu’il détermine.
Renvoi au
Registre
VALIDITY PERIOD
PÉRIODE DE VALIDITÉ
Maximum
validity period
13. Subject to subsections 14(6) and (7), the validity period with respect to a pest control product
must end no later than December 31 in the fifth
year after the year in which the product is registered.
13. Sous réserve des paragraphes 14(6) et (7), la
période de validité à l’égard d’un produit antiparasitaire se termine au plus tard le 31 décembre de la
cinquième année qui suit l’année d’homologation.
CONDITIONAL REGISTRATION
HOMOLOGATION CONDITIONNELLE
Valid up to
three years
14. (1) Despite section 13 and subject to subsection (2), if a notice is delivered to the registrant
under section 12 of the Act when a pest control
product is registered or the registration of a pest
control product is amended under subsection 8(1)
of the Act, the registration becomes a conditional
registration and
(a) the validity period must end no later than
December 31 in the third year after the year in
which the product is registered or the registration
is amended; and
14. (1) Malgré l’article 13 et sous réserve du paragraphe (2), si un avis est remis au titulaire en
vertu de l’article 12 de la Loi lors de l’homologation d’un produit antiparasitaire ou de la modification de celle-ci aux termes du paragraphe 8(1) de la
Loi, l’homologation est conditionnelle et est assujettie aux exigences suivantes :
a) la période de validité se termine au plus tard
le 31 décembre de la troisième année qui suit
l’année d’homologation ou de modification de
l’homologation;
654
Copies ou autre
utilisation
Échantillons
requis
Certificat
d’homologation
Période
maximale
Période
maximale de
trois ans
2006-06-28
Further notices
under section
12 of the Act
Amendment
Exemption
No extension
Automatic
extension
Extension for
consultation
Expanded
scope of
section 14 —
associated
products
Expanded
scope of
section 14 —
associated
active
ingredients
Five-year
periods
Renewal and
delivery of
new notice —
conditional
registrations
Exception
Copies of
labels
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(b) subsections 28(1) and 35(1) and paragraphs 42(2)(c) to (e) of the Act do not apply.
(2) When a notice is delivered to the registrant
under section 12 of the Act in relation to the reinstatement of an expired conditional registration or
the continuation of a conditional registration after
the evaluation of data, paragraph (1)(a) applies.
(3) Paragraphs (1)(a) and (b) apply to an amendment of a conditional registration.
(4) Despite subsection 81(2) of the Act, paragraph 42(2)(f) of the Act applies to all registrations
referred to in that subsection if a registration decision of a type described in paragraph 28(1)(a) of
the Act has been made and the validity period has
been fixed.
(5) Subject to subsections (6) and (7), the validity period of a conditional registration may not be
extended.
(6) The validity period of a conditional registration is extended for a period of two years when the
registrant complies with the requirements of the
notice delivered under section 12 of the Act.
(7) The Minister may extend the validity period
for a period of sufficient duration to allow the Minister to carry out the consultation required by section 28 of the Act, if the application to amend or
renew is made before the end of the validity period.
15. (1) Paragraphs 14(1)(a) and (b) apply to the
registration of any pest control product that contains an active ingredient in respect of whose registration a notice has been delivered under section 12
of the Act.
(2) Paragraphs 14(1)(a) and (b) apply to the registration of an active ingredient that is contained
only in a registered pest control product in respect
of which a notice has been delivered under section 12 of the Act.
b) les paragraphes 28(1) et 35(1) et les alinéas 42(2)c) à e) de la Loi ne s’appliquent pas.
(2) Lorsqu’un avis est remis en vertu de l’article 12 de la Loi relativement au rétablissement
d’une homologation conditionnelle périmée ou à la
prolongation d’une homologation conditionnelle
après évaluation des données, l’alinéa (1)a) s’applique.
(3) Les alinéas (1)a) et b) s’appliquent à la modification d’une homologation conditionnelle.
(4) Malgré le paragraphe 81(2) de la Loi, l’alinéa 42(2)f) de la Loi s’applique aux agréments visés par ce paragraphe lorsqu’une décision d’homologation mentionnée à l’alinéa 28(1)a) de la Loi a
été rendue à leur égard et que la période de validité
a été fixée.
(5) Sous réserve des paragraphes (6) et (7), la période de validité de l’homologation conditionnelle
ne peut être prolongée.
(6) La période de validité de l’homologation conditionnelle est prolongée de deux ans lorsque le
titulaire se conforme aux exigences de l’avis visé à
l’article 12 de la Loi.
(7) Le ministre peut prolonger la période de validité de la période nécessaire pour lui permettre de
mener la consultation prévue à l’article 28 de la
Loi, à condition que la demande de modification ou
de renouvellement ait été faite avant la fin de la
période de validité.
15. (1) Les alinéas 14(1)a) et b) s’appliquent à
l’homologation de tout produit antiparasitaire contenant un principe actif dont l’homologation a fait
l’objet de l’avis prévu à l’article 12 de la Loi.
(2) Les alinéas 14(1)a) et b) s’appliquent à l’homologation d’un principe actif contenu uniquement
dans un produit antiparasitaire homologué ayant
fait l’objet de l’avis prévu à l’article 12 de la Loi.
RENEWAL OF REGISTRATION
RENOUVELLEMENT DE L’HOMOLOGATION
16. (1) Subject to subsections (2) and (3), the
registration of a pest control product may be
renewed, on application by the registrant to the
Minister, for additional periods of not more than
five years each.
(2) A conditional registration may be renewed on
application by the registrant to the Minister, and on
the renewal a new notice is delivered to the registrant under section 12 of the Act and paragraph 14(1)(a) of these Regulations applies.
16. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3),
l’homologation d’un produit antiparasitaire est renouvelable, sur demande faite au ministre par le
titulaire, pour des périodes maximales de cinq ans
chacune.
(2) L’homologation conditionnelle peut être renouvelée sur demande faite au ministre par le titulaire et, à la suite du renouvellement, un nouvel
avis lui est remis en vertu de l’article 12 de la Loi,
auquel cas l’alinéa 14(1)a) du présent règlement
s’applique.
(3) Malgré le paragraphe (2), dans le cas de
l’homologation conditionnelle visée par les paragraphes 15(1) ou (2), aucun avis n’a à être remis.
(4) La demande de renouvellement doit être accompagnée d’une copie électronique de l’étiquette
approuvée et de deux copies papier de l’étiquette de
marché.
(3) Despite subsection (2), in the case of a conditional registration to which subsection 15(1) or (2)
applies, no notice need be delivered.
(4) An application to renew the registration of a
pest control product must be accompanied by an
electronic copy of the approved label and two hard
copies of the marketplace label.
Nouvel avis
aux termes de
l’article 12 de
la Loi
Modification
Exemption
Aucune
prolongation
Prolongation
automatique
Prolongation
pour
consultation
Élargissement
de la portée de
l’article 14 —
produit associé
Élargissement
de la portée de
l’article 14 —
principe actif
associé
Période de cinq
ans
Nouvel avis —
homologation
conditionnelle
Exception
Copies de
l’étiquette
655
2006-06-28
Additional
information —
affidavit and
contents
Copying or
other use
Return of
confidential
information
Validity period
and exemption
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
RE-EVALUATIONS AND SPECIAL REVIEWS
RÉÉVALUATION OU EXAMEN SPÉCIAL
17. (1) When, in the context of a re-evaluation or
special review, the Minister considers confidential
information under paragraph 19(1)(c) of the Act,
the registrant must be given access to that information by the Minister for the purpose of making representations under that paragraph with respect to
the information, if the registrant submits to the
Minister an affidavit made under oath or a statutory
declaration under the Canada Evidence Act made
before a commissioner for oaths or for taking affidavits that
(a) identifies the information to which access is
given;
(b) acknowledges that the access is given only
for the purpose of enabling the registrant to make
representations to the Minister with respect to the
information;
(c) states that the registrant will not use the information or make it available to any person for
any other purpose; and
(d) states that the information and any copies of
it will be returned to the Minister when the stated
purpose has been achieved.
(2) The registrant to whom access is given to
confidential information under subsection (1) may
not use the information or provide it to any person
for any purpose other than to make representations
under paragraph 19(1)(c) of the Act with respect to
the information.
(3) Confidential information to which access is
given under subsection (1) and any copies of it
must be returned to the Minister by the registrant
immediately after they have made their representations with respect to the information.
17. (1) Si, lors d’une réévaluation ou d’un examen spécial, le ministre prend en compte, en application de l’alinéa 19(1)c) de la Loi, des renseignements confidentiels, le titulaire a accès à ces renseignements et a la possibilité de présenter, aux
termes de cet alinéa, ses observations à leur sujet en
présentant au ministre un affidavit ou une déclaration solennelle faits aux termes de la Loi sur la
preuve au Canada, reçus devant tout commissaire
compétent et comportant les éléments suivants :
a) l’indication des renseignements en cause;
b) la déclaration portant que l’accès aux renseignements est donné au titulaire uniquement pour
lui permettre de présenter au ministre ses observations à leur sujet;
c) la déclaration portant qu’il n’utilisera pas les
renseignements ni ne les remettra à quiconque à
d’autres fins;
d) la déclaration portant que les renseignements,
ou toutes copies de ceux-ci, seront retournés au
ministre lorsque l’objet de la consultation aura
été atteint.
Tout autre renseignement —
affidavit et
contenu
(2) Le titulaire ne peut utiliser les renseignements confidentiels auxquels il a accès en vertu du
paragraphe (1), ni les fournir à quiconque, que pour
présenter ses observations à leur sujet en application de l’alinéa 19(1)c) de la Loi.
Copies ou autre
utilisation
(3) Il doit retourner les renseignements confidentiels au ministre, ainsi que toutes les copies de
ceux-ci, dès qu’il lui a présenté ses observations à
leur sujet.
Retour des
renseignements
confidentiels
EMERGENCY REGISTRATION
HOMOLOGATION D’URGENCE
18. Despite section 13, if a pest control product
is registered for, or the registration of a pest control
product is amended to permit its use in, the emergency control of a seriously detrimental infestation,
(a) the validity period must not be longer than
one year and may not be extended;
(b) subsections 28(1) and 35(1) and paragraphs 42(2)(c) to (f) of the Act do not apply;
and
(c) the registration may not be renewed.
18. Malgré l’article 13, lorsqu’un produit antiparasitaire est homologué ou que son homologation
est modifiée pour permettre son utilisation dans la
lutte d’urgence contre une infestation gravement
préjudiciable :
a) la période de validité ne peut pas dépasser un
an et ne peut être prolongée;
b) les paragraphes 28(1) et 35(1) et les alinéas 42(2)c) à f) de la Loi ne s’appliquent pas;
c) l’homologation ne peut être renouvelée.
STANDARDS
NORMES
Trifluralin
19. A pest control product that contains trifluralin (2,6-dinitro-N,N-dipropyl-4-(trifluoromethyl)
benzenamine) as its active ingredient or that contains an active ingredient that is based on or derived
from trifluralin must not contain N-nitrosodi-npropylamine (NDPA) in excess of one part per million parts of trifluralin.
19. Le produit antiparasitaire qui a comme principe actif le trifluraline (2,6-dinitro-N, N-dipropyl4-trifluorométhylaniline) ou qui contient un principe actif à base de trifluraline ou dérivé du trifluraline ne peut avoir une teneur en N-nitrosodi-npropylamine supérieure à une partie par million de
parties de trifluraline.
DENATURATION
DÉNATURATION
When required
20. If the physical properties of a pest control
product are such that its presence may not be
20. Lorsque les propriétés physiques d’un produit antiparasitaire sont telles que l’on ne peut
656
Période de
validité et
exemption
Trifluraline
Dénaturation
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
detected when it is used and it is likely to expose a
person or domestic animal to a severe health risk,
the pest control product must be denatured by
means of colour, odour or any other means specified as a condition of registration by the Minister
under paragraph 8(1)(a) of the Act to provide a
signal or warning as to its presence.
détecter sa présence lors de son utilisation et qu’il
peut ainsi exposer une personne ou un animal
domestique à des risques sanitaires graves, il doit
être dénaturé au moyen d’un produit colorant, odorant ou autre, tel qu’il est précisé dans les conditions d’homologation déterminées en vertu de l’alinéa 8(1)a) de la Loi, pour donner un avertissement
ou un signe de sa présence.
ADVERTISING
PUBLICITÉ
21. A word or an expression that states or implies
that the Government of Canada or any of its departments or agencies promotes, endorses or recommends the use of a pest control product must not
appear on the package of, or in any advertisement
for, a pest control product.
21. Aucun terme affirmant ou laissant entendre
qu’un ministère ou organisme fédéral préconise,
cautionne ou recommande l’utilisation d’un produit
antiparasitaire ne peut paraître sur l’emballage du
produit, ni dans aucune publicité sur celui-ci.
LABELS
ÉTIQUETTES
General
Dispositions générales
Official
languages
22. (1) Subject to subsections (2) and (3), all information on a label must be in both English and
French as of the earlier of
(a) the day after December 31, 2002 on which
the registration of the pest control product is
granted, amended or renewed, and
(b) January 1, 2008.
Exception —
emergency
(2) Until January 1, 2008, if the entirety of the
information on the label is not already in both English and French, the amended label, following the
amendment of a registration under section 18, is
exempt from the requirement of subsection (1).
(3) The information on the label of a registered
pest control product that is not authorized to be
manufactured, imported, sold or used in Canada
may be in either English or French, or in both.
22. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3),
les renseignements sur l’étiquette doivent figurer en
français et en anglais à compter de celle des dates
suivantes qui est antérieure à l’autre :
a) la date postérieure au 31 décembre 2002 à laquelle l’homologation du produit est accordée,
modifiée ou renouvelée;
b) le 1er janvier 2008.
(2) Jusqu’au 1er janvier 2008, si tous les renseignements sur l’étiquette ne sont pas déjà en français
et en anglais, l’étiquette modifiée par suite de la
modification de l’homologation en vertu de l’article 18 est exemptée des exigences du paragraphe (1).
(3) Les renseignements sur l’étiquette du produit
antiparasitaire homologué dont la fabrication, l’importation, la vente et l’utilisation ne sont pas autorisées au Canada peuvent figurer en français ou en
anglais, ou dans ces deux langues.
23. (1) Tous les renseignements exigés sur une
étiquette doivent y paraître d’une manière claire,
lisible et indélébile.
(2) Les dessins ou symboles liés au produit antiparasitaire peuvent figurer sur l’étiquette de marché
à condition de ne pas masquer les renseignements
exigés ni d’en obscurcir le sens.
24. (1) L’étiquette ne peut pas présenter le produit antiparasitaire comme traitement ou mesure
préventive ou curative des maladies, désordres ou
états physiques anormaux énumérés à l’annexe A
de la Loi sur les aliments et drogues.
(2) L’étiquette ne peut pas présenter le produit
antiparasitaire comme traitement ou mesure préventive ou curative d’une maladie, au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur la santé des animaux,
dont la déclaration est obligatoire en vertu de cette
loi.
Prohibition
Exception —
products
destined
abroad
Label —
presentation
Marketplace
label —
additional
information
Diseases of
humans
Diseases of
domestic
animals
23. (1) All information that is required to be
shown on a label must appear in a manner that is
clearly legible and indelible.
(2) Any graphic design or symbol that relates to
the pest control product may be shown on the marketplace label if it does not detract from or obscure
the required information.
24. (1) A label must not represent a pest control
product as a treatment, preventive or cure for any
disease, disorder or abnormal physical state listed
in Schedule A to the Food and Drugs Act.
(2) A label must not represent a pest control
product as a treatment, preventive or cure for any
disease, as defined in subsection 2(1) of the Health
of Animals Act, that is required to be reported under
that Act.
Interdiction
Langues
officielles
Exception —
urgence
Dérogation —
usage à
l’étranger
Étiquette —
présentation
Étiquette de
marché —
renseignements
complémentaires
Maladies chez
l’homme
Maladies chez
les animaux
domestiques
657
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Display Panel
Aire d’affichage
Principal and
secondary
display panels
25. The display panel of a registered pest control
product must consist of the principal display panel
and the secondary display panel.
25. L’aire d’affichage de tout produit antiparasitaire homologué doit comporter l’aire d’affichage
principale et l’aire d’affichage secondaire.
Aires
d’affichage
principale et
secondaire
Principal
display panel
26. (1)Subject to subsection 8(2) of the Act, the
principal display panel of a registered pest control
product must show all of the following information:
(a) the product name of the pest control product,
which may include a distinctive brand or trademark and the common chemical name of its active ingredient, if established;
(b) the product type of the pest control product,
which must be descriptive of its purpose;
(c) the physical form of the pest control product;
(d) the product class designation of the pest control product as set out in section 5;
(e) information concerning the nature and degree
of hazard inherent in the pest control product,
which must identify the nature and degree of
hazard by appropriate precautionary symbols and
signal words selected from Schedule 3, together
with a statement that indicates the nature of the
primary hazard to which the symbol relates;
(f) the statement “READ THE LABEL BEFORE
USING.”;
(g) if the pest control product has the product
class designation “DOMESTIC”, the statement
“KEEP OUT OF THE REACH OF CHILDREN.”;
(h) a guarantee statement, as follows:
(i) the word “GUARANTEE”, followed by a
colon,
(ii) the common chemical name of the active
ingredient of the pest control product or, if it
has no common chemical name, its chemical
or other name,
(iii) the concentration of the active ingredient,
expressed, if the pest control product is
(A) a liquid, as a percentage by mass, or as
mass per unit volume, or both, as specified
by the Minister in the conditions of registration under paragraph 8(1)(a) of the Act,
(B) a dust, wettable powder or other dry
formulation, as a percentage by mass, or
(C) neither a liquid nor a dry formulation, in
terms specified by the Minister in the conditions of registration under paragraph 8(1)(a)
of the Act, and
(iv) the viscosity, specific gravity, particle size
or any other property or specification that the
Minister may specify in the conditions of registration under paragraph 8(1)(a) of the Act;
(i) the registration number of the pest control
product, as follows: “REGISTRATION NO. (assigned registration number) PEST CONTROL
PRODUCTS ACT” or “REG. NO. (assigned
registration number) P.C.P. Act”;
26. (1) Sous réserve du paragraphe 8(2) de la
Loi, l’aire d’affichage principale de tout produit
antiparasitaire homologué doit comporter les renseignements suivants :
a) le nom commercial du produit, pouvant comprendre le nom chimique commun du principe
actif, s’il en existe un, et une marque distinctive
ou une marque de commerce;
b) le type de produit, notamment son rôle;
c) la forme physique du produit;
d) la catégorie du produit désignée selon l’article 5;
e) des renseignements concernant la nature et le
degré du risque inhérent du produit, représentés
par les mots-indicateurs et les symboles avertisseurs appropriés qui figurent à l’annexe 3, auxquels doit s’ajouter un énoncé de la nature du
risque primaire indiqué par le symbole;
f) l’énoncé « LIRE L’ÉTIQUETTE AVANT
UTILISATION »;
g) si le produit est de catégorie « DOMESTIQUE », l’énoncé « TENIR HORS DE LA PORTÉE DES ENFANTS »;
h) un énoncé de garantie rédigé en ces termes :
(i) le mot « GARANTIE », suivi d’un deuxpoints,
(ii) le nom chimique commun du principe actif
du produit ou, s’il n’en existe pas, le nom
chimique ou autre nom de ce principe,
(iii) la concentration en principe actif exprimée ainsi :
(A) si le produit est un liquide, en pourcentage par rapport à la masse ou en masse par
unité de volume, ou les deux, comme il est
précisé dans les conditions d’homologation
déterminées en vertu de l’alinéa 8(1)a) de la
Loi,
(B) si le produit est une poudre, une poudre
mouillable ou une autre forme sèche, en
pourcentage par rapport à la masse,
(C) si le produit n’est ni un liquide ni une
formulation sèche, de la manière précisée
dans les conditions d’homologation déterminées en vertu de l’alinéa 8(1)a) de la Loi,
(iv) la viscosité, le poids spécifique, la grosseur des particules ou toute autre propriété ou
caractéristique qui est précisée dans les conditions d’homologation déterminées en vertu de
l’alinéa 8(1)a) de la Loi;
i) le numéro d’homologation énoncé ainsi :
« No D’HOMOLOGATION (numéro attribué)
LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES » ou « No D’HOM. (numéro attribué) LPA »;
Aire
d’affichage
principale
658
2006-06-28
Secondary
display panel
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(j) a declaration of net quantity of the product in
the package, expressed
(i) by volume, if the product is a liquid or gas
or is viscous,
(ii) by mass, if the product is a solid or
pressure-packed, and
(iii) in terms specified by the Minister in
the conditions of registration under paragraph 8(1)(a) of the Act, in any other case;
(k) the registrant’s name; and
(l) the name, postal address and telephone number of a contact person in Canada to which public inquiries may be directed.
j) une déclaration de la quantité nette du produit
dans l’emballage, exprimée :
(i) en volume, si le produit est liquide, gazeux
ou visqueux,
(ii) en masse, si le produit est solide ou emballé sous pression,
(iii) de la manière précisée dans les conditions
d’homologation déterminées en vertu de l’alinéa 8(1)a) de la Loi, dans tout autre cas;
k) le nom du titulaire;
l) les nom, adresse postale et numéro de téléphone au Canada de la personne-ressource à laquelle le public peut adresser toute demande de
renseignements.
(2) Subject to subsection 8(2) of the Act, the secondary display panel of a registered pest control
product must show all of the following information:
(a) under the heading “DIRECTIONS FOR
USE”, the directions for the use of the pest control product, including application rates, timing
and frequency of application, and any limitations
on its use;
(b) information that identifies any significant risk
associated with the handling, storage, display,
distribution and disposal of the pest control
product, and instructions on procedures to reduce
those risks and, if specified by the Minister in
the conditions of registration under paragraph 8(1)(a) of the Act, instructions on decontamination procedures and disposal of the pest
control product and its empty packages;
(c) under the heading “PRECAUTIONS”, information that identifies any significant risk to
health, the environment or anything in connection with which the pest control product is to be
used, and instructions on procedures to reduce
that risk;
(d) under the heading “PRECAUTIONS”, the
following statement:
(i) if the pest control product does not have the
product class designation “DOMESTIC”:
“KEEP OUT OF THE REACH OF CHILDREN.”, or
(ii) if the pest control product is to be used
only in the manufacture of another pest control
product: “PREVENT ACCESS BY UNAUTHORIZED PERSONNEL.”;
(e) under the heading “FIRST AID”, instructions
that
(i) set out the practical measures to be taken in
the event of poisoning, intoxication or injury
caused by the pest control product, and
(ii) include the statement “Take the container
label or product name and Pest Control Product Registration Number with you when seeking medical attention.”;
(f) under the heading “TOXICOLOGICAL INFORMATION”, information that is essential to
the treatment of persons who are poisoned,
(2) Sous réserve du paragraphe 8(2) de la Loi,
l’aire d’affichage secondaire de tout produit antiparasitaire homologué doit comporter les renseignements suivants :
a) sous la rubrique « MODE D’EMPLOI », le
mode d’emploi du produit, y compris les doses,
le calendrier et la fréquence d’épandage, ainsi
que toute limite d’emploi;
b) des renseignements qui identifient tout risque
important lié à la manipulation, au stockage, à la
présentation, à la distribution et à la disposition
du produit ainsi que des instructions sur les méthodes à suivre pour réduire ces risques et, lorsque le précisent les conditions d’homologation
déterminées en vertu de l’alinéa 8(1)a) de la Loi,
des instructions sur les méthodes de décontamination et sur les méthodes à suivre pour disposer
du produit et de son emballage vide;
c) sous la rubrique « MISES EN GARDE », des
renseignements qui identifient tout risque important pour la santé, pour l’environnement ou pour
les choses en rapport avec lesquelles le produit
est destiné à être utilisé, ainsi que des instructions sur les méthodes à suivre pour réduire ces
risques;
d) sous la rubrique « MISE EN GARDE », celui
des énoncés suivants qui s’applique :
(i) « TENIR HORS DE LA PORTÉE DES
ENFANTS. », si le produit n’est pas de catégorie « DOMESTIQUE »,
(ii) « EMPÊCHER LES PERSONNES NON
AUTORISÉES D’Y AVOIR ACCÈS. », si le
produit doit servir uniquement à la fabrication
d’un autre produit antiparasitaire;
e) sous la rubrique « PREMIERS SOINS », des
instructions qui, à la fois :
(i) énoncent les mesures pratiques à prendre en
cas d’empoisonnement, d’intoxication ou de
blessure causés par le produit,
(ii) comprennent l’énoncé : « Apporter
l’étiquette du contenant ou prendre note du
nom du produit et de son numéro d’homologation lorsque vous consultez un médecin. »;
f) sous la rubrique « RENSEIGNEMENTS
TOXICOLOGIQUES », des renseignements
Aire
d’affichage
secondaire
659
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
intoxicated or injured by the pest control product
that includes all of the following:
(i) antidotes and remedial measures or, if no
specific antidote or remedial measure exists,
the statement “Treat symptomatically.”,
(ii) a description of the symptoms of poisoning
or intoxication, and
(iii) a list of the components of the product,
not including the active ingredient, that may
affect the treatment; and
(g) the following notice to users: “NOTICE TO
USER: This pest control product is to be used
only in accordance with the directions on the label. It is an offence under the Pest Control Products Act to use this product in a way that is inconsistent with the directions on the label. The
user assumes the risk to persons or property that
arises from any such use of this product.”
essentiels sur les soins à donner aux personnes
empoisonnées, intoxiquées ou blessées par le
produit, qui comprennent :
(i) les antidotes et les mesures curatives ou,
s’il n’y en a pas, l’énoncé : « Traiter selon les
symptômes. »,
(ii) la description des symptômes d’empoisonnement ou d’intoxication,
(iii) la liste des composants du produit, à
l’exception du principe actif, qui peuvent influer sur le traitement;
g) l’avis ci-après à l’intention de l’utilisateur du
produit : « AVIS À L’UTILISATEUR : Ce produit antiparasitaire doit être employé strictement
selon le mode d’emploi qui figure sur la présente
étiquette. L’emploi non conforme à ce mode
d’emploi constitue une infraction à la Loi sur les
produits antiparasitaires. L’utilisateur assume
les risques de blessures aux personnes ou de
dommages aux biens que l’utilisation du produit
peut entraîner. ».
Optional
contact
information —
principal
display panel
27. (1) The principal display panel of a registered
pest control product may also show the registrant’s
Internet address or the e-mail address to which public inquiries may be directed.
27. (1) L’aire d’affichage principale de tout
produit antiparasitaire homologué peut également
donner l’adresse du site Internet du titulaire ou
l’adresse de courriel où le public peut faire parvenir
toute demande de renseignements.
Renseignements
optionnels —
aire d’affichage
principale
Optional
contact
information —
secondary
display panel
(2) The secondary display panel of a registered
pest control product may also show the name and
address or telephone number of persons other than
the registrant, if the function of each other person
with respect to the product is identified.
(2) L’aire d’affichage secondaire de tout produit
antiparasitaire homologué peut également donner
les nom, adresse ou numéro de téléphone d’intéressés, pourvu que le rôle de ceux-ci quant au produit soit aussi indiqué.
Renseignements
optionnels —
aire d’affichage
secondaire
Brochures or
leaflets
28. (1) Despite section 26, any of the information
that is required to be shown on the principal and
secondary display panels may, if specified by the
Minister in the conditions of registration relating to
the label under subsection 8(2) of the Act, be
shown instead in a brochure or leaflet that accompanies the pest control product.
28. (1) Malgré l’article 26, tout renseignement
visé à cet article peut, plutôt que de paraître sur les
aires d’affichage principale et secondaire, figurer
dans une brochure ou un dépliant qui accompagne
le produit antiparasitaire, si cela est précisé dans les
conditions d’homologation ayant trait à l’étiquette
qui sont déterminées en vertu du paragraphe 8(2) de
la Loi.
Brochure ou
dépliant
When
subsection (1)
applies
(2) If the information referred to in subsection (1) is shown elsewhere than on the display
panel,
(a) the principal display panel must have prominently shown on it the statement “READ ATTACHED BROCHURE (or LEAFLET) BEFORE USING.”; and
(b) the brochure or leaflet must contain all of the
information that is to be shown on the principal
and secondary display panels in addition to the
information described in subsection (1).
(2) Lorsque les renseignements visés au paragraphe (1) figurent ailleurs que dans l’aire d’affichage,
les exigences suivantes s’appliquent :
a) les mots « LIRE LA BROCHURE (ou LE
DÉPLIANT) CI-JOINT(E) AVANT UTILISATION. » doivent figurer bien en vue dans l’aire
d’affichage principale;
b) la brochure ou le dépliant doit contenir tous
les renseignements devant paraître dans les aires
d’affichage principale et secondaire, ainsi que
tous les renseignements visés au paragraphe (1).
Application
Product class
designation
“RESTRICTED” — notice
29. (1) If the principal display panel shows the
product class designation “RESTRICTED”, the
notice that is required by paragraph 26(2)(g) must
appear prominently at the top of the secondary display panel, followed by the heading “RESTRICTED USES”, followed by the directions for use, the
application rates, the timing and frequency of application and the limitations on the use of the pest
control product to which the restriction relates. All
29. (1) Lorsque l’aire d’affichage principale porte
la désignation de catégorie « RESTREINTE », l’avis
prévu à l’alinéa 26(2)g) doit figurer bien en vue au
haut de l’aire d’affichage secondaire, suivi des mots
« À USAGE RESTREINT », du mode d’emploi, des
doses, du calendrier et de la fréquence d’épandage, et
des limites d’emploi relatives au produit antiparasitaire visé par la restriction. Toutes ces mentions doivent être entourées d’une ligne qui les sépare de tous
Désignation
« RESTREINTE » — avis
660
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
les autres renseignements figurant obligatoirement
dans l’aire d’affichage secondaire.
of the foregoing must be circumscribed by a line to
set the information apart from all other information
that is required to be shown on the secondary display panel.
(2) Despite subsection (1), if the principal display panel shows the product class designation
“RESTRICTED”, the directions for use, the application rates, the timing and frequency of application and the limitations on the use of the pest
control product to which the restriction relates,
together with the information required by paragraphs 26(1)(a) to (l) and (2)(a) and (c) may, if
specified by the Minister in the conditions of registration relating to the label under subsection 8(2) of
the Act, be shown instead in a brochure or leaflet
that accompanies the pest control product.
(2) Malgré le paragraphe (1), lorsque l’aire
d’affichage principale porte la désignation de catégorie « RESTREINTE », le mode d’emploi, les
doses, le calendrier et la fréquence d’épandage, et
les limites d’emploi relatives au produit antiparasitaire visé par la restriction, ainsi que les renseignements visés aux alinéas 26(1)a) à l) et (2)a) et c),
peuvent figurer dans une brochure ou un dépliant
qui accompagne le produit si cela est précisé dans
les conditions d’homologation ayant trait à l’étiquette qui sont déterminées en vertu du paragraphe 8(2) de la Loi.
Prescribed Devices
Dispositifs réglementaires
Requirements
30. The label for a pest control product that is a
device of a type described in Schedule 1 must contain the information set out in paragraphs 26(1)(i),
(k) and (l) and (2)(a) to (c).
30. L’étiquette du produit antiparasitaire qui est
un dispositif d’un type mentionné à l’annexe 1 doit
porter les renseignements visés aux alinéas 26(1)i),
k) et l) et (2)a) à c).
Bulk Containers
Contenants de grande dimension
Required
information
31. (1) If a pest control product is distributed in a
bulk container, the information required by paragraphs 26(1)(a) to (d) and (h) to (l) and (2)(e)
and (f) must be shown
(a) on the bulk container; and
(b) on the documents that accompany the shipment.
Additional
information
(2) If a pest control product is distributed in a
bulk container directly to a user of the product, the
information required by paragraph 26(1)(e) must
also be shown in accordance with paragraphs (1)(a)
and (b).
31. (1) Lorsqu’un produit antiparasitaire est
distribué dans un contenant de grande dimension,
les renseignements visés aux alinéas 26(1)a) à d)
et h) à l) et (2)e) et f) doivent figurer aux endroits
suivants :
a) sur le contenant même;
b) dans les documents accompagnant l’expédition.
(2) Lorsque le produit antiparasitaire visé au
paragraphe (1) est distribué directement à l’utilisateur, les renseignements visés à l’alinéa 26(1)e)
doivent également figurer conformément aux alinéas (1)a) et b).
Units of Measurement
Unités de mesure
32. (1) Quantities shown on a label must be expressed in metric units.
(2) The declaration of net quantity must be
shown in the decimal system to three figures,
except that, if the net quantity is less than 100 g,
100 mL, 100 cm3, 100 cm2 or 100 cm, it may be
shown truncated to two decimal figures, and, in
either case, any final zero that appears to the right
of the decimal point need not be shown.
(3) A net quantity that is less than one must be
shown in the decimal system, with a zero before the
decimal point, or in words.
(4) The metric units in the declaration of net
quantity must be shown
(a) in millilitres, if the net volume of the pest
control product is less than 1 000 mL, except
that 500 mL may be shown as 0.5 L;
(b) in litres, if the net volume is 1 000 mL or
more;
(c) in grams, if the net mass is less than 1 000 g,
except that 500 g may be shown as 0.5 kg; and
32. (1) Les quantités qui figurent sur une étiquette sont exprimées en unités métriques.
(2) La déclaration de quantité nette est arrêtée à
la troisième décimale mais, si elle est inférieure
à 100 g, 100 mL, 100 cm3, 100 cm2 ou 100 cm, elle
peut être arrêtée à la deuxième décimale et, dans
tous les cas, il n’est pas nécessaire d’indiquer un
zéro final situé à droite de la virgule.
Unités
métriques
(3) La quantité nette inférieure à l’unité doit être
indiquée selon le système décimal, avec un zéro
précédant la virgule, ou en lettres.
(4) La déclaration de quantité nette est donnée :
a) en millilitres, lorsque le volume net du produit
est inférieur à 1 000 mL, sauf que 500 mL peuvent être indiqués comme étant 0,5 L;
b) en litres, lorsque le volume net est égal ou
supérieur à 1 000 mL;
c) en grammes, lorsque la masse nette est inférieure à 1 000 g, sauf que 500 g peuvent être
indiqués comme étant 0,5 kg;
Quantité
inférieure
à l’unité
Product class
designation
“RESTRICTED” —
brochure or
leaflet
Metric units
Decimal
system
Net quantity
less than one
Metric units
Désignation
« RESTREINTE » —
brochure ou
dépliant
Exigences
Renseignements
exigés
Renseignements
supplémentaires
Système
décimal
Unités
métriques
661
2006-06-28
Optional
Canadian
units of
measurement
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(d) in kilograms, if the net mass is 1 000 g or
more.
(5) In addition to being expressed in accordance
with subsection (1), quantities shown on a label
may also be expressed in the Canadian units of
measurement set out in Schedule II to the Weights
and Measures Act.
d) en kilogrammes, lorsque la masse nette est
égale ou supérieure à 1 000 g.
(5) En plus d’être exprimées en unités métriques,
les quantités qui figurent sur une étiquette peuvent
être exprimées en unités canadiennes de mesure,
lesquelles sont prévues à l’annexe II de la Loi sur
les poids et mesures.
PACKAGING
EMBALLAGES
Safe access to
contents
33. (1) The package of a pest control product
must be constructed to contain the product safely
under normal conditions of storage, display and
distribution.
(2) Every package must be constructed to permit
(a) the withdrawal of any or all of the contents in
a manner that is safe to the user; and
(b) the closing of the package in a manner that
will contain the pest control product safely under
normal storage conditions.
Minimize
degradation
(3) Every package must be constructed to minimize the degradation or change of its contents.
When package
essential to
safety
(4) If the package is essential to the safe and
effective use of the pest control product, it must
be constructed to meet any specifications that the
Minister may specify in the conditions of registration under paragraph 8(1)(a) of the Act.
33. (1) L’emballage de tout produit antiparasitaire doit être fabriqué de façon à contenir le produit en toute sécurité dans les conditions normales
de stockage, de présentation et de distribution.
(2) Tout emballage doit être fabriqué de manière
à permettre :
a) le prélèvement d’une partie ou de la totalité du
contenu en toute sécurité;
b) la fermeture de l’emballage de façon que le
produit y soit contenu d’une manière sécuritaire
dans les conditions normales de stockage.
(3) Tout emballage doit être fabriqué de façon à
réduire au minimum la dégradation ou l’altération
du contenu.
(4) Lorsque l’emballage est un élément essentiel
à la sécurité et à l’efficacité d’emploi d’un produit
antiparasitaire, il doit être fabriqué de façon à correspondre aux spécifications que peuvent préciser
les conditions d’homologation déterminées en vertu
de l’alinéa 8(1)a) de la Loi.
STORAGE AND DISPLAY
STOCKAGE ET PRÉSENTATION
Conditions
34. (1) Pest control products must be stored and
displayed in accordance with any conditions set out
on the label.
(2) Pest control products that bear the signal
word POISON superimposed on the precautionary
symbol for danger set out in item 2 of Schedule 3
must not be stored or displayed with human food or
animal feed, but must be stored or displayed in a
separate room or be separated in such a way as to
avoid any possible contamination of the food or
feed.
34. (1) Les produits antiparasitaires doivent être
stockés et présentés conformément à toutes les
conditions énoncées sur l’étiquette.
(2) Les produits antiparasitaires portant le motindicateur « POISON » en surimpression sur le
symbole avertisseur de danger figurant à l’article 2
de l’annexe 3 ne peuvent pas être stockés ou présentés avec des aliments destinés à la consommation humaine ou animale; il faut les stocker ou les
présenter dans une pièce distincte ou les séparer de
façon à éviter toute possibilité de contamination des
aliments.
DISTRIBUTION
DISTRIBUTION
35. When conditions of registration that relate to
the distribution of a pest control product are specified by the Minister under paragraph 8(1)(a) of the
Act, those conditions must be shown on the documents that accompany the shipment.
35. Lorsque des conditions d’homologation relatives à la distribution d’un produit antiparasitaire
sont déterminées en vertu de l’alinéa 8(1)a) de la
Loi, elles doivent figurer sur les documents accompagnant l’expédition.
IMPORT
IMPORTATION
Packages
Procedure to
avoid
contamination
Conditions on
documents
Declaration and
contents
662
General
Dispositions générales
36. A pest control product may be imported into
Canada if it is accompanied by a declaration, in
English or in French, signed by the importer, that
sets out all of the following information:
(a) the name and postal address of the shipper;
(b) the product name of the pest control product;
36. Un produit antiparasitaire peut être importé
au Canada s’il est accompagné d’une déclaration,
en français ou en anglais, signée par l’importateur
et comportant les renseignements suivants :
a) les nom et adresse postale de l’expéditeur;
b) le nom commercial du produit;
Unités
canadiennes de
mesure —
optionnelles
Emballages
Accès
sécuritaire
au contenu
Effet minimum
Emballage
spécial
Conditions
Façon de faire
pour éviter la
contamination
Conditions
figurant sur
les documents
Contenu de la
déclaration
2006-06-28
Specified
purposes
Conditions of
import
Application
Contents
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(c) the chemical, common chemical or other
name of the active ingredient of the pest control
product and the amount of it contained in the
product;
(d) the total amount of the pest control product
being imported;
(e) the name and address of the importer; and
(f) the purpose of the importation, as follows:
(i) “For Resale”, together with the registration
number of the pest control product, if it is registered and is being imported for resale,
(ii) “For Manufacturing Purposes”, if the pest
control product is being imported for use in
the manufacture of a registered pest control
product,
(iii) “For Research Purposes”, if the pest control product is being imported for research
purposes, or
(iv) “For Own Use”, if the pest control product
is being imported under an own-use import
certificate.
c) le nom chimique, le nom chimique commun
ou tout autre nom du principe actif du produit et
la teneur en principe actif du produit;
d) la quantité totale de produit importé;
e) les nom et adresse de l’importateur;
f) l’objet de l’importation exprimé selon l’une
des mentions suivantes :
(i) « Pour la revente », suivie du numéro d’homologation du produit lorsqu’il est homologué
et importé pour la revente,
(ii) « Pour la fabrication », lorsque le produit
est importé à des fins de fabrication d’un produit antiparasitaire homologué,
(iii) « Pour la recherche », lorsque le produit
est importé à des fins de recherche,
(iv) « Pour approvisionnement personnel »,
lorsque le produit est importé en vertu d’un
certificat d’importation pour approvisionnement personnel.
Own-use Import
37. For the purpose of subsection 41(1) of the
Act, the use of an imported foreign product for a
person’s own use and the importation of that product are specified purposes.
38. A pest control product may be imported by or
on behalf of a person for that person’s own use if
the following conditions are met:
(a) it is a foreign product for which an equivalency certificate is in effect; and
(b) it is imported under an own-use import certificate.
Importation pour approvisionnement personnel
37. L’importation pour approvisionnement personnel et l’utilisation du produit étranger importé à
cette fin sont des fins déterminées pour l’application du paragraphe 41(1) de la Loi.
38. Un produit antiparasitaire peut être importé
pour approvisionnement personnel par une personne ou en son nom aux conditions suivantes :
a) il s’agit d’un produit étranger dont le certificat
d’équivalence est en cours de validité;
b) il est importé en vertu d’un certificat d’importation pour approvisionnement personnel.
Equivalence
Équivalence
39. (1) A person or an organization may apply to
the Minister to determine whether a foreign product
that meets the requirements of paragraphs 43(a) to
(d) is equivalent to a registered pest control product
that does not have the product class designation
“RESTRICTED”.
(2) The application must include information that
indicates that the requirements of paragraphs 43(a)
to (d) are met, a copy of the proposed own-use import label that shows the information referred to in
section 40, and the following information in respect
of both the foreign product and the registered pest
control product:
(a) all of the following information:
(i) the composition of the product and of the
active ingredient that is used to manufacture it
which, in the case of the registered pest control product and its active ingredient, must be
the composition specified by the Minister in
the conditions of registration under paragraph 8(1)(a) of the Act,
(ii) the name, manufacturer and manufacturing
process of the active ingredient that is used to
manufacture each of the products, and
39. (1) Toute personne ou tout organisme peut
demander au ministre d’établir si un produit étranger respectant les exigences précisées aux alinéas 43a) à d) est équivalent à un produit antiparasitaire homologué qui n’est pas de catégorie
« RESTREINTE ».
(2) La demande doit inclure les renseignements
faisant état du fait que le produit respecte les exigences précisées aux alinéas 43a) à d), une copie de
l’étiquette d’importation pour approvisionnement
personnel proposée présentant les renseignements
prévus à l’article 40 et les renseignements ci-après
à l’égard à la fois du produit étranger et du produit
homologué :
a) soit tous les renseignements suivants :
(i) la composition de chaque produit, y compris la composition du principe actif utilisé
dans sa fabrication qui, dans le cas du produit
antiparasitaire homologué et de son principe
actif, doit être la composition précisée dans les
conditions d’homologation déterminées en
vertu de l’alinéa 8(1)a) de la Loi,
(ii) le nom, le fabricant et le procédé de fabrication du principe actif utilisé dans la fabrication de chaque produit,
Fins
déterminées
Conditions
d’importation
Demande
Contenu de la
demande
663
2006-06-28
Written consent
equivalent
Information in
Register
Issuance of
equivalency
certificate
Equivalency
certificate
Renewal
664
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(iii) the guarantee statement described in paragraph 26(1)(h); or
(b) a detailed and comprehensive analysis, with
an accompanying explanation of methodology
that, on its own merits, permits validation of procedures, results and conclusions, to determine the
composition of the foreign product and of the
registered pest control product, including the
identity and concentration of the active ingredient, formulants and contaminants of the two
products.
(3) Instead of providing the information required
by subsection (2) with respect to the registered pest
control product, the applicant may provide the written consent of the registrant of that product for the
Minister to use or rely on any information that the
registrant had previously provided to the Minister.
(4) The Minister must place all of the following
information in the Register with respect to an application to determine equivalence made under subsection (1):
(a) the name of the applicant;
(b) the date of the application;
(c) the product name and registration number of
the registered pest control product and the product name and product identifier of the foreign
product; and
(d) the country of registration of the foreign
product.
(5) If the Minister determines that a foreign
product is equivalent to a registered pest control
product, the Minister must issue an equivalency
certificate.
(6) An equivalency certificate
(a) applies only to the foreign products for which
the Minister has determined equivalency under
subsection (5);
(b) expires on the date specified in the certificate,
which must be no later than one year after it is
issued;
(c) is no longer valid if the composition of either
the foreign product or the registered pest control
product changes; and
(d) is no longer valid if any of the circumstances
described in paragraphs 43(b) to (d) occurs.
(7) On the expiry of an equivalency certificate in
accordance with paragraph (6)(b), the Minister may
renew it, on application, if he or she is satisfied of
both of the following:
(a) that the circumstances described in paragraphs 43(b) to (d) continue to be true; and
(b) that the composition of neither the registered
pest control product nor the foreign product has
changed.
(iii) l’énoncé de garantie visé à l’alinéa 26(1)h);
b) soit une analyse détaillée et exhaustive, accompagnée d’une explication de la méthode
d’analyse qui, par ses avantages propres, permet
la validation des méthodes, des résultats et des
conclusions, visant à déterminer la composition
du produit étranger et celle du produit homologué, y compris l’identité et la concentration du
principe actif, des formulants et des contaminants de chaque produit.
(3) Plutôt que de fournir les renseignements exigés au paragraphe (2) concernant le produit antiparasitaire homologué, le demandeur peut fournir le
consentement écrit du titulaire du produit homologué afin que le ministre utilise les renseignements
fournis au préalable par le titulaire ou qu’il s’appuie
sur eux.
(4) Le ministre inscrit dans le Registre les renseignements ci-après concernant chaque demande
présentée aux termes du paragraphe (1) :
a) le nom du demandeur;
b) la date de la demande;
c) le nom et le numéro d’homologation du produit
antiparasitaire homologué et le nom et l’identification du produit étranger;
d) le pays d’homologation du produit étranger.
(5) Si le ministre établit qu’un produit étranger
est équivalent à un produit antiparasitaire homologué, il délivre au demandeur un certificat d’équivalence.
(6) Le certificat d’équivalence doit remplir les
conditions suivantes :
a) il ne s’applique qu’aux produits étrangers dont
l’équivalence a été établie par le ministre en vertu du paragraphe (5);
b) il expire à la date qui y est précisée, laquelle
ne peut être postérieure de plus d’une année à la
date de délivrance;
c) il n’est plus valide si la composition du produit étranger ou du produit antiparasitaire homologué équivalent est modifiée;
d) il n’est plus valide si les circonstances visées
aux alinéas 43b) à d) changent.
(7) Lorsque le certificat d’équivalence expire selon l’alinéa (6)b), le ministre peut le renouveler, sur
demande, si les conditions suivantes sont réunies :
a) les circonstances visées aux alinéas 43b) à d)
n’ont pas changé;
b) la composition du produit antiparasitaire et
celle du produit étranger n’ont pas changé.
Consentement
équivalent
Renseignements
à inscrire au
Registre
Délivrance du
certificat
d’équivalence
Certificat
d’équivalence
Renouvellement
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Own-use
import label
40. When the Minister issues an equivalency
certificate, the Minister must also approve the
proposed own-use import label if it shows the
information that is relevant to the intended use and
disposal of the foreign product in Canada that is
shown on the approved label of the equivalent registered pest control product.
Authorization and Certificate
Autorisation et certificat
Authorization
required
41. (1) A person who wishes to import for their
own use and use a foreign product for which an
equivalency certificate is in effect must apply to the
Minister for authorization to do so.
Autorisation
nécessaire
Application
and contents
(2) The application must include all of the following information:
(a) the applicant’s name, address and signature;
(b) a copy of the applicable equivalency certificate;
(c) a copy of the approved own-use import label;
(d) a description of the intended use of the foreign product, including the location where it will
be used; and
(e) the quantity of the foreign product required
for that intended use for one growing season.
(3) If the proposed use meets the conditions described in section 43, the Minister must authorize
the use by issuing an own-use import certificate
that sets out the conditions specified under subsection 41(1) of the Act and that includes all of the
following:
(a) the identity of the certificate holder;
(b) the amount of the foreign product that may be
imported under the certificate; and
(c) the location where the foreign product is to be
used by the certificate holder.
(4) An own-use import certificate
(a) is valid for one growing season only;
(b) expires on the date specified in it, which must
be no later than one year after it is issued; and
(c) is no longer valid if the relevant equivalency
certificate is no longer valid.
41. (1) Quiconque souhaite importer pour approvisionnement personnel et utiliser un produit étranger dont le certificat d’équivalence est en cours de
validité fait une demande d’autorisation en ce sens
au ministre.
(2) La demande doit inclure les documents et
renseignements suivants :
a) les nom, adresse et signature du demandeur;
b) une copie du certificat d’équivalence;
c) une copie de l’étiquette d’importation pour
approvisionnement personnel approuvée;
d) une description de l’usage prévu du produit
étranger et du lieu de son utilisation;
e) la quantité du produit étranger nécessaire pour
cet usage pendant une saison de croissance.
(3) Si l’utilisation proposée est conforme aux
conditions précisées à l’article 43, le ministre autorise l’utilisation en délivrant un certificat d’importation pour approvisionnement personnel qui
énonce les conditions précisées en vertu du paragraphe 41(1) de la Loi et inclut :
a) l’identité du titulaire du certificat;
b) la quantité du produit étranger qui peut être
importée au titre du certificat;
c) le lieu où le titulaire utilisera le produit étranger.
(4) Le certificat d’importation pour approvisionnement personnel doit remplir les conditions suivantes :
a) il est valide pour une seule saison de croissance;
b) il expire à la date qui y est précisée, laquelle
ne peut être postérieure de plus d’une année à la
date de délivrance;
c) il n’est plus valide si le certificat d’équivalence pertinent n’est plus en cours de validité.
(5) Le certificat d’importation pour approvisionnement personnel est incessible.
(6) Il est interdit au détenteur d’un certificat
d’importation pour approvisionnement personnel de
distribuer le produit étranger qui a été importé au
titre du certificat.
42. Le détenteur d’un certificat d’importation
pour approvisionnement personnel dispose du produit étranger en trop conformément au mode d’emploi de l’étiquette d’importation pour approvisionnement personnel.
Délivrance du
certificat
Issuance of
own-use import
certificate
Own-use
import
certificate
Not
transferable
No distribution
Disposal of
unused product
(5) An own-use import certificate is not transferable.
(6) The holder of an own-use import certificate
may not distribute any of the foreign product that
was imported under the certificate.
42. The holder of an own-use import certificate
must dispose of any unused foreign product in accordance with the disposal information set out on
the approved own-use import label.
40. Lorsque le ministre délivre un certificat
d’équivalence, il approuve l’étiquette d’importation
pour approvisionnement personnel proposée si
celle-ci donne les renseignements sur l’usage prévu
et l’élimination du produit étranger au Canada qui
figurent sur l’étiquette approuvée pour le produit
antiparasitaire homologué équivalent.
Étiquette
d’importation
pour
approvisionnement personnel
Demande et
contenu
Certificat
d’importation
pour
approvisionnement personnel
Incessibilité
Distribution
interdite
Disposition
665
2006-06-28
Conditions of
authorization
No inconsistent
use
Notice
Nonapplication of
subsection 6(1)
of the Act
Specified
purpose
Application
666
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
43. The Minister must authorize a person to use
an unregistered pest control product that is imported under an own-use import certificate if the
product
(a) is a foreign product that is not an organism;
(b) is not under official re-evaluation or special
review in the foreign country where it is registered;
(c) does not contain an active ingredient that is
under re-evaluation or special review in Canada;
(d) does not contain a formulant that is on the
List of Pest Control Product Formulants and
Contaminants of Health or Environmental Concern and that has not been accepted for use in
Canada;
(e) is the subject of a valid equivalency certificate;
(f) is intended for a use that is specified in the
conditions of registration of the equivalent registered pest control product and will be imported in
a quantity of not more than the amount that is required for that use for one growing season; and
(g) bears, in addition to any other label, an approved own-use import label.
44. A foreign product that is exempt from the
application of subsection 6(1) of the Act under
paragraph 4(1)(d) must not be used in a manner that
is inconsistent with the conditions set out on the
own-use import certificate.
43. Le ministre autorise une personne à utiliser le
produit antiparasitaire non homologué qui est importé au titre d’un certificat d’importation pour
approvisionnement personnel pourvu que le produit, à la fois :
a) soit un produit étranger qui n’est pas un organisme;
b) ne fasse pas l’objet d’une réévaluation officielle ou d’un examen spécial dans le pays où il a
été homologué;
c) ne contienne pas un principe actif qui fait
l’objet d’une réévaluation ou d’un examen spécial au Canada;
d) ne contienne pas un formulant qui figure dans
la Liste des formulants et des contaminants des
produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou
d’environnement et qui n’a pas été accepté pour
utilisation au Canada;
e) fasse l’objet d’un certificat d’équivalence en
cours de validité;
f) soit destiné à un usage visé par les conditions
d’homologation du produit antiparasitaire homologué équivalent et soit importé en une quantité
égale ou inférieure à la quantité requise pour un
tel usage durant une saison de croissance;
g) porte, en plus de toute autre étiquette, une étiquette d’importation pour approvisionnement
personnel approuvée.
44. Il est interdit d’utiliser un produit étranger
exempté de l’application du paragraphe 6(1) de la
Loi par l’effet de l’alinéa 4(1)d) autrement que
conformément aux conditions énoncées dans le
certificat d’importation pour approvisionnement
personnel.
Notice of Import
Déclaration d’importation
45. A person or an organization that imports a
pest control product under an own-use import certificate must notify the Minister of the importation
without delay in accordance with the conditions set
out on the certificate.
45. Quiconque importe un produit antiparasitaire
en vertu d’un certificat d’importation pour approvisionnement personnel doit déclarer l’importation
sans délai au ministre conformément aux conditions
énoncées sur le certificat.
RESEARCH
RECHERCHE
Manufacture for Research
Fabrication à des fins de recherche
46. Subsection 6(1) of the Act does not apply to
the manufacture of a pest control product that is for
use only in conducting research under these Regulations.
46. Le paragraphe 6(1) de la Loi ne s’applique
pas à la fabrication du produit antiparasitaire dont
l’utilisation est limitée à des travaux de recherche
en vertu du présent règlement.
Research Authorization
Autorisation de recherche
47. For the purpose of subsection 41(1) of the
Act, research is a specified purpose.
48. A person who seeks permission for a research
establishment to conduct research must apply to the
Minister to obtain a research authorization.
47. La recherche est une fin déterminée pour
l’application du paragraphe 41(1) de la Loi.
48. La demande d’autorisation de recherche pour
un établissement de recherche est présentée au ministre.
Conditions
d’autorisation
Interdiction
Déclaration
Nonapplication du
paragraphe 6(1)
de la Loi
Fin déterminée
Demande
d’autorisation
de recherche
2006-06-28
Contents
Authorization
Issuance of
research
authorization
certificate
Exemption
Notice and
contents
Criteria
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
49. An application for a research authorization
must include the information specified in subsections 6(1) and (3) in addition to all of the following:
(a) an electronic copy of the proposed experimental label;
(b) a copy of the research plan; and
(c) any other information described in section 8
that the Minister may require to evaluate the
health and environmental risks posed by the proposed research.
50. (1) If the Minister considers that the health
and environmental risks are acceptable and that the
proposed experimental label meets the requirements of section 60, the Minister must authorize the
use of the pest control product to conduct the research.
(2) When the Minister authorizes the use of a
pest control product to conduct research, the Minister must issue a research authorization certificate to
the research establishment that sets out the conditions specified under subsection 41(1) of the Act,
including those that relate to the experimental label.
49. La demande d’autorisation de recherche
comprend les éléments visés aux paragraphes 6(1)
et (3), ainsi que les éléments suivants :
a) une copie électronique de l’étiquette de stade
expérimental proposée;
b) le plan de la recherche en cause;
c) tout autre renseignement visé à l’article 8 et
exigé par le ministre pour lui permettre d’évaluer
les risques sanitaires et environnementaux présentés par la recherche proposée.
50. (1) Si le ministre conclut que les risques sanitaires et environnementaux sont acceptables et que
l’étiquette de stade expérimental proposée est
conforme aux exigences de l’article 60, il autorise
l’utilisation du produit antiparasitaire à des fins de
recherche.
(2) Lorsque le ministre autorise l’utilisation du
produit antiparasitaire à des fins de recherche, il
délivre un certificat d’autorisation de recherche à
l’établissement en cause, en y indiquant les conditions précisées en vertu du paragraphe 41(1) de la
Loi, y compris celles relatives à l’étiquette de stade
expérimental.
Research Notification
Avis de recherche
51. A research establishment is exempt from the
application of subsection 6(1) of the Act and section 48 if the Minister confirms under section 54
that the proposed research meets all of the criteria
set out in section 53.
52. A research establishment that wishes to obtain confirmation under section 54 must notify the
Minister by providing the information specified in
subsections 6(1) and (3) in addition to both of the
following:
(a) an electronic copy of the proposed experimental label; and
(b) a copy of the research plan.
53. The following are the criteria referred to in
section 51:
(a) the research does not involve the use of a
semiochemical;
(b) in the case of research that involves the use of
a chemical pest control product,
(i) it does not involve the use of an antimicrobial agent,
(ii) it does not involve aerial application,
(iii) it does not involve the application of a
pest control product to water or to a place
where runoff water may remove residues from
the research site,
(iv) it does not involve the use of a pest control product in any of the following areas:
(A) greenhouses,
(B) residential areas, including lawns, gardens and parks,
(C) industrial premises, and
(D) food-handling areas,
51. L’établissement de recherche est exempté de
l’application du paragraphe 6(1) de la Loi et de
l’article 48 si le ministre confirme, en vertu de
l’article 54, que la recherche proposée est conforme
aux critères énoncés à l’article 53.
52. L’établissement de recherche désireux
d’obtenir du ministre la confirmation prévue à l’article 54 doit l’en aviser et lui fournir les éléments
visés aux paragraphes 6(1) et (3), ainsi que les éléments suivants :
a) une copie électronique de l’étiquette de stade
expérimental proposée;
b) le plan de la recherche en cause.
53. Les critères visés à l’article 51 sont les suivants :
a) des écomones ne sont pas utilisées dans le cadre de la recherche;
b) dans le cas d’une recherche faisant intervenir
un produit antiparasitaire chimique :
(i) aucun agent antimicrobien n’est utilisé,
(ii) aucun épandage aérien n’est effectué,
(iii) le produit antiparasitaire n’est pas introduit en milieu aquatique ou dans des endroits
où l’eau de ruissellement peut emporter des
résidus provenant du site de recherche,
(iv) le produit antiparasitaire n’est pas utilisé
dans les lieux suivants :
(A) les serres,
(B) les secteurs résidentiels, y compris les
pelouses, les jardins et les parcs,
(C) les sites industriels,
(D) les lieux de manipulation des aliments,
Contenu de la
demande
Autorisation
Délivrance
Exemption
Avis et contenu
Critères
667
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(v) it does not involve the use of a pest control
product for either
(A) structural pest control, or
(B) fumigation,
(vi) it does not involve the use of a pest control product that contains a formulant that is on
Part I of the List of Pest Control Product Formulants and Contaminants of Health or Environmental Concern or a contaminant that is on
Part 3 of that List,
(vii) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient, the
application of the pest control product is carried out by the researcher alone
(A) on 5 to 50 ha of land owned or operated
by a research establishment, or
(B) on 1 to 5 ha of land owned or operated
by a cooperator, and
(viii) in the case of a pest control product that
contains a registered active ingredient,
(A) the application of the pest control product is carried out by a researcher or cooperator on 10 to 50 ha of land owned or operated
by a research establishment or a cooperator,
and
(B) there is a reasonable expectation that the
research will not increase occupational exposure above the level that is expected when the
pest control product is used in accordance
with its conditions of registration; and
(c) in the case of research that involves the use of
a microbial agent,
(i) it does not involve aerial application,
(ii) it does not involve the use of a pest control
product that contains a formulant that is on
Part 1 of the List of Pest Control Product
Formulants and Contaminants of Health or
Environmental Concern or a contaminant that
is on Part 3 of that List,
(iii) the micro-organism is indigenous to the
area where it is intended to be used, and
(iv) the application of the pest control product
is carried out on a maximum of 10 ha of land
owned or operated by a research establishment
or, in the case of an aquatic application, on a
body of water that has a maximum of 1 ha of
surface area and that is wholly contained on
land owned or operated by a research establishment.
Issuance of
research
notification
certificate
668
54. If the Minister confirms that the proposed research meets the criteria set out in section 53 and
the proposed experimental label meets the requirements of section 60, the Minister must issue a research notification certificate to the research establishment.
(v) le produit antiparasitaire n’est pas utilisé
aux fins suivantes :
(A) l’extermination,
(B) la fumigation,
(vi) aucun produit antiparasitaire contenant
un formulant qui figure à la partie 1 de la Liste des formulants et des contaminants des
produits antiparasitaires qui soulèvent des
questions particulières en matière de santé ou
d’environnement ou contenant un contaminant
qui figure à la partie 3 de celle-ci n’est utilisé,
(vii) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire
dont le principe actif n’est pas homologué, le
produit est utilisé uniquement par un chercheur :
(A) soit sur une superficie de 5 ha à 50 ha
de terres appartenant à un établissement de
recherche ou exploitées par lui,
(B) soit sur une superficie de 1 ha à 5 ha de
terres appartenant à un collaborateur ou exploitées par lui,
(viii) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire
dont le principe actif est homologué :
(A) le produit n’est utilisé que par un chercheur ou par un collaborateur sur une superficie de 10 ha à 50 ha de terres appartenant à
un établissement de recherche ou à un collaborateur ou exploitées par l’un de ceux-ci,
(B) il existe une probabilité raisonnable que
la recherche ne portera pas l’exposition professionnelle au-delà du niveau prévu lorsque le produit est utilisé conformément aux
conditions de son homologation;
c) dans le cas d’une recherche faisant intervenir
un agent microbien :
(i) aucun épandage aérien n’est effectué,
(ii) aucun produit antiparasitaire contenant un
formulant qui figure à la partie 1 de la Liste
des formulants et des contaminants des produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou
d’environnement ou contenant un contaminant
qui figure à la partie 3 de celle-ci n’est utilisé,
(iii) le micro-organisme est indigène dans la
région où il est destiné à être utilisé,
(iv) le produit antiparasitaire est utilisé sur une
superficie maximale de 10 ha de terres appartenant à un établissement de recherche ou exploitées par lui ou, dans le cas de l’utilisation
en milieu aquatique, sur un plan d’eau d’une
surface maximale de 1 ha entièrement circonscrit par des terres appartenant à un établissement de recherche ou exploitées par lui.
54. Si le ministre confirme que la recherche proposée est conforme aux critères énoncés à l’article 53 et que l’étiquette de stade expérimental proposée est conforme aux exigences de l’article 60, il
délivre un certificat d’avis de recherche à l’établissement de recherche.
Délivrance
d’un certificat
2006-06-28
Exemption —
research solely
in laboratory
Exemption
and criteria —
research not
solely in
laboratory
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Exemptions and Conditions
Exemptions et conditions
55. (1) A research establishment is exempt from
the application of subsection 6(1) of the Act and
sections 48, 52 and 59 to 63 if the research is conducted solely in a laboratory.
(2) A research establishment is exempt from the
application of subsection 6(1) of the Act and sections 48 and 52 if all or part of the research is conducted outside a laboratory and meets all of the
following criteria:
(a) it does not involve the use of a microbial
agent;
(b) in the case of research that involves the use of
a chemical pest control product,
(i) it does not involve the use of an antimicrobial agent,
(ii) it does not involve aerial application,
(iii) it does not involve the application of a
pest control product to water or to a place
where runoff water may remove residues from
the research site,
(iv) it does not involve the use of a pest control product in any of the following areas:
(A) greenhouses,
(B) residential areas, including lawns, gardens and parks,
(C) industrial premises, and
(D) food-handling areas,
(v) it does not involve the use of a pest control
product for either
(A) structural pest control, or
(B) fumigation,
(vi) it does not involve the use of a pest control product that contains a formulant that is on
Part 1 of the List of Pest Control Product
Formulants and Contaminants of Health or
Environmental Concern or a contaminant that
is on Part 3 of that List,
(vii) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient, the
application of the product is carried out by the
researcher alone
(A) on a maximum of 5 ha of land owned or
operated by a research establishment, or
(B) in the case of land owned or operated by
a cooperator, on a maximum of 1 ha or 5%
of the total area of the crop under research,
whichever is less, and
(viii) in the case of a pest control product that
contains a registered active ingredient,
(A) the application of the product is carried
out by a researcher or cooperator on a
maximum of 10 ha of land owned or operated by a research establishment or a cooperator, or on a maximum of 20% of the total
area of the crop under research, whichever
is less, and
(B) there is a reasonable expectation that
the research will not increase occupational
55. (1) L’établissement de recherche est exempté
de l’application du paragraphe 6(1) de la Loi et des
articles 48, 52 et 59 à 63 si la recherche est menée
uniquement en laboratoire.
(2) L’établissement de recherche est exempté de
l’application du paragraphe 6(1) de la Loi et des
articles 48 et 52 si tout ou partie de la recherche est
menée hors du laboratoire et est conforme aux critères suivants :
a) aucun agent microbien n’est utilisé dans le cadre de la recherche;
b) dans le cas d’une recherche faisant intervenir
des produits antiparasitaires chimiques :
(i) aucun agent antimicrobien n’est utilisé,
(ii) aucun épandage aérien n’est effectué,
(iii) le produit antiparasitaire n’est pas introduit en milieu aquatique ou dans des endroits
où l’eau de ruissellement peut emporter des
résidus provenant du site de recherche,
(iv) le produit antiparasitaire n’est pas utilisé
dans les lieux suivants :
(A) des serres,
(B) des secteurs résidentiels, y compris des
pelouses, des jardins et des parcs,
(C) des sites industriels,
(D) des lieux de manipulation des aliments,
(v) le produit antiparasitaire n’est pas utilisé
aux fins suivantes :
(A) l’extermination,
(B) la fumigation,
(vi) aucun produit antiparasitaire contenant un
formulant qui figure à la partie 1 de la Liste
des formulants et des contaminants des produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou
d’environnement ou contenant un contaminant
qui figure à la partie 3 de celle-ci n’est utilisé,
(vii) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire
dont le principe actif n’est pas homologué, le
produit est utilisé uniquement par un chercheur :
(A) soit sur une superficie maximale de 5 ha
de terres appartenant à un établissement de
recherche ou exploitées par lui,
(B) soit, dans le cas de terres appartenant à
un collaborateur ou exploitées par lui, sur le
moindre d’une superficie maximale de 1 ha
ou de 5 % de la superficie totale de la culture faisant l’objet de la recherche,
(viii) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire
dont le principe actif est homologué :
(A) le produit est utilisé par un chercheur ou
par un collaborateur sur le moindre d’une
Exemption —
Recherche en
laboratoire
Exemption et
critères —
recherche non
exclusivement
en laboratoire
669
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
exposure above the level that is expected
when the pest control product is used in accordance with its conditions of registration;
and
(c) in the case of research that involves the use of
a semiochemical,
(i) it does not involve aerial application,
(ii) it does not involve the application of a pest
control product to water,
(iii) it does not involve the use of a pest control product in any of the following areas:
(A) greenhouses,
(B) residential areas, including lawns, gardens and parks,
(C) industrial premises, and
(D) food-handling areas,
(iv) it does not involve the use of a pest control product for either
(A) structural pest control, or
(B) fumigation,
(v) it does not involve the use of a pest control
product that contains a formulant that is on
Part 1 of the List of Pest Control Product
Formulants and Contaminants of Health or
Environmental Concern or a contaminant that
is on Part 3 of that List,
(vi) in the case of a pest control product that
contains an unregistered active ingredient,
other than an arthropod pheromone, the application of the product is carried out by the researcher alone on a maximum of 5 ha of land
owned or operated by a research establishment,
(vii) in the case of a pest control product that
contains a registered active ingredient, other
than an arthropod pheromone, the application
of the product is carried out by a researcher or
cooperator on a maximum of 10 ha of land
owned or operated by a research establishment
or cooperator, and
(viii) in the case of a pest control product that
contains an active ingredient that is an arthropod pheromone,
(A) the application of the product is carried
out on a maximum of 100 ha of land owned
or operated by a research establishment or
cooperator and the maximum use rate does
not exceed 375 g of active ingredient per
hectare per year, and
(B) if used in a food or feed crop, the
pheromone is contained in an affixed solid
matrix dispenser or in a retrievable-sized
polymeric matrix dispenser, and the dispenser is not in direct contact with the crop.
670
superficie maximale de 10 ha de terres appartenant à un établissement de recherche
ou à un collaborateur ou exploitées par l’un
de ceux-ci ou de 20 % de la superficie totale
de la culture faisant l’objet de la recherche,
(B) il existe une probabilité raisonnable
que la recherche ne portera pas l’exposition
professionnelle au-delà du niveau prévu
lorsque le produit antiparasitaire est utilisé
conformément aux conditions de son homologation;
c) dans le cas d’une recherche faisant intervenir
des écomones :
(i) aucun épandage aérien n’est effectué,
(ii) le produit antiparasitaire n’est pas introduit
en milieu aquatique,
(iii) le produit antiparasitaire n’est pas utilisé
dans les lieux suivants :
(A) des serres,
(B) des secteurs résidentiels, y compris des
pelouses, des jardins et des parcs,
(C) des sites industriels,
(D) des lieux de manipulation des aliments,
(iv) le produit antiparasitaire n’est pas utilisé
aux fins suivantes :
(A) l’extermination,
(B) la fumigation,
(v) aucun produit antiparasitaire contenant un
formulant qui figure à la partie 1 de la Liste
des formulants et des contaminants des produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou
d’environnement ou contenant un contaminant
qui figure à la partie 3 de celle-ci n’est utilisé,
(vi) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire dont
le principe actif n’est pas une phéromone
d’arthropode et n’est pas homologué, le produit est utilisé uniquement par un chercheur
sur une superficie maximale de 5 ha de terres
appartenant à un établissement de recherche
ou exploitées par lui,
(vii) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire
dont le principe actif n’est pas une phéromone
d’arthropode et est homologué, le produit est
utilisé par un chercheur ou un collaborateur
sur une superficie maximale de 10 ha de terres
appartenant à un établissement de recherche
ou à un collaborateur ou exploitées par l’un de
ceux-ci,
(viii) s’il s’agit d’un produit antiparasitaire dont
le principe actif est une phéromone d’arthropode :
(A) la quantité maximale utilisée ne dépasse
pas 375 g de principe actif par hectare par
an et le produit est utilisé sur un maximum
de 100 ha de terres appartenant à un établissement de recherche ou à un collaborateur
ou exploitées par l’un de ceux-ci,
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(B) si le produit est utilisé sur des cultures
destinées à la consommation humaine ou
animale, la phéromone est contenue dans un
distributeur fixe à matrice solide ou dans un
distributeur récupérable à matrice polymérique et le distributeur n’entre pas en contact
direct avec ces cultures.
Expiry
Not renewable
Not
transferable
General Requirements for Certificates
Dispositions générales sur les certificats
56. A research authorization certificate and a
research notification certificate expire on December 31 of the year in which they are issued, unless
another expiry date is specified in the certificate.
57. Neither a research authorization certificate
nor a research notification certificate is renewable.
56. Le certificat d’autorisation de recherche et le
certificat d’avis de recherche expirent le 31 décembre de l’année de leur délivrance à moins qu’une
autre date d’expiration n’y figure.
57. Le certificat d’autorisation de recherche et le
certificat d’avis de recherche ne sont pas renouvelables.
58. Le certificat d’autorisation de recherche et le
certificat d’avis de recherche sont incessibles.
58. Neither a research authorization certificate
nor a research notification certificate is transferable.
Signage at Research Sites
Affichage aux sites de recherche
Requirements
59. Unless otherwise specified as a condition by
the Minister under subsection 41(1) of the Act, a
research establishment must post signs at every
research site that
(a) show all of the following information:
(i) the following primary message, in both
English and French:
“PEST CONTROL EXPERIMENTAL SITE /
SITE D’EXPÉRIMENTATION DE LUTTE
ANTIPARASITAIRE
DO NOT ENTER WITHOUT AUTHORIZATION. / ACCÈS INTERDIT SANS AUTORISATION
CONTACT (contact name) AT (phone number). / S’ADRESSER À (nom du responsable)
AU (no de téléphone).”, and
(ii) the research authorization certificate number or research notification certificate number,
when there is one;
(b) are visible, legible, indelible and posted at
every entrance to the research site on each side
of the entrance;
(c) are posted before treatment begins and remain posted until any treated food or feed crop is
harvested or as long as data are being collected;
and
(d) may include the name of the pest control
product that is the subject of the research and the
name and logo of its manufacturer, if they are
printed smaller than the primary message.
59. À moins d’indication contraire dans les conditions précisées aux termes du paragraphe 41(1) de
la Loi, tout établissement de recherche pose sur
tous les sites de recherche des affiches qui sont
conformes aux exigences suivantes :
a) elles présentent les renseignements suivants :
(i) le message principal bilingue ci-après :
« SITE D’EXPÉRIMENTATION DE LUTTE
ANTIPARASITAIRE / PEST CONTROL
EXPERIMENTAL SITE
ACCÈS INTERDIT SANS AUTORISATION /
DO NOT ENTER WITHOUT AUTHORIZATION.
S’ADRESSER À (nom du responsable) AU
(no de téléphone). / CONTACT (contact name)
AT (phone number). »,
(ii) le numéro du certificat d’autorisation de
recherche ou du certificat d’avis de recherche,
le cas échéant;
b) elles sont visibles, lisibles, indélébiles et posées de chaque côté des points d’accès des sites
de recherche;
c) elles sont posées avant l’utilisation du produit
et restent en place jusqu’à ce que toutes les cultures destinées à la consommation humaine ou
animale soient récoltées, s’il y a lieu, ou tant que
dure la collecte des données;
d) elles peuvent également comporter le nom et
le logo du fabricant du produit antiparasitaire qui
fait l’objet de la recherche ainsi que le nom du
produit, pourvu qu’ils soient plus petits que le
message principal.
Experimental Labels
Étiquettes de stade expérimental
Requirement
60. (1) A research establishment must ensure that
every pest control product that is used in research is
accompanied by an experimental label.
60. (1) L’établissement de recherche qui utilise
un produit antiparasitaire à des fins de recherche
veille à ce qu’une étiquette de stade expérimental
accompagne le produit.
Date
d’échéance
Non
renouvelables
Incessibilité
Exigences
Obligation
671
2006-06-28
Contents
Exception
672
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(2) An experimental label must
(a) show all of the information specified in section 26, except paragraphs 26(1)(d), (g), (i) and
(k) and (2)(d);
(b) show
(i) the following information on the principal
display panel:
(A) the statement “EXPERIMENTAL USE
ONLY”,
(B) the research authorization certificate
number or the research notification certificate number, when there is one, as follows:
(I) “RESEARCH AUTHORIZATION/
NOTIFICATION NO. (assigned number)
PEST CONTROL PRODUCTS ACT”, or
(II) “RESEARCH AUTHORIZATION/
NOTIFICATION NO. (assigned number)
P.C.P. ACT”,
(C) the statement “SALE PROHIBITED.
NOT FOR DISTRIBUTION TO ANY PERSON OTHER THAN A RESEARCHER OR
COOPERATOR.”,
(D) the statement “KEEP OUT OF THE
REACH OF CHILDREN”,
(E) the manufacturer’s name and address,
and
(F) when the research involves the use of a
pest control product that contains a formulant that is on Part 2 of the List of Pest Control Product Formulants and Contaminants
of Health or Environmental Concern, the
statement “Warning: contains the allergen
(name of allergen)”,
(ii) on the secondary display panel, when the
research involves the use of an unregistered
pest control product, in the instructions on decontamination procedures and disposal referred to in paragraph 26(2)(b), the statement
“Any unused product must be returned to the
manufacturer.”, and
(iii) on the secondary display panel, despite
paragraph (a), the statement set out in subparagraph 26(2)(e)(ii) amended to read as follows: “Take the experimental label with you
when seeking medical attention.”; and
(c) represent the intended research as described
in the research plan.
(3) Despite paragraph (2)(a), when the research
involves the use of a registered pest control product, the following information need not be shown
on the experimental label if that label is used in
conjunction with the approved label:
(a) the net quantity referred to in paragraph 26(1)(j);
(b) instructions on decontamination procedures
and disposal referred to in paragraph 26(2)(b);
(2) L’étiquette de stade expérimental est conforme
aux exigences suivantes :
a) elle présente les renseignements visés à l’article 26, à l’exception des alinéas 26(1)d), g), i) et
k) et (2)d);
b) elle porte également :
(i) dans l’aire d’affichage principale :
(A) la mention « POUR USAGE EXPÉRIMENTAL SEULEMENT »,
(B) le numéro du certificat d’autorisation de
recherche ou du certificat d’avis de recherche, le cas échéant, exprimé de l’une des façons suivantes :
(I) « No D’AUTORISATION DE RECHERCHE OU D’AVIS DE RECHERCHE (numéro attribué) LOI SUR LES
PRODUITS ANTIPARASITAIRES »,
(II) « No D’AUTORISATION DE RECHERCHE OU D’AVIS DE RECHERCHE (numéro attribué) LPA »,
(C) la mention « VENTE INTERDITE.
DISTRIBUTION UNIQUEMENT AUX
CHERCHEURS OU AUX COLLABORATEURS »,
(D) l’énoncé « TENIR HORS DE LA
PORTÉE DES ENFANTS. »,
(E) le nom et l’adresse du fabricant,
(F) si un produit antiparasitaire contenant un
formulant qui figure à la partie 2 de la Liste
des formulants et des contaminants des produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou
d’environnement est utilisé, l’énoncé « Mise
en garde : contient l’allergène (nom de
l’allergène). »,
(ii) dans l’aire d’affichage secondaire, si des
produits antiparasitaires non homologués sont
utilisés, l’ensemble des instructions sur les
méthodes de décontamination et de disposition
visées à l’alinéa 26(2)b) qui incluent l’énoncé
« Tout produit non utilisé doit être retourné au
fabricant. »,
(iii) malgré l’alinéa a), dans l’aire d’affichage secondaire, l’énoncé visé au sousalinéa 26(2)e)(ii) modifié de façon à se lire
« Apportez l’étiquette de stade expérimental
lorsque vous consultez un médecin »;
c) elle reflète bien la recherche décrite dans le
plan de recherche.
(3) Malgré l’alinéa (2)a), si un produit antiparasitaire homologué est utilisé et que l’étiquette de
stade expérimental est employée conjointement
avec l’étiquette approuvée, les éléments ci-après
n’ont pas besoin de figurer sur l’étiquette de stade
expérimental :
a) la quantité nette visée à l’alinéa 26(1)j);
b) les instructions sur les méthodes de décontamination et de disposition visées à l’alinéa 26(2)b);
Exigences
Exception
2006-06-28
Copies
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(c) information that identifies any significant risk
to the environment, and instructions on procedures to reduce those risks, referred to in paragraph 26(2)(c); and
(d) the notice to users referred to in paragraph 26(2)(g).
61. A research establishment must
(a) supply to every researcher and cooperator involved in the research a copy of the experimental
label, which must be the approved experimental
label if a research authorization certificate or research notification certificate has been issued;
and
(b) produce a copy of the experimental label to
an inspector, on request.
c) les renseignements visés à l’alinéa 26(2)c) qui
identifient tout risque important pour l’environnement et les instructions sur les méthodes à suivre pour réduire ces risques;
d) l’avis à l’intention de l’utilisateur visé à
l’alinéa 26(2)g).
61. L’établissement de recherche prend les mesures suivantes :
a) fournir à chaque chercheur et collaborateur
participant à la recherche une copie de l’étiquette
de stade expérimental, laquelle doit être l’étiquette de stade expérimental approuvée si un certificat d’autorisation de recherche ou un certificat
d’avis de recherche a été délivré;
b) fournir une copie de l’étiquette de stade expérimental à l’inspecteur, sur demande.
62. Un chercheur ou un collaborateur ne peut
manipuler, stocker, transporter ou utiliser un produit antiparasitaire ou en disposer d’une manière
non conforme, selon le cas :
a) au plan de recherche, si un certificat d’autorisation de recherche ou un certificat d’avis de
recherche a été délivré;
b) aux instructions figurant sur l’étiquette de
stade expérimental.
No inconsistent
use
62. A researcher or cooperator must not handle,
store, transport, use or dispose of a pest control
product in a way that is inconsistent with
(a) the research plan, if a research authorization
certificate or research notification certificate has
been issued; or
(b) the directions on the experimental label.
Records
Dossiers
Contents
63. A research establishment must keep records
that contain all of the following information for
each research project:
(a) the name and quantity of every pest control
product used;
(b) the names of the researchers and cooperators;
(c) the locations of the research sites;
(d) a description of the application methods; and
(e) the test data generated.
63. L’établissement de recherche tient des dossiers à l’égard de chaque recherche et y verse les
renseignements suivants :
a) le nom et la quantité de tous les produits antiparasitaires utilisés;
b) le nom des chercheurs et des collaborateurs;
c) l’emplacement des sites de recherche;
d) la description des méthodes d’application;
e) les données d’essai produites.
Import for Research Purposes
Importation à des fins de recherche
64. A research establishment may import an unregistered pest control product for the purpose of
conducting research if
(a) the product is imported in accordance with
section 36; and
(b) the quantity being imported is not more than
that specified in a research authorization certificate or research notification certificate, or, if the
quantity is not so specified, the amount that is
necessary to conduct the research.
64. L’établissement de recherche peut, à des fins
de recherche, importer un produit antiparasitaire
non homologué si, à la fois :
a) l’importation se fait conformément à l’article 36;
b) la quantité importée ne dépasse pas celle qui
est précisée dans le certificat d’autorisation de
recherche ou le certificat d’avis de recherche ou,
si elle n’est pas précisée, la quantité nécessaire
pour mener à bien la recherche.
Unused Pest Control Products
Produit inutilisé
65. A research establishment must return to the
manufacturer any unused unregistered pest control
products.
66. A research establishment must return to the
manufacturer any unused registered pest control
product unless it is kept by the research establishment to be used by a researcher or cooperator involved in the research in a way that is consistent
with the directions on the approved label.
65. L’établissement de recherche retourne au fabricant tout produit antiparasitaire non homologué
inutilisé.
66. L’établissement de recherche retourne au fabricant tout produit antiparasitaire homologué inutilisé à moins qu’il ne le garde pour qu’un chercheur
ou un collaborateur participant à la recherche l’utilise conformément aux instructions figurant sur l’étiquette approuvée.
Conditions for
import
Unregistered
products
Registered
products
Copies
Interdiction
Exigences
Conditions
d’importation
Produit non
homologué
Produit
homologué
673
2006-06-28
Researchers
and cooperators
only
Treated food
and feed crops
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Distribution
Distribution
67. A research establishment may not distribute a
pest control product that is used in the conduct of
research to any person that is not a researcher or
cooperator involved in the research, except in accordance with section 65 or 66.
68. When a research authorization certificate is
issued, treated food and feed crops from research
sites and meat (including meat by-products and fat),
milk and eggs that may contain residues as a result
of the research must not be sold unless
(a) written authorization to do so is set out on the
certificate; and
(b) in the case of research that involves the use of
a chemical pest control product, residues do not
exceed an amount that would result in the sale of
the food being prohibited under section 4 of the
Food and Drugs Act.
67. L’établissement de recherche ne peut distribuer le produit antiparasitaire employé dans le cadre d’une recherche qu’à un chercheur ou un collaborateur participant à la recherche, sauf si la distribution est conforme aux articles 65 ou 66.
68. Lorsqu’un certificat d’autorisation de recherche est délivré, les cultures traitées destinées à la
consommation humaine ou animale et provenant de
sites de recherche, ainsi que la viande, y compris le
gras et les sous-produits de viande, le lait et les
œufs susceptibles de contenir des résidus à la suite
des travaux de recherche ne peuvent pas être vendus, sauf si :
a) une autorisation écrite en ce sens figure au
certificat;
b) des produits antiparasitaires chimiques ayant
été utilisés, la quantité de résidus ne dépasse pas
une concentration entraînant, aux termes de l’article 4 de la Loi sur les aliments et drogues, l’interdiction de vendre l’aliment.
69. Dans le cas des travaux de recherche qui respectent les critères énoncés à l’article 53 et pour
lesquels un certificat d’avis de recherche est délivré :
a) si des produits antiparasitaires chimiques sont
utilisés, les cultures traitées destinées à la consommation humaine ou animale et provenant de
sites de recherche, ainsi que la viande, y compris
le gras et les sous-produits de viande, le lait et les
œufs susceptibles de contenir des résidus à la
suite des travaux de recherche ne peuvent pas
être vendus, sauf si la quantité de résidus ne dépasse pas une concentration entraînant, aux termes de l’article 4 de la Loi sur les aliments et
drogues, l’interdiction de vendre l’aliment;
b) si des agents microbiens sont utilisés, autres
qu’un agent microbien qui contient le Bacillus
thuringiensis homologué pour utilisation sur les
cultures, les cultures vivrières et fourragères traitées provenant des sites de recherche, ainsi que la
viande, y compris le gras et les sous-produits de
viande, le lait et les œufs susceptibles de contenir
des résidus à la suite des travaux de recherche ne
peuvent pas être vendus.
70. Dans le cas des travaux de recherche qui respectent les critères énoncés au paragraphe 55(2), les
cultures traitées destinées à la consommation humaine ou animale et provenant de sites de recherche, ainsi que la viande, y compris le gras et les
sous-produits de viande, le lait et les œufs susceptibles de contenir des résidus à la suite des travaux de
recherche ne peuvent pas être vendus, sauf si :
a) des produits antiparasitaires chimiques ayant
été utilisés, la quantité de résidus ne dépasse pas
une concentration entraînant, aux termes de
l’article 4 de la Loi sur les aliments et drogues,
l’interdiction de vendre l’aliment;
b) des écomones ayant été utilisées, les travaux
sont conformes aux critères énoncés au sousalinéa 55(2)c)(viii).
Research —
section 53
criteria
69. In the case of research that meets the criteria
set out in section 53 and for which a research notification certificate is issued,
(a) in the case of research that involves the use of
a chemical pest control product, treated food and
feed crops from research sites and meat (including meat by-products and fat), milk and eggs that
may contain residues as a result of research must
not be sold unless the residues do not exceed an
amount that would result in the sale of the food
being prohibited under section 4 of the Food and
Drugs Act; and
(b) in the case of research that involves the use of
a microbial agent, other than one that contains
Bacillus thuringiensis registered for use on agricultural crops, treated food and feed crops from
research sites and meat (including meat byproducts and fat), milk and eggs that may contain
residues as a result of research must not be sold.
Research —
subsection 55(2)
criteria
70. In the case of research that meets the criteria
set out in subsection 55(2), treated food and feed
crops from research sites and meat (including meat
by-products and fat), milk and eggs that contain
residues as a result of research must not be sold
unless
(a) in the case of research that involves the use of
a chemical pest control product, residues do not
exceed an amount that would result in the sale of
the food being prohibited under section 4 of the
Food and Drugs Act; and
(b) in the case of research that involves the use of
a semiochemical, the research meets the criteria
set out in subparagraph 55(2)(c)(viii).
674
Chercheurs et
collaborateurs
Cultures
traitées
destinées à la
consommation
humaine ou
animale
Recherche —
critères de
l’article 53
Recherche —
critères du
paragraphe
55(2)
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
SAMPLING
ÉCHANTILLONNAGE
71. A sample of a pest control product that is
taken by an inspector under paragraph 48(1)(b) of
the Act must be representative of the lot from
which it is taken and may consist of
(a) the entire package, in the case of a liquid
packaged in containers of less than 5 L;
(b) the entire package, in the case of a dry material packaged in containers of less than 5 kg; and
(c) the entire device, in the case of a device.
71. L’échantillon d’un produit antiparasitaire
prélevé par l’inspecteur en vertu de l’alinéa 48(1)b)
de la Loi doit être représentatif du lot dont il provient et il peut, dans les cas ci-après, être constitué
du tout :
a) le produit liquide emballé dans un contenant
de moins de 5 L;
b) le produit sec emballé dans un contenant de
moins de 5 kg;
c) un dispositif.
DETENTION
RÉTENTION
72. If a pest control product is seized under subsection 52(1) of the Act, the inspector must attach a
detention tag to at least one package of the pest
control product in the lot that is seized.
72. Lorsqu’un produit antiparasitaire est saisi en
application du paragraphe 52(1) de la Loi, l’inspecteur doit fixer une étiquette de rétention à au moins
un emballage du produit du lot qui a été saisi.
TRANSITIONAL
DISPOSITION TRANSITOIRE
Meaning of
“old
Regulations”
73. (1) In subsections (2) to (4), “old Regulations” means the Pest Control Products Regulations, C.R.C., c. 1253, as they read immediately
before the coming into force of these Regulations.
Deemed
equivalency
certificates
(2) A letter of acceptance with respect to a
pest control product that was issued by the Minister on the basis of a determination of equivalence under section 5 of the old Regulations
within two years before the day on which these
Regulations come into force is deemed to be an
equivalency certificate issued under subsection 39(5) of these Regulations with an expiry
date that is one year after that day.
Completed
applications
(3) When information that is required under
section 17 of the old Regulations was provided
before the coming into force of these Regulations
but a final registration decision has not been
made when these Regulations come into force,
the information requirement is deemed to have
been imposed for the purpose of these Regulations by delivery of a notice under section 12 of
the Act, and section 14 of these Regulations applies to the registration.
Incomplete
applications
(4) When the holder of a temporary registration has not provided the information required
under section 17 of the old Regulations before
these Regulations come into force, they may
make a new application for registration in accordance with the Act.
73. (1) Aux paragraphes (2) à (4), « ancien règlement » s’entend du Règlement sur les produits
antiparasitaires, C.R.C., ch. 1253, dans sa version antérieure à l’entrée en vigueur du présent
règlement.
(2) Une lettre d’acceptation à l’égard d’un
produit antiparasitaire délivrée par le ministre,
en raison d’une détermination d’équivalence
aux termes de l’article 5 de l’ancien règlement,
dans les deux années qui précèdent l’entrée en
vigueur du présent règlement est réputée être un
certificat d’équivalence délivré en vertu du paragraphe 39(5) du présent règlement et sa date
d’échéance est un an après l’entrée en vigueur
du présent règlement.
(3) Lorsque les renseignements exigés aux
termes de l’article 17 de l’ancien règlement ont
été fournis avant la date d’entrée en vigueur du
présent règlement, mais qu’une décision définitive n’a pas encore été prise à cette date,
l’exigence en matière de renseignements est réputée avoir été imposée pour l’application du
présent règlement par remise d’un avis en vertu
de l’article 12 de la Loi et l’article 14 du présent
règlement s’applique à cette homologation.
(4) Lorsque le titulaire d’une homologation
temporaire n’a pas fourni les renseignements
exigés aux termes de l’article 17 de l’ancien règlement avant l’entrée en vigueur du présent
règlement, il peut faire une nouvelle demande
d’homologation conformément à la Loi.
REPEAL
ABROGATION
Pest Control
Products
Regulations
74. The Pest Control Products Regulations 1 are
repealed.
74. Le Règlement sur les produits antiparasitaires1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
75. These Regulations come into force on
June 28, 2006.
75. Le présent règlement entre en vigueur
le 28 juin 2006.
Representative
samples
Detention tag
Coming into
force
———
———
1
1
C.R.C., c. 1253
Échantillon
représentatif
Étiquette
Sens de
« ancien
règlement »
Équivalent de
certificat
Dossier
complet
Dossier
incomplet
Règlement sur
les produits
antiparasitaires
Entrée en
vigueur
C.R.C., ch. 1253
675
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
SCHEDULE 1
(Paragraph 3(1)(a) and section 30)
ANNEXE 1
(alinéa 3(1)a) et article 30)
PRESCRIBED DEVICES
DISPOSITIFS RÉGLEMENTAIRES
1. Garment bags, cabinets or chests that are manufactured, represented or sold as a means to protect clothing or fabrics from
pests.
2. Devices that are manufactured, represented or sold as a
means to attract or destroy flying insects, or to attract and destroy
them.
3. Devices that are manufactured, represented or sold as a
means to repel pests by causing them physical discomfort by
means of sound, touch or electromagnetic radiation.
4. Devices for attachment to garden watering hoses that are
manufactured, represented or sold as a means to dispense or apply
a pest control product.
5. Devices that are manufactured, represented or sold as a
means to provide the automatic or unattended application of a
pest control product.
6. Devices that are sold for use with chemical products that
contain cyanide as a means to control animal pests.
1. Sacs à vêtements, armoires ou coffres qui sont fabriqués,
présentés ou vendus comme moyen de protéger les vêtements ou
les tissus contre les parasites.
2. Dispositifs qui sont fabriqués, présentés ou vendus comme
moyen d’attirer ou de détruire les insectes volants, ou les deux.
SCHEDULE 2
(Subparagraph 4(1)(b)(i) and subsection 4(2))
ANNEXE 2
(sous-alinéa 4(1)b)(i) et paragraphe 4(2))
PEST CONTROL PRODUCTS EXEMPT FROM
REGISTRATION
PRODUITS ANTIPARASITAIRES EXEMPTÉS DE
L’HOMOLOGATION
1. Feed for animals, if the pest control product contained in the
feed is registered under the Act for the purpose of mixing with
feed.
2. A fertilizer that is subject to the Fertilizers Act, if the pest
control product contained in it is registered under these Regulations.
3. Seed that has been treated with a pest control product that is
registered for the purpose of treating such seed, if
(a) the seed is sold and shipped in bulk and the documents that
accompany the shipment include the common chemical name
of the active ingredient of the pest control product used to treat
the seed or, if it has no common chemical name, its chemical or
other name; or
(b) in the case of seed that is packaged for distribution, the label shows the statement “This seed is treated with”, followed
by the name of the pest control product, including the chemical
name or common chemical name of its active ingredient, together with the appropriate precautionary symbols and signal
words set out in Schedule 3 and any other applicable statements that are required by these Regulations.
4. A water conditioner that
(a) is represented to control algae and is for use in or around
homes in humidifiers, aquariums, waterbeds or any appliance
that has a water reservoir;
(b) contains as its only active ingredient at most 60% copper
sulphate registered under the Act; and
(c) is in a package whose label shows all of the following information:
1. Aliments pour animaux si le produit antiparasitaire contenu
dans ces aliments est homologué en vertu de la Loi à des fins de
mélange avec des aliments pour animaux.
2. Engrais visé par la Loi sur les engrais si le produit antiparasitaire qu’il contient est homologué aux termes du présent règlement.
3. Semence traitée avec un produit antiparasitaire homologué à
cette fin dans l’un ou l’autre des cas suivants :
a) la semence est vendue et expédiée en vrac et les documents
accompagnant l’expédition portent le nom chimique commun
du principe actif que contient le produit antiparasitaire utilisé
pour traiter la semence, ou s’il n’en existe pas, le nom chimique ou autre nom de ce principe;
b) lorsque la semence est emballée pour distribution, l’étiquette
porte l’énoncé « Cette semence a été traitée avec » suivi du
nom du produit antiparasitaire, y compris le nom chimique ou
nom chimique commun de son principe actif, ainsi que les
mots-indicateurs ou les symboles avertisseurs appropriés figurant à l’annexe 3, de même que les autres énoncés exigés par le
présent règlement.
4. Agent de conditionnement de l’eau qui, à la fois :
a) est présenté comme un algicide et est destiné à servir à
l’intérieur des lieux d’habitation ou autour de ceux-ci, dans les
humidificateurs, les aquariums, les lits d’eau ou les appareils
munis d’un réservoir d’eau;
b) contient au plus 60 % de sulfate de cuivre homologué en
vertu de la Loi, lequel est son seul principe actif;
c) est dans un emballage dont l’étiquette comporte :
676
3. Dispositifs qui sont fabriqués, présentés ou vendus comme
moyen de chasser les parasites en les incommodant par des sons,
par un contact ou par un rayonnement électromagnétique.
4. Dispositifs à fixer à des tuyaux d’arrosage de jardin qui sont
fabriqués, présentés ou vendus comme moyen de distribuer ou
d’épandre un produit antiparasitaire.
5. Dispositifs qui sont fabriqués, présentés ou vendus comme
moyen d’assurer l’épandage automatique ou sans surveillance
d’un produit antiparasitaire.
6. Dispositifs qui sont vendus pour être utilisés, avec des produits chimiques contenant du cyanure, comme moyen de lutte
contre les animaux nuisibles.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(i) une aire d’affichage principale où figurent :
(A) la mention du rôle de l’agent de conditionnement qui
est précisé à l’alinéa a),
(B) les renseignements visés aux articles 1 à 3 du tableau
de l’article 6,
(C) le symbole avertisseur illustré à la colonne 2 de
l’annexe 3 en regard de l’article 7, si la concentration de
sulfate de cuivre dans l’agent de conditionnement de l’eau
est celle figurant à la colonne 1 du tableau du présent article en regard des articles 2 ou 3,
(D) les mots-indicateurs appropriés prévus à la colonne 2
du tableau du présent article,
(ii) une aire d’affichage secondaire où figurent les renseignements visés aux articles 4 à 7 du tableau de l’article 6.
(i) on the principal display panel,
(A) the identity of the water conditioner in terms of its
function referred to in paragraph (a),
(B) the information set out in items 1 to 3 of the table to
section 6,
(C) in the case of a water conditioner whose concentration
of copper sulphate is set out in column 1 of item 2 or 3 of
the table to this section, the precautionary symbol set out
in column 2 of item 7 of Schedule 3, and
(D) the appropriate signal words set out in column 2 of the
table to this section, and
(ii) on the secondary display panel, the information set out in
items 4 to 7 of the table to section 6.
TABLE TO SECTION 4
TABLEAU DE L’ARTICLE 4
Column 2
Item
Column 1
Concentration of Copper Sulphate in
Water Conditioner
Signal Words
Article
Colonne 1
Colonne 2
Concentration de sulfate de cuivre dans l’agent
de conditionnement de l’eau
Mots-indicateurs
1.
2.
3.
Less than 12%
12% or more but less than 30%
30% or more but not more than 60%
None
“Caution — Poison”
“Warning — Poison”
1.
2.
3.
Moins de 12 %
12 % ou plus et moins de 30 %
30 % ou plus mais pas plus de 60 %
5. A device that is manufactured, represented or sold as a
means to attract and destroy flying insects indoors, by means
other than the use of an active ingredient that is a chemical, if
(a) the device is certified by the Canadian Standards Association as meeting the requirements of Standard CAN/CSA-C22.2
No. 189-M89, entitled High-Voltage Insect Killers, as amended
from time to time; and
(b) all of the following information appears on the label of the
device:
(i) the logo of the Canadian Standards Association,
(ii) the identity of the device in terms of its function,
(iii) the information set out in items 3 to 6 of the table to section 6,
(iv) the precaution statement “This device should not be installed directly on or over surfaces where food is exposed,
processed or prepared.”, and
(v) the statement “To aid in the reduction of housefly population, use this device in conjunction with sanitary practices.”.
6. A device that is manufactured, represented or sold as a
means to attract and destroy flying insects outdoors, by means
other than the use of an active ingredient that is a chemical, if
(a) the device is certified by the Canadian Standards Association as meeting the requirements of Standard CAN/CSA-C22.2
No. 189-M89, entitled High-Voltage Insect Killers, as amended
from time to time; and
(b) all of the following information appears on the label of the
device:
(i) the logo of the Canadian Standards Association,
(ii) the identity of the device in terms of its function,
(iii) the information set out in items 3 to 6 of the table to this
section,
(iv) the statement “For Outdoor Use Only.”, and
(v) the statement “This device does not control blackflies,
mosquitoes or other biting flies.”.
Aucun
« Attention — Poison »
« Avertissement —
Poison »
5. Dispositif fabriqué, présenté ou vendu comme moyen
d’attirer et de détruire à l’intérieur les insectes volants sans utilisation d’un principe actif chimique, et répondant aux conditions
suivantes :
a) l’Association canadienne de normalisation certifie que
le dispositif est conforme à sa norme CAN/CSA-C22.2
no 189-M89 intitulée Insectillices haute tension, avec ses modifications successives;
b) l’étiquette du dispositif porte les renseignements suivants :
(i) le logo de l’Association canadienne de normalisation,
(ii) une indication du rôle du dispositif,
(iii) les renseignements visés aux articles 3 à 6 du tableau de
l’article 6,
(iv) la mise en garde : « Ne pas installer directement sur les
surfaces où des aliments sont exposés, traités ou préparés ou
au-dessus de celles-ci. »,
(v) l’énoncé : « Pour aider à réduire les populations de mouches domestiques, utiliser le dispositif de concert avec des
pratiques hygiéniques. ».
6. Dispositif fabriqué, présenté ou vendu comme moyen
d’attirer et de détruire à l’extérieur les insectes volants, sans utilisation d’un principe actif chimique, et répondant aux conditions
suivantes :
a) l’Association canadienne de normalisation certifie que
le dispositif est conforme à sa norme CAN/CSA-C22.2
no 189-M89 intitulée Insectillices haute tension, avec ses modifications successives;
b) l’étiquette du dispositif porte les renseignements suivants :
(i) le logo de l’Association canadienne de normalisation,
(ii) une indication du rôle du dispositif,
(iii) les renseignements visés aux articles 3 à 6 du tableau du
présent article,
(iv) l’énoncé : « Uniquement pour usage à l’extérieur »,
(v) l’énoncé : « Ne détruit pas les mouches noires, les moustiques ni les autres mouches piqueuses. ».
677
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
TABLE TO SECTION 6
TABLEAU DE L’ARTICLE 6
1. The following guarantee statement:
(a) the word “GUARANTEE”, followed by a colon;
(b) the common chemical name of the active ingredient of
the pest control product or, if it has no common chemical
name, its chemical or other name; and
(c) the concentration of the active ingredient, expressed, if
the pest control product is
(i) a liquid, as a percentage by mass, or as mass per unit
volume, or both, or
(ii) a dust, wettable powder or other dry formulation, as a
percentage by mass.
1. L’énoncé de garantie est rédigé en ces termes :
a) le mot « GARANTIE », suivi d’un deux-points;
b) le nom chimique commun du principe actif du produit
antiparasitaire ou, s’il n’en existe pas, le nom chimique ou
autre de ce principe;
c) la concentration en principe actif, exprimée ainsi :
(i) si le produit est un liquide, en pourcentage par rapport
à la masse ou en masse par unité de volume, ou les deux,
(ii) si le produit est une poudre, une poudre mouillable ou
une autre forme sèche, en pourcentage par rapport à la
masse.
2. A declaration of net quantity of the package, expressed
(a) by volume, if the pest control product is a liquid or gas
or is viscous; or
(b) by mass, if the pest control product is a solid or
pressure-packed.
2. Une déclaration de la quantité nette du produit antiparasitaire dans l’emballage, exprimée :
a) en volume, si le produit est liquide, gazeux ou visqueux;
b) en masse, si le produit est solide ou emballé sous pression.
3. The name and postal address of the distributor.
3. Les nom et adresse postale du distributeur.
4. The directions for the use of the pest control product, including application rates, timing of application and any limitations on its use.
4. Le mode d’emploi du produit antiparasitaire, y compris les
doses et le calendrier d’épandage, ainsi que toute limite d’emploi.
5. Information that identifies any risks associated with the
handling, storage, display, distribution and disposal of the pest
control product, and instructions on procedures to reduce those
risks.
5. Les renseignements qui identifient tous les risques relatifs à
la manipulation, au stockage, à la présentation, à la distribution et à la disposition du produit antiparasitaire, ainsi que des
instructions sur les méthodes à suivre pour réduire ces risques.
6. Information that identifies any risks to health, the environment or anything in connection with which the pest control
product is to be used, and instructions on procedures to reduce
those risks.
6. Des renseignements qui identifient tous les risques pour la
santé, pour l’environnement ou pour les choses en rapport
avec lesquelles le produit antiparasitaire est destiné à être utilisé, ainsi que des instructions sur les méthodes à suivre pour
réduire ces risques.
7. Instructions in first aid, under the heading “FIRST AID
INSTRUCTIONS”, that set out the practical measures to be
taken in the event of poisoning, intoxication or injury caused
by the pest control product.
7. Sous la rubrique « PREMIERS SOINS », des instructions
qui énoncent les mesures pratiques à prendre en cas d’empoisonnement, d’intoxication ou de blessure causés par le produit antiparasitaire.
7. A swimming pool product that
(a) is represented or sold as a product whose function is to control bacteria or algae, or both;
(b) contains as its only active ingredient a registered active ingredient of the type, concentration and percentage of available
chlorine set out in the table to this section; and
(c) is in a package and whose label shows all of the following
information:
(i) on the principal display panel,
(A) the identity of the product in terms of its function referred to in paragraph (a),
(B) the information set out in items 1 to 3 of the table to
section 6,
(C) the appropriate signal words set out in column 4 of the
table to this section,
(D) in the case of an active ingredient set out in column 1
of the table to this section, the precautionary symbol set
out in column 5 of item 1 or of paragraph 2(b), 3(b), 4(b),
5(b) or 6(b) of that table, as applicable, and
678
7. Produit pour piscines qui, à la fois :
a) est présenté ou vendu comme servant à la lutte contre les
bactéries ou les algues, ou les deux;
b) contient un seul principe actif, lequel est homologué, et dont
le type, la concentration et le pourcentage de chlore actif sont
indiqués dans le tableau du présent article;
c) est dans un emballage dont l’étiquette comporte :
(i) une aire d’affichage principale où figurent :
(A) la mention du rôle du produit qui est précisé à l’alinéa a),
(B) les renseignements visés aux articles 1 à 3 du tableau
de l’article 6,
(C) les mots-indicateurs appropriés prévus à la colonne 4
du tableau du présent article,
(D) dans le cas d’un principe actif mentionné à la colonne 1 du tableau du présent article, le symbole avertisseur
illustré à la colonne 5 en regard de l’article 1 ou des alinéas 2b), 3b), 4b), 5b) ou 6b) de ce tableau, selon le cas,
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
(E) in the case of an active ingredient set out in column 1
of any of items 2 to 6 of the table to this section, the precautionary symbol set out in column 5 of paragraph 2(a),
3(a), 4(a), 5(a) or 6(a) of that table, as applicable, and
(ii) on the secondary display panel, the information set out in
items 4 to 7 of the table to section 6.
(E) dans le cas d’un principe actif mentionné à la colonne 1
en regard de l’un ou l’autre des articles 2 à 6 du tableau du
présent article, le symbole avertisseur illustré à la colonne 5
en regard des alinéas 2a), 3a), 4a), 5a) ou 6a) de ce tableau, selon le cas,
(ii) une aire d’affichage secondaire où figurent les renseignements visés aux articles 4 à 7 du tableau de l’article 6.
TABLE TO SECTION 7
Column 1
Column 2
Column 3
Item
1.
Active Ingredient
Sodium Hypochlorite
Concentration (%)
10.8
Available Chlorine (%) Signal Words
10.3
“Warning — Corrosive”
2.
Calcium Hypochlorite
65 or 70
65 or 70
3.
4.
5.
6.
Lithium Hypochlorite
29
Trichloro-s-triazinetrione 100
Sodium Dichloro-striazinetrione
Sodium Dichloro-striazinetrione dihydrate
100
100
35
90
62
56
Column 4
Column 5
Precautionary
Symbol
(a) “Warning — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
(a) “Warning — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
(a) “Caution — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
(a) “Caution — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
(a) “Caution — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
679
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
TABLEAU DE L’ARTICLE 7
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Article Principe actif
1.
Hypochlorite de sodium
Concentration %
10,8
Chlore actif %
10,3
Mots-indicateurs
« Avertissement — Corrosif »
2.
65 ou 70
65 ou 70
a) « Avertissement —
Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
a) « Avertissement —
Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
a) « Attention — Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
a) « Attention — Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
a) « Attention — Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
Hypochlorite de calcium
3.
Hypochlorite
de lithium
4.
29
Trichloro-s-triazinetrione 100
5.
Dichloro-s-triazinetrione
de sodium
6.
Dihydrate de dichloro-striazinetrione de sodium
100
100
35
90
62
56
8. A spa product that
(a) is represented or sold as a product whose function is to control bacteria or algae, or both;
(b) contains as its only active ingredient a registered active ingredient of the type, concentration and percentage of available
chlorine set out in the table to this section; and
(c) is in a package and whose label shows all of the following
information:
680
Colonne 5
Symboles
avertisseurs
8. Produit pour spas qui, à la fois :
a) est présenté ou vendu comme moyen de lutte contre les bactéries ou les algues, ou les deux;
b) contient un seul principe actif, lequel est homologué, et dont
le type, la concentration et le pourcentage de chlore actif sont
indiqués dans le tableau du présent article;
c) est dans un emballage dont l’étiquette comporte :
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
(i) on the principal display panel,
(A) the identity of the product in terms of its function referred to in paragraph (a),
(B) the information set out in items 1 to 3 of the table to
section 6,
(C) the appropriate signal words set out in column 4 of the
table to this section,
(D) in the case of an active ingredient set out in column 1
of any of items 1 to 3 and 5 of the table to this section, the
precautionary symbol set out in column 5 of paragraph 1(b), 2(b) or 3(b) or item 5 of that table, as applicable, and
(E) in the case of an active ingredient set out in column 1
of any of items 1 to 3 of the table to this section, the precautionary symbol set out in column 5 of paragraph 1(a),
2(a) or 3(a) of that table, as applicable, and
(ii) on the secondary display panel, the information set out in
items 4 to 7 of the table to section 6.
(i) une aire d’affichage principale où figurent :
(A) la mention du rôle du produit qui est précisé à l’alinéa a),
(B) les renseignements visés aux articles 1 à 3 du tableau
de l’article 6,
(C) les mots-indicateurs appropriés prévus à la colonne 4
du tableau du présent article,
(D) dans le cas d’un principe actif mentionné à la colonne 1 en regard de l’un ou l’autre des articles 1 à 3 et 5 du
tableau du présent article, le symbole avertisseur illustré à
la colonne 5 en regard des alinéas 1b), 2b) ou 3b) ou de
l’article 5 de ce tableau, selon le cas,
(E) dans le cas d’un principe actif mentionné à la colonne
1 en regard de l’un ou l’autre des articles 1 à 3 du tableau
du présent article, le symbole avertisseur illustré à la colonne 5 en regard des alinéas 1a), 2a) ou 3a) de ce tableau, selon le cas,
(ii) une aire d’affichage secondaire où figurent les renseignements visés aux articles 4 à 7 du tableau de l’article 6.
TABLE TO SECTION 8
Item
1.
2.
3.
4.
5.
Column 1
Column 2
Column 3
Active Ingredient
Lithium Hypochlorite
Concentration (%)
29
Available Chlorine (%) Signal Words
35
(a) “Warning — Poison”
Sodium Dichloro-striazinetrione
Sodium Dichloro-striazinetrione dihydrate
100
100
Sodium Bromide
35
Potassium Monopersulfate 32
62
56
N/A
N/A
Column 4
Column 5
Precautionary
Symbol
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
(a) “Caution — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
(a) “Caution — Poison”
(a)
(b) “Caution — Corrosive”
(b)
None
“Caution — Corrosive”
None
681
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
TABLEAU DE L’ARTICLE 8
Colonne 1
Article Principe actif
1.
Hypochlorite de lithium
2.
Dichloro-s-triazinetrione
de sodium
3.
Dihydrate de
dichloro-s-triazinetrione
de sodium
4.
5.
Bromure de sodium
Monopersulfate de
potassium
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Concentration %
29
Chlore actif %
35
Mots-indicateurs
a) « Avertissement —
Poison »
100
100
35
32
62
56
---
Colonne 5
Symboles
avertisseurs
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
a) « Attention — Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
a) « Attention — Poison »
a)
b) « Attention — Corrosif »
b)
Aucun
« Attention — Corrosif »
Aucun
SCHEDULE 3
(Paragraph 26(1)(e), subsection 34(2) and Schedule 2)
ANNEXE 3
(alinéa 26(1)e), paragraphe 34(2) et annexe 2)
SIGNAL WORDS AND PRECAUTIONARY SYMBOLS
MOTS-INDICATEURS ET SYMBOLES AVERTISSEURS
Item
1.
Column 1
Signal Word
Caution
2.
Article
1.
Colonne 1
Mots-Indicateurs
Attention
Danger
2.
Danger
3.
Warning
3.
Avertissement
4.
Corrosive
4.
Corrosif
682
Column 2
Precautionary Symbol
Colonne 2
Symboles avertisseurs
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
SCHEDULE 3 —Continued
ANNEXE 3 (suite)
SIGNAL WORDS AND PRECAUTIONARY SYMBOLS
MOTS-INDICATEURS ET SYMBOLES AVERTISSEURS
Item
5.
Column 1
Signal Word
Explosive
6.
7.
Column 2
Precautionary Symbol
Article
5.
Colonne 1
Mots-Indicateurs
Explosif
Flammable
6.
Inflammable
Poison
7.
Poison
Colonne 2
Symboles avertisseurs
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Pest Control Products Act (PCPA) and the Pest Control
Products Regulations (PCPR) provide the legislative mandate to
regulate pest control products in Canada. Health Canada’s Pest
Management Regulatory Agency (PMRA) administers the PCPA
and PCPR on behalf of the Minister of Health. A new PCPA was
given Royal Assent on December 12, 2002, and will be brought
into force with these revised Regulations (revised PCPR). Other
supporting regulations will follow shortly afterwards. The
new PCPA will replace the existing PCPA. These revised PCPR
replace the existing PCPR.
La Loi sur les produits antiparasitaires (LPA) et le Règlement
sur les produits antiparasitaires (RPA) prescrivent les fondements législatifs de la réglementation des produits antiparasitaires
au Canada. L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
(ARLA) de Santé Canada administre la LPA et le RPA au nom du
ministre de la Santé. Une version modifiée de la LPA a reçu la
sanction royale le 12 décembre 2002 et entrera en vigueur après
que les modifications au RPA actuel décrites dans le présent document aient été enchâssées (RPA révisé). D’autres règlements
afférents suivront sous peu. La nouvelle LPA remplacera l’actuelle LPA. De même, le RPA révisé remplacera le RPA précédent.
La nouvelle LPA est fondée sur trois principes essentiels : le
renforcement des mesures de protection de la santé et de
l’environnement, la transparence accrue du système de réglementation et le renforcement des mesures de contrôle dont les produits antiparasitaires font l’objet après l’homologation. Aux termes tant de la LPA en vigueur que de la nouvelle LPA, les produits antiparasitaires doivent être homologués par le ministre de
la Santé avant de pouvoir être utilisés au Canada. Un produit antiparasitaire ne sera pas homologué ou son homologation ne sera
pas renouvelée si les risques qu’il présente pour la santé et
l’environnement ainsi que sa valeur sont considérés comme inacceptables par le ministre. La nouvelle LPA est mise en application
grâce aux RPA révisé. Cette nouvelle législation garantira la
poursuite du processus d’homologation et l’exécution de la loi
tout en rendant le système de réglementation plus transparent et
efficace. L’amélioration de la transparence et de l’efficacité
s’inscrivent dans le respect des objectifs de la réglementation
intelligente. La nouvelle LPA, de même que le RPA révisé, est un
exemple de la démarche de l’ARLA pour appliquer les principes
de transparence et de responsabilité prônés par la réglementation
intelligente. Elle promeut une coopération efficace et des partenariats afin d’accorder la priorité absolue à la protection de la santé
et de l’environnement.
Le RPA révisé a été modernisé pour appuyer les objectifs de la
nouvelle LPA. Il contient toujours des dispositions où l’on définit
les termes employés dans le texte du RPA, des dispositions décrivant les types de produits antiparasitaires non visés par la Loi ou
exemptés de l’homologation, ainsi que le processus d’homologation, y compris les exigences en matière d’étiquetage des produits
The new PCPA is based on three key principles: strengthening
health and environmental protection, making the registration system more transparent and strengthening post-registration control
of pesticides. Under both the current and new PCPA, pest control
products must be registered by the Minister of Health before they
can be used in Canada. A pest control product may not be registered or may not continue to be registered unless its health and
environmental risks and its value have been determined to be
acceptable by the Minister. The new PCPA is supported by the
revised PCPR. This new legislation will ensure continuation of
the registration process for pest control products and enforcement
of the law while making the regulatory system more transparent
and efficient. Improving transparency and efficiency are in keeping with the objectives of Smart Regulation. The new PCPA,
together with the revised PCPR, is an example of how the PMRA
is applying the Smart Regulation principles of transparency and
accountability, and promoting effective cooperation and partnerships to make the protection of human health and the environment
the absolute priority.
The revised PCPR have been modernized to support the objectives of the new PCPA. They continue to include provisions describing definitions of terms used in the regulations, types of pest
control products that are exempt from the Act or registration,
procedures detailing the registration process, including provisions
relating to labelling requirements for products, packaging, storage
683
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
and display, distribution, import, sampling and detention. Therefore, the new PCPA and the revised PCPR provide a
more strengthened pest control product regulatory system. The
revised PCPR do not introduce new policy or procedural changes
in how pest control products are regulated.
antiparasitaires, l’empaquetage, l’emmagasinage et la présentation, la distribution, l’importation, l’échantillonnage et la détention. Par conséquent, la nouvelle LPA et le RPA révisé prescrivent le renforcement du système de réglementation des produits
antiparasitaires. Le RPA révisé n’inclut aucune modification
quant aux politiques et procédures régissant la réglementation du
contrôle des produits antiparasitaires.
Alternatives
Solutions envisagées
In December 2002, the new PCPA received Royal Assent. The
new PCPA will strengthen Canada’s safeguards against the risks
to people and the environment from using pest control products.
Canadians will have access to more information and new opportunities for input into major pest control product registration decisions. In order for the new PCPA to come into force, the PCPR
required revision to maintain cohesion with the new PCPA and
provide the regulatory framework for many authorities in the
new PCPA.
The revisions to the PCPR provide for ensuring coherence with
the new PCPA; modernizing and clarifying provisions in the
regulations, where appropriate; and formalizing established procedures and practices into regulation. Such revisions are supportive and consistent with the objectives of the new PCPA.
En décembre 2002, la nouvelle LPA a reçu la sanction royale.
La nouvelle LPA renforcera les mesures de protection contre les
risques pour la santé humaine et l’environnement liés à l’utilisation de produits antiparasitaires. La population canadienne
aura accès à davantage de renseignements et à de nouveaux
moyens de faire valoir ses points de vue concernant les importantes décisions en matière d’homologation de produits antiparasitaires. Pour permettre l’entrée en vigueur de la nouvelle LPA, il est
nécessaire de modifier l’actuel RPA afin d’assurer la cohérence
avec la nouvelle LPA et de fournir le cadre réglementaire à plusieurs pouvoirs légaux compris dans la nouvelle LPA.
Les changements n’incluent aucun changement quant aux politiques et procédures régissant la réglementation du contrôle des
produits antiparasitaires aux termes de l’actuel cadre de réglementation. Il en est ainsi pour réduire le plus possible les répercussions, notamment économiques, pour les entreprises tout en
permettant l’entrée en vigueur de la nouvelle LPA.
Les modifications au RPA visent à assurer la cohérence avec la
nouvelle LPA, à actualiser et à clarifier, le cas échéant, les dispositions du RPA et à officialiser sous une forme réglementaire les
procédures et pratiques établies. Ces changements appuient les
objectifs de la nouvelle LPA et y sont conformes.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Since the revisions do not introduce new policy or procedural
changes in how pest control products are regulated under the current framework, it is expected that the revised PCPR would have
no economic impacts or pose additional burden on businesses.
It was determined through a strategic environmental assessment that this regulatory initiative would result in no potential
environmental impact.
Puisque les changements ne modifient aucunement les politiques et procédures régissant la réglementation du contrôle des
produits antiparasitaires aux termes de l’actuel cadre de réglementation, il est prévu que le nouveau RPA n’aura aucune incidence économique et n’imposera aucun fardeau additionnel aux
entreprises.
Jumelé à la LPA, le nouveau RPA procurera un système de réglementation fédéral plus transparent en matière de gestion de la
lutte antiparasitaire, et il renforcera les mesures de protection de
la santé humaine et de l’environnement liées à l’utilisation des
produits antiparasitaires. Les coûts assumés par le Gouvernement
pour les infrastructures nécessaires à la mise en œuvre des exigences de transparence de la nouvelle LPA (par exemple la salle
de lecture où le public pourra consulter des renseignements utilisés aux fins de l’homologation des produits) ont déjà été planifiés.
La nouvelle LPA renforcera les mesures de protection de la
santé humaine et de l’environnement, rendra le système d’homologation plus transparent et renforcera les mesures de contrôle
dont les produits antiparasitaires font l’objet après leur homologation.
Une évaluation environnementale stratégique a permis de déterminer que cette initiative de réglementation ne comporte aucun
risque potentiel pour l’environnement.
Consultation
Consultations
The revisions to the PCPR support the coming into force of the
new PCPA. Extensive consultation took place during the development and passage of the new PCPA. The resulting new PCPA
Les modifications au RPA sont proposées pour permettre
l’entrée en vigueur de la nouvelle LPA. De longues consultations
se sont déroulées durant les processus d’élaboration et d’adoption
The revisions do not introduce new policy or procedural
changes in how pest control products are regulated under the current framework so as to minimize the economic impacts or burden on businesses while allowing the new PCPA to come into
force.
Together with the PCPA, the revised PCPR will provide for a
more transparent federal pest management regulatory system that
will afford greater human health and environmental protection
from the use of pest control products; the cost to government for
the infrastructure (e.g., a reading room where public can see information used in registering products) needed to implement the
new PCPA’s transparency requirements is already accounted for.
The new PCPA will strengthen human health and environmental protection; make the registration system more transparent;
and strengthen post registration controls on pest control products.
684
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
and revised PCPR reflect the results of such extensive consultation. Where established procedures and practices are formalized
in the revised PCPR, these areas have been consulted on previously. In the case of formalizing the research program into the
revised PCPR, consultation is reflected in regulatory directives
and regulatory proposals, upon which the research provisions in
the revised PCPR are based.
The public and the stakeholders were further informed of
the revisions to the PCPR through a presentation made at the
Pest Management Advisory Council (PMAC)’s meeting of
June 6, 2005 and a Notice of Intent published on PMRA’s Web
site on June 13, 2005.
The revised PCPR were then published in the Canada Gazette,
Part I, on November 12, 2005. Comments, following the gazetting, were received from 23 respondents, comprising industry
associations, registrants, user groups, non-governmental organizations, other government organizations, including provincial and
municipal governments and individuals.
Overall, comments received following pre-publication were
supportive of the revisions to the PCPR as it is recognized that
the revised PCPR provide for the coming into force of the
new PCPA. Many comments received sought confirmation that
the revised PCPR were not changing current practices. In keeping
with the guiding objective of not introducing new policies, the
revised PCPR reflect current procedures and practices in how pest
control products are regulated. The majority of the comments
received were technical in nature and dealt with specific regulatory provisions. These detailed comments showed a high level of
engagement from affected stakeholders. Such comments are addressed within the applicable sections, noted below. The results of
the pre-publication reinforced that revisions to the PCPR are consistent with the new PCPA and with established procedures and
practices but also provide for modernization and improved transparency.
de la nouvelle LPA. La nouvelle LPA et le nouveau RPA proposé
reflètent les résultats de ces consultations. Les procédures et pratiques établies qui ont été officialisées par leur intégration dans le
nouveau RPA ont fait l’objet de consultations préalables. Dans le
cas de l’officialisation du programme de recherche par son intégration dans le nouveau RPA, les résultats de la consultation sont
reflétés dans des directives de réglementation ainsi que dans les
propositions de réglementation sur lesquelles sont fondées les
dispositions en matière de recherche proposées aux fins du nouveau RPA.
Le public et les parties intéressées ont été davantage informés
des révisions au RPA au moyen d’une présentation faite au
Conseil consultatif sur la lutte antiparasitaire (CCLA) lors de la
réunion du 6 juin 2005 et d’un avis d’intention publié sur le site
Web de l’ARLA le 13 juin 2005.
Le RPA révisé a été ensuite publié au préalable dans la Gazette
du Canada Partie I le 12 novembre 2005. À la suite de cette publication, l’ARLA a reçu des commentaires de la part de 23 répondants provenant, notamment, d’associations de l’industrie, de
titulaires, de groupes d’utilisateurs de pesticides, d’organisations
non gouvernementales et d’autres organismes gouvernementaux,
y compris des paliers provincial et municipal ainsi que d’individus.
Dans l’ensemble, les commentaires reçus à la suite de la publication au préalable du règlement appuyaient les révisions au RPA
puisqu’il est reconnu que le RPA révisé s’inscrit dans le processus de mise en vigueur de la nouvelle LPA. Plusieurs répondants
cherchaient par leurs commentaires à confirmer que le RPA révisé ne changerait pas les pratiques actuelles. En tenant compte de
l’objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques, le RPA
révisé reflète les procédures et les pratiques actuelles en matière
de réglementation des produits antiparasitaires. La majeure partie
des commentaires reçus était de nature technique et visait des
dispositions réglementaires précises. Ces commentaires détaillés
démontraient une forte participation des intervenants concernés et
sont abordés ci-dessous en fonction des articles appropriés
du RPA. Les résultats de la publication au préalable sont venus
renforcer le fait que les révisions au RPA sont conformes à la
nouvelle LPA ainsi qu’aux procédures et aux pratiques établies,
tout en permettant une modernisation du système et une transparence accrue.
Section 1- Interpretation
Article 1 - Définitions
Section 1 contains definitions of terms used in the revised PCPR. Terms introduced in the new PCPA are defined in the
Act and these definitions also apply to the Regulations.
L’article 1 contient des définitions de termes employés dans
le RPA révisé. Les termes employés dans la nouvelle LPA sont
définis dans la LPA, et ces définitions s’appliquent également au
règlement.
Des commentaires ont été reçus au sujet de la révision de la définition de l’« étiquette de marché » afin qu’elle reflète davantage
les pratiques actuelles. Cette définition a été révisée en conséquence et prévoit une période de transition entre le renouvellement et l’impression des étiquettes de marché à l’image des changements découlant de ce renouvellement d’homologation.
Des commentaires ont également été reçus demandant des
éclaircissements sur les raisons du retrait de certains termes dans
le RPA, même si ces termes sont encore utilisés (par exemple,
« demandeur »). Ces termes font l’objet d’une définition dans les
dictionnaires habituels et, par conséquent, leurs définitions n’est
pas nécessaire dans le RPA. Un certain nombre de termes ont
aussi été retirés du RPA puisqu’ils sont désormais définis dans la
nouvelle LPA (par exemple, « matière active ») et n’ont pas besoin d’être définis dans le RPA.
Comments received requested revising the definition of “market place label” to allow for the definition to reflect current practices. This definition has been revised accordingly and provides
for the transitional period between renewal and marketplace labels being printed to reflect any changes as a result of the renewal
of registration.
Comments were also received requesting clarification on why
certain terms were removed from the regulations, even though
such terms are still used (e.g., “applicant”). Terms to which a
dictionary definition can be applied do not need to be included in
the regulations. As well, a number of terms were removed from
the regulations as these terms (e.g., “active ingredient”) are now
defined in the new PCPA and do not need to also be defined in
the PCPR.
685
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Comments were received recommending that a definition for
“chemical name” be added to the regulations, to provide clarity
on nomenclature that is to be used when submitting information
on chemical names. As this information is currently found in policy documents, no revisions were made to the regulations. Existing policy documents stipulate that when submitting chemical
names, both the International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC) and Chemical Abstracts Services (CAS) nomenclature systems are to be used.
Comments were also received requesting a definition for “electronic format” be added to the regulations, to provide guidance
when submitting labels in electronic format. No revisions were
made to the revised PCPR as existing policy documents provide
specific detail on electronic document submission.
Comments were also received requesting a definition for “bulk
container” be added to the regulations, to clarify the intent of the
section prescribing the required information when distributing
such containers. No change was made to the revised PCPR. It was
decided such a definition was not required as there have not been
compliance issues raised with this section. The PMRA will continue to monitor compliance with these Regulations and determine whether future revisions are necessary.
Several comments were received requesting revision to the
definition of “own use” as it introduced the ability for third party
to import under the Own Use Import (OUI) program. No changes
were made to this definition at this time as it is consistent with
current practices. A Task Force is currently reviewing the OUI
program and will be making recommendations upon which future
regulatory revisions will be made as appropriate. Sections 37
to 45 provide further information on the OUI provisions.
Des commentaires ont été reçus recommandant que la définition de l’« appellation chimique » soit ajoutée au règlement afin
d’éclaircir la nomenclature utilisée lors de la soumission des appellations chimiques. Puisque ces renseignements se trouvent déjà
dans les documents de politique, aucune révisions n’a été apportée au RPA. Les documents de politique actuels stipulent que lors
de la soumission des appellations chimiques, il faut avoir recours
aux noms des systèmes de nomenclature de l’Union internationale
de chimie pure et appliquée (UICPA) et du Chemical Abstracts
Services (CAS).
Des commentaires ont également été reçus demandant l’ajout
au RPA d’une définition de « format électronique » afin d’offrir
une orientation en vue de la soumission des étiquettes dans un
format électronique. Aucune révision n’a été apportée au RPA
révisé puisque les documents de politique actuels donnent des
détails précis au sujet de la soumission de document en format
électronique.
Des commentaires ont été reçus demandant l’ajout au règlement d’une définition de « contenant de grande dimension » afin
de clarifier l’objectif de cet article décrivant les renseignements
requis lors de la distribution de tels contenants. Aucune modification n’a été apportée au RPA révisé. Il a été décidé qu’une telle
définition n’était pas requise dans cet article puisqu’il n’y a pas eu
d’enjeux qui ont été soulevés au sujet de la conformité. L’ARLA
continuera de surveiller la conformité au règlement et déterminera
si de prochaines révisions sont nécessaires.
Des commentaires ont été reçus demandant de réviser la définition d’ « approvisionnement personnel » puisqu’il introduit la
possibilité pour une tierce partie d’importer un produit dans la
cadre du Programme d’importation pour approvisionnement personnel (PIAP). Aucune modification n’a été apportée à cette définition à ce moment-ci puisqu’elle est conforme aux pratiques
actuelles. Un groupe de travail révise actuellement le PIAP et fera
des recommandations grâce auxquelles les prochaines révisions
réglementaires afférentes seront faites au besoin. Les articles 37
à 45 fournissent d’autres renseignements au sujet des dispositions
relatives au PIAP.
Section 2 - Prescribed Pest Control Products
Article 2 - Désignation à titre de produit antiparasitaire
Section 2 prescribes a device, an adjuvant and a safener to be a
pest control product.
Clarification was requested as to whether registration is required for adjuvants (e.g., safeners) when added as formulants. In
response, the provision was revised to specify that an adjuvant is
only prescribed as a pest control product, when it is not an ingredient in a pest control product, but is added to or used with such a
pest control product to enhance or modify the product’s physical
or chemical characteristics or to modify an effect on host organisms in connection with which the product is intended to be used.
Existing policy documents provide additional guidance on the
registration requirements of adjuvants.
L’article 2 prévoit qu’un dispositif, un adjuvant et un phytoprotecteur sont des produits antiparasitaires.
Une clarification a été demandée à savoir si l’homologation est
requise dans les cas des adjuvants (par exemple des phytoprotecteurs) lorsqu’un formulant est ajouté au pesticide. En réponse, la
disposition a été révisée pour y préciser qu’un adjuvant est seulement prévu en tant que produit antiparasitaire lorsqu’il n’est pas
un ingrédient dans le produit mais il est ajouté ou utilisé avec un
tel produit antiparasitaire et il sert à en exalter ou modifier les
caractéristiques physiques ou chimiques ou à modifier tout effet
sur l’hôte du parasite en rapport avec lequel le produit est destiné
à être utilisé. Les documents de politique actuels fournissent une
orientation additionnelle sur les exigences en matière d’homologation des adjuvants.
Des commentaires ont été reçus demandant d’inclure une
exemption d’homologation dans le RPA visant les dispositifs
utilisés pour surveiller les organismes nuisibles à la santé publique et leurs vecteurs. Aucune modification à l’article était requise
puisque, seuls, les dispositifs dans l’annexe 1, sont assujettis au
processus d’homologation.
Comments received requested that an exemption from registration be included in the regulations for devices used to monitor
public health pests and vectors. No changes were necessary as the
only devices that are subject to registration are provided for in
Schedule 1 of these Regulations.
686
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Section 3 - Exemption of Certain Pest Control Products
Article 3 - Exemption de certains produits antiparasitaires
Section 3 exempts from the new PCPA devices, other than
those listed in a schedule to the regulations, products subject to
the Food and Drugs Act such as veterinary drugs and disinfectants as well as products imported for personal use in very small
quantities.
L’article 3 exempte de la nouvelle LPA certains produits. Parmi ces produits figurent les dispositifs, autres que ceux mentionnés en annexe du règlement, les produits assujettis à la Loi sur les
aliments et drogues tels que les drogues d’application vétérinaire
et les désinfectants ainsi que les très petites quantités de produits
importés pour usage personnel.
Des commentaires ont été reçus pour une demande d’éclaircissement à savoir pourquoi les petites quantités de produits antiparasitaires importés pour une utilisation autour de la maison par
un importateur sont exemptées de l’application de la Loi. Il est
vrai qu’en autant que les produits antiparasitaires chimiques et les
dispositifs importés à des fins non commerciales respectent certains critères, ils sont exemptés des exigences en matière
d’homologation. Ils sont considérés comme ne présentant pas des
risques inacceptables pour la santé humaine et l’environnement.
À ce point-ci, il a été décidé de ne pas retirer cette exemption.
A clarification was requested as to why small quantities of imported pesticides for use around the home by an importer are exempted from application of the Act. Provided chemical pest control products and devices imported for noncommercial uses meet
certain criteria, they are exempt from the registration requirements. They are considered to not present any unacceptable risks
to human health and the environment. At this time, it was decided
not to remove this exemption.
Section 6 - Application for Registration
Article 6 - Demande d’homologation
Section 6 sets out the information that is required to accompany an application to register or amend the registration of a pest
control product.
Comments received requested the specified criteria be expanded to include further details as provided for in policy documents.
In response to these comments, aspects of the policy documents
were added to this section without limiting the ability to be flexible and responsive to changing science and technology. Such
revisions include modifying the criteria for formulants, taking
into account that not all mixtures of formulants have specific CAS registry numbers, and providing information on the
product type, physical form and registration number, if applicable, for the product. With regards to specific details on the minimum reporting values for contaminants and other impurities,
these will remain in policy documents such that the legislative
framework can allow for responsiveness as issues and developments in science emerge.
L’article 6 décrit l’information devant accompagner une demande d’homologation ou de modification d’homologation d’un
produit antiparasitaire.
Des commentaires ont été reçus demandant d’élargir les critères précisés afin d’y inclure davantage des détails tels que fournis
dans les documents de politique. En réponse à ces commentaires,
des aspects de ces documents de politique ont été ajoutés à cet
article sans limiter la capacité à être souple et réceptif aux changements scientifiques et technologiques. Ces révisions incluent,
notamment, la modification du critère pour les formulants, la
prise en compte du fait que pas tous les mélanges de formulants
ont un numéro de CAS spécifique, et la présentation de renseignements sur le type de produit, sa forme physique et son numéro
d’homologation, s’il y a lieu. En ce qui concerne les détails précis
sur les valeurs minimales de déclaration des contaminants et
d’autres impuretés, ils demeureront dans les documents de politique afin que le cadre législatif puisse permettre une réactivité au
fur et à mesure que les enjeux émergent et au fil des développements de la science.
Section 7 - Application for registration - When Minister
requests amendment
Article 7 - Demande d’homologation - Modification
obligatoire à la demande du ministre
Section 7 requires the registrant to make an application to
amend the registration of a pest control product if requested to do
so by the Minister.
Comments received requested that this section be removed
from the regulation as not all label changes require an application
for a label amendment. The purpose of this section was to clarify
and modernize the administrative procedure that normally follows
a registration or amendment to a registration. This section does
not impact policies prescribing minor label amendments.
L’article 7 exige du demandeur de présenter une demande de
modification d’homologation d’un produit antiparasitaire si le
ministre le demande.
Des commentaires ont été reçus demandant que cet article soit
retiré du règlement puisque ce ne sont pas toutes les modifications aux étiquettes qui exigent une demande de modification à
l’étiquette. L’objectif de cet article était de clarifier et de moderniser la procédure administrative qui suit normalement une homologation ou une modification d’homologation. Cet article
n’entraîne pas de répercussions sur les politiques prescrivant des
modifications mineures de l’étiquette.
Section 8 - Application for registration - Additional
information required
Article 8 - Demande d’homologation - Autres renseignements
Section 8 sets out the data requirements to support the registration or amend the registration of a pest control product.
L’article 8 établit les exigences en matière de données pour appuyer les demandes d’homologation ou de modification de
l’homologation d’un produit antiparasitaire.
Des commentaires ont été reçus réclamant que la disposition
qui permet au demandeur de proposer une limite maximale de
Comments were received requesting that the provision identifying the need for an applicant to propose maximum residue limits
687
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
(MRLs) for animal feed be amended to be consistent with current
policy that no MRLs are established for pesticide residues in animal feed. In response to the comments, the requirement to propose MRLs for animal feeds has not been included in these Regulations.
Comments were received requesting that the provision be
amended to add more details to the data that is to be submitted
when making an application. No revisions were made as it was
decided such level of detail is best conveyed in policy documents
so as to optimize PMRA’s ability to quickly respond to emerging
issues and technological developments.
Comments were also received requesting information on the
risks posed to humans or animals exposed to pest control products. These requirements were interpreted as being new as they
were not present in any current regulation or policy documents.
The intent of these provisions was to encompass all the effects
and exposure data required to assess health risks via the occupational or the dietary exposure routes. This is consistent with current policy and practice and is in keeping with the objectives of
the new PCPA by further strengthening human health protection.
Comments were also received requesting information on how
to submit proposed MRLs. The infrastructure required to submit
this information is being addressed and will provide the requested
information to applicants through guidance documents.
Additional comments were received requesting that the terms
such as “host organism” and “derivative” be further clarified. The
request to clarify these terms, by providing definitions, has merit
and will be considered for future revisions. Revisions were not
made at this time in order to not delay the bringing into force the
new PCPA. Also, such proposed revisions would require supporting policy to be developed and consultation to take place.
Comments were received requesting that certain paragraphs in
the section be reworded. The wording in the revised PCPR was
made to reflect the wording in the new PCPA and in policy
documents which have undergone extensive consultation. One
example is the substitution of the word “suitable” with the word
“acceptable” when referring to methods of analysis.
Comments were also received requesting that all studies required in this section be mandatory as part of the product registration process. No change was made to that effect since, although
this section sets out all the data requirements that may accompany
an application for registration, only those relevant to the application must be submitted. What is normally relevant to submit as
part of applications is described in policy documents.
résidus (LMR) pour les aliments destinés à la consommation animale soit modifiée afin de correspondre à la politique actuelle aux
termes de laquelle aucune LMR n’est établie pour des résidus de
produits antiparasitaires dans les aliments pour animaux. En réponse aux commentaires, l’exigence relative à la proposition
d’une LMR pour les aliments destinés à la consommation animale
n’a pas été incluse dans le RPA.
D’autres observations recommandaient que la disposition soit
changée pour spécifier davantage l’éventail des données requises
dans le cadre de la demande d’homologation. Aucune révision n’a
été apportée car un tel niveau de particularité se véhicule mieux
au moyen des documents de politique, permettant ainsi à l’ARLA
de maximiser son aptitude à réagir rapidement face aux nouveaux
enjeux et au développement technologique.
Certains commentaires reçus abordaient l’exigence en matière
de renseignements sur les risques posés par l’exposition de produits antiparasitaires pour les humains ou les animaux. Ces exigences ont été interprétées comme étant nouvelles puisqu’elles
n’étaient pas comprises dans le RPA précédent ou dans les documents de politique. Ces dispositions visaient à comprendre tous
les effets et les données sur l’exposition requis pour l’évaluation
des risques sur la santé résultant d’une exposition professionnelle
ou alimentaire. Cela correspond à la politique ainsi qu’aux procédures actuelles tout en protégeant davantage la santé humaine
selon les objectifs de la nouvelle LPA.
De plus, des commentaires sollicitaient des renseignements sur
la manière de présenter les LMR proposées. L’ARLA examine
actuellement l’infrastructure requise pour soumettre cette information et fournira ces renseignements aux demandeurs au moyen
de documents d’orientation.
D’autres observations demandaient une précision supplémentaire de certains termes comme « organisme hôte » et « dérivé ».
Cette requête, d’apporter plus de précision par l’ajout de définitions, est recevable et l’ARLA en tiendra compte lors des prochaines révisions. De telles révisions au RPA n’ont pas été effectuées, à ce moment-ci, afin de ne pas retarder l’entrée en vigueur
de la nouvelle LPA. De plus, de telles révisions requièrent
d’abord l’élaboration d’une politique suivie d’une consultation.
L’ARLA a également reçu des remarques à l’effet que certaines dispositions de l’article nécessiteraient un remaniement. Le
texte du RPA révisé reflète celui de la nouvelle LPA et des documents de politique qui s’appuient sur des consultations détaillées. Par exemple, dans le contexte des méthodes d’analyse,
l’emploi du terme « convenable » a été remplacé par le terme
« acceptable ».
Certains commentaires enjoignaient l’ARLA à rendre toutes les
études requises par cet article obligatoires en application du processus d’homologation du produit en question. Aucun changement n’a été apporté à cet égard car, bien que cet article énonce
toutes les exigences en matière de données pouvant accompagner
une demande d’homologation, seules celles qui conviennent à la
demande doivent être présentées. Dans la plupart des cas, les exigences appropriées à la demande d’homologation sont décrites
dans les documents de politique.
Section 9 - Application for registration - Additional
information - affidavit and contents
Article 9 : Demande d’homologation - Tout autre
renseignement - affidavit et contenu
Section 9 allows an applicant access to additional information
from a source other than the applicant during the evaluation of an
application for registration or amended registration, while preserving its confidential nature. For the purpose of this section,
L’article 9 permet au demandeur d’avoir accès à des renseignements supplémentaires provenant d’une source autre que le
demandeur lors d’une demande d’homologation ou de modification d’homologation, tout en préservant leur nature confidentielle.
688
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
additional information does not include information that is provided at the request of the applicant or in support of an application.
Comments were received expressing concern that this provision would preclude applicants from engaging a consultant in the
process of making representation. To address these concerns, the
provision was revised such that the applicant will not use the information, or provide it to another person for a use, other than to
enable the applicant to make the representations.
Comments were also received requesting that sections 9 and 17
be merged together as they appear to address the same issues.
Sections 9 and 17 were not merged together as they pertain to
different matters. Although the intent of these two sections is the
same, section 9 pertains to applications for registration or
amended registration while section 17 pertains specifically to reevaluations and special reviews.
Aux fins de cet article, les autres renseignements ne comprennent
pas ceux fournis à la demande du demandeur ou à l’appui d’une
demande d’homologation.
Des commentaires ont été reçus exprimant certaines préoccupations, à savoir que cette disposition pourrait empêcher le demandeur de recourir aux services d’experts-conseils pendant le processus de représentation. Ces préoccupations ont été prises en
compte en procédant à la révision de cette disposition de telle
façon que le demandeur ne puisse ni manipuler ni transmettre
l’information sur une utilisation à une autre personne dans le seul
but de permettre au demandeur de faire les représentations.
D’autres commentaires sollicitaient la fusion des articles 9
et 17 puisqu’ils semblent toucher les mêmes questions. Cela n’est
pas possible, puisque ces articles traitent de différents sujets.
L’article 9 aborde les demandes d’homologation ou de modification de l’homologation alors que l’article 17 porte expressément
sur les réévaluations et les examens spéciaux.
Section 13 - Validity Period
Article 13 - Période de validité
Section 13 describes the maximum validity period of a pest
control product’s registration.
Comments questioned whether the section could be in conflict
with the validity period duration provided for in the new PCPA.
As the new PCPA provides authority for the regulations to specify the validity period of a product’s registration, section 13 is not
in conflict with the new Act.
L’article 13 décrit la période de validité maximale de l’homologation d’un produit antiparasitaire.
Des commentaires ont été reçus questionnant si cet article ne
serait pas en conflit avec la durée de la période de validation prévue par la nouvelle LPA. Comme la nouvelle LPA confère un
pouvoir de réglementation pour préciser la période de validité de
l’homologation d’un produit antiparasitaire, l’article 13 n’est pas
en conflit avec la nouvelle Loi.
Sections 14 and 15 - Conditional Registration
Articles 14 et 15 - Homologation conditionnelle
Sections 14 and 15 specify requirements respecting the registration of a pest control product that is conditional upon the submission of confirmatory data.
Comments received provided recommendations that a conditional registration, if granted, would not be routinely granted a
three-year validity period; the validity period should reflect the
time needed to submit confirmatory data; and a conditional registration could not be renewed, if confirmatory data was not provided when requesting renewal. No changes were required as the
conditional registration sections provide for a registration validity
period that is more in line with the time required to submit the
required confirmatory data. Such provisions allow for a reasonable balance between desired transparency and time needed to
develop confirmatory data.
Les articles 14 et 15 précisent les exigences relatives à l’homologation conditionnelle d’un produit antiparasitaire jusqu’à la
présentation des données de confirmation.
Des commentaires ont été reçus recommandant qu’une homologation conditionnelle, si accordée, ne serait pas assujettie de
façon routinière à une période de validité de trois ans. Celle-ci
devrait refléter le temps nécessaire pour soumettre les données de
confirmation tandis qu’une homologation conditionnelle ne devrait pas faire l’objet d’un renouvellement si des données de
confirmation n’étaient pas fournies au moment de la demande de
renouvellement. Aucune modification n’a été requise puisque les
articles afférents aux homologations conditionnelles prévoient
une période de validité qui soit plus réaliste, compte tenu du
temps nécessaire pour soumettre les données de confirmation
exigées. Des telles dispositions permettent la transparence et le
temps nécessaire pour générer ces données de confirmation.
Des commentaires ont été reçus demandant que des dispositions soient incluses pour permettre la prolongation ou le renouvellement d’une homologation conditionnelle si de nouvelles
données sont exigées au cours de l’évaluation des données de
confirmation requises. Aucune modification n’a été apportée
puisque ces dispositions tiennent compte des données additionnelles pouvant être exigées au cours de l’évaluation des données de
confirmation requises. Ces dispositions reflètent un équilibre raisonnable entre la transparence désirée et le besoin nécessaire pour
générer les données de confirmation.
Des commentaires ont été reçus demandant d’inclure des dispositions pour permettre le renouvellement des homologations
conditionnelles. Ces commentaires sont traités dans l’article 16.
Comments were received requesting provisions be included to
allow for the extension or renewal of a conditional registration if
new data is requested during the course of evaluating required
confirmatory data. No changes were required as the provisions do
account for additional data being requested during the course of
evaluating the requested confirmatory data. The provisions reflect
a reasonable balance between desired transparency and the time
needed to develop confirmatory data.
Comments were also received requesting provisions be included to allow for the renewal of conditional registrations. These
comments are addressed in section 16.
689
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Section 16 - Renewal of Registration
Article 16 - Renouvellement de l’homologation
Section 16 specifies requirements respecting the renewal of
pest control product registrations, including the renewal of conditional registrations.
Comments were also received requesting the addition of provisions for the renewal of conditional registrations. No changes
were necessary as section 16 provides for the renewal of such
registrations.
L’article 16 précise les exigences concernant le renouvellement
des homologations de produits antiparasitaires, y compris le renouvellement des homologations conditionnelles.
Des commentaires ont également été reçus demandant l’ajout
de dispositions en vue du renouvellement des homologations conditionnelles. Aucune modification n’a été nécessaire puisque
l’article 16 prévoit le renouvellement de telles homologations.
Section 17 - Re-evaluation and Special Reviews - Additional
information - affidavit and contents
Article 17 - Réévaluation ou examen spécial - tout autre
renseignement additionnels - affidavit et contenu
Section 17 allows a registrant access to additional information
from a source other than the registrant during the re-evaluation or
special review process, while preserving its confidential nature.
For the purpose of this section, additional information does not
include information that is provided at the request of the registrant or in support of the registration.
Comments, similar to those for section 9, were received expressing concern that this provision would preclude registrants
from engaging a consultant in the process of making representation. To address these concerns, the provision was revised such
that the registrant will not use the information, or provide it to
another person for a use, other than to enable the registrant to
make the representations.
L’article 17 permet au titulaire d’avoir accès à des renseignements supplémentaires provenant d’une source autre que le titulaire lors d’une réévaluation ou d’un examen spécial tout en préservant leur nature confidentielle. De même, aux fins de cet article, les autres renseignements additionnels ne comprennent pas
ceux fournis à la demande du titulaire.
Des commentaires ont été reçus semblables à ceux reçus relativement à l’article 9 exprimant certaines préoccupations, à savoir
que cette disposition pourrait empêcher le titulaire de recourir aux
services d’experts-conseils pendant le processus de représentation. Ces préoccupations ont été prises en compte en procédant à
la révision de cette disposition de telle façon que le titulaire ne
puisse ni manipuler ni transmettre l’information sur une utilisation à une autre personne dans le seul but de permettre au titulaire
de faire les représentations.
Section 20 - Denaturation
Article 20 - Dénaturation
Section 20 provides that the Minister may require a product to
be denatured by means of colour, odour or other means in order to
ensure that its presence would be recognized.
Comments were received requesting that the provision be
amended to reference the Seeds Act. No changes were made to
this provision as although treated seed is an example of a product
that may be coloured to indicate the presence of a pest control
product, it is not the intent of this provision to be limited to
treated seed only.
L’article 20 permet au ministre de demander qu’un produit soit
dénaturé au moyen d’un produit colorant, odorant ou autre pour
donner un signe ou un avertissement de sa présence.
Des commentaires ont été reçus demandant que la disposition
soit modifiée pour y incorporer une référence à la Loi sur les semences. Aucune modification n’a été apportée à cette disposition
puisque même si la semence traitée est un exemple d’un produit
qui peut être coloré pour indiquer la présence d’un produit antiparasitaire, l’objectif de cette disposition n’est pas de se limiter seulement aux semences traitées.
Section 21 - Advertising
Article 21 - Publicité
Section 21 clarifies the intent to prohibit any words or expressions that imply that the government is promoting, endorsing or
recommending the use of a pest control product.
L’article 21 clarifie l’intention d’interdire l’inclusion de termes
ou d’expressions qui laisseraient entendre qu’un produit antiparasitaire a été approuvé, accepté ou recommandé par le gouvernement.
Des commentaires ont été reçus demandant que la portée de
cette disposition soit élargie de sorte que l’interdiction serait applicable à tous, titulaires et gouvernements. On demandait également que les produits antiparasitaires utiles pour la santé publique
soient exclus de cette interdiction. Aucune révision à cette disposition n’a été jugée nécessaire à ce moment-ci. Le ministre de la
Santé détient le pouvoir, en vertu de la nouvelle LPA, de réviser
une étiquette de produit si cela s’avère nécessaire.
Comments received requested that the scope of this provision
be expanded such that the prohibition would be applicable to all
persons, registrants and governments. It was also requested that
public health pest control products be excluded from this prohibition. No revisions to this provision were deemed necessary at
this time. The Minister of Health has the authority, under the
new PCPA, to revise a product label, should it be necessary.
Sections 22 to 32 - Labelling
Articles 22 à 32 - Étiquettes
Sections 22 to 32 set out the requirements for the labelling of
registered pest control products.
Comments were received regarding the proposed new requirement to show the batch number of the pest control product’s
manufacture on the marketplace label. The proposed requirement
to include batch numbers on the label has not been included in
Les articles 22 à 32 énoncent les exigences relatives à l’étiquetage des produits antiparasitaires.
Des commentaires ont été reçus au sujet de la nouvelle exigence proposée d’inscrire le numéro du lot de fabrication du produit antiparasitaire sur l’étiquette de marché. L’exigence proposée
d’inclure les numéros de lot sur les étiquettes n’a pas été retenue
690
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
these Regulations. In keeping with the objective of not introducing new policies in revising the PCPR, such a requirement will be
considered for future revisions, as appropriate.
Comments were received requesting clarification on whether
there could be more than one principal and one secondary display
panels (i.e., english and french principal and secondary display
panels). In response, this provision has been revised to provide for
more than one principal and secondary display panels on a label.
Comments were received to remove the requirement to include
a distinctive brand or trade-mark on the principal display panel of
a product label, stating that such requirement is new and would
have an impact on industry. The provision in the english version
of the PCPR has been reworded to clarify that the inclusion
of this information on the principal display panel of a label is
optional. No changes were necessary in the french version of
the PCPR. The inclusion of this information is optional and
should not present an impact on industry. Submission of this optional information was also reflected under the existing PCPR.
Comments were received requesting the ability to use abbreviated forms of the pest control product registration number and the
name of the PCPA on pest control product labels, regardless of
label size. In response, this requirement has been revised to provide for the use of abbreviations of the registration number and
name of the Act on product labels, regardless of the size of the
label.
Comments received requested the labelling provisions be less
prescriptive, with specific requirements for labelling addressed
through policy documents. No revisions were made at this time,
in keeping with the objective of not introducing new policies in
revising the PCPR. The new PCPA provides authority to the Minister to determine labelling requirements through regulations.
Certain details are best specified in regulations for more transparency and compliance.
Requests were received, suggesting the heading “Toxicological
Information” required on the secondary display panel be revised
to “Antidotes and Remedial Measures”. Revisions were not
made at this time in order to not delay the bringing into force the
new PCPA. Also, such proposed revisions would require supporting policy to be developed and consultation to take place.
Comments were received requesting that the Notice to Buyer
statement that has been removed from the PCPR be reinstated or
revised to allow for continued use of a similar statement. The
provision for the Notice to Buyer statement was removed for a
number of reasons. The previous Notice to Buyer statement was
incorrect in that if the buyer was not involved in the use or handling of the product which resulted in loss or harm, there would
likely be no liability attached to the buyer. In addition, the matter
of liability with respect to the use or handling of a pest control
product is governed by provincial law and cannot be properly
included on a label approved by a federal authority. The label
statement could, in fact, be in conflict with the law of the province in which the activity occurred, in which case it would be
conveying incorrect information. The portion of the statement
pertaining to liability associated with the use of the product has,
however, been retained and added to the Notice to User statement.
dans ce RPA. En tenant compte de notre objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques à ce moment-ci dans le RPA révisé,
une telle exigence sera considérée lors des révisions prochaines,
au besoin.
Des commentaires ont été reçus demandant de retirer l’exigence d’inclure une marque distinctive ou une marque de commerce sur l’aire d’affichage principale de l’étiquette d’un produit
compte tenu qu’une telle exigence est nouvelle et aurait des répercussions sur l’industrie. La disposition dans la version anglaise
du RPA a été remaniée afin de préciser que l’inclusion de cette
information sur l’aire d’affichage principale d’une étiquette est
facultative. Aucune modification n’était nécessaire dans la version française du RPA. L’inclusion de cette information est facultative et ne devrait pas causer de répercussions sur l’industrie.
La soumission facultative de cette information est également présente dans l’actuel RPA.
Des commentaires ont été reçus demandant de permettre
d’utiliser des formes abrégées du numéro d’homologation du
produit antiparasitaire et du nom de la LPA sur l’étiquette d’un
produit homologué quelque soit la taille de l’étiquette. En réponse, cette exigence a été révisée afin de prévoir l’utilisation
d’abréviations du numéro d’homologation et du nom de la Loi sur
l’étiquette d’un produit, quelque soit la taille de l’étiquette.
Des commentaires ont été reçus demandant que les dispositions
relatives à l’étiquetage soient moins normatives en traitant plutôt
de plusieurs exigences précises dans des documents de politique.
Aucune révision n’a été faite à la suite de la prise en compte de
l’objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques à ce moment-ci dans le RPA révisé. La nouvelle LPA permet au ministre
de préciser les exigences d’étiquetage par règlement. Il est préférable de préciser certains détails par règlement pour plus de transparence et conformité.
Des demandes ont été reçus suggérant que la rubrique « RENSEIGNEMENTS TOXICOLOGIQUES » requise sur l’aire
d’affichage secondaire soit révisée afin de s’intituler désormais
« Antidotes et mesures curatives ». Aucune révision au règlement
n’a été effectuée afin de ne pas retarder l’entrée en vigueur de la
LPA. De plus une telle révision requiert l’élaboration d’une politique suivie d’une consultation.
Des commentaires ont été reçus demandant que l’énoncé de
l’Avis à l’acheteur retiré du RPA y soit réinséré ou révisé pour
permettre l’utilisation continue d’un énoncé semblable. La disposition relative à l’Avis à l’acheteur a été retirée pour diverses raisons. L’énoncé précédent était inexacte dans la mesure où si
l’acheteur n’était pas impliqué dans l’utilisation ou la manipulation d’un produit causant des pertes ou des préjudices, il n’y aurait tout probablement pas de responsabilité attribuée à l’acheteur.
De plus, la question de la responsabilité en ce qui concerne
l’utilisation et la manipulation d’un produit antiparasitaire est
régie par loi provinciale et ne peut être intégrée à juste titre sur
une étiquette approuvée par une administration fédérale. Cet
énoncé de l’étiquette pourrait, de fait, être en conflit avec la loi de
la province dans laquelle l’activité antiparasitaire se déroule, auquel cas l’étiquette porterait des renseignements inexacts. La
partie de l’étiquette touchant la responsabilité associée à l’utilisation du produit a, cependant, été retenue et ajoutée à l’Avis à
l’utilisateur.
691
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Sections 37 to 45 - Own Use Import
Articles 37 à 45 - Importation pour approvisionnement
personnel
Sections 37 to 45 set out the requirements for the existing OUI
program. The revised regulations allow the established OUI program to continue and clarify certain administrative aspects of the
program in keeping with the new PCPA’s objective of increasing
transparency.
The OUI program is currently under review by a Task Force.
This Task Force, assembled to consider issues raised with the
current OUI experience and identify solutions, will be making
recommendations on the OUI program in the near future. Any
recommendations from the Task Force will be dealt with as possible future revisions to the PCPR.
Les articles 37 à 45 énoncent les exigences de l’actuel programme d’importation pour approvisionnement personnel (PIAP).
Le règlement révisé permet au PIAP actuel de se poursuivre et
clarifie certains aspects administratifs du programme, de manière
à respecter l’objectif de transparence de la nouvelle LPA.
Le PIAP fait l’objet actuellement d’un examen par un groupe
de travail. Ce groupe de travail a été mis sur pied afin d’étudier
les questions soulevées par l’actuel PIAP et de trouver des solutions. Il présentera prochainement ses recommandations sur
le PIAP. Toutes les recommandations de ce groupe de travail
seront prises en compte et des révisions au RPA pourraient être
faites prochainement.
Des commentaires ont été reçus demandant de retirer l’exigence en matière de prix au détail (différence de prix de 10 %)
relative au PIAP. Une telle exigence pour cette différence serait
liée au traitement de la demande de détermination de l’équivalence. En tenant compte de notre objectif de ne pas présenter de
nouvelles politiques à ce moment-ci dans le RPA révisé, toutes
les mentions d’une exigence relative à une différence de prix
de 10 % n’ont pas été inclues dans les dispositions touchant
le PIAP.
De plus, l’exigence proposée d’inscrire l’identité du titulaire du
produit en provenance de l’étranger dans le Registre n’a pas été
inclue puisqu’elle aurait entraîné une nouvelle exigence.
Comments were received requesting the inclusion of a retail
price requirement (10% price differential) in the OUI program be
removed. Such a requirement for this price differential pertains to
the processing of an application to determine equivalency. In
keeping with the objective of not introducing new policies into
the regulations at this time, all proposed references to the 10%
price differential requirement are not included in the OUI provisions.
In addition, the proposed requirement to place the identity of
the registrant of the foreign product in the Register is not included
in these Regulations, as such a requirement would have introduced a new requirement.
Comments received requested that third party should not be allowed to import on behalf of a user and that this introduces a new
aspect into the OUI program. No revisions were made in light of
this request since allowing for a third party to import on behalf of
the user is consistent with current practices under the OUI program.
Comments were received requesting to revise the provision regarding the List of Pest Control Product Formulants and Contaminants of Health or Environmental Concern to better reflect
the current OUI program. This provision was not revised since it
accurately reflected that the unregistered product must not contain
a formulant on the List and that has not been accepted for use in
Canada.
Des commentaires ont été reçus demandant que les tierces parties ne devraient pas pouvoir importer des produits au nom d’un
utilisateur et que cet aspect est nouveau dans le cadre du PIAP.
Aucune révision n’a été faite à la suite de cette requête puisque
donner la permission à une tierce partie d’importer au nom d’un
utilisateur est conforme aux pratiques actuelles dans le cadre
du PIAP.
Des commentaires ont été reçus demandant de revoir la disposition concernant la Liste des formulants et des contaminants de
produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières
en matière de santé ou d’environnement afin qu’elle reflète mieux
le PIAP actuel. Cette disposition n’a pas été révisée puisqu’elle
reflète avec justesse que le produit non homologué ne peut contenir un formulant inscrit dans cette liste et qu’il n’a pas été accepté
pour utilisation au Canada.
Sections 46 to 70 - Research
Articles 46 à 70 - Recherche
Sections 46 to 70 pertain to research using pest control products.
Comments were received requesting that the provisions relating
to pest control products containing a formulant that is on the List
of Pest Control Product Formulants and Contaminants of Health
or Environmental Concern be reworded so as to better reflect the
current policy for research with products that contain allergens on
this List. In response, the regulations were revised to specify that
products proposed for research containing a formulant that is on
Part 1 of this List or a contaminant that is on Part 3 of this List
would not be permitted under notification or exemption and could
only be considered under an authorization. Formulants on Part 2
of this List are allergens and can be used under notification and
exemption. This List and an explanatory note were published in
the Canada Gazette, Part II, on November 30, 2005.
Les articles 46 à 72 concernent l’utilisation de produits antiparasitaires à des fins de recherche.
Des commentaires ont été reçus demandant de remanier les
dispositions relatives aux produits antiparasitaires contenant un
formulant qui figure à la Liste des formulants et des contaminants
des produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou d’environnement de façon à mieux
refléter la politique actuelle de recherche avec des produits contenant des allergènes énumérés dans cette liste. En réponse, le RPA
a été révisé afin de préciser que les produits proposés à des fins de
recherche contenant un formulant inscrit à la partie 1 de cette liste
ou un contaminant inscrit à la partie 3 de cette liste ne pourraient
faire l’objet d’un avis ou d’une exemption et ne pourraient seulement être considérés en vertu d’une autorisation. Les formulants
de la partie 2 de cette liste sont des allergènes et peuvent faire
l’objet d’un avis ou d’une exemption. Cette liste et une note
692
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
Additional comments were received requesting that the provision pertaining to the experimental label requirements be removed as it appears inconsistent with current policy documents.
In response, this provision was revised to accurately reflect experimental labelling requirements specified in research policies
for authorizations and notifications. Some revisions include adding to the experimental label the precautionary statement “KEEP
OUT OF REACH OF CHILDREN” and the manufacturer’s name
and address, and the addition of a provision on the labelling of
allergens on Part 2 of the List of Pest Control Product Formulants
and Contaminants of Health and Environmental Concern.
Several comments were also received about the addition of personal protective equipment and re-entry information on the experimental labels for research conducted under notification and
exemption. The concern was that these requirements may be a
serious impediment to legitimate research. In response, the proposed provision is not included in these Regulations. In keeping with the objective of not introducing new policies in revising
the PCPR, such a requirement will be considered for future revisions, as appropriate.
Comments were received requesting that the provision on material safety data sheets allow for waiving of these requirements
for research conducted under exemption. In response, the proposed requirement for material safety data sheets has not been
included in these Regulations. In keeping with the objective of
not introducing new policies in revising the PCPR, such a requirement will be considered for future revisions, as appropriate.
Requests were received to amend the regulations to indicate requirements for non-agricultural pest control products such as personal protective products (e.g., repellents). Although not specifically indicated, the research requirements do apply to these products. It is deemed that a list of specific types of products need not
be included so as to ensure none are omitted, especially those
types that may not yet exist or that have yet to be developed.
Clarification of the provision pertaining to records was requested as to who is responsible for maintaining records and how
long they should be kept. It is the research establishment’s responsibility to maintain all information and data related to the
research, as reflected in the PCPR, and to keep such records for as
long as required, dependent upon the research being conducted.
Requests were received to amend the provision pertaining to
distribution of treated food and feed under research such that it
takes into consideration a potential revocation of the 0.1 part per
million (ppm) default. No changes are necessary at this time since
the 0.1 ppm default is still applicable.
Additional comments regarding the distribution of treated food
and feed crops under research notification, specific to microbial
agents (i.e., Bacillus thuringiensis Berliner) were received. These
explicative ont été publiées dans la Gazette du Canada Partie II
le 30 novembre 2005.
Des commentaires additionnels ont été reçus nous demandant de
retirer la disposition concernant les exigences en matière d’étiquette
expérimentale puisqu’elle ne semble pas conforme aux documents
de la politique actuelle. En réponse, cette disposition a été révisée
afin de refléter avec justesse les exigences en matière d’étiquette
expérimentale précisées dans les politiques de recherche concernant
les autorisations et les avis. Certaines révisions incluent l’ajout d’un
énoncé de mises en garde à l’étiquette expérimentale « GARDER
HORS DE LA PORTÉE DES ENFANTS » et du nom et de
l’adresse du fabricant, et l’ajout d’une disposition sur l’étiquetage
des allergènes inscrits à la partie 2 de la Liste des formulants et des
contaminants des produits antiparasitaires qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou d’environnement.
Un certain nombre de commentaires ont également été reçus au
sujet de l’ajout de renseignements concernant l’équipement de
protection individuelle et les délais d’attente après un traitement
sur les étiquettes expérimentales des produits utilisés à des fins de
recherche en vertu d’un avis et d’une exemption. Les répondants
étaient préoccupés du fait que ces exigences pouvaient être un
obstacle sérieux à des recherches légitimes. En réponse, cette
disposition proposée n’a pas été inclue dans le RPA. En tenant
compte de notre objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques à ce moment-ci dans le RPA révisé, une telle exigence sera
considérée lors des révisions prochaines, au besoin.
Des commentaires ont été reçus demandant de modifier la disposition sur les fiches signalétiques pour permettre l’exemption
de ces exigences dans le cas des produits utilisés à des fins de
recherche en vertu d’une exemption. En réponse, les exigences
en matière de fiches signalétiques n’ont pas été inclues dans
le RPA puisqu’elles constituent de nouvelles exigences. En tenant
compte de notre objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques à ce moment-ci dans le RPA révisé. Une telle exigence sera
considérée lors des révisions prochaines, au besoin.
Des demandes ont été reçues de modifier le règlement afin
d’y indiquer les exigences concernant les produits antiparasitaires
non agricoles tels que les produits de protection individuelle
(p. ex., les insectifuges personnels). Bien qu’elles ne soient pas
explicitement indiquées, les exigences en matière de recherche
s’appliquent à ces produits. Il est considéré qu’une liste des types
de produits spécifiques n’a pas besoin d’être incluse afin d’assurer qu’aucuns d’entre eux ne soient omis, en particulier ceux qui
n’existent pas encore ou qui n’ont pas encore été conçus.
Une demande a été reçue en vue d’éclaircir la disposition
concernant les dossiers à savoir qui est responsable de leur maintien et quelle devrait être la durée d’archivage de ces dossiers.
L’établissement de recherche est responsable du maintien de toutes les informations et données relatives à une recherche, comme
indiqué dans le RPA, et d’archiver de tels dossiers aussi longtemps que nécessaire, selon la recherche initiée.
Des demandes ont été reçues de modifier la disposition concernant la distribution des cultures traitées destinées à la consommation humaine ou animale faisant l’objet d’une recherche
afin qu’elle prenne en compte l’abrogation possible de la norme
par défaut de 0,1 partie par million (ppm). Aucune modification
n’est nécessaire à ce moment-ci puisque la norme par défaut
de 0,1 ppm est encore applicable.
Des commentaires additionnels ont été reçus au sujet de la
distribution des cultures traitées destinées à la consommation
humaine ou animale faisant l’objet d’un avis de recherche et
693
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
comments requested that this provision be removed so as to avoid
duplication with section 4 of the Food and Drugs Act. This
section must be maintained because it limits the sale of food
crops, under research notification, to those treated with spores of
existing registered sources of Bacillus thuringiensis Berliner.
Division 15 of the Food and Drugs Regulations does not distinguish between registered and unregistered sources of Bacillus
thuringiensis Berliner. Registered sources of Bacillus thuringiensis
Berliner have undergone rigorous scientific assessments and have
been found to be acceptable for food uses.
touchant, en particulier, les agents microbiens (c.-à-d., Bacillus
thuringiensis Berliner). Les répondants demandaient de retirer
cette disposition de façon à éviter les dédoublements avec l’article 4 de la Loi sur les aliments et drogues. Cet article doit être
maintenu parce qu’il limite les ventes des cultures vivrières faisant l’objet d’un avis de recherche à celles traitées avec des spores de sources homologuées existantes de Bacillus thuringiensis
Berliner. La partie 15 du Règlement sur les aliments et drogues
ne distingue pas entre les sources homologuées ou non de Bacillus thuringiensis Berliner. Les sources homologuées de Bacillus
thuringiensis Berliner ont subi des évaluations scientifiques rigoureuses et ont été jugées acceptables à des fins alimentaires.
Sections 73 to 75 - Transitional, Repeal and Coming into
Force
Articles 73 à 75 - Disposition transitoire, abrogation et entrée
en vigueur
Sections 73 to 75 contain requirements related to transition, repealing the existing PCPR and coming into force of the revisions
to the PCPR.
A revision was made to section 75. This involved the addition
of a further transitional provision that would provide for bringing
existing equivalency determinations under the Own Use Import
program within the new regulatory regime, including the expiry
and renewal provisions.
Les articles 73 à 75 énonce les exigences concernant la transition, l’abrogation de l’actuel RPA et l’entrée en vigueur des révisions apportées au RPA.
Une révision a été faite à l’article 75. Elle implique l’ajout d’une
autre disposition transitoire qui permettrait de déplacer la désignation d’équivalence qui apparaît dans le Programme d’importation
pour approvisionnement personnel vers le nouveau régime réglementaire, y compris les dispositions relatives à l’échéance et au
renouvellement.
Schedule 2 - Requirements for Pest Control Products that are
exempt from registration under the Act
Annexe 2 - Produits antiparasitaires exemptés de
l’homologation
Schedule 2 specifies the requirements for pest control products
that are exempt from registration under the new Act.
L’annexe 2 énonce les exigences à satisfaire pour qu’un produit
antiparasitaire soit exempté de l’homologation en vertu de la nouvelle LPA.
Des commentaires ont été reçus demandant la révision des exigences relatives à certains produits énumérés à l’annexe 2 dont,
plus particulièrement, les produits antiparasitaires sous forme de
mélanges d’engrais et de semences traitées. Il était recommandé
que les exigences en matière d’étiquetage soient modifiées, dans
le cas de ces deux types de produits apparaissant à l’annexe 2,
afin d’ajouter le mot « pesticide » sur l’étiquette de ces produits.
En tenant compte de notre objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques à ce moment-ci dans le RPA révisé, aucune révision
n’a été faite mais nous considéreront ces commentaires lors de
révisions prochaines.
Comments received requested revisions to requirements for
certain products listed in Schedule 2, specifically, to pest control
products and fertilizer mixtures and treated seeds. It was recommended that for these two items under Schedule 2, labelling requirements be added to provide for including the word “pesticide”
on the labels of such products. In keeping with the objective of
not introducing new policies at this time in the revised PCPR, no
revisions were made but these comments will be considered for
future revisions.
Schedule 3 - Signal Words and Precautionary Symbols
Annexe 3 - Mots-indicateurs et symboles avertisseurs
Schedule 3 contains the signal words and precautionary symbols that are referenced within the regulations, mainly in labelling
provisions.
Comments received requested the removal of this schedule
from the regulations because such information could be addressed
by policy. In keeping with the objective of not introducing new
policies at this time in the revised PCPR, no revisions were made
but these comments will be considered for future revisions.
L’annexe 3 illustre les mots-indicateurs et les symboles avertisseurs qui sont mentionnés dans le RPA, principalement dans les
dispositions concernant l’étiquetage.
Des commentaires ont été reçus demandant le retrait de cette
annexe du règlement parce qu’une telle information pourrait être
fournie dans le cadre d’une politique. En tenant compte de notre
objectif de ne pas présenter de nouvelles politiques dans le RPA
révisé, aucune révision n’a été faite mais nous considéreront ces
commentaires lors de révisions prochaines.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The PMRA promotes, verifies and enforces compliance with
the PCPA through compliance promotion programs, inspections,
both monitoring and surveillance, and investigations, in accordance with an established compliance program. Compliance promotion programs aim to educate, facilitate and promote compliance while monitoring programs assess the level of compliance of
selected users, distributors and registrants of pest control products
L’ARLA encourage, maintient et assure la conformité à la LPA
au moyen de programmes de promotion de la conformité, d’inspections (contrôle et surveillance) et d’enquêtes, selon une politique de conformité établie. Les programmes de promotion de la
conformité visent à sensibiliser de même qu’à favoriser et à promouvoir la conformité, tandis que les inspections de contrôle sont
conçues pour déterminer le degré de conformité des utilisateurs,
694
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-124
In general, compliance with the PCPA and regulations is
achieved through a network of Health Canada (HC) regional officers and Canadian Food Inspection Agency (CFIA) inspectors
across Canada. HC regional staff also have formal agreements
providing a basis to collaborate with provincial pest control product regulatory officials in investigations and in the development
and delivery of programs.
The PMRA will follow an established compliance policy to
promote and enhance fair treatment of the regulated community.
The document is available on the PMRA website at http://www.
pmra-arla.gc.ca.
des distributeurs et des titulaires d’homologation de produits antiparasitaires aux conditions particulières de leur homologation,
aux réévaluations et aux dispositions de la LPA et de son règlement. Les inspections de surveillance ciblent certains particuliers
ou certains groupes pour assurer le suivi de préoccupations ou de
résultats antérieurs. Des enquêtes sont réalisées à la suite de plaintes ou de violations suspectées particulières.
Les mesures relatives afférentes incluent, notamment, la détention du produit, la sensibilisation (écrite ou orale), des sanctions
administratives pécuniaires ou des avertissements aux termes de
la Loi sur les sanctions administratives pécuniaires en matière
d’agriculture et d’agroalimentaire (Loi sur les SAP) et des poursuites en vertu de la LPA. L’objectif de toute mesure d’application de la loi est d’atteindre et de maintenir la conformité. Étant
donné que la majorité des personnes assujetties à la réglementation s’y conformeront s’ils la comprennent et ont la capacité de
s’y conformer, un bon nombre des violations sont traitées et corrigées au moyen de mesures de sensibilisation.
En général, la conformité à la LPA et à son règlement est servie
par un réseau national d’agents régionaux de Santé Canada (SC)
et d’inspecteurs de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Le personnel régional de SC collabore également
avec les fonctionnaires provinciaux chargés de la réglementation
des pesticides à la conduite d’enquêtes ainsi qu’à l’élaboration et
à la prestation de programmes.
L’ARLA suivra une politique de conformité établie pour
promouvoir et améliorer un traitement juste de la communauté
réglementée. Ce document est disponible dans le site Web de
l’ARLA à l’adresse suivante : http://www.pmra-arla.gc.ca.
Contact
Personne-ressource
with specific terms and conditions of registration and re-evaluations
and the provisions of the PCPA and regulations. Surveillance
inspections are planned to target specific individuals or groups for
follow-up on previous findings or concerns. Investigations are conducted in response to specific complaints or suspected violations.
Enforcement response actions include product detention, education (written and oral), administrative monetary penalties or
warning under the Agriculture and Agri-Food Administrative
Monetary Penalties Act (AMPA) and prosecutions under the PCPA.
The goal of any enforcement response is to achieve and maintain
compliance. Since the majority of the regulated community will
comply with the law if they understand it and have the capacity to
comply, many violations are dealt with and corrected using education as a means to address non-compliance situations and behaviour.
Francine Brunet
Alternative Strategies and Regulatory Affairs Division
Pest Management Regulatory Agency
Health Canada
Address Locator 6607D1
2720 Riverside Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: (613) 736-3678
FAX: (613) 736-3659
E-mail: pmra_regulatory_affairs-affaires_reglementaires_
arla@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Francine Brunet
Division des nouvelles stratégies et des affaires réglementaires
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
Santé Canada
2720, promenade Riverside
Indice de l’adresse : 6607D1
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : (613) 736-3678
TÉLÉCOPIEUR : (613) 736-3659
Courriel : pmra_regulatory_affairs-affaires_reglementaires_
arla@hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
695
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-125
Registration
SOR/2006-125 June 7, 2006
Enregistrement
DORS/2006-125 Le 7 juin 2006
FARM PRODUCTS AGENCIES ACT
LOI SUR LES OFFICES DES PRODUITS AGRICOLES
Regulations Amending the Canadian Chicken
Marketing Quota Regulations
Règlement modifiant le Règlement canadien sur
le contingentement de la commercialisation
des poulets
Whereas the Governor in Council has, by the Chicken Farmers
of Canada Proclamationa, established Chicken Farmers of
Canada (CFC) pursuant to subsection 16(1)b of the Farm Products Agencies Actc;
Whereas CFC has been empowered to implement a marketing
plan pursuant to that Proclamation;
Whereas the process set out in the Operating Agreement, referred to in subsection 7(1)d of the schedule to that Proclamation,
for making changes to quota allocation has been followed;
Whereas the proposed Regulations Amending the Canadian
Chicken Marketing Quota Regulations are regulations of a class
to which paragraph 7(1)(d)e of that Act applies by reason of section 2 of the Agencies’ Orders and Regulations Approval Orderf
and have been submitted to the National Farm Products Council
pursuant to paragraph 22(1)(f) of that Act;
Attendu que, en vertu du paragraphe 16(1)a de la Loi sur les offices des produits agricolesb, le gouverneur en conseil a, par la
Proclamation visant Les Producteurs de poulet du Canadac, créé
l’office appelé Les Producteurs de poulet du Canada;
Attendu que l’office est habilité à mettre en œuvre un plan de
commercialisation, conformément à cette proclamation;
Attendu que le processus établi dans l’entente opérationnelle — visée au paragraphe 7(1)d de l’annexe de cette proclamation — pour modifier l’allocation des contingents a été suivi;
Attendu que le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation des poulets relève d’une catégorie à laquelle
s’applique l’alinéa 7(1)d)e de cette loi aux termes de l’article 2 de
l’Ordonnance sur l’approbation des ordonnances et règlements
des officesf, et a été soumis au Conseil national des produits agricoles, conformément à l’alinéa 22(1)f) de cette loi;
Attendu que, en vertu de l’alinéa 7(1)d)e de cette loi, le Conseil
national des produits agricoles, étant convaincu que le projet de
règlement est nécessaire à l’exécution du plan de commercialisation que l’office est habilité à mettre en œuvre, a approuvé ce
projet,
À ces causes, en vertu de l’alinéa 22(1)f) de la Loi sur les offices des produits agricolesb et du paragraphe 6(1)d de l’annexe de
la Proclamation visant Les Producteurs de poulet du Canadac,
l’office appelé Les Producteurs de poulet du Canada prend le
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation des poulets, ci-après.
Ottawa (Ontario), le 7 juin 2006
And whereas, pursuant to paragraph 7(1)(d)e of that Act, the
National Farm Products Council has approved the proposed
Regulations after being satisfied that they are necessary for the
implementation of the marketing plan that CFC is authorized to
implement;
Therefore, Chicken Farmers of Canada, pursuant to paragraph 22(1)(f) of the Farm Products Agencies Actc and subsection 6(1)d of the schedule to the Chicken Farmers of Canada Proclamationa, hereby makes the annexed Regulations Amending the
Canadian Chicken Marketing Quota Regulations.
Ottawa, Ontario, June 7, 2006
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN CHICKEN
MARKETING QUOTA REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
CANADIEN SUR LE CONTINGENTEMENT DE
LA COMMERCIALISATION DES POULETS
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The schedule to the Canadian Chicken Marketing Quota
Regulations1 is replaced by the schedule set out in the schedule to these Regulations.
1. L’annexe du Règlement canadien sur le contingentement
de la commercialisation des poulets1 est remplacée par l’annexe figurant à l’annexe du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on July 23, 2006.
2. Le présent règlement entre en vigueur le 23 juillet 2006.
———
———
a
a
b
c
d
e
f
1
SOR/79-158; SOR/98-244
S.C. 1993, c. 3, par. 13(b)
S.C. 1993, c. 3, s. 2
SOR/2002-1
S.C. 1993, c. 3, s. 7(2)
C.R.C., c. 648
SOR/2002-36
696
b
c
d
e
f
1
L.C. 1993, ch. 3, al. 13b)
L.C. 1993, ch. 3, art. 2
DORS/79-158; DORS/98-244
DORS/2002-1
L.C. 1993, ch. 3, par. 7(2)
C.R.C., ch. 648
DORS/2002-36
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-125
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
SCHEDULE
(Sections 1, 5 and 7 to 10)
ANNEXE
(articles 1, 5 et 7 à 10)
LIMITS FOR PRODUCTION AND MARKETING OF
CHICKEN FOR THE PERIOD BEGINNING ON
JULY 23, 2006 AND ENDING ON
SEPTEMBER 16, 2006
LIMITES DE PRODUCTION ET DE
COMMERCIALISATION DU POULET POUR LA
PÉRIODE COMMENÇANT LE 23 JUILLET 2006
ET SE TERMINANT LE 16 SEPTEMBRE 2006
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Province
Production assujettie
aux contingents fédéraux
et provinciaux (en poids
vif) (kg)
Production assujettie aux
contingents fédéraux et
provinciaux d’expansion
du marché (en poids vif)
(kg)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Ont.
Qc
N.-É.
N.-B.
Man.
C.-B.
Î.-P.-É.
Sask.
Alb.
T.-N.-L.
Column 1
Column 2
Column 3
Item
Province
Production Subject
to Federal and
Provincial Quotas
(in Live Weight)
(kg)
Production Subject
to Federal and
Provincial Market
Development Quotas
(in Live Weight)
(kg)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Ont.
Que.
N.S.
N.B.
Man.
B.C.
P.E.I.
Sask.
Alta.
Nfld. & Lab.
62,456,425
50,924,742
6,758,455
5,495,709
7,953,970
27,777,645
700,095
7,025,276
17,315,977
2,673,050
1,500,000
3,050,000
0
0
253,095
1,710,625
0
983,539
450,000
0
189,081,344
7,947,259
Total
Total
62 456 425
50 924 742
6 758 455
5 495 709
7 953 970
27 777 645
700 095
7 025 276
17 315 977
2 673 050
1 500 000
3 050 000
0
0
253 095
1 710 625
0
983 539
450 000
0
189 081 344
7 947 259
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Regulations.)
(La présente note ne fait pas partie du règlement.)
This amendment sets the limits for the production and marketing of chicken for the period beginning on July 23, 2006 and ending on September 16, 2006.
La modification fixe les limites de production et de commercialisation du poulet pour la période commençant le 23 juillet 2006
et se terminant le 16 septembre 2006.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
697
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-126
Registration
SOR/2006-126 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-126 Le 8 juin 2006
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Regulations Repealing the Aids to Navigation
Protection Regulations
Règlement abrogeant le Règlement sur la
protection des aides à la navigation
P.C. 2006-492
C.P. 2006-492
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, pursuant to section 519 of the Canada Shipping Act, hereby makes the annexed
Regulations Repealing the Aids to Navigation Protection Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports et en vertu de
l’article 519 de la Loi sur la marine marchande du Canada, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement abrogeant le Règlement sur la protection des aides à la
navigation, ci-après.
REGULATIONS REPEALING THE AIDS TO
NAVIGATION PROTECTION REGULATIONS
RÈGLEMENT ABROGEANT LE RÈGLEMENT SUR
LA PROTECTION DES AIDES À LA NAVIGATION
REPEAL
ABROGATION
1
1. The Aids to Navigation Protection Regulations are repealed.
1. Le Règlement sur la protection des aides à la navigation1
est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force immediately before
the repeal of section 519 of the Canada Shipping Act.
2. Le présent règlement entre en vigueur immédiatement
avant l’abrogation de l’article 519 de la Loi sur la marine
marchande du Canada.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Aids to Navigation Protection Regulations (the Regulations) were created to help ensure that aids to navigation (for example, buoys, beacons, lighthouses and lightships) continue to
function properly and remain where they were originally installed
or built. The Regulations accomplish this by way of subsection 3(1) which requires that a “person in charge of a vessel or
tow that runs down, moves, damages or destroys an aid to navigation shall report the fact as soon as is practicable to the nearest
Regional Director General or District Manager of the Canadian
Coast Guard, Department of Transport”.
Le Règlement sur la protection des aides à la navigation (le
règlement) a été créé afin de s’assurer que les aides à la navigation (c’est-à-dire, les bouées, les balises, les phares et les bateauxphares) continuent de fonctionner correctement et demeurent en
place à l’endroit où ils ont été, à l’origine, installés ou construits.
C’est principalement le paragraphe 3(1) du règlement qui a cet
effet : « La personne responsable d’un navire ou d’une remorque
qui renverse, déplace, endommage ou détruit une aide à la navigation doit en informer aussitôt que possible le plus proche directeur
général régional ou gestionnaire de district de la Garde côtière
canadienne du ministère des Transports ».
La nouvelle Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada
(LMMC 2001) a reçu la sanction royale le 1er novembre 2001 et
remplacera, à compter de son entrée en vigueur prévue pour le
début 2007, la Loi sur la marine marchande du Canada (LMMC).
La LMMC 2001 contient une disposition pratiquement identique
au paragraphe 3(1) du règlement, le paragraphe 129(1), qui se lit
comme suit : « Dans le cas où un bâtiment — ou tout objet à sa
remorque — renverse, déplace, endommage ou détruit une aide à la
navigation dans les eaux canadiennes, la personne responsable du
bâtiment en informe aussitôt que possible un fonctionnaire chargé
des services de communications et de trafic maritimes ou, si cela
n’est pas possible, un membre de la Garde côtière canadienne ».
The new Canada Shipping Act, 2001 (CSA 2001) received
Royal Assent on November 1, 2001, and upon entry into force,
which is expected to occur in early 2007, replaces the Canada
Shipping Act (CSA).
Subsection 129(1) in the new Act is virtually identical to subsection 3(1) of the Regulations. Subsection 129(1) states that “if a
vessel, or anything towed by a vessel, runs down, moves, damages or destroys an aid to navigation in Canadian waters, the person in charge of the vessel shall, without delay, make a report to a
marine communications and traffic services officer or, if that is
not feasible, to an officer of the Canadian Coast Guard”.
———
———
1
1
C.R.C., c. 1403
698
C.R.C., ch. 1403
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-126
Given this, upon entry into force of the CSA 2001, the Regulations become redundant.
Compte tenu de ce qui précède, à l’entrée en vigueur de
la LMMC 2001, le règlement devient redondant.
Alternatives
Solutions envisagées
There is no reasonable alternative to repealing the Regulations
upon entry into force of the CSA 2001, since that Act contains a
provision for the protection of aids to navigation.
Il n’y a pas d’autre solution raisonnable que l’abrogation du
règlement à l’entrée en vigueur de la LMMC 2001, puisque celleci traitera alors du problème de la protection des aides à la navigation.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
There are no increased costs as a result of the Regulations Repealing the Aids to Navigation Protection Regulations. Procedures already in place relating to the obligation to report damage
to aids to navigation will remain in effect under the CSA 2001.
Le Règlement abrogeant le Règlement sur la protection des
aides à la navigation n’entraînera aucune augmentation de coût.
Le processus déjà en place concernant l’obligation d’informer des
dommages demeurera en vigueur en vertu de la LMMC 2001.
Environmental Considerations
Considérations environnementales
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement – March 2001.
The preliminary scan has led to the conclusion that a detailed
analysis is not necessary. Further assessments or studies regarding
environmental effects of this initiative are not likely to yield a
different determination.
Une analyse préliminaire a été effectuée en mars 2001, conformément aux critères de la Déclaration de principes de Transports
Canada sur les évaluations environnementales stratégiques. Cette
analyse préliminaire a permis de conclure qu’une analyse détaillée ne serait pas nécessaire. Il est peu probable que d’autres évaluations ou études consacrées à l’aspect environnemental de la
présente initiative produisent des résultats différents.
Consultation
Consultations
Consultations were carried out during the Fall 2003 regional
and national meetings of the Canadian Marine Advisory Council,
which is Transport Canada’s principal consultation forum. No
disagreement from stakeholders was expressed concerning the
proposal to repeal the Regulations upon the coming into force of
the CSA 2001.
The Canadian Coast Guard (CCG), a Special Operating Agency
within the Department of Fisheries and Oceans, was specifically
consulted in order to ensure that repealing the Regulations would
not have a detrimental effect on their Aids to Navigation Program. The CCG did not express any concern, as there is no reasonable alternative to repealing the Regulations upon entry into
force of the CSA 2001. The new Act contains provisions that are
virtually identical to those that were in the Regulations.
On a procédé à des consultations au cours des réunions régionales et nationale de l’automne 2003 du Conseil consultatif maritime canadien, principale tribune de consultations de Transports
Canada. Les participants n’ont exprimé aucun désaccord concernant la proposition d’abroger le règlement au moment de l’entrée
en vigueur de la LMMC 2001.
La Garde côtière canadienne (GCC), une agence spéciale de
services à l’intérieur du ministère des Pêches et Océans, a été
spécifiquement consultée, afin de s’assurer que l’abrogation du
règlement n’aura pas d’effet néfaste sur le programme des aides à
la navigation. La GCC n’a pas énoncé de préoccupation, étant
donné qu’il n’existe aucune autre solution de rechange valable à
l’abrogation du règlement au moment de l’entrée en vigueur de la
LMMC 2001. La nouvelle Loi renferme des dispositions à peu
près identiques à celles qui étaient jusqu’à ce jour incluses dans le
règlement.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement issues related to
repealing these Regulations. Procedures currently in place will
remain applicable when the CSA 2001 is brought into force in
early 2007.
Aucune question de respect ou d’exécution ne se rattache à
l’abrogation du règlement. Le processus présentement en place
demeurera applicable au moment de l’entrée en vigueur de
la LMMC 2001, au début de l’année 2007.
Contact
Personne-ressource
Keith Bell, AMSX
Team Leader
CSA 2001 Regulatory Reform
Marine Safety
Transport Canada
Place de Ville, Tower C
330 Sparks Street, 11th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: (613) 949-3819
FAX: (613) 991-5670
E-mail: bellk@tc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Keith Bell, AMSX
Chef d’équipe
Réforme réglementaire de la LMMC 2001
Sécurité maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour C
330, rue Sparks, 11e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : (613) 949-3819
TÉLÉCOPIEUR : (613) 991-5670
Courriel : bellk@tc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
699
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-127
Registration
SOR/2006-127 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-127 Le 8 juin 2006
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Rule Repealing the Shipping Inquiries and
Investigations Rules
Règle abrogeant les Règles sur les enquêtes et
investigations maritimes
P.C. 2006-493
C.P. 2006-493
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, pursuant to section 503 of the Canada Shipping Act, hereby makes the annexed
Rule Repealing the Shipping Inquiries and Investigations Rules.
Sur recommandation du ministre des Transports et en vertu de
l’article 503 de la Loi sur la marine marchande du Canada, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend la Règle
abrogeant les Règles sur les enquêtes et investigations maritimes,
ci-après.
RULE REPEALING THE SHIPPING INQUIRIES
AND INVESTIGATIONS RULES
RÈGLE ABROGEANT LES RÈGLES SUR LES
ENQUÊTES ET INVESTIGATIONS MARITIMES
REPEAL
ABROGATION
1
1. The Shipping Inquiries and Investigations Rules are repealed.
1. Les Règles sur les enquêtes et investigations maritimes1
sont abrogées.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Rule comes into force immediately before the repeal
of section 503 of the Canada Shipping Act.
2. La présente règle entre en vigueur immédiatement avant
l’abrogation de l’article 503 de la Loi sur la marine marchande
du Canada.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Rule.)
(Ce résumé ne fait pas partie de la règle.)
Description
Description
The Shipping Inquiries and Investigations Rules (the Rules)
were created to provide information concerning preliminary inquiries and formal investigations into shipping casualties and
related matters in accordance with section 503 of the Canada
Shipping Act (CSA). The Rules, in general, provide interpretation
of certain words, procedures for preliminary inquiries and formal
investigations and examples of the Notice of Investigation and
Subpoenas.
The new Canada Shipping Act, 2001 (CSA 2001) received
Royal Assent on November 1, 2001, and upon entry into force,
which is expected to occur in early 2007, replaces the CSA. With
the implementation of the CSA 2001, the Rules will no longer
reflect the requirements of the legislation and as such, will
be inconsistent with the new Act. Specifically, there will no
longer be preliminary inquiries or formal investigations, as
the CSA 2001 provides for investigations of a shipping casualty,
death or an alleged contravention of a relevant provision of
the CSA 2001 without giving any distinction as to the type of
investigation (i.e., preliminary inquiry or formal investigation).
Given this, upon entry into force of the CSA 2001, the Rules
become redundant.
Les Règles sur les enquêtes et investigations maritimes (les règles) ont été créées afin de fournir des renseignements concernant
les enquêtes préliminaires et les investigations formelles sur les
sinistres maritimes et questions connexes, conformément à l’article 503 de la Loi sur la marine marchande du Canada (LMMC).
En général, les règles fournissent une interprétation de certains
termes, les procédures pour les enquêtes préliminaires et les investigations formelles et des exemples d’avis d’investigation et de
subpoenas.
La nouvelle Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada
(LMMC 2001) a reçu la sanction royale le 1er novembre 2001 et
elle remplace, à son entrée en vigueur prévue au début de 2007,
la LMMC. Avec la mise en œuvre de la LMMC 2001, les règles
ne reflèteront plus les exigences de la Loi et seront incompatibles avec la nouvelle Loi. Spécifiquement, il n’y aura plus
d’enquêtes préliminaires ou d’investigations formelles puisque
la LMMC 2001 prévoit des enquêtes sur les sinistres maritimes,
les décès ou les allégations de contravention à une disposition
visée de la LMMC 2001, sans distinction du type d’enquête (par
exemple, l’enquête préliminaire ou l’investigation formelle).
Compte tenu de ce qui précède, à l’entrée en vigueur de
la LMMC 2001, les règles deviennent redondantes.
———
———
1
1
C.R.C., c. 1479
700
C.R.C., ch. 1479
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-127
The mandate of the TSB is distinct from that of Transport
Canada (TC). TC is concerned with developing and administering
Acts, regulations, policies, procedures and services with respect
to the marine mode. When the TSB investigates a marine accident, TC may not investigate for the purpose of making findings
as to the causes and contributing factors of the accident. TC may
investigate for any other purpose, such as non-compliance with
the regulations.
En 1990, le Bureau de la sécurité des transports du Canada
(BST) a été créé comme un organisme indépendant pour promouvoir la sécurité du transport par la conduite d’enquêtes tel que
dans le domaine de la marine, à titre d’exemple. Leur mission
comprend l’avancement de la sécurité du transport maritime en
procédant à des enquêtes indépendantes, constatant des manquements à la sécurité, recommandant des moyens d’éliminer ou de
réduire ces manquements, tout en faisant un rapport public des
investigations et des conclusions.
La Loi sur le Bureau canadien d’enquête sur les accidents de
transport et de la sécurité des transports définit l’accident maritime et le Règlement sur le Bureau de la sécurité des transports,
pris en vertu de la Loi, définit un accident maritime et un incident
maritime à signaler, et contient des dispositions spécifiques concernant des exigences à l’égard des rapports obligatoires pour les
accidents et incidents maritimes, des rapports facultatifs, la conservation des éléments de preuve, les observateurs, les enquêtes
publiques, les mandats, les sommations, ainsi que la tenue et conservation des dossiers.
La mission du BST est indépendante de celle de Transport
Canada (TC). TC est chargé de l’élaboration et de l’administration et l’application des Lois, des règlements, des politiques, des
procédures et des services dans le domaine de la marine. Lorsque
le BST fait enquête sur un accident maritime, TC ne peut faire
enquête afin de se prononcer sur les causes et les facteurs contributifs de l’accident. TC peut faire enquête à toutes autres fins,
comme dans le cas de l’inobservation des règlements.
Alternatives
Solutions envisagées
There is no reasonable alternative to repealing the Rules as
they are inconsistent with the new regulatory scheme under
the CSA 2001 and the regulatory scheme under the Canadian
Transportation Accident Investigation and Safety Board Act.
Part 11 of the CSA 2001, in section 244, does provide statutory
authority for regulations respecting the investigation of shipping
casualties, the alleged contravention of a relevant provision or an
incident that involved a vessel and that, in the opinion of the Minister, jeopardized the safety of persons. While this regulationmaking authority is available to TC, it has been determined that
new regulations are not required at this time as a result of
the TSB’s mandate and the Transportation Safety Board Regulations.
Il n’y a pas d’autre solution raisonnable que l’abrogation des
règles puisqu’elles sont incompatibles avec le nouveau plan de
réglementation pris en vertu de la LMMC 2001 et le plan de réglementation pris en vertu de la Loi sur le Bureau canadien
d’enquête sur les accidents de transport et de la sécurité des
transports. La partie 11, plus précisément l’article 244, prévoit
une autorité habilitante pour l’élaboration des règlements régissant les enquêtes sur les accidents mettant en cause des bâtiments,
les allégations de contravention à une disposition visée ou des
incidents mettant en cause des bâtiments, qui selon le ministre,
ont compromis la sécurité de personnes. Bien que le pouvoir de
réglementation est à la disposition de TC, il a été décidé que de
nouveaux règlements ne sont pas nécessaires à ce moment, en
raison de la mission du BST et du Règlement sur le Bureau de la
sécurité des transports.
TC a préparé une politique de la sécurité maritime concernant
les enquêtes sur les accidents maritimes, qui définit le mandat des
inspecteurs de la sécurité maritime en ce qui a trait aux inspections et aux enquêtes. De plus, un protocole d’entente entre TC et
le BST concernant la coordination des activités se rapportant aux
accidents de transport est présentement en application. En plus, le
Règlement sur les rapports de sinistres maritimes (règlement) pris
en vertu de la LMMC peut être utilisé pour aider lors d’une investigation. Ce règlement indique les renseignements à fournir et les
exigences du format des rapports de sinistres maritimes, d’accidents, d’événements dangereux, de décès et de disparition de personnes à bord d’un navire. En raison de l’adoption du paragraphe 274(1) de la LMMC 2001, le règlement demeure en vigueur
et est réputé avoir été pris en vertu de la LMMC 2001 jusqu’à leur
abrogation.
En raison des dispositions et des exigences contenues dans les
instruments et politiques susmentionnés, les règles sont superflues.
In 1990, the Transportation Safety Board of Canada (TSB) was
created as an independent agency to advance transportation safety
through the investigation of occurrences in, as an example, the
marine mode of transportation. Their mandate includes the advancement of transportation safety in the marine mode by conducting independent investigations, the identification of safety
deficiencies, the making of recommendations to eliminate or reduce such deficiencies, and reporting publicly on investigations
and findings.
The Canadian Transportation Accident Investigation and
Safety Board Act defines a marine occurrence and the Transportation Safety Board Regulations, which are made pursuant to that
Act, define a reportable marine accident and a reportable marine
incident and contain specific provisions concerning mandatory
reporting requirements for marine accidents and incidents, voluntary reporting requirements, evidence preservation, observers,
public inquiries, warrants, summonses, as well as the keeping and
preservation of records.
TC has prepared a Marine Safety Policy for investigations into
marine occurrences that outlines the mandate of Marine Safety
Inspectors as it relates to inspections and investigations. Also, a
Memorandum of Understanding between TC and the TSB respecting the coordination of activities with regard to transportation occurrences is currently in effect. In addition, the Shipping
Casualties Reporting Regulations (Regulations) made under
the CSA may be used to assist with investigations. These Regulations provide information and format requirements for the reporting of shipping casualties, accidents, dangerous occurrences,
deaths and disappearances of persons on ships. In accordance with subsection 274(1) of the CSA 2001, these Regulations
remain in force and are deemed to have been made under
the CSA 2001 until they are repealed.
Given the provisions and requirements in the aforementioned
instruments and policies, the Rules will be redundant.
701
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-127
Benefits and Costs
Avantages et coûts
There are no increased costs as a result of repealing the Rules.
Investigation procedures and training currently in place will remain in place under the CSA 2001.
The repealing of the Rules will eliminate any confusion concerning roles that could occur should these Rules remain in effect.
La Règle abrogeant les Règles sur les enquêtes et investigations maritimes n’entraînera aucune augmentation des coûts. Les
procédures d’enquête et la formation actuelle resteront en place
en vertu de la LLMC 2001.
L’abrogation des règles éliminera toute confusion qui pourrait
se produire si ces dernières restaient en vigueur.
Environmental Considerations
Considérations environnementales
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of TC’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement – March 2001. The preliminary scan has led to the conclusion that a detailed analysis is not
necessary. Further assessments or studies regarding environmental effects of this initiative are not likely to yield a different
determination.
Un balayage préliminaire des effets environnementaux a été
entrepris en accord avec les critères de l’énoncé de la politique de
l’évaluation environnementale stratégique de TC – mars 2001. Le
balayage préliminaire nous a porté à conclure qu’une analyse
détaillée n’est pas nécessaire. D’autres examens ou études de
cette initiative ne sont pas aptes à rendre une décision différente
en ce qui a trait aux effets environnementaux.
Consultation
Consultations
Participants at the Fall 2005 Canadian Marine Advisory Council schedule of meetings at both the regional and national levels
were advised of the proposal to repeal these Rules. No disagreement from stakeholders was expressed.
Les participants aux réunions du Conseil consultatif maritime
canadien tenues à l’automne 2005 à l’échelle régionale et nationale ont été informés de la proposition d’abrogation des règles.
Aucun désaccord n’a été exprimé par les participants.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement issues related to repealing these Rules. Personnel currently performing investigations and dealing with shipping inquiries will continue to do so
and procedures currently in place will remain applicable when
the CSA 2001 is brought into force in early 2007.
Il n’existe aucune question de respect ou d’exécution liée à
l’abrogation des règles. Le personnel qui procède actuellement à
des investigations ou effectuant des enquêtes maritimes continuera de le faire et les procédures présentement en place demeureront
applicables lorsque la LMMC 2001 entrera en vigueur au début
de 2007.
Contact
Personne-ressource
Judith Straby, AMSX
Project Manager
Regulatory Services and Quality Assurance
Marine Safety
Transport Canada
Place de Ville, Tower C
330 Sparks Street, 11th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N8
Telephone: (613) 998-8027
FAX: (613) 991-5670
E-mail: strabyj@tc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
702
Judith Straby, AMSX
Gestionnaire de projet
Services de réglementation et assurance de la qualité
Sécurité maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour C
330, rue Sparks, 11e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N8
Téléphone : (613) 998-8027
TÉLÉCOPIEUR : (613) 991-5670
Courriel : strabyj@tc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-128
Registration
SOR/2006-128 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-128 Le 8 juin 2006
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Regulations Repealing the Publication of
Standards Regulations
Règlement abrogeant le Règlement sur la
publication des normes
P.C. 2006-494
C.P. 2006-494
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, pursuant to paragraph 660.9(1)(d)a of the Canada Shipping Act, hereby makes the
annexed Regulations Repealing the Publication of Standards
Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports et en vertu de
l’alinéa 660.9(1)d)a de la Loi sur la marine marchande du
Canada, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil
prend le Règlement abrogeant le Règlement sur la publication des
normes, ci-après.
REGULATIONS REPEALING THE PUBLICATION
OF STANDARDS REGULATIONS
RÈGLEMENT ABROGEANT LE RÈGLEMENT
SUR LA PUBLICATION DES NORMES
REPEAL
ABROGATION
1
1. The Publication of Standards Regulations are repealed.
1. Le Règlement sur la publication des normes1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force immediately before
the repeal of paragraph 660.9(1)(d) of the Canada Shipping
Act.
2. Le présent règlement entre en vigueur immédiatement
avant l’abrogation de l’alinéa 660.9(1)d) de la Loi sur la marine marchande du Canada.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Publication of Standards Regulations (the Regulations)
were made pursuant to subsection 660.9(1) of Part XV of the
Canada Shipping Act (CSA). The Regulations prescribe how
standards to be incorporated by reference into regulations made
under subsection 660.9(1) of the CSA are to be made public.
The new Canada Shipping Act, 2001 (CSA 2001) received
Royal Assent on November 1, 2001, and upon entry into force,
replaces the CSA. Paragraph 32(4)(b) of Part 1 of the CSA 2001
provides for the incorporation by reference of standards into regulations made under that Act. Section 33 ensures the public notification of standards by stating that no convictions will be imposed
unless it is proven that material incorporated by reference was
reasonably accessible to the person or vessel convicted, that reasonable steps had been taken to ensure the material was accessible to them, or that the material had been published in the Canada
Gazette.
This section provides certainty that the processes in place under
the CSA concerning how standards incorporated by reference are
to be made public are extended to all standards incorporated by
reference in regulations made under the CSA 2001.
Le Règlement sur la publication des normes (le règlement) a
été pris en vertu du paragraphe 660.9(1) de la partie XV de la Loi
sur la marine marchande du Canada (LMMC). Il s’agit d’un
règlement concernant la publication des normes incorporées par
renvoi aux règlements pris en application du paragraphe 660.9(1)
de la LMMC.
La nouvelle Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada
(LMMC 2001) a reçu la sanction royale le 1er novembre 2001 et
elle remplace, à son entrée en vigueur, la LMMC. L’alinéa 32(4)b) de la partie 1 de la LMMC 2001 prévoit les normes à
faire incorporer par renvoi dans un règlement pris en vertu de
cette Loi. L’article 33 assure l’avis du public concernant les normes en indiquant qu’aucune sanction ne sera imposée sauf s’il est
prouvé que le contrevenant avait facilement accès au document,
que des mesures raisonnables avaient été prises pour que les intéressés puissent y avoir accès ou que celui-ci a été publié dans la
Gazette du Canada.
Cet article assure avec certitude que les processus en place en
vertu de la LMMC concernant la publication des normes incorporées par renvoi sont étendus à toutes les normes incorporées par
renvoi sous la LMMC 2001.
———
———
a
a
1
S.C. 1993, c. 36, s. 6
SOR/95-406
1
L.C. 1993, ch. 36, art. 6
DORS/95-406
703
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-128
Given this, upon entry into force of Part 1 of the CSA 2001,
which is expected to occur in early 2007, the Regulations become
redundant.
Compte tenu de ce qui précède, à l’entrée en vigueur de la partie 1 de la LMMC 2001, soit au début de 2007, le règlement devient redondant.
Alternatives
Solutions envisagées
There is no reasonable alternative to repealing the Regulations
upon entry into force of the CSA 2001, since that Act contains
their subject matter.
Il n’y a pas d’autre solution raisonnable que l’abrogation du règlement à l’entrée en vigueur de la LMMC 2001 puisque cette
dernière comporte ce sujet.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
There are no increased costs as a result of the Regulations Repealing the Publication of Standards Regulations. Processes already in effect for the public notification of standards will remain
in effect under the CSA 2001.
Le Règlement abrogeant le Règlement sur la publication
des normes n’entraînera aucune augmentation des coûts. Les processus déjà en place concernant l’avis au public des normes
incorporées par renvoi demeureront en vigueur en vertu de
la LMMC 2001.
Environmental Considerations
Considérations environnementales
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement – March 2001.
The preliminary scan has led to the conclusion that a detailed
analysis is not necessary. Further assessments or studies regarding
environmental effects of this initiative are not likely to yield a
different determination.
Une analyse préliminaire a été effectuée conformément aux critères de la Déclaration de principes de Transports Canada sur les
évaluations environnementales stratégiques - mars 2001. L’analyse préliminaire a permis de conclure qu’une analyse détaillée
n’était pas nécessaire. Il est peu probable que d’autres évaluations
ou études consacrées à l’ordre environnemental de cette initiative
produiront des résultats différents.
Consultation
Consultations
Consultations concerning the Regulations Repealing the Publication of Standards Regulations are deemed not necessary. The
repealing of the Regulations makes no change to the requirement
to publish standards that are referenced in regulations, and all
procedures to notify the public remain as they were under
the CSA.
Des consultations concernant le Règlement abrogeant le Règlement sur la publication des normes ne sont pas jugées nécessaires. L’abrogation du règlement n’apporte aucun changement à
l’exigence de publication des normes incorporées par renvoi auxquelles on fait référence dans les règlements, et toutes les procédures pour aviser le public restent tel qu’elles étaient en vertu de
la LMMC.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There are no compliance or enforcement issues related to the
repeal of the Regulations as there is an existing departmental policy concerning the publication of standards that is in accordance
with the CSA 2001.
Il n’existe aucune question de respect ou d’exécution liée à
l’abrogation du règlement puisqu’il existe une politique ministérielle concernant la publication de ces normes qui est conforme à
la LMMC 2001.
Contact
Personne-ressource
Judith Straby, AMSX
Project Manager
Regulatory Services and Quality Assurance
Marine Safety
Transport Canada
Place de Ville, Tower C
330 Sparks Street, 11th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: (613) 998-8027
FAX: (613) 991-5670
E-mail: strabyj@tc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
704
Judith Straby, AMSX
Gestionnaire de projets
Services de réglementation et assurance de la qualité
Sécurité maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour C
330, rue Sparks, 11e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : (613) 998-8027
TÉLÉCOPIEUR : (613) 991-5670
Courriel : strabyj@tc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
Registration
SOR/2006-129 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-129 Le 8 juin 2006
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Ballast Water Control and Management
Regulations
Règlement sur le contrôle et la gestion de l’eau
de ballast
P.C. 2006-495
C.P. 2006-495
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities, pursuant to section 657.1a of the Canada Shipping
Act, hereby makes the annexed Ballast Water Control and Management Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu de l’article 657.1a de
la Loi sur la marine marchande du Canada, Son Excellence la
Gouverneure générale en conseil prend le Règlement sur le
contrôle et la gestion de l’eau de ballast, ci-après.
BALLAST WATER CONTROL AND
MANAGEMENT REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LE CONTRÔLE ET
LA GESTION DE L’EAU DE BALLAST
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these Regulations.
“ballast water” means water with its suspended matter taken on
board a ship to control the trim, list, draught, stability and
stresses of the ship, and includes the sediment settled out of the
ballast water within a ship. (eau de ballast)
“ballast water capacity” means the total volumetric capacity of
the tanks, spaces or compartments on a ship used for carrying,
loading or discharging ballast water, including any multi-use
tank, space or compartment designed to allow the carriage of
ballast water. (capacité en eau de ballast)
“ballast water system” means the tanks, spaces or compartments
on a ship used for carrying, loading or discharging ballast
water, including any multi-use tank, space or compartment
designed to allow the carriage of ballast water, as well as the
piping and pumps. (système d’eau de ballast)
“Great Lakes Basin” means the waters of the Great Lakes, their
connecting and tributary waters and the St. Lawrence River as
far as the lower exit of the St. Lambert Lock at Montréal in the
Province of Quebec. (bassin des Grands Lacs)
“harmful aquatic organisms or pathogens” means aquatic organisms or pathogens that, if introduced into the sea, including
estuaries, or into fresh water courses, could create hazards to
human health, harm organisms, damage amenities, impair biological diversity or interfere with legitimate uses of the waters.
(agents pathogènes ou organismes aquatiques nuisibles)
“reception facility” means a facility that is capable of receiving,
storing, processing or transhipping ballast water or sediment in
a manner that reduces the likelihood of harmful aquatic organisms or pathogens being introduced into waters under Canadian
jurisdiction. (installation de réception)
“TP 13617″ means the document entitled A Guide to Canada’s
Ballast Water Control and Management Regulations, published
by the Department of Transport in May, 2006, as amended
from time to time. (TP 13617)
“waters under Canadian jurisdiction” means Canadian waters and
waters in the exclusive economic zone of Canada, including a
shipping safety control zone prescribed under the Arctic Waters
Pollution Prevention Act. (eaux de compétence canadienne)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent règlement.
« agents pathogènes ou organismes aquatiques nuisibles » Agents
pathogènes ou organismes aquatiques qui, s’ils sont introduits
dans la mer, y compris les estuaires, ou dans les cours d’eau
douce, pourraient mettre en danger la santé humaine, nuire aux
ressources biologiques, porter atteinte à l’agrément des sites,
nuire à la diversité biologique ou gêner toute utilisation légitime de ces eaux. (harmful aquatic organisms or pathogens)
« bassin des Grands Lacs » Les eaux des Grands Lacs, leurs eaux
tributaires et communicantes, ainsi que les eaux du fleuve
Saint-Laurent jusqu’à la sortie inférieure de l’écluse de SaintLambert à Montréal, dans la province de Québec. (Great Lakes
Basin)
« capacité en eau de ballast » La capacité volumétrique totale des
citernes, des espaces ou des compartiments à bord d’un navire
qui sont utilisés pour transporter, charger ou décharger l’eau de
ballast, y compris, le cas échéant, des citernes, des espaces ou
des compartiments polyvalents conçus pour permettre le transport de l’eau de ballast. (ballast water capacity)
« eau de ballast » L’eau et ses matières en suspension prises à
bord d’un navire pour en contrôler l’assiette, la gîte, le tirant
d’eau, la stabilité et les contraintes. La présente définition comprend les sédiments provenant de l’eau de ballast qui se sont
déposés dans un navire. (ballast water)
« eaux de compétence canadienne » Les eaux canadiennes et les
eaux de la zone économique exclusive du Canada, y compris
une zone de contrôle de la sécurité de la navigation désignée en
vertu de la Loi sur la prévention de la pollution des eaux arctiques. (waters under Canadian jurisdiction)
« installation de réception » Installation pouvant recevoir, entreposer, traiter ou transborder de l’eau de ballast ou des sédiments de manière à réduire la probabilité que des agents pathogènes ou organismes aquatiques nuisibles soient introduits dans
les eaux de compétence canadienne. (reception facility)
« système d’eau de ballast » Les citernes, les espaces ou les compartiments à bord d’un navire qui sont utilisés pour transporter,
charger ou décharger l’eau de ballast, y compris, le cas échéant,
———
———
a
a
S.C. 1998, c. 16, s. 18
L.C. 1998, ch. 16, art. 18
705
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
les citernes, les espaces ou les compartiments polyvalents conçus pour permettre le transport d’eau de ballast, ainsi que la
tuyauterie et les pompes. (ballast water system)
« TP 13617 » Le document intitulé Guide d’application du
Règlement sur le contrôle et la gestion de l’eau de ballast du
Canada, publié en mai 2006 par le ministère des Transports,
avec ses modifications successives. (TP 13617)
APPLICATION
APPLICATION
2. (1) These Regulations apply to every ship in waters under
Canadian jurisdiction that is designed or constructed to carry ballast water, unless
(a) the ship operates exclusively in waters under Canadian jurisdiction; or
(b) the ship operates in the United States waters of the Great
Lakes Basin or the French waters of the islands of Saint Pierre
and Miquelon when it operates in waters outside Canadian jurisdiction.
2. (1) Le présent règlement s’applique à tout navire qui se
trouve dans les eaux de compétence canadienne et qui est conçu
ou construit pour transporter de l’eau de ballast, sauf aux navires
suivants :
a) ceux qui sont exploités exclusivement dans les eaux de
compétence canadienne;
b) ceux qui sont exploités dans les eaux américaines du bassin
des Grands Lacs ou les eaux françaises des îles Saint-Pierre-etMiquelon lorsqu’ils le sont à l’extérieur des eaux de compétence canadienne.
(2) Le présent règlement ne s’applique pas :
a) aux embarcations de plaisance ni aux navires qui effectuent
des opérations de recherche et sauvetage, s’ils ont une longueur
hors tout inférieure à 50 m et une capacité en eau de ballast
maximale de 8 m3;
b) aux navires qui transportent dans des citernes scellées de
l’eau de ballast permanente de sorte qu’elle ne fait pas l’objet
d’un rejet;
c) aux navires appartenant à un État ou exploités par un État et
utilisés celui-ci à des fins gouvernementales et non commerciales.
(2) These Regulations do not apply to
(a) ships used for search and rescue operations or pleasure craft
that are less than 50 m in overall length and that have a maximum ballast water capacity of 8 m3;
(b) ships that carry permanent ballast water in sealed tanks
such that it is not subject to discharge; or
(c) ships that are owned or operated by a state and used in government non-commercial service.
COMPLIANCE
CONFORMITÉ
3. The owner of a ship and the master of a ship shall ensure that
the requirements set out in sections 4 to 10 and 13 are met.
3. Le propriétaire d’un navire et le capitaine d’un navire veillent à ce que les exigences prévues aux articles 4 à 10 et 13 soient
respectées.
BALLAST WATER MANAGEMENT
GESTION DE L’EAU DE BALLAST
4. (1) For the purposes of this section, a ship manages ballast
water if it employs, either separately or in combination, the following management processes:
(a) the exchange of ballast water;
(b) the treatment of ballast water;
(c) the discharge of ballast water to a reception facility; and
(d) the retention of ballast water on board the ship.
(2) A ship carrying ballast water taken on board the ship outside waters under Canadian jurisdiction shall manage the ballast
water in accordance with these Regulations in order to
(a) minimize both the uptake of harmful aquatic organisms or
pathogens within the ballast water and their discharge with the
ballast water into waters under Canadian jurisdiction; or
(b) remove or render harmless harmful aquatic organisms or
pathogens within the ballast water.
4. (1) Pour l’application du présent article, le navire gère de
l’eau de ballast s’il utilise, isolément ou en combinaison, les processus de gestion suivants :
a) le renouvellement de l’eau de ballast;
b) le traitement de l’eau de ballast;
c) le rejet de l’eau de ballast dans une installation de réception;
d) la conservation de l’eau de ballast à bord du navire.
(2) Le navire qui transporte de l’eau de ballast puisée à l’extérieur des eaux de compétence canadienne la gère en conformité
avec le présent règlement afin de réaliser l’un des objectifs suivants :
a) réduire au minimum l’introduction d’agents pathogènes ou
d’organismes aquatiques nuisibles dans l’eau de ballast et leur
rejet avec elle dans les eaux de compétence canadienne;
b) éliminer ou rendre inoffensifs les agents pathogènes ou les
organismes aquatiques nuisibles présents dans l’eau de ballast.
(3) Le navire est tenu de gérer l’eau de ballast puisée dans les
eaux de compétence canadienne, dans les eaux américaines du
bassin des Grands Lacs ou dans les eaux françaises des îles SaintPierre-et-Miquelon si elle est mélangée à de l’eau de ballast puisée à l’extérieur des eaux de compétence canadienne qui n’a pas
été antérieurement assujettie à un processus de gestion prévu aux
alinéas (1)a) ou b).
(3) A ship shall manage ballast water taken on board the ship in
waters under Canadian jurisdiction, in the United States waters of
the Great Lakes Basin or in the French waters of the islands of
Saint Pierre and Miquelon if the ballast water is mixed with other
ballast water that was taken on board the ship outside waters under Canadian jurisdiction and that was not previously subjected to
a management process set out in paragraph (1)(a) or (b).
706
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
(4) It is not necessary to manage ballast water if the ship operates exclusively
(a) between ports, offshore terminals or anchorage areas situated on the west coast of North America north of Cape Blanco;
or
(b) between ports, offshore terminals or anchorage areas situated on the east coast of North America north of Cape Cod and
ports, offshore terminals or anchorage areas situated
(i) in the Bay of Fundy,
(ii) on the east coast of Nova Scotia, or
(iii) on the south or east coast of the island of Newfoundland.
(5) It is not necessary to manage ballast water if one of the following emergency situations occurs:
(a) the discharge or uptake of ballast water is necessary for the
purpose of ensuring the safety of the ship in emergency situations or saving life at sea;
(b) the discharge or uptake of ballast water is necessary for the
purpose of avoiding or minimizing the discharge of a pollutant
from the ship; or
(c) the accidental ingress or discharge of ballast water results
from damage to the ship or its equipment that was not caused
by a wilful or reckless act of the owner or officer in charge and
all reasonable precautions are taken before and after the occurrence of the damage or discovery of the damage for the purpose
of preventing or minimizing the ingress or discharge.
5. (1) A ship on a voyage to the Great Lakes Basin that carries
only residual amounts of ballast water that were taken on board
the ship outside waters under Canadian jurisdiction and were not
previously subjected to a management process set out in paragraph 4(1)(a) or (b) is not required to comply with subsection 4(3) if the ship
(a) complies with sections 1, 2, 6 and 7 of the Code of Best
Practices for Ballast Water Management, published by the
Shipping Federation of Canada on September 28, 2000, while
the ship operates in waters under Canadian jurisdiction in the
Great Lakes Basin; or
(b) conducts a saltwater flushing of ballast water tanks that
contain the residual amounts of ballast water in an area at
least 200 nautical miles from shore before entering waters under Canadian jurisdiction.
(2) For the purposes of paragraph (1)(b), a saltwater flushing
means the addition of mid-ocean water to ballast water tanks that
contain the residual amounts of ballast water, the mixing of the
flush water with the residual water and sediment in the tanks
through the motion of the ship and the discharge of the mixed
water so that the salinity of the resulting residual ballast water in
the tanks exceeds 30 parts per thousand or is as close to 30 parts
per thousand as possible.
(3) A ship that complies with the requirements of subsection (1) shall carry on board the ship for at least 24 months a record that demonstrates compliance with those requirements.
(4) Il n’est pas nécessaire de gérer l’eau de ballast si le navire
est exploité exclusivement :
a) entre des ports, des terminaux au large ou des mouillages situés sur la côte ouest de l’Amérique du Nord au nord du cap
Blanco;
b) entre des ports, des terminaux au large ou des mouillages situés sur la côte est de l’Amérique du Nord au nord de Cape
Cod et des ports, des terminaux au large ou des mouillages situés, selon le cas :
(i) dans la baie de Fundy,
(ii) sur la côte est de la Nouvelle-Écosse,
(iii) sur les côtes sud ou est de l’île de Terre-Neuve.
(5) Il n’est pas nécessaire de gérer l’eau de ballast lorsque se
produit l’une des situations d’urgence suivantes :
a) la prise ou le rejet d’eau de ballast est nécessaire pour garantir la sécurité du navire en cas d’urgence ou pour sauver des
vies humaines en mer;
b) la prise ou le rejet d’eau de ballast est nécessaire pour prévenir ou réduire au minimum le rejet d’un polluant par le navire;
c) l’entrée ou le rejet accidentel d’eau de ballast résulte d’une
avarie qu’a subie le navire ou son équipement et qui n’est pas
causée par un acte délibéré ou téméraire du propriétaire ou de
l’officier ayant la charge du navire et toutes les précautions raisonnables sont prises avant et après l’occurrence de l’avarie ou
sa découverte pour prévenir ou réduire au minimum l’entrée ou
le rejet d’eau de ballast.
5. (1) Le navire qui effectue un voyage vers le bassin des
Grands Lacs et qui ne transporte que des quantités résiduelles
d’eau de ballast qui ont été puisées à l’extérieur des eaux de compétence canadienne et qui n’ont pas été antérieurement assujetties
à un processus de gestion prévu aux alinéas 4(1)a) ou b) n’est pas
tenu conforme au paragraphe 4(3) si selon le cas :
a) il se conforme aux articles 1, 2, 6 et 7 du Code des meilleures pratiques de gestion des eaux de ballast, publié par la
Fédération maritime du Canada le 12 avril 2006 lorsqu’il navigue les eaux de compétence canadienne du bassin des Grands
Lacs;
b) avant d’entrer dans les eaux de compétence canadienne, il
effectue dans une zone située à au moins 200 milles marins du
rivage, le rinçage à l’eau salée des citernes d’eau de ballast qui
contiennent les quantités résiduelles d’eau de ballast.
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)b), « un le rinçage à l’eau
salée » s’entend de l’ajout de l’eau médio-océanique aux citernes
d’eau de ballast qui contiennent les quantités résiduelles d’eau de
ballast, du mélange de l’eau de rinçage avec l’eau résiduelle et les
sédiments dans les citernes par le mouvement du navire et du rejet
de l’eau mélangée pour que la salinité de l’eau de ballast résiduelle des citernes qui en résulte dépasse 30 parties par mille ou
s’en approche le plus possible.
(3) Le navire qui se conforme aux exigences du paragraphe (1)
doit conserver à bord pendant au moins 24 mois un registre démontrant la conformité avec ces exigences.
BALLAST WATER EXCHANGE — TRANSOCEANIC NAVIGATION
RENOUVELLEMENT DE L’EAU DE BALLAST —
NAVIGATION TRANSOCÉANIQUE
6. (1) This section applies in respect of a ship that exchanges
ballast water and, during the course of its voyage, navigates more
than 200 nautical miles from shore where the water depth is at
least 2000 m.
6. (1) Le présent article s’applique au navire qui procède au
renouvellement de l’eau de ballast et qui, au cours de son voyage,
navigue dans une zone qui est située à une distance de plus
de 200 milles marins du rivage et où l’eau atteint une profondeur
d’au moins 2 000 m.
707
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
(2) The ship shall not discharge ballast water that is taken on
board the ship outside of waters under Canadian jurisdiction in
waters under Canadian jurisdiction unless the ship conducts an
exchange before entering Canadian waters in an area situated at
least 200 nautical miles from shore where the water depth is at
least 2000 m.
(3) If the ship is on a voyage to a port, offshore terminal or anchorage area in the Great Lakes Basin, St. Lawrence River or
Gulf of St. Lawrence and cannot comply with subsection (2) because it would compromise the stability of the ship or the safety
of the ship or of persons on board, the ship shall notify the Minister of Transport as soon as possible. After doing so, the ship may,
beginning on December 1 and ending on May 1, conduct an exchange in the Laurentian Channel east of 63° west longitude
where the water depth is at least 300 m.
(4) If the ship cannot comply with subsection (2) because it
would be impractical or would compromise the stability of the
ship or the safety of the ship or of persons on board, the ship may
conduct an exchange in the following areas in waters under
Canadian jurisdiction:
(a) in respect of a voyage to a port, offshore terminal or anchorage area on the east coast of Canada, an area south of 43°30′
north latitude where the water depth is at least 1000 m;
(b) in respect of a voyage to a port, offshore terminal or
anchorage area on the west coast of Canada, an area at
least 50 nautical miles west of Vancouver Island and the Queen
Charlotte Islands and at least 50 nautical miles west of a line
extending from Cape Scott to Cape St. James where the water
depth is at least 500 m, with the exception of waters within 50 nautical miles of the Bowie Seamount (53°18′ north latitude and 135°40′ west longitude);
(c) in respect of a voyage to a port, offshore terminal or
anchorage area in Hudson Bay, an area in Hudson Strait east
of 70° west longitude where the water depth is at least 300 m;
and
(d) in respect of a voyage to a port, offshore terminal or
anchorage area in the Higher Arctic, an area in Lancaster
Sound east of 80° west longitude where the water depth is at
least 300 m.
(5) If the ship is on a voyage to a port, offshore terminal or
anchorage area on the west coast of Canada and cannot comply
with paragraph (4)(b) because it would be impractical or would
compromise the stability of the ship or the safety of the ship or of
persons on board, the ship may conduct an exchange in an area at
least 45 nautical miles west of Vancouver Island and the Queen
Charlotte Islands and at least 45 nautical miles west of a line
extending from Cape Scott to Cape St. James where the water
depth is at least 500 m, with the exception of waters within 50 nautical miles of the Bowie Seamount (53°18′ north latitude
and 135°40′ west longitude).
(2) Il est interdit au navire de rejeter dans les eaux de compétence canadienne de l’eau de ballast puisée à l’extérieur de cellesci sauf s’il a procédé au renouvellement, avant d’entrer dans les
eaux de compétence canadienne, dans une zone qui est située à
une distance d’au moins 200 milles marins du rivage et où l’eau
atteint une profondeur d’au moins 2 000 m.
(3) Le navire qui effectue un voyage vers un port, un terminal
situé au large ou un mouillage dans le bassin des Grands Lacs, du
fleuve Saint-Laurent ou du golfe Saint-Laurent et qui ne peut se
conformer au paragraphe (2) parce que cela compromettrait sa
stabilité ou sa sécurité ou celle de personnes à bord avise le
ministre des Transports dès que possible. Après avoir donné
l’avis, le navire peut, durant la période commençant le 1er décembre et se terminant le 1er mai, procéder au renouvellement dans
une zone du chenal Laurentien qui est située à l’est du méridien
par 63° de longitude ouest et où l’eau atteint une profondeur d’au
moins 300 m.
(4) Le navire qui ne peut se conformer au paragraphe (2) parce
que cela ne serait pas pratique ou compromettrait sa stabilité ou sa
sécurité ou celle des personnes à bord peut procéder au renouvellement dans les zones ci-après des eaux de compétence canadienne :
a) pour un voyage vers un port, un terminal au large ou un
mouillage situé sur la côte est du Canada, une zone qui est située au sud du parallèle par 43°30′ de latitude nord et où l’eau
atteint une profondeur d’au moins 1 000 m;
b) pour un voyage vers un port, un terminal au large ou un
mouillage situé sur la côte ouest du Canada, une zone qui est
située à une distance d’au moins 50 milles marins à l’ouest de
l’île de Vancouver et des îles de la Reine-Charlotte et d’au
moins 50 milles marins à l’ouest d’une ligne tirée du cap Scott
au cap St. James, et où l’eau atteint une profondeur d’au
moins 500 m, à l’exception des eaux situées dans un rayon
de 50 milles marins du mont sous-marin Bowie (53°18′ de latitude nord et 135°40′ de longitude ouest);
c) pour un voyage vers un port, un terminal au large ou un
mouillage situé dans la baie d’Hudson, une zone du détroit
d’Hudson qui est située à l’est du méridien par 70° de longitude ouest et où l’eau atteint une profondeur d’au moins 300 m;
d) pour un voyage vers un port, un terminal au large ou un
mouillage situé dans l’Extrême-Arctique, une zone du détroit
de Lancaster qui est située à l’est du méridien par 80° de longitude ouest et où l’eau atteint une profondeur d’au moins 300 m.
(5) Le navire qui effectue un voyage vers un port, un terminal
au large ou un mouillage situé sur la côte ouest du Canada et qui
ne peut se conformer à l’alinéa (4)b) parce que cela ne serait pas
pratique ou compromettrait sa stabilité ou sa sécurité ou celle des
personnes à bord peut procéder au renouvellement dans une zone
qui est située à une distance d’au moins 45 milles marins à l’ouest
de l’île de Vancouver et des îles de la Reine-Charlotte et d’au
moins 45 milles marins à l’ouest d’une ligne tirée du cap Scott
au cap St. James, et où l’eau atteint une profondeur d’au
moins 500 m, à l’exception des eaux situées dans un rayon
de 50 milles marins du mont sous-marin Bowie (53°18′ de latitude nord et 135°40′ de longitude ouest).
BALLAST WATER EXCHANGE — NON-TRANSOCEANIC NAVIGATION
RENOUVELLEMENT DE L’EAU DE BALLAST — AUTRE NAVIGATION
7. (1) This section applies in respect of a ship that exchanges
ballast water and does not, during the course of its voyage, navigate more than 200 nautical miles from shore where the water
depth is at least 2000 m.
7. (1) Le présent article s’applique au navire qui procède au renouvellement de l’eau de ballast et qui, au cours de son voyage,
ne navigue pas dans une zone qui est située à une distance de plus
de 200 milles marins du rivage et où l’eau atteint une profondeur
d’au moins 2 000 m.
708
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
(2) The ship shall not discharge ballast water that is taken on
board the ship outside of waters under Canadian jurisdiction in
waters under Canadian jurisdiction unless the ship conducts an
exchange before entering Canadian waters in an area situated at
least 50 nautical miles from shore where the water depth is at
least 500 m.
(3) If the ship cannot comply with subsection (2) because it
would be impractical or would compromise the stability of the
ship or the safety of the ship or of persons on board, the ship may
conduct an exchange in the following areas in waters under
Canadian jurisdiction:
(a) in respect of a voyage along the east coast of North America,
an area south of 43°30′ north latitude where the water depth is
at least 1000 m;
(b) in respect of a voyage along the west coast of North America,
an area situated at least 50 nautical miles west of Vancouver
Island and the Queen Charlotte Islands and at least 50 nautical
miles west of a line extending from Cape Scott to Cape
St. James where the water depth is at least 500 m, with the
exception of waters within 50 nautical miles of the Bowie
Seamount (53°18′ north latitude and 135°40′ west longitude);
(c) in respect of a voyage to a port, offshore terminal or
anchorage area in Hudson Bay, an area in Hudson Strait east
of 70° west longitude where the water depth is at least 300 m;
and
(d) in respect of a voyage to a port, offshore terminal or
anchorage area in the Higher Arctic, an area in Lancaster
Sound east of 80° west longitude where the water depth is at
least 300 m.
(2) Il est interdit au navire de rejeter dans les eaux de compétence canadienne de l’eau de ballast puisée à l’extérieur de cellesci sauf s’il a procédé au renouvellement, avant d’entrer dans les
eaux de compétence canadienne, dans une zone qui est située à
une distance d’au moins 50 milles marins du rivage et où l’eau
atteint une profondeur d’au moins 500 m.
(3) Le navire qui ne peut se conformer au paragraphe (2) parce
que cela ne serait pas pratique ou compromettrait sa stabilité ou sa
sécurité ou celle de personnes à bord peut procéder au renouvellement dans les zones ci-après des eaux de compétence canadienne :
a) pour un voyage le long de la côte est de l’Amérique du
Nord, une zone qui est située au sud du parallèle par 43°30′
de latitude nord et où l’eau atteint une profondeur d’au
moins 1 000 m;
b) pour un voyage le long de la côte ouest de l’Amérique du
Nord, une zone qui est située à une distance d’au moins 50 milles marins à l’ouest de l’île de Vancouver et des îles de la
Reine-Charlotte et d’au moins 50 milles marins à l’ouest d’une
ligne tirée du cap Scott au cap St. James, et où l’eau atteint une
profondeur d’au moins 500 m, à l’exception des eaux situées
dans un rayon de 50 milles marins du mont sous-marin Bowie
(53°18′ de latitude nord et 135°40′ de longitude ouest);
c) pour un voyage vers un port, un terminal au large ou un
mouillage situé dans la baie d’Hudson, une zone du détroit
d’Hudson qui située à l’est du méridien par 70° de longitude
ouest et où l’eau atteint une profondeur d’au moins 300 m;
d) pour un voyage vers un port, un terminal au large ou un
mouillage situé dans l’Extrême-Arctique, une zone du détroit
de Lancaster qui est située à l’est du méridien par 80° de longitude ouest et où l’eau atteint une profondeur d’au moins 300 m.
BALLAST WATER EXCHANGE STANDARD
NORME DE RENOUVELLEMENT DE L’EAU DE BALLAST
8. (1) A measurement of volumetric exchange or ballast water
salinity does not include the sediment that has settled out of ballast water within a ship.
(2) A ship that exchanges ballast water shall attain
(a) an efficiency of at least 95 per cent volumetric exchange;
and
(b) a ballast water salinity of at least 30 parts per thousand, if
the exchange of ballast water is conducted in an area not less
than 50 nautical miles from shore.
8. (1) La mesure du renouvellement volumétrique ou de la salinité de l’eau de ballast ne comprend pas les sédiments provenant
de l’eau de ballast qui sont déposés dans un navire.
(2) Le navire qui procède au renouvellement de l’eau de ballast
est tenu d’obtenir :
a) d’une part, un renouvellement volumétrique effectif d’au
moins 95 pour cent;
b) d’autre part, une salinité de l’eau de ballast d’au moins 30 parties par mille, s’il procède au renouvellement dans une zone située à une distance d’au moins 50 milles marins du rivage.
(3) Dans le cas du navire qui procède au renouvellement par
flux continu, le pompage de trois fois le volume de chaque citerne
à ballast constitue un renouvellement volumétrique effectif
de 95 pour cent à moins que son plan de gestion de l’eau de ballast ne démontre que le pompage de moins de trois fois le volume
permet d’obtenir un renouvellement volumétrique de 95 pour
cent.
(3) In the case of a ship that exchanges ballast water through
flow-through exchange, pumping through three times the volume
of each ballast tank shall constitute 95 per cent volumetric exchange, unless the ship provides evidence in its ballast water
management plan that pumping through less than three times that
volume achieves 95 per cent volumetric exchange.
BALLAST WATER TREATMENT STANDARD
NORME DE TRAITEMENT DE L’EAU DE BALLAST
9. A ship that treats ballast water shall attain, after the treatment, ballast water having a viable organism and indicator microbe content less than the following concentrations:
(a) 10 viable organisms per cubic metre greater than or equal
to 50 µ in minimum dimension;
(b) 10 viable organisms per millilitre less than 50 µ and greater
than or equal to 10 µ in minimum dimension;
9. Le navire qui procède au traitement de l’eau de ballast est
tenu d’obtenir, après traitement, une eau dont la teneur en organismes viables et en agents microbiens indicateurs est inférieure
aux concentrations suivantes :
a) 10 organismes viables par mètre cube dont la dimension minimale est égale ou supérieure à 50 µ;
b) 10 organismes viables par millilitre dont la dimension minimale est inférieure à 50 µ et égale ou supérieure à 10 µ;
709
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
(c) one colony-forming unit (cfu) of toxicogenic Vibrio cholerae
(O1 and O139) per 100 mL or one cfu per 1 g (wet weight)
zooplankton samples;
(d) 250 cfu of Escherichia coli per 100 mL; and
(e) 100 cfu of intestinal enterococci per 100 mL.
c) une unité formant colonies de Vibrio cholerae toxigène (O1
et O139) par 100 mL ou une unité formant colonies par
gramme (masse humide) d’échantillons de zooplancton;
d) 250 unités formant colonies d’Escherichia coli par 100 mL;
e) 100 unités formant colonies d’entérocoque intestinal par 100
mL.
SEDIMENT DISPOSAL
ÉLIMINATION DES SÉDIMENTS
10. (1) A ship shall not discharge into waters under Canadian
jurisdiction sediment that has settled out of ballast water and
comes from the routine cleaning of spaces used to carry ballast
water taken on board the ship outside of waters under Canadian
jurisdiction.
(2) The ship may carry out the disposal of the sediment at a
reception facility.
10. (1) Il est interdit au navire de rejeter dans les eaux de compétence canadienne des sédiments provenant de l’eau de ballast
qui se sont déposés et du nettoyage régulier des espaces utilisés
pour transporter à bord de l’eau de ballast puisée à l’extérieur des
eaux de compétence canadienne.
(2) Le navire peut éliminer les sédiments à une installation de
réception.
BALLAST WATER MANAGEMENT PLAN
PLAN DE GESTION DE L’EAU DE BALLAST
11. (1) Effective six months after the day on which these Regulations come into force, the owner of a ship shall ensure that the
ship carries on board and implements a ballast water management
plan setting out safe and effective procedures for ballast water
management and containing at least the following:
(a) a detailed description of the ballast water management
processes that the ship must use;
(b) a detailed description of the safety procedures that the crew
and the ship must follow with respect to ballast water management;
(c) a detailed description of the procedures that the crew must
follow with respect to satisfying the requirements of these
Regulations and implementing the ballast water management
plan;
(d) a detailed description of the procedures that the crew must
follow for the disposal, at sea or on land, of sediment resulting
from the routine cleaning of the spaces used to carry ballast
water; and
(e) a detailed description of the procedures that the crew
must follow for co-ordinating ballast water management with
Canadian authorities.
(2) The ballast water management plan shall also include the
following:
(a) a detailed description of the ballast water system, including
the design specifications;
(b) for ships that exchange ballast water through flow-through
exchange, evidence of the stability of the tank boundary structure in cases where the tank head is equivalent to the full distance to the top of the overflow;
(c) for ships that exchange ballast water through sequential exchange, a list of the exchange sequences that take account of
the strength, stability, minimum draught forward and propeller
immersion, as well as a list of solutions to the problems of
sloshing, slamming and ballast inertia;
(d) a description of the operational limits, such as wave height
for various speeds and headings, for the safe and effective
management of ballast water;
(e) an identification of the officer on board who is responsible
for implementing the plan; and
(f) the ballast water reporting form and requirements respecting
its delivery, as well as the reporting requirements applicable to
the ship under the laws of other jurisdictions.
11. (1) À compter de six mois après la date d’entrée en vigueur
du présent règlement, le propriétaire du navire veille à ce qu’un
plan de gestion de l’eau de ballast soit conservé à bord du navire
et qu’il soit mis en œuvre. Le plan établit une procédure sûre et
efficace pour la gestion de l’eau de ballast et comporte au moins
ce qui suit :
a) une description détaillée des processus de gestion de l’eau
de ballast que le navire doit utiliser;
b) une description détaillée des consignes de sécurité que le
navire et l’équipage doivent suivre relativement à la gestion de
l’eau de ballast;
c) une description détaillée des mesures que l’équipage doit
prendre pour satisfaire aux exigences du présent règlement et
mettre en œuvre le plan de gestion de l’eau de ballast;
d) une description détaillée de la procédure que l’équipage doit
suivre pour éliminer, en mer ou à terre, les sédiments provenant
du nettoyage régulier des espaces utilisés pour transporter de
l’eau de ballast;
e) une description détaillée de la procédure que doit suivre
l’équipage pour coordonner la gestion de l’eau de ballast avec
les autorités canadiennes.
(2) Le plan de gestion de l’eau de ballast comporte également
les éléments suivants :
a) une description détaillée du système d’eau de ballast, y
compris les normes de conception;
b) pour les navires qui renouvellent l’eau de ballast par flux
continu, des données démontrant que la structure d’entourage
de la citerne est stable dans les cas où la colonne d’eau est
équivalente à la pleine distance jusqu’au haut du trop plein;
c) pour les navires qui renouvellent l’eau de ballast par échange
séquentiel, une liste des séquences de renouvellement qui tiennent compte de la puissance, de la stabilité, du tirant d’eau
avant minimum et de l’immersion du propulseur, de même
qu’une liste de solutions aux problèmes liés au ballottement, au
martèlement et à l’inertie du ballast;
d) une description des limites opérationnelles, tels les creux de
vague acceptables pour divers caps et vitesses, permettant
d’assurer une gestion sûre et efficace de l’eau de ballast;
e) la mention de l’officier de bord chargé de la mise en œuvre
du plan de gestion de l’eau de ballast;
f) le formulaire de rapport sur l’eau de ballast et les exigences
relatives à sa transmission, de même que les exigences en matière de rapport applicables au navire en vertu du droit d’une
autre jurisdiction.
710
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
12. (1) Effective six months after the day on which these Regulations come into force, the owner of a Canadian ship or a ship
that could be registered under Part I of the Canada Shipping Act
shall submit four copies of its ballast water management plan to
the Board.
(2) If any change is made to the ship or its operations that affects its ballast water management plan, four copies of an amended ballast water management plan shall, as soon as possible, be
submitted to the Board.
12. (1) À compter de six mois après la date d’entrée en vigueur
du présent règlement, le propriétaire d’un navire canadien ou d’un
navire qui pourrait être immatriculé sous le régime de la partie I
de la Loi sur la marine marchande du Canada présente au Bureau
quatre exemplaires de son plan de gestion de l’eau de ballast.
(2) Lorsqu’une modification apportée au navire ou à son exploitation a une incidence sur son plan de gestion de l’eau de ballast, quatre exemplaires du plan de gestion de l’eau de ballast
modifié sont présentés au Bureau dès que possible.
EXCEPTIONAL CIRCUMSTANCES
CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES
13. (1) If a ship that is required to manage ballast water in accordance with subsection 4(2) or (3) or a ship that is not required
to manage ballast water in accordance with section 5 cannot comply with these Regulations or its ballast water management plan
because of an equipment failure or because it would compromise
the stability of the ship or the safety of the ship or of persons
on board, the ship shall notify the Minister of Transport at
least 96 hours before entry into the territorial sea and provide
updates on the status of the situation in the manner provided in
section 5.1 of TP 13617.
(2) Despite subsection (1), a ship that is unable to give 96 hours’
notice before entry into the territorial sea shall notify the Minister
of Transport as soon as it becomes possible to do so.
13. (1) Le navire qui est tenu de gérer son eau de ballast en
conformité avec les paragraphes 4(2) ou (3), ou le navire qui n’est
pas tenu de gérer son eau de ballast en conformité avec à l’article 5, qui ne peut se conformer au présent règlement ni à son plan
de gestion de l’eau de ballast en raison d’une défaillance de
l’équipement ou parce que cela compromettrait la stabilité ou la
sécurité du navire ou celle des personnes à bord en avise le ministre des Transports au moins 96 heures avant d’entrer dans la mer
territoriale et le tient informé de l’évolution de la situation de la
manière prévue à l’article 5.1 de la TP 13617.
(2) Malgré le paragraphe (1), le navire qui est incapable de
donner un préavis de 96 heures avant d’entrer dans la mer territoriale en avise le ministre des Transports dès qu’il lui devient possible de le faire.
(3) Après réception de l’avis, le ministre des Transports détermine, en consultation avec le capitaine du navire, les mesures qui,
sans compromettre la sécurité du navire ni celle des personnes à
son bord, permettraient de réduire autant que possible la probabilité que des agents pathogènes ou des organismes aquatiques nuisibles soient introduits dans les eaux de compétence canadienne.
(4) Pour déterminer les mesures qu’il convient de mettre en
œuvre, le ministre des Transports tient compte des facteurs suivants :
a) les renseignements que lui fournit le capitaine du navire sur
la nature de l’eau de ballast qu’il transporte, y compris sa provenance et les opérations dont elle a fait l’objet au préalable à
bord du navire;
b) les opérations possibles qui permettraient, compte tenu de
l’état de la mer, d’éliminer ou de rendre inoffensifs les agents
pathogènes ou les organismes aquatiques nuisibles présents
dans l’eau de ballast puisée à l’extérieur des eaux de compétence canadienne ou de réduire au minimum leur introduction
dans l’eau de ballast ou leur rejet avec celle-ci dans les eaux de
compétence canadienne;
c) la faisabilité d’exécuter les opérations possibles, compte tenu
de leur compatibilité avec la conception et l’exploitation du
navire;
d) les conséquences des opérations possibles sur la sécurité du
navire et des personnes à son bord.
(5) Le navire est tenu de mettre en œuvre les mesures déterminées par le ministre des Transports, lesquelles comportent une ou
plusieurs des actions suivantes :
a) la conservation de la totalité ou d’une partie de l’eau de ballast à bord du navire pendant qu’il se trouve dans les eaux de
compétence canadienne;
b) le renouvellement de la totalité ou d’une partie de l’eau de
ballast à l’endroit indiqué, au moyen de la procédure précisée;
c) le rejet de la totalité ou d’une partie de l’eau de ballast à
l’endroit indiqué, au moyen de la procédure précisée;
(3) After being notified, the Minister of Transport shall, in consultation with the master of the ship, determine the measures that,
without compromising the safety of the ship or of persons on
board, would reduce as much as practicable the likelihood of the
introduction of harmful aquatic organisms or pathogens into
waters under Canadian jurisdiction.
(4) In determining the measures that should be implemented,
the Minister of Transport shall take the following criteria into
account:
(a) the information provided to the Minister of Transport by the
master of the ship respecting the nature of the ballast water it is
carrying, including its origin and the operations previously performed on the ballast water on board the ship;
(b) possible operations that would, taking into account prevailing sea conditions, remove or render harmless harmful aquatic
organisms and pathogens within the ballast water taken onto
the ship outside waters under Canadian jurisdiction or that
would minimize their uptake in that ballast water or their discharge with that ballast water into waters under Canadian jurisdiction;
(c) the feasibility of implementing the possible operations, taking into account their compatibility with the design and operation of the ship; and
(d) the consequences of the possible operations on the safety of
the ship and of persons on board.
(5) The ship shall implement the measures determined by the
Minister of Transport, which shall include one or more of the
following:
(a) the retention of some or all of the ballast water on board the
ship while it is in waters under Canadian jurisdiction;
(b) the exchange of the ballast water or a portion of it in the
location indicated, using the procedures specified;
(c) the discharge of the ballast water or a portion of it in the
location indicated, using the procedures specified; and
711
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
(d) the treatment of the ballast water or a portion of it on board
the ship in accordance with a specified method.
(6) The ship shall provide all reasonable assistance that the
Minister of Transport may request.
d) le traitement de la totalité ou d’une partie de l’eau de ballast
à bord du navire en conformité avec une méthode précisée.
(6) Le navire est tenu de fournir au ministre des Transports
toute l’assistance raisonnable qu’il peut demander.
REPORTING
RAPPORTS
14. (1) The master of a ship bound for a port, offshore terminal
or anchorage area in Canada shall submit to the Minister of
Transport a completed Ballast Water Reporting Form in the manner provided in section 5.2 of TP 13617 as soon as possible after
a management process is performed or a measure determined by
the Minister is implemented.
(2) A copy of every submitted Ballast Water Reporting Form
shall be carried on board the ship for 24 months after it is submitted.
14. (1) Le capitaine du navire qui se dirige vers un port, un
terminal situé au large ou un mouillage au Canada présente au
ministre des Transports le Formulaire pour l’eau de ballast rempli
de la manière prévue à l’article 5.2 de la TP 13617 dès que possible après l’exécution d’un processus de gestion ou la mise en
œuvre d’une mesure déterminée par le ministre.
(2) Une copie de chaque Formulaire pour l’eau de ballast présenté est conservée à bord pendant une période de 24 mois après
sa présentation.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
15. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
15. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ D’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Scientific evidence suggests that ballast water (which includes
the suspended matter in the water and sediments settled out of the
water) carried on board a ship can be a vector by which harmful
aquatic organisms and pathogens are unintentionally transported
around the world. These organisms and pathogens carried in ballast water can potentially invade an ecosystem when a ship discharges untreated ballast water. When non-indigenous organisms
are discharged into waters where environmental conditions are
such that they grow and flourish, they can become invasive and
decimate native flora and fauna. The purpose of the Ballast Water
Control and Management Regulations (the Regulations) is to
require ships to manage ballast water in such a manner as to reduce the potential of such invasions.
Les observations scientifiques nous indiquent que l’eau de ballast (qui comporte des particules en suspension dans l’eau ainsi
que des sédiments déposés) transportée à bord d’un navire peut
être un vecteur de transport non intentionnel d’organismes aquatiques et d’agents pathogènes nuisibles dans le monde entier. Ces
organismes et agents pathogènes transportés dans l’eau de ballast
peuvent éventuellement envahir un écosystème lorsqu’un navire
rejette de l’eau de ballast n’ayant subi aucun traitement. Lorsque
des organismes étrangers sont rejetés dans des eaux où les conditions environnementales leur permettent de se reproduire et de
croître, ils peuvent devenir envahissants et décimer la flore et la
faune indigènes. Le but du Règlement sur le contrôle et la gestion
de l’eau de ballast (le règlement) est d’obliger les navires à gérer
leur eau de ballast de manière à réduire les risques de telles invasions.
La communauté internationale reconnaît que le rejet incontrôlé
des eaux de ballast et des sédiments a entraîné le transfert d’organismes aquatiques et d’agents pathogènes nuisibles. L’Organisation maritime internationale (OMI) s’est attaquée à ce problème à
compter de 1988 lorsque le Canada a signalé des espèces marines
envahissantes dans les Grands Lacs. L’OMI a adopté des lignes
directrices à conformité volontaire en 1991 afin d’aider à contrer
l’introduction d’autres espèces envahissantes. En vue de contrôler
tout nouvel envahissement, le 13 février 2004, les membres de
l’OMI ont signé la Convention internationale pour le contrôle
et la gestion des eaux et sédiments de ballast (Convention
de l’OMI). Les signataires de cette convention, dont le Canada
fait partie, conviennent de prendre des mesures en vue de prévenir, de réduire et éventuellement d’éliminer le transfert d’organismes aquatiques et d’agents pathogènes nuisibles au moyen du
contrôle et de la gestion des eaux et sédiments de ballast des navires. Cependant, la Convention de l’OMI n’entrera en vigueur que
lorsque 30 pays représentant 35 p. 100 du tonnage du monde entier manifesteront l’intention de la ratifier ou d’y adhérer, sans
réserve.
The international community recognizes that uncontrolled discharge of ballast water and sediment has led to the transfer of
harmful aquatic organisms and pathogens. The International
Maritime Organization (IMO) has been addressing the issue
since 1988 when Canada reported on invasive marine species in
the Great Lakes. In response, the IMO adopted voluntary guidelines in 1991 to help prevent further introductions. In an attempt
to control further transfers, members of the IMO signed the International Convention for the Control and Management of Ships’
Ballast Water and Sediments (IMO Convention) on February 13, 2004. Signatories to the IMO Convention, of which
Canada is one, agree to take measures that will help prevent,
minimize, and ultimately eliminate the transfer of harmful aquatic
organisms and pathogens through the control and management of
ships’ ballast water and sediments. However, the IMO Convention only enters into force when 30 countries comprising 35 percent of the world’s tonnage offer intent to ratify or accede to it,
without reservation.
712
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
The Regulations are made pursuant to section 657.1 of the
Canada Shipping Act (CSA), which provides the authority for the
Governor in Council to make regulations respecting the control and
management of ballast water. The Regulations make several of the
existing voluntary measures outlined in Transport Canada’s Publication “Guidelines for the Control of Ballast Water Discharge from
Ships in Waters under Canadian Jurisdiction” (TP 13617), mandatory for all ships designed to carry ballast water that enter waters
under Canadian jurisdiction and incorporate some of the principles
enshrined in the IMO Convention. TP 13617 has been redesigned
to be a Guide to the Regulations.
Neither the IMO Convention nor the Regulations provide specific procedures for ships that carry only residual ballast water
and ballast water sediments, i.e. ships that have “no ballast on
board” or NOBOB ships. These ships have been identified as
posing a risk for invasions if local water is added in one area and
subsequently discharged in another. The application of the Regulations does include ships that take on local ballast water if that
ballast water is mixed with other ballast water that was taken on
board the ship outside waters under Canadian jurisdiction, unless
the other ballast water was previously subjected to exchange or
treatment. The Regulations include provisions that NOBOB ships
entering waters under Canadian jurisdiction are expected to take.
As a solution to the issue of harmful aquatic organisms and
pathogens entering Canadian ecosystems via ballast water, the
Regulations prescribe how ships traveling to Canadian ports must
manage their ballast water. Exchange, treatment, disposal (at a
reception facility) or retention on board are all considered to be
best management practices for ballast water and accumulated
sediment. Of these management practices, ballast water exchange
that occurs 200 nautical miles from shore in waters that are at
least 2000 meters deep is, at this time, recognized as the most
effective means available to control the potential of an invasive
exotic species being transported in ballast water.
Also, since Canadian ports receive a number of ships that do
not voyage out beyond 200 nautical miles, requirements and options are included in the Regulations that stipulate how these
ships must manage their ballast water in order to protect waters
under Canadian jurisdiction from the potential effects of nonindigenous species. The Regulations also contain contingency
provisions in the event that it is unsafe or impractical for ships to
manage their ballast as required by the Regulations.
There are also provisions in the Regulations delineating areas
within waters under Canadian jurisdiction where ships may exchange ballast water in order to reduce the overall potential for
invasion. These areas have been identified based on scientific
advice provided to Transport Canada (TC) from the Department
of Fisheries and Oceans (DFO).
Furthermore, the Regulations require ship operators to develop
a ballast water management plan for each ship. The ballast water
management plan will outline safety criteria and will identify
suitable procedures that will ensure ballast water management is
conducted in an effective manner.
Le règlement est pris conformément à l’article 657.1 de la Loi
sur la marine marchande du Canada (LMMC), qui donne l’autorité au gouverneur en conseil de prendre le règlement sur le
contrôle et la gestion de l’eau de ballast. Le règlement fait en
sorte que certaines mesures à conformité facultative, figurant dans
la publication de Transports Canada intitulée « Lignes directrices
visant le contrôle des rejets des eaux de lest des navires dans les
eaux de compétence canadienne » (TP 13617), deviennent obligatoires pour tous les navires conçus pour transporter de l’eau de
ballast qui pénètrent dans les eaux de compétence canadienne. En
outre, le règlement incorpore certains des principes enchâssés
dans la Convention de l’OMI. La publication TP 13617 devient
donc un guide relatif au règlement.
Ni la Convention de l’OMI ni le Règlement ne prévoient des
procédures à l’intention des navires qui n’ont que de l’eau de
ballast résiduelle et des sédiments, c’est-à-dire les navires qui
n’ont pas de ballast à bord à déclarer (déballastés). Ces navires
risquent d’introduire des espèces envahissantes si de l’eau locale
est ajoutée dans un secteur puis rejetée dans un autre. L’application du règlement s’étend aux navires qui puisent de l’eau de ballast locale si cette eau est mélangée avec l’eau de ballast puisée
précédemment à l’extérieur des eaux de compétence canadienne,
sauf si cette autre eau de ballast a fait l’objet d’un échange ou
d’un traitement. Le règlement comporte des dispositions pour les
navires déballastés pénétrant dans les eaux de compétence canadienne relativement aux mesures qu’ils doivent prendre.
Vu que les organismes aquatiques et les agents pathogènes nuisibles posent un problème en pénétrant dans les écosystèmes canadiens par l’intermédiaire de l’eau de ballast, le règlement offre
une solution à ce problème en prescrivant comment les navires se
dirigeant vers des ports canadiens doivent gérer leur eau de ballast. L’échange, le traitement et le déchargement (dans une installation de réception) ou la conservation de l’eau de ballast à bord
du navire sont considérés parmi les meilleures pratiques de gestion en ce qui a trait à l’eau de ballast et aux sédiments accumulés. Parmi ces pratiques de gestion, la méthode consistant à
échanger l’eau de ballast à 200 milles marins au large des côtes
dans des eaux d’au moins 2 000 mètres de profondeur est reconnue, à l’heure actuelle, comme la méthode la plus efficace qui soit
disponible pour contrôler les risques d’invasion par des espèces
exotiques envahissantes transportées dans l’eau de ballast.
En outre, puisque les ports canadiens accueillent un nombre
important de navires qui n’effectuent pas de voyages au-delà de
200 milles marins des côtes, le règlement comporte des exigences
et des options indiquant de quelle manière ces navires doivent
gérer leur eau de ballast afin de protéger les eaux de compétence
canadienne des répercussions éventuelles de l’introduction d’espèces non indigènes. Le règlement comporte également des dispositions pour les situations d’urgence advenant le cas où il serait
peu sécuritaire ou peu pratique pour un navire de gérer son eau de
ballast selon les exigences énoncées dans le règlement.
Le règlement identifie également des zones de compétence canadienne où les navires peuvent échanger leur eau de ballast et où
le risque d’envahissement éventuel est moins élevé. Ces zones ont
été déterminées à partir des avis scientifiques fournis à Transports
Canada (TC) par le ministère des Pêches et des Océans (MPO).
En outre, le règlement exige des exploitants de navires qu’ils
établissent un plan de gestion de l’eau de ballast pour chaque
navire. Le plan de gestion de l’eau de ballast énoncera les critères
de sécurité et spécifiera les procédures appropriées qui assureront
une gestion efficace de l’eau de ballast.
713
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
Alternatives
Solutions envisagées
Three alternatives were considered in developing the Regulations. These alternatives were (1) maintain the status quo,
(2) incorporate the IMO Convention, and (3) follow the process
developed by the United States of America.
The status quo (i.e. the use of voluntary guidelines enshrined
in TP 13617 and no legal requirement to manage ballast water)
was rejected because Canada is committed to the concept of controlling the spread of harmful aquatic organisms and pathogens
via the ballast water vector, specifically by its signature on the
international agreement dealing with this subject and generally by
its signature on the Convention on Biological Diversity. Thus, at
this point in time, it is incumbent upon the Canadian Government
to enact legislation to control ballast water. The status quo defies
the intent of these agreements.
Trois solutions de rechange ont été envisagées au moment de
l’établissement du règlement. Il s’agit des solutions suivantes : (1) maintien du statu quo, (2) incorporation de la Convention
de l’OMI, (3) adoption du processus établi par les États-Unis.
La première solution qui consiste à maintenir le statu quo
(c’est-à-dire l’utilisation des lignes directrices à conformité facultative enchâssées dans la publication TP 13617 sans l’établissement d’une obligation légale de gérer l’eau de ballast) a été
rejetée parce que le Canada s’est engagé à contrôler la propagation des organismes aquatiques et des agents pathogènes nuisibles
amenée par le vecteur de l’eau de ballast, en signant l’accord international traitant de cette question et de façon générale lorsqu’il
a signé la Convention sur la diversité biologique. Par conséquent,
à ce moment-ci, il incombe au gouvernement canadien d’adopter
des mesures législatives pour contrôler l’eau de ballast. Le statu
quo irait à l’encontre de ces accords.
Le règlement vise à préciser les objectifs stratégiques des anciennes lignes directrices à conformité facultative afin d’assurer
une plus grande conformité. Il faut préciser ces objectifs parce
que nous avons des preuves que certains navires ne se conforment
pas volontairement aux normes, et l’introduction des espèces
envahissantes semble donc se poursuivre. Tout récemment, c’està-dire en septembre 2004, le crabe chinois (Eriocheir sinensis),
l’une des 100 espèces les plus envahissantes dans le monde entier,
a été repéré dans le fleuve Saint-Laurent près de la ville de
Québec. Puisque l’eau de ballast pourrait être un vecteur permettant à cette espèce envahissante en particulier et à bien d’autres
espèces de pénétrer au Canada, le Gouvernement doit exercer un
contrôle plus rigoureux de la gestion de l’eau de ballast. Afin de
limiter le nombre d’espèces envahissantes dans ses eaux et
d’exercer un meilleur contrôle, le Canada a décidé de passer d’un
système à conformité volontaire à une réglementation obligatoire.
La deuxième solution de rechange (intégrer la Convention de
l’OMI directement au règlement) a été rejetée elle aussi parce que
la Convention de l’OMI n’est pas encore en vigueur et que rien
n’indique qu’elle le sera dans un avenir rapproché. L’intégration
des dispositions de la Convention avant son entrée en vigueur
serait une mesure inefficace, surtout si l’on considère que les administrations étrangères ne seraient pas tenues de s’assurer que
leurs navires répondent aux exigences au chapitre de la certification, de l’inspection et de l’installation de systèmes approuvés de
traitement de l’eau de ballast. L’accession éventuelle du Canada
à la Convention et l’incorporation éventuelle subséquente de
la Convention de l’OMI à la réglementation en vertu de la Loi
de 2001 sur la marine marchande du Canada semblent être les
moyens les plus efficaces dont dispose le Canada pour régler ce
problème d’envergure mondiale. Cependant, avant de prendre ces
mesures, TC doit d’abord confirmer au moyen de consultations
auprès d’autres ministères gouvernementaux et d’autres intervenants que le Canada est prêt à prendre ces mesures. Étant donné
que le règlement incorpore les dispositions de la Convention de
l’OMI au sujet de l’échange de l’eau de ballast, il s’ensuit que le
règlement reproduit les dispositions de la Convention de l’OMI
qui s’appliqueront jusqu’en 2009, quand cette convention rendra
obligatoire l’installation de systèmes de traitement d’eau de ballast à bord de certains bâtiments.
La troisième solution de rechange (reproduire la règle des
États-Unis relativement à la gestion de l’eau de ballast) a également été rejetée. À l’heure actuelle, les États-Unis exigent des
navires qu’ils échangent leur eau de ballast à plus de 200 milles
The Regulations attempt to clarify the policy objectives of the
former voluntary guidelines in order to ensure greater compliance. Clarification of the objectives is necessary because there
is evidence that some ships do not voluntarily comply and, as
such, invasions appear to continue. As recently as September
of 2004, the Chinese Mitten Crab (Eriocheir sinensis), one of
the world’s 100 most invasive species, has been spotted in the
St. Lawrence River near Québec City. Since ballast water could
potentially be a vector by which this and many other invasive
species enter Canada, there is a need for greater government control of how ballast water is managed. In an attempt to curb further
such sightings and garner greater control, Canada has decided to
move from voluntary guidelines to mandatory regulations.
The second option (i.e. to directly incorporate the IMO Convention into the Regulations) was also rejected because the IMO
Convention has not yet entered into force and it does not appear
that it will in the near future. Incorporating its provisions prior to
it coming into force would be ineffective, in particular with respect to the fact that foreign administrations would be under no
obligation to ensure that their ships meet the requirements for
certification, inspection and fitting of approved ballast water
treatment systems. Canada’s eventual accession to the IMO Convention and subsequent incorporation by reference into regulations under the Canada Shipping Act, 2001, would appear to be
Canada’s most effective means to address this global issue. However, before doing so, TC must confirm Canada’s commitment to
such an action via consultations with other government departments and stakeholders. As the Regulations incorporate the provisions of the IMO Convention concerning ballast water exchange,
they have in effect adopted the provisions of the IMO Convention
that will apply until 2009 when the IMO Convention will make
the fitting of ballast water treatment systems mandatory on certain
vessels.
The third option (i.e. to duplicate the United States’ rule for
ballast water management) was also rejected. The United States
currently requires ships to exchange their ballast water beyond 200 nautical miles from any shore. If a ship cannot perform
714
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
exchange beyond this limit, either because it is not safe to do so
or they do not travel out beyond 200 nautical miles from shore,
then they may discharge, at port, only the amount of ballast water
“operationally necessary”.
To every extent possible, the Regulations do harmonize with
the United States’ rule. For example, both require ballast water
exchange operations to occur in an area beyond 200 nautical
miles from shore, both have similar reporting requirements and
both require the vessels to carry on board a ballast water management plan. Furthermore, both have a safety provision and a
provision that deals with ships that do not travel beyond 200 nautical miles from shore (i.e. coastal traffic). However, the Regulations differ from the United States’ rule in that it was possible to
identify alternate areas where ballast water exchange would be
acceptable to Canada, for both transoceanic and non-transoceanic
traffic, based upon scientific advice provided by DFO.
Thus, given such scientific advice, TC rejected the option to
duplicate the United States’ rule for ballast water management.
marins des côtes. Si un navire ne peut procéder à l’échange de son
eau de ballast au-delà de cette limite, soit parce qu’il ne peut le
faire pour des raisons de sécurité, soit parce que son voyage ne
sera pas effectué au-delà de la zone de 200 milles marins des côtes, il peut alors décharger au port seulement la quantité d’eau de
ballast jugée « nécessaire du point de vue opérationnel ».
Dans la mesure du possible, le règlement a été harmonisé avec
la règle des États-Unis; par exemple, les deux régimes exigent
que les activités d’échange de l’eau de ballast se déroulent dans
une zone située à plus de 200 milles marins au large des côtes; les
exigences des deux régimes relativement aux rapports connexes
sont similaires; en outre, les deux régimes exigent que chaque
navire dispose à bord d’un plan de gestion de l’eau de ballast. Par
ailleurs, les deux régimes comportent une disposition sur la sécurité et une disposition visant les navires qui n’effectuent pas de
voyages au-delà de 200 milles marins des côtes (c’est-à-dire le
trafic de cabotage). Cependant, le règlement diffère de la règle
des États-Unis dans la mesure où il a été possible de déterminer
des zones de rechange où l’échange de l’eau de ballast serait acceptable pour le Canada, pour le trafic transocéanique et le trafic
non-transocéanique; soulignons que ces zones ont été déterminées
à partir des avis scientifiques fournis par le MPO.
C’est pourquoi, compte tenu de ces avis scientifiques, TC a
rejeté la possibilité de reproduire la règle des États-Unis relativement à la gestion de l’eau de ballast.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Although there is a large body of literature on the subject of
alien invasive species, very little of it assesses economic impacts
and the literature that does exist appears to be inconclusive. Thus,
the numbers in this benefit and cost analysis come from a number
of sources. The numbers cited for ballast water exchange and
development come from the United States Federal Register and
were extrapolated to Canadian dollars using a standard 1.25 conversion value. The numbers cited for the value of the Canadian
fishing industry were taken directly from the DFO Web site.
Même s’il existe un grand nombre d’ouvrages portant sur les
espèces non indigènes envahissantes, la question des répercussions économiques est rarement abordée, la documentation actuelle paraissant peu concluante. Les données figurant dans l’analyse coût-avantages proviennent de diverses sources. Les chiffres
relatifs à l’échange de l’eau de ballast et à l’établissement du plan
de gestion de l’eau de ballast sont tirés du Federal Register des
États-Unis et extrapolés en dollars canadiens au moyen du facteur
de conversion standard de 1,25. Les chiffres cités relativement à
la valeur de l’industrie canadienne de la pêche ont été extraits
directement du site Web du MPO.
Le projet semble présenter des coûts pour le gouvernement canadien et pour les propriétaires et exploitants de navires, mais ces
coûts devraient être minimes. Dans le cas du gouvernement canadien, les coûts à régler viseront surtout l’équipement additionnel,
la gestion des données, les mesures d’exécution et les inspections.
Les coûts que devront assumer les propriétaires et les exploitants
de navires tomberont dans trois catégories distinctes : les coûts
relatifs à l’équipement et aux rapports, les coûts d’établissement
d’un plan de gestion de l’eau de ballast et les coûts liés aux
échanges.
Après la publication au préalable du projet de réglementation
dans la Gazette du Canada Partie I le 11 juin 2005, TC a reçu
plusieurs observations laissant supposer que les coûts élevés du
matériel servant au traitement de l’eau de ballast à bord n’étaient
pas inclus dans l’analyse des coûts. TC sait que des coûts importants devront être assumés par les propriétaires lorsque le
règlement aura été modifié dans le sens du traitement de l’eau de
ballast qui se fera vraisemblablement à bord des bâtiments. Toutefois, pour l’instant, la technologie nécessaire pour faire ce traitement n’est pas largement accessible dans la collectivité du
transport maritime; c’est pour cette raison que le règlement
n’exige pas l’installation obligatoire de systèmes de ce genre à
bord des bâtiments et, par ricochet, que les coûts en question
ne sont pas inclus dans l’analyse des avantages et des coûts,
ci-dessous.
There appear to be costs to both the Canadian government and
to the owners and operators of ships; however, costs to both of
these groups are minimal. Costs to the Canadian government are
mainly in the area of additional equipment, data management,
enforcement and inspections. The costs to the owners and operators of ships fall into three separate categories: equipment and
reporting costs, development costs and exchange costs.
As a result of the pre-publication of the Regulations in the
Canada Gazette, Part I on June 11, 2005, TC received several
comments that the substantial costs of on-board ballast water
treatment equipment had not been considered in the costs analysis. TC recognizes that there will be substantial costs to owners
when the Regulations are amended to focus on mandatory treatment of ballast water that will most likely be on-board vessels.
However, at this time, the technology for such treatment is not
widely available to the shipping community and as such, the
Regulations do not require mandatory treatment systems to be
installed on board vessels. Therefore, these costs are not considered in the benefits and costs analysis below.
715
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
Two of the submissions received stated that the costs to vessels
required to use an alternative exchange zone as outlined in paragraphs 6(4)(a), (c) or (d), subsection 6(5) or paragraphs 7(3)(c)
or (d) have not been included in the benefits and costs analysis
and it was suggested by stakeholders that this was an oversight on
the part of TC. The ability to request a vessel to deviate follows
the intent of the IMO Convention. However, since this was not
considered to be a continual cost, as it will only be encountered if
deviation is required, it was not included in the initial benefits and
costs analysis.
A comment was received that the cost to have a ballast water
management plan approved by a classification society has not
been considered. Although TC recognizes that there may be a cost
attached to plan approval, such approval is not a requirement of
the Regulations and thus was not considered.
Deux observations ont indiqué que le coût encouru dans le cas
des bâtiments tenus de faire l’échange d’eau de ballast dans une
des zones d’échange additionnelles indiquées aux alinéas 6(4)a),
c) ou d), au paragraphe 6(5) ou aux alinéas 7(3)c) ou d) n’a pas
été inclus dans l’analyse des coûts et des avantages et les intervenants ont donné à penser qu’il s’agissait d’un oubli de la part
de TC. La capacité de demander qu’un bâtiment bifurque de sa
route découle de l’intention de la Convention de l’OMI. Toutefois, il ne s’agit pas d’un coût continu, parce qu’il sera encouru
uniquement si le navire doit bifurquer de sa route; c’est pour cette
raison que ce coût n’a pas été inclus dans l’analyse des avantages
et des coûts.
Une observation a indiqué que le coût de la démarche de faire
approuver un plan de gestion d’eau de ballast par une société de
classification n’a pas été pris en considération. TC convient que
des dépenses peuvent être occasionnées par l’approbation d’un
plan, mais cette approbation n’est pas exigée par le règlement et,
pour cette raison, ce coût n’a pas été pris en considération.
Costs to owners and operators
Coûts que devront assumer les propriétaires et les exploitants
de navires
Equipment and reporting:
Équipement et rapport :
Ballast water exchange as a management method is available to
practically all ships and, with slight adjustments to operating procedures, can be implemented without costly retrofits or expensive
technology installations. Since ships are already equipped with
the required ballast tanks and pumps, as ballast is pumped into
and out of ships for stability and safety reasons, the Regulations
do not require ship owners to purchase additional equipment.
Also, there will not be an increased cost associated with reporting
ballast water activity under the Regulations as, in the great majority of cases, ballast water reporting forms are now voluntarily
submitted to the Canadian Government.
Presque tous les navires peuvent utiliser l’échange de l’eau de
ballast comme méthode de gestion de l’eau de ballast en apportant de légères modifications aux procédures d’exploitation, sans
qu’il soit nécessaire de procéder à des réaménagements coûteux
ou à l’installation d’outils technologiques dispendieux. Le règlement n’oblige pas les propriétaires de navire à faire l’achat de
nouvel équipement étant donné que les navires sont déjà munis
des citernes et des pompes de ballast nécessaires pour pomper
l’eau de ballast à l’intérieur et à l’extérieur des navires aux fins de
la stabilité et de la sécurité. En outre, l’activité d’établissement de
rapports sur l’eau de ballast n’entraînera pas de hausse de coûts
en vertu du règlement car, dans la grande majorité des cas, les
navires soumettent volontairement des rapports sur l’eau de ballast au gouvernement canadien.
Cost of exchange:
Coût associé à l’échange de l’eau de ballast :
In practice, due to its ease of application and relatively inexpensive operational cost, ballast water exchange is generally the
method used by the shipping industry to prevent the introduction
and transfer of aquatic species carried in ballast water. As such,
the Regulations require 95 percent volumetric ballast exchange
when vessels use either the sequential or “flow through” methods.
For flow through, 95 percent exchange is reached when each ballast tank being exchanged has been pumped through with three
times the volume of the tank.
En pratique, en raison de sa facilité d’application et de son coût
opérationnel relativement peu élevé, l’échange de l’eau de ballast
est généralement la méthode utilisée par l’industrie du transport
maritime commercial pour empêcher l’introduction et le transfert
d’espèces aquatiques transportées dans l’eau de ballast. À ce titre,
le règlement exige un échange de 95 p. 100 du volume de l’eau de
ballast lorsque les bâtiments utilisent la méthode de l’échange
séquentiel ou celle du flux continu. Dans le cas du flux continu,
l’eau de ballast est échangée à 95 p. 100 dès que, pour chaque
citerne faisant l’objet d’une gestion, un volume d’eau égal à trois
fois le volume de cette citerne a circulé par pompage dans cette
citerne.
Dans le cas des gros bâtiments (ceux de plus de 80 000 tonnes
de port en lourd) dont la capacité moyenne de ballast est d’environ 63 000 mètres cubes, ceux-ci seraient pompés trois fois de
manière à atteindre le niveau d’échange requis. Compte tenu du
coût associé à l’échange de l’eau de ballast, environ 0,0195 dollars canadiens/m3, un échange de 95 p. 100 du volume de l’eau
de ballast coûtera approximativement : 3 685,50 dollars canadiens (189 000 m3 × 0,0195 dollars/m3).
Les petits bâtiments (ceux de moins de 80 000 tonnes de port
en lourd) ne pomperaient pas autant d’eau de ballast que les plus
gros bâtiments; dans leur cas, le coût associé à l’échange de l’eau
Large vessels (those with greater than 80,000 dead weight tonnage (DWT)) have an average ballast capacity of approximately 63,000 cubic meters, which would be pumped through three
times to reach the required level of exchange. Given that ballast
exchange costs approximately .0195 Canadian dollars/m3, 95 percent exchange will cost an estimated: $3,685.50 Canadian dollars (189,000 m3 × .0195 dollars/m3).
Smaller vessels (those with less than 80,000 DWT) would not
pump as much ballast as larger vessels. Therefore, the cost of
exchange would be decreased. Given that smaller vessels may
716
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
carry as little as 3,115 cubic meters of ballast that needs to be
pumped through three times, the cost could be: $182.23 Canadian
dollars (9,345 m3 x .0195 dollars/m3).
The cost of sequential exchange would be less than flow
through. Regardless of the size, most vessels calling at Canadian
ports already incur this cost, as they voluntarily exchange their
ballast water.
In addition to the cost of exchange, some vessels may incur
costs if it is necessary for them to deviate from their intended
voyage in order to conduct an exchange in an alternate exchange
zone. Deviations taking even only a few hours may result in substantial costs to vessels, considering that operating costs are in the
range of $1,200.00 per hour. Operators of NOBOB vessels may
also incur costs if they are carrying residuals that have not been
subject to exchange or treatment and as a result, carry less than
their cargo capacity in order to flush ballast tanks during a cargo
voyage.
de ballast serait donc considérablement moindre. Étant donné que
les bâtiments de moindre jauge peuvent transporter un volume
aussi peu élevé que 3 115 mètres cubes d’eau de ballast, laquelle
doit être pompée trois fois, cela pourrait entraîner le coût suivant : 182,23 dollars canadiens (9 345 m3 × 0,0195 dollars/m3).
L’échange séquentiel serait moins coûteux que la méthode du
flux continu. Indépendamment de leurs dimensions, la plupart des
bâtiments faisant escale dans des ports canadiens assument déjà
ce coût, car ils procèdent volontairement à l’échange de l’eau de
ballast.
En plus du coût de l’échange, il se peut que des navires subissent des coûts s’ils doivent bifurquer de leur trajet pour effectuer
un échange dans une zone additionnelle prévue à cette fin. Une
déviation de quelques heures seulement pourrait générer des coûts
élevés pour un navire, car les frais d’exploitation sont de l’ordre
de 1 200 dollars l’heure. Il se peut également que les exploitants
des navires déballastés subissent des coûts, lorsqu’il y a à bord
des eaux résiduelles n’ayant pas fait l’objet d’un échange ou d’un
traitement, alors que le navire transporte moins de cargaison en
raison de la nécessité de vidanger des citernes d’eau de ballast
durant le transport d’une cargaison.
Development costs:
Coûts d’établissement du plan de gestion de l’eau de ballast :
Under the Regulations, ship owners are required to develop a
ballast water management plan. The estimated cost of this “onetime” expense is approximately $1,200.00 Canadian dollars. This
development cost is based on the hypothesis that it will require
approximately eight hours of work at approximately $150.00 per
hour.
These costs, however, are outweighed by the potential costs to
the Canadian ecosystem if the Regulations are not implemented.
En vertu du règlement, les propriétaires de navires doivent établir un plan de gestion de l’eau de ballast. Le coût estimatif de
cette dépense « ponctuelle » est d’environ 1 200 dollars canadiens. Le coût d’établissement du plan est fondé sur l’hypothèse
que la tâche exigera environ huit heures de travail au coût approximatif de 150 dollars l’heure.
Cependant, ces coûts ne se comparent en rien aux coûts que
nous devrons assumer relativement à l’écosystème canadien si le
règlement n’est pas adopté.
Costs to the Canadian Government
Coûts pour le gouvernement canadien
Reporting:
Rapports :
The costs to the Canadian Government are marginal. While
there will be a slight cost associated with the required reporting,
most ships currently send in Ballast Water Reports to the Canadian Government, and as such, government officials currently
handle these reports. TC will also have to determine measures for
a ship to take in cases where the ship reports that it was unable to
meet the requirements of the Regulations; however, this can be
accomplished using existing resources.
Les coûts que devra assumer le gouvernement canadien sont
minimes. Un coût léger sera rattaché aux rapports obligatoires,
mais la plupart des navires font déjà parvenir leurs rapports sur
l’eau de ballast au gouvernement canadien et, à l’heure actuelle,
les fonctionnaires s’occupent déjà de ces rapports. TC devra déterminer les mesures que devra prendre un navire qui se dit incapable de satisfaire aux exigences du règlement; toutefois, cette
tâche pourra être accomplie au moyen de ressources actuelles.
Inspection costs:
Coûts d’inspection :
Ships are currently inspected and compliance with the Regulations will be monitored during regularly scheduled inspections.
Inspection times will be increased slightly to include the new
provisions in the Regulations and to follow-up in cases of noncompliance. It is intended that the necessary effort to enforce the
Regulations will be from existing resources. It is estimated that
the cost of additional overtime and travel for TC will be approximately $100,000 annually.
À l’heure actuelle, les navires font déjà l’objet d’inspections, et
la conformité au règlement sera vérifiée durant les inspections
périodiques prévues. Les temps requis pour les inspections seront
accrus légèrement, de manière à tenir compte des nouvelles dispositions du règlement et pour permettre un suivi en cas de nonconformité. Les efforts nécessaires pour mettre en application le
règlement seront financés au moyen de ressources actuelles. On
estime que les coûts de TC en surtemps et en déplacements supplémentaires seront d’environ 100 000 $ chaque année.
Equipment costs:
Coûts de l’équipement :
Paragraph 8(2)(b) of the Regulations sets out a salinity standard
which ships must meet if they conduct ballast water exchange
outside 50 nautical miles of shore. Thus, in order to monitor compliance, there is a need for TC to conduct salinity tests. As
L’alinéa 8(2)b) du règlement établit une norme de salinité que
les navires doivent respecter s’ils procèdent à l’échange de leur
eau de ballast au-delà de 50 milles marins des côtes. Pour vérifier
la conformité à cette norme, TC doit pouvoir effectuer des tests
717
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
such, TC must purchase refractometers for each of its 31 offices
that will permit inspectors to measure salinity. The cost of each
refractometer is approximately $1,500.00 Canadian dollars.
Once ships have the ability to engage in ballast water treatment
on board, TC will have to purchase suitable equipment that will
permit inspectors to measure compliance against the set standard.
This equipment is expected to include, but is not limited to, sterilized dishes and test tubes. Furthermore, there will be a minimal
training cost for inspectors. All training requirements will be included in normal inspector training courses.
de salinité et c’est pourquoi il devra munir ses 31 bureaux des
réfractomètres nécessaires pour que ses inspecteurs puissent mesurer la salinité. Le coût de chaque réfractomètre est de 1 500 dollars canadiens.
Une fois que les navires seront en mesure de procéder au traitement de l’eau de ballast à bord, TC devra acheter l’équipement
approprié qui permettra aux inspecteurs de déterminer la conformité en fonction de la norme établie. Cet équipement comprendra
probablement, entre autres, des récipients stérilisés et des tubes à
essai. Le coût de formation des inspecteurs sera minime. La formation exigée à cette fin sera intégrée aux cours de formation
réguliers des inspecteurs.
Benefits:
Avantages :
Canada has some of the most viable commercial fisheries in the
world. The Regulations are designed to protect, to some extent,
these fisheries. In Canada, the Great Lakes commercial fishery
alone has an average annual landed value of about $45 million
and adds over $100 million to the Canadian economy. Recreational angling on the Great Lakes provides a further $350 million,
for an overall contribution of $450 million to the Canadian economy.
Le Canada dispose des pêches commerciales parmi les plus
viables au monde. Le règlement vise à protéger ces pêches, dans
une certaine mesure. Au Canada, les prises débarquées provenant
de la pêcherie commerciale des Grands Lacs représentent à elles
seules une valeur annuelle moyenne d’environ 45 millions de
dollars et un apport supplémentaire de 100 millions de dollars
pour l’économie canadienne. Par ailleurs, la pêche récréative sur
les Grands Lacs rapporte une somme supplémentaire de 350 millions de dollars, soit une contribution globale de 450 millions de
dollars à l’économie canadienne.
Les prises commerciales de poisson sur les côtes est et ouest du
Canada constituent également une industrie canadienne d’importance. Globalement, les débarquements issus de la pêche maritime
au Canada en 2003 ont représenté une valeur approximative
de 2 182 729 000 $ et une moyenne de plus de 2 milliards de dollars pour chacune des trois années précédentes.
En dollars actuels, la valeur des extraits du secteur des océans
a augmenté, passant de 16,6 milliards de dollars en 1988
à 22,7 milliards en l’an 2000. Malgré une baisse vers le milieu
des années 1990, le taux moyen de croissance pour la période a
été de 2,6 p. 100 en valeur nominale et de 0,7 p. 100 en valeur
réelle (dollars constants de 1992). La valeur ajoutée à l’économie
canadienne par le secteur des océans a augmenté en valeur réelle,
passant de 8,9 milliards de dollars à 11,7 milliards de dollars, soit
un taux moyen de 2,2 p. 100 par année.
La contribution du secteur des océans au produit intérieur
brut (PIB) du Canada a augmenté, passant de 1,49 p. 100 du PIB
en 1988 à un sommet de 1,56 p. 100 du PIB de 1991 à 1993,
puis cette contribution a diminué jusqu’à un seuil minimal
de 1,16 p. 100 en 1997 et augmenté à 1,48 p. 100 du PIB en 2000.
En 2000, le secteur des pêches a été l’un des trois principaux secteurs ayant contribué à cette hausse.
En termes de valeur des débarquements, le taux d’accroissement moyen (TAM) des principales pêcheries au Canada de 1988
à 2000 a été de 2,7 millions de dollars par année. Même si
le TAM au chapitre de l’emploi des pêcheurs pour cette période
a diminué de 4,8 p. 100 par année, on a observé un TAM
de 14,4 p. 100 de l’emploi dans le secteur de la mariculture au
Canada.
Le règlement comporte des dispositions qui aideront à maintenir un milieu marin sain au Canada. Comme c’est expliqué aux
paragraphes précédents, les pêches commerciales océaniques et
en eaux douces et les industries secondaires associées apportent
une contribution substantielle à l’économie du Canada. Les pêcheurs professionnels, les pêcheurs sportifs et leurs fournisseurs
d’équipement bénéficieront tous de la protection offerte au milieu
marin du Canada par la mise en application du règlement. Le coût
Commercial fish catches on the east and the west coasts of
Canada are also a valuable Canadian industry. The total sea fisheries catch in 2003 for Canada was valued at approximately $2,182,729,000 dollars and averaged over 2 billion in each of
the previous three years.
In current dollars, the value of output in the ocean sector
increased from $16.6 billion in 1988 to $22.7 billion by the
year 2000. Despite a down turn in the mid 1990’s, the average
rate of growth for the period was 2.6 percent in current terms
and 0.7 percent in real terms (constant 1992 dollars). The value
added to the Canadian economy by the ocean sector increased
in real terms from $8.9 billion to $11.7 billion, at an average rate
of 2.2 percent a year.
The contribution to Canada’s gross domestic product (GDP)
made by the ocean sector increased from 1.49 percent of GDP
in 1988 to a peak of 1.56 percent in 1991 to 1993, then declined
to a low of 1.16 percent in 1997 but increased to 1.48 percent
of GDP in 2000. In 2000, fisheries were among the three most
significant contributors to this increase.
In terms of landed value, the average rate of growth (ARG) of
the primary fisheries in Canada from 1988 to 2000 was $2.7 million per year. Although the ARG of employment of “fishers” for
that period dropped by 4.8 percent per year, there was an ARG
of 14.4 percent in Mariculture employment in Canada.
The Regulations contain provisions to help maintain a healthy
Canadian marine environment. As demonstrated in the above
paragraphs, the Canadian economy, through both ocean and fresh
water commercial fisheries and the subsequent secondary industries, adds substantially to Canada’s economy. Fish harvesters and
recreational anglers and those who supply them equipment will
all benefit from the protection offered to Canada’s marine environment through the implementation of the Regulations. The
718
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
ongoing costs of invasions of species, such as the zebra mussel in
the Great Lakes that resulted in the fouling of water intakes
(among other things), has been estimated at over $1 billion for the
region.
Given the above, it appears that the benefits resulting from the
Regulations clearly outweigh the costs. The benefit that the fisheries industry provides to Canada’s economy greatly outweighs
the accumulated costs to either the government or owners and
operators of ships.
Furthermore, given the above analysis, it is clear that the benefits clearly outweigh the costs in all cases. Conversely, there is a
potential environmental and economic cost to not attempting to
prevent further invasion of non-indigenous species into waters
under Canadian jurisdiction.
permanent associé aux espèces envahissantes, comme la moule
zébrée dans les Grands Lacs qui a entraîné le colmatage des prises
d’eau (entre autres), a été estimé à plus de 1 milliard de dollars
pour la région.
Compte tenu de ce qui précède, il semble que les avantages que
l’industrie des pêches rapporte à l’économie canadienne dépassent largement les coûts d’ensemble que doivent assumer le gouvernement et les propriétaires et exploitants de navires.
Environmental Impact
Considérations environnementales
The intent of the Regulations is to reduce significantly the potential of the further introduction of harmful aquatic organisms
and pathogens into Canadian ecosystems. Given stakeholder and
public opinion and the resultant Parliamentary recommendations,
it is incumbent on TC, despite the high level of uncertainty inherent in invasive species biology, to implement this regulatory
action. Thus, using the principles of the precautionary approach,
the Regulations attempt to protect Canada’s biodiversity by decreasing the number of invasive species that could potentially
enter Canadian ecosystems, and ballast water management is an
effective first step in this process.
Le règlement a pour but de réduire considérablement la possibilité de toute autre introduction d’organismes aquatiques et
d’agents pathogènes nuisibles dans les écosystèmes canadiens.
Compte tenu de l’opinion des parties intéressées et du grand public des recommandations connexes des parlementaires, il incombe à TC de prendre cette mesure de réglementation, malgré la
grande incertitude qui règne relativement à la biologie des espèces envahissantes. Ainsi, appuyé sur les principes de l’approche
préventive, le règlement aidera à préserver la biodiversité du
Canada en réduisant le nombre d’espèces envahissantes qui pourraient éventuellement s’infiltrer dans les écosystèmes canadiens.
La gestion de l’eau de ballast constitue une première étape efficace de ce processus.
À l’heure actuelle, la méthode la plus utilisée de gestion de
l’eau de ballast est l’échange. L’échange de l’eau de ballast est la
solution préconisée dans le règlement. Les facteurs environnementaux qui ont servi de fondement à la méthode d’échange résident dans le fait que les conditions biologiques de l’eau de ballast
des navires (y compris la salinité) diffèrent des conditions biologiques des eaux dans lesquelles l’eau de ballast est rejetée. Les
organismes aquatiques et les agents pathogènes potentiellement
nuisibles sont éliminés durant le processus d’échange des eaux de
ballast au milieu de l’océan et il est peu probable que ces organismes survivent dans les eaux qui les reçoivent compte tenu des
différences dans les conditions biologiques des eaux réceptrices
(eau douce rejetée en eau salée). Les organismes captés dans l’eau
de ballast prélevée au milieu de l’océan ne survivront sans doute
pas lorsque l’eau de ballast ainsi échangée sera déchargée en eaux
douces ou dans un port côtier (eau salée rejetée en eau douce/en
eau saumâtre). Bien que certaines parties intéressées aient souligné qu’elles étaient préoccupées par le fait que de l’eau provenant
du milieu de l’océan sera déversée dans les écosystèmes portuaires, il y a peu à craindre de ce côté compte tenu du fait que les
volumes de « prélèvement unique » sont relativement mineurs par
rapport au volume global, en prenant en considération les caractéristiques des techniques de lessivage de la plupart des ports.
D’autres méthodes que l’échange de l’eau de ballast permettraient d’assurer qu’aucun organisme aquatique ou agent pathogène nuisible ne puisse survivre dans les citernes de ballast. Cependant, certaines de ces méthodes posent de plus grands risques
pour l’environnement que les méthodes de gestion de l’eau de
ballast acceptées à l’heure actuelle.
The most commonly used method of ballast water management
available at this time is ballast water exchange. Ballast water exchange is the primary option presented in the Regulations. The
environmental basis for using exchange is the difference between
the biological conditions (including salinity) of the ship’s ballast
water and the receiving waters into which it will be dumped. Potentially harmful aquatic organisms and pathogens are removed
during a mid-ocean exchange process and are unlikely to survive
given the difference in biological conditions of the receiving waters (fresh water to salt water). Organisms taken on during a midocean exchange are unlikely to survive when eventually the exchanged ballast water is discharged in fresh water or at a coastal
port (salt water into fresh/brackish water). Although some stakeholders have voiced concern about mid-ocean water entering port
ecosystems, there is little to be concerned about as the “one
pulse” volumes are typically minor compared to the overall volume and flushing characteristics of most ports.
There are methods other than exchange available that would
ensure essentially no harmful aquatic organisms and pathogens
survive in ballast water tanks. However, some of these methods
may pose greater risks to the environment than the currently accepted methods of ballast water management.
En outre, compte tenu de l’analyse qui précède, il est clair que
les avantages qui découlent du règlement dépassent de loin les
coûts dans toutes les situations analysées. À l’inverse, si l’on ne
tente pas de contrecarrer toute invasion ultérieure des espèces non
indigènes dans les eaux de compétence canadienne, cela pourrait
entraîner des coûts pour l’environnement et des pertes économiques.
719
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
The use of toxic chemical substances to treat ballast water is
one commercially available ballast water management option
being considered. Chemical treatment of ballast water would also,
to some extent, protect Canada’s biodiversity. Use of such treatment methods could kill any potential harmful aquatic organism
and pathogen contained in ballast water. However, there is concern that the quantity of chemical required could have a substantial negative environmental impact. Since vessels generally deballast at port, residual chemicals contained in the ballast would
enter a port’s ecosystem and could subsequently kill its natural
aquatic organisms. Also, the use of one single chemical to control
the spread of non-indigenous species contained in ballast does not
guarantee that all harmful aquatic organisms and pathogens
would die. It may require a cocktail of sorts to accomplish this
task and such a cocktail could cause more environmental damage
than it sought to mitigate. Given these restrictions, significantly
more research is needed before any such method is adopted. If, at
some future date, chemical treatment were considered as a safe
method of “neutralizing” ballast water, it would be permitted only
in accordance with strict international and domestic standards
designed to ensure minimal environmental impacts.
The Regulations identify zones in each part of the country where
ships may exchange their ballast. A preliminary scan conducted in
support of the strategic environmental assessment (SEA) suggests
that further consideration be given to the selection of areas where
exchange is permitted. Thus, for the selection of these zones,
TC sought scientific advice from DFO. In order to provide this
advice, DFO used scientific criteria to select zones where the
environmental impact caused by ships releasing their ballast
would be minimized. The zones were critically reviewed through
DFO’s peer review process. TC has implemented the advice provided by DFO in order to fulfill its requirement under the SEA
process.
Le recours à des substances chimiques toxiques pour traiter
l’eau de ballast est une option de gestion de l’eau de ballast qui
est offerte sur le marché et qui a été envisagée. Le traitement
chimique de l’eau de ballast protégerait, dans une certaine mesure, la biodiversité du Canada. L’utilisation de telles méthodes
de traitement pourrait tuer tous les organismes aquatiques et tous
les agents pathogènes potentiellement nuisibles se trouvant dans
l’eau de ballast. Cependant, la quantité de produits chimiques
requise pourrait avoir des répercussions néfastes considérables sur
l’environnement, ce qui constitue un élément de préoccupation.
Comme les bâtiments procèdent généralement au déballastage
dans un port, les produits chimiques résiduels contenus dans l’eau
de ballast seraient déversés dans l’écosystème du port et pourraient éventuellement détruire les organismes aquatiques indigènes qui s’y trouvent. Par ailleurs, le recours à un seul produit
chimique pour contrôler la propagation d’espèces non indigènes
contenues dans l’eau de ballast ne garantit aucunement que tous
les organismes aquatiques et tous les agents pathogènes nuisibles
seraient détruits. Il faudrait peut-être recourir à un cocktail de
produits chimiques pour accomplir cette tâche et ce cocktail pourrait causer plus de dommages à l’environnement que ceux qu’il
est censé atténuer. Compte tenu de ces restrictions, il faudrait
effectuer davantage de recherches avant d’adopter une telle méthode. Dans l’avenir, si le traitement au moyen de produits chimiques en vient à être considéré comme une méthode sûre pour
« neutraliser » l’eau de ballast, cette méthode ne pourrait être
autorisée qu’en conformité avec de strictes normes internationales
et nationales établies afin de restreindre au minimum les répercussions environnementales.
Le règlement identifie, dans chaque région du pays, les zones
dans lesquelles les navires peuvent échanger leur eau de ballast.
Une analyse préliminaire effectuée dans le cadre des exigences en
vertu de l’évaluation environnementale stratégique (EES) a
conclu qu’il faudrait mieux déterminer les secteurs où l’échange
de l’eau de ballast est autorisé. C’est pourquoi, TC a demandé
au MPO de lui fournir un avis scientifique quant au choix de ces
zones. Pour être en mesure de fournir cet avis, le MPO a utilisé
des critères scientifiques pour choisir les zones où les répercussions environnementales causées par les navires rejetant leur eau
de ballast seraient réduites au minimum. Dans le cadre du processus d’examen par les pairs du MPO, les zones ont fait l’objet d’un
examen rigoureux. TC a tenu compte des avis scientifiques fournis par le MPO relativement aux zones, et s’est donc acquitté de
l’obligation qui lui incombait en vertu du processus d’EES.
Consultation
Consultations
Formal consultation meetings with concerned stakeholders,
such as federal and provincial government departments, the marine industry, labour associations, recreational boaters and environmental groups, have been ongoing throughout the development of the Regulations. Under the auspices of the Canadian
Marine Advisory Council (CMAC), TC initiated both national
and regional working groups on ballast water. The purpose of
these working groups was twofold: firstly, it allowed stakeholders
to provide TC with input to ballast water issues at both the national and international levels; and secondly, it provided stakeholders with the opportunity to submit comments on the policies
upon which the Regulations are based. As a result of the meetings
of these working groups, several changes were made to the original drafting instructions for the Regulations.
Pendant tout le processus d’élaboration du règlement, des séances de consultation officielles ont été tenues avec les parties intéressées, notamment les ministères provinciaux et fédéraux, l’industrie maritime, les associations syndicales, les plaisanciers et
les groupes environnementaux. Sous les auspices du Conseil
consultatif maritime canadien (CCMC), TC a mis sur pied des
groupes de travail nationaux et régionaux sur l’eau de ballast. Ces
groupes de travail avaient deux objectifs : en premier lieu, ils ont
permis aux parties intéressées de formuler des observations à TC
relativement aux problèmes associés à l’eau de ballast tant à
l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale et, en second lieu,
ils ont donné aux intervenants l’occasion de soumettre leurs observations au sujet des politiques sur lesquelles se fonde le règlement. À la suite des contributions de ces groupes de travail, de
nombreux changements ont été apportés aux instructions de rédaction initiales du règlement.
720
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
One of the most significant results from the consultative process was the deviation from the initial scope of the Regulations.
Originally intended to regulate solely ships that enter the
St. Lawrence River and Great Lakes water system, the scope was
expanded to apply to all ships in waters under Canadian jurisdiction. This change was a direct result of comments received at
regional working group meetings on both the east and west
coasts.
Concerns were expressed regarding the effectiveness of using
alternate exchange zones within waters under Canadian jurisdiction and, in particular, whether their use would simply transfer
or increase the risks rather than reduce them. On October 27
and 28, 2003, TC co-sponsored a multilateral interdepartmental
workshop with the Massachusetts Institute of Technology (MIT)
Sea Grant College Program to further study alternative ballast
water exchange zones. Scientists attending this workshop claimed
that although ballast water exchange would never completely
eliminate the risk of non-indigenous species entering an ecosystem, it is “ . . . a better alternative [than] no ballast water management”. Furthermore, the scientists’ sub-working group clearly
stated that the greatest environmental risk comes when waters
from a port or estuary are dumped into a port or estuary where
there are “similar habitats”. The ballast water management process least likely to cause an invasion of a non-indigenous species
is when “offshore water” is mixed with port or estuarine water.
In February 2005, DFO provided scientific advice to TC on the
recommended use of alternative exchange zones as a result of a
National Peer Review on Ballast Water Exchange Sites workshop
held in 2004. The Regulations follow the pattern recommended
by DFO, including the agreement that alternative ballast water
exchange zones, in waters under Canadian jurisdiction, are to be
used only in “exceptional circumstances” where it is unsafe to
exchange outside of waters under Canadian jurisdiction.
As previously noted in the Benefits and Costs section, the
Regulations were pre-published in the Canada Gazette, Part I on
June 11, 2005. As a result of the 75-day consultation period that
followed pre-publication, TC has responded to submissions
from 15 stakeholders.
Comments received were generally very supportive of the Department’s ballast water initiative. Most of the comments addressed the concept of vessels with no ballast on board (NOBOB
vessels). Some comments claimed that the Regulations unfairly
targeted these types of vessels; others claim that the Regulations
do not do enough to control the residual ballast contained
in NOBOB vessels. As such, the Regulations as pre-published
were amended by the addition of a new section 5 that clarifies
that a vessel not previously subject to a management process described in paragraph 4(1)(a) or (b) is not required to comply with
subsection 4(3) if the vessel complies with sections 1, 2, 6 and 7
of the Code of Best Practices for Ballast Water Management,
published by the Shipping Federation of Canada on September 28, 2000, or if it conducts a saltwater flushing at
least 200 nautical miles from shore. For greater certainty,
L’un des résultats les plus significatifs du processus de consultation a été la modification de la portée initiale du règlement. À
l’origine, le règlement visait à réglementer uniquement les navires
pénétrant dans le réseau des Grands Lacs et du fleuve SaintLaurent, mais la portée du règlement a été étendue de manière à
ce qu’il s’applique à tous les navires se trouvant dans les eaux de
compétence canadienne. Ce changement a résulté directement des
observations reçues lors des réunions des groupes de travail
régionaux sur les côtes est et ouest.
Des préoccupations ont été soulevées relativement à l’efficacité
de l’identification de nouvelles zones d’échange dans les eaux de
compétence canadienne; les intervenants se demandaient en particulier si le fait d’y recourir ne signifiait pas tout simplement
qu’on allait transférer ou accroître les risques au lieu de les réduire. Les 27 et 28 octobre 2003, TC a coparrainé un atelier de
travail interministériel et multilatéral avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT) Sea Grant College Program en vue
d’étudier davantage la question des autres zones d’échange de
l’eau de ballast. Les scientifiques qui ont assisté à cet atelier ont
soutenu que même si l’échange de l’eau de ballast ne permettrait
jamais d’éliminer complètement les risques d’introduction d’espèces exotiques dans un écosystème, il s’agit d’une solution préférable à l’absence de gestion de l’eau de ballast. En outre, le petit
groupe de travail des scientifiques a clairement indiqué que le
risque environnemental le plus important survient lorsque l’eau
de ballast provenant d’un port ou d’un estuaire est rejetée dans les
eaux d’un port ou d’un estuaire comportant des « habitats similaires ». Le processus de gestion de l’eau de ballast qui est le moins
susceptible de provoquer une invasion d’espèces exotiques
consiste à mélanger de l’eau prélevée au large des côtes avec de
l’eau prélevée dans un port ou un estuaire.
En février 2005, suite à l’atelier national d’examen par les pairs
des sites d’échange de l’eau de ballast, tenu en 2004, le MPO a
fourni des avis scientifiques à TC relativement à la recommandation de nouvelles zones d’échange. Le règlement suit les recommandations du MPO, y compris l’élément d’entente selon lequel
les autres zones d’échange d’eau de ballast servant de zones de
rechange, lesquelles se trouvent dans les eaux de compétence
canadienne, doivent être utilisées uniquement dans des « circonstances exceptionnelles », lorsqu’il n’est pas sécuritaire pour le
navire de procéder à l’échange de son eau de ballast à l’extérieur
des eaux de compétence canadienne.
La publication au préalable du projet de règlement dans la
Gazette du Canada Partie I a eu lieu le 11 juin 2005. Au cours de
la période de 75 jours qui a suivi, TC a répondu aux observations
de 15 intervenants.
Les observations formulées étaient généralement très favorables au projet de réglementation du ministère concernant l’eau de
ballast. Les observations exprimées le plus souvent concernaient
le principe des bâtiments sans ballast à bord à déclarer. Certaines
observations affirment que le règlement cible injustement les
bâtiments de ce genre, tandis que d’autres intervenants disent que
le règlement ne permet pas de contrôler suffisamment bien l’eau
de ballast résiduelle des bâtiments sans ballast à bord à déclarer.
C’est pour cette raison que le projet de règlement prépublié a été
modifié par l’ajout d’un nouvel article 5 qui précise qu’un bâtiment
qui n’était pas tenu antérieurement d’exécuter un processus de gestion visé à l’alinéa 4(1)a) ou b) ne sont pas tenus de se conformer
au paragraphe 4(3) s’il est conforme aux articles 1, 2, 6 et 7 du
Code des meilleures pratiques de gestion des eaux de ballast publié
par la Fédération maritime du Canada du 12 avril 2006, ou s’il a
721
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
subsection 5(2) of the new section 5 clarifies the flushing requirements. Subsection 12(1), renumbered as subsection 13(1),
was consequently amended to include ships described in section 5.
In one submission, it was requested that a change be made to
paragraph 4(4)(b) of the Regulations to include an exemption for
vessels traveling to the east and south coasts of the island of
Newfoundland. In response, TC has made this change in order to
correct any potential market imbalance that would result from
providing an exemption to vessels traveling to the east coast of
Nova Scotia but not to either the east or south coasts of the island
of Newfoundland. Furthermore, no scientific advice exists that
would suggest that this would be detrimental to the environment.
In two of the submissions, it was requested that the definition
of ballast water be amended. The suggested wording for a revised
definition did not include the concept of “sediments” and that
sediments be defined separately. TC rejected this suggested wording, as this could potentially make the Regulations ultra vires of
the enabling legislation. However, sections 8 and 10 of the Regulations have been amended in order to clarify the application of
the Regulations to sediment that has settled out of ballast water.
In several submissions, it was also commented that under exceptional circumstances, reporting to TC 96 hours prior to entering waters under Canadian jurisdiction often would be impossible. As such, the Regulations have been amended to require a ship
that is unable to comply with the 96 hour rule to report as soon as
it is possible to do so.
In two of the submissions, it was requested that the Regulations
include a definition for the term “exclusively”. A definition has
not been included, as the dictionary definition of the word exclusive will suffice. However, the revised version of TP 13617 will
clarify what situations are covered by this term.
In two of the submissions, it was suggested that the depth requirements for ballast water exchange zones be streamlined. The
depth criteria for exchange zones were based on scientific criteria
that has been reviewed. As a result of the review, the depths will
remain as originally stated in the Regulations.
suffisamment bien lessivé ses citernes à l’eau de mer à une distance d’au moins 200 milles nautiques de la côte. Le nouveau
paragraphe 5(2) apporte des éclaircissements sur les exigences
relatives au lessivage. Le paragraphe 12(1), re-numéroté 13(1), a
été modifié en conséquence de manière à inclure les navires visés
à l’article 5.
Dans une proposition, il a été demandé qu’une modification
soit apportée à l’alinéa 4(4)b) du règlement proposé, afin qu’une
exemption puisse être accordée pour les bâtiments naviguant vers
les côtes est et sud de l’île de Terre-Neuve. TC a accepté de faire
cette modification pour corriger tout déséquilibre commercial
pouvant découler d’une exemption accordée aux bâtiments naviguant vers la côte est de la Nouvelle-Écosse et non vers les côtes
est ou sud de l’île de Terre-Neuve. En outre, aucun avis scientifique n’a permis de conclure que cette pratique serait nuisible à
l’environnement.
Dans deux propositions, il a été demandé que la définition de
l’eau de ballast soit modifiée. Le libellé révisé suggéré n’incluait
pas le concept des « sédiments » et il était proposé que les sédiments soient définis distinctement. TC a rejeté le libellé proposé,
car il risquait trop de rendre le règlement difficile à lire. Toutefois, les articles 8 et 10 du règlement ont été modifiés de manière
à mieux préciser l’application du règlement aux sédiments qui se
sont déposés.
Plusieurs propositions font des commentaires que des circonstances exceptionnelles pouvaient souvent empêcher d’envoyer un
préavis de 96 heures à TC avant d’entrer dans des eaux canadiennes. Le règlement a, par conséquent, été modifié de manière à
exiger que, dans le cas d’un navire qui n’a pu envoyer son préavis
dans le délai prévu de 96 heures, le préavis soit envoyé dès que
possible.
Dans deux propositions, il a été demandé que le terme « exclusivement » soit défini dans le règlement. Ce terme n’y sera pas
défini parce que la définition du dictionnaire répond déjà au besoin. Toutefois, la version révisée de la publication TP 13617, qui
sert de guide d’interprétation pour le règlement, sera modifiée de
manière à préciser les situations auxquelles le terme exclusivement s’applique.
Dans deux propositions, il a été proposé que l’on simplifie les
exigences relatives à la profondeur des eaux de navigation dans
lesquelles l’eau de ballast peut être échangée. Les critères de profondeur retenus pour la détermination des zones d’échange étaient
fondés sur des critères scientifiques. Le réexamen de ces critères
scientifiques a confirmé la validité des critères de profondeur et,
par conséquent, les profondeurs d’eau indiquées dans le règlement n’ont pas été modifiées.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Enforcement of the Regulations will not impact the overall established compliance mechanisms for Marine Safety. The Regulations will not require significant additional monitoring to ensure
compliance, as Marine Safety inspectors will enforce the Regulations during normal inspections. In addition, the Regulations do
not alter existing compliance mechanisms under the provisions of
the CSA enforced by Marine Safety inspectors.
L’exécution du règlement n’aura pas d’incidence sur le mécanisme de conformité global établi pour la Sécurité maritime. Le
règlement ne nécessitera pas de vérification supplémentaire pour
assurer la conformité, étant donné que les inspecteurs de la Sécurité maritime appliqueront le règlement durant les inspections
habituelles. Par ailleurs, le règlement ne modifie en rien les mécanismes de conformité actuels prévus par les dispositions de
la LMMC appliquée par les inspecteurs de la Sécurité maritime.
722
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Contact
Tom Morris, AMSEE
Manager
Environmental Protection
Transport Canada, Marine Safety
Place de Ville, Tower C
330 Sparks Street, 10th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N8
Telephone: (613) 991-3170
FAX: (613) 993-8196
E-mail: morrist@tc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-129
Personne-ressource
Tom Morris, AMSEE
Gestionnaire
Protection de l’environnement
Transports Canada
Sécurité maritime
Place de Ville, Tour C
330, rue Sparks, 10e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N8
Téléphone : (613) 991-3170
TÉLÉCOPIEUR : (613) 993-8196
Courriel : morrist@tc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
723
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-130
Registration
SOR/2006-130 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-130 Le 8 juin 2006
PILOTAGE ACT
LOI SUR LE PILOTAGE
Regulations Amending the Laurentian Pilotage
Tariff Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de
pilotage des Laurentides
P.C. 2006-496
C.P. 2006-496
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
And whereas notices of objection to the proposed Regulations
were filed with the Canadian Transportation Agency and that
the Agency investigated the proposed charges and, in its Decision No. 211-W-2006, dated March 31, 2006, concluded that the
proposed tariff is not prejudicial to the public interest and recommended that it be implemented;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and Communities, pursuant to subsection 33(1) of the Pilotage Act, hereby approves the annexed Regulations Amending the
Laurentian Pilotage Tariff Regulations, made on May 4, 2006 by
the Laurentian Pilotage Authority.
Attendu que, conformément au paragraphe 34(1)a de la Loi sur
le pilotage, l’Administration de pilotage des Laurentides a publié
dans la Gazette du Canada Partie I, le 5 novembre 2005, le projet
de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement sur les
tarifs de pilotage des Laurentides, conforme en substance au texte
ci-après;
Attendu que des avis d’opposition au projet de règlement ont
été déposés auprès de l’Office des transports du Canada et que
celui-ci a fait enquête sur le projet de modifications tarifaires et a
conclu, dans sa décision no 211-W-2006 du 31 mars 2006, que ce
projet ne nuit pas à l’intérêt public et a recommandé sa mise en
œuvre,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 33(1) de la Loi sur le pilotage, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil approuve le Règlement modifiant le
Règlement sur les tarifs de pilotage des Laurentides, ci-après, pris
le 4 mai 2006 par l’Administration de pilotage des Laurentides.
REGULATIONS AMENDING THE LAURENTIAN
PILOTAGE TARIFF REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
TARIFS DE PILOTAGE DES LAURENTIDES
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 2 to the Laurentian Pilotage Tariff Regulations1
is replaced by the following:
1. L’annexe 2 du Règlement sur les tarifs de pilotage des
Laurentides1 est remplacée par ce qui suit :
Whereas the Laurentian Pilotage Authority, pursuant to subsection 34(1)a of the Pilotage Act, published in the Canada Gazette,
Part I, on November 5, 2005, a copy of the proposed Regulations
Amending the Laurentian Pilotage Tariff Regulations, substantially in the form set out in the annexed Regulations;
SCHEDULE 2
(Definition “time factor” in section 1 and sections 2 and 9)
PILOTAGE CHARGES
Column 2
Column 3
Column 4
Column 5
Column 6
Column 7
Column 8
Pilotage
Service
District
Basic
Charge ($)
Charge per
Unit ($)
Charge per
Time Factor
($)
Charge per Hour
or Part of an
Hour ($)
Minimum
Charge ($)
Maximum
Charge ($)
1.
Trip
1
N/A
34.36
16.92
N/A
879.13
N/A
2.
Movage
2
1
N/A
395.53
20.70
13.02
11.91
N/A
N/A
N/A
692.35
879.13
N/A
N/A
3.
Anchorage during a
trip or a movage
1-1 or 2
1
376.70
305.86
12.40
3.29
N/A
N/A
N/A
N/A
837.26
N/A
N/A
N/A
4.
Docking of a ship
at a wharf or pier at
the end of a trip
1-1 or 2
1
291.29
234.11
3.14
2.41
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
455.16
2
222.96
2.30
N/A
N/A
N/A
433.49
Column 1
Item
———
———
a
a
1
S.C. 1998, c. 10, s. 150
SOR/2001-84
724
1
L.C. 1998, ch. 10, art. 150
DORS/2001-84
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-130
SCHEDULE 2 — Continued
PILOTAGE CHARGES — Continued
Column 1
Item
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
Column 2
Column 3
Column 4
Column 5
Column 6
Column 7
Column 8
District
Basic
Charge ($)
Charge per
Unit ($)
Charge per
Time Factor
($)
Charge per Hour
or Part of an
Hour ($)
Minimum
Charge ($)
Maximum
Charge ($)
2
376.70
8.52
N/A
N/A
692.35
N/A
1
N/A
N/A
N/A
N/A
0.00 for first half
hour, 91.23 for first
hour, including the
first half hour,
and 91.23 for each
subsequent hour
N/A
1-1 or 2
N/A
N/A
N/A
N/A
Ship movements
required for adjusting
a ship’s compasses
Trip or movage of a
dead ship
1
395.53
13.02
N/A
0.00 for first half
N/A
hour, 86.88 for first
hour, including
the first half hour,
and 86.88 for each
subsequent hour
N/A
N/A
1-1 or 2
1, 1-1 or 2
12.40
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
Cancellation of a
request for pilotage
services if the pilot
reports for pilotage
duty
1
376.70
1.5 times the
pilotage charges
set out in items
1 to 7
490.69
N/A
N/A
0.00 for the first
hour, 182.45 for
the second hour
including the first
hour, and 91.23 for
each subsequent
hour (see note)
N/A
N/A
1-1 or 2
467.32
N/A
N/A
N/A
N/A
1
N/A
N/A
N/A
0.00 for the first
hour, 173.76 for
the second hour
including the first
hour, and 86.88 for
each subsequent
hour (see note)
91.23
N/A
N/A
1-1 or 2
N/A
N/A
N/A
86.88
N/A
N/A
1
2,041.76
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
1-1 or 2
1,944.54
N/A
N/A
N/A
N/A
N/A
Pilotage
Service
Request by a master,
owner or agent of a
ship for a pilot
designated by the
Corporation to
perform a docking or
undocking
Detention of a pilot
at a pilot boarding
station or on board
ship
A pilot is carried on
a ship beyond the
district for which the
pilot is licensed
Except in the case of
emergency, a master,
owner or agent of a
ship, after filing a
notice required by
section 8 or 9 of the
Laurentian Pilotage
Authority Regulations,
makes a request that
the movage or
departure occur at a
time before that set
out in the notice
N/A
Note: The number of chargeable hours of service is calculated from the later of the time for which the pilotage services are requested and the time at which the pilot
reports for pilotage duty until the time of cancellation.
725
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-130
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
ANNEXE 2
(définition de « facteur temps » à l’article 1 et articles 2 et 9)
DROITS DE PILOTAGE
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Colonne 5
Colonne 6
Colonne 7
Colonne 8
Service de
pilotage
Circonscription
Droit
forfaitaire ($)
Droit par
unité ($)
Droit par
facteur temps ($)
Droit par heure
ou fraction
d’heure ($)
Droit
minimum ($)
Droit
maximum ($)
1.
Voyage
1
S/O
34,36
16,92
S/O
879,13
S/O
2.
Déplacement
2
1
S/O
395,53
20,70
13,02
11,91
S/O
S/O
S/O
692,35
879,13
S/O
S/O
3.
Mouillage au cours
d’un voyage ou d’un
déplacement
Accostage d’un navire
à un quai ou
à une jetée à la fin
d’un voyage
Accostage ou
appareillage d’un
navire effectué par
un pilote désigné
par la Corporation,
à la demande du
capitaine, du
propriétaire ou de
l’agent du navire
Prolongation du séjour
d’un pilote
à une station
d’embarquement de
pilotes ou à bord d’un
navire
1-1 ou 2
1
376,70
305,86
12,40
3,29
S/O
S/O
S/O
S/O
837,26
S/O
S/O
S/O
1-1 ou 2
1
291,29
234,11
3,14
2,41
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
455,16
2
222,96
2,30
S/O
S/O
S/O
433,49
2
376,70
8,52
S/O
S/O
692,35
S/O
1
S/O
S/O
S/O
0,00 pour la
S/O
première demiheure, 91,23 pour
la première heure,
y compris la
première
demi-heure,
et 91,23 pour
chaque heure
suivante
S/O
1-1 ou 2
S/O
S/O
S/O
S/O
1
395,53
13,02
S/O
0,00 pour la
S/O
première demiheure, 86,88 pour
la première heure,
y compris la
première
demi-heure,
et 86,88 pour
chaque heure
suivante
S/O
S/O
1-1 ou 2
1, 1-1 ou 2
376,70
12,40
1,5 fois les
S/O
droits de pilotage
prévus aux
articles 1 à 7
490,69
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
0,00 pour la
S/O
première
heure, 182,45
pour la deuxième
heure, y compris
la première heure,
et 91,23 pour
chaque heure
suivante
(voir note)
S/O
Article
4.
5.
6.
7.
8.
9.
726
Mouvement d’un
navire effectué pour la
régulation des compas
Voyage ou
déplacement d’un
navire mort
1
Annulation d’une
demande de services de
pilotage si le pilote se
présente pour effectuer
ses fonctions de
pilotage
S/O
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-130
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
ANNEXE 2 (suite)
DROITS DE PILOTAGE (suite)
Colonne 1
Article
10.
11.
Service de
pilotage
Transport d’un
pilote à bord d’un
navire au-delà de la
circonscription pour
laquelle il est breveté
Sauf en cas d’urgence,
un départ ou un
déplacement effectué
avant l’heure prévue
dans les préavis exigés
par les articles 8 ou 9
du Règlement de
l’Administration de
pilotage des
Laurentides, à la
demande du capitaine,
du propriétaire ou de
l’agent du navire
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Colonne 5
Colonne 6
Colonne 7
Colonne 8
Circonscription
Droit
forfaitaire ($)
Droit par
unité ($)
Droit par
facteur temps ($)
Droit par heure
ou fraction
d’heure ($)
Droit
minimum ($)
Droit
maximum ($)
1-1 ou 2
467,32
S/O
S/O
1
S/O
S/O
1-1 ou 2
S/O
1
1-1 ou 2
S/O
S/O
0,00 pour la
S/O
première
heure, 173,76
pour la deuxième
heure, y compris
la première heure,
et 86,88 pour
chaque heure
suivante (voir
note)
91,23
S/O
S/O
S/O
86,88
S/O
S/O
2 041,76
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
1 944,54
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
S/O
Note : Le nombre d’heures facturables pour un service est calculé soit à partir du moment où les services du pilote sont requis, soit à partir du moment de l’arrivée du
pilote à l’endroit où il doit effectuer ses fonctions de pilotage, selon la plus tardive de ces heures, jusqu’au moment où la demande est annulée.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Laurentian Pilotage Authority (the Authority) is responsible for administering, in the interest of safety, an efficient pilotage service within Canadian waters in and around the province of
Quebec, north of the northern entrance to Saint-Lambert Lock,
except the waters of Chaleur Bay, south of Cap d’Espoir. The
Authority also prescribes tariffs of pilotage charges that are fair,
reasonable and sufficient to permit the Authority to operate on a
self-sustaining financial basis.
L’Administration de pilotage des Laurentides (l’Administration) a le mandat d’administrer, aux fins de la sécurité de la navigation, un service de pilotage efficace dans les eaux canadiennes
sises dans la province de Québec et les eaux limitrophes, au nord
de l’entrée septentrionale de l’écluse de Saint-Lambert, à l’exception des eaux de la baie des Chaleurs au sud du cap d’Espoir.
De plus, l’Administration fixe des tarifs de droits de pilotage
équitables et raisonnables suffisants pour lui permettre le financement autonome de ses activités.
L’augmentation tarifaire de 4,5 p. 100 prévue à ce règlement
s’impose afin d’aider l’Administration à atteindre l’autonomie
financière à la suite de deux années durant lesquelles elle a enregistré des déficits excédant 3 millions de dollars. De plus,
des sommes importantes sont payées pour la formation d’environ 21 apprentis pilotes.
The tariff increase of 4.5 per cent is required in order to help
the Authority to attain financial self-sufficiency, after two years
of sustained deficits exceeding $3 million a year. In addition,
there is a significant costs associated with the training of 21 apprentice pilots.
727
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-130
Alternatives
Solutions envisagées
The Authority’s operating costs have been reduced where feasible and kept to the minimum consistent with maintaining a safe
and efficient pilotage service.
The tariff increases are required to cover the costs of pilot service contracts with the two-pilot corporations and the collective
agreement with the employee pilots of the Port of Montreal.
These agreements represent approximately 80 per cent of the Authority’s expenses.
Les coûts d’exploitation de l’Administration ont été réduits là
où il était possible de le faire et ils sont maintenus au seuil minimum permettant d’assurer la prestation d’un service de pilotage
sécuritaire et efficace.
Les augmentations tarifaires sont requises pour couvrir le coût
des contrats de service avec les deux corporations de pilotes et de
la convention collective avec les pilotes employés du Port de
Montréal. Ces engagements représentent environ 80 p. 100 des
dépenses de l’Administration.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The general 4.5 per cent tariff increase will generate revenues
of approximatively $2 million per year. For a second year, the
Authority’s deficit has increased by $3 million. The accumulated
deficit is in the amount of $10.2 million and working capital is in
a negative amount of $7.4 million, as at December 31, 2005.
Without a turnaround of its financial situation, there is a high risk
that the Authority will not be able to fulfill its mandate. Following the audit of the Authority by the office of the Auditor General
of Canada the Parliament was informed of the $10.22 million
accumulated deficit of the Authority. Without the tariff increase,
the Authority is loosing $250,000 per month.
La hausse de tarif de 4,5 p. 100 générera des revenus
d’environ 2 millions de dollars par année. Pour une deuxième
année consécutive, le déficit de l’Administration s’élève à plus
de 3 millions de dollars. Au 31 décembre 2005, le déficit accumulé s’élevait à $ 10,2 millions de dollars et le fonds de roulement
était déficitaire de 7,4 millions de dollars. Sans un redressement
de sa situation financière, l’Administration pourrait être dans
l’impossibilité de remplir son mandat. Suite à la vérification annuelle, le bureau du vérificateur général du Canada a apporté à
l’attention du parlement le déficit accumulé de 10,2 millions
de dollars de l’Administration. Sans l’augmentation tarifaire,
l’Administration perd 250 000 $ par mois.
Environmental Impact
Incidence sur l’environnement
In accordance with the 1999 Cabinet Directive on the Environmental Assessment of Policy, Plan and Program Proposals, a
Strategic Environmental Assessment (SEA) of this amendment
was conducted, in the form of a preliminary scan. The SEA concluded that the amendment is not likely to have important environmental implications.
Conformément à la Directive du Cabinet de 1999 sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, une évaluation
environnementale stratégique (ÉES) de cette modification a été
effectuée, sous la forme d’une exploration préliminaire. Selon les
conclusions de l’ÉES, la modification n’aurait aucune incidence
importante sur l’environnement.
Consultation
Consultations
In 2005, the Authority conducted intensive consultations with
the main pilotage service user groups and the Chamber of Maritime Commerce concerning the proposed tariff increase for 2006.
En 2005, l’Administration a intensivement consulté les principaux groupes d’utilisateurs de service de pilotage, ainsi que la
Chambre de commerce maritime relativement à l’augmentation
proposée pour l’année 2006.
Le 5 novembre 2005, l’Administration a publié les modifications proposées au règlement dans la Gazette du Canada Partie I.
La Loi stipule que tout intéressé qui a des raisons de croire qu’un
droit figurant dans un projet de tarif des droits de pilotage nuit à
l’intérêt public peut déposer un avis d’opposition motivé auprès
de l’Office des transports du Canada (OTC). Des avis d’opposition motivés au règlement ont été déposés le 2 décembre 2005 par
La Fédération maritime du Canada et le 5 décembre 2005 par
l’Association des armateurs canadiens conjointement avec la
Chambre de commerce maritime.
L’OTC a mené une enquête sur le projet de règlement en vertu
du paragraphe 34(4) de la Loi. Dans sa décision no 211-W-2006
du 31 mars 2006, l’OTC conclue que le tarif proposé ne nuit pas à
l’intérêt public et qu’il peut donc être mis en œuvre.
The Authority published the proposed amendments to the
Regulations in the Canada Gazette, Part I on November 5, 2005.
The Act provides that interested persons having reason to believe
that any charge in a proposed tariff pilotage charge is prejudicial
to the public interest may file an objection with the Canadian
Transportation Agency (CTA). Objections to the Regulations
proposal were filed on December 2, 2005 by the Shipping Federation of Canada and on December 5, 2005 by the Canadian Shipowners Association jointly with the Chamber of Maritime Commerce.
The CTA conducted an investigation of the proposed Regulations pursuant to subsection 34(4) of the Act and issued Decision No. 211-W-2006 on March 31, 2006, concluding that the
proposed tariff is not prejudicial to the public interest and recommended that it be implemented.
By implementing the new tariff, the Authority will generate
new revenues that will limit its financial losses for 2006.
728
L’entrée en vigueur du nouveau tarif aidera l’Administration à
limiter ses pertes financières en 2006.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-130
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Section 45 of the Pilotage Act provides the enforcement
mechanism for these Regulations; it states that no customs officer
at any port in Canada shall grant a clearance to a ship if the officer is informed by an Authority that pilotage charges in respect of
the ship are outstanding and unpaid.
Section 48 of the Pilotage Act provides a penalty of up
to $5,000 if the Regulations are contravened.
L’article 45 de la Loi sur le pilotage fournit le mécanisme
d’application du règlement, à savoir qu’aucun agent des douanes,
dans un port au Canada, ne peut autoriser le départ d’un navire
lorsqu’il a été avisé par une Administration que les droits de pilotage concernant le navire sont exigibles et impayés.
L’article 48 de la Loi sur le pilotage prévoit des sanctions
en cas d’infraction, notamment une amende pouvant aller
jusqu’à 5 000 $.
Contact
Personne-ressource
Mr. Réjean Lanteigne
Chief Executive Officer
Laurentian Pilotage Authority
555 René-Lévesque blvd. West, Suite 1501
Montreal, Quebec
H2Z 1B1
Telephone: (514) 283-6320
FAX: (514) 496-2409
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
M. Réjean Lanteigne
Premier dirigeant
Administration de pilotage des Laurentides
555, boul. René-Lévesque Ouest, bureau 1501
Montréal (Québec)
H2Z 1B1
Téléphone : (514) 283-6320
TÉLÉCOPIEUR : (514) 496-2409
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
729
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
Registration
SOR/2006-131 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-131 Le 8 juin 2006
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
Regulations Amending the NAFTA Rules of Origin
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les règles
d’origine (ALÉNA)
P.C. 2006-497
C.P. 2006-497
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to subsection 16(4)a of the Customs Tariff b hereby makes the annexed
Regulations Amending the NAFTA Rules of Origin Regulations.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu du
paragraphe 16(4)a du Tarif des douanesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement sur les règles d’origine (ALÉNA), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE NAFTA
RULES OF ORIGIN REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES RÈGLES D’ORIGINE (ALÉNA)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subheadings 1806.31, 1806.32 and 1806.90 and the rules
applicable to them in Chapter 18 of Section IV of Schedule I
to the NAFTA Rules of Origin Regulations1 are replaced by
the following:
1806.31-1806.90
A change to subheadings 1806.31
through 1806.90 from any other subheading, including another subheading within that group.
2. The rules applicable to subheading 2009.90 in Chapter 20 of Section IV of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
(1) A change to subheading 2009.90 from
any other chapter;
(2) A change to cranberry juice mixtures
of subheading 2009.90 from any other
subheading within Chapter 20, except
from subheadings 2009.11 through
2009.39 or cranberry juice of subheading 2009.80, whether or not there
is also a change from any other
chapter, provided there is a regional
value content of not less than:
(a) 60 per cent where the transaction
value method is used, or
(b) 50 per cent where the net cost
method is used; or
(3) A change to any other good of subheading 2009.90 from any other subheading within Chapter 20, whether
or not there is also a change from any
other chapter, provided that a single
juice ingredient, or juice ingredients
from a single non-NAFTA country,
constitute in single strength form no
more than 60 per cent by volume of
the good.
1. Les sous-positions 1806.31, 1806.32 et 1806.90 et les règles qui s’y appliquent au chapitre 18 de la section IV de
l’annexe I du Règlement sur les règles d’origine (ALÉNA)1 sont
remplacées par ce qui suit :
1806.31-1806.90
Un changement aux sous-positions
1806.31 à 1806.90 de toute autre
sous-position, y compris une autre
sous-position à l’intérieur de ce
groupe.
2. Les règles qui s’appliquent à la sous-position 2009.90 au
chapitre 20 de la section IV de l’annexe I du même règlement
sont remplacées par ce qui suit :
(1) Un changement à la sous-position
2009.90 de tout autre chapitre;
(2) Un changement aux mélanges de jus
de canneberges de la sous-position
2009.90 de toute autre sous-position à
l’intérieur du chapitre 20, sauf des
sous-positions 2009.11 à 2009.39 ou
de jus de canneberges de la sousposition 2009.80, qu’il y ait ou non
également un changement de tout
autre chapitre, à la condition que la
teneur en valeur régionale ne soit pas
inférieure à :
a) 60 p. 100 lorsque la méthode de
la valeur transactionnelle est
utilisée, ou
b) 50 p. 100 lorsque la méthode du
coût net est utilisée; ou
(3) Un changement à tout autre produit de
la sous-position 2009.90 de toute
autre sous-position à l’intérieur du
chapitre 20, qu’il y ait ou non également un changement de tout autre
chapitre, à la condition que l’ingrédient ou les ingrédients de jus qui sont
———
———
a
a
b
1
S.C. 2001, c. 28, s. 34(3)
S.C. 1997, c. 36
SOR/94-14; SOR/95-382
730
b
1
L.C. 2001, ch. 28, par. 34(3)
L.C. 1997, ch. 36
DORS/94-14; DORS/95-382
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
3. The rule applicable to headings 26.01 through 26.21 in
Chapter 26 of Section V of Schedule I to the Regulations is
replaced by the following:
A change to headings 26.01 through
26.21 from any other heading, including
another heading within that group.
4. Headings 41.04, 41.05, subheadings 4106.21 through
4106.22, subheadings 4106.31 through 4106.32, subheadings
4106.40 through 4106.92, headings 41.07, 41.12, 41.13 and
41.14 through 41.15 and the rules applicable to them in Chapter 41 of Section VIII of Schedule I to the Regulations are
replaced by the following:
41.04
A change to heading 41.04 from any
other heading, except from heading
41.07.
4105.10
A change to subheading 4105.10 from
heading 41.02 or any other chapter.
4105.30
A change to subheading 4105.30 from
heading 41.02, subheading 4105.10 or
any other chapter.
4106.21
A change to subheading 4106.21 from
subheading 4103.10 or any other
chapter.
A change to subheading 4106.22 from
subheading 4103.10 or 4106.21 or any
other chapter.
A change to subheading 4106.31 from
subheading 4103.30 or any other
chapter.
A change to subheading 4106.32 from
subheading 4103.30 or 4106.31 or any
other chapter.
A change to tanned hides and skins in
the wet state (including wet-blue) of
subheading 4106.40 from subheading
4103.20 or any other chapter; or
A change to crust hides and skins of
subheading 4106.40 from subheading
4103.20 or tanned hides and skins in
the wet state (including wet-blue) of
subheading 4106.40 or any other
chapter.
4106.22
4106.31
4106.32
4106.40
(1)
(2)
4106.91
4106.92
A change to subheading 4106.91 from
subheading 4103.90 or any other
chapter.
A change to subheading 4106.92 from
subheading 4103.90 or 4106.91 or any
other chapter.
importées d’un seul pays tiers ne
composent pas plus de 60 p. 100 du
volume du produit.
3. La règle qui s’applique aux positions 26.01 à 26.21 au
chapitre 26 de la section V de l’annexe I du même règlement
est remplacée par ce qui suit :
Un changement aux positions 26.01 à
26.21 de toute autre position, y compris
une autre position à l’intérieur de ce
groupe.
4. Les positions 41.04 et 41.05, les sous-positions 4106.21
à 4106.22, les sous-positions 4106.31 à 4106.32, les souspositions 4106.40 à 4106.92, les positions 41.07, 41.12, 41.13
et 41.14 à 41.15 et les règles qui s’y appliquent au chapitre 41
de la section VIII de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
41.04
Un changement à la position 41.04 de
toute autre position, sauf de la position 41.07.
4105.10
Un changement à la sous-position
4105.10 de la position 41.02 ou de
tout autre chapitre.
4105.30
Un changement à la sous-position
4105.30 de la position 41.02, de la
sous-position 4105.10 ou de tout autre
chapitre.
4106.21
Un changement à la sous-position
4106.21 de la sous-position 4103.10
ou de tout autre chapitre.
4106.22
Un changement à la sous-position
4106.22 des sous-positions 4103.10
ou 4106.21 ou de tout autre chapitre.
4106.31
Un changement à la sous-position
4106.31 de la sous-position 4103.30
ou de tout autre chapitre.
4106.32
Un changement à la sous-position
4106.32 des sous-positions 4103.30
ou 4106.31 ou de tout autre chapitre.
4106.40
(1) Un changement aux cuirs et aux
peaux tannés à l’état humide (y compris « wet-blue ») de la sous-position
4106.40 de la sous-position 4103.20
ou de tout autre chapitre; ou
(2) Un changement aux cuirs et aux
peaux en croûte de la sous-position
4106.40 de la sous-position 4103.20
ou des cuirs et peaux tannés à l’état
humide (y compris « wet-blue ») de la
sous-position 4106.40 ou de tout autre
chapitre.
4106.91
Un changement à la sous-position
4106.91 de la sous-position 4103.90
ou de tout autre chapitre.
4106.92
Un changement à la sous-position
4106.92 des sous-positions 4103.90
ou 4106.91 ou de tout autre chapitre.
731
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
41.07
A change to heading 41.07 from
heading 41.01 or any other chapter.
41.07
41.12
A change to heading 41.12 from
heading 41.02, subheading 4105.10 or
any other chapter.
A change to heading 41.13 from
heading 41.03, subheading 4106.21
or 4106.31, tanned hides and skins in
the wet state (including wet-blue) of
subheading 4106.40, subheading
4106.91 or any other chapter.
41.12
41.13
41.14
A change to heading 41.14 from
headings 41.01 through 41.03 or any
other chapter, except from hides or
skins of headings 41.01 through 41.03
which have undergone a tanning
(including pre-tanning) process which
is reversible.
4115.10-4115.20
A change to subheadings 4115.10
through 4115.20 from headings 41.01
through 41.03 or any other chapter.
5. Headings 45.01 through 45.02 and 45.03 through 45.04
and the rules applicable to them in Chapter 45 of Section IX
of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
45.01-45.04
A change to headings 45.01 through
45.04 from any other heading, including another heading within that group.
6. The rule applicable to heading 54.08 in Chapter 54 of
Section XI of Schedule I to the Regulations is replaced by the
following:
A change to heading 54.08 from filament yarns of viscose rayon of heading 54.03 or any other chapter, except
from headings 51.06 through 51.10,
52.05 through 52.06 or 55.09 through
55.10.
7. Headings 56.01 through 56.09 and the rule applicable to
them in Chapter 56 of Section XI of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
56.01
(1) A change to sanitary towels or
tampons of subheading 5601.10 from
tri-lobal rayon staple fibre (38 mm,
3.3 decitex) of subheading 5504.10 or
any other chapter, except from
headings 51.06 through 51.13, 52.04
through 52.12, 53.07 through 53.08
or 53.10 through 53.11 or Chapters 54
through 55; or
(2) A change to any other good of
heading 56.01 from any other chapter,
except from headings 51.06 through
51.13, 52.04 through 52.12, 53.07
through 53.08 or 53.10 through 53.11
or Chapters 54 through 55.
732
41.13
41.14
Un changement à la position 41.07 de
la position 41.01 ou de tout autre
chapitre.
Un changement à la position 41.12 de
la position 41.02, de la sous-position
4105.10 ou de tout autre chapitre.
Un changement à la position 41.13 de
la position 41.03, des sous-positions
4106.21 ou 4106.31, des cuirs et
peaux tannés à l’état humide (y compris « wet-blue ») de la sous-position
4106.40, de la sous-position 4106.91
ou de tout autre chapitre.
Un changement à la position 41.14
des positions 41.01 à 41.03 ou de tout
autre chapitre, sauf des cuirs ou peaux
des positions 41.01 à 41.03 qui ont
fait l’objet d’un traitement de tannage
(y compris prétannage) réversible.
4115.10-4115.20
Un changement aux sous-positions
4115.10 à 4115.20 des positions 41.01
à 41.03 ou de tout autre chapitre.
5. Les positions 45.01 à 45.02 et 45.03 à 45.04 et les règles
qui s’y appliquent au chapitre 45 de la section IX de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
45.01-45.04
Un changement aux positions 45.01 à
45.04 de toute autre position, y compris une autre position à l’intérieur de
ce groupe.
6. La règle qui s’applique à la position 54.08 au chapitre 54
de la section XI de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Un changement à la position 54.08 de
fils de filaments de rayonne viscose
de la position 54.03 ou de tout autre
chapitre, sauf des positions 51.06 à
51.10, 52.05 à 52.06 ou 55.09 à 55.10.
7. Les positions 56.01 à 56.09 et la règle qui s’y applique au
chapitre 56 de la section XI de l’annexe I du même règlement
sont remplacées par ce qui suit :
56.01
(1) Un changement aux serviettes ou
tampons hygiéniques de la sousposition 5601.10 de fibres discontinues de rayonne de contour trilobé
(38 mm, 3,3 décitex) de la sousposition 5504.10 ou de tout autre
chapitre, sauf des positions 51.06 à
51.13, 52.04 à 52.12, 53.07 à 53.08 ou
53.10 à 53.11 ou des chapitres 54 à
55; ou
(2) Un changement à toute autre marchandise de la position 56.01 de tout
autre chapitre, sauf des positions
51.06 à 51.13, 52.04 à 52.12, 53.07 à
53.08 ou 53.10 à 53.11 ou des
chapitres 54 à 55.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
56.02-56.05
A change to headings 56.02 through
56.05 from any other chapter, except
from headings 51.06 through 51.13,
52.04 through 52.12, 53.07 through
53.08 or 53.10 through 53.11 or
Chapters 54 through 55.
56.06
Note:
For purposes of the following rule,
“flat yarns” means, 7 denier/5 filament,
10 denier/7 filament or 12 denier/
5 filament, all of nylon 66, untextured
(flat) semi-dull yarns, multifilament,
untwisted or with a twist not exceeding 50 turns per metre, of subheading 5402.41.
A change to heading 56.06 from flat
yarns of subheading 5402.41 or any
other chapter, except from headings
51.06 through 51.13, 52.04 through
52.12, 53.07 through 53.08 or 53.10
through 53.11 or Chapters 54 through
55.
56.07-56.09
A change to headings 56.07 through
56.09 from any other chapter, except
from headings 51.06 through 51.13,
52.04 through 52.12, 53.07 through
53.08 or 53.10 through 53.11 or
Chapters 54 through 55.
8. Heading 67.01, tariff item No. 6701.00.10, headings 67.02,
67.03 and 67.04 and the rules applicable to them in Chapter 67 of Section XII of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
67.01
(1) A change to heading 67.01 from any
other heading; or
(2) A change to a good of feather or
down of heading 67.01 from within
that heading or any other heading.
67.02-67.04
A change to headings 67.02 through
67.04 from any other heading, including another heading within that group.
9. Headings 70.01 through 70.02 and the rule applicable to
them in Chapter 70 of Section XIII of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
70.01
A change to heading 70.01 from any
other heading.
7002.10
A change to subheading 7002.10 from
any other heading.
7002.20
A change to subheading 7002.20 from
any other chapter.
7002.31
A change to subheading 7002.31 from
any other heading.
7002.32-7002.39
A change to subheadings 7002.32
through 7002.39 from any other
chapter.
56.02-56.05
56.06
56.07-56.09
Un changement aux positions 56.02 à
56.05 de tout autre chapitre, sauf des
positions 51.06 à 51.13, 52.04 à
52.12, 53.07 à 53.08 ou 53.10 à 53.11
ou des chapitres 54 à 55.
Note :
Pour l’application de la règle ci-après,
« fils plats » s’entend des fils non
texturés (plats), semi-mats, multiples,
sans torsion ou avec torsion n’excédant pas 50 tours le mètre, de
7 deniers/5 filaments, de 10 deniers/7
filaments ou de 12 deniers/5 filaments, tous de nylon 66, de la sousposition 5402.41.
Un changement à la position 56.06 de
fils plats de la sous-position 5402.41
ou de tout autre chapitre, sauf des positions 51.06 à 51.13, 52.04 à 52.12,
53.07 à 53.08 ou 53.10 à 53.11 ou des
chapitres 54 à 55.
Un changement aux positions 56.07 à
56.09 de tout autre chapitre, sauf des
positions 51.06 à 51.13, 52.04 à
52.12, 53.07 à 53.08 ou 53.10 à 53.11
ou des chapitres 54 à 55.
8. La position 67.01, le numéro tarifaire 6701.00.10, les positions 67.02, 67.03 et 67.04 et les règles qui s’y appliquent au
chapitre 67 de la section XII de l’annexe I du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
67.01
(1) Un changement à la position 67.01 de
toute autre position; ou
(2) Un changement à une marchandise en
plumes ou en duvet de la position
67.01 de cette position ou de toute
autre position.
67.02-67.04
Un changement aux positions 67.02 à
67.04 de toute autre position, y compris une autre position à l’intérieur de
ce groupe.
9. Les positions 70.01 à 70.02 et la règle qui s’y applique au
chapitre 70 de la section XIII de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
70.01
Un changement à la position 70.01 de
toute autre position.
7002.10
Un changement à la sous-position
7002.10 de toute autre position.
7002.20
Un changement à la sous-position
7002.20 de tout autre chapitre.
7002.31
Un changement à la sous-position
7002.31 de toute autre position.
7002.32-7002.39
Un changement aux sous-positions
7002.32 à 7002.39 de tout autre
chapitre.
733
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
10. Headings 74.01 through 74.02 and 74.03 and the rules
applicable to them in Chapter 74 of Section XV of Schedule I
to the Regulations are replaced by the following:
74.01-74.03
(1) A change to headings 74.01 through
74.03 from any other heading, including another heading within that group,
except from heading 74.04; or
(2) A change to headings 74.01 through
74.03 from heading 74.04, whether or
not there is also a change from any
other heading, including another
heading within that group, provided
there is a regional value content of not
less than:
(a) 60 per cent where the transaction
value method is used, or
(b) 50 per cent where the net cost
method is used.
11. Headings 78.03 through 78.06 and the rules applicable
to them in Chapter 78 of Section XV of Schedule I to the
Regulations are replaced by the following:
78.03
(1) A change to heading 78.03 from any
other heading; or
(2) A change to wire of heading 78.03
from within that heading, whether or
not there is also a change from any
other heading, provided that, if bar or
rod is used, the cross-sectional area of
the bar or rod is reduced by at least
50 per cent.
7804.11-7804.20 (1) A change to subheadings 7804.11
through 7804.20 from any other subheading, including another subheading within that group; or
(2) A change to foil of a thickness
not exceeding 0.15 mm (excluding
backing) of subheading 7804.11 from
within that subheading, whether or
not there is also a change from any
other subheading.
78.05-78.06
A change to headings 78.05 through
78.06 from any other heading,
including another heading within that
group.
12. Headings 79.01 through 79.03 and 79.04 through 79.07
and the rules applicable to them in Chapter 79 of Section XV
of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
79.01-79.02
A change to headings 79.01 through
79.02 from any other chapter.
7903.10
A change to subheading 7903.10 from
any other chapter.
7903.90
A change to subheading 7903.90 from
any other heading.
734
10. Les positions 74.01 à 74.02 et 74.03 et les règles qui s’y
appliquent au chapitre 74 de la section XV de l’annexe I du
même règlement sont remplacées par ce qui suit :
74.01-74.03
(1) Un changement aux positions 74.01 à
74.03 de toute autre position, y compris une autre position à l’intérieur de
ce groupe, sauf de la position 74.04;
ou
(2) Un changement aux positions 74.01 à
74.03 de la position 74.04, qu’il y ait
ou non également un changement de
toute autre position, y compris une
autre position à l’intérieur de ce
groupe, à la condition que la teneur en
valeur régionale ne soit pas inférieure
à:
a) 60 p. 100 lorsque la méthode de
la valeur transactionnelle est utilisée, ou
b) 50 p. 100 lorsque la méthode du
coût net est utilisée.
11. Les positions 78.03 à 78.06 et les règles qui s’y appliquent au chapitre 78 de la section XV de l’annexe I du même
règlement sont remplacées par ce qui suit :
78.03
(1) Un changement à la position 78.03 de
toute autre position; ou
(2) Un changement aux fils de la position
78.03 de cette position, qu’il y ait ou
non également un changement de
toute autre position, à la condition
que, si une barre est utilisée, sa section transversale soit réduite d’au
moins 50 p. 100.
7804.11-7804.20 (1) Un changement aux sous-positions
7804.11 à 7804.20 de toute autre
sous-position, y compris une autre
sous-position à l’intérieur de ce
groupe; ou
(2) Un changement aux feuilles d’une
épaisseur n’excédant pas 0,15 mm
(support non-compris) de la sousposition 7804.11 de cette sousposition, qu’il y ait ou non également
un changement de toute autre sousposition.
78.05-78.06
Un changement aux positions 78.05 à
78.06 de toute autre position, y compris une autre position à l’intérieur de
ce groupe.
12. Les positions 79.01 à 79.03 et 79.04 à 79.07 et les règles
qui s’y appliquent au chapitre 79 de la section XV de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
79.01-79.02
Un changement aux positions 79.01 à
79.02 de tout autre chapitre.
7903.10
Un changement à la sous-position
7903.10 de tout autre chapitre.
7903.90
Un changement à la sous-position
7903.90 de toute autre position.
2006-06-28
79.04
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
(1)
(2)
79.05
(1)
(2)
79.06-79.07
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
A change to heading 79.04 from any
other heading; or
A change to wire of heading 79.04
from within that heading, whether or
not there is also a change from any
other heading, provided that, if bar or
rod is used, the cross-sectional area of
the bar or rod is reduced by at least
50 per cent.
A change to heading 79.05 from any
other heading; or
A change to foil of a thickness
not exceeding 0.15 mm (excluding
backing) of heading 79.05 from
within that heading, whether or not
there is also a change from any other
heading.
A change to headings 79.06 through
79.07 from any other heading, including another heading within that group.
13. Headings 80.03 through 80.04 and 80.05 through 80.07
and the rules applicable to them in Chapter 80 of Section XV
of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
80.03
(1) A change to heading 80.03 from any
other heading; or
(2) A change to wire of heading 80.03
from within that heading, whether or
not there is also a change from any
other heading, provided that, if bar or
rod is used, the cross-sectional area of
the bar or rod is reduced by at least
50 per cent.
80.04-80.07
A change to headings 80.04 through
80.07 from any other heading, including another heading within that
group.
14. Subheadings 8101.10 through 8101.94, 8101.95, 8101.96
through 8101.97, 8101.99, 8102.10 through 8102.94, 8102.95,
8102.96, 8102.97, 8102.99, 8103.20 through 8103.30, 8103.90,
8104.11 through 8104.30, 8104.90, 8105.20 through 8105.30,
8105.90, heading 81.06, subheadings 8107.20 through 8107.30,
8107.90, 8108.20 through 8108.30, 8108.90, 8109.20 through
8109.30, 8109.90, headings 81.10, 81.11, tariff item
Nos. 8111.00.21, 8111.00.22, 8111.00.40, headings 81.12
through 81.13 and the rules applicable to them in Chapter 81
of Section XV of Schedule I to the Regulations are replaced by
the following:
8101.10-8110.90
A change to subheadings 8101.10
through 8110.90 from any other subheading, including another subheading within that group.
81.11
(1)
(2)
A change to manganese powders or
articles of manganese of heading
81.11 from any other good of heading
81.11; or
A change to any other good of heading 81.11 from any other heading.
79.04
(1)
Un changement à la position 79.04 de
toute autre position; ou
(2) Un changement aux fils de la position
79.04 de cette position, qu’il y ait ou
non également un changement de
toute autre position, à la condition
que, si une barre est utilisée, sa section transversale soit réduite d’au
moins 50 p. 100.
79.05
(1) Un changement à la position 79.05 de
toute autre position; ou
(2) Un changement aux feuilles d’une
épaisseur n’excédant pas 0,15 mm
(support non-compris) de la position
79.05 de cette position, qu’il y ait ou
non également un changement de
toute autre position.
79.06-79.07
Un changement aux positions 79.06 à
79.07 de toute autre position, y compris une autre position à l’intérieur de
ce groupe.
13. Les positions 80.03 à 80.04 et 80.05 à 80.07 et les règles
qui s’y appliquent au chapitre 80 de la section XV de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
80.03
(1) Un changement à la position 80.03 de
toute autre position; ou
(2) Un changement aux fils de la position
80.03 de cette position, qu’il y ait ou
non également un changement de
toute autre position, à la condition
que, si une barre est utilisée, sa section transversale soit réduite d’au
moins 50 p. 100.
80.04-80.07
Un changement aux positions 80.04 à
80.07 de toute autre position, y compris une autre position à l’intérieur de
ce groupe.
14. Les sous-positions 8101.10 à 8101.94, 8101.95, 8101.96 à
8101.97, 8101.99, 8102.10 à 8102.94, 8102.95, 8102.96, 8102.97,
8102.99, 8103.20 à 8103.30, 8103.90, 8104.11 à 8104.30,
8104.90, 8105.20 à 8105.30, 8105.90, la position 81.06, les souspositions 8107.20 à 8107.30, 8107.90, 8108.20 à 8108.30,
8108.90, 8109.20 à 8109.30, 8109.90, les positions 81.10, 81.11,
les numéros tarifaires 8111.00.21, 8111.00.22, 8111.00.40, les
positions 81.12 à 81.13 et les règles qui s’y appliquent au chapitre 81 de la section XV de l’annexe I du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
8101.10-8110.90
81.11
(1)
(2)
Un changement aux sous-positions
8101.10 à 8110.90 de toute autre
sous-position, y compris une autre
sous-position à l’intérieur de ce
groupe.
Un changement aux poudres de manganèse ou ouvrages en manganèse de
la position 81.11 de toute autre marchandise de la position 81.11; ou
Un changement à toute autre marchandise de la position 81.11 de toute
autre position.
735
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
8112.12-8113.00
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
A change to subheadings 8112.12
through 8113.00 from any other subheading, including another subheading within that group.
15. Tariff item Nos. 8528.12.83 and 8528.12.96 and the rule
applicable to them in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I
to the Regulations are repealed.
16. The rule applicable to subheading 8528.12 in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
A change to subheading 8528.12 from
tariff item No. 8528.12.10 or any
other heading.
17. The rule applicable to subheading 8528.13 in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
A change to subheading 8528.13 from
any other heading.
18. Tariff item Nos. 8528.21.83 and 8528.21.94 and the rule
applicable to them in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I
to the Regulations are repealed.
19. The rule applicable to subheading 8528.21 in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
A change to subheading 8528.21 from
tariff item No. 8528.21.10 or any
other heading.
20. The rule applicable to subheading 8528.22 in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
A change to subheading 8528.22 from
any other heading.
21. Tariff item Nos. 8528.30.21 and 8528.30.29 and the rule
applicable to them in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I
to the Regulations are repealed.
22. The rule applicable to subheading 8528.30 in Chapter 85 of Section XVI of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
A change to subheading 8528.30 from
tariff item No. 8528.30.10 or any
other heading.
23. The rules applicable to subheadings 9032.20 through
9032.89 in Chapter 90 of Section XVIII of Schedule I to the
Regulations are replaced by the following:
(1) A change to subheadings 9032.20
through 9032.89 from any other heading; or
(2) A change to subheadings 9032.20
through 9032.89 from subheading
9032.90, whether or not there is also a
change from any other heading,
provided there is a regional value
content of not less than:
(a) 45 per cent where the transaction
value method is used, or
(b) 35 per cent where the net cost
method is used.
736
8112.12-8113.00
Un changement aux sous-positions
8112.12 à 8113.00 de toute autre
sous-position, y compris une autre
sous-position à l’intérieur de ce
groupe.
15. Les numéros tarifaires 8528.12.83 et 8528.12.96 et la règle qui s’y applique au chapitre 85 de la section XVI de l’annexe I du même règlement sont supprimés.
16. La règle qui s’applique à la sous-position 8528.12 au
chapitre 85 de la section XVI de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Un changement à la sous-position
8528.12 du numéro tarifaire 8528.12.10
ou toute autre position.
17. La règle qui s’applique à la sous-position 8528.13 au
chapitre 85 de la section XVI de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Un changement à la sous-position
8528.13 de toute autre position.
18. Les numéros tarifaires 8528.21.83 et 8528.21.94 et la règle qui s’y applique au chapitre 85 de la section XVI de
l’annexe I du même règlement sont supprimés.
19. La règle qui s’applique à la sous-position 8528.21 au
chapitre 85 de la section XVI de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Un changement à la sous-position
8528.21 du numéro tarifaire 8528.21.10
ou de toute autre position.
20. La règle qui s’applique à la sous-position 8528.22 au
chapitre 85 de la section XVI de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Un changement à la sous-position
8528.22 de toute autre position.
21. Les numéros tarifaires 8528.30.21 et 8528.30.29 et la règle qui s’y applique au chapitre 85 de la section XVI de
l’annexe I du même règlement sont supprimés.
22. La règle qui s’applique à la sous-position 8528.30 au
chapitre 85 de la section XVI de l’annexe I du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Un changement à la sous-position
8528.30 du numéro tarifaire 8528.30.10
ou de toute autre position.
23. Les règles qui s’appliquent aux sous-positions 9032.20 à
9032.89 au chapitre 90 de la section XVIII de l’annexe I du
même règlement sont remplacées par ce qui suit :
(1) Un changement aux sous-positions
9032.20 à 9032.89 de toute autre
position; ou
(2) Un changement aux sous-positions
9032.20 à 9032.89 de la sous-position
9032.90, qu’il y ait ou non également
un changement de toute autre position, à la condition que la teneur en
valeur régionale ne soit pas inférieure
à:
a) 45 p. 100 lorsque la méthode de
la valeur transactionnelle est utilisée, ou
b) 35 p. 100 lorsque la méthode du
coût net est utilisée.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-131
COMING INTO FORCE
24. These Regulations come into force on July 1, 2006.
ENTRÉE EN VIGUEUR
24. Le présent règlement entre en vigueur le 1er juillet 2006.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
These Regulations amend the NAFTA Rules of Origin Regulations which are used to determine when goods are eligible
for NAFTA tariff preferences.
The amendments, which will enter into force on July 1, 2006,
have been developed by the Governments of Canada, Mexico and
the United States in consultation with industry representatives in
the three countries. The Regulations liberalize the rules of origin
applicable to cocoa preparations, cranberry juice, ores, slag and
ash, leather, cork, certain textile products, feathers, glass and
glassware, copper and other metals, televisions and controls.
Le présent règlement modifie le Règlement sur les règles
d’origine (ALÉNA), qui sert à établir quand les marchandises sont
admissibles au traitement tarifaire préférentiel prévu à l’ALÉNA.
Les modifications, qui entreront en vigueur ler juillet 2006, ont
été élaborées par les gouvernements du Canada, du Mexique et
des États-Unis en consultation avec des représentants de l’industrie des trois pays. Elles ont pour effet d’assouplir les règles
d’origine visant les préparations de cacao, le jus de canneberges,
les minerais, scories et cendres, le cuir, le liège, certains produits
textiles, les plumes d’oiseaux, le verre et ouvrages de verre, le
cuivre et autres métaux, les téléviseurs et des instruments de
contrôle.
Alternatives
Solutions envisagées
There are no practical alternative means to implement these
changes other than through regulations under subsection 16(4) of
the Customs Tariff.
La solution pratique pour mettre en œuvre ces modifications est
la prise d’un règlement en vertu du paragraphe 16(4) du Tarif des
douanes.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The changes are designed to facilitate trade between
the NAFTA Parties and are in response to specific industry requests. The amendments liberalize the rules of origin in areas of
export interest for Canadian industry and will enhance access
to NAFTA markets.
Les modifications visent à faciliter les échanges commerciaux
entre les pays parties à l’ALÉNA et à répondre à des demandes
spécifiques de l’industrie. Elles assouplissent les règles d’origine
et améliorent l’accès aux marchés de l’ALÉNA dans des secteurs
qui présentent de l’intérêt pour l’industrie canadienne sous l’angle
des exportations.
Consultation
Consultations
A notice to consult Canadians on the proposed amendments
was pre-published in the Canada Gazette, Part I on June 25,
2005. No opposition was received.
Un avis a été publié au préalable dans la Gazette du Canada
Partie I le 25 juin 2005 dans le but de consulter les Canadiens au
sujet des modifications proposées. Aucune opposition n’a été
reçue.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Compliance with the terms and conditions of these Regulations
will be monitored by officials of the Canada Border Services
Agency.
L’application de ces dispositions réglementaires sera supervisée par les fonctionnaires de l’Agence des services frontaliers du
Canada.
Contact
Personne-ressource
Sylvie Larose
International Trade Policy Division
Department of Finance
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: (613) 996-5587
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Sylvie Larose
Division de la politique commerciale internationale
Ministère des Finances
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : (613) 996-5587
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
737
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-132
Registration
SOR/2006-132 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-132 Le 8 juin 2006
FISHERIES ACT
LOI SUR LES PÊCHES
Regulations Amending the Atlantic Fishery
Regulations, 1985
Règlement modifiant le Règlement de pêche de
l’Atlantique de 1985
P.C. 2006-498
C.P. 2006-498
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Fisheries and Oceans, pursuant to
section 43a of the Fisheries Act, hereby makes the annexed Regulations Amending the Atlantic Fishery Regulations, 1985.
Sur recommandation du ministre des Pêches et des Océans et
en vertu de l’article 43a de la Loi sur les pêches, Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant
le Règlement de pêche de l’Atlantique de 1985, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE ATLANTIC
FISHERY REGULATIONS, 1985
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE
PÊCHE DE L’ATLANTIQUE DE 1985
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Paragraph 15(2)(a) of the Atlantic Fishery Regulations, 19851 is replaced by the following:
(a) for groundfish with a hand-line or by angling;
2. (1) Subsection 91(2.1) of the Regulations is repealed.
(2) Subsection 91(4) of the Regulations is repealed.
1. L’alinéa 15(2)a) du Règlement de pêche de l’Atlantique
de 19851 est remplacé par ce qui suit :
a) le poisson de fond, avec la ligne à main ou la ligne;
2. (1) Le paragraphe 91(2.1) du même règlement est abrogé.
(2) Le paragraphe 91(4) du même règlement est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Fisheries Act provides the authority for the orderly management of commercial and recreational fisheries in Canadian
fishery waters. The Atlantic Fishery Regulations, 1985 (AFR),
made pursuant to the Fisheries Act, apply to the Northwest Atlantic
Fisheries Convention Area, the tidal waters of the Provinces of
New Brunswick (NB), Newfoundland and Labrador (NL), Nova
Scotia (NS), Prince Edward Island (PEI) and Quebec, the waters
of Ungava Bay and a portion of the Hudson Strait. The AFR control fishing activity for certain commercial and recreational species such as groundfish, swordfish, shark, bluefin tuna, lobster,
snow crab, scallops, herring and mackerel by establishing close
times, gear restrictions, size limits, fishing quotas and other provisions necessary for the proper management and control of the
fisheries and the conservation and protection of fish. This Regulatory Impact Analysis Statement describes the amendment to the
above mentioned regulation.
La Loi sur les pêches confère les pouvoirs nécessaires à la
bonne gestion des pêches commerciales et récréatives dans les
eaux de pêche canadiennes. Le Règlement de pêche de l’Atlantique de 1985 (RPA), pris en vertu de la Loi sur les pêches,
s’applique à la zone de la Convention pour les pêcheries de
l’Atlantique nord-ouest, aux eaux de marée des provinces du
Nouveau-Brunswick, de Terre-Neuve-et-Labrador, de la NouvelleÉcosse, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Québec, ainsi qu’aux
eaux de la baie d’Ungava et d’une partie du détroit d’Hudson.
Le RPA régit les activités de pêche commerciale et récréative de
certaines espèces, comme les poissons de fond, l’espadon, le requin, le thon rouge, le homard, le crabe des neiges, le pétoncle, le
hareng et le maquereau, en établissant des périodes de fermeture,
des restrictions sur les engins, des limites de taille, des quotas de
pêche et d’autres mesures nécessaires pour bien gérer et surveiller
les pêches ainsi que pour conserver et protéger le poisson. Ce
résumé de l’étude d’impact de la réglementation décrit la modification au règlement susmentionné.
———
———
a
a
1
S.C. 1991, c. 1, s. 12
SOR/86-21
738
1
L.C. 1991, ch. 1, art. 12
DORS/86-21
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-132
The amendment to the Regulations removes the requirement to
obtain a licence to fish on a recreational basis for groundfish. This
is accomplished by amending paragraph 15(2)(a) and repealing
subsections 91(2.1) and (4) of the AFR.
During the early 1990’s, access to the traditional cod food fishery in NL and the Lower North Shore of Quebec was limited
since the closure of the commercial groundfish fishery. The residents of these areas had requested increased access to the cod
food fishery throughout the 1990’s. In the late 1990’s and
early 2000 the Department of Fisheries and Oceans (DFO) proposed to develop an Atlantic-wide policy for recreational fishing
licenses. The first step was for DFO to undertake a pilot project to
allow increased access to the cod food fishery and to assess the
effectiveness of a recreational licensing program in the Atlantic
Provinces and Quebec. The Atlantic Recreational Fishing Licence
Program was introduced in June 2001 through an amendment to
the AFR. The program for the licensing of recreational fishing for
groundfish was limited to NL and the Lower North Shore of
Quebec. The licence program provided additional controls with
reporting requirements in these areas to better assess the impact
of an increased recreational fishery. There was broad support for
the pilot licence program from the general public of Quebec
and NL, including the Rural Rights and Boat Owners Association,
which represents the interest of approximately 5,000 rural
Newfoundlanders.
The species of groundfish includes cod, dogfish, haddock, halibut, pollock, redfish, and various species of flounder.
Since the establishment of the licences in 2001, the licence requirement has come under considerable opposition by the general
public, largely based on the fact that licences are not required in
all of the Atlantic Provinces and Quebec to fish groundfish recreationally.
The Department is completing work on an Atlantic recreational
groundfish policy that will provide a consistent approach
throughout the Atlantic Provinces and Quebec. The policy will
take into account information gathered from the recreational
groundfish licence pilot project. The implementation of an Atlanticwide policy is expected to take some time, one to two years, to
enable sufficient consultation and will not be completed for
the 2006 fishing season. The 2006 season takes place during the
summer months, July through September.
In order to ensure that public access to fishing groundfish recreationally is consistent throughout the east coast of Canada, DFO
is proposing to remove the requirement for a recreational groundfish fishing licence by amending paragraph 15(2)(a) and repealing subsections 91(2.1) and (4) of the AFR. The removal of the
licence will have no effect on access to the fishery or impact on
any management measures. The fishery will continue to be managed through the setting of fishing seasons and daily quotas.
La modification qu’on apporte au règlement élimine l’obligation d’obtenir un permis pour pratiquer la pêche récréative du
poisson de fond. Il s’agit en l’occurrence de modifier l’alinéa 15(2)a) et d’abroger les paragraphes 91(2.1) et 91(4) du RPA.
Au début des années 1990, après la fermeture de la pêche
commerciale du poisson de fond, les résidents de Terre-Neuve-etLabrador et de la Basse-Côte-Nord du Québec ont vu leur accès à
la traditionnelle pêche de la morue à des fins de subsistance limité. Tout au long de la décennie 1990, ils ont réclamé un accès plus
grand à la pêche de la morue à des fins de subsistance. Vers la fin
des années 1990 et le début des années 2000, le ministère des
Pêches et des Océans (MPO) a proposé d’élaborer une politique
de permis de pêche récréative pour l’ensemble de la région
atlantique. La première étape consistait pour le MPO à entreprendre un projet pilote offrant un plus grand accès à la pêche de la
morue à des fins de subsistance et permettant d’évaluer
l’efficacité d’un programme de permis de pêche récréative dans
les provinces de l’Atlantique et au Québec. En juin 2001, une
modification apportée au RPA a permis de lancer le Programme
de permis de pêche récréative de l’Atlantique. Le programme de
permis de pêche récréative du poisson de fond se limitait à TerreNeuve-et-Labrador et à la Basse-Côte-Nord du Québec. Il prévoyait des mesures de contrôle supplémentaires, notamment
l’obligation dans ces régions de présenter des rapports pour mieux
évaluer l’effet d’une intensification de la pêche récréative. Le
programme pilote de permis a suscité un large appui du grand
public au Québec ainsi qu’à Terre-Neuve-et-Labrador, notamment de la Rural Rights and Boat Owners Association, qui représente environ 5 000 Terre-Neuviens des régions rurales.
Les espèces de poisson de fond visées par le programme sont la
morue, l’aiguillat, l’aiglefin, le flétan, la goberge, le sébaste et
diverses espèces de plie.
Depuis son instauration, en 2001, l’obligation de détenir un
permis a rencontré une vive opposition de la part du grand public,
due en grande partie au fait qu’un tel permis n’est pas exigé partout dans toutes les provinces de l’Atlantique et au Québec pour
pratiquer la pêche récréative du poisson de fond.
Le ministère met la dernière main à une politique sur la pêche
récréative du poisson de fond dans la région atlantique, représentant une approche uniforme dans l’ensemble des provinces
atlantiques et au Québec. Cette politique tiendra compte de l’information recueillie dans le cadre du programme pilote de permis
de pêche récréative du poisson de fond. On s’attend à ce que la
mise en œuvre d’une politique à l’ensemble de la région atlantique nécessite un certain temps, soit de un à deux ans, pour qu’on
puisse mener les consultations nécessaires; de ce fait, la politique
ne sera pas prête pour la saison de pêche de 2006, qui se situera
en été, de juillet à septembre.
Pour permettre un accès efficace et cohérent du public à la pêche récréative du poisson de fond sur l’ensemble de la côte est du
Canada, le MPO propose d’abolir l’obligation de détenir un permis de pêche récréative du poisson de fond en modifiant l’alinéa 15(2)a) et en abrogeant les paragraphes 91(2.1) et 91(4)
du RPA. Le retrait de l’obligation d’avoir un permis sera sans
effet sur l’accès à la pêche ou sur toute mesure de gestion. La
pêche continuera d’être gérée au moyen de saisons de pêche et de
quotas quotidiens.
Alternatives
Solutions envisagées
The requirement for a licence only in certain provinces creates
an inconsistency in Government policy. Public opposition during
the pilot program for the licence requirement has centered largely
L’obligation de détenir un permis dans certaines provinces seulement engendre une incohérence dans la politique gouvernementale. Durant le programme pilote, l’opposition du public à cette
739
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-132
on the inconsistencies between access requirements in the different provinces. DFO is in the process of establishing an Atlanticwide, including Quebec, policy for recreational fishing that will
be consistent throughout the region. The option of creating a recreational licence regime throughout the Atlantic and Quebec is
not a viable option until the policy development and consultations
are complete. The process is extensive and involves in-depth,
wide-ranging consultations with stakeholders and will require
significant time to complete. The policy will not be in place for
the next recreational groundfish fishing season. The only viable
option at this time to ensure equal and equitable access throughout Atlantic Canada and Quebec is to remove all license requirements for a recreational groundfish licence.
obligation a été largement axée sur les inégalités dans l’accès à la
pêche entre les différentes provinces. Le MPO est en train
d’établir une politique de pêche récréative visant l’ensemble de la
région atlantique, y compris le Québec, qui sera uniforme dans
toute la région. La création d’un régime de permis de pêche récréative applicable aux provinces de l’Atlantique et au Québec
n’est pas une solution viable tant que les consultations et
l’élaboration de la politique ne sont pas terminées; or, c’est là un
large processus, faisant appel à un éventail de consultations approfondies, qui nécessitera beaucoup de temps. La politique ne
sera pas en place pour la prochaine saison de pêche récréative du
poisson de fond. La seule option viable actuellement pour permettre un accès égal et équitable dans tout le Canada atlantique et au
Québec consiste à supprimer toute obligation de détenir un permis
pour pratiquer la pêche récréative du poisson de fond.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The Department has been issuing fishing tags with the recreational licence as an additional measure used to monitor fishing
activity. Once the licence requirement is removed the public will
not have to purchase a licence or obtain fishing tags with the removal of the licence. The removal of the licence won’t change
access to the fishery and will not be detrimental to the environment. The management measures to control the fishing activity
will continue to be the setting of fishing seasons and quota limits
which will maintain the conservation of the groundfish stock.
This will provide an immediate consistent government policy
regarding equal and equitable access to fishing recreationally for
groundfish in Atlantic Canada and Quebec.
Over the last 5 years the Department has been distributing the
licence and the fishing tags through a third party, Canada Post.
The administration cost for the purchase of the tags, licences and
delivery through Canada Post have exceeded the revenue derived
from the licenses. The removal of the licence is a potential savings to the Department based on past cost and revenue numbers.
Avec les permis de pêche récréative, le ministère a aussi octroyé des étiquettes de prises, comme moyen supplémentaire de
surveiller la pêche. Une fois que l’obligation de détenir un permis
sera supprimée, le public n’aura plus à acheter de permis ou à se
procurer des étiquettes de prises. La suppression du permis ne
changera pas l’accès à la pêche et ne nuira pas à l’environnement.
Les mesures de gestion qui régiront l’activité de pêche continueront d’être l’établissement de saisons de pêche et de quotas, permettant la conservation des stocks de poissons de fond. Cela
représentera dans l’immédiat une politique gouvernementale cohérente, offrant un accès égal et équitable à la pêche du poisson
de fond au Canada atlantique et au Québec.
Au cours des cinq dernières années, le ministère a distribué les
permis de pêche et les étiquettes de prises par l’entremise d’une
tierce partie, Postes Canada. Les frais d’administration liés à l’achat
des étiquettes et des permis ainsi qu’à leur expédition par Postes
Canada ont dépassé les recettes provenant des permis. Le retrait des
permis représente donc une économie possible pour le ministère, si
on se fonde sur les chiffres antérieurs des coûts et recettes.
Consultation
Consultations
Over the last three years, groups such as the Rural Rights and
Boat owners Association, the Newfoundland Wildlife Federation
and the general public have requested that DFO remove the licence requirement. The removal of the licence requirement has
broad general support.
Au cours des trois dernières années, des groupes, comme la
Rural Rights and Boat owners Association et la Newfoundland
Wildlife Federation, ainsi que le grand public ont demandé
au MPO d’abolir l’obligation de détenir un permis. L’abolition de
cette obligation rallie un appui général.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The Fisheries Act and the Atlantic Fishery Regulations, 1985
are enforced by Fishery Officers through existing enforcement
programs. The Fisheries Act provides for fines up to $100,000 for
summary conviction offences and up to $500,000 for indictable
offences.
Les agents des pêches sont chargés d’appliquer la Loi sur les
pêches et le Règlement de pêche de l’Atlantique de 1985 et ils
s’appuient ce faisant sur les programmes déjà établis à cette fin.
La Loi sur les pêches prévoit des amendes atteignant 100 000 $
pour les infractions sommaires et 500 000 $ pour les actes criminels.
La surveillance de la pêche récréative sera assurée à l’aide des
ressources dont on dispose actuellement dans les bureaux des
détachements des régions où se déroule la pêche récréative. Elle
s’effectuera conjointement à d’autres mesures d’application de la
réglementation prises par les agents des pêches du ministère des
Pêches et des Océans.
La stratégie régionale d’application de la loi prévoit des patrouilles régulières et permanentes, une rétroaction sur les prises
et les activités de pêche en saison, et la surveillance des limites de
prises quotidiennes ou saisonnières. Si l’effort de pêche rend nécessaire la fermeture d’une zone ou d’une saison, toute fermeture
de cet ordre sera annoncée et publiée dans les journaux.
Coverage for the recreational fishery will be met using existing
resources in detachment offices in areas where recreational fisheries are ongoing. Recreational fishing will be monitored in conjunction with other enforcement activities being performed by
fishery officers of the Department of Fisheries and Oceans.
The regional enforcement strategy includes regular and ongoing patrols, feedback on catch and effort in season and compliance with daily or seasonal bag limits. If fishing effort indicates a
need for area or seasonal closures, the closures will be announced
and published in newspapers.
740
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Contacts
Robert Lambert
Chief, Legislation, Control and Regulations
Fisheries Management Branch
P.O. Box 5667
St. John’s, Newfoundland and Labrador
A1C 5X1
Telephone: (709) 772-5482
FAX: (709) 772-3628
E-mail: lambertr@dfo-mpo.gc.ca
Andrew Aryee
Legislative and Regulatory Affairs
Department of Fisheries and Oceans
200 Kent Street
Ottawa, Ontario
K1A 0E6
Telephone: (613) 991-9410
FAX: (613) 990-2811
E-mail: aryeea@dfo-mpo.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-132
Personnes-ressources
Robert Lambert
Chef, Règlements - Conservation et Protection
Région de Terre-Neuve-et-Labrador
C.P. 5667
St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador)
A1C 5X1
Téléphone : (709) 772-5482
TÉLÉCOPIEUR : (709) 772- 3628
Courriel : lambertr@dfo-mpo.gc.ca
Andrew Aryee
Affaires legislatives et réglementaires
Ministère des Pêches et des Océans
200 Kent Street
Ottawa (Ontario)
K1A 0E6
Téléphone : (613) 991-9410
TÉLÉCOPIEUR : (613) 990-2811
Courriel : aryeea@dfo-mpo.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
741
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
Registration
SOR/2006-133 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-133 Le 8 juin 2006
CANADA SHIPPING ACT
LOI SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Regulations Amending the Pleasure Craft Sewage
Pollution Prevention Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la
prévention de la pollution par les eaux usées des
embarcations de plaisance
P.C. 2006-501
C.P. 2006-501
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities pursuant to subsection 656(1)a and section 657b of
the Canada Shipping Act, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations.
Sur recommandation du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu du paragraphe 656(1)a et
de l’article 657b de la Loi sur la marine marchande du Canada,
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur la prévention de la pollution
par les eaux usées des embarcations de plaisance, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE PLEASURE
CRAFT SEWAGE POLLUTION PREVENTION
REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
PRÉVENTION DE LA POLLUTION PAR LES EAUX
USÉES DES EMBARCATIONS DE PLAISANCE
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Part 1 of the schedule to the Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations1 is amended by adding the following after item 3 under the subheading “Manitoba”:
1. La partie 1 de l’annexe du Règlement sur la prévention de
la pollution par les eaux usées des embarcations de plaisance1
est modifiée par adjonction, après l’article 3 figurant sous
l’intertitre « Manitoba », de ce qui suit :
Nova Scotia
Nouvelle-Écosse
Item
Name and Location of Body of Water
Article
Nom et emplacement de l’étendue d’eau
1.
Bras d’Or Lake (lat. 45°50´ N, long. 60°50´ W) and all connected
waters inside a line joining Carey Point to Noir Point in
Great Bras d’Or, southwards of Alder Point in Little
Bras d’Or and northwards of the seaward end
of St. Peters Canal.
1.
Lac Bras d’Or (45°50´ de latitude N., 60°50´ de longitude O.) et toutes
les eaux attenantes en deçà d’une ligne tirée à partir de la pointe Carey
jusqu’à la pointe Noir dans le Great Bras d’Or, au sud de la pointe Alder
dans le Little Bras d’Or et au nord de l’extrémité du canal de St. Peters
qui donne sur le large.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day that is four
years after the day on which they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur quatre ans après
la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations
(Regulations), made pursuant to the Canada Shipping Act (CSA),
were developed in the early 1990s to address concerns about the
damage done to sensitive marine areas as a result of the discharge
of human excreta and sewage (hereinafter referred to as sewage)
from pleasure boats. The Regulations prohibit the discharge of
sewage from pleasure craft into designated bodies of water. In
addition, while in designated waters, any pleasure craft fitted with
Le Règlement sur la prévention de la pollution par les eaux
usées des embarcations de plaisance (règlement), qui relève de la
Loi sur la marine marchande du Canada (LMMC), a été adopté
au début des années 1990, en réponse aux préoccupations concernant les dommages causés aux zones aquatiques sensibles par les
excréments humains et les eaux usées rejetés par les embarcations
de plaisance (ci-après désignés « eaux usées »). Le règlement
interdit le rejet des eaux usées dans les étendues d’eau désignées.
———
———
a
a
b
1
R.S., c. 6 (3rd Supp.), s. 84
S.C. 1993, c. 36, s. 5
SOR/91-661
742
b
1
L.R., ch. 6 (3e suppl.), art. 84
L.C. 1993, ch. 36, art. 5
DORS/91-661
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
a toilet must also be fitted with a holding tank and fittings appropriate for the removal of the tank’s contents by shore-based
pumping facilities. The Regulations do not apply to grey water,
which is wastewater from receptacles, other than toilets, such as
sinks.
The provisions of the Regulations also affect non-pleasure
craft, under the Non-Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention
Regulations, in that these boats are also prohibited from discharging sewage in those areas set out in the Schedule to the Regulations. Non-pleasure craft, however, are not required to have holding tanks.
The Regulations are applicable to specific bodies of water. To
date, British Columbia and Manitoba have each designated bodies
of water in the Schedule to the Regulations. Also, the Province of
Ontario has placed provincial restrictions on the Great Lakes that
are similar in nature to the Regulations.
The amendment to the Regulations adds the Bras d’Or Lake in
Nova Scotia to the Schedule. This includes all connected waters
inside a line joining Carey Point to Noir Point in Great Bras d’Or,
southwards of Alder Point in Little Bras d’Or and northwards of
the seaward end of St. Peters Canal.
The discharge of sewage into the aquatic environment has been
shown to have serious impacts on human and ecological health.
Public health risks arising from the contact with the large numbers of different disease-producing organisms that can be found in
human waste are significant. Exposure to these organisms directly
or through ingestion of contaminated seafood can cause serious
illnesses. Sewage contamination in drinking water can cause diarrhea, intestinal worms, trachoma, hepatitis and schistosomiasis.
The decomposition of sewage and chemicals associated with
the treatment of sewage, such as chlorine and formaldehyde, also
has severe ecological effects. Additions of sewage may cause
eutrophication, or nutrient enrichment, of the water body. This
leads to enhance algal growth and eventually large amounts of
dead algae settling to the bottom of the lake. Decomposition of
organic matter (sewage and dead algae) consumes oxygen and
can lead to hypoxia in deep water, thereby suffocating deep-water
species and causing subsequent changes to the ecological structure of freshwater and marine communities.
The growing number of recreational boats in the Maritimes that
have access to Bras d’Or Lake and the long-term chronic discharges of sewage into the lake has exacerbated the problem of
sewage pollution. Sewage effluent from vessels is directly responsible for the closure of shellfish harvesting areas and has
created “dead zones” or areas of hypoxia.
Aesthetic or visual degradation of water quality is another
negative result of sewage pollution. In Nova Scotia, the degeneration of the pristine environment could be very detrimental to that
province’s tourism industry.
En outre, quand elles sont sur une étendue d’eau désignée, les
embarcations de plaisance munies d’une toilette doivent être munis d’une citerne de retenue ainsi que de raccords de tuyauterie
appropriés permettant de retirer le contenu de la citerne à partir
d’installations de pompage à terre. Le règlement ne vise pas les
eaux usées dites « grises », provenant de récipients autres que des
toilettes, notamment des éviers.
En vertu du Règlement sur la prévention de la pollution par les
eaux usées des navires autres que les embarcations de plaisance,
les dispositions du règlement s’appliquent également aux embarcations autres que les embarcations de plaisance. Conformément à
cet autre règlement, il est interdit aux navires de rejeter des eaux
usées dans les zones indiquées à l’annexe du règlement, mais il
n’est pas nécessaire que les navires qui y sont visés soient dotés
d’une citerne de retenue.
Le règlement s’applique à des étendues d’eau particulières. À
l’heure actuelle, la Colombie-Britannique et le Manitoba ont désigné des étendues d’eau dans l’annexe du règlement. De plus, la
province d’Ontario a appliqué des restrictions provinciales semblables sur les Grands Lacs.
La modification prévoit l’ajout du lac Bras d’Or de la
Nouvelle-Écosse à l’annexe. Toutes les eaux attenantes en deçà
sont visées d’une ligne tirée à partir de la pointe Carey jusqu’à la
pointe Noir dans le Great Bras d’Or, au sud de la pointe Alder
dans le Little Bras d’Or et au nord de l’extrémité du canal de
St. Peters qui donne sur le large.
Il a été démontré que le rejet d’eaux usées dans le milieu aquatique avait de graves répercussions sur la santé humaine et
l’environnement. Le contact avec le grand nombre d’organismes
pathogènes qu’on peut retrouver dans les déchets humains présente d’importants risques pour la santé publique. L’exposition à
ces organismes, que ce soit directement ou par l’ingestion de
fruits de mer contaminés, peut causer de graves maladies. La
contamination de l’eau potable par les eaux usées peut causer la
diarrhée, des vers intestinaux, le trachome, l’hépatite et la schistosomiase.
La décomposition des eaux usées et des substances chimiques
servant au traitement de ces eaux, tel que le chlore et le formaldéhyde, produit aussi d’importants effets sur l’environnement.
L’ajout d’eaux usées peut causer l’eutrophisation ou l’enrichissement des plans d’eau par des nutriments, accélérant ainsi la
croissance des algues et, en bout de ligne, le dépôt d’une grande
quantité d’algues mortes au fond du lac. La décomposition de
matières organiques (eaux usées et algues mortes) nécessite une
plus grande consommation d’oxygène et peut engendrer une hypoxie en eaux profondes, suffoquant ainsi les diverses espèces qui
y vivent et entraînant des changements dans la structure écologique des espèces vivant en eau douce et en milieu marin.
Le nombre grandissant d’embarcations de plaisance dans les
Maritimes ayant accès au lac Bras d’Or, et les déversements
continus et prolongés d’eaux usées dans le lac ont aggravé à long
terme le problème de pollution causé par les eaux usées. Les décharges d’eaux usées provenant des bâtiments sont directement
responsables de la fermeture de zones de cueillette de coquillages
et ont créé des « zones mortes » ou des zones d’hypoxie.
La baisse de la qualité de l’eau sur le plan esthétique est un autre effet négatif de la pollution causée par le rejet des eaux usées.
En Nouvelle-Écosse, la dégradation des zones vierges pourrait
être très dommageable pour l’industrie touristique.
743
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
On the lake, sewage is being released into recreational areas,
causing significant public health risks. Many of the lake’s popular
boating and mooring areas are also common locations for shellfish beds, fish spawning and desirable swimming areas and
beaches. Requests to address this problem have been received
from a broad spectrum of the public, environmental groups, government and non-government agencies.
Sur le lac, des eaux usées sont déversées dans des zones récréatives et posent des risques importants pour la santé publique. Un
bon nombre des zones du lac qui s’avèrent populaires pour la
navigation de plaisance et le mouillage sont également des parcs
de mollusques, des piscicultures, des plages fréquentées ou des
zones où la baignade est permise. Des représentants du public, de
groupes environnementaux, de gouvernements et d’organismes
non gouvernementaux ont fait parvenir des requêtes afin qu’on
remédie à la situation.
Determination of site
The Bras d’Or Lake was first identified at the local level by
provincial, municipal and private stakeholder groups through
application to the Office of Boating Safety (OBS), Transport
Canada (TC), Atlantic Region. This application was reviewed
by the regional OBS to ensure that the area being considered had
met screening criteria outlined in a study entitled A Process to
Designate Areas Under the Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations. This study is also known as the Acres
Report. Once the proposed designation was approved by the regional OBS, TC developed a regulatory amendment to designate
the selected area in the Schedule to the Regulations.
Under the designation process, bodies of water with shellfish
harvesting beds are treated as a priority for designation due to
public health concerns related to the consumption of contaminated seafood. Also, system low flushing action, boat traffic density and the presence of swimming beaches and recreational areas
are also considered as important factors when determining areas
for designation.
Désignation de zone
Le lac Bras d’Or a d’abord été identifié à risques au niveau local par des groupes d’intervenants provinciaux, municipaux et
privés qui ont envoyé une demande au Bureau de la sécurité nautique (BSN), Transports Canada (TC), Région de l’Atlantique.
Cette demande a été examinée par le BSN régional, chargé de
vérifier que la zone considérée répondait aux critères d’admissibilité énoncés dans l’étude intitulée A Process to Designate
Areas Under the Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention
Regulations, également connue sous le nom du rapport Acres.
Une fois que le BSN a donné son approbation à la désignation
proposée, TC a élaboré un projet de modification du règlement en
vue d’ajouter les étendues d’eau en question à l’annexe du Règlement sur la prévention de la pollution par les eaux usées des
embarcations de plaisance.
Dans le cadre de ce système de désignation, les étendues d’eau
de cueillette de coquillages sont désignées en priorité, en raison
des risques pour la santé humaine inhérents à la consommation de
fruits de mer contaminés. De plus, la lenteur de l’écoulement des
eaux, la densité de la circulation plaisancière et l’existence de
plages propices à la baignade et de lieux de loisirs sont également
des facteurs importants qui influencent la désignation.
Alternatives
Alternatives have been reviewed over a period of almost 10
years by local groups and different levels of government. Advertising and information campaigns have been implemented but
have not been effective in reducing the occurrence of swimming
beach and shellfish harvesting bed closures due to sewage contamination.
Since 1991, there have been organized groups concerned about
the health of Bras d’Or Lake, and these groups understand the
necessity of resource management. The following is a list of the
groups concerned about the health of the lake:
• Eskasoni Fish and Wildlife Commission (1991)
• Bras d’Or Lake Preservation Society (1993)
• Bras d’Or Stewardship Society (1997)
• Unama’ki Institute of Natural Resources (1998)
• NS Sustainable Community Initiative Bras d’Or Lake Field
Team (1999)
• Stewards of the River Denys Watershed Association (1999)
• Nova Scotia Oyster Growers Association (2001)
• The Pitu’paq Partnership (2001)
• Bras d’Or Partnership (2002)
There have also been multiple programs developed to help
educate waterway users on how to protect the aquatic environment, such as the Pitu’paq Partnership, Sewage Pollution Prevention Pamphlets; the Clean Boating Program, Environment
Canada (EC); Camp Green Canada; Tourism Industry Association
of Nova Scotia; Bluenose Atlantic Coastal Action Program (ACAP)
and other ACAP programs; and the Atlantic Coastal Zone Information Steering Committee.
Solutions envisagées
Des groupes locaux et différents ordres de gouvernement ont
envisagé diverses solutions depuis près de 10 ans. Des campagnes
de sensibilisation et d’information ont été menées mais n’ont pas
permis de réduire le nombre de fermetures de plages et de zones
de cueillette de coquillages en raison de la contamination par les
eaux usées.
Depuis 1991, des groupes organisés se sont dits préoccupés par
la santé du lac Bras d’Or et ont compris la nécessité d’en gérer les
ressources. Voici une liste des groupes préoccupés par la santé du
lac :
• Eskasoni Fish and Wildlife Commission (1991)
• Bras d’Or Lake Preservation Society (1993)
• Bras d’Or Stewardship Society (1997)
• Unama’ki Institute of Natural Resources (1998)
• NS Sustainable Community Initiative Bras d’Or Lake Field
Team (1999)
• Stewards of the River Denys Watershed Association (1999)
• Nova Scotia Oyster Growers Association (2001)
• The Pitu’paq Partnership (2001)
• Bras d’Or Partnership (2002)
De nombreux programmes ont aussi été mis sur pied pour éduquer les utilisateurs de voies navigables sur les façons de protéger
le milieu aquatique, notamment des dépliants sur la prévention de
la pollution par les eaux usées dans le cadre du partenariat
Pitu’paq, le programme de navigation de plaisance respectueux
de l’environnement élaboré par Environnement Canada (EC),
Camping éco-l’eau Canada, des interventions de la Tourism
Industry Association of Nova Scotia, le Plan d’assainissement
744
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
Unfortunately, instances of shellfish harvesting bed and swimming beach closures are still happening. There are currently 48 shellfish harvesting area closures within the Bras d’Or Lake
area. There have also been several cases of beach closures and
reports of algae blooms.
Consequently, although these non-regulatory education programs and information campaigns will continue to be employed,
they have proven ineffective at changing the behaviour significantly enough to achieve the objective of reducing sewage discharge. Surveys of recreational boaters and marina operators determined that a campaign of persuasion and voluntary compliance
would not encourage sufficient numbers of boaters to install holding tanks.
The Bras d’Or Lake is an internationally renowned sailing destination and is accessible to a wide range of boats that come from
other parts of Canada, the United States and other countries, giving access to a large population base. Transient waterway users
visiting the lake may be unaware of the local education initiatives
and may discharge sewage into the lake. It is also difficult to establish voluntary compliance where transient boaters feel that
they do not have a responsibility for the protection of the lake.
These people will not be held accountable for their actions without proper enforceable restrictions in place.
In addition, reports by the United States Fish and Wildlife Service indicate that their strict no-discharge regulations have resulted in the dramatic improvement of water quality in several
states where this information is being carefully recorded.
du littoral atlantique Bluenose (PALA) et d’autres programmes
du PALA et du Comité de direction sur l’information relative à la
zone côtière de l’Atlantique.
Malheureusement, on continue de fermer des plages et des zones de cueillette de coquillages. À l’heure actuelle, 48 de ces dernières sont fermées dans la région du lac Bras d’Or. Plusieurs
plages ont également été fermées et des proliférations d’algues
ont étés signalées.
Conséquemment, bien que ces programmes de sensibilisation
et d’information demeureront, ils n’ont pas permis de modifier
suffisamment les comportements pour atteindre l’objectif de réduire les rejets d’eaux usées. Des sondages ont également permis
de déterminer qu’une campagne de persuasion ou de conformité
volontaire à la réglementation n’encouragerait pas suffisamment
de plaisanciers à installer des citernes de retenue.
Le lac Bras d’Or est une destination de navigation de renommée internationale, accessible à une vaste gamme de bateaux qui
viennent d’autres régions du Canada, des États-Unis et d’autres
pays, qui donne accès à une base de population importante. Les
touristes qui empruntent les voies navigables et ne sont que de
passage sur le lac ne sont peut-être pas au courant des initiatives
locales de sensibilisation et risquent de rejeter leurs eaux usées
dans le lac. Il est aussi difficile d’appliquer une conformité volontaire lorsque les plaisanciers de passage estiment qu’ils ne sont
pas responsables de la protection du lac. Si l’on n’applique pas
suffisamment de restrictions, ces gens ne seront pas tenus responsables de leurs actes.
En revanche, des rapports du Fish and Wildlife Service des
États-Unis révèlent que l’application stricte de la réglementation
relative aux rejets a entraîné une importante amélioration de la
qualité de l’eau dans plusieurs États où l’on a mis en œuvre des
programmes de collecte systématique d’information à ce sujet.
Sewage Treatment Devices
Systèmes de traitement des eaux usées
The use of marine sewage treatment devices alternate to a holding tank was discussed during consultations. Sewage treatment
devices process boat sewage to varying degrees.
Durant les consultations, des discussions ont porté sur la possibilité d’utiliser des systèmes de traitement des eaux usées autres
que les citernes de retenue. Il existe divers systèmes qui permettent de traiter à divers degrés les eaux usées des embarcations.
Aux États-Unis, on utilise des systèmes de traitement des eaux
usées (dits appareils d’épuration marine de types I et II) qui macèrent et traitent chimiquement les eaux usées avant leur rejet, les
citernes de retenue étant considérées comme des appareils de
type III. Or, comme les appareils d’épuration marine de types I
et II assurent un traitement chimique des eaux usées, souvent à
l’aide de chlore, de formaldéhyde, d’ozone ou d’acide perchlorique, l’effluent qui en résulte est souvent plus néfaste pour
l’environnement que les eaux usées ne l’étaient avant le traitement.
Le lac Bras d’Or compte de nombreux bras qui présentent souvent des obstacles (par exemple, des zones très profondes ou des
obstacles physiques) qui réduisent le débit de déversement dans
l’océan. Les polluants déversés dans ces eaux au cours du traitement des eaux usées au moyen des dispositifs d’assainissement y
resteraient pendant plus de 184 jours avant de se disperser, ce qui
aurait des impacts environnementaux sur le lac Bras d’Or.
L’utilisation de systèmes de traitement et d’évacuation des
eaux usées n’est pas couverte par les changements dans ce processus de modification du règlement. Dans les zones désignées où
il serait dorénavant interdit aux plaisanciers de rejeter leurs eaux
In the United States, sewage treatment devices (called marine
sanitation devices Type I and Type II) macerate and chemically
treat sewage to varying degrees before release. Type III marine
sanitation devices are holding tanks. Because Type I and II marine sanitation devices treat sewage chemically, often with chlorine, formaldehyde, ozone, or perchloric acid, the resulting effluent is often more toxic to the environment than the sewage itself.
Bras d’Or Lake has many arms. Often these water arms have
barriers (i.e. very deep areas or physical barriers) that reduce the
flush rate to reach the ocean. Contaminants discharged into these
waters during the treatment of sewage by marine sanitation devices will take up to 184 days to dissipate, resulting in environmental impacts on Bras d’Or Lake.
The use of sewage treatment devices is not within the scope of
the amendments to the Regulations. In the area designated for nodischarge status, the use of these devices would not affect the
closure of swimming areas and shellfish harvesting areas.
745
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
usées, le recours à des systèmes de traitement et d’évacuation des
eaux usées ne permettrait pas de réduire le nombre d’interdictions
de se baigner et de récolter des coquillages.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
A cost benefit analysis prepared by Gardner and Pinfold Consulting (June 2003) projects that the designation will produce an
overall net benefit (using mid-range values over a 20-year period)
of 1.8 million dollars. The study quantified benefits on avoided
losses in oyster production in one harbour only, which outweighed the costs of refitting boats, implementing the designation
and potential loss of business. Additional qualitative benefits
expected include higher property values, reduced health risks
from recreational contact and consumption of fish and shellfish
and increased value placed on ecosystem and water quality by
individuals and households.
Une analyse coûts-avantages menée par Gardner and Pinfold
Consulting (juin 2003) prévoit que la désignation générera des
avantages nets globaux (selon des valeurs moyennes établies
sur 20 ans) de 1,8 million de dollars. L’étude quantifie les avantages des pertes évitées dans la production d’huîtres dans un havre
seulement, lesquels l’emportent sur les coûts du réaménagement
des bateaux, de la mise en vigueur de la désignation et des pertes
commerciales potentielles. Parmi les autres avantages qualitatifs
prévus, on compte une hausse de la valeur des propriétés, une
baisse des risques pour la santé découlant du contact et de la
consommation de poissons et de crustacés et la perception d’un
accroissement de la qualité de l’écosystème et de l’eau par les
individus et les familles.
Very large numbers of different disease-producing organisms
can be found in the fecal discharges of ill and healthy persons.
Public health risks arise from contact with disease-causing bacteria, viruses or yeast and from infections by internal parasites such
as worms and their eggs. Exposure to these and other organisms
can cause dysentery, infectious hepatitis, salmonella, various
types of diarrhea and many other illnesses.
Les excréments des êtres humains, que ceux-ci soient malades
ou en bonne santé, contiennent un très grand nombre d’organismes pathogènes différents. Le contact avec des bactéries ou des
champignons pathogènes ou des virus, et l’infection par des parasites internes, tels que des vers et leurs œufs, présentent des risques accrus pour la santé publique. L’exposition à ces organismes
peut causer la dysenterie, l’hépatite infectieuse, la salmonelle,
divers types de diarrhées et beaucoup d’autres maladies.
As previously mentioned, the indiscriminate release of sewage
has also been linked to illness caused by the consumption of contaminated shellfish and other seafood. Sewage discharge contaminates bivalve shellfish, which leads to the closure of productive commercial, recreational and aboriginal shellfish fisheries.
Comme il a été mentionné précédemment, on a établi un lien
entre les rejets sans discernement d’eaux usées et des maladies
qui résultent de la consommation de mollusques et d’autres fruits
de mer contaminés. Ces rejets contaminent les mollusques bivalves, ce qui oblige à interdire leur récolte à des fins commerciales,
récréatives ou dans des pêcheries aborigènes.
The aquaculture industry will benefit from the designation, as
the reduction of sewage discharge in these sensitive areas will
lead to a reduction of harvesting closures and will add an additional level of product quality assurance knowing that the water
on the area will be properly managed to the highest possible standard.
L’industrie aquicole bénéficiera de la désignation car la réduction des rejets d’eaux usées fera diminuer le nombre d’interdictions de récolter et apportera une assurance accrue de la qualité
des produits, grâce à la certitude que l’eau de cette région sera
gérée adéquatement, conformément aux plus hautes normes possibles.
The ecological impact of sewage discharge occurs, in part,
through the effect it has on the amount of dissolved oxygen in the
surrounding water and the resulting stress this causes on aquatic
animals. Sewage and chemicals used to treat sewage, on decomposition, will rob oxygen from the surrounding water, a process
known as biological oxygen demand. The greater the amount of
sewage or chemicals added to a marine area, the greater the
amount of oxygen extracted from the surrounding water. Furthermore, the nutrient component of sewage can cause algae
bloom. Both the growth and decomposition of algae will also
cause an increase in biological oxygen demand. A decreased
amount of oxygen will cause eutrophication, or changes to the
ecological structure of a marine or fresh water community. This is
manifested in the smothering of organisms at the bottom of the
food chain. Once all of the oxygen is consumed, the water becomes unfit for most forms of life.
L’impact environnemental des eaux usées est attribuable, en
partie, à leur effet sur la teneur en oxygène dissout des eaux réceptrices et au stress qui en résulte pour les animaux aquatiques.
En se décomposant, les eaux usées et les substances chimiques
utilisées pour leur traitement captent l’oxygène des eaux dans
lesquelles elles sont déversées, par un processus appelé demande
biochimique en oxygène. Plus la quantité d’eaux usées ou de
substances chimiques entrant dans le milieu aquatique est élevée,
plus la quantité d’oxygène retirée de ce milieu est grande. De
plus, les éléments nutritifs contenus dans les eaux usées peuvent
entraîner la prolifération d’algues, dont la croissance et la décomposition ultérieures accroîtront également la demande biochimique en oxygène. Cette diminution de la teneur en oxygène entraînera à son tour une eutrophisation ou une modification de la
structure écologique des communautés vivantes des eaux douces
et des milieux marins. Cela se manifestera par l’étouffement
d’organismes situés au bas de la chaîne alimentaire. Une fois
qu’elle a perdue tout son oxygène, l’eau est impropre à la plupart
des formes de vie.
The tourism and the aquaculture industries are the main areas
of the economy most severely affected by the discharge of sewage. They will benefit the most from the designation of this area
Le tourisme et l’aquaculture sont les secteurs économiques les
plus durement touchés par les rejets d’eaux usées. De ce fait, ce
sont ces secteurs qui bénéficieront le plus de l’ajout de la zone à
746
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
under the Regulations. Designating these sites will improve recreation areas in the vicinity, decrease health hazards, make drinking water safer, enhance fish and wildlife habitat and increase
property values.
Tourism is a strong and vital part of the Nova Scotia economy,
and a pristine environment is a key attraction. A positive public
perception of the health of Bras d’Or Lake is an important consideration.
Taking a leadership role for the conservation and protection of
natural resources and ensuring that resources are used in a sustainable way represents environmental stewardship and supports
ethical decision-making regarding other sustainable development
projects.
l’annexe du règlement, ce qui aura pour effets d’améliorer la qualité des lieux de loisirs des environs et celle de l’eau potable et de
l’habitat du poisson et des autres animaux, de réduire les dangers
pour la santé et de hausser la valeur des propriétés riveraines.
Le tourisme est un élément primordial de l’économie de la
Nouvelle-Écosse, dont la nature dans toute sa pureté constitue un
attrait majeur. Le fait que le public ait une perception positive de
la santé du lac Bras d’Or est un facteur important.
Le fait d’assumer un rôle de chef pour conserver et protéger les
ressources naturelles et pour s’assurer qu’elles sont utilisées
de façon à assurer leur viabilité reflète une saine gestion de
l’environnement et un processus décisionnel éthique à l’égard
d’autres projets de développement durable.
Costs
Coûts
Over 800 recreation vessels use Bras d’Or Lake during the
season; of these, 60 percent are believed to be local vessels
and 40 percent are believed to be transient. Of the transient traffic, boats from Ontario and the United States will already be fitted
with holding tanks to comply with their local laws.
Plus de 800 embarcations de plaisance naviguent sur le lac Bras
d’Or au cours d’une saison. De ceux-ci, on estime que 60 p. 100
sont de la région et que 40 p. 100 sont de passage. De ce dernier
groupe, les bateaux de l’Ontario et des États-Unis seront déjà
munis d’une citerne de retenue afin de se conformer à leurs lois
locales.
Il est par ailleurs probable que les plus récents bâtiments soient
munis d’une citerne de retenue. Les bâtiments de 18 à 26 pi de
longueur sont souvent modifiés pour recevoir des toilettes portatives ou à compostage, option qui coûte moins cher que le réaménagement de l’ensemble du bâtiment. Les embarcations de plaisance de plus de 26 pi de longueur seront les plus touchées par la
désignation.
Au moins 5 p. 100 des 450 bateaux locaux munis de toilettes
fixes sont équipés de réservoirs de retenue. D’autre part, un sondage dans des ports de plaisance dans les Maritimes a révélé
que 66 p. 100 des bateaux locaux avaient des toilettes à bord. La
même étude indique que 84 p. 100 des bâtiments de passage sont
munis d’une citerne de retenue.
Le coût moyen de réaménagement varie de 100 $ pour des unités portatives à 600 $ pour un réservoir souple et à 1 500 $ pour
des systèmes de citernes de retenue. Les coûts de réaménagement
rattachés aux désignations seront assumés par les propriétaires de
bâtiment.
Des groupes communautaires et des propriétaires de petites entreprises sont prêts, si nécessaire, à commanditer des installations
de pompage supplémentaires (102 000 $), à défrayer les coûts de
coordination pour l’installation et la réfection (40 000 $) de ces
installations ainsi que les coûts de coordination et de réalisation
de brochures, de mises à jour du site Web, de panneaux d’affichage et de distribution de ce matériel (45 000 $).
Cinq entreprises privées fournissent à l’heure actuelle des services de pompage répartis dans toute la zone du lac Bras d’Or.
Pour les plaisanciers qui veulent pomper leurs eaux usées à des
installations à terre, les coûts varieront de la gratuité à 15 $ par
pompage. Des intérêts privés proposent la mise sur pied de services de ramassage des eaux usées, entre autre par barge, option qui
s’avérerait sans doute plus coûteuse. Les communautés ayant un
système municipal d’égouts pourront absorber de façon plus rentable et ponctuelle le volume supplémentaire d’une installation de
pompage.
Also, newer vessels are more likely to be fitted with a holding
tank. Vessels that are 18 to 26 ft. in length are now frequently
being fitted with “porta-potties” and compost toilets at a substantially lower cost than to refit a vessel. Pleasure craft over 26 ft. in
length will be the group most affected by the designation.
Of the 450 local boats having fixed heads, at least 5 percent do
have holding tanks and a survey done of Maritimes marinas found
that 66 percent of local boats have toilet facilities on board. The
same study reported that 84 percent of visiting vessels have a
holding tank.
Average refit costs range from $100 for portable units, $600 for
a bladder tank and $1,500 for holding tank systems. The refit
costs associated with the designation will be borne by vessel
owners.
Community groups and small business owners are willing to
sponsor additional pump-out stations ($102,000) if necessary,
coordination costs for facilitation of new pump-out stations and
upgrades ($40,000) and coordination and development costs of
brochures, Web site upgrades, signage and distribution ($45,000).
Five private companies are currently providing pump-out services; those services are available at locations throughout Bras
d’Or Lake. For those boaters choosing to pump out at a shore side
facility, the cost will vary from being no charge to $15 per service. Barge and sewage “pick-up” services proposed by some
private interests will presumably cost more. Communities with a
municipal sewage system can more readily and cost effectively
absorb the added volume from a pump-out facility.
Consultation
Consultations
The public in Nova Scotia has been consulted at many different
levels and through various mechanisms. Public education involved on-water communications, target and focus groups, media,
Le public de la Nouvelle-Écosse a été consulté à plusieurs niveaux différents, par divers mécanismes. Pour sensibiliser le public, on a eu recours à divers moyens, tel que les communications
747
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
newspapers and publications, Web sites, phone calls and mail
distribution of information packages. Dissemination included, but
was not limited to, community groups and societies, environmental groups, scientists, concerned citizens, boating organizations, First Nations, political representatives, media, fishing
groups, and business organizations. Public presentations were
done at 14 locations around the lake and at the Halifax International Boat Show. Signage (over 35 locations) was strategically
placed around Bras d’Or Lake for the summer and brochures
(over 3,000) were distributed at major events and locations that
were frequented by waterway users.
Within the past 10 years there have been numerous improvements on many fronts to lessen the harmful impacts on Bras d’Or
Lake, including upgrades to centralized treatment systems
(over $10,000,000 in improvements) and private on-site systems
($1,904,000 in improvements), and the discontinued use of pesticides by the forest industry and fish dragging in the lake. In 2001,
the five First Nations and five municipalities of the Bras d’Or
came together in agreement and in partnership to address on-site
sewage and sewage treatment issues in Bras d’Or Lake through
the Pitu’paq Partnership. This partnership is currently engaged in
establishing meaningful baseline data, identifying key areas for
wastewater management districts and obtaining funding and
community support for them, creating new by-laws for homeowners, working with all Bras d’Or communities to establish a
comprehensive approach to sewage issues and addressing centralized treatment plant facilities deficiencies. In addition, the
Pitu’paq Partnership Web site hosted all information regarding
the designation and also allowed and encouraged people to provide their comments on the designation.
At the local level, applications were reviewed with affected and
interested parties and were supported by local government bodies.
At 12 of 14 meetings, the overall reception of the designation was
positive and supportive. In total, more than 230 people attended
the 14 meetings, 168 pieces of correspondence were received
from individuals and community organizations and 298 people
signed the comment sheet at the Halifax International Boat Show.
Through all communication mediums, the result was overwhelming positive support for the designation.
The Regulations Amending the Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations were pre-published in the Canada
Gazette, Part I, on November 5, 2005. As a result of this publication, five letters expressing support for the designation of the Bras
d’Or Lake in Nova Scotia were received. Three letters were received from Municipalities in Nova Scotia, one from Chief
Terrance J. Paul (Membertou) and one from the House of Assembly for Nova Scotia. No objections to the designation have been
received.
sur l’eau, la coordination de groupes cibles et de groupes de
consultation, les médias, les journaux et les publications, les sites
Web, les appels téléphoniques et la distribution de trousses
d’information par la poste. Les communications ont été diffusées
aux groupes suivants, sans leur être limitées : sociétés et groupes
communautaires, groupes environnementaux, scientifiques, citoyens concernés, organisations de navigation de plaisance, Premières Nations, représentants politiques, médias, groupes de pêcheurs et organisations d’affaires. Des exposés publics ont été
présentés à 14 endroits autour du lac et au salon nautique international de Halifax. Des panneaux d’affichage ont été installés stratégiquement (à plus de 35 endroits) pour tout l’été autour du lac
Bras d’Or et plus de 3 000 brochures ont été distribuées lors de
grands événements et à des endroits fréquentés par des utilisateurs
des voies navigables.
Au cours des 10 dernières années, beaucoup d’améliorations
diverses ont été apportées pour freiner les répercussions néfastes
sur le lac Bras d’Or, notamment la modernisation de systèmes de
traitement centralisés (améliorations de plus de 10 000 000 $) et
de systèmes privés sur place (améliorations de 1 904 000 $), ainsi
que l’arrêt de l’utilisation de pesticides par l’industrie forestière et
aux fins du dragage pour la pêche du poisson dans le lac.
En 2001, les cinq Premières nations et cinq municipalités du Bras
d’Or ont convenu de remédier aux problèmes des eaux usées sur
les lieux du lac Bras d’Or et de leur traitement par la création du
partenariat Pitu’paq. Ce partenariat est actuellement en train
d’établir des données de référence, afin de relever les endroits
clés pour l’établissement de districts de gestion des eaux usées,
d’obtenir du financement et un appui de la communauté, d’instituer de nouveaux règlements pour les propriétaires de résidences, et de collaborer avec toutes les collectivités du Bras d’Or
pour trouver une solution exhaustive aux problèmes générés par
les eaux usées et les déficiences des usines centralisées d’épuration des eaux. En plus, le site Web du partenariat Pitu’paq fournissait toute l’information concernant la désignation et invitait la
population à formuler ses commentaires sur la question.
À l’échelle locale, les demandes ont été revues avec les parties
impliquées et intéressées, et approuvées par des organismes gouvernementaux locaux. À 12 des 14 rencontres, la désignation a été
accueillie favorablement. Au total, plus de 230 personnes ont
pris part aux 14 rencontres, 168 messages écrits ont été reçus
d’individus et d’organismes communautaires et 298 personnes ont
signé la feuille de commentaires lors du salon nautique international de Halifax. Par l’entremise de tous les moyens de communication, l’appui en matière de la désignation s’est avéré extrêmement positif.
Le Règlement modifiant le Règlement sur la prévention de la
pollution par les eaux usées des embarcations de plaisance ont
été publiés au préalable dans la Gazette du Canada Partie I
le 5 novembre 2005. À la suite de cette publication, cinq lettres
exprimant leur soutien pour la désignation du lac Bras d’Or, en
Nouvelle-Écosse ont été reçues. Parmi ces lettres, trois avaient été
envoyées par les municipalités en Nouvelle-Écosse, une par le
chef Terrance J. Paul (Membertou) et une par la Chambre
d’assemblée de la Nouvelle-Écosse. Aucune objection à la désignation n’a été mentionnée.
Strategic Environment Assessment
Considérations environnementales
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of TC’s Strategic Environment Assessment Policy Statement of March 2001. The preliminary scan has led to the conclusion that a detailed analysis is not
Une exploration préliminaire des impacts environnementaux
a été entreprise conformément aux critères de l’énoncé de politique sur l’évaluation environnementale stratégique de TC de
mars 2001. L’exploration a révélé qu’il n’était pas nécessaire de
748
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-133
necessary. Further assessments or studies regarding environmental effects of this initiative are not likely to yield a different
determination.
procéder à une analyse approfondie. Il est peu probable que
d’autres évaluations ou études des effets environnementaux de
cette initiative donneraient lieu à des décisions différentes.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The objective of the Regulations is to eliminate the discharge
of sewage from vessels in designated areas.
EC supports the designation of the Bras d’Or Lake in Nova
Scotia and will work with TC, as required, to obtain conformity
with the Regulations in that area. Enforcement activities related to
the designation are not expected to require new assets or additional resources for either department.
The enforcement and compliance strategy involves a phased-in
approach over four years. The process will begin with educational
programs to encourage voluntary compliance with environmental
regulations and progress into a full enforcement program.
Le règlement a pour but de prévenir le rejet d’eaux usées à partir d’embarcations de plaisance sur les étendues d’eau désignées.
EC appuie la désignation du lac Bras d’Or de la NouvelleÉcosse et travaillera avec TC, au besoin, pour y obtenir la
conformité au règlement. Les activités de conformité reliées à la
désignation ne sont pas prévues pour demander d’autres biens ou
des ressources additionnelles pour un ou l’autre des ministères.
La stratégie d’application et de conformité prévoit une mise en
vigueur progressive sur quatre ans. Le processus débutera par des
programmes de sensibilisation pour encourager la conformité
volontaire à la réglementation sur l’environnement et progressera
vers une application complète du programme.
L’information concernant les étendues d’eau dont on propose
l’ajout à l’annexe du règlement sera diffusée au grand public par
divers moyens : communiqués de presse, entrevues avec des médias, signalisation dans les zones en question, identification sur
les cartes nautiques et marines et indications dans les directives
nautiques.
Des agents de l’autorité seront désignés par le ministre de
l’Environnement aux termes de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999); des agents et inspecteurs régionaux de TC seront désignés par le ministre des Transports à titre
de fonctionnaires chargés de la prévention de la pollution aux
termes de l’alinéa 661(1)a) de la LMMC aux fins de l’application
du règlement et du Règlement sur la prévention de la pollution
par les eaux usées des navires autres que les embarcations de
plaisance. En cas d’infraction au règlement, la LMMC prévoit
des peines à être imposées par les tribunaux, soit des amendes
pouvant s’élever à un million de dollars, soit des peines
d’emprisonnement maximales de trois ans. On ne prévoit pas
d’augmentation de coûts liée à la mise en œuvre du règlement.
Public notification and awareness of newly designated sites
will be established through press releases, media interviews, signage at site locations, and identification on hydrographic charts
and sailing directions.
Persons are designated as enforcement officers by the Minister
of the Environment under the Canadian Environmental Protection Act, 1999, and Regional TC Officers and Inspectors are designated by the Minister of Transport as pollution prevention officers under paragraph 661(1)(a) of the CSA for the purpose of
enforcement of these Regulations and the Non-Pleasure Craft
Sewage Pollution Prevention Regulations. In the event of a contravention of the Regulations, the CSA provides for courtimposed penalties, which include fines of up to $1,000,000 and
imprisonment for a term not exceeding three years. No increase in
the cost of enforcement is anticipated.
Contact
Tom Morris, AMSEE
Manager
Environment Protection
Marine Safety
Transport Canada
Place de Ville, Tower C
330 Sparks Street, 11th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: (613) 991-3170
FAX: (613) 993-8196
E-mail: morrist@tc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Personne-ressource
Tom Morris, AMSEE
Gestionnaire
Protection de l’environnement
Sécurité maritime
Transports Canada
Place de Ville, Tour C
330, rue Sparks, 11e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : (613) 991-3170
TÉLÉCOPIEUR : (613) 993-8196
Courriel : morris@tc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
749
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
Registration
SOR/2006-134 June 8, 2006
Enregistrement
DORS/2006-134 Le 8 juin 2006
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
SUPERANNUATION ACT
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA PENSION DE RETRAITE DE LA
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Regulations Amending the Royal Canadian
Mounted Police Superannuation Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la pension
de retraite de la Gendarmerie royale du Canada
T.B. 832788
C.T. 832788
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
The Treasury Board, on the recommendation of the Minister of
Public Safety and Emergency Preparedness, pursuant to section 26a and subsection 26.1(1)b of the Royal Canadian Mounted
Police Superannuation Act and paragraph 7(2)(d) of the Financial
Administration Act, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Royal Canadian Mounted Police Superannuation
Regulations.
Sur recommandation du ministre de la Sécurité publique et de
la Protection civile et en vertu de l’article 26a et du paragraphe 26.1(1)b de la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada et de l’alinéa 7(2)d) de la Loi sur la gestion
des finances publiques, le Conseil du Trésor prend le Règlement
modifiant le Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE ROYAL CANADIAN
MOUNTED POLICE SUPERANNUATION
REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA PENSION DE RETRAITE DE LA
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The Royal Canadian Mounted Police Superannuation
Regulations1 are amended by adding the following after section 2:
2.1 In these Regulations and in those provisions of the Act that
are adapted by these Regulations,
“full-time employee” means a person who is employed “fulltime” within the meaning of subsection 3(2) of the Public Service Superannuation Regulations; (employé à plein temps)
“full-time member” means a member of the Force who is engaged
to work the normal number of hours of work per week for
members of the Force; (membre à plein temps)
“part-time employee” has the same meaning as in subsection 3(2)
of the Public Service Superannuation Regulations; (employé à
temps partiel)
“part-time member” means a member of the Force who is engaged to work on average not fewer than the number of hours
of work per week set by subsection 5.2(1), but who is not a
full-time member. (membre à temps partiel)
2. The Regulations are amended by adding the following after section 5.1:
1. Le Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie
royale du Canada1 est modifié par adjonction, après l’article 2,
de ce qui suit :
2.1 Les définitions ci-après s’appliquent au présent règlement
et aux dispositions de la Loi qui sont adaptées par celui-ci.
« employé à plein temps » S’entend d’une personne employée à
plein temps au sens du paragraphe 3(2) du Règlement sur la
pension de la fonction publique. (full-time employee)
« employé à temps partiel » S’entend au sens du paragraphe 3(2)
du Règlement sur la pension de la fonction publique. (part-time
employee)
« membre à plein temps » Le membre de la Gendarmerie qui est
engagé pour effectuer le nombre normal d’heures de travail par
semaine des membres de la Gendarmerie. (full-time member)
« membre à temps partiel » Le membre de la Gendarmerie qui est
engagé pour effectuer en moyenne un nombre d’heures de travail par semaine non inférieur à celui fixé au paragraphe 5.2(1),
mais qui n’est pas membre à plein temps. (part-time member)
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 5.1, de ce qui suit :
PART-TIME MEMBERS
MEMBRES À TEMPS PARTIEL
Number of Hours per Week
Nombre d’heures par semaine
5.2 (1) For the purposes of subsection 5(10) of the Act, the
number of hours per week is 12.
(2) For the purposes of clauses 6(b)(ii)(M) and (N) of the Act,
the number of hours per week is that set out in the definition
“part-time employee” in subsection 3(2) of the Public Service
Superannuation Regulations.
5.2 (1) Pour l’application du paragraphe 5(10) de la Loi, le
nombre d’heures par semaine est de douze.
(2) Pour l’application des divisions 6b)(ii)(M) et (N) de la Loi,
le nombre d’heures par semaine est celui qui est prévu à la définition de « employé à temps partiel » au paragraphe 3(2) du Règlement sur la pension de la fonction publique.
———
———
a
a
b
1
S.C. 1999, c. 34, s. 193
S.C. 2003, c. 26, s. 62
C.R.C., c. 1393
750
b
1
L.C. 1999, ch. 34, art. 193
L.C. 2003, ch. 26, art. 62
C.R.C., ch. 1393
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
Weekly Average of the Hours of Work
Moyenne hebdomadaire d’heures de travail
5.3 For the purposes of the definition “part-time member” in
section 2.1, and of sections 5.4, 5.8, 5.92 and 17.3, the weekly
average of the hours of work for which a part-time member is
engaged is
(a) if the member is engaged to work the same number of hours
each week, the total of those hours; or
(b) if the member is not engaged to work the same number of
hours each week, and
(i) if the member works according to a regular work cycle,
the total number of the assigned hours of work during the
work cycle divided by the number of weeks in the cycle, or
(ii) if the member does not work according to a regular work
cycle, the total number of assigned hours of work during
a 13 week period divided by 13.
5.3 Pour l’application de la définition de « membre à temps
partiel » à l’article 2.1 et des articles 5.4, 5.8, 5.92 et 17.3, la
moyenne hebdomadaire des heures de travail pour lesquelles le
membre à temps partiel est engagé est la suivante :
a) dans le cas où il est engagé pour travailler un nombre
d’heures fixe par semaine, le total de ces heures;
b) dans le cas où il est engagé pour travailler un nombre
d’heures qui varie d’une semaine à l’autre :
(i) s’il travaille selon un cycle régulier, le nombre total
d’heures de travail prédéterminées durant ce cycle, divisé par
le nombre de semaines comprises dans le cycle,
(ii) s’il ne travaille pas selon un cycle régulier, le nombre total d’heures de travail prédéterminées au cours d’une période
de treize semaines, divisé par treize.
Pay of a Part-time Member
5.4 For the purposes of these Regulations and Part I of the Act,
the pay of a part-time member is the pay authorized to be paid to
the member in respect of the weekly average of the hours of work
for which the member is engaged.
Solde du membre à temps partiel
5.4 Pour l’application du présent règlement et de la partie I de
la Loi, la solde du membre à temps partiel correspond à celle
qu’on est autorisé à lui payer à l’égard de la moyenne hebdomadaire des heures de travail pour lesquelles il est engagé.
Right to Elect for Part of a Period of Service
5.5 In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee, subsection 8(3) of the Act is adapted
as follows:
(3) A contributor who has been a part-time member or a parttime employee and who is entitled to count a period of service as
pensionable service under paragraph 6(b) or section 24, except
the contributor who makes the election referred to in subsection 24(5), is entitled to elect to pay
(a) for any part of that period during which the contributor was
a part-time member or part-time employee; and
(b) for any part of that period during which the contributor was
a full-time member or full-time employee, starting with the
most recent part.
Droit de choisir de payer à l’égard d’une fraction d’une période
de service
5.5 À l’égard du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel, le paragraphe 8(3) de la Loi est adapté de la façon suivante :
(3) Le contributeur qui a été membre à temps partiel ou employé à temps partiel et qui a le droit, aux termes de l’alinéa 6b)
ou de l’article 24, de compter une période de service comme service ouvrant droit à pension peut choisir, sauf s’il effectue le
choix visé au paragraphe 24(5), de payer :
a) pour toute fraction de celle-ci durant laquelle il était membre
à temps partiel ou employé à temps partiel;
b) pour toute fraction de celle-ci durant laquelle il était membre
à plein temps ou employé à plein temps, en commençant par la
plus récente.
Costing of Elective Service
Sommes à payer — service accompagné d’option
Service in the Canadian Forces, the Force and
the Public Service
5.6 (1) In respect of a contributor who makes an election under
clause 6(b)(ii)(C), (D), (E) or (G) of the Act, if the contributor
was a part-time member on the most recent occasion on which the
contributor became a contributor, the portion of paragraph 7(1)(e)
of the Act before subparagraph (i) is adapted as follows:
(e) in respect of any period specified in clause 6(b)(ii)(C), (D),
(E) or (G), if the contributor was a part-time member on the
most recent occasion on which the contributor became a contributor, the amount that the contributor would have been required to contribute had the contributor, during that period,
been required to contribute
(2) In respect of the same contributor, the portion of paragraph 7(1)(e) of the Act after subparagraph (v) is adapted as follows:
in respect of pay equal to the pay that would have been authorized to be paid to the contributor if the contributor had been a
full-time member on that occasion, or the pay determined in
accordance with section 5.92 of the Royal Canadian Mounted
Police Superannuation Regulations if the contributor was then
engaged to work concurrently in more than one position, in
each case together with interest;
Service dans les Forces canadiennes, la Gendarmerie et
la fonction publique
5.6 (1) À l’égard du contributeur qui effectue un choix en vertu
des divisions 6b)(ii)(C), (D), (E) ou (G) de la Loi et qui était
membre à temps partiel la dernière fois qu’il est devenu contributeur, le passage de l’alinéa 7(1)e) de la Loi précédant le sousalinéa (i) est adapté de la façon suivante :
e) relativement à toute période prévue aux divisions 6b)(ii)(C),
(D), (E) ou (G), s’il était membre à temps partiel la dernière
fois qu’il est devenu contributeur, la somme qu’il aurait été tenu de payer si, durant cette période, il avait été tenu de payer :
(2) À l’égard du même contributeur, le passage de l’alinéa 7(1)e) de la Loi suivant le sous-alinéa (v) est adapté de la
façon suivante :
en ce qui concerne soit la solde qu’on aurait été autorisé à lui
payer s’il avait alors été membre à plein temps, soit, s’il occupait
alors plus d’un poste à la fois, la solde établie selon l’article 5.92
du Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie
royale du Canada, accrue des intérêts dans chaque cas;
751
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
5.7 The amount to be paid under subsection 7(1) of the Act, by
the contributor who makes an election under clause 6(b)(ii)(N) of
the Act, shall be calculated at the rates referred to in subparagraphs 7(1)(e)(i) to (v) of the Act in respect of pay determined by
the formula
5.7 La somme qu’est tenu de payer, aux termes du paragraphe 7(1) de la Loi, le contributeur qui effectue un choix en vertu
de la division 6b)(ii)(N) de la Loi est calculée aux taux visés aux
sous-alinéas 7(1)e)(i) à (v) de la Loi sur la solde établie selon la
formule suivante :
A×B
A×B
where
A is
(a) if the contributor was a full-time member on the most
recent occasion on which the contributor became a contributor, the pay authorized to be paid to the contributor on that
occasion, or
(b) if the contributor was then a part-time member, the pay
that would have been authorized to be paid to the contributor if the contributor had been a full-time member on that
occasion, or, if the contributor was then engaged to work
concurrently in more than one position, the pay determined
in accordance with section 5.92; and
B is the aggregate of the amounts determined for each position
in which the contributor was engaged as a part-time employee
during the period of service or part of the period of service by
the formula
où :
A représente :
a) dans le cas où il était membre à plein temps la dernière
fois qu’il est devenu contributeur, la solde qu’on était alors
autorisé à lui payer,
b) dans le cas où il était alors membre à temps partiel, soit la
solde qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il avait alors été
membre à plein temps, soit, s’il occupait alors plus d’un
poste à la fois, la solde établie selon l’article 5.92;
B le total des sommes calculées selon la formule ci-après pour
chacun des postes qu’il a occupés à titre d’employé à temps
partiel pendant la période de service, ou une fraction de celleci :
C/D
where
C is the average number of hours per week, determined in
accordance with section 6.2 of the Public Service Superannuation Regulations, for which the contributor was engaged to work, and
D is the number of hours of work per week for full-time employees.
C/D
où :
C représente la moyenne du nombre d’heures hebdomadaires, établie conformément à l’article 6.2 du Règlement sur
la pension de la fonction publique, pour lequel il était engagé,
D le nombre d’heures de travail par semaine des employés à
plein temps.
Election for Period of Leave Without Pay
Choix relatif à une période de congé non payé
5.8 Despite section 10.8, the amount to be paid under subsection 7(1) of the Act, by a contributor who makes an election under
clause 6(b)(ii)(K) of the Act, and who was a part-time member
during the period of service or part of the period of service or on
the day of the election, shall be the amount that the contributor
would have been required to pay under paragraph 10(1)(b), calculated in respect of pay determined by the formula
5.8 Malgré l’article 10.8, la somme qu’est tenu de payer, aux
termes du paragraphe 7(1) de la Loi, le contributeur qui effectue
un choix en vertu de la division 6b)(ii)(K) de la Loi et qui était
membre à temps partiel soit durant la période de service ou une
fraction de celle-ci, soit le jour où il a effectué le choix correspond à celle qu’il aurait été tenu de verser aux termes de l’alinéa 10(1)b) et est calculée sur la solde établie selon la formule
suivante :
A×B
where
A is
(a) if the contributor was a full-time member on the day of
the election, the pay authorized to be paid to the contributor
at that time, or
(b) if the contributor was then a part-time member, the pay
that would have been authorized to be paid to the contributor if the contributor had been a full-time member at that
time, or, if the contributor was then engaged to work concurrently in more than one position, the pay determined in
accordance with section 5.92; and
B is the aggregate of the amounts determined for each position
in which the contributor was engaged during the period of
service or part of the period of service by the formula
752
A×B
où :
A représente :
a) dans le cas où il était membre à plein temps le jour où il a
effectué le choix, la solde qu’on était alors autorisé à lui
payer,
b) dans le cas où il était alors membre à temps partiel, soit la
solde qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il avait alors été
membre à plein temps, soit, s’il occupait alors plus d’un
poste à la fois, la solde établie selon l’article 5.92;
B le total des sommes calculées selon la formule ci-après pour
chacun des postes qu’il a occupés pendant la période de service, ou la fraction de celle-ci :
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
C/D
where
C is the weekly average of the hours of work for which the
contributor was engaged, and
D is the normal number of hours of work per week for fulltime members.
C/D
où :
C représente la moyenne hebdomadaire des heures de travail
pour lesquelles il était engagé,
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des
membres à plein temps.
Election After the Time Prescribed
5.9 In respect of a contributor who makes an election under
clause 6(b)(ii)(J) of the Act, and who was a part-time member
during the period of service or part of the period of service or on
the day of the election, paragraph 7(1)(h) of the Act is adapted as
follows:
(h) in respect of any period referred to in clause 6(b)(ii)(J), if
the contributor was a part-time member during the period of
service or part of the period of service or on the day of the election and despite anything in this subsection, the amount that the
contributor would have been required to pay, together with interest, if the contributor had elected within the time prescribed,
calculated in respect of pay determined by the formula
A×B
where
A is
(i) if the contributor was a full-time member on the day
of the election, the pay authorized to be paid to the contributor at that time, or
(ii) if the contributor was then a part-time member, the
pay that would have been authorized to be paid to the
contributor if the contributor had been a full-time member at that time, or, if the contributor was then engaged to
work concurrently in more than one position, the pay determined in accordance with section 5.92 of the Royal
Canadian Mounted Police Superannuation Regulations,
and
B is the aggregate of the amounts determined for each position in which the contributor was engaged during the period
of service or part of the period of service by the formula
C/D
where
C is the weekly average of the hours of work, determined
in accordance with section 5.3 of those Regulations, for
which the contributor was engaged, and
D is the normal number of hours of work per week for
full-time members; and
Choix après le délai imparti
5.9 À l’égard du contributeur qui effectue un choix en vertu de
la division 6b)(ii)(J) de la Loi et qui était membre à temps partiel
soit durant la période de service ou une fraction de celle-ci, soit le
jour où il a effectué le choix, l’alinéa 7(1)h) de la Loi est adapté
de la façon suivante :
h) relativement à toute période visée à la division 6b)(ii)(J), s’il
était membre à temps partiel soit durant la période de service
ou une fraction de celle-ci, soit le jour où il a effectué le choix,
et malgré toute autre disposition du présent paragraphe, la
somme qu’il aurait été tenu de payer s’il avait fait le choix dans
le délai imparti, accrue des intérêts, calculée sur la solde établie
selon la formule suivante :
A×B
où :
A représente :
(i) dans le cas où il était membre à plein temps le jour où
il a effectué le choix, la solde qu’on était alors autorisé à
lui payer,
(ii) dans le cas où il était alors membre à temps partiel,
soit la solde qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il avait
alors été membre à plein temps, soit, s’il occupait alors
plus d’un poste à la fois, la solde établie selon l’article 5.92 du Règlement sur la pension de retraite de la
Gendarmerie royale du Canada,
B le total des sommes calculées selon la formule ci-après pour
chacun des postes qu’il a occupés pendant la période de
service, ou la fraction de celle-ci :
C/D
où :
C représente la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie conformément à l’article 5.3 du même règlement, pour lesquelles il était engagé,
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des
membres à plein temps;
Transitional Provision for Part-time Public Service
5.91 The amount to be paid under subsection 7(1) of the Act by
the contributor who makes an election under clause 6(b)(ii)(M) of
the Act, as enacted by subsection 172(4) of the Public Sector
Pension Investment Board Act, being chapter 34 of the Statutes of
Canada, 1999, shall be calculated at the rates referred to in subparagraphs 7(1)(e)(i) to (v) of the Act in respect of pay determined by the formula
A×B
where
A is
(a) if the contributor was a full-time member on the day before the day on which that clause comes into force, the pay
authorized to be paid to the contributor at that time, or
Service dans la fonction publique — disposition transitoire
5.91 La somme qu’est tenu de payer, aux termes du paragraphe 7(1) de la Loi, le contributeur qui effectue un choix en vertu
de la division 6b)(ii)(M) de la Loi, édictée par le paragraphe 172(4) de la Loi sur l’Office d’investissement des régimes de
pensions du secteur public, chapitre 34 des Lois du Canada (1999),
est calculée aux taux visés aux sous-alinéas 7(1)e)(i) à (v) de la
Loi sur la solde établie selon la formule suivante :
A×B
où :
A représente :
a) dans le cas où il était membre à plein temps la veille de
l’entrée en vigueur de cette division, la solde qu’on était
alors autorisé à lui payer,
753
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
(b) if the contributor was then a part-time member, the pay
that would have been authorized to be paid to the contributor
if the contributor had been a full-time member at that time,
or, if the contributor was then engaged to work concurrently
in more than one position, the pay determined in accordance
with section 5.92; and
B is the aggregate of the amounts determined, for each position
in which the contributor was engaged as a part-time employee
during the period of service or part of the period of service, by
the formula
C/D
where
C is the average number of hours per week, determined in
accordance with section 6.2 of the Public Service Superannuation Regulations, for which the contributor was engaged to work, and
D is the number of hours of work per week for full-time employees.
b) dans le cas où il était alors membre à temps partiel, soit la
solde qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il avait alors été
membre à plein temps, soit, s’il occupait alors plus d’un
poste à la fois, la solde établie selon l’article 5.92;
B le total des sommes calculées selon la formule ci-après pour
chacun des postes qu’il a occupés à titre d’employé à temps
partiel pendant la période de service, ou une fraction de celleci :
C/D
où :
C représente la moyenne du nombre d’heures hebdomadaires, établie conformément à l’article 6.2 du Règlement sur
la pension de la fonction publique, pour lequel il était engagé,
D le nombre d’heures de travail par semaine des employés à
plein temps.
Determination of Pay for Multiple Positions
Calcul de la solde — contributeur qui occupe plus d’un poste
5.92 The pay of a part-time member engaged to work concurrently in more than one position on the most recent occasion on
which the member became a contributor, or on the occasion of the
day on which the member makes the election referred to in section 5.8 or paragraph 7(1)(h) of the Act as adapted by section 5.9,
or on the occasion of the day before the day on which
clause 6(b)(ii)(M) of the Act, as enacted by subsection 172(4) of
the Public Sector Pension Investment Board Act, being chapter 34
of the Statutes of Canada, 1999, comes into force if the member
has made an election under that clause, shall be the aggregate of
the amounts determined in respect of each position by the formula
5.92 La solde du membre à temps partiel occupant plus d’un
poste à la fois soit la dernière fois qu’il est devenu contributeur,
soit au moment où il effectue le choix visé à l’article 5.8 ou à
l’alinéa 7(1)h) de la Loi dans sa version adaptée par l’article 5.9,
soit encore la veille de l’entrée en vigueur de la division 6b)(ii)(M) de la Loi, édictée par le paragraphe 172(4) de la
Loi sur l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public, chapitre 34 des Lois du Canada (1999), s’il effectue
un choix en vertu de cette division correspond au total des sommes calculées, pour chacun des postes, selon la formule suivante :
A × B/C
where
A is the pay that would have been authorized to be paid to the
contributor if the contributor had been a full-time member on
that occasion;
B is the weekly average of the hours of work for which the contributor was engaged; and
C is the total of the weekly averages of the hours of work for
which the contributor was engaged in all positions.
5.93 The contributor shall pay interest, on the amount calculated under section 5.7, 5.8 or 5.91, determined in accordance
with subsection 7(2) of the Act.
3. The portion of section 8.1 of the Regulations before the
formula is replaced by the following:
8.1 For the purposes of subsection 5(9) of the Act, no person
shall contribute to the Superannuation Account or the Royal
Canadian Mounted Police Pension Fund in respect of any portion
of the person’s annual rate of pay that is in excess of the amount
determined by the formula
4. (1) Subsection 10(1) of the Regulations is replaced by the
following:
10. (1) Subject to subsections (2) and (3), the contribution that
a contributor who is on leave without pay shall pay to the Superannuation Account or the Royal Canadian Mounted Police Pension Fund is
754
A × B/C
où :
A représente la solde qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il
avait alors été membre à plein temps;
B la moyenne hebdomadaire des heures de travail pour lesquelles il était engagé;
C le total des moyennes hebdomadaires, pour tous ces postes,
des heures de travail pour lesquelles il était engagé.
5.93 Le contributeur paie des intérêts, établis conformément au
paragraphe 7(2) de la Loi, sur la somme calculée selon les articles 5.7, 5.8 ou 5.91.
3. Le passage de l’article 8.1 du même règlement précédant
la formule est remplacé par ce qui suit :
8.1 Pour l’application du paragraphe 5(9) de la Loi, nul ne peut
contribuer au compte de pension de retraite ou à la Caisse de retraite de la Gendarmerie royale du Canada à l’égard de la partie
de son taux de solde annuel qui dépasse la somme déterminée
selon la formule ci-après, arrondie à la centaine supérieure :
4. (1) Le paragraphe 10(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
10. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), la contribution
que le contributeur en congé non payé verse au compte de pension de retraite ou à la Caisse de retraite de la Gendarmerie royale
du Canada correspond :
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
5. The Regulations are amended by adding the following after section 17:
a) pour les trois premiers mois de la période de congé, à la
somme qu’il aurait été tenu de payer en application des paragraphes 5(1), (2), (5), (6) ou (7) de la Loi s’il n’avait pas été en
congé;
b) sous réserve du paragraphe 6.1(2) de la Loi, pour le reliquat
de la période de congé, à deux fois et demie cette somme.
(2) Le passage du paragraphe 10(2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) La contribution que le contributeur en congé non payé
dans l’un des cas ci-après verse au compte de pension de retraite
ou à la Caisse de retraite de la Gendarmerie royale du Canada
correspond, sous réserve du paragraphe 6.1(2) de la Loi, à la
somme qu’il aurait été tenu de payer en application des paragraphes 5(1), (2), (5), (6) ou (7) de la Loi s’il n’avait pas été en
congé :
(3) Le passage du paragraphe 10(3) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) La contribution que le contributeur en congé non payé pour
l’une des raisons ci-après verse au compte de pension de retraite
ou à la Caisse de retraite de la Gendarmerie royale du Canada à
l’égard de toute partie de la période de congé comprise dans la
période de cinquante-deux semaines suivant le jour de la naissance ou de l’adoption de l’enfant correspond, sous réserve du
paragraphe 6.1(2) de la Loi, à la somme qu’il aurait été tenu de
payer en application des paragraphes 5(1), (2), (5), (6) ou (7) de la
Loi s’il n’avait pas été en congé :
5. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 17, de ce qui suit :
CALCULATION OF BENEFITS — SERVICE AS A
PART-TIME MEMBER OR A PART-TIME EMPLOYEE
CALCUL DES PRESTATIONS — PÉRIODE DE SERVICE À TITRE
DE MEMBRE À TEMPS PARTIEL OU D’EMPLOYÉ À TEMPS PARTIEL
17.1 In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, the definition “cash termination allowance”
in subsection 9(1) of the Act is adapted as follows:
“cash termination allowance”, in respect of a contributor who has
been a part-time member or a part-time employee during the
contributor’s period of pensionable service, shall be equal to
the aggregate of amounts calculated in accordance with the following formula for each segment of the period during which
the value for variable “C” changes
17.1 À l’égard du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension, la définition de « allocation de cessation en espèces » au paragraphe 9(1) de la Loi est adaptée de la façon suivante :
« allocation de cessation en espèces » Dans le cas du contributeur
qui a été membre à temps partiel ou employé à temps partiel
pendant sa période de service ouvrant droit à pension, le total
des sommes calculées selon la formule ci-après pour chaque
segment de cette période pour lequel la valeur de l’élément C
varie :
(1/12 × A × B × C/D) - (E − F)
(1/12 × A × B × C/D) - (E − F)
(a) in respect of the first three months of the leave, the amount
that would have been payable under subsection 5(1), (2), (5),
(6) or (7) of the Act if the contributor had not been on leave;
and
(b) subject to subsection 6.1(2) of the Act and in respect of the
remainder of the leave, two and one-half times that amount.
(2) The portion of subsection 10(2) of the Regulations after
paragraph (b) is replaced by the following:
the contribution that the contributor shall pay to the Superannuation Account or the Royal Canadian Mounted Police Pension Fund in respect of the leave is the amount that would have
been payable under subsection 5(1), (2), (5), (6) or (7) of the
Act if the contributor had not been on leave.
(3) The portion of subsection 10(3) of the Regulations after
paragraph (c) is replaced by the following:
the contribution that the contributor shall pay into the Superannuation Account or the Royal Canadian Mounted Police Pension Fund, in respect of any portion of the leave that falls within
the 52 week period following the day of the birth of the child of
the contributor or the day of adoption of the child by the contributor, is the amount that would have been payable under subsection 5(1), (2), (5), (6) or (7) of the Act if the contributor had not
been on leave.
where
A is the number of years in the segment,
B is
(a) if the contributor was a full-time member on ceasing
to be a member of the Force, the pay authorized to be
paid to the contributor at that time, or
(b) if the contributor was then a part-time member, the
pay determined in accordance with subsection 17.3(2) of
the Royal Canadian Mounted Police Superannuation
Regulations,
C is the weekly average of the hours of work, determined in
accordance with section 5.3 of those Regulations, for which
the contributor was engaged during the segment,
D is the normal number of hours of work per week for fulltime members,
où :
A représente le nombre d’années comprises dans le segment;
B selon le cas :
a) dans le cas où il était membre à plein temps à la date
où il a cessé d’être membre de la Gendarmerie, la solde
qu’on était alors autorisé à lui payer,
b) dans le cas où il était alors membre à temps partiel, la
solde établie selon le paragraphe 17.3(2) du Règlement
sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du
Canada;
C la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie
conformément à l’article 5.3 du même règlement, pour lesquelles le contributeur était engagé durant ce segment;
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des
membres à plein temps;
755
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
E is the total amount the contributor would have been required to contribute to the Superannuation Account or the
Royal Canadian Mounted Police Pension Fund during the
segment, other than interest or charges for payments by instalments, in respect of service after 1965, if the contributor
had contributed on the basis of the rates set forth in subsection 5(1) as it read on December 31, 1965, and
F is the total amount the contributor was required to contribute to the Superannuation Account or the Royal Canadian
Mounted Police Pension Fund during the segment, other
than interest or charges for payments by instalments, in
respect of service after 1965;
17.2 In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, subsections 10(1) to (3) of the Act are
adapted as follows:
10. (1) The annuity of a contributor who has been a part-time
member or part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service — not exceeding 35 years — shall be equal
to the aggregate of amounts calculated in accordance with the
following formula for each segment of the period during which
the value for variable “C” changes:
17.2 À l’égard du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension, les paragraphes 10(1) à (3) de la Loi sont adaptés
de la façon suivante :
10. (1) L’annuité du contributeur qui a été membre à temps
partiel ou employé à temps partiel pendant sa période de service
ouvrant droit à pension — d’au plus trente-cinq ans — correspond au total des sommes calculées selon la formule ci-après pour
chaque segment de cette période pour lequel la valeur de l’élément C varie :
A/50 × B × C/D
A/50 × B × C/D
where
A is the number of years in the segment;
B is
(a) in respect of pensionable service credited to the contributor before December 16, 1994, the average annual pay
during any period selected by or on behalf of the contributor
consisting of consecutive periods of pensionable service totalling five years or those years of pensionable service that
the contributor has if the contributor has less, and
(b) in respect of pensionable service credited to the contributor after December 15, 1994, the lesser of
(i) the average annual pay referred to in paragraph (a),
and
(ii) the amount determined under section 8.1 of the Royal
Canadian Mounted Police Superannuation Regulations
as it read on the day on which the contributor most recently ceased to be a member of the Force;
C is the weekly average of the hours of work, determined in
accordance with section 5.3 of those Regulations, for which
the contributor was engaged during the segment; and
D is the normal number of hours of work per week for full-time
members.
où :
A représente le nombre d’années comprises dans le segment;
B selon le cas :
a) à l’égard du service ouvrant droit à pension porté à
son crédit avant le 16 décembre 1994, la solde annuelle
moyenne durant soit toute période, choisie par le contributeur ou en son nom, composée de périodes consécutives de
service ouvrant droit à pension formant un total de cinq années, soit ses années de service ouvrant droit à pension s’il
en compte moins de cinq,
b) à l’égard du service ouvrant droit à pension porté à son
crédit après le 15 décembre 1994, la moins élevée des sommes suivantes :
(i) la solde annuelle moyenne visée à l’alinéa a),
(ii) la somme déterminée aux termes de l’article 8.1 du
Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie
royale du Canada dans sa version le jour où le contributeur a cessé la dernière fois d’être membre de la Gendarmerie;
C la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie
conformément à l’article 5.3 du même règlement, pour lesquelles le contributeur était engagé durant ce segment;
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des membres à plein temps.
(2) L’annuité du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension et qui soit a atteint soixante-cinq ans, soit a droit à
une pension d’invalidité aux termes du Régime de pensions du
Canada ou d’un régime provincial de pensions est réduite de la
somme calculée selon la formule ci-après pour chaque segment de
cette période pour lequel la valeur de l’élément C varie :
(2) In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, there shall be a deduction from the amount
of the annuity, if the contributor has reached the age of 65 years
or has become entitled to a disability pension under the Canada
Pension Plan or a provincial pension plan, determined in accordance with the following formula for each segment of the period
during which the value of variable “C” changes:
756
E la somme totale que le contributeur aurait été tenu de verser
au compte de pension de retraite ou à la Caisse de retraite
de la Gendarmerie royale du Canada durant ce segment, à
l’exception des intérêts ou des frais exigés pour des paiements échelonnés, relativement à du service postérieur
à 1965, s’il avait contribué aux taux indiqués au paragraphe 5(1), dans sa version au 31 décembre 1965;
F la somme totale que le contributeur était tenu de verser au
compte ou à la caisse durant ce segment, à l’exception des
intérêts ou des frais exigés pour des paiements échelonnés,
relativement à du service postérieur à 1965.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
0.007 × A × B × C/D
0,007 × A × B × C/D
where
où :
A is the lesser of the number of years, credited to the contributor, in the segment after 1965 or after the contributor has attained the age of 18 years;
B is the lesser of
(a) the average annual pay referred to in paragraph (a) of
variable “B” in subsection (1), and
(b) the average of the Year’s Maximum Pensionable Earnings, within the meaning of the Canada Pension Plan, for
five years consisting of the year in which the contributor
most recently ceased to be a member of the Force and the
four preceding years;
C is the weekly average of the hours of work, determined in
accordance with section 5.3 of the Royal Canadian Mounted
Police Superannuation Regulations, for which the contributor
was engaged during the segment; and
D is the normal number of hours of work per week for full-time
members.
A représente le nombre d’années comprises dans le segment, qui
ont été portées à son crédit soit après 1965, soit après son dixhuitième anniversaire, le nombre le moins élevé étant à retenir;
B la moins élevée des sommes suivantes :
a) la solde annuelle moyenne visée à l’alinéa a) de
l’élément B de la formule figurant au paragraphe (1),
b) la moyenne du maximum des gains annuels ouvrant droit
à pension, au sens du Régime de pensions du Canada, des
cinq années constituées de l’année où il a cessé la dernière
fois d’être membre de la Gendarmerie et des quatre années
précédentes;
C la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie
conformément à l’article 5.3 du Règlement sur la pension de
retraite de la Gendarmerie royale du Canada, pour lesquelles
le contributeur était engagé durant ce segment;
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des membres à plein temps.
17.3 (1) Pour l’application des paragraphes 10(1) à (3) de la
Loi dans leur version adaptée par l’article 17.2, la solde du
contributeur est la solde qu’on était autorisé à lui payer, s’il était
alors membre à plein temps :
a) soit la dernière fois qu’il est devenu contributeur, dans le cas
d’une période de service ou d’une fraction d’une période de
service prévue aux divisions 6b)(ii)(C), (D), (E), (G) ou (N) de
la Loi, malgré l’alinéa 10(4)a) de la Loi;
b) soit le jour où il a effectué le choix, dans le cas d’une période de service ou d’une fraction d’une période de service
prévue soit à la division 6b)(ii)(K) de la Loi, soit aux divisions 6b)(ii)(C), (D), (E), (G), (I) ou (N) de la Loi à l’égard de
laquelle le contributeur a effectué un choix en vertu de la division 6b)(ii)(J) de la Loi, malgré l’alinéa 10(4)a) de la Loi;
c) soit la veille de l’entrée en vigueur de la division 6b)(ii)(M)
de la Loi, édictée par le paragraphe 172(4) de la Loi sur
l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur
public, chapitre 34 des Lois du Canada (1999), dans le cas
d’une période de service ou d’une fraction d’une période de
service prévue à cette division;
d) soit durant toute autre période de service ou fraction de période de service.
17.3 (1) For the purposes of subsections 10(1) to (3) of the Act
as adapted by section 17.2, the pay of the contributor shall be the
pay authorized to be paid to the contributor if the contributor was
a full-time member at the following times:
(a) on the most recent occasion on which the contributor became a contributor, in the case of any period of service or part
of a period of service referred to in clause 6(b)(ii)(C), (D), (E),
(G) or (N) of the Act, despite paragraph 10(4)(a) of the Act;
(b) on the day on which the contributor made the election, in
the case of any period of service or part of a period of service
referred to in clause 6(b)(ii)(K) of the Act, or referred to in
clause 6(b)(ii)(C), (D), (E), (G), (I) or (N) of the Act in respect of which the contributor has made an election under
clause 6(b)(ii)(J) of the Act, despite paragraph 10(4)(a) of the
Act;
(c) on the day before the day on which clause 6(b)(ii)(M) of the
Act, as enacted by subsection 172(4) of the Public Sector Pension Investment Board Act, being chapter 34 of the Statutes of
Canada, 1999, comes into force, in the case of any period of
service or part of a period of service referred to in that clause;
or
(d) during any other period of service or part of a period of service.
(2) If the contributor was a part-time member at those times,
the pay shall be the pay that would have been authorized to be
paid to the contributor if the contributor had been a full-time
member at those times, or if the contributor had then been engaged to work concurrently in more than one position, it shall be
the aggregate of the amounts calculated for each position in accordance with the formula
A × B/C
where
A is the pay that would have been authorized to be paid to the
contributor if the contributor had been a full-time member at
that time;
B is the weekly average of the hours of work for which the contributor was engaged; and
C is the total of the weekly averages of the hours of work for
which the contributor was engaged in all positions.
(2) S’il était alors membre à temps partiel, la solde est celle
qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il avait alors été membre à
plein temps ou, s’il occupait alors plus d’un poste à la fois, le total
de la solde établie pour chacun des postes, selon la formule suivante :
A × B/C
où :
A représente la solde qu’on aurait été autorisé à lui payer s’il
avait alors été membre à plein temps;
B la moyenne hebdomadaire des heures de travail pour lesquelles il était engagé;
C le total des moyennes hebdomadaires, pour tous ces postes,
des heures de travail pour lesquelles il était engagé.
757
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
17.4 In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, the portion of subsection 13(1) of the Act
before paragraph (a) is adapted as follows:
13. (1) On the death of a contributor who has been a part-time
member or a part-time employee during the contributor’s period
of pensionable service and who, at the time of the contributor’s
death, was entitled under this Part to an annuity or annual allowance, the survivor and children of the contributor are entitled to
the following allowances, calculated on the basis of a basic allowance determined in accordance with subsection (1.1):
17.5 In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, section 13 of the Act is adapted by adding
the following after subsection (1):
(1.1) The basic allowance shall be equal to the aggregate of
amounts calculated in accordance with the following formula for
each segment of the contributor’s period of pensionable service
during which the value for variable “C” changes:
17.4 À l’égard du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension, le passage du paragraphe 13(1) de la Loi précédant l’alinéa a) est adapté de la façon suivante :
13. (1) Au décès du contributeur qui a été membre à temps partiel ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant droit à pension et qui, à la date de son décès, avait droit
selon la présente partie à une annuité ou à une allocation annuelle,
le survivant et les enfants du contributeur ont droit aux allocations
ci-après, calculées selon l’allocation de base établie conformément au paragraphe (1.1) :
17.5 À l’égard du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension, l’article 13 de la Loi est adapté par adjonction,
après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(1.1) L’allocation de base correspond au total des sommes
calculées selon la formule ci-après pour chaque segment de la
période de service ouvrant droit à pension du contributeur pour
lequel la valeur de l’élément C varie :
A × B × C/D × 1%
A × B × C/D × 1 %
where
A is the number of years of the segment;
B is
(a) in respect of pensionable service credited to the contributor before December 16, 1994, the average annual pay
during any period selected by or on behalf of the contributor
consisting of consecutive periods of pensionable service totalling five years or those years of pensionable service that
the contributor has if the contributor has less, and
(b) in respect of pensionable service credited to the contributor after December 15, 1994, the lesser of
(i) the average annual pay referred to in paragraph (a),
and
(ii) the amount determined under section 8.1 of the Royal
Canadian Mounted Police Superannuation Regulations
as it read on the day on which the contributor most recently ceased to be a member of the Force;
C is the weekly average of the hours of work, determined in
accordance with section 5.3 of those Regulations, for which
the contributor was engaged during the segment; and
D is the normal number of hours of work per week for full-time
members.
17.6 In respect of a contributor who has been a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of
pensionable service, paragraph 14(b) of the Act is adapted as follows:
(b) if a contributor was a part-time member or a part-time employee during the contributor’s period of pensionable service,
the aggregate of amounts calculated in accordance with the following formula for each segment of the period during which
the value for variable “C” changes
où :
A représente le nombre d’années comprises dans le segment;
B selon le cas :
a) à l’égard du service ouvrant droit à pension porté à
son crédit avant le 16 décembre 1994, la solde annuelle
moyenne durant soit toute période, choisie par le contributeur ou en son nom, composée de périodes consécutives de
service ouvrant droit à pension formant un total de cinq années, soit ses années de service ouvrant droit à pension s’il
en compte moins de cinq,
b) à l’égard du service ouvrant droit à pension porté à son
crédit après le 15 décembre 1994, la moins élevée des sommes suivantes :
(i) la solde annuelle moyenne visée à l’alinéa a),
(ii) la somme déterminée aux termes de l’article 8.1 du
Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie
royale du Canada dans sa version le jour où le contributeur a cessé la dernière fois d’être membre de la Gendarmerie;
C la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie
conformément à l’article 5.3 du même règlement, pour lesquelles le contributeur était engagé durant ce segment;
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des membres à plein temps.
17.6 À l’égard du contributeur qui a été membre à temps partiel
ou employé à temps partiel pendant sa période de service ouvrant
droit à pension, l’alinéa 14b) de la Loi est adapté de la façon suivante :
b) soit dans le cas où le contributeur a été membre à temps partiel ou employé à temps partiel pendant sa période de service
ouvrant droit à pension, au total des sommes calculées selon la
formule ci-après pour chaque segment de cette période pour lequel la valeur de l’élément C varie :
1/12 × A × B × C/D
1/12 × A × B × C/D
where
A is the number of years of the segment,
758
où :
A représente le nombre d’années comprises dans le segment,
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
B is
(i) if the contributor was a full-time member at the time
of the contributor’s death, the pay authorized to be paid
to the contributor at that time, or
(ii) if the contributor was then a part-time member, the
pay determined in accordance with subsection 17.3(2) of
the Royal Canadian Mounted Police Superannuation
Regulations,
C is the weekly average of the hours of work, determined in
accordance with section 5.3 of those Regulations, for which
the contributor was engaged during the segment, and
D is the normal number of hours of work per week for fulltime members,
6. The headings before sections 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 8.1, 9, 10,
11, 13, 14, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 25, 26, 27, 28, 29, 29.1, 30,
30.1, 30.2, 31, 32, 33, 41, 42, 43, 44, 46, 47, 48, 49, 50 and 51 of
the Regulations are converted from italics to small capitals to
make them uniform within the Regulations.
B selon le cas :
(i) dans le cas où il était membre à plein temps à la date
de son décès, la solde qu’on était alors autorisé à lui
payer,
(ii) dans le cas où il était alors membre à temps partiel, la
solde établie selon le paragraphe 17.3(2) du Règlement
sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du
Canada,
C la moyenne hebdomadaire des heures de travail, établie
conformément à l’article 5.3 du même règlement, pour lesquelles le contributeur était engagé durant ce segment,
D le nombre normal d’heures de travail par semaine des membres à plein temps,
6. En vue de l’uniformisation des intertitres du même
règlement, les italiques des intertitres précédant les articles 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 8.1, 9, 10, 11, 13, 14, 18, 19, 20, 21, 22, 23,
25, 26, 27, 28, 29, 29.1, 30, 30.1, 30.2, 31, 32, 33, 41, 42, 43, 44,
46, 47, 48, 49, 50 et 51 sont remplacés par de petites capitales.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
7. These Regulations come into force on the later of the
day on which they are registered and the day on which
clauses 6(b)(ii)(M) and (N) of the Royal Canadian Mounted
Police Superannuation Act, as enacted by subsection 172(4) of
the Public Sector Pension Investment Board Act, being chapter 34 of the Statutes of Canada, 1999, come into force.
7. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement ou, si elle lui est postérieure, à la date d’entrée
en vigueur des divisions 6b)(ii)(M) et (N) de la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada, édictées
par le paragraphe 172(4) de la Loi sur l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public, chapitre 34 des
Lois du Canada (1999).
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
These Regulations provide for specific pension coverage for
members who are part-time and required to work an average of at
least 12 hours per week. These Regulations provide the opportunity for members to elect for prior part-time Public Service of an
average of at least 12 hours per week. Additionally, these Regulations make minor housekeeping amendments and changes to ensure proper operation of the existing leave without pay deficiency
recovery provisions.
Le règlement prévoit une protection particulière en matière de
pensions aux membres qui travaillent à temps partiel en moyenne
pendant au moins 12 heures par semaine. Le règlement donne
également aux membres le choix de faire compter comme service
ouvrant droit à pension une période antérieure de service à temps
partiel au sein de la fonction publique pendant laquelle ils ont
travaillé au moins 12 heures par semaine. De plus, il apporte des
modifications et des changements mineurs d’ordre administratif
visant la bonne application des dispositions existantes sur le recouvrement des cotisations lors de congés sans solde.
Les modifications permettent d’harmoniser la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada (LPRGRC)
et les dispositions sur l’emploi à temps partiel de la Loi sur la
pension de la fonction publique (LPFP).
The changes will bring the Royal Canadian Mounted Police
Superannuation Act (RCMPSA) in line with the part-time provisions of the Public Service Superannuation Act (PSSA).
Alternatives
Solutions envisagées
The provisions of the pension arrangements for persons covered by the RCMPSA are specified in statute or regulations;
therefore there is no alternative to the regulatory route.
Les dispositions des régimes de pension des personnes visées
par la LPRGRC sont prévues par une loi ou un règlement; la seule
option consiste donc à prendre un règlement.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
These amendments will benefit part-time members who are engaged to work an average of at least 12 hours per week as they
will be provided with fair pension coverage under the provisions
Ces modifications seront avantageuses pour les membres à
temps partiel qui sont engagés pour travailler en moyenne au
moins 12 heures par semaine car ils jouiront d’une protection
759
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-134
of the RCMPSA. Additionally, this change will benefit members
with prior part-time Public Service as they will have the opportunity to elect to count that service as pensionable under the provisions of the RCMPSA. This change will have no material effect
on the current service cost of the plan and will have no effect on
the current liability of the plan.
équitable en matière de pensions en vertu de la LPRGRC. Elles le
seront aussi pour les membres qui ont travaillé à temps partiel au
sein de la fonction publique car ils pourront faire compter ces
périodes de service comme service ouvrant droit à pension aux
termes de la LPRGRC. Les modifications n’auront aucun effet
important sur le coût, pour le régime, des services futurs ni sur ses
obligations actuelles.
Consultation
Consultations
The Royal Canadian Mounted Police Pension Advisory Committee has been consulted and recommended the proposed
amendments. This committee has a statutory mandate to review
matters respecting the administration, design and funding of
the RCMPSA and to make recommendations to the Minister of
Public Safety about those matters. The committee includes persons required to contribute to the RCMP Pension Fund who represent members serving in the Force. External consultation took
place with the Office of the Superintendent of Financial Institutions and the Treasury Board Secretariat.
Le Comité consultatif des pensions de retraite de la Gendarmerie royale du Canada a été consulté et a recommandé les modifications proposées. Ce comité a, en vertu de la loi, le mandat
d’examiner toute question concernant l’administration, la conception et le financement du régime prévu par la LPRGRC et de formuler des recommandations sur ces questions au ministre de la
Sécurité publique. Le comité se compose de personnes tenues
de cotiser au régime de pensions de la Gendarmerie royale du
Canada qui représentent les membres de la Gendarmerie. Des
consultations externes ont eu lieu avec le Bureau du Surintendant
des institutions financières et le Secrétariat du Conseil du Trésor.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The normal legislative, regulatory and administrative compliance structures will apply, including internal audits, the usual
reports to Parliament and responses to enquiries received from
Members of Parliament, affected plan members and their representatives.
Les mécanismes législatifs, réglementaires et administratifs habituels en matière d’observation s’appliqueront, notamment les
vérifications internes, les rapports au Parlement et les réponses
aux questions des parlementaires, des participants visés et de
leurs représentants.
Contact
Personne-ressource
Michael Cape
Director
National Compensation Policy Centre
Royal Canadian Mounted Police
1200 Vanier Parkway
Ottawa, Ontario
K1A 0R2
Telephone: (613) 998-0783
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
760
Michael Cape
Directeur
Centre national des politiques de rémunération
Gendarmerie royale du Canada
1200, promenade Vanier
Ottawa (Ontario)
K1A 0R2
Téléphone : (613) 998-0783
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-135
Registration
SOR/2006-135 June 14, 2006
Enregistrement
DORS/2006-135 Le 14 juin 2006
EMPLOYMENT INSURANCE ACT
LOI SUR L’ASSURANCE-EMPLOI
Regulations Amending the Employment Insurance
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur l’assuranceemploi
The Canada Employment Insurance Commission, pursuant to
paragraph 54(f.2)a of the Employment Insurance Actb, hereby
makes the annexed Regulations Amending the Employment Insurance Regulations.
February 27, 2006
En vertu de l’alinéa 54f.2)a de la Loi sur l’assurance-emploib,
la Commission de l’assurance-emploi du Canada prend le Règlement modifiant le Règlement sur l’assurance-emploi, ci-après.
P.C. 2006-523
C.P. 2006-523
June 14, 2006
Le 27 février 2006
Le 14 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Human Resources and Skills
Development and the Treasury Board, pursuant to paragraph 54(f.2)a of the Employment Insurance Actb, hereby approves the annexed Regulations Amending the Employment Insurance Regulations, made by the Canada Employment Insurance
Commission.
Sur recommandation de la ministre des Ressources humaines et
du Développement des compétences et du Conseil du Trésor et en
vertu de l’alinéa 54f.2)a de la Loi sur l’assurance-emploib, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil agrée le Règlement modifiant le Règlement sur l’assurance-emploi, ci-après,
pris par la Commission de l’assurance-emploi du Canada.
REGULATIONS AMENDING THE EMPLOYMENT
INSURANCE REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR L’ASSURANCE-EMPLOI
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. The Employment Insurance Regulations are amended by
adding the following after section 41.1:
1. Le Règlement sur l’assurance-emploi1 est modifié par adjonction, après l’article 41.1, de ce qui suit :
Classes of Persons Included in the Definition “Family Member”
for Compassionate Care Benefits
Catégories de personnes faisant partie de la définition de
« membre de la famille » pour les prestations de soignant
41.11 (1) The following definitions apply in this section.
“guardian” means a person having a legally recognized authority
to act on behalf of a minor or disabled adult and includes a
mandatary in case of incapacity, tutor and curator. (tuteur)
“ward” means a person for whom a guardian is appointed. (pupille)
41.11 (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
article.
« pupille » Personne ayant un tuteur. (ward)
« tuteur » Personne légalement autorisée à agir au nom d’un mineur ou d’un majeur incapable, y compris le curateur et le
mandataire en cas d’inaptitude. (guardian)
(2) The following classes of persons, in relation to an individual, are prescribed for the purposes of paragraph 23.1(1)(d) of the
Act:
(a) a child of the individual’s parent or a child of the spouse or
common-law partner of the individual’s parent;
(b) a grandparent of the individual or of the individual’s
spouse or common-law partner or the spouse or common-law
partner of the individual’s grandparent;
(c) a grandchild of the individual or of the individual’s spouse
or common-law partner or the spouse or common-law partner
of the individual’s grandchild;
(d) the spouse or common-law partner of the individual’s child
or of the child of the individual’s spouse or common-law partner;
(2) Pour l’application de l’alinéa 23.1(1)d) de la Loi, les catégories de personnes, relativement à la personne en cause, sont les
suivantes :
a) un enfant du père ou de la mère de la personne ou un enfant
de l’époux ou du conjoint de fait du père ou de la mère de la
personne;
b) un grand-parent de la personne ou de son époux ou conjoint
de fait ou l’époux ou le conjoint de fait d’un grand-parent de la
personne;
c) un petit-enfant de la personne ou de son époux ou conjoint
de fait ou l’époux ou le conjoint de fait d’un petit-enfant de la
personne;
d) l’époux ou le conjoint de fait d’un enfant de la personne ou
celui d’un enfant de son époux ou conjoint de fait;
———
———
a
a
b
1
S.C. 2003, c. 15, s. 20(2)
S.C. 1996, c. 23
SOR/96-332
b
1
L.C. 2003, ch. 15, par. 20(2)
L.C. 1996, ch. 23
DORS/96-332
761
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-135
(e) a parent, or the spouse or common-law partner of a parent,
of the individual’s spouse or common-law partner;
(f) the spouse or common-law partner of a child of the individual’s parent or of a child of the spouse or common-law partner
of the individual’s parent;
(g) a child of a parent of the individual’s spouse or commonlaw partner or a child of the spouse or common-law partner of
the parent of the individual’s spouse or common-law partner;
(h) an uncle or aunt of the individual or of the individual’s
spouse or common-law partner or the spouse or common-law
partner of the individual’s uncle or aunt;
(i) a nephew or niece of the individual or of the individual’s
spouse or common-law partner or the spouse or common-law
partner of the individual’s nephew or niece;
(j) a current or former foster parent of the individual or of the
individual’s spouse or common-law partner;
(k) a current or former foster child of the individual or the
spouse or common-law partner of that child;
(l) a current or former ward of the individual or of the individual’s spouse or common-law partner;
(m) a current or former guardian of the individual or the
spouse or common-law partner of that guardian;
(n) in the case of an individual who has the serious medical
condition, a person, whether or not related to the individual by
blood, adoption, marriage or common-law partnership, whom
the individual considers to be like a close relative; and
(o) in the case of an individual who is the claimant, a person,
whether or not related to the individual by blood, adoption,
marriage or common-law partnership, who considers the individual to be like a close relative.
e) le père ou la mère de l’époux ou du conjoint de fait de la
personne ou l’époux ou le conjoint de fait du père ou de la
mère de l’époux ou du conjoint de fait de la personne;
f) l’époux ou le conjoint de fait d’un enfant du père ou de la
mère de la personne ou d’un enfant de l’époux ou du conjoint
de fait du père ou de la mère de la personne;
g) un enfant du père ou de la mère de l’époux ou du conjoint
de fait de la personne ou un enfant de l’époux ou du conjoint de
fait du père ou de la mère de l’époux ou du conjoint de fait de
la personne;
h) un oncle ou une tante de la personne ou de son époux ou
conjoint de fait ou l’époux ou le conjoint de fait d’un oncle ou
d’une tante de la personne;
i) un neveu ou une nièce de la personne ou de son époux ou
conjoint de fait ou l’époux ou le conjoint de fait d’un neveu ou
d’une nièce de la personne;
j) un parent nourricier, actuel ou ancien, de la personne ou de
son époux ou conjoint de fait;
k) un enfant placé, actuellement ou dans le passé, en foyer
nourricier chez la personne ou l’époux ou le conjoint de fait de
cet enfant;
l) un pupille, actuel ou ancien, de la personne ou de son époux
ou conjoint de fait;
m) un tuteur, actuel ou ancien, de la personne ou l’époux ou le
conjoint de fait de ce tuteur;
n) dans le cas où la personne en cause est celle qui est gravement malade, une personne avec laquelle elle est ou non unie
par les liens du mariage, d’une union de fait ou de la filiation et
qu’elle considère comme un proche parent;
o) dans le cas où la personne en cause est le prestataire, une
personne avec laquelle elle est ou non unie par les liens du mariage, d’une union de fait ou de la filiation et qui la considère
comme un proche parent.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The amendment is to put in place a regulatory change that will
modify the eligibility criteria of the Employment Insurance (EI)
Compassionate Care Benefit (CCB) in order to enable additional
family members and others considered as “family” by the gravely
ill individual to be eligible for the benefit for the purposes of
caregiving.
The EI CCB which was put in place in January 2004, recognizes the demands of caring for a gravely ill family member and
the implications for the economic and job security of Canadians.
Under the CCB, up to six weeks of EI income benefits are available to eligible workers taking a temporary absence from work to
provide care for a gravely ill family member who has significant
risk of death in the next 26 weeks. The six weeks can be shared
among eligible family members or can be taken by one eligible
family member. This gives families more choices in providing
La modification consiste à mettre en place un changement réglementaire qui modifiera les critères d’admissibilité aux prestations de compassion de l’assurance-emploi en élargissant la définition actuelle de membre de la famille, afin de permettre à
d’autres personnes de présenter une demande de prestations de
compassion aux fins de dispenser les soins.
Les prestations de compassion de l’assurance-emploi, qui ont
été instaurées en janvier 2004, tiennent compte de la nature des
exigences associées au fait de prodiguer des soins à un membre
de la famille gravement malade, ainsi que des implications sur le
plan économique et de la sécurité d’emploi pour les travailleurs
canadiens. Les travailleurs admissibles qui s’absentent temporairement de leur travail pour s’occuper d’un membre de la famille
gravement malade risquant fortement de mourir dans les 26 semaines suivant la présentation de la demande peuvent bénéficier
762
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-135
care to gravely ill Canadians. The Canada Labour Code was also
amended to provide the necessary job protection for CCB claimants.
The CCB presently recognizes three main family relationships –
parents, children and spouses/common-law partners. The design
of the benefit was based on research and analysis indicating that
family members are key caregivers and in particular, that the majority of Canadians (90-95%) caring in these situations are caring
for a child, parent or spouse.
When the program was put in place, a commitment was made
to reviewing the CCB through a full evaluation which is now
underway. The purpose of the evaluation is to develop a fuller
understanding of how well the benefit is achieving its intended
objectives by examining the full range of program parameters. In
a parallel but shorter timeframe, an internal policy review was
undertaken in order to identify early opportunities to improve the
program within the context of current policy.
This review found that a small but important number of people
(5-10% of caregivers) are ineligible for CCB because they are
excluded from the current definition of family member. Expanding the definition of family member will help ensure that additional caregivers are able to get access to income support when
they must leave work to care for a gravely ill person.
The legislative and regulatory framework for CCB already
provides the flexibility to adjust the definition of family member.
Subsection 23.1(1) of the EI Act allows for modifications to
the CCB eligibility criteria through a regulatory amendment to
enable additional family members and others considered as “family” by the gravely ill individual to be eligible for the benefit.
A new section (41.11) will be added to expand the definition of
family to include siblings, grandparents, grandchildren, in-laws,
aunts, uncles, nieces, nephews, foster parents, guardians and
wards. In order to address mutually supportive relationships between the gravely ill individual and claimants who are more distant relatives, or are not directly related to the individual, the new
regulations would also allow these claimants to be eligible for the
benefit. In these cases, the gravely ill individual or the gravely ill
individual’s representative would attest that the claimant is considered to be like a family member for the purposes of EI CCB.
d’un maximum de six semaines de prestations de compassion.
Ces six semaines peuvent être partagées entre les membres admissibles d’une même famille ou être prises par un seul membre
admissible. Ainsi, les familles ont davantage de choix au moment
de prodiguer des soins à des Canadiens gravement malades. Le
Code canadien du travail a aussi été modifié dans le but de protéger les emplois des demandeurs de prestations de compassion.
Le système de prestations de compassion admet actuellement
une définition comprenant trois principaux liens de parenté : les
parents, les enfants et les conjoints ou conjoints de fait. La
conception de ces prestations était basée sur des recherches et des
analyses indiquant que les membres de la famille sont des personnes clés en matière de soins et, particulièrement, que la majorité des Canadiens (de 90 % à 95 %) affrontant ces situations
prennent soin d’un enfant, d’un parent ou d’un conjoint.
Lorsque le programme a été mis en place, le gouvernement du
Canada s’est engagé à examiner les prestations de compassion par
une évaluation complète qui est en cours. Le but de l’évaluation
est d’établir une meilleure compréhension de la façon dont les
prestations réalisent les objectifs visés en examinant la gamme
complète des paramètres du programme. Dans un délai parallèle
mais plus court, un examen de la politique a été entrepris afin de
déterminer assez tôt les possibilités d’améliorer les prestations de
compassion dans le cadre des paramètres de la politique existante.
Cet examen a permis d’établir qu’un nombre restreint mais important de personnes (5 % à 10 % des soignants) ne sont pas admissibles aux prestations de compassion parce qu’elles sont
exclues de la définition actuelle de membre de la famille.
L’élargissement de la définition de membre de la famille permettra à un plus grand nombre de soignants de pouvoir accéder à un
soutien du revenu lorsqu’ils doivent quitter le travail pour prendre
soin d’une personne gravement malade.
Le cadre législatif et réglementaire des prestations de compassion offre déjà la latitude nécessaire pour ajuster la définition
de membre de la famille. Le paragraphe 23.1(1) de la Loi
sur l’assurance-emploi permet des modifications aux critères
d’admissibilité des prestations de compassion par une modification réglementaire permettant à des membres additionnels de la
famille ainsi qu’à d’autres personnes désignées par la personne
gravement malade comme « faisant partie de la famille » de présenter une demande pour ces prestations.
Un nouvel article (41.11) sera ajouté pour élargir la définition
de la famille afin d’y inclure : les frères et les sœurs, les grandsparents, les petits-enfants, les beaux-parents, les beaux-frères et
les belles-sœurs, les oncles, les tantes, les neveux et les nièces, les
gardiens, les parents de famille d’accueil et les pupilles. De plus,
afin de régler les situations où la personne gravement malade est
soignée par un parent plus éloigné ou qui n’a pas de lien de parenté direct avec elle, la nouvelle réglementation permettrait à un tel
soignant de présenter une demande s’il est désigné « comme »
membre de la famille par la personne gravement malade ou par le
représentant de la personne gravement malade.
Alternatives
Solutions envisagées
An alternative would be to expand the list of eligible family
members (siblings, grandparents, etc.) but not include persons
who the gravely ill person considers a family member. This
would not, however, address situations where the gravely ill person is being taken care of by a close friend who the gravely ill
person relies on like they would a family member. In effect, those
family members not listed and others who may be relied upon for
Une solution envisagée consisterait à augmenter la liste des
membres de la famille admissibles (frères et sœurs, grandsparents, etc.) mais sans inclure les personnes que la personne
gravement malade considère comme des membres de la famille.
Toutefois, cela ne tiendrait pas compte des situations où la personne gravement malade est soignée par un ami proche sur lequel
la personne gravement malade compte comme s’il était un membre
763
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-135
caregiving would not be entitled to any EI income replacement
support if they took time off work to care for a gravely ill person.
de la famille. En effet, les membres de la famille non inclues dans
la liste et les autres sur lesquels on pourrait compter pour dispenser les soins n’auraient pas droit au remplacement du revenu de
l’assurance-emploi s’ils s’absentent du travail pour prendre soin
d’une personne gravement malade.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Based on current eligibility criteria, the forecast number of
claims for 2006 is 5,239 with a total program cost of $7.3M. With
implementation of the changes to the definition of family member, it is estimated that the number of claims will increase by 10%
to 5,763 claims for a total program cost of $8M in 2006. This
represents an increase in program cost $700,000 per year and 524
more claims.
D’après les critères d’admissibilité actuels, la prévision du
nombre de demandes en 2006 est de 5 239, pour un coût total du
programme de 7,3 millions de dollars. Avec la mise en œuvre des
changements à la définition de membre de la famille, on estime
que le nombre de demandes augmentera de 10 % à 5 763 demandes pour un coût total du programme de 8 millions de dollars
en 2006, ce qui représente une augmentation du coût du programme de 700 000 $ par année et de 524 demandes.
Les frais administratifs et les frais de communication découlant
de ce changement seront gérés à même les crédits déjà prévus
pour les prestations du programme.
Administrative and communications costs associated with this
change will be managed within existing spending authorities.
Consultation
Consultations
The changes to the definition of family member take into consideration input from Canadians and a number of caregiving organizations that was received in the first year of the
benefit’s operation.
La modification réglementaire reliée à la définition d’un membre de la famille tient compte de rétroactions des Canadiens ainsi
que d’un certain nombre d’organisations de soignants; les commentaires ont été obtenus au cours de la première année d’activité
des prestations de compassion.
D’autres rétroactions provenant du public, des provinces et territoires, du milieu médical et des groupes d’intérêts ont été sollicitées lors de la publication au préalable, dans la Gazette du Canada
Partie I. Les commentaires reçus de ces groupes sont favorables.
La formulation du changement proposé a été légèrement améliorée en fonction des commentaires liés à la modification réglementaire. La rétroaction dans le cadre des critères d’admissibilité a
aussi incitée une amélioration sur le plan de la conception opérationnelle.
La modification réglementaire a été préparée par la Direction
générale des politiques et de la conception des programmes d’emploi de Ressources humaines et Développement social (RHDS) et le
ministère de la Justice.
Further input from the public, provinces and territories, the
medical community and stakeholders was sought during prepublication in the Canada Gazette, Part I. Comments received
were supportive of the regulatory proposal. Minor wording improvements have been made to the proposed Regulations based
on input received (e.g., clarification of the term “guardian”).
Feedback received has also improved the operational design of
client materials pertaining to the revised eligibility criteria.
The Regulations were prepared by the Employment Programs
Policy and Design Branch at Human Resources and Social Development (HRSD) and the Department of Justice.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Effects of the change to the definition of family member will
be closely monitored and results reported in the EI Commission’s
annual Monitoring and Assessment report tabled in Parliament.
Existing compliance mechanisms contained in HRSDC’s adjudication and controls procedures will ensure that the change is
implemented properly.
On surveillera de près les effets des changements à la définition
de membre de la famille, et les résultats seront diffusés dans le
Rapport annuel de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi
déposé au Parlement.
Les mécanismes de conformité existants contenus dans les procédures d’adjudication et de contrôle de RHDCC feront en sorte
que le changement est mis en œuvre correctement.
Contact
Personne-ressource
Stephanie Smith
Policy Advisor
Legislative Policy Analysis
Employment Programs Policy and Design Branch
Human Resources and Social Development Canada
140 Promenade du Portage, 3rd Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0J9
Telephone: (819) 997-8626
FAX: (819) 934-6631
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
764
Stephanie Smith
Conseillère en politiques
Analyse des politiques législatives
Direction générale de la politique et conception des programmes d’emploi
Ressources humaines et Développement social Canada
140, promenade du Portage, 3e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0J9
Téléphone : (819) 997-8626
TÉLÉCOPIEUR : (819) 934-6631
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
Registration
SOR/2006-136 June 15, 2006
Enregistrement
DORS/2006-136 Le 15 juin 2006
MIGRATORY BIRDS CONVENTION ACT, 1994
LOI DE 1994 SUR LA CONVENTION CONCERNANT LES
OISEAUX MIGRATEURS
Regulations Amending the Migratory Birds
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les oiseaux
migrateurs
P.C. 2006-525
C.P. 2006-525
June 15, 2006
Le 15 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of the Environment, pursuant to
section 12a of the Migratory Birds Convention Act, 1994 b, hereby
makes the annexed Regulations Amending the Migratory Birds
Regulations.
Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en
vertu de l’article 12a de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateursb, Son Excellence la Gouverneure
générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement
sur les oiseaux migrateurs, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE MIGRATORY
BIRDS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LES OISEAUX MIGRATEURS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subsection 13(3) of the Migratory Birds Regulations1 is
replaced by the following:
(3) No person shall traffic between Canada, or the exclusive
economic zone of Canada, and the United States in migratory
birds, or the nests or eggs of migratory birds, that have been captured, killed, taken or shipped contrary to the laws applicable to
the area in Canada, the exclusive economic zone of Canada or the
United States in which those birds, nests or eggs were captured,
killed, taken or shipped.
1. Le paragraphe 13(3) du Règlement sur les oiseaux migrateurs1 est remplacé par ce qui suit :
(3) Il est interdit de faire, entre le Canada ou la zone économique exclusive de celui-ci et les États-Unis, le commerce d’oiseaux
migrateurs — ou de leurs nids ou œufs — capturés, tués, pris
ou expédiés en contravention des lois applicables à la région
du Canada, de la zone économique exclusive de celui-ci ou des
États-Unis où les oiseaux, nids ou œufs ont été capturés, tués, pris
ou expédiés.
2. Table I of Part I of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS ON THE ISLAND OF NEWFOUNDLAND
Column I
Column II
Column III
Item
Area
Ducks, Including Mergansers (Other Than Long-tailed Ducks*,
Harlequin Ducks, Eiders and Scoters), Geese and Snipe
Long-tailed Ducks*, Eiders and Scoters
1.
2.
All Coastal Zones
All Inland Zones
Third Saturday of September to last Saturday of December
Third Saturday of September to last Saturday of December
Fourth Saturday of November to the last day of February
No open season
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
2. Le tableau I de la partie I de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE SUR L’ÎLE DE TERRE-NEUVE
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Article
Région
Canards, y compris harles (autres que Hareldes kakawis, Arlequins
plongeurs, eiders et macreuses), oies, bernaches et bécassines
Hareldes kakawis, eiders et macreuses
1.
Toutes les zones
côtières
Toutes les zones
intérieures
Troisième samedi de septembre au dernier samedi de décembre
Quatrième samedi de novembre à la dernière journée de février
Troisième samedi de septembre au dernier samedi de décembre
Pas de saison de chasse
2.
———
———
a
a
b
1
S.C. 2005, c. 23, s. 8
S.C. 1994, c. 22
C.R.C., c. 1035
b
1
L.C. 2005, ch. 23, art. 8
L.C. 1994, ch. 22
C.R.C., ch. 1035
765
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
3. Table I.1 of Part I of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I.1
BAG AND POSSESSION LIMITS ON THE ISLAND OF NEWFOUNDLAND
Limits
Ducks (Other Than Mergansers, Long-tailed Ducks*,
Harlequin Ducks, Eiders and Scoters)
Mergansers
Long-tailed Ducks*, Eiders and Scoters
Geese
Snipe
Daily Bags
Possession
6 (a)
12 (b)
6
12
6
12
5
10
10
20
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
3. Le tableau I.1 de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I.1
MAXIMUMS DE PRISES ET D’OISEAUX À POSSÉDER SUR L’ÎLE DE TERRE-NEUVE
Maximums
Canards (autres que harles, Hareldes kakawis,
Arlequins plongeurs, eiders et macreuses)
Harles
Hareldes kakawis, eiders et macreuses
Oies et bernaches
Bécassines
Prises par jour
Oiseaux à posséder
6 a)
12 b)
6
12
6
12
5
10
10
20
4. Notes (c) and (d) of Table I.1 of Part I of Schedule I to the
Regulations are repealed.
4. Les notes c) et d) du tableau I.1 de la partie I de l’annexe I du même règlement sont abrogées.
5. Table II of Part I of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE II
OPEN SEASONS IN LABRADOR
1.
2.
3.
4.
Column I
Column II
Column III
Area
Ducks (Other Than Harlequin Ducks and Eiders), Geese
and Snipe
Northern Labrador Zone
Western Labrador Zone
Southern Labrador Zone
Central Labrador Zone
First Saturday in September to last Saturday in December
First Saturday in September to last Saturday in December
Second Saturday in September to last Saturday in December
First Saturday in September to last Saturday in December
Eiders
Last Saturday in September to second Saturday in January
No open season
Fourth Saturday in November to last day of February
Last Saturday in October to last Saturday in November and first
Saturday in January to last day of February
5. Le tableau II de la partie I de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU II
SAISONS DE CHASSE AU LABRADOR
1.
2.
3.
4.
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Région
Canards (autres qu’Arlequins plongeurs et eiders), oies et
bernaches et bécassines
Zone nord du Labrador
Zone ouest du Labrador
Zone sud du Labrador
Zone centre du Labrador
Premier samedi de septembre au dernier samedi de décembre
Premier samedi de septembre au dernier samedi de décembre
Deuxième samedi de septembre au dernier samedi de décembre
Premier samedi de septembre au dernier samedi de décembre
Eiders
Dernier samedi de septembre au deuxième samedi de janvier
Pas de saison de chasse
Quatrième samedi de novembre au dernier jour de février
Dernier samedi d’octobre au dernier samedi de novembre et
premier samedi de janvier au dernier jour de février
6. Table II.1 of Part I of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE II.1
BAG AND POSSESSION LIMITS IN LABRADOR
Limits
Ducks (Other Than Mergansers, Harlequin Ducks, Eiders and Scoters)
Mergansers, Scoters and Eiders
Geese
Snipe
Daily Bags
Possession
6
12
6
12
5
10
10
20
766
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
6. Le tableau II.1 de la partie I de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU II.1
MAXIMUMS DE PRISES ET D’OISEAUX À POSSÉDER AU LABRADOR
Maximums
Canards (autres que harles, Arlequins plongeurs, eiders et macreuses)
Harles, macreuses et eiders
Oies et bernaches
Bécassines
Prises par jour
Oiseaux à posséder
6
12
6
12
5
10
10
20
7. Notes (a) and (b) of Table II.1 of Part I of Schedule I to
the Regulations are repealed.
8. Table III of Part I of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
7. Les notes a) et b) du tableau II.1 de la partie I de
l’annexe I du même règlement sont abrogées.
8. Le tableau III de la partie I de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLE III
TABLEAU III
OPEN SEASONS IN NEWFOUNDLAND AND LABRADOR
SAISONS DE CHASSE SUR L’ÎLE DE TERRE-NEUVE ET
AU LABRADOR
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Item
Area
Murres
Article
Région
Guillemot marmette et Guillemot de Brünnich*
1.
2.
3.
4.
Zone No. 1
Zone No. 2
Zone No. 3
Zone No. 4
September 1 to December 16
October 7 to January 20
November 24 to March 10
November 3 to January 10 and February 2
to March 10
1.
2.
3.
4.
Zone no 1
Zone no 2
Zone no 3
Zone no 4
du 1er septembre au 16 décembre
du 7 octobre au 20 janvier
du 24 novembre au 10 mars
du 3 novembre au 10 janvier et du 2 février
au 10 mars
*
autrefois appelés respectivement Marmette de Troïl et Marmette de Brünnich
9. Table I of Part II of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN PRINCE EDWARD ISLAND
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item
Area
Ducks (Other Than Harlequin Ducks)
and Geese
Ducks (Other Than Harlequin Ducks),
Snipe and Geese
Woodcock
1.
Throughout Prince Edward Island
September 16 (Waterfowler Heritage
Day)
First Monday of October to second
Saturday of December
Last Monday in September to second
Saturday in December
9. Le tableau I de la partie II de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE À L’ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Article
Région
Canards (autres qu’Arlequins plongeurs)
et oies et bernaches
Canards (autres qu’Arlequins plongeurs),
bécassines et oies et bernaches
Bécasses
1.
Tout le territoire de
l’Île-du-Prince-Édouard
16 septembre (Journée de la relève)
du premier lundi d’octobre au deuxième
samedi de décembre
du dernier lundi de septembre au
deuxième samedi de décembre
767
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
10. Table I of Part III of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN NOVA SCOTIA
Column I
Item
Area
1.
Zone No. 1
2.
Zone No. 2
3.
Zone No. 3
Column II
Column III
Column IV
Column V
Column VI
Column VII
Column VIII
Ducks (Other Than
Harlequin Ducks)
and Geese
Ducks (Other
Than
Harlequin
Ducks)
Additional Seasons
for Common and
Red-breasted
Mergansers
Additional Seasons for
Long-tailed Ducks*,
Eiders and Scoters (in
Coastal Waters Only)
Additional
Seasons for
Scaup,
Goldeneyes and
Buffleheads
Geese
Woodcock
and Snipe
September 23 (Waterfowler
Heritage Day)
September 23 (Waterfowler
Heritage Day)
October 2 to
December 30
October 9 to
December 30
No additional seasons
No additional
seasons
January 1 to 6
October 2 to
December 30
October 9 to
January 15
October 2 to
November 30
October 2 to
November 30
September 23 (Waterfowler
Heritage Day)
October 9 to
December 30
No additional
seasons
October 2 to 7 and
January 1 to 6 (in
coastal waters only)
January 1 to 6
January 1 to 6
October 9 to
January 15
October 2 to
November 30
October 2 to 7 and
January 1 to 6
No additional seasons
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
10. Le tableau I de la partie III de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE EN NOUVELLE-ÉCOSSE
Colonne I
Article
Région
1.
Zone no 1
2.
Zone no 2
3.
Zone no 3
Colonne IV
Colonne V
Colonne VI
Colonne VII
Colonne VIII
Canards (autres
qu’Arlequins
Canards (autres
plongeurs) et oies qu’Arlequins
et bernaches
plongeurs)
Saisons
supplémentaires
pour Grands Harles
et Harles huppés
Saisons
supplémentaires,
dans les eaux côtières
seulement, pour
Hareldes kakawis,
eiders et macreuses
Saisons
supplémentaires
pour Fuligules
milouinans, Petits
fuligules et Garrots
Oies et
bernaches
Bécasses et
bécassines
23 septembre
(Journée de la
relève)
23 septembre
(Journée de la
relève)
du 2 octobre
au 30 décembre
pas de saison
supplémentaire
pas de saison
supplémentaire
pas de saison
supplémentaire
du 2 octobre
du 2 octobre
au 30 décembre au 30 novembre
du 9 octobre
au 30 décembre
du 1er au 6 janvier
du 9 octobre
au 15 janvier
du 2 octobre
au 30 novembre
23 septembre
(Journée de la
relève)
du 9 octobre
au 30 décembre
du 2 au 7 octobre et
du 2 au 7 octobre et
du 1er au 6 janvier
du 1er au 6 janvier
(dans les eaux côtières
seulement)
du 1er au 6 janvier
pas de saison
supplémentaire
du 1er au 6 janvier
du 9 octobre
au 15 janvier
du 2 octobre
au 30 novembre
Colonne II
Colonne III
11. Table II of Part III of Schedule I to the English version of the Regulations is replaced by the following:
TABLE II
BAG AND POSSESSION LIMITS IN NOVA SCOTIA
Limits
Ducks (Other Than Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Harlequin Ducks, Eiders and Scoters)
Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Eiders and Scoters
Geese
Woodcock
Snipe
Daily Bags
Possession
6 (a)
12 (b)
5
10
5
10
8
16
10
20
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
11. Le tableau II de la partie III de l’annexe I de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLE II
BAG AND POSSESSION LIMITS IN NOVA SCOTIA
Limits
Ducks (Other Than Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Harlequin Ducks, Eiders and Scoters)
Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Eiders and Scoters
Geese
Woodcock
Snipe
Daily Bags
Possession
6 (a)
12 (b)
5
10
5
10
8
16
10
20
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
768
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
12. Table I of Part IV of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN NEW BRUNSWICK
Column I
Column II
Column III
Column IV
Column V
Item
Area
Ducks (Other Than Harlequin Ducks)
and Geese
Ducks (Other Than Harlequin
Ducks), Geese and Snipe
Additional Seasons for Common and
Red-breasted Mergansers, Long-tailed Ducks*,
Eiders and Scoters (in Coastal Waters Only)
1.
Zone No. 1
October 16 to January 4
February 1 to 24
2.
Zone No. 2
September 16 (Waterfowler Heritage
Day)
September 16 (Waterfowler Heritage
Day)
October 2 to December 18
No additional seasons
Woodcock
September 15 to
November 30
September 15 to
November 30
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
12. Le tableau I de la partie IV de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE AU NOUVEAU-BRUNSWICK
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Colonne V
Article
Région
Canards (autres qu’Arlequins
plongeurs) et oies et bernaches
Canards (autres qu’Arlequins
plongeurs), oies et bernaches et
bécassines
Saison supplémentaire, dans les eaux côtières
seulement, pour Grands Harles, Harles huppés,
Hareldes kakawis, eiders et macreuses
1.
Zone no 1
16 septembre (Journée de la relève)
du 16 octobre au 4 janvier
du 1er au 24 février
2.
Zone no 2
16 septembre (Journée de la relève)
du 2 octobre au 18 décembre
pas de saison supplémentaire
Bécasses
du 15 septembre
au 30 novembre
du 15 septembre
au 30 novembre
13. Table II of Part IV of Schedule I to the English version of the Regulations is replaced by the following:
TABLE II
BAG AND POSSESSION LIMITS IN NEW BRUNSWICK
Limits
Ducks (Other Than Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Harlequin Ducks, Eiders and Scoters)
Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Eiders and Scoters
Geese
Woodcock
Snipe
Daily Bags
Possession
6 (a)
12 (b)
6 (c)
12 (d)
5
10
8
16
10
20
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
13. Le tableau II de la partie IV de l’annexe I de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLE II
BAG AND POSSESSION LIMITS IN NEW BRUNSWICK
Limits
Ducks (Other Than Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Harlequin Ducks, Eiders and Scoters)
Common and Red-breasted Mergansers,
Long-tailed Ducks*, Eiders and Scoters
Geese
Woodcock
Snipe
Daily Bags
Possession
6 (a)
12 (b)
6 (c)
12 (d)
5
10
8
16
10
20
* Long-tailed Duck is the current name for Oldsquaw.
14. Notes (c) and (d) of Table II of Part IV of Schedule I to
the Regulations are replaced by the following:
(c) Not more than four may be scoters and in Zone No. 1 from
February 1 to February 24, not more than four eiders may be
taken daily.
(d) Not more than eight may be scoters and in Zone No. 1
from February 1 to February 24, not more than eight eiders
may be possessed.
14. Les notes c) et d) du tableau II de la partie IV de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
c) Dont au plus quatre peuvent être des macreuses et dans la
zone no 1, du 1er février au 24 février, il n’est pas permis de
prendre plus de quatre eiders par jour.
d) Dont au plus huit peuvent être des macreuses et dans la
zone no 1, du 1er février au 24 février, il n’est pas permis de
posséder plus de huit eiders.
769
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
15. Table I of Part V of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN QUEBEC
Column I
Column II
Column III
Column IV
Column V
Column VI
Ducks (Other Than
Eiders, Harlequin and
Long-tailed Duck),
Geese (Other Than
Canada and Snow
Geese) and Snipe
Canada Geese
Eiders and
Long-tailed Duck
Coots and
Gallinules
September 1 to
December 10
October 1 to
January 14 (b)
September 16 to
December 26
No open season
September 23 to
December 26
September 23 to
December 26
September 16 to
December 26
November 1 to
February 14
No open season
September 30 to
December 26
Colonne VI
Colonne VII
Item
Area
Ducks (Other Than
Harlequin Ducks), Geese,
Woodcock and Snipe
1.
District A
N/A
2.
District B
3.
Districts C, D
and E
September 9 (Waterfowler
Heritage Day)
September 9 (Waterfowler
Heritage Day)
September 1 to
December 10
September 16 to
December 26
September 16 to
December 26 (c)
4.
Districts F, G, H
and I
September 16 (d)
(Waterfowler Heritage Day)
September 23 to
December 26 (c)
5.
District J
September 23 (Waterfowler
Heritage Day)
September 30 to
December 26
September 1 to
December 10
September 16 to
December 26
September 1 to 15 (a)
and September 16 to
December 16
September 6 to 22 (a)
and September 23 to
December 21
September 30 to
December 26
No open season
No open season
Column VII
Woodcock
September 1 to
December 10
September 9 to
December 22
September 16 to
December 26
15. Le tableau I de la partie V de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE AU QUÉBEC
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Colonne V
Canards (autres que les
Arlequins plongeurs et
Hareldes kakawis), oies
et bernaches (autres
que les Bernaches du
Canada et Oies des
neiges) et bécassines
Bernaches du Canada
Eiders et Hareldes Foulques et
kakawis
gallinules
Bécasses
du 1er septembre
au 10 décembre
du 1er octobre
au 14 janvier b)
du 16 septembre
au 26 décembre
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
du 1er septembre
au 10 décembre
du 9 septembre
au 22 décembre
du 16 septembre
au 26 décembre
du 23 septembre
au 26 décembre
du 23 septembre
au 26 décembre
du 16 septembre
au 26 décembre
du 1er novembre
au 14 février
pas de saison de
chasse
du 30 septembre
au 26 décembre
Article
Région
Canards (autres que les
Arlequins plongeurs),
oies et bernaches,
bécasses et bécassines
1.
District A
s/o
2.
District B
3.
Districts C, D
et E
9 septembre (Journée
de la relève)
9 septembre (Journée
de la relève)
du 1er septembre
au 10 décembre
du 16 septembre
au 26 décembre
du 16 septembre
au 26 décembre c)
4.
Districts F, G, H
et I
16 septembre d)
(Journée de la relève)
du 23 septembre
au 26 décembre c)
5.
District J
23 septembre (Journée
de la relève)
du 30 septembre
au 26 décembre
du 1er septembre
au 10 décembre
du 16 septembre
au 26 décembre
du 1er au 15 septembre a)
et du 16 septembre
au 16 décembre
du 6 au 22 septembre a)
et du 23 septembre
au 21 décembre
du 30 septembre
au 26 décembre
16. Paragraphs 3(a) to (f) after Table I of Part V of Schedule I to the Regulations are replaced by the following:
(a) Cap Tourmente (Water):
Commencing at the intersection of the low-water mark along
the northerly shore of the St. Lawrence River with the southwesterly boundary of shore lot 248, according to the official
cadastre for the parish of Saint-Joachim, in the registration division of Montmorency; thence southeasterly along the extension of that boundary approximately 731.52 m to a point on the
straight line joining the light buoys designated V13 and V6
on Hydrographic Chart number 1232 on deposit with the Department of the Environment; thence easterly along that
straight line to the light buoy designated V6 on that chart;
thence northeasterly in a straight line toward the light buoys
770
16. Les alinéas 3a) à f) suivant le tableau I de la partie V de
l’annexe I du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) Cap Tourmente (Eau) :
À partir de l’intersection de la laisse des basses eaux sur la rive
nord du fleuve Saint-Laurent et de la limite sud-ouest du lot
riverain 248, selon le cadastre officiel de la paroisse SaintJoachim, division d’enregistrement de Montmorency; de là,
vers le sud-est le long de cette limite, sur une distance d’environ 731,52 m jusqu’à un point d’une droite tirée entre les
deux bouées lumineuses numérotées V13 et V6 sur la carte
hydrographique no 1232 déposée au ministère de l’Environnement; de là, vers l’est le long de cette droite jusqu’à la
bouée V6; de là, vers le nord-est en droite ligne jusqu’aux
bouées lumineuses numérotées K108 et K103 sur la carte
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
designated K108 and K103 on that chart; thence northeasterly
in a straight line to the light buoy designated K95 on that
chart 1232, but ending abreast of Cap Brûlé; thence northwesterly in a line perpendicular to the low-water mark to Cap Brûlé
along the northern shore of the St. Lawrence River; thence
southwesterly along the low-water mark to the point of commencement, together with that portion of the right-of-way of
the Canadian National Railways from Lot 58A of the official
cadastre of the parish of Saint-Joachim, in the registration division of Montmorency, thence easterly to Cap Brûlé;
(b) Portage:
In the Gulf of St. Lawrence (at approximate latitude 47°37′N
and approximate longitude 61°29′W):
a part of Îles-de-la-Madeleine together with the waters included
within the limit described as follows:
Commencing at the intersection of the ordinary high-water
mark of Baie Clarke with a plumb line originating from the
centre of the bridge of “Pointe de l’Est” at its northwesterly
end; thence southwesterly in a straight line (in Havre de la
Grande Entrée) to a point situated 200 m from the ordinary
high-water mark and on the production southeasterly of the
most easterly limit of lot 20-23-3 of the Cadastre of the Île
Coffin; thence northwesterly following that production line
and easterly limit to its northerly end; thence northwesterly
following the easterly limits of lots 20-23-3, 20-23-2, 20-23-1
and its production in the Gulf of St. Lawrence to a point
situated 200 m measured at right angle to the ordinary highwater mark of that Gulf; thence generally easterly following a
line at 200 m from that water mark to a point situated 2 000 m
in a straight line from that point; thence southerly in a
straight line to the intersection of the westerly bank of an
unnamed creek with the ordinary high-water mark of Baie
Clarke (at approximate latitude 47°37′10″N and approximate
longitude 61°28′25″W); thence southwesterly following that
water mark to the point of commencement;
(c) Havre aux Basques :
In the municipalities of l’Étang-du-Nord and l’Île-du-HavreAubert; a part of the Îles-de-la-Madeleine, in the Gulf of
St. Lawrence, comprising those parts of Île du Cap aux Meules
and Île-du-Havre-Aubert that lie between latitudes 47°18′N
and 47°19′20″N and including the part of Havre aux Basques
lying therein together with 200 m zones extending easterly and
westerly from the coast of Baie de Plaisance and the Gulf of
St. Lawrence respectively; the north and south limits of those
zones being fixed by those latitudes and the eastern and western limits being parallel lines to the ordinary high-water marks
of that bay and that Gulf;
(d) Baie-du-Febvre :
The water purification basins at Baie-du-Febvre located in the
Municipality of Baie-du-Febvre at latitude 46°08.6′N and longitude 72°43.7′W, and including a 50-m-wide belt around those
basins;
(e) Cap Tourmente (Ground):
Parcel VI and the part of lot 456 that appear on Public Works
Canada map AM-92-7485, in accordance with the official
cadastre of the parish of Saint-Joachim, in the registration
division of Montmorency, in the Province of Quebec and the
area between the low-water mark of the St. Lawrence River
and the northern boundary of the Canadian government railroad right-of-way, bounded on the west by Cap Tourmente
National Wildlife Area and on the east by Cap Brûlé. In addition,
no 1232; de là, vers le nord-est en ligne droite en direction de la
bouée lumineuse numérotée K95 sur la carte no 1232, mais
s’arrêtant à la hauteur du Cap Brûlé; de là, vers le nord-ouest
en une ligne perpendiculaire rejoignant la rive jusqu’à la laisse
des basses eaux du Cap Brûlé sur la rive nord du Saint-Laurent;
de là, vers le sud-ouest, le long de la laisse des basses eaux jusqu’au point de départ, ainsi que l’emprise des Chemins de fer
nationaux du Canada à partir du Lot 58A du cadastre officiel
de la paroisse de Saint-Joachim, circonscription foncière de
Montmorency et de là, vers l’est jusqu’au Cap Brûlé;
b) Portage :
Dans le golfe du Saint-Laurent (par environ 47°37′ de latitude
nord et 61°29′ de longitude ouest), une partie des Îles-de-laMadeleine et les eaux comprises dans les limites suivantes :
À partir de l’intersection de la laisse ordinaire des hautes eaux
de la baie Clarke et d’une ligne d’aplomb tirée à partir du
côté nord-ouest du centre du pont de la pointe de l’Est; de là,
vers le sud-ouest en ligne droite (dans le havre de la Grande
Entrée) jusqu’à un point situé à 200 m de la laisse ordinaire des
hautes eaux et sur le prolongement sud-est de la limite est du
lot 20-23-3 enregistré au cadastre de l’Île Coffin; de là, vers le
nord-ouest le long de ce prolongement et de cette limite est
jusqu’à son extrémité nord; de là, vers le nord-ouest le long des
limites est des lots 20-23-3, 20-23-2, 20-23-1 et le prolongement de cette dernière limite dans le golfe du Saint-Laurent
jusqu’à un point situé à 200 m perpendiculairement à la laisse
ordinaire des hautes eaux du golfe; de là, vers l’est le long
d’une ligne située à 200 m de la laisse jusqu’à un point situé
à 2 000 m en ligne droite du dernier point; de là, vers le sud en
ligne droite jusqu’à l’intersection de la rive ouest d’un ruisseau
sans nom et de la laisse ordinaire des hautes eaux de la baie
Clarke (par environ 47°37′10″ de latitude nord et 61°28′25″ de
longitude ouest) et de là, vers le sud-ouest le long de la laisse
ordinaire des hautes eaux de la baie Clarke jusqu’au point de
départ;
c) Havre aux Basques :
Dans les municipalités de l’Étang-du-Nord et de l’Île-duHavre-Aubert; une partie des Îles-de-la-Madeleine, dans le
golfe du Saint-Laurent, correspondant aux parties de l’Île du
Cap aux Meules et de l’Île-du-Havre-Aubert qui sont comprises entre les latitudes nord 47°18′ et 47°19′20″, y compris la
partie du Havre aux Basques qui y est comprise ainsi que les
zones de 200 m s’étendant vers l’est et vers l’ouest respectivement à partir des côtes de la baie de Plaisance et des côtes du
golfe du Saint-Laurent; les limites nord et sud de ces zones suivant ces latitudes et les limites est et ouest étant parallèles aux
laisses ordinaires des hautes eaux de la baie et du golfe;
d) Baie-du-Febvre :
Les bassins d’épuration de Baie-du-Febvre, situés dans la municipalité du même nom par environ 46°08.6′ de latitude nord
et 72°43.7′ de longitude ouest, ainsi qu’une bande de 50 m autour de ces bassins;
e) Cap Tourmente (Terre) :
La parcelle VI et la partie du lot 456 figurant sur le
plan AM-92-7485 de Travaux Publics Canada, selon le cadastre officiel de la paroisse de Saint-Joachim, division d’enregistrement de Montmorency, province de Québec, ainsi que la
zone comprise entre la ligne des basses eaux du fleuve SaintLaurent et la limite nord de l’emprise du chemin de fer du gouvernement canadien, limitée à l’ouest par la Réserve nationale
de faune de Cap Tourmente et à l’est par le Cap Brûlé. De
771
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
this sector includes the public road called “Chemin du cap
Tourmente” located in the municipality of Saint-Joachim-deMontmorency;
plus, cette zone comprend l’emprise du chemin public appelé
« Chemin du cap Tourmente », qui est situé dans la municipalité de Saint-Joachim-de-Montmorency;
17. Table I of Part VI of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN ONTARIO
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item
Area
Ducks (Other Than Harlequin Ducks),
Rails (Other Than Yellow Rails and
King Rails), Common Moorhens,
American Coots, Common Snipe and
Geese (Other Than Canada Geese)
Canada Geese
Woodcock
1.
2.
3.
4.
Hudson — James Bay District
Northern District
Central District
Southern District
September 1 to December 15
September 10 to December 15
September 16 to December 20
September 23 to December 20 (f)
September 1 to December 15
September 1 to December 15
September 5 to December 20
September 5 to September 16 (a), (f) and
September 9 to September 19 (b) and
September 23 to December 27 (b) and
September 23 to January 4 (c), (f) and
September 23 to October 21 (d), (f) and
November 29 to January 4 (d), (f) and
February 21 to 28 (e), (f)
September 1 to December 15
September 15 to December 15
September 20 to December 20
September 25 to December 20 (f)
17. Le tableau I de la partie VI de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE EN ONTARIO
Colonne I
Colonne II
Article
Région
Canards (autres qu’Arlequins plongeurs),
râles (autres que Râles élégants et Râles
jaunes), Gallinules poule-d’eau, Foulques
d’Amérique, Bécassines des marais et oies et
bernaches (autres que Bernaches du Canada) Bernaches du Canada
Bécasses
1.
District de la baie d’Hudson
et de la baie James
District nord
District central
District sud
du 1er septembre au 15 décembre
du 1er septembre au 15 décembre
du 1er septembre au 15 décembre
du 10 septembre au 15 décembre
du 16 septembre au 20 décembre
du 23 septembre au 20 décembre f)
du 1er septembre au 15 décembre
du 15 septembre au 15 décembre
du 5 septembre au 20 décembre
du 20 septembre au 20 décembre
du 5 au 16 septembre a), f), du 9
du 25 septembre au 20 décembre f)
au 19 septembre b), du 23 septembre
au 27 décembre b), du 23 septembre
au 4 janvier c), f), du 23 septembre
au 21 octobre d), f), du 29 novembre
au 4 janvier d), f) et du 21 au 28 février e), f)
2.
3.
4.
18. Notes (a) to (g) of Table I of Part VI of Schedule I to the
Regulations are replaced by the following:
(a) In Wildlife Management Units 73 to 89, 90 (excluding that
part of the Township of South Walsingham south of County
Road 42, which includes Long Point) and 91 to 95.
(b) In Wildlife Management Units 60A to 72B.
(c) In Wildlife Management Units 73 to 93 and 95.
(d) In Wildlife Management Unit 94.
(e) In Wildlife Management Units 73 to 93.
(f) No person shall hunt migratory birds on Sundays during the
hunting season in Wildlife Management Units 73 to 95 from
September 10 to December 31, and February 25. Sunday exclusions do not apply to falconers, who may only hunt ducks on
Sundays from September 24 to December 17.
772
Colonne III
Colonne IV
18. Les notes a) à g) du tableau I de la partie VI de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
a) Dans les secteurs de gestion de la faune 73 à 89, 90 (à
l’exclusion de la partie du comté de South Walsingham au sud
de la route de comté 42, lequel comprend Long Point) et 91
à 95.
b) Dans les secteurs de gestion de la faune 60A à 72B.
c) Dans les secteurs de gestion de la faune 73 à 93 et 95.
d) Dans le secteur de gestion de la faune 94.
e) Dans les secteurs de gestion de la faune 73 à 93.
f) Il est interdit de chasser les oiseaux migrateurs au cours de la
saison de chasse dans les secteurs de gestion de la faune 73
à 95, les dimanches compris dans la période allant du 10 septembre au 31 décembre, ainsi que le 25 février. L’interdiction
ne s’applique pas aux fauconniers, qui peuvent chasser seulement les canards les dimanches compris dans la période allant
du 24 septembre au 17 décembre.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
19. Notes (e) to (g) of Table II of Part VI of Schedule I to
the Regulations are replaced by the following:
(e) Not more than two Canada Geese may be taken daily and
not more than four Canada Geese may be possessed in Wildlife
Management Unit 94 from September 23 to October 21 and
from November 29 to January 4.
(f) Not more than three Canada Geese may be taken daily and
not more than ten Canada Geese may be possessed in Wildlife
Management Units 82 to 86 and 93 from September 23 to
October 31.
(g) Three additional Canada Geese may be taken daily and
fourteen additional Canada Geese may be possessed in Wildlife Management Units 36 and 45 from September 1 to 9, in
Central District from September 5 to September 15, in Wildlife
Management Units 73 to 89, 90 (excluding that part of the
Township of South Walsingham south of County Road 42,
which includes Long Point) and 91 to 95 from September 5 to
September 16, in Wildlife Management Units 60A to 72B from
September 9 to September 19, and in Wildlife Management
Units 73 to 93 from February 21 to 28.
19. Les notes e) à g) du tableau II de la partie VI de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
e) Il est permis de prendre au plus deux Bernaches du Canada
par jour et d’en posséder au plus quatre dans le secteur de gestion de la faune 94, du 23 septembre au 21 octobre et du 29 novembre au 4 janvier.
f) Il est permis de prendre au plus trois Bernaches du Canada
par jour et d’en posséder au plus dix dans les secteurs de gestion de la faune 82 à 86 et 93, du 23 septembre au 31 octobre.
g) Il est permis de prendre trois Bernaches du Canada supplémentaires par jour et d’en posséder quatorze supplémentaires dans les secteurs de gestion de la faune 36 et 45, du 1er
au 9 septembre; dans le district central, du 5 au 15 septembre;
dans les secteurs de gestion de la faune 73 à 89, 90 (à l’exclusion de la partie du comté de South Walsingham au sud de
la route de comté 42, lequel comprend Long Point) et 91 à 95,
du 5 au 16 septembre; dans les secteurs de gestion de la
faune 60A à 72B, du 9 au 19 septembre et dans les secteurs de
gestion de la faune 73 à 93, du 21 au 28 février.
20. Table I of Part VII of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN MANITOBA
Column I
Column II
Column III
Ducks, Canada Geese,
Ducks, Geese, Coots
Coots and Snipe
and Snipe RESIDENTS NON-RESIDENTS
OF CANADA
OF CANADA
Item
Area
Ducks and Geese
1.
Game Bird Hunting Zone
No. 1
Game Bird Hunting Zone
No. 2
Game Bird Hunting Zone
No. 3
Game Bird Hunting Zone
No. 4
N/A
2.
3.
4.
September 1 to 7
(Waterfowler Heritage Days)
September 1 to 7
(Waterfowler Heritage Days)
September 1 to 7
(Waterfowler Heritage Days)
September 1 to
October 31 (b)
September 8 to
November 30 (b)
September 8 to
November 30 (b)
September 8 to
November 30 (b)
Column IV
September 1 to
October 31
September 8 to
November 30
September 25 to
November 30
September 25 to
November 30
Column V
Column VI
Sandhill Cranes
RESIDENTS OF
CANADA AND
NON-RESIDENTS
OF CANADA
Snow and Ross Geese
NON-RESIDENTS
OF CANADA
No open season
September 1 to
November 30 (a)
September 1 to
November 30
September 1 to
November 30
September 1 to
October 31 (b)
September 8 to
November 30 (b)
September 18 to
November 30 (b)
September 18 to
November 30 (b)
20. Le tableau I de la partie VII de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE AU MANITOBA
Colonne I
Article
Région
1.
Zone no 1 de chasse aux oiseaux
considérés comme gibiers
Zone no 2 de chasse aux oiseaux
considérés comme gibiers
Zone no 3 de chasse aux oiseaux
considérés comme gibiers
Zone no 4 de chasse aux oiseaux
considérés comme gibiers
2.
3.
4.
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Colonne V
Colonne VI
Canards et oies et
bernaches
Canards, oies et
bernaches, foulques
et bécassines
RÉSIDENTS DU
CANADA
Canards, Bernaches
du Canada, foulques
et bécassines
NON-RÉSIDENTS
DU CANADA
Grues du Canada
RÉSIDENTS ET
NON-RÉSIDENTS
DU CANADA
Oies des neiges et
Oies de Ross
NON-RÉSIDENTS
DU CANADA
du 1er septembre
au 31 octobre b)
du 8 septembre
au 30 novembre b)
du 8 septembre
au 30 novembre b)
du 8 septembre
au 30 novembre b)
du 1er septembre
au 31 octobre
du 8 septembre
au 30 novembre
du 25 septembre
au 30 novembre
du 25 septembre
au 30 novembre
pas de saison de
chasse
du 1er septembre
au 30 novembre a)
du 1er septembre
au 30 novembre
du 1er septembre
au 30 novembre
du 1er septembre
au 31 octobre b)
du 8 septembre
au 30 novembre b)
du 18 septembre
au 30 novembre b)
du 18 septembre
au 30 novembre b)
s/o
du 1er au 7 septembre
(Journées de la relève)
du 1er au 7 septembre
(Journées de la relève)
du 1er au 7 septembre
(Journées de la relève)
773
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
21. Note (b) of Table I of Part VII of Schedule I to the
Regulations is replaced by the following:
(b) Snow Goose call recordings may be used for the purpose of
hunting Snow Geese. If those recordings are used with decoys,
the decoys must be white. In either case, any migratory bird for
which there is an open season may also be taken.
21. La note b) du tableau I de la partie VII de l’annexe I du
même règlement est remplacée par ce qui suit :
b) Les enregistrements d’appels d’Oies des neiges peuvent être
utilisés pour chasser l’Oie des neiges. S’ils sont utilisés avec
des leurres, ceux-ci doivent être blancs. Dans ces deux cas, tout
oiseau migrateur pour lequel il y a une saison de chasse ouverte
peut aussi être pris.
22. Section 2 after Table I.2 of Part VII of Schedule I to the
Regulations is replaced by the following:
2. In this Part, the open season for hunting geese by nonresidents in Game Bird Hunting Zone No. 4, Provincial Game
Hunting Areas Nos. 13A, 14 and 14A, all that portion of Game
Hunting Area 16 south of the north limit of Township 33, Game
Hunting Areas 18, 18A, 18B, 18C, 19, 19A, 19B, 20, 21A, 23A
and 25 as described in the Hunting Areas and Zones Regulation, 220/86, of the Province of Manitoba, made pursuant to The
Wildlife Act, C.C.S.M., c. W130 includes only that part of each
day from one-half hour before sunrise to 12:00 noon, local time,
from the opening date to October 15, and on and after October 16,
geese may be hunted from one-half hour before sunrise until onehalf hour after sunset.
22. L’article 2 suivant le tableau I.2 de la partie VII de
l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
2. Dans la présente partie, la saison de chasse aux oies et
aux bernaches par les non-résidents dans la zone no 4 de chasse
aux oiseaux gibiers, dans les zones provinciales de chasse aux
oiseaux gibiers nos 13A, 14 et 14A, dans toute la partie de la
zone de chasse aux oiseaux gibiers no 16 au sud de la limite
nord du canton 33, dans les zones de chasse aux oiseaux gibiers 18, 18A, 18B, 18C, 19, 19A, 19B, 20, 21A, 23A et 25 telles qu’elles sont décrites dans le Règlement sur les zones de
chasse, 220/86 du Manitoba pris en vertu de la Loi sur la conservation de la faune, C.P.L.M., ch. W130 ne comprend que la
période de chaque jour allant d’une demi-heure avant le lever
du soleil jusqu’à midi, heure locale, et ce, de la date d’ouverture
au 15 octobre, à compter du 16 octobre, les oies et bernaches peuvent être chassées une demi-heure avant le lever du soleil jusqu’à
une demi-heure après le coucher du soleil.
23. Les notes e) et f) du tableau II de la partie VII de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
e) Sauf que dans l’aire de chasse provinciale 25B, les nonrésidents ne peuvent prendre plus de quatre Bernaches du
Canada par jour.
f) Sauf que dans l’aire de chasse provinciale 25B, les nonrésidents ne peuvent avoir en leur possession plus de douze
Bernaches du Canada.
24. Les notes c) et d) du tableau II de la partie VIII de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
c) Pour les résidents de la Saskatchewan, au plus quatre
peuvent être des Oies rieuses. Pour les non-résidents de la
Saskatchewan, au plus trois peuvent être des Oies rieuses.
d) Pour les résidents de la Saskatchewan, au plus huit
peuvent être des Oies rieuses. Pour les non-résidents de la
Saskatchewan, au plus six peuvent être des Oies rieuses.
25. L’alinéa 1f) suivant le tableau I de la partie IX de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
f) « Zone no 6 » désigne la partie de l’Alberta comprise dans les
secteurs de gestion de la faune 104, 106, 108, 110, 112, 128,
130, 132, 134, 136, 138, 140, 142, 152, 156, 158, 210, 212,
214, 300, 302, 303, 304, 305, 306, 308, 310, 312 et 314;
26. Les notes c) et d) du tableau II de la partie IX de l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui suit :
c) Pour les résidents canadiens, au plus cinq peuvent être des
Oies rieuses. Pour les non-résidents du Canada, au plus trois
peuvent être des Oies rieuses.
d) Pour les résidents canadiens, au plus dix peuvent être des
Oies rieuses. Pour les non-résidents du Canada, au plus six
peuvent être des Oies rieuses.
23. Notes (e) and (f) of Table II of Part VII of Schedule I to
the Regulations are replaced by the following:
(e) Except that, in provincial zone Game Hunting Area 25B,
non-residents may not take more than four Canada Geese daily.
(f) Except that, in provincial zone Game Hunting Area 25B,
non-residents may not possess more than twelve Canada Geese.
24. Notes (c) and (d) of Table II of Part VIII of Schedule I
to the Regulations are replaced by the following:
(c) For residents of Saskatchewan, not more than four may be
White-fronted Geese. For non-residents of Saskatchewan, not
more than three may be White-fronted Geese.
(d) For residents of Saskatchewan, not more than eight may be
White-fronted Geese. For non-residents of Saskatchewan, not
more than six may be White-fronted Geese.
25. Paragraph 1(f) after Table I of Part IX of Schedule I to
the Regulations is replaced by the following:
(f) ”Zone No. 6” means that part of Alberta included in Wildlife Management Units 104, 106, 108, 110, 112, 128, 130, 132,
134, 136, 138, 140, 142, 152, 156, 158, 210, 212, 214, 300,
302, 303, 304, 305, 306, 308, 310, 312 and 314;
26. Notes (c) and (d) of Table II of Part IX of Schedule I to
the Regulations are replaced by the following:
(c) For residents of Canada, not more than five may be Whitefronted Geese. For non-residents of Canada, not more than
three may be White-fronted Geese.
(d) For residents of Canada, not more than ten may be Whitefronted Geese. For non-residents of Canada, not more than six
may be White-fronted Geese.
774
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
27. Table I of Part X of Schedule I to the Regulations is replaced by the following:
TABLE I
OPEN SEASONS IN BRITISH COLUMBIA
Column I Column II
Column III
Column IV
Column V
Column VI
Column VII
Item
District
Ducks and Geese
Ducks, Coots
and Snipe
Snow and Ross
Geese
Other Geese
Brant
Band-tailed
Pigeons
1.
No. 1
September 9
and 10 (b) and
September 30 and
October 1 (p)
(Waterfowler
Heritage Days)
October 7 to
January 19
October 7 to
January 19
No open season
September 15
to 30
No open season
2.
No. 2
September 2
and 3 (j), (r) and
September 30 and
October 1 (q)
(Waterfowler
Heritage Days)
October 7 to
January 19 (g), (h)
and September 10
to December 23 (j)
October 7 to
January 2 (d)
and February 22
to March 10 (d)
March 1 to
March 10 (h), (i)
September 15
to 30 (s)
No open season
3.
No. 3
September 2 and 3 September 10 to
(Waterfowler
December 23
Heritage Days)
September 10 to
December 23
No open season
September 15
to 30 (t)
September 1 to 30
4.
No. 4
September 10 to
December 23
September 10 to
December 23
No open season
No open season
September 1 to 30
5.
No. 5
September 15 to
December 25
September 15 to
December 25
September 15 to December 25
No open season
No open season
No open season
6.
No. 6
September 3 to
November 30 (m)
and October 1 to
January 13 (n)
September 3 to
November 30 (m)
and October 1 to
January 13 (n)
September 3 to
November 30 (m) and
October 1 to
January 13 (n)
No open season
No open season
No open season
7.
No. 7
September 2 and 3
(Waterfowler
Heritage Days)
September 9
and 10
(Waterfowler
Heritage Days)
September 1
and 2 (m) and
September 16
and 17 (n)
(Waterfowler
Heritage Days)
N/A
October 7 to January 19 (a)
September 15 to
October 22 (b), (h),
December 15 to
January 25 (b), (h) and
February 14 to
March 10 (b), (h)
October 7 to January 19 (e),
September 9 to 17 (f), (h),
October 7 to
November 26 (f), (h),
December 16 to
January 1 (f), (h),
February 11 to
March 10 (f), (h) and
September 10 to
December 23 (c), (j)
September 10 to
December 23 (k),
September 10 to 20 (l),
October 1 to December 23 (l)
and March 1 to March 10 (l)
September 10 to December 23
September 1 to November 30
No open season
No open season
No open season
8.
No. 8
September 1 to
November 30
September 12 to
December 25
September 12 to
December 25 (o),
September 20 to
November 28 (c),
December 20 to January 5 (c)
and February 21 to
March 10 (c)
No open season
No open season
September 1 to 30
September 1 to
November 30
September 2 and 3 September 12 to
(Waterfowler
December 25
Heritage Days)
Column VIII
Mourning Doves
27. Le tableau I de la partie X de l’annexe I du même règlement est remplacé par ce qui suit :
TABLEAU I
SAISONS DE CHASSE EN COLOMBIE-BRITANNIQUE
Colonne I Colonne II
Article
District
1.
No 1
Colonne III
Colonne IV
Colonne V
Colonne VI
Colonne VII
Colonne VIII
Canards, et oies et
bernaches
Canards, foulques
et bécassines
Oies des neiges
et Oies de Ross
Autres oies et bernaches
Bernaches
cravants
Pigeons à queue
barrée
Tourterelles
tristes
9 et 10 septembre b)
et 30 septembre
et 1er octobre p)
(Journées de la relève)
du 7 octobre
au 19 janvier
du 7 octobre
au 19 janvier
du 7 octobre
au 19 janvier a),
du 15 septembre
au 22 octobre b), h),
du 15 décembre
au 25 janvier b), h) et
du 14 février
au 10 mars b), h)
pas de saison de du 15
chasse
au 30 septembre
pas de saison de
chasse
775
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
TABLEAU I (suite)
SAISONS DE CHASSE EN COLOMBIE-BRITANNIQUE (suite)
Colonne I Colonne II
Article
District
2.
No 2
3.
No 3
4.
No 4
5.
No 5
6.
No 6
7.
No 7
8.
No 8
Colonne III
Colonne IV
Colonne V
Colonne VI
Colonne VII
Colonne VIII
Canards, et oies et
bernaches
Canards, foulques
et bécassines
Oies des neiges
et Oies de Ross
Autres oies et bernaches
Bernaches
cravants
Pigeons à queue
barrée
Tourterelles
tristes
2 et 3 septembre j), r)
et 30 septembre
et 1er octobre q)
(Journées de la relève)
du 7 octobre
au 19 janvier g), h)
et du 10 septembre
au 23 décembre j)
du 7 octobre
au 2 janvier d)
et du 22 février
au 10 mars d)
du 7 octobre
au 19 janvier e),
du 9 au 17 septembre f), h),
du 7 octobre
au 26 novembre f), h),
du 16 décembre
au 1er janvier f), h),
du 11 février
au 10 mars f), h) et
du 10 septembre
au 23 décembre c), j)
2 et 3 septembre
du 10 septembre
du 10 septembre
du 10 septembre
(Journées de la relève)
au 23 décembre
au 23 décembre
au 23 décembre k),
du 10 au 20 septembre l),
du 1er octobre
au 23 décembre l) et
du 1er au 10 mars l)
2 et 3 septembre
du 10 septembre
du 10 septembre
du 10 septembre
(Journées de la relève)
au 23 décembre
au 23 décembre
au 23 décembre
9 et 10 septembre
du 15 septembre
du 15 septembre
du 15 septembre
(Journées de la relève)
au 25 décembre
au 25 décembre
au 25 décembre
1er et 2 septembre m),
du 3 septembre
du 3 septembre
du 3 septembre
et 16 et 17 septembre n) au 30 novembre m) au 30 novembre m) au 30 novembre m) et
(Journées de la relève)
et du 1er octobre
et du 1er octobre
du 1er octobre
au 13 janvier n)
au 13 janvier n)
au 13 janvier n)
s/o
du 1er septembre
du 1er septembre
du 1er septembre
au 30 novembre
au 30 novembre
au 30 novembre
2 et 3 septembre
du 12 septembre
du 12 septembre
du 12 septembre
au 25 décembre o),
(Journées de la relève)
au 25 décembre
au 25 décembre
du 20 septembre
au 28 novembre c),
du 20 décembre
au 5 janvier c) et
du 21 février au 10 mars c)
28. Notes (k) and (l) of Table I of Part X of Schedule I to the
Regulations are replaced by the following:
(k) Provincial Management Units 3-12 to 3-18 inclusive, 3-30
to 3-35 inclusive, and 3-38 to 3-44 inclusive, for Whitefronted and Canada Geese, and Provincial Management
Units 3-19, 3-20, 3-26 to 3-29 inclusive, 3-36 and 3-37, for
White-fronted Geese only.
(l) Provincial Management Units 3-19, 3-20, 3-26 to 3-29 inclusive, 3-36 and 3-37, for Canada Geese only.
29. Notes (p) and (q) of Table I of Part X of Schedule I to
the Regulations are replaced by the following:
(p) For Ducks, Snow Geese and Ross Geese only, and additionally, in Provincial Management Units 1-3 and 1-7 to 1-15
inclusive, for Canada Geese.
(q) Provincial Management Units 2-2 to 2-10 inclusive,
and 2-12 to 2-19 inclusive, for Ducks and Canada Geese only,
and additionally, in Provincial Management Units 2-4 and 2-5
only, for Snow Geese and Ross Geese.
776
du 15
pas de saison de
du 1er
au 10 mars h), i) au 30 septembre s) chasse
pas de saison de du 15
du 1er
chasse
au 30 septembre t) au 30 septembre
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
du 1er
au 30 septembre
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
pas de saison de
chasse
du 1er
au 30 septembre
28. Les notes k) et l) suivant le tableau I de la Partie X de
l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui
suit :
k) Secteurs provinciaux de gestion 3-12 à 3-18 inclusivement, 3-30 à 3-35 inclusivement et 3-38 à 3-44 inclusivement
pour l’Oie rieuse et la Bernache du Canada, et secteurs provinciaux de gestion 3-19, 3-20, 3-26 à 3-29 inclusivement, 3-36
et 3-37 pour l’Oie rieuse seulement.
l) Secteurs provinciaux de gestion 3-19, 3-20, 3-26 à 3-29 inclusivement, 3-36 et 3-37 pour la Bernache du Canada seulement.
29. Les notes p) et q) suivant le tableau I de la partie X de
l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui
suit :
p) Pour les canards, l’Oie des Neiges et l’Oie de Ross seulement et, de plus, dans les secteurs provinciaux de gestion 1-3
et 1-7 à 1-15 inclusivement pour la Bernache du Canada.
q) Secteurs provinciaux de gestion 2-2 à 2-10 inclusivement
et 2-12 à 2-19 inclusivement pour les canards et la Bernache du
Canada seulement et, de plus, dans les secteurs provinciaux de
gestion 2-4 et 2-5 seulement pour l’Oie des neiges et l’Oie de
Ross.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
30. Notes (s) and (t) of Table I of Part X of Schedule I to the
Regulations are replaced by the following:
(s) Provincial Management Units 2-2 to 2-19 inclusive.
(t) Provincial Management Units 3-13 to 3-17 inclusive.
30. Les notes s) et t) suivant le tableau I de la partie X de
l’annexe I du même règlement sont remplacées par ce qui
suit :
s) Secteurs provinciaux de gestion 2-2 à 2-19 inclusivement.
t) Secteurs provinciaux de gestion 3-13 à 3-17 inclusivement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
31. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
31. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Introduction
Introduction
The purpose of the amendments to Schedule I of the Migratory Birds Regulations (MBR) is to establish hunting season dates
for 2006/2007, and the number of migratory game birds that may
be taken or possessed during those dates. In addition, the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations has brought
to Environment Canada’s attention minor inconsistencies between
the French and English versions of the MBR that have been addressed in these amendments.
The hunting of migratory game birds is regulated in both
Canada and the United States. Each country shares a commitment
to work together to conserve migratory game bird populations
throughout North America. In 1916, Canada and the United States
signed the Migratory Birds Convention, which is implemented in
Canada by the Migratory Birds Convention Act, 1994. The objective and purpose of the Convention, the Act and regulations made
pursuant to the Act, is the conservation of migratory birds. For
migratory game birds, this is accomplished, in part, by protecting
them during their nesting season and when traveling to and from
their breeding grounds through the establishment of annual hunting season dates and bag and possession limits. There may be
exceptions for species designated to be overabundant.
Ces modifications à l’annexe I du Règlement sur les oiseaux
migrateurs (ROM) ont pour but de fixer les dates de la saison de
chasse 2006-2007 et le nombre d’oiseaux migrateurs considérés
comme gibier que l’on peut prendre ou posséder pendant ces
dates. De plus, le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a porté à l’attention d’Environnement Canada de petites inconsistances entre la version française et anglaise du ROM
où les modifications seront apportées.
La chasse aux oiseaux migrateurs est réglementée au Canada et
aux États-Unis. Ces deux pays se sont engagés à travailler ensemble à la conservation des populations d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier partout en Amérique du Nord. En 1916, le
Canada et les États-Unis ont signé la Convention concernant les
oiseaux migrateurs, qui est mise en application au Canada par la
Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.
L’objectif et le but de la Convention, de la Loi et du règlement
établi en vertu de la Loi sont la conservation des oiseaux migrateurs. Pour les oiseaux migrateurs considérés comme gibier, cela
se fait en partie en les protégeant pendant leur saison de nidification et lorsqu’ils se dirigent vers leurs aires de reproduction et en
reviennent, par l’établissement de dates de la saison de chasse
annuelle ainsi que des maximums de prise et d’oiseaux à posséder. Il peut y avoir des exceptions pour des espèces désignées
comme étant surabondantes.
La chasse aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier est
limitée à une période ne dépassant pas trois mois et demi, ne
commençant pas avant le 1er septembre et ne se terminant pas plus
tard que le 10 mars de l’année suivante. Entre ces dates, les saisons sont raccourcies pour protéger les populations lorsque le
déclin de celles-ci est source de préoccupations. Dans d’autres
cas, les saisons sont prolongées pour permettre une prise accrue
des populations en croissance. Les maximums quotidiens de prises et d’oiseaux à posséder peuvent aussi être changés, au besoin,
afin de gérer les incidences de la chasse sur les populations
d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier.
Depuis le 1er septembre 1999, les chasseurs d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier sont tenus de n’utiliser que de la
grenaille non toxique dans toutes les régions du Canada. Cette
exigence est mise en place en réponse aux preuves scientifiques
croissantes des effets nuisibles du plomb sur les oiseaux migrateurs
The hunting of migratory birds is restricted to a period not exceeding three and one-half months, commencing no earlier than
September 1 and ending no later than March 10 of the following
year. Within these outside limits, seasons are shortened to protect
populations where there is concern over declining populations. In
other cases, seasons are lengthened to permit increased harvest of
growing populations. Daily bag and possession limits can also be
changed as necessary to manage the impact of hunting on migratory game bird populations.
Since September 1, 1999, migratory game bird hunters have
been required to use only non-toxic shot in all areas of Canada.
This requirement is in response to mounting scientific evidence of
the harmful effects of lead on migratory game birds and their predators. Three species of migratory upland game birds (woodcock,
777
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
band-tailed pigeons and mourning doves), as well as
murres, are exempted from the ban, except in National Wildlife
Areas. This is so because lead shot deposited in the habitats in
which these birds are hunted is not readily available for ingestion.
Woodcock, band-tailed pigeons and mourning doves are found in
upland habitats, and murres are hunted over open ocean. Within
National Wildlife Areas, non-toxic shot must be used for all hunting of migratory game birds. Non-toxic shot is defined as steel
shot, tungsten-iron shot, bismuth shot, tin shot, tungsten-matrix
shot, tungsten-polymer shot, tungsten-nickel-iron shot or tungstenbronze-iron shot.
Snow goose populations have increased steadily to the point
where they have been designated as overabundant1 and are causing significant crop damage and affecting staging and Arctic
breeding habitats. Increasing harvest rates to earlier levels and
allowing very liberal daily bag and possession limits for white
geese continue to be recommended. The increased harvest rates
that will be achieved during autumn for snow geese throughout
the prairies and in Quebec as a result of these Regulations will
complement the special conservation measures that have been the
subject of annual regulatory changes since 1999.
considérés comme gibier et sur leurs prédateurs. Trois espèces
d’oiseaux migrateurs non gibiers (les bécasses, le Pigeon à queue
barrée et la Tourterelle triste) ainsi que les marmettes sont exemptées de l’interdiction, sauf dans les réserves nationales de faune. Il
en est ainsi parce que la grenaille de plomb déposée dans les habitats où ces oiseaux sont chassés n’est pas facilement disponible
pour ingestion. Les bécasses, le Pigeon à queue barrée et la Tourterelle triste se trouvent dans les milieux secs, et les marmettes
sont chassées au-dessus de l’océan. Dans les réserves nationales
de faune, il faut utiliser de la grenaille non toxique, peu importe
l’espèce d’oiseau migrateur chassée. Une grenaille non toxique
est définie comme étant une grenaille d’acier, de tungstène-fer, de
bismuth, d’étain, à matrice de tungstène, de tungstène-polymère,
de tungstène-nickel-fer ou de tungstène-bronze-fer.
Les populations d’Oies des neiges ont augmenté régulièrement,
si bien qu’elles ont été désignées comme étant surabondantes1 et
causent des dégâts importants aux cultures et touchent les aires de
rassemblement et les habitats de reproduction arctiques. Il est
recommandé de maintenir l’augmentation des taux de récolte des
Oies des neiges en vue de les ramener à leur niveaux antérieurs et
permettre des maximums de prise quotidienne et d’oiseaux à posséder très généreux. Les taux de prises de l’Oie des neiges qui
seront accrus pendant l’automne dans l’ensemble des Prairies et
au Québec grâce à ces règlements, complèteront les mesures spéciales de conservation qui ont fait l’objet de modifications annuelles à la réglementation depuis 1999.
Amendments
Modifications
Rapidly growing populations of temperate-breeding Canada
Geese, particularly in southern Quebec, Ontario and British
Columbia have been the subject of increasingly liberal hunting
regulations. In Ontario, the regulation seeks to maximize the harvest of the rapidly expanding temperate-breeding population of
Canada Geese through the implementation of special seasons with
higher bag limits before and after the regular waterfowl hunting
season. Due to the concern expressed by land managers and municipal council of Norfolk County about the increasing population
of temperate-breeding Canada geese in their jurisdiction, a special
September season has been added to the majority of areas in the
Norfolk County. Further, a late special season was added in South
Walsingham Township. In relation to the Southern James Bay
Population of Canada Geese, a split season (September 23October 21 and November 29-January 4) will be in effect for
Wildlife Management Unit 94 (WMU 94) (located in extreme
southwestern Ontario).
La croissance rapide des populations nicheuses de Bernache
du Canada de la zone tempérée, particulièrement dans le sud
du Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique a été l’objet d’une réglementation de chasse de plus en plus libérale. En
Ontario, la réglementation vise à maximiser la récolte d’individus
de la population de Bernaches du Canada qui se reproduisent dans
des régions tempérées grâce à la mise en œuvre de périodes spéciales pendant lesquelles les limites de prises sont plus élevées
avant et après la saison régulière de chasse à la sauvagine. En
raison des préoccupations exprimées par les gestionnaires des
terres et le conseil municipal du comté de Norfolk à propos de
l’augmentation dans leur compétence des populations de Bernaches du Canada qui se reproduisent dans des régions tempérées,
une saison spéciale a été ajoutée en septembre dans la majorité
des régions du comté de Norfolk. De plus, une saison tardive
spéciale a été ajoutée dans le comté de South Walsingham. Pour
ce qui est de la population de Bernaches du Canada du sud de la
Baie James, une saison divisée (du 23 septembre au 21 octobre et
du 29 novembre au 4 janvier) sera en vigueur dans le secteur de
gestion de la faune 94 (SGF 94) (situé à l’extrémité Sud-Ouest de
l’Ontario).
Le changement final à la réglementation en Ontario concerne la
chasse le dimanche dans les districts sud. Compte tenu de la rétroaction reçue grâce aux consultations provinciales avec les municipalités de la région, la chasse du dimanche des oiseaux migrateurs ne sera plus interdite en vertu du règlement fédéral dans les
secteurs de gestion de la faune provinciaux (SGF) 60 à 72 (situés
au Sud-Est de l’Ontario), mais l’interdiction demeurera en vigueur dans les régions plus à l’ouest (c.-à-d. les SGF 73 à 95 inclusivement, situés au Sud-Ouest de l’Ontario). Afin de permettre
A final change to the regulations in Ontario relates to Sunday
hunting in Southern Districts. Reflecting feedback received in
provincial consultations with municipalities in the region, Sunday
hunting for migratory birds will no longer be prohibited under
Federal regulations in Provincial Wildlife Management Units
(WMU) 60 to 72 (located in southeastern Ontario), but will remain in effect in areas further to the west (i.e., WMU 73 to 95
inclusive, located in southwestern Ontario). In order to accommodate the extra days of hunting during the regular season, late
———
———
1
1
An overabundant population is one for which the rate of population growth has
resulted in, or will result in, a population whose abundance directly threatens the
conservation of migratory birds (themselves or others), or their habitat
778
Une population surabondante est une population dont le taux de croissance a
causé ou causera une population dont l’abondance menace directement la conservation des oiseaux migrateurs (eux-mêmes ou autres) ou de leur habitat
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
special seasons for Canada geese have been discontinued in
eastern Ontario and the length of the regular hunting season has
been adjusted so as not to exceed the maximum hunting season
length (three and one-half months) allowed under the Migratory
Birds Convention Act, 1994. Further, to harmonize regulations in
all areas that will have Sunday hunting (as of the 2006-2007 season), the early September goose season in WMU 72 (located in
southeastern Ontario) has been adjusted to be the same as that in
WMU 60 to 71 (located in southeastern Ontario).
Benefiting from an early nesting season and increased production in 2005, the Eastern Prairie Population (EPP) of Canada
Geese is once again close to its established objective. As a result,
in Manitoba the traditional bag limit for non-resident alien hunters in 2006 is being reinstated.
Declining population trends and survival rates for the midcontinent population of Greater White-fronted Goose have led
to the need for harvest restrictions beginning in 2006-2007. This
change complements a similar harvest restriction in the United
States that began in 2005. In 2006-2007 the daily bag limit and
the possession limit is reduced for both non-residents (from 5 birds
to 3) and residents (from 5 birds to 4) of Saskatchewan. This
proposal differs from that outlined for both Saskatchewan and
Alberta in December 2005 where the restrictions were suggested
to apply only to non-resident hunters. Subsequent consultations
within Saskatchewan led to the extension of restrictions to include
resident hunters as well. The amendment is more conservative
than the original, and is expected to have beneficial conservation
results. The restriction on Greater White-fronted Goose harvest
will apply only to non-resident hunters in Alberta.
Most duck populations have been relatively abundant over the
past decade and are at or near the population goals. For this reason, restrictions, such as special harvest limits, have been lessened where possible. For duck populations that remain below
goal levels, restrictions remain in place. These include northern
pintails in much of their prairie range and canvasbacks in British
Columbia. Throughout eastern Canada, restrictions, including
reduced bag limits, remain in place for black ducks.
Increasing attention is being directed toward sea ducks, a group
of waterfowl for which the information is less complete than for
some other species. Despite the data gaps, it has become clear that
some sea duck species have been declining. In addition to an increase in research, restrictions on harvest that have been implemented in recent years to control hunting mortality rates are being
continued. The reduced bag and possession limits for western
harlequin ducks in British Columbia are being maintained to
highlight the sensitive nature of the species.
In Quebec, additional protection for the small eastern population of Barrow’s goldeneye is continued, using early closing dates
in areas where the species congregates. In British Columbia,
goldeneyes in this Regulation continue to be protected through a
reduced bag limit. The overall bag limit for sea ducks remains
les jours de chasse supplémentaires pendant la saison régulière,
les saisons spéciales tardives concernant la Bernache du Canada
ont été abandonnées dans l’est de l’Ontario et la longueur de la
saison de chasse régulière a été rajustée de façon à ne pas dépasser la longueur maximale de la saison de chasse (trois mois et
demi) permise en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. De plus, afin d’harmoniser les
règlements de toutes les régions qui permettront la chasse du
dimanche dès la saison 2006-2007, la saison hâtive de septembre
de chasse à la bernache dans le SGF 72 (situé au Sud-Est de
l’Ontario) a été rajustée pour être la même que celle dans les SGF
de 60 à 71 (situés au Sud-Est de l’Ontario).
La population de Bernaches du Canada l’Est des Prairies a profité d’une saison de nidification hâtive et d’une production accrue
en 2005 et elle s’approche une fois de plus de son objectif établi.
Par conséquent, au Manitoba, la limite de prise traditionnelle pour
les chasseurs étrangers non résidents en 2006 a été rétablie.
La tendance au déclin et les taux de survie de la population du
milieu du continent des Oies rieuses ont entraîné la nécessité
d’établir des restrictions de prises à partir de 2006-2007. Ce
changement complète une restriction semblable de prises aux
États-Unis qui a commencé en 2005. En 2006-2007, la limite
quotidienne de prises et de possession d’oiseaux est réduite tant
pour les non-résidents (de cinq à trois oiseaux) que pour les résidents (de cinq à quatre oiseaux) de la Saskatchewan. La proposition est différente de celle élaborée pour la Saskatchewan et
l’Alberta en décembre 2005, dans laquelle on suggérait d’appliquer les restrictions uniquement aux chasseurs non résidents. Des
consultations ultérieures en Saskatchewan ont mené à l’ajout de
restrictions pour inclure également les chasseurs résidents. La
modification, plus conservatrice que la proposition originale,
devrait produire des résultats avantageux en matière de conservation. La restriction en matière de prises d’Oies rieuses s’appliquera uniquement aux chasseurs non résidents en Alberta.
La plupart des populations de canards ont été relativement
abondantes au cours de la dernière décennie et ont atteint, ou sont
près d’atteindre, les objectifs de population. Pour cette raison, des
restrictions, comme les maximums spéciaux de prise, ont été atténuées autant que possible. Les restrictions demeurent en place
pour les populations de canards dont les niveaux de population demeurent inférieurs aux objectifs. Celles-ci touchent le
Canard pilet dans la majorité de son aire de répartition, ainsi que
le Fuligule à dos blanc en Colombie-Britannique. Dans l’Est du
Canada, les restrictions, y compris les maximums de prise réduits,
restent en vigueur pour les Canards noirs.
On porte de plus en plus d’attention aux canards de mer, un
groupe de sauvagine pour lequel les renseignements sont moins
complets que pour d’autres espèces. Malgré les lacunes en matière de données, il est manifeste que certaines espèces de canards
de mer sont en déclin. En plus de l’augmentation de la recherche
sur les canards de mer, les restrictions sur la prise qui ont été mises en application au cours des dernières années pour contrôler les
taux de mortalité due à la chasse se sont poursuivies. La réduction
du maximum de prise et d’oiseaux à posséder d’Arlequins plongeurs de l’Ouest en Colombie-Britannique est maintenue pour
mettre en évidence la nature très sensible de l’espèce.
Au Québec, la protection supplémentaire pour la petite population de l’Est du Garrot d’Islande est maintenue par la fermeture
précoce de la saison de chasse dans les endroits où cette espèce se
rassemble. En Colombie-Britannique, les Garrots d’Islande continuent, dans ce règlement, d’être protégés par la réduction du
779
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
reduced throughout the Atlantic provinces, and special restrictions on the harvests of eiders and scoters remain in place. Results
of recent surveys of eider ducks have shown that populations are
stable or increasing, allowing a removal of the restrictions imposed in 1997.
Several no hunting zones were abolished in Quebec in 2006,
including the no-hunting zone of Beauharnois Channel and a reduction to the size of the no-hunting zone at Cap Tourmente.
Minor date changes for the opening and closing of seasons
were made to avoid opening or closing on Sundays in those jurisdictions where Sunday hunting is not allowed under provincial
regulation. Minor date adjustments were also made to provide for
traditional weekend openings and to accommodate Waterfowler
Heritage Day in some areas in British Columbia. All other
amendments simply reflect calendar date changes and the requirement to maintain traditional openings and closings, such as
“on the first Monday of October”.
Finally, this amendment addresses two minor inconsistencies
between the French and English versions of the MBR that were
brought to the attention of Environment Canada by the Standing
Joint Committee for the Scrutiny of Regulations.
maximum de prise pour cette espèce. Le maximum total de prise
de canards de mer reste réduit dans les provinces de l’Atlantique,
et des restrictions spéciales sur la récolte d’eiders et de macreuses
demeurent en vigueur. Les résultats de récents relevés sur les
Eiders ont démontré que les populations sont stables ou augmentent, permettant de lever les restrictions imposées en 1997.
Plusieurs zones fédérales d’interdiction de chasse ont été abolies en 2006 au Québec, dont la zone d’interdiction de chasse du
canal de Beauharnois. La dimension de la zone d’interdiction de
chasse du Cap Tourmente a quant à elle été réduite.
Des changements mineurs concernant les dates d’ouverture et
de fermeture des saisons de chasse ont été faits pour éviter que la
journée d’ouverture ou de fermeture ne soit un dimanche pour les
compétences pour lesquelles la chasse le dimanche n’est pas permise. Des ajustements de date mineurs ont également été apportés
afin d’offrir des ouvertures traditionnelles la fin de semaine et
pour accueillir la Journée de la relève dans certaines régions de la
Colombie-Britannique. Toutes les autres modifications reflètent
seulement des changements de dates et l’exigence de maintenir
les dates d’ouverture et de fermeture traditionnelles, telles que
« le premier lundi d’octobre ».
Finalement, cette modification inclue également 2 inconsistances mineures entre la version française et la version anglaise du ROM qui ont été portées à l’attention d’Environnement
Canada par le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation lors de l’étude minutieuse du règlement.
Alternatives
Solutions envisagées
The option of not proceeding with these amendments is not viable. Annual adjustments to the hunting regulations are necessary
to ensure the conservation of migratory bird populations and a
sustained hunt in the future. The annual adjustments are based on
biological information and are developed in close consultation
with the provinces and territories. These conservation measures
are also necessary to meet Canada’s international obligations
under the Migratory Birds Convention Act, 1994. Federal government action is required if national conservation goals are to be
achieved.
There is no alternative to setting season dates and bag and possession limits within the MBR. This view was confirmed by
stakeholders in a comprehensive review of the Regulations that
was conducted in 1993.
La possibilité de ne pas procéder à ces modifications n’est
pas viable. Des rajustements annuels des règlements de chasse
sont nécessaires pour assurer la conservation des populations
d’oiseaux migrateurs et une chasse durable à l’avenir. Les rajustements annuels reposent sur des renseignements biologiques et
sont élaborés en étroite consultation avec les provinces et les territoires. Ces mesures de conservation sont aussi nécessaires pour
respecter les obligations internationales du Canada prises en vertu
de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. L’action du gouvernement fédéral est requise si l’on veut
atteindre les objectifs nationaux de conservation.
Dans le ROM, il n’y a pas de solution de rechange pour établir
les dates des saisons et les maximums de prise et d’oiseaux à posséder. Les intervenants ont confirmé ce point de vue lors d’un
examen complet du règlement effectué en 1993.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
These amendments make a necessary and important contribution to the achievement of the government’s social and economic
objectives. The control of hunting season dates and the number of
migratory game birds that may be taken and possessed during
those dates will help to ensure migratory game bird populations
are maintained. These conservation measures are necessary to
meet Canada’s international obligations under the Migratory
Birds Convention Act, 1994. They also address Canada’s obligations under the Convention on Biological Diversity to ensure that
the species are not jeopardized by over-hunting. Similarly, the
amendment will help ensure that a sustained yield of direct and
indirect economic benefits will continue to accrue to Canadians at
a very low enforcement cost. These benefits to Canadians result
from both hunting and non-hunting uses of migratory birds.
Ces modifications apportent une contribution nécessaire et importante à la réalisation des objectifs sociaux et économiques du
gouvernement. Le contrôle des dates de saisons de chasse et du
nombre d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier que l’on
peut prendre et posséder pendant ces dates contribuera à faire en
sorte que soient maintenues les populations d’oiseaux migrateurs
considérés comme gibier. Ces mesures de conservation sont nécessaires pour respecter les obligations internationales du Canada
découlant de la Loi de 1994 sur la convention concernant les
oiseaux migrateurs. Elles traitent aussi des obligations du Canada
en vertu de la Convention sur la diversité biologique, pour faire
en sorte que les espèces ne soient pas menacées par une chasse
excessive. De même, la modification contribuera à garantir qu’un
rendement soutenu des retombées économiques directes et indirectes continuera de s’accroître pour les Canadiennes et les Canadiens, à un coût d’application très faible. Ces avantages dont profitent les Canadiennes et les Canadiens découlent des utilisations
basées ou non sur la chasse des oiseaux migrateurs.
780
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
The economic benefits of hunting are considerable. According
to estimates based on the 2000 Environment Canada document,
The importance of Nature to Canadians, the total value of all activities associated with migratory birds contributes $527 million
in direct annual benefits to the Canadian economy. Moreover, of
that total, about $94.4 million was attributed solely to the value
associated with hunting of migratory game birds. In 2004, the
latter figure translates to about $91.7 million, primarily due to a
decline in the number of hunters over the past 4 years.
Federal and provincial revenue from taxes derived from this activity was estimated at $44.4 million. This amendment will help
to ensure that these benefits are sustained year after year. The
substantial international benefits provided to citizens of the
United States and Latin America are only partially included in
these estimates. Moreover, Wildlife Habitat Canada estimated
in 2000 that over the preceding 15 years, Canadian migratory bird
hunters contributed $335 million and 14 million hours of volunteer work to habitat conservation.
Les avantages économiques de la chasse sont considérables.
D’après les estimations fondées sur le document d’Environnement Canada, l’Enquête sur l’importance de la nature pour les
Canadiens (publié en 2000), la valeur totale de toutes les activités
connexes à la chasse aux oiseaux migrateurs génèrent des dépenses de l’ordre de 527 millions de dollars qui contribuent à l’économie du Canada. De plus, de cette somme, environ 94,4 millions
de dollars étaient attribués à la seule valeur associée à la chasse
aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier. En 2004, cette
somme était d’environ 91,7 millions de dollars, principalement à
cause du déclin du nombre de chasseurs durant les quatre dernières années.
Les recettes fiscales fédérales et provinciales provenant de
cette activité sont estimées à 44,4 millions de dollars. Cette modification contribuera à assurer la durabilité de ces avantages,
d’année en année. Ces estimations n’incluent qu’une partie des
avantages internationaux importants procurés aux citoyens des
États-Unis et de l’Amérique latine. En outre, Habitat faunique
Canada a estimé en 2000 que les chasseurs canadiens d’oiseaux
migrateurs ont donné 335 millions de dollars et 14 millions
d’heures de bénévolat au profit de la conservation des habitats au
cours des 15 dernières années.
Consultation
Consultations
The Canadian Wildlife Service, Environment Canada, has formalized the consultation process used each year to determine
hunting season dates and the number of migratory game birds that
may be taken and possessed during those dates.
Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada a officialisé le processus de consultation utilisé chaque année pour
établir les dates de la saison de chasse et le nombre d’oiseaux
migrateurs considérés comme gibier que l’on peut prendre et posséder pendant ces dates.
Le processus de consultation pour la saison 2006-2007 a commencé en novembre 2005 lorsque les renseignements biologiques
initiaux sur la situation de toutes les populations d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier ont été présentés pour discussion à
plus de 700 particuliers et organismes (résumé ci-après) dans
Situation des populations d’oiseaux migrateurs considérés comme
gibier au Canada - Novembre 2005 (le rapport de novembre). Les
renseignements ont également été affichés sur le site internet du
Service canadien de la faune.
D’après les discussions, les propositions de réglementation ont
été élaborées conjointement par le Service canadien de la faune et
les provinces et territoires. Les propositions ont été décrites en
détail dans le rapport de décembre 2005, Propositions de modification du Règlement sur les oiseaux migrateurs du Canada (le
rapport de décembre). Ce dernier a été envoyé à des biologistes
fédéraux au Canada, aux États-Unis, au Mexique, aux Antilles, au
Groenland et à Saint-Pierre-et-Miquelon, à des biologistes des
provinces et des territoires, à des chasseurs d’oiseaux migrateurs
considérés comme gibier et à des groupes autochtones. Le document a également été remis à des organismes non gouvernementaux, dont la Fédération canadienne de la faune et ses organismes provinciaux affiliés, à la Fédération canadienne de la
nature, au Fonds mondial pour la nature, à Conservation de la
nature Canada, à Canards Illimités et à la Station de recherche sur
la sauvagine de Delta. Le rapport a également été affiché sur
Internet.
Le 28 janvier 2006, un avis d’intention a été publié au préalable dans la Gazette du Canada Partie I, décrivant l’intention du
ministère d’effectuer un examen annuel du ROM. En plus de demander des commentaires au sujet des modifications proposées,
l’avis fournissait de l’information sur le moyen d’obtenir des
copies (par la poste ou par voie électronique) des renseignements
biologiques détaillés et des propositions réglementaires telles que
décrites dans les rapports de novembre et de décembre.
The consultation process for the 2006/2007 season began in
November 2005 when initial biological information on the status
of all migratory game bird populations was presented for discussion to more than 700 individuals and organizations (summarized
below) in Population Status of Migratory Game Birds in Canada November 2005 (the November Report). The Report was also
posted on the Canadian Wildlife Service Web site.
Based on the discussions, regulatory proposals were developed jointly by the Canadian Wildlife Service and the provinces
and territories. The proposals were described in detail in the
December 2005 report Proposals to amend the Canadian Migratory Birds Regulations (the December Report). It was sent to
federal biologists in Canada, the United States, Mexico and the
Caribbean, Greenland and St. Pierre and Miquelon, provincial and
territorial biologists, migratory game bird hunters and Aboriginal
groups. The document was also distributed to non-government
organizations, including the Canadian Wildlife Federation and its
provincial affiliates, Canadian Nature Federation, World Wildlife
Fund, Nature Conservancy of Canada, Ducks Unlimited and the
Delta Waterfowl Research Station. The report was also posted
online.
On January 28, 2006, a Notice of Intent was pre-published in
the Canada Gazette, Part I, outlining the Department’s intention
to conduct the annual review of the BMR. In addition to requesting feedback on the proposed amendments, the Notice provided
information on how to obtain copies (by mail or online) of the
detailed biological information and regulatory proposals as outlined in the November and December Reports.
781
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
Biologists from the Canadian Wildlife Service met with their
provincial and territorial counterparts in technical committees
from December 2005 through February 2006, discussed new information on the status of migratory game bird populations and,
where necessary, revised the proposals for regulatory changes.
The work of the technical committees, as well as information
received from migratory game bird hunters and non-government
organizations, led to the development of these specific regulatory
amendments. The current set of amendments represents the consensus reached over the proposals outlined in the December Report.
Individual hunters play an important role in the annual adjustment of these Regulations. Hunters provide information about
their hunting, particularly the species and numbers of migratory
game birds taken, through their participation in the National Harvest Survey and the Species Composition Survey. These surveys
are carried out each year by means of mail questionnaires that are
sent to selected purchasers of the federal Migratory Game Bird
Hunting Permit. Through the cooperation of hunters who provide
this information each year, Canada has among the best information on migratory game bird hunters anywhere in the world.
De décembre 2005 à février 2006, des biologistes du Service
canadien de la faune ont rencontré leurs homologues provinciaux
et territoriaux dans des comités techniques, ont étudié les nouvelles données sur la situation des populations d’oiseaux migrateurs
considérés comme gibier et ont révisé les propositions de modification de la réglementation, le cas échéant. Le travail des comités
techniques et les renseignements reçus de chasseurs d’oiseaux
migrateurs considérés comme gibier et d’organismes non gouvernementaux ont mené à l’élaboration de recommandations précises
portant sur des modifications au règlement. L’ensemble actuel de
modifications représente le consensus atteint relativement aux
propositions décrites dans le rapport de décembre.
Les chasseurs individuels jouent un rôle important dans le rajustement annuel de ce règlement. Les chasseurs fournissent des
renseignements au sujet de leur chasse, en particulier sur l’espèce
et le nombre d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier pris,
en participant à l’Enquête nationale sur les prises et au Relevé sur
la composition des prises par espèce. Ces enquêtes sont faites
chaque année au moyen de questionnaires envoyés par la poste à
des acheteurs choisis du Permis de chasse aux oiseaux migrateurs
considérés comme gibier fédéral. Grâce à la collaboration des
chasseurs qui fournissent ces renseignements chaque année, le
Canada dispose de renseignements parmi les meilleurs au monde
sur les chasseurs des oiseaux migrateurs considérés comme gibier.
Strategic Environmental Assessment
Évaluation environnementale stratégique
Long-term population trends and harvest data were examined
to evaluate the status of each species of migratory game bird. This
information was used to determine the environmental implication of not changing the hunting regulations in 2006. For some
species, changes to the regulations are required to ensure conservation of the population and a sustained hunt in the future. For
other species, increased hunting pressure could slow the rapid
population growth and reduce the negative effect on their arctic
breeding habitat. Regulatory tools include adjustments to season
dates and changes to bag and possession limits. Delayed opening
dates protect local breeding adults by providing sufficient time for
the ducks to moult and strengthen prior to the start of the hunting
season. Reduced bag limits can also be used to decrease harvest
pressure. On the other hand, early opening dates, followed by
early closure can permit increased harvest pressure on healthy
local populations, while protecting migrant birds from declining
populations that arrive later.
On a examiné les données concernant les prises et les tendances à long terme des populations pour évaluer la situation de chaque espèce d’oiseau migrateur considéré comme gibier. Ces renseignements ont servi à établir l’incidence environnementale
d’une absence de modification aux règlements de chasse en 2006.
Des modifications aux règlements sont nécessaires pour assurer la
conservation des populations de certaines espèces et une chasse
durable à l’avenir. Pour d’autres espèces, un accroissement de la
pression de la chasse pourrait ralentir la croissance rapide des
populations et réduire les effets négatifs sur leurs habitats de reproduction arctiques. Les instruments réglementaires incluent des
rajustements des dates des saisons et des modifications aux
maximums de prise quotidiens. Des dates d’ouverture retardées
contribuent à protéger les adultes reproducteurs de la région en
fournissant aux canards le temps nécessaire pour muer et prendre
des forces avant le début de la saison de chasse. On peut aussi
réduire les maximums de prise pour diminuer la pression de la
prise. D’un autre côté, des dates d’ouverture précoces suivies
d’une fermeture précoce peuvent contribuer à augmenter la pression de la prise sur des populations locales en santé, tout en protégeant le déclin des oiseaux migrateurs qui arrivent plus tard.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Under the Migratory Birds Convention Act, 1994, a person may
receive a $300,000 maximum fine and/or up to six months in jail
for summary conviction offences and a $1,000,0000 maximum
fine and/or up to three years in jail for indictable offences. There
are provisions for increasing fines for a continuing or subsequent
offence. Enforcement officers also have the discretion to issue
tickets for some minor offences.
En vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les
oiseaux migrateurs, une personne peut recevoir une amende
maximale de 300 000 $ et/ou jusqu’à 6 mois d’emprisonnement
pour une déclaration de culpabilité par procédure sommaire (infraction mineure) et une amende maximale de 1 000 000 $ et/ou
jusqu’à 3 ans d’emprisonnement pour une déclaration de culpabilité par mise en accusation (infraction grave). Il y a des dispositions en vue d’accroître les amendes pour une infraction continue
ou ultérieure. Les agents d’exécution de la loi ont également le
pouvoir d’émettre des tickets pour des infractions mineures.
Les agents d’exécution de la loi d’Environnement Canada et
les agents de conservation provinciaux et territoriaux mettent
Enforcement officers of Environment Canada and provincial
and territorial conservation officers enforce the MBR by, for
782
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-136
example, inspecting hunting areas, checking hunters for hunting
permits, inspecting hunting equipment and the number of migratory game birds taken and possessed.
le ROM en application, par exemple en inspectant les zones de
chasse, en vérifiant que les chasseurs détiennent un permis et en
inspectant l’équipement de chasse et le nombre d’oiseaux migrateurs considérés comme gibier pris et possédés.
Contacts
Personnes-ressources
Kathryn Dickson
Senior Waterfowl Biologist
Migratory Birds Conservation Division
Canadian Wildlife Service
Environment Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0H3
Telephone: (819) 997-9733
FAX: (819) 994-4445
Kathryn Dickson
Biologiste principal de la sauvagine
Division de la conservation des oiseaux migrateurs
Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 997-9733
TÉLÉCOPIEUR : (819) 994-4445
Isabelle Jetté
Legislative Services
Program Operations Division
Canadian Wildlife Service
Environment Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0H3
Telephone: (819) 934-3964
FAX: (819) 956-5993
Isabelle Jetté
Services législatifs
Division des opérations des programmes
Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 934-3964
TÉLÉCOPIEUR : (819) 956-5993
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
783
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-137
Registration
SOR/2006-137 June 15, 2006
Enregistrement
DORS/2006-137 Le 15 juin 2006
CUSTOMS TARIFF
TARIF DES DOUANES
Fruit Remission Order, 2006
Décret de remise sur les fruits 2006
P.C. 2006-526
C.P. 2006-526
June 15, 2006
Le 15 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 115
of the Customs Tariff a, hereby makes the annexed Fruit Remission Order, 2006.
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 115 du Tarif des douanesa, Son Excellence la Gouverneure
générale en conseil prend le Décret de remise sur les fruits 2006,
ci-après.
FRUIT REMISSION ORDER, 2006
DÉCRET DE REMISE SUR LES FRUITS 2006
REMISSION
REMISE
1. Subject to section 2, remission is hereby granted of the customs duties paid or payable under the Customs Tariff by or on
behalf of the company listed in Column I of an item of the attached schedule up to the amount listed in Column IV, in respect
of the product listed in Column II, if the product was imported for
processing during the year listed in Column III.
1. Sous réserve de l’article 2, la remise est par la présente accordée des droits de douane payés ou payables, en vertu du Tarif
des douanes, par la société énumérée à la colonne I de l’annexe
ci-jointe ou pour son compte à l’égard d’un article, à concurrence
du montant inscrit à la colonne IV, relativement au produit indiqué à la colonne II, si ce produit a été importé à des fins de transformation durant l’année indiquée à la colonne III.
CONDITION
CONDITION
2. The remission is granted on the condition that a claim for
remission is made to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness no later than December 31, 2008.
2. La remise est accordée à la condition qu’une demande de
remise soit présentée au ministre de la Sécurité publique et de la
Protection civile au plus tard le 31 décembre 2008.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. Le présent décret entre en vigueur à la date de son enregistrement.
SCHEDULE
ANNEXE
Column I
Company
Column II
Product
Column III
Year
1.
Kraft Canada Inc.
2.
Dawn Food Products
(Canada)
Canned Peaches
Canned Peaches
Canned Cherries
Canned Cherries
Brine Cherries
Brine Cherries
Brine Cherries
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2005
Column IV
Amount
$ 35,103.87
$ 46,572.64
$116,219.60
$ 83,027.29
$ 29,551.27
$ 48,526.59
$ 50,095.42
Colonne I
Société
1.
Kraft Canada Inc.
Colonne II
Produit
Pêches en conserve
Pêches en conserve
Cerises en conserve
Cerises en conserve
Dawn Food Products Cerises en saumure
(Canada)
Cerises en saumure
Cerises en saumure
2.
Colonne III Colonne IV
Année
Montant
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2005
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du décret.)
35 103,87 $
46 572,64 $
116 219,60 $
83 027,29 $
29 551,27 $
48 526,59 $
50 095,42 $
Description
Description
Two food processors, Kraft Canada Inc. and Dawn Food
Products (Canada), have requested the remission of duties
on 2003, 2004 and 2005 imports of peaches from Greece and
cherries from Italy and Bulgaria. All products were imported due
to domestic crop conditions that limited the availability of these
Deux entreprises de transformation des aliments, Kraft Canada
Inc. et Dawn Food Products (Canada), ont demandé la remise des
droits de douane relativement à l’importation, en 2003, 2004
et 2005, de pêches de Grèce et de cerises d’Italie et de Bulgarie.
Ces produits ont tous été importés en raison de conditions de
———
———
a
a
S.C. 1997, c. 36
784
L.C. 1997, ch. 36
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-137
fruits for further processing. This Order remits the duties paid or
payable on these products imported during these years.
In times of such shortages, the Government has traditionally
remitted the customs duties on imported fruits and vegetables for
further processing, when requests for such action are supported
by Canadian growers.
récolte au pays qui ont eu pour effet de limiter la quantité disponible de ces fruits aux fins de transformation ultérieure. Le présent décret prévoit la remise des droits payés ou payables sur ces
produits importés au cours des années en question.
En période de pénurie semblable, le gouvernement a traditionnellement accordé la remise des droits de douane sur les fruits et
les légumes importés aux fins de transformation ultérieure lorsque
les producteurs canadiens appuient la demande de remise.
Alternatives
Solutions envisagées
No alternatives were considered. An Order in Council pursuant
to the authority in the Customs Tariff that is used to remit duties
is the appropriate method of providing tariff relief.
Aucune autre solution n’a été envisagée. Il convient que l’allégement tarifaire prenne la forme d’un décret de remise des droits
de douane en vertu du Tarif des douanes.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Remission of duties offsets the additional costs of importing
and assists the processors in maintaining their market share and
production capacity at times of domestic shortages.
La remise des droits de douane compense le coût additionnel
des importations et aide les entreprises de transformation à conserver leur part de marché et leur capacité de production lorsqu’il
y a pénurie sur le marché national.
Les droits de douane remis en vertu du présent décret totalisent 409 096,68 $.
This Order remits $409,096.68 in customs duties.
Consultation
Consultations
The Canadian Horticultural Council, the Food Processors of
Canada and the Department of Agriculture and Agri-Food Canada
support the proposed remission of duties.
Le Conseil canadien de l’horticulture, les Fabricants de produits alimentaires du Canada et Agriculture et Agroalimentaire
Canada appuient la remise proposée des droits.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
As this is a tariff relief measure, compliance is not an issue.
The Canada Border Services Agency will administer the provisions of this Order in the normal course of its administration of
customs and tariff-related legislation.
Comme il s’agit d’une mesure d’allégement tarifaire, son respect ne pose pas de problème. L’Agence des services frontaliers
du Canada veillera à la mise en œuvre du décret dans le cadre de
l’application de la législation douanière et tarifaire.
Contact
Personne-ressource
Christine Wiecek
International Trade Policy Division
Department of Finance
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: (613) 992-6887
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Christine Wiecek
Division de la politique commerciale internationale
Ministère des Finances
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : (613) 992-6887
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
785
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-138
Registration
SOR/2006-138 June 15, 2006
Enregistrement
DORS/2006-138 Le 15 juin 2006
CANADA LABOUR CODE
CODE CANADIEN DU TRAVAIL
Regulations Amending the Coal Mining
Occupational Health and Safety Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la santé et
la sécurité dans les mines de charbon
P.C. 2006-530
C.P. 2006-530
June 15, 2006
Le 15 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Labour, pursuant to sections 125a, 125.1b, 125.3c, 126d and 157e of the Canada Labour
Code, hereby makes the annexed Regulations Amending the Coal
Mining Occupational Health and Safety Regulations.
Sur recommandation du ministre du Travail et en vertu des articles 125a, 125.1b, 125.3c, 126d et 157e du Code canadien du travail, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le
Règlement modifiant le Règlement sur la santé et la sécurité dans
les mines de charbon, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE COAL
MINING OCCUPATIONAL HEALTH AND
SAFETY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DANS LES
MINES DE CHARBON
AMENDMENT
MODIFICATION
1. The Coal Mining Occupational Health and Safety Regulations1 are amended by adding the following after section 166:
1. Le Règlement sur la santé et la sécurité dans les mines de
charbon1 est modifié par adjonction, après l’article 166, de ce
qui suit :
PART VIII
PARTIE VIII
ENTERING A CLOSED MINE
ENTRÉE DANS UNE MINE FERMÉE
167. If an employer proposes to enter a mine that has been
closed but does not intend to significantly disturb the ground, the
employer shall, in accordance with paragraph 125(1)(v) of the
Act, adopt and implement a safety code that contains information
relevant to the health and safety of employees entering the mine
and that is approved by the Senior Director, Occupational Health
and Safety and Injury Compensation.
168. The Senior Director, Occupational Health and Safety and
Injury Compensation, shall approve the safety code if
(a) it is filed at least 30 days before the proposed day of entry
into the mine;
(b) it contains provisions having substantially the same purpose
and effect as these Regulations; and
(c) it includes
(i) the name and geographical location of the proposed entry,
(ii) a description of the work to be done and its duration,
(iii) a description of safety and control measures that will be
used when entering the mine, including a description of
(A) how
(I) the mine will be ventilated,
(II) ground control will be managed,
(III) electrical and mechanical safety will be ensured,
and
(IV) water will be handled,
167. Lorsque l’employeur se propose d’entrer dans une mine
qui a été fermée, et ce, sans y perturber les sols de façon significative, le code de sécurité qu’il est tenu d’adopter et de mettre en
œuvre en vertu de l’alinéa 125(1)v) de la Loi est celui qui comporte l’information relative à la santé et à la sécurité des employés
entrant dans la mine et qui est approuvé par le directeur principal,
Santé et sécurité au travail et Indemnisation des accidentés.
168. Le directeur principal, Santé et sécurité au travail et Indemnisation des accidentés approuve le code de sécurité si les
conditions suivantes sont remplies :
a) le code lui a été présenté trente jours avant la date d’entrée
prévue;
b) il contient des dispositions ayant sensiblement les mêmes
objet et effet que celles prévues par le présent règlement;
c) il contient l’information suivante :
(i) le nom et la situation géographique de la mine en cause,
(ii) la description du travail à y effectuer et sa durée,
(iii) l’information sur les mesures de sécurité et de contrôle à
mettre en place lors de l’entrée dans la mine, notamment
concernant les élément suivants :
(A) la façon :
(I) d’aérer la mine,
(II) de contrôler l’état des sols,
(III) de garantir la sécurité mécanique et électrique,
(IV) de gérer l’eau,
———
———
a
a
b
c
d
e
1
S.C. 2000, c. 20, s. 5
S.C. 2000, c. 20, s. 6
R.S., c. 26 (4th Supp.), s.1
S.C. 2000, c. 20, s. 8
S.C. 2000, c. 20, s. 20
SOR/90-97; SOR/2002-143
786
b
c
d
e
1
L.C. 2000, ch. 20, art. 5
L.C. 2000, ch. 20, art. 6
L.R., ch. 26 (4e suppl.), art. 1
L.C. 2000, ch. 20, art. 8
L.C. 2000, ch. 20, art. 20
DORS/90-97; DORS/2002-143
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-138
169. Sections 4 to 166 do not apply to employment in a mine
that is entered after having been closed if the employer has
adopted and implemented the safety code referred to in section 167 and as long as the employer does not significantly disturb the ground.
(B) les ressources de sauvetage minier et de communications,
(C) la vérification de la qualité et de la quantité d’air dans
la partie aérée de la mine,
(D) le type d’équipement de protection personnelle à utiliser,
(iv) la liste de l’équipement à utiliser,
(v) la description des responsabilités de l’employeur et des
employés en matière de santé et de sécurité,
(vi) la liste des personnes qui entreront dans la mine,
(vii) l’information sur la façon dont la mine sera scellée.
169. Les articles 4 à 166 du présent règlement ne s’appliquent
pas à l’égard d’une mine dans laquelle on entre après qu’elle a été
fermée si l’employeur a adopté et mis en œuvre le code de sécurité visé à l’article 167, et ce, tant et aussi longtemps qu’il n’y perturbe pas les sols de façon significative.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
(B) mine rescue resources and communication,
(C) air quality and air quantity testing in the ventilated
part, and
(D) the type of personal protective equipment that will be
used,
(iv) a list of equipment to be used,
(v) a description of the health and safety responsibilities of
the employer and the employees,
(vi) a list of individuals who will be entering the mine, and
(vii) a description of how the mine will be sealed.
Description
Description
The amendments to the Coal Mining Occupational Health and
Safety Regulations fall under Part II of the Canada Labour Code
(the Code), the purpose of which is to prevent accidents and injury to health arising out of employment under federal jurisdiction.
The amendments to the Coal Mining Occupational Health and
Safety Regulations aim to include provisions for employers, who
propose to enter a mine that has been closed without the intent to
significantly disturb the ground. Under the new provisions, such
employers shall, before entering the said mine, adopt and implement a safety code approved by the Senior Director, Occupational
Health and Safety and Injury Compensation. The safety code
must include the following, among other things: the name and
geographic location of the proposed entry, a description of the
work to be done and its duration, a description of safety control
and measures that will be used when entering the mine, a list of
equipment to be used, a description of health and safety responsibilities of the employer and the employees, a list of individuals
who will be entering the mine and a description of how the mine
will be sealed.
Les modifications au Règlement sur la santé et la sécurité dans
les mines de charbon découlent de la partie II du Code canadien
du travail (le Code), qui a pour objet de prévenir les accidents et
les maladies liés à l’occupation d’un emploi relevant de la compétence fédérale.
Les présentes modifications au Règlement sur la santé et la sécurité dans les mines de charbon visent à inclure des dispositions
pour un employeur qui se propose d’entrée dans une mine qui a
été fermée, et ce, sans y perturber les sols de façon significative.
Selon les nouvelles dispositions, un tel employeur devra, avant
d’entrer dans ladite mine, adopter et mettre en œuvre un code de
sécurité approuvé par le directeur principal, Santé et sécurité au
travail et Indemnisation des accidentés devant entre autres inclure
les éléments suivants : le nom et la situation géographique de la
mine en cause, la description du travail à y effectuer et sa durée,
l’information sur les mesures de sécurité et de contrôle à mettre
en place lors de l’entrée dans la mine, la liste de l’équipement à
utiliser, la description des responsabilités de l’employeur et des
employés en matière de santé et sécurité, la liste des personnes
qui entreront dans la mine et l’information sur la façon dont la
mine sera scellée.
Ces nouvelles dispositions visent à permettre à un exploitant
d’une mine de charbon d’entrer sans perturber les sols de façon
significative dans une mine qui a été fermée sans devoir respecter
certaines des exigences relatives à la Commission de la sécurité
dans les mines qui n’existe plus depuis 2002 et énoncées au Règlement sur la santé et la sécurité dans les mines de charbon et
au Code.
Contrairement à la situation qui prévalait il y a quelques années, le prix du charbon s’est beaucoup apprécié. Les mines de
charbon sont donc maintenant beaucoup plus intéressantes pour
l’exploitation et c’est ce qui motive un exploitant de mines à vouloir entrer dans une mine qui a été fermée afin d’en évaluer le
potentiel économique.
These new provisions will allow coal mine operators who propose to enter a mine without the intent to significantly disturb the
ground, the ability to do so without regard to some requirements
of the Coal Mining Safety Commission, which ceased to exist
in 2002 and the Code.
The price of coal has substantially increased compared to what
it was a few years ago. Coal mines are now a much more attractive proposition for operators, which is why an operator would
want to enter a mine that has been closed to assess its economic
potential.
787
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-138
It should also be noted that, as a rule, coal mines are subject to
provincial jurisdiction for labour-related issues. However, this is
not true in the case of coal mines that extend under the ocean
floor, beyond the borders of a province. These circumstances
apply to the Donkin mine, located below sea level off the coast of
Cape Breton Island. This makes its situation unique in Canada. In
this specific case, the federal government is obliged to ensure that
its laws are enforced, including the provisions of the Code.
Il faut aussi noter que les mines de charbon relèvent généralement de la compétence des provinces pour les questions reliées au
travail. Cependant, la situation est différente pour les mines de
charbon qui s’étendent sous la mer, au-delà des frontières d’une
province. C’est le cas de la mine Donkin qui est située sous
l’océan au large de l’île du Cap-Breton et qui représente une situation unique au Canada. Dans ce cas précis, le gouvernement
fédéral est dans l’obligation de voir à l’application de ses lois,
incluant les dispositions du Code.
Alternatives
Solutions envisagées
Three options have been examined. The first was to maintain
the status quo. However, this solution was discarded as unrealistic
since some of the applicable health and safety requirements could
not be enforced because the Coal Mining Safety Commission was
disbanded in 2002.
The second option suggested reinstating the Coal Mining
Safety Commission. This solution was dismissed because the process involved in reinstating the Commission would be very long
and costly. Indeed, it would be difficult to re-establish the Commission, particularly by appointing representatives of employees
who work in the mine as required under the Code, since the employer interested in entering a mine that has been closed does not
currently operate the mine and therefore does not employ any
miners.
The third option, the one chosen and advanced, would enable a
coal mine operator to more quickly and safely enter a mine that
has been closed, but still without the intent to significantly disturb
the ground. This solution for speeding up the process of entering
a mine that has been closed is practical, effective and, through the
safety code to be established, meets the objectives of Part II of the
Code, which is to prevent accidents and injury to health arising
out of employment under federal jurisdiction.
Trois options ont été étudiées. La première était le maintient du
statu quo. Toutefois, il a été établi que cette solution était irréaliste puisque certaines exigences en matière de santé et sécurité
devant être respectées ne pourront l’être étant donné que la Commission de la sécurité dans les mines n’existe plus depuis 2002.
La deuxième suggérait la remise en place de la Commission de
la sécurité dans les mines. Cette solution a été écartée parce le
processus pour remettre en place cette Commission serait très
long et coûteux. En effet, il serait difficile de rétablir ladite commission en y nommant des représentants des employés travaillant
dans la mine, comme le prévoit le Code, puisque l’employeur qui
désire entrer dans une mine n’exploite pas présentement ladite
mine et il n’a donc pas de mineurs à son service.
This action is temporary, and strictly limited to operations involving entry in a mine that has been closed. Once the mine’s
commercial potential is known, the mine owner is bound to operate it in accordance with the other provisions of the Code and of
the Coal Mining Occupational Heath and Safety Regulations that
are already in place.
La troisième solution, soit celle retenue et proposée, permettra
à un exploitant de mines de charbon d’entrer plus rapidement et
de façon sécuritaire dans une mine qui a été fermée mais sans
toutefois y perturber les sols de façon significative. Cette solution
permettant d’accélérer l’entrée dans une mine ayant été fermée est
pratique, efficace et elle rencontre, par l’entremise du code de
sécurité devant être mis en place, les objectifs de la partie II du
Code, qui vise à prévenir les accidents et les maladies liés à
l’occupation d’un emploi relevant de la compétence fédérale.
Cette mesure est intérimaire et ne vise que les opérations relatives à l’entrée dans une mine qui a été fermée. Lorsque le potentiel commercial d’une mine sera connu, il faudra, pour le propriétaire d’une mine désirant exploiter ladite mine, se conformer aux
autres dispositions du Code et du Règlement sur la santé et la
sécurité dans les mines de charbon déjà en place.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The costs inherent in these Regulations, namely the cost of developing and approving a safety code should not be high because
the information to be included in the said code is easy to obtain
for coal mine operators interested in entering a mine. The information to be included in the safety code is specified in sections 167 and 168 of the Regulations.
Les coûts associés à ce règlement, soit les coûts relatifs à
l’élaboration et l’approbation d’un code de sécurité, ne devraient
pas être significatifs puisque les informations devant être incluses
audit code de sécurité sont simples à obtenir pour les exploitants
de mines de charbon désirant entrer dans une mine. Ces informations devant être incluses au code de sécurité sont énumérées aux
articles 167 et 168 du règlement.
Aussi, le présent règlement ne crée pas de nouveaux coûts
puisque les exigences qui y sont prévues ne font que remplacer
certaines des exigences qui étaient déjà prévues par le Règlement
sur la santé et la sécurité dans les mines de charbon et le Code.
Ce nouveau règlement n’impose pas de charges supplémentaires
pour les exploitants de mines de charbon.
Ce règlement aura comme avantage de permettre à un exploitant de mine de charbon d’entrer plus rapidement et à moindres
coûts dans une mine, sans compromettre la santé et la sécurité de
ses employés.
Furthermore, the current regulations do not generate new costs
because the requirements they contain replace some of the others
already established under the Coal Mining Occupational Health
and Safety Regulations and the Code. These new regulations do
not place an additional burden on coal mine operators.
The advantage of these Regulations is to allow a coal mine operator to enter a mine faster and at a lower cost without jeopardizing the health and safety of employees.
788
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-138
Consultation
Consultations
Federal public servants with Natural Resources Canada and
Justice Canada, and provincial public servants from Nova Scotia,
the province where a coal mine that could re-enter operation is
located, met to develop this amendment to the Coal Mining Occupational Health and Safety Regulations. These new provisions
will be equivalent to the provisions of Nova Scotia’s Regulations.
The federal departments concerned and the Province of Nova
Scotia agree with the proposed amendments.
Des fonctionnaires fédéraux de Ressources naturelles Canada
et Justice Canada et des fonctionnaires provinciaux de la
Nouvelle-Écosse, province où se trouve une mine de charbon
pouvant être remise en exploitation, se sont rencontrés pour développer la présente modification au Règlement sur la santé et la
sécurité dans les mines de charbon. Ces nouvelles dispositions
seront équivalentes aux dispositions contenues dans les règlements de la Nouvelle-Écosse. Les ministères fédéraux concernés
et la province de la Nouvelle-Écosse sont d’accord avec les modifications proposées.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The safety code will be submitted for approval to the Senior
Director, Occupational Health and Safety and Injury Compensation 30 days before the date of entry. The said Senior Director
will approve the safety code provided that it is submitted within
the prescribed time limit and that the requirements of these Regulations are met.
Le code de sécurité sera présenté pour approbation au directeur
principal, Santé et sécurité au travail et Indemnisation des accidentés trente jours avant la date de l’entrée prévue. Ledit directeur
principal approuvera le code de sécurité si celui-ci lui est présenté
en conformité avec le délai prévu et si les exigences du présent
règlement sont rencontrées.
The Labour Program must ensure that occupational health and
safety, regulations and legislation are obeyed and applied. The
purpose of the Labour Program compliance policy is two-fold.
First of all, it helps employers and employees better understand
the mechanism used to achieve compliance with the Code. Secondly, it provides an overview of actions by the Labour Program
to achieve compliance with the Code.
C’est le Programme du travail qui doit s’assurer de l’observation et du respect des règlements et lois portant sur la santé et sur
la sécurité au travail. L’objet de la politique de conformité du
Programme du travail a deux volets. D’abord, elle aide les employeurs et les employés à mieux comprendre le mécanisme utilisé pour atteindre la conformité avec le Code. Ensuite, elle donne
un aperçu des mesures que le Programme du travail prendra pour
atteindre la conformité avec le Code.
Various techniques are used to monitor compliance with occupational health and safety requirements. The following techniques
apply to this regulatory amendment:
Il existe plusieurs techniques qui permettent de surveiller la
conformité avec les exigences en matière de santé et de sécurité
au travail. Voici les techniques applicables à la présente modification règlementaire :
(1) Policy committees and work place health and safety committees are the primary means available to employers and employees for harmonizing their efforts to resolve occupational
health and safety problems. Health and safety officers help the
industry create policy committees and work place health and
safety committees, as well as related programs.
(1) Les comités d’orientation et les comités locaux de santé et
de sécurité constituent les principaux mécanismes permettant aux
employeurs et aux employés de conjuguer leurs efforts pour régler les problèmes associés à la santé et à la sécurité au travail.
Les agents de santé et de sécurité aident l’industrie à mettre sur
pied les comités d’orientation et les comités locaux de santé et de
sécurité ainsi que les programmes connexes.
With the statutory authority delegated to them, health and
safety officers may enter any workplace and perform a range of
activities to ensure compliance with the Code and the applicable
regulations. Safety checks and inspections are among these activities. They may also investigate reported contraventions, work
accidents, a refusal to work or a dangerous situation.
En vertu des pouvoirs qui leur sont conférés par la loi, les
agents de santé et de sécurité peuvent entrer en tout lieu de travail
et y effectuer diverses activités afin d’assurer la conformité avec
le Code et les règlements applicables. Ainsi, ils peuvent procéder
à des vérifications et à des inspections de sécurité. Ils peuvent
également enquêter sur des situations suite à une infraction signalée, à un accident de travail, à un refus de travailler ou à une situation dangereuse.
(2) Health and safety officers may obtain an Assurance of
Voluntary Compliance (AVC) from employers or employees.
An AVC is a written document in which the employer or employee promises the health and safety officer to correct a contravention of the Code within a specified period. If the corrective
action specified in the AVC is not taken, a direction will be issued.
(2) L’agent de santé et de sécurité peut obtenir une Promesse
de conformité volontaire (PCV) de l’employeur ou de l’employé.
La PCV est un document écrit par lequel l’employeur ou l’employé s’engage envers l’agent de santé et de sécurité à corriger
une infraction au Code dans un délai prescrit. Si les mesures correctives stipulées dans la PCV ne sont pas prises, une instruction
est alors émise.
The health and safety officer issues a direction whenever a
situation entails danger and when an AVC cannot be obtained or
is disregarded. A direction is a written order directing the employer or employee in question to terminate a contravention of the
Code within a specified period.
L’agent de santé et de sécurité émet une instruction chaque fois
que la situation constitue un danger et que l’on ne peut obtenir
une PCV ou que celle-ci n’a pas été respectée. Une instruction est
un avis écrit ordonnant à l’employeur ou à l’employé en cause de
mettre fin à une infraction au Code dans un délai prescrit.
789
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-138
(3) If non-compliance persists, legal action is taken. Violators
are liable to a fine and/or imprisonment. The maximum sentence
in the event of a violation is a penalty of $1,000,000 upon summary conviction, and a maximum prison sentence of two years
and/or a maximum penalty of $1,000,000 upon conviction by
indictment.
(3) Si la non-conformité persiste, des poursuites sont entamées.
Tout contrevenant est passible d’une amende et/ou d’une peine
d’emprisonnement. La peine maximale imposée en cas d’infraction est fixée à une amende de 1 000 000 $ sur déclaration de
culpabilité par procédure sommaire, et à un emprisonnement
maximal de deux ans et/ou à une amende maximale de 1 000 000 $
sur déclaration de culpabilité par mise en accusation.
Contact
Personne-ressource
Frédérick Dupuis
Program Advisor
Occupational Health and Safety Policy
165 Hôtel de Ville, 10th Floor
Place du Portage - Phase II
Gatineau, Quebec
K1A 0J2
Telephone: (819) 994-6860
FAX: (819) 953-4830
E-mail: frederick.dupuis@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
790
Frédérick Dupuis
Conseiller de programme
Politiques sur la santé et la sécurité au travail
165, rue Hôtel de Ville, 10e étage
Place du Portage - Phase II
Gatineau (Québec)
K1A 0J2
Téléphone : (819) 994-6860
TÉLÉCOPIEUR : (819) 953-4830
Courriel : frederick.dupuis@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-139
Registration
SOR/2006-139 June 15, 2006
Enregistrement
DORS/2006-139 Le 15 juin 2006
CANADA TRANSPORTATION ACT
LOI SUR LES TRANSPORTS AU CANADA
Order Rescinding Decision No. 618-W-2005 of the
Canadian Transportation Agency
Décret annulant la décision no 618-W-2005 de
l’Office des transports du Canada
P.C. 2006-532
C.P. 2006-532
June 15, 2006
Le 15 juin 2006
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Transport, Infrastructure and Communities, pursuant to section 40 of the Canada
Transportation Act, hereby rescinds Decision No. 618-W-2005 of
the Canadian Transportation Agency.
Attendu que, en vertu de l’article 40 de la Loi sur les transports
au Canada, l’Administration de pilotage des Laurentides a présenté au gouverneur en conseil, une requête en annulation de la
décision no 618-W-2005 de l’Office des transports du Canada
datée du 14 octobre 2005;
Attendu que l’article 33 de la Loi sur le pilotagea prévoit
qu’une Administration de pilotage doit, avec l’approbation du
gouverneur en conseil, fixer, par règlement général, les tarifs des
droits de pilotage qui doivent lui être payés, lesquels doivent lui
permettre le financement autonome de ses opérations et être équitables et raisonnables;
Attendu que le gouverneur en conseil estime que les augmentations tarifaires que l’Administration de pilotage des Laurentides a
publiées dans la Gazette du Canada Partie I, le 5 mars 2005, lesquelles sont en vigueur depuis le 1er juillet 2005b, ne nuisent pas à
l’intérêt public,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités et en vertu de l’article 40
de la Loi sur les transports au Canada, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil annule la décision no 618-W-2005 de
l’Office des transports du Canada.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du décret.)
Whereas, pursuant to section 40 of the Canada Transportation
Act, the Laurentian Pilotage Authority has petitioned the Governor in Council to rescind Decision No. 618-W-2005 of the Canadian Transportation Agency dated October 14, 2005;
Whereas section 33 of the Pilotage Acta provides that a Pilotage Authority shall, with the approval of the Governor in Council,
make regulations prescribing tariffs of pilotage charges to be paid
to that Authority for pilotage and that all such tariffs shall be
fixed at a level that permits the Authority to operate on a selfsustaining financial basis and shall be fair and reasonable;
And whereas the Governor in Council is of the opinion that the
tariff increases that the Laurentian Pilotage Authority published
in the Canada Gazette, Part I, on March 5, 2005, and in force on
July 1, 2005b, are not prejudicial to the public interest;
Description
Description
The Canadian pilotage system is a federal regulated responsibility where employee and contract pilots are licensed by the pilotage authorities.
Au Canada, le système de pilotage est une responsabilité fédéral régi par la Loi sur le pilotage : les quatre administrations de
pilotage délivrent des brevets aux pilotes employés et aux pilotes
entrepreneurs.
L’Administration de pilotage des Laurentides (l’Administration) est l’une des quatre administrations de pilotage établies
en 1972 par la Loi sur le pilotage. Son mandat est d’administrer,
aux fins de la sécurité de la navigation, un service de pilotage
efficace dans les eaux canadiennes sises dans la province de
Québec et les eaux limitrophes, au nord de l’entrée septentrionale
de l’écluse de Saint-Lambert, à l’exception des eaux de la baie
des Chaleurs au sud du Cap d’Espoir.
L’Administration fournit des services de pilotage aux navires
canadiens et aux navires étrangers et tire ses revenues des tarifs
de droits de pilotage quelle fixe de façon à être le plus équitables
et raisonnables pour lui permettre le financement autonome de ses
activités.
The Laurentian Pilotage Authority (the Authority) is one of
four pilotage authorities established under the Pilotage Act
of 1972. Its mandate is to establish, operate, maintain and administer, in the interest of navigation safety, an efficient pilotage service within Canadian waters in and around the Province of
Quebec, north of the northern entrance to Saint-Lambert Lock,
except the waters of Chaleur Bay, south of Cap d’Espoir.
The Authority provides pilotage service for both domestic and
foreign commercial ships and receives its revenues from tariffs of
pilotage charges that are fair, reasonable and sufficient to permit
the Authority to operate on a self-sustaining financial basis.
———
———
a
a
b
S.C. 1998, c. 10, s. 149
SOR/2005-162
b
L.C. 1998, ch. 10, art. 149
DORS/2005-162
791
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-139
The Authority has three compulsory pilotage districts, one for
the Port of Montreal (District No. 1-1), another between Montreal
and Quebec (District No. 1) and a third between the Port of
Quebec and Les Escoumins, including the Saguenay River (District No. 2).
L’Administration a établi trois zones de pilotage obligatoire,
soit une pour le port de Montréal (circonscription no 1-1), une
autre pour les eaux navigables entre Montréal et la ville de
Québec (circonscription no 1) et une troisième pour les eaux navigables entre la ville de Québec et Les Escoumins, incluant la rivière Saguenay (circonscription no 2).
In the St. Lawrence River, pilotage is provided under service
contracts with two separate pilot corporations. The Pilotes du
Saint-Laurent Central Inc. represents the ninety-two District No. 1
pilots, while the Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent
represents the sixty-eight District No. 2 pilots.
Les services de pilotage sur le fleuve Saint-Laurent sont
confiés à deux corporations de pilotes avec lesquelles l’Administration a conclu des accords distincts.La Corporation des pilotes
du Saint-Laurent central inc. (CPSLC) représente les 92 pilotes de
la circonscription no 1, et la Corporation des pilotes du Bas SaintLaurent (CPBSL) représente les 68 pilotes de la circonscription
no 2.
In 2003, an arbitrator, Richard Marcheterre, awarded a contract
increase of 8 percent to the District No. 1 pilots. The contract
called for only 3 percent increase for 2002-03. It also contained a
clause where either party could reclaim the last of the four-year
contract. This is why the pilot could ask for an 8 percent increase
for the fourth year. The July 2002 increase was 5 percent greater
than originally budgeted by the Authority. The Authority projected 3 percent only and the arbitrator decided on 8 percent and
created a 5 percent short-fall.
En 2003, l’arbitre Richard Marcheterre a accordé une hausse
salariale de 8 p. 100 aux pilotes de la circonscription no 1. Le
contrat prévoyait une hausse de 3 p. 100 pour 2002-2003 et
contenait également une clause permettant aux parties de faire
valoir à nouveau ses droits la quatrième année du contrat. C’est
pourquoi les pilotes ont pu demander une augmentation
de 8 p.100 pour la quatrième année. Cette augmentation est
de 5 p. 100 supérieure à celle budgétée par l’Administration et
qui prenait effet le 1er juillet 2002. L’Administration avait projeté 3 p. 100, alors que la décision arbitrale a concédé 8 p. 100 d’où
un manque de 5 p. 100.
The Authority challenged the validity of the Marcheterre decision in Federal Court, but the Court upheld the arbitral award in
its October 2004 ruling. The Authority accumulated a dept
of $4,3 million. These tariff amendments are necessary for the
Authority to meet the increase in fees that must be paid to the
District No. 1 pilots as a result of an arbitrator’s award that was
confirmed by the Federal Court of Canada on October 1, 2004.
L’Administration a contesté la décision Marcheterre devant la
Cour fédérale, mais cette dernière a confirmé la décision d’arbitrage en octobre 2004. À la suite de cette décision, l’Administration a cumulé une dette d’environ 4,3 M$.
Des modifications tarifaires s’imposent en raison d’une augmentation des honoraires que doit verser l’Administration à
la CPSLC, à la suite d’une décision arbitrale homologuée par la
Cour fédérale le 1er octobre 2004.
The financial impact of the Federal Court’s order is twofold.
First, to meet a 5 percent general increase in pilotage fees, the
Authority must increase its tariff at the same level in District
No. 1. Second, the Authority must reimburse the District No. 1
pilots, an amount equal to 5 percent on all pilot fees for the services provided from July 1, 2002, until the coming into force of
the 5 percent general increase.
Les impacts financiers de cette ordonnance de la Cour fédérale
sont de deux ordres. D’abord, pour faire face à une augmentation
récurrente de 5 p. 100 des honoraires de pilotage, l’Administration doit hausser son tarif au même niveau pour la circonscription
no 1. D’autre part, l’Administration doit verser à la CPSLC une
somme correspondant à l’écart accumulé de 5 p. 100 des frais de
pilotage pour les services rendus par cette corporation entre
le 1er juillet 2002 jusqu’à l’entrée en vigueur de la hausse tarifaire
récurrente de 5 p. 100.
In order to pay for the new service contract, the Authority
pre-published in the Canada Gazette, Part I, on March 5, 2005, a
new tariff regulation containing a permanent 5 percent increase
and a temporary 4.9 percent surcharge for District No. 1. On
May 31, 2005, the Governor in Council, approved the Regulations Amending the Laurentian Pilotage Tariff Regulations, made
by the Authority, SOR/2005-162.
Pour payer le nouveau contrat de services, l’Administration a
procédé, le 5 mars 2005, à la publication au préalable d’un règlement tarifaire visant à appliquer une hausse tarifaire permanente
de 5 p. 100 et un droit supplémentaire de 4,9 p. 100 durant
trois ans dans la circonscription no 1. Le 31 mai 2005, la gouverneure en conseil, sur la recommandation du ministre des Transports, a approuvé le Règlement modifiant le Règlement sur les
tarifs de pilotage des Laurentides, pris par l’Administration
(DORS/2005-162).
The Pilotage Act allows any person, who has reasons to believe
that a proposed tariff is prejudicial to the public interest, to file an
objection with the Canadian Transportation Agency (CTA). During the pre-publication period, two large shipping interests,
namely, the Canadian Shipowners Association (CSA) and the
Shipping Federation of Canada (SFC) filed an objection to the
above-noted increases. Interestingly, the District No. 1 pilots also
En vertu du paragraphe 34(2) de la Loi sur le pilotage, tout intéressé qui a des raisons de croire qu’un droit figurant dans un
projet de tarif de droits de pilotage nuit à l’intérêt public peut
déposer un avis d’opposition auprès de l’Office. Deux groupes
importants du secteur maritime, soit l’Association des armateurs
canadiens (AAC) et la Fédération maritime du Canada (FMC),
ont déposé des avis d’opposition à l’Office au sujet des hausses
792
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-139
objected to the tariff increase on the basis that it should apply to
all districts.
tarifaires. Fait intéressant, les pilotes de la circonscription no 1 se
sont également opposés à l’augmentation de tarif en alléguant
qu’elle devrait s’appliquer à toutes les circonscriptions.
The Pilotage Act allows an Authority to implement a tariff
even if there are objections. Consequently, the tariff came into
effect on July 1, 2005 and the Authority has placed these funds in
a special trust pending the CTA decision. The trust now amounts
to more some $2.5 million. If the CTA ruling is not rescinded or
varied, all collected monies must be returned to users, with interest, resulting in effective bankruptcy of the Authority by August 2006.
La Loi sur le pilotage permet à une administration de pilotage
d’appliquer un tarif même s’il fait l’objet d’une opposition. Aussi
l’Administration a-t-elle imposé le tarif en question en plaçant les
montants perçus dans un fonds de fiducie où ils totalisent actuellement quelque 2,5 M$. Si la décision de l’Office n’est ni annulée
ni modifiée et si tous les fonds recueillis, plus intérêts, doivent
être remboursés aux utilisateurs, l’Administration sera en situation de faillite d’ici août 2006.
In its Decision No. 618-W-2005 of October 14, 2005, the CTA
ruled that the tariff was prejudicial to the public interest and
should not be implemented because the increase exceeded the
Consumer Price Index (CPI) and was not matched by improved
quality of service nor productivity.
Le 14 octobre 2005, dans sa décision no 618-W-2005, l’Office
a déclaré que le tarif proposé portait atteinte à l’intérêt du public
et il a recommandé qu’il ne soit pas mis en vigueur parce qu’il
dépassait l’indice des prix à la consommation (IPC) et que ni la
qualité du service ni la productivité n’étaient améliorées.
On October 18, 2005, the Authority petitioned the Governor in
Council to rescind the CTA decision to allow it to settle the District No. 1 arrears. Section 40 of the Canada Transportation Act
allows the Governor in Council to vary or rescind any decision,
order, rule or regulation of the CTA.
Le 18 octobre 2005, l’Administration a demandé par pétition à
la gouverneure en conseil d’annuler la décision no 618-W-2005 de
l’Office en vertu de l’article 40 de la Loi sur les transports au
Canada, afin qu’elle puisse payer sa dette aux pilotes de la circonscription no 1. L’article 40 permet au gouverneur en conseil de
modifier ou d’annuler les décisions, arrêtés, règles ou règlements
de l’Office.
In December 2005, the Auditor General informed Parliament
that the accumulated deficit of the Authority, which then stood
at $10.2 million (this has now reached $11.2 million), was a cause
for concern and without a turnaround of its financial situation,
there was a high risk that the Authority would not be able to fulfill its mandate. Because of the imbalance between the tariffs it
collects and the expenses it must pay to the pilots, the Authority is
losing about $100,000 per month and is only capable of partially
paying its ongoing operating expenses.
En décembre dernier, la vérificatrice générale a déclaré que le
déficit accumulé de 10,2 M$ (maintenant de 11,2 M$) était une
cause d’inquiétude et que si sa situation financière ne s’améliorait
pas, l’Administration risquait fort de ne plus pouvoir exécuter son
mandat. Étant donné le déséquilibre des tarifs perçus et des dépenses qu’elle doit engager envers les pilotes, l’Administration
perd environ 100 000 $ par mois et elle ne peut régler qu’une
partie de ses dépenses d’exploitation courantes.
Another significant factor in the increasing deficit of the Authority is the “productivity clause” in the District No. 1 service
contract which pays a 50 percent premium to pilots for assignments over the annual average of 120 per pilot. In 2005, traffic
increases and a shortage of qualified pilots caused the average
number of assignments to reach 142 per pilot, resulting in costs of
approximately $2 million with no matching revenues for the Authority.
Un autre facteur important qui a contribué à l’alourdissement
du déficit de l’Administration est la clause sur les primes au
rendement contenue dans le contrat signé avec les pilotes de la
circonscription no 1. Cette clause leur accorde une prime
de 50 p. 100 pour les affectations qui dépassent la moyenne annuelle de 120 par pilote. En 2005, le nombre d’affectations par
pilote a atteint le nombre de 142 en raison du trafic accru et du
manque de pilotes qualifiés, ce qui a entraîné à des coûts
d’environ 2 M$ à l’Administration qui n’ont pas été recouvrés par
des revenus.
Alternatives
Solutions envisagées
Notwithstanding the CTA decision, pilots have a legitimate
claim to the monies owed to them and the Authority must be allowed to seek some form of revenue increase to settle its arrears.
Parliamentary appropriation is not an option as the Pilotage Act
expressly forbids it. Consequently, the only possible option to
turn around the Authority financial situation is to rescind the CTA
decision to allow the Authority to keep the funds collected and
settle the arrears owed to the District No. 1 pilots.
Indépendamment de la décision de l’Office, les pilotes ont un
droit légitime aux sommes qui leur sont dues et il faut que
l’Administration soit autorisée à toucher une hausse de revenu
pour payer ses arriérés. La Loi sur le pilotage interdit expressément au gouvernement d’accorder des crédits parlementaires à
l’Administration. Conséquemment la seule option possible pour
redresser la situation financière de l’Administration est d’annuler
la décision de l’Office afin que l’Administration conserve les
sommes perçues et qu’elle paie les arriérés qu’elle doit aux pilotes de la circonscription no 1.
Pursuant to section 40 of the Canada Transportation Act, the
Governor in Council may, at any time, in the discretion of the
Governor in Council, either on petition of a party or an interested
person or of the Governor in Council’s own motion, vary or rescind any decision, order, rule or regulation of the Agency,
whether the decision or order is made inter partes or otherwise,
En vertu de l’article 40 de la Loi sur les transports au Canada,
le gouverneur en conseil peut modifier ou annuler les décisions,
arrêtés, règles ou règlements de l’Office soit à la requête d’une
partie ou d’un intéressé, soit de sa propre initiative; il importe peu
que ces décisions ou arrêtés aient été pris en présence des parties
ou non et que les règles ou règlements soient d’application
793
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-139
and whether the rule or regulation is general or limited in its
scope and application, and any order that the Governor in Council
may make to do so is binding on the Agency and on all parties.
The Authority considered various alternatives to meet the increase in pilotage fees, both for future services and for accumulated past services. It was decided that it would be preferable to
borrow the required amount from a financial institution. After
considering various options for repaying the loan, the Authority
chose a 36-month term. However, the loan is subject to government approval.
générale ou particulière. Les décrets du gouverneur en conseil en
cette matière lient l’Office et toutes les parties.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The general 5 percent tariff increase in District No. 1 has generated an amount of $799,000 in 2005, and $1,501,000 for 2006. The
temporary surcharge of 4.9 percent will generate revenues
of $823,000 between July 1 to December 31, 2005 and $1,545,000
in 2006. These amounts will be used entirely for the repayment of
the $4,316,000 loan, until it has been repaid in full in 2008. The
surcharge will then cease to apply.
The tariff increase is necessary to cover all costs associated
with the pilot fee increases following the Federal Court’s order. It
will ensure the continued efficiency and safety of the pilotage
service, and at the same time enable the Authority to maintain its
financial autonomy.
La hausse récurrente de tarif de 5 p. 100 dans la circonscription
no 1 a généré une somme de 799 000 $ pour l’année 2005, et il
est prévu qu’elle générera 1 501 000 $ pour 2006. Le droit supplémentaire et temporaire de 4,9 p. 100 produira notamment des
revenus de 823 000 $ du 1er juillet au 31 décembre 2005
et 1 545 000 $ en 2006. Ces derniers montants seront entièrement
consacrés au remboursement de l’emprunt de 4 316 000 $, jusqu’à paiement complet en 2008. Dès lors, ce droit supplémentaire
prendra fin.
Durant la période où elles s’appliqueront simultanément, ces
hausses représenteront une augmentation des droits de pilotage
d’environ 375 $ par voyage pour un navire qui transite sur le
fleuve Saint-Laurent, entre les stations d’embarquement des pilotes situées dans la circonscription no 1, c’est-à-dire 140 milles
marins. La durée moyenne d’un tel voyage est de 11,1 heures. Le
coût moyen supplémentaire par mille piloté sera de l’ordre
de 2,68 $.
Cette majoration tarifaire est nécessaire pour couvrir les coûts
associés à l’augmentation des honoraires des pilotes à la suite de
l’ordonnance de la Cour fédérale. Les modifications permettront à
l’Administration de maintenir un service de pilotage efficace et
sécuritaire tout en assurant son autonomie financière.
Strategic Environmental Assessment
Évaluation environnementale stratégique
In accordance with the 1999 Cabinet Directive on the Environmental Assessment of Policy, Plan and Program Proposals, a
Strategic Environmental Assessment (SEA) of this amendment
was conducted, in the form of a preliminary scan. The SEA concluded that the amendment is not likely to have important environmental implications.
Conformément à la Directive du Cabinet de 1999 sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, une évaluation
environnementale stratégique (ÉES) de cette modification a été
effectuée, sous la forme d’une exploration préliminaire. Selon les
conclusions de l’ÉES, la modification n’aurait aucune incidence
importante sur l’environnement.
Consultation
Consultations
During the month of October 2004, the Authority consulted the
main pilotage service user groups about how to deal with the Federal Court’s order. In spite of the outcome of the consultation, the
Authority has no choice but to comply with the Court’s order and
pay the amounts involved.
Au cours du mois d’octobre 2004, l’Administration a consulté
les principaux groupes d’utilisateurs de service de pilotage relativement au traitement à réserver à l’ordonnance de la Cour fédérale. Malgré le résultat de cette consultation, l’Administration n’a
d’autre choix que d’obtempérer à l’ordre de la Cour fédérale et de
payer les sommes visées.
En avril 2006, pour trouver un compromis pouvant convenir à
toutes les parties, Transports Canada a nommé un médiateur.
Dans son rapport, le médiateur propose une entente basée sur
quelques éléments de rapprochement entre les parties. Aucune
entente n’a pu être conclue pendant la négociation. Les pilotes de
la circonscription no 1 ont pris position et ne sont pas disposés à
accepter des modifications de contrat sans obtenir une compensation en échange.
Le ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, a consulté ses collègues du Comité des opérations et a reçu le
During the period when both increases apply, they will represent
an increase in pilotage charges of approximately $375 per trip for a
ship transiting the St. Lawrence River between the pilot boarding
stations in District No. 1, which is a distance of 140 nautical miles.
The average duration of such a trip is 11.1 hours. The average supplementary cost per pilotage mile will be $2.68.
In April 2006, in an effort to find a compromise, agreeable to
all parties, Transport Canada appointed a mediator. In his report,
the mediator proposed a series of measures to bring the parties to
a negotiated agreement. Such an agreement was not reached during the negotiation. The District No. 1 pilots have taken the position that they are not willing to accept any contract changes without being compensated accordingly. The productivity clause contained in their contracts has a value exceeding $1million.
The Minister of Transport, Infrastructure and Communities,
consulted with his colleagues of the Operations Committee and
794
L’Administration a évalué divers moyens de payer cette hausse
des honoraires, tant pour l’avenir que pour les sommes accumulées. Il a été décidé d’emprunter la somme requise auprès d’une
institution financière. Après avoir tenu des consultations sur les
divers scénarios d’amortissement de ce prêt, l’Administration a
choisi un terme de 36 mois. Cet emprunt est cependant sujet à des
approbations gouvernementales.
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-139
received support for this initiative. The Department of Finance
and Treasury Board have also been consulted at various stage of
this process.
soutien pour cette initiative. Le ministère des Finances et le
Conseil du Trésor ont été consultés à diverses étapes de ce processus.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There is no compliance or enforcement considerations for the
Order.
Ce décret ne soulève aucune question de respect ou d’exécution.
Contact
Personne-ressource
Capt. Jules St-Laurent
Manager
Nautical Certification and Pilotage
Transport Canada
112 Kent Street, Suite 450
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: (613) 998-0697
FAX: (613) 990-1538
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Capitaine Jules St-Laurent
Gestionnaire
Certification nautique et Pilotage
Transport Canada
112, rue Kent, pièce 450
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : (613) 998-0697
TÉLÉCOPIEUR : (613) 990-1538
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
795
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-140
Registration
SOR/2006-140 June 15, 2006
Enregistrement
DORS/2006-140 Le 15 juin 2006
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2006-66-04-01 Amending the Domestic
Substances List
Arrêté 2006-66-04-01 modifiant la Liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment is satisfied that the
substances referred to in the annexed Order were, between January 1, 1984 and December 31, 1986, imported into Canada by a
person in a quantity of not less than 100 kg in any one calendar
year or in Canadian commerce, meeting the requirement set out in
paragraph 66(1)(a) or (b) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a;
Whereas the Minister of the Environment is satisfied that the
living organism referred to in the annexed Order was, between
January 1, 1984 and December 31, 1986, manufactured in Canada
by a person and that it entered or was released into the environment without being subject to conditions under the Canadian
Environmental Protection Act, 1999a or any other Act of Parliament or of the legislature of a province;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsection 66(3) and section 105 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a hereby makes the annexed Order 2006-66-04-01
Amending the Domestic Substances List.
Ottawa, June 12, 2006
Rona Ambrose
Minister of the Environment
Attendu que la ministre de l’Environnement estime que les
substances visées par l’arrêté ci-après ont été, entre le 1er janvier
1984 et le 31 décembre 1986, importées au Canada par une personne en une quantité d’au moins 100 kg au cours d’une année
civile ou commercialisées au Canada, et que le critère fixé à
l’alinéa 66(1)a) ou b) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)a est ainsi rempli;
Attendu que la ministre de l’Environnement estime que
l’organisme vivant visé par l’arrêté ci-après a été, entre le 1er janvier 1984 et le 31 décembre 1986, fabriqué au Canada par une
personne et que cet organisme a pénétré dans l’environnement ou
y a été rejeté sans être assujetti à des conditions fixées aux termes
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999)a, de toute autre loi fédérale ou d’une loi provinciale,
À ces causes, en vertu du paragraphe 66(3) et de l’article 105
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a,
la ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2006-66-04-01
modifiant la Liste intérieure, ci-après.
Ottawa, le 12 juin 2006
La ministre de l’Environnement,
Rona Ambrose
ORDER 2006-66-04-01 AMENDING THE
DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2006-66-04-01 MODIFIANT
LA LISTE INTÉRIEURE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Part 1 of the Domestic Substances List is amended by
adding the following in numerical order:
9062-90-2
39317-41-4
426260-76-6
2. Part 5 of the List is amended by adding the following
in alphabetical order under the heading “Organisms/
Organismes”:
Aspergillus awamori
ATCC 22342
1. La partie 1 de la Liste intérieure1 est modifiée par adjonction, selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
9062-90-2
39317-41-4
426260-76-6
2. La partie 5 de la même liste est modifiée par adjonction,
sous l’intertitre « Organisms/Organismes », selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
Aspergillus awamori
ATCC 22342
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement.
———
———
a
a
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
796
1
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-140
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Orders.)
(Ce résumé ne fait pas partie des arrêtés.)
Description
Description
The purpose of this publication is to add substances to the Domestic Substances List (DSL) and make consequential deletions
from the Non-Domestic Substances List (NDSL).
Subsection 66(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999 (CEPA 1999) empowers the Minister of the Environment to compile a list of substances, to be known as the DSL,
which specifies “all substances that the Minister is satisfied were,
between January 1, 1984 and December 31, 1986, (a) manufactured in or imported into Canada by any person in a quantity of
not less than 100 kg in any one calendar year; or (b) in Canadian
commerce or used for commercial manufacturing purposes in
Canada”.
For the purposes of the Act, the DSL is the sole basis for determining whether a substance is “existing” or “new” to Canada.
Substances on the DSL are not subject to the requirements of the
New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers), implemented under section 89 of CEPA 1999. Substances
that are not on the DSL will require notification and assessment,
as prescribed by these Regulations, before they can be manufactured in or imported into Canada.
L’objectif de cette publication est d’ajouter des substances à la
Liste intérieure (LIS) et de les radier de la Liste extérieure (LES),
selon le cas.
Le paragraphe 66(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) [LCPE (1999)] stipule que le ministre de
l’Environnement doit établir une liste de substances appelée LIS
qui énumère toutes les « substances qu’il estime avoir été, entre
le 1er janvier 1984 et le 31 décembre 1986, a) soit fabriquées ou
importées au Canada par une personne en des quantités d’au
moins 100 kg au cours d’une année; b) soit commercialisées ou
utilisées à des fins de fabrication commerciale au Canada ».
The DSL was published in the Canada Gazette, Part II, in
May 1994. However, the DSL is not a static list and is subject,
from time to time, to additions, deletions or corrections that are
published in the Canada Gazette.
Subsection 87(1) of CEPA 1999 requires the Minister to add a
substance to the DSL where: (a) the Minister has been provided
with information specified in the New Substances Notification
Regulations (Chemicals and Polymers) and any additional information or test result required under subsection 84(1); (b) the substance was manufactured or imported in excess of the volumes
prescribed in the New Substances Notification Regulations
(Chemicals and Polymers); (c) the period for assessing the information under section 83 has expired; and (d) no condition specified under paragraph 84(1)(a) in respect of the substance remains
in effect.
Subsection 87(5) of CEPA 1999 requires the Minister to add a
substance to the DSL where: (a) the Minister has been provided
with information specified in the New Substances Notification
Regulations (Chemicals and Polymers) and any additional information or test result required under subsection 84(1); (b) the
period for assessing the information under section 83 has expired; (c) no condition specified under paragraph 84(1)(a) in respect of the substance remains in effect; and (d) the Minister has
received a notice that manufacture or import of the substance has
commenced.
Substances added to the DSL, if they appear on the NDSL, are
deleted from that List as indicated under subsection 66(3), subsection 87(1) and subsection 87(5) of CEPA 1999.
Au sens de la Loi, la LIS est le seul document qui permet de
déterminer si une substance est « existante » ou « nouvelle » au
Canada. Les substances inscrites sur la LIS ne sont pas assujetties
aux exigences du Règlement sur les renseignements concernant
les substances nouvelles (substances chimiques et polymères),
lequel fut pris sous le régime de l’article 89 de la LCPE (1999).
Les substances non énumérées à la LIS doivent faire l’objet d’un
préavis et d’une évaluation, et ce, avant leur fabrication ou leur
importation au Canada.
La LIS a été publiée dans la Gazette du Canada Partie II, en
mai 1994. Cependant, la LIS n’est pas fixe dans le temps puisqu’elle peut faire l’objet d’ajouts, d’éliminations ou de corrections, qui sont publiés dans la Gazette du Canada.
Le paragraphe 87(1) de la LCPE (1999) exige que le ministre
ajoute une substance à la LIS lorsque : a) il a reçu des renseignements prescrit par le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères) ou toutes informations additionnelles ou des résultats des
tests, requis en vertu du paragraphe 84(1); b) le volume des substances qui ont été manufacturées ou importées est supérieur aux
volumes prescrits au Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères); c) le délai d’évaluation prévu à l’article 83 est expiré; et d)
aucune condition mentionnée à l’alinéa 84(1)a) reliée à la substance ne demeure en vigueur.
Le paragraphe 87(5) de la LCPE (1999) exige que le ministre
ajoute une substance à la LIS lorsque : a) il a reçu des renseignements prescrits par le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères) ou toutes informations additionnelles ou des résultats des
tests, requis en vertu du paragraphe 84(1); b) le délai d’évaluation
prévu à l’article 83 est expiré; c) aucune condition mentionnée à
l’alinéa 84(1)a) reliée à la substance ne demeure en vigueur; et d)
le ministre a reçu un avis indiquant le début de la fabrication ou
de l’importation de la substance.
Les substances ajoutées à la LIS, si elles figurent sur la LES,
sont radiées de celle-ci tel que prescrit en vertu du paragraphe 66(3), du paragraphe 87(1) et du paragraphe 87(5) de
la LCPE (1999).
Alternatives
Solutions envisagées
CEPA 1999 sets out a process for updating the DSL in accordance with strict timelines. Since the substances covered by this
La LCPE (1999) fait état d’un processus strict pour l’échéance
des mises à jour de la LIS. Étant donné que les substances qui
797
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-140
amendment have met the criteria for addition to the DSL, there is
no alternative to their addition.
Similarly, there is no alternative to the NDSL deletions, since a
substance cannot be on both the NDSL and the DSL.
font l’objet de cette modification ont rempli les conditions pour
l’ajout à la LIS, il n’existe aucune autre solution de remplacement
à leur ajout.
Dans le même ordre d’idées, il n’existe aucune autre solution
de remplacement aux radiations de la LES puisqu’une substance
ne peut pas figurée sur la LIS et la LES en même temps.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
This amendment of the DSL will benefit the public, industry
and governments, by identifying additional substances and by
exempting them from all assessment and reporting requirements
under section 81 of CEPA 1999.
Cette modification à la LIS entraînera des avantages pour le
public, l’industrie et les gouvernements en identifiant les substances additionnelles et en les exemptant de toutes les exigences
reliées à l’article 81 de la Loi.
Costs
Coûts
There will be no incremental costs to the public, industry or
governments associated with this amendment of the DSL.
Aucun coût additionnel ne sera encouru par le public,
l’industrie et les gouvernements à la suite de cette modification à
la LIS.
Competitiveness
Compétitivité
All nominated substances are added to the DSL if they have
been determined to be consistent with the eligibility criteria specified in CEPA 1999. Thus no manufacturer or importer is disadvantaged by this amendment of the DSL.
Toutes les substances désignées sont ajoutées à la LIS si elles
ont été identifiées comme respectant le critère d’admissibilité
mentionné à la LCPE (1999). Par conséquent, aucun manufacturier ou importateur n’est pénalisé par cette modification à la LIS.
Consultation
Consultations
As the content of the notices associated with this amendment
does not contain any information that would be subject to comment or objection by the general public, no consultation was required.
Étant donné que l’avis relié à cette modification énonce
qu’aucun renseignement ne fera l’objet de commentaire ou
d’objection de la part du public en général, aucune consultation
ne s’est avérée nécessaire.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The DSL identifies substances that, for the purposes of
CEPA 1999, are not subject to the requirements of the New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers).
There are no compliance or enforcement requirements associated
with the DSL itself.
La LIS identifie, tel qu’il est requis par la LCPE (1999), les
substances qui ne feront pas l’objet d’exigence en vertu du Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères). Ainsi, il n’y a pas
d’exigence de mise en application associée à la LIS.
Contacts
Personnes-ressources
Gordon Stringer
Head
Notification Processing and Controls Unit
New Substances Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: (819) 953-9348
Céline Labossière
Policy Manager
Impact Analysis and Instrument Choice Division
Strategic Analysis and Research Directorate
Strategic Policy Branch
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: (819) 997-2377
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
798
Gordon Stringer
Chef
Unité des procédures de déclarations et des contrôles
Division des substances nouvelles
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 953-9348
Céline Labossière
Gestionnaire de politiques
Division de l’analyse d’impact et du choix d’instrument
Direction générale des analyses et recherches stratégiques
Direction de la politique stratégique
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : (819) 997-2377
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-141
Registration
SOR/2006-141 June 15, 2006
Enregistrement
DORS/2006-141 Le 15 juin 2006
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2006-87-04-01 Amending the Domestic
Substances List
Arrêté 2006-87-04-01 modifiant la Liste intérieure
Whereas the Minister of the Environment has been provided
with information under either paragraph 87(1)(a) or (5)(a) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999a in respect of each
substance referred to in the annexed Order;
Whereas, in respect of the substances being added to the Domestic Substances List pursuant to subsection 87(1) of that Act,
the Minister of the Environment and the Minister of Health are
satisfied that those substances have been manufactured in or imported into Canada in excess of the quantity prescribed under the
New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers) by the person who provided the information;
Whereas the period for assessing the information under section 83
of that Act has expired;
And whereas no conditions under paragraph 84(1)(a) of that
Act in respect of the substances are in effect;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsections 87(1), (3) and (5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a, hereby makes the annexed Order 2006-87-04-01
Amending the Domestic Substances List.
Ottawa, June 12, 2006
Rona Ambrose
Minister of the Environment
Attendu que la ministre de l’Environnement a reçu les renseignements visés aux alinéas 87(1)a) ou (5)a) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)a concernant chaque
substance visée par l’arrêté ci-après;
Attendu que la ministre de l’Environnement et le ministre de la
Santé sont convaincus que celles de ces substances qui sont ajoutées à la Liste intérieure en vertu du paragraphe 87(1) de cette loi
ont été fabriquées ou importées au Canada, par la personne qui a
fourni les renseignements, en une quantité supérieure à celle prévue par le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères);
Attendu que le délai d’évaluation prévu à l’article 83 de cette
loi est expiré;
Attendu que les substances ne sont assujetties à aucune condition fixée aux termes de l’alinéa 84(1)a) de cette loi,
À ces causes, en vertu des paragraphes 87(1), (3) et (5) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, la
ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2006-87-04-01 modifiant la Liste intérieure, ci-après.
Ottawa, le 12 juin 2006
La ministre de l’Environnement
Rona Ambrose
ORDER 2006-87-04-01 AMENDING THE
DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2006-87-04-01 MODIFIANT LA
LISTE INTÉRIEURE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. (1) Part 1 of the Domestic Substances List is amended by
deleting the following:
68784-55-4 T
(2) Part 1 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
1. (1) La partie 1 de la Liste intérieure1 est modifiée par radiation de ce qui suit :
68784-55-4 T
(2) La partie 1 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
38639-64-4 N-P
68908-97-4 N
84776-83-0 N
111940-18-2 N-P
126213-32-9 N-P
38639-64-4 N-P
68908-97-4 N
84776-83-0 N
111940-18-2 N-P
126213-32-9 N-P
133842-99-6 N-P
158061-44-0 N-P
178671-58-4 N
185969-42-0 N-P
204848-45-3 N
446824-06-2 N
512802-69-6 N-P
545386-98-9 T
552307-52-5 N-P
853944-67-9 N-P
———
———
a
a
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
1
133842-99-6 N-P
158061-44-0 N-P
178671-58-4 N
185969-42-0 N-P
204848-45-3 N
446824-06-2 N
512802-69-6 N-P
545386-98-9 T
552307-52-5 N-P
853944-67-9 N-P
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
799
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-141
2. (1) Part 3 of the List is amended by deleting the following:
16238-2 N-P
Fatty acid, C18-unsatd., dimers, polymer with aromatic diol, dialkyl alkyldiol, epichlorohydrin, alkyl diol, alkyl diol,
bicycloalkenyl anhydride and cycloaromatic anhydride, compds. with 2-(dimethylamino)ethanol
Dimères d’acides gras insaturées en C18 polymérisé avec un diol aromatique, un dialkylalkyldiol, l’épichlorhydrine,
un alkyldiol, un alkyldiol, un anhydride bicycloalcényle et un anhydride cycloaromatique, composé avec
le 2-(diméthylamino)éthanol
(2) Part 3 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
12393-0 T
12715-7 T-P
12716-8 T-P
12717-0 T-P
12719-2 T-P
12722-5 T-P
14497-7 N
14804-8 N-P
16144-7 N-P
16145-8 N-P
16146-0 N-P
16211-2 N-P
800
2. (1) La partie 3 de la même liste est modifiée par radiation
de ce qui suit :
(2) La partie 3 de la même liste est modifiée par adjonction, selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
Oxirane, methyl-, polymer with 1,1′-methylenebis[isocyanatobenzene] and alkyl oxide
Méthyloxirane polymérisé avec le 1,1′-méthylènebis[isocyanatobenzène] et un alkyloxyde
Ethyl 2-propenoate, polymer with ethenylbenzene, 2-propenamide, 2-propenenitrile and alkenedioic acid
2-Propénoate d’éthyle polymérisé avec l’éthénylbenzène, le 2-propénamide, le 2-propènenitrile et un acide
alcènedioïque
Ethyl 2-propenoate, polymer with ethenylbenzene, 2-hydroxyethyl 2-propenoate, 2-propenenitrile and alkenedioic
acid
2-Propénoate d’éthyle polymérisé avec l’éthénylbenzène, le 2-propénoate de 2-hydroxyéthyle, le 2-propènenitrile et
un acide alcènedioïque
n-Butyl 2-propenoate, polymer with ethenylbenzene, 2-propenamide, 2-propenenitrile, and methylalkanedioic acid
2-Propénoate de n-butyle polymérisé avec l’éthénylbenzène, le 2-propénamide, 2-propènenitrile et l’acide
méthylalcanedioïque
2-Propenoic acid, butyl ester, polymer with chloroethene, ethenyl acetate and N-substituted-2-propenamide
2-Propénoate de butyle polymérisé avec le chloroéthène, l’acétate d’éthényle et le N-substitué-2-propénamide
2-Propenoic acid, polymer with N-alkyl-2-propenamide and 2-[(1-oxo-2-propenyl)amine]dodecane, sodium salt
Acide 2-propènoïque polymérisé avec le N-alkyl-2-propénamide et le 2-[(1-oxopropén-2-yl)amine]dodécane, sel de
sodium
1,3-Isobenzofurandione, hexahydro- polymer with 2-alkyl-2-ethyl-1,3-propanediol and 2-ethyl-2-(hydroxymethyl)1,3-propanediol
Hexahydroisobenzofuranne-1,3-dione polymérisée avec le 2-alkyl-2-éthylpropane-1,3-diol et le 2-éthyl2-(hydroxyméthyl)propane-1,3-diol
2-Propenoic acid, alkyl esters, homopolymer, reaction products with ethylene vinyl acetate copolymer
2-Propénoate d’alkyles, homopolymérisé, produits de réaction avec un copolymère d’éthylène vinyl acétate
2-Propenoic acid, 2-alkyl-, 2-methylpropyl ester, polymer with ethenylbenzene, 2-alkylalkyl 2-propenoate, 1,2propanediol mono 2-propenoate and rel-(1R,2R,4R)-1,7,7-trimethylbicyclo[2.2.1]hept-2-yl 2-methyl-2-propenoate,
tert-Bu ethaneperoxoate-initiated
2-Alkyl-2-propénoate de 2-méthylpropyle polymérisé avec l’éthénylbenzène, le 2-propénoate de 2-alkylalkyle, le
propane-1,2-diol mono 2-propénoate et le 2-méthyl-2-propénoate de rel-(1R,2R,4R)-1,7,7triméthylbicyclo[2.2.1]hept-2-yle, initié par l’éthaneperoxoate de tert-butyle
2-Propenoic acid, 2-methyl-, alkyl ester, polymer with ethenylbenzene, 2-alkylalkyl 2-propenoate, 2-hydroxyethyl
2-methyl-2-propenoate, methyl 2-methyl-2-propenoate and rel-(1R,2R,4R)-1,7,7,-trimethylbicyclo[2.2.1]hept-2-yl
2-methyl-2-propenoate, tert-Bu ethaneperoxoate-initiated
2-Méthyl-2-propénoate d’alkyle polymérisé avec l’éthénylbenzène, le 2-propénoate de 2-alkylalkyle, le 2-méthyl2-propénoate de 2-hydroxyéthyle, le 2-méthyl-2-propénoate de méthyle et le 2-méthyl-2-propénoate de rel(1R,2R,4R)-1,7,7,-triméthylbicyclo[2.2.1]hept-2-yle, initié par l’éthaneperoxoate de tert-butyle
2-Propenoic acid, 2-alkyl-, polymer with alkyl 2-propenoate, ethenylbenzene, 2-hydroxyethyl 2-alkyl-2-propenoate,
1,2-propanediol mono(2-methyl-2-propenoate) and rel-(1R,2R,4R)-1,7,7-trimethybicyclo[2.2.1]hept-2-yl 2-methyl2-propenoate
Acide 2-alkyl-2-propènoïque polymérisé avec le 2-propénoate d’alkyle, l’éthénylbenzène, le 2-alkyl-2-propénoate de
2-hydroxyéthyle, le propane-1,2-diol mono(2-méthyl-2-propénoate) et le 2-méthyl-2-propénoate de rel-(1R,2R,4R)1,7,7-triméthylbicyclo[2.2.1]hept-2-yle
Benzene, ethenyl-, polymer with 2-alkyl-2-propenoic acid, alkyl ester and 2-propenoic acid, 2-hydroxyethyl ester,
2,2′-azobis(2-methylalkanenitrile)-initiated
Éthénylbenzène polymérisé avec le 2-alkyl-2-propénoate d’alkyle et le 2-propénoate de 2-hydroxyéthyle, initié avec
le 2,2′-azobis(2-méthylalcanenitrile)
2006-06-28
16238-2 N-P
16297-7 N-P
16303-4 N-P
16588-1 N-P
16797-3 N-P
17080-7 N
17655-6 N-P
17707-4 N-P
17708-5 N-P
17710-7 N-P
17711-8 N
17712-0 N
17713-1 N-P
17714-2 N-P
17716-4 N-P
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-141
Alkanedioic acid, 2-methyl-, 2-(dimethylamino)ethyl ester, polymer with α-(3-carboxymethylene-1-oxopropyl)-ω(hexadecyloxy)poly(oxy-1,2-ethanediyl) and ethyl 2-propenoate
2-Méthylalcanedioate de 2-(diméthylamino)éthyle polymérisé avec l’α-(3-carboxyméthylèneoxo-1-propyl)-ω(hexadécyloxy)poly(oxyéthane-1,2-diyl) et le 2-propénoate d’éthyle
1,6-Hexanediol, polymer with 2-alkyl-2-alkyl-1,3-propanediol, 2-alkyl-2-(hydroxymethyl)-1,3-propanediol,
hexahydro-1,3-isobenzofurandione, 1,4-cyclohexanedicarboxylic acid and 1,3-dihydro-1,3-dioxo-5isobenzofurancarboxylic acid
Hexane-1,6-diol polymérisé avec le 2-alkyl-2-alkylpropane-1,3-diol, le 2-alkyl-2-(hydroxyméthyl)propane-1,3-diol,
l’hexahydroisobenzofuranne-1,3-dione, l’acide cyclohexane-1,4-dicarboxylique et l’acide 1,3-dihydro-1,3-dioxo5-isobenzofurancarboxylique
2-Propenoic acid, 2-methyl-, alkyl ester, polymer with 2-(dimethylsubstituted)ethyl 2-propenoate, 2-hydroxyethyl
2-propenoate, methyl 2-methyl-2-propenoate and methyl 2-propenoate compound with methyl 4-methylbenzene
derivative
2-Méthyl-2-propénoate d’alkyle polymérisé avec le 2-propénoate de 2-(diméthylsubstitué)éthyle, le 2-propénoate de
2-hydroxyéthyle, le 2-méthyl-2-propénoate de méthyle et le 2-propénoate de méthyle composé avec un dérivé de
4-méthylbenzène de méthyle
1,3-Benzenedicarboxylic acid, polymer with 2,2-dimethyl-1,3-propanediol, 2-ethyl-2-(hydroxymethyl)-1,
3-propanediol, alkanedioic acid and 1,3-isobenzofurandione, ester with α-methyl-ω-substitutedpoly(oxy-1,
2-ethanediyl)
Acide benzène-1,3-dicarboxylique polymérisé avec le 2,2-diméthylpropane-1,3-diol, le 2-éthyl-2(hydroxyméthyl)propane-1,3-diol, un acide alcanedioïque et l’isobenzofuranne-1,3-dione, ester avec l’α-méthyl-ωsubstituépoly(oxyéthane-1,2-diyl)
Calcium salt of 2-hydroxybenzoic acid reaction products with formaldehyde and alkyl phenol derivatives
Sel de calcium de l’acide 2-hydroxybenzoïque produits de réaction avec le formaldéhyde et des dérivés alkylphénol
Siloxanes and silicones, [[bis(hydroxyalkyl)amino]hydroxyalkoxy]alkyl Me, di-Me, hydroxyalkoxy Me, alkoxylated
Siloxanes et silicones, {[bis(hydroxyalkyl)amino]hydroxyalkoxy}alkyl méthyl, diméthyl, hydroxyalkoxy méthyl,
alkoxylé
Butanoic acid, 3-oxo-2-[(2-methyl-1-oxopropenyl)oxy]ethyl ester, polymer with alkyl 2-propenoate, ethenylbenzene,
2-methyl-2-propenoic acid, 2-propenenitrile and 2-propenoic acid
Butanoate de 3-oxo-2-[(2-méthyl-1-oxopropényl)oxy]éthyle polymérisé avec le 2-propénoate d’alkyle,
l’éthénylbenzène, l’acide 2-méthyl-2-propènoïque, le 2-propènenitrile et l’acide 2-propènoïque
Acrylic polymer with vinyl compound, salt
Polymère acrylique avec un composé vinylique, sel
2-Propenoic acid, 2-methyl-, polymer with α-[2-methyl-1-oxo-2-propenyl-ω-(aryl ether)poly(oxy-1,2-ethanediyl)]
and 2-propenoic acid, metal salt, tetrahydro-5,5-dimethyl-2-oxo-3-furanyl-terminated
Acide 2-méthyl-2-propènoïque polymérisé avec l’α-[2-méthyl-1-oxo-2-propényl-ω-(aryl éther)poly(oxyéthane-1,
2-diyl)] et l’acide 2-propènoïque, sel de métal, terminé par le tétrahydro-5,5-diméthyl-2-oxo-3-furanyle
2-propenoic acid, 2-methyl-, polymer with N-(1,1-dimethyl-3-oxobutyl)-2-propenamide, 2-alkyl 2-propenoate and
methyl 2-methyl-2-propenoate
Acide 2-méthyl-2-propènoïque polymérisé avec le N-(1,1-diméthyl-3-oxobutyl)-2-propénamide, le 2-propénoate de
2-alkyle et le 2-méthyl-2-propénoate de méthyle
Polyalkylenepolyamine copolymer with adipic acid, crosslinked with epichlorohydrin
Polyalkylènepolyamine copolymérisée avec l’acide adipique, réticulée avec l’épichlorhydrine
Vinyl polymer salt
Sel d’un polymère vinylique
Hydroxyalkyl acrylate polymer with alkyl acrylate, aminocyclical alkyl acrylate, azo-initiated
Acrylate d’hydroxyalkyle polymérisé avec l’acrylate d’alkyle, un acrylate d’alkyle aminocyclical, initié par un azo
Carboxylic acid, polymer with 1,3-butadiene and propylnitrile, 3-carboxy-1-cyano-1-methylpropyl-terminated,
polymers with bisphenol A diglycidyl ether and 3-carboxy-1-cyano-1-methylpropyl-terminated acrylonitrilebutadiene polymer
Acide carboxylique polymérisé avec le buta-1,3-diène et le propylnitrile, terminé par le 3-carboxy-1-cyano-1méthylpropyle, polymère avec le bisphénol A éther diglycidylique et un polymère d’acrylonitrile-butadiène terminé
par le 3-carboxy-1-cyano-1-méthylpropyle
Fatty acid, C18-unsaturated, dimers, polymer with aromatic diol, dialkyl alkyldiol, epichlorohydrin, alkyl diol, alkyl
diol, bicycloalkenyl anhydride and cycloaromatic anhydride, compds. with 2-(dimethylamino)ethanol
Dimères d’acides gras insaturées en C18 polymérisé avec un diol aromatique, un dialkylalkyldiol, l’épichlorhydrine,
un alkyldiol, un alkyldiol, un anhydride bicycloalcényle et un anhydride cycloaromatique, composé avec le
2-(diméthylamino)éthanol
801
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-141
3. Part 4 of the List is amended by adding the following in
numerical order:
3. La partie 4 de la même liste est modifiée par adjonction,
selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie
au paragraphe 81(3) de la Loi
17128-1 N-S
Any activity involving Alkanamide, (3,3′-dichloro[1,
1′-biphenyl]-4,4′-diyl)bis(azo)bis[phenylfattyalkyl
polyazaalkylidine]- other than using it as an ingredient in
commercial inks.
The following information must be provided to the Minister, at least 90 days prior to the commencement of the proposed new activity:
(a) a description of the proposed significant new activity in
relation to the substance;
(b) the information specified in Schedule 4 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers); and
(c) the information specified in items 8 and 10 of Schedule 5
to those Regulations.
The above information will be assessed within 90 days after it is received by the Minister.
All of the above is as prescribed in Significant New Activity Notice No. 14171, published in the Canada Gazette, Part I,
page 741, April 8, 2006.
17128-1 N-S
Toute activité relative à la substance (3,3′-Dichloro
[1,1′-biphényl]-4,4′-diyl)bis(azo)bis
[phénylgrasalkylpolyazaalkylidine]alcanamide autre que son
utilisation comme ingrédient d’encres commerciales.
Les renseignements ci-après doivent être fournis à la ministre au moins 90 jours avant le début de la nouvelle activité
proposée :
a) une description de la nouvelle activité proposée à
l’égard de la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 4 du Règlement
sur les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères);
c) les renseignements prévus aux articles 8 et 10 de
l’annexe 5 du même règlement.
Les renseignements qui précèdent seront évalués dans
les 90 jours suivant leur réception par la ministre.
L’énoncé qui précède est conforme à l’Avis de nouvelle
activité nº 14171, publié dans la Gazette du Canada Partie I,
page 741, le 8 avril 2006.
COMING INTO FORCE
4. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for this
Order appears at page 797, following SOR/2006-140.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation
de cet arrêté se trouve à la page 797, suite au
DORS/2006-140.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
802
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SOR/DORS/2006-142
Registration
SOR/2006-142 June 16, 2006
Enregistrement
DORS/2006-142 Le 16 juin 2006
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Special Appointment Regulations, No. 2006-14
Règlement no 2006-14 portant affectation spéciale
P.C. 2006-540
C.P. 2006-540
June 16, 2006
Le 16 juin 2006
Whereas, pursuant to subsection 20(1) of the Public Service
Employment Acta, the Public Service Commission has decided
that it is neither practicable nor in the best interests of the public
service to apply that Act, with the exception of sections 111
to 122, to Carole Swan on her appointment to the position of
Senior Associate Deputy Minister of Industry, and while employed in that position, and wishes to exclude Carole Swan from
the application of that Act, with the exception of sections 111
to 122, on her appointment to the position of Senior Associate
Deputy Minister of Industry, and while employed in that position;
And whereas, pursuant to section 21 of the Public Service Employment Acta, the Public Service Commission recommends that
the Governor in Council make the annexed Special Appointment
Regulations, No. 2006-14;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
(a) on the recommendation of the Prime Minister, pursuant
to subsection 20(1) of the Public Service Employment Acta,
hereby approves the exclusion that the Public Service Commission wishes to make of Carole Swan from the application of
that Act, with the exception of sections 111 to 122, on her appointment to the position of Senior Associate Deputy Minister
of Industry, and while employed in that position; and
(b) on the recommendation of the Prime Minister and the Public Service Commission, pursuant to section 21 of the Public
Service Employment Acta, hereby makes the annexed Special
Appointment Regulations, No. 2006-14.
Attendu que, conformément au paragraphe 20(1) de la Loi sur
l’emploi dans la fonction publiquea, la Commission de la fonction
publique estime qu’il est difficilement réalisable et contraire aux
intérêts de la fonction publique d’appliquer cette loi, à l’exception
des articles 111 à 122, à Carole Swan lors de sa nomination et
pendant la durée de son emploi au poste de sous-ministre délégué
principal de l’Industrie, et souhaite exempter cette dernière de
l’application de cette loi, à l’exception des articles 111 à 122, lors
de sa nomination et pendant la durée de son emploi au poste de
sous-ministre délégué principal de l’Industrie;
Attendu que, en vertu de l’article 21 de la Loi sur l’emploi dans
la fonction publiquea, la Commission de la fonction publique recommande que la gouverneure en conseil prenne le Règlement
no 2006-14 portant affectation spéciale, ci-après,
À ces causes, Son Excellence la Gouverneure générale en
conseil :
a) sur recommandation du premier ministre et en vertu du
paragraphe 20(1) de la Loi sur l’emploi dans la fonction
publiquea, agrée l’exemption de l’application de cette loi, à
l’exception des articles 111 à 122, que souhaite accorder la
Commission de la fonction publique à Carole Swan lors de sa
nomination et pendant la durée de son emploi au poste de sousministre délégué principal de l’Industrie;
b) sur recommandation du premier ministre et de la Commission de la fonction publique et en vertu de l’article 21 de la Loi
sur l’emploi dans la fonction publiquea, prend le Règlement
no 2006-14 portant affectation spéciale, ci-après.
SPECIAL APPOINTMENT
REGULATIONS, NO. 2006-14
RÈGLEMENT NO 2006-14 PORTANT
AFFECTATION SPÉCIALE
GENERAL
DISPOSITION GÉNÉRALE
1. The Governor in Council may appoint Carole Swan to the
position of Senior Associate Deputy Minister of Industry, to hold
office during pleasure.
1. Le gouverneur en conseil peut nommer Carole Swan au
poste de sous-ministre délégué principal de l’Industrie, à titre
amovible.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which they
are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son enregistrement.
———
———
a
a
S.C. 2003, c. 22, ss. 12 and 13
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
L.C. 2003, ch. 22, art. 12 et 13
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
803
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-93
Registration
SI/2006-93 June 28, 2006
Enregistrement
TR/2006-93 Le 28 juin 2006
PEST CONTROL PRODUCTS ACT
LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES
Order Fixing June 28, 2006 as the Date of the
Coming into Force of the Act
Décret fixant au 28 juin 2006 la date d’entrée en
vigueur de la Loi
P.C. 2006-482
C.P. 2006-482
June 6, 2006
Le 6 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to section 90 of
An Act to protect human health and safety and the environment
by regulating products used for the control of pests, assented
to on December 12, 2002, being chapter 28 of the Statutes of
Canada, 2002, hereby fixes June 28, 2006 as the day on which
that Act comes into force.
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu de
l’article 90 de la Loi visant à protéger la santé et la sécurité humaines et l’environnement en réglementant les produits utilisés
pour la lutte antiparasitaire, sanctionnée le 12 décembre 2002,
chapitre 28 des Lois du Canada (2002), Son Excellence la Gouverneure générale en conseil fixe au 28 juin 2006 la date d’entrée
en vigueur de cette loi.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(La présente note ne fait pas partie du décret.)
The Pest Control Products Act (PCPA) was assented to on December 12, 2002.
This enactment replaces the existing Pest Control Products
Act.
The enactment provides a pest control product registration regime that gives the Minister of Health the necessary powers to
ensure that pest control products are registered only if their risks
and value are determined by the Minister to be acceptable.
The enactment provides further protection of health, safety and
the environment by requiring the reporting, after a product is registered, of any new information about risks and value, by requiring the initiation of re-evaluations of registered pest control products, by authorizing special reviews and by giving inspectors
power to address activities and circumstances that threaten health,
safety or the environment.
La Loi sur les produits antiparasitaires (LPA) a reçu la sanction royale le 12 décembre 2002.
Ce texte législatif remplace la Loi sur les produits antiparasitaires existante.
Il prévoit un régime d’homologation des produits antiparasitaires qui confère au ministre de la Santé les pouvoirs nécessaires
pour veiller à ce que seuls les produits antiparasitaires dont il juge
la valeur et les risques acceptables soient homologués.
Il prévoit aussi d’autres mesures destinées à préserver la santé
et la sécurité des personnes et la protection de l’environnement,
notamment l’obligation de communiquer, après l’homologation
d’un produit antiparasitaire, tout nouveau renseignement sur les
risques et la valeur de ce produit, l’exigence de procéder à la réévaluation des produits antiparasitaires homologués, l’autorisation d’examens spéciaux et le pouvoir conféré aux inspecteurs de
réagir aux activités et aux situations qui menacent la santé, la
sécurité ou l’environnement.
En outre, il permet au public de participer à un processus de réglementation plus transparent en exigeant sa consultation en ce
qui touche les décisions importantes relatives à l’homologation et
en lui accordant le droit de demander l’examen des décisions et
d’y participer. Il permet aussi au public d’avoir accès à une plus
grande quantité de renseignements sur les produits antiparasitaires
homologués.
Enfin, il rend le régime d’homologation des produits antiparasitaires plus efficace en conférant au ministre le pouvoir d’établir
des limites maximales de résidus pour les produits antiparasitaires
dans les aliments et en accélérant l’homologation des produits à
faible risque.
Le décret fixe au 28 juin 2006 la date d’entrée en vigueur de
la LPA.
The enactment provides for a more transparent system, allowing public participation in the regulatory process by requiring that
the public be consulted before significant registration decisions
are made and by providing the public with the right to request and
participate in the reconsideration of decisions. It also gives the
public access to more information on registered pest control
products.
In addition, the enactment makes the pest control product registration regime more efficient by giving the Minister authority to
set maximum residue limits for pest control products in foods and
by expediting the registration of lower-risk products.
The Order brings the PCPA into force on June 28, 2006.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
804
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-94
Registration
SI/2006-94 June 28, 2006
Enregistrement
TR/2006-94 Le 28 juin 2006
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Ronald Francœur Remission Order
Décret de remise visant Ronald Francœur
P.C. 2006-503
C.P. 2006-503
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, considering
that the collection of the tax is unjust, on the recommendation of
the Minister of National Revenue, pursuant to subsection 23(2)a
of the Financial Administration Act, hereby remits tax under
Part I of the Income Tax Act in the amount of $764.21 for
the 1999 taxation year, and all relevant interest on that amount,
paid or payable by Ronald Francœur.
Sur recommandation de la ministre du Revenu national et en
vertu du paragraphe 23(2)a de la Loi sur la gestion des finances
publiques, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil fait
remise du montant de 764,21 $ pour l’année d’imposition 1999,
ainsi que des intérêts y afférents, payés ou payables par Ronald
Francœur, au titre de l’impôt exigible de la partie I de la Loi de
l’impôt sur le revenu, estimant que la perception de ces montants
est injuste.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie du décret.)
This Order remits a portion of income tax and all relevant interest paid or payable on that amount by Ronald Francœur in respect of the 1999 taxation year.
In 2002, Mr. Francœur repaid Employment Insurance (EI)
benefits that he had received in 1999 but was unable to deduct the
repayment amount in 2002. The amount of taxes paid in relation
to the 1999 EI benefits represents an inequitable outcome beyond
the control of Mr. Francœur.
Le décret accorde remise d’une partie de l’impôt sur le revenu
et des intérêts afférents payés ou à payer par Ronald Francœur
relativement à l’année d’imposition 1999.
En 2002, Ronald Francœur a remboursé les prestations
d’assurance-emploi (AE) qu’il avait reçues en 1999, mais n’a pas
pu déduire le montant du remboursement en 2002. Le paiement
par ce dernier de l’impôt payé à l’égard des prestations d’AE de
1999 résulte d’une situation injuste indépendante de sa volonté.
———
———
a
a
S.C. 1991, c. 24, s. 7(2)
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
L.C. 1991, ch. 24, par. 7(2)
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
805
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-95
Registration
SI/2006-95 June 28, 2006
Enregistrement
TR/2006-95 Le 28 juin 2006
OTHER THAN STATUTORY AUTHORITY
AUTORITÉ AUTRE QUE STATUTAIRE
Order Amending the Canadian Passport Order
Décret modifiant le Décret sur les passeports
canadiens
P.C. 2006-529
C.P. 2006-529
June 15, 2006
Le 15 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Foreign Affairs, hereby makes
the annexed Order Amending the Canadian Passport Order.
Sur recommandation du ministre des Affaires étrangères, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret
modifiant le Décret sur les passeports canadiens, ci-après.
ORDER AMENDING THE CANADIAN PASSPORT
ORDER
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET SUR LES
PASSEPORTS CANADIENS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definition “Passport Office” in section 2 of the
Canadian Passport Order1 is repealed.
(2) Section 2 of the Order is amended by adding the following in alphabetical order:
“Passport Canada” means a section of the Department of Foreign
Affairs and International Trade, wherever located, that has
been charged by the Minister with the issuing, refusing, revoking, withholding, recovery and use of passports. (Passeport
Canada)
2. (1) Paragraph 3(d) of the Order is replaced by the following:
(d) shall be issued on the condition that the bearer will return
it to Passport Canada without delay after Passport Canada
requests it;
(2) Paragraph 3(f) of the Order is replaced by the following:
(f) shall be issued for any period not exceeding five years from
the day on which it is issued.
3. Section 5 of the Order is replaced by the following:
5. No passport shall be issued to any person unless an application is made to Passport Canada by the person in the form and
manner established by Passport Canada and containing the information, materials and declarations specified by Passport Canada.
4. (1) The portion of section 6 of the Order before subparagraph (a)(i) is replaced by the following:
6. (1) Passport Canada may require that an application for a
passport by or in respect of a person who was
(a) born in Canada be accompanied by
1. (1) La définition de « Bureau des passeports », à l’article 2 du Décret sur les passeports canadiens1, est abrogée.
(2) L’article 2 du même décret est modifié par adjonction,
selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« Passeport Canada » Le service du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, où qu’il se trouve, que le
ministre a chargé de la délivrance, du refus de délivrance, de la
révocation, de la retenue, de la récupération et de l’utilisation
des passeports. (Passport Canada)
2. (1) L’alinéa 3d) du même décret est remplacé par ce qui
suit :
d) est délivré à condition que le titulaire le retourne sans délai à
Passeport Canada si celui-ci le lui demande;
(2) L’alinéa 3f) du même décret est remplacé par ce qui suit :
f) est délivré pour une période d’au plus cinq ans suivant la
date de délivrance.
(3) Section 6 of the Order is amended by adding the following after subsection (1):
3. L’article 5 du même décret est remplacé par ce qui suit :
5. Un passeport n’est délivré que si une demande est présentée
à Passeport Canada selon les modalités de forme et de présentation qu’il établit et avec les renseignements, documents et déclarations qu’il spécifie.
4. (1) Le passage de l’article 6 du même décret précédant le
sous-alinéa a)(i) est remplacé par ce qui suit :
6. (1) Passeport Canada peut exiger qu’une demande de passeport soit accompagnée :
a) dans le cas où elle est présentée par une personne ou à
l’égard d’une personne née au Canada :
(2) Le passage de l’alinéa 6(1)b) du même décret précédant
le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
b) dans le cas où elle est présentée par une personne ou à
l’égard d’une personne née à l’étranger :
(3) L’article 6 du même décret est modifié par adjonction,
après le paragraphe (1), de ce qui suit :
———
———
1
1
(2) The portion of paragraph 6(1)(b) of the Order before
subparagraph (i) is replaced by the following:
(b) born outside Canada be accompanied by
SI/81-86
806
TR/81-86
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
(2) However, Passport Canada may accept or request any other
material or any information if Passport Canada is of the opinion
that these material or information demonstrates, or help to demonstrate, the identity and Canadian citizenship of the person.
5. Subsection 7(4) of the Order is replaced by the following:
(4) No passport shall be issued to a child under 16 years of age
unless the applicant who applies for the issue of a passport to the
child provides to Passport Canada the information and material
required in the application for the passport and, if applicable, the
further information referred to in section 8.
6. Section 8 of the Order is replaced by the following:
8. (1) In addition to the information and material that an applicant is required to provide in the application for a passport or in
respect of the delivery of passport services, Passport Canada may
request an applicant and any representative of the applicant to
provide further information, material, or declarations respecting
any matter relating to the issue of the passport or the delivery of
passport services.
(2) The further information, material and declarations referred
to in subsection (1) and the circumstances in which they may be
requested include the information, material, declarations and circumstances set out in the schedule.
7. (1) Subsection 8.1(1) of the Order is replaced by the following:
8.1 (1) Passport Canada may convert any information submitted by an applicant into a digital biometric format for the purpose
of inserting that information into a passport or for other uses that
fall within the mandate of Passport Canada.
(2) Subsection 8.1(2) of the English version of the Order is
replaced by the following:
(2) Passport Canada may convert an applicant’s photograph
into a biometric template for the purpose of verifying the applicant’s identity, including nationality, and entitlement to obtain or
remain in possession of a passport.
8. (1) The portion of section 9 of the Order before paragraph (a) is replaced by the following:
9. Passport Canada may refuse to issue a passport to an applicant who
(2) Paragraphs 9(d) and (e) of the Order are replaced by
the following:
(d) is subject to a term of imprisonment in Canada or is forbidden to leave Canada or the territorial jurisdiction of a Canadian
court by conditions imposed with respect to
(i) any temporary absence, work release, parole, statutory release or other similar regime of absence or release from a
penitentiary or prison or any other place of confinement
granted under the Corrections and Conditional Release Act,
the Prisons and Reformatories Act or any law made in
Canada that contains similar release provisions,
(ii) any alternative measures, judicial interim release, release
from custody, conditional sentence order or probation order
granted under the Criminal Code or any law made in Canada
that contains similar release provisions, or
(iii) any absence without escort from a penitentiary or prison
granted under any law made in Canada;
(d.1) is subject to a term of imprisonment outside Canada or is
forbidden to leave a foreign state or the territorial jurisdiction
of a foreign court by conditions imposed with respect to any
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-95
(2) Il peut toutefois accepter ou demander tout autre document
ou renseignement s’il est d’avis que celui-ci établit ou aide à établir l’identité et la citoyenneté de la personne.
5. Le paragraphe 7(4) du même décret est remplacé par ce
qui suit :
(4) Aucun passeport n’est délivré à l’enfant âgé de moins de
seize ans à moins que le requérant en cause ait fourni à Passeport
Canada les renseignements et les documents exigés dans la demande de passeport et, le cas échéant, les renseignements supplémentaires visés à l’article 8.
6. L’article 8 du même décret est remplacé par ce qui suit :
8. (1) En plus des renseignements et des documents à fournir
avec une demande de passeport ou à l’égard de la prestation de
services de passeport, Passeport Canada peut demander au requérant ou à son représentant de fournir des renseignements, des documents ou des déclarations supplémentaires à l’égard de toute
question se rapportant à la délivrance du passeport ou à la prestation des services.
(2) Les renseignements, les documents et les déclarations supplémentaires visés au paragraphe (1) et les circonstances qui justifient leur demande comprennent ceux mentionnés à l’annexe.
7. (1) Le paragraphe 8.1(1) du même décret est remplacé
par ce qui suit :
8.1 (1) Passeport Canada peut convertir tout renseignement
présenté par un requérant en une forme biométrique numérisée
pour l’inclure dans le passeport ou pour toute autre raison qui
relève de son mandat.
(2) Le paragraphe 8.1(2) de la version anglaise du même
décret est remplacé par ce qui suit :
(2) Passport Canada may convert an applicant’s photograph
into a biometric template for the purpose of verifying the applicant’s identity, including nationality, and entitlement to obtain or
remain in possession of a passport.
8. (1) Le passage de l’article 9 du même décret précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
9. Passeport Canada peut refuser de délivrer un passeport au
requérant qui :
(2) Les alinéas 9d) et e) du même décret sont remplacés par
ce qui suit :
d) est assujetti à une peine d’emprisonnement au Canada ou est
frappé d’une interdiction de quitter le Canada ou le ressort d’un
tribunal canadien selon les conditions imposées :
(i) à l’égard d’une permission de sortir, d’un placement à
l’extérieur, d’une libération conditionnelle ou d’office, ou à
l’égard de tout régime similaire d’absences ou de permissions, d’un pénitencier, d’une prison ou de tout autre lieu de
détention, accordés sous le régime de la Loi sur le système
correctionnel et la mise en liberté sous condition, de la Loi
sur les prisons et les maisons de correction ou de toute loi
édictée au Canada prévoyant des mesures semblables de
mise en liberté,
(ii) à l’égard de toutes mesures de rechange, d’une mise en
liberté provisoire par voie judiciaire, d’une mise en liberté
ou à l’égard d’une ordonnance de sursis ou de probation établie sous le régime du Code criminel ou de toute loi édictée
au Canada prévoyant des mesures semblables de mise en
liberté,
807
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
custodial release provisions that are comparable to those set out
in subparagraphs (d)(i) to (iii);
(e) has been convicted of an offence under section 57 of the
Criminal Code or has been convicted in a foreign state of an
offence that would, if committed in Canada, constitute an offence under section 57 of the Criminal Code;
9. The portion of section 10 of the Order before paragraph (a) is replaced by the following:
10. (1) Passport Canada may revoke a passport on the same
grounds on which it may refuse to issue a passport.
(2) In addition, Passport Canada may revoke the passport of a
person who
10. Section 11 of the Order is replaced by the following:
11. When a person has been advised by Passport Canada that a
passport in their possession is required to be returned to Passport
Canada, they shall without delay return the passport to the nearest
office of Passport Canada.
11. Section 10 of the schedule to the Order is replaced by
the following:
10. (1) If delivery of a passport is made at an office of Passport
Canada to an applicant, the applicant may be required to produce
a document establishing the identity of the applicant.
(2) If delivery of a passport is made at an office of Passport
Canada to the representative of an applicant, the representative
may be required to produce a letter of consent from the applicant
to accept delivery as well as a document establishing the identity
of the representative.
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-95
(iii) dans le cadre d’une permission de sortir sans escorte
d’une prison ou d’un pénitencier accordée en vertu de toute
loi édictée au Canada;
d.1) est assujetti à une peine d’emprisonnement à l’étranger ou
est frappé d’une interdiction de quitter un pays étranger ou le
ressort d’un tribunal étranger selon les conditions imposées
dans le cadre de dispositions privatives de liberté comparables
à celles énumérées aux sous-alinéas d)(i) à (iii);
e) a été déclaré coupable d’une infraction prévue à l’article 57
du Code criminel ou, à l’étranger, d’une infraction qui constituerait une telle infraction si elle avait été commise au Canada;
9. Le passage de l’article 10 du même décret précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
10. (1) Passeport Canada peut révoquer un passeport pour les
mêmes motifs que le refus d’en délivrer un.
(2) Il peut en outre révoquer le passeport de la personne qui :
10. L’article 11 du même décret est remplacé par ce qui suit :
11. Quiconque est notifié par Passeport Canada qu’il doit retourner un passeport en sa possession doit le faire sans délai au
bureau de Passeport Canada le plus proche.
11. L’article 10 de l’annexe du même décret est remplacé
par ce qui suit :
10. (1) Le requérant qui prend livraison d’un passeport dans un
bureau de Passeport Canada peut être tenu de produire un document établissant son identité.
(2) Si le représentant du requérant prend livraison d’un passeport dans un bureau de Passeport Canada, il peut être tenu de produire une lettre du requérant l’autorisant à ce faire ainsi qu’un
document établissant son identité.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(La présente note ne fait pas partie du décret.)
Passport Canada is the new name for what was formerly known
as the Passport Office.
Passeport Canada est le nouveau nom du Bureau des passeports.
Amendments to the Canadian Passport Order were necessary
to implement the name change, clarify some issues, correct some
technicalities and better reflect the reality of Passport Canada’s
operations.
Le Décret sur les passeports canadiens a dû être modifié pour
changer le nom du service, clarifier certains points, corriger certaines erreurs de forme et mieux refléter la réalité touchant les
opérations de Passeport Canada.
In some circumstances, a passport may be issued for less than
five years. The revised paragraph 3(f) clarifies the wording in this
regard.
Dans certains cas, la période de validité des passeports peut
être inférieure à cinq ans. Le libellé de l’alinéa 3f) est modifié en
conséquence.
Since Passport Canada decides what information is required to
determine the entitlement of an applicant to be issued a Canadian
passport, section 5 requires that all applications be submitted in a
form prescribed by Passport Canada. Passport Canada may also
request any useful documents and information for this purpose.
Comme Passeport Canada décide des renseignements nécessaires pour déterminer l’admissibilité à un passeport canadien, l’article 5 exige qu’une demande de passeport soit présentée selon
le formulaire prescrit par lui. Il peut également demander tout
document ou renseignement utile à cette fin.
In addition, all application forms should be submitted with a
proof of the identity and the citizenship of the applicant. Passport
Canada must be satisfied that the applicant is the person he or she
claims to be and is Canadian. Since it is possible under some circumstances to establish the identity and the citizenship of a
De plus, chaque demande de passeport doit être accompagnée
d’une preuve d’identité et de citoyenneté. Passeport Canada doit
être convaincu de l’identité et de la citoyenneté du requérant.
Puisqu’il est possible, dans certaines circonstances, d’établir
l’identité et la citoyenneté par d’autres documents que ceux
808
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
person by using other documents than those mentioned in subsection 6(1) of the Order, subsection 6(2) allows Passport Canada to
accept other documents and information that establishes the identity and the citizenship of a person.
Section 8 is amended to allow Passport Canada to request additional information in circumstances that have an impact on passport services. These requests may be made of the applicants or of
their representatives.
Section 9 is amended to update the terminology in paragraph (d) and the reference to section 57 of the Criminal Code in
paragraph (e), and to clarify that not only indictable offences but
all offences under section 57 are included under paragraph 9(e),
both for Canadians who have been convicted of an offence in
Canada and those who have been convicted of a similar offence
abroad. The changes also ensure that all Canadians, whether they
are in Canada or abroad, are subject to the same rules with respect
to criminal convictions and legal restrictions on their mobility.
The other changes update the terminology and improve security measures.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-95
précisés au paragraphe 6(1), le paragraphe 6(2) permet donc à
Passeport Canada d’accepter d’autres documents et renseignements pour établir l’identité et la citoyenneté.
L’article 8 est modifié pour que Passeport Canada puisse demander des renseignements supplémentaires dans des circonstances qui influent sur les services de passeport. Ces demandes peuvent être faites aux requérants ou à leurs représentants.
L’article 9 est modifié pour mettre à jour la terminologie de
l’alinéa d) et le renvoi à l’article 57 du Code criminel effectué à
l’alinéa e) et inclure, dans ce dernier alinéa, toutes les infractions
visées à cet article, non pas seulement les actes criminels perpétrés au Canada mais également toute infraction, similaire à celles
visées à l’article 57, perpétrée à l’étranger par un citoyen canadien et qui a donné lieu à une déclaration de culpabilité. Les modifications font en sorte que tous les Canadiens, qu’ils soient ou
non présents au Canada, soient assujettis aux mêmes règles en ce
qui concerne les condamnations pour des actes criminels et les
mesures privatives de liberté.
Les autres changements mettent à jour la terminologie et améliorent les mesures de sécurité.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
809
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-96
Registration
SI/2006-96 June 28, 2006
Enregistrement
TR/2006-96 Le 28 juin 2006
AN ACT TO AMEND THE EXPORT AND IMPORT OF
ROUGH DIAMONDS ACT
LOI MODIFIANT LA LOI SUR L’EXPORTATION ET
L’IMPORTATION DES DIAMANTS BRUTS
Order Fixing June 16, 2006 as the Date of the
Coming into Force of the Act
Décret fixant au 16 juin 2006 la date d’entrée en
vigueur de la Loi
P.C. 2006-531
C.P. 2006-531
June 15, 2006
Le 15 juin 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the
recommendation of the Minister of Natural Resources, pursuant
to section 7 of An Act to amend the Export and Import of Rough
Diamonds Act, assented to on November 25, 2005, being chapter 51 of the Statutes of Canada, 2005, hereby fixes June 16, 2006,
as the day on which that Act comes into force.
Sur recommandation du ministre des Ressources naturelles et
en vertu de l’article 7 de la Loi modifiant la Loi sur l’exportation
et l’importation des diamants bruts, sanctionnée le 25 novembre 2005, chapitre 51 des Lois du Canada (2005), Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil fixe au 16 juin 2006, la date
d’entrée en vigueur de cette loi.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(La présente note ne fait pas partie du décret.)
The Order brings into force on June 16, 2006 An Act to amend
the Export and Import of Rough Diamonds Act. The enactment
amends the Export and Import of Rough Diamonds Act for the
purpose of enabling Canada to meet new international obligations
under the Kimberley Process Certification Scheme by conferring
on the Minister of Natural Resources the power to prescribe the
classes of diamonds to be excluded from the definition “rough
diamond”. It also provides for the publication of statistics respecting Canadian Certificates issued by the Minister and Kimberley
Process Certificates accompanying imports into Canada.
Le décret fixe au 16 juin 2006 la date d’entrée en vigueur de
la Loi modifiant la Loi sur l’exportation et l’importation des diamants bruts. Cette loi modifie la Loi sur l’exportation et l’importation des diamants bruts en vue de permettre au Canada
de s’acquitter des nouvelles obligations internationales qui lui
incombent au titre du régime de certification du Processus de
Kimberley. À cet égard, elle confère au ministre des Ressources
naturelles le pouvoir de préciser les catégories de diamants qui
sont exclues de la définition de« diamant brut ». Par ailleurs, elle
permet la publication de statistiques relatives aux certificats canadiens délivrés par le ministre et aux certificats du Processus de
Kimberley accompagnant les importations.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
810
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13 SI/TR/2006-97
Registration
SI/2006-97 June 28, 2006
Enregistrement
TR/2006-97 Le 28 juin 2006
OTHER THAN STATUTORY AUTHORITY
AUTORITÉ AUTRE QUE STATUTAIRE
Order Authorizing the Minister of Transport,
Infrastructure and Communities to Enter Into a
Contribution Agreement with Harbourfront
Corporation (1990)
Décret autorisant le ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivés à conclure avec
Harbourfront Corporation (1990) un accord de
contribution
P.C. 2006-536
C.P. 2006-536
June 15, 2006
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Prime Minister, hereby authorizes the Minister of Transport, Infrastructure and Communities to enter into a
contribution agreement with Harbourfront Corporation (1990) for
a total amount not to exceed $4 million in respect of the fiscal
year ending on March 31, 2007.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
Le 15 juin 2006
Sur recommandation du premier ministre, Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil autorise le ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités à conclure avec
Harbourfront Corporation (1990) un accord de contribution ne
dépassant pas quatre million de dollars pour l’année financière se
terminant le 31 mars 2007.
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
811
2006-06-28
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
TABLE OF CONTENTS
SOR:
SI:
SOR/2006-124—142
SI/2006-9397
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Registration
No.
P.C.
2006
Department
Name of Statutory Instrument or Other Document
SOR/2006-124
483
Health
Pest Control Products Regulations ................................................................
646
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Canadian Chicken Marketing Quota
Regulations....................................................................................................
696
SOR/2006-125
Page
SOR/2006-126
492
Transport
Regulations Repealing the Aids to Navigation Protection Regulations .........
698
SOR/2006-127
493
Transport
Rule Repealing the Shipping Inquiries and Investigations Rules ..................
700
SOR/2006-128
494
Transport
Regulations Repealing the Publication of Standards Regulations .................
703
SOR/2006-129
495
Transport
Ballast Water Control and Management Regulations ....................................
705
SOR/2006-130
496
Transport
Regulations Amending the Laurentian Pilotage Tariff Regulations ..............
724
SOR/2006-131
497
Finance
Regulations Amending the NAFTA Rules of Origin Regulations.................
730
SOR/2006-132
498
Fisheries and Oceans
Regulations Amending the Atlantic Fishery Regulations, 1985 ....................
738
SOR/2006-133
501
Transport
Regulations Amending the Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention
Regulations....................................................................................................
742
Regulations Amending the Royal Canadian Mounted Police
Treasury Board
Public Safety and Emergency Superannuation Regulations ..........................................................................
Preparedness
SOR/2006-134
750
SOR/2006-135
523
Human Resources and Skills Regulations Amending the Employment Insurance Regulations...................
Development
Treasury Board
761
SOR/2006-136
525
Environment
Regulations Amending the Migratory Birds Regulations ..............................
765
SOR/2006-137
526
Finance
Fruit Remission Order, 2006 .........................................................................
784
SOR/2006-138
530
Human Resources and Skills Regulations Amending the Coal Mining Occupational Health and Safety
Development
Regulations....................................................................................................
786
SOR/2006-139
532
Transport
Order Rescinding Decision No. 618-W-2005 of the Canadian
Transportation Agency ..................................................................................
791
Environment
Order 2006-66-04-01 Amending the Domestic Substances List....................
796
SOR/2006-140
SOR/2006-141
Environment
Order 2006-87-04-01 Amending the Domestic Substances List....................
799
SOR/2006-142
540
Prime Minister
Public Service Commission
Special Appointment Regulations, No 2006-14 ............................................
803
SI/2006-93
482
Health
Order Fixing June 28, 2006 as the Date of the Coming into Force of the
Pest Control Products Act .............................................................................
804
SI/2006-94
503
Canada Revenue Agency
Ronald Francoeur Remission Order ..............................................................
805
SI/2006-95
529
Foreign Affairs
Order Amending the Canadian Passport Order..............................................
806
SI/2006-96
531
Natural Resources
Order Fixing June 16, 2006 as the Date of the Coming into Force of the
Export and Import of Rough Diamonds Act..................................................
810
SI/2006-97
536
Prime Minister
Order Authorizing the Minister of Transport Infrastructure and
Communities to Enter Into a Contribution Agreement with Harbourfront
Corporation (1990)........................................................................................
811
i
2006-06-28
INDEX
Canada Gazette Part II, Vol. 140, No. 13
SOR:
SI:
SOR/2006-124142
SI/2006-93—97
Abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Regulations
Statutes
Registration
No.
Aids to Navigation Protection Regulations  Regulations Repealing......................
Canada Shipping Act
SOR/2006-126
08/06/06
698
Atlantic Fishery Regulations, 1985  Regulations Amending.................................
Fisheries Act
SOR/2006-132
08/06/06
738
Ballast Water Control and Management Regulations................................................
Canada Shipping Act
SOR/2006-129
08/06/06
705
Canadian Chicken Marketing Quota Regulations  Regulations Amending ...........
Farm Products Agencies Act
SOR/2006-125
07/06/06
696
Canadian Passport Order  Order Amending ..........................................................
Other Than Statutory Authority
SI/2006-95
28/06/06
806
Coal Mining Occupational Health and Safety Regulations  Regulations
Amending ............................................................................................................
Canada Labour Code
SOR/2006-138
15/06/06
786
Domestic Substances List  Order 2006-66-04-01 Amending ................................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
SOR/2006-140
15/06/06
796
Domestic Substances List  Order 2006-87-04-01 Amending ................................
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Employment Insurance Regulations  Regulations Amending ...............................
Employment Insurance Act
SOR/2006-141
15/06/06
799
SOR/2006-135
14/06/06
761
Fruit Remission Order, 2006.....................................................................................
Customs Tariff
SOR/2006-137
15/06/06
784
Laurentian Pilotage Tariff Regulations  Regulations Amending ...........................
Pilotage Act
SOR/2006-130
08/06/06
724
Migratory Birds Regulations  Regulations Amending...........................................
Migratory Birds Convention Act, 1994
SOR/2006-136
15/06/06
765
NAFTA Rules of Origin Regulations  Regulations Amending .............................
Customs Tariff
SOR/2006-131
08/06/06
730
Order Authorizing the Minister of Transport Infrastructure and Communities to
Enter Into a Contribution Agreement with Harbourfront Corporation (1990) .....
Other Than Statutory Authority
SI/2006-97
28/06/06
811
n
Order Fixing June 16, 2006 as the Date of the Coming into Force of the Act...........
Export and Import of Rough Diamonds Act  An Act to amend
SI/2006-96
28/06/06
810
n
Order Fixing June 28, 2006 as the Date of the Coming into Force of the Act...........
Pest Control Products Act
SI/2006-93
28/06/06
804
n
SOR/2006-139
15/06/06
791
n
SOR/2006-124
06/06/06
646
n
Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations  Regulations
Amending ............................................................................................................
Canada Shipping Act
SOR/2006-133
08/06/06
742
Publication of Standards Regulations  Regulations Repealing..............................
Canada Shipping Act
SOR/2006-128
08/06/06
703
Ronald Francoeur Remission Order ..........................................................................
Financial Administration Act
SI/2006-94
28/06/06
805
Royal Canadian Mounted Police Superannuation Regulations  Regulations
Amending ............................................................................................................
Royal Canadian Mounted Police Superannuation Act
Financial Administration Act
SOR/2006-134
08/06/06
750
Shipping Inquiries and Investigations Rules  Rule Repealing...............................
Canada Shipping Act
SOR/2006-127
08/06/06
700
Special Appointment Regulations, No 2006-14 ........................................................
Public Service Employment Act
SOR/2006-142
16/06/06
803
Order Rescinding Decision No. 618-W-2005 of the Canadian Transportation
Agency ................................................................................................................
Canada Transportation Act
Pest Control Products Regulations ............................................................................
Pest Control Products Act
ii
Date
Page
Comments
n
n
n
n
2006-06-28
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, no 13
TABLE DES MATIÈRES DORS:
TR:
DORS/2006-124142
TR/2006-9397
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
No d’enregistrement
C.P.
2006
Ministère
Titre du texte réglementaire ou autre document
DORS/2006-124
483
Santé
Règlement sur les produits antiparasitaires....................................................
646
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement canadien sur le contingentement de la
commercialisation des poulets .......................................................................
696
Transports
Règlement abrogeant le Règlement sur la protection des aides à la
navigation ......................................................................................................
698
DORS/2006-125
DORS/2006-126
492
Page
DORS/2006-127
493
Transports
Règle abrogeant les Règles sur les enquêtes et investigations maritimes.......
700
DORS/2006-128
494
Transports
Règlement abrogeant le Règlement sur la publication des normes ................
703
DORS/2006-129
495
Transports
Règlement sur le contrôle et la gestion de l’eau de ballast.............................
705
DORS/2006-130
496
Transports
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de pilotage des
Laurentides ....................................................................................................
724
DORS/2006-131
497
Finances
Règlement modifiant le Règlement sur les règles d’origine (ALÉNA)..........
730
DORS/2006-132
498
Pêches et Océans
Règlement modifiant le Règlement de pêche de l’Atlantique de 1985 ..........
738
DORS/2006-133
501
Transports
Règlement modifiant le Règlement sur la prévention de la pollution par les
eaux usées des embarcations de plaisance .....................................................
742
Conseil du Trésor
Sécurité publique et
Protection civile
Règlement modifiant le Règlement sur la pension de retraite de la
Gendarmerie royale du Canada......................................................................
750
DORS/2006-134
DORS/2006-135
523
Ressources humaines et du
Développement des
compétences
Conseil du Trésor
Règlement modifiant le Règlement sur l’assurance-emploi...........................
761
DORS/2006-136
525
Environnement
Règlement modifiant le Règlement sur les oiseaux migrateurs .....................
765
DORS/2006-137
526
Finances
Décret de remise sur les fruits 2006...............................................................
784
DORS/2006-138
530
Ressources humaines et du
Développement des
compétences
Règlement modifiant le Règlement sur la santé et la sécurité dans les
mines de charbon...........................................................................................
786
Transports
Décret annulant la décision no 618-W-2005 de l’Office des transports du
Canada...........................................................................................................
791
Environnement
Arrêté 2006-66-04-01 modifiant la Liste intérieure .......................................
796
DORS/2006-139
532
DORS/2006-140
DORS/2006-141
Environnement
Arrêté 2006-87-04-01 modifiant la Liste intérieure .......................................
799
DORS/2006-142
540
Premier ministre
Commission de la fonction
publique
Règlement no 2006-14 portant affectation spéciale........................................
803
TR/2006-93
482
Santé
Décret fixant au 28 juin 2006 la data d’entrée en vigueur de la Loi sur les
produits antiparasitaires.................................................................................
804
TR/2006-94
503
Agence du revenu du Canada Décret de remise visant Ronald Francoeur ....................................................
805
TR/2006-95
529
Affaires étrangères
Décret modifiant le Décret sur les passeports canadiens................................
806
TR/2006-96
531
Ressources naturelles
Décret fixant au 16 juin 2006 la date d’entrée en vigueur de la Loi
modifiant la Loi sur l’exportation et l’importation des diamants bruts ..........
810
TR/2006-97
536
Premier ministre
Décret autorisant le ministre des Transports de l’Infrastructure et des
Collectivités à conclure avec Harbourfront Corporation (1990) un accord
de contribution...............................................................................................
811
iii
2006-06-28
INDEX
Gazette du Canada Partie II, Vol. 140, n o 13
DORS:
TR:
DORS/2006-124—142
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Règlements
Lois
Enregistrement
no
Date
TR/2006-9397
Abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — revise
a  abroge
Page
Commentaires
Affectation spéciale  Règlement n 2006-14..........................................................
Emploi dans la fonction publique (Loi)
DORS/2006-142
16/06/06
803
n
Décision no 618-W-2005 de l’Office des transports du Canada  Décret annulant..
Transports au Canada (Loi)
DORS/2006-139
15/06/06
791
n
Décret autorisant le ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités
à conclure avec Harbourfront Corporation (1990) un accord de contribution......
Autorité autre que statutaire
TR/2006-97
28/06/06
811
n
Décret de remise sur les fruits 2006 ..........................................................................
Tarif des douanes
DORS/2006-137
15/06/06
784
n
Décret de remise visant Ronald Francoeur................................................................
Gestion des finances publiques (Loi)
Décret fixant au 16 juin 2006 la date d’entrée en vigueur de la Loi ..........................
Exportation et l’importation des diamants bruts (Loi modifiant la Loi)
TR/2006-94
28/06/06
805
n
TR/2006-96
28/06/06
810
n
Décret fixant au 28 juin 2006 la date d’entrée en vigueur de la Loi ..........................
Produits antiparasitaires (Loi)
TR/2006-93
28/06/06
804
n
Décret sur les passeports canadiens  Décret modifiant..........................................
Autorité autre que statutaire
TR/2006-95
28/06/06
806
Liste intérieure  Arrêté 2006-66-04-01 modifiant .................................................
Canadienne sur la protection de l’environnement (1999) (Loi)
DORS/2006-140
15/06/06
796
Liste intérieure  Arrêté 2006-87-04-01 modifiant .................................................
Canadienne sur la protection de l’environnement (1999) (Loi)
DORS/2006-141
15/06/06
799
Règlement canadien sur le contingentement de la commercialisation des poulets 
Règlement modifiant ...........................................................................................
Offices des produits agricoles (Loi)
DORS/2006-125
07/06/06
696
Règlement de pêche de l’Atlantique de 1985  Règlement modifiant.....................
Pêches (Loi)
DORS/2006-132
08/06/06
738
Règlement sur l’assurance-emploi  Règlement modifiant .....................................
Assurance-emploi (Loi)
DORS/2006-135
14/06/06
761
Règlement sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada 
Règlement modifiant ...........................................................................................
Pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada (Loi)
DORS/2006-134
08/06/06
750
Règlement sur la prévention de la pollution par les eaux usées des embarcations de
plaisance  Règlement modifiant.......................................................................
Marine marchande du Canada (Loi)
DORS/2006-133
08/06/06
742
Règlement sur la protection des aides à la navigation  Règlement abrogeant........
Marine marchande du Canada (Loi)
DORS/2006-126
08/06/06
698
Règlement sur la publication des normes  Règlement abrogeant ..........................
Marine marchande du Canada (Loi)
DORS/2006-128
08/06/06
703
Règlement sur la santé et la sécurité dans les mines de charbon  Règlement
modifiant .............................................................................................................
Code canadien du travail
DORS/2006-138
15/06/06
786
DORS/2006-129
08/06/06
705
DORS/2006-136
15/06/06
765
Règlement sur les produits antiparasitaires ...............................................................
Produits antiparasitaires (Loi)
DORS/2006-124
06/06/06
646
Règlement sur les règles d’origine (ALÉNA)  Règlement modifiant ....................
Tarif des douanes
DORS/2006-131
08/06/06
730
Règlement sur les tarifs de pilotage des Laurentides  Règlement modifiant .........
Pilotage (Loi)
DORS/2006-130
08/06/06
724
Règles sur les enquêtes et investigations maritimes  Règle abrogeant ..................
Marine marchande du Canada (Loi)
DORS/2006-127
08/06/06
700
o
Règlement sur le contrôle et la gestion de l’eau de ballast ........................................
Marine marchande du Canada (Loi)
Règlement sur les oiseaux migrateurs  Règlement modifiant................................
Convention concernant les oiseaux migrateurs (Loi de 1994)
iv
n
n
If undelivered, return COVER ONLY to:
Government of Canada Publications
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Government of Canada Publications
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising