Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 139, no 17
Vol. 139, No. 17
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
Partie II
OTTAWA, WEDNESDAY, AUGUST 24, 2005
OTTAWA, LE MERCREDI 24 AOÛT 2005
Statutory Instruments 2005
Textes réglementaires 2005
SOR/2005-233 to 235
DORS/2005-233 à 235
Pages 1820 to 1837
Pages 1820 à 1837
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 12, 2005, and at least every second Wednesday
thereafter.
La Gazette du Canada Partie II est publiée en vertu de la Loi sur les textes
réglementaires le 12 janvier 2005, et au moins tous les deux mercredis par la
suite.
Part II of the Canada Gazette contains all ‘‘regulations’’ as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Gazette du Canada Partie II dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to: Government of Canada Publications, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Gazette
du Canada Partie II est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes à :
Publications du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the Internet at
http://canadagazette.gc.ca. It is accessible in PDF (Portable Document
Format) and in HTML (HyperText Mark-up Language) as the alternate
format.
La Gazette du Canada est aussi disponible gratuitement sur Internet au
http://gazetteducanada.gc.ca. La publication y est accessible en format PDF
(Portable Document Format) et en HTML (langage hypertexte) comme média
substitut.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues
officielles, pour examen et vente à la Pièce 418, Édifice Blackburn, 85, rue
Sparks, Ottawa, Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2005
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2005
ISSN 1494-6122
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2005
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2005
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-233
Registration
SOR/2005-233 August 3, 2005
Enregistrement
DORS/2005-233 Le 3 août 2005
CANADIAN WHEAT BOARD ACT
LOI SUR LA COMMISSION CANADIENNE DU BLÉ
Regulations Amending the Canadian Wheat Board
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la
Commission canadienne du blé
P.C. 2005-1359
C.P. 2005-1359
August 3, 2005
Le 3 août 2005
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the President of the Treasury Board, pursuant to
subparagraph 32(1)(b)(i)a, subsection 47(2)b and section 61 of the
Canadian Wheat Board Act, hereby makes the annexed Regulations Amending the Canadian Wheat Board Regulations.
Sur recommandation du président du Conseil du Trésor et en
vertu du sous-alinéa 32(1)b)(i)a, du paragraphe 47(2)b et de l’article 61 de la Loi sur la Commission canadienne du blé, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement
modifiant le Règlement sur la Commission canadienne du blé, ciaprès.
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN
WHEAT BOARD REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA COMMISSION CANADIENNE DU BLÉ
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsections 26(1) to (4) of the Canadian Wheat Board
Regulations 1 are replaced by the following:
26. (1) The sum certain that the Corporation is required to pay
producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) of the
Act in respect of the base grade of wheat sold and delivered to the
Corporation during the pool period beginning on August 1, 2005
and ending on July 31, 2006 and known as No. 1 Canada Western
Red Spring (12.5% protein content) is
(a) $127 for straight wheat;
(b) $119 for tough wheat;
(c) $111.50 for damp wheat;
(d) $119 for straight wheat, rejected on account of stones;
(e) $111 for tough wheat, rejected on account of stones; and
(f) $103.50 for damp wheat, rejected on account of stones.
(3) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) and section 47 of the Act in respect of the base grade of barley sold and
delivered to the Corporation during the pool period beginning on
1. Les paragraphes 26(1) à (4) du Règlement sur la Commission canadienne du blé1 sont remplacés par ce qui suit :
26. (1) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) de la Loi, de
payer aux producteurs pour le blé du grade de base Blé roux
de printemps no 1 de l’Ouest canadien (teneur en protéines
de 12,5 %) qui est vendu et livré à la Commission pendant la
période de mise en commun commençant le 1er août 2005 et se
terminant le 31 juillet 2006 est la suivante :
a) 127 $ s’il est à l’état sec;
b) 119 $ s’il est à l’état gourd;
c) 111,50 $ s’il est à l’état humide;
d) 119 $ s’il est à l’état sec, rejeté en raison de pierres;
e) 111 $ s’il est à l’état gourd, rejeté en raison de pierres;
f) 103,50 $ s’il est à l’état humide, rejeté en raison de pierres.
(2) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) de la Loi, de payer
aux producteurs pour le blé du grade de base Blé dur ambré no 1
de l’Ouest canadien (teneur en protéines de 12,5 %) qui est vendu
et livré à la Commission pendant la période de mise en commun
commençant le 1er août 2005 et se terminant le 31 juillet 2006 est
la suivante :
a) 130 $ s’il est à l’état sec;
b) 122 $ s’il est à l’état gourd;
c) 114,50 $ s’il est à l’état humide;
d) 122 $ s’il est à l’état sec, rejeté en raison de pierres;
e) 114 $ s’il est à l’état gourd, rejeté en raison de pierres;
f) 106,50 $ s’il est à l’état humide, rejeté en raison de pierres.
(3) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) et de l’article 47
de la Loi, de payer aux producteurs pour l’orge du grade de
base no 1 de l’Ouest canadien qui est vendue et livrée à la
———
———
a
a
(2) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) of the Act in
respect of the base grade of wheat sold and delivered to the Corporation during the pool period beginning on August 1, 2005 and
ending on July 31, 2006 and known as No. 1 Canada Western
Amber Durum (12.5% protein content) is
(a) $130 for straight wheat;
(b) $122 for tough wheat;
(c) $114.50 for damp wheat;
(d) $122 for straight wheat, rejected on account of stones;
(e) $114 for tough wheat, rejected on account of stones; and
(f) $106.50 for damp wheat, rejected on account of stones.
b
1
S.C. 1995, c. 31, s. 2(1)
S.C. 1995, c. 31, s. 4
C.R.C., c. 397
1820
b
1
L.C. 1995, ch. 31, par. 2(1)
L.C. 1995, ch. 31, art. 4
C.R.C., ch. 397
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-233
August 1, 2005 and ending on January 31, 2006 and known as
No. 1 Canada Western is
(a) $73 for straight barley;
(b) $66 for tough barley;
(c) $59.50 for damp barley;
(d) $68 for straight barley, rejected on account of stones;
(e) $61 for tough barley, rejected on account of stones; and
(f) $54.50 for damp barley, rejected on account of stones.
(4) The sum certain that the Corporation is required to pay producers on a per tonne basis under paragraph 32(1)(b) and section 47 of the Act in respect of the base grade of barley sold and
delivered to the Corporation during the pool period beginning on
August 1, 2005 and ending on July 31, 2006 and known as Special Select Canada Western Two-Row selected and accepted as
pot barley or for use in the malting or pearling process is
(a) $119 for straight barley;
(b) $112 for tough barley; and
(c) $105.50 for damp barley.
Commission pendant la période de mise en commun commençant
le 1er août 2005 et se terminant le 31 janvier 2006 est la suivante :
a) 73 $ si elle est à l’état sec;
b) 66 $ si elle est à l’état gourd;
c) 59,50 $ si elle est à l’état humide;
d) 68 $ si elle est à l’état sec, rejetée en raison de pierres;
e) 61 $ si elle est à l’état gourd, rejetée en raison de pierres;
f) 54,50 $ si elle est à l’état humide, rejetée en raison de pierres.
(4) La somme déterminée par tonne métrique que la Commission est tenue, aux termes de l’alinéa 32(1)b) et de l’article 47 de
la Loi, de payer aux producteurs pour l’orge du grade de base
Extra spéciale à deux rangs de l’Ouest canadien qui est choisie et
acceptée comme malt d’orge ou pour la production de l’orge
mondé ou perlé et qui est vendue et livrée à la Commission pendant la période de mise en commun commençant le 1er août 2005
et se terminant le 31 juillet 2006 est la suivante :
a) 119 $ si elle est à l’état sec;
b) 112 $ si elle est à l’état gourd;
c) 105,50 $ si elle est à l’état humide.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Section 26 of the Canadian Wheat Board Regulations establishes initial payments for the Canadian Wheat Board (CWB)
pool accounts. These payments are paid to producers upon
delivery of grains into the elevator system over the course of
a pool period. The amendment establishes initial payments for
the 2005-2006 pool period, with a comparison to those set a year
earlier, for the base grades of wheat (a decrease of $23 per tonne),
of amber durum wheat (a decrease of $11 per tonne), of barley (a
decrease of $11 per tonne) and of designated barley (a decrease
of $14 per tonne).
L’article 26 du Règlement sur la Commission canadienne du
blé établit les acomptes à la livraison pour les comptes de mise
en commun de la Commission canadienne du blé (CCB). Ces
acomptes sont versés aux producteurs quand ils livrent des céréales au réseau des silos-élévateurs au cours d’une période de mise
en commun donnée. La présente modification établit les acomptes
de la période de mise en commun de 2005-2006, et les compare
à ceux établis l’année précédente, pour les grades de base du
blé (une baisse de 23 $ par tonne), du blé dur ambré (une baisse
de 11 $ par tonne), de l’orge (une baisse de 11 $ par tonne) et de
l’orge désignée (une baisse de 14 $ par tonne).
Alternatives
Solutions envisagées
Alternatives considered were to establish initial payment at
higher levels. Initial payments are announced to reflect to producers the market conditions in which their crops must compete.
These conditions are based upon current and forecast supply/
demand relationships for grains both domestically and internationally and which can change very rapidly as markets react to a
multitude of market factors. World production of wheat and
coarse grains in 2005-2006 are forecast to decrease from the record levels of 2004-2005. However, the major exporting countries
will have larger supplies of these grains, because of higher beginning stocks. With larger supplies of grain in these countries, it is
expected that this will lead to greater price competition among
exporters and lower world grain prices in 2005-2006.
Une des solutions de rechange envisagées était d’établir le
niveau des acomptes à un degré plus élevé. On annonce les
acomptes à la livraison afin d’indiquer aux producteurs quelle
sera la conjoncture du marché dans laquelle devra rivaliser leur
produit. Cette conjoncture repose sur le jeu actuel et les prévisions de l’offre et de la demande de céréales sur les marchés tant
à l’échelle nationale qu’internationale, qui peuvent changer très
rapidement en fonction d’une multitude de facteurs commerciaux.
On prévoit que la production mondiale de blé et de céréales secondaires diminuera en 2005-2006 par rapport aux niveaux sans
précédent de 2004-2005. Toutefois, les principaux pays exportateurs disposeront de quantités plus importantes étant donné l’ampleur des stocks initiaux. Pour cette raison, on prévoit que la concurrence en matière de prix sera plus forte entre les exportateurs
et que les prix mondiaux seront plus faibles en 2005-2006.
1821
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-233
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The initial payments established by these Regulations indicate
the returns anticipated from the market, as of mid-July, and thus
transmit appropriate market signals to producers. This allows both
large and small producers to make their marketing decisions more
efficiently based upon anticipated returns to their individual
farms.
The lower initial payments will result in lower returns to producers on a per tonne basis. Government policy has been to avoid
using initial payments as a means to providing farm income support. The lower initial payments will transmit to producers the
appropriate market information. Initial payments can be increased
during the pool period, depending on international market prices
and conditions. There is no environmental impact of this amendment.
Les acomptes à la livraison établis par le présent règlement
indiquent les recettes que l’on prévoit tirer du marché à la mijuillet et transmettent donc aux producteurs les signaux de marché
pertinents. Cela permet aux producteurs, petits et gros, de prendre
de meilleures décisions commerciales d’après les recettes qu’ils
prévoient tirer de leur propre exploitation.
Cette diminution des acomptes à la livraison entraînera une
baisse des recettes à la production par tonne. Le gouvernement a
toujours eu pour politique d’éviter l’utilisation des acomptes à la
livraison comme moyen d’assurer un soutien du revenu agricole.
Une diminution des acomptes à la livraison donnera aux producteurs une information judicieuse sur les marchés. Ces mêmes
acomptes peuvent être rajustés à la hausse pendant la période
de mise en commun, selon les prix et la conjoncture du marché
international. Cette modification n’aura pas d’incidence sur l’environnement.
Consultation
Consultations
This amendment has been discussed with the CWB and with
the Department of Finance.
Cette modification a fait l’objet de discussions avec la CCB et
avec le ministère des Finances.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There is no compliance and enforcement mechanism. This
Regulation governs payments made to grain producers for deliveries made under the Canadian Wheat Board Regulations governing delivery permits.
Il n’existe pas de mécanisme de conformité ni d’exécution. Le
règlement fixe les paiements versés aux céréaliculteurs pour les
livraisons faites conformément au Règlement sur la Commission
canadienne du blé régissant les carnets de livraison.
Contact
Personne-ressource
Craig Fulton
Senior Commodity Analyst
Grains and Oilseeds Division
Markets and Trade Team
Agriculture and Agri-Food Canada
Sir John Carling Building
930 Carling Avenue
Ottawa, Ontario
K1A 0C5
Telephone: (613) 759-7698
FAX: (613) 759-7476
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2005
1822
Craig Fulton
Analyste principal des produits
Division des céréales et des oléagineux
Équipe des marchés et du commerce
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Édifice Sir John Carling
930, avenue Carling
Ottawa (Ontario)
K1A 0C5
Téléphone : (613) 759-7698
TÉLÉCOPIEUR : (613) 759-7476
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2005
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-234
Registration
SOR/2005-234 August 4, 2005
Enregistrement
DORS/2005-234 Le 4 août 2005
CANADA TRANSPORTATION ACT
LOI SUR LES TRANSPORTS AU CANADA
Order Amending the Order Authorizing
Negotiations for the Settlement of the Dispute
Causing the Extraordinary Disruption of the
National Transportation System in Relation to
Container Movements into and out of Certain
Ports in British Columbia
Décret modifiant le Décret autorisant des
négociations pour la résolution du conflit causant
la perturbation extraordinaire du réseau national
des transports en ce qui concerne les mouvements
des conteneurs arrivant à certains ports de la
Colombie-Britannique ou les quittant
P.C. 2005-1365
C.P. 2005-1365
August 4, 2005
Le 4 août 2005
Whereas the Governor in Council is of the opinion that an extraordinary disruption to the effective continued operation of the
national transportation system, other than a labour disruption,
continues to exist;
Whereas the Governor in Council, pursuant to section 47 of the
Canada Transportation Acta, may take any steps that the Governor in Council considers essential to stabilize the national transportation system;
Whereas an amendment to Order in Council P.C. 2005-1356,
made on July 29, 2005b, is required in order to provide specific
directives to the Vancouver Port Authority and the Fraser River
Port Authority;
And whereas the Governor in Council is of the opinion that
a failure to make an Order modifying Order in Council
P.C. 2005-1356 made on July 29, 2005b under section 47 of the
Canada Transportation Acta at this time would be contrary to the
interests of users and operators of the national transportation system and that there are no other provisions in that Act or in any
other Act of Parliament that are sufficient and appropriate to remedy the situation and counter the anticipated damage that would
be caused by the ongoing extraordinary disruption of the national
transportation system;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Transport and the Minister of Industry in his capacity as the minister responsible for the
Competition Bureau, pursuant to section 47 of the Canada Transportation Acta, hereby makes the annexed Order Amending the
Order Authorizing Negotiations for the Settlement of the Dispute
Causing the Extraordinary Disruption of the National Transportation System in Relation to Container Movements into and out of
Certain Ports in British Columbia.
À ces causes, sur recommandation du ministre des Transports
et du ministre de l’Industrie à titre de ministre responsable du
Bureau de la concurrence et en vertu de l’article 47 de la Loi sur
les transports au Canadaa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant le Décret autorisant des
négociations pour la résolution du conflit causant la perturbation
extraordinaire du réseau national des transports en ce qui
concerne les mouvements des conteneurs arrivant à certains ports
de la Colombie-Britannique ou les quittant, ci-après.
ORDER AMENDING THE ORDER AUTHORIZING
NEGOTIATIONS FOR THE SETTLEMENT OF THE
DISPUTE CAUSING THE EXTRAORDINARY
DISRUPTION OF THE NATIONAL TRANSPORTATION
SYSTEM IN RELATION TO CONTAINER MOVEMENTS
INTO AND OUT OF CERTAIN PORTS IN BRITISH
COLUMBIA
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET AUTORISANT DES
NÉGOCIATIONS POUR LA RÉSOLUTION DU CONFLIT
CAUSANT LA PERTURBATION EXTRAORDINAIRE DU
RÉSEAU NATIONAL DES TRANSPORTS EN CE QUI
CONCERNE LES MOUVEMENTS DES CONTENEURS
ARRIVANT À CERTAINS PORTS DE LA COLOMBIEBRITANNIQUE OU LES QUITTANT
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The definition “ports” in section 1 of the Order Authorizing Negotiations for the Settlement of the Dispute Causing the
1. La définition de « ports », à l’article 1 du Décret autorisant des négociations pour la résolution du conflit causant la
———
———
a
a
b
S.C. 1996, c. 10
SOR/2005-232
Attendu que la gouverneure en conseil estime qu’une perturbation extraordinaire de la bonne exploitation continuelle du réseau
national des transports — autre qu’en conflit de travail — continue d’exister;
Attendu que la gouverneure en conseil, en vertu de l’article 47
de la Loi sur les transports au Canadaa, peut prendre les mesures
qu’elle estime essentielles à la stabilisation du réseau national des
transports;
Attendu qu’une modification du décret C.P. 2005-1356
du 29 juillet 2005b est nécessaire pour donner des directives précises à l’Administration portuaire de Vancouver et à l’Administration portuaire du fleuve Fraser;
Attendu que la gouverneure en conseil estime que le fait de ne
pas modifier à ce moment le décret C.P. 2005-1356 du 29 juillet 2005b en vertu de l’article 47 de la Loi sur les transports au
Canadaa serait contraire aux intérêts des exploitants et des usagers du réseau national des transports et qu’aucune autre disposition de cette loi ou d’une autre loi fédérale ne permettrait de
corriger la situation et de prévenir des dommages que causerait la
perturbation extraordinaire continue du réseau national des transports,
b
L.C. 1996, ch. 10
DORS/2005-232
1823
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-234
2. The Order is amended by adding the following after section 3:
perturbation extraordinaire du réseau national des transports
en ce qui concerne les mouvements des conteneurs arrivant à
certains ports de la Colombie-Britannique ou les quittant1, est
remplacée ce qui suit :
« ports » Selon le contexte :
a) soit les installations portuaires suivantes :
(i) le port de Vancouver,
(ii) le port du North-Fraser,
(iii) le port du fleuve Fraser;
b) soit les administrations portuaires suivantes :
(i) l’Administration portuaire de Vancouver,
(ii) l’Administration portuaire du North-Fraser,
(iii) l’Administration portuaire du fleuve Fraser. (ports)
2. Le même décret est modifié par adjonction, après
l’article 3, de ce qui suit :
APPLICATION TO PORT OF VANCOUVER
APPLICATION AU PORT DE VANCOUVER
3.1 (1) The Vancouver Port Authority is directed, in respect of
the territory under its jurisdiction and control,
(a) to establish a licensing system giving access to the Port of
Vancouver to trucks and other road transportation equipment
for the delivery, pick-up or movement of containers into and
out of that port;
(b) to include as two of the conditions of a licence issued under
paragraph (a) that the applicant
(i) be a signatory to the Memorandum of Agreement
between Trucking Companies (Owners/Brokers) and
Vancouver Container Truckers’ Association dated
July 29, 2005 and be in full compliance with that agreement,
and
(ii) accepts the arbitration process set out in section 10 of the
Memorandum of Agreement for the purpose of reaching a
final and binding resolution of any dispute relating to the interpretation or application of the licence; and
(c) to prohibit access to the Port of Vancouver to any truck or
other road transportation equipment referred to in paragraph (a)
that does not meet the requirements of paragraph (b).
(2) The Vancouver Port Authority has the freedom to do the
things directed of it under subsection (1) without the constraints
imposed under the Competition Act that may otherwise apply.
3.1 (1) L’Administration portuaire de Vancouver est tenue à
l’égard du territoire relevant de sa compétence et de son autorité :
a) d’établir un système de délivrance de permis donnant accès
au port de Vancouver aux camions et à tout autre matériel de
transport routier pour la livraison, le ramassage ou le déplacement de conteneurs arrivant à ce port ou le quittant;
b) de prévoir comme deux des conditions d’un permis délivré
en vertu de l’alinéa a) que le demandeur, à la fois :
(i) soit signataire du Protocole d’entente du 29 juillet 2005
entre les Compagnies de camionnage (propriétaires/
courtiers) et la Vancouver Container Truckers’ Association,
et se conforme entièrement à ce protocole,
(ii) accepte le processus d’arbitrage prévu à l’article 10 du
Protocole dans le but d’en arriver à une solution définitive et
exécutoire de tout conflit relatif à l’interprétation ou à
l’application du permis;
c) d’interdire l’accès au port de Vancouver à tout camion ou à
tout matériel de transport routier visé à l’alinéa a) qui n’est pas
conforme aux exigences de l’alinéa b).
Extraordinary Disruption of the National Transportation System in Relation to Container Movements into and out of Certain
Ports in British Columbia1 is replaced by the following:
“ports” means, as the context requires:
(a) the following port facilities, namely,
(i) the Port of Vancouver,
(ii) the Port of North Fraser, and
(iii) the Port of Fraser River; or
(b) the following port authorities, namely,
(i) the Vancouver Port Authority,
(ii) the North Fraser Port Authority, and
(iii) the Fraser River Port Authority. (ports)
(3) Nothing in this section is intended to affect any collective
labour agreement.
(2) L’Administration portuaire de Vancouver a toute la latitude
de faire ce qui est prévu au paragraphe (1) sans les contraintes
imposées en application de la Loi sur la concurrence qui peuvent
autrement s’appliquer.
(3) Le présent article n’a pour effet de modifier une convention
collective de travail.
APPLICATION TO PORT OF FRASER RIVER
APPLICATION AU PORT DU FLEUVE FRASER
3.2 (1) The Fraser River Port Authority is directed, in respect
of the territory under its jurisdiction and control,
(a) to establish a licensing system giving access to the Port of
Fraser River to trucks and other road transportation equipment
for the delivery, pick-up or movement of containers into and
out of that port;
(b) to include as two of the conditions of a licence issued under
paragraph (a) that the applicant
(i) be a signatory to the Memorandum of Agreement
between Trucking Companies (Owners/Brokers) and
Vancouver Container Truckers’ Association dated
July 29, 2005 and be in full compliance with that agreement,
and
3.2 (1) L’Administration portuaire du fleuve Fraser est tenue à
l’égard du territoire relevant de sa compétence et de son autorité :
a) d’établir un système de délivrance de permis donnant accès
au port du fleuve Fraser aux camions et à tout autre matériel de
transport routier pour la livraison, le ramassage ou le déplacement de conteneurs arrivant à ce port ou le quittant;
b) de prévoir comme deux des conditions d’un permis délivré
en vertu de l’alinéa a) que le demandeur, à la fois :
(i) soit signataire du Protocole d’entente du 29 juillet 2005
entre les Compagnies de camionnage (propriétaires/
courtiers) et la Vancouver Container Truckers’ Association,
et se conforme entièrement à ce protocole,
———
1
SOR/2005-232
———
1
DORS/2005-232
1824
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-234
(ii) accepts the arbitration process set out in section 10 of the
Memorandum of Agreement for the purpose of reaching a
final and binding resolution of any dispute relating to the interpretation or application of the licence; and
(c) to prohibit access to the Port of Fraser River to any truck or
other road transportation equipment referred to in paragraph (a)
that does not meet the requirements of paragraph (b).
(2) The Fraser River Port Authority has the freedom to do the
things directed of it under subsection (1) without the constraints
imposed under the Competition Act that may otherwise apply.
(3) Nothing in this section is intended to affect any collective
labour agreement.
(4) Nothing in this section prohibits the Fraser River Port Authority from recognizing a licence issued under section 3.1 by the
Vancouver Port Authority as sufficient for the purposes of this
section.
(ii) accepte le processus d’arbitrage prévu à l’article 10 du
Protocole dans le but d’en arriver à une solution définitive et
exécutoire de tout conflit relatif à l’interprétation ou à
l’application du permis;
c) d’interdire l’accès au port du fleuve Fraser à tout camion ou
à tout autre matériel de transport routier visé à l’alinéa a) qui
n’est pas conforme aux exigences de l’alinéa b).
(2) L’Administration portuaire du fleuve Fraser a toute la latitude de faire ce qui est prévu au paragraphe (1) sans les contraintes imposées en application de la Loi sur la concurrence qui peuvent autrement s’appliquer.
(3) Le présent article n’a pour effet de modifier une convention
collective de travail.
(4) Le présent article n’empêche nullement l’Administration
portuaire du fleuve Fraser de considérer comme suffisant pour
l’application du présent article tout permis délivré par l’Administration portuaire de Vancouver en vertu de l’article 3.1.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which it is
made.
3. Le présent décret entre en vigueur à la date de sa prise.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The purpose of this Order amending Order P.C. 2005-1356 is
to stabilize the national transportation system, and specifically to
resolve the dispute that has caused the disruption of the movement of containers into and out of the ports of Vancouver and
Fraser River, in British Columbia, and which has disrupted the
movement of trade nationally. This Order authorizes the facilitator, for-hire truck operators and owner-operators, shippers and
brokers and the operators of the ports of Vancouver and Fraser
River to enter into an agreement to implement rates, charges and
terms and conditions as may be agreed to by these parties, for a
period of 90 days, without the constraints imposed under the
Competition Act that may otherwise apply.
This Order also provides that the rates, charges and terms and
conditions that are agreed to by the parties will be binding for the
movement of containers into and out of the ports of Vancouver
and Fraser River, in British Columbia, as applicable.
The operators of the ports of Vancouver and Fraser River are
instructed by this Order, as amended, to implement a licensing
program for accessing the properties of these ports for the purposes of the movement of containers.
Ce décret modifiant le décret 2005-1356 vise à stabiliser le réseau national des transports, et notamment à régler le différend
qui a perturbé la circulation des conteneurs à destination ou en
provenance des ports de Vancouver, du fleuve Fraser et du NorthFraser (Colombie-Britannique) et la circulation nationale des
marchandises. Le décret autorise le facilitateur, les entreprises de
camionnage pour compte d’autrui, les tractionnaires, les expéditeurs, les courtiers et les exploitants des ports de Vancouver et du
fleuve Fraser à conclure une entente pour appliquer les taux, les
frais et les autres conditions dont ils auront convenu durant
90 jours, sans les contraintes imposées en application de la Loi
sur la concurrence qui peuvent autrement s’appliquer.
Ce décret prévoit aussi que les taux, les frais et les autres
conditions dont les parties auront convenu seront obligatoires
pour le transport des conteneurs à destination ou en provenance
des ports de Vancouver et du fleuve Fraser (ColombieBritannique), selon le cas.
Les exploitants des ports de Vancouver et du fleuve Fraser sont
chargés par le décret, dans sa version modifiée, de mettre en œuvre un programme de délivrance de permis donnant accès aux
biens de ces ports pour le transport de conteneurs.
Alternatives
Solutions envisagées
There is no alternative to achieve the policy objective of resolving the dispute that has caused the disruption of container
movements into and out of the ports of Vancouver and Fraser
River, in British Columbia, and which has impeded the effective
and efficient operation of the national transportation system, but
to make this amendment to the Order issued pursuant to section 47 of the Canada Transportation Act.
Pour atteindre l’objectif stratégique qui consiste à régler le différend qui a perturbé le transport des conteneurs à destination
ou en provenance des ports de Vancouver et du fleuve Fraser
(Colombie-Britannique) et empêché la bonne exploitation du
réseau des transports, il n’y a pas d’autre solution que d’apporter
cette modification au décret pris en vertu de l’article 47 de la Loi
sur les transports au Canada.
1825
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-234
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The primary benefit of pursuing this Order is to reduce or
remove impediments to the efficient flow of containers into and
out of ports and other facilities within the vicinity of Vancouver,
British Columbia, and throughout the Canadian transportation
system.
Costs associated with this Order are those agreed to by the parties.
Le principal avantage de la prise de ce décret est de réduire ou
de lever les obstacles à la circulation efficace des conteneurs
transportés à destination ou en provenance de ports et d’autres
installations des alentours de Vancouver (Colombie-Britannique)
et dans l’ensemble du réseau canadien des transports.
Les frais afférents à ce décret sont ceux dont les parties conviendront.
Environmental Impact
Incidence sur l’environnement
There is no environmental impact.
Il n’y a pas d’incidence sur l’environnement.
Consultation
Consultations
No person has been formally consulted by the Minister of
Transport, pursuant to subsection 47(2) of the Canada Transportation Act.
Le ministre des Transports n’a consulté officiellement personne
en vertu du paragraphe 47(2) de la Loi sur les transports au
Canada.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
This Order will apply to any agreement entered into with respect to rates, charges and terms and conditions for the movement
of containers into and out of the ports of Vancouver and Fraser
River, as applicable.
Ce décret s’appliquera à toute convention conclue sur les taux,
les frais et les autres conditions de transport des conteneurs à destination ou en provenance des ports de Vancouver et du fleuve
Fraser, selon le cas.
Contact
Personne-ressource
Marine Policy, ACF
Place de Ville, Tower C, 25th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
E-mail: weathen@tc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2005
1826
Politique maritime, ACF
Place de Ville, tour C, 25e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Courriel: weathen@tc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2005
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
Registration
SOR/2005-235 August 10, 2005
Enregistrement
DORS/2005-235 Le 10 août 2005
CONTROLLED DRUGS AND SUBSTANCES ACT
LOI RÉGLEMENTANT CERTAINES DROGUES ET AUTRES
SUBSTANCES
Order Amending Schedules I and III to the
Controlled Drugs and Substances Act
(Methamphetamine)
Décret modifiant les annexes I et III de la Loi
réglementant certaines drogues et autres
substances (méthamphétamine)
P.C. 2005-1367
C.P. 2005-1367
August 10, 2005
Le 10 août 2005
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to section 60 of
the Controlled Drugs and Substances Acta, deeming that it is necessary in the public interest, hereby makes the annexed Order
Amending Schedules I and III to the Controlled Drugs and Substances Act (Methamphetamine).
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu de
l’article 60 de la Loi réglementant certaines drogues et autres
substancesa, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil
prend, cela lui paraissant nécessaire dans l’intérêt public, le Décret modifiant les annexes I et III de la Loi réglementant certaines
drogues et autres substances (méthamphétamine), ci-après.
ORDER AMENDING SCHEDULES I AND III TO THE
CONTROLLED DRUGS AND SUBSTANCES ACT
(METHAMPHETAMINE)
DÉCRET MODIFIANT LES ANNEXES I ET III DE LA
LOI RÉGLEMENTANT CERTAINES DROGUES ET
AUTRES SUBSTANCES (MÉTHAMPHÉTAMINE)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Schedule I to the Controlled Drugs and Substances Act is
amended by adding the following after item 17:
(2) Item 1 of Schedule III to the Act is amended by adding
the following after subitem (22):
but not including
(23) Methamphetamine (N,α-dimethylbenzeneethanamine)
1. L’annexe I de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances1 est modifiée par adjonction, après l’article 17,
de ce qui suit :
18. Méthamphétamine (N,α-diméthylbenzèneéthanamine)
2. (1) Le paragraphe 1(2) de l’annexe III de la même loi est
abrogé.
(2) L’article 1 de l’annexe III de la même loi est modifié,
par adjonction après le paragraphe (22), de ce qui suit :
sauf :
(23) méthamphétamine (N,α-diméthylbenzèneéthanamine)
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. Le présent décret entre en vigueur à la date de son enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du décret.)
18. Methamphetamine (N,α-dimethylbenzeneethanamine)
2. (1) Subitem 1(2) of Schedule III to the Act is repealed.
Description
Description
The purpose of this regulatory initiative is to move methamphetamine from Schedule III to the Controlled Drugs and Substances Act (CDSA) to item 18 of Schedule I to the CDSA. The
reclassification of methamphetamine to Schedule I is necessary to
increase the penalties associated with methamphetamine offences
and bring them in line with the harms caused by methamphetamine production, trafficking, and use. This will equate the penalties associated with methamphetamine offences with those of
cocaine and facilitate effective denunciation of related crimes.
L’objectif de cette initiative réglementaire est de déplacer la
méthamphétamine de l’annexe III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS) vers l’article 18 de
l’annexe I de la LRCDAS. Le reclassement de la méthamphétamine est nécessaire afin d’accroître les sanctions qui sont liées
aux infractions de la méthamphétamine et afin de les mettre en
conformité avec le mal qui découlent de la production, du trafic et
de l’utilisation de la méthamphétamine. Ceci égalisera les sanctions associés aux infractions de la méthamphétamine avec celles
———
———
a
a
1
S.C. 1996, c. 19
S.C. 1996, c. 19
1
L.C. 1996, ch. 19
L.C. 1996, ch. 19
1827
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
The health risk of methamphetamine use is substantial in itself;
however, methamphetamine affects more than just the health and
safety of the user. Methamphetamine production presents a high
level of risk to communities and creates a toxic environment
where people live. An exemption from pre-publication in the
Canada Gazette, Part I was requested in light of the significant
dangers to the health and safety of Canadians and the environment.
In determining if and where a substance should be listed in the
schedules to the CDSA, Health Canada considers several factors
including international requirements, the dependence potential
and likelihood of abuse/misuse of the substance, the extent of its
abuse/misuse in Canada, the danger it represents to the safety of
the public, and the usefulness of the substance as a therapeutic
agent. Using these criteria, it has been determined that the movement of methamphetamine from Schedule III to the CDSA to
Schedule I is warranted and appropriate.
de la cocaïne et facilitera une dénonciation efficace des crimes
reliés. L’utilisation de la méthamphétamine présente en soi un
risque très élevé pour la santé, toutefois, cette dernière a des
conséquences qui vont au-delà de la santé et de la sécurité de
l’utilisateur. En effet, la production de la méthamphétamine présente des dangers importants pour les collectivités et crée un environnement toxique pour les personnes. Une exemption d’une
publication au préalable dans la Gazette du Canada Partie I a été
demandé à la lumière des dangers significatifs pour la santé et la
sécurité des Canadiens et à l’environnement.
Santé Canada examine plusieurs facteurs pour déterminer
si une substance devrait être inscrite dans les annexes de
la LRCDAS, y compris les exigences internationales, l’éventualité d’une dépendance, et la probabilité d’abus ou de mauvaise
utilisation de la substance, la portée de l’abus ou de la mauvaise
utilisation au Canada, le danger que cette substance représente
pour la sécurité du public, et l’utilité de cette dernière en tant
qu’agent thérapeutique. On a déterminé, à l’aide de ces critères,
que le déplacement de la méthamphétamine de l’annexe III vers
l’annexe I de la LRCDAS est justifié et approprié.
International Requirements and Trends in Control/Scheduling
Exigences internationales et tendances de contrôle/annexation
Methamphetamine was considered by the United Nations (UN)
to constitute a substantial risk to public health and to have little to
moderate therapeutic usefulness. It is listed in Schedule II of
the UN Convention on Psychotropic Substances, 1971 (71 Convention). Most of the substances from Schedule II of the 71 Convention are listed in Schedule III to the CDSA; one such exception is phencyclidine (PCP), which is listed in Schedule I to
the CDSA. At the time of scheduling PCP, the risk to the health
and safety of Canadians was deemed to be greater than other substances in Schedule II to the 71 Convention; therefore, it was
listed in Schedule I to the CDSA where it would be subject to
greater penalties. There were no similar health and safety concerns with methamphetamine until recently. Since 1999, the risk
to public health and safety presented by methamphetamine has
increased dramatically within Canada; therefore, it was deemed
necessary to assess the current scheduling and determine if the
existing penalties are still appropriate.
Les Nations Unies (NU) considèrent que la méthamphétamine
constitue un risque sérieux pour la santé du public et que cette
substance possède une utilité thérapeutique qui varie de faible à
moyenne (la méthamphétamine est inscrite à l’annexe II de la
Convention des NU concernant les substances psychotropes, 1971
(Convention de 1971)). La plupart des substances qui figurent à
l’annexe II de cette convention sont inscrites à l’annexe III de
la LRCDAS, exceptée pour la phencyclidine (PCP) qui est inscrite à l’annexe I de la LRCDAS. Au moment d’annexer la PCP,
on a évalué que les risques pour la santé et la sécurité des Canadiens étaient supérieurs aux autres substances qui se trouvaient à
l’annexe II de la Convention de 1971; pour ces motifs, on a inscrit
la PCP à l’annexe I de la LRCDAS où elle est sujette à des plus
grandes sanctions. Il n’existait pas d’inquiétudes similaires avec
l’amphétamine jusqu’à récemment. Au Canada, les risques de la
méthamphétamine pour la santé et la sécurité publique ont augmenté énormément depuis 1999. On a donc jugé que c’était nécessaire d’évaluer le classement courant actuel de la méthamphétamine et déterminer si les sanctions existantes sont toujours appropriées.
Aux États-Unis la méthamphétamine est inscrite à l’annexe II
du Controlled Substances Act avec d’autres stimulants tels que la
cocaïne. En mai 2003, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a
reclassifié la méthamphétamine comme « Class “A” », une classification des plus sérieuses faisant partie d’une stratégie compréhensive de leur Plan d’action pour la méthamphétamine nouvellement crée.
In the United States (US) methamphetamine is listed in Schedule II of the Controlled Substances Act along with other stimulants, such as cocaine. In May of 2003, the New Zealand government reclassified methamphetamine to Class “A”, the most serious classification, as part of comprehensive strategy in their
newly created Methamphetamine Action Plan.
Dependence Potential
Éventualité de dépendance
Although there is no evidence to suggest that a user will become addicted after only one episode, methamphetamine can
produce a powerful psychological dependence. Abrupt discontinuance from chronic use produces withdrawal symptoms similar
to but more intense than the symptoms induced by cocaine withdrawal, and is characterized by apathy, depression, lethargy,
anxiety, sleep disturbances, and intense cravings. Myalgias, abdominal pain, voracious appetite, and a profound depression
with suicidal tendencies may complicate the immediate postwithdrawal period and peak in 2 to 3 days. To relieve these symptoms, the user will frequently return to use more methamphetamine,
La méthamphétamine peut entraîner une dépendance psychologique importante, et ce même s’il n’existe aucune preuve qui
porte à croire qu’un utilisateur dépendrait de la méthamphétamine
après un seul essai. L’arrêt brusque de cette substance suite à une
utilisation prolongée entraîne des symptômes de sevrage semblables, mais plus intenses que les symptômes de sevrage à la cocaïne, et ils se caractérisent par un état d’apathie, de dépression,
de létargie, d’anxiété, de perturbations du sommeil et des états de
manque intenses. De plus, des symptômes tels que la myalgie, des
douleurs abdominales, un appétit vorace et une dépression profonde qui est accompagnée de tendances suicidaires peuvent
1828
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
often at increasing doses due to the tolerance which has readily
developed, thus establishing a use-withdrawal-use cycle.
compliquer la période immédiate de sevrage et ils peuvent atteindre une intensité maximale vers la deuxième ou à la troisième
journée. L’utilisateur consommera des doses plus fortes de méthamphétamine qu’auparavant pour soulager ces symptômes
puisque la tolérance à cette substance est déjà bien développée,
créant ainsi un cycle d’utilisation-sevrage-utilisation.
Likelihood of Abuse/Misuse
Probabilité d’abus ou de mauvaise utilisation
The abuse liability of methamphetamine is considered to be extremely high. It can produce intense euphoria that is considered
by experienced users to be greater than dextroamphetamine. Because the drug is highly soluble in water, it can be administered in
large amounts by injection. The smoked form of methamphetamine is called “crystal meth”. Smoking and intravenous injection
are very common modes of administration that produce a rapid
and intense euphoria that lead to a “rush” or “flash” that is extremely pleasurable but lasts for only a few minutes. Snorting or
taking the drug orally produces euphoria (or the ‘high’) but not
the rush. The effects of methamphetamine can last for 12 hours or
more in comparison to cocaine, which lasts for one hour. The low
price and long lasting, intense effects of methamphetamine increase its attractiveness as a drug of abuse.
On croit que le risque de dépendance à la méthamphétamine est
extrêmement élevé. Cette substance peut procurer un sentiment
d’euphorie intense que les utilisateurs considérés être réguliers
décrivent comme étant encore plus grand que celui qui est produit
par la dextroamphétamine. La méthamphétamine peut être administrée en grande quantité par injection puisqu’elle est très soluble
dans l’eau. On utilise l’expression « crystal meth » lorsqu’on
fume de la méthamphétamine. L’injection intraveineuse et l’utilisation de la cigarette pour fumer de la méthamphétamine sont les
modes d’administration les plus communs parce qu’ils produisent
un sentiment d’euphorie intense et rapide qui entraîne un « rush »
ou « flash », sentiment qui est extrêmement agréable mais qui ne
dure que quelques minutes. Le reniflement ou la prise de la drogue de manière orale entraîne seulement le sentiment d’euphorie
(ou le « high ») mais ne procure pas de « rush ». Les effets de la
méthamphétamine peuvent durer plus de douze heures tandis que
ceux de la cocaïne ne durent qu’une heure. Le prix abordable et
les effets durables et intenses que procure cette drogue font en
sorte qu’elle est une drogue attrayante pour une drogue d’abus.
Extent of Abuse/Misuse in Canada
Portée de l’abus ou de la mauvaise utilisation au Canada
Methamphetamine can be produced domestically. Its low cost
and ease of synthesis, along with a variety of possible administration routes, such as oral, intravenous, snorting or inhaling, make
methamphetamine an attractive drug of abuse that is readily accessible in comparison to other illegal substances. Its popularity
as a drug of abuse is increasing at an alarming rate. The number
of seized methamphetamine samples analysed by Health Canada
has increased seven fold since 1999, tripled since 2000, and doubled since 2002. Thirty-nine clandestine labs were dismantled by
the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) in 2003 versus two
in 1998. Greater numbers of clandestine lab seizures in Canada
indicate that the industry is expanding. Such expansion increases
supply, lowers prices further and leads to a larger number of users. In 2004, Drug Analysis Services reported methamphetamine
as the 2nd most prevalent hard drug of abuse, behind cocaine,
according to the number of exhibits analysed. According to the
Centre for Addiction and Mental Health Ontario Student Drug
Use Survey, 2003, methamphetamine has been ranked the fourth
most frequently used illegal substance (after cannabis, cocaine,
and MDMA, or ecstasy) among students in Grades 7-12.
On peut produire la méthamphétamine au niveau national. Son
coût faible et sa facilité en matière de synthèse, ainsi que les
divers modes d’administration de cette drogue, c’est-à-dire, oralement, par injection intraveineuse, par reniflement ou par inhalation, font en sorte que la méthamphétamine est une drogue
attrayante pour l’abus qu’on peut facilement se la procurer, comparativement à d’autres substances illégales. Sa popularité en tant
qu’une drogue d’abus, va en augmentant, et ce à un rythme effarant. Le nombre d’échantillons de méthamphétamine que Santé
Canada a analysés est sept fois plus élevé qu’en 1999; ce nombre
a triplé depuis 2000 et a doublé depuis 2002. En 2003, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a démantelé trente-neuf
laboratoires clandestins comparativement à deux laboratoires
clandestins en 1998. Le nombre élevé de saisies de laboratoires
clandestins au Canada indique que l’industrie connaît de l’expansion. Une telle expansion augmente l’approvisionnement, baisse
les prix de plus belle et apporte un plus grand nombre d’utilisateurs. En 2004, le Service d’analyse de drogues a rapporté la méthamphétamine comme étant la deuxième drogue dure, après la
cocaïne, la plus convoitée par les toxicomanes, selon le nombre
de tableaux qui ont été examinés. D’après un sondage sur l’utilisation des drogues qui a été effectué en 2003 auprès des étudiants par le Centre de toxicomanie et de santé mentale de
l’Ontario, la méthamphétamine est classée au quatrième rang
comme étant la substance illégale de prédilection auprès des étudiants des niveaux 7 à 12 (après le cannabis, la cocaïne, et la
méthylènedioxyamphétamine (MDMA).
On désigne souvent la méthamphétamine par la : « meth, la ice,
le yaba, le crystal, le chalk, le glass, ou le speed ». La méthamphétamine, qu’on associait auparavant aux travailleurs à cols
bleus de race blanche, est maintenant utilisée par divers groupes.
La méthamphétamine est une drogue qui plaît aux personnes qui
désirent restées éveillées pendant une longue période de temps
Methamphetamine is commonly referred to as meth, ice, yaba,
crystal, chalk, glass, and speed. Traditionally associated with
white, male, blue-collar workers, methamphetamine is now
reportedly being used by diverse groups. Methamphetamine
appeals to people who wish to stay awake for extended periods
of time and maintain their performance ability, for example,
1829
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
long-distance drivers and students. Use is increasing among men
who have sex with men, making this population more vulnerable
to contracting and spreading sexually transmitted diseases, especially HIV/AIDS. Methamphetamine can also be injected, which
further increases the risk of HIV/AIDS and other blood borne
diseases. Young adults who attend “raves” or private clubs also
are increasingly using methamphetamine, oftentimes in the belief
that they are consuming MDMA (ecstacy). Rates of use are also
high among the homeless and street youth. Increasing use of
methamphetamine is reported among male and female commercial sex workers who also trade sex for drugs and among members of motorcycle gangs.
tout en gardant leur capacité de rendement, par exemple, les
conducteurs qui doivent conduire de longues distances et les étudiants. On observe une augmentation de l’utilisation parmi les
hommes qui ont une relation sexuelle avec d’autres hommes, ce
qui rend cette population encore plus vulnérable à la contraction
et à la propagation de maladies transmises sexuellement, en particulier le VIH et le sida. On peut aussi injecter la méthamphétamine, ce qui a pour effet d’accroître le risque de contracter le VIH
ou le sida et d’autres maladies transmises par le sang. Les jeunes
adultes qui fréquentent les « party rave » ou les clubs privés utilisent cette substance, en croyant qu’ils consomment de la MDMA
ou ecstasy. Le taux d’utilisation est aussi élevé auprès des sansabris et des jeunes de rue. Aussi, un nombre de plus en plus élevé
de prostitués et de membres qui font partie de bandes de motards
utilisent la méthamphétamine puisqu’ils échangent des services
d’ordre sexuels contre de la drogue.
Danger to Public Health and Safety
Dangers pour la sécurité et la santé publique
Health Risk
Risques pour la santé
Methamphetamine can produce a powerful psychological dependence. Its use is associated with episodes of violent behaviour,
paranoia, anxiety, confusion, and insomnia. Long term use has
also been associated with psychotic behaviour including paranoia,
auditory hallucinations, mood disturbances, and delusions. The
paranoia may result in homicidal or suicidal thoughts. Psychotic
symptoms may persist for months after the drug is discontinued.
Methamphetamine can also cause a variety of medical complications including weight loss and cardiovascular problems. The risk
of short-term or possible neurological damage is also a concern.
La méthamphétamine peut entraîner une forte dépendance psychologique. En effet, on associe son utilisation à des épisodes de
comportements violents, à de la paranoïa, à de l’anxiété, à de la
confusion et à de l’insomnie. On a aussi remarqué qu’une utilisation à long terme entraîne des comportements psychotiques dont
la paranoïa, des hallucinations auditives, des changements
d’humeur et des délires. La paranoïa peut produire des pensées
suicidaires ou meurtrières. Les symptômes psychotiques peuvent
durer pendant plusieurs mois suite à l’interruption de la drogue.
La méthamphétamine peut aussi causer différentes complications
d’ordre médical, y compris la perte de poids et des problèmes
cardiovasculaires.
Environmental Impact
Incidences sur l’environnement
Methamphetamine is produced in clandestine labs that range
in size from the small lab in an apartment or van which can
make 30 g at once to superlabs which are capable of producing
multiple kilos. Every kilogram of methamphetamine produces, on
average, six kilograms of hazardous waste. Methamphetamine
production involves chemicals that are poisonous, corrosive,
flammable, explosive, or emit toxic vapours, and can cause health
and safety problems at the production site and within the surrounding area. The toxic by products of methamphetamine production are often improperly disposed of outdoors in rivers,
streams, and other dump areas, which cause serious environmental damage, endangering children and others who live, eat,
play, or walk at or near the site. Normal cleaning may not remove
all the methamphetamine or some of the chemicals used to produce it; dangerous by products generated from the ingredients
pose environmental hazards that can persist in the soil and
groundwater for years.
On produit la méthamphétamine dans des laboratoires clandestins dont la grandeur varie. En effet, il peut s’agir de petits laboratoires qui sont établis dans des appartements ou des camionnettes
qui peuvent produire jusqu’à 30 g à la fois ou des superlaboratoires qui sont en mesure de produire plusieurs kilogrammes à la
fois. Chaque kilogramme de méthamphétamine produit, en
moyenne, six kilogrammes de déchets hazardeux. La production
de la méthamphétamine comprend des produits chimiques qui
sont toxiques, corrosifs, inflammables, explosifs, ou qui émettent
des vapeurs toxiques, et peuvent produire des problèmes pour la
santé et la sécurité publique sur le lieu de production et dans la
région environnante. On se débarrasse souvent des sous-produits
qui découlent de la production de la méthamphétamine à l’extérieur dans les rivières, les courants d’eau et d’autres dépôts
d’ordures ce qui cause de sérieux dommages environnementaux,
ce qui met en danger les enfants et les autres personnes qui vivent, mangent, jouent ou marchent près du site en question. Un
nettoyage normal peut ne pas être suffisant pour faire disparaître
la méthamphétamine ou certains des produits chimiques qui ont
été utilisés pour produire cette dernière. Les sous-produits dangereux qui découlent des ingrédients posent des dangers graves pour
l’environnement puisqu’ils peuvent rester dans les sols et les eaux
souterraines pendant des années, ainsi affectant les fonctions écologiques et d’autres formes vivantes.
Community Impact
Conséquences sur la collectivité
Methamphetamine abuse also has an impact on communities:
families, law enforcement, paramedics, emergency room staff,
and other front line workers dealing with users. Chronic use can
L’abus de la méthamphétamine a aussi des conséquences sur
la collectivité puisque les familles, la police, le personnel paramédical, le personnel des salles d’urgence et d’autres premiers
1830
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
result in economic hardship and family breakdown. Individuals
may lose employment due to their drug use and stop being contributing members of society. Parents who are dependent on
methamphetamine typically become careless, irritable and violent, often losing their ability to nurture their children. Under
these conditions, children are more likely to be physically and
sexually abused by members of their own family and/or other
drug-using acquaintances.
It is not uncommon for fires to erupt as a result of improper
storage or mishandling of chemicals and solvents used in the
clandestine production of methamphetamine. A significant percentage of methamphetamine labs are discovered as a result of
fires or explosions. First responders, including medical, public
health, law enforcement, firefighters, child protective services and
environmental clean up personnel are particularly at risk of acute
injury from chemical exposure, fire, explosion and so-called
“booby-traps” when called to methamphetamine labs or dumpsites.
intervenants doivent intervenir auprès des utilisateurs. L’utilisation chronique peut entraîner des difficultés économiques et un
éclatement de la famille. Les parents qui dépendent de la méthamphétamine deviennent négligents, irritables et violents, et
perdent souvent la capacité de prendre soin de leurs enfants. En
raison de leur utilisation de drogues, les individus peuvent perdre
leur emploi et ne plus être des membres contributeurs dans la
société. Les enfants ont donc plus de chances, dans ces conditions, d’être abusés physiquement et sexuellement par des membres de leur famille ou par d’autres utilisateurs de drogues qu’ils
connaissent.
Il n’est pas surprenant que des incendies éclatent à l’occasion à
cause d’un entreposage inapproprié ou d’une manipulation sans
précaution de produits chimiques et de solvants qui sont utilisés
pour produire la méthamphétamine. On découvre ainsi, suite à ces
incendies ou à des explosions, un pourcentage important de laboratoires de méthamphétamine. Les premiers intervenants, y compris le personnel médical, le personnel de santé publique, la police, les pompiers, les services de protection de la jeunesse, et le
personnel de dépollution environnementale sont souvent exposés
aux dangers de blessures importantes lorsqu’ils sont exposés aux
produits chimiques, aux incendies, aux explosions et aux pièges
des laboratoires de méthamphétamine ou des dépotoirs.
Legitimate Use in Canada
Usage légitime au Canada
There is no approved medical use for methamphetamine within
Canada. Movement from Schedule III to Schedule I will have no
economic impact on the general public, industry, or international
trade.
Il n’existe aucune approbation relativement à une utilisation
médicale de la méthamphétamine au Canada. Le déplacement de
cette drogue de l’annexe III vers l’annexe I n’aura aucune conséquence économique auprès du public, des industries ou du commerce international.
Judicial Concern:
Inquiétude en matière juridique :
In 1997, Canada enacted the CDSA, which allowed for the
control of the narcotics, controlled drugs, restricted drugs, targeted substances, and precursor chemicals included in the schedules to the CDSA. As mentioned above, methamphetamine was
placed in Schedule III to the CDSA, which contains offences for
possession, trafficking and possession for the purpose of trafficking, importation, exportation, and possession for the purpose of
importation or exportation, and production. The following table
outlines the current maximum penalties for offences associated
with methamphetamine as a Schedule III substance and the
maximum penalties proposed by this amendment (Schedule I):
En 1997, le Canada a promulgué la LRCDAS, qui a permis
d’effectuer un contrôle des stupéfiants, des drogues contrôlées,
des drogues d’usage restreint, des substances ciblées et des produits chimiques précurseurs qui sont inscrits aux annexes de
la LRCDAS. Tel que mentionné auparavant, la méthamphétamine
a été inscrite à l’annexe III de la LRCDAS, qui comprend des
sanctions relativement à la possession, au trafic et à la possession
dans le but de faire le trafic, l’importation, l’exportation et la possession à des fins d’importation ou d’exportation, et la production
de cette drogue. Le tableau suivant décrit les sanctions maximales
actuelles pour les infractions relativement à la méthamphétamine
en tant que substance inscrite à l’annexe III et les sanctions maximales proposées par cette modification (annexe I) :
Schedule
I
III
Possession
Trafficking / Possession for
the purpose thereof
Importing / Exporting /
Possession for
the purpose thereof
Production
indictable offence:
indictable offence:
7 years
life
summary conviction:
no summary conviction
first offence: $1,000 or 6 months or
both
subsequent offence: $2,000 or 1 year
or both
indictable offence:
life
no summary conviction
indictable offence:
life
no summary conviction
indictable offence:
3 years
summary conviction:
first offence: $1,000 or 6 months or
both
Subsequent offence: $2,000 or 1 year
or both
indictable offence:
10 years
summary conviction:
18 months
indictable offence:
10 years
summary conviction:
18 months
indictable offence:
10 years
summary conviction:
18 months
1831
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Annexes
I
Possession
criminel passible :
7 ans
procédure sommaire :
première infraction : 1 000 $ ou
6 mois ou de l’une de ces peines
en cas de récidive : 2 000 $ ou 1 an
ou de l’une de ces peines
III
criminel passible :
3 ans
procédure sommaire :
première infraction : 1 000 $ ou
6 mois ou de l’une de ces peines
en cas de récidive : 2 000 $ ou 1 an
ou de l’une de ces peines
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
Trafic / Possession
aux fins indiquées
criminel passible :
emprisonnement à perpétuité
pas de procédure sommaire
Importation / Exportation /
Possession aux fins indiquées
Production
criminel passible :
criminel passible :
emprisonnement à perpétuité
emprisonnement à perpétuité
pas de procédure sommaire
pas de procédure sommaire
criminel passible :
10 ans
procédure sommaire :
18 mois
criminel passible :
10 ans
procédure sommaire :
18 mois
criminel passible :
10 ans
procédure sommaire :
18 mois
Methamphetamine is now gaining in popularity with users,
traffickers, and producers. Police officers, prosecutors, and members of the judiciary have expressed concerns over the classification of methamphetamine in Schedule III to the CDSA. They
argue that the maximum penalty of ten years assigned to such
serious crimes as import/export, production, and trafficking are
not commensurate with the health, social, and economic harm
caused by methamphetamine and, to a lesser extent, other potent
Schedule III drugs such as MDMA (ecstasy), GHB, etc. In comparison, similar offences for Schedule I drugs (opioids, cocaine
and PCP) or Schedule II drugs (cannabis) carry a penalty of life
imprisonment. While the courts are fully aware of the serious
harms associated with methamphetamine, they generally impose
lower penalties for serious offences, almost universally invoking
Parliament’s decision to classify this substance in Schedule III.
Justice Arnold of the British Columbia Provincial Court in R. v.
Khan best summed it up:
“I am aware of the fact that parliament has seen fit to impose
a 10-year maximum for this offence as opposed to life, which
exists for heroin and cocaine. So parliament at this point, in any
event, rates this offence as being less dangerous than heroin
and cocaine. I suppose if they read what I read, they might
change their mind.”
Aujourd’hui, la méthamphétamine est de plus en plus populaire
avec les utilisateurs, les trafiquants et les producteurs de drogues.
La police, les procureurs et les membres du système judiciaire ont
exprimé des inquiétudes relativement au classement de la méthamphétamine qui est inscrite à l’annexe III de la LRCDAS. Ils
affirment que la pénalité maximale de dix ans qui est désignée
pour des crimes sérieux telle que l’importation, l’exportation, la
production, et le trafic de cette drogue ne correspondent pas aux
préjudices en matière de santé, sociaux et économiques qui sont
causés par la méthamphétamine, et d’une façon moins considérable, par d’autres drogues inscrites à l’annexe III telles que
la MDMA, « l’ecstasy liquide », la GHB, etc. Par exemple, si on
compare les infractions similaires relativement aux drogues qui
sont inscrites à l’annexe I (l’opioïde, la cocaïne et la PCP) ou à
l’annexe II (cannabis), ces infractions entraînent une peine d’emprisonnement à perpétuité. Les tribunaux imposent généralement
des sanctions faibles pour des infractions importantes, ce qui
prouve qu’ils reconnaissent presque unanimement la décision du
Parlement d’inscrire cette substance à l’annexe III, et ce bien
qu’ils soient tout à fait conscients des préjudices sérieux qui sont
liés à la méthamphétamine. Le juge de paix Arnold de la Court
provinciale de la Colombie-Britannique résume bien la situation
dans le cas de R. c. Khan :
« Je suis conscient que le Parlement a jugé d’imposer une sanction maximale de dix ans pour cette infraction au lieu d’un emprisonnement à perpétuité, qui existe pour la cocaïne et
l’héroïne. Dans tous les cas, le Parlement croit que cette infraction est moins dangereuse que l’héroïne et la cocaïne. Je crois
que si ce dernier lit ce que j’ai lu, il pourrait peut-être changer
d’idée. »
Political Concern:
Inquiétude en matière politique :
Concern that harsher penalties are required for methamphetamine was voiced at: the Methamphetamine: An Environmental
Scan workshop held in Alberta in September 2004; the Western
Canadian Summit on Methamphetamine in November 2004 and
more recently at the Meeting of Western Ministers of Health,
Justice and Public Safety. Several constituencies, including provincial attorneys general, Ministers of Justice and Health, and
various municipalities have written to the federal Ministers of
Justice and Health to request action to move methamphetamine
from Schedule III to Schedule I to the CDSA to have access to
higher penalties for illicit activities. Mr. Randy Kemp (CPC, Pitt
Meadows-Maple Ridge-Mission) announced in the House of
Commons on June 22 that the conservative party is working on a
bill to move crystal meth from Schedule III to Schedule I. The
Des inquiétudes quant à des sanctions plus sévères pour la méthamphétamine ont été exprimées lors de l’atelier Méthamphétamine : Analyse de la conjoncture qui a lieu en Alberta en septembre 2004, Sommet sur la méthamphétamine de l’Ouest canadien
qui a eu lieu en novembre 2004 et tout récemment lors de la réunion des ministres de la santé, de la justice et de la Santé publique de l’Ouest canadien. Plusieurs parties intéressées, y compris
des procureurs généraux-gouvernements provinciaux, des ministres de la Justice et Santé et différentes municipalités ont demandé, par écrit, aux ministres fédéraux de la Justice et Santé d’agir
afin d’enlever la méthamphétamine de l’annexe III et de l’inscrire
à l’annexe I de la LRCDAS afin de pouvoir imposer des sanctions
plus sévères pour les activités illégales. Le 22 juin, M. Randy
Kemp (PCC, de Pitt Meadows-Maple Ridge-Mission) a annoncé,
1832
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
proposed bill has been sent to Legislative Counsel to draft in its
proper form and is expected to be brought forward in the House
in the fall.
à la Chambre des communes, que le parti conservateur travaillait
à élaborer un projet de loi pour retirer le « crystal meth » de
l’annexe III afin de l’inscrire à l’annexe I. Le projet de loi a été
envoyé au conseiller législatif pour que ce dernier l’élabore de
manière adéquate et on s’attend qu’il soit présenter à la chambre
cet automne.
Rationale for Immediate Action:
Justification pour une action immédiate :
Measures have been put in place to control methamphetamine
production via the Precursor Control Regulations (PCR). These
measures have led to a decrease in the rate of diversion of precursors to the illicit market and is one part of a comprehensive approach to the abuse of synthetic drugs such as methamphetamine.
An increase in maximum penalties is required as an additional
measure to decrease methamphetamine production, trafficking,
and use, as the extent of abuse of methamphetamine is increasing
at an alarming rate. There is a strong public outcry for an increase
in the maximum penalties associated with methamphetamine
offences, particularly from smaller communities that have been
devastated by the effects of methamphetamine production and
abuse on their lives. The level of harm presented by methamphetamine production, trafficking, and use to individuals and to
communities, as described above, in addition to the urgent public
and political demand for higher penalties calls for immediate
government intervention.
On a établi des mesures pour contrôler la production de la
méthamphétamine par l’entremise des règlements sur les précurseurs (RP). Ces mesures ont apporté une diminution du taux de
détournement des précurseurs vers des marchés illicites et fait
partie d’une approche exhaustive relativement à l’abus de drogues
synthétiques comme par exemple, la méthamphétamine. On doit
donc obtenir des sanctions plus sévères en tant que mesure supplémentaire pour contrôler la production, le trafic et l’utilisation
de la méthamphétamine, puisque le taux d’abus de la méthamphétamine croît à un niveau alarmant. Il existe une forte demande du
public afin d’obtenir des sanctions plus sévères pour les infractions liées à la méthamphétamine, en particulier des collectivités
plus petites qui sont aux prises avec les effets de la production et
de l’abus de la méthamphétamine. Le niveau de préjudice que
présente l’utilisation, le trafic et la production de la méthamphétamine auprès des personnes et des collectivités, tel que décrit cidessus, en plus de la demande urgente qui provient du public et
des politiciens pour obtenir des sanctions plus sévères, exigent
une intervention immédiate du gouvernement.
Selon la Commission canadienne sur la détermination de la
peine (1987), les peines criminelles comportent quelques éléments dissuasifs et d’incapacité. Des pénalités plus sévères relativement aux infractions de la méthamphétamine pourraient agir en
tant qu’élément dissuasif en matière de trafic et d’utilisation
d’une substance qui est reconnue pour avoir des effets graves
pour la santé, et protègeraient les collectivités quant à des explosions et à des contaminations toxiques de l’environnement éventuelles qui sont causées par la présence de laboratoires clandestins.
According to the Canadian Sentencing Commission, 1987,
criminal sanctions have been found to carry some deterrent and
incapacitative effects. Higher penalties for methamphetamine
offences may act as a deterrent for the trafficking and use of a
substance that has been shown to have serious health concerns,
and protects communities from possible explosions and toxic
contamination of the environment that is caused by the presence
of clandestine labs.
Alternatives
Alternative 1:
Solutions envisagées
Reschedule methamphetamine and selected
Schedule III substances of similar harm to
Schedule I to the CDSA.
This option increases the maximum penalty for serious offences from 10 years to life imprisonment, bringing maximum
penalties for serious offences more in-line with the harms associated with methamphetamine while maintaining the current relativity between methamphetamine and other dangerous substances in
Schedule III in addition to the substances listed in Schedule I of
the 1971 Convention. Grouping substances of similar harm together in one schedule would facilitate future scheduling decisions in terms of administrative convenience, timeliness, and
costs.
Due to the urgency surrounding the scheduling of methamphetamine and the time and resources required to implement this
option, it was decided to reschedule methamphetamine with the
intent of considering other Schedule III substances with similar
harmful profiles for rescheduling at a later date.
Première solution de rechange :
reclasser de l’annexe III vers
l’annexe I de la LRCDAS la
méthamphétamine et d’autres substances qui posent
des préjudices semblables.
Cette option augmente la pénalité maximale pour les infractions graves allant de dix ans d’emprisonnement à l’emprisonnement à perpétuité, ce qui aligne les pénalités maximales dans le
cas d’infractions graves avec les préjudices liés à la méthamphétamine, tout en conservant la relativité actuelle entre la méthamphétamine et d’autres substances dangereuses dans l’annexe III, et
ce en plus des substances qui sont inscrites à l’annexe I de la
Convention de 1971. Le regroupement de substances qui posent
des préjudices similaires dans une seule annexe faciliterait les
décisions futures relativement au classement en termes de commodité administrative, de temps opportun et de coûts.
On a décidé de reclasser la méthamphétamine avec l’intention
d’examiner d’autres substances de l’annexe III qui ont des préjudices semblables à une date ultérieure, et ce à cause de l’urgence
qui entoure le reclassement de la méthamphétamine et le temps et
les ressources qui sont nécessaires pour mettre cette option en
œuvre.
1833
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Alternative 2:
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
Increase penalties in the CDSA (to a maximum
of 14 years or life imprisonment) for serious
offences related to Schedule III drugs of similar harms.
This option achieves the goal of bringing maximum penalties
in line with the harms caused by methamphetamine and similarly
dangerous substances in Schedule III and maintains the option of
proceeding by summary conviction for less significant offences of
import, export, trafficking, possession for the purpose thereof and
production.
This option was not considered acceptable as it: requires a
statutory amendment which requires parliamentary approval;
would significantly delay increasing penalties for offences related
to methamphetamine; and, may increase penalties for other
Schedule III substances which may not be of comparable harm.
Maintaining methamphetamine in Schedule III would still likely
be perceived by the judiciary as a lesser offence than Schedule I
offences, particularly if the maximum penalty is less than life
imprisonment. In addition, if life imprisonment is chosen as a
maximum penalty, the graded control approach foreseen in
the CDSA is partially lost.
Alternative 3:
Create a new regime of offences and penalties
for those substances in Schedule III that present the greatest harm.
With this option, the offences and penalties could be tailored to
the harms caused by methamphetamine and similar substances. It
is consistent with the graded level of controls foreseen in CDSA
and maintains the summary conviction provisions currently assigned to Schedule III.
It was decided not to proceed with this option because it is a
statutory amendment which requires parliamentary approval,
which is a lengthy process. It would require a complete review of
the offences, penalties and Schedules under the CDSA. It would
still likely be perceived by the judiciary as a lesser offence than
Schedule I offences and unless the new schedule is a very close
match to an existing schedule in the international classification
system, the initial selection of substances and the analysis
required for future decisions would likely be onerous, cumbersome, and lengthy. There is sufficient latitude within the current
provisions and schedules of CDSA to deal with methamphetamine and related issues without developing a new regime of
offences and penalties.
1834
Deuxième solution de rechange : augmenter les sanctions dans
la LRCDAS (jusqu’à un
maximum de quatorze ans
ou d’emprisonnement à perpétuité) pour les infractions
graves qui sont liées aux
drogues qui ont des préjudices semblables et qui figurent à l’annexe III.
Cette option permet d’atteindre l’objectif qui est d’harmoniser
les sanctions maximales avec les préjudices que la méthamphétamine et d’autres substances semblables, à l’annexe III, causent
et de garder l’option de procéder par déclaration de culpabilité par
procédure sommaire relativement aux infractions moins importantes d’importation, d’exportation, de trafic, de possession aux
fins décrites ci-avant ainsi que la production.
On n’a pas considéré que cette option était adéquate car elle
demande une modification statutaire qui exige l’approbation du
Parlement, créant des délais importants quant à l’obtention de
sanctions plus sévères pour les infractions qui sont liées à la méthamphétamine et pouvant accroître les sanctions pour d’autres
substances inscrites à l’annexe III qui n’auront pas des préjudices
semblables. Le système judiciaire percevrait probablement le
maintien de l’inscription de la méthamphétamine à l’annexe III
comme étant une infraction moins grave comparativement aux
infractions de l’annexe I, en particulier si la pénalité maximale est
inférieure à l’emprisonnement à perpétuité. En outre, si on choisit
l’emprisonnement à perpétuité en tant que sanction maximale,
on perd l’approche de contrôle gradué qui est prévue dans
la LRCDAS.
Troisième solution de rechange : Créer un nouveau régime
d’infractions et de sanctions
pour les substances qui sont
inscrites à l’annexe III et qui
présentent des préjudices
graves.
Cette option permet de personnaliser les infractions et les sanctions selon les préjudices que la méthamphétamine et des substances semblables causent. Elle correspond aux contrôles de
niveaux gradués qui sont prévus dans la LRCDAS et elle garde
les dispositions de déclaration de culpabilité par procédure sommaire qui est assignée actuellement à l’annexe III.
On a décidé de ne pas aller de l’avant avec cette option parce
qu’elle est une modification statutaire et exige l’approbation du
Parlement, ce qui constitue un long processus et représente une
modification importante qui pourrait nécessiter une refonte complète des infractions, sanctions et les annexes de la LRCDAS.
Cette option serait encore sûrement perçue par le système judiciaire comme étant une infraction moins importante comparativement aux infractions de l’annexe I. En effet, à moins que la
nouvelle annexe ressemble beaucoup à l’annexe actuelle du système de classification internationale, la première sélection de
substances et les études qui seront nécessaires pour prendre
d’autres décisions éventuelles seraient très coûteuses, encombrantes et longues. On possède une latitude suffisante relativement
aux dispositions et aux annexes actuelles de la LRCDAS pour
aborder le problème de la méthamphétamine et des questions
connexes sans avoir à élaborer un nouveau système d’infractions
et de sanctions.
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Risk and Benefit Analysis of Moving Methamphetamine
from Schedule III to Schedule I to the CDSA
Risk/Benefit Area
Health and Safety Risk
(Science)
Legal obligations
(Policy)
Health Canada Value: Caring
for the people of Canada
(Communications)
Industry
(Economic)
Risks
Little to no risk.
Increase in the prison population and
the length of incarceration of inmates.
May place a burden on law
enforcement resources.
Creates further discrepancies in
scheduling between the international
conventions and the CDSA.
Possible imprisonment of users
for longer periods of time, who
may benefit more from
educational, treatment and
rehabilitation programs.
No risk. There is no approved
medical use for
methamphetamine within
Canada.
Assess Risks
Impact low / Likelihood low
Impact medium / Likelihood medium
Impact low / Likelihood low
Impact low / Likelihood low
Benefits
Deterrent for the production,
trafficking and use of a substance
which has been shown to have
serious health concerns.
Protects neighbourhoods from
explosions and toxic contamination
of the environment that is caused by
clan labs.
Offences and penalties more in line
with the harm caused to public health,
communities and the environment.
Accomplished through Order in
Council and does not require
parliamentary approval.
Eliminates option of summary
conviction to provide further deterrent.
Addresses concern raised by Western
Ministers of Health, Justice, and Public
Safety, by police and the courts, and at
the Western Canadian Summit on
Methamphetamine.
Addresses concerns raised by police
and the courts.
No administrative burden to Health
Canada - only penalties affected.
Little to no benefit to industry.
Provides a further deterrent to
potential users and traffickers.
Removes current traffickers and
producers from the public and
from attracting new users, for a
longer period of time.
LOW
MEDIUM
LOW
Net Assessment
Risk vs. Benefits
Overall Assessment
of Risk
LOW
IMPACT LOW / LIKELIHOOD LOW
Étude des avantages et des risques du retrait de la méthamphétamine de l’annexe III vers l’annexe I
Domaine relativement aux avantages/risques
Risques pour la santé et la sécurité
(Science)
Obligations juridiques
(Politique)
Valeur de Santé Canada :
prendre soins des Canadiens
(Communications)
Industrie
(Économique)
Risques
Peu ou pas de risques.
Augmentation de la population
carcérale et de la durée de
l’emprisonnement des prisonniers.
Cela peut constituer un fardeau pour
les ressources en matière de
l’application de la loi.
Crée des différences supplémentaires
dans les annexes entre les conventions
internationales et la LRCDAS.
Emprisonnement probable des
utilisateurs pour de longues
périodes. Les utilisateurs
peuvent tirer profit des
programmes de formation, de
traitement et de réhabilitation
qui sont offerts.
Aucun risque. Aucune
approbation pour l’utilisation de
la méthamphétamine à des fins
thérapeutiques au Canada.
Évaluation des
risques
Faible incidence/
Faible probabilité
Incidence moyenne/
Probabilité moyene
Faible incidence/
Faible probabilité
Faible incidence/
Faible probabilité
Avantages
Éléments dissuasifs relativement à la
production, au trafic et à l’utilisation
d’une substance dont on a prouvé les
graves conséquences au niveau de la
santé.
Protège les quartiers résidentiels
contre des explosions et les
contaminations toxiques de
l’environnement que les laboratoires
clandestins produisent.
Les infractions et les sanctions sont
mieux alignées avec les préjudices qui
sont causés pour la santé publique, les
collectivités et l’environnement.
Réalisée par l’entremise du décret et
ne nécessite pas l’approbation du
Parlement.
Fournit des éléments dissuasifs Peu ou pas d’avantages pour
supplémentaires aux utilisateurs l’industrie.
et aux trafiquants éventuels.
Enlève les trafiquants et les
producteurs actuels du public et
n’attire pas de nouveaux
utilisateurs, pendant une longue
période de temps.
Élimine l’option de déclaration de
culpabilité par procédure sommaire
afin de fournir des éléments dissuasifs
supplémentaires.
1835
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
Étude des avantages et des risques du retrait de la méthamphétamine de l’annexe III vers l’annexe I (suite)
Domaine relativement aux avantages/risques
Risques pour la santé et la sécurité
(Science)
Obligations juridiques
(Politique)
Valeur de Santé Canada :
prendre soins des Canadiens
(Communications)
Industrie
(Économique)
FAIBLE
FAIBLE
Aborde les inquiétudes que les
ministres de la Santé, de la Justice et
de la Sécurité publique de l’Ouest
canadien ainsi que la police et les
tribunaux ont exprimées lors du
Sommet sur la méthamphétamine de
l’Ouest canadien.
Aborde les inquiétudes que la police et
les tribunaux ont exprimées.
Aucun fardeau administratif pour
Santé Canada - seules les sanctions ont
des effets.
Évaluation nette du
risque c.
Les avantages
Évaluation globale
du risque
FAIBLE
MOYEN
INCIDENCE FAIBLE/PROBABILITÉ FAIBLE
Factors to Mitigate Risk:
• Movement from Schedule III to Schedule I to the CDSA increases the penalty for an indictable possession offence from a
maximum of 3 years to a maximum of 7 years and may cause
an increase in both the prison population and the length of incarceration for inmates. This may be seen as onerous for
methamphetamine users who may benefit more from educational, treatment, and rehabilitation programs. However, although it would be possible for a judge to issue the maximum
sentence of 7 years in prison for simple possession, judges are
able to use their discretion when sentencing. In the case of cocaine and heroin, first offenders caught with small amounts
are not generally incarcerated and may be incarcerated for a
number of months upon repeated use. No significant difference has been found in the sentencing ranges for possession
offences in relation to methamphetamine or Schedule I substances. The situation changes when the offence involves trafficking.
Additionally, higher penalties are just one part of a broader
strategy to tackle methamphetamine production, trafficking
and use. For example, Health Canada through the Drug Strategy Community Initiatives Fund (CIF), under Canada’s Drug
Strategy, supports the development of community-based prevention or harm reduction solutions to problematic substance
use, as well as, provides information to youth, teachers and
parents to raise their awareness of substances such as
methamphetamine on its youth Web site, www.drugwise.
gc.ca.
• This option introduces new discrepancies within the CDSA
classification system (in comparison with other phenylethylamine derivatives and other substances in Schedule III) and
with the international classification system (as compared with
substances listed in Schedule II of the 1971 Convention).
Such discrepancies could increase the complexity of future
scheduling decisions which may increase the costs and impede the timeliness of these decisions. Consideration will be
given to moving substances with similar levels of abuse and
related harms from Schedule III to Schedule I to the CDSA in
the future.
1836
Facteurs pour atténuer les risques :
• Le reclassement de la substance de l’annexe III vers l’annexe I de la LRCDAS augmente la sanction en ce qui a trait
un acte criminel de possession allant d’une peine maximale de
trois ans à un maximum de sept ans, et peut faire augmenter
non seulement la population carcérale, mais aussi la durée
d’incarcération des prisonniers. Cette situation peut être perçu
comme étant très coûteuse pour les utilisateurs de la méthamphétamine qui peuvent tirer profit des programmes de formation, de traitement et de réhabilitation qui sont offerts. Par
contre, bien qu’un juge puisse imposer une sentence maximal
de sept ans d’emprisonnement pour la possession simple de
ladite substance, ils peuvent utiliser leur discrétion lors de la
sentence. Dans les cas de la cocaïne et de l’héroïne, les premiers contrevenants qui sont pris avec une petite quantité de
ces drogues, ne sont généralement pas incarcérés mais peuvent l’être pendant quelques mois s’ils récidivent. On n’a pas
trouvé de grandes différences quant à la gamme d’emprisonnement relativement aux infractions de possession de méthamphétamine ou de substances de l’annexe I. La situation
n’est pas la même lorsque l’infraction comprend le trafic de
substances.
De plus, les pénalités plus sévères ne constituent qu’une partie
d’une vaste stratégie pour aborder la production et l’utilisation
de la méthamphétamine. Par exemple, Santé Canada par
l’entremise du Fonds pour les initiatives communautaires
(FIC) dans le Programme de la Stratégie antidrogue et des
substances contrôlées, soutient le développement de la prévention et de solutions pour réduire les préjudices au sein de
la collectivité relativement à l’utilisation de substances qui
sont problématiques ainsi qu’elle fournit aussi des renseignements aux jeunes, professeurs et parents afin de les sensibiliser aux substances telles que la méthamphétamine, et ce par
l’entremise de son site Web qui est axé vers les jeunes à
l’adresse : www.drugwise.gc.ca.
• Cette option crée des différences avec le système de classement de la LRCDAS (comparativement aux dérivés de la
phényléthylamine et à d’autres substances de l’annexe III)
et avec le système de classement international (comparativement aux substances qui figurent à l’annexe II de la Convention de 1971). De telles différences pourraient accroître la
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17 SOR/DORS/2005-235
complexité de décisions futures relativement aux annexes et
augmenteraient probablement les coûts et entraveraient la rapidité de ces décisions. On examinera, prochainement, le reclassement de substances semblables d’abus de l’annexe III
vers l’annexe I dans le futur.
Consultation
Consultations
This is a regulatory initiative to increase the penalties associated with the offences pertaining to methamphetamine under
the CDSA and is not expected to have an economic impact on the
general public, industry, or international trade. The issue is increasingly gaining the attention of the Western Ministers and the
media, since the illicit production and use of methamphetamine
puts communities, individuals and the environment at serious
risk. A timely solution is required.
La consultation est une initiative réglementaire qui sert à accroître les sanctions qui sont liées aux infractions de la méthamphétamine en vertu de la LRCDAS et on ne s’attend pas à ce
qu’elle ait des conséquences économiques pour le public, l’industrie ou le commerce international. La question attire de plus en
plus l’attention des ministres de l’Ouest canadien et des médias
puisque la production et l’utilisation illicites de la méthamphétamine posent des préjudices graves pour les collectivités, les personnes et l’environnement et qu’on a besoin de trouver une solution en temps opportun.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
This amendment will increase the maximum penalties for
offences associated with methamphetamine. Under Schedule I,
the maximum penalty for possession is 7 years for an indictable
offence. The maximum penalty for a first offence on summary
conviction is $1,000 or 6 months in prison or both, and $2,000
or 1 year in prison or both for subsequent offences. The maximum penalty for production, trafficking and possession for the
purpose of trafficking, importation, exportation and possession
for the purpose thereof is life, with no option of summary conviction. It will have no impact on the regulatory controls for
methamphetamine, and therefore will have no impact on the
existing compliance and enforcement strategy for controlled substances.
Cette modification augmentera les sanctions maximales pour
les infractions qui sont liées à la méthamphétamine et n’aura
aucune conséquence sur la stratégie de conformité et de mise en
application actuelle pour les substances désignées. La pénalité
maximale pour la possession est de sept ans pour un acte criminel
en vertu de l’annexe I. La pénalité maximale pour une première
infraction selon une déclaration de culpabilité par procédure
sommaire est de 1 000 $ ou de six mois d’emprisonnement ou les
deux, et de 2 000 $ ou un an d’emprisonnement ou les deux pour
les récidivistes. La pénalité maximale pour la production, le trafic
et la possession à des fins de trafic, d’importation, d’exportation
et de possession aux fins indiquées est l’emprisonnement à perpétuité, sans aucune option de déclaration de culpabilité par procédure sommaire.
Les interventions législatives, bien qu’elles soient importantes
pour restreindre la disponibilité de drogues dangereuses et dissuader leur production, ne représentent qu’une dimension d’une
stratégie globale pour aborder les préjudices qui sont liés à la
santé, à la dimension sociale et économique de ces substances.
Une telle stratégie devrait comprendre, afin d’avoir des conséquences optimales, des mesures législatives et d’application de la
loi, et d’autres initiatives comme par exemple, l’éducation auprès
de la population, la prévention, le traitement et la réduction des
préjudices qui seraient fondés sur des meilleures pratiques, et qui
seraient intégrés au sein de tous les fournisseurs de service et les
niveaux de gouvernement. Ces initiatives devraient recevoir des
fonds suffisants pour être en mesure de maintenir les efforts sur
une longue période. La sensibilisation auprès du public sera un
facteur clé relativement aux sanctions plus sévères en tant qu’éléments dissuasifs.
Legislative interventions, while important in containing the
availability of dangerous drugs and in deterring their production,
are but one dimension of an overall strategy to tackle the health,
social and economic harm associated with these substances. For
optimum impact, such a strategy should incorporate legislative
and enforcement measures with complementary initiatives like
public education, prevention, treatment, and harm reduction, be
predicated on evidence-based best practices, integrated across
service providers and levels of governments and endowed with
sufficient funds to sustain efforts over the long haul. Public
awareness will be a key factor in the value of higher penalties as a
deterrent.
Contact
Erin Kingdom
Drug Strategy and Controlled Substances Programme
Healthy Environments and Consumer Safety Branch
Address Locator: 3503D
Ottawa, Ontario
K1A 1B9
Telephone: (613) 948-8948
FAX: (613) 946-4224
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2005
Personne-ressource
Erin Kingdom
Programme de la stratégie antidrogue et des substances
contrôlées
Direction générale de la santé environnementale et de la
sécurité des consommateurs
Indice de l’adresse : 3503D
Ottawa (Ontario)
K1A 1B9
Téléphone : (613) 948-8948
TÉLÉCOPIEUR : (613) 946-4224
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2005
1837
2005-08-24
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
TABLE OF CONTENTS
SOR:
SI:
SOR/2005-233—235
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Registration
No.
P.C.
2005
Department
Name of Statutory Instrument or Other Document
Page
SOR/2005-233
1359
Canadian Wheat Board
Regulations Amending the Canadian Wheat Board Regulations...................
1820
SOR/2005-234
1365
Transport
Industry
Order Amending the Order Authorizing Negotiations for the Settlement of
the Dispute Causing the Extraordinary Disruption of the National
Transportation System in Relation to Container Movements into and out
of Certain Ports in British Columbia .............................................................
1823
Order Amending Schedules I and III to the Controlled Drugs and
Substances Act (Methamphetamine) .............................................................
1827
SOR/2005-235
1367
Health
i
2005-08-24
INDEX
Canada Gazette Part II, Vol. 139, No. 17
SOR:
SI:
SOR/2005-233235
Abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Regulations
Statutes
Registration
No.
Canadian Wheat Board Regulations  Regulations Amending ................................
Canadian Wheat Board Act
SOR/2005-233
03/08/05
1820
SOR/2005-234
04/08/05
1823
SOR/2005-235
10/08/05
1827
Order Authorizing Negotiations for the Settlement of the Dispute Causing the
Extraordinary Disruption of the National Transportation System in Relation to
Container Movements into and out of Certain Ports in British Columbia 
Order Amending...................................................................................................
Canada Transportation Act
Schedules I and III to the Controlled Drugs and Substances Act
(Methamphetamine)  Order Amending.............................................................
Controlled Drugs and Substances Act
ii
Date
Page
Comments
2005-08-24
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, no 17
TABLE DES MATIÈRES DORS:
TR:
No d’enregistrement
C.P.
2005
DORS/2005-233
DORS/2005-233235
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Ministère
Titre du texte réglementaire ou autre document
Page
1359
Commission canadienne du
blé
Règlement modifiant le Règlement sur la Commission canadienne du blé ...
1820
DORS/2005-234
1365
Transports
Industrie
Décret modifiant le Décret autorisant des négociations pour la résolution
du conflit causant la perturbation extraordinaire du réseau national des
transports en ce qui concerne les mouvements des conteneurs arrivant à
certains ports de la Colombie-Britannique ou les quittant .............................
1823
DORS/2005-235
1367
Santé
Décret modifiant les annexes I et III de la Loi réglementant certaines
drogues et autres substances (méthamphétamine) .........................................
1827
iii
2005-08-24
INDEX
Gazette du Canada Partie II, Vol. 139, n o 17
DORS:
TR:
DORS/2005-233—235
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Règlements
Lois
Enregistrement
no
Annexe I et III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances
(méthamphétamine)  Décret modifiant .............................................................
Drogues et autres substances (Loi réglementant)
Commission canadienne du blé  Règlement modifiant le Règlement.....................
Commission canadienne du blé (Loi)
Décret autorisant des négociations pour la résolution du conflit causant la
perturbation extraordinaire du réseau national des transports en ce qui concerne
les mouvements des conteneurs arrivant à certains ports de la ColombieBritannique ou les quittant  Décret modifiant...................................................
Transports du Canada (Loi)
iv
Abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — revise
a  abroge
Date
Page
DORS/2005-235
10/08/05
1827
DORS/2005-233
03/08/05
1820
DORS/2005-234
04/08/05
1823
Commentaires
If undelivered, return COVER ONLY to:
Government of Canada Publications
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Government of Canada Publications
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising